• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Actualite politique
 Actualite economique
 La vie coloniale en France
 Nouvelles d'outre-mer
 Revue de presse
 Bibliography
 Communiques
 Au journal officiel
 Back Matter
 Back Cover














Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00080165/00002
 Material Information
Title: Bulletin d'information de la France d'outre-mer
Alternate Title: France d'outre-mer, Études et informations
Physical Description: 149 nos. : ; 27 cm.
Language: French
Creator: France -- Documentation française
Publisher: Direction de la documentation
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1944-50
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: no. 1-149, Nov. 1, 1944-Dec. 1950
General Note: At head of title: Présidence du Conseil, Secrétariat général de l'information.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00080165
Volume ID: VID00002
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001112342
oclc - 01357438
notis - AFK8933

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Actualite politique
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
    Actualite economique
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
    La vie coloniale en France
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
    Nouvelles d'outre-mer
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Revue de presse
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Bibliography
        Page 67
    Communiques
        Page 68
    Au journal officiel
        Page 69
        Page 70
        Page 71
    Back Matter
        Page 72
    Back Cover
        Page 73
Full Text
-I -l ~ ,I~r~ .


1CE


N1


Illk


HIIE]ME


Ia4k


K*


.4 r -


7r- ,-


--No
"I








PRESIDENCY DU CONSEIL

SECRETARIAT GANtRAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation :
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8e)


SLA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER DE LA FRANCE
D'OtJTRE-MER


Bureau de Presse :
27, rue Oudinot, Paris (7)


BULLETIN D'INFORMATION

DE LA


SFRANCE D'OUTRE-MER


SOMMAIRE


ACTUALITE POLITIQUE:
Les travaux de la Commission -de Tutelle 3
Un d6ba << colonial >> la Commission
jurid ique ........................ 8
L'Assembl6e pl6niere des Nations Unies
adopted les projects de resolution de la
Commission de Tutelle ............ 8
Une intervention de M. Dabo Sissoko a
l'Assembl6e pl6niare des Nations Unies 8
Les elections au Conseil de la R6publique 9

ACTUALITE ECONOMIQUE:
L'incidence des measures mon6taires r6-
centes dans les territolres d'Outre-Mer. 12
Les movements de fonds avec .la C6te
Franc;aise des Sbmalis .............. 13
Le r6g ement des obligations entire terri-
toires de la zone franc .............. 13
Le commerce m6tropole territoires fran-
gais d'Outre-Mer pendant les neuf mois
de 1948 .......................... 14
A I'Organisation europ6enne de coope-
ration 6conomique ................ 14
L'6conomie indochinoise .............. 14
La Conference africaine de la peste bo-
vine de Nairobi .................. 16

LA VIE COLONIAL EN FRANCE:
Consei des M inistres ................ 18
L'activi+t M inist6riele ................ 18


Promotions et Nominations ............ 20
Informations Administratives .......... 21
D6placements de Personnalit6s coloniales 21
Manifestations coloniales .............. 22

NOUVELLES D'OUTRE-MER:
Indochine ......................... 24
A. O. F. .......................... 29
A. E. F ......................... 35
Togo ............ ..... ........... 39
Cameroun .............. ......... 40
Madagascar ............. .. ........ 40
C6te Franqaise des Somalis .......... 42
Etablissements Franqais de l'lnde ...... 43
Saint-Pierre-et-Miquelon .............. 44

REVUE DE PRESS:
Presse M 6tropolitaine ................. 45
Presse d'O utreMer .................. 51
Presse EtrangBre .................... 53
Problemes G6n6raux .............. 53
Empire Britannique ............... 55
Empire Hollandais ............... 63
Liste des articles de press 6tran-
gore traduits en fran~ais ........ 65
BIBLIOGRAPHIE ...................... 67

COMMUNIQUES .................... 68
AU JOURNAL OFFICIAL >> ........ 69







qkI "Itffill


ACTUALITY POLITIQUE


LES TRAVAUX DE LA COMMISSION DE TUTELLE

La Commission de Tutelle de 1'Assembl6e gen6-
rale des Nations Unies a tenu, le 6 octobre, sa pre-
miere seance de travail, les s6ances pr&cedentes
ayant ete consacr6es A 1'l6ection du bureau.
La Commission a decide d'entamer I'6tude du
rapport du Comit6 special cre6 pour examiner les
renseignements transmis par les autorit6s adminis-
tratives des territoires non autonomes. Ce rapport
avait 6te adopt au sein du Comit6 special centre
l'avis et le vote du representant sovietique, qui
I'avait estim6 insuffisant.
Le debat general de la matin6e a 6te marque par
une intervention du del6gue argentin, qui a d6clar6
d'ores et dijh qu'il voterait contre l'adoption par
la Commission des resolutions continues dans ile
rapport du Comit6 special parce que ces resolutions
admettaient implicitement la souverainet6 britanni-
que sur l'archipel des Falkland. Le dl6ugue des
Indes a, de son c8t6, soulev6 la question de la defi-
nition des territoires ( non autonomes .
La d6 g atio/ysovi6tique a depos6 le 11 octobre,
devant la Commission de Tutelle, un project de r6so-
lution rendant selon elle plus complete les rensei-
gnements concernant les territoires non autonomes.
Ce project autorise notamment le secretariat general
de I'O. N. U. A recueillir des informations rela-
tives A ces territoires ( aupres de particuliers, de
groups ou d'organisations locaux )) et A y envoyer
chaque annie des missions d'enquete, composes de
repr6sentanls des Nations Unies.
L'examen par la IV Commission de Tutelle, le
12 octobre., du rapport 6tabli en septembre par un
Comit6 special de seize membres sur les renseigne-.
ments concernant les territoires non autonomes et
communiques par les puissances administrantes, a


donn6 lieu de la part des d61lgations de l'Ukraine
et de la Yougoslavie a de violentes attaques centre
le (( colonialisme ). Les repr6sentants de ces deux
delegations, s'appuyant sur des arguments identi-
ques, ont reproch6 au Comite special d'avoir sys-
t6matiquement 6vite, en contradiction avec 1'esprit
de la charte, de rechercher des renseignements
(( d'ordre politique ) concernant les territoires en
question et ils ont repris A leur compete un project de
resolution sovi6tique, don't 1'adoption autoriserait le
secretariat ge6nral de F'O. N. U. A envoyer des
missions d'enquete dans ces regions et A examiner
tous les renseignements fournis par des personifies ou
des groups quelconques de ces regions. Les deux
d6legu&s se sont 6galement attaches A montrer qu'en
Afrique en particulier existait une discrimination
racial et que, de fagon g6n&rale, les conditions
sanitaires et culturelles y etaient insuffisantes.
Auparavant, M. Ren6 Mayer, au nom de la
France, et M. Ryckmans, ancien Gouverneur du
Congo belge, au nom de la Belgique, s'etaient d6-
clar6s favorables, dans ses grandes lignes, au rap-
port du Comit6 special.
M. Ren6 Mayer, apres avoir rappele les grades
lignes des principles constitutionnels qui r6gissent les
-rapports de la m6tropole frangaise et des territoires
non autotomes, en soulignant particulirement les
progres marquis A cet 6gard par la Constitution de
1'Union Frangaise, a fait un large expos sur la po-
litique,6conomique de la France vis-A-vis des pays
d'Outre-Mer. I1 a notamment mis en relief le fait
que, malgr6 ses propres difficulties financieres, la
France reserve chaque annee une parties de ses pro-
pres devises 6trangeres au maintien du course mondial
des products coloniaux qu'elle ach6te et consacre
en outre une parties de l'aide am6ricaine A I'quipe-
ment des territoires non autonomes.


(Les dtudes et documents du Bulletin peuvent etre utilisds ou reproduits sans indication d'origine)







A la fin du d6bat, le G6neral Romulo, au nom
des Philippines, s'est declare favorable a l'adoption
du rapport du Comite special. Toutefois, il a re-
grett6 qu'une interpretation restrictive de la charte
ne lui ait pas permis de recommander la communi-
cation des renseignements d'ordre politique deman-
d6s par la delegation sovi6tique.
Le 13 octobre, le rapport etabli par un Comite
special de la Commission de Tutelle, sur les rensei-
gnements fournis par les puissances administrantes
au sujet de l'6tat economique, social et cultural des
territoires non autonomes, a continue a faire l'objet
des debats de la Commission de Tutelle, marquis
par 1'intervention de la France et de la Belgique,
favorables au maintien des dispositions prises et par
celles des pays slaves recommandant l'examen du
d6veloppement politique des territoires en question.
La seance a donn6 l'occasion au del6gue de la
Grande-Bretagne de'd6fendre son system colonial,
en progres notable selon lui depuis une dizaine d'an-
nees. M. G.-H. Adams, chef adjoint de la d616-
gation britannique, qui est originaire des Barbades,
a presented une defense vigoureuse du systeme colo-
nial actuellement en vigueur dans le Royaume Uni
et refute les accusations d'exploitation' economique
portees centre la Grande-Bretagne par les represen-
tants de l'U. R. S. S. et du (( bloc slave )). II s'est
livre par centre a une violent attaque des systemes
politiques adopts dans I'Est europeen.
De son cot6, le d6legue de la Bielorussie a repris
a son compete les accusations sovietiques et polo-
naises adressees de6ja plusieurs reprises a la
Grande-Bretagne et a la France. Le del6gue de la
Bielorussie a notamment critique le manque de ma-
t&riel sanitaire et I'inegalite pratiquee en matiere de
salaires.
Les delegu6s des Etats-Unis, du Chili et du
Bresil se sont eleves contre la tournure politique
donnee aux debats par les del6gues de I'U.R.S.S.
et des pays slaves et ont annonce leur intention de
voteren faveur du rapport du Comit6.
La proposition sovietique tendant a rendre obli-
gatoire la communication de renseignemennts d'or-
dre politique sur les territoires non autonomes et a
creer des missions d'enquete des Nations Unies
dans ces memes territoires, a ete repoussee par
30 voix contre 6, par la IV" Commission de 1'As-
semblee de Tutelle.
La Commission de Tutelle, poursuivant le 16 oc-

4


tobre 1'etude des projects de resolution presents a
1'Assembl6e ge6n&ale par le Comite special pour
les territ6ires non autonomes, a adopted par 38 voix
contre 7 un project de resolution d6cidant notamment
la constitution d'un nouveau Comit6, qui se reuni-
rait en 1949, sans prejuger de l'avenir. Les del6-
gues du bloc slave et la plupart des representants
des pays de 1'Amerique latine 6taient partisans d'un
Comit6 special siegeant en permanence, mais la
Commission s'est prononcee contre.
Aux terms d'un project de resolution pr6sent6
par l'Inde et adopt le 18 octobre en IVO Commis-
sion de Tutelle par 29 voix, don't celles de
I'U. R. S. S. et des Etats-Unis, et 17 abstentions,
don't celles de la France, de la Grande-Bretagne et
de la Belgique, ( les modalit6s d'accession a l'au-
tonomie des territoires non autonomes devront etre
communiquees dans un delai de six mois au secre-
tariat ge6nral de l'O. N. U. ). Ce project est motive
par le fait que depuis 1946 plusieurs puissances
administrantes ne transmettent plus les renseigne-
ments exiges par la Charte sur certain territoires
non autonomes, lors d'une modification de 'leur statut
ou de leur constitution.
M. Rene Mayer, au nom de la d6elgation fran-
caise, a explique son abstention par le souci d'evi-
ter au sein des Nations Unies une discussion por-
tant sur le point de savoir si les measures d'ordre
constitutionnel, prises par tel ou tel Etat A l'egard
de ses territoires, les privaient reellement de leur
caractere ( non autonomes )). 11 a souligne, d'autre
part, que la France avait fait parvenir A 1'O.N.U.
le texte de sa Constitution en 1947, celui-ci, a-t-il
precise, montre quels sont les rapports de la France
metropolitaine avec ses different territoires d'Ou-
tre-Mer et de quelle fapon l'un d'entre eux peut
devenir Etat associe.
Poursuivant sa discussion gn&erale sur le rapport
du Conseil de Tutelle, la Commission de Tutele
des Nations Unies a entendu le 23 octobre
de nombreux orateurs des pays de l'Amerique
du Sud, qui se sont 6lev6s contre les unions admi-
nistratives de territoires sous tutelle A des territoires
coloniaux.
Les reproches adress6s sont tous du meme ordre :
ces unions ne seraient pas seulement administrative,
elle auraient un caractere politique et d6passeraient
ainsi les limits de 1'autorisation continue dans l'ac-
cord de tutelle. II est absolument n6cessaire, a d6-






clar le d6l.6gue du Br6sil, de garder intacts la per-
sonnalite el les status des territoires sous tutelle,
jusqu'au jour ou leurs habitants seront arrives a une
maturity politique qui leur permette d'assumer la
responsabilite de determiner eux-memes la forme de
leur gouvernement et de leurs associations politiques.
D'autre part, les d6l6gu6s de l'Uruguay et du
Venfzu6la ont d6pos6 un project de resolution qui
demand que soit developpee 'instruction des popu-
lations des territoires sous tutelle et non pas seule-
ment de l'instruction primaire, mais aussi l'instruc-
tion sup6rie ure.
Enfin, le del6gu6 polonais a d6clar6 que les fonc-
tions du Conseil de Tutelle devaient 8tre l6argies
et que, notamment, la tutelle devait s'appliquer
non seulement aux territoires anciennement sous
mandate, mais aussi aux territoires coloniaux.
La gratuity, de l'enseignement et la creation
d'une cole A raison de 500 enfants indigenes dans
tous les territoires sous tutelle a et6 demanded le
26 octobre dans un project de resolution d6pos6
devant la Commission de Tutelle par la d6l6gation
haitienne an course de la discussion g6n6rale du rap-
port du Conseil de Tutelle.
Au course du d6bat, des critiques ont 6te adres-
s6es aux puissances chargees de tutelle, notamment
par les d616gu6s de l'Ukraine et des Philippines.
Les trois derniers orateurs inscrits ont 6t6 enten-
dus le 28 octobre. Le d6bat general a permis de
clarifier un certain nombre de points.
Tout d'abord, en ce qui concern les unions
administrat.ves de territoires sous tutelle A des ter-
ritoires coloniaux, point qui a fait l'objet de nom-
breuses discussions, deux blocs se sont forms : les
puissances administrantes, d'une part, qui approuvent
ces unions et parfois les ex6cutent, et les puissances
non administrantes, d'autre part, qui les r6prouvent.
Le reprisentant de la France, M. Roger Gar-
reau, a clairement resume les arguments des pre-
mieres : les unions administrative sont l6gales,
puisqu'elles sont pr6vues dans les accords de tutelle,
souhaitables par ce qu'elles apportent aux popula-
tions des territoires sous tutelle et souvent neces-
saires lorsqu'il s'agit de reformer l'unit6 ethnique
d'un people tronconn6 par des frontieres inoppor-
tunes.
Quant aux arguments des seconds, ils ont &t6
developp6s par le representant sovi6tique : les
onions administrative ont un caractere politique


car elles tendent A l'annexion des territoires sous
tutelle et elles ne respectent pas les caract6ristiques
des populations.
Au course de son intervention, remarquable par sa
pond6ration, sa documentation et sa clart6, le repr6-
sentant de la France a attire l'attention des mem-
bres de la Commission sur les difficulties r6elles que
rencontrent les puissances administrantes dans l'ac-
complissement de leur tache. 11 a .galement d6-
nonc6 les prejug6s anticolonialistes de certain dele-
gues, prejuges qui, a-t-il conhrm6, se fondent sur
des faits vieux de plusieurs dizaines d'annees. 11 a
enfin fait remarquer que les territoires actuellement
sous tutelle ne connaissaient la p6n6tration euro-
p6enne que depuis moins de trente ans.
Apres la question des unions administrative, le
probleme qui semble le plus important pour la plu-
part des d6l6gations est celui de l'enseignement.
Le d6l6gu6 de la Yougoslavie a attaqu6 l'ceuvre
frangaise. M. Garreau a riposte en citant des chiffres
et en faisant savoir A la Commission que de nom-
breux 6tudiants 6taient boursiers dans les universities
frangaises.
La Commission de Tutelle a terming le 29 octo-
bre le d6bat ge6nral sur le rapport du Conseil de
Tutelle et a cr66 deux Sous-Comit6s charges d'61a-
boret chacun un texte unique de resolution, le pre-
mier sur le problem des unions administrative, le
second sur celui de I'enseignement. Avant de pren-
dre cette decision, la Commission avait entendu
deux orateurs : M. Ryekmans, au nom de la Bel-
gique, et M. Adams, au nom du Royaume-Uni.
Le discours de M. Ryckmans a provoqu6 une
certain sensation : l'orateur est en effet un vieux
pionnier du continent africain, don't 1'exp6rience
est profonde et la foi et la sincerity communi-
quantes. II a su dresser un tableau des difficulties
rencontr6es dans 1'accomplissement de leur tache
par les puissances responsables de I'administration
de certain territoires avec une telle chaleur qu'il
s'est trouv6 au moins un dcl6gu6 : celui de la Syrie,
pour se declarer touch et convaincu. L'6vocation
par M. Ryckmans de la situation de certain terri-
toires africains au d6but du siecle a provoqu6 chez
certain dl6lgues un 6tonnement veritable : Quand,
assis derriere ses papers, un homme oient nous dire
que nous n'avons rien fail, s'est 6crie M. Ryck-
mans, nous sommes profondement affects par une
incomprehension aussi total de r6alit6s qui creoent






les yeux et nous nous demandons alors si nous som-
mes en presence d'un dangereux aveuglement ou
d'un coupable parti-pris.
Quant au repr6sentant du Royaume-Uni, qui est
originaire d'un territoire colonial, les Antilles, il
s'est principalement attach a r6futer la declaration
du repr6sentant polonais, selon laquelle tous les
territoires coloniaux devaient t8t ou tard passer au
regime de la tutelle.
Parlant au nom des peuples des territoires non
autonomes du Commonwealth britannique, a de-
clar6 M. Adams, je re6pte que ces peuples ne
desirent pas etre places sous le regime de tutelle ;
pour beaucoup d'entre eux, y compris le mien, le
system de tutelle est inaddquat, car ils sont d6ja
parvenus au stade de ( partenaires Leur but est
le statut de dominion et leur admission comme
membre des Nations Unies.
Un project de resolution, soumis conjointement le
2 novembre A l'approbation de la Commission de
Tutelle par l'Inde, Cuba, l'Irak, les Philippines
et le V6n6zu6la, demand la consultation prealable
du Conseil de Tutelle par toute puissance charge
de tutelle, avant la constitution de toute union ou
f6d6ration douaniere, fiscal ou administrative entire
un territoire sous tutelle et les territoires adjacent
(ou avant I'extension de duree ou de portee de toute
union ou fc6dration existence).
En fin de stance, sur proposition du repr6sentant
des Etats-Unis, appuye par les auteurs du project
de resolution en discussion, la Commission de Tu-
telle a d6cid6 d'ajourner sa decision pour laisser
aux dl1gations interess6es le soin de trouver une
formule de compromise.
Le long project de resolution, 6tabli apr&s des
entretiens priv6s par les d6l6gations de l'Inde, de
Cuba, de l'Irak, des Philippines et du V6n6zuela
a rencontre l'opposition formelle des repr6sentants
des quatre puissances charges de tutelle : la
France, la Belgique, la Grande-Bretagne et l'Aus-
tralie, qui se sont rallies, sans en approuver la tota-
lit6, a I'amendement soumis aussit6t par le d6legu6
des Etats-Unis, M. Sayre.
M. Roger Garreau, en rappelant au nom de la
delegation frangaise que la France n'avait englob6
les deux territoires sous tutelle le Togo et le Ca-
meroun dans aucune union administrative, a tenu
a souligner tout d'abord que la Constitution fran-
raise interdisait d'ailleurs au Gouvernement de la


R6publique de disposer de leurs populations sans
prendre l'avis des conseils consultatifs autochtones.
II a insisted ensuite sur le veritable caractere des
accords de tutelle qui lient les puissances adminis-
trantes a I'O. N. U. Le system de tutelle, a-t-il
precise, n'est pas nouueau ; il est une notation de
I'ancien regime des mandates et les Nations Unies
ne pouoaient receooir plus que l'heritage de la
S. D. N. : elles ont ete amenies a etablir de ovri-
tables contracts avec les puissances administrantes,
il resort de l'examen des rapports qui nous ont ite
pr6sentes a ce jour par le Conseil de Tutelle que les
puissances administrantes ont observe les regles
qu'elles s'etaient engagees a respecter. Les Nations
Unies doivent faire de meme.
La resolution que nous discutions, a poursuivi le
representant de la France, ne tend-elle pas a amen-
der la charte et ces accords de tutelle? La delega-
tion de I'Inde pretend que non, mais la de'lgation
frangaise est d'un avis different.
M. Roger Garreau a pris ensuite 1'exemple de
la Papouasie pour montrer que la bonne volont6
temoignee de plein gr6 par l'Australie dans le cas
de l'union de la Papouasie a la Nouvelle-Guin6e
avait 6t6 mal comprise par le Conseil de Tutelle,
qui s'est aussit6t plac6 sur le terrain des principles
sans consulter la population interessee pour expri-
mer ses doutes que l'union administrative envisagie
entire la Nouvelle-Guinee et la Papouasie n'aille
pas jusqu'a compromettre le maintien de l'identiti
distinct du territoire sous tutelle. Je me permettrais
de oous rappeler, a remarque M. Garreau a ce
propos, que le Conseil de Tutelle n'est pas une
Haute-Cour de Justice, mais comprend des membres
de gouvernements et risque de bendficier du desac-
cord de certaines puissances; les puissances admi-
nistrantes sont obligees de s'en souvenir.
De son cot6, le repr6sentant de la Belgique,
M. Ryckmans, ancien Gouverneur du Congo belge,
appuyant les vues du d6l6gu6 frangais, s'est attache
a montrer les graves inconv6nients qui pourraient
r6sulter pour cet organisme lui-meme de la ( con-
sultation pr6alable du Conseil de Tutelle .
En effect, a-t-il declare, si le Conseil se montrait
favorable a une union administrative et que celle-ci
6choudt, il pourrait difficilement, sans perdre de son
autorit6, critiquer apres coup une measure qu'il aurait
auparavant conseillee.
Le d6l6gu6 de la Grande-Bretagne, M. Adams,







est intervenu dans la discussion : Le Gouvernement
britannique est pleinement determine a executer ses
obligations, mais il n'est pas decide a se lier par des
obligations supplementaires, don't le seul effect serait
de paralyser ou de retarder les measures qu'il doit
prendre en quality de puissance administrante, dans
l'int6ret des populations administries.
Le d616gue du Br6sil, par centre, a pleinement
appuy6 l'initiative de l'Inde : Je pense, a-t-il af-
firm6, que les unions administrative en course ont un
caract&re nettement politique et qu'elles debordent
le cadre desi accords de tutelle don't le but est d'aider
les populations autonomes a acceder a I'autonomie.
Le d61lgue du Mexique s'est d6clar6 du meme avis
ainsi que celui du V6n6zuela. Finalement, la Com-
mission s'est s6par6e en laissant le soin aux diff6-
rentes d6l6gations auteurs de projects ou d'amende-
ments de tiouver une formule de compromise.
La gratuity de l'enseignement A tous les degr6s
dans les territoires sous tutelle et la creation dans
un territoire d'Afrique sous tutelle d'une university
africaine, destine aux populations des territoires
sous tutelle de toute l'Afrique, ont 6te largement
d6battus le 3 novembre A la Commission de Tu-
telle, A lacuelle avait 6te soumis un project de r6so-
lution en ce sens par les d6l6gations de Costa-Rica,
Haiti, Uruguay et Ven6zuela.
La Commission des Tutelles a adopt le 4 no-
vembre, par 40 voix et 5 abstentions, un project de
resolution aux terms duquel la gratuity de l'ensei-
gnement primaire et l'acc6s aux degr6s suprieurs,
ainsi que '6tablissement en 1952 d'une university
africaine, r6serv6e aux population sous tutelle
d'Afrique, devront etre proposes par le Conseil de
Tutelle aux puissances charges de tutelle.
La France, qui n'6tait pas d'accord sur le point
concernant I'Universit6 africaine, 1'U. R. S. S., la
Tch6coslovaquie, la Bielo-Russie et la Yougosla-
vie, qui avaient demand Il'ajournement du vote A
demain, se sont abstenues.
La Commission de Tutelle a eu a connaitre
de la question des unions administrative des terri-
toires sous tutelle avec les territoires adjacent pla-
ces sous l'a-utorit6 d'une meme puissance. La Com-
mission avait devant elle un texte de resolution
combinant les propositions des d6elgations de Cuba,
de l'Inde, de l'Irak, des Philippines et du V6-
nezu6la e: plusieurs amendments don't le plus
important 6manant des Etats-Unis, constitute en


quelque sorte un nouveau project de resolution. Le
project de resolution combine recommande au
Conseil de Tutelle de proc6der A une enquete et
d'instituer des garanties pour que les unions adminis-
tratives mentionn6es ci-dessus ne puissent pas cr6er
de conditions qui entraveraient le d6veloppement
s6par6 du territoire sous tutelle, notamment dans les
domaines politique, 6conomique et social. II recom-
mande ensuite que i autorit6 charge de 1'adminis-
tration interess6e soit tenue de consulter le Conseil
de Tutelle avant de constituer une union ou f6d6-
ration douani6re, fiscal ou administrative entire un
territoire sous tutelle et des territoires adjacent.
C'est cette deuxieme clause qui annule l'amen-
dement am6ricain, accept par les repr6sentants de
la France et de la Grande-Bretagne qui se pronon-
cent ainsi pour la disposition pr6voyant une enqu6te.
Au course de la stance de l'apres-midi, les repr-
sentants de l'lrak, du Mexique, de I'Uruguay, de
l'U. R. S. S., du Pakistan, de la Pologne et de
la Chine se sont opposes A cet amendment am6ri-
cain, arguant qu'il enleverait au Conseil de 1 utelle
ses prerogatives v6ritables de surveillance sur 1 admi-
nistration des territories sous tutelle. Le d616gu6 de
l'Union sovi6tique, MI. Tsarapkin, a meme d6pos6
un amendment qui recommanderait le r6tablisse-
ment par les autorit6s administrantes des territoires
du Tanganyika, du Ruanda-Urundi et de la Nou-
velle-Guin6e, des legislatures et organes adminis-
tratifs ind6pendants non soumis A ces organismes
centraux 6tablis A la suite d'une union de territoires
sous tutelle avec l'autres territoires.
Le project de resolution tel qu'il a &t6 amended
par les Etats-Unis a, au contraire, et6 chaleureuse-
ment soutenu par le d6l6gu6 du Royaume-Uni,
M. Adams, par le repr6sentant de l'Australie et
par M. Garreau, d6l6gu6 de la France.
La Commission de Tutelle a d6cid6, par 25 voix
centre 12 et 10 abstentions, de recommander au
Conseil de Tutelle une enquete sur la question des
unions administrative constitutes ou envisagees avec
la participation de territoires sous tutelle.
Le Conseil pourra d6cider a la suite de cette
enqu8te quelles garanties il juge n6cessaire pour pr&-
server le statut politique des territoires sous tutelle
et adresser un rapport A la prochaine session de
1'Assembl6e gen6rale.
La Commission de Tutelle a recommand6, en
outre, que les autorit6s charges de administration







d'un territoire sous tutelle soit tenues de consulter
le Conseil de Tutelle avant de constituer une union
ou federation 6conomique ou administrative entire
un territoire sous tutelle et des territoires adjacent
ou d'ctendre la dur6e ou la port6e de l'union exis-
tante.
Le vote intervenu l'apres-midi constitute un
echec pour les puissances coloniales. Celles-ci,
dans un esprit d'apaisement, avaient consent A
voter la premiere clause de la proposition recom-
mandant au Conseil de Tutelle d'entreprendre une
enquate genkrale sur les unions administrative.
Les representants des puissances administrantes
s'opposaient, par centre, A la deuxieme clause qui
les oblige a consulter le Conseil de Tutelle a vant
de constituer une union administrative, cette dispo-
sition 6tant, disaient-ils, contraire A la charte des
Nations Unies et aux accords de tutelle etablis dans
son cadre.
La Commission de Tutelle a adopt, le 8 novem-
bre, par 26 voix centre 10 et 10 abstentions, un
project de resolution polonais amend par le repr&-
sentant de l'Inde. La resolution adopted, qui clot
la discussion sur le rapport du Conseil de Tutelle,
insisted sur 1'6volution necessaire des territoires sous
tutelle vers I'ind6pendance et recommande aux
autorit6s responsables de hater cette evolution.
La Commission de Tutelle a adopt, le 8 no-
vembre, A l'unanimite, un project de resolution pr6-
sent6 par le Br6sil, les Etats-Unis, les Indes, la
Norvege et le Pakistan, qui prend acte du rapport
du Conseil de Tutelle et invite cet organisme A
6tudier les observations et suggestions present6es aau
course de la discussion en Commission de Tutelle.
Auparavant, la Commission avait proc6d6 A
1'6lection de huit membres du Comite special pour
I'examen des renseignements en provenance des ter-
ritoires non autonomes.
,Ont 6te l6us pour s'adjoindre aux huit repr6sen-
tants des puissances administrantes, les represen-
tants de la Chine, de l'Inde, du Bresil, de l'Egypte,
de l'U. R. S. S., de la Republique dominicaine,
de la Suede et du V6nzu6la.


'UN DEBATE ( COLONIAL > A LA COMMISSION
JURIDIQUE

La ( clause colonial ), continue dans la conven-
tion international des statistiques economiques,


signee A Geneve le 14 d&cembre 1928, :a provoque
le 3 novembre A la Commission juridique un d6bat
animt analogue A ceux consacr6s par la Commis-
sion de Tutelle aux territoires non autonomes ou
sous tutelle au course des dernieres semaines. La dis-
cussion a 6t6 motive par un amendment de la
R6publique de Haiti au protocole de transfer A
I'O. N. U. des functions et pouvoirs exerc6s par
la S. D. N. en vertu de la convention international
des statistiques : demandait la suppression d'un
article de la convention disposant ( que chacune des
hautes parties contractantes peut d6clarer qu'elle
n'entend assumer aucune obligation en ce qui con-
cerne tout ou parties de ses colonies .
Les delegations de la Grande-Bretagne, de la
France et de la Belgique, en particulier, se sont
opposees A la suppression de l'article en question,
qui aurait consacr6, selon elles, une modification
de la convention ne relevant pas de la competence
de la Commission juridique.
L'amendement a, au contraire, &6t soutenu par
les delegations de Haiti, de l'U. R. S. S., de la
Yougoslavie et de la Syrie.
La seance a ete levee sans qu'aucune decision ait
pu etre prise, trois orateurs restant inscrits pour
prendre part A la discussion gen&rale.


L'ASSEMBLEE PLENIERE DES NATIONS UNIES
ADOPTED LES PROJECTS DE RESOLUTION
DE LA COMMISSION DE TUTELLE

L'Assemblke plniere a adopt, le 3 novembre,
les cinq projects de resolution sur les renseignements
en provenance des territoires non autonomes qui lui
6taient prksent6s par la Commission de Tutelle.


UNE INTERVENTION DE M. DABO SISSOKO
A L'ASSEMBLEE PLENIERE DES NATIONS UNIES

Parlant au nom de la delegation francaise, au
cour de la discussion en Assemblke pleniere des
projects de resolution adopts par la Commission de
Tutelle au sujet des renseignements relatifs aux ter-
ritoires non autonomes, M. Dabo Sissoko a expli-
qu :l'abstention de la France lors du vote en Com-
mission d'une des resolutions. Cette resolution,
presented par le repr6sentant de l'Inde, invite les
gouvernements int&resses A transmettre aux Nations








Unies tous les renseignements relatifs A une modi-
fication darts la constitution et le statut d'un terri-
toire non autonome. Elle vise, en fait, A rendre im-
possible la transformation d'un territoire non auto-
nome en un territoire sous autre statut, par example
assimil6 A Ia m6tropole.
Au sein de la Commission de Tutelle, le repr6-
sentant de a France s'etait abstenu au course du vote
sur cette resolution, qui fut finalement adopt6e.
M. Sissoko a fait ressortir que, si cette resolution
6tait adop!6e par l'Assemblee gen6rale, celle-ci
pourrait etre amenee A rechercher pour les terri-
toires non autonomes des criteriums ou une d6fini-
tion g6nerale valuable dans tous les cas. Or, a
affirmed le repr6sentant de la France, une telle re-
cherche s'est av6r6e dans le passe non seulement


vaine, de nature A provoquer au sein des Nations
Unies des discussions interminables, mais aussi sans
objet; dans l'esprit m8me de la Charte, les terri-
toires considers comme non autonomes sont en
pleine evolution.
Le repr6sentant de la France a cit6 en example
le cas de la Guadeloupe, de la Martinique, de la
Guyane et de la Reunion, territoires non autonomes
devenus d'authentiques d6partements francais et sur
lesquels le Gouvernement francais n'a plus done
aucun renseignement A fournir. Par consequent, a
conclu M. Sissoko, il est pratiquement impossible
de donner une definition satisfaisante d'un territoire
non 'autonome et la resolution pr6sent6e par les
Indes et adopt6e par la Commission de Tutelle ris-
que de provoquer de grosses difficultis.


Les elections au Conseil de la Republique


AFRIQUE OCCIDENTAL FRAN2AISE

OOTE D'IVOIRE
Premiere section : 1 siege a pourvoir. 2 conseillers
sortants : LAGAROSSE (R.G.R.), RUCART (R.G.R.).
Scrutin niajoritaire.
Ii:scrits : 12.
Votants : 16.
Saffrages exprim6s : 14.
LAGAROSSE Gaston (C.S.R.G.R.). Elu. 14 voix.
Deuxieme section : 2 sieges A pourvoir. 3 conseillers
sortants : FRANCHESCHI (U.R.R.), GUISSOU (R.I.),
DJAUMENT (U.R.R.).
Scrutin najoritaire.
Inscrits : 29.
Votants : 29.
Saffrages exprim6s : 27.
BIAKA Bora.
FRANCHIESCHI Philippe (Liste R.A.A.). Elus.
25 voix.

DAHOMEY
Peremtibre section : 1 siege A pourvoir. 1 conseiller
sortant : POISSON (M.R.P.).
Scrutin n ajoritaire.
Irscrits : 12.
Votants : 13.
Suffrages exprim6s : 12.
MARESCAU Albert (ind6pendant). Elu. 6 voix.
Deuxieme section : 1 siege a pourvoir. 1 conseiller
sortant : IGACIO PINTO (R.I.).


Scrutin majoritaire.
Inscrits : 19.
Votants : 18.
Suffrages exprim6s : 13.
IGACIO PINTO, candy. sortant (R.I.), Elu. 13 voix.

SENEGAL
3 sieges a pourvoir. 3 conseillers sortants : CROS
Charles (S.F.I.O.), DIOP (S.F.T.O.), SOCE (S.F.I.O.),
Listes : 2.
Inscrits : 52.
Votants : 48.
Suffrages exprim6s : 48.
Scrutin proportionnel.
Liste S.F.I.O. : Ousmane SOCE, cand. sortant
(S.F.I.O.), Charles CROS, cand. sortant (S.F.I.O.).
30 voix. Elus.
Liste D1mocratique Sinigalaise : )IA Mamadou.
18 voix. E1u.
SOUDAN
Premiere section : 1 sibge A pourvoir. 1 conseiller
sortant : COZZANO (R1p. Ind.).
Scrutin majoritaire.
Inscrits : 20.
Votants : 20.
Suffrages exprimes : 20.
COZZANO, cand. sortant (Tnd. R.P.F.). 11 voix.
Elu.
Deuxieme section : 3 sieges a pourvoir. 3 conseillers
sortants : MOUTET (S.F.I.O.), DOUCOURE (S.F.I.O.),
M'BODGE (S.F.I.O.).








Scrutin majoritairr.
Listes : 3.
Inscrits : 33.
Votants : 33.
Suffrages exprim6s : 33.
Parti progressiste soudanais apparentes S.F.I.O.:
DOUCOURE Mamadou, cand. sortant, M'BODGE Ma-
madou, cand. sortant. 25 voix. Elus.
Liste d'union soudanaise apparentes communist :
HAIDARA Mahamane Alassane. 6 voix. Elu.

NIGER
Premiere section : 1 siege A pourvoir. 1 conseiller
sortant : STREIFF (R6p. Ind.).
Scrutin majoritaire.
R6sultats provisoires : FOURRIER (R.P.F.). Elu.

Deuxieme section : 1 siBge a pourvoir. 1 conseiller
sortant : MAIGA (U.R.R.).
Scrutin majoritaire.
R1sultats provisoires : OUMAR BA (Union Nig6-
rienne Ind6pendante). Elu.

CUINiEE
Premiere section : 1 si6ge a pourvoir. 1 conseiller
sortant : FERRACCI (S.F.I.O.).
Scrutin majoritaire.
Suffrages exprim6s : 15.
FERRACCT, cand. sortant (S.F.I.O.). 13 voix. Elu.

Deuxibme section : 1 si6ge a pourvoir. 1 conseiller
sortant : TOURE (S.F.T.O.).
Scrutin majoritaire.
Suffrages exprim6s : 26.
SALLER Raphail (Indpoendant). 17 voix. Elu.

MAURITANIE
1 siege h pourvoir. 1 conseiller sortant : BRUNOT
(S.F.I.O.).
Scrutin majoritaire.
Inscrits : 21.
Votants : 20.
Suffrages exprimes : 20.
RAZAC (M.R.P., Entente Mauritanienne). 11 voix.
Elu.
HAUTE-VOLTA
Premiere section : 1 siege a pourvoir.
(Territoire r6tabli ulterieurement h 1'l6ection au
Conseil de la R6publique.)
Scrutin majoritaire.
Inscrits : 10.
Votants : 10.
Suffrages exprim6s : 10.
Marc RUCART, cand. sortant (C6te d'Ivoire)
(R.P.F.). 9 voix. Elu.

Deuxibme section : 2 sieges h pourvoir.
Scrutin majoritaire.
Inscrits : 43.
Votants : 41.
Suffrages exprim6s : 41.
NOUHOUM Sigue, KALENZAGA Christophe. Liste
d'Union pour la D6fense des Interits de la IHaute-
Volta. 27 voix. Elus,


TOGO
Premiere section : 1 siege A pourvoir. 1 conseiller
sortant : SIAUT (S.F.I.O.).
Scrutin majoritaire.
Inscrits : 7.
Votants : 7.
Suffrages exprim6s : 6.
SIAUT, cand. sortant (S.F.I.O.). 4 voix. Elu.
DeuxiBme section : 1 siege a pourvoir. 1 conseiller
sortant : GUSTAVE (S.F.I.O.)
Scrutin majoritaire.
Inscrits : 24.
Votants : 23.
Suffrages exprimes : 23.
GUSTAVE, cand. sortant (S.F.I.O.). 23 voix. Ehu.

CAMEROUN
Premiere section : 1 siege A pourvoir. 1 conseiller
sortant : GRASSARD (R.G.R.).
Scrutin majoritaire.
Inscrits : 17.
Votants : 16.
Suffrages exprimes : 13.
Dr GRASSARD, cand. sortant (Indep.). 13 voix. Elu.
Deuxieme section : 2 sieges h pourvoir.'2 conseillers
sortants : N'JOYA (S.F.I.O.), OKALA (S.F.I.O.).
Scrutin majoritaire.
Inscrits : 26.
Votants : 25.
Suffrages exprimes : 25.
N'JOYA Arouna, cand. sortant (S.F.I.O.). 21 voix.
Elu.
OKALA Charles, cand. sortant (S.F.I.O.). 24 voix.
Emu.


AFRIQUE EQUATORIALE FRANCHISE

OUBANGUI-CHARI
Premiere section : 1 siege h pourvoir. 1 conseiller
sortant : GUIRRIEC (R.G.R.).
Scrutin majoritaire.
Inscrits : 10.
Votants : 10.
Suffrages exprimes : 10.
AUBE Robert (Ind6p.). Elu.
DeuxiBme section : 1 siege A pourvoir. 1 conseiller
sortant : Mime VIALLE (S.F.I.O.).
Scrutin majoritaire.
Inscrits : 16.
Votants : 16.
Suffrages exprimes : 16.
Mme VIALLE, cand. sort. (Ind. Outre-Mer). 11 voix.
Elue.
MOYEN-CONGO
Premiere section : 1 siege a pourvoir. 1 conseiller
sortant : GERARD (R.1.).
Scrutin majoritaire.
Inscrits : 13.
Votants : 13.
Suffrages exprimrs : 13.
Dr COUPIGNY (R.P.F.). 7 voix. Elu.








Douxieme section : 1 siege ai pourvoir. I conseiller
so-tant : ETTFIER (UT.R.R.).
Scrutin majoritaire.
TI:scrits : 19.
Votants : 17.
Suffrages exprinis : 17.


MALONG K Jenn (Parti progressiste
10 voix. Elh.


congolais).


GABON


Premiere section : 1 sibge i pourvoir.
sortant : DURAND-REVILLE (R.G.R.).
Scrutin maj.oritaire.


- conseiller


Inscrits : 12.
V.)tants : 12.
S ffrages exprim6s : 7.
DURAND REVILLE, cand. sortant (R.G.R.-R.P.F.).
12 voix. Elu.

Deuxiieme section : 1 siege pourvoir. 1 conseiller
sortant : AN\TGHILLEY (U.R.R.)


Scrutiny majoritaire.
Inscrits : 19.
Votants : 19.
Suffrages exprim6s : 19.
ANGHILLEY, cand. sortant (U.R.R.), 13 voix au
deuxi6me tour. Elu.

TCHAD
Premiere section : 1 siege a pourvoir. 1 conseiller
sortant : GAUTIER (S.F.I.O.).
Scrutin majoritaire.
Inscrits : 11.
Votants : 11.
Suffrages exprimes : 11.
GAUTIER Julien, cand. sortant (Ind. R.P.F.).
9 voix. Elu.
Deuxieme section : I siege h pourvoir. 1 conseiller
sortant : BECHIR SOW.
Scrutin majoritaire.
Inscrits 21.
Votants : 21.
Suffrages exprimes : 21.
BECHIR SOW, cand. sortant (Ind.). 17 voix. Elu.
















ACTUALITY


L'INCIDENCE DES MEASURES MONETAIRES.
RECENTES DANS LES TERRITOIRES D'OUTRE-MER

Le Ministere de la France d'Outre-Mer a public
le communique suivant :
Les principles measures mon6taires qui viennent
d'etre d6cid6es par le Gouvernement pour les terri-
toires relevant du Ministere de la France d'Outre-
Mer peuvent se r6sumer comme suit :
La valeur de la piastre indochinoise reste fix6e
a 17 francs. Elle est modifiBe en consequence dans
les memes proportions que celle du franc par rap-
port aux devises 6trangeres non cot6es au march
libre de Paris (c'est-a-dire aux devises autres que
le dollar, 1'escudo et le franc suisse).
D'autre part, les operations de changes de l'In-
dochine avec les Etats-Unis, le Portugal et la
Suisse pourront desormais se traiter au march libre
de Paris dans les memes conditions que celles de
la m6tropole ou de l'Afrique du Nord.
La valeur du franc C.F.A. est port6e de 1 fr. 70
a 2 francs. Elle n'est pas modified par rapport aux
devises 6trangeres pour les operations commercials.
Ces dispositions s'appliquent a I'ensemble des
territoires du group C.F.A., c'est-A-dire a l'Afri-
que Occidentale Franfaise, au Togo, au Came-
roun, A 1'Afrique Equatoriale Francaise, a Mada-
gascar, au department de la R6union, a a Cote
Frangaise des Somalis, a Saint-Pierre-et-Miquelon.
La valeur du franc C.F.P. est portee de 4 fr. 32
a 5 fr. 31. Elle ne subit aucune modification par
rapport aux devises 6trangeres et variera par rap-
port au franc en cas de changement du course moyen
du dollar a Paris. Ces dispositions s'appliquent A
tout le territoire du group C.F.P., c'est-A-dire aux
Etablissements Francais de l'Oc6anie, a la Nou-
velle-Caledonie et aux Nouvelles-Hbrides.


ri







ECONOMIQUE


Enfin, la roupie frangaise reste A la parity de la
roupie des Indes. Sa valeur se trouve done portde
A 79. Elle se modifiera d6sormais en cas de chan-
gement du course moyen du dollar A Paris. Ces dis-
positions diverse selon les territoires respectent les
Sint6rets de chacun d'eux. Le niveau actuel des prix
en Indochine justifie que la valeur de la piastre soit
modifi6e dans les memes proportions que celle du
franc.
De meme, les measures particulieres adoptees pour
les territoires du group C.F.A. correspondent A la
situation 6conomique de ces territoires, don't les
exportations pouvaient continue de se traiter au
c6urs mondiaux sur la base des taux de change en
vigueur. Une modification de ces taux de changes
n'6tait done pas souhaitable. Enfin, le regime spe-
cial adopt pour les territoires du Pacifique s'expli-
que par I'importance de leurs relations commer-
ciales avec l'Ntranger. Cet ensemble de dispositions
assure donc aussi exactement que possible l'adap-
tation des nouvelles measures monetaires A la situa-
tion economique des territoires d'outre-mer.

MEASURES PRISES CONTRE LA SPECULATION
Commentant les decisions du Ministere des Fi-
nances et des Affaires Economiques en matiere de
change, une note explicative du Ministre des Fi-
nances ajoute notamment :
( II y a lieu d'ajouter que le Gouvernement s'est
pr6occup6 d'6viter que les changements de parites
intervenus pour les francs C.F.A. et C.F.P. puis-
sent etre la source de b6n6fices injustifi6s pour les
personnel qui auraient fait, au course des derniers
jours, A destination des zones C.F.A. et C.F.P.,
des transferts de fonds don't la n6cessit6 ne pourrait
etre d6montr6e; pour ces personnel, tout se passer






come si les operations contestees avaient et6 faites
post6rieurement au 17 octobre, c'est-a-dire sur la
base des nouvelles parites. Les Commissions lo-
cales, institutes lors de l'alignement mon6taire de
d6cembre 1945, auront a apprecier les justifications
produites et a proceder aux rectifications n6ces-
saires. )
En outie, dans ses explications orales, le Mi-
nistre a precise sa resolution de rechercher les eva-
sions de capitaux vers certaines zones d'outre-mer,
le Maroc ein particulier, et de les sanctionner.

Un communique du Ministre des Finances en date
du 18 octobre declare :
Au course de la dernire semaine, des transferts
de fonds assez nombreux ont eu lieu A destination
des territoires de la zone franc C.F.A. afin de tirer
profit d'un. changement de partt.
Le d&cret relatif aux consequences des measures
monetaires, qui viennent d'intervenir, donne au
Gouvernement le moyen d'annuler ces operations.
Les transferts op6r6s par l'entremise de la Ban-
que de l'Afrique Occidentale, de la Banque de
Madagascar, de la Caisse Centrale de la France
d'Outre-Mer et de l'Administration des Postes
seront examines dans le detail. Dans tous les cas o
leur n6cessite ne pourra 8tre justifiee, les interesses
seront invites a donner, eux-memes, l'ordre d'annu-
lation.
A defaut, les affaires seront soumises par les
soins du Ministre des Finances a l'examen des Com-
missions institutes par le d6cret du 23 avril 1946.
Les envois de fonds a destination de 1'Afrique
du -Nord ont pris, pendant la meme period, une
ampleur anormale. Ces operations, si elles avaient
un objet !p6culatif n'ont, en fait, procure aucun
b6nefice a leurs auteurs, mais elles risquent de jeter
le trouble sur les marches locaux. En Algerie, en
Tunisie et ,au Maroc, les pouvoirs publics ont, en
consequence, pris des measures pour controler l'em-
ploi des capitaux flottants qui ont ainsi afflue sur
leur territoire.


LES MOVEMENTS DE FONDS
AVEC LA COTE FRAN(AISE DES SOMALIS
Le Journal Officiel du 30 octobre public, au
titre du Ministere des Finances et des Affaires Eco-
nomiques, un avis de I'Office des Changes relatif


au movement de fonds entire la France metropoli-
taine et les territoires d'outre-mer de la zone franc,
d'une part, la C8te Frangaise des Somalis, d'autre
part, par modification des dispositions de 1'avis 22L
(instruction no 69 de la Caisse Centrale de la
France Centrale de la France d'Outre-Mer) de
l'Office des Changes relatif aux relations financieres
A l'interieur de la zone franc.
-( Les movements de fonds en provenance de
l'un quelconque des territoires de la zone franc
(y compris 1'Indochine, les Etablissements Frangais
de 1'Inde et le condominium des Nouvelles-
H6brides) et a destination de la C8te Frangaise des
Somalis sont, A computer de la date de publication
du present avis, subordonn6s a l'autorisation de
1'Office des Changes du territoire d'exp6dition ;
lorsqu'ils ont ete regulierement autorises, les mou-
vements de fonds entire les territoires susvises ne
peuvent etre effectues que par 1'entremise d'inter-
mediaires agrees.
( Toutefois, les envois de fonds peuvent 6gale-
ment etre effectues dans les deux sens par la voie
postal, par mandat-carte ou par mandat-te61gra-
phique, dans la limited admise normalement par
l'Administration des Postes, Tl16graphes et Tel6-
phones sur presentation, au bureau de poste emet-
teur, d'une autorisation d6livree par l'Office des
Changes du territoire d'exp6dition.
( D'autre part, les voyageurs qui se rendent de
l'un des territoires de la zone franc dans la Cote
Frangaise des Somalis sont autorises a etre porteurs
d'une some au plus gale A la contre-valeur de
25.000 francs m6tropolitains, sous forme de billets
de banque en francs C.F.A.O., de cheques ou de
lettres de credits exprimes dans cette meme mon-
naie. La some de 25.000 francs susvis6e peut
egalement comprendre des billets de banque de
France, mais seulement a concurrence d'un montant
maximum de 4.000 francs.


LE REGLEMENT DES OBLIGATIONS
ENTIRE TERRITOIRES DE LA ZONE FRANC

Le Journal Officiel du 17 octobre public un de-
cret du 16 octobre fixant les conditions de reglement
des obligations entire territoires de la zone franc.
Les emoluments servis au titre des soldes et
indemnites accessoires du personnel des administra-







tions metropolitaines, du personnel des cadres de la
France d'Outre-Mer r6gis par d6cret et du per-
sonnel militaire et tous autres emoluments libell6s
en francs m6tropolitains, ainsi que des arr6rages des
pensions et rentes viageres de toute nature libell6s
en francs m6tropolitains sont pays en monnaie lo-
cale aux int6resses r6sidant dans chaque territoire
sur la base de la parity applicable A la date du
reglement.
Toutefois, les rappels d'6moluments et de pen-
sions et rentes sont pays sur la base de la parity
applicable pendant la p6riode au titre de laquelle
ils ont 6t6 acquis. En aucun cas l'application des
dispositions ci-dessus pr6vues ne pourra entrainer une
diminution des sommes effectivement perques par
les int&ress6s en monnaie locale sur la base de la
parity applicable pr6c6demment.
Les bons du Tr6sor sont dans tous les cas r6-
put6s libell6s dans la monnaie du territoire oi ils
ont 6t6 6mis.
Des transferts de fonds en provenance de la
France m6tropolitaine, de l'Algrie, de la Tunisie
et du IVaroc A destination des territoires de la zone
du franc C.F.A. et de la zone du franc C.F.P.,
executes par voie bancaire ou postal A partir du
lundi 11 octobre sur la base des parit6s en vigueur
A cette date, pourront 8tre sourms A 1'examen de
Commissions sp6ciales.


LE COMMERCE METROPOLE-TERRITOIRES
FRANQAIS D'OUTRE-MER PENDANT
LES 9 PREMIERS MOIS DE 1948

Le tableau ci-apres donne la r6partition des
changes commerciaux entire la' mtropole et les
territoires frangais d'Outre-Mer pendant les neuf
premiers mois de 1948 :
Importations Exportations
(en milliers de francs)


Afrique Occiden-
tale francaise.
Algrie .......
Indochine ......
Madagascar ....
Maroc ........
Afrique Equato-
riale frangaise.


19.216.321
48.148.358
5.775.202
4.230.472
16.522.643

3.829.766


11.355.633
46.191.438
15.952.546
5.677.454
25.407.154

2.840.924


Importations Exportations


Tunisie .......
Cameroun .....
Nouvelle Caledo-
nie .........
Cite des Somalis.
Etabliss. Francais
d'Oc6anie ...
Guadeloupe ....
Guyane frangaise.
Inde frangaise ..
Martinique .....
La Reunion ....
Saint-Pierre-et-Mi-
quelon .......
Togo .........

TOTAUX des pays
del'Union fran-
gaise ........


(en milliers
5.254.153
4.535.888

409.452
10.681

1.180.262
4.193.890
26.390
28.563
3.291.149
842.237

9.473
800.073


118.314.973


de francs)
13.180.248
2.943.278

492.909
415.510

264.266
2.235.453
268.230
3.642
2.579.748
1.434.363

32.698
407.098



131.682.992


A L'ORGANISATION EUROPEENNE
DE COOPERATION ECONOMIQUE

Le Comit6 Ex,6utif de I'Organisation euro-
p6enne de cooperation economique a decide la crea-
tion d'uri group de travail charge d'etudier les
probl6mes qui se posent dans les territoires d'Outre-
Mer au sujet du programme A long terme.
A ce Comite sont representees les nations ayant
des territoires d'Outre-Mer. La pr6sidence a ete
confine A la France. C'est M. Peter, Directeur des
Affaires Economiques au Ministere de la France
d'Outre-Mer, qui remplit cette function.


L'ECONOMIE INDOCHINOISE

I. AGRICULTURE
Cochinchine (Aout-Septembre 1948)
Le reflux vers les centres de nombreux proprie-
taires et meme de fermiers ais6s continue a peser
sur la production du paddy. Dans ces deux mois,
5.618 tonnes de paddy et 207 tonnes de riz ont ete







expedi6es sur Saigon-Cholon, centre 13.000 ton-
nes de paddy et 277tonnes de riz en juillet.
De nomb:reux semis de mais blanc ont et6 faits.
Dans quelques plantations de cannes A l'ouest
de Cholon, la r6colte n'a pu 8tre oper6e, faute de
main-d'oeuvre.
La r6colte d'arachides est en course, mais le ren-
dement est reduit de moiti6 (400 kgs A l'hectare)
dans la province de Thudaumot, par suite
d'averses.
Les noix de coco dans le secteur de Mytho va-
laient 1.300 A 1.350 piastres les 1.200 pieces en
septembre, soit une augmentation de 25 % environ
par rapport au course d'aoqt. Le prix de I'huile
se maintie:nt cependant aux environs de 800-
850 piastres les 100 kilogs.
A Bienhoa et Vinhlong, la r&colte de tabac est
en course. A Thudaumot, la culture n'est entreprise
que sur des petites superficies.
Les cultures maraicheres sont en course d'exten-
sion dans la province de Thudaumot.

Cambodge (Septembre)
La precipitation des pluies a 6te tres in6gale,
trop abondante dans le secteur de Phn8m-Penh et
trop rare dans la region de Kompon-Cham. Dans
1'ensemble, la r6colte de riz est belle.
La recol:e de mais est d6ja 6coul6e en grande
parties, sur la base de 85 piastres les 100 kilogs
pour le mais roux et de 85-95 piastres pour le
mais blanc.
La culture du coton ne s'etend que sur 500 hec-
tares, en diminution sur les ann6es pr6c6dentes en
raison de la baisse des course mondiaux et de l'arri-
v6e des tissus d'importation.
Le soja fait l'objet d'une culture 6tendue
6.000 hectares pour la seule province de Kom-
pong-Cham..
On compete, en outre, 2.000 hectares plants
en haricots,, 500 hectares en arachides.
Le course du poivre noir est mont6 a 2.150 pias-,
tres le picul de 63 kilogs, celui du poivre blanc
A 2.850 piastres (au lieu de 1.900 piastres en fin
aout).
Laos (Aout)
La secheresse inusitee de juin-juillet a compro-
mis le repiquage du riz. Des essais de riz flottant
entrepris en 1947 ont chou6.


Dans le Sud, le cafe est un peu d6laisse au
profit du tabac.

Tonkin
Le typhon des 27-28 septembre a endommage
25 % des rizieres du delta.
La culture de l'arachide reprend un peu.
A Quang-Yen, une superficie assez important
est consacr6e aux ( plants A paper n, don't le
course est mont6 A 1.100 piastres les 100 kilogs.
Les cultures maraicheres. approvisionnant Hanoi
ont subi des d6gats ,values A 60 % par suite du
typhon.


II. ELEVAGE


Le Cambodge continue A ravitailler la Cochin-
chine en animaux de boucherie et volailles. En
aoilt, les exportations vers Saigon ont 6et de
3.340 bovins, 1.009 bubalins, 1.940 porcins,
62.630 volailles.
Le Laos a expedi6 en Annam, pendant le
meme mois, 525 bovins et bubalins et 1.570 porcs.
Les boeufs de boucherie valent aux alentours de
700 piastres I'un et les porcs 400 piastres le picul
de 60 kilogs A Paks6 et jusqu'a 600 piastres A
Vientiane.

III. INDUSTRIES
La production mensuelle de carbon du Tonkin
se maintient au-dessus de 25.000 tonnes. Les
ventes ont et6 de 18.000 tonnes en aout. Les
stocks au 31 aoft 6taient de 43.600 tonnes.
Les cimenteries de Haiphong ont produit en
aoft 9.683 tonnes de ciment brut et 10.317 ton-
nes de ciment broy6. 11.200 tonnes ont 6te ven-
dues, don't 1.500 vers Tahiti et 1.000 vers la
Nouvelle-Cal6donie.
La production d'alcool a ete de 4.000 tonnes
en Cochinchine, 5.800 au Cambodge (l6gere di-
minution).
Les installations de la Soci6t6 Oxygene et Ace-
tylene d'Extreme-Orient a Haiphong ont e6t re-
mises en march.
Les manufactures de cigarettes maintiennent une
production mensuelle de 240 tonnes environ.






COMMERCE EXTERIEUR
Les importations se sont l6ev6es en juillet a
24.900 tonnes d'une valeur de 167,8 millions
de piastres don't 61 % (en valeur) venant de
France. Ces chiffres sont les plus bas depuis mars.
Les exportations ont 6t6 de 60.200 tonnes, re-
pr6sentant une valeur de 136,4 millions de pias-
tres (au lieu de 50.400 tonnes et 85,6 millions de
piastres en juin).
Les Etats-Unis sont au deuxieme rang des pays
fournisseurs, la Chine au troisieme rang. La France
est aussi au premier rang des acheteurs, avec 40 %
,en valeur. La France d'Outre-Mer se place der-
riere elle, avec 27 % des exportations indochi-
noises.


LA CONFERENCE AFRICAINE DE LA PESTE BOVINE
DE NAIROBI KENYAA)

S'inscrivant dans le cadre des Conferences afri-
cain'es organis6es par les Gouvernements francais,
britannique, beige et portugais, une conference
africaine de la peste bovine a &t6 r6unie a Nairobi
(Kenya) du 19 au 26 octobre 1948.
La peste bovine est, en Afrique, une affection
du b6tail contagieuse et meurtriere qui doit &tre
efficacement combattue par une action coordonn6e
base sur la cooperation interterritoriale. I est
agr6able de constater que la plupart des territoires
africains infects de la maladie ou directement me-
naces par elle se sont faits representer a la Confe-
rence par d'importantes de16gations de v6t6rinaires
venues d'Afrique Occidentale Frangaise, d'Afrique
Equatoriale Frangaise, du Cameroun, du Togo, de
Nig6ria, de Gold Coast, de Gambie, de Sierra
L6one, du Congo Beige, d'Angola, du K6nya, de
l'Uganda, du Tanganyika, du Nyassaland, du
Mozambique, du Zanzibar, db la Rhod6sie du
Nord de la Rhod6sie du Sud, de 1'Union Sud-Afri-
caine, de la Somalie britannique, de l'Erythr6e, de
1'Ethiopie, du Soudan anglo-6gyptien et de
I'Egypte. Des organismes internationaux tels 1'Of-
fice International des Epizooties et la F.A.O.
avaient d616gu6 des observateurs A la Conf6rence.
Les d6legues frangais A cette conference 6taient :
MM. Feunteun, Chef du Service de I'Elevage et
des Industries animals au Ministere de la France
d'Outre-Mer, repr6sentant le D6partement; Mornet


et Larrat, representant 1'Afrique Occidentale Fran-
caise; Dauzats et Receveur, 1'Afrique Equatoriale
Frangaise et le Cameroun ; Dugu6, le Togo.
Le programme de la Conf&rence comportait :
1'examen de la situation de la peste bovine
dans les different territoires d'Afrique : fr6quence
de l'affection, dommages causes par elle dans les
troupeaux, origine de la maladie et possibilities de
diffusion dans les territoires voisins ;
1'examen des methodes d'immunisation utili-
s6es dans chaque territoire, valeur de ces m6thodes
selon les regions et les races bovines :
1'examen des possibilities de maintien et de
diffusion de la maladie du fait des chevres, des mou-
tons, des porcs et du gibier ;
1'6tude des possibilities d'6radication de la
peste bovine en function des disponibilit6s en vac-
cin et en personnel technique ainsi que tous autres
facteurs favorables ou d6favorables au maintien de
1'affection.
La fixation d'un plan de champagne tendant a
1'6radication de la maladie dans 1'ensemble des ter-
ritoires africains.
L'6tablissement des bases d'une organisation
africaine de cooperation destinee a faciliter 1'elimi-
nation de la peste bovine du continent africain.
II s'agissait l d'un programme trbs vaste et d'une
tache rendue ardue par la diversity des territoires
en cause et la multiplicity des problems locaux.
Apres une semaine de travail realise sous le signe
de la concorde, la Conference a precise un certain
nombre d'observations et formula des recomman-
dations qui se r6sument come suit :
Malgr6 le fait que dans certain territoires comme
le Soudan anglo-6gyptien la peste bovine ait et6
jusqu'ici considered comme un mal necessaire empe-
chant une excessive pullulation du b6tail, la Confe-
rence place en tete de ses recommendations la ne-
cessite d'agir en vue de 1'eradication de la peste
bovine quelles que soient les repercussions agricoles,
sociales ou 6conomiques pouvant resulter d'un exces-
sif accroissement du cheptel bovin dans certaines
regions.
La Conference a consider que malgr6 d'impor-
tants obstacles bien mis en evidence par la delega-
tion frangaise : nomadisme des troupeaux, popula-
tions pastorales peu 6volu6es dans l'ensemble,







moyens de communications souvent difficiles, fron-
tieres, etc..., 1'l'radication de la peste bovine peut
etre obtenue par des vaccinations massive des trou-
peaux.
Constatant que le r61e joue dans le maintien et
la propagation de la peste bovine par les moutons,
les chevres, les porcs et certain animaux sauvages
est encore insuffisamment defini la Conf6rence re-
commande d'effectuer d'urgence des recherches sur
la peste bovine chez ces animaux.
La Conference constatant que l'immunisation du
b6tail sans bosse est le moyen de virus attenue (virus
chevre notamment) est actuellement dangereuse, re-
commande de pousser les recherches en vue de la
mise au point d'une m6thode de vaccination durable
et d'une inocuite certain chez ces animaux.
Constatant que les vaccins par virus attenue doi-
vent etre standardis6s et prepares avec le plus grand
soin dans.des laboratoires specialists, la Conference
recommande de limiter d'abord a trois laboratoires :
Bamako (A. O. F.), Vom (Nigeria) et Kabeti
(Kenya) la production de ces vaccins, d'autres labo-
ratoires, s'ils sont convenablement equip6s pourront
dans la suite etre ouverts A la production de ces
vaccines.
En vue de coordonner les recherches et de donner


a la production des products biologiques immuni-
sants le maximum de garantie la Conference de-
mande la creation d'un Comit6 scientifique africain
consultatif de la peste bovine.
Elle recommande egalement la creation d'un bu-
reau africain permanent de la peste bovine destine
a donner a la documentation concernant la maladie
une diffusion large et rapide.
Certains territoires africains tels le Soudan anglo-
egyptien, 1'Erythr6e et I'Ethiopie ne disposant ni
d'un personnel veterinaire, ni de moyens mat6riels
suffisants pour entreprendre une action antipestique
efficace, la Conference a consider que ces terri-
toires doivent recevoir I'assistance d'un organisme
international tel que la F.A.O.
La Conference africaine de la peste bovine a 6t6
suivie d'une Conference F.A.O. de la peste bovine
organis6e du 28 octobre au 1" novembre et au course
de laquelle furent examinees les m6thodes d'immu-
nisation centre la maladie et notamment des pro-
cedes par injection de virus attenue par passage chez
le lapin ou sur embryon de poulet, proc6des exp6-
riment6s en Chine et aux Etats-Unis.
Les resolutions de cette Conference 'a laquielle la
France 6tait repr6sentee par un observateur:
M. Feunteun, confirmerent les recommendations de
la Conference africaine.


ANN- J


















LA VIE COLONIAL EN FRANCE


CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES DU 27 OCTOBRE

XPOSANT dans ses grandes lignes la communica-
tion du Ministre des Affaires Etrangeres faite
au Conseil des Ministres, 'M. Mitterand, porte-
parole du Gouvernement, a d6clar6 que
M. Schuman a parl6 notamment de la situation dans
les Etablissements frangais de l'Inde, apres les 6lec-
tions qui viennent de se derouler dans quatre d'entre
eux, et don't les r6sultats ont 6te favorables aux theses
frangaises.
On peut vraisemblablement s'attendre A des entre-
tiens directs entire ,M. Schuman et le pandit Nehru en
dehors des representations diplomatiques normales.
En tout 6tat de cause, a soulign6 M. Mitterand, le
Gouvernement frangais a l'intention de tenir ses enga-
gements.


LE CONSEIL DES MINISTRES DU 28 OCTOBRE

Le Conseil des iMinistres du 28 octobre a approuv6
la nomination de M. Loubet au poste de Commissaire
de la R6publique par interim au Cambodge, poste qui
avait 6et occupy par M. L6on Pignon, le nouveau
Haut-Commissaire de France en Indochine.
Le Conseil a en outre approuv6 l'616vation au grade
de gouverneur de 3e classes des colonies de Torel, Le-
layec et Chauvet.


CONSEIL DU 3 NOVEMBRE

Le Conseil des Ministres s'est r6uni le 3 novembre.
Comme au pr6ecdent, M. Robert Schuman a expose
la situation dans les Etablissements- francais de l'Inde,
oa des elections municipales viennent d'avoir lieu, en
ce qui concern quatre d'entre eux.
Le Ministre a fourni des precisions sur les conversa-
tions en course avec le gouvernement de 1'Inde en vue
de conclure les accords n6cessaires.


L'ACTIVITt MINISTIRIELLE

M. COSTE-FLORET AU CERCLE DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER

M. 'Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer, a pr6sid6 le 27 octobre un d6jeuner au cercle de
la France d'Outre-Mer, auquel assistaient notamment
M. Pignon, Haut-Commissaire de France en Indochine,
et S. E. Tiou Long, d616gu6 du Cambodge en France,
'le G6n6ral Chevance-Bertin, M. Ponnavaire, ancien
Commissaire de la R6publique au Cambodge;
M. Beau, directeur des Travaux publics au Ministere
de la France d'Outre-rMer; 'M. Grimald, Secretaire
G6n6ral de l'A. E. F.; ,M. Herzog, chef de cabinet
du Ministre de la France d'Outre-Mer et diverse
autres personnalite* de la France d'Outre-'Mer.
A l'issue du banquet, M. Pignon a prononc6 quel-
ques mots, se defendant d'exposer ce qu'il comptait
faire car, a-t-il dit, j'en suis actuellement a la periode
de meditation et de prises de contacts. II a ajoute que
la mission qui lui 6tait confine 6tait delicate mais qu'il
avail pour la remplir un el1ment de confiance dans la
certitude des concourse qu'il trouvera pras de tous.
Prenant A son tour la parole, M. Coste-Floret a d6-
clare, a propos de la mission de M. Pignon: Vous sa-
vez les raisons que la France a de rester fiddle a sa
vocation. La France est en Indochine comme partout le
soldat de la paix et de la liberty. C'est pour cet ideal
qu'elle a combattu dans la clandestinitd, comme pour
la realisation de l'ideal democratique.
Le 3 novembre, l'Association des anciens e6Ives de
l'Ecole Nationale de la France d'Outre-Mer a offert un
d6jeuner, plac6 sous la pr6sidence effective de M.
Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-Mer, en
l'honneur du Gouverneur G6n6ral Pignon, Haut-Com-
missaire de France en Indochine, au Cercle de la
France d'Outre-tMer.
M. Cazeaux, Inspecteur G6n6ral des colonies, Pr6si-
dent de I'Association, a remerci6 dans une allocution
le Ministre d'avoir d6sign6 un ancien major de promo-
tion de 1'Ecole pour le poste de Haut-Commissaire de
France en Indochire.
,M. Pignon a repondu en signalant qu'arrive a Hanoi
en septembre 1945, il avail trouve le concours spontani







de tons les administrateurs d'Indochine; dans la suite,
ceux venant d'Afrique unis a ceux d'Indochine lui ont
apporte la collaboration la plus confiante allant jusqu'au
sacrifice de leurs vies.
M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer, pregnant ensuite la parole, a exprim6 sa satisfac-
tion d'avoir pu faire designer M. Pignon, don't il avait
pu appr6cier les qutlit6s, en tant que directeur-g6rant
des Affaires Politiques au Ministere de la France
d'Outre-Mer. Traitant la question de l'Union Franpaise
dans son ensemble, le Ministre a conclu: la France
pursuit la mise en application des principles democra-
tiques. La notion de l'Union Francaise n'est pas seule-
ment un changement d'etiquette, mais la realisation
d'un ideal ddmocratique, avec la collaboration des Etats
associis et non plus protegds.
Parmi les personnalit6s pr6sentes se trouvaient no-
tamment S. E. Tiou Long, membre consultant de la
delegation francaise A l'O. N. U.; le President Tran
Van Ty, Pr6sident de l'Association des anciens eleves
de Colo en Indochine; le Gouverneur Veber et M.
Paul Mus, Directeur de l'Ecole de la France d'Outre-
Mer.

M. COSTE-FLORET A MARSEILLE

M. Cosle-Floret est arrive le 8 novembre A Mar-
seille.
En compagnie du Pr6fet des Bouches-du-Rhone, et
des ing6nieurs dp port, le Ministre a pris place sur une
,vedette pour effectuer la visit des ports. I1 a pu ainsi
se rendre compete des travaux d6ja ex6cut6s pour la
reconstruction des quais et hangars ainsi que de I'im-
portance de ceux qui n'ont pu encore etre entrepris.


POSE DE LA PREMIERE PIERRE DE L'INSTITUT
DE RECHERCHES FORESTIERES TROPICALES

IM. Coste-Floret a pos6 le 9 novembre, an jardin
colonial de Nogent-sur-Marne, la premiere pierre de
1'Institut des recherches forestieres tropicales.
On notait la presence de M. Juglas, Pr6sident de la
Commission des Territoires d'Outre-Mer A l'Assembl6e
National; M. Delavignette, Directeur des Affaires
Politiques au Ministere de la France d'Outre-Mer ; du
Directeur du IMus6um d'"Histoire naturelle; du Pr6si-
dent du Comit6 national des bois tropicaux et des re-
pr6sentants qualifies de la Recherche scientifique et
technique d'outre-mer. L'Institut des Recherches 6tait
represented par M. Guillaume, Directeur de 1'Agricul-
ture, 6leva;re et forts, M. Marcon, chef de la section
technique Iorestikre.
R6pondant A l'expos6 de IM. Guillaume, Directeur
de i'Agriculture, sur les raiscus,. commercials et de
prestige frangais, qui justifient 1'6dification de cet Ins-
titut, IM. 'Coste-Floret a soulign6 l'acte de foi dans
1'Union Fiancaise que constitute cette creation. ( Les
r6formes sur les plans 6conomique, agricole et social,
a-t-il dit, :iont le corollaire logique des r6formes poli-


tiques apport6es en un laps de temps, rapide A 1'Union
Francaise. Elles sont la meil'eure justification de la
presence frangaise et le fondement essential de cette
Union Frangaise que nous sommes en train de construire
A la lumiere de nos traditions ).
Le batiment, conpu par l'architecte en chef du gou-
vernement, M. Roux-Spitz, premier grand prix de
Rome, a 6t6 entrepris au moyen des credits du Fonds
d'investissement pour le d6vploppement 6conomique et
social des Territoires d'Outre-Mer.
Pr6cisons que le domaine forester des Territoires
d'Outre-Mer couvre une superficie de plus de 100 mil-
lions d'hectares. En tenant compete du deficit mondial
des bois et de l'accroissement g6n6ral de la consomma-
tion, le bois constitute pour les pays d'6conomie primi-
tive une production imm6diatement exploitable et d'une
grande valeur.
I1 6tait done n6cessaire de cr6er un organisme de
recherches et de mise en valeur des forts tropicales.
L'Institut "de recherches se propose d'6laborer des
6tudes se rapportant a la production, a exploitation et
A la r6alisation des bois tropicaux, ainsi qu'a la forma-
tion de sp6cialistes et de technicians.
Cet 6tablissement sera dot6 de la personnalite civil
et de l'autonomie financiere.


REOUVERTURE DES COURSE
DE L'ECOLE NATIONAL DE LA FRANCE
D'OUTRE-MER

'M. Coste-Floret a pr6sid6 le 9 novembre a l'avenue
de l'Observatoire, la seance de reouverture des course de
1'Ecole Nationale de la France d'Outre-Mer, A la-
quelle assistaient 6galement MM. Boisdon, Prxsident
de l'Assembl6e de l'Union Francaise; luglas, Pr6si-
dent de la Commission de la France d'Outre-Mer a
l'Assembl6e Nationale; les g6n6raux Bertrand, Com-
mandant de l'Ecole de guerre, et Landouzy, des troupes
coloniales; IM. de Fontenav, Directeur de l'Ecole Na-
tionale d'administration; MM. Delavienette, Directeur
des Affaires politiques au Ministere de la France d'Ou-
tre-Mer; Gaston, Inspecteur G6n6ral de l'Enseignement
et de la ieunesse A la France d'Outre-Mer; diverse
personnalit6s de 1'Administration coloniale. ainsi que
les 616ves des diverse promotions de l'Ecole.
M. Paul Mus, Directeur de l'Ecole, ayant remerci6
M. Coste-Floret de sa presence, a en meme temps an-
nonc6 que le Ministre avait tenu A donner lui-mAme la
lecon inaugurale du course de droit qui se fera A I'Ecole;
puis, pr6sentant les membres de cette famille ( bien
petite pour representer l'immensit6 de l'Union Fran-
gaise ), le directeur aPmontr6 la n6cessit6 de maintenir
une forte formation et un large recrutement pour encou-
rager Ia ( vocation colonial n.
Si c'est la France qui a fait I'Union Frangaise,
a-t-il dit notamment, il faut d'abord se p6n6trer de la
France, en maintenant l'unit6 morale de la haute admi-
nistration frangaise ).
Ayant 6voqu6 ensuite les difficulties qui se pr6sentent







a l'heure actuelle dans la competition mondiale,
M. Mus a demand au Ministre et aux membres des
Hautes Assembl6es de maintenir derriere les 6leves de
l'Ecole, qui n'ignorent pas les difficulties du jeu, une
grande force mat6rielle et morale, car, a-t-id terming,
( c'est l'6quipe de France que vous avez devant vous )).
M. Coste-Floret, pregnant la parole A son tour, a sou-
lign6 l'importance de l'Ecole aux yeux du chef du d6-
partement, car ( l'Union Prangaise mise dans les lois
demand A devenir une chose vivante dans ila r6alit6 ))
et l'id6e qui domine dans le maintien de 1'Ecole Natio-
nale de la France d'Outre-iMer est principalement
( l'id6e de survive )).-( L'avenir n'est point ferme, puis-
qu'il sera A l'6chelle de l'Union Francaise ,.
Ayant ensuite esquisse quelques idees de r6formes,
notamment dans l'admission des ( tetes de concours ,
A l'Ecole Nationale d'administration, afin que les 61eves
puissent devenir des administrateurs de I'Union Fran-
9aise r6nov6e, le IMinistre a conclu en s'adressant aux
6!ves: ( J'ai eu ainsi le plaisir de parler devant des
jeunes, j'ai pu semer des idees pour preparer la moisson,
c'est A vous de 'a faire n.


PROMOTIONS ET NOMINATIONS

Par decret en date du 8 octobre 1948, paru au 1. O.
du 9 octobre, Paul Chauvet, Administrateur de 1"r
classes des*Services civils de 'lIndochine, est nomm6
Inspecteur G6n6ral des affaires administrative du gou-
vernement general de 1'Afrique Occidentale Frangaise.

Par d6crets, en date du 20 octobre, parus au J. O.
R. F. du 22 octobre :
M. Loubet, Administrateur de 1" classes, est
charge par interim des functions de Commissaire de la
R6publique au Cambodge.
IM. Le Layec, Directeur des Finances du gou-
vernement g6n6ral de I'A. E. F., est nomm6 Gouver-
neur des colonies.
M. Torel, Administrateur des services civils de
l"Indochine, est nomm6 Gouverneur des colonies.

Par d6cret du 22 octobre, publiC au J. O. R. F. du
28 octobre, M. Pignon a &t6 nomm6 Haut-Commis-
saire de France en Indochine, en replacement de
M. Bollaert, A computer du 20 octobre 1948.


MISE EN DISPONIBILITE

Par d6cret en date du 20 octobre, paru au J. O.
R. F. du 22 octobre :
M. Sainteny, Gouverneur des colonies, est plac6 sur
sa demand en disponibilit6 sans traitement.


PROMOTION DANS 'LE CADRE
DES GOUVERNEURS
Par d6cret en date du 1"' octobre 1948, sont promus:
I. Gouverneurs de 1'r classes des colonies
a) Pour computer du 1" octobre 1948:
IMM. Capagorry (Jean-Charles-Andre), Digo (Yves-
Jean), Toby (Jean-Francois), Gouverneurs de
2e classes des colonies.
b) Pour computer du 22 octobre 1948:
M. Bertaut (Pierre-Eugene-Franrois), Gouverneur de
2" classes des colonies.
c) Pour computer du 18 d6cembre 1948:
M. Soucadaux (Jean-Louis), Gouverneur de 2e classes
des colonies.

H. Gouverneurs de 2e classes des colonies.
a) Pour computer du 1" avril 1948:
M. Laurent de Viledeuil (Marc-Antoine), Gouver-
neur de 3" classes des colonies.
b) Pour computer du 1"' octobre 1948:
MM. Siriex (Paul), F6lix (Alfred-Pierre), C6dile
(Jean-Henri-Arsene). Paoli (Tancrede-Joseph-
Philippe), Pechoutre (Jacques-Pierre), Gouver-
neurs de 3e classes des colonies.

REVOCATIONS SANS PENSION RAPPORTEES
Par d6cret du 8 octobre, paru au J. O. du 16 oc-
tobre, le d6cret du 12 mars 1946 portant revocation
sans pension de M. Gautier (Georges-Armand-Louis),
Gouverneur de 1"T classes des colonies, est rapport.
Par d6cret du 14 octobre, paru au meme j. 0.,
est rapport le decret du 26 mars 1941 r6voquant sans
pension M. Chastenet de G&ry, Gouverneur de 2' cl.
des colonies.
Par decret en meme date, le d6cret du 26 d6-
cembre 1945 r6voquant sans pension M. Brasey (Louis-
Antoine) est abrog6. M. Brasey, Gouverneur de 3 cl.
des colonies, est mis en position de disponibilit6 sans
traitement.

DELEGATION A PARIS
DU HAUT-COMMISSARIAT EN A. O. F.
IM. Goujon, Administrateur en chef des colonies,
nomm6 Directeur de la D616gation A Paris du Haut-
Commissariat en A. O. F.
Le nouveau Directeur, qui succede A M. Lecca, est
entree dans administration colonial en 1938, mais a
servi depuis 23 ans dans les cadres militaires en A.
O. F. II a 6t6 adjoint au maire de Bebo-Dioulasso de
1943 a 1945, et occupait avant sa nomination a Paris
les functions d'adjoint au Directeur g6n6ral des Affaires
6conomiques d'A. O. F.







LEGION D'HONNEUR

Le Journal Officiel du 4 novembre public, au titre
du Ministere de la D6fense Nationale, un d6cret por-
tant promotion au grade d'officier de la L6gion d'Hon-
neur:
M. Naegelen, Gouverneur G6n6ral de 1'Alg6rie,
et nomination au grade de chevalier de:
'M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer.
iM. MVarc Rucart, Conseiller de la R6publique
(Cote-d'Ivoire).


INFORMATIONS ADMINISTRATIVE

OCTROI DES TITRES
DE GOUVERNEUR HONORAIRE
ET DE GOUVERNEUR GENERAL HONORAIRE
DES COLONIES

Le Journal Officiel du 9 octobre public un d6cret
determinant les conditions dans lesquelles :les titres de
Gouverneur honoraire et de Gouverneur g6n6ral hono-
raire des colonies peuvent etre d6cern6s.


INSTITUTION D'UN TOUR DE SERVICE OUTRE-MER
POUR LES FONCTIONNAIRES DES CADRES
GENERAUX RELEVANT DU MINISTER
DE LA FRANCE D'OUTRE-MER

Par d6cret public au ]. O. du 9 octobre, il est insti-
tu6 un tou de service pour tous les fonctionnaires (ad-
ministrate rs et magistrats compris) des cadres relevant
du Ministere de la France d'Outre-Mer qui, ayant
acheve leur p6riode de cong6, de d6tachement, de dis-
ponibilit6, de stage ou de service en France ou en
Afrique du tNord, peuvent etre appel6s A rejoindre un
poste outre-mer.

MODIFICATION DU TAUX DE LINDEMNITE
DE DEPART COLONIAL

Par d6cret en date du 8 octobre, paru au Jour-
nal Official du 13 octobre, le d6cret du 25 fevrier 1946
relatif a I'indemnit6 de depart colonial est modifi6. Les
tariffs sont d6sormais les suivants:
Tarif : 96.000 francs. Gouverneurs g6n6raux. Gou-
verneur- et personnel ayant traitement budg6taire as-
simil.
Tarif 2 : 75.000 francs. Administrateurs de I et 2 cl.
et personnel ayant un traitement budg6taire assimil6.
Tarif 3: 40.000 francs. Adm. de 3e cl. et Adm. ad-
joints et personnel ayant un traitement budg6taire
6gal ou sup. aux precedents.


Tarif 4: 25.000 francs. Elkves administrateurs et per-
sonnel ayant un traitement budg6taire 6gal ou sup.
aux pr6ecdents.
Tarif 5: 15.000 francs. Personnel ayant un traitement
budg6taire inf6rieur A celui des agents classes ci-
dessus.


REPARTITION ENTIRE LES TERRITOIRES
D'OUTRE-MER DE LA CONTRIBUTION A L'OFFICE
DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE COLONIAL

La contribution des Territoires d'Outre-Mer aux d6-
penses de l'Office de la recherche scientifique colo-
niale pour l'exercice 1948 est r6partie comme suit:
Francs


Indochine ........................
Afrique Occidentale franaise .......
Afrique Equatoriale francaise ........
M adagascar .......................
Cameroun ...... ..................
T ogo ...........................
C6te Francaise des Somalis ...........
Ets Frangais de l'Oc6anie ............
Saint-Pierre-et-Miquelon .............
Nouvelle-Cal6donie ................
Nouvelles-H6brides ...............
W allis et Futuna ...................
Ets Francais dans I'Inde ......... ...


20.975.601
12.475.481
4.944.582
6.271.430
2.342.716
974.404
767.084
668.607
248.784
1.420.142
77.745
10.366
653.058


51.830.000


ABROGATION DU DECRET DU 27 DECEMBRE 1941
RELATIF A LA SUPPRESSION DE LA FRONTIER
DOUANIERE ENTIRE L'A. E. F. ET LE CAMEROUN

Le Journal Officiel du 28 octobre public un d6cret,
en date du 18 octobre 1948, abrogeant le d6cret du
27-12-41 relatif t la suppression de la frontiere doua-
ni6re entire 1'A. E. F. et le Cameroun.
D6sormais, les relations douanimres entire les deux
territoires seront r6gl6es par des conventions passes par
les deux Hauts-Commissaires de d'A. E. F. et du Ca-
meroun.


DIPLACEMENTS
DE PERSONNALITtS COLONIALES

MISSION D'ETUDES DE M. JUGLAS

M. Juglas, Pr6sident de la Commission des T.O.M.
a 1'Assembl6e Nationale, apres une mission d'6tude
au Congo Belge, en A. E. F. et au Cameroun, est ar-
riv6 a Orly le 2 novembre venant de Douala.
A son retour M. Juglas a fait part a un repr6sentant
de l'A. F. P. de ses impressions:







(( Mes impressions d'un voyage rapide ne sont pas
encore decantees, a-t-il precise, et je me limiteral a
celles que je rapporte du Cameroun.
( Ce qui m'a frapp le plus dans ce territoire c'est
la varibte exceptionnelle de ses possibilities agricoles.
Dans le domaine de !a construction, a ajout6 M.
Juglas, l'effort du Cameroun est prodigieux, notamment
A Douala oi s'6l vent, A une cadence acc616r6e, des
batiments de toutes sortes, administratifs et d'int6r&t
public. Le rythme de la circulation est impressionnant.
I est rev6lateur d'une activity justifi6e par les richesses
d'un pays qui constitute A mes yeux une porte de sortie
normal de certain territoires de I'A. E. F.
( La sensation dominant que donne une visit du
Cameroun est que 1'on se trouve dans un pays qbi d6-
marre. Mais des obstacles devront etre surmont6s pour
lui permettre un d6veloppement rationnel. En premier
lieu, le Cameroun souffre d'une insuffisance des moyens
de communications et, en particulier, de l'6tat de son
chemin de fer. Dans la priode qui a pr6c6d6 la guerre
on n'a pas fait 1'effort d'6quipement que 16gitimement
les virtualit6s latentes du Cameroun. On tend actuelle-
ment A combler ce retard grace A l'aide consentie, mal-
gr6 ses difficulties propres, par la m6tropole, sous la
forme de F.I.D.E.S. On ameliore, pour les chemins de
fer, les courbes trop fortes par des raccordements para-
boliques, mais le traffic est difficile A modifier.
i( Pour les routes, le Haut-Commissaire achieve la
mise au point d'adjudications de construction de routes
avec revgtements.
i( Sur le plan 6conomique, le conditionnement des
products laisse encore A d6sirer. Le Cameroun devra,
pour garder les marches qui s'ouvrent en ce moment
exceptionnellement A lui, veiller strictement A la quality
de ses products et devra, d'autre part, veiller A 6tablir
un just 6quilibre entire les cultures vivri&res et :les cul-
tures d'exportation, ces dernieres tendant trop sensible-
ment pour l'heure A l'emporter. Une prospection g6olo-
gique et g6ographique a 6te A cet 6gard mise en train.
(( Le Cameroun a A faire face enfin a des dangers
qui ne lui sont pas speciaux : le danger de I'usure des
sols qui command une adaptation" sp6ciale de nos m6-
thodes, et le danger, dans certaines regions de depeu-
plement. A cbte en effet d'une expansion d6mogra-
phique sensible enregistr4e dans la zone Bamilekes, il
y a des menaces qui present sur certaines races par suite
de maladies end6miques et qu'on s'efforce sans relache
d'6carter.
( Je rapporte, dans l'ensemble, une impression opti-
miste car j'ai trouv6 au Cameroun un cadre d'adminis-
trateurs de hautes qualities techniques et morales.
(( Enfin, a declare en terminant M. Juglas, ce voyage
confirm la n6cessit6 de continuity qu'il convient de res-
pecter pour les missions des Hauts-Commissaires et des
Commissaires. Les pays d'outre-mer exigent de longs
et rudes apprentissages qui ne peuvent donner de fruits
que dans la measure ot6 cette rggle de continuity est ob-
serve )).
(( C'est, opBr6 parmi les technicians, en dehors de
certanes missions extraordinaires, que le recrutement me
parait en definitive etre le plus eficace quant A ses r6-
sultats et A leur dur6e ,.


MANIFESTATIONS COLONIALES

LA CEREMONIES DU ( SOUVENIR INDOCHINOIS >
A NOGENT-SUR-MARNE

Le 2 novembre, le (( Souvenir indochinois ), sous
la conduite de son Pr6sident, le Resident Sup&rieur
Bosc et les membres de son comit6, notamment le Gou-
verneur G6enral Le Gallen, le General Andlauer,
M. Sanson, a rendu hommage aux morts coloniaux des
deux grandes guerres, ce matin au jardin colonial de
Nogent-sur.iMarne otu se trouvent disperses dans un
cadre de verdure les styles 6lev6es a la m6moire : des
soldats coloniaux de la guerre 14-18, aux soldats noirs
morts pour la France, aux Cambodgiens et Laotiens,
aux Malgaches, ainsi qu'une pagode annamite. Cette
demi&re Brig&e sous 'l'impulsion de l'Empereur Khai-
Dinh, pere de S. M. Bao-DaT, avec des vestiges d'une
pagode de Thudaumot et d&diie aux mames des heros
morts pour la France.
M. Coste-Floret, Ministre de la France d'Outre-
Mer, et le Gouverneur G6n6ral Pignon, Haut-Commis-
saire de France en Indochine, 6taient presents.
M. Bosc a rappel6 les buts de l'association:
Dans l'organisation et le ddveloppement de I'ceuvre
qu'elle pursuit depuis trente annees, I'Association s'est
inspire des mceurs et des traditions qui, en Extreme-
Orient, sont a la base de la religion domestique et de
la vie social.
Chez les peuples du Viet-Nam, le culte des ancetres
symbolise la famille qui veut se survivre et assurer sa
perennite par deli les fronti&res de la mort, d'oh les ce-
rdmonies rituelles prescrites par la doctrine confuceenne
et par des lois millinaires que cedlbre chaque annie la
communaute familiale, dans les demeures les plus somp-
tueuses comme dans les plus humbles chaumiires pour
honorer la mimoire des disparus et perpetuer leur sou-
venir.
C'est dans ce meme esprit que le Souvenir indochi-
nois, dans l'accomplissement de sa tdche apporte aux
families lointaines la rdconfortante assurance que la md-
moire de leurs enfants morts en France et pour la France
est l'objet d'un culte fervent et que la sdpulture oi ils
reposent est entourd d'une fiddle et constant sollici-
tude.
Dans le domaine spirtiuel o6 s'exerce son action,
notre Association a, d'autre part, le sentiment de servir
efficacement la cause de I'Union Frangaise et de res-
serrer entire Francais et peuples des Etats associds les
liens de fraternity et de confiante solidarity qui dans une
Indochine nouvelle, maitresse de son destin, lui rendront
dans une paix durable et feconde, sa beauty, sa pros-
perilt et sa grandeur.
M. Cao Van Sen, au nom des travailleurs et tirail-
leurs annamites, a remerci6 MM. Coste-Floret et Pi-
gnon de leur presence.
KM. Coste-Floret, pregnant la parole A son tour, a
salu6 la memoire des soldats de France et d'lndochine
qui sont tombs pour une cause commune, R6pondant A







des vceux die paix exprims par MM. Bose et Cao Van
Sen, le 'Ministre a conclu : 11 faut unir nos efforts et
faire appel aux forces morales. Ceux qui sont morts
pourraient nous dire qu'ils 6taient ions soldats de
I'Union Frangaise. C'est pourquoi nous les confondons
dans le mrme souvenir.
Une d616gation de S. M. Bao Dai, compose de
M. N. Gguyen Huu Tri, Phan Van Binh, de S. E.


Phan Huy Dan, M. Hoang Van Co, 6tait venue se
joindre au < Souvenir indochinois ) et s'est rendue en
outre au cimeti&re de Nogent-sur-Marne, pour d6poser
une gerbe de fleurs au ( Souvenir frangais ).
Parmi la nombreuse assistance, se trouvaient notam-
ment: le G6n6ral Valluy, M. Delavignette, le Pr6si-
dent Albert Sarraut, le Pr6sident Ty, MIM. Tran Van
Kha et Le Van Dinh, du Conseil de Cochinchine.


















NOUVELLES D'OUTRE=MER


INDOCHINE

HAUT-COMMISSARIAT
-. A DE FRANCE


BOLLAERT,
revenant en
0- a M France,
son passage
A New-Delhi, le 8 oc-
tobre, a tenu une Con-
f6rence de press au
course de laquelle il a
d6clar6 notammeAt que
le probleme indochinois 6tait en voie de reglement par
(( 1'ascension du Viet-Nam A la situation d'Etat ind6-
pendant dans le cadre de l'Union Frangaise, au mgme
titre que l'Inde et le Pakistan au sein du Commonwealth
britannique ,. 11 a aussi exprim6 *la vive satisfaction
que lui avaient causes les manifestations de sympathie
don't il avait 6t6 l'objet de la part de la population
indochinoise avant son depart.
Le Haut-Commissaire, apres etre pass A Alger, oii
il a 6t6 I'h6te du Gouverneur Gen6ral Naegelen, est
arrive A Paris le 11 octobre. Dans l'interview accord6e
au repr6sentant de I'A. F. P. il a d6nonc6 les pertur-
bateurs qui empechent la paix de se r6tablir au Viet-
Nam, il a d6clar6 que ( notre mission est d6sormais de
garantir la liberty des peuples de d'Indochine, encore
trop faibles pour se d6fendre eux-memes, sans en con-
trecarrer les aspirations parfaitement I6gitimes. Et c'est
ainsi que nous traduirons dans les faits l'ind6pendance
des 6tats amis et associ6s dans F'Union Francaise n.
ODs son arrive, M. Bollaert a un un entretien avec
le Ministre de la France d'Outre-Mer. Le Haut-Com-
missaire, apres avoir rencontr6, le lendemain, S. M.
Bao Dai, a 6t6 recu le 13 octobre, par le Pr6sident de
la R6publique.
Le Conseil des Ministres, r6uni le 20 octobre, a ap-
prouv6 la nomination de M. L6on Pignon, au poste de
Haut-Commissaire de France en Indochine, en rempla-
cement de M. Bollaert. En attendant que M. Pignon
rejoigne son poste, l'int6rim sera assure par le Gene6ral
Blaizot, Commandant du Corps Exp6ditionnaire fran-
gais en Indochine. Le nouveau Haut-Commissaire, n6


le 19 avril 1908, est sorti major de la promotion 1928-
1931 de 1'Ecole Nationale de la France d'Outre-Mer.
II a d6but6 au Tonkin en d6cembre 1932, puis, af-
fect6 au Ministere de la France d'Outre-Mer, il a servi
A la Direction des Affaires Politiques de ce D6parte-
ment.
SMpbilis6 en 1939, et plac6 a la tate d'une compa-
gnie de tirailleurs s6n6galais, il a &et nomm6 Chevalier
de la L6gion d'Honneur pour faits de guerre. Fait pri-
sonnier, rapatri6 en janvier 1942, M. Pignon a 6te af-
fect6 sur sa demand au bureau des colonies d'Alger,
apres avoir refuse le poste de chef de cabinet de l'Ami-
ral Platon, aJors Secr6taire d'Etat aux colonies.
,Ds la creation du Comit6 frangais de Lib6ration
national, il a 6t6 affect au Commissariat aux colonies.
Secr6taire de la Conf6rence de Brazzaville en janvier
1944, puis d616gu6 gouvernemental frangais sous les
ordres de 'M. Tixier a la Conf6rence Internationale du
Trivail de Philadelphie (avril-mai 1945), il fut ensuite
charge de la Direction de P'llndochine au Ministare de
la France d'Outre-Mer.
Envoy6 en Extreme-Orient comme adjoint du d616-
gu6 g6n6ral du Gouvernement provisoire en Indochine,
il a occup6 le poste de conseille? politique du Commis-
saire de la R6publique au Tonkin, d'octobre 1945 A
avril 1946. Commissaire f6d6ral aux Affaires politi-
ques d'avril 1946 a mai 1947, il a particip6, comme
d616gu6, a la Conf6rence franco-vietnamienne de Fon-
tainebleau. .Nomm6 R6sident superieur de 3e classes Ie
6 juin 1946, il a 6t6 promu, le meme mois, Officier de
la L4gion d'Honneur, A titre militaire.
Commissaire de la R6publique au Cambodge de mai
1947 a septembre 1948, M. Pignon 6tait, depuis cette
date, Directeur-adjoint des Affaires Politiques au Mi-
nistere de la France d'OutreiMer.
Apres sa nomination, M. Pignon a fait, aux journa-
listes, une declaration dans laquelle il a dit notamment :
J'ai toujours eu une attirance particuliare pour l'Indo-
chine, pays ou j'ai fait une grande parties de ma car-
riere. J'y retournerai avec des responsabilites nouvelles
et avec le souci de faire retrouver a ce pays, dans une
atmosphere d'objectivitj et d'humaniti, i'quilibre, la
paix et la sicurit6 auxquels il aspire si profondiment,
et poursuivrai ainsi l'mcuvre de concorde entreprise par
mon eminent prndicesseur, M. Bollaert.







Le nouveau Haut-Commissaire, aprbs avoir imm6-
diatement rendu visit au President de la R6publique,
a eu un long entretien avec le iMinistre de la France
d'Outre-Mer. Ensuite, il a fait un4large tour d'horizon
avec (M. Bollaert, de tous les problems politiques, mi-
litaires et sociaux, actuellement a l'ordre du jour dans
le Viet-Nanm.
Le 22 octobre, au micro de la Radiodiffusion natio-
nale, M. Pignon a prononc6 sa premiere allocution of-
ficielle. Je veux assurer, a-t-il dit, la continuity de la
pens6e politique francaise qui, malgre tout ce qu'on a
pu dire ou (crire, n'a jamais cesse d'etre profondiment
liberale et genereuse dans les solutions recherchees au
probleme iidochinois.
Je puis timoigner que la seule question entire le Viet-
Nam et nous, crucial il est vrai, a toujours etM une
question de confiance. J'admets que, de part et d'autre,
la mefiance est, dans une certain measure, legitime.
Vietnamiens et Francais, nous sommes, les uns et les
autres, et pour notre compete, depositaires d'intfrets sa-
cris sur lesquels il nous est permis de composer pour un
bien superieur, qui est la paix et I'amitie entire nos peu-
ples, mais qu'il nous est strictement interdit d'aliener
et de trahir.
Je congois done ma mission comme consistent d'abord
a retablir la confiance entire Francais et Vietnamiens.
Pour retablir cette confiance, je ne connais pas d'autre
methode que celle du travail en commun dans un esprit
realiste et objectif. C'est en formant des equipes disi-
reuses de travailler ensemble, capable de franchir
l'obstacle des mots pour aller au fond des choses, que
nous obtiendrons le resultat que les peuples franfais et
vietnamien desirent si intensement.
II nous jaut reduire par l'analyse tous les problemes
jusqu'h leurs derniers elements; a ce moment-la, nous
verrons bien si nous pouvons nous mettre d'accord, cha-
cun ayant :xactement determine les garanties qu'il est
en droit d'exiger legitimement. En un mot, j'ai foi dans
le travail probe, mithodique, objectif: je sais que cette
methode est lente, je crois qu'elle est sOre.
Le Haut -Commissaire a ensuite tourn4 sa pens6e vers
le Cambodge et le Laos:
Je voudrais dire un mot d'amitii pour les peuples du
Cambodge et du Laos; ils savent bien, je crois, sans
qu'il soit ncessaire de manifestations verbales, combien
ils me sont chers, quel est aussi mon respectueux et af-
fectueux a tachement pour les personnel augustes et vo-
n6eres de leurs souverains.
De leur cat6, les souverains du Camb.odge, du Laos,
S. M. Bao Dai, le G6n6ral Xuan, ont adress6, sans
tarder, lemus f6licitations a 'M. Pignon. S. M. Bao Dai,
dans sa lettre, exprime sa certitude que la competence
et la profonde connaissance des hommes et des choses
de I'Extr8me-Orient du Haut-Commissaire ( aideront
6norm6ment a faire 6tablir une politique de paix et de
concorde au Viet-Nam, politique d6ej vigoureusement
amorcee par 'M. Bollaert Elle exprime aussi sa satis-
faction sur le choix judicieux du Gouvernement fran-
gais. C'esi 1 aussi la pensee de S. M. Sihanouk qui
ajoute que ce choix s'est port sur ( I'un des plus 6mi-
nents serviteurs de l'Union Franraise et 'un des plus


nobles artisans de l'amiti6 et de la libre association
franco-khmere Le G6neral XuAn a formula I'espoir
que l les efforts conjugues des hommes de bonne vo-
lont6 frangais et vietnamiens aboutiront rapidement h
un accord harmonieux pour la restauration de la paix
dans un olimat de confiance mutuelle donnant satisfac-
tion aux aspirations nationals du Viet-Nam et sauve-
gardant les int6rets de la France )).
Le Haut-Commissaire, dans sa r6ponse a S. M. Bao
Dai, I'assure ( qu'il est certain qu'une sincere et affec-
tueuse cooperation entire le people vietnamien et le
people frangais, anim6s d'une m8me volont6, pourra
fire triompher la cause de I'amitie franco-vietna-
mienne, sur la base de l'ind6pendance et de a'unit6
du Viet-Nam dans le cadre de l'Union Frangaise )).
La nomination de M. Pignon a 6t6 accueillie avec
faveur par l'opinion publique francaise d'Indochine.
Quant a la press vietnamienne, bien que peu prodigue
en commentaires sur cette nomination, elle lui fait ce-
pendant un accueil favorable dans l'ensemble.
Seule la Radio vietminh, a d6clar6 que le choix de
'M. Pignon montrait la volont6 de la France de conti-
nuer en Indochine une politique de force, pour la seule
raison que IM. Pignon fut un des collaborateurs de
il'Amiral Thierry d'Argenlieu.
Le 30 octobre, M. Pignon a assist, au Cercle de
l'Union Fran.aise, a un d6jeOner offert en son honneur,
par les 6tudiants, artistes et travailleurs vietnamiens de
Paris qui avaient envoy une d6l6gation lui presenter
'leurs souhaits de r6ussite dans l'meuvre qu'il va entre-
prendre.
En meme temps qu'il 6tait nomm6 Haut-Commis-
saire, M. Pignon 6tait 6lev6 au grade de Gouverneur
G6n6ral.
M. Jacques Dequeker, Chef du Bureau des Affaires
chinoises au Commissariat de la R6publique en Indo-
chine du Nord, rentrant en France, est remplac6 par
M. Augier.
M. Pierre Messmer, Directeur du Cabinet du Haut-
Commissaire de France pour l'Indochine, a quitt6 Sai-
gon salu6 par la L6gion qui a d6tach6 sa clique pour
honorer a son depart a le Commandant Messmer I), an-
cien 16gionnaire. 11 est remplac6 dans ses functions par
M. Biros, Chef des Affaires Politiques pros du Com-
missaire de la R6publique en Annam.
La Cour de Justice de l'Indochine a jug6, dans sa
session d'octobre, les affaires suivantes:
18 octobre : Marcel Pionovi, commergant a Hai-
phong,,condamn6 a quatre ans de prison, 10 ans d'm-
dignit6 national et confiscation de la moiti6 de ses
biens.
Faust Faure, employ dans une mason de commerce
japonaise, condamn6 a un an de prison et 5 ans d'in-
dignit6 national. Tous deux sont inculp6s d'intelli-
gence avec !'ennemi.
20 octobre: Alexis Brunet, ancien Directeur de
I'Agence de la Compagnie des Chargeurs R6unis a
Saigon, acquitt6.
21 octobre: Pasteur Serge Lehnbach, acquitt6.
23 octobre: Commandant Tisseyre, de l'Infanterie







Coloniale, Directeur du p6nitencier de Poulo-Condore
en 1942. Acquitted.
Ces trois dernieres personnel 6taient inculpkes d'at-
tentats A la Siret6 ext6rieure de l'Etat.
Les membres du bureau de la C. G. T., F. 0., pro-
fitant du s6jour a Paris de !M. Faurillon, Secr6taire ge-
n6ral de l'Union des syndicats d'Indochine, ont exa-
min6 les problemes int6ressant les travailleurs autoch-
tones. Ils font part, dans un communique public le
15 octobre, de leur accord unanime pour aider A la
r6alisation des revendications poses, ainsi que de leur
sympathie agissante A 1l'6gard des fonctionnaires, em-
plov6s et ouvriers d'Indochine.
L'Office des Changes a fait connattre que l'Indo-
chine 6tait admise depuis le 18 octobre au b6enfice du
march libre des changes cr66 A Paris sur le dollar,
l'escudo et le franc suisse. En consequence, les impor-
tateurs et exportateurs indochinois b6n6ficieront, comme
ceux de la m6tropole, du course moyen de ces devises.
Un prochain avis de l'Office des Changes donnera tous
details sur cette decision.
La Direction f6d6rale des Douanes et' R6gies' tra-
vaille actuellement a I'61aboration d'un nouveau tarif
des douanes. Ce nouveau tarif entrerait en vigueur le
1"r ianvier prochain.
Par d6cret public au Journal Officiel, le 24 oc-
tobre, il est cr66, A partir du i" juillet 1948, un Tresor
indochinois, plac6 sous l'autorite du Haut-Commissaire
de France pour 1'Indochine. ( Pdur assurer I'ex6cution
des budgets des Etats associ6s de l'Indochine, de leurs
collectivit6s publiques et des services communs A ces
Etats et leurs operations de tr6sorerie: assumer la
charge, sur le territoire de l'Indochine, des services fi-
nanciers de l'Union Francaise. sous reserve des r6gle-
ments a intervenir avec les collectivit6s int6ress6es. Le
Tr6sor indochinois est autoris6 A recevoir des avances
de l'Institut d'emission, A 6mettre des bons du tr6sor
indochinois et A contractor des emprunts; il est aussi
autoris6 A recevoir en d6p8t, avec ou sans int6rkt, les
fonds des collectivit6s publiques indochinoises et des
particuliers.
II est cr66 en lndochine, dans le cadre des institu-
tions de I'Union Francaise, un Office Indochinois d'hy-
giene publique. groupant les repr6sentants du Haut-
Commissariat de France et des Couvernements des
Etats associ6s. L'Office Indochinois d'hygi6ne publi-
que a la charge de la pr6oaration et de I'ex6cution des
measures communes d'hvgiene g6nerale, de prophylaxie
et de police sanitaire int6rieure et extrrieure, ainsi oue
de Ia reunion et de la diffusion des informations 6pide-
miologioues. tant sur le plan international que sur celui
de I'Union Francaise.
Le President du Conseil des Ministres. sur le rap-
Dort du Ministre de la France d'Outre-Mer. a cit6e
l'Ordre de la 'Nation. le 9 octobre, IM. Guy du Tertre,
Directeur de Dlantations de caoutchouc en Indochine,
mort pour la France.
Le regiment d'infanterie colonial du Maroc, don't le
drapeau s'orne d'une croix de guerre aux 13 palmes,
de la Legion d'Honneur, de la Medaille Militaire, de
la a Distinguished Unit ,, d'une decoration portugaise


et de la double fourrag6re, vient de recevoir deux nou-
velles citations A l'ordre de l'arm6e pour sa champagne
de pacification en Indochine.
La 4e escadre a6rienne rentrant en France est arrive
A Marseille le 15 octobre, salute par le G6enral Le-
ch6res, chef d'iEtat-lMajor g6n6ral de 1'Air, et de nom-
breuses personnalit6s militaires.
Avant son depart d'Indochine A expiration de son
mandate, le Haut-Commissaire, Emile Bollaert, a
adress6 un ordre du jour aux troupes d'Indochine pour
les f6liciter de lceuvre qu'el'les ont accomplie pour le
retour de la paix.
Le G6n6ral Blaizot a pr6sid6 le 24 octobre A Hanoi
une important prise d'armes A l'issue de laquelle, de-
vant le monument aux morts, les anciens combatants
ont allum6 un flambeau qui, apr6s avoir traverse toute
l'Indochine, a 6t6 d6pos6 Paris le I11 novembre, A
l'occasion du 300 anniversaire de la Victoire de 1918,
sur la tombe du Soldat Inconnu, par l'Association des
anciens combatants d'Indochine, sous la pr6sidence de
M. Cache.
Le G6n6ral Blaizot a visit plusieurs provinces de
l'Annam. avant de regagner Saigon.


GOUVERNEMENT CENTRAL PROVISOIRE
DU VIET-NAM

Au course de son dernier s6jour A Paris, S. 'M. Bao
Dai a 6t6 regue en audience priv6e par le Pr6sident de
la R6publique, qui l'a ensuite invite, le 25 octobre,
A un d6jeuner a Rambouillet auquel assistant
MIM. Queuille, Andr6 'Marie, Coste-Floret et Pignon.
Ce mame jour a 6t6 c616br6 dans tout le Viet-Nam
l'anniversaire de la naissance de l'ex-Empereur qui a
recu A cette occasion les voeux adress6s par le Pr6sident
Xuan au nom de la population vietriamienne.
L'ex-Empereur a eu aussi des entretiens avec
M. Queuille, 1M. Paul Coste-Floret, 'M. Paul Devinat,
entretiens don't il a d6clar6 emporter t( un sentiment de
satisfaction qui fait bien augurer de d'heureuse issue
des n6gociations qui seront certainement reprises dans
un proche avenir a Paris ,. En dernier l;eu, il s'est en-
tretenu, le 30 octobre. avec M. Pignon.
Parmi les personnalit6s indochinoises revues par
S. 'M. Bao Dai, on note le Dr Nguyen 'Manh Don.
qui vient d'effectuer un voyage d'6tudes en Am6rique,
et IM. Deo Van Lang, repr6sentant des populations
Thai du Tonkin.
Au Viet-Nam, le bruit ayant couru d'une d6mission
du gouverement central provisoire du Viet-Nam, le
President Xuan a d6menti ces rumeurs dans une d6cla-
ration faite le 17 octobre : (( I n'est pas question de la
admission de mon gouvernement, aussi longtemps que
je jouirai de la confiance de S. M. Bao DaT et du
people vietnamien ,.
II a ajout6 que ces bruits provenaient d'une indiscre-
tion concernant les dispositions prevues au cas ou 1'As-
sembl6e national francaise aurait rejet6 l'accord de la
Baie d'Along.








( Or, cette 6ventualit6 est maintenant depass6e ), a
pr6cise le g6n6ral Nguyen Van XuAn, qui a affirm :
Je souhaite que nous receoions ce qui peut nous etre
donni imm(diatement sur le plan de la souverainti in-
tiriure, notlamment en matiere administrative, et que
nous puissions installer les Assemblies representatives
des trois Ky sans lesquelles mon gouvernement ne peut
pas gouverner dimocratiquement.
Une autre rumeur a aussi circule au meme moment:
celle d'un remaniement du Gouvernement Ho Chi
Minh, ce dernier c6dant sa place 'M. Bui Bang Doan.
La population saigonnaise, tant frangaise que vietna-
mienne, n'a appris cette nouvelle que par' les commen-
taires de la press parisienne. Elle fut en general tres
sceptique. Les Vietnamiens du Nord le furent encore
davantage. Le 22 octobre, un d6menti donn6 par la
radio viet-minh a mis fin aux commentaires.
Au course d'une Conference de press donnee a Pa-
ris, le 28 octobre, IM. Tran iNooc !Danh, qui se pre-
sente comme Pr6sident de la D6elgation de la R6pu-
blique d6mocratique du Viet-Nam en France, a d6clar6
que le Gouvernement de Ho Chi IMinh consider
comme nul et non avenue tout accord sign au nom du
Viet-Nam, soit avec la France, soit avec toute autre
puissance.
Or, on s'en souvient, nature Ho Chi Minh avait
solennellement affirm qu'il 6tait pret a s'effacer de-
vant toute personnalit6 vietnamienne qui serait suscep-
tible d'assurer au Viet-Nam la realisation de ses aspi-
rations nationals. La declaration actuelle de Tran
Ngoc Danh montre que Ho Chi 'Minh ne se content
plus de recl-ercher la r6alisation d'un programme natio-
nal, mais qu'il pursuit un but de dictature personnelle.
Le cargo Sainte-M&re-l'Eglise, qui a quitt6 le 22 oc-
tobre, a embarqu6 553 travailleurs indochinois rapa-
tri6s. Ceux-ci, a leur arrive en Indochine, seront h6-
berg6s A la base de reception du Cap Saint-lacques
ou'a recemment visit6e le Sous-Secr6taire d'Etat au
Travail et a l'Action Sociale du Gouvernement Cen-
tral Vietnamien, M. Ng8 Ngoc Con, accompagn6 du
Colonel Debar'e.
M. No8 NOoc Con, a par ailleurs, 6te d6sin6 avec
M. Hui Kan Thoul; 'Ministre de I'Education Nationale
du Cambodve, pour repr6senter l'Indochlne A la Conf6-
rence technique des services d'Inspection ,du Travail
qui aura lieu a Kandy (Ceylan) du 16 au 20 novembre
1948.
De source officielile vietnamienne. on rapport aue le
Haut-Commissaire Bollaert a prescrit, A la veille de son
depart pour la France. le transfer au Gouvernement
Central Provisoire du Viet-Nam de certain 6tablisse-
ments hospitaliers important.
Le Dr iDansg Huu Chi, iMinistre de la Sant6 Du-
blique, a annonc6 que des le mois de novembre 1948
son d6partement prendrait un certain nombre de me-
sures avant pour but ;'amelioration de la situation sani-
taire du Viet-Nam.
'M. Phan Huy Dan, Ministre de l'Information, en
mission en France, a profitA de son s6iour A Paris pour
visiter la central de l'A. F. P. qui I'a vivement int6-
resse. II a exprim6 son intention d'envoyer des 6tudiants


candidates journalists faire des stages dans les agencies
6trangeres.
Pour l'instant, le Viet-Nam compete un candidate, le
premier, admis A l'Ecole Nationale des Eaux-et-Forets
de Nancy; ii s'agit de M. Luong Si Chuong, contr6-
leur indochinois du Service forester de l'Indochine.
Huit officers vietnamiens sont aussi admis A suivre
les course de l'Ecole d'Application d'Infanterie d'Au-
vours, dans la Sarthe. Ils sont arrives A Paris A la fin
d'octobre.
A la fin d'octobre aussi, est arrive l'artiste peintre
Le Van De, grand prix de !Rome de peinture, qui va
participer, sur la demand de M. Celse Costantini, A
la prochaine exposition d'art au Vatican en 1950.
M. Le Van 'De composer des tableaux repr6sentant
les bienheureux martyrs vietnamiens.
Toujours dans le domaine artistique, un group de
peintres forms pour la plupart A l'Ecole des Beaux-
Arts d'Hanoi. ont fait pendant la premiere quinzaine
de- novembre une exposition inauguree par le Haut-
Commissaire Pignon.


Cochinchine

Le Conseil des iMinistres du Gouvernement Central
Provisoire du Sud Viet-Nam s'est r6uni le 15 octobre,
sous la presidence de iM. Huu, pour examiner diverse
questions administrative et financieres.
Le Conseil de Cochinchine a si6qg le 30 octobre
pour la premiere fois depuis trois mois, et, en d6pit de
I'absence de la maieure parties de la representation viet-
namienne, le Conseil a atteint le quorum. On sait que
cette representation estime contraire A 1'indenendance
la presence de representants francais au sein d'une As-
semblee parlementaire vietnamienne. An course de la
seance. le Conseil, sur l'intervention de 'M. Tran Van
Huu. PrAsident du Gouvernement du Sud-Vietnam, a
decide d'aiourner au Jendemain la discussion relative
a I'application 6ventuelle de l'article 3 du rAglement
interieur aui pr6voit que tout conseiller absent durant
deux sessions consecutives est d'office demissionnaire.
L'activit6 militaire a 6tA assez vive, surtout dans la
region au Nord-Ouest de Bgntre oi une operation im-
portante s'est dAroulee du 16 au 18 octobre. Les forces
terrestres francaises. apouyees par la marine et I'avia-
tion, ont encercld des 616ments du Viet-Minh, aui ont
eu 72 tu6s et 160 prisonniers. Du c6t6 francais, les
pertes ont 6t6 tr&s fables.
Les milieux officials dementent une information pu-
bliee A la fin d'octobre par la press vietnamienne et
selon laquelle une centaine de partisans hoa-hao se-
raient passes au Viet-Minh; on precise qu'A la suite
d'un different d'ordre int6rieur. des l16ments d'une
companies de la region de Cantho ont abandonne leur
zone de stationnement. D'autre part, selon des rensei-
gnements slrs. recueillis sur place, ces 6elments n'ont
pas reioint les troupes rebelles. II s'agirait d'un incident
local don't on ne doit pas exag6rer l'importance.
IM. Tran Van Huu a announce le 22 octobre, que
I'auto-d6fense de chaque village du Sud-Vietnam al-







lait etre organisme. 4 grenades, don't 2 ont fait explo-
sion au centre d'6coutes de la Presse. Elles n'ont fait
aucune victim.
Une grenade a 6t6 lance le 30 octobre au soir dans
un restaurant de Cholon. 18 personnel, don't 14 Fran-
gais et un Am6ricain, ont 6t6 l6gerement blesses.
L'auteur de I'attentat a 6t6 arr8t6. C'est un enfant viet-
namien, ag6 de 12 ans. I1 a d6clar6 avoir recu 20 pias-
tres pour lancer Ja grenade.
A cette occasion, on signal que la derniere grenade
qui a 6t6 lance dans la region de Saigon le fut dans la
nuit du 29 au 30 octobre, par un enfant de meme age
qui ne put 8tre arrete.
Cependant, on precise qu'au course des dernieres se-
maines, le nombre des attentats commis dans les regions
de Saigon et de Cholon est en nette regression.
Le 1" novembre, une Ecole Sup6rieure des lettres a
6t6 ouverte A Saigon. Elle s'ajoute aux autres orga-
nismes de d'Universite d'Indochine existant d6jA dans
cette ville : facult6s de droit et de medecine, Ecole Su-
perieure des sciences. Cette nouvelle Ecole Sup&rieure,
qui delivrera des certificates de licence de philosophies,
de la licence de g6ographie, de celles d'histoire, de
Jangues vivantes, etc... sera organis6e sur le type des
facult6s de lettres existant en France.


Tonkin
'M. Nghiem Xuan Thien, Gouverneur du Nord Viet-
nam, a fait une tourn6e de quelques jours dans la zone
maritime du 'Nord Vietnam et a prononc6 le 9 octobre
un important discours A Had6ng, applaudi par des mil-
liers'de Vietnamiens de la ville.
A son retour A Hanoi, il a transmis, le 9 octobre, a
S. M. Bao DaJ au nom des populations de Haiphong,
;Kien An et Quang Yen, une motion l'assurant de leur
entire confiance dans la poursuite des n6gociations
avec la France.
La police municipal de Hanoi et de Haiphong sera
prise en charge, A partir du l"' d6cembre prochain, par
le gouvernement du nord Vietnam A la suite d'un ac-
cord r6alis6 entire le Gouverneur Digo, Commissaire de
la R6publique au Tonkin, et M. Nghim Xuan Thien.
L'accord pr6voit un amalgame des elements de la po-
lice municipal francaise, et des 616ments vietnamiens.
Dans chacune des deux villes, la police municipal
sera place sous les ordres d'un chef vietnamien assist
d'un adjoint francais.
Une nouvelle tranche de 50.000 piastres sur le se-
cours de 300.000 piastres accord aux victims chi-
noises des 6v6nements du 19 d6cembre 1946 a 6t6 dis-
tribu6e A 82 Chinois, chefs de families nombreuses,
r6sidant autrefois en province et venus chercher refuge
a Hanoi, A la suite des brimades subies de la part du
Viet-Minh.
La base a6rienne de Bach 'Mai s'appellera d6sormais
a Base aerienne colonel Charles de la Baume ,, en
souvenir du colonel qui tomba au Champ d'Honneur le
22 juillet 1948, pros de Hoa Binh.
Le train Hanoi-Haiphong a saut6 'e 13 octobre sur
des obus places sur la voie ferr6e a une vingtaine de


kilometres de Haiphong. La locomotive et 12 wagons
ont d6raill]. Seul le chef de train a 6t6 l1gerement con-
tusionn6.
Au sud-ouest de Hanoi, le 18 octobre, un group du
Viet-Minh a attaqu6 A coups de fusils et de grenades
un d6pot d'essence A Kimlien, un poste de parachutistes
sur la route de Khamhian, et le commissariat de police
de iKhamhien. On ne signal pas de victims, mais
quelques 16gers d6gats.
Les operations qui se sont d6roul6es au Tonkin du
17 au 21 octobre au nord de Dong Trieu, A 60 kms A
1'est d'Hanoi, avec 1'appui de la marine, ont 6t6 cou-
ronn6es de succs : a Une centaine de membres du
Viet-'Minh ont 6t6 tubs, pr6cisent les autorites mili-
taires, et des armes, don't 1 canon de 37, 1 mortier de
60, et 3 bazookas sont tomb6es entire nos mains. Un
d6p6t d'essence a 6t6 d6truit. Nos pertes sont mi-
nimes ).


Annam

Le Gouvernement Central a d6cid6 la creation de
deux 6coles pour ila formation des cadres de l'arm6e
et de la jeunesse vietnamienne, qui seront install6es
A proximity de l'a6rodrome de Phu Bai A Hu6. Le
commandant Gerlotte, expert militaire frangais aupres
du IMinistere de la D6fense Nationale vietnamien, est
parti pour Hu6 afin d'6tudier l'installation de la pre-
miere cole.
Une reunion a eu lieu r6cemment, sous la pr6sidence
de S. E. Nguyen ,Khoa Toan, Ministre des Rites et de
1'Education Nationale du Gouvernement Central, en
vue d'6tudier l'organisation de l'instruction publique
dans le Centre Vietnam. Les travaux ont port sur ces
diffirents points:
1 Commenta;res des textes organiques concernant le
gouvernement central et en particulier le Ministere de
1'Education !Nationale;
20 Les organismes techniques de l'Enseignement
dans le Centre;
3 Installation des 6tablissements du 2 degr6 de
Hu ;
4 Questions concernant la prochaine renlr6e (per-
sonnel, programme, etc.);
50 Le baccalaur6at et les 6tudiants vietnanmens;
60 Les bourses d'6tudes.
Le iMinistre a insist sur l'int&ret de tout premier
plan accord par le gouvernement central aux problkmes
de l'enseignement et don't une des preuves peut etre
trouv6e d6jA dans l'octroi des bourses scolaires et
d'6tudes. Trois bourses ont 6t6 d6ja accord6es par le
Ministere competent pour des 6tudes A l'ext&rieur, don't
plusieurs pour des 6tudes en France.







Cambodge

L'Asseml:lee Nationale Cambodgienne a adopt le
8 octobre en deuxieme lecture la loi fixant le statut des
Conseillers du Royaume. Le project de loi vot6 en juil-
let dernier donnait au Pr6sident du Conseil du royaume
le rang de Ministre, alors que les autres membres de
cette institution devaient avoir les memes prerogatives
que les d6put6s. Sur le voeu formula par le Conseil du
Royaume que son Pr6sident ait le meme rang que le
President de 1'Assembl6e Nationale, cette derniere
s'est prononc6e favorablement.
L'Asseml:,le a vot6 un project de loi instituant un
Conseil consultatif d'6conomie rurale de 12 membres,
qui s'occupera du d6veloppement de I'agr;culture. Ce
conseil 6clairera le gouvernement par ses avis sur les
besoins ruraux et contribuera A la defense des int6rets
des agriculteurs. Des milliemes additionnels seront vo-
t6s chaque ann6e pour alimenter le budget de cet orga-
nisme.
Un (( prakas A du Pr6sident du Conseil vient d'insti-
tuer cinq Commissions d'6tudes en vue d'6tablir des
plans de r6organisation g6n6rale des services de l'Etat.
Les cinq Commissions sont les suivantes:
Commisioin politique, President S. E. Chheam Vam.
Commission economique, Pr6sident S. E. Sonn
Saan.
Commission financiere, Pr6sident S. E. Penn ,Nouth.
Commission culturelle et social, Pr6sident S. E.
Huy Kanthoul.
Commission judiciaire et administrative, Pr6sident
S. E. Pitou de IMonteiro.
S. E. Tiou Long, charge de mission en France, a
fait au Cen':re du stage d'information des officers de-
vant aller en Indochine, une Conf6rence sur le sujet :
( Situation politique, administrative et 6conomique du
Cambodge, relations pr6sentes et futures entire le Cam-
bodge, la France et l'Union Frangaise ),.
Un avion militaire Dakota venant de 'France, ayant
A bord 15 personnel, a disparu A une soixantaine de
kilometres au sud-ouest de Phnom-Penh.
M. Song Hong, exploitant forester a Kompong
Thma, a olfert un batiment pour les classes du cycle
compl6mentaire de l'6cole du centre. Son geste a donned
lieu A une emulation collective et une second classes
sera cr66e, par souscription, concr6tisant ainsi l'int6r&t
que ]a population prend au d6veloppement de l'ensei-
gnement.


Laos

L'Assembl6e iNationale laotienne, r6unie en stance
pl6niere, a d6sign6 M. Pheng Souvannavong, Conseil-
ler du Roi, pour reprsenter le royaume du Laos a
l'Assembl6e de l'Union Francaise.
Une Commission de quinze membres du Congres lao-
tien s'est reunie pour 6tudier, en vue de la revision de
la Constitution, les principles fondamentaux de ceilles-ci.
Ces principles dgag6s et vot6s, la Commission exami-
nera point par point les details.


Au Congres national laotien, M. Bonfils, Conseiller
politique, a lu un message du Haut-Conmissaire de
France qui porte A la connaissance de la population lao-
tienne la teneur d'un document annex au modus vi-
vendi, mais demeur6 jusqu'ici confidential.
D'apres ce document, sign en aoIt 1948, entire
S. M. Sisavang Vong, S. A. Tiao Boun Oum et le
Commissaire de la Republique au Laos au nom de la
France, S. A. Tiao Boun Oum conserve le titre h6r6-
ditaire de prince de Bassac. Ce titre lui fait prendre
rang imm6diatement apres le souverain, don't il relieve
directement, et le prince h6ritier. Le meme document
attribua a S. A. Tiao Boun Oum les functions d'Ins-
pecteur des Affaires politiques et administrative du
Laos, d616gu6 de Sa Majest6 le Roi. En contre-partie,
S. A. Tiao Boun Oum renonce A tous droits sur la
principaut6 de Bassac. Le Haut-Commissaire et le Roi
demandent au Congres 'National de ratifier ce proto-
cole. Une Commission a 6t6 d6sign6e pour 6tudier cette
question.



AFRIQUE
OCCIDENTALE FRANQAISE

Federation

LES TRAVAUX
DU GRAND CONSEIL
DE L'A. O. F.
aA session ordinaire
a le du Grand Con-
sell de I'A.
O. F. a 6t6 cl6-
tur6e le 18 octobre. Un
certain nombre de ques-
tions ont 6t6 examines au course de la dernidre stance,
notamment :
Le budget F.I.D.E.S. 1948-49. En retour du
F.I.D.E.S. Le comit6 directeur du F.I.D.E.S. avait
apport' de profondes modifications au budget d6lib6r6
par le Grand Conseil au mois de juin. Etant donn6 le
d6saccord, le Ministre arguant des pouvoirs qui lui sont
conf6r6s par les articles 51 et 52 de la loi du 27 aoat
1947, avait pris un arr~t6 6tablissant lui-m8me provisoi-
rement le budget des grands travaux sur les bases rete-
nues par le comit6 directeur du F.I.D.E.S.
Le Grand Conseil a donn6 pouvoirs A son Pr6sident
en vue d'un recours au Conseil d'Etat.
Project de cadre unique de fonctionnaires de I'A.
O. F. L'affaire a 6t6 renvoy6e A la prochaine ses-
sion pour permettre A administration d'instruire le dos-
sier.
Creation d'un riseau de transports automobiles en
A. O. F. Affaire transmise A administration pour
attribution.
Creation dans les divers territoires de la Fideration







d'un fonds d'dquipement rural et de developpement
dconomique et social. Ce project, di l'initiative du
Haut-Commissaire et don't il a 6t6 'question dans son
rapport de presentation, a fait l'objet par les Commis-
sions techniques d'un accord de principle, sous rYserve
de quelques modifications. Cependant, les incidences
financieres n6cessitent un examen approfondi de la
Commission des Finances, qui n'a pu presenter son rap-
port.
Vceu tendant c affected un fonctionnaire de I'A.
O. F. a la surveillance a Paris des itudiants d'A.O.F.
- Le voeu a 6t6 adopt par le Grand Conseil, qui a
demand que ce fonctionnaire soit particulibrement
charge du control des 6tudes.' Le Grand Conseil de-
mande A &tre renseigne par un rapport annuel.


LE BUDGET 1949 DE LA. 0. F.

Le Grand Conseil d'lA. O. F. a vot6 en fin de ses-
sion le budget 1949 de la F6deration.
II se pr6sente ainsi :
SECTION ORDINAIRE
A) Recettes:


Recettes de l'exercice .........
Prelevement sur la Caisse de reserve :
Pour provision rajustement des
soldes ....................
Pour completer les subventions aux
budgets locaux .............


9.325.075.000


200.000.000

700.000.000


Total .................. 10.225.075.000


B) Dipenses:
Dettes contributives et subventions.
Haut-Commissariat, Grand Conseil,
Gouvernement general ........
Services d'int6r&t g6n6ral et commun
Subventions et ristoumes aux budgets
locaux .....................


1.190.714.000

362.950.0006
4.684.310.000

3.987.101.000


Total ................... 10.225.075.000

SITUATION DE LA CAISSE DE RESERVE

La Caisse de reserve, apres y avoir incorpor6 le solde
b6n6ficiaire de l'exercice 1947, pr6sentera des dispo-
nibiliths s'Alevant A 2.580.000.000.


Sdn6ggal

LA RECOLTE D'ARACHIDES AU SENEGAL

La recolte d'arachides au Senagal sera excellent
cette ann6e. Dans les milieux agricoles et commerciaux
du Sbn6gal, on escompte pour cette ann6e que la pro-


duction d'arachides, situee aux environs de 520.000 A
550.000 tonnes, approchera celle des meilleures cam-
pagnes d'avant la guerre.
L'augmentation est de l'ordre de 20 a 25 /%.


Soudan

LA CONFERENCE DES COMMANDANTS
DE CERCLE DU SOUDAN

Le lundi 27 septembre, la Conference a 6t6 ouverte
par le Gouvemeur, assist du Secr6taire general.
La premiere journme a 6t6 consacr6e A 1'etude des
questions administrative et judiciaires. Les questions
relatives A 1'etat-civil ont 6t6 examinees et il a 6te pr6-
conis6 la g6n6ralisation de la carte d'identit6 de citoyen
francais, actuellement obligatoire A Bamako.
Au course de la deuxi6me journ6e, le Secretaire g6-
n6ral T6cher a fait un expos des questions financieres
relatives A la mise en oeuvre du plan d6cennal du F.I.
D.E.S. et du plan de champagne 1948-49. Le Gouver-
neur Louveau a vivement insist pour que les travaux
pr6vus au plan F.I.D.E.S. soient execut6s en priority.
I a d'ailleurs tenu A f6liciter les administrateurs et chefs
de services pour l'activit6 don't ils ont fait preuve dans
ce domaine, puisque le Soudan est le seul territoire a
avoir realis6 la totality des credits F.I.D.E S. mis a sa
disposition.
Le Gouverneur a annonce que la construction du pont
de Bamako avait '6t place en premiere urgence, en
raison de l'int6ret 6conomique incontestable que repr6-
sente cet ouvrage.
Differents projects de modernisation, electrification et
adduction d'eau, soci6t6s, immobilires, ont fait I'objet
d'un large change de vues.
Le chef du service de 1'Elevage a fait un expos du
programme d'hydraulique pastorale qui vent d'&tre 6ta-
li. I1 a insisted tout sp6cialement sur I'importance du
problame de I'am6nagement des voies d'6vacuation du
b6tail, don't le Soudan est gros exportateur.
Au course de la troisieme s6ance a et6 abord6 l'exa-
men de la question financiere et des travaux de route.
Le Secr6taire g6enral a fait un expose tries complete de
la- situation financiere, montrant les difficulties aux-
quelles le Soudan aura A faire face. Le Gouverneur a
demand que les d6penses soient r6duites, et a parti-
culi'rement insist sur les questions de personnel, de-
mandant que ne soient conserves au service de l'admi-
nistration que les agents qualifies.
La quatri&me journ6e a 6t6 r6serv6e,$ I'examen des
affaires economiques. La Conference a examine en d6-
tail les problems relatifs a la r6partition, a la produc-
tion, aux prix, ainsi que les questions poses par la r6-
forme des soci6t6s de pr6voyance et la creation des coo-
peratives. Faisant le point, A l'issue de la discussion
de ces questions, le Gouverneur a appel6 I'attention des
commandants de cercle sur la revalorisation des pro-
duits, la lutte centre le march parallele et la creation
des cooperatives.








Ensuite ont 6t6 6tudi6es les questions de personnel,
les questions domaniales et les questions tres g6n6rales
des rapports entire les services et les cercles.
La Conference a pris fin le 1" octobre.


LA SITUATION AGRICOLE AU SOUDAN

Les pluies ont 6t6 abondantes et bien r6parties cette
ann6e au Soudan, de sorte que l'6tat des cultures est
tres satisfaisant et permet d'envisager cette annbe une
bonne r6colte.
De tous les cercles de brousse parvient ce m8me
6cho.
La r6colle du mais, du fonio et du mil hatif est en
vole d'achivement. Pour le mil tardif et le riz, I'aspect
des culture,; est encourageant.
En ce qui concern les cultures industrielles, la re-
colte a commence pour les premiers semis d'arachides.
La floraison du coton est g6n6rale et on peut computer
6galement de ce c6t6 sur une bonne r&colte.
Le ramassage du karit6 est presque terming dans les
cercles producteurs. Le r6sultat se chiffre par une dimi-
nution de la production par rapport a l'an dernier. Sur
les marches, les premiers achats s'effectuent. A Ba-
mako, les cours pratiques sont de 22,5 A 25 francs pour
le beurre de karit6.
Dans I'ensemble du territoire, la situation alimen-
taire se prisente bien et la soudure est assure presque
partout.


OUVERTURE D'ETABLISSEMENTS SCOLAIRES

Un nouvel 6tablissement du second degr6 va ouvrir
en novembre a Banankore, pr&s de Segou. II peut d&s
present recevoir 40 61ves et 3 professeurs. Avec S&-
var6, IMarkala, Sikasso et Bafoulabe, le Soudan dispo-
sera A la rentr6e prochaine de 9 classes du second degr6
en dehors des 6tablissements scolaires principaux de
Katibougou et Bamako, qui totalisent 22 classes.
Des amrnagements vont etre entrepris en novembre
dans les bitiments laiss6s disponibles A Dira, par le d&-
part de l'Office du Niger. On pourra y loger 150 61eves
et 6 professeurs.


Guin6e

LES EXPORTATIONS DE LA GUINEE FRAN(AISE
AU. COURSE DU I"1 SEMESTRE 1948
Dakar, par avion.
Tonnage Valeur


Bananes vertes ............
Bananes ligues ..........
A nanas ..................
A grumes ................
Palmistes . . . .


12.949
9.901
470
208
3.155


190.354.259
253.065
19.514.959
3.538.206
37.982.740


Tonnage Valeur


M iel .................. .
C ire .................. .
Essence d'oranges .........
Indigo .................
Cocos ......... .........
C af s ...................
Colas ...................
Manioc sec ..............
Gingembre ...............
Conserves de fruits ........


1.020
56
90
150
254
530
40
562
54
90


55.592.336
7.338.367
21.523.227
4.621.741
2.611.510
23.823.154
2.576.000
6.949.494
1.704.650
5.985.993


La totality des expeditions de products du pays atteint
en poids: 19.763 tonnes, et en valeur loco: 386 mil-
lions 716.293 francs C.F.A.


LES EXPORTATIONS DE FRUITS
AU MOIS DE SEPTEMBRE

Au course du mois de septembre, ont 6t charges no-
tamment sur les quais de Conakry:
Bananes ............ 3.157 tonnes
Agrumes ............ 86 -
Pur6e de fruits ....... 19 -
Voici par ailleurs quelques chiffres d'exportation
d'autres products guineens controls:
Caf6 Robusta ........ 20 tonnes
Gingembre .......... 17 -
Palmistes ............ 2.781 -
M iel ............... 526 -
Colas ............... 50 -
Cire ................ 49 -


LE SERVICE DE CONDITIONNEMENT
DES PRODUCTS

En Guin6e, le conditionnement des products est as-
sur6 depuis 1947 par le Service de agriculture.
11 comporte la fois un contr6le A l'exportation et
une inspection a l'int6rieur.
Une refonte du service vient d'etre r6alisie. iElle a
permis de r6duire le personnel du conditionnement de
25 A 11 agents et les d6penses du service A 1.232.000
pour les 8 premiers mois, centre 4.905.000 pour l'an-
n&e passe. Malgr6 cela, le tonnage des products v6ri-
fi6s a l'exportation est en tres nette progression par rap-
port a Ian dernier.
Quant A l'inspection des products du crO, elle a 6t6
supprim6e dans tous les centres ofi elle apparaissait inu-
tile, et les 9/10 du personnel viennent d'&tre licenci.s.


LA CULTURE FRUITIERE EN GUINEE

Les plantations de bananiers sont en plein d6veloppe-
ment en Guin6e. La production, encourage par les
conditions favorables du march m6tropolitain, est en







pleine reprise et l'on s'attend A ce que la champagne en
course atteigne ile chiffre de 50.000 tonnes, s'61levant
ainsi au niveau des ann6es d'avant-guerre.
Cependant, on souligne dans les milieux autoris6s que
ces conditions favorables devront 8tre utilis6es par les
planteurs pour am6liorer leurs conditions de production
et de transport, afin d'etre en measure de faire face ul-
t6rieurement a une concurrence qui pourrait etre s6vere.
L'administration a encourage ce movement d'am&
lioration en mettant sur pied une r6glementation de la
production fruitiere, effort qui a 6t6 conjugu6 avec l'or-
ganisation en cooperative des planteurs africains pour
am6liorer la quality de leurs fruits.
Les companies de navigation maritime, de leur cot6,
ont mis en jeu de nouveaux navires bananiers pour assu-
rer une organisation satisfaisante des transports vers la
m6tropole.



La production des ananas et des agrumes commence
elle aussi a s'organiser. D'une part, l'Institut des fruits
et legumes et les 6tablissements agricoles de la colonies
poursuivent 1'6tude scientifique de ces cultures; d'autre
part, un certain nombre de firmes s'intressent aux fa-
rications de jus de fruits et de confitures, Deux nou-
velles usines pilots sont en cours de montage et on
pense que les producteurs d'ananas et d'agrumes pour-
ront trouver IA, dans les ann6es A venir, un d6bouche
int6ressarft pour les fruits qu'ils ne peuvent exporter.
Enfin, dans ile domaine de l'arboriculture, I'effort
d6jA commence l'an dernier pour le verger du Foutah a
6te poursuivi avec vigueur, de sorte que la production
d'essence d'orange qui avait 6t6 A un moment menace,
est aujourd'hui en reprise.


LE TRAFFIC DU CONAKRY-NIGER

Le chemin de fer du Conakry-Niger a battu au course
du 3" trimestre tous ses records de trafics ant6rieurs, y
compris ceux des trimestres les plus actifs d'avant-
guerre.
Le traffic du mois de septembre a mAme atteint le
chiffre exceptionnel de 3.180.000 tonnes-kms, d6pas-
sant tout ce qui avait 6t6 pr6vu.
Ce r6sultat est di en tres grande parties A une active
reconstitution du pare des locomotives.
C'est ainsi que le nombre d'unit6s locomotives-Cail
en 6tat de march (locomotive 6talon du C.F.C.N.) est
pass de 23 en juillet 1947, A 28 en octobre 1947, a
36 en mai 1948 et A 43 a l'heure actuelle.
Le. chemin de fer espere disposer dans un d6lai d'un
an des 50 units Cail qui permettront d'assurer sur
la ligne le maximum de traffic possible.
Les statistiques du traffic du Conakry-Niger s'6tablis-
sent ainsi, pour le 3 trimestre 1948, comparativement
A l'ann6e 1938 :


VOYAGEURS
Nombre Voyageurs km.


iMoyenne mensuelle 1938 ..... 23.700
Juillet 1948 ................ 41.370
A oft 1948 ................. 40.115
Septembre 1948 ............. 41.000


Moy. mens. 1938..
Juillet 1948 . .
AoOt 1948 .......
Septembre 1948 ..


2.340.000
2.055.078
1.772.133
1.800.000


MARCHANDISES
Tonnes km.
Tonnes Tonnes km. (10voyag.km.)

19.800 2.360.000 2.594.000
11.492 2.846.323 3.051.831
8.916 2.936.336 3.113.579
10.000 3.000.000 3.180.000


LA PROTECTION DU CHEPTEL


La Guin6e frangaise possede un elevage assez im-
portant de b6tail (500.000 tAtes). Pourtant cet 6levage
est entrav6 par la presence de tiques qui d6precient les
cuirs des animaux et inoculent une maladie redoutable,
la piroplasmose.
L'Am6rique du Sud perdait chaque ann6e des mil-
liers de bovins par l'inoculation de la piroplasmose par
les ixodid6s. Elle a r&duit depuis la mortality par I'ins-
tallation de bains d6tiqueurs ou deeping tank.
Le deeping tank est constitu6 par une fosse de
1 m. 80 de profondeur et de 8 m. de longueur, dans la-
quelle sont precipit6s les bovins par un couloir d'acces
en forme d'entonnoir. Ces derniers ressortent de la fosse
par un plan incline auquel fait suite un couloir et un
parc d'6goutage.
Le bain lui-mgme est constitu6 par une solution d'ar-
s6niate de soude et de gr6syl. II1 suffit du simple pas-
sage du boeuf dans le bain pour le d6barrasser de ses
tiques. 4 deeping-tank sont en construction cette ann6e
en Guin6e, 1 A Mamou, I a Lab6, 1 A Timbi-Madina
(Pita), 1 A Kaffima (T1lim6l). L'ann6e prochaine,
20 deeping-tank seront 6difi6s dans les principaux cen-
tres d'61evage.

ACTIVITY DU SERVICE DE SANTE
Depuis quelques mois, 3 centres fixes de consultations
m6dicales ont 6t6 ouverts dans les cantons les plus 6loi-
gn6s, recevant une fois par semaine le m6decin accom-
pagn6 de quelques infirmiers. Ce sont: 'e centre de
Kalahu6. dans le canton de Gu6lo, le centre de Te-
koulo r6cemment am6nag6 dans le Dimbadou et enfin
celui de iKondou, le plus important par le nombre de
ses malades.
Pour attirer les malades, car certain fuyaient jusqu'
present les piq^res, un march a 6t6 cr66 dans chaque
centre. Les malades viennent de plus en plus nombreux,
se soignent, vendent leurs products et rejoignent leurs
villages. De son cot6, le service de 1'hygi-ne mobile
a ouvert des centres A Bobengou, Nougoa, bient6t A
Keyssaui, oi sont recueillis les sommeilleux strangers.







L'ENERGIE ELECTRIQUE
EN GUINEE FRANCAISE

Au moment de la mise en route du plan d6cennal
d'6quipement, le probleme de l'6nergie se present en
Guin6e corame un des plus important t r6soudre, tant
sous l'aspect social en ce qui concern 1'61ectrification
des villes el: centres secondaires, que sous l'aspect 6co-
nomique, en function de Il'industrialisation du territoire.
Or, ajoute-t-on, dans les rares centres 6lectrifi6s,
1'energie est produite par des centrales thermiques, ins-
tallees en ge6nral d'une fagon d6fect'ueuse et avec des
puissances i nsuffisantes.
Pour porter remade a cette situation, il est apparu
indispensable d'6tudier en meme temps les possibilities
hydro-6lectriques, les am6liorations h apporter aux ins-
tallations existantes et les 6lectrifications A r6aliser d'ur-
gence.
Une convention a 6t6 passe par le d6partement avec
l'Electricitei de France le 14 aofit 1947. Le finance-
ment de ces 6tudes est directement assure par la Caisse
central de la France d'Outre-Mer. Cette convention
pr6voit des 6tudes pr6cises d'avant-projets sur les points
suivants: chutes de Galets, Grandes chutes et autres
chutes dans les environs de Conakry, chute du (Niandan
pres de Kankan.
Deux emplacements ont retenu attention : ce!lui des
Grandes chutes, situs sur le chemin de fer de Conakry
SiKankan, i 80 kms environ de Conakry, don't les 6tu-
des topographiques sont termin6es et qui peuvent etre
equip6es de deux groups de 4.000 kw., et l'emplace-
ment de Caleta, situ6 sur la riviere Konkour6, a 30 kms
au nord de Conakry.
Les avant-projets de ces deux chutes seront 6tudi6s
a Paris par le Bureau d'6tudes d'Electricit6 de France,
pour permettre d'appr6cier laquelle est la plus int6res-
sante.
L'amenag;ement des chutes du Niandan a 6galement
fait l'objet d'6tudes sur le terrain, qui ont confirm la
possibility cd'un am6nagement. Des sondages vont com-
mencer incessamment. Apres la saison des pluies, toutes
ces 6tudes doivent etre reprises de facon a aboutir au
course du 1"' trimestre 1949 a des decisions d6finitives.
Le parcours des diff&rentes regions de l'A. O. F.
par les ingenieurs envoys en mission par l'Eilectricit6
de France a mis en evidence le besoin d'un organisme
technique pour orienter l'action des services locaux dans
une matiere par elle-meme tres sp6ciale. Le Gouver-
neur G6n6ral a pass avec ( Electricit6 de France )
un contract pr6voyant installation a Dakar d un bureau
d'6tudes qu., d'une part agirait comme ingenieur-conseil
aupres de la Direction g6enrale des Travaux publics,
et par son interm6diaire, des services locaux des Tra-
vaux publics, et d'autre part 6laborerait les avant-pro-
jets qu'on pourrait lui demander pour 1'6lectrification de
certain centres ou la modernisation des r6seaux et cen-
trales existants.
Cet organiisme, appuy6 par les bureaux d'6tudes m6-
tropolitains d'Electricit6 de France, permettra au ser-
vice local des Travaux publics de Guin6e de suivre,


avec les moyens techniques necessaires, la r6alisation du
plan d'6quipement 6lectrique adopt par les assemblies
locales.


LA NOUVELLE ROUTE N'ZEREKORE-MONROVIA
PREND DE L'IMPORTANCE

La nouvelle route d'6vacuation des products de la
Guin6e forestiere par Monrovia, capital du Lib6ria,
prend chaque jour de l'importance. La compagnie
franco-lib6rienne a d6ja 6vacu6 sur Monrovia 1.200 ton-
nes de products.
'En quittant N'Z6r6kor6 a 6 heures d umatin, on peut
etre rendu a Monrovia vers 17 heures.
On envisage actuellement la construction d'une nou-
velle route entire N'Z6erkor6 et Dyeck6, qui r6duirait
le trajet de 35 kms et serait moins accident6e. Les tra-
vaux commenceront certainement le mois prochain.
La ville naissante de N'Z6r6kor6 se d6veloppe de
jour en jour. Un g6ometre pursuit actuellement lie tra-
vail de lotissement d6finitif. Quant A la locality de
Dyeck6, ancien poste militaire a 15 kms de la frontiere
du Lib6ria, elle est d6ja dot6e d'un centre loti, specia-
lement r6serv6 au commerce. De nombreuses demands
de permits d'occuper sont en instance au Bureau des do-
maines a Conakry.


C6te-d' Ivoire

OUVERTURE DE LA SESSION BUDGETAIRE
DE L'ASSEMBLEE TERRITORIAL
DE LA COTE-D'IVOIRE

M. Orselli, Gouverneur de la C8te-d'Ivoire, a ou-
vert le 25 octobre la session budg6taire de l'Assembl6e
territorial de ce territoire. I1 a prononc6 h cette occa-
sion un discours dans lequel il a d6clar6 notamment:
a 1948 a vu l'augmentation des prix de certain pro-
duits; la prochaine champagne enregistrera la hausse du
cacao et ii faut esp6rer que le caf6 suivra.
a Le total des products exports au course de ces
10 derniers mois d6passe le chiffre total de 1939, grace
a l'ouverture de l'avant-port de Vridi, qui a permits
l'6vacuation des products sur place. Le but a atteindre
en 1949 est de maintenir et d'61argir les progres obte-
nus )).
Abordant le problem de l'enseignement, le Gouver-
neur Orselili a d6clar6 qu'un effort inlassable se pursuit
pour la construction d'6coles du 1'"' et du 2" degr6 en
meme temps que l'6dification des habitations du per-
sonnel enseignant. a L'enseignement du 2e degr6 ne
sera pas une charge au budget du territoire, et bientat
s'616veront les colleges classiques de Bouak6, de Co-
cody et d'Abidjan, a-t-il pr6cis6 ).
Parlant de l'6quipement du territoire, le Gouverneur
a d6cilar6 que des routes modernes sont prevues sur le
budget F.I.D.E.S. pour les r&seaux les plus important.
Un programme tres large permettra de r6soudre le pro-







blame de I'adduction d'eau. Celui de I'6lectricit6
pourra 8tre r6solu en 1949 et les travaux pr6paratoires
sont d'ores et d6ja commences.
Le port d'Abidjan assurera une 6conomie annuelle
de 500 millions de francs. 1949 sera l'ann6e d'acheve-
ment des travaux du canal et du port, les quais de bate-
lage sont 6difies.
Le project de l'utilisation de l'6nergie thermique des
mers se r6alisera, des travaux pr6liminaires sont en
course.
Aprts avoir d6velopp6 le project de g6nie rural que
le Haut-Commissaire, M. B6chard, avait expos dans
un discours inaugural au Grand Conseil, !e Gouverneur
Orselli a conclu :
Je demand a chacun de s'attacher aux questions
principles, de travailler avec une mutuelle bonne vo-
lonte. L'avenir reste assure en oeuvrant dans le cadre
des lois et de, la Constitution votee par le Parlement.


LA TRAITE DU CACAO

La traite du cacao a &t6 ouverte ie ''" novembre en
C&te d'Ivoire. Les prix de la tonne F.O.B. sont fixes
a :
78.000 francs C.F.A. pour le grade sup&rieur.
74.100 francs 2.
66.300 francs 3.
54.600 francs 4.
La r6colte s'annonce tr&s bonne. Selon les pre-
mieres estimations, elle s'616verait A 40.000 tonnes.
Grace A l'ouverture de l'avant-port de Vridi a Port-
Bouet, on espere 6viter un long stationnement des ca-
caos en basse c8te et, en consequence, livrer A 1'expor-
tation des cacaos d'une quality sup6rieure A ceile des
ann6es pr6c6dentes. Les cacaos de la C6te d'Ivoire
pourraient ainsi pr6tendre reprendre sur le march in-
ternational la place qu'ils avaient avant-guerre.


EFFORT D'EQUIPEMENT DES TRANSPORTS
FERROVIAIRES ET MARITIMES EN COTE-D'IVOIRE

Une note parue au Bulletin d'Information du Minis-
tfre de la France d'Outre-Mer le 20 octobre 1947 r&-
sumait l'effort r6alis6 sur l'ensemble des chemins de fer
d'Outre-Mer pour le renouvellement et la modernisation
de leur materiel.
Le programme de6j entrepris est en course d'ex6cu-
tion par les soins de I'Office 'Central correspondait au
renouvellement ou a l'augmentation des pares de mate-
riel dans la proportion de :


30 %
10 %
40 %
14 %
9%


pour les locomotives de route,
pour les locomotives de manoeuvre,
pour les autorails,
pour les voitures,
pour les wagons.


De nouvelles commander ont 6t6 engages depuis
cette date pour tous les reseaux.
I1 parait toutefois int&ressant de revenir aujourd'hui


sur lde developpement de l'effort particulier en faveur
de la Cote d Ivoire, effort sur lequel il a d6ja 6t6 in-
sist6.
lEn octobre 1947, le montant total des marches con-
clus par l'Office pour cette seule colonies s'l6evait A
91 millions. Ces marches se rapportaient:
A la refection de l'infrastructure des wharfs de
Grand-Bassam et de Port-Bouet (30 millions);
A des commander de pieces de rechange pour les
grues et les locotracteurs en service sur ces wharfs
(7 millions);
A la remise en 6tat du pont flottant d'Abidjan
(7 millions);
A 1'achat de six chaloupes A vapeur (17 millions);
A l'achat de trois grues sur chenilles (13 millions);
a l'achat de quinze wagons plateformes (17 mil-
lions)
L'effort principal portait done sur la remise en etat
des moyens de communication maritimes : wharf et
point flottant, moyens qui, A ce moment-la, inspiraient
les plus vives inquietudes.
Ces diff6rents marches comportaient des delais
d'ex6cution tels que la mise en service normal du ma-
teriel correspondent devait se faire presque entierement
dans le courant de I'ann6e 1948.
Les reparations sur les wharfs sont en fait aujourd'hui
entierement terminkes et les pieces de rechange ont &t6
exp6di6es.
Les quinze wagons plateformes destin&s au chemin
de fer seront envoys en mai 1949; les six chaloupes A
vapeur ne parviendront qu'en octobre 1949, cette cons-
truction ayant 6te consid6rablement retard6e par des
difficult d'approvisionnement en toles minces.
Le programme ci-dessus avait du reste t6 complete
avant la fin de 1947 par la command de cinq loco-
tracteurs (trois pour le wharf de Port-Bouet, deux pour
le wharf de Grand-Bassam), dans des conditions parti-
culibrement avantageuses; ces engines ont 6t6 livr6s au
course du premier semestre 1948.
La d6pense correspondante a 6t6 de 11 millions.
Ces measures ont permis de redonner une cadence
normal aux operations maritimes, puisque le traffic
moyen des wharfs de Grand-Bassam et de Port-Bouet,
qui 6tait tombe A 16.000 tonnes par mois en 1947, s'est
eleve6 23.900 tonnes par mois durant les huit pre-
miers mois de 1948.
Avant-guerre, le traffic n'avait jamais d6pass6
23.400 tonnes par mois.
On peut done attendre maintenant en toute s6curit6
la prochaine ouverture du port d'Abidjan.
Mais la mise en service de ce port ne manquera pas
de provoquer de nouvelles augmentations de traffic, don't
le poids portera principalement alors sur le chemin de
fer et il serait 6videmment trop tard d'attendre que
cette augmentation se manifeste pour songer A doter le
chemin de fer des movens indispensables pour y faire
face. Cette augmentation est d6s maintenant amorcde
puisque l'avant-port de Vridi transit, par mois, pres







de 15.000 tonnes de marchandises. Aussi bien du
reste, des dispositions ont-elles dbja 6tt envisages
pour accroitre ses possibilities de traffic.
Les measures prises comportent la remise en etat du
materiel existant et I'achat de materiel nouveau.
Remise en etat du materiel. Un important march
de pieces de rechange vient d'&tre notifi6 pour les loco-
motives Beyer-Garratt qui constituent actuellement
l'essentiel du pare tracteur de la Cote d'lvoire (valeur
approximative: 25 millions .
Un premier marched de pieces de rechange Beyer-
Garratt et rail avait d6jA 6t6 conclu au debut de l'ann6e
(valeur: 8 millions).
La Society franco-belge, titulaire des marches de
construction des locomotives Beyer-Garratt A I'A.O.F.
a, en outre, envoy en Afrique, dans le courant de
l'ann6e, une 6quipe des sp6cialistes qui procedent en
ce moment a Thies a la reparation de locomotives
arret6es pendant la guerre et qui, par la suite, pourront
etre envoyies en C6te d'Ivoire. L'arsenal de Dakar
consacre 6galement une parties de ses moyens A la repa-
ration de locomotives de ce type.
L'ensemblle de ces operations de remise en 6tat
porte sur un pare total de 29 locomotives.
Matiriel neuf. Un accord avec les chemins de
fer d'Indochine vient de permettre l'envoi en Cte
d'lvoire de cinq locomotives Pacific, primitivement
destinies a i'Extreme-Orient et qui ont pu, de la sorte,
&tre acheminres sans delai sur la C6te d'Afrique. Ces
locomotives vont permettre la traction des trains A la
fois rapides et lourds sur la parties Nord du r&seau et
faciliteront ]a dessert du pays iMossi.
Au titre du plan Marshall vient d'etre demand l'ins-
cription d'une command de neuf locomotives Diesel
6lectrique pour la C6te d'lvoire.
L'int&6rt de cette command reside dans les prix et
d6lais de livraison parficulierement r6duits. eu 6gard A
la quality du materiel et aux services qu'on peut lui
demander.
Une comimande de 300 wagons pour 1'A. O. F. est
en course d'ex6cution en Amerique. Les 'ivraisons com-
menceront viaisemblablement en juin 1949.
Une forte proportion de ces wagons est destinee A la
Cote d'lvoine.
Enfin, sur la demand de la Chambre de Commerce
d'Abidjan, d'accord avec le reseau, un lot important
de materiel d'occasion imm6diatement disponible est
en course de prospection. Ce materiel est destiny aux
transports entire la gare d'Abidjan et I'avant-port de
Vridi, par lequel un traffic maritime commence A s'eta-
blir; il servira plus tard sur les quais du port.
L'ensemble des d6penses correspondent aux com-
mandes ci-cdessus s'616ve A 600 millions.
C'est doc, en definitive, un programme total de
700 million; environ qui a 6t6 entrepris pour la Cote
d'lvoire et ce programme sera entierement ex6cut6 au
course des ann6es 1949-1950.
Le mat&6rel correspondent sera mis progressivement
en oeuvre et permettra de faire face au d6veloppement
6conomique que pourra provoquer l'ouverture du port
d'Abidjan.


AFRIQUE
EQUATORIALE FRANQAISE


SF6d6ration

VOTE DU BUDGET
DE L'A. E. F.

E GrandConseil
a dde l'A. E. F.,
.i don't la ses-
sion budgdtaire
s'est termin6e le
S18 octobre arbs
vingt ours de d1li-
b6rations, a arr&t6 de budget fWd&ral. Un intense tra-
vail de commission pr&6cdant un large d~bat en stance
publique a permits A tous les repr6sentants des terri-
toires d'6tudier la situation financi~re de la F6d6ra-
tion, de d6finir, en accord avec le Gouvernement g6-
n6ral, les grandes lignes du budget et d'en arr&ter
d6finitivement les recettes et les d6penses.
Les recettes. aui reflktent exactement la vie 6cono-
mioue de l'A. E. F., puisque F'essentiel des resources
f&6drales est fond6 sur le movement commercial, tant
A l'entr6e des marchandises ou' la sortie des products
locaux. atteimnent le chiffre de 2.688 nr;lions. Le vo-
lume global des recettes n'est ou'en faible aumenta-
tion par rapport au budget de 1948. car un certain nom-
bre de resources an*trieurement oercues par la
F1rl7ration le sent actuellerrent par les territories. en
application des measures g6n&rales de d6centralisation.
La l6terrnination de ces recettes a amen6 le Grand
Conseil a placer ia Fe6dration dans une situation fis-
cale tres proche de celle qu'elle connaissait avant la
devaluation de f6vrier 1948.
Ce retour A une situation normal. aui a &t6 rendu
possible grace a l'&conomie saine de 1'ensemble des
territoires. se retrouve dans l'imoortance des sommes
aue la F6d6ration ristoume aux budgets des territoires.
C'est ainsi que la measure d&cid6e par le Grand Conseil
au course des sessions ant6rieures, consistent A ristourner
aux territoires 75 % du montant des exportations cons-
tat6es, a pu de nouveau &tre aDoDiqu6e; une some de
550 millions, le cinquieme du montant total des re-
cettes f6d6rales, est ristourn6e aux quatre territoires
comme quote-part sur les droits percus A l'exportation.
Cette aide cu'aoporte le budget f6d&ral aux terri-
toires se double d'un programme d'entretien des routes,
des b.timents et de constructions nouvelles, don't le
montant approche 250 millions.
Les d6penses d'investissements etant comprises dans
le budget du Plan, don't la discussion fera l'objet des
d6lib&rations ult6rieures du Grand Conseil lorsqu'il
abordera l'6tude du plan d&cennal, la maieure parties
des resources de la Fed6ration, une fois les defenses
de fonctionnement administratif assures, a 6t6 oriented
vers des d6penses d'int&r&t social.
C'est ainsi que le Grand Conseil a pr6vu d'impor-







tants credits pour toutes les activists du service de sant6,
de I'enseignement, de la justice.
Un pr6l1vement de 45 millions a 6t6 consent sur la
caisse de reserves de la F6d6ration pour la construction
des bAtiments judiciaires, premiere tranche d'un im-
portant effort don't la conclusion sera la mise en place
d'une justice fournie en personnel, dot6e de moyens
mat6riels qui en assureront la march normal.
SCet effort sur le plan social s'est double, A la de-
mande du Haut-Commissaire, et pour la premiere fois
dans la F6d6ration, d'un programme de r6alisations
culturelles accueilli avec faveur par 1lensemble du
Grand Conseil et visant plus particulierement A la mise
en place dans toute la F6d6ration de cercles d'6volu6s,
comprenant bibliotheques, cinema, radio, l'installation
de nombreux postes de brousse, une large diffusion
d'ouvrages et de revues mettant le monde africain au
contact permanent de la pens6e francaise.
Le Grand Conseil a d6cid6 l'ouverture d'un credit
de 20 millions pour la construction rapide de bati-
ments destines aux 6lus africains et aux fonctionnaires
des cadres sup6rieurs.
D'importantes subventions ont 6t6 consenties aux
movements de jeunesse et aux organizations sportives,
don't les allocations ont 6t6 doubles par rapport A
1948 et des credits ont 6t6 ouverts aux movements
spirituels chr6tiens et musulmans.
Les anciens combatants b6n6ficient d'une subven-
tion destine A 6difier ou A achever les maisons d'an-
ciens combatants.
Sur le plan purement administratif, le Grand Con-
sell a d6cid6 et a inscrit des credits pour cr6er un ser-
vice du cadastre par territoire et une inspection des
chasses, don't la residence devra etre fix6e soit A Fort-
Archambault, soit a Bangui.
Le Grand Conseill a admis le principle, suivant en
cela I'avis unanime formula par le Conseil repr6sen-
tatif du Moyen Congo, du d6placement du gouverne-
ment du Moyen Congo de Brazzaville a Pointe-Noire.
Au course de sa session extraordinaire, il d6terminera
l'importance des credits A consentir sur le budget f6d6-
ral pour r6aliser cette important r6forme administra-
tive.
Au course de sa session extraordinaire, don't l'objet
essential demeure 1'6tude du plan d6cennal, le Grand
Conseil examiner 6galement d'importants dossiers qui
n'ont pu 8tre 6tudi6s en session budg6taire.


LES TRAVAUX DU GRAND CONSEIL

Au course des discussions relatives aux diff6rentes
measures financieres qui 6taient proposes A son appro-
bation, le Grand Conseil a abord6 la question du pri-
vilege de l'6mission en A. E. F.
Apres un large d6bat, les membres de I'Assembl6e
ont adopt a l'unanimit6 un voeu demandant que soit
cr66 un institute public d'6mission propre A I'A. E. F.
et don't la gestion gratuite serait confine A la Caisse
central de la France d'Qutre-'Mer.


Cette solution, a-t-on estim6, permettrait, d'une part,
d'assurer dans des conditions normales le financement
du plan d6cennal; d'autre part, de poursuivre une poli-
tique de credit pour les entreprises priv6es, adapt6e A
la situation particuliere de I'A. E. F.
Par ailleurs, I'Assembl6e f6d6rale a examine les
measures qu'elle devait prendre pour pallier les diffi-
cult6s resultant de la faiblesse du montant des devises
6trangeres don't dispose le territoire.


L'APPROVISIONNEMENT EN CARBON
DU TERRITOIRE

Ligne vitale qui achemine les 4/5 des importations
et les exportations de lint6rieur de I'A. E. F., le che-
min de fer Congo-Oc6an a besoin d'un approvisionne-
ment annuel de 24.000 tonnes de carbon pour garantir
le rendement maximum de son 6quipement actuel, ren-
dement maximum exige principalement par l'accrois-
sement du volume des importations. Ces dernieres, qui
s'6levaient a 76.000 tonnes en 1938, ont en effet
atteint une moyenne annuelle de 98.000 tonnes de
1940 A 1945.
Pour permettre le d6veloppement 6conomique du
territoire, le gouvernement local a d6cid6 l'importa-
tion au titre du plan 'Marshall de 44.000 tonnes de
carbon, don't 24.000 pour le chemin de fer, satisfaisant
ainsi totalement les besoins du traffic ferroviaire.
Ce programme apporte a l'6conomie du pays, par
rapport A l'ann6e 1948, un surcroit d'approvisionne-
ment de 24.000 tonnes.
On escompte ainsi vaincre la gene qui a pese sur
I'activit6 du chemin de fer au course de ces derniers
mois, tandis que se trouvent, en outre, garantis les
besoins des industries de production et leur d6veloppe-
ment.
10.000 tonnes sont attendues prochainement sur ce
programme.


REGIE DES CHEMINS DE FER DE L'A. E. F.

Un arr&at du 12 mars dernier a transform I'exploi-
tation du Congo-Oc6an en r6gie des chemins de fer de
I'A. E. F.
Consult sur la date de mise en application de cette
r6forme, le Grand Conseil a 6mis l'avis, apres une
longue discussion, que l'6tude de cette question soit
remise a une session ult6rieure, au plus tard a la session
budg6taire 1949, afin d'en 6tudier les modalit6s et les
repercussions 6ventuelles sur I'exploitation.


REUNION DE LA CAISSE DE SOUTIEN
DU COTON

La Commission d'emploi des fonds de la Caisse de
soutien du coton s'est r6unie A Brazzaville les 10 et
11 octobre, sous la pr6sidence de d'inspecteur g6n6ral








des Affaires administrative, repr6sentant ,le Haut-
Commissaire.
Au course de l'examen de la situation du march
mondial du coton, iM. Rouan, Directeur par interim des
Affaires 6conomiques du Gouvernement g6n6ral, a sou-
lign6 que depuis six mois les course de coton fibre bais-
sent r6gulierement sur le march de New-York. Sans
n6gliger 1'&6entualit6 d'une reprise des course, il a
appel6 l'attention de la Commission sur le fait que le
rix d'achat du coton graine a &6t fix6 A 12 francs le
ilog et que pour pouvoir effectivement payer ce prix
au producteur, il est n6cessaire que la Caisse de soutien
dispose de fonds suffisants pour pallier la baisse ac-
tuelle.
I1 a 6t6 finalement d6cid6 par un vote unanime que
la Commission adoptera un voeu tendant A obtenir que
le Grand Conseil s'associe A elle pour inviter ile chef
de la F6d6ration a demander au Ministere de la
France d'Outre4Mer de maintenir la liberty de vente
du coton.
Apres avoir examine l'emploi qui a 6t6 fait par les
divers b6n6ficiaires des sommes qui leur avaient 6t6
allou6es en 1947 et 1948, la Commission a d6cid6 de
reporter en 1949 les credits non encore utilis6s pour
permettre aux territoires du Tchad et de l'Oubangui
de poursuivre le programme l6abor6 les annees prc6-
dentes.
La Commission a examine ensuite les fonds don't elle
peut disposer. L'actif de la caisse s'616ve A 515 mil-
lions.
La Commission a abord6 alors l'objet essential de
sa mission, ii savoir: d'abord determiner la some
qu'elle estime n6cessaire de r6server pour continue a
payer le coton graine sur la base de 12 francs au b6n6-
fice du paysan cultivateur et pour soutenir 6ventuelle-
ment ,les course si la baisse qui s6vit actuellement se pro-
longeait.
Apres examen approfondi de la situation, il a &6t
d6cid6 que 435 millions seront gard6s en reserve A la
caisse de soutien pour parer A toute 6ventualit6 d6fa-
vorable.
A la demand de IM. Condomat, grand Conseiller
de l'Oubangui, une some de 140.000 francs sera
pr6lev6e sur des fonds destin6s A l'agriculture pour
achat de binettes rotatives susceptibles, si l'essai qui
va en &tre fait est satisfaisant, de soulager grandement
les cultivateu:s.
Enfin, pour cl8turer ses travaux, la Commission
ayant eu connaissance de la preparation d'un project de
d6cret r6organisant la Caisse de soutien, a examine ce
project article par article et donn6 son avis aux represen-
tants de 1'adininistration charge de r6diger un project
d6finitif.

LA PRODUCTION FORESTIERE

L'ensemble de la production forestiere de 1'A.E.F.
au course des trois premiers trimestres de l'ann6e s'est
6lev6 & 219.000 metres cubes, centre 214 pour les
douze mois de l'ann6e 1947.


ComparY A la moyenne des annies 1926 a 1938, ce
chiffre reste encore loin des exportations d'avant-guerre.
11 y a lieu, toutefois, de remarquer que, dans la pro-
duction actuelle, une part impcolante des bois sont
transforms (d6bits et placages), alors qu'avant-guerre
99 du tonnage export 6tait constitu6 par des
grumes.
Le r66quipement des exploitations forestieres 6tant
pratiquement achev6 et le materiel a leur disposition
plus important qu'il ne l'6tait avant-guerre, on espere
dans les milieux int6ress6s retrouver le niveau des
exportations d'avant-guerre dis 1949, malgr6 un deficit
en main-d'oeuvre que l'on esp&re combler progressive-
ment par les apports de la Nig6ria.
Un certain nombre d'usines de transformation sont
en route ou en course d'installations.


Gabon

DEVELOPPEMENT DE LA PRODUCTION
DU CACAO

La production du cacao tend A prendre une place de
plus en plus grande dans 1'6conomie du Gabon. Alors
que la production de ce territoire 6tait de 1.000 tonnes
en 1938, on espere cette ann6e, la champagne s'ouvrant
sous de favorables auspices, atteindre 2.400 ou
2.500 tonnes, soit 4 a 500 tonnes de plus que l'ann6e
derni&re.
Un effort tout special sera r6alis6 en matiere de con-
ditionnement : trois types commerciaux standardises
ont e6t fix6s pour la champagne 1948-1949 par I'admi-
nistration. Dans les centres de collect, les producteurs
devront presenter leur r6colte sellon ces trois types. Un
contr6leur, charge de la reception, s'assurera de la con-
formit6 et une second verification sera oper6e aux
points de sortie du cacao : Libreville, Port-Gentil et
Bitam.

LA MODERNISATION
DES ROUTES CONGOLAISES

L'adaptation du r6seau routier du Congo francais au
traffic automobile lourd camions et remorques pose
le triple problkme du passage des grandes rivieres, de
,la consolidation des points a port6e r6duite et de la sta-
bilisation de la plateforme des routes.
Le problem du replacement des bacs servant au
transbordement des v6hicules d'une rive A l'autre des
grandes rivieres congolaises et des points en bois enjam-
bant ces course d'eau, par des ouvrages en materiaux
r&sistants, est sur le point d'etre r6solu : 2.000 tonnes
de points m6talliques Bailey don't certain sont actuel-
lement d6ja en montage vont &tre mises en place pro-
chainement et 9.000 autres au course des trois ou quatre
ann6es a venir.
Par centre, la consolidation des points de moindre
importance s'effectuera par paliers. Ils seront renforces
au fur et A measure que le traffic s'intensifiera.
11 en sera de meme pour la stabilisation de da plate-







forme des routes, qui sera r6alisee troncon par troncon,
suivant les exigences de la circulation, au moyen du
proc6de 6conomique de la stabilisation du sol.
Ce proc6d6, le seul qui puisse 8tre envisage au
Congo 6tant donn6 I'6tendue du'r6seau a cotfvrir, est
uti,'is6 sur 80 %o environ du r6seau routier des Etats-
Unis. II consiste A consolider la plate-forme naturelle
des routes en y incorporant, A l'aide de machines appro-
priCes, du sable de granulom6trie d6termin6e, de
l'argile, du ciment et du bitume.
De fagon g6n6rale, les routes en terre ou en limo-
nite existant actuellement au Congo pourront, sauf en
quelques endroits particulierement difficiles qui devront
recevoir un traitement special, servir de foundation aux
routes de l'avenir.
Ce double programme de recherches de laboratoires
en vue de la stabilisation du sol et d'entreprise de tra-
vaux routiers A grand rendement fait actuellement
1'objet d'6tudes pouss6es A la Direction des Ponts et
Chauss6es du territoire.



Oubangui-Chari

INAUGURATION D'UN CENTRE
DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT
DES FONCTIONNAIRES DE L'OUBANGUI

Dans le discours prononce A l'ouverture de la session
budg6taire du Conseil repr6sentatif, M. Mauberna,
Gouverneur par interim, avait insist sur la n6cessit6 de
former des cadres africains en Oubangui pour avoir
comme au Cameroun, au Togo et dans les territoires
de l'A. O. F. des fonctionnaires capable de remplir
certaines functions d6volues jusqu'ici a des Europ6ens.
Le chef du territoire annongait la creation a Bangui
d'un ( centre de formation et de perfectionnement des
fonctionnaires oubanguiens ,, charge de former des se-
cr6taires et des comptables autochtones, pour les besoins
de administration du territoire.
R6pondant A l'appel du Gouverneur, le Conseil re-
pr6sentatif votait A l'unanimit6 les credits n6cessaires.
A son retour de tournee dans les regions de la K6mo-
Gribingui et de l'Ouaka Kotto, le Gouverneur Mau-
berna a inaugur6 le centre professionnel, don't I'adminis-
trateur Luccioni est le directeur. Le Gouverneur s'est
fait presenter les quelques 30 candidates choisis parmi
les fonctionnaires ou les employs du secteur prive. Les
candidatures avaient 6te d'une centaine.
Le chef du territoire a demand aux 61ives de suivre
,les course avec la plus grande attention, et a souhaite
remettre, dans six mois, le plus grand nombre possible
de diplomes de fin d'etudes.


DEVELOPPEMENT DE BERBERATI

La population de Berb&rati a double en deux ans,
passant de 4.500 A 9.000 habitants. Ce ph6nombme il-


lustre la croissance rapide de ce centre en plein essor,
au coeur d'une region ou travaillent 12.000 ouvriers.
Parallelement a une activity mininre toujours en aug-
mentation, la region connatt 6galement un d6veloppe-
ment considerable dans de domaine des products vivriers
pour Europ-enas et autochtones. Par example, en deux
ans et grace A l'activit6 de la soci6t6 de prevoyance de
Berb&rati, la production des pommes de terre est passe
de 6 a 72 tonnes par canipagne.
Les nouvelles plantations permettent d'escompter que
celle de dicembre-janvier portera sur 150 tonnes et
celle d'aott-septembre 1949 sur 300 tonnes; Berb6rati
sera alors en measure d'exporter ce product.



Tchad

PRISE DE CONTACT
ENTIRE LE GOUVERNEUR DU TCHAD
ET LES AUTORITES BRITANNIQUES
DE NIGERIA ET DU SOUDAN ANGLO-EGYPTIEN

A la suite de, tourn6es dans le Nord de la F6ddration,
le Haut-Commissaire de France en A. E. F., des son
retour A Brazzaville avait sugg&rA : que des entretiens
directs, relatifs aux problimes 6conomiques, s'etablis-
sent entire le Gouverneur du Tchad et les chefs des ter-
ritoires de Kadouna en Nig6ria britannique et El Facher
au Soudan anglo-6gyptien.
Sur l'invitation des hautes autorit6s britanniques,
M. Rogu6, Gouverneur du Tchad, accompagn6 de trois
technicians du Gouvernement g6n6ral de l'A. E. F.,
sp6cialistes de l'6conomie et des grandes voies de com-
munications, s'est successivement rendu A Kadouna le
15 septembre et a El Facher et Karthoum le 24.
Regus officiellement par les autorit6s locales les
Hauts-Fonctionnaires frangais ont consacr6 leur sijour
A des discussions particulieres ou collectives avec leurs
collogues britanniques sur les changes traditionnels don't
le fonctionnement et le d6veloppement se trouvent r6-
clamer la mise au point d'accords frontaliers nouveaux.
Les problkmes des voies de communications en gene-
ral et les questions de transit du b6tail du Tchad, d'une
part, et du beurre du Tchad vers l'Egypte et le Proche-
Orient d'autre part, ont 6t6 sp6cialement 6tudi6s,
compete tenu des difficulties de transport et de l'impossi-
bilit6 actuelle d'utiliser ces products non raffin6s dans
I'Union Francaise.
Bien que leur mission n'ait eu que le caractere d'une
prise de contact de voisinage amicable, le Gouverneur
du Tchad et les fonctionnaires qui l'accompagnaient ont
recu, tant en 'Nigeria qu'au Soudan, un accueil tres cor-
dial qui laisse bien augurer de la conclusion a venir
d'accords frontaliers.







TOGO


LES TRAVAUX
DE L'ASSEMBLEE
REPRESENTATIVE


S\ 'ASSEMBULE Re-
M pr6sentitive
n'ayant pu 6pui-
ser un ordre du
jour fort charge pendant
la session ordinaire qui
expirait le 17 septembre,
il a 6et necessaire de la convoquer aussitot en session
extraordinaire. Les d616gu6s ont ainsi si6g6 sans d6sem-
parer jusqu'au 2 octobre.
Devant la premiere stance de cette session extraordi-
naire sont venus notamment :
1 Pour ratification un projet.d'ouverture de credits
suppl6mentaires au titre du Budget local exercise 1948,
pr6ecdemmer t vot6 par la Commission Permanente.
L'Assembl6e a ent6rin6 ce vote, a I'exception d'un
' chapitre pour lequel des explications precises sbnt de-
mand6es au Gouvernement.
2 Un project de creation d'un Service Social au Ter-
ritoire demand par le D6partement. Le project n'est
pas retenu, 6 devant occasionner au Territoire dont le
Budget est piesque d6ficitaire de lourdes depenses; par
ailleurs, il vaut mieux d'abord faire face aux depenses
plus urgentes et se contenter pour le moment des diffe-
rentes branches de l',deuvre social (comprises dans les
attributions du nouveau Service a cr6er) et qui fonction-
nent d6ji au Territoire dans des conditions assez satis-
faisantes )).
30 L'aipr:bation, acquise a l'unanimit6, d'un'pro-
gramme d'emploi de comptes de soutien et d'6quipe-
ment des cultures ou productions, present par le Ser-
vice de l'Agiiculture.
40 Un prolet de d6cret et d'arret6 modifiant la regle-
mentation de; S. I. P. Consult6e pour avis, sur nl'oppor-
tunit6 de ces modifications, I'Assemble a adopt le
project sous les reserves suivantes :
a) Inclusion dans le Conseil d'Administration des
D1ligu6s i 1"Assemblee iRepr6sentative du Togo de la
region et d'un commergant;
b) Election du President de la S. I1. P. qui ne peut
en aucun cas etre le Commandant de Cercle;
c) La coml:ptence de la jurisdiction frangaise pour les
litiges entire la S. I. P. et ses adherents.
La deuximrne stance, du 29 septembre, a 6t6 consa-
cr6e au vote du Budget 1949.
Le 2 octobre, cloture de ses travaux, i'Assembl6e a
adopted avec un certain nombre de modifications d'un
project de loi soumis a son approbation fixant le statut
des Chefferies du Territoire. Elle a examine au course
de la meme stance un proiet de r6forme du statut du
Fonds Commun des S. I. P., un project de decret abro-
geant le decret du 11 novembre 1926 et r6glImentant &


nouveau de fonctionnement du Service des Douanes du
Togo, enfin un project de deliberation compl6tant et mo-
difiant les regles d'assiette des imp6ts sur les revenues.


LES SOCIETIES INDIGENES DE PREVOYANCE

Le budget 1949 du Fonds Commun des Soci6t6s de
Pr6voyance est arret6 en recettes et en d6penses a la
some de 3.455.360 francs.


LE REGIME DES PLUIES AU TOGO

Le regime pluviom6trique du mois de septembre est
marque par un deficit qui 6prouve, depuis le mois de
juillet, les zones c6tieres et prc8ti&res du Territoire.
L'aspect general du temps au course de ces mois est,
d'ailleurs, sensiblement le meme, il correspond a la
petite saison seche.
Par rapport aux valeurs moyennes, ce deficit atteint
dans I'ensemble 75 %o dans toute la region comprise
entire le littoral et une ligne passant approximativement
par Gl6kov6 et Tabligho.
Dans le Moyen Togo, on constate un amortissement
lent du deficit pluviom6trique. Tout le bassin form par
le Haut-Mono, l'Ani6 et l'Ogou6 est encore nettement
au-dessous de la moyenne. Mais on observe d6jA des
exc6dents marquis dans les regions montagneuses de
l'Ouest, notamment dans le pe'"imtre Klouto-Palim6-
Kp6l6-Coudev6.
Par centre, dans le Nord-Togo, on constate un exck-
dent tres accuse comparativement aux moyennes calcu-
lees sur 60 ans d'observation. I1 s'agit, d'ailleurs, d'un
phenomene propre au regime des pluies de ces regions,
a savoir qu'~ un deficit pluviom6trique dans les regions
c6tieres et prc86tieres correspond un exc6dent dans les
regions septentrionales.
Bien que moins rigoureux, le ph6nomnne inverse est
tres fr6quemment observe.
Les plus forts excedents, favoris6s par l'influence du
relief int6ressant naturellement la region montagneuse
s'6tendant adtour d'Aldjo et Lama-Kara.
En resume, Ja seule anomalie remarquable de cette
petite saison est le deficit pluviom6trique dans le Bas-
Togo.
Par example: a Anecho, le total moyen des mois de
juillet, aoGt et septembre est de 125 m/m. Le meme
total en 1948 n'est que de 25 m/m.
Plus au Nord, A Ts6vi6, le total moyen de ces trois
mois est de 215 m/m et il n'est que de 35 m/m en
1948.

L'ENSEIGNEMENT

Pour,, coordonner les efforts int&ressant la formation
physique, intellectuelle et morale de la jeunesse, le
Commissaire de la IRepublique vient, par arret6, de
cr6er une Commission 'Consultative de 1'Enseignement.
Cette Commission, d'ordre uniquement technique et

39







professionnel, donne des avis sur l'organisation et ele
d6veloppement de l'enseignement dans le Territoire.
Elle veillera surtout A l'application des programmes me-
tropolitains et en demandera, quand it y aura lieu,
l'adaptation aux n6cessit6s locales. Elle 6tudiera toutes
les questions concernant les activities scolaires, pri-
scolaires, post-scolaires, les formations artistiques, spor-
tives et les movements de jeunesse.


RELATIONS AVEC LES TERRITOIRES VOISINS

Dans le cadre des dispositions arret6es par la Com-
mission Consultative Permanente pour les Affaires togo-
laises, des conversations portant sur 1'6change de pro-
fesseurs et d'el6ves ont eu lieu a Lomb entire M. Bon-
net, Chef du Service de l'Enseignement, assist de
M. Dong, co-secr6taire frangais de Ja Commission Con-
sultative, d'une part, et diautre part, de M. Dickens,
Chef du Service de l'Enseignement par interim de
Gold-Coast, venu d'Accra, qui a s6journ a Lom6 du
21 au 23 octobre, et a visit divers 6tablissements sco-
laires du chef-lieu et du Cercle d'An6cho.



CAMEROUN

MOVEMENT
MARITIME
U course du mois
de septembre,
S 32 navires,
don't 14 fran-
eais, sont entr6s dans les
ports du Cameroun.
Ils ont d6barqu6
17.851 tonnes et embar-
qu6 11.378 tonnes.


NAVIGATION AERIENNE

Au course du mois de septembre, 25 avions ont atterri
a Douala.
Ils ont d6barqu6 1.16,1 kgs de fr8t et 182 passagers,
et ont embarqu6 1.177 kgs de fret et 150 passagers.


LE COMMERCE EXTERIEUR EN SEPTEMBRE 1948
Pendant le mois de septembre 1948, le commerce
ext6rieur du Cameroun s'est pr6sent6 de la facon sul-
vante :

EXPORTATIONS

Au total, 15.511 tonnes ont 6t6 export6es pour une
valeur de 319 millions de francs, don't notamment :


Bois ................ .
Cacao ................
Amandes de palme .....
Huile de palme .........
Bananes .............


6.159
2.642
3.240
1.022
1.867


Valeur

26.552.000
110.492.000
46.984.000
44.040.000
54.693.000


La France reste le principal client du Cameroun,
avec 10.837 tonnes pour une valeur de 244.408.000 fr.


IMPORTATIONS

Au total, 15.423 tonnes ont ebt import6es, pour une
valeur de 534.316.000 francs C.F.A., don't notam-
ment : Poids Valeur


Ciment ..............
Essence ...............
'M machines ............ .
Cotonnades ............
Articles de manage .....


4.926
2.623
485
110
139


20.972.000
19.374.000
74.280.000
68.840.000
17.001.000


135 voitures, 6.214 pneus et 5.421 chambres a air.
Les deux principaux fournisseurs ont &t6 :
La France: 7.671 tonnes pour une valeur de
325.021.000 francs.
Les U.S.A.: 3.636 tonnes pour une valeur de
97.864.000 francs.
La moyenne mensuelle des importations en 1947 6tait
de 6.418 tonnes, pour une valeur de 183.086.000 frs.



MADAGASCAR

A MADAGASCAR
i LA PACIFICATION

N estime officiel-
lement A 30.000
Sle nombre de
personnel vivant
encore dans les zones
non pacifies de Mada-
gascar, sur un total de
800.000 qui auraient 6t6
effectivement en dissi-
dence au d6but de la rebellion.
Les irr6ductibles, que talonnent les troupes fran-
raises, ont install leurs derniers retranchements dans la
partie la plus imp6n6trable de la grande fort de I'Est.
En ce d6but de la saison des pluies, on declare dans
les milieux autoris6s que le nord de la voje ferr6e Ta-
nanarive-Cote lEst peut etre consid6rb comme d6bar-
rass6 des rebelles qui en occupaient certain points.
Seuls y resteraient encore des bandes de voleurs de
bceufs qui s6vissent dans la region d'Andilamena, tres
loin au nord du lac Alaotra et qui, d'ailleurs, active-
ment pourchass6s, tendent A se disperser.








Dans le secteur Sud, ajoute-t-on, il n'existe plus de
bandes rebelles. Les hommes qui en faisaient parties
ont 6t6, soit tu6s dans des engagements, soit captures,
ou bien ont fait leur soumission. Quant aux populations
qui avaient 6el entrain6es par eux de gr6 ou de force,
elles ont 6t6 r6install6es dans leurs villages par les soins
de la troupe, sous la surveillance et la protection de
laquelle elles ont repris leurs activities
1I en est de meme dans le secteur central: le district
de iMoramanga et les regions de Lakato et d'Anosib6
(oi les rebelles 6taient particulierement nombreux et
actifs) sont A I'heure actuelle compl&tement nettoy6s.
Seuls tiennent encore la fort quelques dizaines de
chefs connus de nom don'tt 3 ( mar6chaux ))) qui impo-
sent leur loi ii quelques centaines de rebelles, don't la
position parait sans espoir.
Ces bands, d6pourvues d'armes automatiques, 6vo-
luent dans des spaces de plus en plus restreints, notam-
ment dans la boucle que forme le confluent de la riviere
Onive et du Ileuve Mangoro et, plus A l'ouest, dans la
region du poste administratif de !Marolambo, dans le
district de Mahanoro.
Traqu6s par les d6tachements qui sillonnent presque
toute la zone rebelle, d6cim6s par la misere physiolo-
gique qui r&;,ne en fort, d6moralis6s, enfin, par la
perte ou I'arrestation de leurs principaux chefs, on pense
A Tananarive que lies derniers rebelles ne sauraient tenir
encore longtemps.


LE SECOND PROCESS
DE LA REBELLION MALGACHE

Le second proc&s de la rebellion malgache, disjoint
du'proc s des (( parlementaires ), s'est ouvert le 15 oc-
tobre devant la cour criminelle de Tananarive.
La cour, clui 6tait pr6sidee par le conseiller Ferret,
comprenait ountre deux autres magistrats professionnels,
deux jur6s, don't un malgache.
Le siege du IMinistere public 6tait occupy par l'avo-
cat g6n6ral Benhabyles.
La defense. 6tait assure par 5 avocats du barreau
de Tananarive et les accuses ont exprim6 l'intention de
se d6fendre.
Apres l'in'errogatoire d'identit6, le greffier a donn6
lecture de l'arret de renvoi de la Chambre des mises en
accusation, puis a commence la lecture de I'acte d'ac-
cusation.
La lecture de l'ordonnance de renvoi et de l'acte
d'accusation ;'6tant termin6e vendredi 15, le Pr6sident
de la Cour a proc6d6 d6s le lendemain matin A l'inter-
rogatoire des accuses.
C'est devant une salle aux trois quarts v'de que sept
d'entre eux se sont pr6sent6s A la barre.
Leur systene de defense ne differe en rien de celui
adopt parTleurs pr6d6cesseurs dans la meme salle: ce
ne sont que d6n6gations, protestations d'innocence, si-
non de fid6lite a la France, etc...
Les premiers entendus par la Cour ont, a des titres
divers, gravit,6 dans l'orbite de Samuel Rakotondrabe.


Louis Rakoto reconnait avoir 6t6 en relations avec ce
commercant en tabac, mais pour une simple question de
construction de maison. De meme Raharinaivo, em-
ploy6 de IRakotondrabe, Gilbert Rakotomanga, son
gendre, et ,Ramartin, son chauffeur, n'6taient pas au
courant des activities s6ditieuses de leur patron ou pa-
rent, qui ont valu a ce dernier d'&tre fusill6.
La Cour apprend ensuite de la bouche meme de Ra-
zafimahanina, de Michel Rabe et de Ratsimandresy
qu'ils ignoraient tout de la Jina.
Accus6s d'avoir transport des conjures, ils affirment
qu'ils croyaient avoir A faire A de simples et honn&tes
voyageurs.
Quant au d6jeuner du 27 f6vrier 1947, don't il a 6t6
si souvent question au course du premier process, il
n'6tait, aux dires de saccuses, qu'un simple et innocent
repas entire amis.
La Cour criminelle de Tananarive a rendu le 30 oc-
tobre son verdict dans le second procks de rebellion ou-
vert le 15 octobre et comprenant 44 accuses.
La Cour, ne retenant pas le crime d'atteinte centre
Ja sfret6 int6rieure de l'Etat, mais seulement le crime
de complot (articles 91, alin6a 2, et 89 du code p6nal)
a prononc6 les peines suivantes: 26 condemnations A la
detention, 6chelonn6es de 10 ans A 18 mois, plus 10 ans
d'interdiction de s6jour pour 17 accuses, 18 autres ont
6t6 acquitt6s.



LA REALISATION
DU PLAN DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

Trois conventions viennent d'etre sign6es, entire,
d'une part, les administrateurs-maires des communes de
Nossi-Be, Morondava et Tul6ar, et, d'autre part, le
repr6sentant de la Caisse central de la France d'Outre-
Mer.
Le Haut-Commissaire vient de donner son approba-
tion A ces trois conventions, don't il'objet est d'accorder
les avances n6cessaires pour permettre d'entreprendre
des travaux que necessite l'l6ectrification de ces com-
munes.
C'est ainsi qu'une advance de 4.500.000 francs a 6te
accord6e a Morondava: 6.000.000 A Nossi-Be et
11.500.000 francs a Tul6ar.


LA RESTAURATION DES FOKONOLONA

Parallelement A l'exp6rience des collectivit6s rurales
qui se d6veloppe en ce moment dans les provinces, l'ad-
ministration a entrepris l'6tude de la r6forme des textes
qui regissent actuellement les fokonolola c'est-a-dire
le d6cret du 20 novembre 1944 et son arrat6 d'applica-
tion.
Dans ce but, le Haut-Commissaire a charge les chefs
de province d'instituer des Commissions consultatives,
en leur demandant d'y grouper les personnalit6s autoch-
tones les mieux instruites des traditions et des us et cou-








tumes des societes rurales et ayant des contacts fr6-
quents avec elles.
Pour ce qui est de Tananarive, la Commission com-
prend un membre de I'Assembl6e provincial, des re-
pr6sentants des agriculteurs, des missions religieuses, et
deux fonctionnaires autochtones exergant ou ayant
exerc6 des commandments important sur les Hauts-
plateaux et aussi instructs des coutumes locales que du
fonctionnement des rouages administratifs.
La premiere seance de cette Commission a eu lieu le
16 septembre, et a dur6 pres de 3 heures. Les bases
g6n6rales de la r6organisation : definition de la collecti-
vit6 rurale, sa composition, les droits et obligations g6-
n&rales de la collectivit6, les conditions d'6ligibilit6 au
conseil, les attributions du conseil, etc., y out 6t6 exa-
min6s. Des suggestions ont 6t6 faites a l'administra-
tion.
On salt que il'exp6rience en course porte sur 6 fokono-
lona: celui du canton central de Betafo, ceux d'Ambi-
tomiady et de IManjakatompo (il s'agit du canton de
Manjakatompo et non de la station de pisciculture),
ceux d'Arkadivoribe et d'Itaosy dans la banlieue de
Tananarive, et celui d'Ambatomanga, dons le district
de Manjankadriana.
Dans toutes ces localit6s, les fokonolona ont proc6d6
dans le came a l'61ection de leurs conseillerp, lesquels
se sont aussitSt r6unis pour designer leur bureau et voter
leur plan de champagne. La province a r6cemment dot6
chacun de ces fokonolona d'une subvention de d6mar-
rage de l'ordre de 100.000 francs pour leur permettre
d'ex6cuter les travaux d6cid6s par leur conseil.
On souligne dans les milieux de administration que
cette experience se pursuit tres librement. Sans doute,
fait-on remarquer, des regles tres g6n6rales ont-elles 6t6
poses par I'administration pour le fonctionnement des
fokonolona, regles inspires des textes actuellement ap-
plicables en la matiere (d6cret et arrat6 du 20 novembre
1944). 'Mais la plus grande initiative leur est laissee.
Les fokonolona peuvent fixer Jeur programme de tra-
vaux, r6glementer comme ils l'entendent routes les ma-
tieres qui entrent dans leurs attributions normales, sous
la seule reserve du maintien de 1'ordre public.


COTE FRANQAISE DES SOMALIS

S ~ RENTREE
DES CLASSES

A rentr e des clas-
ses a l'Ecole
Publique de
Djibouti a 6t6
cette ann6e marque par
un afflux exceptionnel
de candidates. 180 6l1ves
ont 6t6 inscrits et mame
en tenant compete des d6-
fections pouvant se produire en course d'ann6e, ils
seront finalement nettement sup6rieurs a ceux de l'an
dernier.


Six professeurs fbminins et un masculin assurent I'en-
seignement. Un second professeur masculin est d6tach6
A Tadjourah oi fonctionne une &cole comprenant une
quarantine d'6leves. Ces effectifs insuffisants seront
renforces par I'arriv6e de deux autres professeurs.
Les installations mat6rielles actuelles s'av6rant trop
exigues, une classes suppl6mentaire a do 6tre ouverte a
Boulaos, quarter ext6rieur de iDjibouti. Toutefois il est
prevu la mise en adjudication, avant la fin de l'ann6e,
et l'ex6cution en huit mois, du nouveau group scolaire
qui comprendra douze sales de classes modernes, deux
ateliers et un terrain de sports scolaire, le tout am6nag6
a proximity immediate du centre de la ville dans la d6-
pression combl6e du Khor-Bourhan.
A cot6 de l'Ecole Publique, la (Missiop Catholique
vient d'ouvrir plusieurs classes principalement destinies
A l'enseignement professionnel. Sous la direction de
deux freres Hollandais, des apprentis imprimeurs, re-
lieurs et menuisiers seront forms.
Enfin, les Soeurs Franciscaines de Calais ont rouvert
comme chaque annee leur cole de l'Alliance, princi-
palement destinee aux jeunes enfants et aux fillettes
auxquelles est donn6 un enseignement surtout pratique.


MISSION HYDROGRAPHIQUE

Un inspecteur des Phares et Balises s'est arret6 a
Djibouti o~ il s'est livr6 A une s6rie de relev6s hydro-
graphiques destin6s a parfaire la connaissance des
abords imm6diats de la ville et du port et oi il a 6tudi6
I'installation d'un port p6trolier, comprenant trois
postes, qui viendra heureusement compl6ter les installa-
tions portuaires modernes actuellement en course d'ach6-
vement.
Des am6liorations ont et6 apport6es aux divers feux
d'atterrage pour en augmenter la visibility et le balisage
de la rade et du port sont en course d'am6lioration.
L'installation de nouvelles balises et le enforcement
de certain feux doivent faire de Djibouti. dans quel-
ques semaines, I'un des ports les mieux balis6s de toute
1'Union Frangaise.


HABITAT ET URBANISME

Depuis 1'943 la population, tant europ6enne qu'au-
tochtone, a double. Ceci explique la grave cruise de
logements qui, tout en tendant a s'att6nuer s6vit encore
a la Cote des Somalis.
Sans parler de la remise en 6tat de bon nombre de
logements anciens, la construction d'une s6rie de 12 lo-
gements pour Europ6ens, commence dans la second
moiti6 de 1947 est presque totalement achev6e et 9 sont
d6ja habits.
Ces logements, et particulierement les derniers mis en
chantier, sont d'un type nouveau et offrent des caract6-
ristiques don't on attend de nets avantages. Les pieces
de residence ont 6t6 situ6es a l'6tage, pour isoler les
habitants de la couche chaude voisine du sol. Les mai-
sons sont orient6es, sans tenir compete de la direction







des rues, perpendiculairement aux vents dominants. Par
measure d' conomie, et en function de ces vents, les v&-
randahs A l'Est et au Nord ont 6t6 supprimbes. I1 a 6t6
pr6vue une salle de bain par chambre et la cuisine fait
parties de l'habitation proprement dite. Si l'on ajoute A
cela un garage, il semble que les meiilleures conditions
d'habitat r:alisables, ont 6t6 r6unies dans ces nouvelles
constructions.
Les autochtones n'ont pas 6t6 oubli6s dans ce pro-
gramme un premier batiment d'essai, comprenant douze
logements, vient d'&tre achev6 et un second identique
est en construction. Chacun des appartements ainsi
pr6vu comprend, une entree, deux pieces, une cuisine
et une court separees, avec bassin A laver, douche,
W.-C., eau courante et electricity .
Dans le domaine de l'urbanisme apres le cylindrage
et le bitumage des 1 km. 500 de route qui permettent
l'achevement du tour du plateau du Serpent, ainsi que
I'am6nagement d'un rond-point et l'elargissement de la
route de la gare au Marabout, la refection de la route
de trois kilohmtres qui conduit A l'oasis de l'Ambouli
va pouvoir etre achev6e grace A l'arriv6e d'6mulsion de
bitume don't le manque avait entrav6 la poursuite de
plusieurs tra vaux de refection pendant assez longtemps.
Le bitumage de plusieurs arteres au centre de la ville
va Etre entrepris d'ici la fin de l'ann6e.
LI convient de signaler d'autre part, I'effort actuelle-
ment fait par de nombreuses soci6t6s et des particuliers
pour la construction de bitiments A usage industrial et
de logement. Ce movement sera d'ailleurs acc6l6r6
sous peu avec la mise en adjudication d'une trentaine de
lotissements d'une superficie moyenne de 1.200 mi pro-
venant principalement de terrains remblay6s et don't
I'achat comr)orte l'obligation de construire dans un d6-
lai maximum de 24 mois. Ajoutons que l'on escompte
pour la colonie que le product de ces ventes lui rappor-
tera une vingtaine de millions C.F.A.


ETABLISSEMENTS FRANQAIS
DE L'INDE

ah- LES INCIDENTS
SDE MAHE
u- APRES l'adminis-
trateur de Mah6
Sales incidents qui
se sont d6roules
fin octobre dans cette
ville semblent avoir 6t6
causes par les elements
congressistes certain
d'etre battus aux 6lec-
tions. La Mairie a 6t6 attaqu6e et les documents 6lec-
toraux d6truits; la police a &6t desarmee et la residence
envahie; les partisans de la France ont &t emmen6s
en territoire indien. Le 23 octobre un comit6 d'agita-
teurs a demand A I'administrateur de continue A assu-
rer son service sous son contrale. Le 26 octobre l'aviso


Commandant Bory est venu mouiller en rade de 'Mahe.
L'administrateur, ainsi que sa famille, ont 6t6 emme-
n&s en territoire indien puis ramen6s a MahA le 27 oc-
tobre. Le Comit6 de defense a consent au d6barque-
ment de 20 marines et le meme jour le drapeau francais
flottait sur la residence.
Le croiseur Duguay-Trouin, battant pavilion de
I'amiral Mariani et ayant A son bord le Gouverneur
Baron, Commissaire de la R6publique pour lIlnde Fran-
raise, est arrive le 30 octobre au matin devant Mah6,
venant de Pondich6ry.
A 17 heures, en presence de M. Baron et de I'ami-
ral Mariani, les couleurs franraises ont et. solennelle-
ment hissees sur la residence de 1'administrateur, tandis
que le croiseur Duguay-Trouin tirait une salve de
21 coups de canon. Cette c6r6monie a 6t6 suivie par une
foule nombreuse.
IMah6 a retrouv6 son calme. Les agitateurs ont quitter
la ville et ont regagn6 le territoire indien. Les commu-
nications t6l6graphiques, coupes pendant neuf jours,
sont r6tablies.
iM. Baron, accompagn6 de I'amiral Mariani, a visit
le 31 octobre Palloure et Pandaquel, villages frangais
situes aux environs de Mah6, o~ la population leur a
fait un chaleureux accueil. L'allocution du repr6sentant
de la m6tropole a 6t6 salute des cris de ( Vive la
France ,, ( Vive l'Inde frangaise ,.
La population de Mah6 a remis au Commissaire de
la R1publique une adresse I'assurant de son ind6fectible
attachment A la France et demandant sa protection
centre (( toutes les incursions ext6rieures ,.
Le croiseur Duguay-Trouin a fait escale A Pondi-
ch6rv.
La municipality a offert le 7 novembre une reception
suivie de bal B l'6quipage du batiment.
' Le Gouverneur et I'amiral se sont m8&ls A la foule,
qui leur a fait une ovation devant le Palais du Gouver-
nement.


LES ELECTIONS DANS LES ETABLISSEMENTS
FRANQAIS DE L'INDE
Chandernagor:
Sieges a pourvoir: 25.
Partis Unis: 23 sieges.
Bloc progressiste: 2 sieges.
PondichIry:
Sieges a pourvoir: 102.
Socialistes : 102 sieges.
Karikal:
Sieges a pourvoir: 74.
Coalition socialist : 64.
Congressistes : 10.
Yanaon:
Sieges a pourvoir : 12.
Groupe Kamichetti: 9 sieges.
Groupe Nadimchetty: 3 siAges.







SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON

OUVERTURE
DE LA 2e SESSION
ORDINAIRE
DU CONSEIL GENERAL
L A session budg6-
taire du Conseil
SG6n6ral de St-
Pierre-et-Mique-
lon a 6t6 ouverte le
o 31 octobre 1948, par
le Chef du Terri-
toire.
Avant d'aborder l'6tude du budget ordinaire, le Chef
du Territoire a retrac6 les grandes lignes du plan d'6qui-
pement; r6cemment approuv6 par le Conseil G6n6ral
lois du vote du budget special de 1948, et annonc6 la
mise en chantier imminent des projects 6labor6s.
Les provisions budg6taires pour l'exercice 1949, qui
atteignent 155 millions de francs C.F.A., marquent une
augmentation de 45 '% par rapport A celles de 1948.
Cette difference r6sulte en particulier de la revalori-
sation des soldes des fonctionnaires et de la forte aug-
mentation des prix de certaines denr6es d'origine ame-
ricaine a la suite de la devaluation de janvier 1948.
En d6pit d'une augmentation tres sensible des som-
mes inscrites au chapitre des recettes ordinaires, au


titre des imp6ts et taxes diverse, ile budget ne pourra
etre 6quilibr6, cette ann6e encore, que par une subven-
tion m6tropolitaine de 150 millions de francs repr6sen-
tant environ ,80 '% du montant global.
( Le montant de la subvention que nous demandons
cette ann6e et qui, dans I'absolu, parait excessif, pr6-
cise le Chef de territoire est en fait absolument normal
puisqu'il ne differe pas de ceux des budgets pr6c6dents
en ce qui concern ile pourcentage ).
Tout en soulignant l'imperieuse n6cessit6 de I'aide
sollicit6e, M. Moisset relive, une fois de plus, I'ano-
malie que constitute cette subvention ( pour un terri-
toire don't I'ind6pendance politique et administrative a
6t6 consacr6e par les pouvoirs confi6s A 1'Assembl6e
locale ,. Mais, ajoute-t-il, ( cette anomalie subsistera
tant que le programme d'6quipement, anim6 par la vo-
lont6 opiniatre des dirigeants et des travailleurs, n'aura
pas secou6 le marasme de notre 6conomie ,.
Seule l'ex6cution rapide du.plan de relivement 6la-
bor6 en commun permettra ( I'6mancipation financiere ,
qui completera heureusement l'6mancipation politique
d6jh acquise.
Le 'Gouverneur insisted alors sur ( miles signes encoura-
geants de reprise qui se manifestent depuis deux ans
dans le domaine de la Grande p&che. ( Cette ann6e
encore, dit-il, les chalutiers ont d6barqu6 130.000 quin-
taux de more, en augmentation de 18.000 quintaux sur
l'ann6e derni&re et 5 fois plus qu'en 1946 ,.


















REVUE DE PRESS


Nous rappelons que h revue de press publike au present bulletin est purement objective. Elle
n'implique 6videmment aucune adhesion du Ministare de la France d'Outre-Mer aux opinions exprimbes
plans ler articles reproduits d titre d'information.


PRESS ME


INDOCHINE

Deux questions se sont partagies les commentaires de
la press: la nomination de M. Pignon comme succes-
seur de M. Bollaert et le retour a l'actualitd de Tran
Ngoc Danh et Ho Chi Minh. La nouvelle annoncant la
admission de ce dernier avait vraiment fait sensation.
M. Henry Benazet la qualified de ( faux hara-kiri )
et dans L'Aurore du 19 octobre, cherche les motifs de
cette abdication: (( Les communists du Viet-Minh,
dit-il, sentant la parties perdue sur le terrain militaire et
voyant le people leur echapper, jouent leur derniare
carte, celle de la ruse, du cheval de Troie ). Mais,
provient M. Benazet, ( laissez son equipe pretendue
assagie paroenir au pouooir et cous oerrez comment,
. ressuscitant de son hara-kiri, I'homme de Moscou s'y
installera, grace a notre stupid complaisance, definiti-
vement cette fois ,.
Emboltant le pas a Ho Chi Minh, Tran Ngoc Danh
est revenue aussi sur la scnne en convoquant ila press.
Ce qui fait ecrire au Figaro du 30 octobre: ( Et nos
confreres d'extr6me-gauche d'accourir a ce rendez-vous
insolite! C'est par leur truchement que Ho Chi Minh
ferait de pretendues ( offres de paix ) auxquelles ap--
plaudissent, avec un dgal brio, socialists et commu-
nistes. La preuve existe, estiment-ils, d'appels reiterds
du president vietnamien. Pour nous, ce qui existed bel
et bien, ce sont les embuscades tendues fournellemnent
par les rebelles que command Ho Chi Minh et dans
lesquelles tombent des Frangais. C'est une considdra-
tion plus que suffisante a elle seule pour qu'il soit mis
un terme a rl'activite en France des agents du.Viet-
Minh ).
De nouveau, dans L'Aurore du meme jour, H. Be-
nazet juge que a tout cela est grotesque ), mais malheu-
reusement, ajoute-t-il, (( risque de trouble certain de


TROPOLITAINE


nos compatriotes, car avec son habiletd et son machia-
ovlisme, le Viet-Minh a reussi a se faire passer pour un
group purement nationalist, point du tout stalinien )).
Traiter avec ce professionnel de la revolution quest
Ho Chi Minh, affirme donc M. B1nazet, serait lui livrer
d6finitivement la populaTion indochinoise et transformer
I'Indochine en un bastion avanc6 du Kremlin dans le sud
de I'Extr6me-Orient.
Ce mgme journalist, dans L'Aurore du 21 octobre,
apras s'etre felicit c de la nomination de M. Pignon,
a d'une competence eprouvee dans les problames d'Ex-
treme-Orient a, decrit qu'elle prouve que ( le Cabinet
a enfin fixed I'attitude de la France en Indochine 1.
La probability du retour en scane de Bao DaT se
transform en quasi-certitude, ajoute H. B6nazet. Nous
n'y voyons aucun inconvenient. Encore sied-iil de bien
pr6ciser les modalit6s du nouvel accord, afin, dans l'ave-
nir, d'6viter de p6nibles controversies.
Pour Le Monde, du 22 octobre, le Gouverement,
en nommant M. Pignon...
...a voulu porter son choix sur un haut fonctionnaire
parfaitement au courant de la situation indochinoise, et
don't les qualit6s administrative ont 6te remarqu6es de-
puis longtemps. Les services rendus pendan+ un an par
M. Pignon ,la t6te du commissariat de France a Phnom
Penh lui ont valu la grande sympathie des milieux cam-
bodgiens et permettent de bien augurer de ses initia-
tives a venir. Le gouvernement a voulu 6viter ,les com-
p6titions partisanes en 6cartant toute candidature de
caractere politique; son choix assurera vraisemblable-
ment un resserrement des rapports entire les services de
la rue Oudinot et le Haut-Commissariat de SaTgon.
March6s Coloniaux du 30 octobre salue avec enthou-
siasme la nomination de M. Pignon. M. Rend Moreux,







qui signe l'dditorial, declare que, sans connatire M. Pi-
gnon, il se rojouit de sa designation, par laquelle
M. Coste-Floret a replace le probldme indochinois sur
son obritable terrain. Jusqu'ici on avait choisi des
Hauts-Commissaires qui avaient la tare de ne pas con-
nattre I'lndochine. L'amiral d'Argenlieu fit son expe-
rience aux frais de la France. M. Bollaert, grand ad-
ministrateur, d'une intelligence et d'un probity indiscu-
tables n, a dA rigler des questions a sur dossiers )).
M. Moreux en profile pour filiciter M. Coste-Floret de
a rendre administration de notre Indochine aux Indo-
chinois e selon la politique instaur4e dija par Paul
Doumer.
De son c6te, M. Georges Duhamel, dans Le Figaro
du 29 octobre, dcrit que M( M. Pignon connalt bien les
pays de la pininsule indochinoise; c'est un home de
decision et d'action qui fera sans nul doute, avec beau-
coup de vaillance et de devouement, ce que la France
attend de lui a; mais ajoute-t-il, il reste a savoir ce que
la France attend de son reprsentant.
Passant en revue les positions prises a r'egard du pro-
blame indochinois par les divers elements du people
francais, M. Georges Duhamel pense que M. Bollaert,
qu'il a vu a l'csure et qu'il a juge courageux, perseie-
rant et energique, doit etre range dans la categorie de
ceux qui considarent que I'ruvre de leur patrie doit
etre sauve et poursuivie. ( C'est un tras dur metier
que celui de Haut-Commissaire en Indochine a, estime
l'acadimicien, qui pense qu'une fiche redoutable at-
tend M. Pignon.
En tout premier lieu il faut agir vite, tel est l'avis du
general Chevance-Bertin, car ( les nouvelles de l'Ex-
treme-Orient et de i'Asie du Sud-Est rendent routes le
meme son: provrbs de l'agitation communist, menaces
multipliees du Kominform )). Dans son article paru dans
Climats du 20 octobre, le Directeur de ce journal re-
jelte la solution Ho Chi Minh et affirmed qu'il faut trai-
ter avec le veritable nationalism, et le seul reprisentant
possible de ce nationalism est Bao Dai, a arbitre indis-
cult n,
(L'empereur eSt, par sa formation mime, un chef
d'Etat d'Union Francaise et, a cet regard, les interets
bien compris de l'Union Francaise postulent son suc-


cas. Mais il ne ramnnera la paix et ne cristallisera au-
tour de lui Il'efficacitS de la tradition et de la puissance
du nationalism, don't il est le symbol, que dans la me-
sure oh il retournera au Viet-Nam possesseur du maxi-
mum des attributs de la souveraintf national et invest
d'une prestige ddcisif. C'est au gouvernement frangais
a dire s'il souhaite ou ne souhaife pas ce succas... Seu-
lement le temps press. Et puisque maintenant la seule
issue possible s'ouvre clairement, il faut s'y engager au
plus vite. ]'ai la conviction, ecrit le general Chevance-
Bertin, que nous sommes arrives au point crucial, au
carrefour ddcisif, et que toute erreur, toute incompr6-
hension, toute tergiversation, peut compromettre a ja-
mais la seule solution valuable. Jfe temps des ( exp-
riences )> est passe. Le moment est venu de faire du de-
finitif ). C'est-a-dire de traiter avec l'ex-empereur et
de reconnaitre, a son profit, la charte du Viet-Nam
nouveau, uni et independent dans I'Union Francaise.
Cette charte gendreusement consentie permettra a l'em-
pereur de frapper ce choc psychologique, seul genera-
teur de la pacification.
Le nouveau hebdomadaire Horizon vietnamien don't
le premier numero a paru le 16 octobre, dans son edito-
rial estime aussi a qu'il faut que S. M. Bao Dai puisse
prononcer la parole de liberation a.
...La 'lutte que soutiennent d6sormais les peuples d'ln-
dochnie d6passe infiniment les limits de 'leur territoire.
Elle n'est plus qu'un episode de conflict entire les deux
conceptions de I'humanit6 qui s'affrontent dans le vaste
monde, qu'il s'agisse soit d'une guerre < froide soit
d'une bataille a ciel ouvert. Le Viet-Nam a le doulou-
reux honneur d'6fre place I'un des avant-postes de la
civilisation. Sa victoire aura des consequences d'une
port6e universelle. Mais, pour qu'il puisse gagner'ce
combat don't I'enjeu est si important, il faut qu'il soit
mis en measure de le livrer dans la plenitude de ses
forces traditionnelles. II faut qu'il ait un porte-drapeau,
un guide v6n6r6 don't le prestige ancien fasse p8lir ce-
lui de I'homme nouveau, sans racines profondes, quest
Ho Chi Minh, II faut que 1'empereur Bao DaT dissipe le
mauvais charge et puisse prononcer, avec i'autorit+
que lui conf6re le principle monarchique, la parole de
liberation.


Questions politiques


'Le proccs de Madagascar et I'Avenir
Le Figaro public un article signs de X X X intitule
a Le verdict de Tananarive est-il entache d'irrigula-
rit : l'opinion d'un juriste ). Apres avoir signaled les
attaques violentes don't le verdict de Madagascar est
l'objet, I'auteur refute les arguments qui sont de nature
& porter le trouble dans les esprits sur le chapitre de
I'dquiti. L'auteur signal que l'immunitW des deputes
malgaches a ite levee par l'Assemblke Nationale sur le
vu d'un riquisitoire du Procureur general de Tananarive
qui les inculpail d'atteintes a la saretl intirieure de
I'Etat, crime prdvu et puni par les articles 91 et sui-


'vants du Code Penal qui ne prevoient pas la peine de
mort. Le Parquet de Tananarive a change la qualifica-
tion en cours d'instruction et les inculpis ont ete ddf&rds
devant la Cour Criminelle pour:
Instigation a des reunions s6ditieuses, avec rebellion
et pillages, et pour complicity d'assassinats, crimes pu-
nis de la peine de mort par les articles 59, 60, 295 et
313 du Code Penal.
L'auteur souligne que cette procedure est parfaite-
ment reguliare et que le Parquet reste maitre de la qua-
lification des faits pour laquelle le pouvoir parlemen-
taire est totalement incompetent. II ajoute:








Que les faits pour lesquels I'immunite padementaire
des deput6s malgaches a 6t6 lev6e sont tres exactemnnt
ceux que le r6quisitoire introductif avait retenus, mais
que ces.fait ont reau la qualification qui s'est degag6e
de I'insfruction.
Apras avoir cit certain extraits de Trait's de Droit
(Eugene Picrre, Cruppi, Duguit), I'auteur conclut:
Les rebelios malgaches n'ont pas 6t6 poursuivis dans
un but de < tracasserie > ou dans une intention de
< contrainto > Ils ont 6t 6poursuivis afin que soient r6-
primes les crimes de droit commun commis leur insti-
gation et que vive I'Union Frangaise. La justice est pas-
see. Force doit rester a la chose jug6e.
(< Le Figaro >, 4 novembre).

Le IMonde public la conclusion des articles de son
envoy special a Madagascar, M. Andre Blanchet. 11
jcrit que ( la presence franchise est une condition de la
prospiriteM Selon lui, devincer et brimer les Hooas
constituerait une faute ). La solution residerait peut-
etre dans a une sorte de fed&ralisme 1 maintenu dans
des limits raisonnables. Les Hovas eux-memes ne s'y
montreraient sans doute pas hostiles. ( Mais plus encore
que de reformes politiques, pursuit M. Blanchet, la
Grande Ile a surtout besoin d'amiliorations positives
dans l'ordre iconomique et social II faudrait lever
le niveau d vie des Malgaches et developper leur ca-
pacitM de production. L'auteur insisted egalement sur la
necessity d'affirmer la presence francaise a Madagascar
oi les trois quotidiens en francais paraissant a Tanana-
rive sont restreints au tiers du volume des notres, oh
aucune revue n'est publiee.
Trop peu de conferences, nombre infime de traduc-
tions de no; auteurs en malgach'e. Si nous ne voulons
pas revoir un jour ou I'autre 'les acquitt6s d'hier, 'les
graci6s de i:emain, redevenir les chefs d'une r6beiaion
r6ussie, conclut M. Blanchet, il faudra avoir gagn6 au
pr6alable la bataille de lamise en valeur, de la sant6,
de 'I'6ducation et, grace a cette victoire, 6tabli la paix
des esprits at des cceurs. Tout cela suppose beaucoup
d'audace... mais ii ne faudrait d6sesp6rer que si nous
nous r6v6lio-is incapables d'en faire preuve.
(< Le Monde >, 4 novembre).

Etablissemenfs Frangais de I'Inde

La plupart des journaux relatent aujourd'hui les 6ve-
nements qui ont marque les elections de dimanche dans
nos comptoirs de l'Inde.
Le Monde consacre a ce sujet un intiressant article
de Jacaues H. Guirif, intitule ( Apres les elections de
dimanche: i'autonomie de nos anciens comptoirs doit
garantir l'amitii franco-indienne u. Aprbs avoir souligni
la situation particuliere de nos comptoirs et la ricente
evolution politique de l'Union Indienne, I'auteur en ar-


rice aux accords du 8 juin 1948 stipulant que les gouver-
nements franfals et indien veilleraient a la liberty d'ex-
pression des ilecteurs et s'opposeraient a toute interven-
tion extirieure susceptibles de les influence. L'auteur
pursuit en signalant que trois tendances se pricisarent
aussit6t: l'une favorable au rattachement des anciens
comptoirs a l'Union Indienne, la second autonomiste,
ne reniant rien de ses attaches avec la peninsule in-
dienne mais voyant dans il'Union Franaaise la meilleure
garantie de son particularisme et le moyen le plus sir
pour obtenir la conservation des advantages acquis; enfin,
la troisieme, communist. M. Guerif ajoute:
Qu'au fur et a measure que la date de la consultation.
populaire approchait, des agitateurs n'on+ cess6, dans
les derniers mois, de menacer les citoyens frangais de
repr6sailles et de blocus 6conomique au cas ob ils ne
voteraient pas en faveur de I'Union Indienne et il re-
trace les incidents de Mah6, I'enlevement de l'adminis-
trateur frangais.
Il conclut en ces terms:
De routes faqons, ii imported de donner aux r6suitats
d6ja acquis leur sens veritable. Les aspirations particu-
laristes d'au moins 3 anciens comptoirs frangais ne sau-
raient nuire aux relations amicales qui doivent exister
entire la France et I'Union Indienne.
(< Le Monde >>, 28 octobre).


La Conference africaine de Londres

Dans la meme page, sous le titre: ( La Confjrence
africaine de Londres a ete un grand succas ), un
compte-rendu de ce qu'a eti cette Confirence et des
principaux sujets qui y ont itd ~eudis: question des
gouvemements locaux et du self-government, du ddoe-
loppement economique et social des territoires, la poli-
tique en matiare de medicine africaine ef d'Mducation,
I'organisation de la propaganda et des services d'infor-
mation, les problames agricoles. Des points de vue par-
fois totalement diffdrents se sont faith jour dans une at-
mosphere d'entier libiralisme. L'auteur de I'article note
que cette methode a l'avantage de pouvoir permettre
de realiser des compromise tel celui qui s'est manifesto b
propos du problmme du Self-Government oh deux ten-
dances s'affrontaient, celle consistent a faire vdoluer le
pouvoir des chefs traditionnels et la structure existante
de la society indigane, et cell voulant accentuer les
pouvoirs donnas aux elites intellectuelles en leur ouvrant
plus largement I'accas des functions publiques et des
Conseils locaux. Le journalist souligne le grand inte'rt
de pareille consultation.
(< Clima+s a, 20 octobre).









Questions dconomiques et sociales


'La politique mon6taire

Les Echos, dans un article intitul : ( A la veille de
I'alignement monitaire ,, note les difficulties qui em-
pechent le gouvernement de se prononcer d'une maniere
definitive en cette matiere, notamment la question des
francs coloniaux.
Une hypoth6se certain p6se sur 'la politique mon6-
taire du gouvernement actuel, 6crit I'auteur de il'article,
et il en sera ainsi tant que l'unit6 mon6taire de ['Empire
n'aura pas 6t6 r6tablie.
II note que la disunion monetaire a commence le jour
os les terms de ( colonie et d' ( empire ) ayant etd
proscrits, celui seul d'Union Francaise a idt reconnu
official et valuable. II estime qu'il serait sans contest
a tras facheux de voir le franc franfais, le franc de la
mdtropole, de plus en plus depreci4 par rapport aux
francs coloniaux.
Pourquoi, conclut le journaliste, 'la Corse ne revendi-
querait-elle pas un jour une monnaie diff6rente de celle
de la m6tropo'le ? Pourquoi le d6partement du Nord ne
voudrait-il pas un franc different de celui des Basses-
Alpes ? O sera la limited a cette auto-destruction de
I'unit6 imp6riale francaise, pour ne pas dire de I'unit6
frangaise tout simplement ?
(( Les Echos >, 14 octobre).

L'hebdomadaire financier, La Vie Frapgaise, s'in-
tfresse 6galement (p. 10) au sort reserve aux francs co-
loniaux, devant la perspective d'un eventuel ( decro-
chage n du franc. Au sujet du franc.C.F.P., ce journal
ecrit que a la valeur de l'unitg franfaise dans le Paci-
fique traduit une iconomie d'echanges a peu pras difi-
nitivement orientee vers des zones monetaires etrangares
(dollar et livre). On ne voit pas das lors comment le
gouvernement pourrait negliger ce fait et ne pas main-
tenir, le moment venu, au franc C.F.P. sa parity ac-
tuelle par rapport aux monnaies etrangeres. Pour le
franc C.F.A., I'auteur constate:
Une conionction frappante des arguments techniques
et politiques en faveur d'une decision qui lib6rerait ce
franc de l'obligation de suivre dans son repli le franc
m6tropolitain.
.11 conclut qu'a son avis:
Nos technicians devront s'orienter vers une solution
conservant a la monnaie africaine son pouvoir d'achat
vis-a-vis de l'6tranger. Ceci implique alors une appr6-
ciation nouvelle de cette monnaie par rapport au-franc
metropolitan. (L La Vie Frangaise >, 16 octobre).

Le meme hebdomadaire, sous le titre: ( La coupure
se creuse entire les francs coloniaux ,, analyse le recent
alignement monetaire en faveur du franc C.F.A. et
souligne la resolution gouoernementale de ne pas tenir
compete des intirets mitropolitains lorsque la situation


et le developpement des Territoires d'Outre-Mer I'exi-
gent, precisant en resume les advantages de la solution:
Dans le mrme temps, le pouvoir d'achat accru du
franc C.F.A..dans la m6tropole permettra aux colonies
de s'adresser davantage au march m6tropolitain pour
les biens de consommation et d'6quipement et conti-
nuera comme par le pass de fire b6n6ficier les impor-
tateurs coloniaux de products strangers d'un taux de
change favorable, sans pour autant nuire aux exporta-
teurs don't les products resent aligns sur ies course mon-
diaux. (< La Vie Frangaise >, 22 octobre).

Les Echos, p. 1 et 8, dans un article intitul : e Les
transferts de fonds vers l'Afrique du Nord et les colo-
nies sont soigneusement enregistres ), iappclle que la
creation des francs coloniaux avait deja, en decembre
1945, permis de trks fructueuses operations. Ces memes
operations se. redpetrent en janvier dernier, lorsque le
franc du Pacifique fut revalorise. Cette fois, ces
memes phinomenes viennent de se constater avec une
ampleur impressionnante; les valeurs coloniales ont fait
l'objet de demands intensive et pricipitves. Le jour-
nal souligne que les transferts de capitaux a des fins spe-
culatives et pour profiter des differences de course ne
sont pas exempts de danger. Tous ces transferts, qui ne
peuvent s'operer que par le systmme bancaire, sont soi-
gneusement enregistris avec le nom des operateurs. Les
mouvements de fonds a destination des colonies qui
pourront 9tre valablement expliquis par la necessity
d'alimenter les trdsoreries, de finance des achats ou des
constructions seront sans doute admis. Mais tous ceux
qui apparastront comme motives par le simple disir de
beneficier de la difference brusquement creee ou accen-
tude entire le franc de la metropole et ceux des colonies
pourront etre rejetes; autrement dit, les operateurs ne
pourront retrouver que la quantitI exacte de francs m&-
tropolitains qu'ils auront transf6res outre-mer.
(x Les Echos >, 17 octobre).

La situation mon6faire en A. O. F.

L'Economie public en p. 4 un article sur la situation
mondtaire en A.O.F. Apres avoir rappeld que M. Paul
Bechard, dans le discours qu'il a prononce le 29 sep-
tembre dernier devant le Grand Conseil de l'A. O. F.,
a declare que:
Ce territoire se trouve, en raison de I'augmentation
des signes mon6taires, dans une situation qui tend a se
rapprocher de celle que I'on constate dans la m6tro-
pole.
L'auteur de l'article traduit qu'en some, I'A.O.F.
serait menacee d'inflation monetaire. La conclusion du
Haut-Commissaire fut qu'il faut pratiquer une ponction.
Ne voudrait-il pas mieux, 6crit le commentateur,
d'abord chercher d'ou vient la nouvelle tendance de







I'6volution monetaire et d6terminer si elle pr6sente vrai-
ment un caractere inflationniste ?
II voit au de'eloppement des moyens monetaires en
A. O. F. plusieurs causes dconomiques normales:
1 L'A. O. F. est actuellement en voie d'industrialisa-
tion. Au lieu de se denouer en quelques mois, les cre-
dits de champagne se trouvent reports peu pres sur
toute l'annee. 20 Les r6sultats de la champagne coton-
niare et ceux des ol6agineux ont ete bien supirieurs a
ceux de l'annee precedente. 3 Augmentation des prix.
Et le journaliste conclut que :
Si le gouvernement entend mainfenir le prix des den-
r6es africaines au niveau des course mondiaux sans pro-
voquer en mime temps de changement dans la masse
mon6taire, il a sagement fait de ne pas entrainer cette
fois le franc C.F.A. dans le nouveau < d6crochage >> de
la monnaie m6tropolitaine. Mais, poursuit-il, pr6tendre
appliquer une ponction sur le niveau atteint, ce serait
enrayer le d6veloppement 6conomique du pays. Le vrai
problhme, c'est d'accroifre la masse des biens de con-
sommation offers sur le march int6rieur.
(( L'Economie 20 octobre).

La production d'huile au S6n6gal
March6s Coloniaux public une note du syndicate des
fabricants d'huile d'A. O. F., sur la question: ( Faut-
ii traiter l'arachide sur place ou dans la m6tropole ?
Apres avoir precise que les huileries senigalaises sont
actuellement en measure de sortir de leurs presses sensi-
blement le double du tonnage de 1941 (qui ft de
40.000 tonnes) et qu'elles pourront, lors de la prochaine
champagne, produire notablement plus, le syndicate ecrit:
Les nouveaux groups qui, d'un jour a I'autre vont
ftre mis en service dans certaines usines, ne pourront
qu'accroitre cette moyenne. Que I'on ne vienne done
pas dire qua le contingent de 140.000 tonnes de
graines d'arachides d6cortiqu6es correspondent a
60.000 tonnes d'huile en chiffres ronds, attribu6 cette
ann6e aux hLileries coloniales, d6passe le potential de
ces huileries !
Apras avo r exig6 des hui'leries s6n6galaises I'effort
qu'elles ont fourni en se r66quipant et en investissant de
nouveaux cap'taux, comment pourrait-il 6tre question dle
freiner et de limiter leur production ?...


...On sait que le contingent attribu6 cette ann6e aux
huiliers du S6n6gal a B6t de 140.000 tonnes d6corti-
qu6es. Si ce tonnage avait 6t6 export. il aurait iaiss6
au territoire une some de 2 milliards 100 millions de
francs C.F.A. Industrialist sur place, le mame tonnage
fournira 62.000 tonnes d'huile et 78.000 tonnes de tour-
teaux repr6sentant une vaileur de pras de 5 milliards, ce
qui, sans parler du revenue du traitement des sous-pro-
duits, se traduit par une difference en -plus de pres de
3 milliards de francs C.F.A. Ne pense-t-on pas que ces
milliards seront investis dans le pays et qu'une large
part ira ainsi, soit directement, soit indirectement aux
populations autochtones en leur apportant de meilleures
conditions de vie et de nouvelles sources cae richesses ?
Ne pense-t-on pas que des sommes aussi consid6rables
contribueront efficacement a la mise en valeur agricole,
par I'extension des superficies affectfes a la culture de
products industrials et vivriers, 'l'am6lioration de I'ou-
tillage aratoire, en un mot a la promotion 6conomique
du pays ? Et I'on voudrait priver ce territoire des avan-
tages que lui apporte l'industrialisation de sa matiare
premiere ?
[( Marches Coloniaux ,, 15 octobre).

L'approvisionneimeint des Territoires Outre-Mer
en cotonnades
M. Pierre Orbey, sous le titre: a l'approvisionne-
ment des Territoires d'Outre-Mer en cotonnades ),
analyse les measures qui viennent d'etre prises par la
Direction des Textiles pour assurer I'approvisionnement
des Territoires d'Outre-Mer en tissus de coton. Confor-
miment a ces dispositions, la production de coton de
l'Afrique Noire serait laiss6e entiBrement, de meme
que les devises prevues pour les achats de tissus 6tran-
gers, a la disposition de l'industrie m6tropolitaine, a
charge pour elle d'assurer en priority la totality des be-
soins du secteur d'outre-mer. L'auteur de l'article si-
gnale que la Direction des Services Economiques du
Ministare de la France d'Outre-Mer a accepted ces pro-
positions sous la reserve toutefois que la livraison de
tissu lui soit formellement garantie, en raison de nom-
breuses d6faillances qui ont eu lieu ces derniares ann6es
de la part de fournisseurs m6tropolitains.
(( Marches Coloniaux ,, 2 novembre).


Revues


CHEMINS DU MONDE
La revue Chemins du Monde consacre son numero
d'octobre 1948 a ( l'ere colonial e. Dans son edito-
rial,.M. Francois Berge indique que ile but de cette pu-
blication est d'abord d'eclairer le public sur quelques
aspects humans de la question colonial.
II est aussi, ajoute-t-il, d'6lever une protestation effi-
cace contre les d6lits et les crimes de lese-humanit6 que
perpatre une certain exploitation < colonialiste > de


I'homme de couleur par le Blanc, sans pour cela rame-
ner a des slogans politiques simplificateurs des pro-
blames d'une infinie complexity.
Suivent les intiressants articles de M. Rene Grous-
set: a Colonisations ) et de M. Julien: Impgrialisme
economique et imperialisme colonial u.
Le chapitre ( Colonisateurs et colonists r r6unit des
exposes de MM. Georges Hardy, Theodore Monod,
Jean Dresch, Aime Dupuy, Lucien Paye, O. Man-
noni, G. Naidenoff.








Quelques a tbmoignages ) sont apportis par Aimi
Cdsaire: a L'impossible contact a, P. O. Lapie:
a Experience africaine ), Georges Coddas: a La
science historique franlaise et la conscience national
khmare )).
Les problames de l'Union Francaise sont traits par
MM. Georges Picot (Regime politique et institutions
de l'Union Franfaise); colonel Spillmann (Les officers
du service des Affaires Etrangeres); Maurice Guernier
(Un plan pour I'Union Frangaise); Yvon Gouet (Quel-
ques aspects de la condition juridique des originaires
des pays d'outre-mer dans le nouveau droit public fran-
Fais); Pierre Ichac (Observations sur la r6forme de la
justice dans les territoires d'Afrique); Hubert Des-
champs (L'Ocean Indien et Madagascar); Pierre Voi-
sin (Paysans noirs); Nguyen Huu Khan (Les elites et
le problame de la double culture dans !e Viet-Nam);
P. Guilleminet (Colonisation en pays Moi).
Plusieurs articles sont consacres a la colonisation
itrangare: Politique britannique en Afrique, par Paul-
Marc Henry; le Congo belge, par R. Godding; colo-
nisation sibirienne, par A. Leroi-Gourhan; L Indone-
sie et les Pays-Bas, par Sadi de Gorter; les Danois au
Groenland, par le Dr Robert Gessain.
La second parties de la revue Chemins du Monde,
intitule : a Peuples et solutionss a, comprend des ar-
ticles de M. Northrop sur ( la precariti de la civilisa-
tion et le problIme de la mdthode ,, de Siao-Yu:
a Vers une nouvelle civilisation chinoise ); du Dr Ka-
lidas Nag: ( Histoire et perspectives de la non-vio-
lence a, d'Eugene Jolas sur a I'homme migrateur et son
language; enfin de Dominique Braga sur le role de
I'Amdrique dans la civilisation.


r REVUE POLITIQUE ET JURIDIQUE
DE L'UNION FRANCAISE

Dans le numdro 3 de 1948 (juillet-septembre) M. J.
Chatelain etudie le ( statut des nouveaux dipartements
d'Outre-Mer a. Successivement, I'auteur passe en re-
vue l'organisation administrative, le regime iconomique,
le regime lIgislatif. A son avis I'ceuvre entreprise sem-
ble avoir 6te menee assez heureusement. Les craintes
soulevies par certaines riformes fiscales paraissent
excessive.
Cependant rien n'a encore ete fait dons le domaine
social. Or cette structure socidle est tres different de
celle de la mitropole: des problames spdciaux s'y po-
sent: la Guyane en arret faute d'habitants, les Antilles
et la Reunion connaissent une surnatalite. A la Reunion
et aux Antilles un fosse trop grand spare les classes
sociales. Un proletariat agricole existed qui se troupe
souvent dans une situation pricaire par rapport a la
classes aisle des colons, commerfants et des professions
libdrales. Une telle situation est giniratrice de conflicts
par ses opposition raciales et elle rend inapplicable en
fait aux 4 ddpartements la legislation mdtropolitaine.


So transposition dans un milieu social tres diff rent
constituerait un bouleoersement complete de la structure
economique et sodale de ces territoires. Ce qui est in-
dispensable, ce n'est pas une reforme administrative
mais une reforme de fait: industrialisation, extension
des cultures vivrieres, reforme agraire, immigration en
Guyane, emigration ailleurs, salubrite publique, lutte
centre la malaria, I'alcoolisme, les maladies conta-
gieuses.
M. Arrighi de Casanova, etudie dans la meme revue
( Le droit d'initiative de i'Assemblie de l'Union Fran-
Vaise ). L'Assemblie, estime I'auteur, a deux atouts
dans son jeu: elle peut deliberer sans que ses traOaux
puissent constitutionnellement etre interrompus, et elle
binificie d'autre part de la publicity des dhbats.
Ceux-ci diffuses et connus toucheront plus spicialement
les populations d'outre-mer don't les intirets et les aspi-
rations auront iti dvoques. Par la, I'Assemblie de
I'Union Francaise a toutes chances d'influencer forte-
ment le Gouvernement et I'Assemble Nationale.


RECUEJL PENANT

Dans les numerous de septembre-octobre .et de no-
vembre 1948, M. Roger Pinto prisente une etude sys-
tematique et fortement documentee sur ( Le Gouver-
nement de I'Empire Colonial britannique depuis la
guerre ).
Sa constitution de l'Empire Colonial repose sur deux
principles traditionnels: la suprimatie du gouvernement
central et l'autonomie considerable des gouvernements
locaux. Les gouvernements locaux &ooluent du type au-
tocratique le plus pur, transfer par le contr6le de la
metropole et de l'opinion locale eclairee au regime par-
lementaire d'apparence toute britannique.
L'auteur dtudie le gouvernement central: Pouvoir Id-
gislatif et pouvoir executif et souligne le r6le du a Co-
lonial Office ). II determine les caractristiques et
Ie6volution de I'intervention mdtropolitaine.
Les gouvernements locaux issues d'un type classique;
image simplifiee de I'ancienne monarchie evoluent vers
un regime parlementaire imiti du systime britannique.
a On est frappe, ecrit l'auteur par la puissance
assimilatrice du parlementarisme britannique a.. Les
examples donnis sont Ceylan, la Rhodisie du Sud,
la Birmanie.
Mais des problimes particuliers auxquels rdpondent
des solutions particuliares se posent en Asie du Sud-
Est, dans la Mer des Caraibes, en Afrique Noire, que
l'auteur etudie plus longuement.
La crise africaine a ete ressentie aussi bien en terri-
loire britannique qu'en territoire frangais: partout
I'Africain a recherche la sicurite dans l'exercice des
libertls nouvelles enseigndes par les Europiens. Le res-
pect de ses droits civiques est plus essential a l'Africain
e'olue que les plans trap audacieux du self-government.









PRESS D'OUTRE-MER


INDOCHINE

C'est toujours le problmme franco-vietnamien qui fail
l'objet de la iplupart des commentaires de la press d'In-
dochine.
Certains journalists ne s'occupent pas seulement des
dvinements du present mais encore de certaines proba-
bilitis de I'avenir, tel M. Nguyen Phan Long, qui,
dans L'Echo du Viet-Nam du 12 octobre, envisage le
cas d'un retour au a tripartisme ) de l'Assemblie Na-
tionale et se demand :
Qu'adviendrait-il alors des negotiations engagees
avec I'Empereur Bao-DaT, a qui :es communists, entrai-
nant avec eu,: les socialists, s'efforceront de susbstituer
Ho Chi Minh ? Le moins qui puisse arriver sera que le
gouvernemert, tirail,6 entire les ministres de gauche
communistss et socialists) et les ministres M. R. P.,
louvoiera sars rien d6cider, pour gagner du temps et
prolonger son existence au prix d'6quivoques, de ma-
noeuvres dilaloires de compromise qui ne 6gleront rien.
Mais la grande question reste toujours les nigocia-
tions qui doivent faire suite a l'accord de la Baie
d'Along. ( Le socle de la paix, dit le iDoan Ket du
12-10, est constitug par la convention d'Along du
5 juin. II a 0te bati avec le ( ciment independent ) du
Viet-Nam, mnle au a mortier des inteirts a de la
France... II ne s'agit done plus actuellement que de ne-
gocier. Du c-td du Viet-Nam, S. M. Bao Dai et ,le
geinral Xu,, n'ont qu'a organiser une commission
d'etudes deslinee a discuter avec les reprisentants fran-
Vais sur les problmes don't les principles ont eti mar-
ques dans la convention d'Along. Ainsi arrivera-t-on a
s'entendre et a realiser cette entente... ,
Mais pour le moment, a les accords de la Baie
d'Along n'ont pas modified la situation au Viet-Nam a,
dit encore AM. Nguyen Phan Long, et c'est ila raison
pour laquelle I'ex-Empereur Bao Dai se tient encore en
dehors du Viet-Nam. Le journalist approve entiare-
ment cette attitude, il dcrit dans L'Echo du Viet-Nam
du 19-10:
L'Empereu' a recu & deux reprises de M. Bullitt a
Hong-Kong, ouis a Genave I'assurance que la sym-
pathie des Etats-Unis lui 6tait acquise, il ne reprendra
pas sa place sur -le tr6ne tant que I'ind6pendance et
I'unit6 du Viet-Nam ne seront pas inscrites dans les
faits. Pour Bho DaT, I'administration du gouvernement
X'un est une experience instructive don't il entend tirer
ses propres conclusions...
...Le peu d'empressement que Bao DaT t6moigne a
revenir au peys s'explique par I'absence de tout accord
d'une r6elle efficacit6 et entour6 de bonnes garanties.
Si, c6dant B la pression don't il est l'objet, il rentrait
maintenant, alors que le probl6me franco-vietnamien
attend encore sa solution, il commettrait une faute


lourde de consequences pour les int6r&ts de la France
et du Viet-Nam.
L'ex-Empereur, en tout cas, a eu un entretien avec
le President de la Ripublique. Entretien qui auait
port sur ce que Le Journal d'Extreme-Orient appelle
a les six points du Viet-Nam : souveraineti, unite,
finances, iconomie, diplomatic, armde. Un seul point
paraft, d'apras M. Jules Haag, (( pineux et ddlicat ,,
celui de l'unite: les int&rits de certain Cochinchinois,
que favorite l'autonomie, s'opposant au point de vue
des nationalists intigraux des deux autres a Ky a;
c'est a I'accord des Vietnamiens entire eux que sol-
licite d'abord le problame, au sujet duquel, en dernier
lieu, le Parlement aura a se prononcer. a Quant a la
diplomatic, il ne semble pas que le probleme soit inso-
luble ,, opine M. J. Haag, qui cite I'exemple de
I'Afrique du Sud, de I'Australie, du Canada, don't
t'appui reste toujours acquis a la politique du Com-
monwealth, m&me en cas de disaccord, I'important
etant a que les divergences soient aplanies entire les
etats associes avant d'aborder le grand public ,.
Revenant le 18 octobre sur le meme sujet, sous le
titre: ( De la Baie d'Along au lac de Geneve ,,
J. Haag ne craint pas de prendre part, et d'une ma-
niere categorique, en ce qui concern le point de fric-
tion de I'unite.
Sur ce point capital, 6crit-il, il n'y a point & y revenir.
Unit6 implique I'incorporation de.l a Cochinchine dans
la F6d6ration vietnamienne. La Chambre aura donc &
se saisir une second fois du probleme pour signifier
par un vote former que la Cochinchine cesse d'6tre une
colonie... D6s I'instant m&me ou I'union des 3 Ky a 6t6
admise, que ce soit ou non par referendum, ce qui est
apr6s tout I'affaire des Vietnamiens, le meintien de la
formula colonial devient impossible. II est interdit de
faire march arri6re sur la route oC nous sommes enga-
g6s.
Dans l'editorial de L'Union Frangaise du 26 oc-
tobre, M. de Lachevroti&re, sous le titre: a Veut-on
nous imposer des solutions hatives au moyen d'un inde-
cent chantage ? s'indigne des terms employes par
le r6dacteur du nouveau journal, L'Horizon Vietna-
mien organe du general Xudn a Paris pour pre-
venir les pouvoirs responsables que ( si d'ici deux mois
le Viet-Nam n'avait pas obtenu satisfaction, toutes les
plantations d'hdvCas seraient saccagees... ,
Malgre la precaution prise par le redacteur de
L'Horizon Vietnamien de declarer que c'itait a une
rumeur venue du. camp de Ho Chi Minh, l'&ditoria-
liste y voit a une menace que ce journal semble prendre
a son compete ,.
Qu'il me soit permis, poursuit-il, de poser une pre-
mi6re question : < si le gouvernement franqais passait
de la th6orie aux actes avant le d6lai fix6, le g6n6ral








Xuan pourrait-il nous donner I'assurance que ces me-
naces de destruction ne seraient pas exacutaes ? Que
le g6enral nous r6ponde, et qu'il soit net >. < Jusqu'ici,
en effect, si M. Bollaert, au nom du gouvernement fran-
gais, a beaucoup accord au general Xuan et a son
Gouvernement Central provisoire, en revanche, nous
n'avons rien requ en change. Alors que chacun es-
comptait que ce gouvernement central provisoire se
rangerait a nos c6t6s pour combattre les rebelles viet-
minh, nous le voyons au contraire se servir de ces re-
belles comme d'un moyen de pression >... < II serait
inadmissible, au moment oO un nouveau Haut-Comnis-
saire vient d'btre d6sign6, qu'on essaie par des me-
naces de nous imposer des solutions hatives... >.
Commentant, le 22 octobre, la designation du nou-
oeau Haut-Commissaire, M. de Lachevrotiare souligne
que la connaissance qu'a M. Pignon de l'Indochine
s'applique d'abord a une 6poque d'avant-guerre.
M. Pignon a done connu I'Indochine de la belle 6po-
que ; il salt ce qui fut r6alis6 ici par les Anciens, ceux
que I'on d6signe sous 1'6pithate de << colonialistes >...
II la vu en action Pasquier, Robin, Pouyanne, Tholance,
Dietheim, 'Krautheimer, Chatel, Eutrope, en collabora-
tion 6troite avec les divers corps 6lus en lesquels sie-
geaient les personnalit6s frangaises et indigenes des
cinq parties de I'Union indochinoise... II a revu, depuis,
le Tonkin, il a servi en Indochine, il a administer le
Cambodge. < M. Pignon n'aura done pas besoin de se
livrer a un apprentissage aux d6pens Ju pays. Nous
avons trop souffert des experiences cotseuses de tous
ces chefs nouvellement d6barques pour ne pas nous
f6liciter de la designation d'un homme qui n'aura pas
a t8tonner et pourra, das sa prise en functions oeuvrer
en connaissance de cause.
Puis, apras avoir mis en relief la competence parti-
culitre de M. Pignon en matiare d'affaires cambod-
giennes, M. de LacheorotiBre conclut:
Nous ignorons ce que fera M. Pignon, nous nous
garderons done de lui prodiguer a l'avance des 6loges
dithyrambiques... Mais nous pouvons dire, d&s a pre-
sent, qu'en raison de son passe, M. Pignon b6n6ficie
dans les milieux indochinois d'un pr6jug6 favorable.
Cette opinion est confirmed par le Doan Ket qui
ecrit que la nomination de M. Pignon a fait naitre dans
le coeur des Vietnamiens une source d'espirance, car
il est un homme doue d'une (( grande largerr de vues )).
Ce journal se declare pret a lui accorder sa confiance et
a soutenir toute sage initiative de sa part. Ce n'est pas,
precise le Doan IKet, par sympathie personnelle; mais
c'est pour ripondre la a bonne volont6 n du gouver-
nement francais qui a tenu eioiter tout retard dans la
designation d'un representant au moment oB le problem
franco-vietnamien exige un solution urgent.


MADAGASCAR
Le proces*de la rebellion
L'Avenir de IMadagascar epilogue sur la fin du pro-
ces de la rebellion:


Deux mois de dabats laborieux dirig6s par le Pr6si-
dent Laget avec tant de scrupules et tant d'honnftet6
que les rares critiques qui ont pu lui ltre adress6es sus-
citent le m6pris piut6t que ['indignation, oni assur6ment
permis a la Cour de peser les charges relev6es contre
les autres et de reconnaitre suivant I'excellente formula
du Haut-Commissaire Pierre de Chevign << les cou-
pables, les 6gares et les innocents >...
...Non sans talent Me Ravailler a d6fendu le M.D.
R.M., c'est-a-dire I'ensemble des accuses mais aucun en
particulier.
Ses arguments souvent 6mouvants furent in6galement
convaincants, mais id nous parla opportun6ment de ce
qui, selon lui, serait une des causes profondes de la
rebellion, l'absence de magistrats qui nagubre trop sou-
vent amena des juges improvises a sanctionner trop
durement des fautes b6nignes. C'est certainement I'un
des plus graves problbmes qui se posent dans tous les
territoires de la France d'Outre-Mer.
Mais ceci.reste cependant en marge du proces, et
rien ne saurait justifier et excuser les crimes abomina-
bles de I'an dernier auxquels Me Ravailler n'a pas fait
la moindre allusion...
Cela dit, rep6tons qu'aucun commentairr, qu'aucune
observation ne doit accompagner le verdict.
Quand il sera rendu il faudra oublier.
Oublier les rancunes.
Oublier les morts.
Travailler a I'avnnement'd'une are nouvelle d'entente
et de comprehension mutuelles pour le bien common
des habitants de la Grande Ile, qu'ils soient frangais ou
malgaohes !...
(<< L'Avenir de Madagascar >, I" octobre).


< Impersonnelle, irr6prochable, la justice franoaise
passe ), ecrit France-'Madagascar, qui ajoute:
Et s'il fallait encore prouver que c'est a un procbs
criminal que nous avons assist, a un proc6s ob, r6p6-
tons-le une fois encore, il s'agissait de savoir si oui ou
non, ou dans quelle measure chacun des accuses 6tait
coupable d'avoir particip6 a la rebellion, et non a un
proces polifique I'arrbt de la Cour serait a lui seul
une preuve :
En regard des six condemnations a mort qui sont ve-
nues rapper miles grands coupables, quinze acquitte-
ments absolvent les innocents.
II y a eu des juges a Madagascar.
(a France-Madagascar >, 5 octobre).

Dans Tana-Journal, Roger Clement expose son opi-
nion sur le verdict:
En premier lieu, si ce verdict a su faire la preuve, une
fois de plus, de la magnanimitf de la France, il a su
rapper les symbols et les responsables, au sommet, de
la rebellion. II a 6tabli une just nuance pour les r6ci-
divistes, et par Ia-mame il devrait fournir a certain un
s6rieux thbme de r6flexion en leur apprenant que, si
magnanime que soit la France, elle n'admet pas que
I'on abuse de son indulgence et de son pardon.








Par ailleurs, les Frangais de ce pays ne seront pas
surprise de constater que 'la rebellion fut assez bien or-
ganis6e pour que certain 6chappent au jugement,
faute de preuves suffisantes .leur endroit. Ils en retire-
ront simplernent la conclusion qu'il convient pour eux
de rester vigilants s'ils ne veulent pas connaitre de
nouveau de cruelles surprises.
Enfin, ce verdict a tourn6 une des pages de I'histoire
de ce pays et a d6couvert ainsi une page blanche.
C'est cette page qui nous int6resse...
Nous avons bien souvent entendu pr6tendre au course
des d6bats cu'un verdict s6evre d6truirait les conditions
indispensables a I'6tablissement d'un climate de con-
fiance franco-malgache. Cela 6quivaudrait a pr6tendre
que I'ordre public est trouble lorsqu'est mise hors d'6tat
/de nuire la bande de gangstbrs qui terrorisait une re-
gion.
Nous croyons au contraire que ce verdict sera venu
creer 'les conditions de cette confiance. A la veille de
la rebellion, entreprise d'une poign6e d'hommes, tout
avait 6t6 mis en place ici pour creer les conditions du
progres dans un travail commun. Les Assembl6es Pro-
vinciales avaient 6t6 mises en place, ces Assemblees


qui doivent Stre le creuset dans lequel seront fondus
6quitab!ement les interets des deux parties en presence.
(< Fandrosoam Baovao ), 29 octobre).

La Commission de I'Union FranCaise a Madagascar
Commentant I'arrivoe de la mission de I'Assemblie
de l'Union Franfaise, le Fandrosoam Bavao icrit:
Mad'agascar est malade et la taohe de ces mission-
naires de il'Union Francaise est immense, devant cette
atmosphere trompeuse, devant ce silence qui couve
tant de pens6es et d'opinions inconnues. Devant cet
6tat de choses, et en presence de populations de diff6-
rentes nationalists, o0 les classes sociales n'ont entire
elles qu'un rapport apparent et o6 chacune des frac-
tions s'occupe de son int6ret exclusif, la Commission
doit avoir a coeur le r6le qu'on lui a confi6. Car d'elle
d6pendra aux yeux des Malgaches lie prestige de I'As-
sembl6e qu'elle repr6sente pour la premiere fois en
dehors du territoire m6tropolitain.
Tout en souhaitant la bienvenue aux membres de la
Commission de ,l'Union Francaise, nous leur souhaitons
d'arriver a comprendre le mal don't nous souffrons et
d'y porter remade. Et alors nous applaudirons a leur
ceuvre. (< Tana-Journal >, 9 octobre).


PRESS ETRANGERE

La collection complete des articles de press etrang&re traduits en francais peut 4tre consulted 4 la
Section de la Presse EtrangBre (Direction des Affaires Politiques, 27, rue Oudinot, piece 94, 2e dtage).
Les numdros qui figurent ci-dessous d la suite de indication d'origine des articles de press
permettent de se reporter au texte complet- des dits articles.


1. PROBLEMS GENERAUX


L'importance prise par le nationalism amine a se
demander ce que ce mot signifie et ce qu'il faut enten-
dre par (( movements nationalists n. S'agit-il d'une
force natutelle irrisistibile et est-ce commettre un acte
impie autant que vain de s'y opposer ?
Le dictiornaire d'Oxford d6finit le nationalism :
< un sentiment, des principles ou des efforts patriotiques
- une polit'que d'ind6pendance national >>.
Personne ne mettra en doute que le vrai patriote qui
travaille pou- I'ind6pendance national est m6 par une
force motrice 616mentaire et par une attirance pro-
fonde et naturelle vers les individus de sa propre race
surtout, si ceux-ci sont dans une situation .de dpen-
dance marque par rapport & ceux d'une race diff6-
rente et 6trangere.
L'histoire de la Russie sovietique illustre la force de
la clameur en faveur de la Iliberte, I'indipendance et le
nationalism,
I.I a toujours 6tf dans les habitudes des pirates de
hisser de faux pavillons et, a I'6poque actuelle, les


grands gangsters internationaux sont toujours parties en
guerre avec de tels cris sur 'les Ilevres et de telles cou-
leurs sur leurs bannieres.
Le nationalism peut consister en un besoin irrisis-
tible de retrouver une liberty perdue ou bien reprisenter
les aspirations d'un Etat qui n'ont pas encore te' reali-
sees.
Certains de ceux qui sont au pouvoir nous disent que
le Nationalisme et les Mouvements Nationalistes -
doivent etre traits avec respect et ne doivent etre ni
genes ni contrecarr6s. D'accord Mais alors oi existe-
t-il dans I',Empire Colonial de tels movements et des
homes iluttant a bon droit pour etre libres ?
II n'y a nulle part dans notre Empire Colonial de na-
tions ayant joui de la liberty6 et que nous ayons asser-
vies.
C'est ailleurs qu'il convient de chercher e la mare
montante du nationalism u. Les mouvements nationaux
qui se produisent dans l'Empire sont de deux sortes:
a) Les movements cr66s et dirig6s par des nationaux








instruits de la Colonie en question qui estirhent que
I'heure est venue ou ils .peuvent diriger leurs propres
affaires (Ex. :,la JamaTque).
b) Les movements cr66s et dirig6s par des gangsters
ou des 6goistes sans scrupules qui dissimulent leur soif
du pouvoir et du pillage que l'exercice de I'autorit6
leur donnerait 'l'occasion d'assouvir, sous un appel sp6-
cieux au nationalisme. Ils s'imaginent que *les ignorants
et les faibles sont destin6s a 6tre tondus et olprim6s
et ils se considerent tout d6signes pour accomplir la
besogne.(Ex. : Ja Malaisie).
Mais il existe aussi des movements nationaux
( composes comme ceux de Gold Coast et de Nige-
ria.
Dans tous les cas il faut se rappeler que la politique
britannique tend a amener chaque colonies au stade de
I'autonomie, de partenaire libre ef 6gal au sein du
Commonwealth, et cela aussi vite que, possible. Mais
les Anglais d6sirent passer la main non seulement a des
Gouvernements composes d'hommes capable mais en-
core a des peuples suffisamment entrain6s et instruits
des voies d6mocratiques pour qu'ials puissent choisir et
modifier leur Gouvernement par des m6thodes consti-
tutionnelles et dans I'ordre.
Le nationalism n'est pas toujours fundamental. II
,emplit souvent le vide crie par I'absence de politique
iconomique ou social. 1I est souvent ( le resultat du
mecontentement de deracines et de la carence du gou-
vernement qui n'a pas su forger les instruments lui per-
mettant de dominer les edvnements n.
Si Whitehall doit 6tre 6bloui jusqu'a il'inaction ou se
soumettre a chaque faux prophefe d'un pseudo-natio-
nalisme cela revient a ouvrir 'la porte aux voyous et aux
politicians qui sp6culent sur la misere. C'est une vieille
m6thode de stratfgie que celle qui consist a contrain-
dre I'adversaire a letter sur un terrain qu'on a sol-m6me
choisi. Le faith d'hisser un pavilion populaire ne suffit
pas a transformer le pirate en un negociant aventureux
mais innocent.
Le Gouvernement Britannique ne remplira pas son
r61e de tuteur vis-a-vis de I'Erpire Colonial en c6dant
le pas avec constance et tout le long du chemin A un
slogan qui laisserait les populations plus esclaves que
jamais. (< West Africa ), 2 octobre 1948). 4.159.


Le rapport annuel sur I'Empire Colonial indique que
le chiffre des vacancies pour miles poses de fonctionnaires
europeens est plus eleven actuellement que l'an passe.
II existe un certain nombre de principes qui devraient
guider le Colonial Office en ce qui concern le recru-
tement et le traitement des fonctionnaires coloniaux:
I Echelles de salaires convenables. Le fonction-
naire colonial, .ia difference de son college de la
m6tropole, doit entretenir deux residences pendant une
grande parties de sa carriere. II peut rarement, sinon
jamais, lever ses enfants sous 'les tropiques et ses pe-
riodes de cong6, m6me si la colonie pale son passage
et celui de sa femme, lui coGtent extremement cher en
v6tements et installation.


2 Facilit6s pour d6mission anticip6e. Le Colonial
Office aurait int6ert a ce que le fonctionnaire euro-
peen .puisse se retire avec une pension proportion-
nelle ou un p6cule apr6s 10, 15 ou 20 ans de service.
',Bien des gens, pour des raisons de famille ou autres,
se trouvent dans ie cas de ne plus pouvoir r6sider sous
les Tropiques. Aujourd'hui ils ne peuvent. d6missionner
qu'en renongant a leurs annuit6s de pension. Je crois,
6galement, que Ja r6glementation de la retraite devrait
6tre arrange de telle maniere qu'un fonctionnaire
touche sa pension maxima apr6s 25 ans de service.
3 En ce qui concern les retraltes coloniales, le Gou-
vernement a 6t6 extremement parcimonieux. Une
petite augmentation a 6t6 accord6e aux individus les
moins pays, augmentation qui ne compense nullem.ent
cell du coit de la vie, mais celle-ci meme est stricte-
ment limited et fait l'objet d'un examen des moyens
d'existence. II y a aujourd'hui des milliers et des milliers
d'hommes qui ont servi la Couronne pendant les meil-
leures annees de leur vie et qui 6prouvent de plus en
plus de difficulties a joindre les deux bouts.
Deux autres rnformes pourraient etre adoptees avec
profit.
La premiere consisterait, dans les Colonies ou I'An-
glais n'est pas la langue principal, a insisted davantage
sur I'6tude des languages et dialectes locaux. La possibi-
lit6 de s'entretenir directement avec les habitants du
pays est depuis longtemps une condition sine qua non
dans la plupart des services administratifs, mais cette
obligation devrait 6tre 6tendue aux Services techniques.
Mon second point a trait a la formation profession-
neJle. Le Comit6 du Devonshire a recommand6 que des
course p6riodiques pour fonctionnaires coloniaux soient
donn6s en Angleterre et il y en a dej6 eu trois. C'est
une excellence id6e qu'il y aurait int6r6t A 6tendre par
Ja creation d'un Coll6ge de Cadres Coloniaux ou les
fonctionnaires, EuropBens et autres, pourraient venir
une fois au course de leur carriere pour une p6riode
d'instruction destine a rafraTchir leurs connaissances.
Mais il est frappant del constater a quel point les
fonctionnaires resident dans une parties de l'Empire Co-
lonial sont peu renseignis sur les autres parties.
Ce ne serait pas une vaine d6pense que d'encourager
les fonctionnaires en cong6, ceux d'Extr6me-Orient, par
example, a passer deux mois suppl6mentaires en Afrique
Orientale ou Occidentale et r6ciproquement, afin de
se rendre compete de la fagon don't leurs collogues s'at-
faquent aux probl6mes communs dans une grande me-
sure a l'ensemble de I'Empire Colonial.
Ce qui imported aujourd'hui dans l'Empire Colonial,
ce n'est pas le nombre des fonctionnaires europeens
mais la quality des hommes qui s'y rendent.
Maintenant que I'Europ6en doit jouer un r6le poli-
tique aussi bien qu'administratif, nous avons besoin des
meilleurs 6elments que la race britannique puisse pro-
duire et ce n'est pas a bas prix que nous les obtien-
drons.
((< The Crown Colonist octobre 1948). 4.145.










II. EMPIRE BRITANNIQUE


A. CONFERENCE DU COMMONWEALTH

Au moment oh la Confirence du Commonwealth
allait commencer ses travaux, le New Statesman and
Nation remarquait que tous les Dominions, y compris le
Royaume-Uni ( se rendaient a cette conference imp4-
riale avec repugnance, prdferant ne pas debattre les
questions dIlicates dans I'espoir qu'elles pourront se
risoudre d'elles-memes ou perdre de leur importance .
Quels devraient etre, selon ce meme journal, les su-
jets don't la Conference aura a se prioccuper?
...Si la conference est sage, elle consacrera la plus
grande paotie de son temps a essayer d'61aborer un
project dan; lequel tous les 6tats seralent associ6s au
Commonwealth pour toutes les questions d'ordre pra-
tique mais ne seraient pas li6s par I'all6geance a .la
Couronne.
Ceux des Dominions qui se consid6rent comme bri-
tanniques, peuvent conserver I'ancienne formula -
d'autres peuvent pr6ter leurs forces qui par la nouvelle
formule seraient retirees de V'ensemble...
...De plus la conference doit consid6rer I'attitude a
prendre vi.-a-vis de l'Union Occidentale et d6cider de
la nature ce la contribution apport6e a ila d6fense...
...11 faudra une fois encore creuser la question des
relations acc6l6r6es entree les membres du Common-
wealth et erettre en place un organisme destiny a rem-
placer les consultations actuelles, lenses, incommodes
et impersornelles.
Et si la conference veut &tre brave jusqu'au bout,
maintenant qu'elle a fini par oser se r6unir, il faudrait
consid6rer s6rieusement I'6tablissement d'une m6thode
qui permeate de r6gler les diff6rends 'l'int6rieur du
Commonwealth plut6t que de laisser ce soin a I'O.
N. U...
(<< The New Statesman and Nation ), 9 octobre 1948). 4.174.


A la Conference qui a commence le 11 octobre, tous
les pays du Commonwealth n'ont pas ete reprisentes
par leurs Premiers Ministres.
...M. Fraser vient de Nouvelle-Z6lande, M. Macken-
zie King, repr6sentant son pays officiellement pour la
derni6re fois, du Canada, M. Nehru de l'Inde, M. Lia-
quat Ali Khan du Pakistan et M. Senanayake de Cey-
lan. M. Cheefley, qui 6tait encore a Londres en juillet,
sera repr6sent6 par le Dr Evatt, et ,le Dr Malan, don't
la faible majority peut dans une certain measure expli-
quer sa repugnance a quitfer I'Afrique du Sud, sera
repr6sent6 quand I'occasion le demandera par M. Eric


Louw, qui dirigera en mame temps la d6elgation sud-
africaine a I'Assembl6e des Nations Unies a Paris. La
Rhod6sie M6ridionale, qui n'est pas un Dominion a self-
Government integral, sera 6galement repr6sent6e et,
6tant donn6 le r6sultat des elections g6n6rales, Sir God-
frey Huggins lui-m6me fera le voyage. L'Eire ne sera
pas repr6sent6e. Aucune invitation officielle ne lui a 6t6
adress6e probablement parce que le Gouvernement ir-
landais avait laiss6 entendre qu'il n'6tait pas en measure
d'accepter...
(o The World Today x, ocfobre 1948). 4.180.


Au moment oi la conference commenfait, la press
britannique dans son ensemble constatait qu'elle se rdu-
nissait dans une piriode qui exigeait pricisement une
declaration eclatante d'unit6.
Mais la conference devait igalement eclairer I'esprit
des Britanniques du monde entier sur la question de
l'Union europienne occidentale:
...La Conf6rence des Premiers Ministres rendrait un
grand service au monde si ele pouvait indiquer qu'une
associatoil de plus en plus 6troite entire les Puissances
d'Europe Occidentale sur des problemes 'pratiques con-
duisant progressivement a une cooperation croissante,
a une cohabitation plus intelligence et peut-6tre finale-
ment & une association organique ne serait nullement
pr6judiciable aux int6rats du monde britannique, mais
grandement desirable pour celui-ci...
Elle devait encore appeler tous les peuples britan-
niques a un effort productif concerto et general.
Elle devait egalement empechbr que se poursuivent
deux erreurs sur le plan commercial:
...La premiere est de poursuivre le feu follet des
contracts multilatfraux impr6cis ignorant ila v6rite sui-
vante, qu'il est beaucoup plus sens6 pour deux nations
ayant des int6r6ts communs de conjure centre elles un
march particulier et de s'y tenir plut6t que de cher-
cher chacune de son c6t6 50 ou 60 nations pour con-
clure un march g6n6ral don't personnel ne peut pr6voir
les r6sultats pratiques.
La second erreur est d'avoir trop facilement
accept I'abolition definitive de la pr6f6rence imp6-
riale qui a d6montr6 sa valeur, a aid6 & stimuler le
commercial mondial et ne cherche, apres tout, qu'a
6tablir parmi les pays de I'Empire une cooperation 6co-
nomique loin d'6ga.ler, pour des raisons g6ographiques
ou nationals, la liberty commercial int6rieure com-
p,6te des Etats-Unis ou de I'Union sovi6tique.








La conference devait aussi a placer le problmme de
l'emigration dans la perspective convenable e.
Par example, a moins de vivre dans la lune...
...nous ne pouvons pas r6ellement croire qu'un grand
continent comme I'Australie, .plus 6tendu que les Etats-
Unis, puisse rester ind6finiment une communautf de
langue anglaise relevant de la Couronne britannique
avec une population maxima d6passant peine 18 mil-
lions d',habitants. Cependant, ce sera notre limite si
nous ne recevons pas des courants rafraTchissants
d'6migrants...
Mais si l'on songe qu'en 1940, sur chaque million
d'habitants, on comptait 40.000 personnel agies de plus
de 65 ans, qu'en 1946, ce chiffre s'est levele a 18.000
et qu'on l'estime a 120.000 en 1975, c'est une sombre
perspective pour une nation persuadee que la plus
grande parties de sa vie active est encore a venir.
Ces chiffres proubent que...
...nous ne pouvons plus trailer le probleme de 'l'6mi-
gration iso,16ment. En r6alit6, c'est le probl6me de 'la
redistribution de la population de I'Empire. II ne peut
pas 6tre consid6r6 sans tenir compete des prob'l1mes
capitaux de la defense de lI'Empire, de son d6veloppe-
ment, de la navigation, du d6placement ou de la cr6a-
tion des industries...
En ce qui concern les probl~mes de defense...
...nous autres, membres de la famille britannique, nous
devons faire comprendre publiquement a ceux qui me-
nacent la paix mondiale que nous serons unis, pour la
defense des choses auxquelles nous croyons, tout comme
nous 1'avons de6a 6t6 deux fois en ce si6cle. Pour
autant que soit available une declaration g6n6rae, ce-
pendant, je voudrais insisted sur le fait qu'une syn-
chronisation total de ''action de l'Empire dans l'avenir
d6pendra dans une measure sensible du perfectionne-
ment des communications imp6riales.
Enfin, la creation d'un secretariat d'Empire a ren-
contre une opposition se basant sur la raison qu'il fallait
resister a toute centralisation de administration de
I'Empire. Ceperidant...
...elle laisse toujours [a possibility important d'avoir
un secretariat d'Empire d6centrallis6. J'entends par 16
qu'i'l devrait y avoir, a Ottawa par example, un secr6-
tariat d'Empire comptant des repr6sentants non seule-'
ment de la Grande-Bretagne, mais de Ious les Domi-
nions freres du Canada et qu'il devrait y avoir un secr6-
tariat identique en Afrique du Sud, en Australie, etc...
( The Sunday Times ), 3 octobre 1948). 4.178.

La Conference devra examiner un aspect technique
des relations officielles qui est une source de desagre-
ment pour les Hauts-Commissaires changes entire les
Gouvernement du Royaume-Unis a ceux des autres na-
tions du Commonwealth.
...Ces hommes 6minents dirigent les relations diplo-
matiques des Etats britanniques entire eux et ileurs fonc-
tions sont 6troitement apparent6es a cells des ambas-
sadeurs accr6dit6s par les nations 6trang&res. Mais ils
n'ont pas rang d'ambassadeurs et il est 6videm.ment


normal que I'envoy6 d'un grand Etat souverain comme
le Canada, par example, ait a c6der le pas dans toutes
les c6r6monies officielles aux ambassadeurs des Etats
strangers pour la seule raison que son pays entretient
avec la Grande-Bretagne des relations particulikrement
intimes...
Mais il n'est pas facile de fire en sorte que les
Hauts-Commissaires soient traits comme des ambas-
sadeurs, car ils n'en peuvent porter le titre.
...L'emploi du titre d'ambassadeur pr6sente de s6-
riuses difficult6s ;en effect, un ambassadeur est essen-
tiellement I'6missaire envoy par un souverain a un sou-
verain et iI est difficile au roi de s'envoyer un ambas-
sadeur a lui-m6me. La difficult n'est pas tris heureu-
sement 6lud6e par ]'argument, congu .par I'Australie,
selon lequel, du moment que le rbi est souverain de cha-
cune des nations du Commonwealth aussi bien que de
I'ensemble, il devrait etre possible au roi d'Austra'lie
d'envoyer un ambassadeur au roi d'Angleferre, malgr6
le fait que les deux dignit6s se trouvent r6unies dans la
m6me personnel. Mais cet argument tend a donner le
caractere ind6sirable d'accident a I'unit6 de la Cou-
ronne...
Des raisons de pris6ance s'opposent aussi a ce que
le Haut-Commissaire soit traitd sur le meme pied qu'un
ambassadeur.
...L'extr6me d6f6rence manifested & I'6gard d'un am-
bassadeur est due en r6alit6 au souverain qu'ill repr6-
sente, que ce souverain soit congu comme la person-
nalit6 collective d'un people r6publicain ou comme le
roi couronn6 ou la reine d'une monarchie. En
presence du roi et c'est dans ce cas que se posent
ces questions de pr6s6ance il n'y a pas place pour
un repr6sentant de lui-m6me et ,les Hauts-Commissaires-
sont par consequent tenus a prendre place apres les
membres strangers du Corps diplomatique...
On s'apercoit que l'on ne peut sortir du fait que les
diplomats de I'Empire representent des cabinets et non
la Couronne elle-mgme et leur rang dans les ceremonies
officielles devrait etre determine par cette function.
(< The Times >, 5 octobre 1948). 4.192.

Depuis un demi-siecle, la tendance a ete de relacher
les liens entire les membres du Commonwealth. Il ne
reste plus aujourd'hui que la Couronne et le Conseil
privo. La question essentielle que soulvoe la Conference
du Commonwealth est de savoir dans quelle measure les
liens reels d'intiret common sont reconnus par les divers
associds. Sur ce plan...
...Le probleme crucial est pos6 par I'Inde qui semble
susceptible d'exprimer le d6sir de rompre son lien avec
la Couronne en 6tablissant toutefois, peut-stre par
trait, des relations sp6ciales avec le Royaume-Uni.
Comme 'intention irlandaise d'abroger la loi sur les
relations ext6rieures, le project indien soulvve de d&li-
cates questions juridiques. Est-il possible d'6tendre les
avantages de la preference imp6riale et touted les attri-
butions sp6ciales de la citoyennet6 a des pays qui se
sont d6clar6s eux-memes strangers? La r6ponse depend







dans une grande measure de ola tol6rance du reste du
monde, sp6cialement des pays avec lesquels nous avons
des traits sp6ciaux comprenant la clause de la nation
.la plus favoris6e...
Au point de vue defense, I'lnde peut dire que la
Grande-Bretagne ne peut pas se permettre de rester
indiffdrente a son destin. Mais en meme temps...
...il semble nettement avantageux pour l'lnde d'avoir
des arrangements militaires solides avec la Grande-Bre.
tagne et, par I'interm6diaire de celle-ci, avec de puis-
sants associ6s. Le Commonwealth aujourd'hui nest d6-
fendable que si les Etats-Unis ont une alliance verbal
avec lui; et si I'lnde veut jouir des grands avantages
de cet arrangement, elle doit maintenir un lien avec le
Commonwealth...
On sait, en outre, que 'lnde a I'ambition de devenir
le principal pays de l'Asie et de devenir le guide de
cet immense continent.
...Pour r6aliser son objectif de direction asiatique,
I'lnde a grand besoin de relations 6troites avec lles pays
non-asiatiques, particuli6rement la Grande-Bretagne,
car sa rivale dans ce project ambitieux est la Russie so-
vi6tique avec tout le poids de ses vastes territoires
comprenant la moiti6 de l'Europe...
C'est I'un des advantages du Commonwealth de per-
mettre aux pays qui en font parties d'entrer en relations
itroites avec d'autres regions du monde.
...Par I'interm6diaire du C6nada, 'le Commonwealth
est solidement ancr6 & la grande region nord-am6ri-
caine; par l'interm6diaire du Royaume-Uni, les autres
membres du Commnonwealth sont maintenant li6s a I'en-
tit6 en course d'6volution de il'Europe Occidentale. La
region du Pacifique est repr6sent6e par l'Australie et
la Nouvelle-Z61ande; et I'on doit esp6rer que I'Asie
sera li6e i la communaut6 mondiale par l'adh6sion de
I'lnde... ((< The Observer >, 10 octobre 1948). 4.189.

Le fail sur lequel l'accent est mis le plus gdnerale-
ment par la press britannique est la presence a la Con-
ference, pour la premiere fois, des trois nations asia-
tiques devehues depuis 1946 des membres du Com-
monwealth.
...M. Nehru, M. Liaquat Ali !Khan et M. Senanayake
sont tous ,les trois cordialement accueillis. Leur arrive
marque une 6poque dans I'evolution du Commonwealth
et 61argit et complique a la fois le concept de << Statut
de Dominion >. II existe actuellement deux types tout &
fait diff6rents de ces territoires jusqu'a present appel6s
Dominion. : ceux qui ont tir6 leur culture et une grande
parties de leur rang de [I'Europe et qui .h6ritent de la
tradition anglaise administration parlementaire et
ceux qui possbdent une ancienne civilisation indigene et
ont adoppi6 les institutions politiques du Commonwealth
par imitation conscience. La question de savoir si les
memes categories constitutionnelles peuvent compren-
dre ces daux types est un problem imm6diat qui con-
cerne parficuli6rement I'Assemblie Constituante de
I'lnde...
Le sujet le plus important de la Confirence restera
cependant la question de la position du Commonwealth


a I'gard de l'Union Occidentale et du programine de
reconstruction europeenne. En ce qui concern 1'Union
Occidentale, les membrej du Commonwealth recon-
naissent que les deux syst&mes sont complementaires.
...Ce qui est moins nettement compris jusqu'6 pr6-
sent, c'est ile probleme consistent a harmoniser la place
central qu'occupe la Grande-Bretagne dans le system
commercial imperial avec la nouvelle respon'sabilit6 qui
lui income de center l'aide am6ricaine sur la restau-
ration des economies europ6ennes. II y aura beaucoup
a faire pour expliquer et analyser cette question, non
seulement en Conseil g6n6ral ,mais.gaement par con-
sultations s6par6es entire les repr6sentants des nations
ayant des int6rets sp6ciaux en commun...
Une question encore don't se prioccupera la Confi-
rence est la controversy qui s'est elevee au sujet des
derni&res lois sur le slatut des sujets britanniques.
...Quand le project de loi britannique fut produit, il
fut recommand6 au Parlement, qui le voyait pour la
premiere fois, moins pour ses m6rites que comme une
measure que I'on 6tait moralement oblig6 de voter, tous
les gouvernements du Commonwealth ayant convenu
de l6gif6rer dans ile m6me sens. Cet accord avait 6t6
conclu lors de la Conf6rence de 1946 don't aucun rap-
port n'avait 6t6 public et, jusqu'au moment du vote de
la Iloi, aucun panlement de Dominion exceptionn de ce-
lui du Canada, n'avait eu I'occasion d'exprimer une opi-
nion. En ce qui concern ila Conf6rence actuelle, on a
insist sur le fait qu'elle ne pourrait prendre aucune
decision constituent un engagement; cette assurance
pourrait bien 6tre amplifi6e par un engagement sp6ci-
fiant que, dans le cas ou les Premiers Ministres convien-
draient de recommander a ileurs IParlements une measure
concertee quelconque, cet accord serait notifi6 a tous
avant que I'un d'entre eux soit invite & agir sur cette
base.
( The Times >, II octobre 1948). 4.193.


La Conference des Premiers Ministres du Common-
wealth attirait attention sur le problame de l'emigra-
tion. Car des pays comme le Canada, l'Australie, la
Nouvelle-Zdlande qui competent respectivement 15, 10
et 3 millions d'habitants pourraient en comprendre fa-
cilement 60, 30 et 10 millions.
Les projects australiens pour remedier a cette situation
sont qualifies de ( temeraires n:
...L'Australie, devrait tendre a I'absorption de 13 mil-
lions d'immigrants 10 millions en provenance d'An-
gleterre et 3 millions en provenance du continent Euro-
peen et ce au course des 20 prochaines ann6es. II
pourrait etre possible mat6riellement de transporter
chaque ann6e 650.000 6tres humans vers I'Austrailie si
ceux-ci d6cidaient de faire abandon de oleurs effects et
mobidliers mais on congoit avec peine comment I'Aus-
tralie pourrait assimiler et employer & un travail utile un
flot de nouveaux arrivants don't -le nombre augmente-
rait chaque ann6e sa population de 8 o%.
En dehors du travail n6cessit6 par dleur transport et
du bouleversement social qui s'ensuivrait, les probl6mes
paralleles de r6partition dans les resources productive,







de logement et d'bquipement social paraissent difficiles
a r6soudre.
Les difficult6s du project, sont, de plus, compliqu6es
p'ar le faith que I'Australie se propose de puiser 10 des
13 millions d'immigrants en Angleterre...
Or l'Angleterre n'a jamais (( export ), et ne pourra
songer a ( exporter n un demi-mitlion d'individus cha-
que annee pendant 20 ans.
Mais Malthus prend sa revanche aux Iles Britan-
niques...
Elles ne peuvent esp6rer continue a avoir une popu-
lation de 50 millions d'habitants et conserver le m6me
standard de vie; la solution ne se trouve que dans le
transfer de 10 a 20 millions de Britanniques et de leurs
industries vers les regions d'ob proviennent leur nourri-
ture et leurs matieres premieres, de faqon qu'ils puis-
sent se nourrir et produire sur place et permettre a une
population m6tropolitaine r6duite de vivre confortable-
ment sans avoir a exporter environ la moiti6 de ses pro-
duits industries. Ajoutons a ceci le puissant argument
strategique que les villes britanniques surpeuplees et les
industries concentr6es peuvent 6tre int6gralement expo-
sees dans l'6ventualite d'une nouvelle guerre et qu'elles
devraient 6tre, dans il'int6ret du Commonwealth tout
entier, largement dispers6es...
Pour qu'une telle solution puisse intervenir, il fau-
drait...
...que les Dominions ou autres pays regoivent d'An-
gleterre non seulement les hommes et femmes jeunes et
les ouvriers sp6cialises, mais encore les vieux retrait6s,
les families, des communaut6s entieres, des employs,
des boutiquiers et qu'ils prennent aussi une part appro-
pri6e de la dette national britannique.
On pourrait y arriver si le Commonwealth 6tait un
seul Etat, ayant un budget unique, bien qu'il faudrait
sans doute un demi-siecle de redistribution systfma-
tique au lieu de 10 ou 20 ans...
Pour le moment le Canada a pris la sage decision:
d'admettre sur pied d'6galit6 les immigrants d'An-
gleterre, des Etats-Unis et de France; i1 pr6fere
les families entieres aux travailleurs isol6s et, dans cet
ordre d'id6es, le Canada a donn6 I'exemple a I'Aus-
tralie et a *la Nouvelle-Z61ande.
Mais il est important qu'une large proportion des co-
lons soit oonstitu6e par des Britanniques et c'est a 'la
fois le d6sir et le devoir de notre pays de satisfaire les
demands raisonnables des Dominions en nouveaux ci-
toyens britanniques.
(< The Times ), 14 octobre 1948). 4.194.

Jusqu'ici, le Commonwealth a ete compose de peu-
ples unis par des liens de sang ou de voisinage.
...Comment I'lnde, le Pakistan et Ceylan peuvent-ils
faire parties de cette famille ? L'Angleterre n'est pas
leur < mere-patrie ; certain Indiens ont gentiment
sugg6r6 qu'elle ressemblait davantage a la proverbial
belle-mere; ou encore, d'une fagon plus pittoresque,
que I'lnde, grace a sa culture beaucoup plus ancienne,


devrait rtre consid6r6e comme la < mere > de I'Ang-le-
terre.
Peut-on s'attendre a ce que trois nations de culture
nettement 6trangere, l'une a predominance hindoue, la
second musulmane et la troisieme surtout bouddhiste
puissent se joindre a une famille < Chr6tienne > et en
devenir pleinement membres ? Est-ce qu'une Inde de
400 millions d'habitants, un Pakistan qui en compete
100 millions, peuvent embotfer le pas au people d'une
fle lointaine, stranger quant la religion, la culture,
la tradition et ila langue et qui n'atteint que 45 millions
d'individus. Cela paraft absurbe. Mais est-ce que cela
'est ?
Non, car les chefs politiques de l'lnde, du Pakiston
et de Ceylan traitent des problemes politiques avec em-
pirisme et discuter avec eux c'est se trouver dans un
climate familiar.
...Pouvons-nous d6montrer a ces amis asiatiques, ou
peuvent-ils s'assurer eux-mgmes dans leurs conversations
avec nos hommes d'Etat, qu'il existe d'autres raisons de
preserver les liens sp6ciaux, que cells d6ji cities d'un
climate commun de pens6e politique ?
II y a certainement beaucoup a dire en faveur d'un
accord 6conomique.
Les problems concernant la D6fense sont aussi de
nature a maintenir la cohesion des pays du Common-
wealth, y compris I'lnde ; et, a un degr6 sup6rieur, ceux
qui ont trait a la paix mondiale...
(< The Spectator >, 15 octobre 1948). 4.202.

A l'issue de la premiere semaine de la Confirence,
il apparaissait que les Dominions acceptaient en gine-
ral le plan quadriennal britannique de redressement.
...Les membres de la Conf6rence, cependant, sem-
blent avoir convenu qu'il n'y avait rien d'incompatible
entire les int6rets du Commdnwealth et les besoins de
I'Europe, tout au contraire. En definitive, toute augmen-
tation rell de la production des products de base ne
peut venir actuellement que de I'Europe. L'Am6rique
et le Canada travaillent a plein rendement et on ne
peut pas escompter une augmentation en provenance
de ces deux sources. La mame chose est vraie de la
Grande-Bretagne. L'Europe reste done la seule source
inutilisee qui demeure et le Commonwealth, on I'a re-
connu, a autant a gagner a son redressement que le
rest du monde...
II apparaissait egalement que les Premiers Ministres
des Dominions dtaient aussi conscients du danger com-
muniste que le gouvemement britannique.
...lls furent done d'accord pour approuver les me-
sures prises en Malaisie et M. Malcolm Mac Donald
semble effectivement avoir faith une grande impression
sur eux lorsqu'il leur parla de la situation dans ce terri-
toire. M. Nehru, Premier Ministre de l'lnde, et M. Lia-
quat Ali Khan, du Pakistan, furent 6galement a meme
d'apporter une important contribution. II semble qu'il
ait 6t6 Iaiss6 entendre que .la politique 6trangare bri-
tannique n'avait pas su se rendre compete que son audi-
toire du Sud-Est de I'Asie n'6tait pas le meme que celui
d'Europe. Dans ce Continent, fut-il dit, tout le monde







sait ce quest le Communisme. En Asie Sud-Orientale la
question a 4t6 compliquee et embrouill6e par un nou-
veau facteur': la monte du nationalism. L'avis donn6
- et apparemment accept fut que la Grande-Bre-
tagne devai+ tenir compete de ce fait aussi bien dans ses
actes que clans sa propagande...
t( The Observer v, 17 octobre 1948). 4.214.


Une cause de sirieuse difficult rencontrie par la
Conference fut le desir manifesto par l'Eire de se di-
barrasser de ( I'External Relations Act ) qui est le
dernier lien la rattachant au Commonwealth britan-
nique.
Selon M. Mac Bride:
Cette loi, en tant que fiction constitutionnelle, n'a
plu a personnel et lorsqu'elle n'existera plus, le gouver-
nement Britannique < fictions constitutionnelles p6rim6es ne sont que des sou-
venirs d'un pass plut6t malheureux et constituent un
obstacle a de meilleures relations >>...
M. Attlee a refu a Chequers les ministries irlandais
afin de discuter avec eux en presence des chefs des
trois Dominions totalement britanniques de la proposi-
tion irlandaise et de ses consequences:
Vivant dans leur climate domestique 6troit, les hommes
politiques inlandais n'ont jamais consid6r6 d'une ma-
niere r6aliste ce qu'impliquait leur demand d'ind6pen-
dance officielle aussi bien que r6elle, Ils n'ont jamais
envisage les consequence's techniques qu'entrainerait
pour les citoyens de I'Eire ila perte d'un aces facile au
travail en Grande-Bretagne et cells que sdbirait le
commerce 'rlandais du fait de la perte des avantages
du Commonwealth. Personnel ici ne veut Stre vindicatif
ni brutal, rais nous d6testons les < fictions constitution-
nelles p6rinries > tout autant que M. Mac Bride et, si
I'Eire rompait, nous ne verrions pas la raison qui per-
mettrait de ,prtendre qu'elle n'est pas un pays 6tran-
ger au m8me titre que I'Albanie ou la Bolivie. Nous
aurons, elle et nous, a en subir les consequences et a
reconnaitre que l'une d'entre elles est I'accentuation du
partage.
Mais il existed maintenant une conception tres diffd-
renle de la nature du Commonwealth et des liens unis-
sant les membres associds.
...S'il est possible de r6aliser un Commonwealth (que
nous 'appelions ainsi ou autrement) pouvant inclure
I'Afrique du Sud et I'lnde aussi bien que le Canada, la
Nouvelle-ZLlande et I'Australie, il ne devrait pas etre
hors de portae du g6nie des Irlandais d'en faire parties
eux aussi. L.'id6pendance de I'lnde a 6t6 une bien plus
grande r6alisation politique que cell de 'I'Eire. Si
SI'lnde peut 6tre persuadee de rester associ6e avec ;la
Grande-Bretagne et les autres Dominions, l'Eire peut
6galement trouver le moyen de s'accommoder de cette
association sans que son amour-propre nationalist ait
a en souffrir.
(a The Manchester Guardian ), 19 octobre 1948). 4.216.


A la fin de la Conference, un ( discreet ) communi-
qua etait public don't il emergeait l'dbauche de quelque
chose de tres grand et de tres important.
...La premiere est que le Commonwealth va rester
uni. Le lent movement centrifuge qui dure depuis
vingt ou trente ans semble s'stre arrat6 et il se pourrait
qu'il ait 6t6 renvers6. La second est que les autres
nations du Commonwealth soutiennent la Grande-Bre-
tagne dans sa participation a la reconstruction de I'Eu-
rope Occidentale. Elles ont accept (sans s'engager a
des actions hypoth6tiques) les risques d'une obligation
qu'elles auraient pu d6cliner...
Chose paradoxale, tout a paru se passer comme si la
presence des nouveaux Dominions asiatiques, de 'lnde
particulirrement, a insufld un nouvel esprit a la Confd-
rence.
...II est trop t6t pour dire qu'une nouvelle concep-
tion du Commonwealth sortira de cette Conf6rence.
Mais on a l'impression de quelque chose de nouveau,
de frais et plein d'espoir, d'un avril de I'esprit. Et si
I'on arrive au plein 6te, ce sera dans une grande me-
sure parce que les nouveaux membres du Commonwalth
ont pass tout d'un coup d'une condition de d6pen-
dance a une association digne et assure, sans le stade
interm6diaire de la pr6somption adolescente...
([ The Manchester Guardian 23 octobre 1948). 4.227.

Si la Conference s'itait ouverte dans une atmosphere
pessimiste, lies risultats qui ont etl obtenus satisfont tout
le monde.
...Des Commissions .ont 6t6 constitutes pour exami-
ner la cooperation 6conomique, la defense et les mB-
thodes de consultation du Commonwealth. Un group
r6duit, comprenant le Canada, I'Australie, la Nouvelle-
Z6lande et ila Grande-Bretagne s'occupe des problmmes
constitutionnels soulev6s par l'Eire et susceptibles d'etre
6galement pos6s par d'autres Dominions. D'autres Com-
missions ont examine .le Sfatut des Hauts-Commissaires,
la conduit des affaires 6trangeres et les relations entire
les Dominions et les colonies. Si la moiti6 seulement de
ce qui a 6t6 sugg6r6 est mis en pratique, le Common-
wealth aura avanc6 davantage au course des deux der-
nitres semaines que pendant 'les vingt dernTires an-
nees... ( The Economist ), 23 octobre 1948). 4.225.

A part les advantages materials don't bUndficiaient les
membres du Commonwelath, la principal force d'at-
traction a ate '1Nmotion sentimental e'oquie par le
souvenir du passe.
...Pour la Nouvelle-Z6lande ,I'Australie, le Canada et
la moiti6 de I'Afrique du Sud, la Grande-Bretagne a
toujours 6t6 la patrie >, le point de depart de leur
vie en tant que nations s6par6es. Ce sentiment profound
a rendu possible la plus remarquable demonstration
que le monde ait jamais vue d'alliance sans reserve au
sein d'un group de nations 'libres...
Cependant, ces trente dernmires, des indices de ten-
sion s'dtaient rvidlds qui se sont accentuds apres la
guerre.







...Le Canada, sous la direction de M. Mackenzie
King, a'de plus en plus subi I'attraction de .I'Ambrique.
C'est ce qui explique le manque de chaleur de M. Mac-
kenzie King pour des unionss r6guli6res de Ministres
du Commonwealth et son aversion pour les suggestions
proposant un m6canisme inter-,Dominions. Chose plus
s6rieuse encore, I'l61ment hollandais d'Afrique du Sud
ne se rappelle plus et ne pale plus de retour .la gene-
rosit6 de ses conqu6rants britanniques. Aujourd'hui,
dans son ascension politique, il blesse ouvertement la
conscience du Commonwealth dans son attitude a
J'6gard de la minority indienne. L'Australie et Ila Nou-
velle-Z61ande resent des amies loyales, mais se sentent
un peu solitaires dans le Pacifique et leurs experiences
de la dernirre guerre tendent a leur faire mettre en
doute la sagesse de la politique consistent 6 d6pendre
int6gralement de la Grande-Bretagne pour leur d6-
fense...
C'est dans cette organisation qui craque, mais qui
est encore solide, que trois Dominions d'Orient vien-
nent d'entrer.
...Si I'on veut que les leaders des Nouveaux Domi-
nions justifient aux yeux de leurs peuples la continua-
tion de I'appartenance au Commonwealth, il faut qu'ils
puissent montrer des avantages plus substantiels que
ceux d'a present. Si les vieux Dominions ne veulent pas
laisser !e Commonwealth aller 6 la drive vers une
dissolution a amiablel, ils doivent ile revitaliser en en
faisant une seule ame...
Si l'on veut que le Commonwealth eoolue et ne
meure pas de consumption, il faut an faire un edifice
solide. Et d'abord dtablir un moyen viable de cdnsulL
nation permanent entire les Dominions.
...Les Hauts-Commissaires des divers Dominions a
Londres devraient se, reunir reguli6rement, peut-6tre
mame une fois par semaine. Tous les probl6mes sus-
ceptibles d'affecter le Commonwealth devraient 6tre
discut6s avec eux par les Ministres britanniques les di-
vergences devraient 6tre aplanies et des compromise
r6alis6s. Les Premiers Ministres devraient 6galement se
rbunir une ou deux fois par an, pas toujours 6 Londres.
Avec un syst6me de consultation permanent, leurs
reunions n'auraient pas besoin d'6tre longues...
DeuxiBmement, un m6canisme de r6glement des dif-
f6rends doit 6tre constitu6. Une affaire comme celle du
Cachemire, par example, o6 un accord entire les parties
int6ress6es est devenu impossible, devrait Stre discut6e
par des repr6sentants de tous les .Dominions.
Enfin, on devrait rechercher une m6thode pour satis-
faire les diff6rents voeux locaux en ce qui concern la
forme, que devrait prendrell'appartenance au Com-
monwealth.
Si cette structure 6tait accepted, tous les Dominions
auraient, non plus seulement des .motifs vagues et im-
palpables de rester au sein du Commonwealth, mais
des raisons puissantes et exprimables. Personne ne se-
rait e6s6, mais tous y gagneraient en assurance. Les
liens entire 'les membres doivent 6tre 61astiques, mais,


s'ils sont trop laches, organismse cessera de conserver
une coherence ou une r6alitf quelconque...
(< The New Statesman and Nation >>, 23 octobre 1948). 4.224.

Dans cette Confirence du Commonwealth, le faith
qui a aussitot ouvert une fenetre toute grande a l'espi-
rance en une association effective du Royaume-Uni et
des anciens pays de l'Empire, c'est la sensation cause
par la personnalite du Pandit Nehru.
...< Nehru est le cerveau le mieux organism de la ta-
ble de conference >, me d6clara un soir l'un des plus
hauts fonctionnaires qui assistaient journellement aux
conferences de Downing Street. Et c'est effectivement
I'impression que Nehru a laiss6e ici, a Londres, o6 au-
jourd'hui personnel ne croit a la secession de l'lnde.
Nehru a pos6 le probl6me come s'il s'agissait d'une
association de nations souveraines bases sur des int6-
rets et des objectifs communs, ayant des points d'appui
universels Ottawa, Londres, Canberra et tra-
vaillant a I'unisson comme facteur de stabilisation inter-
nationale. Nehru congoit .I'lnde come l'unique puis-
sance asiatique capable de combler lie vide japonais et
de compenser I'anarchie-de la Chine, mais il sait que,
pour cela, elle ne peut pas s'isoler; 6 l'Est, elle a
l'Union sovi6tique; a I'Ouest se trouvent I'Angleterre
et les pays du Commonwealth et son instinct la porte
vers l'Ouest. Tout depend de I'Assembl6e Constituante
qui se r6unira le mois prochain 6 Delhi pour r6diger la
Constitution hindoue...
(< A. B. C. >>, 24 octobre 1948). 4.238.

En Australie, cependant, la Conference a cause un
sentiment de deception.
...Quelques personnes protestent d6ja confre la dis-
parition du mot << britannique >> du titre du Com-
monwealth, mais pour la majority ceci est beaucoup
moins important que la question de savoir jusqu'a
quel point les Dominions britanniques ont 6f6 en me-
sure de concilier leurs buts et leurs id6aux avec ceux
de leurs nouveaux associ6s non-britanniques ou d'arri-
ver a ce r6sultat en ajournant les decisions. II est de
nombreux Australiens qui, tout en d6sirant 6difier des
relations plus amicales et plus profitable avec de pro-
ches voisins tels que I'lnde, le Pakistan et Ceylan esti-
ment prbf6rable que I'lnde se spare du Commonwealth
plut6t qCue de voir son adhesion a celui-ci alt6rer cette
all6geance commune a Ila Couronne qu'ils consid6rent
comme la c16 de voOte du Commonwealth...
(< The Times >, 20 octobre 1948). 4.235.

B. LA CONFERENCE AFRICAINE
Le 29 septembre, M. Morrisson ouvrait a Lancaster
House une Confirence qui pouvait se flatter d'etre la
premiere en son genre sans l'histoire de l'Afrique colo-
niale.
...Des Emirs de Nig6ria s'y frottfrent les 6paules avec
des Indiens du Tanganyika, des avocats noirs de la
Gold-Coast avec des colons blancs du K.nya; au total
quelques.70 d6l6gu6s en provenance de I'Afrique co-








loniale britannique don't plus de la moiti6 sont des Afri-
cains.
Ces d6l6gu6s, rois h6r6ditaires et politicians ,lus,
musulmans et chr6tiens, jeunes et vieux, repr6sentent
pres de 50 millions d'habitants, don't la grande majority
sent pauvres, illettr6s et dans un 6tat de transition, vi-
vant mat6riellement comme des hommes de tribus bien
que I'esprit de tribu disparaisse peu & peu...
(< Time and Tide >, 20 octobre 1948). 4.171.

Jamais encore le Colonial Office ne s'etait applique
aussi serieusement a connaftre les points de vue des
membres non-officiels des Conseils Legislatifs de
l'Afrique colonial sur les principles questions admi-
nistratives economiques, stratgfiques et autres.
...I1 ne s'agit pas ici de g6n6ralisations doucereuses,
d'abstractions ambigues, d'exag6rations ou d'exub6-
rances. La Conf6rence se doit de se comporter en veri-
table Conseil d'Etat, permettant d'appliquer aux pro-
blames communs l'exp6rience des participants avertis.
Si ohacun En fait don sans restriction et sans arriere-
pens6e le succes est assure et les d6l6gu6s aborderont
leurs teaches en Afrique avec une nouvelle confiance et
avec zele au lieu de s'y adonner comme ils le faisaient
le plus souvent dans un 6tat d'esprit de d6sespoir et
d'6chec...
(< East Africa and Rhodesia >>, 30 septembre 1948). 4.172.

La Conference s'est d'abord preoccupee de ques-
tions econorniques de gouvernement local, d'agriculture
et d'education.
...On a insist avec raison sur le fait que la < Corpo-
ration du D)veloppement Colonial > devrait souvenir
les industries secondaires en provision d'une chute pos-
sible dans 'avenir dans la demand des products pri-
maires. On a apporte beaucoup d'int6ret aux coop6ra-
tives de consommation et on a discut6 des problemes
tenant & 6tendre la radio-diffusion en Afrique et du
besoin de journaux plus nombreux 6crits en langue ver-
naculaire, ce qui constitute un nouveau signe d'une
conscience national qui grandit...
Mais bien qu'on ait eoiti d'aborder les problemes
politiques.
II est clair que pour tous les Africains la question de
la barrirre de couleur est le theme qui domine dans
leur esprit. Les applaudissements les plus nourris de la
conference ont 6tf pour M. Creech Jones lorsqu'il
a d6clar6 : < Ce prob.lme human (de la d6mocratie et
de la liberty en Afrique) ne peut etre r6solu par des
barrirres de couleur et par des conventions discrimina-
toires >>...
(<< The Nevw Statesman and Nation >, 9 octobre 1948). 4.175.

Lord Montgomery a parlM des problames de defense
aux delegues de Lancaster House. L'importance de la
security africaine pour le Commonwealth et pour
l'Union Occidentale est eoidente: des que la MMditer-
ranie est menacee, la defense de l'Afrique devient cru-
ciale.


...Les territoires africains peuvent faire beaucoup par
eux-m&mes. 11s peuvent aider a fournir des bases,
comme le grand d6p6t d'approvisionnements de
Mackinnon Road, au Kenia, et am6liorer les commu-
nications, comme dans le cas de la Grande Route du
Nord. Is peuvent apporter leur concours 6gallement,
bien que peut-Stre dans une moindre measure, en en-
voyant des troupes. Au course de la derniere guerre
!'Afrique Orientale et I'Afrique Occidentale proc6d6-
rent a des envois de troupes indigenes sur le front qui
se r6v6l&rent une r6ussite ; quant a la Rhod6sie M6ri-
dionale, avec ses 100.000 EuropBens, tous employs &
des postes de direction ou dans des situations techni-
ques, elle a un r6le special & jouer, comme I'a montr6
la derni&re guerre dans I'entrainement des equipages
d'aviation et des officiers...
(<< The Times >, 6 octobre 1948). 4.176.

Personne n'a jamais pense que la Confirence appor-
terait des reponses aux nombreuses questions d'ordre
pratique auxquelles ii faudrait trouver des solutions
dans chaque colonie africaine.
...La r6ponse g6n6rale a routes ces questions rest
toujours la meme : des hommes, de I'argent, de I'initia-
tive et de la cooperation, alors que les r6ponses parti-
culitres ne peuvent &tre trouvees que sur le terrain.
Ce n'6tait pas la peine de faire venir 70 d6l6gu6s
a Londres pour entendre dire qu'il faut d'urgence da-
vantage d'6coles et d'instituteurs ou que les coop6ra-
tives agricoles sont << une bonne chose >>. Mais il valait
la peine de les avoir fait venir s'ils doivent s'en retour-
ner en ayant une id6e plus claire des difficulties, une
connaissance partag6e par les autres de leurs problems
et de leurs espoirs et la conviction qu'ils ne travaillent
pas dans l'isolement mais qu'ils font parties d'une com-
munaut6 plus 6tendue et qu'ils ont derriere eux la
bonne volont6 et la resolution pratique de la nation
Britannique...
De meme, on n'a pas aborde I'un quelconque des
vrais problemes de l'Afrique, par example celui d'dle-
ver le niveau de vie alors que la fertility du sol diminue
que la population augment et que (( les gens competent
trop sur les secours de l'autoritg et pas assez sur eux-
memes )).
...Cependant I'essor a 6t6 donn6. Le sentiment s'est
faith jour que << nous 6tions tous embarqu6s sur ,le mrme
board >, sentiment nouveau pour beaucoup, et certain
sont peut-Sfre repartis en ayant la notion qu'ils auraient
pu trouver de pires partenaires et que la Grande-Bre-
tagne et I'Empire representent tout de mame quelque
chose qui m6rite .la patience et i'effort.
Certes il est plus facile ( de parler d'exploitation et
de soulever les questions raciales qui se diguisent sous
le masque du nationalism ) que de chercher a edifier
une construction solide sur la base d'une franche coo-
peration.
Le communism ne sera d6finitivement vaincu que si
ces chefs populaires se sentent les allies d'un 6tat d'es-
prit et d'un movement qui offrent quelque chose de
plus grand que le paradise Marxiste.
f'








Dans la chapelle du Collge du Roi & Cambridge,
que le Principal faisait visiter, un d6l6guo d olara :
< Dans cet immense edifice, nous ne pouvons voir les
foundations, nous ne savons rien de la facon don't elles
ont 6t6 poses. Nous ne voyons que le r6sultat. Je
pense qu'il en est de meme de I'Empire Britannique,
et que des hommes comme le Principal, qui nous a t6-
moign6 tant de bont6s homme don't nous n'aurions
ordinairement jamais entendu parler et que nous n'au-
rions jamais dO voir que cet home est comme les
foundations et que sans lui et bien d'autres de la meme
esp6ce cet Empire, auquel nous sommes si fiers d'appar-
tenir, n'aurait jamais exist >>.
C'6tait un Indien qui, bien que citoyen africain, di-
sailt cela.
Cette conference a r6alis6 une plus grande parties
de son programme que ne le font.la plupart des con-
f6rences d'aujourd'hui.
(<< Time and Tide '16 octobre 1948). 4.203.

C. MALAISIE
II est aujourd'hui possible de retracer la genese du
dangereux mouverment communist de Malaisie.
...11 y a quatre mois environ, un group extr6mement
discipline de communists chinois entreprit une cam-
pagne active dans le but de soumettre par la terreur
les Chinois, les Madlais, les Indiens et les Europ6ens en
assassinant ou en enlevant des personnalit6s apparte-
nant a ces quatre communaut6s. Pendant ce temps 'le
pays devait 6tre parsem6 de camps d'entrainement et
de d6p6ts d'armes, couvert de drapeaux sovi6tiques et
inond6 de dlitt6rature communist appel6e a r6pandre
I'influence du parti. On esp6rait que, iorsque le sys-
t6me Bconomique et administratif de la Malaisie serait
suffisamment d6sorganis6, une offensive concert6e par-
tant de nombreuses bases diff6rentes permettrait aux
communists de s'emparer du pouvoir et d'instituer ,leur
Gouvernement, 6ventuellement en septembre...
(< The Times >>, 16 octobre 1948). 4.219.

En fail, cette soi-disant ( lutte armie du movement
de liberation national de Malaisie se solde par un
6chec.
...Ls communists n'ont r6ussi ni a reporter des suc-
c6s mat6riels ni 6 obtenir I'appui populaire, et cela
bien que !le moment de leur tentative ait 6t6 choisi par
des gens exp6rimentes dans le choix de I'6poque des
d6sordres. L'attirance qu'ils exerqaient politiquement a
diminu6 devant I'octroi de I'autonomie aouvernemen-
tae absolue r6clam6e par la population du pays et de-
vant introduction de services sociaux de routes sores.
Plus important encore a 6t6 le faith que I'Administra-
tion a r6ussi 6 fournir des vivres, particuli6rement du
riz, malgr6 les grandes difficulties. La consequence g6-


nerale a 6e6 que les 6elments malais indiens, m6tis et
ourop6ens de la population ont ouvertement eo unani
moment condamn6 les communists tandis que les Chi-
nois, qui h6sitent, cela va de soi, a se designer comme
cibles au terrorism, d6sirent ardemment voir mettre fin
a la violence. La champagne communist a si peu r6ussi
que quelque 24.000 hommes de routes les races (bien
qu'en majority Malais) se sont engages dans le corps de
gendarmerie special, que le R6giment Malais a vu dou-
bler ses effectifs, que les syndicats ont &limin6 'in-
fluence communist et que la vie 6conomique du pays
continue. La production actuelle de caoutchouc a elle
seule aurait en faith m6rit6 d'Stre salute comme la
preuve d'une remarquable reprise apr6s les d6gats de
la guerre et de I'occupation meme si les communists
n'avaient jamais tented une r6volution...
Aujourd'hui, routes les races de Malaisie semblent
6tre d'accord pour que l'autorilt britannique subsisfe
apr&s la suppression des troubles actuels.
...Le r6le jou6 par la Grande-Bretagne en Extr6me-
Orient nous a rendu un peu de notre ancien prestige.
L'influence d6sint6ress6q que nous avons exerc6e sur le
plan international dans I'affaire capital des livraisons
de riz semble selon des rapports de Malaisie -
avoir fait une profonde impression. 1I est significatif
que les d6sordres communists ne se soient pas propa-
g6s jusqu'a Singapour ou jusqu'a I'l1e de BornBo.
(<< The Manchester Guardian ,>, 26 octobre 1948). 4.237.


Si l'on recherche les causes du succes britannique on
notera qu'il est:
...D6 en partie au d6ploiement de forces que le gou-
vernement a ordonn6, en parties aux r6formes sociales
et administrative et 6 I'effet qu'elles ont produit sur
les Malais et enfin en parties au faith que la plus grande
proportion des terrorists et de leurs victims -
6tait de loin compose d'6trangers au pays. On doit
aussi beaucoup aux chefs syndicalistes malais qui ont
maintenu leur ind6pendance avec resolution et qui ont
vigoureusement r6sist6 aux tentatives communisfes d'in-
filtration... '
Mais le gouvernement britannique ne doit pas main-
tenant se reposer sur ses lauriers.
...Les organisateurs de conspiration en Chine et ail-
leurs peuvent essayer a nouveau; il y a encore de .la
part des communists une possibility de troubles dans
le Sud du Siam. II faut en finir avec les derniers occu-
Iants dissimul6s dans le pays et le r6seau des posters
de police doit 6tre am6lior6. Enfin les Malais qujise
sont montr6s des allies capable et efficaces attendant
qu'on acc6l6re l'execution de nombreuses r6formes qui
n'ont gu6re encore d6pass6 le stade de projects jets
sur le paper.
(< The Economist >, 30 octobre 1948). 4.232.









III. EMPIRE HOLLANDAIS


INDONESIE
En 1920, in plan communist a longue portee tendait
a creer des gouvernements communists dans tous les
pays coloniaux. Actuellement le plan de Moscou est de
saboter la reconstruction de l'Europe par le plan
Marshall enl attisant les foyers d'agitation du Sud-Est
de l'Asie. Cei plan a etd mis sur pied en mars dernier
au course de la ( Conf6rence de la Jeunesse du Sud-Est
de l'Asie ): qui s'est tenue a Calcutta.
En application des decisions prises, un soulevement
communist s'est produit en Indonisie dirigi non pas
centre les imperialistes occidentaux, mais centre le gou-
vernement nationalist indigene.
...En s'errparant de la ville industrielle de Madium a
Java, les communistes, appuy6s par une brigade de
I'arm6e r6culi6re r6publicaine, ont exig6 le renverse-
ment de la R6publique Indon6sienne et son remplace-
ment par une < R6publique Populaire >>.
...Cepenoant, la r6cente adhesion & la cause commu-
niste du chef populaire d'6tiquette nationalist Amri
Sharifudden, ancien Premier Ministre et chef du Parti
Republicain Socialiste, qui a fusionn6 avec le Parti
Communists pour former le Front Populaire D6mocra-
tique, a une signification beaucoup plus dangereuse.
* Le Pr6siclent, Soekarno et le Premier Hatta ont dB-
nonc6 le caractere r6volutionnaire de la r6volte, pro-
clam6 la loi martiale et d6clanch6 I'action de I'armee
republicaine...
Les Hollandais ont offer d'assister les Republicains.
Mais ceux-ci ont d6clind la proposition de crainte de se
comprometire aux yeux des indonisiens.
...lls se rendent compete, toutefois, que le d6ploiement
de la ,rvol-e risque de saper leur position aux Nations
Unies, car ::ertaines autorit6s hollandaises ne souhaite-
raient rien de mieux que de teindre d'une bonne couche
de communism !e movement nationalist tout enter
pour se concilier ainsi les sympathies de I'occident.
Les nouvelles reques de Hollande laissent entendre
en v6ritf, ou'on ywconsid6re le soul6vement de Madium
avec une certain satisfaction. C'est la, a n'en point
douter, une politique a course vue.
L'obstination qu'apportent de nombreux Europ6ens 6
se refuser :'admettre que le colonialisme est mort et.
de trailer c6n6reusement et sinc6rement avec les mou-
vements netfonalistes, bien plus qu'une soi-disant affi-
nit6 asiaticue pour le communism, constitute 'la v6ri-
table arme secrete de Moscou dans I'Extr6me-Orient...
(<< The Nation >, 2 octobre 1948). 4.195.

Le chef de la redolte etait un ancien instituteur java-
nais Muso Suparto, rentre a Java apres 23 annies de
sijour a Moscou.
...Muso ct ses hommes op6r6rent 6 Madium, la troi-
sime .ville de la R6publique, situ6e au cceur de Java
et commandant une important vole ferr6e est-ouest


a une faible distance de Jogjakarta, la capital. Soute-
nus par une brigade mutinee de I'arm6e ripublicaine,
ils se saisirent des points-cl6s de la ville, institu6rent
une < R6publique Populaire >> et demand6rent I'aboli-
tion immediate du gouvernement r6publicain du
Dr Soekarno. < Ces armes, proclama 'la radio commu-
niste de Madium, ne seront pas silencieuses tant que
toute I'lndonBsie ne sera pas libre >. Le Pr6sident de la
< R6publique Populaire > se trouva 6tre ce m6me Muso,
le ressuscit6...
(< Time >>, de New-York, 4 octobre 1948). 4.205.

Mais rapidement, les forces ripublicaines reprenaient
Madiun et dispersaient le nouveau ( gouvernement po-
pulaire .
...M. Hatta a derriere lui le plus important de tous
les parties, 'le Masioemi musulman ainsi que le Parti Na-
tional du Centre et les Socialistes de M. Sjahrir. II est
inconfortablement plac6 entire deux feux. Les commu-
nistes le traitent d' < esclave > des Am6ricains et des
Hollandais (bien que les Etats-Unis aient jusqu'a present
6f6 rarement du meme avis que lies Pays-Bas a propos
de I'lndon6sie), tandis que les Hollandais I'accusent
d'agir sans conviction...
('< The Manchester Guardian >, 20 octobre 1948). 4,218,

La victoire du gouvernement Hatta sur les commu-
nistes ne regle cependant pas le problem indonisien.
11 faudrait que les Republicains elargissent la base de
leur soutien populaire. II faudrait aussi que les Hollan-
dais parviennent (( convaincre les indigenes que leurs
intentions sont aussi altruistes dans la pratique que sur
le paper )).
...11 reste, entire les Hollandais et les R6publicains,
d'importantes questions 6 r6gler ;a forme & donner
au Gouvernement interimaire en Indon6sie, ses droits a
une representation 6 I'6tranger et son statut par rap-
port 6 la Couronne.
Sur le premier point, le Gouvernement Hollandais est
arrive 6 La Haye a un accord avec les chefs non-r6pu-
blicains, measure que I'on pretend avoir 6t6 la cause de
la d6mission du Dr Van Mook; mais vis-a-vis des R6pu-
blicains eux-m6mes, I'attitude des Hollandais paraft
tfre qu'ils doivent d'abord remettre de I'ordre dans la
maison avant d'aborder les questions constitution-
nelles...
(< The Spectator >, 22 octobre 1948). 4.211.

En ce qui concern I'accord auquel sont arrives les
Hollandais et les Etats non-republicains d'Indon6sie, il
vise a determiner la former et les pouvoirs d'une admi-
nistration federale provisoire pour les Indes Neerlan-
daises.
...Le nouveau gouvernement federal exercera des
pouvoirs r6els; les Etats-Unis d'Indon6sie constitueront








un Etat pleinement souverain qui sera en inesure de
s'unir sur un pied d'6galit6 avec le Royaume remodel
des Pays-Bas. Le gouvernement f6d6ral provisoire suit
6troitement les directives de l'opinion indon6sienne telle
qu'elle a 6t6 r6v6l6e dans les propositions initiales de
Bandoeng ; il sera completement indon6sien quant a sa
composition. A sa t6te se trouvera un ministere de trois
membres l6us par les gouvernements et administrations
des Etats associ6s. Ce triumvirate op6rera par t'entre-
mise d'un Conseil de Secr6taires d'Etat compose des
chefs des d6partements du gouvernement f6d6rail. Les
organismes repr6sentatifs comprennent un Conseil f6a6-
ral, conru sur le module habituel d'un S6nat f6d6ral,
avec un siege pour chaque Etat sans qu'il soit tenu
compete de son importance, et un Parlement attribuant
aux divers elements autonomes de deux a dix sieges
selon leur population. Des dispositions sont prises en
vue d'une consultation 6troite entire le gouvernement
f6d6ral et un Haut-Commissaire de 'la Couronne sur des
questions telles que 6l'tablissement d'un service diplo-
matique indon6sien, l'6change de repr6sentants avec les
Puissances 6trangeres et le contr6le des forces armies.
Le recent accord traite 6galement certain points tels
que le droit pour la population de la Nouvelle Guin6e
Hollandaise de d6cider de ses affiliations politiques et
la manire don't seront d6sign6s les repr6sentants des
minorit6s au Conseil et au Parlement...
On espere que le nouveau mecanisme federal sera
tdabli avant la fin de I'annre. Le seul facteur incertain
est l'attitude de la Ripublique.
...Les n6gociations entire les Hollandais et Jogjakarta
sont au point mort, mais les Hollandais viennent de
soumettre des propositions r6vis6es de r6glement qui


sont une version 16gbrement modifi6e de cells qu'avait
pr6conis6es M. Merle Cochran, le membre am6ricain
de la Commission des Bons Offices. Les R6publicains
ont d6ja approuv6 ,le plan Cochran; il semble done
qu'il existe une base pour de nouvelles conversations.
(<< The Times )), 13 octobre 1948). 4.200.


Mais les Indonesiens ont cependant fait un certain
nombre de reserves:
...lls demandent que le gouvernement Hollandais rap-
porte son ordre d'expulsion des fonctionnaires r6publi-
cains de Batavia, qu'il restitue les immeubles r6publi-
cains de Batavia, et que des membres de la d616gation
r6publicaine b6n6ficient de I'immunit6 diplomatique a
Batavia et dans les territoires occup6s par les Hol-lan-
dais.
II n'est pas encore trop tard pour apprendre aux Hol-
landais qu'ils rendront un bon service a leur pays et
qu'ils rendront plus facile la situation actually dans
toute I'lndon6sie, si ils se decident des maintenant a
consentir des concessions parfaitement justifiables aux
revendications r6publicaines.
Bien que les communists d'lndon6sie aient sans au-
cun doute mis6 au-dessus de leurs forces a Madium et
qu'ils soient actuellement en veilleuse dans la R6pu-
blique, les conditions favorables au communism dure-
ront aussi longtemps que les Hollandais s'en tiendront
a leur attitude irr6ductible.
Que les communists puissent ou non regagner la
confiance du people et reformer leur parti depend
beaucoup plus de La Haye que de Moscou.
(e The New Statesman and Nation >, 30 octobre 1948). 4.239.










LISTE DES ARTICLES DE PRESS ETRANGERE TRADUITS EN FRAN(AIS
QUI PEUVENT ETRE CONSULTES :

A Ie Section de la Presse Etrangbre, au MinistBre de la France d'Outre-Mer, 27, rue Oudinot, Paris (7*).
(Direction des Affaires Politiques. Piece 94, 2 Etage).
La Section de la Presse Etrangere peut en outre fournir gratuitement, par retour du courier, .a qui-
conque lui en fera la demand, copie des traductions ayant moins de deux mois de date.
Le N de r6f6rence suffit a designer le document d6sire.

No8 ORIGINE DU DOCUMENT DATES TIRES
1 1 1.,,


4.138
4.139
4.140
4.141
4.142
4.143
4.144
4.145

4.146


4.147
4.148
4.149
4.150
4.151
4.152
4.153
4.154
4.155
4.156
4.157
4.158
4.159
4.160
4.161
4.162
4.163
4.164
4.165
4.166
4.167
4.168
4.169
4.170
4.171
4.172
4.173
4.174
4.175
4.176
4.177

4.178
4.179
4.180
4.181
4.182
4.183

4.184

4.185
4.186
4.187
4.188
4.189
4.190


Journal do Comercio .....
The Observer .............
The Tim es ...............
The Tim es ................
The Times ................
Continental Daily Mail ....
The Tim es ................
The Crown Colonist .......

The Crown Colonist .......


The Crown Colonist .......
The Crown Colonist .......
The Crown Colonist .......
The Crown Colonist .......
The Crown Colonist .......
South Africa ..............
Journal do Comercio ........
New-York Herald Tribune.
Daily Telegraph ...........
Daily Worker .............
The Tim es ................
The Manchester Guardian.
West Africa ...............
Amrita Bazar Patrika ....
The Manchester Guardian.
The Tim es ................
The Manchester Guardian..
The Daily Herald ........
Neue Zurcher Zeitung .....
The Tim es ................
The Economist ............
The Spectator ...........
Time and Tide ...........
The Nation ................
Time and Tide ............
East Africa and Rhodssia..
The Times ................
New Statesman and Nation
New Statesman and Nation
The Tim es ................
The Daily Worker ........

The Sunday Times ......
Jornal do Comercio .....
The World To Day ......
The Economist ..........
African World ............
The Crown Colonist ......

The Crown Colonist ......

The Daily Herald .........
Continental Daily Mail....
The Yorkshire Post.........
The Sunday Times .......
The Observer ..............
Neue Zurcher Zeitung .....


11-9-48
19-9-48
21-9-48
21-9-48
21-9-48
22-9-48
22-9-48
10-48

10-48

10-48
10-48
10-48
10-48
10-48
18-9-48
18-948
26-948
28-948
28-948
29-9-48
29-9-48
2-10-48
28-8-48
29-9-48
30-9-48
30-9-48
30-9-48
1-10-48
2-10-48
2-10-48
1-1048
2-10-48
18-9-48
2-10-48
30-9-48
9-10-48
9-10-48
9-10-48
5-10-48
11-10-48

3-10-48
23-9-48
10-48
25-9-48
10-48
10-48

1048

13-10-48
14-10-48
7-10-48
10-10-48
10-10-48
7-10-48


L'initiative priv6e et le d6veloppement colonial.
En Malaisie on n'a pas encore trouvd le remade.
L'avenir d'Hayderabad.
La press de 1'Inde.
Le communism en Indondsie.
La Malaisie a failli &tre perdue de nouveau.
Les Nations Unies et les Colonies.
Reformes pour ameliorer le recrutement des fonctionnaires
de 1'Administration colonial britannique.
L'administration de la Gold Coast et le rapport de la
Commission d'Enquite sur les troubles survenus dans
ce territoire.
Pas de contr6le international sur l'Empire britannique.
Ceylan et les Nations Unies.
L'Ouganga et la press.
Les Services d'Information aux Colonies.
Chypre et 1'Enosis.
L'Union Sud-Africaine h l'Assembl6e des Nations Unies.
Collaboration portugo-belge en Afrique.
Le chef de la revolte communist de Java.
L'6ducation dans les colonies : une course centre le temps.
Nous est-il n6cessaire de conserver la Malaisie?
Division en Birmanie.
Le Commonwealth.
Le nationalism, le mythe et la rdalit6.
Viet-Nam.
La defense du Commonwealth.
L'Afrique en Conf6rence.
Donnez-nous les cadres.
La seance d'ouverture de la Conf6rence africaine.
La Grande-Bretagne s'interesse de plus en plus h 1'Afrique.
La tactique communist h Java.
L'Afrique A Londres.
Les d6sordres en Indon6sie.
Le Commonwealth se reunit.
Colonies italiennes.
Conference africaine.
La Conference africaine.
Viet-Nam.
La Conference du Commonwealth.
L'Afrique A Londres.
La defense de 1'Afrique.
Les plans guerriers dominant la Conference des Domi-
nions.
Conference du Commonwealth.
Les resources financibres de la colonisation.
La Conference du Commonwealth.
Le Pakistan sans Jinnah.
Les Nations Unies et le Ruanda Urundi.
La discussion des affaires coloniales au Parlement bri-
tanniquq.
Le Conseil de Tutelle n'inspire plus confiance aux puis-
sances mandataires.
L'Inde partira, partira pas ?
Pourquoi pas des Etats-Unis d'Afrique
La Conference du Commonwealth.
Quatre Unites (la Conf6rence du Commonwealth).
Dominions.
Le communist en Indon6sie.









ORIGINE DU DOCUMENT


4.191
4.192
4.193
4.194
4.1J5
4.196
4.197
4.198

4.199
4.200
4.201
4.202
4.203
4.204

4.205
4.206
4.207
4.208
4.209
4.210

4.211
4.212
4.213
4.214

4.215
4.216
4.217

4.218
4.219
4.220
4.221
4.222
4.223
4.224
4.225
4.226

4.227
4.228
4.229
4.230

4.231
4.232
4.233
4.234
4.235
4.236
4.237
4.238
4.239
4.240
4.241
4.242
4.243
4.244
4.245
4.246


DATES


Neue Zurcher Zeitung .....
The Tim es ..............
The Tim es ..............
The Tim es ................
The Nation ...............
Pacific Affairs, New-York.
Neue Zurcher Zeitung .....
A. B. C., Madrid ..........

Jornal do Comercio ......
Times, Londres ...........
West Africa ...............
The Spectator ............
Time and Tide ............
Foreign Affairs ...........

im e .....................
Tim e ................ .......
Tim e ......................
The Tim es ...............
The Daily Worker .........
Commonwealth Survey ....

The Spectator ...........
La Tribune de GenBve ....
The Tim es ................
The Observer .............

A. B. C. ..............
The Manchester Guardian.
The Manchester Guardian.

The Manchester Guardian.
The Tim es ................
Basler Nachrichten .......
East Africa and BRhoddsia..
East Africa and Rhoddsia..
The Daily Herald .........
New Statesman and Nation
The Economist ............
The Economist ............

The Manchester Guardian.
East Africa and Rhoddsia..
The Spectator ...........
New-York Herald Tribune.

W est Africa ..............
The Economist ............
The Crown Colonist .......
The Tim es ................
The Tim es ................
The Manchester Guardian.
The Manchester Guardian.
A B C .. ...............
New Statesman and Nation
South Africa ..............
The Economist ............
The Spectator ............
The Tim es ...............
The Tim es ................
The Tim es .............. .
The Tim es ......... ......


7-10-48
5-10-48
11-10-48
14-10-48
2-10-48
9-48
12-10-48
12-10-48

8-10-48
13-10-48
16-10-48
15-10-48
16-10-48
10-48

4-10-48
4-10-48
4-10-48
6-10-48
6-10-48
2-10-48

22-10-48
22-10-48
14-10-48
17-10-48

19-10-48
19-10-48
19-10-48

20-10-48
16-10-48
19-10-48
24-10-48
21-10-48
23-10-48
23-10-48
23-10-48
23-10-48

23-10-48
21-1048
29-10-48
30-10-48

30-10-48
30-10-48
11-48
23-10-48
26-10-48
26-10-48
26-10-48
24-10-48
30-10-48
30-10-48
30-10-48
5-11-48
23-10-48
28-10-48
29-10-48
1-11-48


I I~


__


TITLES


Le soulhvement des Karens en Birmanie.
Hauts-Commissaires.
Conference du Commonwealth.
Emigration (Commonwealth).
Soulevement communist en Indonesie.
L'l6aboration d'une Indochine nouvelle.
Le nouveau chef d'Etat-Major de 1'Empire britannique.
Premiere reunion des repr6sentants du Commonwealth
depuis la guerre.
L'action civilisatrice en Afrique.
La Haye et les Indes Neerlandaises.
La Nigeria menace dun contr6le sur la press.
Le Commonwealth et la question racial.
La Conference africaine.
L'economie dirig6e contre les colonies britanniques
(resum6).
Une resurrection en Indon6sie.
Le plan communist pour le sud-est de l'Asie.
Le Yoghi contre les commissaires en Birmanie.
Le nationalism en Afrique du Sud.
Que se passe-t-il en Indondsie?
La preparation des Nig6riens aux emplois administratifs
superieurs.
Courants contraires en Indonesie.
La Belgique et le Ruanda-Urundi.
L'administration britannique des Iles Falklands.
L'Empire accepted notre plan quadriennal en faveur du
redressement europeen.
Une nouvelle menace pour le Commonwealth.
Le Commonwealth.
Les dirigeants du Commonwealth en face du dilemme pose
par 1'Eire.
Indon6sie.
Le communism en Malaisie.
L'assaut rouge en Asie.
L'importance de 1'Afrique pour l'Australie.
La creation d'un Office du Zambeze n est envisag-e.
Une declaration de l'envoy6 du Dr Malan.
Le rhalisme du Commonwealth.
Les Dominions prennent l'initiative.
Uile voix des Barbades en faveur des puissances manda-
taires.
Le Commonwealth.
Equiper 1'Afrique sur le plan imperial.
De nouvelles mines de carbon en Afrique.
L'Indochine attend 1'approbation par Paris d'un Viet-
Nam libre.
L'importance du riz en Afrique Occidentale.
Echec communist en Malaisie.
ILa premiere Conference africaine.
L'avenir de la Cyr6naique.
La Conference du Commonwealth a dequ l'Australie.
Le Bantou citadin.
Malaisie.
Le Pandit Nehru a gagn6 la conflance du Commonwealth.
Le communism en Indonesie.
Un nouveau pas vers la Fed6ration des Rhodesies.
Aprs Ja Conf6rence du Commonwealth.
L'Antarctique de Peron.
Nations Associhes.
L'Inde et la Couronne.
Le Commonwealth des Nations.
Hayderabad sous l'administration indienne.










BIBLIOGRAPHIE


JEAN-REMY PALANQUE : Les imp6rialismes antiques.
Coll. Que Sais-Je ?. Presses Universitaires de
France, 108, boulevard Saint-Germain, Paris-6'.
Jean-R! ny Palanque, professeur a la Faculte
des Lettres d'Aix, passe une revue rapide des mani-
festations imperialistes de l'antiquite. Au course
d'une period allant du xxvilt siecle avant J.-Christ
au iln siicle de PAre chr6tienne, l'auteur met en
lumiire le!; caracteristiques essentielles des civilisa-
tions qui se sont repandues dans le monde mediter-
ran6en. Di la consideration des mobiles des impe-
rialismes : < pecuniae et imperil cupido > (la soif
de For et l'orgueil du pouvoir) et don't les conse-
quences n en out pas moins ete parfois liberales et
bienfaisantes, facteurs de progres social et cultural,
l'auteur conclut qu'ils prefigurent bien l'histoire des
colonisations modernes.
L'imp6rialisme remain suscite chez 'auteur ces
reflexions: < Comme tous les empires coloniaux la
violence et la cupidity ont ete a l'origine de ces
conquntes, celles des democrats ennemis de Car-
thage au I!i siecle, de Scipion et des Chevaliers au
Is siecle, lie Pompe'i et de Cesar au premier siecle.
Mais le sentiment, inconscient peut-Atre d'une soli-
darit6 necessaire, et, dans une elite, le cosmopoli-
tisme sto'icien, conscient de la fraternity humaine,
out fini par souder ces populations disparates en
une communaut6 vivante >>.


PIERRE RYCKMANS : Barabara. Editions F. Larcier
S. A., Brixelles.
Une serie de recits nous faith vivre les travaux et
les jours d'un administrateur du Congo Belge. Des
annees d'observations directed, un eceur et un esprit
largement ouverts sur le monde qui 'entoure, un
sens profond de la communaut6 humaine ont per-
mis au vieil africain quest M. Pierre Ryckmans, qui
fut administrateur, p.'s Gouverneur G6neral du
Congo Belge, pendant la difficile p6riode des hosti-
lites, de donner des images directed d'un monde a la
fois si different et si proche du notre.
Une pointe d'humour assaisonne ces souvenirs
d'une vie qui a la conscience d'atre bien remplie et
oi l'auteur se sent souvent pris d'une emotion
reelle.
Et voici 'explication de ce titre strange: Le < Ba-
rabara >, il ne faut pas le chercher sur les cartes.
Tout colonial a le sien. Route, points, poste nouveau
surgi en pleine brousse, Aglise, camp, plantation,
troupeau... Pour le prospecteur qui a decouvert le
gisement, c'est la mine en plein travail. C'est pour
l'ingenieur le tonnerre d'un train qui viole les soli-
tudes. C'est la jeune chr6tient6 qu'un missionnaire a


fait fleurir au milieu des paiens... ou bien encore
l'immense damier correct d'une plantation rempla-
cant la brousse...
Mon < Barabara > n'est qu'un symbol, le symbol
de tout cela. Ce que le Colonial a donnA de lui-
mnme, ;ceuvre de son amour et de ses sueurs, de
son enthousiasme et de ses affreuses lassitudes. Ce
qui reste de la jeunesse parties; le long et lent tra-
vail pour lequel peu a peu il s'est voue A la terre
d'Afrique, au point que mime quand il a df la
quitter, jamais il n'en oubliera le regret, jamais,
jamais il ne pourrait cesser de la ch6rir >.
11 faut remercier et louer M. Ryckmans d'avoir
6voqu6 la grandeur et les peines d'un m6tier, qui
de Belges, Anglais, Francais nous fait avant tout
Africains. Puissions-nous dire comme lui un jour,
toutes fatigues oubliees devant l'oeuvre accomplie :
< Je suis pay6 Ah oui, dix fois, de tout je suis
paye >.

MAURICE SATINEAU : Schcelcher, h6ros de I'abolition
de I'esdavage dans les possessions frangaises. -
Editions Mellott6e, 48, rue M.-le-Prince, Paris-6.
Maurice Satineau a retrace fidelement dans cet
ouvrage ]a vie et 'action de Schoelcher depuis son
enfance jusqu'a sa mort. Ne a Paris en 1804, rue
Grande-Bateliere, Schoelcher fit ses 6tudes secon-
daires a Louis-le-Grand jusqu'en 1822. II voyage
pour le compete de son p&re, marchand de porce-
laines. II visit ainsi le Mexique, la Havane, Cuba,
la Floride, la Louisiane et partout y constate les hor-
reurs de 'esclavage. De 1836 a 1847 Schcelcher se
rend de nouveau par trois fois aux Antilles, par-
court 'Egypte, la Grece, le Proche-Orient; fin 1847
il p6netra en Afrique Occidentale. En mars 1848,
a son retour d'Afrique Schcelcher trouva au pouvoir
plusieurs de ses amis, membres du << Comit6 pour la
Liberation des Noirs >. Le 4 mars 1848 un << Dcret
preparatoire > institute une Commission pour pre-
parer Pl'mancipation immediate des esclaves don't
Schcelcher fut president. Apres un rapport d'en-
semble pr6sent6 par Schnelcher, le decret du
27 avril 1848 consacre I'abolition definitive de 'es-
clavage.
Schoelcher fut 6lu deputA de la Guadeloupe. En
d6cembre 1851, on le trouva faisant le coup de feu
sur les barricades du faubourg Saint-Antoine. Les
chefs de la resistance anti-napol6onienne furent
expuls6s par d(cret du 9 janvier 1852. En Belgique,
en Angleterre, Schoelcher ne cessa de combattre le
regime imperial. Il rentra en France le 6 aofit 1870.
En 1875, Schoelcher fut l6u par 'Assemblee Na-
tionale < senateur inamovible > et ne cessa de mani-
fester au Senat sa combattivite et son activity.
Schoelcher mourut le 27 decembre 1893.









COMMUNIQUES


ACTIVITY DU MUSEE DE LA FRANCE D'OUTRE-MER

SEPTEMBRE 1948
Entries payantes : 18.859 pour 180.055 francs.
Entries gratuites : 29 groups 617 6lvees.
Vente du Guide du IMuse : 108 pour 1.6620 francs.

TRAVAUX EXECUTES :
Section Art et Histoire. Am6nagement par
l'equipe des ouvriers des locaux affects A l'Ecole
d'Agriculture Tropicale. Presentation des r6centes
acquisitions et du legs Rondet-Saint dans les Galeries
d'Art et d'Artisanat de l'Afrique du Nord.
Section Economique. Activite normal ; conf6-
rences et r6ponses aux demands de renseignements.
Aquarium. Activit6 normal. Installation dans la
Section no 6 de deux appareills suppl6mentaires de fil-
trage et de conservation de la nourriture vivante pour les
poissons. S61ection au laboratoire d'l6evage de jeunes
reproducteurs pour la prochaine saison.

L'Agence comptable des timbres-poste coloniaux,
85, avenue de La Bourdonnais, mettra en vente A partir
du 26 octobre 1948:
1 Un timbre comm6moratif (timbre de 'Madagascar
portant la surcharge ( Terre Ad6lie. Dumont d'Ur-
ville. 1840 ))) 6mis A l'occasion du depart de l'Exp6-
dition Antarctique Frangaise (Mission Paul-Emile-Vic-
tor). Ce timbre, don't le prix est de 170 francs, change
compris, sera visible A partir du 18 octobre A l'Exposi-


tion Philat6lique organisee A l'Agence des Colonies,
20, rue de La Bo6tie.
2 Les timbres de 0 fr. 60 et de 3 francs de
l'A. O. F. reimprim6s sans la mention Togo.
Ces deux derniers timbres avec la mention Togo se-
ront retires le 25 octobre.

OCTOBRE 1948

Entries payantes: 11.477 pour 109.505 francs.
Entrees gratuites (ecoles, groupements): 18 groups,
340 616ves.
Vente du Guide du Mus6e: 120 brochures pour
1.800 francs.
TRAVAUX EXECUTS :
Section d'art et d'histoire. Amenagement par
I'equipe du 'Mus6e des locaux affects A l'Ecole
d'Agriculture Tropicale et presentation des dons r6-
cents et des nouvelles collections.
Section economique. Remise en 6tat g6n6rale.
Visites: 47 personnel sont venues demander des ren-
seignements economiques sur nos colonies. Conferences
A des groups d'6tudes.
Aquarium. Amenagement de la serre pour l'hi-
ver. Selection des reproducteurs au laboratoire d'ele-
vage. Soins habituels aux plants et animaux vi-
vants. Liaison avec les Laboratoires du Mus6um
National d'histoire naturelle. Collaboration avec les
Eaux-et-For&ts pour 1'6tude des maladies des poissons
(itchthyopathologie).












AU o JOURNAL OFFICIAL


AU ( J. 0. ) DU 29 SEPTEMBRE

U'n d6oret du 28 septembre 1948
porte nomination dans la magistra-
ture d'Outre-Mer.
Des ddcrets du 28 septembre 1948
portent admission a la retraite et
rapportent les dispositions d'un pre-
c6dent decret portant revocation
(personnel colonial).
Des arrites portent nominations,
integration dans les cadres, redres-
sement de situation administrative,
attribution de certificates de fin de
stage, attribution de rappels d'an-
ciennet6, mise en cong6, acceptation
de d6mission et rapportent les dis-
positions d'un precedent arret6 :
Agriculture aux colonies.
InfirmiBres et sages-femmes cu-
loniales.
Inspection du travail aux colo-
nies.
Transmissions colAniales.
Un deoret du 29 septembre 1948
charge le Ministre de l'Agriculture
de l'int6rim du MinistBre de la
France d'Outre-Mer.

AU J. O0. DU 1"r OCTOBRE
Un arret6 du 27 septembre 1948
relatif a l'ouverture de credits sup-
pl6mentaires au budget annexe du
chemin dc fer et du port de la
Reunion pour l'exercice 1947.
Des arretes portent titularisation,
affectation, mise en cong6, mise en
disponibilil6, acceptation de d6mis-
sion et rectificatif a un pr6d6dent
arret6 :
Administration general des
colonies.
Service de sant6 colonial.
Travaux publics des colonies.

AU a J. 0. DU 3 OCTOBRE

Un decret d'u 28 septembre 1948
porte nomination du Directeur des
Finances de 1'Afrique Equatoriale
Frangaise.
Des d6cirets du 28 septembre 1948
placent en position de mission (per-
sonnel colonial).
Des decrets du 28 septembre 1948
conferent I'honorariat du grade de
Gouverneur g6n6ral et de Gouver-
neur des colonies.
Des arrites portent reclassement
et admission a la retraite (adminis-
tration ge66rale des colonies).
Des tableaux d'avancement du
deuxi6me semestre 1948 des admi-


nistrateurs des colonies et des admi-
nistrateurs des services civil de I'In-
dochine.

AU (( J. O.
DES 4 ET 5 OCTOBRE

Un decret du 28 septembre 1948
porte nomination dans l'ordre na-
tional de la Legion d'honneur.

AU d J. 0. ) DU 6 OCTOBRE

Un d6cret n 48-1513 porte modifi-
cation du d6cret du 17 aoft 1944
instituant le corps des inspecteurs
du trAvail aux colonies (rectifica-
tif).
Un dd ret porte reclassement
dans la magistrature d'Outre-Mer
(rectificatif).
Des arretes portent inscriptions
aux tableaux d'avancement, promo-
tions, attribution de rappels d'an-
ciennet6, integration, d6tachement,
mise et, maintien en disponibilit6,
radiation des contr6les, acceptation
de d6mission, licenciement et ad-
mission a la retraite :
Administration central.
Eaux et forts des colonies.
Stagiaires de administration
colonial.
Transmissions coloniales.

AU ( J. O. ) DU 7 OCTOBRE

Des ddorets du 6 octobre 1948 au-
torisent des Gouverneurs des colo-
nies a faire valoir leurs droits a
une pension de retraite.

AU ( J. 0. DU 8 OCTOBRE

Un d'boret du 6 octobre 1948 rap-
porte une r6trogradation et une
mise a la retraite d'office et admet-
tant a la retraite un Gouverneur des
colonies.
Un d6cret porte reclassement
d'administrateurs des colonies (rec-
tificatif).
Un d4cret porte nomination d'un
Gouverneur de 3e classes des colo-
nies et designation du secr6taire
general du Gouvernement g6enral
de 1'Afrique Equatoriale Francaise
(rectificatif).
Un arrete du 28 septembre 1948
porte designation des membres du
concours d'entr6e a l'Ecole Natio-
nale de la France d'Outre-Mer (sec-
tion magistrature).


Un arreth du 28 septembre 1948
fixe la composition de la Commis-
sion charge d'examiner les deman-
des d'admission au concourse d'en-
tree a 1'Ecole Nationale de la
France d'Outre-Mer (section magis-
trature) en 1948.
Un arrt.6 du 28 septembre 1948
fixe la composition de la Commis-
sion charge de la contre-visite m6-
dicale des candidates au concours
d'entr6e & 1'Ecole Nationale de la
France d'Outre-Mer en octobre 1948
(section magistrature).
Des arret6s portent nominations,
classement, affectations, detache-
ment, admission la retraite, r6tro-
gradation et rapportent les disposi-
tions de precedents arrt6ss :
Agriculture aux colonies.
Chemins de fer coloniaux.
Sages-femmes africaines.
Travaux publics des colonies.

AU ( J. O. ) DU 9 OCTOBRE

Citation & 1'ordre de la Nation.
Un decret n' 48-1562 idu 26 sep-
tembre 1948 approve deux delib&-
rations du grand Conseil de 1'Afri-
que Equatoriale Francaise relatives
au Code g6enral des imp6ts directs
bass sur le revenue ou le chiffre
d'affaires.
Un d6cr.et in 48-1563 du 28 septem-
bre 1948 tend a Madagascar les
dispositions du d6cret du 4 janvier
19,46, prorog par les d6crets des
13 mai 1947 et 28 avril 1948, modi-
fiant provisoirement dans certain
territoires d'Outre-Mer le mode de
recrutement des commis de 48 classes
stagiaires des tresoreries.
Un deoret n 48-1564 du 28 sep-
tembre 1948 concern l'octroi des
titres de Gouverneur honoraire et
de Gouverneur g6enral honoraire
des colonies.
Un dicret n 48-1565 du 28 sep-
tembre 1948 institute un tour de ser-
vice Outre-Mer pour les fonction-
naires des cadres relevant du Mi-
nistare de la France d'Outre-Mer.
Un arret6 du 1~, octobre 1948 fixe
pour l'Indochine les effectifs en per-
sonnel titulaire du cadre g6enral du
chiffre colonial.
Des arrrtes portent nomination et
admission dans les cadres (admi-
nistrateurs des colonies et eaux et
forts des colonies).









AU ( J. 0. ) DU 10 OCTOBRE
Un decret du 8 octobre 1948 porte
approbation d'un arret6 du Haut-
Commissaire de France pour I'In-
dochine relatif au regime de
['opium en Indochine.
Un decret du 8 octobre 1948 porte
nomination de 1'Inspecteur g6enral
des Affaires administrative de
1'Afrique Occidentale Francaise.
Un deoret n 48-1475 porte proro-
gation et modification des disposi-
tions des decrets des 23 aofit 1946
et 20 fevrier 1947 prorogeant les dis-
positions du d6cret du 14 juin 1944
reglementant au Cameroun les
loyers des locaux d'habitation (rec-
tificatif).
Un idlcret n' 48-1513 porte modi-
fication du d6cret du 17 aofit 1944
instituant le corps des inspecteurs
du travail aux colonies (rectificatif)..
Un arrete du 25 septembre 1948
designe les membres de la Commis-
sion de fin de stage des stagiaires
de administration colonial orien-
tis vers l'agriculture.
Des arrites portent maintien en
disponibilit6 et rapportent les dis-
positions de pr6c6dents arret6s :
Enseignement aux colonies.
InfirmiBres et sages-femmes
coloniales.
Transmissions coloniales.

AU a J. O. )
DES 11 ET 12 OCTOBRE
Des d6crets des 28 septembre et
8 octobre 1948 portent nominations,
reclassements, r6integrations et rap-
portent les dispositions de prec&-
dents dBcrets (administrateurs des
colonies et des services civils de
l'Indochine).
Un decret no 48-1586 du 8 octobre
1948 modified la r6glementation du
commerce, de la detention et de
l'emploi des substances v6neneuses
en Afrique Equatoriale Francaise.
- Un d6cret n 48-1587 du 8 octobre
1948 modified la reglementation du
commerce, de la detention et de
1'emploi des substances v6neneuses
en Afrique Occidentale Francaise.

AU ( J. O. ) DU 13 OCTOBRE
Un d6cret no 48-1593 du 8 octobre
1948 modified le decret du 25 fe-
vrier 1946 relatif a l'indemnite de
depart colonial.
Un deoret n 48-1594 du 8 octobre
1948 alloue un aompte aux mili-
taires a solde sp6ciale progressive
en service dans les territoires d'Ou-
tre-Mer.
Un arrete du 9 octobre 1948 fixe
les modalites d'application du de-
cret n 48-1565 du 28 septembre 1948
ayant institu6 un tour de service


Outre-Mer pour les fonctionnaires
des cadres g6n6raux relevant du
Ministere de la France d'Outre-
Mer.

AU u J. 0. ) DU 14 OCTOBRE
Un arrdt6 porte maintien en posi-
tion de d6tachement (administra-
teurs des colonies).

AU ( J. O. ) DU 15 OCTOBRE
Un deciret n 48-1616 du 13 octobre
1948 porte majoration de 1'acompte
atribu6 par le d6cret no 48-456 du
19 mars 1948 aux personnel mili-
taires a solde mensuelle en service
dans les territoires appartenant a
la zone du franc C.F.A.
Des arretes portent nominations
(attaches de parquet dans les ter-
ritoires d'Outre-Mer et Bl6ves admi-
nistrateurs).

AU ( J. O. DU 1% OCTOBRE
Des diecrets des 8, 14 et 15 octobre
1948 rapportent des revocations et
portent mise en disponibilit6 et ad-
mission a la retraite (Gouverneurs
des colonies).
Un diecret n0 48-1621 du 15 octobre
1948 fixe les conditions d'application
de la loi n 48-1077 du 7 juillet 1948
portant creation d'un fonds de com-
pensation des iles Saint-Pierre et
Miquelon.

AU ( J. 0.
DES 18 ET 19 OCTOBRE
Un decret n 48-1628 du 16 octobrp
1948 cree une allocation special
en faveur de certaines eleves des
grades Ecoles pour le recrutement
d'ingenieurs adjoints des travaux
publics des colonies.
Un decret du 16 octobre 1948 ap-
prouve deux deliberations de
1'Assembl6e representative de Ma-
dagascar en matibre de timbre,
d'enregistrement et d'imp6t sur les
valeurs mobilieres.
Un decret du 16 octobre 1948
porte approbation de l'arrete du
Haut-Commissaire de France pour
1'Indochine relatif a la designation
de l'arbitre 16gal en matiere de
douane.
Un decret du 16 octobre 1948 fixe,
en ce qui concern la solde, la date
de prise d'effet d'arretes portant
promotions de fonctionnaires et
d'agents dans le cadre g6enral des
transmissions coloniales.
Des decrets deel 16 et 18 octobre
1948 placent en position de mission,
portent nominations, promotions,
reclassements, admission a la re-
traite et conferent l'honorariat (per-
sonnel colonial).


Un decret n 48-1629 du 18 octobre
1948 modifie et complete le d6cret
n 47-2121 du 7 novembre 1947 por-
tant creation de la ville libre de
Chandernagor
Un dcoret du 18 octobre 1948 ap-
prouve une deliberation du Conseil
de Gouvernement de 1'Indochine
tendant a suspendre dans ce terri-
toire les droits de douane applica-
bles aux embarcations de mer et de
riviere.
Un decret du 18 octobre 1948 ap-
prouve une deliberation du Conseil
g6n6ral du territoire des miles Saint-
Pierre et Miquelon modifiant 1'ar-
ret6 du 22 aout 1945 creant divers
impots sur le revenue.
Des dderets du 18 octobre 1948 por-
tent nomination d'un Directeur ad-
joint et d'un Sous-Directeur A
l'Administration Centrale ddu Mi-
nistere de la France d'Outre-Mer.
Des dbcrets du 18 octobre 1948 por-
tent nominations, admission & la
retraite et conferent 1'honorariat
(magistrature d'Outre-Mer).
Des arrites portent attribution de
rappels d'anciennet6 et acceptation
de deiissiog (administration g6n6-
rale des colonies et stagiaires de
l'Administration coloniale.

AU (( J. O. ) DU 20 OCTOBRE
Une liste, par ordre de m6rite, des
ridacteurs et sous-chefs de bureau
d'administration g6nerale des co-
lonies autres que 1'Indochine admis
au stage de 1'Ecole Nationale de la
France d'Outre-Mer h la suite du
concours des 5 et 6 avril 1948.

AU ((J. O. ) DU 21 OCTOBRE
Un decret n" 48-1644 ,du 20 octobre
1948 porte rIglement d'administra-
lion publique fixant la date de
1'6lection du representant du terri-
toire des Etablissements Frangais
dans l'Inde h, l'Assemblee de
1'Union Francaise.
Un decret n" 48-1645 du 20 octobre
1948 abroge le decret du 6 aoft 1948
portant modification ties disposi-
tions du decret du 29 juillet 1945
autorisant a titre exceptionnel des.
derogations temporaires aux rggles
statutaires dans les cadres g6n6-
raux relevant du MinistBre de la
France d'Outre-Me-
Un dboret'no 48-1646 du 20 octobre
1948 modifle les dispositions de l'ar-
ticle 35 dq d6cret du 2 mars 1910
portant r6glement sur la solde et les
allocations accessoires des fonction-
naires, employes et agents des ser-
vices coloniaux.
Un dedcret n 48-1647 du 20 octobre
1048 porte attribution d'une alloca-
tion exceptionnelle aux personnel
des cadres regis par decret relevant
du Ministire de la France d'Outre-









Mer, en service dans les territoires
appartenant a ,la zone du franc
C.F.A. ou en position de cong6 r6-
tribu6e ou en permission.
Un dicret du 20 octobre 1948 porte'
nomination d'un Gouverneur de
30 classes des colonies.
Un arrrt6 du 2 septembre 1948 fixe
le taux de r6mun6ration global an-
nuelle au-dessus duquel l'approba-
tion ministeirielle est exig6e.
Un arr&ti du 27 deptembre 1948
fixe la representation du personnel
au Conseil d'Administration de la
Caisse Intercoloniale de Retraites.
Un arredl relatif aux modalites
d'application du d6cret n 48-1565
du 28 septembre 1948 ayant institute
un tour de service Outre-Mer pour
les fonctionnaires des cadres g6n6-
raux relevant du MinistBre de la
France d'O tre-Mer (rectificatif).
Un arriL6 porte admission des
conducteurs principaUx des travaux
d'agriculture au cycle d'enseigne-
ment d'agr culture tropical annexed
a l'Ecole Sup6rieure d'application
d'agriculture tropical.
Des arriit&s portent promotion,
nominations, radiations des cadres,
licenciemeint et modifient un pr6c6-
dent arrtli :
Adm nistration gen6rale des
colonies.
Eaux et forts des colonies.
Ecole frangaise d'Extreme-
Orj ent.
Sages-femmes coloniales.
Stagiaires de 1'Administration
colonial.
Travaux m6etorologiques des
colonies.
Une 1'isti d'admission dans les
sections administrative de l'Ecole
National de la France d'Outre-
Mer.


AU (( J. O. ) DU 22 OCTOBRE

Un dderet du 20 ootobre 1948
charge par interim un g6n6ral de
corps d'arm6e des functions de
Haut-Comrnissaire de France pour
1'Indochine.
Un d6oret du 20 octobre 1948 porte
nomination d'un Commissaire de la
RBpublique par interim.
Des dec rets du 20 octobre 1948
portent nominations et mise en dis-
ponibilit6 de Gouverneurs des colo-
nies.
Un arrit6 du 16 octobre 1948 fixe
la listed des marchandises don't l'im-
portation a Saint-Pierre et Mique-
lon peut donner lieu a l'attribution
d'une somme compensatrice sur le
fonds de compensation de ce terri-
toire.
Un arr&t du 18 octobre 1948 porte
r6partition entire les territoires


d'Outre-Mer de la contribution a
l'Office de la Recherche scientifique
colonial.


AU ( J. O. DU 23 OCTOBRE

Un d6cret du 22 octobfre 1948 porte
nomination d'un Gouverneur gene-
ral des colonies.
Un d6eret du 22 octobire 1948 porte
designation du Haut-Commissaire
de France en Indochine.
Un arrete porte detachement (ad-
ministration centrale.


AU ( J. O. ) DU 24 OCTOBRE

Un d6cret no 48-1656 du 23 ostobre
1948 porte creation du Tresor indo-
chinois.
Un decret n 48-1657 du 23 octobre
1948 porte creation d'un Office indo-
chinois d'hygiene publique.


AU ( J. 0. ) DU 27 OCTOBRE

Un deoret du 26 octobre 1948 re-
porte au mois de novembre l'ouver-
ture de la second session ordinaire
annuelle de l'Assembl6e represen-
tative des Etablissements Francais
dans 1'Inde en 1948.
Un arrt6 du 27 aolt 1948 porte
remise de d6bet.
Un arritd du 20 ontobre 1948 fixe
le nombre d'ing6nieurs 61Bves et
el6ves r6guliers a admettre a 1'Ecole
Sup6rieure d'Application tropical
pour 1'ann6e scolaire 1948-1949.
Des arretes portent nominations,
detachement, revision de situation
administrative, maintient en posi-
tion de cong6 et modifient de pre-
cedents arr8tes :
Administration central.
Agriculture aux colonies.
Chemins de fer coloniaux.
InfirmiBres coloniales.
Ports et rades des colonies.
Sages-femmes coloniales.
Travaux publics des colonies.
Travaux publics, mines et
techniques industrielles des
colonies.

AU ( J. O. ) DU 28 OCTOBRE

Un decret nW 48-1664 du 18 octobre
1948 porte abrogation du d6cret du
27 d6cembre 1941 relatif A la sup-
pression de la frontiere douaniere
entire 1'Afrique Equatoriale Fran-
caise et le Cameroun.
Un d6cret du 26 octobre 1948 porte
inscription d'office au budget du
Sen6gal exercisee 1948) d'un credit
correspondent a une defense obli-
gatoire).


Un dicret du 26 ootobre 1948 an-
nule une d6lib6ration du grand
Conseil de 1'Afrique Occidentale
Francaise.
Des decrets du 26 octobre 1948 por-
tent maintien en disponibilit6, ad-
mission a la retraite et placent en
position de mission (administra-
teurs des colonies).
Un arret6 du 15 octobre 1948 porte
r6partition entire les territoires
d'Outre-Mer de la contribution aux
d6penses du service d'information
et de documentaiton pour l'ann6e
1948.
Des arret6S portent nominations
et rectificatif A un pr6cedent ar-
ret6 :
Administration central.
Agence comptable des tim
bres-poste coloniaux.
Magistrature d'Outre-Mer.
Section technique d'agricul-
ture tropical.
Une listed d'admission dans les
sections administrative de 1'Ecole
National de la France d'Outre-Mer
(rectificatif).


AU ( J. 0. ) DU 29 OCTOBRE

Un d6cret n 48-1669 du 26 octobre
1948 porte reglement d'administra-
tion publique pour 1'application a
Madagascar et d6pendances de la
loi du Ier aoft 1905 sur la r6pres-
sioh des fraudes en ce qui concern
les vinaigres.
Un decret n 48-1670 du 26 octobre
1948 porte r6glement d'administra-
tion publique pour l'application a
Madagascar et d6pendances de la
loi du '1e aoOt 1905 sur la r6pres-
sion des fraudes en ce qui concern
les hydromels.
Un d6oret du 26 octobre 1948 porte
creation de la (( Station du poivre u
en Indochine.
Un arrete du 25 aoOt 1948 d6ter-
mine les modalites d'application du
decret ni 47-1309 du 16 juillet 1947
relatif ,au rapatriement de corps
des anciens combatants et victi-
mes de la guerre inhumes dans les
territoires de l'Union Francaise ou
A inhumer dans ces territoires.
Un arriti du 22 octobre 1948 porte
reorganisation de la direction du
personnel de l'Administration cen-
trale du Ministere de la France
d'Outre-Mer.
Des arrites portent licenciements
(6leves administrateurs des colo-
nies).

AU ( J. O. a DU 30 OOTOBRE

Des arretes portent nominations
(infirmifres coloniales).

















































IMPRIMERIE JEMMAPES

50, Qual de Jemmap s, 50

PARIS O. P. L. 31.146




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs