• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Abreviations
 Preface
 Du meme auteur
 Constitution de la republique...
 Code civil
 Annexes






Group Title: Code civil d'Haiti;
Title: Code civil d'Haiti
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078519/00001
 Material Information
Title: Code civil d'Haiti annoté d'après la doctrine et la jurisprudence haïtiennes et françaises et références aux auteurs, précédé de la Constitution de 1918, amendée en 1928
Series Title: Code civil d'Haiti;
Physical Description: 957 p. : ; 25 cm.
Language: French
Creator: Léger, Abel-Nicolas ( ed )
Publisher: Impr. de "La Presse"
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1931
 Subjects
Subject: Civil law -- Haiti   ( lcsh )
Civil law -- France   ( lcsh )
Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
France
 Notes
Statement of Responsibility: par Abel-Nicolas Léger.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078519
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - ABC6124
oclc - 02973424
alephbibnum - 000255387
lccn - 36001990

Table of Contents
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Abreviations
        Page iii
    Preface
        Page v
        Page vi
    Du meme auteur
        Page iv
    Constitution de la republique d'Haiti
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12-13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Code civil
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
        Page 531
        Page 532
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
        Page 540
        Page 541
        Page 542
        Page 543
        Page 544
        Page 545
        Page 546
        Page 547
        Page 548
        Page 549
        Page 550
        Page 551
        Page 552
        Page 553
        Page 554
        Page 555
        Page 556
        Page 557
        Page 558
        Page 559
        Page 560
        Page 561
        Page 562
        Page 563
        Page 564
        Page 565
        Page 566
        Page 567
        Page 568
        Page 569
        Page 570
        Page 571
        Page 572
        Page 573
        Page 574
        Page 575
        Page 576
        Page 577
        Page 578
        Page 579
        Page 580
        Page 581
        Page 582
        Page 583
        Page 584
        Page 585
        Page 586
        Page 587
        Page 588
        Page 589
        Page 590
        Page 591
        Page 592
        Page 593
        Page 594
        Page 595
        Page 596
        Page 597
        Page 598
        Page 599
        Page 600
        Page 601
        Page 602
        Page 603
        Page 604
        Page 605
        Page 606
        Page 607
        Page 608
        Page 609
        Page 610
        Page 611
        Page 612
        Page 613
        Page 614
        Page 615
        Page 616
        Page 617
        Page 618
        Page 619
        Page 620
        Page 621
        Page 622
        Page 623
        Page 624
        Page 625
        Page 626
        Page 627
        Page 628
        Page 629
        Page 630
        Page 631
        Page 632
        Page 633
        Page 634
        Page 635
        Page 636
        Page 637
        Page 638
        Page 639
        Page 640
        Page 641
        Page 642
        Page 643
        Page 644
        Page 645
        Page 646
        Page 647
        Page 648
        Page 649
        Page 650
        Page 651
        Page 652
        Page 653
        Page 654
        Page 655
        Page 656
        Page 657
        Page 658
        Page 659
        Page 660
        Page 661
        Page 662
        Page 663
        Page 664
        Page 665
        Page 666
        Page 667
        Page 668
        Page 669
        Page 670
        Page 671
        Page 672
        Page 673
        Page 674
        Page 675
        Page 676
        Page 677
        Page 678
        Page 679
        Page 680
        Page 681
        Page 682
        Page 683
        Page 684
        Page 685
        Page 686
        Page 687
        Page 688
        Page 689
        Page 690
        Page 691
        Page 692
        Page 693
        Page 694
        Page 695
        Page 696
        Page 697
        Page 698
        Page 699
        Page 700
        Page 701
        Page 702
        Page 703
        Page 704
        Page 705
        Page 706
        Page 707
        Page 708
        Page 709
        Page 710
        Page 711
        Page 712
        Page 713
        Page 714
        Page 715
        Page 716
        Page 717
        Page 718
        Page 719
        Page 720
        Page 721
        Page 722
        Page 723
        Page 724
        Page 725
        Page 726
        Page 727
        Page 728
        Page 729
        Page 730
        Page 731
        Page 732
        Page 733
        Page 734
        Page 735
        Page 736
        Page 737
        Page 738
        Page 739
        Page 740
        Page 741
        Page 742
        Page 743
        Page 744
        Page 745
        Page 746
        Page 747
        Page 748
        Page 749
        Page 750
        Page 751
        Page 752
        Page 753
        Page 754
        Page 755
        Page 756
        Page 757
        Page 758
        Page 759
        Page 760
        Page 761
        Page 762
        Page 763
        Page 764
        Page 765
        Page 766
        Page 767
        Page 768
        Page 769
        Page 770
        Page 771
        Page 772
        Page 773
        Page 774
        Page 775
        Page 776
        Page 777
        Page 778
        Page 779
        Page 780
        Page 781
        Page 782
        Page 783
        Page 784
        Page 785
        Page 786
        Page 787
        Page 788
        Page 789
        Page 790
        Page 791
        Page 792
        Page 793
        Page 794
        Page 795
        Page 796
        Page 797
        Page 798
        Page 799
        Page 800
        Page 801
        Page 802
        Page 803
        Page 804
        Page 805
        Page 806
        Page 807
        Page 808
        Page 809
        Page 810
        Page 811
        Page 812
        Page 813
        Page 814
        Page 815
        Page 816
        Page 817
        Page 818
        Page 819
        Page 820
        Page 821
        Page 822
        Page 823
        Page 824
        Page 825
        Page 826
        Page 827
        Page 828
        Page 829
        Page 830
        Page 831
        Page 832
        Page 833
        Page 834
        Page 835
        Page 836
        Page 837
        Page 838
        Page 839
        Page 840
        Page 841
        Page 842
        Page 843
        Page 844
        Page 845
        Page 846
        Page 847
        Page 848
        Page 849
        Page 850
        Page 851
        Page 852
        Page 853
        Page 854
        Page 855
        Page 856
        Page 857
        Page 858
        Page 859
        Page 860
        Page 861
        Page 862
        Page 863
        Page 864
        Page 865
        Page 866
        Page 867
        Page 868
        Page 869
    Annexes
        Page 870
        Page 871
        Page 872
        Page 873
        Page 874
        Page 875
        Page 876
        Page 877
        Page 878
        Page 879
        Page 880
        Page 881
        Page 882
Full Text




CODE



CIVIL D'HAITI

ANNOTE

d'aprs la doctrine et la jurisprudence
hatiennes et franaises
et
rfrences aux auteurs
Prcd de la Constitution de 1918
amende en 1928

PAR

ABE L-INICOLAS LGER
Avocat du Barreau de Port-au-Prince
Chevalier de la Lgion d'Honneur et de l'ordre des Sts. Maurice et Lazare
Membre de la Cour Permanente d'Arbitrage de la Haye
Ancien professeur de Droit civil la Facult de Droit
Ancien jurisconsulte du Dpartement des Relations Extrieures
Ancien Prsident des dbats de la Commission des Rclamations
Ancien Dlgu d'Hati la 2me Confrence des Juristes amricains.


PORT-AU-PRINCE
1931
IMPRIMERIE DE < LA PRESS
618, RUE DATES DESTOUCHES














ABREVIATIONS


Civ.
H.
Fr.
Com.
Pn.
I. Cr.
Pr.
Const.
L.P.
L.B.
al.
mod.
abr.
anc.
V.
Rev. Soc. Lg.
D.P.
D.R.
S.
Mathon.
Bull.


Code Civil.
Hatien.
Franais
Code Commerce.
Code Pnal
Code d'Instruction criminelle.
Code de Procdure Civile.
Constitution.
Linstant Pradines
Louis Borno
alina
modifi
abrog
ancien
voyez
Revue de la Socit de Lgislation de Port-au-Prince.
Dalloz, Recueil priodique
Rpertoire de Lgislation de Dalloz
Supplement au Rpertoire Dalloz
Lois et Actes.
Bulletin des Lois et Actes.









PREFACE


En raison de l'extrme raret des ouvrages de Linstant Pra-
dine et de M. Louis Borno, puiss depuis longtemps, il est fort
probable que nos tudiants en droit suivent les course de l'Ecole
et que des promotions de licencis grossissent chaque anne les
rangs des diffrents barreaix de la Rpublique, sans possder
le Code Civil d'Hati, c'est--dire le recueil des textes sur lesquels
role en some la gnralit de nos procs et de nos controversies
juridiques.
Il tait ncessaire de remdier ce double inconvnient, d'au-
tant plus que ceux, assez fortunes pour se procurer le travail de
l'un ou l'autre de nos devanciers, n'y peuvent forcment trouver
les incessantes modifications qu'apportent la science juridique
l'action du Pouvoir Lgislatif, celle de la Doctrine et de la juris-
prudence.
Par ces temps o, particulirement, les decisions des tribu-
naux sont revenues un vritable droit coutumier don't, par une
interversion de rles, la doctrine indique la solution, l'enseigne-
ment rationnel des Codes Hatiens ne se concoit plus sans une
tude parallle de ces decisions, galement indispensable aux
habitus du Palais de Justice qui ont si souvent l'occasion de
constater l'norne foss existant entire la pratique profession-
nelle et les connaissances purement thoriques. Aussi, trouvera-
t-on ici, un tat recent de la jurisprudence hatienne et fran-
aise.
Pour viter d'autre part de longues recherches, nous avons,
en utilisant ce qui a t dj fait par ailleurs, adapt ce Code
les rfrences aux dissertations classiques du Rpertoire de Dal-
loz et de son Supplment, toutes les fois que le permettait la
similitude de nos textes avec ceux du Code Napolon. En fait
de doctrine national, nous avons mis contribution la pr-
cieuse collection de la Revue de la Socit de Lgislation .







VI-

Nous avons indiqu en marge la concordance des articles du
Code Napolon, en mentionnant les modifications survenues,
avec rfrence au Recueil de Dalloz qui les content.
Enfin, une table alphabtique des matires complete ce travail,
qui, nous voulons bien l'esprer, sera de quelque utility nos
Ecoles de Droit, nos magistrats et nos hommes de loi en
gnral, et contribuera clairer les textes parfois compliqus
de la legislation civil.

Port-au-Prince, 15 Janvier 1930.


Abel N. Lger.



















DU MEME AUTEUR :



La Doctrine Drago et la deuxime Confrence de la Paix. 1915.

Le Droit international priv en Amrique. 1929.

La Codification du Droit des Gens et les Confrences des Juristes
Amricains. 1929.

Histoire Diplomatique d'Hati t. I. 1930.


,..


~~~~~* a .: F fl


_no












CONSTITUTION

S DE LA.REPUBLIQUE D'HAITI
DU 12 JUIN 1918,
PROMULGUEE LE 19 JUIN DE LA MEME ANNEE
AMENDEE PAR LES PLEBISCITES DES 10 ET 11 JANVIER 1928.




Chapitre Premier


TITRE PREMIER


DU TERRITOIRE DE LA REPUBLIQUE

ARTICLE PREMIER. La Rpublique d'Hati est une et indivi-
sible, libre, souveraine et indpendante.
Son territoire, y comprise les les adjacentes, est inviolable et
ne peut tre alin par aucun trait ou par aucune convention.

ART. 2. (Amend Janvier 1928.) Le territoire de la Rpu-
blique est divis en dpartements. Chaque dpartement est
subdivis en arrondissements, et chaque arrondissement en com-
munes.
Le nombre, les limits, l'organisation et le fonctionnement des
divisions et subdivisions administrative sont dtermins par la
Loi.
ANCIEN TEXTE. Le territoire de la Rpublique est divis en dpar-
tements, chaque dpartement est subdivis en arrondissements, et cha-
que arrondissement en communes.
Le nombre et les limits de ces subdivisions sont dtermins par
la loi.-







-8-


TITRE II

DES HAITIENS ET DE LEURS DROITS

SECTION PREMIERE

Des droits civils et politiques

ART. 3. Les rgles relatives la nationalit sont dtermines
par la loi.
V. Loi 22 Aot 1907 (Mathon) 1907 p. 26)
ART. 4. Tout tranger qui se trouve sur le territoire d'Hati
jouit de la mme protection accorde aux Hatiens.
V. Loi du 23 aot 1913 sur le sjour des trangers, modifie par
la loi du 26 juillet 1922 (Bull. 1922 p. 115)
ART. 5. Le droit de proprit immobilire est accord
l'tranger rsidant en Hati et aux socits formes par des
trangers pour les besoins de leurs demeures, de leurs entre-
prises agricoles, commercials, industrielles ou d'enseignement.
Ce droit prendra fin dans une priode de cinq annes, aprs
que l'tranger aura cess de rsider dans le pays ou qu'auront
cess les operations de ces companies.
V. La loi du 16 juillet 1920 rglementant le droit conditionnel de
proprit accord aux trangers (Bull. 1920, p. 128), modifie par Loi
du 13 fvrier 1925 (Bull. 1925 p. 41)
La prohibition de la Constitution n'entrane pas comme consquen-
ce la perte pour l'tranger contrevenant de la some verse comme
prix de l'immeuble don't la vente est annule. La vente annule,
l'immeuble fait retour au vendeur hatien qui en rembourse le prix
l'acqureur tranger, ou ses hritiers, ou s'il y chet au Bureau des
Successions vacantes. Cass. H. 29 Nov. 1928, Aff. Ochoa, Renna,
Desmarets.
ART. 6. Tout Hatien g de vingt-et-un ans accomplish exerce
les droits politiques, s'il runit d'ailleurs les autres conditions
dtermines par la Constitution et par la loi. Les trangers peu-






-9-


vent acqurir la nationalit hatienne en se conformant aux
rgles tablies par la loi. Les Hatiens par naturalisation ne
sont admis l'exercice des droits politiques qu'aprs cinq annes
de residence sur le territoire de la Rpublique.

ART. 7..- L'exercice des droits politiques sera suspend par
suite de condemnation judiciaire, intervene conformment aux
lois d'Hati, important la suspension des droits civils.

SECTION DEUXIEME

Du droit public

ART. 8. Les Hatiens sont gaux devant la loi. Ils sont -
galement admissibles aux emplois civils et militaires, sans autre
motif de prfrence que le mrite personnel ou les services ren-
dus au pays.

ART. 9. La libert individuelle est garantie.
Nul ne peut tre dtenu que sur la prevention d'un fait puni
par la loi et sur le mandate d'un fonctionnaire lgalement com-
ptent.
Pour que ce mandate puisse tre excut, il faut :
1. qu'il exprime le motif de la dtention et la disposition de
la loi qui punit le fait imput;
20 qu'il soit notifi et qu'il en soit laiss copie la personnel
dtenue au moment de l'excution.
Hors le cas de flagrant dlit, l'arrestation est soumise aux
formes et conditions ci-dessus.
Toute arrestation ou dtention faite contrairement cette
disposition, toute violence ou rigueur employee dans l'excu-
tion d'un mandate sont des actes arbitraires contre lesquels les
parties lses peuvent, sans autorisation pralable, se pourvoir
devant les tribunaux comptents, en poursuivant soit les auteurs,
soit les excuteurs.
V. Loi sur le Rgime des Prisons du 16 dcembre 1918 (Bull. 1919
p. 39).







-10-


ART. 10. Nul ne peut tre distrait des juges que la Constitu-
tion ou la loi lui assigned.

Seuls les tribunaux d(e repression sont en gnral charges sur les
poursuites du Ministre public et de ses auxiliaires, de juger les infrac-
tions la loi et d'appliquer les peines dictes ceux reconnus
coupables.
Si certaines lois particulires drogent cette rgle et permettent
la con tatation de certaines infractions par des Agents autres. c'est pour-
tant la justice qui fait application d(e la peine de l'amende sur les
poursuites l'extraordinaire du Ministre Public ou sur les recourse
contre les decisions de commissions spciales.
La disposition lgale qui investit un Agent de l'Excutif du droit de
consiater l'existence d'un dlit ou de la tentative d(e ce dlit et d'ap-
pliquer une amended don't le quantum sera dtermin d'apres sa seule
appreciation e-t nettement inconstitutionnelle. -- Cass. H., arrt so-
lennel 3 Juin 1927. Aff. Wharf contre Lykes Bros.
ART. I1.- Aucune visit domiciliaire, aucune saisie de pa-
piers ne peuvent avoir lieu qu'en vertu de la loi et dans les
forces qu'elle prescrit.

ART. 12. Aucune loi ne peut avoir d'effet rtroactif.

Le principle de nion-ritroactivit est chez nous constitutionnel. 11
n'est donc pas seulement une rgle d'application des lois nouvelles.
Il est encore une restriction la puissance legi-lative. -- II s'impose
encore plus rigoureusement quand les droits acquis rsultent de con-
trats lgalement forms entire l'Etat et le particulier. Cass. H., sc-
tion, runies. 3 juin 1927 Al'. Wharf centre Lykes Bros.
Arr. 13. Nulle peine ne peut tre tablie que par la.loi, ni
applique que dans les cas qu'elle determine.

ART. 1- Le droit de proprit est garanti.
Nuli ne peut tre priv de sa proprit que pour cause d'uti-
lit publique, dans les cas et de la manire tablis par la loi et
mioyennant une just et pralable indemnit. La confiscation
des biens in miatiere politique ne peut tre tablie.

Ani. .5. La peine de mort est abolie en matire politique,
except, pour cause de trahison.
La loi determine la peine qui la replace.







-11-


ART. 16. (Amend janvier 1928) La libert de la Presse est
garantie, sous les conditions dtermines par la loi.
ANCIEN ART. Chacun a le droit d'exprimer ses opinions en toutes
matires, d'crire, d'imprimer et de publier ses penses. Les crits
ne peuvent tre soumis aucune censure pralable. Les abus de
ce droit sont dfinis et rprims par la loi, sans qu'il puisse tre por-
t atteinte la libert de la press.
La libert d'exprimer ses opinions ne comporte pas celle de prof-
rer des injures, outrages ou diffamations, quand le lgislateur classes ces
injures, outrages et diffamations au rang de dlits. Cass. H, S.R. 8
mai 1925, Aff. Etat-Charmant.
V. Loi du 15 dcembre 1922 rglementant la libert de la Presse
(Bull. 1922 p. 224), modifie par la loi du 6 janvier 1923 (Bull. 1923
p. 51), la loi du 27 juin 1923 (Bull. 1923, p. 203), la loi d 6 juillet
1923 (Bull. 1923, p. 210), la loi du 4 aot 1924 (Bull. 1924, p. 203), la
loi du 18 juin 1924 (Bull. 1924, p. 150) et la loi du 2 aot 1926 (Bull.
1926, p. 141).
ART. 17. Tous les cultes sont galement libres.
Chacun a le droit de professor sa religion et d'exercer libre-
ment son culte, pourvu qu'il ne trouble pas l'ordre public.

ART. 18. L'enseignement est libre.
La libert de l'enseignement s'exerce sous le contrle et la
surveillance de l'Etat, conformment la loi.
L'insrtuction primaire est obligatoire.
L'instruction publique est gratuite tous les degrs.

ART. 19. (Amend janvier 1928). Le Jury est tabli en ma-
tire criminelle, dans les cas qui seront dtermins par la loi.
ANCIEN ART. Le Jury est tabli en matire criminelle et pour dlit
politique et de press.
Le lgislateur constituent n'a entendu soumettre au Jury que les
dlits politiques commis par la voie de la Presse. -- Les dlits non
politiques, mme commis par la voie de la Presse, tombent sous la r-
pression de la jurisdiction de droit commun. (Trib. Cass. Hl. arrt
solennel du 8 mai 1925)
ART. 20. Les Hatiens ont le droit de s'assembler paisible-
ment et sans armes pour s'occuper de toutes questions, en se
conformant aux lois qui peuvent rgir l'exercice de ce droit,






Pages
12-13
Missing
From
Original








--14


C(ialitLr Premirie

DUI POi ;OIR LEGISLATIF

SECTION PREMIERE

De la Chamnbre
ART. 31.-- Le Pouvoir Lgislatif s'exerce par deux assem-
bles : une C(limbre des Dputs et un Snat. qui forment le
Corps L gislatif.

ART. 32. Le nombre des Dputs sera fix en raison de la
population siur la base d'un dputt par 60.000 habitants.
En attliilani que le dhombrement de la population soit fait,
hl nomiir des Dputs est fix trente-six. rpartis entire les
arrondissemiients actuellement existants, soit: trois Dputs pour
farro(ndissement de Port-au-Prince, deux pour chacun des ar-
rondissements du Cap-Hatien, des Cayes, de Port-de-Paix, des
Gonaves. de Jrmie. de Saint-Marc et de Jacmel; et un Dput
pour chacun des autres arrondissements. Le Dput est lu
la majority des votes mis dans les Assembles primaires de la
circonscription. d'aprs les conditions et le mode prescrits par
la loi.

ART. 33. Pour tre membre de la Chambre des Dputs, il
faut :
1) Etre g de vingt-cinq ans accomplish;
2) Jouir des droits civils et politiques;
3) Avoir rsid au moins une anne dans l'arrondissement
a reprsenter.--

ART. 34. -- Les membres de la Chambre des Dputs sont lus
pour deux ans et sont indfiniment rligibles. Ils entrent en
function le premier lundi d'Avril des annes paires.-








-- 15--

ART. 35. En cas de vacance par suite de mort, dmission. d-
chance ou autres d'un Dput, il est pourvu son remplace-
ment, dans sa circonscription lectorale, pour le temps seule-
ment qui reste courir par une election spciale sur la con-
vocation immediate du Prsident de la Rpublique. Cette -
lection a lieu dans une priode de trente jours aprs la convo-
cation de l'Assemble primaire conformment l'article 107
de la prsente Constitution.
Il en sera de mme en cas de non election dans une ou plu-
sieurs circonscriptions.

SECTION DEUXIEME

Du Snat

ART. 36. (Amend janvier 1928)
Le Snat se compose de quinze snateurs. Leurs functions
sont d'une dure de quatre ans et commencent le premier Lun-
di d'Avril d'une anne paire. Ils sont indfiniment rligibles.
ANCIEN ART. Le Snat se compose (le quinze Snateurs. -
Leurs functions durent six anntes et commencent le premier lundi
d'Avril des annes padres.
Ils sont indfiniment rligibles.
ART. 37. (Amend janvier 1928)
Les snateurs reprsentent les dpartements. Ils sont lus par
le suffrage universal et direct aux Assembles primaires des di-
vers dpartements, selon les conditions et le mode dtermins
par la Loi.
Seront lus les candidates qui auront obtenu le plus grand
nombre de voix dans les dpartements. -
ANCIEN ART. -Les Snateurs reprsentent les dpartements qui sont
au nombre de cinq, soit:
Quatre Snateurs pour le dpartement de l'Ouest;
Trois pour chacun des dpartements du Nord, du Sud et de l'Ar-
tibonite;
Deux pour le dpartement du Nord-Ouest.
Les Snateurs sont lus par le suffrage universal et direct aux as-








-16-


sembles primaires des divers dpartements, selon les conditions et
le mode prescrits par la loi.-
Seront lus les candidates qui auront obtenu le plus grand nombre
de voix dans les dpartements.-
A la premiere election, aprs l'adoption de la prsente Constitu-
tion, ces lections auront lieu de la manire suivante :
Dans chaque dpartement, le candidate qui aura obtenu le plus
grand nombre de voix sera lu snateur de ce dpartement pour une
priode de six ans; le candidate qui aura obtenu en second lieu le
plus grand nombre de voix sera lu pour une priode de quatre ans.-
Dans chacun des Dpartements du Nord, du Sud et de l'Artibonite,
le candidate qui aura ob:enu en troisime lieu, le plus grand nombre
de voix et dans le Dpartement de l'Ouest, les candidates qui auront
obtenu en troisime et quatrime lieu le plus grand nombre de voix
seront lus pour une priode de deux ans.
Dans la suite et dans les lections rgulires, les.candidats ayant
obtenu le plus grand nombre dle voix dans les divers dpartements se-
ront lus pour la priode entire de six annes.-
Le Snat se renouvelle par tiers tous les deux ans.
ART. 38. Pour tre lu Snateur, il faut :
1) Etre g de trente ans accomplish,
2) Jouir des droits civil et politiques,
3) Avoir rsid au moins deux ans dans le dpartement re-
prsenter.
ART. 39. En cas de vacance par suite de mort, dmission,
dchance ou autres d'un Snateur, il est pourvu son rempla-
cement dans son dpartement, pour le temps seulement qui reste
courir, par une election spciale sur la convocation immdia-
te du Prsident de la Rpublique.
Cette election a lieu dans une priode de trente jours aprs
la convocation de l'Assemble primaire, conformment l'ar-
ticle 107 de la prsente Constitution.
Il en sera de mme en cas de non election dans un ou plu-
sieurs dpartements.-
SECTION TROISIEME

De l'Assemble Nationale
ART. 40. Les deux chambres se runissent en Assemble Na-
tionale dans les cas prvus par la Constitution. -


.\-l







17-

Les pouvoirs de l'Assemble Nationale sont limits et ne peu-
ient s'tendre d'autres objets que ceux qui lui sont spciale-
nent attribus par la Constitution.

ART. 41. Le Prsident du Snat prside l'Assemble Natio-
nale, le president de la Chambre des Communes en est le vice-
prsident, les secrtaires du Snat et de la Chambre des Com-
unes sont les secrtaires de l'Assemble Nationale.

IRT. 42. Les attributions de l'Assemble Nationale sont :
1) D'lire le Prsident de la Rpublique et de recevoir de lui
serment constitutionnel;
2). De dclarer la guerre sur le rapport du Pouvoir Excutif;
3) D'approuver ou de rejeter les traits de paix et autres trai-
s et les conventions internationales.
ART. 43. Dans les annes d'lections prsidentielles rguli-
es, l'Assemble Nationale procde l'lection du Prsident de
a Rpublique le second lundi d'Avril et ne peut se livrer
'autres travaux, restant en permanence, (sauf les dimanches et
ours fris), jusqu' ce que le Prsident ait t lu.

RT. 44. L'lection du Prsident de la Rpublique se fait au
crutin secret et la majority absolue.
Si, aprs le premier tour de scrutiny, aucun des candidates n'a
btenu le nombre de suffrages qui requis par l'lection, il est pro-
d un second tour de scrutiny. Si, ce second tour de scru-
in, aucun candidate n'est lu, l'lection se concentre sur les
rois candidates qui ont obtenu le plus de suffrages. Si aprs trois
ours de scrutiny aucun des trois n'a t lu, il y a ballottage en-
re les deux qui ont le plus de voix et celui qui ob-
ient la majority des suffrages exprims est proclam Prsident
e la Rpublique.
En cas d'galit de suffrages des deux candidates, le sort d-
cide de l'lection.
D'aprs l'interprtation de l'Assemble Nationale du 18 novembre
930, il faut trois tours de scrutiny entire les trois candidates restant dans


-.',"l







-18-


l'urne aprs le deuxime tour, et aprs ces trois tours c'est la majority
relative qui dcide de l'lection. ---
ART. 4.5. En cas de vacance de l'office de Prsident, l'Assem-
ssemble Nationale est tenue de se runir dans les dix jours,
avec ou sans convocation du Conseil des Secrtaires d'Etat.

ART. 46. Les sances de l'Assenble Nationale sont publi-
ques. Naiinoins, elles peuvent se forment en comit secret sur
la demand de cinq nieimbres et dcider ensuite la majority
absolute si la seance doit tre reprise en public.

AiTu. 17. -- En cas d'urgence, lorsque le Corps Lgislatif n'est
pas en session, le Pouvoir Excutif peut convoquer l'Assemble
National en session extraordinaire.
Il communique a l'Assemble Nationale, dans un message
crit, les raisons de cette convocation.

Awr. 48. La presence dans l'Assemble Nationale de la ma-
jorii de chacune des deux Chambres est ncessaire pour pren-
dre des resolutions; imais la minority peut ajourner de jour en
jour et force les imembres absents assisted aux seances selon
le mode et les pines que peut prescrire l'Assemble Nationale.




(Chapitre Il

SECTION PREMIERE

De l'cx.ercic du Pouvoir LJgilatif

ART. 19. -- Le sibge du1 Corps Lgislatif est fix dans la Capi-
tale de la Rpublique.

Awr. 50. Le Corps Lgislatif se runit de plein droit, cha-
que anne, le premier lundi d'Avril.
La session prend date ds la constitution dles bureaux des
deux Chambres.







--19 -


La session est de trois mois. En cas de ncessit, elle peut
tre prolonged jusqu' quatre par le Pouvoir Excutif ou le
Corps Lgislatif.
Le President de la Rpublique peut ajourner les Chambres,
mais lajournement ne pett tre de plus d'un mois, et pas plus
de deux ajourniements ne peuvent avoir lieu dans le course d'une
mtme session.

AirT. 51. --- Dans lintervalle des sessions, et en cas d'urgence, le
President de la Rpublique peut convoquer le Corps Lgilatif
l'extraordinaire. Il lui rend alors compete de cette muesure par un
message.
Dans le cas de convocation l'extraordinaiire, le Corps L-
gislatif ne ,pourra s'occuper d'iaumiin objet ranger aux motifs
de cetle convocation.

AirT. 52. C- hque Cliaimtbr vrifie l'lection de ses membres
et judge souverainemiient les coltestations qui s'lvent ce su-
jet.
V. tin raiport de M. A. Thilain i sur la vriicration par le S'n;itl des
pouvoirs de ses Ium t'res e nl t1illi consistent les dils pouvoirs (Rev.
Soc. Lg. 1913 No. .ianiv.
AiT. 53. -- Les membres de clhaque Chambre prtent indivi-
duelleimei! le serment de maintenir les droits du people et d'tre
fidle la Constilltion.
ARr. 54. Les sances des deux Chambres sont publiques.
Chaque Chambre peit se former en comit secret sur la
demand de cinq membres et dcider ensuite la majority abso-
lue si la stance doit tre reprise en public sur le mme sujet.

An''. 55. Le pouvoir Lgislatif fait des lois sur tons les ob-
jets d'intrt public.
L'initiative appartient chacune des deux Chambres ainsi
qu'au Pouvoir Excutif.
Nanmoins la loi budglaire, celle concernant l'assiette, la quo-
tit et le mode de perception des inipts et contributions, celles







-20-


ayant pour objet de crer des recettes ou d'augmenter les dpen-
ses de l'Etat doivent tre d'abord votes par la Chambre des D-
putes.
En cas (le dsaccord entire les deux Chambres relativement ces
lois, chaque Chambre nonmme par tirage au sort, en nombre gal,
une commission interparlementaire qui rsoudra en dernier res-
sort le dsaccord.
Le Pouvoir Excutif a seul le droit de prendre l'initiative des
lois concernant les dpenses publiques; et aucune des deux
Chambres n'a le droit d'augmenter tout ou parties des dpenses
proposes par le Pouvoir Excutif.
ART. 56. Chaque Chambre, par ses rglements, fixe sa dis-
cipline et determine le mode suivant lequel elle exerce ses at-
tributions.
Chaque Chambre peut appliquer des peines disciplinaires
ses membres pour conduit reprehensible, et peut expulser un
membre par la majority des deux tiers de ses imembres.
ART. 57. Les membres du Corps Lgislatif, sauf le cas de fla-
grant dlit, de trahison ou faits important une pine afilictive ou
infamante, ne peuvent tre poursuivis ni arrts en matire de
repression pendant la dure de la session, qu'avec l'autorisation
de la Chamnbre laquelle ils appartiennent. Dans aucun cas, ils
ne peuvent tre arrts pendant qu'ils assistant une sance de
leur Chambre ou lorsqu'ils s'y rendent ou en reviennent.
ART. 58. Aucune des deux Chambres ne peut prendre de r-
solution, sans la presence de la majority absolute des membres;
nanmoins, iu nombre infrieur des membres peut ajourner de
jour au jour et forcer les membres absents assister aux san-
ces selon le mode et les peines que peut prescrire chaque Cham-
bre.
ART. 59. Aucun acte du Corps Lgislatif ne peut tre pris
que par un nombre de voix gal ou suprieur la majority des
membres presents, except lorsqu'il est autrement prvu par
la prsente Constitution.







-21-

ART. 60. Un project de loi ne pett tre adopt par aucune des
deux Chambres qu'aprs avoir t vot, article par article.

ART. 61. Chaque Chambre a le droit d'amender et de diviser
les articles et amendments proposs. Les amendments vots
par une Chambre ne peuvent faire parties d'un project de loi
qu'aprs avoir t vots par l'autre Chambre; et aucun project
de loi ne deviendra loi qu'aprs avoir t vot dans la mme for-
me par les deux Chambres. Tout project de loi peut tre retir
de la discussion tant que ce project n'a pas t dfinitivement
vot.

ART. 62 Toute loi vote par le Corps Lgislatif est immdiate-
ment adresse au Prsident de la Rpublique qui, avant de la
promulguer, a le droit d'y faire des objections en tout ou en
partic.
Dans ce cas, il renvoie la loi la Chamibre o elle a i pri-
mitivement vote, avec ses objections. Si la loi est amende par
cette Chambre, elle est envoye l'autre Chambre avec les ob-
jections. Si la loi ainsi amende est vote par la second Cham-
bre, elle sera adresse de nouveau au Prsident pour tre pro-
mulgue.
Si les objections sont rejetes par la Chambre qui a primiti-
vement vot la loi, elle est renvoye l'autre Chambre avec les
objections.
Si la second Chambre vote galement le reject, la loi est en-
voye au Prsident qui est dans l'obligation de la promulguer.
Le rejet des objections est vot dans l'une et l'autre Cham-
bre la majority des deux tiers de chaque Chambre; dans ce
cas, les votes de chaque Chambre seront donns par oui et
par non et consigns en marge du procs-verbal ct du nom
de chaque membre de l'Assemble.
Si dans l'une et l'autre Chambre les deux tiers ne se runis-
sent pas pour amener ce rejet, les objections sont acceptes.
ART. 63. Le droit d'objection doit tre exerc dans un dlai








-22-


de huit jours la date de la presentation de la loi au Prsident.
l'exclusion des dimanches et des jours d'ajournement du Corps
Lgislatif, conformment l'article 50 de la prsente Constitu-
tion.
La loi est-elle excutoire ds l'expiration des dlais du droit d'ob-
jection du Prsident (V. Rev. Soc. Lg. 1894 No. Juin)
ART. 64. Si, dans les dlais prescrits par l'article prcdent, le
President de la Rpublique ne fait aucune objection, la loi doit
tre promulgue, moins que la session du Corps Lgislatif
n'ait pris fin avant l'expiration des dlais. Dans ce cas, la loi
demeure ajourne.

ART. 65. Un project de loi rejet par l'une des deux Chambres
ne peut tre reproduit dans la mme session.

ART. 66. Les lois et autres actes du Corps Lgislatif sont ren-
dus officials par la voie du Moniteur et insrs dans le bul-
letin iimprim ci numrot ayant pour titre : Bulletin des
Lois.

ART. 67. La loi prend date du jour de son adoption dfini-
tive par les deux Chambres, mais elle ne devient obligatoire
qu'aprs la promulgation qui en est faite conformment la
loi.

ART.. 68. -- Nul ne peut en personnel prsenter des petitions
au Corps Lgislatif.

ART. 69. Chaque membre du Corps Lgislatif reoit une in-
deimnit mensuelle de Cent cinquante dollars partir de sa
prestation de serment.

ART. 70. La function de membre du Corps Lgislatif est in-
compatible avec toute autre function rtribue par l'Etat.








-23-


Chapitre III

DU POUVOIR EXECUTIF

SECTION PREMIERE

Du president de la Rpublique

ART. 71 La puissance executive est exerce par un citoyen
qui prend le titre de Prsident de la Rpublique.

ART. 72. (Amend janvier 1928) Sous la reserve fixe ci-
aprs, le Prsident de la Rpublique est lu pour six ans; il
n'est pas immdiatement rligible.
Il entire en function au 15 mai de l'anne o il est lu, sauf
s'il est lu pour remplir une vacance; dans ce cas, il entire en
functions ds son election et son mandate prend fin aprs six
ans partir du 15 mai qui prcde immdiatement son election.
Le citoyen qui a rempli les functions de Prsident nest rli-
gible qu'aprs un intervalle de six ans partir de l'expiration de
son premier mandate. Et si, deux fois, il a t lu Prsident et a
exerc son mandate, il ne sera plus eligible cette function.
ANCIEN ART. -- Le Prsidtent le la Rpublique est lu pour quatre ans.
Il entire en functions le 15 mai, except lorsqu'il est lu pour rem-
plir une vacance:i dans c c as. il est lu pour le temps qui rest a cou-
rir et il entire en fonction immiidiatement aprs son election.
Le President est iiindiatemeni rcigiblc. Un Prsident qui a t
rlu ne peut l'tre pour un troisime mandate jusqu' ce qu'un dlai
de quatre ans ne soit coule.
Un citoyen qui a t lu trois fois Prsinent n'est plus eligible
cette function.
ART. 73. Pour tre lu Prsident d(e la Rpublique, il faut :
1) Etre n de pre Hatien et n'avoir jamais renonc sa
nationalit ;
2) Etre ag de quarante ans accomplish;
3) Jouir des droits civils et politiques.


f







- 24-


ART. 74. Avant d'entrer en functions, le Prsident prte de-
vant l'Assemble Nationale le serpent suivant:

Je jure devant Dieu et devant la Nation d'observer et de
fire observer fidlement la Constitution et les lois du people
hatien, de respecter ses droits, de maintenir l'Indpendance Na-
tionale et l'intgrit du territoire.

Awr. 75. -- Le Prsident de la Rpublique nomme et rvoque
les Secrtaires d'Etat.
Il est charge de veiller l'excution des traits de la Rpubli-
que. Il fait sceller les lois du sceau de la Rpublique et les
promulgue dans le dlai prescrit par les articles 62, 63 et 64.
Il est charge de faire excuter la Constitution et les lois, actes
et dcrets du Corps Lgislatif et de l'Assemble Nationale.
II fait tout rglement et arrt ncessaires cet effet, sans
pouvoir jamais suspendre et interpreter les lois, actes et dcrets
eux-mmes, ni se dispenser de les excuter.
Ii ne nomme aux emplois et functions publiques, qu'en ver-
tu de la Constitution ou de la disposition express d'une loi et
aux conditions qu'elle prescrit.
Il pourvoit d'aprs la loi la sret intrieure et extrieure
dle l'Etat.
Il fait tous traits ou conventions internationales, sauf la sanc-
tion de l'Assemble Nationale.
11 a le droit de grce et de commutation de peine, relativement
aux condamnations contradictoires passes en force de chose
juge, except le cas de mise en accusation par les tribunaux
ou par la Chambre des Dputs, ainsi qu'il est prvu aux arti-
cles 100 et 101 de la prsente Constitution.
Il accord toute amnistie en matire politique selon les pr-
visions de la loi.
Il command et dirige les forces armes de la Rpublique et
il confre les grades selon la loi.
Il peut demander par crit l'avis du principal fonctionnaire







- 25 -


de chacun des Dpartements ministriels sur tout objet relatif
la conduite de leurs Dpartements respectifs.

ART. 76. Si le Prsident se trouve dans l'impossibilit tem-
poraire d'exercer ses functions, le Conseil des Secrtaires d'Etat
est charge de l'autorit executive tant que dure l'empchement.

ART. 77. (Amend Janvier 1928) :
En cas de vacance de la function de Prsident, le Conseil des
Secrtaires d'Etat est invest temporairement du Pouvoir
Excutif.
Il convoquera immdiatement l'Assemble Nationale pour l'-
lection du Prsident de la Rpublique.
Si le Corps Lgislatif est en session, l'Assemble Nationale se-
ra convoque sans dlai. Si le Corps Lgislatif n'est pas en ses-
sion, l'Assemble Nationale sera convoque conformment l'ar-
ticle 45.
ANCIEN ART. En cas de vacance de l'office (le Prsident, le Con-
seil des Secrtaires d'Etat est invest temporairement du pouvoir
Excutif.
Il convoquera immdiatement l'Assemble Nationale pour llec-
tion du successeur pour le temps (lu mandate prsidentiel qui reste
courier.
Si le Corps Lgislatif est en session, l'assemble Nationale sera con-
voque sans dlai. Si le Corps Lgislatif n'est pas en session, l'Assem-
ble Nationale sera convoque conformment l'article 45.
ART. 78. Tous les actes du Prsident, except les dcrets
portant nomination ou rvocation des Secrtaires d'Etat, sont
contresigns par le Secrtaire d'Etat, en ce qui le concern.
ART. 79. Le Prsident n'a d'autres pouvoirs que ceux que
lui attribuent formellement la Constitution et les lois particuli-
res votes en vertu de la Constitution.
ART. 80. A l'ouverture de chaque session, le Prsident, pai
un message, rend compete chacune des deux Chambres spa-
rment, de son administration pendant l'anne et prsente la
situation gnrale de la Rpublique tant , lintrieur q'
l'extrieur.

N O ...... ..., ' -
VOL.i O.








-26-


ART. 81. Le Prsident de la Rpublique reoit du Trsor pus
hlie une indemnit annuelle de Vingt-quatre mille dollars.
ART. 82. Le Prsident rside au Palais National de la Ca,
pitale.

SECTION DEUXIEME

Des Secrtaires d'Etat.

ART. 83. (Amend Janvier 1928)

Les Secrtaires d'Etat sont au nombre de cinq. Le Prsident
de la Rpublique peut, lorsqu'il le juge ncessaire, leur adjoin-
dre des Sous-Secrtaires d'Etat don't les attributions seront d-
termines par la loi.
Les Secrtaires d'Etat et les Sous-Secrtaires d'Etat sont r-
partis entire les divers dpartements ministriels que rclament
les services de l'Etat.
Un Arrt fixera cette rpartition conformment la Loi.
ANCIEN AiT. Les Secrtaires d'Etat sont au nombre de cinq. Ils
sont rpartis eatre les divers Dpartements ministriels que rclament
les services de l'Etat.
Un arrt fixera cette rpartition conformment la loi.
ART. 84. Pour tre nomm Secrtaire d'Etat, il faut :
1) Etre ag de trente ans accomplish;
2) Jouir des droits civils et politiques.
ART. 85. Les Secrtaires d'Etat se forment en Conseil sous
la prsidence du Prsident de la Rpublique, ou de l'un d'eux
dlgu par le Prsident. Toutes les dlibrations du Conseil
sont consignes ,sur un registres; et les minutes de chaque sance
sont signes par les membres presents du Conseil.
ART. 86. Les Secrtaires d'Etat ont leur entre chacune
Sides deux Chambres ainsi qu' l'Assemble Nationale, mais seu-
Slement pour discuter les projects de loi proposes par le Pouvoir
Excutif et soutenir ses objections ou faire toutes autres com-
munications officielles.


'








-27-


ART. 87. Les Secrtaires d'Etat sont responsables, chacun en
ce qui le concern, tant des actes de leurs Dpartements que
de l'inexcution des lois qui y sont relatives
Ils correspondent directement avec les autorits qui leur sont
subordonnes.
La thse de licence de M. Hannibal Price sur la responsabilit mi-
nistrielle (Rev. Soc. Lg. 1898 No. avril et No. Juillet).
ART. 88. Chaque Secrtaire d'Etat reoit du Trsor public e
une indemnit annuelle de Six mille dollars.



Chapitre III

DU POUVOIR JUDICIAIRE

ART. 89. (Amend Janvier 1928) :

Le pouvoir Judiciaire est exerc par un Tribunal de Cassa-
tion et des Tribunaux infrieurs don't le nombre, l'organisation
et la jurisdiction seront rgls par la Loi.
Le President de la Rpublique nomme les Juges de tous les
tribunaux. Il nomme et rvoque les Officiers du Ministre Pu-
blic prs du Tribunal de Cassation et des autres tribunaux, les
Juges de Paix et leurs Supplants.
Les Juges du Tribunal de Cassation sont nomms pour dix
ans, et ceux des Tribunaux permanents autres que les Justi-
ces de Paix sont nomms pour sept ans.
Ces juges, une fois nomms, ne peuvent tre sujets rvoca-
tion par le Pouvoir Excutif. Cependant, les Juges restent sou-
mis aux dispositions des artices 100, 101 et 102 de la Constitu-
tion et aux dispositions des lois spciales dterminant les cau-
ses susceptibles de mettre fin leurs functions.
Un Juge en Cassation qui aura servi comme Juge pendant
25 ans au moins, don't 8 au moins comme Juge en Cassation,
sera inamovible, sous reserve des dispositions prvues dans le
prcdent alina.-

4 '.-








-28-


ANCIEN ART. Le Pouvoir Judiciaire est exerc par un Tribunal de
Cassation et des Tribunaux infrieurs don't le mode et 'tendue de
jurisdiction seront tablis par la Loi.
Loi du 4 Septembre 1918 instituant les Trib. d'Appel (Bull. des
lois et actes 1918 p. 115l, modifie le 8 juillet 1921 (Bull. 1921 p. 63),
et loi du 28 janvier 1925 tablissant un ministre public prs les Tribu-
naux de simple police (Bull. 1925 p. 21).
Loi 6 sept. 1918 organisant le tribunal de Cassation, modifie le 28
sept. 1918 (Bull. 1918 p. 124 et p. 184) et loi du 6 aot 1919 modi-
fiant les art. 8. 9 et 35 de la loi du 6 sept. 1918 (Bull. 1919 p. 249 ; -
Loi du 12 mai 1920 instituant un conseil suprieur de la Magistrature
(Bull. 1920 p. 74). modifie par Loi 12 janvier 1925 (Bull. 1925 p. 13)
et par loi 28 juin 1926 (Bull. 1926 p. 121); Loi du 29 novembre
1922 unifiant la legislation du tribunal dte Cassation (Bull. 1922 p.
237), modifie par loi du 24 oct. 1927 (Bull. 1927 p. 255). Loi or-
ganisant les Tribunaux de la Rpublique du 4 sept. 1918 (Bull 1918,
p. 132), modifie le 8 juillet 1921 (Bull 1921 p. 66. Loi du 22 mai
1919 sir le mode de procder devant les tribunaux de paix (Bull. 1919
p. 140) Loi du 6 juin 1919 rglementant la corporation des fonds
de pouvoir (Bull. 1919, p. 153) Loi du 6 fvrier 1924 crant un
troisime tribunal de paix Port-au-Prince (Bull. 1924, p. 42).
N. B. Les tribunaux d'Appel ont t supprims par Loi du 16 mars
1928 (M\oniteur 31 mars 1928). Loi rorganisant le tribunal de Cas-
sation du 16 mars 1928 (Moniteur 31 Mars 1928). Nouvelle loi sur
l'organisation judiciaire du 23 mars 1928 (Moniteur mars 1928)

ART. 90. (Supprim par le plbiscite du 10 janvier 1928).
(Les juges de tous les tribunaux sont nomms par le Prsident de
la Rpublique. II nomme et rvoque les officers du Ministre public
prs du Tribunal de Cassation et des autres tribunaux, les Juges de
Paix et leurs supplants).
(V. Loi du 23 juillet 1919, modifiant l'article 3 de la
loi du 15 juillet 1918 sur les conditions de recrutement des
juges en appel et en cassation (Bull. 1919 p. 188), et arrt du 27
mars 1919 sur le recrutement des juges de paix (Bull. 1919 p. 94).

ART. 91. (Supprim par le plbiscite du 10 janvier 1928)
Nul ne peut tre nomm juge ou officer du Ministre public, s'il
n'a trente ans accomplish pour le Tribunal de Cassation et vingt cinq
ans accomplish pour les autres tribunaux.)
ART. 92. (Supprim par le plbiscite du 10 janvier 1928)
(Le Tribunal de Cassation ne connait pas du fond des affaires. Nan-
moins, en toutes matires autres que celles soumises au jury, lorsque,
sur un second recours, mme sur une exception, une mme affaire se
prsentera entire les mmes parties, le Tribunal de Cassation, admet-
tant le pourvoi, ne prononcera point de renvoi et statuera sur le
fond, sections runies.)







--29-

ART. 93. (Supprim par le plbiscite du 10 janvier 1928)
(Les juges du Tribunal de Cassation, ceux des tribunaux d'Appel
et de premiere instance, jouissent de l'inamovibilit. La loi rglera les
conditions dans lesquelles ils cesseront de jouir du privilege de l'ina-
movibilit et le mode de leur retraite par l'ge ou tout autre emp-
chement ou par suite de la suppression d'un tribunal.
Ils ne peuvent passer d'un tribunal un autre ou d'autres fonc-
tions, mme suprieures, que de leur consentement former.)
cf (Loi du 28 juillet 1924 rglementant l'inamovibilit des juges
(Bull. 1924 p. 190).
ART. 94. Les functions de juge sont incompatible avec tou-
tes autres functions publiques salaries.
L'incompatibilit en raison de la parent ou de l'alliance est
rgle par la loi.
Une loi rglera galement les conditions exigibles pour tre
juge tous les degrs.
cf. Loi .du 15 juillet 1918 (Bull. des lois et actes 1918 p. 84).
ART. 95. (Supprim par le plbiscite du 10 janvier 1928)
(Les contestations commercials sont dfres aux tribunaux de
premires instances et de Paix. conformment au Code de Commerce.)
ART. 96. Les audiences des tribunaux sont publiques,
moins que cette publicity ne soit dangereuse pour l'ordre pu-
blic et les bonnes moeurs; dans ce cas, le tribunal le dclare par
jugement.
En matire de dlit politique et de press, le huis close ne peut
tre prononc.

ART. 97. Tout arrt ou jugement est motiv et est prononc
en audience publique.

ART. 98. Le Tribunal de Cassation prononce ssur les conflits
d'attributions, d'aprs le mode rgl par !a loi.
Il est competent dans tous les cas de decisions rendues par une
cour martial pour cause d'incomptence et d'excs de pouvoir.

ART. 99. Le Tribunal de Cassation, sections runies, dcidera
de la constitutionnalit des lois.







30 -

Les tribunaux doivent refuser d'appliquer toute loi dclare
inconstitutionnelle par le Tribunal de Cassation.
ils n'appliqueront les arrts et rglements d'adiiinistratio
publique qu'autant qu'ils seront conformes aux lois.

(V. Loi 29 Nov. 1922. art. 10-13, sur la procedure de l'exception
d'inconstitutionnalitt. Loi 21 dcembre 1927 (Bull. 1927 p. 293)
1.--(L'art. 99 n'a pas tabli le tribunal de Cassation juge de l'or-
ganisation constitutionnelle les pouvoirs publics. La mission (lu tri-
bunal conisie dans l'examen des lois rendues par le Pouvoir Lgisla-
tif et dans leur suppression quand elles contreviennent un texte
conslutitonnel et lnon rechercher si les Pouvoirs sont ou lion r'gu-
lireiient consist ui s (Arrt solennel trib. Cass. H. 8 mai 1925).
2. La declaration d'inconttitutionnalit consacre l'inexistence de
la loi annule. Cette loi n'a jamlais product d'ellfes, n'avant jamais eu
d'existence lgale pour avoir viol les rgles primnordiales poses par
le pacte fundamental et desquelles toute loi doit s'inspirer. Cass. H.
Il Nov. 1929<. Al'. Ai'.iharf centre Lykes Bross.
3.- La faculty de dnoncer une loi come inconstititittionnelle
s'exerce et ne peu! s'exercer qu' l'occasion d'intlrlts pri s, le lgis-
lateur n'avant arm personnel du droit de fair le procs la loi dans
un intrt d'ordre gnral. Cass. H. 8 Mai 1925, S. R. Aff. Char-
mianl-Eltul.
4. - Le lgislateur a eu le souci de rendre toujours possible la d-
claration d'incons!itutionalite d'une loi dont l'application est demlan-
de ou dont l'application a t faite, tant que le litige au course duquel
elle est invoque ou a t applique est encore soumis la justice. -
Arri prcit.
5. Les tri!bunaux sont tens d'appliqeur toutes les lois qui n'ont
pas l dclares inconstitutionnelles ou attaques pour inconstitutio-
nalit. Cass. IL. 1er juinJ 192r5, Ai'. Brdl-Coninuine Pt-au-Pce.
6.--Le tribunal de Cassation peut dclarer un recourse en incons-
tilutionnalit sans objet, alors mmne qu'il est dj saisi de l'exception,
si une loi postrieure au pouioir dle la parties intresse est prise dans
un iintrt gnral pour donner plus de garantie aux justiciables et as-
surer une Ioeiim administration de la Justice. Cass. H.,S.R. 1er
juin 1928, Ail'. Carri-Etat.
7.- Le triibnal de Cassation ne peut tre saisi d'une demand en
inconstituiiioiiinaiit d'une loi par voie d'action directed, mais par voie
d'exception au course d'une instance engage. Et l'exeception ne se
justified que quand la loi entreprise froisse et viole des droits, des fa-
cul s, des prerogatives nettement reconnus, dtermins et prciss
par la Const tution, (les droits Cass. H., S.R., 20 juin 1928, Aff. Ji. Ch. Pressoir.







31 -
-31-

8. -Le tribunal de Cassation n'a pas reu le pouvoir d'annuler la
loi entreprise, mais de faire injunction aux tribunaux de refuser d'ap-
pliquer une loi qu'il a dclare inconstitutionnelle : la loi dclare
inconstitutionnelle subsiste donc, mais sans application possible par
les tribunaux, jusqu'elle soit amende, modifie ou annule par le Pou-
voir don't elle mane. Et les tribunaux doivent mme d'office, sous
peine de commettre un excs de pouvoir, en refuser l'application. -
Arrt prcit.
9.- La decision que provoque l'exception d'incontitutionnalit a
la valeur relative de la chose juge; elle est applicable seulement aux
parties en cause. Arrt prcit.
10.-Devant le premier tribunal la parties qui pretend la loi in-
constitutionnelle n'a pas faire connatre les motifs d'inconstitution-
nalit, puisque le tribunal n'en est pas juge : c'est dans la requte a-
dresse au tribunal de Cassation qu'elle aura les exposer. Cass.
H., S.R., 6 mai 1927, Aff. S. Viard-Etat.
11.- La parties renvoye devant le tribunal (le Cassation l'occa-
sion d'une loi ou d'un article de loi n'a pas la facult d'tendre la pro-
cdure d'autres lois ou articles de lois; mais il ne lui est pas interdit
de signaler contre la loi ou le texte rgulirement entrepris d'autrs mo-
yens d'inconstitutionnalit en dehors de ceux que comporte la requ-
te signifie, le dlai de l'art. 10 de la loi sur le tribunal tant prvu uniquement pour faire aboutir l'exception d'inconstitu-
tionnalit ce tribunal. Cass. H, S.R, 6 mai 1927, Aff. Viard-Etat.
12. L'Arrt dclarant un texte inconstitutionnel revt le caractre
d'ordre public, et d'office le tribunal de Cassation peut invoquer d'au-
tres violations, s'il s'en trouve, de la loi constitutionnelle. Arrt
prcit.
13.- Une loi n'est inconstitutionnelle que quand elle ne s'accorde
pas avec les pouvoirs confrs l'organe lgislatif. Arrt prcit.
14- La declaration d'inconstitutionnalit d'une loi ou de certaines
de ses dispositions a une porte gnrale, absolute qui la rend opposable
ergo omnes . Cass. H, S. R., 10 juin 1927, Aff. Dubois-Etat.
15.- Une loi est inconstitutionnelle quand la disposition qu'elle
dicte est en contradiction certain, trs nette avec la Constitution et
ne s'accorde pas avec les pouvoirs que donne le pacte fundamental
l'organe lgislatif. Cass. H. S., 23 mars 1928, Aff. Basquiat-Etat.
16.-La fausse application ou la fausse interpretation d'une loi
qui d'aprs une parties froisserait mme un texte constitutionnel ne
peut donner ouverture la procedure en inconstitutionnalit; elle don-
ne simplement lieu au recours en rformation prvue par l'art. 917
C. p. c. Arrt prcite
17.- L'exception d'inconstitutionnalit ne peut tre reproduite
quand la parties n'a pas fait diligence dans le dlai prescrit pour faire
statuer sur la dite exception. Cass. H. 12 Fvrier 1929, Aff. Saieh-
Fde.







-32-


18. La loi du 24 fvrier 1919 crant le Service National d'Hygine
et le confiant l'Etat n'est pas inconstitutionnelle. Cass. H, S. R. 21
Oct. 1921, Aff. C. Auguste-J. J. Clark.
19. -Les Sections Runies, une fois qu'une loi est dnonce com-
me inconstitutionnelle ont pour devoir strict de l'examiner sous le rap-
port de sa conformit toutes les rgles de la Constitution, mme cel-
les que le demandeur a nglig d'invoquer l'appui de son exception
d'inconstitutionnalit. Cass. H., S. R., 11 mars 1927, Aff. Mahaie-
Etat.
20. Les articles 7 et 8 de la loi du 29 janvier 1926 sur le Domai-
ne sont inconstitutionnels, drogeant aux articles 14, 26, 28 et 89 de la
Constitution. Arrt prcit.
21. Le pouvoir de statuer sur l'inconstitutionnalit des lois appar-
tient dans sa gnralit au Tribunal de Cassation, Sections Runies,
sans consideration des lois faites en vertu de la Convention de 1915
entire les Etats-Unis du Nord et la Rpublique d'Haiti. Cass. H., S. R,
18 mars 1927, Aff. Seekendorff-Etat.
22. -Est constitutionnel l'art. 5 de la loi du 26 juillet 1926 sur les
Douanes. Arrt prcit.
23.- L'art. 22 de la loi du 17 aot 1922 sur le Service Diplomati-
que n'a rien d'incon titutionnel. Cass. H., S. R. Aff. S. Viard-Etat,
6 mai 1927.




Chapitre IV

DES POURSUITES CENTRE LES MEMBRES

DES POUVOIRS DE L'ETAT

ART. 100. La Chaimbre traduit devant le Snat pour cause de haute trahison ou tout
autre crime ou dlit commis dans l'exercice de ses functions.
Elle accuse galement :
1) Les Secrtaires d'Etat en cas de malversation, de trahison,
d'abus ou d'excs de pouvoirs ou de tout autre crime ou dlit
commis dans l'exercice de leurs functions;
2) En cas de forfeiture, les membres du Tribunal de Cassa-
tion, de l'une de ses sections et de tout officer du Ministre pu-
blic prs le Tribunal de Cassation.







-33-


La mise en accusation ne pourra tre prononce qu' la ma-
jorit des deux tiers des membres de la Chambre. Elle les tra-
duit en consequence devant le Snat rig en Haute Cour de
Justice. A l'ouverture de l'audience, chaque membre de la
Haute Cour de Justice prte le serment de juger avec l'impartia-
lit et la fermet qui conviennent un homme probe et libre,
suivant sa conscience et son intime conviction.
Quand le Prsident de la Rpublique est en jugement, le Pr-
sident du Tribunal de Cassation prside.
La Haute Cour de Justice ne pourra prononcer d'autre peine
que la dchance, la destitution et la privation du droit d'exer-
cer toute function publique pendant un an au moins et cinq ans
au plus; mais le condamn peut tre traduit devant les tribu-
naux ordinaires conformment la loi, s'il y a lieu d'appliquer
d'autres peines ou de statuer sur l'exercice de l'action civil.
Nul ne peu tre jug ni condamn qu' la majority des deux
tiers des membres du Snat.
Les limits prescrites la dure des sessions du Corps Lgis-
latif l'article 50 de la prsente Constitution ne peuvent ser-
vir mettre fin aux poursuites, lorsque le Snat sige en Haute
Cour de Justice.
1) La garantie constitutionnelle n'est accorde qu'en vue de la
function et non du titulaire de la function, en sorte que dpouill
d'icelle, ce dernier tombe de plein pied dans le droit commun et de-
vient justiciable des tribunaux ordinaires qui agissent son gard
dans la plnitude de leur competence juridictionnelle Cass. H. 14
sept. 1904; Trib. civ. de P-au-Pce 28 janvier 1913.
2) Les Chambres n'ont aucune competence ou attribution de ju-
ridiction pour statuer sur l'action civil ou l'action pnale (Trib. Civ.
de Pt-au-Pce, 28 janv. 1913)
ART. 101. En cas de forfeiture, tout juge ou officer du Mi-
nistre Public est mis en tat d'accusation par l'une des sections
du/ Tribunal de Cassation.
S'il s'agit du tribunal entier, la mise en accusation est pronon-
ce par le tribunal de Cassation, sections runies.
3







-34-

ART. 102. La loi rgle le mode de procder contre le Prsi-
dent de la Rpublique, les Secrtaires d'Etat et les Juges dans
les cas de crimes ou dlits par eux commis, soit dans l'exercice
de leurs fonctions, soit en dehors de cet exercise.



Chapitre IV

DES INSTITUTIONS COMMUNALES

ART. 103. Il tabli un Conseil par commune.
Le President du Conseil Communal a le titre de Magistrat Com-
munal.
Cette institution est rgle par la loi.
Une loi tablira dans les communes ou les arrondissements des
fonctionnaires civils qui reprsenteront directement le Pouvoir
Excutif.
cf. Loi du 30 oct. 1918 instituant les Prfets (Bull. 1918 p. 256),
modifie le 5 aot 1919 (Bull. 1919 p. 266), et la loi du 23 juillet
1924 (Bull. 1924 p. 180) loi du 28 juillet 1924 (Bull. 24, p. 193) -
loi du 4 aot 1924 (Bull. 1924 p. 212).
ART. 104. (Supprim par le plbiscite du 10 lanvier 1928)
(Les principles suivants doivent former les base des institutions
communales :
1) L'lection par les Assembles Primaires, tous les deux ans, pour
les Conseils Communaux;
2) l'attribution aux Conseils Communaux de tout ce qui est d'in-
trt communal sans prejudice de l'approbation de leurs actes dans les
cas et suivant le mode que la loi determine;
3) la publicity des sances des Conseils dans les limits tablies
par la loi;
4) la publicity des budgets et dles comptes;
5) l'intervention seils ne sortent de leurs attributions et ne lsent l'intrt gnral).
ART. 105. (Supprim par le plbiscite du 10 janvier 1928)
(Les Magistrats Communaux sont rtribus par leur commune)
ART. 106. (Supprim par le plbiscite du 10 janvier 1926)
(Le Conseil Communal ne peut dpenser par mois que le douzime
des valeurs votes dans son budget).


I







-35-


Chapitre V

DES ASSEMBLEES PRIMAIRES

ART. 107. Les Assembles primaires s'assemblent de plein
droit dans chaque commune le dix Janvier de chaque anne pai-
re, selon qu'il y a lieu et suivant le mode tabli par la loi.
Elles ont pour objet d'lire, aux poques fixes par la Consti-
tution, les Dputs du people, les Snateurs de la Rpublique,
es Conseillers Communaux et de statuer sur les amendments
roposs la Constitution.
Elles ne peuvent s'occuper d'aucun autre objet que celui qui
eur est attribu par la prsente Constitution.
Elles sont tenues de se dissoudre ds que cet effet est rempli.

ART. 108. La loi prescrit les conditions requises pour exer-
cer le droit de voter dans les assembles primaires.

TITRE IV

DES FINANCES

ART. 109. (Amend Janvier 1928)

Les imports au profit de l'Etat et des communes ne peuvent
tre tablis que par une Loi.
ANCIEN ART. Les impts au profit de l'Etat et des communes ne
peuvent tre tablis que par une loi.
Aucune imposition la charge des communes ne peut tre tablie
que de leur consentement formel.
ART. 110. Les lois qui tablissent les impts n'ont de force
que pour un an.
ART. 111. Il ne peut tre tabli de privilege en matire d'im-
pts.
Aucune exemption, aucune augmentation ou diminution d'im-
pts ne peuvent tre accordes qu'en vertu d'une loi propose
par le Pouvoir Excutif.







-36-

ART. 112. Aucune pension, aucune gratification, aucune sub-
vention, aucune allocation quelconque la charge du Trsor Pu-
blic ne peut tre accorde qu'en vertu d'une loi propose par le
Pouvoir Excutif.

ART. 113. Le cumul des functions salaries par l'Etat est for-
mellement interdit, except dans l'enseignement secondaire et su-
prieur.
ART. 114. Le budget de chaque Secrtaire d'Etat est divis en
chapitres et doit tre vt par article.
Le virement est interdit.
Le Secrtaire d'Etat des Finances est tenu, sous sa responsa-
bilit personnelle de ne servir chaque mois, chaque Dparte-
ment ministriel, que le douzime des valeurs votes dans son
budget, moins d'une decision du Conseil des Secrtaires d'Etat
pour cas extraordinaires.
Les comptes gnraux des recettes et des dpenses de la R-
publique sont tenus par le Secrtaire d'Etat des Finances, selon
un mode de comptabilit tablir par la loi.
i L'exercice administratif commence le premier octobre et finit
le 30 septembre de l'anne suivante.
ART. 115. Chaque anne, le Corps Lgislatif arrte :
1) Le compete des recettes et des dpenses de l'anne coule
ou des annes prcdentes;
2) le budget gnral de i'Etal contenant l'aperu et la por-
tion des fonds dsigns pour l'anne chaque Secrtaire d'Etat.
Toutefois, aucune proposition, aucun amendment ne peut tre
introduit l'occasion du budget dans le but de rduire ou d'aug-
menter les appointments des fonctionnaires publics.
Tout changement de cette nature ne peut tre effectu que
par une modification des lois.
ART. 116. Les comptes gnraux et les budgets prescrits par
l'article prcdent doivent tre soumis au Corps Lgislatif par
le Secrtaire d'Etat des Finances, au plus tard dans les huit








-37-


jours de l'ouverture de la session legislative, L'examen et la
liquidation des competes de l'Administration Gnrale et de tout
comptable envers le Trsor public se front selon le mode tabli
par la loi.
(La dcharge ministrielle est une simple sanction administrative
qui, accorde, ne forme pas obstacle la rparation de la lsion de
droil. dnonce aprs coup, mais avant toute prescription (Tril. civ.
de Pt-au-Pce. 13 mars 1908).
ART. 117. Au cas o le Corps Lgislatif, pour quelque raison
que ce soit, n'arrte pas le budget pour un ou plusieurs Dpar-
ements Ministriels avant son ajournement, le ou les budgets
es Dpartements intresss, en vigueur pendant l'anne budg-
aire en course, seront maintenus pour l'anne budgtaire
uivanie.

TITRE V

De la Force Publique

ART. 118. (Amend Janvier 1928)
Une force publique, sous les dsignations fixes par la loi,
est tablie pour la scurit intrieure et extrieure de la Rpu-
lique, la garantie des droits du Peuple, le maintien de l'ordre
t la police dans les villes et les campagnes. Elle est la seule
force arme de la Rpublique.
Les rglements relatifs la discipline, la repression des d-
lits dans cette organisation, seront tablis par le Pouvoir Ex-
cutif. Ils auront force de loi. Ces rglements tabliront des
course martiales, prescriront leurs pouvoirs et dtermineront les
obligations de leurs membres et les droits des individus qui doi-
vent tre jugs par elles.
Les jugements des course martiales ne seront sujets qu' la r-
vision par le Tribunal de Cassation, et seulement sur les ques-
tions de jurisdiction et d'excs de pouvoir.
cf. Loi du 24 oct. 1928 dsignant la force arme de la Rpublique
'Hati sous le nom de Garde d'Hati (Moniteur 25 oct. 1928).








38-

ANCIEN TEXTE. Une force arme dsigne sous le nom de Gendar-
merie d'Hati est tablie pour maintenir l'ordre, garantir les droits
du people et exercer la police dans les villes et dans les champagne .
Elle est la seule force arme de la Rpublique.
ART. 119. (Supprim par le plbiscite du 10 janvier 1928).
Les rglements en vue du maintien de la discipline dans la Gen-
darmerie et de la repression des dlits commis par son personnel se-
ront tablis par le pouvoir excutif. Ils auront force de loi.
Ces rglements tabliront l'organisation des Cours Martiales de
Gendarmerie,prescriront leurs pouvoirs et dtermineront les obliga-
tions de leurs membres et les droits des individus qui doivent tre
jugs par elles.
Les jugements les Cours Martiales de Gendarmerie ne seront su-
jets qu' la revision par le Tribunal de Cassation et seulement sur
les questions de jurisdiction et d'excs de pouvoirs.

TITRE VI

Dispositions gnrales

ART. 120. Les couleurs nationals sont le bleu et le rouge
placs horizontalement.
Les armes de la Rpublique sont : le palmiste surmont du
bonnet de la libert, orn d'un trophe avec la lgende : L'U-
nion fait la force.

ART. 121. Aucun serment ne peut tre impos qu'en vertu
de la Constitution ou d'une loi.

ART. 122. Les ftes nationals sont : celle de l'Indpendan-
ce, le ler Janvier, et celle de l'Agriculture, le ler mai.
Les ftes lgales sont dtermines par la loi.

ART. 123. Aucune loi, aucun arrt ou rglement d'adminis-
tration publique n'est obligatoire qu'aprs avoir t public dans
la forme dtermine par la loi.

ART. 124. Toutes les lections se front au scrutiny secret.

ART. 125. L'tat de sige ne peut tre dclar qu'en cas de
pril imminent pour la scurit extrieure ou intrieure.







-39-


L'acte du Prsident de la Rpublique qui dclare l'tat de
sige doit tre sign par la majority des Secrtaires d'Etat pr-
sents la Capitale.
Il en est rendu compete l'ouverture des Chambres par le
Pouvoir Excutif.

ART. 126. Les effects de l'tat de sige sont rgls par une loi
spciale.

ART. 127. La prsente Constitution et tous les traits actuel-
lement en vigueur ou conclure dans la suite et toutes les lois
dcrtes conformment cette Constitution ou ces traits
constituent la loi du Pays et leur supriorit relative est dter-
mine par l'ordre dans lequel ils sont mentionns.
Toutes les dispositions de lois qui ne sont pas contraires aux
prescriptions de cette Constitution, aux traits actuellement en
vigueur ou conclure dans la suite, sont maintenues jusqu' ce
qu'elles aient t formellement abroges ou amendes; mais
celles qui y sont contraires sont et demeurent abroges.

TITRE VII

De la Rvision de la Constitution

ART. 128. Les amendments la Constitution doivent tre
adopts par la majority des suffrages de tous les lecteurs de la
Rpublique. Chacune des deux branches du Pouvoir Lgislatif,
ou le Prsident de la Rpublique, par la voie d'un Message au
Corps Lgislatif, peut proposer des amendments la prsen-
te Constitution.
Les amendments proposs ne seront soumis la ratification
populaire qu'aprs leur adoption par la majority des deux tiers
de chaque Chambre Lgislative sigeant sparment.
Ces amendments seront alors publis immdiatement au
Moniteur .
Durant les trois mois prcdant le vote, le texte des amen-








-40-


deients proposes sera imprim et public deux fois par mois
dans les journaux; la prochaine runion biennale des Assem-
bles primaires les amendments proposs seront soumis au
suffrage, amendment par amendment, par oui ou par non,
au scrutiny secret, distinct, et ceux des amendments qui auront
obtenu la majority absolue des suffrages dans tout le territoi-
re de la Rpublique deviendront parties intgrante de la Cons-
titution ds la date de la runion du Corps Lgislatif.
cf. Loi du 21 septembre 1927 modifiant la loi lectorale du 4 aot
1919 (Bull. 1927 p. 227).

ARTICLE SPECIAL

Tous les actes du Gouvernement des Etats-Unis pendant son
occupation militaire en Hati sont ratifis et valids.
A. Aucun hatien ne peut tre possible de poursuites ci-
viles ou criminelles pour aucun acte excut en vertu des or-
dres de l'occupation ou sous son autorit.
Les actes des course martiales de l'occupation, sans toutefois
porter atteinte au droit de grce, ne seront pas sujets revision.
Les actes du Pouvoir Excutif, jusqu' promulgation de la
prsente Constitution, sont galement ratifis et valids.

TITRE VIII

Dispositions Transitoires

ART. A. La dure du mandate du citoyen Prsident de la R-
publique au moment de l'adoption de la prsente Constitution
prendra fin le 15 mai mil neuf cent vingt deux.

ART. B. La dure du mandate des Conseillers Communaux
existant au moment de l'adoption de la prsente Constitution
prendra fin en Janvier mil neuf cent vingt.

ART. C. Les premires elections des membres du Corps L-
gislatif, aprs l'adoption de la prsente Constitution, auront lieu








-41-

le dix janvier d'une anne paire. L'anne sera fixe par dcret
du President de la Rpublique public au moins trois mois a-
vant la reunion des assembles primaires.
La session du Corps Lgislatif lu commencera la date cons-
titutionnelle qui suit inmndiatement ces premires lections.
cf. Loi lectorale du 4 aot 1919, modifie par Loi du 18 Septem-
bre 1925 (Bull. 1925 p. 214). *
ART. D. Un Conseil d'Etat, institu d'aprs les mmes prin-
cipes que celui du dcret du 5 avril 1916 se composant de vingt
et un membres rpartis entire les diffrents Dpartements, exer-
cera le Pouvoir Lgislatif jusqu' la constitution du Corps L-
gislatif, poque laquelle le Conseil d'Etat cessera d'exister.
cf. Loi du 22 juillet 1918 (Bull des lois et actes 1918 p. 89).
L'poque laquelle le Conseil d'Etat doit cesser d'exister ou plu-
tt I'poque laquelle le Corps Lgislatif sera constitu est lgalement
prvu par la Constitution de 1918. Le Conseil d'Etat continue cons-
titutionnellement l'exercice du Pouvoir Lgislatif jusqu'a la ralisa-
tion des provisions de l'art. C. (arrt solennel du Tr. Cass. H. du 8
mai 1925.)
ART. E. (Amend janvier 1928)
Dans les douze mois, partir de la mise en vigueur des pr-
sents amendments, le Pouvoir Excutif est autoris proc-
der dans le personnel actuel des Tribunaux tous changements
qu'il jugera ncessaires.
Les Juges maintenus seront, comme les nouveaux, pourvus
d'une commission don't la date servira de point de dpart la
dure de leurs functions prvue l'art. 89.
Afin d'tablir dans les Tribunaux la succession priodique des
Juges, le Pouvoir Excutif est autoris, en ce qui concern les
premires nominations, fixer certain Juges les terms
ci-dessus mentionns. Une loi dterminera les conditions dans
lesquelles se front les nominations.
ANCIEN ART. L'inamovibilit des juges est suspendue pendant une
priode de six mois partir de la promulgation de la prsente Cons-
titution.
cf. Arrte de l'Excutif du 10 septembre 1918 (Bull. des Lois et
actes 1918 p. 112.







-42-


AU NOM DE LA REPUBLIQUE

Le President de la Rpublique ordonne que la Constitution
ci-dessus, soumise au suffrage populaire, ratifie le 12 juin 1918,
soit revtue du sceau de la Rpublique, imprime, publie et
excute.

Donn au Palais National, Port-au-Prince, le 19 juin 1918,
an 115 me de l'Indpendance.
DARTIGUENAVE

Par le Prsident

Le Secrtaire d'Etat de l'Intrieur et des Cultes,
Osmin CHAM

Le Secrtaire d'Etat des Finances et du Commerce
Dr. Edmond HERAUX

Le Secrtaire d'Etat des Travaux Publics et de l'Agriculture
Furcy CHATELAIN

Le Secrtaire d'Etat des Relat. Extrieures et de la Justice

Ed. DUPUY

Le Secrtaire d'Etat de l'Instruction Publique,
Aug. SCOTT





.",







CODE CIVIL

ADOPTED PAR LA CHAMBRE DES COMMUNES l.E 4 MARS,

DECRETE PAR LE SENATE LE 20 MARS

ET PROMULGUE LE 27 MARS 1825



LOI No I

SUR LA PROMULGATION, LES EFFECTS ET

L'APPLICATION DES LOIS EN GENERAL

Alrr. 1er. Les lois sont excutoires dans tout le territoire ha- a. k.
lien, en vertu de la promulgation qui en est faite par le Prsi- *)
(lent d'Hati.
Elles seront excutes dans les diffrentes conununes de la
Rpublique, du moment o la promulgation en pourra tre con-
111e.
La promulgation sera rpute connue, dans chaque commune
vingt-quatre heures aprs la publication faite par les autorits
locales; et dans toute la Rpublique, un mois au plus tard aprs
la promulgation faite par le Prsident d'Hati. -- Const. 82; Pen.
95.
1) Les traits lgalement consentis, promulgus et publis, devien-
n~ent lois de l'Etat. Casa. Fr. 27 juill. 1877 D. P. 78. 1. 137;
2) Le juge, devant qui une loi trangre est invoque, n'a pas
s'enqurir des dispositions de cette loi; c'est la parties qui l'invo-
que en fournir la preuve, sinon ses dispositions seront prsume

a) L'art. I. C. Civ. fr. a t modifi et complt par l'ordonnarnce des 27.30
uov. 1816, (D. J. G. 156) le Dcret du Gt. de la defense Nationale du 5 nov. 1870,
(D. P. 70. 4. 101) la Loi constitutionnelle du 16 juillet 1875, (D. P. 75. 4. 114) le
dcret du 6 avril 1876, (D. P. 76. 4. 94).








-44-

identiques celles de la loi du tribunal, et c'est cette dernire loi qui
sera applique. Bordeaux, ler mars 1889 D. P. 90. 2. 89.
3) L'autorit judiciaire peut interpreter un trait international s'ap.
pliquant un litige d'intrt priv, mais non quand il s'agit d'en fixer
le sens et la porte au point de vue international public. Cass. Fr.
30 juin 1884 D. P. 85. 1. 302.
4) La dsutude ou l'usage contraire, quelque gnraux qu'ils
soient. ne peuvent abroger une disposition lgale. Cass. Fr. 30 dc.
1879, D). P. 80 1. 108.
5) L'abrogation d'une loi fait revivre les lois antrieures que cette
loi avait elle-mme abroges. Cass. Fr. 8 fv. 1850. D. P. 50. 1. 69.
6) 11 est admis qu'en droit commercial l'usage non contraire la
loi supple au silence de celle-ci Cass. Fr. 25 juill. 1892, D. P. 92.
1.532.
7) Les arrts, come les lois, ne sont obligatoires pour les cito-
yens que du jour ils en ont connaissance par la publication qui en est
faite dans les formes dtermines par la loi. C'est la parties intres-
ses a fire la preuve dle ce fait. Cass. H. 4 juin 1895.

s. ART. 2. La loi ne dispose que pour l'avenir; elle n'a point
d'effet rtroactif. Const. 12; Civ. 969, 2046; Pn. 4.
D. R. Lois 1825. S. cod. 117 s.
1) Tout ce qui tient la forme, l'instruction ou la procedure,
dans les actions judiciaires, soit en matire civil, soit en matire
criminelle, est rgl par la loi nouvelle, qu'il s'agisse d'instances non
encore engages, ou mme dj engages Cass. Fr. 18 fv. 1882.
D. P. 82. 1. 135.
2) Les effects d'un contract sont rgis, en principle, par la loi en vi-
gueur l'poque o il a t pass Cass. Fr. 7 juin 1901, D. P. 1902.
1. 105.
3.- La loi rtroagit quand elle enlve des droits acquis. Le mode
convenu de constatation (le la dfaillance du preneur ne constitute pas
un droit acquis, tant de forme et non de fond. Cass. HI, 25 avril
1927, Aff. Lhrisson-Etat.
4.- En matire de rtroactivit, il faut distinguer la chose elle-
mme qui est l'objet du droit et les modalits qui peuvent la caract-
riser : la premiere, pouvant rentrer lgalement et dfinitivement dans
notre patrimoine, peut tre l'objet d'un droit acquis; les modalits, te-
nant plutt la forme qu'au fond, peuvent changer selon les circons-
tances que la loi apprcie. Cass. H. 20 Juin 1927, Aff. Jrome-
Laraque.
5. Le principle de la non-rtroactivit n'est pas absolu, quand il
s'agit d'une loi de procedure prise dans un intrt d'ordre public, qui
ne porte aucune atteinte des droits acquis, qui fixe par example les
attributions, la competence de la justice rpressive et determine sa
sphre d'action vis--vis des dlinquants. Cass. H, 9 avril 1929, Aff.
Saillon.







-45-


ART. 3. Aucune loi ne peut tre abroge ni suspendue que par
une autre loi.

ART. 4. Lorsqu'il y a contradiction entire plusieurs lois tran-
sitoires, la loi postrieure abroge ce qui lui est contraire dans la
loi antrieure, quand mme le lgislateur aurait omis de faire
mention de cette abrogation.
Les lois spciales ne sont pas tacitement abroges par des lois gn-
rales. Cass. H. 1er juin 1925, Aff. Brdy-Comiiune Pt.-au-Pce.
ART. 5. Les lois de police et de sret sont obligatoires pour s. iS OM".
tous ceux qui habitent le territoire de la Rpublique. I. cr.
5. 7.

1). R. Lois No. 448. S. cod. 430.s.
1) D'aprs la doctrine, sont considres come lois de police et de
sret les lois politiques, celles relatives l'excution dles actes et ju-
gements et la procedure, l'organisation judiciaire et la comp-
tence, les lois rpressives, les rglements de police preventive, les lois
concernant l'tat civil, l'interdiction, etc.
2) La forme des actes est rgle par les lois du pays ldans lequel ils
sont faits ou passs. Cass. Fr. 21 aot 1880, D. P. 80. 1.447.'
3) La rgle Locus Regit actum s'applique aux actes et faits ju-
ridiques et aux actes instrumentaires (cf. Paris 20 janvier 1873, D. P.
73. 2. 50;
4) L'application de la rgle Locus Regit actuin n'est point fa-
cultative pour les tribunaux, mais doit tre considre commeii d'ordre
public (Paris, 2 dc. 1898, D. P. 99. 2. 177).
ART. 6. Les agents trangers acrdits en Hati sont rgis par
le droit des Gens, les usages des nations ou les traits politiques.
ART. 7. Les Hatiens qui habitent momentanment en pays
tranger sont rgis par les lois qui concernent l'tat et la capa-
cit des personnel en Hati. Civ. 16, 17, 155, 398. Pr. 892.

1) Ce qui est vrai des lois concernant l'tat et la capacity des per-
sonnes doit s'entendre galement des decisions judiciaires rgulire-
ment obtenues, qui apportent personnel. Ces dcisison peuvent tre invoques au pays d'origine,
sans qu'il soit ncessaire de recourir au pralable la formalit de
l'exequatur. Trib. Civ. Seine, 28 mars 1893 et 5 avril 1895.
2) L'application du statut personnel un tranger ne peut rien au-
toriser contre les lois d'ordre public ou les bones meurs. Paris, 2
aot 1866. D. P. 67. 2. 41.








-46-

31 La loi trangre doit tre applique rigoureusement, sans tem-
prament, dans tous les cas oi l'tat et la capacity de l'tranger sont
en question (Trib. Civ. Seine, 2 juill. 1878), sauf si l'application de
la loi trangbre causerait un prejudice un intrt local, et s'il est
tabli que le national tait de bone foi et n'a pas agi avec lgret
et avec imprudence (Cass. Fr. 16 janv. 1861. D. P. 61. 1. 193; Paris
20 fvr. 1858, D. P. 61. 1. 193; Paris, 10 juin 1879, Gaz. des trib. du
1er aot 1879; Paris, 21 iiai 1885, D. P. 86. 2. 14.
4) Lorsqu'un conflict relatif la nationality d'un individu surgit
devant les tribunaux de l'un des deux pays auxquels la parties en cau-
se peut rattacher sa nationality, le tribunal saisi doit appliquer la
loi du pays au nom duquel il rend la justice. J. G. S. Lois, 285.
5) Quand la femme acquiert par le marriage la nationalit du mari,
sa capacity matrimoniale doif tre apprcie d'aprs sa loi national,
la perte de la nationalit ne resultant que du marriage contract. Pa-
ris, 28 mai 1880; Trib. Civ. Seine, 4 aot 1880 (Journal du dr. intern.
priv 1880).
6) Les trangers ne peuvent obtenir le divorce, --- dans un pays
ou le divorce est admis -- que si leur statut personnel admet ce mo-
de de dissolution du marriage. Cass. Fr. 12 fvr. 1895. D. P. 96. 1. 377.
Ils ne peuvent invoquer que les causes de divorce reconnues par leur
loi national. Trib. Civ. Seine 2 juillet 1896 (Journ. du dr. intern pri-
v 1896).
7) L'incapacit de la femme marine est de statute personnel. Paris
17 dc. 1883, 1). P. 85. 2. 117.
8) Les dispositions qui prohibent les donations entire poux, ou ne
les autorisent que sous certaines restrictions, appartiennent au statut
personnel. Cass. Fr. 8 mai 1894, D. P. 94. 1. 355.
9) Les conflicts qui s'lvent au sujet de la filiation lgitime et na-
turelle dependent du statute personnel; Trib. Civ. Seine 14 mars 1879,
Gaz. des tribunaux, 15 mars 1879; Trib. Civ. Seine 22 mars 1898.
10) Le marriage contract en France entire un Anglais don't la
legislation n'admet pas la lgitimation de l'enfant natural par ma-
riage subsequent -- et une Franaise don't la loi fait dcouler la
lgitimation du marriage subsequent qui y ont leur domicile matri-
monial, entraine la lgitimation de leurs enfants naturels reconnus.
Rouen 5 fv. 1887, D. P. 87. 2. 145; Paris, 23 mars 1888, D. P. 89. 2. 117.
11) L'adoption ne peut avoir lieu dans les pays o elle est inter-
dite, quel que soit le statut personnel de ceux qui veulent y proc-
der. J. G. S. Lois, 333.
12) 'ololigation alimentaire, en ligne directed et l'gard des en-
fants naturels, fonde sur un principle de droit natural et se ratta-
chant l'ordre public international, s'impose tous dans tous les cas
et sans distinction. J. G. S. Lois 334. Mais entire parents collat-
raux et entire allies, l'existence de l'obligation alimentaire dpend
uniquement (le la loi national des parties Paris 9 aot 1878; Fran-
ce Judiciaire 1878. 2. 11.








-47-


13) La loi locale qui prononce ou autorise, dans un certain nom-
bre de cas, la dchance de la puissance paternelle, s'impose l'tran-
ger, quelles que soient, cet gard, les prescriptions de son statut per-
sonnel Aix, 15 nov. 1897, D. P. 98. 2. 233; Aix, 8 mars 1897, D. P.
97. 2. 157.
14) L'usufruit lgal rentre essentiellement dans le statut person-
nel. Cass. Fr. 14 mars 1877, D. P. 77. 1. 385.
15) Ce texte ne va pas, dans les conflicts de lois, jusqu' dcider en
faveur de la loi trangre contre la legislation national, en faisant pr-
valoir sur l'tat et la capacity des nationaux drivant de lois d'ordre
public, l'tat et la capacity que rgle le statut personnel de l'tranger
en competition avec ces nationaux. Cass. H. 8 dc. 1924, Aff. Gol-
denberg-Reinbold.
16) V. arrts sous art. 305 et art. 578.
ART. 8. Il est dfendu aux juges de prononcer, par voie de
disposition gnrale et rglementaire, sur les causes qui leur
sont soumises. Pr. 134 Pn. 95. -

D. R. Lois 482. S. cod. 448.
1) Le jugement qui indique les principles gnraux sur lesquels re-
posent les dispositions qu'il consacre ne viole pas la rgle d'aprs la-
quelle il est dfendu aux tribunaux de prononcer par voie gnrale et
rglementaire bien que cette indication se trouve dans le dispositif,
si elle n'a d'autre but que de justiffier les decisions qui la suivent
et qui statuent exclusivement sur les diffrends des parties en cause -
Cass. Fr. ler fv. 1882, D. P. 82. 1. 113.
2) Le juge, s'il n'a pas le droit de substituer sa volont celle du
lgislateur et de modifier la loi, peut et doit, selon les circonstances,
en cas de doute et d'ambiguit ou en cas d'erreur manifeste de mots
ou de chiffres dans un texte de loi, prciser l'intention du lgislateur
et donner au texte le sens que celui-ci a entendu lui donner Cass.
Fr. 11 mai 1897, D. P. 97. 1. 367.
3) La disposition d'un rglement d'administration publique, qui
aurait un caractre interprtatif de la loi laquelle ce rglement fait
suite, empiterait sur le pouvoir lgislatif et devrait tre rpute non
avenue -- Cass. Fr. 6. juin 1893, D. P. 94. 1. 73.
4) A dfaut d'un texte prcis, le juge ne peut interdire par voie de
disposition gnrale un individu de porter le nom d'une famille
laquelle il n'appartient pas, un nom dtermin n'tant pas l'apanage
d'une famille. Cass. H., 6 fv. 1922, Aff. Acacia-Valcourt.
ART. 9. Le juge qui, sous prtexte du silence, de l'obscurit
ou de l'insuffisance de la loi, refusera de juger, pourra tre
poursuivi comme coupable de dni de justice. Pr. 438, et s;
Pn. 146, 190-13.


.4
4.
.1
ji
. |




r





1


* d



'<








-48-


D. R. dni de justice 5s. -- S. cod. 3s.
Ne peut tre considre conui e un dni de justice la suspension
d'une instance pendant un temps dtermin ( Cass Fr. 28 nov. 1855,
D. P. 56. 1. 56.
2.- Le juge, en l'absence d'une rglementation legislative des dif-
ficults resultant des prtentions contraires dles parties. doit recourir
aux principles gnraux du droit en s'inspirant galement des rgles de
l'quit naturelle. Cass. IH. 23 mars 1925. Ail'. Liautaud-Dufort.

ART. 10. On ne peut droger, par des conventions particu-
lires, aux lois qui intressent I'ordre public et les bonnes
meurs. Civ. 552, 650. 730, 921, 924. 962, 1173, 1550, 1624,
19241, 1988. - Pn. 232.

D. R. Lois 521 s. S. cod. 440.
1) L'interdiction de droger comprend l'interdiction de transiger
sur une matire soumise l'aplication de ces lois. Cass. Fr. 17
janv. 1882 1). P. 82. 1. 334.
2) Sont d'ordre publlic. d'aiprs la doctrine, les lois qui constituent
le droit public, les lois d'imp>t. et les lois prives o prdomine la
preoccupation de l'initrt gnral.
3) Les lois qui rgissent I'lalt et la capacity des' personnel, tant
d'ordre public, les stipulations quli ont pour objet d'y droger sont ra-
dicalement nulles -- Cass. Fr. 22 dc. 187<. 1). P. 80. 1. 112.
4) Intressent l'ordre public, les lois qui rglent la capacity lgale
de la femune marine. Cass. Fr. 22 dc. 1879, 1). P. 8. 1. 112.
5) Il est illicit et coltra'ire l'ordre public de stipuler d'avance
danis un contract l'iindemniil de s's fautes lourdes. Cass. Fr. 15 mmar
1876, 1). P. 7(. 1. 419; et iinme des faules ordinaires Cass. Fr. 31 dc.
1900. 1). P. 1903. 1. 17.
6) La decision des judges du fait. portant qu'une convention est
contrlaire aux bonnies II iiurs. est souveraine et ne peit donner aucune
ouverture il cassation -Cass. Fr. 13 janv. 1879, D. P. 79. 1. 78.
7) Aucun acquiescecinii ne pett tre utilemnent oppose dans les
matires qui initerssent iorLdre public --- Cass. Fr. 3 aot 1908. 1). P.
1908. 1. 456.
8) L'tranger. sous l'empire de l'article 6 de la Constitution de
1889, ne peut tre constitu propritaire d'immeubles sous le titre
de cancier hypothcaire et de preneur perptuels. Une telle conven-
tion droge aux lois d'ordre public. Casa. H. 3 dc. 1895.
9) La loi n'a pas dfini les lments constitutifs de l'emphythose.
Ne droge pas i l'art. 10 le jugement qui ne trouve pas dans un bail
emphytotique ou non la transmission d'un droit rl immobi-
lier, mais simplement un droit de jouissance. Cass. H. 3 juin 1897.








-49 -

LOI No. 2

SUR LA JOUISSANCE, LA PERTE OU LA SUSPENSION

DES DROITS CIVIL ET POLITIQUES

i
( al )ilrf l'PIilllT

I)E LA JOUISSANCE DIES DR)ITS CIVIL ET POLITIQUES
ArT. II. --- La reunion des droits politiques et des droits civil 7
m di Iil. par L.
cosi la quality de cie toyenl ,n,. 'f. n.
exercisece des droits civil est imidpendant de lexercice des
droits politiques. -- Civ. 91. 789. - Pe. 23. 28. 337 et s.
1). R. Droits civil 01s. .- S. col. 30s.
AwrT. 12. --Tout hlatien jouira des droits politiques et des a
mrl. per lot% W|
driots civils, satuf les exceptions prvues par la loi. Civ. 398. mot d(u. P1'
189l ).- (D. P.
4. 109)
Aiir. 13. - Tout individual nii eii lltli ou en pays stranger, A,,l. 1o m,.. 0
L.. 26 fjin 1199.,
d'"n Ilitieni oi d'une HIlii ie.ne est hliiien. (,Const. 3. 2. (D. P. n
07)
I). I{. l)roils ci\i l t0s S. c,,I. ltis (I'. lI',ix 'h 1830 du (;i rain .1e aiu suije de tl ti ielle dc e iil'ants imtiiels don't
le', p i-rcs ne sont pas haticnls (l. 11J.
A irr. 14. -- (I. 5 sept. 1860) Tous ceux qui, en vertu de la
Conslitution, soni habiles acqucrir la quality de citoyens ha-
tiens devront, dans le mois de leur arrive dans le pays, faire
devil le juige de paix de 1eur residence, ei prtsenlce d deux
citoyens notables, la declaration qu'ils viennent avec l'intention
de se fixer dans la Republique.
Ils prteront en mnme temps, entire les mains du juge de paix,
le serpent qu'ils renoncent ioute autre patrie qu'Hati.
Munis de l'expdition du procs-verbal du juge de paix cons-
tatant leur declaration qu'ils viennent se fixer dans la Rpubli-
que et leur prestation de serment, ils se prsenteront dans les
bureaux du Prsident d'Hati pour recevoir un acte du Chef de
4

I -Aj








-50-


l'Etat qui les rceonnaisse come citoyens de la Rpublique.
Cons. 1889, art. 1; Civ. 23; Const. 1918, art. 3.

V. Rev. Soc. Lg. 1892. p. p. 71. 76. 109: 1893. p. p. 81. 151. 167;
1894. p. 12: 1895. p. 19; 1905. p. 119; 1906. p. 153; 1909. p. p.
99. 133.
L. 10 aot 1903, art. 7 : En attendant la promulgation d'une loi
sur la naturalisation, il ne sera dsormais accord de naturalisation
aux syriens qu'aprs un sjour dle dix ans sur le territoire de la R-
publique. (> (Moniteur 8 juin 1904)
L. 22 aot 1907 :
AnR. ler. -- La quality d'Hatien 'acquiert par la naissance, par la
naturalisation et par la faveur spciale de la loi.
Elle peut se prouver par les actes de l'Etat civil, par la posses-
sion d'tat et par les autres moyens lgaux.
ART. 2. -- Sont Hatiens par la Naissanece:
1) Tout individu n galeanent en Hati ou ailleurs de pre ha-
tien;
2) Tout individu n galement en Hati ou ailleurs de mre ha-
tienne sans tre reconnu par son pre;
3) Tout individu n en Hati de pre tranger, ou s'il n'est pas
reconnu par son pre, de mre trangre, pourvu qu'il descende de la
race africaine. La quality d'hatien ainsi acquise ne peut tre enle-
ve par la reconnaissance ultrieure du pre tranger.
Sont aussi Hatiens, tous ceux qui jusqu' ce jour ont t reconnus
come tels.
ART. 3. Tout individu n en Hati de pre et mre inconnus ou
de pre et mre connus, mais don't la nationality est inconnue, acquer-
ra la quality d'Hatien en vertu de la declaration de sa naissance,
faite l'officier de l'tat civil, a moins que avant sa majority recon-
nue par ses pre et mre ou par l'un d'eux il ne soit tabli qu'ils
appartiennent une nationalit trangre et ne descendent ni l'un ni
l'autre de la race africaine.
ART. 4. -- Tout individu n en Hati de pre et mre trangers qui
ne descendent pas de la race africaine; tout individu n en Hati
de pre et mre trangers qui eux-mmes y sont ns et ne descen-
dent pas de la race africaine; Tout individu non reconnu par son
pre, n en Hati d'une mre trangre qui ne descend pas de la ra-
ce africaine, acquerra la quality d'Hatien par une simple declaration
faite dans l'anne de leur majority au Parquet du Tribunal civil de
leur residence.
Cette declaration comportera renonciation leur nationalit tran-
gre et adoption de la nationality hatienne.
ART. 5. Tout tranger peut devenir hatien par la naturalization
aprs deux ans de residence en Hati.








-- 51 -


Cependant, il ie sera admis a l'exercice des droits politiques que
i( ans aprs sa naturalization.
Ces dispositions ne drogent en rien a celles des art. 1 et 7 de la
i du 1)0 anoCa sur les Levantins.
'r. 6. L, dlai de rAsidence prvu en l'article prcdent est r-
it uin ain en faveur de tout tranger qui aura pous une ha-
iine. qui auira rendu s talents disitnigiues. introduit une industries, un mtier ou une in-
ni ion utile, cr' uin etablissement industrial agricole.
iTr. 7. --- L'et ranger qui aura accept une function civil ou mili-
ire et l'aura conserve pendant cinq ans acquerra, par ce fait, la
ialit d'ha 'en. mioius qu'il ne dclare par acte signifi au Par-
iit du tribunial c iil de sa residence vouloir conserver sa nationalit.
li. 8. .. est statu, par arrt du Prsident de la Rpublique,
Schaque demandle le naturalisation. Cet arrt sera public au
lonilcur >>.
ri. <. L'eirangre marine a un Hatien suit la condition de son
iri. La feniiiie liatienne mnarie a un stranger perd sa quality
lit ienne.
nir. 10. l'hatienie qui aura perdu sa nationalit par le fait de
n mariaglie avecl un tranger leut la recouvrer par la naturalization.
iT'. 11. -- En cas de dissolution diu iarirage contract entire un tran-
r et unie hatienne, celle-ci n'aura., pour redevenir hatienne, qu'
;ir aui Parqiue't (du Iribunal civil de sa residence, la declaration
'elle renounce 'a sa nationality trangre et qu'elle reprend son an-
'nue quality dlihatienne. -- Les enfants miners, ns trangers, gar-
roni leur nationalit trangre jusqu' l'ann e dleur majority o
auront la faculty d'ac ion dans les mnimes forces.
Les enIf:ants majeurs ins a l'tranger, s'ils sont tablis en Hati
sils illenlnenl s'y fixer, pourront de mine acqurir la nationalit
tienne par une declaration au Parquet du tribunal civil de leur
idence.
iT. 1. La fenune hatienne marie un stranger qui ,aprs son
ariage, se fait naturaliser hatien recouvre, par ce fait, sa nationality
iiiuitive et les enfants majeirs de cet tranger naturalist, ns hours
Haiti, peuven'. s'il, le denandent, obtenir la quality d'latiens, sans
edition de stage, soit par l'Arrt prsidentiel qui confre cette qua-
e au pre, soit conime consequence d'une declaration faite par
x au Parquet du tra'bunal civil de leur residence dans les termes
l'arl. 4.
Les enlants mineurs ns l'tranger pourront, dans l'anne de leur
ajorit, acqurir la quality d'Hations. en faisant une declaration
reille.
T. 13. Jouiront de la mme faculty, et dans la mme condition,
enfants mineurs d'un pre on d'une mre survivant qui se fait
turaliser hatien.



t '








52-

AKrT. 14. -- Les dispositions de Flart. 12 sont applicable i la femme
d'origine non hatienne. marine a uin eiianiier qui se fail naturaliser
haticin.
Alrr. 15. L'llaienne ,ln le mari hatien viendrail a se natu-
raliser etramiger aprs soit marriage. gardiera s na tionalit hiatienne.
mnoins qu'elle ne se naturalise trangre.
les enfants lns avant la naturalisation restenlt hatiens.
A11'. 16. Pour les jeunes gens qu(i la loi eonfre sans condition
de stage. la fault de devenir hitiens. dans l'anne de leur majority,
le fait de s'eniiager dans l'arnne hatienne on de prendre part aux
operations de recrutement et. en gii n eirall. dlexerieer les droits ou d'ac-
com>1plir les obligation s lattaches la quality di citoyen aitien sans
exciper ide leur extraneite. a; partir de l''poquie de leur majority,
qmuivauidraa dclliaration prvue par la loi et les en dispenser.





( 'lia l r"e 11


I)I LA I>IT!: lD; LA Q1 \I,'' )1ll \lITIIN

Xr'. 17. La quialhit' e citoyen se perd *
li par la niatluralisation en pays etranger:
2l par l ;il> iiinlo de li Patrie ain iinioent d'un danger imiiinent;
3) pr l acceptation non aulorise de factions puidliques ou de
pensiions confriei s lpar I unro uvernem'iil 'tranger:ii t
Ii par touis services riendus aux ennemis de la Rlepulblique, ou
par transactions faites avec eux:
51 par la condamniailion contradictoire et definitive a dles peines
perp ltuelles a lia fois alllictives et inl'af aniites.
\A r'. 18. l, itlin aitiai li-' stranger ni poi urra retourner en llati
qu 'aprs cinq anlis. lesquels comi nenceront a partir de la dale du die-
cret oln de l'acie dle inaturalisation.
A i'. 19 'hiatien naturalist stranger et cqui reviendra en l-ati
ipourra t'lire Ioursuivi pour 'rime ou idelit coulliiis avant sa naiitra-
lisalion moiins qu'il n'y ait prescription.
.Air. 20. D)ans toius les cas on. soil iun halienS, soit une tranlgre. au-
ra acquis une nationality trangre, il aura lui dlai d'un ani pour
di sposer de ses hiens innmeubles.
Passe ce d'lai. il seRci sur la poursuite des parties intresses ou,
leur dfaut, du Ministre public, procd la llicitation des dits
iimmieubles. selon les forimes traces au titre Xil du Code de proc-
dure civil.









53-

T. 2.- Aucuni hatien ou hatienne ne peut se dnationaliser en
ilaiti. 11 fai aller l'tiraniier et y rsider le nombre d'annes exig
par la loi locale et la Constitution d'Haii.
ArT. 22. -- Seront pbilies ai Moniiileur . par les soins dui SeCr-
taire d'Etat de la Justice, loules les declarations le nationality, et
d par I*effie del la loi.
Air. 23. l'aicte de liatulralisation dlilvre; in hatien oin i une
lalienne ui i ni'aura pas r;sid i l'tranger pendant cinqi ans au
moins ne pourra produire aucun el'et lgal en [lali.
\IrT. 21 L'Inrscription d'Iun ll.alteii oi d'unee flalienne ilh.i': une

cun A wIr. 25. I- a r' senate loi abroge totes lois on dispositions de lois
nqi lili soti cotrair es. Elle sera excluttce a la diligence des Secretai-
res Ild'lat des le< concernie.

AIrT. 15. L'tirainger, mnne non rsidant en laiti, pourra
t ire cite devant les tribunaux hatiens pour l'excuition des o-
bligations par lui contractes en Ilati avec un hatien. -- Ci(v.
681, 1890. 1895. Pr. 79, 170, 170.

V. Rev. Soc. Ig. 1892 pp. 35, (112. 129. ). R. Droits civil 257s.
S. cdul. 158s. 215s.)
1) Les persoinnies Imiorales trangtres et spcialement les socits
trangres, alors qu'elles n'auraient pas d'existence lgale in France,
pJeinillt cttre poursuivies devant les tribunaux franais comme soci-
les de fail,. sans pouvoir se soustraire aux obligations par elles con-
iractees, sous le prlexie qu'elles u'ont pas en France la personnalit
civil (Cass. fr. 12 avril 1897, 1). P. 97. 1. 380; Paris, 12 juin 1902,
1). P. 1904. 2. 156.
2) L'article 14 nec dit pas devant quel tribunal franais l'Vtranger
doit tre cite; ce tribunal est dtermin l'aide des rgles traces
par les art. 59 et 420 c. pr., quand il est possible de les appliquer.
Bordeaux, 20 janv. 1891, D. P. 91. 2. 265.
3) Les tribunaux hatiens sont comptents pour connatre des con-
testations entire un tranger et l'Etat d'Hati pour l'excution d'obli-
gations contractes en Hati Cass. H. 27 mai 1909, Aff. Perraud.
4) Les articles 15 et 16 visent toutes les obligations qu'elles naissent
d'une convention ou d'un fait, d'un contract ou d'un quasi-contrat.
Cass. H. 7 nov. 1895.
ART. 16. Tout tranger pourra tre traduit devant les tribu-








-54-


naux hatiens, pour les obligations par lui contractes en pal
tranger envers un hatien civ. 1890.

(Rev. Soc. L.,. 1805 pp. 58, 111. -- D. R. Droits civ. 242s, 257
352s.- s-tppl. cod. 151s. 158s. 215s. -- Demolombe, 1. Nos. 247-252
Laurent. 1, No. 436, 437: Demiante et Colinct de Santerre I No. 29 -
Hue I No. 278} Baudr v-LNantinerie ct Houques Fourcade 1, Ne
643 Weiss. Tr. lm. 2. d. p. 728.
1) les tribhna!)ix hatiens-sont comptents pour connatre, en m
tire commercial, dle toutes contestations entire strangers, rsidant et
Haii. ei v avant leur tablissement de commerce -- Cass H. 9 ima
1893.
I'inicoimpi.tece' personnelles tant relative, les parties sont toujour
libres de reInoneer l'exception qui en rsulte -- mme arrt.
2) l.:; qualitB ,l'trangers des plaideurs n'est pas une cause d'in
copllhpten(ce des tri!-unallx ihatiens: ils sont comptents pour juger une
contes'tai'ion entiree rangerser. dans tous les cas o ils le seraient pour
connai;ire ( r la 1riime conltestation entire HlatiCns --- Cass. H. 4 mars
1909. Aff. Me. (;uffie-ILgenidre.
3) I .'itraingr coniinierce est jiusic 'iable dio nos.trilinaux. pour les actes relatifs
son t'onere1t'.';', 'ontraeil('s IIIue a.'c t'n nltgoeiant stranger. Cass. H.
17 avril 137.
J) I,'ir iiinen ip'icquiert pas, par le -ceul fait de sa residence en
Ilaiti. uin ,!*imirile, juridictionniel q(i le rend jusiiciab le de nos tri-
I)iiii !X\. ;oiir l':'\ -'ntion des tlen.g;g'ic en ts par lui contracts en pays
itral'eer en't\'rs i" tltr'es t rangers amiteriurementi a sa residence en
Iiati. Cass. Il. 22 fv. 1881.
5) I.es tribunux hliait ens senIt itncoinmpNtents pour coninatre des
conltesa;t;ioliis civiles des trange'rs, a lloills que coix-ci y consentent
formellement Cass. 11. 27 mars 1900.
6) oL'tranicr qui contract en liati iune obligation excutoire dans
le pays et (rii N (*-t tabli, accteptl lacitement de se soumettre la
jurisdiction des tribunaiix hal iens lorsqu'il s'agit d'assurer I'excution
de la dite obligation -- Cass. Il. 2. d6c. 1912.
7) L s dispositions ldes art. 15 et 16 ldu Code Civil constituent plu-
tt 1ie" nlmei.'src (di protection des iintrts de nationaux, un privilege
que lintierdiiction tc l'ac;cs de nos tribunaux aux trangers habitant
note territoire. Cass. H. 26 janv. 1916, af'. Marsh-Rouzier)
8) L.es triblaiii;ix i\ .tiens, malgr la quality d'trangers des partic-.
sont 'comptints p!i:U colnnilre (des iiali1ires mixtes, relles ou imml -
bilires. parlant.l d touted action en re-itittion de biens, nubilcs ct
iiiiiiubles conllpo i t la succession d'tl^n personnel dJctddcG ci lit;-
ti -- Cass. Il. 9 j.lnv. 1928. A(i. Bloulos-Sanloinon-Slheilbtol.
9) L.orsque le. t riun-aux sont comptents pour colnnatre d






-55-


tion entire trangers, il est de rgle que cette conmpence s'tend aux
questions du statute personnel de ces trangers, souleves au sujet de
la contestation Arrt prcit.
l1) S'agissant de difficults relatives l'attribution, la liquidation
et le partage d'une succession comprenant des immeubles, la conip-
tence du juge de la situation des biens doit tre reconnue, quelle que
soit la nationalit des parties entire lesquelles s'lve la contestation,
chaque Etat tant intress rgler les conditions de transmission des
immeubles se trouvant sur son territoire. Arrt prcit.
11) Le consignataire ou destinaltare de marchandiscs transportes
par terre et par eau. rpond toujours de Ioutes contes!ali:ln.s qui peu-
vent s'lever entire lui, le transporter et l'expditeur. S'il rside
en Hai:i, la contestation est valablement soumise au rihlunal dle sa
residence, alors mime qu'il serait stranger au contract de transport
conclu l'iraner. Cass. H, 25 janvier 1928, Aff. Bigio-U.
Steamship Co.
ART. 17. L'hatien pourra tre cit devant les tribunaux
d'Hati pour raison des obligations par lui contractes, soit en-
vers un tranger, soit envers un hatien.
Demolombe I, No. 253 -- Laurent, I, No. 439. Baudir-Lacantinerie
ct llougues Fourcade I No. 668.


Chapitre .11


DE LA PERTE DE LA QUALITY DE CITOYEN (1)

ART. 18. La qualil lde citoyen se perd :
1) par suite de la condemnation contradictoire et definitive
ldes pines perptuelles, la fois afflictives et infaimantes, telles
qu'elles seront dtermines par le code pnal.
2) par l'abandon de la patrie au moment d'un danger
imminent;
3) par la naturalisation acquise en pays stranger;
4) Par l'acceptation de functions iMbliques confies par un


1) Dcret du 9 sept. 1845 sur les Haitiens qui se font iimatri.uler etc) ; Loi
Electorale, 24 aot 1872, art. 2; Loi 20 oct. 1881 sur le recrutenent, art. 2.


Q
'1
,S. rs
B



i


17
mod. per L. 2A
1889. (. P. )
68)


Y


l








-56-


article% on-
aMi la ort10 ,
,mt t Ahr(,ge
rempiace en
ne. par la l.-
il mai 1854 (1).
,Si. 4. 91.)


gouvernement tranger. et par tout service, soit dans les trou-
pes. soit board des Ibtiments d'une puissance trangre:
5) par tout etabliissement fait en pays tranger sans esprit
de retour Const. 10. 11. -- Pn. 7, 17.

Sur la perte de la quality d'hatien ---- une tude de M1. Bona-
min - Re. Sec. L.g,. 1805. No. mai - pp. 24 -- 27.
Sur la perte de la quality d'hatien par l'acce)ptation di'une fone-
tion consulaire etraiiere. V. Rev. Soc. L,g. 1892. Hnu. 18 aot p. 108.
cf. 17 5 25 de la loi du 22 aot 19)07. sous Fart. 14.
1) La Iprofession d a do tion pulblique. doiil it\eercice l^tranger entraine dech6ance de la
quality' d'llatien Cass. Il. 10 fv. 1827. (1. B.t
2i l.a naturalization l't lrailer, si elle a 6tc poursuivie exclusive-
ment dans le luit de faire fraud a la loi et d'ein luder certaines pro-
hibitions fondamentales nie peut c're invoqu'e a l'encontre des in-
te'ri-ts d'ordre public et d'orldre prive que cette loi a pour but de pro-
ti er. Cass. Fr. 20 fv. 1890. 1). P. 90. 1. 325.
3) 11 est unaniniiieent reconinu et cela r'sulte. d'ailleurs, du tex
Ct de l'esprit de la loi. que la prise de service militaire l'eranger
doit s;entendre d'une incorporation dans l'arne rgulire d'un Etat
Etranger. 1). 1'. 97. 2. 33.
1) Le mineur quii a contrtlact. un elgaii;(g ent'il volontaire dans une
arniee trang're ne perd pas sa nationality: l'art. 17 est applicable
uniquement au majeur: 1)ouai 19 juillet 1891 1). P. 97. 2. 33; Gre-
noble, 18 mai 1894. 1). I. 97. 2 31: Paris. 30 juin 1896 1). P. 97. 2. 33;
Cass. fr. 26 fv. 1890 1). P. 90. 1. 325.

ARr. 19. L'individu qui a perdu sa quality de citoyen par
la cause exprime au No. 1 de l'article prcdent est priv, non
seulement des droits politiques, mais encore des droits civils
qui suivent :
1) Il perd la propriety de tous les biens qu'il possdait, sa
succession est ouverte au profit de ses hritiers, auxquels ses
biens sont dvolus de la mme manire que s'il tait dcd.
2) Il ne peut plus recueillir aucune succession; il ne peut
ni disposer de ses biens, en tout ou en parties, soit par donation
entire vifs, soit par testament, ni recevoir ce titre, si ce n'est
pour cause d'aliment.
3) Il ne peut tre nomm tuteur, ni concourir aux opra-
tions relatives la tutelle.








57 -

) Il ne peut tre tmoin dans aucun acte solennel ou au-
thentique, ni tre admis porter tmoignage en justice.
5) Il ne peut procder en justice, ni en defendant. ni en
demlandalnt que sous le nom et par le ministre d'un curateur
special. qui lui est nomm par le tribunal o l'action est por-

6) Il est incapable de contractor uin mariaie qui produise
aucun effect civil, et de reconnatre iacun enfant natural.
7) Le marriage qu'il avait contract prcdemment t st dis-
sous, quant a tou s ses efets civil; son poux et ses hritiers
peuvent exercer respectivenient les droits et les actions auxquels
,oni dcs donnerait overture -- Civ. 218. 506. 57,9 604, 732,
1210. 1226. 1706, 1767, Pn. 23.
A-\r. 20. -- Les condanmations contradictoires et dfinitives
dles pines perpitelles, la fois afflictives et infamanites, nem-
portent la perte de la quality de citoyen qu' computer du jour
fix pour leur execution. I. cr. 372 et s. Pn. 12, 11 et c.
ART. 21. Les Hatiens qui resident actuellement en pays -
tranger sans permission du Prsident d'Hati, et qui, un an aprs
l'poque fixe pour l'excution du present code, y seront encore
residents, perdront la quality de citoyens d'Hati.
ART. 22. -- L'Hatien qui aura perdu sa quality de citoyens par
l'effet de l'article prcdent ou par une des causes exprimes
aux Nos. 2, 3, 4 et 5 de l'article, 18 perdra la proprit de tous
ses biens; sa succession sera ouverte, ,t il sera, l'avenir, con-
sidr come tranger.
(V. un rapport de M. Georges Sylvain Rev. Soc. Lg. 1907, No.
juillet pp. 47 -- 50. -- Discussion 1907 No. Nov. pp. 109-111.
ART. 23. Quiconque aura perdu la quality de citoyen par
la cause exprime au No. 2 de l'article 18 ne pourra jamais re-
couvrer cette quality.
Mais ceux qui se trouveraient dans les cas des Nos. 3, 4 et 5
du mme article, pourront toujours redevenir citoyens d'Hati
en remplissant les formalits prescrites par l'article 14.


26 mod.
abr. par L.
31 mai 1854 (D.
54. 4. 91).







--58 -


Chalpitre Il1

DE LA SUSPENSION DES DROITS POLITIQUES

ART. 21. Tout Hatien depuis l'ge de quinze ans jusqu'
celui de soixante, qui n'exercera pas un emploi public ou ne se-
ra pas incorpor dans la garde national solde, sera tenu de
se fire inscrire dans la garde national non solde du canton
de sa demeure habituelle, peine d'encourir l'ajournement
ou la suspension de ses droits politiques pour autant d'annes
qu'il aura frustr la patrie du service qu'il lui doit.

ART. 25. L'exercice des droits politiques est encore suspend:
1) Par l'talt e debiteur failli, ou d'hritier immdiat d-
tenteur a titrc gratuit de tout ou parties de la succession d'un
failli;
2) par l'tat de domestique gages;
3) par l'tal d'accusation;
.1) par suite hdes condemnations judiciaires important la sus-
pensioin des droits civil. Pn. 18.
(V. I.oi 'le



Chaphre IV

DIE IA SUSII"ENSION DES 1)IT ( IViLS F .! SUITE DES
COIN1) \ Ni\TI NS COVNTR \' CTi H-F ET DEFINITIVES

ART. 26. -- L'exercice des droits civil noncs aux Nos. 2, 3,
4, 5 et 6 de l'article 19. sera suspend par suite de la condam-
nation contradictoire et definitive des pines temporaires,
la fois afflictives et infamantes, tant que le jugement conservera
son effet.







-59-

ART. 27. Les biens du condamn seront administrs et ses
droits civils exercs de la mme manire que ceux de l'interdit;
le tribunal qui aura rendu le jugement lui fixera une pension
alimentaire qui sera proportionne aux revenues de ses biens et
durera tout le temps de la peine.


i
Chapitre V

DE LA SUSPENSION DES DROITS CIVILS PAR SUITE DES
CONDEMNATIONS PAR CONTUMACE

ART. 28. -- L'exercice des droits civil est encore suspend par 28
abr. par L.'
suite d'un jugement de contumace, tant que le jugement n'est (D. F,.
pas ananti I. cr., 377.
ART. 29. Les biens du condamn seront administrs et ses 28
abr. par L.J
droits exercs par ceux habiles lui succder, et ce, leur pro- Ias. (D.
fit quant aux revenues seulement, sauf la remise du fonds dans i
les cas prvus ci-aprs.
Si les dits biens tombent la vacance, ils seront rgis par un
curateur de la mme manire que les biens des absents.- Civ.
99 et s, 207, 696, 1212, 1893. I. cr. 370, 372, 376.
ART. 30. Lorsque le condamn par contumace se prsentera 29
abr. pu. L
volontairement dans les cinq annes, computer du jour o le t."" (
jugement aura t rendu, ou lorsqu'il aura t arrt et consti-
tu prisonnier dans ce dlai, le jugement sera ananti de plein
droit; l'accus sera mis en possession de ses biens, il sera jug
mme peine ou une peine diffrente important galement la
suspension des droits civils, elle n'aura lieu qu' computer du
jour fix pour l'excution du second jugement I. cr. 377. -
Le caractre provisoire dlu jugement de contumace embrasse la
fois les condamnations pnales et pcuniaires. L'excution des unes








- 60-


et des autres se troive forcement suspendue pendant le dlai de cinq
annes niceesaires pour fire acqurir an jugenmeni de condemnation
le caractre dfinitif et irrevocable Cass. 11. 5 mars 1908 (sections
runies).

, 31 ART. 31. Dans le cas o le condamn serait acquitt par le
-jar L. 31 Mai
D. P. S4. nouveau jugement, il ne pourra rien revendiquer de ceux qui,
en vertu de l'article prcdent. auront joui des revenues de ses
biens; I. cr. 379.

n3. ART. 32. Si le condamn par contumace meurt pendant le
Mr L. SI mai
P. 54 4- dlai de grce de cinq annes sans s tre prsent on sans avoir
t constitu prisonnier, il sera rput mort dans l'intgrit de
ses droits: le jugement de contumace sera ananti de plein droit,
sans prejudice nanmoins de action de la parties civil. laquelle
ne pourra tre intente contre les hritiers du condamn que
par la voie civil. I. cr. 379.

ART. 33. Aussitt aprs l'expiration du dlai de grce de
cinq annes computer du jour du jugement de contumace, si
le condamn des peines important la suspension des droits
civil ne s'est pas prsent ou n'a pas t constitu prisonnier,
sa succession sera dfinitivement ouverte au profit de ses h-
ritiers, de la mme manire que s'il tait dcd.

ART. 34. Si nanmoins, aprs l'expiration du dlai de cinq
annes, le condamn venait se presenter, il jouira de ses droits
civils pour l'avenir, de la mme manire que ceux qui ont subi
leur peine. en vertu d'un jugement contradictoire; mais il ne
pourra recouvrer l'exercice de ses droits politiques qu'aprs
avoir t acquitt par un jugement, des accusations intentes
contre lui, sans que pour cela il puisse porter aucun prejudice
ceux qui, en vertu de l'article prcdent, auraient t mis en
possession de ses biens. I. cr. 470.








-61 -


LOI No. 3

SUR LES ACTES DE L'ETAT CIVIL (1)


C ampitre Prcmier


Dispositions Gn;,rals

ART. 35. Les actes de l'tat civil nonceront l'anne. le mois, n-
le jour et heree o ils seront reus, les prnoms. noms. ages,
professions et domiciles de tons ceux qui y seront dcnommes -
Civ. 180. 181. 56s. 75. 77s. 81s.

D. R. Acte de 'et. civ. 27s. -- Suppl cod. 14-. D)colomili. 1. No.
285 -- Laurent. 11. No. 27. -- Auhry et Rau. 5e. cd. I No. 50. Ilue 1
No. 312. -- Baudry Iacaininerie et Fourcade I No. 806.
1) Les articles 31. et 57 c. civ. qui enunmrent les nonciations
substantielles que doivent contenir les actes de 1tait civil, n'excluent
pas d'auires mentions completives propres a mieux colnslater l'identit
de ceux qui y sont dnommis Cass. fr. 26 oct. 1897, 1). P. 97. 1. 584.
2l De simple inexactitudes relevces dans un acted de l'tat civil
ne constituent des faux intellectuals que lorsqiu'eles tieinnent la subs-
tance e l'acte. -- Cass. 11. 21. dc. 1911.
ART. 36. Les officers de l'tat civil ne pourront rien insrer M.
dans les actes qu'ils recevront, soit par une noie., soit par enon-
ciation quelconque, que ce qui doit tre dclar par les compa-
rants civ. 42. 55.

D. R. V. acte de f'e. civ. 90 s. Supply. cod. 27s --- )Demolombe I,
Nos. 285. 290. 298: Laurent 11. Nos. 17-20: DI)nante ci Cohnet de
Santerre, 3e. ed. 1. No. 87 Hue 1 No. 314; Lacantinerie et Fourca-
de I No. 821.
ART. 37. Dans les cas o les parties intresses ne seront s6.
point obliges de comparaitre en personnel, elles pourront se
faire reprsenter par un fond de procuration spciale et au-
thentique Civ. 19 46, 50, 74, 240, 1748, 1749, 1751.

1) Lois du 6 avril 1880 et du 22 dcembre 1922 sur les Officiers de l'Etat Cvil.








- 62 -


D. R. acte de Ft. civ. 199s Suppl. cod. 51. Demolombe I,
Nos. 277 284; Laurent, 11, Nos. 24 27; Huc 1 No. 315 -; Lacantine-
rie et Fourcade I No. 808.

r3. ART. 38. (Loi 20 Juillet 1929). Les tmoins products aux ac-
par L. 7 dc.
(D. P. 97. 4. tes de l'tat civil doivent tre gs au moins de 21 ans, parents
ou autres: ils seront choisis au nombre de deux ai moins et
pourront tre de l'un ou de l'autre sexe.
ANCIEN TEXTE. Les tmoins products aux actes de l'tat civil, ne
pourront tre que du sexe masculin, gs de vingt et un ans au moins,
parents ou aures; ils -eront choisis au nombre de deux par les per-
sonnes intresses. Civ. 55, 71, 74s, 85s, 789, Pn. 23, 28, 29.
D. R. acte de l't. civ. 193s. -- Demolombe I, Nos. 280-282 Lau-
rent, II Nos. 24-27; Aubry et Rau I No. 59; Demante et Colnet de
Santerre, 3e d. I No. 89; Hue. I No. 316.

8*. ART. 39. L'officier de ltat civil donnera lecture des actes
aux parties comparantes ou leurs fonds de procuration et aux
tmoins. Il y sera fait mention de l'accomplissement de cette for-
malit. Civ. 37s, 40s, 51.
Dmolombe I, Nos. 284-285 ; Laurent II, Nos. 24-27.
39. ART. 40. Ces actes seront signs par l'officier de l'tat civil,
par les comparants et par les tmoins, ou mention sera faite
de la cause qui empchera les comparants et les tmoins de
signer Civ. 51.
D. R. Acte de l't. Civ. 185s.- Suppl. eod. vo. 47s.-; Demolombe, I,
Nos. 277, 285 ; Laurent, II, Nos. 24-27 -; Lacantinerie et Four-
cade, I No. 825.
L'acte de marriage, non sign des poux, mais qui content la preu-
ve de laccomplissement (les formalits prvues, ne peut tre critiqu.
Cass. H. 8 Oct. 1895, Aff. Picard.
40. ART. 41. Il y aura dans chaque commune un registre tenu
mod.
double, pour chaque espce d'acte de l'tat civil. Civ. 79.
Les registres seront cts, par premiere et dernire page et
paraphs sur chaque feuillet par le Doyen du tribunal civil
Sdu resort ou par le Juge qui le remplacera Civ. 42, 49, 51,
S53, 59, 60 63, 79, 156, 184 Pn. 153.
b D. R. Acte de l't. civ. 46s ; supply. eod. 23s -; Demolombe, I,
^ No. 285 ; Laurent, II, No. 15.







-63-

RT. 42. Les actes seront inscrits sur les registres, de suite 42.
sans aucun blanc. Les ratures et les renvois seront approuvs
et signs de la mme manire que le corps de l'acte; il n'y sera
rien crit par abrvation et aucune date n'y sera mise en chif-
fres Civ. 40, 51.
D. R. acte de l't. civ. 46s.- Suppl. eod. 23s. Demolombe, I.
No. 285 ; Aubry et Rau 5e. d. I p. 304.
ART. 43. A la fin de chaque anne, l'officier de l'tat civil 43.
med.
dressera, la suite des actes qu'il aura reus, le rpertoire de
ces mmes actes.
Les registres seront clos et arrts, la suite du rpertoire,
par l'officier de l'tat civil, conjointement avec le Ministre pu-
blic. Civ. 51 et s, 44, 51 s.

ART. 44. Le ministre public sera tenu de dnoncer les con- 5.
traventions ou dlits qu'il aura reconnus par l'inspection des re-
gistres; il requerra contre l'officier de l'tat civil la condamna-
tion aux peines tablies par la loi. Civ. 51, 88; Pr. 753.

D. R. Acte de l't. civ. 84s. Suppl. eod. 25s; Demolombe I, Nos.
278, 286-287.
ART. 45. Du premier janvier au dix fvrier suivant, le dou- 43
mod.
ble sera remis au commissaire du Gouvernement, qui l'expdie-
ra au Grand-Juge, et le Grand-Juge l'adressera au dpt Cen-
tral des archives de la Rpublique.

Le registre restera entire les mains de l'officier de l'tat ci-
vil; il sera dpos au greffe du tribunal civil du resort la
premiere mutation de l'officier de l'tat civil. Civ. 51s, 52 et s.

ART. 46. Les procurations et les autres pices qui doivent "
demeurer annexes aux actes de l'tat civil, seront paraphes
par la personnel qui les aura produites, ainsi que par l'officier
de l'tat civil, et adresses au dpt central avec les doubles qui
y sont dposs Civ. 37, 51, 68, 70.
D. R. Acte de l't. civ. 77s, 192. Demolombe I, No. 285.








-64-


ompit 4par L. 17 ART. 47. Toute personnel pourra se faire dlivrer, par les
aotl 1897. (D.P. 97
*4 76.) et modifi dpositaires des registres de l'tat civil, des extraits de ces re-
par L. 30 nov. 1906
(D. 1907. 4. 40). gistres.

Les extraits dlivrs conformes aux registres et lgaliss par
le Doyen du tribunal civil ou par le juge qui le remplacera, fe-
ront foi jusqu' inscription de faux Civ. 88 et s; Pr. 215 et s.

D. R. Acte de l't. civ. 36, 98s, 173, 291s, 389s; Suppl. eod. 20, 31s,
96s; Demolombe I, Nos. 317-320; Laurent. II, Nos. 16, 35-42; Duran-
ton I, No. 299; Aiibrv et Rau, 5e. ed. 1, No. 65; Lacantinerie et Four-
cade I No. 838.
Le tarif jud. 23 aot 1877, art. 152, fixe 2 p. le droit percevoir
pour la lgalisation par le Doyen ou son remplaant.
1) La foi jusqu' inscription de faux n'est attache qu'aux attestations
personnelles de l'officier de l'tat civil, c.--d. aux mentions par les-
quelles il constate les faits qui se sont passs sous ses yeux; quant aux
dclarations des comparants, que l'officier ne peut contrler, elles ne
font foi que jusqu' preuve contraire. Paris, 31 juillet 1890, D. P.
91. 2. 129. Gand, 21 juin 1893, D. P. 94. 2. 387.
2) La loi n'exige la lgalisation des extraits que come attestation
qu'ils sont dlivrs sous la signature du fonctionnaire competent : peu
imported la lgalisation de l'extrait produit, si l'vemene invoqu
nest pas contest. Cass. 1.. 23 mars 1925, Aff. A. Liautaud-Eug.
Dufort.
3) Mme s'il s'agit de prouver l'vnement, lorsque le aagist:rat
charge de lgaliser est celui qui est saisi du litige, il n'est pas indis-
pensable qu'il se done lui-mme, par sa signature au bas de l'ex-
trait, l'attestation de son authenticit. Arrt prcit.
4) La loi n'a pas fix un moment fatal pour la lgalisation; celle
obtenue au course de l'instance et avant le jugement n'est pas inop-
rante, en l'absence de tout texte. Ca.s. H, 21 Nov. 1921, Aff. Saba-
Chrisphonte.

46. ART. 48 (Loi 16 Dcembre 1929,art. 8). Lorsqu'il n'aura
pas exist de registres ou qu'ils seront perdus, dtruits soit to-
talement, soit partiellement, dtriors de faon en rendre l'u-
sage impossible, la preuve en sera rescue tant par titres que par
tmoins.
Dans tous ces cas, les marriages, naissances, dcs seront prou-
vs par tous les moyens lgaux, mme par papers et registres
domestiques mans des pre et mre dcds de la personnel
don't l'tat civil est en question.








-65-

Lorsqu'un dcs ou une naissance n'aura pas t inscrit aux
registres de l'tat civil de la Commune o le fait allgu aurait
eu lieu, les Tribunaux pourront accorder force probante des
actes authentiques aux nonciations y relatives continues aux
registres rgulirement tenus par les Ministres des diffrents
Cultes.
Les parties pourront aussi administer la preuve des dcs et
naissances par tous autres moyens lgaux, mme par papers et
registres domestiques mans des pre et mre dcds de la
personnel don't l'tat civil est en question.
Si l'existence du fait d'tat civil est admise, la decision, quand
elle aura force de chose souverainement et dfinitivement juge,
sera porte dans les registres de l'tat civil de l'anne laquel-
le remote le fait non inscrit, par simple mention mise la
suite du rpertoire date et signe du dpositaire public.
Sur un extrait de la decision, certifie par le Greffier, le Se-
crtaire d'Etat de la Justice ordonnera tous dpositaires pu-
blics des dits registres, d'effectuer les dites mentions.
Ces dispositions ne drogent en rien l'article 311 du Code
civil qui interdit la recherche de la paternit l'gard des en-
fants naturels.
ANCIEN TEXTE. Lorsqu'il n'aura pas exist de registres ou qu'ils se-
ront perdus, la preuve en sera reue tant par titres que par tmoins,
et dans ces cas, les marriages, naissances et dcs pourront tre prouvs,
tant par les papers et registres mans des pre et mre dcds, que
par tmoins.
Ces dispositions ne drogent en rien l'article 311, qui interdit la re-
cherche de la paternity l'gard des enfants naturels Civ. 180, 300,
301, 312.
D. R. Acte de l't. civ. 113s; Suppl. eod. 34 Demolombe, I, Nos.
321-329; Laurent, II Nos. 10, 11; Aubry et Rau, I, No. 64; Lacantinerie
et Houques-Fourcade I No. 852.
1) Un certificate du Directeur du Bureau des Archives Gnrales ne
peut constituer la preuve de l'inexistence ou de la perte des registres
-Cass. H. 4 mars 1909 Aff. Goyan G. Armand.
2) L'article 46 qui parle seulement des naissances, marriages et
dcs, n'est qu'nonciatif; il y a lieu d'appliquer ses dispositions dans
tous les cas de perte de registres contenant la preuve d'un tat civil
quelconque, par example en cas de perte de registres contenant la


'-$ i"i: li."' '









-66-


preuve d'adoptions ou de reconnaissances d'enfants naturels. Trib.
civ. Seine 25 juillet 1896, D. P. 97. 2. 84.
3) La preuve par prsomptions est admissible pour tablir le fait
de la naissance, du marriage, etc. Trib. civ. Seine, 25 juillet 1896, D. P.
97. 2. 84.
4) Les deux modes de preuves autoriss par l'art. 48 c. c. concer-
nent le simple fait de la naissance qui ne prouve point la filiation -
Cass. H. 18 mai 1909, Aff. consorts Milfort Josaphat.
5) La preuve crite don't parle l'art. 48 peut la rigueur tre faite
au moyen d'autres titres que ceux mans des pre et mre, parce que
la preuve littrale tant toujours prfrable la preuve testimoniale,
l o cette dernire est tolre, plus forte raison doit tre admise la
premiere comme plus digne de confiance et offrant plus de garantie.
Trib. civ. P-au-Pce, 4 nov. 1910.
6. -Avant d'tre admis prouver sa filiation tant par titres et re-
gistres que par tmoins, il faut d'abord faire la preuve de l'inexistence
des Registres. Cass. H, 25 avr. 1893, Aff. Lonchamp.
7) Le tribunal, lorsqu'il fait application de l'art. 48 C. Civ. n'a pas
s'arrter aux dispositions des art. 55 et 305 C. Civ. auxquelles sup-
plent les dispositions de l'art. 48 mme Code mme arrt.
8) Ce texte n'est pas limitatif, mais purement dmonstratif. Cass.
H, 7 Juillet 1924, Aff. Texas-Compre.
9) La measure d'instruction ordonne l'effet de s'assurer par t-
moins si une personnel dsigne sous plusieurs noms est celle don't le
dcs, sous tel nom, a dj t rvl et judiciairement tabli, n'est d-
fendue par aucune loi, son objet n'tant pas de prouver un nouveau d-
cs, mais une simple identification. Cass. H, Arrt prcit.
10) L'utilit des extraits don't il est question en l'art. 47 C. Civ. et du
certificate de l'art. 48, mme code, n'apparat pas, quand il n'y a pas d-
ngation de l'vnement. Cass. H, 23 mars 1925, Aff. A. Liautaud-
Dufort.
11) Le mode de preuve testimoniale tabli en cet article en cas d'i-
nexistence des Registres de l'tat civil, pour tablir une filiation, est su-
bordonn l'existence du fait qui en justifie l'emploi, c'est--dire le fait
du dcs. Cass. H, 22 mai 1928, Aff. Larrieux.
12) Ce texte, dit dans un but d'ordre public, n'autorise pas le
tribunal ordonner une enqute pour prouver un dcs, conirairement
aux conditions qu'il pose, sous. prtexte que les registres contiendraient
des lacunes ou omissions, alors surtout qu'il n'a point indiqu et prc's
dans quelles circonstances s'es: produite la prtendue omission. Cass.
H. 26 juin 1928, Aff. Etat-Andr.
13) L'art. 48 autorise une preuve testimoniale; il est en consequence
d'interprtation restrictive et ne droge en rien l'art. 31] C. Civ. qui
interdit la recherche de la paternit l'gard des enfants naturels. -
Cass. H, S. R. 23 juin 1922, Aff. Belanton-Molire.
14) Il ne suffit pas d'allguer la perte d'un registre quelconque; il
faut dmontrer que le fait que l'on veut tablir se place dans la prio-









-67 -

de pour laquelle il y a absence de registres. Cass. H, S. R., 23 juin
1922, Aff. Belanton-Molire.
15) La preuve de l'inexistence ou de la perte des registres n'est pas
impose de plein droit; le juge peut la rejeter, suivant les faits et cir-
constances de la cause, et c'est sa conscience et sa prudence que la
loi s'en remet cet gard Arrt prcit.
16) Les certificates attestant de vaines recherches dans des registres
dtermins, ne remplissent pas le vou de la loi qui exige, pour la rece-
vabilit de preuves testimonials, la perte, l'inexistence des Registres ou
des lacunes dans ces Registres. Cass. H, 25 Juillet 1927, Aff. Lumire-
Eveillard.
17) En l'absence d'indices formels ou d'inductions fondes sur des
faits ou sur des crits, l'insuccs des recherches ne peut tmoigner de
lacunes dans les Registres.
On ne saurait non plus allguer des troubles politiques de l'poque
laquelle on place la naissance prouver pour faire admettre que cette
naissance n'a pu tre lgalement constate. Arrt. prcit.

ART. 49. Tout acte de l'tat civil d'un Hatien ou d'un tran-
ger fait en pays tranger fera foi s'il a t rdig selon les for-
mes usites dans le pays o il a t reu; il sera galement vala-
ble pour l'Hatien s'il a t dress conformment aux lois ha-
tiennes par un agent de la Rpublique. Civ. 155s, 805, 49, 58,
87.
D. R. Acte de l't. civ. 344s, 342s, 352s; Suppl. eod. 85s, 87s; De-
molombe I, No. 312 Laurent II Nos. 10 11; Aubry et Rau, 5 ed.
I No. 66; Hue 1 No. 327; Lacantinerie et Fourcade I No. 873, 878, 879;
Demante et Colmet de Santerre 3e. ed. I No. 99.
Du caractre obligatoire ou facultatif de la rgle Locus Regit Ac-
tuu (V. un rapport de M. Enoch Dsert Rev. Lg. 1909 Aot-sept. p.
74. Discussion oct. nov. dc. pp. 108, 114; 1910, No. janv. fv. p. 129-
133 (vote); V. une tude de M. Abel N. Lger sur l'adage locus Regit
Actum 1910, No. janv. fv. p. 139-150.
Loi du 17 aot 1912 sur l'organisation du service diplomatique.
ART. 11. Les chefs des Lgations dans les villes o il n'y a pas
de consuls reoivent les actes de l"tat civil et sont autoriss, soit par
eux-mmes, soit par un membre du personnel dsign par eux, re-
cevoir tous les actes que les notaires sont autoriss faire en Hati.
Par eux-mmes ou par les employs qu'ils dsignent cet effet, ils
lgalisent les signatures, ils dlivrent ou visent des passeports dans les
lieux o il n'y a pas de consuls. Les frais prlever sont les mmes
que ceux prvus pour les consuls.
Les expeditions des actes reus par les Lgations sont, au plus tard
dans un mois partir de leur date, transmises au Dpartement des
Relations Extrieures.


I

i
1


et 48I ma..
8. JIn 189J

9


I









-68-


49 mcd. par L. 17
.-Aot 1897 (u. i.
91. 4. 76)


Les parties intresses requerront soit leurs inscriptions sur les
Registres de l'tat civil de la commune o les parties sont domicilies,
soit pour les actes notaris, leur dpt pour minute chez notaire. Dans
ce dernier cas. les droits d'enregistrement seront perus s'ils n'avaient
pas t au pralable prlevs. Ces actes ne produiront d'effet qu'a-
prs l'inscription ou le dpt.
Loi du 27 aot 1912 sur l'organisation du Servicei Consulaire.
ART. 5. Le consul, lorsqu'il est hatien, exerce les functions d'officier
de l'tat civil et en ce qui concern les latiens seulement. Les ex-
pditions des actes reus sont, au plus tard, dans un mois partir de
leur date, transmises au dpartement des Relations Extrieures.
ART. 6. Le Consul, lorsqu'il est Hatien, est autoris recevoir tous
les actes et contracts du ministre des notaires, conformment aux lois
sur la matire, sauf les exceptions que les circonstances peuvent n-
cessiter et don't il sera fait mention dans l'acte.
Le Consul invest de la competence inoariale peut recevoir, outre les
actes et contracts concernant exclusivement dles hatiens, les actes et con-
trats dans lesquels les parties ou l'une d'elles sont trangres, pourvu
qu'il s'agisse de biens situs en Hati ou d'affaires y traiter.
ART. 8. 11 lgalise les actes et documents expdis dans l'tendue
de sa jurisdiction et destins tre products en Hati.
ART. 9. 11 dresse, reoit ou vise tous les autres actes autoriss par
les lois, les usages ou les conventions diplomatiques.
ART. 12. Les actes reus par les consuls ne peuvent produire d'ef-
fets en Hati avant d'avoir t : 1) les actes de l'tat civil, transcrits
sur les registres de l'tat civil de la commune o l'une des parties est
domicilie; 2) les actes notaris, dposs pour minute chez un no-
taire; 3) les decisions arbitrales, pourvues de l'ordonnance d'excu-
tion prvue l'art. 909 du code de procedure civil. Pour les actes
notaris, les droits d'enregistrement seront perus avec ceux de l'acte
de dpt.
1) Les marriages ne se constatant pas par crit dans l'Etit de New-
York un franais mari New-York doit tre admis en France prou-
ver son marriage par tmoins, Paris 20 janv. 1873, D. P. 73, 2, 59.
2) Les actes de l'tat civil dresss en pays tranger par les autori-
ts locales, et qui constatent l'tat civil d'un franais sont franciss,
soit par une transcription opre sur les registres de l'tat civil en
France, soit par le dpt effectu au Ministre des Affaires Etrangre.
en execution de l'art. 47 C. Civ. modifi par la loi du 8 juin 1893. -
Trib. Civ. Seine 14, aot 1894 et 31 mars 1896 D. P. 99. 2. 389.
3) Les agents diplomatiquse agissent comme officer de l'tat civil.
L'acte qu'ils reoivent lorsqu'ils clbrent le marriage est donc essen-
tiellement civil quant son objet et quant sa forme. Par suite en
cas de faute pour omission ou autrement lors de la reception de cet
acte, l'action en dommages-intrts par laquelle cette faute peut don-
ner lieu contre eux est de la competence de l'autorit judiciaire; et il







-69.-

en est de mme, par identity de motifs, lorsqu'ils refusent de le rece-
voir. 11 imported peu que le refus oppos aux parties puisse tre
inspir par des considerations d'ordre diplomatique, du moment que
l'intervention de l'agent diplomatique n'est pas contraire aux clauses
d'un trait et que son office n'est pas interdit par la legislation fiscal.
Paris, 27 dc. 1910 (Aff. Rouzier-Carteron)

ART. 50. Dans tous les cas o la mention d'un acte relatif
l'tat civil devra avoir lieu en marge d'un autre acte dj ins-
crit, elle sera faite, la requte des parties intresses, par l'of-
cier de l'tat civil sur le registre de l'acte s'il est entire ses mains,
ou par le greffier s'il a t dpos au Greffe. Le Dpositaire du
registry en donnera avis, dans les trois jours, au commissaire du
Gouvernement prs le tribunal civil du resort, qui veillera
ce que copie de la mention soit expdie au Grand-Juge pour
tre inscrite au double plac au dpt central. Civ. 90. 184s;
Pr. 755.
1). R. Acte de Ft. civ. 59 s; Demolombe, I No. 285; Laurent, II
Nos. 24, 28.

ART. 51. Toute contravention aux articles prcdents de la
part des fonctionnaires y dnomms, sera poursuivie par qui de
droit devant le tribunal civil du resort, et punie d'une amen-
de qui ne pourra excder cinquante gourdes Civ. 35 s, 176,
185; Pn. 192 s.
D. R. Acte de l't. civ. 486 s; Suppl. eod. 124 s; Demolombe I Nos.
286, 289; Laurent, II, No. 28; Aubry et Rau 5e. ed. I No. 62; Bau-
dry, Lacantinerie et Hougues Fourcade I Nos. 866, 867; Hue I No. 331.
Marcade I, No. 248.

ART. 52. Tout dpositaire des Registres sera civilement res-
ponsable des alterations qui y surviendront, sauf son recours,
s'ils y a lieu, contre les auteurs des dites alterations Civ. 52,
1168 et s.
D. R. Acte de l't. civ. 95 s; Suppl. eod No. 30; Demolombe, I No.
286; Laurent, II, No. 28.
ART. 53. Toute altration, tout faux dans les actes de l'tat
civil, toute inscription de ces actes, faite sur feuille volante et
ailleurs que sur les registres ce destins, donneront lieu aux


49 mod. par L.
Aot 1897) (D.,
97. 4. 76).















mcd.
1





1.
1



i



53. .I







- 70-


ss5.
0mod. par L. 21 juin
'1190S et par dcret
pr6i identiel du 17
:sad 1909. (P. P.
1903. 4. 68)


dommages intrts des parties, sans prejudice des peines qui
seront dtermines au Code Pnal Civ. 1168; Pr. 215 et s;
Inst. cr. 350 et s; Pn. 107 et s, 192 et s.

D. R. Acte de l't. civ. 93 s; Demolombe I, No. 286; Laurent II No.
28; Aubry et Rau I No. 62; Demante et Colnet de Santerre 3e. d. I
No. 103; Hue. I No. 331; Lacantinerie et Fourcade I No. 870.

ART. 54. Dans tous les cas o un tribunal civil connatra des
actes relatifs l'tat civil, les parties intresses pourront se
pourvoir en cassation contre le jugement. Civ. 88 s, 89, 1136;
Pr. civ. 474 s.

Demolombe, I No. 289; Laurent, 11. No. 27.




Chapitre II


DES ACTES DE NAISSANCE (1)

ART. 55. Les dclarations de naissance seront faites, dans le
mois de l'accouchement, l'officier de l'tat civil du lieu du do-
micile de la mre; l'enfant lui sera prsent.
La naissance de l'enfant sera dclare par le pre, ou dfaut
du pre, par les mdecins, chirurgiens, sages-femmes ou autres
personnel qui auront assist l'accouchement; et, lorsque la
mre sera accouche hors de son domicile, par la personnel chez
qui elle sera accouche.
L'acte de naissance sera rdig de suite en presence des t-
moins Civ. 300 et s; Pn. 295.

De la situation d'un enfant reconnu par deux pres (V. un rapport
de M. Jrimie Rev. Lg. 1908 No. Janv. p. 29-32 Discussion No.
aot 'p. 63-66) une communication de M. Jrmie sur cette discussion
Ibid. p. 66-69; suite de la discussion No. sept. p. 77-82, No. dc. p.
125, 126.

1) V. Loi du 6 aot 1880 et 22 dcembre 1922 sur les officers de l'tat civil.





D. R. Acte de l't. civ. 214s, 236s, 207s, 217s, 242; supply. eod. 53s.
60, 64; Demiolombe, I, Nos. 277, 279, 283, 291-295; Laurent, II No.
55; Duranton I No. 313; Demante et Colnet de Santerre 3e. d. I No.
107; Aubry Rau 5e. d. I No. 60; Lacantinerie et Fourcade I No. 885.
L'acte de declaration de naissance, dlivr come ex:rait des Re-
gitres, en expedition signe de l'officier public, qui ne se retrouve
pas au registre de na-ssance n'est pas dpourvu de toute force pro-
bante, la loi ne contenant aucun texte dclarant cet acte nul et d'a-
prs lequel les naissances ne pourraient se prouver que par les actes
inscrits sur les registres de l'tat civil. Cass. H, 10 fvr. 1922, Aff.
Augustin-Jn. Jierre.

ART. 56. L'acte de naissance noncera le jour, l'heure et le
lieu de la naissance, le sexe de l'enfant et les prnoms qui lui se-
s ront donns, les prnoms, noms, profession et domiciles des
pre et mre, ou de la mre seulement si le pre n'a pas fait
la declaration; enfin ceux des tmoins, Civ. 35 et s.

I). R. Acte de l't. civ. 243 s; suppl. eod. 65; Demolombe, I Nos.
296-297; Laurent 11, No. 55; Lacantinerie-Fourcade I Nos. 894. 895;
Hue I No. 338; Demnante et Colmet de Santerre I, No. 109 bis; Duran-
ton I, No. 316; Aubry Rau, 5e. ed. I No. 60.

ART. 57. -- Toute personnel qui aura trouv un enfant nouveau-
n, sera tenue de le remettre l'officier de l'tat civil, ainsi
que les vtements et autres effects trouvs avec l'enfant, et de
dclarer toutes les circonstances du temps et du lieu o il aura
t trouv. Il en sera dress un procs-verbal dtaill, qui non-
cera en outre l'ge apparent de l'enfant, son sexe, les noms qui
lui seront donns et le juge de paix auquel il sera remis. Ce
procs-verbal sera inscrit sur les registres -- Pn. 296 et s.

D. R. Acte de l't. civ. 267s; Ienmolombe I No. 299; Laurent Il
No. 55.

ART. 58. S'il nat un enfant pendant un voyage de mer, l'acte
de naissance sera dress, dans les vingt-quatre heures, en prsen-
ce du pre, s'il est -prsent, et de deux tmoins pris parmi les
officers du btiment, ou leur dfaut, parmi les homes de
l'quipage. Cet acte rdig, savoir : sur les btiments de l'E-
tat, par l'officier d'administration de la marine, et sur les b-


-71-


5I med.


19
mod. par L..
8 juin 1893
(D. P. 94. 4.


(D.P. 1907. 4. 40
mod. par L.
S0 'IW. 19.6
(O. P. 190T. 4. WI)







-72-


So. par L.
2juin 1893
(D. P. 94. 4. 4.)
t

















1
' I.











mod. par L.




a juin 1893
t(D. P. 94. 4. 4.)
M1






















mod. par L.


timents particuliers, par le capitaine, matre ou patron du
na;i ire.
L'acte de naissance sera inscrit la suite du rle d'quipage.
Civ. 35 et s; 59s, 85, 300 et s.
Demolombc. I No. 310; Laurent 11. No. 55; Baudry Lacantinerie
et Houques Fourcade, I No. 899.
Awr. 59. Au premier port o le btiment abordera, soit de
relche. soit pour toute autre cause que celle de son dsarme-
ment, les officers de l'administration de la marine, capitaine,
matre ou patron, seront tenus de dposer deux expeditions au-
thentiques des actes de naissance qu'ils auront rdigs, savoir :
dans un port hatien, au bureau de l'administration; et dans
un port tranger, entire les mains de l'agent de la Rpublique.
Dans tous les cas o ces actes ne pourront tre rdigs par
crit, la declaration en sera faite aux autorits ci-dessus dsi-
gnes, aussitt l'arrive dans un port. Civ. 58, 61s, 85, 86, 797.
Awr. 60. L'une des dites expeditions restera dpose au bu-
reau de administration; l'autre sera envoye au Grand-Juge,
qui fera parvenir une copie, de lui certifie, de chaque acte de
naissance, l'officier de l'tat civil du domicile du pre de l'en-
fant, ou celui du domicile de la mre, si le pre est inconnu;
cette copie sera inscrite de suite sur les registres Civ. 41, 86,
797.
Demoloinbe, I, No. 310; Laurent, II, No. 55.
ART. 61. A l'arrive du btiment dans le port du dsarme-
ment, le rle d'quipage sera dpos au bureau de l'administra-
teur, qui enverra une expedition de l'acte de naissance, signe
de lui, au Grand-Juge; et le Grand-Juge remplira les formalits
prescrites en l'article prcdent Civ. 58 s, 86.
ART. 62. L'acte de naissance d'un enfant sera inscrit sur les
registres, sa date; et il en sera fait mention en marge de l'acte
de naissance, s'il en existe un Civ. 50, 58, 302 s, 305 et s.
D. R. Acte de l'Et. civ. 261 s, 330 s; Demolombe, 1 Nos. 279, 300;
Laurent, II, Nos. 56-61; Marcad, sur l'art. 62 No. 2.







-73-


Chapitre III

DES ACTES DE MARRIAGE (1)

ART. 63. Aucun marriage ne pourra tre clbr, qu'au pr- a
Smod. pr L
alable l'officier de l'tat civil n'ait fait deux publications, huit 21 uin 1
jours d'intervalle, un jour de dimanche, devant la porte du
bureau de l'tat civil. Ces publications et l'acte qui en sera
dress, nonceront les prnoms, noms, profession et doinciiles
des futures poux, leur quality de majeurs ou (le mineurs et les
prnoms, noms, professions et domiciles de leurs pres et mres.
Cet acte enoncera en outre les jours, lieux et heures o les publi-
cations auront t faites : il sera inscrit sur un seul registre, qui
sera cot et paraph comme il est dit en l'art. 41, et dpos au
greffe du tribunal civil, conformment ce qui est prescrit en
l'art. 45. Civ. 4.1, 152 et s, 178.
Demolombe, III, Nos. 180-182; Laurent II No. 418.
V. un rapport de M. Dants Bellegarde sur la tentative (le Bigamie.
(Rcv. Soc. Lg. 1909 No. avril p. 4-5. -- Discussion 1909 No. juin p.
34, 38) L'officier de l'tat civil, requis dle procder aux publications
d'un umariage, a pour devoir de s'assurer (le la rgularit de l'union
projete et de refuser son ministre ds qu'il se trouve en presence
d'un enipchtenent lhgal -- Trib. civ. de la Seine, 20 mai 1896, D. P.
99. 2. 50.
ART. 64. Un extrait de l'acte de publication sera et restera 64
affiche la porte du bureau de l'tat civil, pendant les huit "~u.ia
jours d'intervalle de l'une l'autre publication. Le marriage (D. P. 10.
ne pourra tre clbr que le second jour aprs et non comprise
celui de la deuxime publication.
Demolombe III, Nos. 186, 191; Duranton I No. 229; Huc II No. 87.
ART. 65. Si le marriage n'a pas t clbr dans l'anne, 6. pe L.
computer de l'expiration du dlai des publications, il ne pourra (.P ~i.j
plus tre clbr qu'aprs que de nouvelles publications auront
t faites dans la forme ci-dessus prescrite.

1) V. Dcret du 9 sept. 1845; Loi 30 oct. 1860; Loi du 6 avril 1880; 22 dcem.
bre 1922 et 20 juillet 1929.






-74-

D. R. marriage. 333 s; supply. eod. 166 Demolombe, I, No. 301;
111 Nos. 187-188; Laurent, II, No. 423.

ART. 66. Les actes d'opposition au marriage seront signs,
sur l'original et sur la copie, par les opposants, ou par leur fon-
ds de procuration spciale et authentique, s'ils savent ou peu-
vent signer; ils seront signifis avec copie de la procuration, s'il
y en a une, la personnel ou au domicile des parties, et l'of-
ficier de l'tat civil qui mettra son visa sur l'original Civ. 158
et s. 78.
D. R. Marriage, 289 s; supply. eod. Vo. 146 s; Demolombe. 1, No.
301: 1 I, Nos. 158-160; Laurent, II, No. 388. Marcad, art. 176; De-
nian!t et Crhnet de Santerre, 3e. d. I, No. 256; Duranton, II No. 21;
Hir II No. 117.
ARn. 67. L'officier de l'tat civil fera, sans dlai, une mention
sommniiire des opposition sur le registre des publications; il
fera aussi mention, en marge de l'inscription des dites opposi-
tions. des jugements ou des actes de main-leve don't expedition
lui aura t remise.
Demolombe I, No. 301; 11I, No. 161; Laurent, II, Nos. 393-395.
ART. 68. En cas d'opposition, l'officier de l'tat civil ne pour-
ra clbrer lee marriage avant qu'on ne lui en ait remis la main-
leve, sous peine de cent gourdes d'amende et de tous dom-
mages-intrts Civ. 75.

D. R. Mariage, 301s, 336; supply. eod. Vo. 153s; Demolombe, I, No.
301; III Nos. 163-166; Laurent, II, No. 396; Aubry et Rau, V, No.
457; Huc, II, No. 122; Duranton II No. 203.
1) L'officier de l'tat civil qui, en cas d'opposition, clbre un
marriage avant qu'on lui en ait remis la mainleve, doit tre poursui-
vi devant le tribunal correctionnel, et non devant le tribunal civil -
Cass. de Belgique 19 fvrier 1872 D. P. 74. 5. 7.
2) A dfaut de dsistement volontaire de la part de i'opposant, le
future poux contre lequel l'opposition a t forme peut en demander
la mainleve la Justice et son future conjoint a galement le droit
d'agir en mainleve (Trib. Seine, 15 avril 1897, D. P. 98. 2. 419.
ART. 69. S'il n'y a point d'opposition, il en sera fait mention
dans l'acte de marriage; et si les publications ont t faites dans
plusieurs communes, les parties remettront un certificate dlivr







- 75 -


par l'officier dte l'tat civil de chaque commune, constatant qu'il
n'existe point d'opposition Civ. 75, 152.
Demolonmd. 1 No. 301: 111. No. 160.; Iaurent, II. No. 396. .

Anr. 70. L'officier de l'tat civil se fera remettre l'acte de 70
mod. par L.
17 Aoit 18M'.
naissanc e e chacun des futurs poux; celui des poux qui se- 4r. Wr. .t,:
rait dans l'impossibilit de se le procurer, pourra y supplier,
en rapportant un acte de notorit dlivr par le juge de Paix
du lieu de sa naissance, ou par celui de son domnicile.-Civ. 143.

D. R. Mariage, 350 s; Acte de notor. 10. -;: supply. Marriage 172 s;
Demolombe I, No. 301; III, Nos. 63, 192, 194; Laurent, II No. 424.
Les articles 5 et 17 de la loi du 23 aot 1877 sur le tarif judiciaire
allouent au juge de Paix, pour l'acte de notorit, une piastre, et au
gr'efiier, pour assistance l'acte, cinquante centimes.
ART. 71. Loi du 4 aot 1924, art 5. L'acte de notorit :~
contiendra la declaration faite par trois tmoins majeurs, de
l'un ou de l'autre sexe, parents ou non parents, des prnoms,
noms, profession et domicile du future poux, et de ceux dle ses
pre et mre, s'ils sont connus; le lieu. et autant qu'il est pos-
sible, l'poque de sa naissance, et les causes qui empchent d'en
rapporter l'acte. Les tmoins signeront l'acte de notorit avec
le juge de paix, et s'il en est qui ne puissent ou ne sachent si-
gner, il en sera fait mention Civ. 70, 143.

Demolombe, 1 No. 301; 111, Nos. 63, 192-194; Laurent, II, No. 424.
(Il ne sera rclam en tout plus de Gdes 5.00 par le juge de paix
pour la dlivrance d'un acte de notorit. L'ancien art. 71 stipulait la
declaration pap sept tmoins, ne prcisait pas qu'ils devaient tre ma-
jeurs et ne fixait pas le tarif de l'act de nortorit.)
L'attribution faite aux juges de paix comprend la facult de rece-
voir tous actes de notorit, l'exception (le ceux concernant la pa-
lernit. 11 est clair que si le lgislateur et eu l'intention de donner
spcialement cette attribution aux tribunaux civil par eux-mmes, ou
par des juges qu'ils pourraient dlguer, il l'eut exprim dans la loi -
Cass. H. 20 nov. 1845.
ART. 72. L'acte authentique du consentement des pre et m- 7,
miod. par L.
re, ou aieuls et aieules, ou leur dfaut, de celui du conseil .'"P. ~ .
de famille contiendra les prnoms, noms, professions et domi-







-76-


74
par L.
SJuin 1907.
. P. 197. 4. 73)


75
id. par L.
juillle 1850
P. 50 4. 1A0)


ciles du future poux. et de tous ceux qui auront concouru l'ac-
te. ainsi que leur degr d(e parents -- Civ. 136. 143, 116. 168;
Pn. 154.

(D. Marriage. 35-1s: supply. cod. vo. 173: Demolombe. 1. No. 301;
111, No. 53-56: Laurent, 11, Nos. 31:. 320: Maread. sur l'art. 73; Au-
brv et Rau. 4e. ed. IV No. 466: Dl)nante et Cohnet de Santerre. 3e cd.
I No. 241: Duranton 11 No. 92.)
Alors unme que le tribunal civil serait habile coniatre des dif-
ficults qu'a fait natre le marriage entire un stranger et une hatienne,
revenue trangre par suite du dcret du 9 selpt. 1845. il n'est pas
moins vrai lquen reconnaissant a un acted, dress par un supplant du
juge e d paix d'lati. la force et l'autorit que l'art. 70 du code civil
attache a l'aictle de notorit fait par le juge de Paix du lieu de nais-
sance ou du domicile de l'poux qui ne peut se procurer son acte de
naissance et in rieconnaissant de simples lettres signes du pre de
l'poux la force et l'auloritt' de l'acte authentique du consentement
des pre et mre. le tribunal a conmi is une violation formelle des art.
70 et 72. et. par suite, a dpass les limits de ses attributions -- Cass.
H., 27 mars 1860.

ART. 73. Le marriage sera clbr dans la commune ou l'un
des deux poux aura sou domicile. Ce domicile, quaint au ma-
riage, s'tablira par six mois d'habitation continue dans la m-
me connunte Civ. 91, 151, 177.

1). R. Marige. 363 s: Suppl. eod. Vo. 182 s; Demuolombe, I No.
301; III Nos. 196-204: Laurent. Il, No. 425; Macard, art. 74; Duran-
ton 11, No. 220 D)eiante et Colnet de Sauterre 1, 3e. d. No. 233;
Aubrv et Rau, 4e d. V. No. 460.

ART. 74. -- Le jour dsign par les parties, aprs les dlais des
publications, I'officier de l'tat civil, en presence de quatre
tmoins, parents ou non parents, fera lecture aux parties des
pieces ci-dessus mentionnes, relatives leur tat et aux forma-
lits du marriage, ainsi que du chapitre VI de la loi sur le maria-
ge,traitant des droits et devoirs respectifs des poux. Il re-
cevra de chaque parties, l'une aprs l'autre, la declaration qu'el-
les veulent se prendre pour mari et femme; il prononcera, au
nom de la loi, qu'elles sont unies par le marriage et il en dres-
sera acte sur le champ.
D. R. Marriage, 367 s; Suppl. eod. Vo. 185 s; Demolombe, I, No.








-77-


301; III Nos. 26, 206-211 Laurent 1II, Nos. 426, 427; Aubry et Rau,
4e. ed. V. No. 466; Huc 11 No. 92; Marcad sur l'art. 36; Deinante et
Colhet de Santerre 3e. ed. I, No. 245 bis.
ART. 75. On noncera dans l'acte de marriage :
1") les prnomns, noms, professions, iges, lieux de naissance
et domiciles des poux;
2") s'ils sont majeurs ou miners;
3") les prnoms, noms. professions et domiciles des pres
et nmres;
4") le consentement des pres et mres, aeuls et aeules, et
celui du conseil de famille, dans les cas o ils sont re-
quis;
5") les actes respectueux, s'il en a t faith;
6") les publications dans les divers domiciles:
7") les opposition, s'il y en a eu; leur main-levee, ou la
mention qu'il n'y a point eu d'opposition;
8") la declaration des contractants de se prendre pour poux,
et le prononc de leur union par l'officier public;
9") les prnoms, noms, iges, professions et domiciles des
tmoins, et leur declaration s'ils sont parents ou allis
des parties, de quel cot et quel degr. Civ. 136 et s,
146, 158, 178.

D. H. Mariage. 378 s: Suppl. eo.d. 190; )iiiolonibe I, No. 301; III,
Nos. 212-214; Laurent. 11, Nos. 428, 429.


76
niod par L.
21 juiu 1m
(D. P. 1951.






j

i

i;



I


Chapitre IV

DES ACTES DE DECES. (1)

77
ART. 76. Aucune inhumation ne sera faite, sans une auto- med.
risation sur paper libre, de l'officier de l'Etat civil, et que

1) V. Loi du 6 aot 1880 et 22 dc. 1922 sur les officers de l'Etat Civik


~:'1vwa :.' "' '**"s *;








-78-


vingt quatre heures aprs le dcs, hors les cas prvus par les
rglements de police. 1. cr. 34; Pn. 13, 301s.-

D. R. acte de l't. civ. 285 s; Suppl. eod. 68 s; Demiolombe I, No.
302; Laurent, 11, No. 62; Lacantinerie-Fourcade 1, No. 903; Demante
et Colmet de Santerre, 3e. ed. 1 No. 114 bis; Huc I No. 350.
Le permits d'inhumner est ncessaire, dans tous les cas, pour proc-
der a Finhumation d'un cadavre, mme lorsqu'il s'agit d'un enfant
mort-n. Metz. 24 aot 1854, 1). P. 54. 5. 431.
V. loi d u27 octobre 1864 sur la police rurale art. 120, 121.
ART. 77. L'acte de dcs sera dress par I'officier (le l'tat
civil sur la declaration de deux tmoins. Ces tmoins seront,
s'il est possible, les deux plus proche parents ou voisins, ou,
lorsque une personnel sera dcde hors de son domicile, la per-
sonne chez laquelle elle sera dcde, et un parent ou autre. Civ.
35, 38, 51 et s, 85.-
D. R. Acte de l'Et. civ. 281, 303, 304; Demolombe, I, Nos. 277, 303;
Lacantineric et Fourcade, I No. 907, 909; Aubry et Rau, 5e. d. I No 61.
Le dcs contest, malgre la representation de l'acte de l'officier de
l'Etat civil le constatant, est une question de fait qui justified des me-
sures d'instruction. --- Cass. H. 26 janv. 1928, Aff. Simon-Raymond.
ART. 78. L'acte de dcs contiendra les prnoms, noms, ge,
profession et domicile noms de l'autre poux, si la personnel dcde tait marine ou
veuve; les prnoms, noms, ges, professions et domiciles des
dclarants, et, s'ils sont parents du dfunt, leur degr de pa-
rent.
Le mme acte contiendra de plus, autant qu'on pourra le
savoir, les prnoms, noms, professions et domicile des pre et
mre du dcd, et le lieu de sa naissance Civ. 35 et s, 51 et s.

D. R. acte de I't. civ. 282 s: Suppl. eod. Vo. 67 s; Demolombe I,
No. 304; Laurent 11 No. 62; Lacantinerie et Fourcade 1 No. 913; Du-
ranton 1 No. 323: Demnante et Colmet de Sauterre, 3e. ed. I No. 116;
Marcadl sur l'art. 79, No. 268.
L'ouverture de la succession d'une personnel, don't le cadavre a t
retire des eaux un certain temps aprs sa disparition, date, lorsque le
jour du dcs ne peut tre prouv, non du jour de la disparition,
mais du jour dle l'acte de l'tat civil qui constate officiellement le
dcs Cass. Fr. 27 juill. 1882, D. P. 83. 1. 462.








79 -

ART. 79. En cas de dcs dans les hpitaux militaires, ou au- as
mod. pu
tres maisons publiques, les suprieurs, directeurs, adminis- Juin"'
trateurs et matres de ces maisons, ou, leur dfaut, les chi-
rurgiens et autres employs d'icelles, seront tenus d'en fire
de suite la declaration l'officier de l'tat civil, qui en dresser
l'acte conformment aux articles 77 et 78, sur les dclarations
qui lui auront t faites et sur les renseignements qu'il aura
pris.
Il sera tenu, en outre, dans les dits hpitaux et maisons, des
registres destins inscrire ces declarations et ces renseigne-
ments. L'officier de l'tat civil qui recevra la declaration, en-
verra l'acte de dcs celui du dernier domicile de la person-
ne dcde, qui l'inscrira sur les registres Pn. 304, 305.
D. R. Acte de l't. civ. 308, 321 s; Suppl. cod. Vo. 78 s; Demolombe
1 Nos. 302, 306; Lacantinerie et Fourcade I No. 916; Demante et Col-
met de Santerre, 3e d. I No. 117 bis.
ART. 80. Lorsqu'il y aura des signes ou indices de mort vio- si.
lente ou d'autres circonstances qui donneront lieu de la soup-
onner, on ne pourra faire l'inhumation qu'aprs qu'un offi-
cier de police, assist d'un mdecin ou chirurgien, aura dres-
s procs-verbal de l'tat du cadavre, et des circonstances y re-
latives, ainsi que des renseignements qu'il aura pu recueillir
sur les prnoms, noms, ge, profession, lieu de naissance et
domicile de la personnel dcde. I, cr. 34; Pn. 304, 305.-

ART. 81. L'officier de police sera tenu de transmettre de
suite l'officier de l'tat civil du lieu o la personnel sera d-
cde tous les renseignements noncs dans le procs verbal,
d'aprs lesquels l'acte de dcs sera rdig.
L'officier de l'tat civil qui recevra la declaration ci-dessus,
en enverra une expedition celui du domicile de la personnel
dcde, s'il est connu; cette expedition sera inscrite sur les re-
gistres.


Demolombe I Nos. 279, 306, 308.









-80-


S3.


































n 189





a. par L.
io*i 1893
,I.pa L
* .94 .


ART. 82. Les greffiers au criminal, soit des tribunaux civils,
soit des commissions militaires, seront tenus d'envoyer, dans les
vingt quatre heures de l'excutions des jugements portant pei-
ne de mort, l'officier de l'tat civil du lieu o le condamn au-
ra t excut, tous les renseignements noncs en l'art. 78, d'a-
prs lesquels l'acte de dcs sera rdig I cr. 310 -; Pn. 13.
Deniolombe, 1, Nos. 306, 308.

ART. 83. En cas de dcs dans les prisons ou maisons de r-
clusion et de dtention, il en sera donn avis, sur le champ, par
les concierges ou gardens, l'officier de l'tat civil, qui rdi-
gera l'acte de dcs.
Dernolombe 1, Nos. 302, 306-308; Marcad, sur l'art. 84 No. I.

ART. 84. Dans tous les cas de mort violent, ou de dcs,
soit dans les prisons, soit dans les maisons de rclusion, ou
d'excution mort, il ne sera fait sur les registres aucune men-
tion de ces circonstances, et les actes de dcs seront simple-
ment rdigs dans les formes prescrites par l'art. 78.
D. R. acte de l't. civ. 314 s; Demolombe I, No. 305; Marcad, sur
l'art. 85 No. I.

ART. 85. En cas de dcs pendant un voyage de mer, il en
sera dress acte dans les vingt-quatre heures, en presence de
deux tmoins pris parmi les hommes de l'quipage. Cet acte
sera rdig, savoir: sur les btiments de la Rpublique, par
l'officier d'administration de la marine, et sur les btiments
particuliers, par le capitaine, matre ou patron du navire. L'ac-
te de dcs sera inscrit la suite du rle d'quipage Civ. 35
et s; 58 et s. 78, 794 et s.
Demolombe I, Nos. 302, 310.

ART. 86. Au premier port o le btiment abordera, soit de
relche, soit pour toute autre cause que celle de son dsarme-
ment, les officers de l'administration de la marine, capitaine,
maitre ou patron, qui auront rdig des actes de dcs, seront
tenus d'en dposer deux expeditions, conformment l'art. 59


' ~' -. -< '- r,li.sr







81-

Dans tous les cas o ces actes ne pouront tre rdigs par
crit, la declaration en sera faite aux autorits dsignes en l'art.
59, aussitt aprs l'arrive dans un port civ. 59 et s.

ART. 87. A l'arrive du btiment dans le port du dsarme-
ment, le rle d'quipage sera dpos au bureau de l'adminis-
trateur, ou son dfaut, celui du prpos d'administration
du lieu, qui enverra une expedition de l'acte de dcs, de lui
signe, au Grand-Juge. Seront ensuite observes cet gard
les formalits prescrites en l'art. 60, relativement aux actes
de naissance Civ. 41, 58 et s; 797.


Chapitre V


DE LA RECTIFICATION DES ACTES DE L'ETAT CIVIL.

ART. 88. Lorsque la rectification d'un acte de l'tat civil sera
demande, il y sera statu, par le tribunal competent et sur les
conclusions du ministre public. Les parties intresses seront
appeles, s'il y a lieu Civ. 55, 184; Pr. 753 et s; I. cr. 3.
D. R. Acte de l't. civ. 416 s; supply. eoil. 101 s; Demolombe, I Nos.
30-335; Laurent, II, Nos. 29-32, 34; Aubry et Rau, 5e. d. I No. 63;
acantinerie et Fourcade I Nos. 930, 939, 940 Huc I No. 359.
1) Les tribunaux franais sout seuls comptents pour connatre de
la rectification des actes de l'tat civil dresss en France, mme con-
cernant les trangers Paris 3 mars 1898, D. P. 98. 2. 120 Cass.
fr. 20 fv. 1901. D. P. 1902. 1. 9.
2) Les tribunaux francais peuvent rectifier l'acte de marriage d'un
franais reu en pays tranger et transcrit en France sur les regis-
tres conformment lFart. 171 du Code civil Paris, 4 fv. 1892,
D. P. 92. 2. 537.

AT. 89. Le jugement de rectification ne pourra, dans au-
un temps, tre oppos aux parties intresses qui ne l'auraient
point requis, ou qui n'y auraient pas t appeles Civ. 54,
88, 1136; Pr. 410 et s.
D. R. Acte de l't. civ. 465 s, 481 s; Suppl. eod. 123 Demolombe


99
mod. par L.
8 juin 1895
(D. P. 94 4. 4.)














2**


t1
.!


87
mod. par L.
8 juin 1893
(D. P. 94. 4.








-82 -

1. Nos. 330-335: Laurent. Il, No. 33: Aubry et Rau. Se. ed .1. p. 323;
IJieante et Colnet de Santerre, 3e. ed. 1 No. 129 bis.: lluc, 1 Nos.
362. 363: Lacant inerie e! Foucarde I No. 956.
1) Les effets de la rectification sont gnraux et absolus: le tribu-
nal qui la pronounce ne pomurrait donc en restreindre l'effet un seul
acted e la vie civil et dcrider, par exeniple. que cette rectification ne
vaudra que pour le marriage Rennes. 21 niai 1845. 1). P. 45. 4. 10.
2) L'expression & parties intresses ne s'appliqcie qu' ceux qui,
avant un intret direct et personnelt dans 1un acte de lFtat civil. sont
parties ncessaires la rectification de cet acte, de telle sorte qu'elle
ne peut tre dliniiive sans leur Iparticipltion, et non a des dbiteurs.
cranciers. fermiers, locataires et auitres tierces personnel qlui. n'ayant
point un intrt de ce genre. doivent rester tlrangers a celtte rectifi-
cation Metz. 23 janv. 1821.

101 ART. 90. Les jugements de rectification seront inscrits sur
iod. par L.
a juin 1893
D. P. 94.3 4.) es registrcs. Pir l'officier (le l'tat civil. aussitt quils lui ait-
ront t remis, et mention en sera faite en marge de l'acte refor-
m Civ. 41. 50. 51 -- Pr. 753.
1). H. Acte de l't. civ. 473 s; Deniolonibe, I, Nos. 285, 336: Laurent,
11, No. 29.


LOI NO. IV

DETERMINANT LE DOMICILE

102. ART. 91. Le domicile de tout haitien, quant l'exercice de
ses droits civil, est au lieu o il a son principal etablissement
(Civ. 11, 14, 102 et s, 151 s, 1033, 1044. 1050; Pr. 7. 59, 99;
Instr. crii. 73. 77 : Pen. 145)

D. R. Domicile 2 s. 6 s -; Suppl. eod. 3 s, 11. s. Demolombe, I
Nos. 338, 349 -- Laurent. 11, Nos. 65-72 -- Aubrv et Rau, 5c. d. I, 141
-144 -- Lacaniinerie et Fourcade. I. Nos. 960-963.
V. L. lectorale du 24 aot 1872, art. 6 et 7.
1. La question de savoir o se trouive le domicile d'une personnel
est une question de fait. qui est rsolue souverainement par les juges
du fond. Cass. fr. 27 mai 1884, 1). P. 84, 1.437; 29 nov. 1880, 1). P. 90
1.171.
2. La signification d'un exploit faite l'pouse du dfendeur qui
n'a pas d'autre domicile que celui de ce dernier est considre com-
me ayant t faite au domicile de son mari. (Cass. H. 16 mars 1905).
3. La question de savoir en quel lieu se trouve le domicile d'un







-83 -

citoven, consistent dterminer o celui-ci a eu l'initiative de fixer
son principal tablissement, est essentiellement une question de fait,
qui rentre dans le pouvoir souverain des juges du fond. kCass. fr. 21
t. Si le demandeur a confondu, sans raisons suftisanles, une rsi-
dence passagre avel- le domicile rel du dfendetr, action serait ir-
rLguliremnent introduite. (Cass. fr. 17 tv. [862. 1). P. 72. 1. 276.
5. Les socitls doivent tre considres comme domicilies au lieu
ot existe le sibge principal de leurs operations, bien que leur sige
social ait t fixe par les status dans tiut autlre lieu. Cass. fr. 13 mars
1865, D. P. 65. 1. 228.

ART. 92. Dans le cas de changement de domicile, on devra At. m0-l u .
en faire la declaration tant a la justice de paix du lieu que l'on
quitte, qu' celle du lieu o l'on transfer son domicile.

1). P. Domicile 23, s: 31 s Suppl. eod. 28 s, 33 s -- Demoloinbe I
\.. 3,50(-355; Lau rent Il, Nus. 7-80 : Aubry et lau, 5e. d. 1, No.
1 14-; i)enante et Colimet de SanterIv, 3e. d. 1, No. 134 ; Lacantine-
ric et Foureade. 1. No. 1023.
1. l'ne simple dclarat ion, failed seulement dans la commune o
uini personnel v'ient habiter ne siffilt pas pour tablir intention d'y
fire son principal ('tablisseiiient. Agen, 10 avr. 1900, 1). P. 1900, 2.430.
2. le judge de Pai\ apprcie sou'crainemenit lai sincrit de la dou-
ll[" declaration de changement de domicile faite, c4nfornmment
i'art. 101) du Code Ci il par des citoyens qui rclamient leur inscrip-
tion sur la listed lecto-ale d'uIne conmmunune tant la mairie de cette
co(inuune qu' la mairie de la coiunuine qu'ils quittent (Cass. fr. 14
mai 1901. 1). 1P. 1912. 1. 39)
3. Celui qui. depuis plusieurs annes, a abandonn son domicile
d'origine pour s'lablir dans un autire lieu, o il a toujours rsid et
oi il a min le siwge de ses affaires, peut tre valablement assign ce
lieu. surtout lorsqu'il s'agit d'une demand en paiement de loyer. La
declaration du domicile resulle le plus souvent dle circonstances de
fait que les premiers judges apprcient souverainemenr.
(Cass. H. 14 a%-r 1891).
4. L'individu qui abandonne sa residence dans une section rural
et la transport dans une autrel section ruriale e la mme commune
n'a pas change de domicile dans le sens de l'art. 92 C. Civ. (Cass. H.
13 janv. 1905).
5. Les faits relatifs la consolation du domicile ou de la residence
clhappent a li'aiprcia ion du tribunal de Cassation. Cass. Il. 13 janv.
1912.

ART. 93. Le citoyen appel une function publique, tempo- loi.
raire ou rvocable, conserve le domicile qu'il avait auparavant,
s'il n'a pas fait de declaration contraire.








-84-


D. R. Domicile 98 s : Suppl. eod. v. (2 : I)emolombe 1 Nos. 356,
364, 366: Laurent II No. 88 .--: Duranton, 1, Nos. 362, 363 --; Iuc.
I No. 381 --; Lacantinerie et Fourcade. 1 No. 970.
1. Le jeune honmne qui faith son service militaire conserve le do-
micile qu'il a ait auplaravant : il 'est pas domicili pendant la dure
de son service dans les diverse garnisons o il peut tre envoy (Bor-
deaux, 21 nov. 1901, 1). P. 1903, 3.499)
2. Le citoyen appel une function publique temporaire ou rvo-
cable conserve le domicile qu'il avait auparavant, s'il n'a pas manifes-
t d'intention contraire (Cass. fr. 26 mars 1900. D. P. 1906, 1. 217.
3. Les circonstances qui sont de nature a tablir, de la part d'un
citoyen appel une function publique temporaire ou revocable, la
volont, soit de transporter son domicile au lieu de ses functions, soit
de in pas changer de domicile, sont souverainement apprcies par
les juges du fait. Cass. fr. 28 niai 1872, D. P. 72. 1. 246.
mU7. ART. 94. L'acceptation de functions confres vie enmpor-
tera translation immediate du domicile du fonctionnaire dans
le lieu oi il doit exercer ses functions.

1). R. Domicile, 101 s. Suppl. eod. 63 s. ---; Demolombe. 1 Nos.
356. 364, 366 Laurent 11, Nos. 90-95 -; Duranton, 1, No. 361; -
Demante et Colmet de Santerre 3e. d. J No. 136 -; Aubry et Rau 5e.
1, No. 143 -: Lacantinerie et Fourcade 1, No. 971.
L'acceptation de functions n'emporte translation immediate du do-
micile du fonctionnaire danis le lieu o il doit les exercer, qu'autant
qu'il s'agit de functions vie. Cass. fr. 8 av. 1906, D. P. 1906. 1. 217.

no. ar. ART. 95. La femme marine n'a point d'autre domicile que ce-
6 frier 18 1 1
(u. ". 93. ;, lui (le son mari.
Le mineur non mancip aura son domicile chez ses pre et
mre ou chez son tuteur.
Le majeur interdit aura le sien chez son curateur. Civ. 198,
351, 414 et s.
D. R. Domicile, 57 s Suppl. eod. v. 41 s. -; Demolombe, I, Nos.
356, 364, 370 Laurent, II Nos. 73, 74, 77, 84, 85,86, 87, 89; IV Nos.
447, 451 -; Lacantinerie et Fourcade, I, No. 977 -; Aubry et Rau,
5e. d. 1, No. 143.
1. L'autorisation accorde la femme de faire le commerce peut
entrainer pour elle, comme consequence, l'acquisition d'un domicile
particulier distinct de celui de son mari; ce domicile lui sert de cen-
tre pour toutes ses operations commercials et determine la compten-
ce du tribunal en cas de faillite. Cass. fr. 12 juin 1883, D. P. 83. 1. 381.
2. La seule presence du mari dans une chambre ou une maison
loue ne suffit pas faire de celles-ci le toit conjugal o la femme est








85-

tenue de rsider. Le toit conjugal tant dj constitu dans un lieu d-
termin, il faut le concourse de diverse circonstances pour qu'on puis-
se prtendre qu'il y a eu transport du toit conjugal en un autre lieu.
Ces circonstances manquant, c'et plutt le mari qui a abandonn la
femme au toit conjugal.- Cass. H. 28 mai 1928, Aff. Chassaing-
lHodgson.

ART. 96. Les majeurs qui servent ou travaillent habituel- .
element chez autrui, auront le mme domicile que la personnel
qu'ils servent ou chez laquelle ils travaillent, lorsqu'ils demeu-
rent avec elle dans la mme maison.
I). R. Domicile, 116 s: - Suppl. eod. v. 71 s -- Demolombe. 1, Nos.
356, 367, 369; Laurent. 11 Nos. 96, 97 Hue, 11, No. 390 -; Lacanti-
neric et Fourcade, 1. No. 1001: Aubry et Rau. 5e. d. 1 No. 143 -;
D)niante et Colmet de Santerre, 2e d. 1, No. 138.
Lart. 109 a un caractre absolu; il s'applique ds lors, sans que les
serviteurs aient fire une declaration de changement de domicile
quelconque. Bourges, 29 juillet 1896, D. P. 97. 2. 364.
Aur. 97. Le lieu ou la succession s'ouvrira sera dternin ue.
par le domicile du dfunt. Civ. 643, 652, 781, 940.
D. R. Domicile 18 s, 46 s, 52, 91, 138 s -; Suppl. eod. v. 87 -; De-
miolombe, Nos. 339, 341 --; Laurent, 11. Nos. 100, 102; VIII Nos. 524,
529 -- Aubry et Rau 5e. d. I, No. 145 -; Dl)eante et Colmet de
Santerre, 3e. d. 1, No. 123 bis -- Hue, I, Nos. 368 et 191 -; Lacan-
tinerie et Fourcade, I, No. 965.
1. La demand en liquidation et partage de la succession d'un in-
terdit doit tre porte. non par devant le tribunal qui a prononc
Interdiction, mais devant le tribunal du lieu du domicile lgal au
imomienut de son dcs. (Cass. fr. 26 oct. 1892 1). P. 93. 1. 14).
2. Le domicile de fait d'un tranger en France est suffisant pour
fixer le lieu d'ouverture de sa succession. Paris, 19 juin 1894, D. P.
94. 2. 513; Cass. fr. 1er juillet 1895, D. P. 95. 1. 344.
3. L'tranger n'a pas de domicile rel en aIIiti. Lorsqu'il dcde t
en Hati son domicile n'est pas forcment sa dernire residence. Le ]
tribunal du sige principal de ses affaires et du domicile de ses h-
ritiers est competent pour le rglement des questions de succession. -
Cass. H. 25 mai 1893, Aff. McGuffie.
ART. 98. Lorsqu'un acte contiendra, de la part des parties it.
ou de l'une d'elles, election de domicile pour l'excution de ce
mme acte dans un autre lieu que celui du domicile rel, les
significations, demanded et poursuites relatives cet acte, pour-
ront tre faites au domicile convenu, et devant le juge de ce









-- 86-

domicile. Civ. 162, 1033, 1044-6, 1050, 1915, 1919. 1950; -
Pr. 69, 505.

D. R. Domicile lu, 1, s; --Suppl. eod. I, s. Demolomib, I Nos.
252, 371. 382; Laurent 11, Nos. 110-113: --- Aulbry et Rau, 5e d. 1.
Nos. 140. 545, 516; Hue, 1. No. 393 --: D)eanute et (olmei lde San-
terre 3e. d. 1. No. 140 bis ; )uranton, 1, No. 381 LIcaantinerie et
Fourcade I Nos. 1032-1054.
Lorsque diffcrents jugcments ont reconnu tel domicile a une parties,
si, dep ont tabli iun noveau domicile, sans qu'elle y ait contredit ce silen-
ce entraine prsomption lgal e Ie lacceptalion du nouveau domicile.
Cass. Il. 17 juillet 1848.
2. Une compagnie de chemin de fer est valablement touche par les
exploits et significations qui lui sont adresses dans une gare suceur-
sale constituent iun domicile, et qui sont relatifs aux opratio!ns de cet-
te succursale. (Cass. fr. 30 juin 1891, D. P. 94. 1. 539 Rennes, 22
Janv. 1893, 1). P. (94, 2. 327 --; Cass. fr. 15 avril 1893, D. P. 94. 1. 539 -
Paris, 15 dc. 1896, 1). P. 97. 2. 126.)
Par application de la rgle de droit commun dicte par l'art.
1165, I'lection de domiicile faite par les parties, pour l'excution d'un
acte, daus un lieu autre que celui de leur domicile rel, n'a d'effet
qu'entre elles et ne peut tre oppose aux tiers. (iancv. 13 mai 1893.
D. P. 942.2. 439. ; Cass. fr. 22 juin 1896. D. P. 98. 1. 83)
4. Une assignation en payment du prix des fournitures peut tre
valablement donrne au lieu o l'acheteur a son domicile apparent et
oi les dites fournitures ont t faites, le march contenant au be-
soin election implicit de domicile en ce lieu. Trib. civ. Bordeaux,
21 fv. 18941, 1). I. 99. 2. 33.
5. La faculty confre par l'art. 111 est dmonstrative et non limi-
tative; le domicile lu peut, ainsi, tre le mme que le domicile rel,
en tell sorte que le changement de domicile de la parties ne change
pas le lieu (le l'excution dle l'acte. Pau, 15 mai 1886, D. P. 88. 2. 152.
6. Les exploits d'ajournement peuvent tre signifies au domicile
lu. Cass. fr. 25 nov. 1874, I). P. 75. 1. 358; 21 dc. 1875, D. P. 76. 1.
271.
7. IL'action en nullit d'offres relles est compltement porte de-
vant le juge du domicile lu dans l'acte d'offres. (Pau, 23 mai 1894,
D. P. 94 2. 372.)
8. I'lcection de domicile chez notaire ne confre pas celui-ci
le droit de recevoir payment pour le crancier. Cass. fr. 25 Janv.
1893, D. P. 93. 1. 183.
9. I'leciioni dc domic.ile, drogeant aux rgles (u duroit commun
en ce qui concern la jurisdiction et le lieu de notification des actes de
procdure. n'e pas susceptible d'extension et oblige une strict in-
terprctation dans l'examen des causes pour lesquelles les parties ont
convenu de la far. Cass. Il. 19 dc. 1924. Alf. Marquez-Moens.


-7







-87-


LOI No. V

CONCERNANT LES ABSENTS


Chapitre Premier


De la Prsonmption d'4Absence.

ART. 99. S'il y a ncessit dle pourvoir administration de iu
tout ou parties des biens laisss par une personnel prsume ab-
sente, et qui n'a point de procureur fond, il y sera statu par
le tribunal civil, sur la demand des parties intresses. Civ.
29, 696, 956; Pr. 756.
1). !l. Absence, 1, 31 s ---: Suppl,. eod. 4 s -; Deinolombe, 11, Nos.
10. 18-20, 22-28, 31-40; Laurcnt, 1l ,Nos. 134-141 -; Aubry et Rau,
5e. d. I, Nos. 147, 149 -; Demante et Colmet de Santerre, 3e. d.
I, No. 141, 146 bis -; Hue, I, Nos, 394404 -; Lacantinerie et Four-
cade, I, Nos. 1055, 1878 -; Duranton I, No. 393; Marcad, sur l'art.
112.
Il appartient aux juges du fond d'apprcier souverainement d'a-
prs les faits, s'il y a ou s'il n'y a pas incertitude sur l'existence de la
personnel. Cass. fr. 21 Nov. 1887, D. P. 88, 1, 165.
RT. 100. Le tribunal, la requte de la parties la plus dili- Mu
ente commettra un parent ou ami pour reprsenter les prsu-
s absents, dans les inventaires, comptes, partages et liquida-
tions dans lesquels ils seront intresss. Civ. 678, 1728, 1761;
Pr. 756.
D. R. Absence, 120 s; Suppl. eod. 10 -; Demolombe, II, Nos. 40-
45 -; Laurent II No. 142 -; Aubry et Rau, 5e. d. I No. 149 -;
Demante et Colniet de Santerre, 3e. d. I, No. 147 -; Lacantinerie et
Fourcade, I, No. 1070 s -; Marcad art. 113 -; Hue, I, No. 402.
Tarif judic. 23 aot 1877, art. 89-90 : La requte pour fire com-
mettre un parent, un ami, est taxe lp.
Le jugement qui nomme une personnel en tat de prsomption
'absence un mandataire charge de la reprsenter n'a point l'autorit
e la chose juge.
En consequence, les tiers contre lesquels ce mandataire introduit une
action, au nom du prtendu absent, sont fonds y rpondre, en con-








88-

testant l'tat ld'absence en vertu duquel a eu lieu la nomination. (Ren-
nes, 11 juill. 1891, D. P. 92. 2. 142)
ii ART. 101. Le ministre public est spcialement charge de
veiller aux intrts des personnel prsumes absentes; et il sera
entendu sur toutes les demands qui les concernent. Civ. 109,
113 et s; Pr. 89, 756.
D. R. Absence 70 s, --; Suppl. eod. 8 -; Demolombe II, Nos. 29-
30 -: Laurent, II, Nos. 138-139 -; Aubry et Rau 5e. d. No. 149- De-
mante et Colmet de Santerre 3e. d. I, No. 148 bis -; Huc I, No. 303
: Lacantinerie et Fourcade I, No. 1076 -; Duranton, I, No. 307.


Chapitre II

DE LA DECLARATION DE L'ABSENCE

mod. ART. 102. Lorsqu'une personnel aura cess de paratre au lieu
de son domicile ou de sa residence, et que depuis une anne on
n'en aura point eu de nouvelles, les parties intresses pourront
se pourvoir devant le tribunal civil du resort, afin que l'absence
soit dclare. Pr. 756.
D. R. Absence 141 s -; Suppl. eod. 11 s -; Demolombe, II Nos.
40, 53, 57, 67, 151, 158 -; Lacantinerie et Fourcade I, No. 1087 -;
Hue I, No. 409; Aubry et Rau, V" d. I, No. 151.
L'article 115 du C. Civ. relatif la declaration d'absence, s'appli-
que aux trangers aussi bien qu'aux franais, la declaration d'absence
et les measures qui en sont la suite ayant un caractre purement provi-
soire et conservatoire et ne touchant en aucune faon l'tat ou la
capacity du prsum absent. Cass. fr. 27 dc. 1897, D. P. 1901. 1. 40)
116 ART. 103. Pour constater l'absence, le tribunal, d'aprs les
pices et documents products, ordonnera qu'une enqute soit
faite, contradictoirement avec le ministre public, dans le res-
sort du domicile et dans celui de la residence. s'ils sont distincts
l'un de l'autre. Civ. 91, 193, 243; Pr. 756.

Demolombe, II, Nos. 66-68 -; Laurent, II, No. 159 -; Duranton I,
No. 452 -; Marcad sur l'art. 136 No. I -; Aubry et Rau, 5e. d. 1,
No. 151 -; Lacantinerie et Fourcade, I, No. 1096-; Demante et Col-
met de Santerre 3e. d. I, No. 151 bis; Huc I, No. 416.







-89-
89 -

ART. 104. Le tribunal, en statuant sur la demand, aura 117
gard aux motifs de l'absence, et aux causes qui ont pu emp-
cher d'avoir des nouvelles de la personnel prsume absente.

D. R. Absence, 186 s -; Demolombe, 11, No. 52 -; Laurent II, Nos.
160 -; Lacantinerie et Fourcade, I, No. 1995.
ART. 105. Le jugement de declaration d'absence ne sera na. u
mod.
rendu que six mois aprs celui qui aura ordonn l'enqute; et
le ministre public, aussitt que les jugements tant prparatoi-
res que dfinitifs seront rendus, les enverra au Grand-Juge, qui
les rendra publics par la voie de la gazette officielle.
D. R. Absence 196 s; Suppl. eod. 18 -; Demolombe II, Nos. 63-
67 -; Laurent II, No. 163 -; Lacantinerie et Fourcade, I, No. 1900
; Hue No. 416; Aubry et Rai 5e. d. No. 153.


Chapitre II1

DES EFFECTS DE L'ABSENCE

Des effects de l'absence relativement aux biens que
l'absent possdait au jour de sa disparition.

ART. 106. Dans le cas o l'absent n'aurait point laiss de 120
procuration pour l'administration de ses biens, ses hritiers pr-
somptifs au jour de sa disparition ou de ses dernires nouvel-
les, pourront, en vertu du jugement dfinitif qui aura dclar
l'absence, se faire envoyer en possession provisoire des biens
qui appartenaient l'absent au jour de son dpart ou de ses
dernires nouvelles, la charge de donner caution pour la
sret de leur administration. Civ. 293 et s, 676, 1728 et s,
1775, 1893; Pr. 442, 752.

D. R. Absence 203 s -; Suppl. eod. 19 s -; Demolombe II, Nos.
32, 41, 53, 73-97, 11-93, 121-146 Laurent II, Nos. 162, 163, 166, 167,
197 -; Lacantinerie et Fourcade I, No. 1103 s -; Aubry et Rau Se.
d. 1, No. 152 -; Duranton I, No. 431 -; Demante et Colmet de
Santerre, 3e. d. I, No. 156 -; Hue, I, No. 411.


4. -







-90-


1. Il ya violation de l'article 106 du Code Civil, et par consquent
nullit du jugement lorsque Ihritier prsomptif a t envoy en pos-
session des biens des hritiers absents sans avoir pralablement four-
ni caution pour la sret et garantie des droits des hritiers absents.
(Cass. H. 11 Janvier 1899).
2. Les donations faites par l'absent ne deviennent rductibles que
par l'effet de son dcs prouv et au profit de ses hritiers; les en-
voyvs en possession, ne pouvant pas prouver le dcs, ne seront pas
recevables dans leur action. Cass. fr. 24 fv. 1862, D. P. 73. 2. 19.
3. Le tribunal peut prononcer l'envoi en possession provisoire par
le jutgement mme qui dclare l'absence. Grenobles, 23 dc. 1876.
1u ART. 107. Si l'absent a laiss une procuration, ses hritiers
mad
prsomptifs ne pourront poursuivre la declaration d'absence
et l'envoi en possession provisoire, qu'aprs cinq annes rvo-
lues depuis sa disparition ou depuis ses dernires nouvelles.
Demolombe, II, Nos. 11, 50, 54-56 -; Laurent, II, No. 155.
i2! ART. 108. Si la procuration d'un absent venait cesser a-
vant l'expiration des cinq annes, il sera pourvu l'administra-
tion de ses biens, comme il est dit l'art. 99, dater du jour
o a cess la procuration jusqu' l'expiration des dites cinq an-
nes.
128 ART. 109 Lorsque les hritiers prsomptifs auront obtenu
l'envoi provisoire, le testament, s'il en existe un, sera ouvert
la rquisition des parties intresses ou du ministre public,
par le doyen du tribunal civil; et les lgataires, les donataires,
ainsi que tous ceux qui avaient sur les biens de l'absent des
droits subordonns la condition de son dcs, pourront les
exercer provisoirement, la charge de donner caution. Civ. 101,
123, 572, 676, 810, 817, 1775; Pr. 442.

D. R. Absence, 238 s Suppl. eod. 22; Demolombe II, Nos. 71-
87, 91-93, 121-145 -; Laurent II, Nos. 164, 165 -; Aubry et Rau, 5e.
No. 153; Lacantinerie et Fourcade I. No. 1109 -; Marcad sur l'art.
124 Demante et Colmet de Santerre 3e. d. I No. 157 bis;

:R ART. 110. L'poux commun en biens, s'il opte pour la con-
tinuation de la communaut, pourra empcher l'envoi provisoi-
re et l'exercice provisoire de tous les droits subordonns la








-91-


condition du dcs de l'absent, et prendre ou conserver par pr-
frence l'administration des biens de l'absent. Si l"poux de-
mande la dissolution provisoire de la communaut, il exercera
ses reprises et tous ses droits lgaux et conventionnels, la char-
ge de donner caution pour les choses susceptibles de restitution.
Civ. 207; Pr. 442, 760.

ART. 111. La femme, en optant pour la continuation de la ia4
communaut, conservera le droit d'y renoncer ensuite. Civ.'
1185, 1194, 1212, 1238, 1277, 1775, 1806.
D. R. Absence 370 s; Suppl. eod. 45; Demolombe 11, Nos. 269 -306;
Laurent II, Nos. 200-212; Lacantinerie-Fourcade I, No. 1182 s; Aubry
et Rau 5e. dit. I, No. 155 -; Hue I, No. 423 -; Demante at Colniet
de Santerre, 3e. d. No. 158 bis; Marcad, sur l'art. 124 No. 2.
La femme d'un absent qui a opt pour la continuation de la commu-
naut ne jouit pas de tous les droits attribus par la loi au mari chef
de la communaut; elle n'est, come tous les envoys en possession
provisoire, qu'un dpositaire des biens de la communaut et de ceux_
de l'absent don't elle ne peut disposer. Orlans, 22 Nov. 1850, D. P.
51. 2. 70.
ART. 112. La possession provisoire ne sera qu'un dpt qui u'
donnera, ceux qui l'obtiendront, l'administration des biens de
l'absent, et qui les rendra comptables envers lui, en cas qu'il re-
paraisse ou qu'on ait de ses nouvelles.
D. R. Absence, 266 s -; Suppl. eod. 24 s -; Demolombe, II, Nos.
100-109, 137 -; Laurent, II, Nos. 168, 169, 175, 189; XXV, No. 49; Au-
bry, et Rau, 3e. d. I, No. 152 s -; Lacantinerie-Fourcade, I, Nos. 1101,
1121-1139; Hue, I, No. 434 -; Colmet de Santerre, 3e. d. I, No.
159.
ART. 113. Ceux qui auront obtenu l'envoi provisoire, ou 1'- 116
poux qui aura opt pour la continuation de la communaut, de-
vront faire procder l'inventaire du mobilier et des titres de
l'absent, en presence du ministre public prs le tribunal civil
du resort, ou d'un juge de paix requis par le dit ministre pu-
blic. Civ. 101, 106.

ART. 114. Le tribunal ordonnera, s'il y a lieu, de vendre tout 126 2e. .li.
ou parties du mobilier; dans le cas de vente, il sera fait emploi








92 -

du prix ainsi que des fruits chus. Pr. 833 et s.
Demolombe II, No. 95 -; Demante et Colmet de Santerre, 3e. d.
I, No. 160 bis -; Lacantinerie et Fourcade, No. 1117 -; Duranton I,
No. 478 -; Huc I, No. 432.
L'obligation de faire emploi pour le prix du mobilier don't le tribu-
nal a ordonn la vente, s'tend aux capitaux dus l'absent et rembour-
ss aux envoys en rorwssion provisoire. Orlans 22 nov. 1850, D. P.
51. 2. 70.
12a6 ART. 115. Ceux qui auront obtenu l'envoi provisoire, pour-
ront requrir pour leur sret, du tribunal civil, qu'il soit pro-
cd la visit des immeubles, l'effet d'en constater l'tat.
Le rapport des experts sera homologu en presence du minist-
re public. Les frais en seront pris sur les biens de l'absent.
Civ. 101, 492, 1501, 1502; Pr. 316, 321.

D. R. Absence 279 s; Suppl. eod. No. 30 s -; Demolombe, II,
No. 94-99; Laurent, II, Nos. 170-174; Aubry et Rau 5e. I, No. 153 -;
Lacantinerie et Fourcade I, No. 1116 s; Duranton I, No. 476; Hue
I, No. 421, 433.
127 ART. 116. Ceux qui, par suite de l'envoi provisoire, ou de l'ad-
mod.
ministration lgale, auront joui des biens de l'absent, ne seront
tenus de lui rendre que le cinquime du revenue net, s'il reparait
avant dix ans rvolus depuis le jour de sa disparition; et le dixi-
me, s'il ne reparat qu'aprs les dix ans.
Aprs vingt ans rvolus, la totalit des revenues leur appartien-
dra. Civ. 127, 1187.
D. R. Absence 303 s, 413s -; Suppl. eod. vo. 33 s, 52 s -; Demolom-
lombe, II, Nos. 120, 127, 187 -; Laurent II, Nos. 190, 194 -; Lacan-
tinerie et Fourcade I, Nos. 1059, 1141, s, 1202 -; Aubry et Rau, 5e.
d. I, No. 154 -; Duranton, I, No. 496-; Hue I, No. 440 -; Demante
et Colmet de Santerre, 3e. d. I, No. 161 bis.
128 ART. 117. Tous ceux qui ne jouiront qu'en vertu de l'envoi
provisoire, ne pourront aliner ni hypothquer les immeubles de
l'absent. Civ. 112, 121, 124, 1892.
D. R. Absence, 283 s, 357 s -; Demolombe II, Nos. 111-119, 137 -
Laurent, II Nos. 178-186 : XXX No. 485; XXVIII No. 346 -; Lacanti-
nerie et Fourcade I, No. 1133, 1140 -; Duranton I, No. 484 -; Huc I,
No. 436 -; Aubry et Rau, 5e. d. I, No. 153 -; Marcad sur l'art. 128,
No. 2.-







-93-

La prohibition d'aliner faite ceux qui ne jouissent qu'en vertu
de l'envoi provisoire ne porte que sur les immeubles de l'absent; ils
peuvent ds lors consentir la cession d'une crance. Bordeaux 20 Nov.
1846. D. P. 46 4.1.-
ART. 118. Si l'absence a continue pendant vingt ans, depuis
l'envoi provisoire, ou depuis l'poque laquelle l'poux com-
mun aura pris l'administration des biens de l'absent, ou s'il s'est
coul cent ans rvolus depuis la naissance de l'absent, les cau-
tions seront dcharges; tous les ayants-droits pourront deman-
der le partage des biens de l'absent et faire prononcer l'envoi
dfinitif par le tribunal. Civ. 106, 127, 674 et s.


D. R. Absence 426 s -; Suppl. eod. 56 s -; Demolombe II, Nos.
128, 149, 153, 160, 161 -; Laurent, II, Nos. 199, 222-231 -; Lacanti-
nerie-Fourcade, I, Nos. 1216-1228 -; Aubry et Rau, 5e. d. I, Nos.
156-157; Huc I, No. 343; Duranton, I, No. 505 -; Demante et Col-
met de Santerre, 3e. d. I, No. 170.

ART. 119. La succession de l'absent sera ouverte du jour de
son dcs prouv, au profit des hritiers les plus proches cette
poque; et ceux qui auraient joui des biens de l'absent, seront
tenus de les restituer, sous la reserve des fruits par eux acquis
en vertu de l'article 116. Civ. 97, 106, 127, 578, 1135, 2030.

Demolombe II, Nos. 188-189, 191, 193, 195-198 -; Laurent, II, Nos.
42-244; Duranton, I, Nos. 530, 531 -; Aubry et Rau, 5e. d. I, 157;
Huc I, No. 465; Lacantinerie et Fourcade I, Nos. 1174, 1245-
248 Deniante et Colmet de Santerre, 3e. d. I, No. 176 bis; -Mar-
d sur lart. 130, No. 5. -
ART. 120. Si l'absent reparat, ou si son existence est prou-
ve pendant l'envoi provisoire, les effects du jugement qui aura
dclar l'absence, cesseront, sans prejudice, s'il y a lieu, des me-
sures conservatoires prescrites au chapitre premier de la pr-
sente loi, pour l'administration de ses biens.
D. R. Absence 579. Demolombe II, Nos. 190, 192. Laurent II,
No. 232; Aubry et Rau 5e. d. I, No. 154. Demante et Colmet de
Santerre, 3e. d. I, Nos. 171, 173. Lacantinerie-Fourcade, I, Nos.
1173.
ART. 121. Si l'absent reparait, ou si son existence est prouve,


*



zma
.M1


A






II.


uu
4.







-94-


mme aprs l'envoi dfinitif, il recouvrera ses biens dans l'tat
o ils se trouveront, le prix de ceux qui auraient t alins, ou
les biens provenant de l'emploi qui aurait t fait du prix de ses
biens vendus. Civ. 113 et s. 127.

D. R. Absence, 584. Demolombe, II, 154-158, 165-177. --- Aubry
et Rau 5e. d. I, No. 157, V. No. 157. Lacantinerie et Fourcade I,
Nos. 1229, 1231, 1232, 1242, 1245. -
33 ART. 122. Les enfants et descendants de l'absent pourront -
m'd.
galenmeut dans les vingt ans. computer de l'envoi dfinitif, de-
mander la restitution de ses biens, comme il est dit en l'article
prcdent. Civ. 106, 118.

D. R. Absence, 572 s Suppl. eod. 95 s - Demolombe II, Nos.
181, 189, 204 - Laurent II, No. 232-241; Aubry et Rau, 5e. d. I
Nos. 152, 757 --; Lacantinerie et Fourcade, I, Nos. 1152, 1179, 1247,
1248, 1249, 1263 Duranton 1, Nos. 592, 593 -- Deniante et Colmet
133 No. 4. -
134 ART. 123. Aprs le jugement de declaration d'absence, toute
personnel qui aurait des droits exercer contre l'absent ne pour-
ra les poursuivre que contre ceux qui auront t envoys en pos-
session des biens, ou qui en auront l'administration lgale. Civ.
106, 110, 118.

D. R. Absence 341 s -; Suppl. eod. 39 s -; Deniolombc II, Nos.
190, 197; Laurent II, Nos. 188-189; Aubry et Rau, 5e. d. I, No.
152 -; Lacantinerie et Fourcade I, Nos. 1930, 1932, 1936; Demante
et Colmet de Santerrc 3e. d. 1, Nos. 149 bis; Huc I Nos. 434, 435.


SECTION II


Des effects de l'absence, relativement aux droits

ventuels qui peuvent computer l'absent.

Us ART. 124. Quiconque rclamera un droit chu un individu
don't l'existence ne sera pas reconnue, devra prouver que le dit
individu existait quand le'droit a t ouvert : jusqu' cette preu-







-95 -


ve il sera dclar non recevable dans sa demand. Civ. 99 et s,
106, 118, 585, 604, 676, 845.

D. R. Absence 341 s; supply. eod. 39 a.

ART. 125. S'il s'ouvre une succession laquelle soit appel un
individu don't l'existence n'est pas reconnue, elle sera dvolue
exclusivement ceux avec lesquels il aurait eu le droit de con-
courir, ou ceux qui l'auraient recueillie son dfaut. Civ. 585,
634, 676, 845.

D. R. Absence 476 s Suppl. eod. 77 s Demolombe II, No. 200-
213; Lacantinerie Fourcade, I, Nos. 1257-1269; Aubry et Rau 5e.
1, No. 158; Demante et Colnet de Santerre, 3e. d. 1, No. 179 bis;
Hlue, I, Nos. 447-449; Duranton 1, Nos. 535-536.
1. Les personnel qui recueillent une hrdit dfaut de l'absent
lne sont pas tenues de dresser un inventaire en presence d'un notaire
nomm cet effet pour reprsenter l'absent : L'art. 113 ne s'applique
pas aux successions ouvertes depuis la disparition de l'absent. -
Bruxelles 18 Nov. 1886, D. P. 87, 2, 155.
2. Les dispositions des art. 135 et 136 qui excluent l'absent au
profit de ses cohritiers ou de ceux qui sont appels son dfaut,
constituent un droit en faveur de ces derniers : ils peuvent donc re-
noncer l'exercer en reconnaissant, ou tout au moins en ne contestant
pas, l'existence de l'absent. Mme arrt.
3. L'article 135, qui impose toute personnel rclamant un droit
chu un individu don't l'existence n'est pas reconnue, l'obligation
d'tablir que celui-ci existait lorsque le droit a t ouvert, ne s'appli-
que qu' ceux qui font une telle reclamation dans leur intrt person-
nel. Alger, 25 octobre 1897. D. P. 99, 2, 291.
4. 11 rsulte de la rdaction de ces deux articles qu'ils s'appliquent
toute personnel don't l'cxistence est devenue incertaine, sans qu'il y
ait distinguer entire le cas de l'absence dclare et celui de l'absence
prsume. -- Alger, 4 mai 1896, D. P. 97. 2. 364; -- Paris, 25 Nov.
1903, D. P. 1904, 2. 318 Cass. fr. 8 mars 1904, D. P. 1904, 1. 246;
Nimes, 22 mars 1909, D. P. 1909. 5. 41. -
5. La devolution exci!uive (qiii est faite a ceux lqui seraient appels
concurremment avec l'absent ou son dfaut les investit en leur pro-
pre nom et pour leur compete personnel : ils ne peuvent tre rputs
les reprsentants de l'absent; Bourges, 17 janv. 1872, 1). P. 72. 2. 31.
6. Les hritiers de qui mane la reconnaissance de l'existence de
l'absent ne peuvent la rtracter qu'en tablissant par des faits nou-
veaux et dcisifs qu'elle tait rellement incertaine lors du dcs du
de cujus. Bruxelles, 18 nov. 1886, D. P. 87. 2. 155.
7. Des garanties que la loi exige des envoys en possession provi-
soire ne peuvent tre demandes ceux qui recueillent, dfaut de







-96-


l'absent. les droits ouverts en faveur de ce dernier : l'art. 136 conf-
re ceux qu'il investit un droit personnel auquel il no peut tre por-
t atteinte dans l'intrt de l'absent; et la reserve faite par l'art. 137
de i'action en petition d'hrdit et autres droits fair valoir par
'absent en cas de retour. ne soumet aucune condition particulire
les hritiers presents, en vue de sauvegarder cette ventualit Di-
jon, 23 mars 1888. Gaz. du Palais 1888.
A'r. 126. Les dispositions des deux articles prcdents au-
ront lieu. sans prejudice des actions en petition d'hrdit et
d'autres droits, lesquels compteront l'absent, ou ses repr-
sentants ou ayant cause. et ne s'teindront que par le laps de
temps tabli pour la prescription. Civ. 632, 2030.
1). H. Absence. 011. s; Suppl. eod. 99. Deinolombe. II, Nos. 214,
258: --- Aulhrv et Hau. 5e. d. 1. No. 158. -- -Lacantinerie et Fourca-
de, I. No. 1269: Duranton. 1. Nos. 578-579: Hue, 1, No. 451; -
Deniante et Colmet de Sanlerre. 3e. d. No. 180.
ART. 127. Tant que l'absent ne se reprsentera pas. ou que
les actions ne seront point exerces de son chef. ceux qui auront
recueilli la succession. gagneront les fruits par eux perus de
bone foi. Civ. .54., 2035.
1). R. Absence. 618 s; )Deimolomibe II, Nos. 211-258: Lacantinerie
et Fourcade I. No. 1270; Aubry et Rau, 5e. d. 1, No. 158; Duran-
ton I. No. 585. L'ta oblig de restituer aux hritiers une succes-
sion qui lui avait t' dvolue titre de dshrence. est tenu de res-
tituer les fruits perus. Paris. 17 janv. 1851, D. P. 51. 2. 69.

SECTION III

Des effects de l'tabsence' relativement au marriage.

ART. 128. -- L'poux absent, don't le conjoint a contract une
nouvelle union, sera seul recevable attaquer ce marriage par
lui-mme, ou par son fond de pouvoirs, muni de la preuve de
son existence. Civ. 135, 170, 293 : Pn. 288.
D. R. Absence 524, s; Suppl. eod. 83 s; Demolombe, II, Nos.
260-268 -Laurent 11, Nos. 143, 144, 245-251; Aubry et Rau 5e. d.
1, No. 159; Demiante et Colmet de Santerre, 3e. d. I Nos. 182, 82
bis; Lacantinerie et Fourcade I, Nos. 1272, 1278, 1283; Hue, I,
Nos. 455, 456; Marcad sur l'art. 139 No. 3; Duranton I, Nos. 524,
526, 527.






-97-


1RT. 129. Si l'poux absent n'a point laiss de parents ha- t
)iles lui succder, l'autre poux pourra demander l'envoi en
possessionn provisoire de ses biens. Civ. 106, 110, 627; Pr. 760.
D. R. A absence 370 s;-- Sppl. cod. 45. -- Demoloinhe II, Nos. 28,
1. 271: Laurent Il. Nos. 200-203: -- Laeantinerie et Fourcade ,
o. 1106. .

SECTION IV

Des effects d(I la disparilion idu pre, relatirement

a .ss nSfants inetiieurs.

wri. 130. Si le pre a disparu laissant des enfants mineurs 1i
sus d'ui conmmun marriage, la mere eu aura la surveillance, et
le ,'xercera tous les droits du mari, quant leur education et
':ldiiinistration de leurs biens.
Mais si, l'expiration de la premiere anne de la disparition,
1 're n'a pas paru ni donn de ses nouvelles, la mre sera te-
iel de prendre quality de tutrice de ses enfants. Civ. 137, 113
11 331, 361.
1). R. absence 50<'). s: Suppl. cod. v. 92 s: I)ciioloriinhl I1. Nos.
07 336: IauirenI. Il No. 145: Iacutinerii-Fouriad, I No.
290-1293: Aiilry et- Rau 5. ;.ld. i. No. 160. 129: 4e. d. No. 550 his;
c ialui e t C(oluit de Santerre, 3e. d. 1. No. 186 : II, No. 129 bis;
u, I Nos 359, 161; I11, No. 470; uranton 1, Nos. 520, 521; I11,
o. 665; Maread. sur 'art. 141. No. 2.
i,'usurfruil Iligal ne cesse ni Ipendant la priode d' pr'somiption
absuenuc. ni i lndanit la p6riode d'aibseiinc< dclarce de l'usufruit. -
Iger. 29 mai 1886. 1). P. 91. 1. 413.
RT. 131. Six mois aprs la disparition du pre, si la mre
ait dcde, lors (de cette disparition, ou si elle vient dc-
er avant que l'absence du pre ait t dclare, la tutelle pro-
isoire sera dfre par le conseil de famille l'un des ascen-
ants, et leur dfaut, toute autre personnel. Civ. 143, 335,
36.
D. R. Absence 556 s; Demolombe II, Nos. 17, 307336; Au-
y et Rau, 5e. d. I, No. 160; Demante et Colmet de Santerre;
. d. I, No. 187; Marcad sur l'art. 142, Nos. 3-5; Hue No. 462; La-
7 .1







-98-


cantinerie-Fourcade 1. No. 1291-1299; Duranton, I, No. 515.
,3 ART. 132. Il en sera de mme dans le cas o l'un des poux
qui aura disparu laissera des enfants miners issues d'un maria-
ge prcdent.
D. R. Absence 565 s Demolombe il, No. 307-336; Aubry et
Rau 5e. d. 1, No. 160; Deiante et Colmet de Santerre, 3e. d. I,
No. 188: Hur 1. No. 462; Lacantinerie-Fourcade 1. No. 1301.


LOI No. 6

SUR LE MARRIAGE.

Des qualits et conditions requises pour

pouvoir contractor marriage.

14 ART. 133.--L'honue avant dix huit ans rvolus, la femme avant
quinze ans rvolus, ne peuvent contractor marriage.
145 Nanmoins il est loisible au Prsident d'Haiti d'accorder des
dispenses d'ge pour des motifs graves. Civ. 150, 170, 1184.

D. R. Mariage 46 s; Suppl. eod. 30 s; Demolombe III, Nos. 10-
18, 19, 334; -- Laurent 11, No. 28: Hue II, No. 25.

1 A ART. 134. Il n'y a point de marriage, lorsqu'il n'y a point de
consentement. Civ. 165, 182, 187, 188, 904, 907.
D. R. marriage 53 s; Suppl. eod. 33 s; Demolombe III, Nos.
19-23, 127-130; Laurent II, Nos. 277, 278, 285 310; Marcad sur
l'art. 146, No. I; Duranton, II, Nos. 27-34; Aubry et Rau, 5e. d.
V No. 464; Iluc II No. 17.
1. Est frapp de nullit absolue un marriage contract par un hom-
me en tat d'imbcillit congnitale Bastia, 8 fv. 1888, D. P. 88,
1, 317.
2. Le texte qui dclare nuls de plein droit tous actes passs par
l'interdit, ne concern que les actes pcuniaires et est tranger au ma-
riage. Cass. fr. 9 nov. 1887, D. P. 88, 1, 161; 26 fv. 1890, D. P. 90,
1, 290.

147 ART. 135. On ne peut contractor un second marriage, avant la
dissolution du premier. Civ. 128, 170, 173, 187, 188; Pn. 288.
D. R. Mariage, 215 s; suppl. eod. 106 s Demolombe III, Noe.
94-95; Laurent II, Nos. 360-362.







-99 -

Aucune loi en France n'interdit le marriage aux prtres catholiques,
is--vis de lautorit civil. Case. fr. 25 janv. 1888, D. P. 88. 1. 97.
Pari,, 23 mars 1888, D. P. 88. 2. 117.
ART. 136. Le fils qui n'a point atteint l'ge de vingt cinq ans lu
Tmd. par L.
accomplish, la fille qui n'a point atteint l'ge de vingt et un ans L. s1 tIMl
accomplish, ne peuvent contractor marriage sans le consentement
de leurs pre et mre; en cas de dissentiment, le consentement du
Pre suffit. Civ. 72, 144, 146 s, 158 et s, 398; Pn, 154, 156.

1). R. Mariage 95 s; -- Suppl. eod. 53 s -- Deniolombe III, Nos.
34-39-52-58; -- Laurent, 111, No. 311; Aubry et Rau 4e. d. V. No.
462; Hue, 11, Nos. 34, 109; Duranton 1I, Nos. 77, 94-95.
Un acte authentique n'est pas ncessaire pour tablir que la mre
a t consulte et a refus son consentement; il suffit que le dissenti-
nient entire les pre et mre soit constant pour que le consentement
du pre rende l'enfant capable de contractor marriage Trib. Civ.
le la Seine 16 juillet 1876, D. P. 77. 3. 92.
ART. 137. Si l'un des deux est mort, ou s'il est dans l'impos- M1
sibilit de manifester sa volont, le consentement de l'autre suf-
fit. Civ. 143 et s, 168, 420.

D. R. Marriage 100 s; Suppl. eod. 55 s; Demolombe, III, Nos.
40-46, 52-58; Duranton 111, Nos. 81, 88, 90; Marcad sur l'art.
150, No. 2. Aubry et Rau, 4e. d. V. No. 462 Huc II, No. 36.
ART. 138. -- Si le pre et la mre sont morts, ou s'ils sont dans iso
l'impossibilit de manifester leur volont, les aieuls et aieules les
remplacent; s'il y a dissentiment entire l'aeul et l'aeule de la m-
me ligne, il suffit du consentement de l'aeul; en cas de dissenti-
ment entire les deux lignes, ce partage emportera consentement.
Civ. 131, 132, 168, 411.

D. R. Mariage, 115 s; Suippl. eod. 63 s; Demolombe III, Nos.
46-52, 58; Laurent II, Nos. 316-322; Aubry et Rau 4e. d. V.
No. 462; -- Demiante et Colnet de Santerre; 3e. d. 1, 216 bis.
ART. 139. (Loi 20 juillet 1929): Les fils ayant atteint l'ge lm
mod. par L.
de 25 ans et les filles celui de 21 ans, peuvent contractor marriage a 9l ino 1
(D. P. 1907. 4.
sans requrir le consentement de leurs ascendants.

ANCIEN TEXTE. Les enfants de famille ayant atteint la majority
fixe par l'art. 136, sont tenus, avant de contractor marriage, de deman-








-100 -


der, par un acte respectueux et former. le consentement de leurs p-
re et mlre. ou cclui de leurs aieul et aieule. lorsque leurs p're et mre
sont dc:ds. ou dains I'imlpossibilit de maniifester leur volont..Civ.
136. 145, 168.
Demolomhe ) Il. Nos. 59-62. O06-69: Laurent II. Nos. 323-324; ---
Duranton 11, No. 107 --- Auibrv et Rau, 4e. ad. V. No. 463 Hue II
No. 41.
isz ART. 140. (Abr. par loi 20 juillet 1929) A dfaut de consente-
mod. par L.
io juin 896 nment sur un acte respectueux, cet acte sera renouvel deux au-
(D. P. 96. 4. 57) et
1. ju"iu 197 tres fois, de mois en mois. et un mois aprs le troisiime act'e,
<0. P. 1907. 4. 78)
il pourra tre pass outre la clbration du marriage. Civ. 73,
147, 155, 168.
ir- ART. 141. (Abr. par loi 20 juillet 1929) Apris l'ge de trente
.mod. par 1.
'D6." .n s) ans pour le fils, et de ving cinq ans pour la fille, il pourra tre
dfaut de consentement sur un acte respectueux, pass outre,
un mois aprs la clbration du inria-ge.
D. R. Marriage 116; suppl. cod. 73 s ---DeI) olombe III. Nos. 66-69. -
Laurent II. No. 328.
d. pr L. ART. 142. -- (Abr. par Loi 20 juillet 1929) L'acte respectueux
(0.. 1907. 78 scra notifi aux pre et mre, ou. leur dfaut, aux aeuls et
aeules, par deux notaires ou par un notaire et deux tmoins :
et, danm, le procs-verbal qui doit en tre dress. il sera fait men-
tion de la rponse. Civ. 139.
D,'molombe Ill, No. 70-83 -- Laurent II. Nos. 326-340; --- lubry et
Ranu, 4e. d. d 463 - uranion II, No. 111 -- Hur II No. 47.

55 ART. 143. (Abr. par Loi 20 juillet 1929) En cas d'absence de
D."1 j 4u ~ 78 rascendant auquel aurait d tre fait l'acte respectueux, il se-
ra pass outre la clbration du marriage, en reprsentant le
jugement qui aurait t rendu pour dclarer l'absence ou, d-
faut de ce jugement, celui qui aurait ordonn l'enqute ou, s'il
n'y a point encore eu de jugement, un acte de notorit.
L'acte de notorit sera dress par le juge de paix du lieu o
l'ascendant a eu son dernier domicile connu. Cet acte contien-
dra la declaration de quatre tmoins appels d'office par le juge
de paix. Civ. 38, 70 et s, 103, 130.
Demolombe III, No. 63-65 -; Laurent, II, Nos. 325-326.




J,-.. t


- 101 -


ART. 144. Les officers de l'tat civil qui auraient procd
la clbration des marriages contracts par des fils n'ayant pas
l'ge de vingt cinq ans accomplish ou par des filles n'ayant pas
atteint l'ge de vingt et un ans accomplish, sans qulele consente-
ment des pre et mere, celui des aeuls et aeules, et celui du con-
seil de famille, dans le cas o ils sont requis, soient nonces dans
l'acte de marriage, seront la diligence des parties intresses et
du (Commissaire du Gouvernement prs le tribunal civil du lieu
oi le marriage aura t clbr, condamns l'amende porte
l'art. 178, et, en outre, un emprisonnement don't la dure ne
pourra tre moindre de six mois. Civ. 72, 75, 168 : Pn. 154, 156.

I)Dmioloiiile III. No. 91 ; Laurcnt 11, No. 345 --; Marcad sur l'art.
150. No. 2 AuIrl et Rau -le d. V. iNo. I42 -; Duranton I No. 103

Air. 145. (Abr. par Loi 20 juillet 1929) Lorsqu'il n'y aura
pus eu d'actes respectueux, dans les cas o ils sont prescrits, l'of-
ficier de l'tat civil qui aurait clbr le marriage sera condam-
ne la mme amended et un emprisonnement qui ne pourra
tre moindre d'un mois. Civ. 73, 129; Pn. 154, 156.

Anl. 146. S'il n'y a ni pre ni mre, ni aeuls ni aeules, ou
s'ils se trouvent dans l'impossibilit de manifester leur volont,
les fils et les fillles mineurs de vingt et un ans, ne peuvent con-
tracter marriage sans le consentement du conseil de famille. Civ.
155, 160, 336 et s.

ART. 147. Les dispositions du present chapitre sont applica-
bles aux enfants naturels lgalement reconnus. Civ. 305 et s.

ART. 148. L'enfant natural qui n'a point t reconnu ne pour-
ra, avant l'ge de vingt et un ans rvolus, se marier qu'aprs a-
voir obtenu le consentement du conseil de famille. Civ. 337.


les ascendants et descendants lgitimes ou naturels, et les allis
dans la mme ligne. Civ. 170, 173, 187, 596.
Demolombe, III, Nos. 96-117 Laurent Il, Nos. 354, 373 -; Duran-


is -
mod. par L.
21 juloin 1907
(D. P. 1907. 4.
















187
mod. par L.
21 Juin 1901
(D. P. 1907. 4.




160

1 1





158
mod. par L.
21 juin 1907
(D. P. 1907. 4.

mod. par L.
21 Juin 1907
(D. P. 1907. 4.


161
>4




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs