• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Actualite politique
 Actualite economique
 La vie coloniale en France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Communiques
 Au journal officiel
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00003
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00003
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Actualite politique
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    Actualite economique
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    La vie coloniale en France
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Revue de presse
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
    Communiques
        Page 61
        Page 62
    Au journal officiel
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Back Cover
        Back Cover
Full Text

ICE


b.4,


I Wlt'


mm


.I:lt~








PRESIDENCY DU CONSEIL

SECRETARIAT GINtRAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation :
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER DE LA FRANCE
DOUTRE-MER


Bureau de Presse:
27, rue Oudinot, Paris (7")


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA



FRANCE D'OUTRE-MER


ACTUALITE POLITIQUE :
ManiFestation de ,'amiti6 vietn
(HStel Lut6tia, 26 novembre 19
Le cl6bat de I'Assembl6e pl6r
I'O. N. U. sur le rapport du C
Tu'elle .................
Intervention de M. Ren6 Mayer a
bl6e ,pl6nire des Nations Unie!
La pacification de Madagascar
Allocution prononc6e par M. H,
sujet de la creation du Haut-C
I'Union Franqaise ...........


1am
48)


SOMMAIRE

Manifestations coloniales .........
nne Nouvelles diverse ......
nienne
i *


liire de
onsei'l de

I'Assem-
s . .

srzog au
onseil de


ACTUALITE ECONOMIQUE:

R6union de la Commission Economique
pour I'Asie ..........
L'Bconomie indochinoise en octobre 1948.
Le commerce m6tropole-territoires d'Ou-
tre-Mer pendant les 10 premiers mois
de 1948 ............ ...... ..
La part des territoires d'Outre-Mer dans
le programme franCais a long terme ..

LA VIE COLONIAL EN FRANCE:
L'Activit6 Parlementaire ..............
Informations Administratives .. .......


NOUVELLES D'OUTRE-MER :

Indochine .. ... ... . 20
A.O. F. ............... .......... 26
A E. F. ........... .............. 32
Togo .............................. 35
Cameroun ... ..... .......... .... 37
Madagascar ................ .. 38
C6te Francaise des Somalis ............ 38
Etablissements Frangais de l'Inde ...... 39

REVUE DE PRESS :

Presse M6tropolitaine ................ 41
Presse d'Outre-Mer .................. 45
Presse Etrangere .................... 47
ProblBmes G6n6raux .............. 47
Empire Britannique .................. 52
Birm anie .......................... 57
Lib6ria ............................ 59
Liste des articles de press 6tran-
gere traduits en frangais ........ 61

COMMUNIQUES .................... 63

AU < JOURNAL OFFICIAL > ......... 65


------


I .J
















ACTUALITY POLITIQUE


MANIFESTATION DE L'AMITIE VIETNAMIENNE
(H16tel Lut6fia, 26 novembre 1948)

R4pondant a l'invitation du D616gue du Gou-
vernemeni: Central Provisoire du Viet-Nam,
M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer, a assist le 26 novembre a un d6jeuner
franco-vietnamien qui a reuni de nombreux parle-
mentaires frangais ainsi que des personnalit6s du
Viet-Nanm.
On notait la presence de MM. Boisdon, Pr6si-
dent de :'Assembl6e de l'Union Frangaise; Bol-
laert, ancien Haut-Commissaire de France pour
l'Indochin:e ; Laurent-Eynac, Vice-Pr6sident de
1'Assembl6e de 1'Union Francaise ; Binh, Secr&-
taire particulier de S. M. I'Empereur Bao Da ;
G6raud-Jouve ; Viard ; Nguyen Van Tri, D16lgu6
du Gouvernement Provisoire Central Vietnamien
aupres de S. M. Bao Dai ; Carcassonne et
Herzog, Directeur et Chef de Cabinet de M. Coste-
Floret ; Delavignette, Directeur des Affaires Poli-
tiques au Ministere de la France d'Outre-Mer;
Forcinal, ancien Ministre ; le Gineral Chevance-
Bertin ; M. Varet, Pr6sident de la Commission de
l'Indochine.
Apres avoir donn6 lecture d'un message du Ge-
n&ral Xuan, M. Van Co, D61egu6 a Paris du Gou-
vernement Central Provisoire du Viet-Nam, a defini
le sens de cette manifestation, declarant notam-
ment :
Une delle fete de l'amitie franco-vietnamienne,
au milieu des difficultis politiques que l'on salt,
alors que plus d'un point du Viet-Nam a brdle et
brule encore, c'est affirmer la conviction que, mal-
gre les tourmentes de l'heure, la grande reconcilia-
tion frarico-vietnamienne est en train de s'operer
rationneliement, c'est d6clarer au monde qui nous


observe que nul accident disormais ne saurait briser
cette amitie franco-vietnamienne don't oous etes,
Monsieur le Ministre, I'un des plus fervents artisans,
c'est proclamer notre foi commune dans les destinies
de l'Union Franfaise.
Je voudrais, avant de terminer, vous signaler que
mes compatriotes ici presents ont tous plus ou moins
souffert ou dans leur conviction, ou dans leur chair,
ou dans leurs biens, des rigueurs du totalitarisme du
Viet-Minh. C'est vous dire qu'en nous reunissant
aujourd'hui, sous le signe de l'amitie franco-viet-
namienne, nous avons donned une leqon de morale et
de politique. Par votre presence Messieurs, vous
avez hautement marque que, dans le moment pr6-
sent comme en d'autres heures tragiques, la France
n'abandonne pas les hommes qui ont confiance en
elle.
Prenant ensuite la parole, M. Coste-Floret a pro-
nonc6 l'allocution suivante :


Monsieur le Delegue du
Central du Viet-Nam,
Mes chers Collegues,
Messieurs,


Gouvernement


Je suis heureux de l'accueil qui est faith ici au-
jourd'hui par les Vietnamiens de Paris au represen-
tant du Gouvernement de la Ripublique et aux
parlementaires franqais.
Je veux y voir un symbol, celui de I'amitie
franco-vietnamienne retrouvoe dans la capital de la
France qui, a l'heure ot y siegent les Nations
Unies, est redevenue l'une des capitals du
monde.
Je remercie M. le Dilegue du Gouvernement
Central du Viet-Nam des paroles qu'il a pronon-
cees tout a l'heure. Je lui suis reconnaissant d'avoir
dfini, en des terms excellent et auxquels je


(Lies itudes et documents du BwUetin pruvent etre utitisds ou reprodults sans indication d'origine)


I







donne mon approbation entire, ce que devaient,
etre les relations nouvelles de la Ripublique Fran-
9aise et du Viet-Nam.
II me semble aussi que je vais dire ici, en ce
debut d'apres-midi, des paroles graves. Et pourtant,
je ne les ai pas ecrites. Je ne les ai pas ecrites pour
que vous voyez dans ma modest allocation un autre
symbol, c'est que les principles que je voudrais a
mon tour essayer. de dSfinir et sur lesquels je crois
peuvent s'6tablir les relations dSfinitives et con-
fiantes de la France et du Viet-Nam, n'ont pas 6t1
arbitrairement pensees rue Oudinot ou ailleurs, par
des services, mais qu'ils sont issues de nos longues
conversations communes a Paris et aussi parent du
ccur. Et c'est aussi parce qu'ils parent du ceur
qu'ils n'ont pas besoin d'etre ecrits.
La France, avez-vous dit tout a l'heure, sail res-
ter fiddle a ses amities. Ceci pourrait etre place en
exergue de toute recherche valuable de la solution
du problem vietnamien.
C'est a la lumiere des traditions communes de
la France et du Viet-Nam que cette solution doit
'tre cherch'e. La Constitution de 1946, que le
people francais s'est librement donn6e, proclame
l'Union FranFaise. C'est a l'abri de celte concep-
tion nouvelle de l' Union Francaise que doivent etre
construites les relations de la France et du Viet-
Nam.
C'est a chercher la realisation de ce but que s'est
applique, pendant plus de dix-huit mois, celui qui
fut mon collaborateur direct et que je suis heureux
de saluer ici, M. le Haut-Commissaire de France
Bollaert, a qui la reconnaissance du Gouvernement
de la Republique a decern6, au titre du Ministere
de la Dffense Nationale, la plaque de Grand Of-
ficier de la Legion d'Honneur.
Je crois que c'est justement a la lumiere des ac-
cords librement consentis et, de part et d'autre,
librement signs, de la Baie d'Along, que nous
pouvons rechercher la solution du problem viet-
namien.
Ces accords consacrent I'independance du Viet-
Nam au sein de l'Union Francaise, et l'Assemblie
National de la Republique leur a donned, par un
vote quasi unanime, une approbation solennelle.
II ne s'agit done plus aujourd'hui que de pr6ci-
ser quels sont les cadres que l'Union Franaise
donne a cette independance librement consentie.
Vous disiez tout a l'heure, Monsieur le DelIgue


du Gouvernement Central du Viet-Nam, qu'il n'y
a aucune diminution pour les jeunes unicersitaires
de voire pays a venir se mettre a l'6cole des unicvr-
sitaires franfais. De meme, je pense qu'il n'y a
aucune diminution reelle de la souverainete vietna-
mienne dans les accords qu'ensemble nous cherchons
a conclure.
Mais vous savez bien qu'aujourd'hui toute I'his-
toire du monde demontre qu'il n'y a plus d'indepen-
dance 6tatique absolue et total. La Constitution
de la Republique dSclare en propres terms que
( la France consent les limitations de souverainetc
necessaires a l'organisation et a la defense de la
paix n. C'est dans le meme ordre d'idee que, dans
I'Union Francaise, en consentant aux nouveaux
Etats associes une pleine et total souverainet6
interne, nous leur demandons, dans l'ordre de la
souverainet6 externe, quelques limitations qui sont
consenties, non point du tout au profit de la Repu-
blique, mais au profit de l'Union Frangaise elle-
meme, don't ils sont parties integrante.
Pleine souverainete interne, cela signifies un Gou-
vernement vietnamien libre de sa politique interieure,
qui administre directement son pays et qui n'a pas
de comptes a rendre qu'a son Parlement national.
Souverainete externe limitee dans quelle measure?
Dans la measure mime oh le precise la Constitution
de la Republique Frangaise, c'est-a-dire que le
Viet-Nam et la France mettront en commun tous
leurs moyens pour assurer a la fois et la defense de
leurs indcpendances nationals et la defense de
Union Francaise.
Cela signifie aussi qu'il appartient au Gouverne-
ment de la R6publique de diriger la politique ext6-
rieure de Union Francaise a la lumiere notamment
des recommendations qui sortiront des deliberations
du Haut-Conseil de I'Union oh tous les Etats asso-
cies seront represents et don't la Chambre va adop-
ter prochainement le project de loi qui l'institue.
Ce sont la des principles simples, des principles qui
n'ont rien de nouveau mais qui, au contraire, je tiens
a le rpeiter ici ne sont que la consequence normal
de I'eoolution actuelle de I'Histoire. Et c'est parce
que ces principles sont simples que je crois qu'il sera
facile de se mettre d'accord.
Je suis tres reconnaissant a M. le President du
Gouvernement Central du Viet-Nam d'avoir bien
voulu tout a l'heure nous envoyer un message. Je
m'associe integralement aux idees qu'il a exprimees.







Je forme aussi le vceu que, grdce a une politique
d'entente rciproque, nous concretions bient6t d'une
manimre totale dans.la pratique de ces accords de la
Baie d'Along qui, j'en suis persuade, forment les
principles sur lesquels peuvent etre construites les
relations de la France et du Viet-Nam.
Avec M. le President de voire Gouvernement,
je forme 6galement le vamu que le retour de Sa Ma-
jeste Bao Dai dans ses Etats concrete bient6t, dans
la pratique, ce que ces accords peuvent avoir
d'abstrait. Et je suis 6galement persuade que bien-
t6t ce retour deviendra une reality.
Voila ce que j'avais a vous dire. Ce sont des
choses simples. Croyez que je les exprime avec une
sinc6rite totale. Et pour vous en donner la preuve,
je veux, en conclusion m'incliner ici devant les deux
drapeaux qui president a cette manifestation. Devant
le drapeau de la Republique qui inclut dans ses
trois couleuws les couleurs de la ville de Paris :
fidelity a la tradition. Et puis devant le drapeau du
Viet-Nam, qui symbolise dans son jaune l'indepen-
dance meme de votre pays, le vieux drapeau de
l'Empereur Gis Long et dans ses trois bandes rouges
I'ind6pendanice et l'unit6 des trois pays qui, d'apres
les accords de la Bale d'Along, doivent etre libre-
ment realis&es par le Viet-Nam. Fidelity encore a la
tradition.
Je tiens i' faire ici ce geste en tant que Ministre
de la Republique et representant du Gouvernement
frangais. Et vous savez bien ce que cela signifie.
Cela signific: que nous opposons un mepris total -
il serait a paine besoin d'en parler aux manifes-
tations abracadabrantes d'inculp6s en liberty provi-
soire... Et' puis cela signifie dans quel esprit nous
ooulons trouver aoec vous la solution du problem
vietnamien, c'est-a-dire dans la confiance recipro-
que, dans l'amiti6 mutuelle, dans la sympathie
total.
Messieurs, je forme le uceu que, par noire effort
commun, nous aboutissions bient6t au r6sultat que
nous cherchons : que la paix regne bientot sur. tout
le Viet-Nam.
Je le'e mon verre a S. M. Bao Dai, a M. le
President du Gouvernement Central du Viet-Nam
et a M. le President de la Republique et de
I'Union Frnmnaise.


LE DEBATE DE L'ASSEMBLEE PLENIERE DE L'O. N. U.
SUR LE RAPPORT DU CONSEIL DE TUTELLE
*
Dans la suite du d6bat sur le rapport du Conseil
de Tutelle, 1'Assembl6e g6n6rale a rejet6 un para-
graphe d'une resolution concernant les Unions admi-
nistratives entire les territoires sous tutelle et les ter-
ritoires adjacent sous la meme jurisdiction.
Ce paragraphe stipulait que ( les trois types
d'Unions ou de F6d6rations pr6vus par les accords
de tutelle, c'est-a-dire Unions ou F6derations doua-
nixres, fiscales et administrative, excluent nettement
tout type d'Union politique .
11 a recueilli 29 voix centre 23 et deux absten-
tions, ce qui ne constitute par la majority des deux
tiers requise pour son adoption par l'Assembl6e
g6n6rale, qui r6voque ainsi la decision de la Com-
mission de Tutelle.
L'Assemblee g&n6rale a rejete ensuite un para-
graphe d'une resolution sur les Unions administra-
tives qui stipulait que le ( statut actuel et 1'identit6
distinct des territoires sous tutelle doivent etre soi-
gneusement conserves jusqu'au moment oui les habi-
tants des territoires sous tutelle auront atteint le
stade d'_volution politique leur permettant d'assu-
mer la responsabilit6 de decider eux-memes de la
forme de leur Gouvernement et, 6ventuellement, de
leur adhesion aux Unions politiques de leur choix ).
Ce paragraphe a recueilli 24 voix centre 19 et
12 abstentions, ce qui ne constitute pas la majority
des deux tiers necessaire. Le paragraphe avait et6
adopt& la Commission de Tutelle.
L'Assemblee g6n6rale a rejet6 6galement le pa-
ragraphe suivant de ia resolution qui aurait d6clar6
que ( la creation des Unions administrative souleve
des questions d'une importance fondamentale tou-
chant le statut politique des territoires sous tutelle
et les fins essentielles du regime de tutelle ).
Le paragraphe, qui avait 6t6 adopt a la Com-
mission de Tutelle, n'a recueilli que 26 voix con-
tre 20 et 9 abstentions, ce qui ne fait pas la majority
des deux tiers.
L'Assembl6e pl6niere a adopt sans objections
les paragraphes de la resolution concernant les
Unions administrative qui recommande au Conseil
de Tutelle de proc6der a une enquete g6nerale sur
ces questions, de recommander, a la lumiere de cette
enquete, les garanties que le Conseil pourrait juger
n6cessaires pour preserver le statut politique distinct
de ces territoires, de demander a la Cour Internatio-






nale de Justice un avis consultatif chaque fois que
les circonstances l'exigeront pour savoir si les Unions
de ce genre entrent daas les stipulations de la Charte
et des Accords de Tutelle, d'inviter les autorit6s
administrantes A fournir au Conseil les renseigne-
,ments relatifs aux Unions administrative qui facili-
teront l'enquete du Conseil et d'adresser un rapport
special A la prochaine session ordinaire de l'Assem-
bl6e sur les r6sultats de 'cette enquete et les measures
qu'il a prises.
L'Assembl6e a rejet6 un paragraphe de la r6so-
lution sur les Unions administrative qui aurait re-
command (( qu'avant de constituer aucune Union
ou F6d6ration douaniere, fiscal ou administrative
entire un territoire sous tutelle et des territoires adja-
cents, ou d'etendre la duree ou la port6e d'une
Union ou F6d&ration existante, I'autorite charge
de administration int&ress6e soit tenue de consulter
le Conseil de Tutelle ). Ce paragraphe n'a recueilli
que 25 voix centre 20 et 10 abstentions, c'est-
A-dire moins de la majority des deux tiers necessaire
a son adoption. Cette recommendation avait 6t6
adopt6e par la Commission de Tutelle.
L'Assembl6e a adopt a l'unanimit6 l'ensemble
de la resolution sur les Unions administrative, A
I'exception des paragraphes rejet6s par votes succes-
sifs. Le dispositif principal de cette resolution, telle
qu'elle est finalement adopt6e, concern 1'enquete
A laquelle le Conseil de Tutelle doit proceder sur
ces questions.
L'Assembl6e a adopt a l'unanimit6 deux r6so-
lutions portant sur le rapport du Conseil de Tutelle.
La premiere recommande au Conseil de Tutelle
d'inviter les autorit6s administrantes des territoires
sous tutelle A intensifier au maximum leur action en
faveur de la diffusion de I'enseignement et de pro-
poser plusieurs measures A cet effet, notamment la
gratuity de 1'enseignement primaire et la creation
6ventuelle d'une university d'enseignement sup.rieur
pour les populations des territoires sous tutelle en
Afrique.
La deuxieme resolution recommande aux auto-
rites administrantes de prendre toutes les measures
possibles pour developper et favoriser le progres
politique, 6conomique et social des populations des
territoires sous tutelle et en vue de hater l'6volution
progressive des territoires sous tutelle qu'elles admi-
nistrent vers la capacity a s'administrer eux-memes
ou vers 1'independance.


INTERVENTION DE M. RENE MAYER
A L'ASSEMBLEE PLENIERE DES NATIONS UNIES

M. Rene Mayer est intervenu le 18 novembre au
nom de la France devant I'Assembl6e pl6niere des
Nations Unies pour exposer les objections de sa d6-'
legation A certaines clauses du project de resolution
concernant les Unions administrative.
M. Rene Mayer s'est d6clar6 parfaitement d'ac-
cord pour que le Conseil de Tutelle procede A une
enquete g6nerale sur les Unions administrative,
mais il s'est oppose A ce que les puissances adminis-
trantes aient A consulter le Conseil avant de consti-
tuer ou de modifier de telles Unions.
La France peut d'autant plus se permetire ces
remarques que, bien qu'elle administre des terri-
toires sous tutelle depuis trente ans, elle n'a pas
institute d'union de ce genre et qu'elle parole done au
noz~ de principles, a fait observer M. Mayer, qui a
precise qu'il ne s'agissait pas de considerations (( 16-
galistes ), mais de l'application de la Charte, toute
la Charte et rien que la Charte.
Le repr6sentant de la France, evoquant alors le
danger de ces ( consultations ), parce qu'elles eta-
blissent un pr6c6dent, a soulign6 que l'article 75
de la Charte etablissait une distinction tr6s nette
entire les teaches administration qui incombaient
aux seules puissances administrantes et les tAches de
surveillance qui 6taient du resort du Conseil de
Tutelle.
Le principle des ( consultations prealables ), a,
affirm M. Mayer, confondrait ces deux comp6-
tences et serail contraire a la Charte qui preooii que
les puissances administrantes ont non seulement le
droit, mais le devoir de prendre routes les disposi-
tions administrative conformes aux accords de tu-
telle.
Le d6l6gu6 de la France a fait remarquer, d'au-
tre part, qu'il pouvait parfaitement exister des types
d'Union politique qui n'avaient rien A voir avec
S'aniexion de territoires.


LA PACIFICATION DE MADAGASCAR

Le 6 decembre 1948, parlant au nom du Minis-
tre de la France d'Outre-Mer, M. J.-B. Herzog,
Chef du Cabinet, a prononc6 l'allocution suivante :
La tdche a laquelle se sont, depuis un an, atta-
ches d'un meme cceur le Ministre de la France







d'Outre-Mer, M. Paul Coste-Floret, et M. de Che-
vigne, Haut-Commissaire de la Republique a Ta-
nanarive, esi accomplie : Madagascar est pacifi6e.
En annoncant hier que nos troupes avaient reduit Ie
dernier flot .de resistance de la rebelllion, M. de
Chevign6 a, par lam-mme, annonce que la grande
epreuve de Madagascar avait pris fin. Le drapeau
de la Ripubllique tend desormais son ombre pro-
tectrice sur I'ensemble du territoire malgache. Tota-
lement liberd:es de l'oppression rebelle, les popula-
tions laborieuses de la Grande Ile reprennent con-
fiance en letr destinde.
Au jour oc, se termine la tragedie malgache, no-
tre premiere pens6e doit etre de reconnaissance en-
vers la m6moire de ceux qui sont tombs pour que
la paix renaisse et de gratitude a I'egard des bons
ouvriers de la pacification. Sous l'impulsion du
Haut-Commissaire de Chevign6, et sous le com-
mandement du General Garbay, les troupes fran-
Faises sont demeur6es fiddles a leur tradition
d'humanit6 en ramenant, avec la paix des armes,
celle des esprits qu'il imported desormais de main-
tenir.
C'est la tache de administration qui doit tout a
la fois faire pr,euve d'autorite et de comprehension.
Autorite indispensable a l'harmonieux developpe-
ment de I'Union Frangaise que les propagandists
de mots d'ordre strangers ne pourront pas entraver.
Comprehension sans laquelle rien ne saurait atre du-
rable. L'Administration de Madagascar a mainte-
nant toute latitude pour poursuivre dans l'ordre et
dans le came son euvre de reconstruction. Des re-
formes sont recessaires, elles seront accomplies, dans
le domaine .conomique et social, comme en tous
autres, au b n6fice de la Grande Ile. La France
sait qu'au lendemain de la pacification, il lui im-
porte d'accomplir a Madagascar une grande ceuvre
administrative. Elle ne faillira pas a sa mission.


ALLOCUTION PRONONCEE PAR M. HERZOG
AU SUJET DE LA CREATION DU HAUT-CONSEIL
DE L'UNION FRAN(AISE

Le 13 d&cembre 1948, M. J.-B. Herzog, Chef
de Cabinet du Ministre de la France d'Outre-Mer,
a prononc6 ai la radio l'allocution suivante :
L'Assemblee Nationale a, le vendredi 10 de-
cembre dernier, adopted a une tres large majority,
sur rapport de M. Senghor, Depute du Senigal, et,


apres avoir entendu les explications du Ministre de
la France d'Outre-Mer, M. Paul Coste-Floret, le
project de loi instituant le Haut-Conseil de I'Union
Francaise a propos duquel l'Assemblee de l'Union,
saisie pour avis, avait emis un vote favorable una-
nime. Lorsque l'approbation du Conseil de la R&-
publique aura donned son caractere d6finitif au project
de loi, il sera possible de mettre en place, avec le
Haut-Conseil, un des principaux organismes cons-
titutionnels de I' Union Francaise.
La Constitution de 1946 a, en effet, pr6vu que
I'Union Franpaise, serait organis6e autour de trois
organes centraux : la Presidence, le Haut-Conseil
et I'Assemblee. Le Pr6sident de la Republique est,
de droit, President de I'Union Francaise, don't il
repr6sente les int6rets permanents. L'Assemblee de
I'Union Francaise, que composent pour moitie des
membres repr6sentant la France m6tropolitaine et
pour moiti6 des membres repr6sentant les departe-
ments et territoires d'Oufre-Mer et les Etats asso-
ci6s, est chargee d'examiner, pour avis, a la de-
mande de l'Assemblee Nationale, du Gouverne-
ment de la R6publique et des Gouvernements des
Etats associ6s, les projects legislatifs et reglemen-
taires interessant plus sp6cialement I'Union Fran-
paise. Elle a eti constitute a la fin de I'annee 1947
et pursuit, a Versailles, une euvre constructive,
dans la communion d'id6es et d'id6aux qui unit les
Frangais de la M6tropole a ceux de l'Outre-Mer.
Dernier des organismes constitutionnels de I'Union
Francaise, le Haut-Conseil n'est pas celui qui im-
porte le moins a son harmonieux developpement.
Aux terms de l'article 65 de la Constitution, par
I'article premier du project de loi, le Haut-Conseil
a pour functions d'assister le Gouvernement de la
Republique dans la conduite g6nerale de 1'Union.
C'est done un organisme de l'executif, mais il n'a
pas de caractere gouvernemental, a strictement par-
ler, parce qu'il conserve un statute consulta'if. II est
notamment appeld a laborer, en collaboration
avec les Etats Associes, la direction de la politique
etrangere de l'Union et la preparation de sa de-
fense, mises a la charge du Gouvernement de la Re-
publique par I'article 62 de la Constitution. Ce sera
un organisme de liaison, d'etudes en commun des
problems de I'Union Francaise, un organisme qui,
a ce titre, se r6unira sous la pr6sidence de droit du
President de la Republique, President de l'Union
Francaise, sur convocation spiciale de ce dernier.
Le project de loi que l'Assemblee Nationale vient







dc Voter, apres aooir pose ccs principles d'aciion,
prevoit la composition du Haut-Conseil. Aux ter-
mes de la Constitution, il est compose d'une d6l6ga-
tion du Gouvernement franqais et de la repr6sen-
tation de chacun des Etats Associes. La delegation
du Gouvernement franaais a etM fixie comme suit :
le President du Conseil des Ministres, le Ministre
des Affaires Etrangeres, le Ministre de 'I'nterieur,
le Ministre de la Defense Nationale, le Ministre des
Finances et des Affaires Economiques et le Mi-
nistre de la France d'Outre-Mer. Cette delegation
permanent pourra etre completee, a l'occasion de
chaque reunion du Haut-Conseil, par d'autres Mi-
nistres qui seront designs par d6crets pris en Con-
seil. Quant a la representation des Etats Associds


dans le Haut-Conseil clle resullera, bien o6idem-
ment, des accords conclus entire la France et ces
Etats dans le cadre des actes qui definiront leurs
rapports respectifs. C'est ainsi que des accords spe-
ciaux sont d'ores et deja conclus avec le Laos et le
Cambodge et que la representation du Viet-Nam
au Haut-Conseil sera regle dans l'acle d'associa-
tion que le Gouvernement frangais etablira aoec
S. M. Bao Dai sur la base de la declaration com-
mune de la Baie d'Along.
Insensiblement, mais swrement, la Republique
conduit I'Union Francaise. Elle 6tait dans les ceurs
et nous I'avons mise dans les textes. Nous la mettons
desormais dans les faits. L'espoir d'hier sera la
realitI de demain.

















ACTUALITY ICONOMIQUE


REUNION DE LA COMMISSION ECONOMIQUE
POUR L'ASIE

Dix-neuf del6gations participent aux travaux de
la IV" Session de la Commission Economique pour
1'Asie qu. s'est ouverte A Lapstown en Australie
le 29 novembre. Parmi elles on note la presence
des dC6lgations francaise, cambodgienne et lao-
tienne. Des observateurs du Viet-Nam font parties
de la d6l6gation frangaise que dirige M. Maux. La
d6l6gation du Cambodge est pr6sid6e par
S. E. Socun Sann, Vice-Pr6sident du Conseil, et
celle du Laos par M. Leuan, Ministre des Fi-
nances.
Au course de la stance du 30 novembre, la ques-
tion de la participation de la (( R6publique d6mo-
cratique du Viet-Nam ) a et6 abordee. A cette
occasion, M. Maux a fait valoir que la demand
d'adh6sion aux Nations Unies pr6sent6e r6cemment
A Paris par M. Tran Ngoc Danh avait 6t6 consi-
C6r6e, me:tne par le D616gu6 sovi6tique A la Com-
mission Economique et Sociale de 1'O. N. U.,
come (( un document sans valeur, des doutes pla-
nant quant A son origine ). De son c6t6, le De61gu6
du Laos s'est 6lev6 contre la participation eventuelle
dedla (( Ripublique democratique du Viet-Nam )),
en fondant notamment son objection sur un docu-
ment 6manant de la ( d6l6gation du Viet-Minh ))
A Bangkok dans lequel le Gouvernement laotien
serait qualifi6 de ( fantoche ). Le D616gu6 du Laos
a affirm que c'est librement que le Gouvernement
laotien avait sign ses accords avec la France et que
les pretendues (( forces armies du Laos libre n, don't
ferait etat le document du Viet-Minh, ne consti-
tuaient que ( quelques petites bandes sans discipline
ni commandement I).


L'ECONOMIE INDOCHINOISE EN OCTOBRE 1948

AGRICULTURE
Au Cambodge et en Cochinchine, rien de special
n'est A signaler.
Au Laos, la r6colte de tabac est termin6e et a
6t6 vendue au prix moyen de 12 piastres le kilog.
Les cultures de legumineuses sont en extension en
raison du prix 6lev6 de ces products (haricots blancs :
12 piastres le kilog).
Au Tonkin, Ile course du riz a subi une forte hausse
en septembre, puis est redescendu A 300-400 pias-
tres les 100 kilogs.
Par decret du 15 octobre, le Pr6sident du Gou-
vernement Central provisoire du Viet-Nam a institute
A Hanoi un Comite d'Assistance Agricole pour le
Nord-Viet-Nam. Cet organisme, consultatif, est
competent pour ce qui concern la mise en valeur,
la r6partition de la main-d'oeuvre, le credit agri-
cole, 1'l6evage, 1'artisanat.
Un d6cret du 12 octobre organise les Services
du Ministere de l'Agriculture de ce meme Gouver-
nement.
INDUSTRIES
La production des charbonnages du Tonkin a
atteint le chiffre de 36.000 tonnes en octobre, ce
qui constitute le record mensuel depuis 1'apres guerre
et repr6sente une augmentation de 40 % sur la pro-
duction de septembre. Dans le course du meme mois,
les ventes ont 6t6 de 24.000 tonnes et les exporta-
tions de 4.389 tonnes. Les stocks atteignaient
51.000 tonnes au 31 d&cembre.
Les cimenteries de HaYphong ont maintenu leur
production habituelle, qui est de 10.000 tonnes
environ pour le ciment brut, et de 10.000 tonnes
6galement pour le ciment broy6.







3.000 tonnes ont ete exportees, sur un total de
ventes de 6.175 tonnes.
11 y a lieu de mentionner la fabrication de ciga-
rettes en Cochinchine, qui a atteint 320 tonnes en
octobre, au lieu de 241 tonnes en septembre.

COUT DE LA VIE
Les indices du cout de la vie ont continue leur
ascension, principalement par suite d'une hausse
sensible des products alimentaires (12 % de hausse
pour I'alimentation de la classes europbenne). Sont
egalement en hausse, A Saigon, le cafe vert, le
carbon de bois, la volaille les legumes, le poisson,
les places de cinema le tarif des visits m&dicales,
1'electricit6. 1
A Saigon, les incides d'octobre sont les sui-
vants, sur la base 100 au premier semestre 1939 :
Europens .... 2.543 contre 2.299 en septembre


Importations Exportations


Nouvelle Cal6do-
nie .......
C6te des Somalis.
Etablissements
francais
d'Oc6anie ...
Guadeloupe ....
Guyane francaise.
Inde frangaise ...
Martinique .....
Reunion .......
Saint-Pierre et Mi-
quelon ......
Togo ..........


(en milliers de francs


434.747
13.949


1.185.436
4.502.453
27.998
28.812
3.816.529
969.246

9.473
1.047.920

139.776.149


583.173
492.692


298.355
2.498.355
305.470
5.036
2.842.588
1.628.232

38.385
491.806

155.386.065


Indochinois :
classes moyenne 3.049 ,
classes ouvriere. 3.614 ,


2.923
3.516


A Phn6m-Penh, les indices sont de : 2.199 pour
les Europ6ens centree 2.080 en septepnbre), 3.032
pour la classes ouvriere indochinoise centree 2.952).
A Hanoi : 6.385 pour les Europ6ens centre
6.018 en septembre, 12.812 pour la classes ou-
vriere indochinoise contre 1 1.996.


LE COMMERCE METROPOLE-TERRITOIRES
D'OUTRE-MER PENDANT LES 10 PREMIERS MOIS
DE 1948

Le tableau ci-apres donne la r6partition des
changes commerciaux pendant les dix premiers mois
de 1948 entire la metropole et les divers pays de
l'Union Frangaise :
Importations Exportations
(en milliers de francs)


A. 0. F. .....
Alg6rie .......
Indochine ......
Madagascar ....
A. E. F.......
Maroc ........
Tunisie ........
Cameroun ......


22.156.344
36.430.980
- 7.066.812
5.560.528
4.819.507
20.658.524
5.751.434
5.275.457


13.918.487
53.103.275
18.226.675
6.458.470
3.423.962
28.517.350
14.958.308
3.595.303


LA PART DES TERRITOIRES D'OUTRE-MER
DANS LE PROGRAMME FRAN(AIS
A LONG TERME

Un memorandum special est consacr6 aux terri-
toires d'Outre-Mer dans le programme a long
terme remis par le Gouvernement frangais A l'Orga-
nisation Europeenne de Coop6ration Economique.
Ce memorandum, en assignant A ces territoires
divers objectifs et plans d'action, montre combien
1'6conomie m6tropolitaine s'appuie sur celle de
I'Union pour parvenir au terme de I'aide Marshall,
A l'quilibre des paiements ext6rieurs si ardemment
souhait6.
Qu'est-il demand& a l'Union ? Tout d'abord, de
livrer A la m6tropole des mati6res premieres et des
vivres en telle abondance que celle-ci ait moins de
devises A d6caisser pour s'en procurer A l'6tranger.
Ensuite, d'intensifier ses exportations avec 1'ext6-
rieur, vers la zone dollar en particulier pour contri-
buer A des rentr6es plus massive de devises.

L'UNION DEVRA SATISFAIRE
SES BESOINS ESSENTIELS.
Dans le cadre de ce programme, les territoires
d'Outre-Mer devront satisfaire, par eux-memes, cer-
tains de leurs besoins essentiels. I1 faut en tout pre-
mier lieu que l'6quilibre c6realier de l'Afrique du






Nord, pays a forte expansion d6mographique, soit
r6tabli en 1952-53. Jadis largement exportatrice de
cer6ales, l'iconomie nord-africaine a du en importer
pour 35 millions de dollars en 1947-48. Pour ren-
verser cette situation, la production c6realiere devra
done 6tre p:ort6e de 3,2 a 5 millions de tonnes a
I'issue de la p6riode quadrionnale envisage grace a
I'accroissenent des surfaces cultivees A l'utilisation
intensive de tracteurs A chenilles imports.
Dans le secteur des autres denr6es, l'Afrique du
Nord devra recevoir un precieux appui en corps
gras de l'Afrique Noire, de riz indochinois, de sucre
et caf6 antillais, malgache et africain.
La r6alisation d'un vaste programme d'industria-
lisation permettra a I'ensemble de nos territoires
d'Outre-Mer de fabriquer de nombreux pro-
duits manufactures essentiels (conserves, ciments,
textiles, etc...) tout en ayant le double advantage
d'assurer des emplois a une main-d'oeuvre croissante
et d'6cononmiser des sorties de devises en fret notam-
ment.
L'AIDE A LA MITROPOLE.
L'effort des territoires d'Outre-Mer devra porter,
parallelement, sur des objectifs de production don't
voici une enum6ration succincte :
Corps gras. 13.700 tonnes d'huile alimen-
taire et 66.000 tonnes d'huile industrielle, en
Afrique du Nord centree respectivement 2.800 ton-
nes et 4.800 tonnes en 1947-48) ; 391.000 tonnes
d'huile en Afrique Noire centree 208.000 tonnes).
Colon. 50.00 tonnes en 1952 centree
30.000 tonnes en 1946).
Caoutchouc. 110.000 tonnes en Indochine
centree 70.000 tonnes avant la guerre).
Produits miniers. -- 2.600.000 tonnes de carbon
(Tonkin) ; un million de tonnes de fer (Guin6e) et
3.500.000 tonnes (Afrique du Nord) ; 7 millions
600.00 tonnes de phosphates (Afrique du Nord)
400.000 tonnes de manganese (Afrique du Nord)
14.000 tonnes de nickel '(Nouvelle-Caledonie)
14 tonnes d'or (Afrique Noire et Guyane)
550.000 c:arats de diamants (A.E.F. et A.O.F.);
100.000 tonnes de chrome (Nouvelle-Cal6donie) ;
15.000 tonnes de graphite et 1.000 tonnes de mica
(Madagascar) ; 130.000 tonnes de mineral de
plomb (Afrique du Nord).
Bois. -- Production exportable de l'Afrique


Noire portee de 408.000 tonnes de grumes en 1948
a 800.00 tonnes en 1952-53 ; sciages de 110.000
h 500.000 m" ; placages de 10.000 h
120.000 m3.
Sur ces productions, la m6tropole devra recevoir
notamment, en 1952-53, pour 130 millions de dol-
lars de corps gras ; 28 millions de matieres pre-
mieres textiles (coton sisal, laine, jute, ramie);
76 millions de products miniers ; 25 millions de
bois ; 60.000 tonnes de caoutchouc, etc...

L'EFFORT D'EXPORTATION VERS L'ITRANGER.
Le memorandum passe ensuite en revue les prin-
cipales exportations attendues de 1'Union vers
1'6tranger au terme du plan quadriennal ; riz d'In-
dochine vers 1'Extr&me-Orient (700.000 tonnes) ;
bananes (55.000 tonnes sur une production portee A
250.000 tonnes) ; cacao (48.000 tonnes sur une
production port6e A 90.00 tonnes) ; vanille, poivre,
carbon, phosphates, bois, caoutchouc, etc., etc.

LA BALANCE DES PAIEMENTS EN 1952-53.
Selon le memorandum et compete tenu de la r6a-
lisation des objectifs pr6cites, la balance des paie-
ments des territoires d'Outre-Mer devra se solder
comme il suit en 1952-53 (en millions de dollars) :


Exportations .
Importations .


Stranger
480
313


Mitropole
798
943


Total general
1.278
1.256


Solde ..... + 167 145 + 22
On observe ainsi que le solde de cette balance
avec l'6tranger sera positif de 167 millions de dol-
lars, don't 24 millions avec la zone dollar, centre un
deficit de 120 millions en 1947.
Avec la m6tropole, au contraire, le solde des
changes sera d6biteur de 145 millions de dollars.
Ce fait merite une explication.
En effet, si la France sollicite de ses territoires
d'Outre-Mer un effort accru (500 millions de pro-
duits agricoles sur 798 millions de marchandises
coloniales A r6ceptionner dans les ports metropoli-
tains), ainsi qu'une reduction syst6matique de leurs
achats dans la zone dollar, elle s'engage, en contre-
partie, B se substituer largement a l'6tranger pour la






furniture de products. bruts et demi-finis, marchan-
dises'manufactur6es et biens d'equipement.
A telle enseigne que-la m6tropole devra livrer
A 1'Union, entire autres, 290 millions de dollars de
products textiles ; 100 millions de products sid6rur-
gique ; 80 millions de products chimiques ; 200 mil-
lions de materiel portuaire, ferroviaire, de g6nie
civil, d'&quipement 6lectrique et m6canique;
110 millions de products p6troliers ; 180 millions
de products manufactures, etc.

LES CONDITIONS DE REALISATION
DES PROGRAMMES A LONG TERME.
Dans sa derniere parties, le memorandum expose
les conditions g6n6rales de r6alisation du plan pr6-
cite. I1 souligne A maintes reprises que ces conditions
impliquent une modification des courants commer-
ciaux, ainsi que l'adaptation des fabrications de 'in-


dustrie frangaise et des pays participants aux
besoins particuliers des territoires d'Outre-Mer, no-
tamment en matiere de textiles et de biens d'cquipe-
ment.
Une telle evolution ne pourra etre que progres-
sive ; elle suppose le maintien, pendant les ann6es
intermediaires, de credits en dollars U. S. A. suf-
fisamment important pour mener A bonne fin le pro-
gramme de production pr6vu en 1952-53.
On peut observer que la metropole a d6ja fourni
dans ce sens un tres gros effort. Les statistiques
douanieres des dix premiers mois de 1948 indiquent
en effet, que sur 335,2 milliards de marchandises
m6tropolitaines exporties, 151,4 milliards ont 6t6
dirig6es vers les territoires d'Outre-Mer (soit 45 %)
et 183,8 milliards vers 1'etranger (soit 55 %). Dans
les 45 % precites se sont situes 133 milliards de
biens de consommation durables et d'6quipement.


















LA VIE COLONIAL EN FRANCE


L'ACTIVIT: PARLEMENTAIRE

ASSEMBLE NATIONAL
Siance du 19 novembre
'ASSE.MBLEE Nationale, au course de sa stance
du 19 novembre, a d6sign6 M. Avinin, par
218 voix centre 91 a M. Nosmas, pour repr6-
senter les Francais d'Indochine au Conseil de
la R6publique. M. Avinin a 6t6 un des chefs de la
Resistance int&rieure francaise. Rentr6 dans la politique
active depuis la liberation, il a 6t6 successivement
membre de l'Assemblee consultative provisoire, deput6
de la Seine a la Constituante et, depuis 2 ans, membre
du Consei]l de la R6publique.

Seance du 23 novembre
Dans la stance du 23 novembre I'Assembl6e Na-
tionale, XM. Pierre Montel, d6put6 P.R.L., est inter-
venu au course des d6bats sur les activists du parti corm-
muniste. Je tiens, a-t-il dit, a rapporter ici un Mtmoi-
gnage de combattant d'lndochine, timoignage qui sera
remis a M. le President du Conseil. Nos soldats ont
capture la-bas, encadrant les elements du Vietminh,
3 officers appartenant au parti communist franqais.
La presen::e d'une delegation du Vietminh a Paris est-
elle admissible? M. Montel a parl6 ensuite des travail-
leurs indo.hinois en France, don't la moitie de la sold
est revenue par leurs delegues et enooyee au Viefminh.


CONSEIL DE LA REPUBLIQUE

Seance du 30 novembre
Br&ve seance, preside par M. Gaston Monnerville,
au course de laquelle ont 6t6 valid6s sans d6bat confor-
m6ment alx conclusions des bureaux une quinzaine de
conseillers de la R6publique.
'Mais la validation de M. Antoine Avinin, 6lu par
l'Assemb 6e Nationale come representant des Fran-
cais d'Indochine, quoique vote a l'unanimit6 par le
3e bureau, a 6t6 cartee de l'ordre du jour, un orateur
s'6tant fait inscrire pour s'y opposer.


ASSEMBLE DE L'UNION FRANQAISE

Seance du 16 novembre
Dans sa stance du 16 novembre, l'Assembl6e de
l'Union Frangaise recevait pour la premiere fois les re-
pr6sentants du Cambodge et du Laos. Le Pr6sident
Boisdon en soulignant que ( depuis 80 ans les peuples
du Cambodge et du Laos ont uni leurs destinies a celle
du people frangais ), a exprime sa joie de saluer la
venue de ses nouveaux colleagues repr6sentant ces deux
pays. Apres le President Boisdon, le Ministre de la
France d'Outre-Mer a exprim6 les m8mes sentiments a
l'6gard des nouveaux conseillers. La princess Yukan-
thor, d616gu6e du Cambodge, monte alors a la tribune
pour pr6ciser la position du Cambodge au sein de
l'Union Frangaise. Tous les membres de celle-ci, de-
clare-t-elle, doivent se faire des concessions dans tous
les domaines. Nous demandons a tdre traits sur un pied
d'egalite. Nous ne desirons pas etre de simple figu-
rants sur la scene de I'Union Francaise. La France,
pursuit la princess Yukanthor, a promise au Cambodge
son independence au sein de l'Union Francaise. Nous
conservons l'espoir que la France tiendra ses promesses
dans un proche avenir. Nous commencons notre tache
commune dans un esprit de collaboration.
M. Ouroth Souvannavong, repr6sentant du Laos,
exprime ensuite sa joie et sa fiertd d'assister pour la
premiere fois aux travaux de l'Assemblee. Rappelant
que les Laotiens ont adhedr das la premiere here a
I'Union Frangaise, il affirme que ses compatriotes sont
prets a lui apporter leur collaboration loyale. La France,
poursuit-il, est magnifiquement humaine, c'est pour cela
qu~i nous l'aimons et l'admirons. Notre vmou le plus
cher, conclut-il, est de trouver l'Union et la concorde
et de traoailler avec cous comme des frares.

Seance du 24 novembre
L'Assemblee a valid les pouvoirs d'un certain nom-
bre de conseillers de l'Union Francaise, a savoir:
Cinq conseillers du Cambodge: La Princesse Yu-
kanthor Pingpeang, MM. Pann Yung, Sim Var, Sik
Chhong, Thonn Out.
Deux conseillers du Laos: M'M. Bilavarn Khoun,
Souvannavong Ouroth.








Cinq conseillers d6sign6s par 1'Assembl6e Natio-
nale: MIM. Guy de Boysson (com.), L6on Motais de
Narbonne (IM.R.P.), Guillaume Detraves (S.F.I.O.),
Jules Daber (Action R6publicaine), et Mme Marianne
Verger (R.G.R.).
Trois conseillers d6sign6s par le Conseil de la R6pu-
blique :
Lucien Junillon (S.F.I.O.), Andr6 Georget (R.G.
R.), et Henri Gaignard (M.R.P.).
La validation des pouvoirs des nouveaux conseillers
de la Haute Volta est renvoy6e A une stance ultrieure
A la demand de M. Abdesselam (U.M.O.) qui declare
que le dossier est incomplete.
Le President announce qu'une demand de discussion
d'urgence sur les projects de d6cret tendant A proroger
de deux ann6es la legislation des loyers en Nouvelle
Cal6donie et a Madagascar a 6t6 pr6sent6e par le Gou-
vernement. La discussion d'urgence est adopt6e A l'una-
nimit6, cependant, 1'6tude du project de d6cret r6gle-
mentant le statut de la copropri6t6 des immeubles divi-
s6s par appartements en A.O.F. est renvoy6 A la Com-
mission de la Justice, pour complement d'6tude.
La discussion a 6t6 renvoy6e au lendemain. Avant
de clore la stance, le Pr6sident a annonc6 'le d6p6t
d'une demand de discussion d'urgence d'une propo-
sition de resolution demandant il'ajournement des 6lec-
tions au Conseil de la R6publique pour Madagascar.

Sdance du 25 novembre
L'ordre du jour appelait l'6tude de la demand de
discussion d'urgence de la proposition fate par la mis-
sion d'information envoy6e par 1'Assembl6e a Mada-
gascar, invitant le Gouvernement A surseoir aux 6lec-
tions au Conseil de la R6publique a Madagascar pr6-
vues pour le 19 d6cembre prochain.
La suite du d6bat a 6t6 renvoy6e A la prochaine
s6ance.
La suite de l'ordre du jour appelait l'6tude du project
de d6cret pr6sent6 par le Ministre de la France d'Ou-
tre-Mer, prorogeant pour une nouvelle p6riode d'une
ann6e, A computer du 1" d6cembre 1948. Les disposi-
tions du d4cret du 29 avri'l 1942 determinant en Nou-
velleiCalIdonie et d6pendances les cas dans ilesquels
les propri tires sont autoris6s A donner cong6 a leurs
locataires.
L'Assembl6e a adopt& A l'unanimit6 le project de
d6cret.
L'Assembl6e a 6tudi6 ensuite le project de d6cret,
pr6sent6 par le Ministre de la France d'Outre-Mer, ten-
dant A proroger de deux ann6es les dispositions du d6-
cret NR 46-2821 du 27 novembre 1946 instituant A
Madagascar et d6pendances des measures exception-
nelles en vue de rem6dier A la crise du logement.
L'Assembl6e a adopt un project prorogeant pour
un an les dispositions du d6cret du 27 novembre 1946.
Puis iI'Assembl6e a 6t6 amenee A donner son avis sur
le project de d6cret, pr6sent6 par le Ministre de la


France d'Outre-Mer, tendant a accorder une proroga-
tion de jouissance aux locataires de locaux d'habitation
de Madagascar et d6pendances.
Les dispositions de I'art. 10 du d6cret du 14 juin
1946 ont 6t6 prorogues pour une nouvelle p6riode
expirant le 31 d6cembre 1949.

Sdance du 26 novembre
Par un vote sans d6bat l'Assembl6e a adopt A
l'unanimit6 la proposition de MIM. Zinzou, Estive,
Lapart, P6rier et Mile Autissier, membres de la mis-
sion d'information envoy6e par 1'Assembl6e A Mada-
gascar, tendant a inviter le Gouvemement a surseoir
aux elections du Conseil de ila R6publique a 'Mada-
gascar, pr6vues pour le 19 d6cembre.
Voici le texte de la proposition :
< L'Assembl6e de 1'Union Frangaise, regrettant
qu'en presence de circonstances exceptionnelles, I'ar-
ticle 102 de la Constitution ne puisse 8tre momentan6-
ment applique a Madagascar, invite 'le Gouvernement
a surseoir aux elections du Conseil de la iR6publique A
Madagascar, jusqu'A ce que le college electoral soit
complete et repr6sentatif de l'ensemble de la population
autochtone ,.

Seance du 1"' decembre
L'ordre du jour appelait la discussion de la proposi-
tion, pr6sent6e par le group des ind6pendants d'Outre-
Mer, tandant a inviter le Gouvernement a exclure Da-
kar et la presqu'ile du Cap Vert de la zone d'end6mi-
cit6 amarile.
M. Borrey, Rapporteur de la Commission des Af-
faires sociales, a soulign6 l'int6rat qu'il v aurait a ce
que ces measures soient rapport6es, car elles ont une
repercussion facheuse en ce qui concern Il'escale mari-
time et a6rienne de Dakar.
Une proposition de resolution a 6t6 adoptee, qui de-
mande l'exclusion de Dakar et de la presqu'ile du Cap
Vert de la zone d'end6micit6 amarile et invitant le
Gouvernement A prescrire au plus t6t tous les travaux
d'hygiene necessaires.
La suite de l'ordre du jour appelait la discussion des
demands d'avis sur les projects de d6crets pr6sent6s
par le Ministre de la France autorisant la fabrication de
pieces divisionnaires pour les territoires des Iles Saint-
Pierre et Miquelon, en A.E.F., A IMadagascar, et en
A.O.F., ainsi que 1'6mission de jetons m6talliques au
Togo et au 'Cameroun.
L'Assembl6e a 6mis un avis favorable A ces projects.
L'Assembl6e a ensuite abord6 la discussion d'un project
de resolution communist et apparent6s demandant
qu'une protestation soit 6lev6e centre Il'expulsion de
Madagascar de M. Lombardo, conseiller de l'Union
Frangaise d6sign par l'Assemblee.







INFORMATIONS ADMINISTRATIVE

PROMOTIONS ET NOMINATIONS

Par d6cret paru au J. O. R. F. du 13 novembre
M. Laurent Pechoux, Gouverneur de 3" classes des co-
lonies est d6sign6 comme Gouverneur de la Cote
d'Ivoire en replacement de M. Orselli admis A fair
valoir ses droits A la retraite.
Par d&:rets parus au Journal Officiel du 25 no-
vembre :
IM. de MVauduit, Gouverneur de 3 classes des colo-
nies est pro:mu Gouverneur de 2e classes.
M. Del:eil, Administrateur de 1e classes, est nomme
Gouverneur des colonies et Gouverneur de l'Oubangui-
Chari.
'M. Boissier, Gouverneur des colonies, est nomme
Gouvernet r du Dahomey.
.M. Geay, Administrateur de Ire classes, est charge
par int6rin des functions de Gouverneur du Niger, en
replacement de M. Toby, qui va se rendre en cong6
en France.
M. Le Layec, Gouverneur des colonies, est charge
par interim des functions de Gouverneur du Tchad,
pendant I'absence de M. Rogu6, qui va se rendre en
cong6 en ,France.
M. Jare, Administrateur des colonies, est charge
par int6rini des functions de Gouverneur du Soudan, en
remplacenent de iM. Louveau, qui va se rendre en
cong6 en France.
M. Chambon, Gouverneur de 3e classes, est nomme
Inspecteur g6n6ral des Affaires administrative du Gou-
verhement g6n6ral de I'A.O.F.
M. Chauvet, Gouverneur des colonies, est nomme
Secr6taire g6n6ral du Gouvernement g6n6ral de 1'A.
O.F.
Par d6eret du 29 novembre paru au J. O. du 30,
M. Angamarre, Administrateur de 1"r classes des colo-
nies est ncmme Secr6taire g6n6ral p. i. de Madagascar,
A computer du 30 mai en replacement de M. Bouteille
Paul.

Par d6:ret en date du 1r d6cembre, paru au J. O.
du 3 dicembre, M. .de Raymond, inspecteur de
I" classes des colonies, a 6t6 d6sign6 pour remplir les
functions de Directeur-adjoint A la Direction des Af-
faires Politiques en replacement de M. Pignon, ap-
pe.l A d'autres functions.
M. de Raymond est n6 A Toulon le 28 juin 1907.
Entr6 a Saint-Cyr en 1925, M. de Raymond a fait une
grande parties de sa carrinre en Indochine, oi il a assure,
de 1929 A 1932 et de 1934 a 1937 diverse functions
administrative. I1 a 6t6 recu successivement au con-
cours de l'Ecole sup6rieure de guerre en 1938 et au
concours de l'inspection des colonies en 1942.
M. de Raymond a 6t6 nomm6, en mars 1945, chef
de la mission frangaise aux Indes, charge de la pr6pa-
ration interalli6e A la liberation de l'Indochine, puis a
6t6 conse miller politique du Haut-Commissaire de France


en Indochine et Commissaire de la R6publique du
rovaume du Laos en 1946 et 1947.
M. de Raymond parole les langues annamites don't il
a acquis les diplomes en 1942, et le dialecte chinois
cantonnais. A ces divers titres, il s'est constamment
int6ress6 aux probl6mes d'Indochine. Depuis son re-
tour a Paris, il avait assure, comme inspecteur des colo-
nies, diff6rentes missions en France pour am6liorer le
bien-etre des 6tudiants indochinois.
M. de Raymond est chevalier de la L6gion d'Hon-
neur et titulaire de la croix de guerre.
Par d6cret paru au J. O. du 8 d&cembre, M. de
Raymond a 6t6 nomm6 Gouverneur de 20 classes des co-
lonies.

Par d6cret du 3 d6cembre, paru au J. O. du 4 d6-
cembre, M. Paul B6chard a 6t6 int6gr6 dans le corps
des gouverneurs et gouverfieurs g6n6raux des colonies,
avec le grade de Gouverneur general. II a 6t6 maintenu
dans ses functions de Haut-Commissaire de la R6pu-
blique en A. Or F.


BIOGRAPHIE DE M. BOISSIER,
GOUVERNEUR DU DAHOMEY

M. Jacques Boissier, qui vient d'etre nomm6 Gou-
verneur du Dahomey, est brevet6 de l'Ecole Nationale
de la France d'Outre-Mer. I1 est n6 le 8 juillet 1910.
I1 a assure, de 1935 A 1943, les functions d'adminis-
trateur-adjoint et de commandant de cercie en A.O.F.
En 1945 il a 6t6 envoy par le gouvernement provisoire
d'Alger en Guyane, oii il fut successivement chef de
cabinet et Secr6taire g6n6ral du gouvernement.
Rentr6 en France a la liberation, il a 6t6 d6tach6
au 'Minist&re de la France d'Outre-Mer jusqu'en juil-
let 1946, puis charge de mission aupres de M. Bidault,
Ministre des Affaires Etrangeres, jusqu'en juillet 1948.
M. Jacques Boissier a accompli de nombreuses mis-
sions A l'6tranger, notamment aux Etats-Unis, en U.R.
S.S., en Am6rique du Sud et au Maroc. I1 a 6t6 2 fois,
en 1947 et en 1948, membre de Ila d6l6gation francaise
A l'O.N.U.
Le nouveau Gouverneur est chevalier de la L6gion
d'Honneur pour services exceptionnels, et titulaire de
la 'Mdaille de la R6sistance.


BIOGRAPHIE DE M. PECHOUX,
GOUVERNEUR DE LA COTE D'IVOIRE

M. Pechoux, qui vient d'etre nomm6 Gouverneur
de la Cote d'ivoire, est n6 le 15 octobre 1904.
Licenci6 en droit, il a d6but6 dans l'administration
coloniale le 1" septembre 1929 comme adjoint aux ser-
vices civils du Togo. I1 a 6t6 successivement adminis-
trateur-adjoint des colonies le 30 mai 1933, administra-
teur des colonies le 1'" juillet 1939 et a rempli les fonc-
tions de directeur du personnel du gouvernement g6n6-







ral de I'A.O.F. et de secr6taire general du gouverne-
ment general de I'A.E.F. en 1947.
M. Pechoux avait assure au course d'un long interim
les functions de Gouverneur de la C6te d'Ivoire don't il
avait 6t6 nomm6 secretaire g6enral.


DISTINCTIONS HONORIFIQUES

A l'occasion du retour des p6lerins de La Mecque,
plusieurs notabilites musulmanes ont 6te decor6es par
M. Coste-Eloret, Ministre de la France d'Outre-Mer.
M. Hadj Souleymane Paye, Pr6sident de la d6le-
gation des p6lerins de I'A.O.F., venant de visiter pour
la 9e fois les lieux saints de 1'Islam, a Wte fait cheva-
lier de la Legion d'Honneur.
M. Alpha Bocar Diallo, chef de canton, a Wte
nomm6 chevalier de la Legion d'Honneur et chevalier
de I'Etoile noire du Benin.
Ont 6t6 nomm6s officers de l'Etoile noire du Benin
MM. Hadj Diamar Sar, directeur d'6cole en Mauri-
tanie, grand conseiller de I'A.O.F.; Hadj Baye Dame
Paye, grand mutill6, President de l'Association des
mutil6s de I'A.O.F.; et Hadi Souleymane Paye, d6-
legu6 des p6lerins de l'A.O.F.. commis principal des
services administratifs de I'A.O.F.
Les decorations leur ont 6t6 remises par M. Coste-
Floret, en presence de MM. Paul B6chard, Haut-
Commissaire de I'A.O.F.; Lamine Gueye, d6put6 du
S6n6gal; Doucoure Amadou, conseiller de la R6pu-
blique du Soudan: du commandant Soumare, du cabi-
net de M. Bechard; et du capitaine Sekou Kone, du
cabinet de M. Coste-Floret.


MAJORATION DES PENSIONS D'INVALIDITE
ALLOUEES AUX MILITAIRES ET MARINES
AUTOCHTONES DE LA FRANCE D'OUTRE-MER

Par d6cret public le 12 novembre, les taux des pen-
sions fix6s pour les militaires et margins autochtones de
la France d'Outre-Mer et pour leurs ayants cause en
application-de la loi du 31 mars 1919, sont majors de
800 % A computer du 1" janvier 1948, et de 1.000 %
computer du "er juillet 1948.


DEROGATION TEMPORAIRE AUX REGLES
DE RECRUTEMENT DANS LE CADRE
D'ADMINISTRATION GENERAL DES COLONIES

Le J. O. du 15 novembre public un decret donnant
date aux terms duquel, par derogation aux dispositions
du d6cret du 13 mars 1946, relatives aux conditions de
recrutement dans le cadre de administration g6n6rale
des colonies autres que l'Indochine, les candidates au
concourse d'entrte de 1948 dans les sections administra-
tives de l'6cole national de ia France d'Outre-/Mer
d6eLarys admissibles aux 6preuves orales et qui ont ob-


tenu en outre au moins la moyenne g6n6rale de 11 points
pour l'ensemble des 6preuves 6crites et orales, pour-
ront &tre integr6s directement au grade de r6dacteur de
2e classes d'administration g6n6rale des colonies autres
que l'Indochine. Les b6n6ficiaires de ces dispositions
seront toutefois astreints a un stage probatoire.


LES NOUVEAUX TRAITEMENTS
DES FONCTIONNAIRES
DU CORPS DES ADMINISTRATEURS
DE LA FRANCE D'OUTRE-MER

Le Journal Oyficiel du 25 novembre public les nou-
veaux traitements du corps des administrateurs de la
France d'Outre-Mer:
Classe exceptionnelle : indice 630 (apres r6forme du
statut du corps).


Administrateurs





Adm.-adjoints


Eleves


I" classes: apres 8 ans
apres 6 ans
apres 3 ans
avant 3 ans
2 classes: apres 6 ans
apres 2 ans
avant 2 ans
3 classes ..........
re classes : apres 3 ans
avant 3 ans
2 classes ....
3" classes ..........
I echelon .........
2 echelon .........


721.000 fr.
682.000 -
654.000 -
624.000 -
624.000 -
569.000 -
516.000 -
477.000 -
423.000 fr.
372.000 -
335.000-
297.000 -
240.000 -
258.000 -


NOUVEAU REGIME DES INDEMNITES
POUR CHARGE DE FAMILLE


Un d6cret public le I1" d&cembre par le Journal Of-
ficiel decide dans son article 1" :
( Les chefs des territoires relevant du Ministere de
la France d'Outre-Mer autres que Saint-Pierre et Mi-
quelon, l'Inde, l'Indochine, les Etablissements Fran-
pais de l'Oc6anie, la Nouvelle-Cal6donie et les Nou-
velles H6brides 6tabliront un nouveau regime d'alloca-
tions familiales comportant:
1 Pour tous les personnel civils places sous leur
autorile et sans aucune diff6rencede race ou d'origine,
des allocations fixes a des taux identiques;
2 Pour les fonctionnaires servant dans un territoire
don't ils ne sont pas originaires, une prime familiale
d'6loignement.
En tout stat de cause, 'le total des allocations et
prime ainsi attributes ne pourra d6passer le montant
des prestations familiales applicables dans une locality
de la m6tropole comportant un abattement de zone de
galaires de 10 % ).







APPROBATION DU COMPETE ADMINISTRATIF
DE L'CFFICE DU NIGER EXERCISEE 1947)
Un d6cret public le 2 d6cembre approve le compete
administrati;[ de l'Office du Niger pour l'exercice 1947
arrat6 en recettes et d6penses A:
Recettes: 214.585.638 fr. 90.
D6penses : 204.581.651 francs.
L'excddent de recettes de 10.003.987 fr. 90 sera
reverse A la caisse de reserve de l'Office du Niger.


MANIFESTATIONS COLONIALES

CEREMONIES DU SOUVENIR A L'E.N.F.O.M.
La c6r6nionie du Souvenir a 6t6 cl66br6e le 11 no-
vembre dans la cour d'honneur de l'Ecole Nationale de
la France d'Outre-Mer, en presence du Gouverneur
g6nral Pignon, et de nombreuses personnalit6s.
M. Paul Mus a exalt6 le sacrifice des 616ves de
1'Ecole, morts pour la France, et a rendu un hommage
particulier ii la veuve d'Auguste Pavie, fondateur de
l'Ecole. L appel des noms, en ce qui concern 1'In-
dochine, a permis d'6voquer le sacrifice des h6ros tom-
b6s au course de l'occupation japonaise et apres les
&6vnements. de 1945.

CONFERENCE DU GENERAL CATROUX
SUR LE PROBLEM INDOCHINOIS
Le ge6nral Catroux, ancien Gouverneur g6n6ral de
l'Indochine, a fait, le 12 novembre a Paris, une conf6-
rence sur le problem indochinois. Apt& avoir fait un
historique des 6v6nements qui amen6rent la France a
rompre ave c Ho Chi Minh, ( coupable de forfeiture ),
et a s'orienter vers un accord avec l'ex-Empereur Bao
DaY, ( soucieux de soustraire son pays A l'action du
communisne international ), le conferencier a mis en
relief les raisons historiques et 6conomiques qui, selon
lui, renforcent les chances d'aboutissement de cette so-
lution : (( naturit6 politique du Viet-;Nam, adhesion des
3 Ky, sous certaines conditions, au principle unitaire;
virtualit6 positive d'une entente dans le cadre de
l'Union FIancaise sur les plans diplomatique, militaite
et 6conomique Le g6n6ral Catroux se montre parti-
san de la (( solution Bao DaYi et en conclusion a d6-
clar6: a Rappelons-nous le wr6c6dent syrien. L'heure
press, l'occasion est fugitive, les complications ii.ter-
nationales nous guettent. Restons maitre du jeu et ha-
tons-nous ):.

UNE OPINION DU GENERAL DE GAULLE
SUR LE PROBLEM INDOCHINOIS
De son c&t6, le g6n6ral de Gaulle a aussi expos
son point de vue sur la question indochinoise, au course
d'une conference de press tenue & Paris le 17 no-
vembre: r On se tratne la-bas, a-t-il dit. La solution
envisage ne semble pas avoir la port6e esp&r6e. En


cette affaire, la France ne doit rien pr6cipiter. 11 faut
savoir, avoir le temps, durer et voir venir. Un jour ou
l'autre, une solution frangaise apparaitra: celle que,
des mars 1945, j'avais fix6e au premier Haut-Commis-
saire : traiter quand on pourrait avec tout ce qu'il y au-
rait de vraiment repr6sentatif, pourvu qu'il ne s'agisse
pas d'ennemis de la France, en vue d'6tablir une fede-
ration indochinoise pregnant place dans l'Union Fran-
caise, la France 6tant charge, come pour toute celle-
ci, des problemes de defense, de politique 6trang&re et
d'economie ge6nrale. Peut-etre un jour trouvera-t-on les
616ments repr6sentatifs avec lesquels tout cela pourra
&tre r6gle .

FOUNDATION D'UNE ASSOCIATION D'ENTENTE
FRANCO-VIETNAMIENNE
Une Association g6n6rale d'entente franco-vietna-
mienne ayant Dour but principal de resserrer les liens
amicaux entire Frangais et Vietnamiens, de d6fendre les
int6r&ts moraux et mat6riels de ses ressortissants et de
cr6er par la suite une oeuvre d'entr'aide social, vient
de se fonder. La premiere assemble constitutrice a eu
lieu le 10 novembre, sous la pr6sidence de M. Nauven
Huy Lai, membre du cabinet de M. le Pr6sident Bois-
don. Le premier conseil d'administration a 6t6 constitu6
de la facon suivante : M. Nguyen Huy Lai, President;
M. Vallat et Dr Farreiras, vice-Pr6sidents; M. Nguyen-
Khac Su, secr6taire g6n6ral-tr6sorier.

LE PROBLEM INDOCHINOIS
AU CONGRESS RADICAL SOCIALIST

A la premiere stance du 40e Congres radical-socia-
liste qui s'est tenu A Paris le 2 d4cembre, M. Anxion-
naz, d6veloppant le rapport sur la defense national, a
traite de la question militaire indochinoise : u Cette
question, a-t-il dit, pose un problmre politique. I1 faut,
a l'int&rieur, justifier la defense de l'Indochine et lutter
contre les campagnes qui nous repr6sentent comme des
aeresseurs, alors que nous d6fendons le people vietna-
mien centre des oppresseurs. II faut dire aussi, une fois
pour toutes, que iamais nous ne reprendrons le contact
avec Ho Chi iMinh, qui fait le jeu de l'imp6rialisme
stranger ),.
M. Bollaert a pr6sent6, au course du d6bat consacr6 a
l'Union Francaise, un rapport sur l'Indochine.
Le part radical, apres avoir reclam6 la creation ra-
pide du Haut-Conseil a 'Union Francaise, a sou-
haite le r6tablissement de la paix en Indochine par
l'application des accords de la Bale d'Along.

LA CONTRIBUTION DES TERRITORIES
D'OUTRE-MER AU RAVITAILLEMENT
DE LA METROPOLE
Au course d'une conference de presse tenue le 16 no-
vembre au service de 1'Information, M. Guy HWnatd,
administrateur des colonies, a fait un expos a sur 'les







apports des territoires d'outre-mer relevant du Ministere
de la France d'Outre-Mer dans l'6conomie et le ravi-
taillement de la m6tropole n.
Le conf6rencier a mis en relief l'expansion 6cono-
mique croissante de l'Union Frangaise et abord6 les
problemes de communications, de financement. 1;1 a in-
sist6 sur la n6cessit6 de fournir aux territoires d'Outre-
Mer des biens de consommation pour stimuler leur pro-
ductivit6.

UNE CONFERENCE DE M. GRIAULE
AU CLUB DE L'AUBE
A I'occasion de l'inauguration du Club de
a I'Aube ), 49, avenue de l'Op6ra, M. Marcel
Griaule, Conseiller de l'Union Frangaise, professeur A
la Sorbonne, et directeur au laboratoire d'ethnographie
A l'Ecole des Hautes Etudes, a donn6, le 27 novembre,
sous la pr6sidence de M. Coste-Floret, Ministre de la
France d'Outre-Mer, ses a impressions du Soudan ,.
M. Griaule a indiqu6 notamment la possibility d'6ta-
blir une harmonies social et politique, conforme aux
int6rAts du Soudan et A ceux de la France, dans le res-
pect des croyances et de la personnalit6 de ses popu-
lations.
De son c8t6, 'M. Coste-Floret, Ministre de -la France
d'Outre-4Mer, a insist sur le souci de la France de
suivre dans les territoires d'Outre-Mer une politique
de comprehension humaine et de progres technique,
seule capable de faire de la formule de l'Union Fran-
gaise une r6alit6.


ACADEMIC DES SCIENCES COLONIALES
Sance du 9 novembre
M. Marius Leblond a expos les consequences de la
transformation des anciennes colonies en d6partements
frangais. La plus fAcheuse a son sens est d'avoir amene
le replacement d'un personnel administratif restreint
par un nombre important de fonctionna;res metropoli-
tains, ce qui a entrain6 des requisitions sans aider jus-
qu'ici a resoudre les problemes qui se posent; il regrette
que la m6tropole ne se soit pas encore efforc6e de faire
de la R6union un centre touristique, les beaut6s natu-
relles de cette ile au climate sain m6ritant d'etre con-
nues.
A la critique assez s6vere pr6sentee par M. Marius
Leblond surtout au point de vue politique, M. J. H.
Nicard a oppose l'effort que prepare la m6tropole au
point de vue technique.
M. Albert Sarraut a reconnu que l'adaptation des
anciennes colonies en d6partements frangais 6tait diffi-
cile; il souhaiterait pour les administer des bureaux
sp6ciaux comme ceux cr66s pour 1'Afrique du Nord.

Seance du 24 novembre
M. F. Blondel a donn6 un bref compte-rendu du
congres g6ologique international de Londres, et a pr6-
sent6 la carte g6ologique de 1'Afrique en son 6tat ac-


tuel, en indiquant combien il est difficile de parvenir
a un travail d'ensemble comme celui-ci; il espere qu'au
prochain congres, qui doit se tenir i Alger, la carte
geologique complete de l'Afrique pourra etre pr6sen-
t6e, ainsi que celle des principaux gisements mineraux.
Le Gouverneur g6n6ral Barthes, Pr6sident du Bu-
reau minier de la France d'Outre-iMer, a expos l'or-
ganisation, le fonctionnement et les buts de cet orga-
nisme qui, tout en 6tant une soci6t6 d'Etat, garde les
caract6ristiques d'une entreprise industrielle et commer-
ciale priv6e. M. Blondel a exprime sa satisfaction du
d6sir d'entente qui existe aussi bien du c6t6 du Bureau
minier de la France d'Outre-Mer que de celu; de I'in-
dustrie priv6e.

Seance du 7 decembre
Au nom de ses confreres, M. de Lacharriere a recu
M. Robert Montagne, membre titulaire, qui prenait
officiellement stance. En rappelant sa carrnire, M. de
Lacharriere a insist sur l'importance de la creation du
Centre des hautes 6tudes d'administration musulmane
due a l'initiative du nouvel 6lu.
Dans sa reponse, M. Robert Montagne a rapport
au Mar6chal Lyautey ce qu'il a pu faire d'utile dans
sa carriere militaire, administrative ou scientifique.
Le d6pouillement du scrutiny pour I'6lection d'un
membre titulaire dans chacune des 5 sections a donn6
les r6sultats suivants: M. Ren6 Pottier a 6t6 6lu dans
la 1'e section; M. Durandl,6ville dans la 2e; M. Louis
Milliot dans la 30; le m6decin g6n6ral Mathis dans la
4e et le general Ingold dans la 5.


M. ROBERT MONTAGNE A INAUGURE
SES COURSE AU COLLEGE DE FRANCE

M. Robert Montagne, Directeur du Centre des
Hautes-Etudes musulmanes, Professeur au Collage de
France, a inaugur6 le I-' d6cembre le cycle de ses
course par une conference sur le theme a l'Europe en
Afrique )).
On notait dans I'assistance :MIM. Erik Labonne,
ambassadeur de France, ancien Resident g6n6ral de
France au 'Maroc; iM. Hoffherr, Haut-Commissaire de
France au Cameroun; M. Olivier Marin, pr6fet, direc-
teur des Offices du, Maroc; iM. de la Taille, sous-
Directeur de l'Office du 'Maroc A Paris; M. Sire,
contr6leur civil; le commandant Tuder, de I'6tat-major
du g6n6ral Juin, ainsi que de nombreuses autres person-
nalit6s du monde colonial.
M. Montagne a soulign6 dans une synthese precise
les liens culturels, 6conomiques et sociaux ns .de la
p6n6tration europeenne en Afrique, ainsi que les bou-
leversements dans la formation des 6lites, dans les
mceurs et dans les traditions, que la presence euro-
p6enne avait engendr6s. 1 a marque enfin les tendances
a l'unit6 sur les bases de la race et de la religion qui se
faisaient jour en Afrique, a d6sormais anim6e dans ses
regions les plus reculees d'une fervente curiosity intel-
lectuelile A 1'6gard du monde occidental )).







NOUVELLES DIVERSE

UN NOUVEAU JOURNAL VIETNAMIEN A PARIS

Un nouvel hebdomadaire vietnamien de langue fran-
caise a vu le jour A Paris le 16 octobre dernier. Son
principal animateur est S. E. Hoang van Co, membre
de la D6legation du Gouvernement Central Provisoire
du Viet-Nam a Paris. Cet organe soutient done la po-
litique des accords de la Baie d'Along, et fait cam-
pagne pour une loyale et confiante collaboration franco-
vietnamienne sous 1'6gide de S. M. Bao DaY. II est
non moins resolument hostile a Ho Chi Minh et au
Viet-Minh. Parmi les collaborateurs de cet hebdoma-
daire, autres que S. E. Hoang van Co, figurent
MM. Nguyen Manh Danh, LA van Phuc, Nguyen
Luan. D6 Manh Danh.


LA MISSION ANTARCTIQUE FRANQAISE

La prenmire mission antarctique franFaise a quitt6
Brest le 27 novembre A bord du Commandant Charcot.
Cette mission, qui sejournera pendant un an sur la
Terre Ad6lie, encore inexplor6e, comprend onze mem-
bres: IMM. Andr6 Liotard, chef de l'expedition, Ber-
trand 'Imbert, hydrographe, Jalu, m6t6orologiste, ;le
Dr Sapin-Jaloustre, charge des 6tudes m6dicales et bio-
logiques, 'MM. Marret, chef des transmissions, Har-
ders, second radio, Robert Pommier, chef des trans-
ports-chars, Jean Martin, g6o-physicien, cineaste,
charge des services de 'l'Intendance, Yves Valette, car-
tographe, Vincent, g6ologue, d6elgu6 des services de
la France d'Outre-iMer et Paget, ing6nieur.
Le but essentiel de la mission est de reliever la topo-
graphie de la Terre Ad6lie, de reconnaitre les itin6-
raires les plus commodes, de noter les conditions s6jour,
d'observer le comportement du materiel et de preparer
ainsi les exp6ditions futures qui s'adonneront A des tra-
vaux scientifiques plus pouss6s.
Le Coinmandant Charcot, qui emmene vers la Terre
Ad6lie la mission antarctique francaise, est un ancien
mouilleur de mines de la Marine am6ricaine. Mont6 par
49 hommes et officers de la Marine Nationale, places
sous les ordres du capitaine de frigate Douguet, il at-
teindra 'le terme de son voyage de 20.000 kms A la
fin de f6vrier. Ill emporte notamment 47 chiens esqui-
maux, 2 autos-chenilles, des 'raineaux, une embarca-
tion amphibie et des vivres pour 2 ans et demi.


AVIS AUX VOYAGEURS ENTIRE L'INDOCHINE
ET LA ZONE FRANC

Le Ministtre des Finances public dans un commu-
niqu6 un avis N 363 de l'Office des Changes relatif
au regime des voyageurs entire l'Indochine et les terri-
toires de la zone franc.


Cet avis abroge miles dispositions du titre No 3 de
l'avis 223 ainsi que celles du titre 3, paragraphe for de
I'avis 226, et les replace par le texte suivant:
( Les voyageurs qui se rendent de la France m6tro-
politaine, de 1'Algerie, de la Tunisie ou des autres ter-
ritoires de la zone franc en Indochine, et vice-versa,
sont autoris6s A 6tre porteurs d'une some gale au
plus A la contre-valeur de 25.000 francs m6tropolitains
comprenant sous forme de billets de banque, de che-
ques ou de lettres de credit, des devises 6trangAres a
concurrence au maximum de 5 lives sterling et de
20 dollars et, pour le surplus, des piastres, sans que le
montant en billets indochinois puisse exc6der 200 pias-
tres indochinoises.
( La some de 25.000 francs peut egalement com-
prendre des billets de la Banque de France, des francs
de la Caisse central de la France d'Outre-Mer, de la
Banque de l'Alg6rie, de la Banque d'Etat au Maroc,
des banques d'6mission ou anciennes banques d'6mis-
sion coloniales, mais seulement A concurrence d'un mon-
tant maximum de 4.000 francs metropolitains ou de la
contre-valeur ).


CONCOURS DU PLUS BEAU CONTE D'OUTRE-MER

Le jury du concours du plus beau conte, r6serv6 aux
autochtones de la France d'Outre-Mer, organism par
le comit6 d'expansion culturelle de la France d'Outre-
Mer vient de designer les laur6ats. Les prix suivants
ont 6t6 attribu6s :
I" prix de 5.000 francs A M. Alcide Baret, institu-
teur A la riviere Saint-Louis (tile de la R6union) pour
son conte ( Abel et Mariaye ).
2' prix de 3.000 francs a M. Edmond Mamelomana,
sous-Gouverneur a Betioky sud, province 'de Tul6ar
(Madagascar) pour son conte (( Soanaly ou l'homme-
calebasse ).
3e prix de 2.000 francs A M. Michel Lohier, com-
missaire pr6fectoral des Galibis de la region d'lracoubo
(Guyane francaise) pour son conte (( Kouyoury )).
Des mentions honorables ont 6t6 accord6es A M. Guy
Agenor, instituteur A Saint-Denis (tile de la IReunion)
pour son conte ( Fina exploratrice ); Mile Florette
Morand, institutrice A Morne a l'eau (Guadeloupe) pour
son conte ( Vengeance de sorciere ); M. Philippe
Ombele de Magnand, secr6taire pros le tribunal coutu-
mier de Saa (Cameroun) pour son conte ( L'araign6e
disgraci6e ); M. Francois Touinatua Ariifaaire, a Pa-
peete (Tahiti) pour son conte (( Lgende du cocotier et
du 'Mapo ).
Le comity d'expansion culturelle de la France
d'Outre-iM'er publiera dans sa revue Risonnances,
qui paraitra au d6but de 1949, les contest ayant obtenu
un prix.


















NOUVELLES D'OUTRE=MER


INDOCHINE

HAUT-COMMISSARIAT
DE FRANCE
EN INDOCHINE
E Haut-Commis-
S saire Pignon,
Sdurant les der-
*l niers jours pre-
c6dant son depart pour
Saigon, a particip6, le
12 novembre, A un en-
tretien r6unissant les mi-
nistres des Affaires
Etrang res, de la D6fense Nationale et de la France
d'Outre-IMer a la Pr6sidence du Conseil; le 16 no-
vembre, il a 6t6 regu par 'M. Monnerville, President
du Conseil de la R6publique et a rendu visit A l'ex-
Empereur Bao DaY, arrive la veille de Cannes; ensuite
il a et6 I'rite a d6jeuner des membres de l'entourage
de 1'ex-Empereur et des repr6sentants h Paris du g6n6-
ral Xuan.
Le 17 novembre, accompagn6 de M. Bonfils, con-
seiller politique, M. Catala, conseiller technique priv6,
M. Piquois, chef de son secretariat particulier, et du
Capitaine Henry, aide de camp, IM. Pignon a quitt6
Paris pour rejoindre son poste. Salu6 a son depart
d'Orly par de nombreuses personnalites frangaises et
indochinoises le Haut-Commissaire a d6clar6 avant de
s'embarquer: Au moment o6 je vais rejoindre le poste
auquel m'a appele la confiance du gouvernement, je ne
puis que vous reitdrer ma conviction que ce qu'on ap-
pelle ( I'affaire d'Indochine ) est susceptible de rece-
voir dans un proche avenir une solution donnant satis-
faction 6 la fois a la France et au Viet-Nam. Je vais
m'attacher a itudier et resoudre un a un les quelques
problemes particuliers qui se posent encore. Je les abor-
derai avec l'esprit le plus objectif, le plus rdaliste. Je
m'efforcerai de retablir le climate de confiance reci-
proque sans lequel aucune negociation ne saurait abou-
tir a une issue heureuse. Mais je ne suis pas un ( Deus
ex-machina ) don't la seule apparition suffira a aplanir
les obstacles. Rome n'a pas dte b6tie en un jour et le
Viet-Nam independent qui a recu son acte de naissance


dans la Baie d'Along le 5 juin dernier, doit peu a peu
fire sa croissance, c'est-a-dire s'organiser, prendre en
mains les attributes essentiels de sa souverainete au fur et
Smesure qu'il disposera du personnel qualified indispen-
sable. Mais la mission de la France ne saurait etre plei-
nement remplie tant que des agitateurs, aux ordres de
I'&tranger, continueront a faire rigner la terreur parmi
la paisible masse vietnamienne, et a detruire les riches-
ses economiques qui conditionnent le relevement et le
ddveloppement du pays.
A l'arriv6e du Haut-Commissaire a Saigon, les plus
hautes personnalit6s frangaises et vietnamiennes se trou-
vaient a I'a6rodrome de Tan Son Nhut pour l'accueil-
lir. Au Palais f6d6ral, le g6n6ral Blaizot a pr6sent6
au nouveau Haut-Commissaire les hauts fonctionnaires
et chefs de services f6d6raux en ces terms: La plupart
de ceux de vos compatriotes qui sont reunis pour vous
accueillir vous connaissent. Ils savent aussi que vous les
connaissez bien, comme vous connasisez ce pays oi
votre reputation a grand. Vous pouvez done computer
non seulement sur leur estime, mais egalement sur leur
respectueuse affection... Je tiens a vous exprimer notre
volonte de vous apporter la collaboration la plus loyal,
le denouement le plus absolu. Le Haut-Commissaire
a r6pondu: Je vous connais tous en effect, et c'est pour
moi un element de confiance, car j'ai pu djai apprecier
votre valeur technique et morale, et je sais que je peux
computer sur vous. Je suis anime de bonne volonte et de
bienveillance, et j'esp&re pouvoir ramener la paix dans
ce pays.
,M. Pignon r6unit les journalists, le 24 novembre,
dans une conference de press pour leur communiquer
ses premieres declarations. 11 a dit notamment: J'af-
firme que la France desire la mise en application le
plus rapidement possible, des principles pqsis par la
convention du 5 juin. Je n'ai d'autre desir que de voir
6tablir un gouvernement vietnamien, fort et respectW,
exergant effectivement les prerogatives d'un Etat.
D'autre part, il appartiendra a S. M. Bao Dai de faire
connaitre, et sous la forme qu'elle jugera opportune, la
date et les modalilts de son retour au Viet-Nam. Par-
lant ensuite de 'action du Viet-iMinh, M. Pignon a
precise: Sous la direction de cadres communists, le
Viet-Minh a poursuivi, sur le plan indochinois, une ac-
tion subversive de portee mondiale. Apres avoir dit







qu'il ne connaissait qu'un Gouvernement au Viet-Nam,
celui du iGneral Xutn, le Haut-Commissaire a con-
firme son intention de se rendre en France, apres avoir
recueilli toutes les informations necessaires.
Le 30 novembre, le Haut-Commissaire a quitt6 Sai-
gon pour se rendre a Phnom Pcnh, oi il a rencontr6
le iRoi du Cambodge et diverse personnalit6s du Gou-
vernement cambodgien.
I1 est enlsuite parti, le 4 d6cembre, A Hanoi pour
rendre au g6n6ral Xuan la visit que ce dernier lui a
faite le 23 novembre.
Rentr6 ;L Saigon le 7 d6cembre, apres 8tre passed
Hu6, le Haut-Commissaire s'est d6clare satisfait de son
voyage et a pr6cis6 qu'il a regu des mains du g6n6ral
Xuan le document contenant les revendications du Gou-
vernement Central concernant l'exercice de la souve-
rainet6 inti:rieure du Viet-Nam. I1 a ajout6 qu'il s'ef-
forcerait de faire droit A certaines revendications
avant son depart pour la France vers la mi-d6cembre.
Le s6nal:eur amnricain Georges Malone au course de'
son voyage dans le Sud-Est de l'Asie, s'est arrat6 A
'Saigon, le 27 novembre, devant se rendre A Bangkok,
Batavia et Singapour. II a eu des entretiens avec M. Pi-
gnon, le giinral Xuan, les directeurs des banques fran-
galses et 6drangares de Saigon, et diverse personnalit6s
de l'indusirie. ,*
Un skyrmaster de 'la Compagnie Air-France a entre-
pris le 15 novembre un voyage de reconnaissance de
Saigon A Noum6a en vue d'&tudier l'6tablissement
d'une line r6guliere. Les escales seront Batavia, Ma-
cassar, Port Darwin et Sydney.
La Cour de Justice de l'Indochine, dans sa session
de novembre, a jug6 les affaires suivantes:
22 novembre. Affaire Nogaret, inculpation d'ac-
tes de nature A nuire A la D6fense Nationale, verdict
d'acquittement.
24 novembre. Affaire Voiron, inculpation d'actes
de nature A nuire A la D6fense Nationale. La Cour a
condamn6 M. Voiron a 5 ans d'indignit6 national.
Mais en raison de son ( attitude courageuse devant les
Japonais et pour faits de guerre, apras le coup de force
du 9 mars 1945 )), M. Voiron a 6t6 aussitot relev6 de
cette condemnation.
25 novcmbre. Affaire Loewe, inculpation d'indi-
gnit6 national, verdict d'acquittement.
27 novembre. Affaire Mesple, inculpation d'ac-
tes de nature'A nuire A la Defense Nationale, verdict
d'acquittement. S. E. Tiou Long'est venue t6moigner
en faveur de l'inculp6.


GOVERNMENT CENTRAL PROVISOIRE
DU VIET-NAM

Le 15 novembre, I'ex-Empereur Bao Dai, venant de
Cannes, est arrive a Paris. II a eu le lendemain un en-
tretien a ec le nouveau Haut-Commissaire de France
en Indocline, la veille du depart de celui-ci pour Sai-
gon. Apris un s6jour d'une quinzaine de jours A Paris,
1'ex-Empereur a regagn6 Cannes o0 il compete rester


jusqu'au prochain retour en France du Haut-Commis-
saire.
A Saigon, le g6n6ral Xuan a declare le 10 novem-
bre A un correspondent de 1'A. F. P. qu'il se r6jouis-
sait vivement de l'arriv6e prochaine de M. Pignon.
Il me sera possible, a-t-il dit, de resoudre certain pro-
blames de detail tres important pour la souverainete
intirieure du Vietnam et d'amiliorer les rapports franco-
vietnamiens. Dans sa declaration, le President du gou-
vernement central provisoire du Vietnam a evoque no-
tamment le rattachement des trois provinces du Sud de
I'Annam a la jurisdiction du gouverneur du Centre
Vietnam. II a precise a ce sujet que la Baie de Cam
Rang pourrait faire l'objet d'un accord militaire, la
mise a la disposition de la France de cette base etant
indispensable a la defense commune. Nous pourrons
aussi rdgler, a-t-il precise, le probleme de la remise
officielle aux autorites du Nord Vietnam de la police
municipal, des services du ravitaillement et l'institu-
tion de tribunaux vietnamiens pour les Vietnamiens.
Abordant la question de Cochinchine,. le general
Xuan a dit: Je pense demander a conclure un accord
sur la justice et la police judiciaire dans,le Sud Viet-
nam, valuable dans l'ensemble des trois pays vietnamiens
et devant 6tre soumis a la ratification du Parlement
francais car le probleme de la justice est le probleme du
trait et la presence de tribunaux vietnamiens n'exclut
pas celle de tribunaux francais. Ensuite, tous les autres
problames du Sud-Vietnam trouveraient facilement une
solution. Ces ententes partielles constitueraient la trame
d'un trait ddfinitif reglant I'ensemble des rapports
entire le Vietnam et la France.
Enfin le g6n6ral Xuan a affirm que le conflict oppo-
sant les fractions franpaise et vietnamienne au sein du
Conseil de Cochinchine serait tras prochainement
aplani. Une solution provisoire d6ciderait que l'actuel
Conseil de Cochinchine soit transformed en assemblee du
Sud-Vietnam oui si6geraient c6te A cote des d6l6gu6s
franTais et vietnamiens.
Apres I'arriv6e de M. Pignon en Indochine, le g6-
neral Xuan s'est rendu, le 22 novembre, A Saigon, pour
y rencontrer, le lendemain, le Haut-Commissaire. II a
ensuite adress6 le message suivant qui a 6t6 lu par le
d6l6gu6 du Gouvernement Central Provisoire du Viet-
nam au course du banquet qui s'est tenu A Paris, A 1'H8-
tel Lutetia, le 26 novembre :
( AprAs les entretiens avec le nouveau Haut-Com-
T missaire, je puis affirmer ma confiance dans une solu-
o tion prochaine du problame franco-vietnamien. Je
o suis persuade que S. 'M. Bao Dai parviendra A d6-
o terminer, avec le Gouvernement francais, les bases
o g6n6rales d'une entente durable satisfaisante pour les
deux parties et que, grice A la politique compr6hen-
o sive de la France, se concr6tiseront bient6t l'unit6 et
o l'ind6pendance reelles du Vietnam, permettant a Sa
o Majest6 de rentrer en vue du r6tablissement de
o l'ordre et de la paix dans le pays.
o En saluant MiM. les Ministres, parlementaires
o compatriotes presents, je forme des voeux ardents
o pour la paix prochaine et pour la grandeur de nos
o deux pays, librement associes ).







Le g6n6ral Xuin a quitt6 Saigon pour rentrer a Ha-
noi le I d6cembre.
Le Conseil des Miriistres du gouvernement central
provisoire, a approuv6 un project de d6cret 6tabli par le
Ministare de la Justice sur l'organisation de la justice
dans le Centre Vietnam. II a 6tudie en outre :
Les modalit6s de fonctionnement du group hos-
pitalier de Hanoi, don't la remise au gouvernement cen-
tral a 6t6 r6cemment d6cid6e par le Haut-Commissariat
de France;
Un project de creation d'un Office indochinois
d'hygiane.
I1 a examine enfin certaines questions d'administra-
tion courante.
Le 24 novembre, M. Tran Ngoc Danh, dans une
lettre adress6e a M. Trygve Lie, a pos6 la candidature
de la ( R6publique D6mocratique du Vietnam a)
l'Assembl6e des Nations Unies. ,M. Tran Ngoc Danh
se d6clare mandate pour cette d6marche par le Ministre
Vietnamien des Affaires EtrangAres. 11 a en outre
adress6 une lettre au President de I'Assembl6e de
l'Union Frangaise pour exprimer le d6sir du (( parle-
ment'de la R6publique d6mocratique -du Viet-Nam ,
d'avoir des observateurs A ladite assemblee.
Le 25 novembre, le Ministere de la France d'Outre-
Mer a d6c!ar6 que le gouvernement frangais ne recon-
nait qu'un gouvernement repr6sentatif du Viet-Nam:
celui que le g6n6ral Xuan a form sous 1'6gide de
S. M. Bao DaT. ( La Republique d6mocratique du
Viet-Nam ) que 'M. Tran Ngoc Danh pretend repr6-
senter a Paris, n'a aucune existence officielle, ce der-
nier ne peut done se pr6valoir d'aucune mission diplo-
matique et ses communications ne sauraient 8tre prises
en consideration. En outre, M. Tran Ngoc Danh est
inculp6 de ( provocation a des actes ayant pour but de
nuire a l'integrit6 du territoire francais ). I1 b6n6ficie
actuellement du regime de la liberty provisoire.
Le 29 novembre, iM. Tran Ngoc Danh a compare
de nouveau devant M. Jadin, juge d'instruction. Celui-
ci lui a rappel6 les motifs de son arrestation, le 29 jan-
vier dernier. I1 lui a aussi reproch6 de se comporter en
territoire frangais comme s'il 6tait d6tenteur de pouvoirs
reconnus par le gouvernement francais, alors qu'appa-
remment il ne repr6sente qu'une organisation r6volution-
naire combattant la France par les armes.
Le President du Gouvernement Central Provisoire du
Viet-Nam vient de prendre une decision determinant
les fanions et les escortes des voitures automobiles du
President, des Ministres et des hauts fonctionnaires du
gouvernement central.
En l'honneur des travailleurs indochinois revenant de
France, M. Tran Van Hub, Ministre du Travail et de
1'Action Sociale, a offert, au theatre Thuan Thanh,
transformed en centre d'accueil, un dejeuner a un d6ta-
chement r6cemment arrive A Saigon. Le Ministre 6tait
accompagn6 du D8c-phu Le Van Thanh, adioint au
pr6fet de la region Saigon-Cholon,
M. ,Nguy&n Qu6c Dinh a 6t' recu 3' au concourse
d'agr6gation des Facult6s de Droit de Paris de cette


annie. M. Nguyen Qu6c Dinh est le fils de M. Nguyen
QuSc Chuong,- ancien Gouverneur de la province de
Hoa Binh (Tonkin).
Les peintres vietnamiens qui viennent d'exposer a
.Paris, sous le patronage du g6n6ral Xuan, ont 6ti regus
le 22 novembre par S. M. Bao Dai A qui ils ont offert
un tableau en t4moignage de leur attachment a sa per-
sonne.

Tonkin

Le Gouverneur Digo, Commissaire de la Repu-
blique pour le Tonkin et le Nord Annam, et le general
'Koch, commandant des T.F.I.N., se sont rendus le
19 novembre a Sontay oi ils ont rencontr4 S. E.
Nghiem Xuan Thien, Ministre d'Etat, Gouverneur du
Nord Vietnam, part la veille de Hanoi pour installer
les nouveaux chefs des provinces de Sontay et Vietri,
a la suite de la r6cente liberation de ces-localites. Les
deux villes sont pratiquement ras6es A la suite des des-
tructions syst6matiques effectu6es au lendemain des
6v6nements de d6cembre 1946. La population com-
mence a revenir.
La Chambre de Conrmerce de Haiphong a tenu en
novembre sa 806' assemble ordinaire A laquelle ont
assist le conseiller regional Cypres et !e conseiller
pour la ville, M. Merlo. L'ordre du jour comportait
notamment I'homologation des tariffs de concession d'ou-
tillage des docks, le problame de la reconstruction de
Haiphong, specialement en ce qui concede l'industrie
hoteliere, les besoins en devises pour I'importation des
biens d'equipement, I'am6lioration des liaisons arieun-
nes, la determination des categories prioritaires des en-
treprises commercials et industrielles. La Commission
a 6galement entendu un compte-rendu sur la derniere
conference 6conomique, ainsi qu'un expos de son Pre-
sident, M. Richard, sur les r6sultats de sa misison a
Kumming, en compagnie de M. de LUvis-Mirepoix,
inspecteur general de l'A6ronautique civil.
Deux cargos, venus directement de France, ont 6t6
d6charg6s dans la deuxieme semaine de novembre dans
le port de Haiphong. I1 s'agit des S/S Grenoble et
Bilma. Parmi le materiel d6barqu6 se trouvent 2 loco-
motives pour la Compagnie des chemins de fer du
Yunnan, ainsi que 9 wagons, des camions a plateau
basculant destines aux mines et charbonnages du Ton-
kin, de 1'outillage et notamment des tubes de chau-
dieres pour la Societ6 cotonniere de Namdinh, 2 remor-
queurs de 30 tonnes, destin6s aux Travaux Publics,
2 autobus, de nombreuses voitures automobiles ( Ci-
tro6n )) et (( Simca 8 ).
M. Andr6 Boutin, administrateur des services civils
de l'Indochine, a 6t6 appel6 a remplacer IM. Henry
Bouchon, Inspecteur des transmissions coloniales, chef
du service des affaires sociales, a la tete de ce dernier
service; M. Bouchon ayant demand son retour dans
son administration d'origine.
Les autorit6s frangaises ont remis au comit6 franco-
chinois de repartition 59.000 piastres pour distribution
aux Chinois n6cessiteux. Cette some est un nouvel
acompte sur les secours de 300.000 piastres accords







par 'Amiral d'Argenlieu, alors Haut-Commissaire de
rance en Indochine, en faveur des victims chinoises
des 6v6nen-ents du 19 decembre 1946.
Pour ( avoir public une caricature portant atteinte A
I'amitib franco-vietnamienne n, le Tieng Goi a 6t6
suspend Fpur une semaine par arret6 du Ministre viet-
namien de l'Information.
Par arrtil: municipal, le couvre-feu a Hanoi est fix6
de 22 heures A 6 h. 30.
Apres une interruption partielle de quelques jours par
suite des sabotages vietminh, le traffic ferroviaire Hanoi-
Haiphong a repris normalement.


Annam

Avant d:e partir pour Paris, au d6but de novembre,
S. E. Phan Van Giao, Gouverneur du Centre Viet-
nam, a rencontr6 a Hanoi, les vingt-deux repr-sentants
de deux s.ectes importantes de bonzes pour les entre-
tenir d'une r6forme de l'organisation du Bouddhisme
sur les plans disciplinaire, social et politique. Les assis-
tants ont vot6 A l'unanimit6 le principle d'un congress
g6n6ral des bonzes.
S. S. Plan Van Giao, apres un sejour de deux se-
maines a Paris oil il s'est longuement entretenu avec
S. M. Bao Dai et les personnalit6s de son entourage, a
repris I'avion du 29 novembre pour rentrer a Hue,
Par le inmme avion est rentr6 6galement M. Nguyen
Huu Tri, charge de mission aupres de S. M. Bao Dai.
Le Bureau de Presse et d'Information du Haut-Com-
missariat vient de mettre en service une nouvelle station
de radiodiffusion, ( Radio-Hue n, qui 6met depuis le
Jer novembre. Les missions d'essai ont 4t6 excellentes
et couvrer.t de nombreuses regions d'Indoch;ne ou, jus-
qu'ici, Radio-Saigon, Radio-Phnom Penh et Radio-
anoi 6taient A peu pros inaudibles. Par ailleurs, la
station radio de Dalat retransmet d6sormais les 6mis-
sions de Radio-Saigon.
Par d6cret du 12 novembre, M. H8 Phu Vien,
ancien Ministre du Palais Imp6rial A Hue, a 6t6 promu
au grade de Commandeur de la L6gion d'Honneur.


Cochinchine

An course d'une reunion de la section R.P.F. le
7 novembre A la mairie de Saiigon, sous la pr6sidence
de M" E Bziat, President du Conseil de Cochinchine,
M. Baz6 a d6nonc6 avec vigueur le mode de represen-
tation des Franiais d'Indochine et a fait la critique de
la Constitution.
Me B;.ziat a ensuite quitt6 Saigon pour Paris oii il
est arrive le 16 novembre. Au course d'une interview,
il a expiime son opinion sur la situation en Cochin-
chine.
La population de Cochinchine, a-t-il dit, avertie de
ce qu'elle peut obtenir de la France pour son plus grand
bien, soihaite une solution rapide. C'est aux represen-


tants de la France qu'il apparliendra de se prononcer
sur les bases de l'entente que l'on souhaite definitive.
Faisant allusion A une information parue dans la
press de Saigon selon laquelle le g6n6ral Xuan tra-
vaillerait A la creation d'une Assemblee vietnamienne
a Saigon, M" B6ziat a d6clar :
Le general Xuan oublie que, aussi longtemps que
les pouvoirs publics n'auront pas abrog6 ce qui existed,
le Conseil de Cochinchine, tel qu'il a et6 form et tel
qu'il existe toujours, ne peut disparaitre.
II ne le peut aussi longtemps que le referendum
prevu, et en accord absolu avec toutes les idees demo-
cratiques qui sont les n6tres, n'aura pas eu lieu. Au
surplus, jouer par la bande pour imposer le fait accom-
pli, serait aller nettement a 1'encontre de tous les prin-
cipes et de toutes les idees qui ont fait admettre le
referendum.
Mais il y a tout lieu d'esperer, a dit en terminant
Me Beziat, que la raison triomphera; une solution defi-
nitive, ne saurait aller centre la dignity, ni contre les
droits d'aucune des parties interessees; ce n'est pas la
chose bien difficile. Nous pouCons affirmer que la
France agira toujours avec des sentiments d'impeccable
loyaute. Nous esperons rencontrer partout des sentiments
a l'unisson de sa loyaute, que l'on peut affirmer et qu'il
n'est plus depuis longiemps ndcessaire de prouoer.
Le Gouvernement provisoire du Sud-Vietnam a pris,
A la date du 3 d6cembre, un texte alignant les salaires
des'agents journaliers et contractuels francais relevant
du gouvernement provisoire du Sud-Vietnam sur ceux
de leurs coll gues des services f6d6raux, avec effet r6-
troactif A computer du 1]r janvier 1947.
Une c6remonie officielle a marqu6 l'installation dans
les functions nouvelles de Directeur des services tech-
niques de la region Saigon-ChoTon de iM. Huynh Van
Diem, ingenieur principal des travaux publics, en pr6-
sence du sous-secretaire d'Etat a l'Int6rieur. M. Le
Van Nam, et du pr6fet int6rimaire de la region,
M. Arondel. Les discours 6chang6s en cette occasion
ont soulign6 l'acces d'un fonctionnaire vietnamien a un
nouveau poste important, et exalt6 les advantages a at-
tendre de la collaboration loyale et efficace des Fran-
cais et des Vietnamiens dans le Sud-Vietnam, pays
riche et de grand avenir... ou il aura place pour toutes
les energies, pour toutes les valeurs.
Le President Tran Van Huu et le g6n6ral de La-
tour, Commissaire de la R6publique, accompagn6s de
M. Arondel, ont inaugur6 le nouveau pont de Rach
Batang, situ6 sur la route qui long le canal de d6dou-
blement a Cholon. D6truit en 1945, le pont a 6et re-
construit par le g6nie des T.F.I.S. en mat6riaux du-
rables. Les habitants de ce secteur ont prkt6 spontan&-
ment leur concours pour remettre en 6tat la chaussre
rendue A la circulation.
La route Cantho-Vinblong est ouverte a la libre cir-
culation depuis novembre.
La c6r6monie de la fin du deull du Pr6sident Nguyen
Van Thinh a 6t6 c6l6br6e selon les rites bouddhiques
A son ancien domicile le 16 novembre, date correspon-
dant au 16" jour du 10e mois du calendrier lun6aire qui
a vu, il y a deux ans, la mort du premier Pr6sident du
Gouvernement provisoire de Cochinchine,







Cambodge

S. M. Norodom Sihanouk est entree dans sa 280 an-
n6e et A cette occasion le 9 novembre, le Commissaire
de la R6publique Francaise au Cambodge et toutes les
personnalit6s frangaises, cambodgiennes et 6trangeres,
r6sidant au Cambodge, sont venues presenter leurs
voeux au Roi.
Le Roi, pregnant la parole, a remerci le Commis-
saire de la R6publique de ses voeux, puis il a abord6
1'ensemble des questions qui restent encore A mettre au
point. II a exprim6 l'espoir ( de voir la France se pen-
cher enfin sur le problame cambodgien don't la solution
est d'autant plus pressante que I'int6ert superieur de
l'Union Frangaise le command n, la solution de ce
probl6me devant servir (( d6meler 1'6cheveau de nos
communes difficulties ,.
Parlant de l'ind6pendance du Cambodge, le Roi a
dit que ce mot mgme ( constitute la clef de la solution
souhait6e du probl6me Nianmoins, a-t-il ajouti, il
ne m'est jamais venu a l'esprit l'idde de conceooir I'in-
dipendance cambodgienne sans la France et en dehors
du cadre de l'Union Francaise. Seulement, pour que
disparaisse toute equivoque, il faut que le Cambodge
ail acquis ,la plenitude de sa souverainetd interne; dis-
paraflra toule dquivoque le jour oh une seule et unique
legislation regira sa vie intfrieure, ou il aura reellement
le control de son territoire, et administration des
choses et des gens qui l'habitent, le jour ou enfin ii
s'appartiendra viritablement.
Le Roi a termin6 en priant le Commissaire de trans-
mettre au Pr6sident Auriol l'expression de sa fid6lit6
A I'Union Frangaise. Dans la soiree, un grand diner
offert par Sa ,Majest6 a r6uni A la salle Chanchaya de
nombreuses personnalit6s de la capital. Puis un recital
de danses cambodgiennes a 6t6 donn6 A la salle Po-
chani.
A Paris, le 2 d6cembre, S. E. Tiou Long s'est fait
l'6cho des paroles du Souverain, dans une declaration
A la press commentant ce discours.
MIM. Sok Chong et Sim Var, conseillers du Cam-
bodge a 1'Assembl6e de I'Union Frangaise, ont 6et
recus le 23 novembre par le President de la R6pu-
blique.
La princess Ping P6ang Yukanthor, conseiller A
l'Assemblee de l'Union Francaise, a donnq les preci-
sions suivantes A un repr6sentant de I'A.F.P. sur la
situation des 6tudiants cambodgiens venus en France:
Nous sommes fiers dans notre petite colonies de
computer deja: un el~ve a I'Ecole Polytechnique, un a
l'Ecole des points et chaussies; un a l'Ecole des tra-
vaux publics de Cachan, un a l'Institut agronomique
de Paris, un a I'Ecole de dentisterie, un a l'Ecole des
beaux-arts (section architecture), un a l'Ecole d'electri-
cite, un Oeudiant de musique, deux a l'Ecole normal
de Saint-Cloud, prdparant leur licence As-lettres, trois a
I'Ecole d'agriculture de Nancy, don't un cousin ger-
main du Roi, deux a l'Ecole de chimie industrielle de
Lyon, deux medecins, neuf a l'Ecole cteirinaire de
Toulouse, car le Cambodge est un grand pays d'dle-
vage et de nombreux autres dans les Ecoles d'arts et


meliers, ainsi qu'une 6tudiante en pharmacies et trois
assistants sociales.
A I'occasion du cinquantenaire de I'Usine des Eaux
de Phn8m Penh, le 18 novembre, en presence de
S. M. Sihanouk, M. Loubet, S. E. Nguyen Van Ty,
Ministre des Travaux Publics du Gouvernement du
Viet-Nam, M. Longeaux a fait un court historique de
I'etablissement, qui a e6t cree en 1898 et qui a l'ori-
gine traitait 3.500 m3 d'eau, alors qu'il en traile actuel-
lement 20.000, donnant ainsi 120 litres d'eau par habi-
tant et par jour, alors que Saigon n'en recoit que 70 li-
tres. De nouvelles installations vont etre r6alis6es sous
peu, qui permettraient de traiter 25.000, puis 30.000 et
35.000 m3 d'eau.
Sur l'invitation du gouvernement royal, la Commis-
sion consultative du M6korg s'est r6unie a Phn6m-
Penh, sous la pr6sidence de M. Longeaux, conseiller
federal aux travaux publics. La Commission du M6-
kong comprend dans son sein des repr6sentants du Sud-
Viet-Nam, du Cambodge et du Laos et ceux des com-
missariats de la R6publique francaise dans ces pays.
Elle 6tudie toutes les measures propres a amellorer la
navigability sur le M6kong, qui reste la voie naturelle
des communications dans cette region de 1'Indochine.
Les liaisons fluviales Laos-Cambodge, d'une part, et
Cambodge-Cochinchine d'autre part, sont vitales pour
les relations 6conomiques de ces prix.
L'id6e (( Phn6m Penh port de mer ) etant consid6-
ree comme primordiale pour i'essor du royaume, des
6tudes hydrographiques ont d6ja commence. La Com-
mission a inscrit A l'ordre du jour de sa pr6sente session
la troisieme les questions suivantes:
Le compte-rendu des travaux effectu6s en 1948, le
plan de champagne des travaux en 1949; 1'6tat d'avan-
cement et le programme d'etudes hydrographiques du
'M6kone et de ses d6fluents; remont6e des navires de
mer A Phnom Penh; le bilan des transports en hautes
eaux vers le Laos en 1948 et les lemons a en tirer pour
I'am6nagement future et Il'exploitation du bief Phnom
Penh-Voeunekhanr; I'am6lioration et le renouvelle-
ment de la batellerie du Sud de l'Indochine; la r6gu-
lation fluviale; la creation de societies franco-khmere et
franco-laotienne de navigation; le problmne de la tari-
fication et des assurances.


Laos

A Vientiane, A la Pagode de Prakeo a eu lieu le
22 novembre 1948, la ceremonie du Grand Serment en
presence de S. A. R. le prince h6ritier, reporsentant
Sa Maieste souffrante, rest6e A Luang Prabang. Le
Grand Serment s'est d6roul6 selon le c6ermonial habi-
tuel. Tous les hauts fonctionnaires laotiens ont pr8t6
serment d'attachement et de fid6lit6 au souverain et ont
bu ''eau du serment.
Ce meme jour ont eu lieu la c6r6monie de cloture de
la session extraordinaire et la stance inaugurale de la
session ordinaire annuelle de l'Assembl' e Nationale
laotienne en presence de S. A. R. le prince h6ritier,
du Commissaire de la R6publique, du colonel comman-








dant les forces du Laos, des membres du gouverne-
ment, du Conseil royal, de 1'Assembl6e Nationale et
des person nalit6s francaises. Les travaux de cette ses-
sion dureront 3 mois.
S. E. Souvannarath, premier Ministre du Gouverne-
ment laotien, qui, a la tete d'une d 16gation, s'est
rendu a Phnom Penh sur l'invitation du gouvernement
khmer, le 17 novembre, a accord une interview h
Radio Saigon.
Au sujet des relations entire le Laos et le Cambodge,
le premier Ministre a d6clar6 :
Le Laos tient a caeur d'entretenir et de deoelopper
des relations amicales et fraternelles avec tous les peu-
ples de l'Indochine. Le Laos a, de tout temps, consi-
dere les relations de bon voisinage et d'entente reci-
proque acec tous les peuples comme la base indispen-
sable de I'a reconstruction et du programs.
Sur la question du control de la frontiere avec le
Siam, S. E. Souvannarath a d6clar6 :
Les autoritis frontaliares siamoises et laotiennes en-
tretienner t des rapports reciproques qui ne donnent lieu
jusqu'ici a aucune mention spiciale. Nos Chaokhouengs,
nos Conseillers et les Khalouangs se pretent un concourse
mutual pour que la ligne,frontiere ne constitute pas un
pretexte de refuge pour les malfaiteurs.
Interrog ensuite sur la possibility d'un ralliement des
Lao-Issaraks, le Ministre a r6pondu :
Nous nie doutons pas de la possibility de voir nos
compatriotes qui se sont expatries par la force des jve-
nements rentrer dans le pays nous entr'aider a le recons-
truire dans le cadre de I'Union Frangaise. En un mot,
la question des Issaraks ne se pose plus au Laos. La
majority des rdfueids laotiens sont rentres dans leurs
foyers, a la suite de la loi d'amnistie recemment votee.
Au sujet de la question de la passation des R6gies
au Gouvernement du Laos, S. E. Souvannarath a pr6-
cis6 qu'elle ne sera examinee qu'a une date ult6rieure.


NOUVELLES MILITAIRES

La physionomie d'ensemble au course du mois de no-
vembre nle pr6sente pas de grands changements.
IDans le Delta du Tonkin, on signal touiours des
actes de terrorism et de sabotage, principalement di-
rig6s centre la voie ferr6e HanoY-Haiphong. La region
de Nui-Deo, jusqu'alors came, a connu une certain
agitation. Le mois durant, nos troupes ont execut6 de
nombreuses operations de police au course desquelles
elles ont enregistr6 d'excellents r6sultats. Les Vietminh
ont entrepris une offensive centre nos postes de la
R.C. 13. Cette action a 6tW particulierement sensible
autour d'An-Chau dans la region de Lang-son, ou les
garnlsons de quelques postes ont dfi tre temoorairerment
replies. Finalement, la situation a 6t6 r6tablie, et nos
forces ont lanc6 une vaste operation dans le Sud d'An-
Chau autour de MaY-Suu. Nous avons remport6 un plein
succas. Les rebelles ont perdu plus de 60 homes.
80 armes don't 1 canon de 37, 1 Mortier de 60; 3 ba-
zookas sont tombs entire nos mains.


Sur la R.C. 4 les Vietminh maintiennent une cer-
taine pression. Toutefois, nous contr6lons la situation
et nos envois continent A circular sans incident.
Dans le nord-ouest, la situation reste mouvante. Une
violent attaque rebelle contre Yen-Binh-Xa a com-
plktement 6chou6.
Le 8 novembre, Son Tay et Viet-Tri, situ6s respec-
tivement t 35 et A 70 kms au nord-est de Hanoi, ont 6t6
lib6r6s par les forces francaises, apres jne important
operation des troupes a6roportees, qui s'est effectu6e
avec le concours d'une colonne fluviale et d'Cl6ments
terrestres.
Le 16 novembre, des partisans du Vietminh ont ef-
fectu6 un sabotage sur le pont Paul Doumer t Hanoi.
Les partisans, qui ont vraisemblablement uti:lis6 une
embarcation, ont reussi i grimper dans la charpente
m6tallique du pont ou ils ont d6pos6 des explosifs qui
ont tordu plusieurs poutrelles et les rails de la vole fer-
r6e. On ne sipnale pas de victim.
Les Viet-Minh. d'autre part, ont attaou6 simultan6-
ment plusieurs points de la p6ripherie de Hanoi et, no-
tamment un commissariat de police dans la banlieue
sud-ouest ainsi que l'usine des eaux et celle d'6lectri-
cit6. L'artillerie francaise a tir6 quelques salves pour
disperserr les assailants qui, bien que disposant d'armes
automatiques et de grenade-, n'ont fait aucune victim
et caus6 aucun d6gAt.
Le train Haiphong-Hanol a 6t6 touch par l'explo-
sion d'une mine au kilometre 82. 4 voyageurs ont 6t6
tu6s et 13 autres bless6s. Les d6gats mat6riels n'ont 6t6
que de peu d'importance.
Dans le Centre Annam, des operations de erttoyage
ont eu lieu aux abrods de la R.C. 9. Les ralliements
se maintiennent t un rythme satisfaisant.
Le Sud-Annam reste le th6etre d'op6rations tres lo-
calis6es, toutes termin6es A notre avantace (en particu-
lier dans le Dong-bo au Sud de Nha-Trang, pros de
Phan-Thiet, et sur les plateaux t Song-Bam-La et An-
khe). Un pont a 6t6 sabot6 a Phan-tRi. Enfin une l6gere
recrudescence d'activit6 rebelle s'est manifest6e en fin
de mois dans la r6g;on de Phan Rang, ou des 616ments
amis ont subi deux embuscades.
En Sud-Annam, nous avons ex6cut6 avec succes une
oopration de nettoyage dans la rTgion du Cap Padaran.
Plusieurs armes don't un F.M. et un mortier, ont 6t6
pris; un atelier et des camps ont 6t6 d6truits, et 10 jon-
ques coul6es.
En Cochinchine, nos troupes continent a deployer
une intense activ;t6 dans ce secteur ou elles ont enre-
gistr6 plusieurs succes, au course d'op6rations de detail.
L'action adverse s'est traduite presque exclusivement
par des attaques de postes et des embuscades centre nos
patrouilles et les 616ments de protection des convois.
I1 s'en est suivi des accrochages pres d'Hoc-IMon, de
Tay-Ninh et de Thu-Dau-Mot qui nous ont coft6 quel-
ques pertes. Cependant les convois eux-memes ont cir-
cul6 sans incidents.
'Dans la region de Bentre, une forte bande Vietminh
a 6t6 surprise et d6cim6e au-cours d'une operation me-
n6e en cooperation par les forces terrestres des 6lments
de la Marine et la Chasse. Pres de 250 rebelles ont 6t6







mis hors de combat; des armes' des munitions. des
stocks important de carburant et de mat&iel ont 6t&
pris; un 6metteur-radio, des ateliers et 4 P.C. ont 6t6
d6truits.
Une forte bande Vietminh a attaqu6, le 16 novem-
bre, le poste de Tan-Thuan Dinh (12 km. au nord-est
Mytho), nos troupes se sont lances A sa poursuite,
l'ont rejointe et disperse avec des pertes severes. Une
jonque portant une quarantine de fuyards, a 6et coul6e
sur le rach Quon-Can, A hauteur de Ap-Tan-Cong, par
un bateau d'assaut du Genie. Des e61ments de la Ma-
rine qui participaient a operationon ont surprise et d6cime
des 6l6ments de ;la meme bande sur le Cho-Gao dans la
region de Binh-Phuc-Nhut. Au total, les pertes Viet-
minh s'6l6vent A plus de 100 tues.
Au Cambodge, nos commandos franco-khmers pour-
suivent avec succes leurs operations de nettoyage prin-
cipalement du triangle Takeo-Chau DocjKampot. De
nombreuses soumissions sont signal6es.
Au Laos, dans l'ensemble, le territoire reste calme.
Nos troupes ont men6 A bien quelques raids dans 1. val-
16e du Son-Ca et dans la region de Tra-Ninh.
Selon des informations de press parues A P6kin le
1" d6cembre, des tribus MWo, renforc6es par 300 com-
munistes vietnamiens, auraient occupy Makouan, dans
le Yunnan, A 65 kms au nord-est de Laokay. Le pre-
mier porte-avion moderne A remonter la rivibre de Sai-
gon, I' ( Arromanches ), s'est ancr6 le 30 novembre
dans le port de SaYgon. L' ( Arromanches ) contribue-
rait 6ventuellement avec d'autres navires de guerre fran-
cais, A l'6vacuation des ressortissants frangais de Chine.
Le g6n6ral Ritchie, Commandant des forces terres-
tres britanniques en Extreme-Orient, est arrive le 2 d6-
cembre A Saigon. II a eu l'occasion de rencontrer les
chefs militaires francais au course d'un diner offert le
soir mame, en son honneur, au Haut-Commissariat. On
indique a ce propos que des conversations s'ouvriront
dans un avenir proche, en vue d'une 6ventuelle coop6-
ration franco-britannique dans la lutte centre les com-
munistes dans le sud-est asiatique.


AFRIQUE
OCCIDENTALE FRANQAISE

46n6gal
LES PHOSPHATES
DU SENEGAL
ES indices de
phosphates de
chaux ont 6t6
signals depuis
longtemps au S&n6gal
(pointe Sarene, Gulor,
T"1his, Bamboy, S6biko-
tane) ; mais is talentt trop pauvres ou trop minces
pour justifier l'ex6cution des prospections propre-
ment dites, En 1944, de nouveaux indices plus no-


tables furent d6couverts au Nord de Pout, mais le fais-
ceau phosphate correspondent, de tres belle quality, a
6t6 presque complement d6truit par l'6rosion et le
gisement a pratiquement disparu.
Ce n'est qu'au d6but de 1945 qu'un puts ex6cut6
par une Entreprise priv6 (Alais, Froges et Camargue)
pour prospecter la lat6rite alumineuse et phosphate du
plateau de Thims, a enfin mis a la vue un veritable
gisement.
Cette d6couverte fut aussit6t suivie de nouvelles pros-
pections plus d6taill6es de la part, tant de cette entre-
prise A l'int6rieur de ses permis de recherches, que du
service g6ologique de I'A.O.F. en dehors de ces
memes permits.
L'absence total d'effleurements A l'Est de la falaise
de This oi toutes les formations g6ologiques dispa-
raissent sous un manteau continue de lat6rite et de sa le
epais de 15 a 60 metres, complique singulirement
l'ex6cution de telles recherches; mais la multiplicity
des indices d6couverts, la plupart dans les d4blais des
puts d'alimentation en eau des villages, permet de pen-
ser que le S6n6gal renferme d'importants gisements de
phosphate de chaux.
On sait, d'autre part, quel a 6t6 le r6le de tout pre-
mier plan qu'a jou6 I'exploitation de ce mineral dans le
d&veloppement 6conomique de l'Afrique du Nord et
plus particulierement du Maroc.
Or, si Ies conditions de la ( recherche )) semblent
beaucoup plus difficiles au S6n6gal qu'en Afrique du
Nord, A cause de l'absence total de reliefs, il ne
semble pas que les conditions, de 1' ( exploitation n
soient n6cessairement moins bonnes. Pour les modestes
gisements d6ji mis en evidence, elles sont mmee nette-
ment meilleures.
On doit done pr6voir que les recherches A fair dans
ce domaine seront difficiles, longues et coOteuses; mais
il est parfaitement raisonnable d'esp&er, en contre-
partie, qu'elles aboutiront A une exploitation tres large-
ment r6munratrice.


Soudan

LE PLAN D'URBANISME DE BAMAKO

Dans le courant du mois de juin dernier, une mission
d'architectes-urbanistes s'est rendue A Bamako, ou.
pendant un mois, elle a 6tudi6 les possibilities d'am6na-
ment et d'extension de la ville. Les projects qu'elle a
6tablis font actuellement l'objet d'un examen des ser-
vices du gouvernement du Soudan. Voici quelques in-
dications relev6es dans le rapport qui pr6cede le plan-
directeur dress par la mission.
Le trac6 de Bamako, qui compete aujourd'hui plus de
75.000 habitants centre 1.000 A l'arriv6e des Frangais,
est bon, tres largement concu, bien plant et bien cons-
truit, en grande parties en briques, avec quelques biti-
ments en pierre. Les quarters africains qui 1 enserrent
sont, eux aussi, largement traces et le jour oh des ad-
ductions d'eau et la viability seront 6tablies et l'6lec-







Stricit6 dona6e, ils pourront fort bien, avec quelques
am6nagements, supporter la sur6lCvation des construc-
tions d'un ou de deux stages, permettant a la ville de
se d6velopper dans la surface occup6e.
La prerrmire installation francaise est excellent;
I'entre deu.x-guerres apparait d6ja plus d6sordonn6;
I'6volution actuelle, due A 1'apres-guerre 40, est l'oc-
casion pour Bamako d'un tres grand changement. C'est
le stade oil les comptoirs se transforment en boutiques
avec vitrines. La vie des quarters est de6j bien d6li-
mit6e; quelques operations int6ressantes sont en course,
d'autres vont suivre. Le rapport met cependant en garde
les autorites centre ila facility des solutions imm6diates,
qu'appelle[lt les problemes les plus urgents: une ten-
dance a r6duire les lots en parcelles ou A sacrifier en
ville des :;ones vertes de protection, bien prevues et
just suffis.intes.
Parmi les operations valuables, le rapport cite l'ame-
nagement de l'a6roport, exceptionnellement bien situ6,
a proximity de la ville. (( I1 y aurait d'ailleurs int6ret,
d6clare-t-i!, A profiter de cette situation pour amener la
gare le plus pros possible de la ville, I'attraction des
terrains d'aviation 6tant dans ces pays de premiere
importance )).
Une autre r6alisation en course cite est celle du
Centre d'enseignement avec habitation des professeurs,
6tabli sur le terrain de I'ancien hippodrome.
Le rapport estime que la premiere operation impor-
tante doit i^tre le pont Vincent Auriol sur le Niger, en
vue d'6tablir des liaisons routieres faciles entire Ba-
mako et toute la rive capital du Soudan avec la Gui-
n6e, la Cote d'Ivoire, le Dahomey et le Niger. De
plus, reliant les deux rives du fleuve, ce point permettra
1'extension de la ville, enserr6s entire la chaine de
montagnes et les zones inondables. Un project de cit6
africaine sur la rive droite, qui applique les rggles de
I'urbanisme et de l'hygiene actuels, est d6pos6.
La traverse de 'Bamako par le chemin de fer pose
un des plus important problemes. La coupure de la
ville, due a l'extension vers Koulouba, la mauvaise ins-
tallation du triage, le passage a niveau sur la route de
Koulomba, deviennent avec le d6veloppement de la
ville autant d'obstacles a surmonter. Diverses solutions
sont envisagees.
Le rapport propose en outre la construction d'un buil-
ding, centre administratif le long de la colline de Kou-
louba.
I1 est pr6vu enfin un important programme par la
Sant6 publique, au sujet de la creation d'un centre
hospitalier int6ressant tout le Soudan. Le rapport pro-
pose de r6aliser une telle construction sur les pentes
rapides de Ila colline du Point G, oi se trouve l'h&pi-
tal actuel. Les services de consultation se trouveraient
en bas, en liaison rapide avec la ville. L'hbpital ac-
tuel, situe en haut, deviendrait un centre de convales-
cence. Les services gen6raux seraient relies par des
galleries a l'hospitalisation indigene qui s'6tagerait en
terrasse par des pavillons s6par6s, le long des pentes
de la colline.
Le rapport conclut en disant que les operations les
plus importantes demeurent a l'heure actuelle l'augmen-


station de la r6partition de l'eau dans toute la cit6, la
rise au point du service des 6gofts, avec une usine
traitant les eaux uses, et la furniture abondante de.
l'dlectricit6, force et 6clairage.


Guinee

INSTITUTION D'UNE CONTRIBUTION
EXCEPTIONNELLE, CALCULEE EN JOURNEES
DE TRAVAIL

Au course de sa stance du 22 novembre, l'Assembl6e
territorial a 6t6 saisie, par administration locale, d'un
project d'arr8t6 instituant pour I'ann6e 1949 une contri-
bution exceptionnelle en Guin6e francaise.
L'accord de principle ayant 6td acquis, le chef du
territoire est venu, conform6ment a 1'article 31 du d6-
oret organique, justifier devant les conseillers g6n6raux
le project soumis a leur delib6ration.
Apres le depart du Gouverneur qui avait tenu a pre-
senter lui-m8me le project, un d6bat s'est engage entire
les conseillers et de nombreux orateurs ont soulign6 le
caractere d'&quit6 qui marque le project du texte en
question et demontr6 la n6cessit6 de poursuivre et d'in-
tensifier l'.6quipement du pays.
Apres avoir retenu divers amendments, notamment
celui relatif A la participation des parlementaires a
cette contribution, I'Assemblle a vot6 le project, qui
declare notamment:
ARTICLE PREMIER. I est institu6 en Guin6e fran-
gaise pour l'ann6e 1949 une contribution exceptionnelle
s'appliquent a tous les contribuables et destine a finan-
cer le plan de travaux et d'6quipement local.
ART. 2..- Le montant en est 6gal a l',quivalence
d'une journ6e de travail et payable en une seule fois.
Pour les artisans et commergants, un forfait est pr6vu
a l'article 3, calcul6 conform6ment aux' regles sui-
vantes:
a) Entreprises commercials disposant d'ant6rioritns,
banques, agencies de companies de navigation: forfait
de 100.000 francs pour le siege principal, auquel
s'ajoute un forfait de 5.000 francs par operation, facto-
rerie ou succursale;
b) Entreprises ne rentrant pas dans cette categorie :
forfait calcul6 d'apres le bareme des patentes ainsi
qu'il suit :
Tableau A. Patentes de Ire classes: 3.000 frs
Patentes de 2e classes: 1.000 frs
Patentes de 3' classes: 500 frs
Patentes de 40 classes: 300 frs
Patentes de 5 classes: 200 frs
Patentes de 6e classes: 100 frs
Tableau B. Tarif unique: 3.000 frs.
Tableau C et tableau special. Tarif unique:
500 frs.
Tableau D. Tarif unique : 200 frs.
c) Les d6put6s, conseillers de la R6publique et con-







sellers de 1'Union Frangaise verseront une contribution
exceptionnele de 10.000 francs, payable en une seule
fois.
Soci6t6s agricoles et planters: imposition forfaitaire
de 300 francs par hectare-mis en valeur.
Tout le reste de la population qui ne figure pas dans
les categories ci-dessus : salaire minimum d'une journey
de travail d'un manoeuvre non sp6cialis6, aux taux en
vigueur dans la region.
Les femmes seront taxes en raison du salaire du
manoeuvre non sp6cialis6 de la zone A laquelle elles
appartiennent.
D'apres les estimations de la Commission des Fi-
nances, cette contribution exceptionnelle rapportera au
moins de 68 millions au territoire de la Guine fran-
gaise.


Commentant cette measure fiscal, le journal de la
Guinee frangaise 6crit notamment :
( L'id6e a 6t6 que chaque individu de la collectivit6
( devant fournir un apport equivalent, compete tenu de
( ses moyens, pour 6quiper le pays dans lequel il vit
( et don't il partagera, en meme temps que tous ses
( concitoyens, la prosp6rit6 ainsi acquise par I'effort
( collectif entrepris pour le moderniser et le mettre en
( exploitation )).
.(( ersonne ne peut r6criminer et se plaindre d'etre
Strait plus durement que les voisins. Cet impot a
( done regu l'acquiescement general d'une population
( unanime dans la volont6 de faire un effort collectif
( pour le bien common et, d'ailleurs, les queJlques 6lus
( qui, au conseil general, ont cru devoir ne pas associer
( leur vote a ceux de leurs collogues, dans 1'adoption
( de cet imp6t, parce qu'ils avaient pris des engage-
( ments vis-a-vis de leurs 'lecteurs, sans connaitre la
( veritable situation du budget, ont reconnu le bien
e fond6 et 1'4quit6 de cette contribution.
( Le produit escompt6 pour l'ann6e 1949 est de
e 70 millions. On pourra objected que cette some est
( bien insuffisante pour couvrir les d6penses d'equipe-
ment, el'le ne correspond d'ailleurs qu'a la moitie de
( celles qui sont payees sur le budget local, I'autre
( moiti6 etant encore cette ann6e couverte par I'impSt
( personnel.
( II a paru, en effet, de toute sagesse de faire
e d'abord une premiere experience d'un imp6t aussi
( nouveau et aussi revolutionnaire dans Ia fiscalit6 afri-
( caine, avant de songer A asseoir sur lui une part plus
i( mportante du budget du territoire.
( Rien n'empeche que l'an prochain, apris que l'ex-
( p6rience aura &et concluante l'on accord une place
( pr6pond6rante a ce nouvel imp&t et qu'ainsi la col-
( lectivit6 guinmenne puisse d6sormais ca'lculer en jour-
( n6es effectivesde travail 1'effort d'6quipement qu'elle
( demand a chacun de ses membres )).


LE BUDGET POUR 1949
Le budget local de l'an prochain, en Guinee fran-
caise, tel qu'll vient d'etre d6finitivement adopt par


le conseil general, se present avec
suivantes comparativement a celui
course (1948) :


Postes de d6penses
Personnel ......
Fonctionnement
et d6penses di-
verses ........
STravaux d'6qui-
pement .......


1948


Credits

356.580.000

273.747.000
300.741.000
937.078.000


39 %

29 %
32 %


les caracteristiques,
de l'exercice en


1949
CrBdits

517.160.300 42,6 %

396.650.000 33 %


277.910.500
1.191.713.500


24,4 %


Tel qu'il a 6t6 adopt, on compete que ce budget
permettra dans une large measure de poursuivre 1'6qui-
pement de la Guin6e. L'effort principal porter sur
I'amelioration du r6seau routier et 1'6quipement de tout
le territoire, en dispensaires et 6coles conform6ment aux
dernimres donn6es de la technique.
'Dans les autres domaines, particuli&rement pour la
production d'energie 6lectrique, 1'6levage, I'agriculture
et l'enseignement secondaire, une aide important est
escompt6 du budget f6d6ral et du budget F.I.D.E.S.,
ce qui a permis de r6duire pour autant les charges pri-
mitivement prvvues au budget pr6par6 par I'administra-
tion.
Enfin, I'6quipement en ateliers de reparations, mat&-
riel m6canique et maisons d'habitation de tous les ser-
vices publics du territoire sera poursuivi au m8me rythme
que cette ann6e, grace aux credits conjugu6s des bud-
gets locaux, f6d6raux et F.I.D.E.S.
On apprend par ailleurs que pour la poursuite dans
les ann6es a venir de l'effort entrepris cette ann6e, un
plan d6cennal d'6quipement est a 1'6tude au gouverne-
ment du territoire.


LE GISEMENT DE MINERAL DE FER
DE LA PRESQU'ILE DE KALOUM

La presence de mineral de fer dans la presqu'ile de
Kaloum avait &6t r6v6l6e lors du creusement des tran-
chees pour I'etablissement de la plate-forme de la voie
ferree. De 1917 a 1922, divers g6ologues et ing6nieurs
americains et frangais ont entierement prospect le gise-
ment et ont ainsi mis en evidence une reserve consid6-
rable de mineral de fer lat6ritique sur toute la pres-
qu'ile jusqu'au mont Kakoulima.
Le gisement comporte deux couches bien caractri-
s6es, une couche de 6 a 10 metres de puissance, de mi-
neral dur, exploitable seulement A l'explosif, et une
couche de mineral tendre, ayant la consistance de l'ar-
gile, d'une puissance moyenne de 30 metres.
Les deux couches seront exploit6es successivement,
le mineral dur ne n6cessitant aucun traitement pr6alable
avant I'expedition, alors que le mineral tendre doit etre
agglomer6 par (( sintering )). Ce ( sintering entraine
d'importantes installations qui seront reservees pour un
deuxi6me stade du programme d'exploitation.






Le gisement de mineral ainsi r6veld, au point de vue
tonnage, se compare aux gisements am6ricams. IMais ce
mineral content certain constituents, comme le chrome,
qui en font un mineral commercialement nouveau sur le
march.
Pour le faire appr6cier, des essais portant sur 30.000
tonnes ont 6et faits en hauts fourneaux avant la guerre.
Ils ont 6ti tres satisfaisants. De nouveaux essais vont
etre faits dans quelques mois, pr6c6dant les commander
et les installations de tout le materiel d'exploitation.
La mission sp6ciale de la Compagnie mini6re de Co-
nakry, actuellement sur place, met au point les details
du project d'exploitation du gisement et suivra les essais
de 12.000 tonnes de mineral dans diff6rents hauts four-
neaux d6jiA int6ress6s par I'achat de ce mineral.
Le project d6finitif d'exploitation porte sur une pro-
duction initiate de 1.200.000 tonnes par an, bientat
augment6e de 3.000.000 de tonnes, d'abord dans la
couche dure don't il est question plus haut.
On s'est beaucoup inspire des m6thodes employees
sur les mines a ciel ouvert en Am6rique et en Angle-
terre.
Le mineral sera abattu A 1'explosif su de grands
fronts de carriere, puis charge dans des camions de
20 tonnes par des pelles Blectriques de 3 m6tres cubes
A la cadence de 500 tonnes a l'heure. Une usine de cri-
blage et de concassage, r6duira les blocs de dimensions
gallant jusqu'a 60 centim6tres, en morceaux inferieurs a
15 centimtres, seuls utilisables en hauts fourneaux. Le
mineral sera ensuite stocks, puis repris du stock pour
etre transport au port.
Sur une voie ferr6e A gros d6bit, ciculeront des rames
de wagons de 70 tonnes a d6chargement automatique,
remorquees par des locomotives Diesel, vers le nouveau
quai a mineral et I'appareil d'embarquement.
Cet apparel d'embarquement d6versera automatique-
ment le niinerai a une cadence de 1.600 tonnes par
heure dans les cargos de 10.000 tonnes qui se pr6sen-
teront au d6but A une cadence moyenne de 1 bateau
tous les deux jours, puis de I par jour. Un cargo pourra
ainsi etre charge en 6 heures, la vitesse de chargement
etant capital pour attirer le fret et acc616rer la rotation
des navires.
Toutes les manipulations du mineral sont enti6rement
automatiques et la main-d'oeuvre indig6ne comportera
surtout de.: sp6cialistes que la Compagnie a I'intention
de former progressivement.
Pour assurer le fonctionnement et I'alimentation de
cet axe de: irciulation du mineral, il sera en outre indis-
pensable d'avoir une quantity de tracteurs, d'engins,
de terrassement, des ateliers, une central 6lectrique a
Diesel, de 3.000 HP alimentera l'usine, les pelles,
I'appareil .de chargement, les cites.
Une cie6 europ6enne sera insta'll6e sur la concession
pour loger une centaine de families, alors que, d'autre
part, des cites indigenes confortables rassembleront les
500 ou 600 travailleurs indispensables.
II est certain que tous les grands projects actuels
d'equipement de la presqu'tle du Kaloum sont en rela-
tion 6troite avec les projects de la Compagnie miniere
de Conakry:


electrification des chutes adduction d'eau ex-
tension du port d6veloppement de la ville.
...et que l'installation d'une exploitation d'une im-
portance plus grande que les plus grosses exploitations
de fer nord-africaines, souligne importance de cet
6quipement local.
En ce qui concern les d6bouch6s, il n'est pas inu-
tile de souligner que la metropole n'achetera que peu
de mineral de fer et que la majeure parties de la produc-
tion sera done vendue A 1'6tranger, procurant ainsi une
quantity appreciable de devises 6trang6res.
La mise en application de ce gisement de pareiilles
dimensions sera une source indiscutable de revenues pour
le territoire, tant par les salaires, les d6penses locales et
les taxes, que par les participation de la Colonie sous
forme de super-b6n6fices.
Conakry devient ainsi, entire les Bauxites du Midi
et la Compagnie mini6re de Conakry, un centre minier
important qui peut constituer une des pierres de fonda-
tion du d6veloppement industrial de l'A. O. F.


L'ACTIVITE DU PORT DE CONAKRY

Au course du mois d'octobre 1948, 118 bateaux fran-
cais et 8 bateaux strangers ont d6charg6 sur les quais
de Conakry 9.213 tonnes de marchandises diverse, ce
qui donne, depuis le I" janvier 1948, un tonnage total
de 50.928 tonnes.
Les sorties se sont 6lev6es A 2.266 tonnes qui, ajou-
tees aux exportations pr6c6dentes, donnent pour I'an-
nee en course le total de 25.587 tonnes.


LA RIZICULTURE

Un gros effort a 6t entrepris en Guin6e Francaise
pour g6n6raliser la culture du riz de marais et r6duire
par 1A le plus possible celle du riz de montagne.
Cet effort porte A la fois sur l'am6nagement des plai-
nes et des bas fonds dans l'interieur et la zone catiere,
par la creation de barrages et de canaux d'irrigation ou
de drainage, et 6galement sur l'6tude technique de ces
cultures dans les stations d'essais du service de l'Agri-
culture.
Les travaux d'am6nagement les plus important sont
actuellement entrepris dans les cercles et subdivisions
de Pita T6limel6, Lab6, Tougu6, N'Z&6rkor6, Ma-
mou et 'Mali.
Les essais techniques sgnt surtout conduits A la sec-
tion pilot du riz A Siguiri, pour mettre au point les
faYons culturales et les diff6rentes vari6t6s A diffuser.
Cette section pilote qui a mis cette ann6e en culture
plus de 800 hectares, 6tudie tous les probl6mes de la
riziculture moderne, depuis le faconnage des terres,
jusqu'au traitement des products.
Elle a permis 6galement d'6tudier le problmme so-
cial soulev6 par la substitution des labours collectifs
sur de grandes 6tendues aux travaux de culture fami-
liale qui s'y pratiquaient jusqu'ici.








Ce canal est destiny a relier la lagune de Ebrier A
la mer et a permettre ainsi 1'acc&s des navires au future
port en eau profonde d'Abidjan (tle de Pet't Bassam).
I1 permet des maintenant de charger a quai des na-
vires de moyen et faible tonnage: bananiers, petits p-
troliers, caboteurs et des chalands destin6s a l'aconage
entire une des berges du canal et les grands navires
mouill6s A l'ext6rieur des jeties, a l'exclusion du traffic
des colis lourds qui continent A &tre d6charg6s aux
wharfs de Port Bouet et de Grand Bassam.
On compete que ces installations vont non seulement
augmenter le tonnage total manipul6 en ajoutant leurs
moyens A ceux des wharfs actuels, mais encore amelio-
rer le rendement de celui de Port Bouet, par la sup-
pression du regime prioritaire accord aux navires bana-
niers qui iront en principle tous a Vridi, et par la r6-
duction du nombre de navires prioritaires importateurs
d'essence, qui d'ici deux mois d6chargeront pour la
moiti6 d'entre eux a l'avant canal de Vridi.
Entre le 1r et le 31 octobre, 35.002 tonnes ont 6t6
manipul6es a Port-Bouet, Grand Bassam et Vridi.



AFRIQUE
EQUATORIALE FRANQAISE

LA MODERNISA-
TION DES VOLES
NAVIGABLES

iE laplan decennal
Sd'6quipement
nabl t et de d6ve-
Sloppement de
I'A. E. F. a faith
'vrobjet de longs dtr
bats a la session spe-
ciale d'octobre du Grand Conseil de la F6dration.
Voici la parties du plan qui concern les votes navi-
gables.
Un gros effort devant tre port sur I'aminagement
de la voie vitale que constitute 'Oubangui, la 'Com-
mission propose qu'un service hydrographique conve-
nablement 6quip et dot6 des moyens de travail indis-
pensables soit rapidement mis sur pied. Ce service de-
vrait 6tudier a fond le fleuve et d6terminer les travaux
n6cessaires pour am6liorer Ja voie de p6n6tration de
Bangui h Brazzaville.
Cette voie ne peut &8tre am6lior6e que par divers
travaux. Du materiel a 6t6 a cet effet command &
L6opoldville. Le cofit est estim6 a 210 millions.
La Commission a accept la proposition du d6roche-
ment du seuil de Zinga. Cette passe n'est actuellement
navigable que 5 mois par an. Si ces travaux sont effec-
tu6s, le project de la route Bangui-Zingi, ouvrage qui
n6cessiterait une some de 300 millions, bien sup6-
rieure a celui du travail de d6rochernent du eui'l de
Zinga, deviendrait inutile,


En dehors de la voie principal de l'Oubangui, des
voies secondaires mais n6anmoins extr6mement impor-
tantes, telles que le Chari, le Logone, l'Oggou6 de-
vront etre am6nag6es en vue d'une utilisation intensive.
A cet effet, il a 6t6 pr6vu l'achat d'un materiel de
navigation et de balisage pour une some de 46 mil-
lions.


LE PLAN D'URBANISME DE POINTE NOIRE

Un plan d'urbanisme, qui pr6voit une tres large ex-
tension de Pointe-Noire, a et6 presented par M. Nor-
mand, architecte-urbaniste, aux commercants et indus-
triels de Pointe-Noire.
Les trois id6es directrices de ce plan sont:
le transfer du quarter industrial actuel, rendu
insuffisant par le d6veloppetnent des industries locales,
le long de la voie ferree, au-dela des ateliers du chemin
de fer;
le prolongement 6ventuel du port vers Djindi en-
trainera dans ce quarter la construction de nombreux
entrep8ts;
enfin, la creation d'une cit6 r6sidentielle s'6ta-
geant autour de la rade jusqu'a Songolo.
Accessoirement, l'avenue du general de Gaulle, au
centre de la ville, deviendrait la grande artere commer-
ciale tandis que la Cote Sauvage formerait le quarter
baln6aire.
Dans son ensemble, le plan a repu I'approbation g6-
n6rale. Les difficulties essentielles resident dans le trans-
fert des industries d6ej installees sur 1'emplacement de
la future cit6 r6sidentielle. I1 est d'autre part difficile,
sinon impossible, de suspendre la cession des lots com-
merciaux avant qu'une approbation definitive du plan
ne soit acquise.
On salt que les plans g6nEraux d'urbanisme de Braz-
zaville, Port-Gentil, Libreville, Bangui et Fort-Lamy
sont en course d'ex6cution ou d'instruction.
Les d6penses seront supporters moitie par les villes
int6ress6es, moitie par les credits du plan d'6quipement
et de modernisation de I'A. E. F.
Une dotation de 5 millions est prevue qui permettra
de mettre en route les travaux et 1'6tude de l'amenage-
ment d'autres centres.


LES PROJECTS DE PRODUCTION
HYDROELECTRIQUE

En juillet 1947, le Ministere de la France d'Outre-
Mer passait une convention avec la soci6t ( Electricit6
de France ) pour que ce service national organist une
mission d'6tude hydro-6lectrique en A. E. F.
Les travaux de cette Commission sont maintenant tres
avanc6s et leur r6sultat sera connu d'ici uqulues se-
maines,







Ils portaient essentiellement sur les chutes du Djou6
et de :la Foulakari dans la region de Brazzaville, sur
les chutes de Moukoukoulou dans la region de Kimbedi
et de Bovali dans la region de Bangui.
En ce qui concern la region de Brazzaville, il a 6t6
reconnu qu'un 6quipement de 10.000 kws, susceptible
d'extension ult6rieure, pouvait 8tre am6nag6 soit sur le
Djou6, soil: sur la Foulakari. Cette solution pr6senterait
le double advantage d'etre plus 6conomique que 1'em-
ploi de l'6lectricit6 d'origine thermique et d'6conomiser
des devises.
Les installations envisages qui rentrent dans le cadre
des grand travaux d'6quipement de la F6edration ne-
cessitant des investissements important don't la rentabi-
lit6 ne ser pas immediate, un large concours de l'Etat
est necessaire A leur financement. 11 a done 6t6 d6cid6
d'en confer la r6alisation A une soci6t6 d'6conomie
mixte cornme ii en a 6t6 cr66 une au Cameroun.
Le capital de la soci6td d'6lectricit6 d'Afrique
Equatoriale Francaise sera de 100 millions, don't 33
souscrits par la F6d6ration. Ses status ont W6t pr6par6s
et depos&; sur le bureau du Grand Conseil r6cemment.
Examinant la constitution de la nouvelle soci6t6,
l'Assembl6e f6d6rale a approuv6 le montant de la par-
ticipation de la F6d6ration A cette society.
Elle a dlsign6 en outre les deux membres du Conseil
d'adminis':ration repr6sentant le Grand Conseil. ce sont :
MM. Barbarin, conseiller de l'Oubangui, et Tchinelle,
conseiller du Moyen-Congo, Pr6sident de la Commis-
sion permanent.


LE PROBLEM DE LA CONSERVATION DES SOLS
EN AFRIQUE

La conference inter-africaine des sols qui s'est tenue
a Goma, au bord du lac Kivy, du 7 au 16 novembre,
a rassembl;6 les repr6sentants et les technicians de la
plupart des pays africains. Elle avait pour but d'expo-
ser les conditions g6n6rales de I'agriculture africaine et
les circon:stances qui d6terminent la degradation du sol.
La conference a formula les recommendations sui-
vantes:
a) Creation d'un Bureau inter-africain d'information
sur la conservation et I'utilisation du sol, ayant son
si&ge A Paris, en vue de rassembler tous les renseigne-
ments relatifs aux aspects techniques, 6conomiques et
sociaux de la conservation des sols;
b) Constitution d'un organisme de recherches, si6-
geant en Afrique, charge de promouvoir la mise en
oeuvre de m6thodes d'analyse du sol africain;
c) Afin de donner des 6l6ments de base A ces deux
centres, organisation dans les diverse r6eions africaines
de comitls r6gionaux permanents pour la conservation
et l'utilisation du sol.
Ces principles d'organisation pes6s, 2 autres recom-
mandations se pr6occupent: de l'imposition par la voie
1Cgislative des measures propres a assurer la conservation
des sols et de I'6tude, en accord avec les repr6sentants


autochtones, des modes traditionnels de la propri6t6 et
de la tenure de la terre et de leur incidence sur les sys-
temes de culture, avec l'objectif de les sanctionner 16-
galement la oi ils se sont r6v6l6s efficaces.
A la suite de ces recommendations g6n6rales, diver-
ses resolutions d'ordre technique pr6conisent:
I La mise en valeur d'une politique forestiere,
amenant la constitution d'un domaine forestier r6serv6,
d'importance appropri aux conditions locales, et com-
prenant a la fois des forts de protection et des forts
de production.
Les services forestiers sont invites A appliquer dans
les forces de production r6serv6es miles m6thodes d'enri-
chissement des cultures vivri6res indigenes, qui per-
mettent de preter les terres humif&res aux cultivateurs,
tout en ameliorant 6conomiquement et dans de bonnes
conditions culturales la composition de la fort.
11 imported en definitive de restreindre et, autant que
possible d'interdire, la destruction de la fort primaire
non reservee, aussi bien dans les terres domaniales ou
indigenes que dans les propri6tes privees. jusqu'a ce
que les besoins des agriculteurs imposent absolument
sa mise en culture.
2 L'interdiction du d6frichement des lisi6res des
forts denses, les lisi6res intactes resistant naturellement
assez bien aux feux de savane;
3 L'6tude d'une r6glementation des feux de
brousse, tendant A r6duire et A preparer la suppression
de cette pratique qui ravage annuellement la majeure
parties de l'Afrioue tropical, en d6gradant la couver-
ture v&e6tale protectrice des sols et ilivre ceux-ci a
toutes les formes d'6rosion.
Apris ces resolutions, tendant a la protection de la
forget africaine, les questions zootechniques ont 6t6 6vo-
quees. La conference recommande notamment aux au-
torit6s des territoires: de proportionner la charge du
cheptel au potential des pAturages; d'ouvrir l'esprit de
l'autochtone A la notion du rendement 6conomique du
b6tail; et d'encourager la liaison des activists culturales
et des activists pastorales pour les rendre compl6men-
taires.
Enfin, pour r6soudre le probl6me essential de la con-
servation du sol, la conference a adopt les resolutions
suivantes:
suppression de la culture non terrass6e du riz, sur
les pentes des montagnes bois6es et am6nagement des
val;lees et des fonds alluviaux en riziere de ( marais );
d6veloppement de la culture irrigu6e du *riz par
des proc6d6s m6caniques;
m6canisation de la culture, rationnellement con-
duite, pour aboutir rapidement a une agriculture inten-
sive, conservatrice des sols;
accentuation des recherches sur les effects de la
m6canisation, en faisant appel notamment aux physi-
ciens, chimistes et microbiologistes, afin que 1'Ftude des
problimes de fertility et de stability des sols soient
resolus par intervention de systime de culture adopts
a leurs besoins primordiaux;
etude de types de materiel, de genre de tracteurs







el de techniques de culture diff6rents de ceux utilis6s
actuellement dans les regions temp6r6es, d'oi la n6ces-
sit6 de lier les recherches relatives A la m6canique agri-
cole aux recherches int6ressant le sol africain.
En conclusion, et abordant le probleme des methods
A employer, la conference recommande l'emploi de
m6thodes de recherches plus objectives en remplace-
ment des m6thodes empiriques et subjectives trop fr&-
quemment utilis6s dans le pass.


LE PLAN DE PRODUCTION DES OLEAGINEUX

Le plan d6cennal d'equipement de l'Afrique Equa-
toriale Francaise vient d'etre adopt a l'unanimit6 par
le Grand Conseil de la F6d6ration. I:l pr6voit en parti-
culier un programme de production des ol6agineux qui,
en 10 ans, doit permettre A 1'A. E. F. d'exporter an-
nuellement 25.000 tonnes d'huile de palme, 25.000
tonnes de palmistes, un peu plus de 8.000 tonnes tires
de la graine de coton, et une production d'arachide re-
pr6sentant au minimum 50.000 tonnes environ d'huile.
L'A. E. F. serait done amen6e A exporter A partir
de 1956 plus de 100.000 tonnes de matieres grasses
d'origine v6getale. A une 6poque oi la p6nurie de
cette denr6e se fait sentir dans le monde entier, p6nu-
rie qui ne se r6sorbera que lentement, cette augmenta-
tion massive de la production parait done particuliere-
ment bienvenue.
Les populations autochtones de l'A. E. F., souvent
sous-aliment6es, sont elles-memes appel6es A devenir
les premiers b6n6ficiaires de cette production, A la-
quelle elles participeront largement.
Le palmier a huile. En ce qui concern le palmier
a huile, ii existe d6ja des stations appel6es A fournir la
semence necessaire au d6veloppement des plantations,
Sibiti au Moyen Congo et Moabi au Gabon 6tant ac-
tuellement les deux principles.
La production de 25.000 tonnes d'huile de palme et
de 25.000 tonnes de palmistes a I'exportation doit 8tre
fournie par :
Les 3.000 hectares de Sibiti;
Les 3.000 hectares du Gabon;
Les 3.000 hectares de l'Oubangui;
Les 10.000 hectares d'une Compagnie priv6e: la
Compagnie Frangaise du Haut et du Bas Congo.
A Sibiti, un programme sur 1.000 Ha est envisage
pour 1950-52 avec mise en pratique d'une exploitation
rationnelle des sols forestiers suivant les techniques mi-
ses au point au Congo belge.
Au Gabon, 1'exploitation de Moabi est actuellement
commence grace A la mise A la disposition du terri-
toire de credits sur la tranche compl6mentaire du plan.
Le d6veloppement de la production d'huile de palme
et de palmistes est congu suivant les memes bases en
Oubangui-Chari; I'exploitation des palmeraies natu-
relies des gres rouges a 'I'est de la Koto est envisagee,


ainsi que l'6tablissement d'une plantation de 3.000
Ha.
Pour ce qui est du secteur priv6, la Compagnie Fran-
paise du Haut et du Bas Congo (C.F.'H.B.C.) nourrit
de vastes projects dans la region d'Ouesso. Drainee par
la Sangha, cette region permettrait une exploitation fo-
restiere et agricole fructueuse.
Pr6vu sur les credits du plan, un centre de stockage
existe d6eja Pointe-Noire, deux autres sont pr6vus A
Brazzaville et Bangui.
Les chemins de fer Congo-Oc6an ont command des
wagons-citernes pour le transport des huiles A l'exporta-
tion et des carburants A l'importation. II reste A r6aliser
1'6quipement fluvial, en bateaux citernes, qui est du
domaine du secteur priv6.
Cette organisation de transport des huiles, d6clare-
t-on, 6conomise les ftts, permet la stabilisation des hui-
les par 6puration centrifuge, leur classement par degr6
d'acidit6 en ce qui concern sp6cialement I'huile de
palme, et constitute un encouragement tres net A une
production de quality.
Utilisation de la graine de colon. On salt que la
graine de coton foumit une huile excellent. Les Etats-
Unis, notamment, tirent la plupart de leur huile comes-
tible de cette graine. Devenus gros producteur de cotton
F'A. E. F. a 1'intention de ne pas laisser perdre ce pro-
duit pr6cieux. Le traitement sera laiss6 A I'initiative
du secteur priv6.
Le plan pr6voit que la production de 126.000 tonnes
de coton-graines, escompt6e en 1956, pourrait donner
8.260 tonnes d'huile hautement comestible.
Le plan arachide. Le plan arachide est du resort
de la production autochtone et des exploitations meca-
nis6es. On pr6voit une production de 15.000 tonnes
d'arachides en culture traditionnelle A fournir princi-
palement par les populations du ( Cotton belt ), et
120.000 tonnes A obtenir en culture m6canis6es. Ces
chiffres sont d'ailleurs calculus au plus bas.
Les cultures m6canisees se partageraient entire la val-
16e du Niari, qui d'ores et d6ja possede la station de
modernisation agricole a Loudima, et les plateaux Ba-
t6k6s qui auraient 6galement leur centre experimental.
Pour le traitement de l'arachide, le secteur prive
pr6voit I'achat de 16 huileries Andersen susceptibles
de traiter 100.000 tonnes d'arachides, ce qui permet-
trait, en outre, de disposer de grosses quantit6s de tour-
teaux particulierement appr6ci6s du gros et du petit
b6tail.


Gabon

LE PROBLEM ROUTIER

IDes travaux routiers tres important vont 8tre entre-
pris pour remplacer les pistes actuelles du Gabon.
A cet effet, une convention a &t6 passee entire le
gouvernement de I'A.E.F. et un groupement d'entre-
prise.
Le r6seau comprendra:







I Une route reliant Libreville a la route du Sud-
Cameroun, en contournant la Guin6e espagnole.
2 Une vers le Nord-Sud aboutissant d'une part a la
route ci-des:us et d'autre part aux routes du Moyen-
Congo qui rejoignent le chemin de fer Congo-Ocean.
3 Une ransversal'e reliant Mayumba h la route
Nord-Sud.


Oubangui-Chari

BIOGRAPHIES DE M. DELTEIL,
GOUVERNEUR DE L'OUBANGUI-CHARI

M. Delteil, nouveau Gouvemeur de l'Oubangui-
Chari, est ne6 A Riom-les-Montagne (Cantal) en 1907.
1 a 6t 6eleve de l'tEcole de la France d'Outre-Mer et
diplo^m de ,'Ecole des langues orientales.
M. Delteil a fait la premiere parties de sa carrinre au
Cameroun et en A. O. F. Mobilis6 du 27 septembre
1939 au 25 octobre 1943, il a 6t6 nomm6 a cette date
Directeur des Affaires 6conomiques au Commissariat
aux colonies h Alger. I1 assure depuis f6vrier 1947 les
functions de Secr6taire g6n6ral de la (Nouvelle-Caldo-
nie, oit il se trouve actuellement.
IM. Delteil est titulaire de la M6daille de la R6sis-
tance.


NOMINATION DU SECRETAIRE GENERAL

Par d6ciet en date du 15 novembre 1948, M. Au-
guste Even, administrateur de Ire classes des colonies, a
6t6 nomm6 Secr6taire gn&ral de 'l'Oubangui-Chari.


LA CREATION D'UNE ECOLE D'AGRICULTURE

L'A.E.F. vient d'tre dot6e d'une cole central
d'agriculture instituant le niveau sup6rieur de l'ensei-
gnement aliricole de la F6d6ration.
Cette cole, destine a former des conducteurs du
corps commun des agents des services agricoles de l'A.
E.F., est situ6e a Bukolo par MBaik (Oubangui-Chari),
et annex6e a la station central d'agriculture.
Elle ouvrira ses portes le 15 janvier 1949.
La durie des 6tudes est de 3 ans, don't une derni&re
ann6e de ;p6cialisation: production, recherches ou ge-
nie rural. Le regime de l'colle est l'internat gratuit.
Le concours aura lieu simultan6ment a Brazzaville,
Libreville, Bangui et Fort-Lamy le 28 dcembre pro-
chain. Les 6preuves du concours sont du niveau des pro-
grammes de 4 annme des colleges modernes ou de la
classe de 3 des course secondaires.
Tous les candidates doivent prendre l'engagement de
servir pendant 10 ans au moins apres la sortie de l'6cole
dans les services agricoles de I'A.E.F.


TOGO

LES TRAVAUX
DE L'ASSEMBLEE
*REPRESENTATIVE

'ASSEMBLtE iRe-
Sr6sentative du
logo a tenu une
session extraor-
dinaire ouverte le 14 no-
vembre au course de la-
quelle elile s'est r6unie
en trois s6ances.
La premiere stance, celle du 14 novembre, a &te
consacr6e a l'Mlection des deux Conseillers de la R6pu-
blique du Territoire.
Pendant la deuxieme stance, le 22 novembre, elle a
approuv6 le Budget Annexe du Chemin de fer du wharf
pour l'exercice 1949, arrWt6 en recettes et en d6penses
a la some de 178.095.000 francs. Elle a d6cide de
maintenir l'affiliation des Chemins de fer et du wharf
du Togo a l'Office Central des Chemins de fer Colo-
niaux, de maintenit I'autonomie actuelle du R6seau et
de rejeter purement et simplement la R6gie ).
Ensuite ont 6t6 delib6r6s:
un texte compl6tant et modifiant les rg:les d'as-
siette des imp&ts sur les revenues;
un texte portant modification du classement des
professions figurant au tarif des patentes;
une reduction de 30 % sur les prix du tarif Spe-
cial aux services administratifs du territoire pour les
transports de mat6riaux.
En outre, a 6t6 d6clar&e d'utilit6 publique la cons-
truction d'un h6pital suburban dans le quarter de
Lom6-Tokoin, et autoris6e, en consequence l'occupa-
tion par le territoire d'un terrain d'une superficie de
13 ha. 83 ares poss6d6 selon la coutume locale par la
collectivite Adjalle-Dadzie sis A Tokoin, au bord de la
route intercoloniale Lom6-Palim6 (ancien terrain d'avia-
tion).
Enfin, l'Assembl6e a donn6 d6l6gation de pouvoirs
a sa Commission Permanente pour r6gler diff6rentes
questions, notamment :
creation d'un statut permanent du personnel des
C.F.T. et du wharf ( lorsque presentation lui aura 6t6
faite par l'Administration d'un project de compression
de personnel de 37 % pour le personnel,auxiliaire et de
17 % pour l'effectif global ,;
augmentation g6n6rale des tarifs postaux, t16gra-
phiques et t6l6phoniques.

**

Dans sa derniere stance du 24 novembre, l'Assem-
bl6e a donn6 son avis favorable, sous reserve de quel-
ques modifications, a un project de d6cret r6glementant
le Service des Douanes du Togo.







Elle d6legue A sa Commission Permanente le pouvoir
de r6gler la question de I'acquisition du future terrain du
Lyc&e de Lomb, et d'habiliter le Commissaire de la
R6publique a intenter 6ventuellement une action judi-
ciaire en vue du reglement de la question du domain
d'Agou.


LES TRAVAUX DE LA COMMISSION
CONSULTATIVE PERMANENT
POUR LES AFFAIRES TOGOLAISES

La deuxieme session de la Commission Consultative
Permanente Franco-Britannique pour les Affaires To-
golaises s'est tenue A Accra les 30 novembre et I'' d&-
cembre 1948. M. C6dile, Commissaire de la R6pu-
blique au Togo sous Tutelle Francaise, arriva A Accra
le 29 novembre et descendit chez Son Excellence le
Gouverneur de Gold-Coast. MM. Sylvanius Olympio
et Fare Djato, ainsi que M. Honu venant de Hohoe,
arriverent le meme jour.
Les reunions de la Commission qui se tinrent au
Chteau de Christiangborg, commencerent le 30 no-
vembre A 10 heures.
Apres une court allocution de bienvenue de Son
Excellence le Gouverneur de Gold-Coast, les membres
de la Commission se mirent imm6diatement au travail.
La premiere question inscrite A l'ordre du jour por-
taitasur l'examen des measures prises pour la mise en
oeuvre des recommendations 6mises lors de la premiere
session. A cette occasion, une tres int6ressante discus-
sion se d6roula sur l'emploi des langues vernaculaires,
et particulierement I'Ew6, dans les 6coles, qui permit A
M. le Gouverneur Cedile de faire une important d6-
claration sur la politique de son gouvernement en ma-
tiere d'6ducation.
Les amnliorations envisagees sur les communications
t6l1phoniques et telgraphiques entire les deux territoires
firent l'objet de discussions d6tai'l6es. Les membres
africains recommanderent I'ktablissement des liaisons
t6l6phoniques suivantes:
1" Palim6 A Golokwati et de IA jusqu'A Hohoe et
Kpandu;
20 iHo A Palim6 par 1'6tat d'Awatim6;
3 Kadjebi a Badou.
Ces recommendations seront maintenant examines
par les deux services des Postes et T6l6graphes.
II fut annonc6 qu'on proposait de diminuer, A comp-
ter du 1" janvier prochain, les tarifs postaux sur les
correspondances entire la Gold-Coast et le Togo sous
Tutelle Frangaise: ces taux seraient ramen6s a ceux en
vigueur dans le tarif int6rieur.
11 fut d6cid6 d'envisager la possibility de proc6der
A des reductions correspondantes sur le taxes t6l6pho.
niques et t14graphiques,


La Commission examine les moyens de supprimer les
dernieres difficulties resultant enocre du fait de la fron-
tiere international et fit des recommendations sur cells
entrant dans sa competence. Les deux Gouverneurs con-
vinrent de transmettre aux deux gouvernements m6tro-
politains les vues des membres africains relatives A la
question plus large de la zone conventionnelle A la-
quelle il est fait r6f6rence dans le memorandum franco-
britannique remis au Conseil de Tutelle.
D'autre part, il fut annonc6 que pour faciliter les
movements des vehicules A travers la frontiere, il 6tait
envisage, A titre d'exprpience, de r6unir les barriires
doudhiires d'Aflao sur la route Accra-Lom6. Cela per-
mettrait aux camions de n'Atre arret^s qu'une seule fois
pour subir le contr&le douanier.
Un certain nombre d'autres difficults rencontr6es par
les v6hicules de transports commerciaux entire la Gold-
Coast et le Togo sous Tutelle Frangaise furent porties
A attention de la Commission, et il fut convenu qu'il
serait proc6d6 A une 6tude de ces problkmes des deux
c8t6s de la fronti&re et que les decisions finales seraient
porties A la connaissance du public avec toute explica-
tions utiles.
La cooperation entire les deux gouvernements sur les
plans agricole et v6t6rinaire, ainsi que le d6veloppe-
ment des Soci6t6s Coop6ratives, figuraient parmi les
questions inscrites A l'ordre du jour. Les membres afri-
cains permirent A la Commission de b6n6ficier de leurs
avis sur ces diff&rentes matieres, et certaines proposi-
tions furent faites qui devront faire l'objet d'un exa-
men.
C'est avec int6ret que tous les membres prirent note
de la deposition d'un project de loi qui, s'il est accept,
d6terminera la nouvelle organisation des chefferies au
Togo sous Tutelle Frangaise et contribuera largement
A la suppression des differences existant entire les situa-
tions respective des Chefs dans les deux territoires.
La Commission reconnut que des difficulties pouvaient
s'Alever du fait des differences existant entire les status
personnel des populations des deux territoires et dicida
que tous les cas individuals de cette sorte soumis a cha-
cun des gouvemements feraient i'objet d un examen
attentif.


LE GOUVERNEUR CEDILE AU DAHOMEY

Le Gouverneur C6dile, Commissaire de la R6pu-
blique au Togo, accompagn6 de l'Administrateur M6-
nard, chef du bureau des Affaires politiques et admi-
nistratives, s'est rendu du 17 au 21 novembre au Daho-
mey.
II a visit plusieurs centres de ce territoire, notam-
ment Porto Novo et Abomey, en compagnie du Gou-
verneur Chambon, avec qui il s'est entretenu des quela
tions communes au Togo et au Dahomey,







CAMEROUN


L'EQUIPEMENT
DU TERRITOIRE
credit global de
3.353.000 dol-
lars a 6t6 noti-
fi6 fin septem-
bre au territoire pour
l'importation de materiel
d'6quipement en prove-
nance des U. S. A.,
dans le cadre de l'aide am6ricaine.
Les mat6riels susceptibles d'etre imports sont classes
selon les grades categories suivantes:
Electricity;
Machines et v6hicules sp6cialis6s pour I'industrie du
bois;
Tracteurs i roues;
Machines et outillages agricoles;
Camions et camionnettes;
Machines- outils;
Autres machines et 6quipement comprenant essentiel-
lement des tracteurs, des mat6riels de concassage et de
preparation du sol.
Les premieres d616gations de credits sont actuelle-
ment attendues pour passer A la r6alisation de ce pro-
gramme qui doit permettre essentiellement au territoire:
a) D'am6liorer l'entretien des plantations de caout-
chouc et de caf6. Les exportations de ce dernier pro-
duit sont tomb6es de 10.000 tonnes en 1947 A .3.104
tonnes pour les 10 premiers mois de 1948 (les difficult6s
de main-d'oeuvre et le manque d'outillage en 6tant la
cause);
b) De d6velopper le materiel de transport et de ma-
niement des grumes dans les entreprises forestires d6jA
b6n6ficiaires d'importantes dotations de tracteurs et
d'engins de d6bardage. On escompte que le materiel
command c[evrait aboutir A 1'augmentation des grumes
et d6bit6s d: l'ordre de 120 A 150.000 tonnes par an.
Credits affects : 450.000 dollars;
c) De favoriser la r6alisation de projects de cultures
industrielles :
1. Cocoteraie de Kribi.
2. Plantation de palmistes de la C.O.C. A N'iKapa.
3. Creation d'une nouvelle plantation de caoutchouc
analogue A celle de la Dizangu6, envisage par la
S.A.F.A. Credits affects de l'ordre de 150.000 dol-
lars;
d) D'am6liorer le materiel des exploitations minieres.
Credits affe:.t6s de I'ordre de 500,000 dollars;


e) De mettre :la disposition du territoire le materiel
n6cessaire au d6veloppement de la structure 6cono-
mique (port, routes, voies ferries).
L'ensemble des credits affects A ce titre, tant aux
entreprises privees de travaux publics, a l'6nergie 6lec-
trique, qu'aux services publics et A la r6gie des chemins
de fer, atteignent plus de 2 millions de dollars.



LES IMPORTATIONS

Au course du mois d'octobre, le territoire a b6n6fici6
de deux avances de livres sterling, d'un montant total
de 430.000 dollars monnaie de compete. Les devises
pourront done servir A r6aliser le contingent de 80 ton-
nes de cotonnades en provenance de Pondich6ry, attri-
bu6 au Cameroun au titre du 20 semestre 1948.



LES EXPORTATIONS

Le relev6 des exportations effectu6es pendant le
mois d'octobre 1948, tant que la m6tropole et l'Union
que sur l'6tranger, fait ressortir un tonnage global de
15.671 tonnes, soit une augmentation de 3.527 tonnes
par rapport au mois de septembre.
On note une tendance marquee A 1'exportation sur
l'6tranger, vers ia zone sterling d'une part, et une aug-
mentation tres sensible du tonnage des bananes vertes
a destination de la m6tropole (3.358 tonnes au lieu de
1.998 le mois pr6c6dent). Par ailleurs, les stocks d'ara-
chides entrepos6s A Garoua ont ete entierement 6va-
cues.


L'EQUIPEMENT DU PORT DE KRIBI

L'effort entrepris pour l'utilisation du port de Kribi
au course de I'actuelle champagne du cacao s'est pour-
suivi sans relache.
Les deux boats de 15 tonnes commands par les tra-
vaux publics sont maintenant en place. Quinze boats
de 2 tonnes ont 6t6 achet6s a Accra par la Chambre
de Commerce, don't six sont d6ja en route pour Kribi.
Le remorqueur Provence est part A Kribi pour rem-
placer le Roussillon qui sera r6par6 a Douala. Enfin,
des travaux sont actuellement en course A Kribi meme
pour le d6chargement m6canique des boats. Un appon-
tement est en construction.
On estime dans les milieux autoris6s que rien ne
s'oppose plus d6sormais A un fonctionnement normal du
port de Kribi.







MADAGASCAR


SITUATION MILITAIRE
LA LIQUIDATION
DE LA REBELLION
A MADAGASCAR
U course d'une
conference de
press tenue le
4 d&cembre A
STananarive, M.de Che-
vign6 a dcilare:
Je suis heureux d'annoncer que nos troupes ont main-
tenant occupy la parties la plus inaccessible de la fort
oi existait encore le dernier foyer rebelle. Il n'y a plus,
disormais, un seul metre carre de terrain a Madagascar
que nous ne controlions.
Le Haut-Commissaire a ajout6 que les dernieres
bandes rebelles, privoes de leurs repairs, n'ataient plus
aujourd'hui composees que de fugitifs qui cherchent a
disparatfre en se melant aux populations.
M. de Chevign6 a rendu ensuite hommage aux trou-
pes ainsi qu'au g6naral Garbay qui les command:
Elles ont, dit-il, ramen la paix, I'administration fran-
faise va maintenant pouvoir reconstruire.
II a ajout : Les egares renters dans leurs villages trou-
veront un oubli genereux de la part de la France ainsi
que le ravitaillement, les soins medicaux n6cessit6s par
le mauvais dtat physiologique des populations qui vo-
curent de gre ou de force avec les rebelles.


LA MISSION D'INFORMATION DE L'ASSEMBLEE
DE L'UNION FRANCAISE A QUITE MADAGASCAR

Les membres de la mission d'information envoys a
Madagascar par l'Assembl6e de l'Union Francaise,
apres un s6jour de quatre semaines, sont repartis pour
Paris le 15 novembre par l'avion r6gulier d''AirFrance.


ORGANISATION D'UNE CHAMBRE
DE COMMERCE, D'INDUSTRIE ET D'AGRICULTURE

Par d6cret paru au Journal Officiel du 28 novembre,
il est cr66 au chef-lieu du territoire des Comores une
Chambre de Commerce, d'Agriculture et d'Industrie
qui constitute auprds des pouvoirs publics l'organe des
int&rets des commerCants, des agriculteurs et industries
du territoire.
Elle est investie de la personnalit civil.
La Chambre de Commerce, d'Agriculture et d'In-
dustrie se compose de 22 membres, r6partis en deux
sections 6gales d6lib&rant en commun.


ELECTION DES CONSEILLERS
A L'ASSEMBLEE DE L'UNION FRANqAISE
Le Journal Officiel du 1" d6cembre public, au titre
du 'Ministere de la France d'Outre-Mer, un decret du
30 novembre portant r6glement d'administration pu-
blique fixant au 20 decembre 1948 la date de l'Blection
des repr6sentants du territoire de Madagascar a I'As-
sembl6e de l'Union Frangaise.


M. RAYMOND LOMBARDO,
ACHEMINE DE MADAGASCAR
SUR LA METROPOLE

Le Gouvernement general a public le 30 novembre
le communique suivant:
Par decision du Haut-Commissaire, M. Raymond
Lombardo, Conseiller de l'Union Francaise, a 6t6
achemin6 ce matin sur la metropole. La notification de
la decision du Haut-Commissaire lui a &6t faite des les
premieres heures A son domicile, par le chef de la
siret6 et le Commandant de gendarmerie qui l'ont ac-
compagn6 sur le terrain d'aviation. 11 s'est embarque
A 10 h. 30 (heure locale) sur un avion militaire qui s'est
envol6 pour Dar Es Salam. Le depart s'est effectu6
sans incident.
On laisse entendre au Gouvernement g&n6ral que
M. Raymond Lombardo, Conseiller communist de
l'Union Frangaise, abuse depuis longtemps de cette
quality pour injuries et outrager les autorit6s francaises
de Madagascar et en particulier la mag:strature.
On rappelle que ces outrances ont provoque d6ja plu-
sieurs fois la saisie du journal don't il 6tait le directeur-
g6rant.
On n'exclut pas, de mEme source, la possibility
qu'une demand de lev6e d'immunitA parlementaire
soit faite contre M. Lombardo.
On souligne enfin que M. Lombardo n'a pas 6t6 Blu
conseiller de Madagascar, mais a 6t6 co-opt6 par le
part communist de la m6tropole.


COTE FRANQAISE DES SOMALIS

LE PROBLEM
DE L'ENERGIE
ELECTRIQUE

S ANS parler de leur
d6veloppement
futur,- l'impor-
tance actuelle de
la ville et du port de
Djibouti ont fait s'impo-
ser, depuis la fin des
hostilit6s, I'idie, d'une
renovation et d'un accroissement considerable de la
puissance des installations actuelles destinies A la four-
niture du courant 6lectrique,







L'installation de l'usine 1lectrique de la capital de
la Somalie s'av"re en effect doublement insuffisante:
du point de vue de la puissance puisqu'elle ne poss6de
pratiquement que 700 CV et que sa capacity de pro-
duction ne dbpasse gu6re 400 kws, du point de vue du
type de l'installlation qui fournit du courant continue,
lequel subit d'6normes pertes lors de son transport.
Pour am6liorer la production 6lectrique, on prepare,
d&s 1945, l1 construction d'une grande central -ther-
mique et la renovation complete du r6seau par I'adop-
tion de l'alternatif la place du courant continue.
Le project prevoit une r6alisation 6chelonn6e sur cinq
ann6es pour arriver a un equipement qui serait plus de
huit fois superieur a 1'actuel.
La r6alisation de cette central a 6t6 amorc6e en
octobre 1947 avec une d6pense de 50 millions de francs
C.F.A. deslin6e a l'achat des moteurs et d'un pont
roulant pour l'usine, livrables en deux ans.
On pouvait ainsi esperer la mise en route de la nou-
velle usine en 1951, mais les problems d6coulant du
raccordement des abonn6s, de la r6fection des installa-
tions int6rieures et des changes d'appareillage (venti-
Ilateurs, frigidaires, etc...) peuvent faire craindre que
1'achevement de la transformation complete du r6seau
ne soit pas possible avant 1952. Aussi, pendant que
se poursuivra l'ex&cution de ce project, et pour faire
face A des :esoins qui semblent jusqu'ici s'accroitre
plus rapidement que les r6alisations, deux states d'am6-
liorations ont 6tC prevus.
Le premier, qui est presque achev6, consistait en
l'amelioration de l'usine actuelle, qui dans son ensem-
ble date de 1919, par la mise en route de deux moteurs
de 140 CV.; le second en la mise en route de la cen-
trale 6lectrique du port. La mise en r6adjudication des
batiments va avoir lieu d'ici quelques jours. Les deux
moteurs de 270 CV qui 1'6quiperont sont deja arrives,
et on pense la voir fonctionner vers la fin de 1949. Elle
sera alors utilisee en dehors de son emploi normal, qui
consiste en I'ailimentation de I'appareillage portuaire,
pour foumir du courant au secteur du plateau du Ser-
pent. La central principal sera soulagie d'autant et
a distribution d'6nergie nettement am6lior6e, suffisante
en tous cas pour attendre la renovation complete du
r6seau.


ETABLISSEMENTS FRANQAIS
DE L'INDE

UN DISCOURS
= DU GOUVERNEUR
DE L'INDE FRANqAISE

E Gouverneur Ba-
S.>> I ron a prononc6
le discours d'ou-
verture de l'As-
sembl6e representative
S de l'Inde Francaise, en
presence de nombreuses


personnalit6s parmi ilesquelles on remarquait le Consul
g6n6ral de l'Union indienne.
'Evoquant les r6cents 6v6nements et le prochain refe-
rendum don't depend :l'avenir des cinq villes de lInde,
M. Baron a notamment d6clar6 :
Nous n'admettons pas que des hommes qui ne repri-
sentent ni le gouvernement indien ni l'ideal de non-vio-
lence se livrent a des coups de force come cela s'est
produit a Mahe. La France respect votre droit a dis-
poser de vous-m6mes. La grandeur de la France ne se
measure pas a son trisor de guerre mais a son trisor de
paix. La grandeur de l'Inde n'est pas dans sa masse ni
son itendue mais dans sa condemnation de la violence
et dans l'exemple de pacifisme et de spiritualism
qu'elle peut donner au monde.
Nous desirons que les operations du referendum
soient controlWes par des observateurs neutres. L'opi-
* nion publique mondiale est le plus sir garant de votre
liberty.
L'tre des empires est rivolue, il faut que commence
l'&re de l'amitie. C'est pourquoi la France a cree
I'Union Franfaise. Pondichery, ville indienne dans
I'Union Francaise et ville francaise dans l'Union In-
dienne, c'est pour I'Inde et la France un ilement prd-
cieux d'amitiW et de programs.
Est-il possible que vous soyez libres, une main dans
celle de l'lnde et l'autre dans celle de la France?
C'est le people de l'Inde franfaise qui repondra,


ELECTION A L'ASSEMBLEE
DE L'UNION FRAN(AISE

Quarante et un membres de l'Assembl6e representa-
tive de 'lInde frangaise ont choisi le 15 novembre leur
repr6sentant a l'Assembl6e de l'Union Francaise.
M. Maurice Gaudart, commercant A Pondich6ry,
partisan du maintien des cinq villes de l'Inde dans
1'Union Frangaise, a teC elu par 25 voix centre 18 a
iM. Paul Latour, partisan de l'ind6pendance tota'le de
I'Inde frangaise.


UN MESSAGE DU PRESIDENT DE L'ASSEMBLEE
DE L'INDE FRAN(AISE

Le President de l'Assembl6e representative de
l'Inde frangaise, 23 membres de cette assemble, les
maires de 14 communes et plusieurs conseillers du gou-
vernement de l'Inde frangaise, ont envoy6 au gouverne-
ment frangais un message d6clarant notamment que
( l'Inde frangaise d6savoue le programme s6paratiste du
d6put6 Saravane Lambert ).
Les signataires de ce message affirment en outre
qu'ils r6prouvent le programme politique expos6 par
M. Saravane Lambert dans un tract intitul6 ( l'ind6-
pendance avant tout n, et qu'en consequence ils lui
retirent leur confiance.







Ce message conclut: ( M. Edouard Goubert est seul
qualifi6 d6sormais pour discuter de l'avenir de 1'Inde
frangaise ).
'M. QGoubert socialistte, a 6t6 6lu aux dernieres 6lec-
tions municipales a une forte majority.
Les partisans du maintien des Etablissements Fran-
gais de l'Inde dans 1'Union Francaise ont gagn6 3 nou-
veaux sieges au Conseil de gouvernement de 1'Inde
frangaise. Lors de la session plniere, l'Assembl6e re-
presentative a en effet elu 3 nouveaux conseillers du


gouvernement r6solument pro-francais don't un avocat
musulman en replacement de 3 partisans, favo-
rables a l'incorporation l1'Union indienne, qui avaient
d6missionn6.
M. Goubert, chef du part socialist et membre du
Conseil du gouvernement de l'Inde frangaise, a reru
de celui-ci et de 1'Assembl6e le mandate de discuter de
I'avenir de l'Inde francaise avec le 'Ministre de la
France d'Outre-Mer.


















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que lt revue de press publi6e au present bulletin est purement objective. Elle
n'implique 6videmment aucune adhesion du Ministere de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimbes
dans les articles reproduits d titre d'information.



PRESS METROPOLITAINE


INDOCHINE

La pressed a consacr a l'Indochine surtout des com-
mentaires d'ordre general.
Avant que M. Pignon n'entreprenne sa tlche, un
bilan de l'reuvre accomplie par M. Bollaert est traced
par M. Andre Surmer dans le numero de novenbre de
France d'Outre-Mer. L'auteur s'itonne de la seodritW
de nombreux journaux a I'lgard de l'ancien Haut-Com-
missaire, eil contest que sa mission se solde par un
ichec. M. Bollaert a pris son post au moment oa notre
situation militaire au Tonkin et en Annam restait se-
rieuse. II s'est assure de l'impossibilit6 de la a solution
Ho Chi M.inh ,, et s'est oriented vers la (( solution Bao
Dai ,. II rencontra Bao Dai en Baie d'Along le 7 d6-
cembre 1947, et a poursuivi les contacts directs et indi-
rects avec 4'Empereur jusqu'a la signature du protocol
du 5 juin. Mais le Parlement frangais, au lieu de la
ratification attendue par les Vietnamiens, ne s'est pro-
nonce sur la question que par un vote indirect, ( si equi-
voque, qu'on en est encore a ergoter pour savoir s'il im-
plique pour le gouvernement franfais I'obligation d'in-
clure Ho Chi Minh dans les negociations ,. Sans at-
tendre les accords particuliers pr6vus par le protocol,
mais sans aller au-delb des terms de ce dernier,
M. Bollaert a abandonni au Gouvernement vietnamie,
les recettes des R6gies, et lui a concede certain attri-
buts de la souverainet6 interne. Les Vietnamiens de-
mandent davantage... II reste encore bien des difficul-
tes a resotdre, mais le mdrite de M. Bollaert ( sera
d'avoir pose la premiere pierre du nouveau Vietnam et
d'avoir tenu sur les fonts baptismaux son premier gou-
vernement central ,.
De son coWt, M. H. Gaignard, dans L'Aube du
18 novembre, declare que sous la direction de M. Bol-
laert a qui il rend cependant hommage la situa-
tion n'a guere ivolui.
II est incispensable de r6tablir un climate de confiance


entire Francais et Vietnamiens. Cette t+che accomplie,
il sera facile d'aboutir et de r6aliser cette ind6pen-
dance au sein de I'Union Frangaise que Franqais et
Vietnamiens souhaitent. II restera cependant toujours
un irr6ductible Ho Chi Minh, avec lequel toute colla-
boration demeure impossible, non par notre faute, mais
par la sienne.
M. Gaignard se defend de jeter I'exclusive centre
qui que ce soit,
si ce n'est contre les ennemis de la. France et du
Vietnam.
IIl est possible, en definissant de fagon pr6cise, les
contours de notre action, de rallier les nationalists et
d'amener Bao Dai & retourner au Vietnam. L'offensive
rouge en Asie donne a r6fl6chir a certain Vietnamiens
qui nous furent opposes; la lassitude du people, son
d6sir de paix, jouent en faveur d'une collaboration avec
la France. Les accords du 5 juin montrent la vole a
suivre; et nous ne sommes pas seuls responsabiles des
erreurs commise depuis trois ans.
M. Gaignard, a l'inverse du general de Gaulle, es-
time qu'il faut agir vite, car le temps travaille centre
nous.
M. J. M. Garraud, dans Le Figaro des 29 et 30 no-
vembre, estime que ( le moment est venu d'agir en In-
dochine n. L'auteur met en relief I'incidence profonde
des dvenements de Chine sur le problame indochinois.
Un accord secret a tid signed entire Mao Tse Toung et
Ho Chi Minh. Si done une solution n'intervient pas au
Vietnam dans un avenir tres prochain, c'est a une cam-
pagne accrue d'un Vietminh exploitant les legitimes
aspirations du people, que la France aura a faire face.
Contre un tel danger, une solution militaire ne peut 6tre
envisagge. Chaque jour s'allonge la liste des pertes en-
registries par la France. ( C'est d'une situation poli-
tique nouvelle qu'il faut attendre la paix ,, 6crit
M. Garraud. Quelle doit-elle etre ? M. Garraud re-







pousse la formule, logique seulement en apparence,
(( on traite avec un ennemi et non avec un ami )). II faut
trailer avec la personnalite qui represente vraiment le
people vietnamien. Cette personnalite, c'est Bao DaY.
M. Garraud le demontre par une inumbration statistique
des differences fractions de la population vietnamienne
au sein de laquelle l'dlement actif opposant, commu-
nistes compris, ne d4passe pas 15 %. Le reste, la masse
paysanne, attache aux traditions, r6clame Bao Dai.
L'installation de Bao Dai en Indochine doit provoquer
un choc psychologique et les bandes terrorists ne lut-
teront plus pour l'independance mais deviendront re-
belles a un gouvernement national. C'est done par la
transformation de la guerre 4trang&re en guerre civil
que M. Garraud voit le calme revenir au Vietnam.
Jean Rochoir, dans Glimats du 17 novembre, s'ef-
force b demontrer que le nationalism annamite n'a ja-
mais d6sarme malgr6 nos efforts pour annihiler le senti-
ment national vietnamien. Nous avions faith beaucoup
sur le plan iconomique, mais en meme temps nous
avions morcelJ le pays et lui avions interdit toute vie
politique. Mais simultanement les routes et les chemins
de fer recrdaient le sentiment national. Notre actuelle
Constitution, qui dit que ( la Ripublique n'emploiera
jamais ses forces contre la liberty d'aucun people ), a
apporte une ideologie ginbreuse. On ne pourra enrayer
l'6pidemie communist qu'en s'appuyant sur le natio-
nalisme vietnamien que represente Bao Dai et
en reconnaissant que nation et colonisation sont inconci-
liables. C'est cela qu'a voulu dire rdcemment M. Coste-
Floret, en proclamant que le droit de colonisation ne
se justifie que par le developpement du progres mate-
riel et economique, et par l'6panouissement spiritual
des populations.
*
En ce qui concern la representation des Francais
d'lndochine au Conseil de la Republique, Climats, du
24 novembre, public un article protestant centre le mode
de designation adopt. L'auteur se rejouit nianmoins
de la designation de M. Avinin, et de l'echec de
M. Nosmas.
M6me en Indochine, un scrutiny Nosmas-Avinin aurait
66t en faveur du dernier, et pour des raisons que tous
les gens d'lndochine connaissent.
L'auteur fait ensuite l'6loge de M. Avinin, et rap-
pelle que I'U.D.S.R. plaida avec le plus de force la


cause de la representation des Francais d'lndochine au
Conseil de la Republique. II souhaite que M. Avinin
reclame un deuxiame siege pour l'Indochine et de-
mande pour les FranFais d'Indochine le droit de disi-
gner leurs representants.
*
**
La demand tendant a l'admission a l'O. N. U. de
la (( Rpublique democratique du Vietnam formula
par Tran Ngoc Danh, n'est pas non plus passe inaper-
vue.
L'Aurore du 25 novembre, sous le titre ( Quand les
assassins veulent entrer dans la maison D, montre
( qu'on peut aujourd'hui mesurer toute la sottise qui a
preside au maintien a Paris de l'officine vietminh-
nienne Ce journal affirme qu'il n'est a l'heure ac-
tuelle qu'un seul gouvernement representatif du Viet-
nam: celui constitute par le geinral Xudn, d'accord
avec Bao Dai.
L'Aube, pour sa part, estime que ce fail ne merite
pas grand interet, et, assimilant la position de Ho Chi
Minh et celle des autonomistes bretons, affirme que la
demand du ( sinistre Ho Chi Minh l ira rejoindre aux
oubliettes leurs protestations de canulards ).
L'editorialiste de L'Horizon Vietnamien, dans le
numero du 27 novembre, s'6tonne qu'on ne renvoie pas
le repr6sentant du Vietminh a Paris.
Quelile est la raison de cette magnanimity ? Ou bien,
le gouvernement franqais s'imagine que Ho Chi Minh
peut toujours passer pour le veritable repr6sentant du
nationalisme vietnamien, ou bien ce meme gouverne-
ment croft qu'on ne peut pacifier I'lndochine qu'en
n6gociant avec celui qui I'a trahi une fois d6ja.
Or, pursuit l'6ditorialiste, si Ho Chi Minh a de-
chire un traite qui lui donnait en apparence toute satis-
faction, c'est sur I'ordre du communism mondial. II
n'existait pas .( de pritextes legitimes pour declencher
cette lutte d'extermination ). La second hypothise
reste done la seule plausible, ce qui est d'un ( machia-
ovlisme a court vue ) aboutissant a des equivoques
funestes. Ceux qui seraient tents de se rallier, se me-
fient donc, par prudence. II imported de:
Reconduire en zone vietminh le repr6sentant de la
R6publique Sovi6tique et du gouvernement de Ho Chi
Minh. Ce dernier ne doit plus 6tre, aux yeux de tous,
qu'un chef de rebelles.


Presse quotidienne


La politique genbrale
Le 'Monde public la lettre d'un de ses lecteurs qui
se livre a des considerations d'ordre general sur la
politique de I'Union Francaise. II estime tout d'abord
que les Francais s'interessant b I' ( Union ) sont trop
insuffisamment informs. Ils ne savent pas assez, ecrit-
il, qu'une dlite de Frangais (de France) se penchent sur
les problemes que soul6ve la Nouvelle Constitution
dans les territoires d'Outre-Mer:


En France, poursuit-il, pendant des ann6es, on n'a
pratiquement rien fait pour satisfaire des aspirations
raisonnables... Puis, brusquement, quand des plaintes
s'6elvent, on promet months et merveilles sans souci des
possibilities financi6res, des repercussions morales ou
simplement d'une saine adaptation aux caractfres, aux
moeurs, aux contingencies. Ces processes inconsid6r6es
enflamment les esprits, les r6formes tardives ou incom-
pl6tes suscitent la colhre et la r6volte... Le processus est








valuable part:ut i en Afrique, aux Antilles comme en
Indochine. Le problime actual de Madagascar est un
problem gin6ral. II command, a travers la difficile
recherche des solutions diverse, le rappel des < cons-
tanies qui demeurent .
El le correspondent du Monde rappelle que c'est ce
qu'avait fait le Gouverneur Eboue.
Le seul hornre qui ait su, a la Conf6rence de Brazza-
ville, prononcer les vraies paroles de bon sens.
Et il conclut:
Qu'il faut changer les esprits, les n6tres surtout, pra-
tiquer la po itique d'6gards, parler la langue du pays,
adapter, doser les r6formes, 6duquer politiquement les
masses, renouveler leurs habitudes ancestrales de coo-
p6ration, et par-dessus tout informer le grand public
des aspirations des citoyens de I'Union comme il faut
informer ceux-ci de ce qui peut &tre fait << eu 6gard a
la conjoncture politique S>.
(< Le Monde >, II novembre).

Combat public un article de MM. G. Bejean et
P. Royer: : Choses vues en A. O. F. n, sous le titre
(( Quelle peut etre l'influence de notre morale tradition-


nelle en Afrique Noire? Les auteurs critiquent les
measures appliques ( avec un bel ensemble et une ge-
nirositW trop total pour avoir ete seulement riflichie,
measures qui ont modified du tout au tout, en un clin
d'ceil la situation politique, economique et social de
I'A. O. F. : suppression de la justice indigene, poli-
tique, de la main-d'euvre en Haute-Volta, intrusion
constant du lIgislatif sur l'executif...
Cette politique inconsciente n'a jusqu'6 present
trouv6 d'autres appuis que chez les chefs traditionnels
don't elle a permis et voulu le maintien.
Et les auteurs terminent ainsi:
On peut des a present pr6voir le jour ob leur in-
fluence, sans cesse battue en breche, finira par s'effon-
drer tout a faith, plagant ainsi la France dans une situa-
+ion o6 elle devra faire le compete de son actif. C'est
en provision de cette 6ch6ance qu'il faudrait, sans tar-
der, mettre en action les plans d'6quipement d'une
terre don't nous n'aurions sans cela m6ritf que la d6saf-
fection.
(< Combat 2, 9 novembre).


Presse hebdomadaire et illustree

questions politiques


C6te Frangaise des Somalis

Dans Timoignage Chr6tien, Jacques Chegaray pu-
blie un intdressant reportage: a Le tour du monde en
bateau-stop: escale au pays de la soif a. L'auteur, qui
a visit la Somalie franfaise, parle longuement de Dji-
bouti, a base stratlgique de premiere importance, clef
de la Mer Rouge et seul debouche d'un territoire vaste
et fertile )).
Djibouti e:t le port de I'Ethiopie, kcrit M. Chegaray,
et c'est l1 le raison de son essor. Mais les taxes prBle-
v6es par I'Efat sont lourdes et un certain malaise s'est
fait jour depuis quelque temps. L'Abyssinie aimerait
poss6der son port a elle et les responsables de la Soma-
lie anglaise verraient d'un assez bon ceil qu'un port
anglais de la C6te, Zeilah par example, profit de I'im-
portant transit provoqu6 par I'extension du commerce
abyssin.
La solution, selon l'auteur de l'article, serait de fair


de Djibouti un port franc, comme Aden. II indique que
cette question est dija, avec la question arabe, la
grande preoccupation de la colonies. Et ii en vient a
parler de la composition de la population des Somalis
en deux races essentiellement differences: les noirs, qui
sont avant tout des nomades primitifs et les Arabes don't
la presence en Somalie constitute a un Etat dans
I'Etat a. Leur opposition a toute influence francaise
est bien connue, fail remarquer M. Chegaray, ( et ce
sont eux que nos institutions favorisent, alors que nous
negligeons les Somalis et les Danakils a. II rappelle a
ce sujet l'exetnple de Madagascar ou la tribu des Ho-
vas ( qui profit le plus des institutions franfaises a
combattit avec le plus d'acharnement, lors de la rebel-
lion, les Francais de Madagascar. II conte ensuite com-
ment la doctrine communist se propagea a Djibouti
sous l'impulsion d'un employee des chemins de fer en-
ooye par la C. G. T. pour a convertir les indigenes
des Somalis a.
(< T6moignage chr6tien >>, 20 novembre).










questions dconomiques et sociales


Cameroun

March6s Coloniaux du 13 nooembre ouvre ses co-
lonnes a M. Juglas, President de la Commission des
T. O. M. de l'Assemblee Nationale, qui, au retour
d'une mission en Afrique y expose les a Richesses et
Servitudes Camerounaises ). L'auteur fait un tour
d'horizon economique du territoire et determine les obs-
tacles qui doivent 6tre surmontis: midiocrit6 des votes
de communication, insuffisance des ports, pauvret4 des
sources d'energie, manque de capitaux. Par comparai-
son il souligne le vigoureux effort entrepris: Aminage-
ment de Douala, amelioration du rdseau Jerrd surtout
dans le Nord, construction pour l'utilisation de l'inergie
hydroelectrique. La France concourt a l'dquipement et
au financement du territoire: pour 1948 et le premier
semestre de 1949 elle accord sur son budget une sub-
vention de 1.377 millions de credits de pavement. La
Caisse Centrale de Ia F.O.M. apporte son aide non
seulement au secteur public mais aussi au secteur privd.
Enfin se posent deux problmnes essentials: le rende-
ment des sols tropicaux et la lutte demographique.
(< March6s Coloniaux >, 13 novembre).


LAICISME ET GENS DE COULEUR

Dans March6s Coloniaux, Rend Moreux, sous le
titre: a L'impossible laicisme chez les gens de cou-
leur ,, ecrit:
SEt c'est la que nous est apparu, flagrante, dange-


reuse, I'erreur d'avoir voulu introduire en Afrique noire,
en Afrique du Nord, a Madagascar, en Indochine,
notre agnosticisme don't le nom nouveau est I'existen-
sialisme. Ceux que nous avions missiori d',duquer et
d'6lever nous voyaient, avec un 6tonnement scandalis6,
renverser la base sur laquelle, pour eux, s'6difient toute
civilisation et tout progrBs.
II n'y a que dans I'Europe, d6vast6e par le mat6ria-
lisme, que Nietzsche pouvait pousser le cri provoquant :
Dieu est moral- La philosophies bantoue et, avec elle,
routes les philosophies d'Afrique et d'Asie crient au
biasphmme. On peut observer, dans nos vieilles colo-
nies, les ravages que M. Homais a pu faire dans cer-
taines ames maintenant vid6es de toute substance.
L'homme de couleur n'a que m6pris pour le n6ant
de nos doctrines existensialistes. Lui vit, a chaque here,
en intimit6 avec Dieu.
Les jeunes bergers soudanais se sentent prot6ges
parce que sur leurs fers de lance sont graves les sym-
boles de la creation et du Dieu-mouvement.
Tous ceux qui connaissent I'Afrique du Nord savent
que les Musuilmans ne veulent confier leurs filles qu'a
des institutions religieuses parce qu'ils savent que les
soeurs blanches, sans faire de pros6lytisme conmession-
nel, leur donnent un enseignement p6n6tr6 de spiritua-
lite.
Nous autres Europeens, confondons trop I'Esprit qui
est m6taphysique et la raison qui n'est oroprement
qu'un attribute de I'homme.
(< March6s Coloniaux >, 4 d6cembre).


Revues


FRANCE OUTRE-MER
Le numero de septembre de France Outre-Mer con-
sacre un certain nombre de pages au port du Havre.
M. A. Charles, Vice-President de la Chambre de
Commerce et President de l'Institut colonial du Havre,
souligne l'importance et le volume des transactions
faites par l'intermediaire de ce port entire la mdtropole
et l'Uhion Franqaise.
Andre Surmer fait rapidement le jour de la si-
tuation au Viet-Nam au moment ot M. Bollaert va quit-
ter I'Indochine.
Henri Lhote eooque le vieux Hoggar en voie de
disparition: celui des lWgendes avec ses grands guerriers
aux mcurs chevaleresques et celui des poetesses ce-
lebres.


TROPIQUES

Le commandant Chapelle present une court
monographie des nomades du Sahara occidental: cadres
gdographiques, structure social, maours et coutumes,
influences extirieures, economic, evolution.
-Pierre Rondot donne quelques a conseils d'Etude
sociologique qui doivent permettre aux officers de
mieux connattre les gens et choses d'outre-mer. Des
notes tres pertinentes concernent en particulier l'emploi
de l'interprate dans la conduite de l'enquete sociolo-
gique.
Le commandant Bonnet fait l'inventaire des res-
sources en or de l'Union Francaise.










PRESS D'OUTRE=MER


INDOCHINE

L'attention des commentateurs a ete entierement ac-
caparee par les elections au Conseil de la Republique
et l'arrivoe de M. Pignon a Saigon.
Dans L'Union Frangaise du 23 novembre, M. Henri
de Lachevrotiare, comparant cette arrive a celle d'au-
fres gouverneurs generaux qui eurent le tort de vouloir
exposer prenaturement d'ambitieux programmes dans
de grands discours, felicite le nouveau Haut-Commis-
saire d' ( avoir su se taire..., de ne s'Jtre engage a
rien, sauf a fire preuve de bonne volond n), et lui de-
cerne un bon point, car, conclut-il ( mieux vaut agir
que palabrer 1.
L'editoricliste du Journal d'Extreme-Orient, du
22 november, hole avec satisfaction, a propose du cdrd-
monial de I arrive, le retour au protocol traditionnel
d'antan. II y voit I'intention de ( restituer 6 certain
usages une oaleur que les ev'nements avaient un peu
minimisee I. II se felicite de l'experience qu'a deja le
nouveau Haut-Commissaire, non seulement des proble-
mes mats encore des hommes de I'Indochine, ainsi que :
Des liens d'amitie qui I'unissent au plus grand nombre
de ses fonctonnaires... On ne peut, en v6rit6, border
une tfche aissi difficile que la sienne avec plus d'atouts
personnel.
Du r6'le de M. Pignon, M. H. de Lachelorotiere,
dans L'Union Frangaise du 15 novembre, aoait dcrit
qu'il s'en tiendra d'abord a fire un ( tour d'horizon u,
a un ,( premier inventaire, avant de s'engager dans I'ac-
tion 11.
Le nouveau Haut-Commissarie recherchera les resul-
tats obtenus par M. Bollaert a la suite de ses diverses
tentatives: discours de Had6ng rests sans suites -;
spectaculaires gestes de clemence au profit d'adver-
saires captures.- demeurws aussi sans echo; pourparlers
avec Bao Dai, constitution d'un gouvernement central,
accords d'A long...
11 appartiondra a M. Pignon de voir ce que nous ont
apport6 ces accords. II semble que, depuis !a signature
en Baie d'Along, M. Bollaert a beaucoup c6d6, mais il
n'apparaft pas que nous ayons regu quoi que ce soit en
change. Nous avons beaucoup c6d6 sans avoir donned
satisfaction des app6tits d6mesur6s qui, chaque jour,
se montrent plus exigeants. On nous promet des rallie-
ments massils de rebelles nationalistes. Nous attendons
toujours et, comme Sceur Anne, nous ne voyons rien
venir.
C'est surtout sur le caractere d'urgence de la mission
de M. Pignon que I'editorialiste du Journal de Saigon
met l'acceni, le 19 novembre. Toutefois, si la rialisa-
tion, par M. Pignon, des ( plans traces ) par son pr&-
decesseur s'av&re urgente, pour attester la loyautC de la


France aux yeux d'un people impatient et ( entire tous
impulsif )), il imported, observe I'editorialiste, d' u agir
lentement..., de ne point confondre action avec precipi-
tation )).
11 faut notamment former le personnel vietnamien
qualified, encore en nombre insuffisant, necessaire pour
permeitre au VieftNam de prendre en mains les attri-
buts essentials de sa souverainetd. En attendant, et pour
longlemps encore, come le diclarait naguare une
haute personnalite politique du Sud-Viet-Nam: (( Le
Vietnam aura besoin de specialists et de technicians )
et ce sera aux Franacis de fournir ces cadres. Des assu-
rances analogues avaient d'ailleurs edi donnees, a plu-
sieurs reprises, par le general Xuan au nom du Gouver-
nement Central.
La solution & adopter doit done 6fre < progressive >,
bien que franche de toute 6quivoque quant au term
final ainsi concue, elle ne peut manquer d'aboutir a
une entente formeile, precise et durable.
Quant au Binh Dinh de Hue, il voit un motif d'op-
timisme dans la nomination de M. Pignon.
M. Pignon, 6crit-il, fit parties du Comit6 de Lib6ration
sous I'occupation allemande, ii est donc & meme de
comprendre les souffrances morales d'un people qui a
perdu sa liberty II a particip6 aux n6gociations de Fon-
tainebleau qui se sont sold6es par un 6chec, et on peut
supposed qu'il n'e6t pas accept une deuxi6me mission,
s'il n'6tai r6solu a la mener 6 bien.
Dans L'Echo du Vietnam du 10, 11, 12 novembre,
M. Nguyen Phan Long entreprend une analyse serree
des propositions presentees par le General de Gaulle
et ses collaborateurs sur la solution du problmme vietna-
mien lors du dernier Conseil national du R. P. F. Les
caracteristiques du programme gaulliste degagees par
M. Nguyen Phan Lone sont la reconnaissance de la
preeminence francaise dans tous les domaines, la con-
centration des pouvoirs et I'accaparement des leviers de
command au profit des autorites francaises, une 6troite
subordination des Gouvernements nationaux a un orga-
nisme central, l'occupation militaire du pays, autrement
dit on n'offre au Vietnam qu'une independence en
(( toc )) qui n'est meme pas une autonomie interne et
on cherche tout simplement a revenir au ( statu quo
ante u. M. Long finit par conclure que le people viet-
namien, qui ( durant plus de quatre vingts ans. garda
au fond du ceur vivante, la flamme sacree de I'amour
de la patrie repousse energiquement le ( grossier si-
mulacre 1 que constituent les propositions du General
de Gaulle; celles-ci d4oivent cruellement les Vietna-
miens dans leurs aspirations et infligent:
Un 6olatant d6menti aux r&gles don't la France d6-
clare la face du monde s'inspirer d6sormais dans son
comportement B I'6gard des peuples d'Outre-Mer.








MADAGASCAR

Les prix a Madagascar

Dans Tana Journal du 19 novembre, Roger Clement
explique le niveau des prix locaux :
II serait faux et injuste de n'attribuer la chert6 ac-
tuelle de la vie dans ce pays qu'a la mailhonnetet6 de
certain.
L'abondance de beaucoup de marchandises de pre-
miere n6cessit6 conduit a une r6gularisation du com-
merce, a un retour aux lois normales de la concurrence.
D'autre part les Services de Contr6le des Prix font un
6norme travail don't les r6sultats apparaissent tous les
ours.
Et pourtant on peut pr6voir que les prix locaux de-
meureront a peu prbs aligns en C.F.A., sur les prix
m6tropolitains. Madagascar, comme tous les territoires
d'Outre-Mer est soumis a des lois commercials pre-
cises qui aboutissent en some << p6naliser > le Fran-
gais habitant Outre-Mer.
Dans la m6tropole, la merchandise qui circle d'un
d6partement a un autre n'est possible d'aucun droit de
douane. Elle 1'est pour venir & Madagascar. Nous ren-
voyons notre correspondent aux bar&mes en vigueur at
;[ se rendra compete de ce que ce seul 6elment peut
representer dans I'augmentation du prix de la marchan-
dise vendue autre-mer.
Le commergant de.la m6tropole, pour 6changer.ses
correspondances commercials par 'lettres ou tl66-
grammes avec ses clients ou fournisseurs m6tropolitains
est soumis a des tarifs postaux qui n'ont rien de com-
parable a ceux pratiqu6s pour les territoires d'Outre-
Mer...
On avait accord aux marchandises a I'exportation le
b6n6fice d'une suspension de la taxes a la production.
On vient de supprimer ce 16ger advantage accord aux
marchandises destinAes a quitter la m6tropole.
Est-il besoin de rappeler de quels frais de transport,
d'assurance, de manutentions diverse est grev6e la
merchandise lusqu'a son entr6e en magasin ?
De tout cela resort I'6vidence que le Frangais d'ou-
tre-mer se trouve << pnalis6 >.
(c Tana-Journal >, 19 novembre).


La situation de Madagascar

France-Madagascar public les impressions de
M. Vandenbourgaerde, conseiller de l'Union Fran-
faise, sur son voyage a Madagascar:
...Nous avons coutume d'6tre tr&s s6v~res pour nous-
mmmes. Si I'on veut pourtant imaginer les debuts ou
s'en souvenir, on reste frapp6 de ce qui a 6t6 r6alis6,
compete tenu de la pauvret6 ou de 1'absence de moyens.
Grace a de multiples efforts souvent obscurs, mais
qui d6montrent une pers6evrance sans forfanterie qui
caractfrise le Frannais outre-mer, les parallelles de d6-
part ont 6t6 creus6es. L'exp6rience est acquise. ll'suffit
d'un rien pour que les techniques modernes d6velop-


pent et transforment rapidement les diverse produc-
tions...
...II est certain toutefois qu'une r6forme administra-
tive s'impose. D'un point de vue en quelque sore for-
mel, I'fle se trouve aujourd'hui divis6e en provinces qui
semblent mal d6limit6es. Chaque province doit autant
que possible constituer un tout' par I'organisation de
ses d6bouch6s et par sa composition ethnique...
...Mais il ne faudrait pas d'abord en raison de I'exten-
sion de la circonscription territorial soumise a son con-
tr6le qu'un chef de province fot dans I'impossibilit6
pratique de visiter fr6quemment les plus d6sh6rit6s.
C'est dire que lorsqu'on d6coupe un territoire en re-
gions, ii faut le faire en premier lieu avec en mains
une carte des voies de communications...
...Madagascar s'industrialise. C'est un progres ind6-
niable. Dans une p6riode difficile, elle a su faire face
a la plupart de ses 'besoins. N6anmoins, elle ne pourrait
pas vivre en autarcie. D'autre part, les intgr6ts des di-
vers producteurs se conci-lient parce que Madagascar
est un pays neuf. Mais le volume et la nature, de ses
changes 6tablissent qu'i'l lui serait malaise de d6-
fendre, seule, sa monnaie. II imported donc, pour d6ter-
miner son intf6rt au point de vue 6conomique, de faire
un inventaire objectif de ses importations et de ses
exportations sans fonder une ligne de conduite sur des
circonstances exceptionnelles qui se satisfont de I'6cou-
lement de.stock. Les manipulations mon6taires ajoutant
leur effect a celui de I'nsuffisance des dev;ses qui lui
sont allou6es en retour de ses exportations imp6rative-
ment ax6es sur la metropole, constituent dans ,les temps
presents un tres s6rieux handicap au d6veloppement de
I'fle. Des n6cessit6s imp6rieuses peuvent expliquer cette
mani~re de proc&der. Mais il vaudrait mieux faire appel
& I'esprit de sacrifice du territoire et lui prouver qu'a
son effort d'ordre et de m6thode correspond dans la
m6tropole un semblable effort.
Ceci dit, il est certain que Madagascar doit etre do-
tee d'un institute d'6mission qui soit I&galement habilit6
a prendre une participation plus pouss6e dans I'6quipe-
ment du pays, sans n6gliger les garanties que fournis-
sent les investissements rentables.
(<< France-Madagascar 20 novembre).


La confiance et la paix

Sous le Hitre: a La Conference engendre la paix a,
Fahaleovantena ecrit:
Nous aimons notre pays. C'est !& pour nous un fait
bien determine qui ne souffre aucune reserve.
Mais dans cet amour pour notre pays, nous avons
pour premier objectif de lui vouloir la paix la paix
dans chaque village, si 6loign6 des grands centres soit-
il; 'la paix sous chaque toit; la paix surtout dans les
cceurs et les esprits; la paix enfin dans le pays tout
entier...
...Nous aimerions souligner que la paix ne vient pas
toute seule, Elle est recherch6e, voulue. Elle n'est done







pas une consequence de I'indiff6rence comme certain
ont tendance a le croire. Ele esf plut6t le < de
I'effort de bonne foi, de comprehension et de confiance
surtout. C'est sans doute la raison pour laquelle on
!'obtient au prix d'un effort immense.
A Madagascar, Je probleme de la paix ne peut pas
Stre abando:nn6 aux caprices du hasard, car il est par


example particuliirement hasardeux de croire A I'effica-
cit6 des intimidations et autres pour obtenir la paix.
La paix n'est pas dans !es apparences. Elle est int6-
rieure, dans les coeurs ; c'est pourquoi nous voudrions
recommander tout ce qui pourrait renforcer une con-
fiance mutuelle entire deux peuples qui ne peuvent se
passer I'un de I'autre.
(< Fahaleovantena ), 17 novembre).


PRESS ETRANGERE

La collection complete des articles de press dtrangere traduits en francais peut etre consultee d la
Section de la Presse Etrangere (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, piece 94, 2e" stage .
Les numdros qui figurent ci-dessous d la suite de l'indication d'origine des articles de press
permettent de se reporter au texte complete des dits articles.



I. PROBLEMS GENERAUX


A. LA CONFERENCE DU COMMONWEALTH

Bien qu'elle se soit achevoe a la fin du mois d'oc-
tobrg, la Confirence des Premiers Ministres du Com-
monwealth a nianmoins continue de donner lieu dans
la press de langue anglaise a nombre de commentaires.
Le communique public a l'issue de la Conference a
e6e redigg en terms reserves parce que les measures qui
dicoulent des accords doivent etre prises par les pays
souverains eux-memes. Ces measures peuvent se resumer
ainsi:
...En premier lieu, ainsi que I'6tablit nettement le
communique, 'les membres sont d6cid6s a d6velopper
leur puissaice 6conomique et straefgique. DeuxiBme-
ment, ils o't convenu que ('Union Occidentale corres-
pondait au< int6r6ts du Commonwealth dans son en-
semble et que tous ses membres << suivraient > de pres
les progr6s de cette cooperation avec i'Europe Occi-
dentale >. Troisi6mement, de nouvelles m6thodes de
consultation des membres du Commonwealth proba-
blement au moyen de reunions p6riodiques des Mi-
nistres, responsables de questions d6termin6es seront
recherch6es...
MM. Evatt et Fraser ont montre que l'Australie et la
Nouvelle-Zilande faisaient, des relations imp&riales,
le fondement de toute leur politique.
Le Canada est plus que jamais decide a 6ooluer au
meme rythme que ses associes. M. Saint-Laurent a
montre qu'il consid&rait le lien' de son pays avec les
Etats-Unis comme un soutien plutot que comme un dis-
solvant de la position impgriale du Canada.
L'Afrique du Sud a pleinement participate a la Con-
ference. Mais il convient cependant en ce qui la con-
cerne de riserver I'avenir:
...Dans le discourse plein de franchise qu'il a prononc6
hier, le Dr Louw a trait de la politique Int6rieure at


de la politique exterieure de son pays, s'6tendant en
particulier sur sa politique racial que les autres mem-
bres du Commonwealth ne peuvent pas approuver. La
force du sentiment r6publicain en Afrique du Sud peut
encore soulever les probl6mes d'association d6j6 pos6s
ouvertement par I'Eire et guere moins ouvertement par
I'lnde...
,es trois premiers ministres des nouveaux Dominions
ont egalement apporte une contribution important aux
travaux de la Conference.
M. Nehru a eu I'occasion de consulter des juristes dis-
tingu6s au sujet de la former de l'adh6sion future de
I'lnde a << association fraternelle des nations >. L'lnde
d6cidera par elle-m6me dans quelle measure elle desire
que cette association soit intime ou 18che, non pas en
s'appuyant sur la tradition mais sur une estimation r6a-
liste de son fonctionnement pratique dans le monde
d'aujourd'hui. II est de la plus haute importance que
M. Nehru, M. Liaquat Ali Khan et M. Senanayake puis-
sent maintenant rapporter a leurs gouvernements qu'ils
ont vu sur place le fonctionnement du m6canisme de
consultation pl6ni6re du Commonwealth, Ils peuvent
renseigner leurs compatriots sur lI'le6r6t qu'il y a
conserver le droit de participer a ces conferences et a
I'&change de communications au jour le jour maintenu
entire les gouvernements du Roi.
Important raison a l'appui d'une solidarity detroite,
la menace de la pression communist. Pour s'en pre-
server...
...Les nations associ6es soutiennent le Programme de
Reconstruction Europ6enne et croient que la v6ritable
r6ponse au communism n'est pas militaire mais d6-
pend du raffermissement du systfme social et de la
suppression des causes profondes de la misere et de
I'ins6curit6. Cependant, la preparation a la defense
par les armes, si besoin 6tait, n'a pas 6t6 n6glig6e. La







declaration de mardi a faith entendre le meme language
que le Pacte de Bruxelles. Les chefs les plus fameux de
la guerre ont pris la parole au course de la conference
et derriere le rideau confidential qu'impose [a s&curitf
les precautions indispensable dans un universe orageux
sont en course de preparation.
En outre, un travail tras important a ete accompli en
dehors de la salle de conference, au course de discussions
separies entire les ministres.
...Dans les ann6es a venir il se peut que le plus pre-
cieux de tous les r6sultats de cette conference soit le
fait que les hommes charges de-la responsabilit6 su-
preme du bien-Stre de tous ces pays soient arrives &
connatire mutuellement leurs caractfres ei leurs con-
ceptiorts. Les neuf hommes d'Etat qui se s6parent main-
tenant apres avoir sieg6 ensemble comme des amis au
course de ces conversations capitals emporteront chez
eux un sentiment d'intimitf et d'entente confiante sus-
ceptible d'influer sur I'avenir encore plus puissamment
que les accords concrets qu'ils ont conclus.
(< The Times >, 23 octobre 1948). 4.243


La conference du Commonwealth a aussi apporte
cette certitude reconfortante a qu'il n'existe pas de pro-
blames insolubles pour les hommes de bonne volonted .
De plus:
Pour appr6cier pleinement la signification de cette
conference qui s'est poursuivie de I'aveu de tous,
dans Il'atmosphere la plus amicale il est bon de se
rappeler qu'il y avait a Londres des repr6sentants d'un
quart du monde tent en population qu'en superficie. Ils
repr6sentaient aussi un group d'Etats qui avaient pro-
gress6 sans heurts et plus que tous autres vers les liber-
t6s d6mocratiques.
(< New-York Times Weekly >>, 24 ocfobre 1948). 4.252

Mais au milieu de ce concert favorable, une note
discordante s'est 6levie: M. Churchill a demanded si
l'on allait laisser le Commonwealth s'dvaporer ), si les
liens entire les vieux Dominions a vont 'tre encore reld-
ch"s pour que l'on puisse conserver au sein du group
les peuples partisans de la Ripublique a. M. Attlee
n'a-t-il pas fait a des digressions n pour eoiter d'em-
ployer le mot a dominion ) ?
Les Premiers #inistres n'ont pas fait allusion dans
leur communique aux questions constitutionnelles car
i1s voulaient qu'elles fussent examines plus a fond et ils
d6siraient tout sp6cialement que la proposition de I'Eire
tendant a rompre le dernier lien Iunissant a la Cou-
ronne soit 6tudi6e par des experts juristes. Deux ques-
tions directes se posent imm6diatement. L'Eire peut-elle
rester au sein du Commonwealth, mame en devenant
une R6publique sans aucune restriction ? Peut-elle, tout
en devenant un pays stranger, b6n6ficier d'une sympa-
thie 6vidente et conserve tous les avantages commer-
ciaux et politiques de I'association comme si elle 6tait
toujours associ6e ?
M. Churchill a fait remarquer que les reponses a ces


questions ne concernaient pas uniquement l'Eire et le
Royaume-Uni.
Rien n'encouragerait davantage le Dr Malan a rom-
pre les liens existent entire I'Afrique du Sud et la
Grande-Bretagne que de laisser entendre clairement
qu'aucun inconvenient pratique ne resulterait de la des-
truction 6ventuelle de toute forme d'association symbo-
lique. Les r6ponses affecteraient 6galement et peut-
Stre plus directement encore, Il'attitude de I'lnde, d'au-
tant plus que les leaders indiens semblent maintenant
sincerement d6sireux de conserver une association so-
lide et de rechercher s6rieusement un compromise sur
la question constitutionnelle.
II ne faut cependant pas oublier que le Common-
wealth s'est renforce a measure que association deve-
nait plus libre et plus souple. En outre, les change-
ments d'appellation sont dds a l'initiative de 'un ou
I'autre des Gouvernements des Dominions et ils met-
tent l'accent sur la maturity acquise par ceux-ci.
Cependant ( les titres et les symbols ont leur signi-
fication ,).
La Couronne n'en est que plus nettement le lien vi-
sible unissant des individus qui sont tout d'abord ci-
toyens de leur propre Dominion et en second lieu seu-
lement < citoyens du Commonwealth >. Toute tentative
visant a r6duire le statut de la Couronne amenerait fa-
talement les Etats-Unis et d'autres nations a demander
avec plus d'insistance la raison pour laquelle des nations
unies par des liens visiblement laches jouiraient de pr6-
ferences commercials consenties mutueliement. D'une
bien plus grande importance serait I'effet produit parmi
les peuples eux-memes qui trouvent dans la famille
royale, en dehors et au-dela de la profonde affection
personnelle qu'on lui porte, la raison d'exprimer des
liens et des loyalismes communs qui resteraient autre-
ment inexprim6s. Le Commonwealth continuera certai-
nement a changer et & 6voluer. II y aura sans aucun
doute une place pour des regimes r6publicains 6troite-
ment associ6s aux autres membres, mais les difficulties
ne peuvent pas 6tre dissimul6es. De nouvelles formules
seront encore proposes, mais les liens eprouv6s entire
les anciens membres qui sont le noyau de I'association
ne devraient pour rien au- monde etre affaiblis.
(<< The Times >, 29 octobre 1948). 4.245


Il est certain, note le Daily Telegraph dans le meme
ordre d'idees, que a les vieilles conceptions doivent
s'adapter aux circonstances nouvelles ).
...Mais il est des conceptions qui ne peuvent etre
changes sans cr6er une forme d'association entiere-
ment nouvelle et sans risquer de dissoudre toute forme
effective d'association. Par example, aucun membre ne
peut tout prendre et ne rien donner; on ne peut pas
non plus admettre que la fibre devise << Civis britan-
nicus sum > prenne I'apparence d'une excuse. La con-
ception, qui semble inspire le Gouvernement et selon
laquelle I'Empire, ou le Commonwealth, n'aurait nulle-
ment besoin de diff6rer d'une association que.conque
d'Etats liis par des traits, a de nombreux points fai-
bles. Elle ne donne pas satisfaction et n'est pas appli-







cable a d'irportantes fractions de I'Empire. Elle dB-
truit et laisse perdre un caractere essential de I'Empire
ou du Commonwealth qui existait il y a trois ans. Elle
ne peut pas engendrer le prestige et la cohesion qui
ont donn6 a I'Empire une telle influence dans les af-
faires mondiales...
(< The Daily Telegraph >, 29 octobre 1948). 4.247

Si l'on examine les racines dans lesquelles le nouvel
esprit du Commonwealth pulse ses forces, on constate
dans quelld measure decisive le systeme 6ducatif anglais
a influence ia pensee des dirigeants de la politique du
Commonwealth d'aujourd'hui.
...Nehru est ancien 6leve de Harrow et de Trinity
College, A Cambridge, et le Premier Ministre du Pakis-
tan, Liaquat Ali Khan, a 6ft 6Ive d'Exeter College, a
Oxford, Cripps a 'Winchester etf I'University College
de Londres et le Ministre des Affaires du Common-
wealth, No -Baker, a Botham et au King's College de
Cambridge. C'est la grande tradition de lib6ralisme
des Universif6s anglaises du d6but du siecle qui a d6-
termin Ile sens international de ces hommes...
Nehru est de loin le plus representatif de ces hommes.
...C'est ur intellectuel et, pourtant, il excelle a tous
les jeux de a politique ; iil est tremp6 parades ann6es
de Iutte pour 'la liberty, tot.alement sans illusions et ce-
pendant capable d'enthousiasme. II est mince, de taille
moyenne, ses movements sont 16gers, vifs et souples,
il s'interrompt souvent dans la conversation pour avoir
le temps de r6fl6chir a une r6ponse avant de la formu-
ler, puis ass.ne soudainement une r6ponse portant 'la
marque d'un esprit aigu. Nehru agit en homme compl]-
tement apa;s6 int6rieurement; 11 semble rtre exempt
de tous res.sentiments a I'6gard des ennemis d'aujour-
d'hui ou de I'adversaire d'hier. Personne ne croirait, a
le voir discuier calmement et gaiement avec des An-
glais, qu'il a t6f a neuf reprises jet+ en prison par ceux-
ci et qu'il a passe plus de dix ans sous les verrous pour
ses convictions politiques. Cela est oubli6. C'est pres-
que avec tristesse qu'il parle de quelques-uns de ses
compatriots qui, au course des dix-huit mois qui se sont
6coul6s depuis la liberation de I'lnde, n'ont pas encore
pu dominer leur haine centre I'Angleterre...
Tout different est Liaquat Ali Khan, Premier Mi-
nistre du Pakistan, secretaire du Parti de la Ligue mu-
sulmane so;'s Jianah, puis Ministre des Finances et
maintenant, chef du Gouvernement.
...Celui-ci est d'une amabi.lit plus 6tendue mais plus
superficielle et son exterieur est encore plus europ6en.
Mais il parole d'une mission a r6aliser, c'est-a-dire de la
mission du Commonwealth : d6mocratie et paix, ordre
et progres. Le probleme d6licat de la Couronne est
tourn6 d'une maniere 616gante. << Nous avons tellement
de soucis clue nous ne pouvons pas nous en occuper
maintenant >. Mais, en meme temps, on insisted sur le
r6le important que devrait jouer le Commonwealth,
m6me sous soa orme modifi6e. Un journalist anglais es-
saie d'amener I'astucieux Indien a prendre position sur
la question du maintien sans changement du Common-
wealth << britannique > et Ali Khan s'6vade avec des


6chappatoires courtojses et souriantes. L'Anglais pour-
suit ses questions importantes et demand si le Pakistan
ne veut pas continue a Stre membre du Common-
wealth << britannique> ; sur ce, intervient le Ministre
des Affaires .Etrangeres du Pakistan, Zafrullats Khan,
beaucoup plus tranchant et direct : < mais le mot < bri-
tannique >, dit-il, ne convient plus du tout au Com-
monwealth, il ne correspond plus & la r6alit >. Ce-
pendant Liaquat Ali Khan et Zafrullah Khan se hatent
de pr6ciser en m6me temps qu'ils prendront part sans
reserve pour le Commonwealth et qu'ils veulent rester
dans son sein...
A Ceylan, c'est le Premier Ministre et Ministre des
Affairs Etrangeres Senanayake qui tient les leviers de
command. C'est un Cinghalais corpulent a peau brune,
aux sourcils broussailleux et au regard pergant.
...Aucun problme de polifique 6ftrangere ne se pose
pbur lui actuellement, mais les tches d'ordre int6rieur
et la direction de son people loccupent amplement. La
forSt vierge dolt 6tre defrichee et la terre r6partie
entire ceux qui sont prets a cultiver le terrain arrache
de haute lutte a la nature.. Personne n'est d6poss6d6,
car le jeune Etat a besoin de bons citoyens et de bons
contribuables. Senanayake a blanchi dans la lutte pour
I'ind6pendance de I'ile ; ii agit comme un vieux paysan
au dehors rugueux avec un fond d'experience gen6rale
et des traits de veritable sagesse. Les problames sont
vite et nettement poses, on vise toujours a I'imm6diat,
qu'il s'agisse de la production du caoutchouc et du the,
de la minority indienne ou des communists. Des com-
munistes, i, y en a en effect & Ceylan trois groups, deux
trotzkystes et un orthodox. Senanayake ne les prend
pas trop au s6rieux. Mais le nationalist pond6r6 n'a
aucune envie de courir dies risques en menant une poli-
tique 6trangBre trop audacieuse. II rest dans le Com-
monwealth contre lequel il n'a plus maintenant aucune
reclamation & 'formuler...
Pour finir, mentionnons ces hommes du Common-
wealth qui ne sont plus depuis longtemps en Europe:
Le Ministre des Affaires Etrang&res australien Ewatt,
le Premier Ministre n6o-z6landais Fraser. Le premier est
le plus acharn6 thboricien et le plus fougueux d6fenseur
de la souverainete des Dominions ; le second est un ami
6prouv6 de la m6tropole anglaise, exp6riment6, pon-
der6, prudent.
II reste enfin a mentionner Eric Louw, Ministre de
I'Economie d'Afrique du Sud, et repr6sentant du
Dr Malan, un petit homme tout en nerfs qui se livre a
la politique depuis des ann6es, a port et recu des
coups s6veres, a tenu des propos malveillants a I'6gard
des N6gres et des Juifs mais qui se defend opiniStre-
ment, maintenance qu'on 'l'accuse, lui et son parti, de
fanatisme racial...
(<< Neue Zurcher Zeitung >, 4 novembre 1948). 4.265

B. L'ASIE SUD-ORIENTALE ET LE COMMUNISM

Dans une etude consacree a la democratic dans le
Sud-Est de l'Asie, Virginia Thompson note d'abord
que les gouvernements nationaux ne pouvaient arriver


/ 49







au pouvoir a un moment moins propice que l'ipoque
actuelle, puisqu'ils doivent faire face a des economies
ruinees par la guerre. Mais il existe un handicap plus
sbrieux encore...
...C'est la psychologie qui a ses racines dens ia tradi-
tion asiatique d'autoritarisme et qui s'est d6velopp6e
au course de la lutte pour le pouvoir parmi les indigenes
des hautes classes. Ceux-ci sont si pr6occup6s de ma-
nceuvrer a I'6chelon national ou international qu'ils ont
tendance a consid6rer les masses comme le moyen d'at-
teindre leur oblectif et a remettre a un avenir Bloign6
les plans paternalistes en vue de leur bien-6tre.
L'homme de la rizire ne compete aujourd'hui presque
exclusivement qu'en tant que maf6rel human pour les
armies engages dans la luffe d'ind6pendance, pour
,la colonisation des regions insuffisamment peupl6es,
pour le travail d'usine dans les nouvelles industries ou
encore en tant qu'61ecteur dbnt .la seule utility reside
pour le moment dans I'appui passif qu'l peut donner a
I'un ou 6 I'autre des groups au pouvoir.
Le changement social et 6conomique qui s'est pro-
duit aprss *la guerre en Asie-Sud-Orientale n'a pas am6-
lior6 mat6riellement la condition des masses...
Les changements politiques auraient affected surtout
le statut des couches superieures de la society locale et
les souverains auraient acquis un nouveau pouvoir.
...Ayant longtemps surv6cu a titre uniquement de fa-
gades pour I'administration des conseillers > coloniaux,
ils jouent maintenant un r6le beaucoup plus important
dans I'6volution politique de la region. L'ex-Empereur
d'Annam, Bao DaT, est une personnalitf de premier plan
en Indochine, tout comme le Sultan de Djokja la
principaut6 javanaise la plus important en Indon6-
sie. L'un et I'autre sont personnellement des d6mocrates
et ils ont occupy des postes officials dans les regimes
r6publicains qui se son partiellement substitu6s a I'ad-
ministration frangaise et hollandaise. Ils n'ont montr6
aucun d6sir d'un retour au regime imperial, mais le
loyalisme que suscite encore parmi les masses tradition-
nalistes leur haute naissance faith que la direction de
leur influence est importance aussi bien pour les Natio-
nalistes que pour les anciennes puissances imp6riales.
A un degr6 moindre ceci s'applique 6galement aux
Sultans de plus faible envergure des iles ext6rieures
d'lndon6sie et a ceux de Malaisie. Mame au Siam,
l'imputatioi de la responsabilit6 de la mort du Roi
Ananda a 6t6 le principal facteur de la chute d'un
Gouvernement qui avait paru jusque-dA in6branlable.
La chance des puissances imperiales?
...Si les puissances imp6riales peuvent se concilier les
Souverains h6r6ditaires et les classes poss6dantes en leur
donnant beaucoup plus de pouvoir que pr&6cdemment
et si elles peuven- empecher une alliance entire ,les in-
tellectuels r6volutionnaires et les masses, elles auront
une chance de succes...
Les intellectuals revolutionnaires ont, en effet, trop
ndgligi la masse.
...L'impossibilit6 dans laquelle ont 6t6 jusqu'a present
les intellectuals revolutionnaires d'6tablir une entente
ferme et durable avec les masses est une menace a


l'existence m6me des movements d'ind6pendance lo-
caux. De nombreux leaders nationalists d6sirent appa-
remment maintenir la docilit6 des masses il se peut
toutefois qu'ils rencontrent une certain resistance dans
ie leger accroissement de la conscience politique cons6-
cutif' la guerre du Pacifique et aux luttes ult6rieures
pour I'ind6pendance...
Cette negligence a l'6gard de la masse est doe prin-
cipalement au faith que les Nationalistes locaux sont
absorbs par la r6alisation de I'ind6pendance politique
et 6conomique a l'6gard de il'Occident et en mame
temps par .ie souci de maintenir intact leur propre h6ri-
tage asiatique...
...Ce n'est que 18 oi des elections nationals ont eu
lieu en Birmanie, au Siam et au Viet-Nam qu'il a
6t6 essay d'6tablir un contact avec les masses et, dans
ce cas, les rapports ont 6f6 ceux des leaders avec leurs
partisans plutf6 que ceux d'un people souverain avec
les hommes repr6sentants sa volont6 et ses int6rets...
Les am6liorations apportees au sort du people sont
plus apparentes que r6elles.
...On a eu I'air de faire des concessions aux id6aux
d6mocratiques et des engagements ont 6t6 pris libre-
ment en vue d'am6liorer les services indispensable a la
formation de. toute nation, tels que I'instruction pu-
blique, I'agriculture et I'hygiene. Mais aucun des Gou-
vernements locaux, pas plus les Gouvernements natio-
naux que les coloniaux, n'a faith grand chose pour am6-
liorer maf6riellement les standards de vie du paysan,
du fermier exploitant, du p6cheur ou de I'ouvrier
d'usine, standards qui 6taient assez bas avant la guerre
et le sont encore plus maintenant...
Le manque d'instruction se faith encore lourdement
sentir.
...Dans ces pays acfivement engages dans des luttes
pour I'ind6pendance, les Gouvernements ont essay
vailiamment de combattre I'analphabetisme, mais ces
efforts sont li6s a I'inculcation d'une doctrine politique.
On enseigne le < civisme > aux illettr6s vietnamiens en
mame temps que la lecture et I'6criture; les ouvriers
d'usine indon6siens apprennent des slogans nationa-
listes en m6me temps que I'alphabet. Dans toute la r6-
gion la main-d'ceuvre ouvriere organis6e est utilis6e
come un instrument pour conqu6rir ou conserver le
pouvoir politique en face des anciens maitres imp6riaux
ou d'une faction locale rivale...
L'auteur note cependant certain progras...
...L'Asie sud-orientale est encore 6conomiquement
une region exc6dentaire. Ses populations, bien qu'ap-
pauvries, n'ont pas encore apparemment assez de ma-
lice pour se soulever et exercer un pouvoir don't elles
ne comprennent pas encore toute la port6e. Les inten-
tions des leaders nationaux sont g6n6ralement bonnes
quoique vagues. Ceux-ci repr6sentent dans I'ensemble
une am6lioration considerable par rapport a la g6n6-
ration pr6c6dente de politicians locaux qui pensaient
principalement a satisfaire leurs ambitions personnelles
de pouvoir et de richesse...
et privoit que de nombreuses anndes s'6couleront avant
qu'un rdsultat certain soit atteint.








...Aucun effort sincere n'a encore 6tf accompli .par
aucun gouvernement pour enseigner A sa population &
avoir une pens6e politique propre. Les masses doivent
encore 6tre dirig6es ; cependant elles ne doivent plus
I'etre par des gouvernants strangers, mais par leurs
compatriotes conscients de savoir ce qui leur convient
le mieux. Feut-6tre les soldats qui se battent actuelle-
ment contre des factions ou pour I'ind6pendance revien-
drqnt-ils avec de nouvelles id6es susceptibles de chan-
ger les villages don't ils sont originaires ? Mais pendant
des ann6es encore la grande masse de la population de
I'Asie-Sud-Orientale est appel6e a n'6tre guere plus
qu'un facteur n6gatif dans I'6volution politique, social
et 6conomique de cette region.
I<< Far Eastern Survey >, 20 octobre 1948). 4.253

Les recent succes communists en Chine n'etaient
pas encore connus que leurs consequences etaient envi-
sagees.
...Le triomphe des communistes chinois en Mandchou-
rie, un pays plus grand que la France et I'Allemagne
r6unies, immens6ment riche par son agriculture, ses mi-
nerais, son bois et flanqu6 de trois c6tBs par le terri-
toire russe, est tres certainement un 6v6nement histo-
rique de I plus grande importance. Peu de personnel
mettent er doute que la Chine du Nord tout entirre'
jusqu'au Yan Ts6, o0 les communists detiennent d6ja
de si nombreux points stratfgiques, ne soit prochaine-
ment aux mains de ceux-ci, cr6ant ainsi dans ale cceur de
I'Extr6me-)rient un Etat Communiste de plus de
200.000.000 d'8mes. Les consequences 6ventuelles pour
tous les Gouvernements asiatiques, de la Cor6e d6ja
a moiti6 communist sous la protection russe jusqu''
I'lnde, son- extramement s6rieuses...
Le gouvernement du Kuomintang est lourdement res-
ponsable des revers subis.
II semble incroyable que le Gouvernement Chinois,
disposant du grand advantage initial d'armes et d'avions
am6ricains et de troupes entrainmes par les Am6ricains
et aguerries par les combats en Birmanie, ait pu faire
un tel g&chis. La Russie ne seimble pas avoir fourni d'ar-
mes aux Communistes. II ilui a suffi de faciliter leur en-
tree en Mandchourie ce qu'elle fit sans aucun doute
-- et de les y laisser s'emparer des armes abandonn6es
par le Japon. Le reste pouvait 6tre laiss6 a l'ineptie
du Gouvernement du Kuomintang. La Mandchourie, en
raalit6, a t6f perdue dans une grande measure avant
que la guerre ne commence par les agents du Kuomin-
tang qui envahirent le pays et qui, par leur mauvais
gouvernenent et leurs d6pr6dations, pr6cipit6rent la
population dans les bras des Communistes. En outre,
il est abordamment prouv6 que I'organisation de toute
la campacne nationalist a 6t6 molle et incoh6rente
tandis que celle des Communistes 6tait intelligence et
brillamment conque...
.En Indochine, les Francais ne seraient pas non plus
sans reproches.
...En Indochine, il est peu probable que les Commu-
nistes con-r6leraient comme ils le font maintenant un
movement essentiellement nationalist a J'origine si 'les


Frangais. avaient adopt une attitude plus pr6voyante
et plus lib6rale a l'6gard de la R6publique du Viet-Nam
qu'ils ont reconnu officiellement en mars 1946...
II conviendrait peut-etre de ne pas fonder trap d'es-
poirs sur une intervention amiricaine.
...Mais on ne sait pas encore jusqu'a quel point
I'Ambrique est dispose a. aider le Gouvernement de
Nankin et il semble peu probable qu'elle aide ceux qui
sont visiblement incapables de s'aider eux-memes...
Le danger le plus insidieux serait la nouvelle tactique
communist.
...I existe pour Nankin un danger encore plus insi-
dieux, don't les autres pays peuvent prendre bonne
note, c'est la nouvelle tactique communist de passer
la main dans le dos de la bourgeoisie. Toutes les allocu-
tions radiodiffus~es r6centes de Mao Tse Tung r6petent
avec insistence que les boutiquiers, les marchands et
m6me les capitalistes doivent etre tal6r6s, qu'ils ne se-
ront ni pills ni tu6s et que la cooperation de routes les
classes est essentielle pour le bien du nouvel Etat.
II n'est pas douteux que cette attitude est principale-
ment tactique. Les Communistes ont un besoin urgent
de savants, de technicians, de materiel et d'argent pour
mettre en vaileur les richesses de leurs territoires. Mais
la tactique mise a part, blen que le marxisme-l6ninisme
rest le dogme dominant, cette politique tend a con-
firmer I'opinion de routes les personnel qui connaissent
la Chine, a savoir que, sous la pression de la foi chi-
noise traditionnelle dans la famille et dans les droits
individuals, le Communisme chinois est susceptible de
devenir a ia longue tr6s different du module russe. Mais
I'on redoute qu'une longue p6riode trouble ne doive
t6re v6cue auparavant.
(< The Observer >, 7 novembre 1948). 4.254

Les evonements de Chine ont des repercussions qui
ddpassent largement le thdMtre des operations.
Le choc des coups communists en Chine est ressenti
dans tous les pays de I'Asie Sud-Orientale. Ces coups
sont ports 6I ou le terrain a d6ja 6t6 pr6par6. La plu-
part des pays riches subissent des soul6vements com-
munistes ; la plupart d'entre eux contiennent d'impor-
tantes minoritfs chinoises et les Communistes faisant
parties de ces groupements chinois s'inspirent th6orique-
ment et pratiquement de Mao Tse Tung, le leader com-
muniste chinois. Les communists non chinois eux-m6mes
suivent ses enseignements, croyant pouvoir essayer
d'appliquer dans leurs propres pays ce qu'il est en train
d'accomplir en Chine. Dans toute cette vaste region les
autorit6s sont en face d'un danger unique. Les explo-
sions n'ont pas eu routes la m6me gravity ; mais partout
la tactique a 6t6 identique, visant au chaos 6conomique
et a la confusion politique pour saper I'autoritf orga-
nis6e et preparer la voie, si possible, a des regimes
communistes...
Un danger common devrait susciter une reaction com-
mune.
...En coillationnant les experiences acquises dans des
regions diff6rentes, la Conf6rence des repr6sentants di-








plomatiques et des gouverneurs coloniaux britanniques,
qui vient just de prendre fin en Malaisie, a donn6 un
example qui pourrait utilement rtre suivi sur une plus
grande 6chelle. II n'est pas necessaire que la prochaine
conference soit uniquement britannique. Une reunion
avec des repr6sentants franaais et hollandals d'Indo-
chine et d'lndon6sie permettrait un partage profitable
des lemons acquises et un examen des measures politi-


ques et economiques necessaires pour apporler unc so-
lution constructive a l'ensemble du probleme. Le dan-
ger evident, c'est que les victoires des communists
chinois ne redonnent du courage aux communists
d'Asie Sud-Orientale a un moment ou, dans I'ensemble,
i:ls perdraient I'initiative et oC ils 6taient affaiblis par les
contre-mesures gouvernementales...
(< The Times >, 23 novembre 1948). 4.290


II. EMPIRE BRITANNIQUE


A. MALAISIE

II est assez facile, lit-on dans Spectator de rendre les
communists responsables des troubles actuels. II y a
depuis longtemps des communists en Malaisie et il au-
rait t1e prudent d'dviter de creer delibe'rment les con-
ditions favorables a leur ipanouissement.
Nous sommes revenues en 1945 dans un pays d'ob
nous avions 6t6 ignominieusement chassis et qui n'avait
connu que la confusion et la misere pendant trois ans
et demi. 11 fallait, par dessus tout, une direction et une
poigne solid. Nous n'avons apport6 ni I'une ni I'autre,
et avons ignore les conseils de ceux qui pouvaient en
donner. Nous avons n6glig6 de r6cup6rer les armes que
les allies avaient fait passer en contrebande dans le
pays pendant la guerre bien que nous ayons su o0 les
trouver. Nous avons rendu la liberty a trop de mnau-
vaises tates. Nous avons d6cid6 d'infroduire un syndica-
'lisme auquel le pays n'6tait pas prepare et nous avons
lalss6 passer les leviers de commander des syndicate dans
les mains qui ne convenient pas. Au debut de cette
annee 60 % des syndicate etaient domin6s par les
commu-nistes.
Str Edward Gent, ex Haut-Commissaire en Malai-
sie, s'est lance d'accord avec le Colonial Office dans
d'audacieuses riformes sociales avant que le pays ait
commence a se remettre des secousses de la guerre.
Les tentatives visant a faire comprendre au Colonial
Office que 'les 6v6nenments avaient radicalement modi-
fi ses vues peuvent avoir contribu6 a la confusion ad-
ministrative en Malaisie, sahs toutefois, arriver a dissi-
per en Angleterre la complaisance du Gouvernement
ni I'optimisme exag6r6.
Si un doute subsiste pour savoir qui doit etre bldam
pour les fautes commises, il est certain que les planters
malais sont les principals victims.
Plus de la moiti6 d'entre eux ont 6t6 prisonniers de
guerre, et beaucoup d'entre eux ne retrouveront jamais
leur jeunesse. lIs avaient d6ja eu assez de difficulties a
refaire leurs propres vies et a restaurer leurs plantations
en p6riode de p6nurie, de hauts prix et de d6sordres
ouvriers. S'ils avaient c6d6 ef s'6taient soumis au ban-
ditisme, la Malaisie aurait sombr6 dans le chaos avec
des milliers de travailleurs errant sans chefs et sans pro-
tection a travers le pays. Mais les planteurs n'ont pas
c6d6. Hls restkrent riv6s a leurs postes, ces posters qui se
sent r6v6l6s si peu confortables.


Heureusement, la vague de terrorism commence
maintenant a reculer decant les efforts combines de l'ar-
mee, de la police et des planters eux-memes.
...II se passera, n6anmoins, de nombreux mois avant
qu'ils ne puissent dormir paisiblement dons leurs lits.
La champagne entreprise a d6ja coot6 environ 250 vies
humaines et 3 millions de livres. Elle coitera beaucoup
plus avant d'etre terminee. Pourquoi, demandent de
nombreux Malais, devrions-nous fire les freis d'une
champagne qui aurait 6t6 inutile si on avait 6cout6 nos
avis ? Pourquoi la Grande-Bretagne est-elle dbcid6e a
payer pour les troupes qui doivent supprimer le com-
munisme en Grece alors qu'elle s'y refuse lorsque ces
troupes son't appel6es a rendre le mame office en Ma-
laisie ? Pourquoi la contribution de la Grande-Bretagne
a la reparation des dommages de guerre en Malaisie,
don't la loyaute a I'6gard de la Couronne subsisted, est-
elle inf6rieure a cell accord6e a la Birmanie qui cher-
che maintenant ses directives au Kremlin ?...
Mais les probtlmes de l'atenir sont totot aussi ardus
et certain pensent que Id Malaisie pourrait decenir une
second Palestine car un sentiment de malaise s'accroUt
entire Chinois et Malais.
...Presque tous les bandits sont Chinois et on n'en
trouve aucun dans les forces de la loi et de I'ordre. De
plus, les economies, les sentiments et les cendres de
trop nombreux Chinois continuent a trouver le chemin
du retour vers une Chine 6trangbre.
Trop d'inspirations et de directives proviennent en
Mafaisie de cette m6me source chaotique et dominbe
par le communism.
Les Chinois actuellement surpassent en nombre les
Malais et les submergeront in6vitablement un jour.
Singapour et Penang sont des villes chinoises...
Or on ne rdpond qu'a moiti a la question en affir-
mant que le pays doit rester malais sous pretexte qu il
l'est depuis 4.000 ans.
...L'actuelle F6dBration Malaise est aussi inaccep-
table pour les Chinois que ne l'ftait pour les Malais
I'infortun6e Union Malaise. Le jour est proche oi il fau-
dra reconsid6rer dans son ensemble la constitution de
la p6ninsule.
Ira situation qui fait que la Colonie de la Couronne
de Singapour et la F6d6ration de la Malaisie fonction-
nent c6te a c6te come deux entit6s s6par6es, appa-
raet au visiteur comme d6sordonn6e, extravagant et
irr6elle...








Ainsi la position britannique en Malaisie apparait
assez difficile.
M. Malcolm Mac Donald a faith preuve de tact, d'ha-
bilet6 et de courage dans son r6le difficile et mal d6-
fini. II aura besoin de routes ces qualitfs et de davan-
tage encore si il est appel6 a rendre a nouveau a la
Mvalaisie la paix et le bonheur don't elle a d6je b6n6-
fici6.
(( The Spectator >, 12 novembre 1948). 4.268


On a beaucoup parle a Londres du rapport que
M. Awbre:q, depute de Bristol et M. Dalley, de I'As-
sociation des Employds de chemins de fer, ont ridige
a la suite de 1'etude sur le syndicalisme qn Malaisie
qu'ils sont allis fire a la demand de M. Creech
Jones.
Leur rapport montre que !es pr6paratifs des commu-
nistes comrencerent en 1942 pendant I'occupation ja-
ponaise. Des jeunes gens ayant gagn6 la jungle dens le
d6sir sincere de combattre lies Japonais << se trouv6rent
dens une v5ritab!e forcerie communist >. Totalement
ignorants come ils l'6taient de 'la situation mondiale,
ils recurent pendant trois ans une instruction commu-
niste intense e dans le but avou6 de preparer une R6pu-
blique communist de Malaisie.
AprBs la guerre, << des syndicats qualifies de cel-
lules > fure'lt constitu6s dans toutes les categories de
fravailileurs, << depuis les mineurs et les travailleurs de
caoutchouc jusqu'aux entraTneuses de cabaret >. Ces
syndicats 6-aient contr616s par la F6d6ration Pan-Ma-
laise des Syndicats et par ila F6dration des Syndicats
de Singapcur. Ces F6d6rations (actuellement dissoutes)
< n'invoquent 'pas le communism, mais !eurs m6thodes
sont cells des communists du monde enter >. Elles
avaient des fonds, arrach6s aux travailleurs, et des con-
facts avec les communisfes de Chine, d'Australie, de
I'lnde et d'ailleurs, L'intimidation qu'elles ppratiqurent
se fit sentir dans routes les nombreuses groves qui eu-
rent lieu en 1946 et 1947...
Pour MM. Awbrey et Dalley, ( la deportation est
le seul moien de faire 6chec aux terrorists ). II est re-
connu en Malaisie que le syndicalisme doit etre guide,
aidd et encourage ou alors ( qu'il sera un champ ouvert
au coiomunisme )).
...Le rapport comporte une pr6cieuse listed de recom-
mandations constructive : la simplification de I'arbi-
traqe, la formation d'organismes repr6sentatifs come
les Conseils Whitley et l'admission de dirigeants syndi-
calistes dars les Conseils l6gislatifs et autres organismes
publics.
Mais la conclusion inevitable est que is monde du
travail en Malaisle et a Singapour r6clame une 6duca-
tion considerable si I'on veut que le syndicalisme se d6-
veloppe selon des principles d6mocratiques sains; en
outre, les ravailleurs sont nettement pr6venus que le
fait de recourir a des groves inutiles peut avoir .pour
rbsultat de tuer les industries qui les font vivre.
[( Th6 Obisever ), 21 riOvetmbb 1948). 4.083


Le Daily Worker commence lui aussi le rapport
A wbreyDalley.
Aux 300.000 militants de la F6d6ration is ont d6clar6
estimer que les syndicats malais 6taient << trop jeunes
pour se livrer a des activists politiques >>.
Mais dans leur rapport ils ne font pas 6tat de cet
avis, car quelqu'un pourrait bien rappeler la r6plique
6crasante d'un membre official du Syndicat du Bati-
ment, a savoir qu' << un Syndicat ne saurait 6tre trop
jeune ou trop vieux pour se liver a des activists poli-
tiques, car il est fundamental que I'on ne peut jamais
combattre pour !a vie mat6rielle des travailleurs en la
separant de la politique >.
Et il est evident que les 6v6nements de Malaisie d6-
montrent journellement'la justesse de cefte remarque.
Pour ce journal, aucune preuve n'est fournie a l'ap-
pui d'allegations ( accusant la Fdderation Pan-malaise
des syndicats de ne pas Ctre une FedCration authen-
tique ).
...Mais le gouvernement travailliste de Grande-Bre-
tagne doit soutenir une affirmation tendancieuse, ce
qui explique les syndicate < jaunes > de Malaisie patron-
n6s par le gouvernement.
Ceux-ci acceptent tout ce que le gouvernement dit
ou fait. Ils d6plorent servilement les grves ; ils accep-
tent les restrictions 16gales centre les activists politi-
ques : leur pouvoir, decoule de leur alliance avec le r6-
gime colonial.
Leurs dirigeants sont choisis par le gouvernement ef
pays par celui-ci pour < 6tudier les principles du syndi-
calisme >> en Grande-Bretagne.
Leur saint patron est Ernest Bevin et leurs bones
d'enfant locales sont les conseillers syndicalistes du
gouvernement don't la tache consiste a s'assurer qu'ils
sont r6guliirement abreuv6s de propaganda gouverne-
mentale...
Cependant Awbrey et Dalley ( sont obliges d'ad-
mettre que les conditions de vie sonf intolitables a. Le
rapport precise:
...Le prix official du riz I'aliment de base est
de 30 cents par Kati, environ six fois le prix d'avant-
guerre, selon le rapport. Les rations, qui repr6sentent
le tiers des rations normales, montrent que le Japon,
pays ex-ennemi, ben6ficie d'une ration sup6rieure a
celle de la Malaisie de pres de 3 Katis 2/3 par semaine
et par tate.
Ouant au logement, < appr6ci6 selon les standards
asiatiques >> (on entend par la les standards des sujets
coloniaux), << 'entassement est intense et atteint des
proportions incroyables pour les Occidentaux >.
Dans la zone urbaine de Singapour < 300.000 per-
sonnes sont entass6es sur une superficie de 1.000 acres,
ce qui donne une density atteignant 300 personnel par
acre >>.
Les chiffres du taux de mortality& sont 6aalement ef-
frayants :
<< Nous avons visit un certain nombre de lieux r6si-
dentiels dans la Federafion et 6 Singapour at tout ce
qua house avons vu nous a confirm dans c6tte opinion.
L'ambliorafion est lente et le faux de mortfalte est

53








61ev6. A Singapour, par example, il est centre trois et
quatre fois celui de Londres. Ces morts sont dues pour
1/60 environ a la tuberculose et pour 1/3 & des affec-
tions de poitrine >>...
Apr6s quoi, le rapport admet ( que la Fdderation
Pan-malaise des syndicats, le Parti communist de Ma-
laisie et I'ensemble du Front Uni ne faisaient pas autre
chose que s'attaquer au problem dans ses racines a.
([ Daily Worker >, 23 novembre 1948). 4.291


B. AFRIQUE BRITANNIQUE

De plus en plus, I'Angleterre tourne ses regards vers
l'Afrique. Des projects grandioses sont consacres a I'6la-
boration d'un statute pour cette parties du monde que le
Colonel Penn et sa femme Lucie Street n'hisitent pas
a appeler ( Le continent de demain J dans un outrage
qu'ils viennent de lui consacrer.
Pourquoi pas les Etats-Unis d'Afrique ? Aujourd'hui
en Grande-Bretagne et en Afrique des petits groups
d'hommes qui voient loin r&vent de ce project comme
Cecil Rhodes avait autrefois envisage et project une
route continue reliant le Caire au Cap. Ils considrrent
ce project comme le dernier grand espoir de I'Angle-
terre et de I'Afrique & la fois. Ils l'imaginent comme
ouvrant une nouvelle 6poque pour les peuples des lies
Britanniques et pour ceux de ce grand continent qui
sort maintenant de l'obscurit6 pour apparatfre a la lu-
miere...
...De quoi s'agit-il au just ? Et de quelle fagon ce
reve peut-il prendre une forme tangible ? On trouvera
les r6ponses & ces questions dans le livre < Le Continent
de Demain > ecrit par le Lieutenant-Colonel Peter Penn
et Lucie Street, un des livres les plus objectifs du cru
actuel-lement publi6s sur les questions africaines...
...Voici les quatre tapes successives du plan concer-
nant les Etats-Unis d'Afrique :
I' Les colonies britanniques d'Afrique Centrale e't
Occidentale deviendraient les Dominions d'Afrique
Orientaie et de I'Afrique Occidentale.
2 Formation d'une Federation de I'Est et de I'Ouest
Africain.
3 Unification des Afrique Orientale, Occidentale et
du Sud pour former I'Afrique Britannique Unie.
4 L'Afrique Britannique Unie se r6unirait avec les
autres Etats et peuples africains pour former les Etats-
Unis d'Afrique...
Un tableau impressionnant:
AiguillonnBs a nouveau par I'esprit de C6cil Rhodes
pour insuffler une sant6 nouvelle & un monde d6bilit6
par la guerre, ils imaginent une route du Cap au Caire
sous la forme de vastes systemes de communications
a6riennes, routieres, ferries et fluviales relies ensemble
et projetant des rameaux vers les ports et rades pour
le commerce d'un oc6an a I'autrq. Ils projettent d'im-
menses routes d6finitives a I'abri des inondations tra-
versant et retraversant le continent, de nouveaux a&ro-
ports gigantesques et des systmmes d'irrigation qui per-


mettraient de faire de I'Afrique une Argentine pour
I'6levage intensif du b6tail.
Mais realisable grace aux progres de la technique.
...Selon les auteurs, la tache n'est pas si difficile
qu'elle apparaif tout d'abord. Le Dnieper a 6lectrifi6 la
Russie. Mais le << Continent de remain > possede des
fleuves plus grands, le Nil, le Niger, le Zambese, le
Limpopo, la Riviere Orange, le Congo et les grande
Chutes Victoria.
Une Rhod6sie acharn6e au travail pourrait fournir les
milliers de kilometres de cables de cuivre qui fourni-
raient la lumiere surtout -le continent.
Ces nouveaux Etats-Unis d'Afrique seraient parse-
m6s d'a6rodromes et de nouveaux services d'hydravions
utiliseraient les grands lacs...
Quels deoraient 6tre les animateurs de ce grand
euvre ?
Qui peut r6aliser ce project ? Ni les < opportunistes >,
ni les << anciens administrateurs coloniaux > mais les
meilleurs cerveaux de I'industrie britannique, les hom-
mes qui ont permis la production massive des tanks et
des camions < les Nuffield du temps de paix, les Alexan-
der du temps de guerre, les Churchill, les Beveridge et
Keynes de tous les temps >.
Ils repr6sentent le type d'hommes don't les vues
6galent celles de Cecil Rhodes. ils devraient etre les
architects du << Continent de demain >. Mais les Afri-
cains doivent coop6rer avec eux car les nouveaux Etats-
Unis d'Afrique ne pourront Stre 6difi6s que sur la base
d'une vraie collaboration.
Les moyens financiers a employer et les rdsultats a en
attendre.
Passons maintenant & 'addition. Le gouvernement
consacre maintenant 100 millions de livres au d6velop-
pement coloniall mais il faudrait de plus un emprunt
des Etats-Unis d'Afrique comme il y a eu I'emprunt de
guerre. Les auteurs estiment qu'au course d'une g6n6ra-
tion cet emprunt rapporterait 10 fois les int6rfts de
I'emprunt de guerre.
Les r6sultats ? Les nouveaux Etats-Unis d'Afrique si-
gnifieraient que la Grande-Bretagne pourralt se per-
mettre d'acheter a nouveau en sterling.
La Grande-Bretagne pourrait puiser dans les immen-
ses resources min6rales du continent encore a peine ex-
ploit6es et, dans l'Vventuailit d'une guerre atomique,
ses resources pourraient etre disperses.
(<< Continental Daily Mail >, 14 octobre 1948). 4.186

Sir Miles Thomas reprend le mame theme et doit
dans l'Afrique a un tresor et une armure a a la fois.
...Sa situation strat6gique mise 8 part, qui repr6sente
une ligne de communication vers I'Extrbme-Orient, une
t6te de pont pour les Ambriques et une base de depart
pour les projectiles guides a longue port6e au cas o6 la
M6diterran6e serait condamnBe come elle le serait
sans aucun doute en temps de guerre I'Afrique Cen-
trale possede un potential d'immenses richesses min6-
rales don't I'importance est considerable.








On y trove des minerals de fer, du carbon et du
cuivre, de I'amiante, du chrome et du mica, min6raux
de va.leur don't nous avons un pressant besoin non seu-
lement pou, nos progres 6conomiques mais aussi pour
le type de m6canisation qui constitute le facteur d6ter-
minant dans un conflict moderne.
On y trouve le potential immense de l'6nergie hydro-
6lectrique ea la possibility de fabriquer du combustible
liquid a partir du carbon.
En faith, 'a totality de ce vaste territoire africain
-- don't une grande parties se trouve heureusement a
une haute altitude permettant aux Blancs de vivre avec
un confort raisonnable m6me entire miles tropiques ne
demand seulement qu'a 6tre transformed a la fois en
tr6sor et en armure, & constituer une reserve de dollars
en temps de paix ou une forteresse in6branlable en
temps de guerre...

Nicessitd de procider d'abord a un inventaire.
...On d6cele de6j des signes de grande activity mais
j'insiste sur I'urgence de dresser un inventaire plus large
des possibilities imp6riales. On fait trop de choses frag-
mentairemeit. Trop de choses sont d6chiquet6es par
les frontiores qui s6parent une colonie d'une autre.
Nous n'aurons jamais de marches volumineux, nous
n'atteindrons jamais 'la quantity si nous ne faisons pas
un inventaire homog6ne et uniform de ces vastes ter-
ritoires...
(< East Africa and Rhodesia >>, 21 octobre 1948). 4.228


Ces vues sont partagees par certain Dominions. Sir
Earle Page expose a cet regard une opinion australienne.
...L'importance de communications am6lior6es entire
I'Afrique ef I'Australie resort d'un coup d'oeil jet6 a la
carte. II existed un immense march en puissance dans
I'Afrique Centrale et Orientale situ6e plusieurs milliers
de miles plus pr6s des ports et des usines australiennes
que de Londres ou de New-York. Cependant, ces re-
gions sont plus proches, au point de vue temps de navi-
gation, de nombreux ports australiens que Freenmantle
ne l'est de certain ports du Queensland tels que Towns-
ville et Cairns.
Les ressoirces combines de I'Australie et de I'Afri-
que Britannique en gros 6.000.000 de miles carr6s
repr6sentent un potential 6gal aux resources natu-
relIes des Eiats-Unis d'Amerique.
Leur dAveloppement coordonn6 avec 'appui de la
Finance et de I'aide britanniques, restaurerait le pres-
tige et la puissance du Commonwealth et modifierait
I'axe commercial et d6fensif du globe...
Les diff6'ents niveaux du progr6s industrial actual en
Australie et en Afrique au point de vue industrial
nous avons peut-trae 25 ans d'vance sur I'Afrique -
et le faith physique que le point le plus 61ev6 du plateau
central africain est pr6s de I'6quateur alors que le point
le plus l6ev6 de notre principal plateau se trouve en
zone tempir6e, font que les possibilities d'6changes r6-
ciproques inmmdiats sont tr+s importantes.


Des problames similaires se posent aux deux pays.
...Les am6nagements & apporter aux rivirres Cla-
rerice, Snowy et Burdekin en Australie r6clament les
memes qualit6s d'imagination, de provision, de t6nacit6
et d'audace que celles qui ont 6t6 d6ploy6es pour am6-
nager le Nil, le Zamlbze, le Congo et il'Orange en
Afrique. Les deux pays exigent I'6change maximum
d'exp6rience et d'habilet6 entire leurs ing6nieurs et la
mise en commun des r6sultats de leurs recherches, ainsi
que leur cooperation dans I'6laboration des projects de
migrations pour que leurs resources puissent 6tre plei-
nement mises en valeur...
Les attaches avec l'Australie.
...L'Australie a beaucoup a gagner en security dB-
fense et affaires en 6tablissant des relations plus 6troites
avec I'Afrique.
La croissance de la communaut6 britannique dans
I'Afrique Orientale, Centrale et M6ridionale jusqu'a
atteindre a peu pres le chiffre de la population austra-
lienne et des relations suivies avec I'Afrique en matirre
de defense, sont aussi important pour nous en tant que
Nation que ne pourrait I'6tre n'importe quel progress
int6rieur.
Une tele pouss&e ouvrirait les voices a des changes
ou nous trouverions les 6normes facilities de la proximity6
de l'Afrique et I'occasion de fabriquer des marchan-
dises d'un type qui plait aux Africains.
L'Australie devrait prendre I'initiative de promou-
voir des relations plus 6troites sur trois plans diff6rents
- par I'interm6diaire du gouvernement, du parlement
et par I'opinion publique tout entire. Nous devrions
prendre soin de choisir les meilleurs de nos hommes
pour repr6senter notre pays en Afrique. Les relations
gouvernementales sur lie plan superieur exige de nos re-
presentants les plus grande capacit6s et ile plus grand
savoir. Des nominations de ce genre sont probablement
plus importantes que n'importe quelle nomination simi-
laire en de'hors de I'Empire a I'exception peut-6tre des
Etats-Unis d'Am6rique...
Les habitants de l'Afrique et de I'Australie auraient
interest se mieux connaitre.
...Nous devrions au moyen de la radio encourager
les habitants de I'Australie et de lI'Afrique a se rendre
visit et a se connaftre mieux qu'ils ne le font. Un
change de films documentaires pourrait ais6ment Stre
mis sur pied avec les gouvernements africains que j'ai
trouv6 d6sireux de collaborer en la matitre.
On pourrait 6galement pour notre b6n6fice mutual
changer des informations sur le plan panlementaire.
Les membres des parlements de I'Afrique du Sud, de
I'Australie et de la Nouvelle-ZMlande se rendent actuel-
lement visite environ tous les 20 ans. Nous devrions
mettre sur pied un syst+me de visits biennales de ma-
niere a ce que nous ayions dans nos parlements respec-
tifs un certain nombre d'hommes, avertis du point de
vue des autres pays. De tells visits auraient le grand
m6rite de dissiper les malentendus. Un cei! vaut mieux
que mile oreilles et un stranger d6c6le fr6quemment
les erreurs auxquelles nous avons pu malheureusement







nous accoutumer. Les discussions resultant de ces con-
tacts personnel auraient une valeur incalculable...
(< East Africa and Rhodesia >, 21 octobre 1948). 4.221


Pour fragmentaires qu'ils soient, les premiers projects
ne sont pas sans interdt. C'est a celui qui concern la
creation d'un I Office du Zambrze n que J.-A. Jel-
licoe consacre une longue etude.
...II pourrait avoir pour but :
a) De rendre le fleuve Zambeze et tels autres de ses
Jributaires (tels que la rivi6re Shire) navigables pour des
vaisseaux de haute mer ou autres et de pr6voir les ins-
tallations portuaires.
b) De fournir de I'6nergie hydro6lectrique.
c) De s'approprier, d'irriguer, et de rendre propres a
la culture routes parties du bassin du ZambBze consi-
d6r6es comme d6sirables.
d) De pr6voir des habitations permanentes et le con-
fort pour les employs permanent de I'Office.
Ayant r6ussi & rendre possible la navigation, a four-
nir 'l6nergie et a rendre la terre cultivable, I'office
pourrait encourage .les progrks futures a 6tre conduits
par I'entrep.rise comme cela se faith avec la Tennessee
Valley Authority.
La Commission coOterait environ 50 mille livres. Les
premiers fonds necessaires & d'Office pourraient 6tre
de 100 millions de livres pour la navigation et 100 mil-
lions de livres pour les activit6s subsidiaires...
Les perspectives que cette rdalisation laisserait entre-
voir:
...Avec un tel project il n'est pas impossible que la
population blanche de I'Afrique Centrale s'accroisse
de 250.000 units vers 1958 et de 5 millions en 1975
i.l semble possible de pr6voir un programme de rela-
tions entire Africains et Europ6ens qui se r6veleraient
mutuellement profitable. Un tel programme donne la
tentation de pr6voir ce qui suit :
On peut envisager qu'en 1975 les Africains jouiront
de l'6galit6 des droits avec les Europ6ens et qu'ils au-
ront les uns et des autres Ile droit de d6velopper leurs
resources naturelles et de d6finir leur propre standard
de vie...
La encore I'imagination se donne libre course.
...II est int6ressant d'imaginer la civilisation qui r6sul-
tereit de la r6alisation de ce project.
Des villas et villages indigenes tres peupl6s avec de
petites propri6tes attenantes ou disposes tout au long
de 'la vall6e *de la rivi6re.
Sur la rive nord, Lusaka a 60 miles du port de Beit
Bridge est revenue le centre commercial en m&me
temps que ila capital de la Rhod6sie du Nord. On
trouve ainsi des institutions, des th68tres, des parcs, des
pieces d'eau artificielles et toutes les r6alisations d'une
haute civilisation. Une ville industriele a pu pousser
autour des cimenteries et des annexes de Chilanga...
(< East Africa and Rhodesia >, 21 octobre 1948). 4.222


La dicouverte de nouvelles mines de carbon est
susceptible de modifier une region entire de fond en
comble.
...A I'heure actuel.le, il existe une solution de conti-
nuitf entire la Rhod6sie du Nord et le Tanganyika ; c'est
dans cette br6che que se trouvent les mines de carbon
nouvellement d6couvertes et leur presence a cet en-
droit pourrait bien constituer ]e facteur d6cisif qui per-
mettrait de la combler. En meme temps une autre voie
ferr6e est d6ja en course de construction. Le vaste project
concernant les arachides dans le Tanganyika du Sud a,
cr66 le besoin d'une ligne de chemin de for pour des-
serviir les zones productrices et d'un nouveau port an
eaux profondes. Le port ,prend deja forme 6 Mikinidani
sur I'Oc6an Indien ; partir du port le chemin de for
s'enfonce lentement vers Iint6rieur. Quand il sera ter-
min6 son terminus se trouverait a 150 milles des mines
de carbon et une quantity raisonnable de ce product
agira comme un aimant pour attirer la ligne plus a
I'Ouest.
La suite devient 6vidente ; non seulement la briche
Nord-Sud sera combl6e par une voie ferr6e ininterrom-
pue mais un nouveau lien sera 6tabli avec la ct6e orien-
tale. Les Rdhod6sies auront enfin un d6bouch6 sur la mer
qui ne traversera pas le territoire portugais pour at-
feindre le port portugais de Beira. Les perspectives sont
immense, le tableau est attirant. Ce qui prouve qu'il
ne s'agit pas d'une fantaisie c'est le faith que le Gou-
verneur du K6nya dans une r6cente allocution radio-
diffus6e ait annonc6 a ses auditeurs que la plupart d'en-
tre eux vivraient assez longtemps pour voir se realiser
ces projects. Voici done quelques-unes des perspectives
que les nouvelles houilleres d'Afrique Centrale vont ai-
der a r6aliser. 11 en est d'autres. La transformation du
carbon en combustible liquid est une possibility 6vi-
dente. Les industries de I'Afrique Orientaile et Centrale
se d6veloppent rapidement; les productoins de I'or, du
diamanf, du plomb et du sisal pour ne mentionner que
quelques-unes d'entre elles, r6clameront du combustible
qui n'ait pas besoin d'6tre import d'outre-mer...
...Le carbon et I'huile min6rale sont des facteurs
puissants dans I'6conomie d'un pays; qu'on y ajoute de
!'acier et cette puissance est centupl6e. I.I semble bien
que cette parties de I'Afrique soit en effect destin6e a
se d6velopper car on sait qu'6 35 miles de I'une des
houilleres, il exisfe d'6normes quantit6s de minerals de
fer...
({ The Spectator >, 29 octobre 1948). 4.229

Quelques aspects particuliers des problfmes qui se
posent en Afrique retiennent I'attention de la press.
Au sujet des fleaux qui menacent la prospirite du
continent on trouve un expose des measures prises pour
letter centre la maladie qui risque de ditruire des plan-
tations de cacaoyers en Gold-Coast,
('< Neue Zurcher Zeiung ), 4 novembre 1948). 4.256







ou conire la mouche tse tsW.
(< The Times >, 19.novembre 1948). 4.279

L'embouteillage du port portugais de Beira qui des-
sert les Rhodisies et les remedes qu'on envisage d'ap-
porter a cette situation sont analysees dans:
(< South Africa >, 6 novembre 1948). 4.251


Enfin, la reussite de l'entreprise qui consistait a net-
foyer une zone infectie de Ise tse en Nigeria et a y
installer 50.000 indigenes est decrite avec pitioresque
par le Dr T. A. M. Nash qui a odcu l'affaire depuis
le debut.
(<< West Africa >,, 20 novembre 1948). 4.289


III. BIRMANIE


Neuf mois apres avoir obtenu son independence, la
Birmanie se disagregeait. Une vague de rebellion, de
mutineries et de meurtres diferlait sur le pays.
...Les hates notabillitfs du gouvernement contem-
plaient les ruines de leur Union bris6e du refuge relati-
vement sir de Windermere Park, faubourg le plus 6e6-
gafnt de Rangoon, maintenant baptis6 le<< Camp de
Concentration >. Des gardes puissamment arms pa-
trouillent le long de ses 4 miles de cl6ture en barbele
haute de 15 pieds. Chaque maison qui s'y trouve situ6e
est entoures par sa propre barricade. 'Windermere Park
est I'un des rares points de Birmanie que contrr6e le
gouvernement...
Une seule personnalite osait vivre en dehors du
( camp de concentration : l'ancien Ministre des Af-
faires Etrang&res U Tin Tut.
...Un jou: du mois dernier, alors qu'il quittait en voi-
ture les bureaux du < New Times of Burma >, journal de
langue anglaise, une bombe place dans son automo-
bille 6clata la r6duisant en morceaux. Tin Tut mourut
deux jours plus tard. Quoique le plus occidental de
tous les leaders birmans, Tin Tut n'6tait pas le pantin
britannique que les communists I'accusaient d'Stre. De
retour en Birmanie apres un sbjour a Oxford, oi il avait
6t6 un < Rugger Blue >> (joueur d'une 6quipe universi-
taire de rubyy, il avait 6t6 avis6 qu'en tant que Birman,
ill ne pouvcit pas faire parties des clubs dans lesquels
ses ancient co6quipiers britanniques portaient des
toasts au vieux pays. Ce proc6d6 avait rendu son na-
tionalisme plus dur et plus amer...
La confusion qui regne en Birmanie a et cause en
majeure partie par les rivalitis des parties.
...Heri Goshal, I'ex6cutant du plan'de Calcutta, tra-
vaillait activement avec les communists dits Drapeau
Blanc. Un troupe appel communists Drapeau Rouge
agissait s6parBment. Un group de v6etrans de ''Armee
populaire aiti-japonaise, organisbe par l'ex-Premier Mi-
nistre U Aung San, assassin I'annee dernibre, avait des
conceptions frbs proches de cells du gouvernement
mais croyait a la cooperation avec les communists. Un
autre group important est ce.lui des Karens, qui sont
pour la plupart chr6fiens et hostiles au gouvernement
qu'its accusent d'etre fortement marxiste...
Thakin Nu, le Premier Ministre, Jut un jeune
homme turbulent et espiegle, un peu trop enclin a la
boisson.


...Lorsqu'il fut dipl6m6 de l'Universit6 de Rangoon,
en 1929, il devint un bouddhiste d6v6t. Plus tard il
adh6ra aux Thakins (maltres), part de jeunes intelec-
tuels consacrant leur activity a chasser les Britanniques
de Birmanie. Fervent de Marx, Dale Carnegie, Bernarr
Macfadden et Havelock Ellis, ill s'occupa egalement de
science Yoga. En 1939, en tant que co-fondateur d'un
club de lecture avec les 'leaders communists actuelle-
ment incarc6rbs Thakin Soe et Thein Pe, ii traduisit en
birman << Comment se fire des amis et influence les
gens >>...
Pour combattre les rebelles qui lui font la chasse,
Thakin Nu dispose d'une force armee de quelque
12.000 homes, de trois Spitfires et de deux pilots.
...Heureusement pour les forces gouvernementales in-
f6rieures en nombre, les animosites personnelles et les
grandes divergences de principle qui s6parent les fac-
tions rebeliles ont jusqu'6 present emp6ch6 toute fusion
militaire durable parmi eux. Chaque group constitute
son ilot de resistance d'o6 il frappe sous forme d'atta-
ques sporadiques.
Une attaque singuli&re s'est produite il y a quelque
temps a Moulmeingyun, pays natal de Thakin Nu. Une
bande de communists Drapeau Rouge conduite par
une jeune fille de 25 ans a peau claire nomm&e Bo Moe
Kyi officerr ciel clair) s'abattit sur la ville a l'aube,
se substitua tranquillement a la police, brila les dossiers
du Palais de justice et vida la prison. Ciel clair qui
avait le sens des rdaliits s'empara des 60.000 roupies
que contenait la caisse du gouvernement.
...Avant d'bvacuer Moulmeingyun, Bo Moe Kyi re-
chercha le vieux pbre de Thakin Nu, U Aung Nyein.
< Ainsi, dit-elle, vous ftes le pere de cet << homme-
chapele >> (liseur d'oraisons). N'ayez pas peur, je vous
prie, Monsieur, nous respectons Thakin Nu comme il se
doit, mais il n'y a rien d'6tonnant a ce que les commu-
nistes prennent ce qui est au gouvernement. Comme
vous le voyez, nous avons pris 300 fusils et 60.000 rou-
pies et maintenant nous allons partir. C'est tout, cher
grand oncle...
(< Time >>, de New-York, 4 octobre 1948). 4.207


Parmi les adversaires des communists figurent les
Karens. Mais ce people est aussi pour le gouvernement
birman un ennemi redoutable.
Les Karens vivent en Birmanie miridionale sur la
longue et etroite bande de terre par laquelle la Malai-







sie, (( comme une poire par sa tige ) est accrochde au
continent asiatique.
...On ne connaft pas exactement I'importance num6-
rique du people Karen ; les evaluations varient entire
un million et demi et deux millions et demi d'individus.
Bien que les Karens soient plut6t circonspects, ce sont
cependant de loin les plus 6volu6s de tous les peuples
montagnards ; ils sont cordiaux, aimables et loyaux. Une
de leurs anciennes l6gendes leur a promise qu'un jour des
maftres venant du dehors paraifraient, porteurs d'un
livre don't d6pendait leur avenir. Cette l6gende pr4dis-
posa a r6server un bon accueil ou message chr6tien qui
leur apportarentd'Amarique les missionnaires baptistes.
II en r6sulta que' 20 % des Karens sont aujourd'hui
chr6tiens, et on dit que les Karens christianis6s seraient
de bons medecins; quant aux jeunes filles Karens, ce
sont des bonnes d'enfants recherch6es...
Pendant la guerre, alors que l'armle national bir-
mane combattit sous les ordres d'Aung San pour les Ja-
ponais, les Karens restaient fiddles a la Grande-Bre-
tagne.
...Pas une seule des tribus montagnardes ne d6sirait
tomber sous la domination des Birmans et dans le Livre
Blanc de mai 1946, consacrant l'ind6pendance accord e
a la Birmanie, il fut laiss6 aux montagnards la facuiltf
de suivre leur propre vole, s'ils le d6siraient. Par la suite
un accord fut conclu aux terms duqued les peuples
montagnards etaient reconnus comme des Etats semi-
autonomes jouissant du droit d'envoyer des repr6sen-
tants 'I'Assembl6e Nationale de Birmanie et au Gou-
vernemenf birman. C'est ainsi que naquit I'Union Bir-
mane en janvier dernier...
(< Neue Zurcher Zeitung >, 7 octobre 1948). 4.191


L'objectif du gouvernement est d'aboutir a un accord
avec les Karens de conclure un compromise avec les
communists Drapeau Blanc, avec les irreguliers con-
nus sous le nom a d'organisation des Volontaires du
Peuple 1 et avec deux bataillons revolts de l'ancien
regiment des Fusiliers de Birmanie.
...En ce qui concern la question Karen, il y a des
raisons de manifester de I'optimisme. II y a quelques
jours le Gouvernement a envoy une Commission d'au-
tonomie r6gionale pour trailer avec les Karens. Elle
doit se r6unir. Les 3/4 de I'arm6e birmane et son Com-
mandant en chef appartiennent aux tribus monta-
gnardes. La Birmanie ne peut pas les combattre. Si les
Karens s'obstinent a combattre aIs s'associeront d'eux-
m6mes a la ruine fatal d'un pays qu'ils n'ont jamais pu
diriger. lis ont formula des revendications energiques
sur Moulmein et Bassein, second et troisieme ports de
Birmannie, et sur des parties importantes du delta de
I'lrrawaddy qui ne sont m6me pas Karens dans la pro-
portion de 50 %. En faith, ils contr6lent maintenant les
affairs interieures de leur propre Etat et il n'y a pas
trace de I'oppression et de I'assimilation que eux et
leurs amis redoutaient iorsque la protection britannique
leur fut retiree. Ils.tiennent la balance du pouvoir en
Birmanie...


De leur cotd, les communists Drapeau Blanc sem-
blent disposes a negocier.
...Le leader des Drapeaux Blancs, Then Tun, est plus
ou moins un trotskyte, certainement h6t6rodoxe. C'est
sa puissante intelligence qui inspire un grand nombre
des manoeuvres du Ministre d6funt, Aung Sari. II est
evident qu'il n'y a aucun avenir pour lui dans la rebel-
lion ouverte. Si le Gouvernement peut s'entendre avec
lui ,]'Organisation des Volontaires du Peuple se ranger
presque certainement dans son sillage...
Mais il rest les communists Drapeau Rouge diriges
par Thakin Soe.
...ils ont bafou6 la religion bouddhiste. Ils ont atta-
qu6 les hommes d'Etat asiatiques comme Nehru et Tha-
kin Nu pour avoir ra.lis6 des compromise avec le capita-
lisme et I'Occident. Ils ob6issent aux pr6ceptes de la
Conference de Calcutta qui semble avoir inspire le d6-
veloppemenf des troubles malais et de ceux qui se sont
products plus r6cemment en Indonesie.
De ce c6t6 ill ne peul pas y avoir de compromise et le
Gouvernement n'en cherche pas. Mais ils seront au
moins aussi diffici.les a d6pister et a d6truire que les
communists Mailais ; en outre, les Birmans ne disposent
pas des Gourkhas ni des bafaillons de la Garde...
Meme si tous ces groups concluent formellement la
paix, il restera encore des milliers de jeunes gens qui
ont pris l'habitude d'un banditisme plus genant que tous
ceux auxquels les Britanniques ont eu a faire face.
...Auiourd'hui les troncs de teak ne peuvent tfre des-
cendus le long de I'lrrawaddy que sous escorted navale.
Le Gouvernement h6site & envoyer des explosifs aux
mines de tungsftne de Mawchi de crainte qu'ils ne
tombent dans de mauvaises mains et dans ces condi-
tions les mines resent inactives. Les pianteurs com-
mencent a abandonner leurs plantations d'h6v6as. Tout
cela strangle la Birmanie...
(, 7 novembre 1948). 4.259


La roupie birmane, liee a la livre sterling est encore
contr lee a Londres. Mais si la monnaie est encore
saine, pour peu que la situation actuelle se prolonge,
le gouvernement sera entraind dans un chaos financier.
...Les provisions budg6taires, pr6sent6es en septem-
bre, s'6levaient & 40 millions de livres et pr6voyaient
une d6pense d'environ 50 millions. On est loin de savoir
d'oi proviendra une tell recette. Des diminutions sur
les revenues provenant des exportations de riz, du bois
et des chemins de far de I'Etat sont in6vitables.
La Birmanie product normalement 7 millions 1/2 de
tonnes de riz par an et elle en export environ 3 mil-
lions. On n'escompte exporter cette ann6e que
1.600.000 tonnes don't les 3/4 ont d6j& 6te exp&di&es.
Les estimations officials 6valuent a 2 millions de ton-
nes la r6colte exportable de I'ann6e prochaine, ce qui,
dans I'6eat du pays et des communications, semble net-
tement trop optimiste...
(<< The Daily Telegraph >, 30 octobre 1948). 4.248







A I'heure actuelle, la mdfiance a :I'gard de la
Grande-Bretagne est l'une des cles de vote de la po-
litique birmane.
...Le fait d'acqu6rir la reputation d'anglophilie repr6-
sente plus clue la carribre d'un homme politique, peut-
t&re m6me 'sa vie. L'Ambassade britannique, les repr6-
sentants du commerce britannique subsistant et les jour-
nalistes de passage vivent dans l'isolement comme s'ils
6taient pes--if6rs ; pour eux les fonctionnaires birmans
et les minis res sont presque aussi inaocessibles que s'ils
6taient des religieuses oloitr6es...
Dans tout le pays r&gne une atmosphere de ruine et
de deception.


...Rangoon et une localit6 o0 I'on volt des pav6s dis-
joints; des plaques noires et des crachats rougis de
betel. Les rues large sont bord6es pendant des miles
de paillottes dans lesquelles une pauvre humanity vit
en public comme sur une petite scene, vendant des co-
mestibles poussi6reux etdes boissons color6es. Les ruines
lugubres d'anciennes maisons de commerce d6truites
par les bombardements allies 6tendent leurs arceaux
envahis par les herbes sur des << squatters > faisant leur
cuisine avec des debris de carbon de bois. On voit
des tas de detritus mous et sans couleur. Ce n'est plus
maintenant une grande cite. La misrre destructive et
irr6fl6chie est venue camper dans ses ruines. Cepen-
dant ii y a de la gait6, de I'animation et de I'insou-
ciance... (<< The Observer >, 14 novembre 1948). 4.277


IV. LIBERIA


La foundation de la Liberia souleva d'immenses es-
poirs. Ce deaait etre au pays oi les hommes de couleur,
anciens esclaves, pourraient reliever la tete en toute li-
berte.
Mais !a Lib6ria n'a suscit6 ces esp6rances 6lev6es que
pour fournir avec certitude I'une des plus grandes
deceptions du monde. Pendant la premiere guerre mon-
diale, H. F. Reeve 6crivait avec amertume : < Depuis
1894, o0 I auteur a visit I'Afrique Occidentaile pour
la premiere fois, il a pu constater l'importante renais-
sance de I'ensemble de cette parties du continent a
exception de la Lib6ria >. A la fin de 'la second
guerre mondiale, lale n'avait toujours ni t6l6phone, ni
+616graphe pas de chemin de fer, pas de service pu-
blique de distribution d'eau, pas d'6gouts, pas de m6-
decins professionnels, pas d'h6tels.
Aucune de ses institutions d'enseignement n'etait
pourvue de ilaboratoire, de bibliotheque ou d'appareil-
lage scieniifique. Raymond Buell 6crivait en 1947, a
I'occasion du centenaire de i'ind6pendance lib6rienne :
< La Lib6r:a rest un pays malade, le plus malade de
toue I'Afrique >.
Les Americo-libiriens, comme on appelle les immi-
grants noirs, au nombre de 12.000 vivent dans les villes
c6tieres. Jusqu'en 1945, ils avaient le monopole du
droit de vote et meme a I'heure actuelle, la population
de 1'interieur (I million et demi h 2 millions) ne dispose
que de 3 stiges dans une Chambre des Representants
qui en conpte 21.
Cette oligarchie dirigeante, coiff6e du casque colo-
nial et vitue de costumes europeens d6penaill6s, 16ve
des imp6t' avec lesquals elle n'a jusqu'ici rendu aucun
service.
A l'int6rieur, les imp6ts sont pays par 28 tribus, par-
lant +leur propre langue, adorant leurs propres dieux,
et haTssani- leurs maltres strangers avec, salon de r6-
centes observations < une fureur fi6vreuse et obstin6e >.
Sur la cause de cette haine. la Commission qui a fait
en 1931 son rapport la Societd des Nations fournlt
les indications suivantes:


Un traffic de la justice comme il n'est pas possible
d'en trouver de semblable en notre 6poque. On y voit
un certain Allen N. Yancy, vice-Pr6sident de la R6pu-
blique de LibBria, infligeant des amendes a toute une
tribu pour des crimes qui avaient 6t6 d6ja sanctionn6s
i'ann6e pr6&cdente; offrant de faire I'avance de la
some n6cessaire pour payer i'amende en change de
500 esclaves a deporter a Fernando Po ; insistent pour
que les Wedabo (il s'agit des int6ress6s) remettent la
some par son entremise, faute de quoi il en augmen-
terait encore le montant, puis r6clamant 200 esclaves
de plus flagellant les homes, les femmes et les en-
fants (la flagellation 6tant applique par la < Force Li-
b6rienne des Frontieres) et s6questrant les anciens du
village jusqu'a ce que le chiffre de 200 soit atteint.
Mais comment les 12.000 Americo-libiriens peu-
vent-ils s'imposer par la force ?
...Ce sont les Etats-Unis d'Am6rique qui fournissent
au gouvernement de la Lib6ria tout ce qui lui est n6ces-
saire pour le maintien << de la paix at de I'ordre >. Et
ceci illustre peut-.tre le vice des demi-mesures, du co-
lonialisme qui n'est pas un gouvernement colonial, et
du danger pr6sent6 par < d'un
pays primitif. Les Etats-Unis se sont opposes rigoureuse-
ment a toutes les tentatives que pourraient faire les
Puissances Europ6ennes pour exercer une influence r6-
formatrice sur I'administration Lib6rienne. La France a
essay de prendre la Lib6ria sous sa protection en
1879. En 1915, pendant la r6volte Kru un navire de
guerre britannique a p6nt6r6 dans le port de Monro-
via : les Am6ricains ont exig6 qu'il en sore. En 1934,
les Italiens ont tent6 de s'octroyer une position favo-
rable dans la R6publique. Le vide exerce une force at-
tractive. Le premier Pr6sident de la Lib6ria n'a declar6
I'ind6pendance de son pays qu'apres avoir 6chou6 en
essayant de persuader I'Am6rique d'en faire une de ses
colonies...
Les emprunts contracts a I'extirieur n'ont fait que
renforcer la tyrannic En 1912, un pret de deux il-

59







lions de dollars n'a seroi a part 100.000 dollars
qu'a payer les dettes qui existaient dija.
...La Compagnie Firestone qui s'interesse aux planta-
tions de caoutchouc en Liberia d6cida (nous voici main-
tenant en 1924) de proc6der elle-m6me a un emprunt.
Elle pr6ta cinq millions de dollars (iil n'y en a actueille-
ment que la moiti6 d'6mis) pour rembourser I'emprunt
de 1912, substituant ainsi un int6ret de 7 I'o I'ancien
taux de 5 '%.
II y avait alors des conseiillers am6ricains en Lib6ria,
condition exig6e par I'emprunt Firestone. Le service de
l'emprunt et le coGt des conseillers s'61evait a 20 !%
des revenues du gouvernement en 1928 et ils atteigni-
rent environ la moiti6 en 1931...
A cette date, la S. D. N. decouvril que les sommes
presumes ddpensees pour la construction de la route
Monrovia-Kakata avaient servi a celle des maisons pri-
oees...
...La derniare guerre a fourni le plus bell example
d'irresponsabilitf. La < Am6rican Rubber D6velopment
Corporation > avait offer d'acheter tout le caoutchouc
de cueillette disponible. Le gouvernement lib6rien a
demand que sa propre << Lib6rian Export-Import Cor-
poration soit d6sign6e comme agent d'achats. Le
President Barclay pr6dit qu'i] serait possible de ramas-
ser 5.000 tonnes de caoutchouc en une ann6e.
En fait on en ramassa 8 tonnes. La raison en est que
le gouvernement Lib6rien empochait les esp6ces son-
nantes et tr6buchantes pay6es par la < D6velopment
Corporation > et remettait aux cultivateurs des papers
de moindre valeur...
(' West Africa >, 13 noyembre 1948). 4.270


Vers 1930, les exportations liberiennes depassaient a
peine un demi-million de dollars. Elles atteignaient
cinq millions en 1941 et dix en 1944.
Mais les forces americaines vinrent en Lib6ria pen-
dant les annies de guerre.
...Selon les propres mots de Earl Parker Hanson, ex-
chef de la mission 6conomique am6ricaine du temps de
guerre en Lib6ria, < en se plagant au point de vue com-
mercial le plus grossier, le commerce am6ricain avec
la Lib6ria ne pourra jamais avoir quelque importance
tant que la structure &conomique et social du pays
n'aura pas 6t6 remani6e pour reliever les standards 'de
vie et .le pouvoir d'achat des grandes masses de la
population...
Un accord Jut conclu, en mars 1942, autorisant les
Etats-Unis a construire a des aeroports militaires et
commerciaux a et offrant a la Liberia a une assistance
monetaire pour des buts ddfensifs s.
En decembre 1943, un accord portuaire etait signed.
Les Etats-Unis entreprenaient !a construction d'un
vrai port au moyen de fonds pr6t-bai'l prat6s a la R6-
publique. Co port est maintenant termin6, il a coOt6
19 millions de dollars. Une mission g6ologique fut 6ga-
lement envoy6e pendant la guerre. Elle a r6digb un
rapport sur les gisements de mineral de fer de Bomi


Iil. On trouvo dans cette region 5 millions do tonnes
de mineral riche et de 75 a .150 millions de tonnes de
mineral de teneur exploitable.
La mission Hanson fut d6pech6e en novembre 1944
pour aider la Lib6ria < a augmenter la production... de
products strat6giques >. Une mission m6dicale fut exp6-
di6e la m6me ann6e pour y demeurer cinq ans; et elle
semble s'attacher a mener a bien la prem"6re cam-
pagne sanitaire syst6matique qui ait jamais eu lieu en
Lib6ria.
Ces diverse dispositions firent rapidement sentir leurs
effects et en 1946, les exportations de la Liberia attei-
gnaient 12 millions de dollars.
Mais on a constitute en outre la a Liberia Compa-
ny ), society formee avec 1 million d'actions de 1 dol-
lar chacune.
...250.000 de ces tires vont au Gouvernement lib6-
rien et 100.000 a une << Fondation d'Enseignement>
projetfe. La soci6t6 est finance par les AssociBs Stet-
tinius. Elle se propose de cr6er des filiailes pour diff6-
rents projects tels que le bois, les lignes a6riennes, les
diamants. La < Virginia Engineering Company > a d6ja
recu des commander de materiel. La < Lib6rian Com-
pany > n'aura pas de monopole, mais jouira de simple
droits de prospection. II se peut, toutefois, que ['admi-
nistration du Port de Monrovia donne un plus just
apercu de la situation. Le port est exploit par la
< Monrovia Port Management Company > jusqu'a ce
que la Lib6ria ait rembours6 la dette cr66e par la cons-
truction du port. La direction de cette society com-
prend le Gouvernement Lib6rien, la < Firestone Corpo-
ration >, ila < Liberian Mining Company >, la < American
South African Line >, ila < Mississipi Shipping Compa-
ny >, < Socony-Vacuum et Texaco >. Chacune de ces six
fi.rmes americaines a accept de verser une contribution
de 25.000 dollars pour combler lies deficits de I'op6ra-
tion. Comme I'emprunt doit t6re rembours6 par les b6-
n6fices de I'exploitation il semble que !a < Port Mana-
gement Company > doive encore exister pendant long-
temps...
Moins longtemps peut-etre que l'on ne pense, si les
formidable predictions faites par la ( Liberia Com-
pany a viennent a se v6rifier.
...La soci6t6 vise a apporter dans les qualques pro-
chaines ann6es dix millions de dollars de participation
americaine au capital. M. Blackwell Smith, Pr6sident de
la soci6t6, estime qu'au course de notre vie > les ex-
portations de la Lib6ria atteindront 100 millions de
dollars par an.
D'ici vingt ans la Lib6ria produira de 200.000 a
300.000 tonnes de cacao par an. < bien > crit le p6riodique am6ricain Business Week << la
Lib6ria brisera 1'6trangilement de la Grande-Bretagne
sur le cacao de I'Afrique Occidentaile >. Le but imm6-
diat est de produire 50.000 tonnes de cacao par an
d'ici dix ans. Un chemin de fer sera trac6 a travers la
Lib6ria, passant la frontiare de la Guin6e Franqaise vers
N'Zerekore et procurant un d6bouch6 vers la mer aux
gisements de Bomi Hill...








Pourlani, il cxistc ( unc grande naiocld dans l'en-
thousiasme des Americains.
...C'est la naTvetf du XIXe siacle, a savoir I'illusion
qu'un placement & 5 % comporte A lui seui tout, y
compris :;, bien-Stre. On doit dire que les dites firmes
am6ricaires qui proc6dent a des investissements sont
g6n6reusess et d'esprit large. Elles n'ont pes seulement
un sens e :act des conditions d'am6lioration de la main-
d'oeuvre; elles placent encore de bon coeur des fonds
dans des plans concernant les services sociaux. Mais
faute d'un gouvernement pouvant les coordonner, ces
efforts riEquent d'&tre in6galement disperses sur le ter-
rain. Une plantation pourrait disposer d'un excellent la-
boratoire de recherches et le proche cultivateur en 6tre
totalement d6pourvu. II pourrait exister un merveiilleux
service de sant6 dans les months Boni et n'y en avoir
aucun da is la region Buzi. II serait bon de revoir a nou-
veau que ques questions disons par example, celles
de la conservation des forts, de I'extension de la paly-
culture, cJ celle des sujets du chef Juan Nimley...
Ceci rous amnne a nous demander ce qu'a fait le
gouvernernent lib6rien depuis que la guerre est ter-
minee.
...Il a proc6d6 & des r6formes en 1946 la loi 6lec-
torale a 'it6 remani6e et le suffrage accord aux fem-
mes. Mai,; il reste immens6menf davantage a faire. Le
rapport ce la Commission Christy qui ne date que
de 17 an; r6v6le une soci6t6 si primitive et si bis-
cornue, cu'il faudrait un sidale ou une revolution pour
la reformer. Un example : le Rapport accuse le Gou-
vernemert de s'opposer d6lib6r6ment aux progr6s des
indigenes de I'intfrieur, de les priver d'enseignement,
de 'les isoler des Am6rico-Liberiens < civilis6s > de ma-
I


niorc a ce que la predominance de i'oligarchie ne soil
pas menacee...
Voila qui met en lumiare un des dangers qui accom-
pagne la politique consistent a esperer contrebalancer
les effects d'un mauoais gouoernement avec rien de plus
( qu'une injection de bonnes firms commercials ).
...Le danger est que ces firmes ne flatten, comme
el-les I'ont fait, le gouvernement de la Lib6ria, exacte-
ment comme I'a fait Earl Parker Hanson, fonctionnaire
responsible, de fagon a conserver la liberty de mener
a bien leurs propres affairs.
Une entreprise priv6e n'est, apr6s tout, responsible
que des affairs don't elle traite, que du terrain qu'elle
occupe, que des travailleurs qu'elle emploie. Elle n'est
pas responsible du territoire politique oi il se trouve
qu'un ou plusieurs de ses 6tablissements sont situ6s...
Ainsi, I'apparition du capital et des entreprises ame-
ricaines en Liberia sur une grande echelle ne peut etre
que la bienvenue.
...Mais i! serait r6confortant d'6tre assure qu'il existed
une administration souveraine, responsible et comp6-
tente, don't I'objet est la sauvegarde du bien-Stre des
populations de la Lib6ria et qui supervise routes ces
firmes et tous ces projects.
Si cette administration est compose d'originaires de
la Lib6ria, tant mieux. Mais un self-government doit
&tre un bon gouvernement. L'administration de la Li-
b6ria n'a pas encore fourni la preuve qu'elle 6tait ca-
pable d'administrer.
Et le critfre doit Stre, non pas celui de la vanity
nationalist de la classes dirigeante de la Ct6e, mais
cellui du bien-6tre des simples gens de I'intfrieur.
(<< West Africa >>, 20 novembre 1948). 4.281


LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRANCAIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTES :

A la Section de la Presse Etrangere, au Ministare de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7*).
(Direction des Affaires Politiques. Piece 94, 2e Etage).
La Section de la Presse Etrangere .peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, a qui-
conque lui en fera la demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
L, No de r6f6rence suffit a designer le document d6sir6.


ORIGINE DU DOCUMENT


The Daily Telegraph ......
The Daily Telegraph ......
.Tornal do Comercio ........
The Nation ................
South Africa ..............
New York Times (Weekly).
Far Eastern Survey ........
The Observer ..............
The Tim es .................
Neue Zurcher Zeitung .....


DATES

29-10-48
30-10-48
28-10-48
23-10-48
6-11-48
24-10-48
23-10-48
7-11-48
4-11-48
3-11-48


TITRES

Les liens de 1'Empire.
La Birmanie menace d'nn effondrement commercial.
Un dilemme britannique.
La Conference du Commonwealth.
L'embouteilla.ge du Port de Beira (Afrique Orientale Bri-
tannique).
Le Commonwealth britannique.
La d6mocratie en Asie Sud-Orientale.
Les plans communists en Asie.
D6veloppement colonial (Antilles britanniques).
La lutte centre la maladie des cacaoyers en Afrique.


NOS

4.247
4.248
4.249
4.250
4.251
4.252
4.253
4.254
4.255
4.256









NO"


4.257
4.258
4.259
4.260
4.261
4.262
4.263

4.264
4.265
4.266
4.267

4.268
4.269
4.270
4.271
4.272

4.273
4.274

4.275
4.276

4.277
4.278

4.279
4.280

4.281
4.282

4.283

4.284
4.285
4.286
4.287
4.288
4.289
4.290
4.291
4.292
4.293

4.294
4.295
4.996
4.297
4.298
4.299
4.300
4.301
4.302

4.303


DATES


ORIGINE DU DOCUMENT


Continental Daily Mail ....
Commonwealth Survey ....
The Observer ..............
Neue Zurcher Zeitung .....
Neue Zurcher Zeitung .....
The Spectator ............
The New Statesman and
Nation ................
The Manchester Guardian.
The Tim es .................
Neue Zurcher Zeitung .....
The Manchester Guardian.

The Spectator ............
The Economist ............
West Africa ................
Neue Zurcher Zeitung .....
The Daily Telegraph ......

The Nation ................
The British Trade Journal
and Export World .......
Far Eastern Survey .......
Daily Worker ............

The Observer ..............
Jornal do Comercio .......

The Tim es .................
The Economist ............

W est Africa ................
The New Statesman and
N action ...................
The Observer .............

The Obserrer.............
Cofivnenfal Daily Mail ....
Routh Africa ...............
The PFonomist ............
The Tim es ...............
W est 4frica .................
The Tim es .................
DTailv Wnr'orr ..............
Time and Tide .............
New-York Herald Tribune.

The Manchester Guardian.
The Mannfchester Guardian.
The Eeonomist ............
PRnst Africa and Rhoddsia..
The Crown Colonist ........
Yorlshire Post ...........
Daili, Worker .............
New-York Herald Tribune..
The Manchester Guardian.

New-York Herald Tribune..


TITRES


12-11-48
30-10-48
7-11-48
8-11-48
4-11-48
12-11-48

13-11-48
9-11-48
12-11-48
12-11-48
11-1148

12-11-48
13-11-48
13-11-48
13-1148
11-11-48

6-11-48

12-48
3-11-48
16-11-48

14-11-48
14-11-48

19-11-48
20-11-48

20-11-48

20-11-48
21-11-48

21-11-48
23-11-48
20-11-48.
20-11-48
92-11-48
20-11-48
23-11-48
??-11-A
27-11-48

25-11-48
23-11-48
20-11-A8
27-11-48
18-11-48
12-48
90-11-48
26-11-48
25-11-8
22-11-48

30-11-48


Un a Dictateur ) : Lord Winster.
Le College Imperial d'Agriculture Tropicale.
Les hostilit6s en Birmanie sont a une phase capital.
L'Indonesie agitee.
Les hommes sur lesquels repose cl Commonwealth.
Les Indiens et le Commonwealth.

Impasse a Chypre.
Le Sud-Ouest Africain.
La mission du Dr Stikker (Indonesie).
Lcs restrictions sur les importations sud-africaines.
Le probleme du Cachemire. I. Les revendications
rivals.
La Malaisie de demain.
Situation nouvelle dans l'Antarctique.
La Liberia : le mal don't elle souffre.
Soucis anglais h propose de Chypre.
La Chambre des Lords blame le Gouvernement pour son
attitude dans la crise malaise.
L'Afrique du Sud deviendra-t-elle fasciste?

Le Sud-Ouest africain offre un march limit.
Le nouveau statut de Ceylan.
Emprisonnements, fusillades et mises a l'index dans I'Inde
d'aujourd'hui.
Les Birmans croient a un complot britannique.
La politique colonial portugaise present6e comme example
pour toutes les puissances europeennes.
La lutte centre la mouche ts6-ts6 en Afrique.
Deux zones de d6veloppement colonial (Guyane et Hon-
duras britanniques).
La Liberia. Le remade ?

T,a paix entire communautes dans 1'Inde.
La preparation du soulhvement en Malaisie a commence
il y a six ans.
Une interview de Nehru.
Le veritable visaee de l'Inde.
Le SudrOuest Africain.
Lcs measures de police de Singapour.
Le Sud-Ouest Africain.
Un monde nouveau pour 50.000 Nigeriens.
Les communists en Asie Sud-Orientale.
Les syndicalistes en Malaisie.
La onestion de couleur en Afrique du Sud.
Les Nations Unies examinent le problme des vaches au
Ruanda Urundi.
La mission du Dr Stikker.
T,e probleme du Cachemire. II. Sur le front ( Azad ,.
De nouvelles negotiations en Indonesie?

Politiaue colonial des autres puissances.
Arguments en faveur des Etats-Unis d'Afriaue.
Le programme de l'arachide et les maladresses commises.
Un signal venant d'Afrique du Sud.
Les rouges a Java.
Le probleme du Cachemire. III. Avec le Gouvernement
( Azad ),.
Les Etats-Unis appuient la revendication britannique sur,
la Cyr6naique.


_ __










COMMUNIQUES


AOTIVITE DU MUSEE DE LA FRANCE D'OUTRE-MER

NOVEMBRE 1948

Entrees payantes: 7.561 pour 67.455 francs.
Entries gratuites: 52 groups: 1.307 &16ves.
Vente du Guide du Mus6e: 100 pour 1.500 francs.

TRAVAUX EXfCUTfS
Section d'Art et d'Histoire. Cloture de l'Expo-
sition e Abolition de 1'Esclavage et restitution des
pies a leurs propri6taires.
Presentation, dans Jes diverse sections du Mus6e,
des pieces r6cemment acquises ou donn&es, qui ont fi-
gur6 A cette exposition.
Section r conomique. Exposition de 1'Ecole Su-
perieure application d'agriculture tropical d'aqua-
relles et de documents d'ordre scientifique. Conferences
a plusieurs groups scolaires de visiteurs.
A quarium. Am6nagement interieur de la Section;
Cours d'hydrobiologie aux ing6nieurs- agronomes de
Il'Institut National d'agronomie tropical. Rapports avec
M. le Professeur Petit, Directeur du Laboratoire mari-
time de Banyuls, pour la remise en 6tat du laboratoire
et aquarium de Banyuls.


AVIS DE CONCOURS

Par arrite du 6 aoft 1948, le Ministre de la France
d'Outre-MVer vient d'ouvrir une session des concours-
pour l'accession au grade d'ing6nieur-adjoint des Tra-
vaux Publics et des Mines des Colonies.
Les 6preuves d'admissibilit6 auront lieu au mois de
mai 1949.
Les inscriptions seront closes le 31 decembre 1948.
Pour tous renseignements, s'adresser soit a la Pr6fec-
ture du D6partement de residence, soit au Ministere
de la France d'Outre-Mer (Direction des Travaux Pu-
blics), 27, rue Oudinot, Paris.


FRANCE OUTRE-MER
Sommaire du N de janvier
Photo-16g2!nde : ( L'essor 6conomique du Maroc .
Leader, par Albert Lebrun : c Elargir l'horizon des
Francais ).
Hommes du jour Faits du mois.
Les Etablissements de 1'Inde veulent rester fran-
gais (Meile).


Pour letter contre la disette mondiale de matieres
grasses, les plans francais et anglais pour le d6ve-
loppement de la production des ol6agineux en
Afrique Noire (JRHO).
Bali, terre de la danse.
Conte de Noel.
Le Sud-Alg6rieu n'est plus un parent pauvre.
Le Maroc, porte occidentale de l'Afrique Francaise.
Palestine, terre trois fois sainte.
En kayak sur le Lac Tchad (Mahurier).
L'Union Francaise dans la vie & Paris.
Les confr6ries de chasse en Haute-Guin6e.
Chronique sportive et bibliographique.
Fourreau-Lamy, Le Hunsec, Cardjin.
Philat6lie Aviation.


OVERTURE D'UNE LIBRAIRIE
C CENTRE DE RENCONTRE ENTIRE EUROPEENS
ET AFRICAINS )

La Librairie e Palmes ,, 3, Place Saint-Sulpice, a
Paris, a marqu6 son ouverture, le 18 novembre, en pre-
sentant l'exposition ( Evidence de l'Art Negre s.
Fond6e par Madeleine Rousseau et un group d'amis
de l'Afrique, qui publient en meme temps un num6ro
special de la revue ( Le Mus6e Vivant ,, oi leur pro-
gramme est expos en 3 rubriques d6couverte de
1Afrique ancienne rencontre de I'Europe avec
1'Afrique quand pourra-t-on parler d'une renaissance
africaine cette librairie, lieu g6om6trique du mouve-
ment intellectual entire Saint-Germain-des-Pres et le
Quarter Latin, se propose d'etre un centre de culture
ou se rencontreront Europ6ens, noirs et tous ceux qui
souhaitent des contacts plus 6troits entire les peuples.
L'exposition organisee avec le concours de collec-
tionneurs priv6s, notamment Madeleine Rousseau et Le
Corneur de G6raudel, est compose d'oeuvres d'une
valeur plastique exceptionnelle, masques Pahouins au
front bomb=, aux visages curieusement creus6s, sculp-
tures congolaises magnifiquement 6quilibr6es, bronzes
baoul6s d'une stylisation comique saisissante, plaques
du XVI" sicle du Benin, dignes de la Renaissance,
poids de bronze figurant des animaux, masques d'or
d'une facture toute myc6nienne. Et l'art abstract lui-
m&me est repr6sent6 par d'6tranges sculptures bakota et
une merveilleuse antelope bambare, chef-d'oeuvre de la
plastique pure.
Dans l'assistance tr&s nombreuse on reconnaissait no-
tamment le Pr6sident Paul-Boncour, M. d'Arboussier,
vice-Pr6sident de l'Assembl6e de I'Union Frangaise,
l'Ambassadeur de Pologne, le Ministre de Haiti, les








6crivains Audiberti, Henri Michaud, Tristan Tzara,
Herv6 Bazin, Andr6 Breton, Michel Leiris et le ro-
mancier noir am6ricain Wright, qui fut de beaucoup le
( best seller ainsi que 1'6crivain noir sud-africain
Peter Abrahams.
Blancs et noirs de tous les pays se sont rencontres
amicalement Ba ( Palmes n, sous l'invocation de l'Art
Africain.


POUR LE MONUMENT A PELLETIER ET CAVENTOU

Chacun se souvient du monument 6lev6 Boulevard
Saint-Michel B Paris en 1900 par souscription interna-
tionale en l'honneur de Pelletier et Caventou, les illus-
tres savants qui en 1820 r6ussirent a extraire la quinine
et, en un geste completement d6sint&ess6, firent don de
leur d6couverte A l'humanit6.
iCe monument a 6t6, malgr6 les protestations de la
Faculty de Pharmacie, livr6 a la fonte par les Alle-
mands en 1941.
II convient de r6parer cet outrage.
A cet effet, un Comite s'est constitu6 en vue de ree-
difier au m8me lieu, en l'honneur de ces illustres sa-
vants, un monument de conception entierement nou-
velle. Ce nouveau monument ex6cut6 par le Maitre
Poisson est en voie d'achevement, mais les circons-
tances ont accru nos difficulties.
Aussi faisons-nous appel a la reconnaissance et a la
g6n6rosit6 de tous, car c'est le monde entier qui a b6-
n6fici6 de la quinine.
Les souscriptions sont revues avec gratitude A
l'adresse suivante :
(( REVUE DU PALUUDISIME n,
36, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, Paris (4).
Compte cheque postal Paris 1159-51


L'Agence comptable des timbres-poste coloniaux,
85, avenue de La Bourdonnais, communique:
Les timbres actuels de la Guyane, de la, Guade-
loupe, de la Martinique et de la Reunion cessetont
d'etre vendus a ses guichets le 17 d6cembre inclus.
II est signal que le timbre de 0 fr. 10 pour chacun
de ces territoires est epuise.
Les commander devront parvenir suffisamment a
l'avance pour que la livraison puisse en etre effectu6e
avant le 17 decembre, date A laquelle l'Agence fer-
mera ses portes pour cause d'inventaire.


COMITE POUR L'ERECTION D'UN MONUMENT
AU GENERAL MARCHAND

Le mercredi 24 novembre, 11 heures, le Comit6
pour l'Erection d'un Monument au G6n6ral Marchand
s'est r6uni en Assembl6e G6n6rale dans la salle de la
Soci6t6 de G6ographie. En l'absence des Pr6sidents,
IMIM. Paul Reynaud et le G6n6ral Juin, M. Charles-
Roux, Ambassadeur de France, a pr6side cette Assem-
bl6e.
M. Etienne Denis, Secr6taire-G6n6ral du Comit6, a
d'abord trac6 un historique de ce Comit6, don't les acti-
vit6s ont 6t6 interrompues par la guerre et annonc6
l'achevement du Mbnument, oeuvre du Sculpteur Bau-
dry. Le monument se dresse en face du Musie de la
France d'Outre-Mer, A l'entr6e du bois de Vincennes.
La date de l'inauguration a 6t6 fix6e aux premiers
jours de juin 1949, au cinquantieme anniversaire du
retour triomphal du Commandant Marchand dans la ca-
pitale.
Au rituel d'usage viendra s'ajouter une manifestation
qui ne manquera pas d'8tre sensible au coeur des Fran-
gais :Sir Walter Cowan, ancien premier aide de camp
de Sa Majest6, ancien Commandant d'une canonniere
du Nil en 1898 et membre d'honneur di Comit6 depuis
sa formation, viendra d6poser au pied de la statue du
Commandant Marchaud deux fanions francais pris par
lui sur un message Shiillouk, entire Fachoda et la fron-
tikre Ethiopienne.











AU JOURNAL OFFICIAL


AU ( J. 0. )
DES 1r1, 2 ET 3 NOVEMBRE

Un diecre.l no 48-1691 du 30 octobre
1948 porte r6glement d'administra-
tion publique pour l'application a
Madagascar et 'dependances de la
loi du 1"r aofit 1905 sur la r6pres-
sion des fra udes en ce qui concern
les produit:;- de la sucrerie, de la
confiserie el de la chocolaterie.
Un d6cret du 30 octobre 1948 porte
approbation du budget du protecto-
rat des miles Wallis et Futuna, exer-
cice 1948.
Un d6oret du 30 octobre 1948 porte
r6partition du products de la rede-
vance sur [a circulation *fiuciaire
de la Banque de Madagascar, an-
n6e 1947.
Des d6crets du 30 octobre 1948
placent en position de mission un
professeur (le la Facult6 de Droit
de Paris, un inspecteur g6enral de
l'Instruction publique et deux v6t6-
rinaires inspecteurs des Colonies.
Un decrel: du 2 noveembre 1948
porte nomination dans le corps de
I'Inspection des Colonies.
Un arrdte du 30 octobre 1948 mo-
difie l'arr6,6 du 9 octobre 1948
fixant les modalit6s d'application
du d6cret n' 48-1565 du 28 septem-
bre 1948 avant institu6 un tour de
service Outri -Mer pour les:fonction-
naires des cadres g6ndraux relevant
du Minister., de la France d'Outre-
Mer.
Des arrte:s portent inscription au
tableau d'avancement, promotions,
titularisatiois, reclassements, mo-
difications (:e situation administra-
tive, mise c t maintien en disponi-
bilit6 et acceptation de d6mission :
Agenc:; dconomique des colo-
nies.
Service m6t6orologique des
colonies.
Transmissions coloniales.
Un tour de service Outre-Mer des
fonctionnaires civils appartenant
aux cadres r6gis par d6cret et une
listed des 'sursis d'embarquement.


AU d J. O. ) DU 4 NOVEMBRE

Des d.6crels des Ior et 2 novembre
1948 portent promotion, nomination
et maintain en position de mission


(Gouverneurs des Colonies et In-
genieurs des Travaux publics des
Colonies).
Un d4cret n 48-1699 du 2 novem-
bre 1948 r6glemente les conditions
de remboursement des frais d'achat
de vaccine et de d6placement ainsi
que l'allocation d'indemnites aux
fonctionnaires et h leur famille,
appel6s a, se faire vaccine en vue
de leur depart pour les territoires
relevant du MinistBre de la France
d'Outre-Mer.


AU < J. 0. ) DU 5 NOVEMBRE

Un ddecret du 2 novembre 1948
place en position de mission un
Gouverneur des Colonies.
Un decret du 2 novembre 1948
porte reintegration d'un Adminis-
trateur des Services civils de 1'In-
dochine.
Un di6cret du 2 novembre 1948
admet un Administrateur des Colo-
nies a faire valoir ses droits a une
pension de retraite par anciennet6
de services.
Un decret n" 48-1707 du 3 novem-
bre 1948 fixe les modalit6s des vi-
sites m6dicales prescrites aux fonc-
tionnaires, employs et agents des
services coloniaux ou locaux rejoi-
gnant leur poste d'affectation dans
un territoire relevant du Minist&re
de la France d'Outre-Mer.
Un decret du 3 novembre 1948
porte approbation du budget local
des Nouvelles-H6brides exercisee
1948).
Un docret sdu 4 novembre 1948
porte titularisations dans la magis-
trature d'Outre-Mer.
Un dlcret n' 48-1647 porte attri-
bution d'une allocation exception-
nelle aux personnel des cadres re-
gis par d6cret relevant du MinistBre
de la France d'Outre-Mer, en ser-
vice dans les territoires appartenant
a la zone du franc C.F.A., ou en
position de cong6 r6tribu6 ou en
permission (rectificatif).
Des arrtds portent nominations
et modification a un precedent ar-
ret6 :
Administration g6n6rale des
Colonies.
Infirmi6res coloniales.
Sages-femmes coloniales.
Travaux publics des colonies.


AU ( J. O. ) DU 6 NOVEMBRE

Des decrets portent reclassement
d'Administrateurs des Colonies 'et
d'un Administrateur des Services
civils de 1'Indochine (rectificatifs).
Des arrdtes portent r6int6gration,
mise en disponibilil6 et admissions
a la retraite (travaux publics des
colonies).
Un tour de service Outre-Mer des
fonctionnaires civils appartenant
aux cadres r6gis par d6cret (recti-
ficatif et additif).


AU ((J. O. ) DU 7 NOVEMBRE

Un decret du 6 novembre 1948
modified, en ce qui concern la Ctte
Frangaise des Somalis, le decret du
25 septembre 1948 fixant la date des
elections au Conseil de la R6publi-
que dans les territoires d'Outre-Mer
et les territoires sous tutelle.
Un arr6te du 29 octobre 1948 com-
pl6te l'arret6 du 16 septembre 1948
portant nomination des membres
du Cabinet du Secr6taire d'Etat A
la France d'Outre-Mer.
Des arretes portent nomination,
reint6gration, d6tachements, admis-
sion a la retraite, r6trogradation,
inainiiens en position de cong6,
acceptation de' admission et rap-
portent los dispositions de pr6c6-
dents arr6t6s :
Administration central.
Administrateurs adjoints des
Colonies.
Agriculture aux colonies.
Attaches de parquet dans les
territoires d'Outre-Mer.
Eaux et forts de 1'Indochine.
M6decins africains.
Transmissions coloniales.
V6tBrinaires de l'Indochine.
Un arrete d6cerne le certificate de
flu d'etudes de 1'Ecole Sup6rieure
d'Application d'Agriculture tropi-
cale.

AU ( J. 0. ) DU 10 NOVEMBRE

Des decrets du 5 novembre 1948
portent acceptation de admission,
admission h la retraite, maintien
ct mises en disponibilit6 (Adminis-
Srateurs et Administrateurs adjoints
des Colonies et des Services civils
de l'Indochine).









Des d6orets du 9 novembre 1948
portent nominations et compl6tent
un precedent d6cret (magistrature
d'Outre-Mer).
Un arret6 porte reorganisation de
la Direction du personnel de 1'Ad-
ministration central du MinistBre
de la France d'Outre-Mer (rectifi-
catif).


AU a J. O. ) DU 12 NOVEMBRE

Une citation a l'Ordre de la Na-
tion.
Un decret n 48-1715 du 10 novem-
bre 1948 fixe les conditions d'appli-
cation de l'article 6 du decret
no 48-766 du 24 avril 1948 fixant les
conditions d'application dans les
ddpartements de la Guadeloupe, de
la Martinique, de la Reunion, de la
Guyane et dans les territoires rele-
vant du Ministere de la France
d'Outre-Mer, des dispositions de la
loi no 47-520 du 21 mars 1947 rela-
tives a la liquidation des avoirs
allemands.
Des decrets du 10 novembre 1948
portent promotions et nominations
dans 1'ordre national de la Legion
d'honneur.
Des decrets du 10 novembre 1948
portent report de date de promo-
tion, mise en disponibilit6 et con-
ferent l'honorariat A des Gouver-
neurs des Colonies.
Un arrete du 10 ao0t 1948 institute
des bureaux de vote pour les elec-
tions aux Commissions paritaires
des Administrateurs coloniaux.
Des arretes portent promotion,
nominations, reintegration, reclas-
sement, maintien en disponibilite,
acceptations de d6mission ct admis-
sions a la retraite :
Administration central.
Administration colonial.
Administration generale.
InfirmiBres coloniales.
Transmissions coloniales.
Travaux publics des colonies.
V6terinaires des colonies.
Un tour de service Outre-Mer des
fonctionnaires civils appartenant
aux cadres regis par d6cret (recti-
ficatif).


AU J. 0.)) DU 13 NOVEMBRE

Un d6cret du 9 novembre 1948
approve une deliberation du Con-
seil general de Saint-Pierre et Mi-
quelon, en date du 29 juin 1948,
rendant applicables A partir du
30 juin 1948 les concessions tari-
faires negocides A Geneve.


Des deorete du 9 novembre 1948
placent en position de mission et
en position de disponibilit6 :
Administrateurs des Colonies.
Services des Mines.
Travaux publics des Colonies.
Un d6 ret n 48-1718 du 10 novem-
bre 1948 porte modification du de-
cret n" 48-609 du 27 mars 1948 con-
cernant le regime des cong6s.
Un d6cret no 48-1719 du 10 novem-
bre 1948 porte modification au de-
cret du 20 mai 1910 relatif A la pro-
tection de la santd publique dans
les Etablissements Francais de
1'Oc6anie.
Un dcret du 10 novembre 1948
autorise un Gouverneur des Colo-
nies A faire valoir ses droits A. la
retraite.
Un decret du 10 novembre 1948
porte designation du Gouverneur
par interim de la CUte d'Ivoire.
Un decret du 10 novembre 1948
porte nomination d'un Gouverneue
de 3e classes des Colonies.
Un decret du 10 novembre 1948
porte designation du Gouverneur
de la Cote d'Ivoire.
Un decret rapport un arrtek por-
tant revocation sans pension d'un
Gouverneur des Colonies (rectifi-
catif).
Des arretes portent modifications
de situation et licenciement (eaux
et forts et v6terinaires des colo-
nies).


AU (J. O. ) DU 14 NOVEMBRE

Un decret du 12 novembre 1948
porte approbation de 1'arrete
n' 2680 FB/IA du 11 juin 1948 du
Haut-Commissaire de la R6publi-
que en Afrique Occidentale Fran-
caise reportant A l'exercice 1946 du
budget annexe de 1'Ecole africaine
de M6decine et de Pharmacie 1'exc6-
dent des recettes sur les d6penses
de 1'exercice 1945.
Un dicret du 12 novembre 1948
porte prolongation d'une mission en
France d'un Ingdnieur principal
des Travaux publics des Colonies
provenant de PIndochine.
Un dcret du 12 novembre 1948
porte titularisation dans la magis-
trature d'Outre-Mer.
Un decret no 48-616 crie la Soci6et
indochinoise d'6tude de reconstruc-
tion et d'6quipement 6conomique
(rectificatif).
Un decret approve deux delib&-
rations de l'Assemblee repr6senta-
tive de Madagascar en matibre de


timbre, d'enregistrement et d'im-
pMt sur les valeurs mobilieres (recti-
ficatif).
Un arrete du 9 novembre 1948
approve l'arrWte du 25 juin 1948
du prefet de la Reunion no 552
C. P. R. reportant sur l'exercice
1948 les fonds de travaux compl6-
mentaires non employes des exer-
cices anterieurs et portant ouver-
ture a nouveau sur le chapitre IX
de l'exercice 1948 de credits suppl6-
mentaires.
Un arrete porte classement dans
le cadre g6ndral des transmissions
coloniales d'un fonctionnaire du
cadre metropolitan.
Des arrtes portent nomination et
titularisations (infirmieres colo-
niales).


AU ( J. O.
DES 15 ET 16 NOVEMBRE

Un secrett no 48-1728 du 15 novem-
bre 1948 porte derogation tempo-
raire aux regles de recrutement
dans le cadre d'administration gB-
ndrale des Colonies.


AU ((J. O. DU 17 NOVEMBRE

Un decret no 48-1736 du 15 novem-
bre 1948 modifie l'article 77 du dB-
cret du 2 mars 1910 portant rigle-
ment sur la solde et les allocations
accessoires des fonctionnaires, em-
ployes et agents des services colo-
niaux.
Un decret du 15 novembre 1948
porte nomination du Secretaire g6-
n6ral de l'Oubangui-Chari.
Un arrete du 13 novembre 1948
porte creation de ComitBs techni-
ques paritaires au Ministire de la
France d'Outre-Mer.
Des arrdt6s portent promotions,
nominations, inscription au tableau
d'avancement et rectificatif :
Administration central.
Agriculture aux colonies.
Transmissions coloniales.
Une listed des Ing6nieurs adjoints
des Travaux publics des Colonies A
titre temporaire ayant subi avec
succes les 6preuves de l'examen en
vue de leur nomination A titre defi-
nitif.
Une listed des Ing6nieurs princi-
paux des Travaux publics a titre
temporaire admis A subir les
epreuves orales de l'examen en vue
de leur nomination A titre d6finitif.
Une liste d'admission dans les
sections administrative de 1'Ecole








National de la France d'Outre-Mer
(rectificatif).


AU (J. O,. DU 18 NOVEMBRE

Des decrets du 16 novembre 1948
portent reclassement et maintien en
disponibilit6i dans la magistrature
d'Outre-Mer.
Un doretl porte promotions et no-
minations dans l'ordre national de
la Legion d'honneur (c au titre de
l'Union Frangaise ) (rectificatif).
Un arr6tii fixe la liste des' candi-
dats admits A se presenter aux
6preuves 6crites du concours d'en-
tr6e A l']:'cole Nationale de la
France d'Outre-Mer (section magis-
trature) en octobre 1948.
Des arr ds portent nominations
et d6tachement :
InfirmiBres coloniales.
Magistrature d'Outre-Mer.
Services civils de l'Indochine.


AU vJ. 0. ) DU 19 NOVEMBRE

Un decret du 16 novembre 1948
porte admission A la retraite dans
la magistrature d'Outre-Mer.
Un d6cret porte nomination d'un
Gouverneur des Colonies (rectifi-
catif).
Des arreles portent avancements
et rapportent des nominations (ad-
ministration central et travaux
publics des colonies).
Une :iste des candidates autoris6s
a prendre part au concours profes-
sionnel pour l'admission au grade
de chef de bureau de ?e classes d'ad-
ministration g6nerale des Colonies
autres que 1'Indochine.


AU 6 J. 0. ) DU 20 NIOVEMBRE

Un arrftit du 8 ootobre 1948 porte
creation d'une r6gie d'avances.


AU a J. O. 0 DU 21 NOVEMBRE

Un d6cret du 20 'novembre 1948
porte d l6gation de signature


AU ( J. 0. )
DES 22 ET 23 NOVEMBRE

Un d6oret no 48-1765 du 19 novem-
bre 1948 porte attribution d'une in-
demnit6 forfaitaire annuelle de
veille au personnel du service du
chiffre au MinistBre de la France
d'Outre-Mer.


Des d6orets du 22 novembre 1948
portent nominations et placent en
position de mission (magistrature
d'Outre-Mer).


AU U J. O. ) DU 24 NOVEMBRE

Un d6oret porter inscription d'of-
flce au budget du S6n6gal exercisee
1948) d'un credit correspondent A
une d6pense obligatoire (rectifica-
tif).
Des arrdt6s portent inscriptions
au tableau d'avancement, promo-
tions, r6int6gration, reclassements,
titularisation, attribution de rappel
d'anciennete, admission A la re-
traire, radiation des contr6les et
rectificatif :
Administration g6n6rale des co-
lonies.
Transmissions coloniales.
Travaux m6t6orologiques des
colonies.
Travaux publics des colonies.
Un arr&te designe un Ingenieur
Al6ve admis a 1'Ecole Supdrieure
d'Application d'Agriculture tropi-
cale.
Un tableau d'avancement du
deuxieme semestre 1948 des Admi-
nistrateurs des Colonies (rectifica-
tif).


AU t(J. 0. ) DU 25 NOVEMBRE

Un d6cret no 48-1781 du 22 novem-
bre 1948 porte derogation aux rggles
d'avancement dans le cadre des
Administrateurs des Colonies et
des Services civils de l'Indochine.
Un decret no 48-1782 du 22 novem-
bre 1948 fixe le module du r6per-
toire A tenir par les commission-
naires ou transitaires en douane.
Des drorets du 22 novembre 1948
aprouvent des deliberations du
Conseil repr6sentatif du Tchad, de
1'Assembl6e representative des Eta-
blissements Francais de l'Oc6anie
et de l'Assembl6e representative de
Madagascar.
Un d6cret du 22 novembre 1948
porte designation des magistrates
charges de pr6sider le tribunal mi-
litaire permanent de Tananarive on
appel6s A singer comme juges civils.
Des dferets du 22 novembre 1948
portent nominations, r6int6gration
et admission a la retraite (magis-
trature d'Outre-Mer).
Des decrets des 22 et 24 novem-
bre 1948 portent promotion, nomina-
tions, maintien en disponibilit6,
rapportent les dispositions d'un
precedent arret6 et placent ou
maintient en position de mission
(Gouverneurs, Administrateurs, In-


g6nieurs, Inspecteurs, M6decins,
Receveurs, Tr6soriers g6n6raux et
V6t6rinaires des Colonies).
Un arrete du 8 novembre 1948
modified l'arrWt6 du 3 avril 1948 re-
latif au fonctionnement de l'Agence
comptable des Timbres-Poste colo-
niaux.
Un arrete du 16 novembre 1948
fixe la date du concours d'admission
dans la hierarchie .des Ing6nieurs
principaux des Services de I'Agri-
culture aux Colonies.
Un arrete porte mise A la dispo-
sition du Haut-Commissaire de
France en Indochine.
Un arret6 d6cerne le dipl6me d'In-
genieur de 1'Ecole Sup6rieure d'Ap-
plication d'Agriculture tropical.
Des arretZs rapportent des nomi-
nations (transmissions coloniales et
travaux m6tdorologiques des colo-
nies).


AU ( J. O. ) DU 26 NOVEMBRE

Un arrst6 porte r6intigration (ad-
ministration gen6rale)..
Un arret6 accord le certificate de
fin de stage A des stagiaires de
1'Adminiistration colonial.
Ulne liste des candidates admis A
se presenter a l'examen du certifi-
cat d'aptitude aux functions judi-
ciaires (session de novembre 1948).
Une sliste des candidates admis au
concourse d'entr6e dans la section de
la magistrature colonial de l'Ecole
National de la France d'Outre-
Mer en 1948.


AU ( J. 0. a DU 27 NOVEMBRE

Un' arrete porte maintien en posi-
tion de cong6 et acceptation de dd-
mission (travaux publics des colo-
nies).


AU ( J. 0. ) DU 28 NOVEMBRE

Un decret no 48-1802 du 24 novem-
bre 1948 modified le decret du 7 jan-
vier 1931 r6glementant la situation
aux points de vue commercial et
fiscal des immigrants de race asia-
tique dans les Etablissements Fran-
Cais d'Ocdanie.
Un d6cret no 48-1803 du 24 novem-
bre 1948 porte organisation d'une
Chambre de Commerce, d'Industrie
et d'Agriculture au territoire des
Comores.
Des d6crets du 26 novembre 1948
portent fixation de solde, promo-
tions, reclassements, r6int6gration,
admissions A la retraite et placent
en position de mission (Gouverneur,
Administrateurs ei inspecleurs).








Un arrt6 du 20 novembre 1948
fixe les conditions de nomination de
I'agent comptable du MinistBre de
la France d'Outre-Mer.
Un arr6t6 du 23 novembre 1948
modifie la composition de la Com-
mission de correction du concours
pour le recrutement de redacteurs
de r1' classes avant trois ans d'ad-
ministration g6nerale des colonies.
Un arret6 du 24 novembre 1948
porte remise de d6bet.
Un arret6 et une d,6cision portent
nominaiton du president et des
membres du Conseil d'administra-
tion de l'Office du Niger.
Un arrt6 porte nomination, attri-
bution de functions, maintien en
service detachM, mise en disponi-
bilit6 et rectificatif :
Administration central.
Administration g6nerale des
Colonies.
Administrateurs des colonies.


AU q J. 0. P
DES 29 ET 30 ,NOVEMBRE

Une citation a l'ordre de la Na-
tion.
Un deret no 48-1813 du 27 novem-
bre 1948 porte mise & la charge de
l'Administration des frais de transit
et de magasinage des bagages des
fonctionnaires et agents affects
dans les d6partements d'Outre-Mer
ou servant dans les territoires rele-
vant du Ministere de la France
d'Outre-Mer.
Un d6cret du 27 novembre 1948
place en position de mission en
France un Haut-Commissaire de la
R6publique, un Administrateur des
Services civils de 1'Indochine et un
Commandant d'infanterie colonial
hors cadres.
Un dcret du 27 novembre 1948
porte reclassement d'un Adminis-
trateur des Services civils de 1'In-
dochine.


Un decret du 27 novembre 1948
rapporte l'arret6 du 24 avril 1945
frappant d'une sanction discipli-
naire un Administrateur des Colo-
nies.
Un decret du 27 novembre 1948
place en position de mission en
France un Administrateurs des Co-
lonies.
Un d6cret du 27 novembre 1948
place en position de mission en In-
dochine un Inspezleur g(n6ral des
Ponts et Chaussees.
Des derets du 27 novembre 1948
placent en position de mission un
Inspecteur g6enral de I'Agriculture
aux Colonies, un Inspecteur general
des Eaux et Forets aux Colonies et
deux Inspecteurs generaux de P'Ins-
truction publique.
Un de8ret du 29 novembre 1948
porte nomination du Secretaire gB-
n6ral par interim du Gouvernement
general de Madagascar.


Iniii. Jonimapes, 50, quai de Jemmapes, Pari, (10"). -- 4). 1'. L.. 31.1463
Ddpot 1fgal. D~cembre 19ots NI 4.315.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs