• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 L'actulite economique dans la France...
 L'actulite politique
 Nouvelles de France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Bibliography
 Communiques
 Au journal officiel
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00007
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00007
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    L'actulite economique dans la France d'outre-mer
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
    L'actulite politique
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    Nouvelles de France
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
    Revue de presse
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    Bibliography
        Page 59
    Communiques
        Page 60
    Au journal officiel
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Back Cover
        Back Cover
Full Text
























II
IAL 7a I N"
--NOW
RPM!flH


~:lili*








RESIDENCE DU CONSEIL

SECRETARIAT GENERAL
V i GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation :
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")


LA DOCUMENTATION FRAN4AISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
2, rue Oudinot, Paris (7")


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA



FRANCE D'OUTRE-MER


SOMMAIRE


L'ACTUALITE ECONOMIQUE :
La modification du regime mon6taire
,de la C8te FJrangaise des Somalis
Un communique Idu Ministere des Fi-
nances au sujet du Franc de Dji-
bouti ) ..........................
Les idiverses soci6t6s d'6conomie
mixte devant contribuer t l'ex6-
cution des plans d'6quipement des
Territoires d'Outre-Mer ............
Conference sur le plan d'6quipement
des Territoires d'Outre-Mer ......

L'ACTUALITE POLITIQUE :
Assemble Nationale ..................
Conseiil de la R6publique ............
Assembila e de 1'Union Frangaise ......
L'Assembl6e Repr6sentative de Co-
chinchine ........... ...........

NOUVELLES DE FRANCE :
L'activit6 ministrielle ................
Nominations et promotions ........
I formations administrative ........
Conferences et Manifestations ......


NOUVELLES D'OUTRE-MER :


Indochine ...............: ...............
3 A.O .F. ....... ........... ........
A .E.F ..... ............ .........
3 Cam eroun ..............................
Madagascar ......... ..................
C6te Frangaise des Somalis .........
Etablissements de 1'Inde ...........
5
6 REVUE DE PRESS :
6
Presse m6tropolitaine ............
Presse d'Outre-Mer ..................
Presse 6trangere ............ .......
8
Union Franqaise.................
0 Problemes g6nraux ................
1 Indonesie ..........................
Birm anie ..........................
5 Liste des articles de press ,trangere tra-
duits en frangais ................

BIBLIOGRAPHIE ........................
7
9 COMMUNIQUES ........................
9
.0 AU ((JOURNAL OFFICIAL .........




















L'ACTUALITE ECONOMIQUE
dans la France d'Outre=-Mer


La modification du regime monetaire de la C6te francaise des Somalis


L E Journal Officiel du 20 mars public divers
textes modifiant le regime ,monetaire de la
C6te Frangaise des Somalis, A computer du
20 mars 1049.
L'id6e essentielle de la r6forme est la creation
d'une monnaie propre A favoriser I'essor economique
du Territoire. Djibouti, par sa position g6ographi-
que, est le d6bouch6 natural de l'Ethiopie A la mer.
La r6forme douaniere qui se double de la reforme
mon6taire favorite l'6coulement des products de
1'Ethiopie sur les marches internationaux. La Soma-
lie francaise quite d6sormais la zone franc et aban-
donne le franc C.F.A. valant juscfu'ici 2 francs m6-
tropolitains.
Le franc-Djibouti est convertible A vue au taux
fixe de 214,392 pour un dollar.
Le << franc-Djibouti > sera trait par le Fonds de
Stabilisation des Changes sur la base du course re-
sultant de son taux de convertibility, soit 99 francs
frangais m6tropolitains A l'achat et ioi francs 'A la
vente pour les billets.
De nouvelles coupures, libell6es en la nouvelle
monnaie, seront 6mises et 6changees ult6rieurement
contre les billets de la Banque de l'Indochine, suc-
cursale de Djibouti. Aucune declaration ne sera,exi-
gee des personnel proc6dant A cet change.
Les textes concernant la r6glementation des chan-
ges et du commerce exterieur entire la zone franc et
les pays strangers sont applicables aux relations en-
tre les territoires de la zone franc d'une part, et de
la C6te Frangaise des Somalis d'autre part.
Des arrte6s pourront determiner les conditions
dans lesquelles pourront ktre r6visees les operations
speculatives qui auraient pu intervenir avec la zone
franc depuis le premier janvier 1948.


11 est, d'autre part, cree en, Cete Frangaise des
Somalis, un < Conseil de la Monnaie >, place sous
l'autorit6 du Ministre des Finances.
Ce Conseil, qui comprend 4 membres, est un or-
gane d'information qui peut proposer au Ministre
des Finances des suggestions en matiere de politique
monetaire et 6ventuellement recevoir d6elgation pour
prendre certaines decisions. II est pr6sid6 par le Tre-
sorier-payeur de la C6te Frangaise des Somalis. Les
autres membres sont respectivement : un membre
d6sign6 par le Ministre des Finances, un membre
design par le Gouverneur, un membre d6signe par
la Chambre de Commerce de Djibouti pour sa com-
petence technique.
L'6mission, jusqu'ici assuree par la Banque d'In-
dochine, est provisoirement confine au Tresor. La
monnaie est exclusivement gagee par une dotation
dollars.

UN COMMUNIQUE
DU MINISTER DES FINANCES
AU SUJET DE LA CREATION
DU ( FRANC DE DJIBOUTI ,

A la suite de la decision du Gouvernement de
career un < franc-Djibouti >, le Minist&re des Finan-
ces a public un communique d6clarant notamment :
< La position geographique de Djibouti, ses liens
avec les pays avoisinants, conferent a la Cote Fran-
caise des Somalis des caracteristiques, sur le plan
economique, qui ne sont exactement comparable a
celles d'aucun autre Territoire de l'Union Francaise.
Cette situation exceptionnelle a deja ete reconnue
par le Gouvernement qui, en matiere douaniere, a
accord A.'la Cote Frangaise des Somalis un regime
de franchise depuis le I" janvier 1949. Les cons-


(Les Htudes et documents du Bulletin peuvent etre utilisis ou reproduits sans indications d'origine)









quences logiques de ces premieres measures viennent
d'etre tirees en donnant, A ]a C6te Frangaise des So-
malis, un nouveau regime des changes et de la mon-
naie.


< Tout contr6le des changes est supprime en C6te
Frangaise des Somalis : c'est, d'ailleurs, le corol-
laire indispensable de la reforme douaniere realis6e
depuis trois mois. Les transactions commercials en-
tre la C6te Franqaise des Somalis et I'etranger se-
ront, desormnais, entierement 'libres.

< En revanche, le contr6le des changes fonction-
nera, desormais, entire la zone < franc > et ce Ter-
ritoire. Les importations en provenance et les expor-
tations A destination de la C6te Francaise des Soma-
lis seront, d6sormais, soumises aux memes rigles que
les changes commerciaux avec I'6tranger. Les trans-
ferts financiers seront libres de Djibouti vers la zone
< franc > et soumis, dans le sens inverse, aux auto-
risations pr6vues par la reglementation des changes.

< La suppression du contr6le des changes en C6te
Francaise des Somalis a pour consequence que la
monnaie locale peut &tre achet6e et vendue librement
centre devises etrangeres. Pour assurer A cette mon-
naie la stability indispensable, la liberty des chan-
ges s'accompagne d'une r6forme mon6taire destined
a doter Djibouti d'une devise forte, ayant une pa-
rit6 fixe par rapport au dollar.

< II est institu6, en C6te Frangaise des Somalis,
une nouvelle unite monetaire, appelee < franc de
Djibouti >, d6finie par son poids d'or, ioo francs
de Djibouti valant o gr. 414507 de metal fin. Le
franc de Djibouti est convertible en dollars des
Etats-Unis, sans limitation ni justifications, a une
parity fixe, qui resulte de sa definition en or, c'est-a-
dire A francs de Djibouti 214,392 pour un dollar des
Etats-Unis. Cette parity a 6t6 approuvee par le
Fonds Mon6taire International.

< Le course official du franc francais par rapport
au dollar 6tant, 6galement, de 214,392, le Fonds de
Stabilisation des Changes traitera donc, au course of-
ficiel le franc de Djibouti A la parity du franc fran-
gais competee tenu des carts a l'achat et A la vente).
11 convient, toutefois, d'ajouter imm6diatement que
le franc de Djibouti sera une devise n6gocide sur le
march libre de Paris, oi sa cotation s'6tablira evi-
demment au course resultant de sa parity, par rapport
au dollar des Etats-Unis. En pratique, les taux de
change entire le franc francais et le franc de Djibouti
resulterqnt donc, suivant les regles deja appliquees
en ce qui concern le dollar des Etats-Unis, soit du
course du march libre, soit du course moven entire le
cour du march libre et le course official: A l'heure
actuelle, le taux de change sera voisin de 1,22 franc
frangais pour. i franc de Djibouti en ce qui con-


cerne les operations commercials, et de 1,48 franc
francais pour [franc de Djibouti en ce qui con-
cerne les operations non commercials.
< La parity de la nouvelle monnaie a etR 6tablie
tenant compete, avant tout, des conditions monitaires
locales, avec, pour objectif essential, tout en evitant
des repercussions dommageables sur les prix des
products imports et les salaires, que Djibouti ne
soit pas, sur le plan international, un port plus cher
que les escales concurrentes.
< Les modalites du regime de 1'6mission ont et6
ktablies de maniere A assurer la libre convertibility
en dollars et la stability du franc de Djibouti.
< L'6mission de la nouvelle monnaie sera effec-
tude, A l'avenir, par le Tr6sor. Toutefois, les-billets,
actuellement 6mis par la Banque de l'Indochine,
continueront A circuler sur la base de leur valeur
nominale en francs de Djibouti.
< La monnaie existante, billets et dep6ts, est, des
maintenant, couverte 100o % par un Fonds de
Couverture en dollars des Etats-Unis, et aucune aug-
mentation de 1'emission n'est possible sans contre-
partie immediate en dollars au Fonds de Couver-
ture. Des bilans, montrant la situation de l'6mis-
sion, seront publiCs hebdomadairement. La conver-
tibilit6 de la n6uvelle'monnaie en dollars sera, ainsi,
parfaitement assure ; tout porteur de francs de
Djibouti pourra en obtenir, A tout moment, Ia con-
tre-valeur en dollars des Etats-Unis sous forme de
cheques libell6s en dollars ou de virements tel6gra-
phiques chez une.banque americaine. Toutefois, le
Tresor ne traitera pas d'op6rations inf6rieures A un
million de francs de Djibouti et n'achtera, .ni ne
vendra, de billets-dollar.
< Des measures s6veres ont et6 prises pour 6viter
que les depenses publiques ne conduisent A une in-
flation de francs de Djibouti. Le budget local du
Territoire devra ftre, d6sormais 6quilibre sans au-
cune subvention ni advance de la Metropole. Des me-
sures paralleles ont .6t prises pour r6duire au strict
minimum les d6penses m6tropolitaines en C6te Fran-
caise des Somalis, d6sormais payables en devises.

*

< faciliter l'essor 6conomique de la,Cote Franaaise des
Somalis et a assurer, A Djibouti, les pleines possi-
bilites de d6veloppement que les travaux d'amena-
gement du port et la franchise douanibre avaient
d6ja eu pour but de lui procurer.
< I est ajout6 que des facilities transitoires ont
te6 sp6cialement prevues pour une p6riode de huit
jours pour permettre aux personnel resident en C6te
Frangaise des Somalis d'effectuer, au taux ancien de
change, des transferts vers la'zone franc. >









Les diverse soci&tes d'economie mixte devant contribuer
a "'6x6cution des plans d'equipement des Territoires d'Outre-Mer


Pour parer A l'insuffisance des moyens financiers
des entreprises ayant leur activity outre-mer, et,
6ventuellement, A l'insuffisance de leur initiative, la
puissance publique a trouv6, dans la loi du 30 avril
1946, tendant A l'6tablissement, au financement et
A executionn des plans d'6quipement et de d6velop-
pement des Territoires dependant du Ministere de
la France d'Outre-Mer, des moyens nouveaux lui
permettanl d'orienter et de coordonner les activities
priv6es, et de supp16er, le cas 6ch6ant, A leur d6fail-
lance, dans la measure exigee par l'accomplissement
des -programmes.
Elle a, notamment, recu pouvoir de crier des So-
citbes d'Etat et de provoquer ou d'autoriser la for-
mation de Soci6ets d'Ecoromie Mixte.
En vertu de ces dispositions 16gislatives, le
Ministre de la France d'Outre-Mer a 6et amend A
autoriser la constitution d'une Societe d'Etat : < le
Bureau Minier de la France d'Outre-Mer >, et des
Soci6tes d'Economie Mixte suivantes : < Compagnie
G6nerale des Olagineux Tropicaux > ; < Compagnie
des Textiles de l'Union Francaise > ; < Energie Elec-
trique du Ca'meroun ; < Energie Electrique
d'A.E.F. > ; < Soci6te Indochinoise d'Etudes, de Re-
construction et d'Equipement > ; < Energie des
Mers >.
< Le Bureau Minier de la France d'Outre-Mer >
a Rt6 cr66 par un d6cret du 26 janvier 1948 et ses
status fixiis par un arrte6 ministeriel du 31 mars
1948. Son .siege social est A Paris, 8, rue Leonard-de-
Vinci. Sor capital s'6elve A sept cents millions de
francs. I1 a pour objet de promouvoir la recherche,
1'6quipement et l'exploitation des resources du sous-
sol, dans tous les Territoires relevant du Minist&re
de la France d'Outre-Mer.
< La Compagnie Gindrale des Oleagineux Tro-
picaux >>, cr66e par un arr&t6 du 19 mai 1948, a pour
objet toutes entreprises et toutes operations ayant
pour but le d6veloppement de la production des ma-
tieres grasses dans l'Union Francaise. Le capital a
6te fix6 A trois cents millions de francs. Le siege so-
cial se trove A Paris, 45, avenue George-V.
Le plan francais 1948-1952 a fix6, A la C.G.O.T.,
un objectif de production mecanisde d'arachides
6quivalant A trente mille tonnes d'huile en 1952.
Cent cinquante mille hectares ont 6t6 reconnus au
S6n6gal, les cinquante mille hectares compl6mentai-
res n6cessaires A l'execution de ce plan pouvant ftre
trouv6s au Cameroun et en A.E.F. Les travaux sont
en course au Senegal.
La Compagnie des Textiles de l'Uniion Fran-
caise > est une creation toute ricente, autorisee par
un arret6 du 8 f6vrier 1949. Les status d6finitifs ne
sont pas encore d6poses. Le siege provisoire est A


Paris, I l, rue de l'Universit6, et le montant du ca-
pital social s'6elve A vingt millions de francs.
Cette soci6et doit 6tudier les moyens de d6velop-
per la production et la preparation des matibres
textiles dans l'Union Franqaise, et de promouvoir
toutes entrepffses ayant pour objet la production
ou la preparation des matiires textiles.
< Les Socidtes < Energie Electrique d'A.E.F. > et
< Energie Electrique du Cameroun >, don't les acti-
vites sont d'ordre plus particulier et limitees A un
seul Territoire, s'interessent A la production, au
transport, A la distribution et A l'utilisation de l'6ner-
gie 6lectrique en A.E.F. ou au Cameroun.
Elles ont leur si&ge social, sur place, A Brazza-
ville ou A Yaounde.
< La Socidtd Indochinoise d'Etudes, de Recons-
truction et d'Equipement Economique >, don't la
creation a 6te autorisee par un decret du 2 avril
1948, a pour objet, dans le cadre du plan de recons-
truction et de modernisation de 1'Indochine, d'ef-
fectuer, A 'la demand ou avec l'accord du Haut-
Commissariat, toutes 6tudes ou de cr6er toutes so-
ci6tes d'6tudes particulieres A un secteur determine
en vue de la reconstruction et de 1'equipement eco-
nomique, de provoquer la creation de toutes soci6tes
destinies A l'utilisation du materiel attribute A l'In-
dochine au titre de dommages de guerre ou de tou-
tes entreprises de reconstruction et de d6veloppe-
ment 6conomique, et, en cas d'impossibilit6 consta-
tee, de se livrer elle-meme A ces activities.
La Sociedt dirigera plus particuli&rement son ac-
tivite vers les secteurs de la metallurgie, de l'indus-
trie chimique et de la construction micanique. Cette
Sociedt. ne fonctionne pas encore actuellement, ses
status 6tant en instance d'approbation par le Haut-
Commissaire en Indochine. Son capital est fix6 A un
million de piastres et son siege social se trouvera
en Indochine.
< L'Energie des Mers >, autorisee par arret6 du
27 mai 1948, a 6et crd6e au capital de cinquante mil-
lions de francs. Son si&ge social est A Paris, 130, fau-
bourg Saint-Honor&. Cette society a pour but tou-
tes entreprises ou operations concernant la construc-
tion et l'exploitation d'une usine d'6nergie thermi-
que des mers pres d'Abidjan et toutes etudes ou tra-
vaux sur l'utilisation de l'6nergie thermique des
mers dans l'Union Francaise.,
Dans le cadre de la loi du 30 avril 1946 ont, 6ga-
lement, 6te cr66es des Societes Immobilieres don't
l'activite s'exerce dans les nouveaux departements
d'outre-mer. Les d6crets autorisant leur formation
ont 6te signs A la fois par le Ministre de la France
d'Outre-Mer et par le Ministre des Affaires Econo--
miques.










Conference sur le Plan d'equipement des Territoires d'Outre-Mer


Au programme de la conference qui reunissait A
Paris les Directeurs des Affaires 6conomiques des
Territoires d'Outre-Mer, figuraient les questions re-
latives hA l'l6aboration des plans d6cennaux, l'ex6-
cution des budgets sp6ciaux et la r6alisation des
moyens de paiements ext6rieurs (Aide Marshall)
indispensables A la mise en place des r6alisations
projet6es.
Ces questions ont 6te traitees au course de deux
reunions auxquelles assistaient les Directeurs des
Affaires 6conomiques, le Directeur de l'Agence des
Colonies aux U.S.A. et les del6gu6s permanents des
Hauts-Commissaires en A.O.F., au Cameroun, en
A.E.F. et a Madagascar.

Organisation
M. Torre, Sous-Directeur du Plan, a expos les
grandes lignes de l'organisation de la Sous-Direc-
tion du Plan et ses attributions.
De tous les Territoires, seul Madagascar possede
une organisation du Plan coh6rente A l'6chelon
local. Aussi est-il sugg6re aux repr6sentants de
I'A.O.F., du Cameroun, de l'A.E.F. et du Togo de
mettre sur pied, sinon un organisme complete appa-
rent6 A la Sous-Direction du D6partement ou a l'or-
ganisation de Tananarive du moins de nommer :
io) un fonctionnaire exclusivement charge de
coordonner les efforts entire les different services
concourant A I'elaboration des Plans et A leur exe-
cution ;
20) une < Commission permanent du Plan >>
compose des principaux chefs de services (Finances,
Affaires economiques, Services techniques) don't le
r6le serait d'examiner au course de reunions p6riodi-
ques tous les probl&mes poses par la conduite du
Plan.
Ainsi une coordination de l'action des services
permettrait I'elaboration d'une doctrine.

Elaboration des Plans

Les nombreuses directives adressdes aux Terri-
toires, particulierement les circulaires 699 du 7 avril
et 1.248 du 2 juin 1948 ont 6t6 rappeldes. Elles doi-
vent &tre suivies de pris pour la redaction du Plan,
afin que ce dernier ne soit pas seulement un simple
budget etabli sur dix ans, mais forme un ensemble
des connaissances sur le Territoire int6ress6, indi-
quant principalement ce qui existe et ce qui doit
etre fait, tant dans le domaine public que priv6,
pour atteindre une production rentable dans un ave-
nir determine. I1 ne peut y avoir de programme sans
un choix.


C'est surtout sur les aspects rentables du Plan que
l'attention des Directeurs a 6t6 une fois de plus at-
tiree egalement sur les charges d'exploitation qu'enr-
traineront les realisations mises en place. 11 a et6
demand aux membres de la conference de tenir
le plus grand compete, A cet effet, de la capacity
d'absorption des Territoires, car c'est a ceux-ci
qu'incombera la responsabilit6 d'exploiter, d'entre-
tenir et eventuellement d'etendre ce que les subven-
tions metropolitaines et les avances de la Caisse Cen-
trale auront permis d'implanter materiellement. 11
est indispensable, a-t-il 6t6 soulign6, de se preoc-
cuper de la place que prendront les arrrages des
emprunts dans les resources des Territoires.
Mais c'est surtout sur le caractere universal des
plans que la Sous-Direction du Plan a insisted, en
demandant que ces documents soient effectivement
la synthese des efforts attendus, tant du secteur pu-
blic que des secteurs priv6 ou mixte. I1 est A cet
6gard urgent que les Territoires soient largement in-
formes des projects du secteur prive, car ils sont sus-
ceptibles dans une large measure, d'orienter les preoc-
cupations de la puissance publique.
Par ailleurs, il a et6 mentionne que les plans ne
sont pas des documents A usage purement adminis-
tratif, mais qu'au contraire ils sont destines &tre
communiques dans la Metropole et A l'Ytranger. I1
est done indispensable de leur conferer un caractere
coherent et r6aliste.

Problmme monetaire
Enfin, dans le cadre des d6penses d'equipement,
le probleme des risques d'inflation dans les Ter-
ritoires d'Outre-Mer a 6te souleve. I convient de ne
pas les exagerer, mais il a 6et recommand6 aux Di-
recteurs des Affaires 6conomiques de veille'r A cette
6ventualit6 et d'agir dans leur sphere d'influence
pour que l'6quilibre soit maintenu entire la circula-
tion fiduciaire et les diffdrents moyens d'eponger les
excedents mon6taires. A ce sujet, il a 6et indiqud que
c'est dans la voie d'un amenagement de la fiscalit6
qu'il conviendrait que les Territoires d'Outre-Mer
procident A des 6tudes et A des reformes. L'attention
des Assemblies locales devra etre attiree sur ce dan-
ger et leur collaboration recherchee dans la realisa-
tion des remedes envisages.

Credits equipment
En ce qui concern les moyens de paiement exte-
rieurs, indispensables A l'acquisition de materiels
qui ne sauraient etre fournis par la France, un large
tour d'horizon a 6et fait. I1 a 6et expos aux Direc-
teurs des Affaires economiques les difficulties rencon-








trees jusqu'ici pour l'application aux Territoires
d'Outre-Mer des procedures 6tablies par I'E.C.A. et
des assurances leur ont 6t6 donn6es quant A leur as-
souplissement et A 1'extension des delais de livrai-
son. Les procedures nouvelles (Procedure Project,
procedure capital, Goods items) leur ont te6 ana-
lysees dans le detail.
i) )La procedure < capital goods items > per-
mettrait avec I'assentiment des Gouvernements fran-
cais et des U.S.A. de donner une garantie A un pro-
ducteur amiricain pour le faqonnement de materiel
special ou de longue dur6e de construction.
,20) Procedure < dollar libre > : elle permettrait
de passer command et apres versement de l'accre-
ditif pr6vu en dollars libres, d'y substituer, A la li-
vraison, une imputation sur une tranche du Plan
Marshall. Les dollars libres seraient alors recup6res


par les Territoires acheteurs et r6utilis6s par de
nouvelles commander. En fait, les dollars libres ser-
viraient de cridit-amorce.
3) Proc6dure c Projects : elle consiste A etablir
des devis pour diff6rents travaux s6par6s int6ressant
plusieurs activities techniques, mais concourant A la
mise sur pied d'une grande r6alisation commune et
don't l'6chelonnement de r6alisation s'etend sur une
period relativement longue exemple du Lac Aloa-
tra).
La mise au point de ces trois procedures est en
course pour l'instant.
.11 a 6t6 par ailleurs demand aux representants
des Territoires de rechercher autant que possible des
sources d'approvisionnement en materiel dans la
M6tropole ou en Europe dans le cadre des accords
intra-europ6ens pr6vus par I'O.E.C.E.




















L'ACTUALITE POLITIQUE


Les travaux parlementaires'


.ASSEMBLEE NATIONAL

Sdance du io mars
LES INTERPELLATIONS SUR L'INDOCHINE
L'Assemblee a abord6 la discussion des interpella-
tions sur l'Indochine. M. Frederic Dupont a critique
l'attitude du Parti socialist; puis il a examine les
probl6mes d'effectifs et de materiel que pose l'en-
tretien du corps exp6ditionnaire. M. Ramadier etant
absent MM. Coste-Floret et Queuille ont r6pondu a
M. Frederic Dupont. Celui-ci a conclu A la neces-
sit6 < de retablir l'ordre, de nettoyer les officines
de trahison, remettre en place les Administrateurs
coloniaux qui ont su se faire aimer du people viet-
namien > afin de faciliter la conclusion d'un trait
loyal avec Bao Dai. Le professeur Rivet (M.R.P.)
a succide a M. Dupont, il a conclu en deposant tin
ordre du jour invitant le Gouvernement A entrer en
contact avec toutes les families politiques du Viet-
Nam et en particulier avec celle qui est groupie au-
tour de Ho Chi Minh. M. Guillou (com.) a critique
la solution qui consiste A traiter avec Bao Dav.
M. Coste-Floret a replique vivement pour affirmer
que le Gouvernement n'a qu'un but supreme : le
r6tablissement de la paix. M. Caillavet qui a pris le
dernier la parole a estim6 que la solution Bao Dai
6tait la meilleure mais que 1'Empereur, pour d6-
tourner le people vietnamien d'Ho Chi Minh devait
lui apporter des satisfactions reelles.

Sdance du i mars
DEBAT SUR L'ASSEMBLEE DE COCHINCHINE
L'Assemblee a consacre cette seance a la discus-
sion du project de loi portant creation d'une Assem-
blee representative territorial 6lue en Cochinchine.
Par 294 voix centre 287 M. Coste-Floret, qui in-
sistait pour un examen imm6diat, a obtenu que
celui-ci ne fut pas ajourn6.
M. Juglas, Pr6sident de la Commission des Ter-


ritoires d'Outre-Mer, a expos les dispositions essen-
tielles du project. MM. Aumeran (P.R.L.) et Loze-
ray (com.) ont ensuite pris la parole. Tous deux out
demand que la decision fut diffir6e. M. Coste-
Floret, dans sa response, s'engagea a exposer, au
course de la discussion g6n6rale, les dispositions des
accords.
I1 montra ensuite, que, aux terms memes de la
Constitution, une simple consultation des Assem-
blees territoriales suffisait pour proceder a la mo-
dification du statut d'un Territoire d'Outre-Mer qui
entend demeurer au sein de l'Union Frangaise. 11
n'est pas question, par consequent, de recourir A un
referendum.
Par 340 voix centre 237 sur 577 votants, il fut
d6cid6 de ne pas opposer la question pr6alable et la
suite du debat fut renvoyee A l'apr&s-midi.
L'apres-midi, M. Deferre (soc., B.-du-R.) a pris
le premier la parole et conclut a la n6cessite de ne
pas exclure Ho Chi Minh.
M. Queuille, President du Conseil, intervint de
son banc. II declara que la politique du Gouver-
nement actuel etait exactement celle des gouverne-
ments qui l'on prcede.
M. Mutter (P.R.L. Aube) a souligne la n6ces-
site d'un vote d'unanimit6 national pour soutenir
Bao Dai. 11 a rappel6 les declarations de M. Moutet
A son retour d'Indochine, affirmant qu'il fallait
rompre toutes relations avec Ho Chi Minh.
M. Abelin (M.R.P., Vienne) lui succeda ; il rap-
pela les circonstances de la Conference de Fontai-
nebleau. M. Bidault a soulign6 la solidarity com-
plete de son Cabinet dans cette affaire, et la recher-
che de la conciliation qui n'a cess6 de l'animer.
M. Queuille a precise ce qu'on devait entendre
par les diff6rentes families spirituelles du Viet-Nam.
< Tous ceux qui seront favorables A la paix et a la
liberty et A l'institution d'un regime d6mocratique >.
Le Ministre de la France d'Outre-Mer a repondu
aux orateurs :
La France n'a qu'un seul but, dit-il, ramener la









paix, et qu'une seule mithode : l'appel a toutes les
families spirituelles. II faudra bien que cet appel
soit entendu.
Le Ministre revient sur les n6gociations men6es
entire la France et le Viet-Nam et montre comment
le Gouvernement a et6 amended s'adresser finale-
ment A Bao-Dai.
Puis il analyse, en les commentant, les conditions
de l'accord intervene le 9 mars, et qui ont ete pu-
blides.
I1 insisted sur le principle de l'unit6 du Viet-Nam
qui y est pos6 et auquel le people indochinois est
particulibrement attach, sur la pleine souverainet6
interieure de ce pays.
Nous crayons a la paix, dit-il, et nous pensions que
ces accords: en sont le meilleur gage.
C'est pourquoi nous avons demand le vote du
project de !oi sur la creation d'une Assemblie repre-
sentative en Cochinchine.
Le Ministre souligne 1'importance du vote que le
Parlement est appel6 A 6mettre et qui decidera de
la separation d'un Territoire d'une Colonie, la Co-
chinchine. devant rejoindre dans le Viet-Nam, 1'An-
nam et le Tonkin.
Selon M. Coste-Floret, les donnees essentielles du
probleme indochinois, un des plus hauts qu'ait eu
a traiter l'Assemblee, sont au nombre de trois :
La premiere est une donnee national : I1 faut
faire taire nos passions, en nous plagant sur le ter-
rain du droit constitutionnel : la Cochinchine peut-
elle devenir element d'un Etat associe, le Viet-Nam ?
La second est intrinsequement vietnamienne :
Le nationalism vietnamien reclame I'int6gration
de la Cochinchine.
Enfin il faut citer le probl&me vietnamien dans
le cadre du Sud-Est Asiatique.
Le Ministre pursuit :
Quelle est maintenant la solution que le Gouver-
nement propose ?
C'est une solution de paix. N'oublions jamais que
du 13 septembre 1945 au 31 dicembre 1948 nous
avons diplore 14.128. dics en Indochine. Nous vou-
lons mettre fin a une guerre qui nous apparait par-
ticulidrement fratricide.
Je m'in':line devant le sacrifice des Francais .et
des Vietnamiens fraternellement unis dans les ar-
mees de l'Union Frangaise.
Je former le veu que ce sacrifice permette de ci-
menter la paix, une paix durable.
Je ne lcisserai pas pourrir la guerre.
Cette solution de paix s'inserera dans le cadre de
l'Union Francaise. Le geste que nous allons faire
montrera notre foi dans le Viet-Nam et dans l'Union
Frangaise. Nous appliquerons ainsi la Constitution.
Ce n'est pas la un abandon aventureux, mais nous
suivons le fil de nos traditions frangaises.
L'orateur evoquant le souvenir de Turgot, rap-
pelle que ce dernier demandait que l'on ne voit pas
dans les Colonies des sujettes de la Mitropole, mais
des Provinces assocides.


L'Union Frangaise, ajoute le Ministre, constitute
l'un des plus surs grants du rayonnement de la
France et I'accomplissement de sa vocation.
Le meilleur moyen de risoudre le probleme indo-
chinois est d'etablir la paix, est de considered le
Viet-Nam comme une rjalite politique fondue sur
l'entente des trois Ky.
M. Coste-Floret conclut :
Le project de loi que nous presentons reprisente
une base de depart.
II est le tribute commun de la Ripublique et du
Viet-Nam a la constitution de l'Union Frangaise,
selon une conception exhaustive de cette derniere.
II s'agit d'un moment de la conscience national.
C'est pourquoi il demand un vote aussi large que
possible, don't le Gouvernement n'exclut personnel.
Ce vote aura un grand retentissement. Celui d'un
acte de foi dans 'Union Francaise et dans la paix.
Le Ministre est vivement applaudi par la majo-
rite.
La suite du d6bat ayant 6t6 renvoyee,
l'Assembl6e a poursuivi en seance de nuit la dis-
cussion du project de loi portant creation de 1'As-
sembl6e territorial de Cochinchine.
Le Ministre a apport6 un certain nombre de pr6-
cisions ; il a notamment declare :
Le veu que je forme est que l'evolution dven-
tuelle des Territoires d'Outre-Mer se fasse dans la
legality constitutionnelle.
MM. Aujoulat (I.O.M., Cameroun), Castellani
(A.D.S., Madagascar), Bardoux (paysan, P.-de-D.),
Saravane Lambert (Indes) ont successivement pris
la parole.
Apres discussion des articles et explications de
vote, le President du Conseil a insist sur I'impor-
tance de la decision qu'allait prendre l'Assembl6e.
Le project a et6 adopt par 387 voix contre 193 sur
580 votants.
M. Serre (U.D.I., Oran) a demanded le renvoi A
la suite de la discussion des interpellations sur la
situation en Indochine, I'adoption du project de loi
sur l'Assemblie territorial de Cochinchine pouvant
&tre interpr6tee comme une approbation de la poli-
tique du Gouvernement.
M. Capitant a protested vivement centre cette sug-
gestion ; il fut appuy6 par MM. Terrenoire et
Duclos.
Par 322 voix centre 272 sur 604 votants l'As-
semblee a d6cid6 le renvoi A la suite de la discus-
sion des interpellations sur l'Indochine.
M. Capitant a alors saisi le President de l'Assem-
blee d'une motion de censure contre le Gouverne-
ment. La date du 15 mars est retenue pour le vote
de l'Assembl6e sur cette motion.
Seance du 15 mars
DISCUSSION
DiscussioN
SUR LA MOTION DE CENSURE DE M. CAPITANT
Au debut de la stance M. Duclos (com.) est
monte A la tribune et a trait en terms veh6ments








de la politique g6nerale du Gouvernement. M. Capi-
tant, lui succ6dant s'est prononc6 contre la motion
prejudicielle communist, puis s'est explique sur les
motifs qui l'ont pousse A deposer sa motion de cen-
sure. La motion prejudicielle a 6te repouss6e par 402
voix centre 195 sur 598 votants. Apres le scrutiny
I'Assembl6e a repris l'examen des explications de
vote sur la motion, de censure. M. Duclos a an-
nonce le dep6t d'une deuxieme motion de censure.
M. Queuille a alors pris la parole. 11 a souligne le
desir du Gouvernement de voir la paix en Indo-
chine et deplore que certain parties politiques di-
minuent le credit de I'homme qui essaye d'operer
une mediation.
La motion de censure fut repouss6e par 350 voix
contre 228 sur 578 votants. Quant A la date de dis-
cussion de la motion de M. Duclos elle fut renvoyde
au 9 novembre.

Seance du 22 mars

L'Assemblee Nationale a decide, par 362 voix
contre 181, d'examiner les conclusions du dixieme
Bureau qui a conclu A la validation de MM. Guis-
sou, Ousdraogo Mamadou et Nasiboni, elus dans la
Haute-Volta.
M. Coulibaly (C6te d'Ivoire, R.D.A.) dans son
expose s'est efforc6 de dementir que la liberty de
vote n'aurait pas ete respected. 11 a conclu en de-
mandant un supplement d'enqu&te et reclam6 un
scrutiny public ; le vote a ete renvoye.


CONSEIL DE LA REPUBLIQUE

Sdance du '3 mars

Le Conseil de la Republique a adopted le project
de loi etendant aux militaires le regime de la S&
curit6 Sociale. Un debat s'est, en particulier, institute
A propos de extension de la Securit6 Sociale aux
militaires originaires des Territoires d'Outre-Mer et
i leurs families. Les ministres de la Defense Natio-
nale et du Travail ont souligne la difficult de cette
extension qui, dirent-ils, est peu praticable A l'heure
actuelle et creerait, en outre, un precedent pour les
autres regimes de Securit6 Sociale.
Finalement, I'amendement depos6 dans le sens de
l'extension par M. Saller et modified sur une inter-
vention de M. Dronne, a 6et adopt. I1 stipule que
des decrets fixeront, avant le 31 decembre, les me-
sures d'extension ou d'adaptation de la loi aux as-
sujettis r6sidant hors du Territoire m6tropolitain.

Sdance du 4 mars

LE HAUT-CONSEIL DE L'UNION FRANCAISE
Le Conseil de la Republique a engage la discus-
sion general du project fixant l'organisation et la
composition du Haut-Conseil de l'Union Francaise.


Au course de ce d6bat, tenu en presence de
M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-Mer,
MM. Charles Cros (S.F.I.O.) ; Brizard (R.I.) ; Ha-
mon (M.R.P.) Rapporteurs, ont successivement rap-
pele que le Conseil de la R6publique avait vote, il
y a huit mois, une resolution invitant le Gouverne-
ment A appliquer la Constitution dans toute l'Union
Frangaise.
Apres diverse interventions de Mme Devaud
(P.R.L.), MM. Dronne (A.D.R.), Depreux (P.R.L.)
et Marius Moutet (S.F.I.O.) analysant le r6le que
sera appele A jouer le Haut-Conseil, M. Coste-
Floret, cl8turant la discussion general, vint a la
tribune demander la prise en consideration, par la
second Assemblee, du texte vot6 au Palais Bour-
bon, repoussant les modifications apportees en com-
mission, qui excluent, notamment, du texte du pro-
jet, les dispositions djiA inscrites dans la Constitu-
tion.
Dans 1'apres-midi le Conseil de la R6publique a
adopt A l'unanimitd des 312 votants le project de
loi fixant I'organisation et le fondtionnement du
Haut-Conseil de 1'Union Frangaise.
Le texte adopted apportait diverse modifications
de redaction au project vot6 en premiere lecture par
l'Assemblee Nationale et 6galement par l'Assemblhe
de l'Union Francaise. II stipule notamment que :
io) Le Haut-Conseil, < sous reserve des droits du
Parlement francais et des droits de souverainete
interne de chacun des Etats associes, examine toutes
les questions relatives aux inter&ts communs de
l'Union Francaise >>.
2) Cet organisme est compose d'une delegation
du Gouvernement comprenant le President du Con-
seil et plusieurs de ses ministres. Les gouvernements
des Etats associes sont represents par des del1gues
selon les modalites resultant d'accords particuliers.
3) Le Haut-Conseil se reunit dans la ville oa
siege le Gouvernement frangais.
4) Les modalites de fonctionnement du Haut-
Conseil et de ses services sont arr&tees par d6cret
pris en Conseil des Ministres.
5) Le budget du Haut-Conseil sera reparti entire
les different Etats, les contributions des diff6rents
Etats devant faire l'objet d'accords particuliers, celle
de la Metropole etant inscrite au budget general.
Au course du d6bat, la prise en consideration du
texte de l'Assemblhe Nationale, demanded par le
Ministre de la France d'Outre-Mer, avait ete re.-
pouss6 par 272 voix centre 41.
Plusieurs amendments, pr6sentes par M. Fran-
ceschi (R.D.A.), tendant A revenir au texte de l'As-
semblee, furent, ensuite, successivement repousses.
Le Conseil adopta, d'autre part, un amendment de
M. Hamon (M.R.P.) relatif A la composition du
Haut-Conseil.
M. David (com.), proposant que les seances de
cet organisme soient publiques, ne fut pas suivi par
le Conseil. Un debat s'institua alors sur la creation








d'un Secr6tariat General permanent, proposee par
la Commission de la France d'Outre-Mer, et soutenu
par M. Moutet (S.F.I.O.). Finalement, par 248 voix
contre 62, il fut decide de ne pas inscrire l'institu-
tion du Secretariat G6n6ral dans la loi.

Seance du 9 mars
Le Conseil de la R6publique a adopt sans debat
les projects de loi approuvant les comptes d6finitifs
des recettes et depenses du B. L. du Togo (exercices
45 et 46), de la Reunion exercisee 1946), du budget
annexe du Chemin de fer et du Wharf de Togo
exercisee ;946) et de la C6te Franqaise des Somalis
exercisee 946).

Seance du io mars
Le Con;eil de la Republique a adopted sans d6bat
le project de loi, precedemment adopted au Palais
Bourbon, portant ouverture de credits au budget de
la France d'Outre-Mer A l'occasion des cyclones de
la Nouvelle-Caldonie.
Le pro'et prevoit 25 millions A titre de secours
d'urgence aux victims de cyclones et 70 millions
pour la participation aux d6penses de remises en
etat des installations des services publics de ce Ter-
ritoire.
Seance du 12 mars
DEBAr SUR L'ASSEMBLEE DE COCHINCHINE
Au Conseil de la R6publique, le d6bat sur le fond
du project A l'ordre du jour ne fut abord6 qu'apr6s
que le Conseil eut repousse, par 290 voix contre 21,
une question prealable presented, au nom du group
communist, par M. David qui a relate, en meme
temps, les terms de l'intervention de M. Rivet au
Palais Bourbon, ce qui a entrain6 une mise au point
de M. Moutet (S.F.I.O.). M. Dronne (A.D.R.) a
cite, de sa place, un manifeste d'Ho Chi Minh ap-
pelant ses concitoyens au meurtre.
Le rapport de la Commission de la France d'Ou-
tre-Mer a 6et donned par M. Louis Gros (P.R.L.).
Plusieurs orateurs ont exprim6 leur point de vue sur
le project.
Dans son expos qui suivit, M. Coste-Floret donna
les raison; qui motiverent le dep6t du project par le
Gouvernement, d6clarant que celui-ci avait pris ses
responsabilites. La France, dit-il, restera en Cochin-
chine, elle y restera par le jeu des measures constitu-
tionnelles normales.
Et il ajouta : Je n'ignore pas les reactions qu'un
tel project peut avoir en Afrique du Nord. Mais je
crois pourtant qu'il repond a la seule politique pos-
sible.
R6pondant A diverse questions de M. Dronne,
le Ministre precisa : Nous negocions avec Bao Dai
'qui rdussira s'il rassemble la majority des families
spirituelles du Viet-Nam.
Le gouvernement n'est pas disposed mettre Ho
Chi Mini, sur la liste des criminals de guerre, c'est


un procidd communist. Et enfin, le Gouvernement
est decide a poursuivre son action militaire jusqu'A
ce que la solution politique definitive intervienne.


A la majority absolute de
282 votants, I'ensemble de
loi fut finalement adopt
d6bats.


185 voix contre 97, sur
I'avis sur le project de
apres cinq heures de


A la reprise de la stance dans la soiree, M. Ju-
glas, Rapporteur du project instituant l'Assembl&e
de Cochinchine, a annonc6 A l'Assembl6e que la
Commission de la France d'Outre-Mer a accept
certaines modifications apportees au texte par le
Conseil de la R6publique, et notamment la sup-
pression de la reference A l'article 77 de la Constitu-
tion dans I'article premier.
Par contre, la Commission n'accepta pas que la
representation frangaise soit gale au tiers de l'ef-
fectif total, considerant que :le quart correspondrait
mieux au rapport centre les chiffres de populations.
Ainsi l'Assemblee de Cochinchine comprendrait
16 Frangais et 48 Vietnamiens (au lieu de 21 Fran-
gais et 43 Vietnamiens comme le proposait le texte
du Conseil).
Apris le rejet, A une forte majority, de plusieurs
amendments de M. Castellani (A.D.S., Madagas-
car) qui tendaient A la reprise de l'avis du Conseil
de la Republique sur les points oi la Commission s'v
refusait, I'ensemble du project fut mis aux voix.
Le Conseil de la R6publique ayant emis son avis
A la majority absolue, un scrutiny public fut n6ces-
saire.
II etait ndcessaire d'autre part, que la majority
absolue de l'Assembl6e fut acquise pour que le pro-
jet devienne d6finitif.
Le project mis aux voix a tde adopt par 348 voix
contre 202.
Sdance du 22 mars

Le Conseil de la Republique a entendu develop-
per une question posse par M. Serrure (R.I., Mada-
gascar) qui 6voquait, A nouveau, le problIme des
stocks de caf6 bloques dans 'ile. Le sujet avait te6
traits au Luxembourg, mais M. Serrure a insist
pour que satisfaction soit donn6e aux producteurs.


ASSEMBLE DE L'UNION FIRAINgAISE

Sdance du 3 mars

L'Assembl6e a poursuivi la discussion du project
du Code du travail dans les Territoires d'Outre-
Mer, notamment les articles determinant les attri-
butions du Service du travail et de 1a main-d'ceuvre,
ainsi que les dispositions concernant la procedure
de conciliation et d'arbitrage. A la reprise de seance
l'Assembl6e a examine la demand de discussion
d'urgence du project de loi portant creation d'une









Assemble territorial elue en Cochinchine. La pro-
position du group communist de renvoyer la dis-
cussion au 17 mars a 6t6 ajourn6e par 90 voix con-
tre 57. Par 88 centre 68 l'Assembl6e a decide de
fixer le d6bat au 9 mars.
Dans la soiree a repris la discussion du project de
Code du travail (conciliation et arbitrage).

Sdance du 5 mars
ELECTION DES BUREAUX
Les diverse Commissions ont proc6d6, le 5 mars,
a une election complementaire de leurs bureaux,
don't les Presidents avaient dejA 6te elus.
La composition des bureaux est d6sormais la sui-
vante :
Commission des Affaires culturelles et des Civili-
sations Outre-Mer :
President : M. Griaule (M.R.P.) ;
Vice-Presidents : MM. Donnat (com.), Cianfa-
rani (N.M.O.M.) ;
Secretaires : Mme Malroux (S.F.I.O.), Mlle Al-
lemandi (com.).
Commission du Reglement :
President : M. Bour (M.R.P.) ;
Vice-Presidents : MM. Polycarpe (I.O.M.), Es-
tebe (N.I.) ;
Secr6taires : MM. Lautissier (com.), Savi de
Tove (I.O.M., Togo).
Commission des Affaires sociales :
President : M. Borrey (I.O.M.) ;
Vice-Presidents : Mlle Le Ber (M.R.P.), M. Cou-
libaly (R.D.A., C6te d'Ivoire) ;
Secr6taires : MM. Ibrahim. (R.R., Tchad), Chas-
siot (com.).
Commission du Plan et de I'Equipement :
President : M. Jacobson (M.R.P.) ;
Vice-Presidents : MM. Longuet (ind., Madagas-
car), Gueye Momar Djim (S.F.I.O., Sedngal) ;
Secr6taires : MM. Riond (U.M.O.M.), Lom-
bardo (com.).
Commission des Relations extirieures :
President : M. Bidet (S.F.I.O.) ;
Vice-Presidents : MM. Savi de Tove (I.O.M.),
Darlan (R.D.A.) ;
Secr6taires : MM. Soppo Priso (app. soc.), Le-
brun Keris (M.R.P.).
Commission d'Instruction :
President : M. Savary (S.F.I.O.) ;
Vice-Pr6sident : M. Fourcade (U.M.O.M.) ;
Secr6taire : M. Vendemboomgaerde (M.R.P.).
Commission de Politique ginerale :
President : M. Sarraut (R.R.) ;


Vice-Presidents : MM. Ya Dbumbia (app. soc.,
Soudan), Barbe (com.) ;
Secr6taires : MM. Gaignard (M.R.P.), Souvan-
navong Ourot (N.I., Laos).
Commission des Affaires economiques
President : M. Aubert (U.M.O.M.) ;
Vice-Presidents : MM. Boussenot (R.R., Como-
res), Schmitt (M.R.P.) ;
Secr6taires : MM. Comiti (com.), Bouda (I.O.M.).
Commission de la Ligislation :
President : M. Bourgarel (S.F.I.O., Senegal)
Vice-Presidents : MM. Michard Pelissier (R.R.),
Abdesselam (U.M.O.M., Alger) ;
Secretaires : MM. Momo Toure (I.O.M., Guinee),
Randretsa Rasafy (ind. de Madagascar).
Commission de l'Agriculture :
President : M. Monnet (R.R., C8te d'Ivoire) ;
Vice-Presidents : MM. Mademba (S.F.I.O.),
Bouda (I.O.M.) ;
Secretaires : MM. Roulleaux Dugage (U.M.
O.M.), Kemajou (R.R., Cameroun).
Commission de la Difense de l'Union Frantaise
President : General Chevance Bertin (R.R.) ;
Vice-Presidents : MM. Esnault (M.R.P.), Bichon
(U.M.O.M., Nouvelle-Caledonie) ;
Secr6taires : MM. Gaignard (M.R.P.), Belabed
(S.F.I.O., Oran).
Le Bureau de la Commission de la Comptabiliti
elu au debut de la session est ainsi compose
President : M. Gazelles (S.F.I.O.) ;
Vice-President : M. Juge (M.R.P.) ;
Secretaire : M. Lautissier (com.).

Seance du 9 mars
LA DEMAND D'AVIS SUR L'ASSEMBLEE DE COCHINCHINE
L'ordre du jour appelait la discussion d'urgence
de la demand d'avis sur le project de loi creant
une Assemblee territorial 6lue en Cochinchine.
MM. Coste-Floret, Devinat, Pignon, Hertzog, as-
sistaient A la seance. Mme Lefaucheux (M.R.P.),
rapporteur, a declare qu'auctne observation n'a 6te
faite en commission sur le principle de la creation
de cette Assemblee. M. Barb6 (com.) a d6fendu une
motion prdjudicielle demandant que fut rigl6e en
meme temps la question de l'ensemble des relations
entire la France et le Viet-Nam ; cette motion a ete
repoussee par 114 voix centre 34. M. Coste-Floret
a expos I'ensemble du problem.
Il convient, a-t-il dit, de placer le problem de
la Cochinchine dans le cadre de la politique gene-
rale du Gouvernement a I'egard du Viet-Nam. Cette
politique a constamment eu pour but d'y rdtablir la
spaix. Elle a toujours ete de nigocier avec l'ensem-








ble des families spirituelles et politiques du Viet-
Nam. Nous avions deux questions a rdsoudre
I) avec qui devons-nous traiter ?
La prenmire idie, c'est de traiter avec l'adversaire.
Or, ceux qui soutiennent cette thbse ridptent qu'il
n'est pas possible d'apporter au probleme vietna-
mien une solution militaire.
II faut done chercher une personnalite qui rassem-
ble tous les ailments du Viet-Nam. Le Gouverne-
ment s'est d'abord tourney vers Ho Chi Minh. Non
seulement, nous avons discute avec lui, mais nous
avons mime trait, en mars 1947. Le Prisident du
Conseil ddclarait : les veritables accords sont les
plus longuement ndgocies.
Du 6 mars au 19 dicembre, nous n'avons pas cesse
de ndgocier. Puis, nous avons constate que certain
sursauts de violence empechaient tout accord. Le
Gouvernement, inlassablement, a continue de recher-
cher la paix.
Un messager, envoy aupris de Ho Chi Minh, lui
a demand s'il ddstrait viritablement la paix. Mal-
gred I'chec de cette mission, le II juin 1947 le Haut-
Commissaire en Indochine renouvelait l'appel a tou-
tes les families du Viet-Nam.
Par radio, Ho Chi Minh le repoussait.
En dicembre 1947, le Gouvernement en prenait
acte et donnait mandate au Haut-Commissaire de
poursuivre en dehors de Ho Chi Minh la recherche
de la paix.
Le Gouvernement recherchait avec un interlocu-
teur nouveau l'accord avec toutes les families du
Viet-Nam. C'est alors qu'on ouvrit les nigociations
avec l'ex-empereur Bao Dai, qui jouit d'une haute
autoriti aupres de tous les ailments nationalists du
Viet-Namn. C'est dans cet esprit q'ice nous avons trait
avec Bao Dai.
Celui-c: ddclarait hier < Bient6t le Viet-Nam sera
dotd d'in.titutions ddmocratiques >>.
Le Ministre a analyst ensuite l'accord sign et
concernant 1'unite des trois Ky.
L'accord reprend les terms de celui de la baie
d'Along : la France n'y fera pas obstacle.
Les droits des minoritis seront protigis.
Dans le domaine diplomatique, nous avons repris
la distinction entire la souverainete interne et la sou-
veraineti externe.
La premniere ne subira aucune limitation. En ce
qui concern la second, le Viet-Nam I'exercera dans
le cadre de la politique extirieure de I'Union Fran-
caise.
Nous avons distinguish : le droit de ligation pas-
sive, les reprisentants des puissances itrangeres sid-
geront aupres du Gouvernement du Viet-Nam.
Nous avons fait appel a une notion nouvelle :
celle du double agriment.
Les chefs des Etats strangers seront accreditis a
la fois aupres du Prisident de l'Union Francaise et
aupres du chef de la nation vietnamienne.


Legation active, la Chine, le Siam et le Vatican
regoivent des diplomats vietnamiens, mais les let-
tres de criance sont dicernies par le Prisident de
I'Union Francaise.
Dans les autres Etats, le Viet-Nam sera reprer
sent par les diplomats francais.
Enfin, la France s'engage a presenter la candida-
ture du Viet-Nam a l'O.N.U.
Domaine militaire : le Viet-Nam a son armie,
avec des instructeurs francais ; la France a la sienne
au Viet-Nam, avec le droit de libre circulation sur
le territoire vietnamien.
En cas de guerre, un officer supirieur francais
prend le commandement du theatre d'opirations viet-
namien.
Souverainete interne : plenitude de la souverai-
neti, mais le Viet-Nam devra fair appel a la France
pour ses conseillers et technicians.
Juridiction : pleine jurisdiction du Viet-Nam, ci-
vile, commercial et pinale. Dans les rapports avec
d'autres Etats, les proces seront ports devant les tri-
bunaux de l'Union Francaise.
Questions culturelles : la France maintient l'en-
semble de ses droits pour I'enseignement primaire et
secondaire.
Pour l'enseignement supirieur, I'accord a crid une
university commune franco-vietnamienne, a laquetle
les autres Etats d'Indochine pourront adherer.
Probleme financier : le regime des biens ne pourra
etre modified que par un accord. La piastre fait parties
de la Zone franc.
Pour les relations du Viet-Nam avec les autres
Etats d'Indochine, I'accord privoit la reunion d'une
conference qui groupera les reprisentants du Gouver-
nement francais et des Gouvernements des autres
Etats d'Indochine, pour rigler toutes les questions
soulevies.
Ainsi lorsque, le 25 avril prochain, Bao Dai re-
prendra contact avec le territoire vietnamien, il
pourra realiser le rassemblement de toutes les famil-
les de ce pays et ritablir la paix. C'est pourquoi
nous vous avons demand la discussion du project de
loi criant une Assemblie ilue en Cochinchine. Nous
avons prevu une section frangaise dans cette As-
semblie parce que la colonie franfaise de ce pays a
bien son mot h dire sur son future statut.
Du reste, les Francais de Cochinchine ont ce droit
en vertu de leur loyaute i I'agard d'un Viet-Nam in-
dipendant.
C'est ainsi que I'Assemblie du Sud-Viet-Nam, qui
comprend un tiers de Francais, a vote un vwu de-
mandant au Parlement francais de se prononcer le
plus rapidement possible sur l'unite et I'indipen-
dance du Viet-Nam.
Pour la section vietnamienne, nous proposons
l'ilection au suffrage universal indirect, basic sur les
notables. Car la representation sera plus exact qute
par la voie propose par le contre-projet socialiste.'









Le Gouvernement reprendra le texte de l'Assem-
blee de l'Union Francaise parce qu'il l'estime le
meilleur.
]'ai tenu ii replacer ce problime au sein de la po-
litique gindrale du Gouvernement au Viet-Nam. J'ai
demand a la Commission d'Outre-Mer de l'Assem-
blie Nationale d'attendre votre avis.
Pour le rdtablissement de la paix, je demand un
vote national. En levant l'ancienne hypothdque co-
loniale sur la Cochinchine, I'Assemblde fera un acte
de foi en faveur de l'Union Franpaise qui aura un
immense retentissement dans le monde.
SA la reprise de la seance, M. Coste-Floret a donned
A la princesse.Yukantor toutes assurances en ce qui
concern la protection des minorities cambodgiennes.
M. Lautissier (com.) a exprime l'opinion que les
accords presents n'ameneront pas la paix esperee.
M. Max Andr6 (M.R.P.), exposant A son tour le pro-
blame sur un plan g6n6ral, A conclu A l'impossibilite
de traiter avec Ho Chi Minh et constate le regain
d'autorite don't jouit Bao Dai.
A la reprise de seance, M. Motais de Narbonne
(M.R.P.), a declared que les aspirations du Viet-Nam
ont 6t6 d6tournees par la propaganda nippone. 11 a
conclu que le project soumis 6tait indispensable.
M. Mitterand (app. com.), qui lui a succede, a estim6
que le project 6tait contraire aux accords signs jus-
qu'ici ; il a fait 1'6loge d'Ho Chi Minh. M. Poly-
carpe (I.O.M.), a declare n'itre pas.en accord avec
le project du Gouvernement pour le double college
pour l'election de l'Assembl6e de Cochinchine.
Mile Lafon (com.) et M. Boubou Hama (R.D.A.)
ke sont 6lev6s contre ce qu'ils estiment 6tre < une
vblont6 de continue la guerre >. M. Rosenfeld
(S.F.I.O.) a critique le systeme du double college,
tout en demeurant partisan de la creation de l'As-
eminble. Le g6n6ral Chevance-Bertin (R.R.) a de-
clar6 accepter le project, suite logique des accords
de la baie d'Along. M. Albert Sarraut (R.R.), pre-
sident de la Commission Politique, a estime que les
vrais partisans du Viet-Minh ne veulent traiter A
aucun prix avec la France, et que Bao Dai ralliera
les 6elments purement nationalists actuellement
groups autour de Ho Chi Minh.
L'ensemble du texte a 6t6 adopted par 89 voix con-
tre o sur 89 votants, les communists ayant quitter
la salle.
Sdance du io mars
Certains membres des parties communist et R.D.A.
de 1'Assemblee ont protest contre l'expulsion de
M. Barbe. L'Assemblee a ensuite valid l'election
'de M. Odru, elu par le Conseil de la Republique en
-remplacement de M. Duqueroix (com.). A la de-
mande de l'abbe Catrice (M.R.P.), l'Assemblee a
adoptede un project de resolution invitant le Gouverne-
ment frangais A prendre des measures en faveur du
,bien-6tre materiel et moral des travailleurs Nord-
Africains en France. Elle a abordi ensuite la dis-


cussion des projects de d6crets gouvernementaux rela-
tifs A la Cote Francaise des Somalis. M. Delmas,
rapporteur, a soulign6 la n6cessit6 pour ce Terri-
toire, qui imported tout, d'avoir une monnaie forte.
Les projects ont 6et adopts A l'unanimite, sauf abs-
tention des communists.
L'Assemblee a adopted une proposition invitant le
Gouvernement A doter l'Institut Giographique Na-
tional du personnel et des moyens necessaires pour
6tablir la carte general des Territoires d'Outre-Mer.

Seance du 3o mars
L'ordre du jour appelait le vote sans debat sur le
project de decret, presented par M. le Ministre de la
France d'Outre-Mer, prorogeant d'une annie, pour
le Territoire des Comores, les dispositions du d6cret
du 27 novembre 1946 instituant A Madagascar et de-
pendances des measures exceptionnelles en vue de re-
medier A la crise du logement.
A mains levies, 1'Assembl6e a donned unanimement
un avis favorable.
L'Assemblee a donned ensuite un avis favorable
au project de d6cret, presented par le Ministre de la
France d'Outre-Mer, tendant A proroger pour le Ter-
ritoire des Comores, jusqu'au 31 decembre 1949, les
effects de l'article io du d6cret du 30 avril 1945 re-
glementant les loyers des locaux d'habitation en
Afrique Equatoriale Francaise tel qu'il a &t6 mo-
difi6 par le d6cret du 14 juin 1946, determinant les
modalit6s d'application de ce texte A Madagascar
et d6pendances.
La suite de 1'ordre du jour appelait la discussion
de la proposition de resolution de MM. d'Arboussier,
Barb6, Boubou Hama, Curabet, Leon, Dadet, Couli-
baly et des membres du group du Rassemblement
D6mocratique Africain et du group communist et
apparent6s invitant l'Assembl6e Nationale A d6ci-
der la suppression de l'imp6t de capitation dans le
cadre de l'autonomie financiere des Territoires d'Ou-
tre-Mer. Le renvoi A la Commission a 6te ordonne.
L'Assemblee a examine une demand de discus-
sion d'urgence pr6sentee par MM. Jacobson, Schmitt
et les membres du group M.R.P. sur leur proposi-
tion de resolution invitant le Gouvernement A attri-
buer A I'A.O.F., sur le produit de la .rcolte 1948,
un minimum de 200.000 tonnes d'arachides decorti-
qu6es, en vue de leur transformation en huile dans
cette F6deration.
M. Schmitt (M.R.P.) a refut6 les critiques formu-
lees au sujet des conditions de trituration des ara-
chides en A.O.F. La politique de l'Union Francaise,
poursuit-il, tend d donner aux Territoires d'Outre-
Mer la priority du traitement des products de leur
sol. Le r6le de notre Assemblee est de veiller a ce que
ces affirmations se traduisent dans les faits. C'est
pourquoi nous vous demandons d'adopter notre ri-
solution.
La proposition a 6et adoptee A l'unanimite.











L'Assemblee representative de Cochinchine.


Le Journal Officiel du 15 mars public une loi du
14 mars dr6ant une Assemblie territorial 6lue en
Cochinchine. Les principles dispositions de ce texte
sont les surivantes :
11 est institu6, en Cochinchine, une Assemblee ter-
ritoriale comprenant soixante-quatre membres elus,
don't seize nationaux franqais et quarante-huit viet-
namiens, delib6rant en commun. L'Assembl6e se reu-
nit au chef-lieu du Territoire.
La section francaise se compose de seize membres
titulaires et huit membres supplants elus s6par&-
ment au scrutiny majoritaire A un tour par les re-
presentants des professions lib6rales et des organisa-
tions syndicales et corporatives.
La section vietnamienne se compose de :
io) deux membres titulaires et deux membres sup-
pl6ants, elus sipariment par chaque Conseil de pro-
vince parmi ses membres au scrutiny majoritaire A
un tour.
Pour ces elections, les Conseils provinciaux de
Baria et du Cap Saint-Jacques ne forment qu'un
seul college electoral si6geant A Baria ;
20) huit membres titulaires et quatre membres
suppleant:s representant les villes de Saigon et de
Cholon, eilus au scrutiny majoritaire A un tour par un
seul college electoral, constitute par :
a) les membres en activity des Chambres de Com-
merce el d'Agriculture de Cochinchine, domicilies
dans la region de Saigon-Cholon;
b) les membres des Assemblees representatives
,ayant siig6 dans la region de Saigon-Cholon ant&-
rieurement au i" janvier 1940, c'est-a-dire : Conseil
colonial de Cochinchine, Conseil municipal de Sai-
gon, Commission municipal de Cholon, Chambres
de Commerce et d'Agriculture de Cochinchine.
Les membres de ces Assemblees devront justifier
de six mois de residence dans la region Saigon-Cho-
lon A la promulgation de la present loi.
Ils ne devront pas &tre appeles A voter dans une
autre circonscription, par application du paragraphe
ie" de l'article 3 de la pr6sente loi ;
c) les membres des organizations professionnelles,
syndicales et corporatives, fonctionnant r6guliere-
ment dans la region Saigon-Cholon A la promulgation
de la present loi.
Cette Assemblee a pour competence exclusive de
donner son avis, conformement A l'article 75 de la


Constitution, sur le changement de statut territorial
de la Cochinchine au sein de I'Union Franaaise, soit
par son rattachement A l'Etat associ6 du Viet-Nam,
soit par le choix d'un des status prevus A 1'article
6o de la Constitution.
L'article 5 renvoie A des d6crets en Conseil des
Ministres le soin de preciser les modalites d'appli-
cation de la loi.
Le Journal Officiel du 24 mars public un decret
du 23 mars fixant les modalitis d'application de la
loi du 15 mars.
Les membres titulaires et supplants de la section
francaise de 1'Assembl6e territorial de Cochinchine
sont elus dans les conditions ci-apris :
t) les representants des professions liberales eli-
sent quatre membres titulaires et deux membres sup-
pleants ;
2) les repr6sentants des organizations syndicales
et corporatives Olisent douze membres titulaires et
six membres supplants.
La liste des professions lib6rales et des organisa-
tions syndicales et corporatives sera etablie par ar-
r&t conjoint du Commissaire de la Republique en
Cochinchine et du President du Gouvernement du
Sud-Viet-Nam, qui fixera en meme temps, propor-
tionnellement au nombre de leurs membres, le nom-
bre des repr6sentants de chacune des professions li-
berales et de chacune des organizations syndicales
et corporatives pouvant participer au scrutiny.
En ce qui concern la section vietnamienne : Le
Conseil de province se reunit A son siege pour pro-
c6der A 1'dlection de deux mernbres titulaires et de
deux membres supplants. Les membres du Conseil
de province susceptibles d'&tre electeurs pour I'elec-
tion des repr6sentants des villes de Saigon et de
Cholon ne pourront prendre part au vote.
Pour l'election de leurs3repr6sentants, les villes de
Saigon et de Cholon forment une circonscription
electorale unique.
La liste des organizations professionnelles, syndi-
cales et corporatives, fonctionnant regulierement
dans la region Saigon-Cholon A la date de la pro-
mulgation de la loi no 49-339 du 14 mars 1949, sera
dressee par arr&t6 conjoint du Commissaire de la
Republique en Cochinchine et du Pr6sident du Gou-
vernement du Sud-Viet-Nam. Les modalit6s selon
lesquelles seront 6tablies les listes electorales seront,
6galement, fixees par arr&t6 conjoint de. ces autorites.








Les elections auront lieu un dimanche, A une date
qui sera fix6e par d6cret en Conseil des Ministres.
Les elections se font au scrutiny secret de liste ma-
joritaire A un tour.
Les deux sections de l'Assembl6e deliberent en
commun.
Dans les huit jours qui suivront les elections, un
nement provisoire du Sud-Viet-Nam et le Commis-


saire de la Republique frangaise en Cochinchine, con-
voquera, A Saigon, 1'Assembl6e territorial pour une
session devant permettre aux conseillers de statuer
sur le changement du statut territorial de la Cochin-
chine au sein de l'Union Frangaise.
Les votes de l'Assembl&e territorial auront lieu
au scrutiny secret A la majority absolue des voix. Si
un deuxieme tour de scrutiny est n6cessaire, la ma-
jorit6 relative suffira.




















NOU;VELLES DE FRANCE


Deplacements de personnalites


LE VOYAGE DE M. TONY REVILLON
EN AFRIQUE NOIRE

Le s6jour de M. Tony R6villon au Canmeroun

M To0'Y-RAVILLON, Secr6taire d'Etat A la
France d'Outre-Mer, est arrive A Douala le
*3 mars, en fin de matinee, venant de Paris,
via Alger-Gao-Niamey. Ii a kt6 accueilli, au ter-
rain d'aviation, par M. Hoffherr, Haut-Commis-
saire de France au Cameroun.
L'apris-midi les corps constituds ont 6td pre-
sentes A M. Tony-Revillon qui a td, ensuite,
recu par J'Assembl6e traditionnelle du people de
Douala, rdunissant plusieurs milliers d'Africains.
Des allocutions ont 6t6 prononc6es par M. Soppo
Priso, Con'seiller de l'Union Francaise; M. Okala,
Senateur, et le Chef Lobe Bell.
Dans sa r6ponse, le Secretaire d'Etat a souligne
les soins particuliers qu'il attache A l'amelioration
de la situation matirielle du Cameroun.
Le 4 mars le Secr&taire d'Etat a 6tC regu A la
Chambre de Commerce de Douala oi il a prononce
un discour. ; i a fait le tour d'horizon 6conomique
du Territo:Tre.
M. Tony-Revillon a assist, le lundi 7 mars, A la
reunion exi:raordinaire du < Comite d'Hygiene et
d'Alimentation > au Palais du Gouvernement.
Dans son discours d'ouverture, le Secretaire
d'Etat a dclare notamment :
La France a lieu d'etre fire de l'euvre qu'elle a
accomplie depuis 1918. La population du Cameroun
est passe de i.8oo.ooo en 1918 a 2.800.000 habi-
tants aujourd'hui. De ce rdsultat, le Service de Santd
est en droit de s'ediorgueillir et je tiens a rendre, a
nouveau hcnzmmage a I'euvre magnifique du Dr Ja-
not, mais ii n'en reste pas moins que le progras de-
mographiq'ue est freind par les maladies endimo-
dpidimique s.
II a soulign6 la necessity pour les Camerounais
de participer A l'ceuvre sanitaire qu'accomplit la


France dans leur pays en se pliant aux principles
d'hygiene qui leur sont recommand6s. Dans ce do-
maine le r6le de l'Enseignement peut &tre decisif.
II a conclu : c'est la la base de tous qui rendra les
realisations productive.

ILe s6jour de M. Tony R&villon en A.E.F.

M. Tony-Revillon, Secretaire d'Etat A la France
d'Outre-Mer, est arrive le 9 mars A Libreville, ca-
pitale du Gabon.
I1 etait accompagnd de divers membres de son
Cabinet et de M. Carcassonne, Directeur du Cabinet
du Ministre de la France d'Outre-Mer.
Le Secrdtaire d'Etat et sa suite ont 6t6 accueillis
par M. Cornut-Gentille, Haut-Commissaire de !a
Republique, Gouverneur Gen6ral de I'A.E.F. ; par
M. le Gouverneur Sadoul et par M. Flandre, Pre-
sident du Grand Conseil de I'A.E.F., en presence des
autoritds civiles et militaires du Territoire.
Le Secr&taire d'Etat a ensuite passe en revue les
troupes de la garnison et a procede, A cette occasion,
A une remise de decorations.
Apres un d6jeuner official au Palais du Gouver-
neur, le Secrdtaire d'Etat et sa suite ont recu les
diff6rents corps constitutes.
Le Secretaire d'Etat fut ensuite recu officiellement
A la Chambre de Commerce, ofi il prononca une
allocution soulignant les liens du d6veloppement
economique et du d6veloppement social. Le Secrd-
taire d'Etat a termine sa journde par la visit du
village africain de Mikolongo.
Le lendemain, A Port-Gentil, M. Tony-R6villon
a visited l'usine A bois C.A.B. et la Compagnie Fran-
caise du Gabon. Au wharf, lui ont 6td exposes les
projects de d6veloppement de Port-Gentil. L'apres-
midi, M. Tony-Rdvillon s'est rendu A Pointe-Noire;
le lendemain il a visited le port et la ville.
SLe vendredi 1 mars, traversant le massif du
Mayomb6, la mission officielle a gagn6 Brazzaville
oft elle est arrivee le 12 mars.
Le Secr&taire d'Etat a assisted A une reception don-









n6e A la Maison commune de Potopoto, faubourg
indigene de Brazzaville.
Dans une allocution, M. Tony-R6villon a par6l
des travaux urbains qui doivent etre entrepris dans
un avenir prochain et a fait I'eloge de M. Cornut-
Gentille, Haut-Commissaire de France.
Le 13 mars, il a e6t recu par la Chambre de Com-
merce de Brazzaville don't le President lui a expos
la situation 6conomique du Moyen Congo.
'Dans son discours, retransmis par la radio de
Brazzaville, le Ministre a annonc6 l'accord de prin-
cipe du F.I.D.E.S. pour le plan d'cennal pr6vu pour
I'A.E.F. et qu'un contingent special de 425.000 dol-
lars lui serait accord, ainsi qu'un contingent sup-
pl6mentaire de 375 tonnes de cotonnades.
Avant son depart de Brazzaville, M. Tony-R6vil-
lon a d6clar6, aux journalists de I'A.E.F., qu'il
avait ete impressionne par le d6veloppement en
course de I'A.E.F. et du Cameroun. II a soulign6
l'utilit6 du Plan Marshall pour l'6quipement de la
Federation.
M. Tony-Revillon est arrive A Bangui le 16 mars.
11 etait accompagn6 de M. Cornut-Gentille, Haut-
Commissaire de la Republique. II a 6t6 recu par
MM. Delteil, Gouverneur de l'Oubangui-Chari ;
Gaume, President du Conseil representatif, ainsi
que par les autorites civiles et militaires du Ter-
ritoire.
Dans 1'apres-midi, M. Tony-Revillon a recu, au
Palais du Gouverneur, les corps constitu6s qui lui
ont 6t6 presents par le Gouverneur Delteil.
Dans son allocution de bienvenue, M. Gaume,
exprimant le point de vue de l'Assembl6e territo-
riale, a d6clar6 que l'Administration ne pouvait se
desinteresser des transports fluviaux qui ne peuvent,
lorsqu'il s'agit d'une question vitale pour l'Assem-
blee de l'6conomie du pays, etre confines A la seule
initiative privee.
Dans sa reponse, M. Tony-Revillon a insist sur
la n6cessit6 de perfectionner les voies de communi-
cations.
Examinant 1'6conomie agricole du Territoire,
M. Tony-Revillon a soulign6 que comme pour le
Tchad, la culture du coton a dte une riussite et a
l'occasion, du renouvellement des conventions, il est
indispensable de rechercher encore des conditions
de meilleure rimuneration des producteurs, ce qui
constitute, finalement, le plus sir moyen de les inti-
resser au developpement des cultures qui est prdvu
dans le plan du Territoire.
La journ6e s'est termin6e par une reception au
Palais du Gouverneur.
Le 17 mars, le Secr6taire d'Etat a quitter Bangui
pour Fort-Archambault ; avant son depart il avait
recu le g6enral Valluy, Inspecteur G6enral des Trou-
pes coloniales, en mission d'inspection en A.E.F. A
Fort-Archambault, M. Tony-R6villon, recu par
M. Le Layec. s'est rendu A la Residence oii il a recu
les notabilites ; il a ensuite visited la ville.


Le 18 mars, le Sous-Secretaire d'Etat est arrive A
Fort-Lamy.
M. Tony-Revillon y a recu les corps cons-
titues au Palais du Gouvernement et s'est rendu a
la Chambre de Commerce ou le President, M. Kief-
fer, a expos brievement les principaux probl&mes
economiques, techniques et sociaux qui se posent au
Tchad.
Dans sa r6ponse, le Ministre a declare que
M. Cornut-Gentille avait obtenu, lors de son recent
sejour A Paris, certaines decisions importantes pour
la solution des problimes de transport et d'appro-
visionnement en tissus ainsi que pour l'attribution
de devises A 1'A.E.F., et A ajout6 que son voyage
lui avait d6montr6 l'insuffisance des measures d6ci-
dees recemment.
Le 18 mars, M. Tony-Revillon a quitter Fort-
Lamy pour regagner la M6tropole via Gao. Tunis
et Lyon.
Le 22 mars, A son arrivee A Lyon, le Secr6taire
a fait part de l'impression extremement satisfai-
sante qu'il retirait de son voyage.


LE VOYAGE DE M. BOISDON EN A.E.F.

M. Boisdon, President de l'Assembl6e de I'Union
Francaise, a pris l'avion pour Kano et Fort-Lamy,
premieres tapes du voyage en A.E.F. II 6tait ac-
compagn6 de M. Boucly, Directeur de son Cabinet.
M. Boisdon, accompagn6 de M. Cornut-Gentille,
Haut-Commissaire de France, est arrive, le 24 mars,
A Bangui, venant de Fort-Archambault.
Au course d'une reception, M. Gaume, Pr6sident
du Conseil repr6sentatif du Territoire de l'Ouban-
gui-Chari, a expos les problimes economiques du
Territoire et insist sur la question des devises.
M. Boisdon a declare qu'il 6tait enchanted des
impressions qu'il avait recueillies de ses contacts
avec les Administrateurs et a dit combien il
avait 6et sensible A l'accueil des populations auto-
chtones r6unies pour le saluer et frapp6 par la du-
rete de l'effort et la pauvret6 des moyens de ceux
qui ont la charge du pays.
Venant de Bangui, le President de l'Assemblae
de l'Union Francaise est arrive, le 25 mars, a Braz-
zaville, accompagn6 de M. Cornut-Gentille.
M. Boisdon a 6et salue, A son arrivee, par les
autorites civiles et militaires locales.
L'apris-midi il a visit le poste de Radio-Brazza-
ville oiu il a fait une declaration radiodiffus6e sur
l'Union Francaise, et s'est rendu ensuite A Poto-Poto,
village indigine de Brazzaville.
Le 26 mars, M. Boisdon a recu la press.
Devant les journalists presents, il a insist sur la
necessity de d6velopper la propaganda en faveur de
I'Union Frangaise.
II a assist, ensuite, A la seance du Conseil repre-
sentatif du Moyen Congo et est reparti dans la
soiree, pour Pointe-Noire via Dolisie.








DEPART POUR L'INDOCHINE
D'UNE SOUS-COMMISSION
DE LA COMMISSION DES FINANCES
D:E L'ASSEMBLEE NATIONAL

Une Sous-Commission permanent de la Commis-
sion des Finances de l'Assemblie Nationale, charge
de controller I'emploi des credits affects A la D&
fense national, form6e le 18 mars et comprenant :
MM. Guesdon (S.F.I.O.), Abelin (M.R.P.), Bour-
ges-Maunoury (rad.soc.), M6tayer (S.F.I.O.), Bou-
vier O'Cottereau (P.R.L.), Lambert (M.R.P.) et
Juglas (President de la Commission de la France
d'Outre-Mer A 1'Assembl6e Nationale, M.R.P.) est
parties, le 29 mars, pour une mission d'enqu&te enr
Indochine.


NOMINATIONS ET PROMOTIONS

CITATIONS A L'ORDRE DE LA NATION
Sur rapport du Ministre de la France d'Outre-
Mer, ont 6t6 cites A 1'Ordre de la Nation MM. :
Vailli&res (Roger), Administrateur Adjoint des
Colonies, mort pour la France. < Fonctionnaire
d'elite, a assume, jusqu'd l'extreme limited de ses
forces, le; tdches incombant aux delicates functions
de chef de subdivision de Kaffrine (Seingal) >>.
Malbert (Ren&-Yves), Administrateur Adjoint du
Service Civil de l'Indochine, mort pour la France.
< Fut arretd le i mars 1945, apres le coup de force
japonais. En raison de ses functions et de son atti-
tude sans difaillance, fut incarcird a la citadelle de
Langson, puis assassin >>.
Mondon (Raoul), Ing6nieur Adjoint des Travaux
publics, mort pour la France. < Apres avoir rendu
d'excellents services au rdseau de Madagascar au
course de sa carriere, M. Mondon a dti assassin par
des rebelles au course d'une mission qu'il effectuait
sur la ligne Fianarantsoa-Manakara (Madagascar) >.
Par decret du 7 mars, MM. Vaillieres, Malbert
et Mondon ont 6t6 faits chevaliers de la L6gion
d'Honneur.

PROMOTIONS ET NOMINATIONS
DArNSI.L'ORDRE DE LA LEGION D'HONNEUR

Un d;:ret, paru au Journal Officiel du 19 mars,
porte promotions et nominations dans l'Ordre na-
tional de la L6gion d'Honneur. Au titre de 1'Union
Frangaise, on relive notamment :
Au grade d'Officier : MM. Kande Lancena, Com-
mis expeditionnaire principal, Juge de Paix de
Beyla (Chevalier du 21 janvier 1937) ; Mohammed
ben Mossri, dit Mamadou Fezsin, 6crivain inter-
prete principal (Chevalier du 8 aofit 1914).
Au grade de Chevalier : MM. Abd el Kader,
Chef de canton de N'D616 (Oubangui-Chari, A.E.F.),


36 ans de services ; Adiwa (Jean-Baptiste), pr&tre
catholique, mission de Bilom (Gabon, A.E.F.), 33
ans de vie religieuse ; Le Van Loc, Secr6taire Ad-
joint de l'Instruction publique, de classes exception-
nelle ; Phu, honoraire, Saigon (Sud-Viet-Nam), 33
ans 21 jours de services ; Ranaivo (Joseph), Presi-
dent supplant honoraire de i" classes des juridic-
tions indigines A Tananarive (Madagascar), 45 ans
de services et de functions electives, et S. E. Tao Leu
Am, ancien Ministre des Finances du Gouvernement
laotien.
Par d6cret du 30 mars (paru au Journal Officiel
du 31 mars).
Ont 6td nomm6s Chevaliers de la L6gion d'Hon-
neur :
MM. Casimatta (Francois), Administrateur en
chef des Colonies, Secr6taire G6ndral du Tchad;
Decosta (Georges-Jean), Administrateur de 2e classes
des Colonies; Descottes (Jean-Marie-Joseph), Ad-
ministrateur en chef des Colonies, Secretaire Gen&-
ral du Cameroun ; Drogue (Aim6-Jean-Joseph), Di-
recteur de l'Agriculture de I'A.E.F. ; Mausset (Jean-
Vincent), Chef du Service des Douanes du Came-
roun; Sauvette (Marcel), exploitant forestier, Pre-
sident de la Chambre de Commerce de Libreville
(Gabon).
MM. Arnoux (Emile Charles), President du Con-
seil d'Administration de la Compagnie Marseillaise
de Madagascar ; Chamaillard (Emile), Attach6 de
Cabinet au Ministire de la France d'Outre-Mer;
Tallec (Jacques), Gouverneur de i" classes des Co-
lonies ; Villars (Ren6), President de la Compagnie
de culture cotonniere du Niger.


INFORMATIONS ADMINISTRATIVE

LE STATUTE
DE LA VILLE LIBRE DE CHANDERNAGOR

Par decret du 3 mars, public au, Journal Officiel
du 4 mars, l'article i" du decret du 18 octo-
bre 1948 qui a modified le decret du 7 novembre 1947
portant creation de la ville libre de Chandernagor,
est compl6et ainsi qu'il suit :
< Les attributions de l'Assemblee representative
des Etablissements frangais dans l'Inde sont divo-
lues, en ce qui concern Chandernagor, A l'Assem-
blee municipal de la ville libre.
<< Les cinq sieges des d6legues de Chandernagor
A l'Assemblee representative sont supprimes >.

DESIGNATION
DU SECRETAIRE GENERAL DU NIGER

Par decret en date du 28 ,fvrier 1949, paru au
Journal Officiel du 2 mars, M. Thomas, Adminis-
trateur de 2e classes des Colonies, est nomm6 Secr-








taire G6n6ral du Niger, A computer du i" fevrier
1949, en replacement de M. Jarton, autoris6e
rentrer en cong6 en France.


DESIGNATION DE L'INSPECTEUR GENE-RAL
DE AFFAIRES ADMINISTRATIVE DE L'A.E.F.

Le Journal Officiel public un decret du 7 mars,
mettant fin au d6tachement de M. Paul Vuillaume,
Gouverneur de 3e classes des Colonies, dans les fonc-
tions d'lnspecteur G6n6ral du Travail au Came-
roun, A computer du 27 fevrier 1949.
M. Vuillaume est nomm6 Inspecteur G6neral des
Affaires administrative de l'Afrique Equatoriale
Frangaise A computer du 18 mai 1949, en remplace-
ment de M. l'Inspecteur de i" classes des Colonies
de Resseguier.
M. Vuillaume est charge, par interim, des fonc-
tions d'lnspecteur G6enral des Affaires administra-
tives de l'Afrique Equatoriale Frangaise du 28 fe-
vrier au 17 mai 1949.


DESIGNATION D'UN DIRECTEUR-ADJOINT
A L'ADMINISTRATION CENTRAL
DU MINISTER DE LA FRANCE D'OUTRE-MER

Par d6cret, en date du 15 mars 1949, paru au
Journal Officiel du 26 mars, M. de Pereyra (Miguel-
Joaquin), Administrateur de I'" classes des Services
Civils de l'Indochine, est nomm6 Directeur Adjoint
A la Direction des Affaires politiques de l'Adminis-
tration central du Minist&re de la France d'Outre-
Mer, en replacement de M.. de Raymond, appel6
A d'autres functions.


ORGANISATION DE L'INSPECTION GENERAL
DES AFFAIRES ADMINISTRATIVE

Un d6cret du 12 mars 1949, paru au Journal Of-
ficiel du 16 mars, organise l'Inspection G6n&rale des
Affaires administrative dans les Territoires groups.
En Indochine, en A.O.F., en A.E.F. et A Madagascar
un haut fonctionnaire, portant le titre d'Inspecteur
General des Affaires administrative, exercera, sous
l'autorit6 directed du Gouverneur G6n6ral ou Haut-
Commissaire, 1'inspection permanent des Services
Civils relevant du Gouvernement G6n6ral ou du
Haut-Commissariat, y compris les Agences, Offices,
R6gies et Societes d'economie mixte places sous
son autorit6 ou son contrble.
Les Inspecteurs G6neraux des Affaires administra-
tives ont pour rBle : 10 de veiller au bon fonctionne-
ment administratif et financier des services du Gou-
vernement G6neral ou du Haut-Commissariat ;
2 de renseigner le Gouverneur G6neral ou le Haut-
Commissaire sur la march de ses services et de lui


proproser toutes measures propres A en simplifier le
fonctionnement et A r6aliser des economies : 30 d'ef-
fectuer toutes enquetes prescrites par le Gouverneur
General ou Haut-Commissaire dans ces mimes ser-
vices ; 4 d'effectuer toutes etudes qui leur seraient
demandees par le Gouverneur General ou Haut-
Commissaire ; 5 de contr6ler l'activit6 des inspec-
teurs locaux des Affaires administrative.
Les Inspecteurs G6n6raux sont nomm6s par de-
cret sur la proposition du Ministre de la France
d'Outre-Mer. Ils sont choisis, soit parmi les Gouver-
neurs des Colonies, soit parmi les membres de 1'Ins-
pection des Colonies, ayant au moins le grade d'lns-
pecteur de Ir classes. Les Gouverneurs qui exercent
ces functions sont places hors cadres; les membres
de 1'Inspection en service detache.


LE RESULTATS DE L'EMPRUNT NATIONAL

Le 10 mars, le Ministre des Finances a annonc6
que I'emprunt, ouvert le 24 janvier, et close le 5 mars,
a donn6 des resultats superieurs A ceux qui etaient
prevus. Le total des souscriptions s'elive A 297 mil-
liards. La France d'Outre-Mer a souscrit pour 5 mil-
liards.


CONFERENCES ET MANIFESTATIONS

LE GALA DE PRESENTATION DU FILM
(( LES PAYSANS NOIRS ,

M. Vincent Auriol, President de la Republique
et de l'Union Francaise, a preside, le 15 mars, an
Theatre des Champs-Elysees, le gala organism par
l'Association des Femmes de l'Union Francaise pour
la presentation du film Les Paysans Noirs, d'apres
le roman de Robert Delavignette.
On remarquait dans assistance, M. Mitterand,
Ministre de l'Information ; M. Morice, Sous-Secre-
taire d'Etat a 1'Enseignement technique, la Jeunesse
et aux Sports; Mme Gaston Monnerville, Presi-
dente de l'Associations des Femmes de l'Union Fran-
caise ; S. A. la Princesse Yukanthor ; M. Laurent-
Eynac, Vice-Pr6sident de l'Assemblee de l'Union
Frangaise, et de nombreux parlementaires.
Le spectacle comportait une premiere parties sce-
nique consacree au folklore africain.


CREATION D'UNE (( ASSOCIATION
POUR L'UNION FRANCAISE ,

Une < Association pour l'Union Francaise > vient
de se creer, A Paris, sous la presidence du Medecin
General Sic6, afin de promouvoir un grand mouve-
ment d'opinion en faveur de l'Union Francaise








Elle group, en son Conseil : M. Daniel Boisdon,
President de l'Assembl6e de l'Union Frangaise;
S. A. la Princesse Yukanthor Pingpeang, Vice-Pr6si-
dente de l'Assembl6e de l'Union Frangaise ;
Mme Ebou6, S6nateur; MM. Andr6 Armengaud,
ingenieur ; le Dr Louis Aujoulat, D6put6 ; Raphael
Barquissau, professeur au Lyc6e Carnot; Claude
Bourdet, Directeur de Combat; le Gouverneur Hu-
bert Deschamps, professeur A l'Institut des Etudes
Politiques ; Ren6 Grousset, de l'Acad6mie Fran-
caise; Jacques Gu&rif, journalist ; Louis Jousselin,
Conseiller de l'Union Francaise ; Georges Le Brun-
Keris, Conseiller de l'Union Francaise; Robert
Montagne, professeur au Coll&ge de France; Paul
Mus, professeur au College de France ; Vladimir
Porch6, Directeur et Administrateur G6enral de la
Radiodiffusion et de la Television francaises ; Char-
les Robequain, professeur A la Sorbonne; Andr6
Schock, Conseiller de l'Union Francaise ; Jean-
Marie Sd&ls, publiciste, et LUopold-Sedar Senghor,
D6putd.
L' c Association pour l'Union Francaise > a son
si&ge social 102, rue de l'Universit6, A Paris.


CEREMONIES RELIGIEUSES
A LA MEMOIRE
DES FRANCAIS ET VIETNAMIENS
MORTS POUR LA FRANCE

Le 9 mars, un service religieux a 6et celebre A.
l'Eglise Saint-Louis des Invalides, A la m6moire des
Franais et des Indochinois tombs dans la r6sis-
tance A l'agression japonaise de 1945.
Une c&6rmonie A la m6moire des Vietnamiens
morts pour la France s'est deroulee, le 13 mars, A la
pagode de Nogent-sur-Marne en presence du Haut-
Commissaire de France en Indochine, des d6elgu6s
du Gouvernement Central Provisoire du Viet-Nam
et des delegations de travailleurs et d'6tudiants viet-
namiens.


CONSTITUTION D'UNE ASSOCIATION
DES ANCIENS DU CORPS EXPEDITIONNAIRE
FRANCAIS

Une association des < Anciens du Corps Exp6di-
tionnaire francais d'Extreme-Orient >, place sous la
presidence d'honneur de la G6enrale Leclerc et sous
la presidence effective de 1'Amiral Auboyneau, vient
de se constituer. Cette association se propose d'ho-
norer la memoire des militaires tombs en Indochine,
d'aider au reclassement de ceux qui sont rendus A


la vie civil, et de d6velopper les relations entire an-
ciens camarades. Le siege social de l'Association est
situe 6, rue de Berri.


ACADEMIC DES SCIENCES COLONIALES

Seance du 4 mars

M. Daniel Serruys a rappel6 les differentes eta-
pes de la constitution de 1'Union europeenne et a
expos le probleme lie A cette question : l'accession
des Territoires d'Outre-Mer A l'Union europeenne.
Un change de vues a suivi cette communication;
MM. Rene Legrand, Giscard d'Estaing et Lemery,
entire autres membres de l'Acad6mie, y ont pris la
parole.
Au debut de la seance l'Academie avait accept
les terms d'une lettre i adresser A Sa Saintete le
Pape pour exprimer l'inter&t qu'elle prenait au pro-
cis de beatification du Pere de Foucauld qui s'est
devou6 aux populations de Territoires frangais afri-
cains.

Seance du g9 mars

Le 19 mars a eu lieu la reception officielle A 1'Aca-
d6mie des Sciences Coloniales de M. Durand-Reville,
Senateur du Gabon.
Saluant le recipiendaire au nom de I'Academie,
M. Giscard d'Estaing a evoqu6 la carriere marquee
d'action et de foi colonial du nouvel acad6micien
don't la presence active au Senat est une garantie de
sauvegarde du patrimoine moral de la France d'Ou-
tre-Mer.
Dans son remerciement A l'Academie, M. Du-
rand-Reville a bross6 A large traits l'histoire de
l'expansion frangaise dans les pays d'Outre-Mer et
soulign6 le caract&re human r6v61 dans son origine
de -la vocation colonial de la France.
Le nouvel academicien a ensuite dress un bilan
significatif des resultats d6mographiques, culturels
et 6conomiques obtenus par la France dans ses Ter-
ritoires d'Outre-Mer et a expose les raisons valables,
pour elle, de poursuivre une action qui lui impose
sans doute encore des devoirs mais qui lui accord
aussi indeniablement des droits.
M. Durand-Reville, apris avoir enfin rendu hom-
mage aux pionniers (militaires, missionnaires, co-
lons) qui ont fait < l'Empire de la Civilisation >,
s'est livre A une etude critique serree de certain
articles de la Constitution touchant les pays d'Outre-
Mer et insisted sur la neoessit6 d'etudier minutieuse-
ment et en toutes leurs incidences les adaptations ou;
les reformes qui pourraient y 6tre realisees.





















NOUVELLES D'OUTRE=MER


INDOCHINE


HAUT-COMMISSARIAT
DE FRANCE


LiON PIGNON,
ars -- d accompagne
de M. Biros,
son Directeur de Cabi-
net, et M. Bonfils, Con-
seiller politique, a quit-
Ste Saigon le 27 feVrier,
S,,pour se rendre i Paris,
oil il est arrive le i'e
mars. Interrog6 dis sa descent d'avion par les re-
presentants de la press parisienne, sur la situation
en Indochine, il leur a dclard :
Tout ce que je puis vous dire, c'est qu'il y a, en
Indochine, une detente certain dans les esprits et
que l'on timoigne, la-bas, d'un intjre t tr s vif pour
les ndgociations actuellement en course dans la capi-
tale. Cet intirit, que j'ai constate dans toutes mes
tournes au Viet-Nam, au Laos et au Cambodge,
est indiniablement marque d'optimisme.
Le jour mrme, il a 6t6 l'h8te i dejeuner de S. M.
Bao Dai, puis a 6td regu dans l'apres-midi par le
Ministre de la France d'Outre-Mer, avec lequel il
s'est longuement entretenu de la situation au Viet-
Nam.
Le 8 mars, le Haut-Commissaire a assisted, aupres
du President de la Republique, A la c6remonie de
l'6change de lettres entire ce dernier et S. M. Bao
Dai. I1 a 6galement assist, pendant son sejour a
Paris, aux s6ances de l'Assemblee de l'Union Fran-
,aise, de I'Assemblee Nationale et du Conseil de la
Republique ou avaient lieu les d6bats sur le pro-
blame indochinois.
M. Pignon, accompagne de M. Tran van Huu,
President du Gouvernement du Sud-Viet-Nam, s'est
rendu A Cannes le 16 mars, pour saluer I'ex-empe-
reur. Celui-ci lui a confirmed son depart prochain


pour 1'Indochine. Le soir meme, M. Pignon est re-
parti pour Paris.
Le lendemain, recu par le Gouverneur General Le
Gallen, president du Comit6 de 1'Indochine. et le
Gouverneur Pages, president de 1'Union des Syndi-
cats professionnels indochinois, M. Pignon, esquis-
sant les principles tapes des negociations qui ont
about A l'accord du 8 mars 1949, a notamment de-
clare :
J'ai besoin du concours de vous tous pour mener
a bien une tache tres lourde. La solution militaire
etant icartge, il fallait entrer dans la voie des ac-
cords qui ont trait de la question de l'unite du Viet-
Nam, I'indipendance accordee n'est, en effect, qu'un
leurre/sans l'unitd territorial, la reunion des trois
Ky. D'oit, creation de l'Assemblde territorial de
Cochinchine, par application de l'article 75 de la
Constitution.
11 a en outre souligne que : Pour les interets fran-
cais, il n'y aura aucune inquiitude quand la paix
reviendra au Viet-Nam. Parlant de 1'accord qui vient
d'&tre conclu, M. Pignon a termin6 en disant : C'est
un instrument suffisant pour donner au nationa-
lisme vietnamien tous les apaisements.
Le 18 mars, le Haut-Commissaire a pris l'avion
regulier d'Air-France pour regagner 1'Indochine. I1
a et salue A son depart par de nombreuses person-
nalites politiques, ainsi que par la delegation du
Gouvernement Central Provisoire du Viet-Nam,
don't le chef, M. Pham van, Binh, a dit a son
adresse : L'auvre que vous poursuiveZ avec autant
de patience, de cwur et d'intelligence, cette ceuvre
exaltante et passionnante a la fois, qui consiste a
unir les deux peuples que vous aimeZ d'un meme-
amour, vous la rdussireZ, j'en suis convaincu, ed
l'Histoire de nos deux pays saura vous riserver une
place digne de la grande lignee des Lafayette, des
Lyautey et des Si-Nhiep. Par le meme avion, est
aussi parti le Gouverneur 'de Raymond, nouveau
Commissaire de la Republique au Cambodge, rejoi-
gnant son poste.








Arrive A Singapour le 21 mars, M. Pignon a 6t6
l'h6te du Commissaire britannique du Sud-Est asia-
tique, M. Mac Donald, avec qui il a confere durant
les deux jours qu'il a passes dans cette ville.
11 a rejoint Saigon le 23 mars.
Me Motais de Narbonne, conseiller de l'Union
Francaise, a regagne Saigon le 25 mars. I1 a declare
avant son depart : J'ai pu, aupres du Gouvernement
et par mon intervention a l'Assemblie de I'Union
Francaise, au course de laquelle j'ai defendu la posi-
tion du Ministre de la France d'Outre-Mer, faire
entendre la voix des Francais d'Indochine. Je pense
demeurer quelques mois en Indochine, d'ot je re-
viendrai certainement pour la ratification parlemen-
taire des accords et pourrai ainsi donner en France
une nette impression de l'dvolution de la situation
que Fran:ais et Vietnamiens souhaitent favorable.
Le general Ritchie, commandant en chef des For-
ces terrestres britanniques en Extreme-Orient, a fait
un court sdjour A Dalat, oiu il a visit l'Ecole de
1'Arm6e blindie. I1 est reparti pour Singapour le
5 mars.
Une < Commission de la Hache > vient d'etre
cre6e par le Haut-Commissaire, elle sera preside
par le Directeur g6ndral de l'Administration.
Depuis le 25 mars, I'heure 16gale pour tous les
Territoires de la Fedration indochinoise est, pen-
dant toute l'annie, l'heure du temps moyen du m6ri-
dien de Greenwich augment6e de huit heures.
Devant la Cour de Justice de 1'Indochine ont com-
paru, le 24 fevrier, Me Georges Bertrand, avocat A
Phn6m-Penh, et M. Alfred Langlet, commergant A
Phan Thift (Sud-Annam), incu:lpes < d'indignit6
national pour avoir apport6 une aide directed ou
indirecte l'ennemi durant les annees 1942 A 1945 >.
Tous deux ont et6 acquitt6s.


GOUVERNEMENT CENTRAL PROVISOIRE

Pendant son s6j.our A Paris, A la fin du mois de
fevrier, S. M. Bao Dai a regu en audience privee
M. Lai Huu Tai, porte-parole des r6sistants nationa-
listes non vietminh du Sud-Viet-Nam, qui etait
venu en France l'assurer de la confiance total de
ces derniers. L'empereur a demanded M. Tai d'etre
son interp rte aupris de tous les resistants vietna-
miens, sans distinction de tendances politiques et
religieuses, pour les inviter A se rallier A une solu-
tion pacifique avec la France.
La delegation du Gouvernement Central Provi-
soire a organism, le 26 f6vrier, une reception en
l'honneur de S. M. Bao Dai qui, aux discours de
M. Pham van Binh et du president Huu, a repondu
par une breve allocution, dans laquelle il affirmait
qu'il tenait A rendre un hommage public A l'esprit
de lib6ralisme et de comprehension des dirigeants


du Gouvernement frangais et des parlementaires
amis, grace A qui les relations entire la France et le
Viet-Nam sont parvenues aux r6sultats actuels.
Le i" mars, S. M. Bao Dai a eu avec M. Pignon,
qui venait d'arriver A Paris, un entretien au course
duquel il a 6t6 procedd A un examen de la situation
actuelle au Viet-Nam, la question du prochain ac-
cord franco-vietnamien a 6ete galement abordee. Les
conclusions de l'entretien ont 6te declarees satisfai-
santes. Le Haut-Commissaire a etd retenu A dejeuner
par l'empereur qui, le soir meme, a regagne Cannes.
Arrivee de nouveau a Paris le 7 mars, S. M. Bao
Dai a proc6de le lendemain, au Palais de l'Elysee, A
l'echange de lettres consacrant le project d'accord
franco-vietnamien.
Apris la cerdmonie, I'empereur a fait A la press,
reunie A I'H6tel Plazza, la declaration suivante :
Je viens d'cbhanger avec le Prisident de l'Union
Francaise des lettres qui difinissent d'une facon so-
lennelle les rapports entire la France et le Viet-Nam
dans le cadre de l'Union Francaise.
Depuis plus de trois ans, les deuils et les ruines se
sont accumules sur le sol de mon pays. J'ai mesure
les souffrances et l'heroisme de mes compatriotes par
l'organe de leurs groupements politiques et religieux
qui sont venus me demander de ramener la paix par
I'entente avee la France et dans la joie des aspira-
tions nationals satisfaites.
La France a ete le pays de ma jeunesse. Je la sa-
vais trop soucieuse de liberty et de justice pour nd
pas souhaiter une solution pacifique du conflict.
J'ai done accepted l'appel du people vietnamien.
Le 5 juin 1948, le representant de la France en In-
dochine, M. Emile Bollaert, et le general Xuan, ont
franchi en ma presence la premiere tape sur le che-
min de notre reconciliation en posant les principles
de l'unitd et de l'independance vietnamiennes, dans
le cadre de l'Union Francaise.
Ces artisans de l'entente franco-vietnamienne ne
sont pas oublies.
Dans la nouvelle perspective historique aznsi ou-
verte, il fallait encore preciser le contenu des prin,
cipes de base. L'accord qui vient d'etre signed rdpond
a ce but. II replace les traits antirieurs signs par
mes pares.
Sa conclusion est due pour une trWs large part a
la comprehension et a la volonte de paix du Prisi-
dent de l'Union et du Gouvernement frangais, don't
la ginerosite aura permis a nos deux pays de re-
nouer enfin leurs liens traditionnels d'amitid.
Je rends bommage a M. Coste-Floret, ministry de
la France d'Outre-Mer. Grace a ses efforts, le Viet-
Nam pourra desormais contribuer efficacement a no-
tre prosperity commune sous le signe de la concorde.
Son liberalisme est un solide gage d'avenir pour le
destin de l'Union Francaise.








II m'a ite particulierement agriable de me trou-
ver en communion d'idees avec M. Pignon, Haut-
Commissaire de France en Indochine. J'ai pu appri-
cier I'homme a son desir sincere de faciliter le reta-
blissement de la paix au Viet-Nam. L'Histoire dira
la part important qu'il a pris aux negotiations. Sa
parfaite connaissance des hommes et des choses de
mon pays me donne la certitude que l'accord sera
applique avec cordiality et confiance.
Dans les jours prochains, le Gouvernement fran-
(ais engagera la procedure constitutionnelle. J'ai foi
dans I'ideal de paix et les sentiments d'amitie qui
animent les diffirentes Assemblies auxquelles le pro-
blame sera soumis. Etant l'emanation des peuples
de la France etde l'Union, elles entendront l'echo des
vcaux du people vietnamien et, a la date du 25 avril,
c'est-a-dire le 28e jour du 3e mois de l'annee Ki-Suu,
je reprendrai contact avec le sol ancestral pour itre
a nouveau parmi les populations unies dans les fron-
tieres historiques du Viet-Nam.
Bient6t, une dre de reconstruction et de rinova-
tion s'ouvrira au Viet-Nam. Le pays sera doti d'ins-
titutions democratiques qui seront appeldes notam-
ment a approuver le texte de l'accord actuel. Le peu-
ple possidera ainsi son mode d'expression ligitime,
qu'il utilisera dans le respect des opinions indivi-
duelles.
De profondes riformes economiques et sociales se-
ront dgalement appliques en vue de reliever le ni-
veau de vie gindral, et de promouvoir la justice
social qui est la condition et la garantie de I'ordre.
Ces objectifs nationaux de paix supposent l'union
de tous les Vietnamiens sans distinction de tendance
politique et religieuse et I'appui gindreux de la
France sur lequel je sais pouvoir computer.
Le soir du 8 mars, l'empereur est reparti pour
Cannes.
Apprenant I'accord qui s'etait r6alis6 a Paris, le
g6enral Xuan a affirm :
Je suis heureux que nous ayons enfin pu definir
et concretiser les terms de notre indipendance au
sein de l'Union Francaise.
Nous avons dipassi la premiere phase privue
dans mon discours de la baie d'Along. Nous allons
poursuivre et active la deuxieme eitape, qui sera la
concritisation des principles gindraux pour enfin en-
treprendre la troisieme, des le retour de S. M. Bao
Dai, et qui sera la phase du ralliement.
Avant de signer l'accord, l'empereur avait adresse
au President du Gouvernement Central Provisoire le
t6elgramme suivant :
A la veille de la signature de l'accord franco-viet-
namien, ma pensee va entire a l'ensemble de la po-
pulation don't le courage, l'abnigation et les immen-
ses sacrifices ont permis la consecration de l'indd-
pendance national. Je pense, igalement a vos efforts
personnel et a ceux des membres du Gouvernement


Central qui, malgre d'jnormes difficultis, ont con-
tribud h l'aboutissement favorable de l'accord. L'His-
toire vous associera au travail common mene par le
people vietnamien entier pour la satisfaction de nos
aspirations nationales.
Le general a r6pondu a l'empereur en ces terms :
TrLs touche de la delicate pensee qu'a eue Votre
Majeste d'associer ma modest personnel et les mem-
bres du Gouvernement Central Provisoire a l'acte
concritisant les risultats de vos efforts en vue de la
restauration de l'Unite et de l'Indipendance du Viet-
Nam au sein de l'Union Francaise, je me fais un
devoir de Vous exprimer, tres respectueusement, ma
reconnaissance et mon attachment i Votre Per-
sonne. Au moment oil va s'ouvrir une nouvelle et
glorieuse page de l'Histoire de notre Patrie restau-
rde dans sa dignity national, je suis heureux de
vous apporter l'assurance de la fidelity du people
vietnamien qui se declare pret a vous seconder dans
I'accomplissement de Votre haute et noble mission
et de Vous renouveler l'expression de mon enter dd-
vouement et de celui de mes collaborateurs dans la
poursuite de 'ceuvre que Vous aveZ si heureusement
commence.
Le Conseil des Ministres s'est r6uni le 18 mars,
sous la presidence du g6ndral Xuan pour entendre
M. Hoang van Co, repr6sentant personnel du g6nd-
ral en France, qui 6tait arrive le jour meme a Hanoi,
faire un expos sur la situation politique en France
et sur la signature de l'accord du 8 mars. Diverses
questions ont ensuite 6et discutees, en particulier les
dispositions A prendre en vue du retour de S. M. Bao
DaY, et de la mise en application de l'accord sign.


Tonkin

Pour la premiere fois depuis 1945, s'est deroulee,
le 4Lmars, A la Pagode de < Hat Mon >>, au confluent
du S6ng Day et du Fleuve Rouge, en presence de
quelques milliers de pelerins vietnam:iens, la tradi-
tionnelle ceremonie A la m6moire des deux premieres
heroines de l'Histoire du Viet-Nam, les sceurs. Trung
Trac et Trung Nhi.
S. E. Nghiem XuAn Thien, qui a assist A la ce-
rdmonie et a ensuite visit Son Tay, a exprime sa
joie de voir cette ville se repeupler rapidement. Ren-
tr6 A Hanoi, il s'est declare favorablement impres-
sionne par l'entente qu'il a constat6e entire les auto-
ritds francaises et vietnamiennes dans chacune des
localit6s visitees.
M. Avinin, s6nateur representant les Francais d'In-
dochine, au course de son s6jour en Indochine, a
pass deux jours A Hanoi et a Haiphong.
M. Paul Bastid, viice-pr6sident de la Commis-
sion des Affaires Etrangeres de l'Assemblee Natio-
nale, directeur politique du journal l'Aurore-France








Libre, est arrive A Hanoi le 20 mars, faisant un
voyage d'etudes prive.
Un deuxiime dispensaire municipal, situe au bou-
levard Gia Long, a 6te inaugure A Hanoi le ii mars.
Le maire de la ville, M. Pham Xuan Dai, a souligne
l'aide que lui ont apport6e les services m6dicaux
francais el le Ministere de la Sante pour I'organisa-
tion de ce nouveau dispensaire, qui s'av6rait indis-
pensable en raison de l'afflux des habitants qui ren-
trent A Hanoi.


Annam

S. E. Phan Van Giao, qui est venu en France au
debut de mars pour conferer avec l'empereur Bao
Dai, est reparti par Hue le 24 du mois.
MM. Tran Dinh Hanh, frere du Dr Tran Dinh
Dub, conseiller de S. M. Bao Dai, et Cao Huu
Thuong, vice-pr6sident du Rassemblement National
Vietnamien (nationaliste-caodaiste), ont 6td assassi-
n6s par des membres du Viet-Minh.
On apprend aussi l'enlevement par le Viet-Minh
du prince Ung Uy, ancien ministry de I'empereur
Bao Dai et pare du prince Buu H6i. Ce dernier, pr&-
tendant parler au nom du Conseil des membres de
I'ancienne famille imperiale du Viet-Nam et se pr6-
sentant comme dil6gu6 outre-mer de ce Conseil, a
exprim le vceu de voir le Gouvernement frangais
n6gocier avec Ho Chi Minh ; il a ainsi provoqud
cette mise au point de la famille imp6riale :
< La famille imperiale n'a jusqu'ici aucune del&-
gation outre-mer. S. E. Buu H6i n'est qu'un membre
de notre famille parmi une dizaine de milliers d'au-
tres, et n'a jamais fait parties de notre Conseil. Notre
Conseil est tout entier derriere Sa Majeste Bao Dai,
qu'il estime seul qualified pour negocier et traiter
avec le Gouvernement frangais... La declaration de
Buu H6i traduit les convictions personnelles d'un
individu et ne reflete en aucune fagon l'opinion de
la famille imperiale >.


Cochinchine

M. William Baze, qui avait d6cid6 de ne plus
singer A l'Assemblee du Sud-Viet-Nam apris un vote
A l'Assembl:e, le 2 mars, qui, selor lui, n'avait pas
respect la proportion anterieure entire Francais et
Vietnamiens, est finalement revenue le lendemain sur
sa decision sur les instances du president Pham van
Hai.
Au course de la stance du 3 mars, I'Assembl6e a
vot6 A l'unanimit6 une motion demandant au Parle-
ment frangais de < se prononcer, le plus tot possible
et sans &quivoque, sur l'unit6 et l'ind6pendance du
Viet-Nam dans l'Union, Frangaise ,>.


M. Tran van Huu, apres un sejour de plus d'un
mois en France, 6tait de retour A Saigon le 21 mars:
Le Gouverneur du, Sud-Viet-Nam, A sa descent
d'avion, a d6clare : C'est dans un noble esprit de
comprehension et dans un sentiment d'absolue sin-
cdrite que M. Vincent Auriol et l'empereur Bao Dai
ont signed les accords du 8 mars, preliminaires au
trait de paix et d'amitie qui suivra. I1 a ajout6 :
Quant h la question de l'unite, c'est une affaire qui'
sera riglie par la grande famille vietnamienne ; la
France n'y parait que par respect de la Constitu-
tion.
11 a reconnu que, pendant son sejour en France,
les contacts qu'il a pu avoir avec les hautes person-
nalitis politiques et les milieux vietnamiens de Pa-
ris ont donn6 de fructueux resultats.
M. Truong Vinh Tong, conseiller sup6rieur du
Gouvernement Central du Viet-Nam, vient de cons-
tituer un parti politique appele < Parti du nouveau
Viet-Nam >, visant A realiser < l'ind6pendance dans
l'Union Franqaise, I'unit6 national et la monarchie
constitutionnelle >.
Le quotidien Viet Thanb a 6te suspend sine die
poui des articles nettement tendancieux et sabotage
constant de la realisation concrete des accords
franco-vietnamiens.


Cambodge

Le Gouvernement cambodgien a adresse, le r6
mars, un message au people, invitant les rebelles
< Issaraks > A rentrer dans la communaute natio-
nale, et promettant I'amnistie A ceux qui se rallieront
aux autorites r6gulieres avant le 12 avril.
< Par proclamation en date du 26 'janvier 1949,
declare notamment ce message, Sa Majest6 le Roi,
s'attachant profond6ment A l'interet superieur du
Kampuchea, qu'elle aime et que nous aimons, a
adress6 un appel aux Cambodgiens qui se disent
Issaraks, les invitant A rentrer dans la communaute
khmere pour nous unir et servir la Patrie en vue
de la concretisation de son independence.
< A l'egard de ceux qui acceptent de rentrer dans
la Communaute, qu'ils soient de simples citoyens,
des d6serteurs de l'armee francaise ou de I'armde
khmere, Sa Majest6 daignera les considerer comme
des citoyens dans toute l'acceptation du terme et pro-
met que son Gouvernement leur accordera aide et
protection, ainsi qu'il est dit dans la proclamation
diffusee precedemment.
< Toutes les infractions qualifiees crimes ou delits,
qu'elles soient politiques ou de droit commun, coma
mises dans le rang issarak anterieurement A, la date
de la publication de la proclamation royale _,-S jan-
vier 1949) seront enti&rement couvertes par l'am-








nistie. De leur c6te aussi, les autorites francaises
sont d'accord avec le Souverain pour considerer les
infractions precitees comme nulles et non avenues.
< Cette measure de clemence englobe aussi bien
les infractions centre lesquelles aucune poursuite
judiciaire n'est encore engage que celles qui sont
en course d'instruction ou celles ayant fait l'objet de
sanctions judiciaires sous la seule reserve que les
Khmers Issarak se rallient avant le 13 avril.
< Le Gouvernement royal s'engage, en outre, A
prot6ger les Khmers Issaraks, rallies dans les delais
susfixes, centre tout mauvais traitement. 11 les con-
siderera comme les citoyens jouissant pleinement de
tous leurs droits et devoirs prevus par la Constitu-
tion du Royaume.
< Compatriotes Voici venir le moment solennel
osi tous les Cambodgiens doivent former un faisceau
uni. Seule, l'union nous permettra de soutenir notre
Souverain bien-aim6 et son Gouvernement, afin qu'ils
aient une force et une autorit6 suffisantes pour ac-
complir les teaches necessaires qui front de notre
pays un Etat reellement ind6pendant. D'ores et d6jA,
la France a reconnu notre ind6pendance. La charge
de r6aliser pleinement cette ind6pendance nous in-
combe A nous tous, Cambodgiens. Pour mener A
bien cette grande tAche et afin de parfaire nqtre
ind6pendance, le Gouvernement estime que tous les
Cambodgiens se doivent d'apporter leur concours A
Sa Majesty le Roi et A son Gouvernement >>.
S. E. Sonn Sann, envoy extraordinaire du Roi,
est arrive A Paris le 8 mars et y est rested jusqu'au
28. Durant son s6jour, il a pris contact avec diffe-
rentes personnalites politiques et a 6t6 requ par le
President du Conseil et le president de 1'Assemblie
de l'Union Frangaise, avec lequel il s'est entretenu
des questions concernant la sauvegarde des int&erts
du Cambodge en Cochinchine et la protection des
minorities combodgiennes dans ce Territoire.
Le nouveau Commissaire de la R6publique au
Cambodge, M. de Raymond, est arrive A Phn6m
Penh le 23 mars.
En presence de S. M. Sihanouk, du g6n6ral des
Essars et des ministres cambodgiens, dans le cadre
verdoyant de leur Ecole, le baptime de la troisieme
promotion des eleves officers khmers a eu lieu le
13 mars. S. E. Huy Mong, ministry de la Defense
National, s'est adress6 aux jeunes sous-lieutenants
et a soulign6 le r6le des nouveaux officers et I'espoir
que la nation khmire plaqait en eux.
Je suis persuade, a-t-il dit, 'qu'avec des officers
tels que vous, I'Armie royale khmere, sous la haute
et ferme autoriti de son chef, S. M. le Roi du Cam-
bodge, saura remplir jusqu'au bout sa mission et ap-
porter a la grande armie de I'Union Francaise sont
concours sans reserve.


Laos

Le 2 mars, M. Souvannarath, President du Con-
seil laotien, a adress6 la admission collective du Ca-
binet au Roi Sisavang Vong. Cette decision a 6t6
prise au course de la discussion du budget, pour le-
quel le Gouvernement 6tait en disaccord avec l'As-
sembl6e. Le prince Savang, representant du Roi, a
immediatement proc6d6 aux consultations n6cessai-
res en vue de designer le nouveau chef du Gouverne-
ment.
C'est le prince Boun Oum qui a etd charge par
le Roi de former le nouveau ministire, le to mars.
Devant 1'Assembl6e Nationale, le 22 mars, le Ca-
binet pr6sente par le prince Boun Oum a obtenu le
vote de confiance par 24 voix centre 4 et 2 absten-
tions. 11 est ainsi compose :
Prince Boun Oum : President du Conseil et Mi-
nistre de la Defense Nationale ;
M. Thao Leuam : Ministre de l'Interieur et de
la Justice ;
M. Thao Phao : Ministre des Finances;
M. Thao Kou Voravong : Ministre de 1'Econo-
mie, des Travaux Publics et du Plan;
M. Thao Nhouy : Ministre de la Sante, du Culte,
de l'Education Nationale et de l'Information.
Les milieux politiques laotiens consid&rant que le
nouveau Gouvernement commence sa carriere sous
.des auspices tres favorables, soulignent que le fait le
plus important est la participation au Gouverne-
ment de M. Thao Nhouy, qui, en 1945-1946, joua
un r6le important dans le movement Lao-Issarak.
Cette participation constitute la preuve que la po-
litique de conciliation, menee par les autorites lao-
tiennes a l'6gard des dissidents, a porter ses fruits.
D'autre part, fait-on observer,le fait que le prince
Boun Oum, chef de la Maison du Laos du Sud, a
accept de former le ministere laotien, met fin aux
bruits pouvant permettre de douter de l'unification
du Laos.
A la fin du mois de f6vrier, S. M. Sihanouk, ac-
compagne de plusieurs hautes personnalites du
Royaume du Cambodge, a rendu visit au Souve-
rain du Laos et a sejournd pendant une semaine au
Palais Royal de Luarng-Prabang ofi des fetes d'un
eclat exceptionnel ont 6t6 donnees en son honneur.
On considere 'que la rencontre des deux monar-
ques et une manifestation symbolique du rappro-
chement des peuples khmer et laotien.
Au course d'un voyage d'inspection au Laos cen-
tral, le G6neral Blaizot, commandant superieur des
troupes frangaises en. Extreme-Orient, a rendu vi-
site A S. M. Sisavong Vong A Luang Prabang, puis
il a regu le II mars, A la Maison de France, A Vien-
tiane, le Prince Boun Oum.








S. M. Sisavong Vong, Roi du Laos, viendra faire
un s6jour en France dans le courant du- mois de mai
pour y suivre notamment une cure thermale. Le
Souverain qui connait djAi la France pour avoir
suivi, en 19oo-1901 les course de l'Ecole Coloniale A
Paris, n'a pas revu la M6tropole depuis cette date.


INFORMATIONS MILITAIRES

Le 15 fivrier, au course d'une incursion du Viet-
Minh dans le village catholique de Lai To (province
de Haiduong), 29 habitants ont 6t6 tu6s, 2 reli-
gieuses et le cur6 de la paroisse, enlevEs.
Un Junker en mission de parachutage au nord du
Tonkin a 6et port disparu le 12 mars.
Le 19 mars la radio vietminh announce que la sur-
veillance de la frontiere chinoise par les troupes
frangaises en vue d'emp&cher le traffic d'armes s'est
resserree au course des semaines pr&cedentes. Cette
information est confirmed par l'Etat Major francais.
Ce dernier a aussi fait savoir le 24 mars, que depiuis
la premiere q'uinzaine de mars, une recrudescence
d'agitation se manifesto A la frontiere du Tonkin.
En particulier, les attaques centre nos postes se font
plus nombreuses dans les regions situ6es au nord de
Langson et a l'est de Laokay. Elles sont menees
avec des effectifs accrus, parmi lesquels on remar-
que la presence de bandes chinoises d'ob6dience
communist, agissant en collusion avec des elements
vietminh du Haut-Tonkin. Le dispositif de defense
qui avait ete mis en place pour parer a cette menace,
pr6vue depuis quelque temps, a jou6 partout avec
efficacity. Les bandes sino-vietminh, apres avoir W6t
continues dans la montagne, ont &t6 arr&t6es sur
nos positions de defense. Les operations se poursui-
vent favorablement.


Le 28 fevrier, sept officers frangais ont 6td tuds
par une mine, qui a explos6 sous le camion qui les
transportait, sur la route de Catlai A ThuthiEm, a
5 kilom&tres de Saigon. Des elements du Viet-Minh,
embusques derriere des buissons, ont achev6 les bles-
s6s. Un officer bless a pu s'6chapper.
Deux cent cinquante partisans Hoa Hao ont rallied,
le 3 mars, les troupes francaises, A Chau Doc, avec
deux cents fusils, deux mitrailleuses lourdes et qua-
tre fusils-mitrailleurs.
Un engin explosif a ete lanc6 le 6 mars au march
central de Saigon. On deplore six morts et quarante-
quatre blesses, don't douze gri&vement. Toutes les
victims sont Vietnamiennes.
Le 15 mars quatre cents Hoa Hao se sont rallies
aux troupes frangaises A 15o kilomitres au sud-
ouest de Saigon. Le group a ramen6 notamment
une mitrailleuse lourde, deux fusils-mitrailleurs et
pros de 250 armes 16gires. 11 s'agit du dernier con-
tingent des partisans de Lam Thanh Nguyen, qui
s'est ralli6, avec trois cents hommes, le Ii f6vrier
dernier.
Six personnel, don't un agent de police et un sous-
officier legionnaire, ont 6t6 bless6s par une grenade
qui a te6 lance devant un cinema de Saigon le
17 mars.
Le 20 mars, les troupes frangaises ont attaque des
bandes de rebelles qui ont 6et d6truites partielie-
ment. Cent vingt rebelles ont 6t6 tues, cinquante-
deux faits prisonniers et de nombreuses munitions
r6cup6r6es. L'operation s'est deroulee dans le sec-
teur de Rau RAm, A 20 kilomitres de Saigon.
Une grenade a 6t6 lance dans un th6itre de Bai
Xau, dans la province de Soc Trang, le 28 mars.
5 Vietnamiens ont 6t6 tues et 40 bless6s.


-----~---










AFRIQUE OCCIDENTALE FRAKNAISE


Guinke


LA RIZICULTURE
GUINEENNE


L A culture du riz,

L- aise, connait, ac-
tuellement, un essor
considerable qui laisse
prdvoir que, dans un
proche avenir, ce ter-
ritoire sera susceptible
de fournir, A la M6tropole et aux autres pays de
I'Union Francaise, les quantitis de riz don't ils au-
ront besoin.
La production actuelle de la Guinie en riz peut
&tre 6valuee A un tonnage variant entire 18o.ooo A
200.000 tonnes, Sur ce total, 25.000 tonnes environ
passent par le circuit normal du commerce, le res-
tant etant consomme sur place ou n6gocie en dehors
du march official. Cette production, d6jA en soi
tres important, est, actuellement, en voie d'accrois-
sement constant grace a une modification des me-
thodes de culture. Sous l'impulsion de l'Administra-
tion, en effet, et avec l'aide frequente des elus, les
cultivateurs abandonment peu A peu la m&thode pri-
mitive des brfilis A flanc de montagne en faveur de
la culture du riz de plaine ou riz de marais, qui per-
.met un bien meilleur rendement, une plus grande
facility de travail et, surtout, l'utilisation des terres
alluvionnaires des vallees et planes autrement ri-
ches que les flancs des montagnes.
Cette nouvelle maniere de proc6der met, en outre,
un terme A la desastreuse deforestation des pentes.
Les centres experimentaux du service de l'Agricul-
ture, dans les deux grandes fermes de Tolo au Fouta
et de Bordo en Haute-Guinee et au Centre de cul-
tures mecaniques de Siguiri, ont s6lectionn6 les va-
rietes de riz de marais A gros rendement les mieux
adapt&es aux conditions speciales de la Guipee, et
mis au point les conditions optima d'irrigation dans
lesquelles il doit pousser, ainsi que le processus de
rotation des cultures le plus propre A assurer la r&-
gen6ration des sols.
Ces essais ont about A des resultats concluants
qui, estime-t-on, peuvent etre considers comme de-
finitifs. Reste A mettre au point les installations me-
caniques pour le d6corticage et le traitement du
riz. Deux usines, actuellement en course de realisa-
tion, seront mises, cette annee, en fonctionnement
dans deux des centres d'essais.
Parallelement A ces 6tudes techniques, I'am6na-
gement des rizieres, des planes et des vallees a et6


entrepris dans les deux grandes zones favorables de
la plaine littorale d'une part, les bas fonds et les
vallees des montagnes de l'int6rieur d'autre part.
Pour -la zone littorale, la situation de la Guinee
est exactement semblable A celle de la colonies voi-
sine : la Sierra Leone, qui a su faire un immense
grenier a riz de toutes ses planes alluvionnaires et
deltaiques qui s'etendent entire le massif eburn6o-
guineen et la mer. L'amenagement consiste, en ge-
n6ral, A emp&cher, par des digues, I'envahissement
des rizieres par les eaux de mer, A assurer le dessa-
lement, grace au ruissellement des eaux de pluie, en-
fin, A 6quiper les terres d'un r6seau de canaux de
drainage et de chemins de circulation. C'est par mil-
lions d'hectares qu'on peut computer les terres ainsi
recup6rables en Guin6e, surtout si on envisage, com-
me en Sierra Leone, d'utiliser les zones aujourd'hui
envahies par les paletuviers.
Un premier am6nagement tris serieux dans ce
genre a deja et6 realis6 au course de la guerre, par
l'Administration du Territoire, dans le Cercle de
Boffa : c'est le easier rizicole du Monchon qui cou-
vre deux mille hectares de rizieres. Des colons ont
fait de meme. Enfin, des centaines de tribus indi-
gines de la zone littorale, appliquant de vieilles
techniques, ont reussi des amenagements remarqua-
bles. Ainsi celui de l'ile du Kaback, grenier A riz de
la ville de Conakry, de 1.500 hectares.
Pour la zone des montagnes de l'int6rieur. le mou-
vement est, 6galement, d6clench6. La descent des
cultures des flancs et vallees vers leurs bas-fonds,
apres s'&tre faite sporadiquement partout ofi cela
a-6et possible sans ouvrage, se fait maintenant sur
une plus grande echelle avec construction de bar-
rages et de canaux d'irrigation.
L'effort le plus massif a 6te fait dans la region de
Siguiri. Depuis 3 ans sous la surveillance du ser-
vice de l'Agriculture, les vall6es affluentes du Niger
ont ete 6quipees de quarante ouvrages principaux
et deux cents ouvrages secondaires permettant de
mettre en culture 13.000 hectares sur lesquels 1.200
seront, cette annee, travailles mecaniquement grace
A une brigade de dix tracteurs sp6cialement consti-
tuee.
On souligne, dans les milieux autorises, que le
movement a rencontre I'adh&sion spontanee des
populations et qu'il suffit done de l'accelerer en
l'encourageant financierement et techniquement pour
apporter A l'Union Franqaise le surcroit de produc-
tion de riz qui lui est necessaire. Les r6sultats A en
attendre, ajoute-t-on, seraient particulierement in-
teressants, car les rendements dejA atteints sont re-
lativement elev.s. En pregnant le chiffre moyen
d'une tonne et demie A l'hectare, on arrive A la cons-
tatation qu'il suffirait d'amenager une surface de
66.ooo hactares pour donner, dans un delai tres ra-








pide, une recolte annuelle de ioo.ooo tonnes de riz.
Or, les possibilities d'am6nagement du territoire gui-
neen sont immense. Autrement dit, la Guin6e pour-
rait devenir demain le grenier A riz de l'Afrique
Francaise.


LE COMMERCE DU MIEL ET DE LA CIRE

Depuis la guerre, la production de miel et de cire
n'a cess6 d'augmenter en Guinde. Voici les chiffres
de production de ces dernieres annies, exprimes en
tonnes :


1945 ..................
1946 ..................
1947 ..................
1948 ..................


Miel Cire

1.521 201
2.779 317
3.472 312
4.800 380


I1 n'en a pas 6et de meme des exportations. Cel-
les-ci ont connu de nombreuses fluctuations, come
le montre le tableau suivant :
Miel Cire


1945 .. ................
1946 ..................
1947 .................
1948 ..................


522
1.622
4.370
2.562


C'est en 1947 que les exportations de miel et de
cire de Guinde ont 6te les plus fortes : jusque lA les
exportations avaient 6t6 entrav6es par manque de
fret. L'annie 1947 vit, au contraire, revenir, dans le
port de Conakry, urn tonnage maritime qui, sans
etre 6quivalant a celui d'avant-guerre, marquait,
neanmoins une tres sensible amelioration. En m&-
me temps, le sucree 6tait s6virement rationn6 en
France. L'IEurope tout entire en manquait et la ra-
ret6 des devises etrangeres genait l'importation de
sucre et de miels strangers.
Dans ces conditions, les course pratiqu6s furent
tres 6lev6s la taxation F.O.B. ayant t6 supprim6e,
ils s'ktablirent, au d6but de l'ann6e 1948, aux alen-
tours de 65.o00 et 70.000 francs c.f.a. la tonne.
Ces course firent du miel un des products les plus
rdmundrateurs pour le cultivateur indig&ne et la
champagne de production 1948 permit de r6aliser un
tonnage jamais atteint encore en Guinde : pros de
5.000 tonnes de miel et de 400 tonnes de cire.
Malheureusement, cette situation exceptionnelle-
ment brillante du march du miel ne devait pas du-


rer. II apparait que l'ann6e 1948 marque une baisse
tres nette par rapport A l'ann6e pr&ecdente, une
baisse de pros de 2.000 tonnes pour le miel malgri
une r6colte superieure de 1.500 tonnes A celle de
l'annee precedente.
Cette baisse des exportations est due essentielle-
ment A une chute brutale des. course. En fin 1948, le
miel de Guinee se n6gociait autour de 50.000 francs
c.f.a. la tonne. Les prix se sont encore effondres de-
puis. Ceux-ci seraient, A l'heure actuelle, inf6rieurs
A 25.000 francs c.f.a. la tonne pour le miel. Les
course de la cire, eux, sont plus fermes bien que de-
notant, eux aussi, une nette tendance A la baisse.
A quoi attribuer cette chute brutale des course ?
Les milieux int6ress6s estiment que plusieurs causes
ont joue, particulierement, la concurrence des miels
strangers devant la quality souvent d6fectueuse des
products guineens.


C6te d'lvoire

ADMISSION D'UN CONSEILLER GENERAL
DU PARTI
DU RASSEMBLEMENT DEMOCRATIQUE
AFRICAIN

M. Niangoran Eyemin, Conseiller general de la
C6te d'Ivoire, a annonc6 qu'il donnait sa demission
du Parti du Rassemblement Democratique Africain.
Rcemment M. Leon Robert, Conseiller de
1'Union Francaise de la C6te d'Ivoire avait pris une
decision analogue.


Dahomey

ELECTION
D'UN CONSEILLER DE LA RIPUBLIQUE
AU DAHOMEY

A la suite ,de l'invalidation de M. Marescaux,
Conseiller de la R6publique R.P.F. du Dahomey, les
nouvelles elections du 28 fevrier ont donn6 les r&
sultats suivants :
M. Emile Poisson (M.R.P.) a 6et elu par 7 voix
sur 12 votants, don't 4 bulletins blancs et i bulletin
nul.









AFRIQUE IQUATORIALE FRAN(AISE


F~d~ration


rodromes :
i aerodrome de classes
5 aerodromes de classes
16 aerodromes de classes
45 a6rodromes de classes
nes, don't 7 au Gabon, 7
Oubangui et 15 au Tchac


LES
AERODROMES
DE LA
FEiDERATION

S E plan d'6qui-
I pement a6ro-
S nautique de
I'A.E.F. prevoit la
creation ou la trans-
formation de 67 ae-

A, pour avions de 135 t.
B, pour avions de 60 t.
C, pour avions de 20 t.;
D, pour avions de 5 ton-
au Moyen-Congo, 16 en


Les longueurs de piste reglementaires sont :
3.000 metres pour la classes A ; 2.100 mitres pour
la classes B ; 1.200. mtres pour la classes C ; 8oo m&-
tres pour la classes D.
Ces longueurs s'entendent pour l'altitude o et une
temperature de 15 degris. Les corrections propres A
I'A.E.F. aminent A adopter des longueurs moyennes
de 1.500 mitres pour la classes C et de i.ooo mitres
pour la classes D.
Les 45 a6rodromes de classes D desserviront les
localities suivantes :
Gabon : Lambaren6, Mouila, Bitam, Makokou,
Mitzic, Boou6, Lastourville.
Moyen-Congo : Gamboma, Loudima, Makoua,
Mossendjo, Djambala, Mouyondzi, M'Pouia.
Oubangui-Chari : Bambari, Batangafo, Yaho-
rend6, Kemb6, Zimio, Obo, Makounda, N'D6l,
Carnot, Kouango, Birao, Bria, Rafai, Baboua, Fort-
Crampel, Boda.
Tchad : Bongor, Mongo, Fada, Wour, Mao, Bar-
dai, Onianga-K6bir, Baibokoum, Moussoro, Adr6,
Biltine, Bokoro, AboudeYa, Am-Timan, Borotoro.


PROTECTION DE LA NAVIGATION AERIENNE
EN A.E.F.

Le Plan decennal prevoit un d6veloppement consi-
derable de l'infrastructure adrienne de I'A.E.F.
Le but A atteindre est net : d'ici une dizaine d'an-
n&es la Fedration sera dotee d'un tres important
reseau a&rien.


Pour assurer la s6curit6 des 6quipages et des ap-
pareils, il imported de perfectionner ou de cr6er des
systemes de protection radioa6ronautique et m6tdo-
rologique.
Notons que si le premier problime est liH en par-
tie aux lignes A exploiter, le second en est prati-
quement independant car la protection m6t.o doit
s'etendre A la totality du territoire.

PROTECTION RADIOAERONAUTIQUE
Elle dolt comprendre
1) des stations radiogoniom6triques A grande por-
tee (iooo A 1500 kms, haute fr6quence) permettant
aux 6quipages de se situer avec une precision suffi-
sante pour la grande navigation quelle que soit la
position de l'a6ronef au-dessus des territoires de
1'A.E.F. et du Cameroun.
Les stations de Fort-Lamy, Bangui, Brazzaville,
Pointe-Noire auxquelles viendront s'ajouter Douala
et ult6rieurement une station A l'interieur de I'A.E.F.
donneront au problime une solution satisfaisante.
2) des stations radios de faible port6e (150 a
20o kms) permettant aux 6quipages de rejoindre
leur terrain de destination A coup sur.
Deux systimes peuvent etre utiliss :
Radiophares moyenne frequence ;
Radiogoniomitres tris haute frequence.
Les premiers permettent une economie de per-
sonnel, les seconds r6duisent 1'6quipement de bord.
L'une ou l'autre de ces installations peut &tre
utilis6e comme moyen suppl6mentaire par les longs
courriers qui passent A limited de port6e.
Elles existent A :
Fort-Lamy : radiophare M F.
Fort-Archambault : radiophare M F.
Bangui : gonio VHF et radiophare M F.
Brazzaville : gonio VHF et radiophare M F.
Pointe-Noire : gonio VHF et radiophare M F.
Douala : gonio VHF et radiophare M F
Yaoun'd6 : radiophare M F.
Faya : radiophare M F.
Libreville : gonio VHF.
Batouri : radiophare M F en installation.
Elles devront s'6tendre aux terrains federaux.
3) des aides radios pour l'atterrissage.
Les installations du paragraphe precedent peu-
vent etre utilisees dans la plupart des cas pour l'at-
terrissage des avions moyens porteurs.
Les systemes radar ou I L S d'un prix tres elev6
verront leur emploi limited aux seuls aerodromes im-
p&riaux utilis6s par les gros porteurs.

PROTECTION METEOROLOGIQUE
La precision des renseignements m6t6orologiques
est function du nombre des postes d'observations et









de leur emplacement, de la quality des transmissions
permettant la concentration et la diffusion des ren-
seignements.
Si actuellement le problime est r6solu pour les
a6rodromes important, le r6seau meteorologique de-
vra s'6tendre aux a6rodromes fed6raux et s'am6-
liorer ,par l'incorporation d'a6rodromes locaux ou de
points specialement choisis en raison de leur situa-
tion climaterique.


LA RECHERCHE DU PETROLE EN A.E.F.

Le Syndicat d'Etudes et de Recherches p6trolieres.
(S.E.R.P.) existe, depuis le 14 mai 1947, sous forme
d'une association au capital de 276.406.000 francs,
creee en participation entire 1'Etat, la F6edration, le
Bureau de Recherche, la Compagnie Frangaise des
P6troles, ]a Societe Pechelbronn et la Soci&et des
Recherche:; MiniBres et P6trolieres coloniales.
La raison d'etre du Syndicat est la prospection
des terrains de I'A.E.F. geologiquement susceptibles
de receler le precieux carburant.
Actuellement, des sondages sont en course (cer-
tains atteignent une tris grande profondeur
2.875 metres).
D'apres les 6tudes faites et les renseignements re-
cueillis, il semble probable que l'on soit en presence
d'un gisement utile. Mais cela n'est pas encore
prouv6 et l'exploitation proprement dite des gise-
ments ne pourra intervenir que lorsque ceux-ci se
seront rvxleds suffisamment important pour jus-
tifier la mise en place d'un materiel on6reux.


L'INDICE DU COUT DE LA VIE A BRAZZAVILLE

Voici un tableau comparatif des indices du cofit
de la vie pour un Europeen, mari6, ayant unl en-
fant :


Dates


Octobre 1945 ...
Janvier 1947 ....
Janvier 1948 ....
Octobre 1948 ...
Janvier 1949 ....


(Base 1oo en octobre 1938)
Indice Indice Indice Indice Indiie Indice
g6n6- alimen- E. G. domes- habil- divers
ral station E. C. tiques element


310
462
620
893
1.036


369
649
845
1.299
1.447


366
641
856
1.325
1.508


(1) E. G. E. C. : Eau, Glace,'Electricit6, Combustible.


LES CERCLES AFRICAINS CULTURELS
ET D'ACTION SOCIAL

Ces cercles don't quelques-uns sont d6ji ouverts
dans la Federation ont pour but de grouper tous
ceux qui dcsirent se perfectionner sur le plan phy-
sique, intellectuel, moral et artistique.


Les membres de ces associations beneficient de
programmes qui leur permettent tout en ameliorant
leur culture g6enrale, de se distraire sainement, de
d6velopper leur personnalite et de participer A la
diffusion de la langue et de la pensee francaise.
Dans le domaine social, les membres n6cessiteux,
les families nombreuses et tous ceux don't la situa-
tion sera rendue difficile par suite de maladie, de
perte d'emploi, etc..., sont aides.

*

L'organisation interieure des cercles, comporte
differentes sections don't les activities se repartissent
ainsi :
I) une section Information comprenant : Presse,
Radio, Cinema ;
2) une section Lettres et Sciences comprenant :
Bibliotheque, Conferences, Revues et Journaux;
3) une section Arts comprenant : Musique ins-
trumentale, Chorale, Theatre, Folklore, Musee de la
vie locale ;
4) une section Sports et Jeunesse comprenant :
Sports, Athl6tisme, Scoutisme ;
5) une section Sociale comprenant : Travail, Fa-
mille, Hygiene et Habitation, Cooperative, Assis-
tance.
Chacune est dirigee par un Chef de section.
Les Chefs de section assistant aux reunions du
Comit6 avec voix consultative.
Le nombre des sections peut &tre modified par
1'Assembl6e G6n6rale.


Gabon


LES ROUTES GABONNAISES

La mise en valeur des richesses naturelles du
Gabon est command6e par le bassin de l'Ogooue et
de ses affluents et par le r6seau, fluvial c6tier.
Actuellement l'exploitation a lieu principalement
dans les zones p6netrees par les rivieres, les lagunes
ou les lacs.
Les resources minieres, agricoles et forestieres du
territoire ne sauraient 6tre mises rationnellement en
valeur sans la construction d'un systeme routier re-
liant le territoire : au Nord avec le Cameroun et au
Sud avec le grand port de transit vers l'Oubangui et
le Tchad qu'est Brazzaville.
Parallelement I'6vacuation des diff6rents products
vers l'Ocean command la creation d'un r6seau < in-
terieur-c6te > doublant les voies fluviales.
Le Plan decennal prevoit dans le cadre des.
13.385 kilom&tres prevus pour l'ensemble de la F6-
deration, la construction de 2.280 kilometres de,
routes au Gabon.
Economiquement celles-ci peuvent se symboliser
ainsi :









a) Rocade inter-territoires : Cameroun-Gabon-
Moyen-Congo :
Cette route d'environ 1.600 kilometres reliera
Brazzaville au Cameroun par Dolisie-Lambar6en-
Libreville et Oyem. Elle < appuiera > un r6seau in-
terieur comprenant :
b) La < route > du bois.
Le bois principal richesse du Gabon, matiere
lourde et encombrante, A besoin d'un moyen de
transport A bon march&. Les course d'eau remplissent
tout naturellement cet office.
c) La route des palmistes.
La route N'Dend6-Mayumba sera reserve en
grande parties au palmiste. Les exploitants des vas-
tes palmeraies se trouvant A proximity ayant tout
naturellement int6rft a. prendre le chemin le plus
court pour atteindre le port d'embarquement de
Mayuma. Cette specialisation n'ira qu'en s'accrois-
sant, le service de 1'Agriculture du Territoire ayant
inclus dans le programme du Plan decennal la crea-
tion dans cette region d'une vaste palmeraie arti-
ficielle et le d6veloppement d'une important pal-
meraie naturelle.
d) La route de l'or.
La route Franceville-Koula-Mouta-Mouila reliera
Franceville actuellement isolde du reste du Gabon
au systeme de voie navigable N'Gounie-Ogoou6. Son
ouverture permettra le developpement de l'industrie
miniere dans ces regions, car un important materiel,
necessaire pour s'attaquer aux gisements filonniers,
pourra &tre achemin6es par la route, seul moyen de
communication possible dans ces terrains tour-
mentes.
e) La route du cacao.
Le project consiste A crier une route partant
d'Oyem qui atteindrait directement Sam ofi se
trouve d6jA la route de Sam A Avang, puis de tra-
verser les Monts de Cristal et rejoindre la route de
Kango A Libreville.
L'utilit6 de cette route est incontestable pour le
ravitaillement par le Noleu-M'Tem des villes de Li-
breville et Port-Gentil. Le Noleu-N'Tem gros pro-
ducteur de pommes de terre trouvera 1- un d6bou-
ch6 certain. De plus les transporteurs" de Libreville
assures d'avoir du fret au retour monteront dans le
Noleu-N'Tem des camions de produifs manufac-
tures et redescendront sur le port d'embarquement
le cacao de la contree.
Ce programme 6chelonn6 sur dix ans A la cadence
initial de 130 kilometres annuel, investira 450 mil-
lions de francs, mais le Territoire du Gabon, lors-
que tous les travaux de routes seront achev6s, sera
A meme de lutter favorablement sur les marches
mondiaux, un prix de revient plus bas d6coulant
naturellement d'une politique rationnelle des trans-
ports.


Moyen Congo

LE VILLAGE MODULE DE BACONGO

Dans le cadre de l'6volution de l'habitat africain
la construction dejA bien avancee du nouveau quar-
tier du village de Bacongo, merite d'etre soulign6e.
Un < village > moderne est cree.
Soixante-trois cases sont en ce moment en chan-
tier. Une premiere tranche de 33' cases doit 6tre
terminee fin avril, et la totality fin juillet.
Ce d6but modest est l'amorce d'un grand project.
Les cases que l'on bAtit actuellement sont conques
sur le module des cases courantes pour europeens :
I veranda; i piece formant salon-salle A manger ;
Sou 2 chambres ; I douchiere avec lavabo.
Les d6pendances comportent :
i cuisine ; lavoir ; i magasin A vivres ; I bd-
cher.
Chaque case est enfin pourvue d'un puisard ct
d'une fosse septique.
Equipies de grillage-moustiquaire et de persien-
nes exterieures, de nombreuses fen&tres 6clairent
I'interieur des logements.
Sur les 63 habitations en course de construction,
40 competent 2 chambres et 23 i chambre. Toutes
auront I'eau et l'electricit6 ; les conduites d'eau sont
d6jA installkes, on procede actuellement A la mise
en place des installations electriques.
Des jardinets cl6tur6s par des haies vives (ibis-
cus, bougainvilliers, etc...), s6pareront les cases les
unes des autres. La superficie moyenne du logement
et du jardin est de l'ordre de 200 m2.
DIs A present, l'aspect d'ensemble du village mo-
dele est plaisant.
Les murs sont badigeonnes A l'ocre clair avec pa-
rements blancs.
Les toitures A terrasses de ciment dallees tr6s soi-
gneusement concues de fagon A presenter une &tan-
ch6it6 parfaite aux pluies violentes contribuent A
donner aux batiments un aspect moderne et sobre.
Ces logements don't le prix de revient varie de 350
A 750.000 francs c.f.a., front l'objet de location-
ventes.
L'ensemble des travaux est finance par un em-
prunt de la Mairie A la Caisse Centrale.


LA PRODUCTION DU MOYEN-CONGO
POUR 1948

Au course de son discours prononc6 devant le
Conseil representatif, le Gouverneur du Moyen-
Congo, M. Fourneau, a notamment declare :
L'annie 1948 a confirmed, Messieurs, et je me plais
ii le constater avec vous, les possibilities tangibles du
Territoire dans tous les domaines de l'iconomie. La
production s'est maintenue gindralement au niveau
de l'annee prdcidente avec quelques progras pour,
certain secteurs :








8.ooo tonnes de palmistes ;
4.8&) tonnes d'huile de palme ;
1.200 tonnes de paddy ;-
800 tonnes d'arachides entire autres, ont ete
commercialisis. Les exportations par Pointe-Noire
de bois en grumes ou en sciage, ont atteint 15.000
tonnes et 578 kilogrammes d'or ont ete extraits du
sous-sol.


E:SAI DE CULTURE DE L'HEVEA
DANS LA REGION DE KOMONO

Dans la region de Komono, situde en pleine zone
forestiere au nord de Sibiti, des essais de culture
d'heveas, en provenance du Cameroun, semblent de-
voir reussir.
A l'heure actuelle, 250 hectares de terrain sont
plants el: on escompte qu'en 1950, les cultures d'h6-
v6as couvriront 500 hectares.
Les premieres saign6es auront lieu A ce moment.
On envisage, dejA, la creation d'une petite usine,
oif le latex subira son premier traitement, don't le
r6sultat sera sa transformation en caoutchouc-crepe.


Oubangui-Chari

L'EFFORT SANITAIRE

De gros efforts sont faits actuellement pour 6tof-
fer les effectifs du personnel de la Sante Publique


du Territoire, Medecins en particulier. Ainsi, le
,plan qui a 6td 6labore pour iraliser l'extension de
la structure sanitaire de I'Oubangui-Chari a dejA
te6 suivi d'effets.
Au 1"' octobre, les M6decins en service se repar-
tissaient comme suit : Hors cadres A.M.I., 10 ; Ca-
dres, 2 ; S G H M P, 2 ; Total, 14.
Au i" decembre, les effectifs passent A : Hors
cadres A.M.I., 13; Cadres, 4; S G H M P, 2;
Total, 19.
Et les arrives escomptees pour janvier permet-
tront vraisemblablement de fixer les effectifs come
suit : Hors cadres A.M.I., 19 ; Cadres, 4 ; S G H
M P, 4; Total, 27.
Enfin, pour completer l'ossature sanitaire de l'Ou-
bangui-Chari' il est prevu, pour 1949, la creation
d'un nouveau secteur S G H M P A Bozoum-Bouar,
et le enforcement des secteurs existants par l'adjonc-
tion, pour chacun d'eux, d'un m6decin supplemen-
taire.
Avant d'obtenir ces resultats, il a fallu resoudre
deux problimes, le recrutement et le logement de
ces praticiens. Le premier a 6t6 r6solu grace aux
avantages important consentis aux M6decins con-
tractuels (alignement des traitements sur ceux ap-
pliqu6s dans les services publics de la Metropole).
Quant au probleme 6pineux des logements, les ser-
vices comp6tents ont regu les instructions n6cessaires
pour donner aux nouveaux venus le maximum de
confort et de facilities de travail.










CAMIIEROUN


LE COMMERCE
EXTERIEUR
DU CAMEROUN
EN 1948

SELON des statisti-
S ques provisoires,
le volume des
changes co(247.000 tones en 1merciaux
du Cameroun avec l'ex-
tLrieur s'est lpevo en
1948, i 330.000 tonnes, repr6sentant une valeur d'en-
viron neuf milliards de francs C.F.A. (soit dix-huit
milliards de francs mtropolitains). Ces chiffres de
passent ceux des annles pr6bdentes les plus pros-
p1res (247.ton tonnes en 1937).
L'augmentation en valeur est due, pour lune large
part, A la devaluation et Ai la hausse des prix. Mais
la course en hausse des tonnages marque, d'une fa-
oni incontestable, les progres r6alisis.
Aux exportations (18.000o tonnes), 'accroissement
le plus net porte sur les bananes, qui passent de
17.ooo tonnes en 1947 e 31.000 tonnes en 1948. C'est
le chiffre le plus 6lev6 qu'ait enregistr6 le Cameroun,
la moyenne des trois derni&res annes d'avant-
guerre s'tablissant A 22.000 tonnes.
Viennent ensuite : le bois, qui passe de 56.008 ton-
nes en 1947 anne o l'activit6 forestipre avait
depass l'avant-guerre a 61.ooo tonnes en 1948
(4ton tonnes moyenne de 1936-1937 et 1938);
ee cacao, 43.000 tonnes en 1948, centre 40.00
tonnes en 1947 et 27.ooo tonnes, moyenne de trois
annes d'avant-guerre.
Le palmiste ne varie gu.re, avec 27.000 tonnes.
L'arachide, I'huile de palme sont en 16ger progrs1
sur I947.
Aux importations, le tonsnage est .pass de 8.ooo
tonnes en 1947 A pros de .I5o.ooo.
Le ciment double d'une annie A l'autre : 28.oo000
tonnes en 1948 contre 14.boo tonnes en 1947m; le
fer, autre indice expressif des travaux d'aquipement,
sextuple avec 15.00ooo tonnes en 1948 contre 2.500
tonnes en 1947.
Les carburants passent, d'une annie A l'autre, de
1O.ooo A 25.00ooo tonnes, et la houille de Ii.ooo A
18.ooo tonnes.
Les machines, camions, etc..., font plus que dou-
bler en poids et en valeur, reprisentant, avec .5oo00
millions de francs C.F.A., trente pour cent environ
du total des importations.
Les importations de biens de consommation, en re-
vanche, sont stables. Le Cameroun a regu, en 1948,


un tonnage A peu pris equivalent A celui de 1947 de
sel, sucre, farine, riz, tabac, boissons.
Une seule exception : les tissus, qui r6gressent
de 2.000 tonnes en 1947 a 1.200 tonnes environ en
1948.
*
**
En valeur, importations et exportations s'6quili-
brent A peu pres en 1948, alors qu'avant-guerre la
balance commercial du Cameroun etait bin6ficiaire.
Ce fait est la consequence des investissements desti-
nes A mettre le pays en valeur.
On souligne que le deficit pourrait ktre plus accuse
si les biens de consommation 6taient plus largement
offerts sur le march, et, notamment, les tissus, qui
ne representent plus, en 1948, que quinze pour cent
en valeur des importations, centre quarante pour
cent en 1947.
L'abondance des disponibilitis non satisfaites a
provoqu6 un gonflement des moyens de paiement
(monnaie, comptes cr6diteurs).


LES EXPORTATIONS DU TERRITOIRE
EN FEVRIER 1949

Le mois de f6vrier 1949 a 6te caract6ris6 par un
movement maritime plus important que d'ordinaire
au double point de vue du nombre de navires et des
chargements effectu.s.
Malgr6 certaines difficulties inh&rentes A l'6vacua-
tion ferroviaire des products de l'interieur sur le port
de Douala, le tonnage global des exportations s'el&ve
neanmoins a 19.272 tonnes, soit une nette progres-
sion sur le mois pr&ecdent (14.938 tonnes).
La recapitulation des divers products du crOi ex-
port6s tant sur la Metropole et l'Union que sur
l'Etranger donne les resultats ci-aprs :
tonnes


Palmiste .......
Cacao ..........
Cafe ...........
Bananes vertes ..
> shches
Bois en grumes
Bois d6bites ....
Minerais de rutile
Cuirs et peaux ..
Caoutchouc .....
Betail sur pied .
Sisal ............
Plantes medicinal.

Divers. .........


3.772
7.218
1.025
3.151
54
2.820
626
76
22


don't 521 t. sur la Norvige


don't 433
don't 595
don't 21


1'6tranger
l'6tranger
I'Angleterre


327 don't 75 t. de latex ammonia
66 soit 165 b~ufs
41
6 (6corces de yohimbW et
grains de strophantus)
95








II convient de noter une evacuation pouss6e sur le
palmiste, lie cacao, les bananes et le cafe, et une dimi-
nution sensible de l'exportation des bois coloniaux.


LE PROGRAMME
D'APPROVISIONNEMENT COURANT

Au course du mois de f6vrier, un credit de
150.ooo US $ a 6ti mis A la disposition du Territoire.
Ces devises ne devront pas ftre utilisees pour l'im-
portation de marchandises normalement finances
sur le plan Marshall.
D'autre part, la Commission des approvisionne-
ments nous a 6galement accord un montant de
750.000 $ mc., utilisables en livres sterling.
La r6partition de ce credit est la suivante
Carburanis ..................... 400.000 mc.
Jute ......................... 150.000 $ mc.
Cotonnades de Pondich6ry .... 200.000 mc.


CREDITS DU PLAN MARSHALL

Les credits suivants ont Rtd notifies au Ter-


toire :


Saindoux .............................
Papier ....................... .....
C harbon ........................... .
Fer, fonte, acier .....................
Fibrocim ent ........................
Frigidaires 6leotriques .................
Materiel de terrassement .............
Machine i coudre et A 6crire ...........
Pneumatiques .......................
Pieces de rechange pour v6hicules ......
Locomotives ............
Pieces de rechange de locomotives ......


10.000
20.000
105.000
2o.ooo
140.000
50.000
20.000
50.000
50.000
8o.ooo
170.000
755.000
240.000


LES CHANGES COMMIERCIAUX
FRANCO-BELGES

Apres un ralentissement considerable des juin, les
&changes commerciaux entire la France et la Bel-
gique ont &etecompletement suspendus A partir du
1" septembre 1948 jusqu'A une date fixie au 31
mars 1949.
Les difficulties de paiements frangais ne provien-
nent pas d'une balance commercial ddficitaire. Ce
sont les autres articles de la balance des comptes


qui ont provoqud le desdquilibre : transferts en
francs belges pour le paiement des frontaliers (175
A 250 millions par mois) ; pavement des frais por-
tuaires et des frais de chemin de fer pour les mar-
chandises frangaises importees ou exportees par
Anvers : reparations de navires, etc...
Un programme de compression des d6penses fran-
gaises a etd 6tabli, lib6rant au 31 mars environ
188 millions de francs belges qui pourraient tre
affects au d6pannage de l'accord commercial, sus-
pendu depuis aoit 1948.
Le Cameroun est directement intdresse A la reprise
des changes commerciaux avec la Belgique. D'im-
portantes commander de materiel industrial, de ma-
tieres premieres, de cotonnades et de marchandises
diverse ayant di &tre arr&tes en raison de la si-
tuation qui vient d'etre expos.e.


L'ACCORD COMMERCIAL
FRANCO-AUTRICHIEN


Un accord de commerce a et conclu A Vienne
le 15 novembre 1948 entire les gouvernements fran-
cais et autrichien. Cet arrangement, entree en vigueur
le to novembre 1948, expirera le 9 novembre 1949
Ces marchandises suivantes ont &et mises A la dis-
position du Territoire au titre de cet accord :
Papiers d'emballage, cartons, papers impression
et 6criture, toles et barres en acier, outillage pneu-
matique, rechauds, fourneaux et lampes A p6trole,
faux et faucilles, barres A mine, 6maill6s, pompes
divtrses, materiel mecanique, machines-outils, pi&-
ces auto, tracteurs, allumettes, tissus de coton et
divers.


LE TRANSPORT DU LATEX LIQUID

Depuis 1946, la Societe Agricole et Forestiere Afri-
caine (S.A.F.A.), soci6t6 frangaise qui gere la grande
plantation de Dizangu6 (4.500 hectares en rapport)
a install un atelier specialist permettant la conser-
vation de latex liquid grace A l'ammoniaque.
En 1947, l'exportation total de caoutchouc ktant
de 2.847 tonnes, 70 tonnes de latex liquid furent
exporties, soit 3 % environ. En 1948, 227 tonnes
sur 2.597, soit, environ, 9 %. Et le mois de jan-
vier 1949 accuse 46 tonnes sur 398, soit pres de
12 %. Ce proc6dd permet de conserver au latex sa
vitality, le rendant aussi plus apte aux diverse pr6-
parations industrielles. 11 bendficie de prix favora-
bles. Des essais se poursuivent pour accroitre encore,
par centrifugation, la teneur en latex de l'6mulsion.










MADAGASCAR


LE COMMERCE
EXTERITEUR
.DU TERRITOIRE
POUR 1948

S'APREs les statisti-
ques &ablies par
le Service des
Douanes, le commerce
extdrieur de Madagas-
car et d6pendances s'est
6tabli ainsi pour l'ann6e 1948:


Designation du commerce


1) Madagascar :
Commerce d'importation .....
Commerce d'exportation ......

TOTAUX ...............
2) Archipel des Comores :
Commerce d'importation .....
Commerce d'exportation ......

TOTAUX ...............


Poids bruts
(en quintaux
m6triquse,)


2.494.545
1.405.697

3.900.242


3.382
17.478

20.860


Valeurs
(en millers
de francs)


8.921.794
5.946.608

14.868.402


20.141
174.881

195.022


Les principaux pays fournisseurs ont 6td les sui-
vants :


Designation des pays fournisseurs


10) Madagascar :
France .....................
Territoires frangais d'Outre-Mer :
C8te frangaise des Somalis .
Indochine ..............
A lg6rie .................
Reunion ................
A.O.F. (Sn&gal) ........
S Etablissements frangais dans
l'Inde ................
A .E.F. ................
M aroc .................
Tunisie ................
Possessions frangaises en
Ambrique .............
Angleterre ...................
Dominions britanniques :
Union Sud-Africaine ......
A ustralie ................
Colonies anglaises : Iles Behrein
Etats-Unis d'Amerique ........
Perse (Iran) .................
Belgique .............. ......


Poids bruts
(en quintaux
m6triques)


Valeurs
(en milliers
de francs)


Designation des pays fournisseurs

Mozambiq,ue .................
B r sil ......................
Suede ......................
Suisse .......................
2) Archipel des Comores :
France ......................
Etats-Unis d'Am6rique ........


Poids bruts
(en quintaux
metriques)

87.970
65.137
29.847
3.568


3.287
78


Valeurs
(en milliers
de francs)

8.813
117.616
61.399
86.774


19.594
510


Les principaux acheteurs ont td :


Designation des pays acheteurs


1) Madagascar :
France ......................
Territoires fran;ais d'Outre-Mer :
Indochine ...... ..
Reunion ......... ..
T unisie ................
M aroc .................
A lg rie ...... ....... ..
C6te frangaise des Somalis .
A.O.F. (Senegal) ........
Possessions frangaises en
Am6rique .............
Angleterre ............. ......
Dominions britanniques : Indes
anglaises ...............
Colonies anglaises : Maurice ..
Etats-Unis d'Am6rique ........
Provisions de bord (francais) ..
2) Archipel des Comores :
France ......................
Etats-Unis d'Am6rique ........


Poids bruts
(en quintaux
m6triques)


Valeurs
(an millers
de francs)


870.955 4.126.482


150.276
119.205
33.040
9.867
9.322
2.725
114


43.904

8.918
24.852
63.806
45.065


17.269
32


869.100
221.906
161.369
54.402
51.725
14.%96
706

3
105.127

20.208
40.483
190.164
34.799


171.728
2.848


842.964 5.832.910


91.289
60.080
68.581
38.898
19.657

8.096
8.043
4.704
1.336

14
27.239

193.127
76.692
132.577
285.625
194.154
207.732


46.839
164.746
207.740
81.759
139.152

168.387
26.836
32.193
6.120

111
141.683

37.393
176.323
147.346
830.795
213.046
181.335


LES IMPORTATIONS

D'apris les statistiques du Service des Douanes,
les importations de Madagascar et d6pendances se
sont 6lev6es, en 1948, A 2.497.927 quintaux m6tri-
ques, pour une valeur de 8.941.935.000 francs, don't
respectivement 2.494.545 quintaux motriques, pour
une valeur de 8.921.794.000 francs pour Madagas-
car et 3.382 quintaux m6triques, pour une valeur de
2o.141.000 francs pour les Comores.
Les principles importations ont &t6 les suivantes :


Designation dee produite

Farine de froment ...........
Riz .. .. .. ... ... .......
Sucres bruts et raffmne ........
Tabacs fabriqus ...... .......


Poids bruts
(en quintaux
m6triques)

85.155
117.114
38.025
3.001


Valeurs
(ean miulers
de francs)

190.150
217.669
76.537
63.015









Poids brutal Valeura LES NOUVEAUX TAUX DU SALAIRE MINIMUM


D6aignation des produits


IF-uiles fixes pures .............
Bois commons ...............
Vins ordinaires en fits et en
bouteilles ..................
Vins de liqueur ..............
Eaux de vie, rhum, tafia et autres
Liqueurs ....................
Cim ent .....................
H ouille .....................
Essendes ..................
Huiles lourdes pour le graissage
et graisses industrielles ......
Fer et acier ................
Produits chimiques ...........
Savons, autres que ceux de par-
fumerie ........... .......
M6dicaments conposes ........
P oteries .....................
Verres et cristaux ............
Tissus de coton ..............
Tissus de aine ..............
Tissus de soie et de rayonne ...
V8tements et autres articles con-
fectionn s ................
Papier et ses applications ......
Articles en peau ,(chaussures et
autres) .. .........
Machines ~t mkcaniques et leurs
pieces d!:achees ............
Articles ide manage ..........
Autres ouvrages en m6taux ....
Ouvrages n bois ............
Automobile; et leurs pieces d6-
tachies ....................
Chambres .i air et pneumatiques

2) Archipel des Comores :
C iment .....................
M 6taux .....................
Produits chimiques ...........
Tissus de coton ..............
Machines et m&caniques et leurs
pieces detach es .............


(an quintaux
m6triques)

16.851
45.456

102.394
19.261
11.451
11.522
431.871
279.036
202.391

29.117
170.620
136.765

25.909
2.629
19.505
9.700
46.366
2.458
1.492


(an milwier-
ae francs)

132.534
52.056

309.162
94.773
70.603
61.047
233.565
31.923
288.376

71.489
357.220
160.487

108.758
103.207
63.700
69.164
1.462.395
143.411
205.971


Le Journal Officiel de Madagascar du 5 mars pu-
blie un arrete du Haut-Commissaire, portant rajus-
tement des taux du salaire minimum -des travail-
leurs dans les diverse circonscriptions de Madagas-
car.
Cet arrete, valuable A computer du i" mars 1949,
modifie celui du 23 juillet 1948 :
Salaires sans riz (en francs C.F.A.)
Province de Tananarive : (Tananarive ville)
hommes, 70 francs ; femmes 60 francs.
Districts de la Province : hommes, de 43 a 5o frs;
femmes, de 36 A 42 francs.
Province de Fianarantsoa hommes, de 37 a 55
francs; femmes, de 30 A 45 francs.
Province de Tulear hommes, de 37 a 40 francs;
femmes, de 30 A 35 francs.
Province de Majunga : hommes, de 35 a 75 frs;
femmes, de 23 A 63 francs.
Province de Tamatave hommes, de 40 A 60 frs;
femmes, de 35 A 5o francs.


UN CYCLONE SUR LA COTE ORIENTAL
DE MADAGASCAR


3.342 113.469 Le 9 mars, un cyclone s'est abattu sur la c6te orien-
'14.326 116.251 tale de Madagascar.
Le centre du cyclone a touched la c6te A 25 km. au

2.053 93.025 sud de Tamatave. Le vent a atteint 15o km.-heure
et la hauteur de pluie 275 mm. en 24 heures. La
59.210 779.301 ville a subi de grands dommages. Un certain nom-
15.849 1 8 bre de batiments ont 6te endommages.
Les h6pitaux, la prison, le camp de la garde in-
85.064 453.137 d.igne ont particulibrement souffert. Les installa-
43.531 108.267 tions portuaires ne sont pas, par centre, gravement
atteintes. Le vapeur Saint Margaret, &choud, a de-
62.910 685.124 mand6 l'aide d'un remorqueur de ra marine natio-
5.511 91.286 nale. Les degAts des chemins de fer sont tres impor-
tants A la suite d'un 6boulement entire Mouneyres
et Brickaville. Le pont de Brickaville a 6t6 emporte
967 618 sur 70 metres.
3% 1.960 Toutes measures n6cessaires ont 6te prises en ac-
424 592 cord avec l'autorit6 militaire pour secourir la popu-
145 4.351 lation. Des vivres ont 6et parachutes A Brickaville
pour assurer le ravitaillement des habitants et des
330 4.511 voyageurs.










COTE FRANlCAISE DES SOMALIS


DJIBOUTI :
CHANTIER
DE L'UNION
FRANQAISE

RIGRE en Territoire
franc depuis le i"
janvier 1949, la
C6te Frangaise des So-
malis se trouve en face
d'un nouvel avenir.
Toute une s6rie de travaux, tant administratifs que
prives, vont lui permettre d'accorder ses moyens
materiels aux possibilities economiques que lui con-
fere son nouveau statut.
En vue des d6veloppements futurs de Djibouti,
une bande de terrain de cent m&tres de large, repr-
sentant une superficie de iio.ooo m2, est en course
de remblaiement le long du boulevard de la R6pu-
blique. Les travaux se poursuivent A la cadence de
7 A 800 m" par jour ; ils seront acheves dans un d6-
lai d'environ six mois. C'est sur cette surface rem-
blay6e que seront construits les immeubles A stages ,
de belle apparence, qui constitueront les quarters
d'affaires de la nouvelle ville.
Un dispensaire-maternit6 pour autochtones, don't
l'adjudication a eu lieu au debut de mars, vient
d'&tre mis en chantier. Un credit de 25 millions de
francs C.F.A. lui est affect et on pense qu'il sera
acheve A la fin du -premier semestre de 1950.
Parallelement, I'H6pital-Colonial sera dotd d'un
vaste pavilion pour isoles, don't le gros oeuvre de
maqonnerie est maintenant acheve et don't les am6-
nagements intirieurs seront terminus en mai pro-
chain.
D'importants credits sont prevus pour la construc-
tion d'un vaste group scolaire. 40 millions permet-
tront l'execution de la premiere tranche d'ici le mi-
lieu de 1950.
18 millions de travaux sont dedj engages pour
l'edification d'un Centre d'Instruction Profession-
nelle (travail du bois, des metaux, comptabilite, elec-
tricit6, course pr6paratoires d'administration), resul-
tat d'une donation de M. A. Besse.
Pour le compete de l'Aviation Civile, deux maisons
A deux logements sont en voie de construction au
Plateau du Serpent et seront achevees au milieu de
l'ann6e, afin de loger le personnel de l'organisation
aeronautique civil qui sera prochainement crdee en
raison de l'importance croissante du traffic aerien
commercial.

38


Quant au principal instrument de travail de Dji-
bouti :.le port, son achievement se pursuit active-
ment. Le coulage des blocs de beton qui serviront de
foundations aux 225 m&tres de quais en eaux profon-
des qui restent A terminer et relieront ceux mis en
service en 1948, au m6le du Fontainebleau, est acti-
vement pouss6. Les travaux de la central electrique
.du port sont en bonne voie et les deux moteurs qui,
l'6quiperont pourront probablement tre mis en ser-
vice fin mai. Des hangars, transports. des quais de
l'ancienne douane A ceux du Marabout, sont en
course de remontage. Les travaux de la cale seche,
des remblais, des murs de soutinement, des dallots,
etc..., sont en execution. Des bAtiments provisoires
ont 6td 6difi6s pour abriter les services du port, en
attendant I'ach&vement de la capitainerie, d6ji fort
avanc6e et qui sera terminee en fin d'annie.
Egalement dans le meme domaine maritime, le
phare de < Ras Bir >, A I'entr6e du golfe de Tad-
joura, et qui sera le plus important de la Mer Rouge,
est en course de construction. Commence i la fin de
1948, on prevoit qu'il sera probablement alltum
dans les premiers jours.de 1950.
A
Au Centre d'estivage de 1'Art a A750 metres d'al-
titude, outre I'amenagement du restaurant et des
chambres, 1'6tablissement d'un systime de distribu-
tion d'eau vient de fair l'objet d'une adjudication.
9 millions C.F.A. seront necessaires pour l'ex6cution
de ce travail, qui obligera au refoulement de 1'eau
A une hauteur de 350 metres. 11 faudra environ un
an pour qu'il soit mend A bien.
A c6te de ce gros euvre, les travaux d'entretien
et de r6fection normaux sont parallelement poursui-
vis. 11 s'y ajoute des rechargements, des bitumages,
des ameliorations de voies de communication, des
constructions de radiers, trottoirs, etc..., le drainage
de points bas dans le village.
Mais le problime de l'eau reste encore entier, la
soci6td concessionnaire du service de I'eau ayant de-
cid6 de se mettre en liquidation alors que la conven-
tion de concession n'expire qu'en 1965. Le Gouver-
nement local a propose la ddch6ance et est en pour-
parlers avec les organismes capable de finance le
programme de travaux indispensables A un debit et
A une refection du reseau correspondent vraiment
aux besoins nouveaux de la ville et du port.
Le probl6me de l'dlectricit6 est virtuellement r6-
gl. Les batiments de la nouvelle Centrale electrique
doivent etre mis en adjudication incessamment et le
materiel est attend dans les premiers mois de 1950.
La construction d'un h6tel moderne A Djibouti,
qui, avec l'eau et I'electricite, constitute l'une des.








-tches prioritaires essentielles, vient de voir un pre-
mier commencement de r6alisation avec la mise A la
,disposition du project d'h&tel d'un des emplacements
les meilleurs de la ville. Pour ce faire, les installa-
tions des Travaux publics, bureaux, logements, ma-
gasins, ateliers vont &tre transfers A 1'exterieur de
la ville (Eoulaos) pour que leur emplacement ac-
tuel, en pleine zone d'habitation, au Plateau du Ser-
pent, devienne disponible.
En outre, un group de vingt nouveaux logements
pour autochtones viendra complete ceux construits
,en 1948.
Un vaste batiment devant abriter les bureaux du
Conseil Representatif, le Hall des Informations,
i'Imprimerie Administrative et le studio de radio-
.diffusion, ainsi que des groups scolaires A Tadjoura,
Obock et Ali-Sabieh, sont inscrits au programme
des travaux neufs pour 1949.

*
*

Une vue d'ensemble des travaux en course ou en
instance de r6alisation, serait incomplete si l'on ne
signalait pas la part sans cesse plus grande que prend
I'initiative privee dans le domaine de la construc-
tion, notamment A la veille de la reforme monetaire,
,qui ne saurait manquer d'encourager les investisse-
ments et permettre ainsi, en beaucoup de domaines,
Ja relive des credits publics par le capital privd.


De gros efforts ont &te faits par certaines entre-
prises pour le logement de leurs employes. C'est ainsi
que la Compagnie de l'Afrique Orientale a actuel-
lement un group de neuf villas en achlvement, aprbs
avoir construit un grand garage-atelier pour ses ca-
mions. La mise en chantier de villas au Centre d'es-
tivage de l'Arta est 6galement pr6vue.
La Compagnie du Chemin de Fer Franco-Ethiopien
envisage la construction de plusieurs bAtiments a
logements multiples pour ses employes europeens et
autochtones.
En outre, tous les terrains remblayes et vendus
par l'Administration, le sont avec obligation de cons-
truire dans les deux ans, faute de quoi ils peuvent
faire retour A la colonie. De ce fait, de nombreuses
soci6ets, et en particulier celles qui ont acquis des
parcelles lors des dernieres ventes au Plateau du
Marabout, ont A I'6tude et meme en course d'execu-
tion, des constructions A usage industrial, mais le
plus souvent accompagn6s de bureaux et surmontes
de logements.
Signalons, enfin, que le Credit Foncier d'Indo-
chine va mettre en construction une villa-temoin qui
lui permettra d'arriter la politique ,qu'il entend sui-
vre A 1'6gard de Djibouti.
Ainsi done se precise l'dvolution 6conomique de
Djibouti, amorc6e par la creation du territoire franc,
que vient completer I'actuelle r6forme mon6taire,
tend A se preciser.


ATABLISSEMENTS DE L'INDE


MODIFICATION
DU STATUT
DOUANIER DES
ETABLISSEMENTS
FRANqAIS
,ag DE L'INDE

L E Gouvernement
indien a public,
7' le 18 mars, un
communique annongant
la mise en vigueur, A partir du i" avril, d'un nou-


veau regime douanier entire l'Inde et les Etablisse-
ments Frangais, A la suite de la d6nonciation, I'an-
nee derniere, de l'accord isign6 en 1941.
A partir du mois prochain, precise le communi-
qud, les Territoires frangais de 1'Inde seront consi-
der6s, du point de vue douanier, comme < 6tran-
gers > et leur regime sera identique A celui qui exis-
tait avant 1941.
Jusqu'A present, les autorites frangaises recevaient
de l'Inde, qui effectuait toutes les operations doua-
nieres, une quote-part annuelle fixee forfaitairement
A 650.000 roupies.


39





















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publihe au present bulletin est purement objective. Elle n'implique-
ividemment aucune adhision du Ministire de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimies dans les articles
reproduits d titre d'information.




PRESS METROPOLITAINE


INDOCHINE

Le fait historique qui a eu pour thidtre le Palais
de l'Elysee a la date du 8 mars, a suscite dans la
press parisienne un nonjbre inhabituel de commen-
taires. La plupart des journaux emettent une opi-
nion favorable, except naturellement ceux de l'ex-
trime-gauche.
L. Gabriel Robinet ne manque pas de le souligner.
Dans le Figaro du 9 mars il icrit :
La perspective d'un accord entire la France et
le Viet-iNum n'est pas du gout die I'Humanita et dce
ses satellites. La jpaix ? En v6ritA les commnunistes
s'en moquent. VoilA ce qui resort de leurs comimen-
taires raigeurs consacr6s A la signature .du pacte
Vincent Auriol-Bao Da'i, don't on a lu d'autre part
1'essentiel.
Ce que youlaient les gens du Kominiform, c'6tait
'eentcnte avec Ho Chi Minih. Aucune autre solution
lpacifquie ne les interesse. Pourquoi Ho Chi Minh ?
Pour une raison tres simplle : le chef rebelle est I'al-
lib .de Mao Ts6 Toung, le Staline 'chinois. Nous avons
pdtbli ici, le 18 jianvier dernier, des documents dB-
icisifs. Nous avois mnontr6, preuves a l'appui, que
les Ihommes d'lHo Chi 'Minh et Ho Chli Minh lui-
mnme n'avaient jamais icess, d'appartenir au' part
communist et de recevoir ses consignes. Aucun d6-
menti en .dehors des insults n'a jamais Rt6
apport& A ces faits. Pour cause.
Peu leur imnporte que le sang indochinois conule,
que nos soldats tom'bent, que .des soldats frangais
soient assassins cihaque jour. Qe' qu'il faut, c'est
traiter aviec le repr6sentant du Kominform. La me-
sure est combile...
Nous voulons esperer qu'A partir du jour o& la
France aura mnis solennelllement sa signature an has


d'un accord, elle le fera respelcter. Et qu'elle consi-
derera comme ,des agents die 1'ennemi ceux qui s'ef--
forceront de rendre, inop&rantes les clauses de cet
accord.
II y a des (imites a tout. Dans l'affaire d'Indochine,
beaucoup' trop de Francaist les ont h6las d6pas-
sees.
Dans l'Aurore du mime jour, Henry Binazet di-
masque les maneuvres de Ho Chi Minh, < ce pro-
fessionnel du terrorism >>, don't la dernidre a ite
d'annoncer la fusion du movement dit < Front Po-
pulaire > avec le sien propre, alors que chacun sait
que ce movement est entiirement infeode au Viet-
Minb
Pitre calcul! Sa malice n'a aucune chance
.d'6mouivoir I'opinion international et moins encore
les chancedlleries ofi l'on sait A quoi s'en tenir sur
le pr6tendu << Front Populaire ,. Mince group d'ai-
gris ou d'am'bitiettx, ralli6 en secret, des le d6blut,
A IHo Chi Minh, mais judiciieusement mis en reserve, .
il n'avait de raison d'etre que son utilisation
au moment psycholoigique. Ainsi nos communists
se servirent-ils naigu6re, en France, des pontifes du
Front national. Ces gens-la ne repr6sentaient qu'eux-
.nmmes. Autant dire rien !
En dd6pit de Ho Chi Minh et de ses acolytes du
Front populaire, Bao Dai rAgnera.
L'Aube est tout aussi affirmatif sur ce points
Contre ceux qui s'acharnent a pritendre que Baoa
Dai ne < reprisente rien > et que le Gouvernement
s'est fourre dans une mauvaise voie, Maurice Schu-
mann se charge de leur expliquer pourquoi le choix
s'est arrite sur l'Empereur.
Pourquoi Bao Dai ? D'abord parce que le devoir
,de la France est ,de d6courager le totalitarismie. Or nul









me pent contester que le Viet-Minh soit un parti, et
an parti tota[titaire : 1a ofi il r6gne .en maitre, il
n'y a pas plus 'de libertA iqu'A Budapest on A Tirana,
,et pour la nmmie cause. Au contraire, les .d6lara-
tions faites hier par Bao IDal, et le texte du com-
mu'niquA public par le Gouvernement francais, con-
firment quie 1'empereur entend fire applel, dans le
respect .de leur autonomie et de leurs droits, A
c toutes les families spirituielles et poilitiques du
Viet-Nam >, sans ,en excepter aucune.
Pourquoi Bao Dai ensuite ? Pairce que le .devoir
de la France est diencourager la discussion et de
dAcouraiger 1'agression. Nous somimes protond6ment
convaincus que l'unit6 .des trois Kys et 1'in'dpen-
dance au sein de l'Union Francaise sont A la fois
acceptable et ncessaires. Mais les conc6dier par
voie de n6gociations a un .ami respectueux de sa
parole lest une chose ; se les voir arracher par la
force, an be6nfilcn e d'une faction qui a montr6, le 19
d oembrel 10416, quell cas elle faisait d'une signature
donnee le 6 avril de la m&me annee, serait une
toute autre chose. Le' meilleur service, qu'on puisse
rendre A la paix, c'est de dlmontrer que la violence
et la ma vaise foi sont les m6thodes les moins
pay'a.ntes.
Pou'quoi Bao Dai enfin ? Parce *que le devoir de
]a France est d'!encourager la pacification et de d6-
courager le vain acharnement. Or, parmi ceux que
Ho Chi Minlh entraina dans la rebellion, Ifgurent
des homnmes ,de bonne (foi qui sans 8tre hostiles A
l'Union Francaise croient sinc6rement icombat-
tre pour l'ind-pendance. 'Fort des garanties rbel'les
qu'il va lenir entire ses mains, Bao D:a est le seul
intercesseur qui puisse iles convaincne que si, dd-
sormais, ils continuaient la lutte, ils se battraient,
et le cas .ch6Aant, tombneraient, pour le service d'une
iddologie qui a toujours exploit leurs revendications
nationales; mais qui, en Indochinie icomme 'dans toute
1'Asie, n'a cess6 de leur nuire en fait.
Car le premier d6nouemient des n6gociations fran-
co-vietnamiennes prove que dans les territoires
d'Oiutre-'Mler les, plus lointains icomme dans les plus
proches -- un pleu de conscience nationaite eloigne
de la France, nais que, beaucoup de conscience na-
tionale y ramine.
Dans Ce Matin-Le Pays, Pierre Collet cherche &
se representer l'influence que peut avoir le retour de
S. M. Bao Dai sur la situation au Viet-Nam :
DAbut d'une Are nouvelle pour l'Indochine ? Nous
le southaitons sincerement, car les sceptiiques et
les adversaires 'eux-milAnes savent tr's bien qu'er
deehors de Bao Dal, il n'y a pas die solution fran-
caise. A partir du moment, en effect, oit Bao Dal va
pouvoir ainnoncer A la fois la concrktisation de I'in-
dependance et la r6alisation de I'unitA, Je chef com-
imuniste de la rebellion perd ses seluls arguments
valables. Les nationalists vietnamiens, les catholi-
ques fersn d'6mancipation pourront sans reticence
reporter leur confiance sur le souverain, qui va ren-
trer les mains pleines 'de essentiall de leurs reven-
dications.

En ce qui concern les relations proprement dites
entire la France et le Viet-Nam ; Fridiric Vauthier


pense que c'est surtout une question < de textes eI
d'intentions >, come il le dit dans son article inti-
tuld < La lettre et l'esprit >, paru dans lEpoque du
9 mars.
Les accords passes en i119416 avec Ho Chi Minh, et
reni6s par celui-ci dAs la ifin d'e la m6me anne, re-
possaient pour tout l'essentiel sur -des bases identi-
quies A celles qui viennent d'6tre reprises, 6crit-il.
Si Ho n'avait pas choisi lee sang et la haine, l'unifi-
cation des trois Kys se serait op',r6e sous la pr6si-
,dence et non sous ie sceptre de Bao iDaY.
Ceci revient A dire que les intentions des parties
competent plus que tout. C'est espritt 'qui animera
la lettre.
La lenteur 6mme des pourparlers, qui a pu pa-
raitre A un certain moment come la marque des
riticences de I'empereur, semible A i'inverse au.jour-
d'hui garantir qu'il ne s'est engage gqu'en toute con-
naissance de cause 'et sans esprit de recul. I1 a ac-
ceptA finalement de se lier non seule:m,ent vish-vis
de Ja France, mais vilsa-vis de son people. L':nergie
,et l'intellligence qu'il mettra A ramener prolgressi've-
m,ent 'ordre dans ses Etats ,et A rallier autour de
lui les hisitants, la loyautA qu'il manifestera dans la
mise en oeuvre .d'un system constitutionnel tout
neuf et sans pr6c6dent da'ns la pratique francaise
r6vbleront seule's, avec ses capacities politiques, la
sincrit8e d'une attitude qu'on peut en tout cas, des
maintenant tenir pour reflechie et couraigeuse.
lMais dans ce domaine., miles obligations -de la France
ne sont pas mloindres. iLe .choix .qu'ele dait, elle
aussi, apres miire r6flexion, impose continuit&, -effort
et franchise.

Les debats qui ont ensuite eu lieu a l'Assemblde
National ont montre une fois de plus la position
inchangde de chaque part sur le problem indochi-
nois. Seul le R.P.F. a quelque peu varied. Jean Bene-
detti le faith pertinemment remarquer. Dans l'Aube
du i mars, il ecrit :
Dans un des passages les plus saisissants du dis-
cours 'qu'il a iprononc heier 'devant lAssemnblde Na-
tionale, Paul CoastetFloret a regret. de voir les
considerations de pollitilque int6rieure se m-n'er trop
souvent aux problAines de I'Union Francaise. Les
scrutins qui out mis fin aux Idebats ne lui ont que
trop donn6 raison. Le R.P.F. a votA centre. Adieu
motion ,du congress de Lille et conference: de Braz-
zaville, oft furent tout -de .mbme pos&s on ne sau-
rait l'oublier les principles qui regoivent aujour-
d'hui leu'r application !
L'auteur pursuit ensuite, montrant la position
exacte de la grande majority de l'Assemblie :
De cette paix, Jacques Destri dira, dans Ce
Matin-Le Pays du mime jour :
Entre les deux opposition junel6es des commu-
niistes et dAu Rassemblement, les debats ont permits
de constater et les votes ont montr6 qu'il y
avait place sur plus d'un point pour une large entente
des autres fractions 'de l'Assemblle6e. Un hommie de
droite, .coimlmie M. MVutter, n'a 'pas h06sitdA declarer
que la solution du problAmle indochinois ne pouvait









Wtre une solution militaire et qu'il convenait de res-
pecter tous les accords quelle qu''en fft la date, pas.-
s6s entire la France et Viet-N'am.
Le dernier .de ces accords, ceuli du 8 mars, n'lest,
au fond, discut6 par personnel. Si les uns le jugent
trop audacieux, les autres trop timor6, chacun con-
vient qu'un grand geste 6tait n6cessanire pour tenter
,de r6tablir en Indochine < la paix veritable, total,
durable > don't a parl6 M. Paul Coste-Floret.
I1 faut la faire d'une tfaon satisfaisante. Un d6B-
part pr6bcipit6 de nos troupes entrainerait un mas-
sacre g6n6ralis6 des Francais rAsidant en Indochine
et des Vietnamiens .qui nous sont fiddles. Ii se tra-
duirait par la perte de nos possessions d'Extrime-
Orient, ce qui atteindrait notre prestige et notre
economic et ne manquerait pas d'avoir un retentis-
sement grave dans toute 1'Union Francaise.



QUESTIONS GENtRALES


Djibouti : le regime du part franc et la ir6forme mon6taire

Le Monde comment ainsi qu'il suit la creation
< d'un franc de Djibouti >, suite logique du nouveau
regime douanier du Territoire.
L'6conomie de la Cote des Som'alis doit tirer les
plus grands avantages .de cette situation nouvelle.
D'une part, il est probable qu'e le commerce e 'Abys-
sinie continuera d'6tre drained par le chemin de
fer et que le risque de concurrence se trouvera att6-
nu6. D'autre part, Djibouti semble ipouvoir devenir
le centre principal qui bordent l'Ocean Indien, tout coimme les villes
hanseatiques le furent pour la Baltique et la Mer du
Nord. Aden et lets tferritoires del 'Est africain res-
tent, en effet, places dan's la zone sterling et la s6-
v6rit6 du contrble des changes igane les transactions.
Pour le moment, 1e seui 6tabliss'ement install est
la Banque de 1'Indlochine ; mais on s'attend A une
expansion des operations financiires.
L'iimportance de cette experiencee est, naturelle-
ment, limit6e et il ne saurait 6tre question *de, lui
donner une port6e qu'elle n'a pas. Mais il lest ca-
ract6ristique que! les autorit6s mon6taires francaises
s'engagent 'dans la voite 'de la stabilisation et de la
liberty des changess. Des r6sultats 'de la r6formeI de-
*vront done 6tre' suivis avec le plus grand soin.
(( Le Mondo ,, 25 mars).

Ainsi, sur le plan iconomique et monitaire, la
C6te Francaise des Somalis jouit d'une autonomie
qui en fait une sorte de pays stranger par rapport
a la Mitropole, ecrit Ce Matin-Le Pays, qui ajoute :
Cette decision est justifl'e officiellemnent par la
position g6ographique de Djibouti, ses liens avec les
pays avoisinants et le courant de ses changes, tou-
tes choses qui avaient il y a quelques mois d6ja, 6t6
invoqu.6es lors de la creation d'un port franc destinE
A faciliter 1'essor 6cononmique de cette region de
1'Union Francaise.


Quelle que soit la puissance *de ices raisons, nous
pensions, n6anmoi.ns, qu'il s'aigit d'un pr6cedent re-
grettable, sinon dangereux. Le siparatisme monk-
taite plent ais6ment conduire au s6paratisme tout
court, ainsi qu.e nous l'avons d6j,h expiliiqu, ici
m&mle, le 20 octobre dernier, a propos de la poli-
tique -des francs coloniaux.

Et sti, remain, le, Maroc, commel il a en a d.jA
manifesto le d6sir, demaande que son franc soit dk-
croch6, quie r6pondrons-nous aprks l'experience de
Djibouti ?
(a Ce Matin-Le Pays ), 26 mars).


March6s Coloniaux ecrit, de son c6td :

On p:et se demander s'il 6tait bien necessaire de
cr6er ine monnaie, particuliere A Dji'bouti. La crea-
tion d'un port franc n'implique pas, force6ent une
monnaie autonomy, le probleme r6side, surtout, dans
un tel ,cas A donner toutes facilities aux operations
portuaires, d'ouaniires par un .quipement tres
poussA pour l'avitaillemnent, i'e chargemtent, le stoc-
kage, I'6vacuation par voie ferr6e ; ce sont, essen-
tiellement ces measures qui am6lioreront le transit
die 'Ethiopie don't Djibouti test l'exutoire natural.

... Soulignons, surtout, que, d6sormais, nous avons
une monnaie colonial qui ne fait pas parties de la
zone franc iet qui est rattach6e direictement au dol-
lar. En dehors des consequences ig6n6rales et poli-
tiques, nous pouvons nous Atonner d'un tel abandon,
an moment oi, justement, ie ifranc se revalorise
d'une manibre considerable.

... Signalons, enfin, que 1'Fmission de la nouvelle
monnaie est assur6le provisoiremnent par le TrBsor
et, par consequent, retiree A la Banque de 1'Indo-
chine.

... Le system d'avantiguerr e d 1'e6mission par
des grandes banques priv6es. a RtB battu en br6ehe
depuis ces dernieres ann6es. La Caisse central de
la France d'Outre-Mer avait repris, en parties, ce
r8le dans certain territoires ; maintenant, nous as-
sistons A une troisikme phase : la gestion directed
par le TrBsor.

Ii est normal de voir un ministtre m6tropolitain
qui, jusque4A, a toujours eu Ides conceptions -tr6s
m6tropolitaines, par suite d'une mrconnaissance des
probldmles coloniaux s'occuper maintenant d'une
maniere aussi directed des probl6mes locaux.

II est A craindre ique cettet ing6rance ne crbe un
ipr6cedent ; les conditions dans lesquelles clette nou-
velle monnaie a 6te crA66e, les retards apport6s, la
devaluation tr6s profonde imposee, nous paraissent
particulierement graves pour 1'avenir.
(a March6s Coloniaux ), 26 mas).


L'Economie, aprds avoir analysis les conditions de
creation du franc Djibouti et les measures arretesd
par les textes pour la mise en euvre de, la riforme
monitaire, conclut :









Peut-6tre, au point de vue -de 1'Union Francaise.
peut-on dbplorer I'cdlatement de Ia zone franc et le
rattachem ent imon.taire d'un territoire d'Outre'-Mer
A une devise 6trangBre, fut-elle le dollar. II ne sem-
ble cependant pas (que la reforne pui'sisel 8tre g6n&-
ralis6e et depasser le cadre de la iSomalie frangaise.
Goiment telle, et ainsi limited, elle est int6ressante a
suivre dans son d&veloppement d'ordre conomi-
que et financier.
(a L'Economie ,, 23 mars).
L'Economiste Europden, sur le mime sujet, donne
les pricis;ons suivantes .
Un avis n' 382 de l'Offioe des Changes r6glemente
les relations entire la zone franc et la C6te Francaise
des Somalis. Le Fonds de Stabilisation des Changes
achctera les versements en francs de Dijibouti A
99 fr. 80 les 100 frs et les vendra 100 fr. 20. Pour des
billets, les course sont fixes A 199 frs A l'achat et A
101 frs a la vente. Le franc de Djibouti pourra etre
n6gocii sur le march liibre de Paris.
( L'Economiste Europ6en ', 27 mars).


L'appel aux energies et capitaux francais

Dans France-Outre-Mer (Le Monde Colonial illus-
tri), M. Cornut-Gentille, Haut-Commissaire de la
Rdpublique en A.E.F., adresse un appel aux ener-
gies et aux capitaux francais, appel don't voici la
conclusion :


Sait-on que, pour augmenter le pouvoir d'achat du
cultivateur let amBliorer le rendemient, l!e Tehad et
I'Oubangui s'attaquent A la rationalisation de la
.culture du cottonn ?
Sait-on que le Tchad possede un trouipleau de plu-
sieurs million's de totes de ;btail don't la viandle et
les peau'x sount A utiliser par 1'organisation du froid
et des transports ?
.Sait-on qu'en quelques ann6es, ,la population de
Brazzaville est passe de 800 A 5.000 EuropBens et
qu'e les villes de 1'Afrique' Equatoriale ont a r6sou-
dre des pro.b6mnies d'ihabitations qui proposent des
investissements int6ressants ?
Sait-on que des stations techniques agriicoles etu-
diant la flore et l'arborescence peuvent aider scien-
tifiquenient ceux qui entreprendraient des planta-
tions nouvelles ?
I1 faut corner ces examples qui ipourraient etre
multiplies pour affirmer qu'en depit des grands
obstacles qui restent a surmonter, l'Afrique Equato-
riale est d'un puissant int!r@rt pour les capitaux,
pour la capacity technique, pour les volontaires d'un
effort dur, mais rentable.
Le gouvernement general de s'Afrique Equatoriale
est pret A encourager et a aider tons ceux qui s'in-
terrogent sur une Afrique Equatoriale iqui, trop len-
tement mais sfrement, s'achemine vers sa transfor-
mation materielle et humaine.
(a France-Outre-Mer ,, mars).


Revues


ENQUETES ICONOMIQUES

Le premier numiro des Enqu&tes Economiques,
paru en mars 1949, est consacri a l'Union Francaise.
Le Comiti de patronage de cette revue comprend
notamment MM. Coste-Floret, Ministre de la
France d'Outre-Mer ; Jean Biondi, Secretaire d'Etat;
Francois Mitterand, Edouard Depreux, Louis Marin,
Marius Aloutet.
Ce numnero special, prisenti par M. Coste-Floret,
a iti railise avec la collaboration de MM. Emile
Bollaert, ancient Haut-Commissaire de la Ripubli-
que Rene Pleven, ancien Ministre ; Pierre de Che-
vignd, Haut-Commissaire de la Republique a Mada-
gascar ; Cornut-Gentille, Haut-Commissaire de la
Ripublique pour l'A.E.F. ; du Gouverneur Gindral
Delavignette, Directeur des Affaires politiques anu
Ministire de la France d'Outre-Mer ; Jean-Bernard
Heryog, Chef de Cabinet ; Marcel Naegelen, Gou-
verneur GCinral de l'Algirie ; Jean Mons, Risident
Gindral a Tunis ; Lion Pignon, Haut-Commissaire
de France en Indochine ; Jean-Jacques Juglas, Prd-
sident de la Commission des Territoires d'Outre-


Mer a l'Assemblie Nationale ; Pierre-Olivier Lapie,
ancien Ministre, etc...
Le ridacteur en chef de cette revue est M. J. R.
Godiveau.


LES CASHIERS ( CHARLES DE FOUCAULD ,

Le volume n 12 des Cahiers Charles de Foucauld
est specialement consacre a l'Afrique Noire. Le Gi-
neral Charbonneau y expose dans quelle measure
l'Afrique Noire a iti l'objet de l'intirit et des pri-
occupations de Charles de Foucauld. M. Durand-
Reville s'applique a difinir les donnies du problime
de l'enseignement : necessity d'une doctrine, iddee
directrices ; il termine en soulignant la necessity de
s'attacher a l'enseignement professionnel. Le Mede-
cin Gineral Murag donne son opinion sur ce qu'on
peut attendre des moyens modernes de lutter centre
le paludisme et la trypanosomiasme. Sous la signa-
ture du Commandant Chapelle figure dans ce vo-
lume une intiressante itude sur les Touareg de l'Air
(Niger, Rigion d'AgadeZ).











PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINE

Autant que la press mitropolitaine, la press in-
dochinoise se passionne pour les derniers ivinements
politiques qui ont apporti des ailments nouveaux au
probleme vietnamien. La veille de la signature de
I'accord du 8 mars, le Tieng Chuong (Saigon), en
rendant hommage a la just remarque de M. Lion
Pignon qui constate qu'il y a eu en Indochine une
ditente certain dans les esprits, profit de l'occa-
sion pour rappeler que...
...le people viletnamien .aime touljours la paix et
n'aspire qu'A une independance national reelle
atablie sur des bases 6galitaires et ne portant pas
atteinte au prestige de' sa patri'e.
Le Anh Sang en pricisant la position ginirale des
Vietnamiens imet une opinion presque identique :
Tons dt6sirent la fin de la guerre. Mais ils r&cla-
ment une `paix glorieuse. Loin de la haine .et des
rancunes, ils ne! veulent que difendre leurs int6rkts.
S'il y a quelque procede autre .que la lutte armbe
susceptible .de ramener la paix et protlger leurs
internts, pourquoi ne 1'accuaeilleront-ils pas, avec en-
thousiasme ?
Aprns les accords de l'Elysee, le Phuc Hung ex-
prime son contentement en ces terms :
Nous ne pouvons plus, enfin, diouter de la sin-
carit6 du gouvernement franpais, car au has de
l'accord figure la signature du PrBsident de la RIRpu-
blique flrancaise lui-mmae. DIu icot ,du clan viet-
minh, ii ne reste plus qu'A 'mentir pour r6vBler aux
yeux du monde leur vWritable intention : 6tre plu-
t6t usurpateurs de ipouvoirs que combatants pour
rindependance de la patrie. Les Vi'et-Minh n'ont
plus le courage de juger que telle ind6pendance est
vraie et que telle autre est fausse. Un simple regard
sur I'accord .djA sign& nous apprendra quie 'in.d-
pendance est chose 6vidente.
A cela l'Entente, de Hanoi, ajoute
Nous esprons ,que la nation vietnamienne com-
prendra tout entire les grands sacrifices que la
France consent dklibk'rement, et I'intBr't profound
qui s'attache, pour le Viet-Nam, 'et pour notre, pays,
A une collaboration sincere.
tDans un Viet-Nam ind6pendant, associ b A 'Union
frangaise, il faut que les Franqais `puissent vivre et
oeuvarer, pour penu que ales mots < intelligence >> et
< bonne volontb >> aient encore un sens.
Quant au Binh Minh, de Hue, il s'adresse a Ho
Chi Ming :
Qu'en pensez-vous M. Ho ? Votre parole est A !
S'il vous restait un peu de sentiment patriotique -
ceci, nous n'avons pas le coeur de ne, pas vous le
souhaiter devant les snucc6s remport6s par l'em-
Ipereur Bao Dai, succes rels .et bien precis, vous
serez heureux de vous incliner, et de vous associar


avec la population pour entonner le chant de vic-
toire, accueillant joyeusement le jour gilorieux de la
patrie. Et, pour compenser les miseries et les souf-
trances causees par vous depuis ces trois ann6es,
vous donneriez I'ordre A 'vos su'bordonn6s de s'unir
avec leurs 'compatriotes, afin que chacun puisse jouir
tranquillentent de la paix, panser les plaies subies,
et reconstruire ensemble la patrie.
Mais si apr's la signature de 1'accord d6finitif,
vous continue A agir, m:rmne sous un pr6texte hono-
rable, si vous d6formez la v6rith pour icontinuer une
propaganda dlei nature A epnpecher, les 616ments na-
tionalistes de revenir dans le pays, votre crime de
< profiteur >> et de <<.traitre vis-A-vis de la patrie >
sera par trop evident, personnel n'aura plus de doute
a ce sujlet et cela sera marque -en caractbre gras
dans les annales du Viet-Nam afin que plus tard
mille g6rnrations y r6sservent les plus severes repro-
ches. Nous souhaitons qu'il n'en soit pas ainsi.
Pour La Voix Libre, de Saigon, ce qui imported
en premier lieu...
.. C'est 'que le Viet-Nam vive et, pour qu'il vive,
qu'il se garden de toutes les ing6rences 6trangbres,
qui en feraient vite la proie .de combats intbrieurs
don't la malheureuse Birmanie nous donne un triste
.exemple.
MiVme si tout n'est parfait dans les relations franco-
vietnanmiennes, elles aont lei m6rite d'exister et de
nous permettre, si l'accord se r6alise sur la base
essentielle de la coirmmnautt des droitss et des de-
voirs dans la pleine souverainet6 intarieure .du Viet-
Nam, .de nous permettre d'ace6der, dans un proche
avenir, au stade d'un Etat moderne, ilibre et maitre
de ses destiniess.
Ce ne sont pas les traits, ce .n'est pas la forme
juridique sAche et impersonnelle qui font les allian-
ces, mais 1'6lan .des looeurs.
Il y a encore iparmi nous des Viietnamiens qui se
sentent li6s A la France, celle des libert6s humaines,
moins par les traits que par un sentiment de di-
gnit6, d'affinite que nous n'eprouvons pas, A coup
sir, pour d'autres peuplies qui nous sont totalemlent
strangers par l'esprit et par lies aspirations.
L'id6ologie du Vietnamien Imoyen sen rapproche de
celle du Francais nioyen ; elle comporte avant tout,
le respect de la personnalit 'humaine, -de ses croyan-
ces politiques ou religieuses que des ideologies totna-
litaires voudraient detruire.
En 6tant logique avec elle-rAme, 'en jouant franc
jeu, la France mise' sur le bon tableau. Et nous sau-
rons Je lui prouver.
Louis Vaucelle, dans Le Populaire d'Indochine,
ivoquant la situation qui risultera pour le Viet-
Nam du retour de Bao Dai, privoit qu'on peut es-
compter le ralliement d'une grande parties de la po-
pulation ; mais n'en demeurera pas moins considd-
rable le nombre des rebelles qui continueront a lut-
ter et a itre ravitaillis de l'extirieur. II souligne ce-
pendant l'intervention, sur le plan moral, d'un









element nouveau trds important la signature de'
.I'Empereur ayant engaged tout le people vietnamien,
,ce sont ddsormais...
... ceux de ses comipatriotes qui reffusent de reicon-
naitre ce[te signature qui s'e'xposent A &tre: traits
die dissidents. Car, avec le retour de ,Bao Dai, la
resistance armae n'a plus de raison d'6tre et le gou-
vernement lNigitimie du Viet-,Nam a le droit de pour-
.suivre la soumnission par dies moyens appropri6s.
Le Phuc Hung pense aussi que le retour de S. M.
Bao Dai ne produira pas un miracle. Le Souverain
ne peut ramener magiquement dans le pays, imme-
diatement, l'ordre et la sdcuritd. Ce journal explique
pourquoi :
La masse du people dans la zone vietminih a, du-
rant ce's trois ann6es, 6tt imprggn6e par la propa-
gande, ilmpltueuse du marxisme. Les l6,ments conm-
munistes du Vi'etMinh avaient pr'6vu le jour oft un
homme piourrait satisfaire les aspirations ,du' people
A independencee et A l'nnitl iPour y parer, ils ont
tout fait pour enj6Bler les paysans !en leur ,d6crivant
les s.6dui:ants aspects d'une Russie paradisiaque.
Ainsi s6dnits, ces ,gens ne se idoutent pas, hilas -des
< scenes d'enfer > qui se dro'ulent actuelleinent en
Polognie, un Rooumanie ou en Tch6coslovaquie.
II explique ensuite ce que devrait faire l'Em-
pereur.
Ainsi done pour ne pas fire fiasco, l'empereur
Boa iDaY se devra de ramener avec lui, en dehors
d'un accord s6rieux et sir, un programane de' reform
social. Ces deux choses ne sauraient etre st6parces
1'une de l"autre, si 'on veut ressiouder ces deux par-
ties dei la nation.
Parlant de la question franco-vietnamienne, con-
siddrde dans son aspect cochinchinois, Jules Hadg,
dans le Journal d'Extrime-Orient, icrit :
Certain en experiment des regrets, et deiploreront
aveic une 6mnotion respectable la fin d'Tun regime qui
plen.dant 80 ans a fait de la iCochinchine un de:s pays
les plus iprospires et don't on a pin justem'ent dire
qu'il 6tait une creation franchise. Ce qui n'est pas
contestable, miais il est non moins vrai que cette
magnifique realisation n'a pas 6t6i olbtenue sans le
concourse de la population, sans lei travail qu'elle a
fourni, Rtendant dians la rizitre 'A miesure que les
moyens lui en 6taient fournis, les surfaces cultiv6es,
et s'adaptant, dans les villes aux nouveldes m6thodes
,de travail, s'assimilant avec *une 6tonnante ifacilit6
les progre:i renouvelks du m,achinisme.
Et n'est-cle ppas pr6cistmnent cette: cooperation des
Annamites et des Franais, ce lableur commun, qui
en les rapproichant leur a ipermis de se miieux coom-
prendre ? Croit-on que la presence francaise, aurait
pu r6sistier aux assauts rep6tts de tout nn people,
si elle, n'avait pi s'appuyer sur des foundations: so-
lides, si elle n'y avait pouss6 des racines profondes,
et si A chaque pas, elles n'apparaisse'nt 'dans une as-
sociation qui a fait ses preuveis. Die ce qu'elle; prend
aujourd'hni unie autre forme, sera-t-elle moins f6-
conde ? Nous ne le pensions pas. Nous croyons iquie
la France demeure .fidle 6 sites traditions et A sa
mission, en donnant aux Annarmites, apr6s pres


d'un ssidcle ,d'une tutelle qui s'imposait le sentiment
de leur 6galitW, en leur arracihant ce, complex d'in-
f6riorit6 don't ils .souffraie.nt, et qui allaient s'accen-
tuant avec les ig6n6rations. Nous n'ignorons pas que
le nouveau contract France-Vietnam est p6niiblement
digBr6 par quelqu'es-uns, qui s'hypnotisent sur un
pass Iglorieux. IMais qu'ont-ils de mieux et de plus
loyal a proposer en tenant compete des conditions
die la vie moderne, et du deiveloppemient de' ce.s in-
ventions r6alis&es depuis moins de: cinquante ans,
qui, comme la radio et l'aviation, ont rapproch6 les
peuples ? En tenant compete' aussi des progres r6a-
lis6s an Viet-Nam amnlnme, et dus iprecismrnent au fait
que la France n'a j3amais refuse aux enfants de ce
pays les moyens de, s'instruire et de' se parfaire ?
TI y a loin .di' Viet-Nam d'auj.ourdihui A celui de i8167
on celui de 1,91010, on mni&me lh celui de 11939 et nous
devons bien en tire les conclusions qui s'imposent.

Toujours au sujet de l'Assemblde de Cochinchine,
on trouve une opinion exprimde dans le mime sens,
mais du cdtd vietnamien ; en effet, le Doan Ket dit :
S'il y a des iFrancais qui savent se dBivouer A la
cause vietnamienne, ces Frangais-lI sont plus dilgnes
die repr6senter le people vietnamien que les Vietna-
miens 'dopourvus de capalcit6 et de vertu.


MADAGASCAR

Les r6investissements industries et commerciaux

France-Madagascar se felicite de l'adoption par
I'Assemblie representative d'un texte encourageant
le rdinvestissement local des capitaux. L'article 7 ter
du project citi par le journal dispose que les person-
nes physiques et morales ayant procedd a ces rdin-
vestissements portant sur des ailments a usages in-
dustriel, commercial, agricole, minier pourront bend-
ficier d'une reduction de l'imp6t cidulaire.
(a France-Madagascar v, 12 mars).


Le r6seau routier

France-Madagascar attire l'attention de ses lec-
teurs sur l'importance que revet le rdseau routier
de l'lle.
Les routes, A Madagascar, meritent cependant
,qu'on s'y intir-esse au premier chef pour deux ou
trois raiisons. La premiere de toutes est celle donn6e
,par certain technicians. Ils affirmnent que si nous
avions eu un reseau routier praticable, et existant,
natureltiement, dans toute la zone reblelle, il n'y au-
rait jamais eu de rebellion, du moins A l'c.he'lle A
Rlaquelle elle parvint, prot6g6e par l'inaccessibilitt des
repalires ichoisis. On sait que, depuis, le Genie a fait
des efforts considerables. II faut seulement esperer
qu'on sempi'errera les parcours les plus inmportants et
qu'on entretiendra ce qui a W6t fait. Car ces routes,
dites strat6giiques, ouvrent incontestablement des re-
gions vierges. La preuve en est non dans de retour
de quelques habitants, mais surtout dans l'arrivte









progressive de nouveaux. La route cr6e avant de
desservir ; ii en est de m6mme de la voie ferree, qui
est une autre forme de route.
De plus, Madagascar voit une augmentation crois-
sante du traffic automobile. Les avions qui idrainent
un tris grand nomlbre de voyageurs ne transporte-
ront jamais, du moins dans un temps encore pr6vi-
sible, nos marchandises, nos products. La route, une
Ifois soldidement tablee et dfiment entretenue, est
inininiment moins on6reuse *que la voie ferrbe. Ma-
dagascar est done appelee A voir s'intensifier tou-
jours davantage la circulation sur les routes. Pour
cela, ill faut des routes qui solent bonnes pour les
pneus eit les v6hicules ; id faut .des points assez lar-
ges pour laisser le passage aux camions de cinq
tonnes ou plus, sans les obliger A passer au travers
ou a emp.orter les parapets. I1 faut, surtout, ides points
et non des traverses en bois avec tablier ,d'herbes
et de terre ; ii faut des routes .qui ne soient pas at
refaire apres chaque saison des pluies.
((( France-Madagascar ), 12 mars).

Le riz A Madagascar

Abordant le probldme de l'eau h Madagascar,
Lumiere regrette qu'il n'ait pas suffisamment retenu
attention des pouvoirs publics ; Madagascar se
trouve tributaire pour le riZ de l'Indochine et du
Bresil, alors que, declare le ridacteur, elle devrait
satisfaire non seulement h ses propres besoins mais
encore a ceux de la Reunion. Ce journal icrit :
Etendre la riziculture est done un devoir. R6fu-
tons, en passant, cette affirmation que la culture du
riz n'est possible que pour les autochtones. II n'est
pas plus difficile de cultiver du riz que du bl, par
semis direct au semoir mecanique, de le rPicolter,
si on desire, A la moissonneuse-batteuse, et de pro-
parer le sol avec les instruments aratoires en usage
dans toutes les cultures. Uneseule ,condition sp&-
ciale : 6tre imaitre de l'eau. Celle-ci condirtionne ab-
solument la raussite. E1le pernmet un assolement r6-
gulier, comme oeda sse passe en Italie, en Esplagne,
en Amrriique, oif l'on fait des cultures aIlternbes, y


comprise ceelle du bl6, du soja, ides haricots, -du tahbac.
C'est ainsi iqu'en Italie, aprbs .deux an-nes .de riz,
on fait une reoolte de bl6, puis une r6colte de four-
rage en trifle blanc.
Mais, encore une fois, ii faut 6tre maitre de l'eau,
pouvoir la donnner ou l.a retire A volont6, permettre
ainsi des cultures irrigubes totalement ou simnrle-
ment arros6es. Et cela suppose des travaux ('hy-
draulique, travaux d'ailleurs faciles A ex6cutcr, en
g6n6ral, A Madagascar.
((( Lumiire -, 4 mars).

Pour ou centre I'enseignement sup6rieuT

Le Fandrosoam Baovao jvoque la creation d'un
embryon d'Universite de, Madagascar avec l'ouver-
ture d'un course de Droit portant sur les trois annies
de licence et un course de P.C.B.
< L'avenir nous montrera les rsuldtats qu'on est
en .droit d'esperer ,de cette initiative, mais ,d'ores et
d6jiA, nous pouvons affirmer que la jeunesse mad6-
casse, avide de s'instruire, vient nombreus-e et em-
press.e assister arux course, idont I'horaire est adapt&
aux possibilities -des professeurs et ,des bl6ves. i
II refute les critiques faites a ces rdalisations
timidity pour les uns, inopportunite pour les autres;
les plus frequentes portent sur les nouvelles dipenses
qui en risultent. Le sidcle des bras est rivolu, il faut
desormais s'occuper des cerveaux, proclame le rjdac-
teur, qui conclut :
Ce n'est pas un demi-million, mais un double mill-
liard iqu'il nous faut pour installer I'Universit& &
Madagascar. Mais, dans '"6tat actue'l des choses, nous
prrf6rons nous en tenir aux deux institutions du
Droit et de P.IC.B. Plus tard, on s'attilera A I'ongani-
sation d'une veritable Universit6, avec les diverse
branches d'6tudes. En attendant, le system des
bourses constitute une solution adequate A la situa-
tion, si toutefois elles sont accord6es d'une manibre
vraiment d6mocratique, sans autres distinctions que
cel.le du m6rite et ides possibilities du budget.
(a Fandrosoam Baovao ), 25 mars).


PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press Ctrangere traduits en francais peut etre consulate d la
Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Pidce 17, 1" Etage).
Les numdros qui figurent ci-dessous d la suite de l'indication d'origine des articles de press permettent
de se reporter au texte complete des dits articles,


I. UNION FRANCHISE


INDOCHINE

La preparation et la rdalisation des accords
Auriol-Bao Dai ont redonni de l'actualiti h la ques-
tion indochinoise.


La press etrangere lui a accord ces derniers
mois une attention particulibre.
L'A.B.C., de Madrid, resume les accords inter-
venus :
Le President de l'Unioh Francaise, Vincient Auriol,









et l'ex-Empereur, en voyage de restauration, proc6dd-
rent au Palais -de l'Elys6e 'A un 6,change de lettres
precisant les negotiations ifranco-annamites du 5
juin 1'948 en baie Id'Along. Cette declaration d'Along,
a laquelle ont souscrit Bao Dal et le Haut-iCommissaire
Pignon, entrera ein vigueur lorsqu'auront 6t6 ratifies
I Saigon ie's conventions comjpl6meintaires.
La prise die contact personnelle et c6r6mlonieuste de
l'Empiereur et du Pr6sident pr6cdde, en manierei de
haute tradition protocolaire elt de propiagande 616-
gante, la discussion let lei vote par le Parlement fran-
cais I'Asseimnblke Nationale des textes appeals A
consacrer, .,omminnie le pr6voit l'article 61 del la Cons-
titution, le,; liens des Etats associds au sein de
I'Union.
La reconnaissance de l'ind6pendance du Viet-iam
dans le cadne ide 1'Uniion Frangaise implique, pour lui
le droit d'avoir son Administration, sa Justice, son
Armn:e, ses 'Finances et sa Diplomatie propres ; les
l6gations du Viet-Nam aupres des pays. du Sud-Est
Asiatique .el du Vatican sont particuli6riement men-
tionn'es. Lie Viet-iNam test tenu A envoyer des man-
dataires A I'Assembl6e et au Conseil Sup6rieur de
l'Union Francaise, A mettre A la disposition die cette
derniure' se;; bases militaire's, A respecter les int&rfts
economniques et cultures de la France 'et 'A accepter
des services commons aux trois Etats membres de
l'Indolchine Le, H'aut-4Commissaire sera le, repr6sen-
tant visible' de, la France dans la p6nin'sule et il
assurera ei4r outre 1'arbitragei entire les Gouverne-
ments du Viet-INan, diu Clambodge et du Laos. Les'
relations des Souverains du Laos et du Cambodge
,avec la France ,seront fixes par un modus vivendi
reglementant un proteictorat.

et conclut :
... Queilq'u'un a dit : < ILa France cede A 1''Empe-
reur ce qu'Ulle a reifus& a 'Ho Chli Minh >. C'est lI la
meilleure apologize d'une entreprise colonial mo-
derne gqui irbore une devise anticommiuniste.
(a A.B.C. n, de Madrid, 9 mars 1949). 4.555

Sous le ;!itre < Le probldme d'Indochine continzm
4 paraitre insoluble >, un journal de Lisbonne com-
mente les difficulties rencontrdes par la France en
Indochine :
Un des probi nlels 'les plus difficiles et Ie's plus
regentss quc la France 'd'auj.ourd'hui ait A r6soudre
est ,elui d l'PIndoehine. Touites les tentatives faites
jusqu'a maintenant ont kchoue. Au d6but, le Gouver-
nement essayait de .mettre fin aux hostilities en n6-
'gociant avwc 'Ho Chi Minh, e .cihielf communist du
Viet-Minh (mouvemient d'ind6pendance de 'Indo-
chine), mais ces n'gociations ne donnerent pas de
r lsultat et des hostilit6s tris. coitenuses en vies hu-
maines ,et ,n argent recomimencrent. Apres une p6-
riode d'hesitation le iGouivernement frangais se
tourna vers Bao Dal, ancient Empereur d'Annam qui
abdiquia vol.ontairemnent et en vint mmme A aider par
la suite Ho Chi Minh len quality de conseiller diplo-
matique'. Bao Dai ne tardia ipas A abandonner ce
< poste >, mais la im6fiance suscitte' par une' teller
collaboration sulbsiste idans certain milieux frangais
qui affirment que les liens uniss.ant IBao Dai ,A Ho Chi
Minh ne sont pas eintibremn nt rompus.


Malgr.6 cela la France est aujourd'hui dispose A
aider Bao Dai A recouvrer le tr6ne, en accordant au
regime qu'il pourrait instaurer une ind6pendance
plus grande que cielle. qu'elle promnit A Ho Chi Minh.
Un accord dans ce sens fut n6goci6 A bord d'uan na-
vire francais en baie d'Along et sign par Bao Dai
et le Haut-Commissaire francais, iM. Bollaert. Mais
Bao Dal, se conformant aux bbonnes traditions orien-
tales, ne' consid6ra I'accord silgn6 que commie, un
premier pas vers de nouvelleis concessions futures et
ne manifesta auoune hite' d:e retourner en Indochine.

Difinissant la position de l'Empereur Bao Dai
qui < fait de l'uniti de l'Indochine une condition
de son retour >, I'article ajoute :
Dians cette situation le Goiuvernelment, ayant plac6
tous ces espoirs sur Bao IDal, parait d6cidB 1A d6fier
les deux opposition de l'Assemlbl6e. Comme I'a expli-
qiu M. Coste-Floret, le Gouvelrnement espbre ique les
6limlenits nationalists qui appuient .aujourd'hui Ho
Chi Minh p'asseront A Bao Dai, transformant ainsi le
Vieit-IMinih en un grouupe' purenment communist don't
le souverain aurait facilemient raison.
Ii existed encore d'autreis facteuirs rendant trbs
urgent le retour de, IBAo Dai. Si les troupes coummu-
nistes 'chinoises de Mao Tse Tung arrivaient a la
frontikre d'Indochine Ho Chi Minh serait capable de
prolonger la lutte ind6finiment et il se cr6erait une
situation siemblable ia celle qui r&,gne en G'rece. D'au-
tre part, les Aimaricains, qui jusqu'A maintenant se
d6sint6ressaient de 1'Indochinei, montrent une cer-
taine inqui6tude et insistent sur la n6cessite d'une
solution rapidie.
La question crucial est l'incertitude sur le point
de savoir si le retouur del Bao Dai donnera la paix A
1'Indochine ou non. Les adeptes d"Ho Chi Minh sont
nombnreux et on ne sait nullement si la majority, d'en-
tre 'oux passera dans le camp .de Bao Dai. En outre
Ho Chi Minh peut computer sur l'appui de 1ia Russie.
En consequence les nationalists ifrancais trouvent
plus avantagelux de negocier avec les deux chiefs au-
toclhtoines : Bao Da:i ret Ho Cihi Minh. 'Mais le Gouver-
nemnent, en tant qu'entit6, est oppose a une telle sug-
gestion, co'nsid6rant Ho Chi Minh non sfeulement
comime agent communist mais purem.ent et simple-
ment commie un rebelle qui a rompu d6loyalemnent
i'accord de Fontainebleau, p'erdant ainsi toute quality
pour particip'er A des ni6gociations.
(a A Voz ), 11 mars 1949). 4.559

L. Brodard fait une analyse sommaire de la po-
litique frangaise en Indochine depuis ddcembre
1946.
Evoquant les tentatives fran(aises d'entente avec
le nationalism vietnamien il precise :
Bien quei i'objectilf ait touljours &t& de maintenir
la pr6sience francaise, d'importanites concessions ont
kt6 faites au nationalism vietnamien. L'affaire 6tait
compliquAie A la Ifois par le prestige .d'Ho Chi Minh
et l'orgainisation m6tilouleuse, du Viet-iMinh. Cette
politique a nianmoins product ciertains r6sultats,
principalement price que lels non-conlmunistes fai-
sant parties du Viet-M4inh s'effrayaiaent, avant la idivi-








sion du monde en deux blocs, de se trouver ,dans le
mauvais camp.
Cependant ces efforts n'ont pas pleinement reussi.
< On a about a une impasse >, la disagregation du
Viet-Minh n'ayant pas ete suffisante pour miner
sdrieusement sa puissance d'action, et la France
ayant tardi & mettre en pratique les accords de la
baie d'Along.
Pour comprendre la situation il est essential d'ana-
lyser l'action francaise passee.
I1 apparait que les Francais, A la fin de 1946 oou
au d.lbut de 1947, auraient pu facilement aneantir
les forces Viet-Minih, .qui A .cette .6polque, sp6ciale-
anent en Cocahinchine, n'6taient encore rien de plus
que des bandes pauvremient armies. Gette occasion
fut p-erdu'e.
Manquant d'effectifs, les Francais durent, par la
suite, limiter leur action, < menant de petites opera-
tions sans grands resultats >>.
Pour pallier cette situation, ils eurent recours a
une politique dejd utilisie avec succds par Liautey
au Maroc et < consistent dans la disintegration du
Viet-Minh par des procidis diplomatiques >. Ils
chercherent l'alliance du movement Caodaiste et
Hoa-Hao.
Cependant, le Viet-Minh reste intact.
La Coalition Frangaise Coadaistes Hoa-Haos et
autres, n'a pour seul r6sultat que le statt quo. Le
Viet-Niam et plus particulibrement la Cochinclhine,
de'neurent un puzzle inextricable de zones pacifi-
ques, zones incertaine"s, et zones proprement Viet-
Minh. Aucun 'des deux camps ne peut obtenir une
victoire decisive la difference est trop forte entire
les m6thodes, les tactiques, les territoires. Bien que
les pertes pauissent 6tre sveres 'd'un c6te ou de F'au-
tre, il y a davantage co-existence que confrontation.
La vie journaliere du pieuple s'est adapted' A la situa-
tion. Malgra les guerillas, il y a un semblant d'unit6
&conomique, base stur les obligations respective, les
Francais ayant ibesoin de. riz pour leurs villes *et le
Viet-Minh cherchant *des piastres pour ses achats.
Cet accord tacite evite un &tranglement mutuel, et
personnel ne p'erd < la face >. Les compromise
obli:gatoires sont laissbs A .des interm6diaires par
excellence les Chinois.
La France tente donc de dissocier autant que faire
se peut les < nationalists >> des communists. Cette
politique est aidee par l'dvolution de la politique
mondiale qui a pour risultat de diviser le monde
en deux blocs.
Bien que les guerillas vietminh puissent encore
fire preuive d'iefficacit6, ce parti n'en est pas moins
menace par la barri're, de fer qui divise le' monde,
et commence a s'implanter au Viet-Nam, jetant tous
ceux ,qui ne sont pas < rouge > dans le mAmle camp.
< La politique francaise se donne done mainte-
nant pour but la formation d'un gouvernement qui
constituerait un p6le d'attraction. < A l'origine >>,
note l'auteur, < c'itait tout a fait le contraire >>.


En 11946 ]'amiral d'Argenlieu icr6a un gouverne-
ment de la Cochinchine IA la fois pour faire .clh'ec
au Viet-Minh et letter centre l'union des trois Kys
(Cochinchine-TonkinAAnnam). Cette politique qui
ne tenait pas compete de la vague' de nationalism
s'appuyait sur la crainte g6nerale des pauvres mais
6nergiques Tonkinois que les Colchinclhinots, riches
et rielativemient :hielureux, lont toutjours ressentie. Elle
s'appuyait Agalem'ent, sur la crainte de la bourge'oi-
sie proprietaire teirrienne que la Cochinchine se
trouve dans l'obligation de soutenir financiirement
le Viet-Naam. Ces craintles se manilfestaie'nt sous for-
me d'un movement autonomiste don't le slogan 6tait
< la Cochinchine aux Cochinchinois >.
Quels changements d'epuis lors L'infortun.e6 gou-
vernement est devenu un organismie puissant et a
completement change de ton. Diu separatisme il
s'est precipite l1'Unionisme iet .de ]a IRepublique au
Baodaisme.
Toutes ces hesitations, ces changements de politi-
que ont fait perdre a la France un temps pricieux.
La conclusion lui laisse done deux issues : ow
< passer aux consequences pratiques > des accords
conclus ou assumer la responsabiliti d'un refus.
Dans e dernier cas, 1'6difice de la coalition s'6crou-
lera et 'a France ne pourra demeurer en Indochine
que par la viertu du nombre de bataillons qu'elle
pourra y envoyler.
(< Eastern World J, janvier 1949). 4.526

Andre Roth estime que :
Les Francais Iperdirent toutes leurs chances d'"di-
lier un regime pro-fran'cais solide en se d6filant
inexplicablemient d'vant l'accord d'e la baiie d'Along...
Toute esperance que Bao Dai pnisse exciper des
concessions franchises pour d6tourner les masses de,
Ho Chi Minth, s'Avaporera du faith que le Gouverne-
ment Ifrancais se reluisa A .donner vie A cet accord.
L'element primordial est pour lui l'avance com-
muniste en Chine qui modifie considdrablement les
donnies du probleme, mettant fin a l'isolement du
Viet-Nam
En maints die sies aspects, le Viet-Nam a 6tW com-
paralble A un o.rphelin .dans le Sud-Est asiatique.
Mais probablement, il sera bientot adopt par les
communists chinois. Lorsque les conmunistes chi-
nois front leur jonction avec les colmmunistes du
Viet-Minh, l'isolement diu Viet-Nam pren'dra fln.
Cet isolement dtait d'ailleurs accru par la person-
nalite meme de Ho Chi Minb, don't le communism
farouche inquietait les Etats-Unis et la Grande-
Bretagne.
Londres eit Washington, en outre, ont realis6 que
Ho Chi Minlh 6tait .61ve de iMoscou et qu'il y avait
nombre d'autnes coommunistes parmi les chefs viet-
namiens.
Selon l'auteur, ce fut la une erreur d'interprita-
tion et le communism du chef vietminh serait for-
tement teinti de nationalism. II donne de la posi-
tion de Ho Chi Minh l'analyse suivante :









Le caract6re particulier du marxisme de Ho Chi
Minh a Rt6 m6con.nu. Avant la rebellion .de Tito, pen
d'olbservateurs occidentaux prenaient an s6rieux la
possibility d'un conflict aigu entire un << conmunismne
national a qui mettait I'acoent sur ce, qu'il oonsi-
d&rait atre Ye meilleur pour son prolpre pays et le
q coamunislme international >> qui plagait avant tout
les int6dres de Moscowu. II est certain qu'Hio Cihi
Minh est u.n ( comnmiuniste' national ,. En 11925, il
rencontra ilichel Borodine, .conseilller soviitique .des
nationalists chinois qui pensait iquie pendant une
revolution comme' cellee e la Chine, La lutte contre
l'oppression imp6rialiste et cellie centre les riches
propri6taires terriens devaient se poursuivre simul-
tanement.
Ho Chi 2ilinh n'6tait pas de cet avis, soutenant que
la revolution nationalist devait passer d'a'bord 'et
que les con flits sociaux devaient trne r6solus lorsque
la liberty politique aurait &t&. obt'enue. A 1'heure
actuelle, tout cce qui se passe indique' ique Hoo 'Chi
Mirh s';en tie'nt encore A icette position. II n'appar-
tient pas A i'dcole : << Moscou a touijours raison >.
11 n'y a pas longteamps, il d6clarait A un correspon-
dant ami : < Moscou a faith trop de ifautes en Intdo-
thine pour que nous suivions sies mots d'ordre ici. >
D'ailleurs le chef vietminh a longtemps espird
restaurer des relations amicales avec les Amiricains,
car ce n'est que ricemment, lorsque l'obddience com-
muniste du leader annamite eut itd reconnue que la
rupture se fit total. Sur ce point M. Roth fait la
mise au point suivante :
Un curieux aspect de la situation au Viet-Naiu
est qure la moderation particuliere d'Ho Chi Minh a
probablenmeint 6tB mIotiv&e, jusquIa un certain point,
par son iei.poir ,de restaurer les relations amicales
qui existajeint entire les Vietnamiens et les Aminri-
cains piendlanti la iguerre. 'Le's nationalists, vietna-
miens commlmencdrent A combattre les Japonais et


le regime colonial frangais qui collaborait avec les
Japonais d&s 1940 et en icons6quenie, furent pa-
ternellenment traits par les forces am6ricaintes sta-
tiona es plus tard en Chine! du iSSud. En 1944, I'O.S.S.
parachute des armes aux guerillas vietnamiens du
Haut-Tonkin. De leurs c6t6s les Vietnamiens indi-
quaient les objectifs japonais iet recueeilaient les pi-
lotes am&ricains abattus.
Les Amliricains promirent d'aider le movement
d'ind6pendance du Vilet-Nam, mais lorsque Tes hos-
tilit6s eurent cess6, ils abandonn6rent leurs alli6ds du
temps die guerre. L'une des causes de cette attitude
fut la mortt .du Pr6sident Roosevelt qui voulait em-
pceher les colonialistes francais .de retourner en
Indochine. Une autre raison fut l'offensive de la
guerre froide. Les nationalists vieitnamiens furent
jets .dans les t6n6bres ext6rieures >> A partir din mo-
ment ou ils reconnurent come chief Ho Chi Minh,
qui portait la marque << d'lAve die Moascou ).

L'auteur pense au contraire que la politique du
Viet-Minb a ivite soigneusement le communism
orthodox gardant son caractere de politique de
coalition.
Il reconnait toutefois que
N6anmoins, le gouveirnemient vietnamien ne re-
jettera pas les armes ou I'assistance technique que
les Chinois pourraient lui proposer bien qu'il refu-
serait probablemient dies trouples...

Et termine en posant aux Dimocrates le dilemme
suivant :
Ou bien 'elles aident les nationalists mod6rbs ou
bien elles soutiennent les colonialistes. Si elles choi-
sissent ie second term ide alternative, l'influence
oocidentalei disparaitra procheainement de I'Asie du
Sud-Est.
(a The Nation ), New York, 8 Janvier 1949). 4c434


H. PROBLtMES GENIRAUX


LE 4' POINT

Selon le pdriodique amdricain Nation le but du
4" Point du Prisident Truman : < difier le commu-
nisme dans les pays arrigrds -> sera atteint grace aux
resources techniques et financiares des Etats-Unis.
Certaines origins iddologiques du programme co-
lonial prisidentiel peuvent itre, selon Nation, faci-
lement ddterminees.
Ironiiquement, une source principlee est le dis-
cours de 1942 d'Henry Wallace sur le prix de la vic-
toire ddu m onde 1ire, discourse qui fut raill& dans lea
milieux financiers of on le prsenta come un plan
destiny procurer << tdu lait aux Hottentots >. Le
President Truman fut 6galement mis au courant de
differentes idWes sur ,le developpement colonial que
le President Roosevelt avait glances au icours 'de ses
. ros au-dessus des deserts nord-africains lorsq 'il


se rendait aux conferences internationals pendant
la iguerre. Un ancien pr6curseur de ces id6es fut le
Dr Sun Yat Sen, avec son programme de dkveloppe-
meent pour la Nouvelle R6publique Chinoise de 1921
qui demandait au Japo.n et aux Nations oiccidenta-
les un vaste emprunt pour finance des projects de
routes, de chemins de fer, d'installations dltephoni-
ques, de ports, de mines, de lutte centre I'Arosion du
soil. Aujourd'hui, le plan du Dr Sun reprsente pro-
b:ablement l'image la plus rkaliste .de ce que le pro-
gramme Truman, s'il y parvient, doit entreprendre
sur le terrain. La Conf6rence de Washington de 1921
n'a pas consent un pret laC Chine. Seul le vent
de la diplomatic fut seme en Chine, et 1'emprunt
torpille par la balance des forces en Orient. Aujour-
d'hui, on r6colte le tourbillon communiste...
A c6te de ces sources, il est certain que le pro-
gramme tire son inspiration de certain facteurs es-
sentiels de notre ipoque.









... Le movement des armies ambricaines dans les
colonies et les 'grandes quantit6s d'approvisionne-
ment .qu'elles y apporthrent montrrrent la criante
nAcessit6 d'un programme ,d'dprTs-iguerre consacrA A
l'am6'lioration de la condition des peuples coloniaux
et montrerent aussi la possibility de r6alisation d'un
tel programme. Aucun < Continent noir >, aucune
< jungle imp6n6tralble >> ne put s'opposer A la pro-
gression des colonies militaires. La route birmane,
les projects trans-africains franchirent des barrieres
imm6moriales. Les bulldozers et les tracteurs re-
construisirent en quelques semaines 'les iles 'du Pa-
cifique. Les dynamos mobiles animerent un outillage
qui transforma des regions oil, depuis l'aube des
temps, les coolies icoupaient le bois et les buceufs
transportaient l'eau.
Mais, toujours selon Nation, un facteur essential
fait difaut au programme de M. Truman : le ria-
lisme.
L'histoire occidentale a montr6 que le souci u.ni-
versed de gain a .atteint son d6vealoppement &conomli-
que le plus haut dans les affairs aventureuses liees
A l'exploitation des richesses coloniales.
LDes rapports de 1'American Arabian Oil C' et ide
F'Irak Petroleum C, vigoureusement d6fendus par
le Secr6taire Forrestal, participent de cette evidence
r6eente que les choses n'ont pas tellement change
depuis cette opoque. Nos allies, come dit lie Pr6-
sident, seront < les millions d'hommes qui iont Ifaim
et soif de droiture >, mais une ,d6peche United Press
de Long Beach (Caliifornie), date du 9 janvier, nous
ramene iau r6el : Un yacht de '31. m. remis A neutf,
vient d'.tre envoly6 au Cheikh du Koweit. C'est un
cadeau en remerciement des concessions de p6troles
consenties en Arabie. Le navire a quitt6 'le port hier.
Sa remise a neuf a cofit un million de dollars. Deux
canots 'A moteur de 8 metres ont ,6te galement cons-
truits pour servir au yach de bateaux d'accostaige >...

En outre, selon des informations recentes on peut
affirmer
qu'un certain nombre de firms americaines tirent
des plans sur les pays A bas salaires, exactement
comme voilk 30 ans les industries du Nord talentt
.dirig6,es vers lie Sud, qui offrait ides salaires has 'et
un travail inorganis6. Les dcirigeants de l'United
Electrical Workers oessaient d'obtenir du 'Gouverne-
ment qu'il stopped le transfer en Ecosse de 4 usines
de la Remington Rand Typewriter C. Ils montreant
que l'Underwood Typewriter C a mont6 une usine
en Italie, qui envoie sa production aux Etats-Unis
et que la Easy Washing Machine C a dfi r6duire
sa production A Syracuse (New-York) A cause du
transfer en Afnique idu Sud de 'quelques-unes de ses
installations...
II est actuellement devenu une n6cessit6 pour les
U.S.A. de pourvoir en lait et en ses equivalents des
Hottentots. Car nous sommes idans une competition
mondiale avec un autre systmme qui promet ices cho-
ses.
(a The Nation o, 5 f6vrier 1949). 4.511

Le 4e Point du Prisident Truman a ite immidia-
*tement fort bien accueilli par le Ministre des Affai-
res dtrangeres britanniques. II a diclard :


< Je crois parler au nom de toutes les Puissances;
responsables .des territoires outre-mer lorsque joe.
declare qu'elles accueillent avec satisfaction les d6-
clarations de M. Truman et nous sommes d6cid6s
A mettre dans le < pool > toutes les connaissances,
capacitbs et resources don't nous disposons. Lors-
que les Premiers Ministres du Commonwealth se
sont r6unis en Angleterre, il a 6te d6cid6 d'Wenooura-
ger l'augmentation de la production des richlesses
pour atteindre des standards de vie plus 6levAs, sur-
tout pour les peuples des pays les moins 6voluMs.
Un bon standard de vie .et une heureuse association
avec la civilisation occidentale constituent proba-
blement la plus grande contribution que nous puis-
sions offrir. La Grande-Bretagne lest pr&te A' mettre-
en common avec tous les autres pays intr.ess6s ses
resources scientifiques, m6caniques et industriel-
les >.

Selon le chef de l'Administration de Coopdration
Economique, deux projects communs anglo-amiri-
cains sont deja envisages :
1) Inventaire des zones coloniales britanniques
en Afrique susceptibles d'etre .des sources de ma-
ti6res premieres n6cessaires aux Etats-Unis, cet in-
ventaire comprenant des levis topographiques tfaits
par avion, une aide dans la champagne men,6e con-
tre la ts4-tsl et la lutte centre le paludisme;
2o) Le chemin de fer ,du Cap au Caire.
En outre, les experts ambricains tendraient aussi
une main secourable au plan concernant les arachi-
des en Afriaque, qui se heurte A des difficulties de
transport.
(o The Crown Colonist ., mars 1949). 4.514

Le 4e Point de M. Truman a fait l'objet d'entre-
tiens au Conseil Economique et Social des Nations
Unies.
Le bloc russe n'a pas vote centre la proposition
chilienne aux terms de laquelle I'O.N.U. devrait en-
treprendre l'6tude du d6veloppement &conomique
des regions attardCes ; et le Conseil a Igalement
adopt une proposition amb'ricaine selon laquelle le
Secr6taire gan6ral ides Nations Unies devrait con-
sulter les onganismes sp6cialis.s tels que l'Organi-
sation pour I'Admninistration et l'Agriculture, la Ban-
que Mondiale, I'Organisation Mondiale de la Santo,
de faeon A preparer des projects pour les plans et le
financement des propositions du President Truman.
En consequence, M. Trygve Lie appro-che ces divers
organismes pour entamer les discussions.

Thioriquement, c'est la une bonne mithode puis-
que des regions arridrees existent de part et d'autre
du rideau de fer. Mais pratiquement,
il y a le danger que si le QuatniBme Point est
abandon& A 1'O.N.U. seule, il disparaitra de la po-
flitique active. En premier lieu, son efficacit6 doit
d6pendre en grande parties des financements amlri-
cains et on comlprend ique Ie Congrbs refusera de
voter un rouge lard pour les territoires commiunis-
tes ou les satellites des Soviets. En second lieu,
1'O.N.U. ne possdde ni les comptences ni 'organisa-
tion n6cessaires pour transformer en politiques pra-
tiques les vagues 'aspirations de l'initiative 'du Pr6-









-sidennt Truman. Les tentatives faites P'an dernier
pour ,rali ser ,des contacts plus 6trofts entire les or-
.ganisateurs .sp6~cialis6s et le Conseil Econominque et
Social n'ont atbouti a rien; on peut douter que le
Secretarial ait une autorit6 suffisante et puiisse fai're
appeall A assez .d'experts pour amener les divers orga-
nismes A 'collaborer dans un programme realisable.


II faut esperer que, tandis que I'O.N.U. cherche A
tirer le meilleur profit du programme du Pr6sident,
d'autres organisms plus efficaces, tels que l'Admi-
,nistration de Cooperation Economique A Washi.ng-
ton on le group Marshall A Paris, tireront leur pro-
pre interpretation idu Quatrieme Point.
(< The Economist ", 12 mars 1949) 4.561


III. INDONASIE


Selon New Republic, l'invasion du territoire de la
.Ripublique indonesienne par les Hollandais a iti
< un triomphe de l'impirialisme europien dimode >>.
C'est la crainte qui fit agir les envahisseurs, la
.crainte iqu'un plpbiscitei libre ne s'e tralduise par une
defaite piouur l'imp6rialisme hollandais. C:onform&-
rment A accordd Idu Rienville, nigocik par la Com-
mission des Bons Offices des Nations Unies, ce pl6-
biscite aurtait dAi avoir lieu ce mloisci. Et ce fut la
certitude I:he voir lees forces die la liberty vali'des par
le scrutiny qui am'ena les autorites hollandaises a
crrer des Etats fantoches, 18 voter les motions de
creation td'une, federation des Indes orientales, a
romprie les n6gociations avec Jogjakarta et finale-
ment A se servir de argument *de la force aveugle.

Les parachutistes hollandaise se sont emparis du
President Soekarno.
Si on ne 1'a pas va parlecr a ses concitoyens on ne
peut pas comprendre l'influence- renmarquablie qu'il
exerce sur eux. UIs descendaient des miontagnes, par-
pieu .de riz .dans *une feuille de bananier et atten-
daient patiemment pendant trois ou quatre jours
sur la place d'une ville of Ie: Pr6sident devait parier.

Soekarno n'est pas un orateur violent, ni un de-
magogue.
11 a d& I'emprise sur le ipeupile parce qu'il lui
parole commie un pere et se consacre A le, libere'r de
P'autorit& tranig6re. Quel. que soit le nom'bre des
Etats fd6,res fantoches que les Hollan'dais pourront
decouper et quoi que ce soit qu'ils puissent fire
d'autre, Soekarno en captivity n'en siera que davah-
tage i'idole de 710 millions d'Indonasiens.

L'un des effects de la capture par les Hollandais de
Soekarno et des autres chefs republicans sera le ren-
forcement de la position de Sjarifoeddin et par cela
meme, des Communistes. Car ce dernier rompit
voili que!que temps avec le Gouvernement Soekarno
.et fusionna avec les Communistes entrainant avec
lui le Parti socialist de gauche.
II faut insisted sur le fait que, dans la IRipublique,
le comm-unisimle est -davantage an mouvetment natio-
naliste qu'une adhesion A i'idbologie de Moscou.
Quelques-ans seulement des leaders pourvus d'une
instruction europeinne comprennent la doctrine
communist ; les memlbrnes du parti, dans le'ur grande
majority, la consid.rent conmme un moyen d'expri-
mer le'ur ditresse conomiique. Slur cette, base,, le


Parti communist, d'Indonesie est pass de 20.000 A
2010i.0100 miembbres et il possAde lune armee rouge a
lui...
(< New Republic New York, 3 Janvier 1949). 4.482

En diclenchant leur second champagne militaire
contre la Ripublique indonesienne, les Hollandais
pensaient que leurs troupes seraient capable de
pacifier rapidement les Zones envabies et que des
conditions economiques stables s'ensuivraient.
Les ivdnements aussi bien que leurs propres dd-
clarations < ont reveld la faussete de leur cause >.
.. Les activities de gu6rillas se' sont rni!llih. ,
d'une facon substantielle a Java et A Sumatra. Un
t6moin oculaire indien a d6clar6 A la conference
de D'elhi que des regions entirrcs A "Est et l l'Ouest
de Java se. trouvent m.aintenant sous contr6le rcpn-
blicain, tandis que la liste des proprietes .d6truites
Sl'ouest de Java et a Sumatra s'allonge chaque jour.
AprBs deuix seimaines de d6mentis, ]a radio de Bala-
via a fini par admettr'e Lque les grades exploita-
tions de p6trole de Djambi avaient 6t6 detruites...
Quant au general Spoor, commandant en chef, il
a declare au course d'une conference de press
que les forces mises A sa .disposition 'tai'ent in-
capables d'assurer une prompted pacification -du pays
en face d'un nomibre inconnu de Igu:rillas...
(< The New St tesman and Nation ',
29 Janvier 1949). 4.451

La Conference de New-Delhi sur l'Indonesie qui
s'est reunie du 20 au 23 janvier devait prouver
< un fait indiscutable > :
... id6sormnais les puissances coloniales pourront
difficilement ipratiquer leur vieille tactique qui con-
sistait if isoler un foyer de rebellion et A mui appli-
quer rapidem'ent la force. C'est ce nouveau senti-
ment de solidarity parmi les pays qu'on appelait
< attard6s > qui a rendu la conference si impression-
nante...
De plus,
... Le programme d'action tres pr6cis contend
dans la resolution adopt6e par la conference lors de
sa dernitre session -et cAbl&e A Tryigve Lie oblige
le Conseil de Securit6 A agir rapidenment.
S'il en est autrerment, en d,6pit de la sage mise en
igarde die Nehru centre toute initiative prise en de-









hors de 1'autorit& des Nations Unites, les peoples de
1'Asie se dirigeront de plus -en plus vers le bloc
asiatique acetuelliemnent e'n voice ,de formation..
(a The Nation ,, 29 Janvier 1949) 41,479

Les Hollandais vont-ils difier le monde entier ?
Le monde, sous, la forme du 'Conseil ide S6curit6,
les a condamn6s pour leur conduite en Indonrsise.
Vendredi dernier, le Conseil a vote un programme
pour resoudr:e les troubles indonesiens, programmer
que les Hollandais, qui ont une connaissance et une
experience sp&ciales de la .question, estiment ridi-
cule et impraticable.
Ainsi la Hollande a l'ianpression die se trouver au-
jourd'hui -devant le dilemme suivant :
a) Refuser simpleiment .d'accepte'r P'autoritW des
Nations Unies et 'd6fi'er le monde.
b) Aibandonner dans unel iconfunsion chaotique letur
riche et ancien empire.

L'attaque du 18 decembre violait nettement l'ac-
cord du Renville en particulier et on ne pouvait pas
s'attendre < que le reste du monde considrdat la
chose d'un ceil sympathique >. Les Hollandais con-
vaincus qu'il n'y avait pas d'autre solution justi-
fibrent leur thbse par les arguments suivants :
1) Presque: toute l'Indon6sie 'a aoiept6 le project
d'Uinion.
2) Une petite minoritC extrImiste sabote d6libe-
remient ce projiet.
3) Les Hollandais, en vertu de leurs 300 ans
d'occupation, de leurs immense investiss-ements de
capitaux d'ans ce territair'e, du grand nombre da
leurs concitoyens y residant et *de leur ibonne ad-
ministration passee, oint certain droits, revendica-
tions et interets ique l'on ne peut tentirremient igno-
rer.
4) (Ce, qui suit est foranul, avec hesitation par
de nombreux Hollandais parce quie cette raison,
quoique 16galement valide, ,est moralement donu-
teuse). Pendant une' g6n6ration lI'ndon6sie a fait
officiellement parties du Royaume des Pays-Bas. II
'a'git, par consequent, *d'une -question purement in-
t6rieure qui ne regarded pas les Nations Unies...

Les Hollandais ne peuvent comprendre a quoi
servirait de reinstaller h Djokjakarta les leaders ri-
publicains, come le Conseil de Securite le leur a
ordonne : cela aurait pour unique risultat < de ra-
mener la situation a son itat chaotique antrieur >>.
Ils sont honnetement stupifaits > de l'attitude du
rest du monde. Ils commencent d raisonner ainsi .
ILe Conseil de Securite jest repprrsent& 'e.n Indon6sie
par une < Commission des iBons Offices >> com'pre-
nant un Beige, un Australien et un Am1nricain.
Le Belge vote torjjours pour la Hollande et les
deux autres contne. Sclon les 'Hollandais, les Aus-
traliens et les Americains sont mis par deux consi-
drations : une instinctive horreur de la notion
mani de colonie et la conviction ique le depart des
Hollandais de cette region leur donnerait A eux-me-


mes une bien meilleure chance du point de vue com-
mercial et icon'omique...

Il existe une troisieme raison que les Hollandais
en arrivent i admettre < avec hesitation >
... A savoir attitude regrettable ,de leurs residents,.
fonctionnaires et soldats en IndonBsi'ee.
On se rend compete maintenant que les membres
australien et amiriicain de la Comanmission .dies Bons
Offices, a la suite des contacts personnel qu'ils ont
e'us en Indonesie, sont devenus Aprement anti-hol-
landais. Its' en sont arrives A 6prouver 'de la sympa-
thie pour les Indon6siens qui velulent se debarrasser
des Hollandais. Ils ont oomniren'ce lA se d-emander si
la Hollande Rtait reellemient une puissance' impiriale
6clairBe et module ,comime on 1'a toujouns affiTrmb.
Dans les cerclies igouivernementaux de' La Haye on
commence A comprendre' le dolminage considerable
que cette attitude 'a occasionn.6 A Ja cause hollan-
daise...
((( Continental Daily Mail ., 1" f6vrier 1949) 4.460

Cependant le Gouvernement des Pays-Bas per-
siste i affirmer que Isi le monde voulait bien laisser
fire la Hollande, elle risoudrait elle-meme le pro-
blame indonisien. Mais
la Commission des Bons, Officies a ifait connaitre
que la Hotlande n'tavait pas assez de troupes pour
venir a boutt des gubrillas, information Al laquielle le
Gouvernement -des Pays-Bas a oppose un dementi.
N6annmoins, les lists, des piertes, hollandaises ,en In-
don6sie n'ont pas dinminu6 depiuis la cessation offi-
cielle des hostilities dans ce territoire. Sur le plan
politique, il esit significatif que la majority des In-
don6siens de, Hollande, don'tt la plupart sont des
intellectuals pluit6t que ides nationalists du type
forcen, soient partisans dde la non-coop6ration.
Dans un ,colmmentaire A propos de la resolution du
Conseil de :Skcurit6, la Gabungan Pierkiumpulan In-
donesia (F6dbration dies Socites Indon6sienn'es) a
declare que l'ordre ne pourrait pas rigner tant ,que
l'es troupes hollandaises r'esteraient sur le territoire
r6plublicain, que les n6igo.ciations ne pourraient :com-
menaer qu'apres PI'vacuation de l'ainm6e des Pays-
Bas et qu'elles ne: pourraient avoiir lieu que sur la
base de la renaissance' de la Ra6publlique d'Indondsie,
tell qu'elle fut proiclamAle le 17 aoft 145,...
(( Manchester Guardian o, 14 f6vrier 1949). 4A488

Un correspondent du Newsweek fut le premier
journalist a rendre visit aux leaders rdpublicains
emprisonnds. Laissis libres de circuler dans l'ile
< les exiles furent accueillis partout par des dimons-
trations spontanees et les cris de < Merdeka >> (indd-
pendance) >>.
Hatta, qui est le principal porte-parole politique
du Goauvernenient r6publicain, proifita de sa visit
pour denonceir 'le nouveau plan hollandais encore
secret tendant a oectroyer la souverainet& total a
1'Indonksie avant le I1r mai pour 'essayer de < leur-
rer I'opinion piblique mondialle > et die < turner
la rBs.olution ides Nations Unies >. < Nous n'avons
pas 'intention, ajouta-t-il, de toTmber dans ice piege v.








U d&Cclara que tous les entretiens, que les leaders
T6publicaias pourraient avoir avec les leaders indo-
n6siens n on-rTpuiblicains auraient pour objet de
clarifier la; situation ,et non pas de negocier un re-
glemient quelconque propose ipar 1es Hollandais a
des conditions dict6es par eux. << Je veux. fairle net-
tement oomprendre qu'il ne peut y avoir de n6igo-
ciations sir 'avienir de la Re6publiquel ,ou de I'Indo-
n6sie dans .son ensemble tant ,qu'e, nos conditions
n'auro'nt pas 6t& replies : r6tablisisement du Gou-
vernement r6pu'blicain A Jogjakarta et evacuation
des troupl.s hollandaise conform6iment A la r6solu-
tion des 'Nations Unioes. >
(a Newsweek ), 21 f6vrier 1949). 4.504

<< On s'apergoit de plus en plus, note l'Economist,
que la guerilla s'intensifie plus qu'elle ne diminue >.
On avait dit aux soldats qu'une fois les chefs repu-
blicains c:aptures, la resistance s'evanouirait.
Aujourd'hui les Hollandais
n'occupent quie les principaux centres let les
routes A rande 'circulation, ils en sout rsduits A nei
cineniler cqu'en convois et ils sont harcel6s par' les
partisans juisque dans les ifauibourgs de grades villes
telles que Jogjakarta, !Surakarta et Miadium. Un soi-
disant iGouverniement r6pulblicain de circonstance
pretend e sister dans l'ile .de Sumatra. Une station
clandestine die' radio 6met sans interruption; la
Poix .de P'ancien inspectelur-g6n6ral de l'arm6e r'-
piublicaini' s'y lest fait !entendre, dirigeant les atta-
.ques m.ein:es centre les communications iet les trans-
ports des Hollandais et des oommuniqu6s ,militaires
sont diffu'es r6egulibrement.
Dans cs conditions, les anciens chefs republicans
retenus prisonniers, se refusent a negocier avec les
Hollandais tant qu'un gouvernement republican
n'aura pas ete restaured Jogjakarta. De sorte que
les Hollandais ont a fire face a un probldme < pres-
qu'aussi inextricable que celui qui existait avant
qu'ils n'en'treprennent leurs operations militaires du
18 decembre >.
... il est evident, r6trospectivement, que, d;e graves
consequences ont d6coul& de ce qui fut sfrement
une faute,. A savoir s'emlbarquer daans 1'immense in-
connu d'ine action militaire sans avoir pr'par6 un
plan polilique a:d:cqiuat destined A la clompl6ter, et la
naoessite d'in nouveau plan .se fait maintenant
sentir...
... L'an once d'unle politique nouvelle et progres-
.sive pourrait encore changer 'brusiquement Ja situa-
tion. Mais s'ils agissent ainsi, les Ho'llandais devront
respecter chacun dies mots qu'ils auront prononc6s.
Ce pourrait bien ktre leur derniere chance.
(. The Economist ), 26 f6vrier 1949)., 4.517

Le 27 fivrier un communique du Gouvernement
hollandai'; dtait simultandment public a La Haye
et a Java. On y lisait notamment que < pour rd-
soudre les problames en suspens, le Gouvernement
estime n:cessaire de transmettre la souverainete to-
tale aux Indondsiens beaucoup plus tot que le
juillet 1950 >. Les chefs republicans dtaient li-


berds. En outre, une conference dtait convoquie a
La Haye a laquelle sont invites a prendre part : la
Ripublique, les reprisentants des Etats fdddrds,
ceux des minorities nationals, les delegations des
Antilles et de Surinam ainsi que l'U.N.C.I. (la Com-
mission de l'O.N.U.) don't La Haye reconnalt ainsi
officiellement l'existence.
Mais demand la Gazette de Lausanne, les Ripu-
blicains accepteront-ils l'invitation ?
'Elle est adress6e en ce qui les concernede A S. E.
,Soekarno, Pr6sident de .la Republique, indon6sienne,
ce qui sioulve d'lhorreur l'opiposition n6erlandaise...
Si So'ekarno accepted, ne risqu'e-t-il pas de se discr&-
-diter aupres des nationalists A tout crin qui die-
mandent le depart imm6diat 'des Hollandais, troupes
et civil ?
Enfin on ignore encore si MMM. Soekarno, et Hatta
n'exigeront pas, avant de venir, certain 6claircissie-
ments sur lie pass... Ils pourraient fort bien de-
mander que la lumiere soit ifaite sur les A-ec6ts de
Action ,mlilitaire. Les chiffres les plus fantaisistes
circulient au sujiet diu normbre ides. tu s indiigenes,
allant de 10.000 iA 40.000O... Le ministry a 6t6 intier-
pell6 au sujet ide 1'activite du caipitaine Westerl'ing
let d'e ses < Turkos > tristement r6put6s. pour leur
cruaut6 ; on parole aussi des ni6thodes du colonel
Solmler, chef de la < Nevis > (service *des renseigne-
ments). 'Des s;oldats nierlandais Acioeures ont 6.crit *
leur famille, A des amis ; dies officers aussi...
(a La Gazette de Lausanne ,, 2 mars 1949).

Les chefs ripublicains ne tardaient pas a fire
connaitre leur point de vue : dans un tiligramnme
adressi au Gouvernement hollandais, ils refusaient
de se rendre a la << Conference de la Table Ronde >
privue pour le 12 mars.
< Le refus semble comprehensible >, note Eastern
World...
Car bien quei le Gouvernement des Pays-iBas se
soit finalement so'umis au, Conseil die S6curit6 dies
Nations Unies et ait reliclh6 le's chiefs indon6si'ens,
aucune measure n'a 6t6 prise pour recionstituer .e
Gouvernement die la R6publiquie' dans la foirme qu'il
avait avant l'op6ration de police de d6cembrei der-
nier. Ceci ne 'donne aux chefs aucun miandat official
Ipour ce qui est du Gouvernemient die circonstance
actuel et des aspirations des gnarillas. Et ce sont
ces .dernibres seiules qui ont pouvoiir de decision
quant aux concessions, s'il doit y en avoir, A accor-
,der aux demandies hollandaisies. II ne faut pas per-
dre de vue que les RAipublicains sont dans iune si-
tuation beaucoup plus forte qu'i1 y a un amois et
.que chaque jour de retard apport& A ce qu'ils con-
sid6rent conime un rBglemie'nt 6quitaible, ne fait que
la renforoer.
(a Eastern World ., mars 1949). 4.552

Car < l'aventure indonisienne > commence a itre
ressentie par les Hollandais. Ils dipensent chaque
jour 250.ooo livres en Indonisie et le Gouvernement
des Pays-Bas doit maintenant admettre que < si sa
derniere operation de police a un sens quelconque,
c'est celui de prouver que deux erreurs ne font ja-
mais une vdrit >>.









... I 'est possible iqu'il soit vrai que les 'Ripubli-
cains se soient rendus coupables ide, organisation
de troubles civil's dans les territoires sous contr1le
hollandaise let nombreux sont ceux qui sont disposes
a croire qu'ils ont Ai maintes reprises fait des en-
torses A I'accord du' << Rienville ) et mis les tHol-
landais an d6li de les en enmpkcher. Par ailleurs, le
119 d6cembre, lies Hollandais n'avaient aucune raison
d'attaquer la capitall, d'oocuper leur pays et d'em-
prisonner lieurs chefs; la population de Jogjakarta
a un droit ind6niable, qu'on ne saurait 'ui enlever,


c'est celui ide nme pas t're r6veillee un idimanche-
matin par'une escadrille de bombardiers moyens...

Et finalement, les resultats les plus ividents de
l'opiration de police
... ont consists A encouragger les Relpublicains A,
reprendre la guerre die, guerillas (of ils exicelent)
.et a leur donner llexcuse de ne pas adniinistrer
leur territoire, tAche of ils auraiient, dit-on, beau'-
coup A apprendrei.
(( The Manchester Guardian ,, 14 mars 1949) 4.558


IV. BIRMANIE


En janvier 1948, ce furent les abbis bouddhistes
de Mandalay qui, en calculant la position des itoi-
les, < diterminerent le jour et la minute favorables
h la naissance de la Ripublique birmane >. 0
Aujourd'hui le Gouvernemenrt lutte desesp6r6ment
pour survive. Ses adninisirateurs, faibhles, inexp-
riment6s 'et peu po-pulaines, disposent d'renviron
15.0100 soldats pour contr6ler un territoire plus
grand que la France, la iBelgique et la ;Suisse r6u-
'ies. Et Je tiers de ces troupes lest soit dbpourvu
d'entrainiemnent, soit sujet A caution politiiquement.
Les (forces armies des divers igroupements insurg6s
sont plus nombreusies au total .que ,celles du Gou-
vernement. Les trotskystes ( iDrapeau' Roulge >, qui
sont ien r6volte d'une maniere intermittent 'depuis
1946, ont e'nviron 4.00(0 hommes. Les communists
orthodoxies < Drapeau Blanic >, qui se sont r6volt6s
au printemps dernier, ,en ont 5.0100 environ. La com-
munisante Organisation die's Volontaires du Peuple
a Drapeau Blanc >>, qui prit les armes ien juillet,
,dispose de 3.000 hommes. Un ou deux millions de
soldats r.aguliters et die policies se sont mutinds.
Les Karens rebelles ont quelque 5.000 hommes sous
les armes. II faut computer en outre environ 1.0,00
Muisulmans Arakanais armi6s, .d6cid6s (A rattacher
leur territoiire au Pakistan Oriental. iL'opposition po-
litique la plus puissante, iest repr6senti6e' par les
communists orthodoxes qui ,constituerent des ban-
des de partisans anti-japonais en Birmanie' Centrale
pendant la guerre et organiserent Ipar la suite, de
puissants syndicate paysans...
La population de Birmanie se repartit en quatre
groups.
... Une poiigne de, Britanniques contr6lait jus-
qu'il ces derniers temps, non seulement le Gouver-
nelrent, mnais encore le ,commerce ext6rieur, la
banquet let les tranpo'rts, le p6trole et les sociftks
forestieres exploitant le teak. Aussit6t apr6s eux,
au point de vue du statut .iconomique, fligurent les
<< minorit6s itrangeres >, les 8'00.01010 Indiens et le's
250.0010 Chinois qui ont pendant longtemps domino
lie comlmrerce interieur et pratiqui Plavance de fonds
dans les regions ruralies. Les iBirmans sont 10 mil-
lions don't 815 % dce (paysans...
Au-dessous des Birmans, politiquement et econo-
miquement se trouvent les << minoritis indigknes >> :
1.400.0100 Karens, 1 million .die: Shans, 41010:100 Ka-
chins, 4100.1000 Chins et beaucoup d'autres groupe-


ments au nombre desquels figurent les Nagags chas-
seurs de tetes. La plus grande parties 'de ces indivi-
dus vivent le long des fronti6res montagnardes ; un
grand nombre d'entre eux professent l'anihmismer et
ont une organisation tribalie. La minority& la !plus.
important iest celale des Karens qui constituent le
group dominant dans les Etats Karens les seuls.
Etats indigbnes de iBiinmanie -, qui sont nombreux
dans lies montatgnes le long de la ifrontiere ,du Siam
et 6iparpilles en basse Birmanief...
Avant la guerre, les Britanniques separaient les
< regions frontalieres > du reste du pays.
... Sous le prktexte de oconnaitre ce don't ces tribus
,niontaignarde's avaient besoin, mieux que les Bir-
mans, ils les excluaitent de la jurisdiction die la l1gis-
lature birmane et le' igouvernaient directement
Pendant la guerre les tribus frontalibres furent en
igen6ral loyalties iA l'igard die la Grande-Bretaignie alors
que la masse des nationalist'es birmans s'&tait ran-
gbe aux c6tes ,des Japonais. A la fin de la guerre les
Britanniques 6taient disp-os6s A octroyer il'inidpen-
dance a ]a Birmanie mais ils se demiandaient si les
populations frontali6re's se joindiraient A la Birmanie
proprement -dite. De nombreux fonctionnaires bri-
tanniques, esperant conserver pour la Grande-Bre-
tagnie: les confins strategiques de l'Inde, de la Chine
et du Siam :essayirent die persuader les tribus mon-
tagnardles d'e la possibility& pour elles d'avoir, avec
l'aide ide la Grande-iBretagne, unle existence' s-'parie
et he-ureuse. L'e Livre Blanc sur la Birmanie du Gou-
vernem'ent Churchill proposait de laisser les deux
regions s6parbes iet les conservateurs firent des son-
dages tres nets sur ce thbme au Pairlement en mai
11947...
Les nationalists birmans ne voulaient pas d'une
division du pays.
<< L'ind6pendancie, d6iclara Aung San, serait an-
nulee si les regions frontalieres itaient miaintenues
sous le contr'le 'direct dui Gouviernement de Sa
Majest6. > Au course des conversations de Londres,
en janvier 1947, Aung San convainquit le Gouver-
nement britannique de son intransigence sur .cette
question et oe dernier accepta qu'une conference
avec les populations frontalieres ait lieu au mois de
mars suivant sous la presidence de David Rees Wil-
liams, sous-secr6taire d'Etat aux Colonies. iCette
conference aboutit ia un rapport unanime aux terms









*duquel les populations frontalires acceptaient de
:s'unir aux populations des plains an sein d'u'ne
.seulde et mai(me Union de Birmanie, si la constitution
leur donnait des garanties 'convenables...
Les sidges de l'Assemblde Constituante furent aug-
mentis de 45 pour assurer une representation con-
venable des populations frontalidres. L'idie de creer
.des region. autonomes fut empruntie aux Constitu-
tions de I'U.R.S.S. et de la Yougoslavie. Les Karens,
stipula la Constitution, seraient gouvernis par un
Conseil des affaires Karens ilu par l'ensemble de la
.communautd. Les Etats Karens se virent octroyer
l'autonomie.
... Lorsique le dirapead de la IBirmanie fut hiss6 le
jour de P'ind6pendance, ,cinq 6toiles y figuraient, re-
pr6sentant la Birmanie propreoment dite et les iquatre
principles minorit6s indigenies. Mais, dans sa ma-
nibre d'ad-ninistrer, lie Gouvernement *n'a pas tenu
s'es prormesses -constitutionnelles et le ressentiment
des Karens; s'lest d6velopp6. De noimbreux Karens
'ont adh&r6 a 1'Union Nationale Karien, don't F'action
tend A la cr6aation d'u'n Etat Karen r6alis, par des
m6thodes constitutionnelles. D'autres ont preconiss
l'emploi die la force. Les agents du iService Secret
Birrman acouslent un group d'anglais d'utiliser lees
Karems pour amener la chute du rAgime socialist
-de Birmainie et P'installation d'un r6egime plus favo-
rable aux int6rits britanniques. D'ans ce groupe fi-
garaient Sir Reginald Diorman Smith, ancilen gou-
verneur di: la Birmanie, les directeurs londoniens
des fires britanniques de Birmanie eno course doe na-
tionalisation et un, certain 'nombre!' d'anciens offi-
ciers du command:ement de 1'Asie Sud-Orientale
hostiles A la politique de concessions A Aung San
pratiqu6e par Lord Mountbatten...
(< The Nation 13 novembre 1948) 4.028


Aujourd hui, l'Union birmane est soumise a
l'dpreuve de la guerre civil.
Le Parti comimuniste, soutenu par 'Organisation
des Volonta, ines dul Peuple (qui a succid, A la Ligue
Antifasciste pour la Libert6 diu Peuple), a rompu
avec le r!gim'e actuel qu'il accuse de trop tarder A
imposer le's measures de nationalisation pr6vues dans
la Constitution. Les Karens unis probablem;ent par
cette menace comlmuniste, sie sont 6galement soule-
v6s centre P'autorit6 idu Gouvernement central; il
s'agit, touteofois, e'n ce qui leis concern, de consti-
tuer un bloc anticommuniste parmi les Etats bir-
mans.
La lutte qui se diroule en Birmanie n'est done pas
seulement une lutte pour le pouvoir. Mais elle im-
plique igalement l'interpritation de la Constitution.
Dans ces conditions, il peut &tre intiressant d'exa-
miner les diverse dispositions de ce document afimn
de comprendre les points de divergence entire les
lamentss en lutte pour le contr6le du gouvernement.
Commie la Constitution amaricaine, la Constitu-
tion de la Birmanie accepted les deux grands pos-
tulats de. la pens,'e politique ddu xvIu" si6cle : la sou-
verainiet du peutple et la separation -des pouvoirs.


Ce drerni!er postulat fait l'objet 'd'importantes res-
trictions.
Dans les chapitres II, III et IV,, on s'attacihe A
6talblir une base unitaire, plut6t que fB6d6ale, pour
1'autoriti. Le chapitre III dfinit 'Etat comme repri-
sentant < l'auitorit& executive onu legislative die
1'Union 1. II stiputle ensuite' une a citoyennet6 uni-
que pour toute 1'Union >>, soumnet le comMnierce et les
6 changes A la r6glemlentation 'dei la oi de I'Union,
pravoit l'imposition par I'Etat d'un ( service a des
fins publiques > et donne ,enfin au Parlemient le pou-
voir d'labohrer des lois rendant ces dispositions
effective !
En ce qui concern le regime de la propridte
... L'Etat est le propri6taire d6finitif de routes
les terres >. Cette disposition est identique A l'ar-
ticle 15 de la Constitution de I'U.IRS.S. qui stipule
que < la propriete socialist -en U.R.S.S. ce soit la
forme de propri6t dde l'Etat... soit la formle de pro-
pri6te coop 'rative-collective... >>. D'autres similitu-
des entire les deux 'Constitutions peuvent 6tre notes.
L'Etat deo Birmanie assure A chaquie citoyen le droit
*au travail, le droit au r'epos et aux loisirs, le droit
& l'entretien dans la vieillesse et en icas de maladi e
et le idroit A l'instruction. Les articles 118, 119, 120
et 1211 de la Constitution de I'U.R.S.S. 6num6rent les
mAmes garanties dans le mime ordre...
Une distinction est faite entire la propridtd ter-
rienne et la propridtd privee.
LEtat garantit le droit A la propri6t6 priv6e en
Birm,anie et le droit < A I'initiative privele dans la
spihbre 6conomique >. C'es droits peuvent etre limi-
t6s < si F'int6ir6t public le r6claime >>. Les cartels,
les syndicates et les trusts sont interdits.
La liberty individuelle est respectee ainsi que
celles de reunion, d'opinion et du culte. Les droits
des femmes sont reconnus. Elles pourront pretendre
< au meme salaire que les hommes a travail igal >>.
Le Chapitre V est intituled Le Prisident >>.
Le PrBsiddent de la Birmanie est l6u au scrutiny
secret par les deux Chambres du Parlement si6g'euani
ensemble. II est app'el iA occurper ces ifonctions pen-
dant une p6riodie de cinq ans et au maximum pen-
dant deux p6riodies ide mAme dur6e. II n'est respon-
sabile deevant aucune des deux iChambres ni devant
aucun tribunal pour 1'exercice on 'accoomplisse-
mient -des pouvoirs et functions de sa charge pou-
voirs et functions don't le caractare est nominal,
dans une grande measure. 11 peut, cependant, etre
-mils en accusation pour haute trahison, violation de
la Constitution ou inconduite grave...
Le Pouvoir legislatif appartient au Prisident, a
une Chambre des Diputis et i une Chambre des
Nationalitds.
... Le Parlement doit tenir unei session an' moins
une fois par an. La 'Chambre des D6put6s choisit
son pr6sidlent et son vice-prsident ; la Chamnlbre des
Nationalit6s en fait autant. La liberal de parole est
garantie au Parlement let d'autres privileges peuvent
&tre d6finis par statut. Touties les questions trait6es
a toute s6aInce ou a toute reunion commune des
Chambres, devront, A quelquies exceptions pres, etre
sanctionn6es rpar la majority des membres, presents










ayant pris part au vote. Le President a une voix
preponderante .en casi de litige. Pleut faire parties du
Parlement toute personnel de plus de vingt et un
ans, sans consideration de titre de proprite6, de
sexe, de race, ou .de religion. Tous les votes ont lieu
au scrutiny secret...
La Chambre des Diputds est la plus important
des deux Chambres du Parlement. Le nombre des
deputis doit etre le double de celui des membres de
la Chambre des Nationalitis.
... La Chambre des Nationalit6s le terme est
lermprunt6 A la Constitution Sovi6tique est fixde
a 125 sieges, don't 215 doivent Stne occulps par des
representants de l'Etat Shan, 24 piar des reprYlsen-
tant de l'Etat Karens, 12 par des reprsietantants de.
I'Etat Kaichin, 8 par des repr6sientants de la Divi-
sion Sp6ciale' des Chins, 3 par des repr6sentants
Karens et les 513 derniers sibge's par des repr6sen-
tants d'autres territoires qui ne sont pas nommis...
L'organisation judiciaire est calqude sur le systmme
britannique.
ILe 'chapitre XII a trait aux relations int'ernatio-
nales. En parfait accord avec les signatairers dal
P,acte Kellogg, I'Union Birmane < renonce A la
guerre ien tant qu'instrimlent de politique natio-
nale >>. Tous les accords internationaux droivent re-
cevoir I'approbation du Parlement.
Le chapitre XIII est intitui << Dispositions Gen,-
rales ). 11 y !est (pr6vu un drapleau, un lanigage offi-
ciel (le birman), un mode de neicrutenment de l'ad-
ministration civil, etc... Dans ce clhapitre, comme
dans les premiers, il est stipu6e quie toutes les ries-
sources naturelles seront exploitees par l'Union ou
so.us la supervision d'e 1'Union.
(,c Far Eastern Survey ), 17 novembre 1948). 4.408

Mais dans la situation actuelle, il est douteux que
le Gouvernement birman ait le loisir de mettre en
ceuvre sa Constitution. II lui faut d'abord songer d
dispute aux rebelles sa capital.
Rangoon resemble a une forteresse assiege'e.
Les (fonctionnaires du iGouvernenment vivent
dans un groupie de mlaisons series les uns contre
les autres dans un quarter speciall de la ville. Les
maisons sont entourbes de fil dei' fer baribel, les
portes sont commander par des mitrailleuses.
De temps en temps on peut voir un car de police
filant a toute vitesse par' miles rues, les si6ges arriere
occup6s par des soldats arnmis jusqu'aux dents. A
]'abri die cette masse de chair et d'acier un ministry
se rend A un rendez-vous.

Apris la tombie de la nuit, Rangoon est une ville
fantome.
Les rues sont d:e s.ombres. cavernesi par suite de
Ia p-nurie de courant. Die rares voitures parcourent
les grandes arteres et on les arr te iA divers points
de contr6le.
Le couvreifeu est impose A minuit. Une, loi inter-
dit del fair ipartir .des fiUs6es prbs d'une' grande
route. La station de police est entour6e de fil de fer
barbel iet fortement gard6ee. iDes tanks et des ca-
mions de troupes sont toujours prets A intervenir.
(a Continental Daily Mail c, 6 Janvier 1949). 4.396


La succession des soulevements qui devait con-
duire la Birmanie a l'effroyable chaos oi elle se
debat actuellement est rappelie par le Times.
ICe furent les communists ,qui se soulev6rent les
pirelmiers, ceux du Drapeau Blanc. Six de leurs chefs.
assistaient A 1la Conf6reence communist de Calcutta
en f6vrier dernier. En en revenant ils intensifier-nt
'action du Parti en provoquant des graves puis en
passant A l'insurrection diu ler avril. Fatute de pou-
voir exploiter aussi facilement que na'gubre le slo-
gan de lutte pour l'indiependance, leur propaganda
s'efforca de montrer qu'il ne pouvait y avoir de
< vraie indipeendan.e >> tant qu'il y aurait des ac-
cords militairies et financiers avec la Grande-Breta-
gne et jusqu'Al ce que les intOrets strangers soient
sonmmairement expropries sans indemnity..
C'est alors que, dans l'espoir de provoquer l'union
des gauches, Thakin Nu, Premier Ministre, public
son programme en quince points. II contenait quinge
propositions s'inspirant des travaux de Marx, En-
gels, Linine, Staline, Tito et Mao Tse Tung. II de-
vait etre enseigne a tous les ecoliers birmans. Mais
des protestations s'eleverent de la part de ceux qui
craignaient que la Birmanie ne devienne < rouge >.
Ce ifut alors le tour d'unei section de l'Organisa-
tion des Volontaires du Peuple die, rompre avec le
Gouvernement. Les re'belles (arm6e priv6e d'Aung
San) s'intituilerent < Bande Blanche > pour se diff6-
,rencier des deux autnes tiers de l'organisation
(Bande Jaune) demneur.s fiddles au Gouvernement.
Puis le 9 aoit
le 1" Bataillon -des Burma Rifles stationn6 t
Thayetmyo et une parties du 3P Bataillon, stationne
a Mingalodon, prbs de Rangoon, se mutinerent et
tournerent leurs armes centre le Gouvernement.
La security de l'Union ddpendait disormais en-
tierement de formations composees des peuples mon-
tagnards : Karins, Kachins et Chins.
Moins d'un mois plus tard, les Karens, dans la
region de Tenasserim, occupaient sans effusion de
sang Thaton et Moulmein et mettaient la main sur
]'administration. Dans le courant de l'ann6e, ils
avaient demand a former un Etat ind6pendant. Les
leaders Karen, tels le g6n6ral iSmith Dun, comiman-
dant en chef de 1'Arimie birmane et Saw Ba U Gyi,
President de I'Union Nationale des Karens, em-
ployaient leur influence A privenir toute violence.
Incapables de faire autre chose, le gouvernement
diecida de n6gocier et lei 5 ,octobre, mit sur pied une
Commission autonome r6gionale charge d'.enqu6ter
sutr les aspirations des Karens et de. voir s'ils ne
pourraient mettre ensemble sur pied la base d'une
Constitution...
... En th6orie, il ne devrait pas &tre difficile a la
Commission Autonome Rlegionale qui siege ac-
tuellement d'6difier un project groce auquel les
Karens de la Birmanie Orientale pourraient jouir
d'une large autono'mie au sein de l'Union. Inivita-
blement un tel plan ne peut satisfaire les deux par-
tis. La chose important est qu'il y ait de la bonne
volont6. Or pour le ,moment, elle fait tristement
d6faut.
( The Times ., 7 janvier 1949). 4.392









Les Karens veulent un Etat autonomy dchappant
.h la suyerainete des Birmans : Telle est I'explication
.de leur revolte soudaine qui leur a permis de s'em-
parer de Bassein et de Moulmein et de couper les
communications ferroviaires entire Rangoon et Man-
dalay.
Qui sont les Karens ?
D'une m-aniere plus objective on peut dire que les
Karens sount, dans F'ordre d'importance, la second
tribu birmane, totalisant environ un million et demi
d'individus. Physiquement, iJs sont petits, mesurant
en moyenne cinq pieds, ont le torse puissant et les
jambes robustes des montagnards et leurs traits sont
ceux des Mongols. Venant a l'origine d'une region
situ6e quelque part dcans le Yunnan, ils s'6tablirent
dans les montagnes a 1'Est de Toungoo...
Dans la second moitid du sidcle dernier un bon
nombre d'entre eux quitta montagnes et forces pour
s'installer dans la region deltaique aux environs de
Bassein.
... Is constituentt dans cette region une commu-
naute assez compact, se livrant en grande parties
aux travaux agricoles et comptant .environ un -demi
million 'd'in'dividus. Un grand onombre d'entre eux
ont rbalis; des fortunes consid6rables et d'autres,
par suite du developpeanent progressif des institu-
tions d6miocratiques .dans le pays, ont pleinement
palrticip6 aux affaires publiques et 6difiU des orga-
nisations politiques...
Les Birmans ont offert aux Karens des monta-
gnes un Etat i eux, au sein de la Birmanie. Quant
aux Karens des planes
II rest encore A "trouver une solution leur don-
nant satisfaction. Ils ont un leader capable en la
personnel de Saw Ba U Gyi, Pr6sident de I'Union
National Karen. Ils etaient disposes A Ia paix. CGe
n'est que F'amere deception cause par l'issue des
nagociations qui peut expliquer le nouveau recours
a la force.
(, Daily Telegraph -, 1"' f6vrier). 4.485

Les conzsquences de la rivolte des Karens appa-
raissent particulikrement graves si l'on songe que
Les Karens constituaient, avec les autres peuples
non-birmans, sept -des douze bataillons de l'armnie
r6guliere...
En outre le gindral en chef Smith Dun est un
Karen. II a ete placid en << congi d'absence >.
Jusqu'ici le Gouvernement s'est arrange pour te-
nir bon dlans la capital et il a recu d'Angleterre des
fournitures .d'armnes pour lui pernmettre d'affirmer
son autorit6. S'il peut arriver a conclure un accord
avec Iles Karens, il .aura alors une bonne .occasion
,de mettre un point final a la r6volte des Commu-
nistes et -des << Volontaires du Peuple >>.
A 1'heure actuelle, il semble ce!pendant que les
Communistes et les Karens se coalisent pour com-
battre les; troupes gouvernementales.
La pl uralit6 des factions rend toutes les combi-
naisons possibles en Birmanie mais ce serait 'un d6-
sastre pour ce pays si les Coanmnunistes 6taient .en
measure d'exploiter la querelle de deux nationalists
au point de les subjuguer toutes les deux.
(o The E;conomist v, Londres, 26 f6vrier 1949). 4.518


Dans l'espoir de mettre un terme a la guerre en
Birmanie ou tout au moins d'amdliorer la situation,
les < amis et les voisins > de ce pays se reunissaient
a New-Delhi.
Cette conference ressemblait a < une consultation
medical d'urgence tenue am chevet d'ui nzalade
don't I'itat va s'aggravant.
... Le malade git in extremist dans le voisinage im-
midiat tandis que la fivre de la guerre, civil suit
une courbe sans cesse ascendante et que des plaintes
d6chirantes indiqucent un budget gravement d6s6qui-
libr&. Le cas ,est si grave qu'il n'est pas un docteur,
semble-t-il, qui ne se decide A assumier seul la res-
ponsabilit6 du itraitement, cd'oif la consultation ac-
tuelle...
(a The Economist -, 5 mars 1949). 4.532
La conference de Delhi a d6cid6 que rien ne pour-
rait ktre fait pour aider la Birmanie jusqu'A ce que
le Gouvernement de Rangoon mette de l'ordre dans
sa maison. Les voies et moyens pour y parvenir ont
,16t suggr6es au Premier Ministre birman, mais oes
suggestions ont Rt& mal aocueillies. L'Angleterre et
(les autres pays du Commonwe.alth ne demandent
qu'ah aider mat6riell'ement et par leurs avis la Bir-
manie, mais seul le Gouvernement birman, en re-
gardant les choses en face, peut rendre cette aide
possible....
(a The Times ), 8 mars 1949). 4.540

Thakin Nu avait lui-meme provoque indirecte-
ment la reunion de la Conference en disirant nego-
cier un emprunt par un accord bilateral avec la
Grande-Bretagne, Mais la security financiere est
conditionnde par la stability intirieure.
D'ou ila proposition d'une reconciliation avec les
Kare'n, qui fut interpretee par les Birmans come
en dehors .de 1'ordre du jour de la ConfBrence. Les
terms du discours prononc6e par le Premier Minis-
tre de 1'Inde semlblent impliquer une intervention
inadmissible dans les affaires interieures de la Bir-
manie. De plus, cette proposition fut rejet6e par des
d6claratio'ns indiscrtes faites par le Dr Evatt et
d'autres aux terms desiquelles le Gouvernement bir-
man envisagerait, on ferait bien d'envisager un re-
tour dans le giron du Commonwealth...
Le Gouvernement birman se trouve enfermi dans
un dilemme :
... 11 tient Rangoon, Moulmein et d'autres villes;
il reoccupe rapidement les a6rodromes ,et les che-
mins de fer p6riodiquement saisis par les rebelles.
On ne voit pas apparaitre d'autre Gouvernement ;
les Communistes et P'Organisation des Volontaires
du Peuple sont aussi incapaibles que les Karens de
fair l'u.nit& du pays.
Mais les divers elements de la r6volte sont assez
forts pour empeoher administration de Thakin Nu
de fonctionner.
Si Thakin Nu n'ose pas accepted une aide de
l'ext6rieur et n'est pas soutenu financirement, le
'chaos et F'anarchie semblent devoir constituer le
destin de la Birmanie pour longtemnps.
( The New Statesman and Nation >,
12 mars 1949). 4.548











LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRANCAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTES

A la Section de la Presse Etrang&re, au Ministire de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7'). (Direction
des Affaires Politiques, Piece 17, 1" Etage).
La Section de la Presse Etrangere peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, a quiconque lui en fera
la demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
iLe N' de reference suffit a designer le document d6sire.


ORIGINE DU DOCUMENT


New York Herald Tribune
Far Eastern Survey ......
The Times ..............
The New Statesman and
Nation ................
Yorkshire Post ...........
Time and Tide ..........
The New Statesman and
Nation ................
West Africa ..............
The Economist ...........
Eastern World ...........
Eastern World ...........

The Manchester Guardian .
A. B. C. Madrid ..........
A. B. C. Madrid .........

Time (New York) .........
The Manchester Guardian .
A Voz ...................
East Africa and Rhodesia .
New York Herald Tribune
Neue Ziircher Zeitung ....
The New Statesman and
Nation ................
Spectator ................
Spectator .............
Time and Tide..........
The New Statesman and
Nation ................
Manchester Guardian ....
A. B. C. Madrid ..........

The Economist ..........
The Economist ..........
The Yorkshire Post ......
New York Herald Tribune
The Times ...............
The Times ...............
Far Eastern Survey ......
The Times ...............
Manchester Guardian .....
Mercati Coloniali .........
Mercati Coloniali .........
Far Eastern Survey .......
Neue Ziircher Zeitung ....
West Africa ..............


DATES


10-3-49
23-2-49
4-3-49

12-3-49
3-3-49
12,3-49

12-3-49
5-3-49
12-3-49
3-49
3-49

10-3-49
9-3-49
8-3-49

28-2-49
14-3-49
11-3-49
10-3-49
17-3-49
14-3-49

19-3-49
18-3-49
18,3-49
19-3-49

19-3-49
5-3-49
13-3-49

1;2-3-49
19-3-49
21-3-49
2t2-3-49
22-3-49
23-3-49
9-3-49
22-3-49
14-3-49
28-2-49
2.8-2-49
9-3-49
23-3-49
12-3-49


TITRES


4.543
4.544
4.545
4.546

4.547
4.548
4.549

4.550
4.551
4.552
4.563

4.554
4.555
4.556

4.557
4.558
4.559
4.560
4.561
4.562
4.563

4.564
4.565
4.5666
4.567

4.568
4.569

4.570
4.571
4.572
4.573
4.574
4.575
4.576
4.577
4.578
4.579
4.580
4.581
4.582
4.583


Le communism gagne du terrain aux Indes.
La resistance en Indon6sie.
Le changement de physionomie de 1'Inde.

La Birmanie et Delhi.
Qui doit sauver la Birmanie des souffrances et de la ruine ?
La crise malaise.

Le kaleidoscope birman.
Education des adults en Afrique Occidentale (nO 9).
L'O.N.U. peut-elle s'emparer du Quatri6me Point ?
L'Indon6sie.
La Grande-Bretagne a besoin d'une, nouvelle politique dans
1'Asie du Sud-Est.
Birmnani.e.
L'Union Frangaise reconnait l'indipendance du Viet-Nam.
La prochaine Conference des Ministres des Affaires 6tran-
geres du Commonwealth.
Un Gouverneur symipathique : Lord Baldwin (Antilles).
Indonesie.
Le probl6me d'Indochine continue A paraitre insoluble.
La menace communist dans les Colonies africaines.
La Birmanie : une banqueroute politique.
L'Indochine, 6preuve de force pour le Cabinet Queuiile.

Un accord mort-n6 (Indochine).
Un Dominion du Zamb6ze.
Effondrement en Birmanie.
La vie en Malaisie.

Point d'interrogation en Malaisie.
Les elections g6n6rales de l'Inde.
L'Assembl6e Francaise a approuv6 le statut de la Cochin-
chine.
Le rempart indien.
Redressement indon6sien et aide Marshall.
Menace de nouvelles pertes en Birmanie.
Guerre en Birmanie.
Les colonies italiennes.
La France dans l'Inde.
La politique du Sud-Est Asiatique.
Les colonies italiennes.
Arachides.
A propos du plan britannique de culture des arachides.
Les Etats-Unis d'Afrique.
La Commission du Pacifique Sud.
Prelude d'une nouvelle Conf6rence du Conmmonwealth.
Succ6s dans un pays .de d6fiances fantastiques (Education
des adults en A.O.B.).


i--










BIBLIOGRAPHIE


'G. SPITZ. Les Irrigations du Niger, I volume in-16
broch6 de 240 pages avec 2 cartes et 16 planches,
hors texte. Societe d'Editions Geographiques, Ma-
ritimes et Coloniales, 17, rue Jacob, Paris 6".
Faisant suite A l'Ouest Africain Frangais qui pa-
rut au debut de 1948 dans la collection < Terres
Lointaines >, un nouvel .ouvrage du Gouverneur
Spitz, 6galement 6dit6 par la Societe d'Editions Geo-
graphiques, Maritimes et Coloniales, 17, rue Jacob
A Paris, vient de sortir. Sous le titre Sansanding, ce
volume est entierement consacr6 A l'6tude des Irriga-
tions du Niger.
Qui, ir.me en dehors du monde colonial, ne con-
nait pas 1'Office du Niger ? En effet, d&s sa creation
en janvier 1932 cet organisme d'Etat a fait l'objet
de vives controversies qui n'ont pas facility la tiche
de ceux qui avaient la charge des destinies de l'oeu-
vre A accomplir dans le delta central nig6rien. Puis
la guerre est venue qui efit sur les travaux les reper-
cussions ficheuses que l'on peut imaginer...
Aujourd'hui le barrage fixe et mobile de pros de
trois kilomitres de long, 6lev6 sur le Niger A proxi-
mit6 de la petite locality qui lui a donn6 son nom :
Sansanding, est entierement termine et les irrigations
entrent dans une phase r6alisatrice. L'ceuvre est
6voqu6e par un colonial un vrai qui en a
suivi le d6veloppement depuis l'origine et traite
d'une plume alerte et impartiale, rendant le livre
facile A lire pour tous malgr6 la technicit6 du sujet,
tous les problmes pos6s par les irrigations du Niger.
Ce livre n'est pas un plaidoyer ni un r6quisitoire,
proclame l'auteur : seuls les faits objectivement ex-
poses doivent permettre au lecteur de se former une
opinion tant sur le passe que sur la situation pre-
sente et ll'avenir de l'Office du Niger.
, Et la conclusion qui se degage de l'expos6 de
M. Spitz est que nous devrions ktre fiers de l'oeuvre
utilefment entreprise par la France dans les terres
lointaines du Soudan qui peuvent devenir un jour
largement productrices de riz, et aussi de coton, pour
le plus grand ben6fice des populations aofiennes.

J. CELARIER. Maroc, Ed. Berger-Levrault, Paris.
Apres avoir 6tudi6 dans un recent ouvrage les
problems de geomorphologie au Maroc, J. Celarier
nous present, aujourd'hui, une expressive monogra-
phie, brillamment illustr6e, de cette terre privil6giee
par la nettet6 de son cadre littoral et sa riche et
vigoureuse personnalit6 geographique, et qui a b6-
neficie a surplus du prestige attirant que lui con-
firent les 6v6nements historiques et le succes ma-
teriel.
L'auteur s'attache A d6finir les caracteres tradi-
tionnels et les possibilities du Maroc, qui r6sultent


de ses contigiiites ouvertes sur quatre facades et en
font un pays A la fois nord-africain, atlantique, m6-
diterran6en et saharien. Apres la nature, voici
I'homme, ses contingencies ethniques, sa vie urbaine
et social, sa religion, et voici l'ceuvre du Protectorat
francais, qui a multiplied la < plante humaine > par
la s6curit6, 1'hygiine et les creations economiques,
productive de richesses nourricieres et de richesses
d'echange.
A c6te des paysages et des tableaux de la vie in-
digene, impr6gnes d'un charme nostalgique, I'auteur
fait vivre un autre Maroc, qui ne parole pas seule-
ment A l'esprit et au cceur, qui represent un mer-
veilleux excitant des energies et des volontes et con-
vie les jeunes Frangais A la decouverte d'un Maroc
entierement tourn6 vers l'avenir.

Hubert DESCHAMPS. Les Pirates a Madagascar,
Ed. Berger-Levrault, Paris.
Quand le romanesque, exactement contr6le par la
v6rit6 historique, s'exprime avec la sobrietC d'un hu-
maniste et l'elegance d'un conteur, il depasse sou-
vent en attrait et en significance les r6cits d'aventures
les plus captivants et les mieux construits.
L'histoire de la grande Piraterie dans la Mer des
Indes, aux xvrI et xviIe si&cles devait tenter Hubert
Deschamps, parfait 6crivain de Madagascar, qui
fait revivre pour nous ce people singulier, < n6 de
la mer et d'un r&ve brutal, people violent, tragique,
futile, 6phemere, comme le sont les tempktes, et com-
me le destin des hommes >.
Avec parfois cette nuance d'archaisme qui, par
la magie du style, install le lecteur dans le recul du
passe, il nous conduit vers les repairs et escales des
pirates petits et grands, sur la c6te savage de Ma-
dagascar, et retrace les < vies > extraordinaires des
forbans et gentilshommes de fortunes diverse, fon-
dateurs de royaumes exotiques, qui furent peut-6tre.
apres les malayo-polynesiens et les Arabes, les pre-
miers < colonisateurs > de la Grande Ile. L'ouvrage
est illustr6 de cartes et de gravures anciennes, artis-
tement choisies.


Frangoise MARTIN. Heures tragiques au Tonkin,
Ed. Berger-Levrault, Paris.
Les Franqais ont suivi avec emotion les peripeties
des 6evnements qui, depuis quelques ann6es, mettent
l'Indochine au premier plan de I'actualite, et ils res-
sentent une vive inquietude devant le d6roulement
des operations militaires en pleine evolution.
Ils n'ont pas oublie cette ann6e tragique de
1945-46 qui a precede l'arrivie des soldats de Le-









clerc, et ils trouveront dans ce journal d'une femme
de France, r6sidant A Hanoi les 6claircissements que
seul peut fournir le recit d'un t6moin authentique
qui a vecu sur place ces iterribles 6preuves, I1 est
precis, fiddle dans les details et les textes cit6s, reve-
lateurs des drames don't le Tonkin en particulier a
6t6 le theatre durant cette sombre periode.
Ce qu'a 6te le sort de nos compatriotes isoles sur
ce territoire lointain, au milieu des trois rivaux asia-
tiques, les Japonais, le Viet-Minh et les Chinois, est
un aspect du problime indochinois qu'il faut rap-
peler et faire connaitre, et le martyrologe des Fran-
gais du Tonkin est une des pages les plus doulou-
reuses de la second guerre mondiale. Cet ouvrage
fait le point de la situation dans la grande p6nin-
sule asiatique et eclaire utilement le probleme com-
plexe de son evolution.


Pierre HUBAC. Les Nomades, Renaissance du
Livre, Paris.
Le spiritual et sftr specialiste des civilisations pu-
niques et tunisiennes se propose ici de fixer des no-
tions capitals sur les peuples errants, si mal connus
de nos agglomerations sedentaires.
C'est toute l'aventure du nomadisme dans les rela-
tions des hommes, et le r6le social du nomade qui
sont exposes dans ce livre avec la jnaitrise d'un 6ru-
dit et d'un psychologue et dans la forme d'un subtil
6crivain.
Et le nomadisme, source vive de toute aristocra-
tie, de toute chevalerie, dq toute galanterie, et 'con-
sid6r6 hors des chronologies et des annales, se d6-
roule A travers 1'6tendue des deserts pt des steppes,
selon les grandes lois historiques qui dirigent les
masses humaines.


COMMUNIQUES


(( FRANCE OUTRE-MER ,

Somnnaire du N* special d'Avril 236
suT 'essor de I'6conomie marocaine
Presentation de l'Economie mxarocaine
Le ,d6veloppement de la production minir.e, base de
la puissance Bconomique, par M. A. Bouillot, Ad-
ministrateur-Directeur du Bureau 'de Recherches
et de' Participations minieres.
Les Phosphates, richesse quasi inpuisable, par
M. Jacques Bondon, Directeur gbn6ral de 1'Office
Chkrtfien des Phosphates.
Le Charbon, une exploitation qui progress a pas
de g6ant, par M. Marcel Solignac, Pr6sident D'i&-
gu6 des Charbonnages Nord-Africains.
Le P6,trole, ni un Pactole, ni un mirage, des recher-
ches encourageantes, par M. Ed. Friedel, Pr6si-
dent de la Soci6t& Ch6rifienne des P6troles.
Abondance et diversity6 accrue de la production agri-
cole, par M. Roger Trintignac, Chef du Service
de la Mise en valeur.


L'Electrification rythme le proagrs industrial et agri-
cole, par M. Alfred Gros, Directeur commercial de
I'Energie Electrique idu Maroc.
La p'oussbee industrielle et les problem'es poses par
son acceleration continue, par M. Pierre Sahuc,
President du Comit& des Industriels.
La place privil6gibe des industries, alimentaires
l'Industrie de la Conserve, par M. Jean Imberti,
President de la Confed6r,ation G6n6rale du Patro-
nat.
L'Industrie Idu b16, par M. Denis Basset, Directeur
de l'Office du B16.
Le Liige, exempile le plus marquant de l'essor d'apres-
guerre, par M. Toulet, President de la Conf6dkra-
tion des Liegeurs.
Le Port ide Casaiblanca, coeur bconomique du Miaroc,
par M. Yves Bars, Dire'cteur ,du Port.
Le Tourism : < Visitez le Maroc, >>, par M. Blaique-
Belair, Chef ,du ServiIce du Tourisme.
L'Equipement hotelier, par M. Robin.
En manidre de conclusion : < Tel qu'en lui-m6me...
le Maroc >, par M. J. La.droit ;de Lacharriere.











AU c JOURNAL OFFICIAL >


AU < J. O. ) DU 2 MARS
Des citations h 1'ordre de la Na-
tion (R6sistance indochinoi-
se)'.
Un d6cret du 2'8 f6vrier 1949 por-
tant organisation du service
ides poses et t:l64-conimuni-
cations du Togo.
Un d6oret du 28 fevrier 1949 ap-
prouvant des d6elibdrati'ons
du Cmnseil Gdndral du Niger
relatives au regime fiscal.
Un d6cret du 2'8 ifTvrier 1949 ap-
proiuvant une ddlilbdration
du .31) aoft 1948 ,diu Conseil
Reprlsentatif ide l'Ouban-
gu:i-(Chari crdant une taxes
de levage et de stationne-
ment sur les terre-pleins
du port de Bangui.
Un d6cret ,du 28 fevrier 1949 an-
nuilant le maximum des cen-
time.: additionnels pergus au
Iprofil de la commune mixte
de Bamako fixed par la id6li-
'braiion no 33' idu 2'0 novem-
bre 1948 ndu iConseil GPneral
-du S'mudan frangais.
Un decret du 28 f6vrier 1949
portent designation come
secretaire g6n6ral du Niger
'de n. Thomas, administra-
teur des Colonies.
Des d6cr'ets du i28 f6vrier 1949
placant ides professeurs de
l'ensioigne'ment ,sup6rieur en
position de mission (M'M. Le
Breton, Burdeau,).
Des decr'ets d'u 28 f6vrier 1948
concernant le personnel :
Recl;ssement : M. iDa Costa,
admiriistrateur de 2e classes
des Collonies M. Roux
(Lou is-Michel), aidministra-
teur de 31 classes *des Colo-
nies.
Mfise en position de mis-
sion : Mi. Pont ('Rene-Lu-
cien) aidministrateur de 3
classes des Colonies.
Mise a la retraite d'office et
aibro';,atiion id'un 'd'icret de
revocation : M. Simonel, ad-
mini:.-trateur des Colonies.
Mise A la retraite pour an-
ciennetIe de services : M.
Manlovani (Giulio), admi-
nistrateur ide 1' classes des
S.C. rie l'Indochine.
Mise en di!sponibilitd : M.
Menage, administrateur des
Colonies.
Magistrature d'Outre-Mer.
Haut-conmJnissariat de la R6-


publique en Afrique Occiden-
tale Frangaise.
Travaux plulblics des Colo-
nies.
Un d6cret du ie" mars 1949 char-
geant le se-cretaire d'Etat &
l'Enseignement technique, &
Sla Jeunesse et aux Sports
de I'int4ri'm d'u secretarial
d'Etat A Ja France d'Outre-
.Mer.
Un arrpt6 du 25 f;vrier 1949 ac-
cordant des passages par
voie a6rienne a des fone-
tionnaires en 'mission.
Des arrpt6s portant prolongation
de m'ise en dislponibilit6, ra-
diation des controles et
rapportant 'de precedents
arrtefs (personnel colo-
nial).
AU <( J. O. )) DU 3 MARS
Un d6cret du 28 f6vrier 1949 por -
fant delG'gation de signature
a M1. IRobin, chef du Cabinet
de M. Tony-Revillon..
Un d6cret du 28 f6vrier .1949 por-
lant nIon-approbation de la
dili'heration du Grand Con-
seil de l'Afrilque Equatoriale
F! I,,, in; moadifiant les ta-
rnfs ides droitss et taxes d'en-
I r e.
Un d6cret du 28 fdvrier 1949 at-
Iri:buant h la 'S'oci6it miniere
du Daholmey trois perm'is
gdn6raux de recherches mi-
*nieres type << B n pour m6-
laux precieux au Daholmey.
Un d6cret du 1'",mars 1949 fixant
Ie mai'mum di i taux rdel
de placement des obligations
6imlises par la Compagnie
franchise du chemin de fer
franco-6thiopien adans la li-
iirite du product net de 200
millions.
Un dcoret du 1' mars 1949 poir-
lant modification de l'arrete
du 30 oclo'bre 194.6 r6int&-
grant administrateur des 'Co-
lonies (M. Escargueil).
Un arrpt6 d'u 11 janvier 1949
portant remise de d6bet.
Un arrpt6 du 2 mars 1949 por-
lant autorisation de consti-
luition d'une sociWte d'6co-
nrimie mixte dite Soci6td
d'etudes pour les transports
fluviaux en Indlocbine.
Un arrpt6 placant en position de
mission et rectificatif (per-
sonnel colonial).


AU (( J. 0. ) DU 4 MARS
Un decret di, 2 mars 19'49 modi-
fiant le d6.cret du 2 avril
1932 lortant regle)menta-
tation des accidents du tra-
vail en Afrique occidentale
franeaise.
Un d6creti du 2 mars 1949 por-
tant majoration des renters
attributes a'ux victims d'ac-
cidents d'u travail survenus
sur le terriLoire de l'Afriq'ue
Occidentale Francaise et
leurs ayants droit.
Un d6cret du 2 mars 1,949 por-
tant, nolmination dans I'ordre
national de la L6gion d'hon-
neu'r la tilre posthume de M.
Boyer (Jean), adiministra-
teur des Co(lonies.
Un d6cret du 3 mars 1949 com-
ppl6.ant le d'dcret dru 18 oc-
lobre 1948 'qui a modified eI
dlcrel. du 7 novemlbre 1947
portal c ration de la ville
libre de OlChandernagor.
Des arrpt6s porlant inscriptions
an tlableau d'avanceinent,
prolmolions, attribution de
rappels d'anciennetd, mise
en d:isponilbilitd, admission
a la retraite, acceptation de
d(Amission et rapportant les
dispositions d'un prdc6dent
arrit6 I(personnel colonial,
service mdtdo).
Une listed des canoiidats autorisds
Ai parliciper aux Ppreuves du
concours Ai l'emploi de com-
missaire de police de Mada-
gascar.

AU ,( J. O. ) DU 6 MARS
Un arrbt6 porlant d'etachement
(administration centrale.
Une listed, par ordre de mOrite,
.des candidates reius a l'exa-
,men professionnel d'entrde
dans la magistrature d'Ou-
Ire-Mer seconde session
19418). (MM.'Abo'livier, Char-
bonnel, DouiQot, Juillet,
Thiry, RichominAe, Bessi.Bre.
Le Borgne de la Tour, 'Curzi,
Joseph, iN'Ghi Bun, Petit,
Belhoomnme, Salama).

AU <( J. 0. > DES 7 IET 8 MARS
Un d6cret du 5 mars 1949 por-
tanlt majoration de 1'indem-
nitd exceptionnelle de rdsi-
dence 'des fonctionnaires
des cadres r6gis par dPcret
en Indochine.









Un d4cret du 5 mars 1949 main-
tenant M. Baulmer, adminis-
trateur des Colonies, dans
la position de disponibilitd
sans traitement.
Un decret du 5 mars 1949 portant
reclassement de MI. Le M,;-
tayer (Yves) adimninistra-
teur des 'Colonies.
Un decret du 7 mars 1949 met-
tant fin au detachment de
M. uuillaume (Paul) gou-
verneur des Colonies et le
nommant inspeoteur gene-
ral des affaires adtministra-
tives de l'Afrique Equ.ato-
riale Frangaise.
Un arret6 du 21 f6vrier 1949
fixant ile taux de la r6mun6-
ration Iglobale au--dessus du-
quel l'approbation minist6-
rielle est exiig6e.
Un arr6t6 du 28 f6vrier 1949 poir-
tant overture d'un concourse
professionnel pour l'admis-
sion a l'emlpl]oi de contr6-
leur redacteur des trans-
,missions coloniales.
Un arrpt6 du 1" mars 1'949 por-
tant fixatiori de la date de
1'exalmen pprofessionnel des
greffiers en chef des justi-
nes de paix iA competence
etendIue de l'Afrique E:q'ua-
.oriale Frangaise.

AU < J. O. > DU 10 MARS
Un decret du 7 mars 1949 com-
pl,4tant le decret *du 2 octo-
bre 1945 portant application
aux personnel civils des
corps et services relevant
du minister de la France
d'Outre-Mer et l'ordonnance
du: 15 juin 1945 relative aux
candidates aux services pu-
blics ayant Wte empechbds
d'y acceder ainsi qu'aux
fonctionnaires et agents des
services publics ayant dfu
quitter leur emploi par suite
d'i6vnements de guerre.
Un dccret du 7 mars adlmettant
a la retraite pour anciennetd
de service M. Moizy (dit La-
valezarie), adiministrateur
de 1'" classe-des Colonies.
Un d6cret du 9 mars 1949 por-
tant nomination de M. Laget
president de la Cour d'Appei
de Madagascar.
Un d6cret d:u 7 mars nomjmant
M. Little (Gustave) pr6si-
dent de Chambre a la Cour
d'Appel de Hanoi.
Un arrdt6 portant r6tablisse'ment
de situation administrative
de M. Bernard (Marcel) in-
genieur de 3 classes des ser-
vices de I'Agriculture.


AU ( J. O. DU 12 MARS
Un arrpt6 portant designation
des dli6ves .de 1',cole cen-
trale des arts et manufac-
tures et de l':cole sp6ciale
des travaux publics de Paris
admis au b6nefice de I'allo-
cation sp6ciale cr&de en fa-
veur de certain 1eeves des
grandes &coles pour le re-
crulement d'ing6nieurs ad-
joints des travaux publics
des colonies.
Des arrptes portant nomination,
reclassements et rapportant
des nominations :
Administration colonial.
Agence comptable des tim-
Ibres-lposte coloniaux.
Agriculture aux Colonies.
Transmissions coloniales.
AU (, J. O. ) DU 13 MARS
Des citations a l',ordre de la Na-
tion de MM. VaillerBs (Ro-
ger) et Malbert (Rend-Yves)'
ad'ministrateurs adj.oints des
iCoilonies.
Un d.ecret du 5 mars 1949 portant
fixation des taux des indem-
nit6s de ddplacement al-
louees aux militaires en ser-
vice dans les territories
relevant dui ministare de la
France d'Ouitre-Mer et dans
les detpartements d'Outre-
Mer.
Un arrpt6 du 8 mars 1949 por-
tant fixation de l'he'ure 16-
gale en Afrique Equatoriale
Frangaise.
Des arrpt6s portant nomination,
mises en position de mis-
sion, rapportant les disposi-
tions de pr6c6dents arret6s
et rectificatif :
Administrateurs des Colo-
nies MM. Casimir et Andrd
(Robert).
InfirmiBres et sages-femmes
coloniales.
Inspecteurs du travail d'Ou-
tre-Mer.
AU J. O. ) DES 14 ET 15 MARS
Un arrpt6 du 9 mars 1949 por-
tant approbation du budget
remanii6 d'exploitation de la
r4gie des chemins de fer non
concedes de l'Indochine pour
l'exercice 1948.
Des tableaux d'avancement (tma-
gistrature de la France d'Ou-
tre-Mer).
AU ( J. O. ) DU 16 MARS
Un d6cret du 2'8 f6vrier 1949
Iprorogeant les dispositions
de l'article '6 du decpet du
301 avril 1947 instituant un
budget extraordinaire pour
la reconstruction et l'6qui-
pement de l'Indochine.


Un decret du 12 mars 1949 relatif
a l'organisation de l'inspec-
tibn g6nerale des affaires
administrative en Indochi-
ne, en Afrique Occi.dentale
Frangaise, en Afrique Equa-
toriale Frangaise et a Mada--
gascar.
Un d6oret du 12 mars 1'949 pla-
cant en position de mission
a l'6tranger ,u-n inspecteur
des transmissions coloniales
(M. Laridon Henri-Marie).
AU a J. 0. ) DU 17 MARS
Un decret du 28 f6vrier 1'949 mo-
difiant le paragraphe 4 de-
l'article 118 -du ddcret du 22
septembre 1938 portant
creation d'une caisse d'6par-
gne postal en Afrique Equa-
toriale Frangaise.
Un decret dui 16 mars 1949 por-
tant nomination dde notaire
en Indochine.
Des arrpets portant inscriptions
au tableau d'avancement,
promotions, nominations,
reclassements, titularisa-
tioonsi, integrations et ddta-
chement :
Administrateurs ,des Colo-
nies (.M. Cuny, administra-
teur-adjoint, d6tach6 aulprs-
du' Ministre des Finances).
Geologuies des Colonies.
Mines des Colonies.
Ports et rades des Colonies.
Techniques industrielles des
Colonies.
Transmissions co'loniales.
.Travaux publics des Colo-
nies.
AU a J. O. > DU 18 MARS
Un d6cret du 16 mars 1949 char-
geant le ministry de l'Agri-
culture de l'interirm' du mi-
nistere de la France d'O'u-
tre-Mer.
Un arrdt6 ,du 20 f6vrier 1949 re--
latif a .l'ouverture .de la
premiere session de l'exa-
men professionnel d'entr6e.
dans la imagistrature d'Ou-.
tre-Mer.
Des arrAt6s du 4 mars 1949 fi--
xant la composition, les ca-
ract6ristiques, le type, le
montant des 6lmissions de
pieces divisionnaires dans
les territoires de l'Afrique
Occidentale FranCaise, de
I'Afrique Equatoriale Fran-
gaise, de Saint-Pierre et
Miquelon, de Madagasbar et
dependances et dans le Ter-
ritoire des Comores.
Des arretes du 4 mars 19,49 fi-
xant le montant de l'6mis-
sion au Togo et au Came-
ro'un des jetons mdtalliques
de 5 -fr., 2 fr., 1 fr. et 0 fr. 50.









tjn arr6t6 d.u 11 mars 1949 por-
tant dciharge de responsa-
Wbilite..
iDes arr6t6s portant promotions,
nominations, integrations,
reclassem:ents, fin ide stage
et inscriptions au tableau
d'avancement de 1949 (per-
sonnml colonial).

AU cc J. O. mn DU 19 MARS
'Un d6cret du 15 mars portant
promotions et nominations
dans 1'ordre national de la
L6gion d'Honneur < au titre
de I'llnion Frangaise >).
rDes arrti6s portent integrations,
d6tachement, mise en dis-
iponibilit6, acceptation de de-
mission (administrateur g6-
ndral tS.C. des Colonies, tra-
vaux midt.o, travaux publics,
vetdrinaires).
:Une listed des candidates admis au
concours professionnel d'ac-
cs au( grade de chef de bu-
reau de z classes d'adminis-
trateur gdenral des Colonies
autres .que l'"ndochine.

AU ( J.. 0. n DU 20 MARS
rUn d6cret du 15 mars 1949 rap-
portant le ddcret du 28 f6-
vrier 194,9 attribuant h la
Societ iminiere dui Daho-
mey trois peilmis g6neraux
de recherches Imiini6res type
B B pour m.talux pr6cieux
au Dahomey.
'Un d6crelt, du 17 mars 1949 re-
latif au regime mon6taire de
la Cote Frangaise des So-
malis.
rUn d6cret du 17 mars 1949 re-
latif h Im'.mission de mon--
naies divisionnaires en C6te
Francaise des Somalis.
'in d6oret d'u 17 mars 1949 por-
tant mnoodification du rdgitme
monctaire en iC6te Francai-
se des Somalis.
'ln d6cret .du 17 mars 1949 por-
tant modification du regime
de l'iimission en b6te Fran-
caise des Somalis.
rUn arr6ti du 17 mars 1949 re-
latif aux modalit6s de ,'6-
mission de la nouvelle mon-
naie en CAte Frainaise des
Scmmalis.
rUn arrtti6 du 17 mars 1949 fi-
xant la valeur du a franc de
D(jibouti ).
UJn arr6t;6 portant nomination
des memlbres de la commis-
sion central des concourse
d'ing6nieur principal et d'in-
g6nieur adjoint des mines
des Colonies.


AU (( J. O. ) DES 21 ET 22 MARS
Un d6cret d:u 5 mars 1949 an-
nulant les tarifs fixds par la
deli'Wration du Conseil G6-
ndral du Soudan frangais no
25 du 9 novemnbre 1948 re-
lative ,a la taxes de d:6,livrance
et de visa annuel des carnets
d'identit6 strangers.
Un d6cret du 5 mars 1949 annu-
lant certain tarifs fix6s par
la ddlib6eration du 8 octobre
1948 diu Grand Conseil de
.'Afriquie Equatoriale Fran-
caise fixant les tarifs pos-
taux, t61legralphiques et t6ld-
pheoniques applicalblles dans
les relations intiridures
ifranco-ooloniales et avec les
pays de 1'Union Africaine des
posters.
Un d6cret du 115 mars 1949 ap-
prolulvant I'arrdtd n0 .6 H. C.
du 21 janvier 19418 du ,gou-
verneur de la. Nouvelle-Ca-
ledonie, haut-comintissaire
,de la ,16pulblique dans l'O-
cean PacIfique et aux Nou-
velles-H6brides portant ou-
verture de credits supplI-
mentaires au ibtuidget des
NouveleI es-H'ebrides (exerci-
ce 19418).
ces 1948).
Un dc6ret du 15 mars 1949 ap-
prouvant l'arretd du 14 jan-
vier 1949 du haut-edmmis-
saire de France en Indoc'hi-
ne portant modification des
rdgles d'assiette diu droit
special h l'exportation du
maisi.
Un d6cret du 15 mars 1949 por-
tant approbation d'une d6-
libdration du Conseil Gdnd-
ral de la 06te d'Ivoire du
22 noven bre 194,8 modifiant
I'assiette et les tarifs de la
taxes sur les voitures auto-
mobiles.
Un d6cret du 15 mars 194,9 ap-
pro'uvant une ddlib6ration
du Conseil Gendral du ,Send-
gal du 19 novembre 1948
instituant une taxes sur les
automobiles et les v6locipe-
des.
Un d6cret du 15 mars 1949 por-
tant approbation d'une d6-
lib6ration du Conseil Gene-
ral du. Soudan Francais ins-
tituant une taxe pour la dO-
livrance de cartes d'identitL.
Un d6cret du 15 mars 1949 por-
tant annulation partielle
d'une deliberation en date
du 2 ddcemlbre 19'48 du Con-
seil General de la Cote d'I-
voire.
Un d6oret du 15 mars 1949 por-
tant nomination d'une deli-
beration en date du 3 dO-


cembre 1948 du Conseil
G(n!ral de la C6te d'Ivoire.
Un d6cret du 15 mars 1949 pla-
cant dans la position de
mission en France le chef
du Cabinet et un attach an
,Cabinet du Haut-commissai-
re de la fldpulblique 'a Mada-
gascar.
Un d6cret du 15 mars 1.949 pla-
canl en Iposition de mission
le directeur par interim' du
Tresor de l'Indochine (M.
Perron, administrateur ci-
vil).
Un d6oret du 15 mars 1949 por-
tant designation du secre-
laire general par interim du
Cameroun (M. Descottes).
Un d6cret du 15 mars 1949 main-
tenant un auditeur au Con-
seil d'Etat a la disposition
du ministry de la France
d'Outre-Mer (1M. Jouvin).
Des ddcrets du 15 mars 1949
portant, mise en disponibi-
lit, sur sa demand, de M.
Peschaud (Philippe), admi-
nistrateur adjoint de I"
(lasse des Clolonies, mainte-
nou en disponilbilit6 M. Roul-
let (Jean-iRlichard) adminis-
trateur-adjont de "re classe,
dc M. Labitte (Jacqu.es), ad-
ministrateur de 3" classes
des S.C. de l'Indochine, de
1M. Da.gonet ('Maurice), ad-
ministrateuir-adjoint de 3'
classes des S.'C. de l'Indochi-
ne.
Un d6cret du 17 mars 1949 rela-
Lif 1' la designation de 1'ad-
joint ha l'administrateur des
miles 'Saint-Pierre et Mique-
Ion.
Un arrpt6 du 1'5 Imars 1.94,9 por-
lant ouiverture d'unne session
d'examen d'aptitude pour
I'int6gration des rddacteurs
des services civils d'Indo-
hine dans le cadre des ad--
ministrateurs (centre de
Paris.
Un arret6 porlant nominations
de rdgisseurs d'avances.
Un arr6t6 portant mise en posi-
tion de mission d'un admi-
nislrateur des Colonies (M.
Lemoyne Robert).
Des arr6t6s portant prorogation
du term de sdjo'ur .de me'm-
Ibres temporaires de l'ecole
franchise d'Extr6me-Orient.
Des arrt6es portant promotions,
integration, reclassement,
mise en cong6 et admissions
a la retraite (personnel co-
lonial).










AU < J. O. ) DU 24 MARS
Les d6crets du 28 f6vrier 1949
approuvant des ddlib6rations
des Conseils Gn6raux de
la C6te d'Ivoire, du Soudan
Frangais, du Conseil Repre-
sentatif du Moyen-Congo et
du Grand Conseil de l'Afri-
que Equatoriale Frangaise
approu'vant et rejetant des*
d6lilb'rations du Conseil Ge-
n1ral des C5omores.
Un d6cret dui 115 mars 1949 por-
tant promotion dans l'ordre
national de la Legion d'Hon-
ne'ur.
Un d6cret .du 213 mars 1949 fixant
les modalits d'application
de la loi d4u 14 'mars 1'949
portant creation d'une As-
sembl4e representative ter-
ritoriale Blue en Cochinchine.
Des arrht6s du 17 mars 19419 ap-
prouvant les comptes d'ex-
ploitation de la Compagnie
du chemin de fer franco-
ethiopien pour les ann6es
1936, 1937, 19:318 et 19319.
Un arr6t6 du 17 mars 1949 por-
tant approbation du budget
d'exploitation de la r6gie des
ehemins de fer de l'Afrique
Occidentale Francaise pour
19419.
Des Arrht6s portant inscription
au tableau' d'aptitulde, pro-
motions, nominations, int6-
gration et r6int6gration, re-
classements, admissions a
retraite et mod ifiant un pr -
cedent arrWte.
Administration igendrale des
Colonies.
Chemins de fer coloniaux.
Inspection du travail aux Co-
lonies.
Mddecins coloniaux.
V6t6rinaires des colonies.
AU ( J. O. ) DU 25 MARS
Un d6cret du 15 mars 1949 por-
tant attribution d'indemni-
t,[s de transformation d'uni-
forme aux administrateurs
de la France d'Outre-Mer et
aux administrators des ser-
vices civils de l'Indochine.
Un d6cret du 1,5 mars 1949 por-
tant designation ;des magis-
trats charges :de presider le
tribunal militaire permanent
de Dakar ou appelds A y
singer cam'me juges civils.
Des d6orets du 15 mars 1949 por-
tant ou rapportant des no-
minations et portant adkmis-
sion a la retraite de magis-
trats d'Outre-Mler.
Un arrWt6 du 17 mars 1949 por-
tant fixation de l'heure 16--
gale pour les territoires de
la Feddration indochinoise.


Les arrptds portant nominations,
r6intagration, titularisation,
inscriptions au tableau d'a-
vancemnnt, id6tachement,
imises en cong6 et en dis-
poni'bilit6, revocation et rec-
tificatif (administration cen-
trale et personnel colonial).

AU ( J. O. n DU 26 MARS
Un d6cret du 15 mars 119'49 por-
tant designation de M. de
Pereyra, adiministratetr de
1e classes des S.C.. de l'Indo-
chine, directeur-adjoint a
l'administration central.
Un d6cret du 15 mars 1949 por-
tant fituilarisation d'admi-
nistrateours des Colonies.
Administrateur de 3e classes:
M. Azoulay (dit Anmaury).
Administrateur-adjoint de
1"e classes : M. Alain-Chate-
lain (Jacques).
Administrateur adjoint de
deuxirime classes : M. Montay
(Edouard).
Adcministrateurs-adjoints de
la 3 -classe : MM. Agostini
(Jaocques), Byrin (Jean-Hen-
ri), Faraut (Ernest), Gally
(Jean), Gerber ,(Paul), Gri-
soni (Aliphonse), Glangeaud
(Andr6), Parini (Marcel),
Pochoui (;Ren6), St6phan
(Joseph).
Un d6oret dui 19 mars 1949 ap-
prouvant une :diliberation
du iConseil G6ndral du S6n&-
gal diu 23 novembre 1948
instituant une taxe locale
sur le c'hiffre d'affaires.
Les d6crets du 23 mars 1949 por-
tant mise en disponibilit6 et
placant en position de mis-
sion (adniinistrateurs des
'Colonies, inspecteurs de la
flottille des do'uanes et re-
gies de 1'Indochine et ing6-
nieurs de la Marine natio-
nale.
Un d6cret du 2'5 mars 1949 re-
portant au mois de mai l'ou-
verture .de la premiere ses-
sion ordinaire annuelle de
1'Assemibl6e Representative
des Etablissements Frangais
dans l'Oc6anie.
Un arrpt6 portant Imise hors ca-
dres et d616gation d'adminis-
trateurs des iColonies dans
les functions d'inspecteur du
travail aux Colonies.
Des arrpt6s portant promotions,
acceptation de admission,
maintien en position de con -
g6 et placant en position de
mission :
Administration central.
Administrateu'r,s des Colo-
nies.


Chemins de fer coloniaux.
Chiffre colonial.
Haut -commissariat de la
LR6pub:lique Franqaise a Ma-
dagascar.
AU (( J. O. ) DU 27 MARS
Des arrPt6s portant d6tachement,
Imaintien en position de con-
g6, admission A la retraite,
plagant en position de -mis-
sion et rapportant les dis-
positions de pr6c6dents arr&-
t6s :
Administration central.
Haut-con\missa'riat de la 'R-
publique a Madagascar.
Transmissions coloniales.
Travauux publics des colo-
nies.

AU u J. 0. n DU 28 MARS
Un arrat6 important nomination
d'un vice-pr6sident ,du Con-
seil Su'p6rieur de la Recher-
che Scientifique et Technique
d'Outre-Mer (Docteur Jac-
ques Trefouel).
Des arr6t6s portant dtachement,
maintien en disponibilit6,
palacant en )position de mis-
sion et infligeant un retard a
I'avancement :
Administration g-ndrale des
Colonies.
Adiministrateurs des Colo-
nies.
Transmissions ooloniales.

AU ( J. 0. ) DU 30 MARS
Un arr6t6 du, 11 mars portant
rem:ise de d6bet.
AU < J. 0. ) DU 31 MARS
Un d6cret du 26 mars 1949 por-
tant designation des magis-
trats charges de presider le
tribunal permanent de Ta-
nanarive ou appelds A y sie-
ger come juges civils.
Des d6crets du 28 mars 1949 por-
tant promotions et nomina-
tions dans l'ordre national,
de la Ldgion d'Honneur.
Un d6cret du 30 mars 1949 fixant
la date *des elections A l'As-
semblie Representative Ter.
ritoriale en Cochinchine.
Un dcoret du 301 mars 1949 ap-
'prouvant une deliberation
de l'A'ssembl6e Repr6senta-
.tive des Etablissements
Francais dans l'Inde, insti-
tuant !un droit de sortie sur
les guinees, tissues ou files
de cotton, saylasses et pro-
duits manufacturess en jute.
Des d6crets du, 30 mars 1949 por-
tant nomination et reclasse-
ment .d'administrateurs des
Colonies.


Imprimerle de 1'Agence France-Presse, Parts (2')
D6pOt 16gal. Ddcembre 1948. N- 4315































































Prix : 90 francs




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs