• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Table of Contents
 List of Illustrations
 Foreword
 Frontispiece
 Debuts de la mission de St-Dom...
 Organisation canonique
 Autour d'un eveche
 Resources temporelles
 Les marguilliers
 Les hopitaux
 L'enseignement
 Le roi et la religion
 Flibustiers et Boucaniers
 Les colons
 Les noirs
 Le ministere des religieux
 Etat des eglises et presbytere...
 Les derniers Jacobins - Toussaint...
 L'eglise schismatique - Les Templiers...
 Conclusion














Group Title: Documents sur la mission des Frères-Pre^cheurs a` Saint-Domingue, du schisme au Concordat
Title: Documents sur la mission des Frères-Prêcheurs à Saint-Domingue, du schisme au Concordat
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078455/00001
 Material Information
Title: Documents sur la mission des Frères-Prêcheurs à Saint-Domingue, du schisme au Concordat
Physical Description: iii, 234 p. : illus., ports. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Le Ruzic, Ignace Marie
Publisher: Bayon-Royer,
Bayon-Royer
Place of Publication: Lorient
Publication Date: 1912
 Subjects
Subject: Missions -- Haiti   ( lcsh )
Missie   ( gtt )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
General Note: "Table des illustrations" in manuscript.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078455
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AHB7827
oclc - 21475758
alephbibnum - 001505006

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Table of Contents
        Table of Contents
    List of Illustrations
        List of Illustrations
    Foreword
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
    Frontispiece
        Page v
        Page vi
    Debuts de la mission de St-Domingue
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 16a
        Page 16b
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
    Organisation canonique
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 32a
        Page 32b
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
    Autour d'un eveche
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
    Resources temporelles
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 48a
        Page 48b
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
    Les marguilliers
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Les hopitaux
        Page 65
        Page 66-67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
    L'enseignement
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
    Le roi et la religion
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 84a
        Page 84b
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    Flibustiers et Boucaniers
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 100a
        Page 100b
        Page 101
        Page 102
    Les colons
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
    Les noirs
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 132a
        Page 132b
        Page 133
        Page 134
        Page 135
    Le ministere des religieux
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 148a
        Page 148b
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
    Etat des eglises et presbyteres
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
    Les derniers Jacobins - Toussaint et Rigaud - Mauviel, eveque schismatique des Cayes
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 180a
        Page 180b
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
    L'eglise schismatique - Les Templiers - Protestantisme - Les huit delegations du Saint-Siege
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 196a
        Page 196b
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 212a
        Page 212b
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
    Conclusion
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 228a
        Page 228b
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
Full Text


I. LE RUZIC



DOCUMENTS
SUR LA

MISSION

DES


Frres- Prcheurs

Saint Domingue



Du Schisme
au Concordat



EN VENTE:
.au Sminaire St-Jacques (Finistre)
et l'Evch des Cayes (Hati)

LORIENT
Imprimerie LE BAYON-ROGER
1912







I. LE RUZIC



DOCUMENTS

SUR LA


MISSION

DES


Frres -Prcheurs

Saint- Domingue

-q-

Du Schisme
au Concordat
i-

EN VENTE:
au Sminaire St-Jacques (Finistre)
et l'Evch des Cayes (Haiti)

LORIENT
Imprimerie LE BAYON-ROGER
1912


University> of Fi0ida Lidadu


* ,,














Table des Matires



Avant-propos aux Missionnaires d'IHatz

LIVRE PREMIER
Pages
CHAP. I. Dbuts de la mission de St-Domingue.. I
II. Organisation canonique .............. 26
III. Autour d'un vch .................... 38
IV. Ressources temporelles ................ 44
V. Les marguilliers ...................... 54
VI. Les Hpitaux ......................... 65
VII. L'enseignement ........................ 76
VIII. Le Roi et la Religion.................. 80
IX. Flibustiers et boucaniers.............. 93
X. Les colons .......................... 103
XI. Les noirs ..... ............ ............ 117
XII. Le Ministre a s ReligieiuSes........ 136
XIII. Etat des glises et presbytres....... 160
XIV. Les derniers Jacobins Toussaint et
Rigaud Mauviel, vque schism.
des Cayes ........................ 16

LIVRE DEUXIME
CHAP. I. L'glise schismatique. Les Templiers. -.
Protestantisme. Les huit dlga-
tions du Saint-Sige................ 185
CHAP. II. Conclusion .............................. 220














s~- i~



cs F~)~LL~~ ~~~~IIli~

-/~ ,'f 1-'~L~p I

-~ ~ ~~c~~c*44.a~c~-


i c/~~ c~4ti. ~U-c
j 0- ~ ~rL L~L ->~'cr 4~; C13qi~AuI



IL SL(C-r7L i 2C- ~ & C~-

3 &aLL ,













Aux Missionnaires d1tatt


Chers Confrres,

Au milieu de l'abondance des crits ayant trait
l'histoire politique, militaire ou commercial de Saint-
Domingue, il est trange de constater qu'aucune uvre
d'ensemble n'ait paru sur l'vanglisation de notre
colonie aux XVII et XV1IIe sicles.
La plupart ignorent mme quelles congregations reli-
gieuses fondrent et desservirent nos paroisses. Je me
suis propos de satisfaire cette curiosity lgitime, en ce
qui concern l'Ouest et le Sud. Certes, l'tude du Nord
d'Haiti serait plus intressante, et par sa merveilleuse
documentation, et par les travaux apostoliques des
Jsuites, don't tous s'accordent louer le zle et le
dsintressement. J'ouvre la voie, un autre l'largira.
Ces- pages n'ont donc ni la prtention, ni l'allure
d'une Histoire ecclsiastique : c'est une simple publi-
cation de documents, les uns indits, les autres disper-
ss en nombre d'ouvrages peu rpandus.
Lequel d'entre vous n'a souvent gmi de l'tat spiri-
tuel de ses fidles ? comment se fait-il qu'un people
vanglis depuis plus de deux cents ans soit encore
plong dans des superstitions dgradantes ? d'o vient
cette difficult d'asseoir d'une manire stable la famille
et par l mme les murs, les traditions et les vertus
chrtiennes ? pourquoi cette improbit habituelle dans
la gestion des affaires publiques et le maniement des
deniers .de l'Etat ? ce dsintressement de la classes
dirigeante pour reliever le niveau moral de la classes
ouvrire et lui assurer le bien-tre matriel ?










On ne peut affirmer que les colons se soient employs
faire rgner les bonnes mours parmi leurs subordon-
ns. La cupidit et la volupt s'allient pour transformer
en bte froce l'homme le plus raffin. Et comme le
fond de la nature humaine ne varie pas, hier la tribune
et la press franaise fltrissaient les atrocits com-
mises au Cambodge, en Indo-Chine et au Congo; au-
jourd'hui Pie X dnonce au monde chrtien les cruauts
et les turpitudes exerces en Patagonie par les agents
d'une Compagnie minire. Faut-il s'tonner qu' Saint-
Domingue les colons aient le plus souvent annihil l'ac-
tion des missionnaires, don't l'enseignement leur sem-
blait dangereux et susceptible d'veiller chez les escla-
ves l'ide de l'mancipation ?
Qvnnt aux murs publique's, qui tudie le rgime
colonial il apparail clairement que les Hatiens, deve-
nus indpendants, n'ont fait que suivre en les grossis-
sant les erreurs et les fautes de leurs anciens matres.
Cet esprit inquiet de parties toujours prts fomenter la
guerre civil, les malversations des fonctionnaires, le
dsarroi d'une socit o il n'y a ni carrire suivie,
ni classes dlimite, o tout est vague, confus, chan-
geant et embrouill, cette politique faite ,d'intrts indi-
viduels, bref tous les maux qui affligent notre pays
d'adoption et le font compare un volcan toujours
en activity, ne sont que l'cho prolong de la colonies.
Les rapports des Gouverneurs et Intendants, les plain-
tes des particuliers, les insurrections de 1723, de 1768
et les luttes si complexes de 1790 1802 le dmontrent
l'vidence.
Les Frres-Prcheurs, trop peu nombreux, mal orga-
niss, entravs dans leur ministre, eurent du moins le
grand mrite le s'exposer une mort prmature, sous
un ciel inclment o fivre june et fivre paludenne
les guettaient sans cesse dans les misrables huttes qui
leur servaient de presbytre, pour amener la foi les
esclaves et courber leurs fronts sous l'eau du Baptme.
Que ne puis-je m'tendre en loges et multiplier les
traits difiants ? sans doute en cueillerait-on dans les
archives de l'Ordre ? Jusqu'ici elles demeurent introu-










vables (1). J'ai d me contenter des Archives des Colo-
nies et de la Bibliothque Nationale. Or les documents
officials signalent les besoins et les dsordres, portent
les rglements, mais ne dcernent pas des prix de vertu.
Aurait-il mieux, valu passer sous silence quelques
pices fcheuses pour la Mission des Jacobins ? Ce se-
rait inutilement fausser l'histoire, et l'Eglise n'a jamais
craint la vrit : sa divine beaut ne peut tre ternie
par le relchement d'un group infime de ses ministries.
Puisse cette lecture, chers confrres, vous procurer
un rconfort dans vos labeurs. Le spectacle des misres
du pass fait mieux ressortir les progrs accomplish et
allge les tristesses de l'heure prsente.
Qu'il me soit permis d'exprimer ici ma vive gratitude
M. Pierre de Vaissire, qui me facility l'accs des Archi-
ves Coloniales et y guida *mes recherches avec la comp-
tence la plus claire et la plus gracieuse. Son tude sur
la Socit et la Vie croles Saint-Domingue d>evrait
tre entire les mains de tous les missionnaires. Merci
aussi mon ancien vicaire, le P. Sibril, qui m'a consacr
plusieurs semaines de ses vacances pour acclrer la com-
pilation de ces Notes.




-----




(1) Monseigneur l'Archevque de Port-au-Prince voulut
bien s'en informer la Maison gnrale, Rome. De mon
ct je consultai le R. P. Faucher qui s'occupe depuis
plus de trente ans de runir des documents sur,les Domi-
ni~pins des provinces de France. La plupart des Archi-
ves ont t saccages durant la Rvolution, ou gares
dans les diffrents transferts de Rome Paris sous Bona-
parte et sous la Restauration. D'autres giseraient dans les
greniers du Vatican, non classes et par l mme inabor-
dables.












































S. G. Monseigneur MORICE
i" Evque des Cayes











Livre premier


CHAPITRE I.

)cadence de la colonie espagnole. Les Franais
Saint-Christophe : la Cie des Seigneurs d'Amrique.
- Arrive des Capucins et des Dominicains aux Iles.
- Conqute de la Tortue; arrive des Carmes. Les
Franais s'tablissent dans l'Ouest et le Sud de Saint-
Domingue. -- Etat du clerg en 1681. -- Capucins,
Jacobins et Carmes se partagent les paroisses, aids
de sculiers. Correspondance des Gouverneurs. Les
P.P. Pierre-Paul et Cabasson, Prf. Apost. des Jaco-
bins, visitent Saint-Domingue (1696-1702). Les Car-
mes reconmands par le Gouverneur. Arrive des
Jsuites et partage de la Mission en deux Prfectures
Apostoliques.

I
Christophe Colomb, abordant en Hati le 6 dcembre
1492, l'appela du gracieux nom d'Hispaniola et entre-
prit immdiatement la construction de la ville d'Isa-
bella. En 1496, son frre Barthlemy commenait l'ta-
blissement de celle de Santo-Domingo, don't la cath-
drale actuelle remote 1540.
En 1504, quinze villes ou bourgades taient dj fon-
des et habites par les Espagnols. Les Juifs, les Mau-
res, les nouveaux convertis et tous les trangers en
taient soigneusement exclus.







-2-


Les premiers missionnaires qui accompagnrent les
Espagnols furent les Dominicains et. les Franciscains,
et ds 1511 le roi Ferdinand obtint de Jules II l'rec-
tion de Santo-Domingo en archevch et de la Concep-
cion en vch suffragant.
Les mauvais traitements infligs aix Indiens indi-
gnrent les Frres-Prcheurs qui porlrent plainte la
Cour d'Espagne. Les P.P. Antoine Montsino et Pierre
de Cordoue furent les plus ardents faire entendre
leurs protestations, et le clbre Barthlemy de Las Ca-
sas traversa plusieurs fois les mers pour soutenir la
cause des opprims (1).
Emu de ces dolances, le cardinal Ximns, rgent du
royaume, charge trois Pres Hironymites de fire
une enqute sur place et de prparer une solution
(1516). Mais le Cardinal ne tarda pas suivre Ferdi-
nand dans la tombe el Charles-Quint, influence par les
Grands de la Cour, >e dclara pour les ( repartimien-
tos n, ou rpartitions entire les colons des indignes qui
n'auraient pas fourni le tribute de 25 livres de coton ou
tell quantit d'or dtermine.
La race carabe, dgnre et paresseuse, incapable
d'efforts soulenus, ne tarda pas succomber aux tra-
vaux .des mines et des plantalions. Son extinction tait
imminent : en trente ans, le chiffre de sa population,
valu un million, tait rduit quelques milliers.
La cupidit des conqurants est due et cherche un
expdient; l'endurance des Africains est dj connue
par experience et leur introduction en masse se dcide.
Charles-Quint signed une ordonnance, permettant d'en

(1) Las Casas devint ensuite vque de Chiapa (Mexique)
o il poursuivit les mmes charitable luttes contre ses
cruels compatriotes.







-3-


importer 4.000. Le seigneur flamand qui est concd
ce privilege le revend aux Gnois pour la some de
25.000 ducats. C'est le commencement de 1' assiento,
ou traite des ngres.
Cependant la colonisation de Cuba (1511), du Mexi-
que (1519), du Prou (1531), de l'Argentine (1535), du
Chili (1540) dtourne les Espagnols d'Hispaniola. La
parties occidentale est d'abord dserte. Un dcret de
Charles V promulgu Santo-Domingo en janvier 1544
permet tout Espagnol de quitter l'le, et l'abandon
est si rapide que, suivant Southey, en 1545 il n'y reste
que 1100 mes..
La population s'augmente dans la suite, lentement
Au commencement du XVIIe sicle on y compete 14.000
personnel libres, un peu plus d'esclaves, et 1.200 noirs
fugitifs tablis dans les forts, de l'intrieur, sur une
montagne inaccessible d'o ils ranonnent le pays en-
tier et la capital elle-mme. Santo-Domingo se com-
pose de 500 maisons. Elle demeure la mtropole des
Indes Occidentales, glorieux titre qui la console d'tre
une ville morl..

II

En 1625, Pierre d'Esnambuc, gentilhomme normand
que ses belles actions avaient. fait nommer capitaine
des vaisseaux du Roi, fatigu de ne rien faire pour son
Prince et pour lui-mme, quipe ses frais un brigan-
tin arm de quatre canons et quelques pierriers. L'-
quipage est form d'environ 60 homes, bons matelots,
soldats disciplines, avides d'exploits et d'aventures.
Parvenu aux Antilles, il est attaqu par un gallion espa-
gnol fort de 36 canons et 400 hommes qu'il met en d-
route aprs lui avoir tu ou bless la moiti de ses gens.







- 4-


Mais le capitaine franais a lui-mme 20 homes tus,
autant hors de combat, et le brigantin est tellement
fracass qu' peine tient-il la mer. Il se rfugie l'le
Saint-Christophe, qu'il juge habite seulement par les
sauvages Carabes. Il y trouve douze quinze Fran-
ais, que la tempte y a jets. En moins de trois semai-
nes, les blesss sont guris et nos hardis marines entre-
prennent la culture de la terre o il ont chou.
Peu de jours aprs, un capitaine anglais, Overnard,
mouille dans les mmes eaux et dbarque dans un quar-
tier oppos celui des Franais. Anglais et Franais
s'accordent, font alliance contre une invasion d'Indiens
et dcident de se partager 'ile avec l'agrment de leurs
Rois.
Aprs huit mois de sjour, d'Esnramibuc et son ami du
Rossey partent pour France, laissant Saint-Christophe
80 homes, un chapelain, l'abb Mabire, et des ca-
nons .Le cardinal de Richelieu, qui nos explorateurs
prsentent les products de l'le, tabac, acajou, cdre,
etc..., leur donne des lettres-patentes pour tablir une
colonie dans les Antilles et fonde l'association des
Seigneurs de la Compagnie des Iles d'Amrique. (31
oct. 1626). Ds ce jour un premier fonds de 45.000 li-
vres est constitu, don't 10.000 souscrites par le Car-
dinal.
Dans la suite, pour compenser les avances qu'elle a
faites, le Roi accord la Compagnie le monopole du
traffic dans toutes les miles qu'elle habitera ou dcou-
vrira. Elle a la charge d'entretenir 2 ou 3 ecclsias-
tiques dans chaque habitation et de leur fournir gli-
ses, livres, ornements..., leur prlant appui poum
amener les sauvages la foi catholique.
.En outre, on ne fera passer s-dites colonies et
( habitations aucun qui ne soit natural franais et ne









, fasse profession de la Religion catholique, apostoli-
que et romaine ; et si quelqu'un d'autre condition y
passait par surprise, on l'en fera sortir aussitt qu'il
sera venu la connaissance de celui qui comman-
( dera dans l'le. (12 frvr. 1635).
Cette clause Ju contract exprimant la volont formelle
du Roi sera confirme par un dit de mars 1642 : Et
d'autant que le principal objet des colonies doit tre
la gloire de Dieu, les Associs ne souffriront dans les
Iles tre fait exercise d'autres religions que la Catho-
" lique, apostolique et romaine, et front leur possible
pour obliger les Gouverneurs et officers des Iles
y tenir la main el pour travailler incessamment la
conversion des sauvages (1).

Ill
En 1635, la Compagnie qui jusqu'alors s'tait service
de sculiers pour l'administration spirituelle de la
colonie, y envoie des Capucins de la province de Nor-
man:lie. Ces saints religieux rveillent tellement la
pit des habitants que la colonie en est toute transfor-
me, el le people s'accrot avec une rapidit si admi-
rable qu'il faut songer prendre possession d'autres
terres.
Le 25 mai, MM. de Loline et du Plessis imposent
la Martinique l'autorit du Roi et de la Compagnie. Le
28, ils descendent la Guadeloupe.
Outre 150 passagers ou habitants et 400 engags (ou
domestiques enrls pour trois' ans), quatre Frres-
Prcheurs du couvent du faubourg Saint-Germain font
parties de l'exp6dition : les P.P. Pollican, Bresson,

(1) Du Tertre. Hist. gn. des Antilles, t. III., p. 421 (di-
tion 1658).








-6-


Bruchy et Griffon, tous gens savants, d'une grande
pit et d'un zle admirable (1) . En date du 12 juillet
Urbain VIII leur accord des pouvoirs trs tendus et
cette poque rarement concds (dispenses de maria-
ges, conscration des calices, clbration de la messe
avec pierre brise et sans reliques, etc...).

IV
Au dcs de M. d'Escambuc, la Compagnie lui donne
poir successeur le Commandeur (le Poincy (1638). Sous
son gouvernement a lieu la conqute de l'le de la Tor-
tue, situe 3 lieues environ de la cte nord de Saint-
Domingue. Cette le servait de retraite aux flibustiers
anglais et franais qui couraient sus aux btiments
espagnols : vainqueurs, ils y transportaient leur butin.
vaincus ils y trouvaient un asile assur contre la pour-
suite de leurs ennemis.
Le mmoire adress par M. de Poincy la Compa-
gnie des Seigneurs des Iles de l'Amrique signal qu'un
capitaine anglais y avait amen 300 de ses, compa-
triotes pris l'le de Nives, prs Saint-Christophe, et
s'tait improvis Gouverneur de la Tortue. Anglais et
Franais vivent d'abord pacifiquement cte cte.
Bientt, cesse cette bonne intelligence ; les premiers,
plus nombreux, perscutent leurs allies et en rejettent
une grande parties sur la cte de Sain!-Domingue. Ils
confisquent ensuite une barque expdie de Sa-int-Chris-
tophe par M. de Poincy pour s'approvisionner.
L'honneur personnel du Commandeur et l'honneur de
ses nationaux injustement lss rclament prompted ven-
geance. C'est en outre une occasion favorable de d-

(1) P. Labat. Nouveaux voyages aux Iles d'Amrique,
t. v. p .36 (dition 1742).








-7-


barrasser Saint-Christophe, sans leur faire affront, des
protestants qui s'y sont, glissEs. Un btiment est frt,
et M. Le Vasseur dsign pour le commander : 49 hom-
mes d'quipage, la plupart huguenots, sont placs sous
ses ordres (1).
A.vant d'attaquer l'ennemi, l'expdition stationne
trois mois Pori-Margot et, n'obtenant pas satisfac-
tion, renforce de 50 60 boucaniers dissmins sur la
cte Saint-Domingue, elle se prsente devant la Tortue
la fin du mois d'aot 1640. Les Franais qui se trou-
vaient dans l'le prennent les armes de leur ct, et les
Anglais s'enfuient prcipitamment.
Mais parjure au trait conclu avec M. de Poincy et
don't le premier article stipulait la libert de conscience
pour les deux religions, M. Le Vasseur dfend aux
catholiques l'exercice de leur culte, brle leur cha-
pelle, et chasse deux prtres, un sculier et un Capucin
qui, rfugis dans l'le aprs une furieuse tempte, y
faisaient functions de chapelains. Il est vrai qu'il ex-
pulsa !aussi son ministre protestant de sorte que, d-
pourvus, de pasteurs, les habitants l'exemple de leur
chef vivaient sans aucune sorte de culte.
Cette situation dura douze annes, au bout desquelles
les colons, irrits par ses violence et sa rapacit, assas-
sinent leur chef. Perc de coups, il s'crie : C'est
< assez qu'on m'amne un prtre, je veux mourir
catholique et il expire en disant ces mots (12 juil.
1652).
Les dernires paroles de M. Le Vasseur indiquent la

(1) Le mmoire de M. de Poincy ne signal que ces 49
hommes d'quipage et ceux qui furent ramasss sur les
lieux, le tout revenant au nombre de 100 hommes. -
Suivant le P. Labat, 50 catholiques de Saint-Christophe
auraient t adjoints cette troupe.







- 8 -


presence d'ecclsiastiques sur la grande terre de Saint-
Domingue, vis--vis de la Tortue. On affirme, en effet,
que les Capucins s'y taient rendus ds 1650.
En mai de la mme anne, des Lettres-patentes dii
Roi avaient permis aux Pres Carmes de la province
de Touraine de faire le ministre Saint-Christophe et
autres lles franaises. Le P. Ambroise de Sainte-Anne
est leur tte.
V
Le chevalier de Fontenay, nomm par M. de Poincy
au commandement de la Tortue, y rtablit la religion
catholique, btit une glise, et gouverne avec tant de
prudence, de douceur et de fermet que le nombre des
habitants progress trs vite. Mais la paix est de court
dure. Les Espagnols se prcipitent sur la Tortue, s'en
rendent matres et y laissent une forte garnison
(fin 1654).
Du moins ce dsastre entrane-t-il d'heureuses cons-
quences. Chasss de leur asile, flibustiers et boucaniers
fondent sur la grande terre et dbusquent les Espagnols
le tons les ctes comprises entire Grand-Goave et Ti-
buron pour y tendre leurs chasses et leurs boucans.
Ils bauchent mmes quelques cultures dans la grande
plaine (le Logane, et ds ce moment le port du Petit-
Goave se rend fameux par le commerce des cuirs et
du t'abac, et parce que les flibustiers y amenaient les
r rises faites sur les Espagnols (1)

(1) (Exmelin dit que les Franais vinrent en 1656 habiter
la Grande-Anse, 150 lieues des Espagnols, afin de culti-
ver en scurit et d'viter ces ennemis acharns qui avaient
dtruit tous le!rs troupeaux la Tortue. Cette region
leur tait dj connue. L'escadre de M. de Cahuzac s'tait
rallie dans les eaux de Tiburon en 1629 et y avait dbar-
qu quelques homes du 6 au 20 octobre pour explorer le
quarter.







-9-


Cependant la Tortue est reprise par 600 Franais
(1656).
Aprs M. du Rausset, gouverneur, et un intrim du
sieur de la Place, M. d'Ogeron, qui habitat dj Port-
Margot, est mis la tte de la colonie, sur la recom-
mandation de M. de Clodor, gouverneur de la Marti-
nique (1665). Quatorze annes de sage administration
l'ont fait nommer le pre et le vritable fondateur de
la colonie de Saint-Domingue.
C'est cette poque qu'il faut rapporter les ta-
blissements du Sud. Aprs avoir visit Yaquimo, qu'ils
prononcent Aquin, et chass dans l'le que l'tonnante
multiplication de la race bovine avait fait appeler l'Ile
-Vaches, quelques boucaniers franais se fixent dans
la grande plaine qui lui fait face. En mme temps se
forme le quarter des Nippes (intervalle compris entire
Miragoane et Baradres).
Les dbuts de ces tablissements font concevoir de si
belles esprances que, ds 1669, M. d'Ogeron propose
au Ministre d'ouvrir un chemin de Petit-Goave Aquin
(dpense value 4.000 livres) et de le jalonner de 3
ou 4 cabarets (cot : 50 livres chacun). Il announce en
mme temps l'utilit d'une route allant d'Aquin Port-
Salut.
Avant 1670 des Carmes desservent les deux paroisses
des Nippes et du Rochelois.
Nous trouvons des concessions accordes dans les
Nippes en 1673 par M. Renou, major en l'absence de
M. d'Ogeron d'autres au Fond-des-Ngres en 1677.







- 10 -


VI

A M. d'Ogeron, Inort en 1676, succde M. de Pouan-
cey. Sa correspondence avec Colbert nous renseigne
sur l'tat de la Mission.
Une chose important au bien de cette colonie, c'est
d'avoir des prtres de mrite et de vertu. J'ai invit
( autant que j'ai pu les religieux Capucins qui sont
" ceux qui me semblent de la meilleure vie et du moin-
e dre intrt; quelques-uns y sont morts, d'autres
( n'ont pas voulu y rester disant qu'ils n'taient pas
nourris come en France. Il n'y en a plus qu'un, qui
" vil exemplairement el qui a dpch en France un
frre de son ordre pour solliciter les Provinciaux
d'envoyer ici des missionnaires.
( Le Pre Suprieur des Jacobins de la Martinique a
envoy cette cte un de ses religieux pour savoir si
l'on voudrait faire un fond en chaque quarter pour
leur subsistence; ils ont tmoign qu'ils ne pourraient
subsister avec les 3 ou 400 cus qu'on est accoutum
de donner, parce qu'on paie en tabac, qui produit trs
peu d'argent en France... Il serait cependant fort
propos d'avoir ici des religieux de deux ordres afin que
l'mulation les obliget s'acquitter qui mieux mieux
de leur devoir, et il est honteux de voir ici des prtres
aussi lbauchs que ceux qui y sont. La plupart sont
des apostals sortis de leur couvent par libertinage, et
l'on a peu de respect pour eux (1) . (30 janv. 1681).
Le mmoire du Conseil des Officiers joints aux
principaux habitants indique : Ily a 13 chapelles

(1) Corr. gn. de Saint-Dom. Arch. des Colonies. C9. -
Toutes les lettres des Gouverneurs et Intendants auxquelles
nous front des emprunts appartiennent cette Correspon-
dance gnrale, qui content environ 400 cartons.






Dnombrement gnral de la Tortue et Gte St-Dominique
en Mars 1681

Matres Serviteurs Ngrillons Multres
QUARTIERS de Cases Femmes Enfants libres Engags Ngres Ngresses &Ngrllles &indiens TOTAUX
Ile de la Tortue.......... 75 33 72 19 69 58 22 9 47 374
Quarter du Cap.......... 451 142 137 137 772 144 132 37 20 1972
du Port de Paix.. 88 42 57 93 160 159 117 81 11 808
de Logane....... 356 91 77 68 381 350 173 68 34 1598
Petit et Grand Goave.... 237 68 42 118 119 188 178 80 66 1096
Nippes et Rochelois..... 122 33 29 26 24 98 53 13 23 421
Grand'Anse et Grande Rivire 71 22 24 16 30 49 35 17 16 280
de l'Ile--Vaches.. 21 4 10 17 15 9 23 99

TOTAUX.. 1421 435 438 477 1565 1063 725 314 210 6648

Soit 6.648 personnel, don't 2.970 Franais capable de porter les armes, outre
1.000 1.200 Flibustiers qu'on peut runir en quelques mois.








- 12 -


Servant de paroisses, desservies par huit prtres don't
" la plupart sont extrmement libertins et de mauvais
example.
Le tableau ci-annex du recensement gnral de la
Tortue et Cte Saint-Domingue indique les posters fon-
ds et leur population : 6.648 personnel parses sur
300 lieues de ctes. Le clerg se recrute de la faon la
plus imprvue. Les Capucins ont presque abandonn la
Mission, dcourags par les premiers essais; les Car-
mes occupent tantt un quarter, tantt l'autre et se
prparent fonder la paroisse de la Grand'Anse. Des
sculiers d'aventure et des moines dfroqus occupent
quelques jours les cures vacantes. C'est un va-et-vient
continue. Aucune autorit ecclsiastique ne prside
l'administration spiriluelle de la colonie, partant au-
cune stability dans les cadres qui varient tous les mois.
Suivan; les Notes Historiques de M. de Saint-Mry, en
mai 1681 ils comportent :
Petit-Goave 1 chapelle et 1 Capucin.
Port-!e-Paix 1 chapelle et 1 Capucin.
Le Cap -- f chapelles et 3 prtres don'tt 1 Cordelier,
1 Bernardin, I sculier).
Nippes 1 chapelle et 1 service.
Jrmie 1 chapelle sans prtre.

VII

L'anne suivante il ne reste plus aucun Capucin
dans Vile, crit M. de Pouancey au Ministre, et il ajou-
te : ,, J'ai appris que le R. P. Provincial de Normandie
, en a fait embarquer, quatre depuis peu, qui doivent
" tre incessamment suivis de quatre autres, pourvu
,( qu'on leur donne le moyen de faire le voyage.
(1682).







- 13 -


Une lettre instructive de MM. de Saint-Laurent et
Bgon, date de Logane (22 nov. 1684) et adresse au
Suprieur gnral des Capucins tmoigne des disposi-
tions assez contradictoires des habitants, aussi empres-
ss rclamer des prtres qu' les maltraiter, et an-
nonce la venue des Jacobins Saint-Domingue.
Les Administrateurs viennent de dfendre aux habi-
tants do chasser leurs curs, ce qu'ils faisaient leur
gr jusqu'ici, les considrant comme des serviteurs
gages , et ils ont charge un marguillier de faire
la perception pour pargner aux Pres les mille cha-
grins de cette qute... Quelques Pres ont impos des
pnitences publiques des femmes coupables d'adul-
tre; les habitants s'en sont grandement plaints, di-
sant qu'ils ne doivent pas tre traits plus durement
qu'en France... Il est opportun de les rappeler
plus d'exactitude dans la tenue des registres de bap-
tmes et de marriages. En outre, ils sont pris de
s'entendre avec les autres religieux et les sculiers
pour l'uniformit du Rituel, qui sera le remain, et
pour la rgularit des prnes ainsi que le nombre des
jenes...
Les sommes payes pour enterrements, baptmes,
marriages, messes et annuels sont excessive, ce qui
dtourne les habitants de prier pour leurs morts. M.
< de Baas, gouverneur gnral des Iles, avait fait ds
1671 un rglement pour ces sortes de choses. Mais
comme tout est plus cher la cte Saint-Domingue,
nous avons ordonn qu'on paierait double.
Le petit Goave propose 500 cus pour deux reli-
gieux don't il a besoin. Outre cela, le casuel qui est
considerable.
( Les habitants de Grande-Anse, Nippes et Rochelois
< promettent 800 cus pour trois religieux. Ils n'ont







. 14 -


aucun prtre pour cette vaste tendue de terrain.
( Je ne vous parle point des quarters de Logane,
des Sources et (lu grand Goave, parce que les Pres
Jacobins y ont dj deux religieux et en doivent en-
core envoyer trois autres moyennant 1.300 cus par
, an qu'on leur a promise pour ces cinq religieux.
Le quarter du fond de l'Ile--Vache doit tre des-
, servi par un prtre sculier, qui se content de 12.000
livres de sucre que sa Majest lui fera payer, les
habitants tant. si pauvres et en si petit nombre qu'il
leur est impossible d'entretenir un religieux.
Une note en marge de cette lettre indique que, les Ca-
pucins n'ayant pas un personnel suffisant pour accep-
ter les postes vacants, il a t rsolu de confier trois
Carmes la Grand'Anse, les Nippes et le Rochelois.
Le mme document nous apprend que les Capucins
sont au nombre de 6, alors qu'il en faudrait 16 pour
rpondre aux dsirs du gouverneur et des habitants.
La pnurie des prtres entrane l'instabilit du ser-
vice et le dsarroi des paroisses. L'abb Mamiel qui a
pris possession de la cure du Fond de l'Ile--Vache en
1684 meurt la fin de 1685 (1). Le Ministre ordonne
de lui donner un successeur : on n'en trouve pas... Le
quarter de la Grand'Anse est aussi dshrit : On
avait envoy trois Capucins pour la cte de Saint-Do-
mingue, mais deux sont rests aux Iles du Vent. J'ai
t oblig, en attendant, de, mettre dans les cures du
Cap, destines aux Capucins, deu Carnnes qui
taient au quarter de la Grande-Anse, lequel a t
" abandonn... Or les Cannes prlendeint que lesdites
< cures leur appartiennent, les ayant desservies le


(1) Lettre de M. de Cussy au Ministre. 1er janv. 1686.








- 15 -


" premiers, et disent qu'ils sont prts les quitter
s'il y tait mort des Capucins a.uparava-tl (1). ,
Peut-tre le peu d'empressement des religieux se
rendre dans la colonie s'explique-t-il par le dnuement
qui les y 'attend ? Le Ministre se plaint en effet M. de
Cussy qu'on les laisse manger de la cassave et boire
de l'eau et l'exhorte contraindre les habitants
payer leur cotisation (7 oct. 1688).
On voit combien peu les instructions de MM. de Saint-
Laurent et Bgon ont t obies. Le Roi, ses ministres,
ses reprsentants Saint-Domingue multiplieront d-
crets, ordonnances, dits : qui se croira tenu s'y con-
former ? L'expos de M. Du Casse en 1692 content une
nouvelle preuve du sans-gne des colons.
Les paroisses sont desservies par trois Ordres ; il
y en a 2 Logane qui sont aux Jacobins, 1 aux Car-
mes, et tout le reste aux Capucins... L'une des Jaco-
< bins est sans pasteur, celle des Carmes aussi. Il y
en a 4 aux Capucins qui sont dans le mme tat au
quarter du Cap, ce qui procde de pauvret, de
mortality et d'irrvrence qu'on a eue pour les reli-
gieux... Il y aura une forme donner en faisant
payer ces religieux par les tats du Roi et viter les
contests habituels entire religieux et habitants. Je
trouverai moyen de ddommager Sa Majest de cette
dpense (2) .
Suivent des demands de secours en faveur des gli-

(1) Lettre du mme au Ministre. 13 aot 1686.
(2) Le mme au Ministre (28 octobre 1692) : Il est port
sur les tats du Roi depuis 1687 une dpense de 1.080
livres pour deux aumniers, l'un de l'Ile--Vache et l'au-
tre du chteau de Port-de-Paix. Comme ces deux cures
n'ont pas t remplies, ces fonds appartiennent Sa
Majest, la reserve de deux annes qui me sont dues
< pour mon aumnier.








-- 16 --


ses du Cap qui ont t pilles et manquent d'ornements
d'glise : le P. Victor, Suprieur des Capucins, a dj
reu 300 livres du Roi et le Gouverneur demand au
Ministre de doubler ce subside (1693).
Un incident cont par M. du Casse au Ministre (1699)
montre avec quel soin jaloux les Congrgations dfen-
daient leurs droits, malgr leur manque de sujets. Il est
vrai qu'en cette circonstance on ne peut donner tort
aux religieux, mais n'auraient-ils pu profiter des ren-
forts ventuels qui se prsentaient ? Sur la demand
des habitants, j'ai install un prtre, aumnier
< bord du Dragon, come cur de d'Acul du Petit-
Goave, au fond du port de cette localit. Comme cette
cure est proche de la leur du Petit-Goave, un Capu-
cin, accompagn d'un Jacobin de Logane, est venu
me reprsenter qu'aucun prtre ne pouvait occuper
de cures en ce pays sans l'obdience de Sa Saintet...
Je lui ai rpondu que le Roi donnait les cures et le
Pape les pouvoirs. Mais il s'est prtendu bon tholo-
, gien et ne reliever que de Rome... J'ai toujours con-
nu que les religieux ont tous la prtention qu'ils ne
doivent qu'au Pape...
Puis il m'a demand la cure de Port-de-Paix qui
est occupe par un prtre; je lui dis qu'il pouvait y
envoyer un religieux et que j'ordonnerais au prtre
( de l'installer...
Il y a un prtre l'Islel Saint-Louis, o il est
rest (1). Je lui ai ordonn d'aller la grande terre
pour le service des habitants...

(1) Il s'agit ici du fort de Saint-Louis-du-Sud bati sur
un flot. La, Compagnie de Saint-Domingue, qui avait
obtenu, en septembre 1698, la concession de la face mri-
dionale du Sud, de Tiburon Neybe, avait choisi ce point
pour chef-lieu de ses tablissements. L'aumnier du fort






































Une Case


Mapou Lascahobas







- 17 -


La discussion canonique du Gouverneur et des reli-
gieux veille ces questions : d'o les diverse congrga-
tions qui -essayent de s'implanter Saint-Domingue
tiennent-elles leur mission ? Quelle est leur organisa-
tion ?
Toutes nos colonies des Antilles sont encore en for-
mation : Martinique, Guadeloupe, Saint-Domingue,
Grenade, Marie-Galante, Sainte-Croix, les Saintes.
Quatre ordres religieux s'y rencontrent : Capucins,
Doninicains, Jsuites, Carmes.
Chacune de ces Congrgations, hormis celle des Car-
mes, a son Suprieur Gnral pour les Iles, ayant le
titre de Vicaire Gnral et Prfet Apostolique, en rsi-
dence la Martinique. Chaque le particulre est diri-
ge par un Suprieur local, ayant le titre de Vice-Pr-
fet, et les congregations sont compltement indpen-
dantes les unes des autres. Elles relvent directement
de la Propaganle, sans aucune attache avec les Ev-
ques de France. Aucun des Prfets n'a le pouvoir de
confirmer.
Ds les dbuts de la colonisation, la Martinique et
la Guadeloupe sont beaucoup mieux desservies que
Saint-Domingue : en 1694, alors que celle-ci n'a que 2
3 Jacobins et 6 Capucins, la Martinique a 12 Jaco-
bins et la Guadeloupe 5, outre les Jsuites (1) et les

remplissait en mme temps les functions curiales et en
outre se rendait parfois la chapelle tablie primitive-
ment sur le bord de la rivire d'Aauin, qui fut ensuite
transfre la rivire Dormante (aujourd'hui Vieux-
Bourg).
(1) En 1658, les Jsuites obtiennent des Lettres patentes
du Roi, leur assurant 5.000 livres de secours pour leurs
Missions et leur permettant de possder terres et maisons
et de s'tablir dans toutes les ou terres franaises. Ils n'a-
borderont eh Hati qu'au dpart des Capucins, en 1704.







- 18 -


Carmes. L'organisation plus rapide des petites Antille.s
s'explique aisment : d'un ct les Franais sont les
premiers occupants, n'ayant repousser que les insur-
rections des Indiens de l'autre ils ont usurp les
possessions espagnoles et dtruit les prtentions anglai-
ses, en sorte que leurs droits sur la parties occidentale
d'Hispaniola ne sont affermis qu'en 1697, par le trait
de Ryswick. A cette raison tient la supriorit incon-
testable, au point de vue des meurs et de la religion,
des colons des petites Antilles.

VIII

En 1694, le P. Camels, Prfet Apostolique des Fr
res-Prcheurs, meurt de la fivre jaune Saint-Tho-
mas, au moment o il se dirigeait vers Saint-Domin-
gue pour y faire sa visit canonique. Son compagnon,
le P. Loyer, l'assiste ses derniers moments.
En attendant que les Provinciaux de France en dsi-
gnent un autre, le P. Cabasson, suprieur local de la
Martinique, esl lu par ses confrres Suprieur gnral
des Iles.
Le nouveau Prfet arrive le 2 janvier 1696 : c'tait
< le P. Pierre-Paul, ancient Suprieur de la Martinique,
, religieux de mrite, de beaucoup de zle, et d'une
charit pour les pauvres qui aurail servi de modle
tout Je monde, si elle avait l accompagne de
, prudence el de discrlion (1) . Il donnait en effet,
tant aux indigents qu'aux femmes de mauvaise vie qu'il
voulait retire du libertinage, des billets de sucre
prendre sur l'habitation des Pres avec une telle lib-
ralit que la fabrique ne pouvait faire face ses enga-


(1) P. Labat op. citat. t. I. p. 114.








- 19 -


gements : leur sucrerie tait de ce fait en deficit de
700.000 livres.
Un peu contrari sans doute par les remontrances
collectives de ses confrres, le P. Pierre-Paul dsi-
gne le P. Cabasson pour le supplier durant son ab-
sence et le remplacer en cas de dcs, et sans plus tar-
der s'embarque pour Sainte-Croix avec le P. Romanet.
Le gouvernement, royal venait de dcrter la suppres-
sion Je cette colonie et le transfer de ses habitants et
de ses esclaves Saint-Domingue, dans le dessein de
rparer les dommages causs par les flottes anglaise et
espagnole. Conformment cette decision, les Frres-
Prcheurs transportent les attirails de leur sucrerie,
avec 84 noirs, grands et petits. C'est avec ce secours
qu'ils fondent leur tablissemeni au quarter de la
Petite-Rivire, en Logane. Le terrain est pay pour
l.a plus granle partie par leur Mission de la Guade-
, loupe (1) ,.
Durant le sjour du P. Paul Saint-Domingue, M. de
Pointis, la tte de flibustiers de volontaires et de
noirs arms, entreprend une expedition contre Cartha-
gne. Le Prfet Apostolique l'accompagne pour soigner
les malades et administer les sacrements. Au retour,
il est captur par les Anglais bord du vaisseau-hpital
et amen la Jamaque, o il est trait avec de grands
gards, tandis que M. de Pointis l'accablait de calom-
nies indignes. Les Anglais l'auraient aussitt renvoy
" Saint-Domingue ou Saint-Thomas s'il n'avait pri
" le Gouverneur de le laisser avec les prisonniers, bles-
, ss et malades, pour en prendre soin. Ce dvouement
(< augmenta encore la vnration qu'on avait pour lui
et lui donna le moyen de faire du bien. Enfin, n'y

(1) P. Labat. op. cit. t. I p. 234 et t. II p. 198.







- 20 -


tant plus ncessaire, le Gouverneur l'envoie Saint-
Thomas, combl d'honntets, de caresses et de pro-
visions pour son voyage (1).
11 rentre la Martinique aprs deux annes d'ab-
sence, le 6 janvier 1698. Ses confrres, demeurs sans
nouvelles et le croyant mort, avaient demand au G-
nral de l'Ordre un nouveau Suprieur, que l'on savail
dj arriv la Rochelle. Peut-tre mme tait-il em-
barqu pour les Iles.
Sans rcrimination, avec l'esprit de haute pit qui
le distingue, le P. Paul s'efface pour laisser place au
P. Pierre la Fresche qui arrive le 19 avril, accompagn
du P. Bdarrides.
Le nouveau Prfet, atteint du mal de Siam (ou
fivre jaune), succombe le 8 septembre de la mme an-
ne et est remplac par le P. Cabasson (mars 1699).
C'est en sa compagnie que le P. Labat effectue le
voyage de Saint-Domingue, cont avec une bonhomie
mle de finesse qui fait de sa relation la chronique la
plus attrayante. Les dtails auxquels il descend ressus-
citent aux yeux du lecteur la colonie naissante, avec
ses costumes tranges, ses graves dfauts, ses espoirs
et son pittoresque. Nous lui emprunterons plusieurs
descriptions typiques. Pour l'instant, arrtons-nous
la statistique qu'il nous donne du clerg.
Nos voyageurs dbarquent au Cap-Franaisle samedi
"l janvier 1701 : la cure est occupe par les Capucins,
et l'hpital par les Frres de la Charit (ou de Saint-
Jean-de-Dieu).
A Port-de-Paix ils trouvent un sculier, d'origine
basque, qui dessert en mme temps Saint-Louis-du-
Nord. Il fait ce trajet pied et s'occupe en outre de d-

(1) P. Labat. op. cit. t. IV p. 283.








- 21 -


fricher quelques carreaux de terre o il compete se reti-
rer lorsque les religieux pourvoiront sa cure.
Les Capucins, charges. de toutes les paroisses du
Nord, dtiennent en outre les Nippes, les Rochelois, le
grand et le petit-Goave, l'Acul.
Les Jacobins n'ont que l'Esterre, la Petite-Rivire et
le Cul-de-Sac, ayant pour curs les P.P. Navires, Su-
prieur local, Bdarrides, et Monory, du couvent Saint-
Honor (Paris). On leur offre les quarters de l'le--
Vaches et de Saint-Louis-du-Sud, qu'ils ne peuvent ac-
cepter, faute de sujets. Des sculiers remplissent ces
deux postes : l'aumnier et cur du fort Saint-Louis est
un prtre irlandais qui demand se retire, ce qu'on
ne lui permet pas avant qu'on ait trouv un rem-
plaant.
Le P. Navires, que son peu d'exprience et d'apti-
tude ont dcourag (1), rsigne ses functions et le P.
Bdarrides lui succde. Craignant qu'on ne lui impost
cette charge, le P. Labal s'lail empress de demander
son Suprieur la permission de rentrer la Guade-
loupe, o il ne parvint qu'aprs avoir t retenu pri-
sonnier par les Espagnols.
Au sortir de Saint-Domingue, le IP. Cabasson se rend
directement Rome et en revient porteur d'une Bulle
de Jubil qu'il est charge de publier (1702). Son man-
dat de Prfet Apost. termin, il se flattait d'tre main-
tenu pour une second priode de quatre annes, mais
le P. Bdarrides lui fut donn pour successeur (1703).
Le P. Labat, nomm en 1704 Vice-Prfet et Suprieur
local de la Martinique, fut dans la suite rappel en
France. Malgr ses instances, on ne l'autorisa pas re-

(1) Il avait lou 10.000 livres la sucrerie de la Mission qui
pouvait rapporter au moins 30.000. Son glise est d'ail-
leurs dans un tat lamentable.








- 22-


turner aux Colonies, sous le prtexte un peu vague
qu'il ne remplissait pas ponctuellement son ministre.
Habile et prudent administrateur, syndic de sa Mission,
il en avait assur la prosprit financire. Le Gouver-
neur le chargeait de surveiller les travaux publics et la
construction des forteresses. A la longue sa trop grande
influence aurait-elle port ombrage (1) ?


IX

Les Capucins ont dclar au Ministre l'impossibilit
o ils sont de fournir le nombre de religieux ncessaire,
et leur resolution d'abandonner Saint-Domingue (1703).
Ils, ont en effect des auxiliaires recruts au hasard.
Des difficults srieuses suscites par le P. Hubert ali
sujet du P. Grgoire, Carme, cur de Saint-Louis et de
Limonade, ont choqu les fidles. Deux Carmes (un
P. Michel et un P. Labal, cur de Quartier-Morin) et un
Bndictin (chapp du couvent de Saint-Ouen,
Rouen, o il tait procureur) ont donn de fcheux
examples et viennent d'tre interdits par les Capucins
et les Jacobins runis en assemble. Ces tristes vne-
ments, crit M. Anger au Ministre, sont causs par
, la facility recevoir ceux qui se prsentent pour
" remplir les places vacantes (le l'glise et de la jus-
" tice... Si le P. Maximin de Saint-Pierre, leur Sup-
rieur la Guadeloupe, tait Saint-Domingue avec
" les religieux de son choix come le P. Frdric qui
" est dans ladite le avec lui, ils difieraient dans les

(1) Le P. Labat forma dans la suite, au couvent de la
rue Saint-Honor, un muse d'histoire naturelle sans cesse
enrichi jusqu'en 1790, spcialement par le P. Nicolson.
C'tait une des curiosits de Paris. On trouve cet gard
d'intressants renseignements aux Archives Nationales.








- 23 -


( quarters qui leur ont t affects depuis longtemps,
don't le principal est Nippes...
,< Je vais donner avis au Provincial des Carmes d'en-
( voyer des religieux d'un ge plus avanc et. don't la
conduite soit mieux connue (les Suprieurs... Sa Ma-
jest pourrait lui accorder la reprise de sa Mission
" des Nippes et de la Grande Anse, laquelle on pour-
rait adjoindre le Fond-des-Ngres et l'lle--Vaches. Il
ne serait pas possible que les Jsuites puissent des-
servir de si loin les dpendances Ju Cap et celles de
,, Saint-Louis-du-Sud la fois, non plus que les Jaco-
:< bins les dpendances de Logane et celles des Nippes,
< qui occuperaient un nombre considerable de ces deux
Ordres diffrents. Ils parent ls present d'em-
player des sculiers, mais n s'y soumettront pas ;
" sans quoi il parat qu'un troisime ordre lverait ces
" difficults..., (Lettres du 15 sept. et du 16 nov. 1704).
On voit que M. Auger proposait son Gouvernement
de confier aux Carmes le dpartement actuel du Sud
en enlier l'Ouest aux Jacobins -- le Nord aux Jsui-
tes. Il est regrettable que ce plan n'ait pas t adopt.
Les Carmes ayant leur organisation distinct, n'tant
plus rduits au rle ingrat d'auxiliaires sans cesse d-
placs d'une extrmit l'autre de l'le, auraient
rendu de grands services, el les Jacobins charges d'une
circonscription amoindrie auraient pu fournir toutes
les cures de leur resort et remplir un ministre fcond.
Moins isols les uns des autres, plus attentivement sui-
vis par leurs Prfets, mieux soutenus et dirigs, leur
Mission et t fervente et zle l'gal de celle des
Jsuites. Ils ont trop prsum de leurs forces et la t-
che les a crass.








- 24-


X

Le partage est. ainsi fait en 1705 :
a) Aux Jsuites, la parties qui s'tend de Samiana au
fleuve de l'Artibonite ; (1)
b) Aux Jacobins, les quarters compris entire l'Arti-
bonite et le Cap Tiburon.
On a remarqu que jusqu'ici aucun ordre n'existait
dans la distribution des paroisses et que les Capucins
tendaient leur jurisdiction du Cap au Petit Goave et
aux Nippes.
De ce partage est exclue la Bande du Sud, c'est--
dire les quarters concds la Compagnie de Saint-
Louis. Faut-il y voir le dsir de sauvegarder les privi-
lges et attributions de la Compagnie ? l'intention de

(1) Les Capucins avant annonc leur prochain dpart, le
Ministre ordonne de rserver leurs remplaants le pro-
duit de la vente de leur habitation et totes autres valeurs
et effects qui seront consacrs l'utilit et l'ornementation
des glises qu'ils desservaient. (26 dc. 1703 et 27 fvr. 1704).
Le P. Girard, Suprieur des Jsuites, arrive au Cap le 18
juillet 1704. Les lettres-patentes du Roi tablissant les
Jsuites dans le Nord de Saint-Domingue leur accordent:
1.500 livres par an verses en France leur procureur ;
300 cus par an et par cur ;
300 cus par an et par religieux charge au Cap et
Port-de-Paix de l'instruction des noirs.
Les habitants fourniront dans chaque paroisse des loge-
ments pour deux religieux et deux domestiques. On leur
donne en outre un terrain pour btir la maison princi-
pale, et un autre pour tablir une habitation susceptible
d'employer 100 noirs. avec exemption de corves et de
garde pour tous leurs employs (18 mars 1705). On leur
alloue encore 2.000 livres et 4 esclaves, retenus sur les
biens des Capucins, pour aider leur installation. Enfin,
9.273 livres de la mme provenance sont consacres la
btisse de l'glise du Cap, hormis 1.000 livres employees
la rparation de l'Hpital (23 mars 1712).
Ajoutons, l'honneur des Jsuites, que ds 1706 leur
Provincial proposait au Ministre de renoncer la pension
des religieux si c'tait un obstacle au salut des mes et un
sujet de scandal pour les fidles.







-25-


rserver ces districts aux Carmes ? en tout cas ceux-ci
obtiennent l'glise du Fond-de-l'Ile--Vache et peu
aprs le Fond-des-Ngres, o M. du Paty btit une cha-
pelle sur l'habitation qu'il a achete et exploite tout
en dirigeant les travaux de defense militaire de Saint-
Louis.
En 1721 (2) la jurisdiction des Frres-Prcheurs est
recule vers le Nord-Ouest et vers le Sud-Est. On leur
confie toutes les terres qui forment aujourd'hui les d-
partements de l'Artibonite, de l'Ouest, et du Sud -
c'est--dire des Gonaves inclusive aux Anses--Pitre,
sur les frontires espagnoles.
Avec ce second partage, les deux Prfectures Aposto-
liques ont reu leurs limits dfinitives. Elles se dve-
lopperont normalement, et il serait fastidieux de les
suivre pas pas, anne par anne. Aussi nous attache-
rons-nous suivre dans son ensemble 1i Mission des
Jacobins.


Universit) af %Wri8 Librarlgs


(2) Lettres-patentes du Roi en date du 7 septembre.













CHAPITRE II


Organisation canonique. Rapports des Congrga-
tions entire elles. Chapelles prives. Recrute-
ment pnible et mortality excessive. Dates de
foundation des Paroisses.

I.

Tant que Saint-Dormingue dpendit du Gouverneur
Gnral rsidant la Martinique, la mission des Fr-
res-Prcheurs n'eut qu'un suprieur local subordonn
au Prfei Aposlolique des Jles. Les progrs de la colo-
nie l'avant fail doter d'une administration civil et
militaire distinct de celle des Petites-Antilles (1714)(1),
la mme volution s'opre au point de vue religieux.
La colonies est divise en deux PrfecTures Apostoli-
ques ; cell du Nord appartenant tantt aux Jsuites
(1704-1764), tantt aux sculiers (1764-1768) et faisant
retour aux Capucins (1768-1800) --- celle de l'Ouest et
Sud confie aux Jacobins (2).
Le Prfet Apostolique de ces derniers est lu tous les
quatre ans par le chapitre de sa Province, ensuite con-

(1) M. de rinac, chef d'escadre, fils de ce comte de Bl-
nac qui fut si longtemps gouverneur gnral des Iles
d'Amrique, est le premier Gouverneur gnral de St. Do-
mingue ne recevant d'ordres que de la Mtropole. Il prend
possession de son poste la fin de 1713. En 1719, M. de
Mithon, qui n'avait jusqu'alors que le titre de commis-
saire gnral ordonnateur, reoit celui d'Intendant.
(2) S. Dominique avait fond Paris le couvent de Saint-
Jacques, au commencement du XIIIe sicle, d'o l'appella-
tion de Jacobins communment donne aux Frres-Pr-
cheurs qui eux-mmes en usaient dans leurs crits.








- 27-


firmi c prsent au Pape par le Gnral de l'Ordre, qui
rside Hlome. Le Saint-Pre le nomme son grand
vicaire pour les les et lui octroie par bref la facult
Ole dispenser des empchements dirimants de marriage,
d'absoudre des cas rservs au Saint-Sige, de consa-
crer calices et pierres d'autel, de dire la messe avec
une pierre brise oi sans reliques, etc....
Il reste au nouveau dignitaire obtenir l'agrment
(le la Cour de Versailles, avec des lettres d'attache pour
l'exercice de ses functions. Arriv Saint-Domingue,
il prsentera ces Lettres et les fera homologuer au Con-
seil Souverain de Logane (1). Il les communique en-
suite aux religieux et aux sculiers desservant les cures
de sa jurisdiction.
D)sormais son aulorit esi entire, tant sur les reli-
gieux envoys par le Provincial la Mission, que sur
les sculiers qu'il agre titre d'auxiliaires.
Les desservants ne sont pas titulaires, mais amovi-
bles et destiluables la volont du Prfet Apostolique
" sans qu'il puisse lui tre apport aucun empchement
cet gard ,, dclare l'ordonnance (le Sa Majest.
Sollicits par les habitants, des missionnaires semblent-
ils considrer leurs cures comnue inamovibles ? s'en-
gagent-ils dans des, soins qui ne conviennent pas leur
tat, ngoce, culture, speculation ? Suivant les instruc-
tions rptes du Ministre de la Marine, les Administra-
teurs leur rappellent (u'ils ne peuvent contractor au-
cune affaire sans l'assentiment de leur Suprieur et
que celui-ci peut les dplacer son gr. : Le bon
,, ordre et la prudence contre les scandals ou dsor-
, (dres possibles demandent qu'on s'en tienne aux pre-

(1) Faute de ces Lettres, il ne sera pas reconnu par les
Administrateurs de la colonie : ce fut le cas du P. Dumay
qui fut renvoy en France par M. de la Roche-Allard (1725).








-28 -


miers rglements. (1) Le Prfet se plaint-il de
l'insurbordination de l'un de ses sujets ? ordre est
donn de l'embarquer immdiatement pour la France.
" Vous donnerez au Suprieur de la Mission tous les
secours don't il pourra avoir besoin pour faire recon-
natre son autorit. L'exprience n'a que trop fait
voir combien ce rglement est ncessaire pour con-
, tenir la plupart de ces religieux par rapport la
" subordination et l'obissance qu'ils doivent leurs
Suprieurs, et dans la conduit l'gard de leurs
, paroissiens et du public... Les Gouverneurs et Inten-
( dants se trouveraient eux-mmes fort embarrasss
, pour arrter certain carts s'ils n'avaient pas la
facility du recourse aux Suprieurs le la Mission. Il
, n'est pas prsumer d'un autre ct que les Sup-
, rieurs changent sans raison des curs qui se com-
porteraient bien dans leurs paroisses (2).
Le Prfet, tenant ses pouvoirs directement du Saint-
Sige, n'a aucun rapport hirarchique avec l'Archev-
que de Santo-Domingo, ni aucun autre dignitaire eccl-
siastique. Le Roi veillera au strict maintien de cette
indpendance.
Le pouvoir de confirmer n'est accord au Prfet
Apostolique qu'en 1780. On demand en mme temps
de lui donner une marque distinctive, durante munere,
soit une croix semblable celle des Abbs et des Cha-
noines de quelques chapitres ; de mme, le privilege

(1) P. Nicolson. Essai sur l'Hist. Naturelle de St. Domin-
gue p. 14 dit. 1776.
(2) Corr. gn. de S. Dom. Lettre du Ministre MM. de
Conflans et Maillart (1749). En ralit les Administra-
teurs airaient voulu s'immiscer dans les affaires religieu-
ses et dans les rapports du Prfet avec ses subordonns ;
ils n'obissaient qu' contre-ceur aux instructions du Mi-
nistre et gnaient souvent l'action des chefs spirituels.









de siger au Conseil Suprieur, come les Evques
dans les Parlements, ou comme les Abbs de St. Denys
et de Cluny qui sont conseillers-ns d'honneur au Par-
lement de Paris.
La residence habituelle du Prfet est une lieue (de
Logane, sur l'habitation qu'y possdent les Pres. Il
sollicita et oblint le transfer de sa residence Port-
au-Prince lorsque celte ville prit de l'extension, vers
1775. Les functions curiales de la Capitale sont inh-
rentes sa charge.


II.

La prfecture du Nord et celle du Sud sont compl-
tement indpendantes l'une de l'autre : chacune pousse
jusqu' la susceptibility la defense de ses droits dans
leur intgralit. Deux Jubils sont accords St. Do-
mingue : en 1702, le Prfet des Jacobins est charge de
le publier ; en 1728, le mme office est dvolu au Sup-
rieur des Jsuites. Dans les deux circonstances, malgr
la diplomatic employe, les autres Congrgations refu-
sent de recevoir le mandement de promulgation. Elles
ne se soumettent, sur les instances du Ministre et de
l'Intendant, qu'avec la clause nettement formule que
cette acceptation n'impliquera aucune prminence ou
supriorit de l'une sur l'autre.
Il demeure assez tonnant que les Cannes n'aient pu
obtenir une jurisdiction qui leur soit propre. Nous les
voyons, ds les dbuts de la colonie, fonder grand nom-
bre de postes, dans le Nord comme dans le Sud (1).

(1) Dans le Sud ils ont occup la Grand'Anse, les Nippes,
le Fond-des-Ngres, le Fond de l'Ile--Vaches, l'Acul du
Petit-goave. (Notes Histor. F. 132.)







- 30 -


Malgr leurs plaintes, on les dplace aisment, sans
ncessit imminent, et on a grand soin de les mainle-
nir dans leur rle ingrat d'auxiliaires, au mme titre
que les sculiers. Le P. Labat raconte plaisamment
comment il djoua les vises d'un Carme, le P. Ra-
phal, venu de la Guadeloupe la Martinique pour
visiter des paroisses vacantes o il esprait tablir des
religieux de son Ordre (1697). Plus tard, le P. de la
Neuville, Suprieur des Jsuites, dnonce le P. Flix,
Care travaillant sous sa direction, comme bravant
son autorit et s'efforant de crer un tablissement de
son ordre en y attirant ses confrres. Le Ministre en-
joint de l'embarquer pour France et ajoute : Le
Gouverneur et l'Intendant veilleront ce qu'aucun
< religieux ni sculier ne remplisse de functions eccl-
, siastiques sans y Ire autoris par les, Suprieurs
Sd(le SI. Doiningue. Ce ne sont pas ordinairement les
< bons sujets qui passent aux colonies sans mission.
(8 aot 1736). Les Carmes conservrent nanmoins
quelques poses jusque 1767 (1).
Les Frres de la Charit sont trs estims. Quelques
heurts rsultent nanmoins de leur voisinage. Sans
parler (le leur querelle avec le 'P. Boulin, nous en
sommes instruits par une lettre du Prfet des Jsuites
au Prfet (les Jacobins signalant la fausse situation
o s'engagent les Hlospitaliers. Ces religieux, mande-
t-il, accueillent pour aumniers des prtres interdils
par le Prfet ou des religieux n'ayant pas, l'obdience
de leurs Suprieurs : tel ce cordelier chass du Missis-

(1) Un arrt du Conseil d'Etat cette date rappelle que
le Prfet est libre de nommer et changer son gr sans
qu'on puisse y faire opposition , casse en consequence
les deux arrts du Conseil du Cap devant qui M. de Cas-
tellane s'tait pourvu et maintient le P. Coutiaux, Carme,
la cure de Dondon o l'avait nomm M. de Laroque.







- 31 -


sipi. Le Suprieur des Frres a bien montr ses privi-
lges l'autorisant choisir les aumniers qu'il lui
plaira. Mais a-t-il le droit de nommer ces functions
des ecclsiastiques indignes ? ces bons Frres ne sa-
chant pas le latin, peuvent-ils vrifier l'authenticit des
lettres d'ordination et des dmissoires qu'on leur pr-
sente ? Le Prfel des Jacobins, qui a aussi des sujets
de plainte contre les Religieux de la Charit, est pri
d'appuyer l'action du Prfet des Jsuites auprs des
tribunaux remains afin d'en obtenir quelques rgles
prcises et sres, au lieu de la rponse vasive prc-
demment reues (1).
III.
A des intervalles irrguliers quelques prtres rsid-
rent chez des colons titre de chapelains et, adminis-
irrent les sacrements dans leurs oratoires privs. Le
fait resort des plaintes des curs qui voient dans celte
ingrence illicite un obstacle la frquentation des gli-
ses paroissiales. Un orIre du Roi en date du 26 aot
1716 supprima ces chapelles.
En 1781, nouvelle ordonnance permettant aux habi-
lants de construire (les chapelles particulires et de
s'atlacher des aumniers. Le P. Duguet, Prf. Ap.,
protest centre cette measure, allguant que ces aum-
niers ne peuvent tre que de mauvais sujets ne trouvant
aucune place dans leurs diocses. S'affranchissant de
toute autorit, ils mettront le trouble dans les paroisses
en s'occupant de catchisme et de Baptmes. Il ajoute
que Louis XV avait dj dfendu ces chapelles particu-
lires par une ordonnance express, et que deux habi-
tants seulement ont profit de la nouvelle autorisation
accorde.
(1) Arc. Colon. Coll. F4 30 avril 1756.







-3S-


IV.

Durant toute l'poque colonial les rapports des Ad-
ministrateurs se plaignent du manque de religieux. En
1719, MM. de Sorel et Mithon crivent : Il n'y a
present que 11 religieux entire l'Ouest et le Sud, alors
qu'il en faudrail 23. Il serait indispensable d'avoir
un religieux pour desservir la grand'Anse et 6 autres
pour le quarter du Sud, auquel les Frres-Prcheurs
n'ont fourni aucun religieux jusqu'ici. (1)
Nous avons vu les Jacobins inaugurer leur ministre
Logane et au Grand-Goave en 1684 : ils ne sont
encore que 2 religieux. En 1701, le P. Labat en
nomme 3.
En 1707, leur nombre ne dpasse pas 5, pour des-
servir 11 paroisses.
En 1719, 11 religieux pour 18 paroisses.
- 1764, 19 24
1773, 26 25
1779, 24 26
1789, 2.4 26
Cette lenteur de recrutement permet de rtorquer la
pointe lance si prestement aux Capucins par le P.
Labat. Les raillant d'abandonner St. Domingue il de-
mande: Pourquoi cette dsertion ? Sans doute cause
du nombre de dcs de leurs religieux ?... Mais
qu'est-ce que cela pour les Capucins don't on voit
partout des quantits si considrables ? Il se r-

(1) A cette date, les Jacobins n'occupent dans le diocese
actuel des Caves que le Fond-des-Ngres et les Nippes. IUs
ne purent jamais satisfaire les dsirs du Gouvernement
qui leur demandait d'avoir toujours Logane 2 ou 3 reli-
gieux surnumraires, auxquels un traitement tait assur
et qui fussent toujours prts remplacer leurs confrres
malades ou dcds.






































Les Evques d'Haiti
Mgr Kcrsuzan Mgr Pichon Mgr Conan Mgr Morice


Au Sacre de Mgr Conan (13 Dcembre 1903)







-33-


fute d'ailleurs lui-mme en avouant que leur Mission,
compose seulement de 5 religieux, en a perdu 26 en
10 ans, sans computer ceux qui ont t obligs de repas-
ser en France. . Le mal de Siam fait de grands rava-
ges dans le pays et en outre les habitants, anciens et
nouveaux, sont trs souvent attaqus de fivres vio-
, lentes et continues. Les causes communes de ces
maladies sont la chaleur torride, les mircages des
bords de la mer, les eaux des ravines et sources, au
course trs lent, corrompues par la dcharge des eaux
qui ont servi aux indigoteries. (1)
A l'gard des missionnaires, outre l'intemprie du
(c climate et les assitances continuelles qu'ils rendent
aux malades, leur petit nombre les a toujours expo-
ss des fatigues au-dessus de leurs forces. Des gens
, qui sortent d'un clotre o tous les exercices sont r-
gls d'une manire proportionnelle leurs forces et
la nourriture qu'ils prennent ne peuvent gure,
sans altrer leur sant et mme la ruiner entirement,
faire toutes les functions d'un missionnaire charge
d'une paroisse trs tendue et. trs peuple, porter les
a sacrements dans des endroits loigns, souvent pen-
dant la nuit, tre exposs aux chaleurs excessive,
aux pluies et aux autres injures de l'air, confesser,
prcher, faire le catchisme, visiter les malades, ac-
border les diffrends ; en un mot, faire le plus ordi-
nairement seul ce qui donnerait des occupations

(1) P. Labat. op. cit. t. VII. passim.
Il ajoute pour les habitants l'intemprance de bouche
a et les dbauches. Tout le monde veut manger beaucoup
et boire encore mieux. Ceux qui sont riches se piquent
d'avoir de grosses tables. Ils boivent et mangent avec
excs, pour faire boire et manger ceux qu'ils ont convis.
Ce sont des dners ternels et les soupers qui les suivent
ne finissent pas.







-34--


dix ecclsiastiques dalts une ville. C'est la vritable
cause de la mort de tant de missionnaires de tous
les Ordres tablis dans les les.
Ce fut la constanle preuve de la Mission de Saint-
Domingue : le P. Nicolson nous apprend qu'au course de
1772, en l'espace de six mois, quatre curs sont morts
au Fond-des-Ngres aprs une maladie de 8 10 jours.
Qu'on me peiilette une digressioif pour souligner le
dvouement hroque des missionnaires qui pour sauver
des mes abordent cette terre qui dvore ses habitants.
Jsuites el Capucins sont soumis la loi.commune : p-
nurie de sujets et nombreux dcs.
En 1705, les Jsuites commencent la Mission du
Nord avec deux sculiers et six Pres (Girard, de Pers,
Olivier, Le Breton, Laval et Boutin), charges de huit
paroisses : le Cap, Morne-Rouge, Acul, Petite-Anse,
Quartier-Morin, Limonade, Saint-Louis, Port-de-Paix.
Vingt ans aprs, ils sont 18 missionnaires ; les P.P.
de la Verouillre, de Baste, Lexi, Allaix et Michel ont
t victims des fivres. Le P. Vanhove, appel pour un
malade, a t emport par une crue de rivire.
En 1743, on trouve 4 Jsuites en ville du Cap (le
Prfet Aposl., le cur des blancs, le cur des ngres et
des marines, un vicaire); ils desservent en outre 10 pa-
roisses : Petite-Anse, Quartier-M3orin, Terrier-Rouge,
Acul, Limb, Saint-Louis. Cinq Cordeliers occupent
les cures du Trou, Port-Margol, Gros-Morne, Port-de-
Paix, Jean Rabel. Un religieux de Cluny est cur (le
Dondon, et un Carme vicaire Sainl-Louis. Plai-
sance, Pilale, et Le Borgne sont vacants, par dfaut de
prtres.
56 Jsuites sont morts en moins de 40 ans, et les 14
qui restent sont presque tous gens. gs, infirmes, et








-35-


proches de leur fin (1) . *
Quant aux Capucins, 7 d'entre eux succombent en
moins d'un an (1768-1769) et le.Ministre crit en 1775
qu'il en manque au moins 10 12 pour desservir les
paroisses.


V

Ordre Chronologique de la foundation des paroisses
(Ouest et Sud)
ANNES
1670. Petit-Goave.
1670. Nippes (chapelle depuis 1660), parois-
se supprime en 1721.
1670. Le Rochelois, paroisse supprime en
1690 possde partir de 1727
une chapelle succursale de l'Anse-
-Veau.
1681. Grand'Anse (prs de Jrmie).
1682. L'Ester et la Pelite-Rivire suppri-
mes en 1710 pour former Lo-
gane.
1684. Les Cayes (ou Fond de l'Ile--Vaches).
1688. L'Acul du Petit-Goave supprime
vers 1701, ne fut jamais complte-
ment indpendante de l'glise du
Petit-Goave.
1693. Cul-de-Sac (avait une chapelle en 1687)
supprime en 1749 pour fonder
Port-au-Prince.

(1) Lettre du P. Margat, S. J.. au procureur gnral des
Missions. 20 Juil. 1743. (Lettres difiantes et curieuses, di-
tion 1809. t. IV.)








- 36 -


- 1694. Trou-Bordet (avait une chapelle en
1687 supprime en 1749 pour
fonder Port-au-Prince.
- 1698. Grand-Goave, avait une chapelle en
1684).
- 1698. -- Saint-Louis-du-Sud.
- 1709. Jacmel.
- 1711. -- Aquin (chapelle en 1700).
- 1711. Logane.
- 1712. Fond-des-Ngres (chapelle en 1701),
transfre Saint-Michel en 1732.
- 1714. Cayes-Jacmel.
- 1715. Petite-Rivire de l'Artibonite.
- 1718. Baynet.
- 1719.- Mirebalais.
- 1719. Cavaillon (tait auparavant chapelle
succursale de l'Ile--Vache).
- 1719.- Torbeck (tait auparavant chapelle
succursale de l'Ile--Vache).
- 1721. --- Saint-Marc (tait en 1716 chapelle
succursale de la paroisse l'Artibo-
nite).
- 1721. Anse--Veau.
- 1726. --Les Anses ou les Coteaux (le centre
paroissial a vari plusieurs fois).
- 1727. Les Verrettes.
- 1738. Gonaves (dpendait de Port-de-Paix,
rattache l'Artihonite en 1718.)
- 1738. -- Petit-Trou (chapelle succursale de
l'Anse--Veau en 1727).
- 1749. Port-au-Prince.
- 1764. Croix-des-Bouquets (chap. succur. de
Port-au-Prince en 1750).








37-

1768. -- Tiburon reoit son premier cur.
1776. Dalmarie.
Notas. L'Asile Saint-Joseph possdait une chapelle
ds 1729; les Administrateurs prescrivent en 1765 son
tablissement en paroisse, mais l'ordonnance demeura
inexcute.
Les Abricots reurent en 1787 l'autorisation de !on-
der une chapelle succursale.













CHAPITRE III

Autour d'un Evch




A premiere vue on s'tonne bon droit qu'une colo-
nie si prospre, don't la population en 1790 atteignait le
chiffre de 528.803 mes, soit reste un sicle et demi
sous l'autorit du Fils an (le l'Eglise sans que la hi-
rarchie ecclsiastique y. ait t constitute. Il serait in-
juste cependant d'en imputer toute la faute l'incurie
de la monarchie franaise.
Ds 1681, le Roi crit M. de Blnac qu'il fait des
dmarches Roime pour obtenir un vque.
Les pourparlers se poursuivent en 1685 et 1687. Le
volume des Ordres du Roi consigne les instructions en-
voyes au cardinal d'Estres, ambassadeur de Francv
auprs du Saint-Sige, lui enjoignant. de reprsenter
" le manque de secours religieux et la ncessit de
" nommer un Evque ayant jurisdiction sur toutes les
" Iles franaises pour y pourvoir l'administration r-
,, ulire des sacrements : l'rection d'un vch Qu-
h bec forme un antcdent capable de vaincre toute ob.
< jection. Mais les relations taient trs tendues en-
tre Rome et Versailles, lia suite des dclarations de
1682 sur le droit de rgale et sur la puissance ecclsias-
tique. Innocent XI et Alexandre VIII refusaient l'insti-
tution canonique ceux qui avaient souscrit aux qua-
tre articles, en sorte que plus d'un tiers des vchs de








- 39-


France taient. privs de chefs spirituels. Les ngocia-
tions au sujet des Iles franaises n'aboutirent pas.
Le project semble mme abandonn quelque temps.
Lorsqu'en 1705 M. de Machault, gouverneur gnral
des Iles, dsireux (de remplacer les religieux par des
sculiers, fait de nouvelles instances pour obtenir un
vque, le Ministre lui rpon 1 vasivement que les
dispositions du Roi ce sujel oni change .
Suivant les Notes Historiques , le Saint-Sige all-
guait que les les franaises dpendaient (le l'vque de
Porto-Rico, d'o difficult de les riger en diocse. La
cour de France n'admettail pas ce point de vue : une
dispense de marriage ayant t accorde un guade-
loupenl pour tre fulmine par l'vque de Porto-Rico,
ordre est donn d'en appeler commune d'abus, et le Pr-
fet Apostolique est mis en m (leeurc (le passer outre. -
Nous voyons aussi MM. Milhon el Clhaleaumorand an-
nuler un marriage clbr par l'archevque de Santo-
Domingo cause de son entreprise (1717).
Le mme manuscript rapporle que ( les tentatives de
deux moines Jacobins pour tablir un vch dans les
Iles font crire M. le Cardinal de Polignac, notre
< ambassadeur, de s'y opposer fortement (1727).
On peut prsumer que le gnral le l'Ordre des Fr-
res-Prcheurs combaltait Rome la promotion d'un
prleit sculier, qui et entran le dpart des siens.
En 1729, en effet, de nouvelles dmarches sont inutile-
ment faites auprs du Pape pour qu'il nomme vque
in partibus aux Iles l'abb d'Hau!erives, qui a t dix
ans vicaire gnral du Cardinal-archevque de Rennes.
Les avis sont d'ailleurs partags : les uns jugent
qu'un vque aurait trop d'influence dans la colonie,
el que Saint-Domingue n'ia pas une importance assez
considerable pour tre pourvue d'un prince de l'Eglise








-40-


- d'autres, plus nombreux et plus judicieux, voient
dans sa privation la cause de l'tat dplorable o la
religion s'y trouve.
En 1773 une heureuse solution allait intervenir : M.
de la Roque, ancien Prfet Apost. du Nord (1764-1768),
tait nomm l'vch de Saint-Domingue, et M. Fer-
rand pour les autres les. L'accord tait parfait entire
Rome et Versailles; on n'attendait, pour sacrer les nou-
veaux lus, que les Bulles de prconisation lorsque la
mort de Louis XV fit de nouveau ajourner l'affaire (1).
*
*
Malgr son dsir de voir la colonie pourvue d'un v-
que, le Gouvernement royal carte avec une suscepti-
bilit ombrageuse tout prlat tranger, ou nomm sans
sa participation. Il sait trop bien quel est le prestige du
clerg et son influence pour permettre un sujet de
nationalit diffrente ou indpendant de son autorit
de paratre sur une terre franaise avec l'clat ins-
parable de la dignit pontificale.
Fuyant la perscution exerce contre lui par le Pr-
sident (2) dl, Sanlo-Domingo, l'Archevque et Primat
des Indes Occidenlales dom Ferdinand de Carjaval
aborde la Martinique (1698). A ce moment la colonie
espagnole est si abandonne par le commerce que le
Prlat, n'y ayant pu trouver de laine blanche, est ha-

(1) L'abb de La Roque fut dans la suite nomm vque
in partibus d'Eumne, sur la demand de notre ambassa-
deur, le Cardinal de Bernis. En 1773, l'abb Gourjon,
vic. gn. de Die, renona a ce poste sur l'invitation du Mi-
nistre de la Marine pour devenir vic. gn. de M. de La
Roque, qui il fut prsent. Son traitement tait fix
10.000 livres. L'abb Gourjon attendit vainement Paris,
durant trois ans, l'ordre d'embarquer. (Arch. Colon. Coll.
Relig.)
(2) Sorte de Vice-Roi, auquel il ne manquait que le nom.








- 41 -


bill de simple toile (1). La reception qui lui est faite
rpond ses mrites personnel et la haute dignit
don't. il est revtu. Dans les principles villes qu'il visit
il est accueilli avec enthousiasme; aux joyeuses voles
des cloches se mle le tonnerre des canons, tandis que
les fidles manifestent leur allgresse par les tmoigna-
ges les plus expressifs. Il consacre les, Saintes-Huiles
et pour la premiere fois la confirmation est donne
Saint-Pierre, Port-Royal et la Basse-Terre (Guade-
loupe). Aprs un sjour de 2 mois et demi dans les pe-
tites-Antilles, il est conduit en France par un vaisseau
du Roi (26 mars). En tmoignage de gratitude, la popu-
lation lui fait present (le deux barils de sucre, de 25

(1) L'archevque nous est prsent comme un homme trs
affable, et grand thologien. Il appartenait l'Ordre de la.
Mercv. Un traitement de 12.000 cus devait lui tre assur
sur l'ancrage des vaisseaux. Comme ce revenue s'est va-
noui fate de navires mouillant en ce port, il ne reoit
plus que quelques droits de visit, offrandes l'occasion
1 de la confirmation et autres bagatelles produisant tout
au plus 1800 cus par an, don't la plus grande parties est
paye en sucre, cacao, et denres du pays. Triste condi-
( tion pour le Primat de toutes les Indes occidentales, le
- Prlat ait monde qui aprs le Pape ait une jurisdiction
si tendue. Labat (op. cit. t. IV. p. 385)
Les lettres adresses par l'Archevque au marquis de la
Velez, president du Conseil des Indes, et interceptes par
les Franais (1693) exposent la ruine et la misre des habi-
tants de Santo-Domingo. Il disait que les femmes taient
obliges d'aller la messe avant le jour ; que la livre de
ci pain n'y valait jamais moins de 2 rals, qui font 15 sols
de notre monnaie ; qu' peine pouvait-on y avoir de la
farine pour faire les hosties et du vin pour la messe ;
que les ecclsiastiques taient dans la dernire indigence
et que lui-mme n'avait pas de quoi en entretenir un
< pour porter la croix devant lui, ni un laquais pour por-
ter sa robe. Enfin, que les glises taient sans ornements
et que l'on n'y pouvait plus fair l'office divin avec la
d dcence convenable... Aussi prenait-il des measures pour
obtenir du Roi qu'il agrt sa dmission et, en cas que
cette grce lui ft refuse, pour pouvoir aller Rome
exposer au Souverain Pontife les besoins de son diocse.
(Charlevoix. t. III. p. 28)








- 42 -


louis d'or et d'abondantes provisions de voyage (1).
Cette escale, motive par une cruelle ncessit, suf-
fit veiller l'inquitude de la Cour. Malgr l'acte dli-
vr par le Primat aux autorits locales dclarant que
l'administration de la confirmation n'impliquait pas
jurisdiction de sa pari el ne tirait pas consequence ,.
le Ministre defend de le laisser exercer aucune fonction
Saint-Domingue, de crainte que le fait ne se ritre
souvent (11 fvrier 1699).
Nouvelle alarme en 1709 : le Ministre est avis que
l'Archevque se propose de donner la confirmation dans
les quarters franais. Bien vite il press les Adminis-
Irateurs d'employer tous les moyens en leurs pouvoirs
pour le dtourner de ce dessein, moins qu'il n'enre-
gistre une dclaration solennelle attestant qu'il agit
( ainsi par pit et par religion, non pour exercer un
< acte (W juridiction.
Dans une autre circonstance, lai Mtropole dfend
ses droits, non plus contre le sujet d'une nation rivale,
mais centre un agent du Saint-Sige. L'abb Gervaise,
prvt (le l'glise Saint-Martin (le Tours, s'est offert
pour lablir aux Indes Occidentales une mission de pr-
tres sculiers, l'exemple (le celle des Indes orienta-
les : Saint-Domingue devait lre le lieu principal (le son
tablissement (1725). Benot XIII agre sa proposition
et le sacre vque d'Horren, avec le titre de Vicaire
Apostolique el Commissaire special pour l'vanglisa-
tion (le l'Amrique, avec la clause express qu'il ne
pourra fair aucune function dans les colonies et, pays

(1) Son perscuteur fut immdiatement rappel et mou-
rut en ruer, les fears aux pieds, durant qu'on le ramenait en
Espagne pour y recevoir son chtiment. Le dcs de l'Ar-
chevque survint aussi peu aprs, au moment o il s'ap-
prtait rentrer dans son diocse, aprs avoir obtenu
toute satisfaction de son Prince.







43 -

soumis aux princes chrtiens moins qu'il n'y soit
appel par eux ou par leurs ministries. (Lettre du
Ministre M. de la lioche-Allard, 26 aot 1727). Il
sollicite inutilement Paris la permission d'exercer
ses functions dans les les franaises el mme d'y ta-
blir des vques. Embarqu Nantes, il arrive la
Martinique en mai 1727. On lui permit seulement de
chanter une messe pontifical le jour de la Pentecte.
Le Ministre crit de ne le laisser accomplir aucun
acte de ministre s'il se prsente Saint-Domingue.
Ainsi rebut, voyant ses projels drouts, le malheu-
reux Vicaire Apostolique erra de ct et d'autre, trai-
nant une existence miserable, el trouva la fin glorieuse
du martyre chez les Carabes de l'Ornoque qu'il es-
savail (le convertir.













CHAPITRE IV


Ressources temporelles : Pension. Casuel. Habi-
tations des, missionnaires

I

Les pensions et le casuel des curs sont bien plus
considrables Saint-Domingue qu'aux autres les,
crit le P. Labat (1). Mais toutes les provisions de
( bouche qui viennent d'Europe, vin, farine, etc..., y
" sont infiniment plus chres, parce que l'argent y tant
plus commun toutes les denres augmentent de prix.
( Les plus petites monnaies des Iles du Vent taient en
" 1705 les sols marqus, le France ; Saint-Domingue
, c'taient les pieces de 4 sols ou demi-rales d'Es-
pagne.
Le traitemeni des curs, d'abord fix 900 livres,
est port par les Administrateurs 1200 (aot 1728),
avec l'approbation du Minisire, et celui des vicaires
monte de 600 800 1.
Ces valeurs parurent dans. la. suite trop faibles, sui-
vant le project d'ordonnance adress en 1782 au Minis-
fre de la Marine par le P. Duguet, prf. Ap. : Les cu-
r rs ont actuellement une pension de 1200 livres, et les
( vicaires 800. Il faui monter 4.000 celle des curs
et 2.000 celle des vicaires, car la moindre pension
, alimnciiaire Saint-Domingue est de 2.400, l'argent
Sy ayant beaucoup moins de valeur qu'en Filance. Le
Conseil Suprieur du Cap, convaincu de cette nces-


(1) Op. citat : t. 1. p. 244.








-45-


sit, a dj fix 4.000 la pension des curs de son res-
sort.
Le Prfet Apostolique de Port-au-Prince a fix
2.000, au lieu de 600, la pension que les vicaires
paieront leur cur, qui doit les longer et les nourrir.
La raison de ces augmentations est qu'aucune gli-
se Saint-Domingue n'a de foundation. Les curs ne
peuvent non plus computer sur le casuel qui, suffisant
il y a 20 ans, est devenu fort modique : la plupart
des propritaires d'habitations rsidant en France, il
ne reste que les grants ou conomes, gens peu ai-
s( ss... Les curs de France ont en outre la dme, to-
tale ou partielle, et Saint-Domingue tout est hours
de prix...
Le cur n'a aucune charge, l'entretien du presbytre,
de l'glise et des ornaments incombant la Fabrique.
Il a droit une petite savane : la Compagnie de Saint-
Louis concde chacun un terrain de 200 pas en carr
(22 sept 1716). Plusieurs paroisses ont t dotes de
vastes terres par la libralit des habitants : telles le
Fond-des-Ngres, l'Azile, etc...
Trois domestiques par presbytre sont exempts de
garden, de corve et d'impt et douze par Maison
principal.
II

Le casuel est assez lev et, ds les dbuts, quivaut
au moins au traitement. Le rapport official de MM.
Sorel et Mithon (1719) estime que onze Jacobins per-
oivent, traitement et casuel runis, un total de 31.550
livres, soit une moyenne de 2.870 livres chacun.
En 1782, Girod-Chantrans (1) value 350.000 livres
(1) Voyage d'un Suisse en diffrentes Colonies. in-80. 1785.
Neufch&tel.








- 46 -


l'entretien des 60 prtres de la colonie, soit 5.830 1. par
tte. Cette valeur n'ia rien d'exagr si l'on considre
le luxe inou qui rgne Saini-Domingue, et par suile
l'extrme chert de la vie (1).
Nous sommes loin des calculs fantaisistes de Paim-


(1) Il est intressant d'entendre ce sujet les plaintes
continuelles des officers. Les appointments sont relevs
plusieurs reprises : en 1703, M. du Casse ne reoit que 9.000
livres ; plus tard le Gouverneur reoit 14.400, et en 1759,
19.000 1. Les appointments de l'Intendant montent de
8 12.000 1. Malgr ces augmentations, coutons leurs
justes dolances :
Les appointments des officers ne leur donnent pas
de quoi vivre deux mois. (Du Casse. 15 oct. 1698).
II m'en cote plus de 16.000 I. par an et je crains de
manquer mes cranciers. (De Charitte. 1706).
Les appointments suffisent peine leur blanchis-
sage et habillement., (Du Fayet et La Chapelle. 1737).
Les loyers de leurs maisons absorbent en gnral leur
solde. (Maillart et Larnage. 1739).
Du Paty, govern. partic. a 4.600 d'app. et en dp. 20.000
Le Gouverneur gnral 14.000 n 50.000
L'Intendant 8.000 30.000
Les lieutenants de Roi 1.100 n 10.000
Ies majors 800 8.000
Certains jours de l'anne il faut donner manger 60
ou 80 personnel. le jour de la fte du Commandant, de la
Saint-Louis, etc... Les dimanches et ftes, quand les habi-
tants descendent de la champagne la messe, on est dans
l'usage d'en prier un grand nombre... (Sorel et Mithon.
1720).
Or si les officers viennent en Amrique, c'est qu'ils sont
ns sans biens et esprent y trouver du secours. Rduits
leur solde, mpriss par les riches habitants, ils cherchent
ailleurs des resources et ngligent leur service. Ils ne
sont jamais au quarter, ne s'occupent pas de leurs hom-
mes, ou les font travailler pour eux et forment de petites
habitations par le travail de ces soldats. (Galliffet. 26
dc. 1700).
( Ils se font casser plutt que de rester en garnison, ne
pouvant vivre de leur solde. (Charitte. 1706). Ils ne
viennent que rarement au bourg et ne s'occupent que du
soin de leurs habitations o ils font leur demeure habi-
Stiielle. (Mithon. 1712). Ils vivent dans leurs hahita-
tions loignes de 7 8 lieues de leurs postes... (La-
porte-Lalanne 1755).








- 47 -


phyle de Lacroix qui, dans ses Mmoires, fixe une
moyenne de 40.000 1. les revenues du plus modest des-
servant et de 130.000 1. ceux des curs mieux pourvus.
Il cote come casuel la taxe impose aux hommes li-
bres, alors que la majeure parties servait la construc-
tion et rparation des glises, au traitement des chan-
tres et .autres dpenses de la Fabrique... et de ce chef
attribue au clerg 880.000 francs.
Comment peut-il valuer 4140.000 francs le produil
des baptmes et spultures des noirs? suivant les tariffs,
tout ministre auprs (les esclaves tait gratuit... o
prend-il enfin que la colonie payAt en outre 600.000 li-
vres pour l'entretien des curs ? On ne peut que con-
clure la mauvaise foi et la crianle partialit de cel
auteur qui ne peut pardonner aux prtres de Saint-Do-
iningue d'tre resls volontiers parini les, bourreaux
, de leur couleur, quand ils virent fuir la prosprit
, des blancs.
Voici du reste les divers larifs imposs la colonies
par les Administrateurs.
Tarif de 1671
Baptme = 6 sols Mariage avec messe = 1 livre 16 sols
sans = 16 sols
Messe base = 18 sols Enterrement (sans luminaire) 18 sols
Service = 3 livres Extrait des registres ecclsiast. 6 sols
pour 6 cierges =1 livre 16 sols. Un banc d'glise vie 60 livres
Publication des bans = gratis Administration des malades
= gratis.
Toute function auprs des noirs (baptmes, marriages,
sepultures) = gratis.
Tarif de 1712
Reconnaissant que les taxes prcdentes sont trop modi-
ques et impraticables, vu la hausse des denres, pour re-
mdier l'incertitude qui rgne depuis longtemps et rta-
blir l'uniformit, aprs en avoir confr avec les Sup-








-48-


rieurs Gnraux, le Conseil a fix les honoraires suivants :
Baptme = 2 livres. Mariage avec messe = 2 1. 10 sols
Enterrement sans chant 21. sans 1 1.
Messe chante ou Laudes Messe basse =1 1.
.pour les morts = 51. Messe basse d'un annuel = 2 1
Leve de corps et enterrement avec prires chantes
=7 1. 10 sols
Extrait des registres de baptmes ou de dcs = 15 sols.
Appartiennent au Cur : cierges du pain bnit la moi-
ti des cierges fournis pour un enterrement ou service -
offrandes des relevailles offrandes du baiser de paix.
La part de la Fabrique, celle des sacristains, chantres,
sonneurs et autres employs est rgle en dehors des tarifs
ci-dessus. On paie une some fixe pour chaque chantre
demand ; de nimme pour les tentures, croix, chandeliers
drap mortuaire, sonnerie, cierges, etc...
Tarif de 1782 (Projet du P. Duguet)
Baptme des personnel libres et des noirs adults = 1 cierge
ou 3 livres et 4 escalins.
Mariage et reievailles des personnel libres = I cierge ou 3 1.
et 4 escalins.
Transcription des actes de baptmes sur les registres = 2
gourdes (16 livres, 10 sols.
Transcription des actes de marriages sur les registres = 4
gourdes (33 livres).
Publication de bans et certificate de publication = 2 gourdes
(16 livres, 10 sols).
Pour chaque extrait de baptme = 1 piastre (6 livres).
(1) marriage = 1 piastre-gourde (81.5 s.)
Pour un enterrement, une some quelconque la
volont de la personnel qui le commander. Au-dessous

(1) On sait que les curs firent functions d'officiers de
l'tat-civil jusqu' la grande Rvolution : c'est ces attri-
butions que se rapportent la plupart des tarifs ci-dessus.
-- Cette faon de computer par piastres et gourdes, trange
dans une colonie franaise, provenait des flibustiers qui
faisaient des prises sur les Espagnols. La piastre ne valut
que 3 livres jusqu' 1703, o il plut au Roi d'augmenter la
valeur des monnaies.
































Fougres gantes


4-I ; `i -o


Vieille indigoterie








-49-


de 150 livres il n'y aura ni leve de corps, ni conduite au
cimetire.
Le cur ordonnera l'appareil des services et enterre-
ments en raison de la some verse : le tiers sera remis au
Marguillier, les deux autres tiers resteront au cur, charge
de fournir le luminaire.

III

Jes Jacobins possdent deux habitations : l'une la
Petite-Rivire de Logane, l'autre Cavaillon (1).
Habitation de la Petite-Rivire. Par acte du 31
juillet 1696, M. Jassaud, capitaine de milices en ce
quarter, vend au P. Paul, suprieur gnral, et aux
missionnaires rsidant a la Poinie, trois habitations
runies en une, plus 18 btes corne, 4 chevaux, 20
porcs, un cabrouet garni, le tout moyennant 9.500 li-
vres tournois. (Notes Hist. F. 132). La mission de la
Guadeloupe advance une grande parties de cette valeur,
et celle de Sainte-Croix qui vient d'tre supprime four-
nit l'appoint de 84 noirs, outre l'attirail ncessaire au
fonctionnement de la sucrerie.
Les annes suivantes (1698 et 1699), le P. Navires,
par de nouvelles acquisitions arrondit l'habitation.
En 1731, s'y .ajoute un terrain de 500 pas sur 800,
.is aux Cormiers, donn par un bienfaiteur au P. Mon-
thieu, suprieur.
En 1771, le P. Boyer, syndic, acquiert 125 carreaux
de terre au Trou d'Enfer, entire Logane et Port-au-
Prince (2).

(1) Les Jsuites possdaient aussi deux habitations :
Saint-Louis-du-Nord et aux Terriers-Rouges. Le produit
de leur vente et des maisons et halls qu'ils possdaient au
Cap atteignit un million et 100.000 livres qui furent verses
aux cranciers du P. Lavalette (1763-1768).
(2) Inventaire de 1773. Arch. Col. Miss. Relig.







-50-


En 1701, le P. Labat estimait la proprii 30.000
Livres de revenue. Les Administrateurs, dans leur rap-
port official de 1719, l'valuent 24.000 1. net, toutes
dpenses dfalques. Ils y trouvent :
Noirs et ngresses travaillant.......... 98
Infirmes et vieillards ............... 23
Enfants ............................ 53

174
Les enfants et les infirmes n'tant pas compts pour
le travail et les Pres avant en outre exemption pour 30
ouvriers, ils ne patient donc impt de capitation que
pour 68 noirs travaillant.
M. de Saint-Mry dans sa Description estime cette
proprii 156 carreaux.
Habilation de Caaillon. Les Leltres-patentes du
Roi tablissant les Frres-Prcheurs au Fort Saint-
Louis, Jactel, Cayes-du-Fond et quarters qui en d-
pendent (9 nov. 1723) enjoignent de leur fournir : dans
chaque paroisse, un logement pour deux religieux et
leurs domestiques un terrain pour leur Maison prin-
cipale un autre terrain dans le Fond de l'Ile Va-
ches pour in~ialler une habitation de 100 travailleurs.
En 1731, ils achent de M. Le Simple, habitat
Cavaillon, 100 carreaux de terre pour 30.000 livres.
Huit ans aprs, M. Calulle, habilant de Torbeck, vend
au P. Redon et deux ;1e ses confrres une indigolerie
contre 14.000 lives payes comptant.
Un troisime terrain de 250 carreaux, don't 100 en
cannes, forme leur sucrerie. Le moulin est mil par des
sources don't les unes, naissent sur l'habitation mme,
et les autres descendent (lu ct (le la ravine des Nip-
pes. Le sol en est trs bon. -- C'est la lie habitation
partir de la mer, sur la rivire (le Cavaillon. M. Ber-











ret possde la 9 et sa sucrerie prend l'eau cette
rivire.
La: Mission possde en outre deux petites places dans
les mornes, qui fournissent des vivres leur habitation
de Logane.
En 1787, aprs en avoir retir pour leur habitation de
Logane 54 noirs et 15 mulets, ils l'afferment M. Ber-
ret avec 84 noirs et 15 mulets pour 40.000 livres par
an (1).
La valeur de ces habitations est diversement, appr-
cie.
Petite-Rivire : le sol en est us, plein de mar-

(1) En 1773, comme l'on se proposait de nouveau de rem-
placer les religieux par des sculiers, ordre fut donn par
le Ministre de dresser l'inventaire de tous les biens, meu-
bles et immeubles, de la Mission, afin de les transmettre
aux nouveau missionnaires. Cet inventaire mentionne que
l'habitation de Cavaillon content au plus 300 carreaux
de terre, don't environ 50 plants en cannes. Elle est bor-
ne au Nord par le sieur Laforire, au Sud par MM. Hop-
kins et Prieu, lEst par M. La Biche an, l'Ouest
par M. Bercy. Le P. Bernard, cur de Cavaillon et syn-
dic de l'habitation, s'est dclar malade, ayant pris une
mdecine un moment avant l'opration, et a refus de
signer le procs-verbal et mme d'en prendre connaissance.
La declaration des biens a t faite par le sieur Lachaux,
conome, qui semble du reste l'avoir affaiblie, de concert
sans doute avec les enquteurs.
L'inventaire fut d'ailleurs fait dans toutes les paroisses
avec une grande dlicatesse, et sans mesquine tracasserie.
On en jugera par cet extrait de la lettre de MM. de Valli-
res et de Montarcher rendant compete au Ministre des r-
sultats :.... Sur l'habitation de Logane, les Jacobins pos-
sdent 89 noirs, 61 ngresses, 6 ngrillons, 18 ngrilles,
85 btes cavalines et 149 btes corne. A Cavaillon, ils
ont 2 noirs, 36 ngressse, 17 ngrillons, 11 ngrilles, 72
btes cavalines et 109 btes i. corne.
On n'a trouv chez les Jacobins que 5.597 livres d ar-
gent comptant. On a fait dclarer peu d'entre eux
l'argent qu'ils avaient, de mme a-t-on oubli de le faire-
dclarer par les Jacobins charges de administration
des habitations de la Mission... on s'est content de dire
qu'il y a des dettes active et passives..., (15 aot 1773).


- 51 -








- 52-


cages, et ne produit que des cannes chtives. (Ni-
colson). L'habitation, trs petite, acquise et
cultive depuis 100 ans, est puise et ne donne
qu'un minime revenue. (Duguet).
Cavaillon : La proprit en est vaste, niais remplie
de terres arides et incultes. (Nicolson). Elle
n'est pas encore dveloppe et ne peut procurer
d'elle-mme les fonds ncessaires pour les btiments
( et les ngres qu'elle exige. (Duguet).
Les Prfets Apostoliques ont leurs raisons de ne pas
faire parade des revenues de la Mission. Il semble que
M. de Saint-Mry soil plus prs de la vrit lorsqu'il
estime plus de 100.000 livres par an le produit des
deux domaines, qui sert payer les passages et trous-
seaux des missionnaires. Parfois cependant le Minis-
tre accordait la traverse gratuite sur les vaisseaux du
Roi.
*

< Jac3bins et Jsuites ont droit de chasse et de pche
sur leurs terres exclusivement tous autres, la pro-
prit d'un terrain assez considerable pour y occu-
per 100 noirs et l'exemption de tous droits, cor-
ves et. octrois pour tous les domestiques blancs et
< noirs des curs.
Ils sont tenus la rparation des chemins qui pas-
sent sur leurs terres, aux droits de capitation par
< tte de travailleur d'habitation (30 tant dduits).
Leurs travailleurs, hormis ces 30, sont imposables
pour les corves estiies ncessaires la defense de
l'le. (Sorel et Mithon, Il nov. 1719)
Nous voyons qu'aucune de leurs habitations n'a at-
teint le maximum lgal de 100 ouvriers que la loi leur
accord. Le Gouvernement ordonne d'ailleurs de veiller








-53-


ce que les religieux n'accaparent trop de proprits :
ils jouissent volontiers du bien de la colonie et n'en
voudraient supporter aucune des charges. (Lettre
de M. de Chateaumorant, Mars 1717), et les Lettres du
Roi, confirmant un arrt semblable dj rendu en 1721,
dfendent ;aux communauts religieuses et ecclsias-
tiques de possder, acqurir, vendre, accepter dona-
tions ou legs dans les colonies sans, autorisation. Ces
< actes devront tre enregistrs au Con'-eil Suprieur
de la Colonie aprs une enqule (le commodo et in-
( commodo constatant qu'il n'y a nulle opposition.
(25 nov. 1743). Les precautions sont donc prises pour
que les missionnaires ne jouissent pas de ces domaines
immense que leur attribuent gratuitement quelques
auteurs.


--M--I












CHAPITRE V


Les Marguilliers.. Rglement de 1721. -
Rglement de 1739


I.

A measure qu'un point de la colonie est suffisamment
habit, ds que les colons. se sentent assez nombreux
et assez fortunes pour enlretenir un prtre, ils, s'em-
pressent de solliciter des Administrateurs l'rection de
leur territoire en paroisse. Les resources ncessaires
assures, on fait droit leur requte. L'rection de
la paroisse entrane sa suite l'installation des diver-
ses branches administrative : snchausse, amiraut,
marchausse, messageries, milices... etc., qui progres-
sent avec l'importance acquise par la localit. Rien
n'a vari de nos jours; auprs de la residence curiale
s'installera par la force des choses un march, si le
pouvoir civil n'y met obstacle le e people a besoin du
prtre pour les baplmes, marriages, spultures, servi-
ces, administration des malades...., et il profitera de
sa visit l'glise pour faire ses emplettes.
La paroisse est fonde, un local amnag pour le
culte ou bien, provisoirement, on loue cet effet une
mason ou un magasin. Le rle des Marguilliers com-
mence. Elus Nol, ils entrent en functions au premier
jour de l'an et doivent pourvoir :aux frais du culte et
la solde des employs come la pension du cur.
Conformment aux Tarifs, ils peroivent la part de
l'oeuvre (ou Fabrique) pour les enterrements, services,








-55-


vente de tombes dans l'glise. Ils recouvrent aussi l'im-
pt que doit solder chaque habitant suivant le nombre
de ses esclaves, les droits don't sont greves les succes-
sions, et les taxes dcrtes l'extraordinaire pour la
construction des difices religieux.
L'excdent des recettes est utilis en achat de mai-
sons ou de titres, don't les loyers et rentes formeront
une reserve pour l'avenir. Entrons dans quelques d-
tails.
Dans les dbuts, nous avons vu les religieux obligs
de percevoir eux-mmes les cotisations individuelles
formant leur pension, qui taient verses en nature
(tabac, sucre, indigo). Cette pratique, humiliante pour
les missionnaires et incommode tous les points de
vue, ne tarda pas tre modifie : aux marguilliers
incomba la charge de recouvrer les taxes, qui furent
soldes en espces.
< Les pensions des religieux qui desservent les pa-
, roisses de Saint-Domingue ne sont pas payes par
le Roi, comme aux autres Iles. Ce sont les habitants
de chaque paroisse qui les paient. Le Marguillier a
soin d'en faire la rpartition et la leve et de la payer
a par quarter au cur ; elle est de 300 cus par an,
et quand on est oblig de tenir deux prtres dans une
paroisse on donne 150 ou 200 cus, pour le second...
< Les habitants de Saint-Domingue ne patient point de
droits de capitation, mais ils patient 2 sols par livre
( d'indigo et quelque chose pour le sucre, avec l'entre-
tien des curs et de l'tat-major ; cela vaut bien une
" capitation, et quelque chose de plus. (Labat. t. II.
op. cit. p. 244).
Comme aux petites Antilles, le droit de capitation
fut dans la suite tabli Saint-Domingue, c'est-dire
une taxe par tte de noir travaillant. La taxe royale








-56-


servant l'entretien de la Colonie (solde des fonction-
naires, difices publics, rfection des chausses, etc)
demeura toujours distinct de la taxes spciale tablie
par chaque assemble paroissiale, d'annes en annes,
pour les besoins du culte. Celle-ci en effet s'impose elle-
mme, suivant !es ncessits, prsentes, et fait approu-
ver ses resolutions par les Administrateurs. (1)
Leur autorisition express. devient ncessaire s'il s'a-
git de fortes dpenses ou de contracts onreux pour
l'avenir passs avec (les entrepreneurs (2).
Parfois le Conseil Suprieur appuie de son autorit
les decisions prises et favorite leur execution : ainsi,
pour la foundation de l'glise de Logane, les habitants
s'tant cotiss, le Conseil du Petit-Goave impose les
absents et les miners 1.000, 800, 300 et 100 livres,
suivant l'importance de leurs biens ou de leurs succes-
sions (1711).
Ou encore, veillant au bien gnral, il rend solidai-
res toutes les paroisses de l'Ouest, vu l'impossiblit
pour les petites paroisses de payer la pension d'un
cur. L'tat des Jlpenses des curs de ce quarter
s'levant 14.800 livres par an et le total des noirs
environ 7.000, chaque habitant paiera 40 sols par

(1) C'est ainsi que les habitants de Tiburon s'imposent
10 livres par an et par tte d'esclave pendant trois ans
pour rembourser M. Prat, propritaire, le prix du ter-
:i in choisi sur son habitation pour tablir le bourg, l'-
glise. le presbytre et le cimetire (1759).
(2) Les Administrateurs de Port-au-Prince homologuent
les ( dlibrations de la paroisse du Cal) et le march fait
avec le sieur Renaud pour construire la nouvelle glise,
Smoyennant 580.000 livres. Un impt de 600.000 1. sera
lev, don't 400.000 sur les propritaires de biens-fonds,
au prorata des revenues de ces biens et 200.000 sur les
non-propritaires suivant leurs tat et facults. La va-
leur sera verse ainsi : 1/4 comptant, 1/4 dans trois mois,
< 1/4 dans 18 mois, 1/4 dans 3 ans. (16 janv. 1772).








- 57 -


tte de travailleur qu'il possde, impt auquel les
< habitants seront contraints par toute voie raisonna-
ble, et mme par la. vente de leurs noirs. (Ordon-
nance du 25 fv. 1712.)
On trouve un autre genre de cotisation spontane,
sinon dsintresse. A Aquin, en 1768, les Administra-
teurs ayaiin ordonn, sur la demand de plusieurs ha-
bitanis, de clbrer le culte l'embarcadre et d'y lo-
ger le cur, les proprilaircs Jes maisons du bourg,
craignant la dprcialion dc' leurs difices et la, baisse
des lovers qui seraient la consequence inevitable de
cette itesure, s'empress~nt d'offrir 150.000 livres en
sus de leur taxe personnelle pour presser la construc-
tion de l'glise s.ur l'ancien emplacement.


II.

Le dsarroi rgne sans cesse dans la comptabilit
des Fabriques, nous le constaterons encore plus tard.
Dans le dessein d'y remdier, ,< vu la confusion que
font les Marguilliers des fonds de Fabriques et des
( fonds de masse curiale n, le Conseil de Logane porte
le rglement suivant (11 juill. 1721) :
ART. I. -- Les paroisses de Cul-de-Sac, Petit-Goave
et du Fond de l'lle Vaches prendront chacune 1350
lives par an sur les deniers curiaux pour la pension du
cur, les gages des chantres, le luminaire et le blan-
chissage. (1)
ART. II. Les paroisses de Cavaillon, Saint-Louis,

(1) Un arrt du Conseil du Petit-Goave (21 janv. 1727)
augmente ainsi le budget des Marguilliers : art. Iv. On
paiera 300 1. pour les soins de la sacristie 300 pour les
autres besoins de la fabrique 100 1. au chantre 200
pour luminaire, blanchissage et menus frais.








-58 -


Aquin, Nippes, Fond-des-Ngres, Grand-Goave, Baynet,
Jacmel, Cayes-Jacmel, Trou-Bordel... etc., prendront
seulement 1180 livres el Logane 2.800 1.
ART. XII. -- Ne seront enterrs dans les glises que
les personnel notables et autres habitants, s'ils ne sont
suspects d'une maladie contagieuse. On jettera un baril
de chaux vive dans les fosses de ceux qui y sont enter-
rs. (2)
AIT.. X. Dans les glises du Cul-de-Sac, Petit-
Goave, Acul du Petil-Goave et le Fond de l'Ile Va-
ches, il sera pay la Fabrique pour l'ouverture de la
fosse :
60 livres de la balustrade au 1er tiers de l'glise, en descendant
40 du ler au 2e tiers -
20 du 2e tiers la porte de l'glise,
Anr. XIII. Dans les mmes glises, il sera pay
pour les tentures, 15 livres po6r croix et chandelier
d'argeni. 10 1. pour le drap mortuaire commun, 1
livre ;ir ornement complete, 6 1. pour ornaments
(le diacre et sous-diacre, 12 livres.


III.

Le rt'glomeint propos par M. (le Larnage constitute
une Loi completee des Fabriques. Nous le citons malgr
sa louiieur pour exposer d'une faon tri s nette les
rappor!s .de cur marguillier, la gestion des biens

(2) En 1733, vu le danger de cet usage pour la sant pu-
blique, les Administrateurs dfendent d'enterrer dsormais
dans les glises : c il est fait exception pour les curs, pr-
1 tres, majors, juges et procureurs gnraux. Le Roi
confirm cette decision. Plus tard une ordonnance
royale prohibe l'inhumation de qui que ce soit. Gouver-
neur ou Prfet Apostolique, dans les glises des Colonies
(3 r,ov. 1787).








- 59 -


paroissiaux et le rle (les Adininistrateurs et Conseillers
Suprieurs.
AnT. I. Les marguilliers feront l'inventaire, en
entrant en charge, des titres, meubles, ornements, en
presence des religieux desservant les cures et de deux
autres iiarguilliers ou notables.
ART. II. Le mme registre conliendra les dlibra-
tions, foundations, niarchs, arrts des comptes et au-
tres actes conceruant le temporel des, glises.
AnT. III. -- Un autre registry contiendra le dtail des
recettes et Jlpenses, les sonunes dues et verses par
chaque particulier.
ART. IV. -- Mention spciale sera faite des dons et
nimnes fails aux glises, des qutes..., etc. Lesdits
registres seront cots et paraphs par les juges, la
diligence des imarguilliers.
ART. V. - Les inarguilliers ne resteront qu'une an-
ne en charge, mais pourront y tre maintenus, par
dlibration dles paroissiens et de leur propre consen-
tement.
AIT. VI. -- Un. mois aprs leur sortie de charge, les
inarguilliers prsenteront leurs comptes, au procureur
(lu Roi qui les examiner et en dbattra les, articles s'il
y a lieu. Ils sont tenus per.sonnlellemnent de verser aux
nouveaux marguilliers le solde de leurs comptes.
ART. VII. -- Aucune foundation n pourra tre ac-
cepte que par assemble et dlibration de paroisse
et du consentement du cur.
ART. VIII. -- Les nmarguilliers ne pourront concder
les bancs, ni permeltre les pitaphes dans les glises
qu'avec l'avis des religieux desservanls ; pour le tarif
des bancs, ils se conformeront au rglement de MM. de
Charrite et Million (26 avril 1712).
ART. IX. Seront tenus les marguilliers de fair








-60-


excuter ponctuellement les services et autres ouvres
pies exprims dans les foundations qui auront t ac-
ceptes, (lesquelles sera dress dans chaque paroisse un
tableau qui sera expos dans l'endroit, le plus apparent
de la sacristie. Leur faisons defense -d'appliquer les
revenues des biens donns par les fondateurs d'autres
usages que ceux auxquels ils ont t destins.
ART. X. -- Auront soin les Marguilliers de faire son-
ner les cloches aux heures, rgles pour le service divin,
aprs en avoir averti le cur.
ART. X. Ils ne pourront les faire sonner pour
dcs et inhumations que du consentement du cur.
ART. XII. Les assemblies extraordinaires de pa-
roisses seront convoques la rquisition des marguil-
liers, annonces au prne par le cur trois dimanches
conscutifs ; elles seront tenues dans les sacristies ou,
dfaut, dans les sales des presbytres.
ART. XIII. Il est dfendu aux Marguilliers. de faire
lesdites publications par eux-mmes ou par d'autres,
mme si le cur refuse (le les faire.
ART. XIV. -- Les marguilliers dclareront aux reli-
gieux desservant les paroisses les motifs de ces assem-
bles extraordinaire, et les religieux en informeront les
paroissiens lors de la publication.
ART. XV. Les religieux auront la premiere place
et signeront les premiers, dans les assemblies de pa-
roisse, donneront leur avis immdiatement avant les
marguilliers en charge et pourront, avant les dlibra-
tions, reprsenter ce qu'ils jugeront propos, par for-
me de simple proposition.
ART. XVI. -- Les votes mis la pluralit des saffra-
ges seront rdigs par crit et signs, mais ne seront
rputs que signs au moins de 12 paroissiens.
AnT. XVII. Tous les paroissiens se touveront aux








-61 -


assemblies, sous peine de 25 livres d'amende applica-
ble la Fabrique, en cas d'abstention. (1)
ART. XVIII. -- Aucune construction, augmentation
ou rparation des glises et des btiments qui en dpen-
dent ne pourra tre excute sans notre permission
donne par crit et enregistre aux Conseils, laquelle
permission nous ne donnerons qu'aprs verification de
la ncessit desdits travaux faite par des experts nom-
ms d'office ou par les juges des lieux.
Notre permission enregistre aux Conseils sera ga-
lement requise pour les changes des biens de l'glise,
acquisition de nouveaux fonls, taxes et leves de de-
niers que les paroissiens se seront imposes.
Ordonnons nanmoins qu'aux frais des Fabriques et
la diligence des iiirguilliers il sera incessamment
travaill la clture des cimetires, si fait n'a t, et
leur entretien ou rparation toutes fois que besoin sera.
ART. X1X. Les marguilliers fourniront exactement
les ornements, luminaires, el autres choses ncessaires
au service divin (2).
Ils fourniront tous les ans aux religieux deux regis-
tres cots et paraphs par les juges des lieux, pour
crire les baptmes, marriages el morts des personnel
libres, l'un restant aux mains du cur et l'autre pour
tre dpos au greffe de la jurisdiction du lieu.


(1) En 1782, le Prfet Apostolique demand que, pour
viter la confusion, les assembles de paroisses n'aient
plus que 20 membres, notables et anciens marguilliers,
nomms par une assemble gnrale. Dans la suite ce
Conseji comblerait lui-mme les places revenues vacantes.
(2) Une dlibration du Conseil de Port-au-Prince arrte
que le cur recevra tous les frais funraires, fournira lumi-
naire, blanchissage et autres frais d'autel, et comptera
la Fabrique la part lui revenant sur le pied du tarif
(6 juill. 1777). C'est la pratique actuelle.








- 62 -


Un troisime registre sera fourni pour les baptmes,
marriages et enterrements des esclaves.
Le cur seul pourra lever l'expdition desdits actes.
ART. XX. L'heure (le la messe paroissiale sera
fixe par les Prfets Apostoliques ou Suprieurs des
Missions de la colonie d'une faon invariable, afin qu'il
ne soit plus loisible chacun des curs ni aux parois-
siens de changer cette heure.
ART. XXI. Les marguilliers nommeront les chan-
tres, sacristains et autres clercs de l'(ouvre, en n'y
plaant que des gens capable et de bonnes meurs et
agrs des curs. Ils les destitueront de l'avis et sur
les plaintes des curs (1).
ART. XXII. Les marguilliers seront tenus (le fair
les qutes accoutunms dans les glises et rembour.-e-
ront celle laquelle ils auroni manqu, sur le pied (dl
la plus forte qute de lanne courante ou de l'anne
prcdente.
AnT. XXIII. On ne pourra quter dans les glises
pour autres objets que pour l'entretien du culte -
mme pas pour les pauvres, si ce n'est avec la permis-
sion et par les soins des marguilliers.
ART. XXIV. Les leniers rebueillis pour les pauvres
seront remis au pre cur pour en fire la distribution,
sans tre tenu en rendre compete.
ART. XXV. Les curs auront aussi seuls la dispo-
sition des sommes et effects a eux remis verbalement ou


(1) Les marguilliers en prenaient !eir raise sur ce point
puisque le P. Duguet demand (1782) qu'il ne soit pas
, nomm aux places de sacristains, chantres ou autres,
" des prtres sculiers ou rguliers sans l'autorisation du
Prfet Apost. Plusieurs, en effet, dans le Nord surtout,
t exercent ces functions, plus lucra-tives parfois que celles
" du cur. L'un d'entre eux est le vritable fossoyeur de
( la ville du Cap .









par crit par les paroissiens ou autres personnel pour
prier Dieu pour eux.
ART. XXVI. -- A l'gard des autres droits dus aux
curs et la fabrique des glises, ils seront pays con-
formnent au tarif et rglement particulier qui sera
fait ce sujet.
Fait Logane, le 8 dc. 1739.
*

Si honorable soit-elle, la charge de marguillier n'est.
gure envie. On l'a cependant allge de son devoir
le plus pnible, qui est de recueillir les collected des
habitants. Ceux-ci se montrent si rcalcitrants qu'une
ordonnance de 1706 met cette modification : comme
" cela se pratique depuis longtemps Logane, il sera
, tabli Port-de-Paix un receveur pour percevoir les
Sdroits qui seront augments d'un dixime pour payer
le receveur. Car ce rle ne convient pas aux marguil-
liers, toujours choisis parmi les plus distingus des
Ces employs subalternes ne tardrent pas eux-m-
mes juger leur office trop ingrat on leur salaire trop
modique, en croire l'art. II de l'arrt du Conseil du
Petit-Goave : Les habitants sont tenus, sous peine de
poursuites et voies de rigueur, de porter ou envoyer
( chez le marguillier les sonunes pour lesquelles ils
l sont taxs sur les recensements. (21 janv. 1727)
En dpit de l'appui prt par l'autorit, les habitants
cherchent par tous les moyens esquiver ces functions :
l'un paie 5.000 livres et l'autre 3.000 pour en tre
exempt (1744 et 1774). Telle est enfin l'impossibilit
de recruter les marguilliers que la question est porte
(levant les tribunaux suprieurs, et ici la jurisprudence
demeure indcise ; les arrts sont contradictoires.







-64-


Le Conseil de Port-au-Prince juge que la charge est
purement personnelle et que divers titres ou functions,
voire la simple noblesse constate, en exemptent.
Celui du Cap au contraire, estime qu'elle est foncire,
attache telle habitation, p. ex. celle de M. Renaud
au Bois de l'Anse (Cap), celie de M. de Lilancourt au
Trou, celle de M. le comte de La Belinaye Limo-
nade, etc..., alors mme que les propritaires soient
nobles, ou absents de leurs terres en raison de leurs
functions militaires ou civiles (1766).

*
Le tableau ci-annex, extrait de l'Etat des finances
de Saint-Domingue, par M. de Marbuis ,, prsente la
situation des fabriques, suivant les compiles fournis
jusqu'au 1er janvier 1789. On constatera l'incurie des
marguilliers et le sans-gne avec lequel ils traitent les
rglements.
L'Intendant ajoute les remarques suivantes :
a) Plusieurs compiles font dfaut et n'ont, pas t
transmis aux Administrateurs.
b) Certaines comptabilits ne prsentent aucun
aperu, les marguilliers ayant lud les instances des
curs et les diligences des procureurs du Roi, et ne lais-
sant aucune trace de complabilit.
c) Il y a du dsordre dans cells d'Aquin, Saini-
Louis, Cavaillon, Fond-des-Ngres, etc... A la fin de
l'anne le procureur aura fait rentrer les dettes et
remettre les comptes.
d) Le marguillier de Torbeck n'a pas rendu de comp-
tes depuis 1783, poque laquelle les paroissiens
avaient autoris le cur faire la recette des deniers
de la Fabrique pour payer les rparations du pres-
bytre.











CHAPITRE VI


Les Hpitaux


I

Le soin des malades et des infirmes, le soulagement
des dshrits et des orphelins a toujours t une des
proccupations les plus chres au cour maternel de
l'Eglise. En France, saint Vincent de Paul venait de
donner un lan extraordinaire et une organisation nou-
velle aux ouvres de charit. Saint-Domingue ne pou-
vait rester tranger ce movement admirable.
Les flibustiers avaient dj fond Petit-Goave un
hpital auquel ils rservaient une part de leur butin,
mais ils cessent de s'y intresser ds que le Gouverne-
ment en prend la direction.
Ds 1692, le Ministre permit M. du Casse de pren-
dre 6.000 livres sur le dixime rserv au Roi dans les
prises faites par les corsaires pour fonder un hpital
destin secourir blesss, pauvres et orphelins. En
mme temps il crit M. Dumaitz d'envoyer Saint-
Domingue deux Frres de la Charit, don't il fera aug-
menter le nombre au plus tt (27 aot).
En 1694 on donne 3.240 livres aux religieux qui doi-
vent passer dans l'le. Le Provincial allgue que la
guerre s'oppose leur envoi. En 1697 on lui fait obser-
ver que cet obstacle n'existe plus et l'anne suivante
les religieux parent, munis par le Roi de 8.000 livres,
d'instruments de chirurgie, tuiles, briques et planches.
Ils fondent deux hpitaux, l'un au Cap, l'autre Lo-
gane (1698).










Foundations, Donations Produit de la Maisons Emplacements
Paroisses Rentes t utes dernire et et
et Loyers Legs imposition Magasins Terres
1 1 -- --


Anse--Veau....

Petit-Trou .......

Jrmie..........

Dalmarie... .....

Saint-Louis .......

Cavaillon.........

Aquin ...........

Fond-des-Ngres.

Cayes..........

Torbec.... ......

Tiburon..........

Coteaux ........

Port-au-Prince....

Croix-des-Bouquets

Arcahaie.........

Mirebalais......

Petit-goave ......

Grand-goave......

Jacqmel ......

Cayes-Jacmel ....

Baynet...... ....

Logane.........


2 0351.


5.0001.















1.740




600

1.000


1 000


60

1.200

400

200




40

220

33


400


Plusieurs


unesavane






















Divers

Savane

Savane


~. !sclaves



4






s


- 4


Billets Obligations


3.504

5 639

1.646


-- I


1.373






28.869

2.629


130

467

2.258


1 -.


1.890

5.564

4 318






18.665

12.856


2.633


331

19 331


DPENSES FIXES

Chantres Entretien
etDesservants de l'glise
iI


Casunl
de
Fabrique




250

800










4.600


1.000

600

6.600

4.000

380




100

800

100


5.000


500








8.000


1 000

1.200

2.000

2.000

200






600

300

1.621

600


Dettes connues


15,190 livres










15.075




1 340


4.000






1.600

3.025

600











2.200


-








- 68 -


Comme les vivres sont des prix exhorbitants, afin
que les maladies puissent tre bien aliments, M. du
Casse fixe un tarif pour toute espce de volailles, ufs,
mouton, veau, poissons... (12 mai 1698). Il achte un
terrain et des btiments : Logane 16 lits sont assurs.
Un hpital particulier en avait dj 40, et sans doute
pour cette raison le Ministre envoie au Gouverneur les
instructions suivantes : Les hpitaux fonds Lo-
gane et au Cap ne recevront gratuitement que les
soldats et matelots, don't la solde sera verse aux
hpitaux durant le temps qu'ils y resteront, ainsi
que cela se fait la Martinique et la Guadeloupe.
Les habitants devront y payer leurs dpenses, et les
< nouveaux venus, ceux qui n'ont rien, pourront tra-
< vailler gratuitement pour l'hpital le temps nces-
saire pour le ddommager des dpenses faites (1699).
Les instructions du Roi M. Deslandes, commissaire-
ordonnateur, prcisent que ces hpitaux ont, l'un
2.500 livres et l'autre 540 de pension annuelle, outre
< que les habitations, meubles et objets ncessaires ont
t fournis (26 dc. 1703).
D'autres revenues sont crs : outre les amendes infli-
ges par les tribunaux el don't une parties notable est
rserve aux hpitaux, une ordonnance du 18 juin 1710
leur reserve une part du butin des flibustiers, et en ou-
tre la, portion de ceux qui, tus au course des expdi-
tions, ne laissent pas d'hritiers lgitimes (1).
La Compagnie de Saint-Domingue taxe toute con-
travention ses rglements 100 1. d'amende en faveur
de l'hpital de Saint-Louis-du-Sud (1716).
En mars 1719, des Lettres-patentes du Roi accordent

(1) Notes Histor. F. 132.








- 69 -


aux Frres de la Charit pour les hpitaux du Cap ei
de Logane :
300 livres de traitement par an,
le droit de possder une habitation, avec exemp-
tion de toute capitation et corve pour 50 noirs
travaillant,
l'autorisation de quter, d'avoir des troncs et des
personnel recueillant les aumnes dans toutes
les glises;
le ncessaire pour les marines et soldats hospita-
liss sera fourni par les comniissaires aux vi-
vres des btiments ;
la marine marchande paiera 15 sols par jour
pour chaque matelot, et autant chaque habitant
qui s'y fera traiter;
le mdecin du Roi fera deux visits par semaines
dans les hpitaux.
Ds qu'une ville ou bourgale prend quelque impor-
tance, elle est dote d'un hpital : en 1732, l'Intendant
ordonne d'en tablir Fort-)Da.uphin, Port-de-Paix,
Saint-Marc, Pelit-Goave (a), Saint-Louis, et d'en con-
fier le soin aux chirurgiens-majors de ces garnisons.
Celui de Port-au-Prince, fond sur l'ordre des Admi-
nistrateurs en juillet 1751, est desservi par les religieux
partir de 1769 et pouvait contenir 150 mallades en
1789. Ses comptes cette poque s'quilibrent par un
boni de 27.207 livres, 16 sols, G deniers. Le P. Duguet
demand qu'on lui accord les mmes faveurs et privi-


(a) Sur la succession du sieur Filtz-Grald, qui lui re-
vient par droit d'aubaine, le Roi accord 10.000 livres
l'tablissement d'un hpital Petit-Goave ou l'agrandis-
sement de celui de Logane et abandonne le reste aux
Frres-Prcheurs (1737).








- 70 -


lges royaux qu'aux tablissements du Cap (1) et de
Logane.
En cette dernire localit, les religieux de la Charit
tant accabls de dettes, il est dcid que l'hpital sera
dsormais surveill par les Administrateurs, les Reli-
gieux nourris, entretenus et traits avec gards, pour-
vus d'un aumnier et librs de leurs passif. Les chirur-
giens et l'conome de la maison mangeront la mme
table (juillet 1751).
Le trait conclu par M. de Choiseul avec les Frres de
la Charit (19 dc. 1765) dveloppe clairement le but et
l'organisation des hpitaux royaux :
ART. Ie'. Les. Frres de la Charit recevront autant
de matelots, soldats, ouvriers et autres malades la
solde du Roi que les sales des hpitaux en pourront
contenir.
ART. II. -- Si les sales taient insuffisantes, ou que
d'autres malades se prsentent venant des navires mar-
chands, ou des pauvres qui ne pourriaient tre reus
faute de place, d'autres locaux voisins seront lous aux
frais du Roi.

(1) L'hpital royal du Cap, ouvert le 1cr aot 1698, dans
un magasin de l'Etat, fut transfr en 1699 une demi-
lieue de la ville. Dbutant avec 18 lits, il en avait 25 en
1719, 35 en 1739. Augment d'une salle de 200 pieds de long
cette poque, on affected encore 20.000 livres son agran-
dissement. La nouvelle salle tait acheve en 1756.
En 1743 il avait dj 80.000 livres de revenues. (Lettre du
P. Margat. op. citat.) Les dmarches du P. Boutin avaient
oblig les Religieux y admettre tous les pauvres, en com-
pensation de l'autorisation qui leur est donne de quter
aux portes des glises et d'y avoir un tronc. En 1763, le
Roi revient sur cette measure et reserve l'hpital aux offi-
ciers, so'dats et marines.
En 1767, cet hpital cota 184.595 lives (frais d'entretien
et malades). En 1771, on y dpensa en journes de ma-
lades 120.062 livres, et il y mourut 157 soldats et 8 matelots.
(On sait que la rade du Cap recevait plus de 500 bti-
ments chaque anne).








- 71 -


ART. III. -- Tous les droits et privileges desdits
Religieux sont maintenus pour les aider soulager les
pauvres, tels qu'exemption de corves, capitation et
autres charges pour leurs employs et domestiques,
outre 50 ngres travaillant sur leurs habitations, sui-
vant les lettres patentes de 1719.
Il sera pay 5.000 1. par an chaque maison, ainsi
qu' la Martinique, et 20.000 1. par an pour achat le
meubles, journes de malades...
ART. IV. Ils ne pourront tre inspects que par le
Gnral, l'lntendant, ou un officer de l'tat-major d-
lgu par le Gnral.
ART. V. Les Religieux traiteront, panseront les
malades et front toute operation de chirurgie.
ART. VI. Le mdecin du Roi visitera les maladies
et les traitera en confrant avec les Religieux.
ART. VII. -- Chaque hpital entretiendra deux aum-
niers, et il sera port pour chaque aumnier deux jour-
nes de maladies par jour sur les tats qui seront arrts
chaque mois.
ART. VIII. --- Ils seront exempts de tout droits, de
tout page, etc... et le passage gratuit sur les vaisseau.,
du Roi sera accord aux Religieux et leurs employs.
ART. XII. -- Il sera pay 46 ou 56 francs (argent des
Iles) par mois, pour chaque malade, suivant la nature
des maladies 4 livres (argent des Iles) chaque
dcs pour linceul et autres frais d'enterrement. Les
journes d'officiers seront payes raison de 10 livres.
Suivent les dispositions rglementant les rations de
pain, viande, volaille, vin, effects de literie et autres
fournitures au compete du Roi, ainsi que les remdes et
le nombre de garons ou d'aides employer propor-
tionnellement au nombre des malades.
En cas d'incendie, inondation, tremblement de terre,








- 72 -


Invasion de l'ennemi, les Religieux seront indemniss
des pertes qu'ils auront prouves.
Nota. Ce trait ne concern que les hpitaux de
Logane et du Cap.



11


M. de Saiit-Aubin, Intendant, critiquant l'tablis-
sement de diverse maisons de charit crivait : L'ex-
, prience prove qu'il n'y a pas un pauvre dans cette
" colonie qui ne trouve une retraite dans le besoin, et
surtout lorsqu'il se prsente malade chez un habi-
t tant. Nous en avons mme plusieurs qui ont assez de
" charit pour rechercher les malades et qui en reti-
rent plusieurs dans leurs habitations n (1731).
L'initialive prive ne le cde pas en effet la charit
officielle. Leo. colons exercent largement l'hospitalit :
c'est un attribut d'opulence qui flatte leur vanit. Ils
donnent d'ailleurs volontiers leur concours aux ouvres
de bienfaisance.
La premiibre organisation de ce genre se rencontre au
bourg du Cap, o s'taient rfugis les dbris de notre
colonie de Saint-Chrislophe. Expulses (le leur pays par
les Anglais., dpouilles de tous leurs biens, de nom-
breuses families se trouvaient rduites la plus af-
freuse misre. Des dames pieuses, mues par tant de
malheurs, se forment, sous lia direction de leur cur, en
confrrie de la Misricorde et tour de rle visitent
les maladies domicile, leur prodiguant les soins et
les secours ncessaires. Le Gouvernur leur concde
un terrain de 120 pieds en carr pour y tablir une








- 73 -


infirmerie (27 dc. 1703) (1).
Aux Cayes, M. Stafford, par testament, lgue ses
biens pour recueillir les pauvres (1737). Vingt-cinq ans
aprs, on les estimate 710.000 livres, valeur qui per-
mettait de recevoir 150 maladies par an. Cet hpital
fonctionna jusque 1765, o les hritiers recouvrrent la
succession.
Sur les entrefaites, le sieur Labri, iatre-chirurgien
en la mme ville, obtient des Administrateurs l'autori-
sation d'tablir un hpital pour supplier celui qui a
t supprim. Les conditions acceptes de part et d'au-
tre sont : (1) qu'il y tienne 30 lits, paillasses et ma-
telas (2) qu'un garon de service y soit constamment
prpos -- (3) avec privilege exclusif de recevoir les
malades de la rade et permission d'inspecter les na-
vires en compagnie du commissaire de la marine.
A Torbeck, un habitant, M. de Chalet, ouvre un asile
de nuit o tout voyiageur est hospitalis durant 24 heu-
res, ou mme aussi longtemps que le temps l'empche-
rait de poursuivre sa route, condition que le mme
passant ne se prsente que deux fois dans le course de
l'anne. Il offre en mme temps de soigner 6 malades,
pourvu que ce soient des Europens arrivs dans la
colonie depuis moins de 3 mois.
A Jrmie, M. Donat, habitant du quarter, lgue
6.000 lives aux pauvres (1770). Cotte valeur est em-
ploye en achat d'esclaves, qui sont lous divers pro-

(1) Suivant le P. Margat, M. de Charitte, en 1707 ayant
Sbesoin de cet emplacement pour aligner la nouvelle place
d'armes, dtruisit l'hpital pour en renfermer le terrain
a dans cette place. n (Lettres difiantes, t. IV. p. 372). -
Les Lois et Constit. de St-Domnin. notent que cet hpital
devint ensuite l'tablissement des Religieuses amenes
pour l'ducation des demoiselles. Le P. Margat, plus
rapproch des sources, doit tre mieux inform en cettp
occasion que M. de Saint-Mry.







- 74 -


pritaires. Des donations et les amendes prononces
en justice accroissent le premier capital. Malgr les
charits faites journellement, les comptes du syndic
accusent en 1788 un actif de 22.024 livres.
Un crole, cur de Port-au-Prince, l'abb Moreau, a
fond en sa paroisse une Providence qui renferme
20 lits, (1766) (1).
Au Cap, sous l'ardente impulsion du P. Boutin, les
tablissements charitable sont en plein panouisse-
ment. Outre l'hpital royal, on compete trois institu-
tions d'initiative prive :
o1 La Maison de l;a Providence des hommes diri-
ge par M. Louis-Turc de Castelveyre, ancien frre hos-
pitalier de la Croix de Saint-Joseph, qui a donn cet
effet une maison el ses dpendances. On l'a situe
l'extrmit de la ville, au pied des montagnes, et on y
reoit : tous les nouveaux-venus en attendant qu'ils
aient trouv un emploi ;.les convalescents qui sortent
de l'hpital royal ; les pauvres qui y trouvent le vivre
et le couvert, et ont de ce fait defense de mendier dans
la ville.
Un orphelinat y est annex, o des enfants de 10 20
ans font leur apprentissage.
Cet tablissement, enrichi par des legs considrables,
a t autoris par les Administrateurs en 1740.
2 Une Providence pour les femmes ges, indi-
gentes, incapable de gagner leur vie et de payer leur
loyer.
3 La maison appele Ste Elisabeth , petit hpital

(1) En 1780, le P. de la Caze, Provincial, demand au Mi-
nistre la permission de passer Saint-Domingue pour le
P. Dominique-Franois Moreau, natif de l'Ile, et qui a
t cur 4 ans dans le diocse de Blois. La mme anne
un autre P. Moreau mourait cur des Verrettes. On
voit que ce nom tait common dans l'le.








75 -

pour les femmes malades. M. Dolioules en mourant a
laiss sa maison et ses dpendances pour cette fonda-
tion.
Le cur du Cap est administrateur-n de ces tablis-
sements.













CHAPITRE VII


L'Enseignement



L'instruction publique est extrmement nglige dans
la colonie. Nous voyons bien quelques coles primaires
dans les villes et hourgs, et les Administrateurs s.'en
proccupent parfois. Cest ainsi qu'une ordonnance d-
fend aux instituteurs de faire la classes s'ils ne sont
oatholiques et munis d'un certificate crit de leurs curs
(4 oct. 1717). On enjoint au chantre de Saint-Louis de
tenir cole pour apprendre aux enfants de la ville lire
et crire (1721). Le P. Duguet insisted pour que cha-
que paroisse ait des matres d'cole, examins sur leur
doctrine et leur savoir par le cur, sur leurs meurs par
le snchal ou le lieutenant de police, enfin dfinitive-
ment approuvs par le Prfel Apostolique (1782).
Il n'en reste pas moins que ces functions peu rmu-
nratrices ne sont pas. recherches dans ce pays o l'on
ne va que pour fire rapidement une brillante fortune,
et l'ignorance est gnrale.
(< Deux Conseillers sont morts, made M. du Casse
au Ministre en 1692. Il me serait difficile de vous en
( proposer d'autres. A peine trouve-t-on des gens qui
savent lire...
Il y a peu de gens instruits. Les officers de justice
des conseils et. des jurisdictions sont d'une ignorance
crasse, et leurs membres sont pris dans la lie du
i people. (Cor. gn. 2e srie).








- 77 -


Cette situation n'est pas sans excuses, ou du moins
on en trouve de plus ou moins bien fondes : Il ne
peut gure y avoir d'cole publique Saint-Domin-
gue. La chaleur empche d'enfermer les enfants en-
semble. Les matres venus de'France succomberaient
< aux maladies, et il n'y a nulle assurance dans la co-
< lonie pour les remplacer... Il n'est personnel qui s'y
! applique l'tude des lettres ou des sciences. Chacun
s'occupe uniquement de sa fortiie, et tous sont par-
1ags entire la cullure et le commerce (1).
Les colons et affranchis dous, de quelque fortune en-
voient leurs enfanis en France : M. (le St Mrv estime
800 le nombre de ces privilgis. Et ici surgit un novel
et grave inconvnient. Les jeunes gens reviennent de la
mre-pairie avec une Ite romanesque et mprisent
ceux qui, come eux, sont ns Saint-Domingue. Une
fille ne rvera que d'pouser en France un gentilhomme
sans fortune... c'est bien aussi le rve des parents, don't
la pluparl ne songent qu' retourner en Europe jouir
de leurs rentes.
L'exprience a d'.tilleirs prouv combien il est dan-
gereux de confier des marines, pour les rapatrier, les
filles d'un certain ge.
D'autre part, la classes aise, forme de ceux qu'on
appelle les habitanis, rside la champagne, souvent
(les distances considrables (les bourgs. Il faudrait
donc des pensionnats, et les Administrateurs en deman-
dent un, au mioins pour Logane, car les enfants qui
< ne voient que des ngres contractent une humeur
, savage c! iun esprit d'indpendance qui les emp-
i cent (le devenir propres rien. Il n'en est pas de


(1) Nolivos et Montarcher. 20 dc. 1771.








- 78 -


Smiiiic la Martinique, o il y a des maisons d'du-
cation. (1)
Celte question si grave pour la Colonie, seul un reli-
gieux a le courage d'en border la solution ; cette la-
cune don't tous souffrent et se plaignent, seul un reli-
gieux entreprend de la combler : c'est le P. Boutin, au
Cap. Ce vaillant missionnaire recueille d'abord quinze
orphelines et les confie deux personnel pieuses. Celles-
ci tiennent en mme temps une cole gratuite pour les
petites filles de la ville, qui elles enseignent le cath-
chisme, la lecture, l'criture et les travaux manuels qui
conviennent leur sexe. Ses vues allaient plus loin, et
il ne tarda pas les raliser. En 1721 (28 aot), l'In-
tendant et le Conseil du Cap autorisent trois religieu-
ses de N.-D. de la Rochelle ( ouvrir un pensionnat, as-
sistes (le deux iis'iiiitrice.. Voulant tendre son oeu-
vre, le P. Boulin ralise des conomies, suscite des
aumnes, el ayant prpar un fonds de 90.000 livres
en terres ci btiments, il en fait donation entire la
congregation (le Notre-Daine. Le Roi dlivre desLettres
patentes portant le nombre des religieuses 6 seurs
de chihur el 2 converses, avec facult de recevoir des
lves internes et externes (nov. 1731). Elles devront
envoyer en France les filles de la colonies qui voudront
entrer au noviciat (2). En 1740 la communaut est au-
lorise avoir 12 religieuses de choeur et 3 converses,
et le Roi veut qu'on construise des btiments plus spa-

(1) Notes Histor. et Corr. gn., 2 srie passim.
(2) Le Conseil du Cap annule le testament de M. Colenno,
qui avait lgu 50.000 1. aux Capucins de Nantes et en
rpartit ainsi le montant : 5.000 aux Capucins en forme
d'aumne 30.000 aux Religieuses pour une foundation de
prires a perptuit le reste aux hritiers (dcembre
1734).








-79-


cieux et plus commodes sur un autre terrain. On estime
qu'cn 10 ans le pensionnat teindra la dette de 100.000
cus qu'eniranera cet amnagement. En 1779 le Roi
aulorise 18 religeuses (le chur, don't. 6 seulement pour-
ront tre croles.
Un mmoire manc de ces religeuses (1780) rap-
por!e qu'elles sont au nombre de 14, tenant 7 classes,
don't 4 pour leurs 15 pensonnaires et 3 pour les 100
exlernes (le la ville, routes (!e race blanche. En ou-
tre, de 3 400 p n~~grillonns, libres et esclaves, se
prsentent l'cole trois jours par semaine. Ce cou-
vent servait encore (le refuge aux jeunes. pupilles vic-
limes de la haine ou de la cupidit de leurs tuteurs,
aux femmes don't le ceur est dlach de leurs poux,
celles qui sont spares ou plaidenten separation. (1)
Pluieinrs essais de college secondaire ont t tents,
comprenant l'tude du latin et des arts d'agrment.
Celui de M. Dorfeuil, fond en 1784, comptait 100 ex-
ternes el 35 pensionnaires. Mais la chert de la pension
rendait ces !ablisseinenls instables : la pension et les
leons de deux matres d'agrment cotaient jusqu'
2.800 livres par an. En 1789 on trouve un abb
la tte d'un tablissement d ce genre.


(1) M. de la Chapelle. 12 mars 1737.












CHAPITRL VIII


Le Roi et la Religion




Culte official. Juifs. Protestants. Blasphma-
teurs. Prservation de la foi. Office divin. -
Police des Murs.


I.

A l'exemple de Chistophe Coloimb qui, dbarquant
au Mle Saint-Nicolas, plantait sur le rivage une croix
surmontant l'cusson d'Espagne, les navigateurs fran-
ais, amaleurs d'aventures et d'expditions lointaines,
prenaient possession de leurs nouvelles conqutes au
nom du Christ et du Roi. Dieu d'abord ainsi le voulait
la foi claire des nations latines (lu XVe au XVIIe si-
cle, et tel tait aussi le bon pliaisir du Roi Trs Ch-
tien. Les Lettres-patentes octroyant, soit le monopole
du traffic, soit de vastes tendues de terres avec privi-
lges plus ou moins large, aux diverse companies
qui se s.ont succdes Saint-Domiingue (Association
des Seigneurs des les d'Amrique, 1635 C1" de Saint-
Louis, 1698 C'" (les Indes Occidentales, 1720) -
leur iniposent en premiere line l'obligation de tra-
vailler la conversion des infidles, et. pour ce d'en-
tretenir des ecclsiastiques en nombre suffisant sur les
domaines concds, en leur fournissant tous les objets
ncessaires au culte et l'administration spirituelle.








- 81 -


La traite des noirs, si odieuse dans sa pratique et ses
rsultats, aurait eu pour point de dpart ce noble but
d'vanglisation : C'est une loi trs ancienne que les
" terres soumises aux Rois de France rendent libres
tous ceux qui s'y peuvent retire (1). Aussi le Roi
Louis XIII eut toutes les peines du monde consen-
tir que les premiers habitants des Iles eussent des
esclaves, et ne se rendit, aux pressantes sollicitations
qu'on lui faisait que parce qu'on lui remontra que
c'tait un moyen infaillible et unique pour inspire
< le culte du vrai Dieu aux Africains, les retire de
( l'idoltrie et les faire persvrer jusqu' la mort
dans lia religion chrtienne qu'on leur ferait embras-
ser. (1)
Le Roi ne cessera de rappeler ses reprsentants ce
constant souci qu'ils doivent avoir de la diffusion de
l'enseignement catholique. Au comte de Blnacilmande
qu'il doit, dans ses lettres, rendre compete en pre-
mire ligne de ce qui regarded la religion et le bien
de l'Eglise. (30 avril 1681). Ses instructions M.
de la Boulaye, Inspecteur Gnral de la Marine, pour
la visit des Iles portent c qu'il s'informera si tout ce
< qui regarded la Religion est rempli, par rapport la
d dcence avec laquelle le culte divin doit tre rendu,
, l'instruction des peuples el la conduite des reli-
e gieux qui en sont charges. (26 aot 1699). c Le
premier soin de l'Intendant doit tre le service divin;
s'informer s'il est clbr partout avec dcence, si

(1) Une lettre du Ministre (1707) dclare que les noirs
amens en France ne pourront tre contraints de retour-
ner Saint-Domingue ; mais s'ils y rentrent, ils renoncent
par le fait la liberty don't ils ont acquis le privilege en
abordant la terre de France. (Lois et Constit. de St-Dom.)
(1) P. Labat, op. cit. t. IV. p. 122.







- 82 -


les glises sont.solidement bties... (26 dc. 1703).
Aussi les manifestations extrieures du culte rev-
tent-elles un caractre official. Au jour de la Fte-Dieu
et le dimanche suivant, les habitants sont sous les ar-
mes et. font des dcharges de mousqueterie (1). Ordre
est donn, sous peine d'amende, d'orner de tentures
toutes les rues sur le passage du Saint-Sacrement, et
mme les emplacements non btis. (1736).
Gouverneurs gnraux, Intendants, Gouverneurs par-
ticuliers, officers et conseillers, fonctionnaires de tous
ordres s'inquitent des honneurs qui leur seront rendus
l'glise, de la place qui leur sera rserve. Les ques-
tions de prsance s'agitent souvent et sont soumises
aux dlibrations des autorits suprieures.
M. de Blnac demand si les prdicateurs se conten-
teront de saluer les Gouverneurs immdiatement apr,
l'autel, ou s'ils les appelleront Monseigneur ? Les
Suprieurs gnraux lui rpondent qu'on s'en tiendra
aux rglements que prendra la cour (1688).
Ds 1681, le Conseil Suprieur demand que dans
chaque glise on lui reserve un banc, garni de tapis
fleurdelyss. On doit lui prsenter le pain bnit, n'y
et-il qu'un seul conseiller dans ledit banc, mais aprs
le Gouverneur, les Lieutenants de Roi et les Marguil-
liers, qui ont galement leurs bancs el places attribus
(1709).
Pour mettre fin aux prtentions des officers de mi-
lices et aux incidents frquents qu'ils suscitent dans les
glises, l'Intendant gnral a en effet ordoin ce qui
suit (8 oct. 1700) : le pain bni!, aprs avoir t pr-

(1) M. de Blnac demand aux Suprieurs Gnraux des
Ordres religieux s'il ne serait pas prfrable que les habi-
tants assistant simplement la messe (1688). On lui rpond
de conserve l'usage tabli. (Cor. gn. Carton C9).








-88 -


sent aux prtres clbrants ou assistants au service,
sera prsent aux Gouverneurs et Lieutenants de Roi,
ensuite aux Marguilliers, puis aux officers des Conseils
souverains et de la Justice ordinaire, tant dans un
banc qui leur soit particulirement destin pour assis-
ter en corps au service divin ; s'ils ne sont pas dans
ledit banc, ils ne pourront prtendre aucune dis-
tinction. Les officers de milices n'auront aucun
rang special.
Comme M. de Charitte, lieutenant de Roi au Cap qui
se plaint, en l'absence de M. de Galifet, que celui-ci
< veuille accaparer tous les honneurs l'glise (30
janv. 1701), beaucoup d'officiers murmurent et les dis-
cussions renaissent, frquemment. Pour y remdier, il
ne faut rien moins qu'un dit royal (1713), fixant ainsi
les places :
dans le choeur,ct Eptre, prie-Dieu et fauteuil pr Gouverneur
plus bas l'Intendant
Evangile, en face de l'Intendant, chaises pour
le Gouverneur particulier et le Lieutt de Roi.
hors du choeur, Eptre, bancdesOfficiers du Conseil souverain
Evangile, banc des Lieutenants et Majors.
On reconnat au Gouverneur Gnral le droit de rece-
voir le serment des ecclsiastiques de tous -Ordres,
comme nous le voyons faire par M. de Tracy, Lieute-
nant Gnral du Roi pour toute l'Amrique (7 juin
1664). Et le P. Carlevoix dcrit la reception du comte
de Champmeslin et du chevalier de la Roche-Allard,
leur arrive au Petit-Goave : Le Suprieur des Domi-
< nicains reut les gnraux au bord de la mer, la
tte de tous ses religieux, et avec toutes les marques
d'honneur usites en pareille rencontre. Puis il les
<" conduisit l'glise o la messe fut chante, et ds
qu'elle fut finie tous les religieux prtrent serment




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs