• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Dedication
 Frontispiece
 Acknowledgement
 Foreword
 Preface
 Introduction
 Chapitre I
 Chapitre II
 Chapitre III
 Chapitre IV
 Chapitre V
 Chapitre VI
 Chapitre VII
 Chapitre VIII
 Chapitre IX
 Chapitre X
 Chapitre XI
 Chapitre XII
 Bibliography
 Table of Contents
 Errata














Group Title: Fort-Liberté d'hier et d'aujourd'hui
Title: Fort-Liberté d'hier et d'aujourd'hui
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078474/00001
 Material Information
Title: Fort-Liberté d'hier et d'aujourd'hui les causes réelles et apparentes de ses misères
Physical Description: 142 p. : port. ; 21 cm.
Language: French
Creator: Calixte, Nyll F
Publisher: Impr. de l'E´tat,
Impr. de l'État
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1960
 Subjects
Subject: Fort Liberté (Haiti)   ( lcsh )
Genre: federal government publication   ( marcgt )
bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: Bibliography: p. 139-140.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078474
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AFM6585
oclc - 21209461
alephbibnum - 001129377

Table of Contents
    Title Page
        Page 1
        Page 2
    Dedication
        Page 7
        Page 8
    Frontispiece
        Page 3
        Page 4
    Acknowledgement
        Page 9
        Page 10
    Foreword
        Page 5
        Page 6
    Preface
        Page 11
        Page 12
    Introduction
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Chapitre I
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
    Chapitre II
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
    Chapitre III
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
    Chapitre IV
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
    Chapitre V
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Chapitre VI
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    Chapitre VII
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
    Chapitre VIII
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
    Chapitre IX
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
    Chapitre X
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
    Chapitre XI
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
    Chapitre XII
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
    Bibliography
        Page 139
        Page 140
    Table of Contents
        Page 141
        Page 142
    Errata
        Page 143
Full Text




ME HYLL F. CALIXTE
LICEIIE El *OIT
VOCAT
ACIER PROFESSES IlE LETTRES AU LYCEE LOIVEITU1E
AMIEI PEFET DES AlmiEllmIS IE FMT-4IETE
ET sU TBM lI ND
DIIECTEIR-PrPMrIETAIIE lU MAIIAL "LA VOII NE FRT-LIIBETE"

Sioe a uii ls ails
et Pensoa e e 'a mesolo.
Laulatims: JEREMIE 1 :17


FORT-LIBERTE D'HER

ET D'AUJOURD'HUI

LES CAUSES REELLES ET APPARENTES DE SES MISERES







IMPRIMERIE DE L'ETAT
PORT-AU-PRINCE, HAITI
1960













LATIN AMERICA















DEDICACE


En toute humilit, je ddie cet ESSAI qui, enco-
re qu'imparfait, permettra tous de mieux connatre
ce coin de terre hospitalier si souvent dcri,
A Mes Pre et Mre, M. et Mme. Attila CA-
LIXTE,
A mon vnr oncle, le Colonel D. P. CALIXTE
qui, par les diffrentes functions qu'il a occupies,
a beaucoup contribu reliever le prestige de la Ville,
A Mes. Antoine GUERRIER et Andr MEHU,
cousin et ami,
A tous les dignes Fort-Dauphinois qui ont tra-
vaill, sans relche, la grandeur et la survive de
la Cit Malheureuse,
A mes Amis et compagnons de lutte MM. Joa-
chim NOEL et Henry MESIDOR.














Y r




p .


I"~..,


'"


M '~;


i~jfff3


Licenci en Droit
Avocat
Ancien Professeur de Lettres au Lyce Louverture
Ancien Prfet des Arrondissements de Fort-Libert
et du Trou du Nord
Directeur-Propritaire du Journal .La Voix de Fort-Libert













REMERCIEMENTS


Que MM. Paul O. BASTIEN, Euvrena G. F.
ETIENNE, Massna CHARLES-PIERRE, Adolphe
ANTOINE, Veuves Eugne TASSY, Elie ANDRE,
les demoiselles Marie LAMOTHE, Eudoxie MAR-
CELLUS qui, gracieusement, ont mis ma dispo-
sition les matriaux indispensable l'bauche du
travail ou bnvolement ont accept rpondre
mes enqutes,
Que Me. Stphen JACQUES-ANTOINE et
Madame don't les grades lumires ont guid mes
'dmarches,
Que tous ceux qui dans leur sphre d'action
ne m'ont pas marchand leur concours la paru-
tion de l'ouvrage,
Daignent accepter cette modest guirlande de
cordiaux mercis que, publiquement, je tresse pour
1eux.










...Cet amour, je l'ai trouv ici et si je
le magnifie aujourd'hui, avec vous, 'est
qu'il garden pour moi la valeur d'an sym-
bole. Il est une forme d'attachement la
Patrie, certes, mais il dpasse le patrio-
tisme tout en Finchuant. Ce sentiment
farouche pourrait s'expliquer par le be-
soin d'aimer toujours plus pour dUemdre
mieux, tel m'apparat le paysan du Nord'
Est qui, camp sur l'une des marches
sacres de la defense de la Patrie, nom
console des turpitudes et des revirements
de l'Histoire contemporaine. Chaque feis
que je foule la terre du Fort-Libert--est-
ce la rsonance du nom? je me sems
vibrer d'un patriotism plus pur, je me
sens plus hatien, incapable de commprn-
dre rmdiffrence don't la Ville et la r-
gion ont t accables.
La Ville la plus intressante de cette
parties du Dpartement du Nord, dit en
effet J. C. Dorsainvil, est Fort-Libert,
l'ancienne Baiaha des Espagnols. Elle est
charge d'Histoire. C'est encore Fort-
Libert que Christophe fut proclam Roi
dans un barbaco, le jour de la fte des
Rois. Le Monarque du Nord fit appeler
la Ville Fort-Royal et voulut en fair l'un
des principaux ports du commerce de son
royaume.
Je m'engage effectuer, avec votre
concours, ce qui est ncessaire pour que
votre region cesse d'tre afflige par la
monoculture; j'intgrerai la pense et
l'action de mon Gouvernement dans la
glaise du rel pour rendre le Nord'Est
plus fertile et ses populations plis heir-
reuses.
Docteur Franois DUVALIER
Candidat la Prsidence
de la Rpublique d'Haiti
Fort-Libert, 8 Janvier 1957.









PREFACE


La Ville de FOKT-LIBERTE, autrefois FORT-DAU-
PIlN, situe dans le Dpartement du NORD'EST de la
Rpublique d'Hati, n'a pas encore connu, que je sache,
les faveurs d'un auteur. Incidemment, des histeriens, des
conomistes, des sociologues en ont parl pour servir
d'illustration leurs donnes personnelles, mais aucun de
ces crivains n'a eu soin d'en fair un thme, un sujet
d'tude approfondi qui mette en relief les diffrents as-
pects de l'endroit; nul n'a encore tudi les diffrents pro-
blmes du milieu, nul n'a dcrit la vie social, les oga-
nisations qui ont fait la gloire de la Cit.
Le jeune Professeur, Me. Nyl CALIXTE, un des fils
de cette Ville illustre, mais don't 'clat a pli sous les
coups de blier de nos incessantes rvolutions s'est donn
pour tche d'apprendre la Nation que FORT-LIBERTE
existed, que des milliers de bras et de cerveaux ont con-
tribu sa formation et que lentement, au course du temps,
la some des efforts conjugus fit luire son front une
splendid aurole. Ce ne fut pas pourtant un travail fa-
cile. Un pote peut sur sa lyre chanter des passages sa
faon, un iomancier brosser des scnes dans un dcor
faonn au gr de son imagination. Cependant, Me. CA-
LIXTE, bien que pote et romancier, a voulu traiter en
homme de science. Il s'est attel la besogne, a consult
les archives et aprs avoir compuls des documents, les
avoir passs au crible de la critique, s'est cru autoris
produire quelque chose digne d'tre retenu. Et la vrit,
cet ouvrage d'un genre assez difficile qui relve de la
Sociologie et de l'Histoire a cot bien des veiles son
auteur. D'un plan rigoureux, d'une documentation sv-
re, il prsente cet advantage d'tre intressant par les ree-








PR ACE


seignenents qui y abondent Parfois des dtails comiques
surgissent dans un flot de chiffres alors qu'on s'y attend
le moins. La distribution mme de l'ouvrage dmontre
que Me. Nyli CALIXTE a voulu fire un travail srieux.
Ila lbien tritur sa matire, l'a traite scrupuleusement.
C'est une euvre, vrai dire, impersonnelle, dnue de
oui~e iatisaierie. M. CALIXTE n'accuse personnel. Les
fats s~els parent et se transforment, selon les cas, en
ioges'ou en blames, pour ceux-l qui les ont provoqus.
C'est uis travail mthodique et sincre, car Fauteur, par
sthi d la vrit donne ses rfrences, tout en faisant
montre d'une mmoire prodigieuse dans la liste des per-
sdnnages 'remarquables qui honorrent la Cit et en re-
latant les costumes primes qui semblent lui avoir t
cbrites comme des lgendes par quelques vieilles aieules
u course des nmits champtres.
Cette monographie, sans prtention, d'un jeune In-
tellectuel, Me. Nyll CALIXTE, constitute qu'on le veuille
ou non, un important document, un enrichissement du Pa-
trinioinh National. Une de nos Villes y apparat sous son
vrai jour. Les heures de gloire succdent aux heures som-
bres dans une analyse minutieuse des faits tant aux points
de vue moral, social que politique et religieux.
Les Fort-Dauphinois trouveront dans ce petit ouvra-
ge l'histoire de leur ptelin et en regardant tel monument
ou tell vieille maison, reconstitueront des scnes du pas-
s, si loign soit-il, et y puiseront l'lan ncessaire azx
str .e 'oi relle pour la rnovaIion de la TERRE MA-
TERNELLE et les progrs spirituels de ses enfants. Qu'ils
en soient reconnaissants au Profeseur Nyl CALIXTE et
hlu rendent au centuple la joie que ce bon petit livre leur
aura procure !
au p! Dcembre 1957
Alexandre VERRET











INTRODUCTION


Aussi loin que l'on remote dans l'histoire du
genre human, il s'est avr que dans tous les donWi-
nes o s'exercent ses activits l'homme ne peut aruit
ver a combattre un mal, enrayer une maladie,"v vre
les prvenir, que si ds l'abord, il n'en ignore les
causes gnratrices.
Depuis des decades et des decades, tout le monde
se plaint de l'tat d'abandon, et de misres de toutes
sortes de la Ville de FORT-LIBERTE. Mais personnel
ne s'est jamais mis pour autant en rechercher les
prisons, les analyser, les signaler, les tudier.
Les devanciers se sont hlas! toujours complu
pratiquer une philosophie strile: celle de 1i rsigna-
tion passive, laissant tout entire les mains de la di-
vine Providence.
Une tell conception archaque a- faith 'ptisOde
tort la malheureuse Ville que ne lui en ont c.as- es
guerres des Cacos qui pourtant lont ruine 'et 'plan-
ge dans cet tat de dtresse.. Elle a gagn du terrain,
s'est mme impose la Jeunesse laquelle elle a.en-
lev toute vellit d'action. Celle-l, suivant aveugle-
ment, son tour, l'exemple d'inertie reu en hrita-
13








INTRODUCTION


ge, se refuse systmatiquement entreprendre quel-
que chose, tenter, mme timidement, quelque ex-
prience et fait sienne cette vieille conception, cette
philosophie du BON DIEU BONISME et comme
Cassandre scrute un changement horizon. Chan-
gement qui ne se produira tant que perdurera un tel
tat d'esprit.
De mme qu'il a t dmontr qu'il n'existe pas
de gnration spontane, les grandes causes de tous
bouleversements sont soumises des lois, i des con-
ditions. Il faut au moins que ces beeleversements
trouvent un terrain propice leur panouissement,
qu'ils soient provoqus par une cause interne ou ex-
terne- quelconque. Une .bourrasque, par example,
c'est le rsultat de Faction de plusieurs vents opposes
combines qui forment des tourbillons ou en d'autres
terms, c'est le rsultat de phnomnes atmosphri-
ques contraires don't le savant doit tenir compete en
les interprtant. Ces phnomnes sont aussi soumis
des lois comme l'volution d'une Ville est function
de pertains facteurs sans quoi, elle est irrmdiable-
ment voue l'chec.
C'est se mprendre tristement que de croire que
ceux-ci ne jouent dans l'avancement d'une Ville, d'un
Bourg, que le rle d'un piphnomne. Tous les pro-
grs scientifiques ou autres sont l'ouvre de grand
et audacieux efforts dpassant parfois le cerveau, le








INTRODUCTION


cadre human, portant le simpliste crier au surna-
turel. Ils sont tangents, souds beaucoup d'lments
contingents don't l'numration serait ici hors cadre
mais don't 'apport n'est jamais ddaigner.
Nous adonnant cet ESSAI sur les causes relles
et apparentes des misres de la Ville, nous n'enten-
dons nullement embrasser une tude descriptive de
FARRONDISSEMENT, de ses Communes et Sections
rurales. Ce n'est pas l, certes, notre propos. Nous
voulons seulement la circonscrire, cette tude, la
Ville tout court. Pour ce, nous ne sous-estimons une
minute ce qu'un tel travail rclame d'objectivit. S'a-
gissant de la terre qui a reu ses premiers vagisse-
ments, le cur ne voudrait en rien et pour rien au
monde cder sa place. C'est affaire de sentiments, de
pressions de toutes sortes. Le psycho-sociologue lui-
mme, avis et rompu, aux disciplines les plus rigi-
des, craindrait, ce faiwsat, que sa'science ne ft mise
l'preuve ou en droute, tant il y a d'lments, de
dtails pars compiler, interroger, exigeant en un
mot la synthse des faits, spcialement des faits so-
ciaux propres la Localit. Aussi, partageons-nous
sans reserve aucune l'opinion de ceux qui soutiennent
que le sociologue doit tre l'homme d'une certain
poi ue et d'un certain milieu;, q'il ne vit comme
les dieux d'Epicure, dans les intermondes. Tel, il
pourra toucher du doigt la ralit social du milieu








INTRODUCTION


et se prononcer ex-cathdra, pourvu qu'il se dgage
de tout parti-pris.
Nos apprehensions, on le devine bien, sont gran-
des, multiples mais lgitimes. Car nous voulons, par
cette tude qui, pour nous, affected le caractre d'une
enqute soriologique, dire 'la Jeunesse d'aujour
d'hui et celle de demain que nous avons compris
qu'il messierait qu'elles trouvassent la Ville, quelques
temps encore dans un tel tat sinon dans un tat pi-
re, que leurs missions qui seront toujours surs ju-
melles scnt greves d'obligations les unes et les autres
galement pressantes et surtout les mettre en garde
contre les erreurs impardonnables des ans.

Qu'on ne croie pas que nous ayons la prtention
de nous offrir en chantillon de meilleur tissue, que
nous soyons dchir par le prurit de nous saluer nous-
mme crivain, ni que nous voulions sortir un rqui-
sitoire intress et accablant contre nos devanciers.
Loin de l notre intention. Nous voulons viter que
nos Jeunesses prsente et future ne sombrent comme
eux dans l'incohrence, ne se laissent plus guider par
de prtendus et faux porte-parole qui, bien moins
que pour un plat de lentilles, renonceront leur
droit d'anesse, hypothqueront leur avenir, ferons
bon march de leur vie, de leur honneur et de leur
dignit.









INTRODUCTION 17

Nous aimerions que, se servant de notre humble
tude, come un lumignon au milieu des tnbres
ou comme une boussole, ces Jeunesses aident la Ville
Martyre retrouver sa voie perdue, son pass de gloi-
re qui portait les premiers visiteurs s'crier, en fou-
lant son sol: BAYAHA! BAYAHA! QUELLE BELLE
BAIE! QUELLE BELLE BAIE!









FOWir-iBRT D EBIE T E D'AUJOUBDIfU1


CHAPITRE I

En abordant ce chapitre, nous ne nous donne-
rons pas pour tche de nous attarder la relation
des renseignements qu'on peut, foison, trouver dans
tous les Manuels de Gographie et d'Histoire d'Hati.
Notre travail, avons-nous dit, est un ESSAI MO-
NOGRAPHIQUE ayant pour cadre la VILLE de
FORT-LIBERTE. Ses Communes et Sections rurales
ne nous intressent pas ici d'une faon particulire.
Pour nos illustrations, nous les interrogeons; leur r-
le alors n'est que secondaire.
Selon quelques Historiens et Gographes notam-
ment Llio LOUISSAINT, les premires bases de la
foundation du FORT-DAUPHIN ont t jetes ds l'an-
ne 1606. Plus de trois sicles d'existence au course
desquels elle a connu alternativement des dates fas-
tes et des dates nfastes. Nul doute que, ds cette po-
que, il y eut un embryon, un commencement d'orga-
nisation. Dj, nous savons que, suivant une note du
Pre Le PERS, un Jsuite, en 1714, M. BENARD
surnomm Maringouin s'tait longtemps fix dans le
quarter du Bayaha, que les Espagnols n'avaient pu
eux-mmes s'y installer nouveau qu'aprs la paix
de Ryswick de 1698.








F0XET-LIBERTE DRuIEE E.T D'AUWOUMD!UI


Si le chercheur doute un peu de la date donne
par MM. LOUISSAINT et Beaubrum ARDOUIN, la
presence de M. CALIFFET Bayaha. le fait pour lui
d'y introduire ds 1701 des habitants nous inclinent
croire qu'au moins de grands efforts de dveloppe-
ment Bayaha taient en train cette poque. Car,
pdur arriver peupler une region, il faut que pra-
lablnment certaines dispositions aient t prises. Bien
plus, mme quand Moreau de St-Mry, dans son tu-
de de la Paroisse du FORT-DAUPHIN, ne nous a pas
dit expressis verbis la date de sa foundation, il resort
de certain dtails que tout tait mis en branle. ds
cette priode, pour un Bayaha organis. Des crnes,
des fossiles d'hommes trouvs a et l prouvent au
moins que le sicle d'avant des hommes ont vcu sur
cette parties de la colonie. Le fait d'y avoir eu un Cu-
r ds 1703 n'authentique-t-il pas assez que bien avant
cette poque on s'tait occup d'autres choses? Au
moins les premires dispositions prcdant l'vang-
lisation, la conversion des mes ont aussi un tmoi-
gnage rendre. On ne va pas apporter la parole de
Dieu n'importe o, n'importe comment sans que cer-
tains travaux d'approche aient t entrepris au pra-
lable, sans que, pour pasticher Jean-Baptiste, le Pr-
curseur on ait prpar la voie de Celui qui doit ve-
nir. Une telle preparation n'est pas l'oeuvre d'une
journe, on doit computer avec le temps, ce petit
lment de la Civilisation pour parler come l'mi-








FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


ient sociologue, le Dr. Joseph JANVIER. Si suivant
la thorie de la variabilit dans le temps, on ne peut
rien faire en un tournemain, il fallait tout au moins
que les bases jetes fussent d'abord consolides avant
de penser faire appel aux Jsuites. Tout est relatif.
Ne lisons-nous pas plus loin dans Moreau de Saint-
Mry qu'en 1691 et 1695, les Espagnols ravagrent
le Bourg du Bayaha au point que ce dernier fut joint
FORT-DAUPHIN. Nul doute encore que FORT-
DAUPHIN lui-mme don't le nom de toute la region
tait Bayaha avait bien longtemps volu, puisque
cette nouvelle appellation tait en rapport avec son
volution.
Comme on le voit, une toute petite analyst des
dtails suffit corroborer la date donne par M.
LOUISSAINT et par d'autres Manuels.
Cette parties du Pays s'appellera tour--tour Ba-
yaha, FORT-DAUPHIN- FORT-LIBERTE- FORT
ROYAL.
L'Histoire rapporte que le premier nom lui a t
donn par les Espagnols qui. en la foulant n'ont pas
pu contenir les lans de leurs ceurs, que, blouis par
la beaut des sites marie celle de la baie, ils s'-
crirent: BAYAHA! BAYAHA! D'o l'origine du
premier nom qui, par la posie qu'il voque, fera
l'admiration de tous ceux qui l'auront prononc et se
sera tendu toute cette parties de l'le.









FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


Moreau de Saint-Mry nous dit: Bayaha expri-
mait en effet la just admiration que fait prouver
l'aspect de la magnifique baie o les plus nombreu-
ses flottes pourraient tre runies et trouveraient les
commodits navales qui dependent de la situation,
disposs par la nature d'une manire bien suprieure
tout ce que l'art pourrait crer, soit pour carner,
soit pour rparer les vaisseaux. Ce tmoignage ind-
niable qui explique clairement l'origine 'de ce nom,
nous dispense de tout commentaire, puisque mme
de nos jours, le visiteur avis ne tarit pas d'loges
l'adresse de l'infortune Ville et que Beaubrun AR-
DOUIN dans sa Gographie nous crit: Baiaha est
form du mot Bahia qui signifie baie et de l'inter-
jection Ha! pour exprimer l'admiration qu'excite cet-
te magnifique baie.
Surenchrissant et mettant en lumire cette beau-
t quasi-lgendaire qui mut les premiers habitants,
M. PEREIRA, dans sa Gographie crira: Avec la
grande baie, l'excellente rade de FORT-LIBERTE,
ce magnifique bassin natural, le seul de ce genre que
possde la Rpublique, est l'intrieur d'une vaste
chancrure bilobe, dcoupe en forme de poche don't
la cte est trs dentele. Plus loin de nous, MMLx
Raoul PROPHETE et Henry CHAUVET, dans leur
A TRAVERS LA REPUBLIQUE criront eux au~-
si: Voici, entire les mamelles, deux gibbosits mon-









VowiDTSkm mm mr D'Au1IomUig=


tueuses qui s'arrondissent sur le rivage comme les
deux seins d'une ocanide titanesque, voici l'entre
de la baie de Fort-Libert, la plus belle et la plus trm-
quille de tout le Nord.
On n'a qu' ouvrir un certain nombre d'ouvra-
ges traitant de la question pour que, ipso facto, on
se range du ct de ceux-l qui voient en cette baie
un objet d'une rare valeur. Parodiant le Christ, le
ciel et la terre passeront, disons-nous, la beaut de
cette baie continuera ternelement arracher des
cris d'admiration, l'me de qui savent voir, aimer,
apprcier et se laisser attendrir!
Poursuivant l'tude de l'origine des diffrents
noms de la Ville, nous retiendrons pour le lecteur
et avec lui qu' la naissance du Dauphin, Bayaha
se changera en FORT-DAUPHIN, nom qu'il gardera
pendant longtemps. En effet, au mois de Dcembre,
nous rapporte Saint-Mry, M. de la Rochalard le
baptise de ce nom. Cette denomination sera donne
et la Citadelle et la Ville. Louis XV, Roi de Fran-
ce et de Navarre, ayant acquiesc la decision (celle
d'appeler Bayaha FORT-DAUPHIN, en l'honneur
du Dauphin). Le 18 octobre 1731, les administrateurs
rendirent une ordonnance par laquelle ils firent in-
jonction tous les officers publics de ne plus le d-
signer que sous l'appellation du FORT-DAUPHIN.
Le premier nom qui, ds 1710, servait designer









FOWETI,&MEDMR D14NgM1. ET, D'MJJOUUDWU


toute la parties Nord de la colonie, aura- -fait son
temps. La nouvelle appellation survivra jusqu'au 14
Juin :1796,l Mme de nos jours, certaines person~ne
prouvent un plaisir toujours nouveau a vous parler
du vieux Fort-Dauphin. Les habitants de .la Ville ai-
ment mieux se dire Fort-Dauphinois-que Fort-Liber-
te4s. Le premier mot, disent-ils, recle plus. de po-
sie; on ne le prononce qu'avec motion. Peut-tre
ont-ils raison.?...
. A, la proclamation de lIndpendance. Jean-Jac-
ques DESSALINES, voulant. en finir avec tout ce qui
aurait pu voquer un pass abhor fait de crimes o-
dieux,.de mchancets, de tortures crapuleuses qui se
commttaient la grande honte de l'humanit et au
mpris du dcret de la nature prescrivant l'homme:
TU ES NE LIBRE ET POUR ETRE LIBRE. don-
nera sa conscration officielle au nouveau nom. en-
trinera l'arrt du 14 Juin 1796 pris par Laveaux.
Ne voulant rien avancer la lgre, consultons
Beaubrun ARDOUIN et coutons-le nous dire: Le
nom.de FORT-LIBERTE lui a t substitu ds l'-
poque de la foundation de la Rpublique franaise.
Celle-ci tant proclame quatre fois, essayons .de
situer la priode au course de laquelle la Ville fui
appele FORT-L1BERTE. Si l'arrt du 26 Prairial
An IV marque bien la date de la nouvelle ap-
pellation, la premiere Rpublique ayant t procla-









vOl4bxr-ctiU D'IUM ft D'AUJOURDIUM


me le 21 Septembre 1792 et ayant dur jusqu'au 28
Mai 1804, la thse de M. ARDOUIN est celle qui
convient; donc, ce fut bien avant la proclamation de
l'Indpendance et non aprs. A l'appui de ceci, rela-
tons que se rendait avec quelques troupes au FORT-DAUPHIN
ou Bayaha et en prenait possession au nom de la R-
publique. La Commission civil arrta que le FORT-
DAUPHIN serait appel FORT-LIBERTE. Cette nou-
velle denomination plut aux Noirs de cette Ville qui
donnrent de magnifiques ftes au Gouverneur La-
veaux.
.;Chacun, commentant sa guise cette dnomina-
tion ajoute qu'elle est en rapport troit avec la grande
part que prit la Ville aux luttes pour la libert et
enfin parce que la premiere proclamation de la li-
bert des Noirs y fut rdige et signe le 29 Novembre
1803.
Elle sera appele FORT-ROYAL. Cette appella-
tion, la troisime, quant son origine, sera l'objet de
longues et incessantes discussions sans que pour cela
on soit arriv au but propos.
Les uns disent qu'elle est en rapport avec le Fort
du mme nom, les autres, avec la royaut d'Henri
CHRISTOPHE. C'est pourquoi, nous avons demand
le mot de vrit Beaubrun ARDOUIN qui, vite-
ment, nous rpond: Destine changer de nom, cette









26 FOIT-LIBURTE D'IUER ERT D'AUJOUDUI

Ville fut appele FORT-ROYAL par Christophe du.
rant son rgne phmre. Elle a d reprendre enfin
celui qu'elle porte maintenant et qui est plus en har-
monie avec nos meurs rpublicaines.
Aprs avoir pass en revue les diffrents noms
de la Ville, il nous reste savoir, en face du traite-
ment de parent pauvre ou d'indigent qui lui est fait,
pourquoi, elle a t fonde, pourquoi les premiers
occupants eurent en prendre tant de soin ?
X ces questions Moreau de Saint-Mry, voix au-
torise de cette poque rpondra sans ambages :
Cette Ville a eu pour origine le double dessein de
protger une magnifique baie o l'ennemi aurait pu
se reposer, se rparer et mme tenter une descent
qui aurait inquit la parties Nord de la colonie et de
s'opposer aux incursions des Espagnols, don't, j'ai fait
voir. les rclamations comprenaient toujours le quar-
tier dt Bayaha.
Donc. contrairement aux allegations intresses
lde ceux qui pensent que FORT-LIBERTE, du point
de vue stratgique ne vaut rien, on se contentera, en
guise de rponse-clou, de mettre sous les yeux cette
note de Moreau de Saint-Mry. Les premiers adminis-
trateurs en ralisaient l'importance et le prouvent de
nos jours leurs dmarches d'alors.
Me. Euvrena ETIENNE, dans un article public
en premiere colonne, Edition du Vendredi 6 Mai









POST4IIDMEEI DUM T ErDPUOUADIM


1949, Numro 12, dans l'ECHO DU NORD'ESTw,
son Journal de combat, crira Fort-Libert, le plus
important port d'exportation de la Rpublique est
une Ville de frontire terrestre et maritime. C'est,
donc, en raison de sa dualit de frontire que les pre-
miers habitants l'entourrent de tant de precautions.
C'tait un besoin natural et non une affaire de
caprice; FORT-LIBERTE devait exister, elle EXIS-
TERA.
FORT-DAUPHIN, situe 19 degrs, 42 minu-
tes. 30 seconds de latitude Nord et 70 degrs de
longitude Ouest, classe deuxime ville de la parties
Nord sera peuple d'habitants venus de Bayaha, une
dpendance d'alors. La Ville est btie au fond de la
baie, s'tend tout le long du rivage, measure environ
du Nord'Ouest au Sud'Ouest 879 mtres 60 de long
et du Nord'Est au Sud'Ouest 564 mtres 70 de large.
Ses rues sont au nombre de dix-neuf. Douze d'entre
elles commencent partir du rivage de la mer. d'o
elles empruntent la voie de l'intrieur. Le reste coupe
les douze premires angle droit. La grand'rue me-
sure 60 pieds de long, alors que les autres n'en ont
que 50. Ces rues partagent la Ville en 75 carrs ou
lets ou portions d'lets parce que quelques-uns ont
une forme irrgulire que leur imprime la direction
de la mer ou de la rivire.
Les principles rues du Nord'Ouest au Sud'
Ouest sont VALLIERES, denomination rcente parce









IPORT-IlMERTE DIUER ET IYAUJOtIeDW


qu'elle porte le nom du Gouverneur gnral plac en
1772, du QUAI, borne de la mer, SAINT CHARLES.
de l'un des patrons de M. la ROCHALARD, la
GRAND'RUE plante d'arbres de chaque ct dans
plusieurs de ses points, SAINTE ANNE, rue de l'E-
GLISE, rue de la RIVIERE. Les douze premires rues
sont MONTACHER de l'intendant nomm en 1771.
BORY du Gouverneur gnral nomm en 1762, CLU-
NY de l'intendant nomm en 1761, SAINT JEAN du
PATRON de M. DUCLOS, intendant, BOURBON du
Patron de CHASTENOYE, MARAIS. Trois n'ont t
que projetes et n'ont jamais reu de nom.
Ayant, dans notre avant-propos, fait tat de pres-
sions s'agissant de la Ville natale, nous aimons mieux
cder la parole SAINT-MERY: Les rues, nous dit-
il, ne sont point paves; presque toutes les maisons
ont un petit perron carrel ou pav quelquefois mme
entour de murs o l'on se met le soir pour prendre
le frais. La longueur des rues les livre toute l'action
du soleil, et par consquent, une chaleur brlante,
don't l'effet est peut-tre moins insupportable encore
que celui des fortes brises qui y lvent des tourbil-
lons de poussire. Les maisons sont assez jolies; il y
en a beaucoup qui sont en maonnerie, toutes avec le
seul rez-de-chausse. L'intrieur en est frais, parce
que les emplacements sont assez profonds pour qu'on
puisse avoir des galleries et des course o' l'air circle









FOW.IDEmE DIYMM ET D'AUIOUMWWI


librement. L'ameublement est assez bien, bien enten-
d4 pour une Ville colonial et il est plus d'un loge-
aient o se montre une sorte d'lgance.
A partir de ce tmoignage de Moreau de Saint-
Mry qui souvent est trs svre et trs rarement un
peu tendre dans ses jugements sur la Ville, FORT
DAUPHIN a eu un dveloppement lent, mais le..
Gouverneurs firent de leur mieux pour la moderniser
et.en faire un centre de.grand style. Sans que nous
ayons besoin de nous attarder l'analyse de tous les
Qlments qui ont contrecarr son volution de sa fon-
dation cette date, nous dirons qu'elle n'a jamais t
l'enfant choye des dieux, qu'il semble mme que
ceux-ci aient dclin leur rle de sentinelles, de pro-
tecteurs de la Cit. Mme quand les grands pouvoirs
publics sont bien disposs son endroit, il s'est tou-
jours trouv un mauvais gnie pour s'y opposer. A ce
propos, nous ne nous tendrons pas outre measure.
car nous aurons dans notre appreciation gnrale
tudier les causes de son retard. de sa non-volution.
A dessein, on le remarque, nous avons prfr laisser
la parole Moreau de SAINT-MERY. Souvent et
mme trop souvent, ses citations foisonnent et ce,
nous l'avons fait, pour viter qu'on ne nous accuse
de partialit; mme des commentaires l-ers en sont
exprs carts dans une large marge.
Quand de nos jours, on voit se perptuer un tel
tat de choses qu'on croyait jamais rvolu, anxieux,









POU1IT-IDRTE DIU E r dAU1OVU


on se demand que serait-il advenu de la Ville, si
Dieu, dans sa misricorde, n'en avait pris les hab"
tants sous sa protection. C'est curieux de constater
que ce qui se passait en 1783 existe de nos jours.
L'histoire est, certes, un perptuel recommence-
ment.
Son volution sera constamment handicape de sa
foundation 1732 et de cette date nos jours. On peut
seulement reliever une nuance de moyen de locomo.
tion. Les malades seront expdis par mer au CAP-
HAITIEN. Pas d'hpital. Comme ils prissaient en
grand nombre durant la traverse, M. DUCLOS alors
intendant, amnageait une chambre pour les faire soi-
gner ici-mme. Ses efforts seront apprcis et auront
attir, retenu attention de M. LANARGE qui, en
1739, pensait la construction d'un hpital dfinitif.
Ses premires tentatives paraissaient fructueuses. Il y
affectera une valeur de 50.000 livres tirer de la
caisse d'amende, souligne Moreau de Saint-Mry. pour
commerce tranger. Disons, en passant. que c'tait
dj un commencement d'autonomie octroye la
Ville. On y destinait l'ancien local des Religieuses de
la Charit. Le march, en vue d'arriver l'achat du
local, sera conclu. Soit guigne, soit indifference des
dieux tutlaires, le project soumis l'assentiment du
Ministre d'alors se fera longtemps attendre et comme
Seur Anne, M. LANARGE l'attendra vainement.









FORT-LEDTE DEMM ET D'AWOUHRDNIM


Rien ne sera fait, on aura seulement une ambulance
pour les services de la garnison et Saint-Mry.d'ajou-
ter que la construction de l'hpital aiderait beaucoup
la salubrit de la Ville.
Tout dsir mme ardent de raliser quelque
chose pour la Ville Martyre rencontrera les obstacles
sans nombre de ses ternels contempteurs. Vite, on
s'empresse de s'crier: FORT-LIBERTE... mais
c'est une perte de temps.
Qu'on nous permette de conclude, de: clre- e
chapitre en voquant de nouveau le tmoigna g d
Saint-Mry, tmoignage qui pnt' tre considrtcomn-
me une vrit ternelle: Encore une fois, la proximi-
t du Cap, celle du bourg d'Ouanaminthe s'oppose
ront efficacement ce que la Ville du FORT DAU-
PHIN acquire une importance plus grande que celle
actuelle.
Donc, se trompe qui pense que le triste sort de
la ville laisse ses fils indiffrents. Ceux-ci en ont tou-
jours souffert et comme pour le prouver, accordons
la parole Me. Euvrena ETIENNE. En cet accent de
sincrit, d'amour-chair qu'on lui connat et qu'il
voue FORT-LIBERTE, il s'criera dans son article
dj mentionn: Certains visiteurs s'exclament:
quelle belle ville! Quelle ville bien trace! Quelle vil-
le riche en ruines! C'est dommage! D'autres comme
pour insulter nos malheurs rptent arrogants: Oh!









3-. FORT-LIBERTE 'D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

Fort-Libert est un foyer de malaria, je n'aimerais
pas y passer une journe. L'une et l'autre de ces r-
flexions nous ont toujours profondment attrist et
nous sommes oblig de nous poser cette question :
Jusqu' quand, cette ville demeurera-t-elle dans un
pareil tat?
Honte alors qui pense que nous nous sommes
toujours complu sans une certain rvolte intrieure.
vgter dans cet tat d'abjection, justifiant le mn-
pris auquel l'insouciance et une politique rtrograde
double d'un rgionalisme de mauvais aloi des uns et
des autres nous vouent.









POUYIT V- OHUKa C D'AUWOUI'UIM


SCHAPITR Il

Notre souci de bien faire, d'affirmer ou de nier
un fait vnementiel quelconque nous a port tu-
dier, passer au crible de la critique objective les
causes antcdentes, concomitantes et consquentes
des misres de la Ville. Nous nous v soinm es enti-
rement consacr, en faisant taire en nous tout sen-
timent de haine ou d'amour. Pont y parvenir, vou-
lant renseigner bon escient nos lecteurs ventuels
et craignant surtout que nous ne soyons tax de parti-
pris, nous nous sommes fait le devoir et mme le
scrupule d'interroger toutes les personnel suscepti-
bles de nous clairer, de nous guider dans notre en-
treprise, de nous aider, en d'autres terms, lofer
vers le port de la VERITE.
Une mme question est pose au moins une
dizaine de Notables gs d'environ soixante-cinq ans
et don't la lucidit a t antrieurement reconnue et
prouve. Car, selon Descartes, dans son Discours de
la Mthode il ne faut recevoir une chose pour vraie
qu'on ne la connt videmment tre telle. Quand
des rponses nous paraissent vasives ou ne -oncor-
dent pas entire elles, nous les avons poses un au-
tre group d'enquts, en sens contraire, employant









FOWr-LTBE D' "t D'AUJIOU'f1


cette mthode favorite des Statisticiens: la cross-
examination. Trs souvent, il nous est arriv d'ob-
tenir que cet autre group nous prsente les vne-
ments dans leur enchainement chronologique avec
u.e logique savante et ce, avec toutes les variantes
ncessaires, possibles, fortuites ou inluctables.
Nous avons pntr les faite antcdents c'est-
-dire tous ceux qui ont appartenu au pass, ont
prcd la richesse ou les misres de la Ville, tous
ceux qui, travers le temps et l'espace, ont eu une
incidence heureuse ou malheureuse sur son dvelop-
pement, ont permis ou handicap son volution.
Paralllement eux, nous avons soumis au creu-
set de l'intelligibilit les faits concomitants c'est--dire
tous ceux qui, travers le temps et l'espace, ont jou
un rle quelconque dans son advancement ou dans
son recul. Toujours comparativement aux faits pr-
cits, nous avons analyst, examin minutieusement
les.phnomnes consquents c'est--dire tout ce qui,
bon gr, mal gr, devait en rsulter c'est--dire la
ruine, la dsolation, la misre au sein des richesses
pour rpter Dmesvar Dlormes.
Maris l'un l'autre, ils nous ont permis tra-
vers leur trinit d'expliquer la Jeunesse les raisons
de ses souffrances actuelles. Nous avons ainsi proc-
d- parce que suivant Henri BEER, en traduisant les
faits. compete doit tre tenu de la causalit brute ou









wOmLmmLLT R= DIEU ZT D'AVMOUD'hIM


dterminisme, fond sur le principle que rienm e
nat de rien. Ce sont eux que le sociologue pri-
nomme faits dclenchants.
Armand CUVILIER, dm son Ilraedueism la
Sociologie, parlant d'eux, nous dira: I faut en tenir
compete surtout lorsqu'il s'agit d'expliquer powrquai
tel vnement s'est product tel moment dtermi
de la dure plutt qu' tel autre.
Ce mme souci de commenter les faits pr eux-
mmes, qui nous proccupe le plus siensemem di
monde trouve sa justification dans ces mots de lP.
SIMIAND: le cas unique n'a pas de cause, n'est pga
scientifiquement explicable.
DURKHEIM, dans ses Formes Elmentaires de
la Vie Religieuse, abonde en ces terms: Pour le
sociologue comme pour l'historien, les faits soeimux
sont function du systme social don't ils font parties,
on ne peut donc les comprendre quand on les en
dtche.
Ce relatant, nous ne nous rclamons nullement
de l'historien ou du sociologue. Une telle prsomp-
tion jurerait fort mal avec notre teinture de savoir;
d'ailleurs, nous sommes bien loin d'en avoir l'toffe.
Toutefois, en laissant parler les faits antcdents,
concomitants, consquents. nous sommes heureux que
notre humble mthode ait en l'approbation de grands
matres tels un Auguste Comte, un Marcel Mauss qui,









36 FOBT-LIBEDTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

respeativement, ont crit les phnomnes sociaux
sont connexes, rien ne se comprend si ce n'est par
rapport au tout.
al : Somme .toute,i- inelligibilit de cet ESSAI se-
rait; sinon impossible du moins difficile, si nous n'a-
vions cherch rtablir les faits dans leur succession,
si.,ous n'tions parti du commencement. en passant
par le milieu, pour aboutir la fin.
Pour viter toute monotonie ennuyeuse dans le
dveloppement, nous avons rejet la forme de la nar-
ration d'lve consistent noter des faits sans coh-
sion, nous les avons maris l'un l'autre et en avons
tir ou obtenu dductivement tel advantage que de
raison.
SLes ayant tudis en function de quelques ph.
nomnes sociaux propres la Ville, nous avons t
insensiblement amen la definition du fait social.


.111.









Po*?.;LmgUm DUUS W D'AujoIuBUim


CHAPITRE III .:

En entendant parler de faits sociaux, le profa-
ne ou l'esprit peu exerc vite se cabre commes'il
s'agissait d'un pouvantail alors que sa vie qluti-
dienne en est maille. Un change de salut. de cour-
toisie en est un.
En presence de la multiplicit des faits sociaux,
le sociologue, pour en apprhender un qu'il voudrait
offrir en example, hsite, balance. Tarde dfinira
pour nous le fait social: un fait est social lorsque
nous constatons qu'il est rgulirement rpt dans
les mmes circonstances, qu'il correspond " un conm-
portement habituel et typique des hommes d'une so-
cit dans le mme cas. Faisons remarquer que pour
Durkheim le fait social est celui qui porte la mar-
que de.la contrainte sociale ou en. d'aatres -temos,
le fait social se reconnat au pouvoir de coercition
externe qu'il exerce ou est susceptible d'exercer sur
les individus et l'existence. de ce pouvoir, ajoute-t-il.
se reconnat son tour soit l'existence. de quelque
sanction dtermine, soit la resistance .que le fait
oppose toute entreprise individuelle qui tend lui
faire violence.
Comme pour expliciter sa pense, en un dve-
loppement clair, il nous dit: Quand je m'acquitte








YOWT-LoeIM OI R ET BOAVJOVUO'1


de ma tche de frre, d'poux ou de citoyen, quand
j'excute les engagements que j'ai contracts, je rem-
plis des devoirs qui sont dfinis, en dehors de moi
et de mes actes, dans le droit et dans les meurs.
Alors mme qu'ils sont d'accord avec mes sentiments
propres et que j'en sens intrieurement la ralit.
eli i ne laisse pas d'tre objective; car ce n'est pas
moi qui les ai faits, mais je les ai reus par l'duca-
tion. Que de fois, d'ailleurs, il arrive que nous igno-
rons le dtail des obligations qui nous incumbent et
que, pour les connatre, il nous faut consulter le co-
de et ses interprtes! De mme, les croyances et les
pratiques de sa vie religieuse, le fidle les a trouves
toutes faites en naissant; si elles existaient avant lui.
c'est qu'elles existent en dehors de lui. Le systme
de signes don't je me sers pour exprimer ma pense.
le systme de monnaies que j'emploie pour payer mes
dettes, les instruments de credit que j'utilise dans mes
rtdations commercials, les pratiques suivies dans ma
profession etc.. etc.. fonctionnent indpendamment
des usages que j'en fais. Qu'on prenne les uns aprs les
autres tous les membres don't est compose la socit,
ce qui prcde pourra tre rpt propos de chacun
d'eux. Voil donc les manires d'agir, de penser et
de sentir qui prsentent cette remarquable proprit
qu'elles existent en dehors des consciences indivi-
duelles.









FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


Gaston BOUTHOUL, aprs que Tarde a dit que
le fait proprement social est le fait imit, ajoutera:
on pourrait mme dire qu'un fait est social dans la
measure o il est imit, qu'il l'est d'autant plus que
l'aire de sa diffusion est plus vaste.
Que Durkheim et Tarde ne s'accordent pas en-
tirement sur le critre du FAIT SOCIAL, il nous
imported nous de tenir compete, dans notre ESSAI
de leurs definitions respective et surtout d'appr-
hender nos faits en function de celles-ci. Car. nous
avons appris que, en France, des discussions se sont
ternises autour d'un seul terme, du fait que pra-
lablement, en statistique, on n'avait pas pens dfi-
nir l'unit de base. Ce n'est qu' la suite de l'inter-
vention et des considerations judicieuses de Monsieur
SAUVY qu'on finira par s'entendre. C'est pour viter
toute msinterprtation que nous avons tenu nous
arrter sur la definition du phnomne social, sur la
conception des uns et des autres du fait social.








FOor-LMBMWM DIUM ET Dg'AUJOUIMUI


CHAPITRE IV

Au moment d'entreprendre, aprs la definition
du fait social, l'tude de quelques faits sociaux pro-
pres la Ville sur les points de vue HISTORIQUE--
MATERIEL RELIGIEUX INTELLECTUAL -
MORAL SOCIAL POLITIQUE nous vou-
drions que le lecteur se transfre dans notre aire
pour pouvoir bien les saisir; sans quoi, il lui sera
quasi-impossible de nous comprendre. : ..,
De cette suggestion, M. R. MAUNIER faitjue-
tice en ces terms: Pour qu'on soit en tat de bien
dcrire un people, on doit s'initier sa langue: pour
percevoir les sentiments et les ides. il faut connatrie
les mots. Il faut qu'on soit instruit, de son histoire
et qu'on ait pris contact. troit et prolong avec sa
vie. Cela demand un assez long sjour, Les nota-
tions et impressions fugaces des tourists ne sont au-
cunement des descriptions valables. Il faut vivre la
vie de la tribu pour parvenir, par une lente appr-
hension, dmler ses traditions et ses prnincipi~.l
faut vivre la vie de la Cit, de la nation, de la elahse
ou du monde pour savoir en dceler les fondements.
Les bons observateurs sont donc -les residents, quand
ils le peuvent, ils se font initier la tribn;, -la








PEIt-LIBEICTE DiIUlg ET D'AUJOURDD'IJN


Cit, ou au mtier; ils entrent dans son sein par adop-
tion, ils passent par les rites exigs et accident ainsi
aux secrets. L'observation requiert toujours la pru-
dence; mais elle veut aussi l'audace l'occasion.
A partir de cette note de Ren MAUNIER, nous
nous estimons autoris tudier les causes relles et
apparentes des misres de la Ville. Fils authentique
de la Cit, pour y avoir pris naissance et avoir t
ml ses joies et ses larmes, nous dirons en toute
objectivit tout ce que nous y avons vcu, vu et en-
tendu. C'est ainsi que pour des poques prcdant
notre participation la chose publique, nous nous
sommes adress MM. Massna CHARLES-PIERRE.
Paul O. BASTIEN, Euvrena ETIENNE et non des
moindres pour recueillir les renseignements indispen-
sables l'bauche de l'ouvrage. Comme on le verra,
la tradition orale sre et contrle y a jou un rle
de premier plan. Si malgr tout, nous n'tions arriv
mme effleurer le but rv, le sourire strotyp
msr les lvres, nous nous serions cri, avec un mle
courage. : heureuses esprances dues. C'est pour-
quoi tout au course de notre dveloppement, nous nous
sommes laiss seulement guider par le tmoignage
des faits et par la VERITE, cette fille de tous les
temps qui, au dire du philosophy Sophoole, ne mour-
ra jamais et qui il faut toujours rendre hommage.








IOET-LIBERTE D'MKEE gF D'AU5OURDIHUM


Une certain Ecole nous reprochera de sacrifier
au culte idoltre des faits tout notre travail, mais cet
objectivisme don't nous serons accus aidera,- nous
en sommes persuade- le mieux faire apprcier;
car plus concis et plus loquents, ils parent qui
veut les entendre.
Le lecteur s'attend parcourir, du point de vue
historique, une longue liste de tous les faits grands
et petits don't la Ville a t le thtre. Par advance,
nous nous en excusons auprs de lui Il n'en manqe
pas; on dirait mme que par le destin de la Cit,sa
*mission est historique. Qu'on ne se berce pas'de l'il-
lusion de nous voir relater une thorie de faite'ou
vnements. Du grand nombre, nous retiendroni puir
mmoire qu'en 1691 et 1695, les Espagnols inqUit-
rent et ravagrent Bayaha. Le 3 Fvrier 1794, la
Rpublique perdit le FORT-DAUPHIN, lboidlvap d
de la province du Nord, du ct de la parties espa-
gnole. Les commissaires civils avaient confi Candy
le commandement de cette place, les Espagnols la blo-
quaient par terre et par mer. Un caboteur nomm
Jean DELMONTE gagna le commandant du Fort Ja-
bouque qui protge le port et le vaisseau espagnol
SAN RAMON de 64 canons y pntra sans obstacle.
Alors CANDY fit un trait de capitulation avec. 'a-
miral Don Gabriel ARISTIZOBAL, condition. qae









44 FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

Jean-Franois et ses bandes ne se seraient jamais in-
troduits dans la Ville.
A la fin de l'anne 1714, le Prsident et l'Au-
dience Royale de St-Domingue donnrent plein pou-
voir Don RAMIRO, Gouverneur d'Azua, pour voir
M. CONDE de BLENAC, Gouverneur gnral la
residence de LEOGANE et Don Pierre MOREL. Gou-
verneur de SANTIAGO pour une entrevue avec le
Gouverneur du Cap. Leur conference roula sur les
dispositions prendre pour chasser tous les Franais
qui se trouvaient l'Est de la Rivire MARION.
En 1727, Bayaha fut pourvu d'un Tribunal; en
1733, Alphonse de CASTRO et MEZO accusrent les
Franais de continue lever les Fortifications de
FORT DAUPHIN.
Le 6 Juillet 1794, JEAN FRANOIS se prsenta
devant les portes de la Ville et en exigea le sac. Les
Espagnols, craignant qu'il n'imitt Toussaint Lou-
verture, c'est--dire qu'il n'allt se placer sous la ban-
nire franaise, accdrent ses criminals dsirs. En
execution de sa demand, on gorgea et massacre
tous ceux qu'on trouvait dans les rues et dans les
maisons. Immdiatement aprs la messe, en quelques
heures, 950 Franais, hommes, femmes, enfants et
mme des vieillards furent tus. Les' autorits se par-
tagrent les biens de ces innocentes victims et les
bandes de Jean-Franois se complaisaient dans leur








FORT-LJDERTE- D'HIER ET D'AUJOURWIHUI


affreuse besogne jusqu' la tombe du jour. Le len,
demain, elles abandonnrent la Ville. Le 20 Novem-
bre 1794, JEAN FRANOIS, gnral des troupes au-
xiliaires de S. M. C. du FORT DAUPHIN, adressa
ce qui suit Etienne LAVEAUX, Gouverneur Gn-
ral pour la Rpublique Franaise, alors au CAP HAI-
TIEN: Votre lettre date du 20 Brumaire de l'An 3
de la Rpublique (21 Octobre 1794) me fait con-
natre les nobles sentiments avec lesquels vous l'avez
dicte; elle commence avec le mpris que tous vous
autres auraient toujours pour les gens de ma race...


Mon parti est pris et je suis inbranlable une fois
dtermin, je vivrai, je mourrai dans la belle cause
que j'ai adopte et sans tcher de faire l'apologie de
Messieurs les Espagnols, je pourrai vous prouver que
je n'ai que des louanges faire d'eux, les, ayant tou-
jours trouvs fidles et religieux observateurs dans
toutes leurs promesses.
En 1795, les Anglais qui dsiraient s'emparer
du FORT DAUPHIN y avaient pratiqu des intelli-
gences, par l'entremise de quelques migrs franais.
Ils avaient fait entrer dans le port une golette arme
en guerre et un brick de 18 canons et ils tenaient
mouills dans la baie de Mancenille deux corvettes,
deux frgates et un vaisseau de 74. Ils avaient tabli








46 FORT-LIBRTE D'HIER BT D'AUJOvDVRUI

un camp retranch la pointe isabellique. Le mar-
quis de Saca CALVO, gouverneur du FORT DAU-
PHIN, qui, depuis le trait de BALE, avait promise
d'observer une parfaite neutralit, ne contrariait ce-
pendant pas les operations anglaises. Lorsque le trait
de Bile parvint dans la colonie, le Gouverneur LA-
VEAUX, ne pouvant pas l'excuter en pregnant pos-
session de la parties espagnole au nom du Gouverne-
ment franais, cause des Anglais qu'il avait sur les
bras et du peu de troupes don't il disposait, le notifia
au marquis Saca CALVO, Gouverneur pour l'Es-
pagne au FORT DAUPHIN. Celui-ci, de concert avec
Vital GRANDET, chef de bataillon et agent du Gon-
vernement franais, embarqua JEAN-FRANOIS
pour la HAVANE, d'o il vcut dans la plus grande
opulence.
Pour cette Jeunesse assoiffe de connaissances,
nous reproduisons intgralement, comme transmise
la postrit par l'historien Beaubrun ARDOUIN l'af-
faire MANIGAT: En 1798, Hdouville songeait d-
truire la puissance de Toussaint FORT-LIBERTE,
Mose qui en commandait l'arrondissement exerait la
plus grande influence sur la 5me colonial. L'Agent
du Directoire se dtermina faire dsarmer ce corps.
Instruit des projects du gnral en Chef, il voulait par
cette measure audacieuse, fair chouer l'insurrection
qui tait sur le point d'clater. En mme temps, les









FOIWT-LIUEETE D'HIER ET D'AUJOtUD'HUI


passion politiques s'animaient prodigieusement an
FORT-LIBERTE. Le colonel Dalban, officer euro-
pen, en commandait la place. La 5me colonial fut
accuse par le capitaine Quayer LARIVIERE, homme
de couleur, de vouloir gorger tous les blancs. Pres-
qu'en mme temps, le colonel Grandet commandant
de la place de Monte Christi et Raffin, commissaire
de l'Agent du Directoire prs administration muni-
cipale du FORT-LIBERTE arrivrent en cette Ville;
ils y avaient t envoys par Hdouville. Ils gagn-
rent leur parti le juge de Paix Manigat. noir. qui le
24 Vendmiaire (15 Octobre 1798) reut d'Hdou-
ville plein pouvoir de le reprsenter dans toutes sortes
d'oprations. A neuf heures du soir du mme jour, le
colonel Grandet auquel le commandement en chef
de la parties de l'Est avait t promise, confia Mani-
gat, au nom de l'Agent du Directoire tous les pouvoirs
civils et militaires. Le 16 Octobre (25 Vendmiaire)
il lana une proclamation par laquelle il ordonna le
dsarmement de la 5me colonial, aprs avoir accus
ce corps d'avoir mconnu les autorits tablies. d'a-
voir rsolu la mort des gens de bien et le pillage de
leurs proprits.
L'adjudant-major de la Sme Fringnat qui avait
t gagn par Raffin, fit savoir Manigat que ce r-
giment n'avait pas de cartouches, qu'il n'avait que
fort peu de pierres feu et que pour l'affaiblir il









FORT-LIBEITTE D'HIER ET D'AWOUED'HIJI


avait. dlivr aux soldats plus de 200 permits. L'occa,
sion de tenter le dsarmement ne pouvait pas tre
plus favorable.
Dj, le colonel Dalban, d'aprs les ordres de
Manigat, avait runi devant le bureau de la place, les
bataillons du Morbihan et du Fort-Libert; les 84me
et 106me rgiments europens commands par le co-
lonel Romain, la garde national et la gendarmerie
sur les ordres de Quayer LARIVIERE et un corps
de cavalerie espagnole que le colonel Grandet avait
fait venir de Monte Christi et de Laxavon. Cinq pi-
ces de canon charges mitraille taient braques sur
la place d'armes. Des cartouches furent distributes
toutes ces troupes qui fournissaient une force de
3.000 hommes. Le gnral Moyse tait absent de la
Ville; il parcourait les montagnes de la Grande-Ri-
vire, prparant les cultivateurs l'insurrection qu'il
avait concerte avec Toussaint-Louverture. Manigat
ordonna la 5me colonial d'aller se ranger en ba-
taille devant la maison du gnral Moyse. Ce corps
ne prsentait qu'une force de 700 hommes, sans mu-
nitions et Manigat avait lui opposer 3.000 hommes
soutenus par une nombreuse artillerie. Les officers
de la 5me, tout en murmurant, allrent occuper la
position qu'on leur avait assigne. Le dcouragement
tait peint sur la figure de tous les soldats qui vo-
yaient devant eux une mort certain. Madame Moyse,








FOWr-.IDERITE 'ZIFM gI D'AUJOURD'HNI


femme nergique et audacieuse, indigne de leur in-
certitude, sortit de chez elle, les harangua, releva leur
courage. et entrana tout le regiment l'Arsenal qui
n'tait occup que par quelques hommes. Elle ouvrit
elle-mme aux soldats les caisses des cartouches et la
5me. munie de provision de guerre vint reprendre
sa position, mais avec une attitude fire et menaante.
D'aprs les conseils de Raffin, Manigat fit sot-
mer la 5e. de mettre bas les armes. Le colonel Adrien
refusa d'obir. Le colonel Dalban fit avancer le ba-
taillon de Morbihan et le 106me rgiment: l'action
commena aussitt. Les troupes europennes firent
de terrible dcharges; mais la 5me rpondant vigou-
reusement leur feu ne s'branlait pas. Dalban lana
contre elle le 84me rgiment qui fut repouss avec
perte. Alors les cinq pieces de canon jourent contre
elle; les soldats noirs quoique horriblement mitraills
ne cdaient pas le terrain. Mais Quayer LARIVIERE
les chargeant avec imptuosit, la tte de 100 cava-
liers, rompit leurs rangs, les mit en pleine droute et
les fit la plupart prisonniers. Il tua de sa propre main
un capitaine de grenadiers nomm Charles ZAMORE.
Le colonel Adrien et un chef de bataillon nomm l'A-
fricain fprent aussi faits prisonniers.
Le lendemain 17 Octobre (26 Vendmiaire) le
gnral Moyse suivi de trois dragons se prsente aux
portes de la Ville; il les trouva fermes. Le colonel








FORT-LIBERTE D'HIER ET IDAUJOURD'HUI


Grandet les lui fit ouvrir. Moyse se rendit aussitt
chez lui pour s'instruire exactement de l'vnement
de la veille. Mais Manigat lui crivit que comme d-
lgu de l'Agent du Directoire, il avait la force arme
sous ses ordres et qu'il l'invitait venir prendre des
instructions auprs de lui personnellement responsa-
ble des dsordres qui pourraient clater dans la Ville,
puisqu'il voyait des canons toujours charges mitrail.
le braqus sur la place d'armes, et la garde national.
ainsi que les troupes europennes, demeures sur
pieds: que du reste, il garantissait la tranquillit de la
ville, si les troupes se retiraient dans leurs quarters
respectifs. Manigat refusa de lui accorder l'entrevue
qu'il demandait. l lui ordonna de se prononcer con-
tre Toussaint Louverture qui tait l'Agent des An-
glais et d'excuter les instructions qui lui seraient
donnes. Moyse refusa de prendre les armes contre le
gnral en chef. Alors Manigat l'accusa de vouloir
faire gorger tous les blancs et d'avoir cri aux armes
quand il tait rentr en ville; il le destitua de ses
functions; ordonna de lui courir sus et de l'arrter
mort ou vif. Moyse fut oblig de prendre la fuite; il
n'eut que le temps de se jeter dans la mer et d'attein-
dre les mangliers de la rade, d'o au travers de mille
dangers, il se rendit au Bois Blanc. Le colonel Adrien
et le commandant l'Africain furent envoys au Cap,








FOBT-LIBDER' DIIER T D'AUWOUrIDIff


par mer et Hdouville les fit mettre aux fers sur une
frgate.
Moyse suivi des soldats de la 5me qui avaient
chapp la mort, parcourut les environs du Fort-Li-
bert, et jeta dans l'me des cultivateurs toute la fu-
reur don't il tait anim. Les Noirs, au son lugubre
du lambi, se levrent en masse comme en 1791, s'-
lancrent de toutes parts sur les blancs en vocifrant
contre Hdouville qui, croyaient-ils, voulaient rta-
blir l'esclavage. Le nom de Toussaint, le garden de
leur libert, dominant leurs cris affreux. En quelques
jours, l'insurrection devint gnrale. La plaine du
Nord fut inonde de bandes furieuses; elle fut livre
aux flames; le poignard poursuivit les blancs qui
taient sur leurs habitations comme aux premires
poques de la revolution.
Pendant cet intervalle, Toussaint Louverture
tait parti des Gonaives pour aller soi-disant prendre
les instructions de l'Agent du Directoire. Mais il se
rendait dans le Nord pour y donner le signal de l'in-
surrection. Il reut en chemin l'ordre d'Hdouville de
se rendre en toute hte au Fort-Libert pour touffer
la rvolte qui venait d'clater...
En Novembre 1801, aprs avoir rtabli l'ordre
trouble par la rvolte de Moyse, Toussaint rentra
Fort-Libert et y fit tuer coup de Baonnettes un
nombre incalculable de malheureux eultivateurs qui









52 FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

avaient rpondu l'attente et l'appel de celui-l.
Les escadres destines Saint-Domingue rallirent
au Cap SAMANA le 29 Janvier 1802; elles taient
fortes de 53 units. Le 30 Janvier, deux frgates a-
vec 500 homes sous les ordes de KERVERSEAU fu-
rent dirigs sur Santo-Domingo et le reste fit voile
vers l'ouest. Trois divisions furent formes: l'une de
2.000 homes tait destine Fort-Libert sous le
commandement de ROCHAMBEAU. Le 1er Fvrier
1802, le premier coup de canon fut tir de Fort-Li-
bert; le lendemain, la situation se trouva dj trop
compromise pour qu'on pt s'entendre. Le 2 Fvrier.
Rochambeau se prsenta devant le goulet de Fort-Li-
bert. Un premier engagement, devant le Fort
Labouque, l'entre de la passe; un deuxime la
Batterie de l'Anse, vers le milieu, ne permirent pas
au commandant du. Fortqui .protge la Ville, au fond
de la baie, de recevoir tn amis, l'et-il voulu, les
vaisseaux franais; il rsista. La canonnade s'enga-
gea entire le Fort et la flotille. Rochambeau eut vite
fait de dmolir les pieces du Fort; il entra dans la
place et suivant son temperament fougueux, excuta
les dfenseurs. Le 4 Fvrier 1802, la division de Ro-
chambeau de l'expdition de Leclerc, atteignit le ri-
vage de la baie de Mancenille au fond de laquelle
est situe celle de Fort-Libert. Rochambeau donna
l'assaut la redoute de l'Anse, l'emporta et passa aut








FOir?-LMEDU D'HIER ET D'AWOVEDIUUIJ


fil de l'pe 30 soldats qui s'y taient renferms. Il
marcha ensuite contre la ville dfendue par Nol
PRIERE. Le capitaine de vaisseau MAGON dirigea
toutes les bordes de l'escadre sur le Fort Labouque
command par Barthleny, qui rsista nergique-
ment. Rochambeau pntra dans la ville don't les por-
tes lui furent ouvertes. Les partisans de Toussaint
qui n'avaient pas voulu se soumettre, sortirent de la
ville l'approche des Franais en massacrant les
blancs et en incendiant les campagnes sur leur pas-
sage.
-' En Mars 1802, pendant le sige de la Crte--
Pierrot, le contre-amiral MAGON repoussa les atta-
ques des cultivateurs rvolts dans les environs du
Fort-Dauphin en faveur de Toussaint contre les Fran-
ais.
Le premier Dcembre 1802, deux heures de
l'aprs-midi, le Capitaine de vaisseau GUILLEMET
s'embossa en face de la ville et la canonna. En m-
me temps, le gnral CLAUSEL atteignit le rivage.
Toussaint BRAVE occupait la place en insurrection
centre les Franais. Ceux-ci le chassrent du Fort
SAINT JOSEPH. En vacuant la ville, les indignes
y mirent le feu et enclourent 25 pices de canon.
CLAUSEL arrta l'incendie qui ne consuma que cinq
maisons. Le gnral LAVALETTE dploya dans cet-
te affaire beaucoup d'intrpidit. Rochambeau, alors
Capitaine Gnral aprs. la mort de Leclerc, se r-








FOBT-LIBERTE D'HIER ET D'AU OURD nUI


jouit fort de ce succs. H renvoya les fonctionnairee
du Fort-Libert reprendre leurs postes qu'ils avaient
abandonns pendant l'insurrection.
A l't de 1803, Rochambeau tenta de roccu-
per PORT-DE-PAIX et FORT-LIBERTE. La posses-
sion de Fort-Libert permettait le ravitaillement du
Cap en bestiaux tirs de la parties espagnole. Rocham-
beau y envoya CLAUSEL qui occupa la place le 30
Novembre, Toussaint Brave cda sans resistance et
campa aux abords.
On apprendra avec plaisir que c'est FORT-LI-
BERTE que Dessalines, Christophe, Clerveaux. B.
Aim, Secrtaire, rdigrent l'acte et proclamrent la
libert des Noirs le 29 Novembre 1803. Pour la par-
faite dification de ceux pour qui nous crivons, nous
insrons dans l'ESSAI l'acte susdit et un article de
Journal public par l'humble auteur de l'ouvrage,
l'occasion du Tri-cinquantenaire, rclamant des
Grands Pouvoirs une part des gigantesques travaux
raliss un peu partout:

AU NOM DU PEOPLE NOIR ET DE COULEUR
DE SAINT-DOMINGUE
L'indpendance de Saint-Domingue est procla-
me. Rendus notre premiere dignit, nous avons
recouvr nos droits, et nous jurons de ne jamais nous








FOET-LORME DIUM ET D'AWJOUBOMDUI


les laisser ravir par aucune puissance de la terre. Le
vile affreux du prrjg est maintenant dchir! Mal-
heurs ceux qui oseraient runir ses lambeaux san-
glants! Propritaires de Saint-Domingue qui errez
dans des contres trangres, en proclamant notre
Indpendance, nous ne vous dfendons pas de rentrer
dans vos biens: loin de nous cette pense injuste !
Nous savons qu'il est parmi vous des hommes qui ont
abjur leurs anciennes erreurs, renonc leurs folles
prtentions, et reconnu la justice de la cause pour la-
quelle nous versions notre sang depuis douze annes.
Nous traiterons en frres ceux qui nous aiment: ils
peuvent computer sur notre estime et notre amiti de
revenir habiter parmi nous. Le Dieu qui nous pro-
tge, le Dieu des Hommes, nous ordonne de leur ten-
dre nos bras vigoureux.
Mais, pour ceux qui, enivrs d'un fol orgueil,
esclaves intresss d'une prtention criminelle, sont
assez aveugles pour se croire des tres privilgis et
pour dire que le Ciel les a destins tre nos matres
et nos tyrans, qu'ils n'approchent jamais du rivage
de Saint-Domingue, ils ne trouveraient que des cha-
nes et la deportation. Qu'ils demeurent o ils sont !
Qu'ils souffrent les maux qu'ils ont bien mrits! Que
les gens de bien, de la crdulit desquels ils ont trop
longtemps abus, les accablent du poids de leur ini-
gnatian! Nous avons jur de punir quiconque oserait








FOR-IiEERBTE D'RIER ET D'AUJOURD'IM


nous parler d'esclavage. Nous serons inexorables,
peut-tre mme cruels envers tous les militaires qui
viendraient nous apporter la mort et la servitude.
Rien ne cote, et tout est permis des hommes a qui
lon veut ravir le premier de tous les biens.
Qu'ils fassent couler des flots de sang, qu'ils in-
cendient pour dfendre leur libert les sept septimes
du globe, ils sont innocents devant Dieu auui n'a pas
cr les homes pour les roir gmir sous un jour
honteux.
Si dans les divers soulvements qui ont eu lieu,
des blancs don't nous n'avions pas nous plaindre,
ont pri victims de la cruaut de quelques soldats ou
cultivateurs aveugls par le souvenir de leurs maux
passs, pour distinguer les propritaires humans de
ceux qui ne Ptaient pas, nous dplorons sincrement
leur malheureux sort et dclarons la face de l'Uni-
vers que ces meurtres ont t commis malgr nous.
Il est iinpossible-dans une crise semblable i, celle
o se trouvait alors la colonie de prvenir ou d'arrter
des dsordres. Ceux qui ont la moindre connaissance
.de l'histoire savent qu'un people, ft-il le .plus police
de la terre, se porte tous les excs lorsqu'il est agit
par les discordes civiles, et que les chefs n'tant pas
puissamment seconds, ne peuvent punir tous les cou-
pables, sans rencontrer sans cesse de nouveaux obs-
tacles. Mais aujourd'hui nue l'aurore de la paix nous








FOW-ItJMMTE DVUMItET D'AUJ0VaDIgtV<


prsage un temps moins orageux, et que le calme de
la victoire a succd aux dsordres d'une guerre af-
freuse, Saint-Domingue doit prendre un novel as-
pect et son Gouvernement doit tre dsormais celui
de la Justice.
Donn au Quartier Gnral du Fort Dauphin,
le 29 Novembre 1803.
(Sign): DESSALINES, CHRISTOPHE,
CLERVEAUX.
B. AIME, Secrtaire



FORT LIBERATE ET LE SESQUICENTENAIRE
DE NOTRE INDEPENDENCE NATIONAL
Ainsi que nous l'avons promise, plus haut, nous
reproduisons l'article que nous avont fait publier dans
Le Rveil du Nord'Est quelques jours des ftes
du TRI-CINQUANTENAIRE de notre Indpendance,
en vue d'viter qu'encore une fois la Ville n'ait eu
le sort qu'elle a toujours eu travers les ges.
Fort-Libert qui a t le thtre des grandes
luttes pour l'Indpendance, n'est pas seulement le
foyer de la Libert mais encore le premier coin de
terre d'Hati o fut rdige et signe, le 29 Novembre
1803, la premre proclamation de la Libert des








FOIRT-LUEITE DIER WF DPAUJOUVUVI


noirs. Et, si par impossible il ne devait y avoir qu'un
seul acte de ce genre, c'est cette Ville qui aurait eu le
trs rare privilege de lancer la face du monde notre
volont de vivre tout jamais libres sons un ciel na-
turellement ntre.
Pour une raison ou pour une autre, des grands
travaux raliss un peu partout en vue des fastes du
premier Janvier 1954, aucune part vraiment digne
de son pass, ne 'lui est octoye. Ne cherchons pas la
cause de cet oubli,- peut-tre involontaire.-- lais-
sons cet acte, qui n'est pas de notre invention.-(et
don't nous sollicitons la publication pour l'dification
des lecteurs)- le soin de fire droit cette cause sa-
cre que nous plaidons.
Nous estimons que, si les Gnraux signataikes
du dit acte l'avaient rdig et proclam ici FORT-
LIBERTE, (alors FORT DAUPHIN) ce n'tait point
par pur caprice de localit ou de partisanerie; c'tait
trs certainement pour rendre Csar ce qui lui est
d.
Nous croyons donc, l'appui de ce que nous
avanons, qu'il n'est pas trop tard pour l'Excutif,
don't le constant souci est de fter pompeusement nos
150 annes d'Indpendance, de payer chamqe Ville
qui avait concouru la grande pope de 1804, le tri-
';it d'honneur auquel lui done droit son pass. d'en-
visager l'rection d'une stle commemorative ou d'nn








VOEt.LInnm DIRM Er DIAV5OUUJ'U


pidestal sur leqael s'dlverait le lbuae de 'm de
valeureux Fondateurs de la Patrie, celui d'Henri
CHRISTOPHE par example. qui fut proclam
Roi, en cette Ville, l'issue d'une fte organise par
les grands dignitaires de tout le dpartement du Nord.
Car si les homes peuvent mentir, les actes histori-
ques, bien que fruits de leurs cerveaux, jus-
qu'ici jalousement conservs, ne le peuvent en
aucune faon, et lgitiment alors notre ambition
de voir notre vieille Ville de Fort-Libert, elle aussi,
recevoir sa part de la separation qui se fait et se pour-
suit, quand ses ruines fumantes de gloire, ses measures
lzardes sont encore un vibrant tmoignage en fa-
veur de sa noble cause et de son imprissable Pass.
Dans le mme ordre d'ides, disons que Toussaint
Brave, dans le Nord, cernait troitement Fort-Libert.
Il entretenait des intelligence avec les indignes
qui composaient, sur les ordres des Franais, la milice
de cette Ville. La plupart des Noirs et des homes de
couleur de la place formrent une conspiration en
faveur des Indpendants qui durent assaillir les Fran-
ais, le jour qu'elle claterait. Le 2 Avril i803, les
Indignes de la Ville se prcipitrent l'iniproviste
sur tous les postes qu'occupait la 10Ome demi-bri-
gade de ligne. Le gnral QUENTIN, par son nergie,
djoua tous les projects des conspirateurs. Mais en
mme temps, Toussaint Brave, la tte de 1400 in,








o6 FOWT-IUBERTE D'HIE ET D'AWOlJOUIPH

dpeadants, attaquait vigoureusement la place et y
pntrait. Il se retrancha dans les rues qui furent
barricades. La Ville demeura bloque par les ind-
pendants. Le 8 Avril, Toussaint Brave assaillit de
nouveau la place cinq heures du matin, mais il ne
put en escalader les remparts. Mentionnons aussi que
le 21 Avril 1803, l'occasion du massacre des blancs
ordonn par le Gnral en Chef, l'gorgement de
ceux-l fut gnral.
Poursuivant notre prigrination travers le Fort-
Libert historique, nous prouvons quelque fiert
consigner que c'est l que Henri Christophe, le Magni-
fique, Btisseur de la Huitime Merveille du Monde,
fut proclam Roi le 26 Mars 1811.
Vergniaud LECONTE nous expose tout de suite
les circonstances dans lesquelles eut lieu cette procla-
mation: Le 26 du mois de Mars 1811, Christophe
convia sa maison militaire une fte qu'il voulait
donner Fort-Libert. Madame Christophe fut de la
fte avec les dames qu'elle y invita. Christophe avait
une attention particulire pour cette tendue du Pays
don't le Fort-Libert est le chef-lieu. Mme. Christophe
ayant pris naissance sur l'habitation Bedou. dans la
commune de Ouanaminthe, la prdilection du mari
pour cette region ne s'est jamais dmentie et la fte
qu'il donna Fort-Libert, sans peut-tre qu'il eit
pens en faire le prlude de la royaut, fit clore








FOUr-LmiERTT D'HIE ET D'A1fiouuE


son rgne. Il n'y eut pas, comme l'avance ARDUIN,
de carrousel cette occasion. Les carrousels ne sont
pas connus chez nous. Ce jour, on assist la messe,
on passa en revue les troupes, il y eut banquet et r-
q s pa~ncp publiques, oin fit une tourne cheval par
la ville. Les ttes un peu chauffes ne se continrent
plus: Le people salua Christophe au cri de VIVE LE
ROI et Madame Christophe de celui de VIVE LA
REINE! Tout le monde rpta'ce salut avec en-
thousiasme. Au Cap o le future Monarque entra dans
la soire, les vivats et les propos de joie animrent la
Ville qui s'y associa de bon ceur, tant anxieuse de
voir la ralisation de cette intention. Dans la nuit
mme de son retour, les fonctionnaires civils et mili-
taires, les commerants tablis sur la place, vinrent
prsenter leurs flicitations et leurs hominages au
President et Madame Christophe.
En publiant ces documents historiques, nous ne
nous sommes laiss aveugler par aucune folle pr-
tention, nous voulons seulement et simplement ren-
seigner bon escient.
Pour clore ce chapitre, notons que sous Michel
Oreste, la population civil dfendit vaillamment la
Ville aux cts d'Antoine Simon, Seymour Pradel,
Charles ZAMOR quand les troupes rvolutionnaires
vinrent l'attaquer. Ces volontaires les culbutaient
courageusement; c'est ainsi que le fameux gnral








62 FOT-LIEBwTE DUHIB ET D'AUJOUBDI

DORCILIEN, la suite de l'inoubliable bataille du
13 Janvier 1914, jura de ne plus fouler le sol de la
Ville; car il y avait fait une belle et triste experience.
Nous nous en voudrions de ne pas mentionner
ici les noms des Jeunes qui dcledncaient n Artil
dernier le plus formidable des movements rvolu-
tionnaires FORT-LIBERTE contre le COLLEGE
CROUPION. Ils n'taient pas nombreux, ils s'ap-
pellent Ramss CAMY, Claude et Etzer JACQUES-
ANTOINE, Emmanuel FELIX Fils, etc. etc. ils
tenaient dans leur sphre d'action seconder le mou-
vement de PORT-AU-PRINCE.








FORT-LIBERTE DHIER ET IDAUJOURD'IUI


CHAPITRE V

Les Monuments sont eux-mmes une histoire
permanent et parlant sans cesse aux yeux et l'es-
prit. L'histoire et l'Archologie se prtent mutuelle-
ment secours, et souvent de leur rapprochement il est
rsult les dcouvertes les plus prcieuses qui, sans ce
moyen, auraient t perdues jamais pour les
sciences.
Pour une raison totalement ignore de tous, en
parlant des lieux historiques qui pourraient captiver
les tourists trangers ou indignes, dessein, dirions-
nous, le nom de Fort-Libert n'est jamais cit.
Clbre parmi les Villes clbres de la Rpu-
blique, quant sa participation aux vnements qui
conduisirent la grande pope de 1804, elle s'inter-
roge aujourd'hui d'une voix dsabuse: Pourquoi
aucune mention n'est-elle jamais faite de mes monu-
ments historiques?
Si GONAIVES, bon droit, s'enorgueillit de oe
qu'elle a vu natre l'acte de la proclamation du nou-
vel Etat d'Hati, Fort-Libert peut tout aussi bien
clamer qu'elle a enfant l'acte de la proclamation de
la libert gnrale des Noirs.








FORT-LIBERTE D'HIER ET DrAUJOURD'HUI


Ce disant, nous n'entendons nullement entrer en
mulation avec aucune autre Ville du Pays. Nous
sommes de ceux-l qui professent un gal et saint
amour pour tous les coins de la Patrie du fait que
celle-ci n'est forme que de la runion de tous les ha-
meaux. sections rurales, quarters, bourgs, communes,
Arrondissements, Dpartements. Quand pour et par
des sophismes baptiss de raisons d'Etat, on relgue
la Ville l'arrire-plan, nous ne pouvons, on le com-
prend bien, rester coi. Voulant maintenant taler
ciel ouvert toutes ses possibilits, nous nous voyons
amen parler de ses monuments. Ils peuvent y atti-
rer nombre de tourists, de visiteurs et les convaincre,
s'il en tait besoin, du rayonnement d'antan de la
ville. Cette nomenclature de monuments historiques
aura pour but d'intgrer dans le rel ce que depuis
longtemps on a considr comme une parodie.
L'Eglise Paroissiale est parmi les ouvrages d'ar-
chitecture capable d'attiser la curiosity des touris-
tes. celui pour lequel de plus fortes sommes d'argent
ont t dpenses. Elle a t acheve en 1786 et ds
lors, bien qu'aucune rparation srieuse n'ait t en-
treprise, elle continue dfier le temps. Vergniaud
LECONTE ne s'est point tromp, quand parlant
d'elle, il a crit: Elle est l'une des plus belles du
Nord.








FOBI-LUMTE -D'IUE ET D'AUJOUIJEDUI


SFont pendant l'Eglise, en tant que monuments
susceptibles d'offrir une source de revenues par l'ap-
port du Tourisme le Fort LABOUQUE sis sur la poin-
te de la baie; il possdait autrefois 35 pices de ca-
non, la BATTERIE de l'ANSE protge par 32 pi-
ces de canon, le FORT SAINT CHARLES arm ja-
dis de 12 pices de canon, le Fort SAINT FREDERIC
mont par 12 pieces de canon. A l'occasion de la po-
se de la premiere pierre du Fort BAYAHA, on grava
cette inscription sur une plaque de cuivre: POUR
PERPETUELLE MEMOIRE A LA POSTERITE,
L'AN DE GRACE MDCCXXX ET LE XV. DE
L'HEUREUX REGNE DE LOUIS XV, ROI DE
FRANCE ET DE NAVARRE, LA PREMIERE AN-
NEE DE L'AGE DU PRINCE DAUPHIN, SON PRE-
MIER FILS, SOUS LE MINISTER POUR LA MA-
RINE ET LES COLONIES DE M. DE PHILI-
PEAUX, COMTE DE MAUREPAS.
A ce nombre de fortifications plus haut relates,
ajoutons que le FORT DAUPHIN aujourd'hui Fort
SAINT JOSEPH est la mme chose. Il possde des
souterrains qui du Fort peuvent conduire au pont
COLLET. La pierre de taille qui a t employee sa
construction fut transporte de France dans un bti-
ment de guerre, le PROFOND. La Fontaine publique
qui, aprs sa construction n'a fourni de l'eau que
pendant quelques heures, a cot une fabuleuse som-









FORT-LIBERTE DRINK ET D'AUJOID'UUI


nime soit 1.700.000 Livres de la Colonie (1.333.333
lives 6 sous 8 deniers de France).
Que le lecteur ne se mprenne en voyant que
d'autres noms ont t ailleurs cits. Qu'il retienne
que la Redoute SAINT LOUIS n'est autre que le Fort
LABOUQUE, que la Redoute de la GROSSE POIN-
TE est le Fort SAINT FREDERIC. Malgr les pres-
eriptions du Roi les seconds noms n'ont jamais pu
prvaloir.
Ces fortifications ont cot environ 253.000 li-
vres tournois. Quand de nos jours, nous voyons se
perdre avec le temps tous ces ouvrages, tmoins lo-
quents d'un pass fertile en exploits de toutes sortes,
nous ne pouvons que plaindre, tout en la blmant, la
grande indifference de tous ceux qui, placs pour les
prserver de l'oubli et de l'oeuvre nfaste de dsa-
grgation du temps, s'en sont au contraire faits les
complices.
A nous rappeler que lors de la pose de la pre-
mire pierre du Fort BAYAHA, il fut expressment
mentionn: POUR PERPETUELLE MEMOIR A
LA POSTERITE, il est dplorer que nos Gouver-
nants n'aient jamais pens en conserver au moine
les vestiges pour les gnrations de demain. Si quel-
ques unes des fortifications ont t la proie du temps,
qu'au moins on pense sauver celles qui restent et
qui peuvent, comme nous l'avons dj soulign, cons-








POUr-UBBMo wniM M ET D'AUIOCUD'UI


tituer une source de revenues pour le fisc, en ce mo-
ment o l'industrie touristique a conquis sa place
dans notre assiette conomique et qu'un Dparte-
ment mme du Tourisme vient d'tre cr.
Sous le gouvernement de M. Elie Lescot, pendant
la guerre de 1944, n'avait-on pas plac au Fort SAINT
JOSEPH une garnison de soldats la tte de laquelle
se trouvait le Sous-Lieutenant Joseph SANTELLY?
Aimant charnellement notre Patrie, nous ne lui fe-
rons pas de mauvais souhaits, mais nous craignont
qu'au cas chant, le Fort ST-JOSEPH ne doive nos
esprances ou ne puisse rpondre au but pour lequel
il a t construit et amnag. Allez-y; come on cour-
tise une femme difficile, mettez-vous lui parler,
confidentiellement, dans un cap cap avec vous.
il vous dvoilera tous ses secrets.
N'est-ce pas en ce lieu tabou que nous avons pu
baucher les meilleurs de nos pomes? Ne terminons
pas ce chapitre, sans rendre un public homage
aux diffrents Commandants du Sous-District qui,
durant leur passage la tte de la Caserne Henry
premier. ont toujours affect sa toilette une quipe
de condamns aux travaux forcs, au point qu'au-
jourd'hui le fort est devenu ou redevenu le lieu de
promenade ou de rendez-vous le plus frquent.
Nos vacances, quand nous ne sommes pas all
y passer quelques heures, en communion avec les








SFOIRT-BERTE DHIUE ET D'AUJOURIHUI

pirres qui nous parent sans reserve et nous racon-
tent tout ce qu'elles y ont vu, n'ont jamais t int-
ressantes pour nous.
En face de cet abandon don't le fort est l'objet,
nous ne nous dsesprons pas, car il adviendra une
heure et cette here n'est pas loin, o un Homme qui
vnue au Pass un culte d'idoltrie, se mettra rparer
les erreurs, rgnrer toutes les fortifications de la
Cit que le temps prend plaisir mietter et dgra-
der!








FO0T-IJOEILIM DfIR gr D'AUIOqIlWUU


CHAPITRE VI

Nous voici maintenant amen parler de la si-
tuation matrielle d'hier et d'aujourd'hui de la ville.
Pour bien saisir le film des faits qui, sur l'cran
de la vrit, vont se profiler sans retouche, nous invi-
tons le lecteur nous suivre avec confiance, cher-
cher s'adapter au milieu tudi en tenant compete
de l'poque don't nous retraons les phases principa-
les en function de leur importance.
FORT-LIBERTE se serait dveloppe autant
que les autres villes si, come nous en avons dj fait
tat, des obstacles de toutes sortes ne s'y taient op-
poss.. Il n'y a jamais eu d'irrigation. On s'est seule-
ment content de quelques pluies ou ondes bienfai-
santes. On peut mme diviser, ce point de vue, en
priode de vaches grasses et en priode de vaches
maigres, les poques de bonne et de mauvaise rcol-
tes. Bien que les terres ne soient pas arables il fut
un temps o nous avions beaucoup de vivres alimen-
taires.
De sa foundation nos jours, la ville,- part la
Fontaine Publique mentionne ailleurs, n'a jamais
eu bnficier d'un SYSTEME HYDRAULIQUE.









FORT-LQTIRTE fluER Er IDAUJOUUWHU


Ce n'est pas que des dmarches y relatives n'aient t
faites. Hlas! elles sont toujours restes lettre morte.
La population continue s'abreuver aux puits colo-
niaux qui fournissent, aux poques de scheresse,
pour ne pas dire constamment, une eau pollue.
boueuse. Les rivires avoisinantes: COLLET COI-
COU VINCENT don't les habitants consommaient
jadis les eaux, ne fournissent plus depuis longtemps
leur prcieux liquid. Elles laissent leurs lits, vaga-
bondent a et l, causant par ainsi de nombreux d-
gats aux champs de culture des malheureux plan-
teurs. Sous le Gouvernement du grand Dumarsais
ESTIME. il tait question de creuser un PUITS AR-
TESIEN pour l'alimentation de la population en eau
potable. Les mauvais gnies,- bien que M. le Pr-
sident dclart dans son discours responsif celui de
M. Lduc B. LAMOTHE. lors de sa premiere tourne
prsidentielle dans le NORD'EST: Dans la spara-
t;o, du giraui national. la ville de FORT-LIBERTE
aur sa spart. passrent l'action, mirent tout en.
euvre, accusrent un Jeune Dauphinois de crime
centre la sret intrieure de l'Etat et par ainsi arri-
vrent crer une CRISE de CONFIANCE entire le
Chef de l'Etat et la Population. Le Pouvoir est oim-
brageux, rien ne se fera. Nous en appelons au tmoi-
gnage de Me. Euvrena G. F. ETIENNE qui, dans son
article intitul CRIME ET LACHETE flagellait








JOET-LIDERTE D'HIER Er D'AUJOVI>'HVE


ce moment-l l'agissement et la crapulerie des vils d-
nonciateurs.
La separation du GATEAU NATIONAL .
eu lieu effectivement. Nombre de villes entire autres
BELLADERE en reurent leurs trenches, cependant
que Fort-Libert, elle, n'en a pas eu mme les miet-
tes.
Si nous glanons dans le champ du PASSE con-
sidr par Victor HUGO come la spirale sans
fond du gouffre intrieur, nous sommes certain
de trouver foison d'autres examples qui jetteraient
en pmoison les biens pensants.
En corroboration de ce que nous avons relat
plus haut, on lira cet extrait du rapport du Gnral
de Brigade Louis POUX, commandant de l'Arron-
dissement de FORT-LIBERTE, son Excellence le
President d'Hati d'alors, rapport relatif sa tour-
ne dans l'tendue de son commandement, confor-
mment aux articles 124 et 125 du Code Rural, puis
la Gnalogie du mme Gnral.

Fort-Libert, le 27 Dcembre 1839...
Ayant commenc le 12 du mois dernier ma
tourne par le quarter du Terrier-Rouge, fai visit
successivement les dix-neuf sections qui circonscri-
vent l'tendue de mon Arrondissement. Elles don-
nent chacune, sauf celle de FAcul-Samedi, une pers-








FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


pective assez satisfaisante. Celle-ci cependant offri-
rait le mme aspect, si les propritaires de cafiers
taient assez expriments dans l'art du lahourage.
pour vaincre, dans quelques endroits, la strilitr
malheureusement trop rtive qui s'y fait tout--coup
remarquer; ce qui porta une grande parties des pro-
pritaires de l'Acul-Samedi abandonner leurs caf-
teries pour aller s'tablir Gouabari et Carisse
dpendants de la Commune de Vallires, o la fcon-
dit du terrain leur offre plus d'avantage. La rcolte
est assez brillante cette anne. Au Mont-Organis,
partout o fon passe, on voit avec un plaisir ravissant,
le cafier qui, talant avec abondance, ses fruits
pourprs, offre au cultirateur une rcompense oann-
tageuse.

*
*

GENEALOGIE DU GENERAL LOUIS POUX

Le Gnral Louis POUX fut page puis Barfon
sous Christophe. Il fut commandant de Commune
sous Boyer et Commandant de la Province de Monte-
Christi. Boyer lui donna l'habitation ROBINO o il
v a encore les ruines de la maison de famille. Il fut
Commandant de l'Arrondissement de FORT-LIBE-R
TE sous l'Enpire de FAUSTIN aprs la bataille d'O-
COA o il se signal, retourna au commandement de








FOIT-IJBEBTE D'HIER ET DIAUJOURD'HUI


l'Arrondissement de FORT-LIBERTE o il mourut
en function vers 1874 avant Domingue; sons Nissag9
SAGET, il fut inhum tout prs du palmier sur la
place d'armes de FORT-LIBERTE. Il obtint pour ses
services du Gouvernement de SOULOUQUE l'hlabi-
tation DORLY actuellement dpendant de la qua-
trime section rurale de la nouvelle Commune de
FERRIER. Christophe lui donna en rcompense
de ses services l'habitation DIBREUIL Grande Place
MILOT et l'habitation BOIS-POUX, deuxime see-
tion rurale de LASSALE MONT-ORGANISE. Il pa-
rat qu'il ne s'tait jamais mari.
DESCENDANTS : Ses enfants taient: lo) Dai-
ne ou Marie-Madeleine Poux, mre de Saint-Ilmon'd
BLOT qui fut Denise CAP. elle-mme fille de Val-
court CAP. 2o) Valcourt CALIXTE POUX qui ft
J'enfant prfr du Gnral. Il tait dput de MI-
LOT. Pre d'Edouard POUX (Veuve Renlus PRO-
PHETE). 3o) Jn-Charles Louis POUX, Pre d'Orof-
frane ou Offrane POUX pre. Offrane POUX pre
tait le grand'pre du Snateur rcemment d-
cd, Offrane POUX ; de lui descendent les co-
hritiers de Saint-Louis du Nord. a) Offrane
POUX pre avait: Dmosthnes POUX. pre de
Daniel et d'Offranise, mre du Docteur Michel
BERNATEAU, etc. b) Fleurimond POUX, pre.
c) Emilie POUX, mre de Jn-Baptiste. Pubien, dWf-








JOBT-LIDEBEE D'HIEM ET IY'AU5OUUYHU


frane, Snateur. d) Charles POUX, pre de Dieu-
donn et Benoit POUX. 4o) Amlia POUX de qui
descendent Granville LAFORCE et consorts. 5o) Vir-
ginie POUX, les Desmangles, les Elie ANDRE; 60)
Charles POUX don't les descendants habitent le Bord
de Mer de Limonade, de qui descendent Merveilleuse
POUX, mre de Znon et Souverain JEAN JAC-
QUES. Znon tait le Condillac JEAN JACQUES,
Pasteur de l'Eglise BAPTISTE. Melcourt POUX, de
Jacmel tait le neveu du gnral POUX; fils d'un de
ses frres Tlamo ou Termocius.
N. B.-Ptrus CALIXTE, pre de Dmosthne
CALIXTE descend de Yacinthe CALIXTE qui tait
mari la seur du Gnral POUX.
L'Agriculture tait quelque peu nglige. Une
rare silhouette, celle de Vamyr PHANOR ALEXIS
s'y tait adonne ainsi qu' l'levage et la distilla-
tion sur une grande chelle.
Vamyr PHANOR ALEXIS tait parvenu orga-
niser l'usine Vapeur de BEOTTE et exporter des
boeufs en grande quantit Cuba. D'autres personnel,
telles que Dorvil, Phanord ALEXIS, Fonrose DU-
PONT Dumas, Utile MANIGAT, suivant son exem-
ple. se livreront elles aussi l'Agriculture.
Plus tard, Bertrand LAMOTHE introduisit l'in-
dustrie de la Pite qui aujourd'hui est devenue pour le
Nord'Est la principal source de revenues pour le fisc.








IOirT-LIDemu D'1 Er D'VAUJUWHUI


Entre temps, le campche sera la plus important
denre d'exportation. La quantit de campche ex-
porte annuellement en Amrique et en Europe soit
plus de cent millions de livres tait gale au tiers de
la production total de la Rpublique.
La Ville tait cte premier Port d'exportation.
Le campche faisait la prosprit de l'Arrondissement
tout entier. Il y avait un nombre imposant de Spcu-
lateurs don't nous retenons ici les derniers: Antoine
DURAND, Saint-Louis THIMOTEE, Bertrand LA-
MOTHE, Eugne TASSY, Michel GIORDANI, Maxi
AVELO, Ernest FILS-AIME, Saint-Phard NICO-
LEAU, etc...
Dants FORTUNAT, dans sa nouvelle Gogra-
phie de l'Ile d'Haiti, s'exprime ainsi: Elle jouit (la'
Ville) depuis longtemps d'un droit d'chelle pour 'ex-
portation de ses bois prcieux. Grce cet advantage,
son movement commercial est devenu trs dvelopp.
Prcisons tout de suite et disons aue le Port droit
d'Echelle fut ouvert le 29 Septembre 1876.
La Ville serait, n'en pas douter, l'gale des
autres rgions de la Rpublique, si l'ouverture du
Port, en tant que Port, ne se faisait pas trop tard.
Avec le droit d'Echelle, les vapeurs pouvaient mouil-
ler dans la baie et l'argent qu'ils versaient en retour
tait peru par un Agent de la Douane mre du Cap
don't elle alimentait et grossissait la case et tait








FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


aus.-i considre come la succursale. Malgr tout.
son commerce tait aussi florissant que celui du Cap.
Saint-Vincent lui seul avait trois bateaux va-
peur sa consignation. Trs souvent, il y en avait
plus de vingt-cinq dans la rade en l'espace d'une
huitaine; quand il n'en restait que 17, les dbardeurs
s'en plaignaient amrement et rptaient tout ve-
nant que cette semaine tait trs mauvaise.
Le transport du Campche des environs la Ville
tait bel voir. Le dimanche, par example, on ne
pouvait pas y entrer avec des chargements. Les
homes d'affaires venaient en file, des deux cts de
la grand'route, dposer leurs bois. Ils dtelaient les
animaux et rentraient paisiblement chez eux, atten-
dant le Lundi matin. Il y avait plus d'un miller de
cabrouets. MM. Michel GIORDANI et Bertrand LA-
MOTHE en possdaient chacun plus de deux cents.
Le march tait devenu trop exigu. Les mar-
chands talaient leurs products jusque sur les perrons
des maisons des dames Alphonse PHILOGENE et
Tertulien JACQUES ANTOINE. Des commerants de
VALLIERES. CARICE, MONT-ORGANISE et mme
du LIMBE et du BORGNE venaient y fire leurs em-
llettes.
Le petit Michel GIORDANI achetait par JOUR
plus de SOIXANTE QUINZE GOURDES de pain
qu'il distribuait aux clients de la maison. Il prpa-









FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


rait du RHUM qu'il leur offrait en retour en guise
d'encouragement. Le gallon de BARBANCOURT se
-.nJai;t ailrs QUINZE Gourde-.
Avec ce dveloppjiiient intressant, ce -ra l'ou-
rerture definitive du PORT au Commerce extrieur
le 8 Juillet 1910, sous le Gouvernement du Prsident
Antoine SIMON, pendant la revolution ou la guerre
des CACOS. A cet effet, il envoya FORT-LIBER-
TE une dlgation compose de Mes. Antoine Pierre-
PAUL et Jules M. BREDY enquter sur la situation
du NORD'EST abandonn par les Gouvernements
prcdents. Le rapport des Commissaires ayant t fa-
vorable la dcentralisation de la JUSTICE et de
ADMINISTRATION des FINANCES, le Gnral
Antoine SIMON dota le Nord-Est d'un Tribunal
Civil et d'une Administration des Finances et Doua-
nire.
Sous le Gouvernement de Salomon JEUNE,
nombre de maisons de Commerce rivalisaient avec
celles du Cap. Une maison de Commerce, celle qu'ha-
bite aujourd'hui la famille Fixalan LOUIS. auparte-
nait au dominicain JIMENEZ qui. dans la suite. de-
vint Prsident de la Rpublique voisine. Elle avait
son service plus de QUARANTE commis ou emplo-
ys. Le gros Commerce tait reprsent par des Sy-
riens, Corses, Franais, Anglais, Dominicains, Alle-
mands. C'est ainsi qu'un commerant allemand du








FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURDUI


nom de LERCH eut, un soir d't, le magasin incea-
di. Les marchandises taient directement conman
des de l'Etranger. On les dbarquait au Cap d'o on
les faisait venir ici. Fatigus, dcourags et surtoit
ruins par un transport excessivement coteux, les
importateurs rentrrent dfinitivement au Cap. A
partir de leur dplacement de la ville, le commerce
commena pricliter. La dcadence s'accentua sous
Tirsias. Il n'y restait, sous Antoine SIMON comme
grands magasins que ceux de James BLYDEN, Mi-
chel GIORDANI, Maxi AVELO. Certain de ces corn-
merants y vivaient jusqu'en 1916 exclusivement.
Si cela, nous n'ajoutions le rle jou par
un cheptel des plus intressants, il manquerait quel-
que chose ce tableau, passablement bien bross.
En effet, tout le monde tait propritaire de boefs.
Chaque personnel en avait au moins une trentaine de
ttes. Retenons aussi que ce mme cheptel fut vite
dcim durant la revolution de 1914-1915. Pour le
reconstituer. on tait oblig d'aller en acheter quel-
ques petites units bien loin, alors que dans un pass
recent, les savanes taient tapisses de boeufs don't la
beaut diverse des poils charmait les yeux.
Du point de vue d'urbanisme. la ville offrait un
assez bel aspect. Avant le sisme de 1842, elle tait
bien btie. Cette catastrophe ne fut pas locale, c'est-
-dire qu'elle ne se borna pas dtruire le Cap. Elle








POWT-UDEETE DUIMM ET D'AUJOUBDDHUI


renversa presque toutes les villes du Nord: Port-de-
Paix, les Gonaves, Fort-Libert et dans la Rpubli-
que Dominicaine, Santiago, Porto-Plata. On peut en
juger par les ruines et les foundations solides qui r-
sistent aux attaques injustifies du temps. Une court
promenade sur les lieux peut nous difier surabon-
damment. Aprs le tremblement de terre qui boule-
versa la ville de fond en comble, par crainte de nou-
veaux cataclysmes, de nouvelles preuves, la Popula-
tion n'a pas reconstruit de la mme manire, elle pr-
fra btir en bois et couvrir en aisseau. Cette couver-
ture commande de l'tranger et expdie en caisse
tait absolument fragile et ne durait pas. Garantie
pour dix quinze ans, elle devait tre renouvele.
On n'y avait pas pens; par ainsi de nombreuses mai-
sons ont disparu avec le temps. Signalons qu'avec le
sisme de 1842, nous avons perdu quatre-vingt-qua-
tre maisons au moins, desquelles nous dtachons cel-
le de Lauriston SAINT-AUBIN qui portait comme
enseigne: GETHSEMANI par allusion peut-tre
ce village situ prs de JERUSALEM o tait le Jar-
din des Oliviers, qui vit la trahison de l'Homme-Dieu
par l'un de ses disciples.
Personne n'a jamais pu s'expliquer que, encla-
ve entire trois grandes branches de la Plantation
DAUPHIN: DERAC PHAETON PAU-
LETTE, FORT-LIBERTE n'ait une vue
plus attrayante, un meilleur sort. D'ordinaire, les









FORT-LIBEETE D'HIER E~T DAUJOVUD'HIfl


villes aux environs desquelles s'tablissent ces sortes
(le Compagnies trangres ou locales ont toujours eu
un meiileur destiny. C'esi aini cue "1la sitrialion de no-
tre Cit. -a physionomie d'indi,.-.nt s.ir un lit d "pi-
tal, priv de tout et de tout, n'auront pas laiss indif-
frents tous ceux qui ont visit MIRAGOANE laquel-
le, aprs installation de la Compagnie REYNOLDS
a, avec la vitesse d'un mtore. change compltement
de visage. Pagnant est lectrifie alors que depuis
plus de six lustres que la PLANTATION DAUPHIN
est avec nous, nous n'avons rien bnfici d'elle qui
et pu solliciter notre attention et mriter ici une
mention spciale.
La ville a de grande possibilits de dveloppe-
iiicn conomique. Pour y parvenir, il n'est que d'en-
visager le problme de l'AUTONOMIE COMMUNA-
LE. Il s'agit de rendre la DECENTRALISATION
EFFECTIVE pour elle, de lui abandonner des re-
cettes genrales une parties pour qu'elle puisse s'oc-
cuper de certain de ses travaux d'urbanisme. Sou-
vent, on rpte que l'lectrification d'une ville faci-
lite heaucoup son evolution. Nous l'avons tellement
bien comprise que nous avons en maintes occasions,
tent paralllement des dmarches auprs des
GRANDS POUVOIRS et de la PLANTATION DAU-
PHIN. Les dernires datent du dernier rgime. Me.
Elie ANDRE, de regrette mmoire, qui aimait pas-








FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


sionnment sa chre ville, en avait pris la paternit.
Il recourait aux bons offices d'un expert qui lui pr-
para un devis. Monsieur Duly B. LAMOTHE, alors
Dput du PEUPLE aura fait tout son possible. Le
project d'lectrification de FORT-LIBERTE tait sur
la bonne voie. LA PLANTATION DAUPHIN, par
l'organe de son Manager, rclamera du Gouverne-
ment d'alors la some de QUINZE MILLE GOUR-
DES pour conduire l'nergie lectrique aux portes de
la ville et DIX MILLE GOURDES comme CAU-
TION. Cette deuxime tranche serait dpose la
BANQUE pour supplier un non-paiement des abon-
ns au 15 de chaque mois. Nous sommes en 1952. Le
Gouvernement promettra d'accorder toute sa sollicitu-
de aux veux de la Population. Au moment psycholo-
gique, il dclarera que le BUDGET de la Rpublique
est DEFICITAIRE, qu'il ne peut, quant present, y
donner suite. C'est ainsi que les plans et devis dor-
ment d'un sommeil peut-tre ternel quelque part
dans les Archives du Palais National.
A ce propos, nous publions, in extenso, le project
de contract prpar par le Manager, le Dput LAMO-
THE. lgrement modifi par l'ingnieur LEVELT.

CONTRACT
ENTIRE LES SOUSSIGNES:
lo) L'Etat :Hatien, ci-aprs dnomm LE








FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOUD'HUI


GOUVERNEMENT dment reprsent par Mon-
sieur Joseph D. CHARLES, Secrtaire d'Etat des
TRAVAUX PUBLICS, identifi au No..............,
agissant en vertu d'une decision du Conseil des Se-
crtaires d'Etat, en vertu du....................d'une part.
ET
2) LA HAITIAN AMERICAN DEVELOP-
MENT CORPORATION dite LA PLANTATION
DAUPHIN S. A. ci-aprs dnomme LA PLANTA-
TION, ayant son sige social au CAP-HAITIEN, re-
prsente par Monsieur M. C. LONGWITZ, son di-
recteur, identifi au No................ agissant en
vertu des pouvoirs qui lui ont t confrs par son
conseil d'Administration, en date du..............;
d'autre part.
Considrant que l'nergie lectrique, soit comme
force motrice, soit comme systme d'clairage est un
facteur essential de progrs pour l'volution du Pays.
Considrant que l'lectrification des Villes de
Province est indispensable pour leur relvement co-
nomique et social.
Considrant qu'il imported cette fin d'tablir
un systme d'clairage lectrique dans la Ville de
FORT-LIBERTE.
Considrant d'autre part que les Usines de la
PLANTATION situe proximity de la dite Ville








FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


produisent suffisamment d'nergie lectrique pour
en fire bnficier la population.

IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT :
ARTICLE 1.-Le Gouvernement concde la
Plantation, pour une priode de dix ans conscutifs,
le droit exclusif de fournir la Ville de FORT-LI-
BERTE de 'nergie lectrique produite par les Sta-
tions lectriques gnratrices de ses Usines en se r-
servant toutefois le privilege d'en fire la distribu-
tion, administration et le contrle conformment
la loi. Ce droit peut tre tendu, selon les possibilits
de la Plantation, d'autres localits situes dans son
rayon d'action.
ARTICLE 2.-La Plantation s'engage fournir
au Gouvernement pour l'usage de la Ville de FORT-
LIBERTE Fnergie lectrique communment appele
courant alternatif, 60 priodes, monophas, 110
Volts, avec des installations de deux fils pour une ca-
pacit ne dpassant pas 3.000 watts, lequel courant
sera amen par la Plantation un point situ len-
tre de la Ville d'o le Gouvernement devra en com-
mencer la distribution.
ARTICLE 3.-La quantit total d'nergie lec-
trique fournir par heure, par la Plantation, sera
de 30 kilowatts pendant 24 heures par jour sans in-








84 FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

terruption raison de $ 0.03 cents., monnaie amri-
caine soit G. 0.15 centimes de gourde le kilowatt.
ARTICLE 4.-Les canalisations lectriques n-
cessaires pour amener le courant de ses usines jus-
qu'aux portes de la Ville, le matriel et l'quipement
employs dans l'installation des dites canalisations
de mme que leur entretien et leur fonctionnement
sont la charge de la Plantation qui en est et de-
meure propritaire exclusive. Cependant, ces tra-
vaux, tant considrs d'utilit publique, le Gouver-
nement pour en faciliter l'excution, accord la
Plantation un droit de passage sur toutes les terres
traverses par les dites canalisations sans obligation
aucune pour l'une ou l'autre parties envers des tiers.
En outre, le matriel employ sera exempt de tout
droit l'importation.
ARTICLE 5.-Ds promulgation du present con-
trat, le Gouvernement engage verser la Planta-
tion la some de $ 3.000, Dollars, monnaie
dles Etats-Unis d'Amrique soit G. 15.000 Gourdes
pour tous les frais gnralement quelconques faits
par la Plantation pour fournir, canaliser et trans-
mettre le courant lectrique de ses Usines lentre
de la Ville, charge par elle de garantir le matriel
employ et l'excution des travaux d'installation les-
quels doivent rpondre toutes les exigences de la
technique et de l'art.








FORT-LIBEBTE D'HIER ET D'AUJOURD'IUI


ARTICLE 6.-La Plantation s'engage fournir
continuellement, dans des conditions d'utilisation
normal, l'nergie lectrique seulement jusqu'au
point de distribution situ l'entre de la Ville et
y placer, ses frais, un compteur unique qui enre-
gistrera et totalisera en KILOWATT la quantity d'-
nergie lectrique consomme mensuellement par la
Ville de FORT-LIBERTE. Cependant, pour protger
ses usines contre tout accident d une surcharge, la
Plantation se reserve le droit d'utiliser des fusibles
convenables au dit point de distribution, afin de fixer
la consommation dans les limits de l'allocation to-
tale d'nergie prvue lArticle 3 du present con-
trat.
ARTICLE 7.-Pour garantir le pavement de la
dite consommation, le Gouvernement s'engage ef-
fectuer la B. N. R. H. un dpt de $ 2.000, dol-
lars amricains soit G. 10.000 gourdes aux ordres
de la Plantation, lequel pourra tre utilis, en parties
par elle pour payer tout bordereau de consommation
du mois qui n'aurait pas t acquitt au plus tard le
15 du mois suivant. La lecture du compteur se fera
t la fin de chaque mois par un employ de la Plan-
tation assist d'un fonctionnaire qualifi du Gou-
rernemtent.
ARTICLE 8.-La canalisation, la distribution,
le contrle et l'utilisation de l'nergie lectrique dans









FORT-LMIERTE D'HIER ET D'AUJOURDqHUI


la Ville sont la charge du Gouvernement qui en a
l'entire responsabilit administrative.
ARTICLE 9.-La Plantation n'est pas responsa-
ble des interruptions de courant dues aux surcharges
et aux installations dfectueuses dans la distribution
de l'nergie lectrique ni des dommages que pour-
raient causer les dites installations. Elle decline aussi
toute responsabilit dans les interruptions provo-
ques par des arrts forces du fonctionnement de
ses Usines par le fait de grve, d'incendie ou d'autres
cas de force majeure dment constats.
ARTICLE 10.-Au plus tard dans les 5 mois
qui suivent la signature du present contract, la Plan-
tation s'engage mettre l'nergie lectrique la dis-
position du Gouvernement suivant les clauses et con-
ditions qui y sont stipules charge par le Gouver-
nenment d'en fire l'utilisation et la distribution dans
le mme dlai.
ARTICLE Il.-Toute contestation ou toute dif-
ficult qui pourra rsulter de l'interprtation ou de
l'excution du present contract sera soumise aux Tri-
bunaux de droit commun.
ARTICLE 12.-Dans le cas o l'une quelconque
des deux parties jugerait ncessaire de dnoncer le
present Contrat, elle en donnera avis l'autre six
mois avant le terme de son expiration.









FORT-LIBERTE D'IER= ET D'AUJOUIMYRM


ARTICLE 13.-Pour l'excution du present
contract, les parties lisent domicile: le Secrtaire
d'Etat des TRAVAUX PUBLICS au PARQUET du
Tribunal Civil de FORT-LIBERTE et La Plantation
en ses Bureaux au CAP-HAITIEN.
Fait de bonne foi et sign Port-au-Prince, en
double original ce jourd'hui..................... 1952.
Secrtaire d'Etat des Travaux Publics
Par Joseph D. CHARLES
La Plantation Dauphin S. A.
Par M. C. LONGWITZ
Bien que le Gouvernement parlt de DEFICIT
BUDGETAIRE, au moment de combler les veux ar-
dents de la Population, il appert des Bulletins du
Dpartement Fiscal de la Banque Nationale de la
Rpublique d'Haiti pour cette mme anne 1952, que
par ses Recettes (IMPORTATION-EXPORTATION)
la Ville serait en measure, non seulement de payer le
cot de l'estimation des travaux d'installation de l'E-
nergie lectrique pour elle-mme mais encore pour
toutes les localits avoisinantes s'il en tait besoin.
En effet, pour les mois de : JANVIER, FEVRIER,
MARS, JUIN, JUILLET. AOUT, SEPTEMBRE, OC-
TOBRE, DECEMBRE 1952, les RECETTES accusent
pour l'IMPORTATION: 2.626.677 gourdes, pour
l'EXPORTATION: 15.487.721 gourdes soit au TO-
TAL: GOURDES: 18.114.398.00.








88 FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

Voyant que le Gouvernement n'tait pas dispos
donner suite au contract convenu. LA PLANTA-
TION DAUPHIN, de son ct, ne se montra pas plus
enthousiaste; puisque, sans vouloir la dfendre du
mpris qu'elle affiche l'endroit de la Ville, elle ne
pouvait dcemment forcer la main M. MAGLOIRE.
STout le monde sait que la gnrosit ne se mar-
chande pas; elle est spontane et s'offre opportun-
ment. Par ainsi, nous ne pouvons pas exiger de LA
PLANTATION DAUPHIN d'avoir notre endroit le
mme geste que LA REYNOLDS a cru bon d'esquis-
ser l'endroit de la Ville de MIRAGOANE. Certes.
ce sont deux Compagnies Amricaines, objectera-t-
on. elles auraient d avoir la mme ligne de con-
duite en presence de deux Villes hatiennes gale-
ment intressantes. A ceci, nous rpondrons pure-
ment et simplement que leurs dirigeants respectifs,
bien qu'Amricains, ne pensent pas de la mme fa-
on. Comprendra qui pourra.
Ajoutons, sans parti-pris, que le fait pour les ha-
bitants de ne pas engager, en profondeur, leurs fonds
dans le commerce en gros ou au dtail, a beaucoup
influ sur la VIE ECONOMIQUE de la Cit.
Pour tayer notre assertion sur l'apport de la
Ville au TRESOR, sur le rang enviable qu'elle oc-
cupe dans les RECETTES GENERALS DE LA RE-
PUBLIQUE. nous avons mieux aim en laisser le









FORT-LZIBEE D'HIE" EF IYAUJOUMDRIJ


soin aux BULLETINS DU DEPARTMENT FISCAL
de la BANQUE NATIONALE. A dessein, livrons la
meditation, au jugement de tout un lecteur les ren-
seignements fournis par la B. N. R. H. pour quelaues
mois des annes: 1952-1953, 1953-1954, annes o,
disait le POUVOIR, il n'y avait pas d'argent pour
pourvoir l'lectrification de la Ville. Car le language
des chiffres est excellemment loquent; nous le pr-
frons toute vaine et ennuyeuse littrature.

IMPORTATION
Octobre-Fv. Octobre-Fv. Fvrier Fvrier
1952-1953 1953-1954 1953 1954
Gdes. 752.212 926.915 374.905 24.181

EXPORTATION
Gdes. 7.281.907 7.035.825 1.140.490 1.344.629
Bien que dans la suite, l'coulement sur le mar-
ch extrieur de la principal denre d'exportation
du DEPARTMENT DU NORD'EST soit devenu
moins intressant, voici le Tableau des RECETTES
pour l'anne 1956 ou plus prcisment pour u]iel-
ques mois. Ici encore, nous n'avons rien invent, nous
avons seulement cd la parole aux chiffres. On ne
nous accusera pas de faire dire aux chiffres. nous
l'esprons, au nom de la charit chrtienne. ce que
nous voulons, reproche adress nous ne nous rap-










FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


pelons plus quel Statisticien; car la vrit est di-
fiante.


Mai 1956.............................. Gdes.
Juin 1956. ....................................
Juillet 1956...... .............. ..............
Octobre 1955-Juillet 1956 Gdes.


TOTAL ........


............ Gdes.


nportation
81.817
132.454
434.528
1.482.353

2.131.142


ExportatiUS
13M.9M
417.084
1.017.605
12340.186

15.164.657


Le lecteur dgag de tout prjug s'en fera une
ide et nous dira, la lumire de cet expos ind-
niable, si une telle Ville mrite le sort qui lui est
fait.

Nos dtracteurs, ceux de la Ville, sans sourciller.
(liront que nous plaidons PRO DOMO. tant pis. nous
avons la consolante quasi-certitude. que le patriot
en pensera tout autrement. Par advance, nous assu-
rons celui-ci de notre profonde et ternelle gratitude.









FOWT-LUMTE D'NNE ZT IYAUJOUMMMI


CHAPITRE VII

Du point de vue RELIGIEUX, FORT-LIBERTE
a toujours occup la place laquelle lui donne droit
sa position de ville avance, de chef-lieu d'Arrondis
segment et aujourd'hui de Mtropole du DEPARTE-
MENT DU NORD'EST. Comment, d'ailleurs. en se-
rait-il autrement? N'est-il pas banal de continue
rpter qu'une ville ne vaut que dans la measure o
la foi chrtienne est dveloppe chez ses habitants?
Voici en quels terms frappants, Moreau de
SAINT-MERY soutient nos propos: Ds 1703, il y
avait le pre RIO qui desservait la Paroisse. C'tait
sur le ct Sud'Ouest de la place et son angle avec
la rue SAINT ETIENNE qu'tait une vieille bara-
que o l'on a clbr longtemps le service divin et
don't l'tat tait tout la fois indigne de la Majest
du Trs Haut et menaant pour ceux qui portaient
leurs veux. Les Paroissiens se dterminrent en
1783 faire achever l'difice commence alors depuis
plus de quarante ans. L'enceinte extrieure de ce
temple lev en maonnerie tait due au pre LA
COUR, Jsuite, Cur de la Paroisse. qui, nouveau
LANGLET. dvor du zle de la mason de Dieu. y
avait employ le produit des dons pieux qu'il avait








FOKtT-ULIEWE D 1ER ET' 1IWJOUEDUMM


obtenus des fidles et du Gouvernement. Mais sa
mort arrta absolument la continuation de cet difi-
ce qui, malgr cet abandon, n'a prouv aucune d-
gradation, soit de l'intemprie des saisons, soit de
l'effet des tremblements de terre. En s'occupant de le
terminer d'aprs une dlibration des Paroissiens du
28 Novembre 1784, homologue par les administra-
teurs le 3 Avril 1783. on jugea qu'il tait trop vaste
pour la Paroisse et le rduisit d'un tiers, ce qui a for-
c refaire la faade hormis dans la parties correspon-
dante aux deux chapelles de devant. On a supprim
aussi la croix latine qui tait au haut du portail.
C'est une des plus belles Eglises de Saint-Domingue
Elle est sous l'invocation de SAINT JOSEPH et a
cent quatre pieds de long et quarante de large le
tout dans oeuvre et quarante pieds d'lvation jus-
qu' la naissance de la charpente. L'difice est ter-
min en cul de four dans sa parties postrieure. Au
devant est un perron de quatre marches. Elle a co-
t plus de cent mille lives tournois.
Comme on vient de le lire, FORT-LIBERTE n'a
jamais relgu l'arrire-plan sa foi chrtienne. On
en trouve une preuve univoque et indniable dans
les efforts des premiers Paroissiens pour achever la
construction entreprise, suspendue avant d'avoir t
termine.









FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


De sa foundation cette date, la ville a toujours
eu en son sein un Prtre pour s'occuper du salut des
mes. Citons en passant qu'elle a eu en 1703 l'abb
RIO, un Jsuite, en 1710, le pre BOUTIN, en 1783,
le cur LA COUR, un Jsuite, plus prs de nous l'abb
Franois CHEVALIER qui y est mort et don't les d-
pouilles sont inhumes au sein mme de l'Eglise de
mme que celles du Marquis de Vienne, gouverneur
gnral. Quand, en tudiant son volution du point
de vue intellectual, nous aurons parl des Religieu-
ses. on se fera amplement une ide du FORT DAU-
PHIN d'antan. Pour le moment, contentons-nous de
signaler qu'il fut un temps o un seul Prtre desser-
vait plusieurs Paroisses la fois. Comme on le de-
vine bien. cela handicapait la manifestation de la
foi religieuse des fidles et leur laissait pour habitu-
de de ne pas trop vouloir s'approcher souvent du
saint Lieu. Leur ferveur religieuse s'est peu peu
attidie. Cependant. les fervents Catholiques qui ne
voulaient pas manquer la messe du dimanche sui-
vaient le Prtre, qui pieds, qui dos d'nes, qui
dos de chevaux partout o il allait clbrer le saint
Sacrifice de la Messe. En 1707. une Chapelle fut le-
ve l'Est de la Coupe de Bayaha. Elle dpendait de
l'Eglise de LIMONADE. L'Abb de MONT-TOURS
v dit pour la premiere fois une messe la date du
25 Mars.








FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


En 1710, le P. BOUTIN de la Congrgation des
JESUITES connue Paroisse donna sa conscration
officielle BAYAHA et la plaa sous le vocable de
SAINT-JOSEPH don't la fte se clbre le 19 Mars
de chaque anne.
En 1722, l'Eglise fut transfre au Vieux-Bourg
de Bayaha. Le 26 Mai 1772. aprs avoir visit Oua-
naminthe les 24 et 25, Monseigneur GUILLOUX ar-
riva FORT-LIBERTE le 25 dans la soire. Voici
en quels termes la relation de son sjour sur la terre
martyre nous est faite: Le soleil disparaissait
sou. l'horizon lorsque nous apermes, quelque.
centaines de mtres, les fidles de FORT-LIBERTE.
ayant leur tte, M. l'abb LEMOINE, cur de LI-
MONADE. qui nous attendait l'entre de la ville.
Les prparatifs faits pour nous recevoir rivalisaient
avec tout ce que nous avions rencontr jusque-l de
plus prcieux dans tout le parcours de la visit pas-
torale. Impossible d'tre plus aimable que ne le fui
M. le Magistrat Communal. Il avait largement pourvu
tous les frais de l'hospitalit, ce qui fut plus tou-
chant encore. ce fut de voir, le lendemain avec plu-
sieurs membres de sa famille au nombre de 225 con-
firus de cette paroisse. L'aspect de Fort-Libert est
celui d'une ville en ruines, mais ces ruines ont quel-
que cho-e de moins sombre que celles que l'on ren.









pOuV-LEunu? DIUI 1.R DYAUVJOURW UI


contre si souvent ailleurs. Au milieu d'elle, une po-
wtati:- itelliante.
Le l |'Octotbre 41;876, a 'vite: reut, a la grwrd
gdie rd la population, ,a visit de Is : rtEi lt *
LION qui administra le sacrement de confirmation
f$ personnel.
Le 24 Septembre 1882, Monseineiur lf:',a efr-
rier-Rouge destination de Fort-Libert ni'"eniMk-
gme des P. MONNIER, cur du Trou di'Ndai' 't
TESSIER. cur de Limonade. A I entre de la'#fHe.
arc de triomphe et tente vaste et ~lgante afin "ihe
le Prlat puisse s'y reposer un peu avant la prbees-
sion. Au moment o la procession va se miettr 'e
march M. Helvtius CALIXTE, Magistrat Coniintu-
nal, fait un discourse o il rappelle la prophti' aite
par l'vque sa dernire visit savoir qii fa viale
prendrait sous peu un accroissement consid'rlb .
prophtie qui s'est ralise, la grande satisfctih
des habitants. Foule immense qui ne trouve pas de
place dans l'Eglise.
En Juin-Juillet 1882, Monseigneur retourna 'i
Fort-Libert, l'occasion de la bndictidn dell::clb-
ibe MARIE JOSEPH. 'Au' point COLLET: il:''rit
plac dans la bell voiture mis sa disposition par
M SYMPHAR.
' En 1888, Monseigneur KERSUZAN arrive de
OUtanaminthe. Au Vieux-Bourg, il est invit mon-








FORT-LIBERTE D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


ter dans la voiture que M. Vamyr PHANOR mit
sa disposition. Le 11 Novembre 1891, Monseigneur
descend de Vallires Fort-Libert pour y prendre
le bateau RIVIERE qui va le ramener au Cap. Le
Dimanche 26 Septembre 1880, malgr la fatigue que
lui a cause la fivre de la veille, Monseigneur HIL-
LION veut chanter une messe pontificale pour ne
pas priver les fidles du bonheur de contempler les
crmonies aussi imposantes qu'difiantes. Le 28 No-
vembre 1880, la Ville perdit son cur le R. P. Fran-
ois CHEVALIER. Le 30 Juin 1882, Monseigneur
HILLION est arriv Fort-Libert; le Dimanche 2
Juillet, il bnit la nouvelle cloche due la gnrosi-
t des habitants. Le 15 Fvrier 1888, Monseigneur
KERSUZAN fait la bndiction des cendres, les im-
pose toute assistance et l'aprs-midi fait une con-
frence aux membres du Rosaire. Le 18 Mars 1891
au soir, Monseigneur KERSUZAN arrive Fort-Li-
bert par le bateau hatien GRANDE RIVIERE.
accompagn de Monseigneur RIBAULT, son vicaire
gnral, du P. CHATTE. cur de la Cathdrale et de
beaucoup de plerins du Cap. Le dimanche 30 Aot
1908, trois heures de l'aprs-midi, un violent ou-
ragan soufflant du Sud, arrache la toiture de la Sa-
cristie. Le Dimanche 18 Avril 1909 Monseigneur b-
nit deux belles cloches et pose la premiere pierre du
nouveau presbytre. Le 12 Novembre 1920, Mon-









FORT-LIDERTE DHIER ET D'AUWOUBWHUI


seigneur visit les coles. Le 13 Novembmr 11'B-
que dit la Messe du SAINT ESPRIT pour r~ vertu-
re des Ecoles diffre jusque-l. En 1936-37-38,. o
entreprend la construction du nouveau prcsbytbre
sur les foundations bnites en.1909. Le P. TANGUY,
d'abord, le P. TOUSSAINT, ensuite, y consacrent
tous leurs soins. Les resources ncessaires sont dues
en grande parties l'initiative bienfaisante du Colo-
nel CALIXTE, Commandant de la GARDE D'HAI-
TI, enfant de FORT-LIBERTE. La conduite des
travaux elle-mme a t confie aux Officiers de la
GARDE D'HAITI.
Sans trop vouloir importuner le lecteur, nous pu-
blions ci-dessous la liste des Curs et administrateurs
qui ont desservi la Paroisse de sa foundation cette
date:


1703....Abb RIO 1768....P.
1707....Abb Mont Tours 1769....P.
1710....P. BOUTIN 1770... P.
1750....P. LACOUP 1770....P.
1766....Abb TAAFF 1771 ..P.
1773 (14 Juin) ....P. E. de


BARTHELEMY
LANGUET
M. VESOUL
MORE
CARE
SALIN


DE 1860 A NOS JOURS


1830-1860 (Cur)..........
1860-1865 "...........
1865-1866 ".....


Angelicco FIPPI
Ant. FIESCHI
HILAIRE









98 FOWr-LIEUiBtE DHU ET IYAWOIUD'DUI


16861868 -(Adm)............


1874-1878-
1878 :
18784:88 .


1887;es


............
........
...........--
.. .. .. .


1889-1890 (Cur)............
1891-1893 (Adm) ..........
1893-1901 (Cur) ..........
1901-1908 ".............-
1901 (Adm)............
1907................
1908-1931 (Cur)...........
1'91g4-18 (Adm)............
1914-1918 -.............
1931-1937 (Cur)......... -
197-1938 (Adm) -..........
1938.1944 (Cur)............
1944-1947 ................
1947-1955 ........ .
1955 ...


CRISTINACE
BARAZER
LANNUZEL
Franois CHEVALIER
ROZO
DERRIEN
PHILIPPE
DERRIEN
MAYEC
ARMAGNAQUE
LACRAMPE
CARRE
GICQUIAU
GICQUIAU
MELIARDE
OUANAMINTHE
TANGUY
TOUSSAINT
LE RAY
REN NATD
SAINT HILAIRE
PIERRET


Les Rvrends Pres PENIGUET et DOMION ont
t respectivement en 1886 et 1887. vicaires FORT-
LIBERTE.
Depuis son existence. la Ville a donn une Reli-
gieuse la Rvrende Sur Lucina NELSON. d~ede


A ) J *









PoXILflft 1WIm M M'DIrittUOwBOaUg


nagure Port-au-Prince; garde en 'ette Ville, ell
ne revint Fort-Libert qu' la mort de sa nie
Mademoiselle Cloraine NELSON; ell tait aeeri
pagne de la Sur URSULINA, Un Fils, le jeune A.
toine RUBES sera consacr Prtre au Cap-Haltien
le 15 Aot 1953 par Se Excellence Monseigneur
Albert COUSINEAU. .Ce jeune Lvite est une esp
rance pour la vie religieuse de la Cit, Dj, nombre
de vocations y sont closes. Souhaitons qu'elles s
conertent pour le plus grand bonheur non seule*
ment de la Ville Martyre mais encore pour celui de
la Nation hatienne tout entiree, Puisse Dieu l'a<,
compagner dans sa mission!
Si nous devions, cependant, teriiner ce chapi-
tr, sans parler des autres sectes qui dans leur sph-
re d'actions ont aussi leur mrite, nous encourrions
l'amer et just reproche de l'Impartiale Histoire.
Cette impitoyable clart pour parler come Victor
HUGO, car, come l'a si bien dit l'Eglise Catholi-
que, dans un de ses chants liturgiques de fin de Mes-
se, Si nos chemins sont diffrents, ils n'ont tons
qu'un seul but: ALLER A JESUS. Ne cherchons
pas savoir qui est dans l'erreur ou dans la vrit.
Nous ne sommes pas ici pangyriste de conviction
religieuse. Tel non plus nest pas ici le but que no?
poursuivons. Ce rle income des thologiens,
ceux qui font profession de discuter des crovance.'









FORT-LIBERTE D'HIER ET IDAUJOURD'HUI


Pr rpepect pour nous-mme et pour la mmoire du
Grand Disparu, notre regrett Grand Pre, Monsieur
R.issaire. SAINT-VICTOR qui fut Pasteur, par
aiisi: et charge d'mes, nous ne devons que nous
taire..
SSans pression affectueuse ou filiale aucune,
nous dirons que l'Eglise protestante n'a jamais eu.
avant la conscration de Monsieur le Pasteur Romis-
oaire SAINT-VICTOR un Bon Berger domicile
piur s'occuper de ses ouailles. Le deuxime Diman-
che de chaque mois, elle recevait la visit du Pasteur
du TROU DU NORD, qui venait donner la CENE
aux fidles. Cet tat de choses dura jusqu' la con-
scration de M. SAINT-VICTOR come Pasteur en
l'an de grce 1947. Durant son pastorat, qu'on nous
permette de le clamer, il a beaucoup ralis. C'est
ainsi qu'il entreprit la construction d'un magnifique
Temple don't il n'a pas eu le berant bonheur de voir
l'achvement.
Paralllement ces deux convictions, il y a la
Maison de Prires des Adventistes du SEPTIEME
JOUR. A tous les points de vue, cette secte a son im-
portance au sein de la Cit. Honnis les mes qu'elle
sauve, elle offre trs souvent des representations
thtrales o la Vie du CHRIST est vue.
A l'honneur de chacune de ces Religions, di-
sons que, outre qu'elles assurent le salut des mes




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs