• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Advertising
 Dedication
 Table of Contents
 Errata
 Lettre a mon fils Gerard
 Chapitre premier: Creance D'Alexandre...
 Chapitre II: La situation...
 Chapitre III: A L'Assemblee Nationale...
 Chapitre IV: Les negociations en...
 Chapitre V: L'emprunt de trois...
 Chapitre VI: Le paiment de reclamations...
 Chapitre VII: La convention du...
 Chapitre VIII: Les embarras du...
 Chapitre IX: La resiliation des...
 Chapitre X: Le reglement avec Marcuard,...
 Chapitre XI: La realisation de...
 Chapitre XII: Les prevaricateurs...














Group Title: Au service de la jeunesse haïtienne
Title: L’emprunt de trois millions de piastres
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078472/00001
 Material Information
Title: L’emprunt de trois millions de piastres
Physical Description: xix, 251 p. : ; 23 cm.
Language: French
Creator: Michel, Antoine
Publisher: Imprimerie "La Presse"
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1934
 Subjects
Subject: Finance -- Haiti   ( lcsh )
Debts, Public -- Haiti   ( lcsh )
Finances -- Haïti   ( rvm )
Dettes publiques -- Haïti   ( rvm )
Politics and government -- Haiti -- 1844-1934   ( lcsh )
Politique et gouvernement -- Haïti -- 1844-1934   ( rvm )
Economy -- Haiti -- 19th Century
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Temporal Coverage: 19th Century ( 1825 - 1900 )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078472
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AAQ0930
oclc - 01724941
alephbibnum - 000134877
lccn - 35010792

Table of Contents
    Title Page
        Title Page
    Advertising
        Page i
    Dedication
        Page ii
    Table of Contents
        Page iii
    Errata
        Page iv
    Lettre a mon fils Gerard
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
    Chapitre premier: Creance D'Alexandre Defly
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
    Chapitre II: La situation financiere
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
    Chapitre III: A L'Assemblee Nationale Legislative
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
    Chapitre IV: Les negociations en vue de l'emprunt
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
    Chapitre V: L'emprunt de trois millions de piastres
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
    Chapitre VI: Le paiment de reclamations Francaises
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
    Chapitre VII: La convention du 22 Decembre 1874
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
    Chapitre VIII: Les embarras du gouvernement
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
    Chapitre IX: La resiliation des contrats des 9 Septembre et 22 Decembre 1874
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
    Chapitre X: Le reglement avec Marcuard, Andre & Cie
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
    Chapitre XI: La realisation de l'emprunt de 50 millions de francs
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
    Chapitre XII: Les prevaricateurs deux poids et deux mesures
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
Full Text


AU SERVICE DE LA JEUNESSE HAITIENNE


ANTOINE


M' ICHEL


L'EMPRUNH
de

TROIS IIMILLIONiS DE PlliSTiRES


Une nation, qui on cache son his-
toire, est une aveugle. Supprimer l'tu-
de du pass au sein d'une democi itie,
c'est, dlibrment, crever, celle-ci, les
deux yeux.
Louis MADELIN.





Imprimerie LA PRESSE
Rue Dants Destouches
Port-au-Prince, Hati
1934.




336. P'- 4




AMERKA


DU MEME AUTEUR

Salomon jeune et l'Affaire Louis Tanis.

La Mission du Gnral Hdouville Saint-Domingue
(tome I)

Avnement du Gnral Fabre Nicolas Geffrard la
Prsidence d'Hati.


La XIVe Lgislature

I.- L'lection de Boyer Bazelais en 1873
II.- La Session extraordinaire
III.- Le gnral Antoine D'Avilmar Gourgue et les
rclamations du Mont-Organis .
IV.- Les rclamations trangres.



Pour paratre prochainement

La Mission du Gnral Hdouville Saint-Domingue
(tome II)

Faustin Soulouque, Empereur d'Hati.- Son banisse-
ment.
























A

SVictor Delbeau.

Affecttueusement

SA.M.



t'.














TABLE DES MATIERES


Pages

Ddicace ............................... I
Lettre mon fils Grard .................. V
CHAPITRE PREMIER
Crance d'Alexandre Defly ................ 1
CHAPITRE II
La situation financire .................... 20
CHAPITRE HI
A l'Assemble Nationale Lgislative......... 51
CHAPITRE IV
Les ngociations en vue de l'emprunt ....... 58
CHAPITRE V
L'Emprunt de Trois Millions de piastres ..... 83
CHAPITRE VI
Le paiement des rclamations franaises. ..... 102
CHAPITRE VII
La Convention du 22 Dcembre 1874. ....... 126
CHAPITRE VIII
Les embarras du Gouvernement ............ 162
CHAPITRE IX
La rsiliation des contracts des 9 Septembre et
22 Dcembre 1874 ..................... 175
CHAPITRE X
Le rglement avec Marcuard, Andre & Cie.... 192
CHAPITRE XI
La ralisation de l'Emprunt de 50 millions
de francs .............................. 218
CHAPITRE XII
Les prvaricateurs.- Deux poids et deux
m esures .............................. 240












ERRATA

AU LIEU DE:


P. 65, 33e ligne : lui.................
P. 92, 6e ligne : dettres ..............
P. 96, Ile ligne : avec Septimus ......
P. 115, Ile ligne : 5me trimestre......
P. 221, note 1: et les deux lettres......
P. 225, 28e ligne: du troisime........


lu.
dettes.
et Septimus.
3me trimestre.
et des deux lettres
des troisime


LISEZ :













LETTRE A MON FILS GERARD


Mon cher ami,

Au chapitre II du 4me tome de La XIV Lgislature,
je raconte ainsi les graves consequences que provoqua
pour le Gouvernement l'affaire du Bul-dog :
Le people ne pardonna pas au Prsident Geffrard
d'avoir fait intervenir les Anglais dans les affaires int-
rieures du pays pour combattre les rvolutionnaires (de
1865). Son acte antipatriotique rvolta la conscience des
honntes gens. Le Gouvernement tomba dans un discr-
dit gnral.
Au course de l'anne suivante, par deux insurrections,
celle du 5 Juillet de Victorin Chevallier et Galumette Mi-
chel et celle du 21 Aot des Ovide Cameau, Thoby pre et
fils, on tenta en vain de le renverser du pouvoir.
Dans la nuit du 23 Fvrier 1867, dans la cour du
Palais National, une autre insurrection clata. Un batail-
lon de sa propre garde, le corps des tirailleurs, se
rvolta contre lui.
Au mois de Mars de la mme anne, Victorin Che-
vallier, revenant des Iles Turques avec dix-sept de ses
compagnons d'exil, prit les armes aux Gonaves. Le g-
nral Nissage Saget, trahissant la confiance du Gouverne-
ment, adhra la revolution et se mit la tte des insur-
gs.
Le Prsident Geffrard se rsigna abandonner (le
13 Mars 1867) le pouvoir don't il avait tant msus.
Le Snat s'empressa d'lire Prsident d'Hati le gn-
ral Nissage Saget qui, en 1865, commandait les troupes
du Gouvernement assigeant le Cap. Craignant la gran-
de popularity du gnral Sylvain Salnave, ancien chef de
l'insurrection de 1865, le gnral Nissage Saget dclina le







- VI-


titre qui lui fut confr et aima mieux tre Prsident du
Gouvernement provisoire.
Lorsque la nouvelle du dpart de Geffrard parvint au
Cap. un comit rvolutionnaire fut form. C'est ce co-
mit qui a la responsabilit de l'arrestation et de la fusil-
lade des gnraux Dassace Svre et Lagredelle. Les an-
ciens partisans du Prsident Geffrard : les gnraux Ser-
valin, Codio Biaise. P. Vincent, Oscar Bourbet, etc., etc.,
ne voulant pas avoir le mme sort, se jetrent dans les
bois et inaugurrent la guerre des Cacos un moment o
il n'y avait pas de Gouvernement lgalement constitu.
C'tait l'anarchie.
Quittant les Iles Turques o il s'tait rfugi depuis
environ seize mois. le gnral Sylvain Salnave arriva au
Cap o il fut acclam commandant du Dpartement du
Nord par le people et l'arme. Il se rendit Port-au-
Prince o il fut membre du Gouvernement provisoire.
Il ne tarda pas tre seul charge de l'autorit executive
et prit le titre de Protecteur de la Rpublique.
La guerre civil continuait ses ravages dans le Dparte-
ment du Nord lorsque le Vendredi. 14 Juin 1867, 6 heu-
res et demie du soir, aprs le vote de la Constitution, le
gnral Sylvain Slanave fut lu Prsident d'Hati par l'As-
semble Constituante. Ce mme soir. il y eut de l'agitation
Port-au-Prince 3.000 fusils furent enlevs dans les d-
pts.
L'lection de Salnave ne dsarma pas les anciens par-
tisans de Geffrard qui se firent appels Cacos. Les amis
du Gouvernement qui luttaient pour rtablir l'ordre fu-
rent dsigns sous le nom de Piquets.
Il arriva donc. rapporte Firmin. que Salnave, mul-
tre au teiat clair, mais non initi aucune doctrine, au-
cune secte politique, devint l'idle des masses, surtout
dans les villes o l'intelligence populaire est plus ouverte
et plus expert. Tous les anciens partisans de Soulou-
que, tous les anciens libraux de 1843, systmatiquement
tenus l'cart par ceux qu'on a appels les Grontes,
c'ot--dire les observateurs des anciennes traditions de







- VII -


la politique hatienne, allrent lui, tous ceux qui, noirs
ou jaunes, n'taient pas classs, poss ou endoctrins et
qui nourrissaient des ides tumultueuses de rgnration
social ou de renovation politique, allrent lui. C'est
dans cette priode que prit naissance la dmocratie ha-
tienne, telle qu'elle se montre encore aujourd'hui, sans au-
cune organisation, capable de servir d'instrument ses
propres malheurs et de barrire son propre progrs,
mais constituent une force don't la discipline en ferait la
seuie rgulatrice irresistible de notre instability national.
D'autre part, la socit hatienne, indigne de voir
trop d'hommes nouveaux appels jouir de l'autorit po-
litique, ct d'un president qu'elle trouvait ultra-dmo-
cratique, souleva contre lui les populations des mornes :
les Cacos.
Les anciens partisans de Geffrard ont la responsabilit
de cette insurrection qui dura plus de deux annes et
demie et ruina beaucoup de families. Les trangers,
- comme nous l'avons montr dans le quatrime tome
de La XIVme Lgislature , en tirrent profit. Ils
prsentrent au Gouvernement hatien des rclamations
qui furent payes.
Pendant ces vnements, il y a eu; trois Prsidents:
lo. le gnral Sylvain Salnave rgulirement lu Prsi-
dent d'Hati par l'Assemble Constituante; 2o. le gnral
Nissage Saget, acclam Prsident provisoire de la Rpu-
blique dans les Dpartements du Nord, du Nord-Ouest et
de l'Artibonite; 30. le gnral Michel Domingue, acclam
President de 1' Etat Mridional d'Hati.
Firmin rapporte que, dans le Nord, les adversaires de
Salnave le prsentrent comme un multre dangereux
pour la libert des Cacos.
Dans le Sud, ajouta-t-il, ce fut un autre son de clo-
che. Salnave n'y tait pas connu, tandis que ses cong-
nres et adversaires irrductibles l'taient. Quand tout
semblait dit, dans cette region, contre le terrible Prsident,
un de ses ministres, Numa Rigaud, homme de couleur,
qui avait des accointances avec les anciennes bandes d'A-







- VIII -


caau. lui suggra l'ide de soulever les piquets, c'est--
dire les noirs arms de piques. Salnave, ayant un fils
peau trs fonce, presque noir, du prnom de Victor. on
fit partir celui-ci qu'on montra aux populations rurales, en
rclamant leur concours pour combattre les jaunes. Les
piquets se levrent avec une telle fougue que les rvolu-
tionnaires du Sud, dj aux portes de Port-au-Prince, fu-
rent obligs de se disperser, pour voler la defense de
leurs biens et de leurs families. Quand le Chef des pi-
quets, le gnral Siffrard, vit le Prsident pour la premi-
re fois, il protest, en dclarant que Salnave ne pouvait
tre un multre. Il fallout qu'on appelt Victor Salnave
et que, questionn par le farouche piquet, il dsignt spon-
tanment son pre, don't il avait d'ailleurs tous les traits,
quoique pourtant compltement de la couleur de sa mre.
En rsum, les noirs Caros, dans le Nord, et les noirs Pi-
quets, dans le Sud. avaient t galement pousss une
guerre civil, sanguinaire et barbare par les fils les plus
qualifis de la bourgeoisie hatienne. (1)
Les Piquets et les Cacos commirent des crimes inouis
pendant le course des vnements. On se plait rappeler
les atrocits des Piquets et l'on garde gnralement le si-
lence sur celles des Cacos. Parmi les chefs Cacos, devenus
clbres par leurs atrocits, citons le gnral Michel Do-
mingue qui fit mitrailler la prison des Cayes o il y avait
des femmes et des enfants. Le nombre des victims, dans
cette affaire de la prison s'leva plus de cent individus;
,~4tuB rice, dans l'arrondissement de la Grande-Anse; Boileau
Laforest, dans celui de Nippes; Mathurin Lys, dans celui
de Jacmel. Le Gnral Paulmon Lorquet commit tant
de crimes qu'on l'appelait gnral bassin-sang dans le d-
partement de l'Artibonite.
Dsesprs de vaincre Salnave, les rvolutionnaires, par
un dcret du 15 Janvier 1869, placrent 1' Etat du Sud


1i M. Roosevelt, Prsident des Etats-Unis et la Rpublique
d'Hati, p. 389.








- IX-


sous le protectorat du Gouvernement des Etats-Unis d'A-
mrique, come leur alli naturel.
Malgr les terms formels de la Constitution de 1867
qui abolissait la peine de mort en matire politique, Salna-
ve, vaincu, fut fusill pour avoir viol la Constitution
de 1867.
Les rvolutionnaires triomphants, dit Firmin, pour
venger la socit et garantir l'avenir par un example ter-
rible, olbrrent leur victoire par des hcatombes coeu-
rantes. Durant un mois, on fusillait. Les gnraux les
plus vaillants, les homes les plus marquants ou les plus
redouts du Gouvernement de Salnave. sans excepter le
jeune, le courageaux et intelligent Alfred Delva. des cen-
taines de victims rougirent de leur sang la terre clmente
et gnreuse d'Hati...
Les Cacos prirent toutes les measures militaires pour em-
pcher leurs adversaires d'hier d'tre membres du Corps
Lgislatif pendant la XIII Lgislature. Un de leurs pre-
miers actes fut de voter au gnral Michel Domingue une
pe d'honneur portant l'inscription :
Au gnral de division Michel Domingue, ex-Prsi-
dent de l'ancien Etat du Sud.
La nation reconnaissante.
Une some de vingt mille piastres fortes fut tire du
trsor pour acheter une proprit urbaine ou rural. qu'ils
donnrent titre de rcompense national, au gnral Mi-
chel Domingue qui avait pourtant mis l'Etat du Sud
sous le protectorat du Gouvernement des Etats-Unis d'A-
mrique et s'tait engag employer ses bons offices
auprs du gouvernement du Nord et de l'Artibonite pour
faire rentrer sous le mme protectorat les autres parties
du territoire occupes par la Rvolution.
Il est incontestable que, pendant cette Lgislature, il
y a eu tant la Chambre des Reprsentants qu'au Snat
de la Rpublique un beau movement pour donner une
nouvelle impulsion aux affaires publiques. Ce ne fut pas
l'oeuvre de trois ou quatre individus, mais de la majority
des membres de ces deux Assembles, entr'autres Bover









Bazelais, Armand Thoby, Edmond Paul, Septimus Ra-
meau, Dupont, T. Chalvir, Cauvin, D. Lamour, Granvil-
le, David fils-an, Jtel Manigat, Mgie an, etc. Ils se
signalrent par de nobles efforts pour mettre de l'ordre
dans l'administration. Dans la reconstruction de la Cit,
ils ngligrent entirement l'instruction publique.
Pour juger ces hommes, il imported d'examiner plutt
leurs actes politiques qui n'taient pas toujours l'appli-
cation des principles qu'ils invoqurent la Chambre et
au Snat. La moindre attention apporte l'tude de cette
priode montre le manque de sincrit des leaders dans
leur opposition au gouvernement. Selon l'intrt du mo-
ment, ils violaient la loi et la Constitution avec la mme
aisance que leurs adversaires politiques mettaient ne
pas les observer.
Les Cacos au pouvoir se divisrent pendant la campa-
gne lectorale de 1872-1873. Septimus Rameau soutenait
la candidature de Michel Domingue la prsidence de
la Rpublique; Boyer Bazelais luttait pour faire triom-
pher celle du gnral Pierre Momplaisir Pierre, l'ancien
ministry de la guerre de Michel Domingue dans l'Etat
Mridional d'Hati. Il est indniable que Septimus Ra-
mieau et Boyer Bazelais n'ignoraient pas que Michel
Domingue et Pierre Momplaisir Pierre taient incapables
de diriger les affaires du pays. C'est la politique de dou-
blure de 1843 qu'ils essayaient de fire revivre. Edmond
Paul eut la faiblesse d'abandonner la candidature d'An-
dr Jean Simon, un home instruit, pour se rallier celle
de Pierre Momplaisir Pierre qu'en temps normal il n'au-
rait pas soutenue. Dans Les causes de nos malheurs ,
il raconte navement comment il contribua faire le mal-
heur de la patrie.
Parlant d'Andr Jean Simon, il crit:
J'aurais cette poque offert sa candidature au pu-
blic, je l'eusse soutenue dans la press; et, en tout cas,
mon vote l'Assemble Nationale lui eut t acquis, n'-
taient-ce les circonstances politiques au milieu desquelles
je me trouvai plac. Dput du people, engag dans une








-XI-


lutte o il s'agissait du pril mme de la Constitution, as-
soci des collgues don't toute notre force ensemble tait
encore trop faible pour s'opposer l'envahissement du g-
nral Domingue, j'aurais cr faire tort mon sens politi-
que, si j'avais contribu nous affaiblir davantage; si
comme d'autres l'ont fait, j'avais risqu de dfaire notre
faisceau. Toutefois, quoique ne me prtant pas, par une
intervention directed, d'offrir l'attention publique la per-
sonne du gnral Pierre Momplaisir Pierre; mais con-
sidrant qu'il fallait dj nous computer devant l'urne pr-
sidentielle, je dclarai que ma voix lui tait formellement
acquise. (1)
Edmond Paul a t inconsquent avec lui-mme en ne
faisant aucun effort pour l'application de son program-
me : le pouvoir au plus capable.
De 1870 1873, le gnral Michel Domingue n'avait
commis aucun acte susceptible de lui faire perdre la sym-
pathie des hommes qui avaient vot la loi du 2 Avril 1870
lui dcernant, au nom de la patrie reconnaissante, une -
pe d'honneur, afin de consacrer le patriotism et le
courage hroque dans la lutte soutenue nagure avec
tant d'clat par le dpartement du Sud contre le tyran si
justement puni. La vrit est qu'on tait contre lui parce
qu'il servait de doublure Septimus Rameau qui vou-
lait prendre le pouvoir. Les amis d'Edmond Paul l'obli-
grent ne pas soutenir la candidature d'Andr Jean Si-
mon et opposrent Michel Domingue un noir incapa-
ble : Pierre Momplaisir Pierre, qui devait leur servir de
doublure . Quel que ft le tort de Septimus Rameau
d'avoir provoqu la dissidence, ses adversaires politiques
ne montrrent pas un plus grand souci des destines de
la patrie en voulant confier la direction des affaires pu-
bliques un homme notoirement inapte jouer un tel
rle. C'est en cette circonstance qu'il faut signaler l'in-
signe mauvaise foi du Prsident Nissage Saget qui n'tait
pas, come l'crit Monsieur Auguste Magloire, le ser-

(1). Id.p.65







- XII -


viteur de la volont national qui, plein d'abngation pour
sa personnel, abdiqua le despotisme habituelle de nos
Chefs d'Etat au profit de la representation Nationale. (2)
Sous l're librale cre dans le pays depuis 1870 ,
il se fit dictateur et poussa ses amis paralyser l'action des
Chambres Lgislatives en aidant Septimus Rameau
maintenir la dissidence. Et, tandis qu'il conspirait ainsi
contre les institutions, ses Secrtaires d'Etat : Liautaud
Ethart, Octave Rameau, Charles Haentjens, J. B. Da-
mier, Joseph Lamothe, dtournaient une parties des fonds
publics. Firmin n'en tient aucun compete. Il crit que
l'historien doit reconnatre que, de toutes nos adminis-
trations rpublicaines, sa prsidence est la plus propre
servir de modle la dmocratie hatienne, don't la devise
doit tre : Honntet, libert et justice, par l'ordre lga
element tabli. (3)
Qu'Hati, dit-il, pt traverser trois priodes prsiden-
tielles de ce modle, avec une transmission rgulire du
pouvoir, elle tait dfinitivement lance dans la voie d'une
civilisation ordonne et bien comprise. (4)
En prsentant ce gouvernement comme modle la d-
mocratie hatienne, il donne la preuve qu'il n'a pas suf-
fisamment tudi les vnements de cette poque. Si Hati
avait travers trois priodes prsidentilles comme celle de
Nissage Saget nous aurions, depuis longtemps, provoqu
l'intervention d'une puissance trangre dans les affaires
intrieures du pays. M'appuyant sur des documents, je
montre, dans L'Emprunt de trois millions de piastres, avec
quelle effronterie, les Secrtaires d'Etat et certain fonc-
tionnaires dilapidaient la caisse publique.
Le dsordre dans l'administration tait ce point que
le consul de France, Achille Du Courthial, demand au
Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures, Joseph Lamo-
the, de faire payer Alexandre Defly, une crance car-

(2). L'Ere Nouvelle, p. 102.
(3). Id. p. 398.
(4). Id. p. 397.







- XIII -


te par le Corps Lgislatif. Il insist dans sa rclamatioh
et affirma que le gouvernement, violent la loi du 24 Aot
1872, avait pay d'autres crances de mme nature cer-
tains trangers.
Le Gouvernement fut incapable de se dfendre d'une
si grave accusation. Dans son embarras de payer, en 1874,
le premier trimestre de la dette hatienne envers la Fran-
ce et certaines crances par suite des malversations des
Secrtaires d'Etat, il sollicita un dlai du duc de Decazes,
ministry des Affaires Etrangres de France et donna des
instructions ses reprsentants l'tranger de ngocier
un emprunt avec une banque ou un group de capitalistes.
A l'avnement de Michel Domingue la prsidence, les
crances don't le paiement tait rclam s'levaient
2.500.000 piastres. Il n'y avait pas un centime dans la
caisse du trsor. Le Secrtaire d'Etat des Finances ne
pouvait gure computer sur les recettes des douanes qui -
taient donnes en garantie d'une mission de bons com-
pensables par l'ancienne administration. Il n'avait d'au-
tre alternative que de poursuivre les ngociations pour
contractor un emprunt l'intrieur o l'extrieur.
Par l'intermdiaire de la maison White Hartmann et
Cie., du Hvre, la banque Marcuard Andr et Cie., de
Paris, accept s'intresser l'affaire. Tout en signant le
contract du 9 Septembre 1874, les conditions imposes au
Gouvernement ne lui permirent pas de faire face ses
multiples obligations. Le Secrtaire d'Etat des Finances
eut recours un moyen, condamn par la loi et la mora-
le : il mit des traites sans avoir des provisions ncessai-
res pour en assurer le paiement. Le Charg d'Affaires
d'Hati Paris usa du mme procd pour calmer l'im-
patience des cranciers de l'Etat envers qui il avait pris
des engagements. C'est ainsi que, pendant les vingt-trois
mois de l'administration de Michel Domingue, le Secr-
taire d'Etat des Finances fut toujours proccup par une
question d'argent.
L'emprunt de trois millions de piastres, contract avec
Marcuard Andr et Cie., n'apporta aucune amlioration







- XIV -


a la situation. Septinius Rameau exigea, au sujet des der-
niers versements, des espces et non des traites 90 jours
de vue. N'ayant obtenu aucune satisfaction, il signa un
contract pour un emprunt de 50 60 millions de francs a-
vec Emile Sievers et Frol Silvie, reprsentants d'un grou-
pe de capitalistes.
Marcuard Andr et Cie protestrent contre toute mission
de nouveaux titres sur le march de Paris. La banquet
franco-hollandaise se dsintressa de l'affaire. Emile Sie-
vers et Frol Silvie se mirent en relations avec le Crdit
Gnral Franais. qui s'engagea vendre les titres du nou-
vel emprunt. Octave Rameau, agent du Gouvernement,
Paris, approuva cette transaction. Il eut la maladresse, -
pour ne pas dire la mauvaise foi, de crer des difficul-
ts l'mission des obligations de l'emprunt. On perdit
du temps les aplanir. Des 166.906 obligations, mises en
vente, 50.000 seulement furent achetes, rapportant quin-
ze millions de francs environ. Le Crdit Gnral Franais
qui avait garanti les 14.528.935 fc:.55 ds Marcuard An-
dr et Cie et le pavement de 5 millions de traites du gou-
vernement fut oblig de recevoir des titres pour se couvrir.
C'est ainsi que l'emprunt de 50 60 millions de francs ne
rapport que 20 21 millions de francs, valeur qui fut
retenue pour rgler avec Marcuard Andr et Cie et payer
les traits leur chance. Le Crdit Gnral Franais
ne tenta (le faire aucune nouvelle operation avec le solde
des obligations.
Ne disposant pas de fonds pour le service public, le Se-
crtaire d'Etat des Finances. se livra des transactions
scandaleu.es. Malgr les protestations de Emile Armand
Multzer, agent du Crdit Gnral Franais, Port-au-
Prince, il escompta avec les commerants les droits de
douane l'importation et l'exportation sans tenir comp-
te des 45 o o de ces droits donns en garantie pour le
pavement des intrts et de l'amortissement de l'emprunt.
Profitant du discrdit gnral dans lequel tomba le Gou-
vernement, les anciens chefs cacos conspirrent pour chan-
ger l'ordre des choses tabli. Septimus Rameau, oubliant







-XV-


son pass politique, les menaa de soulever contre eux
les piquets sans tenter pourtant aucun effort de gagner
la sympathie de leurs chefs. Au moment du pril, aban-
donn de tous, Michel Domingue fut renvers du pou-
voir; Septimus Rameau, tu dans les rues de Port-au-
Prince par ses anciens amis politiques de 1868-1869.
Voil, mon cher ami, brivement quelle a t l'ad-
ministration de Nissage Saget et de Michel Domingue.
Comment expliquer que nos crivains la prsentent autre-
ment? D'aprs les uns, le Gouvernement de Nissage Sa-
get donna de tels rsultats au point de vue administratif
qu'ils le proposent comme modle la dmocratie ha-
tienne. D'aprs les autres, celui de Michel Domingue di-
lapida les fonds de l'emprunt de 50 60 millions de
francs. Ces deux thses sont contraires la vrit histo-
rique. La lecture de L'Emprunt de trois millions de
piastres te permettra d'opiner en connaissance de cau-
se sur ces deux administrations.
Monsieur Caiiis Lhrisson ne se console pas de me
voir raconter les fourberies du pass. Il croit que cela
dformera l'esprit de la jeunesse. Quelle trange faon
de concevoir l'Histoire!
Dans une de ses leons sur 1' Histoire de la Civilisa-
tion en Europe , Guizot condamne la thorie consistent
oublier certain faits qui present et qui gnent et se
livrer des gnralisations incompltes et prcipites .
Il n'y a pour l'esprit human, disait-il, qu'un moyen d'-
chapper ce pril : c'est d'puiser courageusement, pa-
tiemment l'tude des faits, avant de gnraliser et de con-
clure. Les faits sont pour la pense ce que les rgles sont
pour la volont. Elle est tenue de les connaitre, d'en por-
ter le poids; et c'est seulement, lorsqu'elle a satisfait
ce devoir, lorsqu'elle en a mesur et parcouru toute l'-
tendue, c'est alors seulement qu'il lui est permis de d-
ployer ses ailes, et de prendre son vol vers la haute region
d'o elle verra toutes choses dans leur ensemble et leurs
rsultats. Si elle y veut monter trop vite, et sans avoir
pris connaissance de tout le territoire que de l elle au-








-XVI-


ra contempler, la chance d'erreur et de chute est in-
calculable. C'est, comme dans un calcul de chiffres, o
une premiere erreur en entrane d'autres l'infini. De
mme en Listoire, si, dans le premier travail, on n'a pas
tenu compete de tous les faits, si on s'est laiss aller au
got de la gnralisation prcipite, il est impossible de
dire quels garements on sera conduit.
Je m'applique l'tude des faits pour provoquer une
revision de nos forces sociales et politiques. Je suis pei-
n de voir comment le pays est livr deux groups de
jouisseurs qui l'exploitent sans piti. En assurant, par le
jeu normal de nos institutions, la stability du Gouverne-
ment, il sera facile de combattre la force malfaisante et
de faire cesser le jeu de bascule don't parle Edmond Paul
propos du fauteuil prsidentiel.
Ne t'tonne pas d'apprendre que, pendant la guerre
civil de 1867-1869, le people a t bafou; ses intrts
sacrifis. Il en a t ainsi chaque crise politique. Par-
lons de la dernire, celle de 1930, qui est surpre-
nante certain points de vue.
Quelques homes politiques, sans tre munis d'un man-
dat rgulier, dressrent une liste de cinq citoyens et la
firent parvenir au Prsident Borno pour designer un
d'entre eux come Prsident du Gouvernement provisoi-
re. Le Conseil d'Etat don't le renvoi tait constamment
demand par ces leaders avait ratifier le choix. Cette ini-
tiative tait contraire au vu de la majeure parties des ci-
toyens qui dsiraient une runion des dlgus d'arron-
dissements pour l'lection du Prsident provisoire. Mon-
sieur Borno choisit Monsieur Eugne Roy. Invits ap-
prouver le choix, certain dlgus manifestrent leur m-
contentement et protestrent contre toute participation
du Conseil d'Etat. On affirme qu'avant d'tre dsign,
Monsieur Eugne Roy signa un compromise avec Monsieur
Etzer Vilaire, president de l'Assemble des dlgus. A
quelle fin? Mystre angoissant!...
A son avnement la Prsidence, Monsieur Eugne
Roy n'excuta pas sa promesse. Monsieur Etzer Vilaire






- XVII -


Squitta Jrmie et se rendit Port-au-Prince o il s'empres-
sa de lui crire rappelant son engagement et le mena-
ant de faire appel au public afin de dgager sa respon-
sabilit. On parole d'une entrevue Ption-Ville la sui-
te de laquelle il fut dcid de ne pas bruiter cette affaire.
Avant ou aprs l'entrevue, Monsieur Antoine Riga%, admi-
nistrateur de 1' Union Patriotique fut-il inform de la
nature du compromise? Dans l'affirmative, protesta-t-il con-
-tre son inexcution?
Il faut esprer, mon cher ami, que nos crivains qui
ne se livrent pas des gnralisations sans bien connatre
les faits fixeront ce point d'histoire et raconteront com-
ment le Cabinet Particulier du Prsident Rov cxerra une
grande influence sur la journe du 14 Octobre 1930. Ce-
pendant, la sance du 18 Novembre 1930 de "'Assenmbh
National un dputi proposal un dcret qui fut vot d-
clarant que le Prsident Roy a bien mrit de la patrie.
.*Personne, pas mme le dput Etzer Vilaire, ne
rappela que Monsieur Roy eut signer un engagement
:qu'il, n'excuta pas. Personne ne fit comprendre que 'a
proposition du dput Vaugues violait la Constitution en
ce sens que l'Assemble Nationale ne se runit que dans
certain cas dtermins. C'est donc sous le signe de l'in-
constitutionnalit que les nationalists qui demandaient
la reconstitution des Chambres commencrent les tra-
.vaux lgislatifs.
Je ne m'arrterai pas te narrer ce qui s'est pass dans
cette journe des dupes. Ceux qui sont renseigns sur
la conduite de certain membres de l'Assemble o l'un
trompait l'autre n'en parent pas sans une profonde tris-
tesse.
En te retraant ces faits, je veux te montrer que la jeu-
nesse, si ardente pendant la grve de Damiens, a t trom-
pe. Elle ne souponne mme pas dans quelles condi-
tions Monsieur Eugne foy a t lu Prsident de la R-
publique.
N'aie pas beaucoup d'illusion,. mon cher ami. En pr-
sence d'une lite qui ne remplit pas son devoir social et






- XVIII -


qui, par son penchant irresistible a la jouissance, perd
l'autorit morale d'avoir la direction des affaires publi-
ques, l'avenir est sombre. On est inquiet de voir qu'a-
prs tant d'annes d'agitation, des hommes de Gouverne-
ment n'ont pas paru, apportant une solution aux divers
problmes que soulve une situation exceptionnelle. Les
leaders ne proposent aucun plan pour combattre le ma-
rasme qui paralyse toutes les activits. On dirait qu'ils
n'ont pas conscience de leurs lourdes responsabilits en
assistant placidement aux angoisses de la classes la-
borieuse. Faut-il attribuer leur attitude la mauvaise foi
ou l'impuissance? En tout cas, pour n'avoir pas fait face
aux obligations qui incumbent aux functions qu'ils occu-
pent, il y a lieu de craindre dans le pays des vnements
don't nul ne peut prvoir les consequences. Telle est la:
cause de la crise morale. La confiance est branle- dans
toutes les couches sociales.
Le mal d'Hati est-il sans remede? N'en doute pas; car
le moins clairvoyant des citoyens sait que c'est par des
measures conomiques appropries aux circonstances qu'on:
amliorera la situation qui est si prjudiciable aux intrts
de la communaut. Aucune experience douloureuse pour
la dignity national n'est ncessaire pour se convaincre
qu'il n'y a pas computer pour le moment sur un emprunt
l'extrieur. C'est en vain qu'on envisage de vastes pro-
jets quand on ne dispose pas de moyens pour les excu-
ter. Avec les resources actuelles, on peut, en rorgani-
sant les services admini ratifs, couvrir toutes les dpen-
ses du Gouvernement et parvenir augmenter d'une fa-
on continue la richesse publique. Les leaders ne don-
neront aucune satisfaction l'opinion s'iis persistent
examiner nos problmes un autre point de vue. Domi-
ns par leur vanit, ils se proccupent toujours d'une
question de personnel. Ils ne tentent aucun effort srieux
pour changer la condition conomique de la masse pay-
sanne qui est dplorable. A dfaut de plan suffisam-
ment tudi, leurs actes sont incohrents et ne font qu'ac-
centuer le malaise. Ils n'administrent pas avec l'esprit de







XIX-

prvoyance que comporte le danger qui menace la collec-
tivit. Il appartient la jeunesse d'intervenir en exigeant
des leaders qui aspirent diriger les destinies de la pa-
trie de rompre leur silence et d'exposer un programme
qui, appliqu avec mthode, crera un certain bien-tre
et fera cesser le dsaccord entire les gouvernants et les
gouverns. En ne protestant pas contre les mauvaises ten-
dances des politicians, en ne manifestant pas sa volont
d'avoir un rgime de libert, de travail et de justice, elle
aura aussi sa part de responsabilit dans la faillite des
nationalists.
Malgr les inquitudes de l'heure, j'ai l'espoir qu'elle
luttera pour mettre fin aux mensonges de notre dmocra-
tie. C'est pour l'aider comprendre l'importance d'une
action decisive afin de rompre avec les ornires du pass
que j'tudie certain vnements de notre histoire con-
temporaine sans en cacher les laideurs. Puisse la lecture
de 1'Emprunt de trois millions de piastres la porter
rflchir sur les consequences d'une mauvaise administra-
tion et ragir contre l'hypocrisie de notre vie social et
politique! Puisse la lecture de cet ouvrage la porter ne
pas oublier la leon qui se dgage de la tentative d'avoir
sous Domingue, une banque national quand le Gouver-
nement ne disposait pas de capitaux pour en assurer l'exis-
tence!:..
Affectueusement,
A. M.









L'EMPRUNT

DE

TROIS MILLIONS DE PIASTRES



CHAPITRE PREMIER


CREANCE D'ALEXANDRE DEFLY


Les membres du gouvernement provisoire, institu la
chte du Prsident Salnave, furent proccups non pas du
souci du bien public, mais plutt de l'ide de perscuter
leurs adversaires politiques et de ruiner les hommes d'af-
faires qui avaient contract avec le gouvernement dchu.
Par un dcret du 14 Mars 1870, ils rduisirent 20 o/o
le bnfice ralis sur les contracts librement consentis et
loyalement excuts. Ils formrent une commission pour
examiner la lgitimit des dettes du gouvernement de Sal-
nave et proposer les moyens d'en assurer le paiement. Cet-
te measure ne fut pas prise dans le but de sauvegarder les
intrts de la collectivit, car elle ne fut pas tendue aux
dettes de la Rvolution.
Par la loi du 21 Septembre 1870, le montant des droits
l'importation fut augment de 10 centimes additionnels,
partir du 1er Octobre. Les valeurs, provenant de cette
imposition, taient affectes au paiement des dettes des
gouvernements de Saint-Marc et de l'ex-Etat mridional.
Il tait prescrit de verser le tiers des sommes encaisses
aux cranciers de la Rvolution sans prejudice des recti-
fiations, aprs examen de chaque crance.
Les crances taient classes par ordre de date; date
gale, les fonds verss en espces; les bons dlivrs par les







-2


gnraux, chefs rvolutionnaires, et les frais faits par eux,
avaient la priority sur les crances pour autres motifs.
Elles taient acquittes dans l'ordre de leur classement.
Sous la prsidence du Secrtaire d'Etat des Finances,
une commission. compose du Prsident et d'un membre
de la Chambre des Comptes, ce dernier dsign par le sort,
du Trsorier gnral, du doyen du tribunal de commerce
de la capital, et d'un juge, galement dsign par le sort,
et d'un ngociant tranger, au choix du Prsident d'Hati,
tait spcialement charge d'oprer le classement des cr-
ances et d'arrter le montant percevoir chaque anne
pour ces crances.
L'article 11 prvoyait qu'aussitt que l'intgralit des
dettes admises de la Rvolution tait acquitte, et les rem-
boursements dtermins dans l'article 7 oprs, les dix
centimes additionnels devaient tre supprims.
Le corps lgislatif, en votant cette loi, se prta l'excu-
tion d'une euvre d'iniquit. Les cranciers de la Rvo-
lution taient pays sans aucun examen de leurs
titres. Les dettes du gouvernement de Salnave -
taient soumises une commission qui ne terminal la
verification des titres que le 19 Octobre 1871. Le rapport
adress au Secrtaire d'Etat des Finances fut envoy au
Corps Lgislatif qui, par la loi du 24 Aot 1872, statua sur
ces crances. Une distinction fut tablie sur la nature de
chaque contract.
Considrant, lisons-nous dans la loi, que le gouverne-
ment la tte duquel fut plac l'ex-Prsident Salnave, com-
me chef du Pouvoir Excutif, aprs avoir t constitution-
nellement institu, tomba, au bout de quelque temps, dans
un tat de complete dsorganisation par suite d'une guer-
re civil qui clata dans le pays et divisa momentanment
le people hatien en deux parties se combattant; que, par
suite de cet tat de choses, il y a lieu de distinguer les con-
trats passs par l'une des parties contractantes, volontaire-
ment, sans contrainte et dans la poursuite alatoire d'un
intrt pcuniaire, des obligations qui sont rsultes pour
l'Etat vis--vis des tiers, directement ou indirectement, soit







-3-


des lois antrieures de la Rpublique, soit des actes ma-
ns de l'autorit exerce par Salnave, en dehors de la
Constitution, et auxquels obissance tait due de la part de
ceux qui se trouvaient dans l'tendue de la jurisdiction o
dominant cette autorit;
Considrant que de ces contracts passs volontaire-
ment et dans la poursuite alatoire d'un intrt pcuniai-
re, les uns sont relatifs des travaux ou des fournitures
d'une nature telle qu'ils sont censs, alors mme que cela
n'avait pas t en fait, avoir t effectus pour l'utilit de
la chose publique, qu'en consequence l'impossibilit d'-
tablir actuellement l'gard de chaque cas isolment, s'il
a t rellement ou non utile la communaut, conduit
ne pas invoquer l'irrgularit qui les frappe dans leur
origine, et ne pas les repousser d'une manire gnrale,
tandis que d'autres de ces contracts concernant des fourni-
tures ou des services tels, qu'il est vident qu'ils ont tour-
n au dtriment de la nation, pour ne lui avoir t mani-
festement d'aucune utility et avoir servi, au contraire,
accroitre les maux du pays, sa ruine et sa devastation, en
facilitant les moyens de prolonger la guerre civil, qu'en
consequence la charge de subir leurs effects et de payer
leur prix ne saurait tre accepte par la nation:
Considrant qu'il est just et moral pour un pays de
remplir, quelque onreuses qu'elles soient, toutes ses
obligations lgitimes, il serait inique et immoral de lui im-
poser l'excution d'engagements vicis dans leur validit
et reprhensibles dans leur but, puisqu'ils sont le rsultat,
non des actes d'un commerce normal et consciencieux,
mais des operations fondes sur un tat existant de d-
sordre administratif et de bouleversements politiques.
En un mot, toutes les crances concernant les quipe-
ments militaires, les armes et les munitions taient car-
tes.
Au sujet du paiement des dettes du gouvernement, le
corps lgislatif tablit une classification. Dans l'ordre de
classement, les crances devaient tre acquittes.
L'article II de la loi du 21 Septembre 1870 fut rapport.







-4-


Les 10 centimes additionnels perus sur le montant des
droits l'importation taient maintenus jusqu' nouvelle
decision legislative.
L'article 2 de la loi du 24 Aot 1872 prvoyait qu'aus-
sitt que la destination actuelle de cet impt aura cess
d'avoir sa raison d'tre, le produit des centimes, ci-dessus
mentionns, sera spcialement affect, chaque anne, au
paiement des dettes admises du gouvernement dchu jus-
qu' leur complete acquittement.
Etaient dclares dettes de l'Etat laisses par le gouver-
nement de Salnave, suivant l'article 3 :
lo. Les pensions civiles et militaires valides.
2o. Les appointments des fonctionnaires civils et mili-
taires existant par le veu des lois particulires ou spcia-
les, de la loi budgtaire vote en 1867.
3o. Les locations reconnues par la loi ou le mme bud-
get.
4o. Le monopole.
5o. Les reconnaissances du Trsor soit gnral soit par-
ticulier pour remboursement en caf de valeurs dposes
en papier-monnaie.
6o. Les valeurs fournies en traites.
7o. Les fournitures, travaux et services autres que ceux
d'autres quipements ou d'armements que travaux ou ser-
vices pour l'tat de guerre, depuis le commencement de la
guerre civil.
8o. Les bons de dpts, reconnaissances du Trsor pour
d'autres motifs que les traites, pourvu que les dits effects
ne soient pas relatifs aux objets excepts dans le No. 8 ci-
dessus, telles que le tout est tabli aux titres vrifis par
suite du dcret du 14 Mars 1870.
Des objets, excepts au No. 8 de l'article prcdent, se-
ront pays, ceux qui auront t retrouvs dans le service
public, aprs la fin de la guerre civil et le rtablissement
du gouvernement issu de la Rvolution. (Article 4)
Les dettes pour pensions, appointments et locations de-
vaient tre intgralement acquitts avant de commencer
le service des autres crances.








-5-


Jusqu'au commencement du paiement de chacune des
categories de dettes, un intrt de 5 pour cent l'an devait
tre pay partir du ler Octobre 1872 sur leur Capital
respectif.
Une commission tait charge d'oprer le classement
des crances et d'arrter le montant percevoir chaque
anne pour ces crances.
La quote-part affrente durant l'anne chaque cran-
cier lui devait tre compte par semestre.
Tout paiement fait en dehors des prescriptions de la
loi et de l'ordre tabli par la commission, tait la char-
ge solidairement de ceux qui l'ordonnaient et l'effec-
tuaient. Dnonciation pouvait en tre faite au Secrtaire
d'Etat de la justice pour les poursuites diriger par la
parties lse par cette prfrence.
Malgr les precautions prises par le lgislateur pour as-
surer l'excution des lois du 21 Septembre 1870 et du 24
Aot 1872, les Secrtaires d'Etat, Liautaud Ethart, Octa-
vius Rameau, charge provisoirement du portefeuille des
finances et du commerce du 9 Mai au 8 Juillet 1872 et
Charles Haentjens, la violrent avec une effronterie sans
pareil. Les dettes de la Rvolution qui devaient tre ac-
quittes intgralement avant de donner une autre affecta-
tion au produit des 10 centimes additionnels furent car-
tes pour commencer le paiement des dettes de Salnave.
Les trois Secrtaires d'Etat des Finances, dtournant une
parties des fonds publics, payrent 800.000 piastres de
crances du gouvernement dchu, cartes par le Corps L-
gislatif. Et, tandis qu'ils se livraient ces operations scan-
daleuses, les fonctionnaires publics ne touchaient pas r-
gulirement leurs appointments.
Dsirant voir ses ressortissants profiter de ce dsordre
dans administration publique, le Consul de France, A-
chille Du Courthial, demand au Secrtaire d'Etat des
Relations Extrieures, Joseph Lamothe, d'intervenir prs
de son collgue des Finances, Charles Haentjens, pour ob-
tenir paiement de la crance d'Alexandre Defly, s'levant
cent un mille six cent vingt piastres (P. 101.620) et dix







-6-


huit millions sept cent vingt-quatre mille gourdes douze
centimes (G. 18.724.012) en billets de Salnave, converties
en piastres au taux du change sur la place, au 19 Dcem-
bre 1869. Cette crance. carte par le Corps Lgislatif,
ne devait pourtant pas tre paye.
Par sa lettre du 15 Janvier 1874. il exposa au gnral
Joseph Lamothe. Secrtaire d'Etat des Relations Ext-
rieures, la situation faite Alexandre Defly, ngociant
franais, Port-au-Prince, don't la crance s'levait cent
un mille six cent vingt piastres (P. 101.620) et dix huit
millions sept cent vingt quatre mille douze gourdes (G.
18.724.012) fut accepte par la commission, institute par
le dcret du 14 Mars 1870, et annule par la loi du 24 Aot
1872. sous prtexte que les ordonnances avaient t dres-
ses pour des armes et des quipements militaires fournis
au gouvernement de Salnave pendant les annes de 1868
et 1869.
Malgr la promulgation de cette loi insre au Moni-
teur Officiel du 14 Septembre de la mme anne, crivit-
il au Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures, ce Con-
sulat-gnral. qui avait accept et fait accepted ses natio-
naux residents et son gouvernement, les assurances ri-
tres, donnes par les chefs et les agents du pouvoir. que
tous les engagements loyalement pris seraient scrupuleu-
sement observs, s'est abstenu d'intervenir estimant que
la decision de l'Assemble, souveraine en tout ce qui con-
cerne la constitution intrieure du pays, ne devait infir-
mer en rien les rapports entire l'Etat et les trangers, qui
sont rgls par les principles immuables du droit des gens
et ne relvent, en cas de conflict, que du bon vouloir rci-
proque des parties intresses, et a laiss ceux de ses com-
patriotes, qui pouvaient avoir t lss par cette rsolu-
tion legislative le soin de recourir tous les moyens qui
leur seraient offers de rparer le tort eux fait.
Je suis persuade que vous apprciez, Monsieur le Se-
crtaire d'Etat, comme il mrite de l'tre, ce sentiment
de reserve complete qui laisse au gouvernement d'Hati
la facult de revenir sur un acte dict une Assemble a-







-7-


nime du sentiment patriotique le plus pur et le plus exal-
t, mais qui ne se rend pas compete, dans l'entrainement
provoqu par d'loquentes paroles du tort qu'elle peut
faire, et des complications qu'elle peut amener sans avoir
la competence ncessaire pour les rsoudre.
Enfin, ce Consulat-gnral a laiss M. Defly plaider.
lui-mme, sa cause, et n'a pas recherch si d'autres fran-
ais se trouvaient dans le mme cas que lui; mais aujour-
d'hui, M. Defly vient nous, ses crances la main, arm
du dcret du 14 Mars 1870, d'une approbation authenti-
que de ses crances libelles aprs examen approfondi par
la commission, au zle scrutateur de laquelle un homma-
ge clatant a t rendu par ceux mmes qui en ont invali-
d les arrts, il nous est impossible de lui refuser notre
concours pour obtenir le solde de sa crance qui a t
reconnue valuable par des juges autoriss et comptents.
Je vous demand donc, Monsieur le Secrtaire d'E-
tat, de vouloir bien obtenir de votre Collgue des Finan-
ces que le rglement de la some due M. Defly soit effec-
tu dans la forme usite pour les autres cranciers du
gouvernement antrieur au 18 Dcembre 1869, en lui te-
nant compete des intrts lgaux pour la some de cent un
mille six cent vingt piastres fortes et dix-huit millions
sept cent vingt quatre mille douze gourdes d'Hati, con-
verties en piastres au change, en vigueur sur la place, au
19 Dcembre 1869.
Dans le cas o des crances trangres frappes d'ex-
clusions par le vote de l'Assemble legislative, auquel il
a t fait allusion prcdemment auraient t subsidiaire-
ment rgles par le gouvernement d'Hati, en vertu d'une
facult souveraine que nous sommes disposs non seule-
ment reconnaitre, mais approuver hautement, je r-
clame pour mon compatriote, M. Defly, et pour tout ci-
toyen franais qui se trouverait dans le mme cas, le trai-
tement accord aux sujets de la nation la plus favori-
se. (1)

(1). Enqute sur les Emprunts Doiningue. Quatrime divi-








-8-


Le gnral Joseph Lamothe communique cette lettre au
Conseil des Secrtaires d'Etat qui, ayant reu plusieurs
rclamations analogues, avait dcid de les soumettre au
Corps Lgislatif afin d'obtenir, si c'tait possible, aprs un
nouvel examen, quelques modifications la loi du 24 Aot
1872 concernant certaines dettes du gouvernement de Sal-
nave.
Des vnements imprvus et regrettables ont retard,
crivit le Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures, le
23 Janvier 1874, au Consul Achille du Courthial, l'ex-
cution de cette measure et la satisfaction de ce sincere d-
sir. Cependant vous reconnatrez vous-mme, M. le Con-
sul, qu'il ne saurait, dans une circonstance aussi grave, ap-
partenir au Pouvoir Excutif seul de modifier si profon-
dment, sans avoir employ les voies rgulires, une loi
vote constitutionnellement par les deux Chambres et pro-
mulgue la suite de ce vote. Mon gouvernement a pen-
s qu'il conviendrait pour l'efficacit de la decision in-
tervenir, et dans l'intrt mme de sa bonne execution,
d'attendre la plus prochaine session pour terminer une
affaire qui a t et qui est toujours l'objet de ses plus vi-
ves proccupations.
Je suis persuade que vous apprcierez l'opportunit
d'une telle resolution et que vous voudrez bien vous join-
dre nous pour recommander M. Defly, comme nous
l'avons fait l'gard de tous les autres rclamants, de vou-
loir rserver sa reclamation jusqu' la plus prochaine ses-
sion legislative, afin de nous permettre de provoquer cet
gard une solution complete et dfinitive. (1).
C'tait une maladresse du Secrtaire d'Etat des Rela-
tions Extrieures que de s'engager faire examiner, une
nouvelle fois, une crance dj carte par le Corps Lgis-
latif. C'tait implicitement reconnatre le bien fond de
la reclamation de Defly et l'autoriser insisted pour en ob-
tenir paiement. Il n'avait qu' invoquer la loi du 24 Aot

sion. 2e Srie, p. 132.
(1). id. p. 134.








-9-


1872 et se conformer sa strict execution. Alexandre
Defly tait libre, par une petition de s'adresser aux Cham-
bres, mais le gouvernement n'avait aucun rle jouer en
pareille circonstance.
Le Consul Achille du Courthial comprit l'imprudence
commise par le Secrtaire d'Etat des Relations Extrieu-
res et lui rpondit, quatre jours aprs, qu'il prenait note
que le gouvernement hatien n'admettait pas comme d-
finitive l'annulation de la crance de Defly prvue par la
loi du 24 Aot 1872. Il lui demand, en cas de rejet, la
prochaine session legislative, d'une second demand de
credit, si le gouvernement disposait de moyens pour faire
face ses engagements.
Si vous 'croyez pouvoir me donner cette assurance,
Monsieur le Secrtaire d'Etat, non seulement je ferai ac-
cepter ce retard M. Defly, malgr la souffrance relle
qui en rsulte pour ses intrts, cause du capital engag,
mais je le prsenterai au Dpartement des Affaires tran-
gres come une preuve de la persvrance avec laquelle
votre gouvernement lutte contre les difficults qui entra-
vent l'accomplissement de ses plus loyales intentions et
de la fermet avec laquelle il est dispos les excuter,
aprs avoir puis tous les moyens de conciliation. (2)
Dans sa rponse, en date du 7 Fvrier, le Secrtaire
d'Etat des Relations Extrieures qui avait communique la
lettre du Consul du 27 Janvier dernier, au Conseil des Se-
crtaires d'Etat, essaya de revenir sur sa maladresse et
invoqua la loi du 24 Aot 1872 qu'il ne pouvait pas modi-
fier par sa seule volont. Il expliqua les raisons pour les-
quelles il lui tait impossible de donner aucune assuran-
ce de payer la crance de Defly.
Le Conseil m'a charge de vous rpondre que, malgr
le vif dsir du gouvernement d'arriver, autant que cela
peut dpendre de lui, une solution quitable de toutes
les rclamations lgitimes et rgulirement admises et qui
lui ont t adresses pour des crances contre le gouver-

(2). id. p. 136.








- 10-


nement dchu, il regrette, bien vivement, de ne pas pou-
voir, quant present, rien changer la decision qu'il a
prise antrieurement et don't je vous ai fait part concer-
nant M. Defly. En effet, la crance de M. Defly, rejete
par les Chambres et supprime dans la liste des charges
que la nation a accept d'acquitter, se trouve maintenant
dans une situation toute particulire, qu'avec les meilleu-
res dispositions le gouvernement ne peut modifier par sa
seule volont. Il faut ici le concours des Chambres Lgis-
latives procdant un nouvel examen de la loi du 24 Aot
et des principles qui l'ont dicte. L'engagement que le gou-
vernement est en measure de prendre, c'est qu'il ne ngli-
gera rien pour provoquer cet examen et pour faire valoir
toute consideration qui peut militer en favur de M. De-
fly et de sa reclamation, quoique cette reclamation ait
toujours t considre comme excessive et loin d'tre aus-
si fonde qu'elle pourrait le paratre toute d'abord.
En franchissant une telle limited, le gouvernement,
dans la circonstance, irait au del de son droit, et je suis
persuade que vous conviendrez avec moi, aprs un cons-
ciencieux examen de la question qui nous occupe, que le
mieux est d'attendre sur ce point une solution, qui, pour
tre srieuse et definitive, doit tre rgulirement prpa-
re et obtenue. (1)
Le Consul comprit que le gouvernement ne pouvait pas
soumettre l'affaire de Defly la prochaine session lgis-
lative, car le mandate prsidentiel prenait fin le 15 Mai.
Il insist pour en obtenir le rglement immdiat. Il rap-
pela. dans sa rponse. en date du 11 Fvrier, au Secrtai-
re d'Etat des Relations Extrieures que certaines crances
de mme nature que celle de son compatriote avaient t
payes sans l'intervention des Chambres. Il rclama pour
Defly le traitement accord aux sujets de la nation la plus
favorise.
D'aprs le dcret du 14 Mars 1870, lui crivit-il, et
le verdict de la Commission qui en est issue, don't j'ai l'hon-

(1). id. p. 137.








- 11 -


near de vous prsenter un extrait, en ce qui concern M.
Defly, (No. I), il me semble impossible de ramener la dis-
cussion sur sa crance ou sur tout autre crance analogue
au nom d'un de nos nationaux.
En acceptant les charges cres par son prdcesseur,
votre gouvernement a rempli un pnible devoir, tout en
rservant ses mandataires le droit de rejeter, rduire ou
valider les comptes prsents, mais sans spcifier, ce qui
eut t une injustice flagrante, ni categories ni exceptions.
En ce qui concern M. Defly, le contrle a t rigou-
reux de la part des membres de la Commission du 14
Mars, je le sais, et cela me permet de supposed que les
membres hatiens n'ont pas us d'indulgence. Il n'y a
donc plus revenir sur un chiffre qui a t reconnu jus-
te, dans ces conditions, malgr son lvation; il tait du
reste justifi par des pices probantes, numres au ta-
bleau ci-joint (No. 2).
La nature des objets fournis par M. Dfly n'infirme
pas ses droits, et je n'ai pas besoin, pour le prouver, de
recourir une autre opinion que celle de votre gouverne-
ment, Monsieur le Secrtaire d'Etat, puisque le prix du
Steamer Terreur, ex., Algonquin , achet sous l'ad-
ministration et le nom du Prsident Salnave. a t sold,
postrieurement sa chte.
Il m'est revenue que deux cranciers du gouvernement
Salnave, l'un Amricain, l'autre Allemand, ont t rcem-
ment encore, couverts d'avances faites par eux en num-
raire pour achats d'armes et de navires.
Lors mme que cette dernire allegation ne serait pas
fonde, la premiere qui ne sera pas conteste, suffit pour
m'aider tablir que le gouvernemient hatien lui-mme
peut, sans l'intervention des Chambres trancher une pa-
reille question de sa propre autorit.
Je rclame donc, Monsieur le Secrtaire d'Etat, pour
M. Defly, le traitement accord aux sujets de la nation la
plus favorise, et afin que cette affaire, qui a dj souffert
tant d'atermoiements, soit termine avant le mois de Mai,
terme de la prsente priode prsidentielle, j'ai l'honneur







-12-


de vous renouveler la demand, l'effet d'obtenir le r-
glement immdiat de la crance de M. Defly, montant
cent un mille six cent vingt piastres fortes, (101.620) et
dix huit millions sept cent vingt quatre mille douze gour-
des d'Hati converties en piastres fortes au change en vi-
gueur sur la place, le 19 Octobre 1871, jour o la Com-
mission a termin la verification des titres de M. Defly, le
tout augment de l'intrt lgal, partir de la susdite da-
te. (1)
Le Secrtaire d'Etat Joseph Lamothe avait pour devoir
de protester*contre l'affirmation du Consul au sujet du
paiement du steamer la Terreur , achet sous l'admi-
nistration du gouvernemen dchu. Cette crance se trou-
vait rel!ement dans la catgorie de celles ne devant pas
tre payes. Si le fait tait incontestable, c'tait une vio-
lation flagrante de l'article 9 de la loi du 24 Aot 1872
qui prescrivait que tout paiement fait contrairement aux
prescriptions de la loi et de l'ordre tabli par la commis-
sion prvu en l'article 7 restait la charge de ceux qui
l'auraient ordonn et effectu solidairement. La parties,
lse par cette prfrence, pouvait la dnoncer au Secr-
taire d'Etat de la Justice pour les poursuites diriger. Le
Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures n'avait donc
aucune raison de ne pas statuer sur la crance de Defly,
s'il ne repoussait pas cette accusation que le gouvernement
ne tenait aucun compete de cette loi.
Il rpondit, le 1er Mars, d'une faon vasive la let-
tre du Consul et finit par faire appel sa bienveillance et
le prier de tenir compete des circonstances qui retardaient
de la part du gouvernement l'adoption d'une decision
qu'il serait heureux de transmettre.
J'ai vivement regrett, lui crivit-il, de n'avoir pas pu
rpondre aussitt que je le dsirais votre communication
du 11 dernier, relative la crance Defly. Je vous prie
de croire que ce retard n'a pu dpendre des dispositions
du Conseil des Secrtaires d'Etat qui je me suis empres-

(1). id. p. 138.







-13-


s de communiquer votre dpche l'gard des consid-
rations que vous faites valoir dans la circonstance, mais
qu'il a t occasionn par les difficults en face desquelles
nous nous trouvons en ce moment, par suite des sacrifi-
ces que rclament de nous les immense charges qui p-
sent sur la nation en ce moment, et parmi lesquelles s'en
trouve une toute particulire et en quelque sorte privil-
gie, qui ne cesse de nous proccuper. Je veux parler de
la prochaine chance de notre double dette envers la
France.
D'un autre ct, la nature toute spciale de la cran-
ce de M. Defly, et sa situation exceptionnelle parmi les
cranciers du gouvernement de Salnave, vis--vis de la
loi vote, ne sauraient assez, quant ce qui concern un
rglement dfinitif, tre l'objet d'un scrupuleux examen
et de mditations srieuses.
Je suis donc charge de vous prier de tenir compete, en
consultant votre bienveillance et votre impartialit, des
circonstances qui retardent de la part de mon gouverne-
ment l'adoption d'une decision qu'il serait heureux de
vous transmettre, et de vous dire qu'il ne ngligera rien en
ce qui le concern, pour la prparer et la faire intervenir
aussi promptement qu'il lui sera possible, en tmoignage
de sa bonne volont de dissiper toute difficult entire les
deux pays. (1)
Le Consul Achille du Courthial s'empressa, le 3 Mars,
de rpondre cette dpche et informa le Secrtaire d'E-
tat des Relations Extrieures que le gouvernement fran-
ais n'acceptait pas la situation faite Alexandre Defly,
crancier du gouvernement de Salnave. Critiquant la loi
du 24 Aot 1872, il lui disait qu'elle ne reposait sur au-
cun principle de solidarity que vous avez reconnu, en re-
connaissant comme vtres les dettes de l'administration
prcdente; elle ne saurait tre une arme entire vos mains,
pour anantir d'un trait, les engagements solennels, sa-


(1). id. p. 140.







- 14-


crs, contracts par vous aux terms du dcret de Mars
1870.
Les proccupations que vous cause la prochaine ch-
ance de la dette franaise, ne doivent tre mises non plus
en avant puisque vous avez satisfait, sur l'insistance d'au-
tres nations que la France, et tout rcemment, des r-
clamations qui ne sont ni plus recommandables, ni sur-
tout mieux tablies que celle de M. Defly.
Je n'ai pas rechercher les motifs de cette prfren-
ce, mais puisque vous faites appel mon impartialit, il
m'est impossible de souffrir que mes compatriotes soient
moins bien traits que les sujets de puissances envers les-
quelles la Rpublique d'Hati n'est pas tenue plus d'-
gard qu'envers nous.
Je renouvelle donc la demand du rglement imm-
diat et dfinitif de la crance Defly, telle qu'elle se com-
porte. c'est--dire, telle qu'elle a t arrte par la Conm-
mission de \rification. la date du 20 Mars 1872, sui-
vant un document que j'ai eu l'honneur de vous soumet-
tre dans ma prcdente dpche du 11 Janvier dernier, et
je vous prie de me faire savoir, Monsieur le Secrtaire
d'Etat, votre resolution ce sujet, aussi promptement que
possible. (1)
Le Secrtaire d'Etat les Relations Extrieures ne fit
aucune rponse cette lettre. Des jours s'coulrent ainsi.
Le Consul du Courthial prsenta le montant de la cr-
ance de Defly tel qu'il la rclamait, soit deux cent trois
mille huit cent dix-huit piastres soixante-deux centimes,
sans prejudice des intrts pour chaque jour de retard. Il
rappela, le 11 Mars, au Secrtaire d'Etat des Relations
Extrieures que le gouvernement hatien, ne tenait au-
cun compete de la loi du 24 Aot qui avait cart les cr-
ances de Weber Cutts, Evariste Laroche, fournisseurs au
mme titre que Defly. Cependant, malgr l'importance
des valeurs rclames, ces crances furent intgralement
payes.

(1). id. p. 141.







-15-


Vous avez, leur profit, crivit le Consul Achille du
Courthial, fait taire la loi et dmenti l'absence des res-
sources que vous invoquez sans cesse avec une facility
don't vous ne sauriez, sans injustice, refuser le bnfice
M. Defly.
La crance Defly mrite-t-elle un rgime particulier
d'exclusion? Le compete mme que je vous prsente au-
jourd'hui, Monsieur le Secrtaire d'Etat, dtruisait une
pareille argumentation; il diffre de celui que j'ai eu
l'honneur de vous soumettre tel qu'il tait dress et ap-
prouv par la Commission, institute par dcret du 14
Mars 1870. Les sonunes portes au paragraphe 4 (la re-
connaissance No. I, 342, dpose sous le No. 331, mon-
tant 3.000.000, provenant de l'ordonance de dpense
No. 242) et la reconnaissance No. I, 344, dpose sous le
No. 381, montant 704.012 provenant de l'ordonnance
de dpense No. 242, formant un total de trois millions
sept cent quatre mille douze gourdes ont t payes.
Je suis donc autoris rclamer pour le restant de la
crance Defly, ainsi que je le fais par la prsente, le rgle-
ment immdiat et dfinitif qui a t dj accord une
parties, en maintenant le chiffre pos au dbut.
Si quelqu'un de mes nationaux taient come Defly,
crancier du gouvernement hatien pour une some quel-
conque, je renouvelle toute reserve en sa faveur, l'effet
d'obtenir, sans dlai, le remboursement de ce qui lui est
d. (1)
Comment expliquer la nouvelle attitude du Consul de
France exigeant le paiement de la crance Defly,au nom de
son gouvernement? Nous l'attribuons au manque de sin-
crit du gouvernement hatien, qui, tout en arguant que,
par sa seule volont, il ne pouvait reconnatre cette cran-
ce, en payait d'autres, de la mme catgorie, cartes par
la loi du 24 Aot 1872. Le Consul tait inform qu'en -
cartant 1.200.000 piastres de crances admises par la com-
mission institute par le dcret du 14 Mars 1870, plus de


(1). Lettre du 11 Mars 1874, id. p. 142.







-16-


800.000 piastres furent payes pour des crances non re-
connues.
Il n'ignorait probablement pas que, sur une opposition
de Spencer St-John pour Madame Maunder, crancire
de Defly, le Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures
crivit au Charg d'Affaires anglais, le 20 Fvrier, que
le gouvernement hatien avait dcid de ne pas se fixer
sur la reclamation de Defly alors mme qu'elle serait ad-
mise. jusqu' ce que la question entire cet individu et Ma-
dame Maunder soit lgalement rgle. (2)
Quant au silence du Secrtaire d'Etat des Relations Ex-
trieures concernant la lettre du 3 Mars. nous l'attribuons
ce fait qu'il mettait fin cette correspondence. En ef-
fet, le 12 Fvrier, il envoya des instructions Laforestrie,
Charge d'Affaires d'Hati Paris, d'entretenir le gouver-
nement franais de cette reclamation.
A la date du 15 Mars. C. Laforestrie crivit au gnral
Joseph Lamothe, Secrtaire d'Etat des Relations Extrieu-
res :
J'ai reu la dpche. en date du 12 Fvrier dernier.
que vous m'avez fait l'honneur de m'crire au sujet de la
reclamation formule en faveur de M. A. Defly par M.
du Courthial, ainsi que la copie de la dernire lettre de cet
agent et de votre rponse.
Je ne saurais trop vous remercier, M. le Secrtaire
d'Etat, de cet expos lumineux, qui fait ressortir d'une
manire si remarquable, votre incontestable bon droit. Ce
document me sera d'un secours inapprciable pour me-
ner bien la ngociation don't vous me faites l'honneur
de me charger, et je n'aurai qu' essayer d'tre, autant
que possible, l'interprte fidle de votre pense et de vo-
tre argumentation.
Mais j'ai cr devoir viter d'aborder la discussion
fond de cette question, avant d'avoir termin celle rei-
tive notre double dette. J'ai toutefois sond le terrain,
et j'ai cru m'apercevoir qu'on n'attache point ici, du moins

(2). id. p. 144.







-17-


quant present, une bien grande importance cette ques-
tion. M. de Lmont lui-mme dclare qu'on ne nous de-
mande pas d'argent et qu'il s'agit simplement d'obtenir
que nous fixions les dlais dans lesquels nous pourrons -
teindre ces crances. Mon opinion est qu'il ne nous sera
pas difficile de gagner le temps qui nous est ncessaire.
Nous ne devons, en effet, pas perdre de vue que les
gouvernements trangers, en s'adressant directement et de
prime-abord au gouvernement, violent le droit des gens.
Leur droit de protection envers leurs nationaux ne peut
lgitimement s'exercer qu'aprs que ceux-ci ont puis
toutes les voies lgales et ont subi un dni de justice vi-
dent. A l'exception des crances de MM. le gnral Salo-
mon et Baudeuf don't le non-paiement constitute par lui-
mme une violation du droit des gens et donne. en cons-
quence, overture au droit des gouvernements trangers
de rclamer en faveur de leurs nationaux lss, toutes les
prtendues crances, don't on nous demand le paiement,
auraient d tre soumises aux tribunaux.
Je sais qu'il est trop tard pour s'abriter derrire ce
principle, mais il n'est pas trop tard pour soutenir que le
gouvernement, en ne l'invoquant pas, a fait preuve de la
meilleure volont et qu'il doit lui en tre tenu compete>> ( )
En accusant reception de la lettre du 11 Mars du Con-
sul de France, le Secrtaire d'Etat des Relations Extrieu-
res l'informa l'avoir soumise au Conseil des Secrtaires
d'Etat. Il se rservait d'y rpondre. dans le plus bref d-
lai, d'une faon definitive. Il attendait le rsultat de la
dmarche qu'il autorisait le Charg d'Affaires d'Hati
Paris de faire auprs du gouvernement franais.
Le Consul Achille du, Courthial rappela le 9 Avril au
Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures leurs divers
entretiens avant et depuis le 31 Mars, au sujet de l'chan-
ce du premier trimestre de 1874 de la double dette hai-
tienne envers la France. Il lui disait que, sans contester
son affirmation que le gouvernement franais avait ac-

(1). id. p. 144.







-]10-_


cept le versement, Paris, le ler Aot prochain, du mon-
tant du terme chu de cette dette, il n'avait encore reu
aucune instruction l'autorisant modifier la poursuite
du rembourseinriit tel qu'il est fix par la convention du
22 Dcembre 1870, don't l'inexcution actuelle demeure
pour moi inexplicable au milieu de la tranquillit gn-
rale du pays et en presence du fonctionnement rgulier de
l'Administration des Finances qui met aux mains du gou-
vernement toutes les resources don't une parties au moins
doit tre affecte d'abord l'extinction de la double dette
(art. 2 de la Convention du 15 Mai 1870, confirm par la
Convention du 22 Dcembre 1870.
Vous me pardonnerez donc, Monsieur le Secrtaire
d'Etat, si, jusqu' nouvel ordre, j'insiste solennellement,
come j'ai l'honneur de le faire par la prsente, l'ef-
fet d'obtenir le paiement de la some de un million deux
cent quatre-vingt-deux mille cinq cent soixante dix francs,
douze centimes (frs. 1.282.570.12 c.) qui auraient d tre
compts entire mes mains, ds le trente et un Mars de la
prsente anne. (1)
Dans l'impossibilit de payer, le Secrtaire d'Etat des
Relations Extrieures demand un sursis jusqu'au 1er
Aot pour faire face aux obligations du gouvernement.
Cependant il n'ignorait pas qu'il en laissait toute la res-
ponsabilit au gouvernement qui succda celui du Pr-
sident Nissage Saget don't le mandate prenait fin au mois
de Mai de cette anne. Les charges taient d'autant plus
lourdes que le gouvernement du Prsident Domingue a-
vait faire face non seulement aux engagements prvus
dans la convention du 15 Mai 1870, de verser Paris, par
des traites 90 jours de vue, le montant du premier tri-
mestre de cette anne de la double dette hatienne envers
la France s'levant un million deux cent quatre vingt
deux mille cinq cent soixante dix francs douze centimes,
mais payer aussi 6 o/ o d'intrt l'an pour les cinq mois
de retard, soit 32.062 francs 75 centimes. D'autres charges

(1 id. p. 147.







19 -

incombaient ce gouvernement. Il avait encore rgler le
second trimestre de la double dette hatienne, et les cran-
ces dues par le gouvernement de Salnave don't le paiement
tait rclam par la lgation franaise pour Alexandre De-
fly, L. Coby, J. M. Barrogat, Djardin, Luders et Co., J.
Cassard et Cie.
En some, quelle tait la situation financire au mo-
ment o le mandate du Prsident Nissage Saget prenait fin?
















CHAPITRE II


LA SITUATION FINANCIERE


Par dcret du 18 Septembre 1876 de l'Assemble Na-
tionale, une commission, compose de trois Snateurs,
Louis Audain, Ferrus, Darius Denis, et de quatre dputs
Edmond Paul, Boyer Bazelais, Armand Thoby et Hanni-
bal Price, tait charge de prparer tous les lments pro-
pres faciliter la decision de l'Assemble Nationale sur
les Emprunts d'Hati l'Etranger , effectus par le gou-
vernement de Domingue. Le dput Boyer Bazelais, rap-
porteur de la commission, a crit, dans son rapport du
10 Mai 1877 que la 13me Lgislature avait impos de
1870 1873 l'esprit d'conomie dans le maniement des
resources de l'Etat, grce au contrle srieux qu'elle exer-
ait. A la suite de la proclamation du 13 Septembre 1873
du President Nissage Saget (1) mettant fin la session ex-
traordinaire du Corps Lgislatif sans le vote du budget
gnral de la Rpublique, le dsordre et les gaspillages,
contends quelque temps, avaient repris force et vigueur
dans la dpense publique. (2)
Au moment o le mandate du Prsident Nissage Saget
prenait fin, il y avait un arrir d'un million et demi de

(1). Voir les chapitres VIII et IX de la XIV' Lgi lature de
M1. Antoine Michel, t. II, p. 141-159.
(2). Enqute parlementaire sur les emprunts du gouverne-
ment Domingue l'tranger, 3me division, p. 8.








-21-


piastres. En ajoutant le montant des deux ou trois mois
d'appointements que le gouvernement devait aux employs
publics, les obligations urgentes de la Rpublique s'le-
vrent deux millions et demi de piastres environ.
Le dput Boyer Bazelais affirma qu'avec les taxes g-
nrales qui rapportaient encore trois quatre millions,
le nouveau gouvernement pouvait faire face aux dpenses
du budget qui taient de moins de trois millions et pour-
voir l'acquittement graduel d'un arrir n'excdant pas
deux millions et demie de piastres. Mais dans les condi-
tions o ce gouvernement avait pris naissance, il tait d'a-
vance condamn mconnatre tout esprit d'conomie, et
ne pouvait vivre, mme momentanment, que par le d-
sordre administratif et le gaspillage effrn des deniers pu-
blics, entran, comme il l'tait, donner satisfaction aux
mauvaises passions qu'il avait d mettre en oeuvre pour
s'emparer du pouvoir. (3)
Cet aperu ne comporte pas assez de dtails pour mon-
trer la gravit de la situation financire. Il n'est pas exact
que ce dsordre administratif remote seulement moins
d'une anne.
Dans le premier tome de La XIVe Lgislature nous
avons annonc le dpart, le 7 Avril 1873, bord du brick
amricain St. Thomas de l'amiral Lon Djoie pour
New-York. De l, il continue pour l'Europe. Contraire-
ment ce qu'il affirmait, il ne voyageait pas pour raison
de sant. Il tait plutt en mission pour le gouvernement
afin d'acheter des armes et des munitions en France. Plus
de cent mille piastres furent tires du trsor public, cette
fin, sans un credit special du Corps Lgislatif. Il y avait
encore une dpense de plus de cent mille piastres pour les
quipements militaires. C'tait sous le ministre de Liau-
taud Ethart.
Charles Haentjens qui le remplaa la Secrtairerie d'E-
tat des Finances et du Commerce ne fit qu'accentuer le gas-
pillage des recettes du pays. Avec son autorisation, beau-

(3). Enqute parlementaire' 3me division. p. 9.








-22 -


coup de titres de Sainave. non accepts par la commission
du 14 Mars 1870 et d'autres qui, portant mme le visa de
non valabilit, furent compenss au taux de 300 gourdes
la piastre quand les taux de conversions taient de 2.000
3.200 gourdes, selon les poques. Citons le compete de
caf d A. Painson de 1.012.275 gourdes qui, accept
et vis pour 920 piastres 25 centimes, fut compens pour
3.374 piastres 25 centimes.
Ds la fin du mandate prsidentiel du gnral Nissage Sa-
get. plusieurs conunis' ions furent formes pour fixer la
situation du trsor.
Dans son rapport du 23 Juin 1874, Per, president de
la commission (1) charge de vrifier la comptabilit des
diffrentes branches du service administratif de cette ju-
ridiction qui comprenait l'administration financire, la
trsorerie particulire, la trsorerie gnrale, la douane,
le magasin de l'Etat, l'Enregistrement, le service du Tim-
bre, le bureau du port, disait au Secrtaire d'Etat des Fi-
nances, Excellent, que la commission tait divise en trois
sections.
A propos de la douane, des measures nergiques furent
prises pour faire aboutir les valeurs dues au trsor. Beau-
coup de commerants devaient de fortes sommes la cais-
se publique. Quatre listes de dbiteurs furent remises au
Secrtaire d'Etat des Finances et du Commerce. Le quart
de leurs marchandises fut retenu jusqu' la presentation
des quittances du trsor.
La commission dclara qu'un simple coup d'oeil rapi-
de sur la comptabilit suffisait pour constater la longue
liste des dbiteurs qui, par des moyens dtourns, enten-
tes ou faiblesses reprochables, s'abstenaient de payer
la caisse publique et enlevaient, sans aucun ordre de, l'au-
torit suprieure, presque la totalit des marchandises re-
tenues en garantie des droits.
Elle signal que le service de verification se faisait sur

(1). Les autres membres taient B. St. Rne, Lamarre Ar-
noux, A. Rowe, A. Andr. T. Valin. P. Rouslin.







- 23 -


des notes que prenaient les contrleurs, se rservant de
rgulariser plus tard les critures. Dans les colis de mar-
chandises venant de l'tranger se trouvaient des doubles
de fond contenant de la bijouterie, des soieries et maintes
autres objets de prix.
Elle dnona que des colis considrables passaient en
transit sans remplir les formalits. Ces marchandises ar-
rivaient-elles leur destination? C'tait, en tout cas, lais-
ser une large voie la contrebande. La verification des co-
lis tait ncessaire pour mettre fin bien des abus et
tuer dfinitivement les concussions. Les difficults que
craient les commerants pour payer les droits de doua-
ne et les valeurs qu'ils devaient au trsor ne faisaient que
s'augmenter; Aprs la verification de leurs colis, ils en-
levaient leurs marchandises et laissaient des articles de peu
d'importance qu'ils avaient encore l'habilit de repren-
dre.
La commission affirma que les dclarations des mar-
chandises portes sur les factures dlivres par les con-
suls l'tranger avaient des differences tonnantes avec
les factures originaires de ces marchandises tant par les
qualits que par les quantits. Ce procd laissait ainsi
la concussion une large voie pour les intrts sacrs du
fisc, les consuls, la plupart, sont des chefs de maison de
commerce tablies en Hati; tout naturellement ils soi-
gnent leurs intrts en expdiant des factures consulaires
lastiques qui couvrent en matire de douane toute la res-
ponsabilit du fonctionnaire infidle.
Elle constata des dclarations de marchandises faites
par des individus tant hatiens qu'trangers qui n'avaient
pas de patentes. Quelques importateurs. pour ne pas r-
gler le montant de ce qu'ils devaient l'Etat, changeaient
la raison social de leurs maisons de commerce.
Elle demand de mettre un frein ces dilapidations
incontestables et combines d'appeler ce poste d'hon-
neur et de distinction (de consuls) des hommes de bien,
hatiens ou trangers. compltement en dehors de ce tri-







-24 -


potage dgotant, et capable de servir avec probit et
honntet les intrts du gouvernement. (1)
Dans un rapport du 29 Juin 1874. une autre commis-
sion, compose de A. Mary. T. Poulie, C. Dbrosse, S.
Toussaint. Albert Simonise. Lamarre Arnoux. disait au Se-
crtaire d'Etat des Finances et du Commerce, propose
des effects publics qu'elle tait charge de vrifier, que des
titres s'levant 1.522.216 piastres 91 centimes lui avaient
t prsents. Afin de fixer la date et les motifs de leur
mission. elle divisa les crances en trois categories.
La premiere comprenait les titres mis sous le gouver-
nement de Salnave qui furent vrifis et accepts par la
commission forme en execution du dcret du 14 Mars
1870, et s'levant 337.289 piastres 96 centimes et 89
livres de caf.
Beaucoup de ces titres, pour de fortes sommes taient
surchargs d'un intrt de 6 pour 100 l'an. L'Etat perdit
dans ces operations 7.136 piastres 98 centimes pour deux
crances compenses avec White, Hartmann et Cie. La
plus grande parties de ces valeurs, disait la commission.
a t dj compense en droits divers de douane pour tou-
te la Rpublique et les reconnaissances du trsor inscrites
dans nos tats ne portent surtout que sur les balances
solder.
Dans ses dpches au trsorier, le Secrtaire d'Etat des
Finances de I'poque disait que c'tait par decision du
gouvernement qu'il changeait la nature de ces titres et
qu'il les compensait. mme en surtaxes diverse, payables
jusque-l en numraire.
La deuxime catgorie concernait les titres de la Rvo-
lution pour une valeur de 84.262 piastres 36 centimes.
La valeur de 75.000 piastres provenait d'une ordonnan-
ce mise en faveur de B. Rivire et Cie pour le paiement
du steamer Artibonite , perdu au service de la Rvo-
lution.
La balance de 9.262 piastres 36 centimes comprenait

(1i. Le Moniteur du 7 Aot 1874.







-25-


les bons de dpt de billets Salnave faits au Cap, St-
Marc, l'Arcahaie et de valeurs en caf prtes la R-
volution.
La troisime catgorie des dettes du gouvernement du
President Nissage Saget fut divise en trois parties.
lo. Les emprunts pour le retrait; 2o. les travaux pu-
blics; 3o. les conversions et compensations des dettes de
Salnave.
Une valeur de 670.639 piastres 87 centimes fut prte
l'Etat par Miot, Scott et Cie, White Hartmann et Cie,
Roberts Nephews. Ed. Weber et Cie pour le retrait du pa-
pier-monnaie et pour des traites fournies l'Etat avec un
intrt de 33 o/o l'an.
Voici les chiffres pour les travaux publics :
P. 11.360. Travaux de rparation de l'ancien Palais
National.
P. 2.561. Rparation du local du Trsor gnral.
P. 2.400. Rparation du Pont de Mlle Joute.
P. 6.386. Solde des travaux de main-d'oeuvre de l'Ar-
senal.
P. 20.000. Wharf du Cabotage de Port-au-Prince.
P. 80.000. Prix de l'annexe L'Hatien pay Miot,
Scott et Cie.
Des ordonnances compensables en droits de douane fu-
rent mises pour couvrir ces dpenses.
Le rapport ne parle que d'effets publics soumis la
commission. C'est pourquoi ces chiffres ne concordent pas
avec ceux du rapport du dput Boyer Bazelais. Son im-
portance est indiscutable; car il nous donne une ide du
dsordre qu'il y avait dans l'administration publique sous
le gouvernement de Nissage Saget.
Un rapport d'une troisime commission, compose de
B. Gauvin, Bois, F. Duplessis, P. Solage et W. Audain,
permet mieux de se fixer sur les dpenses gnrales du
1er Mai 1873 au 30 Avril 1874. Pour cette priode, les
recettes s'levaient 1.930.686 piastres 42 centimes et les
dpenses 1.987.738 piastres 85 centimes. D'o un dfi-
cit de 57.052 piastres 45 centimes.








-26-


Le rapport signal un systme d'emprunts non restitus
l'chance moyennant des primes et des intrts au taux
de 1 1 2 6, de 6 11. Il a t ainsi pay 245.518 pias-
tres 68 centimes par la Secrtairerie d'Etat des Finances
don't l'allocation tait de 296.810 piastres 72 centimes non
compris les appointments. Il ne restait qu'un solde de
51.292 piastres .09 centimes pour couvrir les dpenses de
tous les autres services. La comptabilit n'tait pas jour.
La dernire balance tait du 6 Aot 1873. Les commis-
saires firent en vain des dmarches et mme des injonc-
tions pour rgulariser cette situation. Aucune satisfaction
ne leur fut donne. Le livre-journal ne comportait pas
toutes les critures. Il y manquait les operations du tr-
sor particulier depuis treize mois. Dans le but d'apprcier
les motifs des dpenses, les commissaires furent obligs
d'tablir un relev des recettes et des dpenses, et de con-
sulter les brouillards, les doubles des feuilles dposes aux
archives et les ordres mans des diverse Secrtaireries
d'Etat. Ainsi. il a t pay :
Pour subvention et frt des lignes de
vapeur P. 23.354.10
Fournitures diverse 18.486.83
Rparation au local de l'administration
principal 4.500
Frais justifier 1.020
Au trsorier pour se couvrir d'un deficit 3.250.66
Au mme pour mme motif 1.309.080 monnaie natio-
nale.
Les commissaires firent les commentaires suivants au
sujet de ces dpenses :
Subvention et frt des lignes de vapeur : 23.354 pias-
tres 10 centimes.- Nos finances se dissipent pour une
bonne parties en pure perte et en fume.
Local de l'administration : 4.500 piastres.- Cette rpa-
ration pour 4.500 piastres consistait en une simple cou-
che de peinture donne la maison et en deux lses de
pitchpin de deux pouces de large sur environ 4 5 pieds







-27-


de long places dans le plancher en change de deux ban-
des pourries.
Fournitures diverse: 18.486 piastres 83 centimes.-
Applique aux fournitures de bureau, cette dpense tait
exagre.
Frais justifier.- Ces frais n'ont jamais t justifis.
Deficit du trsorier gnral: 1.309.080 gourdes.- La
caisse publique ne couvre pas le comptable de ses deficits;
autrement elle ouvre un abme sous elle-mme.

Comptabilit

Il y avait, cette poque. la grande comptabilit offi-
cielle et publique et la petite comptabilit officieuse et oc-
culte. Ainsi fut dcouverte une dpense extraordinaire de
28.650 piastres non justifie.
Diverses recherches nous ont conduit, crivirent les
commissaires au Secrtaire d'Etat des Finances, dcou-
vrir une liasse de dpenses du trsorier particulier de
Port-au-Prince, de Dcembre 1872 Juillet 1873 (1) qui
est garde part en sa possession, s'levant 28.650 pias-
tres et au domicile mme de ce trsorier. Cette some
ne figure pas dans les livres de l'administration. Cette
liasse a t communique, en dehors de toute voie admi-
nistrative, et titre gracieux, par l'ex-trsorier qui en est
dtenteur.
Nous ne nous serious mme pas douts de son exis-
tence sans les avertissements indirect qui nous sont par-
venus...
Ce fait si normal tait-il unique? D'autres valeurs
n'ont-elles pas t de mme dtournes de l'attention et
du contrle de la mme faon?...
Certaines dpenses ont t faites sur un simple ordre

(1) .4 cette poque. Liautaud Ethart fut Secrtaire d'Etat
des Finances et du Commerce. Il donna sa dmis ion en Mai
1873. Octavius Rameau, Secrtaire d'Etat de la Justice, fut char-
du Commerce.
g de Mai Juillet de la Secrtairerie d'Etat des Finances et







-28-


*du Secrtaire d'Etat des Finances. Ainsi, du 19 Dcem-
bre au 18 Juin 1873, 20.500 piastres furent payes par le
trsor de Port-au-Prince.
En vertu de dlgation sur le trsor du Cap-Hatien
transmise en passages de fonds celui de Port-au-Prince
ordres du ministry de l'Intrieur (Joseph Lamothe), No.
345, 358, 1021, en date du 26 Juin, 1er Juillet, 3 Aot
1873 pour une valeur de 3.000 piastres.
En vertu de dlgation sur le trsor du Cap-Hatien
transmise en passage de fonds celui de Port-au-Prince
(ordre de l'administrateur des finances du Cap-Hatien),
lettres. Numros 135. 325. 338 en date des 9 et 17 Juin, et
24 Juillet 1873 pour une valeur de 3.000 piastres.
La Commission, aprs avoir consult ces diffrents do-
cuments les a remis fidlement leur dtenteur qui les
lui avait confis.
Elle a pu reliever que ce mme trsorier percevait un
double appointment comme trsorier particulier et com-
me comptable au Ministre des Finances.
En outre. nous avons vous dire que, pour couvrir
ce mme ex-trsorier d'une some de dix mille piastres
paye par anticipation, (service special et extraordinaire),
une ordonnance de dpense fut dresse pour semblable
valeur sans tre appuye de pices justificatives sur un
simple ordre du Secrtaire d'Etat des Finances, en date
du 10 Mars 1874, (Charles Haentjens), No. 3696, et por-
tant injunction faire aboutir l'ordonnance aux mains
du Secrtaire d'Etat. Il y a encore que cette ordonnance
parvenue ainsi incomplete au trsorier, celui-ci rclama
les annexes ordinaires qui manquaient. Satisfaction lui
fut refuse, et la pice comptable se trouve dans les ar-
chives du trsor, lorsque les pices annexes sont revenues
au Ministre des Finances.
Il nous est encore revenue que les ordonnances :
No. 67, dresse le 31 Juillet 1872 (Relations Extrieu-
res) P. 380;
No. 102, dresse le 31 Aot 1872 (Finances) P. 3.678;
No. 136, dresse le 31 Aot 1872 (guerre) P. 347;







-29-


ont t enleves du trsor. Sur des recherches prati-
ques en consequence, les deux dernires ont t retrou-
ves et non la premiere, vendue la maison St-Aude pre
et fils, de cette ville, qui la tient encore en sa possession.
Mais le 29 Avril 1874, l'Administration principal d-
livra duplicate de ces trois ordonnances. N'y a-t-il pas l
un double emploi au dtriment du fisc?
N'est-il pas ncessaire en outre pour l'administration
suprieure d'aviser au moyen de faire rentrer au trsor
l'ordonnance dtenue par la maison St-Aude pre et fils?
La sonune de 1.300.080 gourdes, monnaie national,
passe en bonnes dpenses pour couvrir le trsor gnral
de son deficit relve du service du retrait. Pour mieux
apprcier ces deux dpenses, nous nous sommes enquis
connatre tout ce qui pouvait y tre relatif dans les
comptes de I'administration. Nous avons t ainsi con-
duits savoir que cette operation du retrait qui a retir
de la circulation plus d'un demi-milliard de gourdes en
papier-monnaie et fait rentrer dans le pays la contre-va-
leur en espces fortes tires de l'tranger, n'aurait pas
laiss d'archives l'administration. Elle se serait faite
sans comptabilit rgulire, sans contrle, et termine,
n'aurait pas rendu ses comptes gnraux...
La some de 3.250 piastres 66 centimes, passe en
bonne dpense pour couvrir le trsor gnral de deficit
dans la caisse des 10 o/o de la reserve. La caisse de r-
serve avait t lgalement institute pour l'amortissement
et le retrait dfinitif du papier-monnaie. Elle avait com-
menc se remplir, selon des avis officials au Moni-
teur . Mais tout--coup elle est absorbe et se comble de
vides, contrairement au but de sa creation et aux prvo-
yances de la loi. On dut recourir, alors, pour le retrait,
aux emprunts don't les primes et intrts psent si lourde-
ment sur notre situation, sans computer les deficits qu'il a
fall combler...
Le personnel des diffrents bureaux adminstratifs du
Port-au-Prince a t l'objet de notre attention. Un fait
nous a frapps. C'est la surabondance des effectifs et le









ralentissement du travail. Ainsi, pour ne parler que de
l'administration principal et du trsor particulier, leurs
services et critures sont arrirs, malgr le nombre d'em-
ploys don't ils disposent.
Le movement des traites a disparu des comptes de
l'administration; nous avons t ainsi privs de vrifier
cette branch importante. (1)


Dpartement de la Guerre


Les dpenses suivantes ont t faites :
Mont-Organis et Union . fourni-
tures diverse .......................
Hpital militaire de Port-au-Prince.
fournitures diverse ..................
Restitution du prix du navire Artibo-
nite . perdu au service de la Rvolution
Arsenal militaire de Port-au-Prince. ....
Fournitures militaires ...............
Fournitures de bureau .............


P. 60.421.44

18.283.68

75.000
2.821.60
134.643.64
6.762.82


Sans contester l'opportunit des dbours faits pour
l'hpital militaire, il nous est rest, disaient les com-
missaires, la malheureuse conviction que les sommes af-
fectes ce service de bienfaisance ne sont pas garanties
avoir t rellement emplloyes cette destination. Ainsi,
la ration de chaque jour n'est sounise aucun contrle
de la part (le l'adminstration principal, comme c'tait
d'usage autrefois; le nombre des malades n'est pas cons-
tat, les bons sont dresss arbitrairement et il est presqu'a-
vr que la furniture n'entre pas en totalit dans l'ta-
blissement et est dtourn pour d'autres motifs.
Le navire Artibonite .- 75.000 piastres.- Les com-
missaires manifestrent leur tonnement au Secrtaire
d'Etat des Finances du pavement du prix de ce navire dis-
paru depuis la Rvolution de 1868-1869.

(1). Le Moniteur du 17 Octobre 1874.


- 30 -







-31-


Fournitures de bureau.- 6.762 piastres 82 centimes.-
Sur simple ordre du Secrtaire d'Etat de la Guerre, Saul
Liautaud, il fut vers Von Bookelen cette forte valeur
pour quelques fournitures de bureau.
Fournitures militaires.- 134.643 piastres 64 centi-
mes.- Cette dpense pour l'habillement de l'arme fut
effectue en dehors des voies lgales.
Le service de la solde et de la ration est entache d'irr-
gularit; les feuilles sont mal dresses et prsentent dans
les signatures des changements ou des differences sus-
pectes. Celles de la garde surtout sont reprochables sous
ce rapport.
D'aprs la loi, l'effectif des rgiments tait de 250 hom-
mes. Cependant, dans les feuilles, il fut port d'autres
chiffres. Signalons :
Grenadiers, 289 300
Chasseurs, 281 300
Tirailleurs, 340 350
Artillerie de ligne, 280.
Les Corps de la garde ont cumul quelquefois, contre
l'usage, la solde et la ration; la garnison du Port-au-Prince
et les aides-de-camp du Prsident ont constamment joui
du mme bnfice.
Nous ajouterons que diverse ordonnances figurent
sous des motifs indtermins.

Dpartement de l'Intrieur

Il n'y a presque pas dans ce dpartement, disaient
les commissaires au Secrtaire d'Etat des Finances, une
dpense, qui n'ait prsent un caractre frappant d'exa-
gration, compare la valeur approximative des objets
acquis ou des entreprises excutes.
Ils lui signalrent deux ordonnances s'levant 76.014
piastres pour dpense spciale extraordinaire. Cette va-
leur a t ordonnance l'Intrieur en vertu de deux let-
tres du Secrtaire d'Etat des Finances sans autres dsi-
gnations ni aucunes pices justificatives l'appui. Com-







-32-


me ces ordonnances n'ont pas de mention de parties pre-
nantes, il resort que le montant en a t directement ver-
s au ministre pour satisfaire on ne sait quelle dpen-
se. Cependant, ni dans l'administration, ni dans le bud-
get. la qualification de dpense spciale extraordinaire
n'est crite.
Il y eut une autre dpense de 28.650 piastres non
encore rgularise. tenue en dehors des comptes et rv-
le la commission par l'effet du hasard , ce qui done
un total de 104.664 piastres 79 centimes de dpense se-
crte et inconnue dite spciale et extraordinaire.
Le service des travaux publics est spcialement re-
marquable sous le rapport de l'lvation des prix et d-
bours.
Les seules rparations se sont leves 118.075 pias-
tres 61 centimes.
Cependant ces reparations se sont faites sous les
yeux de tout le monde et chacun, en son priv, est habile
les juger.
Ce n'a t que de lgres reprises faites dans quel-
ques tablissements publics, peu prs ces rparations lo-
catives que chacun fait chez soi. La plupart des tablis-
sements qui ont support ces rparations sont de trs l-
gres constructions et si l'on met quelques uns de ct,
c'est tout au plus si le reste, btisses et matriels, runis
ensemble, peuvent valoir cet argent dpens reprendre
leurs lgres lzardes.
Ce sont pour la plupart des corps de garde, des
points, des forts, des postes de police, des wharfs et quel-
ques maisons de l'Etat.

Reparations au Magasin de l'Etat

Ces rparations ont cot la forte some de 26.071
piastres 50 centimes. Et, pour justifier cette dpense, le
bnficiaire de l'entreprise prtendit avoir utilis :
83.173 pieds de planches,
1.040 feuilles de tles,







-33-


30.000 briques,
300 poteaux,
10 barils de ciment.

Fouille des Fosss

La some de 13.810 piastres a t dpense pour net-
toyer les fosss de la ville. Il fut rvl qu'aucune rpa-
ration de ce genre n'a t faite; car la ville a t toujours
inonde par les eaux pluviales parce qu'elles n'ont pas eu
de course natural.

Bassin gnral

Aucune rparation n'a t faite au Bassin gnral.
Cependant 15.456 piastres ont t tires du trsor cette
fin. Les eaux de la Grande-Rivire continuaient enva-
hir la plaine du Cul-de-Sac.

Bureau de la place de Port-au-Prince

Pour cette construction, il a t utilis 106.004 pieds
de cartelages et de planches et 101.750 ardoises. Il y a
noter que l'on faisait payer l'Etat les planches 120
piastres le miller.

Eglise de St-Joseph

Pour cette rparation, 1.064 feuilles de t!es et 2.000
ardoises furent employees.

Travaux divers

Pour une simple rparation de la couverture de la cha-
pelle de la prison, il fut dpense 3.057 piastres; et, 8.966
piastres pour des rparations dans 5 corps de garde.
Les entrepreneurs faisaient payer la peinture 10 pias-
tres chaque quart; l'huile de lin et l'essence de thrben-







- 34 -


tine, 6 piastres le gallon; la douzaine tres, et la douzaine de manchettes, 36 piastres.
Il n'est pas pIossible de passer en revue tous les chif-
fres que nous avons sous les yeux et sur lesquels nous
posons un index rprobateur, crivaient les commissaires
au Secrtaire d'Etat des Finances, nous les embrasserons
tous dans ce jugement: rparation, construction, main-
d'oeuvre, primes, fournitures diverse, toutes les dpen-
ses de ce ministre portent une marque frappante d'exa-
gration. Les dpenses diverse, autres que les appointe-
ments se sont leves un chiffre total de 428.079 pias-
tres 02 centimes.
D'autres dpenses ont t faites au dpartement de
l'Intrieur. Sans aucun contrle ni aucun concours,
45.806 piastres 39 centimes ont t verses la maison
Th. Lahens pour de simples fournitures. Pour service
special. la maison Miot, Scott et Cie toucha 4.442 piastres.
La some de 1.500 piastres a t paye une victim
de la revolution de 1868-1869, et 2.250 piastres pour resti-
tution d'un prt fait la revolution de Saint-Marc.
Le service de la prison nous a donn sujet de faire
les mmes rclamations, disaient les commissaires, qu'
l'gard de l'hpital militaire.
Nous avons encore constat que, malgr l'existence
des diverse imprimeries de l'Etat, on a souvent recouru
l'industrie prive pour l'impression de nos lois et au-
tres actes publics, ce qui a ncessit de forts dbours; que
la police administrative ne s'est pas habille par voie de
concourse.
Les travaux publics se sont excuts sans devis four-
nis administration et les marchs n'ont pas t dres-
ss par un notaire en vertu de rquisitions de l'adminis-
trateur principal. come le veulent la loi et l'usage.

Dpartement de la Justice

Il y a un virement de 1.143 piastres 25 centimes pour
la rparation de la mason Ferrus et Miot; car la section







- 35 -


des travaux publics relevait du Dpartement de l'Int-
rieur, et un autre virement de 154 piastres 22 centimes
pour chantillon de banc.

Conclusion

La conunission a conclu que l'tat financier de Mai 1873
Mai 1874 tant au point de vue gnral que dans la
diversity de ses dtails, a t une confusion et non une
administration...
Le mal est parti d'en haut pour descendre et s'intro-
duire dans les rgions infrieures o il s'est ramifi sous
toutes les former, lorsque la source n'a pas de digue et
manque de puret, il est tout natural que le courant s'en
ressente et qu'il continue rouler dans ses flots le dsor-
dre et les insanits originaires. (1)
Les Secrtaires d'Etat, responsables du dtournement
d'une parties des fonds publics taient Saul Liautaud, J. B.
Damier, Joseph Lamothe, Octaviiis Rameau, Liautaud E-
thart, et Charles Haentjens.
Deux jours avant la fin du mandate du Prsident Nissa-
ge Saget, Excellent fut nomm Secrtaire d'Etat des Fi-
nances et du Commerce, en replacement de Charles
Haentjens, dmissionnaire.
Effray devant le gachis qu'il trouva dans l'administra-
tion, Excellent s'empressa, le 15 Mai, de former plusieurs
commissions afin de se fixer sur la situation financire.
Le gnral Michel Domingue, lu Prsident de la R-
publique, le 11 Juin 1874, forma, quatre jours aprs, son
premier cabinet. Excellent, maintenu comme Secrtaire
d'Etat des Finances et du Commerce, fut charge du D-
partement des Relations Extrieures. Chevert Heurtelou,
nomm Secrtaire d'Etat de la Police gnrale, fut char-
g du portefeuille de l'Intrieur et de l'Agriculture.
Par sa dpche du. 4 Juillet 1874, Chevert Heurtelou
annona :

(1). Le Moniteur du 17 Octobre 1874.







- 36 -


in gnral de brigade J. R. Viard. ancient chef (le G-
nie militaire de la Capitale;
et Messieurn :
Miguel Boom. ingnieur civil.
Cor isarl. ingnieur gomtre.
C. Thorp, ingnieur en construction,
Rochet, ingnieur.
Alexandre Balanc. Matre maon.
Trvil Floriste, Maitre Charpentier,
que. sur sa proposition, le government avait dcid
de former une coiiiiiision pour vrifier les travaux d'-
difices publics et certaines autres entreprises excutes
la Capital sous administration de l'ex-Secrtaire d'Etat,
Joseph Lamiothe. et qu'il les dsignait pour en tre mem-
bres. Il leur donna des instructions prcises sur lesquelles
ils devaient se baser pour leur enqute.
Dans un tableau qu'il leur remit, il indiqua les travaux
vrifier afin d'tablir une estimation relle de leurs va-
leurs respective tant en matriaux qu'en main-d'euvre
de manire fair ressortir si les sommes payes r-
pondaient aux travaux excuts.
Par un avis du 15 Juillet au Moniteur . le Secrtai-
re d'Etat de l'Intrieur informait les entrepreneurs char-
gs de lexcution des travaux d'difices publics ou de
toutes autres entreprises, sous l'administration de l'ex-
Secrtaire d'Etat Joseph Laimothe. que la commission ins-
titue par sa dpche du 4 Juillet tait autorise les ap-
peler dans son sein pour fournir eux-mmes tous les ren-
seignements utiles soit par les chefs de chantiers soit par
les ouvriers qui avaient contribu l'excution des dits
travaux. 11 esprait les voir rpondre immdiatement
toutes les rquisitions.
Quel fut le r..ultat de l'enqute des commissaires? Nous
l'ignorons. Cependant nous affirmons que Joseph Lamo-
the se rfugia au consulate d'Angleterre pour se mettre
l'abri de toute poursuite.
Nous verrons dans uni autre Chapitre la suite de l'af-
faire Joseph Lamothe.







-37-


Le President Michel Domingue ordonna une enqute
dans les autres arrondissements financiers. Nous n'avons
de renseignements que pour celui de Jacmel.
Une premiere commission compose de Moril Colon,
E. Fournier, Antoine Stanislas et Milord Thbaud a t
forme. Nous ignorons pourquoi Septimus Rameau. mu-
ni des pleins pouvoirs du Prsident d'Hati, fut envoy
dans cette ville pour donner suite l'enqute. Il forma
une autre commission, compose de J. B. Duperval, pr-
sident, Wanford Saint-Cyr, Auguste Begel et Durand jeu-
ne. Les membres de la premiere commission lui furent
adjoints.
Au moment o elle commena ses investigations, les
commerants devaient l'Etat pour droits de douane
31.648 piastres 23 centimes. Le recouvrement en tait
douteux. L'administrateur D. Jean-Louis avait fait des
avances aux employs pour une soumme s'levant 5.469
piastres 46 centimes et avait accord des crdits diverse
personnel, d'aprs leurs bons, pour 3.971 piastres 73 cen-
times; ce qui done un total de 41.069 piastres 46 centi-
mies.
Que nous offre tout d'abord cette administration de
quatre annes, lisons-nous dans le rapport des commis-
saircs, tant vante, tant prone?

lo. Des irrgularits et des dsordres nuls autres
pareils, engendrant lEtat toute une pliade de dbi-
teurs, contrairement aux dispositions qui rgissent les ad-
ministrations.
2o. des licences de l'administration disposer des va-
!eurs !aisses par faveur aux mains des commerants, com-
me des dpts de sa caisse prive;
30. faire et crer des travaux de lEtat don't il prend
l'entreprise, en toucher la totalit ou les trois quarts de
leurs valeurs sans qu'ils ne soient pas excuts, ou tout au
moins qu'ils ne le soient compltement, d'accord avec les
devis, et donner, par suite l'Etat, des travaux si impar-
faits qu'i's ne peuvent, rien que dans la pense de les re-







- 38 -


commencer de nouveau; en un mot, spculer avec les va-
leurs du pays don't les soins lui taient confis.
4o. s'adjuger au mpris de la socit de fortes valeurs
pour avances d'appointements don't les products dcoulent
naturellement de la sueur du people et le laisser plong
dans la misre et dans la plus horrible souffrance.
Les commissaires commencrent leur enqute par les
registres d'entre et de sortie du bureau du port, conti-
nuant par ceux de la douane tant l'importation qu' l'ex-
portation, des droits locaux, etc., et ensuite par ceux de
l'administration, recettes et dpenses et ceux du trsor, li-
vre de caisse en s'insinuant dans les plus profonds replis
des secrets administratifs. vrital!es moyens de dilapida-
tions, nous avons obtenu les rsultats suivants dmon-
trant les dsordres et irrgularits de l'administration de
M. D. Jean-Louis et d(e la dilapidation de sa caisse.
Certain dbiteurs de l'Etat taient morts sans laisser
aucune garantie ou taient hors du pays.
Aprs avoir montr toutes les irrgularits dans l'ad-
ministration de Dulcin Jean-Louis. la commission fit ain-
si un rsum des faits qui lui taient reprochs.
Par des bons signs de Duciii Jean-Louis contre esp-


ces don't il n'a pu justifier
l'em ploi ..........................
Bons pour matriel non fourni ........
Avance d'appointements D. Jean-Louis
Droits par lui ds ...................
Bon pour M. Poux rgl avec lui ........
Somme perue en plus sur l'entreprise la
prison par entrepreneur Jean-Louis et
J. B. Lafontant .....................


Avances divers employs .............
Droits de douane ds par divers crdits au-
toriss (Appert tat balance dtaille con-
tre D. Jean-Louis ....................
Deficits au prejudice du gouvernement sur


P. 21.846
1.069.44
3.239.41
100.88
200


10.702.01

P. 37.157.74
5.469.50


31.648.23








-39-


divers difices rparer par l'administra-
teur des Finances D. Jean-Louis ........ 5.329.65

P. 79.605.12
De ces valeurs. il n'existe dans la caisse publique
pour toute garantie que des chiffons de petits bons don't
la plupart fournis par l'administrateur Jean-Louis, ne
sont que des billets adresss au trsorier pour faire sor-
tir des fonds de sa caisse soit en sa faveur ou sous prtex-
te de travaux publics et un effectif en caisse de 3.196 pias-
tres 43 centimes seulement.
A part ces bons. il s'en est trouv un dat de Mars
1873 de la some de 2.000 piastres souscrit par MM.
Louis Sann et Cie pour droits de douane, don't le paie-
ment leur a t rclam par la commission et que la mai-
son refuse de payer. prtendant avoir compens avec M.
D. Jean-Louis pour des affaires qui ne sont pas du do-
maine du service administratif.
Il s'y est trouv aussi en bons, feuilles rgulariser,
exigeant des critures en due forme, rgls par les ordon-
nances de dpenses Nos. 63 85, appert ordre de la com-
mission, 35.725 piastres 87 centimes.
Bons du gnral Louis Tanis et de Jean-Louis Lafon-
tant pour des valeurs reues de la caisse publique pour
tre converties en caf qu'ils ont livr au comit rvolu-
tionnaire, appert pices dment lgalises qu'ils nous ont
fournies cet effet et ordonnances Nos. 59 et 61, ctes au
No. 2, soit 1.409 piastres 28 centimes.
Redressement des droits de douane prlevs sur les
provisions de l'Etat par Vicksburg don't le gouverne-
ment rentrait pour sa part, appert ordonnance No. 60,
cte No. 3... 2. 796 pia:tres 35 centimes.
Soit :
P. 35.725.37
1.409.28
2.796.35

Total P. 39.931.50








-40-


De nos recherches, il rsulte la dcouverte de quel-
ques critures passes dans le livre de dpenses du mois
de Janvier 1870, d'une some de 280.000 gourdes paye
M. A. Flambert pour achat fait de lui de 20 milliers de
caf raison de 1.400 gourdes les 100 livres, laquelle
quantit nest pas encore livre jusqu' ce jour. M. D.
Jean-Louis, ayant t interpell sur la question, rpond
n'avoir jamais reu ces cafs sur quoi la commission, pro-
fitant de l'arrive de Monsieur A. Flambert, de l'tranger,
l'a fait appeler pour lui rclamer la livraison des dits 20
mile livres de caf. En reconnaissant le fait, M. Flam-
bert a souscrit pour cette valeur un bon en faveur de
l'Etat que nous avons fait passer en recette.
Balance verse par le gnral Lys.- Une some de
G. 34.000 ou P. 113.33; balance des achats de caf qu'a-
vait fait le gnral Lys au triomphe de la Rvolution, pour
compete de l'Etat, laquelle balance a t verse l'adminis-
trateur D. Jean-Louis qui s'est content de la garder par
devers lui sans dresser ordonnance pour la rentre rgu-
lire de cette valeur en caisse. D'ordre de la commission, le
remboursement en a t fait au trsor par une ordonnance
dresse cet effet.
Balance sur les provisions iwr Vicksburg .- Une
some de Gdes 1.979.91. balance restante de la vente des
provisions envoyes par le gouvernement pour soulager
la misre de la population de Jacmel, lors du. terrible ou-
ragan qui a caus de si grands dsastres et don't la rentre
a t nglige en recette, ce qui a ncessit une ordon-
nance de recette contre M. D. Jean-Louis que la commis-
sion a ordonn de dresser pour faire rentrer cette valeur
qui tait considre come perdue pour l'Etat.
Ngligence combine.- La commission croit devoir
signaler attention du gouvernement, qu'au 25 Mars
1872, un envoi de fonds a t fait la trsorerie gnrale
de quarante mille piastres en espces. appert facture, No.
39, dment acquitte pour la valeur, de P. 36.929.16 par
le trsorier gnral et P. 3.375.84, reprsente, en dou-
blons reconnus paillettes furent retournes la cais-








-41-


se d'ici qui ne s'est change en recette que vingt-cinq mois
plus tard et ce, par une negligence de IM. D. Jn-Louis qui
n'a ordonn la passation en recette que le 24 Avril, ap-
pert ordonnance dment dresse au No. 235.
Travaux Publics.- Tous les travaux publics excu-
ts dans la douane, la maison Boursier, servant aux bu-
reaux d'administration et du trsor, l'cole des seurs de
St-Joseph de Cluny, loin d'tre achevs, laissent encore
beaucoup dsirer, malgr que les chiffres ports, dans
les devis dresss cet effet, soient bien au-dessus de ceux
fixs par les diffrents experts, entrepreneurs et ing-
nieurs, chiffres perus par l'administrateur, entrepreneur
de tous les travaux publics de Jacmel.
Douane.- Cet difice qui vient d'tre tout rcemment
rdifi et mis par consquent soi disant neuf n-
cessite une assez grande rparation, attend que le toit
ne vaut rien et pourrait empcher (en temps de pluie) de
garder, comme le prescrit la loi, les marchandises nces-
saires venues par les steamers et autres navires en nan-
tissement des droits ds pour les mmes marchandises
par les importateurs qui ne peuvent sur le champ ac-
quitter leurs droits.
Hpital.- Cet difice n'existe que de nom, en trs
mauvais tat et sans clture aucune, les malades s'y tien-
nent dans un hideux ple-mle, vaquant leurs affaires
durant le jour et ne rentrant que le matin, pour prendre
leur ration; c'est toujours la mme reproduction, et pour-
tant la commission a eu constater de forts chiffres dpen-
ss mensuellement.
Eglise.- Cet difice est dans un tat pitoyable; dire
que d'hier il a t construit et que dj il est presqu'en rui-
ne; les murs ncessitent une prompted et bonne rparation,
quant au toit, il n'existe qu'en parties tant le comble est
trou; de l'autre portion, il n'existe que le plafond, l'ou-
ragan ayant tout enlev. Les paroissiens en temps de pluie
ne peuvent s'y tenir et les ornements de l'Eglise tout na-
turellement se dtriorent chaque jour.
Proprit de feu le gnral C, Hector.- Maison aux








-42 -


deux tiers acheve cotant 4.452 piastres destine au bu-
reau de la place. Pour finir les travaux, il faudra dpen-
ser encore 2.000 piastres. Cette entreprise est on ne
peut plus onreuse l'Etat.
Prison.- Le travail, dj achev, est estim par les
experts 4.526 piastres et les matriaux achets, d'aprs
l'inventaire, monta 5.277 piastres 04 centimes, soit un
total de 9.803 piastres 04 centimes.
La commission, son plus grand tonnement, a eu
constater une some de 20.505 piastres, sortie du trsor
pour les dits travaux, soit balance restituer par les en-
trepreneurs. MM. D. Jean-Louis et J. B. Lafontant? Soit
10.701 piastres 96 centimes.
Cependant. d'aprs l'expos et la declaration formel-
le du gnral J. B. Lafontant, et ce, en presence du tr-
sorier, il fait ressortir la commission que le premier
tiers de l'entreprise a t touch conjointement avec son
co-entrepreneur, M. D. Jn-Louis, et qu'il a sign un reu
pour cette premiere some, mais qu'il dclare ignorer
toute autre sortie de fonds ayant trait la mme entrepri-
se pour n'avoir dpens que just le chiffre touch et que
reprsente une parties du travail accompli.
Briques de l'Etat 70.000 briques.- D. Jn-Louis ache-
ta pour compete de l'Etat 70.000 briques. Il ne fournit
la commission qu'une trentaine de milliers sans pouvoir
s'expliquer pour le solde, bien qu'il soit de notorit pu-
blique que ces briques ont t par lui disposs soit titre
de prt ou employes dans ses diffrents travaux person-
nels. (Voir la lettre du Secrtaire d'Etat de l'Intrieur da-
te du 5 Aot 1874, au No. 1467), le dpt provisoire qui
se trouve au tribunal civil et par contre l'affirmation qu'il
donne que ces briques ont t entirement voles, appu-
ye d'une lettre inconsquente par lui adresse la com-
mission.
Charroi des 70.000 briques.- Ici resort encore une
circonstance qui milite peu en sa faveur, mettant d-
couvert le peu. d'intrts qu'il prenait aux soins de l'ad-
ministration qui lui tait confie pour avoir (soi-disant)







-43 -


pay le charroi de ces 70 m. de briques, de la douane
la prison, distance peu loigne, la some fabuleuse de
61.250 gourdes. Le transport de chaque brique cote au
gouvernement 87 centimes et demi.
Surnumraires.- Abusant d'une autorisation don-
ne l'administration suprieure de supplier par des
surnumraires au personnel de la douane, dans un mo-
ment o le port se trouvait combl de navires, ces sur-
numraires devaient tre affects au service du bord pour
oprer le dbarquement des cargaisons, M. D. Jn-Louis
s'est plu former un corps de cette catgorie d'employs
qui reprsentaient un nouveau personnel de vingt-deux
employs don't quinze la douane seulement quinze
piastres par mois, ce qui finissait par devenir onreux
la caisse et d'ailleurs tout fait inutile.
P. 1.440 accordes aux surnumraires en gratifica-
tion.- La commission constata sur le livre de dpenses
une nouvelle some de 1.440 piastres accorde aux emplo-
ys surnumraires, laquelle some ne faisant aucune men-
tion, ni s'est appuye d'aucune autorisation du gouver-
nement.
Il rsulte que des divers difices don't la rdification
a t confie l'administrateur des finances, entrepre-
neur du gouvernement, expertiss par trois experts d'une
part, l'Ingnieur civil du gouvernement, d'autre part, de
M. Baker, excuteur des dites entreprises, que les diff-
rences de celles du Wharf, de la maison Boursier et de la
douane, appert tat comparatif de ces diverse expertise,
acceptant les hauts prix fixs dans leurs rapports, offre
un deficit au prejudice du gouvernement de 5.329 pias-
tres 65 cts, d'aprs des ordonnances dresses par l'admi-
nistrateur D. Jn-Louis pour les dits difices et don't la
commission a ordonn la passation sur un registre special
ouvert cet effet et laissant l'acceptation definitive l'ap-
prciation de gouvernement. (1)
Tel a t le rsultat de l'enqute, qu' son avnement

(1). Le Moniteur du 24 Octobre 1874.







-44-


la Prsidence d'Hati, le gnral Michel Domingue ordon-
na de faire sur l'administration du gnral Nissage Saget.
Il faut regretter qu'il ne publia pas les rapports pour les
autres arrondissements financiers. Cela permettrait de
mieux fixer les responsabilits sur le dtournement d'une
parties des fonds publics et d'tablir les lourdes charges
laisses par son prdcesseur. Comment tirer le pays des
embarras crs par suite de ces malversations?
Prvoyant qu'il y aurait impossibilit de faire face aux
obligations don't le rglement incombait son successeur,
le conseil des Secrtaires d'Etat, sous Nissage Saget, d-
cida de contractor un emprunt de deux millions de pias-
tres. Le gnral Joseph Lamothe, Secrtaire. d'Etat de l'In-
trieur, charge du dpartement des Relations Extrieures,
fut autoris s'adresser Louis Hartmann et Cie, du
Hvre, pour l'obtenir de sa maison ou par son interm-
diaire. A la date du 9 Mai 1874, il leur crivit cette d-
pche :
Messieurs,
Le Gouvernement de la Rpublique, plein de con-
fiance dans votre bienveillance, m'a charge de vous deman-
der s'il n'y aurait pas moyen d'obtenir de votre maison ou
par son intermdiaire un emprunt de deux millions de
piastres environ, sur lesquelles il dsirerait disposer, d'une
manire certain et immediate, d'une valeur de 1.300.000
Francs (un million trois cent mille francs), payable Pa-
ris au ler Juillet prochain, pour le service de notre dou-
ble dette envers la France.
Cette valeur portrait intrt, dbattre et fixer,
bien entendu, en faveur du crancier de la Rpublique,
et serait payable par annuit (amortissement compris),
au moyen de nos droits d'exportation, spcialement et di-
rectement affects au paiement de notre double dette en-
vers la France.
Je vous serai infiniment oblig de me dire le plus vi-
te possible, par tlgramme, en cas d'un rsultat favora-
ble, ce que le gouvernement peut esprer de votre bon
vouloir cet gard ou du succs des dmarches que vous










aurez ei la bont d'entreprendre pour lui permettre d'ar-
river un rsultat satisfaisant sur ce point. (1)
Craignant un insuccs en s'adressant Louis Hartmann
et Cie, le Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures cri-
vit, la mme date, Charles Laforesterie, Charg d'Af-
faires d'Hati Paris, Stphen Preston, Envoy Extra-
ordinaire et Ministre Plnipotentiaire d'Hati aux Etats-
Unis, et W. d'E. Roberts, Consul d'Hati Liverpool, les
chargeant de rechercher, avec la plus grande prompti-
tude, s'il n'y avait pas moyen d'obtenir, des Capitalistes
trangers ou Banquiers un emprunt de deux millions
de piastres dans les conditions indiques Louis Hart-
mann et Cie.
Je vous serai infiniment oblig de me dire, le plus
vite possible, par tlgramme, en cas d'un rsultat favo-
rable, ce que le gouvernement peut esprer de vos d-
marches entreprises ds la reception de la prsente, car
il ne saurait assez vous faire remarquer que c'est un d-
lai trs restreint qui nous spare du moment o nous au-
rons faire face un engagement qui est de la plus haute
importance pour la Nation et qui rclame sa plus vive
sollicitude. (2)
Nissage Saget savait que par les obligations, incombant
par son fait, son successeur, l'action du nouveau gou-
vernement serait paralyse. C'est pourquoi, cinq jours a-
vant la fin du mandate prsidentiel, il entreprit des dmar-
ches pour contractor l'emprunt de deux millions de pias-
tres.
Dans son rapport sur les emprunts du gouvernement
du gnral Domingue l'tranger, le dput Boyer Baze-
lais, parlant de la situation financire, l'avnement du
gnral Domingue la Prsidence d'Hati, crit :
La caisse publique avait t trouve compltement

(1). Enqute parlementaire sur les Emprunts Domingue, 4e
Division 2e Srie, p. I.
(2). Enqute parlementaire sur les Emprunts Domingue, id.
4e Divi ion, 2e. Srie, p. 2.







-46-


vide, par suite non seulement du gaspillage de la derni-
re anne du gouvernement de l'ex-prsident Nissage Sa-
get, mais encore cause de l'imprvoyance habituelle de
l'administration suprieure, qui sait bien rarement ob-
vier l'ingalit entire le rendement des impts durant la
priode de la rcolte et celui de ces mmes impts pen-
dant la morte saison. (1)
Malgr l'vidence des faits et les embarrass du gouver-
nement qu'il ne contest pas, le dput Boyer Bazelais
accusa Septimus Rameau d'avoir tourn ses regards vers
l'emprunt l'tranger, et, ajouta-t-il, pour y parvenir,
il avait, ds l'installation du nouveau gouvernement,
fait entreprendre partout des dmarches.
C'tait ce dernier moyen, rencontrant un terrain
favorable, qu'il allait en definitive s'arrter. (2)
Fixant les charges du gouvernement, il signal un ar-
rir, de l'administration du Prsident Nissage Saget, cr
en moins d'une anne, d'environ d'un million et demi de
piastres, un million de piastres des dettes lgues par l'ex-
Prsident Salnave que la loi du 24 Aot 1872 avait d-
finitivement liquide en affectant son acquittement un
impt special, le mme qui avait fait le service de la dette
de la Rvolution. Pour faire face, tant ces charges ex-
traordinaires qu'aux dpenses courantes, le nouveau gou-
vernement avait sa disposition, non seulement des ta-
xes gnrales don't le produit, en moyenne, n'allait pas
au-dessous de 3 millions de piastres, mais encore des im-
pts don't l'un tait acquis au service de la dette Salnave
et don't les autres, crs en vue du retrait du paper mon-
naie, avaient dj rendu jusqu' ce moment au del du
double de ce qu'il et fallu, six mois aprs l'achvement
de cette operation (fin de 1873 ou commencement de
1874), pour l'acquittement du solde des charges imposs
par l'excution de cette utile rforme. Le Gouvernement
du gnral Domingue pouvait donc disposer, par an, d'u-

(1). id., 3e division, p. 10.
(2). id., 3e division, p. 12.







-47-


ne some de quatre millions de piastres (qu'un rende-
ment des impts, favoris, par des circonstances inatten-
dues, allait augmenter de 25 o/o), pour faire le service
d'un budget de dpenses de moins de 3 millions, les ter-
mes de la dette franaise compris, et pourvoir l'acquit-
tement graduel d'un arrir n'excdant pas deux millions
500 mille piastres. (1)
Ce tableau des charges du nouveau gouvernement est
incomplete. En some, quelles taient ses relles obliga-
tions?
La caisse tait compltement vide. Dtournant une par-
tie des fonds publics, le gouvernement de Nissage Saget
laissa une dette de 670.639 piastres 87 centimes, 33 o/o
l'an d'intrt, provenant de divers emprunts contracts
pour le retrait intgral du papier-monnaie. Les surtaxes
cres pour cette operation n'taient pas disponibles.
Les dettes de la Rvolution n'taient pas entirement
liquides, les fonds provenant du montant mensuel des
10 centimes additionnels prlevs sur les droits de doua-
ne n'taient pas non plus disponibles, il restait un sol-
de de 84.262 piastres 36 centimes payer. Il y avait donc
impossibilit de continue le paiement des dettes du gou-
vernement de l'ex-Prsident Salnave, conformment la
loi du 24 Aot 1872, dettes qui s'levaient au 15 Mai
1874 337.209 piastres 96 centimes.
On ne pouvait gure computer sur les recettes des droits
de douanes. Les bons compensables absorbaient en gran-
de parties cette resource. D'aprs le journal Le Peuple
du 28 Novembre 1874, la douane de Port-au-Prince avait
peru dans un mois 270.000 piastres pour droits de doua-
ne. Une maison de commerce compensa avec l'Etat pour
260.0000 piastres. Le trsor ne toucha effectivement que
10.000 piastres.
Le gouvernement du Prsident Domingue avait r-
pondre certaines obligations urgentes, telles que les deux
ou trois mois d'appointements des fonctionnaires publics

(1). id., 3e. Division, p. 8.







-48-


rests impays par l'administration du Prsident Nissage
Saget, les crances franaises pour le premier trimestre
dj chu s'levant 256.750 piastres. Il y avait un enga-
gement formel de les payer le ler Aot 1874. Le deu-
xime trimestre devait choir le 30 Juin de la mme an-
ne. Tout le credit du pays tait expos par la non-ex-
cution de l'engagement pris envers le Duc de Decaze.
Des titres divers pour travaux publics s'levant 330.024
piastres 72 centimes devaient tre aussi pays. En atten-
dant la perception des recettes, comment faire face aux
dpenses urgentes des services publics sans recourir
l'emprunt? Septimus Rameau n'avait mme pas y pen-
ser puisque le dernier cabinet de Nissage Saget avait au-
toris le Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures d'en-
treprendre des dmarches pour l'obtenir. En toute jus-
tice, Septimus Rameau ne pouvait tre responsible de la
mauvaise situation financire du pays et de la ncessit de
recourir un emprunt l'intrieur ou l'extrieur. Il
ne fit que continue les ngociations que Charles Haent-
jens avait jug utile de poser les bases avant de quitter la
Secrtairerie d'Etat des Finances et du Commerce.
Nous ne mentionnons pas dlibrment le paiement de
la crance d'Alexandre Dfly. Pourra-t-on l'carter? Nous
savons, par l'enqute, que le consul de France, Achille Du
Courthial, tait bien inform lorsqu'il crivit au Secr-
taire d'Etat des Relations Extrieures, Joseph Lamothe,
que certaines crances, cartes par le Corps Lgislatif, a-
vaient t payes.
Devant la Commission d'enqute charge de faire des
investigations sur les emprunts d'Hati l'Etranger du
gouvernement de Domingue, Joseph Lamothe, dans sa
deposition du 12 Mars 1877, rpondant une question
concernant sa dpche du 9 Mai 1874, affirma qu'il n'a-
vait cd ni l'opinion que le Prsident Nissage Saget al-
lait rester au pouvoir aprs le 15 Mai 1874 ni la pres-
sion de Domingue et de ses partisans.
De tous cts, dans le public come sur les journaux,
dclara-t-il, on envisageait la question d'un emprunt







-49-


contractor par le pays, pour faire face ses embarras fi-
nanciers. J'ai cru ncessaire, come Secrtaire d'Etat,
de prendre l'tranger des renseignements exacts sur ce
qui serait possible cet gard, le cas chant.
La commission lui demand de s'expliquer sur cette let-
tre du 9 Mai, puisque le Prsident Nissage Saget devait
quitter le pouvoir cinq jours aprs. Joseph Lamothe r-
pondit que la situation politique d'alors n'ayant pas
permis une runion constitutionnelle de l'Assemble Na-
tionale, j'tais autoris penser que le Prsident Nissage
pouvait ne pas avoir seulement cinq jours de pouvoir
exercer encore. Je n'ai su qu'il quittait le Pouvoir que le
jour mme o cela a eu lieu. En attendant, charge d'une
direction politique, j'avais cru devoir agir avec prvoyan-
ce. Les difficults de la situation nous avait oblig de-
mander un sursis pour le paiement d'un terme de la dou-
ble dette. Le sursis fut accord par la bienveillance du
gouvernement franais; mais il fallait ne rien ngliger
pour tre prt la date fixe, et il tait ncessaire de pren-
dre les meilleures precautions pour l'avenir. (1)
Oubliant sa dpche du 9 Mai Louis Hartmann et
Cie, concernant l'emprunt de deux millions de piastres,
Joseph Lamothe accusa Domingue, ds son avnement au
Pouvoir, de s'tre mis en rapport, par voie tlgraphique,
avec cette maison de commerce. Il n'tait pas sincre dans
sa deposition. Il n'ignorait pas que, pour faciliter la trans-
mission du Pouvoir Domingue, le Prsident Nissage Sa-
get l'appela, ds le mois d'Avril 1874, Port-au-Prince.
En sa quality de Secrtaire d'Etat de l'Intrieur, Lamothe
ne pouvait ignorer la circulaire du Prsident du 12 Mai
aux gnraux commandants les arrondisssements de la R-
publique les informant qu'il quittait le pouvoir le 15
du mme moi, term du mandate que lui avait confi la
Nation.
J'ai pens, leur disait le Prsident d'Hati, qu'il -

(1) Enqute parlementaire. Quatrime division 1re Srie
page 117.








-50-


tait de mon devoir de laisser l'autorit entire des mains
slides, les mandataires du people, par suite d'une dissi-
dence. ne pouvaient nommer mon successeur.
Je me suis dtermin donner le commandement du
dpartement de l'Ouest au gnral Michel Domingue, tout
en lui conservant celui du dpartement du Sud, et le
nommer gnral en chef de l'arme hatienne. (1)
Accus par la commission d'avoir t l'initiateur du pre-
mier Emprunt, Joseph Lamothe rpudia cette paterni-
t qui n'est qu'apparente, disait-il. Je voulais par prvi-
sion assurer la Rpublique des resources suffisantes
pour faire face aux exigences d'une situation difficile,
mais je ne songeais nullement ce qui a t entrepris plus
tard par le gouvernement du gnral Domingue. (2)
La rponse de Louis Hartmann parvint au dpartement
des Relations Extrieures un moment o Joseph Lamo-
the avait quitt le Ministre. Cependant, il reprocha son
successeur de s'tre gard de lui en parler parce qu'il
se l'tait procure d'une manire dtourne.
Il avoua qu'au moment o le mandate prsidentiel pre-
nait fin, l'arrir tait de 900 mille un million de pias-
tres.
Il eut tort de fixer ce chiffre puisqu'il n'ignorait pas
que l'arrir s'levait plus d'un million et demi de
piastres.












(1). id., 4me Division, 2me Srie, page 41.
(2) id., 4me Division, Ire Srie, page 119.














CHAPITRE 111


A L'ASSEMBLEE NATIONAL LEGISLATIVE



La situation financire tait ce point grave que le gou-
vernement tait dans l'impossibilit de payer un mois d'in-
demnits aux membres de l'Assemble qui avaient lu le
President d'Hati.
A propos d'une interpellation relative au non paiement
des appointments des fonctionnaires publics, tous les Se-
crtaires d'Etat se prsentrent la sance du 26 Aot
1874 de l'Assemble Nationale Lgislative. Le Secrtaire
d'Etat des Finances pria l'Assemble de passer huis clos
afin d'exposer les motifs dlicats qui ont empch le tr-
soir public de payer les appointments des fonctionnai-
res publics.
Le huis clos fut admis. Aucune suite ne fut donne
l'interpellation.
A la sance du 4 Septembre, le constituent Lary de-
manda interpeller le Secrtaire d'Etat des Finances pour
le lundi 7 Septembre sur la situation pnible o taient
rduits les membres de l'Assemble. Il voulait savoir s'ils
taient considrs come des statues qui l'on prodi-
gue chaque jour de l'encens et des prires et qui n'ont be-
soin ni de boire ni de manger.
Le constituent Paret combattit la proposition parce
qu'il eut faire plusieurs dmarches prs du Secrtaire
d'Etat des Finances qui promit de faire tous ses efforts
afin de donner satisfaction aux membres de l'Assemble.
Ayons la patience d'attendre.








- 52 -


Rpondant ses collgues. Nazre, Armanl jeune et
Paret. Larv regretta de les voir se prononcer contre sa
proposition.
Voudraient-ils donc exposer ceux de leurs collgues
qui sont loin de leurs foyers aller promener de porte
en porte leur dignity pour pouvoir vivre?
Si. parmi les constituents, il y en a qui ont t plus
heureux que les autres, est-ce une raison pour qu'ils res-
tent indiffrents la position de ceux qui n'ont pas eu les
mmes avantages qu'eux? Je maintiens que le Secrtaire
d'Etat moyens qu'il emploie pour nous faire sortir de la situa-
tion o nous sommes.
Le constituent Chambeau Dbrosse.- Pour rpondre
ce qu'a dit. il y a un moment, mon collgue Armand jeu-
ne, je lui rappellerai que, lors de l'interpellation, moi,
j'ai os dire nettement ce que je pensais de la question.
J'ai dit que le Secrtaire d'Etat des Finances avait fait
assurment des efforts dignes d'loges pour surmonter
les graves embarras que prsente la situation, mais que
les moyens qu'il emploie ne sont pas de nature lui faire
atteindre son but; que ce n'tait pas tout de demander
un emprunt, qu'il fallait connatre quelles conditions
on entend contractor cet emprunt et de quelle mani-
re on va le rembourser. Il ne faut pas nous le dissimuler,
Messieurs, la question financire est une question supr-
me. Les tires du trsor se vendent dans le commerce
50 o o. Ce fait suffit pour vous donner une ide de la
situation. Si nous n'y prenons garde, elle pourra nous
conduire devant un abme.
Le constituent Nazre mit l'Assemble en garden pour
ne pas se laisser entraner par les paroles de son coll-
gue Dbrosse. Elle tait oblige de maintenir son vote
parce qu'elle a eu se dclarer satisfaite des explications
du Secrtaire d'Etat des Finances.
Le constituent J. J. Audain dclara qu'il n'avait pas re-
(:u jusqu'ici un seul centime et qu'il ne s'en plaignait pas.
Il n'ignorait pas que le gouvernement devait cinq six







- 53 -


mois d'appointements et que les pauvres employs ven-
daient leurs feuilles 50 ou 40 o/o de perte. Evaluant
!a dette de l'Etat 2.500.000 piastres, il soutint que les
douanes pouvaient rapporter six millions de piastres et
qu'il n'y avait pas lieu de considrer nos finances dans un
tat dsesprant. C'est l'administration qui est mauvci-
se, qui ne sait pas ce qu'elle fait, qu'il faut saper. On a
fait tout rcemment un emprunt de P. 10.000 qui, tout
calcul fait, a cot 22 o/'o d'intrt l'Etat.
Il n'tait pas d'avis d'interpeller quant present le Se-
crtaire d'Etat des Finances.
L'Assemble pass l'ordre du jour.
A la sance du 16 Septembre, le constituent Lary lit
un discours o il invoqua la declaration faite par le gou-
vernement s'engageant faire poursuivre par toutes
les voies lgales ceux qui sont ou seront reconnus avoir
dilapid leur profit les fonds de la caisse publique sous
l'administration prcdente. Il proposal de faire dcr-
ter d'urgence, ds present, la mise en tat d'accusation
de ceux sur lesquels peuvent ou pourront planer des pr-
ventions de cette nature...
La plus grave consequence tirer de ce qu'on appel-
le dilapidation, ce sont des gnrations entires qui gran-
dissent sans instruction, les instituteurs n'tant point pa-
ys, les pres et mres de famille tant, par la gne, dans
l'impossibilit de pourvoir l'entretien scolaire de leurs
enfants, ne les envoient pas non plus l'cole.
Le constituent Paret combattit cette proposition et d-
clara que ce sera seulement la presentation des rapports
des diffrentes commissions nommes par le gouverne-
ment pour dcouvrir les fraudes commises sous l'admi-
nistration passe que l'Assemble pourra s'occuper de
la proposition de son collgue, et qu'il sera possible de
diriger des poursuites contre les prvaricateurs.
Le constituent J. J. Audain affirma que plusieurs des
commissaires avaient dj remis leurs rapports. Il pria
l'Assemble de demander au Conseil des Secrtaire d'Etat
de les in.'rcr aux plus prochains numros du Moniteur.







-54 -


Le constituent Beaubrun Gauvin appuya son collgue
Audain et affirma que. membre d'une commission, un rap-
port, depuis 15 jours. a t expdi au Secrtaire d'Etat
des Finances. Cependant il n'a pas t public au Moniteur.
La proposition de Paret fut vote par l'Assemble.
Il est triste, dclara Lary. de constater que le people,
par le fait d(es dilapidations commises, est jet dans une
misre profonde. Les voleurs sont connus, personnel ne
songe les poursuivre.
Sous le government du gnral Geffrard, on di-
sait de jeter un voile noir sur le pass, afin de consolider
l'avenir; sous Sainave, on a tenu le mme language. Con-
tinuerons-nous donc toujours oublier le pass; prot-
ger les assassins du pays?
Non Messieurs, nous ferons notre devoir.
Le government actuel est fort avec la popularity
don't il est entour, il peut entreprendre de srieuses r-
formes et s'attaquer tous les abus qui, depuis longtemps,
rongent le coeur de la nation.
Le gouvernement actuel peut, sans crainte, terras-
ser les voleurs, rtablir l'quilibre dans la socit et nous
donner une paix durable et prospre.
Cependant, Messieurs les constituents, je doute que
les dilapidateurs de la caisse publique soient traqus com-
me le sont les citoyens honntes du pays? Chacun pense
que tous les gouvernements ont des liens de parent qui
les portent se manager l'un l'autre et faire des int-
rts gnraux du pays. come du linge sale qui se lave
en famille. Nous, constituents, nous ne nous sparerons
pas sans avoir pris une decision contre les prvaricateurs,
afin de tirer le people de son tat actuel.
Les voleurs ne sont pas bien loin. Nous les avons
sous la main. S'ils sont rigoureusement poursuivis, ils re-
mettront la nation tout l'argent qu'ils ont vol.
Et si, par malheur, vous temporisez, cet argent sera
employ acheter des armes et des munitions qui servi-
ront nous exterminer.








- 55 -


Ne soyons pas ngligents, votez la proposition que je
vous ai faite.
J. J. Audain dit qu'il faut poursuivre non seulement
les ministres du gouvernement pass mais aussi beaucoup
d'autres fonctionnaires publics.
Armand jeune : L'ex-administrateur de Jacmel est
en prison et va tre porsuivi. Pourquoi n'est-il pas de m-
me de tous les grands fonctionnaires qui ont vol sous le
gouvernement pass?..,
Chassagne pria l'Assemble de repousser, pour le mo-
ment la proposition Lary.
Lamur : Personne n'ignore que la caisse publique
a t dilapide. Nous n'attendrons pas les rapports des dif-
frentes commissions. Comme le demand le collgue La-
ry, que l'Assemble vote un dcret contre ceux qui seront
dsigns come dilapidateurs.
Lamarre Arnoux proposal de crer une commission
d'enqute qui sera saisie des rapports des diffrentes com-
missions et qui ordonnera l'arrestation des dilapidateurs.
J. J. Audain demand de voter la proposition de Ar-
noux et celle de Lary sparment.
Arnoux expliqua que sa proposition tait une addition
celle du collgue Lary.
La proposition Lary, amende par celle du constituent
Arnoux, fut vote par l'Assemble.
A la sance du lendemain, 17 Septembre, Lary voulut
savoir si le dcret de mise en accusation don't il tait ques-
tion tait dj expdi.
Plusieurs voix : Hier mme.
Lary : Il est bruit qu'un Secrtaire d'Etat des Fi-
nances (1)est mort laissant 80.000 piastres chacun de ses
hritiers. Il imported donc de voter sans retard le dcret
afin que l'Etat voie retire quelque chose de cette riche
succession.
Joseph Armand expliqua que la proposition de son col-

(1) Charles Haentjens est mort, le Mardi 21 Juillet 1874, a 2
heures de l'aprs-midi, ge de 52 ans.








-56-


lgue n'a qu'un dfaut, c'est d'tre tardive; car feu Mon-
sieur Haentjens n'a pas laiss de biens au soleil.
Sa fortune. s'il en a une. doit tre si bien en sret
qu'on ne trouvera rien. Ceux qui seront pris paieront
pour les autres.
Le 2me Secrtaire lit le message de l'Assemble rela-
tive la proposition de G. Lary.
G. Lary critique la rdaction du message : L'Assem-
ble, ayant t saisie d'une demand tendant provo.
quer le jugement des dilapidateurs de la caisse publique,
un comit aurait d tre charge d'laborer un project de
dcret de mise en accusation.
Dbrosse dit que son collgue avait le rare privilege
de soulever, dans cette enceinte des questions grosses d'o-
rages, propres faire tomber le ridicule sur l'Assemble.
Il demand quels taient les organes du Pouvoir Excutif
qui avaient signal les prvaricateurs? Aucun membre du
gouvernement ne les avait dnoncs. On vous a dit:
la clameur publique signal des concussions, nous faisons
des investigations ce sujet. Il faut au moins attendre
que des faits reprhensibles vous soient signals? Quand
le Conseil des Secrtaire d'Etat est present, on n'ose pas
parler et l'on vient nous embarrasser avec de grosses ques-
tions en son absence.
G. Lary pensa que les paroles de son collgue pouvaient
seules jeter le ridicule sur l'Assemble. Tout le monde
sait qu'il y a prvarication. Le gouvernement du gnral
Nissage Saget a dvalis la caisse publique; les Secrtaires
d'Etat, alors en functions. ont prvariqus. En demandant
le dcret don't il est question, nous avons t le vritable
cho du pays.
Ma demand est l'expression du dsespoir que pous-
sent tous ces pres de famille qui sont.dans l'impossibi-
lit d'entretenir leurs enfants, c'est l'cho de la dsola-
tion publique. S'il 'y a donc quelque chose de ridicule







-57-


dans tout ceci, ce sont les paroles du collgue Cham-
beau. (1)
Joseph Armand rpliqua que le gouvernement, n'ayant
dnonc aucun crime, l'Assemble ne pouvait accuser per-
sonne.
Aucune suite ne fut donne la proposition de Lary.
En attendant, la dnonciation des prvarications des
membres du gouvernement de Nissage Saget et de cer-
tains fonctionnaires publics, examinons les moyens don't
usa le Secrtaire d'Etat des Finances, Excellent, pour
fire face aux dpenses publiques.


(1) Le Moniteur du 9 Janvier 1875.













CHAPITRE IV


LES NEGOTIATIONS EN VUE DE L'EMPRUNT



Il est indiscutable que l'initiative de contractor un em-
prunt l'tranger revint au gouvernement de Nissage Sa-
get qui, par suite du dtournement d'une parties des fonds
publics, fut dans l'impossibilit de payer le montant du
premier trimestre de 1874 de la double dette hatienne
envers la France. Par sa dpche du 9 Mai 1874, le Se-
crtaire d'Etat des Relations Extrieures, Joseph Lamo-
the, fut charge de commencer les ngociations en vue de
la ralisation de l'emprunt.
Quatre jours aprs son election la Prsidence d'Hati-
le gnral Michel Domingue forma son cabinet. Ne trou-
vant pas un centime au trsor public, il prit, le 16 Juin,
sur la proposition du. Conseil des Secrtaires d'Etat, un
arrt ouvrant un credit de trois millions de piastres au
Secrtaire d'Etat des Finances et du Commerce, valeur
rpartir selon les besoins des diffrents Dpartements mi-
nistriels.
Il tait autoris contractor un emprunt, tant l'in-
trieur qu' l'extrieur, aux taux et conditions usuels,
garanti par l'Etat principalement pour la creation d'une
Banque Nationale.
L'emprunt pouvait tre convert, en tout ou parties, en
rentes transmissibles sur l'Etat, des conditions rcipro-
quement avantageuses et le remboursement du capital se
fire par amortissements.
Dans son rapport au Corps Lgislatif, le Secrtaire d'E-







-59 -


tat des Finances expliquera ses operations pour assurer
l'excution de l'arrt.
A la date du 15 Juin, de Paris, Louis Hartmann rpon-
dit la dpche du 9 Mai de Joseph Lamothe au sujet de
l'emprunt de deux millions de piastres. Il exposa les dif-
ficults qu'il rencontra Londres et Paris pour arriver
un rsultat satisfaisant. Une banque de Paris, sur ses
instances, accept prendre part dans cette transaction,
et fixa ses conditions pour la faire russir.
Reproduisons cette important lettre:
Mon cher gnral,
J'ai l'honneur de vous confirmer ma dernire que
j'ai eu l'avantage de vous adresser de Londres en rpon-
se la vtre estime du 9 Mai dernier par laquelle vous
m'avez charge, au nom du Gouvernement, de la ngocia-
tion d'un Emprunt d'environ Deux millions de piastres
pour compete de la Rpublique d'Hati.
Il m'a t impossible d'obtenir un rsultat satisfai-
sant Londres. Tous les nombreux banquiers auxquels
j'ai pu m'adresser pour une transaction pareille m'ont
fait la mme rponse : Qu'il ne pouvait leur convenir d'a-
vancer la moindre some la Rpublique, en presence
de l'tat d'incertitude o se trouvait le pays, cause de
l'lection du future Prsident, et des nouvelles inquitan-
tes sur l'avenir du pays que leur donnaient les journaux
et les rapports privs d'Hati.
Je me rendais donc Paris, mais, d'abord, la m-
me rponse me fut faite ici.
En outre des inquitudes sur la tranquillit du pays,
on se lroccupait ici beaucoup de tout ce qui s'est fait
en Hati et on me demandait des explications sur la dette
flottante du pays don't on estimait le chiffre une some
trs considerable.
Mais aujourd'hui, l'arrive de la dernire malle
d'Hati avec des nouvelles si rassurantes sur la transmis-
sion du Pouvoir du Chef de l'Etat et sur l'lection du nou-
veau Prsident, j'ai renouvel mes efforts et cette fois,
je suis heureux de le dire, avec plus de succs,







-60 -


Aprs avoir eu combattre de nombreuses objections
et, finalement, seulement aprs avoir pris l'engagement
de prendre pour ma mason une grande part dans la tran-
saction. j'ai pu russir obtenir. d'une des premires ban-
ques d'ici, la promesse de tenir les dix millions de francs,
don't le gouvernement aura besoin. nia disposition,
condition que le Ministre des Finances ft dment et l-
galement autoris par le Snat et par la Chambre des D-
puts de contractor cet emprunt aux meilleures conditions
possibles et de traiter pour cet effet avec nia maison sur la
base de remboursement en annuits garanti par les droits
d'exportation spcialement affects la liquidation de cet
emprunt.
Il serait donc urgent de faire voter de suite par le
Pouvoir Lgislatif l'autorisation de ngocier cet emprunt
au mieux des intrts du pays avec ma maison comme re-
prsentant de la dite banque et je suis convaincu, ces for-
malits remplies, que le Gouvernement s'entendra facile-
ment avec nous.
Par la malle prochaine. ma mason recevra les ins-
tructions ncessaires l'gard des conditions de cet Em-
prunt, et aussitt l'affaire conclue, la convention dfiniti-
ve pourrait tre ratifie et signe ici par la banque en
question et votre Charg d'Affaires, Paris, et la some
de Fcs 1.300.000 due au Gouvernement Franais serait
sa disposition.
Je vous ai dit, Monsieur le gnral, qu'afin d'enlever
la dite Banque, il m'a fallu prendre l'engagement de
prendre une grand part dans l'emprunt.
Je l'ai fait avec plaisir, surtout parce que je tenais
donner une preuve clatante de la grande confiance que
j'ai dans le Gouvernement de la Rpublique d'Haiti et
je suis convaincu que le Ministre tout entier, ainsi que
Son Excellence le Prsident, sauront apprcier ma ma-
nire d'agir.
Un tel emprunt obtenu justement et consciencieuse-
ment d'une nouvelle prsidence produirait le meilleur
des effects et serait d'une bonne augure pour l'avenir.







-61 -


Je suis heureux d'avoir pu y contribuer.
Je prends donc la libert, Monsieur le Secrtaire d'E-
tat, de vous prier de faire prendre, de suite, les measures
et les decisions ncessaires, afin de pouvoir conclure avec
ma maison toutes les conditions de l'Emprunt, aussitt
qu'elle en aura les instructions ncessaires.
Je dois vous faire remarquer et appeler votre atten-
tion particulirement sur ce fait : que la banque en ques-
tion m'a dclar formellement que, pour une affaire d'une
telle importance, elle ne pourra se tenir engage que pour
un temps trs limit. Ce n'est que sur mes instances
qu'elle a bien voulu m'accorder le temps d'crire Ha-
ti et une fois les conditions poses. il nous faudra une r-
ponse immediate.
Suivant votre dsir, j'enverrai ma maison une
dpche. par cble, afin de faire savoir au gouvernement
que je serai en measure de ngocier l'Emprunt don't votre
bonne lettre du 9 Mai m'entretenait. (1)
Avant la reception de cette lettre, Excellent, Secrtaire
d'Etat des Finances, du Commerce et des Relations Ex-
trieures, en execution de l'arrt du, Prsident d'Hati
du 16 Juin relatif au credit de trois millions de piastres,
accord, par un avis du 19 Juin, un dlai de 90 jours pour
l'Intrieur et de 180 pour l'Extrieur pour les offres d'un
emprunt adresser au gouvernement par lettres closes.
Ce n'tait point pour la creation d'une Banque Natio-
nale. Il s'expliqua plus clairement dans un autre avis.
Il disait que c'tait un emprunt momentan lui permet-
tant de faire face aux besoins de l'Etat durant la morte
saison en attendant le grand emprunt. Il fit un appel pres-
sant aux commerants de toutes les villes de la Rpubli-
que rclamant leur participation cette measure d'utili-
t publique .
Septimus Rameau, muni des pleins pouvoirs, partit pour
les Cayes afin de dterminer certain ngociants de cette

(1) Enqute parlementaire. Quatrime Division, 2me S-
rie, page 3.








-62-


ville faire un prt au gouvernement, un pour cent
par mois. Ces valeurs taient compensables en droits de
douane l'importation et l'exportation. La moiti de la
valeur tait remboursable partir d'Octobre pour finir
en Dcembre 1874, et l'autre moiti, de Janvier fin de
Mars 1875. Il n'obtint pas un grand succs dans sa mis-
sion. Il ne recueillit que 99.000 piastres souscrites par :

Arthur B. White et Cie ................ P. 25.000
Charles Purgold et Cie ................ 25.000
T. A. Guerds ....................... 20.000
H. Munchmeyer ...................... 20.000
Un commerant ...................... 9.000

P. 99.000

Certaines exigences, semble-t-il, lui taient faites par
les souscripteurs qui n'entendaient verser que quatre-
vingt-dix piastres contre un reu de cent piastres. Il ac-
cepta moyennant que l'intrt ft pay sur la some re-
ue.
A Jacmel, le gouvernement trouva seulement trois sous-
cripteurs pour une some s'levant 45.000 piastres :

C. Laloubre et Cie en traites .......... P. 18.000
Lhrisson, Breckenridge et Cie .......... 9.000
O'Kill frres ......................... 18.000

P. 45.000

La lettre du 15 Juin de Louis Hartmann parvint au
commencement du mois de Juillet au gouvernement qui,
tout en cherchant ngocier l'emprunt, demand l'As-
semble Constituante l'autorisation d'mettre 2.500.000
piastres, en bons dits de circulation, 6 pour cent d'in-
trts l'an, payables l'poque du remboursement, et ga-
ranti par une reserve de 20 centimes prlever sur la
totalit des droits fixes de douane de la Rpublique. Ces







-63-


bons de circulation devaient tre reus en pavement, com-
me valeurs en espces, dans tous les trsors de la Rpu-
blique et, en concurrence, avec la monnaie mtallique.
C'tait une mission de papier-monnaie, malgr la pro-
testation de C. Heurtelou, Secrtaire d'Etat de la police
gnrale, charge du Dpartement de l'Intrieur et de l'A-
griculture, dans sa circulaire du 21 Juillet 1874 aux com-
merants des arrondissements de la Rpublique, menaant
de faire arrter ceux qui propageaient cette fausse nou-
velle.
Des commander de paper furent faites New-York.
Stphen Preston, Ministre Plnipotentiaire d'Hati aux
Etats-Unis, en fut charge le 15 Juin, par Septimus Ra-
meau. Il lui en: accusa reception, le 1er Juillet, et en
profit pour lui parler des derniers vnements politi-
ques. Son opinion mrite d'tre note.
Mes amis particuliers, lui crivit-il, m'ont appris, a-
vec votre petite lettre, l'lection du gnral M. Domingue
la prsidence de la Rpublique, et son installation; tous
s'accordent, comme vous me l'crivez, qu'Haiti depuis
longtemps, n'a pas. vu une crmonie aussi imposante.
Vous tes si prs du Prsident Domingue qu'il serait peut-
tre dplac de ma part de vous dire toute la joie, tout
le bonheur qu'a produit en moi le dnouement si heu-
reux des derniers vnements en Hati; je veux parler du
retrait du Gnral Saget au 15 Mai, et l'lection lgale du
gnral Domingue; je n'ai cess de former ces veux, et
alors que beaucoup doutaient de ces deux faits venir,
j'avais la conviction que l'ex-Prsident et les reprsentants
lgitimes de la nation mettraient les intrts du pays au-
dessus de toutes considerations personnelles. Sans avis
official de l'lection du Prsident, je n'ai pu en faire part
qu'officieusement, Je me suis permis de prendre sur moi
d'ordonner du paper dpches, etc., etc., avec les ar-
mes d'Hati pour le Prsident et son Cabinet particulier;
une prochaine occasion vous les apportera. Le Prsident
aura faire part de son election aux chefs des puissances








-64 -


amies, il ne faudrait pas oublier toutes les Rpubliques (1)
de l'Amrique. J'ai pens que vous ne retrouveriez pas
chez nous d'assez bon paper.
Je viens la parties important de votre lettre rela-
tive au paper qu'il nous faut, afin de nous retire de la
situation difficile qui nous est faite. Je ne sais pas au
just vos moyens et vos plans, nanmoins, vous pouvez
computer sur mon concourse pour vous aider sortir du
chaos financier o nos derniers grands homes nous ont
laisss; avec les resources de la Rpublique, il n'y a pas
dsesprer. (2)
Il lui annona avoir sign un contract avec les agents de
la fabrique la plus considerable et la plus respectable
des Etats-Unis pour 500 rames de paper de billets de
Banque, de 500 feuilles chaque 7 piastres 50 la rame,
livrable dans la quinzaine, vingt jours au plus tard. Il
ne choisit pas un autre paper 9 piastres parce qu'il
tait inform par Septimus Rameau que la measure qu'on
excutait tait provisoire, sans fixer pour combien de
temps. Il prit la libert de lui expdier de l'encre blue.
de l'encre rouge, deux machines perfectionns numro-
ter, semblables celles employs dans les administrations
du gouvernement amricain et les grande corporations
des Etats-Unis.
Suivant les instructions reues, l'expdition des articles
ne fut communique personnel et fut adresse au Cabi-
net particulier du Prsiden t et assur contre les risques
de mer.
D'autres expeditions de paper devaient tre faites par
Etna . Dans une lettre du 9 du mme mois, il lui con-
firma celle du ler et en annona une nouvelle. Il en pro-
fita pour lui dire :
N'ayant pas pu crire au Prsident par le dernier
steamer, je l'ai fait hier. Je lui demand la permission de

(1) En italique dans le texte.
(2) Id. Quatrime Division, 2me Srie, premiere parties, pa-
ge 77.







- 65-


lui adresser pendant mon sjour ici, une ou deux fois par
mois, des dpches confidentielles; car, souvent, il est plus
sage d'crire directement au chef, outre les dpches of-
ficielles adresses au Ministre des Relations Extrieu
res. (1)
Dans un post-scriptum, il lui annona avoir remis pour
lui une lettre d'introduction Lazare qui dsirait un nou-
veau contract pour la ligne des steamers.
Je vous ai aussi crit, lui disait-il, relativement un
emprunt que m'avait demand le dpartement des Rela-
tions Extrieures sous le gnral Lamothe. Les amis de
M. Lazare m'ont, en effet, offert plus d'avantages et plus
de chance de succs que d'autres; ils ne sont pas les seuls
auxquels je pourrais m'adresser pour la creation d'une
Banque. Il faut un capital; ce capital pouvons-nous le
trouver chez nous o l'argent vaut 2 3 pour cent par
mois? Je ne le crois pas. C'est pourquoi je crains que
nous soyons obligs de nous dresser l'tranger pour un
emprunt.
Le premier emprunt contract, si nous conduisons
bien nos affaires. nous pourrons l'avenir emprunter a-
vantageusement. pour reliever notre agriculture, nos villes
en ruine, et construire des voices ferres sur tout le terri-
toire de l'Ile. Je sui, loin du pays. J'ai confiance en son
avenir... me tromperais-je; ma foi serait-elle qu'illusion!
Non. Nous marcherons. (2)
Tout en poursuivant activement l'excution de son plan
provisoire, Septimus Rameau, n'abandonna pas son ide
de crer une Banque. 11 en parla S. Laraque, consul
d'Hati Kingston, dans une lettre du 10 Juillet et lui en-
voya les prliminaires. Celui-ci lui rpondit le 22 du m-
nie nlmos en ces terms :
J'ai lui attentivement les prliminaires: ils tmoi-
gnent d'une parfaite nettet de vue et d'une connaissance
approfondie des besoins du pays et des moyens propres

11i Id. Quatrime Division, 2me Srie, Premire parties p. 80.
l2) Id. Quatrime Division, 2me Srie, Premire parties, p. 81.







-66-


amener une rforme financire et conomique. Permet-
tez-moi, mon cher gnral, de vous fliciter de cette haute
ie heureuse conception. C'est la premiere fois qu'un hom-
mie d'Etat de n:R:. pays a mis la main just sur ce qu'il
faut pour oprer une vraie rforme financire, destine
agir considrablement sur toutes autres rformes se ratta-
chant une bonne administration gnrale. Je suis per-
suad que, muni de ces prliminaires et des pleins pou-
voirs du Gouvernement, aprs le vote de la Constitution
je puis obtenir, en Angleterre, Flemprunt et la Banque
que vous dsirez; mais pour cela il faut aller en Europe.
Le Directeur de la Banque-annexe de la Jamaque
m'a fortement engag faire ce voyage, en m'offrant des
lettres de rcommandation pour les Directeurs de la Ban-
que Coloniale d'Angleterre, et galement pour une trs
grande maison de Banque Londres. Ne pouvant savoir
jusqu'o vous tes avanc dans vos autres ngociations,
je me suis born accepter, pour le moment, la lettre de
recommendation pour Messieurs S. Dabree & Sons, qui
je vais crire par le Packet du 24, en les priant de me fai-
re un tlgramme, nos frais, dans le cas o ils seraient
disposs traiter et que mon voyage aurait chance de suc-
cs. Voyez, de votre ct. prendre, cet gard, une d-
cision. et si elle est en faveur de mon voyage, veuillez
prparer les pleins-pouvoirs et les instructions.
Il serait bon de faire mention dans les pouvoirs que
le Corps Lgislatif voterait une loi pour sanctionner le
contract intervenir; il faudrait aussi y fixer le chiffre de
l'emprunt pralable qui doit tre indpendant du capital
(le la Banque.
Permettez-moi, mon cher Gnral, une petite obser-
vation relative une clause des prliminaires : il me sem-
ble que la Banque tiendrait conserver, dans ses propres
caveaux, ses billets de circulation de mme que son en-
caisse mtallique, le tout sous le contrle du Secrtaire
d'Etat des Finances ou de ses dlgus.>> (1)

111 Id. Quatriime Division, 2inme Srie, Premire parties, p. 85.







-67-


De Paris, Ch. Laforesterie, Charg d'Affaires d'Hati,
rpondant la dpche du 9 Mai, crivit, le 30 Juin, au
gnral Lamothe :
Conformment l'autorisation que vous m'avez don-
ne, sous la date du 9 Mai dernier, j'ai sign aujourd'hui,
avec M. Albert Pfeiffer, banquier, un trait prliminai-
re par lequel il s'engage nous procurer une some de
onze millions de francs, aux conditions numres dans
l'acte don't j'ai l'honneur de vous adresser ci-jointe une
copie.
Ces conditions, quelques lourdes qu'elles soient, sont
avantageuses dans les circonstances actuelles, et ce n'est
qu'aprs les plus grands efforts que j'ai russi obtenir
le taux de 14.35 pour cent, qui, avec la commission de 3
pour cent stipule en faveur du contractant sur le mon-
tant de l'annuit, s'levera 14.76 pour cent, intrt et
amortissement compris, mais malheureusement sans di-
minution progressive measure de l'amortissement.
M. Pfeiffer m'ayant offert de porter le chiffre de l'em-
prunt quatorze millions, j'ai pens qu'il pouvait tre
avantageux de rservr au Gouvernement la facult d'ac-
cepter ce chiffre, s'il le juge propos : Vous trouverez,
dans le trait ci-joint, une clause cet gard.
J'ai pris l'engagement, au nom du Gouvernement, de
ne pas tolrer, tant que j'aurai l'honneur de reprsenter
mon pays Paris, que cet emprunt soit concd des con-
ditions meilleures pour le prteur. Nanmoins, il m'a t
impossible d'obtenir que M. Pfeiffer s'engaget dfinitive-
ment avant le 15 Juillet prochain, parcequ'il aurait, dit-
il, reu de New-York des propositions pour le mme em-
prunt et qu'il ne lui serait pas possible de s'engager avant
d'avoir la certitude que la Lgation est seule charge de
traiter.
Quoiqu'il en soit, si, le 15 Juillet. M. Pfeiffer me
notifie son acceptation, je pense que, fort de ce trait,
j'obtiendrai facilement du Gouvernement franais un nou-
veau dlai d'un mois, afin d'avoir le temps de recevoir
votre ratification. Dans le cas contraire, j'ai pris toutes







- 68 -


mes dispositions poulr ine procurer, par une simple op-
ration de banquet, le montant du versement que nous de-
vons faire le ler Aot. D'aprs divers engagements que
j'ai recus. il anraiit t commis une erreur important dans
l'un des rglelmepls intervenus pour la fixation du chif-
fre de notre dette, et nous devrions, en ralit, une som-
me moindre que celle porte dans l'tat annex la con-
vention du 22 Dcembre 1870. Le fait m'a t certifi
par une personnel en measure de le savoir. S'il en tait ain-
si. il pourrait tre utile que le Gouvernement voulut bien
mettre la Lgation en measure de faire vrifier les calculus
et contrler les chiffres de cet tat.
On assure galement ici. que M. le Comte de Lmont
rclamerait des intrts de retard sur le terme don't nous
aurions d remettre le montant en traites 90 jours de
rue. le ler Avril dernier.
Si le fait est exact, je crois devoir vous informer qu'il
serait le rsultat d'un malentendu de la part de l'honora-
ble Charg d'Affaires. En payant en espces le ler Aot,
nous payons chance : les cranciers franais ne subis-
sent aucune espce de retard, et nous ne leur devons, en
consequence, aucun intrt. C'est un point acquis. No-
tre pays est trop obr pour que j'aie pu ngliger de sau-
vegarder ses droits dans cette circonstance.
Je vous serai oblig, Monsieur le Secrtaire d'Etat
de vouloir bien m'adresser, par retour du courier, la ra-
tification du trait ci-joint. si le Gouvernement en accep-
te les conditions. (1)
Le 15 Juillet. il crivit encore au gnral Lamothe :
A l'heure o j'ai l'honneur de vous crire, le cour-
rier. apportant votre correspondence du 23 Juin dernier,
n est pas encore arriv, et vos lettres me parviendront trop
tard pour qu'il me soit possible d'y rpondre par ce pa-
quebot.
J'ai la satisfaction de vous announcer que l'lection
de Monsieur le Gnral Domingue a t favorablement
accueillie ici. Le seul fait que les Chambres aient pu pro-
(1) Id. Quatrime Division, 2me Srie, Premire parties, p. 88.








-69-


cder cette election, sans que la paix publique en ait
prouv la moindre atteinte, a dj relev notre credit, si
gravement atteint depuis quelques mois.
Je suis heureux de vous informer, Monsieur le Se-
crtaire d'Etat, qu'un membre de l'un des premiers ta-
blissements financiers de Paris, en apprenant l'lection
du Gnral Domingue, s'est empress de me faire offrir
les fonds ncessaires pour la creation d'une banque ha-
tienne, banque qui ouvrirait immdiatement un credit au
Gouvernement. Les fonds, m'assure-t-on, sont ds pr-
sent liquides et seraient verss en or au Gouvernement.
En ce qui concern le versement faire le ler Aot au
Gouvernement franais, je n'ai encore rien sign, voulant
essayer d'escompter le premier terme de l'emprunt con-
tract avec M. Pfeiffer, ce qui me permettrait de rali-
ser une srieuse conomie. J'attends, du reste, les pleins-
pouvoirs, que j'ai l'honneur de vous demander, pour tout
conclure dfinitivement. J'ai l'espoir que cette pice me
parviendra demain.
Les frais de publicity donner l'emprunt en Euro-
pe sont normes : ils atteindront 8 9 mille francs. C'est
l'une des causes qui rend un emprunt d'autant plus co-
teux que le chiffre en est moins lev; car il n'en coterait
pas plus pour un emprunt de plusieurs centaines de mil-
lions. Au reste, j'ai eu soin de stipuler que ces frais se-
ront supports en entier par M. Pfeiffer. (1)
Dans la mauvaise situation financire o se trouvait le
gouvernement, aucune valeur pour le service de la Lga-
tion d'Hati ne fut envoye Ch. Laforestrie, Celui-ci
fut oblig de fire un prt de Ch. Layens de cinquante
obligations de l'emprunt Morgan, 6 pour cent d'intrt
par an, et une commission trimestrielle de un pour cent
soit 10 pour cent l'an. Il devait en restituer le montant,
le 6 Dcembre 1874. Autrement, la Lgation tait passi-
ble d'une commission de retard de 2 1/2 pour cent par
trimestre. Il eut recours ce moyen parce que Ch. de
Layens n'avait pas d'espces disponibles. Il fit vendre
(11 Id. Quatrime Division, 2me Srie, Premire parties, p. 88.







-70--


ces titres la bourse par le ministre (le Lepel-Cerutel. a-
gent de change. L'opration rapport un net produit de
25.622 francs 15 centimes.
Excellent, Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures,
approuva, par sa dpche du 23 Juillet, les diverse op-
rations financires pour se procurer les fonds ncessaires
la march du service de la Lgation. Il autorisa Lafores-
terie de contractor un emprunt pour dsintresser les
cranciers de Baudeuf et lui demand de lui expliquer le
prt fait de Charles Layens des cinquante obligations.
Charles Laforesterie lui fournit les renseignements qu'il
sollicitait dans une lettre du 15 Aot et ajouta :
Cette operation est alatoire, et elle peut donner un
bnfice ou une perte, suivant qu'il y aura baisse ou haus-
se au moment o nous devrons racheter les titres. Au
mois de mars 1873, j'ai fait la mme operation en rali-
sant un lger bnfice au profit de l'Etat, et, il est possible
que j'obtienne encore le mme rsultat; car le moment du
rachat concidera avec la rentre de l'Assemble Nationa-
le qui. suivant toute apparence. provoquera une baisse.
Il va sans dire que je justifierai du prix de vente comme
du prix d'achat en vous adressant les bordereaux de M.
Lepel-Cerutet.
En ce qui concern M. Baudeuf, je vais prendre im-
mdiatement les dispositions ncessaires pour lui verser
avant le 20 Aot le solde qui ieste d ses cranciers. M.
le Comte de Houdetot a eu !a courtoisie, sur la parole que
je lui ai donne de le dsintresser dans les deux mois, de
faire connatre sans dlai au Ministre des Affaires Etran-
gres qu'il avait reu de la Lgation la some que lui de-
vait M. Baudeuf.
Veuillez croire. Monsieur le Secrtaire d'Etat, que
je fais et que je continuerai faire tout ce qui dpendra
de moi pour rpondre l'attente du Gouvernement. Mais,
souffrez que je le dise, ma position devient de plus en plus
difficile, et il serait urgent que le Gouvernement voulut
bien, si les circonstances le lui permettent, m'adresser au
moins les resources ncessaires pour faire face aux d-








-71-


penses de nos boursiers. Il y a sept mois que le Dparte-
ment ne m'a pas expdi d'argent. Je suis loin de m'en
plaindre; car je sais combien vous avez cour de faire
face tous nos engagements et je n'ignore point les dif-
ficults avec lesquelles vous tes vous-mme aux prises;
je me borne solliciter de votre bont un peu d'aide, s'il
est possible. (1)
Rpondant une autre dpche du Secrtaire d'Etat
des Relations Extrieures relative aux measures prendre
pour effectuer le paiement en espces le 1er Aot, il lui
crivit le 15 de ce mois :
En vous remerciant de cette communication, je ne
puis vous dissimuler que, malgr l'autorisation formelle
que vou,s me donnez, je ne crois pas pouvoir russir vain-
cre le formalisme mticuleux des banquiers franais. J'ai
vu, dans le course de cette quinzaine, la plupart des grands
capitalistes de Paris, et tous, sans exception, rclament a-
vant tout la production de pleins-pouvoirs spciaux r-
digs dans la forme solennelle. C'est un usage invaria-
ble, et ils y veulent d'autant moins droger que le Gou-
vernement persiste leur refuser ce document indispen-
sable.
Pour conclure un emprunt, il faut que l'agent, char-
g de raliser cette operation, soit muni d'un pouvoir os-
tensible, don't il laisse une copie dment certifie entire les
mains du capitalist avec lequel il contract. Or, les d-
pches que vous m'adressez, n'tant pas de nature tre
communiques, ne peuvent remplacer un p!ein-pouvoir
special. N'ayant, d'ailleurs, pas prvu que le Gouverne-
ment me refuserait cette pice sans laquelle je ne puis
pas contractor dfinitivement, j'avais annonc aux capi-
talistes avec lesquels je suis en rapport, que je vous l'avais
demande et que je la leur prsenterais le 15 Juillet. Vous
comprendrez (donc combien le refius du Gouvernement est
propre provoquer chez eux une dfiance lgitime.
Je ne vous cacherai, du reste, pas, Monsieur le Secr-

(1) Id. Quatrime Division. 2ime Srie. Premirc parties, p. 92.







-72-


taire d'Etat. que mme avec les pleins-pouvoirs les plus
rguliers, je douterais aujourd'hui du succs. En effet,
si nous pouvons sans difficult emprunter ici une vingtai-
ne de millions de francs, je regarded comme peu prs im-
possible de trouver Fcs 1.300.000 sans la garantie d'un
emprunt plus considerable. La raison en est trs simple.
Un emprunt de 20 millions est souscrit par le public, qui,
sduit par l'appt d'un gros intrt, risque son argent;
tandis que la ralisation d'une some de Frs 1.300.000,
tant trop peu d'importance pour donner lieu une sous-
cription publique devrait tre effectue par le capitalist
lui-mme. Or. nous ne trouverons point ici un seul ca-
pitaliste qui consent nous prter son propre argent.
J'ajouterai que l'emprunt lui-mme de trois millions
de piastres, colport chez tous les banquiers par un grand
nombre de personnel, qui se disent toutes charges de le
conclude, sans qu'aucune puisse presenter son autorisa-
tion en rgle, a fini par inspire des doutes fcheux et par
faire suspecter notre bonne foi; car les capitalistes sont
craintifs et ils se dfient d'une affaire qui se prsente d'une
manire aussi inusite. J'ajouterai enfin que, s'il est pos-
sible de conclure un Emprunt. moyennant une annuit de
12 13 pour cent. il serait chimrique d'esprer raliser
une operation de banquet (car on ne peut pas faire un em-
prunt proprement dit de Frs 1.300.000) dans les limited
que vous me prescrivez de ne pas dpasser.
Veuillez, je vous prie. Monsieur le Secrtaire d'Et-t,
interroger les personnel au courant de la situation de no-
tre credit en Europe; il n'en est pas une seule qui ne con-
firmera les renseignements qui prcdent.
Resterait la resource de signer Fcs 1.400.000, de
traits et de les faire escompter. Mais, outre le taux de
l'intrt dpasserait de beaucoup les 14 pour cent que
vous fixez comme maximum, il faudrait qu'une mason de
commerce, jouissant d'in credit bien tabli. consentit
endosser ces traites; et je doute qu'aucune maison srieu-
se veuille se prter une pareille operation. Le credit
est un instrument d'une dlicatesse extreme qu'on ne sau-







-73 -


rait manier avec trop de precaution. Pour qu'une traite
soit accepte, il faut qu'on soit certain qu'elle sera paye
chance. Or, quelle confiance peut-on avoir en notre
paper, l'heure mme, o, par la plus dplorable des
coincidences, MM. See font protester cent mille francs
de traites portant la signature du Ministre Plnipotentiai-
re de la Rpublique et le timbre de la Lgation d'Hati?
Pardonnez-moi, Monsieur le Secrtaire d'Etat, d'en-
trer dans ces dtails. Il est de mon devoir d'clairer le
Gouvernement, et, dans ce but, de lui parler avec la plus
complete franchise, afin que, connaissant le mal, il puis-
se prendre les measures propres reliever notre malheu-
reux pays de l'tat de dconsidration dans laquelle il est
tomb.
Jusqu' ce moment, le Gouvernement franais n'a
pas trop vivement insist pour obtenir le versement du
ler Aot. La raison est que M. le Duc Decazes tient d'un
grand capitalist, son ami particulier, que l'Emprunt, des-
tin au remboursement de la dette franaise, a toutes les
chances de succs et qu'il est lui-mme dispos le sous-
crire. Mais je sais positivement que ce Capitaliste refuse
nettement sa participation cette affaire, du moment que
la destination de l'emprunt est change; parce qu'il sait
que le Gouvernement franais n'accorderait pas l'admis-
sion la cte pour tout emprunt don't une parties ne serait
pas consacr au remboursement de notre double dette. M.
le Duc Decazes ne tardera pas tre instruit du change-
ment de destination de l'emprunt et nous devons nous at-
tendre de sa part un retirement d'autant plus marqu
qu'il s'est montr plus confiant.
Quoi qu'il en soit, j'ai l'honneur de vous informer qu'u-
ne Lgation franaise va tre cre au Port-au-Prince, et
M. le Comte de Lmont lev au grade de Ministre. On at-
tendait la conclusion de l'emprunt pour prendre cette
measure; mais j'ai lieu de croire qu'on est dcid ne plus
attendre, et que, si le versement du 1er Aot avait eu
lieu, cette nomination serait dj un fait accompli. (1)
(1) Id. Quatrime Division, 2me Srie, Premire parties, p. 93.








- 74-


A la date du 18 Aot, Laforesterie envoya, par la voie
de Kingston, le tlgramme suivant concernant l'em-
prunt :
Manque de pouvoirs fait suspecter bonne foi. Situa-
tion trs pnible pour moi. Reconnaissance du gouverne-
ment suspendue. Profond mcontentement. Avisez vite.
Le lendemain, il crivit au Secrtaire d'Etat des Re'a-
tions Extrieures :
Les provisions par lesquelles je terminals ma lettre
du 15 de ce mois, n'ont pas tard se raliser.
Instruit du changement de destination de l'emprunt;
mcontent, en outre. d'apprendre que je n'avais pas re-
u les pleins-pouvoirs spciaux rclams par tous les ca-
pitalistes. M. le Duc Decazes. qui s'tait montr, jusqu'
ce jour. si parfaitement bienveillant notre gard, a prou-
v le retirement que j'avais eu l'honneur de vous faire
prvoir.
A la demand de M. le Comte de Lmont, qui lui -
crit dans ce sens. la date du 23 Juillet, il a dcid de
suspendre la reconnaissance du Gouvernement du Gn-
ral Domingue, jusqu'au jour o nous aurons rempli nos
obligations.
J'ai en l'honneur de vous dresser hier un tlgram-
nie. don't vous trouverez ci-joint copie, pour vous infor-
mer de ce regrettable incident, et j'ai l'espoir que, ds sa
reception, vous aurez pris les dispositions ncessaires pour
donner au Gouvernement Franais la satisfaction laquel-
le il a droit. (1)
Le Secrtaire d'Etat des Finances ne pouvait, depuis le
mois de Juin. fire face aux diverse chances en faveur
de la mason Miot, Scott et Cie :
P. 34.260.23 payables le 23 Juin 1874
149.553.42 payables le 8 Juillet 1874
7.112.15 payables le 8 Juillet 1874
65.275.13 payables le 23 Juillet 1874
34.941.73 payables le 23 Juillet 1874

(1) Id. 4me Division, 2me Srie, 1re Partie, p. 96.








- 75 -


56.254.79 payables le 23 Aot 1874
Soit un total de 347.397.45 piastres 1 1 ,2 pour cent
d'intrt par moi-. Ces valeurs avances l'mission des
titres comportaient cette clause : Payables dans trois mois.
Une commission de 3 pour cent tait accorde Miot
Scott et Cie si, l'chance. ces divers effects n'taient pas
pays. Leur renouvellement pouvait tre demand avec la
mme commission et les mmes intrts. Cela quivalait
2 1/'2 pour cent par mois.
Au 6 Aot, le gouvernement devait 5.750 piastres 91
centimes d'intrts plus les 347.397 piastres 45 centimes,
soit un total de 353.148 piastres 35 centimes. Le Secr-
traire d'Etat des Finances remit cette date. Miot. Scott
et Cie. onze traites s'!evant 533.333 francs 33 centimes
120 jours de vue sur la Lgation d'Hati Paris. l n'i-
gnorait pourtant pas que Ch. Laforesterie n'avait pas de
provision pour les payer. Il lui envoya, le 8 Aot, l'ordre
de les accepter. Par sa lettre du 30 du mme mois, Lafo-
resterie lui rpondit avoir excut ses instructions; et,
pour viter tout mcompte, il attira son attention sur la
ncessit de lui envoyer outre la some payer mais en-
core dix mille francs de plus pour les frais de timbre, d'es-
compte et de commission.
Le gouvernement, au ler Aot, n'avait pas pay le
premier trimestre de 1874 pour le service de la double
dette hatienne envers la France. Ayant verser 533.333
francs, 33 centimes, il usa d'un moyen assez quivoque
en donnant en payment onze traites quand il ne dispo-
sait d'aucune valeur, Paris, pour les acquitter. Char-
les Laforesterie s'adressa la maison St-Aude fils et Cie
pour les ngocier, moyennant une commission de 7 1/2
pour cent, tous frais compris, pour six mois. Il rendit
compete de sa situation au Secrtaire d'Etat des Relations
Extrieures dans cette lettre du 31 Aot :
J'ai reu la lettre du 8 de ce mois que vous m'avez
fait l'honneur de m'crire, pour m'informer que le Gou-
vernement n'a pas ratifi la convention prliminaire in-
tervenue entire M. Pfeiffer et moi le 30 Juin dernier. Vous








-76 -


ajoutez que je ne vous dis rien de prcis au sujet du paie-
ment du terme d'Avril, et vous m'exprimez votre inqui-
tude cet gard.
Permettez-moi, en rponse, de vous faire observer,
Monsieur le Scrtaire d'Etat, que je vous ai expos la si-
tuation d'une manire aussi precise que je le pouvais fai-
re alors; mais que. malheureusement, le point capital n'a
pas attir votre attention. J'avais, en effet, l'honneur de
vous dire. dans cette lettre, que j'attendais les pleins-
pouvoirs que je vous avais demands, pour tout conclude
dfinitivement. Je vous exprimais, en outre, l'espoir que
je recevrais ces pouvoirs le lendemain; et cet espoir tait
fond sur ce que je vous avais fait connatre, par ma let-
tre du 31 Mai, que les capitalistes exigeaient que je fus-
se muni de pleins-pouvoirs spciaux rdigs dans la for-
me solennelle et revtus du sceau de votre dpartement.
J'avais eu galement l'honneur de vous adresser, le 15
Juin un tlgramme ainsi conu: Emprunt sera con-
clu ... Envoyez pouvoirs.
Que pouvais-je faire de plus, Monsieur le Secrtaire
d'Etat? J'avais mme tant insist que je craignais que cet-
te insistence ne vous part exagre, et que je cherchais
attnuer ce qu'une demand aussi lgitime. tant de fois
rpte, pouvait avoir de dsagrable. Quoiqu'il en soit,
l'absence de ces pouvoirs a produit ici la plus fcheuse
impression et a donn lieu des commentaires dsobli-
geants. Une sorte de complot a t organis pour para-
lyser mes efforts.
Sans me dcourager, j'ai tout mis en euvre pour es-
sayer de raliser la seule combinaison qui et quelque
chance de succs, combinaison don't j'ai dj eu l'honneur
de vous entretenir, et qui consiste dans l'mission de trai-
tes trois mois, renouvelables pour trois mois, ce qui don-
nerait au Gouvernement six mois pour se procurer la
some. Mais, pour raliser cette combinaison, il fallait
trouver une maison de commerce qui consentit endos-
ser prs d'un million et demi de traites manant d'un a-
gent sans pouvoirs.







-77-


La maison St-Aude fils et Cie a bien voulu donner
au Gouvernement cette preuve de confiance, et j'ai la sa-
tisfaction de vous annoncer que le chef de cette maison
vient de me donner l'espoir de raliser aujourd'hui mme
la ngociation don't je l'ai charge. Les traites seraient
escomptes moyennant une commission de 7 1/'2 pour
cent, tous frais compris, pour six mois. Or, comme les au-
tres maisons auxquelles je me suis adress, exigeaient une
commission de 11 pour cent, et 6 pour cent d'intrt an-
nuel, l'conomie obtenue par Messieurs St. Aude fils et
Cie serait de Fcs 64.124.50.
J'ai l'espoir, Monsiur le Secrtaire d'Etat, que le
Gouvernement tiendra compete Messieurs St. Aude, fils
et Cie. de ce service, et qu'il s'empressera, comme je ne
le cesse de le demander depuis un an pass, de retire les
traites, endosses par cette maison, don't Messieurs L. See
et fils sont porteurs. Cette measure ne sera-pas seulemnt
un service rendu Messieurs St-Aude, fils et Cie., ce sera
surtout un acte propre reliever notre credit et diminuer
la dconsidration qui pse sur nous.
J'aurai l'honneur de vous faire connatre, par le t-
lgraphe, le rsultat de la ngociation qui se pursuit en
ce moment. En ce qui concern la Banque que le Gou-
vernement projette de crer, il m'a t fait diverse pro-
positions, notamment par la maison Dbrosse an, qui
est, dans cette affaire, l'intermdiaire d'un des premiers
tablissements de Paris. Cette proposition, qui consiste-
rait dans l'unification de notre dette extrieure et int-
rieure et dans la creation d'une Banque, me parait fort
belle. On voudrait faire en quelque sorte le bilan d'Ha-
ti, payer tout ce que nous devons, crer une Banque, une
monnaie national, etc..., le tout au moyen d'un emprunt
remboursable dans un dlai dterminer. Bien condui-
te, une telle operation mettrait, au bout de quelques an-
nes, notre pays dans la plus belle situation financire qui
existe peut-tre au monde.
Je regrette que l'absence de pleins-pouvoirs m'emp-
che de conclure sur ces bases un trait prliminaire que










j'aurais t heureux de pouvoir, ds present, soumettre
votre approbation. (1)
Charles Laforesterie lui crivit, le 8 Septembre, deux
lettres. Dans l'une il lui annona avoir accept les on-
ze traites; et, dans l'autre, il lui parla de ses difficults
avec la maison St-Aude, fils et Cie.
Le 31 du mois dernier, lui crivit-il. MM. St-Aude
fils et Cie me firent connatre qu'ils avaient ralis l'op-
ration don't je les avais charges et qu'il ne restait plus
qu' signer le contract. La ngociation des traites devaient
tre faite moyennant une coiission de 10 pour cent pour
six mois. Je fis observer ces Messieurs que vous m'aviez
fix le maximum de 14 15 pour cent i'an, et qu'en con-
squence, je ne pouvais pas dpasser 7 1 2 pour cent
pour six mois. J'ajoutai nanmoins, vu l'urgence, et
tout en respectant la lettre de vos instructions, j'accepte-
rais que, outre les 7 1' 2 pour cent pour six mois. il ft
tabli compte-courant 5 pour cent l'an. ce qui produi-
rait les 10 pour cent rclams.
MM. St. Aude. fils et Cie. me firent alors savoir que
le succs de la ngociation tait subordonn la ralisa-
tion d'une condition indispensable. En l'absence des plein-
pouvoirs du Gouvernement. on demandait que j'obtinsse
du Gouvernement Franais qu'il subroget les prteurs
aux droits des porteurs de titres de notre double dette, et
qu'il s'engaget obliger le Gouvernement Hatien fai-
re honneur aux engagements que je prenais en son nom;
en d'autres terms, on voulait que j'allasse solliciter l'ap-
pui d'un Gouvernement tranger contre mon propre Gou-
vernement.
Une telle condition n'tant pas srieuse, j'ai cru de-
voir affected de ne pas mme comprendre ce qu'on at-
tendait de moi. Je ne m'oppose nullement ce que les
banquiers de MM. St-Aude, fils et Cie. obtiennent direc-
tement du Gouvernement Franais, par leurs dmarches
personnelles, toutes les garanties qui leur sembleront d-

(1) Id. Quatrime Division, 2mn, Srie, Premire parties p. 99.







-79 -


sirables; mais vous comprendrez, Monsieur le Secrtai-
re d'Etat, que je ne puis pas compromettre notre dignit
au point d'intervenir dans une pareille ngociation.
Dans de telles conditions, je m'abstiens de toute d-
marche, me rservant d'agir, si le Gouvernement juge
propose de me munir des pleins-pouvoirs ncessaires. (1)
Laforestrie dployait ses efforts pour ngocier les onze
traites quand, Port-au-Prince, on faisait des transactions
au sujet de l'emprunt que le gouvernement se proposait
de contractor. Le Secrtaire d'Etat des Relations Extrieu-
res lui crivit, le 23 Aot, pour lui annoncer que le gn-
ral Septimus Rameau se rendait Kingston et entrera en
communication avec lui par la voie tlgraphique. Il l'in-
vita se conformer ses instructions.
Laforesterie lui en accusa reception le 15 Septembre.
Au lieu d'attendre les communications de Septimus Ra-
meau, il lui crivit le lendemain pour lui dire qu'il se
flicitait des rapports qu'il tait appel entretenir avec
lui. Il profit de cette circonstance pour lui donner l'as-
surance qu'il mettra tout en ouvre pour raliser les
vues du gouvernement. Il revint sur la convention pr-
liminaire intervene entire lui et Pfeiffer, le 30 Juin, que
le Dpartement des Relations Extrieures, par sa dpche
du 8 Aot, au nom du Gouvernement, avait refus de ra-
tifier.

Mais je ne dois pas vous laisser ignorer que, jusqu'
ce jour le dpartement des Relations Extrieures s'est abs-
tenu de me faire parvenir les pleins pouvoirs spciaux et
dfinitifs, exigs par notre droit public lui-mme, pour la
ralisation des operations financires qui engagent la R-
publique.
Vous devez connatre l'impression fcheuse qu'a pro-
duite ici l'omission d'une formalit aussi essentielle et
vous comprendrez facilement, Gnral, qu'il me serait im-
possible de longer entamer la moindre ngociation, tant

(1) Id. 4me Division. 2me Srie, Premire parties, p. 101.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs