• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Dedication
 Preface
 Half Title
 Le pacte colonial
 Des conditions de l'affranchis...
 Entre pompons blanes et pompons...
 La lutte pour la dignite
 L'affaire des Suisses et son...
 Revolution ou revolte
 L'echee d'une mission
 Autor de la loi du 4 avril...
 L'affaire galbaud et les destinees...
 L'autre face de Sonthonax
 Sonthonax et Polverel a travers...
 Entre Sonthonax et T. Louvertu...
 Entre Hedouville et T. Louvert...
 De la mort de Moyse
 Autour de la constitution...
 Les instructions secretes...
 Candeur ou abnegation?
 References
 Table of Contents
 Errata














Title: Documentation historque pour nos Etudiants
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078454/00001
 Material Information
Title: Documentation historque pour nos Etudiants
Physical Description: 299 p. : ; 19 cm.
Language: English
Creator: Laurent, Gérard Mentor
Publisher: La Phalange,
La Phalange
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1959
 Subjects
Subject: History -- Haiti -- To 1791   ( lcsh )
History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Histoire -- Haïti -- Jusqu'à 1791   ( rvm )
Histoire -- Haïti -- 1791-1804 (Révolution)   ( rvm )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: Includes bibliography.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078454
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - ADT2786
oclc - 00781928
alephbibnum - 000740140

Table of Contents
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Dedication
        Page v
        Page vi
    Preface
        Page vii
        Page viii
    Half Title
        Page 9
        Page 10
    Le pacte colonial
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Des conditions de l'affranchissement
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Entre pompons blanes et pompons rouges
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
    La lutte pour la dignite
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    L'affaire des Suisses et son epilogue
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
    Revolution ou revolte
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
    L'echee d'une mission
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
    Autor de la loi du 4 avril 1792
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
    L'affaire galbaud et les destinees de St-Domingue
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
    L'autre face de Sonthonax
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
    Sonthonax et Polverel a travers leurs actes
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
    Entre Sonthonax et T. Louverture
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
    Entre Hedouville et T. Louverture
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
    De la mort de Moyse
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
    Autour de la constitution de 1801
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
    Les instructions secretes de leclere
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
    Candeur ou abnegation?
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
    References
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
    Table of Contents
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
    Errata
        Page 307
Full Text

GirBABD 1Y1. LAURiIENT


DOCUMENTATION

HISTORIQUE

POUR NOS ETUDIANTS




LA PHALANGE
PORT-AU-PRINCE
1959










DU MEf AUTEUR :

I.- COUP D'OEIL SUR LA POLITIQUE DE TOUSSAINT-
LOUVERTURE Editions Henri Deschamps Port-
au-Prince 1949.

II.- SIX ETUDES SUR J. J. DESSALINES Imprimerie Presses Libres. Port-au-Prince 1951.

III.- TOUSSAINT-LOUVERTURE A TRAVERS SA COR-
RESPONDANCE Indusrias Graficas Espana Ma-
drid 1953.

IV.- TROIS MOIS AUX ARCHIVES D'ESPAGNE Impri-
merie ((Les Presses Libres Port-au-Prince 1956.

V.- DOCUMENTATION HISTORIQUE POUR NOS ETU-
DIANTS Imprimerie La Phalange Port-au-Prin-
ce 1959.











Sma cMAre-

a mon Cpouse-











En Maniere de Prefface


Lettre a un troupe de candidates

au Baccalaureat

Mes chers amis,
Vos visits r6iter6es A la Librairie d'Histoire d'Haiti, vos do-
leances cent fois ressassies sur un theme qui m'est cher, vos ins-
tants d'abattement et d'espoirs eventres, vos accusations, degui-
sees en reproches aigres-doux, m'ont arrach6 un aveu de culpa-
bilite trop longtemps dissimulM sous le mirage d'arguments sp6-
cieux. L'opportunite de vos demarches, la persistence de vos sug-
gestions et I'interkt des buts vises, ont eu raison de mes h6sita-
tions, en me determinant a composer ce livre. Ce triomphe, ap-
pel6 a vous rejouir, vous laissera insatisfaits, je le sais. Car, au
lieu du recueil de dissertations attend, je vous offre plut6t une
documentation sur quelques 6ventuels sujets de dissertation.
Cette solution de compromise a efface mes scrupules. Elle a
libere ma conscience des inquietudes nees de la peur d'avoir en-
chain6 vos aptitudes, alors que mon rave serait plutot de les
stimuler. Vous le savez bien, je combats tout manuel d'histoire
qui alimenterait la m6moire au detriment des efforts personnel.
Je deplore A ce sujet l'usage abusif fait de mon livre : COUP
D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE TOUSSAINT LOUVERTURE.
Mon but etait d'aider les etudiants, et non de les asservir. n ne
s'agit pas pour le jeune bachelier de tromper un correcteur en
s'appropriant une dissertation empruntee A un 6crivain; mais, de
s'inspirer du texte de ce dernier, de sa documentation, pour compo-
ser selon son propre talent, dans son propre style, et dans le sens de
sa propre formation. Le bAchelier doit disserter sur un sujet histo-
rique. II ne lui est pas demanded de reciter un auteur, a I'exemple
d'un plagiaire. Ce fut d'ailleurs la 1'ecueil qui derouta, it y a de
cela quelques annies, trois jeunes ecrivains desireux de cooperer
a la recherche d'une formule propre A clever le niveau des 6tudes
historiques et soucieux en mime temps de faciliter les ktudiants
manifestement genes par une carence de documentation.
Ces trois pionniers, intrresses A votre sort, comme vowi, chers
amis, avaient realise l'ennui de consulter, au hasard, souvent sans
resultat positif des dizaines' d'ouvrages en vue de traiter un sujet
d'histoire. Et dans leurs efforts pour vous servir et vous etre utiles,
I'un d'eux pensa a suggirer la publication d'un livre qui, pour cha-







VIII


que sujet de dissertation, proposerait une liste d'ouvrages a consul-
ter avec profit. Des circonstances diverse, au nombre desquelles les
imperatifs de la vie ne sont pas des moindres, ont dissous cette ebau-
che d'association sans qu'ait et6 prise aucune decision. Puisse I'his-
torien, auteur de cette heureuse suggestion, concretiser son idee en
publiant pour le bonheur des etudiants, et aussi des professeurs,
son recueil de bibliographies variees, applicables i chaque sujet de
dissertation donned !
La necessity d'un tel travail est manifesto. Economic de temps,
certitude de references, bonne orientation des idees, sont quelques-
uns des avantages que permet d'augurer la publication de cet ou-
vrage qui d'ailleurs ne ferait pas double emploi avec celui qu'au-
jourd'hui je livre i votre meditation.
,DOCUMENTATION HISTORIQUE POUR NOS ETUDIANTS.
est, comme I'indique le titre, un livre appele i aider les candidates
en enrichissant leurs idees, i les faciliter en leur permettant d'ap-
profondir certain points. Ce livre est ecrit en vue d'offrir aux eld-
ves une ample documentation qu'exploitera avec interest leur intelli-
gence. II les initie aux grands sondages d'un passe brumeux. II
les conduit i la genese des chapitres essentiels de I'histoire revolu-
tionnaire de Saint-Domingue, et les aide i mieux comprendre
maints evenements ou certaines attitudes des grands homes qui
ont evolue sur la scene de cette colonies antillaise. C'est comme une
perspective de connaissances plus vastes ou s'epanouiront leurs fa-
cultes d'analyse et leurs talents d'etudiants.
Alimentes a cette source, vos textes, chers amis, auront toute-
fois la valeur don't vous saurez les gratifier, selon vos aptitudes
a bien bitir un plan, selon votre formation, votre style, votre sens
de I'originalite. La recompense qu'attendent mes efforts est la cer-
titude que vous avez su tirer un grand profit de ce livre. Seul le
temoignage de vos professeurs, par consequent, sera decisif. J'at-
tends leur verdict pour juger de l'utilite, ou de I'inutilite, de mes
efforts en vue de contribuer i votre success au bac.

Sincerement v6tre


Gerard M. LAURENT,
















DOCUMENTATION
HISTORIQUE
Pour nos Etudiants










CHAPITRE PREMIER


Le Paete Colonial

La sp6cialisation, source du progres et de la prosperity de
Saint-Domingue, si elle a son bon c6te, presente, par ailleurs,
bien des d6savantages. L'opulence des colons la loue; mais, la
misere des esclaves la d6nigre. Elle fit de cette colonie la pre-
miere des Antilles. Par centre, elle subordonna Saint-Domingue
aux caprices du commerce m6tropolitain. Priv6s de tout, sauf
de la canne h sucre et du caf6, les habitants devenaient tribu-
taires de l'6tranger. Et c'est pour accaparer cette clientele
d'une potentiality attrayante que la France initial le systeme du
pacte colonial, fond sur une s6rie de lois prohibitives don't
I'essentielle fut 1'interdiction du commerce des colons avec
l'6tranger (1).
Ainsi la m6tropole devenait l'unique pourvoyeuse. Pour
bien alimenter l'insatiable Saint-Domingue, si fastueuse, il fal-
lait multiplier les ports de France, autoris6s a commerce avec
les colonies. Cette autorisation, au d6but marque d'un privilege
insigne, d&chut peun peu de son eminent prestige. En effet,
des 1771, presque tous les ports etaient gratifies de cette appre-
ciable faveur qui avait la valeur d'un bon a tirer sur Cr6sus.
Cette multiplicity de ports ranima la culture colonial. Des
plantations nouvelles virent le jour, tandis que d'autres se d6ve-
loppaient. La concurrence intervint pour promouvoir le com-
merce a la faveur d'une stimulation intensive. Toutefois on
Btait passablement ennuy6 du fait de la hausse excessive con-
nue par certain articles de premiere n6cessit: : tels le poisson
et la viande sales, le riz, la farine. Cette chert6 6tait due aux








difficulties essuyces par la France pour se procurer de ses voi-
sins les denrees qu'elle ne produisait pas. Le transport, les
prebendes, les courtages, ajoutes a la raret6, faisaient monter
d6mesurement les prix.
En vue de remedier a cet etat de choses, les planteurs de
Saint-Dominguc solliciterent I'autorisation d'acheter directe-
ment de 1'etranger les articles que la France pouvait difficile-
ment fournir. Mais ces propositions allaient a I'encontre des
int6rets du commerce m6tropolitain. Les n6gociants de France
s'opposcrent a tout adoucissement du pacte. Durant vingt ans
cette situation persist. Loin de s'amender, elle s'aggrava
quand la guerre de 7 ans rendit plus malheurcux les habitants
qui souffrirent d'une grande disctte de vivres et de farine. La
misere fut telle qu'elle faucha la moitie des ngres. Les cultures
periclitirent. L'horizon de la colonie s'assombrit (1 bis).
La perte de la Louisiane ajouta aux maux de Saint-Domin-
gue. Car, cette perte signifiait la fermeture du seul march au-
torisc en Amerique. En consequence, la colonies ne pourrait
ddsormais s'approvisionner en planches qu'a un prix exorbi-
tant. L'importance du problem et son acuit6 rendirent plus
vives les doleances et plus acerbes les plaintes des colons.
Neanmoins leur fit encore 6chec et pendant deux longues an-
nees la haie des ambitions aiguillonnant les puissants commer-
gants de France. Les fraudeurs, en d6pit des peines s6veres qui
les frappaient, essaimnrent. La speculation 6tendit ses tentacu-
les rapaces, enrichissant les uns, triturant les autres, 6touffant
les gemissements des 6conomiquement faibles.
Enfin, en 1767, la situation s'ameliora. Le Roi ouvrit le
port du M61e St. Nicolas aux strangers autorisis de leur c6t6
a y apporter des animaux vivants, de la viande sale, du riz,
des 16gumes, des planches etc. Ce fut une heureuse transfusion
qui ranima la colonies entire. Le M6le St. Nicolas vite se d6ve-
loppa. Elle se convertit en pourvoyeuse de toute la parties








frangaise de 'ile, et le siege des grands speculateurs. Son acti-
vit6 commercial rayonna. Et la n6cessit6 d'alimenter les autres
villes de la colonies cngendra une navigation int&rieure tr&s ac-
tive. L'agriculture, a son tour, en profit.
Encore d'autres sources de prosperity 6taient reservees a
]a colonic. La guerre de I'independance americaine les r6vdla.
En effet, tous les ports furent ouverts aux nations allies. De
grands bateaux espagnols les frequentbrent. L'or y circular A
profusion. La colonies connut une tell abondance que rien ne
pourra plus a l'avenir l'arrkter dans sa course vers la prosp6rite.
Les habitants deviendront de puissants personnages qui ne tar-
deront A afficher une arrogance cinglante et a soutenir, vis-a-vis
de la Metropole, des theses os6es sur leurs droits, leurs pr6ten-
tions et leur conception colonial. La nouvelle personnalit6
qu'ils s'6taient an fur et a measure taill6e et l'6tat d'esprit nou-
veau qui les animait seront le preambule d'un choc avec les
negociants de France. Le signal en fut donn6 par la signature
du traits de Versailles.
Le commerce metropolitan reclama le retrait de l'Mdit au-
torisant la libre exportation des denr6es coloniales et, aussi, la
fermeture des ports de St-Domingue. Les protestations des co-
lons prirent un caractere vehement. La m6tropole pressentit un
conflict qu'elle 6carta en manceuvrant de facon A manager les in-
t6rsts des deux parties. Elle vita toute solution radical. Certes,
elle fit droit aux revendications des planteurs de France en sup-
primant I'entrep6t du M6le St. Nicolas. Mais, d'autre part, par
le m&me d6cret du 30 Aoit 1784, elle donna 6galement satis-
faction aux colons de St. Domingue en ouvrant A l'6tranger les
ports du Cap-Haitien, de Port-au-Prince et des Cayes. On pou-
vait y recevoir du betail vivant, du boeuf sal, du cuir, du gou-
dron, de la r6sine.
Et comme la Metropole tenait, avant tout, a sauvegarder
ses propres int6rets, elle en profit pour imposer une taxe de






14

1 o/o sur toutes les marchandises import6es ou exporties, de f
S8 o/o sur la viande de bceuf sal et de 12 o/o sur chaque quin-
tal de more. C'6taient les premiers d'une s6rie de droits prohi-
bitifs que la M6tropole se r6servait de prendre en function des
prerogatives que lui donnait le pacte colonial (1 tiers).










CHAPITRE II


Des Conditions
de 'affranchissement

La rigueur des interdictions, qui frappaient I'affranchi a
une 6poque oil une goutte de sang africain 6tait consid6r6e
comme une tare cong6nitale, reflkte la mentality des blancs de
la colonies, ennemis jures des hommes de couleur sur qui ils
crachaient leur opprobe. Ils esp6raient l6iminer les affranchis,
soit en decourageant les repr6sentants de cette classes, soit en les
accablant de leurs injustices ou de leurs m6qhancet6s. Ils pen-
saient les refouler dans les t6nebres de l'esclavage, en minant
leur vie social, deja hantee de mille miseres. De la soci6t6, on
voulait les exclure. Au theatre comme a l'6glise, on se les mon-
trait avec didain. Les travaux les plus durs, les plus p6nibles, les
plus repugnants, leur etaient r6serv6s dans les milices. La, on
leur apprenait a se degrader, a se diminuer, A s'avilir. On les
portait a trahir leurs freres, a les traiter en ennemis, a les
martyriser. Hl6as leur id6al devait s'accrocher a la capture
du plus grand nombre possible de negres marrons. Quant a
leur dignity, elle etait m6connue, honteusement souill6e. I1 leur.
etait interdit de frapper le blanc, meme quand il s'agissait de
d6fendre leur propre vie ou l'honneur de leur foyer. Une se-
vbre loi condamnait sans appel la moindre vell6it6 de r6volte
ou d'insoumission. Tout affranchi qui frappait un blanc etait
possible de l'amputation d'un membre sup6rieur.
Done les blanks de la colonies tentaient l'impossible pour
l6iminer les sang-mdles de la classes des libres. Ils esperaient,
tout au moins, les d6moraliser par l'adoption de measures discri-








minatoires, d'exactions, de decisions arbitraires et avilis-
santes, inhumaines et repugnantes. Et, a consider les efforts
des colons pour tuer moralement les affranchis, on s'6tonne
que cctte classes de libres de couleur ait pu naitre. A la faveur
de quelles circonstances les affranchis ont-ils surgi au point
de se constituer en classes imposante, semant chez les blancs
6mois et soucis ? La reponse a une telle interrogation invite
a une paticnte inquisition dans le processus de d6veloppement
de cette classes, a travers la complexity de la structure social de
Saint-Domingue, les tendances et les conditions de vie.
Prisonniers du chaud climate des tropiques, les colons, diffi-
cilement, r6sistaient ta I'moi de leurs sens qu'agagaient de pim-
pantes n6gresses. A ces derni&res qui surent attirer leurs re-
gards et captiver leurs sentiments, ils accordaient, en recompen-
se, des prerogatives. Des unions clandestines attach&rent l'un
a l'autre colon et servant. Les n6gresses, honorees du titre, en-
viable a l'6poque, de maitresses, 6taient affranchies, elles et leur
progeniture. Cela en vertu d'un reglement local gen6ralement
applique : toute femme noire, sit6t qu'elle mettait au monde un
enfant don't le pere 6tait un blanc, devenait libre ainsi que son
enfant mulitre. Triste ktincelle d'esperance jet6e dans le coeur
des n6gresses que consumait le disespoir Car, au prejudice de
la morality, se d6veloppa un libertinage int6ress6, un libertina-
ge assaisonn6 de coquetteries, qu'attisait le vif d6sir de conqu6-
rir le coeur d'un maitre. Ce tuyau canalisa le d6veloppement de
la prostitution qui marqua de son sceau d6gradant les premiers
pas des negresses vers la liberty. Toute femme esclave reva
d'un r6le de courtisane. Nombre d'elles se livrerent sans mesu-
re aux artifices propres a les liberer...
De pair avec l'amour charnel, figuraient, parmi les condi-
tions d'affranchissement, des sentiments de grandeur, tels l'a-
mour filial, la reconnaissance, le devouement. Le maitre qui
avait droit de vie et de mort sur son esclave pouvait, naturel-








element, le donner en cadeau ou en gage, et, cela s'entend, I'af-
franchir. Ainsi d'ailleurs le comprit Louis XIV qui, A la favour
d'une Ordonnance de Mars 1685, autorisa l'affranchissement
des esclaves par acte entire vifs ou par testament (2). Les mai-
tres, en outre, 6taient dispenses de produire les motifs qui com-
mandaient une telle decision. Meme les mineurs pouvaient se
passer de l'autorisation de leurs parents. On affranchissait un
esclave en recompense de sa fidelity ou de son devouement.
Les nourrices qui avaient allait6 des enfants blancs bene-
ficiaient de la meme measure. Les services rendus a la Patrie
se recompensaient a cet echelon de la reconnaissance. Et l'on
aime A ce propos a citer dans l'histoire le cas de Vincent Oli-
vier et d'Etienne Auba qui, pour s'ktre signals en 1698 par leur
bravoure au siege de Carthag ne, furent affranchis et eurent
l'insigne privilege de porter habit et epee, et mnme le grand
honneur cela est rigoureusement vrai pour Vincent Olivier -
de manger a la table du comte d'Argout (3).
Mais ce sont I des considerations qu'inspiraient des sen-
timents humans en opposition avec les principles directeurs du
parti colonial. En g6n6ral, les measures de cl6mence on d'af-
franchissement que prenaient les colons, repondaient a des fins
caches plus en harmonie avec leurs int6rets que sauvegardait
le systeme esclavagiste. Tel nous apparait, si on le d6pouille
de son voile trompeur, le reglement qui affranchissait toute
n6gresse, mere de huit enfants vivants. En language clair, cette
measure s'interprete ainsi : pour chaque huit enfants esclaves,
le colon concedait une liberty, celle de la mbre. D'autres me-
sures encore visaient A la p6rennit6 de la servitude. Celles, par
example, accordant la liberty a l'esclave qui a contribu6 h la
capture d'un marron. L'importance de ce point impose un d6-
veloppement.
L'efficacit6 de cette measure, jointe A son opportunity, rend








homage a la perspicacit6 du psychologue qui l'a conque. Car,
a la v6rit6, il a trouv6 une heureuse formule pour supplier
A l'impuissance d'une police desempar6e. En r6compensant le
zMle des esclaves traitres a leurs freres, on developpait leurs
tendances a la trahison, on semait la discorde dans cette im-
pressionnante multitude d'esclaves don't l'entente ou la conni-
vence ne s'envisageait gubre sans une folle apprehension. Sim-
plement on cr6ait un climate de suspicion tres efficace a venter
les complots que la t6m6rit6 eut pu fomenter. En encoura-
geant une stimulation dans l'espionnage et la trahison, on d6mo-
ralisait les esclaves, on vouait a l'6chec toute 6ventuelle tenta-
tive de revolte. Cette measure en un mot visit a adoucir la fu-
reur des esclaves, a bercer leurs chagrins, a apaiser leurs cole-
res. Heureusement que la cupidity guettait a l'ombre des am-
bitions pour faire 6chec au machiav6lisme de ces calculs.
La cupidit6 attira a Saint-Domingue des milliers d'aventu-
riers qui ne revaient qu'a s'enrichir pour s'en retourner en
France jouir des fruits de leurs rapines. Ces gens, toujours en
quote de nouvelles formules pour se garnir les poches,
avaient, de leur c6t6, r6alis6 tout l'avantage a tirer d'un
march a affranchissements. Ils sp6culkrent, r6clamant pour
chaque liberty une valeur qui s'accroissait sans cesse. Le
prix exig6 pour un affranchissement s'enfla, avant de devenir
scandaleux. La dime atteignit d'abord 1.000 livres; puis, se dou-
bla (4). L'affranchissement devint presque impossible, car il
fallait dix ann6es d'6conomie a un esclave avant de totaliser
le montant exig6 pour sa liberation. Si par malheur il mourait
- et l'on est en droit de se demander jusqu'a quel point le mai-
tre n'aidait le destin en donnant le coup de pouce fatal toutes
ses economies 6taient confisqu6es (5). II n'6tait pas reconnu aux
parents le droit d'heriter de ses biens. L'ambition des trafi-
quants aurait occasionn6 la ruine de ce commerce si la soif de
liberty qui brilait les esclaves n'avait inspire A ces derniers des








solutions, efficaces certes, mais combien humiliantes et honteu-
ses !...
En effet, les femmes noires se persuaderent de la possibi-
lit6 de se lib6rer, puisqu'une simple question d'argent condi-
tionnait leur affranchissement. II s'agissait alors de s'en procu-
rer par tous les moyens. Et l'on vit ces esclaves trafiquer de
leur corps comme de leur conscience. Vol, corruption, concu-
binage, assassinate devinrent monnaie courante. Effraybe de l'a-
hurissant d6veloppement que connurent les abus, les vices et
l'immoralit6, Sa Majest6, le Roi, en 1713, enleva aux colons le
libre droit d'affranchir leurs esclaves. Ils devaient se r6f6rer au
gouverneur et a l'intendant, seuls aptes a accorder des permis-
sions apres examen des motifs stipul6s (6).
Mais ces dernieres dispositions ne fermerent pas la voie
au libertinage et au scandal. Car, les gouvernants ne surent
pas toujours resister a l'attrait d'un pot de vin, tandis que les
colons avaient le don de rendre I'appAt all6chant, surtout quand
il s'agissait du sort d'6tres chers, comme par example une mat-
tresse dorlot6e ou un serviteur d6vou6. Les femmes cr6oles,
elles aussi, savaient rendre irresistible leur offre quand il fallait
affranchir des n6gresses, confidentes ou entremetteuses de leurs
coupables amours.
L'affranchissement par testament, avons-nous vu, donna
lieu, 6galement, A des abus ou des exces. L'impatien-
ce d'un esclave, sa hate de sortir de la g6henne, la peur
qu'un facheux imp6ratif ou un simple caprice ne fasse changer
d'avis un maitre hier clement ou reconnaisant, entrainait par-
fois la mort subite de ce dernier par empoisonnement. En ge-
neral ces cas s'observaient chez les colons qui signaient des af-
franchissements testamentaires pour d'autres motifs que la re-
connaissance. Tels les colons qui, guides par la m6chancete,
agissaient dans le but de nuire A des parents qu'ils n'ont pas pu






20

desh6riter, pr6f6rant, A la faveur d'affranchissements massifs,
exposer leur succession a la ruine.
Ainsi les multiples et differentes raisons que nous rencon-
trons masquces derriere chaque cas expliquent 1'6chec des co-
lons dans leurs tentatives d'enraver I'accroissement de la cour-
be des affranchissements. Comment former la vanne quand la
perversity brilait les sens des colons et que la cupidity embra-
sait leurs desirs ? Comment barrer la route aux affranchis
quand 1'esclave, informee de son empire sur un maitre lubrique,
se mettait en frais de seduction afin de lui arracher sa liberty ?
Comment eviter I'affranchissement tant qu'il y avait parmi les
riches de la colonies des coeurs genereux et reconnaissants ?
Trop de contingencies se heurtaient. Trop d'int6rets opposes se
confrontaient. C'est pourquoi, a notre sens, I'affranchissement
partiel doit ktre interpri6t comme un ph6nomene inevitable.










CHAPITRE III


Entre Pompons Blancs
et Pompons Rouges

A.- La Situation
dans lee Classes Dirigeantes
en 1789

Les diff6rents movements insurrectionnels qui ensanglan-
terent St-Domingue a partir de 1790 rappellent les 6venements
qui se passerent dans la M6tropole durant la p6riode r6volu-
tionnaire. Ici et lh-bas, ce sont les memes erreurs initiales, les
memes tendances, les memes enchainements qui s'observent.
Que se passa-t-il en France en 1789 ?
On vit le clergy et la noblesse, supreme echelons de la
hi6rarchie social, se liguer pour faire une revolution blanche.
Is 6taient irrites centre la dynastie capetienne qui les avait
d6pouill6s de leur pouvoir politique et soumis a la souveraine
autorite du roi. Mais la colere, qui les aveuglait, endormit chez
eux toute perspicacity, toute logique, toute psychologie. L'es-
prit de vengeance partout r6gna, 6touffant la voix de la pru-
dence et de la sagesse. Ce n'est qu'apres avoir diminu6 l'auto-
rite royale que les auteurs se rendirent compete de 1'6normit6
de leurs maladresses, de l'importance de leurs actes, gros de con
sequences. Car, le roi jusqu'alors constituait un bouclier derriere
lequel, en toute s6curit6, s'abritaient et clergy et noblesse. En
diminuant l'autorite royale, ces deux groupements sociaux s'ex-
posaient imprudemment aux coups du Tiers Etat, vrai b6n6fi-
ciaire de leur movement. La bourgeoisie, d6tentrice, a force








de travail et d'efforts, des richesses mobilieres, s'etonna, a son
tour, que les traditions et la naissance puissent constituer des
droits aux privileges seculaires don't jouissaient le clergy et la
noblesse. Elle d6nonga au sein des Etats-GCneraux ces abus et
cette injustice. Alors les privileges, comme des chAteaux de
carte, s'6croulerent sous la foulee de la d6magogie,enflee de
grands gestes de pr6toire, et sous la rise sournoise du people
qui, voyant tomber les barriers des bastilles, conscient de sa
force, se rua vers le pouvoir. La revolution des masses prol6-
tariennes et paysannes 6clata avec toute la fureur des hu-
miliations accumulbes, des soumissions imposees, des revoltes
bridges. Elle 6clata, sanglante, sauvage, despotique, ne respec-
tant aucun principle, aucune tradition, n'ob6issant h aucune di-
rective propre, se propageant dans tout le pays, d6truisant les
institutions, d6capitant des milliers de citoyens, pour s'ar-
rater enfin, haletante, devant une France transformed,
nouvelle, une R6publique qui 6tonna et bouleversa 1'Europe (7).
Avec de l6geres variantes, c'est ce qui se passa en Haiti A
partir de 1790. Ce fut come une r66dition sur la scnne do-
minguoise du fait r6volutionnaire frangais. C'est aux flames
des bastilles que fut allum6e la torche qui incendia Saint-Do-
mingue. Les acteurs anonymes s'identifiaient. C'est la m6me
masse aveugle, longtemps exploit6e, qui finalement prendra le
pouvoir apres que la bourgeoisie dans sa lutte contre l'aristo-
cratie lui aura fait les overtures. Et cette masse populaire se
composer d'6elments vivant dans des conditions presque iden-
tiques. Ici, des noirs raval6s se voient dans l'obligation de tra-
vailler pour d'autres hommes qui les exploitent; lI-bas, des
paysans asservis sont soumis a la culture de domaines seigneu-
riaux. Ici, des esclaves sur lesquels un colon a droit de vie et
de mort; lI-bas, des serfs sur lesquels un seigneur exerce un
droit de suite. (Seulement la justice du roi prot6geait les droits
du serf, tandis qu'" Saint-Domingue, l'esclave n'avait que des








devoirs). Ici, des souffre-douleur que la misbre 6corche; l-bas
des mis6reux que la faim d6vore, bien que beaucoup de ces
derniers soient propri6taires fonciers. Ici, enfin, les sept hui-
tibmes de la population remplissent le role affreux d'esclaves;
la-bas, dans le royaume, les trois-quarts de la population sont
paysans.
0
Dans la bourgeoisie de Saint-Domingue, qui s'identifiait au
Tiers-Etat, se rencontrait, se coudoyant, se confondant dans
leurs luttes contre l'aristocratie, le riche planteur et le petit
blanc miserable. Tous deux se distinguaient aussi par leurs pr6-
jug6s et leurs ressentiments contre les hommes de couleur.
N6anmoins ces ressentiments 6taient d'inspiration different.
Chez le petit blanc, la jalousie, a la suite de deceptions sociales,
le d6pit des revers, une d6cevante inf6riorit6 culturelle et une
servitude 6conomique avaient cr66 un esprit chagrin, haineux,
combattif. Tandis que la peur d'une concurrence, les appr6hen-
sions, que justifiaient I'ascension et I'accroissement d6mogra-
phique des mulatres, la crainte, enfin, que des pr6tentions a
l'ind6pendance ne jetassent ces indigenes a la t6te des ateliers
pour chasser les blancs, alimentaient l'animosit6 du colon.
Comme le bourgeois du royaume, le grand planteur 6tait
d'origine humble. Pour s'en convaincre, il suffit de se rap-
peler les imp6ratifs qui l'ont dirig6 sur Saint-Domingue. Le
bourgeois de France, au dire de Messance, dans son Trait6 de
la Population, fut d'abord ouvrier, artisan, fabricant ou mar-
chand, (8). Comme lui, le colon de Saint-Domingue connais-
sait les tapes qui conduisent a la magnificence. Il 6tait ouvrier,
commis, grant, puis procurateur ou planteur. Les grands plan-
teurs occupaient une place important dans les affaires com-
merciales. Ils 6taient d6tenteurs en bien immobiliers de prbs
de 250 millions, sans computer les biens mobiliers. L'artisanat
qui groupait les petits blanks, 6tait au service de ces colons








dans Ics magasins et les plantations. Des fictions, dues aux con-
flits du travail, des chocs entire patrons et ouvriers, avaient en-
venime les relations. Ceux-ci haissaient ceux-la. La jalousie y
6tait pour beaucoup. Et les rancoeurs pour 6clater n'atten-
daient que l'opportunite. En attendant les 6v6nements se tas-
saient; les haines couvaient. N6anmoins, toute la roture, du
grand planteur au blanc bec, du patron au plus humble ouvrier,
se rencontrait, fraternisant dans une unit de sentiments : la
haine de l'aristocratie et de la monarchie.
0
Dans l'aristocratie, le clergy comptait peu, avec ses 46 cu-
res que paralysaient l'apathie et l'ignorance des masses popu-
laires, le farniente et la luxure des blancs, l'immoralit6 et l'inhu-
manite de la Traite. Seule la noblesse representait a Saint-Do-
mingue la classes aristocratique. Fiers de leur naissance, et en
son nom, les representants de cette classes avaient le monopole
de toutes les hautes functions jugees compatibles avec leur di-
gnit6. Comme ils etaient presque tous des militaires, ils cour-
baicnt les autres habitants sous la f6rule de leur autorit6
despotiquc. Ils m6prisaient la bourgeoisie. Ils vilipendaient la
canaille qu'abalourdissaient les ateliers. A Saint-Domingue, ces
nobles derogeaient. Soit pour accroitre leur fortune, soit pour
redorer leur blason, ils s'interessaient aux affaires. Ils ne recu-
leront, mcme pas devant le scandal. Au besoin, ils 6pouseront
unc fille de couleur, a la dot s6duisante. N6anmoins, leur fiert6
et Icur morgue ne desarmeront pas pour autant. Cette noblesse
commandait au nom du Roi et sa fidelity h la monarchie 6tait
a 1'epreuve de la trahison. Nobles de sang et nobles de robe
s'cntendaient pour tenir haut le drapeau blanc, mais aussi pour
donner 1'exemple d'une vie dissip6e. Gens aux moeurs d6r6-
glees, du haut de leur puissance, ils travaillaient inconsciem-
ment a la ruine du regime qui les soutenait. Ils se fiaient a l'il-
lusion d'une id6ologie sacr6e. Ils se croyaient si invuln6rables






25

et si superieurs aux autres hommes qu'ils se permettaient
les plus intr6pides ventures, les pires fantaisies, les plus r6vol-
tants abus (9).










B.- La Situation
dans les Classes Dirigeantes
en 1789 (suite)

Dans l'aristocratie, militaircs et hauts fonctionnaires civil
s'entendaient pour s'enrichir. A cette fin, ils trafiquaient avec
l'honneur, marchandaient avec le devoir, commercialisaient la
justice, anarchisaicnt I'administration. La corruption, de son
c6te, 6tendit ses tentacules; elle se propagea dans toutes les
branches administrative, gangrena la classes qui gouvernait la
colonies jusqu'a en faire un corps pourri.
Cette course a l'argent se faisait an prejudice des elements
de la classes bourgeoise, condamn6s a subir avec les caprices
des nobles, la morgue de ces derniers, leurs abus d'autorite,
leurs injustices. Pour soutirer I'argent des colons on briser leur
elan vcrs le pouvoir, on les arretait illegalement, on les empri-
sonnait arbitrairement, on sequestrait leurs biens, on les affli-
gcait, enfin, de mille tracasseries. Le gouverneur, qui etait h la
t6tc de la colonies, encourageait ces desordres, parce que, com-
me les autres, il etait agit6 de passions. Rebutait a ses tendan-
ces et a ses exigences d'aristocrate une decision de justice qui
condamnerait un militaire au benefice d'un civil. Le.noble,
quels que fussent les mefaits don't il 6tait accuse, toujours avait
raison. Un tel esprit ne pouvait qu'envenimer les haines qui
s'accumulaient dans le cceur ulc6r6 des victims.
Et aucun redressement administratif n'etait a esperer, puis-
que la Metropole, 6loignee de la colonie, s'inspirait des sugges-
tions ou des rapports de ses repr6sentants pour trancher les dif-
ficultes. Une confiance illimitee donnait au gouverneur carte
blanche. Outre cette pr6seance hierarchique, le gouverneur etait








avantag6 par f'eloignement de la colonies; situation qui retardait,
jusqu'a les rendre inopportunes, les decisions que le gouverne-
ment m6tropolitain esit voulu prendre. Par surcroit, il jouissait
de la puissante protection que constituaient au sein de la Cour
ses relations. De tels avantages etaient capable de griser l'hom-
me le mieux intentionn6 et le plus equilibr6. Qu'esperer de
grand et de just de ce haut fonctionnaire quand on se rappelle
la gloire, les honneurs et le pouvoir souverain qui, dans la colo-
nie, I'attendaient pour l'accaparer, le seduire, l'envoiter ? Un
tel homme, produit d'une education sophistique et esclave de
travers traditionnels, n'etait-il pas une proie facile dans un mi-
lieu dot6 des atouts qui font mousser la vanity ? C'est Sannon
qui nous conte en detail les ceremonies organis6es en l'hon-
neur d'un gouverneur qui visit une ville. *Le branle bas
est general; les cloches sonnent a toutes volees; les canons des
forts et des navires tonnent; I'armre est debout; le clergy, por-
tant le dais, les fonctionnaires de tous ordres vont au-devant
de lui. Des arcs de triomphe sont dresses sur son passage, et,
dans les discours pompeux qu'on lui adresse, il est pour le
moins compared A Sesastrie, a Hercule ou h Titus, (10). Ne sem-
blc-t-il pas que de tels honneurs, une telle puissance, une tell
autorite soient de nature a donner le vertige mime a un noble ?
En 1790, ce n'est pas seulement la fierte d'une naissance ou
l'honneur d'appartenir A la classes aristocratique qui ont engen-
dre les abus don't les nobles accablaient les autres habitants de
la colonie. Mais surtout la n6cessite de sauvegarder leurs scan-
dalcux privileges en ecrasant i'hydre revolutionnaire. Car, leur
survivance 6tait conditionnee a celle de la monarchies. La per-
suasion d'une telle relation les group tous, en un bloc homo-
gene, sous le pavilion du roi. Par un regime de terreur, ils ten-
terent de paralyser la revolution qui grondait. Sans doute ne
realisaient-ils pas que c'6tait justement les abus d'autorit6, les
injustices, les crimes qui allumaient la revolution. Et que cette








revolution etait fatale, aussi inevitable que l'insurrection des
esclaves, parce que les memes ferments les amorqaient. Bri-
laient le coeur du colon et de l'esclave les memes haines accu-
mulees, les memes revoltes comprim6es, les memes humilia-
tions entass6es. La revolution A Saint-Domingue allait mirir au
rythme des ev6nements metropolitains.
0
Mais quel ttait l'objectif de cette revolution que faisaient
les colons ? S'agissait-il d'6craser la classes aristocratique, d'abo-
lir les privileges des nobles, de pourfendre l'autorit6 des grands
fonctionnaires, d'assimiler, enfin, les deux classes qui preten-
daient a administration de la colonie ? Certes, planteurs et
petits blancs s'entendaient pour brimer la morgue impertinente
des nobles et leur arracher le masque aristocratique. Mais une
conception administrative controversies les divisait au fond. Les
colons m6ditaient d'exclure les petits blancs des postes adminis-
tratifs. Ils voulaient balayer la classes aristocratique qui les sup-
plantait, sans entendre, cependant, operer le moindre change-
ment structural dans les communautes inferieures. Ils se reser-
vaient en exclusivity le droit d'administrer la colonie, d'6tudier
ses problems, et de decider d'une forme de gouvernement ap-
propriee. Les droits de la metropole 6taient discut6s; son auto-
rit6 meconnue. La colonie elaborerait elle-meme ses lois; elle
6tablirait et voterait elle-mme sa constitution. En un mot
Saint-Domingue cesserait d'etre une colonies. Ce serait 1'inde-
pendance.
Des arguments assez serieux militent en faveur de ces co-
lons, chauds partisans de l'ind6pendance de la parties frangaise
de l'ile. D'abord, ces revolutionnaires signalaient les difficultis
pour la lMtropole de saisir le c6te vital des problemes et la
lenteur apport6e dans l'adoption des solutions a cause de 1'eloi-
gnement de la colonies que dix-huit cents lieues separaient de
la Mere-Patrie. Ils pensaient encore que la France 6tait moins








interess6e A se pencher sur leurs problems administratifs et or-
ganiques qu'eux, propri6taires fonciers don't la fortune depen-
dait de la s6curite et de la stability de l'ile (10 bis). On est en-
core tented de leur donncr raison quand on reveille le souvenir
de la mentality des grands fonctionnaires qui arrivaient dans la
colonie. L'enrichissement 6tait leur souci majeur. La
precarit c de leurs functions expliquait les libbralit6s et
la rapacity qu'ils 6talaient. L'avenir de la colonie, d'apres
eux, revetait un caractere secondaire. C'est pourquoi leur
faisaient defaut le d6vouement du colon et son enthousias-
me. L'indifference les tenait eloignes de l'anxiet, des inqui6tu-
des et des soucis qui absorbaient les planteurs. L'intr&et agri-
cole de ces derniers, comme le soutient avec raison Auguste
Magloire dans son livre : "Erreur Revolutionnaire et notre Etat
Social,, btait une question crucial qu'il revenait au gouverne-
ment m6tropolitain de considerer avec plus de s6rieux et moins
d'affectivite (11). Parce qu'ils avaient tout a perdre, les colons
ne sauraient rester indiff6rents aux measures inopportunes qu'ar-
retait le gouvernement m6tropolitain et aux decisions arbitraires
des despotes qui commandaient la colonies.










C.- La Politique de 1'Assemble
de Saint-Marc

En France la revolution triomphait. Les gardes chargeaient
aux c6tes du people. Cette defection chavira les calculs de la
monarchies. Les traditions, sapbes a la base, degringolaient en
cascade de regrets et d'indignations. Les barrieres entire la no-
blesse et la bourgeoisie tombaient, emporties par la rafale qui
demantela la Bastille. L'impopulaire Louis XVI, sa puissance
dechue, capitulait en 6pinglant la cocarde national.
L'annonce de ces nouvelles bouleversa Saint-Domingue.
Les 6venements depassaient tellement les provisions On ne
s'attendait gu&re a une si rapide victoire sur une dynastie et des
institutions que consolidaient des siecles de traditions et de
grandeurs. La joie explosa en delire, un delire qui 6lectrisait
les esprits, un delire collectif qui ameuta la colonie. Dans les
rues flottait une atmosphere suffocante. On humait le sang.
Des 6clats de rire sadiques trahissaient une fr6n6sie hystirique.
Des lueurs fulgurantes dans les regards refl6taient I'agitation et
la fureur des esprits. Un troublant carillon semait I'allegresse
dans le coeur fielleux des turbulents petits blancs. L'heure de
la vengeance, I'heure des reglements de comptes, semblait avoir
sonn6. Les journ6es r6volutionnaires s'annonqaient A Saint-Do-
mingue.
Les catastrophiques nouvelles rescues d'outre-mer impres-
sionnerent le gouverneur-general. Par prudence plus que par
peur, par calcul plus que par lachet6, par politique plus que
par n&eessit6, il se depouilla de sa personnalit6, transigea avec
son arrogance coutumiere, se montra compr6hensif, conciliant,
soumis. Au fond il n'acceptait pas la d6faite. Mais il lui fallait








le came de l'isolement pour m6diter sa vengeance. II lui fallait
surtout le masque de la soumission afin de pouvoir, a l'abri des
soupcons et des inqui6tudes, batir son plan de contre-attaque.
En attendant il se pliait aux injonctions des comit6s r6volution-
naires, promettait sa collaboration et son appui.
Ces comit6s, de leur c6t6, h I'exemple de la Province du
Nord qui, de sa seule autorit6, prit l'initiative de la formation
d'une Assembl6e, se muerent, eux aussi, en organismes similai-
res dans les Provinces de l'Ouest et du Sud. On convoqua les
paroisses en vue des elections. Et les d6putes, r6unis a Saint-
Marc, constituerent le 14 Avril 1790, l'Assembl6e Gen6rale de la
Partie Francaise.
De ces elections furent exclus les hommes de couleur, 6ter-
nelles victims de l'animosit6 des petits-blancs. Ils se virent
accabl]s de measures vexatoires. On fit tout pour 6mietter leur
personnalit6, violer leurs droits. On leur m6connut la quality
de citoyens en d6pit des vceux de l'Assemblee Nationale. ,Les
blancs s'appliquaient, 6crit Sannon, a les intimider, a briser le
resort de leur Ame' (12). Ils pouvaient le faire, car les co-
mit6s etaient omnipotents. Chaque jour, davantage, s'affirmait
et s'imposait la force de l'Assembl6e de Saint-Marc. Cette force
6clatait puissante, cruelle, dynamique. La revolution bourgeoi-
se triomphait.
Certain de son empire sur le gouvernement, l'Assembl6e
de Saint-Marc, gris6e par ses succes et son pouvoir, se laissa
aller A prendre des measures de plus en plus os6es, des measures
d'une audace 6tonnante, d'une hardiesse inconceivable. D'au-
torit6 elle ouvrit les ports de la colonies au commerce stranger,
licencia les troupes de lignes, suspendit les affranchissements.
Elle vassalisa le gouverneur et l'intendant, les manda a sa bar-
re, diminua leurs pouvoirs. Elle rendit un d6cret sur I'organi-
sation des municipalities, arr&ta des sanctions centre les blancs
mesallies, fixa les bases constitutionnelles du gouvernement





32

de la colonie (13). N'alla-t-elle pas jusqu'a envisager les possibi-
lit6s d'un dialogue avec l'Angleterre ? (14). L'exces des measures,
la hardiesse des initiatives d6masquerent les vues secretes de
l'Assembl6e, mettant a nu un problem crucial, 6cueil de toute
entente avec l'Assemblee Provinciale du Nord.
Des gens de loi, des commerqants, des marchands, quel-
ques officers du gouvernement, tous membres de l'Assembl6e
du Nord, s'etaient joints aux colons pour diriger le movement
revolutionnaire declench6 centre la noblesse. Ce que l'on r6cla-
mait A ce moment, c'etait un droit de contr6le sur l'Adminis-
trateur, c'etait le partage avec l'Intendant de sa souveraine
autoritb, c'etait la r6forme des abus, la destruction des pr6ju-
ges. Quant h la Mtropole, les colons r6clamaient d'elle le droit
de cooperer a la recherche des solutions qu'attendaient les pro-
bl&mes de la colonies. Ils voulaient participer a l'elaboration
des lois, blire leurs deputies sans obbir a aucune influence, orien-
ter les relations commercials au gr6 de leurs interkts. Tout
cela est dit d'une fagon nette et precise dans une lettre du 24
Dbcembre que l'Assembl6e du Nord adressa aux Assembl6es
des autres provinces.
Certes, a 6tudier tous ces points, on aboutit a la meme
conclusion que G. Debien, qui 6crit dans son livre : -Esprit
Colon et Esprit d'Autonomie a Saint-Domingue au XVIIeme
sickle : mes demand6es devaient accorder aux colons le moyen de s'ad-
ministrer, de se taxer, de se juger eux-memes (15). Oui, les
membres de l'Assemblke du Nord, don't Daugy et Larchev6
que Thibaud 6taient les porte-parole, voulaient l'ind6pendan-
ce. Mais les relations continueraient, amicales et loyales, avec
la France qui traiterait la colonie en alli6e. L'independance de
la colonies, tous ils la d6siraient. Mais, jamais ils n'ont souhait6
un divorce d'avec le Royaume; jamais il ne fut question de ban-








nir le drapeau francais. En un mot l'ind6pendance n'etait pas
absolue. Plenitude de liberation, soit; mais, non divorce.
Et c'est ici qu'6merge le point litigieux divisant l'Assemblbe
Provinciale du Nord et 1'Assembl6e de Saint-Marc. Alors que
la premiere Assembl6e 6tudiait une formule de conciliation qui
soit en meme temps un code lib6rateur, la second, n6gligeant
toute solution de compromise, travaillait d'arrache-pied h une
rupture definitive avec le Royaume frangais. Car le rave des
planteurs, composant la presque totality de l'Assembl6e de
Saint-Marc, 6tait de chasser les repr6sentants de la France, de
rompre toutes relations avec cette derniere.
Une question d'int&r&t materiel les inclinait a prendre cet-
te measure rigoureuse. N'6tait-ce pas l'unique moyen de se lib6-
rer des lourdes dettes contract6es envers les cr6anciers fran-
cais ? Quelle formule plus intelligence pouvaient-ils ima-
giner pour garder en leur possession les tcrres et plantations
des proprietaires qui r6sidaient en France ? Quclle autre so-
lution plus pratique pour s'enrichir du jour au lendemain ?
D'ailleurs le systeme pr6pos6e leurs relations avec les colons
r6sidant en France est reconnu fond6 sur la deloyaute. Mieux, il
laissait a pr6sumer que l'id6e d'une separation mfrissait depuis
longtemps et qu'un plan de longue haleine 6tait m6thodique-
ment applique. Pour nous en convaincre, il suffit d'6couter G.
Dcbien dans ses revelations : II1 parait au colon plus avanta-
geux de d6penser le plus possible des recettes sur place, d'a-
grandir son bien, d'y faire des -ameliorations*, que de rembour-
ser les avances aux premiers cretours. Les grants des pro-
pri6taircs absents depensent au maximum les revenues en 6qui-
pement, en constructions, comme si envoyer des revenues au
cr6ancier, c'6tait appauvrir I'agriculture colonial ou ralentir
son l6an (16). Ainsi done, apres avoir consolid6 leur capital
en biens meubles et immeubles, les colons s'arrangeaient pour
couper tous liens avec les propri6taires, leurs cr6anciers.








Neanmoins, come eut, bien justement, a 1'6crire Petion,
dans son *Discours sur les Troubles de Saint-Domingue., la
colonie ne pouvait se soutenir seule; elle avait besoin de l'ap-
pui et de la protection d'une puissance europ6enne (17). A d6-
faut de la France, les colons devaient jeter leur d6volu sur
l'Angleterre. Ce choix r6pondait d'ailleurs a des vceux long-
temps 6mis et souvent r6p6t6s. C'est le colon Morange qui,
en 1764, dans une lettre a son associ6 Stanislas Foache, expo-
se : ....Le commerce frangais est parvenu A se faire hair des
habitants au point que quelqu'un qui ne connaitrait pas ce pays
le jugerait anglais par l'animosit6 qu'on y a centre le n6gociant
frangais. On voudrait ktre de la nation oi le sucre se vend le
plus cher et qui a le moins a craindre en temps de guerre...,
(18). Done les membres de l'Assembl6e de Saint-Marc r vaient
de se mettre sous le protectorat de 1'Angleterre. La puissance
de ce pays les garantissait de toute aggression de la part des
franqais. Et son type de colonisation sauvegardait leurs int6-
rkts. Tel est le mobile de 1'6trange attitude des membres de
l'Assemblee de Saint-Marc.










D.- La Tactique de la Reaction


A Saint-Domingue, le lien, unissant bourgeois de diffiren-
tes conditions, menagait de se rompre just au moment oh les
fr6tillements de la victoire dilataient les cceurs. Aux planteurs
partisans d'une rupture avec la France s'opposaient des colons
6galement r6formateurs, mais de conception moins r6volution-
naire, parce que esclaves de leur affectivitb. Une telle m6sen-
tente etait une faute politique, une faute impardonnable qui
marquera de sa profonde empreinte la suite des 6v6nements.
A la remorque des grands bourgeois se rencontraient, exal-
tes et farouches, les petits blanes, la creme de la revolution.
Ils se rangeaient du c6t6 des colons s6paratistes et semblaient
6pauler leur politique. A la v6rit6, la faible lueur de patriotis-
me qui vivotait en eux eit pu les rallier aux adversaires d'une
politique de rupture avec la M6tropole. D'ailleurs, leur d6plai-
saient les exces et les extravagances de l'Assembl6e de Saint-
Marc. Mais, ils estimerent qu'une toute autre prise de position
de leur part aurait fissure davantage la cohesion branlante de
la bourgeoisie et exposerait a un redoutable 6chec le mouve-
ment r6volutionnaire. II leur paraissait encore que combattre
l'Assembl6e de Saint-Marc reviendrait A trahir la cause de la
Revolution. Car cette Assemblee, au yeux d'eux-tous, etait
l'extreme pointe d'une revolution en progres; elle symbolisait
leurs premieres conquetes sur la Monarchie. Elle repr6sen-
tait, opine Placide David, une garantie contre tout retour A la
tyrannie. Elle 6tait la gardienne des libert6s citoyennes. (19).
Done, en appuyant la politique des colons, en 6paulant l'As-
sembl6e de Saint-Mare et ses adherents, I'artisanat de Saint-
Domingue, reservoir des boutefeux qui bouleverseront cette








colonies, restait dans les lignes et les exigences de la revolution.
La logique, comme l'int6rkt ou le devoir, semblait lui conseiller
une telle attitude.
Moins revolutionnaires, soit a cause de leurs biens mate-
riels a sauvegarder, soit A cause des satisfactions appr6ciables
dbjA obtenues, les membres de l'Assemblee Provinciale du Nord
penserent mettre un terme aux exigences croissantes des plan-
teurs de Saint-Marc en se desolidarisant d'eux. Sans doute, in-
quiets de l'ambition des petits blancs, les colons du Nord espe-
raient-ils d'un coup, par l'effet de leur defection, comprimer
l'elan de ccs derniers ct paralyser la revolution. Une autre con-
jecture, aussi plausible et non moins serieuse, peut ktre envisa-
gee. Ivres de success et dupes de l'apparente soumission du par-
ti monarchique, les membres des Assemblbes, s'exagerant leur
puissance, ne se figuraient-ils pas que la d6faite de la monar-
chic laissait les grands planteurs maitres absolus des destinies
de la colonie ? Pris dans ce tourbillon de l'illusion, comment
ne tomberaient-ils dans les pieges d'un ennemi aux aguets, qui
s'organise a l'ombre de la soumission, que la patience fortifie et
qu'encourage l'espoir d'une vengeance ?
Car, contrairement a ce que s'imaginait l'Assembl6e du
Nord, le comte de Peinier veillait. Conscient de sa faiblesse,
il se gardait de faire toute demonstration inutile, propre plut6t
a le perdre si s'eveillait la defiance de l'adversaire. Patiemment,
il attendait des evenements l'opportunit6 de F'action.. Le con-
flit divisant la bourgeoisie fut la chance qu'esp6rait le gouver-
neur. I1 ne la rAta pas. Son habilete politique elargit le schis-
me, le rendant definitif. A l'aide de demonstrations fallacieu-
ses d'amitie, il captiva la sympathie des membres de l'Assem-
blee du Nord, obtint d'eux un accord pour terrasser l'adver-
saire commun et prepara la contre-r6volution a la faveur de
cette alliance.
Le gouverneur acceptait toute aide. Sous le drapeau du








parti monarchique se groupaient nobles inveteres, royalis-
tes opportunistes, colons mecontents et m-me planteurs
anti monarchiques. La politique du gouvernement allait
encore davantage enfler les rangs de ce parti grace
a l'enr6lement massif des hommes de couleur don't la fougue
guerriere fut mise h contribution. Le comte de Peinier avait
r6alis6 tout le profit A tirer de l'appui de ces hommes que les
prejug6s coloniaux rcpoussaient et pers6cutaient. Esprit astu-
cieux, le gouverneur adopta une attitude de circonstances, ban-
nit tous mauvais traitements envers les citoyens de couleur,
am6nagea un tr6ne a leur dignity d'homme et precha une po-
litique d'union ct de fraternity. Un reseau d'envolitement en-
cercla les libres de couleur. ...I1 est devenu plus necessaire
que jamais, dira le comte A ses officers dans des instructions
confidentielles, de ne donner aux hommes de couleur libres au-
cun degoit, de les encourager, de les traiter comme des Amis
et des Blancs. Votre conduite a leur 6gard doit ktre m6nag6e
et prudent : des entretiens, des marques de considerations et
d'intdret opereront l'effet que nous d6sirons- (20).
En m6me temps que ces mots d'ordre, qui ne depassaient
pas le cercle des officers avertis, 6tait rendu public un appel
propre a vaincre les hesitations des hommes de couleur les plus
sceptiques, i amadouer les plus retors. Que disait cet appel que
nous empruntons a une documentation de Placide David, pu-
bliee dans une 6tude consacr&e au Colonel Mauduit Duples-
sy ? -Par ordre de M. le Gen6ral, les mulAtres et n6gres libres
formant les anciennes milices des sang-mld6s sont invites au
nom de la Nation, de la Loi ct du Roi de se r6unir aux citoyens
fiddles a leur serment et qui ont jure de ne reconnaitre que les
d6crets sanctionn6s par le Roi ou provisoirement par le G6neral,
son representant.
ront pour d6fendre les droits de la Nation frangaise et de la








Colonic, il est ordonn6e tout mulitre et negre libres de se r6u-
nir pour defendre la bonne cause; on tachera de les avertir si
on 6tait force d'en venir aux mains etc...* (21).
L'esprit qui a pr6sid6 h la r6daction de cet appel est, on
doit Ic rcconnaitre, d'une perspicacit6 rare. Sans paraitre forcer
la main aux hommes de couleur, on leur imposait au fond I'en-
r6lement. Car, comme il y est dit, 6taicnt convoqu6s tous les
fils de la France, soucieux de defendre les droits de cette gran-
de Nation. Comment les hommes de couleur pourraient-ils as-
pirer aux droits de citoyens qu'ils reclamaient aupris de 1'As-
sembl6e Nationale, s'il 6tait par la suite prouv6 leur refus de
defendre les int6erts de la Nation Francaise dans l'une de ses
possessions ? Leur enthousiasme a repondre a l'appel, leur ar-
deur a la lutte, des attitudes non equivoques et dignes d'eloges,
ne seraient-elles pas, au contraire, d'eloquents plaidoyers sur
leur fidelity a a Mere-Patrie et des t6moignages appreciables
de leur bonne foi et de leur patriotism ? MWme si au fopd
d'eux-mTmes un scepticisme outrancier leur conseillait une atti-
tude expectative, interest lui, leur commandait un enthousiasme
delordant. Et puis, pouvaient-ils rater cette premiere occasion
que leur offraient les circonstances de prendre une vengeance
sur les petits blanks, Ieurs ennemis irriductibles don't le mepris
et I'arrogance les avaient si inhumainement humilies, si cruelle-
ment outrages ? Pourquoi ne profiteraient-ils pas du manteau
de la iegitimit6 pour laver leur honncur si longtemps avili, re-
hausser leur orgueil dans l'6clat de la defaite qu'ils infligeraient
aux blancs ? Les scrupules les plus obstin(s resistcraient diffici-
lement a I'assaut de ces raisons flatteuses. Aussi les hommes de
couleur r6pondirent-ils en masse a I'appel du GCn6eral !
Le signataire de cet appel, arrive recemment dans la colo-
nie, venait de conquerir, par sa vaillance et ses qualit6s guer-
rieres, le grade de colonel. I1 6tait l'homme qu'attendait la con-
tre-r6volution pour la conduire au triomphe. Suffisamment con-








nu par son action fougueuse, il inspirait confiance. Qui
6tait mieux plac6, en effet, pour venger la monarchie
et lui reconqurir son autorite discut6e que ce mili-
taire issu d'une racine nobiliaire plusieurs fois s6culaire, et de
qui Placide David a dit : 4I1 etait parmi les officers du roi qui
portaient au tr6ne un devouement allant jusqu'au sacrifice et
qui 6levaient leur attachment monarchique a la hauteur d'un
culte, (22). Madiou, do son c6te, ne nous apprend-t-il pas que
ce gentilhomme breton avait recu du comte d'Artois des ins-
tructions pour op6rcr la contre-revolution a Saint-Domingue ?
(23). Par ailleurs, les sentiments monarchiques de ce chevalier
etaicnt servis par un courage h6roique, une intr6pidit6 devo-
rante, une exaltation farouche, un zele et un dynamisme qui
incitaient cc noble a assume de lourdes rcsponsabilites, a en-
treprendre des actions os6es, h arr6tcr des decisions t6m6raires.
C'est a ce gentilhomme, attache son roi, a cet officer, ardent
au combat, a ce colonel entreprenant que le gouverneur de
Peinier confia la direction du mouvcment contre-r6volutionnai-
re. Ce chef, si bien pr6par6 pour une tclle entreprise, r6pondait
au nom de Duplessy de Mauduit.











F.- Au Sujet des I.opardins


Fort de l'aide appreciable des membres de l'Assembl6e
Provinciale du Nord, des hommes de couleur libres et des nom-
brcux partisans de la monarchie, le gouverneur de Peinier, que
secondait, avec a-propos, le courageux colonel de Mauduit, de-
clencha une soudaine et vigoureuse action contre le Comit6
Provincial de l'Ouest, don't il d6cida la dissolution; puis contre
l'Assemblee de Saint-Marc, don't quatre-vingt-cinq membres,
inms par des convictions intimes, s'embarquerent sur le Leopard,
a destination de la France.
La brusque decision des membres de l'Assemblec de Saint-
Marc, de ceder a la sommation de leurs adversaires, surprend
et d6concerte. Car, il s'avyre que toutes les dispositions 6taient
arretees en vue de la resistance. R1pondant a un appel aux ar-
mes, lance par l'Assemblee, des contingents de volontaires, par-
tis des Verrettes, de la Petite-Riviere, de Gros-Morne, de Plai-
sance, s'etaient reunis a Saint-Marc, prkts au combat (24). L'As-
sembl6e, par ailleurs, ferme dans sa resolution et brtlante d'ar-
dcur, avait promulgu( des communiques hardis et r6volution-
naires qui enflammaient les esprits.
Dans un de ces decrets, on n'hesita pas a collier l'epithete
de traitres a la nation et d'ennemis publics- au gouverneur de
Peinier, au colonel de Mauduit et h d'autres chefs du parti mo-
narchique. Un second communique s'attaqua furieusement aux
proclamations mensongeres et despotiques, du gouvernement.
L'ardeur des membres de 1'Assemblee fut telle que ceux-ci de-
passerent les bornes de la l6galit6 et de la raison. Ils s'armerent
de pouvoirs illimites, s'attribuerent des droits de souverains. Ils
se fourvoyerent, substituerent aux lois leurs volont6s. Enfin, ils








s'illusionn6rent sur leurs forces et leurs pouvoirs constitution-
nels au point de d6creter la destitution du gouverneur et de
sommer les citoyens d'enfreindre ses ordres (25). Cette condui-
tc, empreinte d'hostilit6s accrues, n'accusait-elle pas des inten-
tions belliqueuses ? Ces measures excessive, brilantes de me-
naces formelles, ne pr6sageaient-elles pas une lutte imminen-
te ? Il semble que la bataille A coups de d6crets, a laquelle se
livraient les colons et le gouvernement, etait le prelude d'une
guerre sanglante. Les colons se montraient meme plus ardents,
plus violent, plus agressifs, plus hardis. Comment alors s'ex-
pliquer leur soudaine decision de mettre bas les armes ? Quel-
les sont les graves raisons qui, a 1'ultime minute, les ont ports
a fl6chir, en d6pit des dispositions qui r6v6laient, au contraire,
une ferme decision de tenir tkte a l'orage ?
L'embarras de telles questions explique la grande per-
plexit6 qui saisit a ce carrefour les 6crivains. Historiens et es-
sayistes se sont heurt6s A ces interrogations. Auguste Magloire
a apport6 cependant une interpretation nouvelle, digne d'atten-
tion. Il soutient que l'Assembl6e de Saint-Marc a ob6i a un
puissant motif d'int6ret. Les membres de cette Assemblee
6taient, en grande majority, des planteurs. Leur fortune 6tait
li6e au sort de la colonies. Toute guerre civil, susceptible de
bouleverser Saint-Domingue, risquait, par contre-coup, de les
ruiner. Alors, craignant d'adopter une solution fatale pour leurs
biens, peut-6tre meme pour leur vie, ils ont pr6f6r6 recourir a
l'arbitrage de l'Assembl6e Nationale qu'ils pensaient acquise a
leur cause. L'importance de ces biens, on doit le souligner,
m6ritait tous pourparlers capable de sauver les colons du nau-
frage. Dans un cappel,, ceux-ci se chargent d'inventorier gros-
so modo leur fortune. Entre les quatre-vingt-cinq membres de
notre Assembl6e, argumentent-ils, on trouverait soixante-quatre
chefs de famille, peres de 120 enfants, qui r6unissent plus de
cent millions de propri6t6s, (26). Et Auguste Magloire resume








la substance de son argumentation dans cette phrase laconique :
La decision imprevue, i laquelle durent se determiner les
planteurs, s'explique bien par l'importance des interits mate-
riels que les colons avaient exposes dans Saint-Domingue (26
bis).
Au course de cette meme etude, nous avons, pour notre
part, insist sur l'importance des problems administratifs et
legislatifs de la colonie aux yeux des planteurs don't la fortune
dependait de la shcurit6 et de la stability de l'ile. Les colons
de Saint-Marc, avant de mettre le feu aux poudres, n'auraient
certes pas manque de reflechir sur les consequences catastro-
phiques qui grimagaient derriere tout acte inconsidere. Ils ont
di s'etre poses des questions don't les reponses invitaient plut6t
a la ponderation et h la meditation. Les noirs, cette immense
masse de negres qui peuplaient une grande superficie de l'ile,
ne profiteraient-ils pas, pour se soulever, de la confusion genera-
le et de la preoccupation guerribre de leurs maitres ? En s'en-
tretuant, les blancs ne s'affaibliraient-ils pas davantage en face
d'un ennemi commun don't la superiority num6rique etait ma-
nifeste ? Colons et monarchistes, en se combattant par les ar-
mes, ne designeraient-ils pas, de ce fait, A leurs negres en 6veil,
les chemins lumineux qui menent a la dignity ? Toutes ces rai-
sons qui decoulent d'une amplification du point de vue d'Au-
guste Magloire pourraient, a la rigueur, s'ajouter aux causes
fondamentales qui ont pouss6 les membres de l'Assemblee de
Saint-Marc au retirement.
D'autres motifs encore appellent l'attention. La couardise
des membres de I'Assemblee de Saint-Marc les pr6munissait
contre toute idee de lutte. Ces homes, de fait, etaient de fa-
meux poltrons. Le rappel des incidents qui entourent la disso-
lution du Comite de I'Ouest est un temoignage assez patent
pour nous convaincre. Lorsque des detachements, sous le com-
mandement du colonel de Mauduit, attaquerent le local du par-








ti a Port-au-Prince, qu'observa-t-on ? D'abord, les gardes eton-
nerent par leur promptitude a se soumettre. Ils manquaient
de conviction. Ils brillerent par leur passivity. Sans doute leur
statut de hors-la-loi les mettait-il en mauvaise posture Quant
aux colons, membres du comite, leur conduite trahissait une lA-
chet6 et un manque de courage. Apres une spectaculaire d6-
charge de mousqueterie, qu'accompagnerent quelques rares
coups d'espingoles, ils avaient, prestement, pris les jambes a
leur cou. Un marechal de camp, le sieur Coustard, comman-
dant en second de la parties de l'Ouest de Saint-Domingue, nous
a laiss6 ce tableau plaisant : ...Tous les membres se sauvent
en jetant les armes; les uns s'enfuient par les course de derriere;
Ics autres par-dessus les murs; d'autres, enfin, se sont enfouis
par-dessus les toits. (27). Sannon nous apprend que la poltron-
nerie des colons est rest6e legendaire. A preuve, la malignit6
populaire baptisa du nom de Fort-Capon, le local on, de pri-
me-abord, s'etaient retranches les colons, avant le coup de thea-
tre (28).
Il est evident que les membres de l'Assembl6e de Saint-
Mare, pour toutes les raisons de6j exposes, n'entendaient pas
se battle. Ils ne souhaitaient pas, non plus, abandonner la co-
lonie. La defense de leurs int6rkts, comme la prosperity de
leurs affaires, r6clamait h Saint-Domingue leur presence. Ils
en 6taient convaincus. Mais les idees r6volutionnaires qui ger-
maient en eux leur rendaient hostiles les membres du gouvcr-
nement, qui, d'ailleurs, s'organisaient pour faire 6chec a leur
movement. II fallait done parvenir elliminer ces dernicrs,
par des moyens autres que la guerre civil. Une politiquc as-
tucieuse s'imposait. Ils fronderent les actes du gouverneur afin
de ravir a ce dernier tout credit. Pour miner son prestige, ils
lui crerrent des ennuis, contrecarrerent ses demarches, d6joub-
rent ses projects. Ils semerent le disarroi a la faveur de la con-
fusion, firent beaucoup de bruits dans l'espoir de terroriser,








lancerent des communiques explosifs pour mieux effarer, se
singularis&rent, enfin, par de tapageuses demonstrations. L'ap-
pel aux armes qu'ils lancerent les berqait de 1'illusion que les
petits blancs, et une grande majority de planteurs des autres
provinces, camperaient tous pour exiger le rembarquement du
gouverneur de Peinier et du colonel de Mauduit. Sans effu-
sion de sang, 1'Assembl6e aurait done gain de cause.
Quelle attitude pouvaient observer les planteurs quand, en
depit de leurs efforts pour renverser le gouvernement, ils appri-
rent, affol6s, que deux armies parties du Cap et de Port-au-
Prince respectivement se dirigeaient sur St-Marc en vue d'une
action conjuguee ? C'6tait la guerre civil, et avec elle le nau-
frage de leurs esperances !... C'6tait la perte de leur vie et de
leurs biens !... Pour sortir de l'impasse, le depart leur semblait
une solution ideale. Certes, ils abandonnaient pour quelques
mois leurs plantations, mais, en retour, n'allaient-ils pas se ven-
ger de leurs ennemis en r6v6lant leurs tendances anti-r6volu-
tionnaires ? L'espoir d'ali6ner au gouvernement de St-Domin-
gue la sympathie des membres de 1'Assembl6e Nationale consola
les LUopardins de 1'6chec qu'ils venaient de subir en fuyant
lachement devant la t6emrit6 de l'arrogant chevalier de Mau-
duit.










G.- Victoire et DNfaite
du Parti Monarchique

La fuite des 16opardins consacrait la victoire du parti mo-
narchique. Cette victoire fut d'ailleurs confirm6e par le dbcret
du 12 Octobre 1790 de la Constituante qui d6sapprouva le com-
portement scandaleux de l'Assembl6e de Saint-Marc et vota que
de Peinier, Mauduit et Vincent avaient bicn m6rit6 de la Pa-
trie, pour avoir sauv6 Saint-Domingue. Ce verdict favorable
arracha aux pompons blancs leur hypocrite masque de frater-
nit6 et de republicanisme. Leur morgue et leur arrogance,
apais6es un moment par les n6cessit6s de l'heure, resplendirent
avec plus d'6clat et s'appesantirent avec acrimonie sur les petits
blancs.
Les vainqueurs 6toufferent l'ambition de ces derniers au
moyen du baillon de la force qui prime. Ils 6leverent un mur
pour limiter les pr6tentions de leurs adversaires. Ils rabatti-
rent l'illusion de leurs roves au niveau des possibilities du r6el.
La loi des pompons blancs primait. Elle s'imposa avec le fouet
de la vengeance, les d6boires de la tyrannie, les humiliations du
despotisme (29). L'autorit6 du gouvernement s'6tendit sur f'ile,
dedaigneuse et martial, dure A la cl6mence, prompted au chA-
timent, sensible au moindre soupcon. Derriere des concessions
de complaisance se hissait de toute sa stature imposante le bloc
rigide d'un regime infernal qui assouplissait les rebelles sous
sa masse 6crasante. Les droits et la l6galit6 tr6naient sur le
char des vainqueurs; aux conf6d6r6s, les charges et les obliga-
tions des infortunes.
La duplicity du gouvernement, pensant desarmer I'hostilit6
des pompons rouges, jeta en pature A leur rage d6vorante les








hommes de couleur. Le cour lIger de toute gratitude, de Pei-
nier, maintenant que l'aide des sang-mel6s ne se r6velait plus
necessaire, avait sacrifice ces allies d'hier. Pour justifier a ses
veux une telle deloyaute, i! fit siennes les assertions qui pr6-
taient aux hommes de couleur libres l'intention de soulever les
ateliers. Los rumeurs les plus invraisemblables se r6percu-
taient chez les pompons blancs en 6chos complaisants. Bient6t
se repandit la nouvelle affolante que les mulLtres tramaient le
massacre des blanks. Alors, la peur, grossie de I'indignation, et
la haine, envenimee d'une soif de vengeance, scellerent une
paix factice entire pompons blancs ct pompons rouges. Ces
blancs s'unirent pour d6clencher contre l'ennemi commun une
frenetique champagne d'6puration.
Un regime de terreur plia les libres de couleur aux fantai-
sies perfides des blancs de la colonie, a leurs instincts debrid6s
et aux coups ac6r6s de leurs passions. Solidaires pour 6craser
leurs enncmis hereditaires, pompons blancs et pompons rouges
rivalisaient en atrocities. Ils tremperent leurs mains criminelles
dans le sang d'innocentes victims, jetrent I'opprobe dans des
families honntes, se singulariserent par des actes vils, laches,
indignes.
Humbles et soumis, les hommes de couleur acceptaient
sans r6agir les abus et les injustices don't ils 6taient les victims.
Cette attitude n'etait pas dictee par la peur. Car, ils le prou-
veront ils etaient braves, courageux et capable d'initiatives
hardies. Leur soumission 6tait due, peut-ktre, a un complex.
A ce point de vue l'opinion de Sannon est d'un grand interet :
Le lien du sang autant que l'education, 6crit-il, la fascination
qu'exercent sur eux (les hommes de couleur) le raffinement et
la superiority social de leur adversaire, les attirent continuel-
lement dans des pieges, (30). Mais, il faut encore chercher
ailleurs le vrai motif de la mysterieuse soumission de ces hom-
mes ardents et bouillants. Une premiere raison plausible trans-








pire a travers l'intimit6 d'une lettre d'un confedere de couleur.
Ecoutons sa confidence : Nous n'avons jamais assassin per-
sonne ni meme conqu l'idee, malgr6 que notre sang ruisselle
a Saint-Domingue et aillcurs, pouvant, cependant, user de re-
prbsailles. lais I'idee que les negres profiteront et devasteront
cette belle colonie nous a fait suspendre, ou, pour mieux dire,
renoncer a cela> (31). Une telle apprehension, en effet, pouvait
retenir les hommes de couleur sur la voie des represailles. Car,
a ce point de vue, lies aux blancs par des intuerts identiques -
ils 6taient aussi proprietaires d'habitations il semble normal
qu'ils aient partage les sentiments du colon quant a la conduite
a tenir envers les negres.
Neanmoins, a notre sens, il faut encore investiguer patiem-
ment pour connaitre la vraie raison qui figea les hom-
mes de couleur dans la soumission, les paralysa mmme
en face des insultes les plus outrageantes. Cette rai-
son reside dans la politique qu'imposait le triomphe de
leurs proclamations aupres de l'Assemblee. Leur porte-
parole, Julien Raymond, leur recommandait la soumission et
leur conseillait une attitude qui plaidat en faveur de leur fid6-
lit6 A la Mre-Patrie. Quel espoir de sortir vainqueurs des vio-
lents debats qui secouaient I'Assembl6e Nationale, s'ils etaient
accuses d'etre les auteurs des troubles qui bouleversaient la co-
lonie ? -Julien Raymond, declare Madiou, leur 4crivait sans
cesse que leurs reclamations 6taient si naturelles qu'il ne dou-
tait pas qu'on les prit en consideration, non seulement en Fran-
ce oiu la Constituante avait declare tous les hommes libres de-
vant la loi, mais dans la colonie, foyer de tous pr6jug4s, (32).
Cet espoir leur raffermissait l'Ame; il les encourage a suppor-
ter avec s&rinit6 toutes persecutions.
En tout cas, la satisfaction que connurent les pompons rou-
ges, apres la purge des mulatres, ne dissipa guere leur res-
sentiment centre le gouvernement, ni n'6tencha la soif de ven-








geance qui leur ulc6rait le cceur depuis la victoire du parti mo-
narchique. Certes, les grands planteurs avaient kchou6 dans
leurs efforts pour terrasser l'hydre; mais ne pourraient-ils pas,
eux les petits blancs, organiser a leur tour leur movement ?
L'exemple de la France oi la revolution triomphait 6tait un
encouragement. Par ailleurs, A Saint-Domingue la situation
6voluait. Les mulatres 6taient 6cartes. La rebellion soufflait
sur l'armbe. L'esprit de sedition atti6dissait les zMles, minait la
popularity du colonel de Mauduit. Et le nouveau gouverneur
Blanchelande, n'6tait-il pas un homme versatile, sans personna-
lit6 et sans conviction ? Tous ces motifs enhardirent les pom-
pons rouges qui fomentbrent, avec la complicity de la confu-
sion, des troubles propres a crier un climate revolutionnaire.
L'arriv6e h Saint-Domingue d'une nouvelle station navale
offrira aux pompons rouges l'opportunit6 qu'ils guettaient. Les
vaisseaux Le Bor6e, Le Fougueux et la frigate Uranie, por-
taient les bataillons d'Artois et de Normandie, affects A la gar-
nison du Cap. Ces soldats arrivaient, pr6venus contre les
pompons blancs, parce que des emissaires des l6opardins les
avaient endoctrin6s A Brest. Lorsque, forqant toute consigne,
ils d6barquerent, un d6bordement d'enthousiasme les accueillit.
La foule compact des petits blancs, grossie de nombreux con-
tingents de soldats d6serteurs, les regut avec des transports de
joie. La griserie de la boisson, une heure apris, mettait tout le
monde en effervescence.

Alors, une sarabande infernale anima les rues et chauffa
les tktes. On chantait aussi. On chantait des couplets r6volu-
tionnaires, entrecoup6s de cris sauvages. La terreur accompa-
gnait ces 6nergumenes assoiff6s de sang. Leur allure d6r6gle
trahissait l'hysterie et la fr6n6sie. L'excitation des passions et
I'ivresse du tafia poussaient A travers les rues, en bandes ef-
frbn6es, l'6cume de la population blanche. L'heure de la ven-








geance avait sonn6. On r6clamait avec une joie sadique la tote
du chevalier de Mauduit.
Celui-ci avait realis6 le danger. Son impuissance 6clatait
maintenant qu'il etait trahi de ses soldats. II press le gouver-
neur a se mettre a couvert. Lui defia la mort. D'ailleurs,
l'idbe d'une fuite s'accommodait mal avec son orgueil de cheva-
lier. II le prouva par son d6dain des opportunities d'evasion que
la complaisance de quelques soldats lui avait laiss6es (33). In-
diff6rent aux menaces, avec son arrogance coutumiere, il brava
la populace qui vomissait des injures a son adresse. II vit briller
le fer homicide qui lui transperga le corps de part en part. Une
fin horrible lui etait reserv6e... Mais il mourra tel que, selon
sa conviction, doit mourir un vrai noble. 11 mourut dans l'hon-
neur et la dignity. Aucune faiblesse, aucune lIchet6, aucune
defaillance ne blessa sa reputation de brave et son orgueil de
noble.
La mort du colonel de Mauduit marquait le triomphe a
Saint-Domingue de la revolution des sans-culottes. Cette vic-
toire pr6ludait aussi h celle des hommes de couleur, revenues de
la conception archaique et sentimental que leur salut 6tait
dans la chaleur de l'6loquence et la justesse de leur cause.
Mais, et les masses noires, que pensaient-elles ? A un moment
oil la force garantissait le droit, voyaient-elles les choses sous
le meme angle que cet esclave, adepte fanatique du culte au
d6vouement, qui se tua pour ne pas survive a son maitre le co-
lonel Duplessy de Mauduit ?










CHAPITRE IV


La Lutte pour la Dignit6
A.- De 1'Action de Julien Raymond

Alors que les notions du droit et du devoir n'avaient pas
encore la valeur que leur reservait la Constituante, l'Homme
etait la chose de certain groups d'hommes. L'esprit de l'6po-
que octroyait a certain tous les droits; tandis que, a d'autres,
A l'Nnorme majority exploitee, on reservait les charges et les de-
voirs. Aux libres de couleur, comme aux noirs, on imposait des
measures iniques. Ils subirent tout un flot de lIches attentats
centre leur dignity d'hommes. Et, aux exactions dbbrid6es des
colons, les libres de couleur opposaient une apparent soumis-
sion qui s'identifiait avec la resignation.
A la v6rit6, ils agissaient par calcul plut6t que par peur.
A Saint-Domingue, c'6tait lA une politique que conseillait la
prudence. Car, nul obstacle n'attenuait la violence des petits
blancs d6chaines. II etait plus sage d'amorcer la lutte sur un
autre terrain. Elle s'inaugura au sein meme de la Metropole
sous un aspect benin, incapable d'6veiller la moindre inqui6tu-
de. C'6taient des vell6ites de r6clamations esquiss6es avec une
moderation qui amusait plut6t les planteurs de France. Les
droits a satisfaire etaient drapes dans des formules de prieres,
de sollicitations. Telle est, en tout cas, l'impression laissee par
un porte-parole a qui on n'avait pas os6 delivrer une procura-
tion 6crite. Le quarteron Julien Raymond timidement sollici-
tait de la bienveillance de quelques planteurs omnipotents une
amelioration du sort des homes de sa classes.
Mais l'hydre revolutionnaire apparut pour saccager la Fran-








ce au regime vermoulu. L'effervescence bruia les esprits. Ray-
mond, electrise, s'enhardit. Les libres de la colonies se mettent
au diapason. Ils s'echauffent de plus en plus. Anim6s d'au-
dace et de foi, ils osent correspondre avec leur porte-parole.
Leur timidity se dissipe. Des reunions sont projet6es; des pro-
jets blabores et discutes. La reaction alors d6masqua ses grif-
fes. Dans sa fureur, elle frappa brutalement les blancs qui
s'6taient mesallis en 6pousant des femmes de couleur. Ils fu-
rent chassis du sein des Assemblies de Paroisses. Mais, Ray-
mond, atteint de la fi&vre revolutionnaire qui s6vissait h Paris
se montrera de son c6te plus decide et plus confiant. Son dy-
namisme agissant raffermit le moral de ses acolytes et releva
leur courage.
L'acc&s aux Etats-GCnkraux conditionnait leur triomphe.
Raymond circonscrivit ses efforts a cette conqukte. Son frere
Frangois, Dabadie, Boisrond, Lamarre, le secondaient puissam-
ment. L'assaut est declenchI le 15 Mars 1789. Une supplique
a cette date fut adressee aux Administrateurs Generaux, au
Marquis du Chilleau et a Barbe-Marbois. Le ton, quoique res-
pectueux, est moins servile : eSi les blancs sont admis aux
Etats-G6neraux comme 6tant la premiere classes, nous osons es-
p6rer que nous devons y ktre aussi admis comme 6tant la der-
ni&re classes. Nous n'entreprendrons pas de pen6trer les motifs
qui portent la premiere classes a demander l'admission aux
Etats GCnkraux; nous d6sirons seulement faire connaltre au
Roy a la tte de la Nation assemblee qu'il y a une classes de ses
sujets 6loignbs de 2.000 lieues qui l'aime et qui est dans l'avi-
lissement et dans l'opprobe et que le pr6jug6 tient dans l'abru-
tissement...* (34).
Et, comme la reponse a cette supplique s'6garait dans l'as-
tuce et la mauvaise foi, Raymond supputa la chance qu'aurait
sa classes si elle parvenait a confier la defense de sa cause h un
blanc, bien dbvou6. Le gentilhomme Charles de Rohan Char-








bot, comte de Jarnac, sembla ktre l'avocat souhait6. Ce comte,
en effet, consentit, moyennant finance, a 6pauler les libres de
couleur dans leur lutte pour 1'obtention d'une representation
aux Etats-Generaux. Mais lorsqu'il fut question de la r6daction
d'un project de loi garantissant la jouissance de la l16gitimit6 in-
genue, aux homes de couleur, Jarnac, sans doute pris de
scrupules tardifs, s'esquiva, r6pudiant sa deputation (35).
Raymond, malgr6 tout, ne se decouragea pas. Chaque re-
vers essuy6 ranimait son espoir. Sa foi semblait in6branlable.
Pousse par sa conviction, il osa meme se presenter devant les
membres du Club Massiac, don't la defiance, 6veillee par le vote
de la Declaration des Droits de l'Homme, allait alterer les fai-
bles sympathies que les libres comptaient dans ce Club. Done,
la aussi, le guettait l'echec. Ses efforts se brisbrent centre la
reticence; sa loyaut6, centre 1'esprit de system. Mais les mem-
bres du Club Massiac se garderent de trahir la prevention qui
inspirait leur comportement. Et Raymond s'ebattait dans un
noeud d'artificieux pretextes que le conformisme du Club s'in-
geniait h trouver. On gagnait du temps. On avait le pressen-
timent que l'etude de l'6pineux problem des libres masquait
des lendemains sombres... (36).











B.- Les Voeux des Libres
de Couleur

Le 22 Octobre 1789, sur le bureau de l'Assemblee Cons-
tituante, DEJOLY, le novel avocat des libres de couleur, d6po-
sa un cahier de doleances, plaintes et reclamations. L'impor-
tance de ce cahier r6clame une attention special. Certes, au-
cune reform n'ttait envisagee quant an sort des esclaves. Mais
les femmes noires et leur progeniture plus facilement pouvaient
obtenir un affranchissement absolu. Le cahier, avant tout ct
surtout, visit a des changements dans la structure social des
classes dirigeantes. Ce qui signifie qu'avait ete approfondi le
foss6 entire ces dernieres et la classes des esclaves, du fait du re-
trait de la classe intermediaire promue. C'est l'article II qui
etablissait, sans ambages, cette nouvelle situation, en fusion-
nant dans la classes des libres, et blancs et creoles de couleur
(negres, mulatres, (quarterons). On n'aurait done que cette clas-
se de libres et l'autre, qui groupait tous les homes n6s dans
l'esclavage et vivant dans cet etat.
Les libres faisaient leur revolution et entendaient en etre
les premiers beneficiaires. Quoi de plus normal ? Pouvaient-ils
reclamer pour l'autre classes, alors que les esclaves se revelaient
indispensable a la prosperity de la colonies ? Peut-on 1-ur faire
un grief si leur formation et leur conception subordonnaient la
noblesse des principles humans a la mesquinerie des interets
materiels ? Ils penserent done classes, et donnerent a leur ac-
tion une orientation unilat6rale. II s'agissait d'apres eux de ren-
verser les barrieres sociales et politiques. Ils fonderent leurs
reclamations sur un principle d'egalite. Eux et leur posterit6
devaient jouir des mr'mes droits, rangs, prerogatives et privi-








leges que les blancs. C'etait renouveler selon un libellk plus
soigne l'article LVIII du Code Noir.
L'admission d'un tel principle provoquerait ipso facto l'effon-
drement des pr6jug6s. Le Code Civil de la Colonie serait mo-
difie. Etait menace d'an6antissement le proc6d6 r6barbatif qui,
en vertu de deux arr&t6s du Conseil de Port-au-Prince 25
Avril 1777 et 9 Janvier 1778 consistait i mentionner, dans les
actes delivres par les cures, les notaires ou les officers publics,
la quality de celui qui reclamait leur office (37).
Mais l'6croulement de ces coutumes, si attentatoires a la
dignity de la population de couleur, n'etait pas l'unique heureu-
se consequence qu'entrainait le principle d'egalite reclame de-
vant 1'Assemblee Nationale. Une infinite de consequences en
decoulaient. Les unes aussi serieuses que les autres; toutes di-
gnes de retenir l'attention.
Proclamer I'egalite des citoyens blancs et de couleur, n'etait-
ce pas admettre leur libre competition sur le plan politique, so-
cial et 6conomique ? N'etait-ce pas offrir a des hommes qui d6-
ji avaient donned la measure de leur competence et de leur pos-
sibilit6 intellectuelle, I'opportunit6 de conqu6rir la colonie ?
D'abord, plus d'empkchement A briguer l'Intendance ou le
Gouvernement Civil Avec les blancs, ils pouvaient librement
concurrencer a tous les rangs, places, dignites, honneurs. L'ac-
ces aux charges judiciaires etait possible aussi bien que l'616va-
tion au plus haut grade de l'armee (37 bis).
Jusqu'h ce jour seuls les officers blancs etaient aptes a
commander les trois companies de volontaires negres, muld-
tres, quarterons. Cette tolerance egalement disparaissait et
avec elle la distinction que la couleur etablissait dans les mi-
lices. La nuance 6pidermique cesserait d'etre un titre. Le me-
rite seul allait pr6valoir. Noirs et mulatres libres, et blancs se
confondraient pour constituer dans les companies une mosai-
que de couleurs (38).








Le problem de l'instruction, a son tour, subirait des va-
riantes sous l'influence du nouveau regime egalitaire qui enle-
vait a la couleur de la peau sa r6voltante suprematie. Les li-
brcs auraicnt, tous, acces aux 6coles et colleges de la colonies.
Blancs et negres affranchis pourraient se cotoyer dans ces tem-
ples du savoir a la recherche d'une precieuse culture (39).
En definitive, les heureuses consequences que determinait
a Saint-Domingue le principle de l'egalit6 entire les citoyens li-
brcs se resumaient dans l'article VI, paragraphe 10, du cahier,
qui stipulait : cDans aucun temps, dans aucun cas, pour aucune
raison, les citovens ne pourront ,tre traits, ni en public, ni en
scorct, ni dans le general, ni dans le particulier, ni en adminis-
tration, ni en jurisdiction, ni meme dans la society, d'une autre
maniere que les libres, en sorte que les cr6oles ne fassent plus
qu'une meme association ct qu'ils soient regards comme un
pcuple de freres,.
Les r6dacteurs du cashier envisageaient aussi, on doit le si-
gnaler, un problem d'assainissement moral. Is voulurent pro-
teger les femmes esclaves centre les abus des colons ou des
libres de couleur en proie a des instincts d6brides. Pour cela,
ils dcmandlrent que soit frappe d'une amende de 1.000 livres,
le citoyen blanc ou de couleur, vivant en concubinage avec une
esclave. L'affranchissement de cette derniere devait s'en suivre,
sit6t acquise la preuve de ses relations avec un libre. Et si
cette femme venait a attendre un enfant, I'aveu de son 6tat
constituait un fait l'habilitant a l'affranchisscment (40).
Qui plus est, le maitre qui debauqhait l'esclave avait des o-
bligations vis-a-vis de cette derniere et des enfants qu'il en aura
eus. II devait leur verser, proportionnellement au chiffre de sa
fortune, une certain valeur, susceptible de leur garantir une
vic saine ct propre a assurer leur entretien et leur education.
D'ailleurs, l'Assembl6e Nationale 6tait invitee a fixer la valeur
minimum a verser. Et s'il etait reconnu 1'impossibilit6 pour le








colon de repondre a de telles obligations a cause d'une notable
insolvabilit6, la femme prostitute gardait son statut d'esclave
au benefice du fruit de leurs oeuvres qui serait libere. Le colon
qui s6duisait I'esclave d'un autre encourait le risque d'en avoir a
sa charge les frais d'cntretien. Tandis que le maitre qui, par
manque de vigilance, aura favoris6 de tells relations, perdait
ses droits sur cette femme esclave don't la liberty 6tait acquise
sit6t etablies les preuves litt6rales et testimonials d'une coha-
bitation (41).
0
Selon la tolerance du regime colonial, un homme
pouvait acquerir, i titre de propriet&, un autre hom-
me. Le colon proprietaire avait droit de vie et de mort
sur ce materiel human. 11 etait libre de le prkter, le vendre
ou le donner en cadeau. A plus forte raison, I'affranchir de
toute tutelle. D'un esclave il pouvait librement faire un af-
franchi.
Cependant on a vu cette measure si humaine se convertir,
vers 1709, en une odieuse exploitation. Pouss6s par une avarice
sordide et une cupidity insatiable, certain colons, toujours en
quOte d'innovation heureuse pour arrondir leurs biens, avaient
realis6 tout I'avantage qu'h la faveur de I'astuce ils pouvaient
tirer de leurs droits de propri6taires. Libres d'affranchir leurs
esclaves, ils avaient attribu6 a ce droit un caractere mcs-
quin et inhumain en le commercialisant. Trafiquant avec leurs
esclaves, ils reclamaient pour chaque affranchissement une va-
Icur qu'ils augmentaient avec l'accroissement des demanded.
Un tel commerce eut sa nefaste repercussion dans la cou-
che appel6e a constituer l'infrastructure d'un novel etat. As-
soiff6s de liberty, les esclaves recouraient A des moyens illicites
pour se procurer l'argent, prix de leur liberation. Les hommes
volerent. Les femmes se prostituerent. La corruption se pro-
pagea.








Il est evident qu'un tel etat de choses etait a l'encontre du
resultat escompte par les libres qui voulaient assainir morale-
ment la colonie. Pour y remedier, ils supprimerent toute taxes
sur les affranchissements. Et la violation de la loi entrainait
I'annulation de l'acte d'affranchissement (42).
Neanmoins, le regime colonial subsistait dans toute son
horreur, dans toute la rigueur de son odieuse barbarie. La clas-
se dominant avait int6ret A opprimer les esclaves, vils instru-
ments de travail. Ceux-ci etaient utiles A la prosperity de la
colonie. Et pour les assujettir A leur role revoltant, il fallait un
regime de fer, susceptible d'entretenir chez eux le sentiment
de la peur et du respect. II fallait les dominer moralement afin
de minimiser a leurs propres yeux la force qu'ils representaient.
C'est pourquoi les libres, dans leur cahier, punissaient de chi-
timents exemplaires les exces et actes de violence exerces par
des esclaves sur leurs maitres (43). Meme la mort donnee a un
esclave ne devait entrainer de poursuite ligale contre le colon
criminal. Car, son acte etait presume servir les int6erts de la
minority dirigeante, puisqu'il etablissait la predominance de la
force morale des libres sur la force brutale et aveugle des
opprimes.











C.- Entre le Club Massiac
et la Soci6te des Amis des Noirs

Les hommes de couleur de Saint-Domingue, avons-nous
vu, luttaient pour obtenir leurs droits de citoyens, l'egalite ci-
vile et politique avec les blancs. Leur cahier de doleances et
de r6clamations, depose sur le bureau de la Constituante, n'en-
visageait guere l'abolition de la traite. Non plus, il n'etait ques-
tion de modifier le statut de 1'esclave, force de travail n6ces-
saire a la prosperity, selon les vues des planters. Done les li-
bres pr6cautionneusement sauvegardaient les interets des co-
lons qui se confondaient avec les leurs. A ce point de vue l'en-
tente etait parfaite. Nulle voix discordante ne s'etait elevee en
dehors de celles d'une minority de colons de Saint-Domingue
qui accrochaient leur mauvaise foi a la pointe de leurs passions.
Neanmoins une apprehension glacait d'effroi les planteurs.
On hesitait a tendre aux libres la main amicale qu'ils sollici-
taient. On craignait que cette premiere concession n'entrainit
une autre plus grave. Car guettaient, anxieux, les membrcs de
la Society des Amis des Noirs. Intrigue par les voeux des hom-
mes de couleur, Brissot flairait une heureuse opportunity pour
disarmer I'hostilit6 des blancs, liillonner le scandal de la trai-
te ct obtenir I'abolition de l'csclavage. Cette perspective, enla-
cee d'inquietudes, avait durci le coeur des colons. Elle les pre-
munit contre tout elan de gSnerosite (ju'eit pu inspire une
epoque si fertile en gestes spectaculaires.
Mais, a cause de ce liberalisme mrme qui caracterisait I'ere
revolutionnaire, les planters difficilement repousseraient une
sollicitation qui cadrait avec 1'esprit de l'epoque. Ils avaient a
se plier aux exigences de la revolution. Comment en 1789 reje-








ter la demand dcs libres, alors que la justice et l'humanisme
etaient les phares de la France ? Se refuser A de telles sollici-
tations n'6tait-ce pas t6m6rairement s'attaquer aux dieux de la
Revolution Frangaise ? Une tclle prise de position susciterait
la colcre et l'indignation des parties qu'enthousiasmait la revo-
lution. La prudence la deconseillait.
Et puis, auraient-ils int6ert, ces planteurs de France, mem-
bres du Club Massiac, A afficher une attitude si franchement
hostile ? Car, independamment de la tempkte qu'ils excite-
raicnt centre eux a Paris mime, ils encoureraient le risque de
se ruiner. Pour tenter de sauvegarder jusqu'au centime leurs
petits inthrts, les colons naivement, auraient expose la tota-
lit6 de leurs biens. En persistent a tenir tete aux libres de cou-
leur, en leur refusant un droit l6gitime que la Constituante
avait proclam6, les colons auraient sacrifi6 leurs riches planta-
tions, livr6es a la vengeance aveugle de citoyens bless6s dans
leur orgueil et d69us dans leurs esp6rances. Car les libres, exas-
p6r6s, soulkveraient les esclaves et A la tate de ces derniers
chasseraient les colons, inhumains, qu'avaient conduits sur la
terre dominguoise l'ambition et la cupidity.
Ce denouement tragique n'6chappa pas a la lucidity de
certain planteurs. II affola meme des esprits. II fallait cote
que coite l'6viter. D'ailleurs la sagesse conseillait une allian-
ce avec les libres, puisque ceux-ci, planteurs eux aussi, con-
sideraient les eselaves comme un mal n6cessaire. On sacrifiait
les prejug6s stupides; on renon9ait a la morgue insolente; on
fraternisait avec des libres de couleur; et, en compensation, on
signait un pacte assurant la perennite du regime colonial. L'ex-
ploitation des nbgres allait s'6terniser. Le bon sens et l'int6-
ret semblaient pr6disposer les colons en faveur d'une si avan-
tageuse alliance.
Mais la m6fiance, le calcul, l'incertitude, troublrent les
colons qui devinrent a nouveau m6fiants et r6ticents. La








crainte d'un desastre don't le spectre grimacait a l'horizon, gla-
qa leur enthousiasme mort-n6. A la reflexion, il leur sembla
que l'6galit6, sollicit6e par les libres de couleur, constituait un
danger politique. Entre les mains de ces allies 6ventuels, ce
principle d'egalit6 eut 6ti une arme puissante et dangereuse.
Et pour bien p6n6trer le sens des scrupules qui bouleversbrent
les planteurs, il imported de se rappeler les raisons qui avaient
motive le deferlement sur les libres de couleur des passions par-
tisanes des blanks.
L'assaut 6tait d6clench6 centre les tendances de la classes
des libres. L'accroissement d6mographique des hommes de
couleur inqui6tait autant que l'evolution constant de ces for-
ces potentielles d6ja detentrices du quart de la proprikt6 fon-
ciere et mobilibre. Cette dangereuse extension, que prenaient
les libres de couleur, menaqait la s6curit6 de l'ile. Accorder A
ces derniers les droits civils et politiques reviendrait a accepter
avec eux une competition don't l'enjeu 6tait la libre jouissance
des terres de St-Domingue. L'exp6rience avait r6eve1 aux colons
l'issue d'une telle lutte qui ne pouvait qu'ktre a l'avantage des
libres, rudes travailleurs aux possibilities intellectuelles connues,
aux qualitbs morales 6prouv6es. Ils seraient les maitres de de-
main. Cette perspective inquieta les colons, soulevant en eux
des vagues d'obs6dantes meditations.
A la v6rit6 ils erraient dans une obscure impasse. Le rejet
ou l'agr6ment des demands des sang-mel6s cr6ait des ennuis
gros de consequences. Dans les deux cas le mal 6tait infini.
Seulement, ici la reaction des libres pouvait 6tre violent et
spontan6e; 1A, la raison et l'imagination rel6guaient dans la bru-
me d'un avenir incertain, les consequences tant appr6hend6es.
Certes, l'effrondrement de la colonie ou sa conquete par les
planteurs de couleur 6taient deux hypotheses incommodes.
N6anmoins la deuxibme solution se recommandait. Tant d'im-
pond6rables pourraient modifier un probl&me don't les inci-








dents malheureux s'6garaient dans la nuit du temps Un loin-
tain avenir dira son mot. Le danger n'6tait pas imminent. Le
temps btait l'alliM ideal, puisqu'il permettait le recul de toute
concession perilleuse.
A la lumiere de cette politique de temporisation, on voyait
les colons, que ce soit au Club Massiac, a la Constituante, A la
Commune de Paris ou au Comit6 des Colonies, manigancer de
faqon A retarder toute decision ou tout vote favorable aux libres.
Les debats s'eternisaient, se degenerant en ennuyeuses discus-
sions academiques. La question principal etait escamot6e, A
l'avantage de digressions chimeriques. A dessein, les colons
multipliaient les difficulties. Ils dissimulaient des pieges dans
leurs plaidoyers assaisonnis d'arguments sp6cieux. Mais, ils sa-
vaient apporter dans les d6bats la documentation concluante.
Leur jeu etait astucieux et intelligent. Leur defense toujours
sublime, toujours bien agenc6e.
D'ailleurs les deputes qui les reprbsentaient 6taient a la
hauteur de leur tAche. Ils se singularisaient par des artifices
qui forcent l'admiration. Avec el6gance, ils brouillaient les pro-
blames, et, magiciens du verbe, A la faveur de cette confusion,
ils imprimaient A leurs allegations une pertinence qui deboutait
I'adversaire. 11 ne faut pas, par ailleurs, sous-estimer le r6le
de l'Assembl6e qui influengait les presidents. Elle surchauf-
fait I'atmosphere criant, vociferant, au point de rendre vains
les efforts des adversaires pour center la question en debats.
Elle imposa son silence de souverain juge A l'AbbW Gregoire,
A Brissot, A Mirabeau, A De Joly, etc.
Ainsi les jours s'6coulaient. Les suspensions de d6bat, les
renvois de seance, se succidaient. Les colons sous cape sou-
riaient. Leur malice triomphait. Mais comme la foi des avocats
des libres n'etait pas illusoire, elle rbsista A l'assaut combine de
la ruse et de la mauvaise foi. Comme l'espoir des libres de cou-
leur n'6tait pas un feu de paille dans la nuit noire, il garda son








eclat dans leur coeur. Patients, confiants, calmes, tous ils at-
tendaient 1'heure de la victoire. Ils luttaient sans se d6coura-
ger. La recompense sera fruit de cette constant opiniAtret6.
Le but des colons 6tait de paralyser I'action des libres : ne pas
permettre a leurs avocats d'acc6der a l'Assembl6e Nationale. En
depit des embuiches sem6es sur leur route malaisee, ceux-ci
gravirent les tapes, et eurent la 16gitime satisfaction de porter
la cause des libres devant la conscience des membres de l'As-
sembl6e Nationale. L'hydre du prejug6 etait sous le coupe-
ret...










D.- Oge et Chavannes


A la stance du 28 Mars 1790, les avocats des libres de cou-
leur arrach&rent A l'Assemblee Nationale un decret qui, aux
yeux d'eux-tous, preludait a la victoire finale. C'etait, en v6rite,
une encourageante tape, puisqu'6tait octroy6 aux hommes
de couleur le droit de participer, avec les autres propri6taires
de Saint-Domingue, a la formation de l'Assemblke paroissiale.
Neanmoins tout n'etait pas clair et net. L'impropri&et de cer-
tains terms et leur ambiguity provoquaient des conflicts. Des
equivoques calculees suscitaient des interpretations controver-
sies. L'article 4 de ce d6cret, germe de discorde, fut l'objet
d'un vif dialogue entire la mauvaise foi et la naivete. II 6tait
ainsi formula : -Toutes personnel agees de vingt-cinq ans ac-
complis, proprietaires d'immeubles, ou, a d6faut, domiciliees
dans la paroisse depuis deux ans et payant une contribution, se
r6uniront pour former l'Assembl6e paroissialep.
Le mot personnes,, insrej par calcul, fut l'obstacle con-
tre lequel trebucherent les libres. Certes, 1'esprit qui se d6ga-
geait du texte premunirait contre toute interpretation fantai-
siste, si la mauvaise foi n'inspirait les adversaires des hommes
de couleur. Et pourrait-on esperer une toute autre attitude de
la part de ces hommes assujettis A leurs passions et vils esclaves
de prejuges ridicules ?
Ce serait se m6prendre grossierement que de faire un cr-
dit de probity aux colons de Saint-Domingue qui n'interprb-
taient les lois qu'A travers le prisme de leurs intr&ets mesquins.
Ce serait s'illusionner sur les tendances de ces hommes qui, se
croyant des maitres absolus, subordonnaient et lois et usages
a leur convenance personnelle. D'ailleurs leur comportement








dans la colonies, au moment ou, en France, se discutait le droit
des libres a la dignity, laissait pressentir 1'6cueil reserv6 a l'ap-
plication de toute loi favorable aux hommes de couleur.
Informs des efforts de ces derniers pour obtenir l'acc&s
aux Assemblies, les planters de Saint-Domingue, furieux, de-
clencherent une aggressive champagne centre les hommes de eou-
leur. Ils faucherent lapidairement toutes les ttes qui s'expo-
saient a leur courroux. Non contents de brimer les libres en
levant des barrieres a leur evolution, ils les chicanaient, les
provoquaient, les persecutaient, les martyrisaient. Dans l'espoir
de les mieux assouplir, on inaugura un regime de terreur. Par
la violence, on pensa les decourager. On fit appel A l'abus pour
tenter de paralyser leurs efforts et rabattre leurs pretentions.
On imagine des tortures affreuses dans le but de briser leur
Mlan vers les sommets lumineux. L'imagination des co-
lons ne se laissa brider par aucun scrupule. Rien n'arrkta ces
hommes aveugles sur la pente fangeuse d'o6 ils devalaient. M&-
me pas le respect de la dignity de la personnel humaine. D'ail-
leurs, pouvait-il en etre autrement a une epoque oi le vice et
la cupidity imprimaient un caractere moral a la Traite louse
par les plus grandes institutions ?
Done les colons, pour ruiner les efforts des libres de cou-
leur et 6touffer leurs appeals aux droits de citoyens, consacres
par la constituante, ne recul&rent devant la cruaut6 d'aucune
measure. A travers toute la colonies ils promenerent leur col&re,
maculant de sang leur passage, s'exposant h la mal6diction, et
recoltant une satisfaction sterile. Le colon cruel se mesurait
au libre rebelle, offrant sur la scene dominguoise un singulier
tableau de contrastes. Le crime defiait la dignity. Le stupre
provoquait la force morale. Partout s'affichaient des tendances
contraires. Du c6t6 des blancs, c'est une phobie destructrice qui
ne respectait ni le sexe, ni l'Age. Du c6te des libres, c'est une
poussee imperieuse qu'actionnait un souffle de grandeur. La








dignity resistait a I'oppression barbare de 1'infamie. Le droit se
montrait irreductible devant la force. Le martyre, le crime,
l'injustice, tous ces exces, au contraire, cimentaient l'alliance
des libres avec I'espoir. Forts de leurs droits, ils refusaient de
baisser pavilion.
Bref, le proc6dd d'intimidation auquel recoururent les co-
lons tendait a cr6er A Saint-Domingue un climate hostile a l'ap-
plication de toute mcsure favorable aux libres. Il stipulait I'in-
soumission a toutes decisions de la Metropole jug6es pr6judi-
ciables h leurs inti6rts et contraires a leurs vceux. Aussi les co-
lons exercerent-ils une m6ticuleuse censure sur la correspon-
dance des mulAtres et menme sur des textes de decret pris par
l'Assembl6e. Leur vigilance ne parvint pas a cacher aux libres
le vote du decret du 28 Mars 1790. Mais leur esprit retors tron-
qua ce texte, en alterant I'article 4.
0
Un quarteron qui, i Paris, avait lutte pour le triomphe de
la cause de sa classes et don't le devouement et la bravoure im-
posaient au respect, observait avec int6rkt les manoeuvres des
planters de Saint-Domingue. A la nouvelle de l'artifice qui
mettait en peril les conquetes si chirement payees, cet homme
de couleur, nomm6 Vincent Og6, decida de se rendre h Saint-
Domingue pour reclamer la publication int6grale du texte de la
loi du 28 Mars et son application immediate. II avait compris
qu'a la duplicity des colons il n'y avait qu'un remede : le supre-
me argument des fusils. A Paris, la bataille 6tait livree sur le
plan ideologique. A Saint-Domingue, on change de tactique.
La force se dressa pour arracher des concessions A la secheresse
de cceur. La lutte pour la dignity allait s'incarner dans la vio-
lence des faits.
Clandestinement Oge partit de France a destination de
Saint-Domingue. Son ardeur bouillante ne put longtemps sup-
porter le refus obstin6 des colons de se soumettre a la decision








de la M6tropole. La sagesse recommandait la patience et la
ponderation. La faiblesse des forces que composait la brigade
de mulatres sous les ordres de Vincent Og6 deconseillait toute
action irreflechie. Les circonstances mme premunissaient con-
tre tous emballements. En depit de ces divers facteurs qui
condamnaient la tim6rit6, Og6, aveuglb par sa colre et son
indignation, jeta le gant aux colons. Son initiative audacieuse,
son 6clatant enthousiasme, son magnifique Mlan vers la dignity
sombrerent dans la defaite (44).
Certes, une hate insensee et une insuffisance de forces fu-
rent des principles causes de cet 6chec. N6anmoins n'est-il
pas permis d'augurer que le r6sultat eit kt6 autre, si, loin de
m6priser les suggestions de son devou6 ami Chavannes, le bra-
ve Og6 avait decide, comme d'ailleurs le fera plus tard le com-
missaire Sonthonax, de renforcer sa petite troupe du puissant
appui des noirs ? Mais, hllas esclave des aberrations de son
6poque, Og6 considerait une telle alliance comme une repous-
sante promiscuity. Son titre de propri6taire d'esclaves, sa cou-
leur, qui le rapprochait du blanc, I'atavisme seculaire qui s'ap-
pesantissait sur son psychisme, sa conception meme de la r6vo-
lution qu'il fomentait il croyait simplement reparer une injus-
tice don't sa classes etait victim sont autant d'obstacles A
I'61ivation de ce pionnier vers un ideal de justice, de liberty,
(d'galite pour tous.
Aujourd'hui nous condamnons cet esprit etrique qui limita
les efforts d'Og6 A un individualism de classes. Nous regrettons
que le souffle de grandeur qui l'animait ne soit parvenu a 1'ele-
ver a ce sommet oi la perspective planifie les reliefs. Nous d6-
plorons que, faute d'une large conception humaine, Oge n'ait
pens6 A poser la base de notre ind6pendance en tendant une
main fraternelle a l'esclave des habitations. Il n'a pas compris
qu'une lutte pour la dignity ne s'accommoderait guere A la dis-
crimination. 11 n'a pas r6alis6 que 1'ethique de la revolution





68

qu'il prechait devait se mat6rialiser dans l'abolition de 1'escla-
vage et des prejuges. Pour n'avoir fusionn6 ces deux n6cessi-
tbs que l'6goisme et la cupidity s6paraient, pour n'avoir associ6
les noirs a sa cause, il tomba sur le champ de bataille sans avoir
la belle satisfaction de planter aux crimes de la dignity l'emblk-
me de la victoire. De n'avoir exhauss6 l'id6al qui animait les
representants de sa classes, de n'avoir enfl6 cet id6al 6goiste A
l'ampleur d'un dogme de charity et de fraternity, Og6 rata 1'oc-
casion unique de servir A la fois sa classes et l'humanit6. II d6-
daigna le bel honneur d'etre proclam le lib6rateur des gens
de couleur et des noirs. Sa position lui ouvrait la route de l'im-
mortalite. Mais il s'arreta h mi-chemin. I1 m6sestima la nobles-
se d'un rble de coordonnateur des noirs et mulAtres de Saint-
Domingue...











E.- Des Cons6quences
du Mouvement d'Oge

Encore que le movement d'Og6 sombra dans une reten-
tissante d6faite, il est, toutefois, difficile de conclure a sa st6ri-
lit6. Car les germes de cette action a la fois tembraire et cou-
rageuse sont multiples. On les detecte dans la r6volte des es-
claves. On les retrouve dans la lutte des hommes de couleur.
Toute une periode, enfin, porte l'empreinte de cette semence.
Certes, les aspirations d'Oge 6taient moins nobles, parce
que injustes : elles meconnaissaient les droits de l'esclave a la
dignity. Elles 6taient moins gen6reuses, parce que 6goistes :
elles se circonscrivaient aux seuls interets d'une classes. La con-
ception colonial d'Oge explique son attitude. A ses yeux l'es-
clavage 6tait une n6cessit6. Et puis, comme le blanc, il appre-
hendait un soulevement des ateliers. I1 craignait pour la vie des
siens. Il craignait pour ses biens.
Mais, ironie du sort Og6 entra dans l'histoire avec le ti-
tre enviable de flambeau des classes exploitees. La raison est
que la psychologie de cet ap6tre, esclave du conformisme et
des prejug6s, a 6t6 prise en ddfaut. Cet homme m6sestima la
force contagieuse de l'exemple. II d6daigna la valeur sugges-
tive des actes qui frappent. L'influence que sa classes pouvait
exercer sur les opprimbs des ateliers lui avait 6chappe. Sa con-
ception colonial d6forma son jugement. Ii savait que la lutte
des hommes de couleur 6tait appel6e A modifier la structure
social de la colonie. Mais, il limita naivement cette modifica-
tion a son seul advantage. A son sens il n'y aurait plus que deux
classes : celle des libres et celle des esclaves. II ne comprit pas








qu'a ceux-ci, 6galement, son drapeau indiquait la route qui con-
duit a l'6clatante lumiere.
Le soulevement des ateliers fut done I'une des heureuses
consequences de l'action d'Og6. Et ce movement, a lui seul,
6tablit d'une fagon convaincante l'utilite et Iefficacit6 de l'oeu-
vre de ce grand pionnier.
Mais, c'est surtout la lutte des hommes de couleur, six mois
aprbs la mort d'Og6, qui refl6te tout le caractere utilitaire de
l'aeuvre de l'ap6tre. Elle d6montre que ses efforts, ses sacrifi-
ces, son rIartyre ne furent pas vains. Faut-il invoquer le t6moi-
gnage de l'histoire pour avancer que la mort de ce porte-dra-
peau fut le signal d'un rassemblement general, le stimulant de
la bravoure, la clef des conquetes d6finitives ?
L'echec d'Og6 rendit impossible tout rassemblement dans
le Nord. Les moindres vell6it6s de soulevement seraient bruta-
lement 6cras6es par une soldatesque excite. D'ailleurs, la hai-
ne des blancs, attis6e par la d6faite des libres, encourageait les
pires exces. Leur insolence, accrue d'un sentiment d'invincibi-
lit6, affichait une morgue qui insultait ignominieusement a la
dignity, mortifiant I'amour-propre, 6miettant davantage la per-
sonnalit6 des libres. Ceux-ci, sous un masque de resignation,
abritaient l'id6e de vengeance qui les hantait. Dans le Sud,
aucune organisation ne range sous une banniere d'espoir les
hommes de couleur. Leur attitude se confinait dans une d6ses-
perante patience. Toute l'initiative revenait aux libres de Mi-
rebalais.
D'heureuses circonstances favorisaient ces derniers. Port-
au-Prince et Croix-des-Bouquets 6taient des proies faciles. Une
divergence id6ologique divisait les blancs qui y cantonnaient.
Les pompons-rouges s'opposaient aux pompons-blancs. Les re-
volutionnaires de Port-au-Prince, partisans de l'ind6pendance
de la colonies ne pouvaient s'accorder avec les contre-r6volution-
naires, fiddles a la monarchie. Cette dissidence empecha de la








part des blancs toute unit d'action. Elle cr6a un climate de
conflicts, propice h I'organisation du movement des hommer
de couleur.
C'est pourquoi Mirebalais devint le foyer de l'insurrection.
S'y donn6rent rendez-vous tous les libres des environs qu'avait
exasp6r6s la duplicity des colons. Y afflu6rent tous ceux-la
qu'avait r6volt6s le joug d'un colonialisme outrageant. Ils aspi-
raient a la dignity et au respect de leur personnel. Ils d6siraient
la promulgation des lois, votes par l'Assembl6e Nationale, et
leur rigoureuse application. Enflamm6s par l'exemple d'Og6, ils
6taient prets a se sacrifier. Triomphe de la cause ou dispari-
tion de la race : tel est le suggestif mot d'ordre que de d6vou6s
adeptes propageront h travers les planes et les montagnes.
Peu h peu le movement s'incrusta dans le moule de la
reality. Des adh6sions en masse sont enregistr6es. Des plans sont
6tudi6s de concert. L'inter6t mesquin est sacrifi6 au bien-6tre
collectif. L'erreur pr6judicielle d'Og6 est 6vit6e. La discrimi-
nation est bannie. Des domestiques noirs sont admis dans les
rangs. Des esclaves ont fui les ateliers pour venir renforcer de
leur nombre la petite arm6e. L'alliance entire mulatres et noirs
est ciment6e par le choix des chefs. Au mulAtre Beauvais, nom-
m6 Capitaine-G6n6ral, on adjoint, en quality de second, le noir
Lambert. Le ralliement se fit sous cette banniere d'union.
Le sentiment de la force enhardit les hommes de couleur.
Avant de prendre les armes, ils escarmouchent avec le gouver-
nement. Des changes de lettres pr6ludent au choc brutal.
Celles de Blanchelande sont assaisonn6es de fatuit6. Celles
des hommes de couleur, brilantes d'indignation. L'arrogance
des colons s'6gare dans les menaces. La conviction des libres
transpire dans leur fermet6. Au sentiment de respect du aux
blancs, invoqu6 par le gouverneur, les hommes de couleur op-
posent le principle de leurs droits a la dignity. La r6volte gron-
dait.








Le soulevement des ateliers encourage les hommes de
couleur. Cet 6venement les favorisait d'ailleurs. II crea un etat
de surexcitation dans toutes les habitations. La crainte d'etre
submerges par 1'avalanche de negres en revolte sema dans la
colonie une 6pouvante affol6e. Les blancs 6taient moralement
vaincus. C'est cc climate propice qu'exploiterent, le 29 Aolt
1791, les hommes de couleur masses h Mlirebalais.
Une petite echauffouree, a Pernier, preluda a une victoire
6clatante, remportee sur les blancs de Port-au-Prince. La de-
route s'installa dans les rangs ennemis. Un sauve-qui-peut ge-
neral laissa les hommes de couleur maitres d'un riche butin.
Prisonniers, armes, pieces de canon et munitions furent les tro-
phees qui s'appesantirent sur leurs 6paules. Cette victoire-6clair
laissa interdits les blancs. La sagesse et la peur leur d6con-
scillaient toutes nouvelles hostilit6s. D'ailleurs, I'armee enne-
mie, enhardie par ces faciles succes, 6tait d'une agressivite im-
petueuse. L'ardeur des soldats violait les consignes. Prompte-
ment les blancs de la Croix-des-Bouquets engagerent des pour-
parlers qui aboutirent a un Concordat signed le 17 Septembre.
Les soldats cantonnes a Port-au-Prince, en d6pit de leur arro-
gance, baisserent eux aussi pavilion.
En vertu d'un trait de paix signed avec les blancs, les hom-
mes de couleur obtinrent l'6galit6 civil et politique avec ces
derniers, la suppression de toutes measures attentatoires a leurs
droits et a leur dignity. Le prejug6 6tait tcrrass6. Telles sont
les satisfactions qui r6compenserent les efforts des libres. Ces
hommnes venaient d'embrasser leur ideal. Les rayons de la vic-
toire baignerent leur lutte courageuse. Une tape nouvelle
6tait d6finitivement franchise : une tape vers l'honneur, vers
la dignity, vers la civilisation.
La gloire d'un tel triomphe rejaillissait sur ceux-la qui
avaient pay6 de leur vie une r6volte arm6e centre les abus et
l'injustice. L'honneur revenait a Oge, a Chavannes, a ces h6ros








tombs a 1'avant-garde. La grandeur de 1'oeuvre de ces promo-
teurs ne disparut pas, noircie par l'ingratitude. Leur sacrifice ne
se perdit pas dans l'indiff6rence. Car des coeurs f6conds veil-
laient, pour rehabiliter la memoire d'Oge, de Chavannes, et de
leurs infortunes compagnons.
Ce n'etait pas assez d'associer le nom de ces hommes a
la victoire. Ce n'etait pas assez de rendre un homage h leur
fidelit6e un id6al de grandeur. Ce n'etait pas assez de les cam-
per pour l'histoire a l'avant-garde. II fallait aussi effacer l'igno-
minie don't les accabla la haine. Et c'est pour laver leur m6moi-
re de toute souillure qu'on exigea des blancs, en leur honneur,
des reparations. La revision de leur infame proces, des indem-
nit6s a leurs veuves ct enfants, la c6elbration d'un service solen-
nel sont les exigences auxquelles durent souscrire les blancs de
Port-au-Prince. Douce satisfaction que par-dela la tombe con-
nut Og6, I'ap6tre infatigable de la rehabilitation de sa classes
(45).










CHAPITRE V


L'Affaire des Suisses
et son Epilogue

En F6vrier 1791, les hommes de couleur de la parties Nord
de Saint-Domingue s'6taient arms pour r6clamer des blancs
la promulgation et l'ex6cution des d6crets bienfaisants votes par
l'Assembl6e Nationale. Mais leur movement fut jugul6 avec
vigueur. La brutality aux exces s'associa. Sous l'empire de leurs
passions, les blancs se montrerent cruels et inhumains. A leurs
prisonniers, ils avaient reserve des supplices horribles. Ils espe-
raient, par l'application de ces sanctions exemplaires, detruire
les germes de rebellion dans I'esprit de tous les libres de la co-
lonie. Mais ils furent d6Cus dans leurs esp6rances. La torche
d'Og6 etait inextinguible. D'autres bras la ramasserent pour
la porter plus loin, toujours plus haut, jusqu'au sommet. La
victoire definitive des hommes de couleur fut consacr6e par
le trait de paix sign a Damiens avec les blancs de Port-au-
Prince.
La bravoure, I'ardeur, la conviction furent les artisanes de
ce triomphe. Les libres pouvaient s'en vanter. Mais il est un
autre facteur qu'ils ne sauraient taire sans le risque d'etre injus-
tes et deloyaux : c'est le concours que leur preterent les es-
claves. En effet, des centaines de noirs renforcerent le bel
elan des hommes de couleur. Ces negres 6taient des domesti-
ques, attaches au sort de leurs maitres, ou des marrons, venus
librement offrir leur appui.
Au total ils etaient au nombre de trois cents, ces noirs qui,
au camp, partageaient avec les libres de couleur la fr6ensie de








la victoire. Ils etaient fibers. Et ils avaient le droit de l'6tre;
car, leur brutal courage et leur fougue impetueuse avaient for-
ce l'admiration de leurs freres d'une autre couleur. Ils etaient
heureux; car, le triomphe des libres signifiait la destruction des
prejug6s ct laissait presager le regne de la justice. Le sang de
ccs noirs a celui des homes de couleur s'etait done m6le dans
dcs combats opiniatres, arbitres du sort d'une classes.
Cette victoire des sang-mdles ne proclamait-elle pas ipso
facto leur liberty a eux, les ? N'entrainait-elle pas, a
leur profit, la reforme des abus, I'abolition de la peine du fouet
et une nouvelle orientation de leur destin ? Ils etaient en droit
de le croire, eux qui fraterniserent avec les libres sur les champs
de l'honneur, eux, les genereux auxiliaires, qui spontandment
6teignirent toute la rancour n6e de leurs souffrances pour
epauler, avec devouement, la noble cause des homes de cou-
leur.
D'ailleurs, l'illusion d'un tel espoir etait entretenue par le
climate d'union cree au sein de la petite troupe ofi chevauchaient
des aspirations communes. La discrimination 6tait bannie. L'ap-
plication des grands principles des droits de l'homme etait par
tous reclamee. On luttait justement pour les imposer aux blancs.
Par leur victoire, noirs et mulatres, unis, avaient sap6 a sa base
l'echafaudage de proscriptions dressed par la jalousie et la cu-
pidite. La dignity conquise allait dicter ses lois.
Satisfaction entire fut donnee aux homes de couleur.
C'etait bon signe. Le coeur leger, les noirs paradaient dans les
rues de Port-au-Prince. L'espoir riait dans leurs yeux. Le bon-
hcur dissipait sur leur face les rides de la souffrance. Affran-
chis de l'angoisse, ils 6taient du coup liberes de leur fardeau
de haines accumulees. On les sentait prets a tendre une main
loyale au blanc comme au mulAtre. Ils etaient les prototypes
de la concorde. Est-ce pourquoi la premiere condition pose
a leur liberty les trouva conciliants. I1 leur 6tait demanded de








preter d'abord et pendant huit ans leur service dans les mare-
chaussees de la province. Cette concession plaidait en faveur
de leur bonne foi (46).
Mais leur esprit de conciliation n'eut aucun biho chez
les blancs. Ceux-ci se montraient intransigeants et rancuniers,
chim6riques et cruels. A dire vrai, ils n'etaient partisans d'au-
cune transaction avec les africains. Leur amour-propre froiss6
imputait Icur defaite a ces derniers; il ne serait satisfait qu'A
la r6integration des negres dans leurs ateliers respectifs.
L'argument ne manqua pas aux blancs pour accabler les suis-
ses. Ils exposerent le danger que constituait, pour les habita-
tions, le maintien de ces noirs dans l'armee. L'exemple serait
funeste a toute la colonie. La security 6tait menace. Ils soute-
naient encore que la ruine les guettait, tapie derribre les scrupu-
les qui circonvenaient les libres de couleur. Les blancs imagin6-
rent mrme, pour fonder leurs apprehensions, des faits lourds
d'inquidtudes. Qu'osaient-ils avancer ? que le comportement des
suisses d6ja etait reprehensible; que par leur propos s6ditieux
ils propageaient le trouble dans les ateliers; qu'ils reprochaient
a leurs freres des t6nebres leur passivity, leur esprit de soumis-
sion, leur intolerable resignation. Une si habile propaganda,
orchestra A une 6poque ol un vent de revolte soufflait l'inqui6-
tude et la peur, ne saurait rester sterile (47).
Les homes de couleur 6taient pour la plupart planteurs
ou grants. Leur avenir btait lid au sort de la colonie. Par re-
connaissance ils entendaient r6compenser au prix de la liberty
leurs auxiliaires. Ce desir, attis6 par le d6lire de la victoire, s'6-
moussa sous le martelement de la reflexion. On coupa les ailes a
I'enthousiasme. II fallait sauvegarder les biens. Ce sentiment
dicta aux hommes de couleur de nouvelles attitudes. Mais la
gratitude avait aussi ses droits. On ne saurait sacrifier cette
derniere sans s'exposer A son propre mdpris. La justice devait
etre le guide fiddle. Si le maintien des suisses dans l'armbe








constituait un danger, selon la revelation des blancs, il fallait
alors trouver une formule capable de satisfaire a la conscience
des homes de couleur, sans ktre prejudiciable aux int6rts des
plantcurs. La solution proposee par les blancs remise des
suisses a leurs anciens maitres se heurta a la violent indi-
gnation de la grande majority des hommes de couleur. 11 fallait
une autre proposition (48).
Elle s'enonca ainsi : la liberty des suisses serait reconnue;
mais, leur deportation s'ensuivrait. On proposal comme terre
d'exil la baie de Mosquitos. La, la fertility de la terre facilite-
rait la culture. Les suisses recevraient un lot d'instruments
aratoires et des vivres pour une duree de trois mois (49). Des
voix s'eleverent dans le camp des hommes de couleur pour pro-
tester contre la cruaut6 d'un tel arret. Mais, helas ces voix,
svmbole de la reconnaissance et reflet d'une noblesse
d'tme, 6taient l'expression d'une faible minority. Elles glisse-
rent sur un auditoire de mulAtres et de blancs qui mijotaient
des projects ten6breux. Une nouvelle fois la fumee de la pas-
sion macula la vertu. Les suisses, desarmes, furent embarqu6s
le 28 Octobre (50).
Tous les suisses ne partirent pas. Quelques-uns, m6fiants,
avaient pr6fier le marronnage dans les bois de Saint-Domingue
a une liberty vou6e ta venturee sur des terres 6trangbres. L'a-
venir promptement justifia leur m6fiance. Le bon sens et la
sagesse etaient de leur c6t6. Car, il s'avera que la deportation de
leurs freres dissimulait un traquenard. Ces derniers, trop tard,
le comprirent. Ils croyaicnt aller a la liberty, et on les condui-
sit a la boucherie. Leur voyage n'6tait qu'une forme camou-
fl6e d'arrestation. La naivete les avait jets dans le guet-apens
que leur tendirent la ruse et la deloyaut6. Sur le bateau com-
menca leur douloureux calvaire. De nouvelles chaines a leurs
membres furent riv6es. On tenta de vendre au prix forfaitaire
ces ntgres, mais des chuchotements, d6voilant leurs m6faits,








6veillaient la defiance. Ils 6taient des 6lments dangereux, mis
a l'index par la morale colonial. Ils 6taient des pestif6r6s qu'il
fallait isoler pour se garantir de toute contagion. On les sema
done sur les rives d'une prcsqu'ile d(serte. Un soupcon d'hu-
manit6 effleura le capitaine qui daigna gratifier les exiles d'une
crofite de nourriture.
Mais, acil de Cain, ils etaient les t6moins giants appel6s
a tourmenter la conscience. Leur muette presence avait le
poids d'une reprobation. Leur regard infusait I'amertume et
l'angoisse. Ils ne devaient pas mourir. Car a la couardise des
planteurs (blancs on hommes de couleur), il fallait la censure
de ces compagnons du remords. Non, ils ne moururent pas.
Fortuitement vint a passer, dans le voisinage de leur ile aban-
donn6e, une frigate anglaise qui les recueillit. En F6vrier 1792,
6taient ramen6s au Cap, ces indesirables justiciers (51). Y trou-
veront-ils moins de passion et plus de comprehension ? Le r6cit
de leur douloureuse venture fera-t-il vibrer de compassion
l'ime des colons acharnes A leur perte ?
H6las ce serait se meprendre sur la s6cheresse de coeur
d'un propri6taire d'esclaves. Ce serait ignorer l'atrocit6 du cri-
me don't se rendircnt coupables les braves suisses. Ces n-gres
avaient os6 culbuter l'arm6e des blancs pour ouvrir aux hom-
mes de couleur le sentier de la victoire. Ils avaient port une
main sacrilege sur l'6chafaudage des traditions s6culaires. Le
verdict de leurs juges sera inexorable. Qu'importe si les temps
ont change Qu'importe si des hordes d'esclaves massacrent les
blancs au nom de la liberty Qu'importe si, eux, blancs se ser-
vent des troupes noires de Cayeman on de Jean Kina pour com-
battre les hommes de couleur I Les vrais responsables de ces
nouvaux crimes sont encore les suisses. Le tout est la cons6-
quence de leurs forfaits. Car une horrible cicatrice a toujours
rappel6 aux blancs la blessure faite A leur orgueil par la victoire
de ces negres. Ils la consid6raient, cette victoire, comme une








infamante fletrissure. Aussi, a leur indignation, nul chatiment,
autre que la mort, n'aurait la vertu d'un baume.
Lorsque fut signaled au MNlle le retour des suisses, certain
homes de couleur crurent entendre come une lourde accu-
sation accabler leur conscience. L'inquietude les bouleversa.
La gOne les tourmenta. Les planes, eux, ecum&rent de ranceurs.
L'arrkt de mort n'etait-elle pas le prix d'un apaisement auquel,
aspiraient en grande majority les reprbsentants de la classes do-
minante ? Mort aux t6moins g&nants A mort, les execrables
ennemis !
Fut-elle concerted, cette mort si communnment desiree ?
L'histoire n'a pas soulev6 encore ce coin de voile. Elle nous
apprend simplement que des scl6reats, une nuit, monterent sur
le navire et massacr&rent une soixantaine de suisses. Ce crime
s'abrita sous la complicity de l'autorite. On l'entoura du silen-
ce le plus complete. Et il resta impuni. L'anonymat qui masque
les coupables est un secret de polichinelle. Car le sort des suis-
ses, survivants, denonga ces coupables au verdict de l'histoire.
Leur nom imported peu. Is n'btaient d'ailleurs que des sbires sti-
pendi6s. Ceux-la qui armbrent leurs bras sont les vrais coupa-
bles. Ils sont baptis6s : Vengeurs de Classe.
Apres le crapuleux assassinate des suisses, ne serait-on pas
en droit de s'attendre de la part des autorites, a un adoucisse-
ment du sort des survivants et a une protection de leur vie ?
Ne devrait-on pas entendre s'blever des voix pour honnir ce cri-
me ? Oui, seulement dans le cas ou autorit6s et avocats ne
scraient de meche dans l'affaire Or, que constata-t-on, hor-
mis le silence accusateur ? Les pauvres suisses furent abandon-
nbs dans la cale. Ils ne s'enfuirent pas; car, de lourdes chaines
les maintenaient prisonniers. La, au fil des jours, ils 6grenaient
leurs miseres. Pour creuser leur chagrin, s'offrait a leurs re-
gards deplor6s un triste tableau. Par une lucarne, durant des





81

jours, ils voyaient flotter sur les eaux les cadavres de leurs fr6res
decapit6s. Et tout cela n'6mut pas la population... (52).
Incroyable Malgr6 ces honteuses conspirations contre
leurs humbles personnel, en depit des attentats con-
tre leur modest vie, les suisses survicurent. A la proclamation
de la liberty par Sonthonax, en Aout 1793, ils 6taient au nombre
de treize, A b6n6ficier de cette measure de justice (53). Treize
survivants sur les 225 qui planterent avec les mulatres, deux
ans plus t6t, I'arbre de la dignity. Treize survivants, 6vocateurs
de la m6moire de cette 6quipe d'esclaves qui renforcerent les
homes de couleur pour infliger aux blanks de la colonies, re-
putes tout-puissants, une historique d6faite : leur premiere.
Treize survivants qui, le front aur6ol6 d'une couronne de mar-
tyre, entrbrent debout dans l'immortalit6. Ils avaient ecrit un
nouveau chapitre de la palpitante histoire des negres de Saint-
Domingue. Gloire a eux I










CHAPITRE VI


Revolution on Revolte

Que fut le movement de 1791, une revolution, comme
l'6crivent avec autorit6 des auteurs A la plume chatice, ou une
r6volte, comme l'enseignent nombre d'6crivains de marque ?
II faut bien, ce nous semble, opter pour l'un ou l'autre terme.
Car, les employer indiff6remment reviendrait A leur reconnaitre
un lien de parents qui n'existe peut-4tre que dans l'id6e de lutte
qu'ils 6veillent, sans toutefois autoriser par leur sens propre
aucune confusion. Toute revolution implique une id6e de chan-
gement. Tandis que la r6volte est un soulkvement. Certes dans
le premier on trouve le second. Mais l'inverse n'est pas vrai.
Une revolution est un lent processus. Elle n6cessite une
assez longue p6riode d'incubation. Elle 6volue graduellement,
mais irrivocablement. Alors que la revolte se signal plut6t par
sa brusquerie, son intensity et son caractbre 6ph6mere.
L'un est un movement de masses, quasi g6n6ral, qui enga-
ge tout un people et nait de la d6sharmonie ou de l'incompati-
bilit6 constat6e dans un corps social. L'autre est organis6e par
un group, une petite minority, agissant sous le dard d'int6rkt
personnel.
L'id6al l6ev6 qui germe dans toute revolution et la mesqui-
nerie, la petitesse, qui fermente dans toute r6volte, A la maniere
d'un levain de rancune ou d'ambition, sont le critere qui permet
de d6cerner A l'un un titre louable et de taxer l'autre d'un vote
de blAme.
Cette contradiction dans l'id6al s'explique du fait que l'un
est un signe de progres, un divorce d'avec une conception ou un








6tat de choses d6pass6 par les id6es sociales ou politiques, tan-
dis que l'autre est un prejudice a 1'6volution d'une socie6t. C'est
pour bien souligner cette idCe de progres qui s'attache A toute
revolution que les maitres C. Lombroso ct R. Laschi dans leur
feconde etude sur le crime politique et les revolutions, ont pro-
pos6 cette image ingenieuse pour ddfinir la revolution : la rup-
ture de la coquille par le poussin arrive maturity (54).
Dans toute revolution, avons-nous dit, se r6fl6chit une idee,
un ideal, qui la gouverne et I'oriente (55). -Les grandes com-
motions populaires, rench6rit Bonfadini, sont presque toujours
le r6sultat de causes morales meme quand elles prennent pour
pr6texte des mobiles de caractere simplement 6conomique. Les
peuples supportcnt facilement mime de graves embarras de la
vie pratique quand ils ont la conscience que leur ame est libre;
s'ils sentent, au contraire, que l'on 6touffe et que l'on tue la
liberty, il est rare qu'ils acceptent longtemps, comme une com-
pensation suffisante le bien-tre que peut leur procurer une ha-
bile administration,.
e......Les vraies revolutions, les revolutions qui produisent
des resultats ne se font pas si elles ne sont suscit6es et condui-
tes par les classes pensantes. Ce n'est pas le bras, c'est l'idee qui
occasionne dans 1'Etat des changements profonds et durables
(56).
SQuand le bras seul se meut, il se produit des tumultes, non
des revolutions. (57).
Dans cette citation reside toute la genese du movement
de 1791. Elle nous permet de bien etablir le caract6re r6volu-
tionnaire de ce movement.
Une revolution devait n6cessairement 6clater A Saint-Do-
mingue. La periode d'incubation partit de l'installation sur cet-
te terre des tropiques des delments tir6s de I'Afrique et con-
damnes a se plier aux fantaisies de la dynastie colonial, dans








les conditions abjectes, inhumaines et cruelles peintes par I'his-
toire.
Cette revolution, aliment6e et entretenue par le regime co-
lonial, ax6 sur 1'abus, la contrainte, le m6pris, grossit et se d6ve-
loppa a l'ombre de l'atmosphere 6touffante otu s'estompait la di-
gnit6 du negre, oi languissaient ses tendances. Le regime co-
lonial, cette exploitation organis6e de la sueur et de la force de
travail du n6gre, fut l'6tincelle de discord et de haine qui flam-
bera la colonies de Saint-Domingue.
Certes, en attendant la maturity du movement, on verra
eclater et mourir des 6meutes, des rebellions, des insurrections
mtme don't la plupart ne doivent Icur 6chec qu'a une naissance
pr6matur6e. Toutefois leurs cendres chaudes ont contribute la
maturity du movement g6n6ral qui sourdement, lentement, se
pr6parait dans le coeur des esclaves et a l'insu meme de ces
derniers.
Des imponderables sont intervenus pour pr6cipiter cette
maturity. Que cc soit le grand cri de justice et d'humanit6 pous-
se par une France boulcversec par la furic revolutionnaire, que
cc soit le cri de revolte lanc6 par dcs hommcs r6clamant la sup-
pression des barrieres sociales elev6es A Saint Domingue, que
cc soit l'apparition sur le theatre de la colonies de ce noir g6ant
luttant pour la liberty de ses freres, avec une vigueur et une
sinc6rit6 dignes de toute noble cause, ces accidents historiques
ou ce noir genial ont influence les evenements jusqu'a permet-
tre l'explosion en 1791 d'une revolution que le succ6s allait cou-
ronner.
Des circonstances sp6ciales doivent aussi 6tre notes a l'a-
vantage du movement. La dissension qui divisait les blancs
6tag6s en classes, les nombreux facteurs de discordes 6parpillks
dans l'infrastructure de la Colonie, les divergences qui oppo-
saient aux blancs les affranchis, des sympathies, que les n6gres
comptaient dans les classes dirigeantes, en d6pit meme de l'os-









tracisme qui s6vissait contre eux, sont autant de resorts caches
apples a active la march de la revolution.
Cependant elle n'eclata que lorsque la masse des esclaves
fut bien imbue du monoid6isme r6volutionnaire, lorsque tous se
sentirent presses par les memes besoins, lorsque la soif de la
libcrt6 se d6clara puissante, irresistible, souveraine. Car tant
que le movement ne serait pas g6n6ral et tant qu'il n'embras-
scrait la colonies entire, il ne pourrait etre qu'une forme avan-
cee de revolte, meme quand il s'engagerait sous la banni&re
des revendications qui symboliseront les voeux de la revolution.
A la revolution de 1791 on pourrait a la rigueur reprocher
les massacres, les violence et les crimes qui la d6shonorent,
1'opposant syst6matiquement au but 6lev6 qui l'ennoblit. C'est-
a-dire, il faudrait regretter que le movement de 91 ne fit une
revolution blanche. Mais alors, comment la serait-il, quand on
avait des hommes habitues depuis trois siecles a ne consid6rer
d'autres hommes que comme des elements de production, les
ravalant au niveau des instruments aratoires ou du be-
tail ? Comment 91 scrait-il une revolution blanche quand
les colons se montraient pr&ts a ddfendre avec acharnement des
privileges exorbitants que la tolerance avait 6riges en fief ?
Comment 91 pourrait-il etre une revolution blanche, quand,
d'autre part, les auteurs du movement regardaient dans leur
chair mutilee l'empreinte de leur martyre qui criait vengeance,
ces stigmates d'un regime tAch6 de sang, souill d'injustices,
marque d'abus ? Non, les esclaves dechain6s, exacerb6s, en
proie a leur refoulement et a leur colkre, livres a leurs pas-
sions et a leurs instincts, difficilement se maitriseraient au point
de renoncer A leurs armes. Et puis d'ailleurs, n'6tait-ce pas la
l'unique moyen d'arracher aux colons toutes les jouissances et
prerogatives que leur coeur degene6r refusait aux esclaves ?
C'est surtout par les conquktes sociales que le movement
de 91 se r6v~la une vraie revolution. II apporta le bonheur aux






87

negres en les affranchissant de l'angoisse et des souffrances
dues aux abus du regime; libera leur personnalit6 enlis6e dans
un tenace m6pris; leur permit de b6ndficier d'une promotion
a 1'humain en leur reconnaissant officiellement le titre d'hom-
mes. D&s 91 commenga a Saint-Domingue un autre regne. Un
esprit nouveau naissait. Le soleil brillait a l'horizon des n6gres.
Le regime colonial frapp6e mort allait s'evanouir comme un
mythe. Par ce changement radical survenu dans la structure
de Saint-Domingue, le movement de 91 s'est r6veld une r6vo-
lution.










CHAPITRE VII


L'Echec d'une Mission

A.- La Situation & Saint-Domingue
avant la Premiere Commission Civile

C'6tait l'6poque o0 la revolution flirtait avec le parti con-
servateur ou monarchique. L'Assembl6e Nationale, tel un ba-
teau sur une mer agit6e, roulait selon le courant d'influence.
Les groupements satellites ob6issaient au meme rythme. Sui-
vant la tendance g6n6rale au sein de l'Assembl6e, ils 6taient a
l'honneur ou en decadence. Leurs jours de gloire et de d6-
ch6ance alternaient. Hier c'est au group des Amis des Noirs
que le sort souriait. Aujourd'hui, c'est le jour de triomphe des
planteurs du Club Massiac. Ainsi nulle defaite n'6tait d6finiti-
ve. Sur l'6chiquier politique, la victoire flinait, semant la joie
et la deception. Jamais le relativisme n'a pose ses lois avec tant
d'ironie.
Done la situation 6tait confuse. Les extremes se touchaient.
Au vote du decret du 15 Mai 1791, favorable aux hommes de
couleur, faisait suite celui du 14 Septembre, 6cueil de leurs es-
poirs. Alors que le premier decret reconnaissait aux sang-mle6s
des droits de citoyennet6, le second rejetait tout principle de
droits pour muer les colons en grands juges. Ceux-ci deve-
naient, a la faveur de la manigance, les arbitres du sort des li-
bres de couleur. Ainsi deux ann6es d'encourageantes tracta-
tions, deux ann6es d'efforts, marquees de r6alisations tangibles,
deux ann6es de luttes, qu'illuminaient des fulgurances d'es-
poirs, sombraient dans un catastrophique 6chec.








Par la simple fantaisie d'une assemble subjuguee, kls hom-
mes de couleur etaient condamn6s a v6g6ter en marge de la
civilisation. Allaicnt-ils consentir a enfouir dans I'illusion, Ics
conquctes d'hier qui honoraicnt leur dignity ? Renonceraient-
ils a clamer leurs droits au respect et a la justice ? Conforme-
raicnt-ils, enfin, leur conduit au vccu d'une assemblee qui
etait l'instrument de la jalousie, de la haine et de la duplicity ?
D'autre part, Ic vote du d6cret de Septembre 1791 6tait la
negation de l'action intrepide d'Og6 et de Chavannes; c'6tait la
ruine des conquktes qui ont marqu6 les efforts des libres de
couleur. Le courage de ces derniers et le d6vouement des suis-
ses, la communion dans un ideal et I'6lan dans la fraternity, ces
examples de foi et de grandeur emprunteraient-ils a l'6clair son
caractere 4ph6mnre ? Apr6s avoir, par la force des armes, im-
pose aux blanks un traits de paix, les libres de couleur de Saint-
Domingue devraient-ils se resigner a rompre un si honorable
pact par obeissance a une Assemblee manifestement frappe
d'instabilit6 ?
Le problem des libres de couleur se posait done h6riss6
de difficulties. Le bon sens, I'interet, la dignity conseillaient
aux repr6sentants de cette classes l'insoumission et la rebellion.
Une fin de non-recevoir attendait la nouvelle du decret du 14
Septembre. Mais une telle attitude contrastait avec l'accueil
que reservaient les blancs h ce Decret qui les deliait d'un pacte
force. Les blanes de Port-au-Prince, particulierement, y trou-
vaient une propice occasion de r6silier un trait qui froissait
leur amour-propre. De douloureuses cicatrices, imprim6es dans
leur orgueil par la victoire des libres a Pernier, criaient ven-
geance. Ces hommes m6ditaient une eclatante revanche. Les
rumcurs, d6nongant le vote du Decret du 14 Septembre 1791,
mirent le feu aux poudres.
Traitreusement les LUopardins de Port-au-Prince attaque-
rent les hommes de couleur alors que, quiets et confiants, ceux-








ci deambulaient a travers la ville, visitant parents et amis. En
d6pit de la surprise et de la soudainete de l'attaque, Ics sang-
miles offrirent une farouche resistance. N6anmoins, ils furent
refoul6s jusqu'a la Croix-des-Bouquets. La victoire r6veilla chez
les blanks des rancceurs et des haines endormies. Leur colre
6clata en mille actes d'horreur et de barbaric. Tous les repr6-
scntants des hommes de couleur, tombs en leur pouvoir, fu-
rent sauvagement massacres. Ni I'age, ni le sexe ne furent res-
pectes. Les biens, aussi, furent livres au pillage. La passion
les aveuglant, les blancs n6gligerent leurs propres interits. Un
incendie allumb dans les has quarters et aliment6 par la ne-
gligence et la m6chancet6, se propagea, devastant 27 ilets. L'es-
prit de vengeance des blancs, de tant de carnages, 6tait repu.
Mais, cette victoire entach6e de lichet6s engendrait des
rancunes. Une profonde indignation A la colbre des hommes
de couleur s'ajouta pour les exasp6rer. La douleur angoissait
leur coeur. Le sang des victims criait vengeance. L'6tat d'Ame
des libres de couleur et les sentiments violent qui les boulever-
saient sont refl6tes dans un vigoureux appel lanc6 par Chanlat-
tc : Volons, chers amis, vers le siege de Port-au-Prince, plon-
gcons nos bras ensanglantes, vengeurs du parjure et de la per-
fidie, dans le sein de ces monstres d'Europe. Assez et trop long-
temps nous g6missons sous un joug de fer. D6truisons nos ty-
rans, ensevelissons avec eux jusqu'aux moindres vestiges de no-
tre ignominie...; arrachons jusqu'I ses racines les plus profon-
des cet arbre du pr6jug6... Nous devons tous p6rir ou venger
Dieu, la nature, la loi et l'humanit6, si longtemps outrages dans
ccs climats d'horreur, (58).
Et ce n'6tait pas seulement a la Croix-des-Bouquets et aux
environs imm6diats que se r6percutaient cette clameur de ven-
geance et cet ordre de ralliement sous la bannibre du fanatis-
me. Un souffle de liberty s'en emparait pour les repandre dans
toutes les directions. Des leaders s'en saisissaient pour les lan-








ccr en torches incendiaires : ....Tuez, saccagez, brllez, fulmi-
nait h Aquin le courageux Andr6 Rigaud... Campez-vous et
nous vaincrons les brigands qui veulent 6gorger notre parti
ct le r6duire a 1'esclavage. Vengeance Vengeance I Je vous
embrasse tous. Mon dernier mot est de vous venger de ces
barbares. Volez au secours de vos freres 6gorg6s Vive la
liberty Vive la Liberte Vive 1'Egalit6 Vive l'Amour I-
(59). Ces slogans ne demeurerent pas st6riles. Les esprits sti-
mulks, s'embrasaient. Des insurrections localis6es explosaient.
A Jacmel, aux Caves, a Saint-Louis du Sud, les blancs, pris de
panique, souscrivaient avec empressement aux conditions des
confederes. La resistance se circonscrivit autour de Port-au-
Prince. Ces blancs rodomonts bravaient les menaces des hom-
mes de couleur. Ceux-ci assi6girent la ville. Les routes furent
interceptees; les communications avec les villes environnantes
de la Plaine du Cul-de-Sac, couples. L'approvisionnement ne se
fit que par mer. Les eaux furent d6tourn6es. Le siege chaque
jour davantage s'accentua. L'6tau se resserra. La famine guet-
tait aux portes de la ville.
Et pendant que les hommes de couleur assautaient les
blancs pour leur arracher des concessions honorables, pendant
que se livraient des combats que la haine f6condait et que les
passions enflammaient, pendant que l'Ouest et le Sud de la Co-
lonie, boulevers6s, 6taient la proie de la misere et de l'6pou-
vante, dans le Nord, depuis d6jA deux mois, r6gnait la terreur.
Les esclaves avaient bris6 leurs chalnes et ravageaient ce dc -
partcment. En hordes fanatis6es, ils avaient d6ferl6 sur l'Acul,
le Limb6, et m-me le Cap, pillant, incendiant, rasant, tuant avec
la rage de leurs rancceurs refoul6es, de leurs haines exacerb6es,
de leurs souffrances accumul6es. Une soif de vengeance avait
rendu leur coeur inexorable. La devastation, la mort, le carnage
etaient leur 6tendard de conquete. La Grande-Rivikre, Sainte
Suzanne, Dondon, Marmelade se courberent tour a tour devant








l'assaut imp6tueux de ces fanatiques qui, las de gemir, fatigues
de l'ostracisme et des prejug6s don't ils 6taient les eterelles
victims, s'6taient arms pour dire non a leur triste destin.
Done voila toute l'ile en effervescence : hommes de couleur
contre blancs, negres contre planteurs blankss ou mulatres).
Dans deux d6partements, c'est la lutte pour 1'egalit6 avec les
blancs. Dans le Nord c'est la lutte pour la liberty. Et c'est ce
tableau poignant d'une colonie en d6tresse, qui s'offrit aux re-
gards 6tonn6s de Roume, Mirbeck, St-L6ger, trois membres d'u-
ne Commission civil, en mission a Saint-Domingue.
Cette Commission avait pour tAche d'assurer l'ex6cution du
d6cret du 14 Septembre qui remettait entire les mains des co-
lons le sort des hommes de couleur. Elle devait aussi pacifier
l'le, enrayer les d6sordres. Face a la situation observe et qui
les d6concerta, quelles dispositions allaient-ils prendre ? Com-
ment r6tablir une suprematie colonial que, par les armes, les
hommes de couleur avaient terrass6e ? Comment apaiser des
negres qui trempaient rageusement leurs poignards dans le sang
de leurs maitres ? Comment 6teindre cette fournaise, quand le
gouverneur humblement confessera l'6tat deplorable de sa si-
tuation ? Ii manquait de tout. Disette de vivres, p6nurie d'ar-
mes, d6faut de troupes : tel 6tait le triste bilan (60).










B.- Entre les Commissaires,
les Colons et les Negres

Done la mission confine A Roume, Mirbeck, St-LUger con-
sistait A veiller a 1'execution de la loi du 14 Septembre 1791,
votee par l'Assembl6e Nationale. Cette loi faisait des colons
l'arbitre du sort des libres de couleur qui luttaient pour leurs
droits politiques et l'6galit6 civil avec les blancs. Quant aux
esclaves, il n'etait point question de modifier leur statut. D'ail-
leurs on ignorait en France, au moment du depart des Commis-
saires Civils, qu'une r6volte avait eclat6 dans le Nord. On
croyait que l'insoumission des hommes de couleur constituait A
Saint-Domingue le probleme essential. On avait projet6 d'as-
souplir ces derniers a la volont6 des colons. Le succes de cette
initiative paraissait certain. Un raisonnement specieux fondait
un tel espoir. Puisque, en vertu de la loi du 14 Septembre, le
sort des libres d6pendait de la generosit6 des blancs, ceux-la
n'avaient-ils pas int6ert A career chez leurs juges un etat d'esprit
favorable, grace a un comportement docile, une conduite irr6-
prochable, et non 6quivoque ? Ainsi consid6raient le problem
les commissaires civils don't l'imagination feconde applanissait
les difficulties au point de ramener la pacification de l'ile a une
simple operation de souplesse et d'intelligence.
Si une deformation initial faussa leur calcul en ce qui a
trait aux dispositions des libres de couleur, combien ambre sera,
d'autre part, la deception de ces commissaires qui tablaient,
pour remplir leur mission, sur un ferme appui des colons Car
pour gagner ces derniers, les commissaires tiraient argument de
la vertu souveraine de l'esprit de conciliation don't ils comp-
taient faire montre. Ils pensaient s'attacher les colons A la fa-








veur d'une politique intelligence, inspire de la psychologie.
Mais, h6las cette politique etait vou6e A la st6rilit6 parce que
trop de facteurs important, strangers aux commissaires, 6chap-
paient a l'analyse.
En bref, les commissaires savaient les colons accessible a
la griserie de l'encens. Mais ils ignoraient que l'arrogance des
membres de l'Assembl6e Coloniale marchait de paire avec l'hy-
pocrisie. Ils savaient que le ressentiment des factieux flagellait
le comportement plein de dignity des hommes de couleur;
mais, ils ignoraient que le triomphe de ces derniers avait enve-
nim6 les conflicts et exacerbe les haines. Ils savaient que la r6-
volution enflammait les esprits; mais ils ignoraient que dans les
rangs de la Garde Nationale 6taient en majority les soldats des
bataillons d'Artois et de Normandie qu'avaient endoctrin6s A
Brest les 6missaires des leopardins.
A la v6rit6, au sein de 1'Assemblee, comme dans la Garde
National, mijotait une idWe de divorce d'avec la France. On
aspirait A une protection anglaise. Car, la Grande-Bretagne, co-
lonialiste, esclavagiste, offrait des garanties pour la sauvegarde
des principles de base que voulaient bousculer les hommes de
couleur de la colonie. Les tergiversations de la France, ses in-
d6cisions, son instabilitY, avaient ali6n6 A cette nation l'estime
des membres de l'Assembl6e Coloniale de Saint-Domingue. Les
concessions dj'A consenties appelaient d'autres encore plus im-
portantes et A breve 6cheance. Les signes d'une total capitu-
lation s'annongaient. Les colons en 6taient A la fois inquiets et
indign6s. La loi du 14 Septembre ne les rassura pas. L'arriv6e
de la commission de Roume, Mirbeck et Saint-LUger les trouva
r6ticents et m6fiants, hostiles et intransigeants.
Ce panorama refl&te le noeud de difficulties qu'offrait toute
collaboration franche ou toute entente loyale entire les mem-
bres de l'Assembl6e Coloniale et les Commissaires Civils. Ceux-
ci, d'ailleurs, 6taient sous la d6pendance de ceux-lA. A l'Assem-








blee seule 6tait reserve le droit de statuer sur le regime int6-
rieur de la Colonie. Ce privilege lui fut octroy6 par la loi meme
du 14 Septembre qui stipulait dans son article III : ...Les lois
concernant l'etat des personnel non libres et l'etat politique des
hommes de couleur et negres libres, ainsi que les reglments re-
latifs a l'ex6cution de ces memes lois seront faites par les As-
scmbl6es Coloniales actuellement existantes et celles qui leur
succ6deront....
Forts de leurs privileges, en ce qui concern le problime
des libres de couleur, et aveugl6s par leurs passions, les colons
perdirent toute measure; ils firent de profonds accrocs aux lois,
jusqu'" confondre droits et abus. Livr6s sans contr6le a leurs
exces, ils empi6tbrent sur les attributions des autres corps cons-
titu6s. Ils outrepassbrent leurs pouvoirs et restreignirent ill6ga-
lement d'autres, qu'ils muselerent. Ils nommerent abusivement
le commandant de la Commune et de la Garde Nationale du
Cap; enleverent arbitrairement au chef militaire de la Colonie
le commandement des Gardes Nationales; ordonnerent souve-
rainement 1'6tablissement des municipalities h travers la Colo-
nie.
Face h une situation qui laissa percer les tendances de ces
hommes plus soucieux de leurs int6rets propres que de la tran-
quillite de la colonie, plus disposes A pactiser avec l'6tranger
qu'a voir les libres de couleur franchir, sous la bannibre de la re-
volution, une nouvelle tape social, les Commissaires civils fi-
rent montre de comprehension et de tact. Ils ne brusquerent
point les colons. Au contraire, pour 6viter tout choc, ils souscri-
virent volontiers aux premieres exigences. Car, eux, ils voulaient
sincerement accomplir leur mission. Ils voulaient cr6er un cli-
mat de paix. A cette fin, ils travaillbrent avec foi. Par la tol6ran-
ce, ils s'evertuaient h 6viter toute discussion, tout m6sentente,
tout heurt, susceptibles de motiver une explosion de ressenti-
ments mal contenus. La prudence guida leurs actes. Mais aux








yeux des colons de Port-au-Prince une telle politique ravalait les
Commissaires au rang des vassaux. Leur personnalite, 6miettee,
flanchait; leur autorite, discutee, agonisait. Tandis que les Gar-
des nationals, souveraines, plastronnaient sur le char de la
victoire, 1'Assembl6e Coloniale, de son cote, campait come
une citadelle, menagant de la fureur de ses membres les com-
missaires sans defense, paralysant systematiquement leurs in-
cessantes d6marches en vue d'implanter dans la colonies l'arbre
de la paix.
0
C'est le m me principle de paix qui transpira dans les ef-
forts des Commissaires Civils pour ramener dans leurs ateliers
les negres en r6volte. La dignity de leur comportement devait
se manifester en 6clats de grandeur. Et il eit 6t6 permis d'au-
gurer le succes de leur mission, quant a la soumission condition-
nelle des negres, si l'arrogance des colons n'y constituait un per-
manent obstacle. Car, par bonheur, ces negres insurg6s 6taient
conciliants. Un premier elan de sinc6rit6, qui les avait pouss6s
devant l'Assemblee, se brisa lamentablement contre le mur que
dressa la morgue colonial. Aux raisonnables conditions
qu'ils poserent pour se soumettre, la jactance colonial avait ob-
ject6 : KL'Assembl6e pourrait faire grace A des coupables re-
pentants et rentr6s dans leurs devoirs. (61).
Cette r6ponse signifiait qu'on n'entendait gubre parlemen-
ter avec des esclaves en rebellion que le fouet pouvait assou-
plir. Loin de juger la revolution d'AoOt 1791 a l'6chelle d'une
affaire s6rieuse et grave, les colons, aveuglks par leurs passions,
s'amuserent a intimider ses auteurs en les menagant de la foudre
du chitiment. Ce d6fi, tim6rairement lanc6 a des hommes don't
la bravoure et le fanatisme d6vastaient et conqubraient le Nord
de la Colonie, 6tait impolitique, puisqu'il avait la vertu d'exci-
ter davantage les insurgbs. C'etait comme si on jetait dans la
fournaise des ferments appel6s A l'attiser. C'6tait envenimer les








haines et dess6cher les coeurs. L'entente devenait plus diffici-
le, car elle s'abritait derriere une montagne de d6sastreuses re-
pr6sailles.
Neanmoins les insurges aspiraient A la paix. Ils avaient as-
souvi leur vengeance. Ils ne r6clamaient plus, A l'arriv6e des
Commissaires Civils, qu'une capitulation honorable et satisfai-
sante. Une amnistie gen6rale et cinquante liberties sont les mo-
destes exigences que formuleront ces hommes A qui sem-
blait avoir 6chappI le sens de leur revolution et qui paraissaient
ignorer les immense avantages auxquels leur donnaient droit
leurs forces (62).
L'insignifiance de ces r6clamations revela aux colons l'in-
fluence morale qu'ils exergaient encore sur les esclaves en r6-
volte. Elle exalta leur audace. Leur morgue, un moment va-
cillante, se montra, soudain, aggressive. La peur fit place A la
hardiesse. Alleg6s de leurs apprehensions, les colons s'irriterent.
Ils s'enflamment. Ils outragent. Ils frappent. L'un d'eux n'osa-
t-il pas cingler de sa cravache le gen6ralissime Jean-Francois,
venu pour parlementer avec les blancs ? (63).
Cette insulte qui viola la personnel sacr6e d'un parlemen-
taire ne provoqua aucune riposte spontan6e. Jean-Frangois
n'avait pas bondi sous I'aiguillon de l'affront. Ses mains noires
se sentirent faibles pour chitier l'insolence du colon. Des 6pau-
les affaissees temoignaient de l'impuissance de cet homme a
contester a un autre homme de pr6tendus droits sur sa propre
personnel. Le colon Mullet, ancien maitre de Jeannpt, venait
done de constater au detriment du negre l'efficacit6 du regime
colonial. En d6pit des victoires remportees sur les blancs, Jean-
Francois 6tait rest leur chose; il n'etait qu'un esclave chamarr6
de gallons. II lui manquait de l'etoffe, de la personnalit6, du
caractere. II 6tait un d6gn&re6, un here, un ravalk.
Mais tous les esclaves insurges n'6taient pas d6personnali-
s6s. D'autres, plus hommes, allaient bondir pour punir la de-







loyaute des colons et venger l'offense a eux faite en la person-
ne de leur repr6sentant. Le geste de Mullet risquait d'etre gros
de consequences. Dans le camp des insurges on avait sonn6 la
g6nerale. C'etait l'indice d'une rupture des negociations; c'etait
la ruine des efforts des Commissaires Civils. Alors, dans un bel
elan de d6vouement, St-Leger tenta d'6viter la catastrophe.
Pour ressaisir une confiance en deroute, il s'exposa. II avanga
seul, insouciant du peril, jusqu'au camp de ses redoutables ad-
versaires. Et, sublime, il present au generalissime ses excuses
pour l'outrage don't il venait d'etre l'objet. Un tel geste com-
prend trop de grandeur pour ne pas exciter l'admiration. Mais
Jean-Francois en 6tait-il digne ?
Oui, meritait-il un tel honneur, ce general non encore af-
franchi des tares d'un complex atavique ? Pouvait-il saisir la
port6e du noble geste du commissaire ? Pouvait-il croire i ses
yeux, cet esclave rebelle que le fouet du maitre venait de rap-
peler a l'obeissance ? Non, encore tremblant, il s'attendait plu-
t6t A une nouvelle r6primande. Et puisque St-Leger dans sa
grande clemence ne l'avait pas fait, il ne restait a l'esclave qu'h
se montrer digne serviteur. Trop heureux d'6chapper a la se-
monce, il remercia h sa maniere... Encore affuble de son uni-
forme de general, il se jeta aux pieds du Commissaire pour im-
plorer son pardon.
Ce geste de Jean Francois est, a notre sens, I'argument
majeur qui ruine les fondements de la these historique faisant
de ce general noir le pionnier du movement de 91, de ce mou-
vement colossal don't l'organisation otonne et engendre l'admi-
ration. II denonce le r61e de doublure jou6 par le gen6ralissi-
me. En s'enfuyant lachement devant la brutale et impertinen-
te provocation du colon Mullet, Jean-Francois n'a-t-il pas avou6
l'absence chez lui des attributes d'un chef ? En se jetant servile-
ment aux pieds du Commissaire St-Leger, le generalissime-pos-
tiche n'a-t-il pas trahi le vrai chef qui se masquait derriere lui ?






i00

Le comportement vil de Jean-Frangois n'est-il pas la preiuv
eclatante de l'incapacit6, de l'indignit6, de l'inaptitude de ce
chef A organiser une revolution don't l'apog6e sera une apo-
theose ?
En tout cas, 1'entente qu'escomptaient les Commissaires
Civils ne put ktre conclude a cause de la d6loyaut6 des blancs. La
guerre se poursuivit, atroce, sauvage, meurtriere. Et les Com-
missaires laisseront 'ile sans avoir la satisfaction de voir les es-
claves regagner leurs ateliers. Cet 6chec par lequel se sold6-
rent les tractations avec les esclaves en r6volte sera-t-il 6gale-
ment le sort reserv6 aux demarches qu'allaient tenter les Com-
missaires en vue de mettre fin aux hostilit6s entire les colons et
les libres de couleur ?










C.- Entre les Colons
et les Hommes de Couleur

En d6pit des soubresauts qui 6branlaient I'opinion des
membres de l'Assembl6e Nationale, quant a leur politique en-
vers la colonie de Saint-Domingue, il est, cependant, ind6niable
que la courbe r6volutionnaire 6tait ascensionnelle. A travers
la confusion 6clataient des notes de sympathie qui trahissaient
un Blan vers la liberation des hommes de couleur. Cette ten-
dance n'avait gubre 6chapp6 a la sagacity des planteurs du Club
Massiac. Ils avaient d'ailleurs communique leur anxikt6 aux
colons de Saint-Domingue, qui, avec une angoisse sans cesse
accrue, voyaient se grossir I'abime appel6 h engloutir leurs
pr6jug6s de classes.
Les planteurs ne pouvaient assister, indiff6rents, a leur pro-
pre ruine et h leur d6ch6ance. La resignation 6tait un senti-
ment que leur orgueil dissipait. A Saint-Domingue, ils lutte-
ront; ils lutteront avec rage; ils lutteront pour triompher. Au
besoin, ils front fi de tous scrupules, banniront meme les tra-
ditions, r6pudieront jusqu'aux vertus civiques don't ils se glori-
fiaient.
D'ailleurs un aveugle attachment aux privileges sociaux
avait insuffl6 aux colons des concepts nouveaux. L'id6e de pa-
trie se vida de ce souffle myst6rieux qui s6duit, envoite, illumi-
ne, fanatise. Elle perdit sa force morale qui s'6gara dans de d6-
cevants conflicts d'int6r6ts mat6riels. Pour eux la Patrie se d6-
finissait le pays capable de dispenser le maximum d'avantages.
Cette Patrie, a leurs yeux, sera la France, 1'Angleterre ou 1'Es-
pagne, selon l'ampleur des garanties. La France en tout pre-
mier lieu devait etre 6liminee, puisqu'une revolution, nuisible








aux intercts des colons, inspirait ses dirigeants. II fallait rom-
pre tout lien avcc la M6tropole, pour, librement, prendre son
cssor dans le scns de ses propres intedrts. II fallait divorcer
d'avcc la Mere-Patrie.
C'est pour crecr Saint-Domingue le climate propice a la
fecondation de tells semences que les blancs se multipli&rcnt
lancant a travers toute la colonie des tisons de discord.
Aussi la Commission civil, charge de pacifier l'ile, arriva-
t-elle comme un trouble-fete. On lui r6serva l'accueil qu'im-
posaient les circonstances. Si les Commissaires s'offraient avec
les yeux reluisants d'amitie et le geste libre de reticence, ces
homes contrastaient avec les membres de l'Assembl6e Colo-
niale don't le sourire grimacant deguisait mal des pensces cri-
minelles en ebullition.
I1 fallait compliquer la tache des membres de la Commis-
sion, paralyser ces derniers dans leurs efforts en vue de paci-
fier la colonies. A cette fin, a la faveur d'une politique astucieu-
so, les colons travaillerent. Ils tenterent d'abord de leur aliener
l'cstime de tous les blancs, et mcme des soldats de la Garde
national. Une habile et intelligence propaganda fit de Roume,
Mirbeck, St-L6ger les protecteurs officials des noirs et des gens
de coulcur. Mieux, on r6vela que leur mission secrete etait
d'emanciper les esclaves, de renverser les barrieres qui interdi-
saient aux libres de couleur I'acces AL la dignity.
Les blancs ne se contenterent pas de ces seules manoeu-
vres d6loyales pour provoquer des conflicts susceptibles de pr6-
cipiter l'6chec des Commissaires Civils. Ils ddchaincrent un ca-
taclysme en portant une main criminelle sur le seul pont de
s6curite qui abritait 1'espoir. Traitreusement ils violerent, au
prejudice de leur honneur, le trait de Damiens, garant de la
paix entire eux et les hommes de couleur. Cette lachete avait
d6termin6 le siege de Port-au-Prince, repair des LCopardins,




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs