• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Table of Contents
 L'actualite politique
 L'actualite economique
 L'actualite sociale
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Varietes
 Revue de presse
 Bibliography
 Au journal officiel














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00008
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00008
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    L'actualite politique
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    L'actualite economique
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    L'actualite sociale
        Page 15
    Nouvelles de France
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38-39
    Varietes
        Page 40
        Page 41
    Revue de presse
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Bibliography
        Page 65 (MULTIPLE)
        Page 66
    Au journal officiel
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
Full Text




PRESIDENCY DU CONSEIL

SEC]ITARIAT GENERAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation :
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7")


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA


FRANCE D'OUTRE-MER





SOMMAIRE


L'ACTUALITE POLITIQUE :
Le Haut Conseil de 1'Union Fran-
caise .................................
Les travaux parlementaires .........
Cokseil de la R6publique ............
'Assembl6e de l'Union Frangaise ...
L'activite minist6rielle ...............

L'ACTUALITE ECONOMIQUE :
iLes travaux du group international
d'6tude du caoutchouc ............
La. sit-ation cotonnidre dans 1l'Union
Frangaise et dans le monde ......
L'E.C.A. et le d6veloppement de
1'Bconomie' des Territoires c'Ou-
tre-Mer ..............................
La. contre-partie francs de 1'aide
am6ricaine et la mise en valeur
des Territoires d'Outre-Mer ......
Le commerce a France-Territoires
d'Outre-Mer pendant le premier
trimestre 1949 ....................

L'ACTUALITE SOCIAL ..............

NOUVELLES DE FRANCE :
Diplacements de personnaflits ......
Informations administratives ........


Conferences et manifestations ......
Informations diverse ...............
3
4 NOUVELLES D'OUTRE-MER :
5 Indochine ...............................
6 A.O.F ..........................
8 A.E.F ........ ...... .............
Cameroun ............................
Nouvelle-Cadonie ...................
11 VARIETES ............. ....................

12 REVUE DE PRESS :
Presse m6tropolitaine .................
13 Presse d'Outre-Mer ....................
P'resse 6trangere .......................
Union Francaise ..................
13
3 Problemes g6n6raux ..............
Empire britannique .................
14 Liste des articles de press itrangire tra-
duits en francais .................
15
BIBLIOGRAPHIE .......................

COMMUNIQUES ......................
16
17 AU ( JOURNAL OFFICIAL )) .........


LAD



















L'ACTUALITE POLITIQUE


Le Haut Conseil de 1'Union Francaise


La loi du 24 avril instituant le Haut Conseil de
1'Union Frangaise marque le couronnement de
1'edifice j.iridique prevu par la Constitution du 27
octobre 1945.
Le Haut Conseil n'est pas sans analogie avec
la Conference Imp6riale britannique : la delegation
m6tropolitaine y repr6sente l'ensemble de la R6pu-
blique Francaise, c'est-A-dire non seulement les de-
partements metropolitains mais encore les departe-
ments et les territoires d'Outre-Mer. De plus elle
represente les territoires associes d6pourvus de Gou-
vernemen: propre.
Le rl1e du Haut Conseil est d'assister le Gouver-
nement clans la conduite de 1'Union, c'est-A-dire
dans la coordination des moyens de defense et la di-
rection de la politique propre A preparer et A assu-
rer cette defense. Dans ce domaine, le Haut Conseil
peut faire des propositions et des suggestions et peut
d'autre part recevoir des propositions 6manant de
l'Assemblie de 1'Union Francaise.
Bien que son r6le soit consultatif, le Haut Conseil
est appelei avoir un r6le particulierement impor-
tant dans la gestion de l'Union Francaise tout en-
tiire.
**
Le texte de la loi du 24 avril 1949 est le suivant :
ARTICLE PREMIER. Le Haut Conseil de l'Union
Francaise assisted le Gouvernement de la Republique
dans la conduite g6enrale de l'Union.
I1 est preside par le President de la Republique
Francaise, President de l'Union Frangaise.


II se reunit sur la convocation de son President.

ART. 2. Le Haut Conseil de l'Union Francaise
est compose d'une d6elgation du Gouvernement
frangais et de la representation des Etats associ6s.
Font, de droit, parties de la deIegation du Gou-
vernement francais : le President du Conseil; le
ministry des Affaires Etrangeres ; le ministry de
l'Intrieur et des Affaires Economiques et le ministry
de la France d'Outre-Mer.

La delegation du Gouvernement frangais peut
htre complete par d'autres ministres d6signes par
decrets pris en Conseil des Ministres A l'occasion de
chaque reunion du Haut Conseil.
La representation des Gouvernements des Etats
associes dans le Haut Conseil resulte des accords
conclus entire la France et les Etats associes dans le
cadre des actes qui d6finissent leurs rapports avec
la France.

ART. 3. Les modalites d'organisation et de
fonctionnement du Haut Conseil et de ses services
sofit arret6s par d6cret pris en Conseil des Ministres,
apres deliberation du Haut Conseil.

ART. 4. Les depenses de fonctionnement du
Haut Conseil de 1'Union Francaise seront couvertes
par des contributions des different Etats don't les
propositions seront fixees par des accords particu-
liers. La part, incombant A la R6publique Franqaise
sera inscrite A son budget g6enral.


(Les tu'des et documents du Bulletin peuvent etre utilises ou reproduits sans indications d'origine)









Les travaux parlementaires


ASSEMBLE NATIONAL

Seance du 3i mars

Au course de la seance, M. Frederic Dupont
(P.R.L.) a pris la parole, A la suite de sa demand
d'interpellation sur la situation militaire en Indo-
chine. Sans developper, il 6voqua brievement les
recentes affaires de Lao Kay et Mon Cay. M. Ra-
madier a fourni un certain nombre d'informations
de caractere general et ramene les incidents A leurs
v6ritables proportions.
L'Assemblee a aborde, en fin d'apres-midi, l'exa-
men du project de loi portant repartition des abat-
tements sur le budget de la France d'Outre-Mer
(ceux-ci s'616vent A 55 millions de francs, soit 1,2 %
du total des credits).
Apres quelques interventions, don't celle de
M. Malbrant, qui a trait des problimes de la ma-
gistrature colonial et de 1'6quipenient sanitaire des
Territoires d'Outre-Mer, la suite de la discussion a
te6 renvoyee A la seance du soir.
M. Coste-Floret avait, au course de la discussion,
affirm qu'il ne saurait &tre question de la d6valua-
tion du franc C.F.A.
La discussion a repris dans la soiree.
Apris quelques observations de M. Thibault
(M.R.P., Gard) sur la situation du personnel de
1'Administration Coloniale, M. Duveau (M.R.P.,
Madagascar) a trait de l'organisation judiciaire
dans les Territoires d'Outre-Mer et du sort du franc
C.F.A.
M. Ninine socialistt, Cameroun) est alors in-
tervenu pour reclamer A ce propos des assurances
que le Ministre a renouvele en ces terms :
J'ai dit tout a I'heure et je ridpte que toutes me-
sures seront prises par le Gouvernement pour jviter
la devaluation du franc C.F.A. Le maintien d'une$
monnaie saine itant la premiere condition de la
prosperity economique des Territoires qui l'utili-
sent >.
Puis MM. Charles Benoist communistt, Seine-et-
Oise) a.affirme que la 16galite republicaine n'est pas
respected A Madagascar et M. Silvandre a present
une s6rie de remarques sur l'equipement des Ter-
ritoires africains et l'utilisation des fonds prevus
pour leur developpement economique.
M. Dupont (P.R.L., Seine) est A nouveau inter-
venu sur la question du probleme militaire en Indo-
chine.
Le deput6 P.R.L. de la Seine a brievement rap-
pel6 que M. Ramadier 1'avait, I'apres-midi, ren-


voye pour plus amples explications sur la situation
en Extreme-Orient, au Ministre de la France d'Ou-
tre-Mer.
I1 a demand A M. Coste-Floret s'il acceptait la
responsabilite < entire et exclusive > de la situa-
tion militaire en Indochine et s'il jugeait que les
effectifs et le materiel (notamment aeronautique)
mis A sa disposition, etaient suffisants.
Le Ministre a repondu en precisant que les effec-
tifs comme le materiel d6pendaient de la Defense
National, le corps exp6dionnaire en Indochine
relevant du D6partement de la France d'Outre-Mer.
Au surplus, a-t-il ajout6, il s'agit Id d'un probli-
me assez grave pour que le Gouvernement tout en-
tier en assume la commune responsabilitd, apres en
avoir dilibire en Conseil.
Quant aux effectifs, M. Coste-Floret a indiqu6
qu'ils atteignent actuellement o10.000 hommes, en
face de 80.o00 don't disposerait H6 Chi Minh, sui-
vant les evaluations des services de renseignements.
II reste la manace d'un danger extirieur : le Gou-
vernement se prioccupe d'y faire face, le cas ichiant.
En ce qui concern le materiel, le Ministre de la
Defense Nationale s'efforce de resoudre les proble-
mes que posent son entretien et son renouvellement.
Un renfort en aviation est indispensable. Le Se-
cr6taire d'Etat A 1'Air s'emploie A le fournir.
En felicitant M. Coste-Floret pour la nettete et
la loyauti de ses declarations, M. Dupont s'est ef-
forc6 de lui faire preciser davantage encore ses
responsabilites militaires.
Le Ministre lui a declare : J'emploierai une com-
paraison, si vous le vouleT : le Ministre de la De-
fense Nationale reste Ministre de la Difense Natio-
nale. En Indochine, le Ministre de la France d'Ou-
tre-Mer est a peu pris son Secritaire d'Etat a la
Guerre.
La discussion des articles s'est poursuivie jusqu'A
minuit, donnant lieu A diverse observations de
MM. Ninine socialistt, Cameroun), Castellani
(A.D.S., Madagascar), Malbrant (Oubangui-Tchad,
A.D.S.), Mamadou-Konate (R.D.A., Soudan) et
Gukllon communistt, Indre-et-Loire).

Siance du i" avril
L'Assemblee a termin6 1'examen du collectif
d'abattements du Min'istere de la France d'Outre-
Mer.
M. Coste-Floret, repondant A MM. Guillon, Thi-
bault, Mamadou Konate et Martine, a ete amend
A donner des pricisions sur certains probl6mes in-
teressant les Territoires d'Outre-Mer.








C'est ainsi qu'il a expos que le Gouvernement a
tout fait pour acc61erer le rapatriement des travail-
leurs indochinois. 11 a montr&, ensuite, que la France
ne s'est pas d6sinteress6e du sort des 6tudiants dEks
Territoires d'Outre-Mer : les credits affects A ce
chapitre sont en sensible augmentation et une mai-
son de la France d'Outre-Mer sera cr66e, qui ac-
cueillera les etudiants arrivant dans la M6tropole.
Quelques instants plus tard, le Ministre, repon-
dant A une intervention du Rapporteur, a affirm
que le franc C.F.A. serait stabilis6 : tous les Terri-
toires devront prendre les measures de deflation ne-
cessaires.

Seance du 13 avril
Un project gouvernemental, relevant de 15 % les
pensions des victims de la guerre, i partir du
i" janvier, a ete adopted, A mains levies.
Une disposition, tendant a 6tendre le benefice de
la loi aux invalides originaires de la Tunisie, du Ma-
,roc et des Territoires d'Outre-Mer, a et6 disjointe
non sans cue plusieurs deputies, don't MM. Malbrant
et Garcia, aient vivement protest.
En seance de nuit, MM. Mamba Sano (ind6pen-
dant des Territoires d'Outre-Mer, Guin6e) et Cou-
libaly Ouezzin (R.D.A., C6te d'Ivoire) ont traits de
la situation des mutiles de guerre r6sidant dans les
Territoires d'Outre-Mer.

Sdance du 14 avril

L'Assemblee Nationale a adopted, en fin de ma-
tinee, la proposition de resolution de M. Louis Rol-
lin (P.R.L., Seine) invitant le Gouvernement A af-
firmer et a materialiser les droits de souverainet6
de la France sur les miles australes frangaises ar-
chipel Kerguelen et A y envoyer, dans les delais
les plus brefs, une mission economique, scientifique
et militaire.
Dans l'apris-midi, I'Assemblee Nationale a exa-
mine, en deuxieme lecture, le project de loi fixant
I'organisation et la composition du Haut-Conseil de
l'Union Francaise.
M. Martin, Rapporteur de la Commission des
Territoires d'Outre-Mer, a pr6sente son rapport,
tendant A la reprise du texte de 1'Assemblie Natio-
nale.
M. Aurneran expose les raisons pour lesquelles il
a depos6 une motion d'ajournement. I1 s'etonne de
la precipitation avec laquelle on demand, A l'As-
sembl6e, de voter un texte aussi important. 11 de-
plore qu'un tres petit nombre de deputies seulement
s'interesse vraiment aux questions d'Outre-Mer et
critique le caractere improvise et confus du texte
propose en rappelant les arguments qu'il avait de-
veloppes lors de la discussion en premiere lecture.
Parlant des elections A l'Assemblee Territoriale de


Cochinchine, il souligne le grand nombre des absten-
tions dans le collage vietnamien.
M. Paul Coste-Floret, Ministre de la France
d'Outre-Mer, entend rectifier cette information. Les
chiffres, cites par M. Aumeran, ne concernent que la
circonscription de Saigon-Cholon. I1 affirme que,
dans l'ensemble, le pourcentage des votants a atteint
plus de quatre-vingt pour cent.
M. Aumeran en doute, et observe que le Ministre
ne donne pas les chiffres absolus. Dans ces condi-
tions, il se demand quelle autorit6 representera
l'Indochine.
I1 pursuit son expos en soulignant les obscurites
de ce project. 11 souligne que l'avis du Conseil de
la Republique a ete adopted A l'unanimit6 par celui-
ci. 11 repr6sentait une redaction beaucoup plus
acceptable. L'orateur s'etonne que 1'Assembl6e re-
fuse d'en tenir compete, le Conseil de la Republique
representant une opinion qui a 6te, recemment, ex-
primee par les electeurs.
Le Rapporteur respond que le texte de l'Assemblie
National reprenait le texte adopted par l'Assemblee
de l'Union Frangaise unanime.
L'ensemble du project pr6sent6 par l'Assembl6e
National est finalement retenu A l'exception de
I'article 4 adopted dans le texte de I'article 5 du! Con-
seil de la R6publique.
La majority a 6t6 de 542 voix centre 60 sur 602
votants.


CONSEIL DE LA REPUBLIQUE

Seances du 5, 6 et 7 avril

LES DEPENSES D'INVESTISSEMENT POUR 1949
Le project de loi, portant autorisation de d6penses
d'investissement pour 1949, est venu, le 6 avril, en
discussion au Conseil de la R6pubilique.
En' ce qui concern l'equipement des Territoires
d'Outre-Mer, M. Pellenc (R.G.R., Vaucluse), Rap-
porteur, a demanded que les credits permettent de
1'assurer avant la fin de I'aide Marshall.
Faisant allusion A l'investissement .possible de
capitaux prives americains dans ces regions, le Rap-
porteur a insisted pour que cette contribution econo-
mique soit contr6lee par 1'Etat et ne favorite pas
< un certain capitalism stranger >.
MM. Longchambon (R.G.R., Frangais de 1'6tran-
ger) Affaires Economiques et Rucart (R.G.R.,
Haute-Volta) France d'Outre-Mer puis
MM. Laffargue (R.G.R., Seine) et Maroger (R.I.,
Aveyron) ont deplore I'absence de credits pour la
France d'Outre-Mer, et, analysant les different sec-
teurs b6enficiant d'investissements, ont demand, au
Gouvernement, de renoncer A des depenses impro-
ductives et de favoriser reellement, A la fois, la re-
construction et la modernisation.








En seance de nuit, le Conseil de la R6publique a
poursuivi, sans toutefois l'achever, la discussion g6-
nerale du project portant autorisation de d6penses.
d'investissement pour 1949.
M. Sailer (R.G.R.) a trait de 1'equipement des
Territoires d'Outre-Mer, r6clame l'investissement de
credits substantiels dans les pays producteurs de ma-
tieres premieres et signal 1'activit6 possible d'un
consortium de banques d'affaires franco-americaines.
Le 6 avril le Conseil de la Republique a poursuivi,
pendant la majeure parties de l'apris-midi, la discus-
sion g6enrale du project portant autorisation de d&-
penses d'investissement.
M. N'Joya (S.F.I.O., Cameroun) est intervenu
dans le d6bat en faveur de la modernisation des Ter-
ritoires d'Outre-Mer.
Au sujet des .investissements dans la France
d'Outre-Mer, M. Edgar Faure, Secr6taire d'Etat au
Budget, a indiqu6 que, si les credits d'equipement
pour ces Territoires n'6taient pas compris dans le
project, 21.200 millions ont, cependant, et6 prevus
pour cet 6quipement et que le Tresor fournira o1
milliards A la Caisse Centrale de la France d'Outre-
Mer. Enfin, le Parlement sera, a-t-il dit, saisi A bref
delai d'un programme relatif au F.I.D.E.S.
Le Conseil de la Republique a repris, le 7 avril,
1'examen du project portant autorisation de depenses
d'investissement pour 1949.
Le Conseil a adopt divers articles conformes au
texte de 1'Assemblee Nationale (fonctionnement du
fonds de modernisation et d'6quipement; opera-
tions de ce fonds en Afrique du Nord).
MM. Moutet (S.F.I.O.) et Sailer (R.G.R.), inter-
venant A propos des d6penses de travaux neufs pour
le < M6diterranee-Niger > (112 millions), ont d&-
nonc6 le < caractere aventureux > de ce project de
reseau et demand qu'il soit limits au service des
mines de Kenadza.

Siance du 8 avril
Le Conseil de la R6publique a d6sign6 M. Pierre
Louis Boiteau, comme Conseiller de l'Union Fran-
caise, en replacement de M. Roger M6riglier au
titre du group communist et apparentes >.

Seance du i3 avril
Au course de la discussion des abattements budge-
taires des Affaires economiques, M. Durand-Reville,
Senateur R.G.R. du Gabon, a attire I'attention du
Secr6taire d'Etat, M. Pinay, sur les repercussions de
la politique 6conomique sur la situation de la pro-
duction dans l'Union Franqaise et notamment en
Afrique.
Dans la stance de nuit, le Conseil de la Republi-
que a poursuivi l'examen du collectif d'am6nage-


ment du budget de la France d'Outre-Mer sur rap-
port de M. Sailer (R.G.R., Guin6e).
Le budget de la France d'Outre-Mer fut adopt
A la suite d'un long d6bat auquel prirent part suc-
cessivement, MM. Coupigny (A. D. R.), Dronne
(A.D.R.), Durand-Reville (R.G.R.) et Moutet (so-
cialiste), qui traiterent de la reorganisation de 1'Ad-
ministration Centrale, du Corps de Sant6 des Trou-
pes Coloniales, et de l'organisation judiciaire dans
l'Union Frangaise. M. Coste-Floret, Ministre de la
France d'Outre-Mer, repondant aux orateurs, ap-
porta diverse precisions.. I indiqua que le dernier
Conseil des Ministres avait approuv6 un statut du
personnel et la reorganisation des services de la rue
Oudinot, texte qui sera public incessamment. II
confirm ses declarations prec6dentes en faveur de
la stability du franc C.F.A. engageant sur ce point
la responsabilit6 minist6rielle, et reaffirma que Bao
Dai rentrerait en Indochine le 25 avril. En ce qui
concern les elections A' l'Assembl6e territorial de
Cochinchine, le Ministre indiqua que dans toutes
les provinces de ce Territoire, Saigon except, la
proportion des votants avait et6 de 80 % pour les
electeurs vietnamiens et 85 % pour les electeurs fran-
cais, et que les accords conclus avec Bao Dai seront
publids apris l'arrivde de celui-ci en Indochine.
M. Coste-Floret assura en outre que les raids de
pillards au Tonkin n'avait pas mis notre s6curit6
en peril.


ASSEMBLEE DE L'UNi'ON FRANQAISE

Seance du 3j mars
L'ordre du jour appelait la discussion de la pro-
position de resolution de M. Alduy et Mme Mal-
roux et les membres du group socialist S.F.I.O.
et'apparent6s, invitant l'Assembl6e de l'Union Fran-
caise A cr6er une commission provisoire destinee A
jeter les fondements d'une politique du cinema A
I'echelle de l'Union Frangaise.
La resolution a 6te adoptee A mains levees.
La suite de l'ordre du jour appellait la discussion
de la proposition de M. Le Brun Keris et les mem-
bres du group du M.R.P., tendant A une meilleure
repartition des subventions du fronds d'encourage-
ment A la production textile. La resolution a 6t6
adopt6e A l'unanimitd.
La discussion de la proposition de resolution in-
vitant l'Assemblee Nationale A modifier le decret
du 28 novembre 1947, reorganisant au Cameroun
la justice de droit francais est renvoy6e A l'ordre du
jour de la prochaine stance, M, Ebede (S.F.I.O.)
Rapporteur, 6tant absent.

Seance du 6 avril
L'Assemblie a discut6 une proposition de reso-
lution present6e bar le group R.D.A., communists








et apparentis, invitant 1'Assemblie Nationale A sup-
primer I'irnp6t de capitation dans le cadre de 1'au-
tonomie financiere des Territoires d'Outre-Mer.
M. Antonini (R.R.), d6pose une motion prejudi-
cielle demandant de ne pas prendre en consideration
la proposition present6e.
11 fait valoir notamment que : les Assemblies ter-
ritoriales sont seules compitentes, en l'dtat actuel de
la legislation, pour ddcider de la creation, modifi-
cation ou suppression des impots sous certaines re-
serves a l'exclusion du Parlement mdtropolitain.
Cette proposition de resolution est pour le moins
sans objet, conclut-il, en raison meme de I'incom-
petence de I'Assemblde Nationale a laquelle elle est
destinde.
MM. Racine Mademba et Paul Tetau et les mem-
bres du group socialist et apparentes deposent une
second motion prejudicielle aux terms de laquelle
< l'Assemblde de l'Union Francaise
constatant, d'une part, que I'imp6t de capitation
provoque a just titre le mdcontentement gindral
des populations intdressdes,
mais que, d'autre part, le produit de cet impdt
constitute une tres forte proportion des resources des
Territoires d'Outre-Mer,
decide de suspendre la discussion de la proposi-
tion afin de demander au prealable l'avis des Assem-
blies representatives et des Grands Conseils sur la
suppression dventuelle de' cet impdt et son remplace-
ment par d'autres sources de revenue >.
Apres discussion et scrutiny la motion pr6judicielle
socialist a 6et adoptee par 83 voix centre 43.

Sdance du 7 avril
L'Assernbl6e a adopt une resolution d6cidant
l'envoi d'une mission d'information de quatre mem-
bres aux Antilles et A la Guyane pour y 6tudier sur
place les problimes sociaux et m6dico-sociaux.
La suite de l'ordre du jour appelle la discussion
de la proposition de MM. Catrice, Griaule, Mile Le
Ber, M. Jousselin et des membres du group M.R.P.,
demandant au Gouvernement d'envisager la rdali-
sation, dans les Territoires d'Outre-Mer, d'une ou
plusieurs experiences < d'6ducation de base >.
Une proposition dans ce sens a 6t6 adoptee par
113 voix contre 25.

Seance du 13 avril

L'ASSEMBLfE REPRESENTATIVE
DE LA.COTE FRANgAISE DES SOMALIS
L'Assembl6e de l'Union Francaise a examine tout
d'abord les demands d'avis, transmises par 1'As-
sembl6e Nationale :
o) Sur la proposition de loi de MM. Martin,
Houphouet-Boigny, Coulibaly, Ouezzin, Kabore
Zinda, Mamadou Konate et des membres du group
communist et apparent6s deputies) tendant a


fixer le regime electoral, la composition, le fonction-
nement et la competence du Conseil G6neral de la
C6te Frangaise des Somalis.
20) Sur le project de loi, present par M. le Mi-
nistre de-la France d'Outre-Mer, fixant le regime
electoral, la composition et la competence d'une
Assemble representative territorial A la Cote Fran-
gaise des Somalis.
Par 104 voix contre 27 l'Assembl6e a repouss6 un
amendment de M. Lombardo proposant la consti-
tution d'un college unique. Le project adopted privoit
une assemble territorial de 20 membres compre-
nant : 7 citoyens francais, de statut civil.
5 citoyens frangais de statut personnel Somalis ;
4 citoyens francais de statut personnel Dankalis;
4 citoyens frangais de statut personnel Arabes.
Elus par un college unique.
Le territoire est divis6 en 3 circonscriptions i6ec-
torales :
i Circonscription cercle Dikkil, section Ali Sa-
biet : 2 conseilllers somalis.
2 Circonscription : Tadjourah Obok .: 2 conseil-
lers dankalis.
3 Circonscription : Djibouti (section Ali Sabiet
except) :
7 citoyens francais de statut civil ;
3 citoyens francais de statut personnel (Somalis)
2 citoyens francais de statut personnel (Dankalis);
4 citoyens frangais de statut personnel (Arabes).
Les membres en sont 6lus pour 5 ans et r66ligi-
bles. Le renouvellement est integral.

Seance du 14 avril

L'ordre du jour appelait la discussion de la pro-
position de resolution de MM. Coulibaly, Donnat,
Boubou Hama et les membres du group du Ras-
semblement D6mocratique Africain et du group
Communiste et apparentis, invitant l'Assembl6e Na-
tionale A voter une loi abrogeant le decret du 20
mars 1937 et amnistiant toutes les peines prononc6es
en application de ce d6cret.
, Apres le vote par l'Assemblee du code du travail,
l'abrogation du decret du 20 mars 1937 relatif au
droit de gr&ve ne paraissant soulever aucune diffi-
cult6, l'Assembl6e a adopt une proposition de re-
solution dans le sens demand.
L'Assemblee a ensuite discutd la proposition de
MM. Lhuillier et 'Saydou Djermakoye et des mem-
bres des groups du Rassemblement R6publicain
pour le progr&s economique et social de 1'Union
Francaise et les ind6pendants d'Outre-Mer, invitant
le Gouvernement A instaurer une politique construc-
tive en matiere d'hydraulique agricole et pastorale
dans les territoires d'Outre-Mer.
Cette proposition a etd adopt6e A l'unanimitd.
L'Assemblee a ensuite abord6 la discussion de la:
proposition de MM. Alduy, Sim Var, Sok Chhong,








Bidet, Rosenfeld et des membres du group socia-
iste S.F.I.O., et apparentes invitant le Gouverne-
ment de la Republique Franqaise a ndgocier avec le
Gouvernement Royal du Cambodge un trait g6nd-
ral conforme A l'article 61 de la Constitution.
L'Assemblee a adopt A l'unanirit6 la resolution
suivante
Prenant acte de la reconnaissance solennelle de
T'indipendance du Cambodge au sein de l'Union
Frangaise, en date du 29 novembre 1948, et ddsi-
reuse de voir cette inddpendance realisee dans les


faits, l'Assemblie de l'Union Francaise invite le
Gouvernement de la Ripublique a entreprendre sans
tarder avec le Gouvernement Royal du Cambodge,
des negociations en vue de remplacer par un trait
general conformed Il'article 61 de la Constitution,
le modus vivendi provisoire du 7 janvier 1946, ainsi
que les conventions et accords qui y sont rattachis.
L'Assemblie demand au Haut Conseil de veiller
particulidrement d ce que des conventions soient
passes entire le Viet-Nam et le Cambodge, tenant
compete des interets respectifs des deux pays.


L'ACTIVITE MINISTERIELLE


UNE CIRCULAIRE
DU MINISTRY DE LA FRANCE D'PUTRE-MER
SUR L'ACTION ADMINISTRATIVE

Le Ministre de la France d'Outre-Mer a adressi
le 14 avril, aux Hauts-Commissaires, Comnfissaires
de la Ripublique, Gouverneurs et Chefs de territoi-
res la circulaire suivante :
J'ai constat6, dans certain territoires, qu'un Ma-
laise semblait peser sur l'action administrative et
compromettait la reprise de l'activit6e conomique.
Cette situation parait etre la consequence d'une
crise de confiance qu'eprouveraient certain fonction-
naires d'autorite. Ils redoutent de s'ali6ner les repre-
sentants elus des populations par des measures que
ceux-ci pourraient juger parfois inopportunes, et ils
craignent de souffrir dans leur carriire des conse-
quences d'une attitude de fermete.
Ils en arrivent ainsi A fuir les responsabilites qui
leur incumbent et A perdre le goit des initiatives qui
demeurent plus que jamais la premiere quality d'un
chef.
Or, il imported de retablir sans defaillance, IA oui
il a pu etre compromise, le principle d'autorit6 tel
qu'il se concoit dans le regime de liberty qui est le
n6tre.
Si la mise en place de la nouvelle organisation
politique, administrative et judiciaire a modified les
moyens d'action du personnel d'autorit6, il n'en de-
coule nullement que les representants des corps l6us
puissent empieter sur le pouvoir ex&cutif et que le
principle de la separation des functions prevue par la
Constitution doive entrainer la carence du comman-
dement.
I1 est, au contraire, indispensable, pour que le nou-
veau regime fonctionne sans heurts, que les repr6sen-
tants du pouvoir central demeurent attaches A leurs
prerogatives et les fassent respecter.
J'entends qu'ils se doivent toujours d'accueillir les
membres des Assemblees avec les 6gards qui leur
sont dus et d'examiner avec toute la bienveillance
desirable les cas et les problemes qui leur sont expo-


ses, mais cette obligation ne saurait avoir pour con-
sequence de fausser la nature de leurs decisions ou
de neutraliser leur action.
En cas de disaccord, il leur appartient, non pas
de s'incliner par crainte de compromettre leur car-
riere, mais d'exprimer des regrets lorsque la demand
ne peut etre retenue et de rendre compete en sollici-
tant des instructions lorsqu'il y a doute. De cette
fagon, ils previendront les difficulties qu'ils crai-
gnent, et, se sentant appuyes, ils conserveront la con-
fiance en eux-memes et en leurs chefs indispensable
A leur action.
A cette occasion, je ne saurais trop recommander
A MM. les Hauts-Commissaires et Gouverneurs de
respecter la hidrarchie et de ne tenir compete des
faits ports A leur connaissance centre leurs subor-
donnes qu'autant qu'une enqu&te sur place en aura
montr6 I'exactitude. Les mutations d'administrateurs
ne doivent pas, en particulier, etre le r6sultat d'in-
terventions accept6es sans contrble de la part des
representants elus ou des interfts economiques, mais
s'inspirer uniquement du bien sup6rieur du service
et chercher autant que possible A assurer la plus
grande stability, sans laquelle aucune ceuvre serieuse
ne peut &tre accomplice.
Les fonctionnaires d'autorit6 commettraient une
erreur grave en pensant que le Ministre pourrait
inconsidrd6ment acceder A des d6marches ayant pour
objet leur deplacement ou des retards dans leur
advancement.
De ces considerations d6coule 6galement I'atti-
tude A. adopter desormais par les fonctionnaires a
l'egard de la press locale. En regime d6mocratique,
la press est A la fois l'interprete et parfois un guide
pour l'opinion. Comme interprite elle peut 6noncer
des id6es diffdrentes de celles du Gouvernement sur
des questions gendrales de politique, d'6conomie ou
d'administration. Ele traduit 6galement les d6sidd-
rata du public et signal les anomalies ou injustices
qui peuvent se produire dans le fonctionnement des
services. Comme guide de I'opinion publique, il lui
est loisible d'essayer de propager ses idees lors-








qu'elles ne sont pas contraires aux lois. Une telle
attitude doit 8tre interpr&t6e par l'autorit6 locale
comme la consequence du jeu normal des libert6s
publiques, notamment de la liberty d'opinion et d'ex-
pression.
Cependant, je ne peux manquer de constater que
certain journalists ne restent pas toujours dans les
limits de la 16galit6. Dans ces conditions, je vous
demand de faire connaitre aux fonctionnaires pla-
c6s sous vos ordres que loin de m'opposer A ce qu'ils
usent des garanties que leur donnent la legislation
et la r6gl.mentation sur la press, je tiendrai au
contraire, lorsqu'ils sont l'objet d'injures et de d6-
nonciations calomnieuses caracterisees, A ce qu'ils
n'hesitent pas mettre en march 1'appareil judiciaire.
S'il convient d'accepter sans nervosit6 les critiques
de la press, il est par centre dangereux pour I'ordre
public qu'un doute puisse planer sur 1'honnftet6 et
l'honneur des fonctionnaires et singulierement des
fonctionnaires d'autorite.
Je crois devoir par ailleurs appeler votre atten-
tion sur la conception que doivent poss6der les ad-
ministrateurs du r6le des chefs coutumiers qui, IA oiI
ils existent, constituent l'armature la plus ferme des
soci6tes autochtones. I1 ne saurait etre question de
promouvoir une politique efficace de progris sans
I'appui d'un commandement territorial solide, ni
meme possible, qui ne repose sur les chefferies.
Le Gouvernement a d6pos6 sur le bureau de
I'Assemblee Nationale un project de loi reorganisant
ces chefferies afin de les asseoir sur une base stable.
En attendant que cette loi soit vote, les adminis-
trateurs devront s'attacher A rendre aux chefs cou-
tumiers la confiance en eux-memes qu'ils auraient
pu perdre dans 1'incertitude du destin qui leur 6tait
reserve. Aucun doute ne doit disormais subsister
sur ce point : les chefs traditionnels demeurent et
leur autorit6 doit &tre consolid6e.
J'attache le plus grand prix A ce que les prescrip-
tions de la pr6sente circulaire soient parfaitement
comprises et appliquees dans un esprit de courtoise
fermete.
Les fonctionnaires A qui 6choit I'honneur de pre-
parer I'avenir de I'Union Frangaise ont toute ma
confiance : je tiens A ce qu'ils en soient bien assures.
P. COSTE-FLORET.


LE VOYAGE DE M. COSTE-FLORET
A LA COTE FRANQAISE DES SOMALIS
ET A MADAGASCAR
M. Coste-Floret, ministry de la France d'Outre-
Mer, a quitter Paris, le 23 avril A Madagascar. I1
est accompagn6 du colonel Guelfi, directeur de son
Cabinet militaire ; de M. Bros, chef de son Cabinet,
et du commandant Lansac, son aide de camp.


Interrog6 au moment du depart, par un represen-
tant de l'Agence France-Presse; sur les buts de son
voyage, M. Coste-Floret a declare :
Mon voyage a pour objet la visit de trois de nos
territoires de l'Ocan Indien : Madagascar, I'Archi-
pel des Comores et la Cote Frangaise des Somalis.
Je vais, d'abord, apporter aux vaillantes et fidd-
les populations de ces territoires, le salut affectueux
de la France metropolitaine et I'expression de la
sollicitude que leur timoigne le Gouvernement de
la Republique. Je desire, ensuite, me rendre compete,
personnellement, de la situation et des besoins de
ces lointaines terres frangaises. J'espere rigler, avec
les autoritis et les Assemblies locales, certaines
questions importantes et urgentes, que des conver-
sations directed sur place me permettront de tran-
cher mieux et plus vite.
En me rendant a Madagascar dans la semaine
qui suivra la date du centenaire de la naissance du
Mardchal Gallidni, je ne manquerai pas d'exalter
la mimoire de ce grand Francais, pacificateur si
bumain et prestigieux administrateur, a qui la
Grande Ile est redevable d'une organisation de base
don't il convient, .a mon sens, de ne s'ecarter que
,pour l'harmoniser avec les iddes et les situations'
nouvelles.
Dans cette Ile, la reprise de la vie normal apris
les douloureux evenements de la rebellion, pose des
problemes don't la solution se digagera plus nette-
ment quand j'en aurai vu, moi-meme, toutes les
donndes, au milieu des contingencies locales, et quand
j'aurai recueilli, au course de conversations directed,
les avis autorisds des reprisentants qualifies de tous
les elements de la population europienne et autoch-
tone.
Je pense que, lorsque la Cour de Cassation aura
mis un point final i l'euvre de la justice en ce do-
maine, I'heure de la grande cldmence devra sooner
dans la Grande Ile.
S'il m'est permis de rialiser intigralement le pro-
gramme que je me suis traci et qui est trks charge, eu
regard au temps limited don't je disposerai, je visiterai
tous les principaux centres de I'lle, et, en particu-
lier, ceux qui ont iti le thddtre de la rebellion.
Je souhaite que ma presence parmi ces popula-
tions iprouvdes soit, pour elles, un rdconfort et un
encouragement a se remettre ardemment au travail,
en mime temps qu'un gage de la volonte du Gou-
vernement de seconder efficacement leur gdndreux
effort.
Je pense pouvoir me rendre dans presque tous les
chefs-lieux des provinces malgaches ois j'aurai, avec
les autoritis des Assemblies locales et provinciales,
des 'contacts fructueux. J'espere rapporter, de ma
visit i Madagascar, aux Comores et en C6te Fran-
gaise des Somalis, une moisson d'enseignements qui
me mettront plus a mime d'imprimer a ces Terri-








toires, qu'il m'aura ite donni ainsi de connaitre
mieux que par des rapports, une impulsion plus prd-
cise et plus vive.
Avant son arrivee A Djibouti, dimanche 24, a
18 heures, M. Paul Coste-iloret, Ministre de la
France d'Outre-Mer, s'6tait arrite au Caire, dans la
nuit du 23 au 24, ofu l'ambassadeur de France avait
organism une reception en son honneur. I1 avait fait
escale A Khartoum, ofi M. Thomas, directeur des
Finances .du Soudan anglo-6gyptien, repr6sentant le
Gouverneur absent, avait invite A un lunch le Minis-
tre et son entourage.
Accueilli a 1'a6roport de Djibouti par le Gouver-
neur Siriex, Gouverneur de la C&te Frangaise des
Somalis, et un grand nombre de personnalites, le
Ministre a &t6 ensuite regu par les bureaux du Con-
sell representatif et de la Chambre de Commerce.
Apres un diner A la residence du Gouverneur,
M. Coste-Floret a assist, le lundi mlatin, A la c6r6-
monie de la levee des couleurs et a depos6 une gerbe
au Monument aux Morts, en presence de la delega-
tion des Anciens Combattants. Au course d'une
stance extraordinaire tenue par le Conseil repre-
sentatif du Territoire, le Ministre a repondu A une
allocution de son president et a expose comment la
France va participer A l'extension du port de Dji-
bouti, qui est appel, A connaitre un grand d6velop-
pement dans un avenir prochain.
M. Coste-Floret s'est rendu ensuite A la c6ermonie
de la pose de la. premiere pierre d'un group scolaire
puis, apres avoir assist A une demonstration de dan-
ses locales, il a vilsit6 les travaux du nouveau dis-
pensaire et de la maternity et les chantiers du port.
It s'est rendu, enfin, A l'h6pital et au siege de la mis-
sion des Sceurs Franciscaines de- Calais. La jounmee
a 6te cl6turde par une reception A la residence d'u
Gouvernement.
Le Ministre a quitt6 Djibouti pour Madagascar
le 25 avril au matin. Venant de Dzaoudzi (Como-
res), le Ministre est arrive le 27 au soir A Tanana-
rive. I1 a Rt6 accueilli notamment par M. de Chevi-
gn6, Haut-Comimissaire, et de gendra'l Garbay.
M. Coste-Floret s'est fait presenter les nombreuses
* personalities civiles et militaires et les membres du
corps consulaire. Sur le parcours du cortige, les po-
pulations des villages et agglomerations traverses
ont fait un chaleureux accueil au Ministre et au
Haut-Commissaire.


M. Paul Coste-Floret a preside, le 28 juin A Tana-
narive, aux c,'rmonies comm6morant le centenaire
de la naissance du mar6chal Gallieni. I1 a, A cette
occasion, prononc6 un discourse.
Si, a declare le Ministre, Gallijni eit vicu de nos
jours, c'est avec la mime lucidity, avec la m~me
energie qu'il eitt sans doute traci la voie de l'dvolu-
tion qui doit conduire a une saine et realiste crea-
tion de l'Union Frangaise, cette Union Frangaise que
nous sommes decides a bdtir et qui s'idifie en ce
moment grdce i un iddal commun, a la bonne ve-
lonte et aux liens innombrables, moraux, spirituels
et matiriels des peuples qui la composent.
Cette ceuvre, nous la minerons a bonne fin et nous
ne permettrons a personnel de la mettre en danger.
Que se le tiennent pour dit, une fois pour toutes,
ceux qui cherchent a semer la division, la haine et
le disordre. Le Gouvernement de la Ripublique veut
aboutir et aboutira a crier cette communauti de
l'Union Francaise.
Rappelant la rebellion don't Madagascar fut le
theatre, M. Coste-Floret a declare encore : Des
hommes aussi criminals qu'aveugles ont entraine
trop de leurs concitoyens, une minority cependant,
je tiens a le proclamer, dans une inutile et sanglante
venture. Ils ont fait un mal immense ai Madagascar
et un moment le monde a pu croire que la civilisa-
tion ne pourrait jamais s'enraciner et prosperer dans
le sol de la Grande Ile. Ils sont responsables de la
mort de digaines de milliers de leurs compatriotes,
auxquels ils reprochaient seulement de ne pas les
suivre dans la voie du mal.
Certes, les coupables et les responsables doivent
etre chbties, et ils le seront, car ce n'est qu'apres leur
chdtiment que les petits et les igares pourront et
devront beneficier de la clemence de la France.
Le Ministre, enfin, a soulign Il'effort financier de
la France pour le d6veloppement dconomique et so-
cial de Madagascar. 11 a precise que 57 milliards de
francs c.f.a. ont ete investis dans le plan d'6quipe-
ment.
I1 a conclu en mettant I'accent sur les sentiments
d'affection qui doivent lier la France et Madagas-
car : C'est de cette affection mutuelle, qui consisted
encore et toujours a appliquer la mithode de Gal-
lieni, que nous ferons naitre un Madagascar tou-
jours plus prospare dans une Union Francaise tou-
jours plus forte et toujours plus fraternelle.
Apris ce discours, la cer6monie s'est terminee par
un imposant d6fil6 des troupes de la garnison.



















L'ACTUALITE ECONOMIQUE

dans la France d'Outre=-Mer


Les travaux du group international d'etude du caoutchouc


LE Groupe International d'Etude du Caoutchouc
(Rubber Study Group) est parvenu A la con-
clusion que la production mondiale de caou-
tchouc natural, en 1959 atteindra 1.575.oo0 tonnes
longues, et que, pendant la .mme annie (exception
faite des consequences des politiques d'accumulation
de stocks strategiques), la consommation mondiale
de caoutchouc natural totalisera 1.450.000 tonnes
longues, et celle de caoutchouc syrithetique, 450.000
tonnes, declare un communique official, qui announce
la fin de la conference du Rubber Study Group qui
s'est tenue pendant plusieurs jours, A Londres.
Ce communique ajoute que, sous la presidence
de Sir Clausen, Sous-Secr6taire d'Etat au Colonial
Office, les delegues des pays represents ont discut6
tout particulierement de la position economique des
producteurs de caoutchouc natural, ainsi que des
conditions sociales qui pr6valaient, dans leurs pays,
de la r6cente augmentation de l'importance de I'in-
dustrie du caoutchouc synth6tique, de la qualifica-
tion et de l'emballage des caoutchoucs naturels, ainsi
que des cofts de revient et des prix de vente respec-
tifs du caoutchouc natural et du caoutchouc synthe-
tique.
Le Group, pursuit le communique, a decide
de poursuivre sa politique de recherche des moyens
propres A accroitre la consommation mondiale de
caoutchouc II a, ete inform, par ailleurs, de l'in-
tention qu'ont les producteurs frangais de d6termi-
ner les qualit6s de leurs caoutchoucs sur les marches,
selon leurs qualities intrins&ques et non pas seule-
ment d'apris leurs apparences.
Le communique precise ensuite que les delegues
des colonies britanniques, de Ceylan, de la France,
de la Hollande et de l'Indonesie, de la Grande-
Bretagne et des Etats-Unis, ont 6et relus membres
du Comit6 directeur du < Rubber Study Group s
et que la prochaine conference de cet organisme se


tiendra pendant le premier trimestre de 1950 A une
date qui sera fix6e ult6rieurement.
Voici, en detail, quelles sont, pour les principaux
pays, les estimations du < Rubber Study Group 3
concernant la production de caoutchouc natural et
synthetique, ainsi que leur consommation en 1959.
,o) Production estimee de caoutchouc natural
dans le monde, en 1949 (en tonnes longues) :
M alaisie ....................... 700
Indonesie ...................... 500
Ceylan ........................ 90
Indochine ...................... 45
Born6o (brit.) .................. 62
Birm anie ...................... 12
Lib6ria ........................ 27
Autres pays .................... 139

2) Consommation estimee de caoutchouc natural
et synth6tique dans le monde, en 1949 (en tonnes
longues) :
Caoutchouc Caoutchoqe
nature synthtltque


Etats-Unis ...............
Royaume-Uni ............
France ...................
Pays-Bas .................
Belgique .................
Tchecoslovaquie ..........
Italie ....................
Danemark .... ........
Hongrie ..................
Australie .................
Canada ................
Autres pays ..............


4Io
2
8

-
3


(Ces estimations ne comprennent pas la produc-
tion de caoutchouc synthetique en U.R.S.S.).


WN~~gi~










La situation cotonniere dans 1'Union Frangaise et dans le monde


Le' rapport qui a 6t6 pr6senti par la delegation
francaise A la, Conf6rence Internationale du coton
de Bruxelles fait le point de la situation, et 6tablit
en quelque sorte le bilan cotonnier de la France,
pays consommateur.
I1 resort de ce texte que les importations, 325.000
tonnes en 1929, et 275.000 tonnes en 1938, ne se
sont levees qu'A 181.320 tonnes en 1948. La con-
somm'ation moyenne mensuelle s'est limited A 19.500
tonnes centre 22.980 tonnes par mois, pour utili-
ser A plein sa capacity de production, et r6pondre
aux besoins de sa clientele. Mais la France s'est trou-
v6e obligee de restreindre ses achats, faute de
moyens de paiements suffisants.
C'est ainsi par example qu'en ce qui concern les
Etats-Unis, les credits prevus pour l'achat de coton
dans le cadre de l'E.R.P., de 128 millions de dollars
primitivement pour 1948-49, ont dfi 8tre ramenes
A io8 millions, pour effectuer des importations sup-
pl6mentaires de carbon, rendues indispensables par
la grive des charbonnages.
Les achats de coton au Bresil ont R6t subordonnis
aux possibilities financieres de l'accord de paiement,
et n'ont pu de ce fait compenser les insuffisances de
coton americain, puisque les importations de 1948
n'ont meme pas atteint les deux tiers de celles de
1938 (16.168 tonnes centre 28.260).
Les chiffres relatifs aux importations et A la con-
sommation de coton d'Egypte font ressortir que le
niveau d'avant-guerre a 6td rejoint et meme d6passe
(45.418 tonnes importees en 1948, centre 35.712 ton-
nes en 1947 et 43.380 en 1938, 62.448 tonnes con-
sommees l'ann6e derniere contre 39.269 en 1947).
Cette anomalie apparent, 6tant donn6 les pos-
sibilites d'achat restreintes offertes par I'accord
franco-6gyptien, s'explique par le fait qu'un certain
nombre d'achats ont 6t6 effectues en vertu de con-
trats anterieurs A la signature de accord, et que
d'autre part, des cotons d'Egypte < soie moyenne >
ont 6t6 consommes A la place du coton americain
qui faisait difaut.
Enfin, dans la zone sterling, la plus grosse parties
des importations provient des Indes : 26.350 tonnes
importees en 1948 centre 19.656 en 1947 et 38.544
en 1938. La reduction constat6e depuis l'avant-
guerre est due a la fois aux credits sterling limits
que la France a ipu affected k ses achats de cotton,
et aux contingents d'exportation restreints consentis
par le Pakistan en faveur des pays consommateurs.
Quant aux cotons des territoires d'Outre-Mer


c'est-A-dire essentiellement d'A.E.F. ils ont et6 uti-
lises en totality par la filature mitropolitaine qui
en a consomme en 1948 plus de 35.000 tonnes, quoi-
que la production se soit situ6e seulement aux en-
virons de 26.000 tonnes. Cet cart tient A la n6ces-
sit6 dans laquelle la filature s'est trouvee de
recourir au maximum A l'utilisation de cotons sus-
ceptibles d'att6nuer le deficit de ses approvisionne-
ments d'U.S.A. et du Brisil, ce qui a entrain6 une
ponction serieuse des stocks de cotons d'Outre-Mer.
La declaration francaise rappelle en outre les
diff6rentes modalites d'achat des cotons imports.
Jusqu'en 1948, c'6tait le groupement d'importation
et de r6partition du coton (G.I.R.C.) qui poss6dait
pratiquement un monopole. Depuis lors, la situation
a 6volue, et l'activit6 du G.I.R.C. a decru progres-
sivement. Cet organisme reste acheteur unique pour
les cotons d'Egypte, acquis dans le cadre de l'accord
commercial. Mais, pour les cotons americains, 30
groups d'achat, auxquels adherent 'A leur gr6 les
filateurs qui ne d6sirent plus &tre approvisionn6s
par le G.I.R.C. ont t6e constitutes A c6t6 de celui-ci.
Ind6pendamment de ces operations realisees par le
G.I.R.C. ou les groups, des achats sont effectuds
A titre individual, selon diverse procedures : im-
portations sans paiement par rapatriement de capi-
taux, compensations privees, devises laissies A la
disposition des exportateurs jusqu'A concurrence de
1o % de la valeur de leurs exportations.
Les resources en coton que la France s'est ainsi
procurees, au courg de l'annee 1948, s'6levent ap-
proximativement A 20.000 tonnes.
Enfin, en ce qui concern les perspectives de la
consommation du coton, le document present par
le chef de la delegation francaise indique que, si la
France devait approvisionner ses territoires d'Outre-
Mer dans la meme measure qu'avant la guerre, la
consommation de ses filatures n'excederait pas 23.000
tonnes mensuelles, mais, sans que soit totalement
exclue la perspective d'achats de cotonnades A
1'6tranger; qui s'effectueraient dans le cadre d'ac-
cords commerciaux, l'objectif qui demeure est la
possibility, pour la metropole, de satisfaire la qua-
si-totalit6 des besoins des territoires d'Outre-Mer.
En consequence, et A moins d'une mivente carac-,
tirisde sur le march interieur, on peut estimer que.
non seulement les besoins de 23.000 tonnes de coton
par mois demeurent une evaluation qui se justifie,
mais, qu'en fait, ce chiffre serait bien susceptible
d'atteindre 24.000 tonnes.









L'E. C. A. et le developpement de 1'economie des territoires d'Outre-Mer


L'E.C.A. announce qu'elle va intensifier son aide
aux pays participants au Plan de Relivement Euro-
peen pour mettre en valeur leurs territoires d'Outre-
Mer.
Elle consider, en effet, que la situation 6conomi-
que de 1'Europe peut ktre considerablement amelio-
rde a long terme, en d6veloppant les sources nouvel-
les de matieres premieres de ces territoires.
Pour mener A bonne fin ces projects, le Dr. Isiah
Bowman, ancien president de la John Hopkins Uni-
versity, assumera A Washington les functions de
conseiller aupris de M. Paul Hoffman, administra-
teur de I'E.C.A., le Dr. John Orchard, sp6cialiste
de geographie 6conomique, celles d'expert aupres de
M. Harriman A administration de I'E.C.A. A Paris.
A cet igard, actuellement, I'agrandissement des
ports, le transport de I'6nergie, l'6tablissement de
lignes de communication, la lutte contre la mouche
ts6-ts6, et la prospection de nombreuses regions
minieres sont A 1'6tude.
La mise en valeur des territoires d'Outre-Mer,
declare-t-on A I'E.C.A., n'aidera pas seulement l'Eu-
rope A poursuivre la recherche de sa stability &cono-
mique A long terme, mais 6galement elle profitera A


tous les autochtones de ces territoires. Elile est en
parfaite harmonie avec l'important < 4e point >> du
Programme du President Truman, ainsi qu'avec la
Charte des Nations Unies.
L'objectif principal de ce programme, ajoute-t-oii,
vise A la creation de nouveaux courants commer-
ciaux triangulaires de matieres premieres ou de pro-
duits semi-finis en provenance des territoires d'Outre-
Mer, et susceptibles d'apporter des recettes en dol-
lars, ou en autres monnaies fortes.
Une parties de ces devises pourrait 'permettre,
aux nations m6tropolitaines d'acheter les products
n6cessaires et qui leur font dffaut, pour lever leur
niveau de vie. Ces recettes all6geraient leur deficit
commercial, en particulier avec la zone dollar,
Lorsque les ports, les chemins de fer, les voies de
communication, les centrales d'6nergie, et les condi-
tions sanitaires anront et6 amelior6s, les territoires
d'Outre-Mer pourront attirer des capitaux d6sireux
de s'investir.
La r6alisation de ce programme 6conomique de
base pourrait assurer, de cette fagon, les besoins
sans cesse croissants en matieres premieres des diver-
ses industries du monde.


La contre-partie francs de 1'aide americaine
et la mise en valeur des T. 0. M.


Le Minist&re des Finances a fait connaitre que le
prelevement supplementaire de cinq milliards de
francs effectu6 en novembre 1948 sur le compete
special de la contre-partie en francs de l'aide ameri-
caine pour le financement des d6penses aff6rentes A
la recherche et au d6veloppement de la production
des matieres premieres dans l'Union Francaise et plus
particulierement dans les Territoires d'Outne-Mer
sera utilisi aux fins suivantes :
Plus de la moiti6 de cette some a 6te affected au
financement de travaux de prospection miniere et
de recherches scientifiques dans l'Union Francaise.
A ce tire, un milliard et demi a 6te affect aiu
bureau minier des Territoires d'Outre-Mer et A ceux
de l'Afrique Francaise du Nord.


Un milliard et demi 6galement sera consacr6 A
divers travaux d'infrastructure n6cessaires A la
mise en valeur, tant du point de vue minier que du
point de vue 6conomique general de l'Afrique Fran-
caise. Parmi les travaux en cause figurent : un pro-
gramme routier de 8oo millions au Cameroun et
divers investissements en Afrique du Nord (port
minier de Casablanca, pistes minieres), 800 millions
enfin ont 6t6 mis A la disposition du Cr6dit National
pour lui permettre de consentir un pret A une firme
privee sp6cialisde dans la production de certain
minerals rares.
L'utilisation du prdlvement de 5 milliards de
francs effectu6 dans les memes conditions et aux
m&mes fins ert decembre 1948 est A l'heure actuelle
A l'6tude.










Le commerce < France-Territoires d'Outre-Mer ,
pendant le premier trimestre 1949


Le tableau ci-aprbs donne la r6partition des echan-
ges commerciaux entire la M6tropole et les Terri-
toires Franqais d'Outre-Mer pendant le premier tri-
mestre 1949 (en milliers de francs) :


Franc'e cOutre-Mer :
Afrique Equatoriale Frangaise ..
Afrique Occidentale Francaise ..
A llg rie ......................
Cameroun ....................
C6te Francaise des Somalis .....
Nouvele-Cal&donie ............
Autres Etabl. Franc. en OpFanie
Goaddo-upe ...... .............


Importations

2.252.437
10.549.000
24.695.048
2.486.15,1
19.203
527.493
1.140.821
1.599.755


Exportations

2.182.888
10.475.572
29.596.383
2.736.072
175.749
378.246
236.582
1.279.684


France d'Outre-Mer :
Guyane Franaaise ............
Indes Fransaises ..............
Indochine ................ ....
Madagascar .................
M aroc .....................
M artinique ..................
Riunion ....................
Saint-Pierre et Miquelon ......
Nouvelles-Hebrides ............
Togo .......................
Tunisie ......................


Importations Exportations

15.555 126.692
26.541 7.748
3.057.272 8.563.240
2.359.340 3.237.222
8.434.143 14.576.981
1.411.501 1.541.023
648.670 630.937
12.523 26.244
1.335.198 24.982
425.619 411.406
3.009.428 8.287.957


Total France FiOutre-Mer 64.005.698 84.495.606


( Le commerce doit comprendre son r6le, qui est d'61ever I'indig6ne.
II dolt 6pargner h ses regards na'fs I'attrait des articles sans valour et lui
offrir au contraire des marchandises point trop chores, mais de bonne
quality >.
(Flix EBouS. La nouvelle politique indigdne en A.E.F.)




















L'ACTUALITE SOCIAL


LE Conseil d'Etat a examine, le 15 avril, le project
de loi sur le Code du Travail dans les Ter-
ritoires d'Outre-Mer, que M. Coste-Floret, Mi-
nistre de la France d'Outre-Mer, a fait adopter par
le Conseil des Ministres.
Ce project constitute un texte de synthese qui
tient compete des avis emis par l'Assembl6e de
l'Union Frangaise, le Conseil Economique ainsi
que des projects proposes par les diff6rents groups
politiques, 11 comporte plus de deux cent cinquante
articles avec, comme t&tes de chapitres :
io) la definition des b6neficiaires;
2) le syndicate professionnel, les reprises, la re-
glementation metropolitaine avec certaines adapta-
tions aux Territoires d'Outre-Mer;
3) les contracts de travail;
4) l'apprentissage ;
5) les conventions collectives, pierre angulaire
du project. et qui se substitueront progressivement
A toutes les conditions dans lesquelles 6taient, jus-
qu'ici, conclus les engagements de travail, le project
propose qui l6imine, de maniere absolue, le travail
obligatoire, stipule, en matibre de conventions col-
lectives, que celles-ci ont et6 sign6es entire les parties
et agrees par le Chef de Territoire ; elles devien-
nent la loi de la profession, sanctionnee pour tous
manquements.
En matibre de salaires, le project reprend, dans ses
grandes lines, le systime de la Metropole, il 1limine
toute discrimination entire le travail des Blancs et
celui des Noirs et repose sur le principle du salaire
6gal A travail 6gal.
I1 donne faculty, en certain cas et dans des re-
gions desheritees, aux Chefs du Territoire, de faire
obligation aux entreprises, de pourvoir au logement,
A la nourriture et A l'habillement des travailleurs.
Pour la dur6e du travail, le project du Gouverne-
ment propose de laisser aux Chefs du Territoire le
soin de la fixer, des arretes locaux A cet 6gard de-
vant Etre sourmis A l'approbation du Ministre.
Le project prevoit une strict r6glementation des
6conomats tendant A l6iminer tout abus et A em-
p&cher tout autre mode de paiement que celui obli-


gatoire de monnaie. I1 riglemente strictement le tra-
vail de nuit, qui est interdit, sauf derogation sp&-
ciale ; il protege le travail des femmes et des enfants
dans l'esprit des conventions internationales.
Le repos hebdomadaire est pr6vu ainsi que les
cong6s pays, les frais de transport du lieu de tra-
vail jusqu'au pays d'origine des travailleurs devant
&tre A la charge des employers.
Le project gouvernemental pr6voit, du point de
vue du placement, la creation rapide d'une organi-
sation d'orientation et de formation professionnelle
en vue de remplacer les manoeuvres par une classes
de travailleurs autochtones sp6cialis6s et hi6rar-
chises. II pr6voit, 6galement, des Comit6s consul-
tatifs pour preparer le reglement sur l'hygiene et la
security. Des services m6dicaux devant &tre institutes
dans toutes les entreprises.
Le project envisage la creation d'un service public
de placement qui garantira la liberty d'embauchage,
les conditions de travail et I'orientation de la main-
d'ceuvre selon les necessites economiques des pays.
II pr6voit le d6veloppement du Corps des inspec-
teurs du travail.
Le project traite des conflicts et riglemente le droit
de grive dans I'esprit de la Constitution. En cas de
conflicts du travail, le project prevoit une procedure
de conciliation devant une commission paritaire,
pr6sidde par l'Inspecteur du Travail, un arbitrage
d'accord et un conseil de surarbitrage don't la deci-
sion est ex6cutoire. Si la sentence n'est pas appli-
qu6e, les parties recouvrent leur liberty d'action, le
recours A la greve n'etant possible qu'apres un vote
6mis A la majority.
Le project prevoit, au cas oA le lock-out, ou la
grive, serait decide avant l'epuisement de cette pro-
cedure, pour l'employeur des sanctions allant jus-
qu'A I'exclusion des Chambres de Commerce et des
Travaux pour le compete de I'Etat, et, pour l'ouvrier,
la perte de ses droits A l'indemnit6 de pr6avis. En-
fin, le project indique que la reglementationi locale
d'application sera soumise A une commission con-
sultative d'employeurs et de travailleurs, pr6sid6e,
par l'Inspecteur du Travail.



















NOUVELLES DE FRANCE


Deplacements de personalities


LE VOYAGE DU PRESIDENT BOISDON
EN AFRIQUE NOIRE
BOISDON, President de l'Assembl6e de
l'Union Francaise, accompagn6 de M. Cor-
Snut-Gentille, Haut-Commissaire de la R&-
publique en A.E.F., et du Gouverneur Fourneau,
chef du Territoire du Moyen-Congo, qui avait quitter
Brazzaville le 26 mars au soir par train special, est
arrive a Dolisie le dimanche 27 mars au matin.
Le President et le Haut-Commissaire se sont ren-
dus A l'h6pital ofi les principaux chefs de service leur
ont .6te presents. Ils ont, ensuite, visit la ville eu-
ropeenne et indigine oi ils ont inaugur6 le dispen-
saire africain, puis se sont rendus au Centre de Re-
cherche d'Energie atomique oi le Directeur leur a
precise les buts et les moyens de recherches utilises
par la mission. Ils ont visit, ensuite, une exploita-
tion d'or et ,de diamants.
Arrives le 28 mars A Pointe-Noire, of ils ont ete
regus avec les honneurs militaires, le President de
1'Assemblee de 1'Union Frangaise, le Haut-Commis-
saire et le Gouverneur Fourneau ont visit le port,
la ville et le village africain.
L'apris-midi, le President a eu divers entretiens
avec les personnalitis les plus representatives de
l'activit6 locale.
Le President Boisdon et sa suite sont arrives A
Libreville ile 29 mars.
Apris une visit aux groups scolaires, A l'h6pital,
A la maternity et la reception des corps constitute A
la Residence, un vin d'honneur a 6et offert au Pre-
sident Boisdon.
Dans l'apris-midi, le President et sa, suite ont
visit des usines de roulage installees en pleine fort.
Le 31 mars M. Boisdon est arrive A Yaounde,
d'oi il est rentre directement A Paris.

LE SEJOUR DE M. BECHARD A PARIS
Le Gouverneur G6enral Paul Bechard, Haut-
Commissaire de la Republique en Afrique Occiden-


tale Frangaise, a 6t6 recu, le i"e avril, par le Pre-
sident du Conseil, M. Queuille, avec qui il s'est en-
tretenu des questions economiques importantes int6-
ressant la Federation, notamment les prix des pro-
duits destines A I'exportation. I1 a 6t6e galement
recu par M. Tony-Revillon, Sous-Secretaire d'Etat
A la France d'Outre-Mer, et par M. Coste-Floret,
Ministre de la France d'Outre-Mer, avec lesquels il
a proc6ed A un tour d'horizon des questions econo-
miques interessant la Federation.

LE SEJOUR DE M. DE CHEVIGNE A PARIS

M. de Chevign1, Haut-Commissaire de la R6pu-
blique Francaise A Madagascar, a quitter Paris, le
17 avril, pour rejoindre son poste.
Au course de son sejour, le Haut-Commissaire a
6t6 recu, A plusieurs reprises, par le President de la
Republique, ainsi que par le President du Conseil,
le Garde des Sceaux, le Ministre de la D6fense Na-
tionale et le Ministre de l'Int6rieur.
Deux questions ont 6et particuliirement exami-
nees :
la defense des Territoires frangais de l'Ocean
Indien (Madagascar, Djibouti, R6union), don't un
recent decret a confine la responsabilit6 au Haut-
Commissaire de Madagascar;
la mise au point du systime judiciaire de Ma-
dagascar, que l'experience de ces deux derniires
ann6es a montre mal ajust6 aux besoins et aux
conditions du Territoire. Plusieurs seances de tra-
vail, auxquelles a assist le Haut-Commissaire, ont
6t6 consacrees A cet objet par le Conseil Superieur
de la Magistrature ; l'avocat general Laborde, Di-
recteur des Services judiciaires de la France d'Outre-
Mer, l'avocat g6enral Joullat et 1'Inspecteur des Af-
faires administrative Riviere, ces deux derniers
venus de Madagascar dans ce but.
Le Haut-Commissaire a, igalement, suivi pendant
son sejour A Paris, la question de l'amelioration du
sort des fonctionnaires.


7 1. Tmf 7








S INFORMATIONS ADMINIITISTRATIVES

DESIGNATION
DU GOUVERNEUR PAR INTERIM DU GABON

Par d6cret en date du 6 avril, paru au Journal
Official du 8 avril, M. Pelieu (Pierre-Frangois),
Administrateur de i" classes des Colonies, est nom-
me Gouverneur par interim du Gabon, A computer
du depart de M. le Gouverneur Sadoul, qui va ren-
trer en congr en France.

NOMINATION
DU COMMISSAIRE DU JOUVERNEMENT
PRES LA BANQUET
DE L'AFRIQUE OCCIDENTAL

Par arrft du Secretaire d'Etat A la France d'Ou-
tre-Mer, public au Journal Officiel du 21 avril,
M. Lemoyne, Administrateur des Colonies, a et6
nomm6, A computer du o1 f6vrier 1949, Commissaire
du Gouvernement pres la Banque de l'Afrique Occi-
dentale, en replacement de M. Anziani, appel6 A
d'autres functions.

LA RIEGLEMENTATION
DES MARCHES PASSES AU NOIM DE L'ETAT

Le Journal Officiel du 13 avril public un decret
du ii avril portant application, pour les Territoires
relevant du Minist&re de la France'd'Outre-Mer, du
decret du 6 avril 1942, relatif aux marches passes
au nom de l'Etat.

L'EXERCICE DE LA PHARMACIES
EN INDOCHINE

Par decret du 11 avril, paru au Journal Officiel
du I1 avril, les dispositions imposant aux pharma-
ciens indochinois dipl6mes de l'Ecole de Medecine
et de Pharmacie de l'Indochine de ne s'installer que
dans une locality 6loign6e de plus de quinze kilo-
metres de celle ofi exerce un pharmacien universi-
taire, sont rapportees.

LES INVESTISSEMENTS
POUR LA RECONSTRUCTION,
LA MODERNISATION, L'IQUIPEMENT
ET
LA RECHERCHE DES PRODUCTS PITROLIERS
IDANS L'UNION FRANCHISE

Selon la loi portant autorisation de d6penses d'in-
vestissement pour la reconstruction, la modernisa-
,ion et l'ecuipement, que public le Journal Officiel


du io avril, le Ministre des Finances est autoris6,
jusqu'au 31 d6cembre 1949 A donner la garantie de
l'Etat A l'intert des titres qui seront 6mis par les,
Soci6tes frangaises par actions ayant pour objet ex-
clusif de finance, sous quelque forme que ce soit,
les organismes de recherche de products p6troliers
en France, dans les D6partements et Territoires
d'Outre-Mer et dans les Territoires et Etats asso-
cies et ce, pour un capital maximum de cinq mil-
liards de francs.


LE RECLASSEMENT
DE LA FUNCTION PUBLIQUE
DANS LES TERRITOIRES D'OUTRE-MER
(ZONE C.F.A.)

Un decret du 15 avril, public au Journal Officiel
du 16 avril, tend aux fonctionnaires des cadres
regis par decret relevant du Ministere de la France
d'Outre-Mer, aux fonctionnaires et aux militaires A
sblde mensuelle, en service dans les Territoires
de la zone c.f.a., le benefice des dispositions relatives
A la realisation des deux premieres branches du re-
classement de la function publique.
Le montant 6tabli en francs metropolitains du
traitement revenuess pour pension et S6curit6 Sociale
d6duites), de la majoration pour dixiemes, des verse-
ments mensuels aux personnel enseignants, magis-
trats, de la prime de technicit6 aux medecins, phar-
maciens, dentistes, en service dans la zone c.f.a.
exceptss la C6te des Somalis et Saint-Pierre et Mi-
quelon) pour sa contre-valeur en monnaie locale
d'apres la parity en vigueur au course de la periode
sur laquelle porte la liquidation est multipli6 par
un index de correction. Cet index est le suivant :
A.O.F. A.E.F. Came- Madagas.
Pride d'applica-tion Togo roun et D6pen.,

1" janv. 48 au 16 oct. 48 1,36 1,45 1,40 1,27
A partir du 17 oct. 1948 1,60 1,701 1,65 1,50
L'index de correction sera reajust6 automatiquement en cas
de modification des parit6s monetaires.

MODIFICATION DES SOLDES
DU PERSONNEL DES CADRES
REGIS PAR DECRET RELEVANT
DU MINISTER DE LA FRANCE D'OUTRE-MER

Un decret du 15 avril, public au Journal Officiel
du, 16 avril, modifie le regime des soldes des fonc-
tionnaires des cadres regis par d6cret, relevant du
Ministere de la France d'Outre-Mer, et affects
dans la zone c.f.a. (Cote des Somalis et Saint-Pierre
et Miquelon exceptss.
Ce texte institute une < majoration de depayse-
ment > A computer du i" janvier 1949. Cette majo-
ration n'est pas soumise A retenue pour pension, elle









est institute pour tenir compete des risques et fra
speciaux de toute nature resultant de l'dloignemer
et du sejour effectif dans un territoire autre que
territoire d'origine. Elle est calculee en function
la solde budg6taire afferente au grade et a l'emplo
Ce taux de majoration de d6paysement exprin


en dixiemes est le suivant :


Territoire d'origine

A.O.F., Togo .............
A.E.F., Cameroun .........
Somalis ...................
Comores, Madagascar .......
Indes ....................
Indochine .................
Nouvelles-He'brides, Nouvelle-
Caldlonie, Oceanie ......
St-Pierre et Miquelon ......
France m6tropolitaine, Afrique
du Nord, D6part. de la Gua-
deloupe, de la Guyane, et de
la Martinique ..........
Departement de la Rumnion .


Territoire de service
A.,O.F. A.E.F. Madagasc
Togo Cameroun Comores


(1) Eventuellement majoration d'l6oignement.

Enfin un decret de meme date modifie le regime
des indemniths pour charges de famille allouhes aux
fonctionnaires, employes et agents civils appartenant
aux corps et services des territoires relevant du Mi-
nistire de la France d'Outre-Mer.


LES ABATTEMENTS SUR LE BUDGET
DE LA FRANCE D'OUTRE-MER

Le Journal Officiel du 24 avril public une loi por-
tant repartition de l'abattement global de 55.802.000
francs sur le budget de la France d'Outre-Mer.
L'abattement le plus important porte sur les Travail-
leurs indochinois : 11.331.000 francs pour les de-
penses de personnel d'encadrement et 33.035.000
pour les d6penses d'entretiens des travailleurs et les
d6penses diverse.


CONFERENCES ET MANIFESTATIONS

LE TRANSFEREMENT
DES CENDRES DE FELIX 1BOUl
AU PANTHEON

D'importantes ceremonies doivent se derouler, A
Paris, A l'occasion de la translation des cendres de
Victor Schoelcher et du Gouverneur General Felix


is
nt
Il


Eboud, qui seront r6unies, au Pantheon, au debut
du mois de mai.


e Le Gouvernement a voulu associer, dans un sym-
de bolique hommage, les m6moires de Victor Schoel-
S cher, promoter de la loi sur I'abolition de l'escla-
n6 vage, don't le centenaire fut c6elbr6, avec eclat, I'an
dernier en Sorbonne, et de Felix Eboud, qui a ete
le premier homme de couleur A rallier la France
resistante, apres l'appel du 18 juin, entrainant, der-
Sar riere lui, les Territoires du Tchad places sous son
autoritd.
*

Adolphe-Sylvestre-Fdlix Ebou6 est n6 A Cayenne,
en Guyane Frangaise, le 26 decembre 1884.
I1 6tait le quatrieme fils d'une famille de cinq en-
fants don't le pere exerqait le metier de prospecteur
en products miners, puis plus tard de directeur d'une
exploitation aurifire.


Apris de brillantes 6tudes au Coll&ge de Cayenne,
Fdlix Ebou6 partit pour la France en quality de lau-
rdat du Concours des Bourses M6tropolitaines. Son
baccalaureat acquis au Lycee de Bordeaux, it se
fait inscrire A la Faculte de Droit de Paris, A l'Ecole
des Langues Orientales et passa le concours de
l'Ecole Coloniale don't il devait sortir brevet6 en
1906.
Jeune Administrateur, il fit ses debuts en Ouban-
gui-Chari, dans la region, des Monts Carres de
l'Ouham, region trouble et difficile. Par sa pa-
tience et son doigt6 il y ramena la paix, en une seule
annee.
Sa seule methode est la persuasion. Pour obtenir
la confiance, il cherche sans cesse a approfondir ses
connaissances de I'homme et du milieu. I1 etudie et
parole la langue de ses administres.
Le rdsultat de ses etudes fut partiellement public
dans deux ouvrages fort appr6cids : < Etude sur les
langues Sango, Banda, Baya et Mandjia > et < La
Cle musical des languages tambourines et chants >.
Le 23 fevrier 1927, il est nomm6 Chevalier de la
Legion d'Honneur.
En 1931, le Gouvernement, qui connait ses 6mi-
nentes qualitis d'homme et d'administrateur, le nom-
me Secretaire General de la Martinique. Dans ce
poste il s'attache plus particuliirement aux questions
sociales. En 1933 et 1934, il replace le Gouverneur
titulaire parties en cong6. I1 s6journa ensuite au Sou-
dan en quality de Secretaire G6enral. Le 4 d6cem-
bre 1936, nomm6 Gouverneur de la Guadeloupe, il
s'intiresse surtout aux questions d'enseignement et
aux questions sociales. En 1938, Georges Mandel lui
confie le Territoire du Tchad.
Son esprit ne put admettre le desastre de 1940.
Dis lors, son ceuvre administrative et politique se
confond avec l'histoire de la liberation du sol natio-








nal. En d&pit de la menace italienne sur les confins
sahariens du Tchad, malgr6 le souci que lui causent
deux enfants laiss6s en zone occupee, dis le 3 juillet
1940, Fl6ix Ebou6 est en relations avec le G6enral
de Gaulle. Sous son energique impulsion, le Tchad
se rallie aux Forces Frangaises Libres au course des
journees des 26, 27 et 28 juillet 1940. Ce ralliement
entraine rapidement celui du Cameroun luis celui
de I'A.E.F. tout entire.
Nomme Gouverneur General de I'A.E.F., Felix
Ebou6 la fait participer au maximum A l'effort de
guerre allied. En meme temps, il d6finit les regles de
a politique indigene qu'il entend suivre dans une
s6rie de circulaires aujourd'hui justement cleibres.
Au debut de 1944, il prepare et participe active-
ment A la conference africaine de Brazzaville.
Us6 A la tAche. Felix Eboue s'6teignait le 17 mars
1944 au Caire ou il s'etait rendu en cong6 de repos.
Au course d'une c6remonie, s'est d6roulee le 26
avril a l'Ambassade de France au Caire, la lev6e du
corps du Gouverneur G6enral Ebou6 qui, depuis
1944, reposait au cimetiere latin du Caire, pour des
obseques nationals et I'inhum'ation definitive au
Pantheon.
Le cercueil du Gouverneur G6neral avait ete de-
pos6 dans la grande cour mauresque de I'Ambassade
ou sont venus s'incliner les membres de la colonie
frangaise et les anciens combatants frangais
d'Egypte.
En fin de matinee, a eu lieu la c6r6monie officielle
en presence-de M. Gilbert Arvengas, Ambassadeur
de France, de membres de la famille, des represent
tants du Ministre de la France d'Outre-Mer et de
nombreuses personnalites.
Apres avoir salue la depouille du Gouverneur
General, au nom du Gouvernement frangais, M. Ar-
vengas a exprime & Mme Ebou6 les sentiments de
condol6ances des Frangais d'Egypte.
La Providence, transportant le corps de Felix
Eboue, a quitter Alexandrie pour Marseille le 27
avril.


CONFERENCE DE M. R.A. BUTLER SUR
(( LE COMMONWEALTH
ET L'UNION FRANCAISE DEVANT L'EUROPE )

Au course d'une conference donn6e, le 8 avril, au
Thiftre Mlarigny, intitulee < Le Commonwealth et
l'Union Francaise devant l'Europe >, M. R. A. But-
ler, ancient Sous-Secretaire des Affaires Etrangeres
de Grande-Bretagne, a declare notamment :
Nous pouvons etre certain que la plupart des
Dominion.s sont foncidtement non-communistes.
Le Dr Erasmus, Ministre de la Difense de l'Afrique
du Sud, a affirmed que l'Afrique du Sud ne resterait
pas neutre dans une guerre dirigde centre t'expan-
sion du communism.


Le Canada et les nations du Pacifique partagent
chaleureusement son point de vue.
II existe, enfin, un autre lien entire certain Domi-
nions et l'Europe.
L'Afrique du Sud et le Canada comprennent, dans
leur population, un grand nombre d'elements euro-
peens. D'une part, les < Afrikaans >, qui acceptent,
avec plaisir, le lien avec les Pays-Bas ; d'autre part,
les Canadiens francais, qui s'associent de ceur avec
la France.
De plus, du point de vue stratdgique, les intjrets
des Dominions sont lids a ceux de l'Europe.
II en est de meme en ce qui concern l'Union
Frangaise.
II y aura, sans doute, des difficulties sur le plan
economique.
Au fur et a measure que les Territoires d'Outre-
Mer des puissances occidentales se ddveloppent,
l'Afrique du Sud voit, par example, augmenter sa
crainte d'une incorporation economique susceptible
de la ramener sous la tutelle de l'Europe.
II est done important que les Territoires d'Outre-
Mer soient, des le ddbut, inclus dans tout project
d'organisation en quality d'associds.
Ce qui est en jeu, c'est l'avenir de la civilisation.,
La conference de M. R. A. Butler a ete prc6dde
d'une allocution de M. Devinat, Secrdtaire d'Etat A
la Presidence du Conseil, qui, apris avoir present
l'orateur, a souligne les evolutions paralleles des
experiences britanniques et franqaises dans leurs
Territoires d'Outre-Mer. Le Ministre a declare no-
tamment :
A l'expdrience britannique, nous avons la fiertd de
pouvoir apporter notre propre contribution; elle
nous parait valuable, d'abord parce que l'histoire et
la gdographie nous ont places au cwur du continent
europden don't nous partageons, depuis des siecles,
les souffrances et les espoirs, et, dgalement, parce
que, au deld des mers, nous avons pratiqud, avec
optimism et confiance, une politique de rapproche-
ment des races.
De hautes personnalit6s assistaient A cette confe-
rence, notamment M. Monnerville, President du
Conseil de la Republique ; Sir Oliver Harvey, Am-
bassadeur de Grande-Bretagne A Paris ; le general
Vannier, Ambassadeur du Canada; MM. Laurent-
Eynac, Vice-President de l'Union Francaise ; Cassin,
Vice-president du Conseil d'Etat et Moutet, ancien
Ministre de la France d'Outre-Mer.


RECEPTION DES ECRIVAINS COLONIAUX n
A L'ELYSEE

Le President de la Republique a requ, le 8 avril,
en fin de matinee, le Bureau de 1' < Association Na-
tionale des Ecrivains Coloniaux et Maritimes >,
conduit par son President, M. Jean d'Esme.








En sa quality de President de l'Union Frangaise,
M. Vincent Auriol s'est felicite de voir les 6crivain's
de l'Outre-Mer et de la Mer contribuer, par leur
talent et leurs efforts, a la r6alisation, dans les faits
et dans les coeurs, d'une veritable Union Frangaise.
Le President de la Republique a renouvel6, au
President de l'Association, I'assurance qu'il accor-
derait son appui entier pour toutes les manifesta-
tions qui auraient pour objet de faire mieux con-
naitre les Territoires d'Outre-Mer au public metro-
politain et de resserrer toujours davantage les liens
unissant les diff6rents peuples de l'Union aussi bien
dans le domaine materiel que spiritual.


ACADEMIE DES SCIENCES COLONIALES

Sdance du i" avril
Parmi les ouvrages pr6sentes par les membres de
la Compagnie il faut signaler particulierement celui
de M. Vallet < Un Drame algerien > don't M. Mau-
rice Mercier a fait un compete rendu.
M. Georges Gayet, Inspecteur Gendral des Colo-
nies, a expos l'evolution recente des populations
montagnardes du sud indochinois. L'6tude de ce pro-
bleme qui semblerait de faible intirft tant par
1'6tendue de la region en cause que par le petit nom-
bre d'indigenes des diff6rentes populations qui l'ha-
bitent est un example des difficulties du problime
des minorit6s qui se pose d'une mani&re au moins
aussi grave en Asie qu'en Europe, problime que
nous devons r6soudre dans le cadre de l'Union Fran-
caise afin qu'il soit pr&t au jour venu A border le
plan international.

Seance du 22 avril
Plusieurs ouvrages ont 6et pr6sent6s : < Climats,
forts et desertification de l'Afrique tropical > de
M. Aubreville, comment par M. Victor Cayla;
< Les Politiques d'expansion imp6rialiste >, chaque
parties est ecrite par un auteur different, M. Ren6
Pottier a donn6 une analyse critique de chacune de
ces parties ; < Les Chefs nazis > de Dominique Am-
brosi, ouvrage dans lequel M. Durand-Reville a
detach6 trois chapitres int6ressant plus particuliere-
ment l'Acad6mie : le quatrieme concernant les rap-
ports de l'Allemagne avec le Japon pendant la
guerre, le cinquieme relatif A la situation de l'Indo-
chine sous Vichy A travers les documents allemands
et le sixieme sur les accords secrets de l'Axe pour
le partage du monde arabe.
M. le Dr Georges Girard qui faisait parties de la
d6elgation France-Union Frangaise qui participa
aux travaux des 4e Congres de M6decine tropical
et du Paludisme groupss dans une meme session)
tenus A Washington en mai 1948, a expos la porter
des enseignements qu'il faut en tirer. Les resolutions


adopt6es A la fin du Congris, dit-il, comportent pour
la France des enseignements lourds de consequences,
des obligations morales, une conception de notre
action m6dico-sociale, sinon neuve dans son prin-
cipe au moins mieux adapt6e A la solution des pro-
blames sanitaires et A leur repercussion sur la situa-
tion demographique des Territoires d'Outre-Mer,
notamme'ht en Afrique Noire et a Madagascar.


INFORMATIONS DIVERSE

LES TRAVAUX
DU COMITI D'ACTION SCIENTIFIQUE
DE LA DEFENSE NATIONAL

Le Comite d'Action Scientifique de Difense Na-
tionale, A la disposition du President du Conseil,
cree par d6cret du 24 mai 1948, s'est imm6diatement
et tout particuli&rement applique A deux recherches
interessant au plus haut point les Territoires d'Ou-
tre-Mer :
la pluie provoque ;
l'utilisation de l'energie solaire.

PLUIE PROVOQUEE
Dans l'ordre chronologique le problime de la
pluie provoquee dite pluie artificielle dans les
documents de vulgarisation a 6te le premier exa-
.mine.
Plusieurs 6quipes sont au travail :
une 6quipe scientifique don't les repr6sentants
principaux sont MM. Brun et Demon du C.N.R.S.,
MM. Viaud et Roulleau de l'O.N.M., en outre l'Elec-
tricit6 de France pr&te son concours;
deux 6quipes scientifiques et techniques effec-
tuent des essais grandeur nature en Algerie et Tu-
nisie.
11 est inutile d'insister sur l'inter8t de ces travaux,
surtout apres les p6riodes de secheresse telle que
celle subie r6cemment en Tunisie. La pluie provo-
quee doit permettre de remonter le niveau des nap-
pes d'eau et de remplir les barrages d'irrigation ou
hydro-6lectriques.
I1 est A noter que les Americains qui avec Lang-
muir s'interessent vivement A la question, affectent
actuellement de croire A son inefficacit6. 11 est per-
mis de douter de cette opinion, les recherches corres-
pondantes sont peut-etre tout simplement < clas-
sifiees > en raison des consequences qu'elles compor-
tent.
L'Afrique du Nord, la M6tropole et l'Afrique
Occidentale semblent presenter des possibilities im-
portantes. L'Algerie et la Tunisie ont dejA r6ussi
plusieurs experiences importantes.








ENERGIE SOLAIRE
Cette second question Four solaire des ouvra-
ges de vulgarisation est probablement.encore.plus
riche de consequences. Le soleil, origine de toutes
les sources d'energie, offre couramment une puis-
sance de i kilowatt au metre carr6 et cela dans cer-
taines regions, don't la plupart des territoires d'Afri-
que, pendant 2 A 3.000 heures par an.
Le Professeur Trombe, Directeur de Recherches
au C.N.R.S., titulaire des brevets du four solaire, a
constitute une 6quipe, qui avait installed un four d'ex-
perience de 3 a 3 kw A Meudon, I'a transported A
Montlouis, ofL un deuxieme four pilote de 300 kw
va etre construit. Montlouis offre une bonne cons-
tante solaire, 1,3 A 1,4 kw pendant 3.000 heures par
an.
On devrait trouver lI une source d'energie com-
mode pour valoriser les resources des Territoires
d'Outre-Mer. La seule restriction pour rendre cette
utilisation rentable est, toutes les fois qu'il est pos-
sible, d'utiliser directement les hautes temperatures
fournies, synthise des engrais azotes, chaux, ciments,


m6tallurgie, etc., et non pas d'en faire de la vapeur.
En effet les rendements respectifs sont de l'ordre de
70 % haute temperature, A 7 % vapeur.


DECES DE M. QUESNOT,
SENATEUR DES ETABLISSEMENTS FRAN(AIS
D'OCEANIE

Le 31 mars est decede en mer, A bord de l'Eridan,
M. Quesnot, S6nateur des Etablissements Frangais
d'Oceanie, qui se rendait en France pour y remplir
son mandate. M. Quesnot 6tait Ag6 de 54 ans ; lu
en 1946 et re1lu en 1948 il avait fait parties du pre-
cedent Conseil de la R6publique. Le corps, debarqu6
A Cristobal, dans la zone du Canal de Panama, a
te6 reembarqu6 sur un vaisseau americain A desti-
nation de Tahiti o6 auront lieu les obsiques et I'in-
humation definitive.
Le 5 avril, devant le Conseil de la R6publique,
M. Monnerville a prononc6 l'6loge funebre du dis-
paru.


< Tous, tant que nous sorrnmes, missionnaires, colons, fonctionnaires,
,commergants; don't plus de la moiti6 de la vie se passe ici, don't presque tous
les int6r6ts sont Id, consid6rons avec une lucide amiti6 les indignnes de ce
pays. Nous avons anr6t6 ensemble les rPgles qui les guideront vers le bien.
Animons maintenant ces regles de notre amour ).
(F6iix EBOUE. La nouvelle politique indigene en A.E.F.)





















NOUVELLES D'OUTRE=MER


INDOCHINE


HAUT-
COMMISSARIAT
DE FRANCE

LE 29 mars, au
course d'un ban-
quet reunissant
les principles per-
sonnalit6s francai.ses
et vietnamiennes de
S Saigon et auquel
6taient presents le
general Xuin et le president Tran van Huu, M. Pi-
gnon a prononc6 un important discours. Apris avoir
constat6 fqu'une tape important venait d'etre fran-
chie, iil a rendu hommage A tous ceux qui ont rendu
possibles les nouveaux accords. 11 a ajout6 :
J'ai senti, a mon arrivee en ce pays, qu'il existait
4dans l'opinion un immense besoin de savoir de fa-
Ion plus precise, et je dirai meme plus exacte, ce
que signifient les accords du 8 mars 1949, dont cha-
cun sent qu'ils sont lourds de consequences pour
les rapports de la France et du Viet-Nam.
L'inquietude que nourrissent Vietnamiens et Fran-
cais en l'absence de renseignements suffisamment
complete ne pouvait m'echapper. Les uns se deman-
dent si leur fierte national est satisfaite, s'ils vont
jouir enfin d'une indipendance reelle. Les autres s'in-
terrogent avec angoisse sur ce qu'il adviendra de
leur position traditionnelle dans ce pays. Contem-
plant l'ceuvre qu'ils ont accomplice avec amour, ils
se demandent si elle ne va pas leur ichapper pour
toujours.
M. Pignon a ensuite soulign la continuity de la
politique franqaise.
Les grands bouleversements qui se sont products
au course de ces dernieres annies n'ont pas ipargne
FAsie du Sud-Est. L'dbranlement des cadres tradi-
tionnels comme des habitudes de penser et de vivre


a libire partout dans cette parties du monde un na-
tionalisme explosif.
Des avant la capitulation japonaise, nous avions
compris que, par son ampleur, par la concordance
de ses diverse manifestations, ce movement cons-
tituait une vague de fond don't ii serait vain de ne
pas tenir compete ; des avant nos premiers contacts
avec l'Indochine liberee, nous avions resolu d'en te-
nir compete. Nous savions qu'il convenait de trouver,
en Indochine, un equilibre nouveau qui concilie les
exigences de ce nationalism avec tout ce que repri-
sente pour la France le maintien de sa presence en
Extreme-Orient.
SLa France, fiddle a ses traditions libdrales, ne pou-
vait, au surplus, rester a l'ecart d'un movement
iddologique qui intiressait le monde entier. Ce que
la Charte des Nations Unies, A la ridaction de la-
quelle notre pays a participe, preconisait A l'echelle
du monde, elle allait le realiser sur un terrain con-
cret d'expirience avec les peuples qui avaient, au-
trefois, former son Empire.
La mystique de l'Union Frangaise itait nje. Elle
devait s'exprimer dans ce priambule de la Consti-
tution de la IVe Republique, que je vous citais tout
a l'heure.
Il n'existait plus, des lors, de raisons de supec-
ter des principles que la France avait tenu a ins-
crire dans un texte aussi solennel pour que tous les
intiressis puissent s'en reclamer.
Monsieur le Ministre de la France d'Outre-Mer
l'a dit nettement lors des ricents debats parlemen-
taires : < Quand nous avons fonde l'Union Fran-
caise, quand nous en avons fixi le but et traci les
methods le but dans le preambule de la Consti-
tution, les mthbodes dans le Titre VIII -, nous
n'avons pas entendu recouvrir d'un certain juridisme
nouveau l'ancien regime... Nous avons voulu ou-
vrir la voie a une grande oeuvre de creation conti-
nue. >








C'est celte teuvre, toujours la mime, que nous
avons poursuivie en Indochine. Nous nous sommes
efforcis, iilassablement, de regrouper les different
Etats au sein de l'Union FranCaise et, dans la satis-
faction des revendications nationals, d'y ramener
la paix.
Des difficultis particulieres s'opposaient, au Viet-
Nam eprozve par de terrible convulsions, a la mise
en aouvre des formules neuves. Ce pays portait la
marque seiulaire de l'effort francais. Intjrets fran-
cais et vietnamiens s'y trouvaient etroitement im-
briques les uns aux autres. II n'dtait plus possible
de dissocier, par une operation brutale, ce qui avait
si longtemps vecu ensemble.
Ce fait de la presence franchise, plus essential que
les traits eux-memes, imposait la recherche de solu-
tions prudentes, humaines, equilibrees ; solutions
aisees a trcuver et a promouvoir, a la condition tou-
tefois de ramener d'abord la paix dans les esprits et
l'amitie dans les cceurs.
Dans la conscience de nos fins, nous avons cher-
che un interlocuteur qui put, dans l'anarchie oi le
Viet-Nam venait de sombrer, prendre la parole au
nom de la fraction apparemment la mieux organi-
see du peuple vietnamien. Malgre les apprehensions
que le pasde de l'homme avec qui nous avons alors
choisi de parler devait nous inspire, nous avons,
dans notre volonte pacifique, conclu avec lui, le
6 mars 1946, un accord sommaire et trWs incomplete
dans ses dispositions, mais qui pouvait constituer,
dans une atmosphere de bonne volonte et de bonne
foi, une utie preface aux traits futurs. Nous avions
compete sur le jeu des liberties democratiques, sur la
libre expression de l'opinion populaire pour que pri-
valent les concepts de raison et de paix.
Que se passa-t-il ? Notre interlocuteur ne vit dans
l'accord que la chance d'une treve qui devait lui per-
mettre de consolider ses forces, d'etendre son in-
fluence et d'imposer au pays le corselet de fer du
parti unique, par l'elimination implacable de tous
les groupenents ou de toutes les tendances adverse.
.En depit des alibis, qu'il avait trouves dans un na-
tionalisme de facade, Ho Cho Minh itait rested l'agent
d'ideologies etrangeres, le chef auquel itait confi Ie
soin de ruii:er l'economie de l'Asie du Sud-Est et de
detruire l'o;,dre qui allait s'y retablir.
S'il ne suffisait des dvenements qui suivirent au
Viet-Nam, I'agression du 19 decembre 1946, la ma-
noeuvre d'ensemble qui s'est trop nettement divelop-
pee par la ;uite en Birmanie, en Malaisie, aux Phi-
lippines, au Siam, ne peut laisser, aujourd'hui, le
moindre do',te, sauf aux aveugles volontaires, sur la
nature du mouvement avec lequel nous avions cru'
pouvoir traiter. Cette reality m'apparait sous des de-
hors si manifestes que j'espire tres sincerement voir
s'ouvrir les yeux de tous ces patriots qui croient lut-
ter pour uie cause national, alors qu'ils servent a
leur insu les visies expansionnistes du Kominform


asiatique ils finiront par s'apercevoir que l'indipen-
dance n'est pas du c6te oit il se sont laisses entrainer,
mais du c6te de ceux qui s'acharnent, en depit des
sabotages, des attentats et des calomnies, a recons-
truire leur patrie
Le drame du 19 decembre 1946 n'a pas fait divier
la politique francaise de sa ligne. Le retablissement
de la paix au Viet-Nam, la mise en oeuvre d'une inde-'
pendance reelle sont demeures nos objectifs. Quand
tout accord avec H6 Chi Minh s'est reveld impos-
sible, nous nous sommes tournes vers un homme pro-
fondement enracine dans le passe du Viet-Nam, of-
frant par ses origins memes come par ses quality's
propres, des garanties de patriotism et de bonne foi..
D'importantes forces nationalists decouvrant avec
nous, au lendemain du 19 dicembre, ce que reprisen-
tait en reality le Gouvernement H6 Chi Minh,
s'etaient, en effet, rassemblies autour de Sa Majesti
Bao Dai pour traiter avec la France sur les bases
de l'indipendance et de l'uniti. Au course des nego-
ciations qui ont conduit des accords de la baie
d'Along a ceux du 8 mars 1949, nous avons constam-
ment voulu, a travers l'heritier de Gia-Long, attein-
dre tout le people du Viet-Nam pour fonder solide-.
ment notre amitie restauree. A travers Lui, don't nous
savions qu'il etait un interlocuteur digne de confiance,
car ses fins n'itaient autres que cells du people du
Viet-Nam, nous avons accord de trds bon coeur au
people du Viet-Nam la satisfaction de ses revendica-
tions nationals.


La convention du 6 mars 1946 avait pose, sans les
ddfinir avec rigueur, les bases de la souverainete na-
tionale du Viet-Nam. La mime preoccupation a
guide les auteurs des lettres du 8 mars 1949, mais ils
ont cherche' a organiser avec precision et efficacite,
les garanties de cette souverainete. La plus impor-
tante de ces garanties est apparue aux negociateurs
vietnamiens la realisation effective de l'unite du Viet-
Nam.
La convention du 6 mars avait inscrit en principle
< En ce qui concern la reunion des trois Ky, le Gou-
vernement francais s'engage & enteriner les decisions
prises par les populations consultees par referen-
dum >. Sa Majeste Bao Dai, plus exigeante que M. H6
Chi Minh, a par une clause dite de caducite, obtenu
que soit surbordonnee a la realisation prialable de
I'unite du Viet-Nam, la validity de I'accord franco-
vietnamien.
Ainsi s'exprime le texte << L'ensemble des dispo-
sitions du present accord ne sera valuable qu'en cas
de rattachement effectif et ldgal de la Cochinchine
au reste du Viet-Nam >. Nous savions trop l'impor-
tance de cet impiratif national pour refuser l'inscrip-.
tion de cette clause, et nous avons prouve notre bonne
foi en mettant en cuvre les procedures constitution-,








selles des le 9 mars, c'est-a-dire le lendemain meme
de la signature de l'accord.
M. Pignon a souilign6 1'importance de la majority
qui a consacr6 dians les trois Assemblies la politique
du Gouvernement.
Voulant carter toute ambiguity, toute manoeuvre,
le Parlement a habilit6 1'Assembl6e territorial A vo-
ter directement son rattachement au Viet-Nam. Par-
lant de l'Assemble territorial de Cochinchine,
M. Pignon a d6clar6 :
* Je vous rappelle qu'en France, a la Libiration, il
itait apparu impossible de rappeler purement et sim-
plement a l'exercice de leurs mandates les membres
des diverse Assemblies ilus antirieurement a la
guerre. De ce point de vue, la situation itait identi-
que en Cochinchine. Force itait done aux ligisla-
teurs de constituer une Assemblie original suscepti-
ble d'etre convoquie a bref dilai et en mime temps
suffisamment representative. II suffit de lire les dd-
bats parlementaires, de voir les amendments pro-
posis devant les diverse Assemblies pour dicouvrir
les scrupules que le Parlement a manifests a cette
occasion.
Le point le plus dilicat a certainement ite la pro-
portion a accorder a la representation frangaise. II
itait trop evident que les Frangais, qui ont tant fait
dans ce pays et pour ce pays, ne pouvaient itre ex-
clus d'une decision aussi grave, si l'on voulait qu'elle
ait toute sa valeur. II etait evident egalement que,
quelle que soit l'importance des intirets matiriels et
spirituels des Frangais, la pripondirance numerique
de l'element vietnamien itait considerable. La pro-
portion adoptie reprisente done un compromise, et
comme telle, elle peut itre discutee par les uns et les
autres. Elle vaut cependant comme une manifesta-
tion de bonne volonti riciproque, comme gage d'une
entente que nozus voulons, les uns et les autres, prd-
server et fortifier.
Ai-je besoin de dire, apris le texte precis voti par
le Parlement, que l'Assemblie du Sud-Viet-Nam
subsiste jusqu'a ce qu'il en ait itd decide autrement ?
Son existence, ses attributions ne sont pas mises en
cause par la creation de l'Assemblie territorial don't
la competence a ite tris precisement dilimitie.
Au sujet de l'incidence des instruments du 9 mars
1949, M. Pignon a ajout6 :
Cet instrument n'a pritendu organiser et difinir,
en debors de l'uniti du Viet-Nam, que les donnies
fondamentales de sa souverainete externe et interne,
c'est-a-dire qu'il n'a trait que des points sur les-
quels nous itions seirs de connaitre les sentiments du
people vietnamien...
Le plus t6t possible apres le retour en sa patrie de
Sa Majeste Bao Dai, et en accord avec les chefs
d'Etat intiressis, une conference indochinoise sera
rdunie, oit nous forgerons l'Indochine de demain.


Je tiens a preciser immidiatement qu'il n'est pas
dans les intentions de la France de maintenir, comme
un filet au-dessus des libertds nationals, un riseau
compact de services fdedraux. La France ne songe
pas regagner sur le plan de la Federation ce qu'elle
perd de souverainetd a l'intirieur des Etats. Nian-
moins, a l'jpoque de la Charte des Nations Unies et
du Pacte de l'Atlantique, du Benelux et de l'Union
douanidre franco-italienne, a une jpoque oil tous les
Etats ont pris conscience de l'intiret qu'ils ont a se
grouper, aucun citoyen de Viet-Nam ne pourrait sd-
rieusement imaginer que le Viet-Nam gagnerait a se
retrancher dans un splendid isolement. Une telle at-
titude irait centre la march du progras.
Les decisions qui seront prises a la suite de la
Conference indochinoise formeront corps avec les
instruments dija passes, c'est-a-dire avec la diclara-
tion commune du 5 juin 1948 et I'dchange de lettres
du 8 mars 1949.
Ainsi s'exprime le texte que nous venons de signer :
< La declaration commune du 5 juin 1948 et les
prisentes, ainsi que les conventions complementaires
qu'elles comportaient, seront soumises a l'approbation
du Parlement frangais et des instances vietnamiennes
qualifiies pour constituer l'acte privu a l'article 61
de la Constitution de la Ripublique franCaise >.
La convention du 6 mars 1946 avait reconnu la
Ripublique du Viet-Nam < comme un Ltat libre
ayant son Gouvernement, son Parlement, son armie
et ses finances > ; le Viet-Nam que difinit l'instruw
ment du 8 mars 1949 aura igalement, en outre de son
unit effectivement rialisee, sa diplomatic et sa jus-
tice. Son armie sera une veritable armie national.
Quant aux bases militaires que l'accord annexe a
la convention du 6 mars 1946 reconnaissait ddja a
la France, il est pricisi, par les lettres du 8 mars
1949, que leur statut respectera le principle de
la souverainete vietnamienne. De mime, la libre cir-
culation des forces frangaises entire les bases et gar-
nisons qui leur seront assignees s'effectuera suivant
des modalitis a priciser dans la convention militaire...
Je n'ignore pas que, du cote vietnamien, bien des
signes de dicouragement sont apparus ; trop d'es-
poirs ont ite lassis par une attente que, dans votre
hate d'aboutir, vous jugeZ trop longue. Mais il faut
bien comprendre qu'au course d'un sikcle de vie com-
mune des habitudes de penser ont ite prises et qu'il
n'est pas aisi de faire peau neuve du jour au lende-
main.
Je m'estime en droit de vous demander un peu de
patience, car enfin nous avons dija beaucoup tra-
vaill...
Je supplies les Vietnamiens de ne pas imaginer trop
aisement que notre seule preoccupation consiste ad
vouloir escamoter les problimes. Nous voulons, au
contraire, les border avec serieux et franchise.


24








Declarant s'adresser A ses compatriotes, M. Pignon
a poursuivi :
Je suis convaincu qu'il ne sert a rien de rdpiter
que si, au iendemain de la capitulation japonaise, on
avait pris des measures differentes de celles qui sont
intervenues, il aurait etd possible de ritablir l'admi-
nistration francaise telle qu'elle fonctionnait autre-
fois.
Le temps n'est pas reversible. Au surplus, et je
l'ai dija dit, la France ne le voulait point...
Il n'est pas permis de se rebeller centre le mouve-
ment de I'histoire ; d'ailleurs, la representation fran-
caise de l'A ssemblie du Sud-Viet-Nam, dans un mou-
vement au:si clairvoyant que gendreux, I'a si bien
compris qu'elle a participi, le 3 mars dernier, au vote
unanime affirmant que le statut de la Cochinchine
n'etait plus en harmonies avec la Constitution fran-
caise etJ les accords de la baie d'Along.
Par cette attitude, oit se sont retrouvis Francais
de l'Indochine et Francais de la Metropole, nous
avons montrd que nous sommes rests un people
jeune, exempt de scldrose, qui sait s'adapter aux si-
tuations nerves pour en tirer le meilleur parti...
Il n'y a pas de raison pour que, dans la paix re-
venue et consolidee, les entreprises frangaises, dans
le domaine spiritual, dans le domaine moral ou dans
le domaine materiel, ne continent pas a prospirer.
Certains on;t craint le disordre qui pourrait risulter
du transfe;,t des services encore ditenus par nous.
Dans l'intiret meme du Viet-Nam, les services se-
ront passes sdns a-coups, au fur et a measure que tou-
tes dispositions auront ete prises du c6td vietnamien
pour relayer les services frangais. Nous n'aurons pas
le machiavilisme de mettre dans l'embarras le Viet-
Nam en lui rejetant tout a la fois, sans preparation,
toutes les responsabilitds. Je n'ai, pour ma part, ja-
mais souscrit a ce que l'on appelle la politique du
pire.
J'ajoute que bien des competences ont ete passes
au Viet-Nam depuis les accords de la baie d'Along,
sans que les Frangais aient eu a s'en plaindre, tant il
est vrai qu'il important seulement de rencontrer en
face de nous des partenaires raisonnables et de bonne
foi.
Le 31 mars et i" avril, le Haut-Commissaire a
eu avec S. M. Norodom Sihanouk, qui 6tait accom-
pagn6e de LL. EE. Yem Sambaur, Pr6sident du
Conseil du Cambodge, et Tiou Long, et de
M. de Raymond, d'importantes conversations au
course desquelles furent passes en revue les prin-
cipales clauses du future accord entire la France et
le Cambodge.
Le 12 avril, le Haut-Commissaire s'est rendu au
1Tonkin oi il est rest jusqu'au 15 avril. Au course
de son sdjour il a pass la journee du 13 A Langson
et a constant que < nous avons la situation bien en
main ; tout le monde est au travail et le moral est


excellent >. Les jours suivants il s'est rendu A Hai-
phong d'oif il est parti pour Quang Yen et Uong Bi
visiter les charbonnages du D6ng Trieu.
Le 18 avril, M. Pignon a requ le prince Boun Oum,
MM. Thoa Nouy et Kou Voravong, Ministres de
1'Education national et de l'Economie du Laos, avec
qui il s'est entretenu des futures relations franco-
laotiennes.
Le Haut-Commissaire a assist A la stance du 23
avril A l'Assemblee territorial de Cochinchine qui
a vu le vote de la motion demandant le rattache-
ment de la Cochinchine au Viet-Nam.
Le 27 avril, M. Pignon s'est entretenu avec
M. Krishna Keskar, Ministre adjoint des Affaires
Etrangires de l'Inde qui effectue un voyage d'infor-
mation dans le Sud-Est asiatique.
Le lendemain, il est parti pour Dalat pour accueil-
lir S. M. Bao DaY A son arrivee sur le territoire du
Viet-Nam.
Le Commandant en Chef des Forces Armees
Francaises d'Extreme-Orient, le General Blaizot, a
fait, le 7 avril, un voyage d'inspection au Ton'kin
pour s'informer, sur place, de la situation militaire.
Le colonel Souard, de la Maison Militaire du
President de la Republique, venant de Paris, est ar-
rive A Hanoi le 7 avril, en mission d'information
pour le compete du President de la R6publique.
La mission parlementaire chargee de v6rifier l'em-
ploi des credits militaires en Indochine est arrive
en Indochine le 3 avril et est rest6e jusqu'au 21 avril.
Au course de son sejour elle s'est rendue dans diffe-
rentes parties du territoire et a notamment visit les
regions de Lao Kay et Lang Son.
M. Penavaire a 6t6 nomm6 Conseiller aux Affaires
Economiques en replacement de M. Barbeau qui
est rentr6 en France.
L'Amiral Ortoli qui succide A l'Amiral Battet
comme Commandant des Forces Maritimes Fran-
gaises en Extreme-Orient, est arrive le 21 avril A
Saigon.
Apris les recentes elections qui se sont deroulees
A l'H6tel de Ville de Saigon le nouveau Comit6
pour les trois sections de Cochinchine, Cambodge,
Annam-Laos, de la Federation Indochinoise de la
Resistance est compose de la fagon suivante :
Cochinchine-Cambodge : MM. William Baz6,
Bazin, Giovacchini et les Docphu ChA et Tam;
Annam-Laos : MM. Bourgoin, Jouffrey, Au-
vray et Dupuy ;
Tonkin : MM. Battesti, Giraud et Burgard.
Le Comit6 Ex6cutif de la Federation Radicale
Socialiste d'Indochine, a adopted, le 12 avril, une mo-
tion concernant les garanties A donner aux fonc-
tionnaires frangais des Services transfers aux
Etats associes. La motion declare notamment :
< Copsid6tant que la France n'a pas le droit
d'abandonner individuellement A leur sort les ci-
toyens frangais qui lui firent confiance et qui en-








tendaient la servir, demand que la France garan-
tisse, aux personnel franqais des Services transfers,
quels que soient leur statut, les memes traitements
presents et futurs qu'aux personnel de I'Etat fran-
aais .


GOUVERNEMENT CENTRAL PROVISOIRE
DU VIET-NAM

Le Ii avril, le Prince Buu L6c, Directeur du
Cabinet de S. M. Bao Dai et Me Dac Kh&, sont
parties pour 1'Indochi'ne en mission d'information. A
I'occasion de leur arrive A Saigon, le 15 avril, les
Ministres vietnamiens se sont r6unis en Conseil et
ont entendu le Prince Buu L6c faire un expos sur
les grandes lignes des accords du 8 mars, expos qu'il
a r6p&t6 au course d'une conference de press qu'il
a tenue le 19 avril, jour de la stance inaugural de
l'Assemblee territorial de Cochinchine. D'apris le
Directeur du Cabinet de 1'Empereur, il resort cinq
points qui forment le contenu essential des accords
du 8 mars 1949 : 1'unit6 du Viet-Nam la ques-
tion diplomatique la question militaire la
question judiciaire la question iconomique et
financiere.
L'unit6 du Viet-Nam
< L'accord du 8 mars 1949 ne sera valuable que.
dans le cas du rattachement ligal effectif du Sud-
Viet-Nam au reste du Viet-Nam. La France renonce
au statut special de Haiphong, Hanoi et Tourane.
Les minorities ethniques recevront un statut du Chef
de l'Etat vietnamien apres accord avec la France.
La France reaffirme que les Paracels et Poulocon-
dore appartiennent au Viet-Nam >>.
La question diplomatique :
< Le Viet-Nam pourra recevoir un ambassadeur
de tous les pays qui seront accriditds aupres du
President de l'Union FranFaise et du Chef de l'Etat
du Viet-Nam auxquels des lettres de criance seront
presentees. Le Viet-Nam pourra avoir des ambassa-
deurs aupres des trois Etats que S. M. Bao Dai a
choisis : Vatican, Chine, Siam. Le principle d'exten-
sion des Ambassades est reconnu, avec l'accord de la
France. Les missions diplomatiques franfaises dd-
fendront les intdrets du Viet-Nam dans les pays oil
il n'y aura pas d'ambassadeur vietnamien. Elles
comprendront des reprisentants du Gouvernement
vietnamien obligatoirement consults quand les in-
terits du Viet-Nam seront en cause. Ces reprisen-
tants pourront correspondre avec leur Gouverne-
ment. Le Viet-Nam aura le droit d'Itablir des con-
sulats partout oit il le jugera utile. Le Viet-Nam sera
habilit e d ngocier des traits internationaux, mais
la procedure de liaison et de cooperation n'implique
pas de delegation mixte ; elle sera mise en ceuvre
par le Haut-Conseil. Les deilguis vietnamiens du
Haut-Conseil participeront a l'laboration des prin-
cipes gindraux de la politique extdrieure de l'Union


Francaise. La France s'engage a soutenir la candi-
dature du Viet-Nam a l'O.N.U. des qu'il remplirt
les conditions voulues >.
La question militaire
< Le Viet-Nam a droit i une armie national com-
posde (encadrie et commander) exclusivement de
Vietnamiens forms dans des ecoles vietnamiennes
ou, en attendant, dans des ecoles frangaises. La
France met d sa disposition des instructeurs et des'
conseillers techniques. Des bases et des garnisons
seront concedees a la France mais en respectant la
souverainete national. Les troupes pourront circu-
ler entire ces bases et garnisons mais selon des mo-
dalitds a prdciser. En temps de paix, un Comite mi-
litaire permanent mixte prdparera le plan de defense
du pays >.
La question judiciaire
< Le Viet-Nam regoit pleine et entire jurisdiction
pour toutes les instances civiles, commercials et
penales sur le territoire du Viet-Nam. Une conven-
tion judiciaire ultdrieure diterminera la composi-
tion et le mode de fonctionnement des juridictions
mixtes auxquelles seront soumises les instances ou
seront impliquis un Francais ou un Etranger assi-
mile a un Francais au point de vue juridictionnel du
fait de traits antirieurs .
La question iconomique et financiere
< Le Viet-Nam, a d6clar6 le Prince Buu L6c, sera
en union douanidre et financidre avec le Cambodge
et le Laos, une seule monnaie ayant course avec des
vignettes nationals diffdrentes, imise, non par la
Banque d'Indochine mais par un Institut d'Emission
d'Indochine don't les status et le mode de fonction-
nement sont a determiner par convention entire les
Etats intiressis. Cette monnaie fera parties de la
<< one franc >. Le droit de libre itablissement est
accord sous reserve de l'observation des lois et re-
glements vietnamiens. Les capitaux francais pour-
ront s'investir au Viet-Nam dans le cadre d'un plan
vietnamien de production et d'iquipement. Aucune
reserve n'est applique aux entreprises existantes.
Les biens et entreprises don't les Francais ont ete
privis par suite des circonstances seront restitues,
en l'itat actuel sans reparations du fait des dom-
mages de guerre >. (On precise, dans les milieux bien
informs, que cette clause n'aura aucune repercus-
sion sur le regime actuel des dommages de guerre
dus aux Francais ; ces dommages sont regl6s dans
la proportion de 80.% par le budget de la M6tro-
pole, et 20 % par le budget f6d6ral).
Le Prince Buu L6c a ajoute en outre, qu'au
31 decembre 1949, au plus tard, toutes les conven-
tions concernant les transferts de pouvoir devront
etre achevees.
Au course de la reunion du 16 avril, le Conseil des
ministres du Gouvernement Central Provisoire a
decide d'envoyer une mission au-devant de l'Empe-
reur. Cette mission est pr6sidee par M. Nguyen








Khac Ve, Ministre de la Justice, et composer d'un
membre du Haut Conseil priv6 du Viet-Nam pour
chaque Ky : M. Vu Ngoc Hoanh pour le Nord,
M. Ha XuAn Hai pour le Centre, et M. Truong
Vinh T6ng pour le Sud.
M. Nguyen Khac Ve est arrive le 19 avril A Paris,
et apres avoir 6t6 requ par le Ministre de la France
d'Outre-Mer, il s'est rendu A Cannes le 21 avril. I1
a remis A S. M. Bao Dai une motion du Gouverne-
ment vietnamien ainsi connue :
< Le President et les membres du Gouvernementt
Central Provisoire du Viet-Nam, les Ministres du
Sud-Viet-Aam reunis a Saigon, le 16 avril 1949,
apres avoir entendu S. E. Buu L6c, Directeur du
Cabinet de S. M. Bao Dai, qui a fait un expose sur
les clauses de l'accord du 8 mars 1949, signed i Paris,
se filicitent des rdsultats obtenus par Sa Majeste en
vertu de cet accord qui, dans les principles, rdpond
aux aspirations legitimes du people vietnamien,
< prient Sa Majeste de bien vouloir agrier l'exi
pression de leur respectueuse reconnaissance et lui
demandent instamment de rentrer au Viet-Nam
pour prendre les rines du- pouvoir, afin de suivre
l'application de l'accord qu'elle a signed, de ramener
la paix dans le pays et d'assurer le bonheur du peu-
ple >.
M. Nguyen Khac Ve a 6te l'h6te de S. M. Bao
Dai pendant son sejour A Cannes en attendant le
depart de 1'Empereur pour le Viet-Nam depart
qui restait subordonne au vote de l'Assembl6e ter-
ritoriale de Cochinchine.
Cette derniere, elue le to avril, et comptant 16 de-
1,gu6s franaais et 47 delegues vietnamiens, s'est
reunie la premiere fois le 19 avril. Apres la d6signa-
tion du bureau de l'Assembl6e, commencirent les
discussions sur le vote que l'Assemblee tait ame-
nee A effectuer. Au course des discussions qui ont
dur6 les 21 et 22 avril, sont intervenus, du c6te viet-
namien, M M. Hao, TS, Thuan, Hue et C6ng, et du
c6t6 frangais, MM. Affre, de La Chevrotiere, Her-
mel et surlout M. Valery. Enfin, les delegues fran-
cais et vielnamiens se sont mis d'accord sur une mo-
tion de conciliation qui a ete adopt6e par 55 voix
centre 6 el: 2 bulletins blancs sur 63 votants. (Mo-
tion reproduite dans la rubrique < Cochinchine >).
Le r6suliat du vote connu, S. M. Bao Dai a de-
cid6 de partir sans plus attendre pour le Viet-Nam.
Le depart -tant fixed pour le lendemain 24 au matin,
le sous-prefet de Grasse s'est rendu au Chateau de
Thorenc, I'apres-midi du 23, pour saluer l'Empereur
au nom du Gouvernement.
Le jour fix6, salu6 par de nombreuses personna-
lit6s fran aises et vietnamiennes, l'Empereur s'est
embarque a l'aerodrome de Nice, accompagne d'une
suite comprenant le Prince Vinh Can, MM. Nguyen
Khac Ve, TrAn Thanh Dat, Pham Van Binh,
Nguyen Manh D6n, Nguyen Huu Long, Huynh
Thin Thinh, Pham Bich et le Dr Tran Dinh Que.


Avant de partir, S. M. Bao Dai a fait une
declaration dans laquelle Elle dit notamment 6tre
convaincue < que I'accord du 8 mars entrera en
pratique dans une atmosphere de confiance >, et a
rendu hommage au Gouvernement francais qui a
compris son souci d'apporter au Viet-Nam la satis-
faction de ses aspirations nationals relatives A
I'Unite, et don't l'attitude, reconnait-elle, constitute
ddjA une aide precieuse.
L'Empereur a aussi adress6 des tilegrammes au
General XuAn et A M. TrAn Van Huu pour les feli-
citer de la part qu'ils avaient prise A ce succes d6ci-
sif, et A M. Pignon A qui il confirm son point de
vue : < doter le Sud-Viet-Nam d'un regime souple
et liberal >.
S. M. Bao Dai, faisant escale A Singapour, le
27 avril, 6tait attendue par une delegation, dans
laquelle se trouvaient le G6enral XuAn, MM. TrAn
Van Huu et Jacquemart, qui 6taient venus de Sai-
gon au devant d'Elle. L'Empereur a 6t6 l'h6te du
Gouverneur de la ville, Sir Franklin Gimson.
Le lendemain, 28 avril, il a continue sa route vers
l'Indochine. Et A ii h. 30, il est arrive A Dalat piA
le Haut-Commissaire de France et tous les Ministres
vietnamiens 6taient presents pour l'accueillir.
Ses premieres paroles furent pour dire son 6mo-
tion de reprendre contact avec le sol de la patrie,
pour rendre hommage A ses ancetres, et pour remer-
cier le Haut-Commissaire d'avoir trait la question
du < Statut des Plateaux >, I'entente r6alisee A ce
sujet etant de bon augure pour l'avenir des relations
vietnamiennes.
S. M. Bao Dai a confirmed qu'Elle restera A Dalat
jusqu'au vote de l'Assemblee Nationale frangaise.
Le 4 avril, de Paris, il est signaled que le Juge
d'Instruction Jadin a termine son information con-
cernant TrAn Ngoc Danh, Le Van Truong, directeur
du journal La Voix d'Outre-Mer, 1'etudiant Vu Van
Tan, auteur d'articles parus dans le Bulletin du
< Lao D6ng >, syndicate des travailleurs vietnamiens
de Paris, et Thuy Van Tr6ng, tresorier du < Lao
D6ng >, tous quatre inculpes de provocation A des
entreprises destinies A soustraire des Territoires A
I'autorite de la France, et de publication de fausses
nouvelles.


Tonkin

Le Gouvernement du Nord-Viet-Nam vient de pu-
blier un<< Livre Vert > sur ses activities pendant le
deuxieme semestre 1948.
La Ligue Maritime et Coloniale Frangaise announce
qu'une section vient d'etre constitute A Hanoi, sous
la presidence d'honneur du Gouverneur Digo et du
general Koch.
Le Gouverneur du Nord-Viet-Nam a dicid6 la sus-
pension definitive, A partir du 6 avril, du quotidien
hanoien Len Duong, don't I'attitude pouvait nuire A
I'entente franco-vietnamienne.








Annam

Aucun fait important ne s'est produit pendant cette
periode en Annam.


Cochinchine

Les electionss a I'Assemble territorial de Cochin-
chine qui se sont d'rouilees le o1 avril 1949 ont donn6
les resultats suivants :
COLLaGE ELECTORAL FRANqAIS
Elus Membres Titulaires :
Liste < Professions libirales > : MM. Roux; Vielle;
Jacquemart ; Valery.
Liste < Organisations syndicales et corporatives > :
MM. Emery ; Denoueix ; Affre ; Bec ; Hermel;
Paris ; Lorenzi.
Elus Membres Suppleants :
Liste < Professions lib&rales > MM. Massari ;
Beranger.
Liste < Organisations syndicales et corporatives > :
MM. Champeval Cardanot.
COLLaGE ELECTORAL VIETNAMIEN
Province Saigon-Cholon.
Elus Membres Titulaires :
MM. Nguyen Van Ty; Trin Van Hue; Tran
Van Meo; Pham Van Con ; Nguyen Dang Phuong;
Truong Truong Vinh ; Nguyen Van Phat; D6 Van
Nan.
Elus Membres Suppleants :
MM. Nguyen Ba Tho; LU Van Dau; Bui Van
Nam; H6 Van Nguon.
Province de Baclieu.
Membres Titulaires :
MM. Diep Quang Phuoc; Son Sor.
Membres Suppl,6ants :
MM. Diep Quang Hau;Lu Hien.
Province de Baria-Cap Saint-Jacques.
Membres Titulaires :
MM. Dang Ngoc Khai; Chailes Nguyen Phu Khai.
MenMbres Suppl6ants :
MM. Nguyen Van Vui; L6 Thanh Tao.
Province de Bentre.
Membres Titulaires :
MM. L6 Quang Hao; Tran Van Ha.
Membres Suppleants :
MM. Tran Van Khoai; L8 Van Thien.
Province de BienHoa.
Memibres Titulaires :
MM. Nguyen Van Toi; Nguyen Van Truc.


Membres Suppleants :
MM. Nguyen Duy Khi8m; Nguyen Van Hoi.
Province de Cantho.
Membres Titulaires :
MM. le Dr Paul Nguyen Van, Kinh ; Tran Van
Nhut.
Membres Supp16ants :
MM. Lim Van Sau; Pham Huu Khanh.
Province de Cholon.
Mermbres Titulaires :
MM. LU Van Di ; Tran Phuoc Thien.
Membre Suppliant :
M. Nguyen Phuoc Thinh.
Province de Giadinh.
Membres Titulaires :
MM. Bui Tan Nhut; Vo Van Ban.
Memnbres Suppleants :
MM. Tran Van Dinh; Nguyen Van Loc.
Province de Longxuyen.
Membres Titulaires :
MM. Nguyen Phu Huu ; Tang Kim Tift.
Membres Supplants :
MM. Tran Van Hien ; Nguyen Van Nhon.
Province de Sadec.
Memibres Titulaires
MM.Pham Van Ngoi ; Nguyen Sanh Chau.
Membres Suppl6ants :
MM. Vo Van Huon; Nguyen Viet Nguon.
Province de Tanan.
Membres Titulaires :
MM. Nguyen Huu Thuan ; Tran Van Huyen.
Membre Suppl6ant :
M. L8 Tai Hoa.
Province de Chaudoc.
Membres Titulaires :
MM. Pham Van Giai; H6 Viet Long.
Membres Suppl6ants :
MM. Nguyen Duc Hoa; Srun Heng.
Province de Gocong.
Memibres Titulaires :
MM. Huynh Dinh Thoi; Quach Van Nghia.
Membres Supplants :
MM. Cao Van Cuong; Oung Tai Mai.
Province de Hatien.
Membre Titulaire :
M. Trinh Van Te.
Province de Mytho.
Membres Titulaires :
MM. Jacques L6 Van Dinh; L6 Van Phan.







Membres Suppliants :
MM. BLi Duy Trinh; Va Van The.
Province de Soctrang.
Membres Titulaires
MM.Trliong Vinh Gia; Son Sim.
Membre Suppl6ant :
M. Son Thai Nguyen.
Province de Tayninlh.
Memibres Titulaires
MM. Nguyen Van Tam; Tran Van Giang.
Membres Suppleants
MM. Huynh Van Mang; TrAn Van Thoi.
Province de Rachgia.
Mem!bres Titulaires :
MM. Ng6 Tu Xuyen ; Nguyen Van Day.
Membres Suppleants :
MM. Cao Thien Toan ; Pham Phu Qui.
Province de Travinh.
Memibres Titulaires
M. Cha.i Un ; Huynh Xuan Canh.
Membres Suppl6ants :
MM. Nguyen Trung Chanh ; Thai Van Loc.
Province de Thudaumot.
Membres Titulaires :
MM. Nguyen Tan Si; Vo Van Thiem.
Memibres Supp1 ants
MM. Nguyen Van Buu ; Nguyen Van Luon.
Province de Vinhlong.
Memibres Titulaires
MM. Nguyen Chanh Hai; L& Van Chan dit Le
Ngoc Chanl.
MenTbres SupplIants
MM. Pham Trung Thua; Nguyen Van Tao.
L'Assemblde territorial a tenu sa premiere seance
pl6niere le 19 avril, dans les salons de l'H6tel de
Ville de Saigon, d6core aux couleurs frangaises et
vietnamiennes.
Dans I'allocution qu'il a prononc6e, le g6ndral de
La Tour, apres avoir d6fini le r6le de cettel Assem-
blee, tel qu'il a e6t fixed par la loi du 14 mars 1949,
et souligne les critiques don't ont fait l'objet les elec-
tions du 1o avril, a declare : /'ose affirmer ici que
vous repr senteZ vraiment toutes les diversitis de
l'opinion /:rangaise et vietnamienne.
Le President Huu, succ:dant au Comnmissaire de
la Republique, a rendu < un hommage public et so-
lennel A tous ceux qui furent, morts et vivants, les
artisans d:, cette grande oeuvre qui est 1'avenement
du Viet-Nim au rang d'Etat Ind6pendant Associe au
sein .de l'Union Frangaise >.
L'Assemblee, apris avoir observe une minute de
silence A la m6moilre de ceux qui sont morts pour


la France et le Viet-Nam, procede alors A l'election
de son Bureau. Sont Blus :
M. Huynh Thien Hai, Prdsident.
Me Jacquemart, Vice-President.
M. Me Vinh, Secritaire.
Apres cette premiere seance du 19 avri.l, l'Assem-
bl6e s'est rdunie A nouveau le 21.
Les 21 et 22 avril ont ete consacrds aux dbats sur
le vote que l'Assembl6e devait effectuer concernant
le rattachement de la Cochinchine au Viet-Nam. Et
le 23 avril, A 12 h. 40, l'Assembl6e a vote par 55 voix
centre 6 et 2 bulletins blancs, sur 63 presents, la
motion don't voici le texte
< L'Assemblee Territoriale de Cochinchine, en ap-
plication de la loi du 14 mars 1949 ;
< Vu les articles 75 et 60 de la Constitution de la
Republique Frangaise ;
<< Vu la declaration conjointe du 5 juin 1948, par
laquelle le Viet-Nam a proclame son adhesion a
l'Union Francaise en quality d'Etat Associe a la
France ;
< Vu la declaration du Gouvernement francais en
date du 19 aout 1948;
< Vu la loi du 14 mars 1949 et notamment son ar-
ticle 4 considirant que la declaration commune du-
5 juin 1948 a dispose que la France reconnait solen-
nellement I'independance du Viet-Nam, auquel il ap-
partient de realiser librement son unit, de son c6ti
le Viet-Nam proclame son adhesion a l'Union Fran-
caise en quality d'Etat Associe a la France ;
< Considerant que le Gouvernement francais a dd-
clare, le 19 ao~t 1948, que le regime actuel de la Co-
chinchine ne correspond plus aux necessites presen-
tes et que c'est aux populations elles-mimes qu'il ap,
patient de diterminer librement leur statut difini-
tif dans le cadre de l'Union Francaise ;
< Exprimant par le vceu ci-apris sa confiance en-
vers S. M. Bao Dai qui, dans sa lettre du, 6 mars.
1949 adressee a M. le President du Gouvernement
du Sud-Viet-Nam, a proclami son intention de re-
server au < Nam Phan >> un statut particulier dans
la nation pour tenir largement compete de sa situation
actuelle come son disir le plus sincere de conserver
au Sud ses anciennes habitudes de vie grace a, une
large decentralisation administrative dans le cadre
d'un Viet-Nam uni, de mime qu'elle a estimi souhai-,
table que les ressortissants francais resident au Sud-
Viet-Nam puissent s'exprimer librement sur tous les
problemes intiressant leurs biens et entreprises ;
< Emet l'avis, a l'adresse du Parlement frangais :
<< I) que le statut actuel de la Cochinchine, tel
qu'il resulte des traits du 5 juin 1862 et du 15 mars
1874, ne correspond plus aux necessites presentes et
doit itre abroge ;
<< 20) que la Cochinchine (Nam Phan) soit ratta-
chee a l'Etat Associe du Viet-Nam ;
< 30) que le rattachement effectif et ligal de la
Cochinchine soit immidiatement prononce, ce ratta-:








tbement devenant toutefois nul et non avenue dans le
cas de changement de statut du Viet-Nam dans
l'Union Frangaise.
< Et imet le vce, a l'adresse de S. M. Bao Dai :
< 1") qu'un statut particulier sozt reserve au Sud-
Viet-Nam dans la nation vietnamienne ;
1 2) que ce statut comporte les clauses suivantes
< le Sud-Viet-Nam est dotd d'Assemblies elues
selon les principles democratiques pour regler les af-
faires locales et notamment une institution sera crdee
pour permettre aux ressortissants frangais risidant
au Sud-Viet-Nam de s'exprimer librement sur tous
les problmes intiressant leurs biens et entreprises ;
< le Gouverneur du Sud-Viet-Nam sera nommi
par S. M. Bao Dai aprts consultation de l'Assemblie
ilue au Sud-Viet-Nam compitente a cet effet. Les
fonctionnaires d'autoriti et les magistrats seront choi-
sis parmi les originaires du Sud-Viet-Nam ;
< une large decentralisation administrative sera
reserve au Sud-Viet-Nam ,
S<<- titre transitoire, et jusqu'd la mise en place
d',ne legislation definitive, le Sud-Viet-Nam conser-
vera ses institutions juridiques et administrative ac-
tuelles.
Au course de la seance de cloture, M. Pignon a fait
I'l6oge des d616gations frangaises et vietnamiennes,
qui < ont su fair preuve d'une grande hauteur de
vues et montrer une sagesse qui est A l'honneur des
deux pays >, et a d6clar6 que < le seul vaincu est
H6 Chi Minh >. De leur c6t6, le g6n6ral Xuan et
M. Tran Van Huu ont d6clar6 que < le texte de la
motion adopt6e ne mettait en p6ril ni l'unite du Viet-
Nam, ni les int6rets francais et ont exprim6 la
profonde gratitude du people du Viet-Nam envers
M. Pignon, ainsi qu'envers MM. Coste-Floret,
Queuille et Vincent Auriol.
Le Barreau de Saigon a elu Me Couget comme bA-
tonnier. Les membres du Conseil de l'Ordre de 1949
sont les suivants : MMe" Barthe, Carpanetti, Khuong,
Tho et Thoan. MMe" Ferlande, Valery, Vican, Huyen
et Ngo Sachf Vinh sont membres supplants.


Cambodge

S. M. Norodom Sihanouk est parti pour Saigon,
le 31 mars, pour rendre une visit de courtoisie A
M. Ldon Pignon.
'e 15 avril, A l'occasion du Nouvel An cambod.-
gien, le Roi a regu miles voeux pr6sentes par les person-
nalitis du royaume. Le meme jour, A Paris, la prin-
cesse Ping-P6ang Yukanthor et les conseillers cam-
bodgiens et laotiens ont offert une reception au cercle
du Comit6 de l'Union Frangaise.
Le 16 avril, le Commissaire de la R6publique de
Raymond, accompagne des Ministres de la Defense
national Huy Mong, et de l'Int6rieur Duong San
Au, a effectu6 une inspection -des postes du M6kong,
au sud ,de la capital, A board d'un dragueur.


Deux trains sont entr6s en collision, le 5 avril,
sur la voie ferree Pursat-Phn6m Penh. 1 y a eu une
vingtaine de morts et une quinzaine de bless6s.


Laos

A un tb~lgramme du President -du Gouvernement
du Sud-Viet-Nam lui souhaitant bonne rdussite dans
ses functions de President du Gouvernement laotien,
le,prince Boun Oum a r6pondu : Toucbh par les no-
bles sentiments et les soubaits amicaux exprimes a
notre adresse, les membres du Cabinet et moi-meme
nous vous prions d'agreer nos sinceres remerciements
et l'assurance que les peuples laotien et vietnamien
verront les liens d'amitie et de confiance se renforcer
pour le plus grand bien de nos deux pays.
Le prince Boun Oum et le Ministre de l'Education
Nationa'le Thao Nhouy, et le Ministre de 1'Economie
Thao Kou Voravong, se sont rendus le 18 avril A
Saigon, pour avoir des entretiens avec le Haut-Com-
missaire Pignon sur les relations futures entire la
France et le Laos.
S. M. Sisavang Vong, accomipagn6e de la Reine,
est arrivee A Saigon le 27 avril, oii le Souverain dolt
s'embarquer A bord du Champollion pour la France.


INFORMATIONS MILITAIRES

L'activit6 militaire reste concentr6e, a la fron-
tiere sino-tonkinoise, en particulier dans la r&-
gion de'Lao Kay et de Hoang Su Phi. Une opera-
tion dans cette derni&re region a Wt6 menee par
une bande chinoise don't l'effectif s'l1evait a un
miller de combatants, agissant en cooperation
avec les 6elments du Viet-Minh. Les 616ments
avanc6s franco-vietnamiens se replibrent sur les
postes principaux, et le commandant local, apres
avoir r6agi avec 6nergie, fit appel aux forces de
parachutistes stationn6es a Lai-Chau.
D'autres attaques, de moindre importance, ont
et6 lancees dans les secteurs de Lao Kay, de That
KhU, et de Lang Son. Tous ces postes r6ussirent
a faire face a l'adversaire par leurs propres
moyens.
Toutes ces operations se sont d&roulees vers
la fin du mois de mars.
Les 27 mars, des communists chinois, avec
I'aide de complicit6s int&rieures, ont pu p6n6trer
dans la ville-frontiere de Moncay. Les 6elments
de la garnison, constitute en majeure parties de
tirailleurs Nung, r6ussirent a conserver la cita-
delle, dans laquelle les femmes et les enfants
avaient pu trouver refuge. Un contact a 6t6 re-
pris avec la ville par une colonne de secours et
grace au concours de 1'aviation. Le combat con-
tinue pour le nettoyage de I'agglom6ration.








Le lendemain les adversaires ont repass6 la
frontiere, laissant 60 tu6s. Nos pertes se sont l6e-
v6es a une trentaine de tuds et surtout de bles-
s6s parmi lesquels M. Lefevre, conseiller de la
province. La situation a 6te compl&tement r6ta-
blie avec l'arrivee d'une colonne de renfort qui
a .ensuite procede aux operations de nettoyage.
L'Etat-Major a affirmed que l'attaque a 6te menee
par 600 hommes venant de Chine, comprenant
des elements communists de la bande de Lao
Tchang Ia, adjoint du commandant du 20e re-
giment de liberation du Kouang-Toung, appuy6s
par des troupes du Viet-Minh se proclamant
communists. Cette operation avait Wte soigneu-
sement pr6par6e et une soixantaine de soldats
communists chinois, munis de faux 6tats-civils
nung, se firent engager dans le bataillon de la
defense c6tiere, unite r6guliene re.crute exclu-
sivement parmi les minoritCs nung, afin, le jour
de l'attaque venu, de livrer aux assailants une
des principles positions de la defense de la
ville. Le loyalisme des troupes de recrutement
local a 6te absolu.
Dans l'ensemble, les autorites militaires fran-
caises ont bien en main la situation sur la fron-
tire du nord du Tonkin.
Le 4 avril se sont d6roulees des operations
pres de Hanoi au course desquelles 45 Vietminh
ont ete tuis et 5 faits prisonniers. La plus im-
portante de ces operations s'est d6roulee a une
trentaine de kilometres au sud-est de la ville.
36 membres du Viet-Minh y ont trouve la mort,
don't 2 chefs'de bataillon et le president du co-
mit6 local de resistance. 2 mortiers, 7 fusils et
de nombreuses munitions ont Wte r6cup6ers. Les.
pertes francaises se chiffrent par quelques bles-
ses. Cette operation a d6but6 par 1'attaque, par
plusieurs centaines de r6guliers du Viet-Minh,
d'un .poste frangais, r6cemment install sur la
digue reliLnt le Fleuve Rouge a la route Hanoi-
Haiphong. Des chars venus de Banyon-Nanh
ont appu:y la contre-attaque franchise, mettant
en fuite les agresseurs. Pendant ce temps, l'ar-
tillerie frangaise a bombarded les postes de com-
mandement du Viet-Minh etablis a quelques kilo-
metres du lieu de l'attaque. Deux de ces postes
ont Wte d6truits. II semble que le Viet-Minh ait
eu pour but d'impressionner la population viet-
namienne de la region qui, depuis une dizaine
de jours, est passe sous contr6le frangais.
Le 6 avrill, pres de Gialam, un poste francais
a repou.sse, une attaque de forts N61ments rebel-
les, leur infligeant 27 tuets ; des armes et des
munitions ont ete recup6rees.


Un communique militaire frangais du 11 avril
announce que des pertes importantes en materiel
viennent d'etre inflig6es au Viet Minh : de nom-
breuses armes de tout calibre, 7 tonnes d'obus,
3 ateliers, plusieurs tonnes d'outillage, 6.000
litres d'essence, 700 kilos de soufre, 35 jonques
sont tombs entire les mains des forces frangai-
ses. Au course d'une autre operation, la marine a
ditruit 220 jonques du Viet-Minh. On signal 3
blesses du c6te frangais.
Une operation engage le 14 avril centre les
6elments vietminh retranch6s dans des grottes
situees a 25 kilometres a l'ouest de Hanoi, leur
a inflig6 70 tues. Ces elements avaient massacre,
dans cette region, 10 families de partisans ton-
kinois servant dans les rangs frangais.
Des operations engages a une quinzaine de
kilom&tres a l'ouest de Hadong et qui se sont
terminees le 24 avril ont fait une centaine de
tues du c6te vietminh. De nombreux prison-
niers ont 6et faits, et des armes, des munitions
ainsi que des documents ont Wte pris.
D'autre part, a la meme date, des troupes
frangaises operant dans'la region situee au sud-,
est de Hanoi, ont d6truit ou r6cuper6, sur le
Fleure Rouge, 70 jonques du Viet-Minh.
Le 25 avril, des effectifs du Viet-Minh ont at-,
taque les postes frangais du secteur du Nam
Dinh et ont reussi a pousser certain elements
dans la ville. Aprbs avoir fait usage de mortiers,
ils ont di se retire devant la reaction des trou-
pes frangaises, notamment des 6elments blinds.
En Annam, des commandos de la marine et
du genie, appuyds par le croiseur < Duguay-
Trouin >> et I'aero-navale, ont fait sauter, le 3
avril. le pont de chemin de fer de Baonui, a 180
kilometres au sud de Tourane, au sud de la gare
de Da-Huynh. Un train du Viet-Minh, compre-
nant deux locomotives sous pression et 9 wa-
gons, qui se trouvait dans un tunnel voisin, a etd
mis en march et pr6cipit6 dans la coupure. 15
rebelles ont Wet tuCs au course de l'engagement,'
et les munitions r6cuperees.
En Cochinchine, on note pendant cette periode
une recrudescence des activities terrorists du
Viet-Minh ; et aucune operation militaire n'est
a signaler. Parmi les attentats commis, les plus
important sont : le deraillement du train Loc
Ninh-Saigon le 30 mars, le sabotage du pont'
ferroviaire de Dakao, faubourg de Saigon, le
'" avril.
La siretI federal a arrete le 2 avril, a Saigon,
apres de longues recherches, 56 terrorists, qui
depuis plusieurs mois operaient dans les quar-
tiers des Halles Centrales de Saigon et dans le
faubourg de Khanh-Hoi.










AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCAISE


Federation


L'ETUDE .'
DES CONDITIONS
D'AMENAGEMENT
DE LA VALLEY
DU SENEGAL


NE mission doit
U tre charge e, au
course du pre-
mier trimestre 1949,
d'.tudier les conditions
d'am6nagement et de r6gularisation du fleuve S6ne-
gal et de sa vall6e ainsi que les possibilities de mise
en valeur du Ferlo.
Sont d6signes pour faire parties de cette mission :
M. Drouhin, directeur de l'hydraulique agricole
du gouvernement g6n6ral de l'Alg6rie, chef de mis-
sion,
M. Augier, president directeur general de la
Compagnie g6enrale d'entreprise d'electrification,
M. Aubert, p6dologue,
M. Gautier, g6ologue du gouvernement g6enral de
1'Algerie,
M. Rossin, secretaire general de l'Office de la re-
cherche scientifique colonial,
M. Schultzle, ing6nieur topographe.


LES NOUVEAUX SERVICES TERRESTRES
DE L'AEROPORT DE DAKAR-YOFF

M. Rostand, directeur de l'Infrastructure de
1'Aviation en A.O.F., a pr6sent6, le 25 avril, A
M. Bargues, inspecteur g6n6ral des Colonies, repre-
sentant le Gouvernement g6enral de I'A.O.F., la
premiere tranche des travaux destines A doter l'a6ro-
port international de Dakar-.off d'installations di-
gnes de son importance.
Desormais, tous les passagers en transit ont leurs
locaux particuliers, accueillants, clairs, a6res. Les
nouveaux batiments comportent un vaste promenoir,
orn16 d'une tres belle fresque murale ; une salle de
restaurant, don't la superficie est double de celle
qui, jusqu'alors, etait affect6e aux passagers, des
installations sanitaires modernes ; une salle pour les
enfants.
Un bureau de poste, enfin, install dans une des
faces situees sur le parking des autos, pourra 8tre
utilis6 A la fois par les passagers et les visiteurs de
I'aerogare.


Ces batiments de transit mis en service le 25
avril seront tres prochainement completes par
une tres grande salle d'attente qui pouvait &tre
construite qu'apris le replacement des anciennes
installations sanitaires et de la poste. Les installa-
tions destinies aux passagers en transit seront alors
termin6es.
Quant aux installations r6servees au traffic < ter-
minal > c'est-a-dire aux passagers qui arrivent
ou parent de Dakar elles sont, A l'heure actuelle,
en chantier. On compete qu'A la fin de l'ann6e, 1'a6ro-
gare de Dakar-Yoff sera completement achev6e.
Alors que les anciens batiments avaient une su-
perficie de I.ooo mitres carries, les nouvelles cons-
tructions couvriront 4.000 mitres carries.


"Snegal

L'ELECTION DU CONSEIL GNIERAL
A SAINT-LOUIS (SENEGAL)

Le scrutiny de ballottage, pour l'election d'un
Conseiller general A Saint-Louis, a eu lieu le diman-
che to avril. *
Au premier tour, les resultats ont te6 les sui-
vants :
MM. Baye Salzman : 11.783 voix; Sall Boubou :
8.033; N'Diaye Mamadou : 744.
Le scrutiny de ballottage de Saint-Louis (S6negal)
a donn6'les r6sultats suivants :
M. Baye Salzaman (S.F.I.O.) : 11.398 voix, 6lu;.
M. Sall Boubou (Bloc d6mocratique s6n6galais)
9.103 voix.


Soudan

LES TRAVAUX
DU CONSEIL GENERAL DU SOUDAN

ELECTION DU BUREAU ET DES COMMISSIONS
Au course de sa stance d'ouverture, le 21 mars, et
apris le depart du Gouverneur, l'Assembl6e a pro-
ced6 A l'election de son Bureau, sous la presence du
doyen d'Age, M. Mamadou Niare.
M. Tidiani Traore, president sortant, a, d'abord,
6t6 r6elu sans concurrent.
Les autres membres du Bureau ont, ensuite, 6t6
6lus comme suit :
Premier vice-president : M. Saintard ; deuxieme
vice-president : M. Diallo Djigui; secr6taires :
MM. Diop Hamet Felix et Diawara Mamadou.








Apres avoir remerci6 ses colleagues de lui avoir
accord', A nouveau, leur confiance, M. Tidiani
Traore a repris sa place au fauteuil pr6sidentiel.
L'Assembl6e a proced6, alors, i l'election des
membres de ses difflrentes Commissions et s'est
ajourn6e ensuite A quatre jours pour permettre aux
Commissions de preparer les travaux de la session.

REJET DU PROJECT DE CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE
Dans sa second stance, le Conseil a abord6 la
discussion de l'importante question de la contribu-
tion excepi onnelle.
Le secretaire de l'Assembl6e a donned, d'abord,
lecture de la lettre du Gouverneur aux Conseillers
G6ndraux, demandant l'institution de cette contri-
bution exceptionnelle (la valeur d'une journ6e de tra-
vail), don't le produit serait integralement ristourn6
au cercle collecteur pour l'ex6cution de travaux so-
ciaux et economiques d'equipement local. Puis lec-
ture a 6et donnee du rapport de la Commission des
Finances de: l'Assembl6e sur ce project, concluant A
son rejet pur et simple, cette contribution devant
favoriser, cans l'esprit des membres de la Commis-
sion, le retour aux prestations et au travail force,
solennellement condamn6 par la loi du iI avril
1946.
Au course de la discussion qui s'ensuivit, M. Tr&-
cher, secr&laire g6enral du Territoire, a expose, aux
membres ce l'Assembl6e, les raisons de la n6cessit6
imperieuse de cette contribution, de nombreux tra-
vaux ayant 6t6 entrepris, qu'on ne peut continue,
faute de credits. Malgre la contribution du F.I.D.
E.S., les finances locales sont, partout, A boutl de
souffle. Si la population des villes s'en tirera tou-
jours avec les budgets communaux, il n'en est pas
de meme pour celle de l'int6rieur et cette contribu-
tion est, precis6ment, demand'e pour permettre
l'execution de travaux ihtiressant directement et
exclusivement les ressortissants de la circonscrip-
tion dans laquelle elle aura 6t6 collectee.
Le Secrftaire G6n6ral a precise, ensuite, que
cette contribution n'6tait pas un retour aux presta-
tions, le texte soumis A l'Assembl6e stipulant qu'elle
pourrait &tre acquitted en nature, < i la demand
express du contribuable >.
Finalement, apris l'intervention de plusieurs
conseillers generaux, don't M. Fily Dabo Sissoko,
d6pute, l'Assembl6e a adopted I'avis de sa commis-
sion des Finances et rejete, purement et simple-
ment, le p rincipe meme de cette contribution excep-
tionnelle.


UN EMPRUNT DE CINQUANTE MILLIONS
POUR LA VILLE DE BAMAKO

La Caisse Centrale de la France d'Outre-Mer a
consent, A la ville de Bamako, un emprunt A moyen
terme de cinquante millions, destine, au course de
1949, A finance d'importants travaux de voirie.


La population de Bamako a presque totalement
double en cinq ans : 70.000 habitants au lieu de
34.500, et on estime que ces travaux sont devenus
indispensables.


Guinme Franvaise

L'ELECTION AU CONSEIL GENERAL
DE GUINEE

La Guinde a &l'u, le 16 avril, au scrutiny de bal-
lottage, un Conseiller g6enral en replacement de
M. Ferebory Camara, d6eced le o1 janvier. Le nou-
vel elu de l'Assembl6e territorial, M. Ciss6 Mous-
tapha, appartient a l'Union du Mand6.
Jadis affiliee au Rassemblement d6mocratique afri-
cain, l'Union du Mand6 s'est separee de ce mouve-
ment en octobre 1948 sous l'impulsion de son leader,
le deputy Mamba Sano, qui appartient, aujour-
d'hui, sur le plan parlementaire, au group des In-
dependants d'Outre-Mer.
L'Union du Mand6 a public, le 30 novembre 1948,
les grandes lignes de son programme, qui sont :
grouper les autochtones de la Haute-Guinde ; col-
laborer 6troitement et loyalement avec tous les grou-
pements ethniques comme avec les autorites publi-
ques, enfin de rester independante A l'egard de tout
parti ou movement politique.
M. Manadou Traore, arrive second avec 359 voix
centre 2.956 A M. Ciss Moustapha, est affili6 au
R.D.A.


LA VILLE DE CONAKRY
SOUSCRIT UN EMPRUNT DE 61 MILLIONS

Le Conseil Municipal de Conakry vient de voter
le principle d'un emprunt de 61 millions, destines A
finance la premiere tranche du programme de mo-
dernisation et d'extension de la ville.
Selon La Guinee Frangaise, cette premiere-tran-
che comprendrait :
23 millions pour la voirie bitumage de
7 kilomitres de voies publiques avec trottoirs et ca-
niveaux dans les quarters africains ;
12 millions pour les installations sanitaires.
Le programme prevu consiste A construire 12 blocs
sanitaires nouveaux qui viendront s'ajouter aux trois
d6jA en construction. I1 s'agit de W.C., lavabos pu-
blics, de 40 places chacun, 6quipds d'une maniere
moderne avec fosse septique. Ces batiments revien-
nent chacun it million. Le plan en a ete 6tudi6
compete tenu de l'experience dejA acquise au Maroc;
25 millions pour un grand march destine A
remplacer le march actuel, beaucoup trop vetuste
et insuffisant ;








i million pour compl6ter l'installation du re-
seau de bornes-fontaines.
Pour r6aliser cet emprunt, la commune de Cona-
kry a demand l'aval du Territoire. La question est,
actuellement, soumise A l'examen du Conseil G6ne-
ral qui doit en d6lib6rer au course de sa session en
course.


L'fLECTRIFICATION DE LA GUINEE

Pendant I'ann6e 1948, une mission < Electricit6
de France > a prospect les resources hydro-6lectri-
ques de la Guinee et a recherche plus particuliere-
ment les amenagements de chutes d'eau susceptibles
d'alimenter en 6nergie 6lectrique la region de Cona-
kry.
Cette premiere phase est, maintenant, achev6e et,
apris une etude comparative de plusieurs projects, le
choix s'est porter sur I'aminagement du Samou, aux
Grandes Chutes. L'avant-projet de cet management
vient d'etre termine A Paris, et il est, d&s A present,
possible de passer au stade des realisations.
A moins de 80 kilom&tres A vol d'oiseau de Co-
nakry et du gisement de mineral de fer de la pres-
qu'ile de Kaloum, A 68 kilomitres du gisement d'h6-
matites de Yomboili, avec la proximity des centres
important de plantations et de petites industries
artisanales de Kindia et de Coyah, la situation des


Grandes Chutes est tout A fait favorable et doit
permettre 1'6lectrification, dans les meilleures condi-
tions, de toute la zone qui, justement, a le besoin
le plus pressant d'6nergie.
Le project corisiste a court-circuiter une boucle
de 6 kilomitres de longueur que forme le Samou,
aux environs de la gare des Grandes Chutes. Pen-
dant ce parcours, la riviere descend de 120 metres
en une succession de rapides et de cascades.
Par -contre, pendant les 8 kilometres qui precedent
la boucle, la pente de la riviere est extremement
faible. Un barrage de quelques mitres de hauteur,
A l'amont ,de la boucle, creera un petit reservoir qui
permettra de maintenir un certain d6bit A la fin de
la saison seche, et, en meme temps, de moduler, au
course de la journee, suivant des besoins essentielle-
ment variables, les apports de la riviere.
Les ouvrages d'adduction d'eau comprendront une
prise d'eau qui fera corps avec le barrage ; un tun-
nel d'environ i.Ioo metres de long, suivi d'une con-
duite m6tallique de 550 mitres de longueur, qui
aboutira A une usine implant6e just A l'aval des
derniers rapides.
En premiere tape, il est probable que cette usine
sera 6quipee de deux groups g6nerateurs de 4.500
kilowatts chacun. Un poste de transformation, situ6
pros de cette usine, 6levera A 60.000 volts la tension
du courant produit qui pourra, ainsi, 8tre transport
dans des conditions normales jusqu'A Conakry.








AFRIQUE IQUATORIALE FRANtAISE


Federation

L'INTRODUCTION
DE LA
MOTOCULTURE
DANS LA
F~D~RATION

L motoculture a,
dans les pays
chauds, une
place de choix A
conquirir, par suite
de l'etendue des exploitations, de I'insuffisance ou de
I'inexistence de la traction animal et du climate.
Toutes ]es notions fondamentales de la motocul-
ture metropolitaine peuvent 8tre pareillement appli-
qu6es, aprus certaines adaptations et avec plus ou
moins d'amplitude, suivant l'importance de l'ex-
ploitation, la nature de la vegetation naturelle et
des cultures envisagees, la structure et la topographie
du terrain.
II imported done que cette periode d'adaptation
soit assure: par des stations-pilotes.
Creee fin 1945 et organis6e A cet effet, en aofit
1947, la Station de Modernisation Agricole a pour
but essential de preparer la modernisation de l'agri-
culture d'A.O.F. par la mise au point des techniques,
l'experimentation des materials et la formation de
personnel sp&cialis6.
Situee dans la vallie du Niari, en bordure du
chemin de fer Congo-Oc6an, elle a b6neficid de l'at-
tribution de 30.000 hectares de terres riches et dis-
pose dis maintenant de trois maisons d'habitation
definitives, d'un garage et d'un atelier en dur, de
deux maisons provisoires et d'un camp pour la main-
d'euvre.
Elle comprendra, lorsqu'elle aura atteint son plein
d6veloppement :
Une Direction experimentation ;
Un Magasin g6n.ral d'6quipement;
Une Station d'essai de machines;
Une Ecole de M6canisation et d'Industrialisation
agricoles ;
Quatre unites de culture-pilote autonomes de 2.000
hectares chacune ;
Un Atelier common de reparation avec garage an-
nexe ;
Un Magasin commun de stockage;
Des unii:s industrielles.
Le materiel de culture m6canisee pour 8.000 hec-
tares d'arachides en assolement avec soja, mais, pa-


tate, est en course ,de reception. Une command de
materiel pour la culture mecanique du mil va 6tre
passe prochainement.
Le rythme de mise en culture envisage est le sui-
vant :
Octobre 1948 ....................... 50 ha.
Mars 1949 ......... ............... 500 ha.
Octobre 1949 ................... ..... 2.000 ha.
M ars 1950 .... ...................... 8.ooo ha.
ou davantage A la diligence du secteur mixte ou prive.
Le d6marrage d'octobre 1948 sur 50 hectares a pu
tirer profit de l'exp6rience de deux campagnes pria-
lables d'essais sur deux cycles culturaux, repr6sen-
tant quatre essais s'appliquant A l'arachide, A la pa-
tate, au soja, au mais et aux engrais verts. Ces essais
ont notamment permis de determiner les dur&es de
vegetation, le comportement en culture mecanisee,
les taux d'elements utiles et la resistance aux mala-
dies : ils autorisent les plus grands! espoirs.
Le Centre experimental m6canise de Production
agricole des plateaux bat6eks, A Inoni, est appele A
prolonger l'action de la Station de Modernisation
de Loudima. 11 en est, pour l'instant, A la phase ex-
p6rimentale prliminaire.
Si le materiel pour 6.000 hectares demand au ti-
tre du Plan Marshall est livr6 en temps opportun,
le Service de l'Agriculture escompte le rythme d'ex-
tension ci-aprss :
Octobre 1948 ....................... 20 ha.
M ars 1949 ........................ 200 ha.
Octobre 1949 ...... ................. 2.000 ha.
M ars 1950 ............. ............. 6.ooo ha.
ou plus A l'initiative du secteur mixte ou prive.
La Commission de Modernisation des Territoires
d'Outre-Mer a fix6 pour objectif A I'A.E.F. la four-
niture annuelle, A l'expiration du plan d6cennal, de
135.000 tonnes d'arachides decortiquees exportables.
15.00ooo tonnes devant provenir de la culture tradi-
tionnelle amelioree et 120.ooo tonnes de la culture
mecanique.
Les regions cotonnieres, bien que grandes consom-
matrices d'arachides, livreront sans difficult les
15.000 tonnes demandees A la culture ancestrale. El-
les en exporteront vraisemblablement plusieurs di-
zaines de milliers de tonnes A partir du moment oui
sera resolue la question crucial de I'vacuation vers
les ports maritimes, et de l'amelioration des com-
munications routieres.
Les 120.ooo tonnes assignees comme but A la cul-
ture m&canisee seront ais6ment fouries par la Sta-
tion de Loudima et par le Centre d'Inoni et, surtout,








par les organismes du secteur mixte ou priv6 qui
exploiteront les r6sultats de ces deux entrep-rises-pilo-
tes. I1 ne faut pas perdre de vue, ei effet, que la val-
lee du Niari offre 1oo.ooo hectares d'excellentes ter-
res exploitables en culture mecanique et qu'il en
existe sur les plateaux bat6kis plus d'un million
d'hectares de valeur equivalente, alors que 16o.ooo
hectares A peine sont necessaires pour parvenir A la
production des 120.ooo tonnes escompt6es.


LA CONSTRUCTION, A BRAZZAVILLE,
D'UNE CENTRAL ELECTRIQUE
DE 10.000 KILOWATTS

L'Assemlbl6e G6enrale Constitutive et le premier
Conseil d'Administration de la Societe Anonyme
d'Economie Mixte < Energie Electrique d'A.E.F. >,
viennent de se reunir A Brazzaville.
Apres l'election de M. Mougin, conseiller financier
du Haut-Commissaire de la R6publique, A la pr6si-
dence, et l'examen d'un certain nombre de probl6-
mes d'ordre int6rieur, le Conseil a abord6 la ques-
tion du choix de la chute A dquiper dans la region
de Brazzaville.
Apres avoir minutieusement examine les projects
relatifs A l1'quipement de la Foulakari et du Djoue,
1'Assemblee a retenu ce dernier A l'unanimite.
Sitube A quatre kilom&tres de Brazzaville, la cen-
trale sera 6quip6e pour une puissance de 1o.ooo kilo-
watts, susceptible d'etre portee, par tapes, A 30.000
kilowatts.
11 s'agit d'une < basse chute > qui utilisera Ie gros
d6bit du Djoue (120 m3 400 dans les periodes de crue)
peu avant son confluent avec le Congo. La central
sera du type < vertical > et quatre turbines y seront
installees.
L'energie 6lectrique aiisi ptroduite servira, non
seulement A alimenter Brazzaville, don't la consom-
mation augmentera avec l'installation de nouvelles
usines, mais, 6galement, toute la region de la ligne
du chemin de fer < Congo-Oc6an > jusqu'au delay de
Kimbedi.
L'l6ectrification de Fort-Lamy doit 8tre entreprise
immediatement et le Conseil d'Administration a de-
cidd de poursuivre les etudes faites, il y a quelques
mois, par ','Electricit6 de France, de maniere A com-
mencer les travaux dans les moindres delais.
L'electrification des petits centres de l'A.E.F. a
fait l'objet d'une large discussion et, conrpte tenu
de l'aspeot social de cette question, il a etd decide
qu'un plan d'6quipement serait present A la pro-
chaine. reunion, plan qui permettrait d'6tablir un
programme de r6alisations pour les prochaines an-
nees.


L'AIDE MARSHALL A L'AE.F.

En ce qui concern l'dquipement,, I'A.E.F. doit re-
cevoir, au mois de juin, les articles suivants, qui ont
6t6 embarques avant le 31 mars aux Etats-Unis et
qui repr6sentent une valeur global de 73.897 dollars.


24 g6n&rateurs d'une valeur de ........
i atelier electrolytique pour I'affinage de
l'o r ... .......... ...............
9 groups Jaeger ....................
2 appareils propulseurs Chrysler ......
i moteut: Diesel Caterpillar de 25 CV ..
3 moteurs Diesel Chrysler de 60 CV ..
Le Canada doit livrer, de son c6td :
i charrue A disques ;
5 d6chaumeuses ;


3,000

19.419 $
5.579 $
4.734 $
3.015 $
5.250 $


5 pulverisateurs;
3 semoirs ;
5 rotofanes,
le tout, accompagn6 des pieces de rechange, repre-
sente une valeur global de 10.000 dollars.
L'A.E.F. recevra encore pour 5.ooo dollars de
pieces d6tach6es (pour l'6quipement agricole), ainsi
que du < balatum > (4.900 dollars) reserve a l'ins-
tallation de l'h6pital et des hotels.
Enfin, elle ben6ficiera des 18.ooo dollars de l'as-
sistance technique qui lui permettront de payer les
technicians am&ricains verificateurs du materiel qui
lui est destine, avant son embarquement, ou qui vien-
dront le mettre en route sur place.


TRAFFIC DU PORT DE BRAZZAVILLE

Voici un tableau comparatif des tonnages de
marchandises manipulees dans le port de Brazza-
ville :


Oubangui et affluent
rive droite du Congo

M ontre ..............


1939

36.900


Descente ............. 30.900
Traffic du Pool
Embarqus ........... 16.400
D6barquu ............ 38.700


1946

26.129
29.720


1947

28.582
32.796


6.100 7.250
19.000 17.800


1948

39.202
30.681

2.940
12.140


TRAFFIC DU PORT DE POINTE-NOIRE

Voici un tableau comparatif des tonnages de
marchandises manipul6es dans le port de Pointe-
Noire :


1946 1947

Importations ............... 46.017 87.557
Exportations ............... 51.560 66.132


1948

140.200
76.784


Traffic total ............ 97.577 153.689 216.984








TRAFFIC
DU CHEMIN DE FER CONGO-OCEAN

Voici un tableau du traffic du chemin de fer
< Congo-Ocean > en 1948 comparativement avec les
.annees pr&c6dentes :


Voyageurs :
Nonrbre ..........
Voyageurs-kilomhntres
(en miliiers) ....

Marchandises :
Nombre de tonnes ..
Tonnes-kilomitriques
(en millies) ....


Ann6es


1940 ..


1942 ..


1944 ......


1946 .. .. ..


1948 .. .. .


1038 1946 1947 1948

79.460 162.994 224.480 252.588

8.593 18.086 24.533 26.211


115.897 164.627 233.958 275.314

37.674 40.818 59.888 78.900


P~pu1auon


Population
europ6enne




1.195


1.439


1.541


2.991


3.970


LE BUREAU DU GRAND CONSEIL
DE LA FEDERATION

Le 21 avril, le Grand Conseil a proc6de A l'6lection
des membres de son Bureau.
II est ainsi compose :
President : M. G6rard.
Vice-Presidents : MM. Gondjout, Regnault.
Secritaires : MM. Yetina, Evouna.
Syndic : M. Cazaban.

COMMISSION PERMANENT :

Titulaires : MM. Yetina (O.C.) ; Evouna (Ga-
bon); Adoum Aganaye (Tchad); Tchichelle (M.C.).
Suppliants : MM. Darlan (O.C.) ; Gondjout (Ga-
bon) ; Dounla (Tchad) ; Cazaban (M.C.).


EVOLUTION DEMOGRAPHIQUE
DE LA POPULATION DE BRAZZAVILLE


Francais
d'origine
europ6enne
)u extra-africaine



976


1.161


1.287


2.470


3.314


FranCais
d'origine
africalne


Etrangers


140 idont


164 don't


15,9 don't


239 don't


32.2 don't


60 Portugais
3,5 Britan.niques
15 Belges
14 Su6dois
4 Grecs

73 Portugais
29 Britanniques
115 Bellges
14 Suadois
5 iGrecs

72 Portugais
,17 Britanniiques
212 Belges
17 Suedois
10 Grecs

113 Portugais
6 Britanniques
44 Belges
7 .Suddois
7 Grecs

142' Portugais
4 Britanniques
45 Belges
20 Suldois
13 Gre-cs





Pages
38-39
Missing
From
Original























VARIiTES


'IDEE selon laquelle I"hiuanit6 est n6e d'une
souche unique, len un seul point du monte,
nous est famili'rer. Non sleulelement ell.e nous
est familisrie, imlais pour beaucoup elle constitute
m&ne une sorte d'article de, foi, dans la imesure oil
Chr6tiens et Musulmans ont inscrit i leur dogmne le
iythe 'lh6brafique du premier couple ihumain don't la
creation c.ouronne la genbsie du mnonde.
Gette id6ee toutelfois, deviant l'extr'me *arit6j des
races humaines et leur dispersion sur tous les con-
tinents s6par6s ,comanme l'on sait piarfois par .d'im-
miences oceans, cette idee parait co'ntraire A la vrai-
semfblance ,et pour tout 'dire par trop Bilmientaire,
prilmaire en un seu anmot.
Aussi iorsique son obljiet devint la imlatiare non plus
seuleament ld'un article de la religion r6vi61e, puis6
dans la tradition pr6-mosaiqu'e d'Isral6 mais d'in-
vestigation scilentifi~que, les objections qu'elle sou-
levait donnbrent-elles lieu iA iune hypothlse oppose.
Unse querelle ide mnm!e ordre ique ciellie des Anciens
et des Moderneis, de manlme ordre queM la controversy
qui avait dressA les thololgiens contre Galilke, prit
naissancoe. Avec ecette differencee toutefois que les
hbomnmes de science se partagArent. Les uns, mono-
g6nistes trouvaient idans les 'donn6es .de la pr6lhis-
toire de la linguistique surtout dies Wlmnients de na-
ture iA confirmier l'affirmation religiieuse. Les autres,
les poly,gnistes, invoquaient le contraire. C'est ainsi
que: Darwin par ,exemple a pu 6crire : << Ies natura-
listes admlettant lie principle de 1'6volution... n'6prou-
veent paseo de out A l'gard di fait que tout'es les ra-
ces humaines, descendent d'une souche primitive uni-
qu.e o (The descent of Man, 1871, paigeis 264-268). Ce
n'.tait pas une demonstration d6lcisive, 'dans la me-
sure ofl il deimeurait A 1tablir qule F1'vol'ution de l'huL
manitA tendait A unie diversity constant et A 6ta blir
of .cette souche primitive' unique avait bien pu pren-
'dre naissance. Or si loin iqu'on puisse ireimonter aviee
certitude dans le pass des' hommaes, on constate
que les plus anciens, ceux mamie. don't le's caractlres
n'etaient pais., au regard de le'vlolution, d6finitifs,
signalaient dldjA lets differences raciales actuelles et
se distribuladent idj & ssur toute 'Ptendue ldu globe.
Quellie contribution 1'6tude, 'en son tiat present,
des peuples' d'Afrique, a-t-eille apportee *dans ce id6-
bat ?. Une contribution don't P'importance n'a pieut-
Wtre pas 6tU& suffisarunment anise en lumire'.


R'etenons par ailleurs quie les vieilles traditions
coptes font 6tat d'un mythe d'oricgine, nubienne aux
berries duquel la premibrie dynastie du maondd, issue
d'Adam et de ses descendants Gankam puis Aran-
kam, aurait rAgn&, avant le deluger, sur le pays des
legendaires Monts de la 'Lunei (Djebeal tel Khmar) ;
des clhroniques arables situaient ice pays vers. les
sources du Nil, Idu cta .de lo a chaine dle Factuel
Rouwenzori. (Cf J. IMori6., Histoire. de Nubie et
d'Abysisinie, Paris 11904). Unie fois de plus 'Afriique
nous offre un example frappant d'rune tradition pa-
rallele ,en quelque sorte A la tradition israelite, dans
des conditions id'autant plus saisisisantes que I'on
sailt comment leis IHbrmeux ont sajourn des si6cles
durant sur les rives du Nil'.
Ajoutons enfin que de no;mbreux p'euples noirs,
6tablis au oceur 'du continent, entretiiennent unie
croyance d'allure se-m'blable A ceelle .du mythe is-
raelite. Le Cr6ateur, idont le sirgie est dans les cieux,
a peupAi la Terrre, en y faisant naitre un couple
ori;ginel. Ainsi, les Miandjia et les Blaboula (cf. F.
Gaud, R.P. Colle, .dans les monographies de C. van
Overerlhg, Bruxelles, 1910, 19114). Les Baboula 'e.sti-
'meraient mAmie qu'aux origins, it y cut des hom-
mes blancs, auprAss de leurs propneis ancAtries que ces
blancs seraient parties en ,empnruntant la voie de << la
grande eau >>.
;Sous l'angle de l'anthropoloigi'e, (anthropologie
prehistorique inclus) que constatons-nous ?
1;) L'Afrique 'est le continent qui, l'heure ac-
tuelle, a fourni plus grand nolribre d'Wexemplaires
possibles pr6hominiens, constitutant ia eux soeuls une
ohaine progressive interim diaire entire les Anthro-
poides et I'omanme.
2) L'Afriqu'e est l e continent oil coihabitent le
plus grand' nombne de reiop'rs'eintiants ddes diverse
grand'races.
Tanidis en effet que les gralndraces blanche, jaune
et rouge oocupent dies aires nettelm!ent circonscrites,
et sans jamais pour ainsi dinee se j:uxtaposer (ind6-
pendamment naturedlement -des immigrations rMcen-
tes d'allure, cooloniale >> "Afrique offre ie spectacle
d'une juxtaposition sino.ni g6nirale et absolute du
moins ,si manifesto qu'on on viendra ami6me tot on
tard A reoconsid6rer la division Afriqueo blanche -
Afrique noire. II lest reoonnu ,qu'une grande parties
doe la bordure soudanaise, Yoroiuba, peeuples de la









bbordure des grands laic, Baganida...) en mene temps
qaue des peilples blaens ont aibsorb6 des Noirs (Afri-
que ,du Nord ,oh le Mnj6tisisalge iest parfois frappant, A
Marnarkech notammnent, Abyssinie). D'autres peuples
b ancs 'vivent au ecoeur mme des, r6igions. < noires :
Peuhls, Ariib'eBs du dTchad, plus oiu moins mintiss6s.
Enfin il en .est 'd'autres : Pygrnmies, Boshimans, iqui
emaercl6s par lies Noirs, en idemeurent fort distinctts.
Des Boshinmans on pent dire 'qu'ils sont dies jaunes
(je me r6fie A 1'avis du prof. Pittard *de GenBve).
Parmi les Blan!cs endin on troupe touteis leis variantes
allant duL type: blond iberibAre ancientn lybiien) au Fel-
lah de l'ancienne race dite rouge et au type samite
en passiant par les Touareg qui demnienurent une
4nigme. Les categories isont fortelment mises,
repreuve.
3) L'Afrique est le continent ob, en un mnmie
point : le lac Albert on observe les ideux types ex-
triAn es les plus opposlks de 'PhumbanitA tout entikrei,
:soit celui dies Pygmieies (brachyc6phales, macrokor-


mes, de taille pouvant diescendre jlsqu's 1 m. 330)
iet cedui des dits, ( 6chassilersi nilotiques > (dolicho-
cephalles, brachykornmes, die taille, pouwant attein-
,dre 1 m. 95).
Et le lac Albiert est biein proche dies 16gendaires
Months de ia Lune !
Sans doute n'y a-t-il ni Jaiunes ni Indiens carac-
t sris6s. Sans doute oes Bl6meents siont-ils encore in-
suffisants pour dcidier du point ide savoir si Dar-
win, avait prison on non.
II n'en demneure pas mooinis que le contingent afri-
cain offre, avec ces trois. ordries .d'obseervations pui-
sieAs aux sources les plus recienteis et, scientifiquie-
ment, les plus indisicutablels, un domiaine qui m6rite
au plus haut point de retenir attention, de tous
,ceux qu"int6ressie le d6ebat du monog6nisgmne ou dat
polyg6nismge.
Denis-Pierre dei PtDRALS.






















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publide an present bulletin est purement objective. Elle n'implique
dvidemment aucune adhesion du Ministere de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimees dans les articles
reproduits d titre d'information.




PRESS METROPOLITAINE


INDOCHINE

Deux questions ont principalement retenu l'at-
tention des journalists : les ivinements a la fron-
tidre sino-tonkinoise et le retour de S. M. Bao Bai
au Viet-Nam.
En ce qui concern la premiere question Le Pari-
sien Lib6re du 30 mars icrit :
a Les operations militaires en Indochine apparais-
sent sous un aspect moins tragique que ne le vou-
drait le Viet-Minh, et moinms anodin qu'on n'euit pu
le croire A la lecture des communiques de ces jours
derniers.
( Rendue spectaculaire par l'intrusion, en Indo-
chine, d'616ments strangers, I'affaire de Moncay n'en
est pas moins, jusqu'a, plus ample inform;6, un raid,
non une offensive de grand style men6e par des
forces massive. I1 ne faut pas, pour autant, la sous-
estiimer. 11 se peut que les communists sino-rviet-
minhiens cherchent, par des points lances ga et
1I, anesurer la resistance de l'adversaire et loca-
liser d'6ventuels points faibles >>.
Le Monde pense aussi qu'il ne s'agit pas d'une
operation militaire de grande envergure organise
par un etat-major. Mais, ajoute-t-il,
<< il n'en demeure pas moins que ces assaults
peuvent etre regards come les premiers indices
d'une collaboration entire le Viet-Minh et les bandes
chinoises. Celles-ci semblent avoir 6tc regroup6es
sous le commandement unique d'un g6nbral dissi-
dent du gouvernement de Nankin.
< Pour le moment la situation n'est pas inquie-
tante. Mais l'avenir offre des perspectives plus som-
bres. On peut redouter que les irr6guliers chinois
ne disposent dans quelques mois d'effectifs plus im-
portants. RamenBe a ses .justes proportions cette


affaire doit 6tre enregistr6e comme un -coup de son-
nette d'alarme >>.
Ce Matin-Le Pays, de son c6te, dit
< Ravitaill6es par Mao Ts6 Toung, des bands
chinoises communists renforcent l'offensive viet-
minhienne au Tonkin. Ainsi H6 Chi Minh apparait
sons son vrai visage d'agent du Kominform.
L'apparition des premiers Chinois dans le con-
flit vietnamien devrait surtout nous servir d'aver-
tissement.
Les forces r6gulieres de Mao Tse Toung sont
encore sur le Yang Ts6, c'est-Adire a deux mille
kilom!&tres des frontieres du Tonkin. Nous avons
done encore le temps de pr6voir et de nous pr6-
parer >>.

Carrefour se prioccupe plut6t de Hp Chi Minh.
Le chef vietminh, dit-il,
( H6 Chi Minh vient de jeter le masque en appe-
lant a son secours les adversaires mill6naires de
son propre pays. II aura enfin ouvert les yeux .de
ceux qui ne voulaient point voir, en France et a
1'6tranger, de parti qui menace, *en Extreme-Orient,
la civilisation occidentale >.
Et ce journal ajoute
< Nous ne saurions abdiquer la cause des peuples
libres. C'est un .devoir de loyaut6 de tenir ses enga-
gements. Tout abandon serait une trahison et com-
promettrait l'existence miame de 1'Union Fran-
caise >.
Cette dernmire opinion exprimee par Carrefour
trouve un echo dans l'Aube, du 31 mars, oit M. Mau-
rice Schumann ecrit :
< Dans la nesure mime o6i il introduit des bands
chinoises en territoire indochinois, le chef du Viet-








Mlinh justifie et avec quel 6clat la politique
du Gouvernement 'et du Parlement francais, fondue
suivants :
(( 1) le but, c'est de r6tablir la paix;
< 2o) le moyen, c'est de dissocier ceux qui com-
battent pour de I6gitimes revendications nationals,
,de la minority qui les exploit A des fins politiques
ou au b6nifice d'un inmpirialisane stranger.
< L'Union Francaise, ic'est la fin .du syst6me colo-
nial.
< Le depart .de la France, ce serait le d6but .d'une
colonisation nouvelle.
< Et pour cause >.
L'Epoque du i" avril, exprime aussi son point de
vue par la plume de M. Fridiric Vauthier :
(( Une large fraction de opinion annamite parta-
geait tres certainement les illusions du professeur
Rivet, qui se portait, tout r6cemlment encore, garant
que le < pal riotisme > de H6 Chi Minh l'eampcherait
de lier parties avec les Chinois. La facade de ce
patriotism s'6croule aujourd'hui. L'6toile 'du Viet
s'estompe pour ne plus laisser apparaitre que la
faucille et Je marteau.
< Les 6vnements du Tonkin, pour si pr6occu-
pants qu'ils isoient, ne sont done pas sans contre-
parties favorable A la paix et si le pouvoir politique
sait intelligomment lies exploiter, et isi le corps ex-
p6ditionnaire frangais recoit, vraiment, come le
Ministre de la Defense Nationale I'a promise, les
moyens indispensables pour faire face A une agres-
sion A la fois int6rieure et ext6rieure >.
Ces moye'ns indispensables sont riclamis par le
general Chevance-Bertin dans Climats du I" avril :
< I1 faut que soient coups tous les cordons om-
bilicaux qui relient le Viet-Minh A l'ext6rieur .et qui
entretiennent son efficacit6. Si la France doit main-
tenant se garder de plus en plus d'intervenir dans les-
affaires purement vietnamliennes. par centre elle se
dolt de prol6ger Ja nation vietnamienne du danger
de 1'ext6rieur. C'est l'esprit mime de la fornlule :
ind6pendance dans le cadre de l'Union Frangaise...
II importe donc de donner au plus t6t A l'armee viet-
namienne naissante le mnoyen de remplir sa tAche.
I1 imported de donner au corps exp.ditionnaire fran-
9ais,. qui monte la garde au Tonkin, les moyens de
mettre le Viet-Nam A l'abri de toutes visees exut6-
rieures et de r6aliser librement A l'int6rieur sa struc-
ture nationale... Un corps exp6ditionnaire, solide-
ment encadr-6, bien pourvu de moyens renouveles,
au service d'une politique precise, pourrait amener
rapideaient un changement profound dans Ja situa-
tion d'Indoc hine >>.

Ce changement possible de la situation se trouve
confirmed par l'opinion exprimie par Lucien Bodard
- qui a fait une sdrie de reportages publids par
France Soir du 30 mars au 9 avril. Dans l'article 4
cette derniere date, le journalist icrit :
( Dans ai mois, 6poque A laquelle commiencera
la saison des pluies, il faudra que 'ennemi 6vacue
la jungle, devenue mortelle, et se 'replie sur ses bases
de depart, telles que Y6nbay ou Tuy&enquang. Le
Viet-Minh a seulement iquelques semnaines devant


lui. Sans succ6s ces dernieres heures, son immense
effort aurait W6t vain. Cela aurait miene tourn6 A la
catastrophe si les FranCais avaient dispose des
effectifs necessaires pour lancer, A partir de Hanoi,
des colonnes qui se seraient emparA6 de ses troupes.
Cela aurait signifi6 la fin, par destruction ou d6p-
rissement des regiments engages dans le Haut-
Tonkin, regiments constituentt la force essentielle de
H6 Chi Minh >.

Le retour de S. M. Bao Dai au Viet-Nam a fait
l'objet de commentaires de la press qui cependant
ne peut le siparer de la situation dans laquelle se
trouve le pays. J. R. Tournoux dans Ce Matin du'
25 avril ecrit :
< ... Tandis que I'ex-Empereur regagne ses anciens
Etats, dans limmehse Chine voisine, l'avance des
armies conmimunistes devient foudroyante. Et c'est
parce que les 6v6nemlents se pr6cipitent en Extr6me-
Orient que Bao Da' a d6cid6, sans plus attendre,
maalgre d'ultimes reserves, de rentrer au Viet-Nam.
< L'Asie entire bouge. H6 Chi Minh. qui d6clen-
che une champagne terrorist afin d'essayer d'inti-
mider Bao Dai, espere encore exporter la parties
en tendant la main, par-dessts la frontiere du Ton-
kin, A Mao Ts6 Toung, don't ii attend le secours. Mais
face A cette grave menace, Je Viet-Nam va avoir
I'occasion de prouver son unit national. Le Chi-
nois, c'est l'oppresseur s6culaire, c'est l'ennemi de
toujours. Et les nationalists non communists, qui
ont continue suivre le Viet-Minh, ne peuvent pas
rester insensibles au danger historique qui pese une
fois de plus sur leur patrie.
a De ce fait, et a condition qu'aucune carte ne
soit mal jou6e, le retour de Buo Dai apparait done
particulierement opportqn, car, dans les heures dt-
cisives, les reserves ou l'hostilitA A 1'6gard d'un hom-
me disparaissent devant la nrcessit6 de fire front
au p6ril comimun >>.

Dans l'Aurore du mime jour, Henry Benazet sou-
ligne surtout que l'ex-Empereur a iti fiddle a sa
promesse et qu'il a adopted une < attitude infiniment
sage > en diclinant de revenir en souverain et pri-
firant se fixer en simple, particulier a Dalat jusqu'i
la ratification des accords par le Parlement.
< Rentrer en fanfare, nanti des attributes imp6-
riaux, A bord d'un navire ,de guerre, c'efit 6tA une
maladresse infime, car trop de Vietnamiens travail-
l6s par la propaganda -du Viet-Minh, ont tendance
A le tenir pour un instrument de notre politique >.

Parlant ensuite de la collusion de H6 Chi Minh
avec les communists chinois, Henry BinaZet dit :.
< D'entre les millions d'individus qui font encore
confiance A H6 Chi Minh, les neuf dixianes ne
manqueront pas de I'abandonner des que leur sera
tangible sa trahison.
< Ainsi et, au fond, JA reside pour Bao Dai la
meilleure chance la menace d'un envahissement
du pays par l'ennemi hireditaire pent retourner
'opinion et ruiner A jamais le prestige du Viet-Minh.
D'instinct, le people cherchera secours vers le re-
presentant de cette dynastie des Nguy6n qui, depuis









1'illustre Gia Long, soit pr6s d'un sickle et 'demi, r6-
git 1'Empire d'Annam. Et, du m~ne coup, il se re-
tournera vers la France, la protectrice d'hier, me-
connue aujourd'hui, mais don't le corps exp6dition-
naire judicieusement renforc6, pent demain, sans
paradoxe, faire figure de lib6rateur >>.

II est a signaler aussi pendant cette piriode, une!
sdrie d'articles remarquables de M. Paul Bastid que
public l'Aurore du 7 au 17 avril. Tous ces articles
forment un ensemble qui donne un aperCu gindral
de la situation des diffirents territoires formant
l'Indochine, et surtout du Viet-Nam pour lequel
l'auteur priconise les solutions d adopter.



QUESTIONS GENIERALES


Apris les d6bats sur le Togo au Conseil de Tutelle

L'hebdomadaire La Semaine Economique, Politi-
que, Financiire, commentant les ricents debats sur
le Togo au Conseil de .Tutelle de l'O.N.U., rappelle
l'auvre de la France dans ce Territoire :
< C'est bien elle, dcrit-il, qui, en 1921, abolit les
peines corporelles qui 6taient de rigueur sons l'oc-
cupant allemand. C'est bien elle qui supprima le
regime du travail forc6 A la Lib6ration, qui consa-
cra un effort, encore bien insuffisant sans doute,
mais important au regard ide nos resources, A 1'6du-
cation et A l'hygiene. D'apres les dernikres statis-
tiques, 1'enseignement du premier degree comporte
42,0 classes, fr6quenthes par 19.000 61eves, centre
220 classes et 5.000 .61ves en 1939 ; et celui du deu-
xibme degr6 compete 325 616ves contre 25 il y a dix
ans. Le budget du Service de Sante est, 6galement
en sensible progression. Quant A notre commerce
ext6rieur, il accuse, pour les onze premiers mois,
des importations de 22.570 tonnes centre 17.000
tonnes en 1'9416 et 20.764 tonnes en 19'381, et des ex-
portations de 32.941 tonnes -contre 14.600 tonnes en
1946 et 53.541 tonnes en 19318.
<< Ainsi, la France n'a pas A rougir, en face de
1'O.N.U., de son role de tutrice. Mais il lui faut se
rappeler que des temps nouveaux sont venus, que
1'6conomiie du Togo attend un vigoureux d6marrage
de l'abandon des pr6juges et de la bureaucratic para-
lysante, que le prestige et la g6n6rosit6 intellectuelle
et social doivent aller de pair. L'absence de la
France, se plaisent A r6p6ter les parlementaires afri-
cains qui, par ailleurs, ne m6nagent pas leurs cri-
tiques, serait un grand malheur pour ces Territoires
et pour le monde >>.
(q La Semaine Economique, Politique
et Finanoiere ), 8 avril).

Notre appartenance commune

La Croix public un article de Jean-Marie Sedds,
intitule < La Conscience d'Union Francaise >>.
<< Qui songe, icrit-il, A provoquer un engouem-nt
pour cette citoyennet6 de 1'Union Francaise, qui


n'est pas, elle, un ideal pr6ne par un movement
d'avant-garde, mais, en r6alit6, inscrite dans notre
Constitution ?
< II serait, pourtant, grand temps que nous pre-
nions conscience de notre appartenance A une Union
d'hommes que soude une volont6 commune de vivre
ensemble et d'assurer ensemble leur destin. Cette
Union n'est pas une construction de F'esprit, elle
s'inscrit dans les institutions vivantes : Assembl6e
et Haut-Conseil de 1'Union.
< I est A craindre, cependant, que ces institutions-
ne deviennent rapidement un corps sans Ame si les
citoyens de 1'Union Francaise ne r6alisent pas, dans
leur conscience, la grandeur et les exigences -de leur
reunion >.
(a La Croix 1, 12 avril).

Le franc C.F.A.

L'bebdomadaire financier La Vie FranCaise, sous
le titre < Le franc C.F.A. ne sera pas ddvalud >,
icrit :
< Les capitaux, qui s'interrogent pour s'investir
Outre-Mer, ont besoin d'un minimum; de sicurit&
mon6taire. Or, serait-ce le leur donner que de faire
intervenir une nouvelle operation .qui suivrait de
moins de six mois la derniare ? Les prix m6tropo-
litains sont encore trop chers (cotonnades et mat6-
riels d'.quipement notamment) pour que les ache-
teurs coloniaux puissent, ide nouveau supporter le
rench6rissement suppl6mentaire que provoquerait
une depreciation de la monnaie africaine. Les achats
de materiel d'equipement de base, r6alis6s au titre
du plan Marshall, ne doivent pas, non plus dtre
rendus plus on6reux.
< Le gouvernement, par la bouche de MM. Coste-
Floret et Petsche, s'est rendu ineontestablement a
.ces evidences. La parity du franc c.f.a. ne sera done
pas modifi6e pour le moment du moins. Par centre,
la politique Aconomique du gouvernement dans nos
Possessions d'Outre-Mer le sera-t-elle ? C'est, A notre
avis, le point essential du probl6me >.
(a La Vie Frangaise i, 15 avril),

Les investissements strangers
dans les Territoires Franoais d'Outre-Mer

Ce Matin-Le Pays public une interview de
M. Coste-Floret sur la question des investissements
strangers dans les Territoires Francais d'Outre-Mer,
en conclusion de laquelle le Ministre a diclard :
< I1 est bien evident que les investissements 6tran-
gers idans nos Territoires d'Outre-Mer ne doivent
pas mettre en cause la souverainet6 francaise et ne
la mettront pas en cause d'aussi loin ou de quelque
mani6re que ce soit.
(( I1 faut, d'ailleurs, rappeler que les controls de
la puissance publique, qui r6sultent de la r6glemen-
tation en vigueur, sont nombreux et efficaces. Essen-
tiellement, les investissements strangers sont soumis
a l'approbation d'un comit6 special. Si done, l'af-
flux de capitaux strangers, sur un point quelconque
du Territoire, ou sur une activity d6termin6e pou-








vait faire craindre une action comportant une me-
nace pour la souverainet6, Ie Gouvernement a en
main les moyens .de s'y opposer.
< En tout cas, pour l'instant, les preoccupations
ne sont, certes, pas de cet ordre puisque, au con-
traire, les investissements de capitaux strangers sont
tres faibles et insuffisants et qu'il est de l'int6rkt de


nos Territoires d'Outre-Mer et de la France de les
accueillir.
< Si jamais la situation contraire se pr6sentait,
I'on peut faire confiance au Gouvernenment ,de la
nation pour maintenir, int6grale et exclusive, la sou-
verainet6 de la France et de la RBpublique >>.
((( Ce Matin-Le Pays ), 23 avril).


Revues


RECUEIL PENANT
Mars-Avril 1949

La Defense de l'Afrique
Dans le Bulletin Politique, le gdndral de Boibois-
sel expose ia recent riforme introduite par deux dd-
crets publids au Journal Officiel du 5 janvier 1949 et
.concernant la Difense de l'Afrique central. La re-
forme rdcente consacre cette constatation logique,
kcrit I'auteur, qu'il ne saurait y avoir siparement une
defense de I'A.O.F. et une defense de I'A.E.F.. < La'
conjugaison des efforts partant I'unite de direc-
tion et de responsabilite s'impose. L'organisation
actuelle y satisfait >>. Elargissant le ddbat, I'auteur,
,estime que les allies britanniques sont aussi intires-
ses que nous-memes dans la mise en place de ce vaste
apparel de protection. < Les systimes protecteurs se
conjuguent et l'unite d'action sur le plan interallid
s'impose en strategic comme en politique >. II con-
,clut sur ceite conception que la defense de l'Afrique
orientale peut justifier egalement un systmme pro-i
tecteur d'ensemble englobant l'Afrique orientale an-
glaise, les Somalies, Madagascar, Maurice, la Reu-
nion et qu'il peut aussi en etre de mime en Extreme-
Orient.


La Commission du Pacifique Sud

Dans ce mime numero, << L. de Raymond > re-
'venant sur I'idee de cooperation international, eri
donne un nouvel example avec la < Commission du
Pacifique Sud >, nouvel organisme regional appa-
rente a la Commission des Caraibes. Six Gouverne-,
ments y sont reprisentds : Australie, France, Hol-
lande, Nouvelle-Zilande, Grande-Bretagne et U.S.A.,
par 12 Commissaires. Ses attributions sont consulta-
tives ; elle doit donner aux Gouvernements membres
des avis sur les questions touchant le developpement
iconomique et social des autochtones, la coordina-
tion des services techniques et les facilities a donner'
aux organismes de recherches. Deux organismes con-
sultatifs auxiliaires la completent : le Conseil de


Recherches, la Conference du Pacifique Sud. Le pre-
mier, permanent, comprend un petit nombre de fonc-
tionnaires internationaux de competence technique.
La second, compose des dilegues des Territoires,
se rdunit tous les 3 ans et permet la consultation par'
la Commission des populations locales.


Mai 1949

Les problemes du statut du Suld-Ouest Africain

M. Claude-Albert Colliard, professeur a la Faculte
de Droit de Grenoble, expose le probleme d'ordre ju-
ridique international qui resulte du statut du Sud-
Ouest Africain. Seul, parmi les anciens territoires'
sous mandate, celui-ci n'est ni parvenu a l'indipen4
dance, ni place sous tutelle. L'Union Sud-Africaine,
puissance mandataire, tout en fournissant annuelle-
ment a I'O.N.U. son rapport de gestion, n'a pas jus-
qu'ici prdsente de project d'accord de tutelle. Elle
continue a l'administrer dans l'esprit du mandate ;
d'autre part, le regime interne du territoire se trouve
etre un element de fait. L'auteur conclut que le rd-
gime future, pour adapted qu'il soit, ne saurait itre trWs
different du regime de tutelle, sans que, cependant,
ce systime parvienne h empecher l'Union Sud-Afri-
caine de pratiquer a I'egard des autochtones de ces.
territoires une politique trWs personnelle.

RESONANCES

Au sommaire du numero d'Avril (no 2) de Reson-
nances, revue du Comiti d'Expansion Culturelle de
la France d'Outre-Mer (21, av. de Messine, Paris (8e),
figurent notamment un editorial de Gabriel Cudenet
sur Felix Eboue, des poemes de Paul Bastid et de
Senghor, des articles de Madame Eboue sur l'Evolu-
tion de la Femme dans l'Union Frangaise, de Geor-
ges Vally sur la Litterature dans la France d'Outre-
Mer. Enfin, des contest d'Alcide Baret, Edmond Ma-
melomana et St Michel-Lohier, laureats du concours
du plus beau conte, riservi aux autochtones des Ter-
ritoires d'Outre-Mer.










PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINE

Au co'htraire de ce qui s'etait produit dans la
press mitropolitaine, les ve'nements de la frontiere
sino-tonkinoise n'ont soulevi en Indochine qu'une
emotion fort restreinte, toute l'attention etant re-
tenue par les relations franco-vietnamiennes.
A A propos des accrochages A la frontiere sino-
vietnamienne, gardens notre sang-froid devant la
situation >,
c'est la l'appel que lance le Anh-Sang (Saigon).

Le Thanh Nien (Hanoi) constate que
naguere, en annongant l'accord secret entire H6
Chi Minh et Mao Tse Toung, on se heurtait A un
ferm\e d6menti de la part des resistants. Mais A la
longue, cette v6rit8 s'est affirmAe et elle est attest6e
maintenant par le fait que les conmmunistes chinois
ont aid6 les forces du Viet-Minh dans leur offensive
aux frontieres sino-vietnamiennes >>.

Le Phuc Hung (Saigon) trouve la une occasion
pour revenir sur le pass et souligner le patriotism!
de S. M. Bao Dai. II icrit, en effect :
( A travers notre histoire, l'aide 6trangere n'a
jamais Rt& avantageuse pour la cause de notre patrie
qui dut toujours plus tard en supporter les p6nibles
effects. En agissant ainsi, les camarades vietminh
ont forc6 le rl1e du Roi L& Chieu Thong de 1'an-
cienne dynasties des LI. Les Vietnamiens patriots
et clairvoyants s'inqui4tent dejA, devant les hosti-
lites, de la guerre civil en Chine et en Birmanie.
< Si nos camarades du Viet-Minh possedent en-
core quelque patriotism, nous croyons qu'ils ne
seront point assez stupides pour faire venir, come
le dit un adage vietnamien, < les serpents dans no-
tre propre poulailler pour qu'ils d6vorent nos vo-
lailles >. M&~me s'ils parvenaient A un resultat, le
Viet-Minh .pourrait-il 6chapper au talon des com-
munistes de Chine ?
<< Cette collaboration entire Viet-Minh et les
communists chinois nous fait voir vers qui penche
le patriotism le plus pur.
< Plus d'une fois, I'Empdreur Bao Dai avait re-
fuse, en 1945, le concourse stranger pour reprimer
T'agitation de ses compatriotes. Cela temanoigne de
1'amnour certain de 1'Empereur pour sa patrie, malgre
la propaganda tendancieuse du Viet-Minh.
< Celui-ci, au contraire, n'a pas h6sit&, en 1946,
A demander l'aide des Frangais pour abattre les par-
tis nationalists vietnaimiens. A l'heure actuelle, il
essaie encore, de recourir aux forces armies chi-
noises dans le but de combattre Bao Dai et les parties
nationalists places sous son 6gide. II ne craint pas
d'en appeler au concours de 1'6tranger pour faire
triompher ses volont6s pantisanes et finalement sub-
juguer le Viet-Nam sous la botte des communists
chinois >>.


La situation des relations franco-vietnamiennes a
eit pricisee nettement dans le discours que prononca-
le Haut-Commissaire Pignon, le 29 mars, a Saigon.
Ce discours laisse < une impression de grande et
profonde sincerity, de loyaute parfaite >, dit
M. Louis Vaucelle dans Le Populaire :
< De toute evidence, le Haut-Cominissaire n'a pas
cherch6 A truquer avec les questions, graves et dB-
licates, don't il entretenait ses auditeurs, ni les esca-
moter, A fire entire elles un tri qui efit rendu les
reponses plus faciles. Avec une courageuse fran-
chise, il les a abord6es de front sans reticence, ni
faux-fuyant ; i. les a exposees et traitdes de facon.
probe ; il s'est comports, en sodmI e, en comptable
consciencieux qui .6tablit un bilan honnete et v6-
ridique. On ne saurait trop l'en loner >.

Louis Vaucelle pursuit, plus loin :
< M. Pignon a reussi A justifier des miesures qui ont
Wt id'abord apprecides avec beaucoup d'aigreur du
c6t8 francais, principalement.
< S'appuyant sur la Constitution, d'une part, de
1'autre sur ce reveil des nationalismes, ce grand elan
vers la liberty qui, A 1'heure actuelle, constitue dans
le monde entier un movement auquel on ne saurait
vouloir resister, le Haut-Commissaire d6montre sans
trop de peine que la France a suivi, en Indochine,
la seule politique qui lui fut permise.
< En vain d6plore-t-on les erreurs et les mala-
dresses qui, au dire de certain, auraient pu 6tre
6vitses et qui nous ont rmenes o4 nous sommes
ces pr6tendues fausses manoeuvres 6taient inevita-
bles ; elles r6pondaient, au demeurant, trop bien au
lib6ralisme qui est la doctrine traditionnelle de la
France pour que l'on songeAt, meme chez nous, dans
l'opinion comime au Parilenent, A les ajourner.
< Le passage ofi M. Pignon s'explique sur ce point
est A retenir. II montre bien quel souci de loyaut6
il apporte dans ses propos.
< En parlant ainsi, M. Pignon exprime des v6rit6s.
dures, sans doute, A encaisser, mais des v6rites tout
de mEme. Ii les 6nonce avec une sinc6rit6 un peu
brutale qui est tout A son honneur. On peut regret-
ter ,d'avoir A les entendre ; on ne peut pas lui re-
procher de les farder, de ne point les presenter dans,
leur nudity cruelle >.

Du c6te vietnamien, M. Nguyen Phan Long ecrit
dans L'Echo du Viet-Nam :
( M. Pignon a prononc6 un discours qui n'aura
pas seulement une grande resonance dans les mi-
lieux vietnaniens, mais demeurera pour eux come,
un document decisif. 11 important de mettre un
terme A I'inqui6tude des uns, A l'incertitude des au-
tres, et surtout A ces bavardages, A ces ragots qui A
force d'etre r6p6tes de bouche en bouche finissent
par prendre visage de v6rit6.
< Contrairement A ce que pensent encore certai-
nes gens abuses par une propaganda interessie, Bao
Dai n'est pas entr6 en conversation sans' prendre









d'infinies precautions. Son nationalism s'accompa-
.gnait d'une susceptibility inquiete, qui l'a ameni A
demrander plus que H6 Chi Minh, et, aussi, recon-
naissons-le, A recevoir plus. Sans doute, le doit-il
a un sens inn6 de la diplomatic, mais non moins
certainement a la bonne foi don't il fit preuve, A la
confiance qu'il sut inspire, A la franchise de son
attitude. Et le r6sultat est 1A : les accords du 8 mars
font .du Viet-Nam un Etat libre, unif6, in.d6pendant,
ayant son gouvernement, son Parlement, son arm6e,
ses finances, sa diplomatic, sa justice. H6 Chi Minh
h'en avait eu que la moiti6. Le reste lui fft venu
sans peine, s'il avait montr6 la mAme bonne foi, et
si son nationalism n'avait Wt ,teint6 d'un rouge
suspect >.

Et voici 'opinion de M. Nguyen Van Nguyen
exprimd dans La Voix Libre :
< Les accords du 18 mars n'ont rien qui puisse
effrayer qu: que ce soit, s'ils sont mis en application
dans le sens que nous leur souhaitons.
( Le temps doit permettre graduellement les tran-
sition), evolutionn n6oessaire. Les Irisultats vien-
dront A leur heure.
<< I est vain de discuter ; ce qui imported, c'est
'action. Un pas a W6t accompli. Le d6bat ,du Parle-
ment prouve que ce ne fut point en vain. C'est le
premier pas depuis quatre ans. Or, un proverbe an-
tique dit que le premier pas, c'est la moiti6 du che-
min.
< Attendons la suite. Mais veillons a ce que ce
soit dans la seule voie qui offire une issue : un Viet-
Nam totalement ind6penndant, librement int6gri
dans l'Union Frangaise que nous avons le droit de
pr6f6rer A une Union moscovite ou yankee don't
nous ignorons tout, sauf les antagonismes >.
L'inddpendance don't parole M. Nguyen, le Phuc
Hung en donne une idee plus precise encore :
<< II faut bien le r6p6ter, 6ecrit-il, l'ind6pendance
n'est pas un fait natural, spontan. ou automatique ;
elle est le r6sultat d'une ceuvrre qui demand des
efforts continues.
( On doit en effet, par ses propres efforts, contri-
buer pour sa part A 1'Edification ,de cette ind6pen-
-dance. Ce sont les efforts dans le d6veloppement de
1'6conomie du pays notamment de Pagriculture
et de l'industrie qui s'avArent la condition vitale
de cette edification >>.

Quant au Doan Ket, il ne traite pas seulement de
l'indipendance mais vient au fond des accords :.
( Les autorites frangaises et vietnamiennes, dit-il,
ont parfaitement compris l'exacte port6e ,des clau-
ses principles du trait. La preuve en est que ce
trait, bien que sign le 8 mars 1949, n'entrera en
vigueur qu'a:u jour ofi S. M. Bao Dai aura mis pied
en terre vietnamienne. Cette p6riode d'attente per-
mettra aux deux parties contractantes de prouver
leur loyaute par les efforts apport6s dans l'accom-
plissement des -conventions engages.
( Qu'on observe la chose d'un oeil r6aliste, et l'on
comprendra facilement .qu'il est pratiquement im-
possible A u.n people 6man'cip6 de parvenir, du jour
au lendemain, A assumer toutes ses responsabilit6s.
Quant au nrtablissement rapid de la paix dans le


pays, experience faite par 1'Inde et la Birmanie
nous montre que des chartgements trop hAtifs dans
la haute direction du pouvoir jettent le pays dans
les troubles sociaux, et d6clenchent, dans le d6sor-
dre, les movements populaires.
< D'autre part, dans cette tape, la question de
la paix ne depend plus de la force. Sa r6alisation
restera toujours ici proportionn6e A la rapidit& avec
laquelle la France entendra appliquer Paccord r6-
cemment sign. Le rOle du gouvernemlent vietna-
mien ne consistera pas exclusivement dans la r6-
pression mais plutot dans l'apaisement .de la con-
quAte des occurs. L'ceuvre s'av6rera sans doute lon-
gue. Elle s'accomplira par la pers6v6rance et par
des efforts soutenus.
< Demander des r6sultats imm6diats alors que le
trait vient A peine d'etre sign, c'est montrer qu'on
ne comprend rien A la situation, qu'on est trop in-
transigeant et m(ime qu'on a toujours cette sour-
noise intention de saboter tout ce qui a trait A Pen-
tente franco-vietnamienne >.

Dans le Journal d'Extr&me-Orient, M. Jules Haag
traite aussi du fond meme des accords, et estime qu'il
serait temps de mettre un terme en France a l'action
des gens du Viet-Minh. Il en profit pour dinoncer
le ridicule et l'odieux des partis-pris de l'extreme-
gauche
( On pouvait, en toute logilque, esp,6rer que ces
pacifistes, en paroles seulement ,d'ailleurs, profite-
raient -de occasion qui s'offre de r6tablir la paix
en Indochine pour conseiller A leurs poulains de se
rallier. Si vraiment ils souhaitent que le came re-
naisse et avec lui la prosp6rit6, si vraiment ils veu-
lent clore cette trop longue liste de morts, ne
devraient-ils pas s'incliner devant le fait accompli ?
Passe encore de soutenir H6 Chi Minh avant que
l'accord ffit intervenu. Mais aprbs...
< D'autant que d6sormais le d6bat H6 Chi Minh-
Bao Dai ne nous int6resse plus que dans une cer-
taine mnesure et que nous n'y somnmes desormais que
des observateurs. H6 Chi Minh rejoindra-t-il i'en-
seable de la nation ? Se soumettra-t-il a Bao Dai qui
est maintenant le chef reconnu et 16gal du Viet-Nam ?
Cela n'est plus notre affaire, mais celle du Gouver-
nement du Viet-Nam, celle du G6n6ral XuAn, A qui
il appartient de prendre les decisionss qui convien-
nent. La France n'a plus A s'immiscer dans les
affaires int6rieures du Viet-Nam, sauf s'il s'agit de
maintenir sa politique g6nerale dans la ligne des
principles de l'Union Franaaise. Une experience est
tent6e, qui nous apparait comme la seule valuable,
pour diverse raisons don't une seule suffit, c'est
qu'elle ne va pas chercher son inspiration au Krem-
lin.
< Bao Dai va revenir, il lui appartiendra de pren-
,dre le propos de M. Bollaert et de tenter de rallier
A lui toutes << les families spirituelles et politiques ,.
Le Viet-Nami devenant une d6mo'cratie aura un Par-
lement ouvert A tous les parties. Si vraiment, come
on l'affirme centre toute v6rit6, H6 Chi Minh a, la
majority derriere lui, il lui sera facile de le prouver.
De toutes falcons, le jeu d6mocratique interviendra,
et quand nous parlons de d6mocratie nous ne fai-
sons nullement allusion, on s'en doute bien, A ces
pr6tendues < d6mocraties populaires > auxquelles









Staline impose sa loi, selon les m6thodes hitl6rien-
nes les mieux conques :.*


MADAGASCAR

La baisse des prix de revient

Lumire, poursuivant son itude sur l'organisation
gendrale de l'agriculture i Madagascar, icrit
I1 est absolument necessaire d'abaisser nos prix
de revient. Et .cela n'est possible que par une trans-
formation complete de nos m6thodes p6rim6es,
transformation aboutissant a un abaissement des
prix et A un rel6vement de la production en quan-
tit6 et en quality. Pareil r6sultat ne s'obtiendra que
par le recours aux m6thodes modernes ,de culture :
preparation des sols, emploi de fumier et d'en-
grais, etc. Tant qu'on n'en viendra pas la, nous con-
naitrons des rendements ridicules, idans des condi-
tions lamentables, et qui ne payment pas.
< L'am6lioration souhaitable, on ne pourra l'obte-
nir que par un travail en com'mun.
< Ce qui s'impose, en premier lieu, c'est done
une organisation g6enrale de l'agriculture, r6alisant
une liaison Btroite entire tous les 6l6ments du Ter-
ritoire, veritable Union franco-malgacihe, que l'or-
ganisation actuelle des services d'agriculture tend,
au contraire, A dissocier. II y a li une grave erreur,
au point de vue Bconomique, double id'une lourde
faute au point de vue politique, car on combat ainsi
cette Union don't le Gouvernement ne cesse de pro-
.clamer la necessity.
< Mais il est n6cessaire, aussi, d'en venir a une
diminution sensible des frais g6n6raux dde toute na-
ture, qui s'ajoutent A ceux inh6rents A la production.
A quoi, en effet, servirait l'abaissement du prix de
revient sur la propri6t6 si ce rAsultat, souvent acquis
au prix de lourds sacrifices, 4tait annihile par une
augmentation des charges fiscales ou des trans-
ports ? Or, c'est cette tendance que nous voyons
s'affirmer actuellement. C'est ainsi que, en face de
la baisse massive de nos products, nous voyons aug-
menter les tarifs .des cheinins de fer et les tarifs pos-
taux ..
(< Lumibre ), 8 avril).

La riforme 6ventuelle de la justice

Fandrosoam-Baovao, au sujet d'une riforme iven-
tuelle de la justice, dcrit :


< L'on parole de doter Madagascar ( d'une justice
adapt6e aux conditions ddmographiques et au degr6
d'6volution des populations ,.
< En matiere de justice, of en sommles-nous ?
( La justice indigene justice d'exception -
dont les textes organiques furent constitu6s par. le
decret de mars 1909, a WtB supprim6e jurisdictionn
p6nale s'entend) et, depuis 1946, nous sommes justi-
ciables d'une seule jurisdiction : la justice frangaise.
Il est vrai que, pour diverse raisons techniques ou
financires, la nouvelle r6forme est encore assez
loin de ce qu'on ipeut entendre par plein exercise,
mais cela n'enl6ve rien au principle de la suppres-
sion de la justice d'exception. Les foundations 6tant
poses, il resterait A 6lever 1'6diflce...

Le redacteur estime cependant que la justice nou-
velle, la justice adaptie, ne saurait en aucun cas faire
revivre le pass :
< II n'est pas besoin de remuer le pass pour avoir
conscience de la grande confusion, pour ne pas dire
l'amertume, jet6e par la justice d'exception dans
l'esprit malgache, et, en aucun cas, les indigenes
ne pourraient se r6jouir du retour d'un system
cr66 sp6cialement et exceptionnellement pour eux
mais qui 6tait loin -de leur assurer la bonne admi-
nistration ,de la justice.
( En matirre colonial, I'on aime .A citer la phrase
de Lyautey : << Un m6decin vaut un bataillon >.
< Mais il est un autre 16nmient qui n'en est, pour
autant, inf6rieur, pour apaiser, arrondir les angles,
faire naitre la confiance et la comprehension mu-
tuelles. Nous voulons dire le Magistrat, qui se pen-
che patiemment sur un dossier, le feuillete presque
religieusement pour chercher si tel est coupable ou
innocent, si X... n'est pas venu abuser de la bonne
foi de Z..., ou quelle que soit la faiblesse de la per-
sonne, elle se sent en sfiret& parce que la loi est 1l,
comme un bouclier.
< Les rapports humans sont des plus complexes;
la paix et la s6curit6 d'un pays dependent de leur
harmonies. Les Malgaches competent trouver le v6ri-
table visage de la France dans la justice, le supreme
arbitre des,-int6r6ts, qui sont, la plupart du temps,
divergents, et, pour le comprendre, il faut se rendre
compete du sentiment de religiosity avec lequel ils
entourent lie principle dde ( la loi pour tous >.
(c Fandrosoam Baovao n, 8 avril).










PRESS ETRANGERE



La collection complete des articles de press Atrangere traduits en franvais peat etre consulate d la
Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Piece 17, 1" Etage).
Les numzros qui figurent ci-dessous a la suite de l'indication d'origine des articles de press permettent
de se reporter au texte complete des dits articles.



I. UNION FRANCAISE


A. INDOCHINE

L'dchange de lettres entire le Prdsident Auriol eC
Bao Dai a encore susciti des commentaires :
Le President frangais Vincent Auriol et Bao Dai
ont ooniclu ce martin an accord qui engage I'avenir
de l'Inddoccltine. Le pacte franco-vietnamsien signA a
Paris, si les Franngais y adherent franchemient, anu-
gurera bieni des relations 4troites et amicales entire
les deux pays. Bien que 'les details de l'accord
n'aient pas enoorie:a Wt6 publics la reaction diu .gne6-
ral Nguyen Van Xuan, premier ministry du iGouver-
nement provisoire ddu Viet-4Nam, souhaitant la bien-
venue A l'ex-Emipereur .en iCochinchine et c6l6brant
l'iacorporalion de cette province A la R6publique
dit Viet-Nain, miontne ique les propositions frangai-
ses trouvernt un soutien populaire ,en Indochine et
qu'on y coinprendra leur veritable esprit...
(( Indian Republio )), 13 mars 1949) 4.591

On troupe dans la press espagnole un plaidoyer
en faveur de la solution Bao Dai.
... La France a deposi6 dans leas ba,gages de Bao
Dai le sple dide cadeau die la Cochinchine, don de
bienvnenuie et gage de concorde. A P'arriere-garde
politique d'Ho Chi Minh, qui prepare une offensive
de 20.0,00 io!mimies pour saper les conversations die
Paris, les imprimeries, ,de champagne diffusent la
propaganda de, l'unit6 nationalist que la France
.doit affronrter et contrebalaancer.
Ho Chi dMinh promlet lie; retablisseanent du dogme
de ces territoires : l'aunit6 des trois a Kys )>, c'est-
atdire du Tonkin, de l'Annam et die la Cochinchinie.
C'leist un slogan plopulaire, un appeau dissinlulant
1'otbjectif co:nsistant A faire r6egnier, A partir du tri-
nome essential, la fauciille et le marteau sur toute
l'Jndocihinie., qui comnprend, outre les. pays ci-dessus
anentionnes. le Laos et le Camb.odge. L'Asseniblbe
Nationaie proanet aux populations d:e la peninsule
une Fbd6ration indochinoise faisant parties int6-
grante de l'Uniuon Francaise dans laquelle 1'Indo-
dhine cessiera d'tree une colonize et reconstituera les
trois a Kys >>. La paix olfferte par' le iguierrier rouge
signifie la defaite total de la France en Extr6me-
Orient; la Fdidration Imp'Ariale, aviec Bao Dai, re-
pr'senterail. la permanence francaise, corri;ge par
les couranls autonoanistes actuels...
... Le C:blineet provisoire ,du g6n6ral Van Xnan
en Cochinuchine est 'aivant-garde de oette F6d6ra-


tion avec Bao Dail que projette Paris et pour la-
quellei il fallait tout d'abord tol6eer I'autonon'ie .de
la Cochincihine. Bao a DaY opposera A l'adversaire
bolchbeviquie l'a gument m6me don't ceduibci fait
-usage et l'an'cienne colonies non assiamile << nous
n'avons pas irassi A faire des Frangais en Indo-
chine > entrera dans La 'composition des a trois
Kys > aux c6t6s ides anciens protectorats du Ton-
kin et de 1'Annamn. Un idbotgramnie lexpridme l'unitH
trinitaine diu Viet-Nam. Ce caractere est une' balance
don't hle fl6au est l'Annam 'et don'tt les plateaux sont
le delta de Song (Tonkin) et celui du iM6kong i(Go-
chncinhine). L'Indoichine est la croiske des, chemins
des expansions historiques hindoue et ohinoise ;
c'est une terre ofi fleurissent l'art Khmier 'et la sa-
gesse de Confucius. Auojourd'hui elle est le tremplin
strat6gique vers 1'Asie continental ; sies baiiels
sont propi.ces aux escadres de grande, puissance
qui domninent le Paciifique. C'est pour cela que
Paris s'inqui6tel a la lecture de certain journaux
des Etats-Unis qui contelstent toute valeur a
I' < opAration Bao Dai >>. Les Aanmiricains commet-
traient-ils arvec Ho Chi Minih l'erreur don't ils se
rendent coupables en Cihine A l'lgard de Mao Ts6 ?
Paris compriend que Bao Da7 n'"est pas counpa-
rable aui frivole Tchang Kai Chek et qu'il mkrita
l'aidie! la plus grande possible a l'extrieur. iHo Chi
Minh prepare son offensive, pour saboter la n6go-
ciation en course. Les d6faitistes, pour leur part,
crieront : < Traitons aveec le's rebelles, concluons
un accord avec eux, r6solvons le proble6me avec lie
Gouvernement indochinois du Front Populaire >>.
Le President Auriol ne veut signer qu'avec Bao
Diak ; il ne reclonnait pas la iqualitA die bhellig6rant
au chef de bande rouge. De la Cochncnchine oi il
se trouve, die cette Cochinchine datach6e de la
France, le g&nrnal Van Xuan dirige la transition
vers lies trois Kys *>, vers l'unique conclusion ho-
norable.
((( A.B.C. de Madrid, 13 mars 1949) 4.569

Tout dipendra de l'aptitude de l'ex-Empereur ii
se concilier l'appui des populations de Cochinchine
et a regagner celui de ses anciens sujets de l'Annam
et celui des Tonkinois, ecrit le Manchester Guardian.
... La libprt6 que les Frangais ont accord6e A Bao
Dai pour regler la situation en Indochine prove.
la confiance qu'ils ont dansi sa sinocrit, et son in-
fluenoe 'et tianoigne 6galement dei leur propre bonne
foi; en d:pit de son attitude pendant P'oocupation









japonaise, il eist possible qu'il m6rite leur confiance,
non seulement parcel qu'ill a tenn parole, mails en-
core parce qu'il a Aprement imanchaind pour mon-
trer qu'il ne sert pas uniquoement les int6 -ts fran-
cais.
Si Bao Dai lespre obbtenir la soumission de
son people il a raison de demander aux Francais
davantaige' de concessions qu'ils. n'. talent disposes
A accorder A Ho IChi Minh .qu'i a toujjours prif'6r6
recourir a la violence plut6t qu'aux n6gociations
pacifiques et don't ''attitude a 6t6 souvient marque
par une remarquaible duplicity. Depulis 'attaqu'e
surprise .sur Hano, en 'd6cealbre 1 946 11 n'a rien
fait pour rega!gner la coinfianice .des autorit6is fran-
qaises et celles-ci ont pileinement raison d'accor-
der un traitement pref6r.entiel A Bao DaY.
I1 rest' A voir cependant si Bao Dai r6ussira A
rallier les halbitants coonfo- dus et terrifiibs qui ren-
dent actuellerment haolmnmage au Viet-Mi.nh, et si, y
6tant parvenu, il irbussira A isoler lies guerillas
d'Ho Chii Minh excoessiverment actives, II est 6ivi-
dent que s'il n'y parrvient pas, la guerre en Indlo-
.dhine pe:ut continue pendant plusieurs ann6ees...
... Au Vilet-Nam comma:e en Indon6sie, come en
Malaisie, lies guerillas conmmunistes ont tous les
avantages militaires ,et Bao Dai doit d'une faCon on
d'une autre priver les comiamnnistes de l'initiative
politique si la paix doit Utre restaurke. Leis. Fran-
cais ont reiconnu cette v6rit6 ; Bao Dai retourne au
Viet-Niam non pas A Ja t6te d'un:e armne franqaise,
maais ,en tant que chef probable du pieuple vietna-
aTIien.
iSa politiique est maintenant soutenue (par de
nonobreux Ftancais qui avaient toujours exp'rim6
,des doutles sur les politiques coloniales d'apr.s-
guerrie des iGouvernements successilfs mais qui so
rendaent compete ,de l'importance de la paix en In-
dochine non s.eulement pour la France mais pour
un monde affanm pri'v depluis pr6s de sept *ans du


rilz et des matibres premieres don't il a si cruelle-
imentt besoin...

Ce meme journal pursuit en critiquant vivement
l'intervention de M. Capitant a l'Assemblie Natio-
nale et en felicitant sans reserves le President
Queuille.
Mardi A& 'Assembl6e Nationale la tentative faite par
M. R. Capitant de renverser lie -Gouvernement par
un vote die, censure; n'a servi qu'a montrer comnbien
les tactiques parlelmentaires du ign6nral de Gaulle
resseanblent A celle:s die M. Thorez. L'obijectif de
'M. Capitant ne pouvait ktre que diet battle le Gou-
vernienment sur unie question don't le r6glement est
vital non seulement pour la France. mrais pour le
monde enti:er. M. Thone'z lui au moins, sait ce qu'il
vaudrait faire en Indochine si la chance lui en 6tait
donnee, mais son alli6 passage M. Capitant a 6t6
incapaiblie de proposer ine solution pratique autre
quie .fellc.,du Gouvernelment.
IM. Queuille et ses collgues font un effort hon-
nite, sinon d6seisp'rr6, (pour r6egler une question dif-
ficile, et la tentative inconsid6r6e de M. Capitant
pour les 'mettre en minority& A la'vielle ,des Bleletions
cantonales repr6sentait exactement le genre de ma-
nceuvne politique que, l'on a entendu le g6n6ral de.
Gaulle d6plorer si souvent. La France vient de
jouir d'une stability gouivernementale suffisam aent
longue pour que la politique. de M. Queuill.e fasse
sentir ses premiers r6sultats. Les peuples d6mocra-
tiques changement de dirigeanits dans n'iniporte qu'elle
situation, mais on ne devrait pais lies mieltre 'dans
une telle situation sans bones raisons. Si M. Ca-
pitant et lies communistels esp'eraient v6ritablement
mettre mardi 1oe gouvernemient 'en minority,
M. Queuille leur a certainement donn6e la rBponse
qu'ils m6ritaient.
(c Manchester Guardian ,,, 17 mars 1949) 4.592


II. PROBLIMES CGENRAUX


A. L'EDUCATION

Dans les villes oi l'autochtone a beaucoup de con-
tacts avec des Africains provenant d"autres tribus ou
avec des Europdens, I'Africain ditribalisi n'a plus
pour le guider les normes traditionnelles.
Le Christianisme aurait pu plourvoir au rempla-
cement des croyances, codes, examples donn6s au-
trefois par la civilisation trilbale, disparue. II ne l'a
pas fait, icela .est visible clairement. 11 y a plusieurs
raisons A cet 6chec, la principal 6tant que la pra-
tique est 'bien plus puissante que 1a thilorie. Or,
tandis qu'une grande parties des mnissionnaires me-
nent dies vies de service et 'de sacrifice de soi, I'Afri-
cain, p6n6trant dans le monde 4du Blanc, n'e ren-
contre pas autant .de vertu qu'il aurait pu le faire.
11 eut alors tendance A considbrer le Christ come
le fEtiche doe 1'Homme Blanc, ou, s'il lest initi6 aux


,crits rationalistes et maxistes, tout simplement
co;nume I'opiurm du people.
L'Islam a, de l'avis g6n6ral, obtenu, un success
plus grand en s'am-algamant A la vie spirituelle d'es
Nigbriens d6tribalis6s du Sud, peut-6tre parce qu'il
ne leur a pas 6t6 apport6 par l'Europ6en, et parce
qu'il ne pr6che pas des vertus aussi peu familieres
que l'Fhumilit6 et la monogamie.
Le marxisme, en tant que vision, claire et com-
prllhensive du monde, s'adire:ssant speicialement aux
desh6r.ites avec son cortige sans aanibiguit6 d'en-
seignements .et de valeurs, a, ide toute 61vidence, un
Ipouvoir id'attraction sur < l'intelelliggentsia > afri-
caine, sp6cial'emient s'il rtlussit A s' allier A un large
movement p.opulaire pour l'ind6psendance, et s'il
peut prendre racine dans le' mouvemient syndical.
Le marxisme tire aussi du prestige' de 1'6galit6 ra-
ciale pratiqu6e en Union Sovi6tique.









Si la ddmocratie libdrale ne s'attaque pas effecti-
vement aux problemes spirituels, iconomiques et so-
ciaux pose; par le developpement africain

... I est risi dre pr6dire que le d&fi marxiste devien-
dra formidable ici cor mme partout ailleurs. L'hos-
tilit6 au marxismre des repr6sentants gowuvernemnen-
taux don't ]'ignorance apparait d'une facon g6nuralee,
pleinem ent aux Africains', a tN, pour quelque ,chose
dans l'accrolissem'ent du nolmbre de ses sympathi-
sants parmi les lettr:s Nig6riens.

L'enseignement universitaire ne risoudra pas ces
problimes, mais il peut aider a fournir aux Nige-
riens les moyens de les rdsoudre.

L'enseigniemient universitaire, interne ou externe,
ne resoudra pas ces problbmleisi, mais ii peut, aid'er
A fournir aux Nig6rien.s les moyens, de les r6soudre.
Le .d6veloppement de 1'duncatio'n ne, pieut 6videm-
mijent rien faire par lui-mnieme. Mais 'en tant que
parties d'ui: processus de pro'gres o6onomique et
,politique, il peut Utre consid&6 .tcommie uine n6ces-
sit6, non come un luxe << excellent si on peut
lie ifournir :.
(a West Africa r), 19 f6vrier 1949) 4.512

La vie quotidienne de l'Africain, ses ambitions et
ses aspirations gindrales ont subi des modifications
immense d: fait des Europdens.
Ce 'sont les Europ6ens qui, les premiers, ont lance
les Africains sur la route qui doit les 6lie'ver au-
dessus du barbarisme ou diu semni-barbarisme ; qui
leur ont ouvert la voie 1'Pdulcation ; qui leur ont
pr6senti uni mode de ,vie amBlior6 et qui luttent
encore pour incu'lgquer die's principles d'hygibne A
des gens qui sont souvent incapableis. d'en compren-
dre la n6cessit6.

Voild cinquante ans, la plupart desi tribus indige-
nes itaient barbares et l'indigene considerait l'ins-
truction come une < malidiction >.

Aujo'urd'hui, le tableau est tout autre'. Chaique
Africain, homme, fermine ou leinifant est avide
d'acqu6rir le savoir et de fr6quienteer les 6coles 6di-
fies dans son milieu. En fait, il existe une v6rita-
ble clameur pour exiger touiiours plus let davantage
d'icboles. J'ni 6tk stup6fait plar la soiff d'6tudes li-
vresques rincontr6e c'hez les jeunnes g6n6rations
d'Africains du KRenya, du Tanganyika, de l"Ouganda
et d'ailleurs...

Pourquoi ? I n'est pas difficile de donner la rd-
ponse.
Tout Africain qui sait lire, 6crire ret parler un
anglais acceptable voit s'ouvrir lui un vaste
cham p d'errplois m'ieux pays et momins exigeants
que lie trawail d-u sol ; aussi lesi Africains de oette
oategorie ont-ils &t6 attir6s par un aimnant vers les
Villies, au dt.'riment des productions vivr'ires obte-
nuies de la terre.


Mais, aujourd'hui, les demands tombent trWs au-
dessous des offres. Et l'on a crid une foule innom-
brable d'hommes et de femmes micontents qui sont
< les dupes toute ddsigndes pour la propaganda com-
muniste >>.

... L'avertissement est d6jA tout A fait visible. En
plus du simple enseignement primraine accessible A
I'Africain moyen, on a 6galemient offer un ensei-
gnelment plus pouss6 en Europe ; et nombre de ce's
Africains plus instruits sont rervenus dans leur pro-
pre pays impr6ign6s d'id6es. fausses inculqu6es avec
des doctrines politiques dangereuses et qui se
croient halbilits A concourir a AgalitB avec les
Europ'ens dans tons lies domainers piersuad6s qu'ils
.dpasisent de la tete et des 6paules leurs amis et
parents...

II nest pas question d'aller centre le bien-fondi
de cette ambition des Africains a s'elever.

... M.ais nous aurions e6t beaucoup plus sages si
nous n'avions pas insist sur les foranes sup6rieu-
res de I'enseignenment, mlais aui contraire concentr6
,davantage nos efforts, sur I'agriculture, I'enseigne-
ment technique, le coimmernee, I'hygibne et autres
matires comparables...

On peut voir aujourd'hui, dans les villes et villa-
ges de l'Afrique oriental

de trop nombrerux Africains oisifs, vetus pour
la plupart de costumes europ6ens poss6dant A
peine les rudiments ,de l'instruction 'alors que les
terres dies tribes et les fermes europ6e'nnes r6cla-
ment a cor ,et A cri de la main-d'oeuvre. Ce sont 1A
les products de notre systemie, 6ducatif, qui semible
doublelment coupable dans son application et dans
ses r6sultats...
( African World ), avril 1940) 4.602


B. LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SOCIAL

Ces temps derniers, on a pu lire quantity d'articles
consacris aux progris realisis dans le domaine de
la recherche colonial. De temps a autres, une dd-
couverte frappante provoque un gros titre dans les
journaux : Paludrine, Levures alimentaires, D.D.T.,
Antrycide.
Enregistre-t-on des victoires comparable dans le
domaine de la science social ?

La re6ponsie est maltheur.euseTment .n'gaitive. Les
progi-s dans la ,Recherche Scientifique Sociale ont
6t6 lents. Ils le sont enoone. I's devraient Atre a.ce6-
l res. Non pas acc61.r6s parce que les sciences so-
ciales n'ont pas eu jusqu'ici la vedette. -- II est
peu probable qu'ielles proiduiront jlamais des d6conu
viertes spectaculaires mais p'arce que il semble
qu'il y ait des dangers manifestes, pour le d6velop-
pement des colonies, dians une situation oiu les









sciences naturelles et physiques attirent au maxi-
mum attention.

Il en est ainsi d'abord parce que la Recherche
Scientifique Sociale manque de chercheurs compd-
tents, en outre parce que toutes les sciences sociales
sent en < bas age >. Enfin, les progrws sont lents, du
fait de la suspicion dans laquelle elles sont tenues.
On fail en effet ressortir qu'une < science > ne
pleut atre telle que lorsqu'elle concern des objets
inpiersonnels et ,des ph6nomenes don't les lois ne
peuvent pas &tre modifiBes par un facteur human.

A moins qu'ils ne soient spdcialistes disons, en bo-
tanique, peu de gens oseraient mettre en doute la
validity des derni;res ddcouvertes faites dans ce do-
maine.
Mais bien peu semablent h6siter A ifaire fi des de-
courvertes en sciences sociales si jamais ces d6cou-
vertes se trouvent ien conflict avec leurs propres
prjugs n mnime si ils 'ont aucun entrainement onl
auicune expi.riencee dians le doimaine, particulier in-
t6ressa. Prelsque tout le monde est dispose at &tre
un expert en histoire, en education, 'en 6conomie,
en psychologie, etc... lorsque ses ,propres intarits
professionnels ou personnel risiquent d'ltre affects.

Mais quel est l'apport pratique de la science so-
ciale dans le relivement du niveau de vie des popu-
lations ?
Demandons-nous d'abord ce que signifie au just
< reliever le niveau de vie >.
C'est aider les habitants d produire davantage et
en particulier apprendre aux cultivateurs illettrds a
produire plus et de meilleurs products.
Conunent gallons nous faire pour le leur ensei-
gner ? En parties par la demonstration. Connaissons-
nous suffisamment de choses sur les techniques
n6cessaireis pour d6niontrer de nouvelles m6thodes
de cultures *A des illettr6s de (facon ha tre pertains
que nos d6moniastrations sieront loomprises ? C'est
li que le psychologue peut intervenir..,

Si nous sommes sinceres dans notre ddsir d'enri-
chir la vie du fermier, il faut ique wous soyons sfirs
que le procidi d'enricbissement n'est pas d sens uni-
que.
Il f aut aussi que nons soyons sfirs qune les nou-
veilles m6thodes que nous dmnontroins ne sont pas
antipathiques A ses iproipres conceptions au point
de, rendre leur adoption impossible sans porter un
coup fatal A la loyaut6 qu'il a .vis-a-vis de sa famille
et de sa tribu. Somimes-nous sirs. que nous en sa-
vons assez sur les consommateiurs, ventuels de notre
production de masse, ide notre education de masse,
de notre hygine d:e masse pour avoir la conscience
tolut A fait tranquille au sqjet dies effiets que nos
agiasseumelnts peuvent proiduire ? Si nous, avons lies
plus 16gers doutes ne .deirions-nous pas rechercher
assistance des socioloigiste's, des anthropologists
don't c'est justeument l'affaire d'6tudier les modules


de bases .du oomportement humiain et surtout la
fagon ddont ces mo'ddles sont modifix s par un ai-
guillon strangerr ?

Voild qui donne l'idde de l'immense domaine cou-
vert par les Sciences Sociales.
Si le progrds est lent, on peut cependant enregisIrer
une advance certain.
On a comimienic6 en r6unissant une grande quan-
tit6 de documents i6parpill6s qui projietteront quel-
que lumiere sur 1'histoire de l'Afrique Occid'entale ;
et l'on se propose die' recherchle'r les mnatriaux qu'on
sait exister en Afrique Orieintale. Dians le domaine
des langues, 1'Poole des 6tudies orientalaeis et africai-
nes a r&alis6 des progrbs notables dans son pro-
gramme A long tenrte de IRechielrche :Scientifique sur
les langues africaines, de Im6me quie des recherc'hes
linguistiques se poursuivent dans le Pacifiquel. On
a r6uni des matlsriaux tres important sur les cou-
tumes indigenes coinmpareis et sur la tenure des
terres igrAce I liPa assistance des coimniuissions d'"en-
quete sur les costumes indigenes coloniales et sur
la tenure des terres des indigenes. iEn miati6e bco-
nomique un, travail pr6liminaire de la plus grande
valeur a 6t& r6ali.s6i sur 1'Ptude des Revenus Natio-
naux et des systems mon6taires coloniaux. Les
recherches sur les iessais d'aiptitude mnentale qmui se
poursuivent actuelleanent aux Indes occidentales ,et
en Nig6ria fourniront des rsnultats tres utiles aux
6ducateurs et aux instituteurs. On proc6de a des
6tudes de la structure social de base en Extreme-
Orient aussi bien qu'en Afrique. iLe D6partement
du Bien-Etre A Sinigapour vient just ,de pubblier
une eniquifte social pr6liminaire extr'mem.ent utile
sur Singapour. Une enquete social, est en course
a Zanzibar. L'institut Rhodes-aLivingstone a ides
plans ambitieux pour les recherdhes soiciologiques.
dans l'Afrique Centrale. Enfin et bien que la listed
puisse atre poursuivie indd6finiment, les institute de
iRechierches Sociales et Econoqmiques qu'on cr6e
-maintenant dans leis Indes Occidentales, en Afrique
Orientale et dans 1'Afirique Occidentale fourniront
iquand ils auront pris leur allure normal la preuve
que touties les pritentions .des sciences sociales ne
sont pas oubliles idans les r6lgions ofi is sont &ta-
blis.

SMais ces plans ne dipasseront pas < le stade di
paper s'il n'y a pas une augmentation considera-
ble du nombre des chercheurs disireux d'entrepren-
dre des dtudes dans les colonies.
On peut s'attendre A ce que le problnm;e soit fa-
cilit6 par le r6icent project de bourses pour les Re-
cherches Scientifiques et Sociales qui doi-vent Stre
finances par iune allocation idu Fond ,Colonial pour
le D6veloppement et le Bien-Etre. Les dispositions
pr6vues dans la loi Fulbright sont aussi de nature
A apporter une aide. Les gouvernements coloniaux
eux-miemes montrent quelques signs ide leur bonne
volont& fa parrainer leurs propres projects de recher-
ches. Let nouveau service colonial de la Recher-
chie donne l'occasion aux maembres de 1'Adminis-
tration colonial de toute:s sortes qui sont ( orien-
tbs vers La Recherche > de fire une carri68e idans








aun domain qui ne fera ,que. prendre de la valeur
,et de l'intiret A miesure que 'le temps passe.

Un apport de la plus haute valeur pour la Recher-
che peut itre fourni par les fonctionnaires du Service
colonial qui sont attirds par le vaste domaine de la
Science Sociale sans qu'ils aient le disir ou le loi-
sir de se consacrer exclusivement h elle.
II doit exister dans lies colonies de nombreux
fonotionnairies qui connaissent paarticulireime'nt
bien une! clertaine tribu, qui ont pralpar, un voca-
bulaine de language .qui n'a pas encore 6t6 public ;
,qui possbdent .des collections de rbglelments locaux;
qui ont expIrimentt des systAmes d'enregistremients
locaux du cadastre ; qui ont fait collection d'his-
toires de i-,alades traits par les fMtidhes ou dies
drogues indigAnes ; qui ont 6tudil 1eis naraque,s tri-
bales'; qui ont atudib lies activities d'associations
professionnelles locales telies que celies d es char-
pentiers, des marchands de poisons, des tisserands,
'etc... \La connaissance qu'ils ont des divers aspects
,de la vile ides peuples parmi lesquels ils vivent ne
vaut pas advantage qu'un cadavre si elle rest em-
maigasin6e dans leur t6te obu enfouie dans leurs
papers personnel. Est-ce quie la modiesti.e caract6-
ristique qui leur fait catcher leurs connaissances
sp6cialis6es pourra 6tre surmont6e (par l'assurance
qui Leur e t donn6e que leur contribution aurait
la plus grande valeur aussi biien pour I'administra-
tion que pour les institutions acaddimiques ? S'il en
est ainsi, qu'ils trouvent ici cette assurance...
(a Corona ), avril 1948) 4.629

La connaissance du fait social colonial est essen-
tielle si l'on veut egalement pouvoir vaincre les dif-
ficultis en presence desquelles se trouvent l'homme
politique qu i priconise la mise en valeur des Terri-
toires d'Outre-Mer en vertu des dispositions d'un
plan, l'ecoriomiste qui prepare ce plan et l'adminis-
trateur charge de sa mise en ceuvre.
De plus, Ja pouss6ie de la population justifie 1'6tude
des r6centes adaptations du rgimle. fooncier. Lei d6-
veloppement uribain entraine la n6cessitA de pro-
cdde.r A des etudes social's et ii lest A renmprquer
combien sont rares les Atudes satisfaisantes dont
nous disp'osons sur la structure des villes coloniales.
La tAche represent6ei par des recherches coloniales
de cette nature ,elst probablement diu .domaine des
anthropologists *et sociologues, 6tant idonn6 quae
des exposes complete des cultures particulibre's
sont n6icessaires pour servir die: bas e au'x divers
ddveloppements, imais elle riclamie 6galement de
toute urgence les .services ideis ,d6rnoigraphes, dies g6o-
graphes, des bconomistes, des 'lgistes, des 6duca-
teurs. et deii ;psycihologues.

Pour conbler cette lacune, la Grande-Bretagne a
cred en 1940 un Conseil Colonial de Science Sociale.
C'est le premier organismie de recherche de
Grande-Bretagne coimprenant des relprbsentants de
toutes les prinicipialies sciences, sociales : anthro-
pologie, sociologie, psychologie, bconomie, droit,


g6o:graphie, education et. iinguistique. Le Conseil
a d4,jla suscit6 un grand nomabre de recherches. Des
6tudes anthropologiques sur des tribus 'et groupe-
ments peu coninus sont en, courrs en Rhod6sie Sep-
tentrionale, au Kinia, A Sarawak et A Born6o. Une
6tude, d'ensen~ble sur les lanigaiges africains est or-
gainis6e par 1'Institut Africain International. Une
6tude sur la famille effectu de Idans quatre commu-
naut6s paysannes die la Jamaique est en course
d'acheveiment. Une enquete sur la vie let le travail
d fes e'mlm'es .dans une province' du iCameroum bri-
tannique a .6Wt effectu6e par un anthropologist pour
le ,Sernvicel de 1'Instruction KPublique de la NigBria
et des experiences portant sur les u thodes d'en-
seignienent out WtA entreprises en Afrique Occiden-
tale et dans le Pacifique Oclcidental. Une enquite
sur l'efficacit6 de la main-d'oeuvre africaine a W6t
effectuee A Nairobi.

Ce travail se heurte a de sirieuses difficulties. Par
example, il n'existe pas dans les colonies d'Universi-
tis possidant des experts capable d'entreprendre des
investigations sur- e terrain.
Une autre difficult s6rieluse reside dans le fait
que les m6thodes de reichearehes die!s Sciences socia-
les en sont encore au sitade experimental en ce qui
concern le travail sur le terrain et les probl6mies
A 6tudier aux Colonies sont particdulirenment com-
plexes.

L'anthropologiste est souvent en butte a des dif-
ficultis de deux ordres.
Ou bien on le consider conmme un importun sans
int6r6t, on bien les administrators, ignorant la
technique de son travail, lui attribuient des dons
presque surhumains. On lui demand de pr6dire
les r6sultats d'u'n type de' legislation donn6 ou d'ex-
pliquer A sa d!es.cente d'avion < le m6can'isme de
la mtentalit6 indigene ).
L'economiste, le juriste, le psychologue, quel que
soit le caractere pratique de leur objectif, seront eux
aussi fatalement lents, car ils sont accoutumes h
I'itude des sociitis hautement industrialisees et non
a celle de communautis paysannes primitives. Pour-
tant,
la cadance dievrait augmenter trWs rapidement
dans un laps de tempos de cinq A dix ans. Une or-
ganisation en vue de l'aclcunmulation de donnAes de
base sur Ja population, lies statistiques vitales aet le
cofit de la vie, donndes iconsider6es comnie fonda-
mentales en iGrande-Bretagne, Aparigneront A toute
personnel travaillant sur place de, r6unir ses pro-
pres clhiffres avec les mioyeinss du bord. Un pro-
granmire continue de recherches ifondamentales effee-
tu, ;par les institute locaux de rec herche et par 1es
Universities britanniques 6difiera lles biases n6ces-
saires a I6tiude des problnmies particuliers. Les
rouages de la cooperation entire lles services gou-
vernementaux et les specialistes des Siciences So-
iciales grinceront peut-Atre mioins sinistreiment a
i'usage. En fin de compete, *ce sera la Grande-Breta-
gnue, tout autant que les iColonites, qui en profitera.
(a Spectator ), 4 f6vrier 1949) 4.477









C. LE 4' POINT

Dans un certain sens, remarque l'Economist, le 4"
Point du President Truman < a commence de pas-
ser du stade d'une aspiration d'ordre giniral a celui
d'un programme pratique >.
... Le 215 ifvrier, M. Willard Thorp a officiielle-
ment d6pos,6 le QuatriBme Point sur le bureau du
Conseil Ecionomique et Social des Nations Uriies et
invite les nations A collaborer avec I'O.N.U. en
prrvoyant un proigralmmie pour lever le niveau et
augmenter la prosp6rit6 'des rAgions attard6es. Une
semaine plus tard, coirnmle suite A eette; initiative,
le Conseil adoptait une resolution id'ensemble de-
mandant an Secr6tainei G6nral de preparer un
rapport A presenter A 'a pro.chaine, reunion du
Conseil A GenBve en jluillet...

Le fait que les Nations Unies sont maintenant of-
ficiellement saisies du 4e Point ne fait pas avancer
ses progres beaucoup au delay de < I'embryon d'idee >
Ivoquie par le Prisident Truman.
... L'Vtendue d'e'nsemble du programme' rest en-
core A d6finir et il iest Avidenmlent essentiel que 1'on
se rende compete d&s I'originie' que 'le problAme que
l'on sie propose de, r6soudre rd6passe e d loin la pau-
vret6 et le retard que prlsentent .certaines rBgions
du globe. 0e' ,qui est en jeu, e'cest tout l'aivenir dou
d6veloppemient du capital, Paugmentation de la
productivity et du commerce international...

La prospiriti du xixe siacle itait fondle sur I'ap-
titude des nations de l'Europe occidentale a exporter
des capitaux aussi bien que des marchandises et sur
leur bonne volonti a accepter des marchandises en
retour.
... Dans les dix annbes qui ont pr6 adA la pre-
miere guerre mondialle, les plaeriments ,de capitaux
A 1'6tranger faits par la iGranideLBretagne, la France
et 1'Allemagne atteignaient un chiffre n4moyen an-
nuel bdie 300, millions de livres bquivalant A .150.0
millions der dollars an cours d'u change de 1'Apo-
que...

Entre les deux guerres, l'ensemble de cet edifice
commercial fonde sur une expansion continue du ca-
pital fut sdrieusement affaibli.
... Aujoiurd'bui, la question se resume clairement
a saivoir si l'expansion du capital qui a rendu pos-
sible un commerce 6quilibIr entire les nations et
6leve les standards ,de vie dans lie monde enter
peut ,rxussir aussi brillamm~ent au si6cle, actuel
qu'elle l'a fait an siicle dernier...

Le 4" Point reconnait implicitement que si les Gou-
vernements ne prennent pas des measures effective
pour restaurer l'ancien courant createur de riches-
ses, il ne faut pas s'attendre qu'il se produise lui-
neme.


Du c6te des cr6anciers, il tfaut consider .en face
qu'au course .de la prochaine, decade au moins il
n'existera qu'un'e seulel communaut6 ayant une ri-
chesse excdentaire suffisante pour Ifertiliser le
monde ext6rieur et que cette communauni est re-
pr6sent6e par les Etats-Unis. Cependant les Etats-
Unis ne sont pas < naturellement > disposes A faire
,des placements Ih 1'etranger. L'.tr'oitessei des fron-
tieres des IRes Britanniques a toujours oblige 1'An-
gleterre A fire dies placements lOutre-Mer. En 19109,
un cinquiAme des capitaux britanniques ttaient in-
vestis A l'ext6ri.eur.. Aix Etats-Unlis, au contraire,
les placements Outre4Mier n':avaieent pas ru'ssi A
marcher ide pair avec la croissanice dei la prosp6ritA
int6rieure et la secionde guerre mondiale n'a fait
qu'accentuer ce. constraste...

II est vrai qu'en 1948, le march interieur des
Etats-Unis itait en < pleine euphoria >. II est fort
possible que,. dsormais, les conditions economiques
obligent les capitalistes amdricains a s'interesser da-
vantage aux occasions offertes par l'extirieur.
Mais, du c6td des debiteurs,
... 1'esprit nationalist s'est fortifi6, man;e ichez
les miembres leis plus sages de la communaut. euro-
p6enne, encourageant partout la zrfiancle a "'APgard
du < capital 6tranlger Le communism s'est in-
filtr6 'dans le monde oolcidental et rampe en Extr&-
Lime-Orient entrainant avec lui une champagne pas-
sionn6e centre ( l'imp6lrialisim-e du dollar >. De
nombreux gouverrnemients ne veulent plus autorisier
les Iplacements prilvs dans lune categorie d'indus-
triees et d'entreprises publiques et allongeriont pent-
6tre ciette! listed par de nourvelles nationalisations. Si
les capitaux amiriicains pouvaient true librement
dispensles avec un taux d'int6r ts rbduit aux gou-
vernements pour que ceux-ci en fassent strictement
i'usage que bon leur semble, il y aurait pieu d'obs-
tacles aunx n placements ,> amBricains ide la part des
dbbitelurs. Mais alors il ne Ifaudrait pas s'attendre A
voir le capital am.ricain venir s,e placer.

Le vrai probleme du 4" Point consiste a dicouvrir
< les voies et moyens > permettant d'attirer a l'ex-
tirieur les capitaux amiricains, dans des conditions
4ui offrent asset d'attraits aux prt-eurs amiricains
et asseZ de garanties aux emprunteurs non-amiri-
cains.
A cause de son immense itendue, il est a craindre
que
le ( Quatribmie Point a sioit noy6 par trop .d'in-
t6Ants ten cause et 'de tropi nombreux plans et que
son but essential expansion dies investissements
almricains se ,perde soit -dans une nuine, de pro-
grarnmes soit dans les .solutions de, resp'onsabilit6
entire les divers organisrmes int6resses,..

S'agissant de la sphere d'application du 4" Point,
ni l'Europe occidentale, ni les Dominions de langue
anglaise n'offrent des possibilities de placement com-
parables a celles qui existent dans les territoires dd-
pendants.









GC'est 16, dans ces zones justement d6nommees
sous-dvellolyp6es, qu'il semblIe qu'il y ait le plus
.a fire. Poulr pleu que IhabiletA technique accessible
aux Nations U'nies soit renloraoee et qu'on mette
au point une m6,thode' acceptable doe coordination
,entrie les livers organismes, 'IO.N.U. est suscepti-
ble ide joue'r un rMle prdliminaire utile.

La plupart des figions attarddes ne sont pas en,
measure de profiter d'un developpement intensif du
capital avant que certaines conditions priliminaires
aient eit remplies.
La premiere consist A choisir entire une vari6te
presque inlinie die candidates et la priority devrait
nettement (tAe accord6e A ioeux des territoires qui
peuvent le plus contribuer A satiisfaire les besoins
urlgents .dou monde en products alimentaires et en
matieres premieres. '111 est significatif que le. capital
amiricain ;e soit spontandment .dabloqul pour les
prospections du p6trole.

Une fois le choix opird,
le travail d'infrastructure comrprenant les routes,
Ie's chemins de fer et lies seinvices publics serait
avantageusement r6alis pour les gouverneanments ou
des organs mes tels que la Banque Internationale.
L'avantage de confer ces investissements pr6-
liminaires aux organismies internationaux est qu'il
contribute ai venir A bout de la :mfiance des igou-
vernemients locaux A I"'gard d'un << contr6lie' 6tran-
ger > sur las services essentiiels de ]a oomnuunauta6.
Lorsqu'e ces dispositions pr6liminaires auront 616
prises, le terrain sera en gros prepari. pour le ca-
pital priv6.

De nombreuses missions sont ddja dparpillees dans
les regions attardies, priparant les donnies sur les-
quelles an ;ugera.
Mais I'inconv6nient est ique toutes les initiatives
et experiences sont *diss6minae:s 'd'une fagon trop
sparse pour Ifaire autre chose qu'6fgrati'gner la sur-
face et nule part elles 'ne sont autre chose qu'un
appAt 'pour les placements am6ricains vraiment
important.

Ce don't a besoin le 4e Point, c'est de reunir < les
ruisseaux des plans et des initiatives en quelques
course d'eau plus important >.
L'expansion quoe le monde 6clame nme; pient se
produir que s'ils sont canalisis en deux on trois
grands syst;nles en Afriique, peut-6tre dans
1'Inde, et ien Amnrique Latine.
Si le Quatriianie Point peut aboutir A .ette con-
centration et 'et cette intensification, de 1'effort, une
-nouvelle Are de prosp6rit6 ,croissante est en vue.
Dans le cas contraire, la stagnation 6conomiquie
et 'ins 6curit6 politiqueo seront le prix pay6 par 1e
monde occidental.
(a The Economist ), 2 avril 1949) 4.620

Le piriodique americain Newsweek ecrit que la dd-
,laration Truman du 20 janvier dernier itait a peine
Jaite que


les cerveeaux de l'administration .de Washington
commencaient A bouillonner de plans grandioses
consistent A d6verser davantage encorlel de fonds
provenant du contribuable amaricain dans dies pays
Atranigers.

II peut itre instructif de rechercher l'origine da
l'idee du 4e Point. Dans un livre public aux Etats-
Unis en 1944, on lit notamment :
< L'AmArilque peut souscrire A un programme gi-
gantesque d'industrialisation de 1'Afrique A entre-
prendr;e imm6diatement.
... II doit amorcer usne amnltioration ig6n6rale 'et
continue du niiveau de vie des populations afri-
caines...
< Etroitement li6s, soicialemtent, Bconomiquement
et politiquiemieint a veic l'Afrique, on trouve les pays
du Nord-Est de l'Arabie, 1'Irak, 1'Iran, la Syrie, le
Litban, la Palestine et la Transjordanie...
... Ici encore on a besoin d'un vaste programme
regional de deivelolppeiment conomique...
< Ce que la situation r6cl ame Iclairenment, c'est
que les Etats-Unis prenneont la tete en proposant
un programme common de d'veloppelenent 6cono-
mi!que! des pays de 1'Afm6rique Latine... Pour 1'Am&-
rique Latine, (un tel programme) ouurirait la porte
A un immense bond en- avant dans le proigres...
< En ce qui concerned les Etats-Unis en parti-
culier i'l r6pond en grande parties A la question
iimportante entire. to.utes dde savoir si nous serons
ceaplabiles de continue A faire fonctionner notre
Bcono mile nationale...
a Le gouve;rneament,peu s'en c.hargeir si << 'entre-
prise priv6e > ne r6ussit pas A reliever le d6fi et
s'enlise dans le Jp6trin.
a Notre gouvernement peut cr6er toutie, une s6rie
de gilgantesques entrepris'es de de6velopipement in-
dustriel, chacune d'elles en association avec un
autre .gouviernement ou un group de gouverne-
ments iet les m'ettre A l'ouivrag~ e sur des travaux a
grand 6achelle de construction .de chenmins de fer,
de routes a grades communication's, de d6velop-
pement industries et aigricolie, dde tout cie qui con-
cerne la modernisation dans, toutes lies regions d6-
vaistCes ou sous-d6veloppees du globe.
< L'Amsi6rique dispose: des teochniciens habiles ca-
p.ables de Idresser les plans de tels projects, ren 'assez
grand nomnlbre pour les ifaire dAmarrer, dans les
six mois qui suivront la decision piriste...
< A 1'6chielle mondiale ces projects pourraient
atre r6alises au course d'une gbanration. Ils cons-
titueraient le mieilleur des placements quoe la classes
des capitalists amnriceains ait jamais e u' occasionr
d.e fire dans, toute i'histoire. >)

Le livre dans lequel ces propositions ont paru s'in-
titule : < Tibiran, notre voie dans la guerre et dans
la paix >. L'auteur en est Earl Browder, qui itait
alors chef de la section amiricaine du Parti commu-
niste.









... Nous n'avons pas biesoin' de souligner ici tout
ce que ces propositions conp'ortent de faux sur le
terrain politique -et ,6conomique. Nous n'avonis pas
besoin, par example, de soulitgnieir quie ichaque mil-
lion de dollars en capital exp6di6 i 1'extbrieur di-
minue d'autant les ressoi'rees, destinies au d6velop-
peanent de' notre propre capital. Et ,ieci, au 'moment
ofl lie Pr6sident Truman lui-rmlme, insisted pour que
< 50 millions de dollars au arJoins soient invests
par l'industrie pour amnliorer et accroitre nos (pro-


pres) facilities de production au course des quelques-
prochaines ann6es >, et lorsqu'il se plaint que nos
propres industries -de l'aciler, ddu p6trole et de
'1'lectricit6 ne sont pas assez rapidement d6velop-
p6 es A son gr6.
iH suffit de souligner pour instant que l'idee du
< nouveau programte auidacieux > provient enr
droitle line du livre de celui qui,, .tait alors chef ,du
parti communiste dans notre pays.
(<< Newsweek n, 11 avril) 4.648


III. EMPIRE BRITANNIQUE


A AFRIQUE OCCIDENTALE

On entend, par < administration indirecte >, la
politique qui consiste a faire administer les conm-
munautds par leurs propres chefs.
On entend souvent r&p6ter que, quelle quie soit
la valeur des .services rendus (par ce syst6me dans
les debuts de la presence britannique en Afrilque
Occidentale, lels Av6nements se sont d.roulks alvec
une tell rapidity qu'il a maintenant perdu de son
utility 'et qt'il est devenu un obstacle an pro'grbs...
La proposition a l'ordre du jour
... vise a passer la main non pas A l'adminnistra-
teur britannique miais A un petit group d'Africains
europ,&anis6s qui .ont perdu le, contact aveic le sy
theme des < ,cheffleries >>, et, pour une large part
avec leurs propres congin6res par le meme pro-
cessus d'autoeiurop6anisation...
On pretend done que les institutions tribales sont
perimdes et qu'elles ne font plus intigralement parties
de la vie politique et social de la population autoch-
tone.
L'indig6ne, d6tribalis6, Bvolue et *europ6anisd est
sur le point de perdre le contact et la sympathie ede
seis propres frrres de race autant ,que les Europ6ens.
I1 a cessb .de peenser commie .eux et il a accept& une
nouvelle &chelle die valeurs. En reclamant l'auto-
nomie et les institutions politisques .du type occi-
dental, jusqu'A iquel point peut-il pnrtendre repr&-
sienter son peupile ?
Est-ce que le politician indigine europianise peut
itre considered comme le veritable hiritier de la Gran-
de-Bretagne impiriale ?
Une rAponsie affirmative A cette question ne peut
etre donn6e que s'il est exact que le peuplei en
question ait 6td, par nos soins, ,entrain6 A compren-
Adre et utiliser les institutions d6mocratiques, les
m6thodes qui president au ichoix des chefs et que
si ce politician est celui de son choix.
Ce n'est pas encore vrai et le prestige des chefs est
encore tres solide dans toutes les tribus de l'Afrique
occidentale.


En d'autres mots, la destruction premature de
la situation des chefs et 1''octroi de l'autonomie
suivant le type constitutionnel occidental 'consti-
tueraient unel double trahison et le double mandat
se transformerait pr6matur&nment 'en une double
violation A 'l'gard de la confiance *que nous ac-
corde le monde et & l',gard ,des populations colo-
niales intCress&es.
Mais il convent de ne pas gdndraliser et d'exami-
ner la situation dans toutes les colonies de l'Ouest-
africain. En Nigeria, les trois principles divisions
du Nord, de l'Ouest et de I'Est prisentent entire el-
les un aspect different, ce qui illustre le danger des
large gneiralisations.
Les Provinces du Nord, loi Lugard a d'abord
inaugur6 son systeme d'administration indirecte,
fournissent le anleilleur example de son. success.
Comme il l'a soulign6b lui-aname, le d6veloppenent
de lEadmministration indirectie dans cettie, region im-
pliqu'ait des cihangem:ents .dans la pratique plus
que la structure de l'organisation politique qui
n'avait pas ielle-mme dei racines profondement an-
crnes dans la tradition.
On ne saurait envisager un avenir proche de la
Nigeria du Nord sans les chefs et tout ce qu'ils re-
presentent dans la vie des habitants.
Dans less Provinces Occideintales, un systeme so-
Scial et politique trts complex see centre aussi Isur
les ches alors que dans les Provinces Orientales,
ot il n'eixiste pas de chefs solidels, l'oganisation de
la soci6th e'st plus; lIche ,et repose siur des groups
familiaux et sur des corps ,de m6tiers.
L'dducation A la mode europ6enne a cr66 dans
PEst une forte conununaute democratique solid -
hostile, au sens africiain, A une direction central
qui n'a auoune sylm(pathie, pour tout ce: qu'im-
plique administrationn indirecte...
II n'est done pas dtonnant que la demand d'inde-
pendance immediate et de l'ilimination du rdle des
chefs provienne surtout des provinces orientales et
des habitants ditribalisis de Lagos.
... En se tournant rvers la Gold Coast on s'aper-
Coit que administration indirect y a suivi da-








vantage une politique) de laisse.z faire qu'en 'Nig6ria
ce qui s':esl. traduit par ie fait que, la g6n6ration
des 6volu6s 'qui monte s'opipose aux chefs tradi-
tionnels...
Le comportement arbitraire des chefss et le fait
qu'ils n'ont pas su 6viotuer aveeic le temps, ont creus,6
un fosse d'i plus :en plus profound entire l'opinion
des indigenes .,volu6s et la forme traditionnelle du
gouvernemrent...
Apris les troubles de I'an dernier en Gold Coast, le
rapport de la Commission Watson a tellement insisted
< sur la pritendue inaptitude des chefs que la ques-
tion de leu'- suppression complete dans la nouvelle,
Constitution est devenue une possibility immediate >.
... La politique ,gn6lnriale actuelle! diu Colonial Of-
fiice imontre unbe te'ndance trop preciipiit6e A suip-
planter les institutions africaines inidig6nes par
des id6es de gouvernement iparlemientaire .qui restent,
encore et surtout, fa'onnees par l':expirieincie *et les
besoins de I'Eurolpe...

Si le systlme des chefferies est supprimd, on lr
remplacera :ar < un amas de formules dtrangdres
n'ayant aucltne racine dans le passed traditionnel des
indigenes >.
Et le maientendu est que le politician Ouest-afri-
cain considere la ddmocratie comme un moyen d'ac-
cdder au pouvoir.
... Lorsqu'on r6efichit A la complexity, de la vie
national imoderne, au belsoin d'une autorit6 con-
ilrmee et cdu haut degr& d'inte'lligence et d'int6-
grit6 emlbrassant un ivaste domain n6cessaires a
ceux qui sont charge's de Ifadministration, la pers-
pective die la reimise trop soludaine des r6nes A
des mains i.nexperiment6es et malhabiles reste trbs
sonmbre.
(a The Round Table ), mars 1949) 4.688


B. LE COMMONWEALTH BRITANNIQUE

Le < British Commonwealth and Empire > est un
sujet qui fait beaucoup travailler les esprits. Sona
nom, sa structure, ses droits et ses devoirs intdrieurs,
ses moyens de consultation, sa place dans le monde
sont autant de questions qui font l'objet de discus-
sions sans fin.
... II n'existe pas de diffi.cult6s raciales reelles
dans les relations d'un Australien oni d'un N0o-
Z61andai's soit av.ec ses propres iconcitoyens, soit
avec le pays id'ofl sont venus ses grands-iparents. I1
n'a aucune difficult .colmiprendre les institutions
de la mre-p.atrie qui sont 6galement les siennes.
I1 se r6jouil d'ktre Britanniquie et porte a la 'Cou-
ronne un intert respeiectueux mais affectueux et
presque personnel qui fait de la (( quality com-
mune de sujet a non une question de subordination
mais un motif d'orguleii...
Par centre, dans ce domaine, un Canadien a de
grandes difficulties a surmonter.


II existed des differences mariquies die race et de
traditions entire les principaux groupies d'habitants
des provinces et il existe A proximity& immediate do
puissants Etats-Unis qui exeroent fatalement une
influence sur un grand' nombire de questions, y com-
pris les problimes psychologiques de scurit* na-
tionale.

Les probldmes de l'Union Sud-Africaine
... sont, dans un sens, connus et compris de ceux
qui s'y intbressent, mais ils ne pe uetvet tre pleine-
ment apprici'es que par des gens se, trouvant sur
place,. L'Eir'et elle aussi done lieu nchroniquement
A des probbl6mes ; ceux qui lels regardent del loin
sont souvwent tents d'en, 6prouver .de 'inipatitence,
oubliant, come c'est g6n6ralement le cas, que les
difficulths 6oign6es semlblent tounjours A tort suscep-
tibles d'etre r6eso'lues assez facilemement.

Les nouveaux Dominions (Inde, Pakistan et Cey-
lan) ont amend avec eux tout un lot de questions
nouvelles.
... Ces immense .et inivitalbles diff~ rences de
conceptions font que rien n'est statique. Un proces-
sus d'ajustemieunt et d'accommmodation est constam-
nment en course. II n'est Ipas et ne peint pas etrel pu-
rement acad6mique. 11 procAde d'impulsions prati-
ques et 'humaines et ne se prite pas A cette
application deductive del thilories g6.nrales A des
ifaits particuliers qui est si popula-i.re parmri les
jeunes nations, mais si. oppols6e A la mtihode' in-
ductive progressive, contri bution ca'ractristique du
genie britannique 'A la solution .des probl1emes cons-
titutionnel s.

La question se pose aujourd'hui de savoir si le
Commonwealth britannique doit rester << une struc-
ture organique supposant necessairement quelque
lien permanent preservant l'unitd ou bien s'il doit
s'elargir sous la forme d'une association purement
fonctionnelle, d'une alliance entire des nations, par
ailleurs sdpardes et indipendantes >.
Mais, dans le statut de Westminster de 1931, il est
dit que < la Couronne est le symbol de la libre as-
sociation des membres du Commonwealth des nations
britanniques et que... ceux-ci sont unis par une al-
legeance commune a la Couronne >.
Nous sommes freres parcel que nous sommes les
enfants du mn&me pere. Moins le Roi piossede de pou-
voirs politiques, plus grande est la signification de
son r6le ,en tant qu'expression vivante d'un lien
qui distingue le' Commonwealth et lEmpire Britan-
nique de tous lets autries giroupes de nations, uin lien
qui en fait quekque chose de vital, d'organiique,
d'unique.

Le mdcanisme actuel de consultation en vue de
l'elaboration d'une politique commune du Common-
wealth est-il addquat ?
... En 19416 une' conference de IPremieirs 1Ministres
r6unie A Londres, approuva les m6thoidies existantes
tout en ajoutant : < I1 est u'naninnrement d6sir'e
d'examiner et d'adolpter des propositions pratiques









pour d6velopper le systme actuel, mais ii est tou-
tefois re:connu que les m6thodes actuellement en
vigueur sont pr6ifrables A tout mi6canismle ri.gide
centralis >>.
Je n'ai jamais p.artag, l'opinion de ceux qui
voient dians un secretariat londonien une menace
subtile A l'ind6pendance des Dominirons. Mlais, si
P'on s'oppose' a un m6canisime centralis'e, plourquoi
ne pas tabliar un m6canisme ,d6centralise ?
I1 ne serait pas difficile d'6talblir dlans chaque
capital de Dominion un Serentariat d'Empire r.-
duit, mais lhautement qualify, et tenu constammnent
informed, conmprenant des repr~sentants de chaique
pays britannique autonourel.
Certains ont pense que I'O.N.U. diminuerait l'im-
portance du Commonwealth et de l'Empire britan-
nique.
En rdalitd,
... toutes le organizations speciales ,et rlgionales
d'iun caractre pacifique imais realiste sont d'une
immense importance pour la solidity et la force
qu'.elles donnent i la structure internationale...
Cependant, il est deux aspects des propositions
d'Union earopdenne occidentale qui ont suscitd < des
commentaires confus et des malentendus considdra-
bles >>.
Le premier est la question des relations entire
l'Union Europieenn.e Occidentale et le Common-
wealth britannique, la Grande-Bretagnie 6tant d'une
part un pays europ6en et d'autre part la princi-
pale nation du Cosn-monwealth britannique. Le se-
cond concern' la nature de; P'Union Eluroopenne
Occidentale et notamment la question die savoir si
elle devrait 4tre une f6d6ration politique -de jure
16galeiment 6tablie, diu m&me tylpei quie la f6d6ra-
tion des Etats-Unis d'Am6rique, ou bien si elle doe&
vrait etre base: sur l'id6e d'une cooperationn -de
facto par I'interm6diairet de repr6sentants exclutilfs
pour des questions telles que d le d.veloppemrent, le
commerce, les finance's et Ja defense.

Il est certain que si l'on fonde une federation
europeenne absorbant dans une souverainete euro-
peenne certain elements essentiels de la souverainete
britannique, le conflict entire une telle conception ct
le maintien du Commonwealth britannique sous
une couronne commune.saute aux yeux.
Mais, si lIobjectif est d'apprendre aux pays euro-
p-ens A vivre ensemble au moyen. d'une srie d'ar-
ranigements pratiiques conclus de temps en temps sur
des questions d6ttermin6es, la participation de la
Grande-Breltagnle de tels arrangements ne serait
nullement incompatible avec sa situation de membre
et de chef du Commonwealth britannique...
Pour .que le Commonwealth britannique possede
un caractlre organique et une construction slide,
i, doit rester une union lib:re de nations don't les ha-
bitants doivent une all.geance commune A une Cou-
ronne comanmune. Autour de ce noyau, il existe suf-
fisamiment de place pour des arrangements g6n.raux
ou particuliers avec d'autres nations {y compris les
n.ouv4les R1,publiques) d'un caractre amical, du-


able et mutuellement avantageux. Ceci signifie, si
on le pr6f6re, un Conimonwealth de la Couronne
an sein d'une association ou d'une. alliance plus vast
et plus ldhe. A cote de ces deux organisms, il est
loisible de conolure des arrangements r-gionaux ou
collectifs tels que l'Union europ6enne occidentale on
le Paicte atlantique.
( Foreign Affairs ,, Janvier 1949) 4.E07

Pour preparer la conference du 21 avril, quatre
envoys speciaux du Royaume-Uni se sont rendus
dans les capitals des Dominions pour y discuter les
questions qui se sont posees depuis la Conference de
Londres d'octobre dernier.
... Lord Listowel, Ministr'e d'Etat aux Affaires Co-
loniales, et qui fut par aillelurs le dernier Secr6taire
d'Etat pour la Birmanie, a WtC envoy en Australie
et NouveHle-ZM1ande ; Gordon Walker, SousnSecr6-
taire plarlementaire au Ministrre -des Relations du
.Com.monwealth, en Inde, au Pakistan et a Ceylan ;
Sir Percival Liesching, Sous-Secr:itaire permanent
a u m6me MinistBre, -en Afrique du Sud; et Sir Nor-
man Brook, Secrtaire du Cabinet, au Canada.

La victoire communist en Chine, le disordre
croissant en Asie du Sud-Est, le problem des rela-
tions futures de l'Inde avec le Commonwealth, voil?
autant de questions qui rendent necessaire la reu-
nion de la Confirence de Londres. En outre...
Au point de vue defense, la russite des n.igocia-
tions du Pacte atlantique a mis en evidence la n6-
cessite d'un system de defense renforce couvrant
les zones du Pacifique et de l'Ocean Indien : 'int,6-
r&t des Dominions du Pacifique et .d'Asie est direct..
(< The World Today -, avril 1949) 4.593

Le Canada, en raison de ses interets stratigiques
communs avec les Etats-Unis a ite amend a prendre
des dispositions qui sont sans pricident dans l'his-
toire des Dominions.
Ce qui, dans la politique du Commonwealth avait
&t& jusqu'ici en grande parties prudent, implicit et
officieux, est devenu dans la politique caniadienne
hard, explicite et official. Un tel d velo ppeoment, et
la situation mnondiale qui l'a 'amen6, r'clament de
nouvelles consultations entire M. Attlee et ses ooll6-
gues des Dominions.

Avant la guerre, le trait saillant des politiques
etrangeres des Dominions itait le refus d'engage-
ments precis, specialement en Europe.
Cette attitude p.rudente et mesur6e pirovouqua de
nomibreusles critiques dans la mrtropole et Bgale-
ment outre-mer. Gependant, r6trospectivement, 'la
piolitique de M. Mackenzie King, si elle n'etait pas
heroique, parait sage et ah ongue vue. En septem-
bre 1939, il enigagea dans ila guerre un pays uni,
tandis que les Etats-Unis demeiuraien.t A l'6cart.

Mais aujourd'hui la situation n'est plus la mime.
Le nouveau Premier Ministre, M. Saint-Laurent, a
declare :








Nous devon's A tout prix 1viter le renouvellement
fatal de I'histoire des annees d'avant-guerre, lorsque
l'agresseur nazi lhimina une A une ses victims.
Ce point de vue est partagi par l'Australie et
.la Nouvelle-Zilande. En ce qui concern l'Afrique;
du Sud, ma,!gri la tendance isolationniste du Gou-
vernement du Dr Malan, la menace communist
l'obligera a .ie ranger dans le camp des dimocraties
occidentales.
Les mimes; affirmations peiuvent se r6v6ler vraies
.en ce qui concern les Dominions asiatiques. Le id&-
sir que montre jus'qu's present 'Inlde de deaneurer a
'6cant des dieux igroupes de puissances est sincere et
comprehensible. Est-ce 1A une attitude ra'liste ?
M. Niehru dcrivait l'attitude du Parti communist
A rPgard du Gouvernement indien. << come miar-
quant une hostility ouverte, A la limited de Ila r6volte
ouverte >. Si la politiique d.e 1'Inde &volue vers une
cooperation plus 6troite avec il'Qccident, ce change-
ment sera ]a directede consequence de la pression
coim uniste a F'int6rieur de ses frontibres et des
,d6soridres d'inspirati.on comimuniste a l'int6rieur de
la zone vitaile pour sa s6curitH...
(< The Economist ,, 26 mars 1948) 4.612

Mais la question principal qui se posera 4 Lon-
dres sera celie des relations de l'Inde, devenue Re-
publique independante et souveraine, avec le Com-
monwealth don't les Nations reconnaissent leur al-
legeance d la Couronne ?
Une proposition don't on dit qu'e'le emporte 'a'c-
cord de 1. Nehru est celle-ci : le Roi serait a la
tete du Conmmonwealth et Roi des Dominions qui
dsi.rent rester monarchiques. Cella pernmettrait a la
B6publique indienne de rester dans association
sans acceipter meme le lien le plus minime avec la
Couronne,
( The Economist ), 26 mars 1949) 4.584

Mais, selon Tribune, le vrai probleme ne peut etre
resolu par une formule.
Le v6ritalle probl.me consiste A savoir jusiqu'A
quel 'point 1']ade est dispose A de.meurer, sous quel-
que forme qi.e ce soit, en pleine association avec la
Granid.e-Bretagne 'et les autres pays. du Common-
wealtlh et, par leur intermeidiaire, A se lier irrivoca-
blement ave, le monde occidental, en d6pit die ses
declarations officielles de vouloir poursuivre une
politiique ind.6penidante et de se refuser A s'idlentifier
avec aucun << bloc 'de nations >>.

La riponse a cette question ne depend pas de
I'Inde seule.
Jusqu'A l'a vbnement du Gouvernement travailliste,
en 11945, le Comimonwealth 6tait essentiellemenot un
groupement de nations de Blancs qui poursuivaient
fune politique de defense des inthrets des Blancs. Le
Commonwealth peut-il se transformer en une asso-
ciation of les interAts asiatiques (et 6ventuellement
aussi asfricains) seront trait'&s sur un v tritable pied
d'8ga6it, ? Voilk la vraie question.
(o Tribune D, lr aivril 1949) 4.608


Pour le Daily Telegraph, il ne convient pas de
considerer comme une < question d'une importance
matdrielle minime, la rupture du lien de la Cou-
ronne >.
Oertains Dominions sont aussi attaches A ce lien
que d'autres semblent s'en effrayer. Si nous devons
envisager un Commonwealth compos, de membres
complete et de < membres associs >>, cela ne se tra-
duirait-il plas pour ces iderniers par des advantages
sans responsabilitas et quel motif ou quel intrAt y
aurait-il pour cons'erver m6me un Commonwealth ?
Ceux qui semblent encourager la conception d'un
Commonwealth pour ainsi dire bigarre ne devraient-
ils pas refl6chir qu'ils proposent quelque chose de
g6neriquement differentt ? Supposons qu'intervienne
mnaintenant entire la Grande-Bretagne et les Do-
minions existants un traitW r6iciproique et bcrit fai-
sant du Commonwealth 1'6quivalent de 1'Union occi-
identaTe ; cet arrangement serait viable, mais espritt
qui a faith du Commonwealth l'une des organislations
les plus relmarquables de l'histo.ire de l'humnanit6
serait sfirement perdu.
( Daily Telegraph 30 mars 1949) 4.603

Eastern World propose une solution donnant au
Commonwealth une base qui pourrait pousser
< l'Eire et meme la Birmanie a revoir leurs liens
avec lui >.
On envisagerait probablement la creation de trois
groups a l'intdrieur du Commonwealth :
... L'un serait form& par le Royaunme-Uni, avec le
Robi A sa t6te, le deuxi6me constitu& par les Domi-
nions reconnaissant aussi la Couronne ; le troisibine
.runirait les pays rApubilicains qui n'admettraient
pals le Roi comnme chef mais d6sireraient capen'dant
soait tre < membres A part entire >> du 'Common-
wealth, soit lui 6tre li6s par des accords r6gionaux.
On ne pent affirmer en ce mlomient 'que quel-
qu'une ide ces hypotheses servira en fait Ide base
A la discussion. II est clair, cependant, qu'il fauldra
s'entendre pour une r6organishation efficace de 'or-
ganisation du Commonwealth, qui en fera une puis-
slance moodiale, plus 6troitement soude, susceptible
d'ac'corder des avantages concrete A tous ses mem-
bres dans les domiainoes strat6gique, 6economique et
culture. II est clair 6galement ique chaque home
d'Etat du Commonwealth se rend compete que ce se-
rait faine un pas en arribre de d6tourner ,cet amas
6normne de bonne volont6 et de puissance don't les
possibilities sont inifinies en ce qui concern le main-
tien de Il paix.
(a Eastern World ), avril 1949) 4.645


C. INDE

L'Inde n'a pas dte favorisie par la date choisie
pour son indipendance.
Celle-cii vint a un moment of 1'P eonomie avait
subi six ans de restrictions 'du fait de la guerre. Les
oheminis de fer rdaclanadent un ruaquipement sur une
grandee che'le.. Les usines de textiles n'avaient pas









re9u ,de nouveau materiel depais 1939. Si la guerre
avait donn6 une ceritaine imipu'lsion a l'industrie et
apport6 la prosperity a t'aigrliculteur, ces nouvelles
tendances n'avaient pas un caractere permanent.
Une grande parties des b6nafices de guerre de l'ninde
ne fut pas r6alisee mais fut bloqu6e sous forme de
soIdes en sterling.inuti'lisables. I1 y avait en une in-
flation. Les Services administratifs avalent tC sur-
menes et, dans certain Dipartements, avaient Wt
atteints par la corruption.. Pendant toute la dur6e de
la guerre, la population s'itait accrue an taiuix de
5 millions de naissances par an, alors que la produc-
tion agrico'le total restait constant on mr6me dimi-
nuait. La terrible famine du Bengale, montra A quel
point 1'In'lde itait tributaire des denr&es alimentai-
res imports.
Le Gouvernement indien a contribud dans une
grande measure d empicher une situation mauvaise
de devenir insoluble et catastrophique.
Pourtant la stagnation economique continue.
Le rembde .est la r6organisation social et 6cono-
mique sur la plus grande Behelle possible. L'Inde
est en train de n&gocier avec 1' << International Bank
for Reconstruction and Development >> un emprunt
destiny a 1'achat d'6quipoement ferroviaire et agri-
cole. Mais l'augmentation de la production ne d6-
pend pas uniquement de l'utilisation de meilleures
semenices on d'une plus grande abundance d'elngrais
ou encore de l'amelioration du materiel. Elle reclame
la modernisation de la sociWeit et extension de son
m6canisme administration. Malheureusement, les plans
pour la reconstruction de 1'Inde, p-ublis A la fin de
la ,guerre, n'ont guere recu jusiqu'a present qu'un
ddbut d'ex6cution. Les programmes d'instruction pu-
blique et d'hyigibne sont 'Fun et l'autre en retard.
Une raison de cet itat de chose est le deficit bud-
getaire < cause en parties par les depenses militaires
dlevdes >.
L'Inde n'a pas r nv616 P'importance actuelle de son
armie, mais, selon certaines declarations, elle comp-
terait aujourd'hui 400.000 hommes, alors .qu'elle
n'6tait que de 250.0100 homes an course des an.nes
d'avanttguerre. La tr&ve au Cachemire n'.eg est que
mieux accueillie, une grande parties die l'Anergie ad-
ministrative de l'Inde et du Pakistan .peut mainte-
nant Wtre concentrie sur des tAches constructive.
(< The Manchester Guardian -, 13 Janvier 1949) 4.425

L'aspect le plus remarquable du changement de
physionomie de l'Inde au course des dix-buit der-
niers mois est < l'integration > dans la nouvelle po-
litique national d'un grand nombre de principaute's
fires et autrefois puissantes.
Dans l'espace des 12 mois qui out suivi le par-
tage, les 550 principaut6s, grades et pletites, ren-
trant dans la sphere d'influence de i'Inde, se trou-
v6rent rdduites A sept groups ou < unions > et a
une vinggtaine d'unitrs. Ces dernieres ont 6t6 limii-
ties aux plus grands Etats, que l'on a considiCr''s
gen6rale:ment come a viahles > lorsque la popula-
tion atteignait on depassait le chiffre de un million
d'habiitants.


Deux facteurs ont contribud a ce processus d'in-
tegration.
L'un est le levain du nationali:sme indien agissant
dans les territoires des princes et produisant parni
lelurs sujets une fermentation .qui a affaibli leur auto-
riti et les a rendus incapable de resister A 1'empiA-
tement d-u Goluvernement central. L'autre est l'in-
tention arratle du Ministbre des Etats de D'elhi, sons
la ferme direction de ,Sardar Vallabhai Patel, d'eli-
m:iiner toute resistance possible de princes dissidents.

A l'extremite mdridionale de l'Inde se trouvent les
deux Etats de la c6te du Malabar : Travancore e-i
Cochin.
Mysiore (7 millions d'lhabitants) a r6alisA, dans le
doimaine de la souverainet6 popuilaire, un compromise
cadrant avec sa longue tradition d'administration
6clairie.

Plus au Nord, le long de la c6te occidentale, Bom-
bay a ddja absorbed quince des anciens Etats du Dec-
can.
Le seizieme, Kollhapur (1 million d'habit'ants), a
6t6 absorbed dans la province de Bombay. 11 en sera
de meme de 1'Etat. plus septentrional et disperse de
Baroda (3 millions d'habitants), don't le so.uverain,
apres tine s6rie de diffi6rends avec le Parti du Con-
grbs de son Etat, a accept,6 de s'incorporer A Bom-
bay.

L'Hayderabad (17 millions d'habitants), au cen-
tre du Deccan, pose aujourd'hui, comme avant
< Inaction de police > de septembre dernier, un point
d'interrogation.
Une fonte agitation nationalist sle manifesto en
faveur du partage d'Hayderabad. La moitib orientaile
serait joint a la partie Andhlra-Desh de la province
de Madras, A laquelle elle est like par la la'ngue
telugu ; l'extr6mit6 maridionale serait unie A la ar-
gion adjacent 'de la province de Bombay, parlant la
m&me langue ; quant aux districts du nord-ouest, its
seraient rattach6s aux regions Ide langue marathe 'de
la province de Bombay et des Provinces centrales
qui constitueraient alors une nouvelle province : le
Maharastra.

Si l'on se diplace d'ouest en est a travers la parties
la plus large de l'Inde, on trouve la premiere des
nouvelles Unions : le Saurashtra.
Oette coombinaison de 280 Etats et domlaines de
Kalthiawar a just un an d'existenice et semnbie avoir
fini de ( flaire ses dents >.

Dans la parties occidentale de l'Inde central, 28
Etats sur 29 furent rdunis en mai dernier pour cons-
tituer une union Malwa connue sous la designation
de Madhya-Bharat.
La po mme de disconde dans cette region est Bho-
pal, don't le Nabab mnusulman a jusqu'A present con-
servA son entity sons un minister congressiste.
Mais une agitation foment6e aiu Maidhya-Bharat,
ainsi que dans les Provinces Unies les deux grou-
pes d6sireux d'absorber Bhopal ont rceeanment








olfig le ninisitre A d6missdonnier. Pour le moment,
le Niabab adminilstre Bhopail lui-anme et l'avenir de
cet B~at fat actuoellement I'objet de d4blats au Mi-
nistere 'des Etats A Deilhi..

Dans la parties orientale de l'Inde central la troi-
sidme des Unions existantes, Vindhya-Pradesh, est
constitute par la reunion de 34 Etats don't le plus
important est l'Etat de Rewa.
Cette rAgion est pleut-tre la parties la plus arri&bre
et la moins d.veloppee de I'Inde 'et il en est r6suldt.
que c'est ellIe qui a monntr6 le mroins de dispositions
pour I'.aut'onoomie gouvernementale. Les rivaiits per-
sonineles et les intrigues politiques ont handicap le
GouuVernemene nt et it n'est pas certain, aujouarid'hui,
que l'Union continuera sous sa forme actuelle.

Encore plus a l'Est, un autre group de 30 petits
Etats fut incorpore dans la Province d'Orissa.
Dans l'lnde septentrionale, il existe quatre autres
unions d'Etats. L'une d'entre elles, le Rajasthan va
itre agrandie devenant la plus vaste de toutes.
Ce < Gr'and Rajahstan > sera I'unit* administrative
la plus consiid6raable de l'Inde, aveic une superificie
de 121.000 miles carr's et une population de 12 mil-
lions d'habitants ; oe sera la rtaiisation La plus ree-
manquable du MinistBre des Etats. L'avenir de Mat-
sya, la petite Union qui est sa voisnine oriental, est
a Vleuide, mlais ill est possible que les Etats d'Alwar
et de Karanli se joindront au < Grand Rajiahstan ,,
tanidis quite oeux de Bharatpur et de Dho'lpnr seront
incofrpor&s aux Provinces Unies.

Au Penjab oriental sont situdes les deux dernidres
des sept Unions existantes.
L'une est composee des cinq Etats Phulkian ou
Siihs A la tWte desquels. figure Patiala (2' millions
d'habitants) ; la second, Himachal Praidesh, compo-
see .de 110 petits Etats montagnards, differe des au-
tres Unions en cie sens qu'elle est a;dministrie direec-
temient de Delhi. D'autres petits Etats sont 6agale-
ment ad'rmi tnistr6s individuetlement par le Gouverne-
ment de l'U'nion ; ce sont Kutch, dans 'Ildie occi-
denitale ; Chamba et Bilaspuir, sur les co.ntreforts de
l'Hinalaaya. Quefques petits Etats isol6s, tels que
Rampur -et Binar6s (dans les Provinces Unies),
Coloch, Bihar, Tripura et Manipur (idans l'Assam),
subsistent encore en tant qu'entit6s, mais il est pro-
halfle qu'ils seront eux aussi albsorlHbs. Enfin, dans
l'extr&mle nord, se trouve le Cachemire, don't le sta-
tut faith l'od:,jet d'un litige entire I'Inde et le Pakistan,
et don't le sort final sera d6cild6 par un plkbisoite,
sous les auspices des Nations Unies.

Dans ceite oeuvre d'unification,
le seul sujet d'etonnement est le fait que le Gou-
vernuemaent congressiste de Delhi, don't l'attitude A
1'Agard .de la souvertainetb princi.re est guide par
une antipathie nationialiste de vie1ie date, ait W6
si rapidement A mimie d'arvoir raison dies Etats, et
cela en faisant un si faible italage de sa force arm6e.
Les Unions d'Etats s'alignent rapidement sur les
provinces au point de vue administratif.


A l'originie, les Etats ne donnirent leur adhesion
que sur trois points : la dAfense, ie's affaiires '6tran-
gbres et les communications. Mais, r6cemnment, les
Rajpramiukhs sortss ide gouverneurs provinciaux)
de toute's les Unions ont silgna .de, nouveaux actes
d'a'ccession icon c6dant A Delhi ides pouvoirs 1agisla-
tifs idans tous ltes domla.ine!s concedes par les pro-
vinces elliles-mi&mes an iGouvernement central.
(< The Times ,. 4 mars 1949) 4.545

A la tete de I'action politique, le Congras dispose
d'une autoriti qui ne rencontre qu'une opposition
trWs faible.
Cepe'ndant, te Congres ne profess aucune doc-
trine th6orilque ide Gouvernement unipartite .du type
communist oou fasiciste, ni maime de mise en tltelle,
temiporaire, semblabhe A oelle pr~prnie anrbefois en
Chine par le Gouiverneiment du Kuolmintanig. La nou-
velle Constitution pr6voit in r6girme de pleine de-
imocratie parlementaire avec rivalite des parties.
L'act'uelle ,concentration ides pouvoirs est due en
parties A la priimaut6 don't jouit le Parti Idu Congr6S
dans la nation, let en parties A f'habi'letb avec 'aiqueile
il continue A maintenir sous la loi .du dparti ides honm-
mes 'd'opinion!s tr's diff6rentes.
Le Congris a reussi h maintenir son unit sur
trois points principaux : la laicitd de l'Etat, la re-b
forme agraire et la repression de l'activitd commu-
niste.
La question de daicite, ainsi iqu'lon l'appelle aux
I'ndes, nest pas facile A dcfimir. Lors'que M. Nehru
d@iclare idans on idisicours public& ique e oe caractre
laique de I'Etat indien idoit &tre 'miaintenu A tout
pirix presique comee is'il luttait contre ,Un enva-
hisseur -, 11 peut seimbler exaigbrer- 'importance ide
la question. Mais les forces iqui luttent centre la con-
ception de M. Neihru sont formidaibles et leur vic-
toire aurait des cons6quenices de grande port6e. Pour
M. Nehru, bien que le Pakistan soilt un Etat inusul-
mlan, l'Inde ne o doit pas Rtre un Etat hinidou.-

Les leaders du Congris sont igalement dicidis a
ddbarrasser I'lnde des coutumes sociales imposes
par l'Hindouisme.
La Constitution a r6habiiit les Intoachables, et le
nouveau ,lodde ide lois prolhibera la polylgamie, accor-
dera aux files ides idroits egaux *A ceux des garcons
en anati6re ;d'h6ritage t autorisera de divorce, ainsi
que oles marriages entire personnel de castes diiff6ren-
tes.
En ce qui concern la riforme agraire,
on -met en pratique, Idans les provinces., une degis-
.lation qui rsuppriime les propriet6s << zmindari t,
que l'on rp~partit entire les paysans icultivateurs. Ce-
pendlant, tes propriktaires regoivent iune Icompensa-
tion en 'bons convertibles. Dans les anciens Etats
princiers 6agallement, qui ,6taient souvent gouvernis
par des seilgneurs puissants, qui Im8laient dans leurs
tr6sors, revenues publics et priivs,, le Gouvernne nt
s'est servi 'de ses nouveaiux pouvoirs pour 'rballiser
des rformsses fiscates importantes, tout en Jaissant









aux princes des Iistes civiles substantielles. La
.rainte Id'une revolution isoaciale pius raidiciale a suiffi
A gagner Ibon nombre des propriktaires indiens A u'n
regime iqui icherche a am liorer une exploitation so-
ciale exagkrie.
Contre le communism, le Gouvernement indien
a rdcemment mend une offensive vigoureuse.
Le ciommunisme ne peut &tre kilimini par la seule
repression policAire, (mais la haldi'sse avec laquelle
les leaders idu Gongres ,ont !agi montre qu'ils ont senti
le danger et qu'ills n'acept'ent pias ide permettre que
le sentimentalisme pro-sovi6tiique ides jouTs rivolu-
tionnaires ddu Conigrs soit exploit par 'le nmouve-
m.ent communist 'de sape diu novel Etat.
((( The Economist ), 12 mars 194) 4.570


Dans son effort pour faire de l'Inde un Etat laid.
sans discrimination racial ni pridfrence religieuse,
le Gouvernement du Pandit Nehru se beurte d
l'opposition.
... non pas ide 1'Islam, don't lies adeptes au sein Ide
l'Union ise siont toojoqrs imontrls ide. bons et loya'ux
citoyens, mais ides extirmistes hindous dicoilds a
voir Il'Inide redevenir, aprs ide nombreux sidcles,
un pays gouvern (par ie!s Hindous, et par les Hin-
dous seuls...
L'element actif de l'opposition est le Rashtriya
Swayamsevak Sangh.
... organisation militainte .inspire& par la devotion
traditionnelle miahratte 'A lE'gand idu hros national,
Chivaji, ennemi jurb (de la domination musiulimane
et champion ide la supr6matie hindoue. Comme les
anciens rviolutionnaires mnahrattes, se's mnembres
sont pr6ts !A recourir A Aa violence pour atteindre
leurs fins. Alpres Fassassinat (de M. Gandhi, Iconsiidi e
depuis lonlgtemps par eux come d'enn'emni de Pin-
tol ran'ce religieuse, ie R.S.S. fut interdit l par 'le IGou-
vernement pour avoir contribu A fomenter la haine
entne oommunalut6s ; il vient maintenant (de lancer
une champagne pour fire raiplporter ette measure .
Le Gouvernement a relevi le ddfi. Et devant sa
fermetd, la champagne est en train d'ichouer.
Mais le Gouvernement doit etre prRt A fire face
A de nouvelleis tentativies en vue Ide le faire renoncer
A sa politique de neutrality religieuse. Le prochain
id1i viendra probablement du Mahasabha Hinldou,


qui prteend 6tre la fraction sp6,cifiqu'ement hbindoue
du movement nationalist general. Si le Ma'hasiaha
met A ex lcution sa id6cision r6cente d'entrer Idans
1'arrne politique an tant ique parti organisC dans le
but ide id6feendre des int6r6ts hindous, sa richesse et
sies traditions lconostitutionnelles sont susceptible's ide
faire de lui inn adversaire infiniment pdus reldouta-
ble que la poigane id'extr6mistes instables ide I'R.S.S.
(((The Times ), 31 d6cembre 1948) 4.378


En ce qui concern les Communistes, durant la
guerre ils coopdrlrent a l'effort de guerre allied et
s'opposerent au movement de disobdissance civil
du Congrds. Apris la guerre, ils concentrdrent leurs
efforts sur le ddveloppement de la culture et rdus-
sirent a rdaliser certaines riformes agraires.
Alors qu'A Delhi et dans les capitals pirovinciales
les pooliticiens vivent cionfortalbilement Idans. Ileurs
maisons of, intlassablement, ils font des projects
pour 1'aivenir ide 1'Inlde, les ,conmmunistes au ,conitraire
vivent lhichement Idans les campagnes et apprennent
I'lalphabet aux villageols ignorants. Cette attitude faith
grosse impression.

Le Parti communist rivolutionnaire de l'Inde est
ne il y a trente ans pour obliger les Britanniques,
au moyen de la violence, a quitter l'Inde.
Poor le moment, le Gouvernemient -de F']nde doit
fair face A une rivollution agraire idans 1'Haydera-
bad (qui a (dlja coflt6 la vie A 200 membres idu Con-
gr6s, A des attaiques rmes A Calcutta qui risquent
de recomimencer a ichaique instant, A ides 'coups ide
main centree les commissariats ide police 'dans le slid
de 'I nde et au contr61e, par ies coirnmunistes, de
plusieurs: syndicats essentials comprenant le syndi-
cat les ,coniducteurs ide tramway, celui ides tidlAgra-
phistes et foelui des usines ide ccolon et ide jute.
Un autre danger reside dans l'attitude des itu-
diants.
A I'Universit d'Osmalia, dans I'Hayderabad, plus
de la moiti ides 6tuldiants sont Icommnunistes on syym-
pathisants communists. Mmne situation ia 'Univer-
sit ide Calcutta et idans beaucoup Id'autres. Bien ique
le parti communist soit interdit dans le Bengale
occidentall, ies libraries sont sulbmerg6es de ilittra-
ture communist, dont les libraires disent joye'use
meant e qu'elle se vend admirableanent bien >...
(u New York Herald Tribune r, 10 mars 1949) 4.543










LISTED DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRANCAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTED :

A la Section de la Presse EtrangAre, au Ministare de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7'). (Direction
des Affaires Politiques, Piece 17, 1er Etage).
La section n de la Presse Etrangere peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, A quiconque lui en fera
la demanile, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le N de r6f6rence suffit A designer le document d6sird.


ORIGINE DU DOCUMENT


The Economist ...........

United Empire ...........


4.584

4.585

4.586
4.587
4.5188
4.589

4.590
4.591
4.592
4.593
4.594
4.595

4.596
4.597
4.598
4.599
4.600
4.601
4.602
4.603
4.604
4.6'05
4.606
4.607
4.608
4.609
4.610
4.611
4.612
4.613
4.614
4.615
4.616
4.617
4.618
4.619
4.620
4.621

4.622
4.6123

4.6214
4.6.25

4.626
4.627
4.16,28

4.629


DATES


TITRES


26-3-49
Janv.-
F6v.-4'9

15-3-49
25-3-49
3-49
28-3-49

28-2-49
13-3-49
17-3-49
4-49
4-49
24-3-49

30-3-49
28-3-49
24-3-49
24-3-49
24-3-49
217-3-49
4-49
30-3-49
31-3-49

2-4-49
2-4-49
31-3-49
1-4-49
2-4-49
24-3,49
31-3-49
26-3-49
21-3-49
1-4-49
1-4-49
1-4-49
28-3-49
1-4-49
2-4-49
2-4-49
3-4-49

2,4-49
31-3-49

153-49
123-49

5-4-49
8-4-49


Neue Ziircher Zeitung .....
The Spectator ............
The Round Table ........
New York Herald Tribune .

Arriba' ................
Indian Republic ..........
Manchester Guardian .....
The World to day .......
The Crown Colonist ......
. .B.C. ..................

Neue Ziircher Zeitung .....
The Yorkshire Post ......
Indian Express ...........
Hindu ...................
Hindu ...................
Indian Express ...........
African World ...........
Daily Telegraph .........
Manchester Guardian .....
The New Statesman and
Nation ..............
Time and Tide ..........
Times ...................
Tribune ...................
West Africa ..............
Madras Mail ..............
Daily Telegraph .........
The Economist ...........
Newsweek ...............
The Spectator ............
The Spectator .. ..........
The Spectator ............
.MVail de Madras ..........
The Spectator ............
The Times ..............
The Economist ...........
Neue Ziircher Zeitung .....

Neue Ziircher Zeitung .....
Manchester Guardian .....

Affrica ..................
The Times ..............

Daily Worker ............
Manchester Guardian .....
The New Statesman and
Nation ................
Corona ................


9-4-49 L'ahurissante Birmianie.
4-49 Recherche scientifique social.


Conference du Commonwealth.

Les Empires des autres Puissances et les m6thodes euro-
p6ennes d'admiinistration.
Activity communist en Afrique ,du Sud.
L'Inde ind6pendante.
L'administration indirecte en Afrique Occidentale.
Les Plans d'assistance aux Territoires < attard6s > sont
compl6t6s par I'E.C.A.
Les Communistes de Mao Tse Tung occupent 1'Indochine.
Viet-Nam.
Viet-Nam.
Consultations A l'interieur du Commonwealth.
Les eaux du Nil et le dIveloppement africain.
Les repr6sentants du Commonwealth se reuniront fin
avril.
La conference du Commonwealth.
La vraie force du Commonwealth.
Aucune ame6lioration (Inde Frangaise).
Referendum pour 1'Union Francaise.
N6cessit6 d'une administration neutre.
Les Frangais de F'Inde subiraient un sort severe.
Id6es fausses dans education des Africains.
Conversations imp6riales.
La mlain-d'ceuvre africaine.

Sauver la face des Hollandais (Indon6sie).
La conference du Commonwealth.
Siamois et Malais.
La conference du Commonwealth.
Les Africains aussi sont Frangais.
R6ttablissement d'un cordon douanier (Inde Francaise).
Scission probable entire l'Inde et le Pakistan.
Le Commonwealth et le Pacte.
Les deux faces de la question indon6sienne.
Le Commonwealth et l'Inde.
Les Colonies italiennes.
L'Europe en Alfrique.
Requete du Gouvernement indien.
On tourne un film A Udi (Afrique Britannique).
Le caoutchouc de Malaisie.
Le ( Quatrieme Point >> a oeuvrer.
La collaboration *6conomique future de 1'Inde et du
Pakistan.
L'avenir des Colonies italiennes.
L'Empire en Afrique (V). Quousique tandem, Britan-
nia ?
L'avenir de 1'Afrique.
Les principles du d6veloppement future du Commonwealth
britannique.
Les chefs de l'Empire se rencontrent pour la guerre.
L'Empire Britannique d'Afrique.










ORIGIN DU DOCUMENT


N"o


4.630
4.631
4.632
4.6333
4.634

4.635
4.636
4.637
4.1638
4.639
4.640
4.641
4.642
4.643
4.644
4.645
4.646
4.647
4.648

4.649
4.650
4.651

4.6,52
4.653

4.654
4.655
4.1656
4.657
4.658
4.659
4.6160
4.661
4.6612

4.663
4.664


DATES


The Economist ...........
Hindu ...................
The Times ............
Continental Daily Mail ....
Diario de Noticias ........

The Economist ...........
Daily Mail ...............
West Africa ..............
The Times ...............
Continental Daily Mail ....
A.B.C ............ .....
Jornal do Comercio ......
The Observer ............
The Times ...............
Eastern World ...........
Eastern World ...........
Eastern World ...........
Mercati Coloniai .........
Newsweek ...............

Manchester Guardian .....
Time and Tide ...........
A Voz ...................

New York Herald Tribune .
The New Statesman and
Nation ................
The Economist ...........
The Spectator ..............
The Economist ...........
The Economist ...........
The Spectator ............
Commonwealth Survey ....
Continental Daily Mail ....
The Yorkshire Post ......
A.B.C. ...................

Continental Daily Mail ....
Jornal do Comercio ......


2-4-49
1-4-4.9
7-4-49
9-4-49
30-3-49

9-4-49
10-4-49
9-4-49
12-4-49
12-4-49
1-4-49
6-4-49
10-4-49
12-4-49
4-49
4-49
4-49
31-3-49
11-4-49

7-4-49
16-4-49
8-4-49

14-4-49

16-4-49
16-4-49
15-4-49
16-4-49
16-4-49
15-4-49
2-4-49
19-4-49
19-4-49
16-4-49

13-4-49
18-4-49


I -


TITLES


L'O.N.U. et les < Territoires attardes >.
Difficult6s en Indochine.
Espoirs de paix en Birmanie.
Un Empire -est en jeu (Colonies italiennes).
Un nouveau Dominion britannique, I'Afrique du Capri-
corne va naitre au centre du Continent Noir.
L'Afghanistan .cause des troubles (Inde).
Modifications capitals en Asie (Nehru).
Ind6pendance au sein du Commonwealth.
Troubles A la frontiere du Nord-Ouest (Pakistan).
L'Inde sur le chemin de la sortie.
Quel sera l'avenir du Commonwealth ?
Les Etats-Unis et le developpemlent colonial.
L'ancien Empire de 1'Italie.
Les Colonies italiennes.
Chaos en Birmanie.
La Conference du Commonwealth.
Impasse hollandaise .en Indon6sie.
Provision au sujet du sort des Colonies italiennes.
Le nouveau programme audacieux de qui ? (Quatrieme
Point).
Davantage d'eau du Nil.
L'Inde et le Commonwealth.
Rkponse du Ministre des Colonies du Portugal aux, criti-
ques formul6es i propos de l'drdonnance sur la r6-
pression de la polygamlie en Angola.
Le Communisme dans 'Inde.

Les Colonies de l'Italie.
Pas de paix pour la Birmanie.
L'Afrique du Sud, Janus A double face.
De nouvelles querelles sur les Colonies italiennes.
Deux voix de I'Amn rique du Sud.
Le Benigale au Pakistan.
Emissions de radio pour les Africains (Rhod6sie du Nord).
Les poussins ide 1'Empire (Commlonwealth).
Vieux Commonwealth Nouvelles RBpubliques.
Possibility de revision de l'attitude britannique au sujet
ide l'avenir des Colonies italiennes.
Le 8" Dominion attend le signal du depart.
Les Etats-Unis et le d6veloppement Bconomique d'Outre-
Mer.










BIBLIOGRAPHIE


< DiONTOLOGIE COLONIAL >, < CONSIGNES DE VIE ET
D'ACTION COLONIALES DANS L'ELITE DES BLANCS ET
L'ELITE DES NoIRs > Editions Universitaires, 44,
rue des FRcolilets A Louvain) R.P. Jean ROUSSEL.
Cette plaquette traite de la psychologie du Noir.
Le colonial d'ellite doit apprendre A connaitre le
Noir sous peine de voir ses relations avec les popu-
lations de la colonie fauss6es dbs l'abord. Le con-
naissant, il le comprendra et le comprenant, il l'ai-
mera. Oar *i; vouloir comprendre le Noir sans l'aimer
pour lui-miime est une utopie >.
L'auteur, dans une etude tres poussee, examine
la ncessite de cette connaissance, analyse les fac-
teurs qui influencent la psychologie du Noir et mo-
difient ses comportements mental et moral, fait le
portrait psychologique du Noir et etu'die son ca-
ractere et ses habitudes.
Les Blancs d'elite, en service outre-mer, trouveront
grand profit A s'inspirer, dans leurs rapports avec
les Noirs, des regles de conduite qu'avec tant d'e
clart6 leur trace le R.P. Roussel. L'observance de
ces regles leur permettra d'6viter bien des erreurs,
bien des frictions. Car, 6crit-il, pour < vivre long-
temps actif et agissant au milieu des Noirs, pour les
toucher efficacement, il faut p6entrer leur vie >.


LA COLONISATION FRANgAISE H. BRUNSCHWIG (Cal-
man-Levy, Editeur, Collection Libert6 de 1'Es-
prit).

L'auteur trace une grande fresque de I'histoire de
I'expansion de la France outre-mer. Chacun des cha-
pitres s'attache A la demonstration de I'aspect carac-
teristique de ces relations. < L'Afrique Noire et la
politique d'assimilation >. < L'Indochine, terre d'ex-
periences >. < Madagascar et le despotisme 6clair >>.
La conclusion souligne le traditionnalisme francais
dans l'ancien R6gime comme apr&s la R6volution.
Le deuxieme trait caract6ristique est, aux yeux de
I'auteur, la fidIlitR aux principles de 1'assimilation,
'les Francais 6tant intimement persuades de la va-
leur universelle de leurs principles. L'assimilation, en
dpit de sa condemnation par des esprits brillants,
s'est mnontr6e vivace et robuste. Par contre, le pro-
tectorat a v6cu : l'auteur en donne comme example
les nouvelles relations qui se nouent entire la France
et l'Indochine.
L'auteur estime, en conclusion, que le rayonnement
de la France est d6sormais, dans les pays d'outre-
mer, et que la premiere oeuvre est une oeuvre cultu-
relle et d'6ducation.


COMMUNIQUES


CONCURS POUR LE RECRUTEMENT
DE CONTROLEURS STAGIAIRES
DES INSTALLATIONS RADIOFLECTRIQUES

Un << Concours pour 40 emplois contr6leurs sta-
< giaires des installations radio6lectriques cadre g6-
< n6ral Transmissions coloniales est ouvert 27, 28,
<< 29 septembre 1949, 6preuves 6crites. La date de
< cloture des inscriptions : 15 juillet 1949.
< Aucun dipl6me n'est exig6, mais les 6preuves
< sont du niveau du baccalaureat mathmatiques.
< Des bonilications de points sont accord6es aux
< candidates poss6dant certain brevets ou dipl8mes.
< S'inscrire au Ministire de la France d'Outre-
< Mer, Service Postes et T616communications, 27,
rue Oudlinot, Paris (7) >.


RECRUTEMENT SUR TITRES DE REDACTEURS
DE ADMINISTRATION GENERAL
DES TERRITOIRES D'OUTRE-MER
Un dicret, paru au Journal Officiel du 25 avril,
porte que, par derogation aux dispositions du d6-
cret du 13 mars 1946, le Ministre de la France d'Ou-
tre-Mer pourra recruter cent r6dacteurs de premiere
classes (avant trois ans) d'administration g6ndrale
des colonies, sur presentation de titres.
Vingt places seront riservees aux fonctionnaires
digag6s des cadres.

RECRUTEMENT SUR TITRES
D'AGENTS DES POSTES DE L'A.E.F.
II est proc6de au recrutement sur titres :
io) de vingt agents contractuels des Postes de
l'Afrique Occidentale Frangaise branche postal) ;








2) de vingt-cinq agents d'exploitation des- Pos-
tes de l'Afrique Equatoriale Frangaise branche pos-
tale).
Les candidates doivent etre Ages de 21 ans A 30 ans,
et etre titulaires du baccalaurbat ou du brevet su-
perieur. La solde mensuelJe de d6but est de vingt
mille francs C.F.A., soit 40.000 francs mftropoliitains.
Les demands de renseignements et les pieces A
produire doivent etre adress6es au Ministre de la
France d'Outre-Mer, Direction du Personnel, 27,
rue Oudinot, Paris (7e).

ACTIVITY
DU MUSEE DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
MARS 1949
Entries payantes : 10.205 pour 185.710 francs.
Entries gratuites : 53 groups, 1.210 Bleves.
Produit de la Vente du Guide du Mus6e : 124 pour
1.860 francs.
TRAVAUX EXECUTES
Section d'Art et d'Histoire. Mise en place, dans
les galleries, d'un poteau et d'un faitage de case des
Nouvelles-H6brides, don du R.P. Oreilly.
Section Economique. R6ponses A des deman-
des de renseignements et conferences A des groupe-
ments.


Section Aquarium. Entretien des collections.
Reception de deux tortues 616phantines. Ouverture.
du grand Terrarium.


FRANCE OUTRE-MER

Sommaire du N" 237 Mois de Mai 1949
L'aviation frangaise retrouve sa personnalitd, leader,
par Fernand Lior6.
.Pas d'Union Francaise sans aviation. marchande, par
le lieutenant-colonel Ed. Blanc.
Pionniers d'Alsace outre-mer, par Gaston Joseph.
Alsaciens et Lorrains en Alg6rie, par M. Naegelen,
Gouverneur Gen.ral de l'Alg6rie.
Les nouveaux moyens de lutte contre le paludisme,
par le Dr J. Schneider.
La champagne de peche du Cancalais aux iles Saint-
Paul et Amsterdam, par J. Rabot.
R6allisations sociales sur les plantations d'lndochine,
par Jean Paillard.
Toutes nos chroniques habituelles :
L'Union Francaise dans la vie A Paris, par Agn!s
Bau.
Philatlie, par Andre Dupuis.
Hommes et faits du jour.


/ 4I












AU < JOURNAL OFFICIAL>


AU a J. O. n DU ler AVRIL
Un dkcret du 22 mars 1949 ap-
prouvant une ddlib6ration
prise le 2'9 octobre 1948 par
le Conseil d'administration
idu Carnerolun demandant la
modification des articles 43
et 44 cu d6cret de 17 fdvrier
1921 relatif a.u fonctionne-
ment dul service des douanes
dans ce territoire.
Un d6oret du 241 mars 1,94'9- ap-
Iprouvant une .ddlib6ration
du C;onseil g6ndral de la
Mauritanie, en date du 23
nrovemlbre 1'948, modifiant
les rjgles id'assiette de la
contribution des patentes.
Un d6cret du 28 mars 1949 pla-
cant en position de mission
M. Le Maistre, chef de bau-
reau do classes exceptionnel-
le d'ad'ministration ig-nerale
des colonies.
Un decret idu 28 ;mars annulani
la promotion de M. Sch'mit
(;Andrd-Eldouard) dans le
personnel des Administra-
teurs des S.'C. de l'Indochine
(d6cret du 311 janvier 1949,).
'Un d6cret du 28 mars admettant
M. De 'Gentille Du,quesno
(Pierre -Marie), administra-
teur de 1" 'classe des S.C. de
l'Indoclhine h faiire valoir ses
droits ', la retraite.
'Un d6cret du 208 mars rappor-
tant un arrAte do. 20 avril
1942 :dmettant M. Jaffre
(Gustave) adtministrateiur
en chef des Colonies a faire
valoir ses droits a la retraite
et reportant la date de cette
mise ir la retraite au 2 mai
194-6.
'Un d6cret 6du- 281 .mars annulant
dans les mmnes conditions
le decret du 30' novembre
1'94i3 concernant M. Brison
(Frangoois) administrateur
en chef des Golonies et l'ad-
mettantl la retraite a
.comepter 'du 12 septembre
1945.
Un dioret du 28 'mars r6voquant
M. Lan'bert (Jean-Maurice)
admini.trateur de 2' classes
des Colonies.
Un d6cret du 30 mars portant
reclassement d'administra-
tours des Colonies.


A. Comme administrateur
adjoint de 1" classes
Les admiinistrateurs adjojints de
2 classes dent les no!ms sui-
vent :
<(1 A con-pter du Ir janvier 1948)
1M. Lamotihe (Nelson-Jean-
iRoger).
1(2 A computer du 1' lj7uillet 1948)
MM.
Barthelemy (Roger Fran-
cois).
PaillBre (Mrl-Iil: Bernard -
Jean).
Miontay (Ed.ouard-Maurice-
Antoine).
Relboul. (Gilles-Alain).
Toauze r(IRaphadl-L onard).

B. Comme administratenur
adjoint del 2 classes
Les administrateurs adjoints de
310 classes don't les noms sui-
vent :
(1 A computer dui 1)" juillet 1947)
M. Grisoni (Alphonso).
(2 A conapter dui 1r janvier 1948)

Algostini (Jacques Philip-
pe).
Attal.i (Yves-'Garard).
Faraut (Ernest-Louis).
Glangeaud (Andre).
Eyrin (Jean-1Henri).
Stephan (Joseph).
(3' A computer ddu 1Il juilliet 1948)
MM.
Barma (Victor-Alfred-De-
nis).
Gally (Jean-Marie).
Gerber (Paul-,Martin).
Lemasson (Georges).
Parini (CRen6-Ange).
Pochon (Noel).
(4 A computer du lr aofit 1948)
,MM.
Bohuon (Michel).
Coudein (Jean-iDaniel).
Un d6cret du 30. !mars portant
reclassement de M'. Gerber
administrateur de 2" classes
a computer du 1'"j janvier
19416 (au lieU, du ler janvier
19418).
Un decret du 30, mars portant re-
,classement d'adiministra-
teurs des Colonies :
M. Poyer (Andr6-Louis-Al-
Ibert), administrateur de 2
olasse, a computer du ier juil-


let 19416, est .reclass6 dans
la m4mne classes oompter
duii' r juillet 194,5.
M. iSpenale (Georges), ad-
ministrateuir de 2' classe, A
computer du ior janvier 1948,
est reolass6 dans la m8me
classes h computer du 1'r jan-
vier 19'47.
M. ISanner (Pierre-Marie-
Marcel), administrateur de
3" classes, a colm!pter du lir
aofit 1948, est reclassd dans
la n0ime classes a computer
du 1" f6vrier 1947.
!M. Germnain (Gadtan-Loic),
admiinistrateur adjoint de
*r" classes, a computer du: 1"
janvier 1'945, icomme admi-
nistrateur de 3 classese a
computer du 1"' juillet 1946.
M. Jacob (Louis-Jules), ad-
nistrateur adjoint de 2'
classes, a computer du ler
janvier 1194, est reclass6
.comlmie administrateur ad-
joint de 1" classes A computer
dlu 17"' janvier 1947.
M,. Pinaud (Jean), adminis-
trateur adjoint de 1" classes,
& computer du eor janvier
1948, est reclass6 dans la
m.ime classes a computer du
2 septem'bre 1'947.

Un dc6ret du 30 mars nommant
des administrateurs honoraires
des colonies
Par d6cret en date du 30 mars
1949, s.ont nomines :
Administrateurs en chef honoraires
des Colonies
MM. Chadourne (Yves-Marc)
et Esperet (L6,on Marie-
Jacques).
Administrateurs de 1" classes
honoraires des Colonies
MM. Blanchet (Fernand) et
Genin (Etienne).
Un ddecret du 3101 mars 1949 mo-
difiant le decret du 2'8 sep-
tembre 19418 instituant un
tour de service Outre-Mer
pourr les fonctionnaires des
cadres g6ndraiux relevant
du 'miinistere de la France
d'Outre-Mer.
Un d6cret du 301 mars 194'9 por-
tant changement d'affecta-
tion dans la magistrature
d'Outre-Mer. *









Des d6orets du 390 mars 1949
poartant promotion et nonmi-
nation dans l'ordre national
de la L1gfion d'Honneur (M.
Cornut-lGentille, M. Rossin).
Un d6cret du 30, mars 1949 por-
tant nominations de gref-
fiers en chef dans les Terri-
toires d'Outre-.Mer.
Des arrPt6s ddu 218 mars 1949 fi-
xant les effectifs maxima
des services de l'agriculture
aux Colonies pour 1949 (ca-
dre g6ndral des ing6nielurs
de l'agriculture et cadre ge,
neral des sp6cialistes de la-
boratoire).
Des arr6t6s portant nominations,
rdintlgration, acceptation de
mission, licenciement et
plagant en position de mis-
sion (administration cen-
trale et personnel colonial).
Une listed des ingenieurs princi-
:paux des travaux 'publics des
Colonies L titre temporaire
ayant suibi avec suicces, au
ours de la session 1947-
1!9418, toutes les 6preuves de
I'elavm'en probatoire en vue
de le'ur nomination a titre
definitif.
Un tour de service Outre-Mer
des fonctionnaires civils ap-
partenant aux cadres reigis
par ddcret et listed des sur-
sis d'dnibarquement.
AU J. O. n DU 2 AVRIL
Un d6cret du 30 mars 1.949 con-
fdrant l',honorariat du grade
de gourverneur des colonies
*I M. Mantovani, administra-
teur des services civils de
l'ndochine en retraite.
Des ar1rt6s hportant nomination,
reclassement et plagant en
position de mission (atta-
ches de parquet Outre-Mer
et services civils de 1'Indo-
chine.
AU ( J. O. n DU 3 AVRIL
Un arr6t6 du 28 mars 1949 rela-
tif A l'ouverture d''un )con-
co'urs pour le reerutement
de contr6leurs staigiaires
des installations radioilec-
triques du cadre g6n6ral des
transmissions coloniales.
Des arrCets portant rappels
*d'anciennet6 et plagant en
position de mission (per-
sonnel colonial).
Une liste des candidates ayant
subi au course de la session
d'examen de 1948, avec suc-
ces, tou;tes les 6preuves
des concours professionnels
pour il'accession aux grades
des 1chelles 1 et '3 du cadre
general des chemins de fer
coloniaU.


AU ( J. 0. ) DU 6 AVRIL

Un d6cret du 28 mars rapportant
le d6cret du. 19 janvier 194'8
portant r6trogradation de
M1. Pelissier (Ren6), admi-
nistrateur des S.C. de l'Indo-
chine.
Un d6cret du 4 avril reclassant
M.- de Coataudon de Kerdu
('Charles), ad.ministrateur
de 2' ilasse des IS.C. de lIn-
dochine.
Un d6cret du 4 avril maintenant
en position de disponibilitd
sans traitement M'. Garry,
administrateur de 2 classes
des S.GC. de i'Indochine.
Des d6crets du 41 avril aicceptant
la admission de M,M. Fontan
(Bernard Jean), adminis-
trateur de 2' classes des IS.C.
de 1'Indochine et Baumer
(Henri), administrateur de
2e classes des Colonies.
Des d6crets en date du: 4 avril
admettant a faire valoir
leurs droits a la retraite de
MM'. Filatriaun (Charles),
adcninistrateur de 1" classes
des Colonies, Pitou (Marc),
administrateur .de 2 classes
des Colonies, Galoisy (Pier-
re) administrateur de 2"
classes des Colonies.
Un dicret du 28 mars 1949 orga-
nisant le travail de manu-
tention dans le port de Pa-
peete.
Un d6cret du 4 avril 1949 insti-
tuant une indemnity de pa-
rit6 du cadre des bureaux
des services cirvils de l'Indo-
;chine.
Des decrets dua 4 avril 1949 ap-
prouvant des deliberations
de 1'Assembl6e Repr6senta-
tive des 6tablissements
frangais idans l'Inde et du'
Grand Conseil de I'A'frique
Equatoriale Francaise.
Un arr6t6 du !30 mars 1949 fi-
xant la date de l'examen
professionnel pour l'acces-
sion au grade ide chiffreur
en chef du cadre g6n6ral du
chiffre colonial.
Des arrpt6s portant nomination,
mise en position de mission
et acceptation de admission
(transmissions coloniales).

AU (( J. O. > DU 7 AVRIL
Un docret du 61 avril 1949 modi-
fiant l'article 21 du d6cret
du 231 mars 1949, fixant les
.modalit6s d'application de
la loi du, 14 mars 1949 pior-
tant creation d'une assem-
Wblee representative territo-
riale ulue en Gochinchine.


Des arrlt6s portant int6grations,
reclassements, ddlivrance de
certificate de fin de stage,
mise hors cadres et en con-
ge, titularisation, accepta-
tions de admission, rappel
d'anciennett, modification
.de situation, placant en po-
sition de mission et rectiii-
catif :
Administration g6nrrale des
Colonies.
Administration colonial.
Administrateurs des Colo-
nies.
G6ologuies des Colonies.
Mines des Colonies.
Plorts et rades des Colonies.
Transmissions coloniales.
Travaux pulblics des Colo-
nies.

AU << J. 0. ) DU 8 AVRIL
Un d6cret du 6 avril approuvant
une d6ili'blration en date du
210 d6cem'bre 1948 du; Con-
seil 'G4ndral des Comores
relative au regime fiscal.
Un d6cret du 6 avril d6signant
M. Pelieu (Pierre) adminis-
trate'ur de 1"o classes des Co-
lonies comime gouverneur
par interim du Gabon.
Un d6cret diu 16 avril portant pro-
motion de M. Vuillaume
(Paul) au grade de gouver-
neur de 2 classes des Colo-
nies:.
Divers arrdt.s concernant le
personnel colonial.

AU < J. O. > DU 9 AVRIL
Des d6crets du 6, avril 1949 por-
tant et rapportant des no-
minations ,dans la magistra-'
ture d'Outre-Mer. MM. Man-
gin et Laurent.
Un d6cret du 16' avril 1949 pla-
9ant un colonel d'infanterie
colonial Ihors cadre servant
a Madagascar en position
de mission en France. (Co-
lonel Weisbecker).
Un d6cret du 8 avril 199 (portant
non-approbation d'une d6li-
Iberation du' 'Conseil G6neral
de la iCOle d"Ivoire miodifiant
les rAgles d'assielte de la
contribution fonoiere des
propriit6s non bAties.
Des arrAt6s des 17 et 22 mars
1949 portant creation de
commissions iparitaires pour
le ddgagement des cadres
des administrateurs des Co-
lonies et des administra-
teurs des services civils de
l'Indochine et fixant la com-
position de ces commissions.








WUn arr8t6 du 2 avril 1949 fixant
les effectifs maxima du ca-
dre ,gin6ral des eaux et fo-
rAts des Colonies pour l'an-
nee 1!949. '
'Un arrt6 du: 5, avril 1949 portant
approbation du budget de la
regie des chemins de fer du
Cameroun pour 1'exercicce
1949.
Des arrt6s: portant nominations,
r6intd.gration, d6tachement
et maintien en disponibilit6
personnell colonial).

AU a J. 0I. DU 11-12 AVRIL
Un d6oret approuvant I'arrAtd du
21 janvier 1949' du gouver-
neur de la Nouvelle-Cald.o-
nie, ha;iut-commissaire de la
R6ipublique dans l'Oc6an Pa-
cifiqu.e et aux Nouvelles-H6-
brides, portant ouverture
.de cr idits suppl6mentaires
au bu.diget d.es Nouvelles-H6-
brides exercisee 1948).
Un arrpt6 du Jer avril 1949 mo-
difiant l'arrRte du; 22 octo-
bre 19)448 portant reorgani-
sation de la direction du
personnel de l'aidministra-
tion central du iministfre
de la France d'Outre-Mer.
'Des tableaux d'avancement pour
l'ann6e 1'949 :
Agency comptable des tim-
bres-poste coloniaux.
Ecole national de la France
d'Outre-Mer.
Mlus6e de la France d'Outre-
'Mer.
Section technique d'agiicul-
ture tropical.

AU < J. O. DU 13 AVRIL
'Un d6cret du 11 avril 1949 por-
tant application, pour les
territoires relevant du mi-
nistere de la France d'Ou-
tre-Mer, du ddcret du 6
avril 1.942 relatif aux mar-
ches passes au no;m' de l'Etat.
Un d6oret du 11 avril 1949 rap-
Iportant certaines disposi-
tions dui ddcret du 24 aoft
1933' inodifiant le decret du
116 juillet 1919 sur l'exerci-
ce de la piharmacie en In-
dochine.
Un d6cret dui 11 avril 1949 fixant
les pouvoirs ides directeurs
de chemins de fer dans les
Territoires d'Outre-Mer.

AU a J 0. DU 14 AVRIL
Un arrpte :lu 25 mars 1949 rela-
tif A la r6munderation du
professeur d'escrime de I'd-
cole national de la France
d'Olutre-Mer.


Un arrpt6 du 4 avril 11949 relatif
a la composition de la com-
mission consultative d'exa-
Imen des contracts.
Des aprr6ts iportant inscriptions
au tableau d'avancetnent,
promotions, rdtablissements
de situation administrative,
acceptation de ddmission,
admission A la retraite, pla-
Cant en position de mission
et modifiant un precedent
arrit6 (personnel colonial).
Une listed, par ordre de mdrite,
des stagiaires de I'adminis-
tration colonial orients
vers I'administration gan6-
rale admis au stage de '6e-
cole national de la France
d'Outre-Mer.

AU a J. 0. ) DU 15 AVRIL
Un dc6ret du 13 avril 1949 an-
nulant une deilib ration du
iGonseil G6ndral du Sdengal.
Un d6cret du 13, avril 1949 pla-
Cant M. Martine (Fdlix),
gouuverneur des Colonies, en
position de service d6tach6.
(Secr6taire gdndral de la
Fondation de la Maitson de ]a
F.O.M. a la Citd Universitai-
re).
Des arret6s portant inscription
au tableau d'avancement
(administrateurs des Colo-
nies et adiministrateurs des
services civils de l'Indochi-
ne).
Un tour de service Outre-Mer
des fonotionnaires civils ap-
partenant aux cadres r6gis
par ddecret (additif).

AU a J. O. ) DU 16 AVRIL
Un d6cret du 11 avril 1949 ap-
prouvant une dl6ib6ration
prise par le !Conseil d'admi-
nistration du Ca'meroun le
21 janvier 1949 demandant
la modification de Particle
90 du ddcret du 117 fevrier
1921.
Un d6oret du 11 avril 1949 por-
tant non-approbation, en ce
quLi concern les r6gles d'as-
siette de l'article 3 de la de-
liberation du Conseil G6nd-
ral de la Guinde Francaise,
en date du, 19 novembre
119418, fixant les tarifs de
l'itmp6t personnel pour 1949.
Un dcret du 11 avril 1949 ap-
prouvant !'arretd du 23 fd-
vrier 1949, du hauit comimis-
saire de la Rdpublique dans
l'Ocan Pacifl-que et aux
Nouvelles-I Ibrides, portant
ouverture de credits suppl6-
mentaires au budget des
Nouvelles-H6brides (exerci-
ce 1914.8, chapitre XVI).


Un d6cret du 11 avril, 1949 pro-4
rogeant les dispositions du
d6cret du 28 septembre
1'9418 relatif au d6classe-
ment A bord des paquebots
des fonctionnaires, employes
et agents civils des services
coloniaux et locaux.
Un d6cret du 11 avril 1949 ins-
tituant un permis general
de recherches minieres au
Cameroun et approuvant la
convention conclue" entire la
Socidit6 [minire inter-colo-
niale et le haut conimissaire
de la Rllpublique Frangaise
au Cameroun.
Des d6orets du, 11 avril 1949 pla-
gant en position de mission
deux officers du corps mi-
litaire de liaison adminis-
trative pour l'Extrdme -
Orient et un mddecin des
troupes coloniales.
Un d6cret du 12 avril 1949 pro-
ro.geant d'une annee pour le
territoire d.es Go'mores les
dispositions du d6cret du 27
novembre 191,6 instituant A
Madagascar et d6pendances
des measures exceptionnelles
en vue d.e remddier a la
crise du logement.
Un d6cret dui 13 avril 1949 pro-
rogeant pour le territoire
des Comores, jusqu'au 31
decemtbre 1949, les effects de
l'article 10 du: d4cret du 310
avril 19415, r6glementant les
loyers des locaux d'habita-
tion en Afrique Equatoriale
Frangaise tel qu'il a 6td mo-
difie par le ddcret du 14 juin
1'946, d4eteminant les mo-
dalitds d'app)lication de ce
texte Ai Madagascar et dd-
pendances.
Un d4oret du, 15 avril 1949' ten-.
dant aux fonctionnaires des
cadres r6gis par d6cret re-
levant dui Miinistere de la
France d'Outre Mer, aux
fonctionnaires relevant des
minist6res mdtropolitains et
aux militaires a sold men-
suelle des armies de terre,
de mer et de iair, en service
dans les territoires apparte-
nant A la zone du franc C.
F.A., le bdnd.fice des dislpo-
sitions relatives a la rdalisa-
tion des deux premieres
tranches du reclassement de
la function publique.
Un d6cret du 15 avril 19,49 mo-
difiant le regime des soldes
du personnel des cadres r6-
gis par d6cret relevant du,
MinistBre de la France d'Ou-
tre-Mer.









Un d6cret du 15 avril 1,949 mo-
difiant le regime des indem;-
nit6s pour charges de fa-
mille allouees aux Ifonction-
naires, employes et agents
civils appartenant aux corps
et services -des territoires
relevant du Ministere de la
France d'Outre-Mer.
Un d6oret du 115, avril 194'9 por-
tant reclassement de M. Ro-
bin, administrateur de 1"
classes des ,Colonies a colmp-
ter dui 4," janvier 1943.
Un arrt6 'portant maintien en
position de mission en
France de M. Rousseau, ad-
ministrateur adjoint des Co-
lonies.
Un arrpte portant nomination
.d'attachds au parquet dans
la magistrature d'Outre-
Mer.

AU c J. 0. ) DU 17 AVRIL
Un d6cret du 3 avriil 1949 ap-
1prouvant une deliberation
du I'" d6cemlbre 1948 du
iConseil G6ndral des lies
Saint-Pierre et Miquelon
tendant i la reduction des
formalit6s dou'aniires pour
les marchandises ayant
transbor'di dans les ports
strangers admis pour le
transport en droiture.
Un d6cret du 13 avril 1949 rela-
tif aux indemnity's forfaitai-
res pour travaux supple-
Imentaires su.sceptibles d'e-
tre attributes au personnel
de l'Office dde la Recherche
Scientifique Goloniale.
Un d6cret du 13 avril 1949 met-
tant deux professeurs dd
l'enseignement sup.6rieur en
position de mission. (MM.
Marcy et Bertrand).
Un d6cret du 16, avril 1949 ap-
prouvant la dtlib6ration du
27 decembre 1948' dui Conseil
prive6 de la C,6te .Francaise
des Somalis tendant ha cons-
tituer ce territoire en terri-
toire franc et, par voie de
cons,6quence, a supiprimer la
tarification et la r6glemen-
tation douanieres de ce ter-
ritoire.
Un arrpt6 maintenant en position
de mission (transmissions
coloniales).

AU a J. O. )) DES 18-19-20 AVRIL
Un arrpt6 idu 13 avril 1949 fixant
les effectifs maxima du ser-
vice de l'dlevaige et des in-
dustries anim'ales des Colo-
nies pour l'annee 19'409.


Des arrpt6s portant nomination,
mise en congi., radiations
des cadres, aecceptation de
dU[mission et admission & la
retraite (administration
central et personnel colo-
nial).

AU J J O. DU 21 AVRIL

Un decret du 16 avril 1949 pla-
gant dans la position de
mission en France M. Bi-
gorgne, ingenieur general
des travalux publics des Co-
lonies.
Un aprrt6 du 20 janvier 1949
prortant approbation du
compete d6finitif d.es recettes
et -des d6penses administra-
tives de la caisse intercolo-
niale de retraites pour l'ex-
ercice 1'947.
Un arrtpt iportant nomination de
M. Lemoyne comme com-
imissaire du G-ouvernement
pres la Banque dde l'Afrique
Occidentale.
Des aprrt6s portant promotions,
Id6tachements, Ymaintien en
position de cong6, admis-
sion iN la retraite et modi-
fiant un prdec6dent arrt6 :
Administration central.
Acministrateurs des Colo-
nies.
Agriculture aux Colonies.
Transmissions coloniales.
Travalux publics des Colo-
nies.

AU ( J. O. n DU 22 AVRIL

Un d6cret du 1t6 avril 1'949 ma-
jorant l'indemnite provi-
sionnelle attriblui'e aux ti-
tulaires de pensions sur la
caisse intercoloniale de re-
traites:.
Un d6cret du 16 avril 194,9 por-
tant non-apiprobation de la
deliberation du 22 novembre
119418 instituant une rede-
vance sur les permis- de
O'hantiers forestiers et an-
nulant les tarifs en Cote d'I-
voire.
Un d6cret du 161 avril 1949 ap-
prouvant la deliberation du
4 novembre 1948 du Conseil
G6n6ral de la Guinee Fran-,
gaise modifiant le regime
des patents.
Un d6cret du 16 avril 1949 ap-
prouvant trois deliberations
relatives afux tarifs fiscaux
perQus a l'entree et A la sor-
tie du Gamerouin.


Un d6cret dui 16 avril 1949 por-
tant reclassement de M.
Hillenveick, administrateur
de 2" classes des Colonies, a
comnptef du I'e juillet 1944.
Un decret rdvoquant M. Baru
(Jean-Louis), administra-
teur adjoint de Ie cla.sse
des Colonies.
Un d6cret du 116 avril 1949 rayant
du contrOle des cadres des
secretariats ,generaux M'M.
Frederic (Edouard) et Syl-
vestre (Emile) chefs de bu-
reau hors classes.
Un arrdt6 d'u 11 avril 1949 rela-
tif au traitement du direc-
teur de la Banque de Guya-
ne.
Des arr6t6s portant attribution
-de functions et imaintien en
disponibilite (personnel co-
.onial).
Un tableau d'avancement des se-
cretaires d'administration
pour 1949 et arr6t6 portant
promotions (administration
centrale).

AU a J. O. ) DU 23 AVRIL

Un aprrt6 diu 14 avril 1949 com-
pletant l'arrWte, du 16 mars
19418 fixant Ile !barrme des
cotisations dues aar titre des
accidents du travail pour les
industries des pierres et
terres au feu.
Une decision du 341 mars 1949
portant attribution d'une in-
.demnitL temporaire aux
dockers de certain ports
maritimes.
Des decisions du 31 mars 1'94'9
portant prorogation des dis-
positions de prec6dentes dd-
,cisions accordant a certai-
nes communes sinistrees la
reduction d'albattement de
5 % pour la determination
des salaires.
Une decision du 19 avril 1949
portant homologation d'une
raboteuse simple A porte-
outil rotatif ,pour le travail
du bois et des mfatieres si-
milaires.
Une decision du 20 avril 1949
portant holmlologation d'un
protecteur de scie circulaire
pour Ie travail du bois et des
mati'6res plastiques.
Une decision du, 21 avril 1949
portant homologation de
machines ieuler.









AU c J. 0. DU 24 AVRIL
Un deoret ldu 22 avril 1949 ajou-
tant les brucelloses des ru-
minants, iporcins et 6quins
et la paralysie contagieuse
des porcins a la nomencla-
ture des maladies repu;tdes
contagieuses.
Un decret du 22 avril 1949 rela-
tif au recrutement slur titres
]de rd6dacteurs de 1" classes
ayant trois ans d'adminis-
tration gen6rale des Colo-
nies al .tres que l'Indochine.
Un arrdt6 dui 15 avril 1949 por-
tant Imodifilcation .de l'arrt6d
du 16 janvier 1,946 fixant le
regime des allocations h ca-
ractere familial des militai-
res des troupes coloniales et
m6tropolitaines a la charge
du D6dpartement des Colo-
nies.
Des arrpt6s portant mnises en ipo-
sition de mission en France
et d6tachement (adminis-
trateurs des Colonies et
greffiers).
Des tableaux d'avancement pour
l'annee 19149 ides archivistes
Ipal.ographes et biblioth6-
caires et dui personnel des
stdno.graplhes de 1'adminis-
tration central.

AU ( J. 0. ) DU 25-26 AVRIL
Un d6cret dr. 21 avrill portant no-
Imination dans l'ordre de la
Ligion d'Honneur de (MM.
Aubry (Marcel), Laville
(IRenB),. INelent (.Maurice),
ing6nieurs des T.P. et 'Hako-
tamanga (Jean), ddl6gud
cantonal d'Ambila. (Mada-
igascar:, morts pour la
France.
Un d6cret (diu 22 avril 1'9149 ap-
prouvant la ddlib6ration du
21 novembre 119,4!8 du Con-
seil G6endral de la Haute-
Volta instituant un droit de
delivrance .des cartes d'iden-
tit6.


Un arret6 du 26 fdvri;er 1,949 por-
tant modification et con-
plement a Particle 1" de
l'arrt6 du 8 f6vrier 1949
portant autorisation de
construction d'une sociiet
d'6conomiie mixte dite Com-
paignie des textiles de l'U-
nion Francaise.
Un tableau d'avancement des se-
cr6taires d'ad(rlinistratilon
pour 1'annee 1949 et arrdt6
portant promotions.
Un tableau d'avancement pour
I'annde 1949 du personnel
du cadre comipl6mentaire
de 'bureau de 1'administra-
tion central.

AU c J. 0. ) DU 27 AVRIL
Un dc6ret du: 2'1 avril 1949 fixant
la ip6rio-de principal d'ex6-
cution des budgets speciaux
des plans de d6velolppement
6oonomiquie et social des
Territoires d'Outre-Mer.
Un decret du 21 avril 1949 re-
olassant M. Gavarret (Hip-
polyte) administrateu:r de
1"' classes -des Colonies A
computer du lor juillet 1941.
Un d6oret du, 22 avril 1949 por-
tant promotions dans le ca-
dre des admlinistrateurs des
Colonies.
Dos d6orets :du 22 avril 1949 re-
classant M. Balosi (Vin-
cent)., aldministrateur ad-
joint de 11" classes des Colo-
nies et M,. Ferrandi ('Jac-
ques), administrateur de 3'
classes Ides Colonies.
Un d6cret du 22 avril 19149 ap-
prouvant deucx d6li'berations
du 'Conseil G-ndral de la
Guinde Frangaise relatives Ba
la surtaxe fonciere sur les
terrains non bAtis ou insuf-
fisamment batis.
Un tableau d'avancement de 19409
et arr~t6 portant promo-
tions administrationn cen-
trale).


AU ( J. O. > DU 28 AVRIL
Un arr8t6 du 15 avril 19419 au-
torisant une mission d'dtu-
des a se rendre au Senegal
pour 6tudier les conditions
d'amdngement et de r6gula-
risation du fleluve ,S'ndgal
et dde sa vall-de.
Des arrdt6s portant promotions,
mises en cong6, nomina-
tions, plagant en position de
mission et rapportant les,
dispositions id'un pr6c6dent
arrrte (personnel colonial).

AU ( J. O. ) DU 29 AVRIL
Un d6cret du 19 avril. 1949 sus-
pendant pour une nouvelle
p6riode de six mois la per-
ception des droits de douane
d'entrde en ATrique Occi-
dentale Frangaise a comp-
ter du 20 avril 1.949.
Un dicret du, 21 avril -194.9 por-
tant application A l'Indo-
chine des ordonnances des
14 novemlbre 1944 et 21
avril 1,945 portant premiere.
et deuxiame application de
l'ordonnance du 12 novem-
Ibre 194'.3 sur la n'ullit6 des
actes ide spoliation accom-
plis par l'ennemi ou sous
son contr6le

AU (( J. O. ) DU 30 AVRIL
Un d6cret du 21 avril 194'9 fixant
le mnontant des indemnit6s
allouldes au chef d'une mis-
sion scientifique or;ganis6e
par la commission du Logo-
ne-Tchad.
Un decret du 2l1 avril 19o49 com-
p-l1tant les dispositions du
d cret du 2 juin 19'47 con-
cernant le personnel des
douanes en service Outre-
Mer.
Un d6cret du 21 avril 19419 cornm
pl6tant l'article 4, du d.dcret
du 17 a.oft 1948 r6organi-
sant I'Qffioe des Bois de
I'Afrique Equatoriale Fran-
gaise.


Imprirnerie de 1'Agence France-Presse. Psris (2e)
DMpCt 16gal. D1cembre 1948. NO 4315




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs