• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Acknowledgement
 Dedication
 Foreword
 Quelques aspects de notre legislation...
 Une mesure legislative capable...
 Pourquoi delinquance juvernile...
 Le gouvernement du Dr. F. Duvalier...
 Au secours de l'enfance abando...
 Face a l'enfance en danger...
 A la rescousse des enfants sans...
 En aide aux deracines
 Halte la! Prostitution!
 Gouvernement de prevoyance sociale...
 L'Organisation de residences...
 Le scoutisme au service des residences...
 Moyens scouts et les cas classiques...
 Comptabilite - matieres des residences...
 Vie a l'interieur des residences...
 Des maisons d'arret pour enfants...
 Jurisdictions pour Enfants
 Considerations sur la marche des...
 Conclusion






Group Title: Collection haitiana
Title: Face à la délinquance juvenile latente
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078476/00001
 Material Information
Title: Face à la délinquance juvenile latente
Series Title: Collection haitiana
Physical Description: xi, 104 p. : ;
Language: French
Creator: Bistoury, André F.
Publisher: Imprimerie N. A. Theodore
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: 1960
 Subjects
Subject: Children -- Legal status, laws, etc -- Haiti   ( lcsh )
Criminal justice, Administration of -- Haiti   ( lcsh )
Juvenile delinquency -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
General Note: Author's autograph presentation copy.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078476
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AFL4424
oclc - 04673482
alephbibnum - 001117613

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page ii
        Page iii
    Acknowledgement
        Page iv
    Dedication
        Page v
        Page vi
    Foreword
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
    Quelques aspects de notre legislation en faveur de l'enfrance
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Une mesure legislative capable de contribuer a l'organisation de la protection de l'enfrance
        Page 39
        Page 40
        Page 41
    Pourquoi delinquance juvernile latente et non delinquance juvenile
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    Le gouvernement du Dr. F. Duvalier et la delinquance juvenile latente
        Page 49
        Page 50
        Page 51
    Au secours de l'enfance abandonnee
        Page 52
        Page 53
    Face a l'enfance en danger moral
        Page 54
        Page 55
    A la rescousse des enfants sans famille
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    En aide aux deracines
        Page 59
        Page 60
        Page 61
    Halte la! Prostitution!
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Gouvernement de prevoyance sociale aussi
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    L'Organisation de residences surveillees
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    Le scoutisme au service des residences surveillees
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
    Moyens scouts et les cas classiques dits de desequilibres
        Page 80
        Page 81
        Page 82
    Comptabilite - matieres des residences surveillees
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
    Vie a l'interieur des residences surveillees
        Page 88
        Page 89
    Des maisons d'arret pour enfants et adolescents
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
    Jurisdictions pour Enfants
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    Considerations sur la marche des jurisdictions d'enfants
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
    Conclusion
        Page 102
        Page 103
        Page 104
Full Text
ANDRE F. BISTOURY
AVOCAT
Chef de Bureau au Departement de la Justice
President de la Commission de Protection Sociale de I'Enfance
Membre du Grand Consiel des Scouts Eclaireurs d'Haiti
Ancien Professeur de Police Scientifique i la Faculte de Droit
Ancien Chef de Service de Contr6le des Tribunaux et Parquets
Ancien Chef du Service du Casier Judiciaire



FACE

A LA


DELINQUANCE


JUVENILE LATENTE




IMPRIMERIE N. A. THEODORE
52, RUE PAYEE
PORT-AU-PRINCE, HAITI
1960










ANDRE F. BISTOURY
AVOCAT

Chef de Bureau au Departement de la Justice
President de la Commission de Protection Sociale de l'Enfance
Membre du Grand Conseil des Scouts Eclaireurs d'Haiti
Ancien Professeur de Police Scientifioue l!a Faculte de Droit
Ancien Chef du Service de Contr6le des Tribunaux et Parquets
Ancien Chef du Service du Casier Judiciaire


FACE A LA DELINQUANCE
JUVENILE LATENTE


IMPRIMERIE N. A. THEODORE
52, RUE PAVEE
PORT-AU-PRINCE, HAITI

1960


~p- ..
3C
r r
OrS- ~5~i~t' P'
*'.C~L~*'~d_: br + b~'
























Du mnme Auteur :

Preuves de la Recidive et Police Scientifique
Code et Guide de I'Etat Civil a I'usage des Ministres des Cultes.
La Reorganisation de I'Etat Civil en Haiti.
L'Orateur chez Lorimer Denis


Collection HAITIANA











REMERCIEMENTS


Je prie le Secrdtaire d'Etat et rInstitut du Bien Etre
Social de bien vouloir accepter mes remerciements renou-
velds pour les concours qu'ils ont bien voulu m'accorder
tant au course de la preparation de ce travail que pour sa
publication.
Qu'ils soient certain que des qu'ils front appel h moi
en tant que travailleur social, dans execution de leur caste
programme, toujours je repondrai present et avec tout ren-
thousiasme rdaliste qui convient quand ii s'agit d'envisa-
ger la solution des problems sociaux haitiens.
Que Me. Thomas Verdieu, le Depute Pierre Armand, Me.
Antonio Andre, Directeur de la Banque Nationale de la
RNpublique d'Haiti, veuillent bien accepter mes remercie-
ments renouvelds pour avoir bien voulu m'aider en sous-
crivant pour plusieurs volumes.
Que Monsieur N. A. Theodore accepted assurance de ma
gratitude car chaque fois que je m'adresse t lui, toujours
jai trouve en lui plus qu'un 6diteur, mais un collaborateur
enthousiaste, consciencieux, lucide.
A tous ceux qui ont bien coulu placer en moi leur con-
fiance en acceptant d souscrire, je leur dis MERCI.


























FACE A LA DELINQUANCE JUVENILE LATENTE

est didie :

AU SECRETAIRE D'ETAT DU BIEN ETRE SOCIAL ET A
CELUI DE LA JUSTICE.

AU DIRECTEUR DE L'INSTITUT DU BIEN ETRE SOCIAL

AUkx CHEFS DES EGLISES ETABLIES EN HAITI.

A MES COLLEAGUES DE LA COMMISSION DE LA
PROTECTION SOCIAL DE L'ENFANCE

A MES FRERES SCOUTS.

A TOUS CEUX QUI S'INTERESSENT ET A TOUS CEUX QUI
VEULENT S'INTERESSER A L'ENFANCE
MALHEUREUSE HAITIENNE.


~~C~
lil-













AVANT PROPOSE


Au ddbut du mois d'Avril 1960, je fus invite par le Minis-
tre de la Justice d visiter avec Lui le Pinitencier National.
Nous dtions d la derniere tape de notre visite quand je
fus mis en face dun spectacle bouleversant : prs d'une
cinquantaine d'enfants de 8 d quinze ans itaient groups
dans un coin d'une des course du Pinitencier National, con-
trol6 par un adulte d regard menaqant, un martinet touffu
en main. De ces petits dtres, se degageait une dpre odeur de
privation d'affection. Et, je sentis monter en moi, une im-
mense vitid qui me commandait de vouloir inergiquement
quelque chose pour eux et pour d'autres enfants comme
eux, mais qui ne sont pas encore ld.
Et... se dressa, vibrant, ma vocation de scout. Toute
Faprns-midi, toute la nuit, je subis obsession de cette im-
mense misare que fjavais vue. Riveilli tot le martin, accou-
ded ma table de travail, I'ai voulu ecrire, mais je n'avais
rien a ecrire et... c'dtait logique, il fallait agir, plus qu'dcri-
re. Dans cette disposition, je dcidai de contacter des amis,
des scouts d'abord; une action fut vite decide en .favet
des infants moralement et matiriellement abandonnis.
Je proposal d'organiser une Commission dite de Protec-
tion Sociale de I'Enfance don't la premiere demarche serait
de recueillir les enfants qui se trouvent 4 la Prison, ce qui
fut accepted. Nous entreprimes des demarches pres du Mi-
nistre du Bien Etre Social en cue de lui soumettre notre
plan action. II nous accueillit avec sympathie, nous nit
en rapport avec le Directeur de rTnstitut du Bien Etre So-





cial et grdce au Ministre du Bien Etre Social et du Direc-
teur de institute du Bien Etre Social, il fut possible de trou-
ver Fancien local de la Maison Centrale des Arts et Metiers
sis d Carrefour, grace d eux, le local sera reparg et mis en
itat de rececoir d'abord les enfants qui se troucent, notam-
ment au Pinitencier National, grdce toujours d eux une or-
ganisation sera charge de I'entretien et de education des
enfants moralemenf et matriellement abondonnts, grice
d eux la Premiere Residence surveillie sera 4tablie.
Un fait important qui retint attention du Public au
course des acticitfs de la Commission de la Protection So-
ciale de renfance fut le geste des Scouts, geste au sujet du-
quel le Quotidien Haitien -Haiti Journal* 6crivait dans
son -dition du 16 Juillet 1960 ce qui suit: -Les Scouts au
service du Bien Etre Sociall. Ce matin, entire 10 heures et
onze heures du matin, une delegation de scouts en unifor-
me, accompagnee de girls scouts a remis tant au Secretaire
d'Etat du Bien Etre qu'au Directeur de Tlnstitut, Dr. Clau-
de Lafontant, une lettre les informant que les scouts se
mettent a la disposition du Departement du Bien Etre et
de rInstitut en cue de diriger et d'appliquer la methodolo-
gie scoute dans la premiere Risidence Surveillee que sera
etablie d Carrefour.
Dans cette lettre, les signataires autorisis de leurs Chefs
ont pris Tengagement, sur leur foi scoute, d'dtre toujours
presents au Centre afin d'assurer la garde et education
des enfants qui y seront.
Ils soutiennent qu'ils agissent ainsi en function de leur
vocation scoute qui fait d'eux d'abord des travailleurs so-
ciaux.
C'est, continue Haiti Journal, en signe d'admiration au
movement hautement humanitaire dirige par le Dynami-
que Secretaire d'Etat Desvarieux, bien second par le Dr.


VIII






Claude Lafontant, Directeur de rlnstitut du Bien Etre So-
cial.
Tout permit done d'augurer qui bientdt le Ducalierisme
au pouvoir reparera cette injustice don't ont &te, depuis trop
longtemps, cictimes des enfants qui n'ont pas demand ai
naitre et dans les rangs de qui se troucent des citoyens qui
seront utiles au pays.
Tout en Presentant nos felicitations aux scouts, nous re-
nouvelons au Ministre Descarieux et au Dr. Lafontant no-
tre patriotique collaboration en cue de la realisation de
cette noble tdche.,
Le problame de la D6linquance Juvenile en Haiti n'a
jamais dte s4rieusement consider, nous ne pouvons que
signaler la tentative theorique du 16 Juillet 1952, demeu-
ree lettre more et aui formulait :
Considerant qu'un Gouvernement don't l'un des plus cons-
tants soucis est d'organiser lTaenir de la jeunesse, se doit
6galement, lorsaue celle-ci a le malheur de s'engager dans
la voie du crime, de lui manager une atmosphere judiciaire
particuliere et de la soustraire d la promiscuity des prisons;
sur le rapport du Secretaire d'Etat de la Justice

A PROPOSE
Et les Chambres Ldgislatives ont vote la loi suivante :
Art. ler.- II est institud, ai partir du ler. Octobre 1952
dans chacun des Tribunaux Civils de la Rdpublique une
section special dite Section de la Jeunesse Ddlinquante,,
appelde d connaitre des crimes et ddlits commis par les
mineurs de moins de 16 ans;
Art. 2.- La competence du Tribunal est fixed a : Un juge,
un Membre du Ministere Public, un Greffier.
Art. 3.-La Section comprendra, pour chaque jurisdiction,
un juge nomme specialement aux fins designdes, ce qui ne





le dispensera pas de singer aux autres audiences du tribu-
nal, s'il est besoin. Neanmoins la Section de Port-au-Prince
comprendra deux Juges.
Art. 4.- L'heure, le nombre et la duree des audiences se-
rcnt fixes par les reglements intirieurs de chaque Tribunal.
Art. 5.-Les audiences sont publiques, mais le Tribunal
peut toujours, selon que rexigeront lordre public, et les
bonnes moeurs, singer a huit-clos et en interdire raccds aux
mineurs.
Art. 6.-Le mode de procider est de droit commun, mais
il sera loisible au Tribunal de porter lenqugte et de reu-
nir toute documentation sur les origins de renfance, les
milieux ou il est n; oi il aura pu vivre ou se divelopper.
Art. 7.-Aux fins d'assurer non le chdtiment, mais Famen-
dement et rutilite de renfant dans le cadre social et na-
tional, il est cr6e h Port-au-Prince la Maison de Correction
prevue a article 50 du Code Pinal, don't le regime sera
determine par Arrdt, du Prdsident de la Republique.
Art. 8.- La irdsente loi abroge, etc.
Toujours est-il, nous etions et nous sommes encore ega-
res dans les meandres du vieux code francais de 1835 car
nos articles 50, 51, 52, du Code Penal prevoient:
Art. 50.-Lorsque 'accuse aura moins de quatorze ans, s'il
cst decide qu'il a agi sans discernement, il sera acquitted;
mais il sera, selon les circonstances, remis a ses parents, ou
conduit dans une mason de correction, pour y dtre eleve
et ditenu pendant nombre d'annees que le jugement diter-
minera, et qui toulefois ne pourra excider repoque ou il
aura accompli sa vingtieme annie.
Art. 51.- S'il est decide qu'il a agi avec discernement, les
peines seront prononcees ainsi qu'il suit :






Sil a encouru la peine de mort, ou des tracaux forces h
perpetuitM, il sera condamne a la peine de dix d vingt ans
d'emprisonnement dans une maison de correction.
S'il a encouru la peine des travaux forces a temps ou de
la reclusion, il sera condamne a tre enferme dans une mai-
son de correction pour un temps pgal au tiers au moins et
a la moitie au plus de celui auquel il aurait pu etre con-
damne d rune de ces peines.
Art. 52.-Dans tous les cas, il pourra etre mis, par le ju-
gement, sous la surveillance de la haute police de rEtat,
pendant cina ans au moins et dix ans au plus.
Si le coupable n'a encouru qu'une peine correctionnelle,
il pourra etre condamne a telle peine correctionnelle qui
sera jugee convenable, pourvu qu'elle soit au-dessous de
la moitie de celle qu'il aurait subie, s'il avait eu quatorze
ans.
II dtait plus que temps d'organiser la protection de Ten-
fance haitienne, il etait plus que temps de penser d etre
en face de la dilinquance juvenile latente haitienne avant
que la dilinquance juvenile haitienne s'organise.












Quelques Aspects de notre Legislation
en faveur de l'Enfance
Si les problems poses par la delinquance juvenile n'ont
pas retenu d'une facon positive la juricite haitienne il n'en
est pas de meme de la delinquance juvenile latente, car nous
trouvons diverse measures legislatives qui, appliquees, assu-
reraient une Drotection a I'enfance.
C'est ainsi qu'un d6cret loi du 13 Decembre privoyait
'lInstitution d'une caisse d'assistance social en vue de la
creation dans les principles villes.
b) d'Etablissements spiciaux pour recueillir et 6duquer les
enfants abandonnis, devoybs ou delinquants.
C'est ainsi qu'il existe; Le Decret Loi du 7 Juin 1939
qui formulait;
SECRET LO1
STENIO VINCENT
Vu l'artoile 30 de la Constitutionj
Vu la Loi du 11 Novembre 1846;
Consid4rant qu'il et just et utile que rEtat accord as
sollicitude aux enfants et adolescents atteints de tares hi-
riditaires ou initiales, de vices qui timoignent chez eux de
absence ou de la perte de toute notion de rgle morale
Considrant que la Maison Centrale des Arts et Metiers
a perdu son caractere originaire de maison de correction
pour devenir un centre de protection et d'education de ren-
fance paucre;
Considrant qu'il y a ncessiti de soustraire renfance
dilinquante au regime des prisons ordinaires pour la pla-


- 13-





cer dans un milieu plus favorable a son amelioration mora-
le et professionnelle;
Sur le rapport du Secretaire dEtat de construction Pu-
blique, de rAgriculture et du Travail;
Apres deliberation du Conseil des Secretaires d'Etat;
Et avec approbation du Comiti permanent de FAssem-
blee Natirnale;
Dicrete :
Art. ler.-Il sera ouvert et organism aux environs de Port-
au-Prince un centre d'apprentissage agricole et profession-
nel, denomme -Maison de Reducation- et defendant du
DMpartement de 'lInstruction Publique.
Art. 2.- Y seront interns, aux fins sus-indiquges, les mi-
neurs delinquants, ceux qui, abandonnis d eux-mgmes, tr-
moignent d'inclination vicieuse ou de mwurs rdprehensi-
bles.
Art. 3.- Les mineurs seront admis dans la maison de rid-
ducation a nartir de rdge de 7 ans.
Si awres 5 ans de sejour, certain mineurs sont reconnus
trop jeunes pour dtre renvoygs, ils seront gardes dans PE-
tablisement ou pourront dtre transfers, soit d la Maison
Central d'Arts et Metiers, soit d une cole pratique d'Agri-
culture, pour y poursuivre leur entrainement professionnel
ou agricole.
Art. 4.- Les internes de la Maison de Redducation rece-
vront, au moment de leur liberation, aide et assistance, en
cue de leur wtablissement dans des entrenrises industrielles
et agricoles.
Art. 5.- Le nombre d'internes est fixes provisoirement h
100. Ce nombre sera accru au fur et d measure que de nou-
velles disponibilites viendront augmenter les fonds de pre-
mier etablissement.


-14-






Art. 6.-Le personnel initial de la Maison de Reiduca-
tion comprendra:
a) Un Directeur General; f) Un Mddecin;
b) Un Directeur Adjoint; g) Une Infirmiere.
c) Deux Professeurs; h) Un Coiffeur;
d) Un Agronome; i) Un Gardien.
e) Deux Surveillants;
Art. 7.-Les salaires des membres du Personnel ainsi que
leurs attributions respective seront determines par des re-
glements ulterieurs.
Art. 8.-Le Secretaire d'Etat de lInstruction Publique, de
rAgriculture et du Travail a la haute direction de rorgani-
sation de la Maison de Reiducation.
II drterminera les frais de premier 6tablissement ainsi
oue le budget regulier de la Maison de Reiducation, et
prendra en un mot toutes les measures ndcessaires au bon
fonctionnement de rlnstitution.
Art. 9.-Le present Dicret-Loi sera public et execute d la
diligence des Secretaires d'Etat de lInstruction Publique,
de rAgriculture, de rlntrieur, des Finances et de la Justice,
chacun en ce qui le concern.
Donned au Palais National, d Port-au-Prince, le 17 Juin
1938, An 135eme. de rlndp~endance et 4eme. de la Libra-
tion et de la Restauration.
STENIO VINCENT Par le President:
Le Secr6taire d'Etat de I'Instrucion Publique
de 1'Agriculture et du Travail: DUMARSAIS ESTIME
Le Secretaire d'Etat de l'Int6rieur: CH. LANOUE
Le Secr6taire d'Etat des Finances: GEORGES N. LEGER
Le Secretaire d'Etat de la Justice: JH. N. PIERRE-LOUIS
Par autorisation du Comite Permanent de I'Assembl6e Nationale:
Le President du Comit6 Permanent de 1'Assembl6e Nationale:
LS. S. ZEPHIRIN


- 15 -







La situation des enfants en domesticity retint I'attention
de nos Ligislaeurs d'oi la loi de septembre 1947 qui formu-
lait:

LOI DU 22 SEPTEMBRE 1947 REGLEMENTANT LES
CONDITIONS DE VIE DES ENFANTS EMPLOYES AU
SERVICE DOMESTIQUE.
DUMARSAIS ESTIME
PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Considdrant que renfant a un droit sacred d la santj et d
une bonne education;
Considorant qu'il possede aussi un droit au bien-9tre ma-
teriel, d la joie et au ddveloppement de toutes ses facultis :
Considdrant en consequence, qu'il est indispensable de
riglenmnter les conditions de vie des enfants employs au
service domeitique dans les families afin de mettre fin d
exploitation inconsiddrie don't ils sont souvent robjet;
Art. ler.- L'Etat protege les enfants qui cicent et tra-
caillent hors de leurs foyers, afin de leur assurer un blen.
ftre materiel et moral.
Art. 2.- Aucun enfant de moins de douze ans confi d une
famille ne doit etre employee d des travaux domestiques au
dessus de ses forces.
Art. 3.-Pour avoir sous sa garde ou son service un ou plu-
sieurs enfants, il faut reunir les conditions suivantes:
1) dtre dgd de 21 ans accomplish;
2) dtre de bonne vie et moeurs;
3) Justifier de revenues suffisants, pour remplir les obli-
gations privues a article 6 de la nprsente Loi;
4) Ne pas etre atteint de maladie contagieuse.


-16-






Art. 4.-Toute personnel, acant de prendre un enfant sous
sa garde ou 6 son service, devra obtenir un permis Fdem-
ploi, delivrer sans frais par le Bureau du Travail, apres con-
tr6le des conditions vrevues a articles 3 ci-dessus et sur
presentation du Certificat Medical et de la preuve de l'dge.
Art. 5.-Ce permis d'emploi contenant les nom, prenom,
age, lieu de naissance de lenfant; les nom, prinom, adresse
de toute personnel pregnant un enfant sous sa garde ou a
son service et toutes autres informations jugees necessaire,
decra etre renouvele chaque annee jusqu'd ce que le mi-
neur ait atteint rdge de 18 ans.
A cette occasion, il sera procdei, chaque annee, par les
Services competents, i un examen de son etat physique,
moral et intellectual.
Art. 6.-Toute personnel qui a un ou plusieurs enfants sous
sa garde ou a son service contract envers eux obligation
de leur fournir un logement, des vetements convenables et
une nourriture saine et suffisante.
Elle s'engage aussi a les envoyer au moins une fois par
jour a recole, d leur faire donner une instruction profes-
sionnelle conform leurs possibilities.
Art. 7.-Les enfants en service ne doivent pas etre astreints
a des travaux managers susceptible, en quelque manire
que ce soit, de nuire d leur sante, d leur developpement nor-
mal et de prrjudicier a leur assiduite a' Tcole.
Art. 8.-II est interdit d'employer ces enfants a des travaux
quelconques (service de message, vente dans les rues, etc.)
1) Pendant les heures de classes qui sont fixees par les rB-
glements de T'tablissement os ils sont rigulierement
inscrits.
2) Les avrds-midi des dimanches et des ours de choma-
ge ligal.
3) Pendant la nuit.
-17-





On entend par nuit, dans le sens de la present Loi, rin-
tervalle compris entire 7 heures du soir et 6 heures du ma-
tin.
De plus ces enfants doicent jouir d'un repos ininterrom-
pu de 10 heures.
Art. 9.-Toute personnel, ayant un ou plusieurs enfants sous
sa garde ou a son service, sera oblige, tous les 6 mois, de
les faire conduire dans un Centre de Sante ou dans un Dis-
pensaire a fin d'examen medical.
Elle sera aussi tenue, en cas de maladie grave, d'en fai-
re la declaration a run des officers ci-dessus designs, qui
autorisera leur admission, s'il y a lieu, dans un hdpital.
Art. 10.-11 ne pett etre inflige aux enfants en service ou
don't on a la garde des tortures corporelles, sous pretexte
de munition.
Celui qui, au mepris des prescriptions ci-dessus, aura fait
des blessures ou commis toute autre violence sur la person-
ne de run de ces enfants, sera danonce au Commissaire du
Gouvernement ou au Juge de Paix pour dtre poursuivi con-
formiment au Code Penal.
Art. 11.--Ds Fdge de 16 ans Fenfant en service sera con-
siddre come apprenti. En consequence, ii devra lui dtre
donned un salaire equivalent au moins d la moiti6 de celui
que recevrait un domestique d gage, travaillant dans les
mdmes conditions et cela sans diminuer les obligations im-
posees au Patron d fart. 6 de la prdsente Loi relative au
logement et a la nourriture.
Art. 12.-Celui qui voudra se decharger d'un enfant a son
service ou don't il a la garde, doit en faire la declaration
au Bureau du Travail et en adviser les parents.
Les formalitis prevues au ler. alinea ci-dessus doivent
service ou don't il a la garde, doit en faire la declaration
fant change de domicile.


-18-





Art. 13.-Aucun enfant en service ne peut, sans une aiito-
risation du Bureau du Travail delivree avprs le consente-
ment de ses parents, &tre place par un employer chez un
autre employer.
Art. 14.-Lorsqu'un enfant en service abandonne clandesti-
nement le toit de la personnel responsible pour vagabonda-
ge ou autre raison, la personnel a qui il avait it confie doit
danoncer le fait aux agents de la Police et au Bureau du
Travail.
Art. 15.-Les Inspecteurs du Travail pourront d'office ou a
la suite d'une plainte ou d'une denonciation don't rorigine
ne sera pas rgvedle et jusqu'd ce que soit organism un corps
de visiteuses sociales, visitor les maisons ou se trouvent
des enfants en service d fin d'enqudter sur leur condition de
vie.
Lorsqu'il aura &tZ reconnu uoe le placement est dasa-
vantageux pour renfant, le Bureau du Travail pourra, sui-
vant les circonstances, remettre le mineur d sa famille ou
apres le consentement de ses parents, le vlacer dans une
autre famille ou dans une maison assistance.
Art. 16.-En cas de violation des prescriptions des articles
4, 6, 8, 10, 13, 14 et 15 ci-dessus, le coupable sera possible
suicant la gravity des cas, d'une amende de 10 d 500 gour.
des ou dun emprisonnement de 1 d 6 mois a appliquer par
le Juge de Paix.
Les mimes peines seront encourues par Tindividu qui au-'
ra cachi dans sa maison on dans tout autre lieu un enfatdi
qui ne lui aurait pas ete confie.
Art. 17.-Les permis d'emploi seront remis aux enfants ac-
tuellement en service dans les families dans un dalai de>
six mois d dater de la promulgation de la pr.eente Loi.


- 19 -





Art. 18.-En attendant la creation dans les autres Commu-
nes de la Republique, d'organismes spdciaux dependant du
Bureau du Travail, les Magistrats Communaux contr6le-
ront Iexdcution de la rdesente loi, et ddlivreront les auto-
risations et certificate privus aux articles 4 et 13 de la pre-
sente Loi.
Art. 19.- La present Loi abroge toutes lois, etc.





Nous trouvons le Ligislateur sanctionnant les absences non
motives et la non frequentation des ecoles, de mnme nous
trouvons les measures legislatives sur le vagabondage des mi-
neurs. D'o :


DECRET-LOI

STENIO VINCENT
PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Vu les articles 21, 30 et 35 de la Constitution:
Vu la Loi du 30 Septembre 1935;
Considrant qu'il importe de determiner d'une facon di-
finitive les principles de Tenseignement rural en Haiti, de
donner un statut plus stable a cette branch important de
education national et de lui procurer une legislation ade-
quate propre d assurer son plein developpement;
Sur le rapport des Secretaires d'Etat de 'Agriculture et
des Finances;
Et de ravis du Conseil des Secrtaires d'Etat;


-20-






Et apris approbation du Comiti permanent de TAssem-
blee Nationale;

DECRETE:

Article 14.-L'enseignement primaire est obligatoire en
Haiti nour les enfants des deux sexes agds de 6 t 14 ans.
II neut tdre donned dans les ecoles publiques, dans les
icoles :rivces ou dans les families.
Article 15.-Chaque directeur d'ecole fera le recensement
des enfants d'dge scolaire habitant un circuit donned qui se-
ra determine par la Division de rEnseignement Rural.
Les parents des enfants ou les personnel ayant la garden
d'un ou plusieurs enfants devront donner les renseigne-
ments demands pour le recensement sous peine dune a-
mende de quinze gourdes et, en cas de ricidive ou de fausse
declaration, du double de cette amende.
Article 16.-Toute personnel responsible d'un enfant qui,
huit jours apr~s la rentree des classes se sera abstenue, sans
motifs ligitimes, de renvoyer a ricole ou de lui donner un
instituteur prive, sera df&re par le directeur de frcole
dans la zone oiz elle habite au Juge de Paix qui,
la premiere fois, la condamnera a une amende de dix gour-
des.
En cas de recidive, ramende sera double et la troisieme
fois triple et aggravde de huit jours de prison.
Les parents ou personnel responsables diferds au Juge
de Paix pour infraction d la presente Ilgislation, doicent
ctre jugdes routes affaires cessantes.
Article 17.-L'enfant place dans une cole primaire doit y
rester jusqu'd ce qu'il ait achevi ses dtudes primaires.


-21-





Toutefois, il pourra quitter Tlcole si ses parents ou ceux
a qui il est confii changent de locality. Avis en sera don-
ne au Directeur de ricole par les personnel responsables.
Article 18.-En cas d'absence momentanee de renfant, les
personnel responsables doivent faire connaitre au Direc-
teur ou d la Directrice de lfcole les motifs de son absence.
Article 19.- L'absence non motivee dune journ&e au moins
de renfant pendant quatre fois dans le mois entrainera
pour les personnel responsables obligation de comparai-
tre, sur simple avertissement, decant le Directeur ou la Di-
rectrice de lecole qui leur rappellera le vreu de la Loi et
leur exoliauera leur devoir.
En cas de non comparution sans justification admise par
le Directeur ou la Directrice, de meme qu'en cas de recidi-
ve, le Directeur ou ta Directrice difrera les personnel res-
ponsables au Juge de Paix qui leur appliquera une amende
de deux gourdes pour chaque absence d'une journee de Ten-
fant.
Article 20.-Les enfants trouvis sur les chemins publics
pendant les heures de classes seront conduits par le chef de
section au Directeur de l'ecole la plus proche qui fera appe-
ler les personnel responsables auxquelles il rappellera leur
devoir d Tngard de ces enfants.
En cas de recidive, les personnel responsables seront con-
damnees chaque fois a une amende de dix gourdes. Aucu-
ne peine ne sera toutefois prononcee s'il est prouve que
les enfants ont quitti la maison de leurs parents pour se
rendre a l'Tcole.
Article. 21.-Des Ecoles du soir pourront 9tre tabless pour
des adolescents au-dessus de 14 ans et des adults qui n'ont
pas eu ropportunitW d'achecer leurs etudes primaires.


-22-






Donne au Palais National a Port-au-Prince, le 13 Octobre
1937. An 134ems. de lIndependance et IVe. de la Libera-
tion et de la Restauration.
STENIO VINCENT
Par le Pr6sident:
Le Secr6taire d'Etat de I'Agriculture:
AUGUSTE TURNER
Le Secretaire d'Etat des Finances:
a. i. LEON ALFRED
Par autorisation du Comite Permanent de 1'Assemblke Nationale:
Ls. S. ZEPHIRIN
AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President de la Ripublique ordonne que le Dicret-
Loi ci-dessus soit revdtu du Sceau de la Ripublique, impri-
me, .ublig et execute.
Donned au Palais National t Port-au-Prince, le 13 Octobre
1937 an 134eme. de l'Indd~endance et an IVe. de la Lib;ra-
tion et de la Restauration.
STENIO VINCENT
Par le Prisident:
Le Secretaire d'Etat de 1'lnstruction Uublique,
de I'Agriculture et du Travail:
AUGUSTE TURNER
Le S-cretaire d'Etat des Finances:
a. i. LEON ALFRED
Le Secretaire d'Etat des Relations Exterieures:
a. i. AUGUSTE TURNER
Le Secr6taire d'Etat de I'lnterieur:
F. DUVIGNEAUD
Le S-cretaire d'Etat des Travaux Publics et du Commerce:
A. TOVAR
Le Secretaire d'Etat de la Justice et des Cultes:
ODILON CHARLES
LOI
CHAMBRE DES DEPUTES
Vu les articles 21 de la Constitution, 228, 406 et 407 du
code penal;
23 -






Considdrant que experience a demontri la ndcessitM de
compliter les articles 229 et 230 du code pvnal, d'une part,
les dispositions des articles 405, 407 et le 2Vme. alinea de
article 406 du mnme code;
Et le Corps LUgislatif a vote la loi suivante:
Art. ler.-Il est ajouti les alineas ci-apres aux articles 229
et 230 du code penal;
Art. 229.- Sont consid&res comme vagabonds, les mineurs
de 18 ans qui, ayant sans cause lgitime, quitter le domicile
de leurs parents ou tuteurs, soit les lieux ot ils etaient pla-
ces par ceux t I'autorit0 desquels ils etaient soumis ou con-
fics, ont ete trouves, soit errants, soit logeant en garni et
n'exergant rigulierement aucune profession, ou tirant leurs
resources de la ddbauche.
Art. 230.-Alinea 2.-Les mineurs de moins de dix-huit
ans seront envoys a la Maison Centrale, dans une section
special.
Art. 2.-Sont et demeurent abroges les articles 405, 407 et
le 2e. alinea de article 406 du meme code.
Art. 3.-La vresente loi abroge toutes lois ou dispositions
de loi aui lui sont contraires et sera executee t la diligen-
ce du Secretaire d'Etat de la Justice.
Donne a la Maison Nationale, i Port-au-Prince, le 28 Juin
1935, An 132eme. de rIndependance.
Le President:
L. S. ZEPHIRIN
Les Secretaires: CHS. FOMBRUN, JH. R. NOEL
Donned au Palais de la Chambre des Deputes, le 3 Juil-
let 1935. An 132eme. de 'Indeiendance.
Le President: DUM. ESTIME
Les Secrdtaires: ED. FiOU, C. JEAN.


-24-





AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President de la Republique ordonne que la Loi ci-
dessus soit revttue du Sceau de la Republique, imprimee,
publiee et exdcufte.
Donne au Palais National, i Port-au-Prince, le 5 Juillet
1935, An 132eme. de lInd4eendance.

Par le President:
STENIO VINCENT
Le Secrdtaire d'Etat de la Justice, a. i. F. ETIENNE

CODE PENAL :
Art. 230.-Les vagabonds ou gens sans aveu qui auront ite
lgalement declares tels, seront punish d'un emprisonne-
ment d'un mois d six mois, par le tribunal de simple police;
et en cas de recidive, de six mois a deux ans, par le tribu-
nal correctionnel; apres avoir subi leur peine, ils seront ren-
voyis dans la residence qui leur sera fixie par le Ministtre
public et ils seront employes t des travaux de lEtat.-
Art. 231.-Les vagabonds pourront, apres un jugement me-
me passe en force de chose jugee, dtre rdclamis par delibe-
ration du Conseil communal de la commune oa ils sont nis,
ou cautionnes par un citoyen solvable.
aSi le Gouvernement accueille la reclamation, ou agrde
la caution, les individus ainsi reclames ou cautionnis, seront
par ses ordrcs, rencoyis ou conduits dans la commune qui
les a r-clamis, ou dans celle qui leur sera assignee, sur la
demand de la caution.- C. pen. 188.
Art. 232.-Les individus declares vagabonds par jugement
pourront, -s'ils sont strangers, etre expulses par les ordres
du gouvernement hors du territoire de la Republique.* Inst.
Crim. 155, 156. C. P. 188, 231.


-25-






Le troisieme paragraphe qui prendra place a suite de l'ar-
ticle 232 et qui aura pour titre : III. Mendicite, sera former
des articles suivants:
Art. 235.- Tout mendiant ou vagabond qui aura dte saisi
travesti dune maniere quelconque; C. pen. 228 et siuv. 233.
Ou porteur d'armes, bien qu'il n'en ait use ni menace;
C. pen. 77.
Ou muni de limes, crochets ou autres instruments pro-
pres, scit 6 commettre des vols ou dautres delits, soit a
lui vorcurer les motlens de vdndtrer dans les maisons, sera
puni dun an a trois ans d'emprisonnement. C. pen. 26 et
suiv. 31, 234, 238.
Art. 236.-Tout mendiant ou vagabond qui aura exerce
quelque acte de violence que ce soit envers les personnel,
sera puni de la reclusion, sans prejudice de peines plus for-
tes, s'il q a lieu, a raison du genre et des circonstances de
la violence. C. pen. 7-50, 20, 23, 31, 33, 238.
Art. 237.-Les veines itablies par le present Code, centre
les individus porteurs de faux certificates, faux passeports
ou fausse feuilles de route, seront toujours, dans leur espe-
ce, norties au maximum, quand elles seront appliques a
des vagabonds ou mendiants. C. pin. 26 et suiv., 31, 115
6 123, 239.
Art. 238.-Les vagabonds ou mendiants valides qui eu-
ront subi les peines portees par les articles precedents res-
t ront dans la residence qui leur aura ite assignde sous la
surveillance de la haute police de lEtat aussi longtemps
qu'ils ne justifieront d'aucun moyen d'existence ou dune
caution. C. ,'n. 31, 34.



Et nous nous devons de mentionner Part 189 du Code Civil
qui stipule : Les Epoux contractent ensemble, par le fait seul
-26-






du marriage, I'obligation de nourir, entretenir et clever leurs
enfants.
Aussi le 2ime. alinia de 'art 95 savoir: Le mineur non
emancipe aura son domicile chez son pere on chez son antear.
Notons aussi les articles 315, 316, 317, 318, 319, 320 du
Code Civil qui stipulent:

CODE CIVIL:

Art. 315.-L'enfant ne peut quitter la maison paternelle
cans la permission de son pere. Le pere qui aura des suiets
de micontement trhs graves sur la conduite d'un enfant,
aura les moyens de correction suivants:
Art. 316.-Si renfant est dge de moins de quinze ans com-
mences, le pere pourra le faire ditenir pendant un temps
qui ne Oourra excider cinquante jours et d cet effet, le ju-
ge de paix devra, sur sa demand, delivrer rordre d'arres-
tation.
Art. 317.-Depuis rdge de quinze ans commences jusqu'd
la majority ou trmancipation, le pare pourra seulement re-
querir la detention de son enfant pendant six mois au plus;
il s'adressera & cet effet, au doyen du tribunal civil qui,
apres en avoir confer avec le ministre pubic, delivrera
rordre d'arrestation ou le refusera et pourra, dans le pre-
mier cas, abriger le temps de la detention requis par le pi-
re.
Art. 318.-11 n'y aura dans les deux articles precedents, au-
cune 6criture ni formality judiciaire, si ce nest Fordre mg-
me d'arrestation, dans lequel les motifs n'en seront pas i-
nonces.
Art. 319.-Le opre sera seulement tenu de souscrire une
scumission de payer tous les frais, et de fournir les aliments
convenables.


-27-






Art. 320.-Le pere est toujours maitre dabreger la deten-
tion par lui ordonn.e ou requise. Si, apres sa sortie, ren-
fant lombe dans de nouceaux carts, la detention pourra
etre de nouveau donnee a la manidre prescrite aux arti-
cles precedents.


Dans cet ordre d'idees ii convient de rappeler les Articles
300, 301 302, 303 du Code Penal qui stipulent:

CODE PENAL:
Article 300.- Quiconque aura, par fraude ou violence,
enleve ou fail enlever des mineurs, ou les aura
entrainds, detourngs ou deplacis, ou les aura fait entrainer,
dltourner ou de$lacer des lieux oci ils itaient mis par ceux
ta autorite ou d la direction desquels iLs etaient soumis ou
confines, subira la peine de riclusion.
Art. 301.-Si la )ersonne ainsi enlecie ou detournee est une
fille au dessous de quinze ans accomplish, la peine sera
celle des travaux forces a temps.
Art. 302.-Quand la fille au dessous de quinze ans aurait
consent 6 son enlecement, cu suivi volontairement le ravis-
seur, si celui-ci dtait majeur de vingt et un ans ou au-des-
suis, il sera condamnn aux travaux forces h temps.
Si le racisseur n'acait pas encore cingt et un ans, il se-
ra nuni d'un emprisonnement d'un an a trois ans.
Art. 303.-Quiconque aura attente aux rmeurs, en excitant,
facorisant ou facilitant habituellement la debauche ou la
corruption de la jeunesse de l'un ou de l'autre sexe au des-
sous de 'dge de cingt et un ans, sera puni d'un emprisonne-
ment de six mois d deux ans.
Si la prostitution ou corruption a ite excite, favorisee
cu facility par leurs pere, mdre, tuteur ou autres personnel


-28-





charges de leurs surveillance, la neine sera d'un an a trois
ans d'emprisonnement.
Nous deacons signaler racte Goucernemental sanction-
nant le Contrat relatif au fonctionnement du Centre de
r6iducation de Carrefour en date du 7 Septembre 1949 qui
formula notamment:
Considdrant que l'education des jeunes dilinquants et
des enfants anormaux ndcessite une preparation spiciale
et un entrainement addquat;
Consid-rant que le fonctionnement du Centre de reddu-
cation de Carrefour aui a ete construit d Tintention des
orphelinm, des enfants necessiteux et des jeunes ddlinquants
doit dtre assured ar un personnel competent et entraind.
Art. 7.--2me. alinia. La clientele de I'Etablissement doit
etre constitute exclusivement par les enfants ou adoles-
cents ndcessiteux, les orphelins, les enfants abandonnrs,
les jeunes delinquants.
Notons aussi rarrdte du 13 Juin 1927 reglementant les
bals vublics aui en son article 4 dispose :
Article 4.-Il est expressement ddfendu aux tenanciers de
bals publics d'installer dans leurs dtablissements ou d pro-
ximite de ces etablissements, soit ouvertement, soit clan-
destinement, des appartements, chambres ou dependances
quelconques susceptibles d'dtre affect's a la tolerance.
II est 6galement defendu aux mgmes tenanciers de bals
publics de favoriser ou de laisser favoriser la ddbauche ou
la corruption dans leur wtablissement, d'y laisser leur cli-
entele se livrer d des danses obcines et tenir des propos li-
cencieux; de recevoir la jeunesse de lun ou l'autre sexe au
dessous de rdge de 21 ans, pour le sexe masculin et de 18
ans pour le sexe fdminin.


-29-





Toujours dans cet ordre d'idees nous reproduisons, le DW-
cret-Loi du 26 Mai 1940, B I'Arrete du 9 Avril 1952.

DECRET LOI
STENIO VINCENT
PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
Usant de l'initiatice que lui accord Tart. 30 de la Cons-
titution.
Vu l'art. 35 de la Constitution;
Vu la Loi du 3 Juillet 1933 modifiant rart 342 du Code
P6nal et l'arrte6 du 31 Janvier 1934.
Vu la Convention en cue de faciliter les films 6ducatifs
ou de propaganda, signde t Buenos-Aires, le 23 Ddcembre
1936 et ratifiee par DWcrkt de rAssemblie Nationale le 18
Mars 1938.
Considerant que, dans un but d'humanitg et d'intirit so-
cial il concient, pour assurer la protection due a I'Enfan-
ce, d'interdire la libre entree des sales de spectacle cin&-
matographique, des representations th6atrales ou chord
graphiques, des sales de jeux de hasard, des dancing, des
cafis ou autres debits d'alcool aux mineurs des deux sexes
dgis de moins de 16 ans.
Sur le rapport des Secretaires d'Etat de lInstruction Pu-
blique, de la Justice, des Finances et de l'Intirieur.
De facis du Conseil des Secretaires d'Etat;
Et avec I'approbation du Comite permanent de 'Assem-
blue Nationale.

DECRETE
Art. ler.-L'entree des sales de spectacles cinematographi-
ques, des sales de jeux de hasards, des dancing, des cafes
ou autres debits d'alcool, est interdite aux mineurs des deux
sexes dgis de moins de 16 ans accomplish.


-30-





Art. 2.-L'interdiction prononcee par article precedent ne
s'applique pas: 1) aux Etablissements cingmatographiques
lorsqu'ils presentent en matinee ou en soirde, des films
destinds aux enfants et autorisis par une Commission don't
l'organisation et le fonctionnement seront rigles par un
Arretg pris d cet effect: 2) aux representations theatrales
ou chorigraphiques autorisees de mime par la dite Com-
mission.
Le meme arrete riglementera 6galement, outre le mode
de constat des informations d la prisente Loi, le cont6le des
dits films, representations theatrales ou choregraphiques.
Les representations auxquelles pourront assister les mi-
neurs vises ca art. ler. de la presente Loi seront annoncis
au public comme constituent des spectacles pour enfants.
Les films envisages au ler. alinga du present article s'en-
tendent de tous les films muets, parlants, chantants, sono-
res, quels qu'en soient le sujet, la nature ou la denomination
(sonores, exhibitions, sketches, actualitis, films documen-
taires ou publicitaires, ou autres geinralement quelcon-
ques...
Art. 3.-Sera puni dun emprisonnement dun jour d un
mois et dune amende de dix d vingt gourdes ou de lune
de ces deux :eines seulement:
1) Celui qui aura introduit, laisse penetrer ou tolerer dans
une salle de spectacle cingmatographique, dans une salle
de jeux ou tout autre debit d'alcool vises d Fart. ler. de la
prnsente Loi, un mineur de Fun ou de rautre sexe, dge de
moins de 16 ans accomplish. La peine s'appliquera meme
dans le cas ou la personnel prposee d la surveillance des
lieux vises d Fart. ler. n'aura pas, par negligence ou autre-
ment, pris les measures necessaires pour assurer Texacte ob-
servation des prescriptions de la presente Loi.


- 31 -





Art. 20.- Ceui qui aura represented ou fait reprisenter dans
un Etablissement annonce comme organisant des specta-
cles nour enfants un film, une piece de theatre ou des dan-
ses qui n'auront pas ete autorisis par la Commission enga-
gde par Tart. 2 de la prisente Loi.
Les parents ou reprisentant des mineurs dgis de moins
de 16 ans accomplish seront passibles des memes peines com-
me autc urs des dites infractions.
Lorsque le mineur en faute n'aura pas de parents ou de
reprisentants qui exercent une surveillance sur sa person-
ne, il pourra t la diligence du Commissaire du Gouverne-
ment du resort de sa residence, 4tre interned jusqu'd sa ma-
joritA dans une maison de reiducation.
En cas de recidive, Tem.risonnement et Famende seront
prononces. II y a recidive, lorsque le contrevenant a te' con-
damne dans 'annee precidente pour une contravention a
la :resente Loi.
Les peines ci-dessus cdicties sont applicables centre un
scul et mdme contrevenant, auteurs ou co-auteurs, aufant
de fois, qu'il aura commis d'infractions distinctes d la pre-
sente Loi: en une seule et meme occasion.
Art. 4.-Les infractions d la presente Loi seront jugees par
le Tribunal Correctionnel oui elles auront ete commises.
Art. 5.-Le jugement de condemnation pourra, en cas de
recidive, ordonner la fermeture, pour un term de 15 ours
au moins et de 3 mois au plus des Etablissements vises a
Tart. ler. de la prisente Loi, oi rfinfraction aura ete com-
mise, il nourra de meme ordonner Fexdcution immediate
de cette measure, nonobstant opposition, assignation en de-
fense d'executer ou pourvoi en cassation.
Art. 6.-Le present Decret-Loi abroge toutes les lois ou dis-
positions de Loi, Decrets-Lois ou dispositions de Dicret-Loi
qui lui sont contraires et sera execut a' la diligence du Se-

-32 -





cretaire d'Etat de lInstruction Publique, de la Justice, des
Finances et de rlntirieur, chacun en ce qui le concern.
Donne au Palais National d Port-au-Prince le 20 Mai
1940, an 137 de rlndipendance et VIcme. de la Liberation
et de la Restauration.

Par le President:
STENIO VINCENT
Le Secretaire d'Etat de I'lnstruction Publique :
LUC FOUCHE
Le Secr6taire d'Etat de la Justice:
LEON ALFRED
Le Secretaire d'Etat de I'lnstruction Publique :
MONT ROSIER DEJEAN
Le Secretaire d'Etat de 1'Interieur:
AMILCAR DUVAL



*




ARRETE

PAUL E. MAGLORE
PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Vu article 78 de la Constitution;
Vu les articles 232 (bis) et 278 du Code Pinal;
Vu le DWcret-Loi du 25 Mai 1940 interdisant fentrie des
Salles de Spectacles cinnmatographiques, des reprdsenta-
tions thidtrales ou Chordgraphiques, des sales de jeux de
hasard, des dancing, des cafis ou autres ddbits edalcool,
aux mineurs des deux sexes de moins de 16 ans;


-33-






Considerant qu'il y a lieu de former la Commission pre-
cue nar le susdit Decrte-Loi en vue d'assurer son observan-
ce et un contrdle efficace de toutes les activities suscepti-
bles de porter atteinte aux bonnes mceurs et particuliire-
ment d la moralitW des enfants;
Sur le rapport des Secretaires d'Etat de 'lnterieur, de
la Justice, de rEducation Nationale et des Cultes;
Et de facis du Conseil des Secretaires d'Etat;

ARRETE:

Article ler.-II est form, conformement a la Loi du 25
Mai 1940, une Commission composee de repr.sentants des
Departements de l'lnterieur, de la Justice, de l'Education
National et des Cultes, charge d'assurer le contr6le des
activities des Salles cingmatographiques et des autres Ins-
titutions sus-mentionnees.
Article 2.-Le present Arrted sera public et exdcutd a la
diligence des Secritaires d'Etat de lIntgrieur, de la Justice,
de TEducation Nationale et des Cultes.
Donned au Palais National, d Port-au-Prince, le 9 Avril
1952, An 149eme. de 'lndependance.

PAUL E. MAGLOIRE
Par le President:
Le Secr6taire d'Eoat de I'lnterieur et de la Justice :
PARACELSE PELISSIER
Le Secretaire d'Etat de I'Education Nationale:
JOSEPH D. CHARLES

Le Secr6taire d'Etat des Cultes:
ALBERT ETHEART


-34-






Ne sont pas sans interit, quand on considere le soucis de
nos legislateurs de proteger 'enfance, le dkcrt-loi do 23
Decembre 1944 et I'arrate du 8 Octobre 1942

DECRET-LOI

ELIE LESCOT
PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
Vu article 30 de la Constitution;
Vu la Section IV du Chapitre III de la Loi No. 5; la Cha-
Vu la Section IV du Chapitre III de la Loi No. 5; le Cha-
pitre III de la Loi No. 8, la Loi No. 8 bis; le Chapitre II de
Consid6rant qu'il convient d'assurer aux enfants naturels
une protection plus efficace et plus large : qu'en consequen-
ce, il if a lieu de modifier certaines dispositions du Code
Civil;
Sur le ravport du Secretaire d'Etat de la Justice;
De favis du Conseil des Secrdtaires dEtat;
Et avec approbation du Comite Permanent de rAssem-
ble Nationale;

DECRETE
Art. ler.-Les articles 130, 302, 305, 309, 311, 314, 315, 325,
330, 331, 332, 333, 335, et 608 du Code Civil sont ainsi mo-
difie;
Art. 130.-Si le 1pre a disparu laissant des enfants mineurs,
la mere en aura la surveillance, et elle exercera tous les
droits de pnre quant d leur education et ad administration
de leurs biens.
Mais si, d Texpiration de la premiere annie de la dispa-
rition, le pere n'a pas paru ni donned de ses nouvelles, la
mere sera tenue de orendre quality de tutrice de ses en-
fants.


-35-






Art. 314.-L'enfant, a tout dge, doit honneur et respect d
tes .ere et mere.
II reste sous leur autorite jusqu'd sa majority ou son eman-
cipation.
Le pere seul exerce cette autorite pendant le marriage.
L'enfant natural est place sous Fautorit6 de celui de ses
auteurs qui Ta reconnu. S'il a 6t4 reconnu par ses deux au-
teurs, cette autorite est exercee par le pvre seul, ou par
la mere en cas de oriddcs du )ere ou de condemnation de
celui-ci d une peine perpituelle t la fois afflictive et infa-
mante. Le Tribunal Civil peut toutefois, si rinftrt de Ten-
fant rexige, confier la puissance paternelle d celui des pa-
rents qui n'en est pas invest par la Loi.
Art. 315.-L'enfant lWgitime ne peut quitter la maison pa-
ternelle sans la permission de son pere.
La residence de fenfant natural reconnu est fixed par ce-
lui de ses auteurs qui se trouve invest de la puissance pa-
ternelle.
AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President de la Rdpublique ordonne que le Decret-
Loi ci-dessus soit revetu du Sceau de la Repubique, impri-
me, publiM et execute.
Donne au Palais National, a Port-au-Prince, le 23 Decem-
bre 1944, An 141eme de rindpendace.
ELIE LESCOT Par le President:
Le Secr6taire d'Etat de l'Interieur, de la Justice
et de la Defense Nationale: VELY THEBAUD
Le Secr6taire d'Etat des Finances, du Commerce
et de I'Economie Nationale: ABEL LACROIX
Le Secr6taire d'Etat de instruction Publique, de I'Agriculture
MAURICE DARTIGUE
Le Secr6taire d'Etat des Relations Ext6rieures et des Cultes:
GERARD LESCOT
Le Secretaire d'Etat des Travaux Publics: LUC. E. FOUCHE


-36-





L'Arreti du 8 Octobre stipulait:


ARRETE

ELIE LESCOT
PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Vu Particle 35 de la Constitution;
Vu la Loi du 21 Juillet 1921 autorisant le President de
la Republique a declarer d'Utilite Publique, certaines mu-
vres visant d la realisation dun bien public;
Considerant aue la Ligue de la Protection de l'Enfance
pursuit un but humanitaire:
1.-En protdgeant les enfants en service centre les mai-
vais traitements de certain maitres sans conscience;
2.-En contribuant d l'ducation populaire des enfants
paucres du pays;
Qu'il concient, en consequence, de la declarer d'Utilite
Publique, pour, par elle, jouir des droits que confrre la
personnalite civil;
Sur le rapport 6crit du Secretaire d'Etat de Tlntirieur;
Et de l'acis du Conseil des Secretaires d'Etat;

ARRETE:

Article ler.-La Ligue pour la Protection de l'Enfance est
declaree d'Utilite Publique.
Des la publication de cet Arrdtg au Moniteur, la Ligue
aura la jouistance des droits attaches d la personnailte ci-
vile.
Article 2.-Le present Arrete sera public et execute a la
diligence du Secretaire d'Etat de l'Interieur.


-37-






Donne au Palais National, t Port-au-Prince, le 8 Octobre
1942, an 139eme. de 'Independance.
ELIE LESCOT
Par le President:
Le Secretaire d'Etat de l'Interieur
et de la Defense Nationale :
VELY THEBAUD

Le Departement du Bien Etre Social avec l'Institut du
Bien Etre Social sont venus et ont envisage des solutions ra-
tionnelles aux problems poses par Ienfance en considerant
toutes les sources de la delinquance juvenile latente.
II revient a tous les travailleurs sociaux d'aporter leur
collaboration. Nous de notre c6te nous apportons la n6tre,
en offrant FACE A LA DELINQUANCE JUVENILE LA-
TENTE,.


-38-









Une measure L6gislative capable de
Contribuer a l'organisation de la
Protection de 1'enfance.

Nous reproduisons cette measure legislative parce que
nous pensions que son application non seulement aidera h
depisttr certain enfants difficiles mais, peut aussi facili-
ter la tdche des parents. Toutefois nous pensions qu'il fau-
drait ajoutcr l'analyse des yeux et des oreilles, car nous ne
savons pas jusqu'd quel point les yeux et les oreilles af-
fectis ont contribute d faire des anormaux, des aigris,
des enfants difficiles, des ecoliers aui ont horreur de eico-
le, des maitres et, par incidence, de la society.

LOI
LA CHAMBRE DES DEPUTES
Vu I'article 21 de la Constitution;
Vu 'Article 10 du Decret-Loi du 13 Janvier 1942 sur
I'Enseignement Primaire rendant obligatoire rexamen me-
dical et la vaccination des instituteurs et des 6leves des
Ecoles Primaires;
Considirant que la jeunesse scolaire constitute 'avenir
du Pays et qu'en consequence aucun effort ne doit dtre ne-
glige pour la prdparer aux luttes de la vie dans les meilleu-
res conditions possibles;
Considerant que pour recueillir avec profit les fruits de
f6ducaiicn intellectuelle, morale et physique organisde d
son intention dans les programmes scolaires, elle doit etre


-39-





maintenue dans des conditions suffisantes de sante et que,
sans cela effort scolaire risque d'dtre non seulement ineffi-
cace, mais encore nuisible;
Considbrant des lors qu'il y a lieu d'dtablir et de con-
tr6ler efficacement les conditions de santi de la jeunesse
scolaire;

A PROPOSE :
Et le Corps Legislatif a voti la Loi suivante:
Article ler.-A partir de la prochaine annee scolaire, tous
les 6leves ou etudiants de toutes les Ecoles ou Facultis de
la Republique decront dtre soumis obligatoirement une ou
plusieurs fois par an t un examen medical et dentaire qui
sera effectud, gratuitement, par les medecins du Service
National d'Hygiene et d'Assistance Publique.
Article 2.-Comme consequence des dispositions de rarti-
cle pricedent, chaque eleve ou 4tudiant devra dtre porteur
d'un LIVRET DE SANTE. don't le module aura et4 adop-
te d'un commun accord par le Departement de Instruction
Publique et le Service National d'Hygiene et d'Assistance
Publique.
Article 3.-Chaque lev'e ou etudiant paiera le montanf de
son *LIVRET DE SANTE.. Cette valeur sera verse au
Reprdsentant du Service d'Hygiene de la locality au mo-
ment de la delivrance du -LIVRET DE SANTE..
Article 4.-Dans les Etablissements scolaires, tant publics
que privcs, qui seront inspects par les medecins du Servi-
ce d'Hygiene conformgment aux dispositions de article
ler. de la present Loi, les Doyens, Directeurs et Directri-
ces ne devront pas admettre les ildves ou 6tudiant qui ne
sont pas munis d'un LIVRET DE SANTE..
Article 5.-Le traitement consicutif d examenn medical et
dentaire sera fait par les medecins de famille ou d ddfaut,


-40-







sans frais, par des medecins du Service National d'Hygiene
Eur la demand du Ddpartement de rInstruction Publique.
Article 6.-Des reglements d'Administration Publique fi-
xeront le montant di verser pour chaque Livref et les details
d'application de la present Loi.
Article 7.-La mprsente Loi abroge toutes Lois ou disposi-
tions de Lois aui lui sont contraires et sera executee i la
diligence des Secritaires d'Etat de rintirieur et de TIns-
truction Publique, chacun en ce qui le concern.
Donne d la Maison Nationale, d Port-au-Prince, le 25
Mars 1943, au 104eme. de rTndipendance.

Le Prdsient: NEMOURS
Les Secretaires: LEOPOLD PINCHINAT, CH. ELYSSE
Donne au Palais National, d Port-au-Prince, le 3 Avril
1943, au 140me de findependance.
ELIE LESCOT
Par le President:
Le Secr6taire d'Etat de I'Interieur, de la Justice
et de la Defense Nationale :
VELY THEBAUD
Le Sccretaire d'Etat de l'Instruction Publique
de I'Agriculture et du Travail:
MAURICE DARTIGUE
Le Secretaire d'Etat des Relations Exterieures et des Cultes:
SERVE L. DEFLY
Le Secr6taire d'Etat des Finances. du Commerce
et de I'Economie Nationale :
ABEL LACROIX,
Le. Secretaire d'Etat des Travaux Publics:
FRANCOIS GEORGES


-41-







Pourquoi Delinquance Juvenile Latente
et non Delinquance Juvenile

Les enfants que nous rencontrons, soit dans les prisons,
soit dans les postes de police, ceux dans les rues, inquidtanf,
le Plus scucent, les passants sont parfois de petits delin-
quants, mais, dans la grande generalitW, ce sont des victims
de l'incavacite de la famille de leur procurer les moyens
d'rvolution, d'epanouissement, de satisfaction des besoins
psychologiques de leur dge. Ainsi le vagabondage auquel
ils sont coucs ne resulte que d'une recherche dans les rues
de ce que leur foyer ou les endroits oi ils sont places leur
refuse : ce sont, selon le mot de Jules Simon: des orphelins
don't les parents sont vicants. Ainsi s'explique aussi qu'on
les troupe, le plus soucent, en bandes, afin de mieux pou-
coir exprimer leur opposition d la society, leur protesta-
tion centre injustice social et injustice familiale. Ainsi
s'explique encore que ce sont, en general, des enfants en
danger, enfants victims de Fabandon moral, certes, dans
le rang desquels surgiront des delinquants dangereux si on
n'intervient pas t temps. II imported de souligner que l'aban-
don moral constitute une source ficonde d'antisocialite Nous
empruntons d la doctoresse en philosophie de Geneve,
Mine. Marguerite Loosli-Usteri des extraits aui experiment
pleinement tout de ce que comporte de sources de delin-
quance 'abandon moral: ,je ne m'arreterai pas, dcrit-elle,
a brosser le sombre tableau de Iabandon moral. On con-
nait ces enfants qui ont perdu le sens de lordre, de la dis-
cipline, parce que les circonstances les forcent a vicre dans
des conditions existence ou le maintien de 'ordre, de la


-42-






discipline de l'honnetet6 est presque sinon absolument, im-
possible. Ce sont ces enfants laissis d eux-memes parce que
les parents sont morts ou incapables de s'occuper d'eux. Des
enfants qui ne sont pas plus attaches d personnel, qui ne se
sentent responsables vis-d-vis de personnel. Des enfants qui
vivent dans la olus noire misere, souvent en bande et se
procurent leur subsistence comme ils peuvent, par la vol,
le pillage, la prostitution. *Et elle pursuit : L'abandon mo-
ral est un phdnomine psycho-social difficile d definir prd-
cisement, parce qu'il y a cet enchevetrement de facteurs so-
ciaux et psychologiques, qui rend I'Utude de l'abandon mo-
ral si compliqu&e. On peut cependant le definir de la ma-
niere suivante: Par abandon moral, entendons un phino-
mnne caract&ris par un dtreglement de la vie psychique
ct morale qui s'exprime dans le comportement social-.
Ainsi precise, l'abandon moral constitute, d n'en pas dou-
ter, une source puissante de delinquance latente, ce, sans
vouloir nier I'existence de toute delinquance juvinille. Aussi
nous pensions que Me. G. Courgue n'a pas tort quand il
icrit :
-Considrc dans ensemble, le traitement de la delin-
quance juvenile en Haiti demeure inexistant. II est impe-
rieux, de nos jours, de s'atteler a une transformation de no-
tre systeme pvnal et penitentiaire afin d'aboutir au reclas-
sement social du delinquant. Une pareille tdche revient au
Ddpartement de la justice aui se confirm dans un immo-
bilisme legillatif et judiciaire qui ne fait que trop durer.
Nous vensons, avec raison, que ces problemes de l'enfan-
ce delinquante aui touchent au premier chef le Departe-
ment de la Justice, ne peuvent trouser leur solution que
dans l'effort et la collaboration conjugds de tous.
-En Haiti, le problmne de la ddlinquance juvenile s'ag-
grave du fait que le mineur, interned d la prison au contact


-43-






des adults, s'initie ac une noucelle cole oil toutes les no-
tions de morale et de reiducation sont inexistantes. La dd-
linquance dans la mendicite et le col sont le fruit de la
misbre dans les classes naucres, et de la basse economic du
pays.-
,L'Institut Haitien de Satistique, en se rCferant aux ren-
Eeignements fournis oar le Quartier General de rArmee, a
public dans le -Bulletin de Statistique, No. 20 Mars 1956
aun tableau combien eloquent et indiscutable montrant le
taux de la ddlinquance juvenile en Haiti. Le nombre des
mineurs dans les prisons de la Rdpublique au course du qua-
trieme trimestre 1955 s'levait 4 178 avec un dge moyen va-
riant entire 14, 13 et 12 ans. Les causes d'emprisonnement
mentionnees dans le mdme bulletin sont les suivantes. dca-
sion du domicile, cagabondage, larcins, vols, bruits, querel-
les, injures, voies de fait, viols, meurtres et des causes in-
determinees. Les mineurs des deux sexes dans les prisons
cn fin de trimestre, au course des annees 1954 et 1955 itaient
au nombre de 355 et 254. De tels chiffres devraient alar-
mer Its nouvoirs publics responsables de la preparation de
la jeunesse et les porter a orienter leurs efforts vers une po-
litique criminelle qui soit d la hauteur du destin de l'hom-
me.*
Mais, d'autre part, cu le danger que constitute pour la so-
ci6et haitienne la delinquance juvenile latente nous pensions
que Me. Colbert Bonhomme n'dcrivait pas sans raison :
uD'abord, je dois vous fire remarquer que pendant mes
dix ans de judicature (Juge Correctionnel, Juge du Tribu-
nal Criminel, ]uge d'lnstruction, Juge de la Section Pinale
de la Cour d'Ancel) je nai rencontre qu'un seul mineur
delinquant : II s'agissait d'un enfant de 16 ans qui avait en
s'amuw.ant frappe a tI'il un autre enfant d'T peu pres du
m6me age. Le Parquet avait conclu a l'inexistence du delit


-44-





et jiy ai releve seulement un cas de blessure involontaire
tombant sous le coup des articles 264 et 265 du Code Pi-
nal qui unit les blessures resultant de la maladresse, du
defaut de precaution et de rinobservance des reglements.
Aussi fai tde done force pour parler de la delinquance
juvenile d'ouvrir une enquete en m'adressant aux Juges de
Paix de la Capitale et a la Section des affaires de simple
police au Devartement de la Police de Port-au-Prince. fai
interroge le Juge de Paix, Climent Myrthil, de la Section
Est, le Juge de Paix, Grigoire Michelot, de la Section Sud
et le Juge de Paix, Castagne Toussaint, de la Section Nord,
tous ces Magistrats assists de leurs greffiers m'ont dScla-
re unanimement que c'est trds rarement que des mineurs
sont conduits devant leur tribunal; et auand ils y sont de-
ferds c'est pour vagabondage, mauvaise tenue vestimen-
taire, cela arrive en moyenne deux fois par mois. Seul le
Juge Mtrthil m'a fait observer que certain mineurs sont
conduits pour avoir lanci des pierres ou pour s'dtre rendus
coupables d'injures simples. II m'a fait remarquer que sou-
vent la Police arrete des mineurs qui sont des enfants en
service, charges d'une commission et qui n'ont attire les re-
gards de Tagent de la force publique que parce qu'ils sont
en mauvaise tenue vestimentaire.
Pour corroborer les declarations des Juges de Paix, fjai
dd interroger en dernier lieu le sympathique Lieutenant
Boucicaut de la Police qui m'a faith aimablement cette de-
claration qu'en raison de son importance, je rapporte in
extenso.
-Au point de vue de la delinquance juvenile la Police
de notre Pays n'enregistre que des cas binins. Nous n'avons
pas a proprement parler de dilinquantce juvenile; nous n'a-
vons que de rares cas d'accidents provoquant la mort;
quant au cas de vols, nous les considerons comme des ex-


-45-





captions; i's sont si rares ( 1 ou 2 par an) que nous n'avons
pas pu dresser de statistique. Nous avons enregistre quel-
ques rares cas de larcins; en sont coupables des enfants en
service ou des enfants abandonnis qui trainent a travers
nos rues sans protection et qui sont ce que le code ddfinit
des vagabonds sans aveu qui n'ont ni domicile certain ni
moyen de subsistence et qui n'exercent habituellement ni
mitier, ni profession.
Nous rencontrons parfois des cas de voies de fait suivies
de blessurcs; ces cas ont ordinairement si peu d'importance
que nous les reglons d la Police meme en faisont compa-
raitre les parents qui s'empressent souvent de s'entendre et
c'est si entente n'intervient pas que nous d0f.rons le mi-
neur a la Justice. Les autres cas a considerer sont des dom-
mages aux propriWtis et aux personnel causes par les mi-
neurs, dommages qui n'ont qu'un caract&re civil et qui ne
sont pas des delits. Je profite de occasion en terminant,
dit le lieutenant Boucicaut, pour affirmer que les cas les
plus frequents, ce sont les cas de vagabondage; nous rele-
cons par an 200 cas de mineurs evades, la majority est cons-
titude par des enfants de la province qui ont laisse leur do-
micile familial. Quand la Police arrdte un enfant errant,
nous le gardens sous notre protection, nous faisons cher.
cher les personnes responsables.
Si l'enqudte revele que l'enfant ne tient pas i continue
d vivre en domesticitY, nous ordonnons a la versonne res-
ponsable de la retourner chez ses parents. Quant aux en-
fants de la province nous demandons i la Police du lieu
d'origine de prier leurs parents de venir les reclamer au
Bureau de Police ois nous les tenons a leur disposition.
L'euvre d entreprendre, m'a dit avec une certain m6lan-
colie le brilliant officer, n'est pas une euvre de repression
mais une weuvre action social; car nous avons la convic-


-46-






tion, continue-t-il, que les mineurs vagabonds sont ceux qui
n'ont pas trouvd dans les foyers ot ils vivent I'affection
don't ils ont besoin pour s'dpanouir. Nous ajoutons, qui
n'ont pas trouve les soins necessaires d leur existence
Ces donnies puisees d Port-au-Prince correspondent i
celles que nous avons pt recueillir en province, encore que
le temps materiel nous ait manque pour prolonger notre
enquite.,

Enfin nous avons pense i la viracite cruelle du temoi-
gnage de Mme. Simone Hyppolite quand elle ecrit:
.Tandis qu'd Puerto-Rico, d Cuba, au Mexique les jeunes
delinquants ne sont apprdhendes que pour fautes graves,
chez nous ils n'ont pas un logement convenable ou resider,
ou bien parce au'ils circulent nu-pieds, ou encore parce
qu'on les trouve dans les rues. Leurs parents ne sont pas
aisis et les enfants n'ont pas de quoi se vitir et se chausser
il sortent nour aller qudmander les misdrables cinq centi-
mes qui doivent leur permettre de manger tant soit peu
pour la journee.
Un autre aspect douloureux du probleme, c'est que bon
nombre d'entre eux sont chassis par leurs propres parents
qui se trouvent dans impossibilitye de subvenir d leurs be-
soins. Et alors, on les rencontre aux abords des magasisns,
d la trousse des vassants ou d celle des tourists, la Police,
en ce dernier cas, procedant d ses rafles de vagabonds, les
ramasse war dizaine et les def&re tout simplement at Tri-
bunal de simple police.
L'enfant, une fois arrest, oil va-t-il avant son jugement?
Quel est son sort? Comme l'adulte, il subit parfois la prison
preventive. Helas! il est jete en prison en compagnie de cri-
minels adults condamnis pour toutes sortes de delits.


--47-





En attendant son jugement et pendant ce temps qui est
plus ou moins long, 'enfant reste en permanence dans
cette atmosphere ndfaste, oti il est en contact quotidien avec
les dechets de rhumanite.
(En 1942, aidee du Juge du Tribunal de Paix Section Est,
Me. Roger Charmant, je commencai a m'intgresser a Ten-
fant delinquant, n'ayant pour arme que ma bonne volontg
et mon devouement. Grdce a la diligence du Juge Char-
mant, je pus obtenir un permis, m'autorisant a visitor le
Penitencier National, dans le but de mener une enquite et
essayer de faire glargir ces innocents qui attendaient la li-
bertg demuis nombre de mois.
arrivalai faire sortir un grouve important de petits en-
fants, ils 6taient au nombre de 60, de 5 t 19 ans.
Marie n'a-t-elle tas avoue avoir subi des assauts immon-
des!
Jeannine, malgre ses 6 ans, avait perdu sa virginity.
Paul a tde battu pour refus de se laisser courtiser par
Pierre, son aine.
L'enfant, avres avoir subi sa peine est libber; mais en fait
il est lance dans la circulation vlus perverti qu'auparavant,
puisqu'il a awpris le vice au contact des tares. Ne voil-t-il
pas que renfant qui avait commis un simple cart ou qui a
4tW contraint d'agir sous limpulsion dun mal organique, d
sa sortie de la prison, constitute a son tour un veritible dan-
ger pour la societe.-
En definitive, sans nier Texistence de la ddlinquance ju-
venile, nous pensions a lurgence d'entreprendre la lutte
centre la delinauance juvenile latente avec le Gouverne-
ment du Dr. Francois Duvalier.


-48-









Le Gouvernement du Dr. F. Duvalier
et la Delinquance Juvenile Latente,
Face d la menace de la dilinquance juvenile latente, le
Dipartement du Bien Etre, vu sous tangle de la protec-
lion, du sauvetage de Fenfance haitienne, ciendra appor-
Ster, une nouvelle preuve, une nouvelle certitude que son
Excellence le Dr. Francois Duvalier n'est pas un improvi-
se, mais bien une rdsultante de la pensge discursive dun
groupement social burinant la rdalite haitienne pour en
extraire les germes, les possibilities de conditionnement de
revolution social, axie sur la justice social dans son sens
sociologique plein, digage de tout contenu imotionnel pa.
rasitaire.
Presque toujours, L la rencontre dun group d'enfants
dans les rues, ou mieux dans un carrefour, on est alarm, en
entendant leurs propose, leurs reflexions, et, dans Tentende-
ment du crimonologiste s'etompent des diagnostics sur la
formation de caract&re anti.sociaux, it se surprend a
consider rurgence d'aminagement des moyens capable
de diminuer, et au plus vite, le nombre des itats de delin-
quance latente ou -de propension a la d6linquance.
En effet, Fobservateur le moins privenu constate, avec
effroi, dans les rangs des enfants rencontres dans les rues,
generalise presque, une disinvolture, un sans-gene, une a-
gressiviti, caracterisant des conduites sociales inacceptables
Ils jouent volontiers avec les choses sales, ne ditestent pas
d'avoir les doigts poisseux, et n'ont aucune repugnance d
se mouiller, a exhiber leur nudity. Les sentiments de honte,
de digoit, de pitie, semblent etre totalement absents. Ces


-49 -




enfants ne ceulent faire que ce qui leur procure, 6 cet ins-
tant Id, le plus de plaisir,.
II est evident, alarmant, que se gendralise de plus en plus
des structures caracterielles qui engendrent des itats de dd-
linquance juvenile latente, tant et si bien qu'd 'heure prd-
sente, la dilinquance juvenile latente nous menace. II re-
vient au Ddpartement du Bien Etre Social, au Ddpartement
de la Justice, aux travailleurs sociaux, d'intervenir alerte-
ment et en function des techniques modernes, au service des
mouvenents de jeunesse, car nous devons conclure avec
notamment, Fredlander, interpretant Aichorn : uTrois fac-
teurs contribuent d la formation du caractere antisocial et
se manifestent par une incapacitY d vaincre le desir, com-
me a pri oir les consequences de la realisation de ce der-
nier: la puissance des besoins instinctuels qui n'ont pas
det modifies, la faiblesse du moi et le manque d'inddpen-
dance du surmoi.*
*L'enfant nanti d'un pareil caractere aborde la periode
de latence, ne devient pas forcdment ddlinquant. Toute.
fois, cette structure caractdrielle cree une rdceptivitg aux
reactions de ddlinquance et I'attitude social future de fen.
fant va dipendre du nombre de facteurs constitutionnels
et du milieu,.
La delinquance juvenile latente nous menace; ii revient
d tous les travailleurs sociaux, aux Mducateurs, aux psycho-
logues, aux psychiatres, aux leaders des movements de
jeunesse, de se mettre d la disposition des Services du Gou-
vernement afin de dissiner les conditions favorables d l'd-
closion de cette menace, d'entrer en lutte centre les cau-
ses gindratrices, en s'attaquant aux foyers dissous, disso-
cis, au manque de discipline, aux mauvaises frequenta-
tions, au manque d'organisation des loisirs, aux facteurs
iconomiques, tout en accordant une primautd au ddvelop-


- 50-






pement psychique et en reconnaissant que les differences
entire les strcutures psychiques des delinquants sont plu-
tdt d'ordre quantitatif.
La delinquance juvenile latente nous menace, les tra-
cailleurs sociaux se doicent de concourir ta organisation
de l're tant attendue des dglhgugs permanents, des dele-
guis b6ndvoles, des assistants sociaux, de Tere des travail-
leurs sociaux charges d'abord d'6tudier les enfants, leur
comportement, les milieux familaux et sociaux dans les-
quels ils dvoluent.
La dilinquance juvenile latente nous menace et le Cou-
vernement de son Excellence le Dr. Francois Duvalier nous
invite, nous tous, travailleurs, d'etre d la fdche. En effet,
nous le trouvons: Au secours de renfance abandonee, face d
renfance en danger moral, a la rescousse des enfants sans
famille, en aide aux diracinis, et nous le trouvons criant i
la prostitution : Halte-ld! Autant attitudes qui concourent
t faire du Gouvernement du Dr. Duvalier tn Gouverne-
ment aussi de Privoyance social.


- 51-








Au Secours de 1'enfance abandonnee.

Qu'il s'agisse du point de cue criminologique, qu'il s'a
gisse du point de vue pcenologique, renfance en domesti-
cite a trop longtemps constitute uniquement un element de
demagogie, alors qu'il s'agissait d'un problhme qui, consi-
dere d sa just caleur, &tait un facteur criminogene puis-
sant. L'urgence, sinon de lutter en faveur de renfance en
domesticity, tout au moins d'organiser sa protection, s'im-
posait.
La creation par le Gouvernement du Dr. F. Duvalier du
Dipartement du Bien Etre Social, prevoyant une section
de Contrdle de la Mendicitd et de FEnfance en domesticity,
traduit une volonth politique non equivoque d'amnliorer les
conditions de vie et education des enfants deshdriths,
voues, dans la ggnaralitM, au danger moral, source ficonde
et indpuisable d'enfants difficiles ou de ddlinquants dea
deux sexes, enfants grandis sans amour, en dehors de toute
action dducative ddsinteressde dynamique, consequemment
prives d'initiation positive aux normes basiques de la cul-
ture. Ainsi, s'explique que dans leur rang se recrutaient en
permanence des elements d'6volution de la crminalite en
Haiti. En cela, rien d'etonnant, puisque n'est-il pas vrai
que des conditions de vie anormale ne peuvent qu'engen-
drer des 4tres humainement mauvais et n'est-il pas tout
aussi evident que des enfants prives de soins, de tendresse,
d'attention, et presque de pain, des leur entree dans la vie
consciente, adults, ne peuvent 4tre que des aigris, des mg-
chants, des hostiles a la socidte qui n'a 4te, en dernire
analyse, pour eux qu'une mardtre firoce.


-52-






Le Gcuvernement du Dr. F. Ducalier en organisant au
Dipartement du Bien Etre Social, la Section de I'Enfance
cn domesticity vient au secours des jeunes futurs dlin-
quants qui, loin d'dtre coupables, ne sont que des victims
d'une organisation social.
Cette demarche nolitique entraine non seulement une di-
vision, des enfants en domesticity, mais aussi rapport de
plus d'un et la collaboration de certain autres Departe-
ments ministiriels, ceci, axe sur une conception dynami-
que de rAdministration et en function d'une justice penale
moins repressive que preventive, en considerant les enfants
moralement abandonnes, ceux en danger moral, en orien-
tant la juricite hadtienne vers r~laboration dun code de
protection de renfance.
Le Gouvernement est venu combler une lacune, source
d'inquietudes pour les criminologistes qui voyaient avec
cffroi s'6largir le cadre des enfants moralement abandonnis
et ceux en danger moral, le Gouvernement est venu mani-
fester une nouvelle fois sa volont6 non equivoque d'orga-
niser la Cite Haitienne sur des bases en harmonies avec les
idles modernes sur la potentiality de l'initiative humaniste
au service de la justice social.


-53 -









Face a l'enfance en danger moral.

A lentendement du criminologiste, aux yeux de robser-
vateur social, la society hditienne subissait la permanen-
ce accrue de la criminogenie par le nombre sans cesse
croissant d'enfants en danger moral, ceci axe sur le vaga-
bondage, la mendicite, la prostitution, d'ou accroissement
d'irreguliers du corps social, aujourd'hui ddlinquants la-
tents, demain criminals.
II revient au Gouvernement du Dr. F. Duvalier d'y avoir
mis positivement la main en organisant le Dipartement du
Bien Etre Social, divisd en des sections qui embrassent le
mal angoissant du danger moral auquel atait expose TEn-
fance Haitienne. Certes, nous ne nions pas que la philantro-
phie Haitienne, sous des formes diverse n'y ait pas pense,
mais aucune force politique n'a jamais pense a faire sor-
tir une affirmation pleinement organisee de la gangue de la
Itgislation platonique du Code Penal sur Fattentat a la pu-
deur, sur l'absenteisme scolaire ou la non friquentation sco-
laire. Nul ne peut nier que les malaises moraux et sociaux
resultent du vagabondage, de la mendicite, de la prostitu-
tion et sont considdres avec courage, avec foi en devenir
plus precis, plus net, par le Gouvernement qui ne reclame
pas sculement de bonnes intentions, mais des concritisa-
tions positives d'organisations techniques. Le President Du-
calier s'est rhcele un progressiste lucide, bien imbu des fac-
teurs sociaux du milieu. Cette attitude constitute, sans rom-
bre d'un doute, une protestation formulee centre toute fai-
blesse ou absence de puissance paternelle, centre tout lais-
ser aller national envers l'enfance.


-54-






En effet, qui done peut nier rurgence qui s'imposait a
robservateur le plus superficiel de la SociEtt Haitienne, de
parcenir a diminuer le nombre de prostituds, en reprimant
la debauche, en reglementant les maisons de tolerances, les
dancing, les maisons et chambres closes des receleurs et
receleuses?
Qu'on n'incoque done pas excuse de necessites physiolo-
giques, reconnues par les Etats, car il faudrait repondre
vec Jean Elie, dans son beau livre sur le vagabondage des
mineurs :
-Aux pouvoirs publics il appartient de tendre les resorts
au lieu de favoriser le relachement universel*
Et il fallait bien penser au mot emouvant de Charles
Pean qui disait : all faut prendre nos responsabilitEs a re-
gard des netits que les circonstances, la faiblesse, rincurie
ou la faute des hommes ont place sur notre chemin. lls le-
vent vers nous le regard angoisse de ceux qui ne savent ap-
peler au secours.*
Le Goucernement par organisation du Departement du
Bien Etre Social a pris ses responsabilites. A tous les hom-
ines de bonne foi vivant sur ce coin de terre de se consti-
tuer des collaborateurs a rTeuvre enfreprise; aux juristes de
soumettre une legislation protectrice de renfance; aux cri-
minologistes d'apporter leurs lumieres; aux educateurs d'ap-
porter leur technique et a tous les leaders de mouvements
de jeunesse d'offrir leur concours.


-55-








A la rescousse des enfants sans famille

Tandis que dans la Socidte Haitienne, les enfants sans fa-
mille s'accroissaient, en intensifiant les sources de desequi-
libre social et que des measures artificielles platoniques s'ar-
ticulaient, le President F. Duvalier &tait l'objet d'un pro-
cessus intellectual explorant la rdalitM pour y trouver des
facteurs d'evolution social, en cue de l'organisation me-
thodique de la defense social.
En effect, le Dipartement du Bien Etre Social repond i un
impiratif de la defense social qui s'origine dans un labo-
rieux processus mental embrassant l'Homme Haitien, cons-
cient, subconscient, infra-subconscient, et nous trouvons le
Dr. Sociologue F. Ducalier qui dcrivait dds 1939 avec son
free spiritual Lorimer Denis, parlant du Groupe des Griots:
*La supreme ambition de ses tenants est de parvenir h em-
brasser rHomme Haitien dans rintegralite de ses aspects,
dans son passe, dans son present, dans les divers milieux
historiques oi il a dvolue afin de poser les bases d'une
science de THomme Haitien..
Ainsi done s'explique cette politque que condense le Di-
partement du Bien Etre Social en faveur de l'enfant sans
famille.
Et, qui ne present pas l'arrivde des ddligues permanent
et benovoles, des assistants et assistants sociaux, charges
d'dtudier les enfants, leur comportement, les milieux fami-
liaux et sociaux dans lesquels ils evoluent?
Et qui ne constate pas avec satisfaction, que nous ne som-
mes pas loin, grdce a Faction du Couvernement, axee sur
une connaissance profonde et large des impiratifs sociolo-


-56-






giques Haitiens, de institution de dileguis qui visiteront
les enfants, afin de parvenir d degager, fdentretiens avec
eux et leurs families, les qualitis et les difauts caracti-
riels de certain enfants, les insuffisances education qu'ils
recoivent, leurs conditions matirielles de vie?
Et par ainsi le Gouvernement n'est-il pas i la rescousse
des enfants sans famille, latences gnergitiques de la crimi-
nalite?
Enfants sans famille, enfants qui ont perdu tout contact
affectif avec leurs parents resident dans une section rura-
le Rloignie.
Enfants sans famille, parce qu'abandonnis par leurs
parents, parce que ceux-ci sans resources ou .financiere-
ment incapables de subvenir aux besoins des enfants.-
Enfants sans famille, don't on n'a aucune trace des peres
et m&res, qui, emportis par le cyclone Hazel, qui, enfer-
mis en prison, qui, se livrant au vagabondage, qui, se li-
vrant h toute autre vie innommee ou inacouable.
Et ne faudrait-il pas 6tendre le concept d'enfants sans
famille aux enfants des prostitutes, car la mere incapable
d'accomplir sa mission, cesse de Tetre et ces innocentes vic-
times que sont leurs enfants sont cours partout au meme
sort. Oyez Daniel Parker: aEt que dire des conditions de
vie dans lesquelles se trouvent les enfants des prostitutes
qui assistant, des leur jeune dge, aux pires scenes de depra-
cation. Et c'est parfois une mere dinatur&e qui vend sa fil-
lette d tel riche client, capable de payer un bon prix pour
satisfaire la fantaisie d'un moment." et il n'en saurait 9tre
autrement quand on pense avec Dorothy Burlingham et
Anna Freud, traduction frangaise d'Anne Berman: -Chez
le jeune enfant tout attachment voud a une grande per-
sonne entraine ineritablement un effort pour ressembler a
celle-ci. Les enfants lieves chez leurs parents, les imitent


-57-






instincticement, de toutes les manieres possibles, reprodui-
sent leurs gestes, leurs jeux de physionomie, emploient les
mimes mots, acquitrent les mnmes godts, et, le cas echeant
sont influences nar toutes leurs manies et toutes leurs ano-
malies. ls conient dans la measure du possible leurs talents
et leurs occupations.*
Considerer les enfants sans famille, c'est repondre a des
imperatifs d'une politique de privoyance social et de jus-
tice social, car tous les enfants en danger doicent etre pro-
tgdes.


-58-










En aide aux Deracines.


Le Departement du Bien Etre Social constitute une nou-
velle concretisation d'une longue carrier de Leader d'or-
ganisation social Haitienne qui caractdrise la personnali-
te politique de Son Excellence le Dr. Francois Duvalier.
En effet, du context morphologique de ce dipartement, se
drgage une conception de frein politique t intervenir quand
le frein familial capitule, reposant sur le double printcipe
cher aux criminologiste et qui a 6tM heureusement formulM
en ces terms: -favoriser le maintien ou le reclassement de
l'individu dans la society stable et reguliere et empecher
qu'il n'entre dans la sociefte nomade dans laquelle il est
exposed sans cesse au delit.n
Qui n'a jamais &et impressionni par les hordes dparpillees
d'enfants irreguliers s'6battant a travers les rues, qui, avec
un panier de sucrerie, qui, petits cireurs de souliers ou de
voitures, qui,mendiants, qui, cherchant l'opportunite grigai-
re nour convertir les rues en states de football, qui, pour
s'attaquer aux passants ou mieux aux bourses des passants
tout en se livrant a des competitions ordurieres.
Ils ne sont autres que des petits ddracinds, loin, tres loin
de Inaction familiale, de rautorite parental et qui subissent
les ravages considerables et regressives de la pernicieuse
conseillere par excellence qu'est la rue, avec ses amorces,
avcc ses attractions pour les deginerds. D'oit un climate
propice ( l'eclosion chez les enfants deracines d'une sirie
de degenerescences physiques, mentales conditionnant a-
lors de tristes complexes. Un tel etat de choses dtait consa-


-59-






cre par rhabitude d'assister d ces spectacles et l'on ne se
contentait que d'dviter leurs engeance, ou de les fuir ou de
les mepriser, qu'alors que les criminologistes analysaient
avec angoisse, avec mme une certain pointe de terreur
ces latences de criminality. Or, comme fecrit Elisabeth Hu-
guenin : II n'est pas de spectacle plus poignant que celui
du gaspillage des possibilities de deceloppement d'un 6tre
jeune. Tel est cependant, le lot d'une catigorie d'enfants
don't le nombre augmente chaque jour, parce que les con-
ditions matbrielles dans lesquelles civent leurs families sont
trop precaires pour leur permettre d'accomplir leur tiche
educative..
Ces petits deracines ne sont autres que des victims de
rTloignement de leur demeure, des prices de influence
morale des parents, des grands parents. Aussi, au centre de
chacun de ces petits diracinis, se situe une difficience de
raffectivite, une absence de rapports des sentiments mo-
raux, ils ne sont autres que de tristes rangons d'existences
desorganisdes. Ils ne sont que des proies faciles de toutes
les dicheances odieuses, privos qu'ils sont, adaptation
spontanee a des conditions nouvelles d'existence. D'ou au
lieu de la tendresse -qui est le privilege des enfants qui
grandissent dans les milieux normaux, le petit deracine n'e-
prouve que sentiment d'absence et d'indigence don't il est
plus ou mains conscient et qui est la cause de son compor-
tement anti-social.*
Alors que ces petits deracines n'etaient en principle qu'ob-
icts de larmoyantes reflexions, de simplistes exclamations
d'affecticite quand ils n'etaient pas lobjet de protestations
indign6s centre leur liberty, parfois mnme contre leur droit
a 'existence, le Gouvernement du Dr. Frangois Duvalier,
toujours dans la ligne de ses demarches de Leader de for-
ganisation social haitienne, leur vient en aide, ce, en lea-


-60-






der lucide des possibilities de frducation social et mora-
le. Le Gouvernement cient leur accorder une sollicitude
bienfaisante don't le pays a tout interit d encourage, car
ces petits desh6ritis du sort, aufourd'hui petits dracines,
devoyds, demain, devenu adulte, seront des criminals cy-
niques, parce que products qu'ils seront de la despiritua-
lisation et de la disocialisation des sentiments, activities par
une deviation irremediable de rentendement.


- 01 -








Halte I'! Prostitution!


A la faceur d'une ethique de laisser-aller, renforcee par
un relachement progressif des mwurs, la socidtd haitienne
subissait une regression qui conduisait sArement t un stan-
dard de vie morale antagoniste i toute production en masse
d'dnergies mentales. A chaque carrefour, se dressaient
des amorces aux ddreglements des mceurs, des amorces ty-
raniques, plus qu'on rexprimait.
Terrasant une conspiration coupable du silence en fa-
ceur de cet &tat de fait, favorable aux exploiteurs, jamais
trop inquietis, de la candeur des fillettes, de ralterocen-
trisme de ln femme, le Gouvernement du Dr. Francois Du-
calier ne vouvait rester indifferent aux problems que po-
sait ressor foudroyant de la prostitution en Haiti.
Et au mdpris des hauts cris des ddbauchds, des soute.
neurs, des receleuses, halte dl! langa le Ddpartement du
Bien Etre Social. Ce fut pour les bien pensants, pour les
patriots sincires, pour le pere de famille conscient, pour
la mere de famille honnete, pour la jeune fille respecta-
ble, pour I'honnetetM en un mot, une nouvelle confirmation
qu'il faut toujours croire dans les reactions de ce coin
de terre. En effet, il etait plus que temps de mettre fin aux
activists perseverantes des souteneurs, des -maquereaux.
et smaquerelles. en depit des contempteurs des demarches
du Government, les mimes contempteurs que THistoire
ne cessera de stigmatiser, parce que toujours on les troupe
rugissant chaque fois que des regards de compassion luci-
des, dynamiques sont jets sur les misses du people.


-62-





Halte ld! prostitution! parce que la fureur morbide des
sens trouvait trap d'opportunitis faciles d'dclosions.
Halte la! parce que amour frelate dtait en passe de de-
cenir une regle de comportement sentimental.
Halte ld! parce que les filles qui se vendent, sont ache-
tes pour enrichir les souteneurs et leurs seurs de des-
truction de la pudeur.
Halte ld! car comme le disait avec tant d'apropos un so-
ciologue: Combien de paucres gamines de la ville ou de
la champagne sont tombees entire les mains d'individus peu
scrupuleux, qui les ont abandonnees, apres leur avoir pro-
mis un amour eternel. Delaiss6es par un premier ami, en-
ceintes neut-etre et sans resource, elles ont vu leur vie
gdchIe, leur honneur perdue et manquant de volonte, elles
n'ont pas su remonter la pente. D'acentures en adventures,
elles sont revenues une proie facile pour les souteneurs et
les trafiquants des femmes,.
Halte Id! 'exorde des campagnardes, des provinciales qui
venaient s'engouffrer dans les labyrinthes abrutissants des
masons de tolerance, par ignorance du mot du Dr Pinard,
President lors de la Socidtd Frangaise de Dermatologie et
de Syphiligraphie: *Les femmes des maisons de tolerance
sont des mitrailleuses d trepondmes.*
Halte Id! la contamination par la prostitute endurcie, de-
venue hpave de la gente feminine, car il faut recourir d la
psychologie des profondeurs qui fait penser au mot de Sha-
kespeare : Horrible! Plus qu'horrible
Halte Id! courtiers de femmes, proxinktes des deux sexes
qui perfectionnent en permanence leurs mithodes de re-
crutement!
Cette attitude du Gouvernement par la creation du De-
partement Social constitute une rdponse humaniste favora.


- 63-






ble au plein rendement du sexe feminin haitien, car trop
soucent, plus souvent qu'on le pense. KLes prostitutes sont
de malheureuses ayant perdu toute pudeur, toute dignity,
plus a plaindre qu'd blamer, elles sont plus dignes de pitie
que de mipris, et noire devoir est de leur tendre une main
secourable, au lieu de les laisser s'enfoncer de plus en plus
dan la fange et le dishonneur.-
Le Gouvernement du Dr. Francois Duvalier en organi-
sant le Di~artement du Bien Etre Social et en dicritant la
protection de renfance laisse entrevoir qu'une Igislation
protectrice de 'enfance devra venir consider la situation
des enfants des prostitutes et permettre d rEtat d'intervenir
en ,rofondeur.


- 64 -









Gouvernement de Pr6voyance
social aussi.

Tandis que par une claire vision des ajustements imposes,
Son Excellence le Dr Frangois Duvalier s'achemine avec
foi, came, vers la solution de nos problemes sociaux et
&conomiques urgents, en organisant la satisfaction des be-
soins premiers du people, en s',lancant d la conquite de
la satisfaction des aspirations essentielles de la nation, des
amenagements incontestables sont aoportis aux conditions
de vie, d'&volution de la structure de la rdalite social, les
clercs sont au travail, au travail intense parce qu'ils savent
-qu'une society ne neut se crier, ni se recreer sans du md-
me count crier de Fldeal.
C'est ainsi qu'en considirant la protection de Tenfance,
une attention particuliare a ete accordee d renfance mal-
heureuse, a renfance materiellement abandonnge, aux en-
fants en danger moral, aux diclassis, on inclasses, aux mal-
traitis, aux deracinis, et aux delinquants juvenils. Mais le
Gouvernement sachant d quel point les enfants malheureux
peuvent devenir ais&ment d6liquants latents, il a pensi d
eux, d eux, ces enfants malheureux, si longtemps theme de
tirades oratoires emflammies.
Mais aue sont-ils ces enfants malheureux? Qu'est-ce qu'un
enfant malheureux?
C'est le mioche don't la satisfaction des besoins primor-
diaux depend de la ginerositd sollicitie-ou spontanee. C'est
le bambin au visage havre degageant une.naivete souf-


-65-





freuteuse, scandee de rictus. C'est le bambin don't le corps
est encore vierge d'un costume neuf. C'est le bambin aux
chaussures sans semelles. C'est encore le petit, aini de qua-
tre pere indifferent ou de pre icrogne et don't la m&re sor-
tie le matin ne rentre que fort tard le soir avec just de quoi
tromper leur faim. C'est encore et aussi le petit sans pare
ni mire ou incapable de les retrouver, ce sont des enfants
eque leurs parents out perdu comme on perd un petit ani-
mal don't on ne sert plus*.
L'attitude politique du Gouvernement du Dr. F. Duva-
lier envers renfance malheureuse est plus qu'un appel en
faveur de la prvcoitance social faite a nous tous, c'est une
sommes tous solidaires, certes, compete tenu de l'action para-
qu'il s'agit et, en cela, que nous le voulions ou non, nous
sommestous solidaires, certes, compete tenu de faction para-
lysante, parfois perilleuse de la routine, envieuse, insidieu-
se, toujours ia assault des meilleures volontis, toujours h
fassaut des energies les plus efficientes, toujours a fas-
saut des esnorances les plus enthousiastes.
La reaction du Dipartement du Bien Etre Social, jointe
d Faction du Gouvernement du Dr. F. Duvalier dans le Do-
maine de rEducation, de la Santg Publique, dans celui de
rAlimentation par la creation des nombreuses cantines, tra-
duit la volonte ingbranlable d'organisation d'une politique
de prdvoyance social.
Certes, il ne parviendra pas et ce n'est pas ld non plus
son but d extirper le crime de la socifte haitienne, car som-
me toute come le disait bien Maxell dans son beau livre
-Le Crime et la Societ.*: -La criminality se riv-le done
d Observation come un phinomine social, en ce sens
qu'elle parait determine par la vie sociale.. Ce que le
Gouvernement entend raaliser c'est de proteger la Socited


-66-





Haitienne contre une evolution vertigineuse de la crimina-
lite par ficlosion de la deliquance juvenile afin que notre
pays n'offre pas le spectacle d'dtre oblige de parvenir d des
sanctions excessives contre les mineurs auteurs de crimes
inouis comme fut le cas rapport par le Quotidien *LE
NOUVELLISTE, edition du 12 Mai 1960 en ces terms:
CONDAMNES A PERPETUITE. New York (A. F. P.)
Deux jeunes dges de 16 i 18 ans ont itd condamn4s t per-
petuite pour avoir le 23 Aouit 1959 violet une jeune n6-
gresse d New York.
C'est done, par cette politique de privoyance, un grand
movement de service social, envisageant les conditions
sociologiques futures de notre communaut4 que le Gouver-
nement du Dr. F. Duvalier organise.
Et ne faudrait pas ravpeler avec le Revrvend Pre Le-
vesque :
uLe Service Social est utile a la Societe parce qu'il tra-
vaille tant qu'il peut au bien des individus qui la compo-
sent.,
-Le Service Social est utile a la Societe, parce qu'il veil-
le avec un soin particulier sur la vie de sa cellule premiere,
la famille, en vrocurant d celle-ci les secours matiriels et
moraux don't elle a besoin.-
aLe Service Social est utile d la Societe, parce que, en
s'efforgant aussi d'amiliorer le sort des individus et des fa-
milles, il rend le meilleur moyen d'assurer la prospirite,
rordre et la paix..
UEnfin le Service Social est utile a la Societe parce que,
passant par tout en faisant le bien comme le Christ, il crie
sans cesse autour de lui une atmosphere de douceur et de
bienveillance, il rdpand la bonne odeur de Jesus-Christ,
comme le dit Saint Paul, il inspire renvie de bien faire*.
-67-





II revient done d nous tous, par loyaute enters le Pays,
par loyaute enters le Gouvernement, par loyaute enters
nous mimes, la mission de fortifier, de d4eelopper par nos
concours, ce grand movement de privoyance social que
concretise le Dipartement du Bien Etre Social certes, suppo-
sant rapport d'une nouvelle juriciti protectrice de fenfan-
ce que le Dhnartement de la Justice se doit d'instaurer.


- 68-










L'Organisation de R6sidences
Surveill6es

L'organisation de Residences Surveillees s'impose, car
se vose a rheure actuelle une action preventive. En effect
nos statistiques ne nous permettent pas de conclure a une
delinquance juvenile Haitienne phenomine social impor-
tant.
Les Risidences Surveillees constitueront des Centres d'as-
sistance our l'enfance a ritat de delinquance latente.
Ses nunilles seront :
1) Les enfants trouves ou enfants qui, nes de pere et
de mire inconnnus, ont Wte trouves dans un lieu quelcon-
que ou ports dans un itablissement;
2) Les enfants abandonnis ou enfants qui, ns de pere
et de mere connus, en sont delaissis;
3) Les orphelins pauvres qui n'ont plus aucun parent et
qui sont en danger moral;
4) Les infants maltraitis ou moralement abandonnes don't
les parents se rivilent incapables, indiffrents, ce, en atten-
dant qu'une loi vienne orgvoir les conditions de dichian-
ce de la puissance paternelle ou maternelle. II est plus que
temps qu'interviennent des dispositions legales, les unes
repressive prkvoyant des condamnations penales contre
les parents ou autres versonnes qui abandonnent ou mal-
traitent les enfants et d'autres pr6voyant la substitution de
I'Etat aux families qui ne peuvent, ou ne veulent pas rem-
plir leurs devoir envers les enfants.


-69 -





5)D'une fagon generale tous les cas privus par les divers
textes de notre legislation.
Quant aux atteints de troubles de caract&re, il nous faut
penser que des Loboratoires seront itabli dans des endroits
qui constitueront des maisons d'arrrt privues par la loi.
Ainsi, entire le dipistage et la Residence Surveillee le sujet
sera soumis aux tests.
Encore qu'on ne soit pas parvenu d un accord sur la dafi-
tion des troubles du caract&re qui raillierait Fadhision gine-
rale, nous sommes certain de leur existence. Ainsi nous
arretant aux elements proposes par Heyman, le Senne, nous
options pour une definition pregnant comme elements de base
rlmotivit, l'activiti, la retentivit4, celle-ci la plus ou moins
grande vitesse de reaction de la conscience a un ivene-
ment, d'oj les primaires qui reagissent tout de suite et les
secondaires, ceux i reaction tardive. Pour les commodities
de notre attitude, nous choisissons une classification des ca-
ractres qui aura facantage d'dtre Psychologique et m6di-
cale. Nous adoptons celle du Dr. Heuyer :
1) Les motifs qui prisentent une timidity excessive qui
peut etre a lorigine des fugues et des vagabondages. Pour
un motif futile (mauvaises notes r'icole, renvoi de l'ate-
lier) rlmotif n'ose pas rentrer chez lui, par peur de la co-
lere paternelle, et le voild lancg dans rengrenage du men-
songe et de la dissimulation qui le conduit au vagabonda.
ge et au vol.
Parmi les enfants motifs, il faut faire une place d part
a ceux que leur wtat affectif rend particulirement sensi-
bles a une situation p4nible: malformation, situation fami-
liale et conditions sociales d.fectueuses. Ils reagissent t cet
etat d'infiriorite par une evasion imaginative : ce sont les
riveurs (Schizdides de Krechtmer). Mais cette evasion peut
se traduire en acte: leur delinquance est alors une com-


-70-





sensation, elle a sa base dans le complex d'infirioritd d'Al-
ler; c'est une reaction d'opposition qui les domine.
2) Les intermittent ou cyclothymiques qui, par periodes
sont les jouets de crises caracterielles se traduisant surtout
en actes d'agressivite centre entourage et Fautorit : ou-
trages, violence, coups, bris de cloture. Ils posent des pro-
blemes trds difficiles d rdsoudre.
3) Les instables sont, au contraire, les victims dun itat
chronique. Dds la premidre enfance, ils presentent un disd-
quilibre psycho-moteur (dissociation des dates, d'apparition
de la parole, de la march, de la propretd), puis ce sont des
troubles de attention. Ils sont turbulents, agitis, sombrent
dans le vagabondage ou choisissent des mdtiers qui leur
permettent de se diplacer: conducteurs de tri-porteurs,
grooms, gargons, la prostitution pour les files, constituent
leur destin habituel. A rarmee, ils font souvent des deser-
teurs.
4) Les esprits faux jaloux, revendicatifs ou paranoiaques
sont des vaniteux, des mdfiants. Ils interpretent et systima-
tisent avec malveillance, calomnient, sont animes par un
ddsir continue de vengeance. Ce sont des rdvoltis prico-
ces, rebelles a toute discipline, des fortes tetes. Ils commet-
tent des fugues, considdrent le vol comme une reprise ld-
gitime. Au service militaire, is commettent des refus d'obd-
issance 6 cause de leur entitement orgueilleux.
5) Les impusifs et irritables ou dpileptiques et epilep-
toides font des crises de cole violentes, ont une humeur
batailleuse, une tendance aux rixes. Ils changent souvent de
place, ont des coups de tite d la suite de motifs futiles, font
des fugues soudaines;
6) Les perverse presentent une inaffectivite fonciare. Ils
n'aiment personnel, ont besoin de faire le mal pour le mal


- 71 -





Le pervers qui est en meme temps un debile intellectual,
constitute l'dtre anti-social par excellence. II comment sou-
cent des actes d'hostilite et de brutality, par vengeance ou
par necessity.
Le pervers intelligent montre une malignite avisie, ex-
celle dans les lettres anonymes, les chantages, les abus de
confiance, les vols, les incendies. Les perversions peuvent
prendre des formes sexuelles : prostitution, peddrastie, me-
tier de souteneur.
Les pervers instinctifs sont intimidables et incorrigibles
mais, i cdte d'eux, on trouve les pervertis par les mauvais
examples et les fdcheuses frequentations. Pratiquement, la
distinction est bien difficile i faire.
Notre conception des Residences Surveillees repose sur
celle dite des Ecoles Nouvelles don't le fondement est ex-
prime par Ferricre en ces terms: L'Ecole Nouvelle est
avant tout internal familial situe a la champagne oi rex-
perience personnelle de I'enfant est i la base aussi de 'i-
ducation intellectuelle, en particulier par le recours aux
travaux manuels, que de l'ducation morale, par la prati-
que du systeme de l'autonomie des 6coliers.
Nous coyons I'opportunite d'utiliser les services de Scouts
qu'il s'agisse d'enfants normaux, de disequilibres, car le
scoutisme a advantage de pouvoir s'appliquer aux enfants
normaux et le scoutisme auxiliaire aux jeunes retards ou
caracteriels, aux jeunes en un mot, souffrant de difficulties
psychiques.
Qu'est-ce que le Scoutisme, quand on a lu et etudie Tim-
mense production de Baden-Powell? Une des definitions qui
traduit toute la pensie, toute la volonte du B. P. est celle
du Dr. es lettres, Bouchet: =Le Scoutisme est une mithode
d'4ducation intigrale qui, tenant compete de toutes les ten-
dances de l'enfant, physiques, intellectuelles, sociales, re-


-72-





ligieuses, en organise methodiquement la culture, afin de
developper harmonieusement son individuality,.
Nous avons adopt cette definition parce qu'il nous faut
offrir aux jeunes, dits anti-sociaux, un cadre favorable a ur-
panouissement de ce au'ils ont de 5% de bon en eux. En
definitive, ceux que ron vient de qualifier d'anti-sociaux
sont en opposition d la socidte parce que celle-ci ne sem-
ble pas offrir un accueil bienfaisant d leurs desirs, d leurs
besoins. Or bien des fois nous decelons chez eux d'enormes
aspirations, d'immenses possibilitis de collaboration a la
stability, a revolution social mais ils doutent, instinctive-
ment, je dirais, de existence de la bonte, de la justice, de
ramitie. En effet, bien des fois n'ont-ils pas ete dequs quand
ils cherchaient un peu de pain, un peu d'espoir. II faut par-
venir, par une comprehension concrete, ti detruire les traces
des mauvais souvenirs, des mauvaises experiences qu'ils
ont eu, il faut les apprendre 6 admirer, a avoir confiance
dans des 6tres, a croire en existence des etres capable de
les comnrendre.
Or le Scoutisme permet cette adaptation, cette rdadapta-
tion, cette education, ou cette ridducation. Comme le di-
sait bien Maurice Martin Lapade, dans son rapport prisen-
te, il q a de cela quelques anndes, au nom de l'Union Na-
tionale des Associations Familiales: -Seul, ecrivait-il, de
tous les movements de jeunesse d notre connaissance, le
Scoutisme s'intiresse deliberiment d la delinquance juve-
nile. Aussi bien une commission de sauvegarde de Fenfan-
ce du Scoutisme francais a ett cr6ee, composee de repr6-
sentants de cina grands mouvements masculins et feminins,
autour d'Herv~ Joubrel, commissaire aux dclaireurs de
France.
C'est que le Scoutisme est typiquement un systeme de
pedagogie active vraiment ufait pour les jeunes, culti-


- 73 -





cant, c'est-d-dire endiguant leur desir d'indipendance, leur
besoin de vivre en bande sous la direction dun chef ayant
su imposer son autorite, d'adhrer d des regles que ron
s'est fixees d soi, mime de respecter des traditions mysti-
rieuses, le besoin de copier un adulte remarquable par ses
qualitis physiques, d'intelligence du caractere.
En poursuivant, il ajouta: -Ce nest pas le lieu ici d'ins-
tituer un dibat pour savoir jusqu'd quel point le Scoutisme
tel qu'il est, a dans ses virtualitis, atteint la perfection ou
non, ce qui est certain, c'est que pratiquement, dans Tensem-
ble, le Scoutisme a certainement par lui-mgme une.valeur
educative telle que les tendances plus ou moins prononcees
d'enfants ddficients, risquent de trouver une compensation
heureuse-.


-74-










Le Scoutisme au service des Residences
Surveillees

En incoquant lutilisation de la methodologie Scoute, c'est
du coup faire appel i un moucement qui n'attendait que
occasion de produire ses effects salutaires et c'est aussi con-
tribuer a son epanouissement, et d celui des educateurs spe-
cialises.
Certes, en confiant aux Scouts la direction des Residen-
ces Surveillees certaines informations leur seront indispen-
pensables. Aussi il est recommandable, qu'ils suivent des
course de psychologie appliquee, des course 6l6mentaires de
criminologie, dtre soumis a un examen psychologique afin
de considerer leurs aptitudes et aussi un examen physique,
car certaines possibilities physiques s'imposent.
Les Scouts ainsi d'finis pourront utiliser les patrouilles,
les equipes, distribuer des badges, autant de moyens ca-
pables de procoquer, de facoriser le ddceloppement integral
des nupilles des Residences Surceilldes.
En effet, disons d'un :
Acec Henri Bcuchet: Ce aui done au Scoutisme toute
son emprise sur les jeunes, c'est qu'il les prend eux-memes,
a la fois comme but et moyen de leur education. II se pro-
pose cn effect de rendre chaque gargon individuellement
heureux et socialement utile; et ceci en favorisant fexpan-
sion de ses resources physiques, intellectuelles et morales.
Car il s'adresse, non pas a tel aspect abstrait de la person-
nalitg enfantine, mais d l'dtre tout entier, activity, affecti-
cite, intelligence.,


- 75 -




De deux: des badges, rimmortel Baden Bowell ecrivait
h ce sujet dans les Eclaireurs: -Notre system d'education
consiste d amener les jeunes garcons d passer des epreuves
diverse, temoignant de connaissances pratiques et profes-
sionnelles qui puissent leur dtre utiles dans leurs futures
carriers. Nous avons des insignes d'electricien, de cocher,
de fermicr, de jardinier.
De trois: les patrouilles offrent l'immense advantage d'oc-
cuper les enfants, car le note John Lewis dans -Comment
diriger une patrouille" :
1.-Ne jamais rien enseigner i vos garcons sans montrer
6 auoi cela sert dans la vie rdelle;
2.-Attacher a tout enseignement des concourse et des
jeux;
3.-Fixer h chacun un delai pour chaque matisre d ap-
vrendre;
4.-Que nersonne n'ait jamais un moment oi il n'ai rien
ou tncu i faire.
Ajoutons avec le meme auteur: Que de temps en temps,
quelques exercices de detente sont pricus, des chants, des
cris rythmes ou bans, coir des tapages et chahuts qui ces-
sent avec discipline et mette en belle humeur pour la repri-
se 'ordre du jour,.
L'application de cette method et ses resultats seront con-
trdles par les Carnets des Chefs des patrouilles, le Carnet
content des informations recueillies sur chaque scout conm-
portant les noms des Scouts, leur dge, leur famille, leurs
occupations. Ensuite, une page special recoit des indica-
tions, gardens secretes, sur le caractire, les qualities, les de-
fauts de chacun; periodiquement, sont notes les progres et
les points ar surveiller soncialement.


-76-





Enfin notons que le Scoutisme n'oublie pas que tres sou-
vent interpretation que les adults donnent d un acte d'un
enfant ne traduit pas la pensde de auteur, car, dans la
gendralitd, quand on se croit en presence d'un comporte-
ment illegal, d'une intention criminelle, au fond le compor-
tement de renfant n'est qu'une response i son goit de raven-
ture refould, a son ddsir de jouer insatisfait. Notons en pas-
sant les cas des enfants, malheureux, dans leur famille que
leurs reactions font qualifier de -difficiles et qui trouvent
dans le cadre d'une troupe ou d'une patrouille ratmosphz-
re amicale, rdvasion don't ils ont besoin. Reconnaissons aus-
si qu'un Scoutisme non contr6ld par un bon Chef peut ag-
graver loin de remidier aux &tats anti-sociaux des enfants.
En conclusion, en ce qui concern les enfants normaux le
Scoutisme, support par des connaissances de psychologie
applique se rdvelent capable de rdaliser dans les Risiden-
ces Surveillees des conditions d'hygiene mental preven-
tive, sans toutefois sous estimer faction de ddpistage dans
les rues, et meme dans les 6coles afin d'avoir un veritable
movement de protection de fenfance haitienne.
Nous voici parvenu aux cas des enfants prdsentant des
anomalies, compete tenu, de rapport du Laboratoire de psy-
chologie d placer dans la maison d'arrit, ce que nous en-
visageons plus loin, le Scoutisme repond a rappel de sa
vocation enters Fenfance. En effet, -le Scoutisme des son
origine exerga une heureuse influence sur des enfants pre-
sentant des anomalies du comportement en raison de cau-
ses h6reditaires ou de mauvaises conditions familiales et
sociales ou ils etaient elevis : tel fut le cas, notamment de
certain gargons recrutis dans les faubourgs misirables de
Londres et conviis au premier camp experimental de Brow-
sca, organism par Baden Powell en 1907. Plus que d'autres,
ces garcons itaient destines a bUndficier, d'un meilleur mi-


-77-





lieu d'ecolution et de rempreinte d'4ducateurs comprtents.
Les disequilibrgs trouvent certainement dans le Scoutis-
me un principle d'amelioration. Ainsi s'explique que le Dr.
J. C. Henderson a pu ecrire, in Headquarters Gazette
Aoit 1912-Janvier 14-16. En Avril 1912 lAsile des enfants
ipileptiques de Stanthwart, dans le Comberland fonde sa
Troupe. Deux ans apres, on constate une amelioration ex-
traordinaire dans fltat physique et moral de ces petits mal-
heureux. Dans les annees 1908, 1909, 1910, une moyennne
de 12 enfants sur 37 devaient passer i la maison de sante,
de 1912 a 1914, cette proportion s'est abaisse t 3 sur 32.
M. Morgan rapporte en Juin 1918: -A Chicago, ofu exis-
talent 17.000 boys Scouts, don't un cinquieme sont infirmes
ou extrdmement pauvres, la municipalitY, pour enrayer la
criminalitW infantile (18.000 cas en moyenne par an)
vient d'etre invitee d assurer ces jeunes gens contre les de-
lits ou les crimes en soutenant le Comite des Boys Scouts
de la Villen.
11 est important de noter aue Baden Powel lanca le Lou-
vetisme d cause de l'immoralite iuvenille qui se developpait
pendant la guerre 1914-1918.
Qu'on n'oublie vas au'en definitive nos enfants qui se
trouvent ou dans les prisons ou dans les rues, seront, si nous
ne prenons garde, des criminals, comme s'exprime bien
Henri Joubrel : *En opposition centre une socidte jugde
inhumaine, les jeunes cherchent d se retrouver le plus pos-
sible dans un monde d eux, d leur mesure.-
Or, un des risultats du Scoutisme est Urpanouissement
des bonnes tendances et la derivation et la sublimation des
mauvaises, par la vie de patrouilles.
Et nous ne terminons ce chapitre qu'en invoquant avec un
juge des enfants auprds du tribunal de Lausanne, Mme.


-78-






F. de Rham, les immense possibilities du scoutisme, car
nous wcrivons avec elle:
*Le Scoutisme et toutes les Associations qui s'ins-
pirent de celui-ci offrent des cadres aux jeunes qui ont
tendance a briser les regles de la vie social. Ils leur offrent
un ideal, arrivent d sublimer leurs instincts, donnent une
direction d leur godt de adventure, d leur besoin de lutte,
etc..


-79-








Moyens Scouts et les cas classiques
dits de desequilibres

Se justifie la notation de Jourbel sacoir : Beaucoup de
,Centres d'Accueil, fondes en 1942, a la demand de la
Chancelleri?, dans le but d'eviter le sdjour en prison de pre-
venus dgis de moins de 18 ans, puis de veritables "Centres
d'observation rigionaux ont aussi tet organists par des
Chefs eclaireurs ou par d'autres, dans le meme esprit de
travail en commun et d'amitid.
II s'agit (rorganiser dans les Residences Surceill'es un
climat de confiance et de liberty, d'offrir une bonne hygie-
ne phvlsiqtue el surtout mental par le scoutisme renforce
par I'apl-),rt de la physchologie car tout enfant possede au
moins 5% de bon. II s'agit de les decoucrir et de les faire
fructifier.
Maintenant acant de terminer sur les possibilities d'amd-
lioration dcs desdquilibres par le scoutisme, nous crayons
utiles de resumer en regard de la classification classique
les motens offers par le scoutisme.
Instability psychomotrice : jeux, sorties, camps, chants, jeux
dramatiques, system de patrouilles, travaux manuels.
EMOTIVITE: Responsabilitis individuelles au sein de la
patrouille, appel au sentiment de I'honneur, discussions col-
lectives, travaux manuels, vie en plein air, insignes et tra-
ditions.
DEPRESSION : Jeux, sorties, camps, jeux dramatiques, 6-
preuves de classes et de brevets.


- 80-





PARANOIA: Systime des patrouilles, examples des chefs
de troupes.
IMPULSIVITE : Systhme des patrouilles, tracaux manuels,
chants, art dramatique.
PERVERSITE: Vie en plein air, systnme de patrouilles,
chants, exemples des chefs.
Toutefois, ce sont d des functions de redducateurs aux-
ouelles recouront les scouts et il leur faudra un sens rea-
liste qui les porte d tracailler le vlus aue possible en liaison
avec des medecins, des psychidtres quand ils se trouvent
en face d'enfant probleme. Et ici, comme le dit bien Hen-
ri Joubrel: L'habitude de la direction d'une troupe scoute
ordinaire ne saurait suffire a la comprehension de certaines
situations sociales, de certain comportements caractgriels.
Les responsables d'une equipe de prevention doivent avoir
acquis eux-memes une maturity suffisante. lls doivenf pos-
seder une autoriti souriante, un sens pstchologique tr.s sdr,
un divouement sans limits et une largueur de vue n'ex-
cluant pas une certain fermete d il'gard de leurs prote-
gas. Ils doivent chercher d agir toujours en liaison avec les
mddecins et les services d'huItgine, avec les organismes sco-
laires vrofessionnels et assistance.
Les lieux des Centres decidds les reDarations urgentes
seront faites, mais certain doivent toujours 6tre laisses aux
'oins des enfants, afin de leur donner l'opportunite de ria-
liser une tdche collective.
11 s'dvidente combien sont dans 'erreur ceux qui parce
que n'ayant jamais vecu la vie scoute, voit en elle qu'une
belle entity morale.
On sera toujours tented de croire qu'il sera inefficient
quant aux anti-sociaux. Or voici ce au'd ce sujet dcrit un
auteur, dans un outrage present par la Bibliotheque de


- 81 -.





Psychanalyse et de Psychologie Clinique intitule. La DW-
linquance Juienile, Etude Psychanalytique, par Kate Fried-
lander.
En dehors des measures generalement adoptle dans les
Ecoles afin d'aider les enfants a corriger leur mauvaise
formation caract rielle la possibility de prendre part d des
activities extra- scolaires peut contribuer beaucoup d re-
mettre les anti-sociaux dans le droit chemin. Le mouve-
ment scout qui, grdce d ses sections de Louveteaux et Brow-
nies embrigade les enfants des leur 9Wme. annie, offre a
ceux-ci non seulement de bonnes occasions de sublimer
leurs tendances agressives, mais les aide, bien plus ais&-
ment que ne le fait frcole, a s'adapter d la vie social. II
serait done souhaitable que des associations et des clubs
sportifs oua les enfants puissent entrer i partir de 7 ans, fus-
sent crds, ce qui non seulement favoriserait rheureux de-
veloppement du caract&re, mais permettrait aussi aux as-
sistants sociaux de reperer-bien plus t6t que si l'enfant
joue tout seul dans la rue-ses perturbations graves.*


-82-









Comptabilite Matieres
des Residences Surveillees

11 faut des reglements qui fixent comment seront utilises
les fonds. Loin de nous liver a des dissertations, nous
croyons preferables de soumettre un ensemble de regle.
ments :
1.-Le Directeur technique est a la fois econome et reldve
du Directeur Administratif, son rdle est de diriger les
moniteurs, d'organiser les horaires, de tenir la compta-
bilite du materiel. Chaque residence a obligation de
pouvoir en regie au couchage, a l'alimentation, d la
vctrie des pupilles, d'organiser leur travail et leur adap-
tation ou readaptation d la vie social, ce qui suppose
Existence d'un materiel proprigte du Bien Etre Social,
de rEtat.
2.-L'assiette de cette comptabilit6 est constitute par les
matikres suivantes:
a) Valeurs mobilires permanentes: mobilier qui garnit
les locaux (meubles, ustensiles, instruments, appa.
reils, livres, etc.),
b) Matires de consommation: vivres et combustible.
3.-Le Directeur en econome doit preparer et soumettre
tant au Directeur administratif, qu'au Directeur du
Bien Etre Social:
UN INVENTAIRE DE PRIX EN CHARGE
a) Des inventaires periodiques embrassant la Constata-
tion de ce qu'il y a dans les locaux;


-83-





b) Mouvement des matieres;
c) Distribution dans les Services;
4.-Inventaire de prix en charge suppose :
a) Que le Directeur dresse la listed des matidres qui sont
dans chaque piece et constate leur presence;
b) Le classement des objets, notamment ceux de linge-
gerie et d'education en deux categories: neufs et en
service
c) L'evaluation des objets, faite d'une manicre empiri-
que en portant le prix de revient, et en diminuant
leur valeur ai measure de leur usure on de leur dete-
rioration. A l'inverse, elle est augmentee s'ils ont subi
des ameliorations ou reparations. L'evaluation des ob-
jets de lingerie en service est baste sur le prix du neuf
diminue de 50%.

LES INVENTAIRES PERIODIQUES
Les inventaires pnriodiques doivent etre transmis chaque
mois, quatre jours apres la location accordee au centre, au
Directeur de 'Institut du Bien Etre en double expedition,
vise par le comptable et le Directeur Administratifs, notam-
ment un inventaire des denrees de consommation ou de
transformation existant.
Toutes les 3 mois, il est product un inventaire des va-
leurs mobilieres permanentes.
5.-Les inventaires comportent trois titres:
1) Approvisionnement, pharmacie, bdtiment mobilier,
et fabrication;
2) Lingerie et vestiaire : lingerie, literie, vestiaire;
3) Objets mobiliers: mobilier general, mobilier special
des services economiques.


- 84-






6.-Mouccment des Matibres,


LEI:R ENTREE ET ILEUR JUSTIFICATION

Un objet peut entrer dans une residence par :
a) Achat sur le vu d'un memoire, d'une facture ou d'un
bordereau de vente, cise nar les Directeurs, aprds
constatation de la quantity et de la quality des objets
fournis;
b) Cession sur le vu d'un bordereau dress par l'etablis-
sement cedant;
c) Transformation ou fabrication sur le cu d'un bulletin
detach d'un carnet special.
d) Excedent lors des recolements ou rendu a l'occasion
de destruction d'objets confectionnes, sur le ru d'un
detache d'un carnet sn~cial
7.-Des sorties des matieres et de leur justification
Un objet peut sortir dans une residence par :
a) Vente, au personnel, a un etablissement, au public
sur le cvu dun bordereau extrait d'un carnet d souches;
b) Cession, i un autre dtablissement, ou n une institution
quelconque (mdme regle);
c) Consommation (meme rigle);
d) Destruction sur le vu d'un proces-verbal;
e) Transformation ou fabrication sur le cu de carnets
spiciaux.

8.-Distributions dans les Services.

Elles sent autorisees par le Directeur technique et ins-
crites chaque jour sur un carnet de distribution indiquant
la cuantite et la destination des matidres.


-35-





9.--Mcanisme de la Comptabilite-matieres.
La comptabilite Matieres comprend :
Une comptabilite generale
10.-Comptabilite magasin.-Dans chaque atelier, il y a un
prdpose qui tient un carnet, relatant toutes les entries et
sorties. II remet chaque semaine un releve au Directeur et
da Econome.

11.-Comptabilite generale-Elle comporte :
a)Un livre journal oi Ton porte au jour le jour les en-
trees et les sorties, au vu des pieces justificatives. Ce
registre doit etre cote et paraphe d chaque feuillet
par le Directeur Administratif;
b) Un grand livre, tenu non plus de date a date, mais
par matiere ou objet suivant chacune des designations
de la nomenclature;
c) On doit privoir les registres suivants:
Carnet de Bordereaux de vente
cession
Destruction
d) Des rigistres des comptes ouverts aux fournisseurs.
RMgels de manutention et de panification.
Regles des situations journalieres de lingerie.
Tous ces registres doicent dtre tenus sans grattage, ni
rature. Les rectifications, en cas d'erreur, doivent y etre
faites d fencre rouge.
12.-Des Ecritures.
Elles sont de deux sortes: Journalieres, Mensuelles.
JOURNALIERES.-Elles comprennent :
a) Une main courante oi sont inscrites toutes les entrees
de matieres en quantity et valeurs.


-86-







b) Un bulletin de distribution itabli la veille de la con-
sommation ou de rutilisation des matieres, ou sont
notes toutes les sorties en quantitY;
c) Situation journaliare des entries et sorties. Cette pii-
ce doit etre adressie chaque quinze jours au Direc-
teur Administratif en double pour etre une copie a-
cheminee au Directeur de rhnstitut du Bien Etre.

ECRITURES MENSUELLES:

a) Etat recavitulatif des entries et sorties;
b) Etat ricapitulatif des rations.
Ces reglements offriront advantage de controller les ad-
ministrations des chefs responsables des Risidences et eta-
bliront en mdme temns la valeur morale des dirigeants.


-87-







Vie l 1'interieur des Residences
Surveillees

Compte tenu d'un code de protection de l'enfance a for-
muler incessamment, des Deligues d la Protection de rEn-
fance relevant du Departement du Bien Etre Social, seront
en contact avec les pupilles des Risidences afin de noter
leurs tendances, leur comportement et pourront aussi pro-
poser aux Directeurs des Residences Surveillees des measures
qu'ils croiront utiles L l'evolution caracterielle des enfants.
Les pupilles seront divises en equipes de dix ou moins et
de 15 au plus, places sous la direction de moniteurs, ce sont
eux qui reuniront leurs dquipes afin de preparer leur nourr-i
ture, faire la toilette de leur appartement, car il faudra divi-
ser les locaux par appartements.
Cette division par dquipes sous la direction des moni-
teurs permettra de repondre a la recherche des bandes qui
representent pour les enfants une compensation, et d'autre
part ils se livreront plus aisement un stage d la vie social.
En ce qui concern l'ecolage, Id encore nous proposons
qu'il soit mis d leur service des methods pratiques d'ensei-
gnement le plus que possible des methods audio-visuelles.
11 est urgent qu'ils soient initids aux metiers et aux arts
lucratifs. Car il est soultaitable que par leurs products ils
puissent se constituer des pecules. II est ti privoir qu'ainsi
des stands permanents d'exposition et de ventes seront pos-
sibles.
II est indispensable que des pistes de jeux et d'attractions
diverse soient installees dans les course des Residences, car
eduquer ou rdeduquer 'enfant sans le jeu n'est que gagure.


-88-





II est souhaitable que les dimanches les pupilles soient
hors des Residences, prevoir des camps dans divers endroits.
II est certain que cu le rdle que doit jouer le cinema
dans ces Residences, ii faut prevoir quel type sera utilisi.
Nous proposons les slides et les films fixes, expliques sur
bandes magnetiques, ce qui offrira opportunity de parler
aux enfants, de les interesser activement.
En rIsume, nous proposons a 'intrieur des Risidences
Surveillees renseignement scolaire et professionnel secon-
de par futilisation des moyens scouts, car nous disons une
fois encore avec la Doctoresse Kate Friedlander : En de-
hors des measures gindralement adoptees dans les ecoles
afin d'aider les enfants d corriger leur mauvaise formation
caracterielle, la possibility de prendre part' des activities
extra-scolaires peut contribuer beaucoup d remettre les an-
ti-sociaux dans le droit chemin. Le movement scout qui,
grace a ses sections de Louveteaux et de Brownies, embri-
gade les enfants des leur 9 annie, offre a ceux-ci non seu-
lement de bonnes occasions de sublimer leurs tendances
agressives, mais les aide, bien plus aisiment que ne le fait
rfcole, a s'adapter a la vie social II serait done souhaita-
ble aue des associations et des clubs sportifs ou les enfants
puissent entrer d partir de 7 ans fussent cruis, ce qui non
seulement favoriserait Fheureux duieloppement du carac-
t(re, mieux que si Fenfant jouait tout seul dans la rue,
mais aussi d'itudier, dicouvrir ses perturbations graves*.


- 89-










Des maisons d'arret pour enfants
et adolescents

Entre le depistage et les residences Surceillees, doivent
exister des endroits ou les personnes des enfants et adoles-
cents devront dtre assures. Ces endroits repondront aux mai-
sons d'arrdt et de justice prdvues par le code d'instruction
criminolle. Arts. 442, 443, 444, 445, 446, 447, 448, 449 et 452
qui stipulent.
Art. 442.-Independanmment des maisons etablies pour pei-
nes, il y aura, dans chaque arrondissement ou est etabli un
tribunal civil, une maison d'arret et de justice, pour y rete-
nir les nrevenus et ceux contre lesquels il aura edt rendu
une ordonnance de prise de corps.
Les maisons d'arret et de justice seront entierement dis-
tinctes des prisons etablies pour peines.
Les Commissaires du Gouvernement ceilleront d ce que
ces differences maisons soient non seulement stres, mais
propres, et telles que la sante des prisonneirs ne puisse dtre
aucunement altrdee.
Art. 443.-Les gardens des maisons d'arrdt et de justice
et des prisons seront tenus d'avoir un registre.
Ce rigistre sera signed et paraphe, d toutes les pages, par
le Juge d'Instruction et le Doyen du Tribunal Civil, pour les
maisons d'arrets et de justice; et par le Commissaire du
Gouvernement pres le Tribunal Civil pour les prisons pour
pines.


-90-





Art. 444.-Tout executeur de mandate d'arret, d'ordonnance
de rise de corps, d'arret ou de jugement de condemnation,
est tenu avant de remettre au garden la personnel qu'il con-
duira, de faire inscrire sur le rigistre I'acte don't il sera por-
teur; racte de remise sera ecrit devant lui.
Le tout sera signed tant par lui que par le garden.
Le garden lui en remettra une copie signed de lui, pour
sa decharge.
Art. 445.-Nul garden ne pourra, a peine d'dtre poursuici
et nuni comme couvable de dMtention arbitraire, recevoir
ni retenir aucune personnel qu'en certu, soit d'un mandate de
dipdt, soit d'un mandate d'arret, de renvoi devant le tribunal
criminal, d'un dicret d'accusation, ou d'un jugement de con.
damnation d une peine afflictive ou a un emprisonnement,
et sans aue la transcription en ait ete faite sur son rd gistre.
Art. 446.-Le registre ci-dessus mentionn6 contiendra ega-
lement, en marge de lacte de remise, la date de la sortie
du vrisonnier, ainsi que rordonnance ou le jugement en
certu duouel elle aura lieu.
Art. 447.-Le Juge de Paix est tenu de visitor, au moins une
fois par mois, les personnel revenues dans la maison d'arrdt
de sa commune; le Doyen du Tribunal, le Juge d'Instruction
ainsi que le Commissaire du Gouvernement ou son substi-
tut, au moins, par mois, toutes les maisons de detention
contenant des accuses ou des condamnes, dans la ville of
siege le Tribunal Civil.
Art. 448.-Les magistrates designs par 'article precedent
veilleront a ce que la nourriture des prisonniers soit suffi-
sante et saine.
Le Jue d'Instruction et le Doyen du Tribunal Criminel
pourront donner respectivement tous les ordres qui decront
ctre executes dans les maisons d'arret ou de justice et


- 91 -





qu'ils croircnt ndcessaires, soit pour instruction, soit pour
le jugement.
Art. 440.-Si quelque prisonnier use de menaces, injures ou
violence, soit c l'egard du garden ou de ses proposes, soit
a regard des autres prisonniers, il sera sur les ordres de qui
il appartiendra, resserre plus etroitement, enferme seul, md-
me mis aux fers, en cas de fureur ou de violence grave, sans
prejudice des poursuifes auxquelles il pourrait avoir done
lieu.
Art. 452.-Tout garden qui aura refuse, ou de montrer au
porteur de l'ordre des magistrats ayant la police de maison
d'arrdt, de justice ou de la prison, la personnel du detenu,
sur la requisition qui en sera faite, ou de montrer l'ordre qui
le lui defend, ou de fire au Juge de Paix Fexhibition de ses
rdgisfres, ou de lui laisser prendre telle copie que celui-ci
croira necessaire ou parties de ses rdgistres, sera poursuivi
comme coupable de detention arbitraire.



Ces maisons d'arrdt seront oourcues d'un service social
et mddico-psychologique, car nous ne saurions sous-estimer
'apport medical, dans la determination des moyens a met-
tre en ceuvre en vue de l'amelioration des enfants et des a-
dolescents aui devront etre acheminds aux Residences Sur-
veillees, ncus croyons avec Jean Pinatel :l'apport medical
est essential dans la phase initial de l'observation. On peut
considerer pour acquis maintenant, d la suite des travaux
du Docteur Healyi aux Etat-Unis et du Dr. Heuyer en Fran-
ce, qu'un examen psychiatrique appronfondi, assorti d'une
enquete social et d'une etude psychologique complete ba-
see sur des tests de l'intelligence, des tests de caractere
et des tests moteurs, constitute l'lement de base de la nmd-
thode d'dducation surveillee.,


- 92-





Toutefois, les nmisons d'arret ne devront pas dtre cons-
tamment replies, une action preventive doit dtre entre-
prise contre la delinquance jucvnile latente, partant centre
abandon moral. Or (de Jean Chazal), ce n'est que dans le
measure oi l'on connaif la cause que Ton peut efficacement
butter centre elle. C'est pourauoi toute prevention de la de-
linquance jurdnile suppose la connaissance tout autant des
facteurs exogenes que des facteurs endogenes. On doit com-
battre d la fois le taudis et 'alcoolisme, la dissociation fa-
miliale et les maladies infectueuses, 'erreur educative en-
vers Tenfant et ses tares psychopathologiques, Tabus du ci-
ndma et les exces d'une certain oresse. On doit dans le md-
me temps organiser les loisirs des jeunes et ouvrir pour eux
des consultations d'hygidne mental, assurer l'apprentissa-
ge de metiers et instituer la tutelle des sujets psychique-
ment dfficients, exiger la frequentation scolaire et faire de
I'dcole un centre d'intirdt, donner d des conseillers de pro-
tection de l'enfance la possibility de prendre des measures
iducatives d l'gard de nombreux mineurs qui ne sont pas
encore delinquants, mais qui sont menaces dans leur adap-
tation social autant par la ddficience du milieu familial
que par leurs propres troubles caracteriels.
La connaissance des facteurs externes de la dilinquance
juvenile ne permet pas seulement d'engager une lutte pre-
ventive efficace. Elle permet de priciser les mkcanismes
d'action du milieu et de determiner I'importance de cette
action.*
II resulte done que les masons d'arret ainsi constitutes sup-
poseront une collaboration &troite des Departements de la
Justice et du Bien Etre Social.


-93-










Juridictions pour Enfants


II faut esperer que le Ddpartement de la Justice dans
cette organisation de la Protection de TEnfance devra prd-
voir des juges pour les enfants car la minority n'exclut
pas le drcit de celui qui est vrive de sa nleine liberty de
rTtre sans une decision judiciaire.
II concient de formuler un rouage administratif judiciai-
re qui reiond aux imperatifs du milieu haitien. Ainsi, il est
recommandable aue oprs de chaque Tribunal de Paix soit
itabli une section pour le jugement des enfants et don't la
competence s'etendra a toutes les contraventions et dilits;
recommandable aussi aue cette jurisdiction soit dirigde le
plus que possible par des femmes, toujours assisties de deux
ou trois aosesseurs choisis par le Jue de Paix, 'interven-
tion de la femme est des plus opportune car nous devons
jamais sous-estimer qu'en matiere d'enfance, rapport du
sexe feminin est toujours precieux ce, n'en diplaise d ceux
aui croient ou feignent de croire que les femmes sont trop
sentimentales ou trop peu logiques pour avoir esprit ju.
ridique. Quant aux questions qui veuvent 6tre soulevies,
comme le dit avec raison C. K. Allen, professeur de Droit d
university d'Oxford : II est deraisonnable de craindre que
des oreilles feminines ne puissent entendre exposer certai-
nes affaires.
Les Tribunaux, et en particulier les Tribunaux repres-
sifs, ont en effet souvent t connaitre des questions diplai-
santes et de lamentables aberrations. Mais experience a
montre que les femmes sont aussi capable que les hommes


-94-





de s'acquitter de ces tdches disagreables, et qu'elles peu-
cent faire montre du meme rialisme et de la meme im-
partialitim. Et ne faut-il pas penser au mot de Michelet par-
lant des Femmes Haitiennes : EUles sont de si tendres m&-
res, qu'elles deviendront, fen suis sur, d'admirables Mdu-
catrices.m
Ces sections des tribunaux de Paix pourront prononcer
toutes les measures d'education, d'assistance, notamment lin-
ternement, et des peines centre les personnel responsables
des enfants comme devra prevoir une Ulgislation sur Fen-
fance. Des nouvoirs leur seront accords de modifier des
measures ordonnges et parfois de substituer d une measure
une autre.
Nous pensions, s'agissant dun mineur commettanf un cri-
me a une jurisdiction attache au Tribunal Civil du lieu de
residence de Tenfant ou du lieu du crime devra itre cons-
titue. Nous proposons organisation dun Tribunal tempo-
raire form sur l'initiative du Commissaire du Gouverne-
ment et du Doyen. Ce Tribunal dinomme Cours d'Assises
d'Enfants serait priside par un Juge qui aurait le Titre Per-
manent de Juge d'Enfant assist de trois assesseurs disi-
guis par le Commissaire du Gouvernement puises dans une
liste presentee chaque six mois par La Secrdtairerie d'Etat
du Bien Etre Social, Mais toujours au rang de ces trois
assesseur deux femme seront choisies. Nous insistons pour
que le Juge ddsignd soit en permanance afin de faciliter la
spcialisation, car, il a iti suffisamment dtabli: -le Juge
spdcialise acquiert au contact permanent de Tenfance cou-
pable une competence, une connaissance plus approfondie
et plus avertie et plus juste des dangers de la misere qui
la guettent dans les milieux populaires et surpeuples. Par-
tant sa justice se fait plus lumineuse, plus vraie. C'est une
sorte d'apostolat social qui permet au juge d'acqutir en
meme temps un sens plus precis de la valeur des diverse
-95 -





sanctions don't il dispose et d'en user le plus judicieusement
i regard des jeunes.
Afin d'encourager les vocations de travailleur social il
est i souhaiter qu'une measure lIgislative vienne permettre
le cumul et ne precoir que des frais aux magistrats char-
ges des juridictions d'enfants.
Ainsi, il sera possible de toujours frapper le juge qui
aurait forfait, non seulement, en tant que juge, mais aussi
en tant oue fonctionnaire.
De meme il est d souhaiter que pour 9tre juge attache aux
justices de Paix, il ne faudra exiger aucun dipl6me d'avo-
cat, un minimum de connaissance de la psychologie de
l'enfant devra suffire, certes, ceci en function de chaque mi-
lieu.


- 9 -









Considerations sur la march des
Juridictions d'enfants

Faut-il admettre la mublicite des debats?
Faut-il admettre la presence du Ministere Public?
Faut-il admettre la plurality des Juges?
Faut-il prevoir i qui sera confine renquete sur fenfant?
Autant de questions desqueUes depend refficacitg des
decisions.


DE LA PUBLICITY DES DEBATS

II faut eviter d fenfant une grande publicity de par sa
nature frondeuse; d'ou la ndcessitg de privoir pour lui si
non une salle d'audience spiciale tout au moins une publi-
cite restreinte. Nous vensons avec le ]uge Chazal que le
tribunal oour enfants devra avoir une salle audience spe-
ciale, d laquelle le public ne sera point admis: seuls les
membres des societies de patronnage et les personnel hono-
rables qui ont un intirdt au proces, peuvent constituer le
public restreint; les individus suspects, les amateurs de
scandals, qu'une curiosity malsaine du malheur d'autrui
amenent d'ordinaire dans les enceintes de la justice, en se-
ront soigneusement tenus d Ticart, dans ces conditions fen-
fant n'aura point la tentation de cabotiner pour le public-.
Nous sommes partisans dun public restreint n'acceptant
que les personnel ayant un interet evident au procds. Par-
tant, une disposition ligale devra interdire non seulement


-97-




l'entree generale de la salle, mais aussi toute publication
de compete rendu des seances des tribunaux pour enfants.

DE LA PRESENCE DU MINISTER PUBLIC
AUX DEBATS
II est incontestable, en function des donnees rdcentes de
la psychologie de fenfant, que celui-ci ne doit plus consti-
tuer un element d chdtier, mais plutdt d 6duquer, a r6du-
quer, car au fond le plus souvent ii nest qu'un protestataire.
En effect: aL'enfant a besoin de security et d'amour, besoin
qui s'exprime des les premiers mois de la vie sur le sein
maternel et qui, lorsqu'il est insatisfait, peut declencher un
desequilibre instincto-affectif. Nous affirmerions mime to-
lontiers aue certain mineurs violent ou fuguent car ils por-
tent en eux une angoisse d'insecurite ou un pinible senti-
ment de frustration affectice quils ne parciennent d apaiser
ni dans appropriation frauduleuse, ni dans une viz ca-
gabonde. Tous les jeunes d6linquants-cela va sans dire---
n'eprouvent pas cette angoisse, mais un grand nombre par-
mi eux ont etd perturbs dans leur affectivite, parce qu'ils
ont ressenti orofondement des situations d'insecurite ou
d'abandon.
D'autre part, nous estimons que dans certaines condi-
tions de milieu, Tenfant a riagi ciolemment car ses forces
vives, ses forces de croissance etaient etouffees dans des
moments ou la personnalite ne neut se dessiner et se dive-
lopper que si elle s'exprime devant l'entourage et meme a
son encontre. Il ne faut pas alors que la maladresse ou la
deficience parentale transforment ce besoin d'affirmation
en violent conflict, besoin encore plus sensible que dans la
piriode de crises que traverse renfant ainsi que fa lumi-
neusement mis en relief le Dr. Bublineau dans son ouvra-
ge sur les grandes crises de l'enfance.


-98-





II est des miseres alimentaires et budgetaires qui determi-.
nent des vols, des charpardages, des trafics illggaux pour
lesquels seront fondi h faire valoir un certain etat de ne-
cessite biologi',ue.
-La mediocrite de lHabitat est egalement susceptible de
dtecrminer des protestations affectives. Elle entretint d'au-
tre part, une promiscuity quotidienne qui expose renfant
ti de nernicicux exemples..
De tout ce que nous venons d'exposer, il s'enuit que le
rdle que pourrait jouer le Ministere Public n'existe plus,
car ce sont des jurisdictions ii tablir non pour chatier, pu-
nir, mais d'abord, pour protiger.


DE LA PLURALITE DE JUGES OU NOM.
L'enfant est organiquement impressionable, aussi le ju-
ge unique sans apparat aucun, contribute d former le cli-
mat favorable i une mise en confiance de l'enfant: il se-
ra plus facile d'obtenir de lui des renseignements, de lui po-
ser certaines questions, de deduire chez lui rinsatisfaction
de certaines besoins psychologiques.
Toutefois, la presence d'assesseurs, et parmi eux un rap-
porteur, contribuera i fire de ces jurisdictions de vcritables
centres d'information sur les enfants, car ne l'oublions pas,
les meures i ordonner seront de nature plus individuelles
qu'en function de l'infraction. D'autre part avec le juge
unique, nous croyons qu'il sera toujours plus facile de rdu-
nir les informations obtenues, car toutes personnel suscep-
tibles de fournir des renseignements s'adresseront d une
seule et mnme personnel, d'oi unite d'analyse, cette attitu-
de envers les preuves est de toute importance parce que
les measures i ordonner par les tribunaux ne pourront dtre


-99-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs