• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Frontispiece
 Title Page
 Foreword
 Etude historique et critique
 Memoires du general Toussaint-...
 Mort du chef de brigade Dommag...
 Proclamation
 Opinions de Napoleon
 Decret imperial
 Report au roi
 Proclamation
 Errata














Group Title: Mémoires du général Toussaint-L'Ouverture
Title: Mémoires du général Toussaint-L'Ouverture
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078540/00001
 Material Information
Title: Mémoires du général Toussaint-L'Ouverture
Physical Description: 159 p. : port. ; 22 cm.
Language: French
Creator: Saint-Rémy, Joseph, 1816-1858
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Bélizaire
Publication Date: 1951
 Subjects
Subject: History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Genre: autobiography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Statement of Responsibility: écrits par lui-mème, pouvant servir à l'histoire de sa vie ... précédés d'une étude historique et critique, suivis de notes et reseignements, avec un appendice contenant les opinions de l'empereur Napoléon 1er sur les évènements de Saint Domingue par Saint-Rémy.
General Note: Originally published: Paris, Pagnerre, 1853.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078540
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AHR0285
oclc - 24060215
alephbibnum - 001635457

Table of Contents
    Frontispiece
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Foreword
        Page 5
        Page 6
    Etude historique et critique
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Memoires du general Toussaint-L'Ouverture
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
    Mort du chef de brigade Dommage
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
    Proclamation
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
    Opinions de Napoleon
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
    Decret imperial
        Page 137
        Page 138
        Page 139
    Report au roi
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
    Proclamation
        Page 158
        Page 159
        Page 160
    Errata
        Page 161
        Page 162
        Page 163
Full Text




SLA COULEUR DE MON CORPS NUIT-ELLE A MON

HONNEUR ET A MA BRAVOURE







MEMOII0RES
DU GNRAL


TOUSAINT-L'OUV0RTUf]E
CRITS PAR LUI-MIME
Pouvant Servir l'Histoire de sa Vie
orn d'un beau portrait grav par Choubard;
PRECDS

D'UNE ETUnE nISTORIQUE ET GcRTpiQtIs,
SUIVIS DE NOTES ET RENSEIGNEMENTS,
AYEC UN APPENDICE CONTENANT LES OPINIONS
DE
L'EMP3REUR NAPOLON f"'
-sur les vnements de Saint-Domingue,
PAR SAINT-REMY ( des Caye,, Haiti)
avocat aux course imnpriales de l'Ouest et du ISurd.
PRIX: 1 Dollar 50'
PARIS
PAGNERRE, LIBRAIRIE-nDITEU R
RUE DE SEINE, 1
1853




RBdits Port-au-Prince
IMPRIMERIE BELIZAIRE & Co.
191E






V ~I z 134 c:S

T7 34 (n?
isil
~pnrw
Aa#O0i,


























MISTRESS HARRIET BEECHER STOWE

auteur du Foman philosophique

La Case de l'Oncle Tom, ou vie des Ngres
aux Etats-Unis.


MADAME%

Permettez-moi de mettre sous la protection de votre
illustre renom les Mmoires qu'crivit le Premier des
Noirs sur l'Histoire de sa vie, ainsi que l'Etude don't j'ai
fait prcder ces Mmoires. C'est un homage que je
crois devoir vous rendre, en ma quality de membre de
la race opprime don't vous avez si gnreusement, si
glorieusement et si heureusement entrepris la cause,
Si la splendeur de vos talents assure votre nom
l 'immortalit, la grandeur de votre me n'assure-t-elle
pas votre personnel l'estime, l'admiration et la recon-
naissance des hommes de ma couleur ?






C'est au seo des Etat 'de I'Unioni qu'l fa~t aujobU-
'hui attaquer l'esclavage, comme vous-'avez si bien faith;
vous russirez vaincre le monstre, parce que vous avez
pour vous ta ve~it,- fille du ciel.
N'est ce pas, madame, qu il est honteux qu'au XIXe
sicle du christianisme, la diversity de l'piderme puiss-
servir encore dans quelques contres de signe de pros-
cription entire les diffrentes branches de la famille hu-
maine ?
Daignez, Madame, agrer l'expression de mon dvoue-
ment aussi sincere que respectueux.
% SAINT-REMY
Paris, le ier fvrier 1853.





















ETUDE

I-iistoriq.ue et Critique


L'oligarchie colonial n'pargna aucun mnyen de
compression, aucun raffinement de barbarie pour
maintenir sur la race africaine et ses descendants le
ppids de sa toute-puissante exploitation. Alors, com-
me pour lgitimer la violation de tous les prineipes
du droit natural, on proclama tout haut l'inaptittfde
intellectuelle et morale de cette race.
Mais, qui s'tonnerait donc que, sous l'empire de
l'esclavage, le ngre soit rest si (longtemps tranger
aux bienfaits de la civilisation ? Le moyen de mar-
cher, a dit le chancelier Bacon, quand on a un ban-
deau sur les yeux et de fers aux pieds ! (1) Aussi
l'homme noir, lui-mme se crut fatalement con-
damn par la nature l'obissance et la servitude.
Bien plus na- t- on pas vu l'homme blanc dans
iNovum Organum





TUDE UISTORIQU E ElT IM QUE


le mme tat de degradation, alors que les tnbres
du moyen ge couvraient de leurs voiles 'intelligen-
ce des peuples europens ? Ce double phnomne prou-
ve que l'esclavage enfante partout les mmes maux.
N'est-ce pas alors le comble de la perfidie que de
dire au ngre: Tu resteras esclave parce que tu es
ignorant. A cela ne pourrait-on pas rpondre : s'il est
ignorant, c'est qu'il est esclave ?
L'Egypte, qui fut le centre d'une grande civilisa-
tion, n'tait peuple que de noirs. Ces noirs ne cr
rent-ils pas des choses prodigieuses qui jusqu' pr-
sent font l'objet de notre admiration ?- Que si l'aa
ne veut pas admettre que la population primitive de
l'Egypte fut noire,- contre l'autorit d'Hlrodote, qui
visit ces contres sous les Pharaons (1) ; de Volney,
qui, par sa propre investigation, confirm l'exprien-
ce de son devancier (2); d'un grand nombre d'autres
savants des temps antiques et modernes, ne suffi
rait-il pas, comme on l'a dj souvent fait remarquer,
de voir le clbre Sphinx, (3) pour y reconnatre par
faitement le type distinctif de la race thio pienne ?
Mais en concdant que la population gyptienne
ft d'origine caucasienne,- l'on sait, n'en pas dou-
ter, qu'au moment o la terre des Pharaons tait au
plus haut degr de civilisation, I'Euiope tait dans
lt plus complete harbarie; rien n'y manquait pour
caractriser l'tat sauvage, pas mme les sacrifices





1 Hrodote, traduction de Larcher, Paris, 1786, livre II, prge t04
2F Volney, voyage en Egypte, Paris, 1787, t. I page 72
3 Sphinx espce de Dieu de l'antique Egypte. Il se trouve prs des Pyrrmi.
des, p 12 myriamtre du Caire, vers l'occident. Sa grandeur est tell qu'il a
d tre taill sur place dans un immense rocher. Il est enfoul dais le? sabls
usq 'aux pau'es. Il a, dit Volney, la tte caractrise du Ngre.







TUDE HISTOTIQUE ET CRITIQUE


bumains. Or, appartenait-il aux Egyptiens de ces
temps reculs de proclamer l'inaptitude des peupla-
des europennes de meilleures destines, de dire
qu'elles taient condamnes par Dieu rester ter-
nellement plonges dans les tnbres de l'ignorance
et de la superstition, partant voues vivre et mou-
rir dans l'esclavage ? Non, assurment non; car le
sophisme, n'appartient pas l'humanit. J'infre de
l qu'il n'est permis aux blancs de raisonner suivant
cette hypothse l'gard des nAgres, pas plus qu'il ne
l'et t aux Egyptiens l'gard des Europens.
La civilisation ne visit pas toutes les contres la
fois. Il lui a fallu des sicles pour se rpandre de
l'Inde en Egypte, de l'Egypte en Grce, de la Gr-
ce en Italie, de l'Italie dans le reste de l'Europe.
Laissez lui le temps de se rpandre en Afrique. Cha-
que race, comme chaque people, brillera f son tour
sur la terre. Les socits n'ont jamais toutes pro-
gress la fois. Ce n'est que quand le soleil disparat
d'une contre qu'il en claire une autre; ainsi va
la civilisation ; l'histoire nous l'enseigne.
Il ne faut jamais et dans aucune circonstance
tout vouloir la fois, dit M. Jacques Arago. Dieu
plus puissant que l'homme fit le monde en six jours,
a et quel monde encore Une semaine de plus n'au-
a rait rien gt, je pense. (1) a
Et qui sait aprs tout si en ce moment il ne s'la-
bore pas dans les masses noires; un travail capable
un jour d'tonner la civilisation europenne, qui
sans doute n'est pas a la penultime puissance de la
force humaine ? Car enfin les ennemis des noirs


1 Souvenirs d'un aveugle, voyage autour du monde. tome II p. 335, P
4828.






10 TUDE IWTOEQUS ET CRMIOQ9F

n'orit videmoment affirme linaptitude intelletoell.
de cette race, que pour mieux consolider l'difice
de l'esclavage. Mais comment et par qui cette inap-
titude a-t-elle t coostate? A-t-on demontr qu'elle
est inhrente la nature da noir 9 N'est-ce pas plutt
la position gographique de l'Afrique qui jusqu' ce
jour I'a tenu loign du contact bienfaisant de toute
civilisation ? N'est-ce pas en Amrique la condition
politique dans laquelle il fut si cruellement relgu
qui arrta lesser de ses facults ?- Je ne parole pas
ici des les espagnoles, ni des Etats de l'Union, o il
faut esprer qu'avant dix aos les noirs redeviendront
libres aussi.- Comment alors peut-on loyalement
venir reprocher aux ngres leur infriorit morale et
intellectuelle ? Qu'a-t-oo jamais fait pour ouvrir lears
yeux la lumire ? Je dirai de ma race ce que M,
Arag dit des habitants des Iles Mariannes, dans l'ou-
vrage dj cit :

On ne lui a pas encore dit o est la vrit et ce
quest la vrit. Ds qu'on lui aura appris la route
suivre, soyez sr qu'il ne la dviera pas, et si les
murs primitives triomphent quelquefois des nos-
Svelles institutions, c'est qu'il y a dans celles-ci tant
de misre et de folie, que le bon sens, qui est une
c proprit de tout ce qui respire, en fait prompted
et bonne justice.

Or, ceux qui reproclent aux noire la barbarie qui
envelope leurs contres, oublient-ils que ce sont
eux-mmes qui y ont systmatiquement entretenu le
mal si ncessaire au succs du commerce de la traite,
et que l'affreux rgime colonial ne nous a jamais don-
n que travail et indigence, terreurs et supplies ?
Oublient-ils que leur politique commandait que nous
fussions ternellement plongs dans les tnbres de
l'ignorance ?





TUDE HISTORIQUE ET CRITIQUBS

On a dit encore que l'angle facial du neir, exces-
sivement aigu, ne laisse que peu de dveloppement
au cerveau, sige de l'intelligence. (1) - Jadis on
invoquait contre nous l'autorit mystique de la Bible ;
on prtendait que nous descendions de Cham, que
Dieu lui-mme avait voulu notre asservissement. Mais
ceux qui croient au pch original ont-ils le droit de
se dispenser de croire la redemption ? Battus sur
le terrain de la Gnse, o tout n'est que doute et
confusion, les colons en sont venus invoquer la
science contre la race noire. Qu'on nous le dise : sur
quelles investigations ont-ils fond leur critrium ?
Quels crnes de ngres ont-ils paps, mesurs, pess ?...
Sans doute ceux des malheureux qu'ils avaient abru-
tis, don't ils avaient comprim l'Ide, loin de la re-
veiller, et qui par cela mme durent avoir le crane
dprim. Mais soyons justes : il ne peut pas plus ap-
partenir aux colons d'invoquer la science contre nous,
qu'il ne peut appartenir aux seigneurs russes de 'in-
voquer contre leurs serfs. Il ne leur appartient pas
plus d'exprimenter sur les crnes de quelques in-
fortuns abrutis par la misre et de conclure de l
que le crne de tous les ngres est dprim, qu'il ne
m'appartient moi, home noir, d'exprimenter sur
le crne de quelques esclaves Kalmoucks et de con-
clure aussi que le crne de tous les blancs est d-
prim. Mais qu'importe en some la rgle de l'an-
gle facial, si souvent invoqu pour lgitimer l'oppres-
pion des races par les races?
L'intelligence n'est-elle pas imponderable ? Com-
ment alors lui mesuier un espac o aelle doive s'a-
bhter ?
Je sais que la physiologie renferme deux grades co-


1 R efiexions sur affi'anwhit~ ez i des esclaves, par de Lacharrire, Paris,
1u26.




TUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE


les don't les sommits brillentde part et d'autre d'une
immense splendeur, Camper, Sommerring, Cuvier,
Virey, Laurence font dans leur onthologie sortir le
ngre d'un monstrueux accouplement, ils lui refu-
sent l'invention et le perfectionnement qu'ils n'accor-
dent volontiers qu'aux blancs. (1)
Mais Blumembach, Tideman, Lavater, Broussais,
Prichard et d'autres savants viennent dmentir leurs
adversaires, en proclamant la mutualit des forces
expansives de l'humanit. (2) Que conclure de tout
cela ?
C'est que la science qui voudrait condamner l'in-
telligence du Ngre, en la frappant de strilit, n'est
fonde sur aucune experience positive; tout y est
l'tat d'hypothse plus ou moins hardie, plus ou moins
ingnieuse. Remontons un ordre d'ides plus le-
ves, voyons si la Morale et la Logique permettent
de croire l'infriorit intellectuelle de la race noire ?
L'unit du type de l'espce humane est un fait pro.
clam par la rvlation. Cette unit est de plus a-
voue par les plus grands gnies, Buffon, Blumem-
bacb, Herder. Arrtons-nous ces trois citations. Les
hommes qui ont tudi la nature et l'histoire s'accor-
dent donc croire que le genre human sortit du
xrme berceau et qu' measure qu'il se rpandit sous
les znes plus ou moins chaudes, son piderme dut
tendre se vembrunir. Ce phnomne deviendra
sensible pour tout observateur qui se sera donn la
peine de parcourir la carte de notre plante. Il y

1 J'engagerai mes compatriote* lire surtout: Dissertation sur les diffien,
cesque prsentent les traits du visage chez les hommes des diffrents pays,
des diffrents ges, par Camper, Utrecht, 1791, Histoire naturelle du genre bn-
main, Par Virey, Paris, 1824.
2 J'engagerai encore lire: De generis human varietate native, par Blu-
rnembach. Goettingue, 1795. Histoire naturelle de l'homme, pal Priehard, tra-
duction de Roulin, Paris, 1843.


'42




TUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE 53

terra en effet, en partant du ple nord et se dirigeant
au ple sud, les populations se colorer et arriver pro-
gressivement au noir jais. Mais si sous la mme lati-
tude et l'antipode correspondent, il ne voit par le
mme phncmne se reproduire,- qu'il ne s'en ton-
ne point. S'il regarded plus attentivement, il reconna-
tra par example que la population du Mexique n'est
pas aussi noire que celle du Dongolah : d'abord l'A-
mrique fut peuple plus tard que l'Afrique, et de
plus le royaume de Dongolah est situ non loin des
grands dserts qui augmentent l'intensit de la cha-
leur, tandis que le Mexique se trouve situ au centre
d'immenses forts coupes en tous sens de rivires
et de lacs. Il est vrai qu'on peut me dire, avec Virey,
que si la coloration de l'piderme dpendait de la
temperature des diffrentes znes, un ngre n en
Europe devrait auoir la coloration des habitants de
cette parties du monde. A cela, je rpondrai d'abord
que la nature procde lentement, que les sicles sont
pour elle moins que des seconds, que si loin que
puisse s'tendre notre imagination, nous n'avons rien
embrass de la march de l'ternit. Puis je laisserai
parler M. Prichard : c les varits de couleur, dit-il
dependent en parties du climate, de l'lvation du
c pays au-dessus du niveau de la mer, de la distance
plus ou moins grande o il se trouve de la cte,
Ces mmes conditions, on ne peut gure en dou.
c ter, exercent aussi une action sur la conformation
< du corps human ; mais on a remarqu que les for-
mes du corps chez les diffrentes races paraissent
se modifier plutt sous l'influence du genre de vie
et des habitudes que sous celle des climates; et
cette remarque a quelque chose de vrai, quoique





4 TUMDI HISTOmQUE ET CRITIQUE

jusqu't present, on ne rait encore appuye que
& sur des conjectures : prouver par de bonnes obser.
nations, dans le cas de l'espce humaine, la ralit
de ces rapports entire les formes et les habitudes,
& serait rellement une trs-belle dcouverte. Si j'o-
# sais indiquer ici quelques-uns de ces rapports, ce
< serait, en remarquant, d'une manire 'gnrale et
sans prtendre que la loi ne soit sujette beau-
coup d'exceptions, qu'il y a dans l'espce humaine
relativement la forme de la tte et quelques
< autres caractres physiques, trois varits principal.
c les, lesquelles prdominent, l'une, chez les peoples
sauvages et chasseurs, l'autre chez les races pasto-
c rales et nomades, l'autre, enfin chez les nations ci-
vilises. (t)
Mais Virey ne se content pas de nier l'influence
du climate sur la couleur et les formes de l'espce
humaine; entrant dans un autre ordre d'ides, tout
en faisant des vux pour l'amlioration de ma rase :
t On va, dit-il, jusqu' douter que le ngre ait l'me
assez ferme, assez leve pour tre jamais capable
a d'une vraie libert ; car celle-ci exige, pour tre
conserve, cette force de caractre qui sait immo-
ler ses passions l'intrt public et sa patrie. Le
< Ngre, dit-on, est trop apathique pour garantir son
indpendance et cependant trop furieux dans ses trans-
c ports pour se modrer dans l'exercice du pouvoir. Il
n'est jamais en un just milieu ; come les mes ser-
viles s'il ne craint, il opprime et s'il n'opprime, il
craint.
Virey ignorerait-il que ce caractre psychologique



i istair baturt e de de omme, Paris, 1843, t 2 p. 96.
S DitcomnEare debs bttr ~Ct dicats, artite Ngre, volumeS P, Paris, 1819,








qu'ili a sipal appartient toutes lmI races, u- de-
g$ plus ou moins dvelopp, suivant le degr de la
cruaunt des individus et de l'ignorance des masses?
Qui rpondra l'espce d dilemme que vient de poe
Fer Virey ? L'ducation; car c'est elle qui done
l'homme la conscience de sa dignity, le porte ri-
ter le mal, le rparer et ne fair en un mot d-
couler ses actions que de l'empire. de la justice.
Maintenant entrons dans le domain de la Logique:
l'anatomie nous prsente l'homme noir exactement
constitu comme l'homme blanc; chez l'un come
chez l'autre, mmes organs, pour les organes m-
mes functions. Or, si l'orgaaisme du ngre est senm-
blable celui du blanc, les aptitudes, comme les ap-
ptits doivent tre les mmes. Comment un homme
constitu comme moi ne pourrait-il pas aussi bien d-
velopper son autonomie? Barme mentirait-il ? Il est vrai
que l'anatomie trouve entire le derme et l'piderme du
noir une matire colorante qu'elle appelle pigmentum ;
mais si la couleur de l'homme est un phnomne du
climat, pourquoi le pigmentum n'en proviendraft-il
pas aussi?
Cependant la dissemblance des aptitudes existerait-
eHe, qu'elle n'eut rien prouv. De mme que chaque
homee a son caractre, sans cesser d'tre homme,
-chaque race a sa civilisation, sans lesser d'apparte-
nir la grande famille humaine. Combien d'hommes
talent mieux les uns que les autres? Qu'on nous dise
ed quoi la civilisation moderne vaut mieux que celle
du vieil Indoustan ou de la vieille Egypte ?- Aux
yeux de l'histoire toutes les races se mlent, se con-
fondent, comme nos yeux tous les hommes se mb-
tent, se confondent dans le bruit, chacun avec son
cri, son aspiration.
Je croirai de plh que la difference de la coueuar,


.i
-,,







TUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE


Join d'tre une occasion de haine entrelles hommes
devrait tre la cause d'une louable :et fraternelle
mulation. Quand les gouvernements modernes au-
ront bien rflchi sur cette question qui n'est encore
qu'un.sujet d'embarras dans leur march, ils trouve-
ront sans doute les moyens de faire, converger les
diverse races vers la gloire et le bonheur commun ;
le premier pas faire, ce me semble, serait de ne
donner de prrogatives qu' l'intelligence et la vertu.
Enfin ni la science, ni la morale, ni la logique ne
peuvent laisser de doute sur les aptitudes diverse
du ngre. Nous pouvons dire avec M. de Brotonne :
a La varit des races n'exclut en rien l'unit de l'es-
Spce; cette unit existe dans les vritables attri-
buts qui la distinguent des autres gnrations ani-
Smales. Nier l'humanit ponr les ngres serait la
< nier galement pour les blancs, car les uns et les
a autres sont spars des animaux pour les mmes
attributes ; leur activity seule y met des differences.
& De mme que la difference d'organisation tablit
c une chelle entire les animaux, la varit entire les
a races tablit une ligne de dmarcation entire les
peuples. L'histoire les classes d'aprs le plus ou
c moins de perfection de leur civilisation. (1)
Ici les vnements viennent donner une conscra-
tion solennelle la puissante parole de M. de Bre-
tonne: on vit la fin du sicle dernier, dans une
ile de l'Archipel amricain, des ngres et des mul-
tres courbs sous le poids de la plus odieuse servi-





1 Histoire de la filiation et des migrations des peoples,
Paris, 1837, tome 1, page 153.






TUFE HISTORIQUE ET CRITIQUE


tude, se reliever soudainement, briser audacieusement
leurs fers, en forger des instruments de vengeance,
conqurir leur libert, la maintenir et la faire res-
pecter.
Ce people est le people hatien. Parmi les fonda-
teurs de son mancipation se dtache majestueuse-
ment du fond du tableau un homme qui et honor
n'importe quelle nation : il tait petit et fluet, actif et
infatigable ; s'il avait la bouche vilaine, il avait des
yeux magnifiques qui lanaient come des clairs de
gnie, une pose qui commandait le respect universal ;
il avait la voix un peu nasillade, mais la diction cor-
recte. Rarement sa phrase manquait d'impliquer un
sens profound et judicieux. Se couvrant du manteau
de la superstition qu'il assimilait a la religion, pour
mieux flatter et diriger les passions grossires des
siens.; allant d'un pas indifferent du confessional de
la pnitence l'estrade des course prvtales,- qu'il
prsidait souvent; venant de recevoir dn prtre l'ab-
solution de peccadilles qu'il voulait bien avouer et
courant sans frmir livrer mort mme l'innocence;
catholique fervent en apparence,- ayant toujours
la bouche le saint nom de Dieu,- mais politique
cruel sous le prtexte de la raison d'tat,- prtexte
si facile invoquer par les tyrans.- Avare des de-
niers du people tant pour lui que pour ses serviteurs
les plus dvous, donnant peu de temps au sommeil,
toujours cheval ou dans son cabinet ; franchissant
cinquante lieues par jour ou rpondant cinquante
lettres dans le mme space de temps ; puisant trois
chevaux dans chacun del ses traits ou fatiguant trois
secrtaires dans chacune de ses journes : tel tait
Toussaint-L'Ouverture qui, malgr les nombreuses
illustrations des temps modernes, brillera dans les
fastes de l'humanit comme capitaine et comme po-
litique. Et ce qui prouve ]qu'il n'y a pas de races
meilleures ou pires les unes que les autres, c'est que


17






18 TUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE

Toussaint Louverture exagera le crime come I
vertu.
C'est alors que le Premier des Noirs, dchu d
haut rang qu'il occupait, trahi par ses propres lieu.
tenants, enlev son pays, transfer brutalemeni
sous le ciel glac de la Franche-Comt, crivit le
Mmoires que nous exhumons de leur enfouissemeni
et que nous livrons tout entier la lumire de laI
publicity.
On verra dans ces Mmoires qu'aucun talent n'es(
au-dessus de la porte du Ngre : la guerre, la lgis.
nation, l'loquence, L'Ouverture sut tout atteindre. i
L'existence de ces Mmoires fut d'abord mention-
ne par le vnrable abb Grgoire, vque de Blois,
dans son ouvrage si curieux et si intressant intitul .
de la Littrature des ngres. (1) En 1845 le journal
la Presse en publia quelques fragments; alors quel-
ques personnel parurent douter de leur authenticity.
Mais tout rcemment, par la bienveillante entremise
de M. Fleutelot, membre de l'universit de France,
je pus avoir du gnral Desfournaux communication
d'une copie de ces Mmoires qu'il avait en sa pos-
session. Plus tard, de recherches en recherches, j'ar-
rivai en dcouvrit aux Archives Gnrales de Fran-
ce le manuscrit original. Je parcourus avidement et
avec une attention religieuse ces longues pages toutes
crites de la main du Premier des Noirs. L'motion
que leur examen me causa se comprendra mieux
qu'elle ne peut se dcrire : le souvenir d'une si haute
renomme courbe sous le pois de tant d'infortune





1 De la Lil.ature de; Ngres, pr HI Grgoire, i Paris, 1818.





TUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE 19

ette l'me dans un abme de reflexions.
Toutefois, l'histoire dira que deux choses perdi-
rent L'Ouverture: ses fausses prventions cootre les
inciens libres, ngres et multres, qu'il enveloppa
toujours dans la mme prescription,- tandis que ces
anciens libres pouvaient tre si utiles aux succs de
m cause,- et sa ligue avec les colons pour rtablir
['esclavage, sous la forme de la glbe. En effet, aus-
itt qu'il eut loign de ses conseils les hommes de
:ouleur, force lui fut d'y appeler les anciens maitres.
C'est l la source de cette guerre sacrilge, implaca-
le, qui clata entire lui et Rigaud, guerre qui moie-
ionna tout ce que le pays avait de vertus, de talents,
l'hrosme et qui sembla n'pargnerque les mchants.
L'Ouverture sentit bien un jour que le ngre et le
aulitre doivent fire cause commune, au lieu de

I'entre-dchirer, c'est quand, abandonn des flatteurs
jui le perdirent, sequestr de l'univers, il ne trouva
i ses cts que Martial Besse, multre, gnral de
brigade, dtenu comme lui au chateau de Joux, qui
voulut bien recopier ses manuscripts et leur donner
l'orthographe qui leur manquait. Ainsi dans les pe-
,ites choses le doigt de la Providence se montre. (1)


1 Besse (Martial! naquit au Terrier-ltouge dpendan-
e du Fort-Dauphin (aujourd'hui Fo't-Libertl le 15 sep-
embre 1759. Son pre, colon blanc, l'envoya en France
wur y faire ses tudes. Mais Besse aima mieux s'enrler
ns le Royal-Auverge o il servit du 3 aot 1779 au 7
rai 1783. Congdi, il revint a Saint-Domingue et par-
lint pendant la Rvolution au grade de chef de brigade.
rReparti pour la France, il dfendit la convention na.
ionale aux journes de vendmiaire, sous les ordres du
rtnral Bonaparte et fut nomm gnral de-brigade. Plus
ard, lors de l'expdition de Saint-Domingue, il fut char-
W par le Gnral Leclerc de pacifier L'il de la Tortue.
lais comme bientt 'on redouta qu'il n'allt grossir l'in-
Urrection inaugure par l'adjudant gnral Ption (Ale-
endre/.




TUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE'


Aujourd-hui j'aurais pu mon tour poursuivre le
travail de Martial Besse; et, refouillant dans mes
souvenirs scolaires, en tirer quelques tournures de
rhtorique pour diaprer les Mmoires que je public.
N'est-ce pas ainsi que l'on procde l'gard de cette
foule de mmoires contemporains don't la librairie
nous inonde chaque jour ? Mais j'ai pens que dans
une euvre destine faire prendre, pour ainsi dire
en flagrant dlit le mrite littraire d'un ngre,-
bien que ce ngre u'et point fait d'bumanits,--il
valait mieux:maintenir l'intgrit du texte, mme au
dtriment de mon amour propre.patriotique. Cepen-
dant tels qu'ils sont, malgr l'imperfection du style,
les Mmoires de L'Ouverture sont empreints d'une
candeur qui honore son me, d'une ampleur d'ide
et d'une lvation de forme que ne dsavoueraient
pas bien des crivains de profession. Ainsi quand le
Premier des Noirs, racontant la conduite inique du
Gnral Leclerc son gard, s'crie : Sans doute je
dois ce traitement ma cquleur ; mais ma couleur...
ma couleur m'a-t-elle empch de servir ma patrie
avec zle et fidlit ? La couleur de mon corps nuit-
eile mon honneur et ma bravoure ? Ne croi-
rait-on pas entendre Othello, dans la tragdie de Du-
cis, quand il s'crie aussi :



il fut embarqn pour France. Relgu au chateau de-
Jeux, il y rencontra L'Ouverture. Rigaud vint les y join-
dre. Enfin sorti de ce chteau, ainsi que Rigaud, aprs la
mort de L'Ouverture, il fut envoy Melun, d'o il rus-
sit & s'vader et se rendre en Haiti, la fin du rgne d,
Dessalines. Christophe le fit come et marchal de son ro-
y ume.
Il mourut vers 1816. L'histoire doit lui reprocher d'a-
rvor t de ceux des multres qui le 9 septembre 1790 jur-
rent au Terrier-Rouge respect aux blancs.





TUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE


Quoi! ce nom d'Africain n'est-il donc qu'un outrage ?
La couleur de mon front nuit-elle mon courage? (l)
Si nous rencontrons dans les Mmoires de L'Ou-
verture ide pareils movements de style, des refle-
xions aussi profondes, combien ne devons-nous pas
regretter que L'Ouve ture n'ait pas eu comme les
grands capitaines de l'antiquit, comme Xnophon,
Thucydide, Csar, le loisir de nous transmettre plus
de rvlations qu'il ne l'a fait; combien ne devons-
nous pas toutes sortes de circonstances, dans l'im-
possibilit de revoir ce qu'il venait d'crire ; car on
peut bien juger de la trempe de son style, quand on
saura que dans son manuscrit propre, tout est de
premier jet ; pas une rature, pas une surcharge. C'est
l'homme qui crit sans prtention, dans la sincrit
de son droit, se proccupant peu de faire de l'esprit,
de dployer les resources de l'art, crivant seule-
ment pour se justifier, ne cherchant nullement se
poser aux regards de la publicity et briguer un
genre de renoonme, don't il pouvait aprs tout se
passer sans cesser d'tre grand.
II est regretter, cependant, que, dans d autres
documents. L'Ouverture ait dementi parfois la fiert
de son language par des dfaillances de courage, par
des expressions prcatives l'adresse de ses pers-
cuteurs. Mais pas plus qn'il n'y a de soleil sans nua-
ges, il n'y a d'hroisme sans tche. D'ailleurs, le lec-
teur ne doit pas oublier que dja g, confin dans
le fond d'un humide cachot, ne couchant que sur une
paille infected, souffrant de rigueurs d'un hiver exces-
sif,-- chose jusque l inconnue pour lui, priv des




i Othello, acte 1, Scne V





TUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE


moindres commodits de la vie, oblig alors de fire
lui-mme sa triste cuisine, sequestr de sa femme et
de ses enfants, qu'il adorait, ne voyant jamais dans
ses regards se rflter un regard ami, le lecteur ne
doit pas, oublier, dis-je, que L'Ouverture ait pu, sans
croire se dshonorer, s'abandonner quelques pleurs,
quelques gemissements, quelqnes supplications.
Au reste, d'autres captifs non moins illustres que lui,
mais qui l'ducation avait donn un certain char-
latanisme en face de l'adversit, ne e sont-ils pas
nanmoins surprise quelque fois verser des larmes
su souvenir de leur grandeur dchue ?
Les Mmoires ne commencent pas malheureuse-
ment la naissance de leur auteur..Quel peintre plus
habile que L'Ouverture et pu nous transmettre le
tableau de la vie du ngre esclave avant la rvolu-
tion ; cette vie si laborieuse, si dure, dans le course
de laquelle beaucoup tombaient affaisss sous le poids
du chagrin, du desespoir, occasionns par la barba-
Sie des matres,- pendant que d'autres, moins infor-
tuns, arrivaient une aisance, un bonheur domes-
tique bien suprieur celui d'un grand nombre de
libres ? Si L'Ouverture tait de ces derniers, il dut
avoir cependant plus d'une fois gmir et pleurer
sur le sort de ses semblables don't il tait le sage
conseiller, souvent le confident attrist.- L'histoire
de l'esclavage des ngres, raconte par un esclave
ngre de intelligence de L'Ouverture, et t le livre
le plus curieux et le plus instructif que l'ami de l'bu-
manit pt ouvrir et consulter. Cette histoire, mon
avis, et mieux value que les dclamations du ngro-
philisme, qui on pout reprocher, soit dit en passant,
au moinsi autant de mal qu'il a fait de bien.







TUDE HISTORIQUE ET CR!T4U


L'Ouvertureavait de plus nae grande tAche rem-
plir : c'tait de nous peindre la prise d'armes des
ieslaves dans le nord de Saint-Domingue, au mois
d'aot 1791, de nous conduire travers les massa-
cres, les pillages, les incendies auxquels il assist,
jusqu'au moment o, rejetant les vains hochets de
noblesse que la fiert castillane s'tait abaisse lui
dcerner, come aux autres insurgs, il entra dans
le giron de la glorieuse rpublique franaise,- au.
jourd'hui si calomnie, et qui, cependant, sauva l'hu-
manit des fureurs du despotisme, en rendant la
nature humaine sa dignit.
Mais parmi toutes les exigences que notre curiosi-
t avide de renseignements et eu le droit d'xiger
de L'Ouverture, la principal surtout, c'eut t l'ex-
plication de l'horrible guerre civil qu'il fit Andr
Rigaud, sans motif honnte, sans ncessit mtropo-
litaine ou indigne, uniquement pour le bon plaisir
des colons ou des Anglais. Aussi, L'Ouverture semble
avoir ici honte de lui-mme : tout est silence, com-
me l'poque o il combattait sous les bannires es-
pagnoles le principle de la libert gnrale que la
France rpublicaine avait proclam. Ce silence sur
les deux graves priodes de l'histoire de la race noire
Saint-Domingue ne provient-il pas d'un retour sur
la conscience qui, aprs tout, survit aux vnements
pour les glorifier ou les fltrir ? Ce silence ne serait-
il pas la condemnation la plus complte- et la plus
solennelle des deux plus..nfastes situations du drame
colonial ?
Malgr les dfauts et les lacunes que nous venons
de signaler, les Mmoires de L'Ouverture serviront
refuter victorieusement les fausses et malignes as-
sertions que Boisrond Tonnerre hasarde, contre lui
dans son travail sur Haiti. (1) Ils serviront surtout
1 Mmoires pour servir l'histoire d'Haiti par Bois


M







TUDE MIOTORIQUE ET (RITIQUE


constater que l'intelligence du negre peut s'lever
la hauteur de toutes les connaissances. Ep effet,
le terrain est bon; il ne lui a manqu jusqu' pr-
sent qu'une savante culture. A-t-on encore vu,.soit
dans les colonies dpendantes des mtropoles, soit
dans'celles qui s'en sont affrauchiee, les gouvernements
tablir sur quelques large bases aucun systme d'en-
senseignement universitaire ? Le soin d'lever les g-
nrations, ce soin capital d'o dependent l'avenir et
la prosprit des peuples, est peu prs abandonn
l'incurie, quand ce n'est pas l'ignorance. Et pour-
tant partout se montre une gnration de ngres avi-
de des bienfaits de l'instruction. Elle tonne surtout
en Hati par la prcocit de ses dispositions, par la
justesse de son raisonnement.
Pourquoi le temps n'a-t-il' pas respect les jours
de Granville et de Lemoine, ces deux esprits sup-
rieurs dignes de l'antiquit par la splendeur du gnie?
Quels fructueux enseignements la jeunesse de nos
jours n'et-elle pas retirs des leons de ces deux
matres ?
Toi surtout, Lemoine, mon savant matre, quel-
le salutaire influence n'eusses-tu pas eue sur des es-
prits aussi bien disposs Ton :got si attique, ta
parole si brillante, ton style si suave, sont encore
presents nos souvenirs. Si Dumesle (2) a chant
dans ses vers le talent et la gloire de Granville, (1)
rond Tonnerre, prcds d'une Etude historique et cri-
tique, par Saint Rmy chez France, libraire, Paris, quai
Malaquais No 15. 1851.
2 M. Dumesle (Hrard) .naquit dans la commune de
Torbeck, le 16 juin 1784. Fils de multre et de ngre, c'est-
-dire griffe, il s'est fait un nom au barreau, la tribune
et dans les lettres Dou d'une mmoire prodigieuse, sa tte
est toute une encyclopdie. Tomb come premier minis-
tre de la revolution de 1843,-- aujourd'hui si injustement
dcrie,- il est maintenant. exil. On a de M. Dumesle un
ouvrage trs intressant intitul : Voyage dans le Nord
d"Haiti , imprim auv Cayes. Il serait desirer qu'avec







TUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE


ici ma prse, 6 Lemoine, je consacre une page ta
mmoire; puisse cette page la porter a la postrit
(2) !
Ce n'est pas seulement le personnel de I'enseigne-
ment laique qu'il s'agirait de fonder dans les miles. la
faudrait aussi reformer le personnel de l'enseigne-
ment religieux. Nulle part dans %la chrtienet le
clerg ne profane autant que l le sacerdoce don't il
est revtu. Avide d'argent corrupteur de l'innocence,
artiste en troubles civiles, tel est gnralement le
clerg de certaines miles. Quelques nobles exceptions
ne font ressortir qu'avec plus d'clat le spectacle,
scandaleux don't ces contres sont affliges. Cepen-
dant, quoiqu'elle soit, pour ainsi dire, prive de gui-
des dans ses tudes, la gnration actuelle aura cet
immense advantage sur celle qui 'l'a prcde, qu'elle
aura assist nos crises civiles et qu'elle aura vu
combien les excs politiques sont deshonorants.
Etrangre aux luttes qui ensanglantrent la patrie,
elle sera plus sage dans sa march; et, se rendant





son grand talent, il nous donnt une histoire de la revo-
lution de 1843, il doit ce travail son pays et lui mme.
Granville (Jonathas), multre, naquit Port-de-Paix
vers 1783. Il se distingua dans les armees de la metropo-
le ; aussi fut-il dcor par Napoleon. Il ne revint en Haiti
qu' la restauration des Bourbons. Il fut employ par le
president Petion l'arme du genie en son grade de lieute-
nant, puis dans la magistrature, et enfin appel la di-
rection du principal college de la Republique par le presi
dent Boyer. il mourut au Cap-Haitien en 1841.
2 Lemoine (Prosper) blanc, naquit Paris vers 1796,
lev au Lyce de Versailles, don't le nom est clbre, il
vint se livrer l'enseignement en laiti. Il mourut aux
Cayes en mai 1839.






TUDE HISTORIQUE ET CRITIQUE


bieo compete des notions du just et de l'injuste, elle
dominera tous les vains et sombres prjugs qui cau-
srent nos maux. Plus instruite et surtout plus cons-
ciencieuse, elle saura que l'histoire, comme une Eu-
menide, s'attaque mme par del 4I tombe ceux qui
font injustement couler les larmes de leurs sembla.
bles. Enfin, teignant le flambeau de la discorde que
des mains aussi imprudentes que coupables ont allu-
m entire les diverse races, toutes les poques
elle secondera le gouvernement actuel dans son ou-
vre de conciliation et de progrs. Tel doit tre notre
vu. Et puisque dj ce vu commence se raliser
sous ce gouvernement qui permet de s'exprimer en
toute libert de conscience,- chose de laquelle ne
peut dcouler que le plus grand bien,- il ne nous
reste qu' exciter de toutes knos forces l'ardeur de
l'tude parmi nos jeunes concitoyens. L'Ouverture ne
leur donne-t-il pas l'ejemple de ce que peut la vo-
lont de s'instruire ? Sorti du sein de l'esclavage, s'il
parvint au plus haut rang qu'un citoyen puisse oc-
cuper dans son pays, tranger tout autre ienseigne-
ment qu' celui que donne la mditation,l il vient au-
jourd'hui se rvler nous comme crivain. Quels
vastes sujets d'mulation!
Nagure donnant aussi aux jeunes hommes de ma
race l'exemple de la volont de bien faire, j'ai essay
d'esquisser la mmorable carrire que parcourut et
dcrivit L'Ouverture. (1) Ai-je russi dans ma t-
che ?'Je l'ignore. Mais toujours est-il que le seul dsir
d'tre utile mon pays m'animera toujours. Plus on
est loin du ciel de la patrie, plus on s'attache ses
revers, comme sa gloire. Je continuerai donc d



1 Vie de Toussaint L'Ouverture, Paris, 1850, chez Ma-
quiet, rue de La Harpe, 90.





TUDE HISTOTIQUE ET CRITIQUE


chirer le linceul de l'oubli o sont rrenfermes nos
figures historiques les plus clbres. Je continuerai
cette pieuse mission pendant l'exil pnible et rigou-
reux, autant que peu mrit, que je subis, et don't le
souvenir a d sortir de la mmoire de l'empereur
Faustio ler, car ceux qui l'ont approch disent qu'il
a le cour noble et grand. Mais come mes compa-
triotes de race ont partout accueilli mes premiers
essais avec une bienveillance qui m'honore, j'agirai
de manire mriter davantage cette bienveillance
dans la vie d'Alexandre Ption.
Aujourd'hui c'est le Premier des Noirs qui va nous
entretenir de ses travaux. Je louerai le ciel ai son
ceuvre plus que la mienne peut rlever aux yeux du
monde civilis la race A laquelle nous appartenons
tous deux, plus heureux et plus fier du mrite de
L'Ouverture que du mien propre: les enfants ne se
glorifient-ils pes dans leurs pres?

















DuIx G-6nral
To..ls saint XL.' Oui.vert uire
Ecrits par lui-mme pouvant
servir l'histoire de sa vie (2)


Il est de mon devoir de rendre au gouvernement
franais un compete exact de ma conduite, je racon-
terai les faits avec toute la navet, la franchise d'un
ancient militaire, en y ajoutant les rflexions qui se
prsenteront naturellement. Enfin je dirai la vrit,
fut-elle contre moi-mme.
La colonie de St.Domingue don't j'tais oomman-
dant, jouissait de la plus grande tranquility, la cultu-
re et le commerce y fleurissaient, 'isle tait parvenue
un degr de splendeur o on ne l'avait pas encore
vue et tout cela, j'ose le dire, tait mon ouvrage.


1 Ce titre est textuel.
2 Toussaint-L'Ouverture (Franois Dominique/, naquit
le 20 mai 1793 sur l'habitation Brda, sucrerie situe
prs du village du Haut du Cap.
L'Ouverture n'est qu'un surnom qui lui fut donn plus
tard case de la hardiesse et de la russite de ses pro-
jets: il savait partout se fire overture.


MIRMO ltil,9





30 MMOIRES

Cependant comme on y tait sur lep1ed de guerre, la
Commission avait rendu un arrt qui m'ordonnait
de prendre toutes les measures ncessaires pour em.
pcher les ennemis de la Rpublique de pntrer dans
l'isle. En consequence je donnail'ordre tous les com-
mandants des ports de mer de ne laisser entrer en
rade aucuns batiments de guerre qu'ils ne soient re-
connus et qu'ils n'en ayent obtenu de moi la permis-
sion, et si c'tait une escadre, de quelle nation fut-elle,
il lui tait absolument dfendu d'entrer dans le port,
ni mme dans la rade, jusqu' ce que j'ai reconnu
par moi-mme d'o elle venait, et de quel ordre elle
tait porter. (1)
Cet ordre existait lorsque le 16 pluviose l'escadre
part devant le Cap. (2)
J'tais alors parti de cette ville pour fair une tour-
ne dans la parties Espagoole Santo-Domingo (3>
pour surveiller la culture. (4) Chemin faisant en sor-

4 L'an X (5 fvrier 1802)
2 Cette ville est le chef-lieu du dpartement du Nord
elle tait ancienoement appele le Paris des Antilles,
cause de la richesse de ses habitants, de la beaut de ses
difices, de son movement industrial et des agrments
qu'on y rencontrait. C'est dans cette ville que, le 29aet
1793, la liberty gnrale des noirs fut proclame par
Sontbonax, Commissaire de la Rpublique franaise.
Cette proclamation fut confirme par la Convention na-
tionale le 16 pluviose as III [4 fvrier 17951.
.3 Cette ville, alors chef-lien du dpartement de l'Oza-
ma, est la plus, ancienne ville du nouveau-Monde; elle
est la capital d'une colonie espagnole qui tut cde la
France par le Trait de BAle, en l'an 11III [1795], et don't
L'Ouverture prit possession au nom de la Rpublique le
6 pluviose (an IX) 26 janvier 1801.
4 Les habitants de cette contre ne s'taient occups
jusque l que de l'levage des bestiau: don't ils trouvai-
ent un grand dbouch daus la parties franaise et dans
les les environnantes. L'Ouverture leur donna l'habitude
de cultiver la terre et introduisit chez eux l'industrie et
le luxe qui leur taient presque inconnus.






MMOIRES


plant de la Magouane j'avais expdi un de mes aides
de camp au gnral Dessalines, (2) commandant en
chef du Dpartement de l'Ouest et du Sud, tant alors
St-Marc, pour lui ordonner de venir me joindre
Gonave ou St-Michel pour m'accompagner dans
ma tourne. Au moment o l'escadre part, je me
trouvais Santo-Domingo don't je parties trois jours
aprs pour aller Hinche passant par le Banique.
Arrivant au Papaye, je rencontrai mon aide de camp
Coup (3) et un officer envoy par le gnral Chris-
tophle, (4) qui me remit une lettre de ce gnral par
laquelle il m'instruisait de l'arrive de l'escadre fran-
aise devant le Cap, (5) et m'assurait que le gnral



1 Saint-Jean de la Maguna, bourg situ entire Las
Mathas et Azua.
2 Dessalines (Jean-Jacques] naquit la Grande-Rivire
du Nord, en 1749. Son matre tait ngre comme lui. Ce
matre qui tait charpentier lui fit apprendre son mtier.
Il disait de lui: C'est un bon ouvrier, mais un mauvais
chien. Voyez : Vie de Dessalines, par Dubroca. Dessali-
nes deviant empereur aprs la proclamation de l'Indpen-
dance; son despotisme occasionna une revolution dans
laquelle il prit le 17 octobre 1805.
3 Coupp [Marc], multre, tait chef d'escadron.
4 Christophe [Henril naquit la Gaenade, ile anglaise,
le 6 octobre 1757. Esclave et majordome de l'hotel de la
Couronne, au Cap, il parvint se racheter. Ce fut l'en-
tant gt des troubles civiles, car sans avoir rendu au pays
aucun service signal,- rien que par le crime, il parvint
au gnralat. Aprs la mort de Dessalines, it se fit roi
dans le Nord de l'Ile. Il se brla la cervelle, le 8 octobie
1820, dans son chateau de Sans-Soucid
5 L'escadre commande par l'amiral Villaret-Joyeuse,
-dont le pavilion amiral flottait bord de l'Ocan, vais-
seau de 100 canons, se composait, outre ce vaissean, de
seize vaisseaux franais, de six vaisseaux espagnols, de
dix-sept frgates, de huit corvettes, de quelques cutters,
en tout cinquante quatre voiles. Elle tait ainsi divise :
l'Escadre D'observation, compose de Guerrero, S. Pablo,
Neptune, S. Francisco d'Assises.







M1 KfOIES


commandant en chef cette escadre ne lui avait
pas fait l'honneur de lui crire, que seulement il lui
avait envoy un officer pour lui ordonner de prpa-
rer le logement pour la troupe, que lui, gnral Chris-
tophle, ayant demand cet officer s'il n'tait pas por-
teur de lettres pour lui ou de depches pour le gnral
Toussaint Louverture, en le priant de les lui remettre
pour les faire passer de suite, cet officer lui avait r-
pondu qu'il n'en tait point charge, qu'il n'tait pax
mme question du gnral Toussaint. (2) < Rendez la
S. Francisco Pablo, Soleda, Vigilente, sous le command
dement de l'amiral Villa-Vicentia; l'Escadre Lgre,
compose du Foudroyant, l'Aigle, la Guerrire, l'lnfatiga
ble, sous le commandement de l'amiral Latouche Trville;
la premiere Escadre, compose de l'Union, le Patriote,
l'Ocan, le Duquesne, le J. J. Rousseau, vaisseaux de
l'Uranie, la Cornelie, la Syrne, corvettes sous le com
mandement de l'amiral Villaret-Joyeuse ; la Deuxime
Escadre, compose du Montblanc, l'Argonaute, le Scipion,
le Cisalpin, le Duguay-Trouin, vaisseaux ou frgates; la
Cornte, la Vertu, la Valeureuse, cornettes sous le com
maudement du contre-amiral Dordelier. Le convoi se
composait de la Furieuse, la Fraternit, la Fidle, la Pr
cieuse, la Diligente, la Dcouverte, le Renard, le Poisson
Volant, la Cigogne, la Ncessit, la Dana, etc. Cette
flotte, la plus nombreuse qui se ft encore montre dans
les mers de l'Amrique, portait 21883 hommes, tous
choisis dans les meilleures lgions de la mtropole; elle
se rallia au Cap-Samanaet part devant le Cap-Franais
le 12 pluviose an X jier fcvrier 18011. Voyez: Paris,
recueil imprim Londres par Peltier, vol. 34. Rapport
du gnral Rochambeau au Ministre, du 29 frimaire an
XII [21 dcembre 1803].
1 Lebrun enseigne de vaisseau, aide de camp-de l'ami-
ral Villaret-Joyeuse,
2 Ce fut la faute capital du gnral Leclerc de n'avoir
pas crit tout d'abord L'Ouverture en lui envoyant ses
enfants qui taient bord de l'Escadre et la lettre que lui
adressait le premier consul. Cette march avait t cepen
dant prescrite par ce dernier.
Lebrun ne remit Christophe que la proclamation du
premier consul aux habitants de Saint Domingue. Voici
un extrait de cette proclamation du 17 brumaire an X[8
novembre 1801/, dans laquelle, par on ne sait quelle fata







ItMOIRFEs


ville luiavait-il ajout, vous serez bien rcompens,le
Gouvernement vous envoye des presents, (1) etc....;
qu'alors le gnral Christophle lui avait (rpondu):
puisque vous n'avez pas de lettres pour le gnral
en chef ni pour moi, vous pouvez vous retirez et dire
votre gnral, qu'il ne connait pas son devoir, que
ce n'est pas ainsi qu'on se prsente dans un pays qui
appartient la France. i
Le gnral Leclerc ayant reu cette rponse fait
sommer le gnral Christophle de lui livrer la place
et dans le cas de refus il le prevent que ds le len-
demain matin il y dbarquera quinze mille hommes.
(2) A quoi celui-ci lui rpondit qu'il le priait d'atten-
dre le gnral Toussaint L'Ouverture, qu'il l'avait dj

lit, le nom de L'Ouverture n'tait pas mme prononc:
Quelles que soient votre origine et votre couleur, vous
tes tous Franais, et tous gaux devant Dieu et devant
les hommes... Ralliez-vous autour du capitaine-gnral;
il vous apporte l'abondance et la paix ; ralliez-vous autour
de lui. Quieonque osera se sparer du capitaine-gnral
sera un traite la patrie, et la colre de la Rpublique le
dvorera comme le feu dvore vos cannes dessches.
1 Non, Monsieur, rpondit Christophe, je ne puis en-
tendre aucune proposition sans les ordres du gouver-
neur-gnral. Les proclamations que vous apportez res-
pirent le despotisme et la tyrannie. Je vais faire prter
mes soldats le serment de soutenir la libert au pril de
leur vie. Pamphile de Lacroix. Revolution de Saint-
Domingue.
2 Extrait de la lettre du gnral Leclerc, du 13 plu-
viose an X /2 fvrier 1802/: J'apprends avec indigna-
tion, citoyen gnral, que vous refuse de recevoirl'escadre
franaise et l'arme franaise que je command, sous le
pretexte que vous n'avez pas d'ordre du gouverneur-
gnral... Je vous prviens, que si aujourd'hui vous ne
m'avez pas fait remettre les forts Picolet et Bel-Air et
toutes les batteries de la cte demain, la pointe du jour,
quinze mille hommes seront dbarque.
Etrait de la rponse du gnral Christophe, du mme
jour: Votre aide-de-camp, gnral, m'a remis votre
lettre de ce jour. J'ai eu l'honneur de vous faire savoir
que je ne pouvais vous livrer les forts et la place confis




MMOIRES


fait avertir et qu'il allait le fire une second fois
avec la plus grande clrit.
En effet, je reus une second lettre et me bhter de me
rendre au Cap malgr les debordements de la rivire
de Hinche, esprant avoir le plaisir d'embrasser mes
frres d'armes d'Europe, et recevoir en mme temps
les ordres du Gouvernement franais, et pour mettre
plus de promptitude dans ma march j'avais laiss
toutes mes escorted.
Entre St. Michel et St. Raphal je rencontrai le
gnral Dessalines et lui dis : aJe vous avais envoy
chercher pour m'accompagner dans ma tourne au
Port-de-Paix et au Mle, mais cela est inutile, je viens
de recevoir deux lettres du gnral Christophe, mo'an-








mon commandement, qu'au pralable j'aie reu les or-
dres du gouverneur gnral Toussaint L'Ouverture, mon
chef immediait, de qui je tiens les pouvoirs don't je suis
revtu. Je veux bien croire que j'ai affaire des Franais,
et que vous tes le chef de l'arme appele expditionnaire,
-mais j'attends les ordres du gouverneur qui j'ai expdi
un de mes aides de camp, pour lui annoncer votre arrive
et celle de l'arme franaise; et jusqu' ce que sa rponse
me soit parvenue, je ne puis vous permettre de dbarquer.
Si vous avec la force don't vous me menacez, je vous pr
terai toute la resistance qui caractrise un gnral; et si
le sort des armes vous est favorable, vous n'entrerez dans
la ville du Cap que lorsquelle sera rduite en cendres, et
mme sur ces cendres, je vous combattrai encore.
... Voyez Bouvet de Cresset, Catastrophe de Saint Do-
mingue, Paris, 1824. C'est Braquehais, multre des Cayes,
un de nos premiers rvolutionnaires qui rdigea la cor-
respondance de Christophe avec Leclerc. Il fut noy dans
la rade des Cayesen 1803, rien que parce que l'on redoutait
qu'il se jett dans quelqu'insurrection. La libert perdit
ainsi un de ses vaillants soldats.










lonant l'arriyvede l'escadre franaise devant le
Cap , et lui communiquai les leltres. Il me dit alors
qu'il avait vu lui-mme de St-Marc six gros vaisseaux
faisant voile du ct du Port Rpublicain (1), mais
qu'il ignore de quelle nation 'ils sont.
Je lui (ordonnai de partir promptement pour se
rendre dans ce port, vu qu'il tait possible que le
gnral 'Christophle ayant refus l'entre du port au
gnral commandant l'escadre, celui-ci se soit port
au Port Rpublicain dans l'espoir de m'y trouver, et
dans ce cas-lEje lui donna l'ordre de prier le gn-
ral de m'attendre, en l'assurant que j'allais d'abord de
ce pas au Cap dans l'esprance de l'y rencontrer et
dans le cas oje ne l'ytrouverais pas, je reviendrais de
suite au Port Rpublicain pour y confrer avec lui.
Je partis(2) effectivementpour le Cap en passant par
le Vasu, cheminle plus court. En arrivant sur les hau-
teurs du grand Boucan (3) au lieu dit A la Porte
St-Jacques, j'apperus le feu dans l ville du Cap Je
poussai alors mon cheval toute bride pour me ren-
dre dans cette ville y trouver le gnral commandant
l'escadre et m'informer de ce qui pouvait avoir donn
lieu cet incendie. Mais en approchant, je trouvai


1t La ville du Port Rpublicain ou Port-au-Prince, ca-
pitale de l'Ile d'Hati, est en mme temps le chef lieu du
Dpartement de l'Ouest. C'est la division du gnral Bou-
det, don't Rigaud, Ption, etc., faisaient parties, qui tait
bord de cette flotte. Cette division tait forte de trois mille
hommes. Le Port-au-Prince, malgr l'hroique courage
de Lamartinire, chef de bataillon la 3me demi-briga-
de, fut enlev par la division Boudet le 17 pluviose [5
fvrieri dans l'aprs-midi ; la plupart des blancs qui
l'habitaient venaient d'tre massacrs quelques pas de
la ville, au lieu appel Bois-de-Chnes Valembrun.
2 Le 16 pluviose an X /4 fvrier 1802/..
3 C'est un canton dpendant du village de la Plaine du
Nord.


MEMolRE8


a5






MMOIRES


toutes les routes couvertes des habitants qui avaient
vacu cette malheureuse ville et ne pus pntrer
plus loin raison de ce que tous les passages taient
fcanorons par l'artillerie des Vaisseaux qui taient dans-
la rade. Je pris le parti de monter alors au fort Be-.
ley-, mais je trouvai galement ce fort vacu et toon
tes les pieces de canon encloues. Je fus en cons-
quence oblig derevenir sur mes pas. Aprs avoir d-
pass l'hpital (1), je rencontrai, le gnral Christophle
et lui demandai qu'est-ce qui avait ordonn qu'on mit
le feu la ville; il me rpondit que c'tait lui, je le
blamai trs vigoureusement d'avoir employ ce moyen
de rigueur. Pourquoi, lui dis-je, n'avez-vous pas
plus tt fait des dispositions militaires pour dfendre
la ville jusqu' mon arrive ?
11 me rpondit : Que voulez-vous, gnral, mon
devoir, la ncessit, les circonstances, les menaces
ritres du commandant de l'escadre m'y ont forc.
J'ai fait voir ce gnral les ordres don't j'tais por-
teur, mais inutilement. II m'ajouta que les procla-
mations rpandues se-rtement (2) dans la ville pour
seduire le people et soulever la troupe ne convenait
pas la franchise d'un militaire; que si vraiment le
commandant de l'escadre avait des intentions pacifi-
ques, il m'aurait attend, qu'il n'aurait pas employ
les moyens don't il s'est servi pour gagner le comman-
dant du Fort Laboue, qui est un ivrogne (3) qu'il ne se



1 L'hpital des Pres, situ au Haut du Cap, fond
par les jsuites, aujourd'hui en ruines.
2 Suivant les ordres qu'il avait reus, M. Lebrun,
avait laiss tomber comme par mgarde un parquet de
proclamations. Pamphile de Lacroix, Rvolution de
Saint-Domingue.
3 Le chef de brigade Barthlemy, homme noir.






MLMOIRES


serait point en consequence empar de ce Fort, quil
n'aurait point fait passer au fil de l'pe la moiti de
la garnison du Fort la Libert, qu'il n'aurait point
fait faire de descent la Cue et qu'en un mot il n'au-
rait point commis toutes les hostilits don't il s'est
rendu coupable.
Le gnral Christophle se joignit moi et nous con-
tinumes la route ensemble. En arrivant au haut du
Cap noustrouvmes leshabitants de Brda (1) jusqu'
a Barrire de Boulard passant par les jardins. L je lui
donnai ordre de rallier la troupe, d'aller camper aux
Bonnet(2) jusqu' nouvel ordre et de me donner con-
naissancede tous lesmouvements qu'il ferait, etluidit
que j'allaischez Dricourt (3) et que j'y recevrais peut-
tredes nouvelles du commandant de l'escadre et m'y
ferais passer les ordres du gouvernement, que peut-
tre mme je pourrais l'y rencontrer, que je m'infor-
merais alors des raisons qui ont pu l'engagner venir
dans la colonie de cette manire, et dans le cas o
il serait porteur d'ordres du Gouvernement, je lui

I Clbre pour avoir donn naissance L'Ouverture.
C'est sur ces mmes plantations que l'adjudant gnral
Ption commena avec la 10e et la 13e demi brigade la
guerre don't le rsultat fut la proclamation de l'indpen-
dance d'Hati, entranant son imitation, d'abord Cler-
veaux, puis Christophe et Paul L'Ouverture, enfin Des-
salines.
2 Le Bonnet--l'Evque est un morne dpendant alors
du quarter de la Petite-Anse o L'Ouverture avait un
dpt considerable de munitions de guerre. Christophe fit
par la suite lever, au sommet de ce morne, le fort Laf-
rire, construction gigantesque laquelle prsidrent le
bton et le sable. Une infinite de malheureux corvables
y perdirent la vie. Au pied de la forteresse, le farouche
roi du Nord fonda la ville de Millot ou Sans-Souci group
de cahutes enbois don't le triste aspect contrast avec la
lourde architecture du palais o le tyran faisait sa rsi
dence.
3 Habitation-sucrire aux environs du Haut-du-Cap;
elle appartenait au come de No; L'Ouverture en tait
le fermier.


37








38. , '' -

prierais de me les communiqus et prendrais en con.-
squence desarrangements avec lui. Legnral Chris.
tophe me quitta pour se rendre au post que je lui
avais indiqu, mais il rencontra un gros de troupes'
qui fit feu sur lui le forant de se jeter au bas de son
cheval etde seprcipiter dans la rivire, de la:traverser
la nage(1). Moi-mme, aprs l'avoir quitt, ayant avec
moi l'adjudant gnral Fontaine (2), deux autres offi-
ciers et mon aide-de-camp Coup qui marchait en avant
de nous, celui ci me prvint qu'il decouvrait de la
troupe sur le chemin ; je lui ordonnai de se porter
en avant. On me dit que cette troupe tait comman-
de par un gnral, je demandai alors d'avoir avec
lui une conference, mais il n'eut pas le temps d'ex-
cuter mes ordres, on nous fit feu dessus, vingt-
cinq pas de la barrire, mon cheval fut perc d'une
balle, une autre balle emporta le chapeau d'vn des
officers qui tait avec moi, ce qui nons fora d'aban-
donner la grande route, de traverser la savane et
les forts pour me rendre chez Dricourt, o j'ai rest
trois jours pour y attendre les nouvelles du comman-
dant de l'escadre mais toujours inutilement. Seule-
ment le lendemain je reus une lettre du gnral
Rochambeau qui m'annonait que la colonne qu'il





1 Ce n'est pas l'unique fois que Christophe se trouvadans
cetteposition dsespre ; on le vit lors des campagnes du
gnral Lamarre, dans le Nord, mettre bas son uniform
de gnral, e se sauver sous la vareuse d'un cultivateur.
2 Fontaine [Jean Pierre], ancien aide-de-camp du gn-
ral Beauvais. C'tait parmi les hommes noirsun des plus
instruits ; l'ducation il joignait, chose rare son po-
que, une profonde sympathie pour les multres, qu'il con
sidrait avec raison come les premiers fondateurs de
la libert de la race noire.




MMOIRES


commandait s'tait.emparidu fort defia Libert, qu'il
avait puni une grande parties de la garnison qui avait
fait resistance en la passant au fil de l'pe, qu'il n'au-
rait jamais cru que cette garnison eut tremp ses
baonnettes dans te sang des Franais et qu'au con-
traire il aurait cru la trouver bien dispos en sa fa.
veur.(1)'Je rpondis cette lettre et, manifestant mon
mcontentement ce gnral, je lui demandai pour-
quoi il avait ordonn le massacre de ces beaux sol-
dats qui n'avaient fait que suivre les ordres qu'on leur
avait donns, qui d'ailleurs avaient si bien:concouru
au bonheur de] la colonie, au triomphe de la Rpu-
blique, si c'tait l la rcompense que le gouverne-
ment leur avait promise, et finis en lui disant que je
combattrais jusqu' la mort pour venger la mort de
ces braves soldats et ma libert et rtablir le calme et
l'ordre dans la colonie. C'tait effectivement le parti
que je venais de prendre aprs avoir mrement r.
flchi sur les diffrents rapports que m'avait faits le
gnral Christophle, sur les dangers que je venais de
-courir, -sur la lettre du gnral Rochambeau et sur
la conduite enfin du gnral commandant 1 escadre.
Ces resolutions prises je me.tansportaiau Gonin. (2)





1 Le gnral Rochambeau s'empara du Fort-Libert
le 15 pluviose {4 fvrier). Cette ville s'appelait sous la
monarchie Fort Dauphin. Le nom de ULirt lui fut don-
n le 26 prairial an IV (14 juin 1796/ pE4i le gnral La-
veaux, alors qu'il en prit possession surfes Espagnols
qui la trahison l'avait livre. Cette ville est tristement
clbre par le massacre de sept cent trente quatre franais'
consomm le 19 messidor an 11 /7 juillet 1794 par les
bandes de Jean Franois, sous la domination espagnole.
C'est aussi l que Christophe se fit acclamer roi, le 2ti
mars 1811,
2 Le 20 pluviose (8 fvrier.)






40 MMOIRES

je donna connaissance au gnral Maurepas de mey
intentions, je lui ordonnai d'opposer la plus vive r-
sistance tous ceux qui se prsenteraient devant le
Port-de-Paix o il commandait, et dans le cas o il ne
serait pas assez fort n'ayant qu'une demi brigade, (1)
d'imiter l'exemple du gnral Christophle, de < se re.
tirer ensuite dans la montagne emmenant avec lui
les munitions de tous les genres et de se dfendre
jusqu' la mort. Je me transportai ensuite St-Marc(2)
pour y visiter les fortifications, je trouvai que cette
ville tait dj instruite des vnements fcheux qui
venaient d'avoir lieu, et que les habitants l'avaient
dj vacue.
Je donnai ordre d'y faire toute la resistance que les
munitions et les fortifications permettaient. Au mo-
ment o j'allais partir de cette ville pour me rendre
au Port-au-Prince et dans la parties du Sud pour y
donner mes ordres, Jean Philippe Dupin et Isaac
m'apportrent lesdpchesde Paul L'Ouverture (3)qui



1 La 9me demi-brigade. Ce corps est une des plus
clbres phalanges d'Hati; il se pronona en faveur de
Rigaud durant la premiere guerre civil, et en faveur de
Ption durant la second, interposant ainsi ses baonnet-
tes en faveur de la libert.
2 Ville de l'Artibonite, clbre pour avoir donn nais-
sance Pinchinat, rdacteur de nos premiers traits
de paix avec les colons. Elle est encore clbre pour avoir,
le 2 octobre 1820, pris les armes contre la tyrannie de
Christophe.
3 L'Ouverture [Paul], frre pun de Toussaint, naquit
comme esclave sur l'habitation Breda; d'abord aide-de-
camp de L'Ouverture, commandant militaire du Mireba-
lais chef de la 10me demi-brigade, commandant militaire
du Port-au-Prince, enfin gnral de brigade, il fut du
petit nombre d'officiers qui, ds l'aurore de la revolution,
se firent remarquer par leur humanity, alors que le plus
grand nombre se livrait tousles excs, toutes les vio-
lences.





M I ftOIREs


-commandait dans cette paitie Santo Domingo. Tous
deux m'annoncrent qu'une descent venait d'avoir
lieu RoyalSabal, (l)quelesFranais et les Espagnols'
qui habitaient dans cet endioit s'taient soulevs et
avaient intercept les cbemins de Santo Domingo. Je
pris connaissance de ces dipches en parcourant la
lettre du gnral Paul et copie de celle du gnral
Keiverseau au commandant de place de Santo-Do-
mingo qui y tait include. Je vis l'invitation que fait
ce gnral au commandant, et non point au gnral
Paul comme il aurait d fire, de lui prparer le lo-
-gement pour sa troupe. Je vis atusi le refuse qui lui
avait t fait son invitation par le gnral Paul jus-
qu' ce qu'il eut reu des ordres de moi.
Eo consequence je rpondis au gnral Paul que
j'approuvais sa conduit, 'et j- lui donna 1ordre de
faire tout ce qui dpendrait de lui pour se drendre
en cas d'attaque et n me de faire le gnral Keiver-
seau et toute sa triupe prisonnire s'il le pouvait. Je
remis ma rponse au capitaine don't j'ai parl et pr-
voyant raison de linteception des chemins qu'ils pour-
raient tre arrts, qu'on leur demanderait leurs
dpches, je les chargeai d'une second lettre par la-
quelle j orornnai au gnral lPaul de prendre avec le
gnral Kerverseau l ut les mrnoyens dle conciliation
possibles et les previns, que si Ie cas prvu arrivait,
de cacher la premiere 1l ttre et de ne fair voir que
la second. ILe gnral 'aul u e vovant point arrive
aussitt qu'il le d-ir lit dls r onses a ses dpches,
renvoya un autre oiicier noir porteur de ces mmes


i Ovarsaval estl. In' habitation hattire, c'est--dire
destined, a I'el.vag.S es bestiaux ; elle est situe huit
lieues de Saiiti-I ii ,i' pis dii lia:neau de lhoca-Ni.
gua, qIi lii r'in ti ,s si1u l'eniboiuc ure de la rivire
dont il tire son nomii ; bLca, signliaul t e~mnbuul hure, et
nigua, rivire.


41





M MOIRES


dpches par duplicate qui je donnai seulement
un recu et le renvoyai. De ces trois officers deux
taient noirs et l'autre blanc, ils furent arrts com-
me je l'avais prvu et les deux noirs furent assassins
contre toutes espces de justice et de raison et con-
tre les droits.de la guerre, leurs dpches furent re-
mises au gnral Kerverseau qui ayant cach la pre-
mire fit seulement voir la second au gnral Paul,
c'est-.dire celle o je lui ordonnais d'entrer en con-
ciliation avec lui. C'est en consequence de cette
lettre que Santo-Domingo s'est rendu. (I)
Ces dpches expdies, je repris ma route par lI
sud. A peine taie-je en march que je fus atteint
parune ordonnance arrivant toute bride, m'appor-
tant un paquet du gnral Vernet, (2) et une lettre de
ma femme, (3) m'annonant l'un et l'autre l'arrive de

1 Le 9 pluviose an X [20 fvrier 1802]. Il est regretter
que dans une histoire rcente, on ait dfigur le caract-
re de Paul L'Ouverture, ainsi que les circonstances de sa
reddition. Quoi qu'il en soit, Paul L'Ouverture fut main-
tenue dans son grade par les Franais. Pendant la guerre
de l'Indpendance Dessalines le nomma commandant de
l'arrondissement du Dondon; mais pour se venger des
cruauts de Christophe notamment de la mort de Sans-
Souci, les Affricains de la localit le firent prisonnier et
le conduisirent dans les montagnes dites les Ecrevisses
o un nomm Jean Caqumby, espce de savage, le fit
tuer sur l'habitation Chevalier la fin de 1803.
2 Vernet (Andr), multre, naquit au bourg de la Mar-
malade en 1744; il devint, la revolution, commandant
militaire decette place qu'il livra L'Ouverture, quand ce-
lui-ci combattaitcontre la libert e sa race; mari une ni
cede cegnral, il parvint lui-mme au gnralat. Il mourut
au Cap le 25 dcembre 1813, ministry des finances sous
Christophe qui l'avait fait prince des Gonaves. Comme
Christophe tait capable de tous les crimes, la clameur
publique lui attribua la mort de Vernet, peut tre est-ce
injustement.
3 Suzanne [Simon-Baptiste1, fut d'abord place, come
on dit et que l'on fait ncore aujourd'hui en Hati, la
honte des bonnes mours, avec un multres du nom de
Sraphin, don't elle eut un fils, Placide. Elle devint l'pouse







MMOIRES


-mes deux enfants venant de Paris, et de leur prcep-
teur (ce que j'avais ignor jusqu'alors) en m'ajoutant
qu'ils taient porteurs d'ordres du Premier Consul
pour moi. Je retournai alors sur mes pas et volai
Ennery o je trouvai effectivement mes deux enfants
et le prcepteur respectable que le Premier Consul
avait eu la bont delleur faire donner. Je les embras.
sai avec la plus grande satisfaction et beaucoup d'em-
pressement et leur demandai de suite s'il tait vrai
qu'ils fussent porteurs d'ordres du Premier Consul
pour moi ? Le prcepteur me rpondit qu'oui et me
remit effectivement une lettre que j'ouvris et lu jus-
qu' moiti, puis la refermai en disant que je me
rservais de la lire dans un moment o je serais plus
tranquille. Je le priai ensuite de me fair part des
intentions du Gouvernement et de me dire le nom du
commandant de I'scadre que je n'avais encore pu sa-
voir jusqu'alors. Il me rpondit qu'il s'appelait Leclerc,
qne l'intention du Gouvernement mon gard tait
trq favorable, ce qui me fut confirm par mes en-
fants et ce don't je me suis assur ensuite en faisant
lecture de la lettre du Premier Consul. Je lui obser-
vai cependant que si les intentions du Gouverne-
ment taient pacifiques et bonnes a mon gard et
l'gard de ceux qui avaient contribu au bonheur don
jouissait la colonie, le gnral re les avait srement
pas suivies ni excut les ordres qu'il avait reus,
puisqu'il tait dbarqu dans l'Isle comme ennemi,

de L'Ouverture sous le rgne de l'esclavage. L'Ouverture
adopta Placide; de la nouvelle et honnte union, naqui-
rent Isaac et Saint-Jean.
1 Placide et Isaac L'Ouverture furent envoys en Fran-
ce bord du vaisseau le Watigny en l'an IV.- [1796];
placs au college de la Marche qui prit le nom de Lyce
colonial, ils y furent levs avec plusieurs enfants des lies:
Granville, Cyrille Rigaud, Courtois, Lechat, Saint-Lau-
ent, Hippolyte; ce dernier est aujourd'hui un des hono-









et en fai"ant le mal uniquement pour avoir le plaisir
de le fire sans s'tre adress au Commandant ni lur
avoir communique ses pouvoirs.
Je demandai ensuite au citoyen Coinoo, prcep-
teur de mes enfants si le gnral Leclerc ne lui avait
Srien remis pour moi et s'il rie l'avait pas charge de
me dire quelque chose ? 11 me rpondit que non, en
m'ergageaot cependant aller au Cap pour confrer
avec ce gnral ; mes enfants joignirent leurs sollici-
tations pour m'y dterminer. Je leur reprsentai que
d'aprs la conduite de ce gnral je ne pouvais avoir
en lui aucune confiance, qu'il tait dbarqu come
ennemi, que malgr cela j'avais cru de mon devoir
d'aller au devant de lui pour empcher le progrs du
mal, qu'alors il m'avait fait tirer dessus et que j'avais
couru les plus grands dangers, qu'eofin, si ses inten-
tions taient pures comme celles du Gouvernemen-
qui l'envoyait, il aurait pris la peine de m'crire
pour m'instruire de sa mission, que mme il aurait

rables membres du ministre de S.M. Faustin ler, empe-
reur d'Hati. Le lyce colonial ne fut ferm qu'au moment
o commena la guerre de notre indpendance; s'y trou-
vait cette poque un des fils de Christophe, Ferdinand,
qui en fut expuls et qui mourut de misre et de chagrin
dans un hospice de Paris.
2 M. Coisnon, directeur du lyce colonial, que le pre-
mier consul avait charge de reconduire L'Ouverture ses
deux enfants.
3 L'Ouverture entra Ennery dans la nuit, du 20 au 21
pluviose [9 au 10 fvrier[ Ennery qui tait alors appel
L'Ouverture, parce que ce gnral y rsidait habituelle-
ment, est un petit village situ sur la route des Gonaves
la Marmelade, au sein d'une dlicieuse valle.

1 Cette lettre est du 27 brumaire an X [18 novembre
1801j. Comptez sans reserve, y disait en terminant le
premier consul L'Ouverture, sur notre estime, et con-
duisez-vous comme doit le faire un des principaux
citoyens de la plus grande nation du monde. Elle tait
dans une bote en or.


-44


3A eM,IBU







MMOIRES


du avant d'arriver la rade m'envcyer un aviso avet
vous come cela se pratique ordinairement pour me
faire part de ses pouvoirs et m'informer de son arri.
ve ; que puasqu'ir n'avait rempli aucune de ces for-
malits, le mal tait fait et qu'ainsi je refusais dfi.
nitivement d'aller le trouver; que cependant pour
prouver mon attachment et ma soumission au Gou-
vernement franais j'crirais une lettre au gnral
Leclerc que je lui envoyerais par M. Grandville,
homme respectable accompagn de mes deux enfants
et de leur prcepteur, que je chargerais de lui dire
qu'il dpendait absolument de lui de perdre entire-
ment la colonie.ou de la conserver a la France, que
j'entrerais avec lui dans tous les arrangements possi-
bles, que j'tais prt me soumettre aux ordres du
Gouvernement Franais, ds que le gnral Leclerc
m'aurait fait voir l-s ordres dO'ot il tait porteur et
qu'il aurait cess totes espces d'hostilits. ElIective-
ment je fs la lettre et la dputation partit.










1 M. Granville tait europen ; il tenait une cole aux
Gonaves; c'est lui L'Ouverture avait confi le soin de
l'ducation de son fils Saint-Jean. Il tait pre de Gran-
ville (Jonathas), multre don't j'ai dj parl qui, aprs
avoir brillamment servi dans les armes de la mtropo-
le, revint dans son pays s'occuper de l'enseignement,
o l forma plusieurs hommes distingus par leurs lumi-
res.
2 M. Coisnon retourna effectivement au Cap avec M.
Granville Fils. Ils y restrent avec le chagrin de n'avoir
pu ramener la paix avec L'Ouverture et Leclerc.







46 iMOIRES

Dans, l'espoir que d'aprs mes soumissions tout de-
rait rentr dans l'ordre, je restai aux Gonaives jusq u'aur
lendemain (1) oj'apprisqne deux vaisseaux avaient at-
taqu Saint-Marc. Je m'ytransportai et appris qu'ils
avaient dj t repousss et je retournai alors aux Go-
naves poury attendre la rponse du gnral Leclerc.
Enfin deuxjoursaprs, mes deux enfantsarrivrentavec
cette rponse tant dsire,par laquelle le gnral me man
dait de me rendre prs de lui au Cap et m'annonait qa'au
surplus il avait donn l'ordre ses gnraux de mar-
cher sur tous. les points, et que ses ordres tant don-
ns il ne pouvait plus les rvoquer. Il me promit
Cependant que le gnral Boudet s'arrterait l'Artibo-
nite; je jugeai alors qu'il ne connaissait pas parfaitement
le pays ou qu'on l'avait tromp ; car pour arriver
l'Artibonite (2) il faut avoir le passage libre pour Saint-
Marc, (3) ce qui n'tait pas, puisque les deux vaisseaux
qui avaient attaqu cette ville avaient t repousss;
il m'ajouta encore qu'on attaquerait par le Mle, que
seulement on en ferait le blocus, tandis que cet en-
droit s'tait dj rendu. (4)

1 Jusqu'au 22 pluviose [1l fvrier.
2 Le gnral Boudet partit du Port-au-Prince dans la.
nuit du 2 au 3 ventose [21 au 22 fevrier]; la 13o demi
brigade, don't on avait donn le commandement l'adju
dant-gnral Ption, faisait parties de sa colonne. -
3 Sortant du Port-au-Prince pour se dirigersur les bords
de l'Artibonite, il faut effectivement avoir occup Saint-
Marc, moins de'dboucher par les Verrettes ou le Mire-
balais.
4 L'Ouverture reut cctte rponse le 24 pluviose [13
fvrier]. II tait alors aux Gonaves. Il fit prendre les ar
mes sa garde qui tait en ce moment compose d'un
bataillon de grenadiers et dedeux escadrons de dragons. Il
donna ces braves la lecture de la rponse du gnral
Leclerc et leur dit que ce gnral le mettait, par sa con
duite, dans la ncessit de dfendre son honneur et la
libert de ses concitoyens. Etes:vous dcids, leur de-
manda-t-il, me suivre partout o le danger m'appellera?>
-Gnral, rpondirent les soldats, nous sommes dcids
mourir avec vous, s'il le faut.





MMOIRES


Je rpondis alors franchement ce gnral, que je
ie me rendrais pas auprs de lui au Cap, que sa
conduite ne m'inspirait pas assez de confiance, que
cependant, j'tais prt 1ui remettre le commande-
ment conformment aux ordres du Premier Consul ;
mais que je ne voulais point tre son lieutenant-g-
nral; je l'engageai ensuite me faire passer ses in-
tentions en l'assurant que je contribuerais par tout
ce qui serait en mon pouvoir au rtablissement de
l'ordre et de la tranquilit, je jui ajoutai enfin que
s'il persistait toujours marcher en avant, il me for-
cerait la defense, malgr que je n'eus pas de trou-
pes.
Je lui envoyai cette lettre par une ordonnance trs
presse qui me rapporta de sa part: qu'il n'avait
plus de rponse me faire et qu'il entrait en campa-
gne. Les habitants des Gonaves me demandrent
la permission de lui envoyer une dputation, ce que
je leur accordai, mais il retint cette dputation.
Le lendemain, je fus instruit qu'il s'tait empar
sans coup frir et sans tirer un coup de fusil de
Dondon,(1)Saint-Michel, Saint Raphal et la Marme-








)s ce jour, Placide et Isaac ne retournrent plus au
Cap; le premier prit du service dans la garde et combat
tit vaillamment sous les yeux de son pre; le second, plus
fidle la mtropole, voulut garder la neutrality et alla
rejoindre sa mre Ennery.

i Clbre pour avoir donn naissance Og (Vincent)
qui fut rou au Cap, le 25 fvrier 1791. Il avait rclam,
par la voie des armes, l'galit des droits politiques en
faveur des affranchis noirs et jaunes.





MMOIRES


!ade et qu'il se disposait marcher Ennery et aux
Gonaves.
Ces nouvelles hostilits me firent faire de nouvelles
rflexions; je pensai que la coindiite du gnrai Le-
clerc tait bien contraire aux intentions dd Gouver-
nement, puisque le Premier Consul dans sa lettre
promettait la paix tandis que lui faisait la guerre; je
vis qu'au lieu de chercher arrter le mal, il ne fai-
sait que l'augmenter. a Ne craint-il pas, me disais-je
moi-mme en tenant une pareille conduite, d'tre
blm du Gouvernement, peut-il esprer d'tre ap.
prouv du Premier Consul ? de ce grand home
don't l'quit et l'impartialit sont si bien reconnues?
Tandis que je serai dsappro1nv. Je pris donc le
Parti de me dfendre en cas d attaque, et ti-, m4lgr
le peu de troupes que j'avais, mes dispositions en
consequence.
Gonave n'tant pas defensive, j'ordonnai de la
brler, en cas qu'on lut force la retraie. Jle plaai
le g,nal Christophle, qui avait t oblig ile se re-
plier dans le chemin d'Erbourg qui conruit Biyou
net et me retirer la Go ri.ve ou une parties de ma
garde d'honneur -'tait rendue et rsolus de m'y d-








i Saint Michel et Saint Haphal sont deux petites bour
gades espagnoles que L'Ouverture avait conquises la
Rpublique et qui sont depuis restes la parties franaise.
2-Bayonnet est une forte position dans la direction
de la Ravine--Couleuvre; elle couvrait la droite des
lignes de L'Ouverture. Christophe, malgr l'assiette re
doutable de ce camp, se vit attaquer le 3 ventse [22
fvrier] par une brigade aux ordres du gnral Salm, et
oblig de gagner la plaine des Gonave?.





MMOIRES


fendre, mais j'appris que Gremorne (1) venait de se
rendre et que l'arme devait march aux Gonaves
sur trois colonnes, qu'une de ces colonies, commander
par le gnral Rochambeau, tait destine passer par
la Couleuvre (2) et descendre la Croix pour me cou-
per le chemin de la ville et les passages du point
d'Ester. J'ordonnai en consequence de brler la ville
de Oonaves et marchai au devant de la colonne qui
se dirigeait au pont d'Ester la tte de 300 grena-
diers de ma garde commands par leur chef et de
soixante gardes cheval, ignorant la force du gn-
ral Rochambeau. Je le rencontrai dans une gorge, (5)
l'attaque commena 6 heures du matin par un feu
soutenu qui dura jusqu' midy. Le gnral Rocham-
beau commena l'attaque. J'ai su par les prisonniers
que j'ai faits que la colonne tait de plus de 4000 hom-
mes. Pendant que j'tais aux prises avec le gnral

1 Gros Morne

1 Bourg situ entire les Gonaves et le Port-de-Paix, au
sommet d'une haute montagne; son aspect est des plus
pittoresque.
2 Canton montagneux, au sud-est de la Montagne
Noire, o la petite ravine qui baigne l'habitation La Croix
et qui vient se jeter dans la rivire de la Quinte, prend
sa source. Du nom de ce canton cette petite ravine tire
celui de la Ravine--Couleuvre.
3 LEster sert de limite aux arrondissements des Go-
naves et de Saint-Marc. Il faut traverser cette rivire sur
un point de bois qui porte son nom, pour se rendre de
l'un l'autre arrondissement. A l'endroit o se trouve le
pont, l'Ester, suivant Moreau de Saint-Mry, a plus de
j20 pieds de large; ses cores en ont plus de 20 d'lva-
tion ; le point lui mme a 120 pieds de long sur 20 de
large.
4 Cette ville, o commandait Vernet 1 Andrl, fut incen
die le 2 ventse an X /12 fvrier 1802/, aprs un combat
livr au Poteau contre la division du gnral Desfourneaux.
5 Cette gorge ou colline se trouve sur l'habitation La
Croix, l eut lieu l'affaire connue sous le nom (le combat
de la Ravine Couleuvre,





31MOIRES


Rochambeau, la colonne commande par le gnral Le-
clerc (1) arriva aux Gonalves. L'affaire de la Croix ter-
mine, je me rendis au point d'Ester pour y prendre
l'artillerie qui dfendait cet endroit dans l'intention
de me rendre de suite Saint-Marc o je comptais
faire grande rsistance.(2) Mais, chemin faisant j'appris
que le gnral Dessalines aprs tre arrive avant moi
dans cet endroit avait t oblig de l'vacuer(3) et s'"
tait retir la Petite Rivire. Je fus oblig d'aprs
cette manouvre de retarder. ma march, pour envo-
yer en avant de moi les prisonniers que j'avais fait
la Croix, les blesss la Petite Rivire, et me d-
terminai ensuite m'y rendre moi-mme.
Arriv chez Couriotte, dans la plaine, j'y laissai ma
troupe et me portai seul en avant, je trouvai que tout
le pays tait vacu. (4) Je reus une lettre du gnral

I Ce n'tait pas le gnral Leclercqui commandait cette
colonne, mais bien le gnral Ddsfournaux.
2 L'Ouverturewavait voulu se renfermer dans St-Marc,
parce que cette place est rgulirement fortifie. Ce sont
les Anglais qui, pendant leur occupation de 1793 1798,
lui donnrent sa ceinture de murailles.
3 Dessalines fit incendier cette ville le 6 ventse an X
j24 fvrier 1802/ sansaveir essuy aucune attaque et alors
que l'arme du gnral Boudet tait encore aux environs
de Mont-Rouis. Des dpts de poudre, de goudron, d'eau.
de-vie, d'huile avaient t repartis sur diffrents points.
La propre maison de Dessalines, don't la construction,
l'ameublement, les fresques avaient cout plusieurs mil
lions, tait remplie de ces matires de la cave au grenier.
< Il tint honneur de donner l'exemple du sacrifice; il le
fit d'une manire solennelle. Aprs avoir distribu des
torches ses officers, ilen saisit une, l'alluma un grand
feu, qu'il faisait entretenir depuis deux jours sur la pla-
ce d'armes, et donna lui-mme le signal de l'incendie, en
portant sa torche sur l'amas de bois de goudronn qui
remplissait le vestibule de sa maison. Dans un instant
l'incendie fut gnral. Pamphile de Lacroix.-Revolu-
tion de Saint-Domingue.
-4 Les habitants de la plaine de l'Artibonite s'taient
refugis dans les Cahos.






MIMOIRES -


Dessalines qui m'instruisait qu'ayant appris qu'on
devait attaquer le Cahos,(1) il s'y tait rendu avec sa
troupe pour le dfendre. Je lui donnai ordre de suite
de venir me rjoindre, je fis mettre les munitions de
guerre et de bouche que j'avais avec moi, dans le fort
L'Ouverture la Crte Pierrot, (2) j'ordonnai au g-
nral Vernette de seprocurer les vases ncessaires pour
contenir l'eau pour la garnison en cas de sige. A
l'arrive du gnral Dessalines, je lui ordonnai de
prendre le commandement de ce fort et de s'y d-
fendre jusqu' l'extrmit, je lui laissai pour cet objet
la moiti de mes gardes, avec le chef de brigade Ma-
goy, (3) et mes deux escadrons, je lui enjoignis de ne

I Il y a le grand et le petit Cahos. Ce sont des groups
de montagnes qui versent dans l'Est, dans le Nord et dabs
l'Ouest. Toutes les issues qui mnent dans les flanc de
ces groups peuvent tre facilement dfendues. La prin-
cipale de ces issues se trouve au nord-est du village de
la Petite-Rivire; elle est flanque l'ouest d'un more
environ une lieue de circuit que les premiers colonisa-
teurs baptisrent, suivant leur habitude, du nom bizarre
de la Crte--Pierrot.
2 Cette position dj clbre par le combat que les af-
franchis y gagnrent, le 7 avril 1792, contre les colons, sur
lesquels ils firent cent cinquante prisonniers, fut occupe
par les Anglais. Ceux-ci y levrent un fort don't le feu
se croisait dans toutes les directions; ils l'appelrent
Fort Royal. Quand L'Ouverture fit la conqute de la Petite
Rivire sur les Anglais, il donna ce fort le nom de fort-
L'Ouverture. Aujourd'hui il n'est connu que sous le nom
de fort de la Crte Pierrot. Dessalines, don't le gnie ne
put jamais que dtruire, sans savoir rien difier, com-
menait faire raser la fortification, quand L'Ouverture
parut la Petite Rivire. Il empcha qu'elle ne le ft.
Mmoires d'Isaac L'Ouverture.
3 Magny JEtiennel naquit au Cap-Franais, vers 1765.
Ancien libre, il servit un instant sous les espagnols contre
la France; la proclamation de la libert gnrale il re-
vint au Cap. Chef d'escadron, aide-de camp du gnral
Villate, il ne cessa de donner des preuves de son amour
de l'ordre. L'Ouverture sut apprcier sa bravoure; il le
fit chef de brigade.









pas laisser le gnral Vernette espos au feu, mais de-
le laisser dans un endroit retire pour veiller au tra-
vail des cartouches. Enfin, je fis dire au gnral Des-_
salines, que pendant que le gnral Leclerc viendrait
attaquer cette place, j'irais dans la parties du Nord
pour fair diversion et reprendre les diffrentes pla-
ces don't on s'tait dj empar, et que par cette ma-
oeuvre, je forcerais le gnral revenir sur ses pas,
prendre des arrangements avec moi pour conserve
au Gouvernement cette belle colonie.
Ces ordres donns, je pris six companies (1) de gre-
nadiers commandes par Galbard. (2) chef de la 4me
demi-brigade et le chef de bataillon Pourcely, (3) je







1 Chaque escadron tait compos de quatre cents hom
mes ; le chef d'escadron Morisset, multre, commandait
le premier; le chef d'escadron Mompoint, noir, com-
mandait le second.
2 Vaillant-Gabard [Louis], nomm vaillant pour son
intrpidit, multre, naquit au Dondon, le 28 octobre
1776. Il servit sous L'Ouverture, pendant que celui-ci
marchait sous les bannires espagnoles. Il devint sous le
gouvernement de Dessalines gnral de brigade; il s'atti-
ra la mfiance de ce chef redoutable et tomba en suspi-
cion. Il mourut Saint-Marc, le 30 octobre 1805. On dit
que l'empereur, cette nouvelle, s'cria : Ah la mort
a t plps prompted que moi. Paroles cruelles qui, peut-
tre sont fausses, mais auxquelles le people crut, tant il
est vrai qu'un mauvais prince est capable de tout.
3 Pourcely, multre, continue servir, lors de l'occu
pation franaise, dans la 4me demi brigade. Dessalines
empereur, le fit colonel de la 9me du Port de Paix.
Christophe aprs sa rvolte centre la Rpublique, le fit
gnral de brigade. Il fut tu en juillet 1807, dans une
attaque contre l'arme rpublicaine qui occupait le Port
de Paix.






sa3IOn9K 53

marchai sur Ennery ()que je repris. J'y trouvaila pro-
clamation du gnral Leclerc qui me met hors de la
loi. (2) Persuad que je n'avais aucun tort me repro-
cher, que tout le dsordre qui rgne dans le pays a
t occasionn par le gnral Leclerc, me croyant
d'ailleurs toujours lgitime commandant de l'I-
le, je rfute sa proclamation et le mets lui-mme
hors la loi. (3) Sans perdre de temps je me remets en
march et reprends sans coup frir Saint-Michel,
Saint-Raphal, Dondon et la Marmelade. Dans cette
dernire place je reus une lettre du gnral Dessa-
lines, qui m'instruisit que le gnral Leclerc, avait
march la Petite Rivire sur trois colonnes, que
l'une de ces colonies passant par le Cahos et le grand
Font s'tait empare de tous les trsors de la Rpu-
blique venant des Gonaves et de l'argent que les
habitants avaient dpos; (4) qu'elle s'tait tellement
charge de butin qu'elle n'avait pu.se porter sa des-
tination et avait t oblige de retrograder pour d-
1 Le 12 ventse [3 mars]; L'Ouverture fit incendier
ce village et se dirigea la Marmelade. Rapport du ge-
neral Desfourneaux.
2 Extrait de la proclamation du 28 pluviose an X /17
fvrier 1802] J'ordonne ce qui suit:
Art. ler.- Le gnral Toussaint et le gnral Christo-
phe sont mis hors la loi, et il est ordonn tout citoyen
de courir sus et de les traiter comme des rebelles la R-
pub lique franaise.
3 Il semblerait que L'Ouverture et mis le gnral Le-
clerc hors la loi dans le bourg d'Ennery; cependant la
proclamation est date du 10 ventse l[er mars/, au
quarter gnral de la Petite-Rivire.
4 Cette colonne tait commande par le gnral Ro-
chambeau; elle arrivait de Saint-Michel et se dirigeait
contre la Petite-Rivire. Elle rencontra, le 11 ventse [2
mars], au Grand Fonds, sur l'habitation Magnan, un camp
command par un multre, le chef de bataillon Aignan,
un des hommes les plus cruels don't on ait gard la m-
moire; elle enleva ce camp la baonnette et y trouve le
trsor des Gonaves, de Saint-Marc et l'argent de quelques
officers, notamment du gnral Dessalines, les sommes
taient considrables; elles furent envoyes au Port R-







utuMIO1RE8


poser leurs richesses au Port Rpublicain; que lee
deux autres colonnes qui avaient attaqu le fort
avaient t repousses par le chef de brigade Magny; (1)
que le gnral Leclerc ayant runi, plus de forces,.
avait ordonn une second attaque qu'il avait t ga-
lement repouss par lui gnral Dessalines qui y tait
arrive alors. (2)
Instruit de ces faits, je me portai sur Plaisance, et
m'emparai d'abord du Camp de Beydurette qui do-
mine cette place (3)et qui tait occuppar destroupes
de ligne, et emportai galementd'assaut, tous les pos-

publicain. Rochambeau dlivra aussi une grande quantity
de prisonniers.

1 Cette attaque eut lieu le 13 ventse [4 mars]. Le fort,
couronn par douze pieces de canon de 8 et 12, avait une
garnison de prs de douze cents hommes, tirs des 3,,4.,
7e demi-brigades, de la garde d'honneur des Manteaux
Rouges des Gooaves et de l'artillerie de Saint Marc.
Celui des lieutenants de Magny qui se distingua le plus
dans cette journe, fut Lamartinire, chef de bataillon A
la 3me demi brigade. Les franais perdirent cet as-
saut plus de cent hommes; le gnral Debelle y fut bless4
2 Cette second attaque eut lieu le 21 ventse t12mars ._
Les franais y perdirent prs de quinze cents homes.
C'est aprs avoir repouss les franais que le gnral Des
salines envoya le chef de bataillon Lamartinire, avec
deux cents hommes et deux pices de canon lever l'est
du fort une petite redoute pour contenir la division du
gnral Rochambeau qui menaait davantage le tort
L'Ouverture.
3 Le 14 ventse [5 mars] L'Ouverture n'avait que les six
(6) companies de grenadiers qu'il avait dtaches de la
Petite Rivire et que commandait le chef de brigade Ga-
bard; la tte de deux companies, il s'empara, l'arme
au bras, de la position Biduret et de plusieurs autres qui
couvraient la place. Le lendemain, sur l'habitation Lafo
resterie, presque attenante au village de Plaisance, il y
eut une affaire gnrale dans laquelle L'Ouverture eut un
cheval tu sous lui; il y fut mme bless. C'est dans ce
combat qu'il fut douloureusement affect, en reconnaissant
parmi les franais quelques companies de la 9e demi bri-
gade qu'il pensait tre encore dfendrele Port de Paix. Il
.'avana au milieu de l'action et harangue les soldats.


6A





MMOIRES


tes avancs. Au moment o j'allais tomber sur la pla-
ae, je reois une lettre du commandant de Marme-
lade qui me done avis qu'une forte colonne venant
de la parties Espagnole se dirige sur cette place. Je
me portai alors promptement sur cette colonne qui au
lieu de se porter sur Marmelade avait march sur Hin-
che jusqu'o je la poursuivis sans pouvoir l'atteindre.
Aprs quoi je retournai a Gonaves et me rendis
matre de la plaine qui environne cette ville, prt
marcher sur Gros-morne pour aller ensuite dlivrer
le gnral Maurepas, qui devait tre au Port-de-Paix
ou s'tre retire dans les montagnes, o je lui avais
ordonn de camper, sanQ savoir s'il avait dj capitu-
let s'ils'tait soumis au gnral Leclerc. (2) Je reus

Ceux-ci taient sur le point de repasser sous ses drapeaux,
quand Placide Lebruu, sous lieutenant de grenadiers
command feu sous lui.

1 La 30e demi-brigade lgre.
2 Maurepas (Jacques), aprs avoir incendi le Port de
Paix, le 23 pluviose [12 fvrier], s'tait retir la tte de
la9e demi brigade, don't Bodin tait le chef, dans les mon
tagnes dites les Trois Pavillons, sur l'habitation Brissot.
Le gnral Humbert occupy les dcombres de la ville et
march, le 24 pluviose [13 fvrier], contre Maurepas, qui
le battit compltement. Leclerc, a cette nouvelle, envoya
par mer le gnral Debelle, dans la nuit du 30 pluviose
au ler ventse [19 au 20 fvrier attaqua son tour;
battu aussi, il rentra en dsordre au Port de Paix. Mais,
Maurepas, au lieu de continue la lutte, lui seul pouvait
en ce moment assurer une puissante diversion en faveur
de L'Ouverture, capitula le 7 ventse [26 fvrier], et des-
cendit au Port de Paix le lendemain. Rapport de l'amiral
Latouche Treville,du 3 ventse [4 mars]. Le gnral Leclerc
sembla honorer son courage en le maintenant en activity.
Impliqu dans l'insurrection de Capoix Franois, il fut
-embarqu sur la frgate la Guerrire, capitaine Beaudoin,
avec le chef de brigade Bodin et une parties de la 9 ;
transfr bord du vaisseau amiral le Duguay Trouin, il
fut noy dans la rade du Cap, pendant la nuit au coin
mencement de frimaire an XI [novembre 18021.
J'ai hte de dire qu'il est faux, ainsi qu'on l'a souvent
rpt,, que le trop malheureux Maurepas ait t prlimi-






Mt-MOIRES


une troisime lettre du gnral Dessalines qui me
faisait le rapport, que le gnral Leclerc, ayant runi
toutes ses forces avait ordonn l'assaut gnral et
qu'il avait t repouss avec pertes trs considrables,
ce qui avait dtermin fair cerner cette place et
la faire bombarder. (1)Ds que j'ai appris le danger
don't elle tait menace, je me htai d'y porter ma
troupe pour la dlivrer.
Arrive devant le camp, je fis une reconnaissance,
pris les renseignements ncessaires et ordonnai les
dispositions ncessaires pour l'attaque d'aprs lesquel-
les je devais infailliblemont entrer dans le camp par
un ct faible que j'avais reconnu (2) et m'emparer de




nairement pendu aux verges, aprs qu'on lui aurait eu
clou sur la tte son chapeau de gnral.
1 Ce bombardment commena le ter germinal (22
mars.) Alexandre Ption, qui avait fait ses premieres
armes dans l'artillerie, dirigea un mortier contre le fort,
et donna dans ce service des preuves de son habilet, au
tmoignages des gnraux franais eux-mmes; il y jeta
plusieurs bombes qui en htrent l'vacuation. Une histoire
rcente, imprime en Hati, dit que Ption, dans ces cir-
constances, donnait mollement, et qu'il ne s'tait arm
que contre Toussaint, son ennemi personnel. Si de pa-
reilles assertions restaient sans protestations, autant vau-
drait que la vrit rentrt au fond de son'puits. Ption
dploya au service des franais autant de dvoment et de
courage que Dessalines et Christophe en dployrent par
la suite ; mais cette difference qu'il ne trempa point,
pour plaire aux blancs, ses mains le sang de ses conci-
toyens, comes ces deux gnraux. C'est encore tort
qu'il est dit que Ption considrait L'Ouverture comme
son ennemi personnel. L'Ouverture, au contraire, estimait
dans Ption les capacits et la bravoure. Seulement P-
tion crut voir en lui et avec quelque raison l'aptre des
colons, l'ennemi de la libert; il se retira de son service
pour embrasser le parti de Rigaud.
2 Sans doute par la Savane-Brule, car c'est l qu'il
tait camp quand l'vacuation eut lieu.





i]LMfOIRES


la personnel du gnral Leclerc, et de tout son tat-
major. Mais au moment de l'excution, j'appris que-
la garnison manquant d'eau,, avait t oblige d'va-
cuer le fort. Si le project eut russi, mon intention
tait de renvoyer le gnral Leclerc au Premier Con-
sul en lui rendant un compete exact de sa conduite et
le priant de me renvoyer une autre personnel digne
de sa confiance qui je puisse remettre le comman-
dement.
Le fort vacu, (1)je me retirai au Grand Cahos, (2)
pour y runir mes forces et y attendre la garnison. Ds

1 Cette vacuation eut lieu le 3 germinal dans la nuit
124 mars, aprs trois jours et trois nuits de bombarde-
ment; dj cinq cents homes taient ou morts ou bles-
ss dans le fort principal des effects des bouches feu.
Nul nanmoins ne songeait se rendre. Loin de l, le
pavilion rouge, pavilion sans-quartier, avait t lev aux
quartre angles des deux forts. Mais qui peut lutter contre
la faim et la soif? Les troupes, dit M. Descoutilz, dans
son voyage, d'un naturaliste, prives d'eau et de nourri-
ture, avec cette chaleur accablante, obliges de mcher
des balles de plomb dans l'espoir d'tancher une soif in-
supportable, provoquaient par cette trituration une sa-
live bourbeuse qu'ils [sici trouvaient encore dlicieuse
avaler. Ils (sic souffraient sans se plainure par l'esprance
de se venger. Languissants de faim, agits par la peur,
ces soldats promenaient ces deux sensations opposes sur
leur figure moribonde. Alors les blesss demandrent la
mort ou l'vacuation. L'vacuation fut dcid et s'opra
travers les lines enemies par un affreux carnage. Des-
courtilz profitant de la confusion gnrale put se sauver
et aller joindre l'arme franaise. Ce ne furent donc que
la faim et la soif qui commandrent l'vacuation car les
franais trouvrent dans le Fort L'Ouverture vingt-cinq
millions de poudre cependant j'ai vu imprimer que la cau
se de l'vacuation fut due principalement au dfaut de
munitions. Magny et Lamartire dirigrent cette vacua-
tion. Ds la veille au soir, Dessalines suivi de ses aide-
de-camp et de ses secrtaires, avait abandonn ce champ
perilieux pour aller chercher des secours.
2 Il entra au grand-Cahos le 3 germinal {24 mars]. C'est
sur l'habitation Classenaux que l'Ouverture tablit son
quartier-gnral, quelque miles de celle de Vincindi-
re, o se tenaient Mme L'Ouverture et son fils Isaac. Fon-






MMOIRES


qu'elle y fut arrive je demandai au gnral Dessali-
mes o taient les prisonniers, qu'il m'ava it dit pr-
cdemment tre au Cahos. Il me rpondit qu'une
parties avait t prise par une colonne du gnral
Rochambeau qu'une parties avait t tue dans les dif-
frentes attaques qu'il avait essuyes et que le rest
enfin s'tait chapp dans les diffrentes marches qu'il
avait t oblige de faire. On voit par cette rponse que
c'est injustement qu'on a voulu m'imputer les assassinats
commis, (1) parce que, disait-on comme chef j'aurais
d les empcher. Mais suis-je responsible du mal que
l'on fait en mon absence et mon insu ?
Etant aux Gonaves, (2) j'envoyai mon aide-de-camp
Coup au gnral Dessalines donner l'ordre au com-
mandant de Logane de faire sortir tous les habitants
hommes et femmes et de les envoyer au Port Rpu-



taine, Morisset, Mompoint, Placide L'Ouverture taient
les principaux officers qui entouraient alors le Premier
des Noirs.

1 Le plus horrible des massacres de cette poque fut
commis dans la nuit du 3 au 4 ventse an X (22 au 23
fvrierl802), la Petite Rivire de l'Artibonite par les or-
dres de Dessalines. Les blancs, lis deux deux, furent
conduits derrire la prison de cette place, que comman-
dait le chef de bataillon Lafortune; bientt le silence de
la nuit fut trouble par les cris des victims expirantes.
L'abb Videau, qui desservait la paroisse, digne ministry
d'un Dieu de misricorde, arracha les femmes et les en-
fants la fureur des assassins. Mme Dessalines, ette
femme pieuse qu'on trouve toujours dans les sanglantes
popes de Saint-Domingue, pour en diminuer l'horreur,
sauva cette nuit-l de nombreuses victims; elle conser-
va surtout la France un grand naturaliste, M. Descour-
tilz, auteur de la clbre Flore des Antilles elle ne
russit sauve r ce mdecin qu'aprs une lutte violent
avec son mari. C'est ce mme naturaliste qui, tran plus
tard au Fort L'Ouverture, y pensa nos blesss.
2 Au commencement des hostilits.






uMOJEuES


blicain, de runir dans cette place le plus d'hommes
arms qu'il pourrait afin de se prparer en cas d'atta-
que la plus vive resistance. Mon aide-de-Camp Cou-
p porter de mes ordres revint, et me dit qu'il n'avait
pas trouv le gnral Dessalines, mais qu'il avpit ap-
pris que.Loganc avait t brul (1) et que les habitants
s'taient sauvs au Fort Rpublicain.
Tous les dsastres arrivs-jusqu' cette poque
viennent du gnral Leclerc; pourquoi avant son
dbarquement ne m'a-t-il pas fait part de ses pou-
voirs ? pourquoi a-t-il dbarqu sans mon ordre con.
formment l'arrti(2) de la Commission ? n'est-ce pas
lui qui a commis les premieres hostilits ? N'a-t-il pas
cherch gagner les gnraux et autres officers sous
mes ordres par tous les moyens possibles ? N'a-t-il
pas cherch souleyer les cultivateurs en leur per-
suadant que je les traitais come des esclaves et qu'il
venait pour rompre leurs fers ? Doit-on employer de
tels moyens dans un pays o rgnait la paix et la
tranquility et qui tait au pouvoir de la Rpublique ?
Si j'ai fait travailler mes semblables, c'tait pour leur
fairegoter le fruit de la liberty sans licence, c'tait pour



1 Logne fut livre au pillage et aux flames par le
chef de la brigade Pierre-Louis Diane, de la 8e demi-
brigade, le 23 pluviose an X [12 tvrier]; la garnison alla
camper au Cabaret-Quart, dans les mornes environnants.
Cette ville est clbre pour avoir donn naissance Ma-
dame Dessalines [la vertueuse Claire Bonheur] et La-
martinire. le hros de la Crte Pierrot, elle l'est encore
pour la belle defense que Renaud Desruisseaux et Ption
y firent contre les Anglais le 1er germinal an IV [21 mars
1796].
2 Cet arrt, si souvent invoqu par L'Ouverture pour
le besoin de sa cause, est un de ces mille arrts arrachs
par sa politique la complaisance et souvent l'intimi-
dation qu'il inspirait l'agent Roume, reprsentant de la
Mtropo\e Saint-Domingue.






60


ars~oiRt


empcher la corruption des meurs; c'etait pour le-
bonheur gnral de l'lie et pour l'intrt de la Rpu-
blique et j'y avais ellectivement russi puisque l'oni
ne voyait pas dans toute la colonie aucun homme d-
soeuvr et que le nombre des mendiants tait diminu
au point qu' part quelques villes, .on n'en voyait pasz
un seul dans la champagne.
Si le gnral Leclerc avait eu de bonnes intentions,
aurait-il reu dans son arme le nomm Gaulard (1) et
lui aurait-il donn le commandement de la 9me
demi-brigade qu'il avait dj eu prcdemment et
qu'il avait soulev, ce rebelle dangereux qui faisait
assassiner les propritaires dans leurs habitations,
qui a envahi la ville du Mle Saint-Nicolas, qui a tir
sur le gnral Clervaux (2) qui commandait la ville sur



1 Golart [Lubin], ngre, naquit aux environs de Port-
de Paix, il prit les armes ds le commencement de la r-
volution. Brave, audacieux, il parvint, durant la guerre
contre les Anglais, au commandement du 2e bataillon de
la 9e demi brigade, et celui de la place de Jean Rabel.
Ennemi des colons et des Anglais, il se pronona haute
ment contre L'Ouverture, quand il le vit accueillir les
uns et les autres; le 22 messidor an VI! [10 juillet 1799],
il leva l'tendard de l'insurrection avec le chef de batail-
lon Bellegarde, qui commandait au Mle, en faveur de
Rigaud, alors en. guerre avec L'Ouverture. Vaincu, il se.
retire dans les apres montagnes de Port de Paix, et y res
ta dans toute sa libert, sans qu'on pt l'en dloger. Ren-
tr Jean Rabel l'arrive des franais, il fut reintgr
dans ses fouctions. Golart mourut Plaisance en pluviose
an X [fvrier 1802[.
2 Clerveaux [Augdstin] multre, naquit la Marmela-
de vers 1763 officer dans une compagnie franche il tut
un des tratres qui le 16 pluviose an X 16 dcembre 17931
livrrent cette commune aux espagnols. Aussi Toussaint
le fit lieutenant colonel. Quand ce dernier passa au service
de la Rpublique la fortune de Clerveaux ne fit qu'aug
meter. Toussaint en rcompense de plusieurs hauts faits
le fit nommer colonel du 6e regiment l'organisation de
ce corps et enfin gnral de brigade.






MMOIRES


le gnral Maurepas et sur son chef de brigade, qui
a fait la guerre aux cultivateurs de Jean Rebelle et
de Moustique et des hauteurs du Port-de-Paix, qui a
.pouss l'audace mme jusqu' se dfendre contre mei
lorsque j'ai march contre lui pour le soumettre, ce
brigand enfin, qui aprs s'tre souill de tous les cri-
mes, s'tait cach dans une fort jusqu' l'arrive de
l'escadre franaise ? Aurait-il galement reu et lev
au rang de chef de brigade un autre rebelle appel
Lamour Durance,(1) qui a fait assassiner tous les habi-
tants de la plaine du Cul de Sac, qui a soulev les
cultivateurs, qui a'saccag toute cette parties de l'ile,
centre lequel deux mois seulement avant l'arrive de
l'escadre, j'avais t oblig de marcher et l'avais forc
de se retire dans les forts ? Pourquoi a-t-on reu
amicalement ces rebelles et d'autres, tandis que moi
et mes subordonns ui avions constamment rest fid-

Lors de l'invasion de 1802, il livra aux Franais le
dpartement du Cibao qu'il commandait, manquant ainsi
tout ce qu'il devait au Premier des Noirs. C'tait un
un homme plein de bravoure, mais intelligent et parfois
cruel. Il mourut au Dondon la fin de 1804.
1 Desrances [L'Amour], ngre africain, appartenait
l'habitation Desrances, dans les hauteurs de la llivire
Froide, sur la limited des arrondissement de Port-au-
Prince et de Jacmel. Lors de la guerre civil qui clata
entire Rigaud et Toussaint, il se pronona en faveur du
premier. On lui dut cette poque le salut de Per, de
Cantabre et de plusieurs autres jeunes hommes qui, plus
tard, illustrrent le pays par leurs armes. Comme Go-
lart, il vcut loin du joug de fer de L'Ouverture dans les
doubles montagnes de Barohuco. Il vint, le 2 ventse
/21 fvrier 1802), faire sa soumission aux Franais. Pam-
phile de Lacroix, qui reut au Port-au-Prince cette sou-
mission, l'envoya contre Pierre-Louis Diane. Ce dernier
se dirigeait alors avec la 8. demi-brigade par les gorges
de la Rivire-Froide l'Artibonite. Diane fut battu et
fait prisonnier.
L'Amour Desrances fut des premiers s'insurger con-
tre l'arme franaise; il prit le titre de gnral en chef
et rerusa de reconnaltre l'autorit suprieure qu'on ve-
nait de dcerner Dessalines. Celui-ci eut recours la





MMOIrES


les au Gouvernement franais et avions maintenu
l'ordre et la tranquility dans l'Ile, nous a-t-on fait la:
guerre ? pourquoi veut-on me faire un crime d'avoir
fait excuter les ordres du gouvernement () ? pourquoi
veut-on m'imputer tout le mal qui a t fait et le d-
sordre qui a rgn? Les troupes qui se sont rendues.
au gnral Leclec, en avaient-elles reu l'ordre de
moi, m'avaient-elles consult? Non. H bien, ceux
qui ont fait le mal ne m'ont pas consult non plus.
11 ne faut donc pas non plus present me donner
plus de tort que je ne mrite.
Je fis part de ces rflexions quelques prisonniers.
que j'avais faits; ils me rpondirent qu'on craignait.
'influence que j'avais sur le people et qu'on employait
tous ces moyens pour la dtruire. Cela me fit, fair
des rflexions. Considrant tous les malheurs que la
colonie avait dj essuys, les habitations dtruites,
les assassinats commis, les violations mmes exerces
sur les femmes, j'oubliais tous les torts qu'on pou.
rait avoir mon gard, pour ne penser qu'au bon-









ruse; il le fit inviter passer la revue des troupes qui,
taient campes sur l'habitation Rocheblanche. Desran-
ces fut ainsi arrt le 7 messidor an XI [26 juin 18031 et
conduit laPetite-Rivireo il fut tu.l1/ Journaltenu par
L'Aurore Lemaire, adjudant-gnral de L'Amour Des-
rances.

1 Toujours l'arrt du 16 pluviose que prit l'agent
Roume.





NiMorQEa


lheur de l'[le et l'avantage du gouvernement. Je me
dterminai obir l'ordre du Premier Consul, vu
surtout que le gnral Leclerc venait de se retire
lui-mme au Cap avec toute sa troupe aprs l'affaire
de Crte--Pierrot. Il est remarquer que jusqu'
-cet instant je n'avais pas encore pu trouver un seul
moment pour repondre (i) au Premier Consul. Je saisis
avec empressement cet instant de tranquility pour le
faire. Je l'assurai de ma soumission et de mon entier
dvouement ses ordres en l'assurant que, si jus-
qu' present je n'y avais dfr, il avait trop de dis-
cernement et d'quit pour m'en imputer la faute ; j'ai
ajout : si vous n'envoyez pas un autre officer g-
nral prendre le commandement, j'aiderai le gnral
Leclerc faire tout le mal possible, par la resistance
-que je lui opposerai. Je me rappelai que le gnral
Dessalines m'avait rapport que deux officers d'esca-
dre, don't un aide-de-camp du gnral Boudet et un
officer de marine (2) accompagns de deux dragons,
avaient t faits prisonniers lorsqu'on reprit le Port-

1 Plusieurs auteurs, notamment Placide Justin, dans
son Histoire, d'Hati, relatent d'aprs des crivains an-
glais une lettre pleine de dignit et surtout de hauteur,
comme tant la rponse de L'Ouverture au premier Con-
sul. Cette lettre est videmment apocryphe, car il est
question des limiers de Cube, espce de chiefs anthro-
pophages, qu'on. ne fit venir dans la colonie que sous l
gouvernement de Rochambeau, c'est--dire bien long-
temps aprs l'arrestation et l'embarquement de L'Ouver-
ture. 11 est vraisemblable que la lettre de L'Ouverture ne
parvint jamais sa destination.
2 Le chef de brigade Sabs et l'aspirant de Marine
,Gmont. Ces deux officers, avec les deux dragons envo-
ys par le gnral Boudet en parlementaires au Port-au-
Prince, furent arrts; et l'attaque de cette ville, ils fu-
rent dirigs sur Saint-Marc, par les ordres de Lamarti-
xire /Louis d'Orl, chef de bataillon, au mpris des prin-
,cipes de la guerre;- ce qui tonne d'autant plus que
Lamartinire, habile et intrpide soldat, devait connatre
et pratiquer les lois de son mtier, qui tablissent l'in-
violabilit du parlementaire.








au-Prince et qu'ils avaient t envoye pour soulever
la troupe. J'ordonnai qu'on me les amena. Aprs a-
voir convers avec eux, (1)je les envoyai au gnral
Boudet, pour qui, je leur remis une lettre, avec

De Saint-Marc, on conduisit Sabs et Gmont la Pe-
tite-Rivire o ils furent tmoins de la terrible bouche-
rie du 3 ventse. Il ne-durent eux-mmes leur salut qu'
l'ordre formel de L'Ouverture de les lui garder sains et
saufs, sous peine de mort. Le jour mme de cette bou-
cherie, ils obtinrent du commandant de la place, Lafor-
tune, de se rendre au Cahos avec l'abb Videau et les
veuves et orphelins qui ce saint homme servait de
consolation et d'appui.*On fit halte Plassac. L se trou-
vaient l'administrateur Vol, ses employs et un grand
nombre d'autres blancs. Sabs et Gmont furent le len-
demain tmoins d'un nouveau carnage dans lequel prit
Vol, malgr l'amiti que L'Ouverture et Dessalines lui
tmoignaient. Cette fois, les deux parlementaires eux-
mmes allaient tre gorgs. Dj, dit Monsieur G-
mont, dans son prcis imprim en 1804 Rochefort, le
bras de la mort est tendu sur nos ttes; dj je suis
dpouill d'une parties de mes vtements, lorsque l'abb
Videau rassemble toutes ses forces pour nous sauver;
ce n'est plus un homme, c'est un Dieu. Il nous press
dans ses bras et s'crie d'une voix stentore : Respectez
au moins le caractre de ces envoys ou faites-moi prir
avec eux.
L'etlort tait au-dessus des forces de la nature, le v-
nrable prlat tombat vanou, un saint respect, une ter-
reur religieuse s'emparent des esprits ; les parlementaires
furent sauvs. Enfin un dtachement, sous les ordres
du Sergent Jean Farel, noir, conduisit les parlementaires
au Cahos sur l'habitation Vincindire; plusieurs fois ils
v faillirent tre sacrifis: mais la bravoure et l'humanit
de Jean Farel les protegrent mme contre des officers
suprieurs. Ce ne fut que le 7 germinal (28 mars que
L'Ouverture les fit venir Chassnaux, et les renvoya
parmi les leurs.
1 Toussaint-L'Ouverrure se plaignit nos parlemen-
taires de la fcheuse position o en taient venues les
choses. Le chef de brigade Sabs eut le courage de lui
observer que la guerre n'avait clat que parce qu'il m-
connaissait l'autorit de la Mtropole. Toussaint L'Ouver-
ture lui jeta un regard d'tonnement, ddaigna de lui
rpondre, et s'adressant l'officier de marine en ces
trmes- Vous tes un officer de marine, Monsieur, eh
bien I si vous conrmandiez un vaisseau de l'Etat, et que,


64


MMOIRES





MnMMOIRES 65

-celle que j'avais crit au Premier Consul.
A l'instant o j'expdiais ces deux officers, j'ap-
prends que le gnral Hardy a pass la Coupe Ha-
4eine, (*) avec son arme, qu'il se .portait sur mes
proprits, qu'il les a ravages, qu'il a enlev tous
mes animaux et sur (tout) un cheval nomm Bel Ar.
gent, don't je faisais le plus grand cas. Sans perdre de
temps je me portai sur lui avec les forces que j'a-
vais, (1) et l'atteignis auprs de Dondon. L'affaire s'en-
gagea et duraavec le plus grand acharnement depuis
onze heures du matin jusqu' six du soir.
Avant que de partir, j'avais donn l'ordre au gn.
rai Dessalines d'attendre la runion de la garnison
qui avait vacu la Crte--Pierrot, et d'aller camper
aucampMarchand, (2)en le prvenant qu'aprs le com-
bat je me rendrais la Marmelade. Arriv dans cet
sans vous donned avis, un autre officer vint vous rem-
placer en sautant l'abordage par le gaillard d'avant,
avec un quipage du double du vtre, pourriezlvous tre
blm de chercher vous dfendre sur le gaillard d'ar
rire ?
Telle est ma position vis--vis de la France. Rvolu-
tion de Saint-Domingue, Pamphile de Lacroix.
La Coupe l'Inde.

1 Cette force montait trois companies de dragons,
commands par Morisset et Placide L'Ouverture. L'Ou-
verture envoya, de Saint-Michel, ordre Christophe, qui
occupait les hauteurs de la Grande-Rivire, de marcher
pour prendre la division Hardy en tte, tandis qu'il la
prendrait en queue. Il continue en avant avec toutes les
milices de la contre. Le combat eut lieu le 8 germinal
[29 mars 1802. Christophe manqua d'y tre fait prison-
nier. Hardy sut se frayer du chemin : il fut nanmoins
poursuivi jusque sur la route du Cap.
2 Marchand est une habitation situe dans la plain
de l'Artibonite, environ sept lieues de la Petite-Rivire.
Dessalines en fit plus tard sa residence impriale. Alors
une ville s'y leva comme par enchantement; cette ville
btie en bois, priclita comme son fondateur, quelques
baraques qui dominant quelques fortifications en mauvais
tat, y attristent aujourd'hui l'oeil du voyageur.





MMOIRES


endroit j'y reus la rponse du gnral Boudet qu'il
m'avait envoy par mon neveu Chancy qu'il avait
prcdemmentfait prisonnier.(l) Ce gnral m'assurait
que ma lettre parviendrait fidlement. au Premier
Consul; cet effet il l'avait dj adresse au gnral
Leclerc qui lui avait promise de la faire passer. Par
le rapport de mon neveu et aprs la lecture de la'
lettre du gnral Boudet, je crus reconnaitre en lui
un caractre d'honntet et de franchise d'un officer
franais, et bien fait pour commander.
Eu consequence, je m'adressai lui avec confiance
pour le prier d'engager le gnral Leclerc d'entrer
avec moi dans des moyens de conciliation ; je lassu-
rai que l'ambition n'avait jamais t mon guide, mais
bien l'honneur, qu'en consequence j'tais prt a ren-
dre le commandement pour obir aux ordres du
Premier Consul, et de faire tous les sacrifices n-
cessaires pour arrter le progrs du mal. Je lui envo.
yai ma lettre par mon neveu Chancy qu'ilretint prs
de lui (2) mais deux jours aprs, je reus une lettre

1 Le chef d'escadron Chancy, multre, naquit aux Ca-
yes vers 1783. Son pre tait blanc. Sa mre, ngresse,
sour de L'Ouverture, fut emmene, par le sort de l'es-
clave, du Nord dans le Sud de la Colonie : elle y devint
libre et mme propritaire lontempS avant la revolution.
Quand L'Ouverture vint prendre possession de la ville
il attacha le jeune Chancy son tat-major et le fit bien-
tt parvenir au grade de chef d'escadron : L'Ouverture
avait la plus grande confiance dans son dvoment.
Aussi l'envoya-t-il de Saint-Marcle 20 pluviose [9 fvrier/
prs du chef de brigade Dommage commandant de l'ar-
rondissement de Jrmie. La mission tait perilleuse.
L'Ouverture, dans sa dpche,, traitait Dommage de
gnral de brigade, pour mieux exalter son courage. Il
lui annonait la chute du Cap et du Port-au-Prince. II
l'invitait une resistance dsespre. Chancy fut arrt
dans les hauteurs du Petit-Gove, cherchant gagner
Jrmie et conduit au Port-au-Prince.
2 Chancy,ldont on redoutait sans doute lecourage entre-
prenant et l'utilit don't il pouvait tre L'Ouverture dans
ces graves occurences, reut l'ordre du Gal. Boudet de ne







MMOIRES


par une ordonnance presse qui m'annonait qu'il
avait fait part de mes intentions au gnral Leclerc
et m'assurait que celui-ci tait prt d'entre#ien ar-
rangement et que je pouvais computer sur les bonnes
intentions du gouvernement mon gard.
Le mme jour le gnral Christophe m'a commu-
niqu une lettre qu'il venait de recevoir du capitaine
Witton, (1)demeurant la Petite-Anse et une autre du
gnral Hardy, lui demandant tous deux une en-
trevue, et moi la permission de l'accorder, ce que
je lui permis, en lut recommandant d'tre trs cir-
conspect. Le gnral Christophe, au lieu de se rendre
. l'entrevue indique par le gnral Hardy, reut une
lettre du gnral Leclerc, don't il me fit passer copie
ainsi que de sa rponse et me demand la permis- t
sion de se rendre dans.l'endroit('2) qu'on lji avait indi-
qu. Ce que je lui permis et il y fui.
A son retour il me rapporta une lettre du gnral
Leclerc qui me disait que ce serait pour lui une belle
journe s'il pouvait m'engager me concerter avec
lui et me soumettre aux ordres de la Rpublique.
Je rpondis sur le champ, que javais toujours t
soumis-au Gouvernement Franais, puisque j'avais
constamment port les armes pour lui ; que si ds le
principle on s'tait comport avec moi comme on de-



plus sortir de Port-au-Prince. C'est de cette ville qu'il fut
embarqu sur le vaisseau l'Aigle et envoy en France
aprs l'arrestation de son oncle.

1 Vilton, multre, commandant la place de la Petite
Anse Christophe le fit mourir l'poque de sa royaut;
si on ne sait pour quel motif, on sait nanmoins qu'il
n'en fallait pas ce chef pour accomplir aucun crime.
2 Cette entrevue eut lieu au Haut-du-Cap le 6 floral
M26 avril 1802[, Christophe y fit sa soumission au gnral
Leclerc.






MMOIRES


vait lefaire il n'yaurait pas eu unseul coup defusil de-
tir, que ta paix n'aurait pas mme t trouble dansr
l'isle et que l'intention du Gouvernement aurait t-
remplie. J'ai tmoign tant au gnral Leclerc qu',
Christophe tout mon mcontement de ce que celui-
ci s'tait rendu sans aucun ordre de ma part. (1)
Le lendemain je lui dpchai mon adjudant gnral,
Fontaine, porteur d'une second lettre de ma part
par laquelle je lui demandais une entrevue l'habita.
tion d'Hricourt, quoi il se refusa. Cependant Fon-
taine m'a assur qu'il avait t trs bien reu. Je ne
me rebutai point, je lui dpchai pour la troisime
fois mon aide-de-camp, Coup, (2) et mon scrtaire,.
Natan, pour l'assurer que je terais mes soumissions,

1 On voit ici, que la position de prisonnier et de jus-
ticiable o s trouve rduit L'Ouverture l'empche de
donner un libre course son indignation. Christophe ve-
nait de porter sa fortune le coup le plus mortel, en se
rendant aux Franais avec douze cents hommes des le, 2e
3e et 5e demi-brigades et en leur livrant plus de cent
pieces d'artillerie qui se trouvaient dans divers dpts
que L'Ouverture avait dans les mornes.
Lettre du gnral Leclerc au Ministre du 18 floral [8
mai 18021: La soumission de Christophe, continue cette-
lettre, acheva de consterner Toussaint... Il m'crivit
que des circonstances trs malheureuses avaient dj
caus bien des manx, mais que quelle que fut la force de
l'arme franaise, il serait toujours assez tort et assez.
puissant pour brler, ravager et vendre chrement une
vie qui avait t quelque fois utile la mre-patrie. ,
2 Coupp, aprs la soumission de son gnral, des-
cendit dans le Snd. Ce n'est qu'au moment o Alexandre
Ption commena la guerre de l'Indpendance que nous
le voyons se diriger comme obscurment vers le Port-au-
Prince. L, il fut arrt avec le capitaine Boyer ( Jean-
Pierre], depuis president d'Hati; tous deux furent em-
barqus pour le Cap sur la frgate la Surveillante et dans-
la rade de cette ville transfrs sur le vaisseau amiral le
Duguay-Trouin, o ils rencontrrent le gnral Maure-
pas. Coupp fut noy la mme nuit que ce dernier. Le
capitaine Jean-Pierre Boyer fut tmoin de ce drame af-
freux et ne dut lui-mme son salut qu' un miracle de
la Providence. Dj Maurepas est prcipit dans la chalou-







MMOIREs


ot que j'tais prt lui' rendre le commandement
Wonformment aux intentions du Gouvernement et du
premier Consul. Il me fit rpondre qu'une here de
Conversation ferait plus que dix lettres, en m'assu-
'ant sa parole d'honneur qu'il agirait avec, toute la
anchise et la loyaut qu'on pouvait attendre d'un
nral franais. On m'apporta en mme temps une
proclamation de sa part (1)qui invitaittous les citoyens
regarder l'article de celle du 7 pluviose qui me
piettait hors la loi comme nulle et non avenue. Me
craignez pas, disait-il dans sa proclamation, vous,
les gnraux qui sont sous vos ordres et les habi-
tants qui sont avec vous, que je recherche per,sou-
ne sur sa conduite passe. J'ai tir le voile de l'oubli
sur les vnements qui ont eu lieu Saint-Domin-
Wgue. J'imite en cela l'exemple que le Premier Con-
voir dans l'1sle l'avenir que da bons citoyens
4 Vous demandez du repos, quad on a command
Scomme vous, et support aussi longtemps le fardeau
i du gouvernement le repos vous est bien d; mais
a j'esppe que dans votre retraite, vous me communi
querez vos lumires dans vos moments de loisirs
e pour la prosprit de Saidt-Domingue.

qui doit aller le jeter au loin dans les flots,- pieds
mains lis; dj on vient chercher Boyer ; mais il
ait mont sur le pont au moment o on prenait I'in-
rtun Maurepas, et s'tait dirig vers la poulaine. Coup
j, le pauvre Coupp est pris sa place et noy hors son
Iur. Le lendemain, le gnral Boy, qui avait servi au
hbrt-au-Princ sous le proconsulat de Sonthonax, prit le
~apitaine Boyer sous sa protection, bien qu'ils ne fussent
Oas parents :

1 Arrt du 11 floral an X lor mai 1802: a
LE GNRAL EN CHEF ORDONNE:
a Les dispositions de l'article ler de l'arrt du 28 plu.
iose dernier, qui mettent le gnral Toussaint L'Ou-







170


MMOIRES


Aprs cette proclamation et la parole d'honneur dui
gnral je merendis au Cap(1) auprs de li ; je lui fis
mes soumissions conformment l'intention du Pre-
mier Consul, je lui parlai ensuite avec toute la Tran.
chise et la cordialit d'un militaire qui aime et estime
soncamarade. I mepromit detout oublier, et la protec-
tion du Gouvernement Franais et est convenu avec
moi que nous avions eu tous deux tort. Vous pou.
vez, gnral, me dit-il, vous retire chezvous n toute
sret: mais dites-moi si le gnral Dessalines obi-
ra mes ordres et si je pourrai computer sur lui ?
Je lui rpondis qu'oui, que le gnral Dessalines
peut avoir des dfauts comme tout homme, mais qu'"
il connat la subordination militaire. Je lui observai
cependant que pour le bien public et pour rtablir
les cultivateurs dans leurs travaux comme sou ar-
rive dans l'Isle, il tait ncessaire que le gnral
Dessaiines fut rtabli dans son commandement
Saint-Marc et le gnral Charles (2) la Caye, ce qu'-
il me promit. A onze heures du soir je pris cong de
lui et me retirai chez d'Hricourt o je passai la nuit
avec le gnral Fressinet. (3)
verture hors la loi, sont rapportes; en consequence il
est ordonn tous les citoyens et militaires de regar-
der comme nul et de nul effet cet article.
[Sign] LECLERC
2 Ces paroles que nous venons de lire sont des frag-
ments de la lettre que le gnral Leclero crivit L'Ou-
verture et qui fut imprim en tte de l'arrt du il flo-
ral. L'Ouverture ne les transcrivit sans doute doute que
de mmoire, car alles ne sont point conformes l'dition
qu'en a donn Pamphile Lacroix, dans sa Rvolution de
Saint-Do mingue.
1 L'Arcahaie
9 Le texte conserve aux Archives Nationales A.F.I.V.
1213 ajoute ici les mots : et parties le lendemain matin
potr la Marmalade.
SLe 13 floral /3 mai 1802).
2 Belair [Charlesl, jeune et beau noir, tait neveu de





MMOIRfS


Le surlendement je reus une lettre du gnral Le-
clerc, qui m'invitait lui envoyer mes gardes pied
et cheval () et m'envoyait un ordre pour le gural
Dessalines. Aprs en avoir pris connaissance, je le lui
fis passer en l'engageant s'y conformer, et pour rem-
plir d'autant mieux les promesses que j'avais faites
au gnral Leclerc j'invitai le gnral Dessalines se
rencontrer avec moi la moiti d'u chemin de tra-
versede son fiabitation la mienne, (2) ce qu'il fit. Je
lui persuadai de se soumattre ainsi que moi, que l'in-
trt public exigeait que je fasse un sacrifice, que
je voulais bien le fire, mais que pour lui il conser-
verait son commandement. J'en dis autant au gn-
ral Charles, ainsi qu' tous les officers qui taient
avec eux, et je vins bout de les persuader. Malgr
toute -la rpugnance, les regrets et les larmes qu'ils
me tmoignrent de me quitter et de se sparer de
moi, aprs cette entrevue chacun se rendit sa de-
meure respective.(3) L'adjudant gnral Perrin, que le
gnral Leclerc avait envoy Dessalines pour lui

L'Ouverture, qui l'enrla ds le commencement de la r-
volution. .D'abord aide-de-camp de son oncle, il pass
ensuite dans la ligne et devint chef de la 70 demi-brigade,
puis gnral de brigade, commandant l'Arcahaye, on
dit qu'il tait un des homes noirs les plus instruits de
son temps.
3 Le gnral Fressinet avait dj servi dans la colonie
pendant la guerre contre les Anglais. C'est alors qu'il
s'tait li d'amiti avec L'Ouverture.

1 L'Ouverture passa la revue de cette garde le 15 flo-
ral (5 mai) ; il la flicite de son dvouement sa per-
sonne et la libert; il embrassa au milieu db l'motion
gnrale les principeaux officers et les engagea tre
fidles au nouvel ordre de choses.- La garde pied,
commande par Magny, se rendit le 19 floral /9 mai]
Plaisance; la garde cheval, commande, par Morisset
et Mompoint, se rendirent au Cap. Le dgot s'empara
des soldats; beaucoup demandrent leur cong. Ceux
qui restrent au service formrent le corps des Guides





MMOIRES


porter ses ordres le. trouva trs bien disposer les
remplir puisque je l'y avais engag prcdemment
par mon entrevue.
Comme on l'avait vu, on avait promise de placer le
gnral Charles la Caye,; cependaqt on ne l'a pas,
fait .(1)
II tait inutile que j'ordonnasse aux habitants de
Dondon, de Saint-Michel, de Saint-Raphal et de la
Marmelade, de rentrer dans leurs habitations, puis-
qu'ils ravaient fait ds que je m'tais empar de ces
communes, je lear enjoignis seulement de reprendre
leurs travaux accoutums. J'ordonnai ceux de Plai-
sance et des endroits circonvoisins de rentrer et de
reprendre galement leurs travaux. ils me tmoign-
rent des craintes qu'ils avaient qu'on ne les inquita.
J'crivis en consequence au gnral Leclerc, pour lui
rappeler ses promesses, et le prier de tenir la main
leur execution, il me fit rponse que ses ordres tai-
ent dj donns ce sujet; cependant celui qui coum-
mandait sa place avait dj divis sa troupe et envoy
des dtachements dans toutes les habitations, ce qui

du Nord don't Magny eut le commandement.;
2 Dessalines avait fix son sjour l'habitation Geor-
ges, prs des Gonaves, qu'il tenait comme fermier de
l'Etat.
3 Dessalines et Belair runirent les dbris des 3, 4.
7e et 8e demi-brigades. Ils entrrent Saint-Marc le 22
floral-/12 mai 1802j, se soumettant ainsi l'autorit de
laFraDce.

1 Charles Belair fut nanmoins employ plus tard la
surveillance des cultures dans les dpendances de l'Ar-
cahaye. Dvou son oncle, il prit les armes aprs son
arrestation ; mais appel une conference par Dessalines,
qui alors servait la France avec un zle plein de frocit,
il fut tratreusement arrt le 19 fructidor [5 septembre
1802] sur l'habitation Tussac, aul environs de Plassac
et conduit au Cap, o jug et condamn avec sa femme,
la dame Sanite, il fut fusill le 13 vendmiaire [5 octo-
bre) tandis que Sanite tait pendue. Le courage avec





MMOingeS


avait effray les cuftivateurs et les avait forc de fuir
-dans les montagnes. Je m'tais retir Ennery (1) et en
avais donn connaissance au gnral Leclerc comme
je le lui avais promise. En arrivant dans le bourg j'y
trouvai grand nombre de cultivateurs de Gonaves
que j'engageai rentrer.
Avant mon dpart de Marmelade, j'avais donn
l'ordre au commandant de cette place (2) de remettre
l'artillerie et les munitions au commandant de Plai-
sance conformment aux intentions du gnral Le-
clerc.
J'ai galement donn l'ordre au commandant d'En-
nery de rendre une seule pice qui tait ainsi que
les munitions au commandant de Gonaves. Ces ordres
donns je ne me suis plus occup qu' rtablir mes
habitations (3) qui avaient t incendies, j'ai fait un
logement commode dans une maison de la montage
(4) qui avait chapp aux fllammes pour mon pouse
quitait encore dans les bois, o elleavaitt oblige
de se refugier. (5) Pendant que j'tais occup ces tra-

lequel Mme Belair march la potence tonri mme ses
bourreaux. Quant au jeune gnral, en allant sur la pla-
ce de son execution, il ne peut s'empcher de maudire
la conduite de Dessalines, en versant d'abondantes lar-
mes.
2 Le commandant de la place d'Ennery tait le chef
de bataillon Pesquidous, de la Lgion de Saint-Domingue.

1 Le 19 floral (9 mai), aprs le dpart de la garde
pour Plaisance.
2 Le chef de brigade Dsir Laurent, noir.
3 L'Ouverture avait dans le quarter d'Ennery quatre
habitations cafeyres, qu'il avait achetes soit du gou-
vernement, soit de particuliers. Celle de Descahaux, si-
tue dans les mornes, o il vint d'abord fixer sa rsiden-
ce, aprs sa soumission; c'est l qu'Isaac se tenait; celle
de Sencey o demeuraient Mme L'Ouverture et les autres
membres de sa famille; celle de Rouffelier et celle de
Beaumont. Cette dernire habitation confine au village




MMOIRES


vaux, j'ai appris qu'il tait arriv 500 hommes de
troupes(l) pour loger d'EnneJy,petit bourg qui jusqu'-
alors n'avait pu comprendre plus de 50 gendarmes
pour la police, qu'on avait envoy galement un trs
gros dtachement Saint-Michel.
Je me transportai de suite au bourg, je vis que
totes mes habttations avaient t pilles et qu'on
avait enlev jusqu'aux coffres de mes cultivateurs A
l'instant mme o je portais mes plaintes au comman-
dant.(2)jelui fis appercevoirdes soldats qui taient char-
gs de fruits de toutes epces qui n'taient mme
pas encore mors, je lui fis aussi voir des cultivateurs
qui voyant ces pillages se sauvaient dans d'autres ha-
bitations de la montagne.
J'ai rendu compete au gnral Leclerc de ce qui se
passait, je lui ai observ que les measures qu'on pre-
nait, loin d'inspirer confiance ne faisaient que d'aug-
menter la mfiance, que le nombre de troupes qu'il
avait envoy tait beaucoup trop considerable et ne
pouvait que nuire la culture et aux habitants. Je
remontai ensuite daos mon habitation de la montagne.
Le lendemain je reus la visit du commandant
d'Eonery et m'aperus fort bien que ce militaire, loin
de me rendre une visit d'honntet, n'tait vena
chez moi que pour reconnaitre mon habitation et ses
avenues, afin d'avoir plus de facility de s'emparer de
moi lorsqu'on loi en donnerait l'ordre. Peodant que
je causais avec lui on vint m'avertir que plusieurs
soldats s'taient rendus avec des chevaux et autres
btes de charge dans une de mes habitations, prs
d'Ennery.
4 L'habitation Descahaux.
5 Mme L'Ouvcrture et sa famille, l'exception de Pla-
cide, taient pendant toute la tourmente sur habitation
Vincindire, dans les Cahos.
1 La 31e demi-brigade lgre.
9 Pesquidous.






.NMOIRES


du bourg, o restait un de mes filleuls et enlevaient
le caf et d'autres denres qu'ils y avaient trouv. Je
lui en fis mes plaintes, il me promit de reprimer ces
brigandages et de punir svrement ceux qui s'en
rendraient coupables.
Craignant que ma demeure dans la montage n'ins-
pira de la mfiance, je me dterminai venir dans
cette mme habitation qui venait d'tre pille, et qui
avait t presque totalement dtruite et tout prs du
bourg qui n'en tait loign que de deux cents pas.(l)
Je laissai ma femme dans l'appartement que j'avais
fait prparer, je ne m'occupais plus qu' fair de nou-
velles plantations pour remplacer celles qu'on m'avait
totalement dtruites et faire prparer les matriaux
ncessaires pour la reconstruction de mon habitation.
Mais tous les jours je n'ai prouv que de nouvelles
vexations et de nouveaux pillages. Les soldats qui
taient chez moi taient en si grand nombre que je
n'osais mme pas les faire arrter; en vain j'en por-
tai mes plaintes leur commandant, je n'en recevais
aucune satisfaction. Je me dterminai enfin, puisque
le gnral Leclerc ne m'eut pas fait l'honneur de r-
pondre aux deux premieres lettres que je lui avais
crites ce sujet, de lui en crire une troisime que
je lui envoyai au Cap par un de mes fils, Placide, poar
plus de sret, et je n'ai pas plus reu de rponse
celle-l qu'aux prcdentes, seulement le chef d'tat-
major (2) me fit dire qu'il ferait son rapport.
Quelque temps aprs, le commandant tant de nou-
veau venu me voir un aprs-midi, il me trouva la
tte de mes cultivateurs occup conduire mes tra-



1 L'habitation Beaumont.
2 Le gnral Dugua, qui mourut de la fivre jaune dans
la colonie.







76 MMOIRES

vaux de reconstruction, il fut tmoin lui-mme que
mon fils Isaac repoussait plusieurs soldats qui laient
venus jusqu', la porte de mon habitation couper des
bananes et des figues-bananes pour les emporter ; je
lui en riterai les plaintes les plus graves, il me pro-
mit toujours qu'il empcherait ces dsordres.

Pendant trois semaines que j'ai rest dans cette
habitation, chaque jour j'ai t tmoin de nouveaux
pillages et chaque jour j'ai y reu des visits de per-
sonnes qui venaient m'espionner, mais qui toutes fu-
rent tmoins que je m'occupais uniquement de travaux
domestiques.

Le gnral Brunete est venu lui-mme et m'a trou-
v dans les mmes occupations. Malgr cela je reus
une lettre du gnial Leclerc, qui au lieu de me don-
ner satisfaction sur les plaintes que je lui avais portes,
m'accusait d'avoir gard des hommes arms dans les
environs d'Ennery, et m'ordonnait de les renvoyer.
Persuade de mon innocence, et que srement des
gens mal intentionns l'a-aient tromp, je lu.i ai r-
pondu que j'avais trop d'honneur pour ne- pas tenir
les promesses que j'avais faites et qu'en lui rendan
le commandant je ne l'avais pas fait sans avoir bien
reflchi et qu'ainsi mon intention n'tait point de re-
chercher le reprendre. Je l'assurai au surplus que
je ne connaissais point d'hommes arms dans les en.
virons d'Ennery, et que depuis trois semaines j'tais
constamment rest dans mon habitation y faire tra-
vailler, je lui envoyai mon fils Isaac pour lui rendre
compete de toutes les vexations que j'essuyais et le
prvenir que, s'il n'y mettait pas fin, je serais oblig
d'abandonner le lieu o je demeurais pour me retire
dans ma batte sur la parties Espagnole.

Uo jour avant que de recevoir aucune rponse du






M INOIRE8


gnral Leclerc, je fus instruit qu'un de ses aides-de-
camp, passant par Ennery, avait dit au commandant
qu'il tait porteur d'ordre pour me faire arrter, adres-
s au gnral Brunette.
Le gnFal Leclerc m'ayant donn sa parole d'hon-
neur et promise la protection du-Gouvernement Fran.
ais, je refusal d'ajouter foi ce propos. Je dis mme
la personnel qui me conseillait de quitter mon ha-
bitation que j'avais promise d'y rester tranquille et d'y
travailler rparer les dgats qui avaient t commis,
que je n'avais point cd le'commandement et renvoy
mes troupes pour faire des sottises, qu'ainsi je ne
voulais pas sortir de chez moi, et que si l'on venait
pour m'arrter on me trouverait, que je ne voulais
pointprter matire la calomnie. (1)Le lendemain je
reusune second lettre du gnral Leclerc, par mon
fils que je lui avais enyoy, conu en ces terms.

Arme de Saint-Domingue
Au Quartier-Gnral du Cap-Franais
le 16 Prairial, AN X de la Rpublique (2)

Le Gnral en Chef au Gnral Toussaint,
Puisque vqus persistez, citoyen gnral, penser
que le grand nombre de troupes qui se trouve Plai-
sance (il est remarquer que c'est sans doute par
erreur que le secrtaire a crit Plaisance et qu'il doit
y avoir Ennery), (3)effraye les cultivateurs de cettepa-



1 On rapporte que les gnraux Vernet et Pal L'Ou-
verture avaient aussi annonc L'Ouverture le malheur
qui le menaait; mais qu'il ne voulut point ajouter foi
leurs avertissements.
2-- 5 juin 1802.
3 Cette parenthse appartient L'Ouvertnre lui-mme.







MMOIRES


roisse, je charge le gnral Brunet de se concerter-
avec'vous pour le placement d'une parties de ces trou.-
pes en arrire de Gonaives et d'un dtachement ?
Plaisance; prvenez bien les cultivateurs que cette
measure une fois prise, je ferai punir ceux qui aban-
donneront leur habitation pour aller dans la monta-
gne.
c Faites-moi connatre aussitt que cette measure
sera excute, le resultat qu'elle aura produit, par-
ce que si les moyens de persuasion que vous emploi-
riez ne russissaient pas, j'emploierais les moyens
militaires.
Je vous sale,
(Sign) :
LECLERC. )
Le mme jeur je reus une autre lettre du gnral
Brunet, don't suit un extrait

Arme de Saint-Domingue
Au Quartier-Gdnral de l'Habitation Georges, (1
le 18 Prairial, An X de la Rpublique (2)
BRUNET
General de Division
au Gnral de Diviseon
TOUSSAINT-LOUVERTURE
< Voici le moment, Citoyen-Gnral, de faire con.
natre d'une manire incontestable au Gnral en
SChef que ceux qui peuvent le tromper de bonne foi,,
sont des malheureux calomniateurs et que vos sen-
Stiments ne tendent qu' ramener l'ordre et la tran-
Squillit dans le quarter que vous habitez.
II faut me seconder pour assurer la libre commu-
1 C'est la mme habitation que Dessalines avait eue
ferme.
2-- 7 juin 1802.




MMOIRES


e
17


mication de la route du Cap qui depuis hier n l'est
,pas, puisque trois personnel ont t gorges par iua
,cinquantaine de bAgands entire Ennery et la Coupe
Pintade. Envoyez auprs de ces hommes sanguinai-
res des gens dignes de votre confiance; que vous pa-
yerez bien, je vous tiendrai compete de votre debours.
Nous avons, mon cher Gnral, des arrangements
- prendre ensemble qu'il est impossible de traiter
en lettres, mais qu'une conference d'une here ter-
minera. Si je n'tais pas excd de travail et tracas
minutieux, j'aurais t aujourd'hui le porteur de ma
rponse, mais ne pouvant ces jours-ci sortir, venez
vous-mme, si vous tes rtabli de votre indisposi-
tion, que ce soit demain, quand il s'agit de faire le
bien on ne doit jamais retarder.-Vous ne trouverez
,pas dans mon habitation champtre tous les agrments
que j'ai dsir runir pour vous y recevoir, mais
vous y trouverez la franchise d'un galant homme,
qui ne fait d'autre vu que pour la prosprit de la
colonie et votre bonheur personnel.
Si Madame Toussaint don't je desire infiniment
faire connaissance voulait tre du voyuge, je serais
trop content. Si eile a besoin de chevaux je lui en-
verrai les miens.
Je vous le rpte, gnral, jamais vous ne trou-
verez d'ami plus sincere, que moi; de la confiance
dans le capitaine gnral, de l'amiti pour tout ce qui
lui est subordonn et vous jouirez de la tranquillit.
Je vous salue cordialement,

(Sign) BRUNET J


P.S.- Votre domestique qni va au Port-Rpubli-
cain a pass ici ce matin, il est parti avec sa passe en-
rgle.






MMOIRES


( Ce mme domestique porteur de sa passe en r-
gle, a t arrt; c'est cclui quiiest dans les prisons
avec moi.) (1)
II est bon d'observer (*) que j'tais instruit par le
nomm Lafortune, qui a t arrt avec les trois per-
sonnes qu'on a assassin, a eu le bonheur de se sau-
ver: il m'a rapport cet assassinate, lui ayant demaad
s'il avait parl au commandant des troupes Enne-
ry, il m'a rpondu qu'oui. De suite j'envoyai chPrcher
Lustien (?) Commandant, qui command present
la Garde Nationale et trois autres personnel raison-
nables, je leur ai fait sentir combien il tait dange-
reux de laisser commettre dans leurs quarters de
semblables dsordres; ils m'ont rpondu l'avoir senti
et eir tre trs fchs, tous les quatre m'ont assur
qu'ils feraient des recherches; je le leur ai conseill
en les engageant dcouvrir les auteurs. Ils ont tous
instruit leurs camarades et 'nt apperu les malfai-
teurs couchs dans la lezierre de Plaisance et d'En-
wery. Le lendemain matin j'en ai t instruit et l'on
m'a observ qu'il fallait des measures sages pour les
arrter. Le commandant Nron m'a demand un or-
dre, j'ai cru devoir donner cet ordre, et une lettre
pour ie commandant de d'Ennery; d'aprs la lettre
du gnral Brunet ci-joint en copie:
Il est ordonn au commandant Nron de partir
de suite avec un dtachement de la Garde Nationale,
qui sera partag en 3 portions. Premirement, passera
dans le carrefour de Pibeurot, et l'autre dans les mon.
tagnes de d'Ennery et la troisime avec le command.
1 Ce domestique s'appelait Mars Plaisir; c'tait un mu-
ltre de Port-au-Prince. La fidlit qu'il conserve L'Ou-
verture jusque dans ses malheurs fait l'loge de sa m-
moire. Il ne tarda pas tre arrach au service de son
matre et conduit enchan de brigade en brigade jusqu'
Nantes, o il fut mis en prison. Ce fut l le coup le plus
douloureux pour L'Ouverture. Ds lors il fut complte-
ment squestr. Il ne recevait, encore que rarement, la
Ce paragraphe et le suivant jusqu' (Aprs ces deux
lettres ne figurent pas dans les textespublis par MM. St-
lRemy dcs Cayes et Paulus Sannon.





~MOIRga 8t

-dant pour aller vers Plaisance, pour arrter le citoyen
Leveill avec ses complices, qui a commis un assas-
sinat. Le commandant passera auprs du commandant *
Pesquidoux pour lui donner un ordre, pour que les com-
'mandants de ces places lui portent du secours pour
s'il se trouve quelque dtachement Plaisance. A
d'Ennery, le 18 Prairial, An X, dix heures du mating.
Le Gnral
Pour copie conforme.
D'aprs ma lettre le commandant a refus le pas*
sage la Garde Nationale et moi allant aux Gonaives
d'aprs la lettre du gnral Leclerc, on m'a remis en
-chemin la lettre don't copie suit:
D'Ennery, le 18 Prairial, An I
Le Chef de bataillon commandant le quarter
d'Ennery au Gnral de Division
Toussaint-Louverture
Je ne puis, Citoyen Gnral, permettre dans le
quarter que je command aucun movement de trou-
pes sans les ordres exprs du gnral commandant
la Division.
< Je m'empresse de lui donner connaissance de ce-
lui que vous projetez; en attendant sa rponse je
vous prie d'ordonner aux citoyens de la Garde Na-
tionale de rentrer chez eux. J'ai l'honneur de vous
saluer. (Sign) : PESQUIDOUX
Aprs ces deux lettres, quoique indispos, je me
rendis aux sollicitations de mes fils et de plusieurs
personnel et parties pendant la nuit mme pour me
rendre auprs du gnral Brunet, accompagn de
,deux officers seulement. Arriv chez lui huit heures
du soir, aprs m'avoir introduit dans sa chambre, je
visit du commandant du chateau, le chef de bataillon
Baille, [Louis Henry], et du secrtaire, M. Jeannin. Mar-
tial Besse, qui tait aussi renferm dans le fort lepuis
plusieurs mois, Andr Rigaud, qu'on venait d'y envoyer,
essayrent vainement d'apporter cette grande infortune






MMOIRES


lui dis que j'avais reu sa lettre, ainsi que celle du
gnral en chef qui m'invitait me concerter avec
lui, et que je venais pour cet objet, que je n'avais pu
amener mon pouse suivant ses dsirs, parce que elle
ne sortait jamais, ne voyait aucune socit et ne soc-
cupait uniquement que de ses affaires domestiques;
que si lorsqu'il serait en tourne il voulait lui faire
l'honneur de la voir elle le recevrait avec plaisir. Je
lui observai qu'tant malade je ne pouvais rester
lontemps avec lui, que je le priais en consequence
de terminer nos affaires le plus t4t possible afin que
je puisse m'en retourner.et lui communiquai la lettre
du gnral Leclerc.
Aprs en avoir pris lecture, il me dit qu'il n'avait
encore reu aucun ordre de se concerter avec moi
sur l'objet de cette lettre, me fit ensuite des excuses
sur ce qu'il tait oblig de sortir un instant, et sortit
en etfet, aprs avoir appel un officer pour me tenir
compagnie.
A peine tait-il sorti qu'un aide-de-camp (1) du g-
nral Leclerc entra accompagn d'un1trs grand nom-
bre de grenadiers, qui m'environnant, s'emparreru
de moi, me garrotrent comme un criminal et me
conduiMirent bord la frgate la Crole. (2)
Je rclamai la parole-du gnral Brunet et les pro-
messes qu'il m'avait faites, mais inutilement, je ne
le revis plus, il s'tait probablement cach pour se
soustraire aux reproches bien mrits que je pouvais
lui faire. (3) J'ai mme appris depuisqu'il s'tait rendu
coupable des plus grandes vexations envers ma fa-
quelque peu de consolation. La cause de tant de rigueur
provint sans doute des nouvelles dsastreuses que le gou-
vernement recevait de Saint-Domingue.
Mars Plaisir demand tre jug alors il fut mis en
liberty et retourna plus tard dans son pays o il mourut.
2 Les chefs d'escadron Csar et Placide L'Ouverture.
1 Le chef d'escadron Ferrari.
2 L'Ouverture fut embarqu minuit; il avait sjour-






MMOIRES 83

mille, que sitt aprs mon arrestation il avait ordon-
n un dtachement de se porter sur l'habitation o
je demeurais avec unie grande parties de ma famille
pour la-plus part femmes et enfants ou cultivateurs,
qu'il avait ordonn de faire feu dessus, ce qui avait
forc ces malheureuses victims de fuir demi-nues
dans les bois, que tout avait t pill et saccag ; que
l'aide-de-camp du gnral Brnnet mme avait enlev
de chez moi 110 portugaises qui m'appartenaient et
75 une de mes nices, avec tout mon linge et ce-
lui de mes gens.
Ces horreurs commises dans ma demeure, le com.
mandant d'Ennery se porta la tte de cent hommes
sur l'habitation o tak ma femme et mes nices, les
arrta sans leur donner mme le temps de prendre
du linge, ni aucun de leurs effects ni des miens qui
n presqu un mois complete Ennery, depuis sa soumis-
sion au gnral Leclerc.
3 Brunet [Jean Baptiste], naquit Reims, le 22 aot
1765, les soldats franais eux-mmes le surnommrent le
Gendarme, cause de l'arrestation du Premier des Noirs.
Cette arrestation ne fut pas son seul acte d'hrosme. 11
prpara, avec la cooperation de Dessalines, celle du g-
Inral Maurepas. Le lecteur ne sera pas fach de conna-
tre le jugement que le Gai. Brunet portait sur le complice
de ses expeditions; il crivait dans une lettre du troi-
sime jour complementaire, an X [20 septembrs 1810],
date du Gros-Morne et adresse au gnral Leclerc :
Ne croyez pas, mon gnral, que j'aie dans Dessalines
une coufiance aveugle ; je sens que vous avez besoin de
lui et que si vous n'aviez pas un homme de sa trempe et
de son caractre, il faudrait en chercher ou en former un,
afin de tout terminer dans la colonies : voil mon opinion
sur son compete.
-- Il a mis en moi sa confiance et son appui prs de
vous. Je lui ferai tout faire ; il a beaucoup d'amour-pro-
pre, il aime son pays ; il veut la libert ou ce qu'il croit
tre la libert de sa couleur; le mot esclavage le rvol-
terait immanquablement. J'approuve tout ce qu'il me
propose. Mais je sais lui faire faire ce que je veux, sur-
tout quand il est avec moi ; si vous pouvez vous passer
tie lui huit jours, je le ferai venir prs de moi ; je lui
,dmontrerai la perfidie de Maurepas, il en sera convain-





MMOIRES


taient en leur pouvoir; on les a conduits comme-
des coupables Gonaive et de l, bord de la fr-
gate La Guerrire.
Lorsque je fus arrt, je n'avais d'autres vtements-
que ceux que je portais sur moi. J'crivis en cons-
quence mon pouse pour la prier de m'envoyer les
choses don't j'avais le plus pressant besoin au Cap, oU
j'esprais qu'on allait me conduire. Ce billet avait t
remis l'aide-de-champ du gnral Leclerc, pour le
prier de le fire passer, mais il n'est pas parvenu
sa destination, et je n'ai rien reu.
Ds que je fus bord de la frgate la Crole on
mit la voile et on me conduit 4 lieues du Cap,
o se trouvait le vaisseau le lros, bord duquel on
me fit monter le lendemain. Mon pouse et mes en--
fants, qui avaient t arrts avec elle y arrivrent
aussi. On mit de suite la voile pour France. Aprs
une traverse de trente deux jours dans laquelle j'ai
essuy non seulement les plus grandes fatigues, mais-
mme les dsagrements tels qu'il est impossible de
se les imaginer moins que d'en avoir t tmoins,
cu et me proposera lui-mme de l'arrter et de vous l'en
voyer pour le faire juger ; alors il se lie luf-mme plus
fortement au but de notre champagne, et il devient de plus
en plus la terreur des tratres et un pouvantail plus effi-
cace pour les cultivateurs. ,
Le gnral Brunet gouverna en dernier lieu la ville des
Cayes; il l'vacua devant le gnral Geffrard. Il fut un
des gnraux qui signrent la capitulation de Paris en
1814. Il mourut Paris, le 21 septembre 1824.
1 Cet aide-de-camp s'appelait Grand-Seigne, il tait
chef d'escadron.
1 La portugaise est une demi-onze d'or elle, vaut huit,.
la gourde vaut cinq francs dix centimes. Or, les cent
quatre-vingt-uie portugaises nous reprsentent prs de
sept mille trois cent quatre-vingt cinq francs. C'tait l
toute la fortune du Premier des Noirs, quoiqu'on ait pr
tendu qu'il avait enfoui des sommes inumrables.
1 C'est la mme frgate qui devait porter au Cap le
gnral Maure pas. *
* * . . . . a *






IfMOIRES 85

-ma femme et mes enfants ont prouv un traitement
que leur sexe et leur rang auraient d leur rendre
meilleur, et au lieu de nous faire dbarquer pour
nous procurer du soulagement, on nous a encore gar-
ds bord soixante-sept jours.
Aprs un pareil traitement, ne puis-je pas just
titre demanderr] o sont les effects des processes qui
m'ont t faites par le gnral Leclerc, sur sa parole
d'honneur, ainsi que de la protection du Gouverne-
ment Franais.
Si on n'avait plus besoin de mes services et qu'on
ait voulu me remplacer, n'aurait-on pas d agir avec
moi comme on a agi dans tous les temps l'gard
des gnraux blancs franais ? On les prvient avant
que de se saisir de leur autorit, on envoie une per-
sonne charge par le Gouvernement de leur intimer
l'ordre de remettre le commandement tel ou tel
que le gouvernement indique, et dans le cas o ils
refusent d'obr ou prend alors de grandes measures
centre eux, et on peut alors avec justice les traiter
de rebelles et les embarquer pour France.
J'ai vu quelque fois mme des officers gnraux
criminals pour avoir gravement manqu leur devoir
mais en consideration du caractre don't ils taient
revtus on les mnageait, on les respectait jusqu'
ce qu'ils soient devant l'autorit suprieure.
Le gnral Leclerc n'aurait-il pas d m'envoyer
chercher et me prvenir lui-mme qu'on lui avait
fait des rapports contre moi sur tel ou tel objet, vrai
ou non? N'aurait-il pas d me dire : Je vous avais
On mit la voile et on conduisit quatre lieues da
Cap ou se trouvait le Vaisseau Hros.
2 Le Hros tait command par le chef de division
Savary : En me renversant dit .e Premier des Noirs au .
capitaine Savary en montant son bord, on n'a abatta
Saint-Domingue que le tronc de l'arbre de la libert
des noirs; .il repoussera, parce que les racines en sont
profondes et nombreuses. Pamphile de Lacroix, Revo-








donn ma parole, et promise la protection du GCuver-
nement Franais; aujourd'hui puisque vous vous tes
rendu coupable, je vais vous envoyer auprs de ce.
gouvernement pour rendre compete de votro condui-
te ; ou bien: le gouvernement vous ordonne de
vous rendre auprs de lui, je vous transmets cet or-
dre ? Mais point du tout, il en a agi avec moi avec
des moyens que l'on a jamais mme employs l'-
gard des plus grands criminals. Sans doute, je dois
ce traitement ma couleur, mais ma couleur m'a-t--
elle empch de servir ma patrie avec zle et fidlit,
la couleurde mon corps nuit-elle mon honneur et
mon courage ?
A supposed mme que je fus criminal et qu'il y eut
des ordres du Gouvernement pour m'arrter, tait-il
besoin d'employer cent carabiniers pour arracher ma
femme et mes enfants de leur proprit, sans respect
et sans gard pour leur rang et pour leur sexe, sans
humanity et sans charit? Fallait-il faire feu sur mes
habitations et sur ma famille et faire piller et sacca.
ger toutes mes proprits ? Non, mes enfants et ma
femme ne sont charges d'aucune responsabilit, ils
n'avaient aucun compete rendre au gouvernement et
on n'a mme pas le droit de les faire arrter.
Le gnral Leclerc doit tre franc; aurait-il craint
d'avoir un rival? -Je le compare d'aprs sa conduit
au Snat Romain qui pursuit Annibal jusques dans
sa retraite.
A l'arrive de l'escadre dans la colonie on a profi-
t de mon absence momentanag pour s'emparer d'une
parties de ma correspondence qui tait au Port Rpu-
lution de Saint-Domingue.
On mit de suite la voile pour France.
3 Le Havre mit la voile dans la nuit du 26 au 27
prairial [15 au 16 juin 1802
aptes une traversee de trente deux jours.


l,


)JMOIJRES






MMOIRES


~blicain et tout ce que je possde dans cette parties.
Une autre parties qui tait galement dans une de mes
habitations a galement t saisie aprs mon arresta-
tion. Pourquoi ne m'a-t-on pas envoy avec cette cor-
respondance auprs du gouvernement pour rendre
compete ? On a donc saisi tous mes papers, pour
m'imputer des fautes que je n'ai pas commis; mais
je n'ai rien redouter, cette correspondence seul suf-
fit pour me justifier aux yeux du gouvernement qui-
table qui doit me juger.
M'arrter arbitrairement et sans m'entendre ni me
dire pourquoi, s'emparer de tous mes avoirs, piller
toute ma famille en gnral, saisir mes papers et les
garder, m'embarquer et m'envoyer nu come ver de
terre, rpandre des calomnies les plus atroces sur
mon compete, et d'aprs cela, je suis envoy dans le
fond des cachots, n'est-ce pas couper les jambes d'un
quelqu'un et lui dire : marchez; n'est-ce pas cooper
sa langue et lui dire: parls; (1) n'est-ce pas en-
terrer un hommq vivant?

4 Le Havre entra Brest le 23 messidor (12juillet I
aprs une traverse de 27 jours L'Ouverture, en suppu-
tant trente deux jours se trouve en desaccord avec le
Moniteur et avec son fils M. Isaac.
Voyez les Mmoires si intressantes publies la suite
de l'Histoire de l'expdition des Franais Saint-Domingue
par Antoine Metral.
1 L'Ouverture se trompe encore ici, il ne resta que
trente trois jours en rade de Brest; car suivant la lettre
du Prefet Maritime au Ministre de la Marine, il fut d-
barqu Sanderneau, le 25 thermidor j13 aot 1802)...
des rapports contre moi sur tel ou tel objet, vrai ou non.
2 Beaucoup de rapports furent en effect, dirigs contr
L'Ouverture par ses anciens lieutenants Clerveaux, Chris-
tophe et Dessalines. De dernier fut le plus acharn la
perte du Premicr des Noirs. Mmoire d'Isaac L'Ouverture.
i L'Assemble central tait compose de six dpu-
ts: MM. Borgella, ancien maire de Port-au-Prince, pre






88 MMOIRES

Tout cela a t bien combin ma perte pour m'a-
nantir et me dtruire. Parce que je suis notr et igno-
rant, je ne dois pas computer au nombre des soldats
de la Rpublique, ni avoir du mrite, en consequence
point de justice, et si je n'ai pas dans ce monde,
j'aurai dans l'autre, je sais que mes ennemis, cher-
chs et pays dans tous les dixpazons (9) de la colo-
nie pour trouver ou fire des mensonges sur moi;
mais l'homme propose et Dieu dispose. Pendant que
la France faisazt la guerre et combattait avec ses
ennemis, ne pouvant pas venir dans ses colonies nous
porter du secours, j'ai tout fait pour lui conserver
jusqu' l'arrive du gnral Leclerc, sans forces, sans
munitions, sans armes, sans aucun bdtiment de guer-
S re, sans argent et sans commerce ; mais j'ai employ
courage, sagesse et prudence. Second par mes cama-
rades d'armes et par la permission de Dieu, j'di rus-
si de mettre tout en tat et bon ordre, j'ai fait fleurir
oe pays confi mon commandement et esprant qu'
la paix le Gouvernement aurait dclar que l"arme
de Saint-Dominyue a bien servi la Patrie et c'tait
toute notre esprance.
Cette action nous aurait bien flatt, particulire-
ment moi qui ait tout dirig, mais au contraire, le'
gnral Leclerc, en arrivant, nous a envoy les bou-
lets de 36 et de 24, pour toute recompense un pays

du gnral multre du mme nom; Lacour, Andr Col-
let, Gredon Nogre, Jean Mouceybo, Franois Morillas,
,Charles Roxas, Andr Mugnoz, Etienne Viart et Julien
Raymond. Ce dernier seul tait multre, les autres blancs.
Ce fut Borgella qui prsida l'Assemble. La Constitution
fut publie le 14 messidor an IV (3 juillet 1801)
1 L'Ouverture se fit nommer par la Constitution gou-
verneur vie de la colonie, avec le droit d'lire son suc-
cesseur et de nommer' toutes les charges, c'tait l
proclamer de fait l'Indpendance le Saint-Domingue.
La Mtropole, loin de sanctionner l'usurpation de l'an X
Toussaint savait bien, dit Napolon dans ses Mmoires t






.N1wOIIIES


qui appartient d la France, qu'il trouv tranquille**
-et paisible. Il tait depend de lui, avec un peu de sa-
gesse, de franchise, de prendre le commandement de
cette colonie, et rendre compete au gouvernement dans
quel tat il a trouv ce pays, et ce n'est pas la paix
qui doit fire la guerre, forcer un people soumis c
son gouvernement de prendre les armes, forcer fran-
ais 4 se .battre contre franais et tromper ma bonne
foi. Si le gnral Leclerc tait vraiment un militaire
franc et loyal, il ne m'aurait pas trait de cette ma-
ntire, d'aprs que je lui ai remis le commandment.
S'il avait vu comment je me suis expos plusienrs fois
- la rise des fortifications de lAcul du Saut, mettre
pied terre, passer dla tte des grenadiers avec les
officers de ma suite, enlever le fort malgr la mi-
traille et les fusillades, plusieurs de mes camarades
-ont t blesss et moi j'ai reu plusieurs blessures
la jambe, sans computer ceux qui ont rest sur le car-
reau, et plusieurs autres affairs que je citerai aprs ;
si le gnral Leclerc tait present et essuyant com-
me moi tant de misres et de peines pour chasser les
ennemis de la France, il n'aurait pas travaill sour-
dement a ma perte, il aurait peut-tre connu la valeur
d un militaire qui a servi sa patrie avec courage et
fidlit, et si j tais un officer blanc,aprs avoir aussi
servi comme j'ai servi, tous ces malheurs ne m'au-
raient point arriv.
Mmoires de Papolon, vol. 4- page 267.
qu'en proclamant sa constitution il avait jet le masque
et tir l'pe du fourreau pour toujours.
.* . . . . . -* & . * * . q .
jusqu' l'arrive dugnral Leolerc, je n'avais reu au-
cune nouvelle du gouvernement sur cet objet.
Extrait de la lettre du premier consul du 27 brumaire
** Les mots crits en italique ont t ajouts en mage
par Toussaint L'Ouverture lui-mme et ne figurent pas
dans les textes publis par MM. St-Remy des -ayes,
Pautus Sannon et Mentor Laurent.






MMMiIES


Au sujet de la constitution pour laquelle on a vou-
lu m'accuser, ma justification est bien facile. Aprs
avoir chass les ennemis de la Rpublique hors de
la colonie, calm toutes les factions et runi tous les
parties, aprs avoir pris possession de Santo-Domingo,
voyant que le Gouvernement n'envoyait' ni lois ni
arrts, sentant l'urgence d'tablir la police dans ce
pays, pour la sret et la tranquillit de chaque indi-
vidu et pour le bien du Gouvernement, je fis une in-
vitation toutes les communes de m'envoyer des d-
puts sages et clairs pour former une assemlble
central l'effet de leur confier le soin de ce travail.
Cette assemble forme, je fis connaitre sqs mem-
bres qu'ils avaient une tche pnible et honorable
remplir, qu'ils devaient faire des lois propres au pays,











an X (18 novembre 1801 dj cite: La constitution
que vous avez faite, en renfermant beaucoup de bonnes
choses, en content qui sont contraires la dignit et la
souverainet du people franais, don't Saint-Domingue
ne forme qu'une portion ...... . . . . ....
Pourquoi veut que les tnbres soient la lumire et la

1 L'Assemble central tait compose de six dpu-
ts: MM. Borgella, ancien maire de Port-au-Prince, pre
du gnral mqltre du mme nom; Lacour, Andr Col-
let, Gaston Nogr, Jean Monceybo, Franois Morillas,
Charles Roxas, Andr Mugnoz, Etienne Viart et Julien
Raymond. Ce dernier seul tait multre, les autres blancs.
Ce fut Borgella qui prsida l'Assemble. La Constitution
fut publie le 14 messidor an IX 3 juillet 1801.






MMOIRES 91

avantageuses au gouvernement et utiles aux intrts
de tous, des lois bties sur les moeurs et les carae.
tres des habitants de la colonie, et sur les localits
du pays.
La constitution acheve devait tre soumise la
sanction du gouvernement, qui seul avait le droit de
l'adopter ou de la rejeter. Aussi, ds que les bases de
cette constitution furent tablies et les lois organiques
rendues, je me suis empress d'envoyer le tout par
un membre de l'assemble au Gouvernement pour en
obtenir la sanction. On ne peut donc pas m'imputer
% crime les erreur ou les fautes que cette constitu-
tion peut contenir. (3)
Jusqu' l'arrive du gnral Leclerc je n'ai reu au-
cune nouvelle du gouvernement sur cet objet; pour-
quoi donc aujourd'hui vent-on me faire un crime de
ce qui ne peut en tre un? pourquoi veut-on que la
vrit soit un mensonge, et que le mensonge devien-
ne la vrit? pourquoi veut-on que les tnbres soient
la lumire; et la lumire soit les tnbres ?











lumire les tnbres.
3 Ces paroles revenaient souvent la bouche de L'Ou-
verture. Il aimait encore dire : II ne faut pas que le
mal passe pour le bien et le bien pour le mal; il ne faut
pas que ce qui est doux soit amer et que ce qui.amer
soit doux.
Il appelait cette faon de s'exprimer parler ngre.





MMOIRES


Dans une conversation que j'ai en au Cap avec le-
gnral Leclerc,il m'a dit qu'tant amana,, (1) la
tte de l'lle, il avait envoy un espion pour voir si j'y
tais, que cet espion lui avait rapport qu'effective-
ment j'tais dans cette ville; pourquoi donc n'st-il
pas venu m'y trouver pour me transmettre les ordres
du Premier Consul, avant de commencer les hostili-
ts ? Il aurait vu l'empressement que j'aurais mis y
souscrire. Au contraire, il a profit de mon sjour
Santo-Domiogo pour se rendre au Cap, et envoyer
des dtachements sur tous les points de la colonie,
cela prouve qu'il n'avait pas l'iitention de me rien
communiquer.
Si le gnral Leclerc est all dans la colonie pour
faire du mal, on ne doit pas me l'imputer. Il est
vrai qu'on ne doit s'en prendre qu' un de nous deux;
mais pour peuqu'on veuille me rendre justice, on ver-
ra que c'est lui qui est l'autur de tous les maux que
l'Isle a essuy, puisque, sans me prvenir, il est entr
dans la colonie qu'il a trouve intacte, qu'il est tomb
sur les habitants qui travaillaient et sur tous ceux qui,
ont contribu la conservation de l'Isle, en versant
leur sang pour la mre patrie, voil prcisment la
source du mal.
Si deux enfants se battent ensemble, leur pre ou
leur mre ne doivent-il pas les en empcher, et s'in-
former lequel est l'agresseur, et le punir ou les pu-
nir tous deux en cas qu'ils eussent tort tous deux,.
De mme le gnral Leclerc n'avait pas le droit de
me faire arrter. Le Gouvernement seul pouvait nous





i C'est ce cap que l'escadre franaise se rallia poar
la dernire fbis.





X

93


fire arrter tous' deux, nous entendre et ,neus juger.
Cependant. e gnral Leclerc joeit.de la liberty et je
suis, dans le. ond d'un cachot:,
.Aprs avoir rendu compete de ma conduit depuis
l'arrive de l'escadre Saint-Domingue, j'entrerai
dans quelques details sur celle que j'ai tenu avant le
dbarquement.
Depuis que je suis entr au service de la Rpubli-
que, () je n'ai jamais reu un sol d'appointements. Le
gnral Lavaux, les agents du gouvernement et toutes
les personnel qui avaient l'inspection sur la caisse
publique peuvent me rendre cette justice, personnel
n'a jamais t plus dlicat ni plus dsintress que
moi ; j'ai seulement reu quelques fois le traite-
ment de table qui m'tait accord, encore trs
souvent ne l'ai-je pas demand. Si j'ai donn des or-
dres de prendre quelques sommes la caisse c'tait
toujours pour le bien public; l'ordonnateur les fai-
sait passer o le bien du service l'exigeait. J'ai con-
naissance qu'une seule fois seulement, tant soign
chez moi, j'ai emprunt six mille livres du citoyen
Smith qui tait ordonnateur au dpartement du Sud.
Voici en deux mots ma conduite et le rsultat de
mon administration.
A l'vacuation des Anglais il n'y avait pas un sol
au trsor rpublicain, ou tait oblig de fire des eWm
prints pour payer la troupe et les salaries de la A1-





L'Ouverture qui, come touses esclaves insurge da
Ntprd, avait pass au service du gouvernement espagnol,
alors en guerre avec la France, fit la Marmelade, le
15 prairialan II [4 mai 1794] sa soumission au gnral La
veaux, gouverneur de Saint-Domingue. Il lui fait par ce
gouvernement chef de brigade, commandant-aux Gonal.
ves et dpendances.






MXMO!RES


publique. A l'arrive du gnral Leclerc, il a trouv
3 millions cinq cent mille livres en caisse. (1) Quand je-
rentrai au Caye aprs le dpart du gnral Rigaud, (2),
lacaisse tait vide. Le gnral Leclerc y a trouv 3 mil-
lions, il en a trouv de mme et proportion dans
toutes les autres caisses particulires de I'Isle.
D'aprs cela on peut voir que je n'ai pas servi ma
Patrie par intrt, mais a contraire que je l'ai servi
avec honneur, fidlit, probit, dans l'espoir de rece-
voir un jour des tmoignages ffatteursde la reconnais-
sance du Gouvernement.
Toutes les personnel qui m'ont connu me rendront
justice. J'ai t esclave, j'ose l'avouer, mais je n'ai. ja-
mais essuy mme des reproches de la part de mes
matres. (3)

1 Rien que dans la caisse du Port-Rpublicain.
2 Rigaud (Andr], multre, naquit aux dayes, le 17
janvier 1761. Il vit avec douleur et rage L'Ouverture se
coaliser avec les Anglais et les colons contre la France
rpublicaine; il prit les armes dans le Sud, le 29 prairial
an VII [17 juin 1899 ; aprs une lutte mmorable, il fut
contraint de s'embarquer pour la France, le 10 thermi-
doj an VIII [29 juillet 1800|. Il revint avec l'expdition
franaise; dport, il ne reparut dans la colonie qu'en
1810. Rigaud tait taill pour les grandes choses; son,
seul chagrin, disait-il souvent, c'tait de ne pas tre n-
gre. 11 aimait encore rpter :
Le premier qui fut roi fut un soldat heureux *
Cette reminiscence dnote quelle tait l'tendue de son
ambition. Il mourut aux Cayes, le 18 septembre 1811.
3 Le mnitre de L'Ouverture tait le comte de Brda,
cousin du comte de No, qui avait aussi des habitations
dans la Plaine-du-Nord; ce qui fit souvent croire qae
L'Ouverture appartenait cette dernire famille.
Le comte de Brda, comme tous les grands planteurs,
passa dans les contres que les Anglais occupaient St-
Domingue; relgu l'Arcahaye o commandait le trai-
tre multre Lapointe [Jean-Baptiste], vieux, pauvre,.
chagrin, dcourag surtout par la proclamation de la
Irbert gnrale, il pass un jour un singulier march

Valentin de ullion. Notice sur Andr higaud.






MMIOIRES


Je n'ai s jamais rien nlglig Saint-Domingue pour
le bonheur de l'Isle, j'ai pris sur mon repos pour y
contribuer, je lui ai tout sacrifi, je me faisais un de-
voir et un plaisir de contribuer la prosprit de
cette belle colonies; zle, activity, courage, j'ai tout
employ.
L'Isle avait t envahie par les ennemis de la R-
publique, je n'avais alors qu'une quarantine de mille
hommes, arms de piques, je les ai tous renvoys
la culture, et ai organis quelques rgiments d'aprs
l'autorisation du gnral Lavaux.
La parties Espagnole s'tait jointe aux Anglais pour
avec Lapointe. Je tiens le fait d'honorables tmoignages.
Lapointe, qui ne croyait pas la dure de la libert g-
nrale dit au comte, pour lui reliever le moral : Tenez,
je vous achte votre vieux ngre.- Lequel, rpond le
vieux comte, comme se rveillant en sursaut ?- Votre
coquin de Toussaint, qui se dit L'Ouverture; je vous
l'achte tout gnral qu'il est. La vents de L'Ouverture
fut effectivement passe en due forme, nmoyennant huit
cents gourdes [environ quatre mille quatre-vingt francs].
Lapointe vacua la colonie avec les Anglais ; il ne re-
vint au Port-au-Prince que vers 1811. Le capitaine La
Ruine Leroux, don't il avait fait fusiller un frre l'Ar-
-cahaye et don't on se rappelle, au Port-au-Prince, la vio-
lence du caractre, jura de le mettre mort sur le rivage,
,s'il osait y dbarquer. Lapointe, convaincu que l'excu-
tion et suivi la menace, tait depuis huit jours confin
son bord. Mais Ption, alors Prsidnt de la Rpubli-
que, bien qu'il professt contre Lapointe un just et pro-
fond ressentiment cause du grand mal qu'il avait fait
la cause de la libert, ordonna, avec sa grandeur d'me .
ordinaire, que Lapointe descendit terre, en faisant ve-
nir au gouvernement La Ruine et en l'avertissant que
s'il avait l'audace de toucher Lapointe, il le ferait pas-
ser par les armes sans jugement. Ption refusa de voir
Lapointe qui se glissa jusqu'aux Cayes oi il vcut et
mourut dans'l'ignominie.,
1 Comme il y avait au Cap les 0or, 2e et 3e rgiments,
L'Ouverture organisa aux Gonaves, au Dondon, la Mar-
melade, etc., le 4o regiment don't Dessalines eut le com-
mandement; le 5e, Moyse; le 6e, Clerveaux; le 7e, Des-
rouleaux ; le 8e'Blanc-Cazenarc.


95






56 lMMOIRES

faire la guerre aux franais. Le gnral Dufourneau
fut envoy pour attaquer Saint Michel avec de la
troupe de ligne bien discipline, il n'a pas pu le pren-
dre. Le gnral Lavaux m'ordonna d'attaquer cette
place, je I'emportai. Il est remaiquer que lors de
l'attaque du gnral Dufourneau la place n'tait pas
fortifie et que lorsque je maen suislempar, elle tait
fortifie et flanque de bastions dans tous les angles.
J'ai galement pris Saint Raphal et Hinche et en ai
rendu compete au gnral Lavaux; les Anglais taient
retranchs au pont l'Ester, je les en ai ciasss. Ils
taient en possession de la Petite Rivire, j'avais pour
toutes munitions une caisse de cartouches qui tait
tombe dans l'eau en allant l'attaque. Cela ne m'a
pas rebut, j'ai emport cette place d'assaut avant le
jour avec mes dragons et ai fait toute la garnison
prisonnire que j'ai envoy au gnral Lavaux. Avec
une seule pice de canon et neuf que j'avais prises
la Petite Rivire, j'ai attaqu et emport d'assaut une
fortification dfendue par sept pieces de canon don't
je me suis empar. Je me suis galement empar
sur les Espagnols des camps retranchs Muiraux et
de la Bonneverrette. J'ai livr et gagn aux Anglais
une fameuse bataille qui a dur depuis six heures du
matin jusqu' la nuit. Cette bataille a t si sanglante
que les chemins taient couverts de morts et qu'on
voyait de toute part couler des ruisseaux de pang
f Je me suis empar de tous les bagages et munitions
de l'ennemi, leur ai fait un grand nombre de prison-
niers et ai envoy le toutau gnral Lavaux en lui ren-
dant compete de l'action. (1) Tous les postes des An-
1 Cette sanglante action eut lieu le 9 fructidor an Ill
126 aot 1795J suivant le rapport de L'Ouverture au g-
nral Lavaux; elle se passa depuis la sortie du bourg des
Verrettes jusqu' l'habitation Moreau, sur la route de
Saint-Marc. Le colonel Dessources, qui commandait pour
les Anglais, y perdit quatre pieces de canon, tous les
bagages et ses blesss; lui-mme il fut oblig d'abandon-







;glais sur les hauteurs de Saint-Marc ont t repous-
-se par moi, les fortifications en mur dans les mon-
lagnes de Fontbatiste et d'lise, le camp de Roide
dans la montagne de Mateux que les Anglais regar-
daient comme imprenable, la citadelle de Mirablos,
appel le Gibraltar de l'Ile, occupe par onze cents
hommes, le fameux camp de la Cue du Sot, la forti-
fication trois tages en maonnage du Trou d'eau,
celle de camp de Ccile et Bambin, en un mot toutes
les fortifications que les Anglais avaient dans cette
parties n'ont pu me rsister, non plus que celle de
Niebe, de Saint Jean, de la Magouane, de la Matte
Banique et autres lieux occups par les Espagnols,
tout a t remis par moi au pouvoir de la Rpubli-
que. (1)J'ai oouru les plus grands dangers, failli plu-
-sieurs fois d'tre prisonnier et vers mon sang pour
la Patrie, j'ai reu une balle dans ma hanche droite
que j'ai encore dans le corps ; j'ai eu une contusion
violent la tte occasionne par un boulet qui m'a
tellement branl la mchoire que la plus grande
parties de mes dents sont tombes et que le peu qui
me reste est encore trs vacillant(2); enfin j'ai reu
dans diffrentes occasions dix-sept blessures don't il
,me reste encore des cicatrices honorables.





-ier son cheval et de se jeter travers les bois. Desrou-
leaux, Dessalines, Valery, Clerveaux se firent particuli-
rement remarquer dans cette memorable journe.
1 Voyez pour les dtails de la plupart de ces combats,
SVie de Toussaint-L'Ouverture par Saint-Rmy. Paris,
1850, chez Moquet, rue de la Harpe, 90.
2 C'est donc cette terrible contusion que L'Ouverture
,reut pendant une de ses nombreuses tentatives contre
Saint-Marc, qu'il devait la perte de ses dents. Cependant
on a voulu faire remonter cette perte de dents une po-
que antrieure la revolution, et en faire driver le sur-





MMOIRES


Le gnral Lavaux a t tmoin de glusieurs ac-
tions, il est trop just pour ne pas me rendre justice,
et dire si j'ai jamais hsit ma vie lorsqu'il s'agissait
de procurer un bien-tre mon pays et un triomphe
la Rpublique.
Si je voulais computer tous les services que j'ai ren-
dus dans tous les genres au Gouvernement, il me
faudrait plusieurs volumes et ne finirais jamais, et
pour me rcompenser de tous ces services on m'ar-
rte arbitrairement Saint-Domingue comme un cri-
minel, on me garrote, on me conduit bord sans
gard pour mon rang et pour ce que j'ai fait, sans
aucun management. Est-ce l la rcompense de
mes travaux ? D'aprs ma conduite pouvais-je m'at-
tendre un pareil traitement ? J'avais de la fortune
depuis longtemps, la revolution m'a trouv avec en-
viron six cent quarante-huit mille francs, (1) je les ai
puiss en servant ma Patrie. J'avais seulement ache-
t une petite proprit pour y tablir mon pouse et
ma famille; aujourd'hui aprs une pareille conduite
on cherche me couvrir d'opprobe et d'infamie et on
me rend le plus malheureux des homes en me pri-
vant de la libert et de ce que j'aie le plus cher au
monde: d'un pre respectable g de cent cinq ans
qui a besoin de mes secours, d'une femme adore qui




L'Ouverture, comme significatif du grand vide qui
existait entire ses maxillaires.
1 Ici, il faut interpreter: L'Ouverture parle sans dou-
te de la revolution du 10 aot o Louis XVI fut arrt et
non point de l'poque de 89; je pense ainsi, parce que
j'ai remarqu que dans beaucoup de ses lettres, il ne
manque jamais d'ajouter au mot de revolution, ceux-ci:
du 10 aot. En effet, cette poque seulement, il pou-
vait avoir une fortune si considerable, bien qu'il ft dj:
riche de ses conomies, alors qu'il tait esclave.






UEMO!RES


ne pourra sans doute pas supporter les maux don't
elle sera accable loin de moi, et d'une famille ch.
rie qui faisait le bonheur de ma vie.
En arrivant en France j'ai crit au premier Consul
et au Ministre de la Marine pour leur rendre compete
de ma position et leur demander des secours pour
moi et ma famille. Sansdoute ils ont senti la justicede
ma demand, et ont ordonn qu'on m'accordt ce que
je demandais, mats au lieu d'excuter, leurs ordres,
on m'a envoy de vieux haillons de soldats dj
moiti pourris et des souliers de mme. Avais-je
besoin que l'on ajoute cette humiliation mon mal-
heur ?
En descendant de vaisseau on m'a fait monter en
voiture. (1) J'esprais alors qu'on allait me traduire
devant un tribunal pour y rendre compete de ma con-
duite et y tre jug, mais au lieu de cela on m'a
conduit:sans un instant de repos dani un fort sur les
frontires de la Rpublique, o l'on m'enferme dans
un affreux cachot. (2) C'est du fond de ce cachot que
j'ai recours la justice, la magnanimit du Premier
Consul; il est trop gnreux et un trop bon gnral
pour laisser un ancien militaire covert de blessures
au service de la Patrie, mourir daus un cachot sans
lui donier mme la satisfaction de se justifier et de
faire prononcer sur son sort.
Je demand donc d'tre traduit devant un tribunal
ou conseil de guerre o on fera parattre aussi le gn-

1 L'Ouverture n'tait accompagn que de son seul do-
mestique, Mars Plaisir.
2 Au chateau de .oux, prs de Besanon dans la Fran-
che-Comt, L'Ouverture arrive Besanon dans la nuit
du 4 au 5 fructidor (22 au 23 aot 1802), escort par qua-
tre hommes du 2e chasseurs, non comprise l'escorte int-
rieure de sa voiture. 11 passa la journe dans les prisons
de Besanon. Le 5, deux heures du matin, il fut dirig
au chAteau de Joux qui devait tre son tombeau. Rapport
de gnral Mesnard.






100 MMYOIftEg"


ralLeclerc, et que l'on nous jugeaprs nousavoir en..
tends l'un et 'autre; l'quit, la raison, les Jois,
tout m'assure qu'on ne peut me refuser cette justice.
En traversant la France j'ai la sur les papers pu-
blics un article qui me concern.
On m'a accus d'tre un rebelle et uQ traitroe et
pour justifier cette accusation ou dit avoir intercept
une lettre par laquelle on engageait les, cltivateurs
de Saint-Domingue se soulever. (I)
1 La lettre tait adresse l'adjudant-gnral Fontaine,
alors au Cap; en voici un extrait :
Au Quartier de L'Ouverture [Ennery], le 7 prairial
an X [27 mai 1882]
Le gnral Toussaint-L'Ouverture au citoyen Fontaine.
On dit la sant du gnral Leclerc mauvaise, la
Tortue, ce don't il faut avoir grand soin de m'instrui-
re. Puis L'Ouverture parle de farines quW faudrait d.
barquer en sret; il engage d'empcher les cultivateurs
de travailler, de voir fire mettre en liberty un nomm
D... qui tait alors en prison au Cap. Le mot farine tut
interprt par celui de poudre.
Cette lettre vraie ou fausse occasionna la mort de Fon-
taine, il fut pass pr les armes. Un instant avant sa
mort, cet officer fit, par crit ses adieux sa famille
dans les terms les plus touchants. Cet crit tait un
chef-d'oeuvre d'loquence et de resignation. ([
Quant l'initiale D, un crivain national, M. Madiou,
dans son Histoire d'Halti, imprime au Port-an-Prince,
a voulu y dcouvrir le nom de Dommage, bien que ce
dernier ft alors dans son commandement Jrmie.
Quoi qu'il en soit, disons ici que Jean-Baptiste Rousselot,
qui les soldats avaient donn le surnom de Dommage,
parce que L'Ouverture le voyant bless dans une action
s'tait cri: C'est domrmae Quoi qu'il en soit enan,
Dommage, arrt Jrmie, fut condamn au Capo tre-
pendu, malgr sa position militaire. Comme aucun des
deux bourreaux du Cap ne voulut remplir ce funeste et
inique office, il fut fusill la Fossette, le 12 brumaire
an XI [A novembre 1803], vingt-quatre heures aprs la
mort de Leclerc. Son cadavre fut ensuite tran par les
soldats et accroch la potence de la Place-Royale, o il
resta expos quarante-huit heures.
SPamphile de Lacroix, Rvolution de Saint-Domingue.


400






arMOIRES 101
Je n'ai jamais crit de pareille lettre et mets au
dfi qui que ce soit de la produire, de me citer a qui
je l'ai adresse et de me fair paraitrecette personde.
Au rest cette calomnie tombe d'elle-mme. Si j'a-
vais etp 'intention de. reprendre tes armes, les aurais-
je dposes et aurais-je fait aFes soumissions ? Un hom-
me raisonnable, encore moins, un miiitaire, ne peut
pas supporter une pareille absurdit.

Addition au present Mmoire (1)

Si le Gouvernement avait envoy un homme plus
sage, il n'y aurait eu aucun mal, ni un seul coup de
fusi tir. (2)
Pourquoi la peur a-t-elle occasionn tant d'injus-
tice de la part du gnral ? Pourquoi a-t-il manqu
sa parole ? pourquoi l'arrive de la frgate la Guer-
ri.re qui conduisait mon pouse ai-je vu plusieurs
perdonaes qui avaient t arrtes avec elle ? Plu-
sieurs de ces personnel n'avaient jamais tir un coup












1 Ce nouveau titre est textuel.
2 La remise si tardive de la lettre du Premier Consul
dent le gnral Leclerc tait porter et don't j'ai donp
quelques fragments, a plus influ qu'on ne pense, dit
Pamphile de Lacroix, sur les dterminationgde Toussaint.
L'Oaverture, dterminations qui ont entrain les desti.
nes de Saint-Domingue.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs