• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Actualite economique
 Actualite sociale
 La vie coloniale en France
 Nouvelles d'outre-mer
 Varietes
 Revue de presse
 Communiques
 Au journal officiel
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00006
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00006
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Actualite economique
        Page 3
        Page 4
        Page 5
    Actualite sociale
        Page 6
    La vie coloniale en France
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
    Varietes
        Page 33
        Page 34
        Page 35
    Revue de presse
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
    Communiques
        Page 55
    Au journal officiel
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
    Back Cover
        Back Cover
Full Text
/; 1 '


OF





0 m[^Mm


If1 a"- 7







PRESIDENCY DU CONSEIL

SECRETARIAT GENERAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation :
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTREM-ER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7)


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA


FRANCE D'OUTRE-MER





SOMMAIRE


ACTUALITE ECONOMIQUE :

L'6quipement hydro-6lectrique dans
les Territoires d'Outre-Mer ......
L'extension et 1'amelioration des r6-
seaux routiers dan's les Territoires
d'O utre-M er ...... ................
L'approvisionnement en cafe '.......

ACTUALITE SOCIAL :

Les progr~s dans la. lutte contre 1e
sommel ..............................

LA. VIE COLONIAL EN FRANCE :
Conseil des Ministres ..................
L'activiit minist6rielle ...............
Assemble de 1'Union Frangaise.....
Nominations et promotions ...........
Information administrative .........

NOUVELLES D'OUTRE-MER :

InCdochine ...............: .............
A .O .F. ..................................


A.E.F. ..............................
Cam eroun ............................
3 Togo ..................................
Madagascar ............................


VARIETIES :


Les criquets pelerins ................
L'Institut d'Etudes Centrafricaires ...


6 REVUE DE PRESS :


Presse m6tropdlitaine ............... 36
Presse d'Outre-Mer ................... 39
Presse 6trangere ............... ....... 41
Problrmes g&n6raux ................ 41
Empire britannique ................. 49
Liste des articles de press 6trangere tra-
duits en frangais ................. 53

COMMUNIQUES ....................... 55

AU ( JOURNAL OFFICIAL) ......... 56

















ACTUALITY ICONOMIQUE


L'QUIPEMENT HYDRO-_LECTRIQUE
DANS I.ES TERRITOIRES D'OUTRE-MER
Sur la demand du-Comite pour l'Equi-
pement Energetique frangais, preside par
M. Albert Caquot, membre de 1'Institut,
M. Antoine, Inspecteur general a 1' ( Elec-
tricit6 de France n, et M. Parisot, charge du
Service des Etudes d'Outre-Mer a cette ins-
pection, ont fait un expose sur l'etat d'avan-
cement de leurs etudes techniques concer-
nant I'electrification dans l'Union Frangaise.
Des r6sultats encourageants sont, d'6res et
deja, enregistr6s.
Cameroun
Au Cameroun, une chute de 30.000 kw, a
60 kilometres de Douala, est en course d'6qui-
pement. Cette r6alisation d6passera, de
beaucoup, en importance, les installations
existant hors de la M6tropole. Son acheve-
ment est prevu pour 1952 et elle permettra
d'alimenter une region en plein ddveloppe-
ment 6conomique (scieries, brasseries, fila-
tures...) et urbain.
Madagascar
Le Territoire peut disposer d'un potential
hydrol6ectrique au moins legal A celui de la
France, lequel est complete par un important
gisement charbonnier.
Actuellement, un certain nombre de chu-
tes sont en course d'6tude, notamment celles
qui permettraient le d6veloppement de Ta-
nanarive, de Majunga, '61ectrification du
chemin de fer de Tananarive A Tamatave,
ainsi que la mise en valeur du lac Alaotra.


Afrique Equatoriale Francaise
Deux chutes : l'une de 30.000 kw dans
les faubourgs de Brazzaville, I'autre, pou-
vant atieindre 80.000 kw A 60 kilometres
de cette ville, sont a l'6tude. L'une d'elles
doit etre r6alis6e A bref delai.
Les ressouroces de l'Afrique Equatoriale
Frangaise, Gabon et Congo compris, permet-
traient une production d'6nergie comparable
A celle don't dispoSent les Etats-Unis.

Afrique Occidentale Francaise
En Guin6e, les chutes possibles a proxi-
mite de Conakry permettraient de faciliter
l'extraction et, 6ventuellement, le traitement
de mineral de fer et de bauxite.
Sur le Niger, a Kankan, M. Coste-Floret,
accompagne du Haut-Commissaire B6chard
et du Gouverneur Roland-Pr6, a 6t6 mis au
courant, sur place, en fevrier, des etudes
qui permettraient d'6difier un barrage sur
un affluent du Niger, barrage de faible hau-
teur et susceptible d'emmagasiner cinq mil-
liards de metres cubes d'eau en vue d'ame-
liorer consid6rablement les conditions de
navigation et d'irrigation sur tout le course
du Niger.
En C6te d'Ivoire, on recherche des chutes
permettant d'alimenter la region d'Abidjan,
ofi un grand port va etre termin6 et ofi l'on
pursuit parallelement les etudes d'une pre-
mitre usine utilisant l'6nergie thermique des
mers.
*
**


(Les etudes et documents du Bulletin peuvent etre utilises ou reproduits sans indications d'origine)







A La Guadeloupe et A la R6union, il est
possible, 6galement, de faire des am6nage-
ments hydrodlectriques suffisants pour sa-
tisfaire tres largement aux besoins actuels
et futurs.
En Indochine, on pousse, actuellement,
les 6tudes d'une chute important : celle du
Danhim dans le Sud-Annam.


Selon M. Caquot, qui remercia MM. An-
toine et Parisot de leurs exposes, de telles
r6alisations doivent permettre de transfor-
mer profondement la vie de ces territoires et
d'accel6rer leur d6veloppement economique
et social, tel que l'a prevu le Plan de Moder-
nisation des Territoires d'Outre-Mer.
Pour etre menee A bien, cette tAche n6ces-
site, des maintenant, le concours, qu'on veut
esperer tres large, d'un nombre de plus en
plus l6eve d'ingenieurs de quality et de sp6-
cialistes de tous genres.

L'EXTENSION ET L'AMELIORATION
DES RESEAUX ROUTIERS
DANS LES TERRITOIRES D'OUTRE-MER

L'extension et l'aml6ioration des r6seaux
routiers, dans les Territoires de la France
d'Outre-Mer, viennent de faire l'objet d'un
vaste programme don't le d6marrage est
prevu des cette annee.
La premiere tape quadriennale de ce
plan s'analyse ainsi :

Afrique tropical
R6seau routier existant : 112.600 kms
don'tt 3.500 praticables en toutes saisons).
Equipement projet6 : amelioration
des traces ; construction de points ; 6tablis-
sement de chaussees ; revetements adapts
Ai un traffic commercial automobile sans cesse
accru ; emploi de moyens techniques mo-
dernes reservant la main-d'oeuvre aux ta-
ches de production; dessouchement, d6boi-
sement, terrassement par utilisation de bull-
dozers, angledozers, scrapers, pelles m6ca-
niques, motorgravers, etc...


Investissement de 45 milliards en quatre
ans A finance par le F. I. D. E. S., pour la
construction de points et 1'6quipement de
11.000 kms de routes.

Madagascar
Reseau routier existant : 25.000 kms
don'tt 8.000 praticables en toutes saisons
avec 3.000 empierr6es).
Equipment projet6 : 9 milliards de
francs en quatre ans, s'appliquant A la m6ca-
nisation de l'entretien, A la construction de
points d6finitifs ; a l'am61lioration et a I'edi-
fication de 1.500 kms de routes. Le manque
de main-d'oeuvre imposera 6galement I'em-
ploi d'engins modernes m6canises.

Indochine
Reseau routier existant : 39.000 kms
don'tt 31.000 praticables en toutes saisons,
avec 19.000 kms empierr6s ou bitum6s).
Effort quadriennal imm6diat : 10 mil-
liards, don't 7,5 % pour la reparation et la
reconstruction des dommages causes par la
guerre,, et 2,5 % pour travaux neufs.
*

Des achats tres important de materiel
frangais et stranger ont e6t effectues, don't
une parties se trouve d6jA A pied d'oeuvre
dans les territoires precites.

L'APPROVISIONNEMENT EN CAFE

En reponse a une question pose par la
Prefecture de la Seine, le Haut-Commissa-
riat au Ravitaillement fournit les pr6cisions
suivantes en ce qui concern l'approvision-
nement en cafe :
Nos resources proviennent, pour I'ins-
tant, uniquement des Territoires d'Outre-
Mer (C6te d'Ivoire, Cameroun, Madagas-
car), alors qu'avant la guerre, I'apport de
ces territoires repr6sentait A peine le tiers de
nos importations. De plus, la production de
ces territoires doit etre partag6e entire la
M6tropole et l'Afrique du Nord, proportion-







nellement A la population, soit les deux tiers
pour la Metropole et le tiers pour 1'Afrique
du Nord.
En consequence, sur la production colo-
niale, evalu6e en moyenne a 60.000 tonnes
de caf6 vert, la M6tropole ne dispose que de
40.000 tonnes environ.
Depuis la Liberation, et a l'exception
d'une importation de 36.000 tonnes effec-
tu6e en 1947, les besoins bases sur la ration
actuelle (80.000 tonnes) ont e6t couverts A


l'aide des stocks accumul6s A la colonies pen-
dant une periode ot les relations maritimes
6taient impossible entire la France et ses
Territoires d'Outre-Mer. Ces stocks sont
maintenant 6puises, et les resources doivent
Wtre constitutes par les seules r6coltes an-
nuelles.
En consequence, il ne peut etre distribu6
plus que ne le permettent ces r6coltes, et de
ce fait, onze rations mensuelles, au lieu de
douze, ont pu Wtre services en 1948.
















ACTUALITY SOCIAL


LES PROGRES DANS LA LUTTE
CONTRE LA MALADIE DU SOMMEIL
Comme chaque annee, les (( Journees
M6dicales de la Trypanosomiase )) se sont
tenues A Bobo-Dioulasso, du 24 au 29 jan-
vier 1949, a la Direction du Service General
d'Hygiene mobile et de prophylaxie.
Le Medecin General Inspecteur Peltier,
Directeur General de la Sante Publique en
A.O.F., presidait ce congress.
Les resultats enregistres dans le traite-
ment de la maladie du sommeil par les me-
dicaments nouveaux, sont particulierement
brillants puisqu'ils conduisent au r6tablis-
sement absolu et d6finitif des patients dix
fois plus vite qu'il y a moins de deux ans, a
condition, toutefois, que les malades soient
traits a la premiere periode de leur affec-
tion, done d6pist6s avant que leur system
nerveux ne soit atteint par le trypanosome.
C'est ainsi que 5.400 malades sur 6.000
ont pu etre rendus a la vie social active
apres cinq injections, reparties sur neuf
jours, de Pentamidine ou de Lomidine.
L'etat de sant6 de six cents seulement parmi
eux a necessity la repetition d'une telle serie
medicamenteuse.
L'efficacite de ces deux products : le pre-
mier de fabrication anglaise, le second de
fabrication frangaise, est, certes, moins heu-
reuse quand l'atteinte du system nerveux
est effective. Mais on a, actuellement, la cer-
titude qu'un autre produit encore plus recent
que les deux premiers : le (( M.S.B. )), pro-
duit arsenical trivalent, permettra de trailer,
en moins d'un mois, tout malade en deu-
xieme period alors meme qu'il aurait atteint


cet etat de sommeil d'ofi la maladie a tire
son nom, et qui n'est autre chose qu'un
coma de longue duree puisqu'il peut se pro-
longer six mois et, souvent, un an.
*
Les deux premiers medicaments nou-
veaux jouissent de proprietes prophylacti-
ques.
Le moins actif d'entre eux est capable de
proteger un sujet sain pendant au moins six
mois centre la maladie du sommeil. Une in-
jection unique d'une dose faible de Penta-
miline ou de Lomidine suffit pour donner
toute security de protection pendant cette
duree au personnel forestier, aux prospec-
teurs divers que leur metier oblige A vivre
en brousse africaine.
C'est par cette propriety que les, medica-
ments nouveaux sont vraiment remarqua-
bles. Ils autorisent l'espoir d'une protection
chimique total des populations africaines
des regions contaminees qui sont obligees
de vivre A cote de l'agent vecteur. Plus de
90.000 Africains, paysans des regions les
plus touchees par la maladie du sommeil,
sont, deja, chimiquement proteges. Les
zones dangereuses sont actuellement deter-
minees avec precision par la Section d'En-
tomologie du Service general d'Hygiene
mobile et de prophylaxie qui a pu etablir la
carte detaillee de la repartition des tse-tse
en A.O.F.
Ainsi done, ces dernieres journees m6di-
cales de la Trypanosomiase apportent la
quasi-certitude de juguler, par la protection
chimique, une redoutable affection tropical
qui n'autorisait aucun espoir de vaccination.



















LA VIE COLONIAL EN FRANCE


CONSEIL DES MINISTRIES

LE CONSE:[L DES MINISTRES DU 23 FEVRIER
A u course de la reunion du Conseil des Ministres
qui s'est tenue A l'Elysee, M. Coste-Floret a
fait un expose de la situation dans les Eta-
blissements Francais de l'Inde et en Indochine. Le
Gouvernement s'est felicite, A ce propos, de la mise
au point d6einitivement du project d'accord franco-
vietnamien. 11 a examine les conditions dans les-
quelles s'engagera le d6bat parlementaire du II mars
prochain.
Le Gouvernement a egalement approuv6 les no-
minations suivantes au titre de la France d'Outre-
Mer
M. de Raymond, nomme Commissaire de la
Republique au Cambodge; M. Geay, nomme Gou-
verneur par interim du Soudan ; M. Colombani,
nomm6 Gouverneur par interim du Niger.


L'ACTIVITE MINISTERIELLE

LE VOYAGE DE M. COSTE-FLORET
EN A.O.F.

Le Ministre de la France d'Outre-Mer a quitter Pa-
ris le 2 fevrier A destination de Dakar.
Je me rends en A.O.F. pour me rendre compete des
progres iconomiques et sociaux rialises dans ce pays
- a declare le Ministre avant son depart. Je pro-
fiterai de ce voyage pour installer et prisider moi-
meme la premiere reunion du Comitd militaire de
coordination et de defense de l'Afrique Noire.
J'ai tenu a ce que cette premiere reunion se tienne
ti Abidjan, en: plein cceur de l'A.O.F. pour bien mar-
quer dans qiel esprit la France entendait fonder et
developper l'Union Frangaise.
Le Ministre de la France d'Outre-Mer, accompa-
gn. des memrbres de son Cabinet, est arrive le 4 fe-
vrier A Saint-Louis du Senegal, ou I'accueillit M. Be-
chard, Haut-Commissaire de France en A.O.F.


Le 5 f6vrier, le Ministre est arrive A Dakar. I1 a
et6 accueilli A sa descent d'avion par les person-
nalites civiles, militaires et religieuses de Dakar et
par de nombreuses delegations.
Je ne toldrerai jamais que la souveraineti fran-
(aise soit mise en doute oi que ce soit, a declare
M. Coste-Floret au correspondent de I'A.F.P.
Le Ministre a precise ensuite que c'est pour affir-
mer cette souverainete qu'il avait tenu A presider
lui-meme la < Conference militaire d'Afrique Cen-
trale >, qui se tiendra le lundi 14 fevrier A Abidjan.
Le Ministre a assisted une revue des troupes et
a regu les corps constitu6s.
Le 5 fevrier, M. Coste-Floret a 6et convi6 A un
diner offert en son honneur par la Chambre de Com-
merce de Dakar.
Le 6 fevrier, apris avoir remis la croix de chevalier
de la Legion d'Honneur A Mgr Lefebvre, e6vque de
Dakar, delegu6 apostolique, le Ministre s'est rendu
A l'Institut Frangais d'Afrique Noire, puis a visit
l'6cole de m6decine africaine et le lyc6e de la ville,
ou il a prononce une court allocution.
M. Coste-Floret s'est, erisuite, rendu A l'H6tel de
Ville, oui il a 6td recu par M. Lamine Gueye, depute
maire de Dakar, entoure du Conseil municipal et
de tous les elus du S6engal. M. Lamine Gueye lui a
souhaite la bienvenue et a rendu hommage A la Cons-
titution de la IVe R6publique, < qui a apport6-tant
de bienfaits aux populations d'Afrique Noire >.
Le Ministre, repondant A M. Lamine Gueye, a
prononc6 le discours suivant :

Monsieur le Maire,
Mes chers Concitoyens,
Puisqu'il faut desormais que je vous appelle
ainsi ; et mes premiers mots seront pour remercier
Monsieur le Ministre Lamine Gueye de l'honieur
qui m'a dte fait par son Conseil municipal et qui,
soyeZ-en persuades, me va absolument droit au cteur.
Depuis quince mois, quince longs mois que j'ai la
lourde tache de diriger le Ministere de' la France
d'Outre-Mer, j'ai toujours trouvi aupris des ilu, du
,, (i


~rift JA







Sinigal, come d'ailleurs aupres de tous les ilus de
l'Afrique Noire Francaise, les plus divouis des col-
laborateurs, et je m'en filicite, car je suis de ceux
qui pensent qu'en regime democratique, rien en dd-
finitive ne peut se fire, que par la collaboration
amicale et fraternelle des ilus du Peuple et du Gou-
vernentent de la Ripublique. Cette collaboration,
j'en suis sAr, ne se dimentira point, elle est le gage
de I'efficaciti de nos riformes, de nos riformes in-
cessantes car il n'y a jamais de riformes difini-
tives et la vie, n'est-il pas vrai, pqur les institu-
tions, pour les peuples, comme pour les hommes, est
un perpituel movement en avant.
Ces riformes, nous les ferons ensemble, ce sera
le meilleur gage de leur reussite pratique.
Nous avons ddjd parcouru ensemble un asseZ long
chemin. Le Maire de Dakar voulait bien, tout a
J'heure, rappeler le point de depart. C'est, en effet,
cette Constitution de la IVe Ripublique, don't on peut
bien dire qu'elle n'est pas parfaite et qu'elle de-
meure perfectible, qui a difini les bases essentielles
de l'Union Francaise c'est une oeuvre rivolution-
naire et definitive sur laquelle il ne sera pas revenue.
1947 a marque pour I'Afrique Noire I'ere des rd-
formes politiques, I'ere de la mise en pratique de la
Constitution et ce fut un inorme succds, car c'etait
la premiere fois dans l'histoire du monde que l'on
faisait dans ce domaine des riformes aussi large ;
et voici que, sous l'ceil de nos voisins et amis qui
nous observaient, non seulement en Afrique Noire,
mais en Asie, mais encore en Europe et dans le monde
entier, ces riformes, en definitive, sont passes dans
la pratique sans heurts veritables. Elles se sont rda-
lisees, elles se sont accomplices et nous semblent au-
jourd'hui toutes naturelles ; 1947 l'annee des gran-
des riformes politiques et de la mise en pratique de
la Constitution de I'Union Francaise.
1948 a ite l'annie du debut des principles rifor-
mes dans l'ordre iconomique, car il est bien evident
que si nous ne voulons pas qu'une disparity facheuse
s'instaure dans les Territoires entire l'economie et la
politique, il faut mettre l'un d'accord avec l'autre et
il ne faut point qu'a un pacte colonial que nous di-
wonCons dans le domaine politique, nous substi-
tuions un pacte colonial dans le domaine iconomi-
que, qui serait d'autant plus grave que, alors qu'il
a edt conclu dans l'une des premieres monnaies du
monde, aujourd'hui nous le concluerions dans une
monnaie dinaturee, et c'est pourquoi en 1948 nous
avons fait des riformes iconomiques particulibrement
importantes.
La premiere a iti la revalorisationi du franc afri-
cain et c'est une grande chose que d'avoir posi les
principles que la monnaie du Territoire ne devait
point itre fixie et diterminee eu igard aux besoins
de la Mitropole, car cela aurait itd encore le pacte
colonial dans le domain iconomique, mais de n'etre
fixie qu'eu igard aux besoins du Territoire dans le-
quel elle circle. Le Gouvernement de la Ripubli-


que l'a compris, qui, a ma demand, et apris que
j'ai engage dans cette affaire toute mon autoriti, a
voulu d'abord proceder a une ridvaluation immi-
diate du franc africain, et de plus, difinir les prin-
cipes d'une politique dans le domaine iconomique,
don't il risulte que si par malheur le franc de la Mi-
tropole devait subir une nouvelle modification, oni
reconsidererait le probleme du franc africain, con-
formement au mime principle.
Et nous avons fait aussi en 1948 une autre rd-
forme economique considerable : c'est celle qui a
consisted a poser le principle de la vente des princi-
paux products de l'Afrique Noire au course mondial.
C'est une chose aussi qu'il n'dtait point facile de
faire, nous y avons pourtant reussi. Nous y avons
rdussi grdce a cette collaboration constant don't je
parlais tout a l'heure, des ilus du Peuple africain
et du Gouvernement de la Republique ; de cette nou-
velle definition monitaire, de cette nouvelle difi-
nition de la politique economique, je crois pour ma
part pouvoir dire que, de mime que 1947 a dte mar-
quee par des riformes considirables, qui resteront
dans l'ordre politique, elles s'inscrivent dans la tfche
parallile, et j'aillais presque dire jumelle que nous
avons accomplie en 1948 dans l'ordre de l'economie
du Territoire.
Dans cette annee qui commence, non seulement
nous nous attacherons d implanter toujours davan-
tage des riformes politiques parce que nous y
croyons, mais nous nous attacherons a developper
encore et il y a beaucoup a fire les riformes
dans l'ordre iconomique qui, je le redpte, doivent
constituer le support indispensable des riformes po-
litiques ; mais puisqu'il faut achever le triptyque, je
voudrais qu'aprns avoir fait en 1948 les riformes
economiques, nous marchions, dans cette annie 1949,
vers les riformes sociales, car il y a ividemment
beaucoup a fire dans ce domaine.
Ce soir, je recevrai les diligations syndicates et
je m'attacherai, apris avoir recueilli leur dossier, a
essayer a Paris d'apporter les solutions qui convien-
nent.
Je me filicite avec vous Monsieur le Maire, du
climate de concorde et d'union dans lequel j'ai dti
accueilli ici ; au demeurant, c'est ce climate qui rend
la discussion possible et il est bien evident que, pour
risoudre les problimes de ce genre il vaut mieux que
chacun y apporte sa collaboration : 1949 annie des
-rdformes sociales. Je ne croyais pas si bien dire,
puisque le jour mime de mon depart de la Mitro-
pole, I'Assemblee de l'Union Francaise mettait a
l'ordre du jour de ses discussions ce code du travail
qui sera, je l'espire, bient6t une rdaliti vivante et
qui apportera aux travailleurs africains, la charter
indispensable de leurs droits et la definition de leurs
devoirs. Et voilh le troisidme volet du triptyque
qu'ensemble il s'agit de rialiser.
Je ne voulais pas non plus, Mon Cher Maire, fire
de discours, mais comme une homme politique doit









toujours quand ii est devant ses ilecteurs, et je suis
ici devant le" miens, puisque je suis disormais Send-
galais, se mefier de ses propres sincdritds successive,
je n'ai pas fait de declaration liminaire et je m'aper-
cois que j'ai fait un veritable discours. CroyeZ bienw
qu'il est part du cceur tout improvise qu'il soit. Si
j'ai dit a Dakar toutes ces choses qui ne sont point le
fruit d'une invention du moment mais le fruit d'une
politique que depuis un an je m'efforce de penser
et rdaliser avec vous, si j'ai dit ces choses, c'est parce
que j'ai moi-mime ite extremement imu par la
chaleur de votre accueil. Je vais terminer mon sejour
i Dakar par une apris-midi de travail.
Je veux y voir le fait, que le voyage du Ministre
de la France d'Outre-Mer dans la capital federal
de I'Afrique noire francaise, est non seulement le
symbol, mvis encore le point de depart riel et
concrete d'un novel effort pour ce Territoire ; effort
que nous ferons ensemble, grace a un travail com-
mun, Monsieur le Maire, mes Chers Concitoyens. Je
live mon verre a notre bonne ville de Dakar et a
I'Afrique noire toute entire.


,Le .ejour de M. Coste-Florel en Guine Francaise

Poursuivant son voyage en Afrique Occidentale
Francaise, YM. Coste-Floret, Ministre de la France
d'Outre-Mer, s'est rendu, aujourd'hui, A Kankan,
en Guinee Crientale. I1 a 6t6 regu par le Gouver-
neur du Territoire, en presence des parlementaires,
des chefs cointumiers et des fonctionnaires.
Apres une visit des dernihres r6alisations de la
ville, le Ministre s'est fait exposer le plan d'equipe-
ment conomique et social de la Guin6e, plan qui
accord une importance particuli&re A l'urbanisme
et aux voies de communication.
En reponse A une allocution du President du
Conseil General, M. Coste-Floret a donn6 1'assu-
rance que la Metropole ferait un effort de partici-
pation financiere, compatible avec les n6cessites de
son propre relivement. Et il a ajoute : < Les cre-
dits du plan d'6quipement de I'Union Francaise
d'une part, et les devises du plan Marshall at-
tribudes aux Territoires extra-mitropolitains de
l'Union Fran aise d'autre part, sont une preuve suf-
fisante d'une solidarity qui est, A la fois, dans les
cceurs et dans les faits >.


Le s6jour du Ministre a Bamako

Le 8 fevrier, le Ministre, qui 6tait entour6 du
Haut-Commissaire en A.O.F. et du Gouverneur du
Soudan, s'est particulirement int6ress6 aux travaux
d'urbanisme actuellement en course. Apres avoir pos6
la premiere pierre d'une future polyclinique qui por-


tera son nom, M. Coste-Floret s'est rendu aux chan-
tiers du future pont << Vincent-Auriol > et sur celui
de la future Mosqu6e, oui il a 6et regu par un digni-
taire musulman.
Le Ministre de la France d'Outre-Mer s'est en-
suite rendu A la Maison des Combattants, actuelle-
ment en construction, puis il a gagn6 la mairie oiu
il a remis un certain nombre de decorations, A titre
civil.
Le Ministre a alors regagnd son appareil et est
parti pour Bobo-Dioulasso, oii il a 6td requ par le
Gouverneur de la Haute-Volta.


Le sejour du Ministre en C6te d'Ivoire

Le Ministre est arrive le mercredi 9 f6vrier A
Ouagadougou, chef lieu de la Haute-Volta. 11 y a pre-
side une prise d'armes et remis la croix de chevalier
de la Legion d'Honneur au Gouverneur Mouragues.
I1 a pos6 la premiere pierre de la gare du chemin
de fer du Mossi. Apres avoir rendu visit aux ate-
liers de la Mission des Pares Blancs; le Ministre s'est
rendu chez le Moro Naba.


Le sejour du Ministre au Dahomey et au Togo

Le i f6vrier, le Ministre a etd recu A Lome par
I'Assemblee Repr6sentative du Togo.
Aprls que M. Sylvanus Olympio, President de
I'Assembl6e, eit soulignd que la puissance adminis-
trante s'acquitte, avec diligence et efficacite, de la
mission qui lui a 6te confide par la Charte des Na-
tions Unies, reprise par les accords de tutelle et
souhait6 que la France republicaine, la France de
la Liberation et des Droits de 1'Homme continue
d'&tre une grande puissance mondiale, car sa dis-
parition constituerait, pour les Africains, un grand
malheur >, M. Coste-Floret a precise que la poli-
tique du Gouvernement vis-A-vis du Togo peut se
r6sumer ainsi : application de la Charte des Nations
Unies concernant les accords de tutelle, et rien que
la Charte.
Poursuivant son voyage, le MNinistre a visited
Grand Popo, Ouidah, et est arrive, dans la soiree, 1
Porto-Novo.


Le discourse de M. Coste-Floret A l'ouverture
du Comit6 de D6fense de l'Afrique Centrale

Le 14 f6vrier, president a Abidjan l'ouverture du
Comit6 de D6fense de l'Afrique Centrale, M. Coste-
Floret, Ministre de la France d'Outre-Mer, a pro-
nonc6 le discours suivant :








Pour la premiere fois, nous reunissons le Comitd
de Defense de l'Afrique Centrale.
,4 cette occasion, j'ai tenu a assurer moi-meme la
Presidence de ce Conseil, qui est normalement de-
volue a M. le Haut-Commissaire de la Republique
en Afrique Occidentale Francaise, aux terms me-
mes de l'article 4 du decret du 31 dicembre 1948.
J'ai pense qu'il itait bon de degager l'esprit qui a
prisidd a l'elaboration du decret pricite du 31 di-
cembre 1948, organisant la coordination de la dd-
fense militaire de I'Afrique Occidentale Franvaise,
de l'Afrique Equatoriale Francaise, du Togo et du
Cameroun ; et qu'il itait igalement utile de prdciser
les conditions dans lesquelles cette coordination de-
vait s'dtablir et fonctionner.
Je voudrais par la mime redresser certaines
erreurs d'interpritation qui pourraient etre com-
mises et couper court a des commentaires tendan-
.cieux.
La complexity de la vie moderne a pour conse-
quence de nous conduire a des problMmes de coordi-
nation. II s'agit, dans la plupart des cas, de mettre
.en symbiose des organismes qui s'etioleraient s'ils
vivaient en vase clos et s'ils fragmentaient des ope-
rations communes don't ils sentent bien la necessity:
mais qu'ils ne peuvent pas porter par eux-memes
sur leur veritable plan. Dans la Mitropole, le Mi-
nistre de l'Interieur n'a pas hesite a instituer des
inspecteurs gdndraux de I'Administration, viritables
Super-Prifets charges de coordonner l'action d'un
group de dipartements, lorsqu'il y a lieu de pren-
dre et d'executer certaines measures touchant la dd-
fense de la Ripublique. Mais il ne s'en suit pas que
les dipartements ainsi groups percent leur person-
nalite et que leurs Prefets respectifs soient dipos-
.sdeds de leurs pouvoirs.
Pour nous, il s'agit de coordonner la ddfense- mi-
litaire de Territoires qui garden entierement par ail-
leurs leur personnalite propre.
Je sais bien qu'on a trouvi dans cette coordination
telle qu'elle est difinie par le dicret du 31 dicembre
S948, I'amorce d'une grande .construction politico-
7nilitaire qui servirait de 'cadre ea I'installation a
Dakar d'un Ministre-Resident. Mais n'atlons pas
faire dire au ddcret plus qu'il ne dit et autre chose
que ce qu'il dit. S'il done au Haut-Commissaire de
la Ripublique en Afrique Occidentale Francaise la
responsabilite de coordonner la defense militaire de
.toute l'Afrique Noire Francaise, il lui fixe en meme
;temps, pour assurer cette coordination, des voies et
.des moyens qui appellent notamment dans le Comitj
.de Difense le Haut-Commissaire de la Republique
en Afrique Equatoriale Francaise, le Haut-Commis-
saire de la Ripublique au Cameroun et le Commis-
saire de la Ripublique au Togo. Dans cette ceuve
de coordination, le Haut-Commissaire en Afrique
Occidentale Francaise exerce la Prdsidence mais il
n'est pas habilitj pour autant a crier une situation


oik les depositaires des pouvoirs de la Rdpublique en
Afrique Equatoriale Frangaise, au Cameroun et au
Togo seraient dessaisis de leurs attributions. Si l'on
a choisi le Haut-Commissaire de l'Afrique Occiden-
tale Francaise pour exercer la coordination de ce
Comitd de Defense, c'est parce que qu'entre tous les
Territoires Francais de l'Afrique Noire, I'Afrique
Occidentale possede la plus grande importance par
l'itendue, les resources economiques, les possibilities
inergitiques actuelles et la masse de ses populations.
Je crois en avoir asset dit pour indiquer l'esprit
dans lequel doit &tre applique le dicret du 31 dicem-
bre 1948, notamment en ce qui concern les pro-
grammes d'dquipement et de mobilisation economi-
que ainsi que l'orientation des recherches intiressant
la defense militaire. En aucun cas, il ne s'agit de
faire turner ces programmes et ces recherches au
profit d'une suprimatie de Dakar sur BrazZaville,
Yaoundi et Lome. Je suis sur ce point tres net. Nous
voulons au contraire promouvoir, aussi bien l'Afri-
que Equatoriale Francaise, le Togo et le Cameroun
que l'Afrique Occidentale Francaise, dans une syn-
these de defense commune.
D'autre part, j'ajouterai que nous voulons parti-
culidrement veiller a maintenir au Cameroun et au
Togo le statut de Territoire sous tutelle. L'accord de
tutelle date de dicembre 1946, qui se reifre aux
articles 82, 83, 84 et 85 du chapitre 12 de la Charte
des Nations Unies, nous autorise a prendre les me-
sures d'organisation et de defense propres a assurer
la security de ces Territoires pour le maintien de la
Paix. Qui ne voit que la defense du Togo et du Ca-
meroun ne sera bien assure que si elle s'dpaule sur
l'Afrique Occidentale et l'Afrique Equatoriale Fran-
caises ? Nous serious coupables d'imprevision si nous
nous bornions a considirer cet ipaulement come
une simple vue de l'esprit et si, au lieu de la pri-
parer, nous nous en remettions a des improvisations
de la derniere bere, qui amineraient alors de graves
desordres et les essais dirisoires de gigantisme im-
puissant qui ont, helds, caractirisi certaines opira-
tions de mobilisation africaine en 1939.
En rdalitd, la defense africaine ne peut pas itre
fractionnie Territoire par Territoire. Elle ne doit pas
etre concue sur le plan de Territoires comparti-
mentis, isolds les uns des autres. Elle forme un tout.
Et nous verrons tout a l'heure qu'elle deborde m~me
l'Afrique proprement dite.


PLACE EMINENTE ET NOUVELLE DE L'AFRIQUE
DANS LA STRATEGIC MONDIALE

De cette coordination militaire a laquelle vous
etes appelds, je veux maintenant mediter avec vous
les raisons profondes. Elles tiennent a la place imi-
nente et nouvelle que Tl'Afrique toute entire vient de
prendre dans la geo-politique et dans la stratigie
mondiales.








Ava-at 1939, les possibilities de conflict paraissaient
se limiter a l'Europe. Malgre l'exemple de la guerre
de 1914-18 qui s'etait asseZ vite transformie en
guerre mondiale, on pensait que la guerre serait
court et qu'elle serait limitee a un champ d'hosti-
litis circonscit en Europe. On croyait que le sort
des Territoires dit coloniaux se jouait toujours en
Europe.
II n'en fut rien et des l'entrie de la Russie dans
le camp des Nations Unies, l'on vit s'elargir le do-
maine des belligdrants. L'encerclement de l'Allema-
gne itait le but et il ne pouvait itre atteint que p'ar
la junction des Nations Unies situees de part et d'au-
tre. D'oi lezurs efforts pour se rendre totalement
waitresses de la Miditerranee, et pour chasser les
puissances de l'Axe de cette ligne de communication
interne. C'est pour la maitrise de la Mediterranee
que I'Afrique est entrie dans la guerre et l'on a pu
dire avec just raison que l'Afrique avait sauve
l'Europe.
Devant les possibilities d'un nouveau conflit qui,
cette fois, toucherait presque immediatement toutes
les regions du globe, il convient de voir quel pour-
rait itre le rile du continent africain.
II est incontestable tout d'abord qu'en cas d'atta-
que par surprise la plate-forme europienne devien-
drait vite intenable. La guerre subjuguerait et dd-
vasterait immn diatement L'Europe continental. Si
la plate-forme europienne devenait intenable, c'est
en Afrique qu'une fois encore seraient cries les con-
ditions de la victoire.
Si au contraire la France risiste victorieusement
sur ses frontires, il est indispensable que soient sau-
vegardies le:: communications qui l'unissent aux
Territoires q'ui lui sont rattachis iconomiquement et
qui constituent pour elle une source d'hommes et de
matieres prenmires. Au premier rang de ceux-ci
figurent les Territoires Africains.

LA FRANCE D'EUROPE ET LA DEFENSE DE L'AFRIQUE

La carte revile avec evidence la situation particu-
liure de notre Mitropole frangaise dans le complex
eurafricain.
L'avion met Paris h 12 heures de Dakar, a 20 heu-
res de Douala ou de Brazzaville. Une nouvelle rda-
liti humaine est en train de surgir qui range les
populations de Lille h Brazzaville et de Strasbourg
a Dakar, non seulement sous le mime drapeau mais
aussi dans une mime communaute d'avenir et qui
les appelle toutes a concourir a l'organisation d'une
grande collect ivite' humaine.
Ces vues ne sont pas chimiriques. Ce qui serait,
au contraire, utopique, ce serait de croire que ces
populations peuvent continue h itre compartimen-
ties, au lieu d'entrer en interdipendance et en inter-
pinitration et d'echanger entire elles, leur travail,
leurs products et leurs idies.


Je n'insisterai pas ld-dessus et je ne veux pas non
plus pritendre que la France doit avoir le mono-
pole de la defense de l'Afrique.et de la construction
du monde eurafricain de l'avenir. Mais sans avoir
de monopole, la France doit itre a son rang, celui-la
mime que lui assurent la geographie, I'histoire et
surtout le sens de la fraternity humane qui a carac-
tirisi son action africaine.
Les communications entire la France et I'Afrique
du Nord sont rapides et riguliires ce qui permit.
d'equiper facilement les bases stratigiques.
D'autre part, la France dispose pour la defense
de l'Afrique de deux lignes de defense, d'abord
l'Afrique du Nord, riche en hommes et en matiures
premieres, fenetre ouverte sur la Miditerrande, tite
de ligne de voies de communications. Ensuite l'Afri-
que Noire, bastion massif, protege par un glacis de
deserts derriere lequel les Territoires situes au-des-
sous du Tropique pourront approvisionner la ma-
chine de guerre alliee et installer des bases de dipot
et d'aviation.

L'AFR!QUE, CLi DE VOUTE DE L'UNION FRANgAISE

Je ne saurais mieux marquer la part que la France
a le droit de revendiquer dans la defense de l'Afri-
que et dans l'organisation du monde nouveau, qu'en
montrant l'Afrique comme la cld de voi1te de l'Union
Francaise.
L 'encore, qu'on ne me fasse pas dire ce qui n'est
pas dans mon esprit. Qu'on n'aille pas interpreter
rmes paroles comme le signe annonciateur d'une con-
centration franchise en Afrique, qui serait faite en
compensation de je ne sais quel renoncement aux
autres teaches que la France assume dans le monde.
Je ne reprends pas a mon compete le fameux
conseil de Reclus < Ldchons l'Asie et prenons
I'Afrique >.
Ma'is nous voulons nous bien pinetrer de cette
idee que l'Afrique est essentielle a I'avenir de l'Union
Frangaise dans le monde.
C'est en Afrique que nous pouvons le mieux dd-
fendre l'Union Francaise.
De Paris i Alger et d'Alger a Dakar et a Braaza-
ville, il y a la France et il y a la Ripublique.
Depuis la Constitution de 1946, les Territoires
africains ne sont plus dans la condition de possei-
sions ou de dipendances. Ce ne sont plus les annexes
exotiques, les succursales tropicales de la Mitropole.
Ils sont, tout comme la Mitropole, a l'intirieur de
la mime Ripublique. Ils sont reprisentis par leurs
parlementaires ilus dans les organes de la souverai-
nete ripublicaine. Ils sont pourvus chacun d'un
Conseil Gindral ou d'une Assemblee locale ilue qui
vote leur budget et qui gire leurs intirits. Telle est
la grande ceuvre que nous avons mise sur pied et que
nous voulons mettre au point.








Et cette oeuvre politique a pour base une reality
geographifue don't les grandes lignes prennent main-
tenant, h la lumikre de la vie moderne et des nou-
veaux impiratifs de la defense militaire, un relief
saisissant.
Instruits par la dure legon d'dvdnements que nous
w'avons pas besoin de rappeler, car ils sont dans nos
mimoires, nous n'ignorons plus que la France, si
elle restait limited a son hexagone sacred qui va de la
Mer du Nord a la Provence et du Pays Basque au
Rhin, serait tragiquement vulnerable. Elle n'offrirait
plus la base qui est nicessaire i la citi, mire des arts
et des lois.
Pour sortir de cette vulndrabiliti, pour retrouver
et pour diployer sa force vitale, la France doit
rayonner sous la forme d'une union mondiale don't
le centre de gravity est difini par un couple France-
Afrique.
On a compared I'Atlas de l'Afrique du Nord i un
petit Oural et on a considered que derrikre l'Atlas les
grands Territoires frangais de l'Afrique Centrale
figuraient par rapport i la France ce que la Sibirie
est par rapport i la Russie d'Europe.
Je ne veux pas donner a cette comparison, et i
ces considerations, un dogmatisme qui fausserait
notre esprit. Mais il est certain que nous devons
nous organiser et nous dquiper en function d'un dis-
positif de profondeur africaine. C'est dans la profon-
deur africaine que nous pourrons ichelonner nos in-
dustries, nos sources d'dnergie et les mettre a l'abri
du tourbillon, qui, dis les premiers jours de guerre,
balaierait l'Europe.

NOTRE RESPONSABILITE AFRICAINE

Cette idee que le salut de la France reside dans
sun dispositif en profondeur, ichelonne et enracinv
.dans notre Afrique, nous fixe nos responsabilitis.
Elles sont tris lourdes : et vous tous qui les porter
et qui m'aideZ a les porter, vous en etes, je le sais,
conscients.
Ce ne sont pas seulement des responsabilitis poli-
tiques au sens de la politique pure. II s'agit aussi de
l'economique et du social.
Ces choses doivent itre dites et elles doivent itre
dites en cette ville d'Abidjan.
Contre certaines propagandes qui essaient ici me-
me de nous reprisenter en survivants du passe, je
proclame au contraire notre foi dans l'avenir de la
Ripublique et de l'Union Francaise.
Ce n'est pas avec des attitudes de prestige que
nous travaillons a l'organisation d'une France eura-
fricaine mais avec des rialisations iconomiques et
sociales.
Et pour lutter centre ceux qui mettent en doute
notre iddal, nous vaincrons en leur prouvant que
tous rialisons cet iddal.


Nous sommes responsables de l'ivolution africaine
dans le cadre de la Ripublique. La defense militaire
d'une Afrique, cle de vozite de l'Union Fran.aise,
repose en definitive sur le civisme que nous aurons
par notre example personnel comme par nos reali-
sations iconomiques et sociales, propage et commu-
nique a tous les Frangais, quelle que soit leur cou-
leur.
En veriti, je ne saurais mieux ouvrir la premiere
reunion du Conseil de Difense Militaire de l'Afrique
Central qu'en mettant l'accent sur l'esprit civique
qui doit animer notre technique.
Sans esprit civique, la coordination de nos moyens
de defense ne serait pas comprise et aminagde com-
me elle doit l'etre et elle risquerait d'apparaitre con-
me une superstructure spectaculaire, i la fois tris
fragile et trWs lourde. Trrs fragile parce qu'elle serait
couple des rialitis africaines et qu'elle ne reposerait
pas sur le soubassement des populations africaines.
Et trWs lourde parce qu'elle ne serait qu'une bureau-
cratie de plus.
Sans esprit civique, toute stratigie militaire serait
vaine. En Afrique comme ailleurs, il n'y a pas d'ar-
mee en soi, meant une vie fermie. Une telle armie
serait incapable de susciter les forces vives de l'Afri-
que et de les combiner avec celles de la France d'Eu-
rope.
Sans esprit civique, nous vous ditournerions de la
haute tradition de Faidherbe, fondateur de I'Armie
Noire, oit Faidberbe, vous le save?, itait studieux et
patient devant les faits africains. II les itudiait avant
d'agir. II sentait les reactions des pays don't il em-
brassait en meme temps toutes les possibilities.
Guidons-nous sur notre solide tradition africaine
pour cimenter la Ripublique et pour defendre
l'Union Francaise.


UN EXPOSE DE M. COSTE-FLORET
DEVANT LES COMMISSIONS
DU CONSEIL DE LA REIPUBLIQUE

Au course d'une reunion commune tenue le 23 f6-
vrier, les Commissions de la France d'Outre-Mer, de
I'lnterieur et des Affaires Etrangbres ont entendu un
expos de M. Coste-Floret, Ministre de la France
d'Outre-Mer, sur la creation du Haut Conseil de
l'Union Francaise.
Le Ministre a d'abord justifi6 l'initiative du Gou-
vernement qui avait besoin d'une loi pour l'ouver-
ture des credits budg6taires n6cessaires au fonction-
nement du Haut Conseil.
11 a fait ressortir le caractere normal de l'inter-
vention d'un d6cret pour fixer I'organisation mat6-
rielle du Haut Conseil.
A l'issue de I'expos6, M. Marius Moutet (S.F.I.O.)
a estime qu'en tout Rtat de cause, un d6lai suppl&-







mentaire tait n6cessaire pour permettre au Conseil
de la Republique d'examiner le texte qui lui est
soumis.
Le Ministre a d6clare que, pour sa part, il sou-
haitait que la loi fut votee sans delai.
La Commission de la France d'Outre-Mer a de-
cide, par 12 voix centre 3 de demander la prolon-.
gation sugger6e par M. Marius Moutet.


UN APPEL DE M. TONY REVILLON
EN FAVEUR DE L'EMPRUNT

M. Tony Revillon, Secr6taire d'Etat A la France
d'Outre-Mer, a prononc6 le 16 f6vrier, A la radio,
un appel en faveur de 1'emprunt, adress6 aux popu-
lations de la France d'Outre-Mer :
Pendant plus de quatre ans a-t-il d6clar6 la
France fut ravage par l'envahisseur ;
Pendant plus de quatre ans, la France a risiste 4
la destruction ;
Depuis quatre ans. dans un effort incessant, la
France veut se reliever.
Fire de ses gloires, la France veut vivre et pros-
pirer.
Mais la France ne peut travailler, mais la France
ne peut vivre et prosperer si elle n'en possEde pas les
moyens materials.
Le Gouvernement de la Ripublique qui, depuis
cinq mois, pursuit sans trive la tdche rude d'as-
sainir les finances publiqzues, a lance un emprunt.
Cet emprunt a pour but de permettre la recons-
truction rapide de notre pays et son equipment.
Charged, a; sein du Gouvernement, de presider
aux destinies economiques de la France d'Outre-
Mer, ce n'es! pas sans une emotion profonde que je
m'adresse, aijourd'hui, a tous les citoyens de l'Union
Franfaise. A tous, je dis : la France a souffert, des
villes ont eth rasees, des usines, des fermes, des ga-
res, des ports ont ite ditruits. Ces destruction,
c'dtait le sacrifice de la France a la Liberte bien
supreme de hommeme.
Aujourd'hui, il faut reconstruire. Aujourd'hui, il
faut rebdtir les villes, rebdtir les usines, rebdtir les
fermes, reconstruire les gares, reconstruire les points
et les ports. Aujourd'hui, il faut crier un outilliage
moderne, capable d'assurer, a la Mitropole et aux
Territoires d Outre-Mer, une production accrue pour
le bien-etre de tous.
Dans cette ceuvre gigantesque, l'effort de tous est
indispensable.
Vous save. que, par une action rigoureuse de cha-
que jour, le Gouvernement veut remettre en ordre
administration, riorganiser la production et assurer
le progres social. Le Gouvernement veut assurer une
saine gestion des intdrets de la Nation.


Citoyens de l'Union Francaise, vous souhaite? des
riformes sociales hardies, vous demanded un dive-
loppement dconomique accru, vous reclameZ un equi-
pement moderne et puissant.
Vos disirs, le Gouvernement est dicidi i les rda-
liser. Vous saveZ que nous travaillons sans reldcte
a la mise au point d'un plan d'equipement de l'Union
Frangaise et que ce plan va passer prochainement
dans le domaine des rdalisations.
Mais ce plan est lid a la prosperity de la Metro-
pole atteinte dans ses euvres vives. C'est pourquoi
le Gouvernement a lance un emprunt. Son success
sera la manifestation de la confiance de la Nation
dans ses destinies.
A cet emprunt, je vous demand d tous de sous-
crire. Beaucoup de vos fils, dans un' lan magnifi-
que, ont donni leur vie pour la liberation de la
Mere-Patrie. Aujourd'hui, je vous demand de sous-
crire a l'emprunt pour assurer le relivement du pays
et la defense du franc. Souscrire, c'est assurer l'ave-
nir de l'Union Francaise.
Le Gouvernement de la Republique compete sur
vous.
Par vous, pour vous, I'Union Frangaise vivra et
prospirera.

Assemble de I'Union Frangaise

Seance du 2 fevrier

LE CODE DU TRAVAIL
MM. de Raymond, gouverneur des Colonies,
Menie, inspecteur principal du travail et Combier,
administrateur des Colonies, assistaient A la seance.
L'ordre du jour appelait la discussion des deman-
des d'avis transmises par le ministry de la France
d'Outre-Mer et l'Assembl6e Nationale concernant
des projects et propositions de lois instituant un code
du travail dans les Territoires d'Outre-Mer, ainsi
que des propositions tendant au meme but, 6manant
de differents groups de I'Assemblee de l'Union
Francaise.
Le rapporteur a rappel certain passages de la
declaration des Droits de l'Homme ; puis il a.fait
I'historique de la question et degag6 les grades li-
gnes du project mis au point par la Commission des
Affaires Sociales. Le project reserve une place impor-
tante aux syndicats, et A l'organisation du contr6le
de la main-d'oeuvre, et aux rapports entire em-
ployeurs et travailleurs.

Siance du 3 fdvrier
M. Tony-R6villon, secr6taire d'Etat A la France
d'Outre-Mer assistait A la stance. L'Assemblie a
poursuivi la discussion du project de Code du Tra-
vail. Un certain nombre d'orateurs ont fait cori-
naitre le point de vue de leur group.







Sdance du 4 fivrier
L'ordre du jour appelait la discussion de la pro-
position des membres du bureau de l'Assembl6e de
'Union Francaise, invitant le Gouvernement A de-
terminer par d6cret le rang de l'Assemble de
1'Union Francaise dans l'ordre de preseance des As-
semblies constitutionnelles, des autorites et des corps
constitutes dans les ceremonies publiques.
Tous les orateurs ont insisted pour qu'une place
de premier plan soit reservee A 1'Assembl6e piece
maitresse de notre constitution.

Seance du 9 fivrier

L'Assembl6e a repris la discussion du project du
Code du Travail. M. Tony Revillon, present A la
seance a repouss6 certaines declarations de M. Car-
roue communistte, faites au sujet d'une reponse
du sous-secr6taire d'Etat a M. Silvandre A la seance
du 3 f6vrier de 1'Assemblee Nationale, sur 1'emploi
de la main-d'ceuvre de ila 2e portion du' contingent.
M. Paul Catrice (M.R.P.) a soulign6 1'urgence
de la mise en oeuvre du Code du Travail et a sou-
tenu les contre-propositions de son group. M. Bidet
(S.F.I.O.) a precise que son group approuvait le
project. De meme MM. Montrat (com. Guinee)
et Perier (R.G.R.). Le dernier orateur inscrit 6tait
le docteur Borrey, president de la Commission des
Affaires Sociales, il a r6fute les critiques faites au
project et en a expose les avantages.

Siance du o1 fivrier

L'Assembl6e a donn6 un avis favorable A la desi-
gnation pour le Conseil de la R6publique du contre-
amiral Moullec communistt) au replacement de
Mile Bory, dimissionnaire.
Elle a ensuite abord6 l'examen du texte du Code
du Travail. Un certain nombre d'articles a ete
adopt, les autres reserves ou renvoyes A la Com-
mission des Affaires Sociales pour examen des addi-
tifs.
Siance du 1 fivrier

C. Sok Chong, conseiller du Cambodge, a insist
sur la necessity de la conclusion entire la France et
le Cambodge d'un trait assurant l'independance
de cet Etat associd au sein de 1'Union Francaise.
L'Assemblee a ensuite repousse une demand
de levee d'immunite parlementaire centre M. Savi
de Tove.
La suite de l'ordre du jour appelait la discussion
de la proposition de MM. Jacobson, Moreux,
Schmitt, Schock et des membres du group du
M.R.P. tendant A inviter le Gouvernement A pren-
dre les measures necessaires au d6veloppement de la
construction de vehicles automobiles de fabrication


frangaise pour les Territoires d'Outre-Mer. La pro-
position a et6 adoptee.
L'Assembl6e a ensuite adopted la proposition sui-
vante :
donner des avis ou d'user de son droit d'initiative
toujours en pleine connaissance de cause, invite le
Gouvernement :
i) A 1'informer de tout acte international en re-
lations avec l'Union Frangaise.
2) A la tenir au courant des travaux des orga-
nismes internationaux civils et militaires permanents
ou periodiques, lorsque ces travaux sont du domaine
de l'Union Frangaise. >
L'Assemblee a adopt sans discussion une propo-
sition d6cidant notamment que : < Au debut de
chaque legislature 1'Assemble de 1'Union Franqaise
nomme en seance publique les commissions g6nera-
les de 30 membres chacune.
< Les commissions nomm6es au debut d'une 16gis-
lature demeurent en function jusqu'A l'ouverture de
la deuxieme session annuelle suivante. Elles sont,
par la suite, nommees pour un an et renouvelees ainsi
que leurs bureaux, A l'ouverture de chaque -session "
annuelle. >
Sdance du 16 fdvrier
L'Assemblee a poursuivi la discussion des deman-
des d'avis sur 1'institution d'un Code du Travail
dans les Territoires d'Outre-Mer. La discussion a
porter sur 1'examen du preambule qui avait 6t6 ren-
voye devant la Commission A la suite du d6p6t de
plusieurs amendments. Le texte a ete adopt. L'As-
semblee a ensuite adopted un certain nombre d'arti-
cles concernant les contracts de travail, ainsi que la
nature et la forme du contract d'apprentissage.

Sdance du 17 fevrier
L'ordre du jour appelait 1'examen de la demand
de discussion d'urgence de la proposition de reso-
lution de MM. d'Arboussier, Barbe, Coulibaly et les
membres des groups R.P.A. et communist et leurs
apparentes, invitant I'Assemblee de 1'Union Fran-
caise A envoyer une mission d'information avec pou-
voir d'investigation pour s'enqu6rir de la situation
gOnerale dans le territoire de la C6te d'lvoire.
La demand de discussion d'urgence, mise aux
voix, a ete repoussee. L'Assemblee a repris ensuite
la discussion du project du Code du Travail.
M. Coste-Floret assistant A la seance.
M. Gentet (non inscrit Madagascar) a fait un ex-
pose general sur la question, I'Assemblee a- abordi
la question de la < Convention collective ,.
A 1'occasion de la fixation de l'ordre du jour,
M. Coste-Floret, ministry de la France d'Outre-Mer,
demand A 1'Assemble de renvoyer A une date ult6-
rieure qui sera fixee par la conference des presidents







du 17 mars, la discussion de la proposition de
M. Alduy (S.F.I.O.), le rapport demandait notam-
ment I'ouverture de n6gociations avec tous les 616-
ments reprisentatifs du Viet-Nam et notamment
ceux groups autour d'H6 Chi Minh. II a d6clare
qu'A I'heure actuelle les pourparlers en course avec
'empereur Bao Dai sont sur le point d'aboutir et
a dit son e;poir de voir une issue favorable A ces
conversations qui, a-t-il precise, < constituent une
chance pour la paix en Indochine >. Apres l'inter-
vention du ministry, un scrutiny public est ouvert.
Par o09 voix centre 33, l'Assembl6e decide de ren-
voyer la discussion A une date qui sera fixee par la
conference des presidents du 17 mars.
L'Assemblee a ensuite repris sa discussion du
Code du Travail.

Sdance du 18 fevrier
L'ordre du jour appelait la suite de la discussion
de la proposition de resolution de MM. Juge, Anto-
nini, Rosfeller, Rosenfeld, Gazelles, Saidou Djerma-
koye, Meriglier, tendant A modifier les articles 23 et
24 de la resolution no portant riglement de l'As-
semblee de ['Union Frangaise en vue de remettre le
renouvellement annuel des commissions et de leurs
bureaux respectifs.
La liste des commissions de I'Assemblee a 6t6 eta-
blie ainsi qu'il suit par ordre alphabetique :
Commission des Affaires Culturelles ;
Commission des Affaires Economiques;
Commission des Affaires Financieres;
Commission des Affaires Sociales ;
Commission de I'Agriculture, de l'Elevage, des
Chasses, des Peches et des Forts ;
Commission de la Defense de l'Union Frangaise;
Commission de la Legislation, de la Justice, de la
Fonction Publique, des Affaires Administratives et
Domaniales ;
Commission du Plan, de l'Equipement et des Com-
munications ;
Commission de Politique G6nerale;
Commission des Relations Ext6rieures.
L'Assemblee a valid les elections des six con-
seillers de 1'Union Frangaise par l'Assemblee Alg6-
rienne.
Sdance du 23 fivrier
L'Assemble a poursuivi la discussion du project
de Code du Travail pour les Territoires d'Outre-
Mer notamment en ce qui concern le salaire et le
travail des femmes.

Seance du 24 fevrier
L'Assembl&e a poursuivi l'examen du project de
Code du Travail : travail des enfants, repos hebdo-
madaire, conges pays et transports. Les articles
concernant les conges pays ont ete r6serv6s ; l'As-
semblie a ensuite examine les articles concernant


1'hygiene et la security ainsi que le service medical
- et les accidents du travail -. Elle est passed JA
l'6tude de I'inspection du travail des commissions
consultatives, les offices de placement.


UN EXPOSE DE M. ROBERT SCHUMAN
DEVANT LA COMMISSION
DES AFFAIRES EXTERIEURES
DE L'ASSEMBLEE DE L'UNION FRANCAISE

Le 22 fevrier M. Robert Schuman, ministry des
Affaires Etrangeres a fait, devant la Commission
des Affaires Exterieures de l'Assemblee de l'Union
Francaise, un expos des questions international
interessant l'Union Frangaise.
Outre les commissaires, M. Boisdon, president de
l'Assembl6e et de nombreux conseillers assistaient A
I'audition du ministry.
Faisant un large tour d'horizon, qui a dur6 deux
heures et demie, le ministry a precise la position
du Quai d'Orsay sur de nombreux problemes, tels
que ceux des Etats associes, de la Commission du
Pacifique-Sud, de la conference des Caraibes, de la
Commission permanent franco-britannique des af-
faires togolaises, des rapports entire l'Union Fran-
caise et 1'Union europeenne, etc...
Apres avoir rdpondu aux questions posees par les
commissaires : MM. Bidet (S.F.I.O., president de la
Commission), Lachenal, Lautissier, Mitterand et
Mile Lafon communistss ou apparentes), Boubou
Hama (R.D.A.), Julien et Rosenfeld (S.F.I.O.), Na-
roun et Rosfelder (U.M.O.M.).
M. Robert Schuman a promise de multiplier les
contacts entire son ministere et l'Assemblee de
l'Union Frangaise.
A l'issue de la reunion M. Andre Bidet, president
de la Commission a expos sa satisfaction et celle de
ses colleagues < de voir ainsi s'6tablir entire l'Assem-
bl6e de Versailles et le Quai d'Orsay des rapports
qui seront des plus profitable A 1'Union Francaise.


DEPOT D'UNE PROPOSITION DE RESOLUTION
CONCERNANT
L'EXERCICE DU COMMANDEMENT
DANS LES TERRITOIRES D'OUTRE-MER

Le 22 fevrier M. Paul Tetau (S.F.I.O.), a d6pos6
sur le bureau de l'Assemblee de l'Union Francaise
une proposition de resolution invitant le Gouverne-
ment A fixer A trois ans la duree minima des fonc-
tions des chefs de territoires de l'Union Frangaise,
et A quatre ans celles d'administrateurs. Aux termed
de la meme resolution, tout changement d'affecta-
tion ne pourrait etre decide que pour'faute profes-
sionnelle grave.








Dans l'expos6 des motifs, M. Tetau regrette que
t depuis quelques ann6es l'habitude a 6t6 prise de
d6placer frequemment les gouverneurs et les admi-
nistrateurs de la France d'Outre-Mer >, et souligne
que < pour 6tablir sur des bases valables et cohe-
rentes l'Union Francaise, il faut pratiquer une poli-
tique A longue echeance, fondue sur la duree et la
continuity de vues. >

L'ELECTION
DES PRESIDENTS DES COMMISSIONS
DE L'ASSEMBLEE DE L'UNION FRANCAISE

Les commissions de l'Assembl6e de l'Union Fran-
caise, qui avaient et6 renouvelees, ont elu, le 24 fe-
vrier, leurs presidents. L'election des bureaux a ete
renvoyee au d6but des prochaines s6ances, des dif-
ficultes s'6tant levees au sujet de la representation
du groupement des non inscrits-:
Voici les r6sultats des elections
Commission de la Legislation, de la Justice et des
Affaires administrative : M. Andre Bourgarel (Se-
neral S.F.I.O.) a 6et reelu;
Commission des Affaires culturelles : M. Marcel
Griaule (M.R.P.) a e6t re6lu ;
Commission des Affaires 6conomiques : M. Michel
Aubert (U.M.O.) a 6et r6elu ;
Commission des Relations Ext6rieures : M. Andr6
Bidet (S.F.I.O.) a 6et 'rel6u ;
Commission d'Instruction : M. Alain Savary (S.F.
1.0.) a ete reelu ;
Commission du Plan et de 1'Equipement : M. Al-
fred Jacobson (M.R.P.) a ete r6elu ;
Commission des Affaires financieres : M. Jean
Curabet communistt) a ete reelu ;
Commission des Affaires sociales : M. Francis Bor-
rey (Niger, ind. d'O.M.) a 6te re6lu ;
Commission de la D6fense de l'Union Francaise :
le g6enral Chevance-Bertin (R.R.) a et6 reelu ;
Commission du Riglement : M. Alfred Bour (M.
R.P.) a e6t r6elu ;
Commission de Politique g6n6rale : M. Albert
Sarraut (R.R.) a ete relu ;
Commission de l'Agriculture : M. Georges Monnet
(C6te d'Ivoire R.R.) a ete elu.
La Commission de la Comptabilite, nouvellement
form6e, avait pric6demment, elu comme president,
M. Ernest Gazelles (S.F.I.O.).


LES BUREAUX DES GROUPS
DE L'ASSEMBLEE DE L'UNION FRANCAISE

Voici la composition des Bureaux des different
groupss de l'Assemblee de l'Union Frangaise
Communistes et apparent :
President, M. Raymond Barbe ; Secr6taire,
M. Thevenin.


Rassemblement Dimocratique Africain et apparen-
tes :
President, M. Gabriel d'Arboussier.
S.F.I.O. et apparentis .
President, M. Paul Alduy ; Vice-presidents : MM.
Begarra, Di Ould Zein et Soppo Priso; Secrdtaire,
Mme Malroux ; Tresorier, M. Bourgarel.
M.R.P. :
President, M. Max Andr ; Vice-pr6sidents, Mlle
Le Ber et M. Themia ; Secrdtaire, M. Jousselin;
Tresorier, M. Gaignard.
Rassemblement Ripublicain :
President, M. Albert Sarraut ; Vice-presidents,
MM. Lhuillier et Ibrahim Babikir ; Secr6taire, M.
Michard-Pelissier; Secretaire-adjoint, M. Delmas.
U.M.O.M. :
President, M. Boluix-Basset ; Vice-president, M.
Bichon ; Secretaire, M. Daber.
I.O.M.
President, M. Momo Toure ; Vice-presidents
MM. Borrey et Sylvestre; Secr6taire, M. Saidou
Djermakoye ; Tresorier, M. Conombo.
Independants de Madagascar :
President (provisoire), M. Gentet.
Groupement des Non Inscrits :
M. Serat fait function de president.

M. ROBERT LEON, CONSEILLER
DE L'UNION FRANCAISE (COTE D'IVOIRE)
DONNE SA DEMISSION DU GROUP R.D.A.

M. Robert Leon, conseiller de l'Union Francaise
(C6te d'Ivoire), a adresse au president de l'Assem-
blee de l'Union Francaise sa demission du group
< Rassemblement Democratique Africain > (appa-
rente communiste.
Dans les raisons qu'il donne de cette d6mission,
M. Leon a declare que < les attaches du R.D.A. avec
le Parti communist sont plus qu'apparentes > et
que < la propaganda communist en Afrique est un
obstacle A son evolution et nefaste A la France et
A l'Union Francaise. >

NOMINATIONS, PROMOTIONS

DESIGNATION DU COMMISSAIRE
DE LA REPUBLIQUE INTERIMAIRE
DANS LES. ETABLISSEMENTS FRANCAIS
DE L'INDE

Par decret du 2 f6vrier, paru au Journal Officiel
du 4 fevrier, M. Camouilly (Christian, Jacques), Se-
cretaire general des Etablissements Frangais dans
l'Inde, est charge, par interim, des functions de Com-
missaire de la Republique dans lesdits Etablisse-
ments, en replacement de M. Thomas, appel6 .
d'autres functions.








MISE EN DISPONIBILITi


Un d6cret, public au Journal Officiel du 18 fevrier,
place en disponibilit6 avec traitement, M. Jarre,
Gouverneur des Colonies.
Par decret, public au Journal Officiel du 26 f6-
vrier, M. Jarre, Gouverneur de 3e classes des Colonies,
a ete admis, sur sa demand, A faire valoir ses droits
A une pension de retraite pour anciennet6 de servi-
ces, A computer du 7 juin 1949.


RIETABLISSEMENT DE LA FUNCTION
DE SECRETAIRE GENERAL
DE LA HAUTE-VOLTA
ET DESIGNATION DU TITULAIRE

Par d&cret, paru au Journal Officiel du 18 fe-
vrier, la function de Secretaire general du Gouver-
nement de ]a Haute-Volta est r6tablie.
M. Abel, Administrateur de classes des Colo-
nies, est normm Secretaire general de la Haute-Volta.


DECRET RAPPORTANT
UNE REVOCATION SANS PENSION
ET PORTANT MISE A LA RETRAITE D'OFFICE
D'UN GOUVERNEUR DES COLONIES

Selon un d6cret, paru le 24 fevrier au Journal
Officiel, est rapport le d6cret du 22 juin 1944 por-
tant revocation, sans pension, de M. Ponvienne (Paul-
Auguste), Gouverneur de 2e classes des Colonies.
M. Ponvienne est mis A la retraite d'office pour
computer du I"' avril 1947, et plac6 dans la position
de disponibilit6 avec traitement du 22 juin 1944 au
31 mars 1947.


CITATIONS A L'ORDRE DE LA NATION

Le Journal Officiel du 23 fevrier public les cita-
tions A l'ordre de la Nation de :
M. Marcel Aubry, ancien.ing6nieur de I"e classes
des Travaux publics des Colonies, tu6 en service com-
mand6 le 27 avril 1948 dans la province de Battam-
bang (Cambodge), A Phnon-Tippedy ;
M. Rene Laville, ing6nieur de 3e classes des Tra-
vaux publics, tue au course d'une attaque de l'auto-
rail de Battambang, le 27 avril 1948 ;
M. Jean Rakotomanga, d6legu6 cantonal d'Am-
bila (Madagascar), tu6 par les rebelles malgaches le
30 mars 1947, victim de son devouement et de son
attachment A la France.


REVISION
DE LA SITUATION ADMINISTRATIVE
D'UN RESIDENT SUPERIEUR EN INDOCHINE
M. Delsalle, Resident Sup6rieur de i" classes de
I'Indochine, en retraite, est reint6gr6 dans son em-
ploi pour computer du 2 d6cembre 1942.
M. Delsalle est admis A faire valoir ses droits A
une pension de retraite, pour computer du 2 d6cem-
bre 1946.


INFORMATIONS ADMINISTRATIVE

LOI FIXANT LE STATUT FINANCIER
DE L'ASSEMBLEE DE L'UNION FRANQAISE
Selon une loi, publiee au Journal Officiel du lo f6-
vrier, les credits n6cessaires au fonctionnement de
l'Assemblee de 1'Union Francaise sont inscrits au
budget du Minist&re des Finances, 3e parties, pouvoirs
publics, sous I'intitule < Assemblee Nationale et As-
semblee de l'Union Francaise >, avec les credits de
l'Assemblee Nationale.
Les propositions budg6taires de l'Assembl6e de
l'Union Frangaise sont transmises par le president
de cette Assemblee au president de l'Assemblie Na-
tionale A l'effet d'etre examinees et soumises A l'ap-
probation de l'Assemblee Nationale dans les mimes
conditions et par la mime procedure que pour les
propositions budgetaires de l'Assembl6e Nationale
elle-meme.

LOI RELATIVE AU CONTINGENTEMENT
DES RHUMS DES DIEPARTEMENTS
ET TERRITOIRES D'OUTRE-MER
Une loi, publi6e au Journal Officiel du 1o fevrier,
modifie ainsi le premier alinea de l'article 9 du Code
des Contributions indirectes :
< Peuvent &tre imports dans la Metropole et en
Algerie, en exemption de la surtaxe prvue A 1'arti-
cle o1 et jusqu'A concurrence d'une quantity annuelle
fixee, jusqu'au 31 decembre 1949, A 204.050 hectoli-
tres d'alcool pur, les rhums et tafias originaires des
Departements et Territoires d'Outre-Mer presentant
les caracteres sp6cifiques definis par les decrets ren-
dus en execution de la loi du I" aofit 1905 sur la re-
pression des fraudes commercials et ne titrant pas
plus de 65 degres. >

AUTORISATION DE CONSTITUTION
D'UNE SOCIETIES D'ECONOMIE MIXTE
DITE COMPAGNIE DES TEXTILES
DE L'UNION FRANCAISE (C.T.U.F.)

Dans le cadre des pouvoirs confers au Ministre
de la France d'Outre-Mer, est autorisee la constitu-








tion d'une society d'&conomie mixte dite Compagnie
des Textiles de l'Union Frangaise (C,T.U.F.).
tette soci6t6 a pour objet :
:i) d'6tudier les moyens de d6velopper la produc-
tibn et la preparation des matieres textiles, promou-
voir la creation ou le d6veloppement de toutes en-
treprises ayant pour objet la production ou la pre-
paration des matieres textiles ;
20) accessoirement, executer toutes operations et
toutes entreprises annexes et connexes A l'objet prin-
cipal, ainsi que la production de tous products agri-
coles s'y rattachant directement ou indirectement,
notamment :
I'execution de tous travaux et la creation de
toutes exploitations se rattachant A cet objet ; 'ob-
tention de toutes concessions et autorisations y rela-
tives, leur r6trocession ou leur affermage ; 1'acqui-
sition, la gestion, I'administration, l'exploitation di-
recte ou indirecte pour son compete et pour le compete
de tous tiers, de toutes entreprises et installations,
biens et droits quelconques se rapportant A l'objet
de la societ&.
SLes fonctionnaires en activity qui seraient 6ven-
tuellement mis A la disposition de la Compagnie des
Textiles de l'Union Frangaise seront places dans la
position de d6tachement prevue par les riglements
en vigueur, leurs emoluments seront fixes par le Con-
seil d'administration.
M. Rapenne, Gouverneur des Colonies, est charge
des functions de Commissaire du Gouvernement au-
pros de la Compagnie des Textiles de l'Union Fran-
raise.


CONSTITUTION
DU BUREAU CENTRAL D'ETUDE
POUR LES 1QUIPEMENTS D'OUTRE-MER

Un arr&te ministeriel public au Journal Of/ifel
du ii fevrier, autorise la constitution d'une nouvelle
soci&et d'economie mixte, denommee Bureau Central
d'Etudes pour les Equipements d'Outre-Mer.
Le Bureau Central d'Etudes pour les Equipements
d'Outre-Mer aura pour objet d'apporter au Minis-
tere de la France d'Outre-Mer, aux Territoires de
1'Union Francaise, A l'exclusion de la Metropole et
eventuellement aux collectivites locales et aux orga-
nismes publics, mixtes et priv6s de ces Territoires
concourant A l'ex6cution des plans de developpement
6conomique et social, sa collaboration pour les 6tu-
des des 6quipements entrant dans le cadre desdits
plans et d'une fagon g6nerale d'assurer, pour leur
compete et A leur demand, toutes missions techniques
tendant A I'aboutissement des projects.


L'ORGANISATION
DE LA LUTTE ANTI-ACRIDIENNE

Le Comit6 de Liberation avait fond6 en 1943, a
Alger, avec des moyens de fortune, un Office Natio-
nal Anti-acridien.
Le Gouvernement francais vient de d6poser devant
le Parlement un project de loi qui permettra la trans-
formation de cet Office en un Institut de Recherche
Scientifique moderne. Le siege administratif de cet
Institute sera A Paris et le Ministere de la France
d'Outre-Mer sera charge d'en coordonner les services,
mais les recherches scientifiques se d6rouleront dans
la banlieue d'Alger, A Maison' Carree.
Le plan de travail de cet Institut est tres vaste.
II aura A decouvrir les aires de rassemblement des
sauterelles, A etudier la biologie des acridiens, A per-
fectionner les methods de lutte, A promouvoir et
orienter les recherches de laboratoire, a recueillir et
diffuser toute documentation scientifique anti-acri-
dienne.
Les rdsultats magnifiques obtenus par l'Institut
Pasteur permettent d'augurer de la creation du nou-
veau centre de recherches des bienfaits nombreux
pour les Territoires de l'Union Frangaise.


LE MONTANT DES SOUSCRIPTIONS
A L'EMPRUNT NATIONAL

Le Ministere des Finances et des Affaires 6cono-
miques communique les resultats des souscriptions
a l'Emprunt national cinq pour cent, entierenent
centralises et comptabilises A la date du 19 f6vrier
au soir, qui s'elevent A 205 milliards 905 millions
de francs.
Le montant des souscriptions de l'Afrique du Nord
a et6 de 3.193 millions de francs.


L'IMPORTATION EN ZONE ( FRANC )
DES BILLETS DE LA BANQUE DE FRANCE
SEST PORTEE A VINGT MILLE FRANCS

Le Ministere des Finances et des Affaires 6cono-
miques communique :
< o1 La tolerance A l'importation en zone < franc >
des billets de la Banque de France ou des institu-
tions d'6mission de la zone < franc > e~t port6e de
dix mille A vingt mille francs, A computer du 28 fe-
vrier.
< Aucune modification n'est apport6e A la tol&-
rance A I'exportation, qui demeure fixee A quatre
mille francs.
2 Dans les relations A l'interieur de la zone
< franc >, les voyageurs pourront, dans la limited de
la tolerance de vinrgt-cinq mille francs deij existante,
&tre porteurs, indiffiremment, de billets de la Ban-








que de France ou de billets d'une autre institution
d'emission de la zone << franc >.
i Cette measure sera applicable A computer du 5
mars prochain.


CONFERENCES rET MANIFESTATIONS
COLONIALES

UNE CONFERENCE DE M. JUGLAS
AU CERCLE DE LA FRANCE D'OUTRE-MER

M. J. J. juglas, president de la Commission des
Territoires d'Outre-Mer de l'Assemblee Nationale, a
fait, le mardi 22 fevrier, au Cercle de la France
d'Outre-Mer une remarquable conference sur le su-
jet suivant : << Les Territoires d'Outre-Mer, com-
pl6ment indispensable de l'Union Europeenne >>.
Le difficile problime de la participation des Ter-
ritoires d'Outre-Mer A l'Union Europeenne, sujet
plein d'actualite A l'heure oi les grandes nations de
l'Europe occidentale accentuent leurs efforts pour
mettre sur pied une organisation commune, a 6te
evoque par I'orateur sous ses multiples aspects.
M. Juglas s'est ensuite attache A montrer, que
cette liaison des Territoires d'Outre-Mer avec l'Union
Europ6enne 6tait evidemment souhaitable pour les
metropoles, ::ar la plupart des Territoires d'Outre-
Mer sont des complements economiques naturels des
pays europe,.ns. Cette participation A une Europe
unifice est egalement souhaitable pour les Territoires
d'Outre-Mer, surtout pour ceux qui sont les moins
evolues politiquement et economiquement.
Mais elle est beaucoup plus difficile A r6aliser pour
les pays trs 'evolues, come la plupart des Domi-
nions du Commonwealth britannique, qui sont de
grandes puis:ances economiques.
Un autre problWme tris complex, a-t-il ajoute, se
trouve pose par les ricentes decisions du Prisident
Truman, qui priconise le developpement, par I'aide
amiricaine, des regions sous-equipees. L'Amerique
admettra-t-elle que la participation des Territoires
d'Outre-mer a l'Union Europeenne puisse liniiter sa
propre participation a leur mise en valeur et a leur
exploitation.
Apris avoir souligne que l'unit6 de l'Europe n'etait,
pas encore realisee, mais seulement en voie de l'etre,
I'orateur a ddmontre que, pour le moment, l'integra-
tion des Territoires d'Outre-Mer dans une Europe
unifi6e ne pouvait se faire que par l'interm6diaire
obligatoire de:s metropoles auxquelles sont rattaches
ces Territoires. Seule, a-t-il conclu, cette formule of-
fre asseZ de souplesse pour s'adapter aux ntcessitis
politiques et economiques. De toutes fagons, a I'heure
actuelle, il n'en est pas d'autre de possible.
M. Juglas avait et6 pr6sente A l'assistance, parmi
laquelle on remarquait plusieurs parlementaires, par


M. Durand-R6ville, president du Cercle de la France
d'Outre-Mer.


UN GALA DE L'UNION FRANCAISE
A STRASBOURG

En presence des autorites civiles, militaires et re-
ligieuses, et, notamment, de M. Paira, prefet du Bas-
Rhin, a eu lieu, au Palais des Fetes, un grand gala
en faveur de l'Union Frangaise.
Assistaient A ces fetes MM. Cornut-Gentille, Haut-
Commissaire de la Republique en A.E.F. ; Juglas,
president de la Commission de la France d'Outre-
Mer de l'Assemblie Nationale, ainsi que des par-
lementaires du Congo, de l'Oubangui et du Gabon.


LE CONGRESS SCIENTIFIQUE D'AUCKLAND

Le Gouvernement francais s'est fait representer au
7' Congris Scientifique du Pacifique-Sud qui s'est
tenu A Auckland, du 2 au 23 fevrier 1949, sous les
auspices de la Royal Society de New Zealand et du
Gouvernement neo-zelandais.
Ce Congris, qui reunissait des savants de toutes
disciplines appartenant aux diverse nations qui ont
des interets en Extreme-Orient et dans la region du
Pacifique, faisait suite aux Congres prce6demment
tenus A Honolulu (1920), Sydney et Melbourne
(1923), Tokio et Kyoto (1926), Batavia et Bandoeng
(1929), Vancouver et Victoria (1933), Backeley,
Stanford et San Francisco (1939).
Les points principaux de l'ordre du jour de ce
Congris etaient les suivants :
1o) Programme, plans et organisation en vue du
ddveloppement de la Recherche Scientifique dans le
Pacifique.
20) Mise ou point du r6sultat sur I'6tude ethnogra-
phique de la Micronesie.
3) Programme de recherches geologiques.
40) Programme de recherches dans les sciences
marines.
50) Biologie marine dans le Pacifique (p&cheries).
60) Cooperation en matiere de Sante publique et
de Medecine preventive.
7) Economie agricole et 6levage.
8) Conservation des sols.
9) Programme de recherche dans les Sciences so-
ciales.
1oo) Programme de recherches. sur la flore et la
faune terrestre des miles du Pacifique.
La composition de la delegation frangaise devait
etre la suivante :
a) M. Charles Jacob, professeur A la Sorbonne,







giologue repr6sentant I'Acad6mie des Sciences, pre-
sident de la d61lgation francaise ;
b) M. Roger Heim, professeur au Mus6um d'His-
toire Naturelle, membre de 1'Acad6mie des Sciences ;
c) M. Serenne, directeur de l'Institut Oceanogra-
phique d'Indochine ;
d) M. Bayen, recteur d'Acad6mie, professeur
d'U6iiversit6, docteur &s-sciences, conseiller A 1'Edu-
cation en Indochine ;
e) M. Barrau, chef du Service de 1'Agriculture en
Nouvelle-Caledonie ;
f) M. Genin, docteur en m6decine, m6decin-lieu-
tenant de reserve, chef du Service de Radiologie de
l'H6pital Colonial de Papeete;
g) M. Bugnicourt, directeur-adjoint de l'Institut
Frangais d'Oc6anie, repr6sentant I'Office de la Re-
cherche Scientifique Coloniale ;
b) M. Condominas, ethnologue, d6tach6 de 1'Ecole
Francaise d'Extreme-Orient.
Des excursions et des visits touristiques talentt
prrvues en faveur des delegu6s, notamment dans la
region du Mont Cook. A I'issue du Congres, les d6-
legues am6ricains, sur l'invitation du Gouvernement
franqais, ont visit, A leur voyage de retour, les 5 et
6 mars, Noumea, si&ge de la Commission du Paci-
fique-Sud, ainsi que les installations scientifiques


franqaises de la region, notamment l'Institut Fran-
gais d'Oceanie.


ACADEMIE DES SCIENCES COLON ALES

Siance du 25 fivrier

M. Henri Froidevaux, au nom de la Compagnie,
a adress6 (A M. Ren6 Pottier le discours de bien-
venue, rappelant ses diff6rents voyages au Sahara,
aux beauties duquel son Ame d'artiste est sensible,
ainsi qu'on a pu le constater par les peintures et des-
sins qu'il a exposes ; c'est aussi au biographe des
hommes qui ont consacre leur vie au Sahara et a
I'historien du grand desert que M. Froidevaux a
rendu hommage.
M. Ren6 Pottier, dans son discours de remercie-
ment, a mis en opposition ce qu'&tait la vie des tri-
bus sahariennes soumises A la misere, aux maladies,
aux dangers n6s du climate et des hommes avant la
pacification francaise avec leur vie actuelle : les raz-
zias ont disparu, les famines n'existent pour ainsi
dire plus, les epid6mies sont vaincues.
Avant que la seance ne soit levee, MM. Georges
Blondel, Durand-Reville et Maurice Mercier ont de-
pos6 des ouvrages qui vont enrichir la bibliotheque
de l'Academie.



















NOUVELLES D'OUTRE=MER


INDOCHINE


HAUT-COMMISSARIAT
DE FRANCE


bi i fe v r i e r a
P hn6m Penh, le
Haut Commis.





Premier Ministre et du
doyen de la Faculte de Droit de Saigon.
Au court; de la matinee, M. Lion Pignon a ete
recu au Palais par S. M. Norodom Sihanouk. II s'est
entretenu, avec le Souverain, des conditions dans
lesquelles s'ouvriront les conversations destinies e
mettre sur pied le statute du royaume au sein de
1'Union Franeaise.
De retour- du Laos, ofi ii a etudie i Luang Pra-
bang, avec S. M. Sisavang Vong, les measures desti-
nees A metire sur pied le statut du royaume au sein
de l'Union Franqaise, M. Pignon a resume l'impres-
sion qui se degage de son voyage en declarant :
C'est ensem ble et dans la liberty que lnous cortinue-
rons 4 marcher vers le progrds. Le Haut-Commis-
saire a ajoute que le souverain, tout en lui expri-
mant I'espoir que le problime laotien serait pris A
part, le Laos n'ayant pas profit comme les autres
pays de 1'Union Indochinoise, des efforts entrepris
par la France, avait affirm que les relations entire
les deux pays seraient toujours empreintes des sen-
timents de solidarity et de franchise absolue.
Le Gouverneur Digo, Commissaire de la R6publi-
que au Tonkin, s'est rendu le 7 fevrier A Saigon as-
sister A une conference r6unissant tous les Commis-
saires de la Republique en Indochine, ainsi que
M. Guiriec, delegue du Haut-Commissaire aupres du
Gouvernement Central Provisoire du Viet-Nau-i
M. Morice, substitute du Procureur general pres la


Cour d'appel d'Hanoi, est nomm6 avocat general
pros la Cour de Saigon, en replacement de M. Gen-
tille, admis A la retraite.
Les professeurs Leon Binet et Andr6 Lemaire,
apris leur tournee de conferences en Indochine, sont
rentres A Paris le 15 fevrier, se d6clarant fort satis-
faits d'avoir pu constater 1'empressement avec lequel
les etudiants et le corps medical du Viet-Nam ont
assisted aux conferences que ces professeurs ont pro-
noncees. Le professeur Binet rapporte de son voyage
l'impression que le corps medical local temoigne A
1'egard des Frangais en mission, d'un esprit de soli-
darit6 et de cooperation don't il faut beaucoup es-
perer pour l'avenir.
Le Conseil des Ministres, r6uni le 23 fevrier, a
nomme le Gouverneur De Raymond, Commissaire
de la Republique au Cambodge.
La Cour de justice de l'Indochine a juge, le 21 f6-
vrier, M. Lenormand, inculpe d'intelligence avec
l'ennemi, et I'a condamne A 3 ans de prison, io ans
d'indignit6 national, io ans d'interdiction de s6jour.
L'int6ress6 s'est pourvu en cassation.

GOUVERNEMENT CENTRAL PROVISOIRE.
Le Gouverneur du Sud Viet-Nam, M. Tran van
Huu, accompagne de MM. Thai LAp Thanh et An-
dre Beauvais, est arrive le 9 f6vrier, venant de Sai-
gon. M. Huu a passe deux jours A Paris, au course
desquels il s'est entretenu, en 1'absence de M. Coste-
Floret, avec M. Herzog, son chef de Cabinet. II est
parti le 11 fevrier pour Cannes, afin d'etudier avec
S. M. Bao Dai les conditions d'elaboration du future
statut du Sud vietnamien au sein du Viet-Nam unifi6.
Le 12 fevrier, M. Herzog est parti A son tour pour
Cannes. Les entretiens particuliers qu'il a eus avec
S. M. Bao Dai et M. Tran van Huu, assists d'ex-
perts vietnamiens, ont permis d'examiner les clauses
d'un accord se rattachant au future statut du Viet-
Nam. Aucune divergence serieuse susceptible d'en-
traver la conclusion de cet accord ne serait apparue
A la lumiere de ces nouveaux contacts. M. Herzog
est retourne A Paris le 15 f6vrier et a d6clar6 que








les travaux avangaient d'une faqon satisfaisante et
.qu'on etait proche du denouement.
Ai course de son sejour A Cannes, M. Tran van
Huu a 6td recu plusieurs fois par S. M. Bao Dai, A
.qui il a rendu compete de la situation du Sud Viet-
Nam, et exprim6 le vwu fervent de la population
d'&tre unie de nouveau A ses freres du Nord et du
Centre sous l'egide de l'Empereur.
De retour a Paris le 18 f6vrier, M. Tran van Huu
a d6clare que les conversations de Cannes se sont
d6roulees dans une atmosphere vraiment favorable.
Les dispositions de S. M. Bao Dai vis-A-vis du Sud
Viet-Nam sont celles que les gens du Sud attendaient.
L'Empereur s'est montr6 comprehensif vis-A-vis des
aspirations des gens du Sud. Les institutions d6mo-
cratiques seront, respect6es. Le Sud aura son auto-
nomie la plus large et, finalement, le Viet-Nam sera
former des trois Ky, ayant chacun son administration
propre.
C'est le Viet-Nam de son grand ancitre, Gia Long,
que l'Empereur se propose de reconstituer, dit
M. Huu. En some, nous aurons les trois Ky reu-
nis sous le sceptre de S. M. Bao Dai, avec cette
difference que S. M. s'engagera dans la voie de la
ddmocratisation des trois regions en partant du Sud
comme module.
S. M. Bao Dai est arrivee A Paris le 21 f6vrier;
,c'est essentiellement A la mise au point d'un texte
d'accord qu'ont tendu les entretiens qu'Elle 6tait
appelee A avoir dans la capital avec diverse per-
sonnalites politiques frangaises. On pense que M. Pi-
gnon, don't l'arriv6e est annonc6e pour le 28 f6vrier,
participera aux entretiens.
Dans l'apres-midi du 22 f6vrier, MM. Queuille
-et Coste-Floret ont eu une entrevue avec l'Empereur.
Dans la soiree, il est annonc6 qu'un accord a etd
conclu. Les terms de cet accord ont et6 soumis au
Conseil des Ministres du lendemain. Le nouvel ac-
,cord confirm la reconnaissance par la France de
l'ind6pendance du Viet-Nam et le droit pour les
populations cochinchinoises d'opter pour l'unit6 des
trois Ky si elles le d6sirent. 11 enregistre, par voie
de consequence, l'entiere autonomie administrative
,du Viet-Nam, la possibility pour le Gouvernement
,vietnamien d'entretenir des representations diploma-
tiques dans le Sud-Est asiatique et de constituer une
.arm6e national'e. En contre-partie, le Viet-Nam de-
signera des representants A l'Assembl6e de l'Union
Francaise et au Haut-Conseil de l'Union Frangaise ;
des bases militaires mises a la disposition de cette
Union demeureront sous le contrble des Etats-Majors
francais. Les int6erts culturels de la France seront
sauvegard6s.
Les problemes economiques sont laisses de c6te en
attendant qu'un accord intervienne entire la France
et les different Ltats associs sur les services com-
muns de la peninsule indochinoise.
11 reste A pr6ciser A quel moment, A la suite de la
signature de ce nouvel accord, I'empereur Bao Dai
,d6cidera de retourner A Hue.


Les dispositions A prendre en vue du retour en' In-
dochine de 1'Empereur ont 6t6 examines au course
d'un Conseil des Ministres du Gouvernement Cen-
tral qui s'est tenu le 16 f6vrier A Saigon, sous la pre-
sidence du g6enral XuAn. Les membres du Gouver-
nement du Sud Viet-Nam assistaient 6galement A
cettes6arice. A son arrivee A Saigon, le general Xuan,
aprbs avoir declare qu'il avait l'intention d'acc-
lerer les travaux du Comit6 de reception de S. M. Bao
Dai, a annonc6 que le Palais pr6sidentiel du Sud
Viet-Nam A Saigon serait mis A la disposition de
l'Empereur, qui se rendrait ulterieurement A Hu6,
puis A Hanoi.
Le chef du Gouvernement a refuse de pr6ciser la
date du retour de S. M. Bao Dai et d'indiquer si
l'Empereur attendrait, pour quitter la France, que
l'Assemblee Nationale ait vot6 l'abrogation du sta-
tut colonial de la Cochinchine. Cependant, les de-
mandes d'audiences aupres du souverain actuelle-
ment recueillies et don't la date de cloture est fix6e
au I" mars, amenent les milieux proches du Gou-
vernement Central A penser que le retour de S. M.
Bao Dai pourrait avoir lieu fin mars ou courant
avril.

1o.ooo Vietnamiens environ ont assist dans la
matinee du 13 f6vrier, A un meeting organism de-
vant le th6Atre municipal de Hanoi par le < Comit6
de preparation pour le retour au Viet-Nam de l'em-
pereur Bao Da >>.
Le Secretariat G6neral A la Pr6sidence fait savoir
que la representation du Gouvernement Central Pro-
visoire du Viet-Nam en France comprend actuelle-
ment :
M. Pham van Binh, representant official du
Gouvernement Central Provisoire du Viet-Nam ;
M. Vu Quy Mao, charge de mission ayant sp-
cialement dans ses attributions les questions admi-
nistratives ;
M. Hoang van Co, conseiller, charge de travaux
speciaux.
Le capitaine Le van Kim est nomm6 Directeur
General de l'Information et de la Presse du Gouver-
nement Central Provisoire du Viet-Nam. Le Conseil
des Ministres, reuni le i" fevrier, avait decide en
effet de transformer en simple Direction I'ancien
Ministire de l'Information, demeur6 sans titulaire
depuis la admission de S. E. Phan Huy Dan.

Tonkin

Selon des statistiques recentes, la population qui
vivrait, actuellement, dans la region tonkinoise sous
contr6le militaire francais, s'&leverait A deux mil-
lions de personnel.
La ville de Hanoi compete 160.000 habitants, don't
environ 147.000 Vietnamiens, 6.000 Frangais et as-
similes et 7.000 Chinois ; la ville d'Haiphong compete
92.000 habitants, don't 57.000 Vietnamiens, 5.000
Francais et 30.000 Chinois.
Le Gouverneur Digo s'est rendu A Haiphong, o~ il








a procc6d6 I'inauguration d'un nouveau magasin
pros des docks du port.
Une nouvelle piste permettant I'atterrissage des
< D. C-4 >x a 6t6 inauguree le 19 fevrier A l'a6ro-
drome d'Haiphong-Catbi.
Un service special d'enseignement populaire charge
de poursuivre la lutte centre 1'analphabetisme et de
vulgariser I'instruction civique et les sciences usuel-
les dans la masse populaire vient d'etre cree.

Annam
R6pondant, A 'invitation de S. M. la Reine mere
d'Annam, S. E. le Gouverneur du Nord Viet-Nam
et Mme Nghien XuAn Thien sont arrives le 6 fe-
vrier & Hue.
L'Ecole Nationale des Cadres de Jeunesse et
d'Education Physique a 6t6 ouverte le 15 f6vrier
dans la mirne ville.
Cochinchine
A l'issue d'un banquet organism par les < Anciens
de l'Indochine >> Saigon, M. Avinin, s6nateur, a
exprime son admiration pour 1'euvre frangaise
qu'il a pu voir au course de son sejour A Saigon. II
a declare : Je ddfendrai les interets de la France en
Indochine comme ils doivent etre ddfendus. Vous
aver en face de vous un home qui sera avec togs
les Francais qui veulent rester ici.
Dans les premiers jours de mars, l'Universit6 Po-
pulaire de Saigon ouvrira ses portes.

Cambodge
Le nouveau Minist&re cambodgien est ainsi cons-
titu6, depuis le 2 fevrier :
Pr6sidence du Conseil, Int6rieur et Information :
S. E. Yem Sambaur.
Vice-Pr6sidence, Affaires 6conomiques et Plan
S. E. Soum Hiing.
Finances : S. E. Svay L6.
Defense national : S. E. Huy Mong.
Agriculture, Travaux publics, Communications
S. E. Pleck Phoeun.
Ravitaillement, Commerce, Industrie : S. E. Ray
Lamuth.
Justice : S. E. Kosal.
Education national : S. E. Meas Saem.
Sante : S. E. Dr Phleng.
Secretaire d'Etat A l'Interieur : S. E. Duong Sam
An.
Un avion A bord duquel se trouvait M. Loubet,
Commissaire de la Republique au Cambodge, qui
passait son brevet de pilotage, s'est 6cras6 au sol peu
apris avoir d6colle. M. Loubet a 6et relev6 avec de
serieuses blessures ; toutefois, ses jours ne sont pas
en danger.
Phn6m Penh a eu la visit du Haut-Commissaire
Pignon, qui s'y est rendu pour proc6der A l'ouverture
de l'Institu: des Etudes Juridiques et Economiques
du Cambod ge.


Laos
S. M. Norodom Sihanouk, venant par avion d&
Phn6m Penh A Luang Prabang, a rendu visit a
S. M. Sisavang Vong. Le but de ce voyage est de
renouer les liens traditionnels d'amiti6 existant en-
tre les deux royaumes.

INFORMATIONS MILITAIRES

Dans la soiree du 13 f6vrier, trois grenades ont
6te lances centre la gendarmerie de Cholon et le
cantonnement militaire. I1 y a eu un blessed.
Le 14 f6vrier, au sud-ouest de Vinh Long, une
bande de rebelles a 6et mise en fuite et a perdu 38
hommes.
Un planteur et un parachutiste francais ont 6t6
tues au course d'une embuscade du Viet-Minh sur
une plantation situee A soixante kilometres au nord
de Saigon. M. Bocquet, Inspecteur G6neral des
Plantations des Terres Rouges, a 6et blessed au course
de cette operation.
On announce le 20 f6vrier la soumission du chef
Hoa-Hao dissident Lam Thanh Nguyen et d'une
fraction de ses partisans.
On apprend, le 16 fevrier, qu'une bande armee
d'une trentaine d'individus venant du Siam a atta-
que, le 29 janvier, le village de Vasi Pha Kho, situ6
A 150 kms A l'ouest de Ventiane, tuant le chef du
village. Elle a regagn6 ensuite le village de Ban
Chottone, au Siam. Une protestation a 6et adress6e
A Bangkok.
Un avion militaire < Junker >, qui etait affect
au parachutage de ravitaillement et de materiel aux
postes du Haut-Laos, est porter disparu le 16 fevrier.
Huit personnel 6taient A bord.
Dans la nuit du 22 fevrier, le Viet-Minh a essay
de faire sauter A la dynamite un pont en ciment
arm6, situd A 3 kms de Saigon, sur la route de
Nhabe. Seul le tablier du pont a ete endommag6.

AFRIQUE
OCCIDENTAL FRANVAISE

8enegal

LES
AMnNAGEMENTS
RIZICOLES
DE LA REGION
S-' DE RICHARD-TOLL

Es travaux con-
duits par la Mis-
L. sion d'Aminage-
ment du Senegal dans
la region de Richard-Toll en vue de I'installation
de riziires dans le delta du fleuve se poursuivent
activement.








Le delta se present corpme une vaste region plate
et peu boisee, mais ses terrains sont en grande par-
tie saumAtres et les eaux susceptibles de l'irriguer
sont, elles-mimes, sales une bonne parties de I'annee.
Le S6negal, don't la pente est tris faible A partir
de Bakel et le debit insignificant A l'itiage, ne peut
emp&cher I'eau sale de remonter en saison seche et
celle-ci depasse largement Dagana, A 170 kilome-
tres en amount de Saint-Louis. Tous les d6fluents du
fleuve qui traversent le delta sont, 6galement, sales
*et l'on ne peut computer sur eux pour la mise en va-
leur de rizieres.
Le lac de Guiers lui-meme, qui prolonge la val-
lee du Ferlo, aujourd'hui presque totalement asse-
chee, 6tait il n'y a pas longtemps, sale. Relii au
fleuve par la Taou6, qui d6bouche A Richard-Toll,
vingt kilometres en aval de Dagana, il recevait bien
les eaux douces de la crue, mais, apris les avoir res-
titu6es en parties A la d6crue, il se remplissait d'eau
saumAtre.
Pour remidier A cela, un barrage en terre provi-
soire fut installed A la d6crue et d6moli A la monte
des eaux. En quelques annees, le lac fut dessale et
un' barrage A poutrelle etabli sur la Taou6 fut inau-
gure en juillet 1948. Le lac de Guiers est, desormais,
capable d'assurer I'alimentation en eau des futurs
casiers rizicoles.
Une reserve tris important est n6cessaire au de-
part, car une evaporation intense fait baisser son
niveau d'un centimitre par jour lorsque le soleil et
le vent d'est se mettent de la parties. Lorsque le riz
est en veigtation, l'alimentation en eau est assuree,
car le fleuve est en crue et les pompes peuvent fonc-
tionner A plein rendement.
En raison des difficulties pour trouver la main-
d'ceuvre, on s'est r6solument tourney vers une culture
entierement m6canisee.
Un premier easier de 120 hectares fut progressi-
vement mis en culture A partir de 1946. I1 occupe
environ 170 hectares cette ann6e et couvrira 600
hectares l'an prochain.
On a pu determiner les grandes lignes des m6tho-
ds A employer et le materiel mecanique a 6et mis
A l'epreuve. On sait, aujourd'hui, que le semis sous
o1 centimetres d'eau permet d'6liminer les mauvai-
ses herbes, que le planage parfait des parcelles est
indispensable. On a v6rifi6 que les provisions des
projects sont rdalisables, que le riz pousse et qu'il
donne des rendements plus qu'honorables.
Les terres travaill6es, fumees, repondent au soin
don't elles sont l'objet et leur rendement s'ameliore
..avec la culture. Cent sept tonnes de paddy sur qua-
rante hectares A leur troisieme r6colte : tels sont
les chiffres obtenus.
Un easier de 6.000 hectares va &tre amenag6 avec
le concours d'une entreprise privee. On espere qu'il
sera termine et 6quip6 dans deux ou trois ans. C'est
la premiere tranche d'am6nagements qui, progressi-


vement, couvriront 25.000 hectares, peut-&tre plus,
si les prospections futures permettent d'envisager des
extensions plus ambitieuses.

Guin~e

L'AMELIORATION
DU CONDITIONNEMENT DES AGRUMES

Jusqu'A maintenant, les agrumes de Guinee 6taient
exp6dies en caisses ou paniers, apris avoir 6et sim-
plement conditionnes A la main par chaque expd-
diteur.
Pour perfectionner cette m6thode, on estime que
la seule solution ne peut ftre que micanique. Elle
consiste dans l'emploi de machines sp6ciales, don't
le principle est, d'ailleurs, connu depuis plusieurs an-
nees et qui permettent d'assurer, dans les grands
pays exportateurs de fruits, une quality impeccable
de ceux-ci.
C'est dans le but d'appliquer aux exportations les
methodes de conditionnement les plus modernes que
la Socidtd Pomona va crier, dans la zone industrielle
de Conakry, une station fruitiere.
Son r6le sera d'appliquer, aux fruits que les pro-
ducteurs lui apporteront, le traitement moderne per-
mettant de leur assurer une conservation impecca-
ble durant tout le transport.
Pour cela, la station fruitiere sera 6quipee d'une
machine A conditioner les agrumes don't le rende-
ment peut atteindre rationnellement une production
journalibre de cinquante quintaux de fruits.
Les operations simultanees de la machine automa-
tique sont :
Le lavage, dans un bassin contenant cinq cents
litres d'eau potable maintenue, par un appareil de
chauffage 6lectrique, A une temperature de 35 A
40 degr6s. Le melange, compose d'un dosage de bo-
rax, thymol et formol dose suivant le temps sec ou
humide, a une action d6tersive et une autre cicatri-
sante.
Le rincage, par jet d'eau claire.
Le brossage, effectu6 par une chaine de brosses
rotatives sur une longuieur de dix metres, donne aux
fruits la proprete et un lustrage incomparable.
Le triage, consistent A retire les fruits defec-
tueux.
Le sechage, qui se fait par ejection de sciure de
bois de pin et par ventilation. La sciure contenant
un certain pourcentage de resine, a la propriet6 de
donner une surface brillante A l'6corce des agrumes.
Le calibrage termine l'action bienfaisante de la
machine, pr6sentant les fruits en lots homogines.
La Guinee voit ses exportations d'agrumes aug-
menter chaque annee.
D'apris les provisions du Service de I'Agriculture,
la production peut atteindre les chiffres suivants
pour le proche avenir :







pour les citrons : 16.ooo t. en 1950 ; 26.000 t.
en 1955 ;
pour les pomelos :2.500 t. en 1950 ; 5.000 t.
en 1955 ;
pour les oranges : 1.750 t. en 1950, avec esti-
mation impossible A partir de cette date.

LA PREPARATION MECANIQUE
DES PALMISTES

La Chambre de Commerce de Conakry vient de
donner son accord A l'Administration pour que les
maisons de commerce, sp6cialis6es dans la traite des
palmistes, servent d'interm6diaires dans le pavement
des frais de concassage mecanique.
De nombreux concasseurs mecaniques viennent,
en effet, d'&:re installs par diverse soci6tis de pr6-
voyance, ce qui permet de remplacer le concassage
a main par le concassage m6canique, beaucoup plus
rapide et de plus grand rendement.
Au lieu de demander chaque fois au producteur
indigene de payer, A la Societ6 de Prevoyance, les
frais de ce travail, ce qui obligerait A des operations
multiples de versements de sommes minimes, il a
6t6 convenu que le remboursement de ces frais serait
fait globalement et collectivement par les maisons
faisant la traite A la Societe de Prevoyance cr6an-
cire. Pour cela, une some forfaitaire de cinquante
centimes par kilo sera verse, au nom des produc-
teurs, par la maison de commerce chargee de la
traite dans chaque canton of est installed un concas-
seur mecanique.

LA MISE EN EXPLOITATION
DU GISEMENT DE FER
DE LA PRESQU'ILE DU KALOUM

La Compaignie Miniere de Conakry a 6te consti-
tuee pour exploiter le gisement de mineral de fer du
Kaloum.
Actuellement, la mission sp6ciale de la Compagnie
Miniere de Conakry pursuit ses travaux de v6ri-
fication des estimations pr&6cdentes du gisement.
Cette mission terminera ses travaux vers le mois
de mai. Elle attendra que les resultats des essais en
hauts fourneaux aient 6t6 connus pour commencer
les travaux prdparatoires de la mise en exploitation.
La soci&ti actuelle s'organisera alors pour assurer
rapidement I'6quipement de la mine, don't on espere
sortir le premier tonnage fin 1951.
Ce n'est done qu'A partir de 1952 que le Terri-
toire profitera de la valorisation du gisement sous
forme de redevances et d'int6r&ts dans les r6sultats
de l'exploitation, alors que dis la fin de 1949 la pre-
sence aux portes de la ville d'importantes cites ou-
vrieres europeennes et indigenes et d'installations
industrielles contribuera A l'essor de Conakry et de
sa banlieue.


Niger

UNE TOURNEE DU GOUVERNEUR DU NIGER,

Au course d'une tournde, effectuee dans les cercles
des confins, le Gouverneur Toby, Gouverneur du Ni-
ger, a rencontre, a son passage a Tahoua, le 25 jan-
vier, une mission militaire alg&rienne. Les questions
communes aux confins algeriens et nig6riens ont t&
traitees dans un esprit de parfaite collaboration.
Les 26 et 27 janvier, le Chef du Territoire s'est,
ensuite, rendu A cent cinquante kilometres au nord
de Tahoua, ofi vient d'etre installee une sondeuse
failing, don't le transport, la mise en place et les pre-
miers travaux excitent la curiosity et I'int6r&t crois-
sant des populations nomades, pour lesquelles la re-
cherche de l'eau constitute le problime vital.
Poursuivant sa tournee, le Gouverneur a inspect,
dans la journde du 28 janvier, les diff6rents puits
recemment creuses par les services des mines et de
l'hydraulique pastorale sur I'axe Tahoua-Agadez.
Durant son sejour A Agadez, les 29 et 30 janvier,
le Chef du Territoire a proc6d6 A la remise solen-
nelle, au Sultan de l'Air, d'un manteau d'honneur
en recompense des 6minents services rendus par ce
chef A la cause frangaise.
I1 a, 6galement, inaugur les nouveaux bureaux du
cercle d'Agadez et a recu les chefs des tribus de l'Air
dans la vaste salle d'honneur de ce bftiment.


AFRIQUE
iEQUATORIALE FRAN AISE

LE PLAN
DICENNAL
D'ItQUIPEMENT
pDE L'A.E.F.
ous avons don-
e dans e present dans le
SBulletin d'In-
Pformation no 128 de
f6vrier 1949 le dobut
Sd'une analyse du
plan dicennal d',qui-
pement de 'A.E.F. La fin de cette analyse est don-
nee dans le present Bulletin.

III. FORCES CHASSES TOURISM

Parallblement A l'exploitation industrielle de la
fort celle-ci, de par sa faune, permet une organisa-,
tion rationnelle de la chasse et du tourism.
Le tourism cyneg6tique ne saurait prosperer s'il
ne trouve pas une < possibility > d'exploitation con-
venable, c'est-A-dire de tuer chaque annee une quan-
tit6 d'animaux sauvages ne depassant pas le < croit >
normal des troupeaux.







La garantie de cet 6quilibre est le but principal
assign la Societe d'Economie Mixte < Tourisme
et Chasse en A.E.F. >> don't l'organisation est en
course.
IV. ELEVAGE

Les statistiques douanieres de l'A.E.F. pour l'an-
n6e 1947 accusent les sorties suivantes d'animaux et
de products d'origine animal :
Bovins (t&tes) ....................... 13.772
Ovins et caprins (ttes) ............... 2.261
Autres animaux (tetes) ............... 1.514
Beurre fondu tonness) ................ 1.297
Peaux brutes tonness) .................. 297
Bien que ces donnees officielles soient tr&s au-
dessous de la r6alit&, un effort substantial doit ftre
entrepris pour d6velopper et valoriser la production
animal don't les possibilities, surtout au Tchad, sont
immense et encore mal exploities.
A cet effet et dans le but de preserver le cheptel
existant, de l'accroitre, de I'ameliorer et d'en exploi-
ter les products, les credits prevus au chapitre de
I'elevage tendent, en plus des nouvelles attributions
aux stations de recherches et aux ecoles veitrinaires,
A permettre : la protection sanitaire du cheptel, le
developpement de centres d'elevage, 1'6tablissement
de l'hydraulique pastorale et 1'exploitation du b6tail
et des productss animaux.

V. MINES
Les principaux products miniers extraits du sous-
sol de la Federation, pendant l'ann6e 1947, sont les
suivants :
Or brut (kilos) ....................... 2.182
Diamants (carats) ..................... 107.000
Mineral de plomb tonness) ............ 5.200
La Commission de Modernisation des Territoires
d'Outre-Mer a prevu l'application de l'effort princi-
pal sur l'or, I'objectif 6tant de faire passer la pro-
duction A 15 tonnes au bout de la dixieme annee.
La participation technique et financiire du secteur
public A l'effort de d6veloppement s'op6rera par l'in-
termediaire du Bureau Minier de la France d'Outre-
Mer, qui aura pour tiches essentielles :
Le contr6le des cubages des reserves.
L'6tude des mecanisations A preconiser.
L'inventaire des grands flats.
L'inventaire des gisements en place.

VI. INDUSTRIALISATION
Le Syndicat d'Etudes et de Recherches P6trolie-
res pursuit ses travaux au Gabon, en utilisant, de-
puis le debut de 1948, un appareil de sondage A
grande profondeur.
La Society des Ciments et Mat6riaux de Construc-
tion de l'A.E.F. (C.I.M.A.C.O.), en conclusion de
missions de prospection, a d6cid6 d'implanter A Kim-
bedi une usine de 60.ooo t. par an.


VII. FORCES HYDRAULIQUES ET ELECTRICITY
a) Forces hydrauliques :
Les grands am6nagements hydrauliques suscepti-
bles d'etre r6alises en A.E.F. pendant la periode
d'ex6cution du Plan d6cennal sont les suivants
Le Djoue ou la Foulakari, pour Brazzaville.
La Boali, pour la region de Bangui et l'Oubangui
occidental.
La Loeme, vers le kil. 75 du Chemin de Fer Congo-
Ocean, pour la region de Pointe-Noire.
b) Electrification :
Dans les dix annees A venir, le Plan a prtvu l'6lec-
trification de six grands centres urbains : Port-Gentil,
Pointe-Noire, Brazzaville, Bangui, Libreville, Fort-
Lamy.
VIII. CHEMINS DE FER
a) Chemin de fer Centre-Africain :
Les etudes du chemin de fer seront poursuivies,
de manibre A rendre possible le commencement des
travaux le jour oi le d6veloppement de la produc-
tion garantira la rentabilit6 de cette voie nouvelle.
b) Chemin de fer Congo-Ocdan :
DejA, au course, de l'annee 1947, le Chemin de fer
Congo-Ocean a dfi faire face A une pointe de traffic
qui l'a amend A passer imm6diatement command
de 5 locomotives Mikado, o1 loco-tracteurs diesel
de manoeuvre et 80 wagons, s'ajoutant aux 3 loco-
motives Beyer-Garatt livrees A la fin de la guerre.
Pour parer au d6veloppement ulterieur de son ac-
tivite, un programme a 6t6 6tabli qui, sous reserve
de s'adapter aux perspectives de l'exploitation, porte
sur l'achat de :
3 locomotives diesel electriques de 1.500 HP;
220 wagons A marchandises;
27 voitures A voyageurs ;
6 fourgons de chef de train ;
3 fourgons A compartment postal;
I voiture-restaurant ;
3 automotrices de 300 HP avec remorque legire.
En dehors du enforcement de son parc de trac-
tion et de materiel roulant le chemin de fer doit as-
surer le renouvellement de sa voie, rendu n6cessaire
par I'usure considerable des rails.
Un premier achat massif d'environ 80 kilometres
de voie est prevu, puis un approvisionnement regu-
lier de o1 kilometres par an A partir de l'exercice
1952.
IX. ROUTES ET POINTS
Le probleme des routes est capital pour un pays
aussi etendu que I'A.E.F. et ne disposant pr6sente-
ment que d'un chemin de fer de 510 kilometres, A
voie unique, et d'une seule voie navigable impor-
tante.
Le r6seau routier prevu a 6et arr&te A un ensem-
ble de 13.385 kilometres. I1 a 6ete tabli un pro-
gramme de premiere tape d'environ 5.115 kilomt-







tres, repartis approximativement en quatre parts 6ga-
les pour chacun des Territoires :
Gabon : Km.


I" tape ...................... 1.320
Reste a e xecuter ................ 960
Total pour le Territoire ..........
Moyen-Congo :
i'" tape ...................... 1.220
Reste h executer ................ 2.200
Total pour le Territoire ..........
Oubangui-Chari
I" tape ...................... 1.250
Reste h executer ................ 2.440
Total pour le Territoire ..........
Tchad :
I" tape .............. ........ 1.325
Reste A executer ................ 2.650
Total pour le Territoire ..........

Total pour l'ensemble des Territoires


2.280



3.440



3.690



3.975

13.385


Les ouvrages d'art courant sont compris dans les
estimations relatives aux itindraires proprement dits.
Seuls les ponts d'une portee exceptionnelle font l'ob-
jet de credits sp6ciaux.
Ce sont
500 mitres de points d6montables du type Bailey
et Eiffel ;
le pont de Lai, sur le Logone, sur l'itineraire Ban-
gui-Garoua ;
les points de Fort-Lamy, vers le Cameroun et vers
Bangui ;
le pont de Bongor sur le Logone, sur l'itineraire
Fort-Liamy..Garoua.
11 a 6te prevu, par ailleurs, I'achat de bacs pour
la traverse de fleuves extremement large coupes
par des itineraires A traffic modest.

X. PORTS MARITIMES
Le programme des ports maritimes consiste essen-
tiellement :
a) -A outrller le port de Pointe-Noire pour porter
au maximum les possibilities d'exploitation des ou-
vrages exisl:ants ;
b) A proceder A une premiere tranche d'extension
de ce mrme port si le traffic l'impose ;
c) A doter le Gabon d'un 6quipement portuaire A
la hauteur de l'activit6 forestiere du Territoire, ce
qui suppose essentiellement : d'une part, la creation
d'un port ii Port-Gentil, en utilisant les facilities ex-
ceptionnelles offertes par la baie abritee par le Calp
Lopez, et d'autre part la construction d'installations
de batelage correctes A Libreville, Owendo, Mayumba.
XI. TRANSPORTS MARITIMES
Un cabo'eur de 800 t., appel6 A desservir les ports
de la Feddration et A les relier aux Territoires voi-
sins, est actuellement en course de construction.


XII. VOIES NAVIGABLES

Le plan affected des credits important A 1'amena-
gement de la voie vitale que constitute le fleuve Ou-
bangui.
11 s'agit, en premier lieu, d'organiser un service
d'hydrographie convenablement 6quip6 et dote des
moyens de travail indispensables, qui aura pour
mission de proceder A une reconnaissance complete
du fleuve et A son balisage, et de determiner les tra-
vaux n6cessaires en vue de l'amelioration des con-
ditions de navigation.
Les travaux d'amenagement des seuils et rapides
commenceront, debut 1949, par des essais d'amelio-
ration du seuil de Zinga, en aval de Bangui.
Par ailleurs, des achats de materiel et des travaux
sont envisages, qui permettront une utilisation in-
tensive du Chari, du Logone et de l'Ogooue.
Au Gabon, le percement de l'isthme d'lgoguino
permettra une evacuation plus rapide de l'importante
production forestiere de la lagune du Fernan Vaz.
Enfin, la construction et 1'6quipement des ports
fluviaux de Brazzaville, de Bangui et de Fort-Lamy
sont en course d'ex&cution ou d'6tude.

XIII. ALRONAUTIQUE

Le plan d'6quipement a6ronautique de I'A.E.F.
prevoit la creation ou la transformation de 67 aero-
dromes :
I aerodrome de classes A, pour avions de 135 ton-
nes : Brazzaville-Maya-Maya;
5 aerodromes de classes B, pour avions de 60 ton-
nes : Libreville, Pointe-Noire, Bangui, Fort-Archam-
bault, Fort-Lamy ;
16 a6rodromes de classes C, pour avions de 20 ton-
nes, don't 4 au Gabon, 3 au Moyen-Congo, 4 en Ou-
bangui-Chari et 5 au Tchad ;
45 aerodromes de classes D, pour avions de 5 ton-
nes, don't 7 au Gabon, 7 au Moyen-Congo, 16 en
Oubangui et 15 au Tchad.

XIV. TRANSMISSIONS

La Commission de Modernisation des Territoires
d'Outre-Mer a recommand6 les buts ci-apris :
oi) assurer des relations interieures rapides;
2) doter la Federation de moyens modernes pour
lui permettre de s'inserer dans le reseau mondial des.
communications.
Les principles A mettre en application sont :
NMcessite d'une refaction complete des r6seaux et
installations, en d6veloppant particulierement I'equi-
pement telephonique.
Liaisons telephoniques entire centres eloignes as-
surees par voie radio-electrique.
Amelioration des r6seaux telephoniques urbains.
Realisation de la radio-teliphonie commercial
entire les principaux centres et la M6tropole.








XV. SANTi
L'Afrique Equatoriale Franqaise, don't la super-
ficie gale cinq fois celle de la France metropolitaine,
ne comptait au ir juillet dernier, que 4.205.0000 ha-
bitants.
Vid6 de ses meilleurs 1eements par les trafi-
quants d'esclaves, 6puis6 par les luttes perp6tuelles
entire tribus, decim6 par l'anthropophagie, les sacri-
fices rituels, les razzias, la sous-alimentation chroni-
que et les 6pid6mies, le pays etait, avant I'arriv6e
des Franqais, en regression constant du point de
vue d6mographique.
En apportant la paix et la security, en organisant
la lutte contre la disette et les maladies, la presence
francaise a prouve un accroissement, lent sans doute,
mais r6gulier, du chiffre de la population.
L'action du Service de Sante colonial a 6te de-
terminante dans ce redressement.
I1 reste cependant beaucoup A faire, car il existe
en Afrique Equatoriale, outre le risque d'epidemies
.de variole ou de fi&vre jaune, des maladies endemo-
6pid6miques graves telles que la trypanosomiase, le
paludisme, le pian, et des fl6aux sociaux tels que la
lepre et la syphilis.
Les buts fixes par la Commission de modernisa-
tion sont d6finis comme suit :
1 Pour l'Assistance medicale indigene.
Accroitre la capacity des 6tablissements hospitaliers
et des installations de brousse.
2 Pour le Service d'Hygiine mobile et de Pro-
phylaxie.
Lutte centre le paludisme, contrble total de la
maladie du sommeil, lutte centre les npidemies, exe-
cution de i.500.ooo vaccinations annuelles centre la
fi&vre jaune et de 1.5oo.ooo vaccinations contre la
variole, traitement de 20.000 lepreux.
XVI. ENSEIGNEMENT
Le plan decennal d'equipement scolaire determi-
nera pour plusieurs g6enrations le developpement
cultural et social de I'A.E.F. Le plan general d'exten-
sion -de l'enseignement est pr6sent6 en cinq articles
correspondents aux different ordres d'enseignement.
a) Enseignement supdrieur
L'enseignement superieur n'est encore mentionne
que-pour m6moire, car son organisation interviendra
seulement pour couronner 'ceuvre du plan decennal.
b) Enseignement du deuxieme degrd :
L'enseignement du second degr6 comprend A la
fois 1'6cole des cadres, les lyc6es, colleges et ecoles
normales de la F6deration et des Territoires.
C'est pourquoi, outre les 6tablissements de la F&-
deration (Ecole des Cadres et Lyc6e de Brazzaville),
3 colleges modernes en moyenne et une cole nor-
male ont 6t6 prevus par Territoire.
c) Enseignement technique :
L'enseignement technique a 6galement un r6le
considerable A jouer dans un pays en plein d6velop-
pement economique.


Grace au plan decennal, chaque Territoire se verra
dote d'une cole professionnelle au moins, de sections
techniques branches sur chaque college moderne, de
quelques ecoles de metiers et de nombreuses sections
d'apprentissage. L'Ecole technique sup6rieure de
Brazzaville recueillera les meilleurs lives sortant
des ecoles professionnelles des Territoires et les pr&-
parera au Brevet industrial.
d) Enseignement du premier degr :
L'enseignement du premier degr6, enfin, doit se
proposer un vaste programme de lutte contre l'anai-
phabetisme, une scolarisation massive impliquant
un apport substantial de maitres europ6ens.
D'ores et d6jA se pose aussi, a ce premier degree,
le problem de l'enseignement feminin qui doit per-
mettre progressivement, en 6gard aux traditions, la
formation de la jeune fille et de la femme marine.
e) Education populaire :
L'6ducation populaire, complement n6cessaire des
trois ordres d'enseignement, doit s'adresser A un pu-
blic de plus en plus vaste de jeunes gens et d'adultes
auxquels elle proposera des techniques 6ducatives
moins classiques, mais non moins efficaces. que I'en-
seignement traditionnel : cinema, theatre, activists
musicales, recherches folkloriques, travaux manuels,
formation artistique, etc...
En bref, le programme d6cennal d'extension de
I'enseignement, correspond aux besoins essentiels
d'un pays don't l'equilibre et la prosperity requierent
un d6veloppement parall&le et harmonieux des pos-
sibilit6s 6conomiques et des richesses culturelles.
XVII. URBANISME ET HABITAT
La Commission de Modernisation des Territoires
d'Outre-Mer avait recommand6 '&tablissement des
plans g6neraux d'urbanisme de Libreville. Port-
Gentil, Brazzaville, Pointe-Noire, Bangui, Fort-
Lamy et Fort-Archambault.
Les six premiers sont en course d'ex&cution ou
d'instruction. Celui de Fort-Archambault v'a 8tre
entrepris.
Le d6marrage des socidtes immobilibres est envi-
sag6 dans chaque Territoire. Ces socidtes auront pour
tAche de mettre en oeuvre un vaste programme de
logements convenables, modernes, d'un prix mod6r6,
A l'usage surtout des autochtones.
XVIII. TRAVAUX URBAINS ET RURAUX
Les adductions d'eau potable, quand elles existent,
sont partout insuffisantes, sauf peut-etre A Libre-
ville. Ce probleme grave par son ampleur, exige
une technique toute particuliere. C'est pourquoi la
Federation a envisage de s'adresser pour les 6tudes
A des Socidtes sp6cialisses:
Les conventions ou marches necessaires sont d6ja
passes ou en course de n6gociation : ils comportent
les 6tudes, les travaux de captation et d'adduction,
6ventuellement l'epuration, I'installation du r6seau
de distribution, d'hydraulique agricole et pastorale,
et d'assainissement.








XIX. CARTOGRAPHIE
Le but it atteindre par le Service g6ographique
est 1'6tablissement d'une carte de base de l'Afrique
Equatoriale Frangaise au I/loo.oooe, une parties im-
portante de la FCderation devant etre levee d'abord
au 1/200.000 en raison des d6lais considerables
qu'implique la r6alisation de l'objectif pr6cite.
Des lev6s locaux A l'6chelle de 1/20.000e ou de
1/5.000e seront en outre 6tablis lI ou ils s'av6reront
indispensables A 1'6tude des projects inscrits au plan
d'equipement, s'agissant notamment du programme
routier.
Enfin le nivellement general sera entrepris, ainsi
que la couverture photographique g6enrale A une
6chelle voisine de 1/40o.ooo00.

XX. CARTE GEOLOGIQUE
La carte de l'A.E.F. est partagde en < coupures >
suivant les m6ridiens et les paralleles. Le plan de
publication de la carte geologique de reconnaissance
comporte 20 coupures au 1/50ooo00e (zones A geolo-
gie variee, presentant un int6r6t minier) et 15 cou-
pures au i/i.ooo.ooo (zones A g6ologie monotone
ou difficile d'acc&s).
Les lev6s doivent etre terminus en 1956.
Nous concluerons en precisant que le plan, s'6leve
au total, A 51.525 millions qui se repartissent terri-
torialement comme suit :
Federation (y compris le chemin
de fer Congo-Oc6an et le port
de Pointe-Noire ............. 7.866.300.000 >
Gabon ....................... 10.437.750.000 >
Moyen-Congo ............... 10.026.750:000ooo
Oubangui-Chari ............... 10.221.450.000 >>
Tchad ....................... 12.972.750.000 >
Les d6penses de d6veloppement 6conomique inter-
viennent pour 39.692 millions, soit en chiffres ronds
77 %, et le.; d6penses sociales pour 11.833 millions,
soit 23 %.

CAMEROUN

APERCU
SUR L'ACTIVITIE
S EONOMIQUE
AU COURSE
DE L'ANNEE 1948
ANNEE 1948 mar-
quera sans doute
une tape dans la
vie economique du Ter-
ritoire. Caracterisee par
des difficultls accrues dans tous les domaines inh&-
rentes A l'integration de plus en plus marquee de
l'economie camerounaise dans celle de l'Union Fran-
gaise, des tAtonnements, la mise en place de materiel


d'dquipement public et priv6, un movement com-
mercial toujours accru, elle cloture, semble-t-il, la
period de transition de l'apres-guerre, constituent,
un retour vers une economic normale..
Malgr6 beaucoup de difficulties don't les moindres
ont et6 la devaluation de janvier 1948, une penurie
aigue de devises, des importations extremement fai-
bles de certaines marchandises essentielles (coton-
nades, tabacs en feuilles, poissons secs, sal6s ou fu-
mes, riz etc...), une d6ficience des moyens de trans-
port ou d'evacuation, I'insuffisance du port de
Douala, le movement commercial n'a cependant
pas cess6 de s'accroitre, les initiatives privees de se
manifester, les capitaux de s'investir.
L'annee 1948.a vu la naissance de la Regie des
Chemins de fer et de la Societe d'Energie Electrique,
les marches pour l'installation d'un reseau routier
correspondent aux besoins de l'economie ont 6t6 6la-
bores definitivement, le centre industrial de Douala
ouvert.
Favorisis pendant la plus grande parties de I'annie
par des course eleves, les products d'exportation ont
connu un d6veloppement important et ont trouve
un facile placement sur les marches. Le Plan Mars-
hall, don't les effects ont commence A se faire sentir
en fin d'annee, est venu heureusement remedier A
une p6nurie sdrieuse de devises.
Bien qu'une baisse des course de certain products
se soit dessinee en fin d'annee (bananes, bois, cacao),
on peut affirmer que l'arine 1949 sera 1'Ere des rea-
lisations. L'equipement des chemins de fer sera
poursuivi activement, le barrage d'Edea est en cons-
truction, les grands travaux de route sur les axes
6conomiques vitaux entrepris, I'agrandissement du
port de Douala commence, le bitumage des rues de
Douala et de Yaound6 r6alis6, I'electrification et
I'adduction d'eau des gros centres effectuees ; la mise
en place d'importantes installations industrielles.
tr&s activement poussee (usine I.R.H.O., usine tex-
tile, brasserie du Cameroun, usine d'extraction de
beurre de cacao, scieries, ateliers de mecanique gene-
rale, chantiers navals, entreprises d'acconage) s'ajou-
tant A celles ddjA existantes.
Parallelement, il est possible de prevoir une am6-
lioration des importations de marchandises de con-
sommation courante grace aux credits Marshall.

LES IMPORTATIONS DU CAMEROUN
EN JANVIER 1948
a) Accords commerciaux
Deux accords commerciaux ont, td notifies au
Territoire au course du mois de jaivier 1949.
Un accord franco-hongrois qui attribue les contin-
gents suivants au Territoire :
Tissus de coton (F. M.) .......... 10.000.000ooo
Tracteurs (units) ................ 5
Emaillis (F. M.) ................ 4.000.000
Divers (F. M .) .................. 500.ooo








Les licences d'importation au titre de cet accord
devront &tre d6livrses avant le 30 avril 1949. L'ac-
cord commercial de novembre 1947 est lui-meme
prorog6 jusqu'au 30 avril 1949.
Un accord franco-zones occidentales d'occupation
en Allemagne conclu A Francfort le 18 novembre
1948 met A la disposition du Territoire les products
suivants :
T~ 11


Produits chimiques divers ...........
Cotonnades .........................
Moteurs Diesel et pieces d6tachees ....
Machines outils A metaux et pieces
d6tachees ........................
Machines A bois y compris scies et pi&-
ces d6tach6es .....................
Moteurs l6ectriques de moins de 15 CV
Machines et appareils divers et pieces
d6tach6es diverse .................
E m aill6s ......................... .


Cet accord expirant le 30 juin 1949, les li
aff6rentes A ces contingents de marchandis
pourront Rtre visdes que jusqu'A cette date.
b) Programme d'approvisionnement coura?
Un credit de 650.000 dollars monnaie de c
utilisable en livres sterling est accord au Ter
au titre du programme ordinaire d'approvis
ment 1949. Ce credit devra servir A couvrir 1
portations en provenance de la zone sterling (
nades des Indes, sacs de jute, frais de magasin
stockage des hydrocarbures A Lagos) au moir
Su'au i" mai 1949.
c) Plan Marshall :
Les credits E.R.P.-3 suivants ont 6t6 notif
courses du mois :


Pour products et mati6res premieres di-
verses .. . ...............
Pour tracteurs lourds .................
Pour du tabac .......................
Pour des pneus ......................
Pour du paper d'emballage ..........
Pour pieces d6tachses de materiel agri-
cole ............................
D'autre part, une premiere liste des demand
credits au titre de l'ann6e 1949-1950 a ete ac
au Departement pour un montant d'environ
lion 800.000 dollars pour le materiel, et 800.oo
lars pour les pieces detach6es, en insistent tou
cialement sur les besoins urgents en mater
construction et de travaux publics pour les
prises qui ont pass des marches don't l'executi
,en course.
Au titre de l'E.R.P.-4 (premier trimestre 19L
Departement fait connaitre que les propo


ac


16




3


faites A I'E.C.A. en faveur du Cameroun portaient
sur les marchandises suivantes :
Lard, tabacs, products chimiques, paper kraft,
6tain pur, feuilles de zinc, frigidaires electriques,
machines A coudre, products p6troliers, fibro-ciment,
6maill6s, fils de cuivre, feuilles de cuivre, plomb
brut, machines A 6crire, pneus, pieces rechange, fri-
gidaires A p6trole, lampes A p6trole.


liars Toutefois, aucun credit n'a encore ete attribu6 au
titre de cette tranche. Ils seront portes A la connais-
5.000 sance des importateurs au fur et A measure de la
0.ooo d6livrance des assistance request correspondante par
5.000 I'E.C.A.

5.000
LES EXPORTATIONS DU CAMEROUN
5.000 EN JANVIER 1949
5.ooo


Le tonnage global des diverse exportations ef-
1o.ooo fectuses pendant le mois de janvier 1949 atteint en
io.ooo gros 15.000 tonnes. Certains changements pr6vus
pour le mois de janvier ont di 6tre reports sur
icences fevrier par suite de retards dans l'horaire des na-
ses ne vires et dans les manutentions des products.
Les principaux products exports se r6partissent
nt : comme suit
omnte tonnes


ionne- Palm istes ...........................
es im- Huile de palme ......................
coton- Savon (f. 1.) (sur 1'Afrique du Nord) ..
age et Cacao don'tt 500 t. sur la Norvege) ....
is jus- Caf6 (chargement report en f6vrier) ..
Bananes vertes ......................
Bananes sch6es .....................
Cuirs et peaux ......................
ies au Bois en grumes ......................
Bois d6bit6s ............ .. ......
dollars Caoutchouc .........................
B detail ..................... .......
Minerai de titane (rutile) ............
15.000 Plantes medicinales (yohimb)) ........
85.000 Divers don'tt 18 t. de noix d'Anguek) ..
90.000
40.oo000 Soit au total ....................


2.19
1.005
r.o95
475
2.687

3-473
52
62
3.928
428
444
5
62
I
35

14.936


11 y a lieu de noter un stock de 1.800 tonnes d'ara-
20.000 chides entrepos6 au port de Garoua et pret A l'ex-
portation. Par ailleurs, il y a lieu egalement de
des de remarquer une evacuation accl66rde de l'huile de pal-
lressde me (1.095. tonnes), des bananes vertes (3-475 t.),
I mil- des bois en grumes (3.928 t.) et du caoutchouc en
1o dol- feuilles (444 t.).
it spe-
iel de L'ACTIVITE DU PORT DE KRIBI
entre-
oil est Depuis que le port de Kribi est utilis6 A nouveau
pour l'6vacuation des products du N'Tem et du
49), le Gabon, soit depuis 1948, les bateaux suivants y ont
sitions fait escale :








Baccarat, 28 d6cembre 1948 Bouca, 8 janvier
1949; Sulima, 14 janvier 1949; Sherero, 26 janvier
1949 et ont charge les tonnages de products sui-
"vants
tonnes


C acao .........................
B ois .........................
Palm istes ....................
D ivers .......................


1.000


Ont 6galernent 6td amends A Kribi pour le ravi-
taillement des regions du N'Tem, de Kribi et du
Woleu N'Tem (Gabon) : 5.347 fOts d'essence, de
gas oil et de petrole par les bateaux Polkaris en dd-
cembre 1948, Sulima en janvier 1949 et Vouri en
f6vrier 1949.
Enfin, plusieurs centaines de tonnes de marchan-
.dises diverse y ont 6te de meme d6barqu6es, no-
tamment : 490 tonnes de ciment et du sel.
Le programme d'embarquement du mois de fe-
vrier prevoit entire autre l'exportation de 2.000 ton-
nes de cacao.
Les embarquements se sont effectu6s d'une fagon
satisfaisante A la cadence de 250 A 300 tonnes par
jour.


TOGO


LE PROJECT
DE CREATION
D'UNE USINE
D'EXTRACTION
D'HUILE
DE PALME


E 28 janvier, sont
arrives, A Lome,
venant de France
via l'A.O.F., MM. Mi-
chaux, Bourlet et Ran-
coule, en mission, pour le compete de l'Institut de
Recherche pour les Huiles et Oldagineux. Ils ont
proced6 le jour meme, A des prospections a6riennes
des peuplements de palmiers. Le 29 janvier, le
Comit6 Consultatif de I'I.R.H.O. s'est r6uni sous la
presidence de M. Guillou, Secr6taire G6neral.
Au course de cette reunion, furent arretes l'empla-
cement et l'importance de l'usine d'extraction d'huile
de palme que I'I.R.H.O. doit, prochainement, ins-
taller au Togo. Apris divers changes de vues, la
solution d'une usine de I.ooo tonnes extensibles A
2.ooo tonnes de preference A une usine de 300
ou 500 tonnes monte dans l'immediat A Alo-
kouegb6 (subdivision de Ts6vi6) au lieu de l'Ftre A
Agou (Cercle de Klouto) a etd finalement retenue,


sans qu'ait ete exclue, cependant, la possibility d'en
construire une A Agou par la suite.
L'usine sera embarqu6e A destination du Terri-
toire en avril prochain.


CREATION
D'UN CERCLE D'ETUDES EWE

Un Cercle d'6tudes < Ewe > vient d'etre cred A
Lom6. Sa premiere reunion publique aura lieu le
i" f6vrier dans une salle du College Moderne de
Lome.
Situ6 uniquement sur le plan cultural, en dehors
de toute preoccupation politique, philosophique ou
religieuse, ce groupement se propose, d'abord, d'6tu-
dier la langue ewde et les langues qui s'y rattachent
et de transcrire, pour lui permettre de durer, toute
la litterature parlee, ensuite de faciliter, par des
course publics en langue vernaculaire, I'instruction
6elmentaire des adults illettres ; la lecture, l'ecri-
ture,. tous les rudiments leur seront enseignes plus
ais6ment, grace A l'emploi de la langue qu'ils con-
naissent.


LA COOPERATION TECHNIQUE
FRANCO-BRITANNIQUE

M. Westwood, ing6nieur d'Agriculture, Chef du
Secteur Agricole du Sud du Togo britannique et du
district de Kota, accompagn6 de M. Bennis, District
Commissioner de Keta, est venu, le 17 fevrier, A
Lome, prendre contact avec M. Robin, chef du Ser-
vice de l'Agriculture du Togo.
Cette rencontre, qui s'inscrit dans le cadre de la
cooperation technique recommandee par la Com-
mission Consultative Permanente pour les Affaires
Togolaises, et qui a 6et organisee par M. Doz, co-
secretaire fran'ais de cette commission, a permis
de large changes de vues sur la nialadie du coco-
tier.

CREATION D'UN CENTRE DE REEDUCATION

II vient d'etre cr66, A Palime, un centre de r66du-
cation des mineurs delinquants. Ce centre recevra
les condamnes de droit commun, Ag6s de moins de
16 ans, et les mineurs acquittes comme ayant agi
sans discernement et places, par jugement, dans un
centre de redressement.
Plac6 sous l'autorit6 du Directeur de l'Enseigne-
ment, le centre est administr6 par un instituteur d&-
tach6. Les mineurs seront soumis A un regime d'ali-
mentation, d'habillement et de couchage special,
mais, toutefois, rapproch6 du regime des internes
des 6tablissements scolaires.








MADAGASCAR

LA SICHERESSE
A MADAGASCAR

ELON les statisti-
ques du service
S -m6tdorologique, il
faut remonter A 1914
pour retrouver une an-
n6e de s6cheresse com-
parable A celle que con-
nait, actuellement, la
grande ile.
En effet, la region de Tananarive et d'Antsirabe
n'a recu, cette annee, que dix pour cent des pluies
habituelles ; l'ensemble des hauts-plateaux 30 % et
la c6te Est 50 %. Cette situation ne saurait, pour le
moment, avoir de consequences graves en ce qui
concern la production d'dnergie electrique, les deux
barrages oif se trouve l'usine d'Antelomita etant ali-
mentis par le lac artificial de Mantasoa. Mais il
n'en est pas de meme pour la production, plus direc-
tement menacee, et, notamment, la culture du riz.
Un tiers, en effet, des surfaces des rizieres n'a pu
etre plant et est done perdu. Les deux autres tiers
ne sont pas en danger imm6diat, mais il serait ne-
cessaire que les conditions m6etorologiques rede-
viennent rapidement normales pour cette p6riode de
I'annee.
II est, cependant, A craindre que les cultivateurs
n'eprouvent certaines difficulties pour le repiquage.
La region la moins touch6e est celle des environs
de Tananarive, du fait de l'apport du lac Mantasoa.
La plus touchee est, sans contredit, celle de Tulear
qui n'a, pour ainsi dire, pas recu d'eau cette annee.
Au lac Alaotra, les pluies de decembre ont permis
de commencer des cultures qui se trouvent, mainte-
nant, arr&tees elles aussi.
II est probable que les exportations de manioc,
et sans doute, de pois du Cap, devrofit etre reduites
en consequence.'


LES TRAVAUX
DE L'ASSEMBLEE REPRESENTATIVE

Au course d'une seance pl6niere, tenue le 23 fevrier,
l'Assemblee Representative a adopted, A l'unanimite,
trois projects d'une grande importance pour 1'6co-
nomie malgache :
io) un project accordant la garantie du Territoire
pour un emprunt de ioo millions A contractor par
la Caisse Centrale de Credit Agricole aupris de
la Banque de Mladagascar ;
20) un project renouvelant les pouvoirs de l'As-
sembl6e Representative A sa Commission Perma-
nente pour la mise au point de la deuxieme tranche
de cinquante millions du prkt A court terme de la


Caisse Centrale de la France d'Outre-Mer i la
Caisse de Cr6dit Agricole ;
30) un project visant une convention A intervenir
entire le Territoire et la Societe de Mines t Maro-
vato pour 1'exploitation d'un gisement aurifere.

LE COMMERCE EXTERIEUR EN 1948

Selon les statistiques 6tablies par la Direction des
Douanes, les exportations pour Madagascar et ses
dependances se sont levees, en 1948, A 1.423.175 ton-
nes, pour une valeur de 6.121.489.oo0 francs.
Les principles exportations ont Wte les suivantes :


Designation des products


a) Madagascar :
Bovid6s (bxeqfs, etc.*) .........
Viandes (congel6es et sales) ..
Conserves de viandes ..........
Peau (de bovid6s d'ovid&6 ....
et brutes) de crocodile .
Miel et products mielleux .......
Mais en grains ..............
M anioc brut ..................
M anioc farine ...............
M anioc fcule ..............
LUgumes sees ( pois du Cap ....
en grains autres .........
Caf6 en feves et pellioules .....
Poivre ......................
G irofle ......................
V anille ......................
Tabacs (en feuilles ou en c6tes) .

Huiles de girofle ........
vwlatiles d'ylang-ylang .....
ou essences autres ............
Vg&6taux filamenteux 5 raphia ...
en fibres sisal ..
Ruhm** ....................
M ica .......................
G raphite ....................
Tapiooa ....................

b) Archipel des Comores :
V anille ......................
Vg6taux filament, en fibres (sisal)


Quantity
(en quintaux
m6triques)


20.267
63.763
66.927
58.813
2.645
19.089
68.986
104.044
15.382
30.293
93.515
51.872
199.440
3.579
84.143
761
27.930

5.239
176
212


Valeurs
(en milliers
de francs)



35.286
446.017
654.467
483.252
189.455
122.157
71.578
113.680
25.992
80.424
239.023
122.037
975.549
109.655
174.342
115.724
184.903

83.59
25.070
6.233


40.147 161.645
23.784 90.8851


17.172
7.113
84.385
75.653


88.074
132.957
121.851
378.196


637 85.045
12.092 54.601


5.062 bcoufs.
** Dont 15.190 hl de liquid ; .071 hl d'alcool put.

La Direction des Douanes n'est pas encore en me-
sure de fournir les statistiqUes des importations.






















VARIITES


LES CRIQUETS PELERINS

Les criquels pelerins appartiennent au group des
acridiens migrateurs. Comme tous les acridiens, ils
passent au c)urs de leur d6veloppement par les sta-
des d'ceuf, de larve et d'insecte aile.
La description qui suit se rapporte aux criquets
pelerins de ]a phase gr6gaire, qui vivent groups et
effectuent leurs migrations en essaims et en bandes.
Les criquets pelerins ail6s, mesurent (du front
jusqu'A l'extr6mit6 de 1'dlytre), en moyenne, pres de
75 millimetres pour les femelles, et pres de 67 miU-
linimtres pour les miles. Leur coloration varie sui-
vant leur Age, le degree de leur maturity sexuelle et
les conditions de leur vie.
AprBs leur transformation au stade aile, les cri-
quets pelerins, miles et femelles, ont la coloration
gris rose. Ensuite, la coloration rose devient domi-
nante et vive.
Avec le temps, la coloration rose vire au rouge
brique (cette derniere coloration n'apparait que
pendant la saison froide). Les insects ail6s ainsi
colors sont immatures. Vers l'epoque du d6but de
la maturity sexuelle, la coloration rose, ou rouge
brique, disparait. Les miles et les femelles devien-
nent bruns ; I'abdomen des miles est marque alors
,de teinte plus claire, jaunAtre ou verditre. C'est A
ce stade de maturity que les accouplements com-
mencent. Ensuite, les miles deviennent jaune ver-
dftre avec les restes de la coloration brune ; les
femelles demeurent brunes, mais diff6rentes parties
de leur corps sont marquees de plages de coloration
foncee : brune, noire sale, violac6e. C'est le stade
du maximum des accouplements et des pontes.
Apres ce stade, les miles et les femelles commencent
A jaunir ; les miles deviennent d'un jaune luisant ;
les femelles, tout en jaunissant, conservent les pla-
ges de colo:"ation foncie. Les accouplements et les
pontes se poursuivent, mais avec beaucoup moins
d'intensit6 qu'au stade precedent ; la mortality des
insects devient considerable.
A la fin de I'activit6 g6nitale, la coloration des
insects devient terne ; les femelles jaunissent en-
core mais conservent toujours les plages de colora-
tion fonc6e. La mortality parmi les insects devient
tr6s 6levbe. Les femelles meurent probablement plus


t6t que les miles et les essaims d'insectes A ce stage
sont souvent composes presque uniquement de
miles.
La dur6e de la vie des criquets pelerins au stade
d'insecte aile -est tr6s variable : elle peut etre de
quatre A dix mois, suiyant les conditions climatiques
dans lesquelles les insects se trouvent et suivant
les modalit6s de leur activity sexuelle.
L'ceuf des criquets p6lerins est allong6, 16g6rement
arqu6 ; il measure de 7 A 8 millimetres de longueur
et de 1 A 1 mm, 5 de diam6tre. Sa coloration est miel
clair au moment de la ponte, mais'ternit- ensuite et
devient grisAtre ou brunAtre vers la fin de l'incu-
bation.
Les 'oeufs sont pondus dans les trous que les
femelles creusent dans la terre A l'aide des crochets
se trouvant A l'extr6mite de leur abdomen. Ces trous,
ayant le diametre de I'abdomien de la pondeuse,
atteignent la profondeur de 10 ou meme de 15 cen-
timetres. 40 A 80 (quelquefois 100) 'oeufs, d6pos6s au
fond du trou, sont 16gerement coll6s ensemble et
.constituent un amas appel6 grappe ovigere. La
parties sup6rieure du trou est remplie, au-dessus des
oeufs et jusqu'A la surface du sol, par un bouchon
d'une matibre spongieuse secr6tee par la femelle.
A la sortie de I'oeuf, et avant qu'elle parvienne A
la surface du sol a travers le bouchon spongieux
couvrant la grappe ovigere, la larve est recouverte
d'une cuticule qui tient tous les membres serres
contre le corps ; c'est done en rampant qu'elle se
d6gage jusqu'a la surface du sol.
La larve rejette cette cuticule aussitot aprAs avoir
gagn6 la surface et acquiert I'usage de ses membres.
A ce moment elle a la coloration claire : blanc jau-
* nAtre ou blanc verdAtre, mais devient noire en quel-
ques heures.
A partir de sa sortie A la surface du sol et jusqu'h
la transformation en insect ail6, la larve grandit en
passant g6enralement par cinq Ages. A la fin de cha-
que Age, elle mue, c'est-A-dire elle se d6barrasse,
en se suspendant A la v6g6tation, de la cuticule de
son Age devenue trop petite.
La larve du premier Age measure de 7 A 10 milli,
mAtres. Apres avoir acquis sa coloration definitive,
elle est noire ou noirAtre. Quelques petites teaches








jaunAtres existent sur differentes parties de son
corps, mais l'oeil nu, la coloration de la larve du
premier Age parait noire.
La larve du deuxieme Age measure de 10 A 16 mil-
limetres. La coloration noire est pr6d6minante, mais
les plages et les petites teaches plus claires observees
A I'Pge precedent deviennent roses ou jaunes. De
chaque c6t& de la tete, en arriere des yeux, appa-
rait une tache rouge orange.
Une ligne blanche mediane former par la succes-
sion de points blancs apparait sur la parties dorsale
de 1'abdomen.
La larve du.troisieme Age measure de 14 A 20 mil-
limetres. La coloration g6enrale est la meme qu'A
Page pr6c6dent, mais les couleurs deviennent plus
vives. Les teaches claires s'accentuent et Ja teinte
general devient plus claire malgre le dessin noir
qui reste tres net et developpe. Des rudiments des
6lytres et des ailes peuvent etre distingues sous
forme de petites lamel'es noires arrondies qui pen-
dent vers le has, le long du corps.
La larve du quatrieme Age (pr6nymphe) measure
de 23 A 35 millimetres. Elle se distingue des larves
des Ages precedents par le d6veloppement des rudi-
ments d'elytres et d'ailes qui, tout en restant petits,
deviennent triangulaires, jaune vert ou verdAtres,
parsemes de points noirs disposes en stories. Au lieu
de pendre vers le has come chez les larves du troi-
sime Age, ces rudiments sont rejetes vers le haut
et appliques contre la parties dorsale du corps, Paile
recouvrant Pl'ytre.
Les teaches roses s'att6nuent. La teinte general
devient plus claire A cause du d6veloppement des
teaches jaunes ou verdAtres sur le pronotum qui se
developpe et devient tectiforme.
La larve du cinquieme Age (nymphe) measure de
34 A 46 millimetres. Les rudiments d'elytres et
d'ailes sont disposes come chez la larve du qua-
trieme Age ; ils conservent la meme coloration mais
deviennent longs de 12 A 15 millimetres et atteignent
le troisieme segment de l'abdomen. La coloration
jaune s'accentue, ou vire au jaune vert ou verdAtre
sur le corps et au jaune orange sur la tete. Le des-
sin noir persiste, mais est souvent reduit. La teinte
general de la larve du cinquieme Age est noir et
jaune ou noir et vert.
La dur6e de chacun des trois premiers Ages varie
de 5 A 8 jours, elle est de 7 A 10 jours pour le qua-
trieme Age et de 10 a 15 jours pour le cinquieme
Age. La dur6e total du stade larvaire est de 35 A
50 jours et peut se prolonger jusqu'A 60 jours.


L'INSTITUT D'ETUDES CENTRAFRICAINES

Cree le 18 juin 1946, l'Institut d'Etudes Centrafri-
caines est un Institut Polyvalent ofi se rencontreront
les diverse disciplines necessaires A l'execution
d'un travail complete d'6quipe. C'est 'organisme local
des recherches scientifiques en A.E.F., dans le cadre
general des recherches organisees par I'O.R.S.C.,
organismie central place sous I'autorite du Ministre
de la France d'Outre-Mer.


Cet Institut tend A limiter ses creations aux labo-
ratoires qui manquent A l'Pquipement de I'A.E.F..
pour sa connaissance profonde et sa mise en valeur
rationnelle.
D'une fagon g6nerale il veut aider au d6veloppe-
ment et A l'extension des recherches scientifiques, A
leur execution dans un esprit de coordination et de
travail en 6quipe, seuls feconds.
Si la distinction entire recherche pure et recher-
che appliquee est fallacieuse, il n'en reste pas moins
que dans 'etat actuel, la recherche scientifique
Outre-Mer doit 6tre i orientee > au moins dans les
sujets d'6tude, vers la solution de problemes tou-
chant au d6veloppement Bconomique et social et A
la mise en valeur. La recherche dolt etre concue en
function du programme de travail et non celui-ci
laiss6 au libre choix du chercheur.
D'un autre c6t6, seul le travail coordonn6 peut
6tre accept. Une -des critiques les plus fr6quentes
et des mieux fondues faites A l'activit6 des services
scientifiques est leur multiplicity sur des objets sou-
vent voisins, sans cohesion de l'ensemble. Une des
tendances de l'heure est d'y rem6dier par des re-
groupements au sein d'organismes coordinateurs et
le Conseil consultatif de recherches de 1'I.E.C. est
fait pour jouer ce rl6e.
Ceci ne signifie nullement que 'I.E.C. doive com-
pletement nAgliger les recherches < d6sint6ress6es ;
sans la souverainet6 de 1'Esprit toute science de-
meurerait vaine et I'I.E.C. se doit d'aider au rayon-
nement spiritual de la France.
C'est pourquoi 1'I.E.C. ouvre et ouvrira de plus en
plus grandement ses portes A toutes les bonnes vo-
lontes, A tous les amateurs. On ne doit plus ignorer
1'existence de sa bibliotheque don't la richesse, dans
tous les domaines du savoir human, augmente de
jour en jour.
L'I.E.C. deviendra progressivement le centre de la
vie intellectuelle de Brazzaville et de toute 1'A.E.F.


Organisation matirielle

< L'I.E.C. est actuellement install dans un petit
bAtiment, aimablement laiss6 A sa disposition par
le Gouverneur General (depuis que I'I.E.C. est de-
venu organisme A budget autonome). Bien que trop
petit, il sera cependant bien utile pour abriter nos
services, tant que nos propres locaux ne seront pas
construits >.
Ceux-ci sont, depuis le debut de 1'ann6e 1948 en
voie de realisation sur les fonds du F.I.D.E.S. ac-
cordes par 1'Etat a I'O.R.S.C. Ils s'61ev6rent sur un
terrain d'une dizaine d'hectares, face a l'actuelle et
temporaire 16proserie.
Ce n'est pourtant pas la construction d'un group
de laboratoires qui a e6t pr6vue en premiere
urgence. Au course de sa prise de contact avec
'A.E.F. en 1947, le Directeur de I'I.E.C. s'est rendu
compete qu'etant donn6 la crise qui s6vit A Brazza-
ville, il valait mieux s'attaquer tout d'abord, au pro-
bleme du logement des chercheurs.








Premiers rdsultats


Outre e6 personnel administratif indispensable,
I'Institut reunit de nombreux technicians et cher-
cheurs, qui se partagent les diff6rentes sections de
recherche, i savoir :
une section d'entomologie m6dicale et veteri-
naire, qui provisoirement instal'le a l'Institut Pas-
teur, poursuit en liaison avec lui et le Service d'Hy-
.giene, des recherches sur la Trypanosomiase, la Ma-
laria et la FiBvre jaune ;
une section de geographie ;
une section d'ethnologie;
une section de musicologie;
une section de botanique;
une section de pr6histoire;
une biblioth6que tres int6ressante et complete.
En plus du personnel titulaire de ces diff6rentes
sections et appartenant en propre A 1'I.E.C., l'Insti-
tut a fait appel a l'oc6anographe-biologiste, assis-
tant au Mus6um d'histoire naturelle, et a trois cher-
cheurs sortis des Centres d'Enseignement de l'Office
de la Recherche Scientifique Coloniale, qui effec-
tuent en ce moment au Tchad, des travaux d'hydro-
biologie pratique.


Bien que l'activit6 de I'I.E.C. n'en soit encore qu'A
son debut, d'interessants resultats sont d6ej enre-
gistres, notamment en ce qui concern la section
d'entomologie m6dicale et v6tbrinaire qui a dress
des cartes de r6partition des insecles vecteurs des
grandes end6mies infectieuses africaines.
Les autres sections poursuivent activement leurs
recherches dans les domaines auxquels elles se rat-
tachent.
*

Le Gouvernemient G6n6ral du Congo Belge, mar-
quant ainsi I'int6r6t et la valeur international de
1'activit6 de I'I.E.C., vient de lui faire parvenir une
important phototheque.
Cette remarquable collection rendra a 1'Institut de
grands services, car de part et d'autre du fleuve
Congo, se retrouvent en de nombreux points les mx-
mes peuples.
La documentation offerte par les Belges aidera
consid6rablement ceux qui se consacrent a 1'6tude
des coutumes, et de P'anthropologie des tribus du
Congo.


Personnel actuel





















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publide au present bulletin est purement objective. Elle n'impliquer
evidemment aucune adhesion du Ministire de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimees dans les articles
reproduits d titre d'information.


PRESS METROPOLITAINE


INDOCHINE

C'est toujours la mime question qui revient dans
la press : les negociations en course entire le Gouver-
nement francais et I'Empereur Bao Dai.,
Paris-Presse du 24 fevrier dans un long article
ddmontre que < Bao Dai est notre meilleure carte a
jouer a ce jour >>.
A 'id6ee ,du retour de Bao Dai on oppose l'impor-
tance, dies .concessions A lui fire, et A d-essein, on
exagsre l'ampleur de celles-ci. Nous ne pouvons pas
eviter de faire ces concessions, car Bao Dai ne re-
tournera pas 'en Indochine comme un fonctionnaire
repr6sentant le ,gouvernement francais, mais bien
comme le reprr6sentant d'un.e dynastie et comme un
dhef d'Etat. I1 s'agit done .d'6tablir entire la France
et le Viet-Nam un trait don't les modalit6s sont A
rechercher d'Etat h Etat. Du moins avons-nous le
sentiment qu'A la difference d.e. H6 Chi Minh, Bao
Dai ne pursuit pas P'6viction de l'influence cultu-
nell.e et des interets francais en Indochine, mais re-
cherche A obtenir, ce qui est bien natural, l'ind6-
pendance la plus complete possible de son pays.
I e:st A noter que les .garanties demand6es par la
Franc.e nle visent pas A restreindre l'ind6pendance
du Viet-6Nam, ni A placer les Francais dans une si-
tuation privil6gi6e, mais simplement A maintenir
1'6galit6 de -fait entire les auttochtones et eux.

L'auteur de l'article, J. Lambert, parle ensuite de
I'accord qui doit intervenir :
Nous ne sous-estimons pas lies difficult6s de cet
accord, mais nous sommes convaincus qu'il pourra
intervenir A la suite de concessions r6ciproques. II
est A souhaiter, m&me, qu'il intervienne le plus t6t
possible, cela dans l'int6r&t commun de 1'Indochinoe
et de la France. C'est une n6cessit6 pour 1'Indochine
d'abord, parce qu'il est essential qu'un gouverne-


ment autochtone se constitute, A trbs bref d6lai afia
de pouvoir faire' face 6ventuellement avec le con-
cours de la France et de ses allies, A la menace que
r.epr6sente 1'avance .dies coammiunistes vers le sud de
la Chine et 'es fronti6res indochinoises. II est 6ga-
lement important pour la France que ce igouverne-
ment se, constitute afin qu'le le puisse reprendre son
oeuvre de civilisation .et d'arbitrage, et t6moigner
aux yeux du monde que, si elle se refuse A repren-
dre lie contr6le direct de l'Indocibhiine, elle ne se d.6-
sint6resse nullement de I'avenir de ce pays oh une
ieuvre immense a 6t6 accomplice, par nos com'pa-
triotes.

L'editorial d'Indoclim du 12 fivrier, sous le titre
< Ennemi No i : la paix au Viet-Nam >, dinonce
ceux qui ont difiguri le message du Tet de l'Empe-
reur et n'attribuent aux nigociations de Cannes au-
cune efficacite pour le riglement du problmne franco-
vietnamien.

Sans doute y a-t-il lA, tactique et manoeuvre' poli-
ticiennei. La preuve -en est dans les attaques et me-
naces de la radio-vi'etminh centre Bao Dai. Lors des
accords de la Ibaie d'Along, coelle-ci avait attaqui6 le
g6n6ral XuAn et m6nag6 le souverain. C'est que les
dirigeoants du Viet-Minh ne croyaient pas au succ6s
du gouvernement central ni A I'efficacit6 d.es ac-
cords. Maintenant que cieux-ci s'affirment, -alors que
< M. Pignon nomm-6 A Saigon s'av6re un esprit r6a-
liste > et parvient A conclure lies rencontres de Can-
nes, au moment oi la paix parait possible et
proche, la radio vietminh se d6chaine, < icloue Bao
Dai au pilori de la traihison, en menacant le pays
d'une politique de terre bril.6e, en redoublant de
g6nieo dans le terrorisime et la destruction. a c Car
Bao Dai c'est la fin du d6sordre et de l'ianscurit6,
,c'est la pacification... l'ennemi n' 1, c'est done la
paix. La demonstration ,est claire. >









Le Figaro fait remarquer aussi l'agressivit, du
,chef du Viet-Minh et souligne les affirmations dd-
placdes qu'ii a avancies au sujet de l'attitude du
peoplee vietnamien a l'avenir.

Cette unile et cette ind.pendance .qu'H6 Chi
Minh a *declar&, vouloir dbrfendre compteraient-elles
done moins pour lui auijourd'hui, que la perte du
ipouvoir pour son propre part ?... H6 Chi Minh
i'etait montr6, jusqu'ici, plus circonspect dans ses
d6claarations Mais un jour 'viemnt ou I'inquiktude
1'emporte sur la prudence.

M. Hang van Co souligne aussi que H6 Chi Minh
est aux abo';s. Dans l'Horizon Vietnamien, sous le
titre < Asse" de chantage >, M. Co dcrit qu' < af-
fold d l'idde de perdre son titre de heros national ,>,
il menace Bao Dai du chdtiment rdservd aux traitres.
Qui l'a mandate pour juger au nom du people viet-
namien ? demand l'auteur. Profitant des circons-
tances et de l'erreur de la France, il a trompd ses
compatriotes en se faisant le champion de l'Indipen-
dance. Tout autre apparait Bao Dai, < prince de
notre race >, < consacrd par une longue tradition >>
et qui < apr."s s'etre efface volontairement >, s'offre
pour servir son pays et son people.
Paris-Presse du 22 fevrier, dvoquant les relations
qui ont existed entire la France et l'Indochine, observe
que la France est le lien federal qui unit les peuples
si dissemblables qui habitent I'Union Indochinoise,
et en mime temps est la protectrice des minorities.
II apparait done que la preoccupation de la France
vre en Indochine est A la fois conforme aux inter&ts
francais et aux d6sirs des minorit6s qu'ell'e protege.
Au gouvernement du Viet-Nam, la France 'est prete
t donner une ind.6pend.ance qui ne sulbira de res-
trictions que dans la measure ofl le necessite la pr&-
sence de l'Irdochine au sein de 1'Union Francaise.
Si elle ne donne pas 1'ind6p.endance total, c'est
iparce que 1'i:ssentiel pour un people n'est pas seu-
lement conqulirir sa liibert6 mais die pouvoir la .con-
server. Or, on peut redouter les convoitises de la
Chine autant que celles du Siam. Pour toutes ces
raisons, assistance de la France devient une n6-
cessit&.



QUESTIONS GIENRALES

Questions politiques

L'Union Frangaise et son arm6e

L'hebdomadaire Les Annales Coloniales publient
un editorial < L'Union Francaise et son armde >,


par Maxence Thomas. Le journalist ltudie la crise
actuelle que traverse l'armie de l'Union Frangaise.
II donne les rdsultats de l'enquete de M. Georges
Marey dans le Figaro sur le ddsintdressement que les
Francais sembleraient apporter actuellement a leur
armee. En 1948, sur 263 edlves sortant de Polytech-
nique, un seul a choisi d'etre officer. II souligne le
pressant besoin que nous avons actuellement de cette
armde de l'Union Francaise. Revenant sur le passed,
il dcrit :
< Un Georges Mandel I'avait bien comprise lorsqu'il
faisait ,du Minist6re des Colonies un ministere mili-
taire, des avant que la preuve en ait Wte administree-
par la lev6e en masse qui s'accomsplit entire 1942 et
1944 sur nos terres d'Afrique >. Et il ajoute : < Si
revenait le temps des 6preuveis, c'e o'est pas d'une
improvisation hitive que nous pourrions escompter
la mise sur pied d'un apparel efficace capable de
nous permettre -de tenir dans ce mond'e en plein
chaos le rang que nouis impose notre quality de,
grande puissance. a

II fait toutefois remarquer que < les autoritds gou-
vernementales ne se montrent pas inactives ; des
plans s'dlaborent ; les conferences de Tidouf et
d'Abidjan en sont la preuve >.

< Tout espoir ne dolit pas itre. perdu ), mais
iconclut M. Thomas, < il fant qu'il en soit fini des in-
certitudes au milieu desquelles se d6hat notre armce,
des dispositions arbitraires et des Imesures vexatoires,
des promotions fantaisistes, -des atteintes r6pktees au
statut normal des cadres, du favoritisme partisan,
des organizations bAtardes ofi nul ne ,sait qui com-
mande, du laisser-aller enfin don't on temoigne a
1'6gard de ceux don't on attend la s6curitW de nos
terres et de nos vies...
(a Les Annales Coloniales n, 22 f6viier).


Le voyage du Ministre de la France d'Outre-Mer en A.O.F.

L'Aube public une interview de M. Coste-Floret,
qui vient d'accomplir, en A.O.F., un voyage d'une
quintaine de jours.

Interrogd sur l'dvolution politique des Territoires
africains, le Ministre de la France d'Outre-Mer a
rdpondu notamment
< La population 61it toujours ,des parlelmsentai-
res et, trop souvent, ne participe pas a l'administra-
tion de s'es propres cites. Cette lacune -doit etre com-
bl6e. Je vais, dans ce but, soumettre Iprochainement
au Conseil des Ministres un project de loi qui rendra
possible la creation de communes de moyen exer-
cice >, dians le cadre desquelles les membres de
l'Union Francaise pourront faire leur apprentissage
civique... Les communes ne remplissant pas les con-
ditions exig6es pour la creation de communes de








mayen, exercise, seront dotbes d'un' statute particu-
lier. qui tiendra compete Ide leur structure coutu-
mn re.
a Cette legislationn noulvelle sera oompl6t6e par un
second project de loi fixant le statut des chefs cou-
tumiers, qui forment les cadres traditionnels de
l'Afrique, et sont un des facteurs essentials de la
socift6 africaine.
a Ce statut resslerrera les liens existant entire la
eollectivit6 locale' et I'age.nt du Gouvernement qui
est, aupres -d'elle, tout en mettant P'accent sur 1'as-
pect 6volutilf des institutions traditionnelles. >
M. Coste-Floret a termine en soulignant que la
principal des riformes sociales concern le code du
travail examine actuellement par l'Assemblie de
l'Union Francaise : < Simultanement, a-t-il ajouti,
a l'entree en vigaleur du code difinitif, I'Inspection
du Travail dans les Territoires d'Outre-Mer pren-
dra une efficacite nouvelle. Ses effectifs ont jte por-
tis de trente-cinq a soixante-dix inspecteurs, don't la
formation, l'ouverture d'esprit et la comprehension
de la mentality et des conditions de travail en Afri-
que, rdpondront a ce qu'on attend de la nouvelle le-
gislation social >.
(< L'Aube ,, 28 f6vrier).


Le (( colonialism )

M. Marius Leblond, de l'Academie des Sciences
Coloniales, dans l'editorial de L'Epoque intitule :
< Oit sont les enfers du colonialisme ? >, s'efforce
de montrer que la vie des travailleurs autochtones a
Madagascar, d la Reunion et h Maurice est plus
douce, plus aisee qu'elle ne l'est dans l'Afrique du
Sud, dans le Mozambique ou qu'elle ne l'itait en
particulier i Der-es-Salam, dans l'ancienne Afrique
Orientale Allemande, en Abyssinie, en Arabie ou en
Egypte. Cet article 'tendrait a prouver que la France
a ite le plus human parmi les pays colonisateurs et
qu'il faut se difier des jugements qui ne s'appuient
pas sur des donnies pricises et qui n'ont pas eti
completes par des itudes de visu.
((( L'Epoque ., 8 f6vrier).


Questions Bconomiques et sociales

L'approvisionnement en acier des Territoires d'Outre-Mer
Dans la Vie Frangaise, sous la signature de
M. Paul Marifranc, un article intituled De l'acier
pour l'Empire >. Dans cet article, le journalist ex-
prime sa satisfaction d'une decision que vient de
prendre le Gouvernement de rendre la liberty de
vente au commerce de l'acier alors que, de tous les
points des Territoires d'Outre-Mer, proviennent des
riclamations touchant l'insuffisance des contingents
d'acier qui leur itaient accords ; et il termine en


demandant que l'Administration devrait ajouter aux
priorities de livraisons privues en faveur des indus-
tries d'exportation des primautis de livraisons en
faveur de l'Outre-Mer.
(a La Vie Frangaise -, 4 f6vrlier).


L'exploitation de 'or dans les Territoires d'Outre-Mer

L'hebdomadaire financier 1'Economie, public unr
article intituld : < Vers le retour a la liberty du mar-
chi de l'or >> oit il est question des conditions d'ex-
ploitation de l'or dans les Territoires d'Outre-Mer,
des difficultis particulibres pour itablir un prix de
revient et des conditions de vente de l'or en vertu
d'un accord recent. L'or est envoy en France a la
Chambre Syndicale des Mines Coloniales qui, apris
affinage et titrage, se charge des ventes pour le
compete des producteurs.
(# Eoonomie ,, 16 fAvrier).


Les grands travaux publics du plan
dans les Territoires d'Outre-Mer

Dans March6s Coloniaux du 26 fivrier, M. A.
Jourdain, inginieur en chef des Travaux publics
d'Outre-Mer, expose pour chaque Territoire la si-
tuation des travaux en course classes suivant leur
nature. Cette vue panoramique presentee systimati-
quement porte sur les travaux portuaires, les routes,
les chemins de fer, I'hydraulique agricole en A.O.F.
et au Togo. L'article est a suivre.
(a March@s Coloniaux ), 26 f6vrier)i.

Le Code du Travail
L'Aube public un article de M. Paul Catrice, con-
seiller de 'Union Francaise, intitule < Les Territoi-
res d'Outre-Mer attendent leur Code du Travail > :
< II faut toujours avoir A P'esprit, 6crit M1. Catric'e,
que tous les programmes actuels de d6veloppement
6conomaique et social vont boul'evers.er, 'de plus ten
plus rapidement, les socites indigines d'Outre-VMer ;
let si nous voulons 6viter la constitution -de ce pro-
16tariat qui s'affirme ,deji malheureuse.ment en cer-
taines regions, il nous faut, d6s maintenant, non pas
seulement prendre des measures de protection so-
ciale, mais envisager tres largerment tous les pro-
grammes d'une organisation social qui doit Utre
base, en particulier, sur l'artisanat, la cooperationn
et la mutuality. >>
(a L'Aube -, 9' f6vrier).

Dans le supplement consacrd a l'Afrique, de Cli-
mats, est publiee une analyse par M..Perey du texte
elabore par l'Assemblee de l'Union Francaise con-
cernant le Code du Travail, dans laquelle le journa-
liste ne manage pas ses critiques au project : manque
de precision en ce qui concern le droit de grave, dd-








.faut de rdglementation de l'action syndicate, risques
mal difinis au regard des polices d'assurances exi-
gdes pour le. travailleurs, etc... M. Perey conclut qu'il
,est regrettable que le project gouvernemental n'ait
point ete re.enu purement et simplement ; ce project
dvitait entire autre des risques de conflict entire les


chefs de Territoires et les Assemblies locales. L'arti-
cle est accompagne d'une photographic representant
un piroguier avec la legende suivante : < Il n'itait
pas aisi de faire un Code du Travail pour ce piro-
guier du Niger et un boy malgache >.
(< Climats ,, 4 f6vrier).


Revues


RECUEIL PENANT
Le numero de fevrier, sous la signature de M. Sau-
rin, consacre une itude a la < Monnaie des Colonies
/rafaises s.

REVUE POLITIQUE ET JURIDIQUE
DE L'UNION FRANgAISE
(no 4 annie 1948)
Dans la Revue Juridique et Politique de I'Union
Frangaise, figurent un article de M. A. Matbiot :
< Les Territoires non autonomes et I'application de
la Charte des Nations Unies >, et un expos de
M. Caratini sur < La ricente riorganisation du re-
gime foncier en Cochinchine et au Tonkin >.

HOMES ET MONDES (fvrier 1944)
Dans la revue Hommes et Mondes, en quelques
pages consacries a l'Outre-Mer, M. J. L. Cheerbrandt


marque son optimism sur l'evolution de l'Unioit
Fran-aise. C'est ainsi qu'd propos de l'institution du
Haut-Conseil, il icrit .- < Le Haut-Conseil ilabore
par le Ministre de la France d'Outre-Mer, le project
pass, reality sanctionnie par nos trois Assemblies,
va reunir les Etats associes autour du Prisident de
la Ripublique et de l'Union Frangaise, avec nos gou-
vernants. La Feddration redonnera tout son sens 4
l'Empire, synthise des aspirations et des intirits des
peuples, don't la communauti des impiratifs sociaux
et economiques fera les participants, les fondateurs
de l'Union Europienne de remain, de l'unite plani-
taire d'apris-demain >. II s'etend ensuite asseZ lon-
guement sur les richesses souterraines de l'Union
Francaise et note : < Voyage fertile en dicouvertes
et plus encore en pressantes raisons d'agir. Du Mi-
nistre de la France d'Outre-Mer, M. Paul Coste-
Floret, comme des Hauts-Commissaires et des Risi-
dents giniraux, les Directions, les initiatives ap-
pellent a l'euvre les homines et les capitaux. >


PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINE
Un vent d'optimisme souffle avec l'avinement de
l'annie nouvelle annamite.
La' Voix Libre,, par la plume de M. Huynb Duc
Thao, est persuade qu'un tournant dicisif va etre
franchi, car
< il est evident qu'aaprbs bien ides tAtonnements,
le terrain a 6tc. largement dbblay6. Du stade que
nous qualifierons volontiers de n6gatif nous pasisons
au stade positif.. >>
( Le retour de S.M. Bao iDa au Viet-Naan p'ermet-
tra seal de coordonneir pusiqule laussi bien 'em-
piereur reprendra ses prerogatives en tant ique mo-
narque constitutionnel Foe'irre patient que sans
relche, et sans se souciier des critiques des ul-
tras .de tous bonds, des hommeis de bonne ifoi, tant
du c6tt frangai's que vietnamTien, lont voulu mener
A bien : rlablissem'ent de la paix, ce bien supreme.
auquel aspirent le s populations durement 6prou-
v&es. lEt pour cela : creer un Viet-Nam ind6pendant
lib enment associ6 aux destins de l'Union Francaisle.
( Le retour de S.IM. Bao Dai ne ifat maintenant
plus die do[Lte. Son patriotilsme apparait de plus en
plus, A la lumiere dies faits, commie devant rallier


les suffrage:s des Vietnalmiens de bonne volont6.
Ayant le pr6jug, favorable des Vietnamiens, SJM.
Bao Dai devra entaimler et mener it bien les n6go-
ciations preliminaires avece la France qui fixeront
les contours ,de l'ind6pendance du Viet-Niam et les
limits de l'Union Francaise telle que nous la con-
cevons ,et ,qui doit lrei ravant tout une association
d'int6rkts et de sentiments. >>
Le Phuc Hung aussi est persuaderdu prochain re-
tour de l'Empereur. II se prioccupe dija des condi-
tions politiques qui en resulteront et pense surtout
h la situation du Sud Viet-Nam. Le giniral Xuan
sera-t-il remplaci a la tete du Gouvernement Cen-
tral ? Le president Huu demeurera-t-il a son poste
saigonnais ?
( La population du Sud-Viet-4INam, icrit-il, est an-
xileuse : si ijamais P'empiereur, ih cause de sa dis-
tance qui le spare de son pays, ne connaissant pas
trbs exactement la situation du Viet-Nam, se lais-
sait influence par des j'eunes gens trop enthousias-
tes, en choisissant une autre personnalit& pour lui
confier les renes dn gouvernement (surtout si cette
derni&re avait peu de liens avec la masse, il s'en-
suivrait sans doute des repercussions malhieureuses
pour la cause national. >>









Cependant, ce journal pense que ce < fait regret-
table > ne se produira pas.
Nous avons affirm, dit-il, qu'il ne se, r6alisera
pas, car I'empereur Bao Dal est clairvoyant; il re-
connait parfaitement que dans cette ultime tape, sa
r6ussite d6pendra du soutien qu'il trouvera au Su;d-
Vi'et-Nam. )
Le retour de l'Empereur approchant, H6 Chi Minh
continue a se manifester en lancant des menaces
contre le souverain. L'iditorialiste du Journal d'Ex-
trime-Orient voit dans ces menaces < une volonte
desespdree d'intimidation dinotant le ddsarroi du
Viet-Minh, sa peur de la difaite ; et une mime ap-
priciation peut etre portde sur la signification de
- la champagne orchestrie qui s'est diclenchie dans
la press parisienne, au moment prdcis oi M. Pi-
gnon etant h Cannes, les entretiens franco-vietna-
miens s'engageaient pour fixer les terms d'un ac-
cord definitif >. Mettre au point cet accord, conclut
l'auteur, est < la seule reponse a faire au chef dz
Viet-Minb, qui, quoi qu'en disent certain journaux
d'extreme-gauche, est loin de reprisenter la majority
des Vietnamiens...
Dans un autre article, J. Haag souligne l'isolement
oiu son intransigence a confine H6 Chi Minh, ra-
vale a l'itat de < chef d'un Gouvernement errant et
insaisissable >, soutenu uniquement par les Soviets,
rejete par tous les autres Gouvernements, commei
l'ont bien montrd ses ichecs h l'O.N.U. et, tout recem-
ment encore h New-Delhi.
Cela ne .donne-t-il pas une, id6e assez exacte du
peeu de consideration qui entoure les gens du Viet-
Minh don't le moins qu'on puisse dire est qu'ils
ablusent de la tolerance et de la g6n6rosit6 du Gou-
vernement francais ? Ils ont bien de, ]a chance, car
s'ils 6taient a Moscou !... >>
Le problame vietnamien n'accapare toutefois pas
toute l'attention de la press indochinoise Dans un
editorial du Journal de 1'Extrime-Orient sous le ti-
tre : < Au pays de la sagesse >, M. J. Haag se fi-
licite de la bonne harmonies des relations franco-lao-
tiennes, que caracterisent < une reciproque loyautd,
une gale bonne volontd de poursuivre ensemble la
march en avant, pour le bien commun >.
x GrAce A cette entente f6conde, les ruines qu'a-
amnoncelle la guerilla ont 6tt 6vit6es, un apprentissage
fructueux de la d6mocratie a pu etre effectu6 dans
la paix, dans 1'ordre, let dans la measure, a la lumirre
des conseils d'une grande nation exp6riment6e ; et
1'appui et les resources *de la vaste et puissante as-
sociation de peuples qu'est 1'Union Frangaise so
trouvent d6sormais disponibles pour le Laos. 2

GUINEE

Le r6le important de la press dans I'Nvolution africaine

Sous le titre qui precede, La Guinde Frangaise
icrit :


< Notre confrere Nigerian Pilot constate une vb-
ritable invasion ,de journalists europ6ens dans la
press de langue anglaise. de la West-Africa.
i L'invasion commienqa il y a quelques mois, lors-
que 1'English Daily Mirror, avec un capital de odeux
millions de livres, fit l'acquisition du Nigerian Daily
Times. Six nouveaux r6dacteurs du Mirror, arrives
rbcemnment Ipar avion, ont renforc6 1'6quipe euro-
p6enne du Times qui s'6lve, de ce fait, A dix jour-
nalistes europkens. >
< Une parties de cet ktat-major prospect la C6te
de Lagos A Enugu' et Accra afin de passer des ac-
cords avec les feuilles locales de facon A constituer
une chaine dependant duM Mirror.
< I1 est evident que 1'6volution des Africains fait
de plus en ,plus sentir la n6cessit6 d'une grande
press d'information A l'instar de 1'Europe ou de
l'Arm6rique.
i Est, d6sormais, perim6e la formule du journa-
lis'mie exclusivement orient sur la petite chronique
locale, tendancieuse, louangeuse ou malveillante de
parti-pris.
(( C'est .dans cet esprit que nos collaborateurs
africainsi et nous m6mes, dans la measure de nos
faibles moyens, nous nous efforcons de travailler. >
(a La Guin6e Frangaise P, 29 JInvier).

Des containers pour le transport des bananes

Le journal La Guin6e Frangaise du 29 janvier pu-
blie une itude sur le problime du transport des ba-
nanes, dans laquelle est suggirie la solution du
transport par containers pour iviter les trop nom-
breuses manipulations :
Avec des containers d'une tonne et demie -
'crit-il il faudirait computerr deux cents containers
pour amener trois cents tonnes de bananes sur les
quais, ce qui reprisenterait un outillage d'une va-
leur actuelle d'environ cinquante millions de francs
c.f.a. II semble que cette d6pense ne soit pas exces-
sive vu 1'6conomie qui en r6sulterait. ,
(a La Guin6e Frangaise o, 29 Janvler).


MADAGASCAR

La mise en valeur du lac Alaotra

Tana Journal public une enquete sur la mise en
valeur de la rice region agricole du lac Alaotra, la-
quelle est appelde ad devenir, aprds qu'auront dtc faits
les travaux d'amdnagement actuellement en course,
I'un des greniers a ri? de la Grande Ile.
< Celui qui visit la region du lac Alaotra ne peut
manquer d'etre frapp6 du contrast entire lIes cul-
tures de la cuvette et le d6nuedement des chaines de
collins et de montagnes qui entourent le lac. Lors-
qu'il s'enquiert des raisons de cet 6tat die choses, on
lui r6pond : c Les indig6nes brilent tout; ni buisd








sons, ni arbres ne r6sistent longtemps. Ils finissent
par y passer tous. M6me lorsqu'on tente un reiboi-
sement dans un secteur, il est bien rare qu'il ne soit
pas brfl6, 6tfnt pris dans ces incendies que les in-
dig6nes allunment sans cesse et iqu'il leur est parfois
impossible de diriger A leur igr6. >
< Le rssultat a quelquie chose de d6solant. Sous
pr6texte de cr6er des pAturages, les indig6nes con-
damnent A ]la strilit6 des nilliers et des milliers
d'hectares qui pourraient ktre converts d'un riche
manteau de forkts. Mais les consequences lointaines
de cette pratique sont plus deconcertantes encore.
Cette devastation systAmatique de toute v6g6tation
engendre une erosion don't les effects sont propre-
ment effrayants. Nous avons visit, pendant un
apr6s-imidi entier, des goulets d'6rosion, A proxi-
mit6 de la station agricole. iCes memes goulets exis-


tent tout autour du lac sur des centaines de kilo-
m6tres.
( On se rend coampte que la terre mnalgache s'en
va, qu'elle est lenport6e sans retour, que, par suite
du respect stupid et aveugle .de. coutumes ances-
trales de culture, les habitants autochtones de ce
pays se chargent de le rendre sterile.
< Tout cela conclut l'6ditorialiste est affaire
d'autoritW. Ici, nous savons bien qu'on nous parlera
du respect des coutumies. INous repondrons, pour
aujourd'hui, simplement ceci : l'autorit6 don't nous
parlons n'est pas une autorit6 arbitraire. L'autorit6,
;en regime d6maocratique, s'applique A emp6cher les
hommes de se nuire riciproquement et souvent de
se nuire eux-mdmes. Elle aurait ici un beau champ
ofi s'exercer.
(< Tana-Journal 18 f6vrier).


PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press dtrangere traduits en frangais peut etre consulted d la
Section de la Presse Etrangtre (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Piece 17, 1" Etage).
Les nunidros qui figurent ci-dessous a la suite de 'indication d'origine des articles de press permettent
de se reporter au texte complete des dits articles.



I. PROBLEMS GENERAUX


A. NOUVELLE REVUE
DE L'ADMINISTRATION COLONIAL
BRITANNIQUE

Corona est la < Revue de l'Administration Colo-
nale de Sa Majeste >. .A l'occasion de la parution du
premier numdro de cette revue, le Secretaire d'Etat
aux Colonies, M. Creech Jones, a dcrit un avant-
propos don't nous extrayons les passages suivants :
Vous autres, en Afrique, aux Indes Occidentales,
en Extreme-Orient, dans le Pacifique, que vous
soyiez dans lies chefs-lieux ou dans la broussie, blo-
qu6s A l'inti rieur des continents on dans les stations
insulaires, oli que vous r-sidiez et quoi que vous fas-
siez, appartenez tous A la m6me ,quipe vou6e A une
immense tifche constructive, celle iqui consiste A
preparer ceu:x parmi lesquels vous travaillez aux res-
ponsabilit6s du Gouvernement autonome ide fagon
qu'ils puissent occuper la place qui leur revient au
sein de note 'Commonwealth des peuples libres et
ind6pendants qui contribuent dans un respect mu-
tuel et dans une loyaut6 commune A assurer la
prosp&ritH les uns des autres- et A instaurer une
stability et une camaraderie mondiales.
Cette tache, pour etre mende d bien, ne saurait
itre poursuivie dans l'isolement.
Nous devons changer nos renseignements et faire
un a pool :I, de nos idees ; nous devons profiter de


l'exiparience des autres en evitaat de tomber dans les
crevasses qui s'ouvrent devant .chacun de inous et
nous rendre compete comment nos propres agisse-
ments peuvent cr6er -des difficultiess ailleurs ,au d6-
triment de I'oeuvre commune.
C'est en cherchant A Blargir nos horizons, en met-
tant constamment notre savoir A jour et en raffrai-
chissant nos id6es que nous, au Colonial Office,
avons pris aes derni4res annees les dispositions qui
permettent aux fonctionnaires des diverse colonies
et des differents services de se rencontrer pour des
discussions d'ordre g6n6ral ou assister A dies conf6-
rences traitant de sujvets particuliers.
Corona aura notamment ce role de rdunir i les
connaissances acquises au jour le jour par les fonc-
tionnaires qui travaillent sur le terrain afin que cha-
cun puisse y puiser avec profit >.
Je desire que chaque fonictionnaire pris indivi-
duellement -donne le meilleur de lui-meme dans des
articles ou des changes de correspondance consa-
cr6s aux sujets qui lui tiennent le plus A coeur; et
que ses coll6gues soient ainsi incites A la reflexion,
A la critique et A la discussion. Je le desire, non seu-
lement pour que tous ceux d'entre vous qui sont
Outre-Mfer puissent savoir ce ique pensent et font
leurs colleagues dans d'autres territoires mais 6gale-
ment pour que nous puissions, au Colonial Office,
rester 6troitement en contact avec le travail qui se
fait sur le terrain et avec les idres et opinions de
ceux qui s'y livrent.








En outre, le Colonial Office utilisera la revue
pour informer les administrateurs < des politiques
qu'il pursuit, des perspectives qu'il envisage, des
nouvelles idees qu'il minrit >.
'Cepend-ant, cette Revue est la v6tre et son success
depend de vous. Nous visons haut. 'Nous voulons que
Corona s'impose comme une Revue professionnelle
faisant autorlit et qu'elle ait parmi les autres Revues
,de ce genre une tenue digne de la reputation de 'ad-
ministration qu'elle reprsente.
(< Corona >, f6vrier 1949). 4.442.


B. DEVELOPPEMENT CONSTITUTIONNEL,
ECONOMIQUE ET SOCIAL
DES DEPENDANCES BRITANNIQUES

Dans Eastern World, une longue dtude est consa-
crde aux principles fondamentaux du diveloppement
constitutionnel, iconomique et social des dipen-
dances britanniques.
iLes colonies ou d6pendances n'ayant pas encore
atteint la maturity& de lieur d6velopip.ement sont admi-
nistrres par la Grande-Bretagne selon le principle de
la tutelle et 'elles se d6veloppent graduellement jus-
qu'A ce qu'elles soient en measure le figure ,en qua-
li.te d'associ6s au sein .du Commonwealth. Eldles sont
peupl6es par plus *de 60 millions d'habitants, appar-
tenant A un grand nombre de races, cou.leurs et
religions, don't prbs des deux-tiers vivent en Afrique
tropical, le rest ,btant principalement r6parti idans
les territoires de l'Inde Occidentale, du bassin mB-
diterran6en, du Pacifique Oriental et Occidental.
A l'dchelon local, les colonies sont administries
par plus de 40 Gouvernements distincts a tous les
states du progres, depuis le simple Gouvernement
national covenant aux Communautds tribales jus-
qu'au Gouvernement pratiquement autonome.
En ce quilt concern Il'administration central, le
Secr6taire d'Etat pour les Colonies, avec assistance
du Colonial ,Office ,de Londres, est responsible de
'application de la politique du Gouvernement bri-
tannique: La direction g6n6rale et des directives
sont donn6es aux gouvernements coloniaux par le
Colonial Office qui possede une organisation desti-
anee a trailer et coordonner routes les questions,
sociales, 6conomiques et autres, qui se posent dans
les colonies. II existed .galement des Conseillers du
Secr6taire d'Etat et d'es Commissions consultative
comprenant des experts distingu6s pour les ques-
tions ayant trait A l'hygiene, A l'instruction publique,
*au travail, A 'action social, aux affairs -conomi-
ques, A 'agriculture, A la zootechnie, A l'industrie de.
la p.che, aux eaux et forts et a la recherche.
La signification du progrds social et iconomique
doit etre expliqude d la population et sa cooperation
sollicitie, ce qui vaut mieux que d'essayer d'imposer
des riformes qu'il lui est souvent difficile de com-
firendre.
11 est reconnu que l'entrainement de la popula-
tion aux affairss idu Gouvernement central devrait


s'effectuer, lIA of c'est possible, par la pratique du
Gouvernement local; l'extension des Conseils pro-
vinciaux et autres origanismes du iGouvernement lo-
cal aest done encouragee ; il en est de m6me en ce
qui concern lie .dveloppemlent des systems exis-
tants administration indigene. I1 est reconnu,
cependant, .qu'il ne peut pas etre 6tabli de modble-
type pour 1'Pvolution de l'autonomie gouvernemen-
tale colonial.
Le ddveloppement iconomique des Colonies est
d'une importance capital, car c'est seulement sur
une base iconomique sure que les programmes de
progres colonial peuvent etre concus et appliques
d'une manidre permanent.
Certaines colonies .avaient l'habitude d'etre tribu-
taires dans une measure considerable de products
vivriers imports qui auraient pu etre products
sur place ; cela se produisait g6neralement lA of des
cultures r6mun6ratrices de rapport immediat don-
naient un profit relativement plus Rlev6 et attiraient
par consequent 1'aftlention des cultivateurs.
Or les etudes sur la nutrition qui ont dtd effec-
tuees dans toutes les colonies, attirent I'attention sur
la necessiti de denrdes alimentaires plus variees.
Pour promouvoir le bien-Atre social et le progres
des peuplcs il est essentiall que les resources natu-
relles de 'base du pays solent pr6serv6es et am6lio-
r6es iet que la terre et la main-d'oeuvre soient
utilisees de la facon la plus 6eonomique. En vue
d'atteindre oes objectifs on a apport6 au course des
dernieres ann6es une attention beaucoup plus grande
A la conservation du sol, et, en d6pit des difficulties
occasionn6es par les conditions du temps de guerre,
de igrands progres ont k6t r6alis6s grAce A l'assis-
tance financiere lib6rale du Gouvernement britan-
nique.
Pour ce qui est des Services Sociaux Coloniaux,
ils sont entire les mains des Dipartements de la
Santj, de l'Instruction publique et de I'Agriculture
des Gouvernements Coloniaux.
L'action medical embrasse deux aspects : aspect
curatif et aspect priventif.
I1 existe de bons Ih6pitaux, mais on pr6voit des
extensions sur une grande 6chelle, sp6cialement pour
les regions rurales. C'est dans le domaine pr6ventif
qu'auront lieu les plus grands progres et c'est lA que
la eoop6ration des populations indigenes est si ne-
cessaire. De vieux pr6jug6s sont maintenant rapide-
ment abandonn6s .et les problimes de Ia sant6 indi-
viduelle et publique' suscitent un int6r&t compr6-
hensif. L'int6r&t que manifeste la population pour
l'action social concernant la maternit& et 1'enfance
'est d'une importance vitale et il 'est des ptriodes of
les demands depassent les possibilitiess d'y satisfaire.
Mais on a constati que pour s'attaquer avec suc-
cis aux problemes midicaux que posent les Colonies,
il convenait de computer de plus en plus sur les in-
digines eux-memes.
Des universities et des 6coles medicales fournissent
des officers de sant6 pleinement qualifies. Des Bco-
les d'infirmieres dirig6es par miles seurs fonctionneni








~if sent en creation pour former des infirmijres et
des s.ages-femmes don't le niveau sera, avec Ie temps,
comparable : celui de lieurs coillgues de Grande-
Bretagne ; en outre, dans diverse colonies des ins-
pecteurs sanitaires forms sur place concourent pour
ie diplome du Royal-Sanitary Institute de Londres.
Des efforts sont en mime temps entrepris pour
itendre au maximum l'instruction primaire. Les
Gouvernements Coloniaux travaillent en cooperation
avec les miss ionnaires qui ont itd les promoters de
I'instruction publique et qui en supportent encore la
plus lourde charge.
Les deux principaux problems dans ce domain
consistent A trouver de l'argent pour payer des sa-
laires convenables aux nombreux instituteurs n6c.es-
saires ,et A Alaborer un system d'instruction pri-
maire n'ame.nant pas les 616ves A d6sirer s'isoler de
leur communaut6 mais les mettant en measure de tra-
vaillier du d:dans A l'amelioration de cette commu-
naut6. Des experiences sont en course dans le do-
maine de 1'('ducation des masses et .de 1'Pducation
des adults e a vue de compl6ter et d'acc6l6rer l'action
des 6coles. L'instruction des files, aussi bien pri-
maire que secondaire, recoit une active impulsion.
On attache bien entendu la plus grande impor-
tance a la formation d'instituteurs primaires.
Au course de leur formation, qu'elle ait lieu dans
les collegess du Gouvernement ou dans *ceux des Mis-
sions, on inculque aux instituteurs la conviction que
le d6veloppement de Jeurs concitoyens est dans une
grande measure entire leurs mains et que leur respon-
sabilit6 d6borde de beaucoup les limits de la salle
'de classes. Les niveaux atteints dans le domaine de
l'instruction secondaire sont en hausse croissante. II
existe des Universit6s A Malte et a Hong Kong ,et
d'autres soni en courses .d'6tablissement en Afrique, en
Malaisie et aux Antilles.
Dans presque toutes les Colonies, des Ddparte-
ments du Travail ont etd creds. II est tras peu de
Colonies britanniques qui n'aient, aujourd'hui, une
legislation syndicate.
Les Commissions consultatives du travail ont 6t6
cr&6es dans la plupart des Colonies ; elles compren-
nent des miembres repr6sentant le Gouvernement, les
employers et les employs.
(% Eastern World ), Londres, oct.-nov. 1948). 4.438.

L'interet que l'on timoigne peut-etre un peu tar-
divement aux Colonies coincide avec la < marde
montante du nationalism et les aspirations grandis-
santes a l'autonomie >>.
Mais il apparait que les pouvoirs politiques < ne
sont que de la frime > si le pays oit ils s'exercent ne
repose pas sur une base economique capable de sup-
porter les a pirations vers un plus haut standard de
vie et des facilitis d'enseignement plus itendues.
Le dilem:.ne devant lequel nous nous trouvons au-
jourd'hui reside dans le fait que nous avons encou-
rag6 des reves roses d'ind6pendance sans tenir
compete des vitesses maxima qui, de tout temps, ont


cara'ct6ris6 les progres 6ducatifs, sociaux iet 6 ono-
miques et qui sont en outre aujourd'hui encore ra-
Jentis par la p6nurie mondiale ide personnel .qualifi6
et .de mat6riaux.
En presence de cette situation, et pour tenter d'y
porter remdde, des plans de developpement ambi-
tieux ont etd elabords. Mais les directives qu'ils don-
naient provenaient de l'extdrieur et itaient mal ac-
cueillies par les partisans de l'autonomie.
Faut-il employer la mithode autoritaire pour
fire enjamber des sikcles aux < peuples arridris > ?
La m6thode autoritaire est facile, comme 'ont
montr6 certain succes russes obtenus sans tenir
compete du prix terrible de la vie et de la liberty hu-
maines.
Mais on ne peut recourir a cette mdthode : il faut
concilier la foi en la diepocratie avec les progres
don't la realisation a ite promise.
... La tAche est-elle impossible ? La r6ponse d6-
pend de celle qu'on fera A cette autre question :
Est-ce pque la vitesse est la consideration qui l'em-
porte sur toutes les autres ? Si oui, A moins de re-
*courir A la m6thode autoritaire la tAche est irr6ali-
sable et il vaut mieux l'admettre avant que 1'6chec
ne se sold par un d6sastre. Si nous suivons cette
voie nous serons en fin de compete conduits A con-
c6der I'autonomie A des peuples inaptes A se gou-
verner eux-m.mes suivant les normes modernes.
Les communists, avec leurs professions de foi
,d6mocratiques et leur pratique de la tyrannic tota-
litaire sont pr&ts A tirer profit de ces 6checs.
Mais si la vitesse ne dolt pas 6tre la consideration
pr6dominante, si on permit a la sagesse et au bon
sens de dominer l'enthousiasme, si nous restons db-
termin6s A ne pas abandonner entierement nos fonc-
tions de partenairle ain6 et de tuteur directeur,
alors l'oeuvre difficile prend des proportions plus
maniables...
(a The Spectator ., Londres, 28 Janvier 1949). 4.444.

Le Crown Colonist rappelle qu'au Congres de Ber-
lin en 1882, les Puissances s'engageaient < a recher-
cher le bien-etre moral et materiel des populations
indigenes de leurs dipendances >.
... En 1919, apres 1'Alimination de 'Allemagne des
Affairs Africaines, les Puissances mandataires
furent invit6Ces par la e Soci6tA des Nations > A
< poursuivre avec constance la preparation et 1'8du-
cation des Africains v rs un plus haut niveau intel-
lectuel, moral .et 6conomique > et A travailler << au
bien-Atre ,et au pro-gr6s de celles des populations qui
ne sont pas encore ,en measure de se suffire A elles-
mnmes dans les circonstances difficiles du ,monde
moderne. > ...
En 1940, < le bien-etre moral et materiel est
devenu < un progres complete et iquilibr >>.
Un < progres complete et 6quilibre, signifie des
proigres de toute sorte accomplish avec la collabora-
tion de tous les homes de bonne volont6. Cela)








signifie en consequence des progres politiques 6qui-
libris aussi bien que des progres economiques 6qui-
libr6s...
Mais ce qui caractdrise ce < traitement liberal des
Colonies c'est le fait qu'il impose une cooperation.
Dans le domain iconomique .
... C'est ainsi que le c Consieil uOest Africain >>
contr6le la vie de, la Nigeria, de la Gold Coast, de
la Sierra Leone et de la Gambie, le < Conseil d'Afri-
que Centrale celle des Rho.dsies du Sud et du
Nord iet du Nyassaland ; let que la < Haute Com-
mission de l'Afrique Orientale > contr6le celle de
llOuganda et du' Tanganyika...
Sur le plan politique, mime exigence :
ICar chaque pas accompli vers le but de. I'autono-
mie ne peut manquer -de provoquer des reactions
dans les territoires africains des autres Puissances.
Un danger ,d'autre sorte est illustr& par la Gold
Coast, don't la frontiere nord qui la spare du Sou-
dan Francais est constitute par le '1I1P parallele de
latitude nord.
Quellle sorte id'homog6neit&, quels attributes de
nationalist& peat-on attendre du fait que 1'on vit
dans une zone delimitbe d'un c6te par une ligne
imaginaire tracee sur la surface du igloble ?
Et I'on en arrive a se demander en songeant
encore par example au cas du Nyassaland si un
< progres complete et equilibre > semble possible sans
une revision de la carte.
... Dans 1'interet d'une saine administration, du
bon sens et pour les commodit6s des Mricains .qui
en sont les victilmes, ces absurdities telles que celle
qui selpare les villages de leurs terres traditionnel-
les devraient disparaitre.
Elles ne sont ceipendant pas, pour la plupart,
asse.z importantes pour ,exiger qu'une quantity con-
sid6rable d'6nergie soit divertie dei thches plus im-
portantes...
(( The Crown Colonist ), f6vrier 1949). 4.456.


C. ( LE QUATRIEME POINT ))

Les declarations du Prdsident Truman sur la par-
ticipation americaine au developpement des ressour-
ces des Colonies ont provoque de nombreux com-
mentaires dans les milieux politiques et commer-
ciaux.
Selo-i M. Harriman, Ambassadeur extraordinaire
du < Programme de Reconstruction europeenne >.
La Grande-Bretagne, la iHollande, la France, la
Belgique et le Portugal, ont des territoires d6pien-
dants et, pourraient en travaillant dans le cadre de
i'Organisation Europeenne de Cooperation Econo-
mique, augmenter les productions lessentilelles de
minraux, de miatieres premieres et de products
alimientaires.
Dds avant le discours de M. Truman, il avait itd
constitute un Comite pour le diveloppement des pays
dipendants oil les Puissances mitropolitaines itaient


reprisenties. Deux projects anglo-amiricains itaient
a l'itude.
L'un concern l'inventaire des territoires 0olo--
niaux britanniques en Afrique oif se trouvent des
sources possibles de matieres premieres necessaires
aux Etats-Unis, comprenant des Iplans pris par
avion, une aide dans. la campacgne menee centre la
mouche ts6-ts6, et la lutte centre le paludisme. Le
second concern le chemin de fer qui relierait le
Cap au Caire. M. Finletter a declare que ele Gouwver-
nement britannique ftait tres desireux de voir les
AmBricains participer A ces projets...
Dans le cadre du < Quatrieme Point > se situent
les negociations de Lord Trefgarne, Prisident de la
< Colonial Development Corporation > avec la Ban-
que mondiale au sujet d'un pret destined a finance
le diveloppement des Colonies Britanniques.
... Un emprunt est necessaire pour acheter aux
Etats-Unis I'equipem'ent r6clame par 50 nouveaux
projects coloniaux. L'emprunt envisage est de l'or6
dre de, 15 millions de dollars. Lord Trefgarne a
insist& sur le fait qu'il s"agit 1A d'une proposition
commercial rdiff6rente, des transactions habituel-
les de l'Administration de Coop6ration Economique
et a d.clar6 que. l.e tauix d'interft pourrait atteindre
4 % toutes charges comprises.
(< East Africa and Rhodesia I, 3 f6vrier 1949). 4.467.

Le premier intiret que prisente le 4 point riside-
dans le fait qu'il constitute l'objectif le plus nouveau
de la politique etrangere des Etats-Unis.
Selon certain, M. Truman desire ouvrir en Orient
un nouveau front de la guerre froide.
Une politique consistent A offrir aux nationalis-
mes montant de 1'Asiei lies mnoyens d'accroitre la
production ipermettrait croit-on d'attirer A la
longue ces pays vers l'ouest. C'est particuli6rement
vrai si cette tMche s'accomplit sous les auspices -des
Nations Unies, ;en soulignant I'assurance ,de M,. Tru-
man << que le vieil imniprialisme exploitation au
profit die. l'6tranger n'a pas de place dans nos
plans >. Sur cette base, la coopBration active des
pays arrieres serait du meme ordre, par rapport au
4' Point, que le 'fut celle de l'Europe par rapport au
Plan Marshall.
Pour d'autres, le < Fair Deal > de Truman est le
successeur du < New Deal > de Roosevelt, tant sur
le plan de la politique intdrieure qu'en matidre de
politique itrangere.
En particulier, on relive ique le programme pour
un commerce plus libre mis en oeuvre par M. Hull
au moyen du << Reciproical Trade Agreements Act )
dans les premiers jours du New Deal, atteindra son
plein d6velopipement avec la creation de I'onganisa-
tion du coimimlerce international. Ainsi, ce que le
4" Point signifie, c'est que l'on Ipasse d'un 6ohiange
plus libre de la production, envisage6 voilA 15 ans,
a un accroissement du. volume total *de la produc-
tion iA travers le monde libre.
L'interpritation la meilleure du 4e Point a et9
donnde par M. Acheson au course de sa premiere
conference de press.









L'interpr6tation la meillieure du 4 Point a Wt6
d~onn6e par M,. Acheson au course de sa premiere
conference de Presse, le 26 Janvier.
< ... Le Plan du President n'est pas destinB -A 6tre'
achev6 en quelques semaines ou quelques mois. II
:s'agit d'une' oeruvre de tongue Ihaleine pour son ad-
ministration... Les Etats-Unis .n'ont pas le, monopole
de l'halbidet6 et des techniques. II y a dians presque
zchaque pays dies ,gens don't les calpacit6s peuvent
Otre d6velopp6es avec unei aide, venue -de 1'extdrieur.
Avec tous. ces peuples nous d6sirons travailler... Le
President a pr6cis6 que dans la measure of les peu-
ples des pays arrie'r.6s peuvent devenir des techni-
ciens, ils peuvent r6unir les conditions permettant
an capital d'affluer dans ces pays...
On oublie que lie processus est long et difficile au
tierimae duquml les techniques sont suffisantes pour
qu:e les plans r6ussissent. On dolt penser que les
plans doivent tenir compete davantage de l'endroit
of existent les mati6res premieres que, de! consid6-
rations nationals. 'On doit aussi rr&aliser que si les
conditions jugees satisfaisantes ;par les d6tentleurs
de capitaux n'existent pas, il y a un cibstacle serieux
au dvelopp ment du pays. Ce n'est pas une solu-
tion de dire : Puisque le capital priv6 ne vieut pas
le faire, alors le Gouvernement le fera. Ainsi, le Pr6-
sident mettait l'accent sur le ifait que, la voie. n'est
pas A sens unique.
Sur la mise en application pratique du 4e Point.
La tentative de la section Outre,Mer de I'O.E.C.E.
die mettre d'accord les 5 puissances coloniales sur
le d6velopp'ment des resources sur une base mon-
diale n'a produit jus-qu'ici que des mots. Le n6o-
mercantilisme perceptible -en Afrique, la gardie ja-
louse que I'on monte autour des colonies, au pour
se prot6ger de la concurrence, ou pour r6server le
d4vielopipement colonial aux nationaux des puis-
sances occ.dientales, montrent qu'on ,se d6partit
moins du v eil im,prialisme qie M. Truman semble
l'esp6rer. On prend module, sur les accords que
M. Stettiniu:; a passes avec le Lib6ria pour la Soci6-
t6 qu'il y a mont6e...
Le Sud-Est asiatique est sans doute le secteur qui
est considirI avec le moins de scepticisme.
LI, la miinace communist aussi bien pour les
(puissances coloniales que pour les Etats-Unis est
consid6r6.e come suffisante pour justifier l'action
la plus intripide. Mais ils insistent sur le fait que
cette action devra Stre presque nhcessairement inter-
,gou'vernementatle car le' danger politique et le capi-
tal priv6 ni vont pas enselmible.
( The Economist >>, 5 f6vrier 1949). 4.465.


D. L'ANTRYCIDE

La mouche tsi-tsd cause des ravages effroyables
,en Afrique et en Amirique du Sud. Rien qu'en Afri-
que, des centaines de millions d'hectares de terrains
propices a l'dlevage du bitail sont infests et par
suite inexplloitis. S'il etait possible d'iliminer ce
fleau, ces vastes regions pourraient nourrir d'im-
,menses troupeaux de vaches, de bceufs, de porcs et


de chevaux et devenir un reservoir inipuisable d'ali-
ments pour les populations indigines et europiennes.
Si un 'explorateur avait soudainement annon.c la
d6couverte d'un nouveau monde grand deux fois
come 1'Europ.e, ayant une fois et demie 1'6tendue
des Etats-Unis, et aussi vaste que la Chine, cette
nouvelle n'aurait ;pas pu avoir plus d'importance
,que l'annonce die la d6couverte de la nouvelle dro-
gue, I'Antrycide, faite la semaine derni6re. En lib6-
rant un secteur de l'Afrique Equatoriale d'une su-
perficie de 4 millions et demi de miles carr6s de la
tyrannie de la mouche ts6-ts6, ce reim6de pent ren-
dre possible un. accroissement de 1'elevage 'et des
cultures que le monde attend .dsesp6rBment...
Cette drogue a ite mise au point apris quatre an-
nees de recherches par l'equipe de < l'Imperial Che-
mical Industry > qui prdpara la Paludrine, le re-
made souverain contre la malaria.
L'Antrycide (connue jusqu'A la semaine derniere
sous la designation de, M. 7.555) fut 6galement
< fabriqu6e sur measure >> ; c'est une creation artifi-
cielle adapt6le aux misures exactes du parasite. II
fut essay& sur des souris auxquelles on avait ino-
cuile les affections transmises par la ts6-ts6, let il se
revela etre la solution adequate. Mais il y avait une
serieuse difficult ; il fallait I'essayer sur ]e bdtail
et aucun individu sain d'lespriyn'aurait voulu trans-
mettre la trypanosomiase au b6tail su.r 1es confines
de notre petit arcihipel non atteint par la contagion ;
e'lle aurait pu se propager. C'est pourquoi les sa-
vants ,durent transif6rer leur champ, .d'exip6rience
dans les pires regions a tst-ts6 du monde, les en-
droits particulierement atteints du Soudan, du
Kdnia et de. l'Ouganda. Ils b6n.efici6rent de la coo-
peration la plus total des Servicles v6t6rinaires
coloniaux qui rassenmbl6rent des animaux malades
et des animaux sains mais vulnerables. Le animaux
malades furent .gulris et les animaux sains immuni-
s6s par ila drogue...
La drogue fait maintenant l'objet d'une produc-
tion massive et trois tonnes devraient itre dispo-
nibles cette annie. Les besoins totaux n'excideront
jamais 1oo tonnes par an. Cependant il faudra des
annies pour que le bauf africain constitute une con-
currence serieuse sur le march mondial.
... Cependant, avec le 'temps l'Afriquiel peut deve-
nir peut-6tre une grande region productrice de
viande et, au moyen d'un compromise ad6quat avec
la brousse (maintenant que la ts6-ts6 n'est plus bel-
lig6rantle), la culture indig6ne pe'ut 6tre d6velopp6e
d'une maniere qu'il 6tait difficile d'envisager ant6-
rieurement. Du point de vue du ravitaillement mlon-
dial, c'est un p'rogr6s formidable qui aide A com-
pens.er le's pertes s6v6r'es que exploitation imipr&-
voyante ,et sans ifrein du sol dans les pays e civi-
lis6s > a fait sulbir du fait de l'6rosion. L'Antrycide
sera la principale question a l'ordre du jour de la
Conference V6t.rinaire des nations imp6rial'es afri-
icaines (GrandeBiretagne, France, Belgique et Portu-
gal) qui doit avoir lieu 4 Londres le mois prochain.
On envisage de fournir la drogue par l'interm6diaire,
des gouvernements de toutes les colonies africaines.
(a The New Statesman and Nation D,
8 Janvier 1949). 4.426.









L'Econonist se montrait cependant riservi au mi-
lieu de l'optimisme manifesto par la press dans son
ensemble .et accusait le Colonial Office de faire des
declarations extravagantes >, en particulier en ce
qui concern a une important augmentation de
furniture de viande pour la Grande-Bretagne >.
L'Afriqute est un pays indocile. M8me si les fonc-
tionnaires des Gouvernements coloniaux arrivent a
persuader l.es Africains d'avoir A enfoncer des ai-
guilles hypodermiques dans la p'eau de leurs bates
bien aimBes, les (probl6mes relatifs au transport, A
1'irrigation, aux abattoirs, aux entrepots frigorifi-
ques, aux nettoyages des pAturages, A la propri6t&
du sol restent A resoudre...
Tout ce, que l'on peut dire c'est que qunelque chose
a .et fait dans la champagne men6e 'contre la mouche
ts6-ts6 et que si l'on trouve les honimmes et le mat6-
riel n6c.essaires pour construire des chemins de fer,
.des routes et .des ouvrages hydrauliques, ii se pour-
rait que dans d'avenir, dans de nombreuses ann6es,
il soit possible de produire davantage de bceufs
qu'il len faut actuellement pour nourrir les Africains
eux-mniemies.
Et, termine L'Economist, le Colonial Office ne
devrait pas donner l'impression qu'il apporte < la
solution au problmie alimentaire de la Grande-
Bretagne >>.
(< The Economist ), 1e Janvier 1949). 4.379.


E. EDUCATION DES ADULTS

En 1948, M. Thomas Hodgkin, Secretaire de la
Delegation de l'Universitd d'Oxford pour les course
extdrieurs se rendait h Lagos pour crder deux sec-
teurs d'dtudes pour adults en Nigeria.
... II 6tait devenu evident que la Nigeria offrirait
des difficulties provenant de attitude des 6tudiants
A presque tout movement dBclench6 par le Colonial
Office. Nous avons rencontrh bon nombre d'etu-
diants a Londres, just avant notre depart, et A une
reunion avec un.e douzaine d'entre eux ichez le Major
Shepheard, officer de liaison pour les 6tudi.ants de
Nigeria, nous efumes une discussion tres complete
et franche sur les objets de l'experience...
Le fait que ce fut l'Universite et non le Ministkre
des Colonies qui patronndt le movement ne dissipa
qu'd peine la mifiance.
Peut-&tre 6tait-il possible .d'enseigner des matiures
telles que P'conomie, l'histoire, la th6orie politique,
iet les affaires mondiales, avec objectivity, ,en quel-
que territoire du monde, mais cela n'6tait pas possible
,ien Nigeria, let lorsque les habitants de Nig6ria trou-
veraient, une fois de plus, leurs soupcons co.n.firms
et leur confiance mal place, ils retireraient leur ap-
pui au proj.et qui s'effondrerait.
A Lagos, meme atmosphere de mifiance et de sus-
picion de la part des Nigeriens. Mais ils ne trouverent
rien a redire a la suggestion qui leur fut faite d'as-
sister aux course et de s'en aller s'ils ne leur conve-
naient pas.


A la fin de la premiere conference sur le sujet :-
a La place des Colonies dans le monde moderne >,
tous les assistants se leverent d'un bloc
et demanderent quand les Anglais allaient quitter
la Nigeria. Je r6pondis que je l'ignorais. Ils senti-
rent olairement 'que ma r6ponse 6tait couarde et
inapte ,et un autre interrogateur demand pourquoi
on avait d6cide d'entreprendre 1'6ducation hors de
1'ecole sur le sujet politique. C'Btait beaucoup plus
facile. Je pus expliquer que seulement deux direc-
teurs .de course hors de l'bcole, venant d'Oxford
avaient visit pr6alablement l'Afrique Occidentale et
que tous deux 'enseignaient les sciences sociales...
Ceci conduisait naturellement A unle explication sur
la manibre don't on apprend les sciences sociales
dans les classes anglaises d'adultes, sur ce que l'on
entendait par obj'ectivite et comment les dinecteurs
mnaniaient g6n6ralement des 'questions controversies.
La discussion se generalisa alors et des person-
nages important y participerent en particulier
Mbonu Ojike, directeur commercial du < Pilote
d'Afrique Occidentale de Zik >, respect par ses
concitoyens
non pas tant en raison ide la valeur de son infor-
mation 'que de la solidit .essentielle de son message
A savoir que les Africains doivent revenir a leur
culture propre et la .dvelopper, plutot qu'imiter les
normnes et valeurs *europeennes. Egalement en vue
6tait l'honorahle Monsieur Ernest Ikoli, ancien leader
du Mouvement Jeune Nilg6rien qui fut bientot con-
duit A contredire les opinions 6conomiques exalt6es
ide Ojike. Ils angumenterent avec bonheur entiree eux
et avec l'auditoire pendant le re:ste de la soiree...
(( West Africa D, 29 Janvier .1949). 4.454.

Bientdt les premiers groups d'itudes ddmarrerent
4 Lagos et i Ibadan.
Dans chacun de ces centres deux series de course
furent professes, i'une sur le dCveloppement des
idWes poilitiques depuis le xvii siecle, i'autre sur les
relations internationales depuis 1914. Le course sur
les ides politiques traitait de la croissance des id6.o-
logies liberale, catholique, marxiste let 'fasciste sur
un fond d'histoire europ6enne et de problhmes poli-
tiques. Celui relatif aux rapports internationaux d6-
scrivait les origins de la 'premiere grande guerre,
son developpement, le trait de Versailles, son a ecla-
tement > et les origins de la deuxirme guerre mon-
diale...
Une parties de la press locale ayant critique le
choix des sujets, les professeurs eurent alors l'occa-
sion d'expliquer ce que signifiait l'expression a en-
seigner les questions politiques >.
I1 6tait evident ,que le premier course tenu dans
le pays ne pouvait traiter de facon satisfaisante de
questions cosmme la Constitution richardienne, les
relations Ibo-Yoruba, l'Office du mlarc'h6 du cacao et
la maladie du ( swollen shoot ). D'un autrie o8t6, il
Atait possible et fructueux, d'un point de vue 6du-
cateur, de pr6voir un fond 'de connaissance et de
.thborie politique sur sequel les probl6mes du Niger








pourraient itre dtudiks avec de meilleurs r6sultats par
la population int6ress6e. Plus important encore, une
initiation aux mAthodes scientifiques d'6tude des
problemes politiques 6tait d'un int6r6t majeur pour
un people aspirant A se gouverner lui-m6me..
Les professeurs gagnlrent la confiance des itu-
diants lorsque ceux-ci constatirent qu'aucune tenta-
tive n'etait faite pour modifier ou confirmer les opi-
nions qu'ils pouvaient dija avoir : les itudiants
itaient < corrigds sur un point de fait, jamais sur
une opinion >.
Les 4tudiants saisissaient rapidement 1'esprit dans
lequel I'affaire itait conduite; la discussion 6tait
animbe, la controversy ardente et Ie -travail Bcrit at-
teignait un niveau 6lev6, specialement heureux si
l'on songe a la p6nurie < d6chirante a de livres. En
pen de senmaines, i1 fut evident que les classes rece-
valent un accueill excellent.
(e West Africa -, 5 f6vrier 1949). 4 78.

L'idde que les livres qui dependent le < statut
quo > en Nigeria peuvent itre considdris comme
impartiaux et ceux qui critiquent la situation sont
partiaux est partout repandue.
Plus je 'is de Nig6riens, et plus je fus convaincu
que dans des cas de .ce genre, l'attitude la plus holn-
.nte est aussi la plus efficace. Une fois, un rAsident,
approchani die la retraite, trds populaire dans les
deux communaut6s me dit doucement : < Pensez-
vous reellement qu'il soit sage de dire A vos 6tudiants
que nous sommes en NigAria en grande parties pour
des raisons d'inter&ts 6go'istes ? > Je ,ne pus que r6-
pondre : ,: J'ai dit cela, en reponse A une question
directed. Qu'aurais-jie pu dire d'autre ? Qu'auriez-vous
dit 7 o n r6p.ondit : < Savez-vous, je ne suis pas sitr
du tout ,. Accordant A cette question, peut-Stre plus
d'int6r&t qu'elle ne m6ritait, je iconclus : ( J'aurais
pu, 6videtnimnent, r6pondre le contraire, mais est-ce
que cela au.rait Ati vrai, elt est-ce qu'un seul 6tudiant
de la salle 'efit cru ?... >
Selon les professeurs des course d'adultes, il est dif-
ficile d'exagerer le dommage fait au prestige britan-
nique par les < barridres raciales >. L'exclusion des
Africains lde certain clubs est considdrde par eux
come une insulte gratuite i leur race.
Les rapiports de race affectent la vie social nig6-
rien.nQ un autre point de vue, Ie contact entire les
nmambres des tribus fbo et Yoruha. Les Yorubas avant
1'arriv6e des Europenus avaient progress. plus que
les Ibos et comme c'est g6ndralement le cas, les dif-
f6renciations sociales A l'int6rieur de la tribu
etaient plus accentubes au sein e de la society avanc6e.
Quelques Yorubas out en consequence tendance A
d6crire les Ibos comme des barbares, .alors que les
Ibos critiquent l'importance des chefs et nobles dans
la socie6t Yoruba, proclamant .qu'en comparison,
Jeur propre tribu est d6gagie des distinctions de
classes antidAnmocratiques. Ce fait ne constitute pas en
soit une cause de friction, mais la p6nurie croissante
de bonne terre dans les provinces orientales a pour
quelques ann6es conduit les Ibos A chercher du tra-
vail du ce6t occidental.


Aux course d'adultes, aucun signe de tension n'dtait
visible entire les membres des deux tribus.
Dans la classes Yoruba instruite, il existe un ,pre-
jug- anti-Ibo, comparable A quelques points de vue
,A 'anti-s6mitisme, mais il est absoilument certain
que partout of I'on peut instituer une organisation
susceptible d'abattre les barri6res tribales, cette sorte
de prjugg6 ne constitute pas un obstacle A la coop6-
ration la plus entire.
(< West Africa ), 12 f6vrier 1949). 4.489.


AFRIQUE CENTRAL

Dans son numdro du 22 dicembre 1948, le Man-
chester Guardian icrivait qu'il fallait < encourager
l'idde d'une Fidiration d'Afrique Centrale >.
Au d6but ide l'annbe prochaine une Conference se
r unira A Victoria Falls pour laborer un pro-
gramme a soumeltre au Gouvernement britannique.
La Rhodesie m6ridionale sera repr&sent6e par des
mnemnbres .du Parti du gouvernement, la Rhod6sie
septentrionale qui ne jouit pas de l'autonomie
gouvernementale par des membres non-officiels
du Conseill Legislatif. Les representants du Nyasaland
seront 6galerient invites ; ils seront probablement
choisis parmi les six membres non-officiels du Con-
seil iLgislatif de ce territoire.
II n'est plus aujourd'hui question que d'une Fdd6-
ration et non plus d'un << amalgame total >.
On espire ,que *ce lien plus lAche pourra etre forg6
plus ais6ment entiree des territoires qui, comee ceux-
ci, se trouvent A des states diffirents de d6veloppe-
ment politique .et 6conomique. Un autre advantage r-
side dans Ie fait qu'un Etat federal pourra 6tre moins
perm6aible A i'infiltration asiatique c'est~A-dire
indien.ne qu'un Etat unitaire. Les auteurs du plan
esperent peut-6tre trop du f6d6ralisme ; les Etats de
l'Australie et les provinces du Canada sont plus ho-
morgnes iquae ne pourront l'Ptre pendant de nom-
breuses lann6es encore les trois territoires d'Afrique
Central. Mais cette voie slenmble etre la bonne et on
ne s'y engage pas trop rapidement. Ce que 1'hebdo-
mad'aire New Rhod6sia a justement haptis6 du nom
d' < Afrique du Capricorne a, -- les pays africains
du tropiique m6ridional est foudamentalement une
conception saine. Un Etat f6d6ral encore plus vaste
unissant un jour ou i'autre ces trois territoires aux
trois pays d'Afrique Orientale est une hypothese qui
n'est pas A exclure.
(< The Manchester Guardian ., 22 d6cembre 1948). 4.364.

La Conference de Victoria Falls s'est ouverte le
16 fevrier. Le Times dcrit qu'elle n'a pas un carac-
tire official : seuls les diliguds de Rhodesie du Sud
ont l'investiture de leur gouvernement.
La Rhodisie du Sud est une colonie autonome.
Lorsqu'elle fut gratifide d'une Constitution, celle-ci
contenait trois reserves importantes.
qui aissaient le dernier mot au Gouvernement im-
p6rial lorsiqu'il s'agissait des droits miniers de la
British South Africa Company, des chemins de fer,








oun des populations indigenes. It ne reste plus qu'une
,de ces trois reserves.
Les droits miniers ont 6te rachet6s par le pays
quelques ann6es apres J'6tablissement du Gouverne-
ment autonomy et les chemins de fer furent rachetis
en 11948. Lorsqu'il s'est agi des questions indig6nes
le Gouvernement imperial ne s'est jamais trouve
jusqu'ici en d6saccord avec la 16gislation 6dictAe
par dle' Parlement de la Rhod;sie, du Sud.
La Rhodesie du Nord depend du Colonial Office
et le Gouverneur < a toujours le dernier mot >. Deux
Africains reprdsentent la communaute indigene dans
la nouvelle legislature.
Le Nyassaland est un protectorat dote d'un Gou-
vernement de Colonie de la Couronne. Son Conseil
Legislatif comprend des membres non-fonctionnaires
mais lh encore, c'est le Gouverneur qui a le dernier
mot.
Les dernieres estimations concernant les popula-
tions des trois tierritoires sont les suivantes : Rho-
desie dui Sud 110.0,00, Europeens, 1.87'.0'00 Africains.,
plus 8.500 Asiatiques et homes de couleur. Rho.d-
sie du Nord : 30.000 Europ ens, 1.70,0.00,0 Africains
plus 2.500 Asiatiques ou de races diverse. Nyasa-
land : 2.2100 EuropBens, 2.22i0.000 Afrioains, plus
3.700 Asiatiques ou autres.
Depuis que les Rhodisies sont nees, I'idje de leur
union existe. A l'origine, les colons de la Rhodesie
du Nord disiraient s'unir t la Rhodesie du Sud don't
les colons, par centre, ne trouvaient rien d'attirant
a < cette vaste itendue disertique au delay du Zam-
bWe >.
C'est alors qu'on assist aux rapides progres faits
dans les gisements de icuivre de la Rhodesie: du Nord
et 1'attitude de chacun des deux pays A 1'6gard de
l'union fut complUtement renvers6e ; la Rhod6sie du
Sud 6tait favorable a 1'union car elle se rendait
alors compete que la Rhodesie 'du Nord representait
un capital, et la Rhod6sie du Nord A son tour com-
mengait a se e dire qu'aprAs tout, elle, pouvait se tirer
d'affaire toute seule.
Nouveau movement en sens inverse lorsque la
Rhodesie du Nord de crainte que les Europdens n'y
soient balayis par les indigenes souhaite s'unir a la
Rhodesie du Sud et surtout avec sa police capable
de maintenir l'equilibre.
Mais, pour la raison inverse, de peur ,que P'amal-
game ne favorite les interets de la communaute afri-
caine pr6dominante dans une Rhodesie unifibe, la
pilupart des halbitants de la Rhod6sie du Sud devin-
rent, sinon les adversaires, du moins plus tides A
P1'gard de I'idee d'union.
Aujourd'hui on est revenue I l'ancienne concep-
tion ilargie qui va au delay des intirets purement(
locaux.
La crainte d'une supr6matie indigene s'est apai-
s6e encouragee en cela par une declaration de la
Rhod6sie du Nord aux terms de laquelle ni les int6-
r6ts africains ni ceux des EuropBens ne regneraient
4d'ne facon absolue.


On commence 6galement a se rendre parfaitement
coMn(pte de l'immense influence que pourrait avoir ur
Dominion du Centre africain dans le d6veloppement
africain.
11 existe des intnrets et des problmes communs
6conomiques, industries et strat6giques qui pour-
raiient etre mieux traits par un pays unifil au lieu
de F1'tre sparment par chaque Etat. Le fonction-
nement 'du Conseil de 'Afrique central a mis en
lumiere les mrites ,d'une tell cooperation mais il
est clair iqu'il faut maintenant qu'elque chose de
plus que cette institution si l'Afrique central veut
rester A la page.
Le principal obstacle a la rialisation d'une union
plus itroite a ite l'attitude du Gouvernement bri-
tannique dans son r6le de tuteur des intirets afri-
cains.
En Rhodesie du INord ii y a chez les Africains une
hostility g6n6rale A 1'-gard d'une fusion avec la Rho-
d6sie du Sud fondue sur la crainte qu'elle conduirait
A imposer la politique indig6ne de cette derniere.
C'est une crainte absolument irraisonn6e car la
Rhod6sie du Sud n'a nullenent A rougir de sa po-
litique don't la derniere manifestation est le c Code
-des droits > qui fixe les salaires minima et les con-
ditions de bien-,tre des travailleurs indigenes dans
le commerce et les industries secondaires.
L'attitude A 1'6gard des indigenes de la Rhod6sie
du Nord est aussi langement dict6e par 1e conserva-
tisme des Africains qui r6pugnent A tout changement
dans la forme du Gouvernement A laquelle ils sont
habitues. Quelle qu'en soit la raison cette crainte
existed et le Gouvernement britannique aurait dfi en
tenir compete.
C'est pour surmonter ces obstacles que l'on est
passe de l'idee de fusion a celle de Fideration qui
laisse a chaque territoire le contr6le de ses affaires
intirieures tout en lui permettant de jouer son r6le
dans l'application de la politique gindrale concer-
nant tous les territoires.
La forme que prenda la federation fait l'objet
de la conference. On ne doit pas s'attendre A ce
qu'elle fournisse un plan tout < fignol > mais qu'elle
deblaie le terrain pour que le project actuel soit
raalis6 plus tard.
Lorsque le project sera d6finitivement ktabli il de-
vra etre soumis au Gouvernement britannique et aux
eleicteurs de la Rhod6sie du Sud A qui l'on a promise
.de participer A un referendum sur la question.
((( The Times v, 16 f6vrier 1949). 4.487..

Jusqu'd maintenant, remarque South Africa, cha-
que fois qu'une fusion des Rhodesies et du Nyassa-
land a ete envisage, Whitehall a rdpondu : c Non ,.
En r6alitM, 6tant donn. la persistence avec laquelle
les Gouvernements britanniques successifs ont
ajourn6 dans le passe toute proposition de cette na-
ture, la Conference de Victoria Falls serait une plai-
sante perte de temps n'6tait le fait que la situation
a subi un changement extremement important. L'at-
titude britannique n'a pas change, mais la demand









rhod6sienne a 6t modifi6e d'une mani6re r6aliste.
C'est pourquoi on enregistre A cette occasion des
espoirs beaucoup plus vifs 'qu'a aucun autre mo-
ment de Ipouvoir aboutir A une solution acceptable.
Les differences tranchies dans le domaine de la
politique indigdne entire les deux Rhoddsies existent
toujours et ,nt toujours constitute le principal obsta-
cle a la fusion, pour Londres.
On craint & Londres que sous un nouveau regime,
les indigenes de protectorat de Rhodisie du Nord
-n'aient pas des perspectives de progres aussi grandes
que celles don't ils jouissent maintenant.
Etant donn6 1'6tat arri&r des indigenes de la
Rhodesie septentrionale sous administration britan-
nique et les avantages don't jouissent les indigenes de
Rlhod6sie m6ridionale sous le regime ,de l'autonomie
gouver-neme ntale, oet objectif a toujours sembl6 une
plaisanterie au public rh6d&sien ; mais c'est comme
Ca. Le principe de la souverainet6 indigene doit Atre
honor en le violent sinon len l'observant ; et, ceci
6tant reconnu, la Rhod6sie met maintenant l'accent
sur la f6d6ration plut6t que sur la fusion...
Mais dans les conditions actuelles, la Fideration
ne serait pas constitute de Gouvernements dgaux.
La Rhodisie meridionale est une colonies 'A Gou-
vernement autonome. 11 est loin d'en rtre ainsi pour


la Rhod6sie septentrionale ainsi ique pour le, Nyassa-
land, qui fait 6galement vraisemblablement parties
du project. A moins que la responsabilit6 gouverne-
mentale ne soit octroy6e aux deux Protectorats -
ce qui constituerait un saut en avant Ifantastique -,
ce serait vraiment une nouveaut6 constitutionnelle
ique de donner le jour A une union f6d6rale 'compre-
nant une colonie autonome et deux protectorats non
6vo'lus sous le contr6le du Colonial Office. Toute-
fois, une anomalie constitutionnelle de plus ou -de
moins 'ne serait gubre perceptible dans la trame hi-
garr&e du Commonwealth.
A c6td du problem indigene, se pose la question
financidre. La Fiddration suppose un Trdsor Central.
,1 serait simple et manifestement avantageux de fu-
sionner des services come les postes, les douanes,
la defensee, la police, la sant6 publique, 1'enseigne-
ment, la justice, les transports et P'agriculture. Mais
il est evident qu'un tel 'programme 6chouerait si
administration f6d6rale .n'6tait pas 'en m6me temps
assure du contr6le financier. II incombera A la Con-
f6rennce de Victoria Falls 'et A la Comimission pr6pa-
ratoire tqu'elle d6signera vraisemblablement de prk-
parer un plan d6taill6 a soumettre, comme l'a promise
Sir 'Godfrey Huggins, non ,seulement au Gouverne-
ment britannique mais 6galement aux 6lecteurs rfho-
d6siens.
(< South Affrica >, 5 f6vrier 1949) 4.476.


II. EMPIRE BRITANNIQUE


MALAISIE

On affirme couramment que le changement de
< ligne ) des parties communists du Sud-Est de
I'Asie date des conferences qui eurent lieu a Calcutta
en fivrier et mars 1948.
n1 y cut trois conferences, organis6es plus on
moins concurremment : une conference du Parti
communist indien ; une conference des Ligues de
la Nouvelle Jeunesse d6mocratique ; une conference
des 6tudiants du sud-est de 1'Asie. Les Russes en-
voy&rent un certain nombre ide dl6gu6s voyageant
avec des passports diplomatiques.
A la suite de ces conferences, des soulivements se
produisirent dans trois pays du Sud-Est de l'Asie.
Aprs miles conferences des soulevements commu-
nistes se produisirent dans trois pays du sud-est de
l'Asie. En mars, de Parti communist de Birmanie -
(les communistes drapeau blanc) tinrent une impor-
tante conferencee a Pyinpana et, le 1"' avril, il se
r6volta contre le Gouvernement pr6sid6 par Thakin
Nu. Deux dies leaders communisttes, Than Tun et
1'Indien Goshal, avaient t6 AA Calcutta. En juin, les
communisles malais prirent les armes contre Le Gou-
vernement. En septembre, se produisit la tentative
de coup de force communist A Java.
Le Parti communist malais n'envoya & Calcutta
qu'un seul diligud nommi Lee Soong. Mais les lea-
ders communists malais furent surtout informs
des dicisioms prises a Calcutta par Laurence Shar-


key, membre du Comiti Central du Parti commu-
niste australien qui passa 15 jours a Singapour en
revenant de Calcutta.
Sharkey .d6clara avoir dit aux communists ma-
lais ique, dans le but d'emp6cher ,que l'ancien esela-
vage colonial lear soit impose de nouveau, une lutte
pour l'ind6pendance national 6tait justifi6e, mais
que des questions come cells de la date ,ou de 'Pop-
portunit6 du 'd&clen'chement d'une insurrection armie
ine pouvaient atre tranch6es ique par les Malais eux-
m&mnes et qu'ils 6taient beaucoup mieux qualifies que
lui du fait de la grande experience qu'ils avaient ac-
quise au course de leur lutte h6roique centre les en-
vahisseurs japonais.
Au course des mois qui ont pricide l'insurrection,.
le Parti communist malais prit un certain nombre
de decisions don't voici les plus significatives :
1) Depuis la fin de la guerre la strat6gie des com-
munistes malais a toujours consists iA chercher A
contr6ler politiquement la Malaisie en s'assurant le
control des classes laborieuses. Immbdiatement
aprbs( La guerre ils se hAtbrent de constituer une
multitude de syndicate c'ouvrant toutes les activists,
depuis les travailleurs des plantations de caoutchouc
jusqu'aux ,entraineuses de cabaret de Singapour. Ils
firent p6n6trer ileurs ,membres dans les bureau des
anciens syndicats ; ils formbrent des f6d6rations de
syndicats pour chacun des neuf Etats malais ; ils
cr66rent 6galement une Union G6n&rale du Travail
embrassant l'ensemble du pays.








Ces diverse fidirations de syndicats devinrent
les principaux instruments des communists malais
dans leur lutte pour le contr6le des travailleurs. Au
moment de l'insurrection les communists contrd-
laient plus du tiers des syndicats et plus de la, moi-
tie des travailleurs.
2) Un autre d6velopplement int6rieur important
se produisit vewrs la fin de 1947 lorsque furent effec-
tuns dans le personnel directeur du Parti commu-
niste malais certain changements important sem-
blables A ceux iqui se produisirent au sein -du Parti
communist indien et de quelques-uns des autres
Parties communists du sud-est de l'Asie, Les diri-
geants plus timoris de la vieille 6poquei traits
maintenant < d'opportunistes de droite > qui s'ap-
pr6taient A essayer d'exploiter les conditions exis-
tantes a leur profit, perdirent toute autorit6 sur le
part et furent suppllan'ts par des individus plus jeu-
nes et plus audacieux,
3) En dicembre 1947, il etait evident que le Parti
communist malais itait tras a court de fonds.
L'Administration -des syndicats proc6dait A un
resserrement de I'organisation .d'inspection des
comptes des syndicate. Les taxes d'affililation paya-
bles par tout syndicate A une federation 6taient limi-
t*es A 110 % des revenues procures 'par lie's cotisations
des .menibres. Au d6but de l11948 la 'Fd6Tation Pan-
Malaise 'des syndicate cessa d'exister lorsque son en-
registremient lui fut refuse en se fondant sur le fait
que 'ordonnance sur les syndicats ne pr6voyait
nullement un organism tenant pratiquement le r61e
de if6d6ration des f6d6rations. On estime que cette
measure aurait cofAt au Parti communist malais un
revenue mensuel de 40.0(00 dollars malais soit 1'6qui-
valent de'20.0100 dollars am6ricains.
D'autres measures itaient prises pour limiter les
possibilities d'exploitation de l'organisation du tra-
vail par les communists.
4) Enfin, pendant la premiere moiti6 de 1948, le
Parti communist malais subit une s6rie de revers a
Singapour. Au d6but de janvier, de conseil d'admi-
nistration du port de Singapour se d6cida A abolir
1'ancien systbme de travail contractual et a instituer
un systmme d'emploi direct, changement qui a con-
sid6rablemient augment le rendemient et r6duit les
frais. Ce changement fut decide au d6but de f6vrier,
immediatement aprbs le jour de I'An chinois. Lors-
qu'il fut annonc6 la F6d6ration des Syndicats de Sin-
gapour (S.F.T.U.), principal instrument a l'aide du-
quel le Parti communist malais cherchait A contr6-
ler les travailleurs dde Singapour, essaya d'exploiter
Ia situation A ses propres fin et d'organiser une
greve.
En avril, des tracts et des affiches incitant au
meurtre et a la violence furent trouvis dans la Zone
du port. Le Gouvernement djcreta l'expulsion de la
fraction chinoise du Syndicat du Port sous control
communist et arrita les membres du < Corps de
Protection des Travailleurs de Singapour >.
II est un fait significatif, c'est que p'eu de temps
apres le 1"' mai un certain nombre de dirigeants
communists de premier plan de Singapour dispa-


rurent dans 1e haut pays. Parmi eux se trouvaient.
Versaelenan, president indien du S.F.T.U., et Chan
Ming Ching, repr6sentant A Singapour du' Parti com-
Imuniste malais.
Peu de temps aprIs, le 14 juin exactement, l'in-
surrection commenCait. Elle avait jtd pricidie par
le declencbement de graves par le fait desquelles en
mai 1948, 79.539 journes de travail furent perdues.
Mais, comme le soulivement communist d'Indo-
ndsie, la rebellion en Malaisie donna l'impression
d'avoir ite diclenchie avant que les communists
ne soient reellement prets.
Pourquoi les insurgis ne tudrent-ils que trois plan-
teurs le 14 juin, alors qu'ils auraient pu en massa-
crer. facilement 300 ?
... En outre, pourquoi les insurg6s attendirent-ils
trois mois avant d'effectuer une attaque et enco:'e
une attaque sans, vigueur contre l'importante voie
ferr6e traversant la Malaisie du nord au sud ? Pour-
quoi n'ont-ils que tout r6cemment port leur at-
tention sur les communications, objectif tout indiqu6
pour un movement de guerilla comme 1e leur?
Faut-il l'attribuer A ]a simple mailadressie ? Politi-
quement, ils se sont toujours montres extrmmement
cappabiles au point de vue organisation. Pendant la
guaerre I'arm6e anti-britannique -des populations ma-
laises (l'organislation armee que combattent actuel-
leoment les Britanniques), alors qu'elle s'ap.pelait ar-
mbe anti-japonaisoe des populations malaises, benA-
ficia des conseils let dies enseignem'ents donn6s par
des chefs 'britanniquies de ;guerilla entraines...
Voici l'explication qui semble la plus plausible.
Elle part de cette constatation qu'd la fin de 1947,
les chefs communists malais devaient constater
qu'ils n'avaient pas rdussi h obtenir sur les travail-
leurs malais une autorite suffisante pour arriver
grace a eux a obtenir le pouvoir politique.
... Le Gouvernement commiencait A appliquer cer-
taines measures ,et il lenvisageait d'en introduire
d'autres qui Aliminaient la perspective d'une ac-
tivit6 politique dans le' domain du travail. Des
changements s'6taient dGjA products dans les cadres
du Parti communist malais 'et quelques-uns des
jeunes leaders nouvellement d6sign6s 6taient par
temperament plus enclins A I'action directed pour
avoir pass les ann6es les plus importantes de leu.r
formation dans la 'pratique des armes en tant que,
menebres de la resistance anti-japonaise. Les con-
ferences de Calcutta apprirent aux leaders malais
que I'action directed 6tait conform aux conceptions
de quelques-uns des autres parties communists ddu
Sud-Est de 1'Asie, ou tout au moins d'importantes
fractions de ceux-ci, et qu'elle correspondait aux
d.sirs de l'Union Sovi6tique par-ce' qu'elle faisait
parties de la camipagne menee par ce pays pour sa-
boter le Plan Marshall et rapper taliste A son point faible au-dessous de la ceinture.
Une sorte de calendrier des soulbvements fut l6a-
bor6e A Calcutta. Tout d6montre que le meilleur
moment climatique .en Malaisie, que oce soit pour
une r6volte armxe on pour une igrTve g6n6rale, de-
vait ktre le mois d'aofit. En avril, les leaders cor-.
munistes d6ciderent d'aceclrer la cadence de leur









-aotivit6 industrielle et, .en mai, en grande parties par
suite des &'hecs subis A Singapour, ils donn6renit
des ,ordres pour la mobilisation pr6liminaire de l'ar-
m6e antiibritannique des populations malaises (IM.P.
A.B.A.)...
Le meurtre des trois planteurs qui n'etait pas.
privu par le Parti amena une reaction immediate
du Gouvernement et les chefs communists durent
choisir en bdte entire deux solutions : passer tran-
quillement dans la clandestiniti ou combattre. Ils
choisirent la second et furent en quelque sorte en-
trainds dans la revolution.
... En de hours -de certaines coincidences et d'un
plan d'action common qui apparurent dans le SSud-
Est Asiatique, sugg6rant un agent de coordination,
il n'y a pas .eu die preuve concrete d'une instigation
onu d'une co:mplicit6 directed de la Ipart des Russes.
Ce qui s'est produit, naturellement, a servi l'int&-
ret russe, mnais. i est difficile *d'ipnaginer que le
Kremlin pcourrait avoir << ordonn& > l'acition directed
si les leaders communists locaux n'avaient pas es-
tim6 que ce ffit la tactique opp.ortune...
Les chefs communists malais commirent certaines
grandes erreurs de calcul. D'abord de nombreux eld-
ments de l'armie des volontaires du people n'itaient
pas enthousiastes pour revivre les privations et les
dangers de\ combats de jungle qu'ils avaient connus
pendant la guerre.
IDeuximiem'ent, selon l'opinion d'un certain nom-
bre d'observateurs impartiaux, ils se tromperient
quant A leur emprise sur les travailleurs et escomp-
thrent que insurrectionin serait accomipagne de sou-
liveiments massifs des Iforcleis ouvrieres die MIalaisie
susceptible, de disloquer effectivement la vie 6co-
nomique du pays. Ils ne se rendirent pas comiptel que
i'emprise ([u'ils exergaient sur les travailleurs .,tait
base en grande parties sur l'intimidation et que, en
depit des ,i6oontentements et des difficulties d'apres-
guerre, le Isentiment antibbritannique populaire etait
bien moins rApandu parmi les masses que ne l'avait
t6 le sentiment anti-japonais pendant la guerre.
Troisibmemilent la vigoureuse action militaire fit
,6chouer le r Iplan initial qui consistait, semble-t-il,
a s'emparer de la region de Gua Musang dans l'Etat
de ,Kelantan et A la proclamier (( zone lib6ire >>.
Quatriniement, meme si les communists avaient
prAvu que dans un tel soulviement ils pourraient
Ztre amnents temporairement A abandonner la direc-
tion des travail.eurs du pays, ils peuvent difficilie-
ment avoir pr&cvu les consequences politiques d6sas-
Ireuses entrainiees par le soulv'eim:ent, notamment
l'6largisseiment du foss6 s. parant les IChinois let les
Malais dans unee mesurei pouvant atteindre, de l'avis
de certaines ipersonnes, Ai une brouille definitive.
Tous ces 6eiments montrent que le soulevement ne
saurait etre considdrd comme une expression d'un
nationalisme malais authentique.
Mais, idans son essence', il uesite la tentative d'une
petite ndinoritA, composee .en majeure parties de Chi-
nois et notamment id'immigrants, ten vue de s'empa-
rer .du pouvoir par la force let d'imposer au pays
un systirie totalitaire.
( Far Eastern Survey -, New-York,
22 d6cembre 1948). 4469.


Lorsque l'insurrection iclata, chacun pensa que
sa repression serait tache aisee et rapide. En fait,
les progrds ont dtd < ddsespdrdment lents > et la fin
n'est pas encore eni vue.
La icampagne se transform en une 6preuve lon-
gue -et lente d'lendurance. Les r6servies en materiel
des terrorists ne sont pas illimit&es. On estime
qu'ils d6pensent 200 cartouches par jour. Ils n'ont
ni arrit6 la production, ni gAne s6rieusiement les
communications. Ils sont sans cesse poursuivis par
leis forces de security. On a ipu d6 eler des chutes du
moral dans certain territoires let chez pertains in-
dividus, mais le moment n'est pas encore arrive
ofu a capitulation pourra Utre proclamie, avec quel-
que espoir de r6sultats. Le iGouvernement piense
qu'en ice moment, elle n'aboutirait A rien et serait
interprdtie comme un silgne de! Ifaiblesse,.
Certains pensent que les communists pourraient
en revenir a un de leurs objectifs originels don't ils
furent ecartis au ddbut de la revolte : prendre et
tenter de tenir une Zone qu'ils proclameraient < ter-
ritoire libire >.
La zone la pIlus Ipropice pour l'ex6cution d'un tel
dessein est Ja region savagee et accident6e situde
just au nord de. Ia frontihre siamoiste. Les Siamois
auraient bien du mal a briser de grosses concentra-
tions de troupes et il serait necessaire de mener des
operations conjointles. Une liaison. militaine, aveic
les autorit6s siamoises est done maintenant du pre-
mier int6ret -et il y a moins de mifiance .qu'il y a
six mois. La question Patani, qui 'tait le igros obs-
tacle dans nos relations avec le Siam qui entretenait
sans aucun doute dole's rapports avee. un certain nom-
bre d'emigr6ss A Kota Bahru, a iperdu de son acuity,
et il y a .eu r6Aenimment quelquies cas die bandes ma-
laises Patani se rendant volontairement aux auto-
rites siamoises.
Depuis le to janvier, une legislation d'exception
permet au Gouvernement de s'attaquer aux < squat-
ters > et de letter efficacement contre eux. On estime
leur nombre a environ un demi-million. La plupart
sont des Chinois vivant dans des baraques en bois,
parfois aux alentours des villes, souvent en bordure
de la jungle.
Le problemne qu'il's presentent existait deja avant
la guerre, mais iA s'6tait extrmement ,aggrav& par
F'occupation japonaise. Un grand nombre de Chinois
ont 6miigr6 vers ces ktalblissements extrieurs, en
parties pour Aviter leas Japonais et lies rigueurs de
la vie urbaine, en parties pour avoir plus de nour-
riture, et en parties pour aider les guerillas anti-ja-
iponaises. Economiquement ils ont constitun une
source subsidiaire utile de nourriture iet un r&ser-
voir de main-d'imouvrei occasionn'elle, mais d'un au-
tre cAte, ils ont offert aux terrorists une source
important de reserves et d'lapprovisionnements. Ces
zones << squatter >>, virtuiellement sans administra-
tion, seront ramienbes sous une administration -con-
venable si insurrection est imaitrisee. Au cours des
deux dernieres semaines quelques, .tablissements
notoineement mauvais ont &t& nettoty6ss par la police
et la population deplaacee < ,en bloc > sur des
camps pr6pares. (I1 est significiatif que tres peu de









jeunes homm:es furent captures dans oes expedi-
tions). Tout ce monde fut exaanin6 et les ind6sirables
rapatriBs len Chine. Jusquah ,oette date 1.141 person-
nes ont 6te dktenues, 2116 furent expuls6es iet 338 ra-
patri6es sur leur demanded prolpre.
La politique d'expulsion n'a rencontri aucune op-
position de la part des chefs chinois au Conseil Le-
gislatif ni de celle des reprisentants du Gouverne-
ment chinois. On precise que certain squatters sont
tout a fait contents de rentrer en Chine.
Quelques critiques disent que de tells measures
fortes n'auront qu'un resultat, pousser le people vers
les communists. Quoi qu'il en soit, le gouverne-
mtent ne Ies applique' quee dans les zones < maau-
vaises > qui font parties quasi integrante du dispo-
sitif terrorist. Les Squatters lui creent de serieuses
difficulties. Ces difficulties ne font que commencer.
(a The Eoonomist ,, 15 f6vrier 1949). 4.4,A3.

On admet que la masse de la population chinoise
reste rifractaire ia la collaboration et deux circons-
tances la renforcent dans cette attitude.
... Les succs communists remportes en Chine et
la deplorable affaire de Batang Kali of un certain
nombre de paysans chinois suspects de donner re-
fuge A des ( bandits > furent fusill6s alors < qu'ils
tentaient de fuir > a augmented la sympathie popu-
laire A 1'6gard des guerillas.
En consequence, des ordres ont Wet donnas A Sin-
gapour pour que, dans I'avenir, avant d'ouvrir le
feu dans des circonstances semblables les troupes
interpellent ( A haute voix >> Ies fuyards et leur
donnent ainsi une (< chance raisonnable ) de s'ar-
rkter. Ceci permet de douter de la part jouee par
les autorites A I'occasion de, la justification de la
turerie de Batang Kali, mais les nouvelles instructions
sont arrives trop tard pour effac.er les cons6quen-
ces envenim6es de I'incident. Doit-on critiquer le
Gouvernement parce qu'il ne tente pas de negocier
avec les insurg6s ?
(g The New Statesman and Nation ,
12 f6vrier 1949). 4.474.


Pour le Continental Daily Mail, la situation ac-
tuelle en Malaisie est imputable < cinq actes de
folie > :
Tout d'abord oe fut la tentative mal inspire d'im-
poser une nouvelle Constitution A une vitesse record
aussit6t apres la capitulation jaiponaise.
D'oU i il rsulta que du jour au lendemain, les Ma-
lais devinrent < politiquement conscients v.
Ii y .eut ensuite, l'idee g6niale de stimuler lessor
du syndicalisme.. Les syndicate passerent imnm6dia-
tement sous le contr6le conmmuniste conune l'avaient
pr6dit tous ceux qui connaissaient un peu le pays,
et 1A encore il fallut ralentir Ie movement.
En memme temps il fut d6cid6 de relAcher le con-
trole exerc6 sur les soci6ts secretes et de modifier
les pouvoirs piermettant W'expulser les strangers
ayant abhus6 de l'hoslpitalit6 de la Malaisie. Personnel
ne serhble savoir qui fut responsible de oes in-
croyables folies, mais il fallout les rapporter ,'une
et 1'autre.
Enfin, un certain nombre d'anciens fonctionnaires
de la police de Palestine furent mut6s en Malaisie ;
la measure 6tait opportune, mais ils recurent un tel
advancement que les fonctionnaires de la police, ma-
laise .estimerent pendant quelques mois avoir ket
16s6s.
II semble diciddment itabli que l'envoi de nou-
velles troupes dans le pays ne risoudra pas le pro-
blWme, sans parler des < sommes fabuleuses que
coite cette organisation de defense >. A ce rythme le
Gouvernement de la Federation aura bient6t 9puisi
ses resources.
La police ne peut opdrer efficacement < qu'avec
l'aide de la population locale >.
... Cette assistance ne peut tree. es.comptee que
lorsqu'on aura restaur6 la confiance, c'est-A-dire
convaincu la population que l'administration peut
prot6ger 1es individus loyaux et que les Britanniques
ne vont pas 6tre chassiss du pays par la force ni se
laisser persuader de la quitter par de beaux discourse:
on par un sentimentalisme larmoyant...
(a Continental Daily Mail 14 f6vrier 1949). 4.494.










LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGER E TRADUITS EN FRANCAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTED

A la Section de la Presse Etrangere, au Ministere de la France ,d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7). (Direction
des Affaires Politiques, Piee 17, 1" Etage).
La Section de la Presse Etrangbre peut en' outre fournir gratuitement, par retour du courier, a quiconque lui en fera
la demand e, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le Ni de reference suffit designer le document desire.


ORIGIN DU DOCUMENT


4.445
4.447
4.448
4.449
4.450
4.451

4.452
4.453
4.454

4.455
4.45,6

4.457
4.458
4.459
4.460
4.461

4.462

4.463

4.464
4.465

4.466
4.467
4.46,8
4.469
4.470
4.471
4.472

4.473
4.474

4.475
4.476
4.477
4.478

4.479
4.480
4.481

4.482
4.483
4.484
4.485

4.486
4.487

4.488


DATES


The Times ..............
Manchester Guardian ...
Manchester Guardian ...
The Times ..............
The Observer ............
The New Statesman and
Nation ................
The Spectator ...........
The Times ...........
West Africa ............

South Africa ...........
Crown Colonist ..........

The Observer ...........
Manchester Guardian
Daily Worker ............
Continental Daily Mail ...
The New Statesman and
Nation ................
The New Statesman and
Nation ................
The Times ..............

Diario De Noticias .......
The Economist ..........

The Nation ..............
East Africa and Rhodesia .
The Observer ............
Far Eastern Survey ......
The Spectator ...........
The Spectator ..........
Jornal do Comercio ......

Africa .................
The New Statesman and
N ation .................
Tribune .................
South Africa ..............
Spectator .................
West Africa ..............

The Nation ..............
The DaiRy Telegraph .....
Continental Daily Mail ....

New Republic ...........
The Economist ..........
Arriba ..................
Daily Telegraph ..........

The Times ..............
The Times ..............

Manchester Guardian ....


TITRES


25-1-49
18-1-49
7-1-49
10-1-49
16-1-49

29-1-49
21-1-49
31-1-49
29-1-49

22-1-49
F6v. 49

30-1-49
1-2-49
3-249
1-2-49

5--49

5' 249
4-2-49

18-1-49
5,2-49

22-1-49
3-2-49
6-2-49
22-12-48
4-2-49
4-2-49
21-1-49

15-1-49

12-2-49
11-2-49
5-2-49
4-2-49
14-2-49

29-1-49
15-2-49
15-2-49

3-1-49
12-2-49
5-2-49
1-1-49

2-2-49
16-2-49

14-2-49


R6formes a apporter au project de l'arachide.
La prochaine session du Parlement sud-africain.
L'Inde peut-elle Rtre maintenue au sein du Commonwealth.
Le plus grand Etat musulman : le Pakistan.
Les perspectives du project de 1'arachide.

Les Hollandais en difficult (Indonesie).
Les buts de notre colonisation.
La lutte en Birmanie.
La Nigeria 1'accueille avec scepticisme (Education des
adults en A.O. N' 4).
Les 6meutes de Durban.
Les Puissances coloniales devraient maintenant lib6rer
1'Afrique de ses entraves.
Le Commonwealth et le monde.
La barribre de couleur (Afrique Britannique).
Le plan du dollar en Afrique.
Le dilemme hollandais.

Echec hollandais en Indon6sie.

La Birmanie trouble.
(The << International Bank >>). Le d6veloppement des ter-
ritoires attard6s lui offre un champ d'activit&.
L'Asie en feu.
Le Quatribme Point (discours Truman sur les pays ar-
rieres).
Le cr6puscule de l'imp6rialisme aux Caraibes.
L'Am6rique et le d6veloppement colonial.
Ciel rouge en Orient.
Le soul6vem-ent communist en Malaisie.
La Birmanie en flamme.
Anniversaire Malais.
La polygamie interdite a certaines categories d'indigenes
d'Angola.
Le p6trole du Fezzan.

Guerre d'usure en Malaisie.
Deception A la Trinit6.
Une seule Rhod6sie.
Les sciences sociales dans les colonies.
La reaction 'europ6enne fut mitig6e (Education des adul-
tes en A.O. No 5).
La Conference de Delhi (Indonusie).
On veut savoir (Gold Coast).
Un r&ve africain qui se r6alise (Dominion de 1'Afrique
Centrale.
Folie imp6rialiste en Indon6sie.
Progres lents en Malaisie.
Double guerre en Birmanie.
Les Karens peuvent faire la fortune ou la ruine de la
Birmanie nouvelle.
La politique hollandaise en Indon6sie.
Les deux Rhod6sies. Projet d'un Dominion Centre-
Africain.
La Hollande et 1'Indon6sie.









N"o


4.4,89

4.4'90

4.491

4.492
4.493
4.494
4.495
4.496
4.497
4.498
4.499
4.500
4.501
4.502
4.503
4.504


ORIGINE DU DOCUMENT


West Africa ............

The New Statesman and
Nation ................
The New Statesman and
N ation ................
Tribune .................
Arriba ..................
Continental Daily Mail ...
Far Eastern Survey ......
Continental Daily Mail ....
The Yorshire Post ........
The Economist ..........
The Economist ..........
The Times ..............
Tribune .................
Arriba ..................
South Africa .............
Newsweek ..............


DATES


12-2-49


19-2-49

19-2-49
11-2-49
27-1-49
14-2-49
24-1-49
19-2-49
19-2-49
19-2-49
12-2-49
22-2-49
18-2149
1-2149
19-2-4tb
21-2-49


TITRES


Une bibliotheque peut Htre des6quilibree. (Education des
adults en A.O. Anglaise No 6).

R6alisme au Viet-Nam.

Le rebellion en Birmianie.
Qui est pour l'Empire ?
Une vague de terreur A Durban.
La Malasie est victim de cinq actes de folie.
Une d6p6che d'Indon6sie.
Ignorance de 1'Empire.
Le peril malais.
F6d6ration en Afrique Centrale.
Un nouveau Gouverneur.
Politique hollandaise en Indon6sic.
Le Gouverneur indiscret (Iles sous le Vent).
Le problkme indien en Afrique du Sud.
La plus grande Afrique du Sud.
La R6publique Indonbsienne est plus forte que jamais.












COMMUNIQUES


ACTIVITY
DU MUS]EE DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
EN JANVIER 1949

Entrees payantes : 7.439 pour 68.135 francs.
Entries gratuites : 43 groups, 964 lives.
Produit de la vente du Guide du Musee : 84 bro-
chures pour 1.260 francs.

ACTIVITY DES SECTIONS

Section d'Art et d'Histoire : activity normal.
Section Economique : activity normal.
Section Aquarium : activity normal.


FEVRIER 1949

Entries payantes : 9.327 pour 128.790 francs.
Entries gratuites : 53 groups, 1.346 eleves.
Produit de la vente du Guide du Musee : 100 bro-
chures pour 1.500 francs.
Par arrtde du 10-2-49, les tarifs d'entrees, ont etd
fixes A 20 francs et a o1 francs pour les 1/2 tarifs,
pour computer du 15-2-49.
Sections d'Art, d'Artisanat et d'Histoire : Princi-
paux dons :
I. de M. Briet : Trente fetiches du Congo;
de Madame Veuve Lucien Gasparin, en souvenir
de M. Lucien Gasparin, d6put6 de la Reunion : Deux
statuettes Baould ;
de Madame Veuve Pommier : < Femme noire >,
sculpture de M. Pommier ;


du Ministere de l'Education Nationale : c Fanta-
sia marocaine >, peinture de H. Sen ;
de I'H6tel des Monnaies : M6daille commemora-
tive frappee pour le centenaire 1848-1948, sign6e
Bazor ; de M. le professeur Pouthas, au nom de la
Commission de la C6elbration du Centenaire : Un
bel album : < 1848 >.
II. Presentation des dons dans les differentes
sections du Musee.
Section Economique : Reponses aux demands de
renseignements et conferences aux groups scolaires.
Section de l'Aquarium : Activit6 normal.


LE CENTENAIRE DU TIMBRE FRANCAIS

Le Secretariat d'Etat aux P.T.T. communique :
M. Eugine Thomas a installed, le i" mars, I'Assem-
blee G6ndrale du Comit6 d'Organisation du Cente-
naire du timbre-poste francais, don't la presidence
est assuree par M. Champion.
Les manifestations commemoratives du Centenaire
se d6rouleront du I" au 12 juin 1949 inclus au Grand
Palais probablement.
Elles comprendront :
i) une exposition international philatelique
(CITEX), organisee par la Federation des Soci4tes
Philateliques frangaises ;
20) une exposition organisee par le Ministere des
P.T.T., en liaison avec celui de la France d'Outre-
Mer, qui se rapportera, notamment, A 1'6volution du
service postal depuis cent ans;
3) une section de propaganda du commerce phi-
latelique international.











AU o< JOURNAL OFFICIAL>


AU c J. O. ) DU 2 FEVRIER
Un d6cret 'du 12 janvier 1949
rapportant le d4cret de r6vo-
cation de M. Philirppon Em-
nmanuel, president de la
Cour d'Appel de Madagascar
et l'admettant a faire va-
loir ses droitss h la retraite.
Un d6cret du 31 janvier 1949
.dterminant la solde des
hauts-comnissaires et com-
missaires de la R6publique
dans les Territoires d'Outre-
Mer.
Un d6cret du 31 janvier 1949
,attribuant a titre personnel
une indemnity spdciale com-
pensatrice au directeur et
au censeur des 6tudes de
1'doole sup6rieure d'applica-
tion ,d'agriculture tropical.
Un d6cret du 31 janvier 1949
portant promotion .de MM.
Ecarlat, Tucat, Ginouves,
Fugier-Garrel, coim)me ad-
ministrateurs d'e 1'" classes
des Services civils de 1'In-
dochine. MM. Crouan, Gri-
vaz et Schmidt comme adtmi-
nistrateurs de 3" classes des
Services cilils de l'Indo-
chine.

Un d6oret dui 31 janvier 1949
plagan't en position de mis.-
sion M. Soumaille, adminis-
trateuur-adjoint de 1" classes
;des IServices civils de 1'In-
dochine.
Un d6cret ,diu 31 janvier 1949
admettant M. Sylvestre de
!Sacy, administrateur de 2'
classes des Services civils de
l'Indochine a faire valoir
ses droits a la retraite pour
invalidit6.
Un d6cret .du' 31 janvier 1949
plagant en position de dis-
!ponibilite sans traitement
M. Frances, administrateur-
adjoint des Colonies.
Un arr6t6 du' 28 janviler 1949
portant augmentation de
l'annuit6 de renouvellement
de la r'gie des chemins de
fer de l'Afrique occidental
francaise.
Des arrdt6s portant nominations
(sages-femmes coloniales).


AU m J. 0. ) DU 3 FEVRIER
Un d6oret du 2 f6vrier 1949
fixant la date die l'dlection
d'un s6nateur membre du
Conseil de la Rdp'ublique
dans le Territoire du Daho-
,m ey.
Un d6cret du, 2 fevrier 1949 char-
geant le ministry .de l'Agri-
'culture de 1'intdriim du mi-
nistere de la France d'Outre-
Mer.
Un arrAt6 portant nomination
d'une sage-femme colonial
stagiaire.
AU a J. O. > DU 4 FEVRIER
Un d6oret du 31 di'cem'bre 194.8
prorogeant jusqu'au 31 dd-
cembre 1949 les disposi-
tions du d6cret du 21 octo-
bre 1946 instituant des me-
sures exceptionnelles et
temporaires en vue de re-
m.dier a la crise du loge-
ment dans les commnunes de
Dakar et de Rufisque.
Un d6cret du 2 fevrier 1949 mo-
difiant l'arti'cle 6 du d6cret
diu 21 juillet 1932 sur la
procedure judiciaire en ma-
tibre de constatation des
droits fonciers des indigenes
au Cameroun proteges sous
mandate frangais.
Un d6cret du 2 f6vrier 1949 por-
tant designation de M. Ca-
mouiilly comme Commissai-
re de la R publique interi-
maire dans les gta'blisse-
ments frangais de I'Inde.
Un arrpt6 ,portant affectation
(inspection du travail aux
iColonies) die M. Miermont
pour servir au A.O.F.
AU ( J. O. >) DU 6 FEVRIER
Un d6oret diu 5 f6vrier 1949 ins-
tituant 'une indemnit. de
.parilt6 du cadre des trdso-
reries de l'Indoc'hine.
Des arrCt6s portant d6tache-
ments, admission A la re-
traite et rectificatifs (admi-
nistration central et trans-
imissions coloniales).
AU ( J. O. ) DU 7-8 FEVRIER
Un arrpt6 ddu 30 janvier 1949
nommant M. Rend Rolbin,
administrateur des ,Colonies,
rnemobre du Oonseil d'admi-
nistration de I'Offiice du Ni-
ger.


Des arr6t6s portant mise en dis-
ponibi'lit6 et acceptation de
admissionn (administration
g6ndrale).
AU c J. O. ) DU 9 FEVRIER
Un deoret diui 2 fidvrier 1949 mo-
difiant le decret du 17 octo-
'bre 194.5 portant r6organi-
sation des services de con-
trole du conditionnement
des products aux colonies.
Un d6cret idu 2 *f6vrier 1949 mo-
difiant le d6cret du 19 avril
1947 portant confiscation de
certain profits r6alis6s sur
le territoire de la federation
indoichinoise.
Des d6crets diu, 2 f6vrier 1949 ap-
prouv.ant les ddlibdrations
du iConseil reprdsentatif du
'Gabon et des Grands Con-
seils de l'Afrique Occidenta-
le Frangaise et de l'Afrique
Equatoriale Frangaise.
Des d6crets du 2 f6vrier 1949
portant promotions, nomi-
nations, reclassement, ad-
mission a la retraite et pla-
gant en position de mission:
Greffiers des territoires
d'Outre-Mer.
Haut comimissariat de Fran-
ce pour 1'Indochine.
Magistrature d'Olutre-Mer.
Secretarials g6ndraux des
Colonies.
AU c J. O. n DU 10 FEVRIER
Un d6cret du 9 f6vrier 1949 por-
tant modification et comple-
tant le ddcret du 25 novem-
bre 19310 r:glementant l'ex-
propriation pour cause d'uti-
Iit6 publique et l'occupation
temporaire en Afrique Occi-
dentale Frangaise.
Un arrpt6 du 8 fdvrier 1949 por-
tant autorisation de consti-
tution d'une society d'6co-
nomie mixte dite Compagnie
des textiles de l'Union Fran-
.gaise (C.T.U.F.) et d6cret
du 8 f6vrier 1949 poartant
nomination du commissaire
,diu Gouvernement aupres de
cette socidet (M. Rapenne).
AU ( J. 0. ) 11 DU FEVRIER
Un d6oret du, 2 fdvrier 1949 rela-
tif a l'attribution de la md-
daille colonial avec agrafe
en argent < Indochine ,.








Un arrat6 du 3 fdvrier 1949 fl-
xant, pour l'ann6e 1949, les
contributions B verser par
les budgets -des chemins de
fer, pour couvrir les d6pen-
ses de l'Office Central des
chemins de fer de la France
d'Ou.tre-Mer.
:Un arret6 plagant en .position de
mission en Indochine un
conseiller d'Etat et un mal-
tre des tequutes au Conseil
d'Etat (MM. Lachaze et
Gand)..
ODes arr6t6s portant inscription
au tableau d'avance'ment,
promotion, classem.ents, in-
tdgrations, revision de si-
tuatior administrative, mi-
se en cong6, maintien en
disponibilit6, acceptation de
admission et plagant en po-
sition de mission :
Administration g6enrale des
Colonies.
Eaux et forts aux Colonies.
Medecins, pharmaciens et
sages-remmes des Colonies.
Mines des Colonies.
Transmissions coloniales.
Vetdrinaires des 'Colonies.
Des tableaux d'avancement pour
I'anneo 1949 :
Magisirats d'u parquet d'Ou-
tre-Mer.
Greffiers en chef du cadre
de ]'Afriqiue Occidentale
FranC.iise.
Greffir en chef du cadre de
l'Indo ihine.
Un tour .le service Outre-Mer
ides fonctionnaires civils ap-
parteiiant aux cadres r6gis
par d4cret (rectificatif).
AU c. J0. > DU 12 FEVRIER
Des arr6tis portant promotion,
nomination, titularisations,
reclassements, revision de
situation administrative, ad-
missi ns a la retraite et
rapportant les dispositions
id'un precedent arrt6 :
Admi nistration central.
Chemins de fer coloniaux.
Travaux publics coloniaux.
AU a J. O. ) DU 13 FEVRIER
Un arrdt6 du 4 janvier 1949 mo-
difiart I'arrdtd du 20 avril
1941 organisant la commis-
sion des marches pour les
trava ux, fournitures et
transports imputables au
budget colonial.
Utn arrptd du 14 janvier 1949 mo-
difiant les articles 2, 3, 4 et
et 12 de l'arrdtd du 17 juil-
let 1946 organisant la rdgie
ferroviaire de l'Afrique Oc-
cidentale Frangaise.


Un arr6t6 'du. 31 janvier 1949 fl-
xant, pour l'ann6e 1949, le
nombre de places d'ing6-
nieurs adijoints stagiaires
des travaux m6tdorololgiques
(cadre colonial).
Un arr6t6 du 31 janvier 1949
portant remise 'de ddfbet.
Un arrdt6 du 10 f6vrier 1949 fi-
xant les tariffs d'ontr6e au
musee de la France d'Outre-
Mer.
Des arr6t6s portant maintien en
position .de mission, fin de
d6tachement, acceptation de
admission, admissions a la
retraite et modifiant les dis-
positions d'un prec6dent ar-
rt6 :
Administration central.
Haut colmimiissariat de la Re-
publique pour I'Afri.que Oc-
ci-dentale Francaise.
Magistrature d'Outre-Mer.
Transmissions coloniales.
Travaux mit6orol-ogiques
ides Colonies.
AU J. 0. DU 14 FEVRIER
Un arrAt6 du 10 f6vrier 1949 au-
torisant la constitution d'une
soci6t6 d'4conoim'ie mixte
,dite Bureau central d'dtudes
pour les 6quipements d'Ou-
tre-Mer.
Un arrAt6 diu 110 fdvrier 1949 fi-
xant la date -des lpreuves de
sortie de stage effectud V
l'inspection d'u travail aux
co-lonies par les stagiaires
ide l'administration colonial.
Un arrUt6 portant designation
d'un .cqmmissaire -du Gou-
vernement aunrds de la so-
cidt6 Energie Electriue d'A-
friq.e Equatoriale Franpai-
se (Mi. Lauraint).
Des arr8t6s portant promotions,
nomination, d6tachements,
maintien en .disTonibilit6 et
ac.ceptation de d6lmission :
Administration central.
Services civils de l'Indochi-
ne.
Services p6nitentiaires colo-
n i aux.
Transmissions. coloniales.
Vdtdrinaires aux Colonies.
AU a J. O. n DU 15 FEVRIER
Un d6cret du 3 fevrier 1949 por-
tant nomination dans la ma-
gistrature d'Outre-Mer.
AU ( J. O. > DU 16 FEVRIER
Un d6cret dij 3 f6vrier 1949 por-
tant a 20 imilliards de
-francs C.F.A. le maximum
des missions autorisdes de
la Banque de l'Afrique Occi-
'dentale.


Un d6cret ,du 3 frier 1949 mo-
difiant le taux de l'indemnit6
de premiere mise d'4quipe-
ment alloude aux inspecteurs
et inspecteurs adjoints deo
eaux et forts des Colonies,
Un d6oret du 3 fdvrier 1949 por-
tant reclassement de M. Ga-
rds, administrateur-adjoint
,des Colonies.
Un d6cret du 3 fdvrier 1949 por-
tant acceptation de ddmis-
sion de M. Wo'urc'h, admi-
nistrateur-adjoint des ser-
vices civils de l'Indochine.
Un d6cret d.u 14 fdvrier 1949 ap-
prouvant une deliberation de
I'Assamlblde Reprdsentative
du Togo fixant les tarifs des
taxes de conditionnement
et de recherch-es, leurs mo-
des de perception, de comp-
tabilisation et de rdparti-
tion.
Des d6crets du 15 fevrier 1949
relatifs au regime de sold
et aux allocations familiales
des fonctionnaires d'origine
asiatique.
AU a J. O. DU 18 FEVRIER
Un d6cretd'u 16 f vrier 1949 por-
tant r6tablissement de la
function. de secretaire g6nd-
ral du gouvernement de la
iHaute-Volta.
Un d6oret du 16 fivrier 1949 por-
tant designation ,de M. Abel
conmme secr4taire g6ndral
.de la Haute-Volta.
Un d6cret diu 17 f6vrier 1949 pla-
cant en position de disponi-
bilit6 avec traitement M.
Jarre, gouverneu.r des Colo-
nies.
Un arret6 du 8 fdvrier 1949 por-
tant remise de dtbet.
Des arr8tes portant nominations
et rapportant un precedent
arrete (administration cen-
trale et sages-femmes colo-
niales).
AU < J. O. ) DU 21-22 FEVRIER
Un decret du 21 fevrier 1949 por-
tant titularisation d'admi-
nistrateurs des Colonies et
des services civils de l'Indo-
chine.
Adm. de 2' classes :
Des colonies : M. Gautier
(Pierre).
Services civils Indochine '
MM. Fontan (Bernard, Ro-
bin (Jean).
Adm. de 3" classes :
Des colonies : MM. Bruhat
(Auguste), Lota (Paul),









Toubhoul (Joseph), Valton
(Qaston).
Adm.-adj. de 1" classes :
Des Colonies : MM. Ch6rit
(Mabrouk), Delort (Jean),
Hervouet (Honor6), Moreau
(Jean), Roudant (Constant).
Des services civils de 1'In-
dochine : M. Jousselin Cha-
grin de Saint-Hilaire (Guy).
Adm.-adj. de 2" classes :
Des Colonies : MM. Barbas
I(Francois), Barthelemy
(Roger), Lamothe (Nelson),
PaillBre (Michel), Reboul
(Gilles), Touze (Rapha6l).
Adm.-adj. de 3* classes :
Des Colonies : MM. Attali
(Yves), Barma (Victor),
Leomasson (Georges);

AU ( J. O. n DU 23 FEVRIER
Des citations a l'ordre de la Na-
tion en date du 14 f6vrier,
concernant MM. Aubry Mar-
,eel, ancien ingdnieur des
Travaux Publics, Laville
IReni, ing6nieur des Travaux
Publics, Rakhotomanga Jean,
id6l6gu6 cantonal d'Ambila
(Madagascar)..
Un d6cret d'u 14 f6vrier 1949 re-
classant M. Berre, adminis-
trateur de 3" classes des Co-
lonies.
Un d.6oret du, 14 fdvrier 1949 pla-
cant en position de disponi-
bilit6 sans traitement M.
Fourny, administrateur des
Colonies.
Un d6oret du 14 f6vrier 1949 pla-
cant en position de mission
en France M. Mauberna ad-
ministrateur des Colonies.
Un d6cret du 14 f6vrier 1949 pla-
cant en position de mission
en France M. Chaussade ad-
ministrateur-adjoint des Co-
lonies.
Un d6cret du 14 f6vrier 1949 pla-
gant en position de mission
en France M. Rostain, ad-
ministrateu.r adjoint des
services civils de 1'Indochine.
Un d6cret du 14 f6vrier 1949 pla-
gant en position de mission
en France et a l't.ranger
M. C6dille, gouverneur des
Colonies.
Un arret6 du .16 f6vrier 1949
compl6tant I'arret6 du 27 f6-
vrier 1922 relatif au scolyte
du grain de caf6.


Des arr6t6s portant inscription
au tableau d'avancement,
nomination, titularisation,
classement, reclassements,
mises en disponibilit6, ra-
diation des contrfles et pla-
qant en ,position de mission:
Administration central.
Administration gdndrale des
colonies.
Chiffre colonial.
Elevage et industries ani-
males des Colonies.
Mines des Colonies.
Transmissions coloniales.
Travaux publics dies 'Colo-
nies.


AU a J. O. ) DU 24 FEVRIER

Un d6cret diiu 14 f6vrier 1949 rap-
portant une revocation sans
pension et portant mise B la
.retraite d'office de M. Pou-
vienne, gouverneur des Co-
lonies.

Un d6oret du 1'5 f6vier 1949 ap-
prouvant des d6lib6rations
de 'Assom'blee Repr6senta-
tive du Togo relatives au ta-
rif fiscal d'entree et aux to-
lerances douanirres dans les
changes frontaliers entre le
Togo britannique et le Togo
frangais.

Un d6cret d'u 22 fevrier 1949 por-
tant approbation des arrO-
tUs du 21 dkcembre 1948 du
gouverneur de la Nouvelle-
Calddonie, haut-commissaire
de France dans l'archipel
des Nouvelles-H6brides, por-
tant ouverturede credits
suppl6mentaires au budget
des Nouvelles H.6brides
exercisee 1948).

Un d6cret du 22 f6vrier 1949 pla-
cant M. Rocard, professeur
de la Faclulte des Sciences
de Paris en position de mis-
sion.

Des arrbt6s :prtant reclassement,
detachment, modification de
situation administrative, ra-
diations des contr6les, ac-
ceptation .de mission, ad-
mission h la retraite et rec-
tificatifs :
Administrateurs des Colo-
nies.
Administration g6ndrale des
Colonies.
Administration colonial.
M6t6orologie des Colonies.
Transmissions coloniales.
V6terinaires des Colonies.


AU a J. 0. ) DU 25 PEVRIER

Un d6oret du 23 f6vrier 1949 por-
tant r6glement du statute de
la copropri6t6 des immreu-
bles divis,6s par apparte-
iments en Afrique Oociidu-
tale Francaise.

Un d6cret du 23 f6vrier 1949 re-
latif a la representation
des int6r6ts commerciaux,
industries et agricoles au
Cameroun.

Un d6cret ,du 23 f6vrier 1949 an-
nulant 'ne d6lib6ration du
Conseil Gdndral de la O6te
d'Ivoire.

Des arrpt6s portant rdintigra-
tion, classement et affecta-
tion, attribution de fonc-
tions, mise et maintien en
,disponibilit6 et en position
de cong6, hors cadre et ad-
mission a la retraite
Administration g6n6rale des
Colonies.
Geologues aux Colonies.
Mines et travaux publics aux
'Colonies.
Port et rades aux Colonies.

Une listed des candidates autori-
ses a prendre part aux
dpreu'ves de concours pour
1'emnploi d'inspecteur de po-
lice de Madagascar.


AU < J. 0. n DU 26 FEVRIER

Un d6cret d'u 25 fdvrier 1949 ad-
mettant M. Jarre gouverneur
des Colonies a faire valoir
ses droits ai la retraite.


AU c J. 0. ) DU 27 FEVRIER

Un d6cret du 23 f6vrier 1949 pla-
cant en position de mission
M. Giaccobi, procureur g6-
ndral pour la C. A. de l'A.
E.F.

Un d6cret diu 25 f6vrier 1949 por-
tant revision de la situation
administrative de M. Del-
salle resident supdrieur en
retraite.

Des d6crets du 25 f6vrier 1949
portant designation de M.
Colombani co'mme gouver-
neur par interim du Niger,
M. Geay, ;gouverneur par
interim d'u Soudan.
M. de Raymond, conm'issai-
re de la R6pu'blique au Cam-
bodge.








Un d6oret du 2'5 fivrier 1949
oonf6rant .1'honorariat du
grade de gouverneur gdn6-
ral A M. Bollaert, ancien
haut-commissaire de Fran-
ce en Indochine.

'Un d6cret d4u 25 'f6vrier 1949 re-
portant la date de nomina-
tion de M. Bressolles, Igou-
verneur des Colonies, ac-
tuellement en retraite.

Un arrft6 du 19 f6vrier 1949
portant augmentation du
montant maximum des avan-
ces suseeptibles d'etre con-
senties aux r6gisseurs .des
services coloniaux des ports
de Marseille et de Bordeaux.


Un arr6t6 du 22 f6vrier 1949 mo-
difiant l'arr6t6 du 25 aoit
1948 portant overture d'un
concours pour le recrute-
ment de rddacteurs de 2"
classes -des services civils de
I'Ind.ochine.
Un arr6ti Iportant mise -en posi-
tion de mission du d-oyen
et de professeurs de la fa-
cult6 de m6decine de Paris
(MM. Binet, Lemerre-Au-
(bin).
Des arr6t6s portant attribution
,de functions, acceptation de
admission, mise et maintien
en disponibilit6 agriculturee
aux Colonies et inspection
du travail aux Colonies).


AU a J. O. ) DU 28 FEVRIER
Un d6cret du 19 fdVrier 1949
n'approuvant pas une delibe-
ration du Grand C(onseil :de
1'Afrique Equatoriale Fran-
gaise portant attribution
pour 1949, aux budgets des
territoaires, der recettes pr6-
c6,demment dtvolues.au bud-
iget igdn6ral.
Un d6cret du 2'8 fevrier 1949 por-
tant reclassement de M.
Spenale, administrateur des
Colonies.
Un tour de service Outre-Mer
des fonctionnaires civils ap-
partenant aux cadres r6gis
par d6cret et liste des sur-
sis d'embarquement.


Imprimerie de 1'Agence France-Presse, Paris (2')
DUpOt 16eal. Dtcembre 1948. No 4315






























































Prix : 90 francs




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs