• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Front Matter
 Premiere partie
 Deuxieme partie
 Troisieme partie
 Quatrieme partie
 Conclusion
 Table of Contents
 Back Matter






Group Title: Deuxie`me the`se de doctorat.
Title: Deuxieme these de doctorat.
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078448/00001
 Material Information
Title: Deuxieme these de doctorat.
Physical Description: Book
Language: French
Publisher: Imprimerie Beaubrun
Publication Date: August 30, 1950
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078448
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
    Front Matter
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
    Premiere partie
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    Deuxieme partie
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
    Troisieme partie
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
    Quatrieme partie
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
    Conclusion
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
    Table of Contents
        Page 259
    Back Matter
        Page 260
        Page 261
Full Text

PROSPER CHRISPHONTE


J






DEUXIEME THESE


DE DOCTORATE









Port-au-Prince, Haiti
30 Aoift 1950


rzz!


IMP. BEAUBRUN


I




ED. ESTEVE
PORT-AU-PRINCE (HAITI)

PROSPER CHRISPHONTE


DEUXIEME THESE


DE DOCTORATE






....M. le Directeur d'Haiti-Journal, s'adressant 6 tous ses
compatriotes 6 la fin de Juillet 1948, langa ce slogan: Inven-
te enfin quelque chose pour I'Exposition. Le 2 Aoft suivant,
je lui repondis que Deuxieme These de Doctorat serait I'in-
vention demand6e; car, je veux porter nos licenci6s 6 deve-
nir des docteurs 6s-lettres. Ceux-ci manquent, tandis que
nous avons des docteurs en Droit...

(Extrait de l'Interview accord6e au Directeur du Journal
-Le Mercure, le 21 Septembre 1949).-



Tous Droits RBserv6s

Port-au-Prince, Haiti


30 Aoat 1950





Celui qui -congut le magl-ifique project de 1'Exposition
International du Bi Centenaire de Port au Prince et
s'occupa fort activement de sa reussite>.








J -.0.


Scn Excellence
Monsieur Dumarsais ESTIME,
Pr6i.cient de la R6publique





Le progres ou 1'evoiution doit nous inciter & 6tablir d'a-

bord de vrais ieccids nationaux, & les battle ensuite,...

(-L'Apres Guerre* Page 121).


000


.Sur des millions d'Haitiens, ce. n'est pas impossible que
le genie, qui est virtuellement en tout 4tre pensant, se ma-
nifeste s6rieusement chez quelques uns d'entre nous, pour-

vu qu'on se mette au iravail m6thod;quement, avec cette
volont6 et cette tenacit6 qui sont le secret de toute inven-
tionz...

(M. le Directeur d' 1948 de ce Quotidien -. dans Le Jeudi Optimiste.)






















Le Borde National
Ma.sillon COICOU.
aPour moi je sens bondir d'aise mon &me entire
Quand je songe te voir, rayonnant de lumiere
0 mon humble pays, t'en aller de l'avant.
M. C.







Ia1


DU MEME AUTi


Me Prosper CHRISPHONTE
EUR
D6j& paru:


< 15, Rue Racine, Paris.
sa; Critique) Imprimerie Nemours Telhomme, Rue Dr.
Aubry, Port-au-Prince.
trait -. Essai -- C'liique> Meme Imprimerie.
SL'APRES-GUEHREi- -- Premiere These de Doctorat Es-
Lettres et Massillon CoicoL ler Tome. M6me Imprimerie


I


4~, -

L_-9:


























Madame Prosper CHRISPHONTE
Qui, apres lecture du manuscrit de , a
decide l'cuteur ca ne pas cn retarder I'impression.





... depuis 1946, L'Apres-Guerre 6tant -d6di6 & nos futurs
licenci6s es-lettres,, l'auteur a l'avantage de d6dier
tits-fils et les petits-neveux pourront noter quand le d6sir
d'en avoir fut le vaeu le plus cordialement form par un 6-
crivain.
Si l'allusion concernoit nos fils, l'auteur rappellerait: le
sien


Prosper CHRISPHONTE Junior
D6ced6 le 11 Avril 1945. (1)

,l'encouragea tant & 6crire L'Apr&s-Guerre que LA PERTE
D'UN GARS BRILLIANT PAR SON ABSENCE EXPLIQUE EN-
CORE LA SUITE ET LA FIN D'UN TRAVAIL QUI LE PAS-
STONNAIT.
pas moins utiles que des vivants?


Cette photo est c.Ile de l'en'ant. L'auteur n'a pas retrouv6 le por-
trait de& 'adolescent.





L'auteur eprouve un vif plaisir & d6dier aussi ce livre &
Monsieur Luc Gri'maQd.

Le distingu6 directeur de -La Phalange*, au num6ro du 9
Septembre 1946 de cet important quotidien, faisant credit de
confiance & un 6crivain, a qualifi6, par anticipation,
DeuxiBme These de Do torat de grand ouvrage,.

P.C.





,...Les I'Lxe et Ykre de D,auer-.e

--Dont la pi rr.cipale preoccupation
fut 1'iist'uc k'?n el 1'6ducaiion
de lev-s enfants-...


Victoria CHRISPHONTE


























G6neral Prosper CHRISPHONTE
Dont KLa Phalance" ac 17 Avril 1946 6crivit h sa mort:
I1 emporte dans la tombe une belle trcnche de l'Histoire
d'Haiti qu'il contribua i fagonner comme Chef des Mouve-
ments du Port de la CapTitale, comme Commandant de la
Place de Pcrt-au-I~rince et Commandant des Arrondissements
des C6teaux et d'Aquin. II avait aupoaavant 6t6 l'un des
plus comp6tents Assistanms d'Occide Jeanty & la Musique
du Palais qui se classait alors parmi les plus brands orches-
tres militaires d'Am6rique.>
du 16 Avril 1946 I'aoprecia ainsi: Le
d6funt laisse la reputation d'un honn&te citoyen et d'un pere
de famille honnete.-




PREMIERE PARTIES





eDEUXIEME THESE DE DOCTORATE 25

AVERTISSEMENT

.Pwtion-Ville, ce 2 luillet 1947
CA
Monsieur Prcsper Chiiphonte..
Cher Monsieur Chrisphonte,

-J'ai lu avec plaisir votre livre intitule L'Apres-Guerre,
consacre en oii:--ncce & Massillon Coicou.
plus que des bkcheliers, de agravir les hauts degres de l'6-
chelle litt6raire,. C'est ce que vous expliquez si bien au
seuil de cet ouvrage: ciis es-lettres, tant je souhaite prochaine la creation d'une
Faculty des Leftres.,
.Si orgue;lleux que pniuse paraitre ce d6sir, je m'empres-
se de dire qu'il est legitime et que les recherches laborieu-
ses d'une solution national au problem de la connaissan-
ce semblent chaque jour concourir un peu mieux & sa rea-
lisation.
,Cependant, il est pour une socite6 en g6sine, come
pour la mise en valeur des sillons nourriciers, une periode
de pietinement, un premier cycle hbroicue, si I'on peut dire.
E: .L'Apres-Guezre,, qui aeflete la tragique venture de ces
pionniers de la litt6rature haitienne, cern6s par tous les ra-
cismes et tous les sous.iacismes, par tous les imp6rialismes
et tous les sous-impirialismes, prend naturellement un ton
d'epop6e qui laisse entrevoir les plus riches esperances.
Ce qui m'a seduit dans ce travail, c'est son caractre
d'impartialit6.
*Avec un couiage et jue habilet6 qui vous font honneur,
cher Monsieur Chrisphonte, vous avez d6nonc6 l'indifferen-
ce coupable des uns et I'indigence intellectuelle plus ou
moins deguisbe des autres. Je ne parlerai pas de reputations
surfaites, encore mcins d'un ramassis de contrebandiers de
la culture don't les 6lucubrations accusent une frivolity





,DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,


exasp6rante. Ceci est une autre histoire. Mais il me plait
que -En un temps oi les petits peuples-contrairement & l'id6al
pour lequel tant de cadavres ont jonch6 les continents re-
pr6sentent bien peu de chose aux yeux des colosses avides
de conquetes, n'est-ce pas dans le siege de la Citadelle de
l'Espritl que se depciera le plus admirablement, le plus uti-
lement nos efforts?
.L'Apres-GuerreD est, sans contest, de ces belles produc-
ticns littdraires qui fcnt honneur & un pays.

4Et je demeure persuade que, sa publication une fois ter-
minde, ce livre consliluera, tant par la solidity do sa docu-
mentation que par sa pre(.tigieuse facture litt6raire, un des
monuments les plus grandioses que l'intellectualit6 haitien-
ne puisse dresser & la rmnmoire d'une grande figure natio-
nale.
tFidelement v6tbe. (1)

(Signd)- Alfred ICART (2)
Proiesseur de Belles-lettres
cu 4College de Port-au-Prince.
et at. %Lyc6e National,
et Professemu de Sciences Sociales
(Classe de Philosophie) au -College de Port-au-Prince..



(1) Cette lettre fut publiee dans 1947.
(2) Si pr4cieux semble u i autre souvenir qui, d'ailleurs, a prece-
de la lettre de M. Alfred Icart, que l'auteur a jug6 bon de le conser-
ver aussi.
Le 22 Novembn- 1946, tienne avait dit, saluant la publication de &L'Apres Guerre, que
1'ouvrage fait hoineur au pays. De Paris, qui consacre le talent,
nous est parvenue une autre preuve. Nous felicitons I'auteur, no-
tre Prosper Chrisphonte, qu; s'affirme de jour en jour comme un
4crivain.de classes


26





aDEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 27


Le 26 Juillet 1947, Le Nouvelliste, publia la aRlponse r
la Lettre du distinqu6 professeur Alfred Icart:

-Mon cher Icart,

Je pensais. J'exaltai ce labeur attrayant.
Je r6vai pour le barde une aeuvre Qui fit:ixit un jour cona une apothbose.



tVoici la lettre que M. Mlarc Blancpain a adress6e a notre com-
patriote: .
< i Monsieur Prosper Chrisphonte,
Port au Prince. / -
;,Cher Monsieur,
cJ'ai requ votre ouvrage LL'Apres Guerre,, que vous voulez
bien offrir a l'Alliance Frangaise pour sa bibliothique.
J'en ai pris connaissance avec un tres vif intdrat, et je suis cer-
tain que nos 4tudiants le liront avec profit et plaisir.
,%Je vous felicitc de cette aeuvre qZi fait honneur a la culture
latine en Haiti et a la purett de la langue franchise de nos amis
Haitiens ... ... .. ......... .......
distingu6s et d6voL.'s.>
(Signe): Marc BLANCPAIN



I a profonde gratitude de 1 auteur ne cessera d'adresser le plus
cordial remerciement a pain, et, entire autres, a deux de nos intellectuals qui exprimirent
leur opinion de cL'Apres Guerrev en deux lettres 4galement pu-
blides dans Sigmkes de MNM Leon Lahens et Franck Fouchi, elles sont d'au-
tant plus chores a l'auteur qu'elles emanent des reprdsentants au-
toris.s de deux ,gndrations iiiffrentes.





28 .DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,


SVous l'avez souhait6 dans un style tranchant
Comme ce qui vous plait, c'est cl'impartialite.

4Ce n'6tait pas assez d'ecrire, de parler.
Le verbe et I'acte enfin devaient s'harmoniser.
Le mot ne suffit au chantre de la patrie
S'il faut un noble geste c notre &me ravie.


P. C.




ALkogfne, le 23 Septembre 1946
qMonsieur Prosper Chrisphonte,
eChe. Ami,
Je viens de lire votre ouvrage. C'est, h mon avis, une euvre
consciencieuse et L.tile, bien plus, un phare aux rayons plnetrants.
II dIssipe, en effet, les tkn6bres de i'Ingratitude, et nous pr4sente
baignes de clart6 et de reconnaissance, les visages vivants de quel-
ques uns de nos morts les plus iEiustres.
eEn vous presentarnt mes plus vives felicitations, je vous prie d'a-
grn-er, cher Ami, l'assurance de ma parfaite consideration'.
(Signd): Leon LAHENS
Et de St-Maicx. M. le Professeur Franck Fouchi 4crivit a
l'auteur le 20 juin 1946: tLes souvenirs que vous avez pris plai-
sir h evoquer sonL si passionnants qu'ils incident tous les ex ele-
vc,; A glorifier ceux qui furent pos pOres spidtuels, car l'homme
n'est en rkalitM que la measure de son education.
.MaF.sillon Coicou, a qui vous consacrez un culte, vous a permiis
de battre votre propre record. car l'homme, le pofte, le pofes-
seur, le moraliste ne recelent plus de secret apres un travail aus-
si fouille, aussi 4tendu.
c Em 1'absence d'une statue A lui elevee, in monument qui perpetue sa mimoire.
,Ia jeuncsse de mon pays vous en tiendra compete .
(Signe): Franck FOUCHE





,DEUXIEME THESE DE DOCTORATE.


-Port-au.Prince, le 2 Aout 1948

,Monsieur Marcel Solnave,
Directeur d'cHaiti-Journal,,
-Pcrt-au-Prince .
cMonsieur le Directeur,
.L'appel Sursum Corda, lanc6 par 1'un des r6dacteurs
de .Haiti-Journalh au numrro du 29 Juillet 1948 de ce quo-
tidien, sous le peaudoznyme de -Le Semainier., a eu ma
meilleure attention; car, son but est elev6: ,Invente enfin
quelque chose pour 1'Exposition,.
*RBellement, 6 p-opos du Bi-Centenaire de Port-au-Prince,
pour peu que nous realis.ons le mobile de toute oeuvre pa-
reille a celle de l'Exposition Internationale,, on comprend
qu',elle est appelie a stimuler nos recherches gen6rale-
ment quelconques,- le lprojet du Pr6sident Estimb en voie
d'ex6cution, (1) offrant une occasion magnifique de faire
apprecier par l'etranger routes les possibilities m6ritoires de
1'Haitien..

IAlors, pourquci un intellectual y resterait-il indifferent
si ce qui serait consider, en d'autres temps, comme une
chimere, est aujoard'hu uine occupation normale?



(1) Le ler Octobre 1948, !e travail de remblayage du terrain li-
bie s'etendant tout au long du front de mer de la ville de Puo.-au-
Prince, 4tait commnence. La distance total entire le point de d&-
part du travail jusqu'ka F'Avenue Roosevelt est de 7.700 pieds ap-
proximativement.
cCe travail de rernblayage est realise sur une superficie de plus
de 6.000 pieds. Ce qu" laisse a peine 1.500 pieds pour qu'il- soit a-
cheve. Le coit du remblai des terrains, construction du mur de
soutenement, erection du boulevard et drainage, s'416vera & -- ap-
.roximativement- o,: 1.000.000. Mais ce travail une fois execute,
les terrains de la zcne ayant augmented de valeur, pourront atre
vvalius a plhis de 2.500.000 dollars. Port-au-Prince pourra ajouter
enewre a la revalorisation de tous ses terrains l'avantage de possd-
der la Promenade sur Quai ou Boulevard du Front de Mer la





30- DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,


aPourrait-on mieux dire que -Le Semainier, qui dame, a-
vec raison, que cet appeall s'adresse d& tous ceux, gens d'6-
lite et gens du people, artisans ou industries, peintres, mu-
siciens, poetes, qui pcrten; en eux, peut etre, 1'etincelle du
gonie, aussi vrai qu'ils iensent et qu'ils en ont la convic-
tion*?
XCertes, non, si s'agissant d'un 6crivain ces intellec-
tuels ou ces artistes, ces artisans ou ces professionnels, chers
& -Le Seai;nier>, ne seraient pas non plus oubli6s dans un
nouveau iivre, et, sans doute, le premier citoyen de la R4-
publique comme le plus humble compatriote.
-Eh bien! au nom des Lettres, l'ouvrage que je prepare,
qui a pour-titre: <'Deuxieme These de Doctorat, sera ma con-
tribution & 4l'oeuvre grandiose- de l'Exposition,.
cVeuillez agreer, Monsieur le Directeur, avec ma vive
sympathie pour Ele Semainier,, mes salutations distin-
gu6es.- (1)
Prosper CHRISPHONTE


Cette lettre, sentiment annonc6e au numbro du 6 Aoft
1948, fut publi6e le lendemain dans *Haiti-Journal-- don't


plus magnifique de cet hemisphere, oi tous les tourists aussi bien
que ses habitants pou.ront jouir de la beauty de la mer et des sce-
nes tropicales.>-- (Voir Nouvelliste) du 21 Fkvrier 1949).
Apres que dle Gouvernement eut ar.nonce le prolongement du
Quai jusqu'a da Hasco2 et *la construction du Marchi de la Croix-
des-Bossales>, le nunumro du 13 juillet 1949 du mime quotidien ren-
seigna ainsi: Ce matin, A la Chambre des Deputes, apr&s de lon-
gues discussions, un credit supplimentaire de Gdes. 2.150.000,- er
vue de permettre '-: continuation des grands travaux de 'Exposi-
tion du Bi-Centenaihe, a Ptu votd.s (Voir tUn Credit Suppl-
mentaire pour l'Ej-:-,sition>).-- Mais d'autres credits devaient etre
votes.
(1) Cette lettre a eti pub.ire dans Le Matin,, cLa Phalange3
du 5 Aofit 1948 et anrs Le Nouvelliste du 6 Aofit.







eDEUXIEME THESE DE DOCTOfRATS 31


*_- . ..- _. r-,i. i..... "

L'une des de 1'Exposition
au Palais du Tourisme.
(De Mme Steiner et de M. P6tion Savain.)




I)





,DEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 33


le directeur, ayant so'lhat6 tout le succes possible & *Deu-
xieme ThBses, manifesta sa distinction en ces terms: ,Nous
remercions Monsieur Prosper Chrisphonta de ses commen-
taires aimables & notre hronique de Jeudi dernier sur 1'Ex-
position du Bi-Centenaire. Nous ne saurions mieux lui ex-
primer notre gratitude qu'en laissant & sa lettre la place
qui .tait reserve6 aujould'alui au 4Jeudi Optimiste, de aLe
Semainierv...

Cette ,gratitude,, qui obligeait davantage l'auteur & tenir
parole, resultait de la petite crainte d'avoir, selon une ex-
pression courctane, cFarle en l'air, ou, d'apres celle bien
connue de nos jouncrlistes, spr&ch6 dans le desert,. Per-
sonne ne semblant d6cide & reliever le gant, une uinven-
tion paraissait impossible.
Un long silence euit 6t6 trop momne.
La r6ponse fat donn6e 6 l'id6e que cette -invention, pro-
duirait cet effet: une oeuvre national realis6e par un
cihoyen qui n est ias encore all6 & Paris oif elle aurait dfi
I'&tre,- n'honorera pas plus la France que la patrie.
En outre, le Gouvernement ayant project ,l'Exposi-
tion (1) en mrme temps que l'agrandissement, r'embellisse-
ment de Port-au-Prince par des travaux .d6clar6s urgents.


(1) , ARTISTES E-T ARTISANS HAITIENS
SAinsi qu'il a 4t1 annonce dej&, le Gouvernement de la RWpubli-
que a decide de 3ommimorer le deuxieme centenaire de la fonda-
t:on de Port-au-Prince par une grande Exposition Internationale
qui sea inaugural i l'a fin de 1949.
oComme les industries, artistes et artisans de plusieurs autres
pays, les Haitiens au!ont l'rvantage de faire valoir leur habilete
dans cette manifestation exceptionnelle. Nos &b6nistes, nos bro-
deu'es, nos peintres, nos architects, enfin, les homes et les fem-
mes de toutes les techniques, auront A montrer a un public enorme
les (Puvres les plus perfaites cr66es par leur talent.





34 .DEUXIEME THESE DE DOCTORATv


le long du Cuai, (1) danr .Ic, zone coirmerciale, (2) le soir,
rutilante de lumieres avec ses enseignes diverse, (3) et
dens certain quartiezs de la ville pour att6nuer le ch6ma-
ge,- 1'attitude et l'activit6 & deployed devaient etre tr&s di-
gnes chez les 6crivains qui ne comptaient que sur eux-m-
mes. I1 fallait obtenir ce que les beneficiaires de -bourses d'&-
tudes, surtout diatement, puisqu'il n'est pas possible, & propos de ce li-
vre, de former un jury ccmpose de dccteurs es-lettres, mB-
me d'un seul compatriote possedant ce titre. Autrement, venltcr.n ne s'expliquerait pas.
Amsi, le oosir d'Hliciti Journalh pouvait devenir une rra-
lite.-
P. C.

Ft il en resuiier:v, sars doute, une plus grande connaissance
de l'ffort national par nos amis de 1'exterieur et un accro^ssc-
ment des demands de nos pioduits.
D'o.es et deja, le Gouverleneent Haitien fait un appel I'in-
Ieliigence et a 1'esprit d'initiative de tous les travailleurs pour
qu':!s prennent des dispositions afin d'etre pits a presenter en
19-il des oeuvres firi-s i l'Exposition>.
(Sign'- Jean FOUCHARD, Commissaire G4neral
Andre F. CHEVALIER, Secretaire GaCrl.
1) cJ'ai con.stati un veritable assechement qui a grand notre
ville dans une proportion que 1'architecte R. Baussan d4crit ainsi:
Ircn lorgueur equiv",'ant du Portail St-Joseph au Portail de Leo-
gane. et ure profon.inur reprbsentant la distance de la rue du Quai
A la Grand'Rue. Ce l'ui s'app-.ait autrefois le Warf Z'herbes, le
Fcrt C.... 'e Fort St Clair, les Palmistes, en un mot, ce qui cons-
lituait les endroits 1:ks plus immonrdes, les plus d4goftants, les plus
:nalF'a:.'s de notre Cipitale ucviendrait 4le plus beau, le plus gran-
diosc et le plus moderne qualtier de Port-au-Prince. (Voir tNotr2
Directeur Ernest G. Chauvet ct les Travaux de l'Exposition .de
1949>2 dans 2) Voir I'Arrit5 q -i a deliy-ite cette zone et celui qui l'a denom-
mie 3Cite Estime>.
') Pour ietenir at moins une date, consignons que l'enseigne lu-
mineuse de la Maison de Ccmmeice n ie 25 Mars 1949.







Autre au Palais du Tourisme
(Des Mimes Artistes)





4DEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 37

EXPOSE DES MOTIFS
DE
eDEUX!EME THESE DE DOCTORATE*

C'est sans le villain masque g6n6ralement port: 1'hypo-
crisie, don't la triste consequence reside dans un manque
revoltant de probity, que l'auteur a r6dig6 l'Expose des
Motifs de Deuxibme These de Doctorat, et composed ce
cinquieme ouvrage.

Au souvenir dans le quatrieme de ce jugement de
Me Duracind Vaval: <'e crois mgme que Massillon Coicou
avait du g6nie,(1) il ne paraitra gu6re 6tranqe qu'un tel
poete revive dans ce volume, si l'animent des 6crivains, des
journalists, des illustrchton nationals, internationales,-
palpitent les apprehensions, les souffrances des uns, les ef-
forts, ]es joies des autres, et des maux, des espoirs du pays.
Eut-il tort, J. P. Sartre, de cplaider pour une litt6rature ac-
tuelle, profond6ment engage dans notre 6poque
d'exprimer cette 6poque tout entire avec ses problimes, ses
passions, ses raves,? (2).
Cet ouivrage semblera d'autant moins strange que, pour
Massillon Coicou, l'criginalit6 vraie r6sidait & la fois en la
difficult d'une entreprise et dans la realisatoin d'une nou-
veaute.
On congoit qu'un compatriote de celui qui eavait du g6-
nie), n'ait pas cttendu la consommation des siecles, pour
traiter deux theses afin de stimuler les jeunes capable de
cgravir les hauts degr6s de l'1chelle litt6raire.. (3).


j) Voir page 174 de tL'AprBs Guerre>.
2) Voir Revu de la Piesse De La Litt6rature Engay;c-
par M. Lucien Montas dans 3) Voir page 9 dc .





38
A se lappeler -le conccurs de 1'affiche de 1'ann6e, orga-
nis6 par les Nations Unies,, don't cle theme pour 1948 est
le passage du preambule de la Charte exposant la Reso-
lution r c, peupres de i.voriser le progress social et d'ins-
taurer de meilleuies conditions de vie dans une liberty plus
grande, (1) on comprend ais6ment, si (L'Apres-Guerre est
un homage & Massilon Coicou ainsi qu'une these, (2)
qu'un livre, amplifiant cet hommage, developpe cette deu-
xieme these: (3)- Le SSi vis pacem, para bellum-, brilliant
toujours & l'avant-garde de la civilisation, ne saurait emp&-
cher un petit people, b'e,, assez turbulent, de se diriger re-
soldment vers les sentiers de la DBmocratie et d'aspirer ar-
demment & plus de lumiere et de bien &tre.
Ainsi, reconnaissant plus grande dignity, de l'aide promise par les Nations U-
nies aux pays de 1'Amrn ique pour le d6veloppement agri-
cole et industriel,(4) il n'y aura pas lieu de trop se plaindre
de Marbialb (5) qui a precede !'emprunt de $ millions par ala
Import--Export Banks au b6nefice de ia vall6e de l'Artibo-
nite, et du pprogiamme d'aide technique du Pri3ident Tru-
man appuyant le project de or. 35 millions destine & clever
le niveau d'HaitiD. (6)




1) Voir Lettre de notre Directeur aux Abonnis du Nouvell;s-
te> au numero du 31 Mai 1948 de ce quotidien.
2) Voir pages !f et 120 de cL'Apr6s-Guerre>.
3) Voir page 172 de tL'aprs.-Guerre>.
4 et 6) Voir tLes Natior:. Ur.ies ont un Plan de Or 35.000.000
pour Haiti> dans ,Le Nouvelh'stes du 2 Fdvrier 1949.
k5) eL'exp6rience -- Tdmoin d'Education de Base de I'UNESCO dans
la l gion de Marbial:.-- (Voit Pour Cette ExpBrience> dans Nouvelliste du 8 Fivrier 1949).





,DEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 39


A cet 6gard, si la -Commission Rosenborg a icrit une
brochure de plus de 200 pages, certes, elles ne tendent
qu'au bien-.tre de notre R4publique. (1)

Au nom de la d6elgation d'Haiti a I'O. N. U., M. Ernest G.
Chauvet a demand une prompted -application du Rapport
Rosenborg, afin que 'les recommendations de la Commis-
sion d'aide economiqrc e et d'assistance technique ne de-
meurent pas leltre morte. I n'a pas manqu6 d'avancer
qu'.il est indispensable que les pays- insuffisamment d6-
velopp6s-s'associent financierement a cet effort pour ne
pas etre dans la situation des nations colonis6es, et 6prouver
la satisfaction d'avoir apport6 une contribution effective a
leur redressement.. En outre, -des modalit6s- de l'aide que
ces pays pourraient oblenir de la Banque Internationale
pour la Reconstruction, ou des Fonds Mon6taires Interna-
tonaux, cu bien du 4dme point du programme du President
Truman,- devrcnt &tre irc.oves qui permettent d'aller vite
sans n6gliger cette consideration essentielle,. (2).

Quand ces concours financiers s'ajouteront & 1'emprunt-
bien employ6-de 40 millions de dollars, n'en r6sultera-t-il
pas un double essor 6conomique et commercial,, comme
nous l'avons Fense, durant notre sbjour au Canada, (3) dans


1) De la fin de Septembrc A celle d'Octobre 1949, tLe Nouvel-
liste> a public les principles Recommandations continues dans le
Rapport de cette Cemmissioi.- -
2) Voir tPour L'Application des Reconiamndations de la Com-
mission Rosenbolorg dans du 12 Octobre 1949.
3) II sera permis a 1'auteur d'exprimer sa gratitude aux direc-
teurs des journaux qui, en t-.rmes courtois, ont parl de son sejour
au (anada, particulicre.nent, a deux confreres: Me. LIlio Louissaint
qui, dams cLe Mouvement des 24 et 26 Septembre 1949, s'est de-
clard satisfait die ce que, tspontanement, nous avons fait, A 1'4t-an-
ger, de la bonne propaganda pour le pays>, et M. Alcide E-
douard, qui a enregihtr6 sur disque interview que nous lui avor.s
accor de pour eLe Mercure., svnsi que notre poeme:




40 .DEUXIEME THESE DE DOCTORATE


interview accord6e au grand quotidien de Qu6bec, *Le
Soleil-, le 25 Aoit 1949. (1).

Nous avonis c-'ri6 ',!m cement. autant que le d6put6 de
Bainet d la fin co son incndat, M. Rossini Pierre-Louis, qui
est, *en plincipe, conlhe cut emprunt-. Nul opposant. n'au-
rait opinA plus si~ceremen, que lui, l'un des rares repre-
sentants du people, a occasion, exprimant vertement ses
id6es dans un journal. Au Nouvelliste, du ler Octobre
1949,(2)il a expilque sa repugnance pour les emprunts en ge-
neral, s'ils constituent des hypotheques & titre prioritaire of-
fert au :aillcur rur tcus ies revenues de l'Etat emprunteur...
11 a affirmed que ,le Gouvernement, en reduisant notre bud-
get de lepenses ou de sulaires de 100 & 60 millions, pour-
rait disposer de siufisamment :.'argent pour transformer 1'&-
conomie du pays et le cancer d6finitivement dans la voie
du progress. II a considered .le taux de 4% et les 10% de
commission des balllears pour faire remarquer sachant
que les titres au pair seront livrds & 96% ,- que aces con-
ditions presque de s'yle dans les emprunts, enl6vent des
quarante millions, cinq millions et six cent mille dollars-...



du Reve>. Ce disqu? fait en double, M. Edouard a et6 assez aimable
pou, remettre I'un a S. E. le President de la Republique, 1'autre au
C-immissai.e-Gsn.'il de l'Exp.sition.
1) Peu de temps apres notre depart du Canada, M. le Consa!
Philippe Cantave, Il radio d'Ottawa, prononga une irAtire sanr
te conference su: l'Exposition Internationale. Et re 19 Octobre 1949,
cLe I"atin> inforwa que el'bonorable Maurice Duplessis, Premier
Minisre de la Piovince de Qu.6bec, a fait part officiellement de li
participation de cetti: province aux fetes du deuxieme Centenaire
de Port-au-Prince. *Lp Matin de la mime date armonVa ?nssi
que ol'agronome .ean Claude: Magnan prisidera la d&lgation du
Mini'tre de l'Agriciutuae de cette Province, qui aura urI stand Ft
l'Lxposition.- (Voir tParticipation des Nations Unies a l'Expo-
sitiu.n' du Bi-Centen.aire> diani cLe Matin du 19/10/49).

2) Voit l'article intituIe I,'Emp.'unt de 40 Millions).





.DEUXICME THESE DE DOCTORATE, 41

<.K:--Tournal,,(1) aimablement, r6pondit que nous n'au-
ronl; ,..-...:. i ;e::: '-truui & des conditions & nous; nous
ne I-, :.*:::rons jamais, moyennant la simple promesse de
le 'reitluer un jour oa 1'cutre, comme cela devra se prati-
cu:1 .,i. -:n *. e :-C. res certainement, nos gen6ra-
ticne :e- erront icrli- .
Evidemment, ,du choc des id6es jaillit la lumiere. Le
Gcuvemiierient a lui-In,-.ie public les siennes, pour tous,
coinuvi. rn peut le ccntr6ler dans Le Nouvelliste, du 4 Oc-
tobre 1949. vaux rentables,-- est une entreprise privee, lance avec des
capitaux priv6s, sans aucune clause politique. De nom-
breu~~ s '.Lonsiderations', en montrent l'importance. Les mo-
dalites de pavement -- capital et int6r&ts sont nette-
ment fix6es.(2).
Entre autres, M. Clement Cl6estin, comme toujours, apres
avoir donn6 son opinion en toute objectivit6e, conclura:
d'un apport considerable pour le re6quipement 6conomique
du pays et son d6veloppement agricole. (3).
Quoi d'6tonnant si le journalist loyal chez le depute Ros-
sini Pierre-Louis, eut le courage de clamer: rLe mardi 27
Septembre could, le Secretaire d'Etat des Finances (4) a
depos6 & la Chambre des D6putes les contracts d'emprunts
de quarante millions de dollars.... Nous avons eu & d6cla-
rer, il y a quelque temps, que nous etions, en principle, con-
tre tout emprunt, surtout les emprunts exterieurs qui, pour


1) Voir au nuiuero du 30 Octobre 1949 d res,.
2) Voir tConsideralions auteur de l'Emprunt de 40 millions, dans
qLe Nouvellistei du 4 Octobie 1949.
3) Voir dans Le Nouvellistes du 6 Octobre 1949 Emprunt
Ext.rieur de 40 Millions de Dollais Pour Des Travaux Rentable!.
4) M. No4 Fourcand Fils.





42 ,DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,

notre petit pays, pouvaient avoir comme ultime cons6quen-
ce, un amoindrissement, sinon la perte de notre ind6pen-
dance. Mais le parlementaire que nous sommes, n'a pas le
droit de se prevaloir de ses principles pour opiner centre
une entreprise que la grande majority du pays approuvera,
peut-6tre, avec enthousiasme....(l) Ces emprunts, tels qu'on
les a presents, sont susceptibles d'etre classes parmi les
meilleurs que le pays ait jamais contracts. A ce point de
vue, si le Gouvernement actuel se content de se compa-
rer aux pr6c6dents, il pourra m6riter la palme et m6me la re-
connaissance national. Le parlementaire conscient ne s'ap-
partient pas; il doit faire abstraction de ses sentiments et
convictions pour essayer de refl6ter l'opinion national dans
ce qu'elle comprend de meilleur. A ce titre-l&, nous vote-
rons ces emprunts, et en reconnaissant qu'en comparison
avec des types d'emprunts accepts par de grands pays,
ceux-l1 constituent des operations heureuses,.(2).
Telles sont la critique desint6ress4e et lexcellente fagon
d'appr6cier, chores & M. Rossini Pierre-Louis, sans tomber
dans le mensogne ou dans la flagornerie. D'ailleurs, les
injures des uns, les grossikret6s des autres n'empecheront
pas un Gouvernement de bien ou mal agir. Cependant, le
respect qu'exigent les articles des journalists serieux, m&me
s6veres, les ,redressements,, les ameliorations qu'ils sou-
haitent ou d6sirent, dependent fort d'un fond et d'une forme
qui s'imposent sans violence.

Et des -parlementaires conscients,, tels doivent 6tre aus-
si tous ceux qui siegeront en 1950 & la Chambre, dans



1) -L'assistance, composee de ch6meurs, a saluk par de virs
applaudissements le vote de ces contracts qui vont permettre d'ou-
vrir de nouveaux chantiels dans toute la R6publique.-- (Voir Le
Martin> des 2 et 3 Octobre 1949)
2) Voir MWme Article de M. R. Pierre-Louis dans lihs,> du 1/10/49.





aDEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 43

I'inter&t national, envisage sans acrimonie par le d6put6
R. Pierre-Louis.
II fallait le signaler pour ceux qui, n'appartenant 6 au-
cun pparti organisev, croient qu'une ,opposition, stupid au
Pouvoir, & ses actes, m6me 6 ses amis impartiaux, est du epa-
triotismen, de l'heroismen, quoiqu'ils manquent souvent de
1'esprit d'initiative, de la force morale et intellectuelle de
beaucoup qui lui rendent un simple et pur homage.
Le language convaincant, mesure, du deputy R. Pierre-
Louis servira de legon, s'il n'a pas mis de c6t6 -la recoa-
naissance nationalev qui suit les decisions les plus utiles,
les plus
I1 n'importait pas moins de le mentionner & l'avantage de
cette legislature don't nous reparlerons au point de vue
democratique.
Egalement, dans le domaine litteraire, come -le progris
ou l'6volution doit nous inciter & 6tablir d'abord de vrais
records nationaux, d les battle ensuiteD, peut-6tre ne sera-
t-il pas r6epet ou g6n.ralise, si le numero du 10 Juin 1948
du Nouvelliste* signal et la paresse. dans le bilan d6sastreux d'une g6n6ration
de litt6rateurs,,- qu'en notre temps, .la litt6rature et les
6crivains ont fait faillite,!(1).
Alors, l'auteur don't les volumes, parus sous Vincent
avec la division tripartite aPortrait Essai Critiques, de
m&me que les sept conferences sur Massillon Coicon ne doi-
vent pas 6tre omis,- eprouvera pleinement la satisfaction
d'avoir contribute 6 -la defense de la culture- come h 1l'6-
panouissement d'une vraie culture haitienne. (2)



1) Voir dans < du 10/6/48 XCe Que Pensor.t
Et Disent Nos Confrrersi par M. Lucien Montas.
2) Voir cQuestions A Mme Edith Efron-Bogat, au nume&o du
9 .inin 1948 du




44 .DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,


II est essential que ces livres et conferences ne soient
pas oubli6s: ils sont une application anticipee de la con-
clusion de .L'AprBs Guerre,; (1) sans eux, ne serait pas
ecrite cette premiere these. Presentee sous Lescot dans un
entretien (2) qui fut impr.ri-, distrib.r: sous cutif Militaire", (3) elle etait le d6but d'une revolution litte-
raire que, sous Estime, finit une second these, g6alement
pour le doctorat es-lelUes.

De cette maniere, sans etre aux c6tes du Chef de l'Etat,
on ne sert pas moins bien son pays. Mais, si Son Excellen-
ce nut concevoir cl'ceuvre grandiose- qu'est ,l'Exvosition
Internationale-, et qu'au dessus des functions publiques,
des oC .u'~L, plano l'Espri' cvcc ses nobles prcductic.ns cons-
tituant les meilleurs fiefs, nos intellectuals les plus instruits
n'auraient-ils pas di marquer le regne de leur Pr6sident par
maintes oeuvres fortes et nationales?- Oui! parce que *tout
ce qui sera combine et joint & 1'Exposition repr4sente, dira-
t-on, la r6alisation d'idees Christophiennes,(4) et que, depuis
cent-cinquante ans, r6p6tant la meme betise, rien n'est
fait.(5).


cati,,ris de la Cultu'e aux Nos d&s 15 et 29 Juillet 1948 de ce journal.
On r'ig-ore pas q'e Mine Edith -Efion Bogat fut choisie par
I1. le Prisident de i. Repubhque pour faire des course de Journ.-
.i: Le a la Facult6 de Dioit.
I n project de loi ne tarda pas i envisager la creation de l'Eco-
ie du Journalismr. Mais, le Sdnat, malgrd le vote favorable d;. la
Chainre des Deuutes. refusa de consider le principle mime de ce
pro.ct.- (Voir LL? Matin, du 12 Octobre 1949).
1) Voir pages 119 l, 126 de L'Apres-Guerre*.
2) Fait en Octob:e 1944.
3) En Avril 1946.
4) M. E. G. Chauvet.'
.5) Pour assurer le success de l'Exposition Internationale, il a
etk convenu, par contrat, qie la Compagnie entire des travaux. I''us la supervision du D4partement des Tra-
vaux Publics, disormais, seel Monsieur August Schmiediegen est





-DEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 45


Sans .la Citadelle*, voulue par le monarque don't ce li-
vre v6nerera la m6moire comme pour incarner en Christo-
phe l'heroisme des aieux et les sacrifices consentis par les
guerriers qui batirent le chef-d'oeuvre de pierre, Haiti n'au-
rait pas possed6 ce que, maintenant, on appelle .l'une des
merveilles du monde,.
Si ceux qui se complaisent dans la routine ne peuvent d6-
cerner au Pr6sident de la R6publique l'6pithete de vision-
naire, celle de fou & M. Marcel Salnave pour son courageux
appel en faveur de l'Exposition, ils ne sauraient attribuer
le qualificatif d'insens6 & un auteur qui croit, comme Son
Excellence Dumarsais Estim4, le Directeur d' qu'il est plus que temps de trancher sur le vif pour aller
fibremcnt de l'avant.
Voild pourquoi ,l'Exposition> sera; gDeuxieme These,
paraitra; --ouvrage qui ne cessera de contredire les d6ni-
greurs imp6nitents. par le but qu'il vise: porter nos licen-
ci6s & devenir des docteurs &s-lettres.


chaLg4 des sus dits t:avaux de l'Expositioim.. It fallait bien cctte
unification de la Direction et des Responsabilitis pour permettre
que ces travaux soient poursuivis a un rythme accel6er. z- (Voir dans
merceo).
Au numero du 18 Novembie 1348 du , sous le titre
rep'eseantants des diverse nations accreditees chez nous se sont ren-
dus sur les chantiers de l'Exprosition pour choisir la place qui sera
affected aux pavilions de leurs pays respectifs. Ils etaient accompi -
gkn.- du Ministre de': Relations Exterieures,.-
Deux mois apres, ie meme journal iniorma que lA R4publiqou de
'uba avait vote or 200.000 pour sa participation h l'Exposition.-
Lc 7 Mars 1949, Ic n.rme quoc;4din annonga que a l'assurance formel!e! de lt participation A l'Exposition de la Frsr.
ce, Se la Belgique, c l'Italie, de la Chanmbre de Commerce de Han:-
bourg, de I'Argentic., sans computer los plans du St Siege, de F'Or-
die Souverain de Ia:te, du Ve4nzuila, et de bien d'autres pay.,.,-
tels que le Sans-Salvador, le Guatimala, le Mexique et le Chili, etc.





,DEUXIEME THESE DE DOCTORATE.


Que ces licenci6s viennent mieux produire, c'est natural.
La France les aura elle-m6me prepares. Cependant, le tra-
vail du pionnier ne sera pas completement perdu, s'il ne
demeurait un jalon lumineux.
Un example n6cessaire aureolera I'une de
nos figures nationals, pr6cis6ment, celle qui suggera L'O-
racle, & M. Coicou. (1)
Avec raison, n'est-ce pas, si M. Cadet J6r6mie, aux
manifestations organis6es .& l'occasion du Bi-Centenaire de
Port-au-Prince- et ede l'ouverture de l'Exposition Interna-
tionale,, fut officiellement design come aun Patriar-
che. et choisi & ce titre pour porter, entoure des anciens Mai-
res de la Capitale, le drapeau de notre chere Cite que le
Chef de l'Etat allait d6corer de l'FOrdre National Honneur
et MBrite,?
Aujourd'hui, est-il ais6 de taire que le voyageur infatiga-
ble d'hier, Jean-Baptiste Paul Dessables, survit comme dle
fondateur de la ville de Chicago, depais que son arriere
petit-fils, Cadet J6r6mie, 1'a prouv6 dans :Une Colonisa-
tion Par Le Caf6,?
M. J6r6mie a c a i r on n 6 majestueusement: -L'idee
d'extension qui caract6risait en 1892 la politique ambricai-
ne, aurait 6te infructueuse sans l'Exposition de 1893.... Les
Etats-Unis n'oublieront pas que notre pavilion a 6t6e rige
au bord de ce lac oi, cent ans auparavant, un des n6tres
avait pos6 la premiere pierre de la cit6 oil tant de drapeaux
devaient flotter en signe d'union & la gloire du people ame-
ricain. Chicago doit se r6server chez nous une place sp6cia-
le. Son histoire dans 1'industrie, dans le commerce, dans
toutes les activities est trop belle pour qu'il ne vienne nous
montrer le profit qu'il a tire de l'essai de son fondateur.... (2)
Ainsi, M. Cadet J1remie, en J-B. P. Dessables, a illustre
le pionnier.


1) Voir cL'Apres-Guerrei-- pages 96 et 97
2)Voir page 18 de ,.




















M. Cadet JEREMIE
Arriere petit fils de Jean Baptiste Paul Dessables: -le fon-
dateur de la ville de Chicago,, Auteur & 90 ans de Une
Colonisation Par Le Cafp,.





.DEUXIEME THESE DE DOCTORATE. 49

Sa brochure aura encore aid6 & rendre plus attrayante
cette -place speciale. que Chicago doit se r6server chess
nous*. .Le Nouvelliste- du 8 Juillet 1949, indirectement. en
a inform ses nombreux lecteurs: C'est le Dr. Chesrow qui
se chargers de fair 4diter 1'ouvrage de M. Jeremie sur Des-
sables, traduit en anglais par M. Sixto, et de le r6pandre a
travers Chicago,. (1) En outre, .M. Henri Rago, homme
d'affaires arrivant dc-snm, (2) e-t un ami personnel
du Dr. Eugene Chesrow qui vient de passer un mois en
Haiti et fait de son mieux pour 6tablir des relations fruc-
tuouc!s crnrs la RcpubElque d'Haiti et la grande ville de
Chicago qui doit participer & notre Exposition.. (3)
Cet auteur distingu6 de plusieurs volumes, ce nos ecrivains, de nos journalists, de nos avocats, cet an-
cien fonctionnaire integre comme D4pute, Constituant, Ju-
ge en Cassation et Secretaire d'Etat, ce philanthrope qui est
le donateur de est construit le amonastere St- G6rard,, en un mot, JEREMIE,
qu'il convient d'offrir comme presente et future, a et6 heureux d'apprendre aussi que ala
Republique Etoil6e, elle-mnme aura 6galement cette -place

1) Voir Une rrqduction Anglaise du Livre de M. J&rimte,
dars tLe NouvellIste> du 8 Juillet 1949.
2) c. a. d. le 9 juil!et 1949
3) Voir tProchaine A.riv&e d'Un Grand Homme d'Affaires de
Chicago, dans ;Le Nouvelllae. du 8 Juillet 1949.
4) ............... <'Qutre-vingtiine Anniversaire,
C-. crostiche,:
Je.t-eiie, en sa jeulnesse
it sa vieillcss",
Reec.nnu come l'un de nos profonds cerveaux,
Ei' aussi l'un des plus beavx
M odeles de cou'--rae. Un grand coeur Noble ami !...
11 a vaillamnmnt ,ervi
Et sa famille et son pays.
C.
(Extrait de L2 .'ubili de Monsieur J4remie,- Page 15)





,DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,


sp6ciale,. (1) Le Gouvernement eut le plaisir d'annoncer
que cla riche et puissante nation, les Etats-Unis d'Am6i'que,
a pris des dispositions pour contribuer au succes de 1'Expo-
sition-. (2)
La premiIee pierre du pavilion des E. U. A. fut pose le 3
Novembre 1949 au course d'une rmeonforlante manitesation
d'amiti6. Le Ministre Beauvoir repondit avec elegance au
brilliant discours de 1'Ambassadeur de Courcy.-
M. JBr6mie en fut satisfait comme nous qui affirmons que
l'auteur & quatre-vingt dix ans de -Une Colonisation Par Le
Caf6- a magistralement parley dans cette brochure qui
fera connaitre & beaucoup la gloire de J-B. P. Dessables
appartenant 6 la grande Histoire, mais, en secouant l'apa-
thie des uns, la torpeur des autres: malheureuse cons-
quence d'un manque pr6matur6 d'enthousiasme et de de-
sint6ressement.
Pour notre part, ce modele de courage, come nous le
traditions, il y a onze ans, & l'occasion de son jubile,, ne
nous a jamais trouv6 indifferent. Chaque fois que l'on vou-
dra honorer, d'une attention sp6ciale,, Celui & qui la pos-
terit6, probablement, 6rigera un buste sur -la place J&r6-
mien, (3) ou 1'6crivain qui -apporta une note nouvelle dans



1) ...eC'est le Congies~an democrate de 1'Illinois, 1'hono-
rablc L. Dawson, iui a pr4ser'te a la Chambre la resolution au-
torisant les Etat3-Unis A pjirticiper L l'Exposition d'Haitis. --
(Voii tLettre de Not;e Directeur (M. E. G. Chauvet) aux
Abonnns du Nou"E'iistei dai.s le numeio du 23 Mai 1949 de
ce "ournal)-
2) I! y eut cat. henat anericain, particulierement, 1'emouvan-
te intervention du .enateur M.: Grath er, faveur de la participa-
tion de son pays i iiotre Expositions.- (Voir le discours du Se-
cretaire d'Etat d'.; Relations Exteieures, Dr. Vil'fort Beauvoir,
---et celui de 1'Ambassadeur des E. U. A., M. de Courcy, dins
cHaiti-Journal du I Novembre 1949).
3) Pourquoi, un ]our, ce baste re serait-il pas Brigi si, A part
cla Place2 portant son nom. il y a la cRue'le qui lone





-DEUXIEME THESE DE DOCTORATE 51

notre Litterature,, ou bien le moraliste qui, lui aussi, est un
pionnier au point de vue philosophique, on relira les pa-
ges 122 et 123 de ,L'Apres-Guerre,.
Les lignes suivantes tirees d'"Haiti-Journal, reste-
ront encore & l'avantage de M. J6r6mie: Mle~ & beaucoup
d'&venements ayant marqu6 notre histoire au course de ces
cinquante dernieres ann6es, il dut avoir une philosophie
politique qui lui permit de bien raverser ces p6riodss mou-
vement6es. M. le Dr. R. Salomon r6ussit h d6gager cette
philosophie dans une brochure sur eIa vie politique, de
ce nonaagiaire-. (i)
Au moins ne contestera-t-on pas que beaucoup de ceux
qui sont plus jeunes que M. J6remie devaient user belle-
ment de leur intelligence & l'appel d'.Haiti-Journal,!
Et si, r6cemmaent. pour ,Chantiers,, c'est penser r6volu-
tion que de proposer de rompre avec la routine et de rem-
placer cette routine par l'intelligence, la puissance et la scien-
ce avancee, (2) il rera retenu que la revolution r6vee par
l'auteur n'a pas attend celle de 1946, plut6t politique..
*L'Apres-Guerre, qui en a parle, et *Deuxi'me These. se
suivant, se completant jusqu'& 4tre inseparables, sont pour
toujours les symbols de cette revolution litteraire foment6e
par un .ouvrier de la pensee., conduite et terminee par lui
seul.
Comme aucun de ces ouvriers, ne trouvera ni date, ni
lieu oi il en fut ainsi, est encore justifiee el'invention, de-
mand6e par lement & .l'Exposition,.

-le c6ti sud de cett? place ei conduit h la diemeure du grand in-
tellectuel; qu'en outre, il figure pa.mi ceux qui ont le plus con-
tiibue a crer le quattier du Bas Peu de Chose et la parois-
se de St.-Ge.ard?- iEt 1'on ,r. peut citer un autre qui ecrit a 90 ans.
1) Voii dans litioues2 du Dr. R Salomon.
2) Voir Diplomn'ie, Histoire et Raal'it dans le journal gChan-
tiers du 16 Novc. 1 -e 1948.





SDEUXIEME THESE DE DOCTORATE,


De plus, le directeur, M. Salnave, connait que, dans une
Exposition Internationale, des documents in6dits, des livres
et collections rares, m6me une *Anthologie, pr6paree pour
la circonstance, ne manquent pas. Mais, il sait pertinem-
ment qu'& c6te de ce pass litt6raire, tres suggestif, pour-
rait se trouver, sinon plusieurs, une production absolument
actuelle, d6celant la force et l'originaliie de nos intellectuals.
Une -inventions leur fut reclambe.
Qui hesiterait & rappeler le plus magnifique des appeals
dans ce slogan aussi clair que conciS: ,Invente enfin quel-
qu- chose pour l'Exposition.?
Pour toute reponse, qui serait satisfait d'un silence g6ne-
ral?
Quel lettr6 oserait s'en rejouir apr&s que le directeur
d'Hiaiti-Journal-, aias -Le Semainier., renchcrih de iaac-
nette et ferme: .Dans quelque branch vers laquel-
le nous inclinent notre goft et nos possibilities, nous
devrions nous 6vertuer & sonder la nature, notre nature,
pendant cette periode exceptionnellement propre & 1'inven-
tion;.. Sur des millions d'Haitiens, ce n'est pas impossible
que le g6nie, qui est virtuellement en tout 4tre pensant, se
manifesto s6rieusement cheek quelques uns d'entre nous,
pourvu qu'on se mette au travail methodiquement, avec cette
volont6 et cette t6nacit6 qui sont le secret de toute inven-
tion*. (1)
Malheureusement, 'secret, invention, obtenus, -'mal-
gre le d4sir qu'en aurait exprim6 l'Universit6 d'Haiti, celle-
ci ne pourrait, m&me par faveur, d6cerner & l'auteur le titre
de docteur es-lettres honorss causa,. Argument assez puis-
sant pour que la conclusion de cette thbse sugg&re un moyen
aussi pratique que facile d'avoir des licenci6s, des docteurs


.) Voir du 29 Juil-
-i 1948.





.DEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 53

es-lettres. 6s-sciences, et qui habiliterait le D6partement de
1'Education Nationale & poss6der serieusement la Facult6
des Lettres (1)
Ce language n'6tonnera guere si l'Expositions, selon cHai-
ti-Journals ne fournissait l'occasion de sortir de l'ordinai-
re*.
Pour en sortir., -volont6, tfnacit6x, vraiment, 6taient in-
dispensables, comme 1'attestent sans ambages ces paroles
de M. Jean Brierre, prononcees en 1943: Nous vivons en
Haiti dans une atmosphere de violence et d'intolerance
presque intol6rable... Ce milieu n'admet pas l'ind6pendan-
ce de la pensbe... Impossible de d6fendre ses id6es et la
dignity de son people sans subir la dictature d'un secteur
de l'opinion,. (2).

La sonority de ces declarations est telle qu'une these, qui
envisagera aussi la d6mocratie, oblige des maintenant & la
d6finir.
N'est-elle pas -le Gouvernement du people par le peu-
ple pour le people. d'apres Abraham Lincoln, afin que ce
ppeuple, ne cesse de jouir des ,libert6s essentielles, prb-
cis6es par Franklin D. Roosevelt?
Exigerait-on 6galement 1'intervention de deux des n6tres
6 l'appui de cette d6mocratie suivant le milieu, qu'on
pourrait s'arr6ter au -doyen. de nos journaux et & M. S.
Alexis?
-Le Nouvelliste., dans le compte-rendu d'une conference
de M. St4phen Alexis, qui n'avait pas menag6 les ,clairs et
noirs, peuplant la R4publique,- ceux-l&, plutot disposes &
refuser la r6oonciliation que ceux-ci savent leur offrir,- sou-



3) Voir page 147 de eL'Aprys-Guerre,
2) Voir




.DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,


ligna que M. S. Alexis avait opin6 aen se frappant la poitri-
ne: Eh bien! moi, je ne suis pas d6mocrate,... (1)
M. S. Alexis 6tait tout de suite mis en opposition avec la
politique du Gouvernement qui preconise le triomphe de
la d6mocratie, comme avec la politique de el'O.N.U.- oi M.
le President de la R6publique 1'a envoy singer come
l'un de nos dBlegubs. Et -Le Nouvelliste, aui a combattu en
faveur de la d6mocratie, (2) ayant insinue: Quand un ora-
teur d6passe les limits de sa propre conviction, on est en-
clin & dire tout bas: ce com6dien a franchi les limits de
l'optique sc6niqueL,- M. Stephen Alexis r6pliqua qu'ail a dit
textuellement ce que tout l'auditoire visible et invisible a
entendu. Si la d6mocratie doit 6tre un systmme de privileges,
vid6 de tout contenu social, eh bien! moi, je ne suis pas de-
mocrate. ... (3)
Par cette explication, M. S. Alexis a touch la plaie du
doigt. Ce Lsysteme, constitute l'abcs qu'il imported de bien
crever pour qu'Haiti b6n6ficie de la vraie d6mocratie. D'ail-
leurs, M. Stephen Alexis n'ignore pas que c'est dans I'es-
poir ou la croyance de pouvoir abolir ce -systeme de pri-
vileges, que certain organes de publicity avaient os6 par-
ler de -r6volution apres celle de Janvier 1946.
Aussi, pour tous ceux-16 qui, sans rime ni raison, avaient
trop crib: -Vive la D6mocratie!,, et sont aux postes de com-
mande, demeure l'obligation de se distinguer tr&s remarqua-
blement par leur morality, leurs oeuvres, au lieu d'6taler
de vils pr6jug6s! Ils n'ont qu'& se rappeler que S.



j Voir le comptc-rer-.du d+ laI conference de M. S. Alexis. in-
:itu:ee: < Jai.vicr 1949.
2) Voir pages 154 et 155 aw ;V) Voii la lettre (".,ite pa' M.. S. Alexis dans cLe Nouve!listep
dlu 18 Janvier 194t.





,DEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 55


E. le President de la Republique lui mme, cd4plo-
rant les conflicts de couleur entire Haitiens, a qualifi6 les ter-
mes vauthenfiques et non authentiques, de evocable 6lec-
toral.- (1)
Il n'y a point cas de d6sesp6rer, de s'imaginer que la d-
mocratie Parmi divers, il est un fait assez recent, susceptible de
nous rassurer, apres les discussions acrimonieuses resultant
de l'entretien de M. S. Alexis, prononc6 sous l'egide du
-Cercle l'Amicale, et celles provocques par la causerie de
M. Antoine Dufort, Pr6sident de dl'Amicale du Petit-Semi-
naire Collage St-Martialh. (2)
On n'oublie pas que la s6rie de conferences,, bruyam-
ment annonc6e par ces deux aassociations-, fut suspendue
come pour accentuer 1'effet de l'ambiance sur -la liber-
te d'opinion et d'expression-. (3)
Sur ces entrefaites, et personnel ne 1'aurait cri facile,
hier! les d6bardeurs rent MM. les.aous-Secretaires d'Etat du Travail, (4) des Fi-
nances et de I'conomie Nationale (5) & participer & l'enqu&-
te qui 6tablit que ces porteiaix n'6taient point (les voleursz
qu'on se figurait. Leurs Excellences s'inclinerent devant



1) Voir la d&clarationr de Son Excellence dans Le Nouvellis-
te du 26 Mars 1919.
2) Cette causeri' avait pour titre: cDisciplines Spirituelles et
Vr. :.-2 M-?~'2s on( FPaillitem.
3) L'invitation d'assister a -une serie de conf4rencesv qu'orga-
nisaient S ninaire> dit qie tle premier cycle serait ouveit par M. An-
toine Dufort>. En eiLet, il n. paile le 23 DIcembre 1948; depuis,
regne le silence,- d'ailfeurs, come au tCercle l'Amicale apres
1'entretien de M. S. Alexis.
4) M. F. Duvalier
5) M. A. Thiard.





.3 DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,

l'honn~tet6 de ces malheureux et reconnurent que des em-
ployes s'6taient plut6t r6v6Ms sans scrupule.
Une fois pour toutes, I'hommage promise par l'auteur dans
-Haiti-JournalJ (1) aax plus humbles de ses compatriotes,
leur est & jamais rendu, si chaque citoyen peut profiter de
la legon qu'exhale leur geste; car, le regne de la fantaisie,
du bon plaisir doit cesser afin que resplendisse, un jour, ce-
lui de la democratie, surtout, quand la jeunssse, par le
service militaire obligatoire, aura enfin cette discipline
des peuples civilises. (2)
Et comme ce livre est la suite et la fin de L'Apres-Guer-
re,, qu'il semble evident, si Haiti l'a bien compris, qu'on
n'aura pas une paix durable sans une bonne ed6fense natio-
nale,, ce qui a motive l'emprunt de ce nom,-- le si vis
pacem para bellum, sera envisage, au point de vue inter-
national, pour aboutir & I'hommage promise dans le m6me
quotidien--(3) & Celui qui, avant .l'emprunt de la Defen-
se Nationale-, projeta .l'Exposition Internationale de Port-
au-Prince..
II parait nature que la d6mocratie, depuis I'lection d
16 Aoit 1946, soit aussi considerbe, mime-succinctement.
Mais, 1'auteur ne cessera de ,parler en citoyen. impar-
tial, d'autant que la VWrite, la plus belle, la plus majes-
tueuse des dresses, done la plus digne des publicistes sin-
ceres, est asses imposante pour ktre constamment venere
dans le temple erige par leurs oeuvres.
Pour tous ces motifs, il est moins difficile de supposed que
.Deuxieme Th6se de Doctorat, soit completement oubliie a-
pros le temps que durera .l'Exposition du Bi-Centenaire de



1) Voir la lettre de l'auteur dans tHaiti-Jourral* du 5 Aoit
194S.
2) Voir Loi sur ;e S'e.vice Militaire Obligatoire de 18 i 50 ans
dans tLe Nouvelliste; du 15 Fevrier 1949.
3j Voir M6me Lettre du 2/8/48 dans




< DEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 57


Port-au-Prince., s'il est certain que les palais de la tim6 (1) perp6tueront le souvenir de cette oeuvre gran-
diose,. (2)
P.C.

1) < de Port-au-Prince eur le grand plaisir d'informer que le dimanehe
24 Juillet 1949, 'i heures de 1'apres-midi, aurait lieu, A la Cit6
Du'ilarsais Estim., ;a ce6rnmorie de pose de premiere pierre des
enze pavilions su'v.its: Cl.ambre de Commerce d'Haiti, Pavil-
ion 'du P.,oche-Orient, Pavilion du D4partement du Nord, Pavilion
du Syndicat des Chauffeups, Pavilloin de.la Ville de Port-au Prin-
c,, Pavilion du Seivice de la Iroduction Agricole de Damien, Pa-
villon de la Plantati-i, Daunhi.?, de la Shada, Pavilloni de la Has-
co, Pavilion de la Distillerie Piiricce, Pavilion des Parfums de Fran-
-c. Pavillon Edition HIenri De.-hamps,.- (Voir dans liste'- des 18 et 9 jiuillet 1949, mi6re Pierre de 11 Pavillons de 1'Exposition.>)
2) T)ars u.re 'ailre-se> puhliee le 21 Novembre 1949, tla Com-
missior Commuhate de Pe't-auPrince invita les populations de nos
cinq Departements at tous les amis d'Haiti a la commemoration
du Bi-Centenaire de Fondation de Port-au-Prinice>.
c6r',nonies et manifestations ipeciales et par 1'inauguration a cette
m'nme date du Bo.ilevard du Bi-Centenaire, des sections des At-
tractions, des Beaux.Arts ainsi que des casinos et spectacles fo4-
kloriques de IExpositrion Inrernationale du Bi-Centenaire de Port-
au-P,-nce,- i n a u g u r at io n qui fut suivie, le 12 Fivrier
1950, de l'ouvert~re au public des autres sections de l'Expo-
sition, y compris :;a section offlcielle et la section reservee
aux participatio-s des Nations Amies qui, au nomble de vingt-
cinq environ, se prii.araient arctivement i repondre a la fraternelle
invitation du Go'wveri:ement de la R6publique*. (Voir le program-
me de ces f6tes et manifestautons dans tous les jouriaux parus
avant le 8-12-49).




DEUXIEME PARlIE





,DEUXIEME THESE DE DOCTORATE


Trois vers de .Massillon Coicou finissant ,L'Apres-Guerre,,
'Deuxi&me These, qui continue et termine cet ouvrage,
pourrait d6buter de la meme maniere:
-Pour moi je sens bondir d'aise mon 6me entire
Quand je songe te voir, rayonnant de lumi&re
0 mon humble pays, t'en aller de 1'avant.> (1)
Surtout, ce livre pourrait commencer ainsi, comme il con-
cerne, de fagon sp6ciale, les jeunes qui voudraient pour le
r6p6ter --gravir les hauts degr6s de l'6chelle litt6raire>,(2)
afin que ces -forces vives, de la nation I'aident &a s'en
aller de l'avontD, plus rayonnante de lumi&re,.
Si violemment hostile & tous ceux qui sont superieurs par la
culture scientifique et technique, hait ceux qui le d6passent,
n'admet pas qu'il ne soit omniscient-, (3) ces jeunes com-
me tout intellectual 6pris d'un noble ideal ou souhaitant sin-
cerement 'une plus grande evolution de la pens6e hai-
tienne>, (4) ne serent-ils pas traits de pre6entieux

1) Paroles d'Un Croyant>-(Poesies Nationales).
2-4) Voir page 0 de .
3) Voir Probln::m de Compltence> per Julee Blanchet dans Le
Nouvelliste> du 4 Juin 1947.
5) Sont rbunis danis 1'extrait qui suit, des arguments que ces
jeunes devraient connaitre h leur entree dans la vie pour ne pas
se laisser intimider et fuir la lutte.
Cet extrait provieilt d'un article de M. Jules Blanchet. En outre,
des citations de ses meritss et de ceux du < montreiont davan-
tage 1'esprit judicieux de l'homme qui fut, assez longtemps, l'edito-
'ialiste du Nouveliwte, corrie le sens avisd du Directeur et des
I'-.dacteurs de ce ruotidien
Les autres journaux n'6tant pas oublies, il semble insutile de dire
que les citations sont faites cans le dessein de prouver la valeur
de la Presse en genrial et du Nouvellistes en particulier. Autre-
ment, pourquoi serait -- il appelt le Doyen>?
Yoici cet extrait --plut6t destine aux jeunes intellectuals:
'Quand tout le imonde voit it ne parole pas, par peur ou pai ca-
maraderie, c'est u1s aubaine, puisque c'est us encouragement. Mais





62 4DBUXIEME THESE DE DOCTORATE,


DNsirant tenir fermement la hampe du drapeau de leur
Faculty, la r6ponse de ces 6tudiants serait categorique:-
s'il y a d'heureux m6comptes,, il y a aussi d'eheureuses




si, par malheur, quelqu'un se leve et ose dire la vdritk, il est ana-
th,'matise: c'est un galeux, ur pestif&6r; il devient un individualiste
force;'-. On ne pard;.ime pas a quelqu'un d'etre lucide ou clairvo-
yant, et surtout on n'aime pas qu'il se rende compete.
fine a une sorte d'esclavage qu'ils maintiendraient le plus long-
temps possible: la condition de leur succi n'est pas ailleurs.
vouables qui dtessent soudainement un homme contre un autre; par-
fois, un detail de peu d'impoitance, une parole ou un geste. Cepen-
dant, pour certain. t~utes lei hberths sont acceptable; ils ont tons
les droits jusqu'a ceux qu'i-ls i'arrogent: ile ont le droit de vous
piediner, de se servir de vous come march pied, de vous calom-
nier tout en protestant de lear amitiM, de vous noircir tout en vous
faisant patte de :vclours; ils ont regu ce droit par la naissance, et
co'iune ces droits sort des droits primordiaux, malheur & vous, si
vx:-3 pretendez y toucher. Ce sent des droits sacrds.
*-Lea travers hakiens sont ixmbreux; H les analyser, et surtout
a dcouvrir comment ils naissent, on est pris d'une sort de d4goit,
on est envahi par un immense Lesoin de plaindre les petits envieux
quand on ne les ignore pas, pour ne pas perdre son temps A les.
miepriser.
-'On en veut parf.vis A l'intellectuel de rechercher la solitude ou
I'isolcment: la solitude ou l'i'olement n'est souvent qu'un moyen
d'echapper aux regles d'une vie prosaique compl6tement asservie au
pharisaisme. Le clerc peut rester au-dessus de la ml6e tout en 6tant
utile. Il ne 1'est pas pour Jui-n.eme et pour le b6ndfice materiel;
ii perse et c'est afin de trouver, A travers les vicissitudes et les infir-
mitds qui accompagner:t a pauvre raison humaine, les moyens de
vivre qui fkeondent sa philosophies. L'dgoisme haitien se reve-
le parfois si sordid. et si primitif que l'on se demand, au moins
ur.e fois par jour, b'il ne vaudrait pas mieux vivre en un endroit
jsolM come Alceste.' (Voir .Sur Les Travers Haitiens dans .lllvelliste* du 3 Mai 1947).





Ce]ui qui, pour le pays, ovec 1'aide du Gouvernement,
put obtenir deux realisations qui le distinguent & jamais: le
'voya'g d'une Mission Scientifique Am6ricaine qui apprit a
nos mrdecins a trailer radicalement .le pian,, et de Ila
Commission Rosenborg, don't ii a encore demand la promp-
ie application des Principales Recommandations continues
dans un volumineux rapport.

Et <1'O.N.U., d6cidera de ans, 1'un de ses meilleurs sp6cialistes en mati&re d'assis-
tance technique au service du Gouvernement Haitien, afin
d'ex6cuter ces Recommandations de la Mission Economi-
quey.



































M. Ernest G. CHAUVET
D616gu6 d'Haiti a Directeur-Propri6taire du Nouvelliste,.
-Le Doyen, de nos Quotidiens
qui fournit &r 'auteur de pr6cieux renseignements.





*DEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 67

pr6tentions, non sans avoir marqu6 cet autre point:- ail-
leurs, en France par example, on ne contest pas une telle
evidence.
Un fils de cette aimmortelle, r6publique nous fera sonder
la plaie.
Elle part profonde quand, le 3 Mai 1947, fut inaugur6 &
la Faculty de Droit le course de Sociologie par aM. Philippe
North, licenci6 6s-lettres (Philosophie), detenteur du Certi-
ficat d'Etudes Superieures d'Ethnologie.; (1) car, son age-
. 25 ans,,- avait frapp6 attention. RBel motif d'esperer,
chez ceux qui sont des b&cheliers, que leurs enfants ne
mourront pas tous avec ce simple titre, un jour, en auront
un meilleur dans cla perle des Antilles, elle-meme!
Avec d',heureuses pretentions, ne realise-t-on pas des
actes nobles ou magnanimes? Par manque d'id6al f6con-
dant l'action, n'6touffe-t-on pas dans son 6troitesse de vue?
ne reste-t-on pas .fig6 dans une stagnation douloureuse*?
(2). Le spectacle le plus attristant est celui de constater que
d'aucuns ressemblent & des ombres avant I'heure du grand
voyage,.
La vie et l'oeuvre de Massillon Coicou, qui fut, comme on
peut s'en convaincre dans .L'Apres-Guerre,, (3) -le premier
maitre vraiment prepare, & Paris, pour enseigner les Scien-
ces Sociales au Lyce PNtion, ont 6t6 une v6h6mente pro-
testation contre pareille accusation.
Certes, il imported que les successeurs soient mieux titrhs.
Haut-grades, ils pourront &tre des remplagants aussi utiles
par leurs vastes connaissances que par des productions d'en-
vergure et d'int6r&t collectif.
Servira d'exemple le licenci6 As-lettres de Paris, M. Pra-
del Pompilius, don't le succes, qui rbjouit beaucoup d'amis,
l6gitime de beaux espoirs.


1) Voir Conununiqu4 du S. 1. P. P.* relatif a cette inauguration.
2) Expression de M. F~6x Courtois dans cLe Soir.
3) Pages 80 et 81.





.DEUXIEME THESE DE DOCTORATE.


On se plait e croire que M. P. Pompilius, muni d'un dipl6-
me, si rare chez nous, rehaussera 1'6clat des lettres haitien-
nes par des compositions superieures.
S'il ne les donnait & son honneur, & celui de la nation,
sa .foi, sans ces oeuvres, serait aussi, dans le domaine lit-
t6raire, .une foi morte. Selon le souhait du KNou-
velliste- au retour de celui qui partit pour l'Europe sous
Lescot,- .faire des course avec le meme enthousiasme et la
m&me m6thode d'hierz (1) ne rendrait pas M. Pompilius plus
4teint6 de civilisation frangaise, que beaucoup de nos pro-
fesseurs.
L',A. P. E. S.- (2) n'aurait pas sa raison d'6tre si son pre-
mier president (3) 6tait incapable de les -faire, avec au-
tant d'aisance que M. Pompilius. Une -bourse d'6tudes, ac-
cord6e & M. M. Clermont, le rendrait probablement un li-
cenci6 -s-lettres. Avec le m6rite de cet 6crivain, il ne tar-
derait pas & devenir docteur 6s-lettres.
Ce qui n'emp&che pas que les chers maitres, actuels se
souviennent de Mirabeau Drice qui, au .Lyc6e P6tion,, fut
le seul traducteur & livre ouvert de grec et de latin, mais &
I'id6e que Drice aura un remplagant.(4)
Et Drice n'ayant pas public d'ouvrages ni laiss6 de ma-
nuscrits, les professeurs qui ne trouveraient pas ce rempla-
gant hors-concours en M. Pompilius s'il a tant traduit les
langues mortes & Paris avant de r6ussir aux examens,-
pourraient, en I'absence d'oeuvres s6rieuses de ce licenci"




1) Voir tRetour de M. P.n;pilius dans cLe Nouvelliste, du 25
Octobre 1947.
2) L'Associationi des Prof.-sseurs de l'Enseignement Secondaire,
iond4e en Decembre 1947. (Voir 3) Me. Maurice Clermont, c'irecteur du xCollfge Simon Bolivar.>
4) Voir ee qui est dit de Mirabeau Drice et de dla defense des
inaitres antiques> da.s a 67.





aDEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 69

6s-lettres, se baser sur son indolence afin de ne donner eux-
m&mes des productions inordinaires.
Comme un ex-Sous-Secr6taire d'Etat, on le verra bient6t,
a parl6 de l'indolence, avec mepris, une assez vive r6pon-
se de M. Pompilius provoquerait un tolle. Et ce tolle de-
viendrait insupportable si, dans leur courroux, les maitres
pr6sumes faineants ou r6put6s tels s'en prendraient aux
directeurs des Lyc6es, ceux-ci aux Inspecteurs Scolaires, ces
derniers aux Chefs des ,Sections de l'Enseignement*, qui
jetteraient la pierre aux sup6rieurs hierarchiques. Le vacar-
me serait infernal si les membres du Corps Enseignant ap-
partenant & I'6lite intellectuelle, s'obstineraient 6 m4connai-
tre le vrai sens du d6bat: PRODUIRE PLUS FORTEMENT ET
MOINS LENTEMENT.
Tant que ce but ne sera pas atteint, on ne rappellera ja-
mais assez que, dans L'Apres-Guerre,, (1) est d6jd indique
aux Membres du Corps Enseignant le travail qui leur in-
combe.- -Les oeuvres de valeur, resultant d'une longue ap-
plication & 1'6tude, d'une assiduit6 au service de la jeunes-
se, qu'ils se plaisent fort & signaler, sont les plus nobles
qu'impose la philosophies de l'6ducation. Au lycee de la ca-
pitale, pour s'arreter & lui, plus que centenaire, & part deux
ou trois brochures 6crites par des professeurs, comme les
Elments de Geologie d'Haiti, de M. le Dr. Catts Pressoir,
1'exception ne confirm plus la regle. Pourtant, les fins aux-
quelles celle-ci atteindrait, demeureraient aussi pratiques
que nationals: maitres et leaves ne cesseraient de profiter
des travaux successifs des pedagogues du Lyc6e P6tion.,
Il ne serait guere dr6le que le d6bat aboutit, avec l'inter-
vention de l'6crivain de ces lignes, au proces de ceux qui
ont 6t6 en France pour retourner -des fruits sees,.
Ces beaux messieurs,, se croyant plut6t des arbres char-
g6s de fruits,, pourraient maugrier:- Massillon Coicou n'4-
tait pas docteur As-lettres.


1) Pages 84 et 85.





'0 .DEUXIEME THESE DE DOCTORAT-

Sans raillerie, 1'auteur r6pliquerait que le m6rite et le ta-
lent de M. Coicou restent 6clatants si, par la representa-
tion de l'une de ses pieces th6atrales & Paris, il 6tablit un
record que, peut-etre, ne battront aucun licenci6 haitien, nul
docteur 6s-lettres. A ce compete, oeuvre et succes valent mieux
que titre.
Ce success pourrait &tre amplement prouv6 dans une au-
tre brochure sur M. Coicou, afin de consolider 1'excellente
position litteraire que surent acqu6rir le barde et 1'6crivain
a Paris; car, il s'agit d'un drame en quatre actes, en vers.
Il serait incontestable, comme Massilon Coicou, si magnifi-
quement, incarna 'l'anme noire, dans .Libert&,, que le suc-
ces de ce drame rayonna dans Ala Ville-lumiBre, plus qu'un
titre de licencie ou de docteur. Et le proverbe demeurait in-
variable: -A l'oeuvre on connait l'artisan.
Mais, avant la publication de cette brochure, il y a une
simple fagon de donner une just idee de l'importance de
ce succes de M. Coicou & Paris.
On n'a qu'd se souvenir du concours organism sous Vin-
cent afin que le genre dramatique, jug6 au-dessous de la
normal, fit relev6 par de bonnes pieces. D'ailleurs, M. Du-
marsais Estim6e tait Secr6taire d'Etat de l'Instruction Publi-
que. Depuis, s'il y a quelques drames int6ressants, y com-
pris ceux qui ne furent pas prim6s, on le doit au President
Vincent ainsi qu'& son ancien ministry. Peut-etre M. D. Es-
time, aujourd'hui President de la RBpublique, sera-t-il obli-
ge, pour stimuler les dramaturges, d'organiser un autre con-
cours, si notre theatre, selon les terms d'Alfred Icart le 31
Octobre 1949, restait .frapp6 d'une sorte d'anemie perni-
cieuse, d'une veritable leucemie.. (1)
Le gagnant du deuxieme prix (2) du concours de 1940, M.


1I Voir par A.Icart dans du 31/10/49
2) Avec tLe Faisceau>.





,DEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 71

Stephen Alexis, montrera mieux l'importance de ce success
de M. Coicou en France, comme le gagnant du premier, Me.
Dominique Hyppolite, n'y a pas encore ete. M. Placide Da-
vid, co-auteur de -Le Torrent,, devait en assurer plut6t la
reussite au point de vue historique.
En effet, M. St6phen Alexis, come Massillon Coicou, a
voyage en Europe. Consul en Belgique, il se rendait & Pa-
ris. Dans cette ville, 1'une de ses lettres & un ex-President
du Conseil des Ministres l'atteste. La princess qui 1'accom-
pagnait et fut t6moin de l'incident qui motiva cette missive,
n'eft pas 6t6 moins heureuse, en compensation, d'assister &
la representation de 1'un de ses drames. En 1946, Ministre
Plenipotentiaire & Londres, M. S. Alexis put revoir Paris.
Le laureat de 1940, rehauss6 du prestige du diplomat, n'y
a pas refait le geste du dramaturge M. Coicou. Envoye a
New-York en 1948 comme *Membre de la D6elgation Hai-
tienne h I'O.N.U.-, son collogue Ernest G. Chauvet, dans
une ,Lettre aux Abonn6s du Nouvelliste., leur informa que
-M. S. Alexis a 6t6 au Canada pour s'entendre d6finitive-
ment avec une maison d'6dition au sujet de l'impression
de 1'une.de ses ceuvres, traduite & Londres,.- M. S. Ale-
xis n'a tent6 de faire jouer 1'une de ses pieces ni au Ca-
nada ni en Grande Bretagne.-
Ce language de la verit-- aurait-il d6plu & M. S. Alexis
au point de s'exclamer: .Je ne suis pas le seul auteur dra-
matique qui, avant comme apres la mort de M. Coicou,
n'ait rien represents & l'extbrieur!-- qu'il lui serait r4pon-
du tres aimablement, s'il y a quarante deux ans depuis
la disparition du porte:- Dieu vous b6nisse dans l'avenir!-
Et comme une esocit46 national, a d6cid4 de mieux pre-
parer cet avenir en cart dramatique,, I'un des animateurs
de cette ,associtaion., (1) M. Luc Grimard par example, de-
signera-t-il, un jour, celui qui, en France, pourrait imiter Mas-


1) Association Nationale d'Art Dramatique





.DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,


sillon Coicou? avouera-t-il aussi pourquoi /'on n'a pas r6-
pondu en grand nombre & 1'appel d'"Haiti-Journal.? En at-
tendant, la definition de M. Stephen Alexis- du mot
.actualis, qui agit, (1) sera d6favorable aux dramaturges
tant que le geste, & Paris, de Coicou ne sera pas refait, de-
passe.
Probablement, come M. S. Alexis, M. P. Pompiluis ne
se formalisera point du verbe sincere de l'auteur & son 6-
gard. L'Apres-Guerre, fut .dedi6 & nos futurs licenci6s 6s-
lettres, (2) cependant que M. Pompilius 6tudiait & Paris; en
outre, l'auteur est persuade que M. Pompilius .fait des
course avec, trop d'enthousiasme, meme cet de m6thode-,
si la difference doit &tre en faveur du maitre revenue licen-
ci6. L'auteur n'en est pas moins convaincu qu'un licenci6
es-lettres de Paris est assez bien prepare pour ne pas se
confiner dans un travail de professeur qui deg6nere en
routine.
A son tour, M. Pradel Pompilius apres l'objection en-
visag6e & propos de Massillon Coicou,- pourrait reprocher
a l'auteur d'avoir d6velopp6 ses theses sans le titre de li-
cencie.
La premiere r6ponse serait que Massillon Coicou est ho-
nor6 dans deux theses trait6es par un Bachelier As-lettres-Li-
cenci6 en Droit,- pour I'allegresse qu'eprouve l'ecrivain a
-presenter consciencieusement des figures nationalss, (3)
& parler de brillants intellectuals, partant; pour I'ivresse
qu'il eut eprouvee s'il pouvait inciter M. Pompilius & faire
mieux que lui, afin qu'il soit officiellement notre premier doe-
feur es-lettres.
Second reponse: I'obtention de la licence es-lettres n'au-
torise pas M. Pompilius & -parler ex cathedra-. Comme les


1) Voir pages 97 a 105 de 2) Voir nage 7 de cL AprBs-Guerre.3
?) Voir page 9 de :L'Apres-Guerre





-DEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 73


6preuves 6crites et orales-qu'il a subies (1) r6sulterent
de la continuation du programme de la section A- Pre-
miere -Partie du Baccalaurtat,, avec l'avantage de ne pas
se fatiguer pour plusieurs matieres,- ces examens autdri-
sent M. Pompilius & bien preparer une these et 1'obligent &
travailler afin de soumettre la sienne au jury, plut6t deux
theses.

Souligna-t-il: le licenci6, qui a r6ussi aux examens, peut,
avec 1'assistance d'un maitre,(2) preparer deux theses qui
seront successivement soumises & 1'appr6ciation du jury;
mais, il n'y a pas de temps fixed pour le faire.... (3).
Comme on presume que M. Pompilius n'est pas de ceux
qui laisseraient au rait reculer devant la nouvelle besogne & abattre, d'autant


1) M. Alfred Icart i':. 'un des premiers a le savoir et a parler a
l'auteur du progTammrin francais de la licence es-lettres come 'en
avait informs M. P. I'ompilius.
M. Pradel Pompi::us, qui confirm i I'aut-ur les dcha.ations
d'k. Icart, re s'est I;,s mct,-i 4goistb en prer4sant sur quelles ma-
tieres portent les e -Examens Berits:
ULne dissertation iranCaise et R6ponses a Six Questions de Litt&-
ratuve.- (On done rarement une analyse critique et litteraire)
Une version lItine.
Une version grecque
--Examens Oraux.
Questions de Litterature Fiancaise et sur dix auteurs prepares,
c.r general de deuxinme ordre .
Traduction de deux passages tiies de quatre mille vers latins et
de quatre mille li:.n s de pose latine-pr6pares.-Questions de
Litteratuie Latine.
-MEmes epreuves pour le G.rec.
2) Au Canada, le pogranme ie la Facultk fixe mame la some
que ce maitre doit recevoir.
31 I1 faut aussi consignrer que deux voies s'ouvrent au licenci4: 1'une
cvon:luisant au doctorate' s-lettlcs, l'autre i l'agr4gation.





-DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,


qu'il a des facteurs essentiels a sa disposition: 1'aqe, le temps
et intelligence.
En troisieme lieu, serait-il futile d'avancer que les ouvra-
ges pr6c6dant les th6ses d'un auteur qui n'est pas licen-
ci6 es-lettres, doivent d6passer, jusqu'& rendre fort difficile
toute comparison, (1) le travail litt6raire d'un licenci6, c. &
d. la dissertation frangaise, fft-elle la meilleure que le jury
aurait corrigee?
Il y a un autre argument au d6but de ce livre, don't il im-
porte de consacrer l'existence: 1'Expos6 des Motifs. II fut
imagine pour d6passer en force, en originality, le d6velop-
pement d'un sujet de dissertation trait6 avec succes aux
examens de la licence es-lettres. La comparison serait fa-
cile si nos licenci6s avaient public cette cepreuve, subie a
Paris.-
Alors, pourquoi h6siter & leur avouer qu'ils pourront mB-
me modifier la technique frangaise sur une these de docto-
rat afin de r6aliser ce que l'auteur a obtenu par ce geste:
deux theses en deux volumes qui pr6sentent l'une de nos il-
lustrations, Massillon Coicou.
Si ce language r6evlait & plusieurs cette pr4tention-- de-
ja envisag6e,- celle-ci leur paraitrait davantage heureu-
se-: deux oeuvres bases sur des theories aussi hardies que
nouvelles existent & jamais. Autrement, il n'y aurait pas de
vrai progres ou de r6elle evolution, sans doute, de r6volu-
tion litteraire.
De plus, Massillon Coicou, qui s6journa en France oi il a
brille, quoique d6eced depuis longtemps, put inspire un 6-
crivain qui n'y est pas all6, afin de rappeler des intellec-
tuels, qui y sont ou en reviennent, au sentiment de leur
grand devoir.



1) Pcur bien comprendr e ce point de vue, lire la note qui est au-bas
de la page 123 de l,'Apres-Guerre>.





-DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,


Pour donner raison & -Le Semainier,, & M. Duracin6 Va-
val, aui ont fait allusion au avait du g6nie,, meme entree martyr dans I'au-deld, pouvait
nous aider & y parvenir.
Il est evident que n'importe quel compatriote, qui n'a ces-
se de s'adonner aux lettres et d'6crire des oeuvres fortes et
nationals, laisse assez loin le licencie reste6 amateur. de
simples dissertations frangaises.. Et si M. Pradel Pompi-
lius se contentait de relater son voyage & Paris, (1) comme
d'autres leur s6jour & 1'6tranger,- ou de parler de Foi
et R4alit6-, (2) ne trouvera-t-il pas un sincere ami pour lui
affirmer qu'il plaira fort & beaucoup d'auditeurs, par exem-
ple, 6 ceux qui 'ont applaudi & l'dInstitut Frangais,, au lo-
cal de l'.Ecole de la Republique du Venezu6la-, et ailleurs,
mais, qu'en s'y arr6tant apres tant d'efforts en France, il se-
rait au-dessous d'un dynamique licenci6 aspirant au doc-
torat es-lettres? Ces conferences ne vaudront jamais les deux
theses qu'il doit preparer et soutenir & Paris.
I1 y a d'autres raisons pour que, du language de la v6ri-
te, M. Pompilius ne se formalise.- Pendant deux ann6es,
il reconnut la suprematie de l'Esprit chez -le Frangais, qui,
nde malin, cr6a le vaudeville.-- Cette solicitation de ne pas
se confiner dans la th6orie ou cette priere d'crire des oeu-
vres importantes pour le progres des lettres, s'adresse non
seulement & lui, mais encore & tous ceux qui sont (3) et se-
ront des licenci6s es-lettres. Si nous avons des docteurs en
Droit, nous devons avoir aussi des docteurs es-Lettres.
Sans ambages, M. Pradel Pompilius- n'ayant pas, com-
me certain, pr6texte d'insuffisance de fonds. ou d'une
qsant6 pr6caire, pour rentrer pr6matur6ment au foyer, au



1) Ce fut le th6me de sa preinie.e conference, pronounce i son re-
tour de France.
2) Le titre de la dcu-i;me.
3) M. M. R. Gailiailt et L. F. Manigat.




76 ,DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,

lieu de lutter afin de regretter au moins un 6chec,- a fait
preuve de courage et de m6rite. I1 pourrait- si la compa-
raison n'est pas moins n6cessaire que des examples frap-
pants,- nous reprocher de n6gliger beaucoup d'autres in-
tellectuels.
Envisageant les hommess de Sciences purest, un intelli-
gent neveu de Massillon Coicou, Me Clement A. Coicou,
dans .Le Nouvelliste- du 10 Janvier 1947, (1) a donn4 une
certain ampleur & la question: Quant aux hommes de
Sciences Pures, M6decins, Physiciens, Chimistes, Math6ma-
ticiens, Chirurgiens, G6ologues, Astronomes, Agronomes,
etc., qui sont appel6s & representer la production scientifi-
que haitienne, peuvent-ils trouver, dans leur manque d'e-
quipement une excuse & une stagnation qui pourrait paral-
tre anormale et bl&mable & leurs colleagues des AmeriquesP
*Puisqu'il est acquis qu'en matiere culturelle, il n'y a pas
de petit Etat, chaque nation ind6pendante n'aurait-elle pas
& tenir un secteur du front scientifique de sa R4gion, & four-
nir obligatoirement sa contribution & l'oeuvre commune d'a-
vancement du ProgrBs et de la Civilisation? Des cooperati-
ves scientifiques ne permettent-elles pas & chaque catego-
rie d'Hommes de Sciences de realiser les fonds n6cessaires
& 1'achat des instruments indispensables aux recherches qui
l'int6ressent? Cet obstacle 6tant plut8t d'importanee relati-
ve, il est & esp6rer que notre Production Scientificue de
l'an 1947 sera pour notre pays prometteuse et rassurante,.
Fut elle plus prometteuse, en 1949 et sera-t-elle plus
rassurantes en 1950 & l'ocasion de r'Exposition,? -
Me. Cl. Coicou ne manquera pas de le dire.-
Au souvenir de l'oncle qui d6sirait un pays rayonaant
de lumiire*, serait-il vain de pretendre qu'aussi longtemps
qu'il dedaigneront le but vise par le neveu, ces 4-ommes


1) Voir Farticle intitul:<.L. Production Intellectuelle Haitienne'.





DDEUXIEME THESE DE DOCTORATE,


de Sciences pures, auront ,une ev6e de Damocles suspen-
due sur leurs tetes,? L'opinion de Me Clement A. Coicou de-
vait etre 6voquee parce aue, bien avant, dans ,L'Apes-Guer-
re-, est offert en example aux hommess de Sciences* M. 1'In-
g6nieur L. G. Tippenhauer. (1)
Et sans effort, nous rem6morant l'appel d'"Haiti-Journal.
en faveur de ul'Exposition,, quelques paroles de J. Blanchet
semblent si justes qu'elles pourraient etre insbrbes dans une
circulaire h l'adresse de nos intellectuals. Faire oeuvre de
create'ur-- expression de Jules Blanchet, hostile & tout vail 4goiste, d6pourvu d'horizons et de haute port6e socia-
le,-- serait le titre de cette circulaire,- la citation suivante
la quintessence: cL'oeuvre de chacue citoyen doit depasser
le cadre familial; elle doit revktir une signification plus lar-
ge, se caract6riser par sa valeur collective. L'oeuvre indivi-
duelle ne prend son sens aue si elle est orientbe vers une
utility g6nrrale.... Nous avons assez fait l'indolent en entre-
tenant des pr6juges contre le travail; il est temps pour cha-
cun de nous de recommencer I'effort et de le porter au point
oi il se convertit en utility sociale. (2).
Quand .l'indolemce, est trop rudement stigmatis6e, il ar-
rive que ceux qui sont marques au fer rouge s'6crient: -A-
pres lui, nous aurons la tranquility!, J. Blanchet, qui n'est
pas rest plus de trois mois Sous-Secr6taire d'Etat & 1'Eco-
nomie Nationale, ne fut pas moins acerbe: sont les plus coupables, c'est que, parfois, ils no sous-esti-
ment la valeur des innovations. Au fend d'eux-m&mes, ils
en rbalisent l'utilit6. Ils oat constat6 le mauvais fonc-
tionnement de nos institutions, mais ils n'en sent pas meins




1) Voir pages 124 et 125 de *L'Apris-Guerre.
2) Voir les kditoriaux 6crits par -Jules Blanchet dans velliste) des 2 et 5 l1-rier 1948.





78 *DEUXIEME THESE DE DOCTORAT-


emus, et, parce qu'ils aiment le moindre effort, ils regar-
dent comme un ennemi le supbrieur qui vient secouer leur
apathie*. (1).

Jules Blanchet se montra logique et consciencieux envers
le fonctionnaire en g6n6ral: .Nous sommes disposes & ac-
corder au fonctionnaire public, 6 qui il arrive, parfois, de se
croire un 6tre d'une essence sup6rieure, pour le moins une
espece de privil6gie ou de favoris6 du sort, cette place sp6-
ciale, & la condition qu'il reconnaisse aue ses obligations
sont imperatives et au'il apporte & l'accomplissement de sa
tache un esprit de sacrifice don't la limited est la f6condit4
de l'action,. (2).

Par leur verte franchise, les judicieuses observations de
Blanchet rappellent celle-ci, de Mme Edith Efron: (3) ,Un
jour, Haiti se rendra compete de l'importance de ses propres
citoyens createurs. On saura, un jour, que l'apprenti tail-
leur, qui a peint de beaux tableaux, est infiniment plus cher
au prestige de la nation que Madame la bourgeoise ou
Monsieur le petit fonctionnaires. (4).
II semble 6galement digne si, bient6t, entreront en lice



1-2) Voir le? mnmi- :'i toriaLx d-s 3 ct 5 Fv_.ier 1948 de M. T.
Bla:-jch t.
3) Vc:r par Mmo Edith Efic: dar.;
du 10 Octobre 1947.
4) E-;iron deux an: eprEs I'a ticulet saivant du cNouve-list-.>
semblait donner raisEn a Mms Edith Efror-Bogat:, aux Etats-Unis>--..De grands quotidie:,3 des Etats-Unis consa-
crent de magnifiquc.i a-ticles a Philcme Aubin, le peintre primitif
eapois, qui a ete lanci par h1 Centre d'A.t.- Les articles les plus
elogi3"x cnt tiait au grand su'ces que connait actuellement aux
Etats-Ur.is note compatriote PhilomB Aubin, qui fait preuve d'un
e-l:arquable et mar' eilleux talent, ans la painture primitive.-Seloi
le < Aubin est 6galemert conru et appr6cie de l'Europe par le truche-
mc'.t d'Expositions faires a Paris et A Londres> ..





.DEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 79


des sommites 6trangeres, que n'6chappent point & notre con-
sideration particuliere, c. a. d. en appreciant les c6tBs artis-
tique et littbraire de leurs gestes passes, deux grands
cfonctionnaires, qui sont les plus hauts personnages poli-
tiques actuels.
Son Excellence M. Dumarsais Estim6, President de la R6-
publique, et M. Georges Honorat, Secretaire d'Etat de 1'Inte-
rieur, de la Justice et de la D6fense Nationale, devenu Com-
missaire du Gouvernement pr6s le Tribunal de Cassation.,
(1)comme anciens membres de -La Renaissance,, sont les
mieux places pour &tre aujourd'hui de vrais .M&c&nes, si,
hier, ils n'ont pas eu le concours n6cessaire & l'oeuvre que
poursuivait cette society. En effet, ne sont pas imprimees
une seule des meilleures reductions de ceux qui fu-
rent ses acteurs r6put6s: Docteurs Pollux Paul et Gustave
Augustin, celui ci, infirme, ni les pieces de Massil-
ion Coicou, qu'interpretait cette association.
On objectera que l'Imprimerie de l'Etat ne saurait s'atte-
ler 6 cette besogne, et cu'il n'est pas facile d'avoir le con-
cours d'une soci6t6 d'6dition.

Si I'on tient & encourager nos malheureux 6crivains, des
moyens dejd proposes ne sont pas & d6daigner: -cr6ation
de prix litt6raires annuels ou semi annuels... affectation
par la Commune de Port-au-Prince, la Lotere Nationale, d'u-
ne certain valeur pour la publication d'ouvrages d6celant
le talent-... (2).





1) Me Geoiges Honorat faisait encore parties du troisieme minister
du 1Prsident Estin.e quand fut 6crit ce passage.- Maintenant,
Cormnissaire du Gouvernement p;is 1'e tribunal de Cassation, il est
toujours un impo:tan, persora:,age.
2) Voir Inthressante Lettre d'un Abonne dans du 15 juin 1948.





80 -DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,

A la v6rite, 4La Renaissance* avait pr6vu tout cela, sauf
les bourses- & accorder aux artistes; l'6poque n'y Btait
guere favorable.
I1 est done louable que S. E. M. Dumarsais Estimb ait dfon-
de le prix du President de la RNpublique, de 500 dollars,
qui sera decern6 a l'auteur de la meilleure oeuvre en pro-
se.... L'Association Nationale des Ecrivains et des Artistes
former un jury special, charge de designer en 1949 le meil-
leur roman, l'annee suivante, le meilleur essai...
Si l'auteur etait le fondateur d'un prix, il aurait envisage
une autre recompense pour le novateur ou le r6novateur
en Haiti, conformement & la conclusion de ,L'Apres Guer-
re-; cinaugurer tel genre, revivifier tel autre,.(l) On
s'en rendra mieux compete quand seront repris les arguments
de M. Lucien Montas concluant & -la faillite chez nos intel-
lectuels.
Et s'il ne faut point se d6partir de l'idee de progres. ou
1d'6volution, qui 6taye cette conclusion, quelque soit le
genre choisi, par example le roman, I'auteur aurait pos6 cet-
te condition: cQue le Jury, dans son impartiality, sa com-
pltence, dise pourquoi le laureat est au niveau on au-
dessous ou bien au-dessus de l'un au moins de nos meil-
leurs romanciers, celui auquel il s'apparente le plus. De
cette fagon, sa decision, rendue publique, serait discut6e
par ceux qu n'auraient pas lu tous les manuscrits, sauf.ce-
lui prime, imprime.
Desirerait on un argument assez convaincant pour le
fondateur du prix? L'auteur s'arr&terait & celai qui,
huit annees avant le geste de Son Excellence, est
ins6re dans Le Pobte de La Dessalinienne,. .L'ai-
mable Monsieur Yvan Jeannot affirma: nls (nos romacns
surtout, puisqu'fl s'agit de ce genre) consomment les


1) Voir pages 121 a 128 de cL'Apres-Guerreo.





-DEUXIEME THESE DE DOCTORATE 81

valeurs actuelles sans en creer de nouvelles. C'est ce
que rdvele, du reste, la lecture d'un Fernand Hibbert, d'un
Justin T.hIrisson, etc., pour ne citer aue les morts '...(1).
Lh6risson, (2) les valeurs actuelles sont consoinmmes,n ne
revient il pas aux 6crivains actuels- d' velles,? L'inimcligent M. Yvan Jeannot -- n'es-il pas tout
d6sign6 pour cette oeuvre? C'est ce qu'on est meme en
droit d'attendre du roman qu'il preparait>.(3).
Ajoitons qu'a cetie condition si son -oran, s is dou-
te, termine apres 1941, dej& revu, est d6finitivement corrig6,
M. Yvan Jeannot pourrait 6tre le laureat du concours de
1949; mais, le jury ayant agr6e nos objections, nous eiit per-
mis d'approuver ou non son choix.
La besoane serait plus ample pour le licencie es lettres
qui aurait base sa these de doctorate sur le roman haitien.
Outre ce qui vient d'&tre dit, envisageant le genre de
son d6but & nos jours nos romanciers n'6tant pas bien
nombreux, ce licencid s'arr&terait, avec la meme logi-
que persuasive, a I'ceuvre des pionniers, de leurs succes-
seurs, comme aux plus recentes: cLe Canape Verts et
Gouverneurs de la Ros6ee. Une appreciation meticuleuse
dans une etude fort soignee justifierait les preferences de
ce licencie aux yeux des plus difficiles afin d'imposer sa
these au respect de tous.

-Justifier des preferences, obligerait, certes, & compa-
rer tries adroitement. Pour en etre stir, on peut bien lire,
dans




L-3) Voir pages 79 et 80 de (Le Poite de La I)essainienne>>.
2) Aujourd'hui. il y c a plus de 42







par M. Lucien Montas de
avec -Les Semences de la Colere.(l).
Et le travail ne serait que distingue si ce licencid, tel le
romancier moderne, mG en vates, montrait avec maitrise
comment on arrive a ,creer de nouvelles valeurs, en Hai-
ti oi tant de , trop
de filss ayant les dents agac6es>,, d'autres tendances e:
moeurs se manifestent, nos couches sociales s'animent dans
la defense de leurs droits, cependant que le monde se trans-
forme et nous trouve moins indiff6rents.
La parole est & nos licenci6s es-lettres...
Si l'6poque defavorable aux -bourses & accorder aux ar-
tistes, vient d'6tre 6voqu6e, c'est qu'au temps de ,l'Occu-
pation,, l'Americain n'etait pas toujours dispose & faciliter
leurs frais d'entretien h l'exterieur.
Bonne raison, maintenant, pour demander justice a ce-
lui qui, il n'y a pas longtemps, 6tait -le Garde des Sceaux>:
Me. Georges Honorat.
.Souventes fois, par Normil U. Charles, ou par son fils Hu-
berman present partout ou se trouvait LLa Renaissance-,
I'acteur G. Honorat etait si bien fort au personnage du drame ou de la comedie de Massil-
lon Coicou selon la recommendation du barde dans la
presentation des personnages.
Alors, pourquoi, & l'heure oui -des bourses de perfection-
nement, r6compensent plus d'un, l'influence actuelle de Me.
Georges Honorat n'a-t-elle pas aid6 Huberman N. Char-
les & en obtenir une,- l'oeuvre de ce sculpteur ayant retenu
l'attention g6n6rale?
Le Nouvelliste,(2) est de cet avis: -Des collogues, des or


1) Public en Avril 1!49 par M. A. Lespes.
2) Voir dans <> du 17 juin 1948: d'Huberman N. Charles>.





-DEUXIEME THESE DE DOCTORATE.


tistes de la Havane ou H. N. Charles avait voyage pour rai-
son de sant6, apres avoir vu des photos de la plupart de ses
oeuvres, lui ont exprim6 le d6sir de l'avoir avec eux. Pour-
quoi jusqu'ici ne pense-t-on pas 6 accorder une bourse de
perfectionnement & ce sculpteur qui a si merveilleusement
prouv6 son talent? Oui, pourquoi, puisqu'on en a donned a
d'autres moins doues que lui?
omnme nous plaidons seulement la cause de 1'art, non
ceile des amis, nous affirmerons que M. Derenoncourt, qui
s'est aussi distingu6 comme sculpteur, pourrait b6neficier
Je la r:.rne faveur, si son talent ne l'a pas ogaie a Rich-
mond Barth6, un cong6nere, charge6 d'executer avec !es
fonds fournis par la contribution civique, les travaux d'6rec-
tion des statues des h6ros de l'Independances.(l).
La presence de Normil U. Charles efit permis d'esperer
que pareils travaux, seraient confi6s 6 un haitien...
Et si, contrairement 6 Me. Georges Honorat, Me. Dumar-
sais Estimx ne fut pas un acteur, il 6crivit comme lui dans
la revue fondue par lui valut sa revocation comme professeur au .Lyc6e P6tion.
artistique, litt6raire et mixte. Le beau sexe rehaussait 1'6-
clat de ses manifestations, m&me patriotiques, qu'elle ne
cessa d'organiser. Symbolisent sqn passe, particulibre-
ment M. M. Dumarsais Estimb, Georges Honorat qui fut pre-
sident de cette soci6te.
Nul ne contestara que ce passe fut brilliant gra-
ce & Christian Coicou, si des applaudissements
frenetiques accueillirent ses acteurs sur toutes les sce-
nes, celles de .l'Asile Frangais, de

1) Voir < au numnro
du 7 Decembie 1948 du .







bres les recoivent encore au -Rex- comme pour rendre plus
regrettable l'absence d'une association qui consi.tuait une
troupe T'raimsnt haitienne.
Pour combler le vide laisse par celie que dirigea Massil-
lon Coicou, son neveu, Christian Coicou, d6cida de fonder
La commemoration ta niversaire de la mort de son oncle, (1) suffirait & 6tablir 1'u-
tilit6 de cette soci6te.
Sous la g6enreuse impression de cette lennelle>, comme Christian ie voulut en Mars 1933, 1'au-
teur r6solut de se livrer a une lon Coicou. Sept conferences furent prononc6es sur cette i!-
lustration. Indirectement, des 1933, Christian v a contribu6
par le choix qu'il fit du conferencier et par le grand con-
cours artistique que preterent ses colleagues. 11 les avait m&-
me r6unis pour leur expliquer comment ils devaient le don-
ner. Le riche -programme> de cette 'manifestations en me-
moire de Massillon Coicou, peut encore l'attester.
L'auteur, qui n'eut pas 1'honneur de prononcer de cours sur la tombe de Christian, & la premiere occasion,
avait pour devoir de lui rendre un hommage reellement
, si cette <6tude" sur son once aboutit au d6ve-
loppement de deux theses de doctorate
Accueillant, Christian attirait les amis aux opinions les
plus diverse. Ceux qui appartenaient & diff6rents parties po-
litiques ne lui en voulaient point de n'&tre pas d'accord
avec eux. II savait conserver la sympathie de tous ses com-
pagnons.


1) VXlir page 58 de <.1 *Apirs.Guerre>>.





>DEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 85


Il etait aussi bon acteur comique que dramatique, si l'on
n'interpretera pas mieux que lui les r6les d'Egard- dans
, (1) et de >Christophe, dans L'Empe-
reur Dessalines>,. (2) Mais, qui louangera jamais assez le
dynamisme de cot hor-me, pur malheur, alit6 des le debut
d'un Gouvernement le r6confortant de sa sollicitude & cau-
se de son invariable d6vouement pour deux co-fondateurs
de <: S. E. M. D. Estim6, pui l'avait nom-
me -Chef de Service au D6partement du Commerce, et Me.
G. Honorat?
Apres un rude combat pour l'existence, l'heure semblait
sonner oii celui qui, durant quelques anndes, fut l'un des
animateurs du ,, quarters
que nous fr6quentions assidiment pour repondre aux invi-
tations de notre camarade, serait choisi comme Membre
de 1'Edilite, sinon come Prefet de Port-au-Prince. Tandis
que ses amis en parlaient, la maladie le malmenait davcan-
tage. Deveine ou mefait du sort centre celui qui avait tant
attend cette heure! A l'une ou l'autre function, ne pou-
vait-il pr6tendre autant que les titulaires si,--apr6s cette
seance mouvement6e> de la Chambre des D4put6s, corm-
me son candidatet & la Presidence de la R4publique, qu'il
accompagnait,- il faillit 4 par des adversaires
furieux? Sous ce Gouvernement, n'avait-il pas 6galement
d'6tre eChef de Division au D6partement de 1'In-
terieur> quand Me. Georges Honorat fut nomme Ministre?...
Il y avait pens6...
Le mal don't il souffrait, ne cessa de le ronger. Hostile
au d6courcgement, il tenta de reagir. Il essaya de reoryg-
niser -La Renaissance. dont il fut assez longtemps le
president et 1'animateur. Dans ce but, & la reunion qui eut



1) Comedie en un acte en prose de M. Coicou.
') Drame en deux t.-.tes en vers de M. Coicou.







lieu chez lui, I'auteur tourna un speech au nom des an-
ciens. R6pondit le Ministre G. Honorat... Des amis ne trou-
verent aue trcp sobre Christian aui leur offrait toujours un
Sdelicieux cocktail, au moins, sans I'arri6re-pens6e d'accroi-
tre leur estime.

Surmen6, il se rendit 6 la Havane... A son reLour, le
-iajonostic du m6decin ne parut pas trop r6conforter un pa-
t.ent aussi intelligent... La lutte continue vaillamment. pertension, le minant davantage, Christian Coicou fut for-
c6 de rester au foyer, enfin, d'aller 6& l'H6pital" avec pei-
ne; car, il a touiours 6te brave au course du drama ou'est la
vie. Le dernier acte fut poignant, la scene finale: angois-
sante...

Le 17 Juillet 1948, la Faucheuse terrassa celui qui aimait
la femmne e, l'art, sans cesser de patir de l'une et de i'au-
tre, peut-6tre, parce qu'il n'avait aue des de6fauts de qua-
lit6s,.

De la maison mortuaire 6 Ste. Anne, son 6qlise pr6f6-
ree, une affluence montrait la grande consideration don't il
jouissait dans tous les milieux et les profonds regrets de
ceux qui devaient le conduire 6 sa derniere demeure.

Sans doute, son am6nit6 avait-elle facility son rare dyna-
misme & s'imposar 6 ses colleagues de La Pro vin c e b6neficia des representations the6trales
offertes & la Capitale. Et quels actrices et acteurs lui
plurent davantage dans les villes de l'OueSt"et 'du Sud?
Ceux qui 6cout6rent Christian dans le recit pregnant de ces
tourn6es artistiques ont, comme l'auteur, retenu les noms
de Melle. Lamercie Vieux, qui mourut Mme. Ch. Th6venin,
et de M. E. St. L6t; dans l'Artibonite, surtout & St. Marc,
ceux de la fille de Massillon Coicou: Mme. L6onie Coicou-
Madiou, d'Emmanuel Simon et de Georges Honorat.

Ce aui ne diminuait nullement son estime pour d'autres,
tels que


























Christian COICOU
De regrett6e memoire,
Qui fut assez longtemps le President de Et le grand animateur de cette Societe.





SDEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 89

Diambois, aujourd'hui juge comme deux anciens colleagues:
Jh. S. Salomon, D. Massant6, sans oublier P. Savain, qui
incarnait aBoisrond Tonnerre, et D. Pom6ro: ,Mentor,, P.
D. Plaisir: 'Gbdbon-, G. Olivier: *Chanlattes, etc....
Avec pareils acteurs, Christian Coicou, ais6ment, pou
vait faire iouer les pieces de Vendenesse Ducasse. Il ne ces-
sa d'v croire qu'au moment oi la disparition du registre
qui les contenait, part certaine... Mais, le r6le de
1l'Empereur Dessa ine s,, que Christian Coicou avait
confie & Monsieur Georges Honorat, assurait d6finitive-
ment a celui ci une excellent reputation d'acteur et d'o-
rateur. Aussi Me. Georges Honorat devait il retourner
dans l'attrayante cite de -St. Marc. comme eCommissair3
du Gouvernement-, puis, comme Juge d'Instruction,!
Si bien pr6sent6 par Christian Coicou, qui ne l'a jamais
trahi, ni abandonn6, Me. G. Honarat, aid6 surtout de sa
distinction, parcourut la voie des honneurs...

SCela suffit si l'on ne finirait de signaler le m6rite des
anciens de La Renaissance*, morts et vivants, pour que
ceux qui, comme 1'auteur, ont eu la sympathie de Christian
Coicou, souhaitent la plus doucee paix & son &me...
Il sera p a r d o n n l'auteur d'ajouter: sa modes-
te participation a l'oeuvre bienfaisante de La Re-
naissance. lui valut encore grace & C. Coicou, un sou-
venir qui, probablement, r6jouira l'ex-Ministre Honorat, aima-
ble come 1'acteur d'hier, mais plus malicieux si, Secr6tai-
re d'Etat, il semblait, plus que jamais, incapable d'6craser un
rat, d'6gratigner une souris. Et ce souvenir n'en est pas
moins agr6able: les cinq fois que 1'auteur rencontra Son Ex-
cellence en compagnie de Christian Coicou entendant les
belles promesses de .Georges., comme il l'appelait coDdiale-
ment,-Mensieur le Ministre soupira gentiment: aMon Secr6-
faire.. Mais, le sourire de celui qui, de l'avis de -Georges.,







avant de remplir le r6le de rond Tonnerre (2) r6ussi- dans vait qu'un but: rem6morer que Son Excellence n'a jamais
eu I'air de songer serieusement au bien au'Elle pouvait fai-
re aux <:vieux copains de La Renaissance), ni au plaisir
que causerait la publication de certaines de leurs ceuvres
et de celles de Massillon Coicou.
Cependant, il y avait pour d6cider Monsieur le SecrBtaire
d'Etat (3) en faveur de l'impression, m6me d'une seule pro-
duction, la derniere de Pollux Paul: ,Seconde Page d'Histoi-
rev.
Paul y avait droit comme ler. President de La Renaissan-
ce-. En outre, sa premiere piece, -Les Hommes Nouveaux,
qui, sous Berno, fit courir tout Port-au-Prince a plus de
vingt representations, n'est pas imDrim6e. Surtout, ,Secon-
de Page d'Histoire>, drame en trois actes, jou6 au -Rex en
i948, est dedii, a cause de ce pass honorable de -La Re-
naissances, a S. E. M. le President Dumarsais Estimb. Et
Me. Georges Honorat sait que Pollux Paul est rest un fer-
vent admirateur de Massillon Coicou qui lui a confi6 ses
premiers r6les.
Si M. Coicou, -l'animateur de la Jeunessev, (4) 6crivit:
,Une heure dolt sonner, un homme dolt venir,(5)
on congoit que Pollux Paul, qui a te6, comme Frangois Mani-
gat, un excellent -Thomas Jean dans' L'empereur Dessali-
nes, n'ait pas renie les enseignements du chef d'6cole (6)
dans la composition de



1. Ministre de la Guerre de Dessalines.
2) Secretaire de l'Empereur.
3) Me Georges Honjrat fut Secrtaite d'Etat de 1'Lnterieur, de la
justice et de la Defefnse Nationale du 16 Ao't au 25 Novembre
1948.
4-6) Voir pages 90 A 95 de l,'Apres-Guerre,.
5) Voir page 163 de





Pour Pollux Paul, la revolution de Janvier 1946 ouvrait une
ere nouvelle, et cettz ,heure", annonc6e par Massillon Coi-
cou, ayant sance> a ala dunette du Commandant-, de faire triompher -
sans nullement d6daigner les productions des collogues
d'hier et de M. Coicou, autant les lettres et les arts que
la democratic au pays de Dessalines, P6tion, Christophe, les
plus illusires aieux qui inspirerent le maitre- et ,le disci-
ple,...
Comme si ce maitre ne devait jamais perdre la sympa-
thie des disciples et l'admiration de la post6rit6, la -So-
ci6te Nationale d'Art Dramatiaue don't le etalentueux
(1) Charles de Catalogne est sion de la mort du grand dramature haitien Massillon Coi-
coup, lui a consacr6, le 15 Mars 1949, phonique au course de laquelle furent lues des pages de 1'e-
crivain,, ainsi que -la stance hebdomadaire du 17 Mars
1949 oi des scenes de ses pieces furent interpretees.(3).

Et si, comme M. Charles de Catalogne, le directeur de
-La Phalanges, est l'un des solides piliers de la Soci6t6
National d'Art Dramatique, on comprend tout de suite
que l'un et l'autre aient accord & M. Coicou ces vf6tes du
Souvenirs, outre que l'6blgant M. Luc Grimard ait dej& trou-
v6 en Massillon Coicou aun novateur au triple point de vue
journalistique, politique et lite6raire.. (4).





1) Voir page 110 dle cNoces d'Or*.
2) II est aassi 1 idministtateur du 3) Voir eAnniversai., de la Mort de Masillon Coicou et cA la So-
cit6 Nationale d'Art Dtamatique> dans cLe Nouvelliste, des 11
et 16 Mars 1949.
4; Voir page 124 de tL'Apres-Gueiree





.DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,


A ces artistes et asertisseurs de mots,(l) que peut-on of-
frir en retour de ces politesses: missionn radiophonique.
et stancee hebdomadaire. en memoire du pokte et du pro-
sateur distingues que fut M. Coicou?
D'abord, des vers du patriote et de l'6rudit Fr6deric Burr-
Reynaud, trop jolis pour qu'on h6site & les d6biter, et que
l'auteur ne cesse de rappeler s'ils furent publi6s du vivant
de Massillon:(2).
.Longtemps aprbs ta mort, l'oeuvre encore imparfaite,
Peut-6tre, restera dans le sillon meurtri;
Mais demain, au plus tard, le champ par toi nourri
Lancera sa moisson dans un matin de f6te.

*Alors, se r6veillant au rappel de ton nom,
Le pays vibrera d'une esp6rance telle
Que, dans les coeurs 6pris de ta gloire immortelle,
Tu seras vin&r6 mieux qu'en un Panthbon-.
Ensuite, de la prose, celle de M. Dantes Bellegarde, qui
constitue la plus belle des redites: L'activit6 intellectuelle
de Massillon Coicou s'6tait exerc6e avec bonheur dans
tous les domaines de la litterature. II s'6tait mis tout en-
tier au service de l'art qu'il consid6rait comme un moyen
d'6levation morale et de progres social.... (3).
N'est ce pas equitable, & I'heure oi des emissions am-
ricaines, viennent aider l'armbe, la marine et l'aviation a
se developper, que le souvenir d'un artiste aussi grand que




1) Expression de Jusfin Lhtrlsson dans cPortraitins>
2) ILs sGnt extraiti de la pikce intitule: *L'Oeuvre, parue
en 1905 dans cLe Nouvellistt-p.
3) V.oir dans La Phalange> du 16 Mais 1944: cMasillon Coicou
--! artyr>





-DEUXIEME THESE DE DOCTORATE>


Massillon Coicou, rem6more encore d'autres, meme s'ils
sont des militaires, comme Massillon .fit son service dans
l'Infanterie.? (1).
En son nom, nous continuerons de plaider la cause de
I'Art don't jaillit toujours plus de lumi&re.
Au est command6e par un officer fier d'avoir afait augmen-
ter !a ration dss enr6l1s afin de leur permettre de se nour-
rir plus substantiellement et de r6pondre .aux exigences de
leur service-. II l'est aussi pour avoir obtenu dla creation
d'une cantine ou les soldats trouveront non seulement des
articles militaires, mais encore un peu de tout ce dons ils
pourront avoir besoin pour leurs femmes, leurs enfan:.s
isurs maisons & des conditions excetionnelles,. (2).
On en f6licitera M. le Colonel Paul Magloire pour mieux
battre le rappel.
S'il n'est pas possible que les installations, armement et
6quipement restent dans l'6tat embryonnaire et desuet de
1'epoque de la creation du Corps*,(3)- M. le Colonel l'6cri-
vit quand, .6 l'Est,, il n'y avait arien de nouveau., il
lui faut done, comme il l'a dit de M. le President de la R6-
publique, -se pencher lui m6me sur les difficulties de 1'Ar-
m6e d'Haiti,, afin d'en finir. Mais, au point de vue artistique,
il lui imported egalement de proposer une solution don'tt
nous sentirons l'effet (4) plus tard; car, l'Esprit et l'Art
doivent 6tre en harmonie avec le physique et le materiel
de nos militaires.





1) Voir pages 64 et (5 de cL'Apres-Guerre,.
2-3 4) Voir dans Colonel Papl Magloire le ler Aout 1948 a 1'occasion dwcJour de la
Gardex.





94
A ccfzc fin. ii v a lieu de r6aliser l'essentiel pour la Musi-
,r-e du Palais Nalionai, diri'de depuis deux anciens 6l&ves d'Occide leanty: Beliott hier, Jean -
BEp'iste cuiourd'hui.
N'est il pas temps, Monsieur le Colonel, que cette musi-
que ait des maestros qui, comme 0. leanty, viennent
ia diriger quand le Capitaine Luc Jean Baptiste ne sera
plus?

Dans cette intention, n'est il pas just qu'aux mieux
couds des bourses de perfectionnement( soient accord6es?
M. le Colonel, on d6sesp6rait qu'il y eut pour le piano du vivant de Ludovic Lamothe, comme Jus-
iin Elie <.brihe par son absence- et la musique de jazz, la
_c:'io onl ,c:" dcan une certain defaveur nos maitres du
clavier.

Le r6centc commemoration au 'Rex. du centenaire
de la mort de Chopin par M. Lamothe, le recitall, le 3 D6-
cembre 1949, de Madame Carmen Brouard ont vi-
vement montr6 cette injustice ainsi que l'admission au
'Conservatoire" de la june Micheline Laudun, b6n6ficiai-
r d'un? de S. E. le Pr6sident Estim6.
D'autres braves considerations, M. le Colonel, justifie-
ront l'aide artisticue aue m6ritent les braves musicians du
Palais.

Ne s'61lve-t-on pas de temps en temps contre le d6brail-
16, la m6diocrit6 des morceaux joues dans nos r-diodiJfusion,? M. le Prblet de la Canitale (1) n'a-t-il pas
prohib6 les rmusiques et ,aroles attentatoires aux bonnes
moeurs ou & la morale-?


1) M. B. Mehu.





,DEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 95


Si 1'on vante le but de <1'Heure de 1'Art Haitien, le zele
de son directeur, (1) oublierait-on deia opinion de celui qui
lui a consacr6 une critiaue?(2)

quit avec ses belles promesses et ses timides essais pour
une vraie Musique Haitienne. Sous la baguette de ses crea-
;eurs, elle jaillit des ombres epaisses de notre folklore. De-
puis, nous attendons cette Musique qu'on nous announce pour
Ia D1'-:. C?;n' H:ifie~r: fcs. Bien oue l'intention soit des
plus louables, nous pnnsons, n'en de6laise & ces Messieurs,
que la seule nouveaut6 aFport6e par cette amusiaue fol-
klorique>, est le mode d'expression supposee originaire, et
qua, dans leur souci de nrimilivisme, ils croient 6tre une
criginaiite pour 1'Art Haitien.... Commo nous l'avons dit
en parlant de Peinture a propos du Centre d'Art, (3)
'1 l folkloree haitien, avec ses 16rendes, ses contest, ses
croyances, ses airs et ses danses, peut etre le g6nbrateur
d'un art riche et original.... Il faut que l'artiste aui y pui-
se son inspiration, nous parle ce language qui l'apparenie
aux dieux, tout en 6tant comprehensible pour ses sembla-
bles....

M. le Dr. Hector Ambroise, avant de citer un example,
insinua: -L'Art Haitien Mil Neuf Cent Quarante Huit, avec




1) M. C. Benoit.
-) ')r H. Ambroise.
3) A propos de l'a.'.re du <> l'e.xterieur,-et chacun
peut en juger par cts lignes,-IM.G6rard de Catalogne, fondateur de
l'Haitian Center Informabion>> A New-York, et qui, dans cette ville,
a puoli6 le premier -Guide Touristique de la R6pubNque d'Haiti:,
nous p dit Ccntei>.....Les coimp ments que i'ai adresses A Mr. Dewitt Peters,
ycartaient du font d'! coeur; car, ii a donned une vie nouvelle A& a t
haitien.... II suffisai: d'entendre les opinions du public sympathique





6 .DEUXIEME THESE DE DOCTORATE,


ses villas modernes oi se refugient les derniers raffine-
ments de la Civilisation, ne peut pas parler le language du
malheureux anc6tre de Seize Cent Quarante-Huit, relegu6
comme.une vile chose dans 1'ajoupa des plantations.*... (1).

A t-il tort M. le Docteur, si 1'on compare ces ,ajou-
pas qui ne coutaient rien, aux palais de la -Cit6 EstimB?
En cette 4poque de lumiere et de liberty, oi l'on aspire &
blus de bien 6tre et de d6mocratie, peut on penser re-
fourner & celle de l'esclavage et de la barbarie?
Et voici l'exemnle cit6 oar M. le Docteur: Nous vous re-
commandons les belles harmonisations du professeur Jea-
gerhuber, qui, & notre avis, sont encore la plus belle ex-
pression de l'Art Haitien, en attendant que nos artistes y
apportent la note de v6rit6 et ce cachet propre que, seul,
I'Artiste Ha'.'ien peut lui donner... (2)
M. le Colonel, en se basant sur cette reserve, le Direc-
teur de -L'Heure de 1'Art Haitien* pourrait demander &
M. Hector Ambroise, qui est un 61egant musicien de Jac-
mel, de trouver des ,harmonisations, aussi ou olus qbel-
les, que celles du ,professeur Jeagerhuber*. Monsieur



et connaisseur qui se pressait dans la galerie de la TroisiBme Ave-
rue pour se rendr2 compte q,'une fois de plus, les strangers etaient
.I',r..b!Imesit surori- devant les possibilities de nos peintres. L'Art
Haitien, qui sort directement de netre folklore, des habitudes africai-
nes. va, sans ril do 'e, attirer l'attention des New Yorkais, com-
me ii y a tiois ans, il a suscite les applaudissements des milieux ar-
tistiqaes parisiens par I'intermndiaire de l'UNESCO. Ces diff4rents
elements agissent a -a maniAre d'un stimulant pour nous peimectre
de fare connaitie la physionomie exacte d'une r4publique do.t tous
les elans sont pe lA vers ie progris et vers le travail.> Voir
c.Lettre de New York aux Abonnes du Nowvelliste" au nu-
lminro iu 20 Octoi ce 1948 de ce joumrma)-
1-2) Voir 24 ;.i:n 1948.





cDEUXIEME THESE DE DOCTORATE* 97

Ambroise parlant, lui m&me -ce language qui l'apparen-
terait aux dieux, jamais auparavant on n'eit entendu pa-
reille note de vbrit6, et ce cachet propre que, seul, l'Ar-
tiste Haitien peut lui donner .... Monsieur Hector Ambroi-
se, intelligent, energique, n'est pas incapable de r6ussir.
Sans doute, le soir de cette admission radiophoniques, y
aurait il des heureux M. C. Benoit, qui se fit empres-
se de se mettre comme speaker, & la disposition du com-
positeur; M. le Dr. H. Ambroise, aui eit realise un
grand r&ve, et le public, qui n'aurait point manage ses
applaudissements.
Mais, M. C. Benoit eut peut 6tre refuse son concours
s'il a fini par perdre sa bonne humeur. Tenant fort au ti-
tre d'.Initiateur du Mouvement Folklorique en Haiti-, il a
declare p6remptoirement, comme il croyait qu'on le lui
contestait, qu'.il en avait assez de ces manikres,. (1)
Le Departement du Tourisme s'empressa de prohiber les
manifestations folkloriques qu'il n'aurait pas autoris6es,.(2)
Et M. Clement Benoit d6missionna come edirecteur de la
Troupe Pierre Damballah....
D6sormais, les voisins de M. Benoit, qui ne comprenaient
pas trop bien ses efforts, ne se plaindront plus du bruit des
.cl6mence,, il pouvait r6pondre par ces mots du Rev. Pe-
re Le Bihain, prononc6s dans l'un de ses sermons & la Ca-
th6etrale durant la retraite d'Avril 1949: .Vertu, Messieurs,
signifie 6nergie, partant m6rite,.
En l'ocurrence, M. le Colonel, comment deployer de l'-
nergie, pour avoir du mbrite, sera 6tabli par M. Lucien





1-2) Voir Lettres c. RIpliques de M. M. C. Benoit et J. Blarchet
dans fLa NouvelhI.c ainsi qtl leI Communiiqu4 du Departement
du Tourismen.





.DEUXIEME THESE DE DOCTORATE*


Montas. II a m6me indique le moyen de Krecrber 1'dme hai-
tienne. apres avoir cassist6 au theatre Rex, le 15 juillet
1949, h la representation offerte par Jean Leon Destine, l'am-
bassadeur de l'art haitien aux Etats Unis, et par Miss Ja-
ne Ramon, sa cong6nere et sa partenaire,.
*Styliser la matiere folklorique haitienne, utiliser ce qui
Btait & 1'6tat brut pour le transposer dans le domaine de
l'art, pour cela op6rer un choix, interpreter, cr6er m&-
me tout en respectant ce qui fait l'originalit6, la valeur sp&-
cifique de notre folklore,, constituent cla legon importan-
te qu'il convient de d6gager de cette representation, et
qu'il imported & tous les directeurs et membres de troupes
folkloriques haitiennes de retenir..
.La deuxieme legon, aussi important pour l'avenir de
l'art national, est la danse; originairement un don, en der-
nier resort un art, elle est aussi une technique. Qui s'ap-
prend done, qui se perfectionne chaque jour, afin d'atteindre
non seulement & -la souplesse, & la virtuosity, mais encore
au mysticisme, & la profondeur, 6 la po6sie,.
Ainsi, Jane Ramon et Lion Destin6e ont plus que rendu
service 6 la cause de l'art haitien. Ils ont fait sentir 6 quel
point il faut bouleverser la philosophies actuelle de l'6duca-
tion pour pouvoir donner, dans nos 6coles et dans la vie
des jeunes de notre pays, la place qui convient au folklo-
re haitien et & la danse, I'une des premieres. C'est, d'ail-
leurs, l'une des conditions sans lesquelles il est vain de
tenter de recr6er I'ame haitiennes. (1)
Le Departement du Tourisme 1'a probablement comprise.
-Pour offrir aux nombreux visiteurs de l'Exposition Interna-
tionale des spectacles de choix, il a d6clar6 aue M. Jean
Leon Destin6 est seul responsible de la selection des ar-



1) V ir cL'Avenir .le l'Art Folklorique Haitien dans Le Nouvel-
liste dAi 16 Juin 194.9.





aDEUXIEME THESE DE DOCTORATE, 99

tistes appel6s & former une troupe folklorique nationale,
sans setirer & Mme. J. Blanchet -la supervision de la par-
tie musical et des chants dans cette troupe.. (1)
Cette division du travail (Chor6graphie et Partie Mu-
sicale) eut beaucoup de succes quand, le 10 D6cembre
1949, fut inaugure le Th6etre de Verdure, 6 la Cit6 Esti-
me. Les applaudisements n'a ll r e.n t pas seulement
aux directeurs et aux membres de -la Troupe Folklo-
rique Nationale,, mais encore au Departement du Touris-
me et & Celui Qui 1'a cree: S. E. M. le Pr6sident de la R6pu-
blique.
Ce qui ne nuit guere au droit du journal -Le R6veil, de
demander de .varier les programmes des f6tes ou manifes-
tations folkloriques donn6es 6 ce Th66tre*.
Pour notre grand plaisir, y 6voluBrent les troupes haitien-
nes -Aida., Lococia., cMacaya., cErzuiie Dantor, sans ef-
facer le tres aqgrable souvenir laiss6 par des groups 6tran-
gers qui y ont 6t6 fort applaudis: les artistes de l'Op6ra de
New-York,, l'Orchestre Cubain Chepin Choven,, -l'Or-
chestre Argentin de Raul Iriarte,, ele Choeur Canadien La-
vallee Smith*, -l'Orchestre Guat6malteque de 14 instru-
mentistes,, cla Chorale de 40 membres de Puerto Rico.,
les ,128 jeunes filles espagnoles accompagn6es de 28
musicians,. On ne saurait taire que ceux qui compo-
sent 4la Ross Manning. et qui resteront assez longtemps a
la XCitB Estim6, par les attractions diverse qu'ils nous
procurent chaque jour, ne seront jamais oubli6s s'ils nous
deviennent families comme pour mieux faire compren-
dre de quelle fagon l'Etat arrive 6 b6n6ficier d'une -Ex-
position- bien or g a n i s e. On ne saurait celer que
les nombreuses et jolies -Reines de Carnaval., sur des
chars aussi somptueusement decor6s que ceux qui aug-
mentaient un cortege d6filant plusieurs soirs & la nouvelle

1) Voir 1'cAvi' du DIpartement du Tourisme* dans cHaiti-Journal,
du 4 Novembre 1949





100 -DEUXIEME THESE DE DOCTORATE.

-Cite, ont aid6 & faire encore sentir les am6liorations effec-
tuees chez nous.
Apres cela, M. le Colonel, peut on reculer ou, comme
Massillon Coicou dans *Poesies Nationales,,(1) s'empcher
de crier:
*En march! En avant tous! Elevons haut nos coeurs !
Peut-6tre, M. le Colonel, l'opera don't -la musique, dit-on,
seraa de M. Jeagerhuber et les paroles du Major Maximi-
lien,, fera t il Blanchet et de M. C. Benoit, alors berces par une meme et
profonde motion artistique, mais aussi de M. L. Montas et
de nous deux, si ce n'est de tout le monde !
Et si, M. le Colonel, -le professeur Jeagerhuber, eut le
concours des eleves des PBres du St. Esprit dans l'execu-
tion de ses .harmonisations., c'est que les religieux ne
vont plus, chez nous, de main morte dans les lettres et les
arts, comme I'atteste leur contribution dans ce double do-
maine.

A Son Excellence Monseigneur J. Legouaze, fondateur du
quotidien ,La Phalange,, ne doit on pas encore la dio Fides, et deux Cin6mas?
On se plaindra moins de ce que notre religion manque
d'une propaganda -& la hauteur de son caractere official..
On ne regrettera plus 1'absence de Cinemas oi 1'on n'exhi-
be point de -films interdits.. Ces realisations resteront a
la gloire de notre Archeveque.
Avant que l'ouvraqe .Histoire Religieuse du Cap. -
de S. E. Monseigneur J. M. Jan, soit venu, par son impor-
tance, r a p p e e r l'Histoire d'Haiti, du Pere Cabon,


1) Voir xCoup de Clairon>.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs