• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Frontispiece
 Half Title
 Title Page
 Foreword
 Lettre d'invitation aux partic...
 Discours prononce par le ministre...
 L'enfant a l'age pre-scolaire
 L'enseignement primaire urbain
 L'enfant haitien dans le milieu...
 La formation professionnelle de...
 L'education des enfants a l'experience-temoin...
 L'education audio-visuelle et les...
 L'education physique et sportive...
 Loisirs et recreations
 La sante de l'enfant en Haiti
 La ligue pour la protection de...
 Les disciples de Claire Heureu...
 La delinquance juvenile et la reeducation...
 Les enfants dans les arts
 Les associations d'enfants: clubs,...
 Les cooperatives scolaires
 Hygiene infantile et scolaire
 L'enfant et la tuberculose
 L'assistance aux jeunes handic...
 La protection de l'enfance dans...
 La legislation sociale et l'enfant...
 L'enfant a l'ecole et au trava...
 L'enfant devant la loi
 Discours de cloture du seminaire...
 Voeux et recommandations
 Table of Contents
 Back Matter














Group Title: Collection du tricinquantenaire de l'indépendance d'Haïti
Title: Séminaire de l'enfance en Haïti, du 9 au 18 août 1953
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078479/00001
 Material Information
Title: Séminaire de l'enfance en Haïti, du 9 au 18 août 1953
Series Title: Collection du tricinquantenaire de l'indépendance d'Haïti
Physical Description: 162 p. : illus., ports. ; 24 cm.
Language: French
Creator: Haiti -- Département du travail
Interamerican Children's Institute
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1954
 Subjects
Subject: Child welfare -- Congresses -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Statement of Responsibility: Avec la collaboration de l'Institut interaméricain pour la protection de l'enfance.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078479
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - ADR3919
oclc - 15292162
alephbibnum - 000721634
lccn - 56024603

Table of Contents
    Frontispiece
        Page 2
    Half Title
        Page 3
        Page 4
    Title Page
        Page 5
        Page 6
    Foreword
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Lettre d'invitation aux participants
        Page 11
        Page 12
    Discours prononce par le ministre Roger Dorsinville
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 16a
        Page 16b
    L'enfant a l'age pre-scolaire
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
    L'enseignement primaire urbain
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
    L'enfant haitien dans le milieu rural
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    La formation professionnelle de l'enfant
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    L'education des enfants a l'experience-temoin de Marbial
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    L'education audio-visuelle et les enfants
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
    L'education physique et sportive de l'enfance en Haiti
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Loisirs et recreations
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    La sante de l'enfant en Haiti
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    La ligue pour la protection de l'enface
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
    Les disciples de Claire Heureuse
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    La delinquance juvenile et la reeducation de l'enfance
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 96a
    Les enfants dans les arts
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
    Les associations d'enfants: clubs, scoutisme
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    Les cooperatives scolaires
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
    Hygiene infantile et scolaire
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
    L'enfant et la tuberculose
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
    L'assistance aux jeunes handicapes
        Page 129
        Page 130
    La protection de l'enfance dans le domaine du travail
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
    La legislation sociale et l'enfant qui travaille
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
    L'enfant a l'ecole et au travail
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
    L'enfant devant la loi
        Page 155
        Page 156
    Discours de cloture du seminaire de la protection de l'enfance
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 160a
    Voeux et recommandations
        Page 161
        Page 162
    Table of Contents
        Page 163
        Page 164
    Back Matter
        Page 165
Full Text


















































M"" PAUL E. MAGLOIRE

la premiere Dame de la Rpublique, qui se dvoue pour
nos petits dshrits, honora de sa presence la sance
inaugural du Premier Sminaire Hatien de l'Enfance.




















SMINAIRE DE L'ENFANCE
EN HATI











j'T \ DPARTEMENT DU TRAVAIL









Sminaire de l'Enfance

en Hati

du 9 au 18 aot 1953




Avec la collaboration
de l'Institut interamricain pour la protection
de l'Enfance


PORT-AU-PRINCE HATI
1954























LATIN
AMERICA














Avant-propos


Durant les mois d'avril et mai 1953, l'Institut interamricain
pour la protection de l'enfance don't Haiti fait parties en quality
de membre organisa Montevideo un Sminaire pour l'tude des
questions relatives l'enfance. Notre pays a t reprsent ces
assises par Mlle Lissa Flors, boursire de cette Institution. Il y
a t dcid d'organiser l'issue de ce Sminaire, d'autres
runions similaires dans diffrents pays de l'Amrique latine.
Notre pays fut dsign pour tre le sige d'une de ces runions.
A cet effet, l'Institut envoya chez nous une dlgation technique
prside par le Dr Jos P. Achard et compose de Mlle Adela
Freire Muioz et du Dr Hector Pedraza. Le Dpartement du travail
institua un Comit d'organisation compos comme suit :
President d'honneur : M. Roger Dorsinville, secrtaire d'Etat
du travail et de la sant publique;
President : M. Dants P. Colimon, directeur gnral du Bureau
du travail, dlgu technique prs de l'Institut;
Membres : Mmes Clante Valcin, Lonie W. Victor, Jacqueline
Wiener;
MM. Lucien Pierre-Nol, Franois Latortue, Raoul Hector,
Franck Bazile, Adrien Roy, Franois Delp, Grard Bastien.
Dlgu du Comit : M. L. Max Fouchard;
Secrtaire gnrale : Mlle Lissa Flors.
Le Sminaire hatien de l'enfance, organis sous les auspices
de l'Institut interamricain pour la protection de l'enfance, s'est
tenu Port-au-Prince au local du Dpartement du travail du 9 au
18 aot 1953. Le programme suivant a t ralis :
THMES GNRAUX
a) Education et rcration;
b) Problmes sociaux de l'enfant;
c) La sant de l'enfant;
d) La legislation social de l'enfant.









Lundi 10 aot, 9 heures a. m.
Visite des services spcialiss au Dpartement du travail.
3 heures p. m.
Sance d'ouverture des travaux du Sminaire :
a) Discours de M. Roger Dorsinville, secrtaire d'Etat du
travail;
b) Discours de M. Jos Achard, president de la dlgation;
c) Communications :
1) L'enfant l'ge pr-scolaire, par Mlle Jacqueline
Turian, directrice de Jardin d'enfants;
2) L'enseignement primaire urbain, par M. Marceau
Louis, assistant-directeur gnral pour l'Enseigne-
ment urbain au Dpartement de l'ducation national;
3) L'enfant haitien dans le milieu rural, par M. Antoine
Darius, assistant-directeur gnral pour l'Enseigne-
ment rural au Dpartement de l'ducation national.

Mardi Il aot, 9 heures a. m.
Visite :
a) Jardin d'enfants de Mlle Jacqueline Turian;
b) Garderies et crches populaires;
c) Colonies de vacances de Ptionville.
3 heures p. m.
Sance (2)
4) La preparation professionnelle de l'enfant, par M. Clo-
vis Charlot, assistant-directeur l'Enseignement tech-
nique et professionnel au Dpartement de l'ducation
national;
5) L'ducation des enfants dans l'exprience-tmoin de
Marbial, par M. Em. Gabriel Jean-Franois, directeur
du Service de l'exprience-tmoin de Marbial;
6) L'ducation audio-visuelle et les enfants, par M. Ray-
mond Doret, membre du Centre audio-visuel.

Mercredi 12 aot, 9 heures a. m.
Visite Marbial.
3 heures p. m.
Sance (3)
7) Sports et education physique des enfants, par M. Geor-
ges Clinton, inspecteur-instructeur l'ducation phy-
sique au Dpartement de l'ducation national;









8) Loisirs et rcration l'cole, par M. Rgnor C. Ber-
nard, membre du Service d'ducation ouvrire au
Dpartement du travail;
9) La sant de l'enfant, par le Dr Pierre Salgado, mde-
cin pditre.

Jeudi 13 aot 9 heures a. m.
Visites aux services spcialiss du Dpartement de l'ducation
national.
3 heures p. m.
Sance (4)
10) La ligue pour la protection de l'enfance, par Mme Jac-
queline Wiener, prsidente-fondatrice de la Ligue pour
la protection de l'enfant et inspectrice du travail;
11) Les disciples de Claire Heureuse , par Mme Clante
Desgraves Valcin, vice-prsidente de l'Association
Disciples de Claire Heureuse ;
12) La dlinquance juvenile et la rducation de l'enfance,
par M. Marc Narcisse, doyen du Tribunal civil de
Saint-Marc.

Vendredi 14 aot, 9 heures a. m.
Visite de la salle des enfants au Sanatorium et de quelques
services spcialiss du Dpartement de la sant publique.
3 heures p. m.
Sance (5)
13) Les enfants dans les arts , par Mlle Marie-Thrse
Colimon, de l'cole Boisson;
14) Les associations d'enfants : clubs, scoutisme , par
M. Roger Morts;
15) Les coopratives scolaires, par M. Camille Lamothe,
chef du Service des organizations sociales au Bureau
du travail.

Samedi 15 et dimanche 16 aot
Visite de la Citadelle et des uvres sociales dans le Dparte-
ment du Nord.

Lundi 17 aot, 9 heures a. m.
Visite de l'Ecole des handicaps, de l'Ecole des salsiens, du
Centre de rducation de Carrefour, de la Fondation Mme Ma-
gloire, de la Cantine Saint-Martin.









3 heures p. m.
Sance (6)
16) Hygine scolaire et infantile, par le Dr Ary Bordes,
chef du Service d'hygine scolaire au Dpartement de
la sant publique;
17) La tuberculose et l'enfance, par le Dr Louis Roy, pr-
sident de la Croix-Rouge hatienne, directeur du Bu-
reau du contrle de la tuberculose;
18) L'assistance aux jeunes handicaps, par M. Jean Sorel,
president de l'Association des handicaps.

Mardi 18 aot, 9 heures a. m.
Visite de l'Institut hatien des statistiques, du Bureau des
sports, de l'Oeuvre des pupilles de Saint-Antoine, de l'Oeuvre
des disciples de Claire Heureuse.
3 heures p. m.
Sance (7)
19) La protection de l'enfance dans le domaine du travail,
par Mme Ren Victor, chef du Service de la femme et
de l'enfant au Bureau du travail;
20) La legislation social et l'enfant qui travaille, par
Me Malherbes Daniel, chef du Service juridique au
Dpartement du travail;
21) L'enfant l'cole et au travail, par Me Maurice L.
Pierre, chef du Service des statistiques au Bureau du
travail;
22) L'enfant devant la loi, par Me Juvigny Vaugues.

CLOTURE
Allocution du Directeur gnral
Vux et recommendations
Chacune des communications a t suivie d'intressantes dis-
cussions qui ont largement contribu faire le jour sur les
diffrents aspects des problmes de l'enfance en Hati. Nous pr-
sentons dans ce volume le texte intgral de ces communications
- l'exception de deux qui constituent incontestablement
une prcieuse documentation pour tous ceux qui se penchent sur
les conditions dans lesquelles s'effectue la preparation d'un large
secteur de l'enfance son rle d'homme, de mre, de citoyen... au
sein de notre communaut.
Nous publions galement le texte de la lettre d'invitation crite
aux participants, celui des discours d'ouverture et de clture du
Sminaire, ainsi que les vux et recommendations formuls par
le Sminaire et prsents par M. L. Max Fouchard, dlgu du
Comit d'organisation.









(Lettre d'invitation aux participants)


DPARTEMENT DU TRAVAIL


Port-au-Prince, le 8 juillet 1953.



M ........


Cher Monsieur,
Les problmes de l'enfance sont incontestablement connexes
tous ceux don't la solution conditionne le devenir de notre com-
munaut. L'accent a t particulirement mis, depuis quelques
annes, sur l'urgence qu'il y a pour nous faire le point sur la
question. Pour organiser la protection de l'enfance sur une base
rationnelle, dj plusieurs lois ont t labores.
En vue de faire le dcompte des progrs que nous avons
raliss dans ce domaine et de permettre une orientation plus
sre de nos efforts l'avenir, il sera organis, sous les auspices
de l'Institut interamricain pour la protection de l'enfance, du
9 au 19 aot prochain, l'Auditorium du Dpartement du Travail,
le Sminaire hatien de l'enfance.
Les sances, auxquelles prendront part, titre de dlgus de
l'Institut, d'minentes personnalits amricaines, se tiendront
sous la prsidence d'honneur de Son Excellence M. Roger Dor-
sinville, secrtaire d'Etat du Travail.
Le problme sera envisag sous les aspects suivants:
1) Educatif et rcratif,
2) Social,
3) Medical,
4) Juridique ou lgal.
Connaissant l'intrt que vous portez la situation de l'en-
fance chez nous, je prends plaisir solliciter votre participation
ce Sminaire. M. L. Max Fouchard, chef du Service de l'Inspec-
tion gnrale du travail et Mlue Lissa Flors, boursire d'Hati au
recent Sminaire de l'enfance tenu Montevideo, sont spciale-
ment charges de vous communiquer, avant la fin de cette semaine,
le programme du Sminaire et fixer avec vous les dtails de votre
participation.









Je ne doute pas que, grce votre prcieux concours, le pre-
mier sminaire hatien de l'enfance sera un succs augurant une
conception plus positive de nos devoirs et de nos obligations vis-
-vis de ceux auxquels nous aurons transmettre un jour le
flambeau pour la pleine volution de notre communaut.
Veuillez agrer, cher Monsieur, avec mes remerciements anti-
cips, l'assurance de ma consideration distingue.

Dants P. COLIMON
Directeur Gnral du Bureau du Travail
Dlgu technique prs de l'Institut
















Discours prononc par le Ministre Roger Dorsinville

Secrtaire d'Etat du Travail et de la Sant publique
la sance inaugural du Sminaire hatien de l'enfance



Madame la Prsidente,
Vous avez habitu Votre Haute presence les lieux o se
plaide, se dcide et se forge pour nos frres non privilgis un
avenir sans maldictions.
A ce titre, nous pouvions computer voir s'ouvrir sous Votre
minent patronage les important travaux de ce Sminaire ddi
l'tude des problmes de l'enfance. Mais il en est ainsi de nos
rves que leur ralisation nous laisse tonns et heureux. Notre
tonnement heureux, nous le dposons Vos pieds avec nos
remerciements sincres.
Chers dlgus trangers,
Chers mdecins et ducateurs hatiens, professionnels de l'hu-
manisme, qui avez accept apporter ces travaux l'appui de
votre competence,
Le Dpartement du travail vous remercie de votre zle dsin-
tress, don't, s'agissant de vous, la preuve n'tait plus faire,
mais que nous prenons une joie particulire exalter afin que
ressorte toute entire sa valeur d'exemple.
Je reviens de visiter une nouvelle fois, aux Cayes, mais cette
fois-ci, dans une quality qui me donnait des yeux plus curieux
et une sensibility plus disponible, le dispensaire que depuis vingt
ans le docteur Fouron a ddi aux enfants pauvres de sa region,
l'rigeant pierre aprs pierre au milieu de l'indiffrence, souvent
dans la drision, sous les lazzis, mendiant sou sou, remde aprs
remde, poteau aprs poteau, enlevant dans l'effort, mais aussi
dans la joie profonde qui caractrise les hommes de bonne foi,
chaque tape de ce marathon de la charit.
J'ai vu aussi l'hpital du district cette salle moderne de
pdiatrie inaugure assez rcemment et o un effectif permanent
de cinquante petits malades reoivent les soins les plus comp-
tents et les plus dvous.










J'ai inaugur l'difice aux lignes nettes et pures qu'un admi-
nistrateur fidle, le Dr Sherer Adrien, vient d'riger sans
demander un centime l'Etat pour y abriter le laboratoire, la
pharmacie, le service de radiologie et les services d'otho-rhino-
laryngologie.
J'ai vu les missionnaires catholiques occups traduire en
faits l'vangile de l'amour tandis que dans un esprit heureux
d'mulation les glises rformes rivalisent de zle dans la cons-
truction et l'tablissement de dispensaires, de pharmacies et de
maternits.
Et j'ai pens qu'heureux tait le Dpartement du Sud, heureux
et bni dans le corps de ses habitants que tant de zle official et
priv se fut donn rendez-vous en ce point gographique d'Hati
pour engager en duel la Faucheuse avec pour consequence un
taux de mortality infantile dj sensiblement dcru.
Mais quand rpondant l'effort du gouvernement qui, en deux
ans, a construit et inaugur dix-sept dispensaires et centres de
sant de Port--Piment Quartier-Morin, l'initiative prive dbor-
derait les frontires du sud pour tablir partout ses heureuses
competitions, et quand le gouvernement pourrait tripler son pro-
gramme d'tablissement de centres sanitaires et hospitaliers, le
problme de l'enfance malheureuse au milieu de nous aurait
peine commenc tre effleur.
Car qui parle de l'enfance parle de ce processus lent qui
commence dans l'abme o se forme l'inconnu pour arriver
l'adolescence et ses inquitudes particulires, travers tant de
piges qu'un homme sain et quilibr est un miracle que rien
n'explique, sinon la mystrieuse persistence de l'espce pr-
senter des chefs-d'oeuvre comme une justification et une pro-
messe.
Le problme des misres de l'enfance nous saisit ds avant la
naissance. Avec trs peu de hardiesse, il faudrait mme dire ds
avant la conception par la preparation inadequate du terrain de
germination.
Souvent les rapports ont eu lieu dans la clandestinit. Souvent
toute une game magntique d'motions contradictoires ont pr-
par les dformations qui ne seront visible et oprantes que
longtemps aprs.
Ou mme, sans clandestinit, dans le plus lgitime des m-
nages, les approaches de la misre, ou des prsences dj trop
nombreuses de bouches nourrir ont pu faire dtester le nou-
veau venu qui s'annonait.
L'enfant indsir ne pntre pas dans la vie en harmonie avec
le monde o devront prendre place cependant le rythme physi-
que et mental, les reactions motionnelles de son propre moi.









Ici donc sont dj indiqus une srie de devoirs et l'enfant
n'est pas encore n.
Devoirs :
Prparer les conditions de germination dans un milieu physio-
logiquement sain, dbarrass du souvenir des grandes maladies,
notamment de la syphillis; dans un milieu motionnellement
pacific en changeant les attitudes d'esprit, le comportement social
vis--vis des naissances naturelles et en rendant moins critique
pour les families pauvres la venue d'enfants nouveaux.
Les problmes qui saisissaient dj l'inconnu ds le sein de
sa mre ne font que prciser leur acuit la naissance.
La game des infections en tte desquelles s'inscrit dans nos
campagnes le ttanos et, cette phase mme passe, la presence des
quatre grands : tuberculose, typhode, malaria, helminthiase.
Le compagnonnage constant de ces deux mres de toutes les
dtresses : l'ignorance et la misre.
Le sens de nos devoirs nous est clairement indiqu. Malheu-
reusement, il n'est rien qui nous encourage croire qu'aucun de
nous puisse triompher tout seul. Les problmes sont lis. Nous
triompherons dans la solidarity. Mais chaque pas, fait peut-tre
dans l'ignorance total o les autres sont de notre existence, de
notre dvouement et de nos progrs, compete dans l'ensemble et
se retrouvera.
Nous n'avons pas besoin de voir, mis en route selon les indi-
cations de notre propre logique et dans le sens de notre propre
planification, l'immense difice o s'entrecroisent poutres et che-
vrons qui ont pour nom : enseignement primaire, professionnel,
secondaire, o sont mis en place les murs, les planchers, les toi-
tures qui s'appellent nutrition, sanitation, medication.
Pas plus qu'il ne faut nous dcourager parce que les accidents
conomiques semblent arrter pour un temps l'excution de nos
desseins.
Loin de l. Il faut que chacun prpare chaque jour nergique-
ment des lendemains plus heureux en se servant des matriaux
d'aujourd'hui.
Planifier l'cole. Les jardins d'enfants sont peine entrs dans
nos mours ducatives. Il en faut avant longtemps des centaines,
des milliers.
Planifier la vie en famille: pour l'ducation sans tortures,
sans coups, sans colres.
Planifier la nutrition par l'tude systmatique de chacune de
nos denres d'alimentation en vue d'une dittique bien balance.
Et que chaque enfant mange bien sans que la mre dpense
davantage.










Planifier l'ducation oriente pour tous. Que chacun arrive
la limited de ses dons et soit plac selon ses attributes.
On me demandera donc peut-tre ironiquement : Et pourquoi
ne pas planifier le bonheur pour tous ?
Et pourquoi pas ?
Si le mdecin attach une jurisdiction veut bien planifier la
sant pour tous;
Si le mdecin devenu matre de sa science veut bien descen-
dre des hauteurs o sa matrise l'a plac pour devenir un servi-
teur modest dans sa grandeur et grand dans sa modestie;
Si l'hyginiste devient dans la cit, le prophte jamais satisfait,
jamais tranquille, jamais heureux, don't la voix ne se tait point;
Si l'ducateur fidle sa mission premiere demeure sur la
brche comme un pionnier don't le destin n'est pas d'tre riche-
ment nanti, mais de mourir un jour, pauvre, respect et pleur;
Si, vous, Madame, restez longtemps encore la premiere dans
tout ce qui est amour et charit;
Si aucun de nous ne perd la foi;
Alors nous verrons des lendemains pleins de draps blancs et
de lait blanc comme des draps, et de pain blanc comme du lait.
Des demains pleins de petits lits blancs dans toutes les chau-
mires o aujourd'hui l'enfant gigote dans la paille vermineuse
des nattes.
Des demains pleins de jeunesse pour tous ces enfants aujour-
d'hui sans jeunesse, pour ces enfants fardeaux don't la pr-
sence ne se justifie que pour autant qu'elle rapporte qui tt le
matin sont dans les champs, tard le soir faire des commis-
sions, ou que l'on voit portant de lourdes charges courir comme
des nains sur les pas des ans jusqu'au march de la ville. Ils
n'ont jamais appris sourire et jouer et font leurs functions
d'hommes : pourvoyeurs, travailleurs, avec un bras sec et rude
de n'avoir jamais clin personnel, un ceur sec et rude de n'avoir
jamais fondu, et devant soi l'tendue sche et rude d'une vie
voue de rudes et secs mtiers, au rude et sec mtier de tra-
vailleur, de pourvoyeur de la cit.
C'est pour travailler ces lendemains meilleurs que ce Smi-
naire s'est runi ici. Les communications techniques seront faites
par des mdecins, des ducateurs. Une mme pense les guidera
tous vers un seul but : transformer l'enfant pour que soit trans-
form l'homme qui transformera le milieu.
A chacun de vous, qui travaillez ainsi l'tude de nos pro-
blmes, le gouvernement de la Rpublique adresse avec ses flici-
tations chaleureuses ses remerciements au nom de la commu-
naut de l'avenir.


















-m M-

il s
-g-i

Il I
II APII
\ii 4s Mig


~k--


Le Secrtaire d'Etat du Travail, S. E. M. Roger DORSINVILLE,
ouvre les travaux du Premier Sminaire Hatien de la Protection de l'Enfance
par un substantial discourse.


-pVe,



















































M"' Jacqueline Turian, Directrice de Jardin d'enfants,
lisant son intressante communication la premiere sance du Sminaire.















L'enfant l'ge pr-scolaire

Communication de Mlle Jacqueline Turian
Directrice de Jardin d'enfants



Madame la Prsidente, Excellence, Monsieur le Prsident de la
dlgation, Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs,
N'est-il pas pour moi un grand honneur de vous entretenir
aujourd'hui des problmes de l'ducation pr-scolaire en Hati ?
Il n'y a pas longtemps que l'on n'y pensait gure. Les enfants
en attendant l'ge d'aller l'cole primaire, gambadaient simple-
ment avec des petits voisins au fond de quelque jardin, ou bien
restaient accrochs la jupe de leur mre en compagnie des
adults, ou encore ils taient tout bonnement confis la garde
de personnel inexprimentes. La ncessit d'tablissements pr-
scolaires n'inquitait pas les parents. Les exigences de la vie
moderne obligeant les mres s'absenter de plus en plus du logis
pour travailler au dehors, les commodits de la vie revenues plus
difficiles, mille dangers insouponns guettent l'enfant livr
lui-mme.
En 1950, Port-au-Prince eut la joie de voir s'ouvrir un Kin-
dergarten et un jardin d'enfants avec un effectif de 20 25 lves
chacun.
Hlas des jeunes mres tenaient encore ce language : A quoi
bon l'y envoyer, on n'y apprend rien
Toutefois, au course des deux dernires annes, la situation
commena changer, et un Kindergarten vit son effectif passer
de 20 150 lves. Une cole maternelle rouvrit ses portes et
reut une centaine de petits enfants.
Des coles primaires modernisrent leurs programmes et
ajoutrent des classes maternelles leur cadre. A la Saline, la
Fondation de Mme Paul Magloire construisit une garderie mo-
derne bien frquente; Ptionville, des jardins d'enfants con-
nurent un plein succs. En province galement, s'tendit le
movement. Il a t consolant de noter que les enfants qui
avaient frquent les tablissements pr-scolaires, arrivs l'cole
primaire, affirmaient nettement leur supriorit sur les autres.

17










Ils avaient dj acquis un bagage de bonnes habitudes morales et
sociales, ils taient capable de mieux comprendre leurs cama-
rades, leur esprit ouvert tait avide de tout savoir.
Devant ces rsultats, de nombreux parents, soucieux de l'ave-
nir de leurs petits, ralisrent sans peine que le jardin d'enfants
tait la fois une oeuvre social de protection de l'enfance et un
tablissement d'ducation. Les parents comprirent donc que cette
maison pr-scolaire tait rellement destine remplacer la
famille auprs des jeunes enfants, qu'elle avait l'oeil ouvert sur
leur sant, et leur donnait des soins maternels.
En effet, cette maison pr-scolaire offre une education morale
et social mene de pair avec l'ducation physique et intellec-
tuelle dans un climate de libert.
L'on sentit donc dans le milieu qu'il fallait de nombreuses
garderies, des coles maternelles dans tous les quarters et de
bons jardins d'enfants, et beaucoup de personnel poseront la
question : Qu'est-ce que l'ducation pr-scolaire ?
L'enfant l'ge pr-scolaire est un esprit curieux, insatiable,
raisonneur, avide de connatre et de comprendre. Sa curiosity est
aiguise par tout ce qu'il voit et il a le vif dsir de crer et de
construire.
Son activity est dbordante, son nergie extraordinaire. Ses
jeunes muscles rclament un exercise constant, ses petits doigts
touchent tout, et en mme temps qu'il prend connaissance du
monde qui l'entoure, il affirme sa personnalit propre.
Le jardin d'enfants lui apparat comme une merveilleuse mai-
son de jeux. Il arrive en courant et rit avec ses jambes tout le
long du chemin qui l'y mne. A peine arriv, il remplit les murs
de ses cris joyeux.
Actif, enthousiaste, il a vite dcid ce qu'il veut faire. Jouer
est pour lui un travail. Aussi le jardin d'enfants rpond-il ses
besoins. C'est une maison bien lui o tout est sa taille. Les
adults n'y ont une place que pour rpondre ses questions et
guider ses activits. Libre, favoris dans la dcouverte du monde
extrieur, initi la vie de socit et conscient de son moi , il
y fait dj l'apprentissage de la vie. Il imported de ne pas oublier
que l'ducation de base est primordiale.
C'est cet ge que notre subconscient emmagasine des impres-
sions, des sensations, des ides qui, au course de notre vie, nous
pousseront poser des actes don't nous ignorerons les motifs.
L'enfance doit tre heureuse, elle doit s'couler dans une
atmosphere de calme, de scurit et d'affection. On n'accorde
pas assez de soins l'ducation des petits. Trs souvent il faut
les corriger, l'on se dit : on aura le temps, ils sont encore
jeunes . La petite plante pousse souvent de travers alors qu'il
suffirait de peu d'efforts pour la redresser.










Binet crivait dj, il y a prs d'un demi sicle : L'lve ne
sait que ce qui a pass non seulement par ses organes des sens
et par son cerveau, mais ncore par ses muscles ; il ne sait que
ce qu'il a agi .
C'est la formule des pdagogues amricains learning by
doing apprendre en faisant, en agissant.
Au Kindergarten, l'enfant doit donc tout d'abord se dve-
lopper en libert. L'on doit mettre sa porte une bonne cour
quipe de jeux divers. Il dveloppera ainsi ses muscles et son
sens de coordination motrice. En mme temps qu'il devient plus
intrpide, il jouit pleinement du soleil et du grand air. Le petit
garon sur un arbre est, tour tour, un pompier allant teindre
le feu, ou bien un jardinier occup cueillir des fruits, ou encore
un oiseau pos sur une haute branch. Le bassin de sable est
indispensable dans une cour de jeux. Les enfants y sont irrsisti-
blement attirs. Sec ou mouill, le sable libre l'imagination,
encourage toutes sortes de constructions. Rien ne vaut, pourtant,
l'eau claire et limpide Les enfants l'adorent. Ils emplissent et
vident seaux et arrosoirs, ils la font gicler et mouillent tout. La
piscine en plastic est tantt une mer dmonte o voguent des
bateaux sous l'oeil vigilant de petits capitaines, tantt un lac
paisible o la ligne aimante pche adroitement des poissons de
bois ou encore un grand lavoir autour duquel quatre ou cinq
petites bonnes femmes savonnent des chiffons en causant de leurs
petites affaires. L'eau permet de faire la cuisine bon march,
de remplir les tasses en plastic pour offrir un caf imaginaire,
de baigner des poupes et de faire des bulles de savon.
Les enfants de deux cinq ans ont besoin avant tout d'une
matire neuve qu'ils peuvent travailler l'infini.
Aussi le Kindergarten leur fournit les blocs qui permettent
les constructions. Car l'enfant qui se dveloppe a besoin de
construire son propre universe, domin par les besoins de son
corps et de son esprit. Il veut tre son propre architect et peupler
le petit monde qu'il cre avec des personnages et des animaux
qu'il choisit.
Le jardin d'enfants lui donne galement une chance de ra-
liser son plus grand rve qui est de faire comme papa et maman.
La classes idale est une maison en miniature avec son jardin,
sa galerie, son salon avec bibliothque et tlphone, sa chambre
coucher avec armoire, lit et poupes. On y joue la mre de
famille, au mdecin, au malade, on y apprend parler, sentir
et vivre. La cuisine avec four et frigidaire la taille des petits,
prsente une attraction particulire. Chacune des petites filles
est une matresse de maison accomplie qui apprend diriger,
devenir plus adroite, plus ordonne et plus propre.









Seuls ces jeux crateurs leur permettent de s'panouir.
Le Kindergarten fournit encore aux enfants toutes sortes de
jeux mcaniques et sensoriels. Les marteaux satisfont leur dsir
inn de faire du bruit, les jeux de patience leur apprennent
observer, les passe-boules classer les objets d'aprs leur forme.
Ils tissent, enfilent, piquent avec de la grosse laine, jouent avec
des dominos et des lots d'images exerant ainsi leur habilet
manuelle et leur attention.
Tous ces exercises sensoriels correspondent aux tendances
spontanes et profondes de l'enfant, ils le mettent une cole
de volont et d'effort.
En pratiquant ce travail manuel en collaboration on dveloppe
chez le jeune enfant ses tendances sympathiques, le sens des
responsabilits, l'amour du labeur collectif.
Nous lui offrons aussi paper, pinceaux, crayons et pte
modeler profusion. La peinture, le dessin, le modelage, le
Finger-Painting et le collage sont pour lui autant de languages
et constituent pour l'enfant de deux cinq ans le moyen le plus
joyeux de s'extrioriser.
Les activits musicales tiennent une grande place dans nos
programmes.
Le chant en commun cre et cultive la joie, dveloppe le sen-
timent du beau, de l'harmonie. Les auditions de disques ouvrent
pour les petits des horizons varis.
L'orchestre enfantin compos d'instruments simples leur
donne le sens du rythme.
La gymnastique et la danse dveloppent chez eux souplesse
et lgret tout en leur fournissant des occasions d'observer,
d'imiter et de crer.
Les livres d'images les entranent vers des mondes nouveaux
peupls de btes sauvages et de personnages merveilleux qui les
enchantent. Le professeur leur fait des leons de choses afin de
leur inculquer de nombreuses connaissances qui les aideront
comprendre le monde qui les entoure.
Une fois par semaine, le mdecin visit le Kindergarten. Il
veille ce que tous les enfants soient vaccins et, ds son arrive,
il consulate les cas suspects. Les petits sont auscults, pess et
suivis. Rgulirement les parents reoivent leur bulletin medical
avec les observations des professeurs au sujet de leur compor-
tement.
L'Association des parents et des professeurs runit mensuel-
lement ses membres pour des conferences, des discussions au
sujet des affaires intrieures de l'tablissement et des problmes
d'ducation.
Un journal trimestriel les tient au courant des activits de
l'cole. Une fois par semaine, les professeurs se runissent leur









tour afin de critiquer les programmes et d'unifier les mthodes
pour le grand bien de l'enfant.
A ct de ces activits principles prennent place les prome-
nades ducatives qui les font sortir du cadre habituel et consti-
tuent les meilleures leons de choses. De temps en temps la
preparation des ftes thtrales pour les parents, des ftes
rcratives Nol ou pour le carnaval, permettent aux enfants
de travailler dans un esprit de cooperation et d'accepter des
responsabilits.
Telles sont en gnral les activits d'un jardin d'enfants en
function des besoins de l'enfant l'ge pr-scolaire.
Grce un horaire bien balance les activits tranquilles suc-
cdent aux jeux bruyants et les rcrations aux heures de travail.
Au course de la journe, chaque enfant a une chance de s'ex-
primer, d'exercer la fois ses muscles et son esprit, dans la
libert et dans la joie.
Le professeur n'est qu'un guide, une amie affectueuse et gaie
qui veille la bonne march de tout, et qui a pour slogan:
discipline pour tous et libert pour chacun .


















L'enseignement primaire urbain

Communication de M. Marceau Louis,
assistant du Directeur gnral pour l'enseignement urbain
au Dpartement de l'ducation national



Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs,
Ce qui donne de la personnalit un homme ou un people
ce n'est pas la some de choses qu'il possde, ni la some de
choses qu'il sait, ni la some de choses qu'il produit, mais sur-
tout la some de conditions pour possder, savoir, produire et
se conduire dans la vie. Cette creation de conditions n'est rien
d'autre qu'un processus d'ducation.
Eduquer, par consquent, implique non seulement un change-
ment en relation avec le pass, mais encore un dpassement de
ce pass. Car l'ducation est avant tout un problme contempo-
rain. Ce qui paraissait extraordinaire au dbut de ce sicle, nous
fait sourire actuellement. Les problmes basiques qui se posent
dpassent, et de loin, toute possibility de ralisation immediate.
Nous sommes une poque de transition et nous travaillons pour
un monde que nous ne verrons pas.
L'ducation est l'un des problmes les plus complexes de la
vie humaine. De la direction qu'elle prend, des liens qu'elle tablit
et des rgions dans lesquelles elle se dveloppe, dependent sa
nature et son influence. L'on ne se content d'ailleurs plus comme
autrefois d'enseigner quelque chose l'individu sans modifier son
comportement. Ce qui compete avant tout, en l'instruisant, c'est
de provoquer en lui un changement d'attitude.
A l'heure actuelle, l'ducation est considre comme le premier
problme national et international. Bien que dans le monde
entier, tous les gouvernements, pied pied, s'occupent de faire
reculer les frontires de l'ignorance, des conditions communes
pour le moins aux trois quarts de l'humanit font que des millions
et des millions d'individus mal nourris, mal vtus, mal logs,
portent sur leurs visages ples, leurs mains calleuses et leurs yeux
tristes les traces de la plus vieille et plus commune maladie









social, plus vieille et plus mortelle que toutes les pestes:
l'ignorance.
On calcule que sur les deux milliards cinq cents millions d'tres
humans peuplant notre plante, la moiti au moins est analpha-
bte. Une rcente enqute de l'ONU a divis les pays en trois
groups, en function de leur niveau de vie et du pourcentage
d'analphabtes. Le premier group comprend entire autres nations
les Etats-Unis, l'Argentine et l'Uruguay avec 3 %, 10 % ou 15 % ;
le deuxime group mentionne le Chili, la Colombie et le Mexique
avec 25 %, 44 %, 53 % et, le troisime group, la Bolivie, l'Inde,
l'Ethiopie, Hati avec plus de 80 % d'analphabtes.
Pour rduire ce pourcentage si impressionnant, de par le
monde, deux moyens sont employs l'heure actuelle : l'duca-
tion des adults et la creation d'coles primaires. Si l'ducation
de la communaut est de date rcente en Hati, il n'en est pas de
mme pour l'enseignement primaire. Les pouvoirs publics, avec
plus ou moins d'intrt, se sont toujours penchs sur le sort de
l'enfance pour essayer de l'amliorer et nous allons essayer de
dresser en quelques brves notes les measures prises tout au long
de notre histoire pour, comme le disait Honor Fry en 1844,
mettre l'cole la porte de toutes les classes et organiser une
vritable chasse l'ignorance .
On peut diviser l'histoire de l'enseignement primaire en deux
priodes. La premiere qui va de la dcouverte d'Hati 1915 et
la deuxime de 1915 nos jours.

Premire priode :
La premiere cole mentionne par l'histoire est celle cre
en 1528, pour les jeunes indiens par Mgr Ramirez de Fuente,
ler vque de Santo-Domingo. Vite elle fut ferme, les apptits
dchans des consquitadores ayant rapidement envoy dans les
mines ceux qui dj voyaient s'entrouvrir leurs tnbres. Puis
vint la colonisation franaise avec comme consequence une am-
plification dmesure de la traite des Noirs. Les Blancs craignant
pour leur monopole, systmatiquement, refusrent l'esclave le
droit d'avoir un syllabaire en main. Que s'il tait surprise en train
d'essayer de rompre son cercle d'ignorance, le prtre qui l'aidait
dans sa tentative tait frapp d'amende ou quelquefois expuls
et lui-mme tait fustig d'importance.
Dans la colonie pourtant, surgirent quelques rares coles pour
Blancs et affranchis ou pour l'une et l'autre classes, comme celle
fonde au Cap-Franais en 1733, par le Pre Boutin. Mais voici
venir la grande Rvolution de 1789 qui fait courber tant de ttes
et couler tant de sang. Un grand souffle de libert passe sur Saint-
Domingue. Le commissaire Polverel recommande de faire appren-









dre lire, crire aux enfants et fait ouvrir des coles sur les
habitations. Sonthonax en fit autant de son ct, mais Julien
Raymond les dpassant, envoya nombre de jeunes Noirs tudier
en France et dclara qu'il ne dlivrerait de brevets d'officiers ou
autre, qu' ceux qui sauraient lire et crire. Ceci cra une grande
mulation et l'on vit jeunes et vieux se pencher sur les premires
lettres de l'alphabet.
Toussaint Louverture, gouverneur gnral de Saint-Domingue,
accord sa meilleure attention aux coles et il lui arrivait souvent
de distribuer des rcompenses aux meilleurs lments. La Consti-
tution de 1801 prvoit l'article 68 que chacun est libre de
former des tablissements d'ducation et d'instruction pour la
jeunesse . Dessalines, en 1805, tablit une cole dans chacune
des divisions militaires. Dans un essai de rglementation des
coles prives, le 30 aot 1805, il prit un dcret fixant le tarif
payer pour apprendre lire : 4 livres, 2 sols, 6 dcimes ou, pour
apprendre lire et crire: 8 livres, 5 sols.
Henry Christophe, parvenu la premiere magistrature de
l'Etat dans le Nord, se proccupa d'une faon particulire de
l'ducation de son people. Il fit venir des professeurs d'Angle-
terre qui enseignrent d'aprs la mthode lancasterienne et ta-
blit des coles partout. On estime plus de deux mille le nombre
d'lves de ces coles.
Ption, de son ct, en 1816, fondait Port-au-Prince le lyce
qui porte son nom et accordait des subventions un certain
nombre d'coles prives. Il lui revient l'honneur d'avoir introduit
dans la Constitution de 1816, le principle de la gratuit de l'ensei-
gnement, devanant ainsi de plus d'un sicle certain pays de
l'Amrique latine. Longtemps avant notre actuelle champagne de
dsanalphabtisation, on avait conu l'ide d'duquer le people
par le crole. Saint-Rmy prtend mme que le gnral Grin
avait compos une grammaire en crole destine aux classes
enfantines. De plus, en 1826, on imprima au Cap-Hatien un petit
catchisme crole de quatorze pages.
L'ducation du people commence retenir un peu plus srieu-
sement l'attention de nos gouvernements. Le 7 janvier 1844, la
Revolution triomphante plante dans notre cadre administratif le
Dpartement de l'Instruction Publique avec Honor Fry comme
ministry. Fry s'empresse de rvoquer les instituteurs incapables
pour les remplacer par d'autres choisis aprs concours. On estime
qu' cette poque, il y avait peu prs vingt-deux coles natio-
nales don't dix-neuf primaires pour tout le pays. Port-au-Prince
venait en tte de liste avec cinq coles totalisant trois cent qua-
rante-quatre lves.
J. B. Francisque, son successeur, codifie toutes les measures
dj prises pour l'enseignement et les amplifie en faveur du









people dans sa fameuse loi du 29 dcembre 1848. A partir de
cette poque, l'Etat entretient les coles, paie les professeurs,
donne des fournitures classiques, etc., etc. L'on enseignait aux
lves : la lecture, l'criture, le dessin linaire, le calcul, les l-
ments de grammaire franaise, de gographie gnrale, d'histoire
sainte, d'instruction religieuse, d'histoire et de gographie d'Hati.
Par sa loi du 2 juillet 1852, Salomon, sous Faustin 1er, prvoit
la prison et l'amende contre tout pre de famille qui aura nglig
d'envoyer ses enfants l'cole. Elie Dubois, l'un de nos plus
grands ministres de l'Instruction Publique, institute en 1860, un
corps d'inspecteurs charges de contrler les coles. Il transform
la maison de correction pour soldats, cre par Rich en 1846, en
une maison central des arts et mtiers o l'on internal les
enfants des classes pauvres. Les fournitures sont rgulirement
envoyes aux coles et des dpts sont installs dans les chefs-
lieux d'arrondissements et les principaux bourgs. Dans son
expos de la situation pour l'exercice 1864-1865, le Prsident
Geffrard dit aux Chambres que nos coles primaires, secondaires
et suprieures (droit, mdecine, musique et peinture) sont au
nombre de 228 avec 15.697 lves.
Une loi du 17 octobre 1901 faisait obligation chaque anne,
aux inspecteurs des coles, aids des commissaires d'ilets de
parcourir les villes afin de dresser les listes des enfants de cinq
quatorze ans qui doivent aller l'cole. En 1904, Fleury F-
quire, dans le rapport annuel de son dpartement, disait qu'il y
avait 30.000 lves pour 414 coles urbaines et rurales. Ce chiffre
comme ceux avancs par les prcdents ministres avaient t cer-
tainement enfls pour les besoins de la politique. Il fallait accuser,
dans l'expos annuel de la situation, un nombre impressionnant
d'coles, quand en ralit peine si le tiers existait. Un Anglais,
Sir Harry H. Jonhston, crivait ce propos, le 16 avril 1909, dans
le London's Time : ... Dans le budget gnral d'Hati... il y a des
provisions dresses pour l'ducation primaire... Cependant une
bonne parties de cette administration n'existe que sur le paper et
les fonds appropris ce splendid dessein trouvent leur issue
dans la poche des fonctionnaires du gouvernement ou peut-tre
ne laissent pas le trsor.
Vint Tertullien Guilbaud. D'une poigne solide, il obligea ins-
pecteurs et instituteurs faire leur travail, construisit des bti-
ments scolaires, modifia le programme, envoya aux coles des
fournitures en quantit suffisante et en temps voulu. Son rapport
du 4 mai 1913 signal qu'il existait 675 coles publiques et prives
avec un effectif de 46.018 lves.
Mais nos rvolutions, malgr l'action de quelques ministres
progressistes, avaient mis fort mal l'cole primaire hatienne
et rien n'exprime mieux l'tat dans lequel elle se trouvait que ce









passage de l'expos de la situation de 1917 et 1918 : Seules au
milieu du dsarroi, quelques coles parses diriges par des insti-
tuteurs dvous chappent dans cet ordre d'enseignement la
note d'une mdiocrit dconcertante et gnrale... Il a t cons-
tat qu'il manque plus de 700 tableaux noirs... Pas de chaises...
Les coles rurales s'abritent sous le dme feuillu des arbres et
n'ont comme matriel que des troncs d'arbres jets sur le sol
humide. L'instruction qu'on donne, se rduit 95 fois sur 100, au
moment present, entire matres et lves un hilarant concours de
prononciation bizarre, dans la plus curieuse dformation des
mots.

Deuxime priode:
La paix brutalement impose par l'Amricain en 1915, per-
mit l'cole primaire de reprendre sa march vers le progrs.
Depuis longtemps le bilan est dress et connu. Il faut:
lo des matres la hauteur de leur tche,
20 de bons locaux,
30 un matriel et des fournitures suffisantes,
4o un programme d'tudes bien fait,
5o des inspections rgulires,
60 un service social,
7o un plus grand nombre d'coles et d'instituteurs.
Nous allons rapidement passer en revue chacun de ces points:

lo Instituteurs :
1655 instituteurs enseignent actuellement dans les 235 coles
nationals de la Rpublique. Sur ce nombre il n'y a que 642 di-
plms des coles normales d'instituteurs et d'institutrices ou
d'Elie Dubois. Pour amliorer la quality de l'enseignement, le
Dpartement de l'Education Nationale organise, certaines p-
riodes, des course o sont enseignes les mthodologies de
certaines matires. De plus, depuis deux ans, fonctionnent Port-
au-Prince des course permanents de perfectionnement l'inten-
tion des non diplms.
Ne sont nomms l'heure actuelle, instituteur l'enseigne-
ment primaire urbain, que les dtenteurs d'un diplme pdago-
gique ou ceux qui ont pris part avec succs un concours rgu-
lirement organis par la D. G. E. N.
L'enseignement distribu dans nos coles nationals n'est pas
encore parfait. Il n'en reste pas moins vrai qu'il faut rendre un
just hommage la grande majority de nos instituteurs qui, tra-
vaillant le plus souvent dans des conditions difficiles, ont obtenu
avec leurs lves des rsultats apprciables.









2o Locaux :
Gnralement les btiments scolaires sont inadquats. Le fait
est d ce que les quatre cinquimes de nos coles nationals
sont loges dans des maisons construites pour tre habites par
des families plus ou moins nombreuses. Aisment, se comprend
le manque de confort offert par ces constructions des centaines
d'enfants.
Le Dpartement de l'Education Nationale, cependant, a fait
un grand effort pour l'amlioration, l'agrandissement ou mme la
reconstruction partielle de ces locaux provisoires. De plus, depuis
dcembre 1950, le gouvernement de la Rpublique a entrepris un
vaste programme de construction de maisons d'coles et dj
nombre de btiments dressent leurs lignes sobres et lgantes, o
des centaines d'lves, dans une ambiance favorable se penchent
sur leurs livres.

30 Matriel et fournitures:
Tant d'enfants, chaque anne, frappent aux portes des coles
que le Dpartement de l'Education Nationale est dans l'obligation
de faire confectionner et d'envoyer dans les coles une grande
quantit de bancs, chaises, tableaux noirs, etc., etc.
De dcembre 1951 dcembre 1952, il a t fourni aux coles
nationals de la Rpublique :
5686 bancs-pupitres de 3 places, 739 tableaux noirs, 542 bu-
reaux de professeurs, 55 buffets, 15 classeurs en acajou, 6 biblio-
thques vitres.
D'autre part, chaque anne, une grande quantit de fourni-
tures classiques : craies, crayons, livres, plumes, etc., etc., est
distribute aux lves.
Si le problme du mobilier et des fournitures classiques n'est
pas encore et ne sera pas de longtemps rsolu, cause de la
modicit des allocations budgtaires, il n'en est pas moins vrai
que des efforts constants sont faits pour mettre l'enfant en
measure de travailler dans les meilleures conditions possibles.

4o Programme d'tudes :
Le programme d'tudes actuellement en vigueur date de 1938,
c'est dire qu'il prsente de nombreuses lacunes. Les directeurs et
instituteurs s'en plaignant constamment, le Dpartement de l'Edu-
cation Nationale a form des commissions, qui ont dj travaill
et remis un programme plus conforme aux ncessits du moment
et aux aspirations de l'heure.









Ce nouveau plan d'tudes a dj t envoy un certain
nombre de directeurs d'coles Port-au-Prince et en province
pour tre expriment et ensuite rvis, si c'est ncessaire, avant
d'tre dfinitivement adopt.

5o Inspection :
Bien que le nombre d'inspecteurs ait t augment de faon
sensible, toutes les coles n'ont pu tre visites de faon rgulire,
ni les instituteurs suivis mthodiquement. Ceci est d au fait que
chaque inspecteur a un nombre beaucoup trop lev d'coles
visiter.
Tel qu'il se compose actuellement, le corps d'inspecteurs de
l'enseignement primaire rend des services considrables tant aux
instituteurs qu' la D. G. E. N.

60 Service social :
L'organisation de l'cole primaire hatienne ne serait pas
complete, si l'on ne s'tait point souci d'aider les enfants et leurs
parents lutter contre deux plaies redoutables : la maladie et
la faim.
Grce l'intelligente collaboration du Dpartement de la Sant
Publique, un service d'hygine scolaire vient d'tre cr qui a
dj rendu des services considrables. Beaucoup d'enfants ont
pu dj tre examins et soigns.
68 cantines scolaires servent chaque midi un substantial
repas 2205 enfants. Ce nombre est infime en face des 86.489
lves des coles primaires urbaines qui, en grande majority,
souffrent de sous-alimentation, et il faut esprer que bientt des
allocations plus substantielles permettront de nourrir un plus
grand nombre d'enfants.
De plus, depuis deux ans, des colonies de vacances ont t or-
ganises o prs d'une centaine d'enfants reoivent des soins
appropris.
A ceci il faudrait ajouter les secours si gnreusement prodi-
gus l'enfance ncessiteuse par la Fondation Mme Paul E.
Magloire.

7o Creation de nouvelles coles:
Il est vident que le nombre d'coles nationals et mmes
prives ne suffit pas. Nous assistons chaque anne ce spectacle
pnible de centaines et de centaines d'enfants obligs de rester
chez eux par manque de place dans les coles.









Ceci ne veut pas dire que les gouvernements n'aient rien fait
pour en augmenter le nombre. Au contraire, chaque anne, de
nouvelles coles sont ouvertes et de nouveaux professeurs nom-
ms. Mais le taux de natalit est tellement lev qu'il faudra
attendre trs longtemps avant que l'Etat puisse avoir des coles
et des instituteurs en nombre suffisant.
L'instruction primaire, disait Smiento, est l'instruction
national o le degr d'ducation qu'a ou reoit un people pour
se prparer srieusement remplir les multiples functions de la
vie civilise. Ainsi l'ont compris nos gouvernements qui de plus
en plus se penchent vers l'enfance afin de la prparer sa grande
mission social.
Pour un gouvernement dmocratique, le premier et le dernier
problme sera toujours l'homme et l'ducation de l'homme pour
le prparer et le guider vers un idal de vie. Misre, ignorance,
superstitions, fanatisme, constituent le signe sous lequel se dbat
une masse d'tres humans qui peuvent construire pour eux-
mmes et pour d'autres une communaut riche, forte et civilise.
Lorsque tous ces maux auront t vaincus, l'cole primaire ha-
tienne aura accompli son destin.















L'enfant hatien dans le milieu rural


par M. Antoine Darius, assistant du directeur gnral
pour l'enseignement rural
au Dpartement de l'Education Nationale



Monsieur le Secrtaire d'Etat, Messieurs les dlgus, Mademoi-
selle la dlgue, Messieurs les membres du Comit d'organisation,
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,
Je vous demanderai tout d'abord de bien vouloir m'excuser
si j'abuse de la libert qui m'est accorde en ce moment pour
faire une incursion dans un domaine qui, selon toutes les appa-
rences, relve plus spcialement des mdecins ou des hyginistes.
Je calmerai tout de suite vos alarmes (si vous tes alarms) en
vous donnant l'assurance que mon incursion ne sera pas profonde
et que je me propose de me limiter l'aspect didactique du travail
des coles rurales visant satisfaire les besoins de l'enfant
paysan en ce qui a trait l'hygine et son corollaire, la sant.
Depuis vingt ans environ, l'cole rurale, sans changer son
statut d'cole national primaire, a pous les conceptions d'du-
cation selon lesquelles, l'cole, devant prparer la vie, doit
s'adapter aux conditions du milieu. Moyennant, son adaptation
doit tre dynamique en ce qu'elle doit substituer graduellement
aux traits indsirables du milieu toutes les habitudes et toutes
les attitudes susceptibles de le faire promouvoir. C'est ainsi que
certain lments du programme de l'cole primaire urbaine ont
revtu l'cole rurale un caractre special. Un tel accent y est
pos que, sans rien y ajouter, une relle extension semble tre
donne ce programme en vue d'une plus large participation de
l'cole la vie de l'enfance paysanne.
L'un des lments de ce programme, l'hygine, retient l'atten-
tion de faon particulire. Sans prtendre donner une orientation
nouvelle l'cole rurale, nous croyons devoir nous appuyer
chaque jour davantage sur cet lment; nous y sommes tellement
contraints par les ralits de la vie paysanne et par les mille
difficults auxquelles nos lves se trouvent confronts, compro-
mettant plus ou moins le succs de leur carrire scolaire.









Si la lecture, l'criture et le calcul retiennent encore la pre-
mire place l'cole rurale par le pouvoir de communication et
de perfection social qu'ils confrent, l'hygine prend position
immdiatement leur ct pour la puissance qu'elle donne
l'espce de se maintenir et de se perptuer.

L'enseignement de l'hygine
L'enseignement de cette matire encore qu'il pche par maints
cts et pour de multiples raisons, fait, depuis de nombreuses
annes, l'objet d'instructions formelles, de directives et de d-
monstrations diverse l'intention du personnel enseignant rural.
Toutes les formules employes jusqu'ici ne mettent qu'une chose
en evidence : l'ide d'arracher cet enseignement de la routine
sculaire des sales de classes consistent dans la simple rcitation
par coeur de formules abstraites. La formation des habitudes
dsirables, l'acquisition des idaux de beaut et de bien-tre
physique, tels sont les objectifs poss pour cette branch du
programme de l'cole primaire rurale. Comme vous le comprenez,
l'emploi exclusif des livres de texte offre bien peu d'opportunit
de parvenir de telles fins. Nous apprcions hautement le manuel
du Dr Charmant et celui du Dr Viard, pour ne citer que ceux-l.
Moyennant, en dpit du grand intrt didactique qu'ils prsen-
tent, l'on se demand dans quelle measure ils peuvent influence
la mentality de l'enfant paysan, lui confrer plus de pouvoir sur
le milieu ambiant qui affected son bien-tre physique. L'enfant
dans le milieu rural a, sous le rapport de la sant, d'innombrables
problmes qui font de lui, sur le plan scolaire, un hros aux
proportions immense quand on le campe en face de son parte-
naire de la ville. Il prend naissance dans un foyer o ne sont pas
gnralement en honneur les notions d'hygine les plus lmen-
taires. L'usage de la brosse dents, les lavages rguliers, l'usage
du peigne, celui des commodits telles que les latrines qui, de
bonne heure, entrent dans les habitudes du jeune citadin, demeu-
rent pour lui ou bien des lments trangers ou bien des lments
qui n'ont qu'un vague rapport avec le maintien de sa sant. Cette
situation demeurera jusqu'au jour o l'cole primaire rurale
l'aura initi ces pratiques salutaires et d'autres qui lui per-
mettront de lutter plus ou moins victorieusement contre les end-
mies, la sous-alimentation, une alimentation dfectueuse, etc., etc.
Le chemin parcouru depuis quelques annes dans le domaine
de la sant publique est immense. En ces derniers temps, comme
agent d'ducation, ce n'est pas sans un lgitime orgueil et une
profonde satisfaction que nous voyons s'riger des dispensaires,
des centres de sant et des cantines dans maintes localits, au
service de la paysannerie. En cela, les dirigeants du pays se mon-









trent beaucoup plus avertis que certain esprits qui ne voudraient
voir dans l'cole rurale avec ce fouillis inextricable de pro-
blmes vitaux des enfants qui la frquentent, qu'une simple
institution prparer au certificate d'tudes primaires. La sant
physique et morale de l'enfant est pour eux une question secon-
daire et le certificate d'tudes devient une fin en soi laquelle
il faut parvenir mme avec des yeux exorbits et un corps exsan-
gue. Nous ne sous-estimons pas la valeur d'un parchemin mme
s'il s'agit du certificate d'tudes primaires qui est, en some, la
conscration officielle du cycle d'tudes fondamentales. Moyen-
nant, nous sommes navr toutes les fois qu'on nous laisse l'im-
pression de donner, comme but ultime l'ducation populaire
qui est creation d'habitudes, d'attitudes et d'idaux spcifiques,
un bout de paper qui ne renseigne que bien vaguement sur la
valeur de son dtenteur comme individu et comme membre
d'une socit donne.
L'cole rurale prpare au certificate d'tudes primaires. A ce
sujet, nous vous informons qu'en dehors du travail de chaque
cole en particulier, il existe des centres ou coles spciales de
preparation au certificate d'tudes primaires. Les rsultats ont t
toujours de 95 % au moins de succs. Mais en mme temps
qu'elle s'adonne ce travail acadmique, l'cole se fait dans les
sections les plus recules l'auxiliaire du mdecin, de l'officier
sanitaire, de l'infirmire-visiteuse, etc., etc.
Son action en matire d'hygine commence dans la salle de
classes, se pursuit au foyer de l'enfant, se manifeste encore dans
la communaut quand son leadership devient indispensable.
Dans la salle de classes, des leons concrtes et pratiques sont
substitutes aux procds livresques. En gnral, l'hygine de la
bouche, par example, s'apprend par l'usage rpt et effectif de
la brosse dents ou du bois-dent tout au moins. Elles sont nom-
breuses les coles o les lves eux-mmes fabriquent leurs
peignes et leurs brosses cheveux, o il y a un coin d'hygine
avec un atelier de coiffure. Nombreuses sont celles o il y a un
comit d'hygine don't le but immdiat est d'assurer la propret
des sales de classes, des course de rcration et des environs de
l'cole. Mais le but lointain et ultime est de dvelopper le sens
de la responsabilit chez l'enfant, le dsir de travailler effective-
ment, par l'application des principles d'hygine, l'amlioration
des conditions de vie individuelle et collective.
Au foyer, parties intgrante de l'environnement de l'enfant,
ce sont les instituteurs qui, au course des visits domiciliaires,
conseillent ou dmontrent la manire de disposer les meubles,
d'gayer les intrieurs, de les arer. Des meubles rustiques, tels
que chaises, tables, lits, etc., sortent bien souvent des ateliers des
fermes-coles. Ce sont les instituteurs qui, dans le cas de maladie,

33









guident, orientent vers les dispensaires ou les centres hospitaliers.
Le travail qu'opre dans l'ombre, sans tambour ni trompette,
l'instituteur rural conscient et prpar pour la tche ne peut tre
valu immdiatement en terms d'argent ou de toutes espces
similaires. Pour citer un example, je vous dirai que l'observateur
impartial, l'esprit scientifique ne sauraient tre indiffrents
devant ce fait curieux de la transformation qui s'opre actuelle-
ment dans l'une des rgions intressantes du pays : Chatard o
se trouve la seule cole rurale du second degr de la Rpublique.
Fonctionnant depuis l'anne 1925, l'cole de Chatard a t tour
tour l'objet des louanges les plus enthousiastes et des critiques
les plus outres. Dresse au milieu de cette grande cuvette cir-
conscrite entire le Puylboreau et le Beudoret, elle semblait, en
effet, n'avoir exerc aucune action civilisatrice sur cette popu-
lation que j'ai trouve moi-mme trs arrire en 1933 mon
arrive dans cette region comme simple instituteur. Ces jours-ci,
alors que les constructions de cette cole tombent en ruines au
point de faire l'objet d'une attention spciale du gouvernement,
des maisonnettes remarquables par leur style, leur propret, le
nombre des pices, le nombre des portes et des fentres mergent
tout autour d'elle. Elles tranchent totalement sur celles des vieux
paysans de la region. Ces maisonnettes sont la proprit de jeunes
garons de vingt-deux trente ans qui ont appartenu l'cole
de Chatard, soit la parties primaire, soit la parties suprieure.
Ils ont compris qu'ils ne pouvaient vivre comme leurs vieux
parents et se sont groups d'eux-mmes autour de leur alma
mater pour poursuivre l'oeuvre de leur mancipation matrielle
et spirituelle. Ils ont form leur amicale qui dcide des dmarches
entreprendre individuellement ou collectivement dans le do-
maine de l'hygine prive en particulier. Employant le systme
de coumbite , ils s'entraident soit pour creuser des fosses
d'aisance chez eux, soit pour organiser des loisirs sains. Ils ont
leur club sportif.

Ceci nous amne dans la communaut o l'action de l'cole,
pour protger l'enfance, n'est pas moins manifeste. C'est elle en
effet qui assure dans maintes localits, en unissant l'intelligence
et l'effort des enfants ceux de leurs parents, la protection et le
courage des sources, qui determine les zones de lessive et celles
d'eau potable. Elle pratique le secourisme dans les cas d'acci-
dents, oriented les patients vers les centres hospitaliers et les guide
dans la medication qui leur est prescrite. Voici quelques chiffres
extraits du rapport annuel de l'exercice 1951-52 de la supervision
du travail social l'enseignement rural qui vous donneront une
ide du travail que ralisent les instituteurs ruraux dans le but
de dvelopper chez le jeune paysan le sens de l'effort pour plus de









bien-tre physique. Les families paysannes ont reu, au course de
cette anne, 5168 visits qui ont dtermin :
la construction de 16 cuisines rustiques,
la confection de 36 portes et fentres,
la construction de 253 latrines,
la fabrication de 165 meubles divers,
la fabrication de 32 lits pour les lves et leurs parents,
le captage de 4 sources,
le courage de 98 sources,
l'organisation de 420 sances rcratives,
l'organisation de 21 arbres de Nol,
l'orientation de 356 petits malades vers des centres mdicaux,
la ralisation de 12.618 pansements et injections pour les
lves et leurs parents,
l'embellissement de 142 maisons paysannes, etc., etc.
L'cole rurale de Thiotte, dans le district de Saltrou, a confec-
tionn elle seule 22 lits pour ses lves.
Au course du mme exercise, 925 jeunes filles et femmes
paysannes ont reu un entranement en conomie domestique
roulant sur l'entretien du foyer et les soins donner aux femmes
enceintes et aux nourrissons.
C'est l'occasion de faire mention des garderies qui se trouvent
dans les coles de Haut de St-Marc, de Vaudreuil, de Descloches
et de Lilavois. Elles ont fonctionn durant l'exercice coul avec
un effectif moyen de 174 mioches don't 89 filles et 85 garons de
trois mois six ans. Des institutrices ayant reu un entranement
special leur ont dispens avec une sollicitude maternelle tous les
soins qui leur sont ncessaires. Ils ont t rgulirement examins
par un mdecin qui fournit un service part-time l'enseignement
rural. C'est ainsi qu'ils ont pu bnficier de traitements appro-
pris pour remdier aux nombreux cas d'helminthiase, de mal-
nutrition, de tracho-bronchite, d'amygdalite, de teigne, de bron-
chite grippale, etc., etc. La garderie, dans la communaut rurale,
rpond une imprieuse ncessit social. La function de l'pouse
dans l'conomie du foyer rural est si important que, gnrale-
ment, elle empite sur celle de la mre, quand celle-ci est nourrice.
Marchande de lait, de carbon, de vivres divers ou simplement
partageant avec son mari les travaux des jardins, il lui arrive
trop souvent d'abandonner son nourrisson aux mains dbiles et
aux soins malaviss de jeunes enfants connus sous le nom de
gardon . Grce la garderie, l'cole rurale contribute l'limi-
nation progressive de cette pratique dangereuse en mme temps
qu'elle initie les jeunes filles et femmes des rgions rurales, au
course de sances priodiques, aux notions d'hygine infantile.









La cantine scolaire qui est dnomme cantine ducative
l'enseignement rural est encore une source fconde d'enseigne-
ment de l'hygine. L'enfant y trouve une nourriture que lui ont
refus dans certain cas la pauvret, mais bien souvent, l'igno-
rance de ses parents. Nous voulons souligner votre attention
des aspects de cette dmarche qui ont autant d'intrt individual
et social que le fait de manger. C'est que la cantine ducative
offre l'enfant l'opportunit de prparer un menu simple, de le
balancer et de l'excuter en observant les principles d'hygine de
l'alimentation. Vous auriez assist avec un intrt immense ses
concours de menus ou simplement ces examens de cuisine
pratique qui se ralisent chaque anne dans la plupart des coles
rurales. Ils crent une vritable mulation chez nos jeunes
paysannes don't on a pu apprcier, ces occasions, l'intelligence,
le savoir-faire et surtout le sens de la propret. Pendant l'exercice
1951-52, 202.851 plats ont t servis 11.490 enfants ayant mang
pendant un nombre moyen de 158 jours dans les cantines du-
catives.
Mesdames, Messieurs, c'est avec rapidit, en raison de la
priode qui nous est assigne, que nous vous avons expos
comment l'cole rurale essaie d'aborder les problmes de l'enfance
paysanne en ce qui a trait l'hygine. Moyennant, tout ce qui
existe en fait ou simplement en puissance, n'autorise pas pr-
sumer que l'enfance rurale parviendra dans un proche avenir
possder autant de facilits dans le domaine de l'hygine que le
petit citadin.
Nous sommes conscients du fait que bien souvent, l'cole,
pour des raisons indpendantes de sa volont ou non, ne prche
pas d'exemple en matire d'hygine. Bien souvent, la contradic-
tion est flagrante entire son enseignement et les conditions dans
lesquelles elle fonctionne. Ici, c'est un problme de personnel et
l, c'est une question de resources, de disponibilits financires.
Par example, de nombreuses coles sont situes une distance
telle des rivires ou des sources que l'approvisionnement en eau
de boisson constitute un problme crucial. Notre action, pour y
remdier, est plutt faible jusqu'ici. Elle a consist dans le forage
de puits, la construction de citernes et l'installation de fontaines
en nombre peu apprciable. L'eau tant l'lment premier en
matire d'hygine pratique, l o elle fait dfaut, suffisant
peine la boisson, cet enseignement demeure une abstraction.
La question d'eau elle seule pourrait constituer l'objet de tout
un programme de renovation scolaire rurale. C'est une matire
premiere qui permettrait de solutionner en mme temps que le
problme de la propret des corps, celui de la creation et de l'en-
tretien des parterres et qui crerait de meilleures dispositions









pour le jardinage, etc. Nous venons de dire que 11.490 enfants
ont pu manger durant l'exercice 1951-52 dans les 38 cantines des
coles rurales. En convenant tout de suite de l'effort immense que
cela reprsente pour le pays, nous ne pouvons nous empcher
de nous questionner sur le sort de la totalit ou d'une parties de
la grande masse des 99.037 enfants inscrits dans des coles fonc-
tionnant dans les communauts rurales jusqu'en mars 1953. Les
demands d'tablissement de nouvelles cantines ne cessent d'af-
fluer et elles se justifient par la prcarit des conditions de vie
dans plusieurs rgions du pays.
La question d'eau et celle des cantines scolaires sont deux
questions capitals qui ne retiendront jamais assez notre atten-
tion. Il nous faut plus d'eau et plus de cantines ducatives pour
l'enfance rurale. Nous comprenons que l'Etat parviendra bien
difficilement procurer tous les coliers de nos campagnes l'eau
et la nourriture qui leur font dfaut. Un programme de recons-
truction scolaire rurale qui ferait une large place la participa-
tion des parents, des notables et des autorits locales est peut-
tre la formule qui permettrait une action plus gnralise en
matire d'hygine, celle de l'alimentation en particulier. La
dmarche initial serait une champagne systmatise pour pro-
voquer un veil de la conscience de bien des parents paysans qui
n'tant pas encore divorcs d'avec la tradition de l'unique repas
quotidien, par example, ne ralisent pas qu'un enfant ne peut se
contenter le midi que d'un morceau de tayo ou de canne
sucre.
Cette champagne, les coles rurales l'ont dclenche en mai
dernier l'occasion de la Semaine du travail social qui, travers
la Rpublique, a provoqu maintes initiatives heureuses carac-
tre social, lesquelles ont t conues et ralises en commun par
les habitants de diffrentes rgions.
Nous voulons, au course de la prochaine anne scolaire, ex-
ploiter l'enthousiasme suscit par ce movement; et nous sommes
persuads que dans notre action, nous rencontrerons bien d'autres
organismes de l'Etat, notamment le Service de la Sant Publique
que nous prenons ici plaisir fliciter et remercier pour le
prcieux concours qu'il a toujours offert l'instituteur rural. S'il
en existe qui aident l'enfance paysanne dans le domaine de l'hy-
gine et de la sant, ils se doivent de pouvoir le faire la science
et au dvouement des mdecins et des infirmires de la sant
publique, tels que les Drs Mod, Salgado, Lefort, Pierre-Louis,
Bazile, Poux, etc., Mlles Louishomme, Phaton.
Des course de perfectionnement se tiennent actuellement la
capital l'intention de quelques instituteurs et institutrices de
l'enseignement rural. Ce sont encore des reprsentants du Service









de la Sant Publique, le Dr Ary Bordes, et une infirmire qualifie,
Mme Emmanuel Racine, qui assurent leur instruction dans :
a) l'hygine de la femme enceinte;
b) l'hygine et l'alimentation du nourrisson
ainsi que les demonstrations et les course pratiques de puri-
culture.
L'instituteur rural sent donc les coudes du Service de la Sant
Publique. C'est tout fait l'honneur de cette institution qui
comme lui, ralise sans doute que l'oeuvre de l'ducation rurale
ne peut s'effectuer que par la conjugaison de toutes les nergies
et de toutes les intelligence. Et cette ouvre ne portera de fruits
rels qu'autant que prvaudra la conception d'une education
dbordant le cadre des techniques traditionnelles de l'cole pri-
maire. L'cole rurale ne peut s'isoler et faire abstraction du milieu
physique et human qui l'entoure si elle veut orienter l'enfance
rurale vers une maturity saine au point de vue physique et social.















La formation professionnelle de l'enfant


Communication de M. Clovis Charlot,
Assistant-Directeur l'Enseignement technique et Professeur
au Dpartement de l'Education Nationale
(Communication prsente au 1"r Congrs national de l'Enfance organis
par le Bureau du Travail sous le patronage du Conseil interamricain
de la protection de l'enfance 9 au 18 aot 1953).


La notion de formation professionnelle est de celles qui ont
prt plus de confusion. Elle procde encore d'une conception
utilitaire, pratique de la vie de l'individu et de la socit. Presque
toujours, elle se rfre des priodes dtermines du dvelop-
pement de l'homme : la formation professionnelle des adolescents,
de l'homme adulte. Souvent aussi, elle dfinit une contradiction,
voire une opposition entire les attributions qu'on lui reconnat
comme domaine propre et les buts et les moyens que l'on assigned
l'ducation gnrale. Il fut mme un temps, pas trop loin de
nous, o il apparaissait convenable, de l'opposer la culture
formative de l'individu. Ce fut l, les consequences lointaines de
l'influence des ides librales issues du no-humanisme du dbut
du XIXe sicle qui refusait toute valeur ducative la formation
professionnelle. A cet gard, le considrant suivant d'une loi
prussienne de 1819 sur l'enseignement est suggestif : Sont
considres comme coles publiques et gnrales toutes celles qui
ont pour but la culture gnrale de l'homme et non sa prpara-
tion immediate une profession dtermine .
On conoit aisment que la formation professionnelle, sous
l'empire de telle ide et ne comme elle le fut de la complexity
d'intrts puissants d'entreprises prives, de groups de profes-
sions ou de mtiers ne s'intresst l'enfant que sous l'appel de
besoins particuliers qui utilisaient la main-d'oeuvre enfantine
comme une force intressante de travail. Cette influence fut
prpondrante, jusque dans les institutions charges de dispenser
une preparation prvocationnelle. Que cette preparation vist
uniquement inculquer l'enfant, la notion et le got du travail
pour le lui faire estimer en dehors de toute ide de spcialisation
ou de production, ou bien qu'elle se confondt avec ce processus









psycho-pdagogique grce auquel on tente de parvenir dceler
chez l'enfant les aptitudes particulires qui le singularisent en
vue de son dveloppement et de son adaptation ultrieurs, pres-
que toujours la notion accepte de formation professionnelle
anticipe sur des modes d'acquisition, de connaissances techniques,
professionnelles qui s'adressent un certain ge de l'individu et
rpondent des besoins conomiques et sociaux dfinis par
rapport l'ouvrier, l'homme adulte.
Mais le problme de l'enfant, qui pendant ces trente dernires
annes principalement et grce l'action decisive du B. I. T. et
de l'Unesco, est devenu un problme de politique humaine uni-
verselle et mondiale, apporte des correctifs aux notions consa-
cres sur la formation professionnelle et introduit de nouvelles
valeurs dans le champ de ses intrts. Dans l'ordre des proccu-
pations nes de ce problme, il a paru ncessaire de dlimiter
lgalement la priode de la vie qui, formant le domaine de
l'enfance, serait dbarrasse de l'obligation social de participation
au travail producteur. La legislation international laborieuse-
ment construite autour du problme de la protection de l'Enfance
est parvenue progressivement dfinir cette priode de l'Enfance
dans les limits d'un maximum d'ge de frquentation scolaire
obligatoire et d'un minimum d'ge d'admission au travail.
Or, cette nouvelle valuation dans le statut de l'Enfance est
sortie de l'ide moderne que l'ducation seule peut fournir
l'enfant les lments essentiels qui lui permettront par la suite
de jouer de plus en plus efficacement son rle de citoyen et nous
dirons ventuellement de travailleur et que c'est par l'ducation
seule qu'il peut acqurir les connaissances fondamentales qui le
mettront mme de mener dans le plein panouissement de ses
facults, l'existence laquelle il est en droit de prtendre . Nous
arrivons ainsi au cour de la question fondamentale de la forma-
tion professionnelle de l'enfant.
Que ce soit par l'cole, la famille ou d'autres environnements
sociaux, la formation professionnelle de l'enfant doit se proposer
premirement le dveloppement de sa personnalit. Le processus
ducatif, qui tenant compete des facteurs qui conditionnent, des
titres divers, la vie animal, psychique et social de chaque
individu, pour dcouvrir les aptitudes, qualits et tendances qui
l'habilitent une parfaite adaptation la ralit social est la
pierre angulaire de toute formation professionnelle vraie qui
commence par enseigner l'enfant, la seule occupation qui vaille:
son mtier ou sa profession d'homme.
Les modalits de cette formation peuvent varier et varient
en effet, du Kindergarten aux centres de formation technique et
intellectuelle en passant par l'cole primaire, les institutions pr-
vocationnelles d'orientation et d'enseignement, les coles de









spcialisation techniques et professionnelles, les tablissements
de rducation, au fur et measure que cette formation s'adresse
aux diffrents procds d'apprhension par l'tre human de la
nature environnante et ses diffrentes faons de traduire motion-
nellement sa conception du monde extrieur.
Au Kindergarten, la ncessit de satisfaire des besoins de
movement, d'animal agissant, celui de communiquer et de
s'associer avec ses semblables, a conduit toute une philosophie
et une discipline des jeux ducatifs qui tiennent compete de cet
aspect de la formation de la personnalit de l'enfant, traduisant
son got ludique, ses possibilits de creation, son instinct de
sociabilit et de vie en commun. Choisir son jeu sera presque
dj choisir sa vie.
Plus tard, que ce soit l'cole primaire o il sera mis en
possession des premiers instruments de la connaissance grce
auxquels tout le progrs ralis et amass par le savoir human
lui sera transmis ; ou bien que ce soit l'tablissement prvo-
cationnel d'orientation et d'enseignement o en plus de la
conscience qu'il aura acquise de ses aptitudes propres, il pourra
avoir celle de la vocation laquelle il sera appel et celle aussi
qu'il aura de la beaut et de la valeur du travail conu et excut
pour lui-mme, sa formation professionnelle s'difiera tout au
long de ce processus d'orientation ducationnelle ou vocationnelle
qui permettra l'enfant, en l'aidant choisir ses tudes faire
dj le choix de son mtier. Plus tard ce sera le tour de l'cole
professionnelle. L sa formation prendra une signification dfinie
par le contenu utilitaire d'une spcialisation, par consquent d'un
travail producteur. L'enfant est alors form en vue de son
habilet acqurir une profession, un art, un mtier ou une
occupation quelconque qui lui permettra d'tre utile par l'activit
ou le genre d'activit qu'il accomplit. Mais cette education sp-
cialise ne devra point perdre de vue le dveloppement progressif
et continue de la personnalit conu comme tel. Bien au contraire !
A ce stade de la croissance humaine, la formation de l'enfant se
trouve motive par l'ide de cette plus-value morale et social
qu'elle confre au travail producteur, par ce sentiment de prestige
et d'exaltation de soi qui s'empare de celui qui sent que la meil-
leure utilisation de ses aptitudes et sa plus efficace capacity de
production se ralisent ici sous le signe de la cooperation et de
la solidarity social.
Comme on le voit, la formation professionnelle de l'enfant
est affaire d'ducation. Elle est aussi affaire de rducation.
L'enfance malheureuse ou ncessiteuse ou vagabonde ou dfi-
ciente ou dlinquante (sic) par l'tendue des questions qu'elle
soulve de par le monde, et l'inextricable complexity et diversity
des procds et techniques qu'appellent leurs solutions, constitute









le problme le plus important de l'ducation moderne. Les
contacts heureux qui, sous l'empire de ncessits ou gnreuses
ou utilitaires ont t tablis depuis quelques temps entire la
formation professionnelle et l'ducation gnrale, l'ont t sous
la pousse conjointe de la question de la rducation de l'enfance
inadapte et de celle de la rducation professionnelle et du
reclassement des chmeurs et mutils de guerre.
Il est certain que l'intrt universal qu'a soulev de par le
monde, le problme de l'enfance malheureuse, a toujours conduit
une thrapeutique social de measures ou prventives ou cura-
tives qui s'adressaient sous des formes diverse aux types divers
de sujets proposs soit la rinstallation soit la rduca-
tion. Chez nous, par example, l'action entreprise dans ce dessin
comprenait des proccupations allant des euvres ducatives
d'assistance social, comme la Madeleine dans le pass, Salsiens
et Salsiennes, centres d'apprentissage et d'ducation populaire
dans le present, pour l'enfance ncessiteuse, notre Maison
central destine aux vagabonds et aux jeunes dlinquants (sic)
tout la fois.
Dans toutes ces situations, les mthodes de rducation et de
rinstallation social employes faisaient du travail manuel
le pivot de leur action en l'utilisant fort souvent comme moyen
d'auto-ducation. Nanmoins il apparut trs tt que l'activit
manuelle tait conue non seulement comme une fin en elle-
mme mais aussi comme le seul moyen de combattre les causes
d'associabilit ou d'antisociabilit don't on tenait la personnalit
de l'enfant pour responsible, en faisant abstraction des facteurs
biologiques et sociaux qui ont influence cette personnalit en voie
de formation et d'volution.
Mais un recul considerable est enregistr dans la validit de
ces ides, depuis que l'ducation gnrale s'est progressivement
empare de ce secteur de l'enfance irrgulire poursuivre l'hu-
main et nous ajouterons sous les failles de l'individu tel a t
le cri lanc par les ducateurs modernes du monde au nom et
pour l'enfance malheureuse. De cela est sortie une formulation
nouvelle de la rducation faisant de la formation professionnelle
l'ossature de toutes les institutions et services d'ducation qui,
communauts d'enfants, pavillons et foyers de jeunes, maisons
du travail, institutions d'assistance social, centres et institute
de rducation se proposent en partant de la personnalit et en
suivant toutes les tapes du procs ducationnel aboutissant
l'acquisition et l'exercice d'une spcialisation, de rintgrer,
puis de situer l'enfant commis leurs soins dans la vie de
l'homme libre et responsible.
Il peut paratre tonnant de donner notre Maison central de
rducation comme un example des transformations qui sous la









pousse de ces ides gnreuses ont marqu l'volution de pres-
que toutes les institutions du monde qui est confie l'ducation
du petit vagabond ou du jeune dlinquant (sic).
Les conditions actuelles d'organisation pdagogique et surtout
matrielle de cet tablissement ne sont gure une rclame pour
l'oeuvre qui est en voie de s'y difier.
Sans vous entraner dans aucun aperu historique, soulignons
que l'institution conue un certain moment de son existence,
comme Maison du travail pour jeunesse vagabonde, se trans-
forma, par la suite, en une installation annexe du pnitencier
national o la radaptation des jeunes sujets, qui, dans bien des
cas, taient devenus dlinquants (sic) sous l'effet de leur passage
la prison, s'effectuait sous le signe du dressage forc. Un peu
plus tard, sans rompre des attaches dangereuses et honteuses
d'avec le pnitencier national, la Maison central, volua vers
une forme mitige d'organisation para-militaire et de Maison
du travail o ct d'activits manuelles professionnelles, la
musique d'estrade et de parade occupait une place spectaculaire.
Sous l'influence des concepts nouveaux ns du problme de
l'enfance, une action silencieuse, anonyme obligatoirement alter-
nante et mme hsitante, est entreprise depuis ces quatre der-
nires annes en faveur de la Maison central. Cette action est
caractrise par une affirmation nouvelle du but et de la nature
de l'institution qui est un tablissement de rducation et non
une annexe du pnitencier national ou un centre de dressage ;
par un inventaire et un classement ducatif de la clientele sco-
laire en vue de parvenir la constitution de groups homognes ;
par l'organisation de travaux manuels non conus pour le travail
lui-mme mais comme activity fonctionnelle du procs de forma-
tion professionnelle ; ceci est favoris par la facility qui est
laisse au sein du systme d'oprer involontairement une rota-
tion de mtiers ou mme une action exprimentale d'entrane-
ment polyvalent ; par la construction du nouveau local qui doit
bientt abriter l'tablissement. Cette construction est faite selon
la formule accepte de l'tanchit relative des groups qui per-
met de distribuer la construction en autant d'units-pavillons
qu'il y aura de groups homognes de pensionnaires constitus
par l'ge et par l'orientation ce qui, consquemment, diminuera
les chances de contagion morale et physique.
En conclusion, nous pouvons dire que la formation profes-
sionnelle de l'enfance est de plus en plus conue comme une
donne premiere de l'ducation gnrale. Elle dbute avec l'orga-
nisation de la personnalit de l'enfant ou normal ou normal.
Elle se maintient et se prolonge toutes les tapes de l'en-
tranement intellectual du sujet et de son orientation et enfin
de sa preparation vocationnelle. Elle n'est pas seulement une









tape, elle est aussi une prfiguration de celle de l'adolescent ou
mme de l'adulte. Elle est actuellement l'un des facteurs domi-
nants du progrs d'un systme d'ducation universal qui prpare
les enfants du monde aux responsabilits de l'homme libre .

Clovis R. CHARLOT
Assistant-Directeur l'enseignement technique
et professionnel.


Bibliographie: Revue Internationale du Travail. Vol. XXXVII N* 2, 1938.
L'Enfance vagabonde: Unesco, publication 643. L'emploi de la main-
d'oeuvre enfantine et la scolarit obligatoire. (Etude du Bureau du
Travail.) Publication de l'Unesco. Ed. Si.V.5.7.















L'ducation des enfants l'exprience-tmoin de Marbial

Communication de M. E. Gabriel,
Directeur du Service de l'exprience-tmoin de Marbial



Les conditions dans lesquelles vivent les enfants Marbial
ne sont pas bien diffrentes de celles que l'on trouve dans la
plupart des rgions rurales du pays. Ds l'ge de quatre ans, le
petit garon ou la petite fille est dj un gardor , c'est--dire
qu'il lui est laiss le soin de surveiller ses frres et sours moins
gs que lui, y compris le bb de la maison. C'est pourquoi il
n'est pas tonnant de voir amener de temps autre au dispen-
saire de Marbial des bbs de six mois ou des enfants de moins
de deux ans qui se sont faits des brlures profondes. A un
moment de distraction de la part du gardor ou mme parfois
de la mre, le bb a le temps de s'approcher du feu de la cuisine
et de se faire mal. Ces accidents bien des fois entranent la mort,
lorsque les parents n'ont pas le temps de transporter le petit
accident au dispensaire de Marbial pour recevoir les soins
immdiats du mdecin et de l'infirmire.
Ds l'ge de quatre ans, les enfants sortent sur la grande route
et font des commissions pour leurs parents. Ils franchissent
parfois la rivire et parcourent des distances assez longues pou-
vant atteindre jusqu' un kilomtre. Ils vont aussi puiser de
l'eau. Dans ces cas-l, et lorsqu'il arrive que la rivire est en
crue, des enfants sont emports par les eaux et percent la vie
inutilement.
Les jeunes enfants. gs de sept quatorze ans, aident leurs
parents dans tous les travaux des champs : ils sarclent, plantent,
s'occupent des animaux, vont au march avec leur mre, trans-
portent les products du jardin et font mme certaines operations
commercials. Les filles aident encore la cuisine et pour le
nettoyage du linge. C'est ce qui explique l'importance conomique
des enfants la champagne ; c'est ce qui explique aussi l'indiff-
rence de certain parents vis--vis de l'cole.
Il ne faut pas oublier non plus que la plupart des parents,
surtout les mres sont ignorants en ce qui concern les rgles
de l'hygine et de la puriculture.









Comment l'exprience-tmoin a-t-elle abord ce problme ? Il
nous a sembl que, pour attaquer le mal sa racine, il fallait
s'occuper d'abord d'duquer les parents, surtout les mres. Aussi,
par l'intermdiaire de notre rseau de publicity, avons-nous fait
savoir que toutes les femmes enceintes seraient bien accueillies
au Centre du project et recevraient un enseignement susceptible
de les mettre mme de protger leur sant et celle de l'enfant
qu'elles portent. C'est le but de la clinique prnatale. L, elles
subissent un examen medical, sont soignes et apprennent
amliorer leur sant. Elles se prparent ainsi mettre au monde
un bb sain. Elles prparent aussi les autres membres de la
famille accueillir le nouveau membre. La layette, le berceau,
la ttine, les ustensiles ncessaires la toilette du bb : cuvette,
casserole, biberon, y compris les articles de toilette, sont achets
ou fabriqus l'avance.
La naissance du bb a lieu dans la famille ou l'hpital.
Lorsqu'elle se produit dans la famille, la matrone qui opre aura
reu, elle aussi, une instruction touchant la strilisation des
ciseaux, du linge et du pansement ombilical. Son attention aura
t attire sur la ncessit de faire le plus d'asepsie possible au
moment de l'accouchement.
Aprs la dlivrance, la mre, ds qu'elle est en tat de sortir,
revient la clinique suivre les course de clinique postnatale et
de clinique infantile. On lui apprend soigner le bb, lui
prparer du jus d'orange, le jaune d'euf ou d'autres aliments.
Elle amne le bb qui est pes, suivi et soign en cas de maladie,
et ces soins continent parfois jusqu' l'ge de deux ou trois
ans. Des concours de bbs sont organiss pour encourager les
mres suivre les instructions de l'infirmire ; gnralement des
prix d'encouragement sont distribus tous. Nous avons pu le
faire bien des fois grce la gnrosit des pharmacies et de
certaines maisons de commerce de la capital qui ne nous ont
jamais marchand leur concours.
Je dois avouer que, dans l'ducation des enfants, il y a un
vide que nous n'avons pas pu combler, c'est cet space compris
entire l'ge de trois ans et l'ge de six ans, alors que l'enfant est
prt frquenter l'cole primaire. Nos moyens financiers ne nous
ont pas permis de crer des garderies ou des classes maternelles.
Nous avons essay de combler ce vide en poussant davantage
l'ducation des mres et en employant la vaccination pour pro-
tger la sant des enfants. Ils sont immuniss contre la dyphtrie,
la coqueluche, le ttanos et la tuberculose. Cette politique se jus-
tifie, car notre objectif principal est de mettre la famille en
measure de remplir ses obligations envers l'enfant et d'endosser
toutes les responsabilits que cause la presence d'un ou de plu-
sieurs enfants au foyer.









Cependant nous avons eu l'occasion d'enregistrer des cas de
pauvret extreme, tel celui de cette femme demi-folle qui a
donn naissance un enfant prmatur de deux livres et demie
sous une tonnelle, puis l'a abandonn. Devenue compltement
folle cinq jours plus tard, elle a essay de se suicide en se jetant
la rivire. Le pre nous a amen le bb qu'il a fallu nourrir
au biberon et encore en lui faisant tomber le lait goutte goutte
dans la bouche. Le pauvre mioche a pu survive pendant quinze
jours. Le seizime jour, le pre est all faire un job et n'a pas
amen l'enfant le matin la clinique. Il ne s'est prsent qu'
trois heures de l'aprs-midi. L'enfant, qui tait dj un enfant
prmatur et sous-aliment, n'a pas pu rsister cette longue
privation et est mort dans la nuit de ce jour. Ceci est un rsultat
ngatif. Une autre fois une mre s'est prsente en haillons avec
deux enfants jumeaux peine vtus et un rgime de bananes. Il
a fallu soigner et vtir durant une journe la mre ainsi que les
enfants. J'ai vu dans quel tat pitoyable elle tait arrive dans
la matine. Lorsque je l'ai rencontre dans l'aprs-midi souriante
et frache, rapportant ses deux enfants, je n'ai pas cru que c'tait
la mme personnel. C'est seulement lorsqu'on m'a racont l'his-
toire que je me suis rendu compete de la transformation qui
s'tait opre en l'espace de six heures de temps. Elle a pu
retourner chez elle avec de l'argent et des provisions.
A l'cole primaire rurale de Marbial, comme partout ailleurs
dans la Rpublique, les enfants suivent les course classiques,
s'adonnent aux jeux, aux travaux agricoles et aux petits mtiers.
Nous essayons surtout de dvelopper chez eux le sens civique et
l'intrt dans la petite communaut. Ils clbrent avec clat la
plupart des ftes lgales et nationals, entire autres le 18 mai, la
Fte-Dieu, le jour de Nol, le jour de l'Indpendance Nationale.
Ils organisent des matines rcratives l'occasion du Jour des
Nations Unies, de la Journe Mondiale de la Sant et du Jour
Panamricain. Chaque fois qu'arrive le Jour de l'Arbre, ils pro-
fitent de cette occasion pour consacrer une semaine au reboise-
ment des collins dnudes, des berges de la rivire et des abords
des sources. Leur association des 4 C fait d'eux dj des citoyens
qui ont foi dans leur pays, dans leur race, et qui sont dsireux
d'apporter une contribution l'avancement de la communaut.
Ils consacrent leurs vacances amliorer l'tat sanitaire de l'ha-
bitation et embellir les abords des maisons. Parmi eux il y a de
petits artistes qui fabriquent des peignes et des boutons, et font
de la cramique. Quelques-uns ont appris peindre et vendent
dj leurs tableaux des prix variant de cinq vingt dollars.
Ils ont tellement la fiert de leur region que, malgr leur pauvret,
la majority d'entre eux refusent d'aller en ville comme enfants
en service. C'est aussi un movement que n'encourage pas l'exp-









rience-tmoin. Inutile de dire que ces enfants aussi sont suivis au
point de vue de leur sant.
Plusieurs personnel voyant les enfants passer la journe
l'cole sans prendre un repas substantial, et connaissant la
carence de leur dite alimentaire, nous ont reproch de n'avoir
pas mis sur pied une cantine scolaire, d'autant plus qu'au dbut
du project une telle institution avait t cre. Nous avons tou-
jours fait remarquer que notre tche d'ducation de base consis-
tait aider les gens s'aider eux-mmes et que l'cole ou l'Etat
ou une organisation international ne devait pas prendre la place
des parents et assumer des charges qui reviennent ces derniers.
Lorsque l'on prend de telles responsabilits et que des compres-
sions budgtaires forcent supprimer les uvres ainsi cres,
on se demand si l'action exerce n'a pas t plus nfaste que
bienfaisante. En effet, on a accoutum les gens computer sur
l'Etat ou sur une institution pour satisfaire l'un de leurs besoins
primordiaux et brusquement, sans avis pralable, cette aide est
couple, et les gens se trouvent dsempars. Notre tche princi-
pale consistait aider les parents protger leurs terres,
employer de meilleures mthodes de culture, diversifier les
cultures, utiliser de meilleures semences, cultiver les vivres
alimentaires qui faisaient dfaut dans la region, mieux soigner
les animaux, dvelopper les petites industries rurales de faon
augmenter leurs revenues et pourvoit aux besoins primordiaux
de la famille. Notre essai de monter une cantine scolaire avec
l'aide des parents n'ayant pas about, nous leur avons laiss le
soin de s'occuper de l'alimentation de leurs enfants en nous con-
tentant de les conseiller et d'organiser des course managers pour
les femmes et les jeunes filles de la region. Toute cette education
se fait en se servant de la langue vernaculaire comme vhicule
et les rsultats en ont t surprenants. Naturellement, on se sert
du franais dans les classes avances de l'cole primaire.
Telles sont, en substance, les conditions existant Marbial
en ce qui concern les enfants et une esquisse de l'oeuvre accom-
plie dans ce domaine par l'exprience-tmoin en l'espace de cinq
ans. Inutile d'ajouter qu'il existe d'autres institutions, prives,
semi-gouvernementales et gouvernementales, travaillant concur-
remment et en cooperation avec l'exprience-tmoin faire avan-
cer l'oeuvre d'ducation des enfants dans la Valle de la Gosseline.

Em. GABRIEL JN-FRANOIS
Directeur du Service de l'exprience-tmoin de Marbial.















L'ducation audio-visuelle et les enfants


Communication de M. Raymond Doret,
membre du Centre audio-visuel



Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,
Si nous voulons ragir contre l'abus des mots vides de sens,
si nous voulons que nos enfants s'intressent des leons qu'ils
comprennent, c'est prcisment de telles fins qu'ont t crs
les auxiliaires audio-visuels de toutes sortes, sujet de la prsente
communication.
Auxiliaires audio-visuels , qu'est-ce dire ? Peut-tre se-
rions-nous tents de les indentifier la lgre soit avec les pro-
jections lumineuses, soit encore avec le cinma parlant de
caractre ducatif... Pour important qu'ils soient, ces deux
groups d'auxiliaires sont loin d'tre les seuls en ce genre. Un
objet concrete, une photo, une gravure, un simple schma sur le
tableau noir, un enregistrement sur disques, etc., bien choisis par
un ducateur averti, constituent autant d'aides audio-visuelles
susceptibles de convenir des cercles divers, en vue d'enrichir
les intuitions concrtes, de varier les experiences sensibles, de
rompre avec le verbalisme et le psittacisme, ces flaux de l'du-
cation. Tous ces moyens pdagogiques ont ceci de commun qu'ils
se proposent soit d'introduire, soit de creuser, ou de clarifier des
notions abstraites quelconques ; ou bien, puisque la connaissance
et l'action sont insparables, ils se proposent de dvelopper chez
l'enfant des attitudes pratiques juges dsirables, des tendances,
des habitudes, des savoir-faire utiles pour l'individu, pour la
collectivit mme, suivant les cas. La force de suggestion, le
pouvoir ido-moteur des images de faon gnrale sont des cons-
tantes psychologiques depuis longtemps utilises, jusqu' l'abus,
par les agencies de publicity commercial de toutes natures.
L'ducateur averti ne saurait, dans tous les cas, en mconnatre
aujourd'hui l'importance considerable.
Signalons, ce propos, que l'Unesco, organisme spcialis des
Nations Unies, don't les activits se consacrent dj, sur bien
des points du globe, aux questions d'ducation, de science et

49









de culture, a entrepris, notamment dans notre pays, d'in-
tressantes experiences sur l'application des auxiliaires audio-
visuels ce qu'on est convenu d'appeler l'ducation de base. C'est
ce qui, d'accord avec le Dpartement de l'Education Nationale,
avec sa collaboration pour mieux dire, a dtermin la creation
ici d'un Centre de production de matriel ducatif compre-
nant deux ateliers : l'atelier audio-visuel et l'atelier de production
de textes...
Une classification commode, quoique nullement exclusive, de
tous les moyens intuitifs en question est la suivante, assez gn-
ralement admise dans les milieux pdagogiques, en allant du
plus concrete au moins concrete :
1. Les excursions scolaires.
2. Les muses scolaires.
3. Le cinma ducatif, auquel s'ajoute present la tlvision.
4. Les projections lumineuses fixes et la stroscopie.
5. Les matriaux graphiques en gnral.
Evidemment chacun de ces groups comporte un certain
nombre de subdivisions, notamment celui, trs vari, trs fourni,
des matriaux graphiques.
Un objet matriel, observ dans son ambiance naturelle, dans
le cadre qui est habituellement le sien, reprsente, dirons-nous,
le maximum du concrete. Concret, il l'est encore beaucoup, cet
objet, quoique un moindre degr, parmi les collections d'un
muse pdagogique. Des images animes, de grandes dimensions,
en couleurs naturelles peut-tre, comme au cinma, sont plus
concrtes, coup sr (s'il s'agit surtout de cinma sonore), que
des images monochromes photographies ou dessines chelle
rduite.
L'exprience nous a confirm, au Centre audio-visuel, comme
d'ailleurs on pouvait s'y attendre en bonne psychologie, que ce
n'est pas de premier abord qu'un enfant, un adulte illettr mme,
interprtent convenablement n'importe quel dessin, de dimen-
sions pourtant raisonnables.
Il y a donc, vrit bien acquise, des degrs dans le caractre
abstrait ou concrete d'une presentation quelconque. La saine pda-
gogie se rsigne, en consequence, procder bien plus lentement
qu'on ne le fait parfois, afin d'escalader plus srement les diff-
rents niveaux d'abstraction gravir. La solidit definitive des
superstructures vient amplement ddommager dans ce cas, de
toute la peine qu'on s'est donne pour assurer les foundations qui
doivent les supporter.
L'on n'aura pas le temps, en quelques minutes de s'arrter,
un tant soit peu, sur chacun des groups d'auxiliaires audio-
visuels mentionns, pour en tudier les modalits, les moyens de









production, les resources, les limitations, etc. : ce serait l, en
effet, l'objet d'une tude assez technique, susceptible de couvrir
plusieurs mois de l'anne acadmique Je me souviens d'un course
extrmement intressant que j'eus la bonne fortune de suivre
sur ces questions aux Etats-Unis, la Section de pdagogie de
la magnifique Universit que ses anciens lves appellent fami-
lirement Penn-State , dans le Pennsylvania. Thorie et pra-
tiques diverse n'occupaient pas moins d'un semestre, en mettant
les bouches doubles.
La plupart des grandes villes modernes comportent un Centre
pdagogique et, dans le cadre de ce dernier, un atelier audio-
visuel plus ou moins riche et plus ou moins complete. Nous
devons souhaiter que les diffrents dpartements ministriels
intresss continent, comme ils ont commenc le faire, de
slectionner des jeunes gens et des jeunes filles qualifis et de
leur permettre, au moyen de bourses d'tudes disponibles de
temps autre, d'aller se familiariser dans de tels centres avec
les techniques parfois trs dlicates, en rapport avec la produc-
tion et l'usage des auxiliaires audio-visuels. De retour dans leur
pays, il restera naturellement ces boursiers, adapter. nos
milieux spciaux, ruraux autant qu'urbains, les procds appli-
qus ailleurs, dans des conditions sensiblement diffrentes le
plus souvent ; et telle n'est point la plus facile portion des tches
auxquelles je fais ici allusion.
A propos des excursions scolaires, notons simplement avec
joie leur apparition plus frquente dans nos pratiques duca-
tives, que ce soit dans les cadres de ce movement scout don't
vous parlera M. Roger Morts, ou dans un cadre moins special,
de nature la fois didactique et rcratif. Inutile d'insister, ce
propos, sur la porte d'une excursion l'un ou l'autre de nos
sites historiques : la Citadelle de Christophe la Citadelle un
peu moins connue des Platons, dominant la plaine des Cayes,
o se trouvent les restes du gnral Geffrard la Crte Pierrot
- Vertires, etc... Tant au point de vue des tudes historiques
que de la formation civique, base de tendances et d'attitudes,
plus encore que de grands mots et d'abstractions, de telles acti-
vits sont vraiment hors de pair et, de l'avis gnral des pda-
gogues, irremplaables. Certes, une vue stroscopique, en relief,
de la Citadelle, en couleurs naturelles par surcrot, est une chose
impressionnante, mouvante au possible, faire circuler dans un
group de jeunes Hatiens ; mais comment soutenir que cela
puisse quivaloir la visit sur place de ce monument unique
rig, comme on l'a dit, la libert d'un people ?
D'une faon gnrale, on peut dire qu'il n'y a point de vri-
table tude de la nature, des sciences concrtes comme la cosmo-
graphie, la minralogie, la botanique, la zoologie, l'ethnographie,









etc..., sans le contact direct avec les objets ou les tres tudis.
(Combien remarquable d'ailleurs, ce propos, l'ingniosit d-
pense afin de prolonger au moyen de telescopes, de microscopes,
etc., les limits de notre sensibility, prisonnire suivant le mot
de Pascal entire les deux infinis de grandeur et de petitesse !)
A plus forte raison encore n'y a-t-il pas de vritable tude des
mtiers et des techniques, en dehors des applications concrtes.
A dfaut de manipulations parfois trop dispendieuses, je ne
puis oublier, par example, l'intrt suscit, en fait, parmi des
lycens, par des visits d'usines, de manufactures diverse : La
Hasco, l'usine lectrique, fabriques de boissons, de savons, de
bougies, etc. Les manuels de physique et de chimie revtaient
ensuite, on peut le dire, une signification nouvelle ; l'intrt pour
ces tudes orientes, some toute, vers la pratique et les activits
industrielles, se gnralisait en quelque sorte par transfer.
Evidemment, la promenade scolaire, pour en valoir la peine,
doit tre prpare avec soin, habilement dirige, adapte au
niveau des enfants en cause. Cette rgle est essentielle depuis la
plus lmentaire leon de choses l'usage des bambins de
l'cole primaire, jusqu'aux observations et measures les plus dli-
cates rserves aux tudiants de l'Universit.
Notons, en passant, la chose en vaut la peine, qu' tout ge
et en toutes matires, une presentation concrete dans toute la
measure du possible a toujours beaucoup plus de chances d'int-
resser l'auditoire et d'en tre comprise qu'un symbolisme abstrait
de quelque nom qu'il s'appelle : nous savons bien de fait, sans
trop l'avouer, qu'il subsiste toujours un peu de l'enfant chez
l'adulte lui-mme.
Il reste vrai, toutefois, que c'est surtout avec les enfants et
les adults illettrs qu'il imported essentiellement d'tre aussi
concrete que possible.
De ce qui prcde, rsulte l'intrt tout special des muses
scolaires. Le mot doit s'entendre d'ailleurs au sens large pour
s'appliquer au group trs tendu de moyens intuitifs qu'il en-
globe. Des spcimens de toutes sortes, des chantillons de ce
don't on parle, des modles en reduction, des objets varis
apports en classes par l'instituteur dvou, pour concrtiser sa
leon de choses comme on dit, voil ce que l'on peut fort bien
ranger sous le vocable comprhensif de muse scolaire.
La principal difference entire ces objets et ceux analysts
la faveur d'une excursion scolaire est qu'ils ne se trouvent plus
dans leur cadre natural, mais, sans doute, runis et classs sur
des tagres.
Ils sont encore trois dimensions, en relief, l'chelle, sinon
toujours (et pour cause !) aux dimensions mmes des originaux.









Mentionnons ce propos, en raison de leur grande valeur
ducative, les prcieuses ralisations du musographe G. H.
Rivire, un sincere ami de notre pays, dans les maquettes et
presentations diverse du Muse du people hatien. Les collections
de notre Muse national et celles du Muse d'ethnologie -
sont aussi dignes d'tre examines par quiconque s'intresse aux
diffrentes priodes de l'histoire de notre pays. Un peu partout,
qu'il s'agisse de sciences naturelles, de technologies, d'tudes his-
toriques, ethnographiques, artistiques, les muses constituent de
plus en plus des auxiliaires constants de l'cole et de l'universit.
A titre de ralisation particulirement remarquable dans cet
ordre d'ides, on peut citer un modle en pltre color, en relief,
et soigneusement l'chelle, de la ville du Cap-Hatien, excut,
force de patience et d'ingniosit, par le grand rudit et collec-
tionneur que fut notre compatriote Villehardouin Leconte.
Les habitants de Guatemala-City sont trs fiers, just titre,
d'une carte en relief du Guatemala avec ses lacs et ses fleuves,
ses montagnes et ses volcans, se dployant grande chelle dans
un des jardins publics de la ville, en plein air. Les enfants des
coles, accompagns de leurs matres, se groupent sur des
estrades appropries et peuvent ainsi parcourir, vol d'oiseau,
toutes les rgions fidlement reprsentes de leur patrie. Il est
vrai qu'un tel ouvrage absorba plusieurs annes d'un travail de
bndictin. C'est avec la cooperation active des lves eux-mmes
que se dveloppent un bon nombre de muses scolaires et l'on
sait l'importance pdagogique des activits de cet ordre dans
l'cole moderne depuis les travaux des ducateurs qui ont nom
Pestalozzi, Decroly, Froebel, Montessori, Dewey, pour ne citer
que les plus illustres. La participation active des enfants tous
les exercices effectus l'cole est mme, ainsi que l'ont bien
montr ces pdagogues, d'autant plus important que l'on a affaire
de plus jeunes enfants. Inutile d'insister l-dessus puisqu'aussi
bien la question des jardins d'enfants a dj fait l'objet de l'in-
tressante communication de Mlle Turian.
Les expositions, qui sont aussi parfois de prcieux auxiliaires
audio-visuels, pourraient, si l'on veut, se dfinir des muses tem-
poraires. Grandes sont les possibilits offertes l'heure actuelle,
en ce genre, qu'il s'agisse d'agriculture, d'hygine, de technologies,
de peinture, de sculpture ou, que sais-je ? L'Unesco s'intresse,
comme on pouvait s'y attendre, ces possibilits diverse pour
les inventorier et les cataloguer. Les expositions itinrantes re-
prsentent une formule relativement nouvelle. Un chantillon
nous en a t prsent, l'an dernier, par l'Exposition scientifique
de l'Unesco, d'un niveau passablement lev, peut-tre, mais d'un
intrt gnral, en raison des applications extraordinaires de la
physique moderne, thme central de cette exposition.









Dans l'enseignement de l'Histoire compare des civilisations,
de l'Histoire des arts plastiques, on ne peut mconnatre les
resources nouvellement offertes aux pays jeunes et pas trop
fortunes qui ne peuvent esprer de sitt possder des muses
d'art comparable ceux de la vieille Europe ou de la prospre
Anirique. Il est heureux que des collections prix modrs,
couvrant les principles poques de la peinture et de la sculpture
internationales, viennent au secours des ducateurs que proc-
cupe, just titre, cet aspect quelque peu nglig de la culture
humaniste.
Pour ce qui est de l'Histoire de la musique, pareillement,
nous disposons l'heure actuelle de toutes les resources offertes
par les collections combien tendues de musique enregistre, en
mme temps que d'appareils de reproduction et d'amplification
de grande fidlit.
Le cinma possde sur les autres moyens audio-visuels le
grand advantage du movement. C'est dans ce domaine qu'ont t
accomplish les progrs les plus remarquables au point de vue
des applications ducatives. Dans un temps relativement court,
les films de format 16 mm. ont vu s'accrotre de faon tonnante
et leur quality technique et la varit des sujets abords. Aprs
les films sonores et parlants ducatifs de 16 mm., voici qu'au-
jourd'hui sont disponibles des projecteurs susceptibles d'ajouter
n'importe quel film de production locale, tel commentaire, tel
accompagnement musical dsirs. A l'heure actuelle, avec un
peu de patience, d'ingniosit, un minimum de technique et de
savoir-faire, il est possible tous ceux qui le dsirent de pro-
duire, d'agencer des films ducatifs sans excs de prtention, soit
monochromes, soit en couleurs naturelles, et d'y adjoindre les
explications voulues dans telle ou telle langue, de changer mme
ces commentaires, si besoin est, pour les adapter au language, au
niveau mental de l'auditoire. L'enregistrement sonore en ques-
tion se fait sur piste magntique et peut tre modifi volont.
Le Dpartement de la Prsidence a fait rcemment l'acquisi-
tion d'un projecteur de cette sorte. Ceux qui le dsirent pourront
voir et entendre cet appareil en visitant simplement les locaux,
trs modestes vrai dire, de notre Centre audio-visuel, lequel
vient de fter sa premiere anne d'existence. Pour les prises de
vues cinmatographiques, toujours en 16 mm., le centre dispose
d'une camera don't l'optique est excellent. Cette camera, de
mme qu'un important matriel de photographic et de polycopie
ont t procurs au centre par l'Unesco. Il est souhaiter que,
de leur ct, les diffrents dpartements intresss pourront
contribuer des installations plus compltes, permettant une
utilisation plus tendue de ce matriel de choix.









On ne peut exagrer les possibilits offertes par ces appareils
nouveaux permettant la confection, le dcoupage, la sonorisation
et la projection de films sur measure, tudis en function d'un
public dtermin don't le language est peut-tre mme quelque
chose d'aussi particulier gographiquement que notre crole. Dire
que ces procds sont rcents, c'est tout dire qu'ils en sont encore
leur phase exprimentale, qu'il s'agisse d'instruction, d'duca-
tion, ou de rcration. La seule ombre au tableau est malheureu-
ment le prix assez lev de tout quipement cinmatographique,
mme de format rduit et quelle que soit la phase envisage du
travail ncessaire. Mme en les dveloppant sur place (ce qui
exige un minimum d'installations) les films ne cotent jamais
prcisment bon march.
Un signe noter de l'intrt que porte la question, ds
present le gouvernement de notre pays, est l'adjonction d'une
salle de cinma au local en course d'achvement du beau Lyce
du Cent-Cinquantenaire. La salle, formant galement thtre,
munie de gradins, est pourvue de cabines spares pour le cas
o l'on voudrait faire usage des films plus inflammables de format
standard. D'autres projects similaires concernant le Thtre de
verdure attendent simplement de meilleures facilits pour tre
mis execution.
Depuis longtemps, disons-le, les Dpartements du Travail, de
la Sant Publique, de l'Agriculture, de la Prsidence, en coopra-
tion rgulire avec le Centre audio-visuel, organisent, chacun
dans le domaine qui l'intresse, des sances de cinma populaire
ducatif. Le public atteint par de telles sances est constitu
principalement de jeunes gens et d'adultes plus ou moins illettrs,
assimilables, dans ces conditions, de grands enfants don't l'exp-
rience de la vie est surtout plus riche.
La plupart des films sont dus l'obligeance de l'ambassade
des Etats-Unis comme aussi de l'Institut franais d'Hati -. Ils
concernent diffrentes questions vitales pour les campagnes
d'hygine, de reboisement, de cooperation, etc..., qui tiennent
coeur, et pour cause, aux diffrents dpartements prcits. L'Orga-
nisation des Nations Unies nous fait tenir galement de temps
autre d'intressants documentaires sur les activits civilisatrices
de son assistance technique travers le vaste monde.
Spcialement pour les enfants, il n'y a pas grand-chose. Le
tableau n'est pas beaucoup plus brilliant ailleurs, il faut l'avouer.
On croit souvent avoir beaucoup fait leur gard en spcifiant
que le plus grand nombre des films projets dans les grandes
sales commercials de cinma sont l'intention des adults.
Je suis heureux de saisir l'occasion du present sminaire pour
signaler l'attention des nombreux ducateurs hatiens runis









ici, les possibilits actuellement offertes leur bonne volont dans
la lutte commune contre un verbalisme strile et des abstractions,
pour le moins improductives. L'esprit de cooperation, l'esprit de
suite et le bon vouloir sont d'ailleurs indispensables dans ce
domaine o la critique est aise, l'art trs difficile. L'art exige, en
effet, ici, non seulement de la culture pdagogique, la connais-
sance approfondie de la langue et du milieu special, des milieux
spciaux du pays, pour mieux dire, une certain formation artis-
tique; mais encore une srie de savoir-faire spcialiss incompa-
tibles de par leur nature avec tout ce qui resemble, de prs ou
de loin, l'improvisation : on ne s'improvise pas photograph,
encore moins cinaste; on le devient graduellement force de
labeur et de persvrance la poursuite de techniques toujours
plus riches et plus dlicates. Que d'innovations en quelques
annes dans les seuls domaines de la radio et de l'lectronique,
troitement connexes au domaine audio-visuel, depuis l'utilisation
du cinma parlant, de la tlvision, des missions radiophoniques
en tant que moyens d'information des masses , pour employer
une expression chre l'Unesco !
L'art multiforme et nouveau du cinma n'a certes pas encore
dit son dernier mot, de faon gnrale, depuis son effarante
vulgarisation. Voici qu'aujourd'hui mme il parat bien vouloir se
lancer nouveau, avec plus de conviction que jamais, l'assaut
de la troisime dimension, l'assaut du relief. Quoi qu'il en soit,
il n'a certainement pas dit son dernier mot non plus au point de
vue de l'ducation. Sa remarquable facult d'analyse, son intrt
captivant, dramatique, obtenus par des moyens spciaux com-
pltement catalogus de nos jours, sa force incomparable de
suggestion pour susciter des attitudes, crer des tendances, sa
puissance motive incroyable, tous ces attributes en font coup
sr un agent de premiere grandeur, don't la porte merveilleuse
ou redoutable, suivant les cas, n'est pas encore, peut-on dire,
compltement value par la totalit des ducateurs.
Voici longtemps dj que la publicity commercial use et
abuse du pouvoir ido-moteur et de la suggestion des images
animes et sonores de l'cran. Ce n'est que rcemment, toute-
fois, que les psychologues et les psychiatres se sont penchs
sur ces questions avec l'attention qu'elles mritent pour tcher
d'en valuer objectivement les consequences individuelles ou
collectives, suivant les orientations diverse don't est susceptible
ce merveilleux outil, cette arme redoutable galement qu'est le
cinma.
De beaucoup moins dispendieuses que le cinma sont les pro-
jections lumineuses fixes, connues aux Etats-Unis sous les noms
respectifs de film-slides et de film-strips.









A l'heure actuelle on peut dire que les institutions d'ensei-
gnement n'ont que l'embarras du choix en ce qui concern cette
important catgorie d'auxiliaires audio-visuels.
L'Institut franais d'Hati, d'une part, l'ambassade des Etats-
Unis, d'autre part, possdent notamment en ce genre de remar-
quables collections sur les sujets les plus divers; collections
susceptibles d'tre communiques en prts aux tablissements,
moyennant un minimum de garanties relatives leur usage com-
ptent et leur conservation.
Le Centre audio-visuel d'Hati, pour sa premiere anne d'exis-
tence, a dj produit de son ct plus d'une vingtaine de films-
fixes originaux dessins la plume sur pellicule transparent et
susceptibles de multiplication directed par les procds ordinaires
de la photographic. On ne peut ce propos, je crois, que rendre
hommage l'intelligente collaboration de nos artistes dessina-
teurs et de l'expert canadien, M. S. D. Rigolo, dtach par l'Unesco
Port-au-Prince pour toute la priode de formation du centre en
question, suivant contracts passs avec le Dpartement hatien
de l'Education Nationale.
Beaucoup d'entre ces originaux, qu'il vous est possible d'exa-
miner en nous honorant de votre visit, ont t raliss en coop-
ration avec les Dpartements de la Sant publique, du Travail, de
l'Agriculture, avec la Section d'ducation des adults de la D. G.
E. N., suivant les cas, pour les besoins des campagnes respective-
ment entreprises par chacun d'eux. La lutte contre l'analpha-
btisme, notamment, n'est pas l'une des moindres proccupations
de la Direction gnrale de l'enseignement. Ces films, on doit le
dire, s'adressent autant et plus des adults qu'aux enfants des
coles, c'est pourquoi je n'insiste pas autrement l-dessus puis-
qu'il s'agit ici des jeunes enfants : simple question d'adaptation
aux auditoires, mais question d'importance, il faut le rpter.
Les commentaires de ces vues sont gnralement prsents en
crole. Ils sont trs courts et trs simples, comme il se doit.
Rappelons que le Centre audio-visuel a pris naissance paral-
llement l'exprience-tmoin d'ducation de base de l'Unesco
Marbial-Lafond, prs de Jacmel. Diffrents services publics
remarqurent ensuite l'utile cooperation qu'ils pouvaient en
obtenir, chacun dans son domaine propre. Il ne cessera sans doute
de se dvelopper et de servir la collectivit, si l'attention et les
moyens adquats ne lui sont point refuss l'avenir.
Les vues fixes indpendantes obtenues par le dessin ou par
la photographic, montes sur carton ou mieux entire deux lames
de verre, en couleurs naturelles ou monochromes, sont trs appr-
ciables en raison de leur prix modr. Leur ordre de succession,
le temps accord l'analyse de chacune en particulier, ne dpen-
dent que du bon vouloir de l'instructeur. Il n'est point un domaine









d'tudes ayant avec le concrete un rapport quelconque o la quality
de l'enseignement, sa clart, son intrt ne puissent considrable-
ment s'amliorer par le recours ces auxiliaires audio-visuels.
Les commentaires peuvent tre enregistrs, si ncessaire, au
magntophone... Les deux formats les plus courants pour ces
vues fixes sont de deux pouces carrs, pour les plus petits, et de
4" X 3" Y% pour les plus grands.
En dehors des projecteurs tudis pour l'un ou l'autre de ces
formats on trouve encore chez les opticiens des microprojec-
teurs agrandissant les preparations microscopiques, l'usage des
lves biologists. Des rflectoscopes ou piscopes agrandissent
au besoin les dessins ou gravures opaques, et mme, depuis
quelques temps, des projecteurs donnant l'impression du relief.
Parmi les clichs fixes, opaques ou transparents, n'oublions
pas l'importante famille des vues stroscopiques en relief. Dans
l'tude de la gographie, par example, de la gomtrie dans
l'espace et de la descriptive, de l'architecture, etc..., il est parfois
hautement desirable d'obtenir cet effet des trois dimensions de
l'espace. Aprs une priode de grande vogue, les stroscopes ont
connu comme une clipse, mais pour reparatre de nos jours sous
des formes rajeunies et perfectionnes recourant aux diapositives
en couleurs de formats rduits jusqu'au 16 mm. inclusivement.
Des recherches spciales ont montr qu'on peut galement obtenir
l'impression du relief en utilisant les proprits de la lumire
polarise. Le procd qui s'apparente aux anaglyphes ne s'est pas
encore beaucoup rpandu. Le point faible du stroscope est qu'il
ne peut servir plus d'une personnel la fois, tandis qu'une vue
diapositive projete sur l'cran, fortement agrandie, peut servir
des centaines de spectateurs en mme temps.
N'oublions pas, pour finir, le cinquime group d'auxiliaires
intuitifs classs sous la rubrique de matriaux graphiques en
gnral. Le Centre de production de matriel ducatif a reu de
l'Unesco une machine polycopier susceptible de reproduire
conomiquement dans un format, disons moyen, non seulement
des textes crits, mais encore tous dessins, cartes, affiches, en
noir comme en couleurs. Cette Multilith , comme on l'appelle,
peut tre vue par ceux qui s'y intressent, au local des Nations
Unies, au Rond-Point de l'Exposition. Elle a dj imprim pas
mal de bulletins, de livrets illustrs, comme aussi d'affiches
destines diverse campagnes d'utilit publique, sanitaires ou
autres.
Les reproductions photographiques de formats divers, judi-
cieusement choisies, peuvent naturellement se ranger dans le
group des auxiliaires en question. Il en est de mme des illus-
trations, photogravures, schmas explicatifs, etc., agrmentant
les publications scolaires ou rcratives destines la jeunesse.









On notera sans difficult les progrs accomplish un peu partout
dans le domaine de l'illustration des manuels, que ce soit au point
de vue de la valeur didactique ou de l'effet artistique de ces
important auxiliaires. Un point de consequence pour ce qui nous
concern est le recours des gravures spcialement prpares
pour les enfants hatiens, non pour les enfants d'autres climats
lointains, don't l'exprience diffre sensiblement de celle de nos
bambins. Prparant, il y a quelque temps, une adaptation auto-
rise de la grammaire enfantine de Claude Aug, pour le compete
de l'imprimerie H. Deschamps, j'eus l'occasion, je m'en souviens,
d'insister auprs de l'diteur, pour que toutes les illustrations du
petit livre fussent, elles aussi, naturalises en quelque faon,
en function de l'exprience des petits hatiens de nos cam-
pagnes ou de nos bourgs. Ces desiderata, bien compris
de l'diteur, le dterminrent confier le travail en question
notre compatriote G. Remponeau, l'artiste bien connu. A nos
ducateurs d'apprcier si, oui ou non, l'adaptation envisage fut
obtenue de faon satisfaisante; et, si oui, de travailler notamment,
chacun dans leur spcialit, d'autres adaptations analogues
(travail sans prtention peut-tre, mais srement d'utilit col-
lective). Pour ce qui est des affiches illustres, nous savons leur
pouvoir de suggestion, leur pouvoir ido-moteur, comme on dit,
ce qui en fait du reste une arme deux tranchants don't abuse
parfois la publicity commercial. Des rapports qui nous sont
revenues au Centre audio-visuel tmoignent de l'efficacit de ces
auxiliaires dans nos campagnes lorsque, visant des fins d'utilit
commune, ils sont raliss avec la simplicity ncessaire.
Les cartes gographiques, plans, coupes schmatiques, etc., se
rangent galement dans la famille des moyens intuitifs en ques-
tion. Ce sont les moins concrets du genre. La pratique enseigne
qu'ils ne peuvent tre employs avec les enfants sans une prpa-
ration attentive et gradue. La part des conventions et du sym-
bolisme y est en effet considerable dj. Elle l'est encore plus
dans le cas des courbes ou graphiques don't le rle est de traduire
intuitivement des functions mathmatiques, des donnes statis-
tiques, etc. Nous sommes videmment, dans ce dernier cas, la
limited du concrete et des symbols abstraits. Une laborieuse pr-
paration est indispensable pour leur usage lgitime.
Une des plus importantes rgles pratiques dans le recours
aux auxiliaires audio-visuels est leur adaptation au niveau mental
de l'auditoire. Trs simples avec les jeunes enfants et les adults
illettrs, ils peuvent graduellement se compliquer avec le dve-
loppement intellectual ascendant de ceux qu'il s'agit d'atteindre.
En largissant encore le sens de l'expression auxiliaires
audio-visuels , on pourrait mme y inclure les observations ou










demonstrations exprimentales de toutes sortes accompagnant,
pour les concrtiser, les course de sciences physiques et naturelles.
Les pieces de thtre, un grand nombre de films cinmato-
graphiques d'ordre littraire ou historique, seraient galement
englobs dans ces categories; mais ceci revient tout simplement
nous rappeler, comme le disait Pestalozzi, que l'intuition est
la base indispensable de toute connaissance, qu'il ne faut point
jeter l'enfant dans le labyrinthe des mots avant d'avoir form
son esprit par la connaissance des ralits et que pour conduire
quelqu'un n'importe o, il faut le prendre l o il est . Ds le
dix-septime sicle, Comenius n'crivait-il pas dj : l'intuition
fixe mieux la pense dans la mmoire que cent descriptions rp-
tes... C'est aux choses mmes et non leur ombre qu'il faut
recourir, en commenant par les objets les plus proches et en
largissant le cercle d'action ?
Telles sont galement les conclusions de tous les grands ini-
tiateurs, dj mentionns, de l'cole active et de l'enseignement
intuitif aux XIXe et XXe sicles. Jointes aux applications mo-
dernes de l'optique, de la photographic, de l'lectronique, etc.,
ces doctrines ont fini par mettre au service de l'ducation les
outils admirables que constituent de nos jours l'ensemble des
auxiliaires audio-visuels.

Port-au-Prince, le 11 aot 1953.

Raymond DORET
Licenci en philosophie Master of Education.















L'ducation physique et sportive de l'enfance en Hati

Communication de M. Georges Clinton, inspecteur-instructeur
l'ducation physique au Dpartement de l'Education Nationale




Tous les ducateurs sont d'accord qu' ct de l'ducation
intellectuelle, il nous faut une education physique pour assurer
le dveloppement des facults corporelles, cependant on a grand-
peine laisser cette education intellectuelle pour se pencher sur
les problmes qui touchent notre vie humaine tels que : l'hygine,
la sous-alimentation, les dformations physiques, l'insuffisance
respiratoire, etc.
On hsite croire que certain problmes sociaux peuvent tre
rsolus par la pratique de l'ducation physique, pourtant la
formation du caractre, le comportement social, la vie en com-
mun, l'esprit d'association sont toutefois des objectifs qui nces-
sitent des course d'ducation physique pratique ou de sport
collectif et des rsultats positifs obtenus dans ce sens n'chappent
pas notre attention.
Pour parler de l'ducation physique en Hati, il imported
d'envisager son introduction dans le systme scolaire. C'est par
un dcret-loi en date du 13 janvier 1938 que l'ducation physique
est rendue obligatoire dans toutes les coles de la Rpublique.
Auparavant, on ne faisait aucune place l'ducation physique
dans le programme d'enseignement. Elle n'existait que sous
forme de jeux libres sans caractre obligatoire.
C'est la Section de l'Education physique et des sports,
rattache au Dpartement de l'Education Nationale que fut confi
le contrle de l'ducation physique dans les coles. Cet organisme
recruta son personnel parmi les tudiants de l'Ecole normal
d'ducation physique qui ne donna que deux promotions don't
treize moniteurs et dix-neuf monitrices en 1939-41, quinze moni-
teurs et vingt monitrices en 1940-42.
L'ducation physique en Hati connat sa plus grande diffi-
cult du fait de l'insuffisance d'ducateurs prpars, du manque









de matriel; pourquoi ne pas le dire, malgr l'esprit de la loi
qui cre ce movement dans nos coles, l'ducation physique est
considre jusqu' present comme une matire en dehors du
programme, bien qu' proprement parler nous la rencontrons
dans toutes nos activits journalires.
S'il nous faut juger l'ducation physique avant d'exposer les
mthodes de travail, et la pratique d'enseignement, nous dirions
tout simplement que les efforts tents par les pionniers de 1938
pour implanter l'ducation physique dans notre milieu ont t
assez satisfaisants puisque chaque anne ils donnrent des mani-
festations sportives russies, des competitions athltiques trs
prises, conduisirent des championnats de football apprciables
et, en dehors des coles frquentes par les spcialistes de l'du-
cation physique, il n'tait pas rare d'assister des manifestations
sportives donnes avec les lves par des professeurs d'enseigne-
ment urbain ou d'enseignement rural. Mais, cependant, l'duca-
tion physique de la jeunesse n'tait pas encore entame puisque
deux villes, Port-au-Prince et Cap-Hatien seulement, taient
desservies par des moniteurs, et le plus grand essor n'a t
donn l'ducation physique que vers 1950, quand une autre
promotion sortit de la nouvelle cole normal d'ducation phy-
sique de 1949-50 qui fournit un nouveau contingent de dix-huit
moniteurs et treize monitrices, ce qui a permis de desservir un
plus grand nombre de villes de la Rpublique. L'cole normal a
ferm ses portes depuis lors et certainement pour la rouverture
on fera venir un spcialiste tranger, car aucun ducateur phy-
sique n'a encore bnfici de bourse d'tudes pour augmenter ses
connaissances.
Des trois promotions sorties de l'cole normal, soit quarante-
six moniteurs et cinquante-deux monitrices, nous n'avons seule-
ment que vingt-six moniteurs et quatorze monitrices en service
actuellement pour toute la Rpublique.
Il nous faut considrer maintenant, avec cette lente volution
de l'ducation physique dans le milieu, comment a t pos le
problme de l'ducation physique de la jeunesse. La Section de
l'ducation physique et des sports laquelle revient la formation
physique de la jeunesse s'efforce par l'intermdiaire des duca-
teurs appels moniteurs et monitrices de diffuser la pratique de
l'ducation physique par la mthode naturelle et l'initiation
sportive.
L'ducation physique de l'enfance en Haiti embrasse :
lo Son examen physique. L'enfant arrive l'cole dans une
condition de sant apparent et il n'y a que depuis quelques annes
qu'on exige un certificate de sant pour l'admission d'un lve dans
un tablissement scolaire; c'est pourquoi l'cole mme on a









demand l'ducateur physique d'tablir une fiche physiologique
de l'enfant comprenant : l'ge, le poids, la taille, le primtre
thoracique et abdominal avant et aprs l'inspiration, et le pouls
de l'lve au repos et aprs un minimum d'effort. Ces indica-
tions nous permettent d'inclure ou d'exclure l'lve de l'ducation
physique selon que sa capacity physique le permette ou non. Sur
cette mme fiche figure un tableau de performances physiques et
ceci n'est que le complement de la fiche physiologique, car il
suffit de noter les performances physiques de l'lve pour le saut,
la course, le grimper, les lancers, etc., pour savoir s'il progress;
dans le cas contraire, par un examen medical on peut dterminer
les causes de sa stagnation physique (si je puis m'exprimer
ainsi). A la Section de l'ducation physique fonctionne un service
medical. Ce service embryonnaire ne comprend qu'un seul m-
decin, une seule balance, pour la Rpublique. A Port-au-Prince,
le mdecin en charge a tenu lui-mme examiner les lves avant
les championnats de football et d'athltisme. Il s'efforce de
donner les informations essentielles aux professeurs d'ducation
physique pour l'tablissement de la fiche physiologique, et ne
sont conduits la clinique mdicale que les lments jugs
inaptes la pratique de l'ducation physique.
La fiche de l'lve, bien entretenue et rgulirement suivie
d'une classes l'autre, constituerait le meilleur moyen pour
contrler la sant l'cole. Cependant, j'ai le regret de le dire,
certain directeurs d'cole n'ont pas encore compris son im-
portance. Il est un fait que l'ducation physique exerce une
influence quelconque sur le dveloppement du sujet, comment
alors suivre le sujet ou l'lment en question si les conditions
physiques ne sont point dtermines pour une orientation plus
conforme aux besoins physiologiques mmes de l'lve.
L'enfant, dit M. J. Ponce, inspecteur de la Jeunesse de l'cole
franaise, est un tre en devenir. Tous les efforts de l'ducation
physique doivent tendre aider sa croissance dans la joie, faire
du petit garon ou de la petite fille, un homme, une femme don't le
corps vigoureux, loin d'empcher le dveloppement des facults
intellectuelles, sera l'instrument solide, resistant et docile de ces
facults. L'enfant en bonne condition physique de sant, sera
toujours meilleur lve, c'est pourquoi sa croissance doit tre
surveille de trs prs aux diffrents states de son volution.
Sa capacity pulmonaire est dvelopper par des exercices respi-
ratoires qu'il doit connatre ds sa prime jeunesse et poursuivre
durant toute sa vie. Tout enfant doit participer aux exercices
d'ducation physique sauf si d'imprieux motifs d'incapacit
attests par un certificate medical recommandent de l'en dispenser
provisoirement.









20 Le dveloppement des facults physiques. Pour que l'en-
fant apprenne dans la joie, il faut que le procd employ n'exige
pas trop d'efforts, c'est pourquoi en Hati nous avons adopt la
mthode naturelle du professeur Hbert. Cette mthode s'adapte
mieux aux conditions du milieu et exige trs peu de matriel, ce
qui nous soulage beaucoup car nos moyens financiers sont trs
limits.
Aussi pour vulgariser cette mthode, la Section de l'ducation
physique et des sports a cru bon de faire mimographier des
leons types pour une priode d'un mois. Ces leons base de
gymnastique corrective sont prpares pour les enfants de six
dix ans, de dix quatorze et de quinze seize ans et plus, et
comprennent des exercices de mise en train : march, course, des
exercices fonciers : tronc, bras, jambes, des exercices abdomi-
naux, puis des jeux. Les exercices prvus dans les leons soumises
l'apprciation des moniteurs se font mains libres et intressent
toutes les parties du corps des pieds la tte. Chaque segment est
tudi et fait l'objet d'exercices appropris. Ces leons sont mixtes
car l'ducation physique fminine ne diffre de l'ducation phy-
sique masculine que par le dosage, la progression, etc. Ces leons
ont pour but de crer une dtente dans la priode de l'ducation
physique de l'enfant. Les exercices des membres infrieurs auront
la vertu de combattre les pieds plats, de redresser les dforma-
tions des jambes. Les exercices abdominaux permettront de com-
battre l'interversion ou la rtroversion du bassin ou la promi-
nance du venture, etc. Les exercices de segments thoraciques
augmenteront la capacity respiratoire si faible chez les enfants
dans presque tous les pays. Ces leons se donnent dans la cour
de l'cole, car nous ne disposons que d'un seul gymnasium.
La pratique de la gymnastique corrective que nous venons de
suggrer est celle qui rpond l'heure actuelle au besoin de nos
lves des coles. Elle a l'avantage tout en mnageant de grandes
dpenses physiques d'apporter une correction certain sur les
organes en gnral. On peut atteindre le dveloppement harmo-
nieux des facults physiques par la pratique de la gymnastique
corrective, l'initiation sportive et les jeux libres.
L'initiation sportive tant une parties intgrante de l'ducation
physique, nous devons dplorer qu'elle ne soit pas une phase
d'envergure en Hati pour plusieurs raisons. Tout d'abord, beau-
coup d'coles Port-au-Prince et dans les autres villes n'ont pas
de cour de rcration, d'autres coles ont des course qui ne sont
pas assez spacieuses pour entreprendre comme il convient cette
parties du programme; cependant, nous avons demand aux du-
cateurs physiques d'enseigner les notions de base comme, par
example, le dpart et l'arrive pour la course, l'allure et le souffle









dans la course de vitesse, de fond, les diffrentes techniques du
saut en hauteur avec une corde tendue, les gestes du lancer avec
une pierre et bien d'autres choses possibles qui relvent plutt
de l'initiative de l'ducateur physique.
Cependant l'athltisme est enseign convenablement dans cer-
taines coles de filles et de garons de Port-au-Prince, du Cap-
Hatien et des Cayes et chaque anne les competitions sportives
comprenant des courses de vitesse et de fond, des sauts en hau-
teur, longueur, triple saut, des lancers du poids, du javelot, du
disque ont lieu, tablissant ainsi nos possibilits dans ce domaine.
Le sport collectif y figure par le football et le volley-ball.
Le basket-ball n'est pas encore introduit rgulirement dans nos
tablissements scolaires. Chaque anne un championnat scolaire
de football rjouit les spectateurs Port-au-Prince o trois cat-
gories d'lves le pratiquent : les cadets, les juniors et les seniors.
Les autres villes ne sont pas ngliges sur ce point et on
trouve le football scolaire au Cap-Hatien, Port-de-Paix, aux
Gonaves, Jacmel, Petit-Gove, aux Cayes, Jrmie,
Logne o une cole rurale a remport la coupe.
Je dois ajouter pourtant que l'athltisme et le football ne sont
pratiqus que par une lite, car la sous-alimentation tant le
handicap numro un la pratique des sports nous ne pouvons
pas dcemment demander aux enfants de faire des efforts au-
dessus de leurs possibilits physiques.
La pratique de l'ducation physique par la gymnastique cor-
rective, l'initiation sportive et les jeux sportifs constituent le
programme de l'ducation physique en Hati. Mais toutes nos
villes ne sont pas pourvues de moniteurs d'ducation physique
aussi nous essayons de combler cette lacune en pregnant part aux
congrs d'inspecteurs de l'enseignement rural par des cours-
confrences, en faisant des demonstrations pratiques aux course
de perfectionnement de l'enseignement rural, en distribuant le
matriel de volley-ball aux coles en dehors des villes, en faisant
parvenir des copies des leons d'ducation physique et des pro-
grammes de manifestations sportives aux communauts qui n'ont
pas encore la presence d'un ducateur physique.
Le tableau que je viens de vous prsenter pour le dveloppe-
ment des facults physiques constitute la priode formelle de
l'ducation physique avec le moniteur, mais en dehors de cette
priode l'enfant pratique seul la mthode naturelle. Pour les
enfants de la ville comme de la champagne, le fait de cueillir des
mangues, des avocats, ne constitue-t-il pas l'exercice du grimper
o intervient l'agilit des membres, l'adresse qui est une quality
important; le bain dans le bassin ou la rivire, la mer ou
Nan digue pour ceux de la champagne est un exercise prlimi-

65









naire la natation, la course en tous sens durant la rcration
pour un lago ou un pris employ dans le language crole, celle
travers champ avec le chien pour la poursuite d'un porc ou
d'une poule, le saut la corde par les jeunes filles l'cole, le
chant avec les jeux mims (Fillette Lalo, II tait un petit navire,
Zombi man mannan) pour ne citer que cela, constituent d'excel-
lents exercices pour l'augmentation du souffle, de la dtente, de
l'adresse, de la resistance. La pratique agricole dans les coles
rurales o se trouvent combines les diffrents movements de
flexion et d'extension des membres, pour le sarclage, le binage,
etc., ne ncessitent-ils pas une action constant des membres qui
se dveloppent le football en pleine rue (quoique dfendu) ne
fournit-il pas l'occasion l'lve de s'entraner au football o il
acquiert la precision, l'attention, le rflexe l'excursion la
champagne trs aime des enfants est d'un excellent apport pour
l'ducation physique.
Les examples abondent et l'ducation physique formelle a
pour rle de dvelopper les qualits que l'enfant aura acquises
par la pratique des exercices qu'il aura librement excuts selon
les besoins du milieu, o il volue.
Puisque l'ducation physique est une science en progrs, la
Section de l'ducation physique et des sports organise des course
de perfectionnement pour les ducateurs physiques et il n'est
pas rare ces runions de voir les moniteurs tenir la chaire
tour de rle, cela se conoit parce que le fair play est le slogan
de notre tche. A l'encontre de la Tchcoslovaquie qui prsente
les sokols chaque quatre ans, la Section de l'ducation physique
et des sports organise, l'occasion de la Fte du drapeau et de
l'Universit, une manifestation sportive communment appele
parade. Cette parade met en relief les movements de callis-
thnies et de danses rythmiques que les enfants apprennent en
course d'anne.

30 Le comportement social. L'ducation physique n'est pas
seulement une matire enseigne dans le but de dvelopper les
facults physiques, elle doit d'abord viser la formation de
l'individu. La formation du caractre par la pratique des jeux
collectifs o l'enfant est oblig de collaborer avec son partenaire,
la pratique des jeux libres rcratifs, c'est--dire ceux qu'on
peut facilement organiser dans la cour de l'cole parce que ne
ncessitant pas de matriel ou d'accessoires, permettront de faire
appel la loyaut, la volont, le courage, autant de qualits don't
l'enfant aura faire montre plus tard. Une manifestation sportive
donne dans une localit n'est autre chose que l'aboutissant d'une
srie d'efforts mettant en relief ces mmes qualits que les enfants
auront acquises par la pratique.









En conclusion, nous tirons votre intention les passages sui-
vants de la brochure La sant par l'cole (publication de l'Union
panamricaine), qui concordent avec notre point de vue :
A l'cole et dans toutes les communauts il faut considrer
l'ducation physique, eu gard :
lo aux activits ayant pour but la formation d'habitudes nces-
saires pour la protection de l'enfance;
20 les exercices adapts l'tat de sant ou la condition phy-
sique de chaque lve;
3o la participation des jeux et autres activits utiles.
Et, plus loin, nous lisons : En plus de l'instruction que l'on
donne la salle de classes, toute cole doit offrir aux adolescents
et aux adults un riche programme rcratif. A cet gard, les
activits physiques constituent une occasion splendid permet-
tant d'inculquer aux lves l'idal et les rgles de conduite dsi-
rables. Etant donn que l'cole ne reprsente qu'une parties des
experiences de l'enfant, il est ncessaire que celle-ci coopre avec
le foyer et toutes les institutions de la communaut s'intressant
au bien-tre physique et mental de l'enfance afin de leur donner
la meilleure orientation possible.
Je ne terminerai pas sans faire savoir qu' l'heure actuelle
et de par le monde, pour faire ressortir l'importance du bien-tre
physique, l'Unesco construit une maison d'ducation de base en
mme temps qu'un terrain de jeu; je souhaite qu'en Haiti cette
conception soit adopte pour une jeunesse plus forte pour mieux
servir.


















Loisirs et rcrations


Communication de M. Regnor C. Bernard,
membre du Service d'ducation ouvrire
au Dpartement du Travail



Monsieur le secrtaire d'Etat, Messieurs les dlgus,
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,
Nous n'aurons vous parler ce soir ni en technician, ni en
spcialiste, mais simplement essayer de souligner votre inten-
tion la place des Loisirs et rcrations dans la vie de l'indi-
vidu, et surtout de l'enfant.
Si l'on devait d'une manire lapidaire dfinir la vie, on et pu
dire qu'elle est essentiellement action et movement. Et l'histoire
mme de la civilisation n'est, en definitive, que l'histoire de
l'action et de l'volution de l'homme dans la ligne des efforts qu'il
ne cesse de dployer en vue d'un destin qui rponde toujours
plus ses aspirations. Et le travail est la condition mme de
cette volution, parce que la condition mme de la vie. Du berceau
la tombe, de l'enfance la vieillesse, sur la route difficile de
l'existence, nous peinons, et suons : nous travaillons. Et ce tra-
vail, qui est d'abord souffrance, est aussi un facteur de liberation
et d'enrichissement, parce qu'il permet que devant nous et en
nous reculent les horizons, et que dans toute sa plnitude se
dveloppe notre personnalit.
Mais le travail n'est liberation et enrichissement que quand,
pour reprendre le mot d'un pote philosophy, il est joie . Et il
ne peut tre joie que quand il se ralise dans certaines conditions.
Pour l'esclave, le serf a toutes sortes de misres, soud toutes
sortes de souffrances, attach comme un forat ses chanes, le
travail peut difficilement tre joie. Le travail ne peut tre pour
nous un plaisir que dans les lignes d'une certain libert, dans un
climate o ne domine pas la contrainte. Parce qu'alors il est pos-
sible de s'accorder quelques minutes de sursis dans l'effort; car il
est possible de se permettre des moments de loisirs et de rcra-
tions. Et ces loisirs et rcrations qui sont une manire de halte
sur le chemin de la peine et de la souffrance, sont ce point indis-









pensables dans la vie humaine que tous les efforts de la civilisa-
tion semblent ne tendre en fin de compete qu' les rendre plus
nombreux, les nuancer, les multiplier sans cesse pour un
bonheur toujours plus complete et notre plus entire satisfaction.
Et tous, parce que la nature fait le devoir de peiner et de tra-
vailler, la civilisation cre des droits aux loisirs et aux rcrations.
Et la charte des Droits de l'homme fait une place aux loisirs
et aux rcrations qu'elle estime indispensables au dveloppement
intgral de l'individu. Il.faut pouvoir certain moments donner
cong l'effort et au travail; se laisser glisser au fil d'un certain
bonheur comme le nageur qui se laisse aller au fil du courant;
il faut pouvoir se recrer; relcher la tension des muscles, oublier
l'heure qui passe, charge pour nous d'obligations et de respon-
sabilits; un moment, renoncer aux occupations qui sont une
corve pour le corps ou pour l'esprit; dposer les proccupations,
tellement pnibles parfois, qu'elles peuvent grisailler notre vision
mme du monde, nous vider de tout enthousiasme, casser nos
lans, nous puiser. Il nous faut pouvoir certain moments
nous donner l'illusion d'un certain bonheur, pouvoir au fond de
certaines mers jeter le filet qui rend possibles des pches d'toiles.
Il faut pouvoir, certaines minutes, dposer la fatigue du travail
comme on dpose un habit encombrant et trop lourd, essuyer la
poussire de ses pieds au seuil de quelque solitude bienfaisante,
driver en quelque sorte, pour un moment, le course prosaque
d'une pense et d'une vie trop quotidienne, pour le canaliser vers
des horizons plus large et plus riants, dans un climate qui faci-
lite une certain euphorie du corps et de l'esprit. Le paysan,
des minutes donnes, avec sa vareuse, dposera sa machette et
s'en ira vers les loisirs qui sont la porte de sa bourse et de sa
vie; l'homme d'affaires tournera le dos aux spculations qui
puisent son esprit et composent la trame de son existence, et
s'en ira vers les dlassements qu'il prfre. Le travailleur intel-
lectuel un moment fermera ses livres et s'en ira vers d'autres
bonheurs et d'autres satisfactions.
Mais si pour l'adulte sont indispensables des loisirs et rcra-
tions, davantage ils le sont encore pour l'enfant. Et quand
ces loisirs et rcrations, nous les appelons jeux, ils constituent
pour l'enfant une manire de raison d'tre. Le jeu est pour lui
besoin et ncessit. En jouant, il se dveloppe physiquement et
intellectuellement.
Quelqu'un a exprim cette opinion qu' l'enfant, on peut
apprendre sourire, mais qu'il n'a jamais besoin qu'on lui
apprenne pleurer. Comme pour nous montrer que la souffrance
est aux sources mme de la vie, que la souffrance est dans la
trame mme de l'existence humaine. Nous pouvons plus prosa-
quement de notre ct affirmer que nous pouvons apprendre









l'enfant varier et discipliner ses activits ludiques, mais qu'
la vrit il n'attend pas que nous lui apprenions jouer. Il le sait
d'instinct et commence jouer ds le berceau et dans le berceau,
parce que le jeu est l'expression spontane et naturelle de son
tre. La mre et le pre ont des raisons de s'inquiter quand l'en-
fant ne joue pas : quand il est ainsi, il y a lieu de croire que
quelque chose ne va pas.
D'une publication du Bureau de l'enfance aux Etats-Unis,
nous extrayons ces lignes qui renseignent sur la place vritable-
ment important qu'occupe le jeu dans la vie de l'enfant et qui
permet de comprendre dans quelle measure le jeu contribute au
dveloppement gnral de l'enfant :
Le jeu, dit ce bulletin, accomplit des merveilles. Il faonne
l'esprit, car, un enfant occup jouer, a l'esprit inventif et en
veil. Le jeu dveloppe aussi le sens social pour la raison que,
dans les jeux en commun, l'enfant doit tenir compete des dsirs
de ses camarades. Il favorite la sant; pour jouer activement,
l'enfant doit sortir, ce qui le fait bnficier du grand air et du
soleil.
En outre, le jeu permet l'enfant de donner libre course, de
manire plus au moins anodine, ses sentiments les plus pro-
fonds et par l mme contribute son adaptation. C'est aussi un
des moyens qui permettent l'enfant de s'accoutumer aux
diverse situations qui se prsentent dans la vie de chacun et
d'en tirer de bonne heure des enseignements pratiques.
La mre peut en apprendre long sur le jeu et son importance
en observant simplement son enfant sans le dranger. Le bb
d'un an se sert de ses jouets pour cogner et faire du bruit; mais
il commence aussi empiler laborieusement ses cubes et montre
du doigt les gravures de son livre d'images.
Ses movements deviennent de plus en plus srs measure
qu'il grandit... Certaines choses don't il tait incapable quelques
mois auparavant deviennent d'excution plus facile. Il prfre
les jouets qui se prtent l'action et avec lesquels il peut faire
toutes sortes de choses. Il apprend marcher et dcouvre alors le
genre de jeu qui consiste pousser et tirer. Il trane derrire
lui un jouet ou une bote attache une ficelle et pousse les
chaises devant lui travers la pice.
Le jeu accompagne l'enfant l'cole. Et les classes mater-
nelles ou les jardins d'enfants prolongent en quelque sorte le
milieu familial, en mme temps qu'ils constituent pour l'enfant
une prface ou une introduction la vie scolaire. Dans les jardins
d'enfants, une grande parties du programme est consacr aux
jeux. L'enfant y joue, mais dans un cercle plus large de cama-
rades, dans un milieu qui le prpare un certain comportement









social. Le commerce des autres camarades a une influence sur
sa manire de jouer, sur le caractre mme de ses jeux. Et la
discipline du jeu lentement amne la discipline de la classes ou
de l'cole. On jouera moins dans cette dernire, car il y a aussi
d'autres occupations, d'autres activits plus srieuses c'est du
moins l'opinion des adults qui peu peu se glissent dans
l'horaire et viennent rogner le temps qui jusqu'ici n'tait con-
sacr qu' la libert de s'battre, de courir, de sauter, de tomber,
de se reliever, de jouer. Il y a dj, en un mot, une discipline
observer. Dans ces conditions le temps jusqu'ici laiss au jeu
s'amenuise. Et il n'y a que dans les moments dits de rcrations,
c'est--dire qui se situent entire les minutes d'effort et d'appli-
cation intellectuelle, qu'on peut avoir la latitude de retrouver la
cour o alors on essaie de se rattraper, de se dgourdir. Et on
joue au saut de mouton, la main chaude, lago, aux billes,
la toupie, la marelle, la course, au football, etc. Mais, quand
mme, voyez-vous, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, il est
assez difficile de parler des loisirs et rcrations l'cole parce
qu'assez souvent l'enfant ne joue pas assez sur la cour de rcra-
tion. Pour jouer, l'enfant a besoin de se sentir libre. Or il semble
que le gne la seule presence en cet endroit, du professeur qui,
par definition, est pour lui celui qu'on craint et respect un peu
plus qu'on ne l'aime. C'est dans sa pense la grande personnel
qui ne peut ni aimer, ni comprendre les jeux des gosses. Et
alors, de ce qu'elle se trouve l, on ne se sent pas entirement
l'aise : la cour de rcration reste encore, avec elle et dans une
certain measure la salle de classes o l'on se croit surveill et o
l'on n'a pas la libert de faire, comme on en a l'envie, des niches
aux petits copains d'en face, de tirer l'oreille celui qui est
devant soi, de jouer au petit accordon qu'on a dans sa poche
ou de faire sonner le sac de billes qu'on a reu en cadeau de papa
ou maman. Et en raison mme de cette impression que la disci-
pline de la classes reprsente par le professeur ou par la ma-
tresse s'est transporte dans la cour de rcration, cette cour de
rcration cesse d'tre le lieu o l'on joue, mais celui o l'on se
content, par petits groups, de se retrouver pour causer voix
basse. Le malheur est que le maitre ou la matresse ne fait pas
toujours grand-chose pour mettre l'enfant en confiance et l'en-
courager jouer, et que moins encore il essaie de comprendre
que, sur la cour de rcration, il doit lui aussi redevenir enfant
avec ses lves. Mais comme ces derniers se rattrapent quand ils
sont enfin seuls, dans la rue, sur la place ou sur cette mme cour
de rcration, lorsqu'on leur permet de rester aprs le renvoi.
Alors ils se sentent libres. Et c'est ce moment qu'il s'agirait de
les observer. Pierre, qui en classes est lourd et semble n'avoir
aucune vivacit d'intelligence, invented toutes sortes de tours, est









d'une adresse extraordinaire dans les parties qu'il fait avec ses
camarades. Il saute mieux que personnel, est d'une mobilit de
movements et d'une agilit qui font l'admiration des autres.
Et il n'y a pas comme lui pour les amuser par les histoires
cocasses qu'il raconte et par les jeux de physionomie qu'il ralise.
Il court, il saute, il grimpe, il gambade avec une adresse in-
croyable. Pierre est un type moteur. Malheureusement, le profes-
seur, sur la cour de rcration, ne se soucie pas d'observer ses
lves quand ils jouent. Et c'est pour cela que Pierre, en classes,
ne ralisera pas de progrs : le matre ne le connat pas, n'ayant
pas appris trouver le moyen de se faufiler dans son intelligence
ou de trouver les voies d'accs elles existent pourtant par
lesquelles pntrer dans son esprit. C'est que, voyez-vous, dans
une mme salle de classes, il y a assez souvent, autant de carac-
tres diffrents que d'lves. Et, de cela, le matre ou la matresse
doit pouvoir tenir compete. Mais ceci, naturellement, est une autre
histoire. Une chose cependant demeure, c'est que dans le jeu,
l'enfant tout entier se livre la sagacit de qui sait observer et
tirer parti de ses observations .
Chez nous, on ne ralise pas assez l'importance du jeu dans
la vie de l'enfant. On ne ralise pas assez que le jeu reprsente
un lment de formation du caractre de l'enfant, que c'est dans
les activits ludiques que l'enfant s'panouit et se dveloppe. Et
parce que l'on ne comprend pas toutes ces choses, dans la famille
on ne se soucie pas de crer l'enfant des possibilits de se
distraire ou de jouer. La turbulence de l'enfant est une cause de
dsarroi pour la famille, parce que justement les parents ne
comprennent pas que l'enfant ayant un potential de tonus et
d'nergie librer, le fait de toutes les manires quand on ne
commence pas par lui amnager les conditions de liberation de
ce tonus et de ces nergies. Dans les centres avancs, les parents
auxquels n'chappe pas l'importance du jeu dans la formation et
le dveloppement de l'enfant, amnagent dans leurs foyers des
endroits spciaux o les enfants peuvent jouer en toute libert.
Et il y a des parcs d'enfants, les classes promenades, les colonies
de vacances; et, pour son dlassement intellectual, les sales sp-
ciales de cinma o l'on passe des films qui permettent que se
dveloppe son imagination, en mme temps que s'veillera sa
curiosity et que s'enrichit son esprit.
Et tellement l'on attache d'importance la question que, dans
certain pays, il y a mme un dpartement ministriel charge
de l'organisation des loisirs et des rcrations. Chez nous, les
enfants ne trouvent pas assez l'opportunit de jouer et de s'amu-
ser profitablement. Cela explique, peut-tre, cet arrire-fond de
tristesse qui est comme un cran de grisaille en chacun de nous.









Il faut esprer que viendra un jour o, dans notre pays, ces loisirs
et rcrations qui sont tellement indispensables et qui consolent
de la fatigue, de l'effort et du travail, seront possibles pour tous.
Parce qu'il nous faut comprendre que l'adulte plus encore
l'enfant a besoin de ces occasions et moyens de dtente heu-
reuse et fconde, grce auxquels des courants d'air et de lumire
arrivent traverser l'accablement de notre existence par trop
quotidienne, et rendre par ainsi pour tous la vie moins plate,
plus humaine et moins triste. Merci.

12 aot 1953.

Communication au Sminaire de l'enfance organis par le
Dpartement du Travail et l'Institut Interamricain pour la pro-
tection de l'Enfance.

Regnor C. BERNARD
Conseiller technique au Dpartement du Travail
Service education ouvrire.















La sant de l'enfant en Hati


par le Dr Pierre Salgado, pditre



Dans notre milieu, les differences conomiques et ducation-
nelles qui creusent entire .nos deux classes un profound abme,
marquent d'un visage particulier la sant des enfants apparte-
nant l'un ou l'autre group.
Evidemment, il ne s'agit pas ici d'un phnomne particulier
notre pays. Chez toute collectivit o les diversits de la
fortune et de l'ducation sparent largement les couches sociales,
on retrouve dans chaque secteur une hygine gnrale, corporelle,
alimentaire et mental diffrente, s'exprimant par une morbidit
et une mortality diffrentes et, consquemment, par un tat de
sant different.
Ces visages varis, d'un mme people seront d'autant plus
opposs que les dissemblances entire les facteurs de base seront
plus accentus.
Chez nous, les enfants de deux classes spares par une ligne
de dmarcation nette, prsentent au pditre, l'ducateur,
l'hyginiste, deux tableaux de sant distincts.
a) Les enfants des families conomiquement faibles et mal
nourris, comprenant nos populations rurales et les classes pau-
vres de nos agglomrations urbaines, reprsentent peu prs les
trois quarts de notre population global. Ils patient un lourd tribute
la maladie et la mort. La morbidit et la mortality infantiles,
la meilleure expression statistique de l'tat de sant, atteignent
des proportions leves variant, sans doute avec la salubrit des
rgions et le degr d'ignorance et de fortune des parents.
Malheureusement, nous ne disposons pas de chiffres couvrant
la totalit du pays et encore moins d'tudes dtailles du sujet
portant sur l'ge, le sexe, les rgions, les causes exactes de ma-
ladie et de mort.
Nos apprciations en la matire se limiteront la fois aux
tudes rgionales disponibles et notre experience mdicale dans
les zones rurales et urbaines.










Si nous nous penchons sur les donnes du service de pdiatrie
de l'hpital gnral don't toute la clientele est fournie par l' As-
sistance publique , nous trouverons une abondante matire se
prtant l'tude srieuse de la morbidit.
lo Abstraction faite des incidences rgionales variables, la
maladie la plus communment rencontre dans la classes non pri-
vilgie est reprsente par la game des accidents gastro-intes-
tinaux, diversement nomms dans leurs formes bnignes ou
graves : diarrhes alimentaires, infectieuses, mtaboliques, ent-
rites, neuro taxicose.
Tout au long de l'anne, avec une frquence plus grande la
saison chaude, la maladie amne le chiffre le plus lev de petits
malades au dispensaire de l'hpital gnral et aux centres de
sant de la ville. Elle est responsible de 23,67 % des admissions.
2o Le deuxime prix du palmars de morbidit va aux tats
de malnutrition : avec les protrepsies et avec edmes de carences
rentrant dans une proportion de 19,7 %.
Les protrepsies, 2,7 %, nous amnent de petits squelettes
vivants au facies voltairien; quant aux edmes de carences, leurs
noms de baptme varient avec les pays, marasme, oedmes de
cafarin, sous alimentation, Kwashiokor. Les 17 % des petits
malades bouffis, anmis, misrables qu'ils frappent se recrutent
depuis l'ge des premiers mois jusqu' la deuxime enfance.
L'incidence la plus leve s'observant chez les nourrissons et
l'enfant en bas ge.
Comme l'a exprim la FAO dans son rapport sur la maladie
en Afrique, la cause de ce syndrome est certainement due une
dficience de l'alimentation en un ou plusieurs facteurs, habituel-
lement apports par les protines animals ou par certaines pro-
tines vgtales de haute valeur biologique .
La majority des cas observs chez nous taient associs
d'autres maladies telles que la parasitose intestinale, la malaria,
les affections des voies respiratoires, la diarrhe.
Souvent ces enfants, vids de leurs oedmes, devenaient des
protrepsiques. Plus d'une fois nous avons pu dceler la longue,
chez ces petits guris de la phase aigu de leur maladie, les vi-
dences nettes d'un retard marqu de la croissance et du dvelop-
pement. Les exigences d'une classification nette de la matire,
nous ont ports placer ce syndrome au deuxime rang de la
morbidit. Si nous voulions englober sous sa rubrique le grand
nombre des cas frontires et des formes frustes, il pourrait
aisment tre considr comme la maladie caractristique de nos
enfants pauvres, tous chroniquement anmis par une alimenta-
tion inadequate les prparant aux grands oedmes de la faim








tinulaire. La moyenne des taux d'hmoglobine du sang dans ce
group d'enfants entire un et cinq ans ne dpasse pas sou-
vent 50 %.
3o Les affections de voies respiratoires suprieures et broncho-
pulmonaires graves, malgr notre climate tropical, ont atteint
en 1951 84 enfants sur 735 hospitaliss, soit 11,42 %. Les
formes lgres appeles rhumes, rhinite grippale, coryza... sont
responsables d'un pourcentage de morbidit bien plus lev en
function de la promiscuit du logement facilitant la contamina-
tion et probablement de la sous alimentation chronique dpri-
mant le mcanisme de la defense anti-infectieuse de ces enfants.
40 Cte cte, nous devons placer les parasitoses intestinales
et, en tte de file, l'ascaridiose, venant au No 4 dans notre liste
avec un pourcentage de 10,88 %.
Ici, galement, nous insisterons sur la valeur relative de cette
statistique fonde sur des cas bien tranchs. Ne pouvant consi-
drer qu'une maladie par tte d'enfant, nous avons d choisir
dans les nombreux cas o plusieurs lments pathologiques
taient en jeu, le facteur le plus marquant ignorant les autres,
telles que parantose, affection des voies respiratoires, oedmes de
carences.
50 Une maladie pratiquement inexistante dans la classes aise
et duque, le ttanos ombilical continue faucher 7,34 % des
enfants de notre clientele pauvre de l'hpital gnral. Il choisit
ses victims dans les rangs des nouveaux ns dlivrs la cam-
pagne ou dans les quarters pauvres de la ville par des matrones
ignorantes des prescriptions lmentaires de l'aseptie; son taux
de mortality est effroyablement lev. Seule l'ducation peut
le prvenir.
60 La malaria attaque aussi nos enfants. Le chiffre de
6,12 % recueilli reflte sans doute une bonne moyenne dans la
region de Port-au-Prince. Il ne s'applique certes pas aux rgions
impaludes du pays o il atteint des nombres effarants.
70 Nous nous sommes proccups pendant les annes 1951-
1952, du dpistage de la tuberculose chez les enfants de l'hpital
gnral. Des reactions de mantorex furent pratiques sur 728 en-
fants, rvlant 82 cas positifs, soit 8,87 %. Ce chiffre est peu
prs dix fois plus lev que celui fourni par le Dpartement de
pdiatrie du Bellevue Hpital de New-York recevant la clientele
pauvre de la ville.
Evidemment, une reaction tuberculinique positive, pass l'ge
de cinq ans, ne signifie pas tuberculose active et encore
moins tuberculose clinique. La preuve en est que le pourcentage
de maladie tuberculeuse active retrouv dans ce service n'est que
de 3,80 %, ce qui, nanmoins, reste un chiffre lev.









80 Les mningites aigus ont occasionn de 1950-1951, 2,85 %
des admissions d'enfant l'hpital.
9o La coqueluche, 2,85 %.
100 L'anmie falciforme (maladie hrditaire propre notre
race), 0,08 %.
11o Le menugocle (tumeur congnitale des mninges), 1,08 %.
12o Le ttanos, 0,68 %.
13o La syphilis congnitale, 0,68 %.
140 Les malformations du ceur, 0,68 %.
15o L'hydrocphalie, 0,68 %.
160 Les nphrites aigus, 0,57 %.
17o L'idiotie, 0,40 %.
180 La constipation grave, 0,40 %.
190 La rougeole complique, 0,27 %.
La diphtrie ne figure pas dans notre statistique parce que les
cas, par arrangements administratifs spciaux, ne vont pas au
service de pdiatrie. La maladie existe encore dans notre popu-
lation enfantine, l'tat endmique.
Le pian, autrefois si rpandu dans nos campagnes, se ren-
contre particulirement dans les dispensaires ruraux don't je n'ai
pas pu trouver les statistiques. Au course de l'anne 1951, le
service d'radication de la maladie travaillant sous les auspices
de l'Unicef a entrepris des traitements curatifs chez 91.000 en-
fants et prventifs chez 130.000. Ces chiffres vous donneront une
ide de l'extension que ce mal avait pris dans la population
enfantine rurale. Fort heureusement cette champagne s'est tendue
dans tout le pays, recouvrant nos pauvres enfants du rseau de
protection et de defense de la pnicilline.

b) Le problme de la morbidit chez les enfants de la clien-
tle de la ville se pose sur d'autres donnes et s'exprime diff-
remment.
Les oedmes de faim, les protrepsies, le ttanos ombilical, le
pian n'existent pratiquement pas.
La tuberculose atteint des chiffres extrmement loigns de
ceux de la classes dshrite. La coqueluche touche certainement
un nombre d'enfants dix fois moindre. Il en est de mme de la
thyphode et de la malaria.
Les deux groups partagent les diarrhes infantiles dans
toutes leurs formes; cependant, le nombre de victims de ces
troubles gastro intestinaux est dans la classes duque, largement
prvenu par la connaissance de l'hygine dans la preparation des
biberons et de ce fait diminu en incidence et en gravit.
Dans le domaine des problmes psychologiques de l'enfance,
il n'est pas tonnant de constater leur manque de frquence dans









le group des enfants de la clientle hospitalire, l'oppose de
l'incidence assez important dans la classes aise.
Par le fait de leur existence plus prs de la nature, plus simple
en soi parce que rduite aux impratifs essentiels de la vie jour-
nalire et social, plus librs des entraves motionnelles de
l'ambiance immediate, nos petits de la champagne prsentent infi-
niment moins de troubles de l'motivit et du comportement.
Trop souvent, hlas, dans nos families bourgeoises, au tour-
nant de la premiere ou de la deuxime anne de vie, les forces
psychologiques de l'enfant nouvellement rveill aux merveilles
du monde extrieur et lanc par sa puissance neuro-musculaire
sa conqute, se heurtent violemment l'touffante sollicitude
d'une constellation familiale trop proccupe le protger. L'en-
fant ne voit dans ces gestes inspirs de trop d'affection que des
barrires l'apprhension de son space vital. Il entire en conflict
avec son milieu. Au rsultat, toute la game connue des troubles
de l'motivit et du comportement de cet ge se dveloppent.
Si l'tau familial ne se desserre pas et continue peser sur
sa personnalit, les choses empirent au point de crer des troubles
psychiques don't il portera les stigmates toute sa vie.
Au chapitre de la mortality infantile, nous aurons encore
dmarquer nos deux groups initiaux, pour les tudier.
L'handicap du manque de chiffres exacts, tant le mme, nous
essayerons d'valuer la ralit par des apprciations rgionales
et des procds approximatifs de l'observation et de l'exprience.
La mortality infantile total de la ville de Port-au-Prince
durant l'anne 1951 se chiffre entire 75 % et 97 %. Cette estima-
tion englobe la population enfantine de la region sans information
spcifique concernant la provenance social conomique de ces
enfants. L'Institut hatien des statistiques qui a eu l'obligeance
de nous les fournir regrette autant que nous leur valeur relative.
Dans le Service de pdiatrie de l'Hpital gnral :
En 1950, sur 1030 admissions, nous avons eu 332 dcs, soit
32,22 %.
En 1951, sur 1162 admissions, les dcs se chiffrent 382, soit
32,83 %.
En 1952, sur 1314 admissions, on atteignait 441 dcs, soit
33,56 %.
La mortality moyenne tant de l'ordre de 32,87 %.
Evidemment ces dernires donnes (de l'Hpital gnral) ne
reprsentent pas la mortality infantile de la classes pauvre de la
region de Port-au-Prince, mais peut cependant donner une ide
approximative de ce qu'elle peut tre.
Prsumer qu'elle touche des pourcentages plus levs que
ceux fournis par l'Institut des statistiques, n'est pas difficile : ce









serait d'ailleurs le corollaire de la grande morbidit, elle-mme,
relevant d'une hygine de vie et d'habitude alimentaires dfec-
tueuses, bref, d'un mauvais tat de sant qu'on pourra un jour
jauger par des chiffres exacts.
Dans le group des enfants de la clientele de la ville, le pro-
blme de la mortality ne prsente mon avis aucun aspect parti-
culirement alarmant.
Je n'ai malheureusement aucun chiffre official vous pr-
senter. Ceux de ma clientele prive ne peuvent en aucune faon
tre considrs vu le caractre nomade de la clientele locale,
ne permettant que dans un faible pourcentage des cas de suivre
le malade.
Cependant, jug l'oeil de l'exprience, j'ai le sentiment
qu'elle se superpose aisment aux donnes des autres pays rali-
sant les mmes conditions.
Je remercie M. le ministry de la Sant publique et les orga-
nisateurs de ce Sminaire de l'enfance de m'avoir offert cette
opportunity d'exposer ce problme de base dans notre collectivit,
et de mettre l'accent sur certaines de nos lacunes en la matire.
Ce n'est pas en occultant les problmes que nous les solution-
nerons.
L'esprit de l'amiti et d'entraide mutuelle parmi les nations
surs de ce continent, don't certain prsentent des problmes
aussi graves et des lacunes aussi profondes, nous aidera petit
petit nous amliorer dans tous les sens, combler nos vides,
combattre notre morbidit et notre mortality infantile.















La Ligue pour la protection de l'enfance


Communication prsente par Jacqueline Wiener,
prsidente-fondatrice de la Ligue pour la protection de l'enfance,
le 13 aot 1953 (Sminaire national de l'enfance)



Je remercie sincrement le Directeur gnral du Bureau du
travail, M. Dants Colimon, de m'investir du privilege redou-
table d'adresser une communication l'aropage slectionn de
gens d'esprit, ici convoqus.
Permettez-moi de confesser combien je suis sensible l'ide
que nous participons ensemble au programme du enforcement
d'une action social utile d'intressantes collectivits, je veux
dire la protection de l'enfance malheureuse.
Ma tche est spciale et, heureusement pour vous, pas trop
longue.
J'ai pour mission de revoir avec vous les dbuts de l'oeuvre,
de reprendre dans la nuit du pass le premier effort, de dgager
de ses premiers langes un nouveau-n conu dans la douleur
physique et morale et don't la plainte a sem sa lugubre mlodie
sur la longue ceinture de plus de deux sicles.
Le martyre des malheureux enfants de notre pays a com-
menc avec le commerce de la chair humaine, la traite des ngres,
l'abominable industries qui arrachait les innocents de leur den de
lumire et de verdure, sparait les femmes de leurs maris, les
enfants de leurs mres.
Nous qui sommes habitus au luxe attrayant des transatlan-
tiques, avec quelle horreur n'voquons-nous pas ces voyages
fond de cale, le spectre de ces charniers pestilentiels, mlant de
lamentables dchets d'humanit enchans aux cadavres des mal-
heureux qui avaient bni la mort parce qu'elle les librait de la
souffrance.
Et puis, l'exposition du btail human au march, la foire
infme que je ne traverse jamais sans frmir, et puis le dpart
vers les habitations lointaines, vers l'enfer. Voil la gense des
malheurs de l'enfance. Heureusement, que malgr tout, sous le
fouet, les tortures, l'outrage et l'ignominie des jours et des nuits,
ces enfants malheureux grandissent quand mme et, miracle de

81









la vitalit de la pense, une tincelle a jailli dans ces coeurs d-
sols, la conscience humaine a rclam des droits imprescriptibles,
la haine salvatrice a germ. Voici l'aube de grands vnements,
l'ombre annonciatrice de la grande histoire, la vengeance est im-
placable, les fers de l'esclave ont broy la tte des oppresseurs,
leurs chteaux brlent dans la flame des incendies rdempteurs,
l'Angleterre et les Amriques contemplent avec sympathie la
nation qui vient de natre et joue sa partition dans le concert
international, le bicolore claque aux vents glorieux de l'Arcahaie,
une religion nouvelle a fait son apparition dans un continent
bloui, elle s'appelle le pan amricanisme dans l'galit des races.
Cette re nouvelle ne correspond pas, hlas la fin des
misres de l'enfant hatien. Les fils du Soldat inconnu vont encore
souffrir et trs longtemps.
Nous sommes ivres d'une libert conquise, don't certain
devoirs de solidarity nous chappent, les enfants naturels ns de
la fantaisie, les filleuls, les parents pauvres, les adopts sui
generis, les rejetons d'humanit remplissent de leurs infortunes
les pages du brviaire de l'infortune humaine.
Mesdames, Messieurs, c'est de ce spectacle toujours d'actua-
lit, c'est de la compassion du ceur qu'est ne l'ide de la Ligue
pour la protection de l'enfance. Je suis charge, je vous le rpte,
de retracer brivement l'histoire de cette cellule social.
Ici nat pour moi un petit conflict, je suis oblige de vous
parler du moi hassable et de la petite guerre que se dclarent la
vrit de la petite histoire et la modestie de celle qui est oblige
de vous dire qu'elle a t la prsidente-fondatrice de la Ligue
pour la protection de l'enfance.
Quel bonheur pour moi de m'vader de cet aveu pour rendre
un hommage public, pour couronner de ma reconnaissance tous
ces ouvriers de la bienfaisance publique qui ont paul l'ide
magnifiquement, l'ont faite leur, l'ont amplifie avec clat, en ont
partag la paternit avec nous et l'ont fconde des trsors de
leur bont. Unis dans la sainte croisade, hommes et femmes
fraternisaient.
Ne pensez pas que la premiere heure ne fut pas seme
d'cueils. Antipathies non dguises, de ceux don't la fte et
l'gosme taient troubles, menacs, sarcasmes, force d'inertie,
aucune cause de dcouragement ne nous fut pargne.
Nous avons tenu bon, nous avons pris des sanctions auda-
cieuses, mme avant l'existence de la loi protgeant les enfants
en service et qui est une initiative de notre Ligue.
Il fallait des sanctions audacieuses puisque nous ne dispo-
sions que d'une autorit prcaire, la merci de toutes les vio-
lences et de toutes les reprsailles sans grandeur. Heureusement
pour nous, la Ligue fut seconde avec nergie par les autorits









judiciaires et je leur rends hommage volontiers. Parquets et juges
de paix rivalisrent de dvouement pour la protection de l'en-
fance. Le pays a encore ses reserves !
Nous revenons l'histoire de la Ligue. Elle fut fonde le
13 avril 1939 dans un bel lan d'enthousiasme. Les activits de
cette association ont rendu service la collectivit, car le gou-
vernement de la Rpublique d'Hati, par arrt prsidentiel public
dans le journal official Le Moniteur, a dclar cette euvre d'uti-
lit publique.
Les status annexs la prsente indiqueront quel est notre
programme et quels sont les buts que nous poursuivons dans le
domaine de la dliquance juvenile.
Je prends plaisir signaler l'organisation d'une cole pour
l'enfance ncessiteuse qui a fonctionn durant une dizaine d'an-
nes, le service social sous forme d'aide matrielle et morale
apporte aux jeunes dlinquants, l'organisation de loisirs sains.
Autant de jalons qui marquent la voie que s'est trace notre
group pour soulager l'enfance malheureuse de notre pays.
Nous avons galement entrepris avec quelques membres de
notre organisation la visit des prisons o sont dtenus les mi-
neurs dlinquants, afin d'apporter ces petits dshrits un peu
de rconfort moral et une aide matrielle. Nous avons donn
ces infortuns, en de nombreux cas, l'assistance juridique qui
leur faisait besoin.
Militant depuis quatorze ans dans ce domaine, je suis heu-
reuse de rappeler qu'en 1943 j'ai reu une invitation du gouver-
nement amricain, en ma quality de prsidente-fondatrice de la
Ligue pour la protection de l'enfance, visiter les ouvres sociales
des Etats-Unis d'Amrique. A la suite de cette fructueuse tourne
et sur la demand de l'Association culturelle des affaires sociales
de Washington, j'ai prsent un rapport dtaill sur les activits
de ces organizations, lequel rapport a t traduit en anglais par
ladite section.
Dans mon discours de prestation de serment, l'audience
solennelle et publique du Tribunal civil de Port-au-Prince, j'avais
abord le problme complex de l'organisation des tribunaux
pour l'enfance dlinquante et le choix de femmes advocates pour
les dfendre.
Nous souhaitions voir se multiplier les maisons de rduca-
tion pour les mineurs et que l'Etat fonde des tribunaux spciaux
qui dcident de leur sort.
Et voici l'oasis frache, la brise parfume la croise des
chemins rocailleux, le Sminaire hatien de l'enfance don't nous
avons eu suggrer l'ide dans notre rapport de mission pr-
sent l'ONU au mois d'aot 1952 et qui est une ralit. Il va









marcher cte cte avec la Ligue pour la protection de l'enfance,
il va se dvelopper sous les auspices de l'Institut interamricain.
Il n'est pas os de rpter, aprs le Nouvelliste, que la bonne
semence a germ. Rendons en grce au ciel et saluons ce nouveau
missionnaire du progrs social.
Mesdames et Messieurs, merci pour tout le concours que la
Ligue pour la protection de l'enfance et le Sminaire hatien de
l'enfance attendent de vos cours, gnreusement ouverts la
fraternity humaine.

Le 14 fvrier 1952.
Jacqueline WIENER.















Les Disciples de Claire Heureuse

Communication de Mme Clante Desgraves-Valcin, vice-prsidente
de l'Association Disciples de Claire Heureuse



Mesdames, Messieurs,
Le problme de l'enfance a toujours t l'un des problmes
les plus angoissants de l'humanit.
Chez certain peuples antiques, l'enfant tait considr comme
la proprit de l'Etat et ses parents n'avaient mme pas le droit
de regard sur l'ducation qui lui tait donne.
C'tait l, naturellement, une manire violent de prparer les
citoyens et citoyennes de demain; mais, toute sentimentality mise
part, cet tat de fait tait, peut-tre, prfrable l'indiffrence,
l'gosme, la cruaut don't l'enfant a t victim pendant des
sicles, dans nombre de communauts.
Chez nous, par example, l'enfant hatien, l'enfant ncessiteux
surtout, celui que nous appelons enfant du people n'a jamais
joui du bnfice de la prvoyance social laquelle, pourtant, il
a droit. Les lois de protection ne l'ont jamais protg contre
l'injustice, n'ayant jamais t appliques srieusement.
L'ducation, il y a un peu plus de vingt ans, semblait tre le
privilege de quelques enfants, pendant qu'une masse de dsh-
rits, compact, vivait, non seulement loigne de toute spcu-
lation intellectuelle, mais encore exploite, sans vergogne, par les
adults.
Cet tat de choses, vraiment douloureux, a amen Mme Clie
Diaquoi-Deslandes, convoquer quelques dames et fonder
l'Association Disciples de Claire Heureuse , don't j'ai l'insigne
honneur de vous parler, ce soir, en ma quality de vice-prsidente.
L'Association Disciples de Claire Heureuse , comme vous le
voyez, porte un nom vocateur : celui de la femme de l'empereur
Dessalines, laquelle fut la premiere Saint-Domingue s'adonner
aux euvres sociales.
L'Association Disciples de Claire Heureuse est une rplique,
une forte rplique ceux qui croient encore l'infriorit d'un
group d'enfants, parce qu'ils sont seulement malheureux.









A Disciples de Claire Heureuse, il n'y a ni enfants riches, ni
enfants pauvres, ni enfants noirs, ni enfants jaunes, ni enfants
blancs.
Il y a l'enfant hatien qui nous voulons le plus de bonheur
possible, chez qui nous avons provoqu une prise de conscience,
pour qui nous avons labor une manire de declaration des
droits de l'enfant , car chez lui il y a le future citoyen qui doit
nous continue.
Nous avons choisi la zone de Carrefour-Feuilles, parce qu'elle
nous semble la plus nglige, la plus moralement abandonne.
C'est en cet endroit peine connu de beaucoup de Port-au-
Princiens que nous avons le sige de notre Association de secours
l'enfance. Disciples de Claire Heureuse est le fruit de labo-
rieuses dmarches auprs d'une population mfiante, hostile,
apparemment rsigne, mais haineuse.
Devant les petites mains tendues, les yeux suppliants et les
corps dcharns de leurs enfants, les mres de Carrefour-
Feuilles taient tortures par l'angoisse du jour et les inquitudes
du lendemain. Elles ne croyaient plus, semble-t-il, la charit et
l'humaine fraternity.
Aussi, quand au course de nos frquentes visits domiciliaires,
nous leur parlmes de notre project d'ouvrir une cole pour leurs
enfants, remes-nous un formel refus de la plupart des families.
Il fallut des conversations, comment dirais-je, diplomatiques,
pour arriver les convaincre et dmolir leur indcision et leur
hostility.
Enfin, aprs des pripties sans cesse renouveles, aprs des
dboires mme, nous russmes recruter une quatre-vingtaine
d'enfants et, le 9 octobre 1952, aides par le Comit hatien de
l'Alliance franaise, heureuses, nous inaugurmes notre centre.
Ce n'tait pas tout de fonder une cole. Nous devions l'orga-
niser, y tablir la discipline, dvelopper le got des tudes,
l'amour du pays, des parents, de Dieu. Ce fut absolument difficile.
Mais, guides par le dsir de combattre l'analphabtisme, nous
ne fmes jamais dcourages. Au contraire, le 12 du mme mois,
grce la gnrosit d'un donateur tranger, M. Robert Ver-
morken, nous ouvrmes une cantine o, jusqu'aux derniers jours
de juillet, nos pupilles, au nombre impressionnant de quatre-
vingt-six (cinquante filles et trente-six garons), ont reu une
bonne collation 10 heures et demie chaque matin.
A part la cantine, il fallait distribuer ces petits malheureux
toutes les fournitures classiques : ardoises, crayons, cahiers,
livres, vtements.
Maintenant, l'ombre de l'affection, les visages, nagure si
douloureusement ferms la joie, sont dtendus; les lvres
blmes et plisses s'cartent pour laisser passer des mots heureux,









des cris de satisfaction, des chants, des prires, le serment au
drapeau bleu et rouge qui flotte glorieusement devant notre
porte.
Aucun de nos enfants n'tait en parfaite sant. Nous devions
bien faire quelque chose pour le garantissement de leur petite vie.
C'tait peut-tre tmraire de penser ouvrir un dispensaire pour
enfants. Nous le fmes pourtant, grce la gnrosit de notre
ami, le Dr Rulx Lon. Chaque semaine, tous nos enfants et mme
ceux d'autres zones sont examins et reoivent des mdicaments
et des soins.
Le Dr Lon, appel une function d'Etat hors de la capital,
nous a laiss le jeune docteur en mdecine, Raymond Lafontant,
qui, tout aussi bien, nous rend le mme service.
Nous avons eu des cas de pian , de malaria et mme de
tuberculose... Le Dr Louis Roy, mu de nos inquitudes et touch
de nos dmarches, se mit gnreusement notre disposition. Et,
un matin, suivi de tout un tat-major, il s'amena chez nous et
vaccina tous les enfants de Disciples de Claire Heureuse contre
la tuberculose.
Non contents de ce que nous pouvons, sans fausse modestie,
appeler un succs, nous fondmes une filiale aux Gonaves, avec
Mme Alix Charlier, comme prsidente et de nombreux membres,
qui ont accueilli le movement avec flamme et dsintressement.
Cette filiale a la charge de nourrir, de vtir et d'duquer cinq
enfants des plus malheureux d'une zone malheureuse : trois filles
et deux garons, d'enquter sur le nombre d'enfants analphabtes
et de les acheminer vers l'cole primaire o, malheureusement, il
n'y a pas toujours de place pour les caser.
A part les enfants sous aliments de la zone de Carrefour-
Feuilles, il y a des bbs chtifs, malades, mourants presque, qui
peuplent les taudis. Leurs mres, hlas, affames elles-mmes, pr-
sentent ces enfants un sein vide, aplati, sur lequel, frocement,
ils tirent dans l'inutile espoir de trouver un introuvable lait.
L encore se pose dans cette zone un problme srieux que
nous avons essay de rsoudre en parties par la foundation d'une
section dnomme La maternelle , avec vingt-six bbs. Tous
les matins, ils reoivent chacun un demi-litre de lait strilis,
pes et distribu avec le maximum d'hygine.
Donner du lait vingt-six enfants est assurment une goutte
d'eau dans l'ocan, mais nous prouvons la douce satisfaction
d'avoir sauv de la mort certain plus de quinze d'entre eux, qui
dj semblaient agoniser sous le fardeau trop pesant de la faim.
Souvent, nous sommes obliges de sustenter, dans la measure
de nos moyens, les nourrices don't la dtresse fait mal au cour.
Nos bbs arrivent souvent presque nus. Qu'importe, l' Ar-
moire du pauvre , tablie par Mme Deslandes, la prsidente de









l'oeuvre, et alimente par nous toutes, obvie aux inconvnients de
ce nudisme forc.
Nous n'avons enregistr qu'une mortality Disciples de
Claire Heureuse ; c'est celle d'une petite bossue du nom de Ber-
nadette.
Tous nos lves nous donnent une satisfaction apprciable,
car la majeure parties d'entre eux n'avait jamais eu aucun com-
merce avec l'cole. Quelques-uns sont vraiment des sujets d'lite;
ils ont, en l'espace d'une anne, appris computer, lire et
rciter avec motion de petites posies de quelques lignes.
Cependant, nous avons le malheur de possder une dizaine de
ces petits qui, malgr leur bonne volont, n'ont jamais pu rien
donner pendant l'anne scolaire. Nous esprons qu'avec le
concours d'un psychiatre, nous arriverons un jour faire dtecter
ce qui handicap ces enfants-problmes.
A ct du pain matriel que nous dispensons nos chers
petits, nous soignons leur moral et les armons pour la lutte que
l'homme est oblig d'entreprendre pour la scurit de sa per-
sonnalit.
Un professeur d'ducation physique, Mlle Yolande Paul, leur
enseigne des movements faciles, adquats leurs corps sous
aliments. Et le Rvrend Pre Bernard, de la paroisse de Saint-
Grard, nous fait l'amiti de venir chaque vendredi instruire nos
enfants de leurs devoirs religieux. Des course d'hygine, de tissage
pour les garons, de couture pour les filles, runissent chaque
semaine ces braves petits garons et filles, citoyens et citoyennes
des temps futurs, parmi l'enthousiasme, la joie et la confiance.
De leurs doigts agiles sont dj sortis des ventails tisss, des
dessous de plateaux, des mouchoirs, des robes de poupes et mille
autres petits objets intressants. Beaucoup de ces enfants ne
connaissaient pas l'usage de la brosse dents et arrivaient avec
une coiffure de quatre ou cinq jours, les ongles sales, le visage
macul.
Tout cela a disparu devant la crainte de rprimandes l'ins-
pection... Peignes, brosses dents, dentifrice, savon de lessive et
de toilette sont, de temps en temps, distribus sous forme de
rcompense, pour que les enfants aient l'air d'avoir gagn ces
objets de propret.
Tous les ustensiles de la cantine et de la Maternelle sont
passs l'eau bouillante aprs chaque repas, immdiatement
rentrs et mis l'abri des microbes et... des voleurs, ces microbes
les plus dangereux.
Grce nos course d'hygine, nos pupilles savent qu'elles ne
doivent pas boire dans des gobelets o d'autres ont bu avant
elles; elles savent qu'en merchant nu-pieds longueur de jour-









ne, elles attraperont l'helminthiase; elles savent qu'il faut laver
les fruits avant de les manger. Elles savent... oh que ne savent-
elles pas ?...
Maintenant que notre Centre totalise plus de cent enfants et
nourrissons, toutes les mres de Carrefour-Feuilles voudraient
nous confier leurs enfants. Mme Deslandes, la fondatrice de l'As-
sociation et moi, sommes harceles de demands. Mais nous
sommes dbordes. Nous n'avons plus de place et sommes obli-
ges, le coeur lourd de douleur, de former le registre d'inscription,
jusqu' l'agrandissement de notre Centre.
Je vais vous confier quelque chose qui va vous tonner, Mes-
dames, Messieurs : d'accord avec nous, l'ducation des adults,
en notre local, a ouvert une cole du soir pour laquelle nous
avons pu recruter quarante adults, hommes et femmes.
Eh bien presque tous les lves sont des parents et des amis
des parents, que les petits enfants ont eux-mmes engags fr-
quenter l'cole qui se fait dans la langue vernaculaire.
Nos gars et nos petites bonnes femmes sont dj des leaders
qui mritent de l'attention.
Voil, Mesdames, Messieurs, en raccourci, le bilan des activits
de notre Association dans la protection de l'enfance ncessiteuse.
On a dit, ici-mme, dans une magnifique communication, qu'il
faudrait que l'on construise soixante nouvelles coles par an pour
arriver satisfaire la masse d'analphabtes qui ne bnficient pas
des bienfaits de l'instruction.
Pour cela, tous les yeux sont tourns vers l'Etat. Mais nous
savons bien que l'Etat n'a pas la possibility de tout entreprendre,
tant l'esclave de son budget, qui n'est pas bien lourd.
Et puis, mes amis, l'Etat c'est vous, c'est moi, c'est nous tous
qui avons le bonheur d'tre les fils des braves va-nu-pieds de
1804. Les analphabtes sont nos frres et nos soeurs; nous devons,
par des oeuvres prives, comme l'Association Disciples de Claire
Heureuse , les aider prendre conscience d'eux-mmes, de leur
tat et travailler eux-mmes leur propre dveloppement.
En conclusion, nous suggrons tous les Hatiens lettrs, ou
simplement dgrossis, riches ou non, de conjuguer leurs efforts
pour faire de l'action social, un dnominateur commun, afin de
livrer une guerre sans merci la misre et l'ignorance, les deux
plus grands flaux de la cit.
Chers congressistes, allons-y carrment et tout de suite.

Clante DESGRAVES-VALCIN
Vice-prsidente de l'Association
Disciples de Claire Heureuse .









Nous mettons le veu :
a) que par une loi, les sales de cinma soient interdites aux
mineurs lorsque l'on y projette des films immoraux ou trop
avancs;
b) que la loi sur l'obligation scolaire soit rigoureusement ap-
plique;
c) que des coles soient fondes pour la formation d'assistantes
sociales;
d) que des femmes fassent parties des tribunaux pour enfants;
e) que les gens fortunes collaborent l'alphabtisation des illet-
trs, en aidant de leur bourse la foundation de nouvelles
coles;
f) que chaque personnel sachant lire dgrossisse au moins deux
enfants, que des circonstances majeures empchent d'aller
l'cole;
g) que tous les Hatiens arrivent comprendre qu'agir est plus
profitable que rester inactif et se plaindre;
h) que les petits enfants en service ne soient plus envoys en
commission aprs six heures du soir.















La dlinquance juvenile et la rducation de l'enfance

par M. Marc Narcisse,
Doyen du Tribunal civil de Saint-Marc



Le problme de la criminalit juvenile est un des problmes
les plus important de notre temps o l'agitation s'est substitute
l'atmosphre sereine d'antan. La croissance physique, intellec-
tuelle et morale de l'enfant requiert un autre climate. De mme
que son panouissement. Ainsi l'ambiance de notre sicle a con-
tribu pour une large part aggraver le danger normal que court
la jeunesse et augmenter le nombre des enfants coupables.
Les criminalistes, les psychologues, les pdagogues ne cessent
de faire des recherches dans ce domaine, pour fixer les causes du
mal et arriver des solutions. Ils ont la conscience qu'ils sont en
premiere ligne dans la lutte contre la criminalit en gnral. Pour
eux, rsoudre le problme de la dlinquance juvenile, c'est porter le
plus rude coup au progrs de la criminalit adulte, car c'est dans
l'enfance que se manifestent les mauvais penchants qui condui-
ront l'adulte au crime.
Il rsulte de leurs observations que les causes de la dlin-
quance juvenile sont pour parties d'ordre individual, tenant
notamment une dficience mental plus ou moins grande de
l'enfant et pour la plus grande part d'ordre social et peut-tre
surtout d'ordre familial.
Dans notre pays comme ailleurs o l'alcool, la syphilis font
des ravages, beaucoup d'enfants dlinquants portent dans leurs
fibres intimes des tares dtermines par les fautes de leurs
parents. Un examen srieux rvlerait que leurs auteurs taient
atteints de syphilis, d'thylisme. La syphilis des parents dter-
mine chez les enfants des maladies diverse qui sont des causes
de troubles du caractre et du comportement, des causes d'ina-
daptation social. Il en est de mme des maladies mentales des
parents qui se rpercutent aussi dans leur descendance. Dans la
troupe des jeunes dlinquants, que d'anormaux de l'intelligence
et du caractre Combien surtout de petits caractriels apa-
thiques, hyper-motifs, instables, cyclothymiques, impulsifs,
paranoaques, mythomanes et schizodes.









Mais les causes sociales sont de beaucoup les plus importantes
en ce qu'elles sont la base de la criminalit juvenile. Si l'on
tudie ce problme, on ne peut faire abstraction des nombreuses
questions conomiques et sociales qui y sont lies. Partout comme
chez nous ces questions revtent un caractre assez grave. Les
conditions de vie de nos masses sont loin d'tre ce qu'elles
devraient tre. Il faut tout de mme rendre hommage aux efforts
du gouvernement actuel dans sa lutte contre l'ignorance et la
misre. L'volution du people hatien est la preoccupation cons-
tante du Prsident Magloire.
L'on sait le sort qui est rserv aux enfants qui vivent dans
les slums des grandes villes, l'influence du taudis, les cons-
quences de la misre des parents, de leur dchance physique et
morale. Et le plus souvent chez nous les parents n'existent mme
pas. Mais nous ne devons point trop nous alarmer, notre pour-
centage d'enfants coupables est faible en comparison avec les
autres pays, toutes proportions gardes.
L'enfant livr lui-mme devient un vagabond, il prend
l'habitude de mendier, il vit d'expdients, de petits mtiers pro-
hibs, il comment des larcins. La jeune fille trs rapidement glisse
l'inconduite, la prostitution. L'oisivet, les tentations de la
rue, les mauvaises frquentations mnent aux dlits plus graves
et aux crimes.
L o les conditions de vie sont meilleures, o la famille existe,
le danger pour l'enfant, c'est la dsunion des parents. L'on sait
comment se produit cette dissociation, qu'elle aboutit la spa-
ration, au divorce.
Toutes ces causes analyses, peses, l'cole positiviste a pos
le principle de l'irresponsabilit du mineur dlinquant. L'enfant
coupable n'est plus un criminal. Il n'est plus chti comme
l'adulte. Il est rduqu, radapt. Qu'il nous soit permis de dire
entire parenthse que le sort de l'adulte coupable s'amliore
et que maintenant on a moins en vue de le chtier que de
l'amender, de le radapter la vie social. Les prisons se ferment.
Une legislation spciale est ne pour l'enfance dlinquante.
Elle existe dans presque tous les pays d'Europe et d'Amrique.
En France, c'est l'ordonnance du 2 fvrier 1945 qui consacre
l'irresponsabilit pnale des mineurs de dix-huit ans et organise
dfinitivement la jurisdiction pour enfants. Elle comprend quatre
rouages :
1o le juge d'instruction,
2o le juge des enfants,
3o le tribunal pour enfants,
4o le tribunal pour enfants complt par le jury criminal.









Lorsque des inculps mineurs impliqus dans une mme
affaire en mme temps que des auteurs, co-auteurs ou complices
majeurs et qu'il n'y a pas possibility de disjoindre la procedure
ou lorsque tous les inculps sont mineurs, mais que l'affaire
parat ncessiter des recherches particulires, des investigations
telles que perquisition, saisie de pices, auxquelles peut seul pro-
cder un juge d'instruction; dans ces cas, le procureur de la
Rpublique saisit le juge d'instruction, spcialement dsign pour
les affaires des mineurs. Dans tous les autres cas, c'est le juge
des enfants qui remplit les functions d'instruction en mme temps
qu'il remplit ses functions de jugement, ce qui est contraire aux
principles qui ont toujours domin l'instruction criminelle. Sa
principal tche dans l'instruction consiste rassembler les ren-
seignements d'ordre social sur l'enfant :
1o la situation matrielle et morale de sa famille,
20 son caractre,
3o sa frquentation scolaire et son attitude l'cole,
40 les conditions dans lesquelles il a vcu et a t lev,
5o les measures propres assurer son relvement.
L'enqute social est ralise par les assistants sociales aux
tribunaux pour enfants. Ces assistants sociales sont habilites
par le Ministre de la justice et appartiennent des Services
d'assistance social et sont sous le contrle permanent du juge
des enfants.
Le juge pour enfants aprs l'enqute social et l'examen m-
dical et mdico-psychologique peut en connaissance de cause dci-
der. Il classes l'affaire, si l'infraction n'est pas tablie. Dans le cas
contraire, il peut, soit admonester l'enfant, soit le remettre ses
parents, ou son tuteur ou la personnel qui en a la garde, ou
une personnel digne de confiance en dcidant le cas chant
selon les circonstances qu'il sera plac jusqu' un ge qui ne
pourra excder vingt et un ans sous le rgime de la libert sur-
veille.
Ces measures sont provisoires ou dfinitives. Le juge peut
ordonner la libert surveille titre provisoire en vue de statuer
aprs une ou plusieurs priodes d'preuves. Les Services de la
libert surveille comprennent des dlgus choisis parmi les
personnel ges de plus de trente ans, prsentes l'agrment du
Garde des Sceaux par les presidents des tribunaux pour enfants.
Le Service du Tribunal de la Seine comprend seize dlgus per-
manents et un miller de dlgus bnvoles. Le dlgu est dsi-
gn par jugement. Aussitt il choisit son tour un dlgu bn-
vole qui se met en contact avec l'enfant, sort avec lui, cherche
le diriger, l'influencer. Le dlgu bnvole fait ses rapports au
dlgu permanent. Celui-ci remplit les fiches du mineur de tous









les renseignements reus et constitute ainsi le dossier du jeune
dlinquant.
L'enfant qui est devant le juge d'instruction ou devant le
juge des enfants est-il crou dans une maison d'arrt ou dans
une prison ? Son tat de prevention n'autorise pas le garder
dans une maison de dtention. Il existe pour lui des centres
d'accueil. C'est un foyer organis le plus souvent par un jeune
mnage pour recevoir cinq vingt garons sous le contrle d'un
comit technique. Mais c'est du jeune mnage que dpendra la
russite du centre d'accueil. Par l'hbertisme, par le travail sco-
laire, par le bricolage, par le jeu, les chants, les veilles, ils
doivent tre capable d'intresser les mineurs depuis leur lever
jusqu' leur coucher. S'ils n'y arrivent pas, certain enfants rus-
siront toujours s'vader. S'ils y parviennent, ils pourront sans
crainte supprimer les portes ou les serrures.
Le juge des enfants, s'il ne classes pas l'affaire, s'il ne la juge
pas dfinitivement, il la renvoie par devant le tribunal pour
enfants proprement dit, constitu comme tous les autres tribu-
naux : ministre public, president, greffier et huissier. Ce tribunal
juge tous les dlits commis par les mineurs. L'audience n'est pas
publique. Seuls sont admis y assister : les parents, les tmoins,
les avocats, les assistants sociales, les dlgus et les personnel
qui appartiennent des socits de protection de l'enfance. Il est
aussi dfendu de faire le compete rendu des dbats, soit par la
press, soit par la radio. Si l'enfant s'est rendu coupable de crime,
c'est le tribunal pour enfants, complt par le jury criminal
dnomm Cour d'assises des mineurs, qui le juge.
Quelle est la nature des decisions que prennent ces tribunaux?
Ce sont des measures ducatives : la remise aux parents, le place-
ment dans un internal appropri, la remise aux Services de
l'assistance de l'enfance, le placement dans une institution de
formation professionnelle, d'ducation surveille. Si les tribunaux
estiment que la measure ducative ne donnera pas des rsultats
satisfaisants, ils peuvent, selon les circonstances et la personna-
lit du mineur, lui infliger une sanction pnale. Et alors par
devant la Cour d'assises des mineurs la question de discernement
est pose.
Voil pour la jurisdiction des enfants.
Aprs son jugement, l'enfant est dirig vers une maison
d'ducation surveille. Avant la decision du juge ou du tribunal,
il a d passer par un centre d'observation o le mdecin, le pda-
gogue, le psychologue, le mdecin psychiatre ont fix sa per-
sonnalit et en mme temps les causes de l'infraction.
Je vais vous dcrire rapidement une maison type d'ducation
surveille, c'est le Centre de Brcourt, tablissement pour filles.









L'organisation et le fonctionnement de Brcourt sont bass
sur les principles suivants :
lo L'ducation, par example. Le personnel est svrement tri.
2o Rducation individuelle.
3o Apprentissage de la vie familiale.
4o Formation professionnelle trs pousse.
5o Pas de progressivit pour ne pas favoriser l'hypocrisie.
6o L'effort maximum est exig au point de vue du travail.
L'observation directed mthodique se pursuit pendant toute
la dure du sjour de la mineure, l'aide de cahiers individuals
tenus par les ducatrices et de carnets individuals tenus par les
institutrices. Le rgime des lves l'internat est aussi proche
que possible de la vie familiale dans le cadre de l'quipe. Chaque
quipe est compose de huit dix lves et dispose d'un petit
appartement : living-room, dortoir, chambre de l'ducatrice, ins-
tallations sanitaires. Comme dans la vie normal, la jeune fille
quite son chez-soi pour aller en classes et l'atelier, elle revient
chez elle pour les repas, les loisirs, la veille. Actuellement, il y
a Brcourt six quipes qui portent des noms assez suggestifs :
la Grappe, le Nid, le Buisson, la Futaie, le Bosquet. Les lves
mritantes ont des chambres individuelles.
Vous voyez le bel effort que pursuit la France dans la lutte
contre la dlinquance juvenile. Les notes que je viens de vous
lire ont t prises au course du stage que j'ai fait en tant que juge
prs du tribunal pour enfants de la Seine Paris et des visits
faites aux centres d'accueil, aux centres d'observation, aux ta-
blissements de cure pour enfants, anormaux, aux institutions de
rforme, aux maisons d'ducation surveille dans les dparte-
ments franais. Les locaux de ces tablissements ne sont pas
toujours des constructions modernes, ce sont le plus souvent de
vieux chteaux, de vieilles demeures transformes et amnages
aux fins rducatives. Mais le cadre, l'esprit qui domine, la
philosophie de l'ducation qui est dispense, la technique des
spcialistes, la preparation des ducateurs, des instituteurs en
font des maisons types que les nations les plus avances en rdu-
cation peuvent prendre pour modles.
Dans quelle measure cette politique de defense social se pra-
tique chez nous ? On ne peut ignorer le beau movement de la
foundation de Mme Paul Magloire en faveur de l'enfance, la cra-
tion des garderies, des cantines scolaires, des ouvroirs. L encore
on attend beaucoup des pouvoirs publics, de l'initiative prive,
des centres d'accueil, des centres d'observation, des services d'as-
sistance, des comits de patronage. On ne peut mconnatre les
efforts du gouvernement pour amliorer les conditions de vie des
masses, tant sur le plan conomique que social. Toutes choses qui









constituent des measures prventives contre la criminalit juv-
nile, pourquoi ne pas dire contre la criminalit tout court. Mais
quel est le sort des mineurs dlinquants qui doivent tre jugs ?
Ils sont en tat de prevention dans nos prisons. Et aprs leur
jugement, ils y restent pour purger leurs peines, car chez nous
ils sont encore des criminals. Vous voyez quel danger moral ils
courent dans ces geles, dans la promiscuit des criminals de
tout acabit.
La Constitution de 1950 a prvu la creation de tribunaux pour
enfants. Une loi de l'anne dernire, prsente par l'excutif et
vote par les Chambres, a cr dans tous nos tribunaux civils une
section dnomme Section pour l'enfance dlinquante. Pour ter-
miner, j'mets le vou que le progressiste secrtaire d'Etat de la
Justice, M. Ducasse Jumelle, mette son actif l'organisation et
le fonctionnement de la jurisdiction pour enfants.

Marc NARCISSE.








IL,"


p .- l nf_


La Dlgation technique de l'Institut Interamricain pour la Protection de l'Enfance
prend part aux traraux du Sminaire.


'i

Ili
r















Les enfants dans les arts


Communication de Mlle Marie-Thrse Colimon, de l'cole Boisson



Est-ce ncessaire ?
Dans un pays o la protection de l'enfance est loin d'tre
srieusement organise, o n'existent encore ni tribunaux pour
enfants, ni hpitaux pour enfants, ni mme un nombre suffisant
d'coles, il peut paratre superflu, voire paradoxal, de parler des
enfants dans les arts.
Mais pour peu que l'on examine ce problme la lumire de
la psychologie de l'enfance, pour peu qu'on ait eu des rapports
constants avec des enfants, pour peu qu'on ait voulu se pencher
sur ce monde mouvant de l'enfance et qu'on ait pu s'en faire
une connaissance non superficielle, l'on se rend compete de l'in-
fluence profonde et de la grande valeur ducative que peut avoir
un enseignement bien compris des arts.
Valeur ducative
Toute l'oeuvre de celui qui se donne pour mission de protger
l'enfance, consiste surtout connatre ses besoins. Or, les besoins
de l'enfant sont nombreux et lis les uns aux autres de telle
sorte que, non satisfaits entirement, il se produit non seulement
une frustration aux consequences graves, cause originelle de
bien des cas de dlinquance juvenile, mais encore un dsquilibre
complete de l'individu.
Un des besoins essentiels de cet ge c'est le besoin d'agir.
Il y a dans l'enfant une activity, une force naturelle, qui ont
besoin de s'exercer, qui cherchent naturellement sur quoi
s'exercer. Quand l'enfant est oisif ou fait des sottises, c'est ou
bien parce que son activity a t gne par l'adulte ou parce que
les resources du milieu dans lequel il est plac tant puises,
son activity joue vide. Il appartient donc l'ducateur de garnir
ce milieu d'lments nouveaux, d'lments attrayants, d'lments
susceptibles d'intresser l'enfant et de retenir son intrt, en
n'ayant garde d'oublier que l'enfant s'agite quand il n'agit pas et
qu'il n'agit pas quand le milieu ne donne pas de sens ni de
possibilits son action.









Cependant, en librant l'activit littraire, musical ou pic-
turale de l'enfant, nous ne visons nullement dtecter de jeunes
prodiges ou prparer des virtuoses; nous voulons, d'une part,
lui donner l'occasion de s'extrioriser, de dvelopper pleinement
sa personnalit. D'autre part, nous voulons, surtout par l'tude
des arts, lui former l'esprit et le cour, lui donner le souci de
l'idal, le sens de la discipline, la matrise de soi. Le dessin, la
musique, le chant, considrs tort comme enseignements secon-
daires et accessoires, doivent prendre dans l'ducation hatienne
la place laquelle ils ont droit. Puissants instruments de culture
gnrale et de culture esthtique, moyens de rapprochements des
individus appartenant des milieux diffrents, moyens de rappro-
chement des cours unis par une motion commune, lments de
progrs d'un people, c'est parce que nous croyons au mystrieux
pouvoir d'enrichissement et de transformation morale de l'indi-
vidu que possdent les arts que nous les rclamons fermement
pour tous nos petits compatriotes, quelque classes social qu'ils
appartiennent.

Mthodes
Est-ce dire que les arts n'ont jamais t cultivs dans l'du-
cation hatienne ? Bien au contraire, l'histoire relate l'ouverture
d'une cole de musique et d'une cole de peinture sous le gouver-
nement du Prsident Geffrard, en 1860. Et bien auparavant, de
l'Indpendance nos jours, nos programmes d'enseignement ont
fait et font encore une large place aux arts d'agrment (et la
plupart d'entre nous se sont vus, parfois leur corps defendant,
hisss ds l'ge le plus tendre sur un tabouret de piano, sous le
regard svre d'une matresse intransigeante).
Mais tant vaut la mthode tant valent les rsultats. Pleins de
bonne volont dans l'accomplissement de notre tche, nous fer-
mons bien malgr nous parfois, nos portes aux innovations de la
pdagogie nouvelle.
Perptuellement talonns par la preparation au certificate
d'tudes primaires, au brevet lmentaire, au baccalaurat, pau-
vres instituteurs que nous sommes, tiraills d'une part par nos
suprieurs hirarchiques qui n'apprcient nos mthodes qu'autant
que le pourcentage d'lves admis l'un ou l'autre de ces exa-
mens est lev et, d'autre part, par les parents de ces mmes
lves qui, loin de nous apporter une collaboration effective,
n'envisagent la formation de ces enfants qu'au seul point de vue
du bourrage de leurs jeunes cerveaux, il nous est difficile ainsi
livrs nos propres moyens, de dgager l'cole hatienne de
l'empirisme o elle se cantonne.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs