• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Actualite economique
 La vie coloniale en France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Bibliography
 Au journal officiel
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00005
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00005
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Actualite economique
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
    La vie coloniale en France
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Revue de presse
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    Bibliography
        Page 59
    Au journal officiel
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
    Back Cover
        Back Cover
Full Text



ICE


II REIME


*11'


1 VD. U .lL


LAD




!MIN








RESIDENCE DU CONSELL

SECRETARIAT GENERAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation :
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7')


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA



FRANCE D'OUTRE-MER





SOMMAIRE


ACTUALITE ECONOMIQUE :
Le plan de modernisation et d'6qui-
pement dans les Territoires d'Ou-
tre-Mer ............................
L'antrycide, nouveau moyen de lutte
contre les trypanosoniases animals
Le commerce < M6tropole-France
d'Outre-Mer en 1948 ...........
Les premiers rbsultats de F'emprunt
Outre-Mer .........................
Ouvertures de credits de 1'E.C.A. ...
Importation des m6taux et minerals
de l'Union Frangaise ..............

LA. VIE COLONIAL EN FRANCE :
Conseil des Ministres .................
L'activit6 minist6rielle ..............
L'activi't6 parlementaire .............
Conseill de la R6publique ...........
Assemble de 1'Union Frangaise ...
Nominations et Promotions .........
Information administrative .........
Conferences et Manifestations colo-
niales ....................... .... .


NOUVELLES D'OUTRE-MER :
Indochine ............................. 20
A.O.F. .......................... ...... 27
A.E.F. ................................ 30

5 Togo .................... .... ......... 35
Cameroun ............................. 36
6 Madagascar ............................ 37
C6te Frangaise des Somalis ......... 38
7
7 REVUE DE PRESS :
SPresse m6tropolitaine ................ 39
Presse d'Outre-Mer ................... 41
Presse 6trangre ...................... 42
Problemes g&niraux ................ 42
8 Empire britannique ................. 45
9 Empire hollandaise .................. 50
12 Colonies italiennes .................. 53
13 Liste des articles de press itrangire tra-
14 duits en frangais .................. 57
16
16 BIBLIOGRAPHIE ....................... 59

17 AU (( JOURNAL OFFICIAL ) ......... 60

















ACTUALITY ECONOMIQUE


LE PLAN
DE MODERNISATION ET D'EQUIPEMENT
DANS LES TERRITOIRES D'OUTRE-MER

Le rapport semestriel de M. Jean Monnet
consacre un important chapitre a l'6quipe-
ment de la France d'Outre-Mer. Les 616-
ments caract6ristiques de ce document sont
les suivants :

INDOCHINE
Le plan 6labor6 a Paris, en 1946-47, par
la Sous-Commission de .1'Indochine, de la
Commission de modernisation des Terri-
toires d'Outre-Mer, a e6t approuv6 par le
Conseil Economique de la F6d6ration indo-
chinoise au course du premier semestre de
1948.
SLe financement des premiers travaux de
reconstruction et d'6quipement a continue a
8tre principalement effectu6 sur les avances
du Tresor.
Le Haut-Commissaire de la R6publique
avait pr6par6, a c6t6 du budget extraordi-
naire pour la reconstruction, un budget
special d'6quipement dans le cadre de la loi
du 30 avril 1946 ; mais ce budget n'a pas
e6t soumis a l'approbation du comite direc-
teur du F.I.D.E.S.
.La necessity d'adapter la loi du 30 avril
1946 a la situation particuliere de l'Indo-
chine a conduit la Commission de moderni-
sation des Territoires d'Outre-Mer a propo-
ser, au course du semestre, I'adoption d'un
texte de loi cr6ant un fonds d'investissement


special pour l'Indochine, g6re par la Caisse
Central de la France d'Outre-Mer, sous le
contrl6e d'un Comit6 directeur distinct com-
pose de fagon a assurer une representation'
satisfaisante des principaux in'trets en
cause.
L'accord donned a cette proposition par le
Ministre de la France d'Outre-Mer et le
Haut-Commissaire en Indochine devrait
permettre l'adoption de ce texte par le Par-
lement et la mise en place effective du sys-
teme au course du second semestre de cette
ann6e.

AUTRES TERRITOIRES

Le premier semestre de 1948 aura vu
I'achevement de la premiere tranche
de travaux (13 milliards consacres A l'equi-
pement public), grice a la prorogation des
budgets de 1947 ;
la preparation de la deuxieme serie de:
budgets d'6quipement 1948-1949, la date
de l'exercice 6tant desormais reportee du;
1" janvier au 1" juiilet ;
le d6veloppement de I'aide apport6ee
par la Caisse Centrale aux diverse collec-
tivit6s publiques et au secteur priv6 ;
la creation des premiers grands orga-
nismes publics ou mixtes charges de la r6a-
lisation de certaines teaches sp6cialis6es :
Bureau Minier de la France d'Outre-Mer,
Compagnie G6n6rale des O!'agineux Tro-'
picaux, Soci't6s Energie Electrique du Ca-
meroun et de l'A.E.F.


(Les etudes et documents du Bulletin peuvent etre uti'lises ou reproduits sans indications d'origine)


~T~h~i~F~t~,"~,7%~A3







Malheureusement, I'insuffisance des allo-
cations en devises qu'il a 6t6 possible de
reserver aux Territoires d'Outre-Mer durant
cette e6riode pour I'achat de materiel d'6qui-
pement a rompu, dans certain cas, le rythme
des commander et retard de ce fait l'ex6-
cution des programmes.
Les principles r6alisations ont port sur
les points suivants :
Equipment agricole. Les r6sultats de
la premiere experience de culture m6canis6e
de l'arachide, a Kaffrine, au Senegal, ont
permis la mise au point d'un plan de vaste
envergure que doit realiser la Compagnie
Gen6rale des Ol6agineux Tropicaux rdcem-
ment constitute. A cet effet, un important
materiel a 6t6 command, venant completer
celui qui a e6t utilise au course de cette pre-
miere champagne.
Le montage des huit huileries modernes
entrepris en A. 0. F. et au Cameroun
s'acheve ; les contracts de g6rance pour leur
exploitation sont passes et les voies de des-
serte des zones de peuplement en course de
r6alisation.
La culture du riz a donned lieu a des tra-
vaux important dans les vall6es du Niger et
du S6n6gal, sur la c6te de Basse-Guinee,
ainsi qu'A Madagascar oa le materiel n6ces-
saire a 6t6 command pour la mise en culture
de la depression du lac Alaotra.
L'6quipement des stations d'essais et
I'amelioration des, especes cotonnieres ont
e6t activement poursuivis en A.E.F. et un
essai de culture mecanis6e de l'urena, sub-
stitut du jute, a 6te entrepris au Niari.
En ce qui concern l'elevage, de nom-
breux centres d'immunisation ont et6 am6-
nag6s oa sont en course de realisation, en
particulier en A. 0. F. (seize centres), en
A.E.F., au Togo, au Cameroun, et A Mada-
gascar.
Equipment forestier. 1,3 million de
dollars ont 6et mis A la disposition des ex-
ploitations existantes pour parfaire leur
equipment. La production forestiere est en
accroissement sensible, particulierement au
Cameroun.


Equipment minier. 90 millions de
francs C.F.A. ont 6t6 mis a la disposition des
Territoires pour la construction et 1'6quipe-
ment des laboratoires de recherches.
En ce qui concern la prospection miniere,
il convient de noter qu'elle est maintenant
assuree par le Bureau Minier de la France
d'Outre-Mer qui regoit, a cet effet, des sub-
ventions du F.I.D.E.S.
Equipment public. Ports : Poursufte
des travaux d'am6nagement du port de Da-
kar (ml6e 1) et 6quipement en materiel ter-
restre ; canal d'acces, port en eau profonde,
quai de batelage A Abidjan ; 6quipement du
port de Konakry ; travaux A Douala, Port-
Gentil, Djibouti (260 metres de quai en eau
profonde), Fort-de-France (construction de
quais en eau profonde).
Routes : L'effort entrepris en 1947 pour
doter les territoires de materiel moderne
s'est poursuivi au course du semestre et d'im-
portants travaux ont Wt6 r6alis6s pour I'am6-
lioration et la construction de routes d'in-
t6ret 6conomique.
Chemins de fer : La r6fection du Thibs-
Niger d'une part, de 1'Abidjan-Niger d'autre
part, a 6t6 activement pouss6e : 150 kms ont
6t6 dquip6s en rails de 50 kgs. Un effort
parallele a 6t6 poursuivi au Cameroun, ofi
du materiel divers et pres de 400 wagons ont
6t6 livr6s.
Aviation : Les travaux d'infrastructure
adrienne, notamment en A.O.F. et a Mada-
gascar, ont port sur I'am6nagement de 14
nouveaux a6rodromes.
Urbanisme : Les travaux entrepris en
1947 pour doter les principaux centres (ad-
ductions d'eau, assainissement, r6seaux
d'electricit6) se sont poursuivis au rythme
pr6vu, notamment & Dakar et a Thins, a
Abidjan, A Yaound6 et Douala, A Diego-
Suarez, Djibouti et Fort-de-France.
Ainsi, au course du premier semestre de
1948, l'organisation mise au point en 1947
a montr6 son efficacit6. Cependant, d'une
part, les retards apportes dans la r6alisation
des commander de materiel et, d'autre part,







le manque de personnel technique, ainsi que
bien souvent I'insuffisance de main-d'oeuvre
n'ont pas permis d'augmenter dans la me-
sure esp6ree le rythme des travaux.

L'ANTRYCIDE, NOUVEAU MOYEN DE LUTTE
CONTRE LES TRYPANOSOMIASES ANIMALS

Recemment, la press et la radio britanni-
ques, puis les organismes frangais d'infor-
mation, annongaient la d6couverte d'un pro-
duit nouveau, vaccin ou produit chimique,
devant faire reculer les trypanosomiases ani-
males des territoires d'Afrique, au point de
rendre possible un accroissement considera-
ble du troupeau, et de permettre non seule-
ment de satisfaire les besoins alimentaires
des autochtones, mais encore dans un pro-
che avenir, d'assurer I'approvisionnement
en viande. des pays d'Europe Occidentale.
II convient de remettre de l'ordre dans ces
informations parfois contradictoires et de
d6finir autant que faire se peut, les possibi-
lit6s d'avenir r6elles qu'offre l'exploitation
de la rdcc:nte d6couverte.
A la suite de longues recherches, les
chimistes de l'Imperial Chimical Industry
pr6parerent un produit trypanocide de syn-
these, le 7.555 I.C.I., don't l'efficacit6 cura-
tive fut d6montree au Soudan Anglo-Egyp-
tien et en Ouganda chez les bovins, les
chevaux, les porcs et les chameaux. Les ex-
perimentateurs s'apercurent en outre qu'une
seule injection de 7.555 protege le boeuf
sain, place en region dangereuse ; pendant
quatre A cinq mois suivant le type de trypa-
nosome en cause, les autres especes domes-
tiques n'6tant prot6g6es centre l'action de
ces parasites que pour une dur6e de trois
mois.
Le 7.555, commercialism sous le nom
d'Antrycide, est un compose quaternaire de
la s6rie h6terocyclique qui se pr6sente sous
l'aspect d'une poudre blanche. II est utilise
sous deux formes salines le chlorure et le
dim6thylsulfate, r6pondant A deux indica-
tions precises.
Le chlorure, tres peu soluble dans l'eau,
se maintient pendant plusieurs mois dans le.


sang des animaux traits, A un taux suffisant
pour rendre le milieu d6favorable au d6ve-
loppement des trypanosomes. II est done
utilise6 titre pr6ventif.
Le dim6thylsulfate est au contraire tries
soluble dans l'eau ; son elimination rapid
ne permet pas son utilisation a titre pr6-
ventif ; par contre, son action 6nergique
recommande son emploi comme curatif.
Les experiences ont demontr6 l'inocuit6
de l'Antrycide sous ses deux formes, et ont
permis d'en fixer avec precision la poso-
logie : chez le boeuf, la dose optima est de
5 milligrammes par kg de poids vif, soit
1 gr. 50 pour un animal de format moyen.
L'administration du produit se fait par
voie sous-cutange et il ne s'ensuit aucune
reaction locale ou g6n6rale chez les animaux
traits.
Aux doses th6rapeutiques, les trypano-
somes n'acquierent pas de chimor6sistance
qu'elle que soit la vari6te A laquelle ils ap-
partiennent.
Si on compare l'Antrycide aux products
pr6c6demment utilis6s contre les trypanoso-
mes Emetique, Naganol (Moranyl), Bro-
mure de dimidium on constate que le
nouveau produit pr6sente sur ces pr6d6ces-
seurs d'importants avantages :
1 ) il donne une protection de plus lon-
gue dur6e 4 a 5 mois au lieu de quelques
semaines ;
2) il peut etre injected par voie sous-
cutan6e ;
3) il n'est pas toxique;
4) il ne donne pas de chimior6sistance.
A la lumiere de ces donn6es il est possible
d'envisager les repercussions que l'utilisa-
tion du produit est susceptible d'avoir sur
le d6veloppement de l'61evage en milieu tro-
pical.
En Afrique, I'aire g6ographique des glos-
sines, vectrices de trypanosomiases, couvre
sch6matiquement la plus grande parties de la
zone qui s'etend du 140 parallele Nord au







Tropique du Capricorne. C'est dire que la
plus grande parties des territoires frangais,
britanniques, belges et portugais est in-
fest6e.
Cet immense space est d'ailleurs infest6
de maniere tres inegale et renferme les zones
indemnes. Dans certaines regions dange-
reuses, les races bovines ont acquis au course
des generations, une veritable immunity con-
tre les trypanosomiases, et la presence de ces
maladies ne constitute pas un obstacle absolu
a l'61evage ; dans d'autres, au contraire,
1'extreme abondance des glossines, et la gra-
vit6 des trypanosomiases, interdisent prati-
quement tout l6evage, et des pays entiers
sont de ce fait prives de viande. Que peut-on
dans ces conditions attendre de l'Antrycide ?
En pays d'endemicit6, l'utilisation de
l'Antrycide pour une permanent protection
du b6tail necessiterait le renouvellement du
traitement pr6ventif au moins trois fois par
an. Or, en pays d'61evage extensif ou no-
made, il est impossible de realiser le control
de tous les animaux qui vivent dans les zo-
nes dangereuses, et d'obtenir le rassemble-
ment des troupeaux au rythme voulu. En
supposant ces conditions r6alis6es, il 'fau-
drait disposer d'un personnel et de moyens
de transport considerable pour pratiquer
les millions d'interventions annuellement n6-
cessaires.
Par ailleurs, I'Antrycide est actuellement
un produit relativement cher. II est vendu
8 livres sterling les 100 grammes, ce qui met
la dose moyenne (1 gr. 50) pour un beuf A
150 frs. La d6pense par animal et par an
repr6senterait done 500 frs environ pour les
trois interventions, some couvrant seule-
ment l'achat du produit. Compte tenu du
fait que l'autochtone est incapable de d6pen-
ser une pareille some pour ohacun de ses
animaux, la g6neralisation de l'emploi de
I'Antrycide dans les zones d'end6micit6 ne
peut etre pr6vue dans un proche avenir.
Dans les zones jusqu'A present interdites
au b6tail, l'usage de l'Antrycide rendrait
6videmment possible la creation d'elevages,
mais, dans ce domaine, 1'intervention de
I'61eveur est d6terminante. Il existe en Afri-


que de nombreuses regions ofi rien ne s'op-
pose A la vie du betail, ofi la pathologies n'est
ni plus ni moins charge qu'ailleurs, et oft
cependant 'l61evage est inexistant. Cette
anomalie est due au fait que ces territoires
ne renferment que des populations arri6r6es,
sans traditions pastorales oft toute entreprise
de cette nature est par advance vouee a
l'6chec.
II ne semble done pas, qu'A bref delai,
l'Antrycide systematiquement employ pour
la protection du b6tail autochtone, puisse
permettre de peupler des zones actuellement
d6sertes.
Son usage parait devoir etre limited des
fins bien pr6cises. Traitement pr6ventif de
convois qui, partant de zones salubres, doi-
vent transiter a travers des regions dange-
reuses, pour gagner d'autres regions indem-
nes ou atteindre des centres de consomma-
tion. Creation d'61evages en regions infes-
tees, destines au ravitaillement en viande ou
en lait des centres urbains.
Quant a lib6rer l'Afrique des trypanoso-
miases animals, pour en faire une immense
reserve de b6tail, il est, pour des raisons in-
diqu6es plus haut, pr6matur6 d'y songer.
Une longue experimentation est encore n6-
cessaire, pour savoir si la m6thode est appli-
cable partout avec la meme efficacit6, et un
gros effort d'6ducation est A entreprendre
pour d6montrer aux eleveurs autochtones
l'int6ret que pr6sente le traitement p6riodi-
que de leurs troupeaux.
Sous ces reserves, le grand progres que
constitute la d6couverte de l'Antrycide parait
etre appele6 rendre les plus grands services
A l'61evage des Territoires d'Outre-Mer et
son emploi doit permettre de limiter, dans
une large measure, les pertes causees au be-
tail africain par les trypanosomiases.

LE COMMERCE
( METROPOLE-FRANCE D'OUTRE-MER n
EN 1948
Le tableau ci-apres donne la repartition
des changes commerciaux pendant toute








I'annee 1948 entr
et lqs Territoires
Frangaise :


Afr. Occid. Franc.
Alg6rie ...........
Indochine .........
Madagasca ......
Maroc .........
Afr. Equa. Franc..
Tunisie ...........
Cameroun .........
Nouvelle-Cal6donie
C6te des Sormalis
Etab. franc. d'Ocea.
Guadeloupe .......
Guyane Francaise ..
Indes Francaises ...
Martinique ........
RBunion ..........
SI-Pierre et Miquelon
Togo .............

TOTAUX DES PAYS DE
L'UNION FRANCAISE


e la France m6tropolitaine
d'Outre-Mer de 1'Union


Importations

28.,824.244
80,208.1673
9.52;1.621
'6.907.231
27.993.027
6.4510.1824
7.2151,.937
6.813.092
737.54,0
.3!5.7160
1.337.0193
5.715.i8318
29.276
46.4213
4.6185.133
1.0160.6613
26.719
1.9618.138

1&9.1613.19i6


LES PREMIERS RESULTATS DE
OUTRE-MER


Exportations

18,751.360
167.0'6'9.420
22.140.479
7.503.855
35.238.994
4.529.142
19.1933.7187
4.863.598
779.932
5184.951
5158.559
3.086.226
377.829
6.781
3.400.950
1.844.594
52.0216
711.982

191.457.465


L'EMPRUNT


Au 1"' f6vrier les premiers resultats de
l'emprun: en Afrique du Nord et clans les
Territoires d'Outre-Mer donnent un chiffre
total de 436 millions. Ces chiffres ne sont
pas d6finitifs, la centralisation des r6sultats
n'ayant et6 faite que partiellement.
Les souscriptions sont parvenues de villes
d'Outre-Mer tres dloign6es, et, notamment,
de Saint-Louis du S6n6gal et de Bamako.


OUVERTURES DE CREDITS DE L'E.C.A.

L' (( E.C.A. ) a proc6d6, le 11 janvier, A
des ouvertures de credit parmi lesquelles on
relive des attributions suivantes :
France : 3.000.000 de dollars pour l'achat
de products p6troliers au Moyen-Orient ;
Afrique Francaise du Nord : 850.000 dol-
lars pour I'achat d'6quipements agricoles;
Territoires francais d'Outre-Mer : 75.000
dollars.
L'E.C.A. a ouvert, le 1" f6vrier, de nou-
veaux credits aux pays b6n6ficiaires de
I'E.R.P.
La France se voit attribuer 14 millions de
dollars ; I'Afrique du Nord frangaise, 4 mil-
lions de dollars ; les Territoires frangais
d'Outre-Mer, 2 millions de dollars.
Ces sommes sont destinies A couvrir les
frais de transports maritimes.


IMPORTATION DES METAUX ET MINERALS
DE L'UNION FRANqAISE

Le tableau ci-dessous met en relief les
tonnages de m6taux et minerals imports
pendant les ann6es 1947 et 1948 (en ton-
nes) :


Mercure metal ...
Plomb mineral ...
Plomb m6tal ....
Zinc mineral ....
Chrome mineral ..


1948

3,8
37.655
5.289
12.074
24.565


1947

8,5
34.408
5.765
14.270
23.302










It, IftIpll',


LA VIE COLONIAL EN FRANCE


CONSEIL DES MIINISTRES

LE CONSEIL DU 12 JANVIER


u Conseil des Ministres, qui s'est tenu le 12
A janvier, M. Coste-Floret, Ministre de la
France d'Outre-Mer, a expos la situation
actuelle, en Indochine et dans les Etablissements
Frangais de l'Inde.
< M. Coste-Floret a fait le point de la situation
en Indochine en function du cadre plus general de
l'6volution de la situation en Asie Orientale, qu'il
s'agisse, par example, du probleme de l'Indonesie ou
de ceux qui peuvent se poser en Malaisie >, a declare
M. Mitterand, porte-parole du Gouvernement.
En ce qui concern un 6ventuel retour de! S. M.
Bao DaY en Indochine, le Secr6taire d'Etat A la Pre-
sidence n'a pu, A l'issue du Conseil, que confirmer
que < le Gouvernement frangais souhaitait que,
selon les engagements pris, l'ex-Empereur d'Annam
retournat A Hu >>.
Au sujet de l'expos6 de M. Coste-Floret sur les
Indes Francaises, << il s'agit essentiellement, a dit
M. Mitterand, d'un probleme administratif >.

LA CONFERENCE INTERMINISTERIELLE
DU 13 JANVIER

Une conference interministerielle, preside par
M. Vincent Auriol, en sa quality de President de
l'Union Frangaise, s'est ouverte, le 13 janvier, a
l'Elys6e. Y participaient notamment ; M. Queuille,
President du Conseil ; MM. Paul Coste-Floret, Mi-
nistre de la France d'Outre-Mer ; Jules Moch, Mi-
nistre de l'lnterieur ; Ramadier, Ministre de la
Defense Nationale, et Devinat, Secr6taire d'Etat A
la Presidence du Conseil.
Aucun communique official n'a 6td public A l'is-
sue de cette reunion. Le Ministre de la France
d'Outre-Mer a simplement dit que des instructions
avaient ete arretees et auxquelles M. Pignon se


r6fererait pour son entrevue avec S. M. Bao Dai
qui devait avoir lieu le 16 janvier A Cannes.


CONSEIL DU 19 JANVIER

A l'issue de la reunion du Conseil des Ministres,
qui s'est tenue le 19 janvier, M. Frangois Mitterand,
Secretaire d'Etat A la Presidence charge de l'Infor-
mation, a donned connaissance d'un communique pr&-
cisant, notamment, que << le Ministre de la France
d'Outre-Mer a fait, devant le Conseil, un expose sur
les conversations du Haut-Commissaire de France
en Indochine avec S. M. Bao Dai. Le Conseil a pris
acte de l'atmosphere de cordiality et de sympathie
reciproque dans laquelle se d6roulerent ces conver-
sations, qui se poursuivrbnt, en fin de semaine, A
Paris >.
Par ailleurs, le Conseil a << decide de renouveler
le mandate de M. de Chevigne, Haut-Commissaire
de France A Madagascar >.
L'expos6 de M. Coste-Floret, Ministre de la
France d'Outre-Mer, sur les conversations qui ve-
naient de se d6rouler A Cannes, au sujet de l'Indo-
chine, et sur les perspectives qu'elles permettent
d'entrevoir, ont retenu tris longuement I'attention
du Conseil. des Ministres. M. Frangois Mitterand
n'6tant pas autorise A reveler le contenu de textes
qui sont encore du domaine de la negociation, n'a
pu qu'observer la plus grande discretion. II a, n6an-
moins, soulign6 que les conversations, qui se sont
d6roul6es entire S. M. Bao Dai et M. Pignon, Haut-
Commissaire de France, avaient permis de d6gager
les grandes lignes d'une politique general d'ensem-
ble et qu'il appartiendrait, aux negociations qui
allaient se poursuivre A Paris, des la fin de la
semaine negociations auxquelles participaient.
outre M. Pignon et les representants de S. M. Bao
Dai, un certain nombre d'experts de fixer plu-
sieurs points qui exigent une analyse de detail.
L'ordre du jour du Conseil comportait une com-
munication du Ministre de la France d'Outre-Mer
sur les problemes economiques de l'Inde Frangaise,
mais, en raison de I'heure tardive, le Ministre n'a








pu qu'effleurer le sujet. M. Mitterand, A l'ssue du
Conseil, a simplement confirm que M. Camouilly
assurerait, pour le moment, en l'absence de M. Ba-
ron, les functions de Commissaire de la Ripublique
en Inde Frangaise.


I.'AOTIVITE MIINISTR RIELLE

M. COSTE-FLORET A LA PREMIERE REUNION
DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA RECHERCHE
SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE OUTRE-MER

Le Conseil Sup6rieur de la Recherche Scientifique
et Technique Outre-Mer a tenu sa premiere stance
le 12 janv!er 1949, sous la pr6sidence de Monsieur
Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-Mer.
Cr66 par un arret6 minist6riel en date du 24 sep-
tembre 1947, le Conseil Sup6rieur de la Recherche
Scientifique et Technique Outre-Mer comprend,
d'une part : quinze personnalites ddsigndes es-qua-
lit6, parmi lesquelles les directeurs et chefs de ser-
vices interess6s de I'Administration central du De-
partement, les repr6sentants des Instituts profession-
nels de recherches specialisees, un reprisentant du
Ministere des Finances, le Directeur du Centre Na-
tional de la Recherche Scientifique, le Directeur du
Museum National d'Histoire Naturelle et le Direc-
teur de l'Institut Pasteur; d'autre part, treize per-
sonnalites nommnes par arret6 en raison de leur
competence scientifique ou technique. Ce sont les
Professeurs Beuf, Bressou, Caquot, Coulomb, l'Ins-
pecteur grenral en retraite Demolon, les Professeurs
Dupont, Fage, Heim, Jacob, Jeannel, Rivet et Ro-
bequain.
Le Cons.:il Superieur est appel6 A jouer un r6le
primordial de coordination et d'orientation g6nerale
des recherches entreprises outre-mer, en particulier
en donnant son avis sur 1'Ytablissement des pro-
grammes g6ndraux de recherche, I'ordre d'urgence
des problmnes, I'activit6 et la creation, transforma-
tion, organisation ou suppression des organismes de
recherche, la r6partition entire ceux-ci et des res-
sources financieres communes et des differents tra-
vaux, en mrme temps qu'il peut susciter toutes etu-
des et recherches et d'une fagon g6n6rale toutes me-
sures propres A favoriser la recherche dans les Ter-
ritoires d'Outre-Mer.
Cette measure, prise A l'initiative de l'Office de la
Recherche Scientifique Coloniale, complete l'organi-
sation g6enrale de la Recherche scientifique outre-
mer.
Apres avoir remercii le Ministre, ainsi que les
6minentes personnalit6s presentes, M. Deschamps
retraga l'historique du d6veloppement progressif de
la Recherchle scientifique dans les Territoires Frangais
d'Outre-Mer et fit le point de la situation actuelle.
Puis, mettant 1'accent sur le devoir fait A la France
de rester fiddle A sa tradition de foyer spiritual et in-


tellectuel, I'orateur 6voqua la tAche qui, dans un
monde appauvri par la guerre, attend encore la
France pour fonder sur une reconnaissance du milieu
natural et des m6thodes scientifiques, le d6veloppe-
ment economique et social de ses Territoires d'Outre-
Mer. Pour conclure, il souligna le retentissement
qu'une telle initiative est appel6e A avoir aupres des'
populations d'outre-mer, au moment ofi les profon-
des transformations politiques, que nous voyons
aboutir A l'Union Francaise, appellent un effort par-
ticulier pour lever le niveau materiel et cultural
des populations ainsi promues A des responsabilit6s
politiques 6tendues.
Monsieur Coste-Floret prononga alors l'allocution.
suivante :
Messieurs,
Si j'ai tenu a venir moi-meme presider ici la pre-
miere reunion du Conseil Supdrieur de la Recherche.
Scientifique et Technique Outre-Mer, c'est pour bien
marquer la place que cet organism nouveau doit
tenir dans la politique d'Union Francaise du Gou-
vernement de la Ripublique et, comme universitaire,
je ne pouvais pas me tenir a l'jcart de travaux,
comme les v6tres.
Je crois que le ddveloppement de la Recherche est,
& l'heure actuelle, l'un des atouts majeurs de la po-
litique de l'Union Francaise que nous entendons
poursuivre.
Comme on le rappelait heureusement tout d l'heure
apris avoir retract le ddveloppement de la Recher-
che scientifique outre-mer au course de l'histoire co-
loniale de la France, la formule nouvelle que nous
inaugurons aujourd'hui correspond a une formule po,
litique nouvelle. II y a eu, en effet, dans l'histoire
colonial de la France, l'Ire des colonies proprement
dites, celle oit nous avons essay de diffuser la ci-
vilisation dans les Territoires d'Outre-Mer de fagon
a les rattacher au Gouvernement de la France.
Quand on a parle d'empire, qu'on le veuille ou non,
cela a dija marque un progris, une solidarity plus
itroite de tout I'ensemble human que constitute
l'Union Franfaise.
Cet ensemble human, c'est de celui-l& qu'il s'agit :
quand on dit Empire, Union Francaise, cela corres-
pond, sur le terrain de la politique pure a des rd-
formes d'ordre politique, iconomique et cultural. Ce
premier stade < riforme d'ordre politique >, la Cons-
titution de la IVe Ripublique, don't je me flatte
d'etre un des principaux ridacteurs, en marque
l'aboutissement. Mais il est sur que, si a ces rifor-
mes dans l'ordre politique ne devaient point corres-
pondre des riformes d'ordre iconomique outre-mer
et une propaganda toujours plus intense dans l'or-
dre cultural, nous risquerions de perdre la parties en-
gagee.
Les annees qui ont suivi la Libiration ont prici-
siment iti pour ces pays pleines de riformes poli-
tiques ficondes. En formulant, le z" janvier par ra-









dio, mes vaeux pour les populations d'Outre-Mer,
j'ai dit que je desirais que 1949 marque dans l'ordre
dconomique une tape de mime grandeur que celle
que 1947 et 1948 ont marque dans l'ordre politique.
J'ai parle de politique pure et de politique icono-
mique, c'est incomplete, il faut completer par les ri-
formes d'ordre cultural et scientifique et si je cite
celles-ci en dernier, ce n'est pas du tout parce que
je crois qu'elles doivent avoir une part moins im-
portante, mais je pense tout au contraire que la
carte culturelle est. a l'heure actuelle la carte mat-
tresse du jeu de la France dans les Territoires d'Ou-
tre-Mer, les Territoires associes et dans les nou4
veaux Etats associes. II faut de plus en plus diffuser
dans cet ensemble de l'Union Frangaise la Recherche
scientifique et la culture frangaise. Vous ites, Mes-
sieurs, les bons ouvriers de cette tdche, j'ai tenu it
vous le dire moi-mime en venant inaugirer vos
travaux.
Le Conseil a procide ensuite A son installation par
1'election de son second Vice-President : le Dr J.
Trefouel, Membre de l'Institut et de l'Acad6mie Na-
tionale de Medecine, Directeur de l'Institut Pasteur,
Vice-President du Conseil d'Administration de l'Of-
fice de la Recherche Scientifique Coloniale et A la
constitution de commissions de travail.
Puis le Conseil entendit un certain nombre de
communications sur lesquelles il imit un avis favo-
rable et traitant des questions suivantes : regroupe-
ment de certain services scientifiques, projects de
creation d'Instituts scientifiques au Togo, au Came-
roun, en Guyane ; project de creation d'un Institut
National d'Agronomie tropical et d'un Institut de
Recherches forestieres tropicales, ainsi qu'une com-
munication sur la pluie provoquee et les 6tudes
relatives au four solaire du Colonel Boyer, chef du
Secretariat Permanent du Comit6 Scientifique de
Defense Nationale.

L'AUDITION DE M. COSTE-FLORET
PAR LA COMMISSION DES TERRITOIRES
D'OUTRE-MER DE L'ASSEMBLEE NATIONAL

La Commission parlementaire de la France d'Ou-
tre-Mer a entendu, le 26 janvier, une important
communication de M. Paul Coste-Floret. Contraire-
ment A ce qui a ete public par certain journaux,
c'est le Ministre lui-meme qui avait provoqu6 cette
audition. 11 desirait, en effet, faire, devant la Com-
mission parlementaire, un large examen de la politi-
que g6nerale du Gouvernement concernant les Ter-
ritoires de la France d'Outre-Mer et non pas, come
il avait 6et dit, se corner uniquement A exposer la
situation du Viet-Nam.
Cette audition, qui a dur6 plus de deux heures,
a ete partagee en quatre parties diffirentes. La
premiere a eu trait' A l'esprit de la Constitution et
A son application pratique dans les Territoires d'Ou-
tre-Mer ; la deuxieme a porter sur la situation envi-


sage au point de vue politique en Afrique du Nord,
A Madagascar, en Indochine et dans le Pacifique.
La troisibme parties a 6te consacrie A un examen
attentif et pricis de la situation economique dans
les Territoires d'Outre-Mer et, enfin, la quatrinme
parties, qui presentait un interft essential et que
M. Coste-Floret a longuement d6velopp6e, concer-
nait les incidences que la situation international
pourrait avoir sur l'6tat actuel des Territoires de
la France d'Outre-Mer.

EXPOSE DE M. COSTE-FLORET DEVANT
LA COMMISSION DES AFFAIRES POLITIQUES
DE L'ASSEMBLEE DE L'UNION FRANCAISE

Le I" f6vrier, M. Coste-Floret, Ministre de la
France d'Outre-Mer, a expose, devant la Commission
des Affaires Politiques de l'Asseftblee de l'Union
Francaise, la politique generale du Gouvernement
dans les Territoires d'Outre-Mer et les Etats associes.
L'audition du Ministre avait ete sollicitee par la
Commission, dans le cadre de l'6tude de la question
indochinoise.
Reprenant les principaux points qu'il avait ex-
poses devant la Commission des Territoires
d'Outre-Mer de l'Assemblee Nationale, le Ministre
a defini les quatre grands principles qui caractirisent
la politique gouvernementale dans l'Union Fran-
caise :
i) application g6enrale de la Constitution;
20) 6tude de la situation particuliere de chaque
Territoire d'Outre-Mer ;
30) politique economique caracterisee par :
a) le maintien de liens 6troits avec la Metropole,
b) une politique coh6rente des prix,
c) la creation de courants commerciaux nouveaux,
d) l'application du Plan Marshall et du Program-
me de 1'O.E.C.E. aux Territoires d'Outre-Mer ;
4) Les incidences de la politique international
dans la France d'Outre-Mer.
Apris avoir pass en revue les principaux pro-
blimes qui se posent dans les different Territoires
et Etats, le Ministre a repondu A des questions po-
sees par les Conseillers de l'Union Francaise.

DISCOURS
PRONONCI PAR M. PAUL COSTE-FLORET,
MINISTRY DE LA FRANCE D'OUTRE-MER,
A LA SOIREE DONNEE
PAR L'ASSOCIATION GENERAL D'ENTENTE
FRANCO-VIETNAMIENNE, LE 29 JANVIER,
A L'OCCASION DE LA FETE DU TET

Monsieur le Prisident, Mesdames, Messieurs.
]e suis heureux, au nom du Gouvernement de la
Ripublique, d'apporter ici ce soir mes vaux non
seulement aux Vietnamiens de Paris mais aussi t








tout le people du Viet-Nam pour l'annie qui vient
de s'ouvrir. L'annje qui vient, on vous l'a dit, est
celle du buffle et je veux y voir un symbol. Le
buffle c'est le signe de la force et je voudrais que
l'annde qui vient soit pour le people vietnamien
l'annie de sa force retrouvee.
Sa force retrouvie, cela veut dire et nous l'avons
rpeite bien des fois mais il n'est peut-etre pas trop.
de le dire encore, cela veut dire son inddpendance au
sein de l'Union Frangaise, cela veut dire aussi son
united. Sur ces deux points fondamentaux il ne de-
vrait plus y avoir de doute : les accords de la Baie
d'Along l'ont proclami d'un mutus consensus l'As-
semblee Nationale souveraine l'a approuvi a une
majority considerable, je l'ai moi-meme redit plu-
sieurs fois au nom du Gouvernement. II s'agit, au-
jourd'hui, de concriter ces principles dans la prati-
que. Pour les concriter il faut au Viet-Nam un
Gouvernement national, un Gouvernement national
qui marche dans le sens des traditions de son peu-
ple, dans !e respect des traditions du Viet-Nam, sur
la route du progress nicessaire. Et c'est pricisement
le but que recherchent les accords qu'ensemble nous
sommes ev train de passer. Ces accords, est-il besoin
de le redire, garantiront cette unite et cette indipen-
dance du Viet-Nam. Ils garantiront aussi la presence
de la France en Indochine parce que, l'unite et l'in-
dipendance du Viet-Nam, d'une part, la presence
francaise en Indochine, d'autre part, sont itroitement
liees et ne peuvent etre dissoutes.
C'est d'ailleurs ce qu'a dit aujourd'hui une voix
particular ement autorise', celle de Sa Majeste Bao
Dai lorsqiue parlant a son people, il a declare en
propres terms < confiant dans l'amitie du people
francais e! fort de votre enthousiasme, le Viet-Nam
uni et independent vivra en parfaite communautd
avec touts les nations animees du meme iddal de
Paix et de Bonheur >. Presence francaise en Indo-
chine, unite, indipendance du Viet-Nam, terms non
point contradictoires mais communs, symbiose ne-
cessaire a qui veut realiser pricisdment cette unite
et cette independence. Car, que nous montre, aujour-
d'bui, le movement du monde, que nous montre
I'histoire des nations, si ce n'est que les indipen-
dances 'iatiques absolues n'existent plus de nos
jours ? Et la France, toujours a I'avant-garde du
progras, en a la premiere donned l'exemple, qui ins-
crit dans sa Constitution qu'elle consentait, sous re-
serve de riciprocitd, aux limitations de souverainete
nicessaire au mantien de la Paix. C'est-a-dire que.
lorsqu'il s'agit non point d'adversaires mais de
frdres a qui nous sommes unis par une longue et
commune tradition, ces sacrifices ne sont plus des
sacrifices, ces limitations de souverainete ne sont
plus, a vrai dire, des limitations viritables, elles sont
simpleme'nt le tribute commun de la Republique et
le tribute commun du people du 'Viet-Nam a la cons-
truction de I'Union Francaise.
Le Gouvernement croit avoir maintenant defini sa
position et l'avoir difinie d'une maniere complete.


Ce n'est plus de lui que depend cette unite ou cette
inddpendance du Viet-Nam dans l'Union Frangaise :
ce sont des Vietnamiens eux-mimes. Et il faut aussi
que cela soit dit. L'Empereur Bao Dai, dans son
discours d'aujourd'hui, a egalement diclar ( mon
retour parmi vous ne sera plus lointain m> Nous pre-
nons acte de cette declaration et nous souhaitons
qu'elle rentre bientot en pratique car il est neces-
saire, il est indispensable que la solution du pro-
blame franco-vietnamien soit proche. Et il ne faut
point penser que confier au temps le soin de risou-
dre certaines difficulties, suffit a trouver la solution
des problems. Cela aussi peut risquer de les enve-
nimer.
J'ai dit, bien souvent, et je repete ici en toute
loyautd et en toute franchise et en toute bonne foi et
avec la confiance du Gouvernement de la Ripubli-
que unanime, qu'a mon avis, le retour de Sa Majeste
Bao Dai 'tait la cld de la solution du problime franco-
vietnamien. Cela signifie que le retour de Sa Majesti
Bao Dai au Viet-Nam doit permettre de concriter
dans la pratique les principles que je difinissais tout
a l'heure et de trouver aux difficiles problemes qud
sont posis, les solutions les plus concluantes et a
l'interet francais et a I'interet vietnamien et, par
consequent, a l'interet de l'Union Frangaise. Et bien,
ividemment, tous les problimes n'ont pas forciment
qu'une seule solution. Si les donnees se modifient -
l'on enseigne en arithmitique que la solution aussi
n'est plus la meme.
Le discours que Sa Majeste Bao Dai a prononce
aujourd'hui nous laisse l'espoir que le retour pro-
chain qu'il a annonci au Viet-Nam, nous permettra
bient6t de celebrer sur le sol du Viet-Nam indipen-
dant et uni, la fete de la libre adhesion a l'Union
Francaise. Je forme, avec le Prisident de l'Assemblie
de Versailles, le vceu que cette fete soit prochaine. Je
me suis depuis plus d'un an, trop soucid de retablir
la-bas, une Paix necessaire et qui se ritablira non
pas avec des affirmations abstraites ou en lancant
des slogans qui n'ont avec la reality que des rapports
lointains, mais qui se ritablira en essayant de cher-
cher et dans le sens des traditions frangaises et dans
le sens des traditions vietnamiennes, les solutions
qui s'imposent. Et c'est parce que nous sommes dans
le sens des traditions francaises que nous cherchons
ces solutions dans les terms des traits qui ne sont
pas abrogis et c'est parce que nous sommes dans le
sens des traditions vietnamiennes que nous cherchons
ces solutions en essayant de ritablir au Viet-Nam la
solution qui represent traditionnellement l'iquilibre
du pouvoir. Je crois que le retour de Sa Majesti Bao
Dai au Viet-Nam permettra bient6t a ses principles
de devenir une rialite. Puisse l'appel que Sa Majeste
Bao Dai a lance a son people, etre largement en-
tendu par toutes les families spirituelles auxquelles
il s'adresse. Mais nous savons trop, par experience,
quelle est la valeur et la foi de ce noble peuplerviet-
namien, pour ne pas etre sirs, par advance, que cet
appel sera entendu.








Je live mon verre au ritablissement de la Paix
dans un Viet-Nam uni et indipendant au sein de
l'Union Frangaise, au Gouvernement Provisoire du
Viet-Nam, a Sa Majeste Bao Dai et a Monsieur le
President de la Ripublique et de l'Union Francaise.

MESSAGE RADIODIFFUSE
DE M. PAUL COSTE-FLORET,
MINISTRY DE LA FRANCE D'OUTRE-MER,
AUX POPULATIONS DE L'UNION FRANCAISE
A L'OCCASION DE L'EMPRUNT

Citoyens de l'Union Francaise, c'est a vous que
le Gouvernement de la Ripublique fait aujourd'hui
appel pour franchir une tape decisive du relivement
de la Nation.
Vous saveZ les souffrances, les misdres, les destruc-
tions que la guerre et l'occupation ennemie ont ap-
porte a la France. La Mitropole a souffert dans sa
substance meme les sacrifices necessaires a la Vic-
toire de la Liberti.
C'est a l'epoque, de l'Union Frangaise quest venu
le salut ; aujourd'hui toute l'Union Frangaise : Ter-
ritoires d'Outre-Mer, Territoires associes, Etats
associds, Dipartements de France et d'Outre-Mer
doit apporter sa pierre a la reconstruction necessaire.
Je m'adresse d'une manidre plus particulibre aux
Territoires d'Outre-Mer, aux Territoires et Etats
associds. Je sais que la France n'a jamais fait appel
en vain a ses fils d'Outre-Mer qui vivent i l'ombre
de son drapeau ou qui se sont librement associes 4
son destin. Aujourd'hui leur ceur a dija rdpondu :
Present Je voudrais bien dire que l'Union Fran-
caise Outre-Mer est ndcessairement interessde direc-
tement au succes de l'emprunt.
Elle ne retrouvera en effet la prosperity, elle ne
s'avancera toujours davantage sur la route du pro-
gras social que si la Mitropole retrouve aussi la
prosperity, s'engage aussi toujours plus avant sur la
route du progres social. II n'y a plus aujourd'hui
d'indipendances itatiques totales. L'Union Frangaise
peut &tre, doit ktre, sera une rdalitj qui dtonnera le
monde. Mais il faut qu'aux riformes politiques cor-
respondent les riformes iconomiques et sociales nd-
cessaires. L'emprunt doit fournir le moyen de les
rialiser.
Certes, les pays d'Outre-Mer ont ete plus ipar-
gnes que la Mitropole par les devastations de
guerre ; mais leur approvisionnement a ete grave-
ment insuffisant au course de ces dernieres anndes.
La penurie des resources en devises interdit d'ache-
ter tout et toujours a l'itranger. Si le march mmtro-
politain par la reconstruction de ses moyens de
production se trouve de nouveau approvisionne en
abundancee et a bon march, les pays d'Outre-Mer
seront les premiers 4 en profiter.
Il en est ainsi igalement de l'iquipement. Vous
suiveZ avec attention et impatience les efforts que


fait la Metropole pour equiper les Territoires d'Ou-
tre-Mer. Vous save que le plan de modernisation et
d'equipement est lui-mime parties intigrante d'un
plan plus gindral qui a ite congu pour l'Union Fran-
caise tout entire. Dans ce vaste plan, les pays
d'Outre-Mer auront leur large part. Reconstruire la
Metropole, c'est en r6alit6 construire l'Union Fran-
caise.
En ce qui concern le sort de la monnaie, la com-
munaute d'intirets est encore plus sensible. Certes
le franc d'Outre-Mer est, pour la plupart des Terri-
toires, valorisi, par rapport au franc Mitropolitain.
Mais qui ne voit que le rapport qui les lie, et qui est
un rapport fixe, n'en fait pas pour autant deux mon-
naies itrangeres l'une a l'autre ? A toute inflation
dans la Mitropole correspond t6t au tard une infla-
tion Outre-Mer. En revanche tout assainissement du
marcbe monetaire mitropolitain est suivi d'un assai-
nissement monitaire dans les pays d'Outre-Mer.
Citoyens de l'Union Francaise sacheZ que parti-
ciper a l'emprunt, c'est assurer la construction difi-
nitive de l'Union Frangaise.
Hier vous vous etes levis d'un mime cceur pour
venir au secours de la France mutilee et blessde. De
votre elan unanime est nee l'Union Francaise.
Aujourd'hui vous rdpondreZ avec le meme entbou-
siasme a l'appel du Gouvernement de la Republique.
De ce meme ilan fraternel vivra a jamais la
France pour que vive a jamais l'Union Francaise.


L'ACTIVITE PARLEMENTAIRE
Assemble Nationale

LA RIELECTION DE M. HERRIOT
COMME PRESIDENT DE L'ASSEMBLEE NATIONAL
Par 274 voix sur 446 suffrages exprim6s, M. Her-
riot a 6t6 r66lu President de 1'Assembl6e Nationale.

LE BUREAU DE L'ASSEMBLEE NATIONAL
L'Assembl6e Nationale a proc6d6 au renouvelle-
ment de son Bureau. Plusieurs d6put6s d'Outre-Mer
ont 6t6 nommes Secr6taires. Ce sont : MM. Apithy
(Ind. des Territoires d'Outre-Mer, Dahomey) ; Bay-
rou (Act. d6m. et Soc., Gabon Moyen-Congo) ; Ger-
volino (U.D.S.R., Nouvelle-Caledonie) ; Houphouet
(U.R.R., C6te d'Ivoire).

LA COMMISSION DES TERRITOIRES D'OUTRE-MER
La Commission des Territoires d'Outre-Mer a
rielu :
President : M. Juglas (M.R.P.), par 23 voix con-
tre 13 A M. Lozeray (Com.) ; 7 A M. Defferre et i
M. Duveau (M.R.P.) qui n'6tait pas candidate.
Les vice-presidents sont : MM. Martine (Ind.
des Territoires d'Outre-Mer) et Defferre (Soc.),
(M. Houphouet obtenant 16 voix et M. Malbrant 13).
MM. Lisette et Malbrant ont 6t6 nommes Secr&-
taires.









Sdance du 29 janvier
L'ordre du jour de la seance, A l'AssemblIe Natio-
nale, comportait la reponse des Ministres A des ques-
tions orales et, notamment, A celles posees par M. Sil-
vandre, depute du Soudan (Soc.), sur le problem
des < trav.illeurs de la 2e portion > en A.O.F.
M. Tony R6villon, Secr6taire d'Etat a la France
d'Outre-Mer, a repondu dans les terms suivants
Le probi'me qui intiresse M. Silvandre a ite sou-
vent examnzd par nous.
Le Gouvernement general de l'Afrique Occiden-
tale Frangaise, qui ne disposait pas de la main-
d'ceuvre suffisante pour effectuer certain travaux
indispensables d'entretien et d'equipement, a ete
amend a employer les travailleurs de la deuxieme
portion. Cette measure n'est pas contraire a la loi du
II avril 1946 sur le travail force qui ne vise, sem-
ble-t-il, que la mise & la disposition des entreprises
privies de travailleurs non volontaires. La conven-
tion international du Travail, redigee en 1930,
pricisait, d'ailleurs, expressiment, que le travail force
ne comprevait pas les travaux ou services exiges par
suite des lois sur le service militaire.
M. Silvandre ne contest pas ce fait. Ce qu'il cri-
tique, c'est la faCon don't les travailleurs de la deu-
xieme portion sont employes. Si celle-ci n'est pas
satisfaisante, il faut incriminer, avant tout, la fai-
blesse des effectifs et la situation iconomique des
Territoires qui nous interdit d'ajourner certain tra-
vaux. Quel est le probleme ? II s'agit de constituer,
avec les dix mille jeunes gens de la deuxidme por-
tion, des bataillons du ginie ou des bataillons de'
pionniers. Mais les cadres manquent. On a done fait
appel a des officers ou officers digagds des cadres.
A l'heure actuelle, des bataillons ainsi organisms sont
sur le point d'etre constitutes a Madagascar. En at-
tendant qu'une solution analogue intervienne en
Afrique Occidentale, je suis intervenu aupris du
Haut-Commissaire don't vous connaissez les sen-
timents d'humanite afin que l'organisation pro-
visoire actuelle ne donne pas lieu & des abus. J'ai
le plaisir de constater qu'aucun incident notable ne
s'est produit en 1948.
Cela dit, le recours a la deuxirme portion doit,
evidemment. disparaitre. Au fur et a measure que le
march de la main-d'ceuvre retrouvera son iquilibre,
nous serons amenes a y renoncer.

Sdance du i" fivrier.
Au course de la. sance du i" fevrier, A 1'Assem-
ble Nationale, M. Michel (Com..) a d6fendu un
contre-projel: communist selon lequel les taxes sur
les products coloniaux seraient fixees par le Parle-
ment.
M. Petsche, Ministre des Finances, a d&clar6 ce
contre-projet irrecevable, car, a-t-il dit, il vise un
texte.qui ne figure plus au nouveau code des doua-
nes.


Mis aux voix, le contre-projet communist a t&.
repousse par 405 voix centre 183.

Conseil de la R6publique

ELECTION DU PRESIDENT
M. Gaston Monnerville (R.G.R., Lot) a 6t6 r6elu,
au premier tour de scrutiny, President du Conseil de
la R6publique, par 16o voix sur 254 votants.
Dans le discours qu'il a prononc6, au Luxembourg,
a I'occasion de 1'installation du Bureau d6finitif,
M. Monnerville a soulign6 le rl1e de l'Union Fran-.
aaise en ces terms
Dans ce monde apocalyptique, oi s'opposent des
Etats-continents, des empires multinationaux, la
France peut retrouver sa position d'Etat de puis-
sance si elle reussit a transformer en une rdalite vi-
vante et forte cette Union Francaise qui, chaque jour,
prend corps sous ses yeux.
C'est avec le plus haut sentiment de solidarity, en
pleine communion' de pensie et de volonte avec vous
que les representants des populations d'outre-mer
sont venus participer a l'ceuvre commune'de redres-
sement du pays.

LE BUREAU DU- CONSEIL DE LA RtPUBLIQUE
Les s6nateurs d'Outre-Mer, don't les noms suivent,
ont 6t6 nommns Secr6taires :
MM. Saiah Menouar (R.G.R., Alger) ; Ignacio-
Pinto (R.I., Dahomey); Cozzano (A.D.R., Soudan);
Ousmane Soce (Soc., Sen6gal).

LA COMMISSION DES TERRITOIRES D'OUTRE-MER
A la Commission de la France d'Outre-Mer,
M. Marc Rucart (R.G.R.) a 6t6 r66lu President,
tandis que MM. Ignacio-Pinto (R.I.) et M'Bodje
(S.F.I.O.) 6taient 6lus vice-presidents. MM. Romani
(R.I., Corse) et B6chir Sow (Tchad) ont 6et6 lus
Secr6taires.
Siance du 18 janvier
Le Conseil de la Republique a valid les pouvoirs
de M. Claireaux, elu s6nateur de Saint-Pierre et
Miquelon.
Sdance du 25 janvier
Le Conseil de la R6publique a prononc6, le 25
janvier, I'invalidation de M. Marescaux, elu sena-
teur A.D.R. du Dahomey (i" section) le 14 novem-
bre 1948.
Le Conseil de la Republique a adopted, en fin de
stance, la proposition de loi qui fixe le statut de
1'Assembl6e de 1'Union Francaise. Repoussant divers
amendments de M. David (Com., B.-du-R.) ten-
dant A rendre A I'Assembl6e de 1'Union Frangaise son
autonomie financiere integrale, le Conseil a adoptE









la proposition dans le texte de l'Assemblie Natio-
nale 'qui prevoit l'inscription des credits de l'Assem-
blWe au meme chapitre que ceux de l'Assemblee Na-
tionale.et I'approbation de ces credits par l'Assem-
blee Nationale elle-meme, ces credits restant g6ers
par le Bureau de l'Assembl6e de l'Union Francaise.

Seance du 27 janvier
Le Conseil de la R6publique, dans cette seance,
a valid, sans d6bat, les elections de MM. Paquira-
sammy Poulle, s6nateur M.R.P. des Etablissements
Franqais de l'Inde; Liotard et Serrure, senateurs
de Madagascar, et Lafleur, senateur de la Nouvelle-
Cal6donie. I1 a, d'autre part, d6sign6 le contre-ami-
ral Moullec (Com.) pour singer A l'Assemblee de
1'Union Francaise en replacement de Mile Marie
Bory, d6missionnaire.


Assemble de I'Union Frangaise

Seance du i janvier
La premiere seance de la session 1949 de l'Assem-
blee de 1'Union Frangaise s'est ouverte le II janvier.
La seance a 6et ouverte sous la presidence de
M. Albert Sarraut (Rad.-Soc.), President d'Age en
I'absence du doyen Cuttoli, retenu en Algerie pour
raisons de sant&.
M. Albert Sarraut a prononc6 le discours d'ou-
verture.
Le President a propose ensuite A l'Assembl6e la
composition de son Bureau. Cette composition mo-
difi6e en raison de la presence de nouveaux repr&-
sentants des Etats associ6s, est la suivante :
Un President,
Cinq Vice-Presidents.
Six Secr6taires,
Trois Questeurs.
I1 en est ainsi decide. L'Assembl6e precise alors
que le scrutiny A la tribune pour l'election du Prd-
sident aurait lieu le mercredi 12 janvier.

ELECTION DU PRESIDENT
DE L'ASSEMBLEE DE L'UNION FRANgAISE
Au 3 tour de scrutiny, M. Boisdon (M.R.P.) a ete
ilu President de l'Assemblee de 1'Union Francaise
par 57 voix contre 28 A M. d'Arboussier (app. Cor.).
Apres sa r66lection A la Pr6sidence de l'Assemblee
de 1'Union Francaise, M. Daniel Boisdon a declare :
Je continuerai a assumer dans cette Assemblee la
tache que j'y ai entreprise.
J'ai la conviction que l'importance de. 'Assem-
blee de l'Union Francaise ne cessera de s'accrofire h
measure que les Francais se rendront compete de l'im-
mense intirit que reprisentelit pour eux les pays
d'outre-mer.


Cette Assemblde n'est qu'd ses debuts. J'ai la cer-
titude qu'elle jouera, je ne dis pas dans l'Etat fran-
fais, mais dans I'Union Francaise, un tres grand
role.

L'ELECTION DU BUREAU
DE L'ASSEMBLEE DE L'UNION FRANCAISE
Par un scrutiny public ouvert le 13 janvier a
21 h. io, l'Assemblee de l'Union Francaise a adopted
ia liste suivante des membres du Bureau, 6tablie se-
lon les rIgles de la proportionnelle par les grou-
pes, qui avaient fix6 l'ordre de presence des vice-
pr6sidents :
Votants : o8 ; suffrages exprimes : o8 ; majo-
rite absolue : 55.

Vice-Presidents


1) S. A. la princess Yukanthor, repre-
sentant du Cambodge ............
2) M. Laurent-Eynac (R.G.R.) .......
3) M. d'Arboussier (R.D.R., app. Com.)
4) M. Diop Babakar (S.F.I.O.) .......
5) M. Fourcade (U. Mum.) ..........

Secritaires :
Mlle Autissier (Com.) ..............
M. L6vy (S.F.I.O.) ..... ............
M Schock (M .R.P.) ..................
M. Ahmed Kotoko (Conseiller du Tchad,
R .G .R .) .........................
M. Lakhdari (U. Mum.) .............
M. Souvannavong Ouroth (Conseiller du
Laos, non inscrit) ................

Questeurs
M Vivier (S.F.I.O.) ..................
M. Egretaud (Com.) .................
M. Zinsou (Conseiller du Dahomey, Ind.
d'Outre-M er) ....................


o16 voix
85 >
102 >
104 >>
108 >


1oo voix
103 >
106 >

104 >
88 >

104 >


104 voix
99 >>

89 >>


Seance du 26 janvier
L'ordre du jour appelait la verification des pou-
voirs de M. Robert Serot (non inscrit), d6sign6 par
le Conseil de la Republique comme membre de 1'As-
sembl6e de 1'Union Francaise en replacement de
M. Schleiter. M. Sim Var, Conseiller du Laos, rap-
porteur, indique que le 2e Bureau a conclu A la re-
gularite de l'election de M. Serot. A I'unanimit6,
1'Assembl6e adopted les conclusions du 20 Bureau.
La suite de l'ordre du jour appelait la discussion
de la proposition de M. Ahmed Kotoko invitant le
Gouvernement A intervenir aupris du Gouvernement
General de I'A.E.F. afin :
a) d'assurer d'une maniere equitable la r6parti-
tion des credits du plan ;







b) tenir compete dans l'examen du plan d6cennal
du Tchad de la situation particulibre de ce Terri-
toire ;
c) de considerer dans les 6tudes la voie d'evacua-
tion de la Benou6 comme essentielle A la vie du Tchad.
La suite de l'ordre du jour appelait la discussion
d'une proposition tendant A inviter l'Assemblee Na-
tionale a soumettre pour avis A l'Assemblee de
l'Union Franqaise les projects de loi sur 1'alcoolisme
dans les Territoires d'Outre-Mer, presentee par
M. Paul Catrice et les membres du group M.R.P.
Apres un court expose de l'abb6 Catrice (M.R.P.),
qui souligne I'importance de tels projects de lois pour
les Territoires d'Outre-Mer, dans certain desquels
1'alcoolisme fait d'6normes ravages, l'Assemblee
adopted A l'unanimit6 la resolution suivante :
< L'Assemblde de l'Union Francaise invite l'As-
semblee Nationale a lui soumettre pour avis les pro-
jets de loi sur l'alcoolisme dans les Territoires
d'Outre-Mer >>.

Siance du 27 janvier

La stance a 6te ouverte par la princess Yukan-
thor.
L'ordre du jour appelait la discussion de la de-
mande d'avis, transmise par le President du Conseil
des Ministres, sur le project de d6cret, present par
M. le M:nistre de la France d'Outre-Mer, tendant a
fixer les resources de la Chambre de Commerce de
Pondichery. L'Assemblee a donned sans discussion
son avis favorable au project de d6cret.
La suite de l'ordre du jour appelait la discussion
de la dernande d'avis, transmise par le President du
Conseil des Ministres, sur le project de d6cret, presented
par le Ministre de la France d'Outre-Mer, tendant A
rendre applicable aux Territoires relevant du Minis-
tere de ]a. France d'Outre-Mer, les dispositions de
la loi du 28 septembre 1948, modifiant l'alinea 2
de I'article 1.953 du Code civil. L'Assembl6e a donn6
sans discussion un avis favorable au project de de-
cret.
Ce texte concern la responsabilite des hoteliers
pour vols ou dommages don't peuvent 8tre victims
les voyageurs.
L'Assembl6e a 6tudi6 ensuite la proposition de
resolution de M. Cazelles et des membres du group
S.F.I.O. et apparent6s, invitant la Commission de
l'Agricull:ure A designer une mission charge d'6tu-
diei, en Afrique du Nord, I'installation, le fonction-
nement et le d6veloppement des S.A.R. (sections
d'am6lioration rurale) en vue de l'extension ult6-
rieure de ceux-ci en Afrique Noire.


LES TRAVAUX
DE LA COMMISSION DES AFFAIRES POLITIQUES
DE L'ASSEMBLEE DE L'UNION FRANCAISE

Le 18 janvier, etudiant le probleme des relations
entire la France et le Viet-Nam, la Commission des
Affaires' politiques de l'Assembl6e de l'Union Fran-
caise a adopt une motion present6e par M. Alduy
(S.F.I.O.).
Cette motion priconise la reprise, dans l'esprit des
accords ant6rieurs, de pourparlers aussi large que
possible afin de r6tablir la paix en Indochine et
d'appliquer une politique de collaboration frater-
nelle entire la France et le Viet-Nam dans l'Union
Frangaise.
La Commission a repoussi par 12 voix centre 8
une proposition de son Pr6esdent, M. Albert Sar-
raut (Rad.-Socialiste), invitant le Gouvernement k
donner << bref dilai, aux accords du 5 juin 1948,
leurs consequences pratiques et leur loyale effica-
cite en realisant les accords organques qu'ils ont
privus pour assurer l'indipendance d'un Gouverne-
ment national du Viet-Nam dans le cadre de l'Union
Francaise >.
Enfin, la Commission a repousse une proposition
du group communist et apparentes demandant de
< reprendre d'urgence, dans l'esprit des accords du
6 mars 1946 et du modus vivendi du 14 septem-
bre 1946, les pourparlers avec le Gouvernement de
la Ripublique democratique du Viet-Nam preside
par M. H6 Chi Minh >.
,Le 13 janvier, la Commission executive du M.R.P.
a adopt une motion dans laquelle elle demandait
notamment << le ritablissement de la paix au Viet-
Nam sous l'egide et en presence de S. M. Bao Dai
et avec l'appui de tous les elements reprisentatifs
de l'opinion vietnamienne sans en exclure aucune
tendance national >.
A la seance du jeudi 17 fevrier A l'Assemblie de
l'Union Frangaise, le Ministre de la France d'Outre-
Mer a obtenu le renvoi au 17 mars de la fixation
de la date de la discussion d'une resolution concer-
nant la situation en Indochine. Le renvoi a ete
adopted par 1og voix centre 33, c'est-A-dire l'unani-
mit6 de l'Assembl6e moins les Communistes.

DEP6T D'UNE PROPOSITION DE RESOLUTION
PAR LA PRINCESS YUKANTHOR
La princess Yukanthor a depos6, sur le Bureau de
1iAssemblee de l'Union Francaise une proposition
de resolution tendant a inviter le Gouvernement i a
entreprc:dre, des maintenant, avec le Gouvernement
royal du Cambrdge, des nwgociations en vue de la
revision de la convention financidre franco-cambod-
gienne du 27 mai 1946, an~exde au modus vivendi
provisoire du 7 janvier 1946, en accord avec le statut
d'iindpendance au sein de l'Union Francaise ricem,
ment reconnu h l'Etat associe du Cambodge >.








UNE DECLARATION DE LA PRINCESS YUKANTHOR
A l'Assembl6e de l'Union Francaise, la princess
Ping PWang Yukanthor, d6ligu6e du Cambodge, a
e6t6 lue premiere vice-presidente. Elle a d6cLare
apres son election : Mon election prouve que I'Union
Frangaise peut exister dans la paix et la tranquillity,
car je n'ai fait aucune champagne pour etre ilue. Le
27 janvier, la princess a prdsid6 pour la premiere
fois une stance de 1'Assembl6e, qu'elle a ouverte aux
applaudissements unanimes des membres presents.


NOMINATIONS iET PROMOTIONS


NOMINATION DU GOUVERNEUR
DES ETABLISSEMENTS FRANCAIS
D'OCEANIE

Un decret du 12 janvier paru au J. 0. du 14 nom-
me M. Anziani Gouverneur des Etablissements
Frangais de I'Oc6anie en replacement de M. Maes-
tracci appel6 A d'autres functions.


NOMINATIONS
A L'ADMINISTRATION CENTRAL

Par d6crets du 25 janvier parus au J. O. du 25
janvier.
M. Fr6caut Jean-Marie, Administrateur de I"
classes des Services Civils de l'Indochine, faisant
function de Sous-Directeur A l'Administration Cen-
trale du Ministere de la France d'Outre-Mer, est
nomm6 aux functions de Directeur-Adjoint des Af-
faires Economiques et du Plan A ladite Administra-
tion Centrale, en replacement de M. Anziani
(Armand), Gouverneur de 30 classes des Colonies,
appel6 A d'autres functions.
M. Valdant (Pierre Louis), Administrateur de
i" classes des Colonies, est nomm6 aux functions de
Sous-Directeur des Affaires Economiques A 1'Admi-
nistration Centrale du Minist&re de la France d'Ou-
tre-Mer, en replacement de M. Fr6caut (Jean-
Marie), Administrateur de i"e classes des Services
Civils de l'Indochine.


PROMOTION D'UN GOUVERNEUR

Par d6cret du 25 janvier paru au J. O. du 25 jan-
vier, M. Hoeffel (Ernest-Timoth6e), Gouverneur de
3e classes des Colonies, est promu Gouverneur de 2e
classes des Colonies, pour computer de la date du pre-
sent decret.


INFORMATIONS ADMINIISTRATIVES

NOUVEAUX TRAITEMENTS
*DE MAGISTRATS ET FONCTIONNAIRES
CLASSES ( HORS ECHELLE )
Un arrt&6, paru au J. O. du 14 janvier, fixe les
nouveaux traitements des fonctionnaires classes
< hors &chelle >. On relive dans le group A
(I.ioo.ooo) :
Ministere de l'Interieur : Gouverneur G6ndral de
1'Alg6rie ;
Ministere de 1'Education Nationale;
Minist&re de la France d'Outre-Mer : Haut-Com-
missaire de France en Indochine, Haut-Commissaire
de France en Afrique Occidentale Francaise, Haut-
Commissaire de France en Afrique Equatoriale
Francaise, Haut-Commissaire de France A Mada-
gascar, Gouverneur G6neral des Colonies.

MODIFICATION
AU STATUT DES INSPECTEURS DU TRAVAIL
DANS LES TERRITOIRES D'OUTRE-MER

Un d6cret, paru au J. O. du 21 janvier, abroge les
articles 9, 12 et 13 du d6cret du 17 aofit 1944. Ces
articles sont remplac6s par les suivants :
ART. 12. Les Inspecteurs du Travail sont re-
crutes au concours dans les conditions fixees par
arret6 du Ministre de la France d'Outre-Mer et du
Secretaire d'Etat charge de la Fonction publique et
de la Reforme administrative. Le nombre des places
mises au concours est fixed, chaque annee, par arretd
du Ministre de la France d'Outre-Mer.
ART. 13. Les Inspecteurs stagiaires sont as-
treints a un stage d'une duree de deux ans, don't un
an au moins A la colonie. A l'issue de ce stage, ils
sont soit titularises, soit licencies, soit soumis A une
prolongation de stage d'un an. Au terme de cette
prolongation, ils sont d6finitivement titularises ou
licencies.

LA SOLDE DES HAUTS-COMMISSAIRES
ET COMMISSAIRES DE LA REPUBLIQUE
DANS LES TERRITOIRES D'OUTRE-MER

Le J. O. du 2 f6vrier public un d6cret du 31 jan-
vier determinant la solde des Hauts-Commissaires
et Commissaires de la Republique dans les Terri-
toires d'Outre-Mer.
Les Hauts-Commissaires d'A.O.F., A.E.F., Mada-
gascar n'ayant pas le grade de Gouverneur G6neral
bnd6ficient de la solde et des indemnitds allouies aux
Gouverneurs G6n6raux.
Le Haut-Commissaire de la Republique au Ca-
meroun et les autres Commissaires de la R6publique,
n'ayant pas le grade de Gouverneur sont assimil6s
pour leur solde et indemnites aux Gouverneurs de
3e classes.








.Quand les functions de Hauts-Commissaires et
Commnissaires sont exerc6s par les parlementaires,
ceux-ci pergoivent I'ensemble des 6moluements aff6-
rents a leur mandate electif, A la charge des budgets
de leurs Assembl6es respective.
ls pergoivent iventuellement sur le budget de
I'Etat (France-d'Outre-Mer) :
,1) la difference entire les 6moluements de leur
mandate (indemnit6s representatives de frais non
comprises) et les 6moluements (indemnit6s repr6sen-
tatives de frais non comprises) pr6vues pour les
Gouverneurs G6neraux et Gouverneurs en activity ;
20) les indemnites representatives de frais aff6-
rentes au poste occupy.
Ces dispositions ne sont pas applicables aux
int6rimaires.


CONFERENCES
ET MANIFESTATIONS COLONIALES

UN EXPOSE DE M. JACOBSON
SUR LA SITUATION
DES TERRITOIRES COTIERS
DE L'AFRIQUE NOIRE

L'activit6 economique des territoires c6tiers de
I'A.O.F. et de l'A.E.F., ses insuffisances et les moyens
d'y rem6dier ont et6 exposes A un representant de
1'Agente France-Presse par M. Jacobson (M.R.P.),
President ( e la Commission du Plan et de l'Equipe-
ment de 1 Assemblee de l'Union Frangaise, qui a
effectu6, er 1948, deux voyages d'information dans
ces territoires.
Les fact.urs freinant le d6veloppement sont : les
insuffisances de materiel, de devises et de technicians
et de main-d'ceuvre locale.
M. Jacobson a. sugger :
i") I'accroissement de la rotation en materiel en
augmentant les dotations de devises et en intensi-
fiant la fabrication en France de materiel destine
aux Territoires d'Outre-Mer ;
2") 1'aumentation du nombre des technicians
(meilleure remuneration, formation des autoch-
tones) ;
30) intensification du recrutement de la main-
d'euvre locale. (Avantages accords et appel aux
regions surpeuplees).
M. Jacobson a ensuite expos la situation 6cono-
mique au Senegal, en Guinee, C6te d'Ivoire, Came-
roun, Gabon et Moyen Congo. Les objectifs vises
.en voie de realisation sont :
Au Sne6gal : la motorisation de la culture des
arachides :t I'alimentation en eau des centres im-
portants.
En Guinee : 1'exploitation des gisements de
mineral de fer.


En C6te d'Ivoire : le port d'Abidjan et ses'
annexes, les d6bouchis par voie ferree vers Fint&:
rieur.
Au Cameroun : le port de Douala et ses an-
nexes.
Au Gabon : la production forestiere.
Au Moyen Congo : I'exploitation de l'or, dia-
mants, plomb. L'6quipement hydroblectrique.

ACADEMIC DE SCIENCES COLONIALES

Seance du 17 dicembre
Le general Azan a rendu hommage A la m6moire
du general Br6mond, membre titulaire, d6c6d6 fin
novembre, qui avait appartenu comme lui A la
< second armee d'Afrique >.
Le pasteur Maurice Leenhardt, Directeur de I'Ins-
titut frangais d'Oc6anie a Noumea, qui rentre d'un
long s6jour en Oc6anie et n'avait encore pu prendre
seance, a 6te regu par le Gouverneur g6enral Dela-.
vignette.
La compagnie a d6sign6 comme second Vice-
President pour 1949 M. Emile Prudhomme, ancien
Directeur de l'Institut National d'Agronomie Colo-
niale de Nogent ; elle a 6lu trois membres non resi-
dants ; le commandant Leon Lehuraux, comman-
dant des Territoires du Sud ; le commandant Fouch,
Directeur de l'Institut Oceanographique de Moniaco;
M. Louis Riviere, correspondent de 1'Institut, ju-
riste, ainsi que des correspondents francais et 6tran-
gers.
Siance du 7 janvier
L'Acad6mie des Sciences Coloniales a tenu seance
le vendredi 7 janvier. M. Henri Froidevaux, qui a
occupy le fauteuil presidential pendant I'ann6e 1948,
a passe ses pouvoirs a M. Fernand Lior6, qui prd-
sidera les reunions de 1949; M. Liore a remercie
ses confreres de I'honneur qui lui 6tait fait.
Apres la passation de presidence, M. Victor Cayla
a rendu hommage A la m6moire de M. J. H. Ricard,
qui appartenait A la Compagnie depuis 1939; le
Secr6taire perp6tuel a 6voque le souvenir de M. Leon
Perrier, qui etait membre titulaire de I'Acad6mie et
de M. Philippe Roy, qui 6tait associe stranger.
M. Paul Hermes, dans une communication sur
I'Afrique du Nord, estime que, s'il existe des pro-
blimes nord-africains, il serait excessif de parler,
actuellement encore d'un malaise algerien, mais il
attire I'attention sur les milieux intellectuals nord-
africains de Paris, en particulier, sur les 6tudiants
qui formeront, demain, les classes dirigeantes en
Afrique du Nord et qu'il faudrait s'efforcer de met-
tre en contact avec des families frangaises.
Le Secr6taire perpetuel a declare b'ouverture d'un
< Prix Marechal Lyautey z.
Du scrutiny pour I'election d'un membre titulaire
et d'un associe stranger, il resulte que M. le G6n&-
ral Juin est elu membre titulaire A I'unanimit6, et'









M. Pierre Ryckmans, Gouverneur G6n6ral hono-
raire du Congo Belge, est elu, 6galement A l'unani-
mit6, associ6 stranger.
Le i Prix Marechal Lyautey > s'6levera A 12.00 fr.
et sera d6cerne A une euvre intellectuelle et litte-
raire personnelle ou collective destine ou ayant
contribud A faire mieux connaitre et aimer le Maroc.
Les candidatures doivent se manifester avant le
i" juin 1949.

Sdance du 21 janvier
Au course de la stance de l'Acad6mie des Sciences
Coloniale, tenue le vendredi 21 janvier, sous la pre-
sidence de M. Fernand Liore, M. le Professeur
Roubaud, de l'Institut Pasteur, a requ le Professeur
Jacques Millot, du Museum d'Histoire Naturelle,
Directeur de l'Institut Scientique de Madagascar.
M. le Professeur Jacques Millot, apres avoir re-
mercie d'8tre associ6 aux travaux de l'Acad6mie, a
soumis quelques reflexions sur un des sujets qui ont
le plus retenu son attention, I'antrophologie physio-
logique, science capable de nous eclairer sur les be-
soins v6ritablement essentiels des etres humans,
leurs reactions profondes, leurs aptitudes maitresses,
I'ampleur et les limits de leurs possibilities d'adap-
tation. I1 en conclut que, ni les individus, ni les races
ne sont interchangeables ; chaque race a ses capa-
cites et ses vertus propres qu'il faut s'efforcer de
d6velopptr au mieux.
Des presentations d'ouvrages ont termin6 cette
seance.

LE CONGRESS
DE LA LIGUE MARITIME ET COLONIAL

La Ligue Maritime et Coloniale a tenu le 16 jan-
vier son congress anriuel sous la pr6sidence de son
President, M. Vatin P6rignon.
Au course des seances de travail des directives ont
&te donn6es aux congressistes pour preparer le 50e
anniversaire de la L.M.C. qui doit &tre c6elbr6 cette
annee.
Le message suivant a 6et finalement adopt :
< Les delegues des sections de la L. M. C. de
l'Union Francaise et de l'etranger, r6unis A Paris en
leur congris annuel et pour la participation des fetes
du cinquantenaire, apris avoir 6voqud la m6moire
des pionniers de la France d'Outre-Mer, adressent
aux marines et soldats qui combattent en Indochine
1'expression de leur admiration et de leur affectueux
attachment >.

UNE CONFERENCE DE M. JEAN-PAUL LEBEUF
SUR LE TCHAD

M. Jean-Paul Lebeuf, charge de recherches du
Comite National de la Recherche Scientifique, chef
de la mission Lagon-Lac-Fitri, a prononc6, le 18 jan-


vier, une conference au Cercle France-Union Prah-
gaise, sur le sujet suivant : e Regard sur le Tchad
d'hier et d'aujourd'hui >.
La mission de M. Lebeuf avait pour but la conti-
nuation des travaux entrepris en 1936 et en 1939,
A propos des anciennes civilisations Sao et de leurs
descendants, les Kotoko.
Les Sao, a dit le conferencier, auraient constitu6
un ensemble de populations non musulmanes, qui
auraient exerc6, au ixe siecle, une certain hegemopie
sur le delta de Chari et, chassis de la region vrai-
semblablement par les Arabes, se seraient installs
au sud du lac Tchad.
Parmi les descendants des Sao, les Kotoko de la
plaine du Tchad, constituent un group d'environ
35.000 individus qui jouent un r6le important tant
du fait de leurs origins, qui les rend propriftaires
de tout le sol de la contr6e oi ils demeurent, que
de leurs activities techniques et commercials.
Excellents artisans, les Kotoko ont n6anmoins la
p&che pour principal occupation.

UNE MANIFESTATION
CONSACREE A LA MUSIQUE NOIRE
Le Comit6 National des Ecrivains a tenu, le 29
janvier, A la Maison de la Pens6e, pour la premiere
fois A Paris, une stance consacree A la poesie et A
la musique noire. Cette manifestation 6tait place
sous la presidence effective de MM. Aime Cesaire et
Leopold Sedar Senghor.
Les poktes Keita Fodeba (Guinee Francaise) et
Mody (S6nigal) ont et6 pr6sentes par Mme Elsa
Triolet.
Le chceur Fanar Senghor, compose d'616ments du
Senegal, du Soudan, du Dahomey, du Togo et de
la Guinee, tous etudiants A Paris, a fait entendre
des airs folkloriques africains.

L'ARRIVIE EN FRANCE
DU PORTE-AVION ARROMANCHES
Le porte-avion Arromanches, qui ramene en
France les corps de soldats d6c6des en Indochine,
est arrive A Toulon le i" f6vrier. Une ceremonie a
eu lieu, le 4 fevrier, en l'honneur de ces morts glo-
rieux en presence de M. Betolaud, qui est venu s'in-
cliner devant leur depouille. Le Ministre des Anciens
Combattants a, dans un discours, 6voqu6 l'ceuvre
de la France en Indochine et soulign6 qu'A deux.
reprises les combatants indochinois 6taient venus
defendre la France menace. I1 a ensuite rappele
qu'au lendemain meme de son retour de France, oui
il avait 6t6 recu avec les honneurs d'un chef d'Etat,
Ho Chi Minh avait foment centre nous le plus
lache des attentats. Depuis ce jour, a ajoutt M. B6-
tolaud, les attentats se succident, le sang frangais
couple, celui des combatants comme celui des hom-
mes sans defense, mais la France ne faillira pas h
sa mission. La France est decidee a tenir ses enga-








gements et a donner aux populations du Viet-Nam
l'independance qu'elle leur a promise a l'intirieur
de l'Union Frangaise. Les pourparlers qui sont cn
course sort prometteurs d'espoirs. Ils aboutiront.
Mais les ;raites ne peuvent etre conclus qu'avec des
homes qui mdritent la confiance et don't on sait
qu'ils les respecteront ; ils ne peuvent I'etre qu'avec
ceux qui reprisentent la population indochinoise.
C'est dire qu'il n'y a pas de negociations possibles
avec les responsables de l'agression du g1 ddcembre,
que l'immense majority des Indochinois rdprouvent.

MANIFESTATIONS FRANCO-VIETNAMIENNES
A L'OCCASION DE LA FETE DU TET

A occasion de la fete du Tet (Nouvel An viet-
namien), I'Association general d'entente franco-


vietnamienne a organism le 29 janvier une soiree au
Pavilion de France A laquelle ont assist, M. Coste-
Floret, M. Boisdon, le Prince Buu L6c, M. Juglas et
de nombreuses personnalit6s frangaises et vietna-
miennes. Le President de 1'Assembl6e de l'Union
Francaise, dans une brive improvisation, a exprim6
son espoir dans un avenir pacifique fond6 sur
I'amiti6 de l'Union Franaise. Le Ministre de la
France d'Outre-Mer a egalement adress6 ses voeux
de bonheur A tout le people vietnamien et a pro-
nonce un important discours. (Voir la rubrique
< Activity ministirielle >).
De son c6te l'Association des < Amities indochi-
noises > a f&t6 le Tft dans les salons de son siege,
rue de la Faisanderie. Mme Marius Moutet a pr6-
sid6 le repas vietnamien qui a prec6de la soiree
dansante A laquelle ont particip6 de nombreux etu-
diants, travailleurs et artistes vietnamiens.



















NOUVELLES D'OUTRE=MER


INDOCKINE


HAUT-COMMISSARIAT
DE FRANCE

_A PRES avoir assisted
A"a la conference
S" interministerielle
I,* *qui s'est tenue le I"r
janvier A I'Elysde sous
la prisidence de M. Vin-
cent Auriol, M. Pignon
a particip6, le 14 jan-
vier, au dejeuner orga-
nis6 A l'h6tel Lutetia pour les Vietnamiens de Paris,
auquel assistaient de nombreuses personnalites fran-
gaises et vietnamiennes. Apres M. Pham Van Giao
et le g6enral XuAn, le Haut-Commissaire a pris A son
tour la parole pour d6fendre la politique du Gou-
vernement frangais centre les accusations injustes
don't elle a 6te I'objet, et preciser la tAche qu'il s'est
dtdermine d'accomplir.
Nous sommes bien dicidis, a declare M. Pignon,
j aller de l'avant et d'une manidre trWs significative.
Je l'ai dit et rdpete, nous n'avons pas d'arridre-pen-
sde ; nous voulons que l'indipendance du Viet-Nam
soit reelle, effective, sensible pour le plus humbles
paysan comme pour les intellectuals de Hanoi ou.
de Saigon.
Je vous assure que les Francais d'Indochine, trks
injustement taxis de l'affreux terme de & colonialis-
tes >, sont si profondiment attaches a ce pays qu'ils
comprennent et consentent les evolutions necessai-
res. Je pense pouvoir dire, en leur nom, m'appuyant
sur la confiance qu'ils ont bien voulu me timoigner,
ce qu'ils disirent : ils demandent seulement qu'on
leur fournisse des raisons de croire a la possibilitel
de continue l'ceuvre qu'ils ont entreprise et don't
vous saver bien qu'elle est profitable au Viet-Nam.
Retablir la confiance pour pouvoir travailler ensem-
ble, tel a ite mon objectif principal, je ne cesserai


de le rdpiter, je ne cesserai d'y consacrer toute ma
volont'.
Le 16 janvier, M. Pignon, accompagnd de M. Her-
zog, chef du cabinet de M. Coste-Floret, a quitt6
Paris pour se rendre A Cannes, ofi il devait avoir
des entretiens avec S. M. Bao DaY.
Les entretiens s'etant terminus le 18 janvier, le
Haut-Commissaire est revenue le jour meme A Pa-
ris. Le 21, il a 6te regu par le President de la R6pu-
blique et ensuite par le President du Conseil.
Avant son depart pour Saigon, M. Pignon a eu
un long entretien avec le Ministre de la France
d'Outre-Mer. Au moment de son depart d'Orly pour
Saigon, le 26 janvier, le Haut-Commissaire a de-
clare : Ma collaboration avec S. M. Bao Dai et ses
de'lgues a edt cordiale, franche et fructueuse. Nous
avons travaille en itroite liaison avec le Prisident
du Gouvernement Central Provisoire du Viet-Nam,
le gindral Xudn, qui nous a prete l'appui de son ex-
perience et de son autorite. II nous faut maintenanm
effectuer sur place, au Viet-Nam, la preparation des
decisions a intervenir a bref dilai. Le dichainement
d'une certain press contre l'eventualite trOs pro-
chaine d'un accord avec les nationalists vietnamiens
reprisentis par S. M. Bao Dai me parait la preuve
manifesto de l'anxidtd du Viet Minh, qui multiple
ses efforts pour faire ichouer une solution du pro-
blWme vietnamien sur la reconnaissance non equivo-
que des relations fondamentales du nationalism,
dans l'amitie maintenue et renforcie avec la France.
Faisant allusion aux chiffres publids par certain
journaux, M. Pignon a dit : Je ne puis comprendre
d'autre part que l'on puisse prendre au serieux les
chiffres des pertes francaises indiquis par les offi-
cines de propaganda du Viet Minh. Ce que je puis
dire pour l'instant, c'est que ces chiffres n'ont aucun
rapport avec la rdalite et qu'un raisonnement' le-
mentaire suffit a en ddmontrer l'invraisemblance.
Le Haut-Commissaire est arrive A Saigon le 29
janvier, jour du Tat. La ceremonie traditionnelle de
la presentation des vceux s'est deroulde au Palais
du Gouvernement. Au course d'un message radiodif-








fuse address: A la population vietnamienne A l'oc-
casion du Nouvel An, le Haut-Commissaire a no-
tamment d6clare :
La voie se digage et ne comporte plus ces carre-
fours oit on hesite, car le probleme vietnamien, ra-
mened a son aspect institutionnel, se riduit a des eil-
ments sur lesquels un accord est possible. Je suis en
measure de vous dire qu'un nouveau pas s'accomplit
et que vo. espoirs d'une indipendance effective ne
seront pas diCus.
Certes, a-t-il ajout6, il ne depend pas seulement
de la Fra ce que ces accords se matdrialisent dans les
faits. C'est au Viet-Nam, a qui les pouvoirs nices-
saires ont itj remis, qu'il appartient de passer des
mots d la substance, car l'indipendance, vous le sa-
veg, on ne la recoit jamais d'autrui, mais on l'obtient
par un effort continue. Pour ma part, j'ai la ferme
conviction que cette construction, vous etes prits a
la mener ia bien dans la paix. Vous aver compris que
S. M. Bao Dai, hjritiere valeureuse des traditions
nationals, s'etait montrie disireuse de reprendre en
mains les destinies de sa patrie souffrante. Disor-
mais, tandis que se demasque, en Asie, la trame d'un
vaste complot, vous saureZ mieux oi est votre de-
voir ; et, i l'avenir, la poignie d'hommes qui luttent
pour imposer au Viet-Nam une ideologie itrangere
ne pourra plus se dissimuler derridre un patriotism
usurpd.
Vietnamiens, je vous le dis, un jour plus'clair s'est
levi sur ce pays.
M. Pigron s'est rendu au Laos le 3 f6vrier. Dans
un discours prononc6 devant 1'Assemblie Nationale
laotienne, le Haut-Commissaire a d6clar6 que la moi-
ti6 des effectifs des Issaraks du Laos avaient r6inte-
gr6 leurs villages au course des derniers mois.
En raison du mauvais temps, M. Pignon n'a pu
se rendre a Luang Prabang et a d6 rentrer dans la
journee A Saigon.
Le Conseil des Ministres du 2 fevrier a decide la
nomination de I'amiral Ortoli au poste de Comman-
dant des Forces maritimes d'Extreme-Orient, et celle
du contre-amiral Merveilleux du Vignaux A celui de
Commandant de la Marine en Extreme-Orient.
Comme suite aux entretiens militaires franco-sia-
mois de septembre 1948, quatre officers de l'armee
siamoise sont venus en mission A Saigon. Charges
d'une mission d'6tudes des installations techniques,
des services et armes du materiel, du g6nie. et du
train, ils furent, pendant leur s6jour, les h6tes de la
Direction du Materiel des Forces terrestres.
Une reception a 6t6 offerte, au Bureau de la
Presse et de l'Information A Saigon, A M. Jan Smid,
Directeur du Centre de Cooperation scientifique de
I'U.N.E.S.C.O. pour l'Extreme-Orient.
Faisant aux journalists presents un expos sur
l'activite de I'U.N.E.S.C.O. en Extreme-Orient,
M. Smid a rappele que le but des Centres de Coope-
ration scientifique de 1'U.N.E.S.C.O. est d'etablir des
changes d'informations et des relations entire sa-
van'ts et d'aboutir A une veritable cooperation dans


le domaine des sciences autres que les sciences appli-
quees.
Le professeur Leon Binet, membre de l'Academie
de M6decine et de l'Academie des Sciences, Doyen
de la Facult6 de M6decine de Paris, et le professeur
Lemaire, se rendant en Indochine pour inspector les
facultes indochinoises et aussi pour resserrer les liens
culturels et sentimentaux qui ont toujours exist en-
tre les formations midicales indochinoises et la fa-
culti parisienne, comme l'a dit M. Binet, sont arri-
v6s A Saigon le 24 janvier. Pendant leur s6jour en
Indochine, les deux professeurs ont fait une serie de
conferences parmi les milieux m6dicaux du pays.
I1 a 6et cr6e, en janvier, sous le nom de < Societ&
Indochinoise de vente des materiels japonais >, un
etablissement public de caractere commercial, dote
de la personnalit6 civil et de i'autonomie financiere
ayant 'pour objet la reception, en Indochine, la prise
en charge, la garde, la conservation et la vente des
machines-outils provenant des reparations japonai-
ses. Les attributions de ces materials seront effectuees
dans le cadre du plan de reconstruction, d'6quipe-
ment et de modernisation de l'Indochine et suivant
des priorit6s 6dictees dans ce but par le Haut-Com-
missaire de France en Indochine.
Le Journal Officiel de l'Indochine du 13 janvier
public un arret6 portant suppression de l'imp6t per-
sonnel des Europeens et assimiles, des strangers b6-
neficiant d'un statut privilegie, des Asiatiques etran-
gers et assimiles et des Indochinois non soumis au
statut des minorities ethniques sur le Territoire de la
Delegation pour les populations montagnardes. Est
egalement supprim6 I'imp6t des prestations autoch-
tones.
Un arrete, public dans le meme Journal Officiel,
porte creation d'une contribution g6enrale aux char-
ges publiques sur ce meme Territoire.
M. Pierre Joubert, president de la Sous-commis-
sion de l'Indochine au Commissariat general du
Plan, a fait A Paris, le 19 janvier, une conference
sur < le Plan de reconstruction, de modernisation et
d'equipement economique de l'Indochine >.
Au course de sa session de janvier 1949, la Cour de
Justice d'Indochine a jug6 les personnel suivantes :
Le 24 janvier, M. Rivoal, ancien Gouverneur
de la Cochinchine, poursuivi a la suite du deces de
M" Idylle, intern au camp de Long Xuyen sur son
ordre : acquitted.
Le 26 janvier, M. Rigaux, commerqant A Hai-
phong, inculp6 d'actes de nature A nuire A la d&-
fense national : acquitted.
Le 27 janvier, M. Lebedel, journalist, inculpe
d'intelligence avec l'ennemi, condamn6 A un an de
prison, dix ans d'interdiction de s6jour en Indochine
et trente ans d'indignite national.
Le 29 janvier, MM. Charles Anthony et Albert
Laubibs, inculpes d'atteinte A la sfirete exterieure
de 1'Etat : acquitt6s.
Au d6but de cette derniere seance, la Cour a con-








damn par contumace le sieur Teullier A la peine de
mort.

GOUVERNEMENT CENTRAL PROVISOIRE
DU VIET-NAM
Arrive A Cannes le 8 janvier, le general Xuan a
6te l'h6te au chateau de Thorenc de S. M. Bao Dai
jusqu'au I janvier. A l'issue des entretiens que
l'Empereur a eus avec le President du Gouverne-
ment Central Provisoire, celui-ci a requ les repr6sen-
tants de la press et leur a declare : Je suis venu
exposer a S. M. Bao Dai toute la fidelity que portent
d sa personnel les populations du Viet-Nam, et lui
faire part du disir sincere qu'elles ont de la voir re-
venir au plus t6t dans le pays, pour y ramener dd-
finitivement I'ordre et la paix. Mais le retour de
l'Empereur est subordonne a la satisfaction des as-
pirations vietnamiennes, et cela depend du Gouver-
iement francais. II a ajoute : La-bas, dans les ri-
fieres, Francais et Vietnamiens se livrent un combat
fratricide et, dans une certain measure, paradoxal.
Les Vietnamiens ne sont autres que les Francais de
'A sie.
De retour A Paris, interroge par les journalists
sur son sejour A Cannes, le general Xuan a encore
declare6
Je rapporte des contacts que je viens d'avoir avec
S. M. Bao Dai une impression d'optimisme. J'ai eu
idvec I'Empereur notamment deux entretiens de deux
heurls au course desquels nous avons passe en re-
vue tous les problemes interessant le Viet-Nam. Sa
Majeste, ii qui j'ai transmis le desir fervent de la'
population vietnamienne de la voir revenir dans ses
Etats, a manifesto son souci, avant son retour, qu'elle
souhaite prochain, que certain imperatifs nationaux
soient respects. Ce sera l'objet des entretiens que je
vais etre appeled avoir ces jours-ci a Paris.
Le general XuAn s'est entretenu, le 12 janvier, suc-
cessivement avec M. De Raymond, Sous-Directeur
des Affaires politiques au Ministire de la France
d'Outre-Mer; M. Bousquet, Directeur des Affaires
economiques pour 1'Indochine; M. Giaccobi et le
general Valluy.
11 a 6te I'hhte, A dejeuner, de M. Pignon.
Le 14 janvier, il a assisted, A l'h6tel Lutetia, au
dejeuner offert par les Vietnamiens de Paris en son
honneur. Dans un important discours, aprhs avoir
rappel6 1'ceuvre accomplie au Viet-Nam par le Gou-
vernement provisoire, il a fait appel A la patience
de ses jeunes compatriotes.
Peut-etre trouvereZ-vous, a-t-il dit, en definitive,
que la route que nous avons prise et qui est pour-
tant la plus sitre, offre trop de detours, trop de ru-
des pentes. Et vous etes tents de vous jeter dans
des chemins de traverse RiflichisseZ, mes amis.
Songe? que les euvres durables n'ont jamais idt des
improvisations hatives. < Le temps se venge de ce
que l'on fait sans lui > ; je crois a la sagesse de cet


ancien proverbe. II a fallu deux ans pour que nous
parvenions aux accords de principle de la baie
d'Along. AdmetteT avec moi qu'il ne sera pas trop
de quelques mois pour naus permettre de franchir la
second tape : celle des rdalisations pratiques.
Ce qui revient a dire que notre independence pra-
tique ne saurait etre, en definitive, qu'une creation
continue. Tout ne sera pas termine, mnme quand
nous aurons obtenu les moyens indispensables a
l'exercice de notre pleine souverainete. Il nous res-
tera i fournir la preuve de notre aptitude a girer
nous-mimes nos affaires.
Le general XuAn, au course des jours suivants, a
continue A s'entretenir avec les principles person-
nalites des milieux politiques m6tropolitains, pen-
dant qu'A Cannes se d6roulaient les conversations
entire M. Pignon et S. M. Bao Dai.
Arrives A Cannes le dimanche 16 janvier dans la
matinee, MM. Pignon et Herzog ont kte regus par
le prince Buu Loc, Directeur du Cabinet et cousin
de l'Empereur. Les entretiens ont commence imme-
diatement dans l'apres-midi, au chateau de Thorenc.
A 1'issue de la premiere entrevue, le Cabinet de
l'Empereur a communique :
< M. Pignon a ete recu en audience par S. M. Bao
Dai, au chateau de Thorenc, A 15 h. 45. Le Haut-
Commissaire de France a soumis A l'Empereur les
propositions du Gouvernement frangais en vue de
la conclusion d'un accord entire le Viet-Nam et la
France.
< S. M. Bao Dai a pris note et a immediatement
fait proc6der A leur examen d6taille.
< Le Haut-Commissaire a ensuite fait part a
1'Empereur du vceu du Gouvernement frangais de
le voir retourner rapidement au Viet-Nam.
< S. M. Bao Dai a declare que telle est egalement
son intention, mais que < son retour depend de la
realisation des aspirations lgitimes du people viet-
namien, qui n'ont jamais vari >>.
Apris son entretien avec M. Pignon, l'Empereur
a recu M. Herzog en audience.
A 20 h. 30, S. M. Bao Dai a offert en l'honneur de
MM. Pignon et Herzog un diner auquel assistaient
les personnalites frangaises et vietnamiennes de l'en-
tourage du Haut-Commissaire et de l'Empereur.
Les entretiens se sont poursuivis le lundi 17. Apres
cette deuxieme journee, le Cabinet de l'Empereur a
public le communique suivant :
< Un nouvel entretien a eu lieu, lundi A 19 heu-
res, entire S. M. Bao Dai et M. Pignon, Haut-Com-
missaire de France en Indochine. II'a 6et proc6d6
A 1'examen des propositions soumises par le Haut-
Commissaire au nom du Gouvernement francais.
S. M. Bao DaY a tenu A rendre hommage A la com-
prehension du Gouvernement frangais, et aux ef-
forts faits par M. Pignon en vue d'apporter une
solution satisfaisante au problhme vietnamien. >
De son cote, M. Pignon a declare :
J'ai la conviction qu'une solution rapide peut itre
maintenant envisage. Nous avons accompli un trWs








gros travail dans une ambiance de rialisme et de
soucjs :d'objectiviti. II reste quelques questions pra-
tiques a mettre au point, mais elles ne se rattachent
pas au principle. Nous en sommes arrives au stade
redactionnel.
Dans la matinee du 18, S. M. Bao Dai et M. Pi-
gnon ont eu un dernier entretien.
En fin de matinee, le souverain a rendu visit A
M.,Pignotr A I'h6tel Carlton. Regue protocolairement
sur le seuil de l'h6tel par les autorites frangaises,
S. M. Bao Dai a eu avec le Haut-Commissaire une
troisieme et derniere conversation.
Un communique franco-vietnamien lu A la press
par le prince Buu Loc, a fait connaitre alors les
faits suivants :
<<.Les representants de S. M. Bao Dai ont pour-
suivi leurs entretiens le 18 janvier avec le Haut-
Commissaire de France; ces entretiens sont tou-
jours empreints de la meme cordialit&. Les conver-
sations se poursuivront A Paris A partir de ven-
dredi 21 ),.
*Une personnalite de I'entourage de M. Pignon a
declare :
C'est h Paris que se poursuivra le travail de r6i
action des accords difinitifs qui s'inscriront dans
'"acte soleanel qui fera du Viet-Nam un Etat associd
dans l'Urion Francaise.
Arrive A 16 h. 30 A Villacoublay, M. Pignon a
fait la d6:laration suivante :
II. appartient a S. M. Bao Dai, et t elle seule, de
se pronon,:er librement au sujet de son retour en In-
dochine. ]e pense qu'elle le fera incessamment.
Pour sa part, I'entourage de S. M. Bao Dai a cons-
tate qu'il restait < tris largement le temps de mettre
au point les details de l'accord >>.
Le 19, levant le Conseil des Ministres, M. Coste-
Floret a fait un expos sur les conversations du
Haut-Conimissaire avec S. M. Bao Dai. I1 a pris
acte de l'atmosphere de cordiality et de sympathie
reciproques dans laquelle se d6roulerent ces conver-
sations, qui se poursuivront en fin de semaine a Pa-
ris. Certaines informations ayant fait etat d'une de-
cision selon laquelle le Viet-Nam entretiendrait di-
rectement des representations diplomatiques A Was-
hington et au Vatican, on a d6clar6, le 21 janvier,
dans les milieux autoris6s, que cette indication est
prematuree dans 1'Ftat actuel des pourparlers franco-
vietnamiens. Les experts qui 6tudient, de part et
d'autre, la question de la representation diplomati-
que, ajoule-t-on, poursuivent leurs traval;x dans un
esprit de mutuelle comprehension.
Le prince Buu Loc a eu, le 21 janvier, A Paris, un
nouvel entretien avec les collaborateurs de M. Pi-
gnon, pour la mise au point de certaines questions
de procedure et un examen compl6mentaire des pro-
blames en course.
Au sujet d'une announce faite d'une entrevue pro-
chaine entire M. Vincent Auriol et 1'Empereur d'An-
nam, il a 6t6 precise, dans les milieux autoris6s,
qu'elle ne peut &tre envisagee que lorsque la phase


d'6tude du problem franco-vietnamien sera terini-
nee.
M. Henri Queuille, President du Conseil, a recu,
en fin d'apres-midi du meme jour, M. Leon- Pignon.
M. Queuille a recu, le lendemain, A l'H6tel Mati,
gnon, le general Xuan.
Les entretiens franco-vietnamiens, qui ont eu lieu
a Paris entire M Pignon et le prince Buu Loc pour
complete les negociations de Cannes, se sont ter-
minds le samedi 22 janvier.
La suite des pourparlers et le maintien des con-
tacts entire le Gouvernement frangais et I'empereur
Bao Dai sont assures par les collaborateurs de ce
dernier et M. Herzog.
De son c6te, le general XuAn a continue jusqu'a
son depart, le 27 janvier, A contacter de nombreuses
personnalitis politiques, parmi lesquelles on note
M. Avinin, M. Marc Rucart, M. Max Andre, M. Ju-
glas, M. Georges Bidault. I1 a edt recu par les presi-
dents Herriot, Monnerville et Boisdon ; et a ren-
contre les Ministres Ramadier et J. Moch.
Avec M. Coste-Floret, le g6enral Xuan est all6, le
20 janvier, d6poser une gerbe de fleurs A l'Arc de
Triomphe sur le tombeau du Soldat Inconnu.
I1 s'est rendu, le 23 janvier, A la Pagode Indochi-
noise de Nogent, of0, dans une breve allocution, il a
soulign6 le caract&re symbolique de ses successive
visits au Soldat Inconnu et A cette Pagode, unissant
dans un meme hommage ceux qui ont d6jA affirms
par l'accomplissement d'un mime devoir, la frater-
nelle Union Francaise.
Avant de prendre l'avion pour rentrer A Hanoi,
il a declare :
J'ai iti particulidrement touch par l'excellent ac-
cueil qu'ont bien voulu me reserver les hautes per-
sonnalitis politiques francaises, en particulier le Prd-
sident Vincent Auriol, les presidents des trois Assem-
blees, le Prisident du Conseil, le president Ramadier,
le Ministre de la France d'Outre-Mer et le Ministre
de l'Intirieur. Au course de nos changes de vues, ces
hautes personnalitis ont fait preuve d'une bienveil-
lance attentive, d'un esprit de comprehension, pour
lesquels je tiens.a leur exprimer ma tres vive grati-
tude. A l'heure oit je rentre dans mon pays, je peux
me diclarer entidrement satisfait, car j'ai le sentiment
d'avoir, dans une certain measure, contribute a deve-
lopper ici le climate de confiance necessaire a la pour-
suite des conversations entire le Gouvernement fran-
cais et S. M. Bao Dai.
C'est maintenant surtout une question d'ordre gou-
vernemental ; j'espire que la decision sera proche.
Arrive A Saigon le 27 janvier, le President du Gou-
vernement Central Provisoire a prononc6, le lende-
main, A l'occasion de la Fete du Tft, un message
radiodiffus6 dans lequel il a exprim6 l'espoir que
I'ann6e du Buffle apportera la paix au Viet-Nam.
Apris lui, le President du Gouvernement du Sud-
Viet-Nam a declare qu'en accord avec les autorites
frangaises, tout resistant, arm6 ou non, qui se ral-
lierait maintenant ne serait pas inquiete.








Le jour du Tat, 29 janvier, les postes de radio d'In-
dochine ont diffuse un message de S. M. Bao Dai
enregistr6 sur disque en langue annamite qu'avait
.apport&6un avion d'Air-France. Le texte francais de
ce message a 6et diffuse A plusieurs reprises par Ra-
dio Monte-Carlo, relay par les diffirents postes de
la Radiodiffusion francaise. Voici le texte de ce mes-
sage :
A mes chers compatriotes,
En ce premier jour de l'annie Ky-Suu, je vous
adresse mes vceux les plus affectueux.
Depuis plus de trois ans, vous aver vaillamment
support d'immenses sacrifices. Loin du sol natal, je
n'ai cependant pas cessi d'etre en communion avec
vous. Vos souffrances ont etd les miennes ; j'ai par-
tagi vos espoirs. Pour repondre a I'appel de la patrie
et ia la confiance du people, j'ai accepted de recher-,
cher a mon tour une solution susceptible d'apporter
I'unite et l'indipendance au pays, a vous la paix et
la liberty. Le poids de votre abnegation et FI'me de
nos ancitres qui veillent sur notre destinee national
assurent que nos aspirations communes, si longtemps
poursuivies, seront realisees au course de l'annie Ky-
Suu. Mes chers compatriotes, mon action vise a ob-
tenir l'unite et l'indipendance du Viet-Nam, afin de
garantir votre liberty et votre bonheur. Je ne faillirai
pas a mon devoir. Par vos efforts, vous contribuereq
ensuite a edifier la grandeur et la prosperity de la
nation. Certes, nous avons ite durement eprouves
par les evenements actuels. Mais I'histoire atteste
que le Viet-Nam a toujours su vaincre le sort grace
. la tdnaciti et a la volonti de ses fils. En ce jour
passe -loin du sol de nos pares, ma pensie va vers.
notre patrie bien-aimee. Avec vous, je me recueille
devant ceux qui ont donned leur vie a la cause com-
mune. Leur sacrifice vous impose d'ecarter tout dis-
sentiment et d'unir vos efforts pour guider notre pays
vers le chemin de la renaissance et du progras. J'es-
pare que le printemps de l'annie Ky-Suu sera igale-
menit celui de notre pays. Avec nos frdres du Sud, la
grande famille du Viet-Nam se retrouvera enfin reu-
nie sur la terre ancestrale dans ses frontidres histori-
ques. Dans le cadre de ce renouveau gdndral, mon
retour parmi vous ne sera plus lointain. Confiant
dans l'amitie du people frangais et fort de votre en-
thousiasme, le Viet-Nam, uni et independent, vivra
en parfaite harmonies avec toutes les nations animees
du mime ideal de paix et de bonheur.
Tels sont les vwux qu'avec ferveur je formule en
ce dibut de l'annde Ky-Suu.
Le Conseil des Ministres vietnamien, reuni le i"
fevrier, sous la presidence du general Xuan, a de-
-cid6 la creation d'un comit6 charge de preparer le re-
tour de S. M. Bao DaY. Ce comit6 est compose du
general Xuan et des gouverneurs du Centre, du Nord
et du Sud du Viet-Nam.
Le Conseil des Ministres a decide qu'il remettra
sa demission collective A S. M. Bao Dai des son re-
tour, lequel, estime le President Xuan, aura lieu dans


un delai qui n'excedera pas six semaines. Enfin, le
Conseil a d6cid6 de designer les commissions char-
gees de negocier avec le Gouvernement francais sur
la base des recents accords.
Devant la perspective que le probl6me indochi-
nois trouvera bient6t une solution, H6 Chi Minh
6leve de nouveau !a voix, et, dans un message diffuse
par la radio vietminh le i" fevrier, il lance des me-
naces centre S. M. Bao DaY et demand aux combat-
tants vietnamiens de se tenir prits pour une contre-
offensive gindrale centre les troupes frangaises.

Tonkin

Pour raison de sante, le Docteur Bui Van Quy,
maire de Hanoi, a demissionne. C'est M. Nguyen
Xuan Dai, ancien chef de Cabinet de feu le Docteur
Truong Dinh Tri, assassin l'annee derniere, qui est
appel6 a lui succeder.
Le 17 janvier, S. E. Nghiem Xuan Thian, Gouver-
neur du Nord Viet-Nam, a proc6de A l'installation
officielle du nouveau maire de la ville de Hanoi.
Une ceremonie s'est d6roulee, le 8 janvier, au
siege du Gouvernement du Nord Viet-Nam, mar-
quant la passation effective des services de la police
municipal de Hanoi et de Haiphong sous le con-
tr6le des autorites vietnamiennes.
Au Ministare de l'Information, s'est deroulee le
13 janvier la remise solennelle des dipl6mes de fin
d'etudes aux elves de la 3 promotion du course
d'Education civique.
Une Ecole professionnelle des aveugles a 6et cr66e
A Hanoi.
Le nouvel aerodrome de Lao Kay a 6te inaugure
le to janvier. La mise en service de cet aerodrome
permettra a la ville et A la province d'etre relies
rapidement (en deux heures environ) A Hanoi.

Annam

S. E. Pham Van Giao, Gouverneur du Centre
Annam, apres un bref sejour en France, au course
duquel il a salu6 l'empeteur Bao Dai et particip6
aux entretiens franco-vietnamiens de Cannes, a re-
joint Hue le 2 janvier. II a declare, A son arrive
dans la capital du Centre Annam :
J'estime que, si le Gouvernement et le Parlement
francais n'aboutissent pas a un accord avec.S. M. Bao
Dai, don't les collaborateurs immediats sont des fran-
cophiles iprouvds, la France ne trouvera jamais, de-
vant elle, des partenaires aussi sirs et que le pro-
bldme franco-vietnamien ne sera jamais resolu pour
le plus grand malbeur du Viet-Nam et de la France.
Mais je suis certain, absolument certain que nous
arriverons a des accords aussi satisfaisants que pos-
sible, car, a l'heure actuelle, personnel n'a le droit de








faire durer davantage les destruction de richesses
immenses et de vies humaines qui nous sont encore
plus pricieuses.
Une cole d'officiers vietnamiens est ouverte A Hue.
Elle compete actuellement une soixantaine d'eleves,
qui ont 6te recrut6s parmi les forces armies vietna-
miennes actuelles : garde tonkinoise au Nord ; Viet
Binh Doan au Centre ; Garde du Viet-Nam au Sud.
Afin de pouvoir disposer rapidement des cadres
necessaires aux unites en course de formation, la
premiere promotion est composer de candidates qui
ont ddjA acquis une instruction militaire; apres
cette promotion, de caract&re exceptionnel, qui sor-
tira de I'ecole au mois d'avril prochain, le recrute-
ment des 6leves-officiers des forces armies vietna-
miennes s'effectuera normalement par voie de con-
cours.


Cochinchine

Me Beziat, ancien President du Conseil de Cochin-
chine, qui s.journait depuis quelque temps en
France, est retourne A Saigon le o1 janvier.
M. Tran Van Huu, apres un sejour A Hanoi,
oi il a exerc6 les functions de President par interim
du Gouvernement Central Provisoire, est rentre A
Saigon le 20 janvier, en passant par Hue, oh il a
salue la Reine Mere.
Le Gouverneur du Sud Viet-Nam, accompagnd de
M. Beauvais, Directeur de son Cabinet, a pris l'avion
le 6 fevrier pour se rendre en France, ofi il rencon-
trera S. M. Bao Dai A Cannes et l'entretiendra de
la question du statut de la Cochinchine.
La Chambre de Commerce chinoise de Cholon a
clos, en janvier, son Assemblee general en rdelisant
son president, M. Hong Liang, qui exergait ses fonc-
tions depuis deux ans. Cette Assembl6e g6ndrale etait
la premier: depuis la guerre.
L'Echo du Viet-Nam a 6td suspend le io janvier
pour 8 jot rs, par decision du Commissaire de la R&
publique de Cochinchine, pour publication d'une pro-
clamation violent du < Parti Social-d6mocrate du
Viet-Nam >, groupant .des dissidents Hoa-Hao qui
luttent acluellement contre les troupes frangaises.
La Faculty de Droit a inaugure, le 20 janvier, une
section de capacity en droit comportant des course
de premiere annee. I1 est prevu, pour mai prochain,
une session d'examens pour les 6tudiants de pre-
miere anneie.
Au course de la nuit du 14 janvier, un incendie a
ravag6 le quarter de Khanh Hoi, faubourg de Sai-
gon. Deux cents paillotes ont 6t6 detruites, deux
mille personnel sont sans abri. Les degAts s'elevent
, 17 millions de francs..
Le 2 fevrier, le personnel vietnamien des Bras-


series et Glacieres d'Indochine >, soit environ I.ooo
personnel, s'est mis en grive. II demand une aug-
mentation de salaire de 40 %.


Cambodge

Le 21 janvier, le Gouvernement cambodgien, pr&
side par M. Penn Nouth, a te6 renvers6 par l'Assem-
blee Nationale, une motion de censure ayant 6ti
adoptee par 43 voix centre 17 et 14 abstentions.
Cette motion de censure a 6et proposee par S. E.
Yem Sambaur, ancien Ministre et dissident du Parti
democrate, et visit le Ministre des Finances, S. E.
Measkonn, auquel il etait reproch6 d'avoir afferm6
un droit de pccherie A des personnalites appartenant
A la famille d'un Ministre actuellement en functions,
au lieu de le mettre en adjudication. Le Roi du
Cambodge a charge S. E. Yem Sambaur de former
le nouveau Gouvernement. S. E. Yem Sambaur
n'ayant pu reunir les concours necessaires s'etait
presque aussit6t effac6 devant le Ministre Monipong,
invest de la meme mission par le souverain.
S. E. Monipong, A son tour, a abandonne sa ten-
tative de former le Cabinet. Dans une lettre adres-
see au Roi le 28 janvier, il a d6clar << que les exi-
gences des parties lui ont rendu sa tache inutile et
inoperante >.
S. M. Sihanouk a ensuite charge le prince Intera-
vong de former le Gouvernement. Le 30 janvier, le
prince Interavong prevenait le Roi qu'il renongait
lui aussi.
Le 31, S. M. Sihanouk fit de nouveau appel A
S. E. Yem Sambaur. Et, le i" f6vrier, par 41 voix
centre 24, I'Assembl6e Nationale cambodgienne a
accord sa confiance au nouveau ministere Yem
Samrbaur.
Dans sa declaration ministdrielle, S. E. Yem Sam-
baur, apris avoir evoque les difficultis rencontrees
pour former le Cabinet, a souligne la n6cessite im-
perieuse de retablir, au Cambodge, la s6curite ac-
tuellement troublee par les bandes du Viet Minh.
Le nouveau chef du Gouvernement a debuted dans
la magistrature. 11 a ete successivement president du
Tribunal cambodgien de Konpong-Chhnang, puis du
Tribunal de Konpongthom. Elu d6put6 democrat,
il a 6td Secretaire d'Etat A l'Int6rieur et charge de
la police national dans le Ministere former par S. E,
Cheam Vam en fevrier 1948. 11 a quitt6 ce poste
lors de la formation du Ministere Penn Nouth, puis
a demissionne du Parti d6mocrate, au sein duquel
il menait I'opposition, et a crde le Parti d6mocrate
dissident, auquel il a rallied dix d6put6s.
S. E. Tiou Long, representant du Gouvernement
Royal du Cambodge en France, apres avoir et4 regia
par le President de la Republique, est reparti pour








'Ilndochine. I1 est arrive A Phnom Penh le 26 jan-
vier, en meme temps que le Dr Sonn, Ministre de
la Santd Publique, de retour de France egalement.
S. E. Tiou Long a declare que son sejour au Cam-
bodge durerait six semaines environ.

Laos

L'Assembl6e Nationale laotienne a adopted un texte
de loi fixant la situation de S. A. R. Tiao Boun-Oum.
Le prince conserve le titre h6r6ditaire, par descen-
dance directed masculine, de prince de Champassak.
I1 aura droit A une dotation et A des prestations en
'nature qui seront fixes par une loi. Ses pr6rogati-
ves seront d6terminees par une ordonnance royale et
lui front prendre place, au point de vue des pr6-
s6ances, immediatement apris le prince h6ritier de
Luang Prabang.
SVentiane a requ la visit du Haut-Commissaire
Pignon les 3 et 4 fevrier.


INFORMATIONS MILITAIRES

L'operation entreprise au Tonkin le 8 decembre
&dans la zone de Phuly-Chi Ne vient de se terminer.
Elle avait pour but de d6truire ou recuperer les ate-
liers, stocks, d6pits accumules par les rebelles dans
cette region qui en faisaient le centre le plus im-
portant de la production et du ravitaillement en
materiel de guerre des Vietminh du Tonkin.
Deux colonnes furent charges de l'op6ration : la
premiere, parties de la R.C. 6, entire Had3ng et I-loi
Binh, merchant vers le Sud; la second, compose
d'616ments de la marine et. de l'arm6e de terre pro-
gressant vers le Nord par le Song Day, et prec6de
par un groupement de parachutistes qui fut lach6
sur Tra Chau oCi se trouvait un important P.C. re-
belle qui fut surprise et en grande parties capture.
Les rebelles commencerent par appliquer leur tac-
tique habituelle : refus du combat et repli des uni-
tis r6gulieres, sous la protection des guerilleros et
troupes populaires auxiliaires sacrifiCes dans les
combats retardateurs. Mais dis que la direction sui-
vie par nos troupes, la prise des premiers ateliers et
des premiers d6p6ts leur eut montr6 la gravity du
danger, ils firent front et jeterent dans la bataille
ces regiments si pr6cieusement 6pargnes jusqu'alors.
Puissamment appuyes par la Marine et l'Aviation
de chasse, cependant que les bombardiers pilon-
naient P.C. et rassemblements sur les arrieres, nos
forces terrestres briserent rapidement toutes les r&-
sistances.
Le principal materiel d6truit ou r6cupedr se
monte, d'apres un premier d6nombrement, A : un
canon de montagne, 83 mortiers, 40 bazookas, 33
armes automatiques diverse, to mitrailleuses lour-
des, 95 lance-grenades, 40 canons de mitrailleuses,
3.600 obus de tous calibres, 3.600 mines, 180 fusils,


Ig.ooo grenades chargees, i8.ooo grenades non char-
gdes. Une tonne de bombes d'avion, 10 tonnes de
cartouches, plus de 8 tonnes d'explosifs divers,, 47
moteurs electriques ou A essence, 20 tonnes de mate-
riel 6lectrique, un poste de radio, 24 ateliers de fa-
brication complete, une tonne de materiel typogra-
phique, 8o jonques, plus de 90 tonnes de matieres
premieres, products chimiques, outillage, etc...
D'autre part, les pertes infligdes aux unites re-
belles au course des divers combats s'elevent a 717
tues, don't 7 officers et un commissaire politique (il
ne s'agit IA que des cadavres denombrds sur le
terrain, il faut y ajouter ceux qui furent emport6s
par les rebelles, les blesses graves, et les pertes tres
importantes dues A l'action de l'artillerie et de l'avia-
tion). Nos pertes sont de 41 tu6s, don't 2 officers.
L'operation terminde, nos unites ont regagn6 leurs
bases. '
Le train de Tourane A Hue a 6td attaque le 12
janvier A proximity du Col des Nuages. Le train
fut arret6 par des Vietminh d6guises en B.V.Q. (Bao
Ve Quan), partisans annamites. Le train arret6, ils
ouvrirent le feu, une mine sauta sous le train. Tous
les Frangais furent faits prisonniers. M. Langlois,
directeur des Chemins de fer, a disparu ; M. I'abb6
Grall et M. Farissin, commerqant, ont 6galement
disparu. 3 A.F.A.T. et un radio frangais, qui 6taient
enfermes dans le wagon-radio renverse par 1'explo-
sion, purent &tre retrouves indemnes. Ils ont dfi leur
salut au fait que les explosions durerent plusieurs
heures et empecherent les Vietminh d'approcher.
Le train Tourane-Hud a 6te attaoud de nouveau
le 24 janvier A 17 kms au nord de Tourane. On si-
gnale des morts parmi les voyageurs. Les degats
materiels sont important. Des renforts de troupes,
arrives sur les lieux, ont disperse les assailants qui
ont laisse quinze morts sur le terrain.
Le 17 janvier, une embuscade tendue par les Viet-
minh sur la route Bienhoa-Sa'gon, a blessed l'Inspec-
teur de Sirete Bonnefond et sa fille et caus6 la mort
de Mme Bonnefond.
A l'approche du Tat, une grenade a ete lance: sur
la foule au march de Saigon. On compete un tud et
32 blesses don't 5 grievement. Toutes les victims
sont des Vietnamiens.
Une embuscade, prdparde par le Vietminh sur une
plantation de caoutchouc, A Thuan Loi, a 60 kms
venant de Saigon, a fait 3 morts, le 27 janvier. Ce
sont : le planteur, M. Decouvreur, le R.P. Lefort,
aum6nier militaire, et un gendarme franqais.
La locomotive du train Saigon-Mytho a saut6
sur une mine, le 29 janvier. Deux personnel ont
ete tudes.
Un avion militaire frangais a 6td port man-
quant : il aurait 6t6 abattu par les partisans du Viet-
Minh.
Le Cambodge est came, sauf sur les confins co-
chinchinois, oui une certain agitation se manifesto,
qui est d'ailleurs en regression par rapport aux se-
maines precedentes.








Quelques incidents sans caract&re de gravity A
1'ouest de Luang-Prabang, pres de la frontiere. D'au-
tre part, nos operations dans la vall6e de la Nam-Bo,
pres de Nong-Het, A la frontiere de l'Annam, ont
continue ii 6tre fructueuses.
Un dep6t d'armes et un poste 6metteur-recepteur
ont ted decouverts par la police siamoise, dans une
province au sud-ouest du Siam. Cinq personnel ont
ete arretees et ont d6clard que ce materiel 6tait
destine A des groups de guerillas op6rant en Indo-
chine.
Le 29 janvier, A Paris, a et6 arrt6d TrAn Minh
Giam, dl~ve du Lycee Henri IV, membre d'un ser-
vice de renseignement du Viet-Minh, accuse d'avoir
participe ;a l'ex6cution d'Indochinois pro-frangais.
L'entrev ue projet6e entire la Croix-Rouge frangaise
et la Croi,-Rouge vietnamienne (relevant de H6 Chi
Minh) depuis le 11 d6cembre a enfin eu lieu le o1
janvier A (Chu Phan, province de Son Tay, A 30 kms
de Hanoi. La Croix-Rouge vietnamienne y 6tait re-
pr6sent6e par le Dr Vu Huu Chan. Alors qu'il avait
6td annonce que 400 lettres d'otages frangais seraient
remises aux dedlgues de la Croix-Rouge frangaise,
ceux-ci, M. Gannay et le Dr Huard, ont recu seule-
ment 156 iettres, certaines remontant A octobre 1947,
et d'autres non dates, probablement aussi anciennes.
M. Gannay a declare, le 13 janvier, que la prochaine
entrevue aurait lieu probablement dans le courant
de f6vrier et il avait I'espoir que les femmes et les
enfants francais seraient peut-&tre rendus. Mais le
19 janvier la radio vietminh a declare qu'aucune
entrevue n'aura lieu en f6vrier. II est permis de se
demander si la promesse faite par les d6elgues de la
Croix-Rouge du Viet-Minh < d'envisager prochai-
nement la possibility de liberer les enfants, les fem-
mes et les vieillards >, etait sincere.


AFRIQUE
OCCIDENTALE FRANCAISE

F4diration

NOUVELLES
CONDITIONS
DE NEGOCIATION
DE L'OR PRODUIT
EN A.O.F.
N accord avec les
Ministres des Fi-
nances et de la
France d'Outre-Mer, la
Caisse Centrale de la
France d'Outre-Mer ne se chargers plus, A computer
du r"' fevrier 1949, de centraliser les ventes d'or sur
le march mItropolitain et les marches strangers. Ces
operations seront faites directement par les produc-


teurs, sous le contr6le de la Direction des Mines de
I'A.O.F. et de la maniere suivante :
a) Les producteurs effectueront directement I'ex-
portation sur la Metropole de la totality de leur
'production, sur autorisation de sortie d6livrde par
la Direction des Mines et visde par le Representant
de la Caisse Centrale de la France d'Outre-Mer en
A.O.F.
b) La Chambre Syndicale des Mines Coloniales
sera le seul receptionnaire de l'or A Paris et se char-
gera des ventes pour le compete des producteurs. L'or
regu A Paris sera, apris titrage, affinage et lingotage,
vendu moitie au march libre A Paris, moitie sur les
marches strangers.
c) La vente de 1'or sur les marches strangers se
fera exclusivement en dollars U.S.A. et fera I'objet
de licences d'exportation delivrees par la Banque de
France apres visa de la Caisse Centrale de la France
d'Outre-Mer A Paris.
d) Le course qui sera applique par la Caisse Cen-
trale aux dollars rapatries sera le course d'achat en
vigueur en A.O.F. pour les operations commercials
au moment de la cession des devises.
e) Les exportations d'A.O.F. sur la m6tropole se-
ront faites : soit par les producteurs eux-memes, soit
par les intermediaires autorises A pratiquer le com-
merce de l'or (articles 6 et 7 de I'arrit6 general
no 879 F du 20 mars 1945), soit par les banques,
qui sont desormais autorisees A faire des avances aux
producteurs, garanties par l'or.
f) L'or produit en A.O.F. devra, dans le delai
maximum d'un mois apres production, etre export
sur Paris pour titrage, affinage et lingotage.
L'or, arrive A Paris, devra, dans le delai d'un mois
apres reception, etre vendu pour moitie sur le mar-
che m6tropolitain et, dans le d6lai de deux mois
apres reception, etre vendu, pour l'autre moitie, sur
les marches strangers.
g) Les devises produites par les ventes sur les
marches strangers seront mises A la disposition de
1'Afrique Occidentale Francaise.

LE SALAIRE DES TRAVAILLEURS AFRICAINS
DES ENTREPRISES COMMERCIALS
AU SENEGAL

Le journal Officiel du Senegal du 20 janvier fixe
le salaire minimum obligatoire et la composition de
la ration des travailleurs africains des entreprises
commercials, industrielles et agricoles du Senega!,
sur le territoire de la D6elgation de Dakar et dans
le Senegal, Dedlgation de Dakar exceptee.
Pour la Deldgation de Dakar, le salaire minimum
horaire obligatoire est de 17 frs. La ration fournie
en nature est comprise dans ce taux. Elle est fixde
A deux fois le salaire horaire pour deux repas et une
fois pour un repas.








S LE GENERAL BORGNIS-DESBORDES
EST NOMMI COMMANDANT SUPERIEUR
DES FORCES TERRESTRES EN A.O.F.

Le Journal Officiel du 27 janvier public un d6cret
du 19 janvier, portant nomination du general de
division Borgnis-Desbordes comme g6enral comman-
dant superieur des forces terrestres en Afrique Oc-
cidentale Frangaise A computer du 25 janvier.

Soudan

LE DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE

Apres avoir surmont6 les difficulties nees de la
guerre, le Soudan a connu, de i946 A 1949, une
grande activity, don't on peut dresser ainsi le bilan :
Le premier problime A r6soudre 6tait celui des
communications. En d6pit du manque de materiel
moderne qui commence seulement A arriver et qui
va permettre de terminer rapidement les travaux
entrepris, les 12.500 km. de routes et les 7.5oo km.
de pistes du Soudan ont 6te remis en 6tat. La route
de Bobo-Diaoulasso, qui a b6ndfici6 d'un credit de
pris de dix millions sur le F.I.D.E.S., a 6et comple-
tement transformee. A Bougouni, un pont de cent-
dinquante metres de long a 6t6 lanc6 sur le Baoule.
Ce pont, entierement en magonnerie, est pourvu
d'une double voie charretiere et de large trottoirs.
Les principaux terrains d'aviation du Territoire
pnt ,te agrandis et perfectionnes. A Bamako, la pre-
miere tranche des travaux est terminee : drainage
du sol et fosses de protection en maconnerie. La piste
doit prochainement ftre empierr6e et port6e A 2.000
rietres permettant I'envol et I'atterrissage des plus
gros avions. La piste de l'a6rodrome de Kayes est,
egalement, en voie d'allongement et les pistes de tous
les terrains des chefs-lieux de cercle ont ete portees
A I.ooo et 1.200 metres.
Les transmissions ont construit, durant ce temps,
pliusieurs bureaux de poste et telfgraphe. A San, un
nouvel H1tel des Postes est termin&. La liaison
Bamako-Dakar par teleimprimeurs est realisee, et
~inei liaison identique entire Kayes et Bamako est en
course d'essais. Des liaisons radiot6lephoniques entire
Bamako-Dakar et Paris sont, 6galement, retablies.
Enfin, la station radioelectrique de Bamako, enti&-
rement re6quipee, va devenir la plus important de
O'A.Q'F.
Le Service de l'Agriculture a proc6de A la dis-
tribution d'instruments aratoires (1.400 charrues en
unp an), de semences et de plants d'arbres fruitiers;
a mis sur pied des centres' de colonisation comme
ambl,ara et M'Pesoba, reorganis6 la station agri-
cole .de Katibougou qui, distribue, des maintenant,
plus d 6.ooo manguiers-greff6s par an, amenag6 des
terres irriguees (construction des usines de Kourouba,
Diafarab6 et Nantaka, mise en culturede 9.oo0 hec-


tares dans les planes de Mopti, travaux entrepris
sur io.ooo hectares de rizieres).
L'6levage a intensified et modernist la lutte contre
les 6pid6mies du cheptel a la cadence de 60.000 vac-
cinations anti-peripneumoniques et de 35.000 inter-
ventions anti-charbonneuses par an. Sept centres ve-
terinaires ont 6et construits et deux centres d'im-
munisation sont en voie d'achevement a Kayes et A
Sevare.
Un service d'hydraulique pastorale a 6et organism
au mois de juillet 1948. Enfin, de nombreuses reser-
ves ont et6 creees par les Eaux et Forets. Le domaine
class s'est accru de 70.000 hectares.
Un effort important a et6, 6galement, fait dans le
domaine social. Dans tous les cercles du Soudan, des
dispensaires, des maternit6s, des groups sanitaires
ont 6t6 construits en utilisant au maximum les pro-
duits locaux : pierre, chaux, briques, tuiles, etc....
faisant passer le nombre des consultations A plus
de trois millions par an.
En f6vrier 1948, un centre ophtalmologique, don't
le coit atteint 200 millions, a 6t6 mis en chantier a
Bamako, cependant que de nouveaux perfectionne-
ments 6taient apportis A l'Institut de la LUpre et i
la Pharmacie d'approvisionnement;
Le Service de l'Enseignement a ouvert, depuis
1946, deux cent trente classes nouvelles d'enseigne-
ment primaire. L'effectif scolaire est pass de in.ooo
en 1944 A 20.000 A la rentr6e de 1948. A cette date,
I'enseignement secondaire, primaire superieur et tech-
nique comptait un miller d'6leves repartis en une
quarantine de classes.
Un college de jeunes filles a 6te ouvert en 1947 a
Markala et une cole, comportant des classes de 6e,
en 1948 A Manankoro. A Bamako, un college clas-
sique et un college technique sont en voie d'acheve-
ment et la construction d'un college moderne de jeu-
nes filles et d'une ecole technique superieure est com-
mencee. L'ensemble de ces constructions scolaires re-
pr6sente pres de cinq cents millions de francs.
Les principles villes du Soudan se sont consid6-
rablement etendues. Partout, de nouveaux bAtiments
ont et6 construits en pierre de taille, en briques, rem-
plagant les v6tustes et cofiteuses maisons de
< banco >. A San, une cite nouvelle en dur a jailli
pr&s de l'ancienne. Mais c'est surtout A Bamako que
I'effort d'urbanisme s'est fait sentir. La capital du
Soudan a vu sa superficie presque doubler : 250 hec-
tares de quarters africains ont iete difies en moins
de deux ans selon un plan rigoureux, rompant avec
les modes de construction pittoresques mais insala-
bres des vieux quarters.
De modernes et 16lgantes villas ont 6et baties pour
loger les fonctionnaires du chef-lieu : la centime
vient d'etre terminee. Un nouvel hippodrome, dot6
de nombreux perfectionnements, vient d'etre inau-
gur6 et une Soci6et pour la construction d'un grand
h6tel moderne vient de se constituer. Le programme
d'extension du r6seau d'adduction d'eau et d'ilectri-








fiction se pursuit activement. Ce programme com-
prend, outre Bamako, les principaux centres du Sou-
dan, qui seront dots d'une installation complete des
que le materiel command sera A pied d'ceuvre.


C6te d'lvoire

LES TRAVAUX DU PORT D'ABIDJAN
II vient d'&tre proc6dd A la pose d'un tapis de fas-
cinage de 4.500 metres carris (le plus grand du
monde) dans l'avant-port de Vridi, le future port
d'Abidjan, qui doit &re construit dans la lagune bai-
gnant la capital de la C6te d'Ivoire.
Ce sont les Hollandais, grands praticiens dans
I'art des travaux des canaux et des ports, qui au-
raient, les premiers, mis en pratique la realisatioh et
la pose de ces tapis de fascinage, don't le but est de
preserver les fonds centre l'affouillement des sables.
Le tapis pos6 measure 185 metres sur 24 metres. II
est constitud par une sorte de large matelas de bam-
bous assembles, flottant sur les eaux, puis progres-
sivement couvert de pierres afin de le faire longer.
D'autres chargements de pierres seront, ensuite, de-
vers6s sur le tapis, qui reposera, ainsi, par quinze
mitres de fond, charge de six cents kilos de pierre
par mitre carr6.
L'entre .du chenal sera ainsi tapiss6e dans toute
sa larger et sur une longueur d'environ 500 metres.


Guin6e Frangaise

LE TRAFFIC
DU PORT DE CONAKRY EN NOVEMBRE
ET LES TRAVAUX EN COURSE

Au course du mois de novembre, au port de Cona-
kry, ont abord6 102 navires frangais et 8 strangers,
qui apportlrent respectivement 5.974 tonnes de mar-
chandises diverse, notamment mazout, p6trole, es-
sence, sel, engrais, etc..., par bateaux frangais, et
1.785 tonnes par bateaux strangers.
D'autre part, ioi navires frangais et 8 strangers
ont charge respectivement 3.642 tonnes de products
divers et 4.645 tonnes sur bateaux strangers.
L'amelioration des installations actuelles du port
de Conakry se pursuit sans reliche. La cloture des
emprises du port pour assurer une meilleure surveil-
lance, le betonnage des quais et des hangars, la re-
fection des canalisations d'eau pour permettre le ra-
vitaillement plus rapide des bateaux, le d6placement
de la voie ferree et l'extension des ateliers de Boul-
binet sont en course d'achevement ; la construction
du poste de douane et du commissariat de police
vient d'etre entreprise.
Le prolongement de la digue de la Prtidente, sur
une longueur de 350 m., a fait l'objet d'un march
de 350 millions, actuellement en voie d'execution.


La construction d'un quai minier de 300 m, dans
la parties nord et d'un nouveau poste pour bananier
entire ce quai et le port actuel, a 6t6 d6cidie et les
plans definitifs des ouvrages sont A l'6tude. Enfir,
les charpentes de trois nouveaux magasins-cales, qui
vont doubler la capacity actuelle d'entrep6t, sont at-
tendues incessamment.

L'INSTITUT
DES FRUITS ET AGRUMES COLONIAUX
DE GUINEE

La station central des cultures fruitieres tropica-
les, dependant de l'Institut des fruits et agrumes
coloniaux (I.F.A.C.), don't le siege social est A Paris'
est en voie de creation pris de Kindia, A Foulaya,
sur un grand domaine guinden. D'importants labo-
ratoires sont en construction, qui disposeront de
moyens de travail modernes (eau, gaz, air comprim6,
froid) permettant d'aborder toutes les recherches de
biologie v6g&tale, de la nutrition de la plante et tech-
nologie.
La Guinee b6ndficie ainsi de l'installation de la
portion la plus important de I'I.F.A.C., A cause de
sa vocation fruitibre indeniable.
L'I.F.A.C. reunit actuellement une vaste collection
de plants fruitieres originaires de l'Afrique du
Nord, de I'A.E.F., du Congo Belge, des Antilles et
d'Amerique Centrale. Les stages prevus en 1949 en
Floride et aux Hawai permettront d'enrichir les col-
lections. La recherche des varieties locales interessan-
tes (stations administrative et producteurs) a 6ga-
lement it6 realisee.
En dessous de la station central sont organisdes
les stations r6gionales d'application que I'I.F.A.C.
entretient dejA au Cameroun, en C6te d'Ivoire, en
Guinee et aux Antilles.
En Guinee, la station regionale de Basse et
Moyenne Guinde est accolee A la station central.
Les travaux y sont poursuivis differemment et ap-
pliques aux cultures locales. Des essais culturaux
accompagn6s d'observations reguliires 'sont dejA
commences dans les domaines suivants : bananier,
agrumes, ananas, paillage, entomologie.
Nombreux sont les producteurs qui viennent visi-
ter la station r6gionale naissante en s'int6ressant en
m8me temps aux am6nagements de la station cen-
trale qui se d6veloppe parallelement aussi active-
ment.
Sur le plan de I'information g6n6rale, I'I.F.A.C.
public une revue Fruits d'Outre-Mer et va faire pa-
raitre incessamment le premier bulletin local A des-
tination des producteurs guineens. Ce bulletin les.
tiendra au courant de l'activit6 de la station regio-
nale.

L'URBANISME

Des journ6es de l'urbanisme viennent d'avoir lieu
A Dalaba, dans le cadre du pavilion principal do








'H6tel des Chargeurs. La conference a 6te inaugurde
par le Gouverneur, en presence de tous les chefs
d'unit6s territoriales de la Guin6e, des chefs de sub-
divisions des Travaux publics et d'un certain nom-
bre de personnalit6s locales.
Les journdes d'urbanisme de Dalaba sont le signed
que notre administration entend reprendre sa mis-
sion de guide avec hauteur de vue et preparer dans
tous les domaines de la vie collective des solutions
dignes du pass civilisateur'de la France et de l'ave-
nir de ce beau territoire, a declare le Gouverneur.
Le programme prevu par les conferences s'est d&-
roul6 pendant deux journees cons6cutives. M. Lods
a prononc6 quatre conferences, illustries par des pro-
jections, parmi lesquelles celles de la Cit6 de I'air
d'Orly, et a present par des sch6mas les erreurs A
eviter et les solutions que preconisent les techniques
modernes de l'urbanisme.
M. Lods a pr6sent6 ensuite le plan de masse de
Conakry et le plan d'aminagement regional de Da-
laba. Ce dernier expos a &6t suivi d'une reunion A
laquelle participaient toutes les personnalites de la
region et au course de laquelle ont &et enregistrees
leurs diverse observations sur le plan de Dalaba qui
leur 6tait presented.
Trois autres conferences techniques ont complete
ce cycle d'exposes : Ja premiere sur les routes, par
M. Bonnal, chef des Travaux publics ; la second
sur les cultures des rizieres en vallees, par M. Tour-
nade, Directeur de l'Ecole de Tolo ; la troisieme sur
I'amilioration des methodes d'elevage en Guinee,
par M. Guerret, chef du Service v6terinaire.
Un certain nombre de plans furent enfin presents
aux aud'teurs, en particulier les avant-projets du
lycee de Dalaba et d'un h6tel A six stages sur le pla-
teau de Diaguissa, A 1.500 m. d'altitude au-dessus
de Dalaba.



AFRIQUE
EQUATORIALE FRANCAISE

Federation

T LE PLAN DECENNAL
D'EQUIPEMENT
I. ORGANISM
DIRECTEUR
A realisation du
Plan n6cessite la
mise en place, A
l'6chelon federal et
dans chaque Territoire,
d'un personnel r6duit mais qualifi6, se consacrant
exclusivement A la coordination des activities du Plan
.et au control de l'execution des budgets.


II. PRODUCTION AGRICOLE
Les principaux products agricoles exports par
l'Afrique Equatoriale, en 1947, sont les suivants :
Coton (fibre) ................... 21.064 tonnes
Huile de palme ................. 2.674
Palmistes ...................... 9.289 >
Caoutchouc ..................... 565 3
Cacao ......................... 1.596 b
Cafe .......................... 5.926
Tabac .......................... 237 o
Le programme de d6veloppement a pour objectif
de porter la production exportable aux tonnages ci-
apris :
Coton (fibre) ................... 42.000 tonnes
Huile de coton ................. 3.500 1
Huile de palme ................. 25.000 >
Palm istes ...................... 25.000 o
Arachides d6cortique es .......... 135.000
(ou huile d'arachides) ......... 45.000
Riz ............ ... ........... 44.000o
Caoutchouc d'hevea ............. 3.000 >
Cacao .......................... 3.500
Cafe .......................... 4.000
T abac ......................... 2.000
Les objectifs ainsi d6finis paraissent devoir 8tre
atteints sans difficulties majeures, grace A un ensem-
ble de measures tendant au d6veloppement ou A la
creation :
de la Recherche agronomique;
de l'Enseignement agricole;
de Stations de motoculture;
de l'Hydraulique agricole;
du Cre&it agricole A court et A moyen terme;
de l'equipement des Services techniques et des
collectivites rurales.

III. FORMATS CHASSES TOURISM
L'Afrique Equatoriale Franqaise a export, en
1947, les quantities de bois ci-aprs :
Grumes et equarris :
Okoume .................. 112.125 tonnes
Bois divers ............... 18.420 metres cubes


Deroulds et contreplaques :
Okoume ..................
Bois divers ...............
Sciages (ddbits) :
Okoum e ..................
Bois divers ..............


6.138
6.138

1.540
6.804


L'objectif que se propose l'Administration locale
est de conduire, en dix ans, le secteur prive A une
production de 560.ooo tonnes de grumes et a la r&
cuperation de 95.000 tonnes de d6chets d'abatage,
pour permettre les exportations suivantes, apris
transformation sur place d'une parties de la produc-
tion : '








Grumes et equarris :
Okoum ................. 2oo.000 tonnes
Bois divers .............. .. oo.ooo metres cubes
Deroules et contreplaquis :


Okoume ..................
Bois divers ...............
Sciages (debits) :
Okoum6 ................
Bois divers ...............
Panneaux-fibres :
Okoum6 ..................
Bois divers ...............
Pate a paper :
Okouraq ..................
Bois divers ...............
Placage.i (tranchds) :
Bois divers ...............


50.000 >
20.000

20.000
50.000 >

30.000 tonnes
20.000 >


30.000 D
100.000 s

3.000 metres cubes


ce qui representerait une exploitation de grumes de
290.000 tonnes d'okoume toutes qualities et de
270.000 tonnes de bois divers, correspondent au to-
tal annonce de 560.000 tonnes, et l'utilisation de
75.000 tonnes de dechets d'okoum6 et de 25.000 ton-
nes de d6chets de bois divers.
L'execulion du programme ainsi trac6 exigera :
un organisme de recherches ;
des itablissements d'enseignement;
et d'importants travaux de reboisement.

L'ESSOR DE LA PRODUCTION COTONNIfRE

Le coton est, aujourd'hui, la premiere production
de l'econornie de I'A.E.F.
Si cette culture, l'une des premieres pratiqu6es en
A.E.F., constitute une richesse economique, elle con-
cr6tise sur le plan social l'evolution noire, la cr6a-
tion d'un paysannat africain.
De l'empirisme A la culture raisonn6e et construc-
tive, sur ces deux plans 1'6conomique et le so-
cial telle est I'orientation, I'dvolution de la cul-
ture du coton en A.E.F.
L'essor de cette culture apparait dans le tableau
ci-apris (exprim6 en tonnes) :

Production de coton-fibre Production
cotton
Annie Mondiale A.E.F. non egrene
en A.E.F.
1925-26 ... 6.125.000 '93 585
1,28-29 ... 5.275.000 244 683
1931-32 ... 6.030.000 1.592 3.897
1933-34 ... 5.960.000 5.077 14.073
1937-38 ... 8.385.000 9.873 30.155
1941-42 ... 6.145.000 17.494 57.090
1944-45 ... 6.075.000 19.967 69.618
194-46 ... 4.655.000 24.762 76.532


Cette production 6tait export6e, avant-guerre, er
France et en Belgique ou Congo Belge.
En 1938, pour 9.900 tonnes produites, 4.000 ton-
nes furent exportees en Territoire belge et 5.900 ton-
nes vers la France metropolitaine. Pour 1934, cette
repartition 6tait de 2.400 tonnes centre 2.600.
Depuis la liberation du territoire metropolitan,
la production cotonniere est reservee aux usines md-
tropolitaines par l'interm6diaire du G.I.R.C.
II est remarquable de rioter la progression cons-
tante de cette production, qui est stabilisee, actuel-
lement, A 25.000 tonnes de coton-fibre exportees
chaque annee d'A.E.F., alors que la production mon-
diale est retombee, au lendemain de la guerre, au
plus bas niveau qu'elle ait atteint depuis 1923-24.
C'est que la culture du coton n'est pas, en Afri-
que Equatoriale Frangaise, lide A l'evolution du
march financier mondial mais A la fois un facteur
social conditionnant une activity humaine et un fac-
teur de production levant le potential economique
du pays.
Aussi, le developpement de cette production et
surtout l'am6lioration des conditions de culture sont-
ils les buts principaux du plan d'equipement de
I'A.E.F.
La doctrine est donc << conomie des sols et ren-
dement maximum de l'effort human >.
La production cotonniere de l'A.E.F., qui est ac-
tuellement de : 75.000 tonnes de coton graine et
25.000 tonnes de coton-fibre, pourra passer, sur dix
ans, a :
126.000 tonnes de coton graine, soit 40.000 tonnes
environ de coton-fibre, effort comportant un rende-
ment superieur des cultures escomptd A 450 kgs de
coton non egrend A l'iectare, centre un rendement
actuel de 300 kgs-ha.
Ce programme exige une meilleure utilisation des
sols, c'est-A-dire une amelioration technique des md-
thodes.
Le plan d6cennal d'equipement agricole de I'A.E.F.
prevoit done la creation de 5 stations de recherche,
de 3 fermes de multiplication et de 7 ecoles d'ensei-
gnement agricole.
Une region de production sera par ailleurs erigde
en < district pilote > illustrant sur le plan pratique
l'effort d'dducation et de protection-conservation des
sols que le Gouvernement Gendral de I'A.E.F. en-
tend mener A bien.
Le personnel que n6cessitent ces realisations com-
prend, au stade final
53 ingenieurs,
1oo conducteurs de culture,
760 moniteurs,
c'est-A-dire I ing6nieur, 3 conducteurs et 30 moni.
teurs pour 12.000 planteurs.
Ce programme agricole merite sans contest d'etre
complete par 1'dquipement industrial de I'A.E.F. en
usines textiles.
Ce project, que le Gouvernement Gendral envisage









de realiser, a 6t6 6voqu6 lors de la Conference du
Coton tenue A Brazzaville en juin dernier.
La richesse 6conomique qu'est le coton constitute,
en tout 6tat de cause, le < resort > d'une produc-
tion don't l'int6rht imm6diat et principal est encore,
dans un pays neuf, I'amelioration des conditions
d'existence.
En effet, le paysannat est ici la structure A recher-
cher pour que la soci&te africaine puisse, en masse,
realiser un initial progres, fixer les agriculteurs dans
le cadre familial et domanial coutumier.
Car, plus sfrement que tout autre facteur, I'abais-
sement du prix de revient et I'amelioration de la qua-
lit6 des products assurera l'6levation du niveau de
vie des populations. Le rendement et la quality de
agriculture en est le fondement, la valorisation de
l'effort des cultivateurs en est l'un des premiers
.moyens.

L'AMIENAGEMENT PORTUAIRE
PORT-GENTIL OU LIBREVILLE ?

11 ne pouvait ktre question de pr6voir la mise en
aeuvre de travaux de meme importance pour les deux
ports, trop proches l'un de l'autre.
Le choix s'imposait il est d'ores et d6jA fix6 sur
Port-Gentil.
Libreville subsistera comme port de cabotage
l'accostage des navires de fort tonnage exigeant des
fonds d'au moins o1 metres que 1'on ne trouve qu'A
2 kms de la c6te, 1'6ventualit6 de l'6tablissement
d'un port en eau profonde a et6 rejete ; son prix de
revient serait beaucoup trop elev6, et sa rentabilit6
insuffisante.
Le choix de Port-Gentil se justifie par sa situation
meme.
Abrit6e par le Cap-Lopez des houles de l'Atlanti-
que, la rade b6enficie de la presence de deux bancs
de sable : le banc du Talisman et le banc de l'Al-
cyon, qui constituent un fond moyen de i m.,
base id.ale de la future digue de protection; ce
fond elev6 permettra en outre de r6duire les rem-
blais au minimum et facilitera 1'6dification des ter-
re-pleins.
Enfin, le cheminement littoral 6tant tres faible,
l'ensablement du port n'est pas A redouter.
Les installations portuaires projetees seront 3 fois
moins onereuses A Port-Gentil qu'A Libreville, et
leur r6alisation present un indeniable caractere d'ur-
gence car la Cie Frangaise du Gabon s'efforce de de-
velopper rapidement I'industrialisation de l'arri6re-
pays.
Le plan du nouveau port a 6t6 mis A l'etude par
la D.G.T.P. 11 est, A,l'heure actuelle, termine et pre-
sente les caract6ristiques suivantes :
le port, don't l'ouverture est parallele A la c6te,
est abrite par 3 digues il couvre tout le banc de
I'Alcyon.
La digue Nord, longue de 1.7oo m., forme 2 bran-
ches : l'une perpendiculaire A la c6te, l'autre paral-


lile A celle-ci elle atteint rapidement les fonds de
to mitres.
La digue Sud, longue de 700 m., est 6difiCe sur des
fonds moyens de I m. 50.
Elles sont toutes les deux ,bord6es par un terre-
plein de 150 m. de large.
La digue Est est bord6e d'un terre-plein de ioo m.
La passe de 150 m. permet le facile acces aux 2
darses, separies par un m6le de 150 m. de large.
La, premiere des darses devant recevoir les navi-
res de mer sera draguee A 0o m. et flanqu6e de quais
de 1.125 m. de long, egalement fondes A 1o m. Sa
capacity de traffic moyen annuel est 6valude A 700.000
tonnes.
La deuxieme darse, riservie au batelage, present
un fond de 3 m., bord6 d'un quai de 1.075 m. de
long.
Enfin, le port est 6galement 6quip6 pour le cabo-
tage : un quai de 150 m. de large, fond6 A 6 m., est
prevu A l'extremit6 du m6le central.
Ceci constitute le project definitif.
Mais la realisation du 'plan doit s'effectuer en deux
temps.
La premiere tranche de travaux ameliorera tris
sensiblement les conditions de l'exploitation actuelle
du port, et servira de base aux travaux d6finitifs, qui
se poursuivront au course des prochaines annees.
Si les credits sont rapidement accords et si les
travaux sont mends activement, dans 2 ans environ,
le port se presentera ainsi A l'abri de -la digue Nord
de 1.700 m.
La digue Nord-Est sera amenee aux fonds de 4 m.
Les deux darses n'auront que 200 m. de large et
ne seront effectivement bord6es de murs de quais
que le long du mole central ; ceci sur une longueur
total de 850 m. Un canal drague A 2 m. amenera di-
rectement dans la darse de batelage les bateaux flu-
viaux.
Un terre-plein constitu6 par remblaiement absor-
bera les 1.500.000 m3 de sable dragu6 pour obtenir
la profondeur n6cessaire des darses, et s'6tendra en
bordure de la digue et de la terre jusqu'au mole. Des
ouvrages provisoires constitu6s par des fascines au-
ront pour double but de filtrer les products de dra-
guage et de retenir les remblais constituent les ter-
re-pleins, en attendant la construction des murs de
quais.
La c6te moyenne A laquelle sont arras6s les ouvra-
ges est de 4 m.
Les credits prevus, pour la r6alisation de cette
premiere tranche du plan atteignent approximative-
ment le chiffre de 600 millions, A decomposer comme
suit :
Construction de la digue de protection : too
millions ;
Draguage des darses : 200oo millions;
Fascinage des terre-pleins : 20 millions
Construction des quais : 270 millions.
Le financement des installations est assure par le
F.I.D.E.S.








Des que les credits seront accords, le project sera
inis au concours.
II est ii souhaiter que les travaux puissent com-
mencer et se poursuivre A la cadence prevue, afin que
le Gabon soit enfin A m&me de tirer profit du d6ve-
loppement croissant de son potential industrial.

LA MANUFACTURE DE CIGARETTES
DE BRAZZAVILLE

Les tabacs utilis6s pour la fabrication des cigaret-
tes proviennent de differentes sources : 1'apport le
plus important est constitu6 par des tabacs dits e ta-
bacs indiglnes > cultiv6s A la plantation de N'Sah,
propri&et de la Soci6et, ou achet6s directement A la
R6gie Metropolitaine des Tabacs, qui supervise
toutes les autres plantations.
Dans la composition du melange entrent 6gale-
ment, mais pour une moindre part, du tabac blond
d'Alg6rie (region de B6ne) et du tabac americain
(Kentucky et < moka > de Saint-Domingue).
Le goal des cigarettes s'apparente A celui des Gau-
loises. Elles ne cofitent que 14 fr. 25 le paquet.
Le tabac, une fois parvenu dans les entrep6ts de
la manufacture est pret A subir les diff6rents trai-
tements qui le transformeront en cigarettes.
11 est tout d'abord < d6manoqu6 >, mouill6 et
melang6, afin d'obtenir le goat definitif. Le melange
coupe, hich6 finement, est passe, encore humide au
torr6facteur qui, en 5 ou 6 minutes, le debarrasse de
1'eau don't il est impr6gn6 ; A la torrefaction succede
le tamisage, qui refroidit le tabac et, combine avec
un systime d'aspiration, le libere des poussieres
qu'il pourrait encore contenir.
Enfin, [e tabac effectue un stage d'environ 3 se-
maines, sous forme de tas compacts, dans la < cham-
bre des masses >, ofi il acquiert une homog6neit6
parfaite.
Le m6lange est achemin6 sur un tapis roulant vers
une 6troile gorge au fond de laquelle se d6roule le
mince ruban de paper qui va l'emprisonner. 11 est
tass6 et compress de facon A remplir exactement le
cylindre de paper qui s'6tire en une immense ciga-
rette, aussit6t college. sur toute sa longueur, puis tran-
connee rdgulierement.
Les cigarettes rates sont immediatement defaites,
et le tabac r6cup6r6 est remis dans le circuit.
La machine d6bite et imprime de 900 A i.ooo ci-
garettes A la minute.
A la fabrication des cigarettes succide la mise en
paquets de 20, sous double envelope. Une deuxieme
machine effectue ce travail, a la cadence moyenne de
164 paquets A la minute. Les paquets sont ensuite
dirig6s sur la cellophaneuse. Celle-ci, a raison de 1oo
paquets A la minute, les enrobe d'une troisieme en-
veloppe qui doit les mettre A l'abri de 1'humidit6,
et Ieur donne en meme temps une presentation plus
flatteuse.


Les paquets terminus sont groups en cartouches
de 25 ou 50, que l'on soumet encore A la chaleur
seche et intense de la chambre de chauffe.
L'exp6dition des cigarettes se fait, sur toute l'6ten-
due de la Federation, dans des caisses doublees de
paper ,paraffinE.


La production actuelle ne suffit pas, malgr6 les
15.000 paquets sortis quotidiennement, A satisfaire
toutes les demands.
La S.I.A.T.C. s'appr&te A doubler, d'ici quelques
mois, son installation.
D'autre part, elle envisage, d&s la mise en place
du nouveau materiel, le lancement d'une second
marque : les < Brazza >, moins fortes que les
< Rolla .


EXPLOITATION MINIERE

Les exploitations aurifires de I'A.E.F. traversaient
depuis deux ans une crise resultant de la disparity
entire 'le course official d'achat et les prix pratiqu6s
sur les marches libres.
Une solution qui n'etait qu'un palliatif avait Wte
recherche dans un systeme de prime A la produc-
tion, favorisant les entreprises les mieux -quip6es.
Les miniers continuaient A vendre toute leur pro-
duction d'or A la Caisse Centrale de la France
d'Outre-Mer et I'A.E.F. beinficiait en retour d'une
allocation en devises correspondent A 20 % de ces
ventes.
Malgr6 les hausses du course de 1'or sur le march
m6tropolitain, 1'or 6tait achet6 par la Caisse Cen-
trale sur la base de 202 frs C.F.A. le gramme jus-
qu'au r.ajustement mon6taire du 18 octobre 1948
courses de 1,70 fr. m6tropolitain pour i fr. C.F.A.).
Le Haut-Commissaire de la R6publique, les parle-
mentaires d'A.E.F. n'ont pas manque d'attirer I'at-
tention du Gouvernement sur. une situation qui ne
pouvait qu'&tre prejudiciable A 1'6conomie de la F6-
deration.
Apres des consultations qui se sont deroulees tant
A Paris qu'A Brazzaville, le Gouvernement vient de
decider :
i) que les producteurs d'or d'A.E.F. pourront ne-
gocier la moiti6 de leur production d'or sur le mar-
ch6 libre metropolitan et I'autre moitie sur les mar-
ch6s strangers ;
2) que les devises resultant des negociations A
I'etranger seront obligatoirement rapatriables sur la
base du taux de change official applicable aux op-
rations commercials.
En outre, la Federation de I'A.E.F. beneficie des
devises correspondent A ces ventes de la moitie de
la production total d'or.
3) le b6enfice de ces dispositions est acquis aux








operations relatives A l'or d6pos6 depuis le 18 octo-
bre 1948.
Ces measures sont I'occasion d'un examen de la
production de l'or et des conditions d'exploitation
en Afrique Equatoriale.
Modeste A ses debuts, I'entreprise miniere cons-
titue aujourd'hui une des principles richesses de
I'A.E.F.
Comme toutes les entreprises, elle s'est heurt6e A
la p6nurie de main-d'oeuvre de l'Afrique Centrale,
aussi, les exploitants ont-ils di rechercher dans la
mecanisation le moyen de mener A bien leurs ef-
forts.
A la fin de 1947, les engagements en moyens m&-
caniques pouvaient etre values A 75 millions de
francs C.F.A. Les provisions d'equipement dans l'ave-
nir portent sur plus de 60 millions.
Les soci6tes minieres sont d'ailleurs engages dans
cette voie par des d6grevements fiscaux et par la
mise A leur disposition d'une parties des devises pro-
venant de leurs ventes A l'etranger.
L'outillage est d'autant plus necessaire que les
exploitants portent, depuis quelques annees, un in-
ter&t croissant pour les gisements en roche qui ont
toujours entrain6 un accroissement notable de pro-
duction.
Le tableau ci-aprEs donne l'6volution et I'exten-
sion de la production d'or :

Annees 1929 1930 1931 1932 1934 1938
Kgs 3 88 246 516 921 1.240
AnnId8 1939 1940 1941 1944 1946 1947
Kgs 1.793 2.476 2.983 2.580 2.226 2.182

La production atteindra, pour 1948, le meme chif-
fre de 2.100 kgs.
Les Territoires du Gabon, de l'Oubangui-Chari et
du Moyen-Congo se partagent les chantiers auriferes.
Pour 1947, la production se rdpartissait ainsi :


G abon .....................
Moyen-Congo ..............
Oubangui-Chari ............

TOTAL A.E.F ............
On peut esperer que les measure:
venues sont propres A donner A la
un regain d'activite.


L'INFRASTRUCTURE AE
LES AERODROMES DES T

Le Plan d'6quipement aeronau
Equatoriale Frangaise deabore pa


1.289,6 59 %
507,8 23 %
385,2 18 %


Travaux Publics et des Transports (Inspection Ge-
nerale des Bases aeriennes) prevoit la creation ou la
transformation, dans un programme d6cennal d'6qui-
pement, de 67 aerodromes.
I aeroport de classes < A > pour avion de 155
tonnes : Brazzaville-Maya-Maya;
5 adrodromes de classes i B : pour avions de
50 tonnes ;
16 adrodromes de classes < C > pour avions de
20 tonnes;
45 adrodromes de classes < D > pour avions de
5 tonnes.
Nous avons public dans un pr6ecdent bulletin de
press une etude traitant de l'infrastructure aerienne
et particulierement de l'aerodrome de Brazzaville
(Maya-Maya).
L'amenagement des aerodromes qui desservent
Fort-Lamy, Fort-Archambault, Bangui, Pointe-Noire,
Libreville, est le suivant :

Fort-Lamy :
L'aerodrome de Fort-Lamy, situ6 en bordure
Nord-Ouest de la ville, peut recevoir des appareils
de 12 tonnes. La piste,, briques sur champs, bitumee
qui measure I.1oo m. sur 40 m., est actuellement en
course d'allongement A 1.300 m. Elle est parfaitement
accessible aux avions du type Douglas DC-3 utili-
ses par Air-France pour l'exploitation de la ligne
Dakar-Brazzaville (service hebdomadaire).
Cet aerodrome sera utilis6'encore pendant une du-
ree ind6terminde. L'isolement de Fort-Lamy, son im-
portance economique qui se developpe de plus en
plus, la tendance des changes A s'accroitre, ont fait
envisager la creation dans la capital du Tchad d'un
adrodrome de classes superieure qui pourra permettre
de recevoir les avions < longs-courriers > et des
avions-cargos pour le transport des marchandises.
Les etudes sont actuellement en course et l'on en-
visage la possibility d'un d6marrage des travaux dans
le courant de l'ann6e prochaine.

Fort-Archambault :


2.182,6 100oo % Fort-Archambault, situ6 A mi-chemin environ sur
la transversale unissant les capitals du Tchad et de
s r6cemment inter- l'Oubangui, est un point d'escale regulier of se po-
production de I'or sent les DC-3 de la ligne Dakar-Brazzaville par
Fort-Lamy exploit6e par Air-France.
L'a6rodrome, situ6 A proximity Sud-Ouest de I'ag-
RIENNE : glom6ration, possede une piste en laterite de 1.370
metres sur 40 m., accessible pour tous les appareils
ERRITOIRES d'un poids maximum de 16 t. en toute saison.
L'allongement de cette piste A 1.500 m. est pr6vu
tique de 1'Afrique dans le programme de reclassement des aerodromes
r le Ministire des de I'A.E.F. et sera entrepris dans le courant de 1949.









Bangui :
A 4 h. 50 de Brazzaville par DC-3, trait d'union
du Tchad et du Moyen-Congo sur la ligne Dakar-
Brazzavilie via Fort-Lamy exploit6e par Air-France,
Bangui possede un aerodrome accessible toute I'an-
n6e aux avions de 16 tonnes. Celui-ci, situe A 4 kms
de la ville, possede une piste en argile lateritique sta-
bilisee do it la longueur a 6t6 port6e A 1.700 m. dans
le courant de cette anp6e ; la larger est de 60 m.
Un pavilion d'escale vient d'etre acquis et sera
modernist prochainement. Ces nouvelles dispositions
permettront d'offrir momentandment, aux passagers
une escale relativement comfortable dans 1'attente
de la realisation d'un aerodrome de classes sup6rieure
pour avio.is de 60 tonnes sur un nouvel emplacement.
Celle-ci est incluse dans le programme de moder-
nisation ilabord par la Direction des Bases aerien-
nes, don't la mise en route aura lieu en 1949.

Pointe-Noire :
Par sa situation privilegiee en bordure de l'Atlan-
tique, po:nt de depart du C.F.C.O., terminus des
Compagnies de Navigation Maritime Francaise, do-
t6e d'un port ou peuvent acceder les navires de charge
et les paquebots, Pointe-Noire est appel6e A devenir
A I'A.E.F. ce que Dakar est actuellement A I'A.O.F.
La position important de cette cited n'a pas ete
perdue de vue par I'aviation civil et commercial.
Pointe-Ncire possede actuellement un adrodrome de
classes B ( e seul de l'A.E.F.) qui permet la reception
des appareils < longs-courriers > de 40 tonnes, c'est-
A-dire des Douglas .< DC-4 > et des < Constella-
tion >> (42 tonnes).
Dans le courant de I'annee 1948, un < Constella-
tion > de la line Amsterdam-Johannesburg exploi-
t6e par la Cie Hollandaise KLM a fait dans de par-
faites conditions une escale imprevue sur ce ter-
rain.
La piste, mesurant 1.800 m. sur 60 m., a Rte portee
A 2.000 m. sur 6o m. et renforcee, les profils ont 6et
ameliores et I'aire de stationnement agrandie. Tous
ces travaux ont 6t6 executes dans le courant de cette
annee.
Ceux-ci seront poursuivis sans arrft pour faire de
Pointe-Noire un aerodrome moderne de classes su-
perieure pour appareils de 60 tonnes. En 1949, seront
entrepris les travaux de balisage de nuit et de per-
fectionnement des installations necessaires A la s6cu-
rit6 aerienne.
L'ddifica:tion d'un pavilion d'escale moderne et
confortab e, qui offrira aux passagers les commodi-
tes qu'ils souhaitent trouver lors d'une escale, est
egalement prevue.
Enfin, la ville'est relive A l'aeroport par une ave-
nue moderne avec chauss6e en dalles de baton vibre,
don't la construction total sera achevee incessam-
ment.


Libreville :
Un effort particulier a et6 fait dans le courant de
I'ann6e 1948 pour la modernisation de cet aerodrome.
Celui-ci, plac6 en bordure de l'Atlantique, se
trouve sur 1'artere Dakar-Brazzaville via Douala
exploit6e par Air-France (service bi-hebdomadaire).
La piste d'envol en moellons de laterite cylindr&e
a 6t6 allongee et measure actuellement une surface
utilisable de i.6oo m. sur 50 m. L'aire de station-
nement et la piste de degagement ont et6 6galement
ameliorees.
La construction d'un petit pavilion d'escale com-
prenant : bar, restaurant et diverse commodit6s est
actuellement en course. Son achievement est prevu
dans le premier semestre 1949. La modernisation des
installations de security de l'a6rodrome est actuelle-
ment entreprise, ainsi que 1'agrandissement de 1'aire
de stationnement, qui sera portee A 120 m. sur 80 m.
Tous ces travaux ont leur achievement prevu dans
le courant de l'annee 1949.



TOGO


DECLARATION
DU GOUVERNEUR
SCI CEDILE AU CONSEIL
DE TUTELLE

s E Conseil de tu-
Ln telle a ouvert, le
29 janvier, la dis-
cussion sur l'adminis-
tration du Togo fran-
gais.
Le Gouverneur Cidile, representant special de la
France pour ce Territoire, a faith une declaration pr6-
liminaire dans laquelle, soulignant les progr.s du
Togo sous I'administration de la France, il a af-
firm6 que la situation 6conomique du pays 6taet flo-
rissante :
... Une industries ligsre y est en voice de creation,
grace i un prt de 450 millions de francs accord
par la France et don't une parties n'est pas rembour-
sable, a-t-il precise.
Et le Gouverneur C6dile a ajout6 :
Une Assemblie representative compose, en grande
majority de Togolais, vote le budget et discute les
propositions de l'Administration frangaise. L'ensei-
gnement est entierement gratuit et est donned vingt-
cinq mille dlives. Les meilleurs d'entre eux sont
envoys en France pour terminer leurs dtudes. Dans
les dcoles, les h6pitaux et dans les autres champs
d'activitd, la discrimination racial a edt supprimie.









L'ENSEIGNEMENT

Une cole A 3 classes vient d'etre achevee A Be,
centre important de la banlieue de Lome. Cette
cole drainera les enfants du quarter Amoutiv6 et
les quarters peripheriques de l'Est de la ville, qui
font 3 A 4 kilom&tres pour se rendre en classes.
Le 3 janvier, a commence A Lomb, pres du College
Moderne, l'implantation d'un group scolaire de 12
classes qui recevra A la rentr6e prochaine 750 el6ves.
Ainsi se pursuit activement, dans tout le Terri-
toire, le plan d'6quipement scolaire.

L'~DUCATION PROFESSIONNELLE

Pour doter le Territoire de la main-d'ceuvre qua-
lifide qui lui fait defaut, le Commissaire de la R6pu-
blique a cr66, au profit des ouvriers et artisans des
entreprises privees ainsi que des ouvriers des servi-
ces techniques de l'Administration, un stage de per-
fectionnement en France.
Ce stage, don't la durbe ne pourra 8tre superieure
A un an, est envisage pour les professions suivantes :
m6canique, menuiserie-6benisterie, coupe et confec-
tion de v&tements pour hommes, cordonnerie, pho-
tographie, bijouterie, boulangerie-pAtisserie.
Les candidates devront &tre Ages de 18 ans au moins,
tre Togolais d'origine, avoir fait des etudes g6ne-
rales du niveau du certificate d'&tudes primaires el&
mentaires et avoir sauf pour la boulangerie-pA-
tisserie exerc6 au moins 6 ans la profession.



CAMEROUN


LE RAPPORT i
DE LA FRANCE
SUR L'ADMI-
NISTRATION
DU CAMEROUN


RESENTANT, dc-
vant le Con-
seil de Tutelle,
le rapport pr6limi-
naire sur l'adminis-
tration franqaise du Cameroun, M. Watier, Admi-
nistrateur des Colonies, a indiqut les reformes que
la France avait introduites dans ce territoire, qu'elle
administre en vertu d'un mandate de la S.D.N., con-
firm6 par I'O.N.U.
Apris avoir rappel6 que le Cameroun &tait, de-
sormais, represents aux Assembl6es parlementaires
franqaises et qu'une Assembl6e representative came-
rounaise votait le budget et participait A l'adminis-
tration du Territoire, M. Watier a ajoute :


Les prestations obligeant les indigOnes d travailler
gratuitement pour les travaux d'utiliti publique ont
itd supprimdes et le principle de l'dgaliti des salaires
pour les Europdens et les Africains est applique. Des
syndicats ont ite crdis et les cooperatives d'achat et
de vente ont d'autant plus de succes qu'elles rdpon-
dent a l'instinct communautaire des populations in-
digenes.
Le d6elgue francais a soulign6, 6galement, les re-
formes introduites dans les domaines 6conomique,
judiciaire et scolaire.


!LE TRAFFIC DU PORT DE DOUALA EN 1948

Le traffic total du port de Douala a atteint 344.093
tonnes, en progression marquee sur l'annee 1947 qui,
avec 278.732 tonnes, enregistrait dejA le chiffre re-
cord du grand port du Cameroun. Le traffic de 1946
ne s'elevait, en effect, qu'A 200.000 tonnes.
Le movement du port de Douala, en 1948, se
decompose ainsi :
180.500 tonnes aux exportations et 163.500 aux
importations.
Ce traffic traduit un fort accroissement du fret
lourd A l'entree (fer, ciment, carburants, houille),
qui correspond aux progres de l'6quipement du Ca-
meroun.


LA CAISSE D',PARGNE DU CAMEROUN

Le service de la Caisse d'Epargne du Cameroun,
dejA important en 1947, a poursuivi son d6veloppe-
ment au course de l'ann6e derniere. L'annee 1948 a
vu l'ouverture de cinq nouveaux bureaux : Foum-
ban, Sangmelima, Bafoussam, Dschang et Bafia, ce
qui porte A dix-neuf le nombre des bureaux ouverts
depuis 1939.
Cette extension est justifiee par les resultats ac-
quis jusqu'a present, en particulier en ce qui con-
cerne les epargnants autochtones.
La progression dans l'ouverture des comptes a et&
assez marquee au course de ces dernieres annees. De
214 nouveaux comptes en 1939, on est pass A 445
en 1944 et A 761 en 1948.
Voici un tableau comparatif des comptes africains
et europ6ens :
Europ6ens Africains


1944 .......................
1945 .......................
1946 .......................
1947 ......................
1948 .......................


592 1.187
498 1.831
475 2.619
526 3.224
618 3.893








SAu 31 d cembre 1948, les comptes ouverts se r6-
,partissaient ainsi, en nombre et valeurs :


Europdens ............
Afiicains ......... .....
:Soci6tes ................

TOTAL .............


598 12.339.003,7
3.893 18.634.713,6
20 366.588,5

4.511 31.340.3o6


Le chiffre total a ainsi progress en valeur de
16.269.ooo en 1946 A plus de 31 millions en 1948.
L'6pargne africaine representait 9.353.000 en 1946
,et 18.634.000 en 1948.



MADAGASCAR


CONCLUSION
D'UN ACCORD
FRANCO-AMERICAIN
POUR
L'EXPORTATION
DE GRAPHITE
DE MADAGASCAR


L E Ministere des Af-
S faires 6trangeres
communique
K Par un change de
lettres, en date du 26 janvier, le Gouvernement fran-
cais et le Gouvernement des Etats-Unis ont conclu
un accord conformement aux dispositions de l'arti-
cle 5 de l'accord de cooperation economique du
28 juin r)48 par lequel le Gouvernement frangais
autorise la vente de 19.800 tonnes de graphite de
Madagascar au Gouvernement des Etats-Unis.

< Le Gouvernement frangais autorise la sortie de
ce produi: pour un tonnage annuel maximum de
3.000 tonnes metriques nettes. Ce tonnage a 6te fixed
en tenant compete des besoins de la consommation
interieure et du commerce d'exportation de la
France. >>


LE RENOUVELLEMENT
DE LA MISSION DE M. DE CHEVIGNE

Le Journal Officiel du 27 janvier public un d6-
cret du 1i janvier, aux terms duquel, A computer du
27 janvier, la mission de M. de Chevign6 comme
charge des functions de Haut-Commissaire de la
R6publique A Madagascar et d6pendances est renou-
velee.


UN NOUVEAU JOURNAL
DE LANGUE MALGACHE

Un nouveau journal de langue malgache, Gar-.
tin'ny Malagasy (Journal des Malgaches), vient ,de
paraitre. I1 d6finit ainsi sa ligne de conduite :

< Aucun des fils de notre ile ne peut nier que nous,
cherchons A restaurer son independence, mais une,
restauration sans brutality et ayant comme base e1-
gale le pr6ambule de la Constitution frangaise et de
la Charte de San Francisco.
< Nous n'esp6rons pas une independence imm6-
diate; seulement, nous voulons qu'on commence
petit A petit A conduire les Malgaches vers ce but.
< La collaboration est la garantie de l'avenir,
qu'elle soit entire Malgaches, qu'elle soit entire Fran-,
gais et Malgaches. Ainsi, notre effort devra tendre
A rapprocher les differentes populations de Madagas-
car, a faire disparaitre les parties qui nous ont tant
divis6s. >>


LES BOURSES DES ETUDIANTS
DE MADAGASCAR

Certains 6tudiants de Madagascar s'6tant plaints
de I'insuffisance des bourses qui leur 6taient allouees,
le Haut-Commissariat a public un communique pre-
cisant que les bourses ne sont pas des allocations
< obligatoirement dues aux 6tudiants et qu'elles sont
destinees A leur entretien,' et non A des d6penses
somptuaires > et qui ajoute notamment :
A la Metropole, les bourses sont accordees avec
une extreme parcimonie aux 6tudiants. Seuls, les su-
jets d'elite reconnus necessiteux (6tudiants de families
pauvres, victims de guerre, anciens combatants,
etc...) par les Commissions r6gionales, se voient al-
louer des subventions. qui ne d6passenf jamais 8.ooo
francs m6tropolitains par mois, some que les ben-
ficiaires se trouvent tres heureux de percevoir.
La situation des 6tudiants de Madagascar est dif-
f6rente. Jusqu'au i" avril 1948, ils percevaient, i
Paris et A Marseille : 102.000 frs metropolitains par
an, et dans les villes de province : 93.600 frs.
Depuis le i" avril 1948, le Haut-Commissaire a
fait porter les bourses A 15o.ooo frs metropolitains
pour Paris et Marseille, et A 141.600 frs pour la pro-
vince. On doit ajouter que les fonctionnaires mal-
gaches boursiers et marids pergoivent une subvention
compl6mentaire A titre d'allocation familiale qui est
verse directement A leur famille A Madagascar.
S'il est exact que les 6tudiants boursiers se plai-
gnent de l'insuffisance des allocations, il est, pour








le moins, strange de constater qu'ils ne font rien
pour abreger, leur sejour en France, car, sur 13 6tu-
diants qui ont termine leurs 6tudes en 1948, 12 ont
trouve des pretextes divers pour prolonger ce sejour
et, certain sont en France depuis plus de dix ans.
Ajoutons que le Haut-Commissaire'a fait, r6cem-
ment, I'acquisition, A Paris, d'un h6tel destine aux
etudiants, qui a coitt 25.ooo.ooo de frs. Un jeune
homme peut y' trouver une chambre munie de tout
le confort moderne au prix de 2.100 frs mitropoli-
tains par mois.
Les repas peuvent etre pris A la Cit6 Universitaire
ou dans des foyers d'etudiants, au prix de 75 frs, et
le petit d6jeuner coite environ io frs. Avec 6.900 frs,
un 6tudiant a done sa vie materielle assuree ; il lui
reste 5.600 frs pour son entretien et ses etudes. Beau-
coup de camarades metropolitains aspirraient A be-
ndficier de pareils avantages.
Ces precisions, qui peuvent paraitre longues dans
leur expose, devaient etre donnies ; elles viennent r6-
pondre A des critiques malveillantes ou A des reven-
dications systematiques qui sont, nous l'affirmons,
infondees et d6nuees de gratitude.
N'oublions pas que l'octroi de bourses d'etudes
pour la Metropole constitute pour le budget du Ter-
ritoire une charge se chiffrant A plusieurs millions.


COTE FRANCAISE DES SOMALIS


AVIS AUX
IMPORTATEURS
ET EXPORTATEURS
CONCERNANT
LES RELATIONS
COMMERCIALS
AVEC LA COTE
DES SOMALIS


-- -- E journal Officiel
I du 12 janvier pu-
blie un avis selon
lequel, A computer de la publication du present avis
au Journal Officiel dans chacun des Territoires de
I'Union Francaise, toutes les importations en pro-
venance de la C6te Francaise des Somalis effectuees
dans un des Territoires ou pays de l'Union Frangaise
seront assujetties A la delivrance d'une autorisation
d'entree.
Dans les memes conditions, toutes les exportations
a destination de la C6te Frangaise des Somalis et
originaires d'un Territoire ou pays compris dans
I'Union Franqaise seront soumises A la delivrance
d'une autorisation de sortie.





















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publide au present bulletin est purement objective. Elle n'implique
,videmment aucune adhesion du Minist&re de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimdes dans les articles
reproduits et litre d'information.


PRESS ME


INDOCHINE

Les journaux mitropolitains de cette piriode ont
riservi leurs commentaires exclusivement aux entre-
tiens de Cannes.
SCertains journaux ayant donned des interpretations
assez fantaisistes du voyage du chef du Gouverne-
ment prozisoire en France, I'Horizon Vietnamien re-
tablit la vzrite :
( Quoi le plus nature que la visit d'un chef du
gouvernement A son chef d'Etat, que la visite d'un
alli6 A la lca.aitale die la Fd6Bration A laquelle il an-
partient ? Est-il necessaire de cherc'her A l'expli-
quer en supposant certain dissentiments entire
1'empereur et le nr6sidlont du, Cabinet ? Parlor de
crise, alors qu'il s'aigit d'une demarche tout A fait r6-
guliere, c'e.st, encore une 'fois, faire passer le plaisir
d'annoncer des nouvelles sensationelles avant Ia
satisfaction plus austere d'Anoncer simn.ement
Ithumble 'vrit6... Affermir, d6velopper I'amiti6 qui
unit la mi'tropole et le novel Etat vietnamien, on
conviendra que c0st LA un motif trbs suffisant pour
justifier lne longue randonn6e au-dessus des
-oceans. ,
Dans Sud-Ouest, de Bordeaux, du 26 janvier, I'an-
cien Haut.Commissaire Bollaert a imis une opinion
particular cement autorise :
e Pour douloureux ,true soit le problime de I'Indo-
cihine et pour ambre que soit notre experience, il
est urgent de faire la demarche, intellectuelle indis-
pensable ii la comprehension et -A la solution die ce
probl6me,. I1 ne suffit pas de dire, comme certain,
qu'il faut savoir prendre son temps et que la solu-
tion franchise finira par ipr&valoir. La politique de
I'autrucihe n'a jamais conduit ,qu'A des d6sastr's.
Si le regime colonial qui date, aujourd'hui, du
pass, prcsupposait la force, il est reconnu, aujour-


TROPOLITAINE


d'hui, que la force ne pleut plus servir de base aux
rapports entire les peuples i:t que. seule, une con-
fiance r6ciproque permet le r6tablissement d- rela-
tions normales entire individus ou entire collv-ctivit6s.
Or, si nous devons 6videmment rechercher, avant
tout, 1.es partenaires don't le pass est le plus .roche
dil nous inspire confiance, nous ne devons pas ou-
blier que notre premier devoir est aussi de leur ins-
pirer confiance 0n dissonant les equiv-'r'es m'nun'u
opinion publiaue, par trop instable, a facheusirment
contribu6 A entretenir.
< Une voie nous est encore ouverte. En rejetant
aux extremes le colonialisme attard di s uns et le
nationalism 6chevel] des autres, la France, une fois
de plus, saura rester fidAle A sa mission tradition-
nelle de mesunr et de pro.gres. )
A la veille des entretiens qui devaient se derouler
it Cannes, voici l'avis exprime par le Figaro du
15 janvier :
( II faut trailer, certes... Mais il faut traiter avec
un partenaire loyal don't la parole ne puisse pas
8tre mise en doute, don't Ie .comportement ne puisse
cacher aucune manoeuvre, aucune, duqperie. L'emne-
reur Bao Dai a Wte apnel officiellement A en.gager des
n6gociations avec la France. >
Et ce journal d'approuver le choix du Gouverne-
ment. Cette opinion est parfaitement conform t
celle de l'Aube du mime iour :
(< Les buts de la France nei pouvaient Wtre, atteinta
qifen collaboration avec les Indochinois valables.
Ce n'est pas ]e cas de l'actuel ,gouvernement de M. H6
Chi Minh, lequel ien d-ehors du fait qu'il est mi-
noritaire sans aptorit6 a dAmontrA que sa signa-
ture 6tait sans valeur... Lui abandonner la parties sc-
rait liver A sa vindicte les Indoohinois qui nous
ont fait confiance. Au contraire, un accord sign &
IHub avec dies gens valables et responsables peut en-









trainer le ralliemnent, pleut-6tre I'assise d'un gouver-
neunent d&mocratique.
L'organe catholique La Croix, le 25 janvier, s'est
aussi demand avec qui traiter : H6 Chi Minb ou
Bao Dai ? Elle a trouvi cette rdponse :
u A vrai dire, les exigences de Pun ,et de' 'autre
sont sensiblement les mnmies si 1'on se place sur le
plan des revendications relatives A l'ind6pendance.
Le second est communiste et I'on sait ce que cela
implique tant sur le, plan interieur que sur' le plan
ext6rieur. (Bao Dal n'.est pas catholique, mais l'imp6-
ratrice et ses enfants le sont, de m6me qu'une bonne
parties de l'l6ite annamite. Des lors, il ne pleut y avoir
de doute sur le choix de 1'hommee avec qui e cau-
ser. )

. L'Epoque (du 20 janvier) pense aussi que < I'appui
des catholiques est un ailment important de la po-
litique de Bao Dai. Sait-on qu'il y a, au Viet-Nam
deux millions de catholiques sur vingt millions d'ha-
bitants, soit i/1oe de la population ? >, demand ce
journal.
Apris les entretiens t Cannes, M. Maurice Schu-
mann explique, dans l'Aube du Ig janvier :
<< La France sait que dans 1es rangs memes du
Vietminh figure et combattent de tris nombreux
nationalists don't la volonte profonde est dee con-
qu&rir une ind6pendancel garantie, et non pas de
siervir une id6oloigie 6trang6re. Le retour de Bao Dai
a Hue et la publication de l'accord don't la conclu-
sion definitive doit .suivre ce' retour, Jeur fourniront,
a Ja fois, l'oecasion et les raisons d'un ralliem-ent
qui n'exirgera, de leur part, aucun renoncement.
a VoilA pou-rquoi les entretiens qui s'achevent A
Cannes doivent 6trei salu-s comime une solide esp6-
rance par tous ceux qui veulent, vraiment let seule-


ment, Ja liberty du Viet-Naim dans une Indochine pa-
cifile. >
L'Horizon Vietnamien voit encore plus loin
(( Que 1'on songe seulement A 1'6motion qui sai-
sira Je people vietnamien lorsqu'il verra reparaltre
son souverain 16gitime, aureoil du prestige rd'ne
ind6pendancel enfin conifirmie par des applications
pratiques... En obtenant, pour le Viet-Nam, les r6-
rogatives d'une nation liibre et souveraine, le g6nerai
XuAn devrait done, logiquienment, aavoir porter le coup
mortel au clan sovi6tique. qui s'efforcel encore de
nous asservir. Des maintenant, ii ne parait pas don-
teux que les conditions essentilelles sont replies,
qui vont piermettre d'entamer Ja derniBre tape,
celle de la pacification.

Devant le denouement proche qui pourrait sceller
une entente definitive entire le Viet-Nam et la France,
H6 Chi Minb commence a montrer son mdcontente-
ment et profire des menaces. Devant cette < offen-
sive >, le Figaro conseille
( II convient, plus que jamais, de garder son sang-
froid et de ne pas perdre de vue l'objectif essential
qui est d'apportrer, Ie plus t6t possible, une solution
equitable et logique ih ce douloureux probleme viet-
namien. Traiter avec ceux qui repr6sentent 1'im-
mense maj'orit6 du people vietnamiren, n'est-ce pas la
logique et 1'6quit6 ?
Ce -Matin est encore plus affirmatif
q Si nous voulons 6viter qu'un nouveau foyer de
conflict international s'allume aux frontibres de
l'Union franchise, nous devons tout mettre En oeuvre
pour que prevale aussit6t que possible la solution
franco-vietnami.enne don't Bao Da'i constitute la clef.
C'est le .d6sir de la majority de I'opinion francaise
come du Parliement; c'est aussi le d6sir l.gitime
de I'opinion libre dans le monde. >


POLITIQUE GENERAL


L'Epoque public un article de M. Marius Leblond,
de l'Acadimie des Sciences Coloniales, intitule < No-
tre politique colonial : de l'accord fausse de Casa-
blanca ae l'accord faussaire de Yalta >, oi l'auteur
analyse les conceptions de Roosevelt << en matiere
anti-coloniale >. En inspirant la Charte de l'Atlanti-
que, ecrit-il notamment, le Prdsident de la democra-
tie amiricaine a completement miconnu l'cuvre co-
loniale < absolument remarquable, souvent giniale
de la Troisieme Ripublique, laquelle n'a rien a vpir,
avec le colonialisme. Or, pas un instant, nos chefs
politiques n'ont fait valoir non seulement le nombre
de milliards mais le nombre de vies francaises et le
total de genie criateur que nous avons investis dans
nos colonies... Ils n'ont pas davantage fait valoir, a
San Francisco, I'admirable auvre d'enseignement,


d'assistance midicale, d'iducation progressive que les
grands voyageurs anglais n'ont cessi d'admirer dans
notre Empire de 19oo a 1940.
a A Casablanca et A Yalta, kcrit encore M. Le-
blond, Roosevelt a ced6, par opportunisme, aux vo-
lontes de Staline, ceci a l'encontre des < desseins et
des supplications de Churchill.
A Yalta, ce sont les Soviets qui ont command et
comme codified l'anticolonialisme pour preparer le
dipkcement de notre empire qu'allaient tenter de per-
pitrer les massacres d'Algirie, d'Indochine, de Ma-
dagascar.
Et M. Leblond conclut que la France, qui n'a pas
6t6 pr6sente A Yalta, doit se reus'er a en accepterles
( combinaziones >. A ]a tres prochaine session di
1'O.N.U., elle doit se presenter avec des dossiers
renouvelks, des idWes neuves, un esprit r6novateur >.
(a L'Epoque a, 1I .anvier).









Questions 6conomiques et sociales


Les p&cheurs du Logone et du Bas-Chari

Prance-Illustration public un article de M. Jean-
Paul Lebeuf, oi l'explorateur fait une relation de
son s6jour che? les picheurs du Logone et du Bas-
Chari et donne les premiers risultats des recherches
de la mission scientifique qu'il a effectuee dans la
regionn tchadienne.
(a Franoe-Illustration D, 21 Janvier).

La condition humaine en Afrique Noire
avant la presence franeaise

France Outre-Mer du mois de fivrier 1949 attire
Inattention des lecteurs sur un livre du Medecin-Gd-


ral Inspecteur Murat : < Satires illustries de I'Afri-
que Noire >>. Le rdcit public sous le titre < L'Homme
chassis au feu > evo.que le regime de guerillas et de
raZiias de bitail human qui sdvissait dans certaines
regions de l'Afrique Noire avant que la France n'y
imposat la paix.
(a Franoe-Outre-Mer *, f6vrier 1949).

Le coton en A.E.F.
Un article bien illustri et renseigne par une carte
donne un aperCu, dans France Outre-Mer, de ce que
reprisente le coton en A.E.F. qui, selon la formule
de l'auteur, M. Charles Meunier, < rapporte i mil-
liard par an aux autochtones >.
(a France-Outre-Meer f6vrier 1949).


PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINE,

Le probli~ e vietnamien tient toujours la vedette
dans la press indochinoise et la conserve plus que
jamais pendant cette piriode oil se diroulent les en-
tretiens entre M. Pignon, le gindral Xuan et S. M.
Bao Dai.
Le nouvel hebdomadaire vietnamien Horizons, de
Saigon, proclame qu'avant tout < la solution du pro-
bldme vietnamien est urgente >>.
e Le temps press, l'occasion est fugitive, les com-
plications internationals nous guettent. II faut la
paix sans retard pour arreter I'effusion die. sang, dvi-
ter d.e no ivelles destruction, permettre la mise en
tat de defense, du pays. Le president du gouvernle-
ment central provisoire va precisement discuter h
Paris avec S. M. Bao Dai et le lHaut-Commissaire
Pignon des moyens d'y alboutir, *en suivant la voie
tracee par M. Bollaert... Tous les 6elments d'un re-
gleanent equitable et durable sont d6ej rassembl6s.
11 ne suffit plus que id'un dernier effort de bonne
volont6 .et de loyaute de part et d'autre, pour que
revienne, plus forte que jamais, l'amiti6 entree nos
dieux peuples. Puisse avec l'aube de l'ann6e nouvelle,
se lever clette immense espirance. >)
Cet espoir qui se lIve, pourrait se rjaliser avec le
retour de celui < qui, aux yeux des Vietnamiens, re-
prdsente ,t la fois la tradition et l'avenir >, c'est-ta-
dire l'Empereur Bao Dai, dit M. Jules Hagg, qui,
dans Le Journal de l'Extreme-Orient du 17 janvier,
estime fort significative la recent et nette prise de
position du groupement < Dong Minh Hoi > en fa-
veur de la cause de l'Empereur. II ajoute : < C'est
H6 Chi Minh lui-meme qui est l'artisan de son ex-
clusion des negociations, auxquelles l'avaient, impli-
citement au moins, convie les reprisentants de la


France, notamment : M. Max Andrei Fontaine-
bleau, M. Bollaert i Hadong... C'est bien le Gouver-
nement vietminh qui dinonfa le modus vivendi li-
brement accepted par son chef, demontrant ainsi que
sa signature itait sans valeur >.
Le lendemain, l'dditorialiste du Journal d'Extreme-
Orient rappelle de nouveau, ai propos du chef viet-
minh, qu' < on ne dira jamais assel... qu'il n'a jamais
rdpondu i aucune des invitations directed ou indi-
rectes qui lui furent adressies... Traiter avec lui !
Mais d'abord qu'il se manifeste..., et puisqu'il dispose
d'une radio, qu'il fasse au moins savoir quelle' sont
ses intentions, et quelles seraient iventuellement ses
propositions... >
< Peu imported d'ailleurs : le gouvernement fran-
cais a fix6 sa politique, et c'est en son nom que
M. Pignon tente de d6montrer A Bao Dai que son re-
tour prochain est desirable. >
( Et c'est bien parce qu'ils sentent quie, la rentr6e
de l'ex-emipereur pourrait rame'ner la paix en In-
dochine que 1es supporters d'H6 Chi Minh lancent
cette offensive brusquee et maladroite. Car, une fois
le gouvernement vietnamien d6finitivement 6tabli,
*c'est contre son propre pays que, s'il persiste dans
une ,guerilla inutile, le Vietminh slera en lutte. >
Quant au Doc-Lap, quotidien vietnamien de Sai-
gon, il estime que la France, pour les ndgociations,
devra s'appuyer uniquement sur les accords de la
Baie d'Along, car, icrit-il, notamment, < en traitant
de nouveau avec H6 Chi Minh, elle perdra ddfiniti-
vement sa presence au Viet-Nam, nul n'ayant plus
confiance en sa signature >.
Mais que pense, en gindral, le milieu vietnamien
du retour de l'ex-empereur ? Le Tia Sang (Tonkin),
du I9 janvier affirme que








... t le people resp'ecte IBao D'al et lui accord toute
confiance car il consid6re que l'ex-mempereur a beau-
coup plus de poids que H6 Chi Minh sur le plan
international, qu'il est en idelhors des parties et qu'il
est Je seul a repr6senter dignement l'esprit national.
Mais cela ne signifie pas, ajoute ce journal, que Bao
D)al pourrait revenir au Viet Nam les mains vides. o
. L'ensemble de la press du Tonkin, qui suit avec
une extreme attention l'dvolution des pourparlers
franco-vietnamiens en France, partage l'opinion ex-
primie par le Tia Sang.
Apris l'entretien entire le gindral Xudn et S. M.
Bao Dai i Cannes, commentant le communique qui
rapporte les paroles de l'Empereur, le Thoi Su du
i3 janvier juge que
< 1a declaration dm'ontre sa determination ,de
menier .A bien sa mission, et r6duit A n6ant les doutes
emis par certain sur son d6sir profound de se con-
sacrer enti6rement Ai 1'avenir de son pays. >
Le Tia Sang voit dans ses paroles < une pricieuse
recompense spirituelle pour ceux qui ont lutti dans
l'intdret de la patrie, et un avertissement pour ceux
qui se sont ecartes des buts poursuivis par la na-
tion >. Pour le Tieng Goi, cette entrevue entire le
chef du Gouvernement provisoire et l'Empereur,
< est le prelude a de futures rencontres qui demon-
treront au people vietnamien que ses dirigeants ne
I'oublient pas .

MADAGASCAR
Le paysan malgache

Le Fandrosoam Baovao estime que la condition
actuelle du paysan malgache, qu'il travaille pour


son compete ou sur une concession, est encore insuf-
fisante :
< La situation actuelle ne saurait se d6fendre.
Nous nous trouvons- done amends a cherchier une
nouvelle organisation idu paysannat malgache, la-
quelle, condition sine qua non de sa r6ussite, devra
tenir compete des tendances naturelles de l'individu.
< Pris isol6ment, le Maligache 6choue. Done, il
faudra le mettre en group. Mais qu'on fasse bien
attention aux modes et conditions de ,groupement
parce que J'hom.me est individualiste farouche, d'
moins pour unie chose : la proprite6.
< 'Conclusion : tout syst6me tendant A collectivi-
ser la propri6te ne trouve pas son assise A Madagas-
car.
e Pourtant, nous le r6p.tons une fois dei plus, pris
isol6ment, le Malgache 6choue.
< Alors, mettons les moyens ,de production en
colliectivit*, sans nuire en rien A, la propriety indi-
viduelle. (Syst6me Andrianapoiniherina).
< Quels moyens 'de production A adopter ?
< La machine, mais, une machine bien 6tudiee et
adapt6e au genre du sol et de la culture.
< La masse malgache ignore la machine. C'est
pourquoi nous voulons I'organiser -en < fokonolona ,,
servi par un seul tracteur par example, mani6 par
un seul m6canicien. I1 est possible de former 100
m6canici.ens pour 100 cooperatives ou federation -de
fokonolona, tandis qu'il faudra laisser le temps pour
former la technique mecanique des 1.350.0,0(0 culti-
vateurs.
Ainsi, la tAche sera bilen delimitee ; le m6cani-
cien conduit son tracteur et laboure les champs ; le
cultivateur cultive le terrain labour6.
< II ne sera pas trop difficile d'apprendre au .cul-
tivateur les bonnes m6thodes de culture, surtout si
1'on peut avoir un imoniteur conscient de son role. >
((( Fandrosoam Baovao n, 14 Janvier).


PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press etrangere traduits en francais peut &tre consulate d la
Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, Piece 17, 1" Etage).
Les numrros qui figurent ci-dessous d la suite de l'indication d'origine des articles de press permettent
de se reporter au texte complete des dits articles.



I. PROBLEMS GINERAUX


A) L'IDUCATION DES MASSES

La formule < Education des masses > ne satisfait
personnel. L'U. N. E. S. C. O. I'a rejetie et remplacie
par i Education de base >. D'autres prdfirent parler
de < Perfectionnement communautaire >, d'autres
encore < d'Education des adults >. Au Colonial
Office, on a parle de < Diveloppement de l'initiative
dans la Sociedt africaine >.


Peu imported la terminologie. Disons d'abord ce
que l'on entend par < Education des masses >.
... < L'Education des masses > lest premierement
et surtout un moyen d'6ducation ; elle reclame du
people une participation effective non *une recepti-
vit6 passive. Elle vise a e61ever le niveau de vie par
toutes sortes de proc6d6s et fait appel h tous moyens,
6coles, classes d'adultes, ensedgnements techniques
divers, dans la mnesure o~ ils ont un pouvoir edu-,









cateur 'et sont susceptible de fire le people penser
et agtr par lui-meme.
Notre personnel technique est trop faible pour
nous pisn- ettreo de r6pandre 1'enseignement techni-
que rapidement sur d'importants territoires. Nous
pouvons disposer d'un no-mbre suffisant d'hommes
pour drainer le's marais, mnen'er A bien une campa-
gne de vaccination, mettre ien march' une ferme
modBle, surveiller les reserves forestibres, mais in-
suffisant pour le project doe tongue port6e de pOersua-
d'er des milliers de personnel que 'ces choses sont A
entreprendre dans leur int6r6t propre...
Deux obstacles surgissent done sur le chemin de
l'Educatiov, des masses : manque de personnel et
absence d'enthousiasme dans le people don't les meil-
leurs elements n'ont qu'une ambition : apprendre
l'anglais pour obtenir une place au << Gouverne-
ment >>.
... Si le personnel est insuffisant et qu'il soit im-
possible de 1'augmenter par suite -du manque de
ofo:nds, il y a un seul rembde : groupe2r le ;personnel
disponible .eh 6quip.es, cellules ou groups de tra-
vail, lever leur enthoiusiasme et leur consci-ence
professionnielle au degr6 le plus 6lev6 et les en-
voyer en 6quipe propager leur ivangile par l'action
de leur propre enthousiasme et de leur exermple.
C',est la mi'thoode qui a 6t6 utilisAs' par les maitres
les plus heareux dans l'eurs r6sultats, de Socrate an
parti Coim'nuniste...
L'exempie le plus frappant des rdsultats que peut
obtenir celte technique de 'action en equipe pour
l'dducation des masses est fourni par la brigade
culturelle de Mexico.
Elle comprend 6 A 10 personnel don't un maitre
d'Acole enlrainW, un agricultelur, un mAdecin, une
sag"-femmc, un maitre de travail manuel, un sp6-
cialiste de la m6canique, peut Atre un maitre d'6cole
enfantine uin artisan tel que tisserand ou potier, un
maitre en t ravaux domestiques, et un maitre de dan-
ses folkloriques, de musique ou d'art. II peut se faire
que le mbc'ecin soit quelquefois ce que l'on appeolle
un assistant medical et l'ing6nieur une sorte de con-
ducteur -de travaux, mais ils sont suffisamment qua-
lifies pour 8tre d'un niveau nettement superieur A
ceux des hiommes des villages of ils travaillent.
La brigade s'installe dans le village pour 3 ou 6
mois, ou Ilius. Sa tAclhe consist A d6couvrir des
thefs autochtonels dans le village, clever le standard
d'existence, et entrainer les chefs indigenes A conti-
nuer le travail lorsqu.e la brigade partira, pour que,
m6me si c: village ne peut continue A progresser
de ses propres forces, la progres d.jia fait ne soit
pas perdu...
La premiere tache consiste a rechercher dans la
region choisie les < chefs naturels >> a qui les spd-
cialistes expliquent l'idde de leur champagne et leur
en exposent les details au course de discussions. Ces
chefs retournent a leur village et parent A leurs
voisins, creant une atmosphere < d'attente et d'exci-
tation >>.
S.. La champagne pour 1'Education des masses &
Udi, en Nig6ria Orientale qui lest bien connue, tut


entam6e come une campaagne d'enseignement;
exactement A P'im.age du movement ( dh'acun ,en-
seigne A chacun >, men6 par Mrs Hope Hay A Min-
dolo en Rhod',sie du Nord. En tant que champagne
.d'instruction, I'effort fait A Udi n'eut pas de sucacs.
Queliques centaines de personnel altlrent de l'avant
et beaucoup d'entre eiles apprirent A lire et 6crire ;
mais il n'y cut pas de signes prouvant que ce mou-
vement d'enseignement pourrait s'6tendre de sa pro-
pna initiative. A ce moment, alors que la faible
flaamme d'instruction paraissait mourante, un gr6-
sillement soudain encourageant, et un l6an d'int6rAt
dans une toute, autre direction se manifesterent. Les,
villages d'Ogwofia vinrent trouver les promoters
de la champagne disant : < cette affaire d'enseigne-
ment est excellente, m.ais si vo'us d6sire-z vraiment
nous aider, pourquoi ne' nous offrez vous pas une
nouvelle route et utne maternity. C'est IA ce qu'en
v6rit6 nous d*6sirons >...

A quoi l'officier responsible de la champagne rd-
pliqua :
e Je ne peux vous offrir de- route :ni de clinique,
pas plus du rest quae d'instruction. Si vous d6sirez
apprendre A lire vo'us aureiz a travailler pour le
faire ; et si vous voulez une route ou une clinique,
vous avez A travailler pour I'obtenir. Ce quiet j.e puis
vous offrir est un avis ou un secours, de m6me que
je puis le faire au point de' vue enseignement. Si vous
voulez fournir le travail et une parties des fonds, je
vous apporterai des conseils 6tudiks et peut-&tre to
rest de l'argent.

Le march fut conclu. Les autoritis fournirent
surveillants et conducteurs de travaux. Le village se
group pour faire la route et construire le batiment.
Alors 1's villages rivaux entrrrent dans le jeu.
Les autres villages devaient avoir leurs routes, leurs
points, leurs cliniques et dispensaires. Ainsi le mou-
vement se r6pandit sur toute la region. Il engloba
des constructions d'6coles et de boutiques coop6ra-
tives.
Ainsi, les autorites s'imaginaient que le people
d'Udi avait besoin d'instruction et ce n'dtait pas ga
qui l'interessait a ce moment. Mais il est tres pro-
bable << que sans la champagne d'enseignement, les
villageois n'auraient pas itd amends a demander une
route et une clinique >.
Dans cat esprit, la conference colonial tenue &
Cambridge en aofit dernier s'aventura, faisant preuve,
d'audace, A d6flnir I'6ducation des masses, comme
un mouvement d'am'elio.ration communautaire, men6
avec la participation active et si possible par I'ini-
tiative spontance .de la communaut6. La Conf6rence
ajoutait que si l'initiative spontan6e n'apparaissait
pas d'elle-m6me, et cela arrive frequiemment, elle
devait 6tre stimul6e par toute technique don't on
puisse user. Mais cet veil de l'initiative n'a pas A
tna olbtenu par des brigades sp6ciales .de choc on
techniques. Ge travail faith parties du domaine ad-
ministratif ou technique du fonctionnaire du poste.
Nous devons habituer quiconque travaille au d6ve-
loppement de territoires attard6s quell que soit
son m6tier A se regarder commie un 6ducateur









des masses, responsible du d6veloppement de l'ini-
tiative di people, pour F'am6lioration communau-
taire.
(a East Africa and Rhodesia ., 20 Janvier). 4.443.

B) COURSE D'ADULTES EN AFRIQUE

L'dducation des adults en Afrique est un pro-
blame a l'ordre du jour. A en croire les spicialistes,
elle constitute une experience passionnante car on y
trouve < au lieu du scepticisme et de l'indifference
qui caracterisent trop souvent les efforts iducatifs
tents en Occident, un public vivant et enthousiaste,
avide d'apprendre >.
C'est avec oe.tte conviction que la Dl16gation pour
PEnseignement A l'ExtBrieur d'Oxford a decide en
1947 de parrainer des course d'6tudes en Gold Coast
et en Nigeria. Diepuis cette date trois Directeurs
d'Etudes permanents employes a la D616gation ont
Wte envoys ,en missions de durees in6gales...
... On peut mesurer le, succs de. cette experience
en disant que l'auditoire de base (616ves ayant as-
sist6 aux deux-tiers des reunions) atteignait 125
unites en ,Gold Coast en 1947, iet 225 (avec deux di-
recteurs d'Etudes) en (Nigeria -en 1948.
Deux cent cinquante-cinq 6tudes 6crites furent
fournies par les 6tudiants de Gold Coast en 1947 et
trois cent soixante-dix (avec deux directeurs d'Etu-
-des) en Nigeria 1'ann6e suiwante.
On appr6ciera la signification de ices chiffres
lorsquie 1'on aura fait remarquer que tout le travail
d'organisation sur place a W6t fait par des volontai-
vies, .que l'assiduit6 6tait volontaire, que les course
ktaient non-professionnels et qu'il n',tait d6livr6 ni
certificates ni dipl6mes...

Comment expliquer cet enthousiasme ? II faut se
reporter a l'arrikre plan social et iducatif en Afri-
que Occidentale.
L'importance traditionnelle accord6e A l'enseigne-
ment type des 6coles primaires (au detriment des
l'lenseignement professionnel) ted qu'il est donn6
dans les 6col.es des missions ou ,du gouvernement
a cr66 une sorte de proletariat intellectuel sur la
C6te Occidentale.
Une cat6gorie d'Africains instruits *est n&e avec
ses propres problemes ,et d6sillusions une i in-
telligentsia >, ayant ses propres int6r8ts, qui ne
differe pas tellement de la classes ,des, 6tudiants en
Russie tsariste ou dans 1'Inde: de nos jours.

Ces disillusions quoique variees peuvent etre faci-
lement rdsumdes.
Economiquemient 1'Africain instruit se trouve
avoir A faire face soit A l'inemploi soit h des emplois
maigrement r6tribu6s comme employ ou institu-
teur.
La tradition social ne lui perm.et pas de se livrer
A un travail manuel (cette maladie 6tant d'origine
europ6enne).
Politiquement, il attend avec impatience l'ind&
pendance ou l'autonomie qu'on lui fait miroiter
come un supplice de tantale dans les declarations


officielles mais qu'on report toujours A un lende-
main qui ne senimble jamais arriver...
... Au point del vue cultur.el, sauf dans les plus
grades villes, il est priv.6 del facilities, de bibliothb-
ques, de libraries, d'exipositions et des contacts qui
forment la base ide la vie intellectueHlle britannique.
Socialement, il demeure isol6 par une barriere
de couleur effective quoiqu'inavouee, qui l'empeche,
en d6pit de son instruction a la mode :europ6emnne,
d'6tre int6gralement assimil6 dans la society euro-
p6enne et qui .est une source, d'appauvrissiement et
intellectual mutuel pour les deux parties.

II risulte de tout cela que sur le plan intellectual,
l'Africain instruit est isold de ce ferment intellec-
tuel du xx" sidcle qui lui interdit de fournir son
apport original & la culture occidentale.
Pour remedier a cet isolement, les intellectuals
africains se sont organisms en syndicats.
... En particulier, l'Union des Instituteurs de Ni-
geria a contribu6 dans une large measure, sur le
plan national et local, au suiccs des course d'6tudes
organisms 'dans le pays 1'E6t dernier.
On trouve aussi, dans la plupart des localit6s, -des
soci6t6s litt6raires et de ,d6bats, des groupies s'occu-
pant des affaires mondiales, des centres communau-
taires, etc..., don't la vitality 'est toute A l'honneur
de leurs organisateurs...

Chaque fois qu'il a ite possible de greffer les
course sur des groups de ce genre, ils se sont rivilis
particulierement vivants et prospires.
... Les suj.ets enseign6s par les Directeurs d'Etudes
ont 6te : ( Probl6mes de Gouvernement > et < I'His-
toire Economique et ses probl6mes > (aviee des re-
f6rences particulibres a l'industralisation).
Ces sujets ont, en fait, 6t6 choisis aprbs enquete
sur place et pour r6pondne, aux demands locales
pour autant qu'on ait pu leis apprecier. DBs qu'il a
Wt6 su que la discussion serait libre et sans entraves,
et que les Directeurs d'Etude's ne soutenaient pas de
these officielle, les relations les plus icordiales s'&ta-
blirent. Peu d'auditoires peuvent 6tne plus sensible
aux avances amicales et aux -encouragements que ne
le sont ceux de I'Ouest-Africain...
(a West Africa D, 8 Janvier 1949). 4.402.


Une des questions qui se posent a tous ceux qui
s'occupent de l'enseignement des adults, c'est celle
du maniement des themes sujets a controversy. Car
si l'on veut s'attaquer serieusement aux dtudes civi-
ques et sociales, il ne saurait etre question d'eluder
certain sujets sous le prdtexte qu'ils risquent de
devenir t dangereux >.
... Certains milieux europ6ens en Afriquie oociden-
tale (A 1'exception toutefois des Services de 1'Ensei-
gnement qui ont 6t6 trbs utiles en l'occurrence) ont
exprim, des doutes 'quant A savoir s'il est sage
d'e'nseigner la ,politique a a ceux qui sont d6ja
portes vers elle ; de meme qu'au dbbut certain mi-
lieux afri'cains se sont demands si un enseigne-
ment patronn6 par rAmgleterre pouvait etre atLre
qu' ( imp6rialistel > et partisan.








,.Pour TII Directeur d'Etudes i P'exterieur la r6-
ponse est claire. II repr6sente Je pont vivant entire
P'universit(i et Je grand public. Jouer la prudence en
6vitant Ja controversy revient a p'erdre sur les deux
tableaux -- A priver le public d'un guide acad6mi-
que pour les sujets m&6mes qui le conoernent le
plus et river I'universit. (ou Je college universi-
taire) d'une occasion de satisfaire les besoins reels.
Aussi, avec un p'eu d'honnktet6 et de bonnee foi on
s'apercoit qu'il n'y a pas de probleme. Le Directeur
d'Etudes n'a pas besoin de professor qu'il n'a pas
d'opinion, il lui suffit -de les admettre toutes avec
loyautb.
1 n'est pas 1A pour tendoctriner mais pour montrer
A ses l66ves les consequences lointaines ,de leurs
propres ddcctrines...
Dds que les Africains se rendirent compete de la
liberty avec laquelle les sujets les plus divers pou-
vazent etre abordds et dans quelle atmosphere de
cordiality !es discussions se ddroulaient, les relations
les plus amicales s'etablirent entire professeurs et
itudiants.
Quel etait l'itat d'esprit riveld par ces discus-
sions ? Et quelles furent les questions ipineuses qui
furent les plus posies ? (le sujet 'enseigned tait l'His-
toire economique et ses problames).
La question essentieelle posee dans les deux co-
1onies) 6tait de savoir s'il y avait lieu de discuter
des progress d'une Bconomie planifi6e avant qu.e les
Africains n'aient obtenu la slouverainet6 effective.
Articulkes sur celles-ci, d'autres questions laissaient
supposed ou affirmaient que 1'Afrique etait exploi-
tee pour le seul profit die la Grande-Bretagne, et
qu'une tut(lle etrang6re V'enmpichait et l'empecherait
toujours d"atteindre son plein d6veloppeinent 6co-
nomique.
Voici d'autre part une sirie de questions qui ont
ite le point de depart de discussions passionndes.
Pourquoi, demandait-on, l'Afrique Occidentale ne
tire-t-elle pas plus d,e profits des prix mondiaux
avantageux du cacao let des products du palmier ?
Que fait la Grande-Bretagne de la difference centre
iles prix mondiaux et les prix imposes p.ergus par
les producteurs ?


Pourquoi les dollars gagn6s par les products die
l'Ouest-Africain sont-ils noyds dans le pool en AM-
gleterre ?
Est-ce que les accords .commerciaux n'ont pas 6t6
maquill6s au detriment de 1'Afrique ?
Pourquoi les bhnCfioeis commerciaux des igrandee
firmes d'importation-exportation sont-ils tax6s &
raison .de 10 shillings par livre en Grand.e-Bretagne
alors que les administrations locales ne regoivent
que 5 shillings par livre ?
Pour quelle raison les Gouvernements de Nigeria
jet de Gold Coast ne les frapp.ent-ils pas d'un impbt
avec les super-b6n6fices ?
Pourquoi la < Royal Niger Co ) ipercoit-elle la
anoiti6 des redevances minieres ?
Cominnt les gouvernements de 1'Ouest-Africain
p'euvent-ils invoquer leur pauvret6 alors qu'ils se
montrent si timides ?
Est-ce que les < pric,6dents s de la igestion et dn
dem.i-souti.en officiel accord A 1'A.W.A.M. (Associa-
tion dies N6gociants de l'Ouest-Africain) ne sont pas
des examples de grossier favoritism ? (Geci 6tait'ea
Gold Coast .le grief le plus r6pandu)...

Dans ni l'une ni l'autre des colonies on ne trouva
quelqu'un pour accorder a quelque plan official que
ce soit (y compris celui des arachides) le simple be-
nefice du doute. Dans chacun de ces plans, I'indigine
avait < un besoin quasi-instinctif de dicouvrir un
piege >.
lEt bien que .ce soit g&nant pour les administra-
teurs, oette tendance n'est pas malsaine pour 1'6du-
cateur. Car la recherche meme des suj.ets A d6battre,
Ja volonte de n'avoir pas a Ut6 enu peuvent servir
A stimuler les .enqu6tes politique's et economiques,
qui, A leur tour, finissent par permettre d'entrainer
les gens a penser politique et economiique d'une fa-
con .constructive.
L'bducateur des adults, s'il sait comprendre ces
frustrations et ces mkcontentements, peut gagner
aussi rapidement la confiance et l'amitie des intel-
lectuels africains que celles de, l'ouvrier auglais qui
s'est fait lui-&mme.
(q West Afrioa a, 15 Janvier 1949). 4.414


II. EMPIRE BRITANNIQUE


A) MALAISIE
Si la situation en Malaisie semble aller s'amilio-
rant, les planteurs et le personnel des mines demeu-
rent toujours sur le qui-vive et si de nouveau leurs
families oit pu revenir s'installer h leurs cdtds, leur
existence se diroule encore sous la protection de
gardes arms, de barbells et de different systimes
ralarme.
:Les chifflres donnent raison aux planters lors-
qu'ils affirnent que la vie sur les plantations ,et aux
mines est encore eittremnement hasard6e. La listed.


officielle des d6ces de la Fbdbration de Malaisie
j'usqu'au 28 novembre montr,e que la Grand'e-Bneta-
gne a tu.e 322 bandits, en a bless 52, capture 234 et
d6tenu 1.827. Mais les bandits ont tu'- 233 civils et
en out bless6 157. Is ont tuW 124 policiiers tet soldats
et en ont blessed 158...
La Grande-Bretagne dispose de plus d'une divi-
sion en Malaisie. En outre, elle a armed au moins
26.ooo Malais, enr6les dans un corps de gendar-
merie special. Ces forces ont oblige les bandits i se
diviser en groups de 5, 12 ou 15, la Q0 auparavant
operaient 200 individus.









' Cela eest naturellement A inscrire au credit. Mais,
'ialgr6 tout, les risques encourus par les planteurs
et les 'employes .des mines subsistent. Is courront
des dangers tant qu'u'n groupie de bandits restera
libre de: tendre une emibuscade sur la route oun d'at-
taquer un bungalow A Il'aube. C'est une. pietre con-
solation pour 1'homme attaque que de savoir qu'il
n'a en face de, lui que 5 bandits alors que 3 mois
auparavant ils auraient pu tre 100.
(a Continental Daily Mail D, ler d6oembre 1948). 4.309.

Selon le Times, de Londres, e la rivolte a done
ichoeu dans son objectif principal de rupture de la
vie iconomique du pays >. En outre dans certaines
regions, << la dissension s'est manifestie dans lei
rangs des insurgis, leurs communications ont ite
rompues et leur ravitaillement est devenu difficile >>.
Cependant, on ne peut pas insisted avec trop
d'6nergite, sur le fait que la situation est encore ex-
tr6mem.ent s6rieuse, specialement dans ses r6percus-
sions A long terme. Les chiffres suivants, inscrits
au d6but' sur le, livre de comptes, indiquent qu'il
n'y a pas matiere A optimism. Jusqu'au 4 noviem-
bre, 242 terrorists seulement avaient Wte tues et
210 captures sur un effectif encore ,estim6 A 5.0001
environ. Ils avaient assassin 248 civils et tu6 97
mem.bnes ides forces de s6curit6. Les chiffres des
pertes sont presqu'e tonjours les m&mes. Tous les
avantages naturels .du terrain sont du c6te des rebel-
les. I1 n'y a pas encore .d'in'dice d'un abaissement
important ou g6n6ralise de leur moral, et, .de 'avis
des autorites sup6rie'ures, rien ne justifierait encore
1'octroi de conditions de capitulation. Quelques
hommes seulement se sont rendus jusqu'A present
et il existed, un dur noyau de membres fanatiques du
parti et dee criminals *de! profession qui ne peuvent
se permettre de soe rendre et qui, ne; serait-ce que,
pour leur propre preservation, prolongeront la ae-
sistance aussi longtEmps qu'ils le, pourront.
Un bon service de renseignements, dans ces condi-
tions, est la cde de la lutte contre le terrorism. Lee
insurgis itant presque exclusivement des Chinois, la
rivolte ne peut pas itre tarie rapidement sans la
cooperation de la population civil chinoise.
Les officers .de police rapportent que lorsqu'ils
arrivent en force dans un,e region et que les Chinois
se rendent compete qu'i-ls ont intention d'y rester,
les informations commencent A affluer. Dans Pen-
semble, l'attituide de la population chinoise rest
exempte, d'esprit de cooperation. Selon la remarquet
.d'un fonctionnaire de haut rang, << une semaine de
cooperation de la part des Chinois nous pernmettrait
d'en finir avec ciette r6volte. :)
Les Chinois de Malaisie n'ont pas un grand amour
pour les Communistes et le principal facteur les in-
citant a la non-intervention est la crainte.
Parmi les autres facteurs, determinant I'attitude
chinoise fig-urent la soumission traditionnelle des
Chinois .de Malaisie aux exigences des Societes Se-
cretes, .des gangsters et -des 'exacteurs, le complex
anti-malais et anti-gouvernemental qui s'est deve-
ioppp ohez les Chinois, aussi bien de droite que de


gauche, par suite des difficulties rencontr6es A pro-
pos de, la Constitution iet dernier facteur sinon
le moindre les recentes nouvelles de Chine qui
ensouragent les Communistes et confirment les
autres OChinois -dans leur attitundie ,de neutrality. Cette
attitude, bien que comprehensible, sensible para-
doxale lorsqu'on se, rappelle le tapage que firent les
porte-parole. chinois il y a un an a propose de Icurs
droits dans le pays. I1 eest probable que l'attilnde
g6nerale ne changera que lorsque, dans la lutte art
mee contre les terrorists, Ia balance commencera
A penche.r plus nettement contre ces derniers.
Les leaders communists malais < sont-ils satis-
faits de l'ouvrage qu'ils ont accompli ?>
Ils n'ont pas reussi a arr6ter la production. IIs
ont suscit6 'une vigoureuse reaction de ]a part des
Malais et d'es Britanniques et -ce que ri.en d'autre
n'aurait pu faire la revolte a amen6 le Gou'ver-
nement A s'attaquer enfin au danger communist.
Maintenant que le' parti communist est proscrit et
harcel&, 1ei champ de l'or'ganisation syndicaliste
n'est plus ouvert aux comrmunistes chinois. Ceux-ci
ont te la -cause que: des fonds important, qui
Ataient destinlis A perfectionner les services sociaux
et A amiliorer le, sort ,de Phomme du people, ont Wte
affects aux exiginces de la security .
Mais consequence plus malheureuse encore, q ils
ont intensified le fossil racial >.
Mors que les Chinois restaient sur l'expeotative,
les Malais se sont rallies avec enthousiasme A la
defense de l'ordre public. Sur leas 26.196 membres de
la gendarmerie special, A laquelle &choit la tAche
principal.e consistent A prot6ger l'es plantations, on
compete 24.1008 Malais et 433 Chinois. Dans la po-
lice auxiliaire il y avait 8.0,08 Malais et 1.899 C'hi-
nois. Dans la police r&guliAre, alors qu'. 'effectif
des :Malais atteint maintenant 9.414 individuals, on ne
trouve de Ohinois qu.e dans la section secrete et
dans quelques emplois d'officiers.
Corollaire inevitable d la part que prennent les
Malais dans la defense d'un pays qu'ils considdrent
comme leur, leurs porte-parole reclament avec une
vigueur accrue une part plus grande dans l'admi-
nistration.
< L'attitude ddes Malais dons la lutte actuelle
centre le terrorism ,et le communism's, a dAclar6
Dato Onn a Londres, a justified Jeur demanded d'une
plus grande responsabilit6 Idans la ,defense de la
Malaisie. > Ils ont demand& quie ,e regiment malais
soit porter & 'effectif d'une .division, que 1a gendar-
merle sp6ciale soit maintenue sous une Iorm:e ou
sous une autre peut-Atre isous la fornme de ba-
taillons affects A la sBcurit de 1'Etat et qu'un
plus grand nonmbre d'officiers malais soient lev6s
aux grades supkri'eiurs. Le fossa entire Malais et Chi-
nois e'st en train d,e, s'alargir. On se demand tris-
tement si un r6glement satisfaisant est actuellemient
possible entire 'deux peuples si different. NMan-
moins, la perspective, encourageante d'un tel r6l-e
meant doit toujours nester Pun ,des principles cardi-
naux de la politique britannique en Malaisie.
(a The Times n, 2 d6oembre 1948). 4.336.









Les Chinois sont les plus npmbreux des trois com-
munautes qui vivent, en Malaisie, bien qu'ils consti-
tuent moins de la moitie de la population total. Ils
dominant aussi commercialement et financierement.
La question essentielle ,en Malaisie a toujours 6&t
do savoir si on les autoriserait ou non A s'6tablir
dans 1.e pays. Les sultans malais cclmme gouvernant
nominakiment en dehors des Etats du D6troit n'oni
pas voulu c6der des ter.res cultivables A des non-
malais et 'usqu'.en 1940, les administrateurs britan-
niques ne les y ont pas pousses reconnaissant la
force ,du sentiment malais selon lequel, si le pays
etait un jour envahi il serait perdu pour eux. En
1940, sous I'empire d'imp6ratifs 6conomiques, les
Britanniques -durent modifier leur attitude. Du fait
de la crcissance des industries de l'tain et du
caoutchouc, la 'Malaisie devait importer du riz pour
les deux-tiers de sa consolmmation et la p6nurie des
transports en temps de guerre rendait une tell dd-
pendan'cu ltes plus dangereus.es. On d6cida alors de
remettre des tesrres aux Chinois pour qu'ils cultivent
le riz. Apris la conqu.te de la Malaisie par Jes Ja-
ponais, Ie' d6sir d.e rendre le pays le moins d6pen-
dant possible au point de vue 6conomique 6tait
encore plus fort et les Japonais encouragerent l'6ta-
blissment des Chinois. Depuis la fin dde la guerre,
la p6nurie de riz a rendu plus nic-essaire que jamnais
sa culture sur place. Mais en pr6s:ence d'une r6sis-
tance malaise croissiante, la question des titres de
propri6tW, en particulie.r -de coux dl6ivr6s du temps
des Japonis a 6te des plus difficiles. On a essay
de r6server certaines regions aux Chinois, mais ils
conlinuent d'occuper ill6galement la terre. Ce sont
ce's occupants ill6gaux .qui, depuis le d6but de I'in-
surrection communist ont fourni I'appui principal
aux b.ande; t.erroristes op6rant ,partir de la jungle.

Mais aivant la guerre, il existait une autre cause
de diff/rev.d entire Chinois et Malais.
Au moment de l'invasion 'de la Chine par les Ja-
ponais en 19137, lIs commerclants chinois de Malaisie.
boycotterent les products japonais, privant ainsi les
Malais de nombre 'de. products auxquels ils 6taient
accoutumes. Incapables de discerner le vrai du faux
dans le 'conflit sino-ijaponais, 1.es Malais en voulurent
aux Chinois de leur comportement et .eurent ten-
dance a sympathiser avec la cause japonaise. Pour
les Chinois de Malaisie, d'autre ,part, la gu.erre an-
glo-japonaise qui commenga en d6icembre 1941 fut
implement une suite dde la .guerre de Chine oet iuls
furent anti-japonais tout en n'6tant pas pro-anglais.
Les communists chinois avaient meme des motifs
plus s6rieux de resister alux Japonais. Leur cause
itait autant cell: de I'U.R.S.S. que de la Chine. Ainsi,
alors qu'en g6n6ral les Malais manifestaient a 1'6gard
de. la guerre une attitude passive t indiff6rente, les
Ohinois pratiquaient une resistance considerable. Le
plus grand Ieffort fut fait par les communists -
presque tous Chinois qui formrrent une force
de guerilla : 'arm6e anti-japonaise du Peuple Ma-
lais, 6quip[6e d'armes parachutb s en' Malaisie par
les avions britanniques. Les r6sultats relatifs. obte-
utis par les Malais .et les Chinois durant la guerre
aboutirent, une fois les hostilit6s termin6es, A une
politique don't on ne, pent que dire qu'elle fut anti-


malaise. Ce fut le plan d'Union malaise avec abo-
lition' des Etats Malais en tant que tels. Les Malais
r6agirent avec une vigueur inatt'endue au point que
ce plan fut modifil en leur faveur. L'actuelle f6d&-
ration malaise en est ie r6sultat.

Ainsi, le communism malais, bien que thjorique-
ment issu de toutes les communautis de Malaisie est
un movement presque exclusivement chinois, mr-
me dans les entreprises industrielles.
Le ,danger immdiat en Malaisie est pass, maia
il ne serait pas sage d'affirmer que ses problmes
peuvent 6tre mis dde ct6 *et oubli6s. Il est bien plus
probable' qu'ils retiendront longtemps l'att'ention du
Parlement et du public. Les victoires des 'comimu-
nistes .en Chine inciteront oeux de Malaisi'e a.do
nouveaux efforts et si un gouvernement contr616
par les colmmunistes est form en Chine, il essayera
de fournir un appui official actif aux Chinois de
Malaisie en contestation av.ec les Malais et I'admi-
nistration britannique. D'un autre c6t6, P'Inde s'int6-
ressera davantage au sort des Indiens de Malaisie.
En fin de compete, les jours d'unc Malaisie << A poli-
tique >> sont r&'volus et pour 1e, mEilleur ou pour le
pire, le nationalism malais dans la p6ninsule doit
etre A P'avenir de plus en plus 6troitemsent uni an
nationalism < pan-malais >> de l'Indon6sie.
(a The Economist ,, 8 Janvier 1949). 4,.401


Dans le Continental Daily Mail, J. K. Swain,
membre du Conseil de l'Association des Planteurs de
Caoutchouc, vient de rentrer a Londres oi il a visit
3o plantations. Il en rapporte sur la situation en
Malaisie les precisions suivantes :
La situation en Malaisie n'est pas tenure e.n mains.
Et, a moins de modifier radicalement notre tactique,
le tribute de morts pay6 aux tErroristes s'accroitra.
Les forces armies qui stationn'ent dans 1e pays
sont tout A fait insuffisantes pour tenir tSte dans
routes les zones oh les bandits ,foisonnent. I1 faudrait
au moins 2,00.0-00 hbcmmes ar'm6s et entrains a la
guerre de la jungle ou m~emlbres de la police pour
venir A bout des troubles.
En Malaisie, c'est la guerre, une vraie .guerre et
plus t6t nous nous ,en rendrons compete, mi-eux cela
vaudra. I1 faut etre fou pour ne pas porter de fusil
et c'est une chose courante de voir une femme en
robe du soir se d6barrasser de son arme avant da
s'asseoir pour diner dans un h6tel,

< On me demand souvent, precise J. K. Swain,
qui sont les bandits et s'il convient de les itiqueter
communists > ?
Le noyau du movement est compose de gangs-
ters, de voleurs, ou ,d'apaohes qui, depuis la pre-
minre revolution chinoise de 1911 ont op6r6 dans
l-es districts de Sungei, Siput, Chemor, Kampar et
Central Jobore.
Pendant l'oocupation japonaise, ils ont v6cu com-
me ils le font actuellement en pr6levant des rancons
sur les boutiquiers et autres aupr6s desquels ils se
posalent come des patriots .et des liberateurs.
Comme la propaganda communist convenait &
leurs desseins, ils l'ont adoptee pour recruter de









jeunes Chinois afin de constituer une arm6e com-
siuniste de la liberation. Cette propaganda trouve
des sources toutes pretes en Chine et ,en Russie.
Les gens se demandent pourquoi oes bandits peu-
vent commettre leurs crimes et s'&chapper aussit6t,
c'est parcel .que la Malaisie est compl6tement sou-
mise a. 1'intimidation.
D'oii vient l'argent ? demande-t-on aussi ?
Depuis juin dernier ofi la campalgne *de meurtre
a commence, les chefs des syndicats ont repris
leur premier r61e de gangsters et sont revenues aux
anciennes mnthodes de- financement.
Comume toutes les boutiques de, 'interieur sont
pratiquement aux mains ,des Chinois, les boutiquiers
sont les intermidiaires naturels don't se servent les
gangsters pour collector les fonds.
Les boutiquiers cchinois, A leur compete on ap-
point6s qui ne marchent pas droit sont tues, car la
seule puissance qui se montre ou se fass-e sentir
dans la Malaisie est celle qu'exercent les bandits.
'Une autre source de revenues provient du caout-
chouc vol. De nom!breux ouvriers ,des grades plan-
tations sont contraints ,de donner ou de vendre une
parties de leur latex aux bandits. Certaines planta-
tions estiment qu'elles percent la moiti6 de leur
caoutchou-c de cette fagon.
Que faut-il faire ?
... Balayer ce rideau .de camouflage tendu par White
Hall et montrer coes bandits que la Grand'e-Bre-.
tagne qu'ils consid6raient actuellem'ent comme affai-
blie s'attaque au vrai probl6mne.
(a Continental Daily Mail D, 13 Janvier 1949). 4.403.


B) CEYLAN

De ricentes informations relatives au disir des
Soviets d'acheter de grandes quantitis de caoutchouc
i Ceylan ont attired l'attention sur cette lie devenue
le 4 fevrier 1948, troisidme membre indipendant et
autonome du Commonwealth britannique.
Quelles sont les phases ricentes du diveloppement
politique de ce nouveau Dominion ?
11 6tait ifortement question de reforme constitu-
tionnelle A Ceylan lorsque la guerre prit fin. La
constitution app.el6e Constitution Donoughmore tail
'en vilguieur depuis 19931 et lelle r6clamait, de l'avis
general, une revision radical. La declaration de
guerre en 19'39 avait interrompu' les discussions sur
ce sujet, mais, en septembire 1941, le .gouvernem!ent
britannique, avait promise que < i4a question de la
reforme constitutionnelle a Ceylan... serait abord6e
dans les delais les plus brefs ap'res la guerre. >
En mai 1943, le Gouvernement britannique pro-
mit que
< la reconsideration de la r6forme de la Consti-
tution cinghalaise aprfs la guerre... serait oriented
dans le sens de l'octroi A ICeylan... de l'autonomie
gouvernementale conplite sous I'autorit& de la Cou-
ronne dans touties les questions d'adm-inistration
civil int6rieure.


En fevrier 1944,
... le Conseil d'Etat soumit ses propositions au Co-'
lonial Secretary, A Londres. La principal disposi-
tion pr6voyait la creation d'un nouveau Conseil
d'Etat amplifi6 et d'un system die Cabinet sur le
module britannique avec responsibility minist&rielle
total.
Sur ce point, une sirieuse divergence de vuer se
produisit entire le Gouvernement britannique et les
hommes politiques de Ceylan:
Le premier annonca, en juillet 1944, que, come
suite A la declaration die mai 1943, une Commission
visiterait Ceylan pour' enqukter et discuter avec les
divers groupiements, y compris les minorities, du
sujet de la r6formle constitutionn'elle et des propo-
sitions -dies ministries. Considirant que la seule fonc-
tion de la Commission projete' serait d'examiner
leurs propres propositions, lies ministres decid6rent
de la boycotter et, en aofit 1944, ils retir&erent leur
project -de Constitution. En mars 1945, alors que la
Commission teirminait son enquite A 'OGylan, un pro-
jet de loi destine A confrner immndiatement le statut
de Dominion a Ceylan fut vot6 en troisieme lecture
au Conseil d'Etat par quarante voix contre- sept,
bien que le consentemnent royal ait Bt6 rEfus6 sur
I'avis .du Colonial Secretary, le -colonel Stanley.
La Commission britannique, presidee par Lord
Soulbury, sdjourna h Ceylan de dicembre 1944 i
avril 1945. Son rapport fut public en septembre 1945.
Il recommandait que le' systm.e de Comit-, Ex6cu-
tif ,et le Conseil des Ministries soient remplaces par
un Cabinet sur le module britannique, responsible
deivant le Parlement. Le Pnemier Ministre serait
d.sign6 par ];e Gouverneur general les autres mi-
nistres siur la recommendation du Premier Ministre.
La Premiere Chambre serait compose de 95 mem-
bres l6us ct de 6 nomm6s par 1;e Gouverneur g6nbral.
Une Second.e Chambre compterait 30 membres, la
moiti6 elue par les membres dle la Premiere Chan-
bre et l'autre moiti6 choisie par le Gouverneur g6-
n6ral. iCelui-ci disposerait de curtains pouvoirs sou-
pr6mes en ce qui concern ies affairs 6trangir.es, la
defense, la monnaie et un certain nombre d'autres
questions. II d6siignerait egalement les membres
d'une Commission des Services Publics, d'un:e Com-
mission des Services Judiciaires et de la Cour Su-
pr6m.e. Le suffrage universe serait maintenu...
Au debut de 1946, un recensement fut effectui, les
circonscriptions electorales furent dilimities et des
elections gindrales eurent lieu.
-Le parti victorieux, .qui aremporta 42 sieges A la
Chambre Basse, fAt un parti mod6r6 et non comanu-
nautaire, le Parti National Uni (U.N.P.). L'opposition
comprenait trois parties marxistes : le Lanka ,Sama
Samaj (Trostkyste) qui eut li0 si6ges, lie parti Bolche-
vistLe-Lniniste, 5 sieges, et le parti Communiste
(Staliniste) qui ,gagna 3 sibges et fut ulteri:eurement
renforc6 par 2 personnel tlues en quality d'Ind6pen-
dants. Le Con-gres Tamil de Oeylan, part commu-
nautaine, s'assura 7 sieges et le Congr6s Indien de
Ceylan, 6. 22 Independants et 1 Travailliste furent
&lus...








Le project de loi sur l'indipendance de Ceylan fut
present ,i la Chambre des Communes britannique
le r3 novembre et reCut l'assentiment royal le o1
dicembre. Ce project fut soutenu par le Parti Natio-
nal Uni mais fit 'objet de I'opposition des Marxis-
tes, du Congres Tamil et du Congres Indien.
... Les Marxistes 6taient d'avis qu'e l'autonomie
gouvernenmentale dans le cadre du Conmmoinwealth
britannique 6tait une ihonte et que seule une selces-
sion complete donnerait a Ceylan une ind6pendance
r6elle. Le veto oppose par les Russes A la demand
d'admission de Geylan au nonmbre dies Nations Unies
est considered par les -Marxistes cinghalais lomme
une preuve que 1' < i'nd6pendance est illusoire.
II est vrai, naturellement, que Ceylan pent quitter
le Commonwealth A son gr6 sur une decision de
son Parle:nent, mais, sauf en ce iqui concern les
Marxistes, on ne constate aucune disposition dans
ce sens...
L'opposition des parties Tamil et Indien itait base
sur leur crainte que la Constitution ne sauvegarde
pas suffisamment la position des minorities.
Parmi les solutions du pfrobl6me .des conmlunau-
tes qui furent proposees id:epuis la guienre, celle que
soumit let Congras Tamil reput une large publicity
et fut examine avec attention. L'essence de ce plan
etait que :'a moiti6 des sieges de 'a Chambrne. Basse
devrait 6tre rbse'rvee aux Cinghalais et le reste aux
minorites. IBien quite conn.u sous Ja designation .de
program t! m6it-moiti& >, c'etait en fait la re-
pr6sentation des communaut6s sous un autre nom,
et ce project ne fut pas adopt,. II en r6sultat que les
deux parties .reprsentant dies oommunautes manifes-
trrent leur opposition contre la Constitution Soul-
bury contre la Loi d'ind6pendancie, :et iqu'ils men&-
rent la c5mpagne B6ectorale de 1946 ten tant que
parties sp ar6s.
Dans la pratique, le sentiment croissant de res-
ponsabilite politique qui s'est manifesto depuis I'in-
dipendance a about t une diminution des diver-
gences entire communautis.
La plupirt des Tarmlils et des Indiens en sont ar-
riv6s considerr. que leur vWritable ennemi n'est
pas le gouviernement mais le ma'rxisme, .et le plus
ancien dirigeant du ICongres Tamil accept au dbut
de decembre d'entrer lau Cabinet. Sa ds6cision n'eut
pas 1'approbation unanime de son parti, .et quelques
memibres parmi liesquels le selcr6taire du parti, don-
nrrent leur admission. Les membres du Congrbs
Indien ne furent pas invites a enter au Cabinet et
le parti re:s;te dans une position inconfortable entire
le gouvernement et les Marxistes...

AVENIR ICONOMIQUE DE CEYLAN
L'ile est principalement agricole et son commerce
extirieur consiste en exportations de products agri-
coles et en importations de products manufactures.
Les principles exportations sont : le the (53 %) an
taux de 1946), Je caoutchouc (32 %), res noix de
coco et l:eurs products (environ 10 %).'Bien que les
prix mondiaux de ces denrees aient mont6 consi-
d6rablement depuis la periodie ant6rieure a Ia


guerre le cofit dies importations s' est alevo encore da-
vantage et les -balances commercials die Ceylan ont
Wte de plus en plus difavorables detpuis 198:9. En
1946, la valeur des exportations fut de 265 % par
rapport ih la moyenne 1'934-38, alors quie .celle des
importations etait de' 423 %. Le Roya.umie-Uni est
rest le principal acheteur de the de CGeylan el il
est maintenant lie plus gros adheteur de caoutchouc.
Le Japon ayant cessi d'etre iune source d'appro-
visionnement, Ceylan a achet& advantage a 1'Inde et
A 1'Australi.e. L'Inde subvienait ha 51 % des besoins
d. Ceylan en 1942 et, bi,en que cette proportion soit
tomb6e a 28 % en 19416, elle 6tait encore niettement
au-dessus ,du niveau d'avant-guerrie. La part de
1'Australie' dans les importations de, Ceylan est pas-
she de 3 % en 11941 :A prs d.e 13, % en 1946. La
part du iRoyamne-Uni est tonmbe d.e 21 % en 1938
A 19 % 'en 1946. La contribution des Etats-Unis a
6t ,de ,2 % en 1938 :et de 130 % en 19145.
Avant 1946, la part .du Royaume-Uni dans les ex-
portations de Ceylan 6tait revenue au niveau de
1938 : 54 %. La part de l'Australie pass .de 1 % en
1941 a 10 % 'en 1'943, 1'945 et 19416. Ijn 1944, les
Etats-Unis succ6dErent au Royaumne-Uni en tant que
meilleur client 'de Cleylan, albsorbant 35 % des ex-
portations de I'ile. Aussi hien dans les exportations
quie dans les importations, la tendance dominant,
par Irapport a la p.riode d'avant-guerrie, a Wtt une
augmentation du commerce avec les pays voisins,
specialement 1'Indel, le Pakistan .et I'Australie. Les
troubles de Birmanie let de Malaisie ont eu, naturel-
lement, dies repercussions sur le commerce de' Ceylan
avec ces pays.

AVENIR POLITIQUE DE CEYLAN
Certains leaders de l'Inde croient que Ceylan
pourra un jour s'unir a l'Inde, point de vue que ne
partagent pas les dirigeants cinghalais.
En effet, il y a eu pendant des ann6iels des diver-
gences de vues fondamientales entiree l'In'de et Ceylan
au sujiet de l'imnigration indiennie. Ceci est un pro-
bl6me extrArmement complex qui ne peut pas &tre
examine en detail dans cet article, m;ais il faut noter
qu'en 1946 il lest arrive dans le pays 283.000 immi-
grants don't 95 % venai:ent de l'Inde ; lie's migrants
atteignaient un total de 2216.1000 don't 97 % A desti-
nation de 1'Inde. Dans quelle measure les Indiens
pieuvent-ils 6tne' consi:dres comme citoyens .d:e Cey-
lan et, plar consequent, oomm'e ddes lecteurs Eligi-
bles ? Le suffrage universal des adults fut introduit
ten 11931 sous la 'constitution Donoughmore, sous Ia
condition que 1'electeur ait resid6 dans 'ile, pendant
cinq ans et qu'il puisse fournir un certificate d'ins-
tallation permanent. Apres un examen approfondi
de 1'ensemble de la question la Comantission Soulbury
recommanda lie maintien du system' existant...
Certain hommes politiques cinghalais redoutent
que les travailleurs indiens ne viennent a Ceylan que
pour y provoquer une agitation politique extrimiste
et la crainte que l'on iprouve a ce sujet est l'une des
causes qui ont conduit a une politique d'immigra-
tion limited depuis 1939.
... On ne peut pas dire que les relations actuelles
centre 'Inde et Ceylan soient cordiales ; elles sont









probablement meilleures qu'elles ne 1'ont jamais Wt6
an cburs des periodes reentes, mais le probl6me
de i'immigration et die la citoyennet* des Indiens
subsiste et, si le Projet de Loi sur l'imrji-
gration qui est maintienant devant le Parle-
ment cinighalais est vote une deterioration des rela-
tions est presque inevitable. Nlanmoins, lies homes
influents des deux pays reiconnaissent que Ceylan et
I'Inde devront cooplrer intimement dans des do-
maines come la defense et les questions Bconomi-
ques. Le veto que les Russes opposerent a la demand
*d'admission de Ceylan aux Nations Uni'es, demand
qui 6tait sloutenue par 1'Inde, a cr,66 un considerable
sentiment pro-cinghalais dans I'Inde...


En Grande-Bretagne, il rigne beaucoup de sym-
pathie a I'egard de Ceylan.
Le Parlement britannique fait don au Parlement
de Ceylan .dune masse et d'un fauteuil pr6sidentiel..
Un haut fonctionnaire de la Chambre dies Commu-
nes ibritannique a 6t8 mis A la disposition de Ceylan
pour aider l'inauguration du nouveau regime. Le
fait que la premiere session diu nouveau Parl'ement
fut ouvierte par le Due de Gloucester, fr&re du Roi,
symbolize 1'importance que le tgouivernement britan-
nique attache au nouveau regime en vigueur i'
Ceylan.
(< Far Eastern Survey New York,
3 novembre 1948). 4.275.


III. EMPIRE HOLLANDAIS


INDONESIE

Au course de la dernidre phase de la crise indond-
sienne, les troupes hollandaises se sont emparees de
la capital ripublicaine et ont arretd les principaux
reprdsentants du regime republican.

La reaction immediate qu'a produite parmi les
Puisssances occidentales ce recours A la force ,a t6,
naturellement, une inquitude .et un malaise consi-
derables. Les Etats-Unis, avec l'appui de 1'Australie,
ont porter l'affaire devant le Conseil de Securit6 et
les Ambrioains appuient la demand tendant A ame-
mer les Hollandais A revenir A la ligne d'armistice
et A rouvrir des negotiations. Les Hollandais, qui
d6clarent avoir perdu toute confiance en l'aptitude
des RBpublicains A se conformer A un accord quel-
conque deux accords imiportants ont dejA Wt si-
,gn6s et sont rests lettre morte -, refuseront touite
nouvelle mediation exterieure. Les Puissances occi-
.dentales seront alors instinctivement tentees d'accu-
ser les Hollandais d'avoir violet la Charte des Nations
Unies et d'avoir agi dans un esprit contraire A tou-
tes les traditions de la politique colonial occidentale.

Cette reaction s'explique par le fait que tout au-
tour de l'Indonisie, le Sud-Est asiatique est dans la
confusion et dans la disintegration,
... Depuis 1946, il est devenu de plus en plus clair
qu'un grand nombre de communautes du Sud-Est de'
P'Asie ne sont pas pr-tes pour 1'autonomie gouverne-
mentale, que les former d'administration occiden-
tale lorsqu'elles sont pratiiquees par .des Orien-
taux periclitent rapidement et ,que 1'anarchie
prend leur place. Cette anarchie est, pour sa part,
une terre d'election pour le communism, qui pros-
pere sur une .combinaison de propaganda utopique
et de terrorism. Loin de parvenir a 1lindependance,
les communautbs menacent de devenir des .paves in-
lapaibles de subvenir 6conomiquement aux besoins
de leurs populations, ou Mien elles dbrivent vers une
aouvelle d6pendance colonial, -dans la sphere russe...


Dans cette conjoncture, que doivent faire les
puissances occidentales ?
... Dewvaient-elles suivre leurs instincts lib6raux,
au risque d'abandonn.er leurs territoires a l'anarchie
nationalist et ult6rieurement au communism ? Ou
devraient-elles renforcer leur autorite en risquant .de
pousser encore plus rapidement l'opinion nationa-
liste vers 1'extr6misme ? En faith, les deux systenes
ont Wte essays.
La divergence de vues de l'Occident a etd surtout
manifeste dans l'attitude adoptie a l'occasion de la
crise indonesienne.
Les Amiricains et les Anglais ont insist en faveur
de la solution << libirale >.
... Is n'ont pas tenu compete .du fait ique la Repu-
blique, indon6sienne avait t1, ah originn, un mouve-
ment nationalist patron par les Japonais; is
donnerent au regime rBpublicain une sorte de recon-
naissance de facto en permettant au litige entiree les
Pays-Bas et la R1publique indon6sienne d'etre 6vo-
qu6 devant le Conseil de Securit ; et oe fut surtout
la pression ambricaine .qui amena les Hollandais &
accepter en protestant un << cessez-e-feu, il y a un
an.
La politique britannique a dte plus hisitante.
Tout d'abord en grande parties pour des raisons
d'opportunit& les forces d'oecupation britanni-
ques traiterent avec le regime r&publicain. D'autre
part, les Britanniques permirent aux Hollandais de
les remplacer en quality de force d'occupation et ils
fournirent ainsi aux Plays-Bas le tremiplin leur per-
miettant ,de r6tablir leur autorit6 sur une parties de
Java et de Sumatra et sur toutes les autres miles des
Indes n6erlandaises. Les Britanniques furent parti-
sans du < cessez-le-feu > et ils ont, en consequence,
invite les Hollandais A n6gocier. Mais, les souleve-
ments cominunistes dans le Sud-Est de 1'Asie s'6tant
intensifies au course de l'ann6e 1948, la n6cessite de
venir A bout des terrorists en Malaisie a visible-
ment affaibli influence moderatrice que la Grande-
Bretaigne pouvait exercer sur les Hollandais.









Les conceptions coloniales de la Hollande ont Ivo-
lul du fait de l'expirience qu'elle a vicue sous l'oc-
cupation allemande.
L'essai tendant A fire de 'Indone6sie un associe
de la Hollande sur un pied d'6igalit& au sein d'une
Union des; Pays-Bas a ,6t sincere. Pas A pas, au fur
et >a measure du retablissement 'de 'ordre, les terri-
toires non-republicains des Indes n6erlandaises ont
kt6 englob s .dans une fid6ration appel6e A devenir
avec le temps un membre souverain du royaume des
Pays-Bas. Dans ses rapports avec les Republicains,
le Gouvernement hollandais est Agalem.ent all6 beau-
coup plus loin sur la voice des concessions que n'au-
rait voulu l'opinion conservatrice en Hollande mnme.
D'autre part les Hollandais ont toujours fixi de
strictes limits a la souverainete exterieure don't la
Federation ou ses membres seraient appells a bine-
ficier.
La rupture finale se produisit il y a dix jours seu-
lem.ent, lorsique les Hollandais demand6rent que les
forces r6pulblicaines soient commanders par un Com-
mandant en chef hollandais. Les Hollandais justi-
fient leur intransiigeanoe par l'tat du territoire re-
publicain, -en proie A la stagnation .conomique et A
une d.6sorganisation politique qui a atteint son point
culminant cet automne sous la form.e d'un soul6ve-
ment communist centre le Gouvernement r6publi-
cain. L'exi use immn diate pour la rupture de la trove
fut I'inaptitude des R6publicains A juguler leurs ter-
roristes. En fait, la Hollande affirme actuellement
que les risques qu'il y aurait A laisser les RApubli-
cains pou:sser plus loin encore la d6sint6gration Bco-
nominque ct politique ne seraient p'as compens6s par
les avanta-ges de nouvelles ngoaciations dans un es-
prit liberal. Le lilberalisme a 6t6 d6pass6 par le r6a-
lisme des 6vAnements.
Les Puissances occidentales doivent se demander
sur quels motifs concrets elles peuvent attaquer l'ac-
tion hollandaise.
... Peuvent-elles le fair parce qu'il est repr6hen-
sible de reconquerir un territoire colonial repris par
les Japonais ou parce qu'il est r6pr6hensible .de de-
fendre un territoire colonial contre des nationalis-
tes don'tt :e nationalism ne coincide pas avec vos
propres id6:es ? Sur de telles accusations, il est dif-
ficile, atissi bien pour la France que pour la Grande-
Bretagne, d'l6ever la voix, puisque l'une et l'autre
sont en train de supprimer le nationalism et le com-
munisme dans certain de leurs territoires. L'accu-
sation devrait-elle Utre fond6e sur le fait d'avoir fait
fi de la Commission des Bons Offices des Nations
Unies et de s'6tre empar6 par la force de ce qui ne
devait &tre donn6 que par voie de n6gociation ? Les
Etats-Unis peuvent difficilement soutenir une telle
accusation, apres avoir appuy6 les Sionistes qui ont
defib de hl meme mani6re les Nations Unies...
Mais il est certain que les Pays-Bas reprdsentent
un point vital dans le systeme de defense occidental,
systime qiu'il a ete nicessaire d'ddifier pour stabiliser
la position incertaine de l'Europe.
... Depuis le d6but de alliance, la situation dans
le Sud-Est de 1'Asie est devenue soudainement ins-


table et d'une mani6re plus alarmante encore -,
mais les Puissances occidentales, loin d'6a1borer une
strat6gie commune pour parer A cette nouvelle me-
nace, n'ont m6mne pas donn6 le moindre signed de
s'engager sur la voie des consultations en commun.
Une parties du caract6re essential de cette menace
est qu'elle affected des peoples auxiquels l'appui oc-
cidental a Wt6 retire (comme la Birmanie) ou qui
n'ont pas Ate soutenus d'une manibre assez efficacy
comee la Chine). Apr6s de longs d6lais, apr6s de
sinceres efforts de conciliation, les Hollandais ont
appliqu6 la logique de cette situation au probl6me
indonesien. Leurs allies occidentaux vont-ils main-
tenant s'en prendre A eux et les fl6trir come agres-
seurs pour une politique que chacun a pratiquBe ou
aurait pratiiqu6e en face de la meme menace ?...

Pourtant si Americains et Australiens paraissent
mal avisis en citant la Hollande devant le Conseil
de Sdcuriti, il ne s'ensuit pas que toutes leurs
conceptions libdrales doivent itre abandonnies,
< pourvu qu'elles ne signifient pas l'octroi de l'in-
dipendance immediate a tous les nouvements natio-
nalistes de l'heure >.
... Au contraire, si'les Puissances occidentales d&-
cident de rester et de reliever le d6fi du communism
,dans les pays ofi de si nombreuses forces agissent
contre elles, il leur sera n6eessaire .de fair preuve
d'un lilb6ralisme beaucoup plus difficile et construc-
tif que celui qui se content simplement de c6der.
Le lib6ralisme d'aujourd'hui exige ,dans la pratique
colonial occidentale un esprit de prolgres et de rea-
lisations sociales laissant dans 1'ombre le libera-
lisme plus politique d'autrefois. Si les nations oc-
cidentales veulent seulement faire l'effort d'6la(borer
en commun une politique coopArative pour le Sud-
Est de 1'Asie et l'appuyer de toute leur experience
et de toutes leurs resources, on constatera qu'en
definitive la defense de la tradition lib6rale, .la de-
fense de la liberty elle-m6me, sera mieux assure
par des contributions en conceptions, en richesse
et en capital human ce iqui r6clame ,des sacrifi-
ces ,que par des discours au Conseil de .Scurite
qui n'en r6clament aucun.
(( The Economist ., 25 d6cembre 1948). 4*416.


Au Conseil de Sdcuriti, I'affaire indonisienne a
donned lieu a des ddbats tortueux et inefficaces.
En disant tant6t blanc et tant6t noir, en commen-
cant par voter une resolution enjoignant le < cessez-
le-feu >> et le repli des deux adversaires sur les li-
gnes fixees par la tr6ve, puis en refusant de voter
une resolution demandant le rappel des forces hol-
Jandaises lorsqu'il fut devenu evident que le Gou-
vernemrent des Pays-Bas n'avait rien fait pour obtem-
p6rer A l'ordre de cesser le feu, les d616gations am&-
ricaine et britannique ont fait preuve d'h6sitations
qui les ont fait paraitre futiles, ridicules et m6me
liches. Le d616gu6 sovi6tique, M. Malik, s'est arrange
tout au moins pour s'assurer une reputation de dex-
terit6 politique. La .decision qu'il prit, la veille de
Noil, de s'abstenir de voter en faveur de la rFsolu-
tion anglo-am6ricaine a WtA tactiquement habile ; il
avait evidemment calcule que les abstentions fran-









caise et belge la mettraient en 6chec et, lorsque le
Conseil reprit ses d6lib6rations aprbs No@l, il fut en
measure d'arguer que 1'autorit6 des Nations Unies,
avait 6te bafou&e par les Hollandais et de clouer au
pilori les Puissances imp6rialistes occidentales pour
complicity d'agression lorsqu'elles s'abstinrent a leur
tour de soutenir la resolution sovi6tique qui avait
Rt- soumise le lundi et qui demandait le repli des
Hollandais.
Mais les dvenements ne restent pas stationnaires
parce que les puissances se querellent et parce que
le Conseil de Sicuritd est incapable d'agir. II en rd-
suite que l'initiative passe en d'autres mains.
L'appui donn6 a la R6pulblique indon6sienne par
le Pandit Nehru a maintenant recu le puissant ren-
fort de Thakin Nu, Premier Ministre de Birmanie, et
un bloc compose de puissances asiatiques, compre-
nant 1'Inde, le Pakistan et Ceylan, vient d'annoncer
son intention de ne pas accorder le droit de pas-
sage aux avions hollandais transportant du materiel
de guerre en Indon6sie. On a l'impression que 1'un
des effects de << Faction de police > hollandaise a 6te
de rapprocher les nouvelles nations du Sud-Est de
l'Asie et d'aocroitre leur tendance anti-occidentale.
II est vraiment strange ique la Grande-Bretagne ait
Wte amen6e A contribuer ce r6sultat, car celle-ci,
apres avoir sagement 6vacuB 1'Inde let la Birmanie,
6tait en measure d'exercer une influence cordiale et
bienfaisante dans le Sud-Est de 1'Asie. M. Bevin let
le Foreign Office ont apparemment estiim6 que ce
capital *de sympathie 6tait de moindre importance
que celui du group plus .extreme des imperialistes
hollandais. C'est une singulirre decision, qui peut
avoir une grande signification historique. Les Indo-
n6siens et autres peuples renaissants d'Asie doivent
ahercher des alliBs quel.que part. Si la Grande-Bre-
tagne prBfBre se ranger .du c6te de leurs ennemis,
les Asiatiques trouveront d'autres amis.
(a The New Statesman and Nation ',
jer Janvier 1949). 4.385.


L'hebdomadaire amiricain The Nation ecrit que
a du point de vue du Gouvernement hollandais,
tout s'est passe magnifiquement >.
Ce qui est < lamentable > c'est le fait 'que les Na-
tions Unies ont dtd incapables de s'occuper plus ef-
ficacement de l'affaire.
Avec les Etats-Unis et la Russie condcamnant a la
fois 1'agression hollandaise, il semblait qu'on trou-
verait I'occasion de mettre fin a l'impasse A laquelle
se heurte habituellement Ie Conseil de S6curit6. Mal-
heureusement, les Russes ont preferb suivre une po-
litique diff6rente.
Ils ont prr6sent6 une resolution 'qui ne pouvait 6vi-
demment pas 6tre soutenue par aucun autre membre.
Lorsque cette resolution fut rejette, ils s'abstinrent
de voter la resolution am.ricaine, qui avait les plus
fortes chances de passer, et 1'emp&ch6rent ainsi
d'obtenir la majority requise.
On a l'impression que les stratdges sovidtiques
ne sont pas micontents de la tournure prise par les
eivnements en Indonisie. Car ils se soucient peu du


Gouvernement ripublicain qui a rompu avec le
Parti communist et en a mdtd la revolte. Le Gou-
vernement battu et discriditi, les Communistes au-
ront une chance nouvelle de prendre la tite du mou-
vement nationalist.
C'est alors que la < menace rouge > aux Indes
orientales, qui .existe a P'heure actuelle surtout dans
la propaganda hollandaise, sera susceptible de de-
venir une re'alit6.
En r6sume, le Gouvernement des Pays-Bas fait
entierement le jeu de Moscou ; il ne cesse de lancer
des allumettes enflammees dans un territoire par-
semA de barils de poudre grands ouverts. Et il s'est
procurer ces allumettes on les moyens de les fabri-
quer dans notre pays.
Les forces hollandaises d'Indon6sie sont 6quip6es
en grande parties avec du materiel que nous avons
fourni au titre du Prt-Bail ou a occasionn d'ac-
cords avantageux concernant les surplus de la
guerre.
De plus, bien qu'il soit possible que les envois au
compete du < Programme de Reconstruction Euro-
peenne > n'aient pas directement contribu6 aux ar-
mements hollandais, ils ont n6anmoins facility Ilac-
tion aggressive .actuelle en permettant de divertir de
la main-d'oeuvre et des resources des besoins civils
.en Hollande...
(a The Nation le Janvier 1949). 4.482.

Pour resoudre le conflict indonesien, il y avait
d'autres possibilities que l'action militaire ou l'dva-
cuation, icrit en substance 'hebdomadaire londo-
nien Tribune.
... L'accord de Linggajati et les clauses politiques
ide P'accord du Renuille laissaient la porte ouverte
A des arrangements sp6ciaux en dehors de la struc-
ture fAderale. Pourquoi, demandent les socialists
hollandais hostiles an point de vue official du Parti
travailliste hollandais, le Gouvernement f6d6ral pro-
visoire n'aurait-il pas pu &tre institu- en janvier 1949
sans la RApublique, en laissant ca des n.gociations le
soin de pr6ciser les 'conditions de son admission
ult6rieure ?
Cette solution, bien qu'impardaite et peu satisfai-
sante, .aurait 6t6 meilleure que la reprise des hosti-
lit6s. Cette possibility a 6t6 mentionn6e r6cemrment
,dans des declarations hollandaises et par M. Sassen,
Ministre des Territoires d'Outre-Mer, dans des con-
versations avec le Dr Hatta. Au dernier moment, il
n'en fut pas tenu compete. L'ultimatum envoy aux
R6publicains a la douzieme heure demandait un en-
gagement official concernant I'incorporation de la
Rbpublique dans l'organisation f6d6rale sur le m&me
pied que les autres territoires f6d6raux...
De plus, si l'on considere que la souverainete des
Etats-Unis d'Indondsie reste le but declare de la
politique hollandaise en Indonisie, t pourquoi a-
t-on juge bon de risquer une guerre colonial a
propos de la souveraineti actuelle d'une parties de
l'Indonisie > ?
... I1 est evident que des forces puissantes agirent
centre le concept de l'ind6pendance. II y a long-








temps, iA 'epoque de l'accord ide Linggajati, un of-
icier hollandais en retraite fit connaitre A la radio
Ja m6fiance que lui inspirait P'accord et son inten-
tion de le comrbattre < clandestinement, le cas
&oh6ant >>. A opposition de l'arm6e doit Utre ajou-
the oelle des interets comimerciaux et celle des ca-
tholiques et calvinistes de la droite.
Ges 616:ments ont triomph6, soutenus 'avec r6ti-
cence dans 'action militaire par le Parti travailliste
hollandaise qui, bien que plein d'enthousiasme pour
1'Indon6sie f6dd&ale comrme pour 1'Europe f6ddrale,
s'est laisse d6couraiger par le 'fait que la jeune Re-


publique ne se conduisait pas commune 1'Etat demo-
.cratiique adulte de Hollande. Sa position dans le
Cabinet de coalition lui donne la responsabilite sans
le pouvoir. Cependant, le fait de dimissionner sur
la question de 'action militaire aurait 6quivalu A
rejoindre les communists hollandais dans 'opposi-
tion au Gouvernement. C'est pourquoi le leader so-
cialiste tres respect Drees se rendra -A Batavia pour
essayer de molderer les transports de l'armbe et des
coloniaux et de recreer si possible < 1'esprit de
Linggajati >>...
(a Tribune ,, 7 Janvier 1949). 4.427.


IV. COLONIES ITALIENNES


La situation de la Tripolitaine s'aggrave et l'admi-
nistration militaire britannique en serait responsible.
... La situation actuelle est le r6sultat de trois ans
d'aidminis ration britannique. Cela veut-il dire que
nous faisions autre fois une bonne politique et que
les Anglais en font a present une mauvaise ? Pas le
moins du monde ; cela veut dire seulement que, sur
le sol de la Libye, se sont rencontrkes deux mentali-
tes, deux conceptions, deux points de vue totalement
different. II pent en d6couler, en meme temps que
beaucoup d'amertume, une bonne lecon pour nous...
... La Tripolitaine est r6gie par l'Administration
militaire britannique qui promulgue tres peu de
decrets mais qui, pratiquement, contr61e tout ; elle
taxes les productss alimentaires, elle reglemente les
importations et les exportations, elle permet ou elle
interdit kes d6placements et, surtout, elle se garden
bien de sui.vre les traces des romantiques Italiens qui,
avec tout ce qu'ils ont d6pens6 ici, se sont compor-
tes comme des naifs...
Les Italiens minent une vie miserable alors que
les Anglai: jouissent d'une opulence qu'ils cherche-
raient en vain en Grande-Bretagne.
... Certes la vie n'a pas W6t facile pour les Italiens
au course de ces dernibres annees. Maintenant point
une lueur d'espoir et mime les rapports italo-anglais,
en Tripolitaine, s'ameliorent lentement. La dispa-
rite des conditions se fait lourdement sentir :un
fonctionnaire italien *du niveau d'un President de
Cour d'Ap pel a un traitement 6gal A celui d'un em-
ploy6 anglais. On comprend A quel point les Anglais
(les fonct onnaires) sont solidement attaches a la
Libye ; c'.st surtout parce que (paradoxe jusqu'A
un certain point de 1'bconomie travailliste) ils
y trouveni: tout ce qu'ils chercheraient en vain sur
le territoire m6tropolitain.
Leurs s;alaires leur permettent un niveau de vie
extraordinairement ilev6 qu'ils ne connaitraient pas
ailleurs parce que les prix sont extremement bas en
Tripolitaine par suite du manque d'acheteurs...

Les Italiens sauront-ils tirer la lefon de I'epreuve
qui leur est ainsi infligee ?
Si la vie n'a pas 6t6 gaie pour les Italiens ces der-
nieres ann bes, il faut Wgalelent noter que beaucoup
d'entre eux politiquement, intellectuellement et


dans tous les sens en s.omme en sont rests &
11943. Pour ma part, come premiere impression, je
voudrais dire que la triste experience ide 'occupa-
tion britannique (avec toutes les measures disons
inopiportunes des Anglais) a une valeur impor-
tante parce qu'elle nous fait ouvrir les yeux sur bien
des erreurs du passe sinon sur toutes ; la lecon,
pour dure et humiliante qu'elle soit, servira : c'est
le seul aspect positif de 5 ans de malheur.
(a II Corriere della Sera Milan,
5 novembre 1948). 4.327.

Le sort de ces territoires devait etre dicidd par les
Nations Unies et chacun essayait de privoir quelle
serait a cette occasion l'attitude des Grandes Puis-
sances
... Les Etats-Unis demanderont que la Cyr6naique,
colonie d'inter&t strategique, soit plaice sous admi-
nistration britannique, sous la tutelle des Nations
Unies, lorsque la question du sort de l'Empire colo-
nial italien sera abord6e par l'Assembl6e G6nerale
de I'O.N.U.
Les milieux am.ricains de Paris indiquent que les
Etats-Unis appuieront les revendications britanni-
ques sur l'Afrique du Nord centre la proposition
sovi6tique des 4 grandes puissances, de l'Italie et de
represientants des populations indigbnes.
Depuis que le problkme des Colonies italiennes a
W6t6 tudiB par le Conseil des Ministres -des Affaires
EtrangBres en 1946, I'U.R.S.S. a toujours cherch6 &
obtenir une voix dans l'Administration de la Libye
et de la Cyr6naique don't la valeur strategique com-
me bases navales en M6diterranee est reconnue par
les Quatre Grands. Les Anglais contr6lent les terri-
toires de 'Afrique du Nord que tenaient anterieure-
ment les Italiens et sont r6ticents A la pensbe d'6va-
cuer leurs bases de la region de Tobrouk qui com-
pensent les abandons qu'ils out df consentir en
Egypte et en Palestine...
On assisted a certaines volte-face inattendues.
.... A la dernimre reunion du Conseil des Ministres
des Affaires Etrangeres, tenue a la requAte des Rus-
ses just avant l'ouverture de 'actuelle session des
Nations Unies, M. Vichinsky itonna tout le monde
en retirant 'appui des Soviets a l'Italie pour soute-


:53









nir une proposition faite par les Etats-Unis en 1946
- et aujourd'hui 6cart6e selon laquelle les colo-
nies italiennes seraient plac,.es "sous une tutelle in-
ternationale.
Les Etats-Unis se d6clarent auj.ourd'hui favora-
bles a des solutions diverse relativement h l'Empire
Italilen. Retour a 1'Italie mais avec trusteeship des
Nations Unies, de la Somalie italienne ; partage de
I'Erythr~ e entire 1'Ethiopie et le Soudan anglo-6gyp-
tien ; responsabilit&t de 1'Itaiie pour la Tripolitaine
sous contr6le international ; h6g6monie britannique
en Cyr6naique : tels sont aujourd'hui les plans ame-
ricains...
(K New York Herald Tribune ), 30 novembre 1948). 4.303

Un journal espagnol critique avec vdhimence l'An-
gleterre et fait I'eloge de l'Italie et de son oeuvre co-
loniale.
... Pour parler clair, la Grande-Bretagne desire
une Italie comiptant pour z6ro et allant A la remor-
que du Foreign Office, obbissant a ses ordres sans
repliquie possible. Si Staline oppose son veto a 1'ad-
mission de 1'Italie a 1'O.N.U., 1'Angleterre se refuse
A la revision du Traite .de paix, a la restitution a
l'Italie de ses anciennes colonies, ou tout au moins
A leur administration par celle-ci, et a la participa-
tion italienne au Pacte Atlantique. Quant aux v6ri-
tables problemes de i'Italie, le gouvernement de Sa
Majest6 Britannique ne veut pas admettre leur
< actuality >. Ce qui 6tait < actuel > pour l'Angle-
terre en 1945, c'6tait de renverser la monarchie
savoyarde pour affaiblir encore plus les foundations
nationals. C'e qui est < actuel aujourd'hui, c'est
de convertir la pininsule italienne en un triste ap-
pendice arch 6ologique en Mediterran6e ne g6nant
que le moins possible la domination absolute de la
Home Fleet.
A l'heure pr6sente, ]a Grande-Bretagne, inspire
par la Muse de la crainte du lendemain, pose un
problme strat6gique brutal en faisant pression sur
opinion favorable a administration des colonies
italiennes par 1'Italie exprimbe par l'Amirique et par
]a France. Pour M. Bevin ou pour I'Amiraute an-
glaise, les terres que l'intelligenc.e et le travail de
1'Italie ont merveilleusement colonisees doivent ser-
vir exclusivement a leur jeu militaire et le triangle
Cyr6naique-Erythrbe-Soudan a la formation, avec
Malte, d'un quadrilatere inexpugnable destine A 6ta-
blir leur domination perp6tuelle. L'Angleterre cher-
che a garantir A tout prix sa sicurit6 en MBditerra-
:ne et l'on se trouve en presence d'un fait paradoxal,
a savoir qu'autrefois elle consid6rait le fascism
comme son plus grand ennemi et qu'aujourd'hui elle
ne veut pas que les Italiens mettent le pied en Afri-
que, de peur que ia [rtpublique et la d6mocratie
n'apportent le communism sur le Continent noir...
En definitive, la Russie et le communism seraient
les principaux bindficiaires.
... En id6finitive, 1'Angleterre, comme la Russie,
ne cherche pas la paix, ni l'ordre chez les peuples,
ni la dimocratie come system.e de Gouvernement.
Elles cherchent a satisfaire leur politique national
et impfrialiste. La politique et la diplomatic britan-


niques, en ce qui concern 1'Italile, donnent pleine-
ment raison A Mussolini. Maintenant, le sort des co-
lonies va se decider d'une maniere definitive et les
Etats-Unis sont sur le point de se laisser s6duire,
si ce n'est pas debj fait, par la voix enchanteresse et
hypocrite de la sirene alliBe. Si on arrache 1l'Italie
ses anciennes colonies, que l'on dolt, selon Sumner
Welles, consider come un prollongement de la
p6ninsule, on commettra une injustice monstrueuse
qui fera fr6mir les vieilles pierres romaines. Et, pen-
dant ce temps, la Russie et les communists italiens
se frotteront les mains de satisfaction, car la misere
sur laquelle ils speculent sera 6tablie de jure par
le bon plaisir des hommes qui se targuent d'implan-
ter la paix et la justice 'dans le monde.
(( A.B.C. n, de Madrid, 3 d6cembre 1948). 4.320.

Les entretiens de l'Ambassadeur Tarchiani &
Washington et du comte Sforga dans les capitales
europiennes redonnent de l'espoir aux Italiens.
Alors que Ie d6bat sur la politique 6trangire com-
menoe A la Chambre, des rapports encourageants sur
le d6veloppement -de la question colonial parvien-
nent de 1'etranger. Le mardi 30 novembre, a eu lieu,
ainsi qu'il 6tait prevu, 1'entretien de 'Amibassadeur
italien A Washington, Tarchiani, avec le President
Truman. II paraitrait que Tarchiani aurait encore
une fois expos les motifs obligeant le Gouverne-
ment de Rome A s'opposer a la conception anglo-
am6ricaine, A savoir que 'Italie depend 6conomi-
quement de ses possessions d'Afrique, qu'une solu-
tion unilat6rale rendrait fatalement plus difficile la
position Idu Cabi'net de Gasperi et que les raisons
d'ordre stratigique invoiquies (par les Anglais sont
faibles, les puissances anglo-saxonnes ayant la pos-
sibilit6 de s'assurer des bases militaires en Libye.
Truman ne semble pas avoir ete en measure de
,donner a Tarchiani une assurance formelle sur la
question de l'ajournement du Conseil colonial des
Nations Unies ; cependant, on a impression a Rome
qu'un retirement d'opinion aurait tout au moins com-
mence a se manifester A Washington. Le Ministre
des Affaires Etrang6res Sforza a d6clar6 aux jour-
nalistes qu'il conservait I'espoir que le point de vue
italien serait pris en consideration. Les dernieres
informations de Paris tendent A renforcer cette con-
fiance. La France soutient 1'Italie comme elle l'a fait
jusqu'A present, dans une certain measure, pour des
raisons ayant trait a son propre domaine d'Afrique
du Nord; elle est opposee ia octroii de l'autonomie
aux Arabes ide Libye propose par les Britanniques.
En outre, les d61egations sud-amnbricaines manifes-
tent une certain hostility A 1'egard du plan anglo-
amricain sous sa forme actuelle...
(a Neue Zuroher Zeitung D, 4 d6cembre 1948). 4.319.

L'importance des considerations d'ordre strati-
gique ne saurait itre sous-estimie.
... La France desire une tutelle italienne sur la
Somalie et l'Erythr6e et une decision differ6e pour
la Libye, of elle est favorable a une restauration
&ventuelle de 1'Administration italienne. En fait, les
Italiens reclament le statut quo ante. S'opposer a ces
dbsiderata risque d'affaiblir 1'Union Occidentale. La
Grande-Bretagne peut-elle ste le penmettre ?









En apparence la r6ponse est oui. Car une troi-
sitme consideration d'ordre strat6gique est en
jeu dans la balance.
PrBalablement aux discussions des Nations Unies
sur le sort des anciennes colonies, les dbl&gations
britannique et americaine ont fait savoir qu'elles
avaient un project commun. Et ce project est, A divers
Agards, oppose aux dbsirs des Francais et des Ita-
liens.
La proposition anglo-amaricaine est la suivante :
la Somali( sera p'lacee sous tutelle italienne, en prin-
cipe A pe::'pktuit ; l'Erythr6e sera partag6e en deux
parts inigAales ; la plus vaste, comiprenant les pla-
teaux christianises ainsi que les ports de Massaouah
et l'Assa, sera compl6tement cedee A l'Ethiopie, alors
que la plus petite, contenant les populations 'des pro-
vinces de Keren et d'Agordat, A predominance de
Musulmans, restera un an sans 6tre affected ; la
Libye elle aussi, sera partag6e, la moitiA Cyrenaique
passant sous tutelle britannique et la decision con-
cernant la parties tripolitaine, y compris le Fezzan,
devant 6t: 'e diff6roe.
11 est Avident que les considerations d'ordre stra-
tAgique aussi bien que moral influencent les juge-
ments qu'on peut formuler sur cette proposition.
I y a les engagements militaires anglo-americains
pris vis-A'-vis de la Grace et de la Turquie. Chacun
de ces pays auraient, en cas *d'agression, besoin die
renforts d As le lendemain du declenchement des hos-
tilit6s.
Pour Atre en mespre de fournir une tell assistance,
une nouvelle tete de point dans la MWditerranee Orien-
tale est indispensable. II y a deux falcons de se l'as-
surer en Cyr6naiique. La premiere consist A per-
mettre aux Britanniques de tenir la promesse faite
aux Senoussis ; la second est de d6roger A cette
promesse et de laisser l'Italie administer le terri-
toire en quality. de membre d'un < bloc > occidental
et d'h6te ,des forces ambricaines qui paieraient en
dollars ses aerodrames et terrains d'exercice du dB-
sert.
L'une des solutions ,donne temporairement satis-
faction aux mondes Musulman et Africain querel-
leurs ; I'aiitre conmble les voe;ux des Francais et des
Italiens. ]Laquelle des deux devrait-on adopter ? La
question est clairement dBlimithe sous son seul as-
pect moral, qui exige manifestement que les pro-
messes faites aux Africains passent en premier lieu.
(< The Economist ), 4 d6cembre 1948). 4.316.


L'Assemr blie Gendrale de I'O.N.U. a dicidd de re-
porter les ddbats a la second moitid de sa session
en avril 1949. Le come Sforga en a exprimd sa satis-
faction. 11 reste a savoir s'il a raison de chanter
victoire car les dis ne sont pas encore jets.
... En iait, les Italiens peuvent considerer A bon
droit le r6sultat obtenu A Paris come un succs.
Les Anglais, qui proposaient d'ouvrir le d6bat sur la
question colonial avant l'ajournement .de l'Assem-
blBe G6nerale, ont 6t6 mis en minoritA ; seule 1'Union
Soviitique, accompagnee de ses satellites, s'est ran-
g6e A leurs c6tbs. Au point de vue italien, l'attitude
de la de&lgation americaine, qui, apres de longues
hesitations, refuse finalement de suivre les Britan-


niques, est particulibrement satisfaisante. La prise
de position presque unanime de I'Ambrique du Sud
en faveur des interets de 1'Italie 6tait escomptee a
Rome. Par centre, on a WtA agr6ablement surprise de
voir les pays arabes prendre 6galement parti pour
1'Italie.
Le o coup de main contre les possessions africai-
nes ) c'est ainsi que la press qualified le geste de
la Grande-Breta'gne n'a pas atteint son but. Mais
on ne volt dans ce fait aucune raison de crier vic-
toire, car on ne sait pas du tout comment les dUs
tomiberont au printemps prochain. Ce qui a WtA ga-
gn6 d'une maniere certain, c'est une pause, par
ailleurs cofiteuse. Les d6marches faites a Paris n'ont
6videmment pas manquA d'inflilger a la politique
italienne d'ameres deceptions. L'attitude d'e la
France, sur I'appui de laquelle on croyait pouvoir
computer A coup sir, a cause une penible surprise
A l'opinion publique et le comportement zigzagant
des Etats-Unis ne p'ermet pas de nourrir la moindre
certitude rassurante quant A attitude qu'ils adop-
teront lors de la phase decisive du combat.
Ce qui est poeut-ttre plus inquietant encore que
les volte-face des grandes puissances, en elles mb-
mes, ce sont leurs ,causes. Les Russes se servent visi-
blement de la question colonial dans le seul but de
susiciter des discordes entire les dmocraties occi-
dentales. Les Amiricains se sont montrns, pendant
une longue p6riode, disposAs A admettre la premise
immediate de la Cyrenaique aux Anglais, afin d'ob-
tenir aussi leur appui en Palestine. Les Francais
ont oper6 une evolution, car ils esperent ainsi s'as-
surer le territoire du Fezzan et divers avantages.
Dans tout cela, les colonies out servi d'objet
d'6change et personnel n'a paru se soucier de leur
propre destin. Un journal a parl6 a ce propos de
< jeu diplomatique -du type le plus has et le plus
brutal > pratique au detriment des interAts italiens.
Le sentiment d'impuissance donne encore de nou-
veaux arguments aux critiques formul6es sur la ma-
ininre d'agir du Cabinet de Gasperi. Le moindre
.contre-coup d6chaine une crise .de nerfs. Une ener-
gie et une pers.evAance accrues seront nacessaires
dans la conduit de la politique atrangBre, d'autant
plus que le Gouvernement ne pleut donner aucun
bclaircissement precis sur la manibre don't il pense
sauver les .colonies ; ii doit se contender de vagues
tformules apaisantres.
L'Italie ne peut espArer conserver ses possessions
d'Afrique que si elle reussit A sortir A temps de l'iso-
lement dans sequell l'a plong6e sa d6faite...
( ( Neue Zurcher Zeitung -, 10 d6cembre 1948). 4.343.


Carlos Sentis estime pour sa part que le temps
travaille pour les Italiens.
... La ball qui est sortie du jieu A la dernirre mi-
nute centre la volont6 anglaise c'est-hAdire la
question des colonies italiennes a fait l'objet de
feintes tres habiles de la part des Italiens. Etant
donn6 que les Anglais avaient int.rkt A l'aborder
d'urgence, il est evident que, pour les m.m'es rai-
sons, cela ne faisait pas l'affaire des Italiens. Le
temps travaille pour I'Italie. Au course de ce dernier
voyage de de Gasperi A Paris et A Bruxelles, le Pr&-









sident itallien a arrach,6 Schuman, et ensuite aux
Belges, une attitude franco-hbelge qui, unie aux dis-
positions favorable du bloc sud-ambricain en g&-
n6ral et de 1'Argentine !en particulier, confere aux
Italiens unte base beaucoup plus solid que celle don't
ils disposaient il y a seulement deux mois. Cepen-
dant, il ne manque pas de gens, au Palais de CMail-
lot, pour croire qu'; Lake Success les Italiens ne
trouveront pa.s un climate mneilleur que celui qu'ils
avaient ici. Le temps favorite ceux qui ont des ques-
tions pendantes avec les Etats-Unis, mais cela n'est
pas aussi vrai pour ceux qui sont en litige avec
l'Angleterre quand celle-ci, comme dans le cas par-
ticulier, occupe pendant ce temps les territoires en
jeu.
Les Italiens, optimistes par nature, esperent non
seulement r6cuperer la Tripolitaine, mais meme la
Cyr6naique ; cependant, celle-ci est, en ce moment,
pour les Anglais, un sucedan6 de la Palestine pour
leur system de communication et de defense et il
no seanble pas facile de leur fire lAicher cette proie,
mAme A coups de fusil...
(< Arriba ,, de Madrid, 14 d6cembre 19.4). 4.338.


Les Italiens riservent leurs recriminations surtout
aux Britanniques et exposent leur point de vue.
... La Grande-Bretagne seule failt 1objet des racri-
minations de 1'Italie. C'est attitude britannique qui
met obstacle t la r6alisation .dies aspirations italien-
nes.
Nous sommes violemanment ,et constamment att'a-
qu6s A ce sujet idans la press italienne. Et si 1'on
aborde oette question aviec 'des fonctionnaires res-
ponsables du Gouvernemient, ils 'deviennent incoh&-
rents A force d'indignation et dde rancoeur.
Leur raisonnement sei ramrne A ceei : a Nous
avons acquis oes colonies lorsque nous 6tions une
nation d6morcratiqu'e. L'agression fascist n'a rien A
y voir. Notre palmarbs colonial est aussi bon que
celui de n''i'mrporte qui.
II est exact ique nous avons precipit6 quel'ques
personnel 'du haut d'avions, mais regarded les Bri-
tanniques dans 1'Inde, les Hollandais A Java, les Bel-
gas en Afrique, les Frangais un, pen partout, etc...


En comparison, notre palmarts est plus net que la
plupart.
<< En outre, nous avons englouti d'6normes som-
imes dans ces colonies let n'en avons jamais rcu-
ip6r6 un son. Nous avons construit de plus belles
villes, .de meilleures routes, de, meilleurs h6pitaux
et apport6 plus d'ami iorations que nimporte quelle
Puissance, imp6riale. Nos programmes dde d&velop-
pement sont r6ellement 'quelque .chose don't on peut
s'6nopgueillir. >
Vous pouvez essayer d'expliquer que des soldats
britanniques ont reemmenet combattu et sont morts
pour s'emparer d.ei ces colonies et que ce serait
turner leurs efforts en derision que -de restituer
immAdiatement les colonies au people auquel elles
furent prises.
LLes Italien's, qui ont P'heureux don ,d'oublier les
d6saigr6ments passes, vous dissentt d'&tre aralistes et
modernes iet ide ne pas essayer d'Adifier le monde
imod,erne sur les faux 6l6ments de propagandel d'u'ne
guerre revolue.
Vous pouvez faire remarquer que nous avons pro-
mis aux habitants aralbes de la Libyie quills ne se-
raient jamais plus placs sous la souvierainetE
italienne. Les Italiens balaient ces processes qu'ils
*considerent comn e (( processes de temps d&
guerre bases sutr la nAelossitA du moment et sur
la propaigande 'et ne constituant nullement une obli-
gation A remplir dans le climate sain du temps de
paix.
Vous poouvez renforcer icette argumentation en di-
sant ;qu'il serait impossible de rainstaller les Ita-
liens en Libye sans effusion de sang et que notre
experience de Puissance ocoupante nous a 'convaincu
que les Arables r6sisteraient par lies araes.
Le problem fundamental est maintenant celui-ci :
l'Italie est le seul pays stranger ayant un int6ret
materiell d'ans ces territories. Ele y a un int6rt
sentimental plus grand encore. LTtalie est un pays
oft le sentiment, i'e prestige, la facade sont le fond
de Ila vie. Go sont ides valeurs qui signifient rbelle-
rment quelque 'chose. Et, si ia 'Grande-Bretagne met
d6lib6r6ment un obstacle devant ces valeurs sans
donner unte raison admissible, c'est qu'elle .cultive
dalibir6ment le ressentimeont de lItalie.
(( Continental Daily Mail ), 19 Janvier 1949). 4,419.











LISTED DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRANCAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTES :

A la Section de la Presse Etrangere, au Ministere de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7). (Direction
des Affaires Politiques, Pice 17, 1" Etage).
La Section de la Presse Etrangere peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, a quiconque lui en fera
la demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le N* de r6f6rence suffit i designer le document desire.


4.372
4.373
4.374
4.375
4.376
4.377
4.378
4.379
4.380
4.381
4.382
4.383
4.384
4.385

4.386
4.387
4.388
4.389
4.390
4.391
4.392
4.393
4.394
4.395
4.396
4.397
4.398
4.399
4.400
4.401
4.402

4.403
4.404
4.405

4.406

4.407

4.408
4.409
4.410
4.411

4.412

4.413
4.414

4.415
4.416
4.417


DATES


ORIGINE DU DOCUMENT


Manchester Guardian ....
Dai4y Telegraph ..........
Dai.y Telegraph ..........
Far Eastern Survey ......
Daily Worker ...........
New York Herald Tribune
The Tines ............
The Economist ...........
Time and Tide ...........
The Times ..............
Manchester Guardian .....
A.B.C. ................. .
The Sunday Times .......
The New Statesman and
Nation ................
Daily Worker ............
The Economist ...........
The Spectator ............
The Spectator ............
The Spectator ............
The Spectator ..........
The Times ...............
Yorkshire Post ...........
Yorkshire Post ...........
Continental Daily Mail ....
Tribune .................
The Daily Worker .......
Time and Tide ..........
The Economist ...........
The Crown Colonist ......
The Economist ...........
West Africa ..............

Continental Daily Mail ....
The Economist ...........
The New Statesman and
Nation ................
The New Statesman and
Natfon ................
Far Eastern Survey ......

Far Eastern Survey ......
Eastern World ...........
The Spectator ............
The New Statesman and
Nation ................
The New Statesman and
Nation ................
The Economist ..........
West Africa ..............

The Economist ...........
The Economist ...........
The Times ...............


TIRES


30-12-48
30-12-48
3-1-49
22-12-48
3-1-49
3-1-49
31-12-48
1-1-49
1-1-49
4-1-49
3-1-49
1-1-49
241-49

1-1-49
4-1-49
1-1-49
7-1-49
7-1-49
7-1-49
7-1-49
7-1-49
6-1-49
4-1-49
6-1-49
7-1-49
,6-1-49
8-1-49
8-1-49
Janv.49
,8-1-49
.8-1-49

13-1-49
1-1-49

8-1-49

8-1-49
17-11-48

17-11-48
D6c. 48
14-1-49

15-1-49

15-1-49
15-1-49
15-1-49

15-1-49
25-12-48
17-12-48


L'Antrycide, remade centre la maladie du sommeil.
La mouche ts6-ts6 vaincue.
Le Probl6me du Cachemire.
Les Eurasiens-Hollandais ou Indontsiens ?
AssociBs dans le crime (Indon6sie).
Les principaux probl6mes qui se posent en Asie.
Le fanatisme religieux dans 1'Inde.
La mouche ts6-ts6 et le Colonial Office.
Le Conseil de SBcurit6 et l'Indon6sie.
L'Inde et l'Indonesie.
Cachemire.
La decouverte d'une drogue d6truisant la mouche ts6-ts6.
Un peu de bon sens A propos de Java.

Sabotage A I'O.N.U. (Indon6sie).
Cacahuetes et mouches ts6-ts6.
Les Hollandais s'en tirent (Indon6sie).
Les Indigenes Sud-Africains.
Hollandais et Indon6siens.
Swollen Shoot (Maladie du cacaoyer en Gold Coast).
Victoire sur la mouche ts6-ts6 ?
La Birmanie menace de dispersion.
Tentative de paix en Indon6sie.
Vers la paix au Cachemire.
La vie en Birmanie sous la loi martial.
Le Cachemire L'Indon6sie.
Un project de loi centre les Communistes d'Afrique du Sud.
Indon6sie.
Les invites de Nehru (Indon6sie).
Cooperation entire Europ6ens et Ouest-Africains.
Malais et Communistes.
Les course d'adultes suscitent un vif interet (Afrique Oc-
cidentale Britannique).
Tout est came en Malaisie ? Ne le croyez pas.
Espoir pour Porto-Rico.

L'Asie et les Hollandais.

Le cessez le feu au Cachemire.
La r6volte communist en Indon6sie : la crise et ses
consequences.
La Constitution de la Birmanie.
Le volcan indon6sien.
Des faits qui concernent les Colonies (Indes Occidentales).

L'Orient contre 1'Occident (Indon6sie).

La censure en Afrique du Sud.
AprBs l'orage en Indon6sie.
Le maniement de la controversy (Cours d'adultes en Afri-
que Orientale Britannique).
Les droits civils en Afrique du Sud.
La d6bacle indon6sienne.
La main-d'oeuvre africaine. Comment stimuler le petit
proprietaire et le salari6.










ORIGIN DU DOCUMENT


NoS


4.41i8

4.419
4.420
4.421
4.422
4.423

4.424
4.425
4.426

4.427
4.428
4.429
4.430
4.431
4.432
4.433
4.434
4.436
4.4.36
4.437

4.438


4.430
4.440
4.441


4.442

4.443
4.444


Continental Daily Mail ....

Continental Daily Mail ....
To Morrow's Continent ...
The Spectator ............
The Spectator ............
The New Statesman and
Nation ................
The Economist ...........
The Manchester Guardian .
The New Statesman and
Nation ................
Tribune .................
Spectator ......... .......
The Nation ..............
The Times ...............
The Times ...............
The Nation ..............
New Republic ..........
The Nation ..............
Continental Daily Mail ...
The Times ...............
Manchester Guardian .....

Eastern World ...........


New Republic ............
The Nation ..............
W est Africa ..............


Corona ..................

East Africa and Rhodesia
The Spectator ............


TITLES


17-1-49

17-1-49

21-1-49
21-1-49

22-1-49
22-1-49
13-1-49

8-1-49
7-1-49
31-12-48
25-12-48
21-1-49
24-1-49
1-1-49
10-1-49
8-1-49
10-1-49
18-1-49
8-1-49
Oct.-
Nov. 48


13-12-48
8-1-49
22-1-49


F6v. 49

20-1-49
28-1-49


Pourquoi il y a du sang sur la lune en Afriique (Afrique
du Sud).
Le probl6me des Colonies italiennes.
Chapitre I.
Les 6meutes de Durban (Afrique du Sud).
Manoeuvres indon6siennes.

Les 6meutes de Durban.
Emeutes a Durban.
L'Inde.

L'Antrycide.
Calendrier indon6sien.
L'imbroglio indon6sien.
Indon6sie.
La Conference de Delhi (Indon6sie)
La Conference de Delhi (Indon6sie).
Agression en Indon6sie.
Indes N6erlandaises.
Dernier acte en Indochine.
L'Afrique, Eldorado vide.
Le Commonwealth britannique.
Le Commonwealth.

Les principles fondamentaux du d6veloppement constitu-
tionnel, economique et social des d6pendances bri-
tanniques.
Le vieil edifice asiatique s'6croule.
Indon6sie.
Oil les femmes sont encore plus < tenues >> qu'au temps
de la Reine Victoria (Educationi des adults en Afri-
que Occidentale Britanhique).
Avant-propos de M. Creech Jones pour le premier num6ro
de la Revue.
Aspects pratiques de l'6dutation des masses.
Les plans et I'autonomie.


DATES













BIBLIOGRAPHIE


MANUEL SCIENTIFIQUE DE L'AFRIQUE NOIRE. Anthro-
pologie Prehistoire; Archeologie; Culture et
Arts ; Institutions sociales et politiques ; Histoire,
par Denis-Pierre de Pidrals, ancien Administra-
teur de.i Colonies (Payot, io6, boulevard Saint-
Germaiir, Paris). 540 frs.

Dans la Bibliothbque Scientifique, aux Editions
Payot, oi ont &t6 publics de tris nombreux volumes
sur l'Afrique Noire, vient de paraitre un < Manuel
scientifique de I'Afrique Noire > (Anthropologie;
Prdhistoire ; Archeologie ; Culture et Arts ; Insti-
tutions sociales et politiques ; Histoire), par D.-P. de
P6drals, ancien Administrateur des Colonies.
Le << Manuel scientifique de l'Afrique Noire > est
pr6senti au lecteur par une preface de M. Jacques
Boissier, Gouverneur des Colonies.
II fallait, A l'usage du public francais, plus exac-
tement de quiconque parle francais et reside en Afri-
que Noire, ou s'interesse aux Noirs de l'Afrique, un
guide, un memorandum aussi complete qu'aisement
praticable. C'est ce qu'a entrepris M. de Pedrals.
< Ancienri elve brevete de l'Ecole Nationale de la
France d'Outre-Mer, dipl6m6 de l'Institut d'Ethno-
logie de l'Universit6 de Paris, il n'attendit pas meme
la fin de ses 6tudes pour aller en Afrique Noire. DejA
familiar de l'Afrique du Nord dis son enfance, il uti-
lise a l1'ge de vingt-deux ans ses vacances d'6tudiant
pour parcourir la brousse de Basse-Guinee sous les
pluies diluviennes que le ciel de ces regions diverse
A ce moment. Moins de quatre ans plus tard, il est
chef du Bureau des Affaires Politiques et Economi-


ques du Territoire du Togo sous mandate de la
France. Par la suite, plus fortement'sollicit6 par les
exigences de l'enqufte ethnologique que par *les dis-
ciplines administrative, il quite le corps des Admi-
nistrateurs 'pour se consacrer entierement A la re-
cherche. 11 public un tableau detaille de populations,
don't le rassemblement offre un des plus inttres-
sants examples de cohabitation sur un secteur de
peu d'6tendue, de toutes les races d'Afrique, 6tudie
le probleme tris special de 'Islam du Centre et de
I'Ouest africains, puis expose -la methode selon la-
quelle il conviendrait, d'apres lui, d'ajuster les me-
sures de politique et d'administration gendrales aux
imperatifs du fait human consider dans sa r6alitd
present et A la lumiere du passe.
< Aujourd'hui, M. de Pedrals pr6sente au public
franqais metropolitain et africain et aux spe-
cialistes du monde entier, son < Manuel scientifique
de I'Afrique Noire >, resultat de plusieurs annees de
travail perseverant. C'est le grand merite de M. de
Pedrals d'avoir compris cette absence et d'avoir faith
appel pour y remidier non seulement A son esprit
methodique d'ethnologue, mais encore a son expe-
rience effective de l'Afrique et A sa connaissance di-
recte des Noirs, fruit de ses sejours et de ses voyages
en Guinee, au Togo, au Dahomey, au Niger, au
Tchad.
< Nous sera-t-il permis d'ajouter que, sous la
forme toujours objective et parfois severe du deve-
loppement scientifique, apparait le fraternel inter8t
que l'auteur porte aux Africains, A qui il desire res-
tituer tout leur pass et remettre en m6moire le sens
profound de leur humaine condition >.












AU ( JOURNAL OFFICIAL ,


AU ( J. O. ), DU 2 JANVIER
Des d6orets du 314 d6cemlbre 1948
autorisant la fabrication de
(pieces diviisionnaires pour
les territoires de 1'Afrique
occildentale frangaise, de
I'Afrique 6quatoriale fran-
gaise, de Madagascar et des
les iSaint-Pierre die Mique-
loin.
Des d6crets dui 30 idl6ceimbre 1948
ooncernant les drniissions au
Camernoun et au Togo de je-
tons imi6talli'ques.

AU c J. 0. n DU 3 ET 4 JANVIER
Un d6oret dui 310 dAcembre 1948
fixant 'A 2.0128 unites, a la
date diu 1'" janvier 1'949,
l'effectif du corps des admi-
nistratelurs coloniaux.
Un d6cret idu 30 d6cem'bre 1948
mo!diifiant '.article 17 d,e dd-
ce,mbre et du 22 aofit 1928
slur le statute de la magistra-
ture colonial.
Un d6cret diu 30 di6cembre 1948
supprimant le Comit6 Gen6-
ral des Travaux Publics et
dies Mines et rdorganisant
le Comitd des Travaux Pu-
blics.
Un d6cret diu 310 ddcembre 1948
modifiant le ddeiret d'u 12
avril 1,947 sur l'organisa-
tion diu Gonseil du Conten-
tieux administratif dans les
Etablissements .de 1'Inde.
Un d6oret du 30 di cembre 1948
pilacant en position de mis-
sion en France M. Riste-
rucci, adlministrateur des
Services Civils die l'Indo-
chine.
Un d6cret du 3'0 dcdoembre 1948
plagant en posisti'on die mis-
sion 'i 'l'dtranger, M!. Lespi-
nasse Jean, administrateur
des Services Civils de 1'In-
idochine.
Un d6oret du 30 di6cembre 1948
plagant M. Masoart, chef diu
Service des Doiulanes de
Noluvelle Cali6dionie dans la
position de mission en
France.
Un d ret .du 3'0 dideembre 1948
portant iprom'otion dans le
cadre gdenral des Trans-


missions Coloniales (1945-
1946-1947).
Un d6cret plagant en position de
mission en France M. Di-
joux (Ldonel), oommis prin-
cipal de TrBsorerie de Ma-
,dagascar.
Un d6oret du 310 didcembre 1948
oonf6rant l'honorariat a M.
Blanc Jean, greffier en chef
de la Cour d'Appel de Hanoi.
Un decret du 30 dicemnbre 1948
oon fIrant 1'honorariat idu
grade Idie directeuir de 'Ins-
truction Publique en Indo-
chine h M. Charton, insipec-
teur gdn'ral de PInstru'ction
Publiqu.e.
Un d6cret du 2 janvier 1949,
.charigeant le Stecr6taire d'E-
tat iA l'Enseignement Tech-
nique de l'intdrim diu Secrd-
tariat d'Etat h la France
d'Outre-Mer.
Un d4cret du 3 janvier 1949,
m'ettant h la disposition du
Ministrre de la France d'Ou-
tre-Mer, M. Bernard Jouivin,
aurditeur a'u Conseil d'Etat,
pour servir au iCameroun.
Un arrWt6 du 27 dicemnbre 1948,
portant constitution de la
Siooieti d'Economie Mixte
Energie Electrique de l'A.
E.F.
Un arr&te d!t 27 diceam'bre 1948,
n.o,mlmant le Reprosentant
du Ministry aupres de la
Society Energie Eleclrique
!d'A.E.F. (M. Crouzet).
Un arrft6 du 2.8 .dicemlbre 1948.
piortant nomination du Com-
nlissaire diu Gouvernement
aupres de la Compagnie
Francaise du Galbon el de
la Co.mpagnie Francaise du
Cameroiun (M. Auibreville
Andirl) .
Des arrPt6s concernant le per-
sonnel, administration Cen-
trale, Administration GC6n6-
rale, Agriciuilture...
Un arrtf6 du 20 dicembre 1948
portant inscription aux tra-
vaux compl6mentaires d'a-
vancement pour l'annee
194t8 du (personnel des
Transmissions Colbniales.


Tour de service Outre-Mer des.
fonctionnaires civils appar-
tenant aux cadres regis par
ddeorets.

AU a J. O. ) DU 5 JANVIER
Un d6cret du 31 ddcembre 1948
relatif ia la defense dde l'A-
fri'que Frangaise.
Un d6oret du 31 d6cemibre 1948
portant creation d'un colm-
miandement interarnmdes en
Afrique Centrale.
Des d6crets duo 31 d6cembre 1948
important promotion 'dans
l'o;rdre de la Legion d'Hlon-
neiur titree civil : comman-
deur M. Poilay Henri. Titre
civil et exceptionnel, cheva-
lier MM. Lefebvre Marcel, Le
Quang H'uy Paul, Ramadier
Jean-Paul).
Des d6crets du 311 di6cembre 1948
portant nomination dLe la
Manufacture d'Outre-Mer.

AU <( J. O. DU 7 JANVIER
Un dcret du 4 janvier 1949 ci-
tant a l'Ordre de la Nation
M. Sanso'n-Carette, ;6lve ad-
ministrateur des Services
civil dle l'Indochine.
Un dboret du 31 dd6embhre 1948
approuvant une d dliblhration
du Conseil IReprdsentatif de
l'Oubangui-Chari.
Un d6cret du 31 d'cem'bre 1948
.d6signant M. Renmy domme
adminis rate'ur sup.erieur par
inilrim des COolmores.
Un docret du 31 ddcemlbre 1948
ronfdrant l'honorariat a M.
Orselli, gouverneur de 1"
classes des Col'onies.
Un d6cret du 31 decemf-re 1948
confdranL "l',honorariat de
gouverneur gdndral h M. Pa-
rizol, goiuvern cur die 1"
classes.
Un dderet du 31 ddcem'hre 1948
rappiortant la mise en dis-
ponihiili4 .de M. Brasey F'ad-
mettant a la retraite suir sa
denmande el Ini confrrant
l'hlhnorariat deo grade de
gouverneur.
Un d6cret du 31 ddcembre 19,48
reclassant M. Ferrandi, ad-
minislraleur de 31 classes des
Colonies.








4Un d6oret du 31 decemb(re 1948
aonfdrant I'honorariat du
grade de Igouverneur t M.
Palade, administrateur en
chef des Colonies, en re-
traite.
Un d6crelt du 4 janvier 1949
maintenant en position de
mission en France M. Rous-
s.eau (Bernard), administra-
teur-adjoint des Colonies.
Un decret du 31 ddcemcbre 1948
plagant en position de mis-
sion M. Perret, professeur
A la Facult6 de Droit de Poi-
tiers en mission en Indo-
c;hine.
Un d6oret du 31 decembre 1948
confieant l'honorariat de
president de Cour d'Appel
honoraire A M. Persinette-
Gautrez.
Un d6cret portant attribution
aux pensionnes de la Caisse
intercoloniale de retraites
d'une indemnity temporai-
re .de chert6 de vie (rectifi-
catif).
Un arret6 du 17 d6cembre 1948
portaat remise de debet.
Un arr6t6 du 20 ddce'mbre 1948
moidifiant l'arrit6 du 8 juil-
let 1948 portant ouverture
d'un concours pour le re-
orutement de r6dacteurs de
1" classes avant trois ans
d'administration g6ndrale
,des Colonies.
Un arr6t6 du 24 d6cembre 1948
portait autorisation d'utili-
satiojn de dpenses accor-
dides au titre du budget de
1948.
Un arr8t6 du 31 decem'bre 1948
fixant la date du concours
d'admission au cycle d'en-
seignoment d'agriculture tro-
picale pour les agents des
cadres locaux (ann6e sco-
laire 1949-1950).
Des arrftis portant inscriptions
au tableau d'avancement,
nolmi nations, titularisations
et cessation .de functions
(administrateurs adjoints
des colonies et inspecteurs
du travail d'Outre-Mer.
AU a J. O. ) DU 8 JANVIER
Un arrpt6 portant designation du
oommissaire adjoint du Gou-
vernement aupris du Con-
seil d'administration de l'Of-
flce central des chemins de
fer de la France d'Outre-
Mer (M. Lux).
Des arr6t!i:s titularisant et inte-
gration (inflrmieres colo-
niales et transmissions co-
loniales).


AU ( J. O. DU 9 JANVIER
Des d6crets duC 30 dcem!bre 1948
approuvant des d6lilbrations
ide l'Assemblde Representa-
tive du Togo et de la
Commission permanent du
Grand Conseil de l'Afrique
Occidentale Frangaise.
Un d6cret du 4 janvier 1949 ipor-
tant majoration de 20 % des
versements mensuels attri-
bu6s aux magistrats colo-
niaux.
Un d6cret du 4 janvier 1949 pla-
cant en position de mission
M. Dequecker, administra-
teur-adjoint des Services
Civils de l'Indochine.
Un d6cret du 4 j.anvier 1949
maintenant en disponibilit6
sans traitement M. Ropke,
administrateur adjoint des
Colonies.
Un d6cret du 4 janvier 1949 por-
tant acceptation de demis-
sion de M. Azire, adminis-
trateur-adjoint des Colonies
h titre pr6caire.
Un dcret du 4 janvier 1949 re-
classant M. Capelle, admi-
nistrateur-adjoint des Colo-
nies.
Un d6cret d.u 4 janvier 1949 pla-
cant en position de mission
*au Japon et B Shanghai M.
Caresche, maitre de recher-
ches des Laboratoires des
Services de I'Agriculu.re aux
colonies.
Un d6cret du 4 janvier 1949 pla-
pant en position de mission
Mile Guelfi, chef du Service
Central du Travail et de la
M ain-d'CEuvre.
Un d6cret du 4 janvier 1949 Ipla-
cant en position de mission
en France, M. Villa, ing6-
nieur principal des Mines.
Un arr8t6 fixant la composition
des commissions centrales
des concours pour 1'acces-
sion aux grades d'ing6nieur
principal et d'ing6nieur ad-
joint des Travaux Publics
ides colonies.
Un arret6 portant nomination,
attribution de rappel d'an-
ciennet4, maintien en posi-
tion de congd,, admissions A
1.a retraite et acceptation de
d6imission (chemins de fer
coloniaux et cole frangaise
d'Extreme-Orient).
AU
a J. O. n DU 10 ET 11 JANVIER
Un d6cret du 4 janvier 1949
maintenant en position de
mission un magistrate d'Ou-
tre-Mer (M. Stalter).


Un arrpt6 du 23 d6cemnbre 1948
autorisant la regie indus-
trielle de la cellulose colo-
niale A recruter du person-
nel.

AU (( J. DU 12 JANVIER
Un arrpt6 d'u 6 janvier 1949 ap-
prouvant le bilan de l'exer-
cice 1947 de l'Office central
(des chemins de fer de la
France d'Outre-Mer.
Un arret6 du 10 janvier 1949 pla-
cant dans la position de
mission aupres du Ministere
,des Affaires etrangeres M.
Boy, administrateur-adjoint
des Colonies, [pour remplir
les foncti-ons de vice-consul
h Nairobi (Kenya).
Un arrpt6 du 10 janvier 1949 pla-
pant dans la position de
mission aupres dui Ministere
des Affaires 6trangBres M.
Garbs, administrateur ad-
joint des Colonies pour rem-
plir les functions de vice-
consul A Accra (Golid Coast).
Un arrpt6 du 7 janvier 1949 pla-
cant en position de d6tache-
ment M. Saint-Andr, .gou-
verneur de 2' classes pour
exercer les functions de
President du Conseil d'Ad-
ministration de la Compa-
gnie GndErale des Ol1agi-
neux Tropicaux.
Un arrpt6 du 7 janvier 1949 pla-
cant en position de d6tache-
ment M. Robert Lebegue.
inspecteur g6ndral de 2'
classes ides Colonies pour
exercer les functions de Di-
recteur A l'Administration
Central (personnel).

AU ( J. O. ) DU 14 JANVIER
Un d6cret du 12 janvier 1949
nommant M. Anziani gou-
verneur des Etablissements
Francais de l'Oc6anie.
Un ddcret du 12 janvier 1949
nommant M. Lavau premier
president de la Cour d'Appel
de Hanoi.
Un d6cret du 13 janvier 1949
nommant M. Ehrhard, subs-
titut du Procureur de la R6-
Ipublique pres le Tribunal de
Premiere Instance de Sai-
gon.
Un arrpt6 idu 31 d6cemlbre 1948
portant modifications au
budget de l'Office du Niger
exercisee 1948).
Des arret6s portant nominations,
titularisations, d6tachement,
acceptation de ddmision,
mnises en cong6 hors cadres,
admission a la retraite, pla-
cant en position de mission,









modiifiant les dispositions de
pradcdents arretes et ree-
tiifioatifs :
Agriculture aux colonies.
Eaux et forts .arun colonies.
Gdo'logues des colonies.
Ports et rades des colonies.
Transmissions coloniales.
Travaux Publics d:es colo-
nies.
Travaux- Pulbilics, Mines et
Techniqiunes industrielles des
colonies.
Vet6rinaires des colonies.

AU ( J. O. ) DU 15 JANVIER
Un decret du 31 d6cemlbre 1948
.approu:vant une id6libdra-
tion de la commission per-
manente du Grand 'Conseil
de 1'Afriqiuie Occidentale
Francaise.
Un decret diu e1' janvier 1949
portant approbation de I'ar-
rntd ddu 25 novembre 1948
du gio'uerneur de la Nouvel-
le-Cal6donie, Haut-Commis-
saire de la Rdpublique dans
l'Ocean Pacifique, portant
oluiverture ide credits sup-
pl6mentaires au 'budget des
lies Wallis et Futuna (exer-
cice 1948).
Un d-6cret du 131 janvier 1949 pla-
cant en position de mission
en France M. Baron, IOom-
'missaire d,e la Riepublique
dans les Etablissements
Frangais de l'Inde.
Un d6cret du 13 janvier 1949 re-
classant M. Peter Alfred,
administrateur de 20 classes
des Colonies.
Un d6cret diu 13 janvier 1'949 pla-
cant en position de mission
en France M. Alaniou, ad-
ministrateur supirieur des
Comores.
Un d6cret diu 13 janvier 1949 pla-
cant en position de mission
M. Stro'h, administrateur ci-
vil de 'PIndoc'hine aiupres du
chief de la Mission Francaise
en Extreme-Orient la Hong-
Kong.
Des d6crets concernant le per-
sionnel des mbndecins afri-
cains, des Transmissions
Coloniales, de l'Adiministra-
tion Gentrale, de 1'Adiminis-
tration G6ndrale des Colo-'
nies.

AU (( J. O. DU 16 JANVIEIR
Deux d6crets du 12 janvier 1949
nommant M. Anigamarre,
gouverneur ,des iColonies et
le dAisiignant comme secre-
taire general A Madagascar.


Des arrpt6s concerliant des ad-
ministrateuirs des Colonies
et des agents du. cadre des
Transmissions coloniales.
AU a J. 0. ) DU 17-18 JANVIER
Des decrets du 31 d6icembre 1948
approuvant Ides deliberations
idu 3 septembre 1948 du
Oonseil general des Colrio-
res modifiant la r6gleAmenta-
tion des iimipts s'ur les re-
venus et les rigles d'assiette
,des patents.
Un d6cret du 14 janvier 1949 por-
tant attribution dd'lune allo-
cation excelptionnelle aux
personnel m:ilitaires a sol-
die mrensuelle en service
dans les territoires ad ninis-
tr6s par le dieipartement de
la France d''Outre-Mer et
appartenant A la zone du
franc C.F.A.
Un d6cret diu, 14 janvier 1949 poer-
tant attribution de la m6--
daille colonial.e avec agrafe
<< Maldagascar >.
Un d6cret du, t14 janvier 1949 por-
tant suppression 'des tribu-
nauix militaires a comp.ten-
ce limitee siur le territoire
de Madagascar.
Des d6crets diu 14 janvier 1949
placant une inspectrice g6-
nerale des co;les maternel-
les et des inspecteurs ,g6n-
raux de instruction publi-
que en position de mission.
AU vi J. O. DU 14 JANVIER
Un d6cret d'u Ir janvier 1949 ap-
prouvant une dielilberation
du Grand .Conseill d'Afrique
Equatoriale Francaise.
Un d6cret idu 14 janvier 1949 ma-
joranl l'indemnite provi-
sionnelle attri'biule aux ti-
tulaires de pensions sur la
caisse intercoloniale de re-
trailes.
AU c J. 0.. DU 20 JANVIER
Des d6crets des 12 et 19 janvier
19.19 portant nominations
dans la 'magistrature d'Ou-
tre-Mer. (MM. Autheman,
Vid.el, Picot,, Ca'ui, Robine,
Gudr.in, Lief, Jobert, Swahn,
Baron, Marty, Nadlaillot).
Un arrpt6 du 10.janvier 19'49 re-
lalif h I'exalmen profession-
nel pour l'accession au gra-
die de chiffreuir en chef du
cadre general du chiffre co-
lonial.
Des arrptes portant promotions
et admission a la retraite
(transmissions coloniales et
travaux plulbliics des colo-
nies)'.


AU .(i J.O. ) DU 21 JANVIER'
Un deoretdiui 1'9 janvier 1949 por-
tant modification au statut
deis inspecteurs du travail
aux colonies.
Des arrPt6s du 12' janvier 1949
portant remises de d6bets.
Des arrpt6s portant nomination,
titularisation et r6integra-
tion (transmissions colonia-
les).

AU ( J. O. ) DU 22 JANVIER
Un d6oret .du 210 janvier 1949
fixant 1'indemnitd de partt
.d'Outre-Mer allouae aux per-
sonnels militaires et assi-
mils a sole mensuelle.
Les arrdt6s piortant nomination
et integration (chemins de
fer coloniaus et inspection
,du travail Outre-Mer).

AU < J. O. DU 23 JANVIER
Citation a l'ordre de la Nation
(CM. Nibut).
Un *d6cret 'du 31 de6ceimbre 1948
renouvelant pourr une pe-
rio'de d'un an la prorogation
de- jouissance accordiee aux
locataires des locaux d'ha-
bitation en Afrique Occiden-
tale Francaise le decret du
15 novembre 1947.
Un d6cret du 3'1 dicem(bre 1948
portant prorogation des dis-
positions du decret. du 16
docombre 1947 instituant
-des measures exceptionnelles
et tenrporaires en vue de
remeldier a la crise du loge-
ment en C6te Francaise des
Somalis.
Un d6cret diu 31 decembre 1948
maintenant en vigueur jus-
qu'au 1"'' juill.et -1949 les
dispositions du decret du
15 novembre 1947 piortant
prorogation en Afrique Oc-
S cidentale Francaise des
conventions de location
d'imimelubles ou de locaux
'usage commercial ou in-
dustriel.
Un decret diu 31 docemibre 1948
prorogeant les dispositions
diu d.6cret d.u 15 novemtbre
1947 portant regletnenta-
tion des loyers des locaux
d'habitation en Afrique
Equatoriale Francaise.
Un decret du 19 janvier 1949 por-
tant mutation dans la mfa-
gistrature d'Outre-Mer (MM'
Schtnit et Vidil).
Un d6cret .du 21 janvier 1949
crdant la Soci'et Indochi-









noise de vente de matiriels
japionais.
Un d6cret du 21 janvier 1949 do-
tant [a << flotte administra-
tive 'de Saint-Pierre et
Miqluelon de la personnalit6
civile et l'autonomie finan-
ciare.
Un decret liu 21 janvier 1949 mo-
difiant l'article 96 idu ddicret
(du 2 mars 1910 relatif aux
indemnit6s de responsabilit6.
'Des d6crets du 21 janvier 1949
iportant promotion, reclas-
semeiit et rapportant les
dispositionss d'un prDcddent
dcdre: (administrateurs des
oolonies). (MM. Duilphy, Ni-
calld, Durandi, Viel, Faucbhd,
Chauinel)..
Un arrpte portant d6tachement
(inspection des colonies)
(M. de Ray(mlond).
AU ( J. 0. ) DU 26 JANVIER
Un d6cret du 21 janvier 1949 ap-
prouvant Lu.ne d6lilb6ration
du 21 octobre 1948 du, 'Con-
seil G.r4nral dde Saint-Pierre
et Miquelon.
Un d6cret d(u 25 janvTer 1;949
nomlrn-ant M. Frecaut idireo-
teur-adjoint des Affaires
Econco irq!ues.
Un d6cret ,du 25 janvier 1;949
nonmilant M. Valdant sous-
directeur des Affaires EBo-
nomiqjues,
Un d6cret, diu 25 janvier 1.949
nommant M. Hoeffel gouver-
neur de 2 classes 'des Colo-
nies.
Des arrPtds portant reintdgration,
mise et. maintien en service
d6tach6, nrtalblissement de
situation administrative et
admission a la retraite :
Administration colonial.
Administration g6ndrale des
colonies.
Agriculture .aux colonies.
Services civils de 1'Indloichi-
ne.
Travaux pu:blics. des colo-
nies.


AU ( J. 0. ) DU 27 JANVIER
Un ddcret diu 19 janvier 1949 por-
tant nomination du com'-
'mnandiant superieur des for-
ces terrestres en Afrique
Occidentale Francaise (ge-
ndrail de division Borguis-
Des'bordes).
Un d6cret du 19 janvier 1949
proroigeant la .durde des
functions d'u Haut-Comnmis-
saire dde la Repulbliique A Ma-
dagascar et d6pendances.
Un arrUt6 dui 21 janvier 1949
portant overturee de credits
(fonds de oconcounrs).
Une Iiste des candidates ad(mis a
Iprendre part les 27, 28 et
29 janvier 194'9, au concoiurs
pour le recrutement des rd-
dacte'urs de 1" classes ayant
trois ans administration
g6ndrale des Colonies.

AU < J. O. ) DU 28 JANVIER
Des d6crets du 25 janvier 1949
portant mise en disponibili-
tB, p'lagant en position de
mission :
Administrateurs des Colo-
nies (Mi..Jamet).
Enseignement aux colonies
(MIM. Dannaud et Pineaul).
Ports et rades des Coilonies
(M. Griveau).
Un d6oret du 2'6 janvier 1949 re-
latif aux inde'mnites alloui6des
aux Ihuilssiers du MinistBre
doe la France d'Outre-Mer.
Un d6cret du 27 janviier 19149 an-
nulant les tari'fs fixds pour
les ca'fds explort6s par ddli-
b6ration de ,a Co'mnission
Permanent diu Grand Con-
seil die l'Afriique Occidentale
Frangaise.
Des arrpt6s portant r6intdgration,
attributions de functions,
mises en cong6 et en dilspo-
nibilit6 et rapportant les
dispositions rpr6ocdents ar-
ret6s :
Administration central.
Administration colonial.
Inspection du travail aux
colonies.


MWdecins coloniauix.
Transmissions coloniales.

AU ( J. O. ) DU 30 JANVIER
Des arret6s portant inscription
au tableau d'avancement,
promotion, integration, mi-
s.e en c'ongri, attributions de
rapipels d'anciennet6, main-
tiens en disponibiliti6, accep-
tation de diemission, admis-
sions la retraite, plagant
en position ide mission et
rapportant les dispositions
de pracddents arr8t s.
Administration central.
Administration colonioale.
Inspection g6ndrale de l'a-
grioulture aux colonfds.
Sages-fenmmes ooloniales.
Transmissions coloniales.
Travaux mi6t6lorologiques des
colonies.
Travaux publics .des colo-
nies.
Une liste des candidates aidmis a
se presenter aux 6preuves
,orales de l'examen profes-
sionnel d'entrde dans la Ima-
gistrature d'Outre-Mer (se-
conde session 1948).

AU c J. O. ) DU 31 JANVIER-
1'" FEVRIER
Un arr6t6 'du 21 janvier 1949
rapportant I'arrtd dde nomi-
nation de M. Bourel, sta-
,giaire de I'Administration
Coloniale.
Un arrpt6 diu 21 janvier 1949

rapportant l'arretd de no-
mination de M. Barthelemy
Henri, stagiaire de l'Adfmi-
nistration Colboniale.
Un arrt6 :du 21 janvier 1949
plagant en position die mis-
sion en France M. Neyrat,
chef de bureau hors classes
des ,Services 'ivils ide I'In-
dochine.
Tour de service Outre-Mer des
fonctionnaires civils appar-
tenant aux cadres r6gis par
d6cret.


Imprimerie de 1'Agence France-Presse, Paris (2*)
DipOt 16gal. Dcemnbre 1948. NO 4315



























































Prix : 90 francs




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs