• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Actualite politique
 Actualite economique
 La vie coloniale en France
 Nouvelles d'outre-mer
 Varietes
 Revue de presse
 Bibliography
 Au journal officiel
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00004
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00004
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Actualite politique
        Page 3
        Page 4
    Actualite economique
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    La vie coloniale en France
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
    Varietes
        Page 44
        Page 45
        Page 46
    Revue de presse
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Bibliography
        Page 71 (MULTIPLE)
    Au journal officiel
        Page 72-73
        Page 74
        Page 75
    Back Cover
        Back Cover
Full Text


1


Mi


:f


iI]a


N o. i 7


IEl


F


~311







PRESIDENCY DU CONSEIL

SECRETARIAT GENERAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation :
'14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7")


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA



FRANCE D'OUTRE-MER





SOMMAIRE


ACTUALITE POLITIQUE :
L'organisation et la composition du.
Haut Conseil de 1'Union Frangaise
Resultats des elections au Conseil de
la R6pqublique .......................
Les N1ections a 1'AssemblCe de l'Union
Frangaise ........... ..... ...........

ACTUALITE ECONOMIQUE :
Le Groupe de Travail des Territoires
d'Outre-Mer dans l'Organisation
Europeenne de Cooperation Econo-
m ique ..................... ...........

LA. VIE COLONIAL EN FRANCE :
L'activit6 minist6rielle ..................
L'activit6 parlementaire ...............
Conseil de la Rpliblique .............
AssemblAe de l'Union Frangaise ......
Information administrative .........
Manifestations administrative ........

NOUVELLES D'OUTRE-MER :
Indochine ...... .........................
A. O.. F.................... ............. ...


A .E.F. ............ .. ........ .........
Togo .......................... ..........
3 Madagascar ............................
C6te Frangaise des Somalis ..........
3
S VARIETES ..............................

REVUE DE PRESS :
Presse m6tropolitaine ...............
Presse d'Outre-Mer ...............
5 Presse 6trangere ......................
Problbmes genaraux .................
Inde ..............................
9 Afrique du Sud ....................
2 Sud-Ouest Africain ................
3 Empire hollandais ................':
4 Liste des articles de press etrangere tra-
duits en f ancais ..................
:0
BIBLIOGRAPHIE ............. ..........

COMMUNIQUES ......................


AU ( JOURNAL OFFICIAL ) ......... 72


34
40
41
41

44


--
















ACTUALITY POLITIQUE


L'ORGANISATION ET LA COMPOSITION
DU HAUT CONSEIL DE L'UNION FRANCAISE
Voici le texte du project de loi portant or-
ganisation et composition du Haut Conseil
de l'Union Francaise, tel qu'il a ete adopt
en premiere lecture par l'Assemblee Natio-
nale :
ARTICLE PREMIER. Le Haut Conseil
de l'Union Frangaise assisted le Gouverne-
ment de la R6publique dans la conduite
g6n6rale de l'Union.
I1 est pr6sid6 par le President de la R6pu-
blique Frangaise, President de l'Union
Frangaise.
II se r6unit sur la convocation de son
Preside t.
ART. 2. Le Haut Conseil de l'Union
Frangaise est compose d'une d616gation du
Gouvernement frangais et de la repr6senta-
tion des Etats associ6s.
Font de droit parties de la delegation du
Gouvernement frangais : le President du
Conseil, le Ministre des Affaires Etrangeres,
le Ministre de l'Int6rieur, le Ministre des
Forces Arm6es, le Ministre des Finances et
de l'Economie Nationale et le Ministre de la
France d'Outre-Mer.
La delegation du Gouvernement frangais
peut 6tre compl6tee par d'autres Ministres
d6sign6s par d6crets pris en Conseil des Mi-
nistres A l'occasion de chaque reunion du
Haut Conseil.
La representation des Gouvernements des
Etats associ6s dans le Haut Conseil r6sulte
des accords conclus entire la France et les


Etats associ6s dans le cadre des actes qui
definissent leurs rapports avec la France.
ART. 3. Les modalit6s d'organisation
et de fonctionnement du Haut Conseil et de
ses services sont arrit6s par d6cret pris en
Conseil des Ministres, apres dlib6ration du,
Haut Conseil.
ART. 4. Les d6penses propres au Haut
Conseil incombant a la R6publique Fran-
gaise sont inscrites au budget g6n6ral de la
R6publique Frangaise ; les contributions des
diff6rents Etats font l'objet d'accords parti-
culiers )).

RESULTAT DES ELECTIONS
AU CONSEIL DE LA REPUBLIQUE
MADAGASCAR
Premier college : 2 sieges.
Daniel SERRURE Conseiller sortant
(R.P.F.). R66lu 45 voix.
LIOTARD (Ind6pendant) (intergroupe R.
P.F.). Elu 30 voix (apres ballotage).
DeuxiBme college : 3 sieges.
TOTOLEHIBE F61ix ZAFIMAHOVA Nor-
bert RANDRIA Michel (Liste d'Union Mal-
gache) Elus. -
COMORES (1 siege)
GRIMALDI (R.G.R.), Cons. sort. R6eeu.
ETABLISSEMENTS FRAINAIS DANS L'INDE
(1 siege)
PAQUIRASSAMY Poull6 Conseiller sor-
tant (Parti Socialiste de l'Union Frangaise)
- 24 voix Elu.


(Les etudes et documents du Bulletin peuvent etre utilis6s ou reproduits sans indications d'origine)


~$d~F~~ ~~_rA~a79






NOUVELLE-CALEDONIE (1 siege)
LAFLEUR Conseiller sortant
Ind.) R661u.


(Rep.


COTE FRAN(AISE DES SOMALIS
(1 siege)
DJAMA Ali Conseiller sortant (Inde-
pendant) R6lu.

ETABLISSEMENTS FRANgAIS D'OCEANIE
(1 siege)
QUESNOT Joseph Conseiller sortant
(Independant) Re6lu.

LES ELECTIONS
A L'ASSEMBLEE DE L'UNION FRANGAISE

Voici les resultats des 61ections a l'Assem-
blee de l'Union Frangaise, qui ont eu lieu
le 20 d6cembre :


College unique. La liste LONGUET,
avec 102 voix obtient 7 sieges. Cette liste
comprend MM. LONGUET, VACA, GENTET,
RANDRETSA RAZAFY, CHARLIER, RAMAMPY
et RAZAFIALA.
La liste d'entente franco-malgache a
obtenu 11 voix.
L'6lection a une forte majority des sept
candidates de la liste de M. Longuet a l'As-
sembl6e de l'Union Frangaise est consid6r6e
dans diff6rents milieux de Tananarive com-
me un net succes politique dans le sens de
l'entente franco-malgache.
En dehors des trois Europ6ens, don't la
nuance politique n'est pas nettement d6finie,
mais qui jouissent de 1'estime general, on
remarque en effet la presence de repr6sen-
tants des principles races de Madagascar :
Hova, Betsileo, Sakalava et Betsimiraka,
qui ont 6galement la consideration de la po-
pulation tant europ6enne qu'autochtone.








e~fpSa


ACTUALITY ECONOMIQUE


LE GROUP DE TRAVAIL
DES TERRITOIRES D'OUTRE-MER
DANS L'ORGANISATION EUROPEENNE
DE COOPERATION ECONOMIQUE
La Convention de Cooperation Economi-
que Europ6enne a stipul6, dans son art. 2
que (( les Parties contractantes s'engagent
A promouvoir... le d6veloppement, de la pro-
duction par l'utilisation des resources don't
elles disposent dans la M6tropole comme
dans les Territoires d'Outre-Mer ).
Pour remplir cette obligation, le Comit6
Executif de I'O.E.C.E. dans sa seance du
4 octobre, a d6cid6 de constituer un Groupe
de Travail des Territoires d'Outre-Mer qui
r6unit les diff6rents Pays europ6ens ayant
la responsabili'te des Territoires d'Outre-
Mer, c'est-a-dire : Belgique, France, Pays-
Bas, Portugal et Royaume-Uni.
Le mandate qui a e6t donn6 au Groupe est
le suivant :
1 o) Dans le cadre des travaux de l'O.E.
C.E. et afin de promouvoir le d6veloppement
6conomique et social des Territoires d'Outre-
Mer ; determiner la part de ces Territoires
dans la realisation d'une economic viable en
1952-53 pour l'Europe et les Territoires qui.
en dependent.
2) Faire un rapport sur la cooperation
qui existe actuellement concernant le d6ve-
loppement 6conomique de ces Territoires.
3) Etudier en liaison avec les Comit6s
techniques de 1'O.E.C.E. une cooperation
dans les Territoires d'Outre-Mer en vue de
Advelopper leurs productions afin d'atteindre


les objectifs fix6s par le Programme A long
terme de l'O.E.C.E.
4) Determiner, dans ce cadre, et en liai-
son avec les Comites techniques de l'O.E.
C.E. les voies et moyens qui permettront
d'atteindre ces objectifs.
Le Groupe qui est le dernier -organisme
constitute de 1'Organisation Europ6enne,
s'est r6uni pour la premiere fois le 12 octo-
bre. I1 vient de d6terminer la premiere serie
de ses travaux le 8 d6cembre, en remettant
a l'Organisation un rapport don't il a r6vise
les terms suivant les instructions du Comit6
Ex6cutif pour amorcer les contacts qu'il
devra prendre ult6rieurement avec d'autres
Comit6s de l'Organisation et qui constitue-
ront la deuxieme tape de sa tache.
Ce rapport pr6sente un tableau g6n6ral
de l'ensemble des projects des Territoires
d'Outre-Mer interesses, don't application
est envisage dans la p6riode s'etendant
jusqu'en 1952-53.
Dans le premier Chapitre, le Groupe a
voulu poser de fagon tres nette les principles
g6n6raux qui, A son avis, devaient 1'inspirer
et servir de cadre a son action. II rappelle
les politiques g6n6rales suivies par les diff6-
rents pays m6tropolitains ayant des Territoi-
res Outre-Mer, que celles-ci aient recu ou non
la consecration d'engagements internatio-
naux au sein des Nations Unies et qui con-
sistent essentiellement dans le d6veloppe-
ment continue et minutieux des Territoires
d'Outre-Mer dans le domaine 6conomique et
social, dans l'interet primordial de leurs
populations.







Ces principles entrainent pour cons6-
quence essentielle que le d6veloppement des
Territoires d'Outre-Mer doit se situer sur un
plan beaucoup plus large et envisager des
chances beaucoup plus longues que celles
du Programme A long terme europ6en qui
envisage, avant tout, la reconstruction de
I'6conomie europ6enne sur des bases saines
et le r6tablissement de l'6quilibre de la ba-
lance des paiements de l'Europe dans la
period qui s'6tend jusqu'en 1952-53.
Le Groupe de travail devra done recher-
cher une contribution des Territoires d'Outre-
Mer aussi important et aussi rapide que
possible au relevement europ6en qui condi-
tionne, dans une large measure, le d6velop-
pement des Territoires d'Outre-Mer par l'ap-
port des moyens financiers, de bien divers,
sans cependant sacrifier a des buts rappro-
ch6s, la poursuit'e d'une amelioration conti-
nue des niveaux 6conomiques et des niveaux
de vie dans les territoires qu'il represent.
C'est 1a 6videmment une tache delicate et
complex, miais que le Groupe de travail
estime possible de remplir.
Le deuxieme chapitre du Rapport est con-
sacr6 A un expos et une description des
diff6rentes formes de cooperation internatio-
nale auxquelles les Territoires d'Outre-Mer
sont parties. Cette cooperation se rencontre
d'abord au sein d'Institutions sp6cialisees
des Nations Unies, mais elle revet surtout
une importance capital dans des Organisa-
tions r6gionales, comme il en existe pour
1'Extreme-Orient, la zone des Caraibes ou la
zone du Pacifique Sud, dans des series de
conference a caractere regional comme celle
qui traite actuellement de problemes afri-
cains ou dans des organizations diverse
ayant pour but de suivre ou de traiter la pro-
duction, la consommation et le commerce de
certaines matires premieres, particulibre-
ment importantes pour l'6conomie mondiale.
Cette cooperation, sous ses diverse for-
mes, a d6jA donn6 des r6sultats tres satisfai-
sants 'et qui promettent d'etre encore plus
satisfaisants dans l'avenir, car, dans une
large measure, elle est de date relativement
r6cente et est n6e depuis les hostilit6s.
Quelle que soit la portee des travaux en-


trepris maintenant au sein de l'Organisation
Europ6enne, le Groupe de travail estime que
la cooperation entreprise auparavant doit
etre poursuivie dans tous les domaines parce
qu'elle associe les Territoires d'Outre-Mer
avec d'autres pays que ceux participant a
l'Organisation Europ6enne sur la base d'in-
t6rets communs, soit r6gionaux, soit pour
des products determines.
Le Chapitre trois concern les program-
mes de production et les objectifs d'expor-
tation pour 1952-53. Chacun des pays int6-
resses a apporte ses projects et ses provisions
afin de d6terminer les resources sur les-
quelles en 1952-53 pouvait computer l'6cono-
mie de l'Europe et du monde. Dans cette
premiere tape des travaux, il a fallu, dans
une grande measure, se borner A une simple
justaposition et A une addition des program-
mes des different pays. Des maintenant,
celle-ci fait apparaitre des augmentations de
productions substantielles pour des products
particulibrement important pour 1'6conomie
europeenne. II faut citer parmi ceux-ci : les
ol6agineux qui s'6tabliraient en 1952-53 A
l'indice 126 par rapport A l'indice 100 en
1936-38 ; le riz qui parviendrait a l'indice
130 ; les phosphates, indice 177 ; les bois,
indice 177. Un effort general particuliere-
ment s6rieux est fait pour un certain nombre
de products miniers, tels que le mineral de
fer, indice 171, le cuivre 131, le zinc 522,
le plomb 300, l'6tain 146, la bauxite 685.
Les projects actuels pourront etre l'objet
de remaniements lorsque les divers comites
techniques interesses de l'Organisation Eu-
ropeenne auront fait connaitre leurs besoins
generaux et leurs observations sur le pro-
gramme des Territoires d'Outre-Mer. C'est
alors seulement que sur la base de ces indi-
cations, le Groupe de travail pourra se preoc-
cuper d'harmoniser les projects des different
territoires qu'il repr6sente, soit en vue d'une
augmentation de certaines productions, soit
en vue d'une diminution de certaines autres
qui seraient en exces par rapport aux be-
soins.
Le Chapitre quatre concern les voies et
moyens qui permettront de realiser les ob-
jectifs prevus pour 1952-53 et qui facilite-







ront, en meme temps, et ce point est essen-
tiel, la preparation de l'avenir en mettant
en place les moyens divers en outillage et en
6quipement qui permettront d'entreprendre,
passe cette p6riode, une nouvelle tape d'un
d6veloppement continue des Territoires d'Ou-
tre-Mer.
La parties la plus important de ce chapi-
tre concern 6videmment 1'approvisionne-
ment des territoires en biens d'6quipement
et en biens de consommation. L'importance
des biens d'equipement va de soi et n'a pas
besoin d'etre soulign6e, mais l'approvision-
nement en biens de consommation revet une
importance particuliere dans les Territoires
d'Outre-Mer ofi la population, relativement
peu vo.lu6e. et en qui ne s'est pas encore de-
velopp6 le goft de l'epargne, ne travaille au
delay de la production necessaire a la satis-
faction de ses besoins imm6diats que s'il lui
est possible d'utiliser aussitot les moyens de
pavement regus en change de son travail, a
1'achat de biens de consommation. Des res-
sources suffisantes de ces biens sont done
indispensables pour obtenir l'effort de pro-
duction qui permettra d'atteindre les objec-
tifs pr6vus au chapitre III.
Le problem des investissements n6ces-
saires au paiement de biens d'6quipement et
a leur rise en oeuvre, est regle par les diff6-
rents pays suivant des systemes divers,, va-
riables avec leur situation 6conomique et
leur politique 6conomique g6nerale. Du
point de vue des investissements des capi-
taux strangers, la situation 'actuelle de l'Eu-
rope et les controles des changes adopts
par la plupart des pays, rendent difficile la
circulation de capitaux strangers et leur in-
vestissement dans des entreprises outre-mer.
Mais les Territoires d'Outre-Mer sont d'au-
tant plus favorables a de tels investissements
que la plupart d'entre eux souffrent d'une
p6nurie de devises qui les gene pour acheter
certain materiels qu'ils doivent se procurer
A l'6tranger.
Parmi les activities auxquelles tous les
Territoires d'Outre-Mer consacrent une par-
tie important de leur programme de deve-
loppement, deux ont fait l'objet d'une men-
tion sp6ciale en raison de leur intdret parti-


culier : l'industrialisation est consid6r6e par
tous les Territoires d'Outre-Mer comme de-
vant dtre pouss6e parce qu'elle constitute, a
leur avis, un 616ment essential d'un d6velop-
pement 6conomique harmonieux. Le r6tablis-
sement et le d6veloppement des moyens de
transports n6cessitera l'investissement de
sommes consid6rables et la mise en place
d'une masse important de materiel pour
pouvoir faire face aux objectifs de produc-
tion de la periode 1952-53 envisagee et pour
preparer l'augmentation ulterieure des ni-
veaux 6conomiques.
Les problemes de main-d'euvre ont retenu
I'attention du Groupe de travail. Les besoins
des Territoires d'Outre-Mer portent surtout
sur la main-d'ceuvre qualifide technique,
encadrement, direction que les popula-
tions des territoires ne sont pas en measure
de fournir en quantity suffisante. II s'agit.
d'ailleurs, d'un petit nombre de personnel et
don't I'entr6e outre-mer devra suivre la r6a-
lisation progressive des programmes. En ce
qui concern la main-d'oeuvre non qualified,
les Territoires d'Outre-Mer estiment que les
populations locales doivent, d'une fagon g6-
nerale, suffire a la tache a condition d'aug-
menter leur productivity. La question s'est
pose de savoir si les Territoires d'Outre-Mer
pouvaient apporter un soulagement a l'exces
de main-d'oeuvre don't souffrent actuellement
certain pays europeens. II est apparu que
les conditions de climate et de vie en general,
empechaient d'envisager l'introduction mas-
sive de main-d'ceuvre non sp6cialisee en
provenance d'Europe. Toutefois, le Groupe
s'est r6serv6 d'6tudier, en liaison avec le Co-
mite de la Main-d'CEuvre de I'O.E.C.E., des
cas precis et limits oai certain projects pour-
raient permettre l'installation temporaire ou
permanent de groups de travailleurs euro-
peens non qualifies.
Enfin, le Groupe de travail a particulibre-
ment insist sur un point qui lui paralt con-
ditionner le d6veloppement satisfaisant de la
production dans les territoires : celui de la
stability des prix. II a indiqu6 les diverse
m6thodes appliquees jusqu'a present pour
assurer aux producteurs une remuneration
r6elle satisfaisante et suffisamment stable.







Cependant il estime que le probleme est loin
d'etre resolu et il exprime 1'espoir que l'Or-
ganisation Europ6enne pourra faciliter la
resolution de cette important question.
Dans le Chapitre cinq, le Groupe de tra-
vail ne dissimule pas les difficulties de la
tache qu'il a entreprise. Ces difficulties
resident principalement dans les 'differentes
m6thodes appliques par les Pays m6tropo-
litains membres pour promouvoir le d6ve-
loppement de leurs Territoires d'Outre-Mer.
Elles resident egalement dans le fait que
chaque Pays a dO baser ses programmes sur
un certain nombre d'hypotheses concernant
les besoins futurs de l'Europe et du Monde
ainsi que la tendance des prix sur le march.
I1 estime que ces difficulties peuvent etre au
moins partiellement levees par des travaux
ult6rieurs soit au sein du Groupe lui-meme,
soit avec les divers autres Comit6s de 1'Or-
ganisation. Ainsi devrait-il etre possible de
remplacer la juxtaposition des programmes
de production qui a e6t faite par un essai
d'harmonisation et une integration plus
poussee. Ainsi 6galement pourrait-on sans
doute arriver A grouper les besoins sous une
forme commune, les harmoniser au moins


dans certain secteurs et a presenter A I'in-
dustrie europ6enne un programme global de
fournitures de biens divers aux Territoires
d'Outre-Mer.
Le Groupe de travail present, d'autre
part, un certain nombre de recommendations
pour l'6tude des points particuliers, soit A
l'int6rieur de 1'Organisation Europeenne,
soit par les diff6rentes phases de coopera-
tion ifternationale dejA etablies, en particu-
lier pour la coordination des efforts en ma-
tiere de recherches scientifiques et de voices
de communications et de moyen de trans-
ports.
Le Groupe de travail exprime la convic-
tion que les travaux entrepris au sein de
l'Organisation Europ6enne seront de nature
A faciliter la resolution des problmes que
souleve le d6veloppement des Territoires
d'Outre-Mer et que ce d6veloppement pourra
faciliter le relevement de l'Europe et le r6ta-
blissement de l'6quilibre de son economic
comme ce relevement offre aux Territoires
d'Outre-Mer la meilleure chance de promou-
voir, de faqon harmonieuse et continue, leur
d6veloppement economique et social.



















LA VIE COLONIAL EN FRANCE


L'ACTIVITE MINISTERIFELLE

M. COSTE-FLORET
A ETJE: ENTENDU PAR LA COMMISSION
DES TERRITOIRES D'OUTRE-MER'
DLI CONSEIL DE LA REPUBLIQUE

L A Commission de la France d'Outre-Mer, reunie
sous la presidence de M. Marc Rucart (R.G.R.,
Haute-Volta), a entendu le 17 d6cembre
M. Coste.-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer, sur la politique g6ndrale que le Gouvernement
entend pratiquer dans les Territoires de l'Union
Francaise, sur la situation en Indochine et sur la
fin des operations militaires A Madagascar.
Dans le domaine economique, il a fait observer
que 1'exislence des monnaies coloniales n'empeche
pas qu'une zone franc englobe tous les Territoires.
D'autre part, des courants commerciaux nouveaux
vont tre crdes. L'Organisation Eur6dpenne de Coop&-
ration Economique va se d6velopper dans des condi-
tions telles qu'on ne pourra pas, toutefois, voir
s'instaurer sur un plan continental ce que le pacte
colonial avait cree au profit d'une seule nation.
En ce cui concern les demands d'allocations de
devises, M. Coste-Floret a fait toutes reserves, en
raison des difficulties .g6ndrales d'allocations de de-
vises qui se pr6sentent pour la M6tropole elle-meme.
Le Ministre a annonc6 des amenagements au r-
gime des 6tudiants.

UNE DECLARATION DE M. COSTE-FLORET
AU SUJET DE LA CONSECRATION
DE L'INDEPENDANCE DU CAMBODGE
DANS L'UNION FRANCHISE

M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer, a faith le 17 decem'bre la declaration suivante
au repr6sentant de I'Agence France-Presse au sujet
de la remise par le g6nerhl Blaisot, Haut Commis-
saire par interim en Indochine, d'une lettre du Pr-
sident de la Republique et de I'Union Francaise au


Roi du Cambodge, consacrant I'ind6pendance du
Cambodge dans l'Union Francaise.
< II s'agit, a declare le Ministre, d'une decision
que le Conseil des Ministres avait prise a ma de-
mande il y a ddjd quelques semaines. La nouvelle
n'avait pas ete rendue publique pour que l'dchange
des lettres entire le Prisident de la Republique et de
l'Union Francaise et le Roi du Cambodge puisse
avoir lieu a Pnom Penh. Cet change vient de se
fire, le general Blaisot etant porteur de la lettre du
President de la Ripublique.
< Ainsi, le Cambodge a obtenu par des moyens
pacifiques ce que le Vietminh a essay vainement
d'obtenir par les armes. En fait, cette reconnaissance
place le Cambodge dans le mime itat que la situa-
tion juridique reconnue au Gouvernement Central
Provisoire du Viet-Nam par les accords de la baie
d'Along. II reste d negocier dans la paix desormais
des accords techniques d'ordre particulier avec les
nouveaux Etats associes. >

LE MESSAGE DE NOUVEL AN
DE M. COSTE-FLORET AUX AUTORITES
DES TERRITOIRES D'OUTRE-MER

M. Paul Coste-Floret, Ministre de la France
d'Outre-Mer, a adress6 ses vceux de bonne ann6e aux
autorites civiles et militaires des Territoires d'Outre-
Mer. Voici notamment le texte du t6l6gramme qu'il
a envoy aux Commandants en Chef des troupes sta-
tionndes dans les Territoires administres par le Mi-
nist&re de la France d'Outre-Mer :
< Au seuil de la nouvelle annee, je vous demand
de transmettre mes vazux aux personnel militaires
et civils places sous votre commandment.
< Je forme pour leurs families et pour eux-memes
les souhaits de bonheur les plus chaleureux. Je con-
nais les conditions difficiles dans lesquelles ils assu-
rent de toute leur foi et de tout leur courage, la per-
manence de la France sur tous les Territoires de
I'Union Frangaise, don't ils contribuent a parfaire la
difficile construction.







< Ma pensie reconnaissante s'attache specialement
a ceux qui ont, bier, achevi la pacification de Ma-
dagascar et qui continent aujourd'hui a maintenir
la paix sur le territoire des Etats associes d'Indo-
chine. Ils sont les uns et les autres grants de la des-
tinee de la patrie. Je sais qu'elle peut leur fire con-
fiance >.

UN EXPOSE DE M. COSTE-FLORET
AU CONSEIL DES MINISTRES

Au course de la reunion du Conseil des Ministres
qui s'est tenue le 29 d6cembre, M. Coste-Floret a
fait un expos sur la situation dans les Etablisse-
ments Frangais de l'Inde et en Indochine. Aucun
d6velopipement n'a 6et fourni sur I'expos6 de
M. Coste-Floret. Cependant, le porte-parole du Gou-
vernement, M. Francois Mitterand, a 6t6 amen6 A
d6mentir qu'il soit question de renforcer les effectifs
combattant actuellement en Indochine ; le Conseil
des Ministres entend seulement maintenir le contin-
gent.

LE DEJEUNER FRANCO-VIETNAMIEN
DU 14 JANVIER 1949 A L'HOTEL LUTETIA

A l'issue de ce dejeuner, S. E. Pham Van Giao,
Gouverneur du Centre Vietnam, prononce une allo-
cution improvise. I1 commence par rappeler que les
Allies adversaires de Napoleon n'ont pas trait avec
lui en 1815, et que de meme rien n'oblige la France
A traiter avec son adversaire H6 Chi Minh. Le
9 mars 1945, la France a perdu une bataille mais
n'a pas perdu la guerre. Elle aurait d'autant moins
de raisons de traiter avec le Vietminh que celui-ci
n'a pu s'6tablir que grace A I'occupation japonaise
et que, la France n'ayant pas accepted le fait japo,
nais, ne peut pas accepter le fait vietminh. La France
,doit traiter avec Bao Dai, descendant des souve-
rains qui traiterent avec la France en 1862, 1864,
1883 : elle est liee avec la dynastie des Nguyen. En
dehors de Bao Da', il n'y a personnel. < Je ne crois
pas, dit-il, que Bao Dai demandera des choses im-
possibles >. On a parld d'une Troisiime Force. Mais
iil n'y a rien de commun entire une Troisieme Force
en France et au Vietnam. Aucun Gouvernement n'est
possible en dehors des lois traditionnelles. Le Haut-
Commissaire Pignon connait parfaitement le pro-
bblime, I'ayant 6tudie avec H6 Chi Minh, puis A la
Direction des Affaires Politiques et avec Bao Dai.
11 est une des rares personnalites susceptibles de
rTsoudre le prob!ime, sinon la seule. Le colonia-
lisme, continue S. E. Pham Van Giao, est une tape
du progres human. De meme, I'esclavage fut une
institution humanitaire A l'origine, par rapport aux
mithodes de destruction total des vaincus qui
etaient de rigle ant6rieurement. I1 ne faut pas juger
oeuvree colonial frangaise A travers le colonialisme
frangais qui d'ailleurs a v6cu. Les Franqais pour-
Tont rester au Viet-Nam, non en maitres, mais en


amis et en associ6s. L'orateur rend hommage, inci-
demment, aux nombreuses Frangaises spouses de
Vietnamiens, qui assistant au banquet et prdfigurent
la vraie collaboration franco-vietnamienne.
Le g6enral Nguyen Van XuAn, Pr6sident du Gou-
vernement Central Provisoire du Viet-Nam, com-
mence par une r6ponse improvisee A l'allocution de
S. E. Pham Van Giao. Reprenant l'image de
S. E. Giao, le general rappelle qu'on peut perdre des
pays entiers ; il suffit de gagner la derniere bataille.
Quant au colonialisme, la France n'est vraiment pas
un pays colonialiste. D'autres puissances ont agi de
meme ailleurs, mais nulle part il ne s'est 6tabli des
relations aussi amicales qu'entre la France et le Viet-
Nam. C'est ainsi qu'en Indochine il n'a jamais exists
de wagons sp6ciaux pour les indigines. Et les 6tu-
diants vietnamiens ont 6td regus en France come
des fils, ainsi; que l'atteste la presence A ce banquet
de nombreuses. Francaises, spouses de Vietnamiens.
II n'y a jamais eu au Viet-Nam de difference ra-
ciale, d'esprit ou de cceur. La froideur ancestrale des
Vietnamiens ayant etd temper6e par le confucianisme
et la religion bouddhique, Frangais et Vietnamiens
sont proches par le cceur et la civilisation.
M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer, a pris ensuite la parole dans les terms sui-
vants :
< Monsieur le President, mes chers Collegues,
Monsieur le Haut-Commissaire de France, Mesda-
mes et Messieurs,.
Mes premiers mots, ici, ce soir, seront pour remer-
cier les organisateurs de cette manifestation franco-
vietnamienne. Je crois, en effet, comme le Prisident
du Gouvernement Central du Viet-Nam le rappelait
tout a l'heure, que le probleme ne peut etre resolt
que grace a des contacts humans de plus en plus
approfondis. Rien, dans une question de ce genre,
n'est plus utile que le contact de l'homme avec
I'homme, que l'examen en commun des questions qui
semblent nous diviser. Et c'est pourquoi je suis re-
connaissant d Monsieur le Prdsident du Gouverne-
ment Central du Viet-Nam d'avoir bien voulu venir
a Paris pour s'en entretenir avec le Gouvernement
de la Republique.
Si la solution de tous les problemes de l'UnioW
Frangaise n'est point comme des jxeigtes bien
audacieux voudraient nous le faire croire inscrite
dans la Constitution de la Ripublique, je suis de
ceux qui pensent que la solution du probleme franco-
vietnamien figure en toutes lettres dans son prjam-
bule. Celui-ci, je vous le rappelle, s'exprime en ces
terms : < Fiddle a sa mission traditionnelle, la
France entend conduire les peuples don't elle a pris
la charge a la liberty de s'administrer eux-memes et
de girer ddmocratiquement leurs propres affaires >.
Je suis de ceux qui pensent que, pour le Viet-Nam,
I'heure de s'administrer lui-meme, l'heure de girer
democratiquement ses propres affaires a enfin sonnd.
J'ai djja, dans cette mime salle, le 26 Novembre








dernier, difini les principles qui devraient prisider a
la solution du probldme franco-vietnamien. Je me
contenterai donc, ce soir, de les rappeler en deux,
phrases .- pleine souverainete interne ce qui signi-
fie un Gouvernement vietnamien libre de son admi-
nistration intirieure et responsible seulement devant
son Parlement national. Souverainete externe, limi-
tde dans les terms mimes que precise la Constitu-
tion de la Ripublique, don't son Gouvernement ne
peut itre que le garden ; c'est-a-dire qui, conformi-
ment, d'ailleurs, a l'dvolution gindrale du monde, et
des espri.s, suppose certaines limitations qui doivent
itre con;enties par les Etats associes, non point du
tout au profit de tel ou tel des composants de l'Union
FranCaise' mais au profit de l'Union Francaise elle-
meme, de facon J en assurer la coherence et l'effi-
cacite. Jc ne reviendrai done pas, ce soir, sur ces rd-
gles. Je ,vous renvoie a mes explications antirieures,
don't je ne retranche rien. Je voudrais plut6t mar.
quer les tapes dans les rapports franco-vietnamiens,
de l'integration toujours plus grande dans l'Union
Francaise, du Viet-Nam, toujours plus independent.
Car il .et inexact, come une certain press vou-
drait le fire croire,-il est profondiment inexact que
le Gouvernement n'ait point une politique indochi-
noise ; e.! il est inexact, aussi, que nous n'ayions
point, depuis plus d'un an, persiverd avec foi dans
la mime ligne politique. II y a dija plus d'un an,
en Novembre 47, la confiance du President Schuman
m'appela;;t a girer le Departement de la France
d'Outre-Mer et, tout de suite, je me suis penchbe -
parce que c'est un probleme vital sur cette ques-
tion fran:o-vietnamienne que j'avais eu tout le loi-
sir d'etudier rue Saint-Dominique ; parce qu'aussi,
apres une visit en Indochine, je m'etais rendu
compete d's souffrances des combatants francais et
des combatants vietnamiens, fraternellement unis
dans l'arihe de l'Unzon Francaise pour assurer une
paix d'honmes libres et que je suis de ceux qui pen-
sent que plus vite nous apporterons la solution de
ces diffic!les questions, plus vite nous aurons con-
tribue non pas seulement a la paix franCaise, non
pas seulement a la prospiriti de l'Union Frangaise,
mais encore, et surtout je le dis come je le pense
- a la paix mime du monde.
La premiere tape que nous avons franchise, c'est
la decision important que j'ai fait prendre, quel-
ques semaines a peine aprds mon arrivee au Ddpar-
tement, par le Gouvernement, dans une declaration
solennelle rendue publique dans un communique of-
ficiel du Conseil des Ministres et dans laquelle nous
disions que nous ne traiterions pas avec le Gouver-
nement de fait de H6 Chi Minh qui, en dichirant
les modus vivendi librement accepts, les avait par
la mime dinonces. Et il vous souvient que, lorsque
le Parlement de la Ripublique a donni, par un vote
quasi unanime, son approbation solennelle aux ac-
cords de la baie d'Along, sur une question posee par
mon collW, ue et ami, Monsieur le Ministre Pleven
- don't je suis heureux de saluer ici la presence -


le President du Conseil de l'epoque repondit que la
declaration du Conseil des Ministres marquait tou-
jours l'un des principles fondamentaux de la politi-
que vietnamienne de la France.
Apres cette premiere tape, le terrain itait dd-
blaye ; il fallait construire. Ce fut l'ceuvre du Haut-
Commissaire de France, Monsieur Bollaert, a qui
j'exprime, ici, ma reconnaissance. Le 7 Dicembro
1947, il signait avec Sa Majestd Bao Dai un accord
Squi definit les principles sur lesquels l'accord franco-
vietnamien pouvait, desormais, itre construct. C'itait
la second et trds important tape de notre politi,
que vers l'independance toujours plus grande du
Viet-Nam, dans l'Union Frangaise.
La troisidme ne lui cedait en rien en importance.
C'etait, le 23 Mai 1948, la constitution du Gouver-
nement du President Xuan, le premier Gouverve-
ment Central Provisoire du Viet-Nam.
Quatridme tape. Ce fiut, quelques semaines seule-
ment apres la constitution de ce Gouvernement, le
5 Juin 1948, les accords de la baie d'Along, don't
I'Assemblee Nationale souveraine a dit, je le redpte,
qu'ils devaient difinir les principles de la politique
franaise.
Et puis, ce fut la cinquidme tape. Ce fut l'euvre
de ce Gouvernement du Prisident Xudn qui s'itait
desormais constitui, qui avait, dans un accord li-
brement conclu avec le reprdsentant de la France,
difini les principles de cette politique. Cette oeuvre,
on vous l'a dit tout a l'heure, c'est la pacification.
qui, peu a peu, chemine ; ce sont les ralliements tou-
jours plus nombreux ; ce sont les maisons qui se re-
construisent ; c'est la souverainete interne qui s'ac-
croit ; c'est une tape don't, apres ce que vous ont
dit Monsieur le Gouverneur Giao, Monsieur le Prd-
sident Xuan et Monsieur le Haut-Commissaire de
France, il est dvidemment superflu de souligner
l'importance capital.
Il reste, aujourd'bui je le dirai en pesant mes
terms et en sachant que je pronounce des paroles gra-
ves une nouvelle tape a franchir. Cette tape,
ce doit itre le retour au Viet-Nam de Sa Majest4
Bao Dai. Ce retour est seul capable de concriter dans
la pratique les principles abstraits definis dans les ac-
cords de la baie d'Along. Le Gouverneur Giao a sou-
lignd, tout a l'heure, I'interet, pour la France, dej
signer un trait avec le descendant de la dynastie
Nguyen. Ceci dtait superflu, car la Franceest fiddle
aux traits, car la France est fiddle a la parole donnee,
car la France est fiddle a ses traditions, et parce que
le Gouvernement de la Ripublique sait tres biedi
que c'est sur un accord entire Sa Majestd Bao Dai et
lui que peut itre fondue la solution du probldme
franco-vietnamien. Seulement, pricisement parce
qu'apres les accords de la baie d'Along le Viet-Nam
est disormais independent dans l'Union Francaise,
il ne nous appartient pas de determiner la date du
retour de Sa Majestd Bao Dai au Viet-Nam .C'est
evidemment a son auguste personnel qu'il appartient
de se dicider, souverainement et librement. Je dirai








pourtant que le vaEu du Gouvernement de la Ripu-
blique est que ce retour ait lieu dans des ddlais rapi-
des et que l'itat non pas des negotiations, car en-
tre amis il n'y a pas de negotiations, il n'y a de nd-
gociations qu'entre adversaires, mais l'etat de con-
versations que nous avons engagees me permet d'es-
perer ce retour dans des delais brefs et que je crois
qu'il constitute la cle du problIme franco-vietnamien.
Messieurs, je vous remercie de l'attention avec la-
quelle vous aveZ ecouti, ici, ce soir, les paroles qui
ont itd dites et par les reprisentants du Viet-Nam et
par les reprisentants de la France. Je voudrais que
tous, de retour dans vos foyers, parlementaires,
hauts fonctionnaires, libres citoyens du Viet-Nam,
vous vous fissieg les propagandistes de ces idees sur
lesquelles peut etre tres vite ritablie une paix vdrita-
ble et construit un Viet-Nam independent et pros-
pare, dans une Union Francaise toujours plus unie.
Messieurs, je lIve mon verre i Monsieur le Pre-
sident du Gouvernement Central du Viet-Namn et a
la prospirite de l'ceuvre qu'il a accomplie, a Sa Ma-
jeste Bao Dai et a son libre retour au Viet-Nam, ai
Monsieur le Prdsident de la Ripublique et de l'Union
Francaise.

ACTIVITY PARLEMENTAIRE
a) Assemblee Nationale
Seance du o1 Dicembre
ADOPTION DU PROJECT DE LOI SUR LE HAUT CONSEIL
L'Assembl6e a proc6d6 A l'etude du project de loi
sur l'organisation et la composition du Haut Conseil
de l'Union Francaise.
M. Senghor (Ind6pendant des Territoires d'Outre-
Mer-Sendgal), rapporteur, comment bri&vement le
project auquel peu de modifications ont ete apportees,
et qui, dit-il, vient insurer la derniere piece dans le
dispositif etabli pour l'Union Frangaise dans la
Constitution.
M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer, expose ensuite les conditions dans lesquelles va
etre mise en place la derniere parties de la < trilo-
gie > prevue par la Constitution : prdsidence de
I'Union, Assemblee et Haut Conseil. I1 indique en-
fin l'attitude qu'il' adoptera A l'egard des amende-
ments.
Le general Aumeran (P.R.L.-Alger) demand
l'ajournement de la discussion. I1 juge le project
< inopportun >, ajoutant que l'etude qui en a et6
faite lui semble-insuffisante. L'ajournement demand
est repousse.
L'article I" est adopted A mains levies. I1 dispose
que < le Haut Conseil de I'inion Francaise assisted
le Gouvernement de la Republique dans la conduit
gen6rale de l'Union >, qu'il est pr6sid6 par le Pr6si-
dent de la Republique Frangaise, president de
I'Union Francaise et qu'il se r6unit sur convocation
de ce dernier.


Le Ministre precise que le terme < assisted > cor-
respond au r6le consultatif du Haut Conseil.
L'article 2 determine la composition du Haut
Conseil :
i) d6elgation francaise : President du Conseil,
Ministres des Affaires Etrangeres, de l'Interieur, des
Forces Armees, des Finances et de l'Economie, et
de la France d'Outre-Mer, et autres Ministres s'il y
a lieu, designs par decret A l'occasion de chaque
reunion ;
2) representation des Gouvernements des Etats
.associes suivant accords conclus entire la Republique
Frangaise et ces Etats.
Cet article est adopted, ainsi que les suivants, qui
concernent les modalites d'organisation et de fonc-
tionnement du Haut Conseil.
Au course des explications de vote sur I'ensemble,
les repr6sentants de tous les groups, sauf le general
Aumeran qui votera centre avec ses amis, indiquent
qu'ils donneront leur adhesion au project.
L'ensemble est adopt par 542 voix centre 4, sur
591 votants.
*
**

Avant de lever la stance, l'Assembl6e adopted sans
debat une proposition de resolution de M. Juglas
(M.R.P.-Seine) invitant le Gouvernement A organi-
ser une exposition de materiel et d'outillage a l'occa-
sion du Congris International d'Ing6nieurs pour le
Developpement des Pays d'Outre-Mer.
En d6but de matinee, des d6putes ont reclame la
discussion d'urgence d'une proposition de loi sur les
modalites de riglement des pensions dues par l'Etat
aux personnel ayant leur domicile dans un Terri-
toire d'Outre-Mer (M. Duveau, M.R.P.-Madagas-
car).
Seance du 14 Dicembre
L'Assemblee Nationale a adopted les projects de loi
tendant a fixer le statut et les droits des Combattants
Volontaires de la R6sistance.
Un decret fixera les conditions d'application de
la loi aux membres de la Resistance ayant servi
dans les Territoires d'Outre-Mer.

Seance du 20 Decembre
L'IMPORTANCE DES INVESTISSEMENTS
DANS LES TERRITOIRES D'OUTRE-MER
Au course du d6bat financier de l'Assemblee Natio-
nale qui a eu lieu le 20 D6cembre, M. Juglas, pr6-
sident de la Commission des Territoires d'Outre-Mer,
rapporteur pour avis de ladite Commission, est
intervenu en ces terms pour souligner que le project
de loi en discussion int6ressait A des degrees divers
les Territoires d'Outre-Mer :
Les voies et moyens, a-t-il dit notaminent, peuvent
avoir une repercussion sur les intirits de territoires
qui reqoivent de la Metropole en plus grade parties








des products manufactures qui lui sont ndcessaires,
non sans recourir a l'itranger pour le materiel d'equi-
pement. Les avant-dernieres operations monitaires
ont eu ddja une incidence fdcheuse outre-mer. II se-
rait dangereux pour l'equilibre social et politique 'de
ces territoires que les dispositions des voies et moyens
y accroi:;sent encore le coiit de la vie en provoquant
l'augmentation du prix des objets fabriquis en
France.
Le titre i du project interesse au premier chef leq
Territoires d'Outre-Mer, puisqu'il concern les crd-
dits de paiement pour les ddpenses civiles de recons-
truction et d'equipement. Nous ne voudrions pas que,
les maxima une fois fixis, les investissements indis-
pensables ne soient pas assures.
... De l'effort de financenent que nous ferons dd-
pend non seulement la vie des Territoires d'Outre-
Mer eux-memes mais aussi, pour une large part,
celle de la Mitropole -, car la valeur conomique
de ces Ferritoires est enorme. Nous manquons de
matidres grasses, et la vocation naturelle de I'Afrique
Noire est pricisement la production des oleagineux.
Mais le: terres s'epuisent au Senegal et la produc-
tion est en recul.
Si nozs ne parvenons pas, en utilisant des metho-
des nouvelles, a la reliever, nous risquons de souffrir
longtemps de la pinurie des matieres grasses qui
s'dtend actuellement au march mondial.
Faut-il rappeler que notre cafe, notre cacao vien-
nent principalenent de nos Territoires d'Outre-
Mer ? Que la culture du coton pourait etre dive-
loppee dans certaines regions de l'Afrique Equato-
riale et particulibrement en Oubangui ? Que notre
sous-sol est encore a peine explore ?
Nous voudrions itre assures que, dans les limits
imposes par nos resources actuelles, l'effort essen-
tiel et indispensable sera poursuivi. Je demand au
Gouvernement, au nom de nos collogues d'Outre-
Mer, et aussi des membres metropolitains de la Com-
mission, de nous repondre avec precision.
Nous devons consentir cet effort pour l'ensemble
de nos Territoires d'Outre-Mer, si nous voulons faire
de l'Union Frangaise une reality prospare.

Siance du 3o Dicembre

M. Aubry, president de la Commission de Comp-
tabilit6, a presented son rapport tendant A fixer le
budget de l'Assemblee Nationale A i milliard 734
millions, et celui de l'Assembl6e de l'Union Fran-
gaise a 523 millions. Aprhs une discussion sur le
montant de l'indemnite parlementaire, le project a ete
adopted A mains levies.
Seance du 31 Decembre
L'Assembl6e Nationale a adopt le project de loi
fixant le:s. d6penses ordinaires civiles pour l'exercice
1949-


Les credits pour la France d'Outre-Mer sont de
4.383.420.000 francs.
L'un des textes votes proroge jusqu'au 31 Decem-
bre 1949 au plus tard le regime des delegations de
solde et de, traitement en faveur des veuves ou
ayants-droit des militaires et fonctionnaires tues ou
disparus au course d'op6rations dans les Territoires
de l'Union Francaise.
Au course de la seance de nuit, M. Thomas, Secr&-
taire d'Etat aux P.T.T., a annonc6 que le courier
sera achemine sans surtaxe adrienne dans toute
l'Union Francaise.

b) Conseil de la R6publique

Seance du 23 Dicembre

Le Conseil de la R6publique a proc6de au tirage
au sort de la serie renouvelable dans 3 ans: Le
Conseil est 6lu en principle pour 6 ans, mais
renouvelable par moiti6 tous les 3 ans. La loi a re-
mis A un tirage au sort la determination de la serie
qui commencera la serie des renouvellements et don't
le mandate ne durera par consequent que 3 ans.
Celle-ci comprend les departements de Meurthe-
et-Moselle (inclus) A I'Yonne, ainsi que les circons-
criptions d'Outre-Mer de Tunisie, Oran, Constan-
tine, Haute-Volta, Niger, Gabon, Oubangui-Chari,
Madagascar, Somalis, Etablissements Francais
d'Oc6anie, Togo, Saint-Pierre et Miquelon, Guyane,
Guadeloupe.

Seance du 3o Dicembre

Plusieurs representants des Territoires d'Outre-
Mer sont intervenus sur l'article 3 des projects finan-
ciers (credits d'investissement et d'equipement).
C'est d'abord M. Doucoure (S.F.I.O.-Soudan), qui
exprime la crainte que les Territoires d'Outre-Mer
n'aient pas dans ces credits une part suffisante et
qui demand au Gouvernement de comprendre les
besoins des populations d'Outre-Mer et de tirer parti
des richesses inexploitees des Territoires de I'Union
Francaise.
M. Ousmane Soce (S.F.I.O.-S6negal) ensuite, au
nom du group socialist, pr6sente quelques obser-
vations relatives au plan d'equipement des Territoi-
res d'Outre-Mer.
Le Plan Monnet, dit-il, prevoyait 30 milliards
d'investissements par an, pendant io ans, don't io
milliards devaient etre fournis par le budget. Or, il
ne reste rien de cela dans le project de budget enu
discussion.
M. Ignacio Pinto (R.I.-Dahomey) rappelle que
l'idee d'Union Francaise fut lance A Brazzaville
par les m6tropolitains seuls. II evoque l'immensit6
de l'effort A accomplir pour mettre en oeuvre nos
Territoires d'Outre-Mer. II met en parallhle les rea-
lisations de la France et celles de certain pays dtran-


I







gers. II demand A 1'AssemblIe d'accentuer les in-
vestissements de modernisation et d'6quipement dans
nos Territoires d'Outre-Mer. La France peut comp-
ter sur le loyalisme des population's autochtones,
mais A la condition que jamais l'on ne*revienne, de
pres ou de loin, au systime du pacte colonial.
Mme Ebou6 (A.D.R.-Guadeloupe) deplore de
n'avoir A enregistrer dans les nouveaux d6partements
d'Outre-Mer que deboires et disillusions, imputa-
bles A la hAte du Gouvernement de proc6der A l'as-
similation avant d'avoir achev6 la remise en ordre.
L'Union Francaise ne doit pas rester une vaine
formule. Pour cela, il faut I'aide du Gouvernement.
Sur l'article i", le Conseil a adopted les amen-
dements accepts en commission, notamment sur la
proposition de M. Sailer (R.G.R.-Guinee) 6tendant
aux Territoires d'Outre-Mer le benefice des credits
de reconstruction et d'equipement.

Seance du 31 Dicembre
Le Conseil de la R6publique a ratifiI le 31 D&-
cembre la designation par le group des Ind6pen-
dants de M. Robert Serot comme Conseiller de l'As-
semblie de l'Union Frangaise.

*

Le Conseil a adopt sans debat, sur le rapport de
M. Pernot (P.R.L.-Doubs), une proposition de loi
tendant A maintenir dans les lieux jusqu'au i" Juil-
let les occupants de locaux d'habitation dans les
d6partements de la Guadeloupe, de la Martinique,
de la Reunion, et de la Guyane.

*

Le Conseil de la Republique a proc6de A l'examen
portant fixation des depenses ordinaires civiles. L'ar-
ticle I", qui fixe les credits de chaque Ministere -
soit au total 750 milliards environ a eit adopt
par 162 voix centre 22, avec quelques reductions in-
dicatives, don't une reduction de 20.000 francs pro-
posee par M. Sailer (R.G.R.-Guinee), qui a demand
une r6forme de structure des organismes administra-
tifs de la France d'Outre-Mer.
Au course de la discussion, sont intervenus
MM. Sailer (R.G.R.-Guinee), Dronne (A.D.R.-Sar-
the), David et Mme Eboue (A.D.R.-Guadeloupe),
sur administration de la France d'Outre-Mer.
A 1'article 30 bis relatif A la part contributive des
Territoires d'Outre-Mer aux d6penses administrati-
ves personnels d'autorit6, gendarmerie), une discus-
sion s'6st institute. Cette part 6tant fix6 pour moiti6
A la 'charge des Territoires d'Outre-Mer. Apris des
observations de MM. Saller (R.G.R.-Guinee),
M'Bodje (S.F.I.O.-Soudan) qui font valoir que les
budgets de ces territoires sont d6jA arr&t6s, I'article
a 6t6 disjoint comme A l'Assemblee Nationale.


UN EXPOSE DE M. DRONNE (R.G.R.)
A LA COMMISSION DES TERRITOIRES D'OUTRE-MER
DU CONSEIL DE LA REPUBLIQUE

Dans sa stance du 22 D6cembre 1948, la Com-
mission d'Outre-Mer a entendu un expos de
M. Dronne (R.G.R.) sur l'activit6 et le r6le de la
delegation parisienne de la < R6publique Democra-
tique du Viet-Nam >. La motion suivante a 6te adop-
t6e par 14 voix centre 2 et' 3 abstentions : < La Com-
mission de la France d'Outre-Mer, 6mue de l'activite
en France de la delegation permanent de la < Re-
publique D6mocratique du Viet-Nam >, 6manation
du Gouvernement de fait de H6 Chi Minh qui est
en 6tat de guerre ouverte centre la France, invite
le Gouvernement A mettre fin, dans les moindres
delais, A I'activit6 de cet organisme et de tous ses
agents.

*c) Assembl4e de I'Union Frangaise
Seance du 15 Dicembre

L'Assemblee a examine une proposition d'origine
communist tendant A saisir le Gouvernement d'une
protestation contre l'expulsion de Madagascar de
M. Raymond Lombardo. M. Alfred Bour (M.R.P.)
a pr6sent6 son rapport au nom de la Commission du
Reglement don't il est rapporteur.
Puis M. Coste-Floret, Ministre de la France
d'Outre-Mer, est mont6 A la tribune. 11 a remercie
tout d'abord l'Assemblee d'avoir attend l'arrivde
du dossier concernant M. Lombardo pour examiner
I'affaire.
I1 precise que la Commission des Territoires
d'Outre-Mer de l'Assemblee Nationale lui avait de-
mande de venir lui exposer son point de vue, mais
qu'il avait estime necessaire de s'expliquer d'abord
devant l'Assemblee de 1'Union Francaise en seance
publique notamment.
Le Ministre s'excuse ensuite de certaines erreurs
qu'il a pu commettre par suite d'un examen trop ra-
pide du dossier.
< La plus grave, dit-il, est lorsque j'ai dit devant
votre Commission du RIglement. que l'article de
journal incrimind itait signed de M. Lombardo cet
article ne porte pas sa signature mais a ite public
dans le journal don't il est directeur >.
M. Coste-Floret declare que son expos compor-
tera 3 parties :
i) matirialit6 des choses reprochees A M. Lom-
bardo ;
2) A I'appui de quels textes juridiques I'expulsion
de Conseiller a eu lieu ;
3) l'immunit6 parlementaire peut-elle couvrir ou
non l'int6ress6 dans cette affaire.
Puis le Ministre donne lecture du passage suivant
de l'article du journal Fraterniti-Fihavanana du
2 Novembre 1948 que l'on reproche A M. Lom-
bardo :








< Le 24 Septembre dernier des affiches ont etd ap-
posees partout pour faire connaitre a la population
que tous les enfants dgds de moins de cinq ans doi-
vent recevoir une dose de medicament destinee a les
protiger centre le paludisme. Mais depuis Fenerive-
Est jusqu'a Ambodini-Gody, des lettres presque
identiques nous sont parvenues, faisant ressortir que
l'extermination du people malgache est poursuivie
avec des manidres ipouvantables.
La parole est aux cdtiers :
< Toutes nos filles sont distributes comme des ani-
maux de basse-cour : des fillettes de 15 ans, 14 ans,
13 ans et meme hilas de 12 ans, sans computer les
femmes marines et respectable, nous sont toutes en-
levies de force et livrees a des hommes qui ne sont
pas de taille correspondante, plusieurs d'entre elles
ont dtd blesses, sont couvertes de gale et de plaies
syphilitiques. Ces hommes sont, dit-on, nos protec-
teurs centre les rebelles >.
I1 precise que cet article fait suite A plusieurs au-
tres du imme genre :
< Examines sous leurs divers aspects, les actes, les
traitements et l'administration de Madagascar aux
points de vue economique, social et politique peu-
vent se risumer ainsi l'extermination dans le plus
bref delai du people malgache >.
Et le Ministre fait remarquer que le Haut-Com-
missaire a la responsabilit6 de maintenir l'ordre dans
son terriioire.
11 souligne que c'est apris avoir subi un examen
medical concluant qu'il 6tait capable de supporter
le voyage, que M. Lombardo a 6t6 conduit A l'adro-
drome.
Du point de vue juridique, pursuit M. Coste-
Floret, la decision du Haut-Commissaire est fondle
sur les textes lui attribuant ses pouvoirs.
J'abandonne, dit-il, les textes relatifs a la liberty
de la pre:;se.
Mais le Ministre contest l'affirmation de M. Bour
selon laquelle M. Lombardo est un < fonctionnaire
en somnmeil > depuis son election A l'Assemblee de
1'Union Frangaise.
Mais, dit-il, le texte relatif aux fonctionnaires je
l'abandonne igalement.
Reste le texte sur l'etat de si&ge et le domicile.
Citant un ouvrage juridique, M. Coste-Floret sou-
ligne que le domicile est une notion abstraite, nulle-
ment d6pendante des d6placements de l'individu.
Le journal de M. Lombardo ayant ite public dans
des districts soumis a l'itat de sidge, dit le Ministre,
l'article tombe sous la jurisdiction de l'itat de siege.
J'invite, ajoute-t-il, M. Lombardo a se pourvoir de-
vant la jurisdiction administrative, ce sera un moyen
simple de faire la preuve de son innocence.
II met ensuite l'Assembl6e en garde contre un vote
qui serai;! en contradiction flagrante avec la justice
de son pays.
Puis il announce que le Gouvernement transmet
une plainte centre M. Lombardo par l'intermediaire
du Chef du Parquet G6neral de Madagascar.


I1 r6sulte que M. Lombardo, par ses campagnes
continues, a fait renaitre A Madagascar une agita-
tion qui risque de devenir grave.
Or, le 4 D6cembre, le Haut-Commissaire a annonc6
la fin de la rebellion A Madagascar.
< Si, dit-il, une nouvelle rebellion venait a iclater
voyeZ quelle serait la responsabiliti de ceux qui hi-
siteraient a employer les textes qu'ils ont a leur dis-
position >.
Il s'agit de savoir si on nous laissera reconstruire
I'Union Francaise a Madagascar qui doit etre fon-
die sur l'Union fraternelle du people malgache et
du people frangais.
M. Julien (S.F.I.O.) est ensuite mont6 A la tri-
bune et a formula certaines remarques auxquelles le
Ministre de la France d'Outre-Mer a fourni des r&-
ponses. MM. Max Andre, au nom du M.R.P., et
Arnault, au nom du Parti communist, ont pr6sent6
leurs objections.
Apris discussion, la proposition suivante a et6
adopt6e par 87 voix centre 5, sur 116 votant.
< L'Assemblee de l'Union Frangaise, considdrant
qu'elle n'a pas actuellement A aipprecier les faits
articul6s A l'encontre de M. Lombardo, alors qu'est
introduite une demand de levee d'immunit6 parle-
mentaire le concernant, mais qu'elle doit exclusive-
ment se prononcer sur la valeur juridique de la me-
sure d'expulsion prise A l'egard d'un de ses mem-
bres,
< Constate que la decision du Haut-Commissaire
A Madagascar n'est pas fondue en droit et 6elve en
consequence une protestation contre cet acte.
< Soucieuse d'eviter que ne s'6tablisse un prc6d-
dent dangereux, I'Assembl6e invite le Gouvernement
A donner des instructions formelles afin que de sem-
blables proc6dds ne puissent, dans l'avenir, priver
tout citoyen de 1'Union Francaise des droits im-
prescriptibles qu'il tient de la loi et de la Constitu-
tion >>.

Siance du 16 Dicembre

L'ordre du jour appelait la discussion :
1) de la demand d'avis, transmise par M. le Pre-
sident de l'Assembl]e Nationale, sur la proposition
de loi de M. Aujoulat, d6pute, tendant a creer un
Institute Su'pirieur de M6decine et d'Hygiene Tropi-
cales;
2) de la proposition de resolution de M. Borrey
et des membres du group des Ind6pendants d'Outre-
Mer, tendant A inviter l'Assembl6e Nationale A voter
une loi portant creation d'un Institut Superieur de
Recherche, d'Hygi&ne et de M6decine Tropicales.
Le Docteur Borrey (I. O.-M.) a pr6sente son rap-
port au nom de la Commission des Affaires Sociales.
II a montre l'identit6 au fond des deux propositions.
II a ensuite ouvert la discussion par un long expose
technique tris documents donnant des pr6cisions sur
le project de creation de cet Institut et de l'organisa-
tion envisagee pour la sante publique outre-mer.








Seance du 22 Dicembre

L'ordre du jour appelle la verification des op6ra-
tions ';lectorales dans les Etablissements Frangais
de l'Inde du 16 Novembre 1948.
Apres rapport au nom. du 3e Bureau par M. Ab-
dessalam, M. Maurice Godard est valid.
C'est ensuite la discussion de la proposition du
group des Ind6pendants d'Outre-Mer, tendant a in-
viter le Gouvernement a transf6rer au Ministre des
Travaux Publics, des Transports et du Tourisme les
attributions precedemment devolues au Ministre de
la France d'Outre-Mer, en ce qui concern la d6li-
vrafice, le renouvellement et le retrait des brevets et
des licences, ainsi que l'organisation du service me-
dical du personnel navigant de l'aeronautique ci-
vile dans les Territoires d'Outre-Mer de l'Union
Francaise.
Le Docteur Borrey (Ind. Outre-Mer) a soulign6
la necessity d'unifier et d'6tendre a l'Union Fran-
caise les regles de la navigation aerienne.
La proposition suivante a etd adopted :
< L'Assemblee de l'Union Francaise,
Invite le Gouvernement a transferer au Ministre
des Travaux Publics, des Transports et du Tourisme
les attributions pr6c&demment devolues au Ministre
de la France d'Outre-Mer en ce qui concern la de-
livrance, le renouvellement et le retrait des brevets
et licences, ainsi que l'organisation du service m6di-
cal du personnel navigant de l'a6ronautique civil
dans les Territoires d'Outre-Mer de l'Union Fran-
aaise >>.
Lal suite de l'ordre du jour appelait la discussion
d'une proposition socialist et apparentes demandant
que 1'Assemblee de l'Union Frangaise :
a) regoive une documentation officielle sur la
creation, I'organisation et la mise en train de la Com-
mission international d6nomm6e < Commission du
Pacifique-Sud > ;
b) soit tenue au courant des travaux de celle-ci sur
lesquels l'Assemblee peut avoir, selon son r6le, A
donner des avis.
L'Assemblee a 6galement discute une proposition
de resolution invitant l'Assemblee Nationale A pren-
dre toutes measures en vue d'ameliorer le ravitaille-
ment des populations des d6partements d'Outre-Mer,
par des measures destinies A encourager les cultures
vivrieres.

Seance du 23 Ddcembre

L'ordre du jour appelait la discussion de la pro-
position pr6sentee par M. Aubert au nom de la Com-
mission des Affaires Economiques, tendant A inviter
le Gouvernement :
a) A reviser les accords commerciaux franco-ita-
liens et franco-espagnols et, en particulier, A surseoir
A l'application de ces derniers, en ce qui concern
les agrumes, au moins jusqu'A la date du 15 Fe-
vrier, 1949, qui a 6t6 pr6vue de concert par les re-


pr6sentants qualifies des organizations interess6es
des deux pays ;
b) A proc6der d'urgence A une 6tude approfondie
sur la compression possible des charges multiples
don't est grev6 le commerce des products algeriens,
sans que ces measures puissent porter prejudice aux
producteurs et A tous les travailleurs interesses par
la prosperity de l'agrumiculture.
La proposition de resolution suivante a 6te adop-
tee
< L'Assemblee de l'Union Frangaise, soucieuse de
la gravity et de la complexity des repercussions, tant
sur l'economie algerienne que metropolitaine, des ac-
cords commerciaux franco-italiens et franco-espa-
gnols :
< Regrette que le Gouvernement n'ait pas cru de-
voir tenir compete de la proposition (no 22, annie
1948) adoptee le 4 Mars 1948, sur laquelle l'Assem-
blee de l'Union Frangaise avait exprim6 le d6sir
d'etre inform6e des pourparlers en course entire la
France et l'Italie, concernant les accords commer-
ciaux :
< Se reservant d'6tudier ces accords, dans leur en-
semble :
< Invite, dis A present, le Gouvernement
<< i) A surseoir, en ce qui concern les agrumes, A
l'application des accords commerciaux franco-espa-
gnols, au moins jusqu'a la date du 15 F6vrier 1949,
qui a et6 pr6vue de concert par les repr6sentants qua-
lifies des organizations int6ressees des deux pays ;
< 2) A proc6der d'urgence A une etude approfon-
die sur la compression possible des charges multiples
don't est grev6 le commerce des products algeriens,
sans que ces measures puissent porter prejudice aux
producteurs et A tous les travailleurs interess6s par
la prosperity de l'agrumiculture >.
L'ordre du jour appelait ensuite la discussion des
conclusions du rapport (S.F.I.O.) sur la proposition
de resolution portant fixation des d6penses de l'As-
semblee de l'Union Frangaise pour l'exercice 1949.
M. Devinat, S. E. A la Pr6sidence du Conseil,
assistant A la stance.
M. Boussenot (A.G.R.) a fait le bilan des trava'ux
de l'Assembl6e pour l'annee 1948.
Du io decembre 1947 au 31 juillet 1948 l'Assem-
blee a tenu soixante seances publiques. Ses onze
Commissions ont tenu 277 reunions.
Pendant ces huit mois, notre Assembl6e a 6et sai-
sie des 273 textes, projects, propositions de loi. propo-
sitions de resolution, voeux, motions se decomposant
de la facon suivante :
I) de l'Assemblee Nationale ........... 37
2) du Gouvernement .................. 23
3) des membres de l'Assemblee de l'Union
elle-m em e ....................... 213
a) Demandes d'avis formuldes par l'Assemblie
National :
Sur 14 projects de loi presents, o1 firent I'objet
d'un rapport don't les conclusions furent adoptees.







Quatre donc 6taient encore en instance le 31 juillet
dernier. Ce sont ceux fixant le regime electoral, la
composition et la competence des Conseils represen-
tatifs de Saint-Pierre-et-Miquelon, de la C6te Fran-
caise des Somalis, de la Nouvelle-Cal6donie et de
Madagascar. Chacun de ces territoires est d'ailleurs,
A l'heure pr6sente, pourvu d'une Assemblee.
b) Demnandes d'avis formulees par le Gouverne-
ment :
Les huit projects de loi ont 6td soumis A l'Assem-
bl6e de 1'Union Francaise, 7 ont 6t .discutes et rap-
portes. Parmi eux : ceux, d'une importance capital,
concernant l'organisation de la defense national, la
fixation des cadres et effectifs de 1'armee, le recru-
tement des forces armies et la duree du service mili-
taire, I'organisation et la composition du Haut Con-
seil de l'Union Frangaise.
Sur les 13 piojets de decrets envoys A Versailles,
o1 ont et, rapportes pour avis.
Enfin, deux avis ont etd donnes par la Commis-
sion d'insrruction sur les deux demands de pour-
suites introduites A la requfte de l'autorit6 judiciaire,
centre deux Conseillers.
.c) Propositions, motions et vceux diposds par les
membres de l'Assemblee de l'Union Francaise :
L'ensemble de ces propositions represente 213 tex-
tes portanl sur les sujets les plus varies, tous intdres-
sant exclksivement les Territoires d'Outre-Mer. Sur
ces 213 p positions, 88 se trouvaient 8tre adoptees
le 31 juillet dernier.
A certain orateurs exprimant l'opinion que les
suggestions de l'Assemblee n'avaient pas toujours
6te suivies d'effet, M. Devinat a notamment re-
pondu :
Le Chei du Gouvernement m'a demanded des le
ddbut d'etre auprds de vous. 11 precise que s'il n'a
pas assisted jusqu'a present aux seances de cette As-
semblee, c'est en raison de lourdes charges qui ont
jusqu'A present pese.sur lui au Secr6tariat d'Etat A
la Pr6sidence.
Donnant: son avis personnel, le Ministre pursuit :
Ne croyeZ pas surtout qu'il y ait dans l'esprit du
Gouvernement actuel la moindre pensie d'amoindrir
ses prerogatives, ne croyeZ pas surtout que les com-
mentaires qui ont paru dans un journal soit le reflet
de cette pensie.
Abordant la politique interieure, il declare
L'expdrience actuelle n'est peut-etre pas parfaite, ni
complete mais un jour viendra oit elle portera ses
fruits, et il conclut : ce n'est pas au journal l'Aurore,
a qui je fais confiance aujourd'hui, mais a vous qui
reprisentew les Territoires d'Outre-Mer.
Apres adoption d'un amendment presented par le
group cornmuniste, modifiant legerement le texte de
la proposition de la Commission, l'Assembl6e adopted
A l'unanimit6 par 134 voix sur 134 votants la propo-
sition de resolution suivante :
< L'Assembl6e de l'Union Francaise, considerant
l'ignorance dans laquelle elle est tenue des suites
donnees aux propositions et avis respectivement


votes et formulas par elle et soucieuse de les con-
naitre, invite son bureau A s'en enquerir de faqon
suivie aupris de l'Assemblee Nationale et du Gou-
vernement.
Communication sera faite dans les moindres de-
lais des renseignements ainsi recueillis aux Prdsi-
dents des Commissions interessees, ainsi qu'aux au-
teurs de ces propositions >.

Seance du 28 dicembre

L'ordre du jour appelle la discussion de la de-
mande d'avis, transmise par le President du Conseil
des Ministres, sur un project de d6cret, present par
le Ministre de la France d'Outre-Mer portant rigle-
ment du statut de la coproprietd des immeubles di-
vis6s par appartements en Afrique Occidentale Fran-
gaise.
M. Antonini (R.G.R.), rappelle que < la crise du
logement sevit dans nos Territoires de l'Afrique Oc-
cidentale Francaise dans les mimes conditions que
dans la Mitropole et les autres Territoires de l'Union
Fran.aise >.
Et il pursuit : Les logements a usage d'habita-
tion sont rares et reviennent surtout i des prix ina-
bordables pour de simples particuliers. II est apparu
qu'il y aurait intdret i faciliter la construction pari
des socidtis.
Outre le remade partiel apporti a la crise du loge-
ment, ces measures auraient igalement pour but d'in-
vestir des capitaux particuliers dans les centres ur-
bains et, partant, d'intiresser dans une plus large
measuree leurs habitants a l'avenir du pays.
Les articles du project de decret sont adopts par
I'Assembl6e. Certains changements ont ete cepen-
dant apportes au texte du Gouvernement, mais ne
concernent que des points de detail.
Puis I'ordre du jour appelait l'examen de la de-
mande d'avis du President du Conseil des Minis-
tres, sur le project de decret present par le Ministre
de la France d'Outre-Mer, renouvelant pour une
periode d'un an la prorogation de jouissance accor-
dee aux locataires des locaux d'habitation en A.O.F.
par le d6cret du 15 novembre 1947.
Ensuite l'Assemblee a proc6d A l'examen des
trois demands d'avis suivantes :
Demande d'avis transmise par le President du
Conseil des Ministres, sur le project de decret, pre-
sente par M. le Ministre de la France d'Outre-Mer,
portant prorogation des dispositions du d6cret du
16 decembre 1947, instituant des measures exception-
nelles et temporaires en vue de remidier A la crise
du logement en C6te Francaise des Somalis.
Demande d'avis, transmise par le President du
Conseil des Ministres, sur le project de d6cret, pre-
sente par le Ministre de la France d'Outre-Mer, pro-
rogeant les dispositions du d6cret du 15 novembre
1947 portant riglementation des loyers des locaux
d'habitation en A.E.F.







Demande d'avis, transmise par le President du
Conseil des Ministres, sur le project de d6cret, pre-
sent6 par M. le Ministre de la France d'Outre-Mer,
maintenant en vigueur, jusqu'au i" juillet 1949, les
dispositions du d6cret du 15 novembre 1947 portant
prorogation, en A.O.F., des conventions de location
d'immeubles ou de locaux A usage commercial ou
industrial.
Les trois projects ont ete adopts.
L'ordre du jour appelle la discussion de la de-
mande d'avis du President du Conseil des M.inis-
tres, sur le project de d6cret, presented par le Ministre
de la France d'Outre-Mer, modifiant l'article 6 du
decret du 21 juillet 1932 sur la procedure judiciaire
en matiere de constatation des droits fonciers des
indigines au Cameroun sous tutelle frangaise.

Siance du 3o dicembre
L'ordre du jour appelait le vote sans d6bat de la
proposition de resolution, pr6sent6e par M. Borrey,
pour rectification du dispositif de l'article 3 de l'avis
sur la proposition de loi de M. Aujoulat, depute,
tendant A creer un Institut sup6rieur de M6decine et
d'Hygiene tropicales.
L'article 3 (nouveau), est adopted, il stipule que :
< L'Institut comporte trois grandes sections :
1) Ecole d'application.
2) Centre de specialisation de perfectionnement
don't le recrutement est assure.
3) Centre de recherches don't le recrutement se
fera parmi tous les savants et chercheurs competents
en sciences et en pathologies tropicales.
L'election par l'Assembl~e Nationale de MM.
Roulleau-Dugage (Union M6tropolitaine Outre-
Mer), La Graviere (M.R.P.), et Rioud (R.G.R.) a
6t6 validee ensuite par l'Assemblee. Ainsi que celle
par le Conseil de la Republique de MM'. Paul Si-
mon (M.R.P.) et le g6ndral Tubert (COM), en rem-
placement de Conseillers elus A l'une des deux As-
sembl6es. M. Pheng Souvannavong, repr6sentant du
Laos, est ensuite valid.
En ce qui concern les operations electorales du
28 juillet dernier en Haute-Volta, M. Borrey, rap-
porteur, demand qu'elles soient validees. En conse-
quence : M. Conombo Joseph, Dorange Michel,
Mignot Charles, Oueadraogo et Bouda Frangois
sont proclames elus membres de l'Assembl6e de
I'Union Francaise.
L'ordre du jour appelait la discussion des conclu-
sions dR rapport de la Commission d'instruction sur
une demand en autorisation de poursuites contre
M. Ferhat Abas (Ap. communiste.
Par 99 voix sur 99 l'Agsembl6e a rejette cette
demand.
A la reprise de stance, I'ordre du jour appelait
1'examen de la demand en autorisation de pour-
suites contre M. Lombardo communistte.
Cette demand 6tait fondue sur un article insere
dans le numero du 25 novembre 1948, du journal


Fraternitd-Fihavanana public A Tananarive, journal
don't M. Lombardo est directeur.
M. Monnet, rapporteur, a notamment declar :
La Commission, a cependant reconnu que la phrase
relative a I'extermination des enfants malgaches a
ete detournee de son sens dans l'interpritation qu'eni
a fournie le Procureur general et elle n'a pas man-'
que d'en donner acte a M. Lombardo.
II n'en reste pas moins que l'ensemble de l'article
et specialement le titre qui en digage clairement le
sens, peut etre interpriti comme itant de nature a
trouble les esprits et compromettre la pdix publi-
que dans un pays qui a connu il y a moins de deux
ans des dvinements tragiques et oA l'administration
est en droit de penser qu'il convient d'etre singulibre-
ment attentif a tout ce qui serait de nature a rallu-
mer des haines et a susciter de nouveaux troubles.
C'est pourquoi la Commission d'instruction a estimi
que le riquisitoire du Procureur gdndral demeure
asseZ consistent pour determiner notre Assemblee a
autoriser les poursuites demandies contre M. Lom-
bardo, et il conclut :
En accordant cette levie de l'immuniti parlemen-
taire, notre Assemblie ne prendra d'ailleurs aucune-
ment parti sur le fond du proces intent a M. Lom-
bardo.
M. Guy de Boisson (com.) d6pose ensuite une
motion prejudicielle au nom de son group. I1 pre-
cise qu'A son avis les conditions d'examen de l'af-
faire sont anormales les delais sont trop courts, le
rapport ayant Cte depos6 hier apr&s-midi seulement.
D'autre part, ajoute-t-il dans sa requ&te, le Pro-
cureur general de Tananarive se base sur le d6cret
du 4 decembre 1930, don't l'Assemblee de l'Union
Franqaise avait demanded en mars dernier I'abroga-
tion, ainsi que l'amnistie de toutes les peines pro-
nonc6es, en application de ce decret.
M. Guy de Boisson (com.) a, au nom du group
communist, prdsent6 une motion prejudicielle, de-
mandant de surseoir A l'examen de la demand jus-
qu'A l'abrogation du decret du 4 decembre 1930,
don't l'Assembl6e avait demand I'abrogation.
M. Monnet s'efforce ensuite de refuter les argu-
ments de M. de Boisson en faveur de sa motion prd-
judicielle. Le Procureur general, dit-il, se base 6ga-
lement sur d'autres textes que le decret du 4 decem-
bre 1930, et sur des faits serieux. I1 souligne que
M. Lombardo, tant qu'il ne sera pas juge, pourra
continue A exercer son mandate.
En conclusion, il a demanded, au nom de la Com-
mission d'instruction, de repousser la motion preju-
dicielle.
La motion prejudicielle a 6t6 repoussee par 102
voix contre 35.
M. Lombardo est ensuite mont6 A la tribune et a
declare qu'il avait ete victim < d'un veritable en-
levement >>. Quant au journal il declare qu'il a et6
saisi et n'a pas et& mis en vente.
Le demand de levee d'immunit6 parlementaire a
6t~ accordee par 53 voix contre 19 et to abstentions.








L'Assembl&e a fix6 la condition que les poursuites
devraient avoir lieu devant une jurisdiction m6tro-
politaine.

INFORMATIONS ADMINISTRATIVE

DISTINCTIONS HONORIFIQUES
ET PROMOTIONS

Parmi les nominations dans I'Ordre de la L6gion
d'Honneur parues au J. O. du 30 decembre on relve
celles de MM. :
Angamarre, Secr6taire g6n6ral du Gouvernement
general de Madagascar, nomm6 Officier de la Le-
gion d'Honneur.
Siriex, Gouverneur de la C6te francaise des So-
malis ;
Ponge, Directeur du bureau de Paris du Gouver-
nement g6enral de l'Indochine, qui sont nommes
Chevaliers de la Lgion d'Honneur.

HONORARIAT DU GRADE DE GOUVERNEUR

Par d&cret du 31 d6cembre paru au J. O. du 7 jan-
vier :
M. Orselli, Gouverneur de i" classes des Colonies
en retraile, est nomm6 Gouverneur honoraire des
Colonies.
M. Parisot, Gouverneur de i" classes des Colonies,
qui a exerc6 les functions de Gouverneur de la Nou-
velle-Caledonie et d6pendances, Commissaire general
de la Ripublique dans l'Oc6an Pacifique, Haut-
Commissaire de France dans l'archipel des Nouvelles
Hebrides, est nomme Gouverneur general honoraire
des Colonies.
M. Brassey admis, sur sa demand, A faire valoir
ses droit::. A une pension de retraite est nomm6
Gouvernear honoraire des Colonies.
M. Palade, Administrateur en chef des Colonies en
retraite, ancien Gouverneur interimaire de la Guinde
francaise, est nomm6 Gouverneur honoraire des
Colonies.

L'EFFECTIF
DU CORPS DES ADMINISTRATEURS
DES COLONIES

Un d6cret du 30 d6cembre paru au J. O. du 4 jan-
vier a fix: l'effectif du corps des Administrateurs
coloniaux.
L'effectif des Administrateurs coloniaux dans les
cadres es: fix6 A 2.028 units A la date du Ier jan-
vier i949. II devra 8tre ramen6 progressivement A
1.820 unites dans les cadres pour le 31 decem-
bre 1950.
Cet effectif sera reparti selon les proportions ci-
apres, qui devront etre rigoureusement observes A
partir du 31 decembre 1950 :


Administrateurs de i" classes ............ 15
Administrateurs de 2e classes ............ 17
Administrateurs de 3e classes ............ 18
Administrateurs adjoints de i" classes .... 30
Administrateurs adjoints de 2e classes et 3e
classes et 6leves administrateurs ........ 20
Jusqu'au 31 decembre 1950, 40 % des Adminis-
trateurs de 3e classes proposables pour l'avancement
pourront etre promus Administrateurs de 2e classes
sous reserve que le total des Administrateurs de 2z
et 3e classes ne d6passe pas 35 % de I'effectif global
dans les cadres A la meme date.
La repartition des effectifs entire le cadre des Ad-
ministrateurs des Colonies et celui des Administra-
teurs des Services civils de l'Indochine sera effectuee
par le Ministre de la France d'Outre-Mer de telle
sorte qu'A tout moment la proportion des divers
grades du personnel dans les cadres soit la meme
dans les deux corps.

CONSTITUTION
D'UNE SOCIETY D'ECONOMIE MIXTE DITE
(( ENERGIE ELECTRIQUE
D'AFRIQUE EQUATORIALE FRANQAISE n

Par arret6 public au Journal Officiel du 4 janvier,
dans le cadre des pouvoirs conf6res au Ministre de
la France d'Outre-Mer, la constitution d'une Soci6t6
d'6conomie mixte dite < Energie Electrique d'Afri-
que Equatoriale Francaise > est autorisee.
' Cette Societe a pour objet toutes entreprises et'
toutes operations concernant la production, le trans-
port, la distribution et l'utilisation de l'energie 6lec-
trique en A.E.F., la creation d'usines hydroelectri-
ques ou thermiques, de postes de transformation, de
lignes de transport ou de distribution.
Le capital initial de la Soci6te < Energie Electri-
que d'A.E.F. > est fix6 1 oo millions de francs
C.F.A. divis6 en lo.ooo actions de io.ooo francs
reparties comme suit :
Territoire de I'A.E.F. .................... 3.300
Caisse central de la France d'Outre-Mer et
< Electricit' de France > (service national) 3.400
Collectivitis et Etablissements publics de
I'A.E.F. .............................. 1.500
Distributeurs d'6nergie electrique de I'A.E.F. 800
Usagers et entreprises industrielles et com-
merciales ............................. i .ooo

LA DEFENSE DE L'AFRIQUE CENTRAL

Le decret du 31 decembre 1948 relatif A la defense
de l'Afrique Centrale que public le Journal Officiel
du 5 janvier 1949 stipule que le Haut-Commissaire
en A.O.F. assure et coordonne, la mise en oeuvre de la
defense militaire des Territoires de l'Afrique Occi-
dentale, du Togo, du Cameroun et de 1'Afrique
Equatoriale Francaise.








En matiere de defense militaire de 1'Afrique Cen-
trale, les attributions du Haut-Commissaire sont les
suivantes : il est charge de la haute direction des
forces armees en Afrique Centrale ; il prepare les
plans de defense et la repartition des forces de
l'Afrique Centrale ; il propose les programmes
d'equipement et de mobilisation &conomique, ainsi
que l'orientation des recherches int6ressant la de-
fense des territoires indiques ci-dessus ; il prepare
les programmes d'armement ; il presente les deman-
des de credits n6cessaires a la defense de l'Afrique
Central qui doivent &tre inscrits dans les diff6rents
budgets et il en propose la r6partition.
En ce qui concern l'organisation general de la
defense militaire et la haute direction des forces
armees en Afrique Centrale, le Haut-Commissaire
reooit ses directives du President du Conseil par l'in-
term6diaire du Ministre de la France d'Outre-Mer.
Pour toutes les autres questions interessant la de-
fense militaire, il depend du Ministre de la France
d'Outre-Mer.
Le Haut-Commissaire est assist d'un officer qui
porte le titre de < Commandant interarmees de
1'Afrique Centrale > et qui exerce le commandement
effectif de la totality des forces armees stationnees
en Afrique Centrale.
Le Haut-Commissaire est egalement assist d'un
Comit6 de D6fense de l'Afrique Centrale compre-
nant : les Hauts-Commissaires en A.E.F., au Came-
roun et au Togo, et 1'officier general Commandant
interarmees de l'Afrique Centrale.
Au meme J. 0. un decret du 31 decembre 1948
porte creation d'un commandement interarmies de
I'Afrique Francaise.

SUPPRESSION DE LA SURTAXE AERIENNE

Le Secretariat d'Etat aux P.T.T. communique
A partir du Io janvier 1949, les lettres missives et
papers d'affaires don't le poids n'excide pas 20 gram-
mes, les cartes postales ordinaires et mandates A
destination des Territoires et Departements franaais
d'Outre-Mer seront expedies sans surtaxe par la voie
aerienne.
Les correspondances don't le poids excede 20 gram-
mes A transporter par avion seront passibles comme
par le passe de surtaxes aeriennes don't le taux sera
modified A la date du o1 janvier courant.
Pour tous renseignements s'adresser aux bureaux
de poste.

MANIFESTATIONS OOLONIALES

L'ASSOCIATION GENERAL D'ENTENTE
FRANCO-VIETNAMIENNE

L'Association g6enrale d'entente franco-vietna-
mienne a tenu recemment, au restaurant < Saigon >,
sa premiere reunion. De nombreux Frangais et Viet-


namiens y ont assisted. M. Nguyen Huy Lai, Presi-
dent, a precise dans son allocution le but et l'esprit
de l'Entente franco-vietnamienne.


UNE DISCUSSION SUR ( LA REPRESENTATION
DIPLOMATIQUE DU VIETNAM )

Le Centre d'6tude et d'information de 1'Union
Francaise a repris ses travaux sous la presidence de
M. Nguyen Huy Lai, le 20 d6cembre, to4, Champs-
Elys6es. La question inscrite A l'ordre du jour 6tait :
la representation diplomatique du Viet-Nam. Le
rapporteur fut M. Sicard. On remarquait dans l'as-
sistance MM. Max Andre, Chevance-Bertin, Ger-
vain, Sim Var, Sok Chong, Conseillers de l'Union
Francaise, Deschamps, etc...


UN DEJEUNER FRANCO-VIETNAMIEN

Un dejeuner franco-vietnamien, presid6 par
M. Paul Bastid, Deput6 de Paris, s'est deroule le
29 decembre en presence de nombreux parlemen-
taires et personnalites politiques.
Prenant la parole A l'issue du dejeuner, M. Hoang
Van Co, d6legu6 du Gouvernement Central provi-
soire du Viet-Nam, a expose les realisations dans les
domaines social, economique, technique et militaire
deji inscrites A l'actif du Gouvernement Central
Provisoire du Viet-Nam.
M. Paul Bastid a ensuite, au nom des parlemen-
taires presents, prononc6 une allocution dans la-
quelle, apris avoir fait remarquer la diversity des
etiquettes des Deput6s et des Conseillers assistant a
cette manifestation, a dit notamment : < Les sen-
timents qui nous animent peuvent se resumer ainsi :
nous voulons sans arridre-pensee traiter avec vous
come avec un people majeur et ami, mais nous
avons aussi le ddsir de ne pas rompre cette union et
de rester avec vous comme de vieux compagnons.
Vous reprisenteZ une trds vieille civilisation et nous
nous inclinons devant vos titres de noblesse, mais
nous vous apportons l'aide pricieuse de notre vieille
experience en matidre de difficultis internationales.
< Dans notre intiret commun, il imported que les
conditions de I'accord soient clairement difinies et il
imported aussi de revetir les accords de la baie
d'Along de realitis vivantes. Je sais que sur ce point,
les negociations sont asse? avancies ; ce qui nous in-
teresse, c'est leur concritisation qui ne peut etre
obtenue que par le retour immidiat dans ses Etats
de la personnel auguste qui les represent. C'est
l'heure des decisions, il ne faut pas laisser passer une
occasion qui ne se representera peut-etre pas ni pour
l'une ni pour l'autre des parties en cause. Ne voyeZ
dans ces propos qu'une preuve d'affection qui nous
permet de souligner les liens indissolubles du Viet-
Nam et de la France >.







SOUTENANCE DE THESE
DE M. TRAN-CHU-CHAN

M. Tran-Chu-Chan, ancien Ministre de l'Educa-
tion Nationale du Gouvernement Provisoire du Sud-
Viet-Nair, licencie es-Lettres de l'Universit6 de Lille,
a passe avec succes en Sorbonne une these de doc-
torat es-Lettres sur une etude critique du < Kim
Van Ki8ui >, poeme national du Viet-Nam et une
etude de < Lorenzaccio > d'Alfred de Musset. Le
jury 1'a ftlicit6 sur la tenue de sa these A propos de
laquelle l'auteur a declare qu'elle tendait A une syn-
these des deux civilisations orientale et occidentale.

UNE MOTION DU M.R.P. SUR L'INDOCHINE

<< Le Mouvement Republicain Populaire affirmed
sa volonti de voir assurer le libre d6veloppement du
Viet-Nam dans l'Union Francaise et consid6rant que
le maintien de la presence frangaise en Indochine
ne saurait en aucun cas etre mis en cause, conside-
rant que cette presence justifiee en droit par des
traits non abroges, I'est encore beaucoup plus en
fait par I'ceuvre accomplie dans tous les domaines
par nos compatriotes pendant pres d'un si&cle.
<< D6clare que, si la France a le droit d'exiger que
soient sauvegardes les int6erts materials et moraux
de ces citoyens et de ceux de l'Union Franqaise, elle
a aussi et surtout i assumer des devoirs notamment
A 1'egard des minorities ethniques et politiques ainsi
que des strangers, devoirs qu'elle ne saurait renon-
cer A remplir sous peine de manquer A ses obliga-
tions internationales et de dechoir.
< I1 sale avec emotion et reconnaissance l'hdrois-
me des combatants francais et vietnamiens luttant
fraternellement au sein des armies de l'Union Fran-
caise pour une paix d'hommes libres.
<< Et constatant qu'il y a lieu d'aboutir A un ac-
cord rapide et sir repousse solennellement I'idie
m&me d'une solution de force comme d'une solution
d'abandon. A cet 6gard, et dans le but d'eviter les
effusions de sang que ne manquerait pas de provo-
quer un affaiblissement du corps expeditionnaire, il
entend que soient au moins maintenus sinon renfor-
c6s les effectifs actuels de celui-ci.
< Le retablissement de la paix au Viet-Nam, sous
1'egide et en presence de sa Majeste Bao-Dai, et avec
I'appui de tous les 6elments representatifs de l'opi-
nion vietnamienne, sans en exclure aucune tendance
national, etant conditionn6 par le retablissement de
la confiance entire la France et le Viet-Nam, le Mou-
,vement Republicain Populaire demand que tous les
engagements pris de part et d'autre soient scrupu-
leusement tenus ;
< que la souverainet6 interne du Viet-Nam, avec
toutes ces *consequences, soit rigoureusement res-
pect6e par la France;
< qu'en ce qui concern la souverainet6 externe,
les limitations qui doivent etre acceptees par cha-
cun des adherents A 1'Union Frangaise le soient au


profit de l'ensemble pour en assurer la cohesion et
l'efficacite.
< Le Mouvement Republicain Populaire declare
que la solution du problem franco-vietnamien re-
quiert une politique hardie don't la Constitution de
la Republique Frangaise a pose les principles. A cet
effet il souhaite que :
< sur le plan local les effort francais aident sans
reserve le Viet-Nam A se constituer en Etat associ6
et ind6pendant ;
< sur le plan de l'Union Frangaise soit accomplie
au plus t6t l'evolution constitutionnelle qui lui per-
mettra de devenir une Fedration veritable >>.


VISIT D'UNE DELEGATION
DE FONCTIONNAIRES COLONIAUX
BRITANNIQUES A PARIS

Une d6elgation de fonctionnaires coloniaux bri-
tanniques est arrive le 15 d6cembre A Paris oci elle
6tait invite par le Ministere de la France d'Outre-
Mer et l'Ecole Nationale de la France d'Outre-Mer.
Cette dedlgation comptait une douzaine de person-
nes sous la conduit de M. L. C. Giles, supervisor
des Cours pour le Service Colonial A l'Universite
d'Oxford et M. K. E. Robinson, charge des course
d'Administration colonial l1'Universit6 d'Oxford.
Pendant leur sejour qui a dure jusqu'au 22 de-
cembre, les visiteurs ont assist A une serie de
course et conferences organisms A 1'E.N.F.O.M. et 6td
regus par le Centre des Hautes Etudes d'Administra-
tion Musulmane ainsi qu'A l'Assemblee de l'Union
Frangaise.
Apres avoir 6et regus le 15 A 12 h. 30 par
M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-Mer,
les membres de la delegation ont 6et les h6tes de
l'Ecole Nationale de la France d'Outre-Mer. De
nombreux fonctionnaires d'Outre-Mer francais assis-
taient A ce dejeuner. M. Delavignette, Directeur des
Affaires Politiques au Ministere de la France d'Ou-
tre-Mer, leur a exprim6 sa gratitude pour l'accueil
fait en septembre dernier A une d6elgation franqaise
d'administrateurs des Colonies qui s'etait rendue A
Cambridge et dit toute sa satisfaction de les accueil-
lir au nom du Ministre de la France d'Outre-Mer.
Dans sa response, M. Giles, qui s'exprime en francais,
s'est felicite de la cooperation franco-britannique
dans les Territoires d'Outre-Mer.
Le programme du sejour de la dedlgation A Paris
a 6te le suivant :
Mercredi 15 dicembre : Arrivee de la d6elgation ;
12 h. 30, reception par M. le Ministre de la France
d'Outre-Mer ; 13 h. 3o, dejeuner-reception au Foyer
des eleves de I'E.N.F.O.M. ; 4 h., reception A
I'E.N.F.O.M.
Jeudi 16 decembre : 9 h. 30, < La France et les
problems de la cooperation en Afrique Noire >, par
M. le Gouverneur general Delavignette, Directeur
des Affaires Politiques au Ministere de la France








d'Outre-Mer ; 10 h. 30, < Le Service de Sant6 dans
les Territoires d'Outre-Mer, la cooperation franco-
britannique dans le domaine medical en Afrique
Noire >, par le M6decin general Vaucel, Directeur
du Service de Sante au Ministere de la F.O.M.
Vendredi 17 ddcembre : 9 h. 30, < L'Enseignement
,en Afrique Frangaise Noire >, par M. Charton, Ins-
pecteur general de l'Enseignement ; i h., < Les
services de agriculture dans les Territoires d'Outre-
Mer >, par M. Guillaume ; 1'apris-midi, reception
A l'Ecole Nationale d'Administration.
Samedi 18 dicembre : 9 h. 45, Visite du Mont-
martre des artistes ; i h. 30, Reception A l'H6tel
de Ville ; samedi apres-midi et dimanche libres.
Lundi 20 dicembre 9 h. 30, < Madagascar, par
le Gouverneur Deschamps ; i h., < Les R6volutions
dans I'Extreme-Orient >, par M. Roger Levy, Pro-
fesseur A 1'Ecole Nationale de la France d'Outre-
Mer; 15 h., Reception au C.H.E.A.M. ; 16 h. 30,
< Service colonial en Nigeria >, par M. Giles, Su-
perviseur des Cours pour le service Colonial A l'Uni-
versit6 d'Oxford.
Mardi 21 dicembre : 9 h. 45, < Le plan d'equipe-
ment dans les Territoires d'Outre-Mer >, par
M. Torre, Sous-Directeur du Plan; l'apres-midi,
Reception A l'Assembl6e de l'Union Francaise ;
18 h. 30, Reception A 1'Ambassade de Grande-Bre-
tagne.
Le mardi 21 decembre, la delegation a 6et regue
par M. Boisdon, President de l'Assembl6e de 1'Union
Francaise. M. Boisdon a fait visiter A ses h6tes l'aile
du ChAteau de Versailles, affected A l'Assemblee de
l'Union. Dans la salle de s6ances il a expos la ge-
nese des institutions originales que repr6sentent
1'Assembl6e de l'Union Francaise et le Haut Conseil
recemment cries. I1 a insist sur le caractire de cette
Assemble qui, bien que consultative, peut acqud-
rir grAce A la publicity de ses d6bats et A l'obligation
faite au President de la Republique de la consulter
quand il pose des rigles pour les Territoires d'Outre-
Mer, une influence politique particuliirement im-
portante dans la conduite de l'Union Francaise.
Les visiteurs ont eu ensuite le loisir de parcourir
les environs du chAteau.
A 17 heures, les recevant devant le buffet qui leur
6tait offert, M. Boisdon qu'assistaient certain mem-
bres du bureau de l'Assembl6e et certain Conseillers
parmi lesquels on remarquait la princess Yukantor,
d6algude du Cambodge, a evoque la fraternity franco-
britannique dans la guerre et dans la paix et level
sa coupe A la prosperity de ce qui, selon ses propres
paroles, < a toujours 6et et sera toujours le grand
Empire britannique >.

UNE CONFERENCE DE M. JEAN-PAUL LEBEUF
SUR LES FOUILLES ENTREPRISES AU TCHAD
M. Lebeuf, ethnologue, a fait le 23 decembre -
36, avenue Friedland- sous les auspices du Secr&-


tariat d'Etat A la Presidence du Conseil, charge de
l'Information, une conference sur ses recherches en
Afrique central et ses fouilles dans la region tcha-
dienne, qui, a-t-il soulign6, < eclairent I'histoire an-
cienne du Centre Afrique >.
La conference 6tait agrementee de projections
d'objets anciens tels que sculptures, poteries, etc...
M. Hoffherr, Haut-Commissaire de la Republique
au Cameroun, qui avait present le conferencier, l'a
remercie de son vivant expos et a soulign6 l'interet
que presentaient ces recherches < pour la compre-
hension des peuplades diverse don't la France est le
trait d'union >>. 11 a montr6 que ces 6tudes avaient
pour r6sultat de mieux definir. la personnalite afri-
caine et s'est associe au veu de M. Lebeuf visant a
faire participer A ces sortes de recherches les auto-
chtones, don't la collaboration peut etre fort utile,
grace notamment A la tradition orale.


LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
GHEZ LES ECRIVAINS COLONIAUX
ET MARITIME

M. Vincent Auriol, Pr6sident de la Republique,
qu'accompagnaient MM. Coste-Floret, Ministre de
la France d'Outre-Mer, et Johannes Dupraz, Secr&-
taire d'Etat A la Marine, a assist le lundi 13 de-
cembre A l'A6ro-Club, A la vente des ceuvres des
ecrivains coloniaux et maritimes organisee pour la
premiere fois A Paris par 1' < Association des Ecri-
vains Coloniaux et Maritimes >.
Accueilli par M. Jean d'Esme, President de l'As-
sociation, le President de la Republique a parcouru
les. diff6rents comptoirs et felicit6 les auteurs parti-
cipant A cette manifestation parmi lesquels figuraient
MM. Pierre Hubac, Jean Bardanne, Theodore Va-
lensi, le general Ingold, Jacques Lombard, Oswald
Duran, le Pere Cotte, la princess Wakhali Fal,
MM. Henri Castillon, R. Charbonneau, Emile
Moussat, Hinard, Stephane Desombre, Raphael Bar-
quineau, Henry Blet, etc...
Dans I'assistance nombreuse on notait MM. Lau-
rent-Eynac, Vice-President de l'Assembl6e de l'Union
Francaise ; Juglas, President de la Commission des
Territoires d'Outre-Mer A l'Assembl6e Nationale;
Delavignette, Directeur des Affaires Politiques au
Ministire de la France d'Outre-Mer ; Herzog, chef
de Cabinet de M. Coste-Floret ; le pr6fet Mecheri,
charge des questions d'Union Francaise A la Presi-
dence de la R6publique; I'amiral Lemonnier, chef
d'Etat-Major g6enral de la Marine; M. Vatin-
Perignon, President de la Ligue Maritime et Colo-
niale, ainsi que de nombreuses personnalit6s politi-
ques et coloniales.
', Parmi les vendeuses, on reconnaissait des vedettes
de la scene et de l'6cran, et notamment Miles Jose-
phine Baker, Simonne Signoret, Odette Joyeux.



















NOUVELLES D'OUTRE=MER


INDOCHINE

~--_ HAUT-COMMISSARIAT
DE FRANCE


.Commissaire
M -
-*u* de France en
Indochine, a presid6, le
io decembre, la rentrde
solennelIe de l'Univer-
sitd, en presence du g6&
n&ral Xuin, Preside.nt
du Gouvernement Cen-
tral Provisoire, du prince Savang, h6ritier du tr6ne
du Laos, et du geinral Blaizot.
Le Haul-Commissaire a ensuite quitt6 Saigon le
Ii d6cembre pour se rendre a Paris.
La veille de son depart, il a tenu une conference
de presseau course de laquelle il a rappel6 que < les
principles des accords de la Baie d'Along constituent
pour la France la base de.toute action politique avec
le Viet-Nam >>.
Apris avoir pass en revue les ve6nements qui
ont precede et suivi immediatement la signature des
accords du 5 juin, M. Pignon a confirm qu'il avait
regu des mains du President XuAn un m6moire des
questions don't la solution donnera au Viet-Nam sa
pleine souverainet6 interne. II a precise qu'il avait
accept la modification du riglement du Conseil de
Cochinchine, le principle du rattachement des pro-
vinces du Sud-Annam au Centre Viet-Nam suivant
des modalit6s A fixer et la remise au Gouvernement
Central des Services administratifs int6rieurs du
Nord-Viet-Nam. Le Haut-Commissaire a reserve sa
decision au sujet de la creation d'une Cour crimi-
nelle A Hanoi et a d6clar6 que l'organisation de la
region Saigon-Cholon prevoyant la nomination d'un
pr6fet vietnamien serait 6tudi6e.
Enfin, M. Pignon a rendu homrhage < au courage,
A la t6nacit6 et au patriotism des membres du Gou-
vernement vietnamien >, ajoutant que ce Gouverne-
ment va posseder la quasi-totalite des moyens qu'il


considire lui-mime suffisants pour la r6alisation de
sa souverainete interne.
Au course de sa conference, M. Pignon a egalement
6tudi le problime de la production du riz et du
caoutchouc, la liberty economique et le statut des
commercants vietnamiens. II a soulign6 notamment
que les surfaces cultivees en riz representaient en-
viron la moiti6 des terres utilisables pour une -telle
culture, et que la production de caoutchouc 6tait A
la moitie de sa capacity th6orique.
En matiere &conomique, M. Pignon s'est declare
partisan d'une politique aussi lib6rale que possible.
Faisant remarquer que l'extension A l'Indochine
d'un secteur libre dans le march des changes avait
ouvert des possibilities appr6ciables A l'importation
de products de la zone dollar, M. Pignon a dit qu'il
etait oppose aux changes compenses < aboutissant
A la depreciation de la monnaie et A 1'elevation des
prix >.
Le Haut-Commissaire a soulign6 ensuite que la
suppression des quotas d'importation mettait les
commergants franqais et vietnamiens A 6galite, et
rappel6 qu'A la suite des d6marches du Syndicat des
importateurs vietnamiens, les facilities consenties au
commerce chinois de r6aliser des importations sans
devises avaient 6et supprimees.
Le Haut-Commissaire est arrive A Orly le 14 de-
cembre. Salu6 par de nombreuses personnalites fran-
gaises et vietnamiennes, il a declare A sa descent
d'avion qu'il retirait de ce premier voyage d'infor-
mation la sensation optimiste que des possibilities
s'offrent d'une solution equitable, conforme aux in-
ter&ts conjugu6s franco-vietnamiens ; cette solution
se fondera sur l'esprit des accords de la bale d'Along.
Recu le 16 decembre par le Ministre de la France
d'Outre-Mer, il a eu avec ce dernier un long entre-
tien portant sur la situation en Indochine.
Cette situation peut se trouver resume dans ces
lignes publiees par le journal Sud-Ouest A qui M. Pi-
gnon avait accord une interview :
< Dans tous les domaines, qu'ils soient d'ordre
politique, moral ou militaire, la France occupe une
situation excellent.


23








<< Nous sommes installs fortement dans tous les
deltas. Nous contr6lons les frontieres de l'Indochine,
les villes sont d6gagdes, la riziculture est en constant
progression, les plantations d'arbres A caoutchouc
n'ont pas subi de dommages d6finitifs. Enfin, sur le
plan moral, aussi paradoxal que cela puisse sembler,
la situation en Chine peut finalement touiner A notre
advantage.
< Depuis deux ans, les masses indochinoises sup-
portent de fagon incommensurable les miseres et les
tourments les plus cruels. Si nous reussissons A batir
au Viet-Nam quelque chose de satisfaisant pour tous
les imp6ratifs nationaux, alors, la paix sera gagnee >.
Le 26 d6cembre, le Haut-Commissaire s'est rendu
aupris de l'ex-Empereur Bao Dai, souffrant, pour
prendre de ses nouvelles.
Le 28, il a 6et regu, en meme temps que le Mi-
nistre de la France d'Outre-Mer, par le President de
la Republique.
A l'occasion du jour de 1'An, les d6elgations de
travailleurs et d'6tudiants vietnamiens de Paris, ainsi
que les principles personnalites vietnamiennes de
France sont venues presenter leurs veux au Haut-
Commissaire, qui de son c6te a prononc6 au micro
de la Radiodiffusion Francaise l'allocution suivante
A l'adresse des auditeurs d'Indochine

< Mes chers amis,
< En ce jour de l'an 1949, c'est A vous que je
pense, A vous combatants frangais et indochinois,
qui vous sacrifiez journellement pour ramener dans
ce pays l'ordre, la paix et la prosperity ; A vous,
fonctionnaires qui serve la France et les pays asso-
ci6s ; colons, commergants, industries, qui assurez
la presence franqaise et contribuez A la prosperity de
1'Indochine. Vers vous vont aussi mes pensees, amis
vietnamiens, don't les souffrances sont l'objet de mes
constantes preoccupations, amis cambodgiens et lao-
tiens, vers vous tous Indochinois ou strangers don't
le travail quotidien contribute A faire de l'Indochine
un grand pays.
< L'ann6e 1948 s'est achevee sans que nous ayons
vu la fin du drame dans lequel vous &tes plong6s de-
puis des annees. Au moins nous a-t-elle apporte
mieux que des lueurs encourageantes, un progress
decisif dans la r6alisation progressive des aspirations
legitimes des pays associes, qui ont tous nettement
marque leur volont6 de poursuivre leurs relations
confiantes avec la France..
< J'ai la profonde conviction que l'annie nouvelle
amenera la pleine realisation des veux que nous for-
-mulons tous, et, en premier lieu, le retour de la secu-
rit6 qui est le bienfait essential de la paix que nous
voulons apporter.
< L'Indochine, grAce au dynamisme des jeunes
Etats associ6s, reprendra son elan vers une heureuse
destinee, fortifiee par l'amiti6 de la France.
< Je sais que la tAche qui nous attend les uns et
les autres est lourde, mais avec l'aide de tous ceux
qui aspirent A la r6alisation d'une Indochine harmo-


nieusement integree A l'Union Frangaise, je suis
convaincu que nous reussirons dans une atmosphere
d'absolue confiance et d'amiti6 feconde et durable.
C'est dans cet espoir que j'adresse A tous mes vcux
les plus affectueux. Que 1949 soit pour l'lYdochine
elle-meme, pour tous ceux qui y resident, pour ses
nombreux amis dans le monde, une ann6e heureuse,
une annee d'apaisement des esprits, une ann6e de
veritable reconstruction >.

**
Le general Blaizot, commandant les Forces armies
frangaises en Extrime-Orient, a quitt6 Saigon le
28 decembre A destination de Singapour, accompagne
de M. Dugardier, Conseiller diplomatique pres le
Haut-Commissaire de France. Dans les milieux of-
ficiels on declare qu'il s'agit d'une visit de pure
courtoisie au general Ritchie, commandant des For-
ces britanniques en Extreme-Orient. Apris avoir 6t6
l'h6te du general Ritchie pendant son sejour A Sin-
gapour, le general Blaizot est rentr6 A Saigon le
30 d6cembre.
La quatrieme session de la Conference economi-
que de l'Indochine a 6t6 ouverte A Dalat le 13 de-
cembre sous la pr6sidence du g6enral Blaizot. Le but
de la conference 6tait de discuter des measures A pren-
dre en faveur de la reconstruction de l'6conomie
indochinoise.
Le Viet-Nam, le Laos et le Cambodge 6taient re-
pr6sentis par des del1gues et des experts.
La conference a l6u A l'unanimit6 M. Nguyen
Trung Vinh, chef de la d6elgation vietnamienne,
President de la Commission du Plan et des Affaires
6conomiques. On souligne dans les milieux de la
conference que cette nomination marque A nouveau
de fagon concrete la participation des Etats associes
A la gestion des affaires int6rieures de l'Indochine.
La conference a cl6tur6 ses travaux le 23 .dcem-
bre apres avoir adopt :
le Budget ordinaire des services communs pour
1949 s'equilibrant en recettes et en depenses A i mil-
liard 426.oo0.ooo de piastres ;
le Budget extraordinaire pour le premier se-
mestre 1949, consacre aux reparations de sinisties
et A l1'quipement, et s'6quilibrant en recettes et en
d6penses A 908.090.680 piastres.
Le general Blaizot, qui a preside 6galement la
stance de cloture, a prononce un discours tris ap-
plaudi. Les chefs des delegations ont t6pondu et
exprim6 leurs vceux de r6ussite pour le Comit6 6co-
nomique don't la prochaine session aura lieu en mai
prochain.
Les indices du cofit de la vie ont continue leur
ascension ces derniers mois, principalement par suite
d'une hausse sensible des products alimentaires
(12 % de hausse pour l'alimentation de la classes
europ6enne). Sont 6galement en hausse A Saigon, le
cafe vert, le carbon de bois, la volaille, les legumes,
le poisson, les places de cinema, le tarif des visits
medicales, 1'electricite.








A Saigon, les indices d'octobre sont les suivants,
sur la base 1oo au Ie semestre 1939 :


Oc
Europ eens .................. 2
Indochinois classes moyenne .. 3
Indochinois, classes ouvriere .. 3
A Phnmm Penh, les indices sont :
Oc
Europeens .................. 2
Indochinois, classes ouvriere .. 3
A Hanoi :
Europeens .................. 6
Indochinois, classes ouvriere .. 12


tobre Septembre
.543 2.299
.049 2.923
.614 3.516

tobre Septembre
.199 2.080
.032 2.952


tobre
.385
.812


Septembre
6.018
S1.996


Le S6nateur americain George Malone a quittd
Saigon le o1 decembre pour se rendre A Bangkok.
I1 a d6clard avant son depart qu'il s'etait informed
au course de son sejour de la production et des dis-
ponibilite; de l'Indochine en materiaux strategiques,
notamment l'etain, les phosphates, le caoutchouc.
M. Albert Torel, Gouverneur de 30 classes des
Colonies, est nomm6 Directeur general de l'Admi-
nistration du Haut-Commissariat de France en Indo-
chine.
M. Jean Biard, Chef du Service local d'Agricul-
ture, a 6et promu au grade d'Inspecteur G6ndral de
l'Agriculture en Indochine.
Un avion < Stinson > effectuant la liaison Saigon-
Dalat A l'occasion de la Conf6rence economique,
s'est abattu au sol pres de l'aerodrome de Dalat.
Les quatre occupants ont 6td contusionnes.
Au course de sa session de decembre 1948, la Cour
de Justice de l'Indochine a jug6 les personnel sui-
vantes
le :3 decembre, Dr Roton, chef du Service de
renseignements de la Legion des Combattants de la
Revolution Nationale acquitted ;
le ii decembre, M. Cuny, accuse de responsa-
bilit6 dan:; les sanctions centre des personnel n'obdis-
sant point aux consignes de Vichy acquitted ;
le 115 dcembre, M. Victor Delemare, ancien
Chef du Service de l'Enseignement au Cambodge,
inculp6 d'atteinte A la sfiretd exterieure de l'Etat
acquitted ;
le 18 decembre, la procedure de contumace a
6et exerc6e centre le soldat Teulier, accuse de fait
de trahison. Le jugement sera prononc6 dans un
mois.
INFORMATIONS MILITAIRES
Une intense activity adrienne a e4t enregistree, le
8 d&cembre, A Hanoi, faisant prevoir un d6veloppe-
ment des operations engages depuis quelque temps
dans le Moyen Tonkin centre le Viet-Minh. En effet,
le 16 d6cembre, on apprenait que, depuis une hui-
taine, une operation combine etait en course dans la
region de Phu Ly. Le premier jour nos elements
aeroport&s se sont empares d'un important P. C.
rebelle A proximity duquel ils ont trouv6 et detruit

"2


un poste 6metteur radio, une fabrique de grenades
et un gros stock de combustible. Poursuivant pen-
dant les jours suivants leur progression vers leurs
objectifs, nos troupes se sont heurties A des batail-
lons rdguliers vietminh qui, essayant de leur barrer
la route, ont 6t6 refoules avec de lourdes pertes. Un
important materiel et plusieurs d6p6ts de munitions,
poudre, matieres premieres, vivres, sont tombs en-
tre nos mains au course de cette advance. Dans les
seules journies du 13 et du 14, une de nos unites
s'est emparde de 2 mitrailleuses lourdes, 3 F.M.,
6 P.M., 68 mortiers de 50, 2 lance-grenades, ii ba-
zookas, 4 fusils, I P.A., 40 canons de mitrailleuse,
2 lance-flammes, 9.000 grenades, 62 caisses de car-
touches et munitions diverse, 300 obus de mortier,
200 mines, 200 obus de bazooka, 5.000 allumeurs,
30 kgs de phosphore, 5 kgs de chlorate de potassium,
plus de o1 tonnes de munitions non encore invento-
riees.
Les operations sont toujours en course.
Le traffic ferroviaire sur la voie ferrie Hanoi-
Hai'phong a 6t6 assez sdrieusement perturb6 A la
suite de plusieurs attentats terrorists commis par les
Viet Minh. Le 17 d&cembre, 14 h. oo, le train se
rendant A Haiphong a saut6 sur un engin piedg A
une vingtaine de kms de Haiphong. La locomotive
et le tender ont derailld, 4 wagons se sont renvers&s
et plusieurs cheminots ont Ctd contusionnes. Au
course de la nuit, les Vietminh ont sabotd le ballast
sur plusieurs centaines de m&tres. Le lendemain, un
tender a 6td endommag6 quand le train a saute sur
une mine A une trentaine de kilom&tres de Hanoi.
Le 22 decembre, un autocar transportant des voya-
geurs de Hanoi A Hadong, A une dizaine de kilomB-
tres au S.O. de Hanoi a edt attaque par des Vietminh.
Un sous-officier de la Garde tonkinoise a 6et tu6, et
le chauffeur blessed.
Le deuxiime anniversaire du coup de' force Viet-
minh du 19 d6cembre 1946, au course duquel les for-
ces du Viet Minh attaquirent les troupes et la popu-
lation frangaise simultan6ment dans les principaux
centres du Tonkin et de l'Annam n'a donn6 lieu A
aucune manifestation particuliire d'activit6 Viet-
minh.
Le 18 decembre, 6 squelettes, ceux d'un homme,
de 3 femmes et de 2 enfants de 14 et 12 ans, tous
annamites, ont 6td exhumes dans la cour d'une mai-
son annamite du quarter sino-annamite de Hanoi.
Ces personnel auraient ete, d'apris les constatations,
assassinees. C'est A la suite de revelations de t6moins
oculaires de ces assassinats qui, apres 1'evacuation
forcee de Hanoi, viennent de regagner leurs foyers,
que des recherches ont 6t6 entreprises. D'apris F'en-
qu&te, il apparaitrait que les victims ont 6te assas-
sinees par le Viet-Minh pour avoir refuse d'evacuer
Hanoi apres le coup de force Vietminh du 19 de-
cembre 1946.
En Cochinchine, un poste frangais a 6td violem-
ment attaqu6 le 17 decembre, dans la region de Tra-
Vinh. Des 61ements envoys au secours de ce poste

25








se sont heurtes aux rebelles solidement retranches
et ont subi des pertes. Mais finalement le poste a
pu &tre ravitaille et les rebelles ont pris la fuite.
De nouveaux attentats terroristss ont ete enregis-
tres au course des premieres semaines de d6cembre,
mais les contre-mesures draconiennes prises par la
police ont donned pour resultats : 14 terrorists tu6s
ou arret6s, 50 suspects emprisonnes, 13 grenades et
4 mitraillettes saisies.
Au Cambodge, la station baln6aire de Kep, sur
le bord du golfe du Siam, A environ 20 kms de Kam-
pot, a 6te attaquee la nuit du 17 decembre par un
commando vietminh compose probablement d'une
centaine d'hommes venant par mer, soit de Phu
Quoc, soit de Hatien.
Ils ont saccag6 notamment le bureau des P.T.T.
et le Commissariat de Police, puis ont bri-l6 le cha-
let de bois de Sa Majest6 Sihanouk, enfin ils ont em-
mene comme otages 8 Cambodgiens don't le postier
et sa femme.
,On ne note presque pas d'operations militaires
veritables dans les autres endroits du territoire, en
dehors des contre-mesures destinees A parer aux ac-
tes de terrorism du Viet-Minh.


Le 9 decembre, la radio vietminh annongait que
le commandement des troupes vietminh proposait
au commandement frangais de cesser le feu sur tous
les fronts pendant 24 heures, le jour de la Noel. Les
autorites francaises, le II decembre, faisaient con-
naitre, de leur c6te, que les ordres seraient donnes
aux troupes francaises afin qu'elles observent locale-
ment. une treve au cas oa les rebelles, de leur c6te,
s'y conformeraient. Cependant, le 15 decembre, la
radio du Viet-Minh annongait que le commandement
du Viet-Minh avait decide de resilier la proposition
de treve qu'il avait faite sous le pretexte que le
commandement francais n'avait pas donn6 une < re-
ponse nette et definitive >. Les contradictions rele-
vees dans l'attitude des dirigeants vietminh laissent
percer, le veritable caractere de cette pretendue pro-
position de treve : celui d'une manceuvre grossiere
de propaganda aupris des populations catholiques
du Viet-Nam, de jour en jour plus persuadees que
le mouvement.vietminh n'est qu'un instrument aux
mains des communists.
Au course du mois de decembre, A la suite de nego-
ciations entire les autorites francaises et celles du
Viet-Minh, menees par l'interm6diaire de neutres, et
notamment du Consul de Suisse A Saigon, la Croix-'
Rouge frangaise a accept les propositions de la
Croix-Rouge du Viet-Minh pour un change de let-
tres et de colis destines aux otages et prisonniers
francais aux mains du Viet-Minh.
Le professeur Huard, doyen de la Faculte de M&-
>decine de Hanoi, et President de la Croix-Rouge
frangaise, s'est adress6 par radio aux autorites du
Viet-Minh, leur proposant un lieu de rencontre A
16 kms A l'Est de SontAy, dans la valley du Fleuve


Rouge, au nord-ouest de Hanoi. Le professeur a
d6clar6 que le feu cessera 12 h. avant et apris la
rencontre, dans une zone de to kms de rayon autour
'du point choisi. I1 a demanded A la Croix-Rouge du
Viet-Minh de repondre par radio pour fixer la date
et I'heure de I'entrevue. I1 avait etd decide que la
rencontre aurait lieu le o0 janvier A 13 h., au village
de Chauphan, situd sur la rive gauche du Fleuve
Rouge, A une vingtaine de kilom&tres d'Hanoi. Par
la suite, la radio vietminh a fait savoir que l'entre-
vue est premise A une date ulterieure : le Dr T6n ThAt
Tung, chef de la Croix-Rouge du Viet-Minh, souf-
frant, ne pouvait se' dplacer, < il repondra au
Dr Huard des qu'il ira mieux >. On peut s'6tonner
que pour le Viet-Minh, le sort des prisonniers puisse
&tre li6 A l'6tat de sant6 d'un representant de la
Croix-Rouge et que ce dernier ne puisse se faire rem-
placer pour l'accomplissement des formalit6s.
Le 31 decembre, les corps de 300 soldats frangais
morts en Indochine ont 6t6 embarques sur le porte-
avion Arromanches, qui doit les ramener en France.
Une 6mouvante c6remonie s'est deroulee en pre-
sence de tous les chefs militaires presents A Saigon.

GOUVERNEMENT CENTRAL PROVISOIRE
DU VIET-NAM

Le 21 decembre, venant de Cannes, l'ex-Empereur
Bao Dai est arrive A Paris en'compagnie du Prince
Vinh Can. Souffrant depuis quelque temps d'atta-
ques de paludisme, l'ancien Souverain d'Annam
viendrait recevoir les soins que necessite son actuel
6tat de sante.
S. M. Nam Phung, ex-Imp6ratrice d'Annam, est
6galement arrive dans la capital en compagnie de
S. A. R. Bao Thang, son deuxieme fils, de la Prin-
cesse Phuong Dung, sa troisieme fille, et de la Du-
chesse de Long My, mire de l'Imperatrice.
Le 3 janvier, 1'ex-Empereur a quitter Paris pour
revenir A Cannes, en compagnie du Prince Vinh Can
et du Dr Que, son m6decin particulier. Avant son
depart, il a eu un long entretien avec le Haut-Com-
missaire Pignon.
Le g6enral XuAn, venu A Saigon le 8 decembre,
a regagn6 Hanoi, et, le 23 decembre, est parti pour
Hue pour rencontrer S. E. Phan van Giao, Gouver-
neur du Centre-Viet-Nam et le charger d'une mis-
sion aupris de l'ex-Empereur.
Au course du mois de decembre, MM. Phan Huy
Dan, Ministre de I Information, Dinh Xuan Quang,
Sous-Secretaire d'Etat A la Presidence du Conseil, et
Nghi8m van Tri, charge des relations avec S. M. Bao
Dai, ont demissionn6 de leurs functions. Le Presi-
dent XuAn a fait savoir que l'une des raisons de la
admission de M. Phan Huy Dan, residerait dans
une divergence de vues concernant les attributions
du pouvoir executif au sein du future Gouvernement
du Viet-Nam. M. Phan Huy Dan serait partisan
d'un executif group entire les mains du President
et non dans celles du Monarque constitutionnel; il








est en cela oppose A une parties de 1'entourage de
Bao DaY.
Le President Xuan a declare, en outre, au sujet
d'un 6ventuel remaniement minist6riel, qu'il remet-
trait, selon l'usage, la denjission de son Gouverne-
ment des le retour de l'ex-Empereur Bao Dai. II a
ajout6 : .,: Rien ne sera change dans mon Gouver-
nement ni dans sa politique jusqu'au retour de
S. M. Bac, Dai, qui m'a accord sa confiance >>.
Le 22 d1cembre, il fut annonc6 que le President
du Gouvernement Central Provisoire envisageait de
se rendre en France au debut de janvier. Cette d6ci-
sion a 6te prise A la demand du Secretaire particu-
lier de Bao Dai qui a adress6 au President Xuin un
t6legramrre dans lequel il I'informait que l'ancien
Empereur d'Annam desirait que le President Xuin
se rende incessamment en France. Le Conseil des
Ministres du Gouvernement Central vietnamien s'est
reuni le jour meme afin d'examiner les questions qui
pourront faire l'objet de discussions en France pen-
dant le sjour du chef du Gouvernement.
Pendanm l'absence du President du Gouvernement
Central Provisoire du Viet-Nam, M. Tran Van Hun,
Gouverneur du Sud-Viet-Nam, est design pour as-
surer l'interim et l'expedition des affaires courantes.
Le 28 decembre, interrog6 sur le voyage qu'il doit
effectuer, le g6enral XuAn a declare qu'il evoquerait
la situation financiere de son.Gouvernement qui le
mettait notamment dans l'obligation de solliciter un
emprunt de la France.
< J'envisage 6galement, a dit-il dit encore, de de-
mander au Gouvernement frangais des modifications
au statut des concessions francaises de Hanoi, de
Haiphong et de Tourane, et au statut de la Cochin-
chine, definis par les traits de 1862 et 1884, aujour-
d'hui quelque peu primes. Je demanderai cela afin
de tenter d'obtenir que le Gouvernement franqais
prenne une decision plus adaptee A l'esprit des ac-
cords de la baie d'Along du 5 juin 1948, dans
l'attente d'un trait definitif franco-vietnamien >>.
Finalement le g6n6ral Xuan a pris l'avion qui a
quitt6 Saigon le 4 janvier pour se rendre A Paris.
. Interrog6 sur la date probable' du retour de
S. M. Bao Dai au Viet-Nam, le g6enral Xuan a
d6clar6 qu'elle lui semblait proche et que le Sou-
verain deciderait de revenir dis que l'exercice de
son pouvoir souverain sera consacre par des accords.
Arrive A Paris le 7 janvier, le g6enral Xuan 6tait
accueilli t l'aerodrome d'Orly par de nombreuses
personnalites et notamment par MM. Pignon et
Bollaert. Le jour meme il 6tait recu par le Ministre
de la France d'Outre-Mer pour un entretien qui a
porter sur la situation au Viet-Nam.
Le lendemain, 8 janvier, le general Xuan est parti
pour Cannes pour rencontrer S. M. Bao Dai. Pen-
dant son sejour A Cannes, le President du Gouver-
nement Central Provisoire du Viet-Nam a ete l'h6te
de l'ex-Empereur.
M. Nguyen Khoa Toan, qui assure l'int6rim du
Minist&re de l'Information du Gouvernement Cen-


tral Provisoire, a annonc4 au course d'une conference
de press tenue le 24 decembre A Hanoi, que la baie
de Cam Ranh, sur la c6te d'Annam, serait mise pro-
visoirement A la disposition de 1'Union Frangaise.
< I1 n'est pas question, a precise M. Nguyen Khoa
Toan, d'une cession de ce territoire, mais il s'agit
d'une operation provisoire justifiee par l'apparte-
nance du Viet-Nam A l'Union Francaise >.
Le Ministre a annonc6 que les provinces du Sud
Annam, A la suite d'un accord avec les autorites
frangaises, allaient &tre remises au Gouverneur du
Centre-Viet-Nam (Annam).


Tonkin


Le 20 decembre au matin, une messe solennelle a
6te celebree A la cathedrale de Hanoi' la memoire
des victims du coup de force vietminh du 19 de-
cembre 1946, en presence notamment du Gouver-
neur Digo, Commissaire de la Republique pour le
Tonkin ; de M. Guiriec, representant du Haut-Com-
missaire aupris du Gouvernement Central Provi-
soire du Viet-Nam ; de S. E. Nguyen Khoa Toan,
Ministre des Rites et de l'Education, representant le
general XuAn, Pr6sident du Gouvernement Central
Provisoire du Viet-Nam; du colonel Gonnet, repre-
sentant du g6enral Koch; de LL. EE. Nghiem Xuan
Thien, Ministre d'Etat, Gouverneur du Nord-Viet-
Nam; Dang Huu Chi, Ministre de la Sante, et Do
Quang Giai, Sous-Secretaire d'Etat A l'Interieur. Les
honneurs 6taient rendus sur le parvis de la cathe-
drale par deux sections de la garnison de Hanoi.
L'6tendard du R.A.C.M. avait 6et installed dans le
choeur. A l'issue de la messe, le Gouverneur Digo,
le colonel Gonnet, S. E. Nguyen Khoa Toan et
M. Weiss, President des Anciens Combattants, ont,
A 9 h. 45, d6pos6 des gerbes de fleurs au pied du mat
du souvenir au cimetiere franaais de .Hanoi, oii une
minute de silence a ete observee.
Le 23 d6cembre, une ceremonie a eu lieu au ci-
metiire frangais, rue Sergent-Larriv6e, A la memoire
des militaires des T.F.I.N. morts pour la France en
Indochine du Nord et don't les corps vont 6tre ra-
mends en France par le porte-avions Arromanches.
En raison du couvre-feu, la messe de minuit n'a
pas 6t6 c6l6br6e cette annee en la cathedrale de
Hanoi. Toutefois, des services religieux ont 6te cel6-
bres dans les unites de la garnison de Hanoi par les
aum6niers militaires.
Mgr Hedde, 4veque de Langson, a proc6d le 30.
novembre au sacre de Mgr Jacq, son coadjuteur, en
presence notamment du Gouverneur Digo et d'une
foule nombreuse de fiddles presque exclusivement
vietnamiens.
M. Kiang Si Ling, Consul general de Chine A
Hanoi, don't la jurisdiction s'etend aux territoires an-
namite, tonkinois et laotien situes au Nord du 16*
parallile, a exprime le 30 decembre sa vive satisfac-
tion des bonnes relations entretenues entire les ressqr-








tissants chinois et les autorites frangaises dans les
provinces tonkinoises que celles-ci contr6lent.
Le journal vietnamien Cong Luan, don't le direc-
teur politique est Me Bui Tuong Chieu, a 6t6 sus-
pendu sine die. Le Cong Luan avait e6t saisi les 15
et 16 d6cembre pour publication d'informations rela-
tives au pr6tendu envoi dans les plantations de Co-
chinchine de prisonniers vietnamiens, d6tenus par
les autorit6s militaires. Ces informations avaient 6t6
dementies par les milieux officials vietnamiens. Le
Cong Luan avait 6t6 6galement suspend le 2 sep-
tembre pour publication d'articles subversifs, pour
une duree de trois mois. I1 reparaissait depuis le 2
d6cembre, avec la collaboration de M. Nguyen
Manh Ha, ancien Ministre de l'Economie Nationale
du Gouvernement H6 Chi Minh.
A l'issue de la derniere conference economique
mensuelle pour le Tonkin, qui vient de se reunir A
Hanoi le 20 d6cembre sous la pr6sidence du Gouver-
neur Digo, Commissaire de la Republique pour le
Tonkin, les milieux competents estiment qu'une ten-
dance A l'amelioration se manifeste de plus en plus
sur le plan economique au Tonkin. C'est ainsi qu'on
enregistre une evolution favorable des prix et une
augmentation des ventes. La recolte du riz est suf-
fisante pour les besoins actuels de la population ton-
kinoise. On ne s'attend pas A une majoration du prix
du riz alors que les prix des autres products alimen-
taires sont en hausse, A l'exception de la farine de
bl6.

Annam

Le 19 d6cembre, en presence des principles person-
nalit6s civiles et militaires de Hue, a eu lieu I'inau-
guration du nouveau pont de chemin de fer sur la
Riviere des Parfums, en replacement de l'ancien
pont, d6truit en decembre 1946 par les Vietminh.
A Tourane, le 21 d6cembre, il a 6et proc6de A une
remise de decorations A des agents des chemins de
fer d'Indochine.
La Reine-mere d'Annam a, au nom du prince
Bao Long, adress6 de Hue A S. E. Nghiem XuAn
Thien, Ministre d'Etat et Gouverneur du Nord-Viet-
Nam, un don de 10.000 piastres destiny aux enfants
pauvres du Nord-Viet-Nam, A l'occasion de Noel.
S. E. Tran Thanh Dat, ancien Ministre de l'Edu-
cation Nationale de la Cour de Hu&, leader du mou-
vement < Quoc-Gia-Lien-Hiep > nationalist de
tendance traditionnaliste -, est arrive a Paris le
27 d6cembre, pour saluer S. M. Bao DaY.
S. E. Phan van Giao, Ministre d'Etat et Gouver-
neur du Centre Viet-Nam, venant de Hue, est arrive
.a Paris le 31 decembre, en voyage prive.

Coehinchine

Le 9 decembre, dans le cadre de la gare de Saigon,
d6cor'e de drapeaux frangais et vietnamiens, 20


agents des chemins de fer d'Indochine ont regu di-
verses decorations en recompense d'actions d'eclat.
Le g6n6ral Blaizot a notamment remis A 3 agents
l'insigne de la Legion d'Honneur.
Le 31 d6cembre, le Conseil de Cochinchine a adopt
une motion tendant A sa transformation en Assem-
blee du Sud-Viet-Nam et fixant le mode d'election
du President du Gouvernement du Sud-Viet-Nam,
qui < sera nomme par le President du Gouverne-
ment Central, apres designation au scrutiny secret par
l'Assemblee du Sud-Viet-Nam >.
D'autre part, le Conseil, A l'unanimit6, a 6mis le
vceu de voir < un trait d6finitif conclu le plus t6t
possible entire la France et le Viet-Nam >.
Le Conseil a clos sa session de decembre en pro-
cedant au renouvellemerit de son Bureau. M. Nguyen
Chanh Hai, Conseiller de Vinh Long, a 6ete lu Pr&-
sident en replacement de Me Beziat, don't le man-
dat arrivait A expiration. On sait, en effet, que la
pr6sidence revient chaque ahnne A un Vietnamien
et l'annee suivante A un Frangais.
M. H6risson a 6et r6elu vice-president.
Le tribunal militaire de Saigon a condamne le
29 decembre A 4 ans de prison 2 saboteurs coupables
d'avoir, au debut de 1946, fait sauter l'avion per-
sonnel du g6enral Leclerc.
La Commission d'appel d'offres de la region Sai-
gon-Cholon a proclam6 M. Trieu Tuong, directeur
de la < Cloche d'Or >, adjudicataire d6finitif de l'af-
fermage des jeux de hasard dans la region, moyen-
nant le versement au Trdsor d'une redevance jour-
naliere de 325.100 piastres. Le r6sultat de I'appel
d'offres a ete approuve en Conseil des Ministres, par
le Gouvernemelt du Sud-Viet-Nam.
Le 19 d6cembre, le club nautique en construction
depuis plusieurs mois A c6te de la pointe des Bla-
gueurs, au confluent de la riviere de Saigon et de
I'Arroyo chinois a 6te solennellement inaugure,
en presence des principles personnalites de la capi-
tale de la Cochinchine.


Cambodge

Le g6enral Blaizot, Haut-Commissaire de France
par interim, a 6chang6 avec S. M. Norodom Siha-
nouk, roi du Cambodge, des lettres consacrant I'in-
d6pendance du royaume khmer au sein de l'Union
Frangaise. La ceremonie s'est deroulee au Palais
Royal de Phn6m Penh, le 16 decembre. Le Roi 6tait
entoure de ses Ministres et de plusieurs membres de
la famille royale. Le Haut-Commissaire 6tait accom-
pagne par le Commissaire de la Republique pour le
Cambodge, le g6enral Alessandri, et plusieurs autres
personnalites. Avant de remettre au monarque la
lettre du President de la Republique, President de
l'Union Frangaise, le Haut-Commissaire a prononce
une breve allocution, d6clarant notamment :
< Sire, le 7 fevrier 1948, M. Bollaert, Haut-Com-
missaire de France, vous remettait une lettre du Pre-







sident de la Republique, President de l'Union Fran-
caise, qui prenait acte de l'adhision du royaume A
I'Union Frangaise.
< Rappelant A cette occasion I'article 75 de notre
Constitution, M. Bollaert a affirm le dynamisme
interne de 1'Union Francaise, qui se refuse A n'&tre
qu'un moule sans l6asticit6, une construction juri-
dique rigide qu'aucune Ame n'habiterait.
< Je pourrais 6voquer comme des signes de vie
fr6missante les tapes toujours rapidement franchises
qui, depuis la conclusion en janvier 1946 du modus
vivendi provisoire, ont jalonn6 notre march en
commun vers le progres. Mais il ne saurait etre dans
mes intentions de m'attarder sur un pass f6cond.
< Aujourd'hui, c'est de l'avenir qu'il s'agit, puis-
qu'aussi Lien, en l'absence de M. Leon Pignon, Haut-
Commissaire, don't je sais' le regret de ne pas etre
en personnel A Phn6m Penh, c'est A moi qu'echoit
I'honneur d'ouvrir, au nom de la France, une nou-
velle tape dans l'histoire du royaume >.
Puis le general Blaizot a conclu, : < Cette tape
sera celle de l'ind6pendance. En remettant solennel-
lement A Votre Majest6 cette lettre de la plus haute
,autorit6 de l'Union Francaise, qui consacre l'inde-
pendance du royaume au sein de l'Union Franfiaise,
il m'est agreable d'exprimer les vceux tres chaleu-
reux que je forme pour que cette independence gran-
disse votre rigne et apporte plus de bonheur A nos
amis khmers, dans la paix et la security >>.
Prenant la parole A son tour, le Roi a exprime
l'6motion que lui causait le geste de la France et a
affirm son espoir de voir le Cambodge prendre un
essor nouveau au sein de l'Union Frangaise. M. Pi-
gnon a envoy de Paris A S. M. Sihanouk un t616-
gramme dans lequel il se r6jouit de cet accord. Le
Haut-Commissaire exprime sa joie d'avoir pu con-
tribuer A < ce progris nouveau et marquant dans
la definition des relations de la France et du Cam-
bodge >> e se declare < persuade que l'accord inter-
venu hatera efficacement la pacification definitive
du royaume >>.
De son c6te, le President du Conseil des
Ministres du Cambodge A adress6 A M. Pignon,
Haut-Commissaire de France en Indochine, un tel6-
gramme l'assurant que :
< Ce gei;te liberal de la France est hautement ap-
preci6 par le people cambodgien, qui saura s'en mon-
trer digne >.
Dans 4la journey du 21 decembre, le people cam-
bodgien a c6lbr6 dans l'allegresse la proclamation
de l'independance du royaume au sein de l'Union
Frangaise. La journee a 6t1 marque par une re-
traite aux flambeaux, un d6file de chars fleuris et des
feux d'artifice. Une ceremonie officielle s'est deroulee
au Palais ]Royal, en presence des autorites frangai-
ses et khmres. Le Commissaire de la R6publique a
formula des veux pour la prosperity du royaume.
Le Roi Norodom Sihanouk a affirm que la plus
grande satisfaction de sa vie 6tait d'avoir pu reali-
ser ce but supreme des aspirations de son people, et


a rendu hommage A la France, < qui, en cette cir-
constance, s'est montree fiddle A son ideal >.


Laos

La Reine du Laos, accompagnee du prince et de
la princess Savang, est arrivee A Phn6m Penh, le
20 d6cembre, pour rendre visit au Roi du Cam-
bodge. Celui-ci a 6t1 accueillir lui-meme la Reine.

*
C'est S. E. Thav Kou Voravong qui a presid6 la
delegation laotienne A la Conference de Dalat. Le
discours qu'il a prononce A la stance de cloture a
eit des plus remarque et a recu l'adh6sion entire
de tous ses collogues..
< Tous ici, a-t-il dit, nous sommes unis A la m8-
me tache. Nous nous sommes assembles pour tailler
I'une des pierres angulaires d'un edifice nouveau.
Nous le ferons avec obstination, car ce que nous
accomplissons, est une progression, lente et doulou-
reuse peut-ftre, mais progression certain vers cette
justice et vers cette paix qui fut promise sur terre
aux homes de bonne volont6. >



AFRIQUE
OCCIDENTALE FRAN6AISE


0 Fd6ration
UNE ASSOCIATION
SYNDICALE
DES MEDECINS
DE DAKAR
NE Association
Syndicale d'Or-
ganisation et de
Defense Professionnelle,,
groupant tous les m&
decins civils, patents exergant A Dakar, vint d'etre
constitute dans cette ville.
Les tarifs d'honoraires m6dicaux minimum appli-
ques depuis le i" decembre ont 6et fixes A :
Consultation : 250 frs C.F.A. ; visit A domi-
cile : 350 frs C.F.A. ; visit d'urgence, du diman-
che ou de nuit : 700 frs C.F.A.

LA TRAITE DE L'ARACHIDE
La trait de I'arachide a d6marre cette annee d'une
maniere particulierement rapide, puisque les resul-
tats de la I" semaine, du 6 au 13 decembre, accu-
sent 75.000 tonnes de coques commercialis6es, don't
plus de 40.000 tonnes pour le seul cercle de Kaolack.







Les commercialisations, cette annie, sbnt de 50 A
100 % plus levees que celles de 1'ann6e derniere A
la meme 6poque de la traite.
Ce brilliant debut ne peut cependant pas laisser
prejuger des resultats d'ensemble, au sujet desquels
les milieux interesses se montrent partages.


Soudan

LE STATUT DES CHEFS COUTUMIERS
AU SOUDAN
Parmi les questions qu'a eu A traiter le Conseil
general du Soudan au course de sa derniere session,
celle du statut des chefs coutumiers a particuliere-
ment retenu son attention.
Malgre l'evolution rapid que connait, depuis
quelques annies, l'Afrique Francaise, la magistra-
ture des chefs coutumiers demeure, en effet, un fac-
teur essential de la soci6te africaine. I1 s'agissait donc
de maintenir et de codifier cette institution, en met-
tant cependant 1'accent sur son aspect evolutif.
Le Conseil general a donc 6tudie et discute un
project de loi prepare par le d6partement et l'a ap-
prouve dans son ensemble en y apportant quelques
modifications de detail.
L'aptitude A la function de chef est d6finie par
la coutume qui rigle 6galement le choix du chef.
La designation faite selon la coutume est soumise
A une approbation administrative.
Le chef doit savoir lire, 6crire et parler couram-
ment le frangais ou l'arabe. II est considre6 comme
un citoyen charge d'un ministire de service public.
Le chef coutumier representant de la collectivit6
qu'il dirige et agent du Gouvernement local aupres
lit6 pour concilier les parties, fait le recensement
,et peut &tre officer d'etat civil.
Le chef est soumis au contr6le de l'autorit6 admi-
nistrative et peut &tre l'objet de sanctions discipli-
naires allant de l'avertissement A la revocation.
Le chef beneficie d'une allocation mensuelle fixee
par arrit6 du Territoire et a droit, en outre, A une
indemnity de representation, au logement, au person-
nel n6cessaire au fonctionnement de son Secretariat
,et A des frais d'hospitalisation. I1 peut 6galement
recevoir des primes de rendement et des indemnites,
en r6muneration de certain services qu'il assure,
tels que recouvrement d'imp6ts, tenue des registres
Ad'6tat civil et de recensement.

Guinme FranVaise

LES RESOURCES HYDRO-ELECTRIQUES
DE LA GUINEE FRANCAISE
Le journal La Guinde Frangaise public une tude
sur les resources hydro-6lectriques de la Guinee et
les travaux d'6quipement prevus :


< Le problime pressant de l'alimentation en ener-
gie de la region de Conakry a dirig6 la prospection
des resources hydro-electriques sur le bassin du
Konkoure.
< Cette prospection, realisde au course de l'annee
1948, a permis d'inventorier les chutes d'eau qui
se pr6sentent dans les conditions 6conomiques les
plus favorables et d'6tablir un plan general d'equi-
pement de ce fleuve.
< Ce plan comporterait l'equipement de sept
usines don't la puissance total serait de 350.000 kw
pour une production annuelle de 4 milliards de kwh.
< La realisation de ce plan correspondrait A en-
viron 15 milliards de francs d'investissement. Les
plus importantes de ces usines seraient, sur le Kon-
koure meme, les chutes de Sangoya entire Kindia et
Mamou, de Kal6ta'A 140 kms au nord de Conakry,
les usines-barrages de Kiniaia A l'amont de Kal6t6
et de Koba au confluent du Badi et du Konkour6.
Sur le Kokoulo, affluent du Konkoure, la chute de
Kambadaga avec ses 350 m. de hauteur total, est
l'une des plus int6ressantes de l'ensemble.
< Ces chiffres sont 6videmment sans rapport avec
les besoins actuels du pays, qui se chiffrent par quel-
ques milliers de kw, mais il etait n6cessaire de pr6-
voir dis maintenant un plan d'ensemble de fagon
que les prochaines realisations n'hypothiquent pas
I'avenir.
< I1 faut souligner aussi que l'interet de ce plan
est general et d6passe le problime electrique.
< L'agriculture trouvera son interest dans la regu-
larisation apportee aux course d'eau par les barrages
et, dans certain cas, ces barrages creeront des plans
d'eau navigables en toutes saisons qui permettront
de desservir des regions privees de communications :
c'est le cas du barrage du Koba, qui strait suscep-
tible de creer sur le Babi et le Konkour6 une voie
navigable de 1oo kms de longueur en contact A une
de ses extremites avec le chemin de fer >.
Parlant des r6alisations prochaines, le journal
precise :
< Dans l'immediat, il s'agit d'amenager upe chute
de 8 A io.ooo kw qui d6it permettre de satisfaire A
la demand d'6nergie pendant une dizaine d'annees
et qui soit susceptible d'extension ulterieure.
< Dans ce but, plusieurs projects don't les tudes
s'achivent vont 8tre confronts. 11 sera decide entire
ces projects, beaucoup moins en consideration du prix
de revient de l'6nergie qu'en function de la situation
geographique par rapport aux centres de consom-
mation et des possibilities d'extension.
Les installations projetees sont les suivantes :
< Grandes chutes sur le Samou, situ6 au km 1o6
du chemin de fer, pourrait &tre 6quip6 A 8.ooo kw
en premiere tape et serait susceptible d'&tre port
A 16.ooo kw apres creation d'un grand reservoir de
regularisation A I'amont. Cette chute se pr6sente
dans des conditions economiques tres favorables,
travaux de g6nie civil peu important, proximity du
chemin de fer.







< Sa position geographique est intdressante puis-
qu'elle s(: situe A l'interieur d'un triangle don't les
sommets seraient les centres de consommation even-
tuels de Conakry, Kindia et Yomboeli.
< Une variante de l'amenagement du Samou con-
sistant A driver le Samou vers la plaine c6tiere per-
mettrait d'6quiper une usine de plus de 50.000 kw.
La situation gdographique de cette usine est compa-
rable A celle des Grandes Chutes, mais les travaux
seraient t rs importants et ne deviendraient rentables
que lorscue la consommation se serait considerable-
ment d6velopp6e.
< Les chutes de Kaleta don't la situation geogra-
phique est foins favorable car le site est A 140 kms
de Conakry et l'acc&s en est difficile. Neanmoins,
elles presentent I'avantage de pouvoir 6tre equipees
par trenches depuis 10.000 kw jusqu'A plus de
80.ooo dans des conditions telles que les premieres
trenches ne se trouveront pas grev6es de charges
disproportionnees avec la furniture d'energie >.

L'AERODROME DE CONAKRY
En raison de ses possibilities de developpement -
ddji un trafic important se manifesfe sur ce terrain
of se fait l'escale des principles lignes de l'Ouest
africain --- 'aerodrome de Conakry a 6et class en
categorie B pour son am6nagement.
A ce titre, il devra repondre aux caracteristiques
suivantes de traffic :
a) transports reguliers A distance inferieures A
1.500 kms.
b) poids .maximum des avions : 6o tonnes.
c) longueur des pistes : minimum 1.5oo metres et
si possibles 2.100 metres.
II beneficiera pour sa construction des fonds
d'equipemnent qui sont A la charge de l'Etat frangais
(en particulier pour l'infrastructure et la security
adrienne), les travaux d'entretien et d'exploitation
restant A la charge des budgets general et local.
Actuellement, I'a6rodrome de Conakry comporte
les aminagements suivants : I piste de 1.150 m.;
i piste de 1.170 m.; i hangar de 40 m. X 30 m.;
i pavilion d'escale ; i bitiment recepteur < g6nie >.
Sont en course d'amenagement :
le centre m6t6orologique, comprenant cinq bA-
timents principaux ;
le service de signalisation, telecommunication
et de s&curitd adrienne.
Ces tra;vaux important constituent la premiere
tranche de realisation de la Cit6 de l'air de Cona-
kry, oi les batiments de service et de residence s'6ta-
geront bient6t en un ensemble harmonieusement
conqu, sur les hauteurs qui dominant I'aerodrome
lui-meme. en bordure de la route de Conakry-Goyah.
Les travaux d'amenagement ddfinitif de l'adro-
drome comporteront les r6alisations suivantes :
rev&tement des pistes actuelles en bitume ou
beton ;


creation d'urie nouvelle piste de 2.100 m. sus-
ceptible d'etre port6e ultdrieurement A 3.000 m. ;
edification d'une aerogare avec aire de station-
nement et bandes de raccordement avec les pistes
d'envol ;
construction d'un second hangar, identique A
celui existant;
d6veloppement de la Cit6 de l'air (mftdo -
S.T.S. chef d'escale douane service d'ex-
ploitation).
Les Autorites ont d6jA etabli les plans,de base et
les esquisses de toutes ces nouvelles r6alisations, don't
certaines vont &tre entreprises incessamment.

LA SITUATION DEMOGRAPHIQUE
Depuis le ddbut de la guerre, les recensements de
la population en Guinee ont, par suite des circons-
tances, laiss6 beaucoup A desirer. Mais, depuis 1948,
un gros effort a 6et entrepris pour obtenir des statis-
tiques aussi exactes que possible et dans tous les cer-
cles on a repris les recensements sur des bases pr6ci-
ses. Certaines circonscriptions ont termine ce travail;
dans les autres il se pursuit malgre les difficulties
provenant de l'insuffisance du personnel.
Quoi qu'il en soit, les derniires statistiques per-
mettent d'avoir urie idee assez nette de la situation
demographique actuelle de la Guinee, don't la popu-
lation total s'dleverait A environ 2.130.000 habi-
tants, se repartissant comme suit :


Europeens et assimiles :
Frangais ................
Etrangers ...............
M6tis d'Europeens :
Frangais ................
Etrangers ...............
Africains ':
Franqais ................
Etrangers ...............


3-300
2.070

51o
320

2.1 19.000
370


A ces chiffres s'ajoute Il'dlment militaire, qui com-
prend environ, en tenant compete de la gendarmerie,
200 Europeens (leurs families sont comprises dans le
chiffre de la population civil) et 3.500 hommes de
troupe africains.
Dans I'ensemble, les recensements font ressortir
une augmentation due A plusieurs causes : exc6dent
de naissances sur les ddecs ; retour d'un certain nom-
bre d'6migrds parties dans les colonies voisines ; re-
censements mieux effectues ouf les omis sont de moins
en moins nombreux.
La masse de cette population est essentiellement
rurale et la Guinee compete peu de grands centres.
On constate cependant une augmentation du peuple-
ment urbain. La Guinee ne d6roge pas sur ce point
aux rigles demographiques bien connues que l'on
retrouve dans les different pays du monde.
C'est ainsi que Conakry compete au moins 40.000
habitants, alors qu'en 1940 la commune mixte etait
peuplie de 14.000 ames. Kankan est pass depuis







quelques annees de 10.500 a 13.650, Kindia de 5.170
A 11.130. Mamou cependant reste stationnaire avec
5.2oo habitants environ.
La population europeenne s'est 6galement accrue
dans ces memes centres, sauf A Kankan. Conakry,
par example, qui comptait en 1946 1.400 Franqais et
596 strangers en accusait respectivement 1.540 et
675 au d6but de 1948.
La density general reste faible, avec 9,2 habitants
au km2.

DES ESSAIS DE CULTURE D'OLIVIERS
Des plants d'oliviers originaires de Provence ont
4t6 exp6dies il y a quelques mois en Guinee et mis
en terre A Mali, A 1.500 metres d'altitude, sur le re-
bord ouest du massif du Fouta-Djallon, qui jouit
d'un climate relativement sec et temper&. De nou-
veaux. plants viennent d'arrivei en provenance de
Tunisie. Ils ont 6te envoys pour moitie A Mali et
pour l'autre moiti6 au Centre d'agriculture de Tolo,
dans le Fouta-Djallon qui se trouve A une altitude
moins 6levie et dans un climate plus humide que
Mali. Ces essais vont 6tre poursuivis au course des
prochaines semaines avec des plants qui sont atten-
dus du Maroc et de l'Algerie.
Si l'experience est concluante les premiers re-
sultats de Mali sont d6ej favorables la colonies
compete passer A des travaux de plantations A grande
6chelle, qui apporteraient des resources nouvelles A
,des subdivisions montagneuses assez dhsherit6es.

LES PERSPECTIVES
DE DEVELOPPEMENT INDUSTRIAL

Jusqu'A maintenant la Guinee 6tait surtout consi-
deree come un pays agricole don't les productions
variees s'6quilibraient heureusement, ce qui lui per-
mettait de subvenir largeMent A la hourriture de ses
habitants et d'exporter quelques products riches par
lesquels elle payait ses importations.
Telle a 6te et reste aujourd'hui encore, jusqu'a ce
jour, I'activit6 traditionnelle de cet heureux terri-
toire, avec ses troupeaux de N'Damas et.ses lougans
de riz pour sa consommation int6rieure, et, pour l'ex-
portation, ses plantations de bananes et d'agrumes.
ses peuplements de palmiers A huile, et d'autres pro-
ductions secondaires telles que le miel, I'essence
d'orange et l'indigo.
Or, il s'agit aujourd'hui pour la Guin6e de sortir
de ce tranquille equilibre pour se d6velopper mat&
riellement et socialement et jouer dans l'essor de
l'Afrique nouvelle le r6le auquel elle peut pretendre,
grace A ses richesses naturelles et aux qualit6s de sa
population..
La Guinee a 6te en .effet tris richement dot6e par
la nature, la plus richement dot6e probablement de
toutes les colonies d'A.O.F.
Dans la nouvelle 6poque oh l'on vient d'entrer de-
puis 1940 et qui sera marquee pour l'Afrique par sa


promotion au rang de super-puissance economique,
la Guinde s'apergoit brusquement qu'elle dispose
d'immenses resources, c'est-a-dire de toutes celles
qui sont necessaires pour assurer des conditions ex-
ceptionnelles A un developpement industrial plans
les domaines les plus varies.
Tout d'abord, elle posside cette source irrempla-
aable de toute activity moderne qui s'appelle
< l'energie >. Le chateau d'eau de l'Afrique Occiden-
tale est en Guinee meme, dans le inassif Eburneo-
guinden qui couvre les deux tiers de son territoire.
Rivieres toutes jeunes encore don't le course est fait
de sauts et de rapides oi il n'y a qu'A choisir entire
les chutes A am6nager. A titre d'exemple, une seule
de ces riviires, la Konkourd, qui est loin d'etre la
plus puissante, mais don't l'amenagement hydro-elec-
trique vient d'etre 6tudi6 en raison de sa proximity
de Konakry, est capable de fournir une puissance
de 350.o000 kwa, repr6sentant annuellement 4 mil-
liards de kwh, pour un investissement de 15 mil-
liards. Ce n'est qu'un example entire beaucoup d'au-
tres, et les besoins dejA prospects du Niandan et
du Tinkissa sont capable de fournir au moins
l'6quivalent.
L'6nergie electrique pourra 8tre utilisde en quan-
tites illimitees, pour toutes les installations indus-
trielles de la Guinde de I'avenir.
Mais ces richesses auraient 6te prodiguees en vain
par la nature si celle-ci n'en avait pas 6galement me-
nag6 l'emploi massif dans le sous-sol meme du ter-
ritoire de la Guinee.
Et c'est IA, la chance iriesperee de ce pays.
Le sous-sol guineen recile des minerals de toute
nature, en amas considerables, et don't les plus im-
portants exigent justement pour &tre traits de gros-
ses quantit6s d'dnergie 6lectrique.
En laissant de c6te l'or et le diamant et d'autres
mineraux encore don't la Guinde est tres richement
pourvue, mais qui ne sont pour elle que la source
d'une activity purement mini&re, il y a des minerals
de fer et la bauxite en amas extrememeni abon-
dants A proximity, ou A c6te meme, des chutes d'eau
qui offrent sur place la possibility d'une industries
6lectro-m6tallurgique ou d'installations pour l'enri-
chissement des minerals don't les perspectives de pro-
duction et de prix de revient sont exceptionnellement
favorables.
Qu'il suffise de citer, A titre d'exemple, le cas ty-
pique de Dabola oi, sur les flancs d'une valley qui
livre dejA passage A la route et au chemin de fer, il y
a d'un c6td un gisement de bauxite, et de l'autre une
chute d'eau, tous deux aux caracteristiques exception-
nelles et permettant d'installer ainsi sans aucun frais
de transport, une magnifique usine d'aluminium.
II existe encore d'autres possibilities du meme or-
dre ; mais moins connues du public, tels que les mi-
n6raux si rares du group de la silimanite, qui sont
avec 1'energie electrique, la base meme de toutes
les industries.







A c6te de cette industries lourde, don't toutes les
conditions sont r6unies pour qu'elle soit prospire, il
y a touted la game des industries complimentaires
de 1'activit6 agricole : industries du < froid >, pour
exploiter rationnellement la production en viande et
demain, en poisson ; industries fruitieres pour les
agrumes et les fruits coloniaux; raffinerie d'huile,
savonneries, pour les corps gras; fabriques de fecu-
lents pour les cultures rizicoles : enfin, industries me-
caniques d'entretien pour le montage et la repara-
tion du rnat6riel agricole et minier.
A ces facteurs d'essor 6conomique, qui sont incon-
testables et prometteurs, s'ajoutent les facteurs hu-
mains non moins encourageants. Si elle le veut bien,
la Guine. aura la possibility de disposer, A measure
de son developpement, de toutes les categories de
travailleurs, de technicians et dirigeants, sans les-
quels les plus beaux dons de la nature ne sauraient
porter leurs fruits.
Sa population africaine appartient en effet A des
races physiquement saines, relativement nombreuses",
normalement alimenties, et en course d'6volution ra-
pide. Aborde dis maintenant, avec. tout le serieux
qui s'impose, le problime de la formation profession-
nelle grAce A cette matiere humaine de base, d'excel-
lente quality, peut &tre rdsolu en temps utile pour
fournir le personnel qualified au rythme meme ofi se
d6veloppera l'equipement industrial.
Bien entendu, il faudra a cette population l'aide
qualified de ses freres de la M6tropole.
II n'y a pas lieu de penser qu'elle leur manquera,
si 1'on en juge par la transformation de plus en plus
marquee du peuplement europden de la Guinee qui
comporte aujourd'hui une part croissante de jeunes
technicians.
Un derier facteur non moins important et n6ces-
saire, par:ait comme le precedent ne pas devoir man-
quer A measure des besoins. 11 s'agit des capitaux,
sans l'esquels il ne pourrait y avoir ni machines, ni
technicians.
Or, on constate aujourd'hui que le flux des capi-
.taux provenant de la vieille Europe, apris s'&tre de-
vers6 sur I'Afrique du Nord toute proche et particu-
lierement sur le Maroc, tend de plus en plus A des-
cendre vers le Sud et que la Guinee semble depuis
quelques temps les attirer A son tour.
En mine temps, la Metropole ne neglige pas
l'equipement public de la colonie de sorte que les
investissements publics semblent devoir se faire au
mime rythime que les investissements prives.
Tel parait etre le tableau prometteur des perspec-
tives de developpement industrial de la Guin6e.
Tout semble reuni pour que ces possibilities se
transforment demain en rdalitis A la condition toute-
fois que la colonie, comme toute l'Afrique Franqaise,
soit certain de jouir d'un climate de confiance reci-
proque entire tous ceux qui sont appel6s A participer
a son developpement.


L'avenir qui s'offre est trop beau pour que l'on ne
puisse pas esperer que tous se consacrent dans I'en-
thousiasme A cette oeuvre.


LES TRAVAUX D'AMENAGEMENT
DES RIZIERES DE DUBREKA
Ces travaux portent sur le lit et les rives d'un bras
mort de la Souinba ou riviere de Dubreka, s6parant
la locality de Dubreka de l'ile de Defili-Copering.
Ils sont de deux sortes : construction de digues et
defrichement.
io) Construction de digues
Aux deux extrimitis du bras mort est prevue la
construction de deux digues distantes d"environ
4 kms et permettant de r6cupirer pour la culture une
bande de terrain de 800 m. de larger en moyenne.
C'est ainsi une superficie de 320 hectares environ qui
sera offerte A la riziculture aux portes de Conakry
(35 kms,environ par mer), pouvant produire 50o
tonnes de riz.
La digue du Nord, qui doit comporter 6oo m., est
djiA construite sur la moiti6 de sa longueur.
2) Difrichement :
Un gros travail de d6frichement sera A entrepren-
dre sur les terres ainsi protegdes, pour transformer
le terrain en riziires definitives.
Le Service de la trypanosomiase, int6ress6 par la
disparition des paletuviers, gite A, ts6 tse, a dejA en-
trepris sur la rive Est du course d'eau en question, A
partir de Dubreka, sur une superficie d'une dizaine
d'hectares environ, le d6frichement du mangrove.
Ce travail, qui a consists principalement A abattre
les paletuviers, doit etre compl6et par le dessouchage.


ESSAI
D'ETABLISSEMENT DE PASTEURS PEUHLS
DANS LA SUBDIVISION DE FARANAH
Quoi qu'elle soit particulibremerit bien pourvue en
pAturages, le long du Niger notamment, la subdivi-
sion de Faranah ne dispose que d'un cheptel reduit,
et une grosse parties du betail est en maints endroits
constitute par des bceufs de labour, achet6s dans
d'autres circonscriptions.
Les autorit&s ont decide d'essayer de developper
I'elevage, en cr6ant des noyaux dans lesquelsseront
installs des Foulahs qui montreront aux populations
du pays, en majority des cultivateurs, comment on
eleve les animaux.
Trois noyaux sont en course d'6tablissement, dans
des endroits propices, choisis par le v6terinaire, A
quelques kilom&tres de Faranah, sur les trois routes
qui y aboutissent. Chacun comprendra quatre cases







pour abriter une famille et un hangar pour les ani-
rnaux. Chaque famille sera dot6e de o1 vaches, d'un
ta gau, de 2 boeufs de labour et d'une charrue.
casess 'et cheptel sont concedds A titre de pr&t aux
occupants qui disposeront de cinq ans pour en rem-
bourser le montant, les remboursements effectues de-
vant servir A l'installation de nouvelles families.

REUNION, DES COOPERATIVES AFRICAINES
BANANIERES
La reunion des cooperatives africaines bananieres
s'est tenue le 8 d6cembre A Conakry, sous la pr6si-
dence du Gouverneur.
Etaient presents tous les presidents et tous les
membres des conseils d'administration des six coo-
peratives africaines bananieres, c'est-A-dire les cinq
co6piratives qui viennent d'etre cr66es : Soumba,
Coyah, For6cariah, Kindia, Mamou, plus la Comix.
Le but essential 6tait de faire admettre aux plan-
teurs africains la n6cessit6 pour eux de grouper leurs
cooperatives en une Union des cooperatives pour la
solution des problems g6ndraux transports, con-
ditionnement, apports financiers, equipment qui
ne peuvent etre resolus par chaque cooperative iso-
16ment.
On estime en effet dans les milieux autorises qu'A
I'heure actuelle les conditions de transport des ba-
nanes, de la plafitation au navire, ne sont pas ration-
nelles. Les fruits subissent des manipulations qui
nuisept A sa quality.
En outre, il est jug6 indispensable, pour que les
planteurs puissent obtenir des prets collectifs qui leur
permettent de s'dquiper rapidement, que la discus-
sion se fasse A l'&chelle d'un organisme representant
1'ensemble des planteurs pour donner des garanties
suffisantes aux prJteurs.
Les fonds d'emprunts obtenus, la premiere opera-
tion consistera A acheter des engrais. Et cet achat ne
pourrait etre negocie autrement que par l'Union des
cooperatives.
Une Union des cooperatives serait appelee en ou-
tre A rendre d'autres multiples services pour le con-
ditionnement, 1'embarquement, etc...


Cote d'Ivoire

L'EVACUATION
DES PRODUCTS DE LA COTE D'IVOIRE
Pendant toute la guerre, les installations des
v wharfs de Port Bouet et Grand Bassam n'avaient pu
&tre normalement entretenues, d'autant que les tra-
vaux destines A l'ouverture du port lagunaire d'Abid-
jan, commences en 1939, avaient laiss6 espirer que,
trois ans plus tard, en 1942, les wharfs ne seraient
plus utilises ; au moment ofi la guerre a 6clatd, les
gros travaux d'entretien de ces wharfs se trouvaient
naturellement d6laiss6s.


Les chiffres suivants marquent la gravity de la
situation :
En 1946 et 1947, le tonnage journalier moyen ma-
nipuld A Port Bouet et Grand Bassam etait tomb6 A
500 et 540 tonnes, centre 780 tonnes en 1938. Pen-
dant ces memes annees 1946 et 1947, le tonnage total
n'avait 6td que de 184.464 tonnes en 1946, centre
194.120 tonnes en 1947, et 279.973 tonnes en 1938.
Dis 1945, des commander ont 6t6 passees, pour
pres de ioo millions, pour le materiel de refection
des wharfs et pour le materiel d'exploitation (cha-
loupes, grues, wagons-plateformes, etc...).
Mais l'am6lioration la plus sensible a 6te obtenue
dis le d6but du deuxieme semestre 1948 par l'utili-
sation des premiers travaux effectuds en vue du per-
cement du cordon littoral. Dans l'avant-canal c5t6
mer ont 6t6 amenag6s A Vridi des postes d'accostage
pour caboteurs et pour chalands automoteurs assu-
rant l'accostage entire les gros navires mouilles en
mer et les berges du canal, sans interrompre et me-
me sans ralentir les travaux de dragage pour le
percement du canal.
L'amelioration de la situation resort des chiffres
suivants : tonness)


Tonnage journalier manipul6 en 1938 ......
Tonnage journalier manipule en 1947 ......
Tonnage journalier manipuld en novembre 48
Tonnage journalier manipuld le 26-1 1-48 ....


780
540
1.200
1.549


Au course de la deuxieme quinzaine de novembre,
il a 6t6 manipuled Vridi seul 6.670 tonnes, avec un
maximum journalier de 605 tonnes superieur A ce-
*lui de Port Bouet.
Actuellement, et pendant que se pursuit le per-
cement du canal, les installations d'accostage de
Vridi sont encore ameliorees : de nouveaux postes
sont en course d'am6nagement, ainsi qu'une deu-
xieme voie ferree de dessert destinde specialement
A l'exportation des bananes et I'installation de deux
grues sp6cialement pour l'importation.



AFRIQUE
9QUATORIALE FRANC;AISE


F6d6ration

LES SERVICES
D'INFORMATION
S- DE L'A.E.F.


AT U N effort consi-
d&rable vient
d'&tre r6alis6
par le Gouvernement
Genral- de I'A.E.F.
dans le domaine de l'Information. Cette action, qui
est encore A son debut, cherche A retenir attention







de la press metropolitaine, de la press locale et des
grandes agencies sur toutes les questions int6ressant
ce Territoire.
Dans le domaine des diffusions exterieures, le
Gouvernement General vient de mettre au point un
Bulletin hebdomadaire de press qui est diffuse aux
correspondents brazzavillois des journaux et agen-
ces, aux agencies de press frangaises, aux journaux
et revues coloniales et aux services officials de press
des administrations metropolitaines et de l'Union
Frangaise.
Compl6tant ce Bulletin, un autre, mensuel, sera
realis6 des le d6but de 1949 pour informer les mi-
lieux politiques, administratifs, syndicaux, 6conomi-
ques, etc... de l'Union Francaise des principaux pro-
blimes qui interessent I'A.E.F., ainsi que les prin-
cipaux evenements qui s'y deroulent.
Des realisations cinematographiques sont A l'etude
et un documentaire sur l'ceuvre m6dicale frangaise
en Afrique Centrale doit dejA ftre presented prochai-
nement A Paris, et un documentaire sur Brazzaville
se trouve actuellement en course. Enfin, des photo-
graphies et des panneaux documentaires seront rea-
lises au chef-lieu de la Federation et diffuses dans
le Territoire et dans la Metropole.
Dans le domaine des diffusions interieures, en de-
hors des rialisations dejA mentionnees, s'ajouteront
les missions radiophoniques du Service d'Informa-
tion, qui donneront les nouvelles de la Federation
trois fois par semaine et dans une quatrieme emis-
sion hebdomadaire, le resume de l1 vie en France
au course de la semaine ecoulee.
Les diffusions cinematographiques de documentai-
res et de films 6ducatifs seront op&eres dans les villes
et dans les villages de l'int6rieur en collaboration
avec le Service des Affaires Sociales et Culturelles
du Gouvernement. Enfin, la diffusion des informa-
tions, jourraux et revues, sera prolong6e A l'ensem-
ble des administrateurs de group, qui en front
b6neficier leur entourage.
I1 est A souhaiter que ce movement s'6tende bien-
t6t A tous les Territoires.

LES RELATIONS DOUANIERES
ENTIRE L'A.E.F. ET LE CAMEROUN

La loi du 13 avril 1928 sur le regime douanier
colonial et les decrets des a juillet 1928 et 12 juin
1931 pris pour application, ont class I'A.E.F. parmi
les colonies non assimilees, dites du 2' group. Ce-
pendant, alors que le Gabon est soumis A un regime
pr6ferentiel vis-a-vis de la M6tropole, les autres
Territoires de I'A.E.F. sont places sous celui de la
< porte ouverte >>.
Cette discrimination comporte des consequences
importantes.
,Les Territoires qui accordent un regime preferen-
tiel aux products m6tropolitains ben6ficient d'une


exemption complete de droits de douane pour les
matieres premieres destinies A l'industrie, les den-
rees alimentaires, ainsi que les autres products de-
signes par d6cret, qu'ils exportent en France ou en
Algerie.
Les autres marchandises sont frappees des droits
du tarif minimum, voire meme de droits reduits.
A l'entree dans ces Territoires, les products etran-
gers ou assimiles (tunisiens, marocains) sont sou-
mis, en plus de taxes fiscales, A des droits de douane
fixes par decret, alors que les marchandises francai-
ses ou originaires des colonies francaises n'acquit-
tent aucun droit de douane et supportent seulement
les taxes fiscales.
En d'autres terms, les deux parties s'accordent
mutuellement un regime de faveur.
Au contraire, dans les colonies dites de la < porte
ouverte >, il n'est fait aucune distinction suivant
I'origine des marchandises et celles-ci supportent
des droits identiques, qu'elles soient 6trang6res ou
frangaises.
Les importations en France ou en Algerie des
products exports par ces colonies ne beneficient pas,
en principle, de la franchise et sont taxes aux droits
du tarif minimum.
On aperqoit immediatement les avantages et les
inconv6nients que presentent chacun des deux re-
gimes.
Cependant, lorsque la M6tropole eu rompu ses re-
lations commercials avec I'A.E.F., dans le courant
du deuxieme semestre 1940, le Gabon s'est trouve

dans une situation desavantageuse, par rapport aux
autres Territoires de la Federation. Ne recevant
plus de products frangais, toutes les marchandises
importees auraient dfi acquitter, en plus des taxes
fiscales, une surtaxe douaniere, ce qui aurait conduit
A clever sensiblement leur prix de revient, alors que
cette measure ne se justifiait d'aucune fagon, en l'ab-
sence de toute contre-partie la compensant.
C'est pour remedier A cette situation que le de-
cret du 21 septembre 1940 a decide d'6tendre au Ga-
bon le reginre douanier du Bassin conventionnel.
Mais, depuis la cessation des hostilities, le mouve-
ment commercial s'est trouv6 renvers6. Par suite de
la penurie de devises etrangeres et en consequence
de la r6glementation des changes, le commerce exte-
rieur de I'A.E.F. s'oriente de plus en plus, A l'hetire
actuelle, vers la M6tropole. I1 convenait, des lors, de
retablir le Gabon dans sa situation privilegiee, sauf
A suspendre jusqu'A nouvel ordre la perception de la
surtaxe douaniere.
Tel a 6te l'objet de la deliberation du Conseil de
Gouvernement en date du 30 mai 1947, qui a abrog6
les dispositions du decret du 21 septembre 1940 et
don't le texte a 6et public au Journal Officiel A.E.F.
du 15 novembre dernier.







En realite et du fait de la suspension des droits
de douane proprement dits, aucun changement n'est
apporte pour le moment A l'importation des mar-
chandises au Gabon, oi celles-ci continent A sup-
porter les memes taxes que dans les autres Terri-
toires de I'A.E.F., sans consideration d'origine ou de
provenance.
Le retablissement du Gabon dans sa situation an-
t6rieure a une autre consequence, celle d'entrainer
I'abrogation du decret du 27 decembre 1941, qui
avait supprim6 la frontiere douaniere entire I'A.E.F.
et le Cameroun.
Le Cameroun se trouvant, en effet, plac6 sous le
regime des colonies de < porte ouverte > et son ter-
ritoire faisant frontiere avec celui du Gabon, on ne
pouvait concevoir le maintien d'une union douaniere
entire deux colonies soumises A un regime douanier
.aussi different.
Au reste, realisee pendant la guerre et destinee A
renforcer l'action de la France Libre dans sa lutte
centre l'ennemi, cette union douaniere avait sub.i,
d&s le debut, de graves atteintes.
Les interets economiques et fiscaux des deux Ter-
ritoires ne sont pas n6cessairement les mimes et ap-
pellent, dans de nombreuses hypotheses, une politi-
que douaniere divergente.
L'unit6 tarifaire n'avait pu ktre maintenue.
De nombreux fraudeurs utilisaient le Nord du
Cameroun pour se rendre en Nigeria et echapper,
tant au paiement des droits et taxes qu'aux mesu-
res eventuelles de prohibition de sortie.
Enfin, elle 6tait d6favorable A I'A.E.F., don't la
position g6ographique place une parties de son ter-
ritoire (Woleu-N'Tem, Oubangui-Chari, Tchad)
dans l'obligation de recevoir les marchandises ou
d'6vacuer ses products par un port maritime ou flu-
vial'du Cameroun, d'oi perte important de recette
pour I'A.E.F.
I1 est apparu, cependant, que s'il y avait intmrft
A r6tablir I'A.E.F. et le Cameroun dans leur autono-
mie douaniere, I'application rigoureuse et brutale
d'une telle-disposition n'irait pas sans apporter une
g&ne serieuse aux populations autoch ones, ainsi
qu'au commerce. C'est pour rem6dier a ces incon-
venients que le texte du d6cret qui retablir la fron-
tiere douaniere a prevu que les relations economi-
ques et douanieres entire les deux Territoires se-
raient r6glees par des conventions passes entire les
deuix Haut-Commissaires.
L'accord intervenu A cet 6gard laisse une tole-
rance suffisamment large aux frontaliers, et permet
aux commergants et transporteurs, par une applica-
tion generalisee du transit et uri regime particulier
A l'egard des products du cru, de ne subir aucune
gene de ce nouvel etat de fait.
En reprenant leur autonomie douaniere, I'A.E.F.
aussi bien que le Carneroun n'entendent pas inaugu-
rer une nouvelle politique et s'installer dans un cer-


tain isolement economique. Les deux Territoires esti-
ment, au contraire, que le nouveau regime qui re-
sultera de leur accord donnera plus de souplesse A
leurs changes commerciaux et, mieux adapted A leurs
divers besoins r6ciproques, leur permettra de r6ali-
ser un rapprochement 6conomique plus intime dans
le cadre de l'Union Frangaise.


L'EFFORT DE L'A.E.F.
POUR L'HABITAT AFRICAIN

Les Territoires d'A.E.F. comnptent, au moins, sept
grosses agglomerations qui souffrent, d'ores et deji,
d'une crise penible du logement. .Que sera-ce dans
I'avenir si l'on ne rem6die pas de toute urgence a
cette situation ? 11 ne faut pas oublier que, dans
les pays neufs qui s'6quipent, les besoins croissent
plus vite que 'les moyens. II est done necessaire de
ne pas accumuler des retards susceptibles de creer
un malaise social grave.
La Federation doit se preoccuper de cette situa-
tion et, outre les credits du Plan, consentir sa parti-
cipation financiere propre, mais c'est aux Territoi-
res et A leurs Conseils Repr6sentatifs, mieux encore
aux villes, qu'il appartient d'entreprendre de toute
urgence, avec la resource d'emprunts A faible inte-
rft, les travaux urbains indispensables pour faire
face aux exigences pressantes de I'actualite et de
I'avenir.
Les six grandes agglomerations de 1'A.E.F. ont
souscrit A la Caisse Centrale de la France d'Outre-
Mer une demand d'emprunt, avalisee' par la Fede-
ration, de l'ordre :


pour
pour
pour
pour
pour
pour


Brazzaville, de ioo millions;
Pointe-Noire, de Ioo millions;
Libreville, de ioo millions;
Port-Gentil, de ioo millions;
Bangui, de ioo millions;
Fort-Lamy, de 250 millions.


Brazzaville vient d'obtenir cet emprunt et a com-
menc6 l'execution de son programme : une serie de
soixante maisons, destinies aux indigenes evolu6s et
reprisentant un investissement de 40 millions de
francs, est en voie de construction dans les nouveaux
quarters du village de Bacongo.
Chacune de ces maisons don't certaines sont
djiA terminees comprend en plus des communs,
un office, une salle de douche, un living-room et,
suivant le.type une ou deux chambres.
Ces habitations pourront ktre acquises par le jeu
du system < location-vente >.
Parallelement A ces efforts et dans le but d'acce-
16rer les initiatives individuelles et d'eviter l'uni-
formit6 en ce domaine, le Credit de 1'A.E.F. so-
ciete mixte au capital de ioo millions, avec partici-
pation de la Federation pour une part de 33 mil-
lions accordera des prets A < long terme > et A








faible intirft aux Africains 6volues qui voudront se
faire cons:ruire des habitations seloh leur goit. Les
seules conditions requises 6tant le respect des rigles
de d'hygiine et de l'esthetique.
Enfin, il est privu au budget federal de 1948 un
credit de :;o millions pour permettre aux 6lus locaux
et aux fonctionnaires africains du cadre common
superieur dans les Territoires, de faire construire
des maisons grAce A des avances remboursables.
L'ensemble de ces realisations sera vraisemblable-
ment g6re par une ou plusieurs sociftes immobilieres.
Dans les circonscriptions de brousse, I'habitat in-
digine est en general tris sommaire. Ceci est du
essentiellement au genre de vie plus ou moins no-
made auquel est contraint I'autochtone. Dans les
pays de forts, le manioc et les autres plants vi-
vriires, ciltivses sans assolement ni engrais, sur des
sls de difrichement, 6puisent rapidement les terres
situees A proximity du village, aussi la n6cessite de
trouver de nouvelles terres de culture provoque-t-
elle leur d6placement.
La case familiale est done construite en materiaux
l6gers, panneaux d'6corce, d'herbes tresses, couverte
de tuiles ce bambou, facilement d6montables et pou--
vant etre transportees sans trop de difficulties.
Dans les pays de savane, oi0 les autochtones sont
pasteurs ou ileveurs, la case est 6galement construite
16gerement et n'est, en fait, qu'une habitation provi-
soire.
Ce n'est que dans les zones de sols riches ou dans
les regions traversees par la route ou le chemin de
fer que le:s villages construits en materiaux durables
ont un meilleur aspect, mais la case est toujours sans
attrait et inconfortable.
L'action de l'Administration s'attache A fixer l'Afri-
cain dans les endroits les plus favorables et A les
aider A construire de v6ritables villages.
La r6alisation des centres cantonaux et ruraux
sera pour les populations de brousse le meilleur en-
couragement.
A cet effet, le Plan decennal privoit des credits
de l'ordre de 388 millions, dont 179 pour les bAti-
ments, afin de doter les principles agglomerations
de brousse :
a) de bAtiments communaux, d'administration et
de culture : maison commune, foyer d'evolus, dis-
pensaires, icoles, etc... ;
b) de l'eFquipement sanitaire, eau, 6goits, materiel
d'incendie.
L'octroi de droits politiques doit se doubler 6troi-
tement d'un progres des conditions d'existence. Le
standing domestique se measure essentiellement aux
resources alimentaires et au mode d'habitation.
L'Africain verra chaque jour, sous ses yeux, s'ame-
liorer, tani dans les centres ruraux que dans les vil-
les, son habitation, qui doit etre considered comme
la base matirielle de la cellule familiale.


LE POISSON,
ALIMENT ESSENTIAL DE L'AUTOCHTONE
La c6te de I'A.E.F. et toute la suite des lagunes et
des estuaires presentent un superbe champ d'exploi-
tation pour la peche. Nous nous bornerons dans cet
aperqu rapide A la peche maritime proprement dite.
L'oc6an est traverse par un courant de direction
Sud-Nord qui se male, aux environs du Cap-Lopez,
au courant du golfe de Guinde. Les fonds, mal con-
nus encore, sont surtout forms de sable et de vase,
avec quelques pointements rocheux et quelques ta-
ches de < Coraux >>.
Le nombre des espices de poissons est d'environ
150, presque toutes comestibles. Les crustac6s sont
assez nombreux, tant en crabes qu'en crevettes ; les
langoustes sont un peu plus rares. La demand de
I'A.E.F. en poisson est considerable et bien loin
d'etre satisfaite par les industries de peche actuel-
les.
II existe des villages de pecheurs A Pointe-Noire,
comme A Port-Gentil et A Libreville, qui pratiquent
la peche A la ligne, en mer, A l'aide de nasses dans
les lagunes, et enfin sur les plages avec des sennes.
Dans les lagunes, divers systimes de barrages et de
techniques adaptees A I'eau douce se melent A des
engines plus important. Les pirogues sont tres mal
adapt6es A la peche en mer ; elles sont trop etroites
et pas assez profondes, mais les p&cheurs, forms
par une longue habitude, executent parfois de vdri-
tables tours de force.
Les pirogues des Popos sont infiniment plus ma-
rines, 6tant de proportions plus adequates. Quelques
groups de ces gens, venus du Dahomey et des pays
avoisinants, se sont installs sur la c6te de 1'A.E.F.
La p&che est leur travail ; un village est 6tabli de-
puis plusieurs annees sur la Pointe-Denis, et un
autre group vient de s'installer I'an dernier au
Cap-Lopez ; leur principal engin est la senne. Ce fi-
let est capable de fournir un excellent rendement,
comme le prouvent les chiffres maxima du mois de
juillet, un excellent mois, pour une journ6e de peche
par les pecheurs du Cap-Lopez :


S ju illet .......................
4 juillet .. ........... .... ......
5 juillet ..........................
I juillet ....................... .
27 juillet .........................


1.012 kgs
2.162 >
1.170 >
2.000 >>
4.500 >


Les especes capturees A la senne sont surtout des
especes de surface, vivant en grandes bandes. Les
poissons 'de surface sont d'ailleurs tres nomlbreux
dans les eaux de I'A.E.F., et des engines tels que la
< Senne tournante > seraient certainement efficaces.
Un Europeen installed A Ozouri, pres de Port-Gentil,
pratique la p*che dans I'estuaire d'un des bras de
I'Ogooiu avec sennes et tremails. Tout le poisson
est prepared par salage et aussi fumage.
A Pointe-Noire, s'est crdee la premiere p&cherie
moderne dotee d'un chalutier. La plus grosse quan-








tit6 du poisson devait etre trait6e en vue de sa con-
servation par les proc6d6s habituels de salage, s6-
chage et fumage. Devant la demand important en
poisson frais, cette preparation est moins forte qu'on
ne l'avait pens6 tout d'abord.
La peche au chalut n6cessite une production de
glace assez grande pour la conservation A bord : un
chalutier tel que celui de Pointe-Noire peut contenir
15 tonnes de poisson dans sa cale. Le stockage pour
la vente r6clame aussi de la glace, ainsi que des wa-
gons isothermes pour le transport vers Dolisie et
Brazzaville. Tant qu'une quantity de glace suffi-
sante ne sera pas produite, I'approvisionnement en
poisson de mer frais des gros centres du Moyen-
Congo sera difficile. Evidemment, on peut conserver
le poisson A borddu chalutier par le salage, mais
en ce cas, la plus grande parties des poissons doit
etre mise en saumure A terre et sechie par la suite,
ce qui est vraiment dommage pour les poissons fins
tels que les < soles >.
Une experience de 5 mois a prouv6 que le cha-
lutage 6tait possible sur les c6tes d'A.E.F. ; mais
il ne faut pas utiliser des bateaux trop grands. Nous
pensions qu'un chalutier d'une vingtaine de mitres
est dans les conditions actuelles un maximum.
Pendant le mois d'octobre, qui est un mois de pe-
che tris moyen, 22 tonnes ont et6 rapportees a
Pointe-Noire en trois semaines, A raison d'une sortie
par semaine.
11 est interessant de noter qu'actuellement un 6qui-
page indigene est form par le patron du chalutier.
Ce sera le premier group initi6 aux techniques de
la p&che moderne.
A Port-Gentil, A la baie des Baleiniers, une soci&t~
de p&che A la baleine est en train de poursuivre le
montage de la future usine pour traitement des ba-
leines. Une grande parties du materiel est sur place
et I'on attend prochainement un chasseur-baleinier
qui doit amener une 6quipe pour mettre en place les
6elments de l'usine pour la saison de peche qui dure
de juin A octobre.
En 1948, de nombreuses bandes de cetaces ont 6t6
apercues au long de la c6te et meme dans la baie
des Baleiniers. Ainsi, depuis peu de temps, la peche
sur la c6te de I'A.E.F. s'oriente vers l'industrialisa-
Stion, et nous esperons que le temps n'est plus tris
eloign6 of l'utilisation rationnelle de la peche et des
sous-produits amenera un mieux-etre A la F6dera-
tion.

PROTECTION DE L'ENFANCE AFRICAINE
La protection de l'enfance autochtone constitute
I'une des tAches les plus importantes parmi celles
que la France entend mener A bien dans le cadre
du < mieux-etre > des populations africaines.
Depuis bien longtemps, des efforts ont 6t6 faits
en vue de r6duire une mortality infantile effrayante.
Ces efforts 6taient bien souvent vains, car la repu-
gnance des futures mamans A faire appel aux soins


des m6decins et du personnel sanitaire europeens
ftait tris vive. Aujourd'hui, m6decins et infirmiers
autochtones collaborent A l'ceuvre entreprise par
leurs predices'seurs francais.
Le temps de la mefiance est pratiquement revolu.
En brousse, les femmes se rendent plus volontiers
aux consultations pr-natales ; elles se prktent avec
une bonne volonte croissante aux examens et aux
soins que n6cessite leur 6tat et celui de leurs nour-
rissons.
Dans les villes, il en est de meme.
A Brazzaville, en particulier, les 2 centres de pu-
riculture de Bacongo et de Poto-Poto reqoivent de
plus en plus de consultants et de femmes enceintes.
Les tableaux suivants t6moignent de fagon 6lo-
quente de l'accroissement du nombre de visits et de
soins donnis depuis l'ouverture des dispensaires
1946 1" trim. 2' trim. 3" trim. 4" trim.


Poto-Poto ....
Bacongo .....

1948

Poto-Poto ....
Bacongo .....


pas ouvert 1.742
pas ouvert i.200


1" trim.

31.809
16.460


2.553 2.213
1.821 2.029


2"trim. 3" trim. 4 trim.

25.291 28.478 30.051
19.o55 17.492 i8.ooo


Les 2 centres de puericulture fond6s en 1935 a
l'instigation de Madame Renard don'tt ils portent le
nom), sur le module du Centre de M6decine preven-
tive de Courbevoie, ont pour objectif principal la
surveillance des futures mires et des enfants jusqu'a
I'Age de 2 ans ; cependant, cette rigle n'est pas strict.
Lorsqu'une femme a djja eu plusieurs enfants avant
de venir aux Centres se faire inscrire A l'occasion
d'une nouvelle grossesse, le service s'occupe 6gale-
ment de ses premiers enfants, tout au moins de ceux
qui ne friquentent pas encore l'6cole.
Depuis la creation de ces Centres, les medecins et
le personnel sanitaire qui, chaque jour, regoivent
soignent les consultants et leur distribuent du lait,
du riz et des v&tements pour les nouveau-nes, ont
eu la satisfaction de voir se presenter aux dispensai-
res de jeunes futures mamans qu'ils eurent l'occa-
sion de soigner lorsqu'elles 6taient enfants.
II convient ici de preciser que, dans la plupart des
cas, les jeunes filles africaines se marient tris t6t et
sont fr6quemment mires A 14 ans.
La maternity en reqoit meme de plus jeunes encore.
Les 26 lits don't elle dispose pour 1 moment suf-
fisent A peine ; la sage-femme et ses assistants sou-
haitent voir se r6aliser le project de maternity A Poto-
Poto, qui leur permettrait de se consacrer unique-
ment aux femmes de Bacongo.
L'action des 2 dispensaire.s, don't le travail, nous
venons de le dire, est incessant, est principalement
axee sur le d6pistage et le traitement des 5 grandes
causes de morbidity infantile : paludisme, affec-
tions pulmonaires, parasitose, her6do-syphilis, an&-
mies causes par l'alimentation d6fectueuse donnee








aux nourrissons, surtout apres le sevrage. En effet,
si on ne les guide pas constamment, les meres, tout
naturellement donnent A leurs b6b6s le riz et le ma-
nioc fermented, bases de leur propre alimentation.
Les tout-petits gaves de ces aliments insuffisam-
ment nutritifs, sont fr6quemment rachitiques et pr&-
sentent, aux maladies don't nous venons de parler,
des terrains trop favorables.
Quoi qu'il en soit, la perseverance, le devouement
du Service de Sant6 gagnent chaque jour du terrain
sur ces redoutables fl6aux ; la bonne volonte des mb-
res leur etant acquise, les m6decins et le personnel
sanitaire qui commencent A enregistrer les rdsultats
de leur salutaire activity, sont en droit d'attendre de
I'avenir l]a consecration 6clatante de leurs efforts :
une enfance africaine saine et resistante.

LE TOURING-OLUB DE FRANCE EN A.E.F.
Depuis un an et demi, une section brazzavilloise
du T.C.F. reunit sous le signe de la plus sportive
camaraderie tous ceux que la d6couverte des beaux
sites du Moyen-Congo passionne.
L'activit6 du Club est malheureusement limited
par plusieurs facteurs : mauvais etat des pistes et
impossibility pour les adherents de quitter Brazza-
ville plus de deux jours, car ici il n'y a pas de vraies
vacances comme en France.
Malgre ce double hancidap, le succes de la section
va croissant.
Professeurs, fonctionnaires, militaires, s'y retrou-
vent dans une ambiance cordiale et sympathique.
Dans un rayon maximum de 200 kms autour de
Brazzaville, de nombreuses sorties ont dejA ete or-
ganisees.
Pour le: I" janvier, une tris belle excursion a con-
duit, apres de nombreuses et pittoresques p6ripeties,
les fervents sportifs du Club au Lac Bleu, sur les
plateaux Bat6kis, don't la beauty est justement re-
putee.
D'autres promenades sont desormais classiques et
sur la demand des adherents se renouvellent perio-
diquement :
Visite des Chutes de la Bouenze, pres de Mou-
yondzi, veritable Niagara miniature ; des Chutes de
la Foulakary ; remontee du Pool et du Djoud.
Des d6placements particulierement int6ressants
ont amend la section A assister le 12 septembre aux
obsiques du Makoko, Roi des Bat6eks, c6lbr6es A
M'Be (iior kms de Brazzaville) ; puis A visiter la
Mission de Linzolo, premiere mission catholique en
A.E.F. et d'y voir les gages de paix que se donn&rent,
il y a bien longtemps, le Chef de la Mission et le
Chef des indigenes etablis sur le territoire de Lin-
zolo : deux fusils enterres don't seuls les canons ap-
paraissent.
L'acti'it6 de la section locale du T.C.F. ne se li-
mite pas aux sorties et promenades.
Le 4 d6cembre dernier, en effet, une grande fete
des.Provinces Francaises, organis6e par les soins de


M. Pinaud, D6elgue du T.C.F. et infatigable ani-
mateur, a permis d'envoyer une some important
aux Camps de Vacances du Touring Club de France.
Cette fete, la premiere du genre, a dothn au nom-
breux public venu y participer, non seulement I'oc-
casion d'apporter une aide financiere A l'organisation
des Camps de Vacances de la M6tropole, mais aussi
la joie de se retrouver sous le ciel de Brazzaville,
dans l'atmosphere traditionnelle de la Bretagne, de
la Provence, de la Corse, du Bearn, de l'Alsace, de
toutes les Provinces de France et d'Outre-Mer ch&-
res A nos coeurs.
La section de Brazzaville reste fiddle A l'esprit du
T.C.F. et son action a la fois sportive et social me-
rite d'etre encourage.


Moyen Congo

CREATION DU CHEPTEL MOYEN-CONGOLAIS
La n6cessit6 de pourvoir A l'alimentation d'une
population sans cesse croissante tant au niveau des
grands centres urbains qu'A celui des organismes se
livrant A l'exploitation. des products du sol et du
sous-sol, a conduit in6vitablement A envisager la
creation au Moyen-Congo d'un elevage de bovid6s.
Cette necessity apparait mieux encore lorsque l'on
sait que, jusqu'A ces dernieres annies, le b6tail des-
tine A la consommation des grandes villes 6tait ache-
mine sur pied depuis l'Oubangui, le Cameroun et
l'Angola portugaise ; la quality de la viande se trou-
vait obligatoirement diminuee par la lassitude des
animaux, que l'on abattait des leur arrivee.
Depuis un an, un progres sensible a 6et r6alis6,
grAce au service d'avions frigorifiques qui amenent
rapidement sur place la viande en provenance du
Tchad.
Cependant, le regime actuel ne peut &tre que pro-
visoire.
La presence autour de Mouyondzi d'une immense
savane peu boisde, propice A la creation d'un elevage
important, encourage fortement les promoters du
movement en faveur de l'autonomie du Moyen-
Congo dans ce domaine.
De vastes projects sont A l'etude, qui, on doit I'es-
perer, seront un jour realises.
Pour le moment, contentons-nous de ce qui existe,
et qui constitute tout de meme la base de tout dave-
loppement future.

OU EN EST L'ELEVAGE AU MOYEN-CONGO?
Le decompte du b6tail actuellement au package
dans tout le Moyen-Congo s'effectue rapidement :
environ 500 tetes, reparties en troupeaux plus ou
moins important.
Mindouli occupe la premiere place parmi les sta-
tions d'dlevage ; l'Administration y possede deux
troupeaux. L'un de 36 t&tes achetees en 1943, est
constitu6 par des animaux provenant de croisements








Z6bus-Montbeliard, assez bons laitiers. L'autre, de
30 tetes importees cette annee du Congo Belge, r6u-
nit des N'Damas purs, originaires de Guinee Fran-
Saise et pr6alablement acclimates au Congo Belge.
La mission installee A Mindouli est propridtaire
du troisieme troupeau de 12 animaux.
Vient ensuite la Ferme administrative de Brazza-
ville, avec son effectif de 70 tetes, compose de Z6bus
purs, et de metisses Z6bus-Montbhliard et N'Dama-
Afrikanders. Le.s deux premieres races se montrent
r6sistantes et leur d6veloppement permet de sdrieux
espoirs, tandis qu'avec les N'Dama-Afrikanders, la
rdussite s'avere douteuse.
Des stations de moindre importance sont implan-
tdes par ailleurs sur le Territoire ; il convient de re-
marquer que si le nombre d'animaux y est moins
6lev6 que dans les stations precedentes, les exp6rien-
ces d'acclimatation du b6tail y sont poursuivies avec
autant de soins et de perseverance.
C'est ainsi qu'A Mouyondzi, on peut computer 38
tetes de b6tail ; 31 A Kinkala; 47 A Mayama; 20
A Impfondo (N'Damas venant du Congo Belge) ; 20
A Camp-Marchand (cheptel camerounais) et enfin 21
A Dolisie, of un essai est tent6 avec des beufs des
lagunes venant du Dahomey.
Ces chiffres rendent 6vidente l'insuffisance ac-
tuelle du troupeau du Moyen-Congo, insuffisance qui
date de la guerre, pendant laquelle, malgr6 tous les
efforts faits pour le proteger, le betail a 6td d6cim6.
En 1945-46, A plusieurs reprises, des troupeaux
ont tde amends au Moyen-Congo, en particulier de-
puis le Tchad. Mais les betes, 6puisees par ces mi-
grations 'penibles, 6taient bient6t touchees par les
maladies, ou victims d'accidents dus A leur trop
grande faiblesse.
En fait, aucun animal n'ayant survecu, tout 6tait
a recommencer.
Les premiers resultats obtenus depuis cette 6po-
que sont exposes ci-dessus.

VUE SUR L'AVENIR
Si I'on veut pouvoir, dans 20 ans, alimenter en
viande et products laitiers Brazzaville et Pointe-
Noire, aux populations sans cesse croissantes, il faut'
rdussir A importer une moyenne de i.ooo tetes par
an.
Un premier pas dans ce sens sera bient6t fait
grAce A l'arrivage de 500 betes (venant de Guin6e,
du Cameroun, de N'Gaounderd) attendues incessam-
ment et don't certaines sont deja en route. Les ani-
maux seront partag6s entire les stations de M'Fouati,.
Mindouli, Sibiti, Loudima et M'Vouti.
I1 convient de remarquer que ces centres s'dchelon-
nent le long du fleuve Congo et du C.F.C.O.
Ceci s'explique aisement par la p6nurie actuelle
d'autres voies de communication sur le reste du Ter-
ritoire, par le souci des 6leveurs d'assurer dans l'ave-
nir des debouches A leurs products et surtout de pou-


voir, en cas de maladie ou d'accident, recourir auxr
Services du Centre Veterinaire et de l'Institut Pas-
teur de Brazzaville.
Avec le d6veloppement du systime routier du
Moyen-Congo, de nouveaux centres d'elevage pour-
ront ktre crdes, qui profiteront d'immenses terrains,
de packagee de quality, encore inutilis6s.
Mais, sans attendre l'extension du r6seau routier,
qui n6cessite naturellement des delais assez longs,
outre les arrivages annonces plus haut, les Autorites.
qualifies sont entrees en rapport avec une impor-
tante soci&dt belge qui serait susceptible d'effectuer
I'introduction en Moyen-Congo d'un lot considera-
ble de g6niteurs, afin de favoriser l'implantation d'un
immense troupeau dans la -Subdivision de Mou--
yondzi. Une prospection sommaire a r6cemment 6et
faite par un repr6sentant de cette soci6td ; les con-
clusions de cette visit sont extremement favorables.



TOGO


CREATION D'UN
SERVICE D'HYGIENE.
A LOME
SL E developpement
croissant de la
ville de Lomp -
sa population est pas-
Ssee de 15.oo0 habitants
en 1938 A 33.000 a
amen6 le Commissaire
de la R6publique A or-
ganiser par arrmt6 un Service d'hygiane dans la
commune mixte de Lom6. Ce service est complete
par une Commission municipal d'hygipne. Le m&-
decin, membre technique de cette Commission, est
charge d'dtablir un plan d'action en matibre d'hy-
gibne urbaine.

FACILITIES POSTALES
ENTIRE TOGO ET GOLD COAST
A la suite d'un accord conclu entire les offices pos-
taux interesses, conformdment aux recommendations
de la Commission consultative permanent pour les
affaires togolaises, toutes les categories de correspon-
dances changes dans les relations entire le Togo et
la Gold Coast beneficient, A computer du 1" janvier
1949, des tarifs reduits en vigueur dans le regime
int6rieur de chaque territoire.
Au depart du Togo, une lettre pour la Gold Coast
sera done taxee au meme tarif qu'une lettre de m6-
me poids destinee A une locality quelconque du ter-
ritoire.







MADAGASCAR


UN TELEGRAMME
/ E M. COSTE-FLORET
AU SUJET DE LA FIN
DE LA REBELLION
LA suite de l'an-
nonce de la fin de
la rebellion a
Madagascar par le
Haut-Commissaire, M.
Coste-Floret, Ministre
suivant A M. de Chevigne :
< J'apprends non seulement avec satisfaction mais
*encore avec joie la fin de la rebellion de Madagas-
car et le :etablissement de la paix. Je vous adresse
mes compliments personnel pour la mani&re rapide,
sure et ficonde don't vous avez rempli votre haute
mission. Je vous prie de transmettre mes felicitations
au general commandant superieur des troupes, aux
officers, sous-officiers et soldats. Je m'incline devant
la mimoire des morts. La' France n'oubliera jamais
ce qu'elle doit au sacrifice commun de ses fils metro-
politains ou malgaches. Je formule le souhait que
tous les i6ares rentrent dans le droit chemin et que
Madagascar redevienne l'un des plus beaux fleurons
-de l'Union Francaise >>.

UN TELEGRAMME
DES ELUS DE MADAGASCAR
AU MINI[STRE DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
Le Ministre de la France d'Outre-Mer a ,reu un
telegramme de tous les elus de Madagascar, premier
.et deuxi&ne Coll&ge de l'Assembl6e Nationale, du
Conseil de la Republique et de l'Assemblee de
1'Union Francaise, au sujet de M. Lombardo.
Dans ce t6elgramme, tous les elus de Madagas-
car actuellement presents dans la Grande Ile tien-
nent A exprimer leur complete accord sur la position
prise par le Ministre de la France d'Outre-Mer, vis-
a-vis de M. Lombardo, Conseiller de l'Union Fran-
caise.
< M. Lombardo, qui ne represente A aucun titre
la population europeenne de notre ile, ajoute le t616-
gramme, s6journait depuis de longs mois dans le but
non dissimul de dresser les uns contre les autres
Frangais et Malgaches. Son activity etait entierement
consacr6e a semer la haine et A preparer des conflicts.
I1 n'a pas meme h6sit6 A accuser, dans son journal,
la France de vouloir exterminer dans nos ecoles les
enfants malgaches.
< Nous estimons que les autorit6s frangaises, res-
ponsables de la paix de notre territoire n'ont fait
que leur devoir en 6loignant M. Lombardo et fious
remercions le Ministre de les avoir approuvees >.


NOMINATION *
DE L'ADMINISTRATEUR SUPERIEUR
DU TERRITOIRE DES COMORES
M. F6my, Administrateur des Colonies, est nom-
me Administrateur sup6rieur, par interim, du Ter-
ritoire des Comores pendant l'absence de M. Ala-
niou, autoris6 A rentrer en France.



COTE FRANCAISE DES SOMALIS

LA COTE FRANCAISE
DES SOMALIS
EST DOTEE DE LA
FRANCHISE
DOUANIERE
A question du port
[ franc de Djibouti,
ddbattue depuis
longtemps, vient d'&tre
rdsolue par l'extension
du regime de la fran-
chise A l'ensemble du territoire de la C8te Frangaise
des Somalis qui, a partir du "e janvier 1949, est
erige en < Territoire franc >. Cette decision, qui 6tait
A l'etude depuis plusieurs mois, vient de faire l'objet
d'une deliberation du Conseil repr6sentatif de la
Colonie, conform6ment A la loi du 13 aofit 1928 sur
le regime douanier colonial. Cette loi faisait en ef-
fet de la C6te des Somalis une colonies dotee d'un
regime special caracterise par l'absence de r6glemen-
tation douanibre proprement dite et don't il appar-
tient A l'Administration locale de fixer les niodalit6s
sous reserve de l'approbation ministerielle.
Desormais, les marchandises de toute origine et de
toute provenance ne sont soumises A l'entrie, A la
sortie, au transit et A la circulation, a aucune restric-
tion autre que celles resultant d'engagements inter-
nationaux et de measures d'ordre public.
Plusieurs solutions avaient ete envisagees au pro-
bleme tel qu'il se trouve pos6 par les relations tradi-
tionnelles d'amitid et de voisinage entire la France et
l'Ethiopie, ainsi que par les exigences du d6veloppe-
ment de Djibouti comme centre commercial et ma-
ritime. La creation d'une zone franche A l'interieur
du port n'avait pas 6td retenue en raison de diffi-
cultds d'ordre pratique. En outre, cette solution au-
rait maintenu intact le systime douanier A l'exte-
rieur de la zone franche. La second solution possi-
ble tendait A faire de l'ensemble du port et de la
ville de Djibouti un port franc. Si elle avait I'avan-
tage de resoudre le probl&me de la superficie neces-
saire aux activities d'une veritable zone franche, A sa-
voir : la manutention, le triage, le conditionnement
et la transformation des marchandises en vue de leur
redxportation, elle avait par centre l'inconiVnient







de maintenir un double cordon douanier : le premier
autour de Djibouti ; le second le long des frontieres
du territoire. Les avantages du regime de la fran-
chise auraient Rt6 ainsi limits A la seule ville de
Djibouti, don't I'activit6 se confond pratiquement'
avec celle du reste du territoire de la C6te Frangaise
des Somalis.
C'est pourquoi la solution consistent A faire de
toute la colonie un < Territoire franc > fut retenue.
Sur le plan economique, la porte est ainsi ouverte
aux activities commercials de tous les voisins sans
exception, A commencer par l'Ethiopie qui est le prin-
cipal usager du port de Djibouti.
La reforme qui vient d'etre institute pose 6videm-
ment un certain nombre de problimes d'ordre bud-
g6taire. Ses repercussions sur la vie de la colonie ont
6t6 examinees par le Gouverneur Siriex dans le dis-
cours qu'il vient de prononcer devant le Conseil
repr6sentatif de la colonie A I'occasion de la creation
du < Territoire franc > et de la presentation du pro-
jet de budget 1949.
L'institution de la franchise a d'abord pour con-
s6quence la suppression des taxes et droits actuelle-
ment percus A l'entree ou A la sortie du territoire. Ces
droits, don't le rendement a 6et en s'accroissant, ont
depass6 au course de l'annee 1948 la some de 200
millions de francs C.F.A. La taxe de transit 6tant
supprimbe les marchandises embarquees ou d6bar-
quees A Djibouti n'acquitteront d6sormais que des
< frais de port > justifies par l'utilisation des ou-
vrages et des installations portuaires. Les tarifs de
ces frais frappent au tonnage les marchandises clas-
sees en categories selon leur nature dans un esprit
tres liberal qui donne un advantage tr&s serieux au
commerce en provenance ou A destination de l'Ethio-
pie. Alors que la taxe de transit aura produit pres
de Po millions de francs C.F.A. en 1948, les pr6vi-
sions pour < frais de port > au budget de 1949 ne
s'6l&vent qu'A 65 millions de francs C.F.A. Par ail-
leurs, la navigation supporters la taxe de sejour et
le droit de phares et balises en vigueur dans tous les
ports et qui sont desormais retablis A Djibouti.
La taxe de consommation, qui 6tait de 20 %, est
remplacde par une nouvelle taxe dite < taxe locale >>
de 16 % sur toutes les marchandises vendues dans le
territoire, A l'exception des denrees alimentaires, des
materiaux de construction et des combustibles pour
lesquels des aminagements sont prvvus.
La taxe sur le chiffre d'affaires a 6te maintenue
exceptionnellement pour l'exercice 1949 afin de pou-
voir frapper les activities de l'ann6e 1949. Le rende-
ment des recettes domaniales qui s'est accru dans
des proportions tris interessantes A la suite de la
politique de remblaiement et de lotissement suivie
depuis deux ans, constitute desormais un des 6elments
important du budget 1949 qui est caracteris6 par
la suppression de toute subvention de la Metropole
au profit du territoire. C'est ainsi que les depenses
de la Milice, evaludes A 47 millions de francs, sont
desormais entierement A la charge de la colonie. Afin


de faire face aux alias possibles des rentrees Ibudg6-
taires au course de la premiere annie qui suivra l'en-
tree en vigueur de la franchise douaniere, un prel--
vement de 25 millions sera effectu6 sur la Caisse de
reserve.
Le budget pour l'exercice 1949 s'6leve A 406 mil-
lions de francs C.F.A. en chiffres ronds. Malgr&
l'augmentation g6nerale des traitements et des sa-
laires et la mise A la charge de la colonie des d6pen-
ses de la Milice, les d6penses de personnel s'elevent
A 48 % et celles de materiel A 52 % contre 57 et
47 % respectivement en 1948, avec une inscription
au budget ordinaire de 50 millions de travaux neufs
en plus des travaux g6neraux d'entretien et de voirie.
Si l'on se rapporte A l'avant-guerre, le budget pour
1949 est a peine neuf fois sup6rieur A celui de 1939.
Mais le Gouvernement local compete surtout sur
I'accroissement du movement commercial et du ren-
dement de la fiscalit6 qui en resultera pour faire face
A la moins-value consecutive A la disparition des re-
cettes douanieres.
Independamment de la reforme douaniere, la r&-
forme mondtaire qui en est le corollaire et don't tout
le monde parle a Djibouti depuis de longs mois, est
considered comme 1'6elment d6cisif du d6veloppe-
ment economique de Djibouti puisqu'elle favorisera
A la fois les transactions commercials et les inves-
tissements de capitaux. Au moment of des efforts
important sont diploy6s pour donner au port de
Djibouti les facilities qui sont le propre d'un v6rita-
ble port de transit par la construction de nouveaux
quais et d'une central 6lectrique moderne, par la
modernisation d'un regime de liberty complete des
changes est apparue comme la condition n&cessaire
du d6veloppement de Djibouti. Mais cette liberty ne
peut etre envisagee qui s'il existe une monnaie cor-
respondant aux r6alites 6conomiques locales, c'est-
A-dire librement convertible en devises. En effet, l'ex-
p6rience oblige A reconnaitre que les riglements
d'affaires s'effectuent le plus couramment en mon-
naies des pays voisins et, en outre, la vie mrme de la
population ne peut etre assuree que par des impor-
tations contre devises de la plupart des denrees de
premiere necessity.
La decision de principle semble etre prise, car elle
apparait A tous comme la condition sine qua non
d'un fonctionnement satisfaisant de la franchise
douaniere. La date d'entree en vigueur de la refor-
me mon6taire n'a cependant pas encore 6te fixee,
mais semble devoir etre proche. On sait qu'un avis
de I'Office des Changes a paru au Journal Officiel
du 30 octobre 1948, soumettant A l'autorisation pria-
lable les transferts de fonds entire la France m6tro-
politaine et la C6te Frangaise des Somalis. II s'agis-
sait de faire le depart n6cessaire entire la speculation
pure et simple et I'investissement de capitaux au pro-
fit des initiatives privees qui s'annonce dans tous les
domaines pour le plus grand bien de la colonie.
Si la decision concernant la monnaie locale est at-
tendue avec impatience, on ne s'en rend pas moins








competee A Djibouti qu'elle est function de contingen-
.ces diverse. Ind6pendamnment du probleme techni-
que de la ;:ouverture, il va de soi que le taux de con-
vertibilit6 en devises de la nouvelle monnaie depen-
dra du niveau general des salaires et des prix pra-
tiqu6s dans la colonie et dans les pays voisins A la
veille mirne de la reforme don't le succes A longue
echeance repose sur le jeu de la libre concurrence. I1
-a 6te jug6 desirable egalement de connaitre avec au-
tant de precision que possible l'incidence du regime
de la franchise douaniere sur le niveau des prix et
des salaires pr6alablement A la fixation du taux de
convertibility6 du future franc de Djibouti. En atten-
dant, un regime transitoire a 6et maintenu pour les
licences d'importation et le contrble des changes sur
la base du systeme actuel.
< Vous avez a d6lib6rer aujourd'hui de l'orien-
tation economique future du territoire, a declare
le Gouverneur Siriex en conclusion de son expose.
R6forme douaniere aujourd'hui, reforme monetaire
demain, le but recherche ne serait pas atteint si 1'une
et I'autre aboutissaient seulement A faire de la c6te
Frangaise des Somalis un < comptoir >, en d'autres
terms, A couvrir du drapeau frangais des operations
varies n'ayant d'autre objet que le profit commer-
cial >.
< Certes, a poursuivi le Gouverneur Siriex, nous
aurions les uns et les autres la rdelle satisfaction
d'avoir, A travers les heurts d'un monde qui cherche
son 6quilibre, apport6 un temoignage patent de no-
tre fiddlite A l'amitie franco-6thiopienne en donnant
A l'euvre de Menelick et de Lagarde la forme qu'im-
posent en 1948 les conditions meme de la vie des na-
tions. Nots aurions aussi, ce faisant, montr6 que nous


remplissions un autre r6le que celui de portiers in-
dolents et que nous avions A cceur de rendre notre
seuil plus accueillant en nous preoccupant ce que
personnel ne saurait nous reprocher d'en assurer
I'entretien par nos moyens propres.
< Mais, Messieurs, pourquoi ne pas le dire ? La
France, qui a appel6 certain d'entre vous A singer
dans ses Conseils et qui vous associe A son oeuvre
ici, represente, dans la mele actuelle des int6rets,
vous le savez, autre chose qu'un pavilion de, com-
merce.
< Cela est si vrai que, parfois tres confus6ment et
sans toujours savoir les mobiles qui vous guident,
vous recherchez instinctivement le drapeau plus que
le pavilion.
< Certains pourront sourire ou s'interroger, sur-
tout s'ils ne sont pas en paix avec leur conscience.
D'autres, au contraire, la masse probablement, a
travers ses representants les plus dignes, savent d'ins-
tinct qui les aime, pour eux-memes, et qui parfois
les protege centre eux-memes.
< Messieurs, il n'6tait peut-&tre pas superflu de
nous lever un instant au-dessus des soucis de la
vie quotidienne. Si j'y ai reussi, je ne regretterai pas
ces propos. Ceci dit, il nous faut nous mettre a l'ou-
vrage dans l'esprit le plus realiste, parce que, seul
comptera le resultat. La politique a pu vous diviser
un instant, un tris court instant, j'en suis str,. < Qui
n'a pas l'esprit de son age, a 6crit Voltaire, a tout
le malheur >. Le malheur la politique, oui, Mes-
sieurs, n'assurera ni le succes du port franc, ni le
mieux-Etre de nos populations indigenes. Ayons done
I'esprit de notre Age. >


43





















VARIETES


LITERATURE

LA NOUVELLE POESIE NEGRE ET MALGACHE
DE LANGUE FRANCHISE

< La Nouvelle Po6sie Negre et Malgache de
Lanigue Erancaise >> que pr6sente M. L6opold Sedar-
Senghor auix Presses Universitaires de France ;est un
travail de grand m6rite que pouvaient attendre Ies
intellectuals de toutres obh6diences, d'autant plus
qu'elle 'est pr6cd6e. d'une 6tude fort int6ressante
de (M. J.-P. Sartre sur la recherche mE.m-e dies inspi-
rations .de 1'Ame noire.
Cette 6tude precise d'un philosophy a Lne val'eur
humainee re'marquaabl'e A. condition d'en' carter F'ex-
trapolation politique qu'elle suggbre et que nous
volaons consid6rer seulemient comime iune attitude
facile *d'un intellectual qui n'a recu qune le contact
des intelligence et non pas celui des cadres let des
sources.
Son analyse de la < ni6gritudiei > lest un effort
de la penske mais 1orsquie l'auteur vent la caract6-
riser et affirmer qui' < elle n'est pas un .6tat, qu'telle
est pur di6passement d'elle-mnme et qu'elle lest
amour ?, ces't plut6t un a priori sans d6monstra-
tion.
Qu'elle soit < mn repos instable, unei fixit6 explo-
sive, un orgueil ,qui se renonce, un absolu qui se
sent transitoire : car en mme termps qu'elle est
1'annonciatricee de sa naissance ,et *de son agonie,
elle demeure l'attituide existentielle choisile par des
hiomimies libres et v6cu absolument jusiqu'A la lie >>,
c'est beaucoup plus clhiez I'auteur .de ces affirmations
le belsoin d'6tayer une position philosophique qui
iest moins une doctrine qu'un'e obsession.
Qu'il nous soit permits d'affirmer d'evant un chet
d'6cole qu'il est gratuit d'assurer que q le negre,
commie le travailleur blanc, est victim die la stru.c-
ture capitaliste dei notre socit,6 >let .qu'il nous est
arrive de rencontrer de v6ritable:s aristocrates noirs,
de cette aristocratic deli pensbe: qui est la sleule v6-
ritable, gqui ignoraient tout ,du .capitalisme, ou du
collectivisme et ne se sentaient les victims ni d'une


colonisation, ni d'une pigmentation, ni d'un com-
plexe et poss6daient les dons d'un humanisme A
1'Ftat pur.
L'6tude .dievient int'6ressante quand elle s'attache
au retour dialeictique ,et mystique aux origins et A
seis voies d'acccs, objective et subjective, I'acte'
po6tiquie j'uig6 dans son sens rituel rythmi6. La cri-
tique des m6thodes des diff6re'nts poetes est men6e
aveic beaucoup de conscience et c'est la port6e hu-
.maine don't nous savons un gr& infini a l'auteur de
la pr6f;ace.
Dans le corps mnme dei l'anthololgie, exprimne
pouirrait-on dine par M. Senighor, le reproiche pour-.
rait 6tre justement *d'tre une antholoigie, et ce mot
est synonyme de choix.
La cadence, les, m:ots, les images .de la plupart
des po6miles sont souvent d.es loeuvres d'art qui vont
de la beauty brutale des talm-tams h l'oeuvre par-
faite des ciselleurs, mais pourquoi faut-il .que cdans
presque tons, la pens6el soit A base de haine. On ne
sait plus si la part len revient (f l'inspiration des
auteurs ou' au choix du ipr6sentateur. Aussi quell
fraicheur peut-on ressentir en lisant l1es pages de
Birago Diop, toutes pleines d'une po&sie naturelle,
piuis.e aux sources don't M. Sartre dira lui-m&ime
qu'el'le lest << le centre came de ce maelstrom de
rythmes, de chants, de cris, dans sa majest& naive >>.
Pour le mailstrolm, les pages d'Aimi Cesaire sont
enivrantes et 6nivr'ies et son surrnalisme e.nmprunte
A de belles hauteurs, miais sa passion mmne F'em-
m6ne toujours vers ces rivages d;e la haine, come.
si vraiment les IBlancs, ddont on apiercoit les horri-
bles fant6mes dans ses vers, 6taient tous et touijours
des ndgriers.
Guy Tirolien rafraichit arvec ( L'Ame du noir
pays a et Paul Niger nous asson.brit avec < J'e
n'aime pas cette Afriique lA > oft il crie une d&tresse
repue des abus iqui auraient pu inspire '.es poetles
'europ6ens aprbs le passage des Huns, des Mongols
ou d'envahisseurs plus r6cents.
ID'Haiti nie nous arrivent pas de parifui s, mais
leis chants de combat de Jacques Roumain.








LIhumanit6 sera-t-eelle toujours en guerre ? Les
Jioemnies de Senghor lui-m&me sont d'un tr's beau
recueillement et sa < n6gritude > d8veloppe des
images et .des admirations ,dans lesquelles le souffle
poRtique 'est puissant. II 'est dommage que' certain
poemes de ses < Chants d'Ombres > n'aient pas 6t6
reproduits dans, cette antholo,gie.
Dans les poImes malgaches qui terminent le vo-
lume, ceux de Riabearivelo, de Rabiemananjara et de'
Ranai.vo, r inspiration est plus parnassienne et le
dernier donne anu moins des conseils d'apaisemient :

Ne suivez pas les conseils de la colere
Sitdt executes its deviennent regrets
Fruits verts, ne les rdcoltez pas,
its vous rendront malades.
L'emportement ne pent porter bien loin ;
Les rdles s'arretent t la hauteur du nez.
Le pire des malheurs
Larmes
Disco rde.
Guy HENARD.


ARTS ET TECHNIQUES D'OUTRE-MER
LES PIERRES TAILLEES DE MBIGOU

Sons le nom .de pierres taill6es de Mbigou, on com-
prend diffoirents objets, masques, t&tes-janns, sta-
tuettes, pots; a tatbac, vases, presse-papiers, etc..., en
pierres plu; ou' moins tendres, taill6es par des indi-
genes ,du CGabon.
Ce igenrei de sculpture locale d6note un sens
artistique qui lui p'ermet die Ifaire gfigurel honorable
parmi r les multiples manifestations de 1' ( Art
NAgre >, n ais de ( 1'Art NAegre o 6volu, sous l'in-
fluence' europ6enne.
Les Ba'wumibu de la rive droite dlIe la haute
Ngouni6 sculptent encore des pipes dans la pierre.
Quielques-unlies sont de dimensions assez 'fortes, six
clentiemes de diametre, dix .centim6tr'es die long;
d'qutr..s plus petites n'ont que deux centimbtres de
di.amltre le.l sept centimtres de long. Leur poids
varie entire 70 et 31,0 gramine,s. Le ifourneau est c8-
nique, quelques .ciselure's en ornent les faces police's
ret patinAes par les ans et par la nicotine.
Ces pipes furent remarquies il y a line quinzaine
d'annbles par un administrateur qui rechercha les
sculpteurs et trouva un jeune homme don't c'6tait
unie des occupations. II lui .donna avec module A
l'appui des. cendriers et divers objets A soulpter.
Telle .serait l'origine .des bibielots et figurines actu'els.
Quant aux masques, c"est le sculpteur lui-mmem qiui
aurait < pens6 dans son cioaur .> A imiter en pierre
ce que ses p6res taillaient et taillent encore dans le
bois tendre du parasolier on du fromager, c'est-A-dire
ides masques de danste points diet terres rouges .et
blanches on noircis au feu.


La matirre premiere

La pierre' destine A tr'e travaill6e est une pierre
tendre et lourde qui, sous ,des colorations diverse
(blanches, bleut6es, brunmes et m6tme noires), se pr6-
sente soit sous la forme del blocs isol6s superficiels
soit sonus la for'me de blocs immerg6s. Dans le pre-
miter cas, il suffit de fractionner en dieux ou quatre
morceaux te bloc qui mergee dans le ruisseau. Dans
l'autre, c'est A un veritable travail d"iextraction que
doivent se liver les artisans. Dans clertaines riviB-
res, le 1dhercheur a *d.e I'eau jusiqu'au co.u et frappe
tant bien que rmal avec un marteau sur le' bloc im-
m erig6 ju'squ'A oe qu'il se d4sagrege en plusieurs
maorceaux Ii doit longer pour les relcueillir.
,tes pierres se pr6s'entent sous diff6rents aspects :
Violettes, dares, granules d'oran'g6 et pique-
t6es de trous minuscules, avec des incisions lilas
pale.
Mairbr6es, du mme !genre que' les pr6ec6dentes,
mais avec beaucoup plus d'impuret6s. Sur fond bleu
lilas -des vineuses dessinent des marbrures qui don-
nent un certain .charme A la sculpture.
Pierre's A talc -dures, bl'eut6es, se trouvant pros
de gislemients auriferes.
Pierres A talc 'Manc cr6me, anx incisions neu-
tres qu'e l'artiste rehausse deo crayon gris pour
figure les sourcils les detailss diei coiffures, les entre-
lacs et les tatouoages.
Marnes tendres, chocolate, de jolie couleur-
uniee mais passagi'ere.
Marnes tendres, ocr6es, unies traverses de
stratifications plus fonc6es. RApeluses au toucher
commune de la craie.
Pierres jaunAtres, dares, a- grains noirs, assez
originals. D'autres pilerres tres jolies sont polies,
dures, d'un rose uni ,charmant. On les trouve &gale-
ment ,de teinte vert-fonc6, ou verdftre avec des par-
ties oranig6es.
Des g6ologues ont donn6 des renseignements
suivants sur oes pi'erres :
< La pierre ,die Mbigou est en r;alit6B de la ser-
pientine on hydrosilicate de mnagn6siumu 'Les chlo-
rites-sterpentinies et talcs sont .des roaches analogues
contenant soit des silicates ferro-magnesium, soit
des ,pyroxbnes ou amphiboles aluminifbres. >
Dans beaucoup de players aurifbre.si, on constate
la .succession suivante : granite, puis schistes verts
(en talschistes ou pierreis de Mibigon), puis quart-
zites ferrugineux (itabirites) et minerals .dee fer
(olilgistes).

Ca technique

L'outillage des sculptieurs est tris rudimentaire :
cooteau indigene fait d'une lame lanic6ol6e emm'an-
c'he d'un morceau ,diei bois, Ipour tailler; vieux
icanif pour gratter ; genre de gouge dine pour creu-
ser ; poincon pour incisions ; lame grossibrement
dentel6e pour scier ; petite: henminette indigenie pour








d6grossir ; feuilles rugueuses d'un arbuste en'guise
de paper de verre (igoniga en Nzabi, igwassa en
Wiumbu) ; vieille machite.
(Regardons les sculpteurs au travail. I-s sont assis
sur un billot de bois, ils d6grossissent le bloc A
petits coups .d'herminette sans dessins ni measures
praalables. Ils coupent ,ensuite le bloc .d6grossi par
pans successifsi, A 'aide, d'une vileux canif, ,en souf-
flant ide temps en temps pour enlev'er la poudr'e
produite par le travail. Un sac pos. sur les igenoux
et i'objet coinc6 lentrel leux, ils incident du bout de la
lame ou du poingon, et toujours soufflent, creusent,
grattant, pergant s'il y *a lieu,. ils font sungir leur
ide .doe la pilerre et terminient len polissant avec des
feuilles d'igongs et unbouchon dde fibres de raphia.
Teinture, cuisson, crayon viennient ch'ez cer-
tains parachever l'oeuvre. La teinture est douteuse
et semnble toujours masquer un defaut die Ja pierre.
Par .contrea la cuisson est une trouvaille excellent.
Parfois Te sculpteur pose quelques minutes sur des
cdharbons rouges la piece taill6e ten talc tendre locre.
Gela laisse des traces fumb.es let les incisions sont
bien contrast6es. Les vases ,et masques ten talc tendre
sont parfois teints 'en gris bleu avec ,une ,d.coction
de feuilles d'un. petit arbuste appele migonisa en
Nzabi et miandu en Wumbu. D'autres figurines sont
peintes avec du jus frais de troncs ,de bananier (de


FespAce -des grosses bananas a cuire), .oela, donne
une teinte igris fon'oe. Les 16vres sont rehauss6es de-
rouge obtenu par 1Bcras'emaent dei la graine du
gundzibamba (Nzabi) oou musono f Wutn'bu).
En g6n6ral aucune sculpture nie ressemblie A une-
autre, 1es artistes 6tant incapaibles del reproduire le
m.inLe objet deux fois 'et aux m6mes dimensionss.
Cela donne .du reste de Foriginalit& A leur produc-
tion. Les vases et statuettes sont souvent instables,
mais la symftritei de leurs masques aux l6vres
6paisses, aux ailes du n'ez larges, aux yeux brid6s
est impeccable. Les figurines repr6sentant des ani-
maux sont bien stylis6es, mais fig6es. Dans les sta-
tuettes obscnie:s, A igenoux,, assises, accoupl6es, la
vervel latee en 'gestes *oss. et en figures grotesques
,et amusantes.
Les dessins employes sont dies imitations de ta-
touages, demi-lune, strike frontale, demi cercle sous.
les yeux pointill6s en round sur les joues. Les coif-
fures sont tres varies, .comme elles le sont dans la
r6alit6, tresses, torsades, tiarie, coiffes iqui vont ddu
kakochnick russe ;au mokot cambodgien en passant
par le s'erre-tkte mioddernei et le psehent 6gypti'en.
Crabes et crapauds aplatis iornent les vases, ainsi
que les nattages, des figurines g'omCtriques et des.
silhouettes humaines armies ,de couteaux, de jet
ou die sagaies sur fond quadrill1.




















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que la revue de press publide au present bulletin est pirement objective. Elle n'implique
tvidemment aucune adhesion du Minist&re de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimnes dans les articles
reproduits a titre d'information.



PRESS METROPOLITAINE


INDOCHINE

La proclamation de l'indipendance du Cambodge
dans le cadre de l'Union Frangaise qui constitute
.'edvnemevnt le plus important de cette piriode a sus-
cite un lo g commentaire de M. Jacques Gudrif dans
Le Monde du 28 dicembre.
c Les C.aG bodgiens ont, par I'organe de leur gou-
vernemrent et 'celui du parti .dmocrate, multipli6
leurs d6:marnchies A (Paris pour la r6alisation de Ieurs
voaux. A son diernier s6jour en France le roi Siha-
nouk s'est entretenu de cette ,question ave.c M. Vin-
cent Auriol. C'est done pour apaisler les craintes du
roi et de son gouvearnemient qiue le Pr6sidient de la
R6publique vient d'e proclamer I'ind6pendance du
Cambodge au sein die 'Union Francaises. > << Mais,
dit IM. Guierif, cet engagement die la Mi6tropole ne
suffit pas A r'gler les problhmes de gouvernement..
Le iroi du Cambodge a loyaleement reconnu que son
pays ( manque d'hormmes instruits 'et capable ) et
que ses org!anismes d'Etat < ont des. points faibles. a
Le gouvernenentt a trois buts A atteindre : Ie r6ta-
blissem'ent ,de la s6curit6 pour lequel il n'e saurait
se passer idel I'appui militaire et diplomatique die la
France ; lassainissement de la situation financibre,
qui ne pieut tre rdalise iqu'avec le se'cours financier
die la Mitropole, la rentr6e -des impots 6tant insuffi-
sante ; 1Eam6lioration die la conjoncture &conomique
par le d6veloppement dee, la production agricole et
la multiplication d'es voices de communications,,
ceuvrel irrialisable sans un appel aux capitaux fran-
;ais. >
La position prise par le Roi tient compete a la fois
c de l'intreit et du loyalisme > conclut M. Jacques
Guirif.
Apris la situation du Cambodge, c'est evidemment
le problbme franco-vietnamien qui retient le plus
l'attention.


Sous le titre < Les extremes se touchent >, oppo-
sant les Francais ddsintdressds < qui > comme
M. Bollaert, entendent servir leur patrie, en la fai-
sant aimer et respecter >> ceux que determinent des
intirets privis, L'horizon Vietnamien s'dleve vive-
ment dans son editorial du 25 ddcembre, contre les
declarations d'un journaliste saigonnais qui estime
que < pour rdtablir la paix en Indochine, il faut te-
nir ,ompte de Ho Chi Minh, et rechercher la fin des
hostilitds avec l'ennemi et non avec des amis comme
le gdndral Xuan qui n'ont aucune influence sur le
Viet-Minh >. < Ainsi, icrit l'iditorialiste de L'Hori-
zon Vietnamien, tous les rdactionnaires, mus par le
souci de sauver leurs entreprises, seraient prets A
sacrifier la position exceptionnelle de la France au
Viet-Nam et a abandonner ceux qui ont toujours ite
fiddles a la France >. Plus loin il pursuit :
a Sans doute lie gouvernement provisoire -et son
chef auraient pu demander que des measures soitent
prises contre la representation de Viet Minh A Paris.
Mais ils 'estiment qu'aucun incident nie' doit les
amiener a renoncer A la mod6ration... INon, par 14,
le g6neral Xuan n'a point voulu sous-entendre qu'il
serait p.eut-Atre utile de sonder les intentions d'HO
Ohi Minh et qu'en tout 6tat ,de clause, on ferait bien
de ne pas rompre les points avec le Viet Minh. Son
opposition -au chef communist .demeure irr6ducti-
ble, et, en vrai ;soldat, il n'a point I'habitude d'aban-
donner ses amis ou de violier ses engagements. ) Sa
r6servie est ( une pr:euve die- sagesse et de maturity
politique'... >
Aprds la sdrie d'articles consacrie par Indo-Clim
a la necessity d'une solution Bao Dai au problkme
franco-vietnamien, le numero du 25 dicembre, dans
son editorial intitule < Viet-Nam et Union Fran-
caise >, tire argument de la distribution giographi-
que des pays constituent l'Union Francaise pour prd-








coniser un statut particulier pour les Etats associis
d'Indochine.
< Telle que la Constitution nous Y'expose raison-
nable sur lie plan de .'esprit l'Union n'est-elle pas
non-viable, sur celui de la igBopolitique ? Des deux
blocs qui la componentt, Africains et Asiatiquies, le
premier formle avec la France un tout colmlplet et
coherent et peut pre6senter un front unique en cas
de pbril exterieur. Lbe second, a. 15.I0 kilometres
de la France, ceint sur toutes ses frontieres d'une
Asi.e .surpeupl6e et bouillonnante, incorporbe 'dans
une sphre 6conomique caraotirisbe, comment pour-
rait-il s'associer A I'axet Dunkerque-Brazzaville dans
une politique ,g6n6rale ?... On ne s'affiranchit pas
de la ig6ograplhie... 11 s'-en suit que I'Union Francaise
n'Wtant pas une continuit& dans la geopolitique, ne
doit pas non plus en i.tre une .dans sa Constitution...
et qu'en consequence celle-ci doit .conf6rer au bloc
asiatique un statut qui permettra aux Etats associes
d'Indochine de fire face, .die leur mieux et sur
l'heure, aux perils qui peuvient les assaillir... L'arm&,ei
et la diplomatic vietnamiennes, cambodgiennes et
laotiennes r6pon.dent A .des besoins. >>
Mieux vaut pr6voir 'le pire et pour cela, ien
Asie, du moins, fortifier le plus possible et sur place
< lies Etats Associ6s >. Dans cette parties de I'Union,
leis liens politiques pourront ttre, par strat6gie, op-
portun6ment assouplis : les liens economiques et
culturels n'en resteront pas moins solides. >
Et l'auteur conclut :
L'iditorial de France Outre-Mer de janvier 1949,
signed de M. Albert Lebrun, trite aussi de I'Indo-
chine dans l'Union Francaise. L'auteur laisse appa-
raitre un certain regret des temps passes.
c Le .drame indochinois se pursuit, 6crit-il. Nul
ne salt quand ni comment il finira. Pourtant il fut
un temps, < l'Age d'or >> come 1'appelait Albert
Sarraut, 6voquant 1'6poque de son .gouvernement g6-
n6ral, oi la F6d6ration indochinoise poursuivait
.dans l'ordre, la paix, la prosperit. et lie respect des


autorit6s francaises, une carribre qu'adimiraient les
coloniaux strangers de passage. >

Au contraire de M. Albert Lebrun, M. Pleven prj-
fire se pencher sur l'avenir et surtout envisager le
cotd economique du problame. Dans un article pu-
blie du Petit Bleu des C8tes-du-Nord, il icrit que les
preoccupations mondiales se centrent sur l'Asie apris
les victoires des allies chinois des Soviets qui dispo--
sent maintenant des immense richesses minieres et
des resources industrielles de la Chine du Nord et
de la Mandchourie. Sans doute Tchang Kai Chek
pourrait-il encore regrouper ses forces en Chine du
Sud et de l'Ouest ? Le pire est cependant possible.
Etats-Unis, Grande-Bretagne et France s'inquidtent
d'une emprise des Soviets sur toute la Chine. Les pa-
triotes du Viet-Nam, du Cambodge et du Laos, s'in-
quietent aussi. L'alliance avec la France a ddjd d6-
fendu ces pays de l'hbgemonie chinoise. Dans l'Union
Frangaise, ils trouveront la mime protection.

<( Le moment 'est done particulibrement favorable
a des accords sinceres entire la France et le Vietnam
qui ont le .devoir de surmonter tous obstacles secon-
daires. Mais Am6ricains et Anglais ont aussi le
devoir ,die parvenir A une action concertt6e des puis-
sances pr6sentes ,dans le, Sud-Est de l'Asie. L'ind6-
pendancel que r6clament les peoples asiatiques no
suffit pas. I1 convient .die les aider dans l'muvre de
reconstruction et dre progres .6conomique 'et social.
Le plan Marshall doit done 8tre entendu aux Etats
-d'Indochine, m;embres de l'Union Francaise, ,dans
les mimes .conditions de respect de leur ind6p'en-
,dance que pour les pays europeens >. conclut
M. Pleven.

Ce mois de ddcembre ne s'est pas pass sans que
.evienne a l'esprit la traitrise du Viet-Minb. Mar-
ch6s Coloniaux, dans un article consacre aux hosti-
litis en Indonesie, explique ainsi l'action de la Hol-
lande : < Elle s'est souvenue des ivenements du ig
decembre 1946 au Tonkin >.


Presse Quotidienne


La consolidation de I'Unign Frangaise

Le Figaro public une interview de M. Daniel Bois-
aion, PrIsident de l'Assemblie de l'Union Francaise,
au course de laquelle ce dernier suggare, pour conso-
lider l'Union Frangaise par une, multiplication des
contacts humans, que les circonscriptions d'Outrc-
Mer soient adopties par les dipartements frangais :

< II nous faut maintenant construire, a dit M. Bois-
don, pierre apris pierre, un edifice politique ofh
120 millions d'hommies qui, avant la fin du si6cle,
seront 1.50 millions puissent se sentir P'aise et


maitres de leurs destinies. N'est-ce pas pour la na-
tion franchise une tAche exaltante ? ?.
< On ne consolidera 1'Union frangaise qu''en mul-
tipliant les contacts humans. >
a L'Union francaise est trop vaste pour que
l'on puisse demander a un habitant de l'une .de nos
pletities villes du Centre, A un habitant de nos cam-
pagnes die s'y laisser int6resser vraiment. Cette
vaste entity politique reste pour eux une abstraction.
Il faudrait que cihacun de nos .d6parteements se sp&-
cialisit et organist entire lui et une circonscription
des pays d'Outre-Mer des relations suivies. .1 faau-
drait que chaque village frangais s'associit un vil-
lage indigene.
(< Figaro v, 5 Janvier).








La situation aux Indes

Le Monde public une analyse de la situation po-
litique aux Indes Franpaises signie de M. Jean
Lessay.
Ce dernier icrit en conclusion
( Peut-6tre, plut6t que de tenter de maintenir dans
,des ,tab.lissements dispers6s, n'ayant plus, ou pres-
qule, de liens economiiques avec la France, une pre-
sence p'olilique difficile, eut-il mieux value jouer le


d&veloppement d'une influence culturelle on Bcono-
mique dans 1"Inde entire.
<< Des 'honmmes aussi 6minents que Shri Aubindo
et Abdul Kalam Azad, ministry de lEducation, s'y
montraient ifavorabiles. Mais lets n6gociations ont
trained 'en longueur, 'et le Panhit Nehru,, qui temoigna
sa sympathize A 1'6gard 'de la France ,en plus d'une
occasion, n'a pas cach6 son impatience. Est-il trop
tard ?
(a Le Monde D, 8 Janvier).


Presse hebdomadaire et illustree


Questions politiques


La Haute-Volta

Dans March6s Coloniaux, Mgr Andre Dupont,
vicaire apostolique de Bobo-Dioulosso, consacre deux
articles ila rapide evolution des Af4icains de la
Haute-Volta. L'Afrique constate I'auteur, abandonne
plus ou moins partiellement la vie primitive pour
< bindficier des avantages supposes ou rdels de la
civilisation moderne >. Les autochtones eux-mimes
sont les artisans de cette evolution ; en leur accor-
dant la citoyennete la France a accdldrd cette possi-
bilite d'dvolution. La famille et la chefferie sont ap-
pelies d une evolution rapide.
Dans le domaine de la vie courante, la maniere
de s'habiller par example, l'auteur dimontre l'evo-
lution des autochtones, parmi lesquels les fitichistes
sont les plus accessible au modernisme. Il souligne
la necessity de donner libdralement a l'Afrique dcoles
et dispensaires mais surtout de lui en faire admettre


l'utilite plut6t que la frdquentation base sur la
contrainte.
(a March4s Coloniaux 25 d6oembre-ler Janvier).

La < Haute-Volta est-elle viable ? > Telle est la
question que se pose Climats qui determine les con-
ditions qui doivent permettre au Territoire de vivre
et de prosperer. Apris le dimembrement de la Haute-
Volta en 1932 le pays Mossi fut la grande reserve
d'hommes des planteurs et des forestiers ; tout le ma-
teriel administratif et rdsidentiel fut disperse ; la
Haute-C6te d'Ivoire devint le,parent pauvre. II faut
faire revivre un Territoire qui fut abandonne pen-
dant seiZe ans. II faut tout rdinstaller : une premiere
usine 'lectrique, remplacer le materiel disperse. La
Haute-Volta est viable d condition de riparer les
injustices de 1932 et en n'imposant pas au Territoire
lui-mime des efforts financiers qui constitueraient
une charge trop lourde. ( limat anve
( Climart 5 Janvier).


Questions dconomiques et sociales


Le problem xle l'imission
dans les Territoires d'Outre-Mer

Dans March6s Coloniaux du 25 ddcembre M. N.
Jeandin examine les conditions de renouvellement
des privileges et de riforme organique de la Banque
de Madagascar. Le project substitute par l'Assemblie
de l'Union Franpaise a celui du Gouvernement con-
sisterait en la creation d'un Institut special gere
par la Caisse Centrale de la France d'Outre-Mer.
L'auteur de l'article critique cette solution qui
n'avantagerait pas spicialement le territoire et au-
rait l'inconvinient de confondre dans les attribu-
tions de la C.C.F.O.M. deux rdles entierement dif-
ferents :
mission et credit a court term ;
financement de l'equipement d'Outre-Mer.
(a March6s Colonlaux ), 25 d6cembre).


Le mime probldme de l'Emission retient l'atten-
tion de M. Adolphe Vincent dans L'Exportateur
Frangais. II glargit le problem et present la situa-
tion d'ensemble des Territoires d'Outre-Mer. Les
Banques d'dmissions coloniales, itablissements privds
fonctionnent encore en A. O. F. et t Madagascar ;
la Caisse Centrale de la France d'Outre-Mer,
tend son action sur I'A.E.F., le Cameroun, les An-
tilles, Saint-Pierre et Miquelon. L'auteur se montre
partisan de la separation des functions d'imission et
des functions d'investissement. L'Emission doit, se-
lon lui, etre confine a des Instituts d'economie mixte,
sous le contr6le dtroit de la Puissance Publique avec
une participation accrue des Territoires eux-memes
a la gestion et au contrdle de la Banque d'Emission.

(< L'Exportateur Frangais ), 1er Janvier 1949).








Revues


REVUE DE GEOGRAP.HIE HUMAINE ET D'ETHNOLOGIE
(Gallimard 5, rue S6bastien-Bottier, Paris 7 -
trimestriel)
Le numiro d'avril-juin 1948, comme le premier
numdro dedj paru de cette tres intiressante revue,
elargit le champ de ses itudes aux Territoires d'Ou-
tre-Mer. L'importante question du < Forgeron dans
les sociedts d'Afrique Noire > y fait l'objet d'un
apergu panoramique de Pierre Clement. La premiere
parties de cette etude porte sur une classification des
attitudes du group vis-a-vis du. forgeron (reaction
contemptrice ou approbation) et ses causes princi-
pales ; la second consiste en la lecture interpretative
d'une carte situant dans leur cadre dconomique les
communautes envisagees suivant leur attitude vis-a-
vis du forgeron. Des conclusions et une esquisse bi-
bliographique terminent l'exposi.
Une itude bien documented et agriablement illus-
tree de Jacques de Bainville nous present les habi-
tations et types de peuplement sur la rive occiden-
tale du Lac Tchad : successivement la maison peul,
la tente toubbou, I'habitat kanembou ; un develop-
pement sommaire souligne le caractdre de l'habitat
mobeur solidement -sidentarise sur les rives de laI
rividre Yoobe oi cette population trks traditiona-
liste, pratique la culture intensive irriguee en jar-
dins.
RECUEIL PENANT
Dans le Penant du mois de dicembre 1948.
M. Morini Comby, professeur a la Faculti de Droit
de Montpellier, rend compete d'une soutenance de
these par M. Henri Gibert, Administrateur des Colo-
nies, sur < Le problem de la repartition des ressour-
ces et des charges entire le budget gindral et les bud-
gets locaux en A.O.F. >. Le mirite de l'auteur est
d'avoir aborde un sujet don't la mise au point s'im-
posait plus que jamais apris les trWs importantes ri-
forme de structure qui viennent d'etre rjalisees..
Les diverse periodes de cette evolution sont envisa-


gdes ; la premiere qui va de 1904 a 1942 est place'
sous le signe du dicret du i8 octobre 1904, elle se
caracterise par la tendance des gouvernements locauv,
a instituer des impots indirects superposes a ceux
qui itaient pergus au profit du budget general. Le
Decret du 8 janvier 1942 met fin a une pratique ten-
dant a devenir abusive cette riforme financidre
se double d'une riforme administrative : certain
services d'interet general (A. M. I., enseignement,
T.P., etc...) passent a la charge du budget ge-
neral. L'annie 1943 voit un renversement de
cette tendance. Certains services mis a la charge du
budget general en 1942 reviennent a la charge des
budgets locaux ; automatiquement ils se trouvent de
nouveau places sous l'autoriti du Gouverneur. Ce-
pendant aucun des imp6ts et droits indirects anti-
rieurement pergus au profit du budget gindral n'est
restitue aux budgets locaux.
L'auteur passe ensuite a l'examen de la situation
present resultant du decret du 25 octobre 1946 dd-
finissant les fouvoirs des Assemblies de Territoire
et de la loi du 29 aout 1947 definissant les pouvoirs
des Grands Conseils. En terminant il signal I'incon-
venient qu'il y a a faire voter les budgets locaux
avant que le budget general ne vienne en discussion
devant le Grand Conseil, car les ristournes et les
subventions sont un element important des ressour-
ces des budgets locaux. II preconise de procdder sui-
vant l'ordre inverse.
(a Penant ,, d6cembre 1948).

TROPIQUES
(Pouzet et Cie Io, rue Saint-Roch)
Tropiques poutsuit avec succds son effort pour
rendre toujours plus attrayante sa presentation.
Sortant de son cadre habituel c'est la < Chasse et la
peche Outre-Mer > que nous offre le numero de Noel
(n 3o03 decembre 48). Sans prdtention, avec ve-
rite et bonne foi, quelquefois avec humour, chasseurs
et pecheurs nous content leurs ventures.


PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINE

La discussion du problame franco-vietnamien a
repris la vedette dans les journaux d'Indochine. Ils
sqnt unanimes a soutenir la seule < solution Bao
Dai avec exclusion nette et definitive de touted
tentative de rapprochement avec Hd Chi Minh.
Jules Haag, dans l'editorial du Journal d'Extr8me-
Orient du ii ddcembre, fait le point de la conjonc-
ture franco-vietnamienne a la veille du depart pour
Paris du Haut-Commissaire.
Depuis la consecration definitive des principles in-
clus dans les accords d'Along, il s'agit de < ddblayer


le terrain avant la reunion d'une Confdrence qui au-
rait plus de chances que celle de FonTainebleau, du
fait qu'elle n'aura plus qu'a mettre au point ou me-
me enteriner les decisions prises par des Commissions
mixtes, et parce que, aussi, les dileguis des deux
pays ne s'y affronteront pas dans une atmosphere
d'hostiliti, mais s'abordent dans. un esprit de con-
fiance et avec la volonti de donner a ce pays un
regime stable et definitif >.
Et l'dditorialiste d'expliquer que c'est aux fins de
fixer les positions des deux gouvernements que
M. Pignon a demands au general Xudn de dresser, la
liste des aspirations fondamentales du Viet-Nam.








Aprks avoir citi les principaux points ayant fait
l'objet de la riponse du general, Jules Haag privoit
< que c'est par tapes que l'on passera d'un regime
4 l'autre, ce qui ne signifie pas, comme certain sont
prets a l'insinuer, que la France veuille gagner du
temps. Au contraire, l'avinement du nouvel Etat
coincidera avec le retour attend de Bao Dai, et nous
croyons, avec la majority des Vietnamiens, que la
presence de l'ex-Empereur, en fixant une opinion in-
dicise, contribuera d un rapide ritablissement de la
paix >>.
Dans le numiro du 7 dicembre, M. Jules Haag
approve le parti radical d'avoir, dans son recent
Congrds invite le Gouvernement < soumettre au
Parlement dans le plus bref dilai les textes legislatifs
ndcessaires pour permettre au Viet-Nam de rdaliser
librement sa souverainetd intdrieure et son unit >.
L'Editorialiste affirme que c'est la seule politique pos-
sible, celle que la Chambre a < ratifiee par un vote
formel >, celle qu'a recommandie encore M. Bollaert
dans le discours qu'il venait de prononcer.
Jules Haag dinonce les ambitions personnelles, les
< petites affaires > qui servent de seuls mobiles. se-
lon lui, a l'opposition > de certain, heureusement
< de plu. en plus rares >>.
< Revenir en arrir:e est impossible, et le souhaiter
est d'une deconcertante, purrilit6. La solution mili-
taire n'es.t pas en vuse... Elle nee ferait ,qu'aggraver
les dis:sentinments, les haines, et creusler un pen plus
le foss6 que les Frangais et lies Vietnamitens, qui ont
foi en. un. brillant avenir comnimun, s',eimploient a
combler. >>

Et, apris une nouvelle condemnation du < pacte
colonial )>, et des < outrances de retardataires anky-
losds qui, en voulant r'tablir un colonialisme pirimd,
feraient le .jeu du communism >, l'auteur conclut
< avec force >> : des accords ont jte conclus, au bas
desquels a,et. apposie la signature de la France. Ils
doivent Itre respectis... II ne faut pas donner aux
Vietnamiens le droit de penser que nous n'allons
qu'avec regret vers un avenir commun. Ni aux Cam-
bodgiens, ni aux Laotiens... >,.
Quand au journal vietnamien Binh-Minh, il s'in-
tiresse plut6t aux dissensions qui se sont levees
dans les rangs des nationalists vietnamiens et qui
conduiront ceux-ci d leur affaiblissement.
< Depuis trois ans, dit le journal, nos frbrles na-
tionalistes n'ont pas su constituer un bloc puissant
capable le s'opposer au communism, 'et c'est ainsi
que dans la luttle pour la liberation, du people viet-
namien, le ;clan nationalistic a subi la direction des
communists. >

Telle est, estime le Binh Minh, la cause essentielle
du retard apporte dans la realisation des aspirations
du Viet-Nam : l'agrigation d'une parties des natio-
nalistes aux communists rend difficile la tdche des
tierces puissances.


1 MADAGASCAR

Le Code du Travail

France-Madagascar abordant cette question parti-
culibrement important icrit a ce sujet :
< I1 est temps, il est grand temps, que le travail
soit codifi6 Outre-Mler. Oui, les textes ne sont qu'encre
sur paper et l'application est une toute autre ques-
tion, en cela nous sommeis parfaitement d'accord.
Mais dans des pays, come le n6tre, oii la main-
d'oeuvre est inhabil, sporadique, inconstante, il est
temps qu'elle soit dirig6e par des textes. et se rende
comnpte qu'elle est on non quielque chose. On res-
pecte toute main-d'oeuvre .qui mnrite cette appella-
tion...
< Un code du travail, certes, mais il faudra d'&-
finir le < travailleur >. Travailier de temps en temps
ne constitute pas lei fait d'etre ( travailleur >, oela
pourrait plut6t s'appeler < vagabond du travail >.
< Et attention, ne confondons pas ( salary >> et
< travailleur a ; non pas qu'il y ait des philanthro-
pies suffisamment avieugles ou... g6nereux pour payer
des salaires t des gens ne travaillant point, mais
le fait de tougher de temps en temps un salaire ne
saurait constituaer un < travail a) suivi, soit done
1'etat ,de ( travailler .
< Enfin, attendons et nous verrons. 11 faut esp&e
rer que application de ce code (rAvolutionnera bien
des choses i Madagascar ou alors cela les compli-
quera t:elle;ment qu'il faudra encore chercher une
autre... formule Car nous sommes au temps des
< formulas a. La plus simple est assur6ment celle
qui consist A former le tralvailleur- avant -de Pap-
peler ainsi. Or pour former nn travailleur, il faut
toute une preparation, il faut aussi ique le sujet choisi
acquire le sens des responsabilites. Tout travail
sans responsabilit6, c'est-A-dire, sans conscience pro-
fessionnelle n'est pas du travail. (On ne p'eut sortir
de 1h n'est-ce pas !... >
(< France-Madagascar ), 9 d6oembre).

L'ceuvre des militaires sur la c6te Est

Tana Journal s'inspire d'un article public ricem-
ment par le R. P. Albert Renaut dans le journal de
Fianarantsoa Lumiere, lequel < brosse un tableau
saisissant et reconfortant de l'ceuvre accomplie par
les militaires sur la C6te Est > dans la tone recem-
ment pacifiie :
< Par son ampleur, par les secteurs sur lesquels il
a port, le travail de reconstruction men6 a bien
dans cette region peut donner les plus 16gitimes rai-
sons .d'esp6rer ,, ecrit-il.
e Le R.P. Renaut ,voque les r6fections sur Ie che.
min ,de fer, la reconstruction des villages indig6nles
qui s'offrent aujourd'haui avec une ordonnance et une
prosp&rit. bien superieures ce qu'lelles 6taient
avant la rib.ellion. I1 insisted sur le r6le &oonomique
que jouent, ,d6s aujourd'hui, l:es routes ouvertes par
lee g6nie, et il n'oublie pas de souligner 1es oeuvres
so-ciales, h6pitaux, maternites, 6colles qui connais-
sent une magnifique extension et ont 6t0 au premier








plan des prro.ccupations de tous ces courageux ou-
vriiers d'une. oeuvre; bien ifrancaise'.
< Certes, le R.P. Rena.ut signal la misere attris-
tante dans laquelle se trouve 'encore plong6e' la
masse dies populations souffrant de la sous-alimen-
tation et des maladies .cons6cutives A la longue
eprouve que lui on impose des criminals. MalgrB les
envois de boutures de manioc et de riz de semence
par l'administration, la soudure n'a pu Atre faite.
La speculation jouie sur la misire *de, ces pauvres
populations.
< S'il est bien 6vid~ent qu'il faudra die longs mois
encore pour que la paix ifrancaise r6ablie apporte
aux villages d'e la C6te Est les conditions de vie
d'avant la rebellion, il resort de Particle de ce mis-
sionnaire de la fort que la France, repr6sent6e par
ses administrateurs et ses soldats, a fait ici tout son
devoir en etablissant les bases solides d'un retour
A la vie normal' et A la prosp6rit&. >
(< Tana-Journal ), 24 d6oembre).

Le Fokonoloua

Le Fandrosoam Baovao a entrepris une itude du
Fokonoloua don't il determine le programme econo-
mique.
L'auteur constate la pauvreti du paysan malga-
che ; il l'impute a quatre raisons essentielles : l'igno-
rance, le dicalage entire la production du paysan ct
ses besoins, l'incertitude, la disparition de toute pro-
duction d'objets domestiques qui sont disormais
achetis. Tout ceci selon l'auteur explique que le pay-
san depense toujours beaucoup plus qu'il ne gagne.


Comme programme, I'auteur envisage un plan de
cinq ans. Le but i atteindre est que le paysan par-
vienne a produire pour lui et les siens ce qui lui cst
necessaire pour une annie .: cultures vivridres et
cheptel. Les premieres difficultis resident dans les
moyens de production : il faut immediatement fami-
liariser le paysan avec des outils plus modernes. Et
I'auteur preconise l'emploi d'un tracteur, propriety
commune de la collectiviti. Cette mise en commun
des moyens de production suppose une reorganisa-
tion immediate des terrains de culture du Fokono-
loua : le regroupement. Le moniteur devient indis-
pensable dans chaque canton ; elle implique aussi la
mise a la disposition des Fokonoloua de certain
credits par l'intermidiaire d'une organisation coopi-
rative. L'ideal serait de parvenir a former une coo-
perative par Fokonoloua. Tel est l'objectif de la
premiere period de cinq ans.
La deuxieme pdriode de cinq ans porte sur le choix
des cultures ; Madagascar offre l'avantage d'une cer-
taine variedt climatique, chaque region itant plus
particulihrement apte a une culture diterminee. Les
cultures proposes sont riZ, arachides, soja, mais.
Apris le choix des cultures, le machinisme s'impose,
puis l'amdlioration de l'elevage et enfin l'artisanat.
De nouveau dans cette deuxieme pdriode se pose le
problem financier ; le credit a long term prend
ici une importance capital. Le systime cooperatif
se complete de la production a la consommation. Le
Fokonoloua demeure dans tous les cas le cadre de
ce ddveloppement et de ce progras.
((( Faudrosoam Baovao ), 10-17-24-31 d6cembre 1948).


PRESS ETRANGERE


La collection complete des articles de press dlrangere traduits en francais peut 6tre consultee d la
Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, piece 17, 1"' tage).
Les numdros qui figurent ci-dessous a la suite de l'indication d'origine des articles de press
permettent de se reporter au texte complete des dits articles.



I. PROBLEMS GENERAUX


Une fois de plus les systemes d'administration co-
loniale font l'objet d'une analyse. Un hebdomadaire
britannique les classes suivant deux tendances.
... La tendance centrifuge s'est manifested le
plus notablemient dans la pratique britanniqule de-
puis qu'une leg6n inoubliable a W6t apprise, dans la
perte ,des colonies de I'Am6rique du Nord. La ten-
dance centralisatrice -est habituellement consid6r~e
commei donn6e en' example par la pratique fran-
gaise, m,ais elle a Wte typiquemient de tous les sys-
temes continentaux de gouvernement colonial et se
manifeste dans toute sa splendeur davantage du fait
dies Portugais .et ,des Frangais...


Quels sont les viritables heritiers de la conception
romaine ?
... Jusqu'e'n 1939, les Empires de la Belgique, de
la Hollande, de la France et du Portugal avaient une
tendance a la centralisation. II est tentant de liHer
ce fait a' la reception de la loi romaine sur le conti-
nent et sans doute les avooats continentaux de la
centralisation croiient e'x-m.mes 6tre les hbritiers
d'une id6e qui a .donn6 une citoyennet6 commune
de l'Ocean Atlantique A I'Euphrate et du Rhin au.
Sahara. C'.tait certaineiment une inspiration bril-
lante qui conduisit les Romains A conf&rer la ci-
toyennet6 d'abord A leurs allies en Italie puis dans








les :diffrentnes parties de l'orbis terrarum qui tom-
bait sous leur domination. Et cette id6e fit davan-
tage' quer tout autre pour lier ensemble ddns une
loyaut6 commune, la politique la plus remarquable
que le monde ait vue jusqu'a l'avenement du troi-
si6mle Enpire britanniquie.
Mais on peut soutenir valablement que la .con-
ception britanniique est r6ellement plus pres des
Remains que ne 'est dcell'e du Continent car l'es-
sence de la conception romaine 6tait qu'un honrme
avait deux nationalites : 'une relevant de la souve-
rainet6 romaine et 'autrie .de la patrie locale A la-
quelle il appartenait. Cela est remarquablement
analogue a la conception fondamentalle du Common-
wealth biritannique...
Relations entire Blancs et populations de couleur.
...La diff6rencle entiree les systhmes centripete et
centrifuge se refl6te 6galement dans les' habitudes
sociales, en particulier dans les relations entiree les
blancs et les populations de couleur.
L'attitude britannique dans toutes ses colonies a
6tW 1'6galit6 complete devant la loi, combine avec le
,d&couragemaent des marriages entire blanks et indi-
genes et leurs consequences d'isolement social. C'est
une attitude logique de la part d'administrateurs qui
se consi.dlrent co.mnie tutears des peuples locaux,
car un jour ils seront majeurs et le travail de tu-
telle sera achev6.
La tendance centralisatrice encourage un melange
social plus 6troit m&nme en ce qui concern les
maariages de couleurs. Les marriages mixtes sonu
rarps e'n territoires britanniques. En tIerritoires por-
tugais, frangais et hollandais, ils ont 6t& communs
et ne sont pas rares encore aujourd'hui. En France,
les marriages mixtes sont si habituels que j'ai len-
tendu un candidate A l'adriinistration colonial au-
quel on dlemandait : << O& commiencent les races de
couleurs ? >> r6pondre : a Au Sud .de la Loire >.
Un gouivernement colonial qui se considr'e lui-
m&me comme un organe de tutelle pour des indi-
genes si' montrera plus tilde a l1'gard des
entrepris es comimerciales irmtropolitaines qu'un
gouvernement qui croit la colonize et la m6tropole
interdplondantes. Bien longtemps avant l'avenement
d'un gouvernement travailliste beaucoup d'hommes
d'affaires anglais parlaient du Colonial Office comme
si des Bolcheviks en composaiient le personnel alors
que les rapports des administrations francaise,
belge, hollandaise et poertugaise avec les milieux
d'affaires 6taient les meilleurs...
L'insularitj de la Grande-Bretagne pousse les An-
glais a porter des jugements bdtifs sur leurs voisins.
... Avant 1939, la moyenne du personnel britan-
nique dans administration colonial aurait re-
pouss6 avec ma'pris l'id6e d'apprendre quoi que ce
soit d'adrministrateurs d'Europe. Si jamais le per-
sonnel britannique r6flcdhisisait A la maniere don't
les Francais agissaient dans leurs colonies, il la re-
poussait comme ayant pour r6sultat de, transformer
,de bons Africains 'en mauvais Francais par lies mu-
thodes du a baiser iet de la taloche > ; pensant A
la maniire beige, elle 6voquait pour lui une vague
impression d'atrocit6s ; il rejetait la maniere hol-
landaise comme une course au profit. Quant A l'oeu-
vre civilisatric.e des Italiens en Afrique, elle lui


faisait penser A quelqu'e chose qu'il avait 'entendu :
la projection dans F'espa.ce de chefs indigenes .du
haut d'un aeroplane. Et le mieux qu'il pouvait penser
touchant les Espagnols et les Portuigais 6tait qu'ils
avaient leu leur heure...
Existe-t-il un droit de secession ?
... Dans nos territoires d'Outre-Mer, notre presence
ne se justified que si nous cherchons A attein'dre des
objectifs moraux, la tutellie conduisant A. 1'associa-
tion. Pouvons-nous affirmer que, nous avonsi fait
notre, devoir quand nous abandonnons un territoire
au 'meurtre et A la rapine, come, Ice fut le cas en
Birmanie ? Apres que dies g6n6rations se sont effor-
c6es de guider les peoples en vue de l'ind6pendance,
pouvons-nous nous d6sint6resser de leur sort ?
. Les constitutions francaise et hollandaise n'envi-
sagent pas la possibility *d'une secession. Les cons-
titutions 6crites franchise et hollandaise different
aussi de la constitution britannique non 6crite en ce
qu'elles pr6voi'ent des organes centraux. Le Pr6si-
dent de la RApubliquie francaise 'est Agalement Pr&-
sident de 1'Union francaise et il existe un Haut-
Conseil et une Assemb,1e de 1'Union...
OA peut conduire le diveloppement constitu-
tionnel.
... Si le d6veloppement constitutionnel qui a Wte
celui des Dominions d'origine britannique est exac-
tement suivi dans l'Empire colonial, il y aura
beaucoup plus die Bilrmanies. L'6ducation produira
in6vitablement sa r.colte d'agitateurs et inevitable-
ment ils seront exploits par le communism inter-
national. Dans ces territoires il est improbable qu'il
y aura d'es pouvoirs suffisamment forts pour resister
A cette priession. Une fois l'autonoimie' obtenue, Fin-
d6pendance sera reclambe ; et l'ind6pendance signi-
fiera un.e rapide rechute dans la ruine morale,
politique et annulationn du patient travail des ad-
ministrateurs britanniques...
La solution francaise a des aspects siduisants.
... A Malte le problAme a W6t r6solu par la diar-
dhie.
L'ind6pendance complete a tA Wgarantie pour les
affaires locales, mais la defense et les affa.ires 6tran-
,gres sont r6serv6es. Cela peut constituer la solu-
tion applicable dans les autres colonies forteresses,
mais je suis attire par l'id6e, emprunt6e aux Fran-
cais, que quelques-unes peuvent r6aliser leur voca-
tion d'ind6pendance dans 1'Empire par incorpora-
tion au Royaume-Uni, en ienvoyant un ou plusieurs
representants A Westminster. Elles se gouverneraient
alors elles-mimes come York ou Chester ,et se-
raient plus r6ellement ind6pendantes que ne Pest
la Binmanie aujourd'hui. Alternativement les miles .de
la Manche ou F'ile de Man peuvent fournir un mo-
dele.
Pour le rest de l'Empire colonial, laissez-moi
,dire ceci : jusqu'i.ci, l'avenir d'une colonize, s"est
exprim& dans la formula < autonomie au sein du
Commonwealth n avec l'accent mis sur < autono-
mie >. A l'avenir, on devra au moins autant mnettre
l'accent sur < au sein du Comimonwealth > II y a
dies -gens qui pourront preferer dire que c&est << 'au-
tonomie au sein du Commonwealth > et non e P'in-
d6pendance hors du Commonwealth >.
(a East Africa and Rhodesia D, 18 novembre 1948), 4.297.








SPeter Kihss relate les incidents qui se sont products
h Geneve a l'occasion de la reunion de la < Commis-
sion Spdciale pour les Territoires < non-autonomes >>
des Nations Unies >>.
... iCe furent les d6elgu6s occidentaux,qui quitte-
rent majestueusement la salle. lors d'une reunion
recent des Nations Unies A Genive. (La reunion de
la Commission Sp6ciale pour les territoires non-
autonomes). L'Union Sovi6tique avait d6nigr6 le
progr6s politiquet des 200 millions .de sujets colo-
niaux vivant sur '62 territoires r6partis dans le
monde entier, territoiries au sujet desquels huit puis-
sances coloniales des INations Unies avaient soumis
des rapports.
Le .d16egul de la France, Roger Garreau, declara
que les questions politiques 6taient complAtement
en delhors de la jurisdiction *de la Commission. Le
d6l6gue de I'Union Sovi6tique,, A.G. Kulagenkov, r6-
pliqua que oa ie repr6sentant de la France avait W6t
A une 6poque juge en Indochine, mais que ce n'6tait
pas une raison pour qu'il appliques les m6thodes
don't il s'.tait servi dans ce pays aux questions en
discussion A la Commission sp6ciale. >
IM. Kulagenkov continuant A tonn!er, M. Garrean
manifest sa colbre en se retirant. Le repr6sentant
de la Belgique, Pierre Ryckmans, et celui de la
Grantde-Bretagnie, John Fleteher-Cooke, quitt6rent
Agalement la salle; ils n'y revinrent, d'apr6s le Daily
Telegraph deo Londres, que lorsque le d16lgu6 sovi6-
tique eut cess,' de parler. Plus tard, ]orsque M. Kula-
genkov demand que la a demonstration > soit signa-
16e dans le rapport final de la Commission, M. Fle-
teher-Cook nia que lie geste ait t.6 une sortie.
Cet incident 6tait un symbol. En effet, deux
tendances contrarient les efforts qupe d6ploient les
Nations Unies ten faveur d'un .dixi6me, de la popu-
lation du monde. Quelques-unes des puissances
coloniales tout au moins notamment la Grande-
Bretagne, la France et la Belgique se montrent
de moins en moins disposes A rendrel compete aux
Nations Unies de la situation colonial, procedure
A laquelle les engagements de la Charte, avaient ouvert
la voie.
D'autre part fait important, car il provoque ]a
reaction des puissances coloniales -, l'Union So-
vietique semble transformer tout l'effort analytique
en une champagne de propaganda, champagne qui
n'est probablem-ent pas sans succ6s dans les colonies
qui ne sont pas trop sophistiquBes. Dans tout'c.ela
200 millions d'individus sont en cause...
(a New York Herald Tribune ), 14 dc6embre 1948). 4.340

Les plans grandioses devant transformer le Conti-
nent africain continent a inspire de nombreux
journaux.
Le gindral G. S. Brunekill n'hisite pas a diclarer
que l'hinterland africain des dimocraties occiden-
tales constitute, en dehors du Plan Marshall, un au-
tre second bastion du redressement europeen.
... Mais, si l'on veut rendre l'Afrique accessible,
utiliser oe reservoir de mati6res premieres, 6quiper
ce bastion d6fensif, il taut imnimdiatement :et de
toute ungence lui donner un system, de transports
adequate, par route et par rail.


Le Programme doe Redressement Europ6en envi-
sage l'industrialisation rapide de certaines portions
de cet hinterland et, dans d'autres parties, le deve-
loppement des mines, de la sylviculture et de 1'ex-
ploitation agricole. A quelques petites exceptions
pres, la Grande-Bretagne, la France, la Belgique et
le Portugal poss6dent la totality de I'Afrique, de.
I'Ouest et du Sud jusqu'aux fronti6res -de la Libye,
du Soudan, de l'Abyssinie et de I'Erythr6e.
Jusqu'A pr6s'ent, il n'y a pas eu de programme A
long term pour d6velopper 1'Afrique dans son en-
semble et pour assurer la stcurit6 6-onomique et
strat6gique du monde; occidental tout en travaillant
,dans l'int6rkt des peuples africains eux-m6mes.
Un tel programme ne doit pas 6tre diff'6r: plus
longtemps let la premiere chose qui s'impose, c'est
I'am6lioration ,des communications et de la capacity
de transpoi't...
...La premiere measure essentielle consist pour
la Grande-Bretagne A prendre l'initiative d'elaborer
un plan d'ensseouble et a conclure, ensuite un accord
avec la France, la Belgique et le Portugal. II est de
1'int6r&t de. l'Am~rique elle-mme de pousser A la
mise en ocuvre d'un tel plan et d'envisager d'ttendre
Sl'hinterland africain l'aide qu'elle apporte A la re-
construction europ6enne.
S ( The Christian Science Monitor d de Boston,
27 novembre 1948). 4.318.

Cette opinion est reprise par le Sous-Secritaire
d'Etat portugais aux Colonies, Rui de Sa Carnerio.
... Des nuiages sombres, annonciateurs d'un grand
.orage, sont en train de se rassembler sur le monde.
Et dans l'esprit des hommes d'Etat 'Afrique appa-
raitra comme le rem6de le meilleur et le plus efficace
aux maux qui assaillent l'Europe souffrante et affai-
blie.
Il faut notter que ce n'est plus l'ensemble de
l'Europe cette Europe qui s'.tendait il y'a moins
d'un demi-siecle de l'Oural aux rivages' portugais -
dont le destin est appeal A tre lie A l'avenir et au
progr6s du' continent noir.
Les deux grades guerres ont eu pour effet de r6-
duire leJ continent le plus important du mondei A
la dimension d'une ile comme lie Groenland. Mais
1'Europe occidental ce qui subsiste apr6s ces
deux grandes conflagrations constitute le dernier
rempart d'une civilisation. Elle dolt etre d6fendue
a tout prix et maintenue en toutes circonstances.
Pour r6ussir dans cette tAche, cependant, l'adop-
tion del measures d'urgence, m6me cells qui pren-
nent la forme d'une aide substantielle telle
assistance en provenance die 'autre c6t,, de I'Atlan-
tique, n'est pas suffisante en elle-meme. Une aide
permanent doit 6tne assure et celle-ci ne peut 6tre
escompt6e que de, ces pays qui, non s'eulement d6-
pendent die' l'Europe elle-m&me politiquement, mnais
qui ont encore la possibility de constituer avec elle,
grace aux conditions sp6ciales de la g6ographie
humaine et 6oonomique. une unit mondiale saine
et autonome...
Contrairement a l'opinion de l'Italien Ennio
Giurco qui estimait en 1939 que le probleme de la








-colonisation blanche en Afrique ne pouvait trouver
sa solution << que dans l'activiti laborieuse de jeunes
nations riches de force et d'espoir dans l'avenir >.
... L'importance .de' l'oeuvre r6clame la coopera-
tion de toute l'Europe libre. L'opinion d'Ennio
-Giurco et d'un 'grand nombrne de ses contemporains
semble Id]jA aujourd'hui moins de dix ans aprrs
- vide de sens. En effect, i ne serait pas facile de
d46oouvrir en Europe occidentale le moindre indice,
permanent d'une difference d'Age entire les diverse's
nations. Si parfois certaines dd'lentre elles montrent
une plus grande activity, la raison doit en &tre
clherdh6e non dans leurs'm anifestations ext6rieures
spectaculaires mais idans existence de quelques hom-
mnes, maitres d'une doctrine leur inspirant confiance
et lear montrant la voie.
Par cons:6quent, ce qui devrait &tre considered, c'lest
la plus ou moins grande disparition de chaque peu-
ple pour des tAche's sp6ciales. IMais, en ce, qui con-
cerne ce cdernier point, la connaissance de 1'histoire
sulffira pour obtenir une r6ponse prompted et d6ci-
sive, .dq mi'me. que l'examen de la carte ide l'Afrique,
suffit pour determiner le r6le important jou6 par
les Etats coloniaux dans la politique eurafricaine...

Le Portu'gal est pret d apporter sa contribution d
1'ceuvre commune.
... Aujourrd'ihui, ce n'est pas sleulement la dignity
de 1'Europe qui est en jenu, ceest peut-6tre son exis-
tence merme.
Le Portugal ne refusera natitrelleiment pas les
responsabilit6s qu'il doit assume dans l'ex6cution
d'un vaste plan de cette nature. Si la destine du
Continent dans lequel nous vivons d6pendait diel son
succs, ce ne serait pas notre faute .si on laissait
1'Europe perdre son prestige, et peut-&trer memie son
honneur.
Notre pays n'essaie pas de se soustraire aux obli-
gations .qu'i' pourrait avoir a assume en participant
a la icombinaison europ&'ennel. I1 n'a jam.ais agi ainsi
ant6rieurelnent. Au contraire il a contribu6 de tout
son pouvoir A combattre les p6rils iqui ont surgi.
I1 agira de nouveau comme il F'a toujours fait. II
n'aura pas non plus A changer en quoi que .ce soit
les m6thodr's qu'il a toujours suivies dans le domaine
ide la politique imp]riale, A unir ses peuples a un
plus haut Lpoint de civilisation ou A utiliser davan-
tage ses profits dans l'int6rAt g6ne'ral.
Dans ce domaine, tout effort suppl6mentaire que
P'on pourrait nous demander serait de ne pas nous
intiimider ou nous d6courager. Le rl6e qui nous a
'6t reserve dans la creation du monde nouveau a
.t6 d'une ti.llei importance iqu'on aurait pu le consi-
,dfrer comire trop .grand pour un petit pays, et ce-
pendant nous l'avons si bien tenu que nous nous
somines acquis une place de premier plan dans
Phistoire de tous les. temps.
Nous avons d6jA donn6 au monde moderne *de
nombreuses preuves ,de notre vitality et de nos ca-
pacit6s. Pr6parons-nous done a donner par notre
contribution, une plus haute valeur A une noble tAche
d'un grand int6rt international.
(< Continental Daily Mail ), no special
novembre 1948). 4.223.


Les insuccjs du debut ne doivent pas faire douter
du succas final des plans, icrit T. Filesi.
... iSi l'on voulait formiuler un jugement sur les
plans d'aprbs le premier document du Select Com-
mittee, redigi apres un exiamen <( de visu > .des
zones de' la Nig6ria dans lesquelles lie 'Plan est en
course d'application, nous devrions transformer no-
tre enthousiasme primitif en provisions pessimistes.
Mais, nous qui avons AvaluB6 ]a luminrel de notre
experience le grand problem africain, nous ne pou-
vons pas, implement parce 'que nous sommies mis
en face d'insucc6s initiaux, perdre ide vue les r&
sultats suggestifs que les plans finiront indiscutable-
utment malgr6 les imperfections et les retards pos-
sibles par atteindre un jour .en Afriquel.
La conscience des conqu6rants blancs n'est pas
tout 4 fait nette en ie ,qui concern le passe. Ils
savent qu'ils doivent se fire pardonner beaucoup
de choses et c'est justement pour clela qu'ils sont
piarticulierermnent sensible aux problkmes et aux res-
ponsabi'lit6s de l'avenir. L'6poqu'e .des exploitation
anti-6conomiques et anti-sociales a c6.dl la place A
une nouvelle 6poque of Ile d6veloppement des res-
sources naturelles devra n tre pratiqu6 au b6n.fice
de l'Phumanit6 let oh les races assutjetties idevront
prendre place sur la scene du monde pour partici-
per i la civilisation et forger leur propre destin.
Nous croyons en l'honntet6 de ces intentions et
de *ces id6es parce que, ce sont les intentions et les
id6es pour lesquelles nous avons travaill6i en Afri-
que et c"est encore plus attaches a celles-ci que nous
esp6rons pouvoir remain reprendre notre tAche.
L'exp6rien.ce britannique est un acts' de courage
appeal A porter ses fruits et tracer le sillon de la
nouvelle organisation social et 6conomique afri-
caine tout comime F'explrience de la colonisation en
Libye constitute la premiere borne sur lie grand che-
min.
Les opposition, les erreurs et les critiques ne
manqueront certaine'ment pas. iC'est, par lexernple, la
revue sovi6tique Bolchevik qui trace de I'Angleterre
d'aujourd'hui un tableau la montrant A la recherche
d'un refuge, contre le prolgr6s, la d6mocrratie et le
socialismre < au fond de la brousse africaine >> o
elle espbre constituer un bastion pour I'Empire et
travailler tranquillement : la bombe atomique.
L'accusation ne manque pas die fantaisie, mais
elle piche trop quant au fond. Ce 'qui, par centre,
nous semble beaucoup moins fantaisiste, c'est le nou-
veau p6ril qui menace de s'abattre sur 1'Afriquie' et
qui pourrait, A birbve 6ch6ance, daranger s6rieuse-
ment le grand programme entrepris par I'Angleterre,
lie p6ril communist.
... Sur ce terrain une seule armie pourra Atre effi-
cace, celle d'une collaboration intime et d'une
solidarity profonde entire lies peuples .europ6ens en
Afrique, solidarity de fait et de droit semblable en
tous points A celle que l'Angleterre a dia rechercher
parmi les peupless occidentaux .d'Europe et a laquelle
l'Italie a fait I'apport le plus n6ciessaire et le plus
d6cisif.
L'histoire de 'Afrique est aujourd'ui l'histoire dde
I'Europe.
(e Mercati Coloniali ), de Milan, 31 octobre 1948). 4.336.








SC'est encore le Dr Carlos Hermenegildo de Sousa
qui voit dans l'Afrique la planche de salut de l'Eu-
rope.
... Les conditions bconomiques du monde d'au-
jourd'hui se, sont sensiblement modifiBes. L"Europe
se trouve divi.sBe en deux blocs politiquement irr&-
oonciliables et elle a maintenant cess6 d'o.ccupier le
premier rang dans la production industrielle, tout
en continuantt A dominer dans une certain measure
dans le domain de la consommation mondialle. Pour
maintenir cette position et assurer son niveau ,de vie
Alev6 notre continent rcilame un champ d'expansion
plus vaste afin de subvenir A ises besoins 6economi-
ques, et ce 'champ ne pourra Atre que 1'Afrique...
De nombreuses manifestations en faveur d'une
Union Europdenne montrent que l'idee suit son che-
min. II est done temps de se prioccuper d'adapter
notre politique colonial en provision de cette rea-
lisation.
... L'.volution du -droit international, le project dde
Briand, la propagandei des f6d6ralistes anglais en
vue d'une union 'fd6rale een 1938-39, la proposition
faite par Churchill d'une citoyennet& commune
franco-britannique *en 19'40, la premiere Conf6rence
europ6lenne f6d6raliste, de, Paris, le 22 mars 1945, le
discourse de Marshall, du 5 juin 1947, promettant une
aide pour la reconstruction europ6enne si 1'Europe
s'unissait, les innoimbrables conferences en vue' de
Ia r6alisation die' cette union tenu'es au course de I'an-
'mAe '1948, I'id6e de, la creation d'une Assemble
Constituante europ.6ennie, la sseconde conferencee de
I'Union interparlementaire d'Interlaken et l'action
quasi-peirmanente de I'Organisation Economique Eu-
rop6enne, sont une indication des efforts persistants
que l'on accomplit sur la voie de cette union euro-
p.enne...
... Dans ces conditions, nous ne .devons pas avoir
de cesse de preparer notrei unit bconomique impe-
riale, dans un esprit de r6ciprocit6 ,d'int6rMts aussi
equitable ique possible, afin de ne plas 6tre accuses
d'entraveir le progrbs 6conomiquer des territoires
africains.
Aucun pays du monde ne s'est jamais montre aussi
proche de ses possessions coloniales et pour tant
dde raisons que le Portugal.
Aujourd'hui cependant, oi l'on pr6voit entire l'Eu-
rope et I'Afrique, un rapprochement plus grand
grAce auquel cce continent fournira aux peuples eu-
ropeens un volume plus considerable de' matibres
priemibres et de products industries, il est temps de
revoir toute notre politique colonial africaine' dans
ses 'diff6rents secteurs 6conolmiques...
(e Journal do Comercio ), Lisbonne,
15 d6cembre). 4.1351.

La constitution d'une Union Europeenne ne doit
cependant pas faire oublier < une moitid du monde >
reprisentie par l'Asie. La politique itrangdre et la
politique colonial sont itroitement lies.
... 11 n'est plus possible -en admettant qu'il l'ait
jamais 6tA r6ellemient d'avoir une. politique Btran-
gbre qui ignore les repercussions coloniales, et il


n'est pas davantage raisonnable d'essayer de fire
cadrer une politique colonial avec les idWes pr6-
conuges du minist6re des Affaires ,trangAres.
Ges .deux politiques sont des frAres Siamois qui
doivent vivre on mourir ensemble paree qu'on ne
p;eut ni les s6parer ni subordoner l'une Ah 'autre...
... L'ombre d'une aggression russoe Bventuelle pese
lourdement sur 1'Europe occidentaIle et nous avons
concentr6 toute notre attention et toutes nos 6n.er-
igies sur l'Union occidentalei, sur la cooperation mi-
litaire et economique A des fins defensives. La
renaissance' de 1'Aconomie de 1'Europe occidental
est en v6rit6 essentielle pour le bien-ktre de ses
peoples, sans parler .doe la defense centre une agres-
sion 6trangBre, mais nos preoccupations concernant
les aspects de la defense en Europe ont fait que
n-ous sommes rests indiff6 ents 'A ce qui s'e passe
ailleurs.
L'lhumanit6 :en Asie a enfin pli. sa tente et s'est
imise en march. Tout se passe con:m'e si la Chine
entiree allait 'tre conquise par les communists. On
ne voit pas cei qui les arritera et sur quellee line' ils
seront iirmmo'bilis6s.
Combien .de temps Hong-Kong pourra-t-elle sur-
vivre avec une Chine, ou une' Indochine, on une Bir-
manie ou un Siam on meme une Malaisie et ddes In-
des N6erlandaises communists ? Et que deviendront
1'Inde et Oeylan ?
A I'o.casion dde la r6cente conference des Premiers
Ministries du ~Commonwealth a Londres un accord
unanime fut atteint pour declarer qu'au fond toutes
les Nations du Commonwealth pr6conisaient les
m&6mes choses l'apmour die la libertA, et les m6tho-
des d6amocratiques et qulelles 6taient prktes A
mettre: leurs efforts en common pour leur defense.
Ce serait une pietre satisfaction de r6alis'er
I'Union occidental en perdant la moiti6 (du globe
en Asie, et de voir notre' attention let nos forces en-
chain6es A l'Europe jusqu'A ce que Ie mal soit fait.
Si cela devait se produire nous aurions accompli
un pas de plus viers le conflict final qui opposerait
1lOrient A l'Occident.
(. West Africa ,, 18 d6cembre 1948). 4.363.

Devant un piril commun, les Nations occidentales
ont intirit a former sans retard un front common :
... En premier lieu, bien que la menace commu-
niste repr6sente A peu pres la mame provocation
pour toutes les Puissances Occidentales int6ress6es
dans 1'Asie du Sud-Est on ne voit pas qu'elles aient
fait si peu ou quoi que ce soit pour la combattre
.dans un effort concertA. Au contraire, pour ne citer
que deux exeemples, il y a *eu de fortes divergences
politiques entiree les AmBricains, les Anglais et les
Hollandais au courses des mediations train6es en lon-
igueur en Indon6sie, de m&me qu'on a entendu cons-
tamment tle refrain -des critiques transatlantiques
estimant que la Grande-Bretagne agissait trop peu,
comme en Birmanie, on en faisait trop, comme en
Malaisie. L'heure d'une telle discussion est sfirement
d6passe. Les nations occidentales les plus 6troite-
ment int6ress6es A 1'Extreme-Orient se concertent
activement au suj.et de leurs politiques defensives
et 6conomiques dans l'Europe Occidentale de fagon
A donner aux menaces sovi6tiques une r6ponse a la








fois ferene 'et progressive. Pendant ce temps le com-
munismle ,iaintient ouverte A coups de pied la porte
du fond el il serait difficile de dire si les Allies sont
d'accord sur la n6eessit6 de la reformer. II n'est
trace nulle part d'une strat6gie visant A cette opera-
tion...
La faillite des Occidentaux en Asie est, avant tout,
une faillite social. Ce qu'il convient maintenant de
fire.
... Le moyen le plus str consiste, A n'en pas dou-
ter, A remonter jusqu'aux causes de l'affaiblissement
de la position .des Occidentaux. La faillite occiden-
tale est avant tout une faillite social. C'est A icela
que les nations occidentales doivent porter remAde
si elles ne veulent pas accepted la d6faite. Jus'qu'ici,
la politiquve des gouvernements occidentaux idans les
d6pendances du Sud-Est a At .celle d'un progress
honnite *en matiere politique ; elle a pris un interkt
positif dans le commerce et les finances ; mais elle a
tendance A' laisser les productions de base aux entre-
prises privies et soumises au jeu des forces Bcono-
milques. Ceci a eu pour r6sultat, jusqu', une pe-
ripde rcioente, de faire n6igliger jusqu', un certain
point, inkvitaiblement mais tout A fait inconsciem-
ment, 1'61minent de base de la population constitun
par la paysannerie. Le paysan 6tait trop igno-
rant pour fournir la matiere premiere nBces-
saire aux exip.riences de gouvernement respon-
sable, -et trop pauvre pour jouer le r6le de
faicteur maijeur dans les *questions commercials.
En Malaisia, ce parti-pris inconscient de la politi-
que occidentale a eu en outre pour r6snltat, jug6
aujourdlhui malheureux, de favoriser les 16ments
chinois et indiens de la population plut6t que les
originaires Malais.
II est possible qu.e les premieres measures A pren-
dre dans la nouvelle politique soient de reviser quel-
ques-unes de .ces donn.es, de reaheroher des raisons
d'esp6rer dans l'avenir plutot dans une stability
economique et social que dans un lib6ralisme poli-
tique et de rechercher la stability de l'edifice social
A la base plut6t qu'au sommet.
II n'est pas douteux que le soutien et 1'extension,
a travers toute 1'Asie *du Sud-Est, d'une paysannerie
propri6taire du sol formerait une base plus solide A
la cooperation avec l'Occident que le patronage ac-
cord6 aux ,gros propri6taires fonciers, qui ne sont
d'aucun secours centre le communism, on aux
classes commercantes qui sont souvent opposees A
la terre. Aucun paysan ne s'inscrira A un parti com-
muniste avant pris l'engagement irrevocable de
recourir A la collectivisation (selon les m6thodes les
plus brutales) s'il est possible de se procurer d'une
autre facon de la terre en toute propri6td...
... Une economic prospere dans l'Asie du Sud-Est
reclame encore le d6veloppement de I'industrie in-
digene, surtout de la petite industries. Mais le deve-
loppement industrial ne 'contribuera gubre A attein-
.dre l'objectif g6enral d'instaurer une soci6et stable,
si on l'abandonne, come on l'a fait idans le passe,
aux strangers. Les Britanniques ont commence A
trouver une parties de la solution dans .es efforts
qu'ils font en Malaisie pour crber des syndicats res-
ponsables etl y introduire les premiers 616ments de
services sociaux. Mais les syndicate ne sauraient


6tre responsables dans un systAme industrial A direc-
tion irresponsible et c'est ici, peut-Atre que 1'exp6-
rience am6ricaine peut 6tre de quelque utility. II y
a peut-Atre un example A suivre dans les efforts que
l'on fait actuellement, surtout sous la direction de
Mr. Nelson Rockfeller, pour associer les capitaux
,des Etats-Unis A ceux de 1'Am6rique Latine. il arri-
vera sans doute un jour oft la contribution des Etats-,
Unis diminuera en laissant derriere elle des hom-
mes d'affaires capable de jouer un role constructif
dans une democratic moderne. Il y a eu peu d'es-
prit d'association jusqu'ici dans le Sud-Est Asiati-
'que. Une association pleine et entire est sans doute
impossible A realiser du jour au lendemain, mais
-on devrait toutefois s'accorder A reconnaitre qu'elle
lest I'objectif A poursuivre...
... Ce qui est urgent c'est le d6marraige imm6diat
-des. nouvelles politiques dans le domaine Aconomi-
que et social. C'est ici que la politique occidental
affronte la veritable 'Apreuve. Au course des vingt
prochaines annees les Puissances Occidentales peu-
vent ou bien poser les foundations Bconomiques et
sociales de communautes vraiment libres dans l'Asie
idu Sud-Est oi ibien assisted A la disparition de cette
zone, par suRe de p6n6tration intri.eure ou de pres-
sion exterieure, dans la siphbre sovietique.
(. The Economist ., 4 d6cembre 1948). 4.321.

La Commission Economique des Nations Unies
pour l'Asie et l'Extrime-Orient (E.C.A.F.E.) s'est
reunie a Lapstone, en Australie, au dibut de di-
cembre.
... L'E.C.A.F.E. n'est qu'un organism consulta-
tif ; copendant 6tant donnA qu'elle est la Commis-
sion d'expertise des Nations Unies, ses recomman-
'dations peuvent influer dans une certain measure
sur la nature du d6velopp.ement Bconomique immn-
,diat de I'Asie. Pour le debut de ses travaux la Com-
mission a pour tAche principal de preparer un plan
de reconstruction Bconomique de 1'Asie pr6sentA par
une de ses sons-commissions de travail. iLes dAgAts
,'conomiques -dus a la guerre doivent Atre repar6s
dans toute 1'Asie comme en Europe ; jusqu'a present
toutefois on n'a pas pu se mettre d'accord sur un
plan d'ensemble. Le proj.et du Comit6 de 1'E.C.A.F.E.
pr6voit une d6pense de 13 milliards 600 millions de
dollars amBricains, ce qui n'est peut-Otre pas une
some aussi important qu'il semblerait si l'on con-
si.dere qu'elle dolt subvenir A la reconstruction d'une
region peuplee de plus d'un milliard d'individus. Le
ComitA recommande de se procurer 6 milliards 400
millions de dollars en Asie mme, les pays occiden-
taux et, en premier lieu, 1'Amerique devant fournir
le rest et, avant tout, avancer les depenses repr&-
sentCes par le gros materiel et les technicians neces-
saires A la reconstruction...
Les intirets propres des participants sont trop
diffirents pour qu'on aboutisse a des decisions una-
nimes.
... Les perspectives de decisions unanimes sont
failbles. Certains membres, au premier rang desquels
figurent 1'Inde et la Chine ont laisse entendre qu'ils
accueilleraient volontiers l'institutioln d'un Iplan
Marshall pour l'Asie. A cela s'oppose la d616gation








de 1'Unio-n Sovi6tiique don't le chef, Kyriel Novikov,
d&clara que le project du comit6 s'interessait trop A
1'conomie et ne tenait pas suffisamment compete du
d6veloppemoent industrial integral ides pays asiati-
ques. La Russie voudrait que les pays asiatiques
d6veloppent leur industries sur une base national.
Le ochef de la d6l6gation anm6ricaine, Myron
Cowen, ne laissa pas ignorer aux membres de la
conference que les Etats-Unis n'envisageaient dans
aucun cas un plan Marshall pour l'Asie et ceci prin-
cipalement paroe qu'ils s'inquieteraient des diver-
gences divisant une grande parties du territoire in-
t6ressant 1'E.C.A.F.E., prinicipalement la Chine et
'Inidonssie. II fit connaitre que les Etats-Unis d6si-
raient accorder leur appui aux pays asiatiques dis-
poses A s'aider eux-mm.es. En d'autres terms, le
capital americain serait pr&t A s'investir .dans les
pays presentant une certain stability politique et
offrant de bones chances de voir ces investfsse-
ments rapporter des dividends. Les observateurs


locaux sont d'avis que l'une des principles cons4--
quences de oette politique am6ricaine A 1'egard de
l'Asie serait un investissement massif de capitaux.
,dans 1'Inde. Le Chef de la d616gation indienne,
C. Nesai, r6v6la que son pays 6tait en pourparlers..
au suj.et de prets important pour la construction
d'installations hydro-6lectriques destinies A aug-
-menter sa capacity industrielle.
La diversity des prises de position a 1'6gard ,des
problhmes asiatiques est une indication des obsta-
icles actuels de la Conf6rence. Les nations occiden-
tales voudraient aider 1'Asie A surmonter la cruise
n6e de la guerre, mais, 6tant en mime temps gran-
des exportatrices d.e marchandis-es, elles ne percent
pas de vue, ce faisant, leurs int6r6ts commerciaux.
L'Union Sovi6tilque, pour laquelle le commerce ext6-
rieur ne joue pas un si grand r6le, pratique une poli-
tique consistent A fermier des marches aux marchan-
dises anglaises et am6ricaines...
(a Neue Zurcher Zeitung ), 15 dc6embre 1948). 4,342.


II. INDE


LE PROBLEM DU CACHEMIRE

La region montagneuse du Cachemire et les Hauts
Plateaux de Srinagar font gdographiquement parties
des planes de l'Indus. Depuis des gdndrations, la vie
dconomique de ce pays est liee avec ce qui est de-
venu maintenant le Pakistan.
Quant A la population, ell:e est en majority mu-
suilmane et d.e m6me origine que celle .du Penjab
Occidental. L'une et l'autre parent le language appel6
psenjabi, qui continent une grande proportion d'urdu,
]a langue piersane des Moigols. Etant coupe de l'Ind-e,
Je Cachemire n'a subi que d'une manibre intermit-
tente les influences cuturelles indiennes, bien que
celles-ci aient pl6n6tr. parfois jusque dans les vall6es
du haut Indus et, ainsi que les recherches P'ont mon-
tr6, jusqu'au Turkestan cihinois. Mais, le Cachemire
6tant plus ouvert en .direction die l'Ouest que du Sud,
ce sont les envahisseurs de 1'Inde par la Khyber
Pass qui ont exerc6 sur lui la plus grande influence.
A partir du xe siecle, I'Islam se repandit sur l'Inde
septentrionale sous l'effet de l'influence arabe et finit
par atteindre les hauts plateaux du Cachemire. De-
puis cette ipoque, la culture musulmane a domind
sans interruption.
Ce ne fut 'que par T'effet du hasard iqu'un sou-
verain hindou devint Maharajah du Cachemire, mais
oeci ne changer jamais les tendances de la popula-
tion. II arriva qu'apr6s la second guerre Sikh, vers
184,0, les Britanniques laissbrent un souverain Sikh,
Gulab Singh, prendne' possession de la region du
Cachemire A titre ode r6complense pour avoir pris
A son compete l'indemnit6 Sikh de 75 laos de roupies.
C'est .ainsi que nous imposAmes une souverainet6
4trangbre au Cachemire, ,et maintenant 1es dents du
,dragon commencent a sortir de terre.
Le regime d'oppression du < Dogra > Sikh et de la
caste brahmane hindoue continue au Cachemire jus-


qu'a l'automne de 1947, ipoque a laquelle les Bri-
tanniques quittdrent l'Inde.
Alors, avec la creation de 1'Etat musulman du
Pakistan sur les frontirres occidentales, le Maharajah
craignit que T'attraction exerche, par celui-ci sur ses
sujets ne, menace ses privileges. Son regime avait Rt6
oppressif. 11 avait interdit aux Musulmans de' manger
de la viande de !boeuf let s'Btait ainsi immisc6 dans
leur 6conomie domestique ; il avait impose de lour-
des taxes f6odales sur les fenetres, les chemin.'es ret
une ifoule d'autres hoses. Pendant toute la premibre-
partie die l'ann6e 1:947, alors que les Britanniques
se preparaient A quitter l'Inde, le Maharajah s'lem-
ploya A introduire au Cachemire des agents Sikhs
et du Mahasabha hindou pour < influence > ses
sujets. Le m6contentement grandit .et, en aofit 1947,
le mois ofi l'Inde et le Pakistan devinrent dies Do-
minions libres, T'orage: clata. Dans toute la region
de, Po-onoh, au Cachermire Occidental, les paysans se
r6voltbrent, expulserent les troupes des Maharajah
ainsi que les agents Siklh et Hindous et sie d6clar&-
rent en faveur du Pakistan.
Les troupes du Pakistan ne prirent aucune part d
ce movement et Jinnab se refusa, malgri la pres-
sion populaire, de faire passer la frontiere a son
armee.
Par centre, des irr6guliers apipartenant aux tri-
bus de la frontiere du nord-onest travierserent le
Penjab septentrional et apportrrent leur concours
aux Poonchis revoltCs. Cleci se produ'isit de la ma-
nirre suivante. Chaque automne les Afghans et les
memnbres des triibus de Ja frontibre du nord-ouest,
iqui vivent sur des plateaux arides, 6prouvent la n&-
cessit6 d'augmienter leurs resources A T'aide de ce
qu'ils peuvent gagner dans l'Inde. Dispuis des gen6-
rations quelque! 100.00,0 d'entre eux descendent .cha-
que annr6e dans T'Inde Britannique, sont d6sarmins A
la frontir'e, apres quoi ils vont travailler sur les







canaux, r6parer et construire des routes, exercer des
mztiers artisanaux dans les << bazars >> et vendre des
tapis afghans.
A l'automne 1947 ils trouv6rent la route de 1'Inde
bloque et le Pakistan anx prises avec la mise en
route du nouveau Dominion. IEn mrme temps, en-
tendant dire qu'e F'infidle opprimait le croyant au
Cachemire, ils estimerent la guerre' sainte indispen-
sable. Quilque .50.'0010 d'entre euix passArent avec
leurs arms et, de concert avec des Poonchis indi-
g6nes qui avaient constitub entire temps Ie gouiver-
nemient prorisoire du Cachemire appele gouverne-
ment << A:nad x, ils d6ferlArent vers. l'ouest et attei-
gnirent presque la capital du Cadhemire, Srina'gar.
Mis en face de la rivolte de la parties occidentale
de son Etat, le Maharadjah se prononga en octobre
1947 en faveur de l'Union indienne et fit appel aux
troupes indiennes qui arriverent le 27 octobre.
IPendani ce temps, dies d6sordres entire communau-
tes avaient .6'clatA dans la region de Jammu, parties
sud-occidentale du Cachiemire, A la frontiere, du
Penjaib. Cette parties du 'Cachemire, pris!e dans son
ensemble, avait une majority musulmane de 60 %
.environ, mais deux des cinq districts Ia composant
avaient une majority Hindoune et Sikh. L'arriv6e ides
troupes in diennes 'dans cette region eut come con-
si6quen.ce an exodee de touted lai population Imusul-
mane *en direction du Pakistan tout proche. Ce coin
du Cachemire est devenu miaintenant int6gralement
sikh et hindou, mais seulement par suite des. inci-
dents centre ,commnnaut6s, come cela s'est produit
en d'autries points du sous-continent, de part et
d'autre des frontieres des -nouveaux Dominions. A
exception de cette region, les s'euls Sikhs et !Hin-
dous vivant au Cachemire sont des trafiquants et
commerqants de iSrinagar et de la ville de Poonch.
Il existed trois types de musulmans au Cachemire.
Les Poonchis, cultivateurs des hautes vallies,
qui possd'ent leur propre armie et leur Gouverne-
ment provisoire.
Les musulmans des hauts plateaux qui chas-
sdrent les troupes du Maharadjah de Gilgit et se
prononcerent en faveur du Pakistan.
Les musulmans de la plaine de Srinagar don't
-on pretend qu'ils constituent le fondement des pri-
tentions indiennes sur le Cachemire car ils veulent
- dit-on opter pour l'Inde.
... La revendication du gouvernement indien sur
le Cachenmire se fonde par consequent sur la popur
lation hindoue iet sikh de Jammu, la seaule qui reste
maintenant dans cette region depuis les trouble's en-
tre communaut6s de 1'ann6e dernibre, sur la 16giti-
imit6 du gouvernement nomm6 par le Maharajah et
sur l'all6geancee trbs sujette A caution des Musulmans
des plains de Srinagar. Diu fait du renouveaau isla-
mique qui se manifesto -dans tout le Moyen Orient
et de la proximity du gouvernement du Pakistan,
on peut raisonnablem'ent supposed que les habitants
du Cachernire choisiraient lieurs corrbligionnaires si
on leur en laissait la facult6...
(a The Manchester Guardian n, 11 novembre 1948). 4.267.


Etant donni que le Cachemire est en majority mu-
sulman, la population semblerait justifier les reven-
dications du Pakistan.
... Mais les Musulmans de la vall6e du' Gaehemire
appartiennent en general A' la communaut6 S'hia ;
ils sont moins bigots que les Sunnis du Pakistan et,
etant marchands p'ar tradition, ils ont, selon New-
Delhi, plus d'inter-t A conserver leurs clients hin-
dous qu'A adherer A un Etat religieux.
Les Musulmans de lanigue penjabi des environs de
Poonch let de la region frontibre de la province-fron-
tibre du Nord-Ouest peuplade iguerrikre qui s'est
rallie au movement du a Cadhamire Azad (libre) >
patronne par Ie Pakistan penchant naturelllement
pour ce Dominion ; mais les Penjabis du Jammu et
les 'Dogras hindous du Jammu oriental sont plus
attires vers les gens du sud avec lesquels ils ont des
affinit6s .6conomiques et sentimentales...
Les forces du Pakistan et du, Cachemire Azad oc-
cupent aujourd'hui h peine un tiers du Cachemire.
... Les autorit&es militaires indiennes declarent
quielles pourraient obtenir une decision militaire
quand elles lie voudraient si on leur permettait de
bombarder .ces bases Rawalpindi, Murree, Domel,
Sialkot mais il est evident ique ceci est politique-
ment impossible. Les dirigenants politiques, cepen-
dant, n'ont pas l'intention d'abandonner un ponuce
du Cachemire ; ils sont certain d'&tre .en measure
de poursuivre la campaign financierem'ent et mili-
tairement et sont 6galement convaincus de la jus-
tesse die leur cause.
(< The Observer ,, 28 novembre 1948). 4.308

L'Inde et le Pakistan accomplissent un effort rd-
solu en vue d'arriver a un accord sur les difficulties
economiques et autres qui les siparent depuis le par-
tage du pays antirieurement administri comme un
tout. Une declaration officielle publide a l'issue
d'une conference de dix jours qui s'est tenue a Delhi
dit < qu'un accord a iti rdalise dans une measure trEs
substantielle >.
Les principaux ohjelctifs de ces conversations sont
l'6laboration d'un plan praticable susceptible de r6-
tablir la vie active de la population tell' qu'elle 6tait
pr6c6demmient ainsi que la reduction dies barri6res
douanieres et la limitation tde la r6glementation de
contrbie' qui entravent l'afflux -des matir.es. pro-
misres vers lies regions manufacturieres et privent
ainsi une population affam'6e de 1'excedent de pro-
duits vivriers cultiv6s dans n.e autre province'. Cette
entreprise ien elle-imeme montre que P'on se rend
compete que, les divergences entire comimunaut6s qui
ont donna naissance au partage ne remplissent pas
plus les lestomacs videos iqu'elles ne donnent du tra-
vail aux usines
Le Pakistan produit plus de denries vivridres
qu'il n'en consomme et l'Inde en produit beaucoup
moins qu'elle n'en riclame.
La simple sagesse dictie ,de ne pas laisser les bar-
ritres politiques qui ont Wtl dressA9es entrainer une
separation Beonomique pr6judiciable au bien-4tre
des deux pays. L'un et 'autre ont suffisamment de








problAm.es delvant eux sans en cr6er d6lib&r6ment de
nouveaux.
L'un de ces problames, celui du transfer d'un
grand nombre d'Hindous du Bengale Oriental au
Bengale Occidental, n'est pas mentionni dans le
compte-rendu official de la conference.
Get exode, dif en particle A dies 'cause's 6conomiques
et en plartie aux apprehensions des comanunaut6s,
embarrassed les deux gouvernements len cte sens qu'il
inonde l'Inde de gens ;auxquels on n'a ni travail ni
nourriture A offrir et qu'il prive le Pakistan d'une
main-d'ceuvne necessaire. La seulei chose, qui soit
susceptible d'arreter ice transfer, c'est une pr'eve
d.6montrant d'une mianiere convaincante qu'un hom-
me pent vivre et travailler dans n'importie quelled
parties du sous-continent dans des conditions d'6ga-
lit6 absolute par rapport A ses voisins et sans avoir
A redouter iquoi que ce isoit.
( The Daily Telegraph ), 17 d6oembre 1947). 4.352.

On doit regretter (malgri des accords passes en
avril) qu'il n'ait pas encore ite possible de dissiper
la mifiance qui assombrit les relations entire Delhi et
Karachi, Calcutta et Dacca, Amritsad, et Lahore.
Certains dirigeants du Pakistan
... soupconnent 'Indie de pratiquer une politique
tout iA fait cynique. Ils accusent le Bengale Occiden-
tal d'encourager secr-etement l'exode desi Hindous
du Bengale Oriental iet de fire. courir le bruit de
persecutions musulmanes pour cr6er une situation
susceptible d'etre finalement mise en avant pour
demander une intervention indiienn'e. En d'autres
terms, ils accusent les Indiens, ion tout au moins
certain milieux indiens de Calcutta, de pratiquer A
l'6gard :du Bengale' Orilental une politique d'inter-
vention selon 1'exemple *d'Hitler. On va m6me. jus-
qu'A dire' qu'il existerait d6jih un < Cabinet clandes-
tin a qui serait pr't A s'emparer des lieviers de
command au Bengale Oriental imm6diatem.ent apr6s
une intervention victorieuse.
Ces soupcons comportent vraisemblablement une
grande part d'exagiration.
1 est par ailleurs tres probable iquie l'organisation
du Mahasabha Hindou > (organisation r6actionnaire
extr6miste qui a toujours pr6conis6 une attitude in-
transigeante A l'4gard dels autres ,communautks reli-
gieuses) et sa troupe die militants, I'ill6gale R.S.S.
qui :est redescendue .dans la rue ces dieirniers jours,
accueilleraient favorablemnent une action de force
centre le Bengale Oriental. Cependant, ic'est aller
trop loin que de pratendned que des Ministres res-
ponsables, des Ministres du Gouvernement indien,
approuveraient ou favoriseraient de tels plans.
Les dirigeants du Pakistan ne disirent pas moins
que ceux de l'Inde une collaboration itroite entire les
deux Dominions.
...Ils insistent toutefois sur le fait qu'une collabo-
ration 6conomique est impossible tant que subsiste
Ie danger d'une conflagration entire communaut6s
religieuses que le Mahasabha Hindou et I'R.S.S. s'ef-
forcent de provoquer iet tant que le conflict au sujet
du GCachemire ne sera pas r6solu. Ils reidoutent 6ga-
leaent que, dans le cas d'une collision entiree le Gou-


vernement indien et les lextr6mistes hindous, les
minorit6s musulmanes n'aient A payer les pots cas-
s6s ; elles .seraient appee6es, selon eux, A 6tre en fin
de ,oompte leis v6ritables victims.
(< Neue Zurcher Zeitung >, 15 d6oembre 1948). 4.345.


SITUATION INTERIEURE DE L'INDE
Dans la salle de jeu rifrigiree du < Willington >,
le club raffine de Bombay, un industrial indien par-
lait de la jeunesse de son pays qui travaille en viola-
tion des lois du Gouvernement de Delhi sur la main-
d'ceuvre enfantine.
iLes usines ique l'Etat possdie, A Panchamba, an
Bihar, !emploilent des enlfants ; il en est de m6me des
fabiques d'allumettes .de 'Madras et des usines de
ciment du iRajputana. A Cro.chin, dies fillettes ayant
'encore des nattes dans lie dos travaillent sur les m6-
tiers ; lau Cachemire et a IHayderabad on emploie
des enfants de cinq A six ans.
,A Bihar, des garpons et des filles de 6 ;' 12 ans
sont envoys dans les mines de. mica parce qule leurs
parents, crasss de misere, ont besoin die! quelques
roupies suppl6!mentaires pour assurer la subsistence
de Ia famille.
Un garcon igagnera moins de' 5 shillings par mois
en travaillant 8 'heures par jour. L'Acole, le's j:eux,
les loisirs sont dies dhoses qu'il n'a jamais connues.
Sous-alimentB, tuberculeux !et vieux avant 1'Age, ii
aura de la chance s'il vit jusqu'a 25 ans.
<< Mais que pouvons-nous fire ? demanda Pin-
dustriel. Notre population augmente de 5 millions
'd'individus par 'an. Nous ne produisons pas assez de
vivres pour nous nourrir nous-mkimes. Une indus-
tralisation rapide pourrait contribuer A Alever le
standard de vie iet A r6duire progressivement l'em-
ploi de la Imain-d'.ceuvre enfantinle ,et feminine. Mais
nous n'avons ni les capitaux iii les. technicians. Aussi
ces ,enfants doivent-ils travailler s'ils veulent man-
ger >
Dans la rue Hornby h Bombay, des centaines et
des centaines d'Indiens dorment sur les trottoirs, al-
longes sur des nattes. Dans cette'seule ville, 300.000
Indiens sans foyer dorment dans les rues : le Gou-
vernement n'a pas d'argent pour les loger.
... L'In'de, qui a conquis sa liberty aprbs des an-
'n6es de violence et de resistance passive, a h6rit&
de tous les problnmes complexes auxquels tout Etat
moderne doit faire face, plus iquelques-uns qui sont
particuliers Ah ce pays. A Bombay, de nomlbreuses
personnel critilquent violemment le Gouvernement,
'mais on rencontre 6galement des sages qui, cbmpre-
'nant l'immense difficult& que repr6sentent ]a nour-
riture, le logement et P'entnetien de 3,00 millions d'in-
dividus d6sh6rit6s, font remarquer que 'quelques
brAches ont dAjA 61t6 faites au massif edifice indi'en
d'ignorance, d.e misbre et d'oppression...
(< Continental Daily Mail 23 novembre 1948). 4.285.

Cependant M. Nehru n'est pas alarm par les
activities communists a l'intirieur de l'Inde.
Les menmbres actifs du Parti ne serai'ent pas plus
de 50.000, d'apres lui. < Alors que leur capacity po-








sitive .en vue d'un effort constructif est n6gligeable,
affirma-t-il, leur capacity negative 'de destruction est
considerable. Is ipeuvent d6clencher des groves et
cause des donimages 6conomiques parmi les travail-
leurs indurstriels. Mais ids ont fait pen die progres
parmi notre paysannerie. D'une part, notre mouve-
ment national a 6t6, dans une grande measure, un
movement paysan les paysans nous connaissent
et ont con fiance en nous ; d'autre part, les Commu-
nistes n'ont pas appris A parler le language ides pay-
sans. Ius parent une langue et r6petent des slogans
6manant d'Europle et de Russie qui n'ont aucune si-
gnification pour les paysans. Les ouvriers de Bom-
bay savent ce qu'est le drapeau rouge, mais les pay-
sans des environs d'Atlahalbad, par example, ne le
savent certainement pas >.
Dans l'Hyderabad, pourtant, les communists ont
causi certain troubles et constituent encore a l'heure
actuelle < des poches qui devront itre nettoydes mi-
litairemen: >.
Ils ont operd une curieuse < Sainte Alliance > avec
le Gouvernement RaZakar du NiZam.
... Come le Parti Nationaliste, le Parti Commu-
niste avai:t 6t interdit par le Nizam. Soudainement,
cependant, les Communistes furent reconnus 16gale-
ment et r6alis8rent une entente occulte avec le Gou-
viernement de 1'Etat, bien qu'ils ne fuss'ent manifes-
tement pas en measure de soutenir Ie despotique
Nizam lui-mrnme. Ils constitu6rent ensemble ne sorte
de front uni contre 1'Union Indienne...
(" The Observer ., 21 novembre 1948). 4.284.

Une autre source d'agitation est celle provoquie
par l'organisation extrimiste hindoue < Rashtriya
Awayam Sewak Sangh > ou < Union national pour
le Service volontaire dans l'intiret du Peuple >.
Le R.S.S.
... fut fond6 il y a 25 ans commie un mouvemenf
de jeunesse idu Mahasalbha Hindou, organisation des
Hindous I raditionnalistes fermerment attache aux
institutions religieusesfet sociales et don't le but peut
6tre 'defini par les mots : << 'Hindoustan aux Hin-
dous >. Le fondateur de 1'R.S.S. etudia en Europe
les techniques nationalists et fascists et c'est se-
ion leur system qu'il 6difia son organisation. Gandhi
lui-imeme n'avait pas cach6 I'i'mpression que lui
avait produite la discipline impeccable manifest-6e
au course d'un meeting de l'organisation, auquel
.50.000 membres avaient particip6 a Delhi. ( Les
hauts-parleurs eux-mAnmes ont fonctionane 6cri-
vait A 1'6.poque un commentateur ironiste. L'assas-
sin de Gandhi avoua ique, sans ttre membre de
1'R.S.S., il approuvait ses tendances.
Le Gouvernement redoute le R.S.S. non seulement
parce qu'il constitute la principal cause de haine en-
tre les communautis religieuses, mais encore parce
qu'il reprisente une arme de combat centre le regime
actuel.
Le sabotage des reunions du Parti du CongrBs et
la propaganda hostile aux Ministres Congressistes
font partic des m6thodes de 1'R.S.S. Fait 6galement


significatif quant aux intentions de cette organisa-
tion, ses memlbres ont requ l'ordre de porter dans
leurs chaussures les portraits de Nehru et de Gandhi,
cee qui signifie d'une maniere symbolique que les
chefs du Parti du Con'grbs qui ont < pratiqu6 une
politique d'apaisement >> A I'6gard du Musulman et
< vendu 1'Inde au Pakistan > doivent &tre fouls aux
pieds.
Au lendemain de l'assassinat de Gandhi, un com-
muniqud official annonaait l'interdiction du R.S.S.
1o.ooo de ses membres furent arretes. Par la suite,
tous furent reldchis a l'exception d'une centaine.
... Aujourd'hui, I'R.S.S. ose enfreindre l'interdit au -
moyen d'une opposition passive que l'on doit con-
si'drer ,comme un cyn'ique travestissemnent de i'arme
,de la non resistance utilis6e par Gandhi ; 1'R.S.S.
n'a d'ailleurs jamais particip6 A la champagne de r&-
sistanae passive men6e par celui-ci.
Le 9 d6cembre, des bands d'individus pares de
couronnes de fleurs et icoiff6s de casquettes noires,
parcoururent les rues en hurlant des slogans. Is
furent imm6diatement arr&t6s et n'opposarent au-
cune resistance. C'6tait exactement ce qu'ils vou-
Raient. II paraitrait que 1'R.S.S. aurait l'intention
d'envoyer cheque jour des milliers de ses membres
de cette fagon sur la voie publique, afin qu'ils soient
arrtbs.
( Neue Zurcher Zeitung ), 12 d6oembre 1948).. 4.339.

Cependant, la Constituante indienne pursuit ses
travaux. La nouvelle Constitution de l'Inde aura un
caractere dimocratique. Sa marque essentielle sera
l'igaliti des citoyens devant la loi, ce qui est pour
l'Inde, un acte rivolutionnaire, car I'inigaliti a itj
jusqu'ici la loi fondamentale des rapports humans
dans l'Inde.
Le Congris paninidien avait entrepris, sous la di-
rection infatigable de Gandhi, de lutter contre ce
principle d'inegalit& reposant sur le systtme de l'In-
touchabilit&. Des 1932, Gandhi mena une champagne
intensive pour la suppression de l'intouchabilit6 et
,en faveur des parias qu'il appelait, reprenant un mot
du saint indien Narashima Mehta < Haridschans >,
&c'est-ihdire les << 6lus de Dieu >. Sa lutte pour ces
d6sh6rit6s otb6issait A divers motifs. Tout d'abord,
elle correspondait A l'6thique du Parti du ConigrBs,
fortement influence par les conceptions occidenta-
lies ; ensuite, vint s'ajouter 61galement la pensBe que
1'Inde ne, combattrait avec succs la Souverainet6 bri-
tannique que si le people tout entier unissait ses
forces et, finalement, il se r6v61a impossible de li-
vrer le combat pour la liberty au nom et dans Pint&.
r&t d'une class.e privil6gibe. La lutte pour la liberty
national obligeait de faire disparaitre les signes les
plus criants de l'absence de lib.ert6 r6gnant encore
au sein de la population elle-meme.
Avec le vote de I'article de la Constitution sur la
suppression de I'intouchabiliti, le combat de Gandhi
et du Parti du Congras a iti conclu victorieusement
sur le terrain politique.
II n'est pas douteux qu'il reste un long chemin A
parcourir avant que l'intouchabilite soit r6ellement









supprim6e. Ce n'est que dans sa propre sphere que
1'Etat peut fire admettre le postulat de 1'6galit& d6-
mocratique, mais 11 lui est interdit d'empi6ter sur le
domaine de la religion en tant que l6gislateur ou
r6formateur. Tant que l'intouchable n'aura pas
disparu de la doctrine relligieuse hindoue, tant que
ce changement, qui ouvre la voie A la ld6mocratisa-
tion de toute la vie indienne, n'aura pas p6n6tr6
dans les costumes du monde hindou, l'Pdit official
restera sans effet. On peut peut-6tre considerer la


suppression nominate de l'intouchabilit6 comme un
commencement, mais on se tromp~erait en s'imaginant
,que la situation s'est modifi6e comme sous le coup
d'une baguette magique. Unie religion qui s'est con-
servCe vivante pendant des milliers d'ann6es et qui
a su fagonner la vie d'un immense people aussi pro-
ifond6ment que I'a fait effectivement l'Hindouisme
ne peut pas 6tre change par la promulgation d'une
nouvelle Constitution officielle.
(< Neue Zuroher Zeitung ), 10 d6cembre 1948). 4.334.


III. AFRIQUE DU SUD


Un livre sensationnel intituld << When Smuts
goes > a paru il y a un an en Afrique du Sud. Arthur
Keppel-Jones, auteur de cet ouvrage d'imagination,
donne la chair de poule a ses lecteurs en racontant
< comment le fascisme s'implanta en Afrique du Sud
lorsque le gindral Smuts cessa d'etre Premier Minis-
tre en 1952 >>.
En r6alit6, le Parti nationalist fut lui-meme sur-
pris et causa une surprise A tout le monde en sor-
tant vainqueur des elections g6nerales en 1948 au
lieu d'attendre jusqu'en 1952. Smuts se retire et,
pour la premiere fois depuis la formation de l'Union
d'Afrique du Sud autonome en 119,10, fut install,
sous la Pr6sidence du Dr Malan, un Cabinet ne com-
prenant pas un seul ministry de souche britannique.
C'est dans le domaine des relations raciales que le
Dr Malan a montrd le bout de l'oreille.
Au Cap, la plus ancienne des quatre provinces
constituent l'Union, les Africains pr6sentant les
conditions requises 6lisent actuellement trois mem-
bres blancs a 1'Assembl6e, qui en compete 153. Aux
terms de la Constitution, une majoration des deux
tiers est n6cessaire pour les priver 'de ce droit ou
pour l'augmenter. Depuis 1931, epoque oi le statut
de Westminster fut vote par la Grande-Bretagne,
1'Union a eu la possibility 16gale de retire cette con-
dition de la Constitution, mais tous les parties ont
respect jusqu'A present cette convention par bonne
foi plut6t que par droit strict.
Maintenant le Dr Malan qui dispose au Parlement
d'une simple majority d'une demi-douzaine de voix
seulement, a diclard qu'il ne considdrait pas son
Gouvernement engaged par cette clause.
Cette declaration a soulev6 la plus formidable
temp&te qui se soit produite jusqu'A present. Les
Africains et les mAtis ont exerce leurs droits politi-
ques limits sans interruption depuis l'introduction
du Gouvernement repr6sentatif dans l'ancienne co-
lonie du Cap, il y a pres d'un siecle. Les priver de
ces droits serait d6truire le dernier reste de la tra-
dition liberale du Cap, et c'est exactement ce que le
'Gouvernement est decide A faire. Cependant, les pro-
testations soulev6es par la question constitutionnelle
ont fait donner l'assurance que les elections provin-
ciales, ou tout au moins un referendum, auraient
lieu au pr6alable l'annee prochaine pour sonder
I'opinion blanche...
(a The Nation o, 6 novembre 1948). 4,273.


En Afrique du Sud, la population blanche ne re-
prisente qu'un cinquieme de la population total.
Les indigenes originaires ,d'Afrique y figurent
.dans la proportion de trois contre un. La commu-
naut6 indienne est r6duite en nombre, mais est sur-
tout concentrate dans une parties de 1'Union A savoir,
la ceinture cbtihre du Natal, et est dirigle par des
-hommes qui ont atteint un haut degr: de conscience
politique. La population de couleur ou m6tiss6e est,
elle aussi, concentree surtout dans la parties Ouest
de la Province du Cap, et a be6nfici de certain
droits politiques depuis pres de cent ans. Si ce n'&tait
de 1'6norme in6gali.t entire les effectifs, la cause du
libhralisme en Afrique du Sud aurait beaucoup plus
de chances d'un succ6s rapide.
Le remade consisterait done a ritablir l'equilibre
au moyen d'une immigration proportionnie aux ca-
pacitis economiques du pays. Or les Nationalistes s'y
refusent.
L'Afrique du Sud trouvera-t-elle un moyen quel-
conque d'intigrer les races ?
En theorie, il existe un excellent moyen de sortir
du dilemme Sud-Aricain. C'est une politique qu'on
a coutumte d'appeler << segregation >> et qui devient
familiere aux Afrikaans sous le vocable < d'apar-
theid >. Cette theorie seduit des dizaines de milliers
,de Sud-Africains, parce qu'elte sonne bien et semble
sauvegarder compl6tement les inttr6ts des Euro-
piens sans paraitre, en gros ou ouvertement, injuste
A l'Pgard de non EuropBens. C'est ce slogan qui, avec
1'abus. qu'on a fait du nom de M. J. H. Hofmeyr,. a
provoqu6 la vilctoire ides Nationalistes aux elections.
En reality ce rive est si vague que son utilisation
comme programme politique < devient positivement
malhonnete >. On parle d'un Etat ou d'Etats afri-
cains oit les inteirts africains seraient prddominants
et lies en quelque sorte avec l'Union.
... Que ces Etats Africains soient independants ou
places sous la suzerainet6 de l'Union, qu'ils aient
,ou non la possibility de decider ide la guerre ou de
la paix, qu'il y ait on non entire eux et avec 1'Union
des barrieres douaninres, jusqu'A quel point ils se-
ront completement autonomes, autant de questions
qui, avec bien d'autres, restent sans r6ponse.
Mais la question la plus important de toutes est
de savoir oil peuvent se situer ces Etats ou pro-
vinces africains.








Les avocats de cette tihse n'ont pas encore pu en
tracer une carte pratisque...
La situation n'est pas plus claire en ce qui con-
cerne les Indiens et les groups de couleurs.
Les Indiens ne peuvent mn6me pas se vanter d'6tre
d6cus. Il n'oex'iste aucune proposition en faveur id'un
Etat Inldien, mais de simples lamentations en faveur
d'un rapatriement que tout ho'mime intelligent salt
impossible. Quant aux communaut6s de couleeur, il
n'y a pas moyen de les s6parer des Europeens en
partant scoit du sang qui parcourt leurs veines, soit
ide la langue qu'elles parent, soit ides coutumes qu'el-
les ont accept, soit de la religion embrassbe par la
anajorit6 de laurs membres.
La politique sage < consisterait a crier une atmo-
sphbre de cooperation et de loyauti communes >.
Ce serait une veritable perte pour le monde si
I'Afrique Ldu Sud somibrait, mais bien que cela soit
indubitablement vrai, le monde ne pourra jamais
acoepter ni les discrimination permanentes, ni la
repression ; Ide meme que 1'Alfrique du Sad blanche
ne retrour:era jamais son Ame si elle prend ces me-
sures pourr fondement de la Ipolitique future.
(e Time and Tide ., 27 novembre 1948). 4.292.

Cette politique de. sigrigation fournit aux adver-
saires du Dr Malan et en particulier aux communis-
tes des arguments de choix. A tel point qu'au course
d'ilections complementaires un communist a ite
ilu.
M. Sam Kahn, l'heureux candidate, a surclass6 ses
rivaux au point de Jeur fair perdre A tous ,deux leur
caution. 11 a R't un coimmuniste militant au Cap de-
puis 9132, mais il ne 'vient just que de r6aliser son
reve d'Atre le premier membre communist du Par-
lement sud-africain. 11 s'est fait lui-mnme le cham-
pion euro]pen des int6rets non-europeens et son
Election a 1'heure ofl le Gouvernement nationalist
se prepare A prendre les measures preliminaires des-
tinles A l'application 'de sa politique d' < apartheid >
prend une signification particuliere.
(: The Economist ., 27 novembre 1948). 4.307.

Une crise politique menace d'ailleurs que la
politique de sigrigation provoque.
M. Havenga, Ministre des Finances du Gouver-
nement Malan, a declare s'opposer a la suppression
des droits politiques des non-Europeens si l'on ne
demand pas au people de s'exprimer sans equivo-
que sur ce point.
Malan repondit A Havenga que le Gouvernement
livrerait la lutte 61eectorale, lors des elections pro-
vinciales d!u mois de mars, sur la politique nationa-
liste de 1' < apartheid > ('d6velopp'ement s6par6 des
races blanche et noire).
Mallan estime que ces elections serviront A expri-
meer la volont6 du people let qu'elles satisferont ainsi
la conscience d'Harvenga.
Mais on pense giniralement qu'Havenga persis-
tera a souvenir qu'une majority parlementaire beau-
coup plus important que celle don't dispose le Gou-


vernement est nicessaire avant que ne soit iliminie
la representation indigene.
... Trois heures apres la publication ide la rpponse
de Malan, Jan Henrik Hofmeyr, successeur nature de
Smuts A la direction du Parti Uni Conservateur, le
savant et le << th6oricien politique > le plus brilliant
d'Afrique du Sud, mourut subitement d'un transport
au cerveau.
Tous les Nationalistes let de nombreux partisans
du Parti Uni attribuaient la defaite de Smuts aux
conceptions li'b.rales d'Hofneyr sur la question in-
digene.
Le Parti Nationaliste avait utilis l'Apiouvantail
Hofmeyr avec un 6norme succ6s aux elections g6-
narales et il 6tait d6cild6 A recommencer aux Blec-
tions provinciales.
Rien n'Apouvante davantage 1'electeur Sud-Afri-
cain moyen que la menace d'une quasi 6galit6 de
droits pour les Blanics et les Noirs...
La mort soudaine de M. Hofmeyr prive done le
Parti Nationaliste de son arme la plus puissante con-
tre le Parti Uni. Mais elle rend igalement possible
une alliance Smuts-Havenga.
... Si Malan rompait avec Havenga, celui-ci let
Smuts plourraient constituer un Parti Afrikaner Uni,
comprenant le Parti Afrikaner actuel et 1'aille droite
du Parti Uni d'aujourd'hui.
Smuts pourrait alors se retire ide la vie politi-
(que ,et transf6rer la direction unique A Havenga, qui
s'assurerait probablement la plulpart des nombreux
suffraiges flottants qui se manifestrrent au detriment
de Smuts ii y a six mois...
(< Continental Daily Mail ', 6 d6cembre 1948). 4.322.

Sur le plan iconomique, des restrictions sevires ont
iti introduites sur les importations le mois dernier.
Ces measures n'ont pas ite une surprise pour les ob-
servateurs attentifs.
Contrairement A tous les autres memibres de la
zone sterling, 1'Union Sud-Africaine a renonicA a sa
politique d'austerite peu de telmps aprBs le debut de
la guerre. Tant que les besoins en devises du Domi-
nion 6taient couverts dans une grande measure par
loe pool du bloc sterling, cette attitude n'avait pas de
repercussions directed sur 1'Ptat des paiements de
1'Afrique du Sud ; elle affaiblissait, par contre, la
position de la zone sterling dans son ensemble. La
situation a toutefois change depuis la signature du
novel accord d'emprunt d'or conclu par l'Union
avec la Grande-Bretagne l'ann6e dernibre. Aux ter-
mes de cet accord, l'Afrique du Sud actcordait A la
m6tropole un emprunt dd'or de la valeur de 80 mil-
lions de livres et s'engageait A couvrir par des li-
vraisons d'or ult6rieures son deficit en numnraire
occasionn6 par les transactions commercials cou-
rantes.
Dans ces conditions, un contr6le plus strict des
importations en devises fortes s'imposait. Et le Gou-
vernement Smuts envisageait effectivement de recou--
rir a de telles measures.
Mais, au mois de mai de ceette ann'e, ill fut rem-
place par le Gouvwernement Malan, qui avait men: sa

63








champagne 6lectorale centre les 'contr6les de 1'Etat.
Bien que la situation des paiements extirieurs de
I'Afrique du Sud ait visiblement emipir. depuis le
printemps dernier, le Ministre des Finances -du nou-
veau Gouvernement, Haveniga, croyait encore, lors-
qu'il prit la parole en aofit au suj'et d.u budget, pou-
voir esquisser une politique favorable au pouvoir
d'achat in.trieur. Quant A la politique d'importa-
tion, il fit seulement remarquer que le maintien de
la liberty d'importation d6pendrait dans une grande
measure .de la propre discipline des importateurs et
qu'il etait persuade que celle-ci aurait des comipen-
sations 6conosmiques.
Pourtant il n'y avait pas d'autre solution que de
recourir a la limitation des importations.
II y a un an, la Banque d'Etat sud-alfricaine avait
encore une reserve id'or Wd'environ 190 millions de
lives, don't 80 millions furent livr6s i la Grande-
Bretagne au titre de la convention d'emprunt. Jus-
qu'A la fin du mois de juin, of la reserve 6tait tom-
bMe a 91 millions -de livres, les pertes se m'ainte-
naient .encore idans des limits relativement suppor-
tables. Mais, depuis lors, la cadence de la ,diminution
s'est acobleree dans une tell measure que la couver-
ture-or minima requise par la Banque d'6mission
idut ktre ra6duite, le mois dernier, de 33,33 % a 25 %.


Dans la derniere semaine d'octobre, la reserve d'or
subit une diminution de l'ordre de 6 millions de
livres, c'est-h-dire de plus ide 10 % du montant de
;la reserve encore existante, qui s'eli]ve A 58 millions.
Parallelement a la deterioration de la situation de
l'or et du numiraire en Afrique du Sud, la balance
en sterling du Dominion devenait de plus en plus
critique du fait que les capitaux cessaient d'y affluer
au lendemain de la victoire ilectorale du Dr Malan.
Aujourd'hui,
... l'importation d'un grand nombre de marchan-
dises ,en provenance de tous les pays est interdite.
La liste de prohibition comprend les automobiles
oofitant plus de 50l0 ivres et les appareils de radio
d'un prix sup6rieur iA 115 livres. Elle vise 6galement
les cigarettes, les boissons alcooliques, a exception
du whisky, les bijoux vrais et les imitations, cer-
tains appareils 6tectriques, tels que les rasoirs Blec-
triiques et les Igrille-pain, pertains meubles, les allu-
mettes, certain articles de verre et d'autres prodduits
manufactures moins important. Une autre longue
listed 6numrre les products tels que vivres, savon
,et certain articles tiss6s don't 1'introduction n'est
Ipermise que centre licence d'importation.
(a Neue Zurcher Zeitung -, 12 novembre 1948). 4266).


IV. SUD-OUEST AFRICAIN


LE SUD-OUEST AFRICAIN

Le Gouvernement Sud Africain a l'intention d'an-
nexer le Sud-Ouest Africain avec ou sans l'accord des
Nations Unies.
Cette colonie a une superficie de 518.730 km2 et
une population de 300.0.00 mes don't 1/1io de
Blancs.
L'administration de ce territoire, qui faisait par-
tie, avant la premiere guerre mondiale, de 1'Empire
allemand, sous le nom de Deutsch Sud-West Afrika,
tut confine en 1918, par la jeune Solciete des Nations,
au Gouvernement de 1'Union Sud-Africaine, don'tt un
corps exp6ditionnaire, conjointement avee des deta-
chements britanniques, placid sous le commande-
ment du general sud-africain Louis Bothe, reussit,
aprrs une brillante champagne, A lib'6rer la colonie
de sa forte garnison allemande, qui se defendit d'ail-
leurs vaillamment et a l'occuper, en definitive, en
1915.
Cette administration exercde en vertu du mandate
octroyd devrait prendre fin, selon l'opinion du Gou-
vernement sud-africain, au moment du dicds de la
S.D.N. et se transformer alors en une incorporation
pure et simple.
Aussi, des la fin des dernieres hostilities, le g6n6-
ral Smuts, alors chef du Gouvernelment de l'Union,
s'adressa-t-il, en novemabre 1946, A 1'Assembl6e GB-
n6rale des Nations Unies, pour lui demander de re-
connaitre l'annexion souhaitee, comme il le souli-
gnait, par la population mime de la colonies.
Soutenu par Londres, combattu par Washington,


ce d6sir a Wti l'objet de vives controversies et fut fi-
nalement rejet6 par 1'Assemb,16e pl6niere...
Indiscutablement les deux pays se completent,
forment un tout iconomique : I'annexion du Sud-
Ouest Africain donnera a l'Union Sud-Africaine une
plus grande security en cas de conflict et offrira de
nouvelles possibilities a l'dmigration europeenne.
Elle augmentera aussi, d6s iA present, la popula-
tion blanche de 1'Union, ce qui est pour elle fort
important, vu 1'6crasante majority de la population
indigine, devenant progressivement consciente de
sa superiorit6 numbrique (d'apres le dernier recen-
sement de 1946 : sur une population total de
11.1059.000, il y a 8.924.000 indigenes et seulement
2.335.0010 Europ6ens), et priv6ee, jusqu'ici, de tout
,droit civique.
Mme Vijaya Lakshmi Pandit, d616&gu6e de 1'Inde,
:de la Commission des Mandats, a soulign6 tout r6-
cemment 'que le Gouvernement de 1'Union s'est em-
press6 de retablir ou d'accorder des droits civiques
A 5.000 Allemands habitant la colonies, ou 10 % des
Blancs d6tiennent 58 % des terres. < Ces anciens
nazis, dit-elle, sont census devenir les fiddles sup-
p6ts de la politique de discrimination racial et de
segregation du Gouvernement nationalist de M. Ma-
Jan. >
II faut remarquer, cependant, que le Gouverne-
ment de l'Union qui avait intern, au d6but de la der-
.nitre guerre, la plupart des ressortissants allemands,
6tablis dans la colonie, a annule les naturalisations
dBj, accordees et a rapatrii d'office, A la fin des hos-
tilites, les << nazis > notoires.
( La Tribune do Genbve n, 3 d6oembre 1948). 4.312.








V. EMPIRE HOLLANDAISE


INDONESIE
En novembre dernier, le Dr Stikker, Ministre des
Affaires Etrangeres de Hollande, se rendait h Bata-
via en vue d'amener la Ripublique Indonisienne a
adherer aux Etats-Unis d'Indondsie.
... Le plan hollandaise consistait A cr6er une FBd6-
ration des Etats-Unis d'Indon6sie (E.U.I.), qui dis-
poserait se'ule de la s'ouverainet6 en matiere militaire
et diplomatique, et oi la R6publique ne figurerait
que I'un des divers partenaires ; de cette facon, la
Rerpubliqute r6volutionnaire serait premise A sa place
et sa reconnaissance officiealle en qualitye d'Etat in-
d6pendan't serait ,Avit6e, tandis que des concessions
seraient faites au nationalism indonksien, qui suffi-
raient, esliment les Hollandais, pour sauvegarder un
lien politique solide entire les E.U.I. et le Royaume
des Pays-Bas...
Les chefs indondsiens des territoires situes en de-
hors de la Zone rdpublicaine se prononcent en gend-
ral en faveur d'un systime .fidral pour le pays et
s'opposent a la pritention du Gouvernement de Jog-
jakarta de representer tous les Indonesiens...
... mais ils considerent icom'me essentielle 1'adh6sion
de la R6piublique pour que la F.d6ration ait quel-
que chance de succs et cela offre A la Republique
une excellent base de discussion. Le Cabinet Hatta
est sorti grand moralement de 1'6preuve de la r6-
cente r6volte communist, bien que, matriellenment,
sa situation soit pire, du fait des destruction qui
en ont r6sult6, et ia guerilla communist se pursuit
encore. Les circonstances semblent favorables au re-
nouvellement d'un effort en vue d'un r6glement et
le fait que le. Ministre des Affaires Etrang6res et le
Ministre des Territoires d'Outre-Mer participent tous
les deux la nouvel'le d616gation laisse prevoir qu'on
considere s6rieusement A La Haye les perspectives
d'un accord.
:(( The Economist 27 novembre 1948). 4.296.

Un tel accord pourrait satisfaire les < aspirations
nationalist!es de Java et amiliorer les miserables con-
ditions de vie resultant des restrictions imposes par
les Hollandais sur le commerce avec les territoires
ripublicains >>.
Si on n arrive A aucun accord et si la lutte reprend
entire Hollandais et la RApublique, ainsi qu'un grand
nombre dL'observateurs semblent s'y attendre, cette
derniere sera prolbablement d6truite. Cette destruc-
tion, cependant, pourrait .6ventuellement profiter
idavantage aux Communistes qu'aux Hollandais. La
mort de la R6publique pourrait fort bien donner
aux Rouges une chance de s'emparer 'de la direc-
tion du inouvement nationalist clandestine qui se
constituerait presique sfirement pour continue la
lutte en vue *de l'autonoimie gouvernementale. Ceci
leur permettrait d'exploiter un d sir populaire d'in-
d.ependance coimme ils P''o.nt dejih fait ailleurs, en
Orient. Lorsque les Communistes 'd'Asie ont une tell
occasion, ils en tirent le meiilleur part.
(a The New York Herald Tribune ,
25 novembre 1948). 4.301.


Apris un demarrage prometteur, les nigociations
entire la Hollande et la Ripublique Indonisienne
ichouaient soudainement, en dipit des efforts de la
Commission des Bons Offices de l'O.N.U.
... La rupture finale des conversations semble
s'Atre produite A l'occasion de la question du con-
tr61e des forces armies pendant la periode int6ri-
maire qui doit pr6c6der F'inauguration de la F6d&-
ration projetee des Etats-Unis d'Indon6sie ; les Hol-
landais insistaient sur la designation d'un Comman-
dant en chef hollandais, alors *que la RBpublique re-
fusait de porter atteinte A l'ind6pendanice militaire
Idont elle b6n6ficie dans les territoires qu'elle admi-
nistre en soumettant son armre A un commande-
ment supreme hollandais...
((( The Economist ), 11 d6cembre 1948), 4.332.

La crainte des Hollandais c'est que, dans les Etats-
Unis d'Indonesie, du fait de ses inormes resources,
la Ripublique Indonisienne jouant un r6le prepon-
dirant, ne finisse par substituer son autoriti a la
leur.
Dans cette crainte, ils ont agi
... en vue de d6truire la Rapubliique, au moyen de
la soi-disant < operation de police > de juillet der-
nier et en recourant A une snrie ide measures 6cono-
imiques paralysantes qui se sont traduites par un
blocus maritime, et de id6marches diplomatiques
aussi bien au sein .de la Comimission qu'en dehors
d'elle. Leur but a 6t, de diviser les Indes en une s6-
rie de petits Etats d6pendants et de revenir A la
situation 6Aconomique des jours Id'avant-,guerre...
L'intrusion du Conseil de Sicuriti a ite considirie
comme inopportune
... et, bien qu'on ait dfl accepted la Commission
ides Bons Offices, I'ancien gouverneur general, le
Dr Van Mook, poursuivit sa propre politique en
cr6ant des Gouvernements locaux < provisoires 7
dans les territoires arrach6s A la Republique au
icours de l'op6ration de police de 1'an dernier.
Les Hollandais soulignaient *qu'il s'agissait de
Gouvernements < d6mocratiques >, mais ils 6taient,
en r6alit6, contr61s par des fonctionnaires civil et
des administrateurs hollandais, pays par des fonds
hollandais et maintenus au pouvoir par l'arm6e hol-
landaise...
Lorsque le soultvement communist a iclati a
Java (en septembre dernier) un veritable problem
se posa aux Hollandais.
Leur prbc6dente attitude avait 6tA d'accuser la
Republique d'Atre communist, de meme qu'ils
i'avaient auparavant accuse d'etre un Etat fantoche
,japonais. Ils dclarent maintenant quie la Republi-
,que n'est pas assez forte pour tenira tkte aux Com-
munistes, que ses territoires ne sont pas tenus en
main, etc... Peu de temps apres la r6volte, des ru-
aneurs en provenance -de Batavia laissaient enten-
dre que des n6gociations allaient avoir lieu entire les
Communistes et la R6publique. Un peu plus tard,








lorsiqu'on s'apergut que les troupes r'publicaines re-
prenaient presque A vo'lonte les villes tenues par les
Coommunistes, on rep'andit je ibruit que toute l'af-
faire n',tait qu'un coup monte pour se concilier les
sympathies internationales, surtout en raison 'du re-
fus ide Hatta id'accepter I'offre ,de secours .de iVan
Mook.
Les Hollandais disposent en Indonisie d'une ar-
mee forte de plus de Ioo.ooo hommes bien entrainis
et iquipds de tanks, d'artillerie et d'avions.
L'affirmation des, Hollandais selon laquelle Leur
arm6e peut fire. face A ia Imenace communist, sem-
ble mailheureusement avoir 16t aciceptle piar I'Occi-
dent comme argent comptant. Mais les Hollandais
savent que, skills entreprennent une nouvelle opera-
tion ide police, son vWritable but isera de d6truire la
R6pulb;lique et non pas Ie communisme...
... Si nous d6sirons soustraire les Indes au com-
munisime, nous devons fortifier la R pubtlique et
fair la souride oreille aux boniments qui voudraient
que la restauration ,de < la loi et ide l'ordre se
fasse au moyen d des balonnettes coloniales.
( The New Statesman and Nation n,
27 novembre 1948). 4.306.

Quelques jours apris que dans un long rapport, la
Commission des Bons Offices de I'O.N.U. ait cons-
tated que les deux parties faisaient preuve d'une
malbeureuse disposition a recourir a l'action directed
au moyen d'armes a feu >,
... es Hollandais s.e sont contents d'annoncer
qu'ils se proposent de mettre sur pied une Constitu-
tiori f6d6rale int6rimaire sans attenare que la Repu-
bliquie Idonne son accord, et 11 semnble qu'ils puis-
sent tabler sur un soutien suffisant des Etats non
r pubdlicains, qui comprennent les deux tiers .de la
population ides Indes, pour leur permettre de d6-
marrer.
(a The Times ., 14 d6ce.mbre 1948). 431.

Mais le 17 dicembre < jouant une fois de plus
dans leur politique indonisienne le jeu de Staline >>,
les Hollandais faisaient part au Conseil de Securiti
de leur decision de mettre fin aux nigociations. Ils
annongaient en outre < leur intention d'dtablir une
Constitution fiedrale interimaire sans attendre que
la Ripublique ait done son accord >>.
... Etant donn6 qu'u'ne tell imesure idiborde la
Commission des Bons Offices, le devoir le plus 6vi-
,dent du iConseil de Skcurit6 est de se saisir, comme
le suggere la RWpublique, de ila nouvelle situation
menagante ainsi cr&be.
(a The New Statesman and Nation ',
18 d6oembre 1948). 4.347.

Le 19 dicembre, < repudiant pour la second fois
un accord qu'ils avaient signed > les Hollandais << re-
couraient a la force armde dans l'espoir d'iliminer le
movement nationalist indonisien >.
... L'objactif est maintenant ide dAtruire 1'aTrm6e
repUiblicaine et ide << librer >> les zones restant sous
a'autorit6 ripubliicaine, en id'autres mots, de suppri-


mer compl6tement la RApublique, consideree sous sa
forme actuelle comme un obstacle A Ia constitution
d'un Gouvernement f6d6ral interimaire pour 1'Indo-
n6sie dans des Iconditions inmposkes par les Hollan-
.dais...
Les Hollandais ont soutenu qu'un riglement en
Indonesie itait une affaire intirieure. Ils ont igale-
ment demand que le Gouvernement federal intiri-
maire soit sous leur contr6le.
Aux terms de l'accord dur Renville, les r6publi-
icains accepterent la souverainete 1&gale des Pays-Bas
pendant ,a piriode transitoire: a.u course de laquelle
( les droits, devoirs et responsabilit.s adiquats a
deevaient &tre transf6r6ss gradnellement au gouver-
nement f6d6ral. Mais ils ont relfus6 de participer au
Gouvernemient, sauf 'A des. conditions leur attrihuant
une certain souverainet6 fondue sur 1'autoritW qu'ils
exeroent en fait sur Le territoire r6putblicain. Les Hol-
landais, ,qui ont accus& tout d'abord les r6publicains
d'"tr:e: des ( Quisling >> j.aponais et iensuite d'&tre
communists, leur d6nient, maintenant *qu'ils ont
rrat6 le soul6vement communist du mois d'octobhre,
toute quality, pour exercer l'autorit6. Comme le dit
Ia Commission des Bons .offices dans son rapport au
Conseil .die S6curit6, la decision prise la semaine der-
niAre par les Hollandais d'instituer le iGouvernement
interimaire sans Ia R6publique < contribuera A for-
tifier I'opinion .de la iR6publique selon laquelle le
Gouvernement ides Pays-Bas a manoeuvre en 'dfini-
tive dans le but d'atablir des Etats-Unis, d'Indon6sie
selon ses Ipropres conditions sans la Re6publique...
Peut-etre < la sagesse d'une telle decision sera-t-
elle mise en doute en Hollande mime > ?
La politique holanidaise actuelle 'date *des dlec-
tions de juillet A la suite desquelles lie Parti catho-
lique remain prit possession .du ministare d.es Ter-
ritoires d"Outrie-Mer, et on dit ,que les divergences
entire le, ministry des Colonies et le ministry: des
Affairs etran!gerles sont si marques qu'ils ont WtA
obliges de muener ss]par&6 ent les entretilens qu'ils ont
eus r6cemment avee le Premier Ministre rbpubli-
,cain. Le ministrre des Affaines 6tranigBres 6tait con-
vaincu de l'existennce d'une base de n6gociation. En
passant par dessus sa tete, le Gouvernement a pris
une responsabilitA qu'il n'est en measure d'assumer ni
mate-riellement, ni d'aucun'e autre maniere. Le na-
tionalisme ne sera pas stpprim6 par la force, .cette
iforcie don't ':emploi lest une arme dans les mains de
ceux qui, cheez les IndonBsiens, ont toujours soutenu
que le nouveau project hollandlais 6tait un leurre.
(c The Manchester Guardian 20 d6cembre 1948). 4.355.

Les operations militaires en Indonesie ont ite vi-
goureusement condamndes par la plupart des mem-
bres du Conseil de Sicuriti. On n'a gudre tenu
compete de l'affirmation hollandaise selon laquelle le
Conseil ne serait pas qualified pour s'occuper d'une
question qui est < d'ordre intirieur >.
,Le Dr Jessup, au noM des Etats-Unis, exprinia le
sentiment gBneral .de ses colleagues lorsqu'il rexprocha
aux Hollandais de; n'avoir pas eu suffisamment re-
cours A Ta Commission des Bons offices. S'il en avait








at6 autnement, selon lui, les operations militaires
actuelles, qui constituent 'une violation flagrant, de
l'ordre dee trove du Conseil de Slcurit6, n'auraient
jamais eu lieu. II aj:outa qu'il incombait en outre a
la Commission, le6 tant 'que mandataire du Conseil
de S6curil6, de fournir A celui-ci un compete rendu
oblectif des 6v6nements d'Indon.6sie, ce qui a d6j.A
.t fait dans un :sens nettemient d6favorable a la
cause hollandaise. Cet argument fit une plus pro-
fonde impression sur lea Conseil que ceelui de M. Van
Royens faisant 6tat des provocations que le Gouver-
nement des (Pays-Bas aurait subi:es .de la part des
r6pubilicains ; celui-ci ne !gagna personnel A sa cause
lorsqu'il affirma que les forces subversives op6rant
actuellemcnt sur le territoire de la 16,publique met-
traient en danger, si on ne les 1liminait pas promp-
tement, tcoutes les foundations des Etats-Unis d'Indo-
n6sie. L'olfre de M. Van Royens tendant A demander
a la Co.ur de Justice Internationale de se prononcer
sur la competence duG Conseil ne. se' r6v6la pas non
plus acceptable. Le Conseil fut d'avis ique des subti-
lit6s juridiques 6taient moins imiportantes- qu'un fait
manifeste, A savoir que l'action militaire hollandaise
constituait une menace A la paix qu'il 6tait imipossi-
ibie aux Nations Unies d'ignorer.
(a The Times 24 d6cembre 1948). 4.371.

Les Etats-Unis ont suspend l'aide Marshall aux
Indes Nerlandaises (< ils ne l'ont pas fait pour les
Pays-Bas, car cela aurait dtd un peu plus qu'une
demi-mesure >) et ils ont soumis au Conseil de Si-
curiti une resolution demandant le < cesseZ le feu >>
et le retrait des troupes holldndaises sur leur position
de depart.
Gette i-cesure a une apparence tres imipression-
nante, oomnme ,ce fut le cas pour certain'es decisions
analogues prises lors de l'affaire de Palestine. Mal.-
heureusenent, apres le precedent palestinien A l'oc-
casion dduquel de tels ordres furent fr6quemment
vio'ls par l'une ou l'autre 'des'parties et le r6sultat
final obteuu sur le terrain par la force des arm-es,
personnel a'est tent6 de prendne cette resolution trop
au serieu:x.
Aprds la < legon de Palestine >, pourquoi les Etats-
Unis se pricipitent-ils dans une situation identique
en tant de points?
C'est que ce gestee fait parties dee la << guerre
froide >. En soutenant la R.publique indon6sienne
les Etats-Unis veulent saper la propaganda anti-
imperialiste russee ; on argue. 6igalement .que les 'Hol-
landais, en attaquant le Gouvernemient qui avait
combattu lui-mnme! les communists locaux, n'ont
tend ifu' it pousiser les Indonsiens dans le troupeau
communiste. En Europe, cependant, les Hollandais
constituent I'un des principaux bastions du sys-
teme oocicdental contre l'agression communist. Le
r6sultat final est fantastique : des messieurs quelque
pen imbus: die vues theoriques sont en train die peser
dans les bureaux isolks du State (Department dei
Washington l'effet lanti-icommuniste d'une d6mar-
che A Paris et l'effiet pro-communistea d'une trove A
Java, les v6ritables intbrts des Indon6siens, .des
Hollandais, des Russes ou Ides Am6ricains n'interve-
nant mrnl e que trBs faiblement dans le' balanoe...


Si une telle politique pouvait etre victorieusement
conduite, on n'aurait pas d'objection a formuler.
... mnais devant la conviction. grandissante que les
deceptions et la confusion sont lies rcomplenses
habituelles d'une tell maniere de proc6der, le
citoyen moyen est amenA A demander s'il nee serait
pas 'possible de baser la politique sur une appr6cia-
tion des veritalblies ifactieurs en jeu dans la region ?
Si la .d6mocratie occidentale a quelique chose ide
raisonnable A dire au sujet de cet ensemble em-
brouill6 ofl se mrlient le just et l'injuste qu'est ler
probl6me indonsien, elle devrait lavoir le. courage
de le dire sans souci des consequences. Dans le cas
contraire, elle dievrait ne rien, dine.
(c Now York Herald Tribune ),
24 d6cembre 1948). 4.361.

Au Conseil de Sicuriti, il est difficle de savoir < si
ce fut la naivete ou le cynisme > qui inspira a
M. Van Royen de demander au Conseil de < nous
fournir l'occasion de dimontrer que nos mithodes
conduisent a la realisation du but commun pour le-
quel nous luttons >.
Quelles sont en fait ces m6tholdes ? Comme la Com-
mission -des Bons Offices l'a dit au Conseil, les Hol-
landais ont refuse depuis juillet de n6gocier aviec
la Ri1publique par son interm6diaire. La semaine
dernibre, ils ont d6clench, une offensive contre le
territoire r6puiblicain apres avoir public un ultima-
tum don't les conditions ktaiient mat.riellement im-
possibles A remplir dans les d6lais fix6s, mi me
dans le cas ohi elles n'auraient pas implique .une
capitulation de la part ddes R publicains sur tous
les points r6clamant la n6goociation. Lie premier
ete des troupes hollandais.es !fut d'arrter les chefs
r6publicains avec lesquels les n6gociations auraient
ddfi etre m:enkes. Ce qui s'lest passe depluis est rest
caclh par la censure de Batavia, t l'Feexception .d'un
fait important que' la Commission des Bons ,Offices
a 6t6 en m\esure de confirmed, A savoir .quie les gou-
vernements sous patronage hollandais d'Indonsie
Orientale et del Pascendan (Java Occidental) ont
d6missionn6 en signe ide protestation. On ,escomp-
tait que ces gouviernements .constitueraient les prin-
cipaux soutiens de l'autorit6 hollandaise d!ans le
gouvernement f6d6ral int6rimaire d'Indonsiie ; aussi
la p'erte de leur all6geance porte-t-elle un coup. s-6
rieux A la th6se des Hollandais selon laquielle, ils
agiraient au nom des deux-tiers die la population des
Indes Ni6erlandaises.
(c The Manchester Guardion n,
24 d6cembre 1948). 4.366.

Selon le Daily Telegraph, la plupart des discourse
prononcis devant le Conseil semblent indiquer que
< certain deleguis n'ont pas la moindre notion de ce
qui s'est pass ou de ce qui se passe en Indonisie >.
I1 est totalement inexact qu'unie grande puissance
ait attaqu6 arbitrairement un Etat 6tabli et d6mo-
cratique. Ge que les Hollandais ont essay Ide fair
pendant toute l'ann6e 6coulle, c'est dWamener au
sein ides futurs, Etats-Unis .d'Indon6sie, accepts par
tous les autres Indon6siens, une minority pr6ten-
dant repr6senter un quart die Java let les deux-tiers








de Sumatra. Le gouvernement de cette minority, avec
une 1Mgeret6 d6concertante, a tant6t accept et tant6t
refuse les clauses principles 'de ce project. II n'est
pas n6cessaire a ce propos, de m ettne en cause: la
sin.c6rit6 de tous les niinistres republicains, mais il
faut conclure qu'ils n'ftaient pas maitres .de leurs
actes. La situation 6tait sermblable sous clertains rap-
ports A ctelle qui s'est d6velopp6e en Malaisie. Selon
-les Hollandais, le nombre des ifoncitionnaires indo-
n6silens sympathisants assassins au course des, der-
niers mois n'est pas inifrieur A 300...
Il est de l'interet de toutes les Nations que cette
parties du monde extremement productive soit arra-
chie a l'instabilite et au chaos.
La suspension de l'aide 6conomique l'Indon6sie
semble due aux difficulties actuelles die distribution.
Esip'6rons qu'il en est ainsi, car, s'il s'agissait d'une
forme die sanction contre les IHIollandais, elle serait
ridicule. En fait, la tendance g6n6raie consistent A
condamner sans appel ce iqui, dans la lettre comnme
dans l'esprit, est effiectivement une < action die po-
lice > test extremement regrettable.
(< The Daily Telegraph ), 24 d6cermbre 1948). 4.367.

Selon Time and Tide, ld prise en main de l'affaire
indonesienne par le Conseil de Sicurite n'ajoute rien
au prestige de cet organisme.
... I1 s'est mime montr6 incapable e de dterminer
sa propre comp6tentce A s'occuper ide la situation et
lorsque, les Francais qui sont certainement lies
plus subtils juristes du Clonseil mettent ouverte-
ment en doute cette competence, on comprend peut-
4tre pourquoi tant .de membries s'abstiennent de
voter sur les resolutions successive qui sont pre-
sentes. Mais cette .carence n'est pas excusable. Le
premier devoir *d'un membre du Conseil est de voter.
Si la motion est r6dig6e, de telle sorte qu'il soit dif-
ficile de .dire clainement ( oui >> on < non >> il est
de son devoir de 1'amender de facpn qu'une r6ponse
nette soit non seuliemlent possible mais inevitable. La
seule chose qu'il ne:doive pas fire 'est de s'abstenir...
((< Time and Tide ), 1er Janvier 1949). 4.380.

En fait, I'O.N.U. n'avait aucun droit d'intervenir
dans l'affaire indonesienne.
En 1945
,des que les Hollandhis furent en measure d'en-
voyer 'des forces, ils commnencerent A reconquerir
Java presque sans resistance et ils y seraiient par-
venus tres vite compl6tement si les Nations Unies
n'6taient pas intervenes et n'avaient pas prescrit le
< cessez le feu >>.
Cette intervention du Conseil de Sdcuritd n'itait
conforme ni au droit international ni a la Constitu-
tion des Nations Unies. Aucune nation reprisentde au
Conseil de Securitd n'avait reconnu la < Rjpubli-
que > et, en affirmant etre souverains cheZ eux, les
Hollandais dmettaient une pretention inattaquable
juridiquement.
Mais pourquoi les Etats-Unis et 1'Australie sont-
ils dans cette ,galbre ? Les Etats-Unis s'y trouvent
parce qu'en 11945 leur politique Utrangre 6tait desor-


donn6e et tres influence par les int6rits de com-
mercants cqui p'ensaient pouvoir obtenir des conces-
sions plus grades de la part d'Indon.&siens igno-
rants et v6naux que de la part de iHollandais experi-
ment6s. 'Maintenant que M. Marshall a r6tabli une
certaine unit d'action dans biten .de's domaines, son
d@partement ne pourrait-il pas songer A nouveau a
ce problem ? Et l'Australie ? Rien ne pourrait 4tre
plus' insens6 pour une puissance colonialeq que de
soutenir l'intervention de F'O.N.U. .dans les colonies
ou pour un people r6solu A maintenir une Australie
( blanche i0 de chercher a faire disparaTtre Pin-
fluence de blancs des territoires les plus voisins et
qui sont trbs peuples ; mais n'est-il pas maladroit
gal'ement de paralyser un associ6 important die
l"Union ocicidentale ?
(< The Sunday Times ,, 2 janvier 1949). 4.384.

L'action hollandaise a provoque une profonde
emotion en Asie. Elle vient de se traduire dans le
discours du Pandit Nehru qui a invite une quinZaine
de pays a participer a une conference sur l'Indonisie
qui se tiendra'a Delhi.
Certaines raisons parculibres sont a l'origine de
la force de ce sentiment. Depuis des temps reculks
des relations culturellies, et religieuses 6troites out
uni les populations du continent indien et les popu-
latiofs de 'Indonsie ; et depuis que 1'Inde et le
Pakistan ont obtenu lind6piendance, ils ont suivi les
pro.gres du movement nationalist dans 1'Insulind:e
avec un enthousiasme plus chaleureux encore que la
sympathie amicale avec, laquellie ils accueillient ha-
bituellement les efforts, de leurs nations-sceurs pour
parvenir A l'indpendance. IEn outre, depuis que la
vieillie armle indienne a ai.d6 A r6tablir l'ordre A
Java et A iSumatra apres la capitulation japonaise,
des liens personnel 6troits sie sont talblis entire les
,chefs r6publicains indonksiens et les homes d'Etat
qui sont maintenant au pouvoir dans 'Indle et le
Pakistan.
Mais de plus, M. Nehru a toujours insisted sur le
fait qu'une cooperation itroite et amicale avec
I'Ouest sur la base d'une jgalite complete est ndces-
saire au progres et a la prosperity de l'Asie.
La principal critique ique M. Neihru .dlvie centre
le communism en Asi'e, c"est qu'il essaie de cana-
liser les forces salutaires du nationalism asiatique
dans des voies qui rendraient Ja cooperation entire
1'Orient et 'Occi.dent impossible. 'Le but de la pro-
chainie conference die (Delhi est d'exprimer la con-
viction des pays participants que certain principles
,de libert.b et *d'autonomi'e doivent regir les relations
entire les pays die, l'O1rient et die' l'Ouest ; et c'est A
cause de cette conviction .que Faction hollandaise
se heurte a des critiques d'une violence tell qu'elle
peut provoquer pr6cis6ment entire le nationalism
asiatique et le monde occidental cet antagonism
,qu'exige le programme communist.
(( The Times ,, 4 Janvier 1949). 4.381.

Si l'on examine de pris le probleme indonisien, on
constate rapidement que les adversaires locaux (Hol-
landais et Indonisiens) s'effacent devant l'antago-
nisme de 1'U.R.S.S. et des U.S.A.









e Le mnouvement nationalist indonesien ayant
proclamni Ila R1publiique de Djokjakarta a bient6t
subi une polarisation. Toute I'aille gauche s'est grou-
pee autour adu Parti communist et de son chef
Mousso. La droite, y comprise les trotzkistes, s'est
serree autour de Soekarnoi et du ,grand Parti conser-
vateur musulman, le Masjoumi...
Apris que l'offre d'un front unique nationalist
faite par les communists aux parties de droite eut ite
repoussde, le conflict entire eux dclata de plus belle.
< Ces divergences sont semlblables A cells qui di-
visent l'unit6 national 'dans de nomibreux pays...
Les diriigeants de Djokjakarta avaient conclu un ac-
cord avec un igroupe de puissantes entreprises am&-
ricaines e, en mbmie temps reniB un accord avec
I'U.R.S.S. prevoyant l'6tablissement de rapports con-
sulaires reciproques, preconis6s par son ambassa-
deur A Prague, Soeripino...
Sur le plan de la politique intirieure, les diffiren-
ces itaient aussi grandes.
Mousso se posait en dbfenseur de la masse popu-


laire et reclam.ait le partage des terres, la roforme
des imfp6ts et des nationalisations. Djokjakarta, s'il
6tait farouchement nationalist, n'aspirait pourtant
pas ,, une revolution communist et s'eff rgait de
maintenir de bonnes relations avec les couches ai-
s6es Ide la population indigene aussi bien qu'avec
I'Amerique...
Dans ces conditions la guerre sur le module de
celle de Chine devait eclater et les communists
prirent l'offensive. Nul ne peut affirmer qu'ils ne
l'emportent pas un prochain coup.
< Aussi, les Hollandais, don'tt les soildats intervien-
nent centre la poussbe communist en Indonesie, se
sentent-ils ibien final compris par ceux d'entre les
AlliBs occildentaux ,qui parent < d'agriession impi-
rialiste >. Ils croient, au contraire, .devoir sacrifier
leurs honines et leur materiel pour le plus grand
bien de leurs Ipropres allis, non moins menaces
qu'eux-mimes par la grande offensive sovi6tique qui
d.ferle .de la Chine jusqu'aux Indes. >
(a Le Journal de Genbve ), 6 Janvier 1949).


LISTED DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRANCAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTES :

A la Sction de la Presse Etrangere, au Ministere de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7"). (Direction
des Affaires Politiques, Piece 17, 1"e Etage).
La Section de la Presse Etrangere peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, a quiconque lui en fera
la demand, copie des traductions .ayant moins de deux mois de date.
Le N' de r6f6rence suffit a designer le document d6sir6.


ORIGINE DU DOCUMENT


DATES


__ I I


Manchester Guardian .....
Continental Daily Mail ...
The New Statesman and
Nation ................
The Economist ...........
The Observer ............
Continental Daily Mail ...
A Voz ...................
Continental Daily Mail ...
Tribune de Geneve .......
Manchester Guardian .....
The Daily Worker .......
The Observer ............
The Economist ...........
The Economist ...........
The Christian Science Mo-
nitor ..................

Neue Ziircher Zeitung ....
A. B. C. ... .............
The Economist ..........
Continental Daily Mail ...


26-11-48
N, S.
11-48

27-11-48
27-11-48
28-11-48
1-122-48
29-11-48
No s.
11-48
3-12-48
29-11-48
2-12-48
218-11-48
4-12-4,8
4-12-48

27-11-48

4-12,48
3-12-48
4-12,48
6-12-48


TITRES


Commonwealth.
/
Trois phases d'un Grand Empire (Colonies portugaises).

Folie en Indonesie.
Un communist au Cap.
Les craintes qu'inspire le conflict du Cachemire.
La terreur bat son plein en Malaisie.
La R6publique d'Irlande et le Commonwealth.
L'id6e pan-africaine gagne du terrain.
Annexion du Sud-Ouest Africain par 1'Afrique du Sud.
Elections compl6mentaires en Afrique du Sud.
Le sale travail .d'Hatta en Indon6sie.
Dans les coulisses de la Birmanie.
D&saccord des Occidentaux sur les Colonies italiennes.
La Birmanie d&sagr6g6e.
Un vaste system de voices de communication dans 1'Hin-
terland africain, cl6 de l'.conomie du temps de paix
et measure de defense.

Les espoirs de 1'Italie dans la question des colonies.
Les colonies italiennes et l'attitude de 1'Angleterre.
L'Asie du Sud-Est.
L'Afrique du Sud en face d'une nouvelle crise.


No"

4.304
4.3105
4.3106

4.307
4.308
4.309
4.310
4.311
4.312
4.313
4.314
4.315
4.316
4.317
4.318


4.319
4.3,20
4.321
4.3;22


I __ _










N" ORIGINE DU DOCUMENT DATES TITLES


4.323

4.3124
4.3,25

4.3216
4.327
4.328
4.329
4.330
4.331

4.332
4.333

4.334
4.335
4.336
4.337
4.338

4.339
4.340
4.341
4.342

4.343
4.344
4.345

4.346
4.347

4.348
4:349
4.350
4.351

4.352
4.353
4.354
4.355
4.356
4.357

4.358
4.359
4.360
4.361
4.362
4.363

4.364
4.365
4.366
4.3167

4.368

4.3i69
4.370
4.371


I-


Continental Daily Mail ...

A. B. .................
The Christian Science Mo-
nitor ..................
Jornal do Comercio ......
II Corriera della Sera ....
The Nation ..............
Manchester Guardian .....
Continental Daily Mail ...
East Africa and Rhodesia .

The Economist ...........
The New Statesman and
Nation .................
Neue Ziircher Zeitung ....
Mercati Coloniali .........
The Times ..............
The Sunday Times .......
Arriba ...................

Neue Ziircher Zeitung ....
New-York Herald Tribune
The Times ...............
Neue Ziircher Zeitung ....

Neue Ziircher Zeitung ....
West Africa .............
Neue Ziircher Zeitung ....

The Spectator ............
The New Statesman and
Nation ................ .
Time and Tide ...........
Far Eastern Survey ......
The Times ...............
Jornal do Comercio .......

Daily Telegraph ..........
Daily Worker ...........
The Daily Telegraph ......
Manchester Guardian ....
West Africa ..............
Manchester Guardian .....

A Voz ...................
The Spectator ............
Time and Tide ............
New-York Herald Tribune .
New Statesman and Nation.
West Africa ..............

Manchester Guardian .....
Arriba ...................
Manchester Guardian .....
Daily Telegraph ..........

Eastern World ...........

Daily Herald .............
The Times ...............
The Times ...... ........


N S.
11-48

4-1 248
27-11-48

3412-48
5-11-48
13-11-48
10412-48
No S.
11-48
9412-48

11-12-48

11-121-48
10-12-48
31-10-48
2-12-48
12-12-48
10-12-48

12-12-48
14-12-48
14-12-4,8
15-12-48

11-12 48
11-12-48
15-12-48

17-12-48

18-12-48
18-12-4S
17-12-48
21-12-48
15-12,48

17-12-48
20-12,48
20-12-48
20-12-48
18-12-48
118-12-48

17-12-48
24-12-48
25-12.48
24-12-48
25-12-48
18-12-48

22-12-48
21-12-48
24-12-48
24-12-48

Oct.-Nov.
1948
30-12-48
30-12-48
24-12-48


70


L'Europe et I'Arique doivent marcher la main dans la
main.
Les colonies italiennes et le point de vue frangais.
Le capital ambricain va mettre en valeur le LibBria.

Collaboration portugo-britannique.
Le nouveau visage de Tripoli.
La Birmanie, Nation tourmentee.
Officers afrioains.
Comment le Portugal administre son Empire.
Les .dangers presents par l'instruction des Africains en
Angleterre.
Recent 6chec en IndonBsie.

Politique indigene en Afrique du Sud.
La suppression de l'intouchabilit6 dans 1'Inde.
Les plans coloniaux Cchoueront-ils ?
L'action centre le terrorism en Malaisie.
Un Dominion enfant (Ceylan)
Les Italiens optimistes devant le problmme de leurs
colonies.
Vive agitation .des extr6mistes dAns 1'Inde.
Les Nations Unies et les colonies.
Impasse A Java.
Conferences des Nations Unies pour la reconstruction de
1'Asie.
L'ajournemient de la discussion sur les colonies italiennes.
Quels seront les chefs de I'Afrique.
Nouvelles tentatives pour dissiper la mefiance r6gnant
entire l'Inde et le Pakistan.
Tension en IndonBsie.

Folie hollandaise (Indon6sie).
L'Indon6sie et les Hollandais.
L'arriere plan de la r.volte comnuniste i Java.
La guerre en Indonesie.
Situation 6conomique et politique de I'Afrique en face de
1'Europe d'aujourd'hui.
L'aube de la raison (Inde).
On continue A incendier des villages en Malaisie.
Invitation au depart.
Indon6sie.
La Gold Coast se m6fie de l'enseignement populaire.
Le d6veloppement colonial : une r6ponse du Colonial
Office aux critiques du Select Commitee.
Le prix du ( Beira Railway >.
Rupture en Indonesie.
Ce que signifie l'Indonesie.
Indonesie.
Le Congres et le Commonwealth (Inde).
N'oubliez pas une moiti6 du monde (Politique colonial
sur Asie).
L'Afrique du Capricorne.
La xenophobie en Indon6sie.
Indon6sie.
L'O.N.U. fait preuve de precipitation dans l'affaire indo-
nesienne.
Les Etats-Unis degoivent les Indonesiens.

Une grande victoire sur la mouche Ts6-ts6.
Dar-es-Salaam.
Les Nations Unies et l'Indon6sie.










BIBLIOGRAPHIE


'GRAMMAIRE MALGACHE (Ste d'Editions Chassany).
Un precis theoriq'ue et pratique de la langue mal-
gache vient de paraitre A la Societ6 d'Editions Chas-
sany et Cie.
Son auteur, M. Gerbinis Ernest, Administrateur en
chef des Colonies, vieux fonctionnaire de Madagas-
car, oii il a v6cu 32 ans, Professeur A l'Ecole Natio-
nale de la France d'Outre-Mer et A l'Ecole Sup&-
rieure d'Anthropo-Biologie, a su, en dehors de la
parties syntaxique et morphologique de la langue,
graduer des vocabulaires, themes, versions, exerci-


ces de lecture, conversations, proverbes et terminer
l'ouvrage par la liste des expressions juridiques qui
aideront I'administrateur et le magistrat A p6netrer
la mentality processive de nos Malgaches.
En raison de l'int6rt qui s'attache aux m&thodes
didactiques de I'ouvrage en cause et dans le temps
ofi les pouvoirs publics favorisent l'6tude des langues
autochtones, ce pr6cis theorique et pratique est ap-
pel A rendre les plus grands services aux 61ives de
I'Ecole Nationale de la France d'Outre-Mer, aux
fonctionnaires, colons ou militaires appel6s A exer-
cer leur activity dans la Grande-Ile.


COMMUNIQUES


ACTIVITY
DU MUSEE DE LA FRANCE D'OUTRE-MER
DECEMBRE 1948
Entries payantes : 6.639 pour 59.1oo francs.
Entries gratuites : 41 groups, 1.212 6leves.
Vente du Guide du Mus6e : 69 pour 1.035 francs.

TRAVAUX EXECUTES
Section d'Art et d'Histoire. Participation effec-
tive du Musde A la presentation dans la salle des
fetes et les halls lat6raux des < Arbres de Noel >>
organisms par le Service Social Colonial du Minis-
tere, la Direction des Troupes Coloniales et la Mai-
rie du XII arrondissement.
Principauix dons :
De M. le M6decin G6neral Ringenbach, un pan-
neau sculpt et dor6 (art annamite) et une collection
d'armes d'Afrique Equatoriale;
De M. Prague, Administrateur des Colonies, une
collection de photographies prises A Madagascar A
1'6poque de Gallieni ;
De M. Ary-Leblond : Paysage de la Guadeloupe
et Danse des f6tiches de la Cete d'Ivoire (aquarelles
et dessins de Louis Bate).
Section economique. Activit6 normal ; rensei-
gnements et conferences.


Section Aquarium. Mise en place pour trillage,
transformations et installations nouvelles de filtrage
pour I'alimentation des poissons.

FRANCE OUTRE-MER
Soummaire du Num6ro de F6vrier
Leader sur I'lndo.chine, par LUon Pignon, Haut-
Commissaire ide la Rapublique Frangaise en In-
doohine.
Honmmes du jour Faits du mois.
France 19491 (Ernest Mercier).
Le coton, premnire richesse de 1'A.E.F. (Ch. Meunier).
Les Nord-Africains en France (C. Janicot).
La Chine divis6e et indivisible (Roger Levy).
La polygamie en A.E.F.
En Indochine : Les planteurs luttent contre F'isoe-
ment (Ph. Lapadu-Hargues).
L'homme chass6 au feu (M idecin G6n6ral Insp.ec-
teur Muraz).
La France et aes puissances devant la d.&volution des
,ex-colonies itanliennes (J. Ladreit de Lacharriere).
Un grand ichef .no-cal6donien (Gouverneur J. Bouge).
La mason d'un vieux collectionneur (Andr6 Dupuis).
Les transports a6riens A Madagascar (Lieut.-Colonel
Edmond Blanc).
Adieu a ide vieux tinmbres coloniaux (Andr6 Dupuis).
Chronique des livres.
L'Union Frangaisle dans la vie a Paris (Agnes Bau)*


" '71,





Pages
72-73
Missing
From
Original









vocation de M. Laugier
(Edouard) gouverneur de
3" classes des colonies.

AU ( J. O. > DU 18 DECEMBRE
Un d6oret du 15 d6cemrbre 1948
.didsignant ,M. Bonnand direc-
teur du Cabinet du Haiut-
Oommissaire ide la Rdpubli-
que dans le Pacifique com-
me deuximme commissaire
.frangais a la commission idu
Paci-fique.
Un d6oret du 15 decetrnbre 1948
portant titularisations et
projmlotions dans le cadre
,des eaux et forts des c'ollo-
nies.
Un d6cret du 15 cdicembre 1948
plagant M. Bedel, professeur
a la Facult6 de pharmacies
de Paris. en position de mis-
sion en Indochine.

AU ( J. O. > DU 19 DECEMBRE
Un d6cret du 18 d;'oemibre 1948
portant nomination dans la
magistrature d'Outre Mer
(MM. Minotier, Coheynier
Kirsch).
Un arrht6 -du 30 novemibre 1948
'plortant iprojet d'amenage-
ment de la region de Ouaga-
dlouigou.

AU a J. 0. .
DES 20 ET 21 DECEMBRE
Un d6cret diu 210 dccemibre 1948
portant nominations dans la
magistrature d'Outre Mer
('M. Pierron).

AU o J. O. n DU 22 DEOEMBRE
Un d6oret du 18 ddcem'bre 1948
maintenant en position de
mission en A.O.F. M. Vau-
diau, adlministrate'ur de 2
classes des colonies.
Un d6oret du, 21 idlceimibre 1948
dtsignant M. Camouilly, ad-
ministratelur de 2" classes
des colonies coNrtme S.G. des
6tablissements frangais dans
il'Inde.
Des arr4t6s portant nominations,
!maintien en disponibilit6,
mise en cong6 hors cadres
et rapportant I.es disposi-
tions de precedents arrdt6s
(infirmirres coloniales et
travaux publics des colo-
nies) (p. 12421).

AU a J. O. ) DU 23 DECEMBRE
Un d6cret no 48-1939 diu 20 d'd-
ceOmlbre 1948 portant attri-


bution aux pensionn6s de la
caisse interooloniale d'e re-
traites d'une indemnit6 tem-
poraire ide ohert6 dle vie (p.
12446).
Des d6crets du 201 d6cembre 1948
appraouvant un arrete du
Haut iCommissaire de Fran-
ce pour l'Indochine et des
ddlib6rations de l'Asse.mblIe
representative du Togo (p.
12446).
Un d6oret du 210 decembre 11949
chargeant par interim M.
Bonnard, administrateur de
2" classes :des coollonies, des
functions de 'S.G. de la Nou-
velle-lGal6idonie et D6pen.-
dances.
Un ddcret du 20 dicemlbre 1948
portant reolassement de M.
Guillot (Gabriel), adminis-
trateur de 1i" classes des S.C.
de 1'Indochine.
Un d6cret du, 20 d6cemlbre 1948
plagant M. 'Bertrand Lu-
cien, aidrriinistrateur civil de
3" classes, en position de mis-
sion en France.
Des d6orets du 201 d6cembre 1948
plaQant MM. Moreau Paul,
administrateur de I'" classes
des colonies,, et Fillaud Ray-
miond, administrateur ad-
ijoint de 3 classes des colo-
nies, en ,position de disponi-
'bilit6.
Un d6oret diu 20 dcelmnlbre 1948
admettant M. Vincent (Do-
lor), administrateur de 1"1
classes des colonies, a faire
valoir ses droits Ai la re-
traite.
Un d6cret du 20 d6celmlbre 1948
admettant M. Romani J.-
Paul%, administrateur de 1"
classes des colonies, a faire
valoir ses droits a la re-
traite.
Un d6cret du 20 dce~mlbr e 1948
rapportant une sanction dis-
ciplinaire 'concernant M.
Bayle (Roger),, adoministra-
teur de 2P classes des colo-
nies.
Des d6crets plaQant en position
de mission MM. Murard, in-
genieur principal ides mines
aux colonies.
Cours (Gilbert), ing6nieur
principal die l'aigriculture
aux colonies.
Ploiulin, ingenieur principal
de 1" classes des travaux pu-
blics.
Bigorgna, ing6nieur general
de 2e classes des colonies.
Un arrpt6 du 17 d6c'cembre 1948
portant approbation du pro-


jet ide plan comptable pr6-
sent6 par l'office central dies
choe:mins de fer de la F.O.M.

AU a J. O. ) DU 24 DEOEMBRE
Un d6oret no 4,8-194'3 idu 22 dd-
cenm)bre 1948 iprortant adap-
tation, aux territoires rele-
vant du ministry ide la
France d'Outre-Mer autres
quue I'Indochine de la loi Idu
18 mars 1946 tendant 'h per-
imettre la conversion de cer-
taines demands de s'dpara-
lion de corps en demands
ide divorce telle qu'elle a 6t6
moidifide par la loi tdu 11
aoit 11947 (p. 12487).
Un d6cret no 48-18,03 portant
organisation d'une chambre
de commerce, d'industrie et
d'agriclulture au territ'oire
,des Comores (rectificatif)
(p. 12488).
Un arrt6b portant acceptation
de mission (adrministra-
tion central) (p. 12488).
Les listes d'6dlves et -d'ing6-
nieurs 61lves adimis a l'Feco-
le sulp6ri'eure id'appli'catiorn
(d'agriculture tropical (p.
12488)1.

AU a J. O. DU 29 DECEMBIRE
Un arrt6e idu li8 d6cembre 1948
portant fixation ide Fheure
l1gale en Afrique occidentale
frangaise (p. 12584).
Un arr6t6 idu 1'8' dlcembre 1948
1fixant, Ipiour les etabl.isse-
ments francais de l'Oc6anie,
l'effectif en personnel titu-
laire d'u cadre g6n6ral du
chiffre colonial (p. 12584).
Des arr4t6s ,portant inscription
au tableau d'avanceiment,
promotions. riftablissements
de situation, integrations,
titularisations, rappel d'an-
ciennet6, acceptation de d6-
mission et licenciements :
Agriculture aux colonies (p.
12584).
Secr6tariats ig6n'raux des
colonies (p. 12585).
Transmissions coloniales (p.
12585).
Travaux m6tdforoloigiques ,du
corps colonial (p. 12589).

AU a J. O. n DU 30 DECEMBRE
Un d6cret du 29 df6cembre 1948
proro.geant jusqu'au 3'1 d:-
cembre 1949 les effects de
l'article 10 du dderet du 30
avril 1945 r6glementant lee
loyers en A.E.F,, modified par
le d6cret du 14, juin 1946 et








d6ternminant les modalitis
d'application de ce texte a
Madagascar.
Un d6cret din 29 d6cem.,bre 1948
prorogeant le dc'cret du 27
novembre 194,6 prevoyant des
measures exceptionnelles a,
Madagascar pour remdsdier
a la crise du loigement.
Un d6cret du 29 d6cembre 1948
rendaint applicable dans les
territoires de la F.O.M. au-
tres q'ue I'Indoichine les d.i's-
positions de l'acte -dit 1 oi
,du 22 septem:bre 1942 rela-
tif aux effects du marriage
q'uani. auix droits et idevoiirs
entire p'oux, valid par l'or-
donnance du 9 octobre 1945.

AU ( J. Oi. n DU 3t DECEMBRE

Un d6oret no 48-19169 dt 27 de-
cemlbre 1948 mod,ifiant l'ar-
ticle 2 diu ddecret du 23 sep-


tembre 1937 fixant le cadre
m6tropolitain des diouanes
au Cameroun (p. 12716).
Des d6crets du 27 diecembre 11948
portant proimlotions, reint6-
gration, maintien en dispo-
nibilit6, integraLtions et pla-
Cant en ,position de ,nissi-on
des a'diministrateurs, des in-
g. nieurs et dies agents de
divers services coloniaux (p.
1271.6).
Un d6cret du 30 Idicelmnbre 1948
portant promotions et nojmi-
nations dans l'or:dre natio-
nal de la Ldgion d'honneur
(p. 12717).
M. Huet, inspecteur g6ndral
,des colonies, commander.
M. 'Oozenas diu M'ontcel, ins-
pectelur general des colo-
nies, officer.
M. Mazodier, inspecteur de
31 classes des colonies, offi-
cier.


M. Chovard, inspecteur de
3" classes des colonies, che-
valier.
Un arrteW dlu 22 dcembre 1948
portant remise de d'ebet (p.
12717).
Un arrdt6 dcsignant les repre-
sentants d.u personnel au
conseil d'administration de
la caisse intercoloniale de
retraiTes (p. 12717).
Une liste de candidates adimis A
subir les 6preuves cerites de
l'examen pour I'attribution
du certificate d'aptitude aux
functions judiciaires dans
les territoires d'Outre-Mer
(session de novembre 1948)
(p. 12717).
Une liste des candidates adimis au
certificate d'aptitude aux
functions judiciaires dans
les territoires d'Outre-Mer
(session de novembre 1948)
(p. 12717).


Imnprimerie de, I'Agence France-Presse, Paris (20)
DipOt 1Miral. DEcembre 1948. N0 4315




r


Prix : 90 francs




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs