• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Introduction
 Cartographie de Costa-Rica
 Vocabulaire geographique
 Documents: Texte Espagnol et version...
 Appendices
 Table et index alphabetiques
 Table of Contents
 Index alphabetiques des noms...
 Index alphabetiques des noms de...
 Index chronologique des cartes...














Group Title: La géographie historique et les droits territoriaux de la république de Costa-Rica; : aperc¸u critique avec documents a` l'appui: éclaircissements soumis a` ... le président de la République franc¸aise, arbitre de la question des limites entre Costa-Rica et Columbia,
Title: La géographie historique et les droits territoriaux de la république de Costa-Rica
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078531/00001
 Material Information
Title: La géographie historique et les droits territoriaux de la république de Costa-Rica aperçu critique avec documents à l'appui: éclaircissements soumis à ... le président de la République française, arbitre de la question des limites entre Costa-Rica et Columbia
Physical Description: viii, 364, 4, 365-385, 2 p. incl. facsims. : 16 maps (4 fold.) ; 33 x 26 cm.
Language: Spanish
Creator: Peralta, Manuel M. de ( Manuel María ), b. 1844
Publisher: Impr. générale Lahure
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1900
 Subjects
Subject: Boundaries -- Costa Rica -- Colombia   ( lcsh )
Boundaries -- Colombia -- Costa Rica   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Manuel M. de Peralta ...
General Note: "Documents; texte espagnol et version française": p. 95-343.
General Note: Master microform held by: DLC.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078531
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000127429
oclc - 28949009
notis - AAP3417
lccn - nuc87678163

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Introduction
        Introduction 1
        Introduction 2
        Introduction 3
        Introduction 4
    Cartographie de Costa-Rica
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Vocabulaire geographique
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
    Documents: Texte Espagnol et version Francaise
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 185a
        Page 185b
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
    Appendices
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 364a
        Page 364b
        Page 364c
        Page 364d
    Table et index alphabetiques
        Page 365
        Page 366
    Table of Contents
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
    Index alphabetiques des noms geographiques
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
    Index alphabetiques des noms de personnes
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
    Index chronologique des cartes geographiques
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
Full Text








LA GEOGRAPHIC HISTORIQUE

ET ILES


DROITS TERRITORIAUX


DE LA RIPUBLIQUE DE COSTA-RICA



APERQU CRITIQUE
avec documents & I'appul


ECLAIRCISSEMENTS
SOUMIS A
S. E. M. le President de la R6publique Frangaise
ARBITBE DE LA QUESTION DES LIMITS
ENTIRE COSTA-RICA ET COLOMBIA

PAR
MANUEL M. DE PERALTA
ENvoyE EXTRAORDINAIRE ET MINISTRY PLENIPOTKNTIAIRE D COSTA-RICA





PARIS
1900





.... ;: ;ii)\

























INT REDUCTION


Nous avons cru bon de recueillir dans ce volume quelques notes et com-
mentaires d&jA presents A Son Excellence l'Arbitre, notamment dans le
volume imprim6 A Madrid en 1890 sous le titre de Limites de Costa Rica y
Colombia.
L'apergu sur la cartographie de Costa-Rica et de Veragua de cet ouvrage a
Wte seulement amplified en vue de r6futer quelques erreurs criardes des avocats
de Colombia, destinies n6cessairement A favoriser la cause colombienne et A
la presenter sous un jour aussi nouveau que contraire A la verite.
Parmi les erreurs de Colombia nous relevons en particulier cells qui se
rapportent au d6placement des rivieres, leur attribuant une autre position que
celle qui leur est reconnue par les documents les plus dignes de foi; les tra-
ductions infideles, forces ou alambiquees de textes espagnols clairs; l'imputa-
tion d'une ponctuation sui generis A des pieces qui en manquent dans leurs
originaux, et l'omission ou l'oubli des lois, c6dules ou provisions royales qui
contrarient les desseins de Colombia et favorisent et appuient les revendica-
tions de Costa-Rica, telles que les lois de 1542 et de 1751 portant suppression
de l'audience de Panami.













INTRODUCTION.


Le d6placement du rio Bel6n est une veritable nouveaut6 imagine en
1898-1899 par Messieurs les avocats de Colombia, et nous avons eu soin de
reliever celle tentative de substitution en reproduisant, come preuve A l'appui,
des textes et des fac-simil6s de cartes g6ographiques anciennes et modernes.
Cinq de ces dernikres sont colombiennes et officielles.
A cotl de cette tentative il faut en placer une autre du meme genre que
Costa-Rica a dejA signal6e dans sa Riplique A l'Exposd de Colombia : celle de
pr6tendre que le gouvernement de Veragua dtpendait de l'alcaldia-major de
Nata. Une telle affirmation est contraire au sens commun et A la 16gislation
espagnole.
Si l'Hnormit6 de ces erreurs les rend inoffensives, il en est d'autres non
noins grossieres qui pourraient 6tre plus graves et plus dangereuses parce
que la parties adverse a cherch6 A les faire glisser artificieusement sous le
convert de la Recopilacibn de leyes de Indias (Recueil des lois des Indes), en
donnant pour 6tabli et prouv6 que ces lois 6taient touts reellement en vigueur
lors de la publication de ce recueil. Loin d'6tre un code, comme le pretend
Colombia, ce recueil a WtC consid6r6 si d6fectueux et si insuffisant, que
Philippe V et ses successeurs reconnurent la necessit6 de l'amender et
de le refondre, et donnirent des ordres en consequence. Le fait seul qu'il
renferme des lois et des dispositions nombreuses contradictoires entire
elles prouve abondamment qu'il n'est qu'un amas incomplete, par ordre de
inatikres, des lois 6dictees successivement, depuis 1493 jusqu'en 1680, pour
Administration des colonies espagnoles et que, pour leur application, il faut
s'en tenir an principle universal de droit que la loi posterieure abroge l'an-
tfrieure.
En ce qui concern les frontieres de ces colonies, ce principle 6tait cou-
rant et en vigueur vers 1545, puisque Gonzalo Fernindez de Oviedo s'exprime
en ces terms :
Je n'tendrais pas Castilla del Oro au delA de la pointe de Chame vers
le couchant de cette c6te (82' 5' ouest du m6ridien de Paris, 8" 37' latitude
nord) conform6ment aux premieres limiles assignees A Pedrarias, mais en
cette matibre, que la volonit du prince soil la loi, car il les change, les aug-













INTRODUCTION.


mente et les raccourcit tous les jours, et nous devons nous soumettre A ses
provisions et commandments' ,.
Costa-Rica ne demand que l'application de ce principle de droit si sim-
plement 6nonc6 par le premier historien official de Nouveau-Monde, et puisque
la volont6 du souverain, exprimee solennellement sous la forme prescrite par
les lois, a maintenu Costa-Rica, jusqu'en 1821, avec la d6limitation qui lui fut
assignee par Philippe II, la r6publique de Costa-Rica attend de la haute
impartiality de Son Excellence l'Arbitre qu'il lui soit adjugc comme frontiere
du c6te de Colombia la delimitation faite par Philippe II, telle qu'elle appert
des cedules royales des 1" d6cembre 1573, 18 fWvrier 1574, 30 aofit 1576,
26 et 29 d6cembre 1593, confirm6e par toutes les provisions et c6dules de
ses successeurs, jusqu'A celle du 8 octobre 1818 (reproduite a la page 298
de ce volume), et cela d'apres la lettre et l'esprit des lois I, titre I et I, titre II,
livre V, de la Recopilacidn de Indias. Ces deux lois de 1680 couvrent autant
le passe qu'elles visent l'avenir, et sont posterieures A toutes les lois de ce
m6me recueil invoqu6es par Colombia.
Ces divers actes royaux font voir quel est le territoire que poss6dait
16galement Costa-Rica en 1810-1821 et que ses frontieres sont celles de ce
que Colombia nomme l'uti possidelis dejure de 1810.
Colombia elle-m6me se charge de prouver l'effectivit6 de cette possession
de la part de Costa-Rica lorsqu'elle dit que c les mots domaine et propridth
employss dans l'article 9 du trait du 15 mars 1825, qui 6tait une convention
d'alliance et de garantie r6ciproques et non pas en faveur exclusive de Colom-
bia) elaient intentionnellement employs pour opposer la possession de droit,
l'uti possidetis de jure, A LA POSSESSION DE FAIT, a la possession precaire de la
Republique des Provinces-Unies du Centre-Amdrique, contre laquelle protestait
Colombia' ,.

i. u Assi que, A Castilla del Oro no la avria yo por mas de hasta la punta de Chame, a la parte del
Poniente, en esta costa, conform A los limits primeros asignados A Pedrarias; pero en esto la voluntad
del principle sea ley, e cada dia enmiendan e crescen e acortan, e a sus provisions e mandamientos nos
atengamos D FERNANDEZ DE OVIEDO, tome IV p. 116. -PERALTA, Limiles de Costa Rica y Colombia, p. 15.
2. Deuxibme Mlemoire presented au nom de la Republique de Colombie, p. 84. Voir ce volume
p. 505 et suivantes.














vn INTRODUCTION.

Costa-Rica a prouv6 la lgitimitM de sa possession, et Colombia avoue que
cette possession Mtait reelle et materielle en 1825, done l'uti possidetis de
jure de 1810 on 1821 reconnait et donne A la r6publique de Costa-Rica les
frontieres qu'elle a pri6 respectueusement Son Excellence l'Arbitre de lui
adjuger.

Paris, Ic 4 juillet !900.

















CARTOGRAPHIE DE COSTA-RICA

ET DE


VERAGUA




Erreurs carlographiques. Fausses positions gdographiques.
Les rivibres Belin, Culebra, Doraces, Chiriqui-Viejo et Quemados.
Opinion de Humboldt.

I

Les notions geographiques que l'on avait sur Costa-Rica et sur Veragua aux
xvIt et xviin siecles se trouvent r4sumines dans la Descripcibn de las Indias de
Antonio de Herlera (publide A Madrid en 1601 et Iraduile dans les langues prin-
cipales de l'Europe) et dans celle de Jean de Laet, d'Anvers, qui, suivant les
traces de Herrera et corrigeant parfois les erreurs avre'es de celui-ci, derivit avec
un grand soin de la vdrilt son Histoire du Nouveau Monde ou Description des
Indes occidentales.
Herrera exergait la charge d'historiographe official des Indes, ce qui lui permit
de consulter les documents amasses dans les archives du Conseil supreme des
Indes, et il se servit liberalement des travaux de ses preddcesseurs, Oviedo,
Alonso de Santa Cruz et Juan L6pez de Velasco, cosmographes de Sa Majestd, ct de
la Historia de las Indias de BarthBlemy de las Casas, eveque de Chiapas,
L6pez de Velasco 4crivit sa Descripcibn universal de las Indias par ordre et
I













(AATOGltAPlllE.


d'apreis les instructions de Juan de Ovando, qui fut president dudit Conseil. Le
manuscript de cette description rest inddit jusqu'en 1894. Elle abonde en details
intdressants et il convent de la consulter parce qu'clle ddcrit t'dlat et trace les
divisions politiques de 1'Amdriquc en 1574, et sert d'Cclaircissement i la Descrip-
ci6n de las Indias de Antonio de Herrera.
A cette 6poque, la geographic dlail plulot une nomenclature qu'une description
physique e la terre, ct les domains de l'Espagne, qui tons dependaient d'une
seule volontd, ltaicnt trop vastes pour que les historians pensassent a specifier les
limits dte chaque province et h fixer pour homes, d'autres que celles des mers,
des crimes des cordillres ct du course du soleil.
Ni Herrera, ni de Lael ne dtlerminent d'une manierc precise les frontieres dc
Gosta-Rica; mais I'un et I'autre, d'accord avec les lois en vigueur, placent sous
la jurisdiction de Costa-Rica les haies de Saint-Hierosme et de Carabaco (baie de
V'Amiral et lagune de Chiriqui), sur hls limits de Veragua. c Et sur la mer du
Sud, outre le port de Nicoya, dit de Laet, clle ; diverse haics, caps et isles,
depuis le cap Blanc jusqu'i la POINTE D BORICA ei plus oulre'. '
Un lhislorien einral, coinme Herrera, donnait pen d'importance a la line
sptciale de ddmarcalion entire deux provinces qui ddpendaient du meme souvc-
rain, ct pour connaltre les confines de ces provinces il est indispensable de recou-
rir aux tires royaux, cddule c el capilulations qui formvnrcni la constitution politique
et territorial des Indes, ou, h leir ddfaut, aux actes administratifs legalement
destinds a traduire ou interpreter la volonil du souverain.
En deors tide cela, c'csl le chaos, el rien i'est plus contradictoire ni plus
conl'us que la geographic polilique de I'Amdrique 6crile par des aulcurs qui, sans
se coil'ormer a ces litres ct sans connaitlre l pays, se sont hasardds a tracer tes
lines frontirces.
Cc que IHerrera ne lit pas, les strangers ne l'auraient pu fire que difficile-

i. IERRERA, Description des Intles occidentales, lcap. XIII. JOANNE DE LAET, Nor'us orbis, chap. XXII,
Leyde, 1633. L.E ME~., Histoire dit Nourteau Monde, chap. XXII, I.ede, 1610. PEnIL.Tx, Limiles (III),
p. 554.













COSTA-RICA ET VERAGUA.


ment, car ni les archives, ni les colonies espagnoles ne leur etaient accessible,
et, depuis Jean de Lact jusqu'au baron de Humboldt, les connaissances gdogra-
phiques sur I'Amirique Centrale sont resides presque stationnaires.
A ddfaut des litres valables, et sculcment i ddfaut d'cux, on concoit que les
cares de D'Anville, de Vaugondy, de Faden, de Jefferys et autres, et le Dictionnaire
historico-geographique d'Anumrique, par D. Antonio de Alcedo, soient les grands
arguments don't se sont servis les publicistes colombiens, notamment M. Fernin-
dcz Madrid, pour prdiendre que les limits de la Colombie s'ltendent jusqu'au
fleuve Culebras on le fleuve Doraces, et mWme jusqu'a Punta-Careta, car il n'est
pas possible de prendre au sdrieux les prCtentions nouvelles de la Colombie telles
qu'elles ont did formuldes en dcembre 1898, ces pr6tentions n'4tant bases que
sur l'ignorance injustiliable des lois et des faits.
En 1836, le gouvernement de la Nouvelle-Grenade s'empara par la force de la
contrde de Bocas-del-Toro, dispersant les colons centre-americains y etablis sous
Ics auspices de Costa-Rica et du government fd&dral, et le Congres no-granadin,
en signalant come linite occidenlale du territoire de Bocas-del-Toro le fleuve
Culebras (le faux fleuve Gulebras, Iransfrrd par D'Anville en 1746, de sa vraie posi-
lion, an sud de l'ile Escitdo-de-Veragua), laissa supposed que iR s'arrktaient ses
prctentions territoriales. Le Culebras vise par le Congres dtait celui des caries de
D'Anville et de Vaugondy, comme I'cntend en 1852 M. Fernaindez Madrid, d'apres
les citations frdquentes qu'il faith de ces gdogralhes.
Ce minne Culebras lut adopld par le gouvernement de la Nouvelle-Grenade en
1855, quand il transmit A son plenipotentiairc, le general Ierrain, come instruc-
tions pour conclude un trait6 de limits avec Costa-Rica, le rapport pr6sente par
M. Fermindez Madrid an Sniat, de sorte que, quel que soit le fleuve Culebras que
s'aviserait de rdclamer aujourd'hui pour limited le gouvernement de Colombia, nous
pouvons prendre pour sujet de discussion celui de la carte de l'Amdrique septen-
trionale par D'Anville.












CARTOGRAPHIE.


II1

Voyons d'abord quclles dlaient les rivibres de Costa-Rica connues des gdogra-
phcs, ses ports ct les vicissitudes de quelques-uns d'entre eux, pour inicux apprd-
cier la valeur de Icur temoignage ct la valeur des argiumenis que sur un terrain si
,nouvant present la Colombie.
Dans sa Descripci6n de las Indlis Hlerrera nte ait pas mention des fleuves de
,osta-Rica, nais dans la carte de I'audicnce de Guatemala v ins6dre, il ddsigne,
entire Ic Desaguadero el la Baie-de-San-Jerinimo (Bahia-del-Almiirante), les flcuvcs
tlhqtuez, (de-los-An'uelos et Suerre come les seuls tribulaires de la mer dcs
Antilles. Durant les xven ct xvine si6cles, la plupart des gdograplhcs se contentment
tie ccs trois fleuves.
Cepcndant les fletves Mattim, Tarire et de-la-Estrella, siluds enlre le flcuve
Suerre et la Bahia-del-Almirante, le fleuve du Guaymi qui d6bouchie dans la
lagune de Chiriqui, ct Ie fleuve Calobebora, apple aussi Culebra et aujourd'hui
Chir iqui, elaieni bien coinu es s habitants du pays et des gouverncirs espagnols.
Les ports de Costa-Rica sur la mer du Nord dlaient : cclui de San-Juan, cn
commune avec Nicaragua, les boulches des Ilelves de-los-An.:uelos ct de Suerre,
Moin, Punta-Blanca on El-Porlele, le port de San-Marcos, ai I'embouchure du fleuve
Tarire (Sixola), c ccux de San-Jeronimo (Bocas-del-Drago) et Caribaco (ou Zoro-
bar6); mais Herrera ne cite que ccs deux dcrniers, pris des limilcs de Vieragua.
Herrera ne donnait pas i VeragiU, la nmoindre parcel e de errioire A l'ouest de
la Bahia-del-Almirante ou Bocas-del-Drago, puisque cellcs-ci faisaicnl partie du
territoire de Costa-Rica, de sore que le Cduebras de D'Anville se trouvaili plus de
quinzc li'Cues a l'ouiic des limil ts de Veragua, signalccs par le vrai fleuve Culebra,
a;lobebora ou (liriqui, qui tomibe sous Ic miridien de l'ile de l'Escudo, scion la
deinarcalion de 15753 t la juridiclion en vigueur jusqu'cn 1821.












BIVIfRES DE VETAGUA.


Sur la mer du Sud les ports de Costa-Rica etaient ceux de Nicoya, Paro,
Aranjuez on port de Ribera sur I'ancien emplacement de Bruselas, Santa-Cruz
l'ile de Chira, San-Pedro-del-Pahlar, aujourd'hui Puntarenas, Landecho on
Caldera, Lat-Herradura, le port Anglais on de Coronado, A 1'embouchure du fleuve
Grande-de-Tirraba, et les ports du golfe d'Osa ou Dhdce, le Golfito, etc.; mais
llerrera n'en ddsigne aucun, pas plus qu'aucun fleuve tributaire du Pacifique.
Les fleuves Zapandi ou de-la-Despensa (aujourd'hui Tempisque), de-la-Bar-
ranca, Grande, de-los-Mangues, appele dans les routiers espagnols du xvi" siecle
fleuve de-la-Estrella (aujourd'hui Naranjo, qui n'a rien de commun avec le vrai
fleuve de-la-Estrella), le fleuve Coronado ou Coto (aujourd'hui Rio-Grande-d
Terraba), les fleuves Chiriqui-Viejo et Grande-de-Chiriqui, etc., etaient bien connus,
mais les cartes gdographiques n'en font pas mention, et ce n'est que vers la fin du
xvn" siccle que commence i ligurer le faux fleuve Estrella.
Les rivieres de la province de Veragua sur la mer du Nord on des Antilles sont
plus on moins bien connues depuis la d6couverte du pays par Colomb.
Le rio Guaig ou Guyga, le rio Urird, le rio Veragua, le rio Belin, le rio Cole
et le Chagres on rio de-los-Lagartos sont nommes par Colomb on par ses compa-
gnons du quatrieme voyage.
D'apres leurs recits, confirms par Fermindez de Oviedo, le e pre Barlhlemy de
las Casas et d'autres, le rio Belin, oui Colomb essaya de fonder une colonic, se
trouve situd i 25 lieues i l'est de la baic de Zorobar6 et a 25 lieues a l'ouest du
port de Nombre-de-Dios.
Les riviires Cocld A I'est et Urird A l'ouest se trouvent ia gale distance du fleuve
Belin, et Las Casas, L6pez de Velasco et Herrera 'sont d'accord sur ce point, car
ils disent que 'Urir4 se trouve a six on sept lieues a l'ouest du BelI, et le Cocld
a six ou sept lieues i I'est. Le colonel Joaquin Acosta, historian colombien, ancient
ministry des affaires 1trangEres de la Nouvelle-Grenade, charge de ncgocier sur la
question de limits de son pays avec le Venezuela, dans un livre classique jusle-
ment renommc en Colombie, dit aussi que le rio BelIn se trouve 4 sept lieues de
distance de I'Urir4, et, d'apris son recit, on volt bien qu'il adopted les donnees












CARTOGRAPHIE.


historiques connues, assignant aux rivieres Veragua et Urird leurs respective
positions geographiques A I'ouest du rio Belen'.
On peut donc 6tre stir que Ie rio Belen est bien celui que Bellin, Humboldt,
Navarrete, les bureau hydrographiques de Paris, de Madrid et de Londres et les
routiers espagnols et anglais, les carlographes colombiens Codazzi, Paz et Ponce de
Leon, les gdographes allemands Kiepert, Kohl et autres situent, d'apres les docu-
ments hisloriqucs et les explorations les plus rdcentes, sur le mdridien 80" 51' i
l'ouest de Greenwich ct sur le 80 54' parallel de latitude nord.
Cetle position fix6e d'une maniire precise, on sait bien que les rivieres Vera-
gua, Cincepcion, Uriri et Guaig resent A l'ouest du Beltn et les rivieres Code et
Chagres a 1'est.
Sur ce point, les gdographes strangers et les gdographes colombiens, tels que
Felipe Pdrez et Francisco Javier Vergara, sont aussi d'accord.
Une tentative de translation du fleuve Beln de cette positionacquise etconsacrde
par qualre sikcles n'est plus admissible. Ce scrait fausser I'histoire et insulter A la
vdritl que de prdlendre aujourd'hui, pour les besoins d'une cause quelconque, que
le Belin de Chistoplic Colomb est autre que celui qui ddbouche dans la mer Caribe,
entire la pointe PALISSXDE it l'ouest et It pointe RIXc6. au nord-est.
Au commencement du xvii sitcle, dans une carte gdographique inlitulde
Insule americanas in oceano septentrionali cumr teiris adiacentibus, on inumere
les lleuves de Costa-Rica et de Veragua qui se diversent dans la mer du Nord :
cc sont les mimes (qu ceux de Ilerrera; nais la ville de Santiago-de-TALA.IANCA
etant ddj' fondde par ordre du gouverneur de Gosta-Rica, cc nom apparait kcrit
avec une exactitude rare pres de son siege veritable enhre deux fleuves
anonynmes qui sont Ic Tarire A l'oucst et le fleuve de-la-Estrella i l'est. En
suivant dans la inmnme direction, les Bocas-del-Drago sont situdes en leur vraic
position gdograIphique et comprennent touted la baie quc lHrrera nomme port de
San-Jer6nimo ot baic de Carabaco.

I. A.\o,.t, Cminpendio historico del deicubirimicnio y colonizacion de la Nueca Granada. Paris, 1848,
p. 10 ct 12.













RIVIERES DE COSTA-RICA.


A 1'est, en ligne droite au sud de File Escudo-de-Veragua, ddbouche la R. de
Culebra; viennent ensuite la R. de Beragua (ou Veragua), le fleuve Coquele
(Cocld), entire lesquels on a omis le fleuve bien connu de Belen, et enlin le
fleuve Chagre.
Dans cette carte le fleuve Culebra occupe la mime position geographique que
le Calobebora dans la carte de Veragua dressed par le gouverneur Lorenzo del
Salto; les fleuves Tarire et de-la-Estrella apparaissent oi ils se trouvent silues
effectivement, d'apres les explorations faites par Hernin Sinchez de Badajoz (1540),
Juan Vaizquez de Coronado (1564), Peratfn de Ribera (1570) et D. Diego de Soxo
(1605-1610).
Cette carte est peul-Ltre une des plus exactes de routes cells qu'on connait de
cette epoque, et elle a servi sans doute de module pour d'autres caries postlrieurcs.
Dans I'atlas de Guillaume Blaeu d'Amsterdam (Geographia Blaviana, tome Xl)
publiC en 1667, d'une 6chelle plus vaste, et dans IAtlas maritimo de Jacob Colom
de 1669, figurent h la meme position geographique les mWmes fleuves et les memes
noms.
La traduction frangaise de l'ouvrage dcrit par le pirate hollandais (Exmelin,
intitulee Histoire des avanturiers qui se sont signaled dans les Indes, fut publide
en 1688. La carte de Costa-Rica et Veragua (Carte dut Continent de l'Am~rique) de
cet ouvrage est infdrieure h cell de Ilaeu au point dc ue edu dessin, mais elle
detaille davantage la c6te et I'on y trouve signals les Rio de Vasques, Rio de-los-
Anzuelos, Portete, Rio de Zuera (au lieu de Suerre), P. Blanca, Boca-del-Draco,
B. del T. (Boca-del-Toro), Indios Bravos. Cabo-S.-Ant&i (Punta-Valiente), Escudo-
de-Veragua, au sud de cette lie la R. Culebra; a l'est, Veragua, R. Bildn (au lieu
de Belin), R. Codl et R. Chagre.
La carte de 1'audience de Guatemala par N. Sanson d'Abbeville, gdographe
ordinaire du Roi (Paris, 1657), suit les donntes de Herrera et de Laet, et indique
les fleuves Desaguadero, VWzquez, de-los-Anzuelos et Suerre; ct dans la direction
est-sud-est apparaissent deux fleuves sans nom, comme dans la carte Insule Ame-
ricane, mais elle omet le fleuve de Talamanca, qui dans cette derniere carte figure













CARTOGRAPHIE.


entire ces deux fleuves. Vient ensuite Bocas-del-Drago et a l'est, an confin oriental
de la lagune-de-Chiriqui d'aujourd'hui (Boca-del-Drago dans les cartes de Sanson
d'Abbeville et de Blaeu), dans son angle sud-est o4 se Iorme la Cala-Isabela on
anse de Catabella (Catabella creek) des rouliers anglais et espagnols, commence
une ligne de points qui, en serpentant Igi'rement, va se terminer au nord-est de
Punta-Burica (la carte porte Punta-de-lorita) en un point qui correspond A la
bouche du Rio-Grande-de-Chiriqui. Cette ligne est, d'apres Sanson, celle qui
spare Costa-Rica de Veragua. A l'cst de celte ligne il ne signal aucun fleuve
jusqu'a celui de Chagres, mais la Concepci6n, ancienne capital de Veragua, se
trove situde sur le fleuve de ce nom, et la Trinidad. qui se trouvait pros du fleuve
BelIn, y est indiquic, de meme que Santa-F~ I'intirieur, et Carlos sur le golf de
Tabaraba (Baie-de-Montijo).
Le fleuve Culebra, ne figure pas sur celte carte; et come Sanson a joui du
privilege d'etre copic par ses successeurs immddiats, come d'Anville ]'a ete un
siicle plus tard, c'est probablement pour ce motif qu'enlre les annies 1688 et
1746, le nom de Cul'bra n'apparait que rarement sur les caries de cette parties du
ionde.
Dans les caries le Bllaeu, de Coloin et d'(Exmelin, de meme que dans cette
preminire du commencement du xvii' sickle inlitulde Insulk americanm cuon
terris adiacentibus, la position des fleuves San-Juan on Desaguadero, Vdzque:,
Anzuelos, et Suerre, coincide avec cell signaled dans d'autres cares de la mlme
epoque.
Le fleuve Culeora coincide avec le Calobebora de Lorenzo del Salto et avec le
Chi~iqui d'aujourd'lui. Jusque-la s'dlendait la jurisdiction du territoire costa-
ricien de Talamanca; il faisail donc I'oflice de frontibre on ligne de d6marca-
tion Il'est de Bocas-del-Drago (Bahia-del-Almnirante), et il est facile de le recon-
naitre car il d6bouche en face de l'Escudo-de-Veragua.
Le cdlibre carlographe d'Anville voulut tracer une carte qui dclipsat les
anterieures, et il dul recourir aux divers maltriaux qu'il eut h sa portie. Les
relations des pirates dtaient alors en vogue et mdritaient quelque credit, et les













ERREURiS DE D'ANVILLE. 'I

cartes de Blaeu; les alas maritimes d'Arnold Colom, de Jacob Colom et de Jean van
Keulen durent lui fournir des renseignemenrts et, pariii Tes plus iimportants, celnu
!e I'exislence du fleuve Culebra.
Avec ces 61ments il trapa sa carte de I'Am'riqu Seplenlrionale publfiec a
Paris en 1746 sous les auspices du due d'OrlIans. Sur Ic liiloral de Costa-Ricd
il conserve les fleuves San-Juan, VaIlquez, Anzuelos ct Suerre' il y ajoula san,
le denommer un fleuve qui d6bouche 'a c6te' du Portete (celui de Mdtitla?) el les
Ileuves Concepci6n, San-Antonio, Talamancas, Doraces ct Culebras, ce dernier
situC pour la premiere fois 'a I'oucst de la baic de 1'Almirante. II pretendit sans
doute corriger Blaeu et la carte InsuiJ Americans du commencement du
xvi' sikcle, et il ,crivit Ic nom de Cartago entire ses fleuves Talamancas t.
Doraces en faisant un fleuve du nom de Talamanca qui, dans Blacu, est un nom
de lieu. 11 dCnomme dgalement Carthago I'ancienne ville de Santiago-de-Tala-
manea et mulliplie les fleuves a l'est : le Doraces, Ie Culebras, et deux autres ann-
nymes. Mais si d'Anville a puisd dans les cares de Hermann Moll on de Popnle
l'erreur d'appeler R. de los Talamanwca cc qui est le Rio-Tarire, les erreurs de
ddplacer le Culebras de 1'est A l'ouest de la baic de I'Almirante, et le San-Antonio
tdu versant de la mer du Sud au versant de la mer du Nord, sont bien de lui, de
mnme que la fantaisie de tracer, come limile centre Costa-Rica el Veragua, une
line poinlillie qui commengant sur la rive gauche de son fleuve Culebras d4crit
une courbe et va se terminer au cap Boruca (Burica).
Pourquoi d'Anville a-t-il faith abstraction de la delimitalion trace par Herrera,
Jean de Laet, Sanson d'Abbeville, Blacu, Jansson, Visschers, Homann de Nurem-
berg, de l'Isle, Popple et mAme de celle traede par lui dans sa carte de Terre-Ferme
en 1731', limitations qui se rapprochent plus on moins de cclles assignees par
les titres de creation du duche de Veragua et de la province de Costa-Rica et qui
laissent a celle-ci la baie de I'Almirante? Ayant transfer le fleuve Culebras d'un
point & un autre et ayant la notion vague que ce fleuve (au sud de l'Escudo-de-

1. Carte des isles de tA merique et de plusieurs pays de Terre-Ferme, par le sr d'Anville, g6ographe
ordinaire du Roi, mars 1731, que nous reproduisons ici, carte j.













CARTOGRAPHIE.


Veragua) dtait la limited orientale de Costa-Rica, d'Anville s'est vu force de ddpla-
cer la fronti6re el d'allonger a I'ouest le territoire de I'audience de Tierra-Firme.
Le fleuve Concepci6n est egalement une nouveautd introduite par d'Anville.
Ni dans les documents historiques, ni dans les notions populaires, on ne signal
un fleuve de ce nom dans la province de Costa-Rica, lout au moins A I'endroit
oiu le site le gdographe francais. II est vrai que les caries espagnoles en vigueur
denomment la riviere Colorado, bras meridional du Desaguadero, riviere de la
Concepcion, mais ce nom est inconnu dans le pays m6me, et entire le Colorado et
le Concepci6n de d'Aniville sont interposes les fleuves Viquez, Anzuelos, Suerre
et Matina. L'on petit affirier que cette denomination est aussi capricieuse que
Ic transfer du San-Antonio du versant Pacifique au versant Allanlique; celui du
Culebra de 1'est i l'oiest de la haie de l'Almirante, et celii du fleuve Estrella de
1'Atlantique sur le Pacilique
Ccpcndant la crice de d'Anville signal le commencement d'une hre nouvelle
pour la cartographic ccntre-amriicaine; les caries qui se publient apris 1746,
sauf les editions d'anciennes gravures, faites par des libraires 6conomes on par
des carlograplies routiniers, adoptent les nouveautls introduites, sous de savanles
apparences, par cc earlographe. Un des premiers a le copier, et aussi Icl cor-
riger, est M. Bellin, ingdnieur grographe de la marine, qui, en 1754, publia sa
carte de Nicaragua el Costa-Rica insdrde dans la fameuse et intdressante < IHis-
loire des voyages de l'abbi Prdvost, le cdl6bre auteur de Manon Lescaul.
Comparez la carte de Bellin el cell de d'Anville'.
La premiere est d'une clhelle plus grande que celle de son original et les Inoms
soln en francais. Elle reproduit 1'erreur de d'Anville, qui consist situer le port
de Matina sur le fleuve de-los-Anzuelos, alors qu'il so trouvait h une distance
considerable de 1A, i 1'est, sur Ic fleuve Matina on Carpintero. Quant aL Carthago,
non la capital du pays, mais un lieu de ce nom que d'Anville, comme on I'a vu,
site 'a 'est du fleuve Talamancas, Bellin sait qu'il n'existe pas, et qu'il n'a jamais
exist la de village de ce nom, et il tourne la difficult en y ajoulant le mot
1. PRALTA, Atlas histdrico geogrdfico de Costa Rica, cares XIV, XVI et XVII.













ERREURS DE BELLIN ET D'ALCEDO.


rutinee. L'un et I'autre se referent sans doute A la ville de Santiago-de-Talamanca,
qui donna son nom A cette region et que d'Anville appliqua crrondment au fleuve
Tarire. Bellin donne aux fleuves Doraces et Culebras la meme position gdographique
que d'Anville, mais il supprime les deux fleuves anonymes qui figurent dans la
carte de ce dernier, entire son fleuve Culebras et la baic de TlAlmirante.
La pointe Gorda-de-Tirbi des routiers espagnols no porle aucun nom sur la carte
de d'Anville; Bellin, sans autre autoritd que son bon plaisir, I'appelle Gap-Blanc.
La ligne de demarcation entire Costa-Rica et Veragua, qui d'apres d'Anville
commence a l'embouchure du fleuve Culebras, I'ouest, commence dans Bellin
i I'est, a une certain distance du fleuve. En resume, chacun trace sa carte i son
caprice, et il est rare qu'elle soit conform a la vdrite.
Si l'on examine les cAles de la mer du Sud, on remarquera des erreurs idjn-
tiques. D'aprbs Alcedo, Paro est une ile; d'apres Hlerrera, d'Anville et les
gdographes qui les ont snivis, c'cst un port en face de Nicoya, alors que Paro se
trouvait sur la c6te meme de la presqu'ile de Nicoya, li oui se trouve aujourd'hui
situe Lepanto'.
Le golf Dulce ou de Osa et toutes les positions gdographiques de la contrie
interoceanique adjacent qui, d'apres les meilleures cartes maritimes d'aujourd'hui,
se trouvent sur un meme meridien, apparaissent dans les caries anciennes i des
distances enormes et rarement A l'endroit rdel.
Dans une telle confusion et en presence de tant d'erreurs, il est impossible
d'ajouter foi i ces cartogiaphes, et l'on doit encore moins tenir couple des cartes
traces par des copistes ndgligents tels que Robert de Vaugondy et d'autres. La
carte de Thomas L6pez et Juan de la Cruz (Mapa maritime del golfo de Mexico d
islas de la America, 1755) n'est qu'une copie de celle de d'Anville, mais ces deux
gdographes sont d'aulant plus dignes de blame qu'ils avaeint t leur portee des
matlriaux authentiques.

i. ANDRES DE CEREZEDA, Itineraire de Gil Gonzdlez Ddvila, voir PERaLTA, Costa Rica, Nicaragua y
Panamd, p. 29. GoSzALo FER bDEZ DE OVIEDO, listoria de las Indias, cap. XXI, lib. XXIX, tomo III. -
L6PEZ DE VELSCO, Geografia universal de las Indias (1574), publide a Madrid en 1894.













CARTOGRAPHIE.


D. Thomins L6pez fait preuve d'une tell ignorance, que dans son Atlas de
Amnrica il donne pour capilale de Veragua la ville de la Cmonccpi6nt qui avait
disparu plus d'un siecle et demi auparavant, mais qui figurait encore sur les
cartes. Quoique moins prdlenlieuses et d'une nomenclature plus restreinte, les
cares de Sanson d'Abbeville, de Guillaume de I'Isle et de Buache sont plus exacles.
Les positions sont plus fidiles ct les frontiires qu'ils signalent se rapprochent plus
souvent de la vdrid.
Dans les caries anglaises du xviii sibcle, les erreurs ne sont ni moins nom-
breuses ni moins notables. Dans la Map of the West Indies de Hermann Moll
(Londres, 1720), les ddmarcalions, la nomenclature el les positions geographiqucs
sont anssi errondes que cells de la Antorclta de la Mar de Jean van Keulen,
a laquelle cette carte resemble.
La haie de i'Almirante et ses lies, que Colomb appelle (Carambaru, Diego de
Porras, son compagnon et le grellier de son expedition, I'appelle Glrabar'6; D. Fer-
nando Colon, son fils et biographe, et Pierre Martyr d'Anghiera, son ami, Cerabora;
le conscil des Indes, I'audience de Panamti et le capilaine Calero, qui la visit en
1559, ii la fin de son exploration du Desaguadero, I'appellent (carabarb (Zarabarb);
Benzoni, qui dcmcura soixantc-douze jours dans l'ile de Col6n en 1544, Zorobaro;
Fcrmindez de Oviedo, Cerebar 6; le PKre Las Casas, Caravatr6; L6pez de Velasco eo
1574, Cariaco; Hcrrera en 1601, Carabaco ct Caribaco; Juan de Lact, en 1650),
Carabaco ct Caravaro, ct Linschot, Corobaro.
Quel est le sort de ce nom parmi les gdograplies? La carte de Turin de 1525
'appelle Zarabaro: la Carta nautica de la biblioliebque Laurenziana de Florence
(1525), don lia nonienclalure esl presque idenliquce cellc e l a nappemonde de
Turin, Taroboro; 'Atlas (1525') attribud A Salval de Pilestrina apparlenant A la

1. Nois demons la communication de cet Atlas a 'dmninent anmricanisle M. le docleur E. A. Ilamv. et
nous en replroduisons la partic de I'.\mdriqiue Centrale qui concern cette dlude. L'inscription de PI. di caual-
los (puerto de Caballos) sur I'une de ces cares nous faith croire que celles-ci n'ont pu Mtre dressees A Majorque
avant 1525, car Gil Gonzlez DAvila, qui lui donna ce nom, n'y ddbarqua que vers le mois d'avril 1521. C'est
aussi pourquoi il nous semble plus probable que la Carta nautica de la bibliothbqun Laurenziana de Flo-
rence -st de I 25.













LA BAIE DE L'ALIIRANTE OU ZOROBAR6.


bibliotheque publique du Havre, Caroboro; Diego Ribero, Mercator et Abraham
Ortelius, entire 1529 et 1588, 1'ecrivent Cerebaro; les cares de Herrera et de de
Laet, Carabaco et Caravaco; le perc Coronelli en 1688, G. de Caravero; les caries
de Blaeu, Caravaro, et dans le texte, qui est une copic de celui de Jean de Laet,
Carabaco. Dans toutes ces cares la position gdographique de Caravar6 on
Cerebar6 n'est pas tou'ours la meme. Tant6t il sert h denommncr la baie de l'Al-
mirante, comme dans les cartes de Herrera et de Jean de Laet, tantot le terriloire
contigu au sud ou an sud-ouest, mais assez immediat aux cotes, comme dans les
cartes de Turin et de Guillaume Blaeu. L'Atlas de Mercator de 1632 place Cara-
varo a une distance considerable A l'ouest de son siege exact, ct il ouvre ainsi
la voice a d'aulrcs gdographes qui, plus tard, le Iransporteront encore plus a
l'ouest, de tell sorte que la cdlebrc et bien connue baie de Zarabaro apparaitra
convertie en une pointe et en un fleuve: la poinie Caravaca, a I'est du fleuve Suerre
ct le fleuve Garavaca, l'cest de ladite pointe, don't la position g'ographique n'est
autre que celle de la pointe Blanca, a vingt lieues h I'ouest du sige e e la baie
de Carabaco de Herrera, qui est la position exact.
,'invention du fleuve Caravaca et de la pointe du mtme nom est due A Jean Sik-
kena (1695), le mathematicien dedjL nommi. Cette invention fut convertie dans la
carte de Moll (1720) en fleuve Garanaco que, dix ans plus lard, Popple trans-
I'orma en fleuve Taranaco, et nous la retrouvons un siecle plus lard dans Arcy de la
Rochette et Faden sous le simple nom de Caravaca qu'ils attribuent i un endroit
pris de la points Blanca, c'est-a-dire A la fausse position donnee par Jean Sikkena.
Les cares anglaises n'tdaient done pas plus a l'abri du mime blame que les
cares hollandaises on francaises; cependant elles ligurent parmi les premieres
qui out correctement dessind les coles ct lixd avec plus d'exactitude les positions
gdographiques dans la cartographic centrc-amdricainc. Quant aux demarcations.
elles devaient s'en tenir aux rares donnees que leur fournissaient les cares espa-
gnoles et francaises, don't elles ont reproduit les erreurs.
D'apr6s ce qui precde, on conviendra que le fait de transflercr un nom geogra-
phique de I'endroit qui lui correspond h celui que le caprice suggere h un auteur












CARTOGRAPlIE.


n'est nl rare, mn nouveau. Bocas-del-Drago, Caravar6 on Zorobar6 sont une seule
ct mame chose; cependant, sur les cares, ces deux derniers noms designent tantot
la baic de i'Almirante, lant6t un fleuve, un cap, un village, une region du conti-
nent, ou une ile.
Ce que Jean Sikkena on ses devanciers firent avec le fleuve de la Estrella,
Iransfdre de la mer du Nord A la mer du Sud, avec la baie de Caravar6 ou Carabaco
transportde jusqu'A Matina, d'Anville le fit avec le fleuve San-Antonio, qu'il
transfire du versant du Pacifique au versant de l'Atlantique, sous la m6me latitude,
et avec le fleuve Culebra, qu'il passe de la droite a la gauche de la bate de l'Almi-
rante. Les gCographes colombiens modernes iront plus loin encore dans leur adop-
tion de ce procdd de translation.
C'est sur des fondemenls aussi faibles que la Colombie appuic ses pretentions
lerritoriales. C'est au caprice ou a la nIgligence d'un carlographe que l'on pourrait
qualifier de fraud gdogralphique, si ce n'dtait que d'Anville n'y avail aucnn intdr&t
personnel, que la republique de Colombia est en grande parties redevab!e de la ligne
de demarcation qu'elle rdclame et qui est en contradiction avec les litres et les actes
ldgitimes du Souverain, ct reverse routes les notions gdographiqucs ct hisloriques
qui existent i cc sujel.
















POSITION GOGRAPBIIQUB DU FLEUVE RUELEN.


POSITIONS GEOGRAPIIQUES. -- LE IUO BELEN.

Afin do fair voir la faussetW de la position gdographique qu. la rtpublique de Co!ombia attribuc aujour-
d'hui au fleuve Belin nous prdsentons ici un tableau de diverse; positions geographiqucs doinnies a la baie
de l'Almirante ou Zarabar6. Z Yeragua, aux rivibres Belei et Cocle et a la ville de Panamd, depuis 1525
jusqu'a ce jour.
11 va sans dire que, pour tout esprit impartial, les seules positions vraies sont colles qui, d'accord avec
les documents, ont eti verifides depuis 1800 par les explorations hydrographiques dles gouvernements d'Es-
pagne, de France, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis d'Amdrique, et a I'aide des reclerches scientifiques
faites par Humboldt, Navarrete et d'autres.
La Rdpublique de Costa-Rica, s'appuyant sur le tcmoignage de Christophe Colomb, do don Fernando
Colon, son fils, de larthelcmy de las Casas, de Fernandez de Oviedo, de Lopez de Gomara, de Lopez de Vclasco,
de Ilerrera, de Jean de Laet, du baron de Humboldt, de Navarrete, des cartes hydrographiques espagnoles,
francaiscs et anglaises, des historians et geographes colombiens, etc., ltc., et des documents listoriques sou-
nmis a S. E. l'Arbitre, prouve que LE FLEUVE BELEN DiBOUCHE A VINGT-CINQ LIEUES A I'EST DE LA UAIE DE ZORO-
AluO OU' DEL ALMIRANTE, SUR LE MERIDIEN 800 51' OUEST DE GREENWICII, 83' II' OCUST C E PAniS ET SUR LEI
PARALLELE 80 54' DE LATITUDE NORD.
La r6publique de Colombia attribute au rio Delen tant6t une position geograpliique, lantib une autre.
De 1862 h 1892, ses gdographes, ses cartes officielles, approuvies par ddcret, montrent le rio Belen.
comme sur les cartes de l'Amiraute anglaise, h 80 54' de latitude Nord et 80 51'I de longitude oust de Green-
wich, tandis que d'un passage qui figure page 97 du Deuxieme Mnmoire present au noni de Colombia,
dat; du 8 septembre 1899, nous deduisons qu'elle le place au 810 45' 55" de la mnme longitude, puisqu'au
dire de Colombia l'extrimnitC occidental du duch6 est reportlc i 850 I1' 17" ouest de Greenwich et que ce
duch6, qui commencait au rio Belen n'avait que vingt-cinq lieues de longitude, soit 10 25' 42" a raison de
17 lieues 1/2 au degrd.
Enfin dans un commentaire de la ( Llltera Rarissima ) impriidec a la; date du 12 octobre 1899,
Colombia, pricisant davantagc, confond le rio Belcn avcc le rio Cricamola ou Guaymi, qui est situd a
810 55'50" de longitude ouest de Greenwich.
Le fleuve Belen continue done a pas dc gaant sa march vers I'ouest; c'est ainsi qu'cn 55 jours il n'a
pas parcouru moins de onze miles! Ou s'arr~cera-t-il? No le verrons-nous pas bient6t so confondre avec le
Mississipi?
La critique historique la moins compliqu6c, et i plus forte raison la conscience eclairie de I'Arbitre,
front justice des pretentions de la republique de Colombia.















HI CARTOGRAPHIE, b125-1890.



POSITIONS GEOGRAPHIQUES DE LA BAIE DE L' AMIIAL (ZOROBAR1O)

DE VERAGUA, DU FLEUVE BELI.N ET DE LA VILLE DE PANAMA

D'APRIES QUELQUES CARTES CIELIBRES, ANCIENNES ET MODERNES



Carte ide Turin, 1525. Iibliolthque du Ioi Turin (longitude Est de file de Fer). . ... . .
Carte de DIEGO lRiltiRO, cosmographe de 'empereur Charles-Quint, i S~ville, 1529 . . . . .
SEBASTIEN CAIOT, -- 1544 ... . . . 5
DIEro GLUTIEtRE, -- 550 ....... .......... .4
l'hnlnE DEsc.I.IEIIs, M.ppenionde, Arques, 1550. British Museum. .................... 5
S Perou. Anonyme. It pt1 de la Marine, Paris. Reproduite par M. Gabriel Marcel en 1891 . . ... 6
lI-- ;o lloMR.x, Miindius Norus, i5)8 .................................. 7
C. WYTFr.L.T, lucatana regio et Fondura, Louvain., I.35)7 . . . . .. 8
ANTONIO BE iEnnRR E. Descripcein tie las Indias, 1601 (pas d'indicatioa de longitude sur .'. caree. . 9
Insula Americane cum terris adiacentibus. Anonnye, 1610-1650. PERALTA, Atlas, carte V . .... 10
GUILLAUME ItLAEUi d'Amsterdam. Insule~ Americani, etc.. . . .. . . . II
J.AN JAN-s-5n, Terra-Firma et Novum lRegnum Granatense el Pq,iaayan. 164. . . .... 12
I'ANVILI.E, Crele tes le: de l'Amerique el de plusieurs pays de Terre-Ferme, 1751 . . . 15
-- 'ASVI.LE, Anmerique septentrionale, 1746 ................... .......... 14
-- IIENt Porm..:, A Jlap of the British Empire in America with the French and Spanish Settlements, 1755 . 15
(ILLx., ingeuiieur gographe de la marine. Carte de l'isthme tie Panamd, etc., Paris, 1754. . ... .. 16
-- ROlBERT Ell VAIlr.oN! Amerique Septentrionale et leridionale divisee suivant sesdifferents pays. Paris, 17'i ... 17
-- JEFFEIVs, Parl of the provinces of Costa IRica and Nicaragua with the Lagunas. Londres, 1792 (longitude 0.
de Londres)................................ ...... ..... .18
-- DiBEccio HlDrfioA.OGliiA t MA31uI. C(arla csferica del mar tie las Antilla'1, 1805-1809. . ... 19
Jos DE ESPINost. Carla esferica lel mar de las Antillas, Londres, 1810 . . . ... 20
ALEX. DE HUMBOL.DT, Carlee e l'isthme de Panamd. Paris, 1812 . . . . ...... 21
RFSTCPO. Carla del Departanento del Istmo, lHistoria de la Revoluci6n de Colombia, Paris, 1827 . ... 22
J. AcoSTA, Compendio hisldrico, Paris, 1848 ............................. 25
JAMES WVYLD, Central America, Londres, 1850, 1856 . . . . .... ....... 24
KIEPET, Central America, Berlin, 1858 ................... ............ 25
MANUEL PONCE DE LIEON ct MANEI. MARIA PAZ. Carla corogr'/icat del Estado dte Panamd, Bogota, 1864 . .. 26
SECC16N DE IIIDROGRAFIA DE MAD1ID, Nueva Granada, Costa Rica y Nicaragua, 1869 . . .... 27
DbPiT DE CAIhTES ET PLANS DE LA MARINE AnIerique cenlrale, cote ouest, Paris, 1876 . . ... 28
L'AMIRA;TE ANGLAISE. W'est-Indies. Sheet XI. From Cayos Ratones to San Juan de Nica agua, 1888 . .. 29
AGcSTIN CODAZZi ct MANUEr. M. PAZ, Colombia, Paris, 1890.1dition officielle. . . . ... ... 50

















POSITIONS GEOGRAPHIQUES.


N N ________________ _____________


ZARABAR6, CEREBABO
ou
BAIE DE L'ALMIRANTE

(le milieu sur la c6te apparait i)


2890 25' E. de 'ile de Fer
2950 50' -
2780 50'
2840 )
2870 30'
2950 45'
2850 20'
2950 50'

2910 20' -
29105 0'
2890 48'
2950 50'
640 50' long. 0.
840 50' -
2050 20' E. de 'ile de Fer
2950 30'

820 5' 0. de Londres
750 55' 0. de Cadiz
810 51' 0. de Greenwich

840 10' 0. de Paris
840 50' long. 0.
821 7' -
t2 5' O. de Greenwich
82 8' -
750 55' 0. de San-Fernando

820 8' 0. de Greenwich
840 50' 0. de Paris


VERAGUA, BERAGUA

(bouche de la riviere ou,
s'il s'agit de la region, a
la tete de la lettre initial
V ou B).


2900 50' (region)
2970 ))
2790 5!)'
ag04o ,

296'" )'
2860' a
2970 a

2920 1
2920 10'
2900 5'
2960 5'


800 48'

a)



850 50'

800 54'

740 41'

800 54'
9


BELEN, BELEM

(bouche de la rivibre on
emplacement du village
sur la rive de cette
rivitre A la cbte).


2900 30'
2960
9
1)

28b ))
2970 10'
2860 20'
I)




2900 50'
2960 15'

840 10'
2960 10'



810 5'
740 55'
800 51'
830 11' de Paris
820 55'
850 25'
800 52'
800 50'
r. 80051' et v. 80045'
740 58' 50"
850 11'
800 51'
853 5'


COCLE, COCLET
(bouche de la riviere)


a
))
))
)a






2920 20'
2920 20'
a
2960 45'
650 20'
I)
2960 25'



800 57'
740 25'
800 59'

820 48'

800 55'
800 55'
800 55'
740 24'
820 55'
800 55' 15"
D


PANAMA
(la ville de)


2950 )
2990 50'
2820 20'
2870 50'
2910 )
2980 40'
2880 )
2980 25'
820 occ. de Toldde
2950 )
2950 10'
2910 52'
2970 58'

820 ,
2970 24'
2970 50'

790 40'
750 15'
790 27'

810 47'
820 18'
790 50'
790 32'
79" 55'

790 31' 51"
790 52'
810 45'


i I I


-~-------
---- --~--~--- ---



















VOCABULAIRE GEOGRAPHIQUE


DES POINTS LES PLUS IMPORTANT

POUR LA QUESTION DES LIMITS ENTIRE COSTA-RICA ET COLOMBIA



Aburema (Baie, province, riviere de). Cette baie, appelee aujourd'hui lagune-
de-Chiriqui, est la parties orienlale de la baic de Zorobarb. DCcouverte par Chris-
tophe Colomb en octobre 1502, clle a Wtd comprise sous la denomination genhrale de
baie de Zorobar6, Bocas-del-Drago ou baie de l'Almirante. Ce nom (d'Aburema ne
ligurc que rarement sur les caries gdographiques. On le trouve sur la carte de
Pierre Martyr d'Anghiera qui accompagne la premiere edition de ses Dicades en
1511, et sur la carte du P6rou par un carlographe francais anonyme, qui suit Ics
donnies de Cieza de Le6n. Celte carte a 616 publiCe en 1894 par M. Gabriel Marcel,
d'apres I'original qui appartient an Depot des cares de la Marine.
Le mot Aburem l est inscrit sur la care de Pierre Martyr au sud de la baic de
Zorobarb, et sur celle de l'anonyme francais, a I'cst de cette baie et an sud de l'ile
de I'Escudo, dans le pays de Guaymi, et sur ces deux caries il d(signe le pays, non
pas la baic.
Pierre Martyr dit que la riviere Alnutrem so trouve en face de I'Escudo-de-
Cativa (isla del Escudo-de-Veragua), dans la province de Cateba ou Cativa, don't
le cacique fut nomm6 Cara Quemada. Cette riviere Aburem4 ne serait autre que la
riviere Quemados on du cacique Quemado, comme cela so volt sur la carte de Turin
de 1525 et sur cell du Perou de l'anonyme francais, faussement place A l'ouest
par l'incurie des cartographes.












A(UAN, ALANJE, ALMIRANTE.


Aguan (fleuve) ou Rio-Grande. Celle riviere ddbouche dans la mer des Antilles
entire les caps de Honduras et le cap Camarn, aux 8542' de longitude occidental
dii meridian de Greenwich et 15'50' de latitude nord.
Par cedules de 1'emlpereur Charles-Quint dates des 29 novembre, 16 dd-
c('mbre 1541) el I1 janvicr 1541 le rio Grande fult ixd comme limited du gouver-
nement de Cartago oi Costa-Rica du ctd de Honuluras.
Celle iivibre figure sur la carte geographique de Sdbastien Cabot de 1544 et
dans les caries posterieures, sous le nom de Rio-Grande, a l'ouest du cap Camar6n.
Par ce meme temps Fernandez de Oviedoen faith mention dans son Historia general
de las Indias. II commence a ligurer sous le nom de Aguin sur les cartes et rou-
tiers du xvn" siEcle. On l'appelle aussi Rio-Romtn. (V. Atlas hist6rico geogrifwo
de Costa Rica, cartes B, V h XIII).


Alanje (ville de) on Chiriqui. Fondee en 1591 par le capitaine Pedro de Mon-
tilla, lieutenant dii gouverneur de Veragua. L'dvcquei de Panama, qui fit la visible
pastorale de cette province en 1604, (lit que Alanje est le dernier bourg de la pro-
vince de Veragua. Celle ville so Irouve en effet tout pres de la frontiere de Costa-
Iica, a doiiz mnilles i l'est du rio Chiriqui-Viejo.
Alanje est le ciher-lieu di district du meme nom qui comptail aussi les bour-
gades d'Indiens de San-Jost-de-Bugaba, San-Pablo et San-Miguel-de-Boquer6n. II
itait adminirisl par un lieutenant du gouverneur de Veragua.
Position geographique : Latitude nord, 8' 25' 10". Longitude onest de Bogolt
8" 19' 50" (d'apres Paz), ouest de Greenwich 82' 55' 50".


Almirante (Baie de 1'). Decouverle par Christophe Colomb le 6 octobre 1502
et appclde par lui Carambaru. On lui a donned 6galement les noms suivants: Cara-
baco, Carabar6, Caravarb, Caribaco, Gerabaro, Cerabora, Cerebaro, Varabar6,
Zarabaro, Zorobarb, BOCAS-DEL-DIAGO, Boca-de-Toro et Baie-de-San-Jerbnimo.
Sous ces noms divers on a dtsigne tout Ie bassin maritime situd entire la pointe


- ~a -













BAlE DE L'ALMIRANTE.


de Tirbi ou Sorobeta et le cap Valiente; mais les plus communiencnt usilts par
les navigateurs espagnols a parlir de la fin du xvi" siecle sont ceux de Baie-de-
I'Almirante et Bocas-del-Drago qui ont prevail bien que le premier ne sc
rapporte qu'A la parties occidenlale, et le second au canal qui donne aces A cette
parties, et qui est situd entree la pointe de Tirbi on Sorobeta ct 'ile de Zorobarb
on de Co'6n. La parties orienlale de la baic de I'Almirante fltl dinommee par
Colomb baie d'Aburemni, oe, I4 partir de la lin du siecle dernier, on I'a appelde
lagune-de-Chiriqui. Elle appartient i Costa-Rica ct tombe sons s:i juridiclion
d'apres les diverse delimitations faites par I'empercur Charles-Quint et par Phi-
lippe II de 1540 15574. Les gouverneurs de Costa-Rica 1'explorbrent et la colo-
niserent en 1560, 1564. 1570, 1577, 1590, 1605, 1710 et 1835, et ils exercerent
leur jurisdiction sur elle, a l'exclusion et sans l'intervention des gouverneurs de
Veragua ct de l'audience de Tierra-Firme. Les pirates anglais, frangais ct hol-
landais, en association fraternelle, avaient I'habitude de s'y rdfugier pour se pro-
Idger centre les poursuiiles des Espagnols et centre les temples si fredquenles sur
ccs cotes. Diego de Arlicda, gouverneur A vie de Costa-Rica, arma une expedition
en novembre 1577, et se rendit h Bocas.-del-Drago, pour combattre ces pirates, a
la title de trois vaisseaux et d'une chaloupe; mais les corsaires etaient parties;
Artieda entra aux Boeam-i:el-Drago, de la sc rendit an flecve de GuCaymi, (rio
Chiricamola), et, en execution de engagementt pris avec Sa Majestt, ii peupla
la ville de Arli,'1t-del-.Yuevo-Reino-de-Navara, qu'il sitla b hnuit mills ct demi
de la bouche et pris des rapids du ficuve.
Les missionnaires succid&rent anx conqcurants, el catccliiserent les Indiens
Tojares de I'ile de Col6n, appelde le de Tijaret de Zorobar6, la plus important de
la baic de l'Almirante.
En 1710, le gouverneur de Costa-Rica, D. Lorenzo de Granda y Balbin, intima
c ces Indiens l'ordre de se soumeltre ct ch~aia leur rebellion de I'an 1709. Le
gouvernair de Costa-Rica, don Diego de la Haya, rdelama du gouverneur anglais
de la colonic de la Jamaique la restitution des insulaires de Tojar que les Mosquitos
y transportaient et vendaient comme esclaves. Plus tard, un autre gouverneur de













BIlE DE V'ALIIRANTE.


Costa-Rica prit des dispositions pour chasser les Anglais de l'ile de T6jar ou l'on
croyait qu'ils s'etaient 4tablis.
En effect, les Anglais avaient coutume de commerce avec les indigines et ils
arrivercnt mmne ai avoir quclques Stablissements sur les c6tes de la baie (l'Irlan-
dais Colvil Cairns y etait 6labli); mais ils se virent obliges de i'abandonner en vertu
de la convention de Londres du 14 juillet 1786. A cette 4poque les commandants
des forces maritimes de l'Espagne h la lavane et ei Carlhagine rccurent l'ordre de
surveiller et de protlger ces c6tes, sans aucun transfer de jurisdiction et unique-
ment dans le but de delivrer celles-ci des Anglais. C'est ainsi que la baie de l'Almi-
rante futvisitle quelquesfois par les gardes-c6tes de Carthagene, mais clle continue
it ire sous la juridiclion et la dependance de la capitainerie gendrale de Guatemala.
Les anciennes cares frangaises, anglaises, hollandaises, allemandes et espa-
gnoles situent touted la baie de l'Almirante, on tout an moins sa partie occidentale,
dans les limits de Costa-Rica. Nous citerons entire autres cclle de I'audience de
Guatemala (carte h), qui se trouve dans la bibliotheque du Roi ~ Madrid ct dans
la bibliothbque provincial de Toldoe, cells de Herrera, Blaeu, Laet, Homann,
Jansson, Sanson d'Abbcville, Vissclers, Guillaume de I'sle, Popple et cell de Terre-
Ferme de 1731 de D'Anville lui-meme. C'est de D'Anville que dale la propagation
des erreurs cartographiques concernant la limitationsn de Costa-Rica. Ccs erreurs,
dldgamment habilldes, ont ite adoptees par les cartographes anglais el espagnols.
Ces derniers notamment copient servilement la care de D'Anville. Alcedo no
s'cst pas soustrait "i son influence et, dans son Dictionnaire teographique, sans
aulres donnes que cells que Ini fournit la care de D'Anville ou celle de son Belve
D. Tomais L6pez, sous le mot Almirante, il attribute cellte baie Veragua alors que,
sons cclui de Costa-Ria, il l'attribue i Costa-Rica en la ddnommant, come 1er-
rcra, baie de San-Jerbnimo et baie de Caribaco.
Mais quclle raison avait D'Anville en 1746 pour attribuer i Veragua la baie de
1'Almirante, alors qu'en 1751, dans une carte special de Terre-Ferme', il trace

1. Carte des Isles de I'Amdrique et de plusieurs pays de Terre Ferme situes au devant de ces isles ct
autour du Golfe de Mexique Dressde par le Sr d'Anville, geographe ordinaire du Roy. Mars 1731. Cetto













ANZUELOS. ARAINJUEZ.


une ligne de demarcation centre Costa-Rica et Veragua qui laisse cette baie dans
le territoire de Costa-Rica? Probablement la meme raison qui lui fit altdrer
les noms des fleuves et les transporter d'un endroit h un autre. Celte erreur,
malheureusement assez commune, existe encore aujourd'hui; D. Antonio de Ulloa
contribua A la propager, en I'aggravant encore par l'invention d'un fleiive de-
los-Dorados qu'il cr6a et signal come limited de Veragua.


Anzuelos (fleuve de los). Aujourd'hui fleuve Reventaz6n. Son bras principal
prend sa source dans le volcan d'1razit et, sous le nom de rio Taras on
del-Agua-caliente, arrose la vallie de Cartago. II a de nombreux affluents don't
les principaux south un bras de l'ancien rio Stue're, qui, sous la pression des
grades crues, se rompit et s'ouvrit un nouveau lit en 1650, et le rio Parismina
ou Ximnnez. II se jette dans la mer des Antilles entire Ie fleuve Vtisquez, aujour-
d'hui Tortugzuero, et le Suerre ou Pacuare.


Aranjuez (ville de) et port de Ribera. Fonidde en 1568 par Peraffin de Ribera,
gouverneur de Costa-Rica, dans les mimes parages ouf fut situd le village de Brt-
selas, contree d'Orotina, sur la c6te orientale du golfe de Nicoya, au nord du
port actuel de Puntarenas. Aranjuez figure encore sur les cartes gdographiques
bien longtemps apres sa disparition comme ville, car elle no survdcut pas a
l'annde 1574, ses habitants ayant ete transfrdes a la ville de l'Espiritu-Santo par
ordre du gouverncur Alonso Anguciana de Gamboa. Aranjuez etait silude sur le
84' 49' de longitude ouest de Greenwich et sur le 10"2' de latitude nord. Herrera
inscrit le nom d'Aranjuez sur sa carte de I'audience de Guatemala a une 4norme
distance a l'est de sa vraie position et cette erreur a etd reproduite par les carto-
graphes postlrieurs. Herrera lui-mime n'a faith du reste que suivre la carte de l'au-

carte se trouve insdrde dans l'Hlistoire de l'sle Espagnole ou de S. Domingue, tcrite par le P. Pierre-Fran-
cois-Xavier de Charlevoix. Paris, 1751, et nous en donnons ici une reproduction photographiquc. Cette carte a
6td aussi publide par Homann, Nuremberg, en 1741. Voir aussi PERALTA, Atlas histdrico-geogrdfico de Costa
Rica, carte XIV, et, dans ce volume, h la fin, carte j.













ARTIEDA, BADAJOZ.


dience de Guatemala qui se conservait au Conseil supreme des Indes et don't deux
exemplaircs connus se trouvent 1'un A la bibliotheque royale du palais de Madrid
ct l'autre a la bibliothlquc provincial de Tolde. Cette care est postdrieure A
I'annec 1568 attend qu'Aranjuez n'a 6td fondde que cette annee-lI. Elle a 4td
reproduile dans le Boletin de la Sociedad Geogrdfica de Madrid en octobre 1882
el figure dans la Recordaci6n Florida de Antonio de Fuentes y Guzmlin, manus-
crit du xvin sibcle public I Madrid en 1882 (voir A la fin, carte h).
Sur quclqucs cares anciennes Aranjuez est dcrit Aranivez faisant un i du j et
un iv de l'u.

Artieda (ville de). Fonddc le 8 ddcembre 1577 par Diego de Artieda, gouverneur
de Costa-Rica, sur la rive droite du fleuve Guaymi ou Cricamola, qui ddbouche dans
la baei de Zorobarb, vers la patlie oriental, nommde aujourd'hui lagune-de-Chi-
riqui.
Position gdographique approximative : 81"5' longitude occidenlale de Green-
wich et 8"55' de latitude nord.

Badajoz (ville de) et port de San-Marcos. Premiere colonie fondue par les Espa-
gnols sur le clrritoire cosla-ricien de Talamanca. Icernan Sainchez de Badajoz
tldlarqua it l'embouchure du rio Tarire (Sixola) le 25 avril 1540 ct nonmma celle
place, port de San-M3arcos (Saint-Marc), parce que cc jour Blait celui de la ftle de cc
saint. II fonda la ville de Badajoz sur la rive droite du fleuve Tarime et lui donna
des ordonnances de police; mais la commission de gouverncur de Costa-Rica que
Siincliez de Badajoz tenail de l'audience de Panam't flt desapprouve par le roi,
qui nonua Diego (;liedrrez gouverncur de clett province sous la denomination de
Cartago.
Badajoz ltait sitlue sur le miciridien 82055' occidental de Greenwich et sur le
9)"55' de latitude iord, a unc distance de dix a quinze licucs (de 17 1/2 au degrd)
a I'oucst de la fronlicre diu duchl de Veraglu, scion les tdmoignagcs du temps.













LI FLEUVE BECLN.


Bel6n (fleuve). Alcedo ne consacre A ce fleuve important aucun article special,
sans double parce qu'il ne figure pas dans la carte de don Tomas L6pez, mais il
en faith mention au mot Trinidad, ville qui n'existait plus en 1575, et, comme
le cosmographe royal L6pez de Velasco, il l'attribue erronement A Costa-Rica.

Le fleuve Bel6n fut reconnu en janvier 1503 par Colomb, qui fonda sur ses
rives la colonie de Santa-Maria-de-Belgn. Celle-ci dura a peine quelques semaines.
Ce fleuve fut signal comme limited orientale du duchi-de-Veragua en 1537.
Son embouchure dans la mer des Antilles se trouve au 8054' latitude nord et au
80051' longitude ouest de Greenwich et 830 11' ouest de Paris. Elle sert de point de
ddpart et de borne pour fixer la ddlimitation de Cartago et de la Veragua ducale
en 1540.
La premiere carte geographique qui renferme le nom du rio Beln est celle de
Turin de 1523 appartenant au roi d'Italie' (carte c).
Ici Belem, situe au 290030' a l'est de 1'ile de Fer, apparait comme nom d'en-
droit, village ou region, sans aucune indication de riviere, a une bonne distance
(d'a pen pres 1'20') a 1'est de Zarabarb et au sud-est de r'ile Escudo. Zarabar6
figure sur cette carte au sud de la baie de ce nom, qui est representee par une
ouverture en fer a cheval parsembe d'iles.
Entre Zarabar6 et Belem sont interposes les noms de Furna, Motas et Cacique-
Quemado, et vu les dimensions de cette carte on ne peut evaluer a moins de
cent miles genois (25 licues de Burgos) la distance qu'il y a de Zarabar6 a
Belem. A l'est de Belem, aussi comme nom de pays et sans aucune indication de
riviere, se trouve le mot Veragua a une distance de 20'. D'apres cette carte, Vera-
gun est sise autour du 29050', A l'est du m'ridien de 1'ile de Fer.
Cette carte de Turin est done bien loin de favoriser les allegations de la rdpu-
blique de Colombia qui, renversant les notions gdographiques acquises, hasarde
1. Voir cette carte, don't nous publions un fac-simild d'aprbs un caique de I'original, di A la bontd
de M. le chevalier Luigi Pezzi, bibliothicaire a Turin de S. M. le roi d'Italie. M. Henry Harrisse en a public
aussi une reproduction et une prncieuse notice (Discovery of North America). M. le baron de Rio-Branco la
reproduit 6galement dans son superbe Atlas historique pour le Contestd franco-brgsilien de la Guyane.













LE FLEUVE BELEN.


l'dtrange pretention de laire deboucher la rivicre Beln dans la baie de Zarabar6.
La deuxieme carte connue qui renferme le nom de Belen est celle de Diego
Ribero de 1529, appartenant au grand-duc de Weimar.
Ribero 6crit bele, aussi a une bonne distance A l'est de la baie et des iles ie
Cerebar6. Cette baie est figuree, comme dans la carte de Turin, par une ouverture
presque circulaire parsemee de quatre lies. Au sud de la baie et sur la torre ferme
est dcrit ys" de Cere-baro, puis A I'cst est ecrit aldea et, toujours A l'est, vers le
coin oriental d'une baie sans nom, apparait le mot bele.
Ici la configuration de la cote est complbtement erronde, car entire celle derniere
baie, qui n'existe pas, et celle de Cerebaro, intervient une contr6e oi on lit aldea
(hameau) et don't I'equivalent en lieues, d'apres l'echelle de cette carte, est d'au
moins douze lieues de Burgos (41 miles geographiques). Entre le mot aldea et le
mot Beld la distance pent aussi etre dvaluee A plus de douze lieucs, de sore qIe
cette carte de Diego Ribero, malgre ses imperfections dvidentes, ne juslifie pas la
confiance que la Colombie a mise en elle, car Belen, qu'il s'agisse de la colonie
fondee par Colomb sur la rive du course d'eau de ce nom, on du course d'eau lui-
mgme, est eloign6 deZorobar6 on Cerebarb d'au moins vingt-cinq lieues de Burgos.
Le nom de Veragua apparail sur cette carte de Ribero comme designation de
pays, A une certain distance A l'est de Beldn. Mais on sait bien, sans contradiction
possible, que Belin etait dans la propre terre de Veragua (en la misma tierra de
VEAGUA), A l'est de la rivire Veragua, et au nord, presque en ligne droite, du
mont San-Cristobal ou Castillo-Chico'.
II convient de connaitre A cc sujet l'opinion du geographe eminent qui a public
et expliqud le mieux la carte de Ribero. Kohl s'exprime ainsi :
Bele, sur la carte de 1529. Ce nom Belen est donned A une lagune assez
grande avec deux bouches de rivieres, A peu pros dans la region ou sc trouve
aujourd'hui la lagune de Chiriqui, c'est-A-dire an point d'inflexion de la c6te du

1. Relacidn del viaje e de la tierra agora nuevamente descubierta por el Almirante D. Cristdbal
Col6n. NAVARRETE, Coleccidn de viajes, tome I, p. 435. PERALTA, Limites (III), p. 5. LAS CASAS, His-
toria de las Indias, tome III p. 51, ivre II, chap, XXV. Madrid, 1875. Appendice A de cel ouvrage.












LE FLEtVE BELEN.


sud l'cst. Cependant it est hours de doute, et ii y a bien des raisons pour I'aftir-
mer, que le nom du celebre rio Belin de Colomb doit s'appliquer non pas a la
hlgunc de Chiriqui, mais i une aulre riviere tout A fail diff4rente, plus petite et bien
pl us A l'est, c'cst--dire au rio Yebra, que les caries espagnoles d'aujourd'hui d6si-
gncut encore sous le nom de rio Belin >.
a Apres que Colomb eut long la c6te depuis Zerebarb, vers I'est, il retourna vers
I'onest, toujours A la recherche du ddtroit, et le 6 janvier 1503, fete de 1'adoration
des images, il atteignit la bouche du rio Yebra qu'il nomma rio Beln. I1 y demeura
quelque temps (jusqu'au 20 avril) et essaya de fonder la colonie de Belen, d'oi
devrail jaillir une nouvelle lumi6re pour le monde. La description de la petite
riviere, le fait que sa bouche se ferma pendant le sejour des navires de Colomb,
pour se rouvrir aprcs une pluie abondante, prouvent que la carte indique erron6-
ment une grande masse d'eau. >
Kohl ajoute que Colomb entendit pour la premiere fois, sur les rives du rio
Belen, le nom de Veragua que les Indiens disaient etre celui d'un pays tres aurifere
sillonn6 par une riviere qui charriail de For. Colomb decouvrit le rio de Veragua
un peu i l'OUEST du Belen. De Belin partirent plusieurs expeditions A Veragua au
printemps de 1505.
Le nom de Veragua deviant celebre comme dtant celui d'une riviere qui char-
riait beaucoup d'or. Plus tard ce nom fut donned a une province et au titre de due
confirm A a famille de Colomb. La petite riviere de Veragua porte encore ce nom
sur les cartes espagnoles. Nos cares celle de Diego Ribero) portent le nom Vera-
gua non pas a 'ouest mais I' est de Bel6n; et pour indiquer non pas la riviere,
mais la province tout entiree. x
Kohl remarque justement les erreurs de dessin et de distances de la carte.
La rcmarque du reste a 4td dedj faite depuis 1548 par Gonzalo Fernindez de
Oviedo, portant non seulement sur I'emplacement du rio Beln, mais sur plusieurs
;utres points de la c6tc, par example sur la position de Pare et sur celle de Pocosi.

1. J. G. KoHL, Die beiden allesten General-Karten von Amerika. Weimar, 1860, p. 115.












LE FLEUVE BELNN.


Pr6tendre done, en s'appuyant sur cette carte on sur tout autre argument de
la meme valeur, que le rio Veragua Rtait A l'est du rio Belen, c'est encourir dans
une erreur contre laquelle crient les documents et les meilleures des cartes geogra-
phiques posterieures A ces premiers tAtonnements cartographiques.
Don Fernando Col6n, hisforien de I'amiral son pire et son compagnon de
voyage, homme aussi comlplent en htlles-lettres qu'en cosinographie, dit :
c Jeudi, jour de i'lpipihanie, nous avons jetl I'ancre jprs d'une riviere que les
Indiens nomment Gieura et que I'amiral appela BelIn parce que ce jour d4ait i'an-
niversaire de I'arrivee des rois images A cet endroit (Belhlem). II fit sonder aus-
sit6t la bouche de cettlle riviere ct celle d'une autre qui se trouvait plus A I'ocCIIENT,
que les Indiens nommaient Veragua' v.
Plus loin, don Fernando dit quo la bouche de la riviere Veragula est A une lieue
de distance A I'occident de celle du Belen et que la riviere Urird denmeure A l'occident
A 7 lieues du rio Belin'. Pierre Martyr d'Anghiera dit que le rio Beln. est A deux
lieues a l'est du Veragua. Le pere Las Casas, ami de D. Fernando, qui eut entree
les mains les papers de Colomb, dit de mAme que le rio Urird est situe A l'occident,
A six ou sept lieues de BelIn'.
Fernindez de Oviedo est aussi bien explicit : il dit que Colomb, a partir du cap
Gracias-d-Dios, cingla vers l'est longeant la c6te du continent, dccouvrit la pro-
vince et la rivi&re de Veragua, et se rendit A une autre grande riviere qui se trouve
plus A l'orient et la nomma rio de Belem.
Oviedo raconte que Lope de Olano, avec une partie de I'armada de Nicuesa, se
rendit du rio Chagres A Veragua et, sur la riviere Belem (en el rio propio de
BELEM, al qual el almirante primero assi le puso nombre) etablit et fonda une colo-
nie (Pueblo-de-Belem)'.
Malgre la just mdfiance que doivent nous inspire les g'ographes en tant
1. Don FERNANDO COLd, Bistoria del Almirante D. Crisltbal Coldn, chap. XIII.
2. Ibidem, chap. XCIV et XCV, p. 185 et 187, tome II de I'ddition de Madrid, 1892.
3. LAS CASAS, Historia de las Indias, chap. XXV, tome III, p. 152.
4. FERN aDEZ DE OVIEDO, Historia de las Indias, tome I, p. 78, tome II, p. 156, 468 et 471. Madrid,
1852.













LE FLELJVE BELUN.


qu'humains essentiellement faillibles, il faut bien admettre. d'apres les t6moi-
gnages concordants de Colomb lui-m6me, de son fils don Fernando, de ses amis
et admirateurs Pierre Martyr et le PAre Las Casas, de I'historiographe Oviedo, leur
contemporain, de L6pez de G6mara et de tant d'autres, que le rio Bel6n devait bien
se trouver a l'est du rio Veragua, A six ou sept lieucs a l'est du rio Urird et a vingt-
cinq lieues aL l'est de la baie de Cerebar6.
La generation immediate a ces premiers historians du Nouveau Monde suit leurs
traces et constate les m6mes fails.
Un cartographe frangais anonyme du xve siecle, qui a puis6 soigneusement ses
renseignements dans les ouvrages de Pierre Martyr, d'Oviedo et de Cieza de Leon,
consigne, dans sa Carte de la premiere parties du Pirou', avec une remarquable
approximation de la verit& les positions geographiques de Cerebarb, d'Aburemd,
de Cacique-Quemado, des rivieres Veragua, Belen, Chagre et de la province de
Veragua.
Cetle carte, don't le fragment utile pour celle demonstration est reproduit ici,
place le fleuve Belen aux 297010' A l'orient du meridien de l'ile de Fer et aux 8056'
de latitude nord, c'est-h-dire aux 62050' A l'ouest du m6me m6ridien equivalent aux
80'29'45" de longitude ouest de Greenwich, ce qui donne une difference de 21'15"
en plus a l'est de la vraie position qui est de 8051', et 2' de latitude en plus vers le
nord.
L6pez de Velasco, don't la Descripci6n universal de las Indias figure parmi les
documents presents A 1'Arbitre par la r6publique de Colonbie, dit que le rio Belin
spare la province de Costa-Rica de celle de Veragua'; cette erreur en faveur de
Costa-Rica l'engage i attribuer a cette province les rivi6res Concepcibn et Veragua,
qui ne lui ont jamais appartenu, pour 1'en priver et les donner & Veragua dans ie
chapitre qu'il consacre a cette province. Le temoignage contradictoire de L6pez de
1. Cette carte appartient au Gouvernement franpais et se trouve an Npot des cartes de la Marine. M. Ga-
briel Marcel I'a publiQe en photogravure dans ses Reproductions de cares et de globes relatifs i la decou-
verte de l'Amdrique, Paris, Ernest Leroux, 1894, d'oh nous avons pris le fragment reproduit dans cee
ouvrage, carte f.
2. Descripcidn universal de las Indias, p. 529, 554.












LE FLEUVE BELUN.


Velasco n'a done aucune valeur, mais quand il s'agit de la position gdographique il
concorde avec les documents et les autorites cites plus haut.
D'apres Velasco, le rio Belin est situ6e sept lieues a I'ouest du rio Cod, L trois
licues I e'cst du rio Veragua et A sept ou huit lieues d'une rivi6re qu'il place, sans
la nommrer, A quatre on cinq lieues du Veragua et qui est la riviere Urirdi.
Las Casas place 'Urird a six ou sept lieues A l'ouest de Belem'.
Celle donnide a dtd accepted par I'historien colombien Joaquin Acosta, ancient
ministry des affairs dlrang6res de la Nouvelle-Grenade. Parlant d'une des expedi-
tions de D. Bartolomd Colomb i la recherche tie l'or, Monsieur Acosta dit : A a sept
lieues de distance de la bouche du rio Belen et consequemment apr6s avoir d6pass6
le Veragiua, ils trouverent la bouche de l'Uriirt' ,.
Sur la carte qui accomlpagte i'ouvrage d'Acosta, le rio Belin est situd aux
85"26' de longitude ouest de Paris et 8"58' de latitude nord.
Par contre Restrepo, miniistrc de d 'intdrieur de I'ancienne rdpublique de
(olombia, dans l'atlas qui accompagne son Historia de la revoluci6n de Colombia,
Paris, 1828, lui assigned le meridien 82"52'30" i l'onest de Paris, bien qu'errond-
mient sa carte porte(cadit coumine mdridien initial.
Felipe Pdrez,dans sa Gongraphie de l'tat de Panamrn, publide a Bogotai en 1862
par ordre du gouvernement colombien, indique en ces terms la position du rio Belen:
l De la pointe Mor'rito A la pointe de-las-Aninas il y a trois miles de clte basse
avec plage, ct cinquante-sept en plus an S.0. / ,0. jusqu'i la bouche du rio Beldn.
C'est ici que, d'apres quelques-uns, Colomb fonda le premier etablissement de la
cote ferme, abandonni plus tard par son propre fondateur >.
l De punta Morrito g punta de las Animas hay tres millas de costa baja con
playa y 57 mis al S. 0. '/, 0. hasta la desembocadura del rio Beln, punto en el
cual, segin algunos, fund Colon el primer establecimiento que tuvo la costa
firme. Este establecimiento fud despues desocupado por su propio fundador' ,.
1. LAs CASts, Historia de las Indias, tome III, chap. XXV, p. 132.
2. ACOSTA, Compendio historico del descubrimiento y colonizacidn de la Nueva Granada, p. 12.
Paris, 1848.
3. FELIIE PREZ, Geogrf'ia fisica y political del Estado de Panamd, p. 36. Bogoti, 1862.













LE FLEUVE BELRN.


La pointe Morrito est silue immddiatement A l'ouest de la bouche du Chagres.
En consequence, d'apres Pdrez, le rio Beln se trouve a 60 miles de distance de
ce fleuve, don't la position g'ographique est 800 de longitude ouest de Greenwich
et 9' 20' de latitude nord.
Le littoral, dans la direction est-ouest, ne se d6veloppe pas en ligne droite
sur un meme parallble que le Chagres, mais prdsente une inclinaison vers le sud
d'environ 26' sur une distance de 60 miles de c6tes, et Perez, qui travaillait sur
les materiaux de Codazzi, entend placer lerio Belin sur le meridien 80" 51' A l'ouest
de Greenwich, comme ses colleagues de la commission corographique de Colombia.
Le meme Dr. Felipe Perez, dans le texte explicatif de I'Atlas geogrdfico 0 his-
t6rico de la Repliblica de Colombia, construit d'apres Codazzi, par Manuel M. Paz,
et approuve par la loi 2" du 16 janvier 1887 publi6e dans le DrARo OFICIAL de la
Rdpublique de COLOMBIA, n* 6933, ne pent s'empcheir de dire la vhriet sur un point
historique si notoire. Voici ses paroles :
a A l'Epiphanie de 1503 (Christophe Colomb) jeta 1'ancre dans la bouche d'un
fleuve nomme Quiebra, A deux licues du fleuve Veragna. II donna A ce fleuve-la,
distant de 30 lieues de Portobelo, le nom de Belkn, et A la cAte adjacent celui de
(COte-des-Contretemps, h cause de ceux qu'il y 6prouva. II nomma les months qui se
dressent vers I'interieur, montagnes de San-Crist6bal P'.
La geographie la plus rdcentc et la plus complete de Colombia est celle du colonel
Francisco Vergara y Velasco. Voici la position que ce gdographe assigned an rio Belin.
Pres des sources des rivieres Guasara et Palmea se forment la Bejcio, paral-
lele A la Guasara, et le group du Veragua-Viejo el de la Comnepcibn, qui courent
vers le N.-O. Enire le Palmea' et le Veragua-Viejo, il y a plusieurs ruisseaux
paralleles qui tous, sauf un, se reunissent et forment le Belin. >
a Junto al nacimiento de los dos (Guasara y Palmea) se forman el Bejuco,
paralelo al Guasara, y el grupo de Veragua-Viejo y Concepcibn, que corren al N.-O. :

1. Atlas de Colombia, page 1, colonne I. Paris, A. Lahure, 1889.
2. La riviere Palmea est nomme R, Palmillo sur les cartes espagnoles et anglaises et par Kiepert, et la
Guasara est appele Wassarah on Huasara.












LE FLEUVE BELEN.


entire Palmea y Veragua-Viejo se hallan various riachuelos paralelos (C. al. N.-O.)
que, salvo uno, se juntan y forman el Belen'. .
Codazzi, Paz,.Ponce de Lbon et Pdrez placent le rio Belin dans sa vraie position
geographique, ayant adopt celle des cares anglaises, qui ont rectified les anciennes
espagnoles.
Aujourd'hui les cartes espagnoles, anglaises et francaises sont parfaitement
d'accord entire elles et avec les cartes colombiennes sur ce point; elles assignment a
la rivibre Belhn la position geographique suivante :
80'51' de longitude occidentale du meridien de Greenwich.
85311' de longitude occidentale de Paris.
76049'18" de longitude occidentale de TolBde.
74038'25f de longitude occidentale de San-Fernando.
74032'51" de longitude occidentale de Cadix.
64'12'59" de longitude occidentale du Pico-del-Teyde (Tenerife).
62056' 49" de longitude occidentale de File de Fer.
6036'52" de longitude occidental de Bogota.
Sur les caries anciennes la position gdographique du rio Belen (ou Belem) sc
ressent en general des erreurs communes a toutes les cartes levees, non pas d'apres
des explorations scientifiques, mais par oui-dire on au moyen de systems ou d'ins-
truments defectueux.
La precision math6matique, comme l'a demontrt le baron de Humboldt, n'a
jamais At~ atteinte par aucune de ces cartes; bien au contraire, les carts de posi-
tion y sont parfois 6normes. Pour la ville de Mexico, par example, ils varient de un
jusqu'A sept degrees en longitude et jusqu'A deux degres en latitude nord.
Mexico est situ &a 101028'7'" I'ouest du meridien de Paris, et a 19026'1" de
latitude nord. D'Anville (1746) et Jefferys (1794) la situent aux 10256' de longi-
tude et 200 de latitude nord, soit une erreur de I'27'553' de trop a l'ouest et de 54'
de Irop au nord.

1. Nueva Geographia de Colombia, por FRANcIsco JAVIER VERGARA VELASCO. Publication faite par ordre du
gouvernemcnt de Colombia, p. CCXIX. Bogota, 1892.













LE FLEUVE BELIN.


Jean Covens la site a 108023', erreur de presque sept degr6s; Alzate, & 1044/',
erreur de deux degr6s et demi, et le Dep6t hydrographique de Madrid a 103*2',
erreur d'un degrd trente-quatre minutes'.
16pez de Velasco (1574), Antonio de Herrera (1601) et Jean de Laet (1650)
situent la mgme ville de Mexico aux 103" a l'ouest du meridien de Tolede, c'est-4-
dire 109'21' A l'ouest du meridien de Paris, ce qui reprdsente un cart de 7'54'
en plus A l'ouest de la vraie position.
11 n'est done pas possible de faire 6tat d'aucune carte du xvil siecle pour fixer
la position gdographique d'un endroit quelconque.
Les cartographes espagnols, ou au service de 1'Espagne, comme Diego Ribero
et Sebastien Cabot, tombaient dedj dans l'erreur initial de la position attribute
par cux a F'ile de Sun-Antonio, la plus occidentale des lies du Cap-Vert, qu'ils
situaient A 90 A l'ouest du Cap-Vert, alors qu'cu rdalit elle n'est qu'l 8", come
l'affirmaient les Portugais'.
II faut aussi remarquer qu'on attribuait Il'ile de Fer une position geogra-
phique de 50' de plus a I'occident de celle qu'elle occupe en realitd.
Diego Ribero assigne au rio Belin ou A l'cndroit de ce nom (bele sur sa carte),
une position proche du 34' de longitude A l'ouest de la ligne de demarcation sti-
pulee par le trait de Tordesillas de 1494; or cette ligne, d'apres le calcul des astro-
nomes espagnols de ce temps Btait a 29" a l'ouest du meridien de 1'ile de Fer, ce
qui done come position geographique de Beldn le 630 A l'ouest de f'ile de Fer,
83" A l'ouest de Paris, position qui se rapproche beaucoup de la vraie, car, d'apres
les meilleures cartes modernes, Bel6n se trouve A 62056'49" A l'ouest de 'lile de
Fer, 80'51' A l'ouest de Greenwich et 83511' A l'ouest de Paris. Costa-Rica adopted
cette derniere position parce qu'elle la tient pour la seule et unique vraie, la seule
et unique conform aux lois et aux documents historiques et gdographiques dignes
de foi.
06 I'erreur de Ribero est plus considerable, c'est dans la latitude. Bel6n, soit la

1. HUMBOLDT, Atlas de la Nouvelle-Espagne, carte IX.
2 NAVARRETE, Coleccidn de viajes, tome IV, p. 366.














LE FLEUVE BELEN.


rivi6re, soit la colonies ephemere de Colomb, n'a jamais pu ddpasser 8"54' de lati-
tude nord (la rive de la mer), et Ribero la place snr le 10" parallele; erreur d'un
peu plus d'un degrd, d'autant plus visible que le cap bien connu de Gracias-4-Dios,
sis au 15' de latitude nord, apparait sur la carte de Ribero bien au-dessous, c'est-
A-dire au 140 ou A peu pres.
Pour mieux faire voir la position gdographique du Rio-Beldn nous donnons en
appendice un chapitre de la Historia de las INuias du pere Barlhelemy de las Casas,
tout h faith d'accord avec le rdcit de don Fernand Colomb, (A) et deux lettres, dates
dejanvier 1559, de Francisco Vazquez, gouverneur du duclh de Veratulu, au gou-
verneur de Terre-Ferme (B).
Voici quelques examples, convertis au meridien de Paris, des diverse positions
gdographiques attributes au Beln :


Position geographique du Rio-BeMln.


Carte de Turin. 1525 .
Diego Ribero. 1529. .
Pierre Desceliers. 1550
Carte du Perou; anonyme verss


la Marine & Paris.
Diogo Homem. 1568
Jean Jansson. 1642
D'Anville. 1731.
Henry Popple. 1755
Bellin. 1754. .
Pownall. 1785 .
Jefferys. 1794
Direcci6n hidrogrifica


Longitude ouest
de Paris
. 8950'
. 840
. 91
1565). Dep6t des cartes de


. 82050'
. 93040'
.89050'
835015'
. 8410
. 85350'
S. 830150

... 83525'
. 85740"
.83" 1 '
8301 1'


de Madrid. 1805-1809


Josd de Espinosa, chef d'escadre, etc. 1810.
Humboldt, Carte de l'Isthmne de Panamti. 1812.












POINTE BLANCA, CAP BLANCO.


Navarrete, Carte des eotes de Terre-Ferme oiL se trouvent les
routes suivies par CHRISTOPIIE COLOMB, 1825 ..
J. M. Reslrepo, Historia de la Revolucibn de Colombia.
Atlas. 1827 . .
Colonel Acosla, Compendio histbrico. 1848.....
Kiepert, Central America. Berlin, 1858. . .
Codazzi, M. M. Paz y M. Ponce de Le6n, Atlas de Colombia.
Carte de Panamd, edition officielle, Bogota, 1864. .
Direcci6n de Hidrografia de Madrid, 1869 . .
Dep6t des caries et plans de la Marine. Amdrique Centrale.
COte onest. Golfe de Panamd. De la rivibre S. Juan a la
pointe Mariato. Paris, 1876 . . .
Amirautd Anglaise. West Indies. Sheet XI. 1888, etc. .
Codazzi, Manuel M. Paz. Colombia. edition de 1890 .
La Republique de Costa-Rica. (Latitude Nord 8054/).
La Republique de Colombia. Son gouvernement, sa car-
tographie officielle, ses geographes. Bogota, 1862-1892.
(Latitude Nord 80 54').. . . .
La Republique de Colombia. Deuxibme memoire. 8 septembre
1899, p. 97. ........ ........
La Republique de Colombia, le 12 octobre 1899, dans le
commentaire d'une tres infidlee traduction de la c Lettera
rarissima, de Christophe Colomb, p. 39. (Le fleuve
Cuaymi ou Cricamola convert en Beln!!). .


85 7' 54'

82055'
83025'
850 10'


83 1
8301


8301 I'
8301 I'
850 5'
8301 I'



831 I'

840 5'48




84015'44"


Blanca (pointe). Au xvIe siecle on a donned le nom de Punta-Blanca, et elle
le conserve encore, a la puinte qui se trouve a l'est du fleuve Matina, entire Moin
et Lim6n, aux 10' de latitude nord et 8303' de longitude ouest de Greenwich.
La premiere carte qui renferme ce nom de P. Blanca est I'anonyme de Weimar
de 1527, faite selon toute apparence par Diego Ribero, don't la carte de 1529 n'est












BOCA-DEL-DRAGO, BORUCA.


qu'une variante presque identique. Diego Gutidrrez, cosmographe royal, comme
Ribcro, I'appelle C. Blanco (en 1550) etPierre Desceliers, aussi en 1550, P. Blanche.
Dans quelques cartes on I'appelle errondment P. Caravaca, usurpant ainsi le
nom de la baie-de-Caravaco (Zarabar6 ou Almirante) et le transferanLt vingt
lieues h I'ouest. Cette erreur avait ddj'i et remarquee en 1548 par Fernandez de
Oviedo sur une carte qui donnait le nom de Cerebaro A la region de Cariay'.

Blanco (cap). Au sud de la peninsule de Nicoya, ddcouvert en 1522 par
Andres Niflo, compagnon et pilote de Gil Gonzilez Divila. 11 est designed pour la
premiere fois sur la Carta nautica (circa 1525) de la bibliothoque Laurenziana de
Florence sous le nom de C. del farallon. L'anonyme de Weimar de 1527 et Diego
Ribero en 1529 le nomment C. del farallon blanco; Vesconfe di Maiollo l'appelle
tantot C. de faralon blanco, tant6t C. de faralon (au lieu de farall6n); Sebastien
Cabot (1544), Diego Guti6rrez (1550) et Jacopo Gastaldi (1554), C. del farallon
blanco; Abraham Ortelius en 1570 et Wytfliet en 1597, C. Blanco, nom qui a
prevalu, quoique plusieurs cartograples tenaces persistaient a l'appeler encore
jusqu'en 1640, C. de Farillon, ddfigurant le mot espagnol farall6n, pilot on gros
rocher sortant de la mer.
Boca-del-Drago. L'entree occidentale de la baie de I'Almirante, aux 9"26' lat.
nord et 82'20' 30" longitude ouest de Greenwich. Nom donned aussi A toute la baic.
V. Almirante.

Borica, Boruca ou Burica (cap). La carte de d'Anville dil C. Boruca; celle de
D. Tomas L6pez C. Boruga; cell du Dp6St hydrographique de Madrid de 1810,
Burica et celle de 1869, Borrica. Sous le nom de pointe ou cap Burica ou Borica on
d6signe, depuis 1'ann6e 1519, 1'extrdmite m6ridionale du territoire de Costa-Rica.
Si Alcedo fait erreur en I'appelant Boriuga, il est dans le vrai quand il dit qu'il
a est situd sur la c6te de la province et gouvernement de Costa-Rica ,. Le baron de
Humboldt dit que a les c6tes de Guatemala s'etendent sur la mer du Sud ai partir de
I. Bistoria de las Indias, lib. XXI, cap. VII, tomo II, p. 138.













BRUXELLES.


la barre de TonaMd (16"7' latitude nord et 96*59' longitude ouest du m4ridien de
Paris), i l'est de Tehuantepec, jusqu'd la pointe de BnRICA ou BORUCA (805' latitude
nord et 85013' longitude ouest de Paris), A l'est du Golfe-Dulee de Costa-Rica >.'
MM. Fernandez Madrid, Codazzi et autres geographes colombiens, qui ont
invoque I'autorit4 d'Alcedo et de Humboldt sur ce point, se trompent, car, selon ces
deux derniers, le Golfe-Dulce et ses c6tes, jusqu'a Punta-Burica inclusivement,
appartiennent entierement a Costa-Rica, comme il est dit sous les mots Bugava et
Chiriqui du Dictionnaire goographique de l'Amerique.
D'aprBs les cartes de 1'Amiraute anglaise, Punta-Burica est situee aux 8'2'
latitude nord et 82*55' longitude oust de Greenwich, c'est-A-dire 2'9" a l'ouest
et 3', au sud de la position que lui assigned Humboldt.
Diego Ribero la nomme P. de Brica.

Bruselas, Bruxelles (bourg de). Fond4 en janvier 4524 par le capitaine Fran-
cisco Hernindez de C6rdoba, par ordre de Pedrarias Davila. 11 fut d4truit en 1527
par ordre de Diego L6pez de Salcedo, gouverneur de Honduras, pendant son 6ph-
mere usurpation du gouvernement de Nicaragua. Pedro de los Rios, successeur de
Pedrarias au poste de gouverneur de Terre-Ferme, fut bien accueilli A Bruxelles
en 1526, et c'est en punition de ce bon accueil que Salcedo fit detruire cette colonies.
Pedrarias, nomme gouverneur de Nicaragua en 1526, revendiqua Bruxelles et sa
jurisdiction comme appartenant A la province de Nicaragua, et il eut gain de
cause, car, par cedula de l'empereur Charles-Quint du 21 avril 1529, le terri-
toire de Bruxelles fut annexed i Nicaragua.
A partir de 1540, cette jurisdiction fut detachde du gouvernement de Nicaragua
pour faire parties integrante de la province de Cartago on Costa-Rica, don't la juri-
diction au sud de Nicaragua embrassait tout le territoire compris entire les deux
oceans.

1. ALEX. DE HUMBOLDT, Voyage aux regions equinoxiales du Nouveau Continent. Paris, 1816. Livre IX,
chap. 26, p. 199. La ligne de demarcation entire Costa-Rica et Veragua dderite par Humboldt est inexacte
et provient dgalement de 1'erreur de d'Anville.













BIGABA. CALOBEBORA, CALOBRE.


Bruxelles etait situe dans la contr6e d'Orotina, sur la c6te orientale du golf
de Nicoya. Orotina figure sur la carte du golfe de Nicaragua, Nicoya, Chira,
Orotina on Giietares, de Gonzalo Fermnndez de Oviedo, qui parcourut ce pays en
1529 et qui en parole abondamment dans son Historia general de las Indias. Posi-
lion gdographique d'Orolina : entire 10" et 1012' de latitude nord, et 84148' et 85"
de longitude occidental de Greenwich. Bruixelles dlait sitiiu6 pen pr.s sur le
mime emplacement qu'Aranjlue'. H. II. Bancroft (History of Central America) place
Bruxelles au port de la Herradura, trop au sud de sa vraic position.

Bugaba on Bugava. San-Jos;-de-Bugaba est le dernier village de 1'ancien
royaume de Terre-Ferme et de la vice-royautd de Santa-Fe. Alcedo est rigou-
reusement exact quand il dit, dans son Dictionnaire, qu'il se Irouve a deux lieues
du commencement de ce royaume, c'est-a-dire de la frontiere de Costa-Rica, for-
mde par le fleuve Chiriqui-Viejo, qui se jette dans la mer di Sud, a une distance
de deux lieues 'L I'ouest de Bhigaba, et spare la region monlagneuse de Bornca
du pays des savanes on plains de Chiriqui. C'est jusqu'a ce fleuve que s'dtend
la jurisdiction de Costa-Rica selon la ddlimitation precise faite par Philippe 11
en 1575' et I'tui possidetis de 1810-1821.

Calobebora (fleuve). bans la carte de la province de Veragua, dressde en 1620
par son gouverneur Lorenzo del Salto, qui se conserve aux archives des Indes
de Seville, et publide par I'auteur de cet ouvrage en 1884, ce fleuve se jette dans
la mer du Nord, au sud-est de I'Escudo-de-Veragua et A I'ouest du fleuve
Veragna, en une position geographique identique a celle du vrai et primitif fleuve
Culelwa, de sore que les deux noms different de Calobebora et Culebra designent
un mime fleuve qui, aujourd'hui, grace A cette deplorable manic de rdpdter le
meme nom a satidte, apparait dans toutes les caries, sons le nom de fleuve
Chiriqui, situd excitement au sud de File de l'Escudo aux 851' latitude nord et
81'34' longitude ouest de Greenwich. (Voir le mot Chiriqui) Atlas, carte IV.


1. Juridiction territorial de Costa-Rica. Titres et documents justificatifs, p. 565.













CARABACO, CARETA.


Calobre (village de). Ancien village de l'alcaldia-mayor de Natd, situ6 pres de la
riviere San-Juan, A trois miles a l'est du Gati, fronltire orientale du duch6 de
Veragua.
Position gdographique : 80o40' de longitude ouest de Greenwich et 8019' de lati-
tude nord.

Carabaco, Caravaco, Caravaro, Caravaca, Caribatco, Garnabaco, Caroboro.
Noms sous lesquels on ddsigne parfois, dans les cartes geographiques, la baie de
(arabar6 (Zarabar6) ou de I'Almirante. (Voir ce dernier mot).

Careta, Carreta, Monos ou Monkey (pointe). Ne figure pas dans la carte
original de d'Anville, mais bien dans cells de ses copistes anglais, sous le nom
de Carata, et dans 'Atlas de Restrepo (Historia de la Revoluci6n de Colombia)
sous celui de Careto. Alcedo n'en parle pas dans son Dictionnaire. Les cartes du
Dep6t hydrographique de Madrid la nomment Punta-Carretas ou Careta; les
cartes anglaises (Barnett), Carreta; Kiepert, Stieler, Colton, Chavanne, etc.,
Carreta; Baily et Frantzius, Monkey Point (Punta-Mono); Wyld, Monkey or
Carreta Point; le D' Petermann et L. Friederichsen, Punta-de-Monos on
Carreta; Vivien de Saint-Martin et F. Schrader, Carreta.
Elle est situde entire la pointe Sorobeta ou Tirbi (Punta-Gorda-de-Tirbi) et la
pointe Coaita ou Guaita aux 9 39' latitude nord et 82'39' longitude ouest de Green-
wich (Barnett, Sheet XI, West Indies, corrigge en 1888)'.
Codazzi, Ponce de Le6n et Paz (Carta coroyrdfica de Panama, 1864) la situent
aux 9038' latitude nord et 8025' longitude ouest de Bogoti et la nomment Punta-
Monos; elle est done la Punta-Carreta. M. Fernandez Madrid reconnait tgalement
que la pointe Careta est la pointe del-Mono. Le baron de Humboldt la situe aux
93W0' latitude nord et 84045' longitude ouest de Paris (82022'46"f onest de Green-
wich) et la Carta esfirica del Mar de las Antillas du Dep6t hydrographique, dressed
4. Voir aussi The West India Pilot, vol. I. p. 310, London, 1895, et la carte Central America, Cape
Mala to Elena Bay with the Northern coast from Chagres to Greytown. Londres, 1889.












CARTAGO.


par D. Jost de Espinosa, ia place aux 9"34' latitude nord et 8221' longitude ouest
de Greenwich, c'est-A-dire A 18 minutes A 1'est de sa position rdelle.
Pour tous les geographes, A 1'exception des Colombiens, la pointe Carreta et la
pointe Monos ne sont qu'une seule et meme poinle sous deux noms diffdrents. Les
Colombiens ont une pointe Carreta speciale, situde sur la Carta corogrfwca aux
8056' longitude ouest de Bogoti et 944'30' latitude nord, c'est-A-dire, A quelques
seconds pros, A 8250' de longitude ouest de Greenwich. C'est IA que tous les
gdographes, et en particulier les plus recents d'entre ceux ci-dessus nommes,
I'Amirautd anglaise et Vivien de Saint-Marlin et Schrader, situent la pointe Coaita,
Guaila ou Cahuita. De sorte que les Colombiens situent leur pointe Carreta A onze
miles a l'ouest de sa position r6elle et A 28' h l'ouest de cello que lui donne Hum-
boldt, sans autre peine que celle de changer le nom de la pointe Coaita, et de
laisser a la vraie pointe Carreta le seul nom de Monos, avangant par ce fait sur le
lerritoire de Costa-Rica, de tout 1'espace qui spare la vraie de la fausse pointe
Garreta. Ce deplacement a oblige ces gdographes i transporter de mmle e fleuve
Culebras (ou Dorados) A uine distance d'environ vingt-cinq miles A l'ouest de la
position que lui assignment les cares de Ldpez, Bellin, d'Anville, Vaugondy et
Alcedo, dans le but de fire ligurer son embouchure immddiatement au sud-est de
la pointe Carreta.
La designation de Punta-Carreta come terme occidental de Veragua et extrd-
mitd seplentrionale de la line de demarcation de cette province et de Costa-Rica ne
repose que sur des erreurs carlographiques et manque de base legale. Aucun
document imand des rois d'Espagne n'autorise cetle ddlimitation.

Cartago (baie, lagune, province de). Nom donni par les navigateurs espagnols
vers les annees 1525 1527, A la baic de Cartago ou Caratasca et A la contrde
situde entire le cap Camnarn et le cap Gracias-t-Dios, A cause de leur resemblance
aux c6tes de l'ancienne Carthage ou Tunisie.

Cartago (province, gouvernement de). Province fondCe par l'empereur Charles-
Quint en 1540 et concedde en gouvernement A Diego Gutidrrez.













CARTACO.


Elle s'dtendail sur la mer des Antilles depuis la baie de Zorobaro (aux confines
du duche de Veragua) jusqu'au rio Grande on Agudn, A I'ouest du cap Camarbn,
sur la frontiere de Honduras, et sur l'ocian Pacifique depuis les limits du duch6
de Veragua, aux vall6es de Chiriqui, jusqu'a Nicoya et Nicaragua.
Fernindez de Oviedo, dans son Historia de las Indias, livre XXX, chapitre I,
s'exprime ainsi :
c Cartago est une province ainsi nommee a tort par les premiers chrdtiens qui
I'ont parcourue. Elle a un grand havre rempli d'ilots situe sur la c6te du continent
entire les gouvernements de Veragua et de Honduras. Ce havre (embocamiento) se
trouve exactement A quatorze degrds et demi au nord de la ligne dquinoxiale.
On lui a donned comme limits depuis lA-bas (c'est-A-dire depuis le havre ou
baie de Cartago), vers l'occident, jusqu'au rio Grande, et vers le levant, depuis
ledit port de Cartago jusqu'aux confins de Veragua, qui est le duch6 qu'on a
donnd, avec le titre de due de Veragua, A l'illustre amiral don Luis Col6n, A
qui 1'empereur-roi, notre seigneur, 1'a concdde en majorat pour lui et ses suc-
cesseurs.
Oviedo ajoute quc Diego Gutidrrez fit crier que, sous peine de cent coups de
fouet, on ne devait pas appeler cette terre Veragua, mais Cartago et Costa-Rica.
La vraie position gdographique de la baie ou lagune de Gartago ou Caratasca
est : 15022/ de latitude nord et 835 45' de longitude occidentale de Greenwich.
Oviedo la place erronement A 52' au sud de sa vraie position.
La ville de Cartago, capital de Costa-Rica et Nuevo-Cartago, fut fondue en
1563 et elle subsiste encore, mais elle a perdu son rang de capital depuis 1825.
Position gdographique de I'ancienne province de Cartago : entire les 81034' et
les 85042' de longitude occidentale de Greenwich et les 80 et 160 latitude nord.
Philippe II, en 1575, en fit deux provinces, celle de Costa-Rica proprement
dite, au sud du Desaguadero ou rio San-Juan, et celle de Taguzgalpa, au nord du
Desaguadero. Par la suite la Taguzgalpa jusqu'au cap Gracias---Dios fut incor-
porde A Nicaragua, et le territoire qui s'6tend entire ce cap et le rio Grande ou
Agudn le fut A la province de Honduras. (Voir Expose de Costa-Rica, ch. XV, p. 91.)

Ci












CASTILLO-DE-AUSTRIA, CATIVA, CHAGRES.


Castillo-d-Austria (ville de). Fond6e en novembre 1560 par Juan de Estrada
Ravago, vicaire de Costa-Rica, sur la baie de San-Jer6nimo ou de l'Almirante,
dans la jurisdiction de la province de Cartago ou Costa-Rica. Le roi Philippe II
approuva cette foundation par ses trois cidulas du 4 aoft 1561.

Cativa (province de). Dans le process intent A la couronne royale d'Espagnc
par don Diego Colomb, Pedro de Ledesma declare a Seville, en date du 12 f6-
vrier 1515, que Cativa est ]a contree du continent ofi se rendit Colomb en quittant
la baie de Zorobarb, immediatement apres avoir pris le large.
Pierre Martyr d'Anghiera precise cette position en disant que le pays du Cacique-
Quenado on cacique A la face brilde, a vis-4-vis de lui 1'Escudo-de-Cateba.
Don Fernando Col6n et Las Casas confirment le recit de Ledesma qui, il con-
vient de le rappeler, commandait la barque Vizcaiina et 6tait un des pilots renom-
mes qui accompagnerent Colomb dans ce voyage.
La carte de Turin de 1523 place, avec une remarquable exactitude, le pays du
Cacique-Quemado an sud-est de l'ile Escudo. I1 en est de meme de la carte du
Perou de I'anonyme francais du DIp6t de la Marine. Cette carte porte Caciq Que-
mado inscrit sur la c6te, pres de la bouche d'un fleuve, et sur la rive gauche de ce
fleuve, A court distance de la mer, le mot Quenado et trois hultes pour indiquer
un village. C'est la premiere indication cartographique qui pourrait se rapporter A
une riviere Quemado que les cartographes du xvii siecle deplaceront vers l'ouest
et nommeront Quenurdos.

Chagres (rio). Riviere de la province et gouvernement de Panama, cdlebre par
sa position dans la parties la plus Btroite de l'isthme, a proximity de Portobelo, et
pour avoir servi a la communication interoceanique jusqu'A la construction du che-
min de for de Panama. Elle fut decouverte par Christophe Colomb en 1502, qui
l'appela riviBre de Los-Lagartos (des Lizards ou plultt des Carmans).
Elle est 'loignee de 51' de la rivibre Belin, et d6bouchedans la mer des Antilles.
Sa position est : 800 longitude ouest de Greenwich, 82'20' ouest de Paris, 546' ouest
de Bogota et 919' latitude nord.












COAITA, COCLE.


Coaita, Cajuita, Cahuita, Gagiiita, Guaita (pointe). Ne figure ni dans le Diction-
naire d'Alcedo ni dans les cartes antdrieures au xix" siecle; cell de 1'Amirautd
anglaise (Barnett) et celles de Baily, Wyld, Kiepert, Stieler, Chavanne (de Vienne),
I'appellent Coaita; Frantzius, Friederichsen, Colton (de New-York) ct Bovallius
(de Slockolm), Gahuita : le D' Petermann (dans la carte de Costa-Rica, territoire
de Talamanea, d'apres Gabb, Geographische Mittheilungen, annde 1877), Vivien
de Saint-Martin et Schrader, Cajuita; le DIpbt hydrographique de Madrid, Guaita;
Ponce de Ldon, Paz et Felipe Pdrez, Garreta. Comme on le voit, les gdographes
colombiens sont les seuls qui donnent errondment le nom de Carreta a la pointe
Coaita; cette erreur leur pernnet d'exagdrer leurs prdtentions territoriales, confor-
mind ent aux procedds cartographiques auxquels ils ont eu recours pour les
appuyer, et qui sont en contradiction flagrante avec les demarcations faites en
1540 et 1575, encore en vigueur lors de l'eniancipation des provinces de Costa-
Rica et de Veragua.
A I'ouest de la pointe Carreta et an sud-est de la pointe Coaita d6bouche la
rivibre Hone des cartes anglaises, appelCe aussi Moy, Muia on Muin' aux 9'40'530
de latitude nord et 8249' de longitude ouest de Greenwich. Cette anse, grace a sa
position au sud-est de la fausse pointe Carreta de la carte chorographique de
Panami, a Ct6 convertie par MM. Ponce de Leon, Paz et Pdrez en un fleuveCulebras
on Dorados qu'ils fixent comme limile entire Costa-Rica et Colombia. Les sources,
le course et les functions de ligne de demarcation qu'ils attribuent A ce faux Culebras
ou Dorados sont de pure invention, et seule la bouche du Hone on Moy corres-
pond A celle du Culebras de la Carta corogrAfica qui la place aux 9040'50" de lati-
tude nord et 8035' du mdridien de BogotA.

Cocl6 (rio). Riviere de la province et gouvernement de Panamat, dit Aleedo,
dans le royaume de Terre-Ferme.

I. Hone Creek dans toutes les cartes moderns anglaises, allemandes, americaines, etc.; Muia, dans celles
du Deptp hydrographique de Madrid; Muin, dans le Derrotero de las Antillas du mgme, et Moy dans la carte
de Talamanca de I'explorateur su6dois Bovallius, dans Ymer Tidskrifl, Stockholm, 1885.











ILE DE COLON.


Cette rivi6re fut decouverte lors du quatrieme voyage de Colomb. L6pez de
Velasco dit (1574) que la riviere Codl sert de frontiere aux provinces de Vera-
gua et du Nombre-de-Dios, a sept lieues de distance i l'orient de la riviere Belin.
D'aprBs un document de 1746, public par M. A. B. Cuervo, ancien ministry de
Colombia en Espagne et ministre de la guerre, la riviere Cocl se trouve A cinq
lieues i l'est de la riviere Belin'.
Les routiers et les cartes hydrographiques modernes indiquent une distance de
dix-neuf miles geographiques entire la riviere Belen, a l'ouest, et la riviere Cocl/;
et de trente-neuf miles entire celle-ci et le fleuve Chagres, a l'est. Elle ddbouche
dans la mer des Antilles aux 80054' ouest de Greenwich, 82054' ouest de Paris et
6020' ouest de Bogot~, et 9 5' latitude nord.

Col6n (ile de), ou ile de Zorobar6, de Toja ou T6jar, del-Viejo, del-Drago,
de Bocatoro, de l'Almirante, entire la Boca-del-Drago et celle du Toro, ah entreee
de la baie de l'Almirante. Elle tombe sous la jurisdiction de Costa-Rica d'apres les
ddmarcations faites en 1540 et 1573. Alcedo ne fait pas mention de cette ile ni
des autres lies de la baie de l'Almirante. Les gouverneurs de Costa-Rica en
prirent possession et y exercerent leur jurisdiction an su des autorites de Veragua
et de Tierra-Firme.
Elle 6tait habitee par une colonies d'lndiens mexicains Chichinecas, qui habi-
taient egalement le territoire contigu, appelM, i cause d'eux, Vallie-du-Duy et
Mexicains. Vazquez de Coronado, qui avait besoin d'interprete pour traiter avec les
peuples voisins, put s'entendre, connaissant bien le nahuall, avec le cacique mexi-
cain Iztolin en sa propre langue.
Benzoni y s6journa pendant dix semaines lorsque, en 1544, il se porta au
secours de Diego Gutierrez, gouverneur de Costa-Rica'.
Le gouverneur de Costa-Rica, don L. A. Granda y Balbin chatia en 1710 la

4. A. B. CUERVO, Colecctdn de documents sobre la geografia y la historic de Colombia, tome II,
p. 584. Bogota, 1892.
2. Buzosi, Historia del Mondo Nuovo, f. 85. Venise, 1572.














A












CONCEPC16N.


rdvolte des insulaires de Tojar (le de Col6n), et le 8 octobre 1722, en vertu de la
real cedula du 23 aoit 1721, son successeur Diego de la Haya r6clama du gouver-
neur de la Jamaique, la restitution de ces insulaires et autres, captives par les
Anglais et les Mosquitos'.
Le gouvernement federal du Centre-AmBrique y fonda en 1835 une colonies
d'Irlandais sons les auspices du colonel Galindo, mais I'ile de Colon fut incluse dans
le territoire de Bocas-del-Toro crdA par decret du Congres de la Nouvelle-Grenade
du 30 mai 1836, et fut envahie la m6me annee par les forces de ce pays, an mepris
des stipulations du trait de Bogoti du 15 mars 1825.
Costa-Rica n'a cess6 de protester contre cette usurpation'.


Concepci6n (fleuve). On ne connait aujourd'hui A Costa-Rica aucun fleuve de
ce nom et on ne le nomme dans aucune description gdographique du pays. 11
apparait pour la premiere fois dans la carte de l'Amerique Septentrionale de
d'Anville (1746). Bellin, L6pez, Pownall et les autres copistes du gbographe
francais I'ont adopted. Place entire le Portete et le fleuve San-Antonio (Rio-del-
Nonre?), il pourrait Wire le fleuve Banana, qui debouche dans la mer des
Antilles aux 9o55'30" de latitude nord et 8352/ de longitude ouest de Green-
wich.
Dans la province de Veragua il y a un fleuve Concepci6n ou del-Oro, que ne
mentionne pas Alcedo, et qui d6bouche A I'ouest du fleuve Verainua-Viejo, aux 8'51'
de latitude nord et 80058' de longitude ouest de Greenwich; Ldpez de Velasco
l'attribue a Costa-Rica, mais il le place egalement parmi les rivieres de Veragua A
3 lieues A l'ouest du Belen. D'Anville le situe entire la riviere Urird A I'ouest et le
BelMn a l'est. Felipe Pdrez et les autres gdographes colombiens, A la suite de 1'Ami-
raut6 anglaise, situent la riviere Concepci6n entire la riviere Veragua-Viejo et la
Guasara, a la position g6ographique ci-dessus enoncee. La ville de la Concepci6n
fut fondue sur cette riviere en 1558, mais elle n'existait plus en 1600.

1. PERALTA, Limiles de Costa Rica y Colombia, p. 20.
2. Ibidem, p. 296











COSTA-RICA.


Costa-Rica. Alcedo ne delimite pas d'une maniere precise ce pays, mais il inclul
dans ses limits et jurisdiction, du c6te de la mer du Nord, la baie de l'Almirante
et la lagune de Chiriqui, sous les noms do babies de San-Jerbnimo et de Carabaco;
du cMtd de la mer du Sud il inclut dgalement, sans la moindre ambiguity, le
Golfe-Dulce el la pointe Burica, jusqu'au fleuve Ch iriqui-Viejo inclusivement,
a deux licues t l'ouest de Bttwaba.
La premiere delimitation de Costa-Rica a &t6 faite par I'audience de Panamti
dans une provision du 17 d6cembrc 1559, lui assignant comme limits a parlir
des confins du Ducht--de-Veragua et Zarabar6 jusqu'h Guayrmura ct IHonduras 3,
el d'une mer I I'auire en latitude.
L'empercur Charles-Quint, A la requete du Conseil des Indes, adopt la mime
ddlimitation dans une lettre qu'il adressa a ce Conseil en date de Bruxelles le
16 scptembre 1540, et il assign pour limiles precises et inequivoques : A partir
de la baie de Zarabaro jusqu'au fleuve Grande, au couchant du cap Camar6n, et
d'une mer A l'autre en latitude, a c'est-i-dire Ie surplus des vingt-cinq lieues
don't Nous avons fail don h I'Amiral des Indes D.
Cette ddlimitation du c6td de Veragiua fut confirmne par le roi Philippe II
en 1573 ct en 1591, en vertu des capitulations passes avec Diego de Arlieda
et D. Fernando de la Cceva, ct jamais elle ne fut abrogce.
Selon ces demarcations, les limiles seplentrionales de Veragiia ne ddpassaient
pas au nord le parallele 8"54', latitude de 1'embouchure du fleuve Belen, laissant
Ionte la baic de Zorobart sous la jurisdiction de Costa-Rica. Tout au plus le duch6
de Veragfua, redevenu domaine de la couronne en 1556 et drige en province royale
en 1560, aurait pu avoir un droit commun avec Costa-Rica sur la parties orien-
tale de la baie, laissant la partic occidental, ou la bale de I'Almirante propre-
ment dite, sous le domain exclusit de Costa-Rica. Du c6td de la mer du Sud, la
juridiclion de Costa-Rica s'elend jusqu'aux vallees-de-Chiriqui. Les pretentions de
Colombia i l'ouest du fleuve Chiriqui-Viejo el an Golfe-Dulce sont trs rdcentes et
sans ancun fondement'.
I. PERALTA, Costa Rica, Nicaragua y I'anamd, p. 101 et suiv., 497, 648, 747. Costa Rica yColom-













COSTA-RICA.


Selon les titres legaux de Costa-Rica en vigueur en 1810 et au temps de son
emancipation, ses limits sont les suivantes : en longitude, a partir de la bouche
septentrionale du Ileuve San-Juan-de-Nicatragua, en face de Greytown, vers le sud-
est jusqu'h la bouche du fleuve Chiriqui (Calobebora ou Culebra.), au sud de l'ile
Escudo-de-Veragua, avec un littoral de 180 miles sur la iner Caribe; et A partir du
centre de la baie de Salinas jusqu'h la bouche du fleuve Chiiriqui-Viejo, sur I'ocean
Pacifique, soit 240 miles.
En latitude, d'une mer a I'autre. Aux confins de Nicaragua, d'apres le trailed
du 15 avril 1858, B partir de Greytown ou San-Juan-del-Norte, en suivant la rive
droite du San-Juan en amount, jusqu'a 3 mills a I'est du Castillo-Viejo et de 14,
formant un arc de cercle jusqu'a 3 miles A l'ouest, la frontiere se continue i
2 miles de la rive du fleuve San-Juan et de la rive meridionale du lac Nicaragua
jusqu'i la bouche de la riviere Sapod, toujours A 2 miles du lac, et de la jusqu'au
centre de la baie de Salinas; c'est-h-dire 125 milles en ligne droile.
Aux confins de Veragua, depuis la bouche (du fleave Chiriqui du Nord (Calo-
bebora ou CULEBRA), sous le m6ridien de I'ile de l'scudo, dans la mer des
Antilles, dans la direction ouest-sud-ouest, jusqu'a la bouche du fleuve Chiriqui-
Viejo, soit 80 miles.
L6pez de Velasco, cosmograplhe du Conscil des Indes, rdsumant les donnees
antdrieures a 1574, avant que Costa-Rica ne fit ddfinitivement ddlimitee par Phi-
lippe II, dit que Costa-Rica est comprise entire le 853 oi elle confine a la province
de Pananm et le 870 ou 88" de longitude ouest de Tolede, ou elle rejoint Nicaragua,
et entire les 80 et 12" ou 153 de latitude nord.
c Elle a de 80 ai 100 lieues de longueur, en ligne droite, depuis le rio Belnz
qui la spare de Veragua, jusqu'aux C homes, Indiens de Nicoya, et du nord au
sud, environ soixante i soixanle-dix lieues P.
Bien que L6pez de Velasco se trompe en ddsignant le rio Belen comme fron-

bia, p. 1. FERNiLDEz, Colecci6n, t. IV, p. 70, 75, 85, 89 et suiv., t. V, p. 55. Voir dans l'index ggo-
graphique de PERALTA, Costa Rica y Colombia, les mots Costa-Rica et Veragua. TORRES DE MENDOZA,
Coleccidn de documents indditos de Indias, tome XXIII, p. 74, etc













COSTA-RICA.


tire orientale de Costa-Rica, si l'on considrre qu'il situc la ville de Panama an
82" et la frontlire de Costa-Rica on Ic rio Belin au 853 de longitude ouest de
Told, on en dcduit facilemnnt que, pour le Conseil des Indes en 1574, la posi-
tion gdographique du rio Belhn 6tait 'L un degrC a I'ouest de la ville de Panamd. Or
Pananut est situd a 79"52' a l'ouest de Greenwich; le rio Beldn se trouverait done
au 80052' de ia mime longitude et la limited occidental du duchll de Veragua,
distant de vingt-cinq lieucs l r'ouest du rio Belen, c'cst-a-dire h 1"25' en comptant
17 1/2 lieues an degrd, se trouverait an 81"57' de longitude ouest de Greenwich.
Ilerrera, qui puisait ses donnees aux meilleures sources officielles, attribute i
la province et gouvernement de Costa-Rica la meme etendue que Velasco, sans
alternative, quatre-vingt-dix licues'.
Jean de Lael, dans son Histoire du Nouiveau-Monde on description des Indes
Occidentales, confirm les donnees de ces deux historiographlcs. 11 fait de la pro-
vince de Costa-Rica la description suivante :
La province et gouvernement de Costa-Rica a ses limiles vers l'ouesl come
aussi vers Ic nord, Nicaragua; du cost de l'est Veragua, et d'un cost et d'autre,
vers le nord et le sud, clle est barr6e de la mner. Elle a de long (si le conte d'Hler-
rera no se Ironlpe en clt enidoit) nonante lieues, depuis les derniBres limits de
Nicaragua vers l'est jusques a eragua; et de large jamais plus de quarante ou
cinquanle. Le lerroir y est fertile et n'est destitu6 de mines d'or et d'argent, comme
les Espagnols se le persuadent par divers indices.
S11 y a seulementi Irois tant ville que bourgades habitdees par les Espagnols en
cette province; la premiere desquclles est ARANJUEZ, qui est repu te estre diu telri-
toire e NiCOYA sur les limites des sauvages appeals CHOMEs, ct spare seulement de
cinq lines de Icurs principals bourgades, et un peu moins de la mer du Zud.
e L'autrc est la ville de Cartago a quarante licues de Nicoya, a vingt de la mer
du Zud, et comme au milieu entire I'une et l'autre mer, de sore qu'elle a un port
sur chacune d'icelles.
1. L6PEZ DE VELASCO, Descripcion universal de las Indias, p. 529. HERRERA, Descripcion de las
Indias, cap. XIII.













COSTA-RICA, NICOYA.


i La troisieme est appelde Castro de Austria, laquelle Herrera a marquee sur les
charges geographiques, sans qu'il en fasse aucune mention en sa description ou
fort lIgbre ailleurs'.
( Entre les limits de Nicaragua et de Costa-Rica est situdeNicoya, a quarante
et huit lieues de la ville de Granada, le long de la mer du Zud; elle est rigie par
le lieutenant du gouverneur de Nicaragua.
a Au reste dans le territoire de cette ville et dans le resort de la province de
Nicoya, comme aussi dans I'isle Chira, qui est A huit lieues de la terre ferme de
Nicoya, i la jurisdiction de laquelle elle est sujette, il y a pour le jour d'hui plu-
sieurs sauvages de reste qui sont tributaires du Roi d'Espagne.
Anciennement ce quarter estoit sous le Parlement de Panama, mais il fut
adjoint I'an 1576 Costa-Rica, combien qu'il y ait un lieutenant de Nicaragua pour
le temporel et un vicaire de l'Evesque de Nicaragua pour l'ecclesiastique. Elle a un
petit port sur la mer du Zud.
< Environ ces lieux ii ya eu anciennement une colonie d'Espagnols nommee
Bruxelle, qui doit avoir estd par apres abandonnie, car il n'en reste maintenant
aucunes marques.
9 I y en a, et entire iceux Lopez Vaz, portugais, qui asseurent que la province
de Costa-Rica est un pays montueux, vaste et descrt; que si cela est elle a est6
mal nommee. Au reste elle a une baie sur la mer du Nord' nommee de S. Hie-
rosme et encore une autre appelle vulgairement de Carabaco, sur les limits de
Veragu a.
c Et sur la mer du Zud, outre le port de Nicoya, elle a diverse bayes, caps et
isles, depuis le cap Blancjusques a la pointe de Boricaet plus outre, desquels nous
avons fait mention au chapitre precedent. ,

1. Castillo-de-Austria fut fondue en 1560 par Juan de Estrada Rivago dans le port du SanJerdnimo,
baie de Zorobard ou de I'Almirante.
2. Le texte francais de Laet dit par erreur Zud au lieu de Nord. L'6dition hollandaise et 1'Udition latine
disent correctement mer du Nord. a Quod superest, ad oram maris septentrionalis sinum habet unum S,
Hyeronimi nominee insignem; itemque alterum, de Carabaco vulgo dictum, ad limits Veraguae. D DE LAET,
Novus Orbis, p. 544. Leyde, 1635.













RIO DE COSTA-RICA, FLEUVE CULEBRA.


Ces citations prouvent abondamment que Costa-Rica ne rdclame rien qui ne lui
soit reconnu par les lois et par 1'histoire.

Costa-Rica (rio de). D'apres d'Anville et Alcedo, c'est I'ancienne riviere Pocosol,
le San-Carlos d'aujourd'hui, affluent du San-Juan-de-Nicaragua. Le capitaine
Alonso Calero en fit la decouverte en 1559, alors qu'il explore le Desaguadero.
Pros du confluent de cette riviere se trouvait le chateau palissadd, appeld San-
Carlos. Elle est situde aux 10"47'50' de latitude nord et 84 10'50" de longitude
ouest de Greenwich.
Elle est navigable dans la saison pluvieuse sur une longueur de 60 miles.
En ce qui concern le project du canal interoceanique de Nicaragua, l'importance
de cette riviere est capital, car, grace i la digue que l'on se propose d'y construire
au confluent, la navigation du San-Juan sera plus facile, le niveau du lac sera
maintenu A son altitude normal, soit 35 metres au-dessus de celui de la mer,
et la vall6e du San-Carlos convertie en une extension du lac, ce fleuve sera navi-
gable en toutes saisons.

Les fleuves Culebras, Doraces on Dorados et de la Estrella.

Culebra (fleuve de) ou de Las-Culebras. D'aprBs Alcedo c'est un fleuve de Costa-
Rica situ6 entire le fleuve Bocaces (sic au lieu de Doraces) et la baic de I'Ahnirante
11 correspond done au Culebras de d'Anville', de qui l'adoptlrent Bellin', i). Tonnis
L6pez', Robert de Vaugondy' et Ic gouverneur Pownall".

I. Amerique Septentrionale, publide sous les auspices de Monseigneur le due d'Orl6ans, premier prince
du sang, parole Sr d'Anville. Paris, 1746. PERALTA, Atlas histdrico-gdogrdfico de Costa Rica, carte XVI.
2. Carte de Nicaragua et Costa-Rica pour accompagner l'Histoire gendrale des voyages, tome XII,
edition de Didot, Paris, 1754. PERALTA, ibidem, carte XVII.
3. Mapa maritime del Golfo de Mexico e islas de la America, par Thornis Ldpez et Juan de la Cruz,
755. PEnALTA, ibidem, carte XVIII.
4. L'Amdrique Seplentrionale et M ridionale divisee suivant ses different pays. Paris, 1789.
5. A New Map of North America with the West India Islands, divided according to the Preliminary
Articles of Peace, signed at Versailles, 20 janvier '1783, etc. From the original materials of Governor
Pownall, Member of Parliament, 1783. Imprimed Londres en 1786. PERALTA, ibidem, cartes XIX, XX.













FLEUVE CULEBRA.


Cette position du rio Culebra est inexacte. Le fleuve Culebra qui sert de ddli-
mitalion entire Costa-Rica et Veragua est situd a Pest de la baie de 1'Almirante et a
l'ouest du fleuve Veragua, et il diverse ses eaux dans la mer des Antilles au sud de
I'Esctudo-de-Veragua. C'est ainsi qu'il apparait dans les caries suivantes :
I. Insulw americane in oceano septentrionali cum terris adiacentibus, sans
dale, tres bien gravee sur cuivre, avec deux vignettes d'lndiens. Elle date de 1610
ou de peu apres.
II. Autre carte du meme titre, en plus grande echelle, de Guillaume
Blaeu, 1667, dedide par 1'auteur au senateur Albert Conrad van der Burch,
d'Amsterdam (carte i).
III. Autre carte gale mais posterieure A celle-ci, de Jean Jansson,
d'Amsterdam.
IV. Autre de Hendrick Doncker, Paescaerte vande Caribische Eylanden, etc.,
Amsterdam 1642.
V. Autre de l'Atlas Maritimo de Jacob Colom, 1669'.
VI. Autre de Frederick de Witt. Indiarum occidentalium. Tractus littorales
cum Insulis Caribices. Amsterdam, 1680?
VII. Autre de l'Histoire des Avanturiers, par (Exmelin (ou Exquemeling),
traduction francaise de 1688.
VIII. Jean van Keulen, Islas Antillas, Honduras, Nicaragua, Costa-Rica,
Tierra-Firme (Pascaerte van Westindien), etc. Amsterdam 1695'.
D'Anville, qui ne connaissait pas le pays et s'en rapportait aux recits des voyageurs
oI aux cartes de ses preddcesseurs, adopta le Culebra d'une des cartes pr&cities,
mais il le situa A une distance de plus de soixante miles louest de sa position
vraie. Cette erreur fut suivie par Bellin, D. TomBs L6pez, Robert de Vaugondy,
Pownall et d'autres.
Le procedd de d'Anville n'est pas surprenant, car on a vu dedj comment il situa

1. Atlas maritime d mundo aquatico, o qual contem ura breve descripsao de todas as conocidas
costas maritimas de Terra. Novamente sacado a luz por Jacob Colom. Amsterdam, 1669.
2. Voir PERALTA, Atlas histdrico-geogrdflcode la Reptiblica de Costa Rica, cartes V, VII, IX, X, XI, XII.













LE VRAI FLEUVE CULEBRA.


sur le versant de l'Atlantique le fleuve San-Antonio qui diverse ses eaux dans le
Pacifique. En ce qui concern ses successeurs il n'y avail rien a dire. 11 suffit de
rappeler ce que dit Humboldt de I'un d'eux quand ii analyse le chemin de Mexico h
Veracruz, sur la carte d'Arrowsmith :
< II parait surprenant que la carte la plus rdcente, celle qui porte le nom d'un
auteur justement estime, soil la plus erronee de routes. Je parole de la grande carte
anglaise intitulde Chirt of the West Indies and Spanish Dominions in North
America, by Arrowsmith, publide en juin 1805. Depuis Mexico jusqu'a Veracruz
les noms paraissent tre jelts an hasard'.
La meme observation peut se faire A la parties de la carte d'Arrowsmith qui se
rapport A Costa-Rica. Arrowsmith nomme R. Tortuga le fleuve V4zquez on Tortu-
guero; il situe son fleuve Vdzquez au sud du fleuve de-los-Anzuelos, en la position
du fleuve Suerre, situ6 plus au sud, avec le fleuve Matina au milieu; il adopted le
fleuve Doraces de d'Anville et ii supprime le Culebra du meme. On peut dire de
d'Anville et de ses copisles ce que Humboldt dit d'Arrowsmith et de 1'Atlas de
Thomas Jefferys (The West Indian Atlas, London 1794), qu'il qualifGe de fable. Le
fleuve Culebras, la oi le situe d'Anville, est une grave erreur g6ographique. Signal
comme line de demarcation, les documents accrdditent clairement que cetle ligne
partait de l'Escudo-de-Veragua et se dirigeait vers la mer du Sud jusqu'aux vallees
de Chiriqui. Le fleuve Culebra de Blacu, de Jansson, de Colom, silue au sud de File
de i'Escudo, en une position 6quivalente A celle du fleuve Calobebora on Chiriqui
d'aujourd'hui, est le premier de ce nom qui figure dans la cartographie de Costa-
Rica et de Veragua ct c'est le veritable CULEBRA, liuite Idgale de Costa Rica et fron-
tiere de I'uti-possidetis de 1810 et de l'anne de son emancipation polilique. Ce
fleuve Culebra se trouve situe aux 8"51' de latitude nord et 810 34 de longitude ouest de
Greenwich; dans toutes les cartes modernes il apparait sous le nom de fleuve Chiriqui.
De 1688 A 1746 aucune carte ne faith mention du fleuve Culebra, mais il rdap-
parait en celte derniere ann6e dans la carte deja cite de d'Anville en la position du

1. Essai politique sur le Royaume de la Nouvelle-Espagne, tome 1, Paris, 1811, p. xxvi ut xxvi.
Introduction gdographique.













LE FLEUVE DORACES OU DORADOS.


fleuve de la Estrella, appeal dans les cartes de l'Amirautd anglaise flcuve Chan-
guene, et fleuve de-los-Dorados dans celles de D. Juan L6pez et du D)pbt hydro-
S graphique espagnol. Celui-ci l'appelle 6galement Changuene.
Ce fleuve de-los-Dorados est completement inconnu sous cc nomi dans l'histoire
et la cartographic de Costa-Rica aux xvi et xvn" sikcles. Alcedo ne le connait pas.
D. Antonio de Ulloa est le premier qui faith mention d'un fleuve de-los-Dorados, dans
le c Voyage dans l'Amerique miridionale a public en 1748.
D. Juan Ldpez, dans sa Carte maritime (du royaiume de Terre-Ferme (1785), suit
Ulloa; il trace un fleuve Dorados qu'il faith deboucher immediatement l'ouest
dans la baie de I'Almirante, et il le donne come limited oriental de Costa-
Rica.
06 Ulloa a-t-il puise cc nom de Dorados? Connaissait-il par hasard la care de
d'Anville et doit-on attribuer a Ulloa I'erreur de convertir le mot Doraces en
Dorados en laissant tons les honneurs de l'invention an glographe fian ais?
Alors qu'Ulloa 6tait A Panama en 1756, on ne connaissait aucune carte de Costa-
Rica ct de Veragua sur laquclle cc nom ligurat; d'Anville lui-meme ne le nomme
pas dans sa carte de 1751.
Dans les documents qui se rapporlent aux missions ii est parli d'une tribu
d'lndiens Doraces, mais ceux-ci n'habilaicnt pas la vallie du Tarire (le suppose
Doraces de d'Anville) et le nom de fleuve Doraces ou Dorados ne figure jamais dans
ces documents, ct s'il y figurait, il devrait apparaitre dans la region peuplce par ces
indigenes au sud de la lagune de Chiriqui. Les Doraces confinaient i I'ouest avec
les Changuenes et A l'est avec les Guaymies, et si quelque fleuve devait A just titre
Wtre appeld Rio-de-los-Doraces, c'est le San-Diego ou Cricamola (Guaymni) qui leur
sert de frontibre A 1'est, ou la rivibre Manati, qui couple au milieu de leur pays,
ou encore le Biarra ou le Chiriqui occidental on Guarumo, qui peut e1re designed
comme limited occidental de leur region. Les Doraces habitant le territoire situ6
entire la lagune de Chiriqui et la cordillere du mrme nom, autour du quatre-vingt-
deuxieme mdridien occidental de Greenwich, on ne pent concevoir une erreur
moins justifiee que celle de d'Anville et d'Ulloa lorsqu'ils appellent Doraces ou














RIO-DE-LA-ESTRELLA.


Dorados un fleuve sur les rives duquel habitent les Tjrrabas, les Viceitas et les
cabceares, et distant de cinquante miles du pays des Doraces'.
Dans les caries iydrographiques espagnolcs et anglaises Ic Dorados d'Ulloa et
de Juan ,Lopez figure sous le nom de fleuve Changuene on de-los-Dorados, de meme
dans Map of Gentral America de James Wyld (Londres, 1850); Baily le nomme
Changuene; Kiepert, B. Blanco ou Changuene; les gdographes colomnbiens Ponce
de Ldon, Paz et Felipe 'Prcz (1862-1864) et les Alleinands Frantzius et Friederich-
sen (1860 ct 1870), Chfanguinghla; Gabb et Petermann (1877), Vivien de Saint-
Marlin, Sticler, I'Encyclopedie Britannique, Chavanne (de Vienne) et Keith John-
ston, flin-Tilorio; son noin ancient est Rio-de-la-Estrella. 11 sejelte dans la mer des
Anlilles aux 9'28' de latilude nord el, 8228'201" dte longitude ouest de Greenwich, A
ice distance de sept niilles environ de la Boca-del-Drago et de la pontte Tirbi ou
Sorobeta. La rivibre Ch anguenl ou Changuina, selon Gabb, est un affluent du
Tilorio. Un anicien bras de cc fleuve coulait parallblement A la cote, a pen de dis-
Lance de son emnbouchure actuelle, et sc ddversait dans la baic de I'Almirante'.
C'csl pcut-ire pour cette raison que 1'ingenieur brigadier )fiez Navarro I'appelait
Ilcuve Almirante ou de-la-Eslrella'.
Ce Ileiuve lul ddcouvcrt par le gouverneur de Costa-Itica Juan V;izquez de Coro-
nado, on mars 1564. II le dcnoinma ainsi parce que, a lai bouche qni se trouve sur
la mer du Nord, une Rtoile trbs resplendissante apparait, i la nuit lomibante, au-
dessus de ce fleuve et remote le course du fleuve jusqu'A cc qu'elle se couche' D.

1. Iour sc renndre complex de la distribution g og:raphique des tribus Doraces, Clhailguenes et Gua;Iies,
voir les rapports des missionnaires dans PEIILTA, Costa Rica y Colombia tde 1575 A 1881, p. 101 et suiv.
Vl FIDINo;MEz, Dorclentos para la historic de Costa Rica, tome V, p. 210, etc., et notamment la carte
riccttrv de Mgr Thlil. tv'que de Costa-Rica, intitulde Itinerarios de los mlisioneros f'raniscanos en Talamanca.
2. La carte de Costa-Rica de Frantzius et 'Ptermann (Geogr. Mittheilungen, Gotha, 1869) et celle de
It. Jose Maria Figueroa, explorateur diligent et tres familiarisd avec l'hydrographie du pays, montrent I'ancien
bras du fleuve de-la-Estrella; Frantzius le nomme Canuquinola et Figneroa Rio-Tilorio. Les explorations
recentes de M. Henri Pittier confirment ces donndes.
5. ltapport sur la Talamanca dans PERALTA, Costa Rica y Colombia, de 1575 i 1881, p. 191 ou 207.
4. Ainsi s'exprime Ie capitaine Iiego del Cubillo dans sa a Proposition adressde a Sa Majesti pour fair
la conqulte des Indiens de Talamanca :in 1017, Fl:rIINiPEZ, Documentos para la Hisloria de Costa Rica,
tome V, p. 221.












RIO-DE-LA-ESTRELLA.


Sur ses rives on ddcouvrit de riches ecliantillons d'or que Juan V:izquez de Coronado
distribua a ses compagnons.
En 1568 Peraffin de Ribera donna en corvde (encomienda) les Indiens de la
S vallie aux conqudrants, ct il explore le fleuve de la Estrella en novembre 1570;
en 1608 D. Juan ie Ocon y Trillo, gouverneur de Coslt-Rica, dicia des measures
pour le ddfendre et repousser les pr6tentions du gouverneur de Veragua qui,
sedui par la renommde des immense richesses de cc fleuve, aspirait a le con-
querir; en 1610 Fray Agustin de Ceballos vante les trIsors qu'il recle; le capi-
taine Diego del Cubillo (1617) s'offre a y fonder une colonic et demand dans cc
but qu'on le nomme gouverneur de Costa-Rica; le gouverneur de Verangia le
reclame pour son gouvernement en 1620 et il le renflrme dans sa Planta de Vera-
gua, come si nn simple dessin pouvait annuler les actes royanx et les lois des
Indes.
D. Gregorio de Sandoval, gouvernieur do Costa-Rica, en 1658, I). Francisco
Nuifiez de Tenifio et la municipality de Cartago, on 1648, le gouverneur D. Juan
Francisco Sienz, en 1676, le brigadier D. Luis Diez Navarro, ing6nicur-directeur
des armies royales et ancien gouverneur de Cosla-Rica, en 1771, avant comme
apres la publication du Voyage d'Ulloa, les autoritis les plus compdtentes ne le
connaissent (ique sons Ie nom de Ileuve de la Estrella on de l'Almirante.
La denomination que luii donna Ulloa est done arbitraire, soit qu'il l'appelle
Dorados on Doraces, puisqu'il est situed a une grande distance de celte tribu, soit
qu'il lui allribue l'ollice de limited de la jurisdiction de Costa-Rivca en clevant a
cclle-ci la baie de l'Almirante qui, sous Ic nom de BocAS-DEL-DRAGO, luii a et'
expressement assigned par les reales cedulas jamais abrog6es de Philippe 11 ct qni
lt reconnue commune Ile par I'audience de Panatnni elle-meme.
Ulloa a-t-il voulu so referer Quemados, nomn de lieu ou de fleuve qui figure
sur la carte de Terre-Ferme de Jean de Laet ct dans l'atlas de Mercator de 1632,
situ au sud-est de (,aravarb au milieu de la bate de I'Almirante, la oh les cartes
du xvii siecle et la plupart de cells ldu siecle suivant, y compris celle de d'Anville,
de 1751, placent le point de depart de la line de demarcation entire Veragna et













!Ri -DE-LAk-ESTRELLA.


Costa-Rica, qui se rapproche de celle de 1540 et de l'endroit ou habitaient les
Indiens Doraces et n'est pas try's loin de la province du Cacique-Quemado?
La difference phonique entire Quemados et Dorados est sensible; mais il est
facile de se Iromper; D. Tomais L6pez ecrit dans sa carte Bokaces, et Alcedo dans
son dictionnaire Bocaes, Boicaces et Bocaces pour Doraces (d'apres d'Anville);
pourquoi Ulloa ne dirait-il pas Dorados pour Quenuulos? Ce Quemados de de Laet
et de Mercator 6migre i l'ouest dans des cares postirieures, de telle sorte que dans
les cartes marines de Jean van Keuten, de 1695, dans cells de Moll (1720) et de
Popple (1755) il est dej' situ6 l l'endroit qu'Ulloa ou ses interprktes don Juan
L6pez et le Dep6t hydrographique de Madrid assignment an Dorados.
Mais, pourquoi se perdre en conjectures? Ulloa a commis une erreur en appe-
lant Dorados le fleuve de la Estrella et en le signalant comme linmite occidental de
Terre-Ferme.
Les ventures du fleuve de la Eslrella ne se reduisent pas simplement 'a cells
qu'il subit sous le nom de Dorados.
Les routiers espagnols du xvii" sikcle', la Antorcha del Mar de Jean Van
Keulen, Woodes Rogers en 1712 et tous les cartographes post~rieursjusqu'en 1850,
out situe Ie fleuve de la Estrella sur le versant du Pacifique ct le font dNverser
pres de Quepo, centre le fleuve Hiqguerb (Rio-Grande-de-Trraba)' et celui de
Cartago (Rio-Grande).
D. Felipe Molina, dans la carte de Costa-Rica de son Bosquejo, appelle fleuve
de la Estrella un des tributaires de la lagune-de-Chiriqui, et le situe a deux on
trois minutes a l'ouest du 82' degree de longitude ouest de Greenwich. C'est done
le fleuve Biarra de Barnett. Kiopert, dans sa carte de I'Amrnique Centrale (Map
of Central America, Berlin, 1858), appelle fleuve de la Eslrella le fleuve Hone (ou
Moy) des cares anglaises modernes, et Frantzius, en 1860, donne le meme nom
au Tarire ou Sixola; le meme Frantzius dit que dans le pays on appelle Rio-

1. Ms. du Depkt liydrographique de Madrid et de la hibliotheque Laurenwiana de Florence, no 57.
2. Le fleuve Coto on Coronado, sur les rives duquel PerafTin de Ribera fonda la ville du Nombre-de-
Jesuis.













DDPACENT DU FLEOVE CULEBRA, 1746.


Estrella le North River de Barnett et c'est sous ces deux noms qu'il figure sur les
cartes de ce savant, et sur celles de Friederichsen (1876) et de Bovallius (1885).
Le D' Frantzius, grace A sa connaissance du pays et A ses etudes approfondies
de la cartographie de Costa-Rica, approche plus que tout autre du vrai fleuve de
la Estrella; mais les rapports des missionnaires du xvmi' siecle, qui confondirent
le Tarire avec le fleuve de la Estrella ou Tararia, I'induisirent en erreur. La v4ri-
table position et I'histoire de ce fleuve depuis sa d6couverte en mars 1564 sont
clairement 4tablies dans les documents publids par le tres diligent 6crivain D. Ledn
Fernandez et par I'auteur de cet ouvrage. La carte de Veragua de Lorenzo del Salto
S dmontre clairement que le fleuve de la Estrella de Juan Vazquez de Coronado
est le Tilorio moderne, le Changuene ou Dorados des cartes espagnoles et anglaises.
Or, si pendant deux siecles on a fait deverser dans le Pacifique le fleuve de
la Estrella, bien connu a Costa-Rica comme tributaire de 1'Atlantique; si, trans-
ports plus tard dans l'Atlantique, Molina, Kiepert, Frantzius et Friederichsen lui
ont attribug chacun une position differente, et nul d'entre eux la vraie, quoi d'6ton-
nant que l'inconnu fleuve Culebra fasse autant d'autres excursions sur les c6tes de
l'Atlantique, et que dans l'une d'elles il occupe la place du fleuve de la Estrella?
Le Culebra des cartes Insule Americans (1610) anonyme, de Blaeu, de Jans-
son, de Colom et d'(Exmelin, situe A l'orient de la baie de I'Almirante ou Bocas-
del-Drago et au sud de l'Escudo-de-Veragua, passe pour la premiere fois a I'occi-
dent dans la carte de d'Anville de 1746, copide immddiatement par Bellin, L6pez,
Vaugondy et les cartographes anglais qui le placent dans le voisinage de la pointe
Tirbi, A I'est du fleuve Doraces, just a l'endroit oi coule le Dorados de la Direc-
tion d'hydrographie et de D. Juan Ldpez. Une fois lI le Dorados et le Culebras se
confondent et se transforment en un seul fleuve: tant6t on I'appelle Culebras et
tant6t Dorados, bien que ces deux noms soient inconnus dans le pays. Quelques
annies s'dcoulent et les Colombiens le changent de nom; ils l'appellent Changui-
nola, et sous cette double denomination de Culebras ou Dorados ils le transferent
IA ou il apparait dans la Carta corogrffica del Estado de Panama, A une distance
de 75 miles maritime A l'ouest de sa position primitive; son embouchure est

8













D9PLACEMENT I)E PUINTA CARRETA.


situde A l'endroit qu'occupe celle du Hone on Muia dans les cartes hydrogra-
phiques anglaises et espagnoles.
Mais le transfer du fleuve Gulebra exige egalement le transfer de la pointe
Carreta et les gdographes colombiens ne reculent pas devant une telle diffi-
cultd; la pointe Carreta abandonne sa position seculaire aux 939' de latitude
nord et 82040' de longitude ouest de Greenwich, et passe, sur la Carta corogrd-
fica, aux 9"45'30" de latitude nord et 82050' de la mmme longitude, c'est-a-dire A
I'endroit qu'occupe la pointe Coaita ou Guaita des cartes anglaises et espagnoles.
MM. Ponce de Le6n et Paz depouillent la pointe Carreta de son ancient nom
et lui donnent le nom moderne de Monos, reservant celui de Carreta pour la
pointe Cagiiita, Guaita ou Coaita, et nonobstant la note dans laquelle ils declarent
que la cate de l'Atlantique ih partir de la pointe Carreta jusqu'A la pointe Brava a
dt6 fidilement copide des dernieres caries publides 4 Londres d'ordre de l'Ami-
rautd anglaise P, ils out alt6rd les noms des cartes anglaises qui dinomment
Garreta la vraic pointe Carreta, et Coaita la pointe Carreta de ces messieurs. Que
dirait Humboldt de ce procede?
Le Ileuve Doraces de d'Anville, ou Bocaces de D. Tomas L6pez et d'Alcedo, est
situd i l'ouest du Dorados du Depot hydrographique, et, par sa position entire ce
Ileuve et la pointe Carreta, il correspond au fleuve Tiliri on Sixola d'aujourd'hui.
Cependant, bien que le Culebras de d'Anville et d'Alcedo soit le Dorados du Dep6t
hydrographique, on a prdtendu que le fleuve Culebras est le Sixola, mais en mgme
temps on l'a faith distinct du Doraces, comme le dit a diverse reprises' M. Fer-
nindez Madrid, sans qu'il soit facile de conclure de ses assertions conjecturales et
incertaines lequel de ces deux fleuves Culebras on Doraces est, a son avis, le plus
occidental. On dirait parfois que le publiciste colombien situe le Culebras pros de
la pointe Garrela, et parfois l'on croirait, par les citations qu'il fait de d'Anville,
Vaugondy et Alcedo, qu'il se rapporte au Culebras de ces derniers; mais quand il
affirme que c'est le Simola, c'est-i-dire le Doraces de d'Anville, il renie ses auteurs
favors, et l'on ne comprend pas comment il les cite a I'appui de ses dires,
i. Voir PERALTA, Limites de Costa Rica y Colombia, p. 579, 589, 596, 457, 769 A 778.













FLEUVES CULEBRA, ESTRELLA ET TARIRE. Du

puisqu'ils le contredisent et font mieux ressortir l'inanit6 de ses arguments.
II resulte d'un examen serieux de divers documents officials 6manes du gouver-
nement de Colombie depuis I'annee 1856 jusqu'a present, que trois fleuves' bien
distincts et bien s6pards les uns des autres pour qu'il ne soit pas possible de les
confondre, seraient aujourd'hui reduits en un seul fleuve.
Le fleuve Culebra (aujourd'hui Chiriqui), celui de la Estrella (Changuene ou
Dorados), et le Tarire (Sixola on Tiliri), qui en 1610 portaient ces trois noms, qui
dans la Planta de Veragua de 1620 6taient appeals Calobebora, Estrella et Tiriri,
et qui continent i s'appeler ainsi pendant le xvin siecle, ne sont plus aujourd'liui,
pour le gouvernement de Colombia, que le fleuve Sixola.
II semble superflu de d6montrer combien cette assertion est absurde.
Les fleuves Culebras ou Dorados, lignes pretendues de demarcation entire Costa-
Rica et Veragua, au gotl de la Colombie, qui aujourd'hui en choisit une et domain
une autre, sont les suivants :
I. Le fleuve CULEBRA de Insule americans et des cartes de Blaeu, Jansson,
Colom et (Exmelin (1610-1688). (Le Calobebora on Chiriqui, au sud de I'Escudo-de-
Veragua, frontiere revendiqude par Costa-Rica). Position geographique 81534'
ouest de Greenwich, 83054' 0. de Paris.
II. Le fleuve Culebras de d'Anville (1746) adopted par Bellin, Vaugondy, D. Tomis
L6pez, Alcedo et le Gouvernement de la Nouvelle-Grenade en 1836. (Le Changuene
on Dorados, Changuinola, de-la-Estrella on Tilorio). 820 28', ouest de Greenwich.
III. Le Culebras de M. Fernindez Madrid (1852) et du gouvernement
actuel de Colombia. (Le Doraces de d'Anville, le Tarire, Tiliri ou Sixola). 82" 54'
ouest de Greenwich.
IV. Le fleuve Culebras, Dorados, Dorces ou Doraces du geographe official

I. Quatre fleuves on comptant le faux Culebras on Dorados de la Carta corogrdfica del Estado de
Panamd et de la Geografia de Felipe Pbrez. Aujourd'hui le gouvernement de Colombia doit ddsavouer ce
Culebras, parce que, d'aprbs les donnges les plus rdcentes, ii correspond au fleuve Sixola, don't la position
goographique, tout au moins celle de son embouchure, est suffisamment connue. Voir p. 295, 446, 466, 477,
479, 487, 489, 524, 532, 554, 580 et 582 de PERALTA, Limites de Costa Rica y Colombia.













LES FLEUVES CULEBRA ET QUEMADOS.


colombien Felipe Pdrez et de la Carta corografica de Panamd par Manuel Ponce de
Le6n, ingenieur, et Manuel Maria Paz (1862-1864). (La riviere Hone, Muia ou Moy).
820 48', ouest de Greenwich.
V. Le fleuve Culebra de la Commission scientifique de Chiriqui (Rapport de J.
St. C. Morton, ing4nieur topographe)'. (Le fleuve Chiriqui, Pejebobo ou Guarumo).
Ce fleuve coule au sud-est du fleuve R6balo et prend sa source sur le versant
septentrional du volcan de Chiriqui, oui prennent leurs sources le R6balo et le
Guarumo derriere cells du fleuve Chiriqui-Viejo. La Carta corogrdfica de Panama,
de meme que la carte du Centre-Ambrique de Baily I'appellent Pejebobo. La commis-
sion de Chiriqui le nomme Culebra et cite parmi ses affluents la riviere Romero, qui
ne figure pas sur les cartes, et elle propose que l'on adopted la valley de ce fleuve
pour y construire le chemin de fer interoceanique project en 1860. Morilz Wagner
(1863)' et Friederichsen I'appellent R. de-las-Culebras et c'est un affluent du fleuve
Chsriqui occidental qui d4bouche dans la lagune de Chiriqui au 9" de latitude nord
et 82 9'40" de longitude ouest de Greenwich. La Commission de Chiriqui donne le
nom de Guarumo i ce fleuve Chiriqui et ceux de Chiriqui et Culebra A deux de ses
affluents. 820 9' 15".
Par une rare coincidence cette rivi6re Culebra, don't la denomination ne doit pas
Atre bien ancienne, passe sur le parallele 8054' h une distance de vingt-cinq lieues
a l'ouest du fleuve Beldn et traverse le meridien 82 16'42" de Greenwich, qui
indique la ligne de demarcation entire le Duchl-de-Veragua et Costa-Rica, d'apres
la delimitation faite par Charles-Quint. 11 coule 4galement dans le voisinage des
Indiens Doraces el dtait la limited occidentale de leur territoire.
Le fleuve de-los-Doraces ou Dorados etait represents sur les cartes g6ographiques
par les fleuves suivants :
I. Le Quemados de 1'Atlas de Mercator de 1632 et du Novus Orbis de Jean
de Laet, 1633, situe au sud et vers le milieu de la lagune de Chiriqui.

1. Chiriqui Commission, 36 th. Congress, 2d session. House of Representatives, Ex. Doe. no 41
(Washington, janvier 1861), p. 22, 26 et 54.
2. Petermann's Geographische Mitteilungen, 1865.













CACIQUE-QUEADO.


Quemados est un nom evidemment emprunte au pays du acique-Quemado,
situ6 dans la carte de Turin de 1523, qui est la premiere a le designer, a l'ouest de
Beldn et an sud de 1'ile Escudo. Sur cette carte, Cacique-Quemado est nom de pays
et non pas de course d'eau, et on aurait pu tout aussi bien appeler R. Quemados la
riviere Chiriqui, Culebra on Calobdbora, que la riviere Pasaula ou toute autre.
debouchant dans la mer des Antilles au sud de 'Escudo.
La premiere notice du Cacique-Quemado nous est fournie en 1515 par Pedro de
Ledesma, qui accompagnait Colomb dans son quatrieme voyage et commandait la
Viwzaina. Ledesma nomme cette region Cativa, et le seigneur du pays, Cacique
Quemado (bridl) parce qu'il avait un bras et le visage brflds'. Pierre Martyr d'An-
ghiera place cette region au sud de l'Escudo-de-ateba (Escudo-de-Veragua).
Las Casas cite et confirm le recit de Ledesma et, en tracant 1'itineraire suivi
par Colomb, il assigned a Cativa la meme position g6ographique que Ledesma lui
donne, celui-ci comptant de nord-ouest A sud-est, et Las Casas en sens contraire,
d'est i ouest; c'est-i-dire que Ledesma se rffire au voyage d'aller de Gracias-d-Dios
a Veragua, Portobelo et le port du Retrete, et Las Casas, au voyage de retour du
Retrete a Veragua'.
La R. Quemados de Mercator et de Laet constitute done un premier d6placement
du Quemado de la carte de Turin de 1525.
Si l'on tient compete que le fleuve Guaymi ou Chiricamola est le plus important
et le plus connu des tribuLaires de la baie de I'Almirante, on admettra sans diffi-
culte que c'est a celui-ci que se rapportent les cartographes et que, si ce deplace-
ment n'est pas un simple caprice, le nom de Quemados correspond a ce fleuve
qui, servant de frontiere orientale aux Indiens Doraces, mbrite mieux ce nom (et
non pas Dorados comme 1'ecrit Ulloa) que 1'eloign6 Tarire (le faux Doraces de
d'Anville), puisque celui-ci, depuis ses sources jusqu'd la mer parcourt le terri-

1. Coleccion de documents ineditos de Ultramar. Segunda series publicada por la Real Academia de
la Historia. De los pleitos de Col6n, tomo I, p. 264. Madrid, 1892. NAVARBETE, Colecci6n, tome III,
p. 562. Madrid, 1880. HARBass. Discovery of North America, p. 528-551. Paris, Londres, 1892.
2. LAs CasAs. Historia de las Indias. Chapitre XXV, page 150, tome III, Madrid, 1857.- Ici, appendice A.




4.


62 LA RIVIERE QUEMADOS.

toire des Cabjcares et des Viceitas et ne penetre jamais dans celui des Doraces,
qui habilaient au sud de la lagune de Chiriqui vers la cordill6re, a une course
distance de la c6te et A I'est du fleuve Guarumo ou Chiriqui-Occidental. Les der-
niers represenlants de cette tribu habitent aujourd'hui les versants meridionaux de
la montagne de la Horqueta, A Caldera, Potrero-de-Vargas et Dolega, vers les
sources et i 1'est du fleuve Chiriqui-Viejo.
Si le nom d'un fleuve doit obeir h des donnees topographiques ou ethnogra-
phiques, Ic fleuve des Doraces (ou Dorados) est le fleuve (ricamola ou le fleuve
Biarra on le Chiriqui occidental on Guarunw, et I'on devrait appeler le fleuve
Tarire, fleuve des Viceitas.
II. La R. Quemados de la Antorcha del Mar (1698)', et des cartes de Moll (1720)
et de Popple (1735). Dans les cares de Mercator et de Laet elle apparait au fond
des Bocas-del-Drago; ici c'cst la premiere riviere A I'ouest. C'est le Dorados
d'Ulloa, la riviere Tilorio ou Changuene.
III. Le Doraces de d'Anville (1746). Par le meme procdd6 de deplacement que
cclui par lequel le fleuve Culebra est pass de l'est i l'ouest de la baie de 'Almi-
rante, le Quemados, situed l'ouest du Culebra, subit le meme sort et passa a
I'ouest de la baic de 1'Almirante a une distance de six minutes, vers l'occident,
de la position que le geographe francais assigned au Culebras (ou Tilorio). Le
Tarire, Tiliri on Sixola.
IV. Le Dorados de Ulloa (1748), de D. Juan L6pez (1785) et du Ddp6t hydro-
graphique (1810-1869), est le Tilorio, le Doraces de Molina, le Doraces, Dorces ou
Dorados du trait Calvo-Herrin de 1856.
C'est le Culebras de d'Anville et d'Alcedo, situ6 entire le Doraces de ces
gdographes (Tiliri ou Sixola) et la baie de l'Almirante. Le fleuve Dorados, d'apres
la Carte sphcurique de la mer des Antilles cite par le congress de la Nouvelle-Gre-
nade pour faire valoir ses pretentions territoriales, est situe au 9'33' de latitude
nord et 8225' de longitude ouest de Greenwich; dans les cartes modernes anglaises

1. La grande iluminante nueva Antorcha del Mar, par Nicolis Jansz Voogt. Jean Van Keulen, Ams-
terdam, 1698.













LES FLEUVES CULEBRAS, DORADOS ET ESTRELLA.


il est situe au 9O27'30W de latitude nord et 82o28'50" de longitude ouest de Greenwich.
V. Le Dorados on Culebras, cree ou adopted en 1862-1864 par les gdographes
colombiens de la Commission chorographique, MM. Felipe PWrez, Ponce de Le6n et
Paz. Fleuve imaginaire, a l'exception de son embouchure, qui coincide avec celle
de la rivibre ou plut6t anse Hone, Moy, Muia, on Muin, au 9O'4W'0" de latitude
nord et 8249' de longitude ouest de Greenwich. Ce faux Dorados est eloigne de
celui de Ulloa et de celui de la Direction hydrographique de Madrid, de 20 miles
g0ographiques et 75 du vrai Culebra.
Le fleuve de la ESTRELLA :
I. Le vrai et primitif fleuve de la Estrella de Juan Vizquez de Coronado (1564)
et du brigadier Diez Navarro (1771), le Tararia des indigenes, appele aujourd'hui
Tilorio, le Culebras de d'Anville, le Changuene on Blanco de Kiepert.
II. Le fleuve de la Estrella des routiers espagnols manuscripts de 1684 et
du portulan de la bibliotheque Laurenziana de Florence (Descriptio littoralis his-
panicis, n' 57); de l'atlas de van Keulen (1695), de Woodes Rogers (1712) et de
d'Anville en 1746. Le fleuve des Mangues, aujourd'hui fleuve Naranjo, sur le ver-
sant du Pacifique.
Ill. Le fleuve de la Estrella de D. Felipe Molina (1850). Le fleuve Biarra dans
la lagune-de-Chiriqui. Le D' Frantzius est d'avis que le fleuve Estrella de Molina
est le Chiricamola; Molina situe l'Estrella i l'ouest du 82 m6ridien de Greenwich
alors que le Chiricamola (Cricamola)se trouve A 1'est.
La riviere Estrella est mentionnee par Lopez de Velasco parmi les rivieres de
Costa-Rica qui debouchent dans la baie de l'Amiral et elle pourrait bien corres-
pondre a l'Estrella de Molina ou plutot au fleuve Guaymi ou Cricamola, que le
roi Philippe II indiquait a l'audience de Guatemala comme frontiere a fixer aux
provinces de Costa-Rica et de Veragua'.
IV. Le fleuve de la Estrella de Kiepert (1858) debouche entire la pointe Goaita
et la pointe Garreta : c'est la petite riviere ou anse Hone ou Moy, le faux Culebras
ou Dorados des geographes colombiens.
i. JUAN L6PEZ DE VELASCO, Geografia universal de laslndias (1574), p. 354 et 347, Madrid, 1894.













VRAIS FLEUVES CULEBRA ET DORACES.


V. Le fleuve de la Estrella du D' Frantzius (1869). Le fleuve Tarire, Tiliri
ou Sixola.
VI. Le fleuve de la Estrella de Friederichsen (1876). Le fleuve du Nord
(North River) des cartes anglaises. Ce faux Estrella doit cette denomination aux
gens du pays qui, il y a quelques annees, crurent trouver la l'or qui rendit c4elbre
le fleuve d4couvert par Vazquez de Coronado.
De tout ce qui pr6cede on d6duit logiquement.
A. Que le vrai et I'unique fleuve Culebra quifdoit etre tenu pour frontire entire
Costa-Rica et Veragua est le premier de tous ceux 4numre's ci-dessus, c'est-a-
dire, celui de la carte Insulae americane cum terris adiacentibusde 1610, de Blaeu,
Jansson, Jacob Colom et (Exmelin, aujourd'hui fleuve Chiriqui ou Calobebora'.
B. Que le vrai et unique fleuve des Doraces ou Dorados ne peut ddboucher
que dans la lagune-de-Chiriqui, dans la region des ancicns Doraces, au sud du
9" degr6 de latitude nord et autour du 82 meridien occidental de Greenwich, et ne
peut etre que le Quemados de Laet et de Mercator, le Guaymi de Diego de Artieda,
le San-Diego, Chiricamola ou Cricamola d'aujourd'hui, ou le Biarra, qui debouche
a trois ou quatre miles t l'ouest, ou tout au plus le Guarumo-Chiriqui.
C. Que les fleuves Culebras et Doraces de D'Anville et de ses copistes sont de
simples erreurs cartographiques.
D. Que la rivi6re Gulebras on Dorados des g6ographes colombiens est une
invention r6cente, sans aucun ant6cedent, et ne s'appuie sur aucune carte ant&-
rieure ni sur aucune notion gdographique authentique; sur aucune donnde raison -
nable ,, comme I'a honnAtement proclame le general ThomasC. de Mosquera, ancien
President de la RWpublique de Colombia dans introduction de sa Geografia gene-
ral de los Estados-Unidos de Colombia, publi6e i Londres en 1866.
E. Que toute pr6tention terntoriale appuyde sur ces notions erronees et sur
ces deplacements apr6s -coup doit etre repoussec.

1. L'identification du fleuye Calobebora avec le fleuve Chiriqui (Culebra) s'est faite de common accord
entire les republiques de Costa-Rica et de Colombia par I'article 2 de la convention additionnelle de Paris,
20 janvier 1886. Voir PERALTA, Limites de Costa Rica y Colombia, p. 546. Exposede Costa-Rica, p. 561.













LES CHANGUENES, LE FLEUVE CHIRICANOLA.


Changuene (fleuve) ou Changuinola. Le fleuve Tilorio on de la Estrella. Le
nom qui lui est donn6 par les indigenes et qui est rapport par les missionnaires
en 1697 est Tararia. On ne devrait plus l'appeler Changuene parce que les prin-
cipaux habitants de la vallee qu'il arrose ne sont pas les indigenes de ce nom,
mais les Tdrrabas, TUrrebes, Tervis, Tirbis, ou Tiribies. Le Changuene n'est
qu'un affluent du Tilorio. Voir Culebras.
Changuenes, Changuinas ou Changuines. Ancienne tribu d'Indiens de Tala-
manca a Costa-Rica. Ils habitaient autrefois la region montagneuse situee au
sud-ouest de la baie de l'Almirante, vers les sources du Changuina et du Bun ou
Puan, affluents principaux du Tilorio, et du fleuve Rbbalo au nord-est de Boruca
et de Golfo-Dulce. Ils avaient coutume de descendre vers la mer du Sud et d'attaquer
les caravanes de mules qui, par le chemin de Boruca, se rendaient & Panamd.
Ils sont completement 6teints on a peine repr6sentes par quelques individus 6par-
pilles parmi leurs voisins les Tgrrabas au nord et a l'ouest et les Valientes ou
Guaymies A 1'est. Le capitaine Alvarez de Ulate, lieutenant-gouverneur de Costa-
Rica en 1680, les expulsa des regions qu'ils habitaient sur les versants du sud et
ils se retirbrent sur les sommets des montagnes. Quelques uns furent transfers &
Veragua et plus tard ils fonderent, avec les Doraces, les missions de Bugaba,
Dolega, etc., a Chiriqui.
Les peres Francisco de San Joseph et Pablo de Rebullida les catechiserent de
1697 & 1709.
Le nombre des Changuenes qui en 1709 se trouvaient sur le territoire et sous
la jurisdiction de Costa-Rica 6tait de cinq mille'.
Chiricamola, Chricamaula, Cricamola ou San-Diego (fleuve). Ancien fleuve
du Guaymi. Alcedo ne le cite pas et il n'apparait pas sous ces noms dans les
cartes des geographes des xvi', xvn" et xvin siecles. 11 occupe la meme position
que certaines cartes du xvi' siecle attribuent I une riviere Quemados.
i. PERALTA, Costa Rica y Colombia. vocabulaire gmographique, le mot Changuenes. Wm. M. GaBB.
Tribus y lenguas indigenas de Costa .Rica. A. L. PAART, Chiriqui, dans le Bulletin de la Socidte de
Geographie de Paris, 1885. D. LoN FERN sDEZ, Documentos, etc., tome V, p. 567 et suivantes.
9













LE FLEUVE CHIRIQUI.


D'aprBs la cddule royale de Philippe II du 50 aout 1576, cette riviere Guaymi
devait servir de frontirre aux provinces de Costa-Rica et de Veragua. C'est le fleuve
San-Diego de la Carta esfrica del mar de las Antillas y de las costas de Tierra
Firme dressde (d'apres celles publides jusqu'h 1809 par la Direction hydrogra-
phique), par D. Jose de Espinosa, chef d'escadre de la flotte royale et premier
directeur de l'itablissement susnommd, et de la Carta corogr6fica del Estado de
Panamd, par Manuel Ponce de Le6n, ingenieur, et Manuel M. Paz, 1864. Les
cartes anglaises l'appellent Chirica Mola et les espagnoles Chiriquimula: Kiepert,
Chiricamola et les naturels du pays, Cricamola. I1 est navigable jusqu'h ses
rapides, a 10 miles en amount de son embouchure dans la lagune-de-Chiriqui.
La ville de Artieda fut fondue sur ses rives, en 1577, par le gouverneur de Costa-
Rica Diego de Artieda. Les Guaymies ou Valientes habitent a l'est du Cricamola,
vers ses sources, a Jocuatabiti et dans la vallee de Miranda. Les Guaymies sont
aujourd'hui au nombre de quatre mille; trois mille habitent la vallee de Miranda
et les autres sont dissiminds sur la c6te et dans la montagne.

Chiriqui (fleuve). Alcedo est exact en ce qui concern ce fleuve. 11 dit que
le fleuve Chiriqui sert de limited a la province de Veragua qui la divise de celle de
Costa-Rica. Le Golfe-Dulce et toutes ses c6tes jusqu'a la rive occidentale de ce
fteuve rentrent done, d'apres Alcedo, dans les frontiers de Costa-Rica. Bien qu'il
ne le declare pas, par le sens on voit qu'il fait allusion au fleuve Chiriqui-Viejo,
situ6 a deux lieues a l'ouest de Bugava, ofi il dit que commence le royaume de
Terre-Ferme, ce qui est en contradiction formelle avec les affirmations des gdo-
graphes colombiens qui, confiants en l'autoritd d'Alcedo, pr6lendent d6passer
la limited du fleuve Chiriqui-Viejo.
Dans la Carta corogrftfica sus-4noncde on compete un nombre considerable de
fleuves portant le nom de Chiriqui :
1 Le fleuve Chiriqui (Calobebora ou CULEBRA) qui ddbouche au sud de l'ile
Escudo-de-Veragua aux 8051' de latitude nord et 81034' de longitude ouest de
Greenwich, ligne de demarcation, du c6td de la mer du Nord, entire Costa-Rica ct













LE FLEUVE CIHIRIQUI. 67
Veragua en vigueur en 1803, 1810 et au temps de 1'6mancipation en 1821.
2 Une riviere Chiriqui, affluent du fleuve Sa-Diego, qui d6bouche dans la
lagune-de-Chiriqui, d'apres la Carta corogrdfica de Panama, aux 8'58'50" de
latitude nord et 7041' de longitude ouest de Bogota.
Dans sa geographie, Felipe Perez le nominee San-Diego ou Chiriqui. P6rez et la
Carta corogrdfica enumerent, entire autres fleuves ddbouchant dans la lagune-
de-Chiriqui, le fleuve Chircamela, et le situent a l'ouest du San-Diego. 11 est pro-
bable que ce Chircanela aspire a remplacer le Cricamola. S'il en est ainsi, il y a
confusion 6vidente de la part des geographes colombiens. A en juger par la position
qu'ils assignment au fleuve San-Diego, celui-ci n'est autre que le Chiricamola des
cartes de Baily, Kiepert et Barnett. Les cartes et le Derrotero de las Antillas
du Dep6t hydrographique de Madrid l'appellent Chiriquimula ou Chiriqui-
Oriental.
Le Chircamela des geographes colombiens correspond an Manati (Manati Creek)
des cartes hydrographiques anglaises.
Le San-Diego est done le Chiricamola ou Cricamola, I'ancien fleuve du
Guaymi, situd par le commandant Barnett aux 8059' de latitude nord et 81"55' 50"
de longitude ouest de Greenwich.
35 Un fleuve Chiriqui qui debouche dans la lagune du meme nom; son bras
principal prend sa source dans les environs du mont Hornito et se grossit des eaux
des rivieres Guarumo, Pejebobo', Correito et Chiriquito.
La bouche de ce fleuve est situee aux 7T55'20 de longitude ouest de Bogotai,
d'apr6s la carte susnomm6e, et, selon Barnett, aux 82"9'40" de longitude ouest de
Greenwich et 8'59'20" de latitude nord.
4 Sur le versant du Pacifique, un fleuve Chiriqui qui prend sa source 6galement
dans les environs du mont fHornito, du c6te oppose au precedent, recoit les eaux

1. Dans quelques cares on done le nom de Las-Culebras on Culebra & la riviire appelde Pejebobo sur
la carte de Panamd. La Commission scientifique de Chiriqui appelle Guarumo le fleuve principal, Chiriqut
le tributaire qui prend sa source sur le versant du mont Hornito, et Culebra le Pejebobo. (Voir le mot
Culebra.)













LAGUNE DE CHIRIQUi.


des rivieres Caldera, Barrig6n, Gualaca, Papayal, Papayalito, Cochea, David,
Soleo et Majagua, et sc diverse dans I'0cean Pacifique aux 8"25' de latitude nord et
8010'20" a l'ouest de Bogotal, 82025' A l'ouest de Greenwich. C'est le fleuve Grande-
de-Chiriqui.
5 Egalement sur le versant du Pacifique, le fleuve Chiriqui-Vieo. Son bras
principal prend sa source dans le voisinage du volcan de Chiriqui et de la mon-
tagne de la Horqueta; il se dirige an sud-ouest, recoit les eaux du Colorado, du
Santa-Clara et d'un autre course d'eau auquel la Carta corografica del Estado de
Panama fail prendre sa source dans les montagnes inltrieures de Costa-Rica el
que, sans molif plausible, elle denomme aussi Chiriqui-Viejo, ce qui a le grand
inconvenient d'einbrouiller la nomenclature hydrographique de cette region.
Le confluent de ces deux course d'eau different qui portent un meme nom se
trouve aux 8047'50" de latitude nord et 840' du m6ridien de Bogoti (82055' A
I'ouest de Greenwich). A partir d'ici, le course du Chiriqui-Viejo s'incline legbre-
ment vers le sud-est, il rccoit les eaux du ruisseau Mayo qui vient A gauche et
d'une autre riviere Colorado qui entire a droite; puis a gauche viennent le Jackt,
le Garichi, le Divalh et le Piedra. II ddbouche dans I'ocean Pacifique aux 8"21 de
latitude nord et 8028' de longitude ouest de BogotA, 82435' ouest de Greenwich.
Dans les caries anglaises de I'Amirauld, on I'appelle fleuve Piedra i son embou-
chure. Celui-ci est la limited lIgale de Costa-Rica, du c6td de la mer du Sud, en
vigueur A 1''poque de l'emancipation.
II y a done dans la Carla corogrdfica susdite quatre rivieres Chiriqui et deux
rivieres Chiriqui-Viejo; trois d'entre elles sur le versant Atlantique et trois sur le
versant Pacifique.

Chiriqui (Lagune de). Sur les cartes anciennes, Baie-de-l'Almirante, de
Carabari et le plus communement Bocas-del-Drago. C'est la Baie-de-Aburemd de
Christophe Colomb, c'est-h-dire, la parties oriental de la baie de Zarabar6 ou Zoro-
baro vise par les cedules royales de Charles-Quint de 1537-1541'.

1 Voir plus loin la reproduction photographique du texte original de la real ce'dula du i1 janvier 1541.













DORACES, GOLFE DULCE.


La meilleure carte de la lagune-de-Chiriqui et de la baie de l'Amiral, est celle
de Barnett (CmaIIQU LAGOON AND ALMIRANTE BAY), publide par l'Amirautd anglaise. Une
belle edition de cette carte a 6td gravee a Washington D. C. parole Hydrografic Office,
Bureau of Navigation, en novembre 1893.

Doraces ou Dorados (Fleuve). Voir Culebras.

Doraces ou Dorasques. Tribu d'Indiens, habitants de la Talamanca, dans la
region monlagneuse situ6e entire la lagune-de-Chiriqui et l'oc6an Pacifique, A
l'ouest du fleuve Cricamola dans les vallees des rivieres Biarra et Manati. Les
restes de cette tribu presque 6teinte habitent aujourd'hui le versant meridional de
la montagne de la Horqueta, A Caldera, Potrero-de-Vargas et Dolega, vers les
sources et a l'est du fleuve Chiiqui-Viejo. Its confinaient A l'est aux Guaymies
on Valientes et a l'ouest aux Changuenes. Une parties d'entre eux etait sous la juri-
diction de Veragua et l'autre parties sous celle de Costa-Rica.

Duice (golfe). Ancien golfe de Osa, dans la contree la plus meridionale de
Costa-Rica A laquelle il appartient depuis la delimitation de 1540. I1 fut decou-
vert par le licenci6 Gaspar de Espinosa en 1519; reconnu en 1522 par Gil Gon-
zailez Davila et explore par les gouverneurs Juan Vizquez de Coronado (1564),
Perafan de Ribera (1571), Celid6n de Morales (4629), Juan Alvarez de Ulate
(1680), etc.
Tous les geographes, depuis Antonio de Herrera jusqu'au baron de Humboldt,
renfennent tout le golfe Dulce jusqu'au cap Burica, dans les limites de Costa-Rica;
c'est un des rarissimes cas oui tous les gbographes sont unanimes, comme le
prouvent les cartes de Herrera, de Laet, de Sanson d'Abbeville, Blaeu, Jansson,
Homann, Moll, Popple, de l'Isle, d'Anville, Vaugondy, Bellin, Buache, Pownall,
D. Juan L6pez et du Dep6t hydrographique de Madrid, Carta esfirica del mar de
las Antillas, etc. Madrid, 1805-1809; la meme par D. Jose de Espinosa, Londres,
1810, et la Carta esffiica desde el Golfo Dulce en la Costa Rica hasta San Bias en
la Nueva Galicia, etc., Madrid, 1822).













IALE lDE L'ESCUIO-I)E-VERAGUiA.


Les gdographes colombiens se sont approprie, pal pur travail d'imagination,
e parole art du lerriloire de Costa-Rica en tragant sur leurs caries des limniles qui
s'Clendent jusqu'au port du Golfito, dans l'intlrieur du golfe Duke.
La redaction confuse de I'arlicle Golfo-Dulce, dans le dictionnaire d'Alcedo,
induisit M. Fermindez Madrid dans 'crreur de croire que la ligne de demar-
cation centre Costa-Rica et Veragua doil venir entire Punta-Mala et Cabo-Boruca,
et s'lendcre du milieu dlu Gol/'e-Dl)ue juisqlu' la bouche du fleuve Doraces on du
Cidebras, A peu de distance do la pioiiite Careta. Alcedo dit cependant trbs
clairemcnt que c'est un grand golf, de la cole de la province et gouvernement
de COSTA-H:CA. Si, en guise de pariclthise, il ajoute les mots : a oi se spare sa
jurisdiction de celle de Santiago-de-Verangua ,, c'est uniquement pour indiquer que
la lignl e dte liarcation se tro'\u par li, dans le voisinage du Golfe-Ducle. 11 ne
til )'as qu'une panrlie de ce golle apparlient i Veranga en disant quc cell ligne se
trouve enlre Punta-Mala el Cabo-Bori'ca; il dit, au contraire, que cc cap appar-
liienlt C(st(a-Rica el que le fletuve Chiriqui (qui couple a 1'est du golfe ct ddbouche
dans la meI'r dil Sud an iiord-est do Cabo-Boruca on Burica), sert de limited h la
province Lde Veragua et la divise de celle de Costa-Rica.
Huniboldt dit quc les cotes de Guatemala s'dlendent jusqu'i la pointe de Burica
onl Boruca it I'est dIu golf'e )Dulcc de C(OSTA-RlCA. On voit done que le publicist
colombicie cite ses aulcurs sans les lire et trace des frontieres a son grd.
Les piremiEros voices de faith des aulorits colombiennes dans le Golfe-Dulce,
avcc caraclere d'usurpalion terriloriale, patent de 1862'.


Escudo-de-Veragua (lie de 1'). Situde aux 906' de latitude nord el 81054' de
logitlule occidental de Greenwich. Elle Ctail la limited des jurisdictions de Guate-
mala el Terre-Ferme, ainsi que de leurs provinces limitrophes de Costa-Rica et
Vera(lua. Au xv' siccle on 1'appelait aussi Escudo-de-Cateba, ou Cativa, Escudo-

1. P.E.I.TA. Limits de Costa Rica y Colombia, p. 596, 426, 455, .i9, iwiO et 575. H.limnoLII.
Foyage au.r regions equrinoxiales du nourleai Continent. Livre IX, p, 199. Paris, 1816.













LE FLEUVE DE LA ESTRELLA, RIO-DEL-GATU.


de-Niclesa ou Esclulo tout court, conine dans les cartes de Turin de 1523 et de
Sdbastien Cabot de 1544'.

Estrella (fleuve de la). Le fleuve Tilorio, Changuene on Changuinola, erron6-
irent apple Culebras par D'Anville, et Dorados par D. Antonio de Ullon. L6pez
de Yelasco dil que le Rio-de-la-Estrella ddbouche dans I'archipel on golf de (ara-
baro et, en cela il est d'accord avec le pere Agustin de Ceballos, qui en 1608 dcrit
au roi Philippe III que le Rio-de-la-Estrella ddbouche dans la baie de I'Anliral, du
c' ld des Horobaros (Zorobair), et avec l'ingenieur D. Luis Diez Navarro, qui, dans un
rapport h I'Ladience de Guatemala du 4 avril 1771, dit que la rivibre de I'Almirante
on de-la-Estrella a son embouchure sur les conlins des indiens TPrrabas et de I'ile
de T6jar (ile de Zoroba6r ou de Col6n).
La rivibre Naranjo ou Mangues, qui debouche dans le Pacilique, a Mt6 d6signde
sous le noin de Estrella sur les caries des deux derniers siecles. Voir Culebras.
Celte rivire ne figure sur aucune carte du xvie siecle.

Gatfi ou GatiVn (rio del). Afluient du fleuve Santa-Maria, sur le versant du Pact-
fique de la province ducale de V'eraglu. Cetle riviere a tdi assigned come frontiere
orientale du dulchW-de-IVragua du cIt6 de Natd, huit lieues i l'ouest de cotte ville
Lorsqu'en 1558 Francisco V;izquez, lieutenant-gouverneur tde Natd, prit posses-
sion du duchi an noin de la couronne royale, il plant ine potence (horca) et un
couteau en signed de jurisdiction et comme borne de VERAGUA.
C'est sur les boards de la riviere Gatti que V;izquez se forilia et se prepara a
repousser I'attaque du gouverneur de Terre-Ferme, qui voulut le ddpossdder de
son commandement de Veragua, et ce flit IA que V;izquez baltit et lit prisonnier le
gouverneur Monjaraz'.
1. PERALTA, ibidem, p. 74, 183. E.rpose de Costa-lica, p. 99, 157, I i7. -- Juridiclton territo-
riale, p. 270, 279 et 283 et cc volume-ci, carte C. PIERRE MARTYR U'A.mNHIERA, De orbe novo. decad. II, lib, X.
2. FERNsNDEZ, Documentos sobre limits, IV, p. 150 et 151, no' 16 ct 18 de l'interrogatoire dans 1'en-
(juie faite par i'audience du Perou. IBIDEM, V, p. 32, no 7 de l'interrogatoire dans I'enqu6te faite par l'au-
dience de Panamd sur la conquAte de Veragua.













CAP GRACIAS-A-DIOS, GUATEMALA.


Position geographique du rio Gati on Gatli, prise sur le meme parallele que
Calobre on Nata, d'apris la Carta corogrdfica de Panama par Paz et Ponce de



6" 28' 50" longitude 0. de Bogota.
80" 420 24" ;reenwich.
85" 1' 38" Paris.
8" 21' 55" latitude Nord.


Gracias-a-Dios (cap de). I)couvert par Christophe Colomb en septembre 1502.
II apparticent aujourd'Ihui I Nicaragua, don't ii forme I'extrdmite septentrionale
de la cote sur la meir des Antilles.


Position geographique

151 latitude Nord.
83, 10' longitude 0. de Greenwich.
850 50' 14" de Paris.


Guatemala. Le Dictionnaire d'Alcedo ne done pas de delimitation precise de
I'ancicnine aulince et calpitainerie gdndrale de Guatemala; il se borne 4 dire que
s:i longilude est de plus de 500 licues sud-est nord-est, 1a partir des conlins de
Tlehuantepec juilsqu' ceux de (osta-Rica. 11 Iut done recourir aux mots Costa-
Rica, Iloruca, lBugava et Chiriqui pour savoir qu'Alccdo designe le fleuve Chiriqui,
y compris la presqu'lle el la poinle Iurica, comime limile de la jurisdiction de
celte capilainerie.
Humboldt dit que du c6td te dla mer du Siud elle s'dtend (< partir de la Barra-
de-Tonald, a l'est de Tehuantepec, jusqu'a la pointe de Burica on Boruca (80 5' de
latitude nord et 85' 15' de longitude onest de Paris), A l'est du Golfe-Dulce de Costa-
Rica. D'ici la frontibre s'dlend vers le nord, le long de la province colombienne de













AUDIENCE DE GUATEMALA.


Veragua, jusqu'au cap Careta (90 55' de latitude ct 81i 45' de longitude) dans la
mer des Antilles, un pen a l'ouest du beau port de Bocas-del-Toro ,.
Humboldt ne s'en tient pas aux limits ldgales de l'audience de Guatemala et
il lui donne la demarcation capricieuse de quelques cares anglaises qu'il qualified
de fabuleuses et les plus erron6es en ce qui concern Mexico, mais qu'il admet
implicitenent come bonnes en ce qui concern Guatemala, pays qu i lui dait
moins connu. (Voir Boruca et Careta).

Guatemala (audience de). Herrera et de Laet, suivant le manuscript official de
la Demarcacibn de las Indias, dissent que 1'audience de Guatemala s'ltend du 84'
au 980 de longitude occidentale du inritdien de Tolied et ils situent la ville de
Panam6 an 820. l'onest de cc nmeridien; done audience de Guatemala commence
a 20 de longitude a l'ouest dui mndridien de Pananti. Rdduisant la fausse position de
la ville de Panamni ii sa vraie posiliol gdographique, c'est-ia-dire A 75'50'44t a
I'ouest de Tolbde, (8152'21" l'ouest de Paris) la juridiction de Guattemala com-
mencerait done an 773503'44" a; l'ouest de Tolede, an 81"32'12" A l'ouest de
(~reenwich, aux 83"52'2(6" A l'ouest de Paris, soil, A 2' prls, anu mdridien de I'Es-
ceulo-de-Veragua, qui correspond an 85"54' a I'ouest dii mnridien de Paris, an
81"54' A l'ouest de Greenwicli.
On voit done que Costa-Rica n'a rien invent, u'a dt'plact aicune riviroe ni ren-
versd aucune notion gdographiique pour 6lablir que sa jurisdiction et celle de I'au-
dience de Guatemala s'tendait A l'est jusqu'a 'ile de I'Escudo, puisque, en ddli-
mitant I'audience de Panantn scion les documents di conseil des Indes, lHerrera en
1601 et de Laet cn 1650 dissent que sa jurisdiction termine au chateau de Ferangua
on, come plus clairement I'exprime Ic p're Sobreviela en 17901, A l'Escudo-de-
Veragua et au rio Chiriqui'.
Le district primitif de I'audience de Guatemala comprenait les provinces de
Yueatin, Tabasco, Chiapas, Soconusco, La-)'erapa -, Guatemala, Honduras, San-
Salvador, Nicaragua, Cartago on Costa-Rica, Verayua et les provinces de Cas-

1. Coleccidn de documents ine lilns del Archiro tde Indias, Ionw XV. p. 471, Ma.drid. 1871. HFi-
10














AUDIENCE DE GUATEMALA.


tilla-del-Oro ou Terre-Ferme, embrassant tout le territoire de 1'Amerique Centrale
dans le sens strictement gtographique du mot, A parlir de l'isthme de Tehuantepec,
aux confins sud de 1'audience de la Nouvelle-Espagne, jusqu'au cap Corrientes,
extrdmite meridionale de la province de Terre-Ferme, soit, en latitude dn 5" au
21"50' de latitude nord, et en longitude depuis le golfe d'Urabt, a l'eibouchure
du rio Crande-del-Darien ou Atrato jusqu'a Tonalti, sur le golfe de Tehuuantepec,
soit du 77 au 95 de longitude occidentale de Greenwich.
Mais cc beau district fut bient6t ddmembrd, car Yucatan et Tabasco furceit
incorpords a I'audience de la Nonvelle-Espagne, ct la province de Terre-Ferme ct
le duchd-province de Veragua A la vice-royautl du PMrou.
L'audicnce de Guatemala fut transf6rde A Pananma par cedule du 8 scptembre
1565, et alors elle regagna les provinces de Veralqua et de Terre-Ferme, mais
perdit celles de Guatemala a l'ouest du golf de Fonseca et de la rivi're Ullta;
rltablie et restitu6e ~ Guatemala par cdcule du 28 juin 1568, elle perdit de no1u-
veau la province ducale de Veragua et les provinces de Pananm, Porto-Belo et
DariMn (Terre-Ferme ou Castilla-del-Oro) et recouvra la m6me jurisdiction qu'elle
avait en 1563, i savoir : les provinces de Chiapas, Soconusco, Guatemala (y con-
pris Salvador) londuras, Nicaragua et Costa-Rica.
Aucune lui postdrieure n'a porlt atteinte A la constitution territorial de Guate-
mtala telle qu'elle fut dIlinitivement organisec par Philippe II, et c'cst ainsi qu'en
1821 I). Jos6 Mariano Mendez a prdsente aux Cortls espagnoles un tableau de 1'Ftat
politique et eccldsiastique de Guatemala qui visit le nmme district de cette audience
en 1574.
Parmi les documents justificatifs citds dans I'Exposd et dans la Replique de
Costa-Rica, on reproduit plus loin le texte de la real cedula de creation de l'au-
dience des Confins on de Guatemala donned aL Valladolid le 15 septembre 1545,
en execution des nouvelles lois ou ordonnances du 20 novembre 1542. On verra

HERA, Descripcidn de las Indias, p. 29, Madrid, 1750. J. DE LAET. Novus orbis, p. 548. Leyde 1653. -
SOIIREVIEl.. Descripci6n de la Am6rica meridional. Lima, 1796. British Museum, Ms. Addenda, no 15740.
- PEP.ALTA, Costa Rica y Colombia. p. 245 ou 261 et dans ce volume.














FLEUVE DU GUAYMi.


bien par cette cdidla quc Costa-Rica dtait incorporde et appartenait au district de
cette audience'.
On reproduit 6galement les cddules de Philippe 1V des 21 mars 1654 et
9 octobre 1660, et celles de Charles I1 des 51 decembre 1689, 5 mai et 2 juin 1691,
qui confirment les deux premieres et expliquent le sens qu'il faut donner aux lois
IV et VI, litre XV, livre II et loi I, litre II, livre V de la Recopilaci6n de leyes de
Indias, Cdictec par cc dernier monarque en 1680.
Malgre les reticences et contradictions de ce recueil lIgislatif, on voit bien par
Ics cedules prccildes, posterieures de dix ans A la publication de cet ouvrage et
dmanees du meme Charles II1, que cc souverain conservail A Costa-Rica el A l'au-
dience de Guatemala le mime district et la meme delimitation que Icur lixa defini-
tivement Philippe II en 1568-1574, puisqu'il leur conserve, du ctl de Panama,
les provinces de Bornca et de Talamanca, jusqu'aux valldes de Chiriqui et le
rio Chiriqui-Viejo, y compris le golf Dulee et la presqu'ile de Burica, sur lc ver-
sant di Pacilique, et les Bocas-del-Drayo (baie e l'Almiranle on Zorobar6) jusqu'a
I'Esculo-de-Tera)nua', sur la mer des Antilles.


Guaymi (fleuve du). Le fleuve Chiricamola ou Cricamola. Voir ce mot. VALLu:
n) GUAYMi. Juan VWizquez de Coronado, gouverneur de Costa-Rica, prit possession
de cette valley en 1563 et 1564, Perafiin de Ribera, son successeur, en 1571, et
Diego de Artieda, par capitulation express passe avec Philippe II, en 1575. La
valley on pays des Guaymies s'dtiendail, du c6td de la mer du Nord. A l'est du
fleuve Chiricamola, jusqu'au flcuve Calobebora. < En fIace de cette valley du
Guaymi il y a une lie qu'on appelle Escudo-de-Nicuesa(' .

I. PEnRUTA, Costa Rica, Nicaragua y Panamd, p. 130 y iM5 Limiles de Costa Rica y Colombia,
1I. 215 Juridiction territoriale de Costa-Rica p. 87, 189 et suiv. et 172.
2. Voir ci-Ipres les mots Panamd, Tierra-Firme. JI.AN L6jEZ DE VEL.SCO, DescripciO6 unitiersal de
las Indias, p. 282 et 540. PERALTA, Juridiction territoriale de Costa-Rica. Titres et documents, p. 87-
2. 189, 252, 458, 472).
5. Escudo-de-Veragua. Voir PERALTA, Costa iica. Nicaragua y Panamd, p. 1741. Colcccio6 de
documents ineditos para la historic de Espaha, tome XXVI, p. 365.













FLEUVE MATINA.


Matina (rio de, port de, district de). Le fleuve de Matina ou Matine, appeal
egalement Carpintero, Carpenter's River, fut dEcouvert par Juan Vizquez de Coro-
nado en avril 1564. Sous ce nom, Alcedo conimet trois erreurs notables.
PremibremenI, il dit que c'est un < District du gouvernement et province de
Costa-Rica et quand ii parole du fleuve qui donne son nom A la valle et an port de
Matina, il I'attribue an gouvernemnent de Veragua et il dit que cc fleuve spare
cetle province de eclle de Costa-Rica.
II ajoute que t dans cc district il v avail un chateau que les Anglais ddmolirenl
pendant la guerre de 1740 j, et plus loin il dit qu'au bord du efiive il y avait un
chateau quc les Anglais demolirent en 1744.
Le fleuve de Matina n'a jalnais servi de ligne de demarcation entire Costa-Rica
cl iCtragiua; Alcedo le confound avec le fleuve Chiriqui, Calobebora on Cule-
bra'.
Le chateau de San-Fernando-de-Matina, construit en 1742 sous la direction de
l'ing6nieur D. Luis Diez Navarro, ne put ire ddmoli en 1740 ni ne le fut en 1744.
11 filt pris par surprise le 13 aout 1747, A onze heures du martin, par quelques
quarante on cinquante Anglais et autant de Mosquitos qui le dtlruisirent, pillkrecn
les propridlts de cacao de la valley, et se retirement ensuile dans leurs ltablisse-
ments de Bluefields et lPunta-Gorda. Le village de Malina est situd aux 10"5' de
latitude nord et 850 17' de longitude, et la bouche du fleuve aux 10' 7' de latitude
nord et 830 13' de longitude ouest de Greenwich.
D'Anville et ses copistes Bellin, Ldpez, Pownall etc,, situent Matina a un degrd
de distance plus au nord de sa position rdelle et sur le fleuve de-los-Anz uelos. Sur
la carte de L6pez il est appeld Molina, et Alcedo adopted l'erreur et attribue ce village
en plus A~ Costa-Rica.
Matina glait un commandement militaire confrde par le gouverneur de Costa-
Rica, liei'cl avait a sa charge la surveillance de la cote entire le fleuve San-Juan-


I. Cette cI, -rvation a deja ete faite en 1851 par Mgr Garcia Peliez, archev6que de Guatemala, dans ses
Memories para la Historia del antiguo Reino de Guatemala. Guatemala, 1851-1852, tome III. p. 53.














COTE-IE-MOSQUITOS.


de-Nicaragua et I'Escudo-de-Veragua. La jurisdiction de ce commandenment embras-
sail, comme il appert des brevets du titulaire, les vall6es de Matina, de Suerre, de
Rio-de-la-Reventazon, le district de Tierra-Adentro el celui des aulres ports de la
c6te du Nord de Costa-Rica jusqu'aux babies de l'Almirante.
A la requkte de la province de Costa-Rica, les Cortis espagnoles, par ddcret du
1" decembre 1811, ddclarerent le port de Matina liabilitd pour Ic commerce extd-
rieur'.

Mosquitos (cote-de-). Alcedo dit que la Cote-de-Mosquitos s'l6end du 15" au 14'
de latitude nord. On a gindraalemiet estime come territoire Mosquito celui qui
s'6tend depuis le fleuve San-Juan-de-Nicaragua dans la direction nord, jusqu'au
fleuve Ronuin ou Aguin, embrassant le territoire de I'ancienne province de Taguw-
galpa.
D'apres la cddule royale du 50 avril 1714, la C6te de Mosquitos commence a
douze lieues de distance au nord du fleuve San-Juan-de-Nicaragna et se prolonge
vers le nord jusqu'a viiigt lieues ii l'est de la ville de Trujillo, c'est-h-dire, depuis
Punta-Monos (Monkey Point des caries anglaises) jusqu'au cap Camar6n, centre le
Ic 11 35' et le 160 de latitude nord'.
La real orden de San-Lorenzo du 20 novembre 1803 designe vaguement
come Cote-de-Mosquitos celle qui s'6tend a partir du cap Gracias-d-Dios vers le
fleuve Chagres.
Le territoire qui s'6tend de la bouche du San-Juan L celle du fleuve Chagres ne
faisait pas parties de la CLte-de-Mosquitos, el la c6te qui s'dtend de 'ile Escudo-de-
Veragua jusqu'a ce fleuve Chagres ne tonmbait pas sous la jurisdiction de Guatemala,
come le laisse entendre cette real orden. Le gouvernement de Colombia est
tombe dans la m6me erreur lorsqu'en 1824, prdltndant que la real orden Mtait en
vigueur et lui attribuant une valeur qu'elle n'eut pas, ddcrta que cette c6te, qui

I. PERALTA, Costa-Rica y Colombia, Paris, 1886, p. 509 ou 325. Costa Rica y Costa de Mosquitos,
p. 512, 519 a 526. Juridiction territorial. Titres de Costa-Rica, p. 412, 427, 439, 446. Expose de
Costa-Rica, g 173.
2. PERALTA, Costa Rica y Costa de Mosquitos, p. 63.













VILLE IDE NATA.


autrefois apparlenail i' GUATEMALA, apparltetmil nii doimaine et propriety a Colombia.
.Malgre la real orden de San-Lorenzo et le decrt du gouvernement de Colombia.
ccete cite n'dtait pas toute de Mosquitos ct n'appartcilail pas 'en entier a Guate-
mala, bien que les ceditlcs royals du 23 aofit 1745 placierent sous la juiridictiill
de Nicaragua et Costa-Rica toute la clc, qlui s'elend delpuis Ic cap Gracias-d-Dios
jusqu'au fleuve ChaUfres.
Celle qui s'dtendait A partir du miridicie 81" 31', linite dc la juridiclioni dle
Guatemala, jusqu'au 800 de longitude o!:est de Greenwich (bouche du fleu\e
Chagres) appartenait a Terre-Ferme.


Nat (ville lde, alcaldfa mayor de). La ville de Nati fult fondce dan;s la contree
dti caciquc Nal;i par Ie licencicd Caspar de Espinosa ie 1520, de retour de son troi-
siime voyag"' de ddcouverle, eelle fois \ers lc couchant, iiimndialement apris la
foundation de la ville de Panami.
(C lle ville et son lerriloile furenil, &,s le colmienceenelwn, sous la jurisdiction de
IPanantm, et lorsque Nata acquit une cerlaine iport e, iiiporlance, y It labli iu miagis-
Iral noiimrii aleade-major, subordoinni an chef de Panam(i.
(Cetle suHbordinalion de Nlti el ,,t terre A Panalmati el sa ddlpeindance iininediale
de cellc-ci, sonl dt:uini tries par I; real cidulla de Burgos, 6 seplembre 1521, qui
trace en ces terms les limiles de la juridiclion do Panam(i en cc qui concern
cetei partic de Caslilla-del-Oro: ... a I'ouesl, c'est-a-dire vers Ie couchant, toul
Ie terriloire, les limits cl domains, les rivirces, les plturages et les rives qu'il y
a a partir de ladite ville (de PanIami) jsqu'i la province de Chirit, cc qui coni-
prend les provinces de Perequete, de Tabore et de Chame, car jusque lA l'on parole
la league de Cuiba' .
Natt (:tiit lone expressdment sonmise a Panatma, de i'mle que 'rayna 'n
tail expresseienti exclude, en ces ternies, par les cedules rovales des 27 juillel
1515 et 5 mai 1526( : ... con tanto que no se entienda ni romprenda en clla la


I -PERALTA. JuridiCtion terztoriale. Tares et documents justi/icnatfs. p. 2 1














VILLE DE NATA.


provincial de VERAGUA, cuya gobernacibn pertenece alalmirante don Diego Col6n por
lo haber descubierto el almirante su padre por su persona; D a pour autant qu'on
n'v comprenne pas et qu'on n'englobe pas en elle la province de Veragua, don't
le gouvernement appartient ai admirall don Diego Col6n, pace que I'amiral son
p~re I'a dtcouverte en personnel P. Ceci d'apres la cedule de 1515, car d'aprls la
ctdulne du 5 mai 1526 il n'y est fait atcune reserve nominative au sujet des hIiriticrs
de Colomb. Celle derniEre cedule s'exprime ainsi : x Por la present declaramos
qu loans terminos de vuestra gobernacion se entienden ser en los mismos terminos
! limits contenidos en los poderes it instrucciones que se dieron ( Pedro de Arias
Dlivila, en enyo hlugr vos subeed(is, por lo qual se eeepthan las provincias de PAlul
Y VERAGUA y /la tierra que d(escobrieron 'ivente Yahes Pinizn y Joan Dia: de
Solis Par la pr6sente Nous declarons quo les terms de votre gouvernement
seront les mnimes que ceux qui ont Nlt tixs par les pouvoirs et les instructions
qui furent donnes a Pedro Arias D[ivila, a qui vous succdez; en raison de quoi
on fait exception des provinces de Paria et de Veragua et des Ierritoires d6cou-
verts par Vicente Yafiez Pinz6n et Join Diaz de Solis' D.
Nat1 appartenait done ab initio A Panama, et Veragua devait etre gouvernee
spartment par le fils aind de Christophe Colomb.
Jlamais, A aucune epoque de I'histoire de la domination espagnole en Amdrique,
VeragiUa ne filt subordonnee 4 Natti, come I'a pretendu la rdpublique de Cu-
lombia.
La partiese de Veragua erigde en duclhi cessa d'appartenir A la famille de
Colomb en 1556, et les habitants de Nath et autres quelconques vassaux du roi
d'Espagne furent autoris6s, en 1557, a peupler le territoire du dtwhe-de-Veragua,
et pouvoir fut donned i Francisco Vizquez, lieutenant-gouverneur de Natt, pour fair
la colonisation de Veragua.
Avec Vizquez et ses fils, bourgeois de Natd, cessa la connexion de Natdj avec
Veragua, et les gouverneurs et capitaines g4ndraux de Veragua furent par la suite
nommds direclement par le roi et envoys, pour la plupart, d'Espagne, tandis
'. PrEni.T, juridiclion territorial, Titres et documents justificatifs, p. 26.













VILLE DE PANAMA. AUDIENCE DE PANAMA.


que les alcades-majors de Natd pouvaient 6tre nomm6s par audience de
Panama,
La position gcogrlaphiquc de Ndeatt, au sud id la cordillre de Teragiua, est
8"21'55" de latitude nord et 1'10'0" de longitude occidenlale de Bogoti (d'aprs
M. M. Paz); 80o24' ouest de Greenwich; 824i'18" onest de Paris, ii huit lieues de
distance I I'Iest de la rivibrce Gati, limile de la province de Veragna.

Panama (ville de). Fondde par Pedrarias I);\i\a Il 15 aotlt 1519 (el non en
1518, comme le dit Alecdo).
Par ce:duie date de Burgos le 0 septemlbre 1l.21, on lui assigned les limits de
sa juiridiclion. Voir Tierra-Firme et PERALTA, Limites de Costa Rica y Colombia.
p. 11 et 14. Juridiclion terrilotiale. Documents justificatifs, p. 22.

Panama (audience de). La I)e,narcacitin division d, las Indias, doictinent
official 6manantii du Conseil sutprlme des Indes, don't s'cst servi Antonio de llerrera
pour rddiger sa Descripcibn de his Indias Occiden tales, dil : ILe district de l'an-
dience de Panaumi,, appcl6e Castilla-dlcl-Oro et plus lard Tierra-Firme, est Ir.s
ipeil, car I'audience y si'ge principal'ement pour I'expedition des flottes et des
ndgociants (qui vont an Perou ct en viennent. Sa longueur d'estl a oncsl est de
quatrc-\ingts a quatre-vingt-dix liunecs. ai conmper depuis les conlins du goiverne-
ient de Cartaflena el Popalyan jilusqu'aun 1out de Verayua; sa plus grande larger.
td'unce inr a I'anl re, est de soixante lieles et la plus pclile. entre Nombr-(e--Dios
el Panamai, est de dix-huit li eues' .
Parmi les documents pr6senlts par la r6publlique de Colombia ligire la Geogtrafiia
y Descripcii' universal de lhs Indias par Ilpez de Velasco, qui ddcrit d'une
mani~re Ires nette et trcs precise I'audience tie Panama. Cette description concorde
absolument avec cclle qni prdcede, car il y cst dit que la province et district de
I'audience de Panamd on Tierra-Firme s'elend i parir tdu fletive du Durien el
golfe d''Urabd, o4i elle confine avcc le gouvernement de Cartagena, qui appartient


I. Coliecein de documents ineditos de Indias. tome XV. p. 474. Madrid. 1871.














AUDIENCE DE PANAM1A.


an district (du Noureau-Royaume, jusqu'aux limits du gouvernement de Veragua
ct commencement de celMi de CosTA-lICA, qui la spare de I'audience de Guatemala,
et qu'elle a de longitude est-ouest quatre-vingts ou quatre-vingt-dix lieues. Sa plus
grande larger, du nord au sud, est d'environ cinquante ou soixante lieues, et en
certain endroits elle n'en a pas plus tie dix-huit'.
11 est bon de reimarquer quc Lopez de Velasco etait cosmographe et historio-
graphe de Sa Majestd et secrdtaire ie Juan de Ovando pour la Visite dui Conseil des
hides.
Si l'on measure sur un parallble d'est ouest la distance de 90 lieues de 17 1/2
ian degred a partir des confins du gouvernenient de Cartagena, a l'embouchure du
letive Daridn on Atrato., au fond du golf d'Uraba, jusqu' Vieragua inclusivenent,
c'est-h-dire dbs Ic 77" de longitude occidental de Greenwich, on parvient au mdri-
dien 82 8' 54", term de ces 90 lieues, et consdqueniunent, d'aprbs ces documents,
cxtrimitd occidental de Verangua ct de l'audience de Pananui.
Ces inm~es documents dissent quc la ville de Panamt esl situde au 82'.
I'ouest du miridien de Tolide et que l'audience terminait an 84", c'est-a-dire a
deux degris a I'onest de la ville de Panami, oh comiunenait Ic district de l'audience
de Guatemala'.
C'est uni fait acquis et reconnu par tons les gouvernements possedant ou non
des bureau lhydrographiques (y compris la r6publique de Colombia), et par le
Bureau des Longitudes de Paris, que la ville de Pananti se trouve aux 81' 52'26"
a l'ouest de Paris, 79"52'12" a i'onest de Greenwich. Manuel M. Paz la site aux
0 17'16" A l'oucst tdu miridien de Bogoti. En y ajoutant deux degrls on aura done

1. L6PEZ IDE VELASCO, Descripci6n uinitersal lte las Indias, p. 540, Madrid, 1894. HERRERA, Descrip-
cion de las Indias occidentales, chap. XV, Madrid 1601. Amsterdam 1622 editionn en francais). JEAN DE
LAET, Norus orbis, livre VII, chap. I, Lcyde, 1655. Ilistoire dui Nouteau-Monde, ibidem. Leyde, 1640.
- PERA.TA, Costa Rica y Colombia, de 1375 a 1881, p. 56 ou 52.
2. 11y a une erreur de 629'16" dans le calcul de la position gdographique de I'anamd qui se troupe situee,
non pas au 82, mais au 75"30'44" a l'ouest du meridien de TolIde; mais, etant av&dr par la measure de
90 lieues autant que par la distance de deux degr6s h l'ouest de ladite ville de Panamd, que cette audience
terminait au 810 32' 12" a I'ouest de Greenwich, tout concourt i demontrer la justice et I'exactitude des re-
vendications de Costa-Rica.













QiEPO. FLEUVE SkIN-ANTONU.


que I'audience de Panamn terminal aux 830521'26" A I'ouest de Paris, 81032' 153
a l'ouest de Greenwich et 7 17' 16" A l'ouest de Bogotai, et c'est 1l precisement,
i deux inilles pros, que se trouvent 'ile de I'Escudo-de-Veragua et la ligne de
demarcation que Costa-Rica soutient etre la scule et unique l1gale, la seule de
I'uti possidetis de 1810-1821, la seule appuyde sur I'histoire de trois siicles de
gouvernement colonial. Voir Tierra-Firme.

Quepo. Alcedo ecrit Quipos. Ancien corregimiento situd sur le Pacilique entire Ie
pays des Giietares et celui des Cotos, au sud de la cordillbre de Candelaria.
Le village de Quepo, siege des naturels, aujourd'hui disparu, tail situe pres
du fleuve des Mangues, aujourd'hui fleuve Naranjo, appele erroinment fleuve de-la-
Estrella.
Adjoint A Bornca et formant un seul corregiiniento, la juridiclion et les limiles
de son territoire s'dtendaient jusqu'au rio Chiriqui-Viejo.

San-Antonio (rio). Inconnu dans la cartographic de Costa-Rica aux
xvi t xvii' sikcles. II apparait pour la premiere fois dans la carte de l'Amcrique
Scptcntrionale par ID'.nville, publide i Paris en 1746 et reproduite avec erreurs
par don Thomnis L6pez et 1). Juan de la Cruz dans leur < Carte maritime du golf
du Mexique et des isles de l'Amdrique (1755'). Alcedo suit ces derniers avec
une fiddlit6 servile. Ce fleuve San-Antonio ne se trouve signal dans aucun
document ni dans aucune carte authentique de la c6te Atlantique. Nous ne
connaissons d'autre mention d'un fleuve de ce nom a Costa-Rica que celle faite
par Lionel Waffer dans son Voyage a l'Isthme d'Armnrique (Londres, 1699), mais
ce fleuve San-Antonio se jette dans le Golfe-de-Nicoya, non loin d'Esparza, et
c'est probablement le fleuve Grande. Si l'on consider que D'Anville, M. Bellin,
ingenieur de la marine francaise, et d'autres carlographes puisaient leurs donnees
sur I'hydrographie des c6tes du Centre-Amdrique dans les dcrits et les cares des
pirates qui, en general, 6taient d'insignes marines, on admettra facilement que


1. PIRALA, Atlas historico-geogrdfico de Costa Rica, carte XVIII.













ERREUR DE D'ANVILLE. SANTA-FE.


D'Anville doit a Waller sa notion du fleuve San-Antonio, mais qu'il I'a transferd
sur le versant Atlantique an lieu de le laisser se jeter dans le Pacifique, A quatre
lieues an sud-est d'Esparza, ou Waffer le situe, pres de la metairie de Alonso
(dmez Macotela, dans la vallde de Landecho'.
Le fleuve Grande (ou le San-Antonio de Waffer) a son embouchure au 90 47'
latitude nord et an 84' 56' longitude oust de Greenwich. 11 correspond au fleuve
de Cartago de D'Anville.
Le San-Antonio de' D'Anville et de ses copistes Bellin et L6pez cor-
respond peut-etre au fleuve del-Norte qui se jette dans 1'ocean oppose, presque
a la mime latitude, soil au 9o48' latitude nord et au 82056' longitude ouest de
Greenwich.

Santa-F6 (ville de). Fondee en 1558 par Francisco VWizquez, gouverneur du
duche de Veragua, sur le haut plateau de Urraca, i uine distance de douze lieues
de chemin A I'ouest de la ville de Natt et a douze lieues de chemin au sud des
mines de Veragua, presqu'A cheval sur la frontiere du duch( de Veraguia, du coat
de Nata, versant du Pacitique.
Aujourd'hui SANTA-FE est le chef-lieu du district du meme nom, dans le ddpar-
tenent de Veragua, avec une population de 4000 habitants.
Position gdographique : au sud du confluent de la rivi.re Mulaba, sur la rive
onest du bras principal du fleuve Santa-Maria et pres de la rivibre Gatiin, au
80"52'50" de long. 0. de Greenwich et au 8'28' latitude Nord'.

Sixaola, Sixaula, Sixola (rio). Voir Tarire.

1. Voyages de Lionnel Waffer contenant une description tres exacle de risthme de l'Amerique et de
loute la Nouvelle-Espagne. Paris, 1706, p. 304. Pour verifier la position exacte de la mdtairie de Maco-
tela, linmite vers le sud par le fleuve Grande, voir FERN NDEZ, Documentos para la Historia de Costa Rica,
tome II, p. i a 22.
2. D. LE6N FERAIiDEZ, Documentos sobre limits, etc., IV, p. 137 a 140, 147, 153, V, p. 52, 139. --
JoAQisN ESGUERRA. Diccionario jeogrdfico de los Estados Unidos de Colombia. Bogota, 1879. VERGAR&Y
VELASCO, Nueva Geografia de Colombia, p. DccCzxv. Bogot., 1892. MANUEL M. PAZ ET ,1. PONCE DE LE6N.
Carta corogrdfica del Estado de Panamd. Bogota, 1864.













84 SUERRE. TALAMANCA.

Suerre (rio). Un des principaux fleuves de Costa-Rica, tributaire de la mer
des Antilles.
On le connait sous le nom de Suerre depuis 1529.
11 I'lt explore par Diego Gutidirrez en 1544. Sur les rives de cc flcuvc, a trence
miles di son cimboulchurle, se tirouvai Ic siege dii cacique Suerre, que Gulicrrec
appela ville de Sun-Francisco, v ltant parvenu le 4 oclobre.
La bIouche du Suerre fit lc port principal de Costa-Rica sur la iemr du
Nord jiisqu'au miliet du xvn' siwcle. Alonso Anguciana de Gamboa transflra
sur les rives de cc fleuve la \ille de Castillo-de-Austria, deuxiemc de c 11011no,
vers I'an 1574. 11 est erronmentil silhu sur la plilpart des cares, el il est rare
qu'il sol exactement dinonini. Suere, Sueyro, Suero, Surre, Zuera, Zurra sont
autanl det noms sous lesquels on d'signe Suerre. C'cst le fleuve Pacuare d'aujour-
d'hiei cl il est silud aux 10 15' de latitude nord et 83018' de longitude ouest id
Greenwich.
D'Anville le site mal aux 1054' de latitude et c5 40' dec longitude onest. Le
gouverneur Poiwnall le confond avec le flcuve Carpintero on Matina puiisqu'il le
nomine Carpenters R. et le silue l 1050' de latitude nord et i 857'530" di longi-
Itde, ct qu'il suppriim lc noim de Suerre.
La Caria esfirica del Mar (le las Antillas de 1). Jos' de Espinosa le site an
sud de sa vraie position, a 10"5' de latitude, el plus A I'csl, i 82053' de longitude
oucst de Greenwich.


Talamanca. Territoire de Costa-lica sur la iner Caribe, et anciennce province
de sa juridiction, qui s'dtend depuis le rio Tarire jusqu' I'Escudo-de-Veragua, et
au fleuve Culebra, Calobebora on Chiriqui, an sud de celte ile, scion la d,(linila-
tion special faite le 10 octobre 1605 sous 1'atitoritd du gouverneur de Costa-Rica
et avec l'alprobalion explicit des rois d'Espagne, confirmed par de nombreux
acles, coinne il appert des reales cidulas des 50 juillet 1627, 21 mars 1654,
31 ddccibre 1689, 3 mai 1691, 1" septembre 1713, 21 mai 1738, 24 mai 1740,
30 novemnbre 1756. 19 novembre 1787 et 19 ddccinbre 1802. adressees au\













TALANANCA. FLEUVE TARIRE.


presidents de l'audience de Guatemala et aux gouverneurs de Costa-Rica'.

Talamanca (rio). Alcedo et les cartes qu'il suit situent ce fleuve A I'ouest
du Doraces. Le seul fleuve qui parfois, dans les documents anciens, est d&nomme
fleuve de la Talamanca, est le fleuve Tarire. Les frequentes erreurs de position que
commellent les cartographes doivent nous obliger a repousser leurs denominations
et i n'adopter que cells connues dans le pays, tells que les appliquent les natu-
rels ou telles qu'elles furent donndes par les premiers explorateurs.
D'Anville situe son fleuve des Talamancas aux 100 de latitude nord et 6508' de
longitude ouest du premier meridien (de f'ile de Fer) et Pownall le situe au meme
endroit. D. Tomis L6pez, aux 9"52'30" de latitude et 6509' de longitude ouest de
Tenerife.

Tararia (rio). Nom indigene de la riviere Tilorio ou Changuinola.

Tarire (rio). Tiliri, Tiriri on Sixola. Le fleuve Tarire fut decouvert en
avril 1540 par Hcrnin Sanchez de Badajoz.
11 sert de frontiere occidentale au territoire ou province cosla-ricienne de Tala-
manca, selon la d6limitation susdite du 10 octobre 1605.
Son bras principal prend sa source sur le versant allantique de la montagne
de Dota, a pros de soixante miles en ligne droite de son embouchure dans la
mer des Antilles, et & pres de vingt-cinq de l'ocean Pacifique. II se diverse dans
I'ocean Atlantique, a 9553' de latitude nord et a 82034' de longitude ouest de
Greenwich '.
II a de nombreux affluents don't les principaux, h partir de sa source jusqu'h
la mer, sont : sur sa rive meridionale, les riviEres Co6n, Lari ou Arari, Ur6n,

i. Toutes ces cidules rovales se trouvent insdrtes dans ce volume, dans Juridiction territorial, Titres
et documents justificatifs, ou dans les antres collections imprimdes de documents soumises A S. E. I'Arbitre
par la republique de Costa-Rica.
2. Scion les cartes de I'Amiraut6 anglaise, notamment celles-ci : CETRAL-AMERICA, Cape Mala to Elena
Bay with the northern coast from CHAGRES TO GREITOWN. London. 1889. WEST IsDIES, Sheet XI, From
Cayos Ratones to San Juan de Nicaragua. London, 1857, 1877, etc.













FLEUVE TARIRE.


Choli ou Yurquin, Gonli et Berba. De tout temps on l'a connu a Costa-Rica, sous
le nom de fleuve Tarire ou Tariri; les explorateurs modernes 1'appellent Tiliri et
les habitants de la c6te donnent le nom de Sixola laa parties qui se trouve prbs de
la mer, peut-ltre A cause d'un hameau de cc nom situ6 sur la rive droite de son
embouchure.
On a pr6tendu faire de ce fleuve la ligne de demarcation entire Costa-Rica et
Veragua, et dans ce but on a voulu lui trouver un nom equivalent A celui que les
cares gdographiques erronees du siccle dernier donnent pour telle ligne de ddmar-
cation. C'est pourquoi on a voulu I'appeler fleuve Culebras, alors que le vrai fleuve
de cc nom, oh sc sdparaient les jurisdictions de Costa-Rica et de Veragua, provinces
limitrophes des audiences de Guatemala et Tierra-Firme, est le fleuve CoLEBRA,
Calobebora ou Chiriqui, situd A un degr6 a l'est du Tarire, par le m6ridien de
Iile de I'Escudo-de-Veragua.
Le Tarire ou Sixola n'etail done pas la limile de l'uti possidetis de 1810. La
Colombie pretend, bien A tort, qu'il 1'est du status quo juridictionnel, mais ses
notions au sujet de cc fleuve sont completement erronees, comme le demontre la
Carta corografica del Estado de Panamat. Tout au plus, en vue de cette carte et de
la geographic de Felipe Pdrez, pourrait-on admeltre, que la line des pretentions
rdelles de Colombia commence A la bouche orientale du vrai Sixola, et suit sa rive
droite jusqu'au confluent du premier affluent meridional en remontant le course du
fleuve, puis la rive droite e cet affluent, car il est impossible de preciser davan-
tage une ligne purement imaginaire, sans aucun antecident historique, place A
une grande distance h I'ouest de la d6limitalion Idgale de Costa-Rica.
Le bras principal du Tarire n'a jamais ted, meme dans les pretentions les
plus exagdrCes de la Colombie, la limited de son pr4tendu status quo.
Depuis 1540, on appela fleuve Tarire celui qu'on nomme aujourd'hui Tiliri.
Ce nom devrait tout au moins privaloir, laissant celui de Sixola A son affluent
de droite le plus proche de son embouchure.


1. Voir Tarire, dans PERALTA, Costa Rica y Colombia, de 1573 h 1881.













IERIABAS. TIIMIUA-FftME.


Tbrrabas, Terbis, Tervis, T6rrebes (tribu ou nation des). Habitants de la
Talannanca, en Costa-Rica, dans la vallie du fleuve de la Estrella ou Tilorio, depuis
ses sources, A I'ouest, jusqu'i son embouchure dans la mer du Nord, et vers les
Bocas-del-Drago. Ils confinaient aux Viceitas et Cabicares A l'ouest, et aux Chan-
guenes au sud-est. Au commencement du xvme siecle, ils furent catechiss par les
missionnaires Fray Antonio Margil, Fray Pablo de Rebullida, Fray Francisco de
San Josef et Fray Antonio de Andrade, et soumis militairement par le gouverneur
de Costa-Rica. On forca bon nombre d'entre eux a se transporter vers la mer du
Sud et A fonder le village de TVrraba, qui subsiste encore aujourd'hui.

Tierra-Firme. L'audience de Tierra-Firme ou Panama fut crdee par reales
cedulas du 26 fivrier 1538, supprimee en 1542, ritablie en 1565, d6membree et
rIorganis6e en 1568 et 1570, supprimee une second fois en 1717, retabiie de nou-
veau en 1723 et definitivement supprime en 1751. Par real ccdula du 17 juillet
1751, ins6rde plus loin dans ce volume, elle fut reduite A la categorie de gouverne-
ment militaire et civil confiM a un chef qui devait dependre imm6diatement de la
vice-royault de Santa-Fe. Les provinces de Tierra-Firme furent sons la dependance
de I'audience des Confins (de Guatemala) de 1543 A 1550; mais elles furent
annexees A l'audience du P&rou par cedula du 2 mai 1550 et mnme, lorsque I'au-
dience fut reorganisde en 1568, elles continu6rent sous le gouvernement superieur
de la vice-royaut6 du Perou jusqu'a I'ann6e 1739 et seulement A partir de 1740
a la vice-royaute de Santa-Fd.
Ses limits en 1739 6taient les memes que celles qu'elle avail ant6rieurement,
depuis qu'en 1568-1574, l'on r6tablit et organisa la jurisdiction territorial de
l'audience de Guatemala.
Sa delimitation en 1575, telle que la decrit le Dr. Criado de Castilla, auditeur
doyen de l'audience, concorde avec celle que I'on lit de Costa-Rica en 1573, et
jamais elle n'a eti abrogee. C'est la suivante :
Le territoire peuplI de ce royaume jusqu'aux limits de la jurisdiction de
votre audience royale de Panamd est de quatre-vingts lieues de longitude, A sapoir













TOJAR. BOCAS DEL TORO.


depuis le golfe de San-Miguel jusqu'i la Concepci6n-de-Veragua, et de vingt-quatre
lieues de latitude, depuis la ville de la Concepdcin susnommie jusqu'a la Philipina
La ville de la Concepci6n est situde a une demi-lieue de la mer du Nord, et la
Philipina sur la mer du Sud. La parties la plus etroite de ce royaume entire la
ville de Nombre-de-Dios, port sur la mer du Nord, et la ville de Panamn, sur la
mer du Sud, cst de douze lieues '.
Ces limits, i I'dpoque de 1'rmancipation et selon cc que le gouvernement de
Colombie appelle l'uti possidetis de 1810, sont celles qu'indique le pere Fray
Manuel Sobreviela dans sa Descripcihn del Virreinato de Santa Fe, kcrite en 1796,
de conformity avec les documents et la demarcation en vigueur entire les provinces
limitrophcs respcctives, i savoir :
A I'est, la province de Cartagena don't la spare le fleuve San-Juan; a l'ouest,
l'extr6mite de l'Escudo-de-Veragua, dans la mer du Nord, et le fleuve Chiriqui
qui se jette dans l'ocean Paciliquc et sert de limited a cette province et i toute
I'Am6riquc Mdridionale, qui la divise de la Seplentrionale et du district de
Costa-Rica dans le royaume de Guatemala; au nord et au sud, la mer'.
Cette d6limitation concorde avec celle de la vice-royaut6 de Santa-Fe autoris~c
en 1772 par le vice-roi D. Pedro Mcssia de la Cerda, marquis de la Vega de
Armijo, et avec les actes royaux qui, jusqu'A 1821, reglercnt la jurisdiction territo-
riale de Costa-Rica et de Veragua. Voir PANAMi el VERAGUA.

T6ja ou T6jar (ile de). L'ile de Colin, de l'Almirante ou du Drago. Tijar
cst le nom que lui donnent les missionnaires, de meme que Zorobarb on Cerebar6
an xvie siecle. Voir le mot COL6N.

Toro (Bocas del). On designe habituellement sous ce nom la baie de I'Almi-

I. PERALTA, Costa Rica, Nicaragua y Panamd, p. 527. In., Juridiction terriloriale, Documenis
justificatifs, p. 227, 458, 467 et 475. FERNAIDEZ, Documentos para la listoria, etc., tome V, p. 79.
2. FRAY MANUEL SORREVIELA, Descripcidn histdrico-geogrdfica de la America Meridional, Lima. 1796.
Voir PEBALTA, Costa Rica, Nicaragua y Panamd, p. 559 et Costa Rica y Colombia, p. 245 ou 261, et ce
volume, plus loin.













TRINIDAD. URRACA.


rate et lagune de Chiriqui, bien qu'a la rigueur il ne s'agisse ici que d'une des
entrees de cetlle baie.
C'est 4galement le noin d'un territoire et canton cr6d et organist par le gouver-
nement de la Nouvelle-Grenade en 1856 et 1857 str le terriloirc de Costa-Rica,
inclus expressement dans la juridelion do celle-ci par cedilla royale du C1" d'-
cembrc 1575, ct en violation du trait dc Bogoli tel 1820.
Sous les noms de babies de San-Jer6nimo etl de (Calabaco I'on ddsigne la baie de
Boeas-del-Toro don't parole Alcedo, et qui, d'apres ce micme gdographe, appartient
a Costa-Rica.
La limited de cc canton du c6d de Costa-Rica est le faux ficuve Culeb'as, d'apres
la care de I'Anville. Aucun tiire diand dI gouvernement espagnol n'autorise la
prise de possession enfecludec violenncnt par la Nouvelle-Grenade.

Trinidad. La ville de la Trinidad n'appartint jamais, come le pretend
Alcedo, A Guatemala, mais ai Veragiut, tdo mine que le fleuve Belin n'appartint
jamais L Costa-Rica. Elle ful fondue en 1566, an dire de Lopez de Velasco, aL trois
lieucs de distance de la mer, sur Ic fleuve Belinl, niais rile n'exislait ddjh plus en
1575, quoique Herrera ne s'cn doulait pas en 1600, d'oit que les cartographes
aient persist ;i 'indiquer sur leous caries.

Urraca (province, montagnes, cacique de). Cc nom cst presque l'dquvalcnt on
la doublure de celui tie Verayiua. 11 s'applique a la partic montagneuse de la pro-
vince de Verayuta ct particulibremcnt au territoirc du versant mdridional, sur les
haulers froides ct boisdes duquel lhabilait le cacique Unraca, qui donna tant de
mal au licencit Espinosa ct A Pedrarias Dhivila.
Les montagnes de Urraca ou Veragua sc trouvent an nord et nord-ouest de
Nati et au sud des rivirres Beldn, Veragua et Concepciin, qui prennent leurs
sources aux flancs du versant septentrional de ces montagnes.
Christophe Colomb les nomma montagnes de San-Crist6bal parce que, dit Las
Casas qui confirm texlucllement le rdcit de don Fernand Colomb, leur plus
12













RIVIPRE URIRA.


haut sommet paraissait ddpasser la region de I'air, bien au-dessus des nuages,
semblable a un hermitage, a vingt lieues vers l'intdrieur.
Aujourd'hui le month San-Crist6bal est d6nomme sur les caries hydrographiques
espagnoles et anglaises, Castillo-de-Choe6 (Castle-Choc6); Kieperl, Vivien de Saint-
Martin et Schrader ct The Times Atlas 6crivent sur Icurs caries Castillo-Chico. 11
alleint 1933 metres au-dessus du niveau de la mer et se trouve A dix-huit miles
geographiques au sud dn fleuve Bel:n ct presque sons le meme mdridien quc la
bouche de cc fleuve, aux 80' 51' de longitude ouest de Greenwich et de 80 36' lati-
tude nord.
SLe Castillo de Clhoe, lorsqu'il est bien risible, est le meilleur guide pour ddcou-
vrir les embouchures des rivibres situdes a l'onest de Coelet. II se trouve an sud,
2" ouest de la bouche du rio Belen, au sud 1/4 sud-est de celle du rio Vitjo-de-
Veragqua, au sud 58" est de cell du Cucuyal ct a cinquante miles au sud 54 est
de l'ile de l'Escudo-de-Veragua. Dans des circonstances favorables on pcut le voir
du chateau de San-Lorenzo-de-Chagres don't il est distant de 67 miles au sud 500
ouCSt' >.
II n'v a done, d'apres ces donn'cs, possibility aucune de so meprendre sur la
vraie position du no Betlin ni sur les fronlieres du duche de Veragta.
C'est sur le versant mdridional de la cordillere de Veraygua on Urraca que fill
fondue en 1558 Ia ville de Santa-FI, du duch6 de Verayua.
Las Casas dit aussi que la terre de Natt est une contrde fertile, ouverte, plate el
agreable, prochel des montagnes de Urraca on Veragna, ccdlbre par I'or qu'on dit
s'y trouver en abondance'. Voir les mols NATA ct SANTA-FP.


Urirf (rio). Riviere de la province de Veragua, d(couverle par Colomb
en 1502 et explore par don Bartolomd Colomb, son frere, en 1503 pendant ses
incursions a la recherche des mines d'or. Don Fernando Colomb, dans son Histoire


1. Derrolero dle las islas Antillas. Parle segunda, p. 22I. Madrid, 1865.
2. LAs CAsAs, Hisloria de las Indias. lonin III, cap. xxv, p. 130 t tonmo V, cap. ci.xmr, p. 210.













IlVIIRE VAZQUEZ. VERAGUA.


de l'Amiral, son pore, situe le rio Urirad i sepL lieues A l'occident du BelMn'.
Las Casas A six on sept licues a I'occident de Belem'; Herrera et I'historien
colombien Acosta sont aussi d'accord. Ce dernier s'exprime ainsi :
< A siele leguas de distancia de la boca del rio Belin y por consiguiente despuds
de pasado cl Veragiut, hallaron la embocadura del Urirti, en cuyas cabeceras habian
visto las minas' ,.
D'Anville et Bellin situent la riviere Uri'r au sud-est de l'Escudo-de-Veragua
et i l'ouest de la rivibre Veragua et du Belhn.
C'cst la rivibre Galawawa ou Calahyntyua des cares modernes. Elle est situde
aux 81315', longitude occidental de Greenwich, ou 83523' ouest de Paris, et aux
8"47' 50", latitude nord.

Vazquez (rio). C'est le rio Tortuguero. 11 dtbouche dans la mer des Antilles
entire le rio Colorado, bras mdridional du San-Juan on Desaguadero, et le rio
de-los-Anzuelos ou Reventaz6n. Alcedo le site mnal, reproduisant les erreurs des
caries ktrangeres, bien qu'Antonio de Herrcra cn 1601, et aprcs lui la plupart des
gtographes, lui assignment sa vraie position.

Veragua. En 1810 come en 1821, Verayna n'avait d'autrcs limilcs que
cells que lui ddsigne en 1796 le pore Sobreviela. < Elle est borne au nord par
la mcr Seplenlrionale; au sud, par la mcr Pacifiquc; a 1'est par la province de
Panamni et a l'ouest par Ie fleuve Chiriqui, qui la divise de Costa-Rica ct du royaume
de Guatemala.
c Elle a soixanle lieues de l'est l 'ouest, A parlir de la ville de Narl jusqu'au
village de Chiriqui, ct 80 lieues de large, a partir de la poinle de Conejos sur la
mer du Sud, jusqu'A I'extremit6 de l'Eseudo-de-Veraguas, sur la mer du Nord' .

1. Historia del Almirante D. Crist6bal Col6n, ch. XCVI, p. 187, tome II, edition de Madrid, 1892.
2. LAs CASAS, Historia de las Indias, lib. 1II, cap. XXV, tome 111. p. 132.
5. ACOSTA, Compendio historico del descubrimienlo y colonizacidn tie la Nueca Granada, p. 12.
Paris. 1848.
4. SODREVIELA, ubi supra.













LIMITS DE VERAGUA.


Les limiles de Verafyna (di c6Et de Costa-Rica sont Ics mines qui sdparaient
I'audiienc e I'c ananui dte cell de Guatemala. Selon la Demarcaci6n de las Indias,
le miridiecn 835"2' ounes de Paris, 81'32' oucst de Greenwich, 7'iT52' ouest de
Tolhde, rec1ilid scion la vraic position id mdridien fondamenlal de Panama.
En 157i, I I )' Alonso Criado de Caslilla, audileur doven de l'audience de
'Panamt est p'us exact dans la measure di territoire ie l'eragua. II dit qu'il a
Irenei lieues de longitude, i p|artir de la ville de la Concepcwin jnsqu'au village de
Meriato, et vinl lines de laliltude dans sa plus grande larger, c'csl-a-dire du
lleuve die (Chlore jus(li'h ladite ville die la Coneelpei6n.
Ians la description de T'rre-Ferme file par Ic )' Criado de Caslilla, il est dit
que cellt ville de la (Cmr'ep:'riY, qui ful siluti sur Ile fluve de ce noin on fleuve San-
tiang on del-Oro, claii lern Ic de la juridiclion de l'auilience rovale de Panani;
par coIt',nquentl Veraiurt n1e plnivat pas s'tendre plus a l'onest. Cependant, I'Es-
eudlo-de-l'eriafla t cl I1lcuve Chiriqui, Calobebora on Culebra, qui dilhouche an
suid de I'Escld'l.-':'- Veragiim, sc trouvent AL 58 mills a l'oecst de la Concepci6n.
L'audience dc PJanim i cllc-mnme excluail done de sa juridiclion Ic territoire
liui s'diend h I'oucsl de ce flcnve, et a pins forle raison celui des Rocas-del-Drago on
Daie-de-I'Almirainte, confirn cmncnt anx litres de Costa-lica a qui ii apppartient.
A 1'ecs, du cil de Nati' ct Ptanamt, la limited reconnue dIu drlch de ( eraIua
l:it la ri(viicr (!atui, afilnunt du flcuve Santa-Mlaria, ct du ccild de Portobe!o et
.ymnbr-de'-Dio: Ic rio BelIn, bien qu'aprcs Ic relour du (lu:hi: de Ierailgua A la
couronne trovad, cn 1553 la riviyrc Codel flu considdrde come la fronlire com-
mune des provinces de Veracgua et de Tierra-Firme.
D'apr) s le rapport official dul gouverneur-commnandant de Pannrim adresse au
minist~lr des Indes ai Madrid en 1760, la province de Vera:urt comprenait Ics villes
de Santi ago-dh'-Vteragua, siYge du gouverneur, Alanje ou Chiriqui et Remedios on
Pueblo-Nnemo dans Ic Gut!ini, chacune administree par un. sons-prdlfc on lieutc-
nant do gouvcrneiir de ieraflu.
En 1810, d'alprs Ic .loclcur Felipe Pdrez, Veragunai est co mposde ldes villes ou
districts siivants : Santialon-de-Veragua, Mesa, Alanje, Gaimi cl Remedios. C'est












UTI-POSSIDETIS. 1810-1821.


exactement la mcme division que constable ia loi colombienne du 25 juin 1824 qui
s'exprime ainsi :
Article 10. Le dtparleinen tic d 'sthwm comprend les provinces : 1V de
PANAMi, capilale Panamni, et 2" VERAGUA, capilalc Veragua.
1. Les cantons de la province de PANAM.i sont : 1 Panlamn:, 2 Portobelo,
5" Chorrera, 4 NATA, 5 Lo ntots et 0 Yavisa.
2. Les canons de la province de VERAGUA ct leurs chel's-lieux sont : t1 SAN-
TIAGO-rE-VERAGUA, 2 Mesa, 5" Alanje, 4 Guaymi, chef-lieu Remedios.
D'apris ces donices. puisces a des sources officielles colombiennes, la Iron-
liPre de Costa-Rica du ctild dc Veragua cst, en 1810, la m6me qu'en 1824; aucune
modification n'a t6. apportic durant les quatorze ann6cs qui s'dcoulent depuis Ic
commencement de la guerre d'indel pclanice de Colombia jusque la publication de
la loi de division territorial de 1821.
Or, come en 1810 Veragua est la m6me qu'en 1760 ou en 1575, come la
Talamanca et Bornea, territoires costa-riciens linitrophes de Ieragua, conli-
nuaient sous la jurisdiction de Covta-lica, avec les moines limits fixes et conlir-
mdes par les s is d'Espagne depuis Charles-Qiuint jusqu'a Ferdinand VII, il est de
loulc evidence que la juridiction de la capitainerie g6ndrale de G!uatemala s'6lcn-
dait en 1810 jusqu'i I'Escudo-de-Veragua et Ic rio Chiriqui ou Calobibora, sur la
iner des Antilles, et jusqu'au rio Chiriqui-Viejo, sur le Pacifique.
L'uti possidelis de jure imagine par les publicisles colombiens s Itrouve done
d'accord avec le vrai principle invoqu:i par Costa-Rica, le principle du droit ronain
qui protege la possession rdelle, exempt de violence, de manvaise foi et de
precaire; a nee vi, nee clam, nee precario D.
Cc principle de I'uti possidetis de 1810 ou do 1821 est complement en faveur
de la rdpublique de Costa-Rica, car celle-ci est non seulement le possesseur reel
d'un territoire qui constitu utne entity gdograplique clairement definie, mais
aussi le possesseur 16gitime, oslensib!ement ddsigni par ls luis.
Zarabar6 ou Zorobarb (baie, ile de). La baic de I'Almirante et ses lies. Voir
ABunEM.A, ALMIRANTE ct COL6N.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs