• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Front Matter
 Acknowledgement
 Preface
 Premiere partie: Les affranchis...
 Deuxieme partie: Les anciens et...
 Troisieme partie: Les nouveaux...
 Quatrieme partie: La tentative...
 Annexe 1
 Bibliography
 Table of Contents














Title: Aperc¸u sur la formation historique de la Nation haitienne.
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078446/00001
 Material Information
Title: Aperc¸u sur la formation historique de la Nation haitienne.
Physical Description: Book
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078446
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Table of Contents
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Front Matter
        Page v
        Page vi
    Acknowledgement
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Preface
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
    Premiere partie: Les affranchis et les esclaves conquierent les droits civils et politiques
        Page xv
        Page xvi
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 17
        Page 18
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    Deuxieme partie: Les anciens et les nouveaux libres luttent pour la suprematie
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
    Troisieme partie: Les nouveaux libres, force dominante
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
    Quatrieme partie: La tentative metropolitaine de restauration de l'ancien regime et la constitution de l'etat independant d'haiti
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
    Annexe 1
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
    Bibliography
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
    Table of Contents
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
Full Text
ETIENNE D. CHARLIER


APERQU

SUR LA FORMATION HISTORIQUE

DE

LA NATION HAITIENNE


LES PRESSES LIBRES
Port-au-Prince
1o954
1954




LATIN AMERICA




A paraitre du mfme auteur:

LA CRISE SOCIAL lFr POITIQUE DE 1946.













Droits reserv&s
1954
Etienne D. Charlier
Port-au-Prince
Haiti
C







AVIS AU LECTEUR


Aux ind6pendants irreductibles, aux
troupes coloniales rallies et aux chefs
qui surent dctruire & Saint-Domingue
le regime de l'esclavage et clever sur'
ses ruines le nouvel Etat d'Haiti.


L'etude que l'on va lire, a 6t6 d'abord conque comma une
introduction a notre ouvrage en manuscrit sur la soci6t6 hax-
tienne et le movement r6volutionnaire de 1946. Cependant,
au fur et a measure de notre d6veloppement, elle a pris une
ampleur qui d6passe tout-h-fait le cadre originaire. Aussi, pro-
fitons-nous du Cent-Cinquantenaire de notre Ind6pendance
National pour la faire imprimer et l'offrix a la memoire de
nos Aieux et au lecteur.

Nous ne croyons pas de trop grande pr6tention de la d-dier
6galement aux honmmes opprim6s de toutes les races, qui lut-
tent dans les colonies et pays sous tutelle pour la plenitude
de leurs droits et l'ind6pendance national: guyanais, porto-
ricains, noirs d'Afrique, nord-africains, indo-chinois, malga-
ches, etc... (sans oublier la minority n6gre des Etats-Unis du
Nord de 1'Am6rique), auxquels nous lie un destin commun...

Nous remercions chaleureusement les nombreux souscrip-
teurs de bonne volont6 don't l'aide p6cuniaire nous a permits
de faire face aux frais d'impression de l'ouvrage.


I Ch.




p




Si nous jetons nos regards sur le passe, sur ce qu'il a fallu
entreprendre pour nous porter a notre situation present,
nous nous enorgueillerons du titre d'haitiens, nous trouverons
en nous-anemes de nouvelles forces pour le soutenir, et nous
pourrions avancer sans crainte, que pour avoir opere ce que
nous avons fait, nous ne pourrions etre des homes ordinaires.

Alexandre PETION
President de la Republique d'Haiti
(1807-1818), dans son discours d'ou-
verture de la premiere L6gislature.





les
tet
me
coI
tes


Vo
jus
cat
sor
stri
me
cre
coi


nia
re I
ses
la i




PREFACE


Le nombre est relatif, de ceux qui, sur la formation de la
nation, ont apporte, fragmentairement, le resultat de leurs
travaux. La materialite des faits est maintenant etablie. le
caractere essential des evenements acquis sauf, toujours pos-
sibles, quelques precisions de detail.
Un jour devait venir ou de ces epars materiaux accumules
surgirait un panorama d'ensemble; ou serait diss6que selon
les normes d'une critique scientifique, le jeu de tous ces fac-
teurs se succdant, se heurtant selon un rythme don't la tra,
me se pouvait demontrer conforme aux lois d'histoire qui
conditionnent, depuis l'organisation des societies, les constan-
tes de l'evolution social.
C'est a cette tache que s'est adonne l'auteur de ce livre.
Voici le resultat d'un enorme labeur. Tant de questions qui,
jusqu'ici se posaient, obscures en leur complexity ou leurs
causalites mal expliquees, devant l'effort des chercheurs,
sont ici traitees, analysees d'apres les methodes de la plus
strict information moderne. Comme est explique le micanis-
me qui fut, sous le mensonge des apparences, le moteur se-
cret don't les reactions deconcerterent la myopie de maints
commentateurs.
D'un luxe inegale de precisions, ressuscite la society colo-
niale tiraillee entire le processus d'une period revolutionnai-
re et l'imperatif des interits de classes. D'of ses incoherences,
ses concessions sycophantes, un jeu de bascule qui n'est que
la representation sur le plan politique des contradictions in-
herentes a un systime economique voue aux vers. D'ou la
lutte tenace,acharnee d'une bourgeoisie reactionnaire arc-bou-,
tee dans la defense de ses privileges centre la ruee de la masse
esclave decidee i arracher par la violence la fin de son exploi-
tation; contre la montee des affranchis voulant parachevcr





par la conquete des droits politiques, la situation enlevee par
la puissance d'argent.
La lucidity de cette critique aiguisee aux m6mes metho-
des objectives des lois de la science se manifesto dans l'exa-
men de cette guerre sudiste oi~, a cote d'une question de
nuance epidermique qu'il ne s'agit certes pas de minimiser,
s'inscrit un contenu economique d'une importance capital,
on veut dire I'action de deux puissances colonialistes, l'an-
glaise et la yankee, essayant de s'assurer centre la frangaise,
Ie monopole du commerce avec le joyau caraibe. Sympt6me
aussi de la lutte des classes a Saint-DJomingue parvenue a la
pointe d'exasperation.
La tonality de cette investigation, on la retrouve dans la
physionomie de la society de Saint-Domingue telle que la
denude avec ses hypocrisies et ses realites, cette Constitution
de Juillet 1801. Cette Constitution qui, garantissant en print
cipe certain droits au people paysan, c'est i dire l'immense
majority, le maintient en fait dans la subalternisation puis-
que l'accession a la propriety, limited au minimum, a une
etendue deterninee et fort au dessus de ses moyens mate-
riels, en exclut pratiquement le nombre travailleur et conso.
lide par ainsi le primat d'exploitation du grand proprietaire
foncier. Ainsi s'accroche aux ronces d'une reaction raleuse.
la progression vers l'affranchissement. Cette pesee des forces
reactionnaires sur la decision emancipatrice du Pr6curseur,
c'est-i-dire la liberty generale des esclaves sera selon l'au-
teur. la cause psychologique de sa defaite. D'une position non
encore ddsesperee du seul point de vue des armes, son re-.
tard du point de vue politique lui devra etre fatal. Car alors
que le dilemme est net: on le retour, mieme canoufl6e la do-
mination du colon, de son omnipotence terrienne et ses con-
sequences. ou l'affranchissement social definitivement etabli
le Supreme s'illusionne encore sur un accommodement pos-
sible avec la metropole De l une fluctuation en ses actes,
entire des positions antagonistes, des velleites de concilier l'inl
conciliable: et le choc franiais l'abat parce qu'il n'a, quand
il I'atteint en pleine poitrine ni l'appui de la classes affranchie
don't la guerre du Sud a raviv6 les rancoeurs, ni, en parties,


XII




celui du monde noir que hante le spectre de Moyse. L'hom-
me se sera appuye sur les nouveaux libres. les privilegia,
et ceux que le P. Cabon appelle ses allies naturels contre la
rigidity des principles de administration metropolitaine.
Les neiges du Jura en vue. les profits du Commerce avec
I'ile eclatante que la France vent presque exclusivement se
reserver dresseront contre ses pritentions les concurrentes
evincees. I'Anglaise et 1'Americaine soucieuses de conserve
leurs positions remuneratrices. Le refus de l'aide demanded
pour I'approvisionnement de 'armee exp6ditionnaire du Cor-
se exteriorisera. sur cette rencontre de forces. la constant
des contradictions inter-colonialistes. Ici jouera i plein Une
cle important du Capitalisme qui excluant le profit moyen
et meme le surprofit ne tend qu'i la realisation du profit
maximum. moteur essential du Capitalisme de monopoly. Le
poing nerveux se crispe sur l'epee parce que menace d'echap-
per la proie magicienne.
Le nuage a I'horizon s'etale. 11 crevera lorsque la rvolt.
des masses indigenes jamais complktement brisCe. aura tron-
vB dans la defection des grands Chefs. I'exutoire explosif. Et
ce sera, avec l'apotheose militaire sur le champ de bataille.
la victoire, sur le plan politique, des revendications de jus-
tice.
La formation historique de la nation haitienne a en I'au-
teur de ce livre. un analyst averti qui I'a scrutie. &tudiie
sous ine optique nouvelle, celle qui ditecte sous le remous
des 6venements. sous le mensonge des phraseologies les res-,
sorts essentiels: le heurt iternel des traflquants et des ecra-
ses, le choc des interets antagonistes. la lutte des classes.
La louange la plus haute se doit A cette euvre opulent
qui, divoilant les causes secretes de tant de luttes et de tant
d'hicatombes, atteste que pourtant sur la debacle des iniqui-
tis siculaires, la chevauche de l'histoire 61kve le laurier des
redressements triomphaux.

homas H. LECHAID.


xm







PREMIERE PARTIES

LES AFFRANCHIS ET LES ESCLAVES

CONQUIERENT LES DROITS

CIVILS ET POLITIQUES








CHAPITRE I



LES CONQUISTADORES FONDENT HISPANIOLA
SUR LES RUINES DE LA COMMUNE PRIMWIVE ABO-
RIGENE. Le 6 D&cembre 1492, alors que les indigenes du
Marien (1) vaquaient paisiblement i leurs occupations jour-
nalibres, ils virent arriver trois caravelles (2) que mon-
talent des homes d'une race inconnue: c'6tait Christophe
Colomb et ses compagnons qui, apres avoir dcouvert San-
Salvador et Cuba, abordaient a Haiti que 1'amiral design
sous le nom d'Hispaniola ou Petite Espagne.
Le cacique du Marien, Guacana'garic, d'humeur pacifique,
recut a bras ouvers les espagnols et conceda mime a Colomb
un emplacement pour bftir un fort avec les debris de la San-
ta-Maria, qui avait fait naufrage: l'amiral y laissa un contin-
gent avant de repartir pour I'Espagne.
Cependant, come il fallait s'y attendre, les espagnols
laisses au fort de la Nativit6 pretendirent se conduire en

(1) -\ a dIJcouverte. I'U.- que ses habitats appelaieut Qui.iqueva, Bohio ou Haiti indit-
feretlment. ktait divis4e en cinq caciquats ouu ruyaumea: lo. le Marien au nord-oueat; 2o.
la MIgua. au unrd-est: 3k. la Vaguann au centre: to. le Yaoragu au sud-ouest et 50 .le
Hiiguey au sud-emt. L.ea caciques ktaieut respectivement GuallIaagaric. Guarionex. Caonabo.
1: chi .t t :bI wamna.
La population, compose d'4rawaks [ainos) venus probablemeut de I'\" erique du lStd.
qui out conquis le pays sur les Ciboner s en gjmral r-duits en eaclavage mais doat il re.-
tait quelques groupements peut-atre plus ou moins autoaomes dans I'extrnme pointe de la
presqu'ile du Sud tGuacu)arima c'est-a-dirc l'actutl Tiburoati. eii .tait au i.Alithique ast
une agriculture relativement avancec puisqu'elle cultivait la plupart des espfces rvgtales
qui assureut aujourd'hui I'alimentation des masses haitienies (Voir Jacques Roumain. Con-
tributio l'Ja tude de l'ethnobotanique pricolombienne des Grandes Antilles et lichel Alu
bourg. WMmoure sur les cultures pricolombienes, Ciboaey et Taino. Ces detx onungeo sou
des publications du Burvea d'Ethnologie de la Republique dHaiti. le premier de Fivrier
kII2 et le deuxiimre de F riverr 1951)Cette population montait pt-ut-i.tr.- i I million et der-i.
k2) La Nina et la Santa Maria aborderent 5 ractuelle baie du MWle Sajit-Nicolas taads
que la Pinta \isita les perts plus i Pe'at car son commandant, Martin .loese pin;o. s'taftt
subreptlit urent --jrare de (ohloab. aBipr.' Iicur di la .t d- Cuba. le :1 \,,seurbr. J;anI a r4 see de mettre la main le premier sur les mines d'or du Cibao out 1" c.nduisaeat des aa-
turies d'H.iti embairque & Cuba tVoic le PPre d- Charlevoix. Histoire de l*sle Espaphi
ou de St-Domin'ue, '.ditioa M.DCC.XXX, tome premier, p. 90 et saivant).


-1-





maitres et seigneurs: ils eurent la parties facile avec le d-.
bonnaire Guacanagaric mais lorsqu'ils pen6trcrent dans la
Maguana, en qufte d'or, ils trouv6rent en face d'eux un
homme d'une autre trempe, le cacique Caonabo, de la race
guerriire des Caraibes (1): 1'intr6pide chef indien les mas-
sacra jusqu'au dernier, envahit le Marien et reduisit en cen-
dres le fort de la Nativit6.
Colomb retourna bient6t & Hispaniola, mais cette fois, avec
les forces necessaires pour la conqufte et I'occupation mili-
taire du pays: les envahisseurs fonderent Isabelle, sur la
c6te septentrionale et, A partir de cette base, pouss6rent des
points vers l'interieur. Caonabo et Guarionex, cacique de la
Magua, marcherent contre la ville mais subirent un 4chec.
Peu apres, grace A "la ruse, Ojeda reussit a s'emparer de
Caonabo, I'ennemi le plus redoutable des colonialistes: le
malheureux Cacique, charge de chaines, p6rit au course du
naufrage du bfteau qui le transportait en Espagne. Les in-
diens, sous les ordres d'un frere de Caonabo, Manicatex, pre-
tendirent venger leur chef abattu: arms simplement de flM-
ches, ils affronterent la cavalerie et les escopettes espagnoles
au combat de la Vega-Real (1495) mais l'issue de la lutte ne
pouvait Stre douteuse: les indigenes furent taillis en pieces,
devords par des ehiens f6roces et massacres par milliers.
Le grand amiral tres chrdtien n'eut aucun scrupule B r6-
duire les vaincus en esclavage: sous le nom de repartimien-
tos, les compagnons de Colomb eurent leurs lots d'esclaves
soit pour travailler aux mines d'or, soit pour fire valoir les
latifundia et pour les travaux domestiques. Ainsi commen-
cirent & Hispaniola l'esclavage des autochtones et la liqui-
dation de leur commune primitive. (2)

1() Les Cami'es peoplient les Petites Antilles mab avat kit want dei irlifA
omtrm les Tainns d'Haiti (msrtot du Higuey): ia ttaient 49 moean pereum.
(2) Dins a lettre au aseinear Raphael Sanche. tr4oder de Ler U1wh CatdtH.
qes, Christophe Colomb, chrit:
DB'pres cr qfue fai pta ppreadre daes oates ce flte, chMgue ladUd C'a 0 lr'e Nsus
feIme, i I'excrptieo des princes et des rois qui preauat ena wir L. LeLts taw ppv bi
Ias trmreill.r plus que Irs homes; maes je a'.i pa smeor d-a e -aMrk pItwudi lBh 00
ies propriitis particrlicres, car jr me sie *pemrr qua cc ql* 'an d'r s pwediIt 4re
ri# rti entire tres les etres. sp.tl1efmeat Ies SlimenS et t0 t cO aui aON mdeemi i t
Piem. (Don M. F. de Navarrelte, Relations des quatre voyages do Chrlithple CaOub,
Ms 1828, toer II p. 309).
Colomb ripete preque mot pour mot ce pasugo deas at 1i ttii a i* ubic "Ml &




Bobadila, succeseur de Colmnd, agrava le srt des abi-
rignes mais il uait reserve an cynique Niclas OvnMo, qi
le remplaga, de liquider compile ment la "I**- a -
dienne.
En effet, les deux caciques du Xaw et dae Hfem
avaient conserve une certain autoamnie pmisqla ls ne
payaient que le tribute Ovando dci&da de puser jusqu'ia
bout la conqufte espagnole et n'hisita pas au coix des mo-
yens: il annonm a sa visite Anacaona caciue da Xamnma
depuis la mort de son frre Bohechio La bele po'Pew in-
dienne se porta au-devant de son hote qu'elle regzt prinie-
rement & Xaragua, sa capital (a 2 Iieues (1) de Pactulle
ville de LIogane). Le Grand Commandeur prtendit ndtre
pas en reste de politesse et engage la reine a rassebler
toute sa noblesse pour un carousel que les esagns vou-
laient donner a leur h6tesse et aux grands de son caciquat
La reine et sa noblesse ne s'4taient pas fait prier et s'4-
taient reunis sous une espece de veranda tandis que le peu-
ple 4tait accouru de plusieurs lieues a la ronde. Lorsque les
cavaliers espagnols eurent occupy toutes les issues, Ovando
porta la main A sa croix d'Alcantara: c'etait le signal conve-
nu. Les espagnols se saisirent de toute la cour, client les
gens aux poteaux et mirent le feu & l'difice tandis qu'au
dehors, la cavalerie massacrait homes, femmes et enfants.
Anacaona fut reserve pour un supplies plus infme: elle
fut traln4e enchatnie & Santo-Domingo o aprs un simu-
lacre de jugement, elle fut d4claree coupable de conspiration
et pendue haut et court sur une place publique (1503). Le
cacique du Higuey, Cotubanama fut vaincu quelques andes
apres et eut le m&me sort (1506).
Sur les ruines de la commune primitive indienne, les es-
pagnols 4tablirent, sous le nom de repartimientos, lesclava-

Luis do Sauln>el, itendautat on ft 4'dlbW rel t d Fednaud. M. ( It. 1, 3StM.
L'xcilruc do ka commiamf primitiw* iasWe i rg do k 4wOte n so Oit
ena doatu mle ik ;aste I a t rn cu~ et M %a maommet, N khe uAs
d Cdoleb t de Vh)qMrn qri 46t eal nMw t phth P wm. C"peart". a aMr qem
Ituad. cnpew. dee *esi O**e44. 6diSmON Pemttn 40 SehotAW a% eAM 4do *MVApe.
-s serkMm mooa tMr.T6low i ms mesp&tie ser Cot apwct edAmeMIA 4.* $a Omd
abeuitm d'Aytl,
(1) CWhruiwr. I&MI. M-O&.




ge des autochtones et l'exploitation la plus f6roce de cette
main d'oeuvre servile qui diut suer sang et eau sur ses terres
confisqu6es pour 1'enrichissement de Sa Majest6 Catholique
et de quelques privil6gi6s du Royaume. Voici la formule de
r6partition du b6tail human de Rodrigue d'Albuquerque,
a qui le Roi d'Espagne avait conc6d6 en 1514 le privilege de
distribuer les indiens d'Haiti:

( Rodrigue d'Albuquerque, Distributeur des Caciques et
des Indiens, au nom du Roi et de la Reine, nos Souverains
Seigneurs, en vertu des Patentes Royales, que je tiens de
leurs Altesses, de I'avis et du consentement du Seigneur de
Passamont6, Tr6sorier G6enral en ces Iles et Terres Fermes,
pour leurs dites Altesses; je vous comments A vous, N, tel
Cacique avec tant d'Indiens et mon intention est que vous
vous en serviez pour le Labourage, pour les Mines, et pour
le Manage, tout le temps de votre vie, et d'un de vos HIri-
tiers, Fils ou Filles, si vous en avez; i condition que vous
observerez a leur regard les Ordonnances: sinon, les Indiens
vous seront o6ts, et vous aurez encore a r6pondre devant
Dieu de votre d6sobbissance; leurs Altesses dOchargeant leur
conscience sur la v6tre: outre les peines, que vous encourrez,
et qui sont continues dans les susdites Ordonnances). (1)
Sur la base des repartimientos, Hispaniola devint la pre-
miere terre de colonisation des espagnols dans le Nouveau
Monde, d'oii ces derniers essaimbrent vers d'autres Iles et
le Continent: Santo-Domingo devint la Capitale de l'Empire
et le siege de la premiere Universit6 de cet Hemisphere.
Ainsi fut liquid6e la commune primitive indienne: par le
fer, le feu et le sang, et par la ruse infame au m6pris des
regles les plus 616mentaires de la Chevalerie: il n'y avait
pas lieu de prendre des gants blancs pour envoyer ad patres
des <> et accaparer leurs biens et la personnel des
survivants. Des qui s'6taient r6v1l6s autrement
sociables que les envoys de Sa Majeste Isabelle la Catholi-
que. W. Howitt a eu bien raison d'6crire:

(Les actes de barbarie et les atrocities honteuses don't se
sont rendues coupables les nations, dites chr6tiennes, dans
toutes les regions et contre tous les peuples qu'elles out pu

IIl Chazlt\sr x. Idem. tul.ne lr. p. 330-331.


-4-




subjuguer, n'ont eu de parallele dans aucune autre ere de
1'histoire universelle ni chez aucune race, si sauvage, si bar-
bare, si impitoyable et si 6hontee qu'elle fflt. (1)
LE PREMIER INDEPENDENT DU BAHORUCO. -
Leurs Altesses Espagnoles avaient toujours su si bien d6-
charger leur conscience sur celle des Nicolas Ovando et de
leurs pareils que s'il faut en croire Charlevoix, en 1514, il
ne restait plus oue 14.000 indiens environ a Hispaniola. (2)
Cependant de cette terre et de cette race martyre surgis-
sent des d6fenseurs qui d6ja savent conquerir la victoire et
imposer leur droit a la vie: apres avoir v6cu longtemps dans
l'esclavage, le cacique Henri et quelques milliers d'indiens
se r6fugi&rent dans le Bahoruco. Des negres fugitifs vien-
nent grossir la troupe des ind6pendants. Henri et ses hommes
d6fient la puissance espagnole pendant treize ann6es (1519-
1520 A 1533).
Cependant, Charles-Quint, inquiet de la persistence de ce
foyer de rebellion au sein de la Colonie, qui menace de tout
emporter, donne <> en 1532 A son Com-
missaire special, Francois de Barrio Nuevo pour pacifier
l'Ile:

< mes d'elite, de ne point sortir de l'lle, qu'il ne 'eiit entie-
rement pacifi6e, de quelque maniire que ce filt; il lui donna
pour cela un Plein-pouvoir absolu, a condition seulement
qu'il sauvit l'honneur de la Nation; il lui recommanda mime
de commencer par tenter les voies de la douceur, et il lui
remit une lettre pour Henri, par laquelle Sa Majeste Impe-
riale conviait ce Cacique a rentrer dans l'ob6issance, lui
offrait une Amnistie sans aucune reserve pour lui et pour
les siens, et le menacait de tout le poids de sa puissance et
de son indignation, s'il refusait ces offres, et persistait dans
sa revolted. (3)
Rendu au plus vite a Hispaniola, Barrio Nuevo n'h6site
pas A se diriger avec une tres faible escorted vers le repair

I11 \. il oitt. ( olonization and (hristianity: 4 popular History of the treatment of the
narices lhi the Europeans in all their colo.ies. Londres. 1838. p. 9.
(2) Charlevoix, Idem. tome ler page 330.
(3) Charlevoix. Idem, p. 162.





du Cacique qu'il rencontre apres une march des plus pe-
nibles.
Le Cacique et Barrio Nuevo conviennent de la paix aux
conditions suivantes:

((lo. Que le Cacique rappellerait incessamment tous ceux
de son parti, qui 4taient repandus en diff6rents quarters de
1'Ile, et qu'il les obligerait a reconnaitre a son example l'Em-
pereur pour leur Souverain Seigneur. 2o. qu'il mettrait deux
de ses Capitaines aux trousses des Negres fugitifs, pour les
rendre A leurs Maitres, moyennant une reconnaissance, don't
on conviendrait. 3o. Qu'il serait toujours dans l'obligation
de retenir tous les Indiens dans le devoir, ou d'y faire ren-
trer ceux qui s'en ecarteraient dans la suite. 4o. Que pour
lever toute ombre de defiance, il quitterait au plut6t les
Montagnes, et descendrait dans la Plaine, ou on lui donne-
rait pour son entretien un des Troupeaux de rIEmpe-
reur. (1)
Le Cacique ne se press pas dans l'ex6cution du traits
mais l'abb6 Las Casas, qui vient dans le Bahoruco, lkve ses
derniers doutes: Henri se rend a Santo-Domingo, signe le
trait d6finitif et se retire a Boya, a treize ou quatorze lieues
de la Capitale: d6clar6 Prince her6ditaire, Henri 4tait exempt
de tribute et oblige au seul hommage a 1'Empereur et a ses
successeurs, Rois de Castille. Les Indiens qui parent prou-
ver leur descendance des premiers habitants de 1'Ile, eurent
permission de rejoindre le Cacique.

INTRODUCTION DE NEGRES A HISPANIOLA. La
rapacity espagnole avait etabli un regime de travail telle-
ment barbare et peu convenable pour des hommes fraiche-
ment arrach6s de la commune primitive que les Indiens
d'Haiti ne purent y resister: ils perirent en grand nombre
si bien que peu de temps apres la d6couverte, il ne restait
que quelques debris de la population autochtone. Les espa-
gnols tenterent d'abord de s'approvisionner de main-d'oeuvre
servile dans les iles avoisinantes et entreprirent de v6rita-
bles razzias contre ces populations caraibes, sous le pieux
pr6texte qu'elles 4taient anthropophages mais ces sources de


kl) ChArlevoix. ldm, p. t7o.




reserve humane ne fournirent pas grand'chose parce que
les hommes 6taient sur leurs gardes. Aussi fallut-il tourer
les regards ailleurs.
IDja, sous le Gouvernement d'Ovando, les conqu&rants
avaient introduit come esclaves A Hispaniola des Nigres
d'Afrique, mais le Grand Commandeur avait pris position
contre cette measure, et pour cause:

dl s'opposa autant qu'il pft, ce qu'on envoy&t des Ne-
gres dans les Indes, ayant remarque que les premiers, qui
passerent a 'lle Espagnole, se refugiaient chez les inslaires,
B qui ils apprenaient tout le mal dent ils etaiet capabes, et
qu'ils rendirent beaucoup plus difficiles a coduires. (1)
Cependant, il fallut bien se r6signer a ce voisinage incom-
mode: en 1509, des Noirs sont introduits a Hispaniola et en
1517, sur les instances de Las Casas, qui entendait prot6-
ger ainsi , le Roi sign une ordonnance
permettant de transporter quatre mille Negres aux quatre
Grandes Antilles. Un Seigneur flamand obtint le privilege
qu'il vendit vingt-trois mille ducats aux g6nois mais ceux-ci
mirent le bois d'&bbne A un prix si fort qu'ils en vendirent
tris peu.
En 1521, un Memoire que les Auditeurs Royaux de Santo-
Domingo adresserent au Roi sur la Colonie, reprtsentait
ensuite A Sa Majest6 que, si elle voulait conserve des Colo-
nies si utiles, il 6tait absolument n6cessaire d'y envoyer un
tres grand nombre de NEgres, et il entrait dans un tres grand
detail des moyens, qu'on pouvait prendre pour 6tablir ce
Commerce et le faire circuler dans tous les lieux, oiL il en
serait besoin (2)

DECADENCE D'fflSPANIOLA. La liquidation de la
commune primitive indienne et l'esclavage des indigmnes et
des negres imports permirent aux usurpateurs de drainer
du pays des richesses immense, qui servirent notamment
a b&tir les magnifiques palais de Madrid et de Tolde de 16-
poque de Charles-Quint.

(1) Charlevoix, denm 229.
(2) Charevoix, Iede, p.407.


-7-




Cependant, les espagnols ne s'interessaient guere qu'a la
fortune toute faite des mines d'or qui s'6puiserent bien vite:
la traite des n6gres d'Afrique avait permis de supplier a la
d6faillance de la main-d'oeuvre indienne mais lorsque les en-
trailles de la terre refus6rent de cracher de 'or, les conqu6-
rants se rev46lrent impuissants a affronter le travail d'ex-
ploitation agricole et passerent sur le continent, en Ameri-
que central et du Sud.
Le tarissement de ses mines d'or et expansion castillane
sur le Continent am6ricain ne furent pas les seules causes
de la decadence d'Hispaniola car la politique commercial
a court vue de la M6tropole y aida puissamment et porta
le coup de grace a la nmre des colonies espagnoles du Nou-
veau Monde.
En effet, 1'Espagne entendait maintenir a son profit le
commerce exclusif. Les concurrents hollandais, anglais et
francais ne trouverent pas le proc6d6 a leur goft et commen-
cerent centre la grande rivale cette lutte implacable qui de-
vait a la longue abaisser si consid6rablement la position es-
pagnole dans la region des Caraibes. En 1587, le capitaine
anglais Francis Drake prit Santo-Domingo et la rasa en par-
tie. En 1591, Christophe Newport fit le meme sort a Ya-
guanay.
L'Espagne r6pondit par une measure extravagant A la
pression 6trangere pour la liberty du commerce avec sa pos-
session:

((L'Ile Espagnole se serait pourtant relev6e de ses pertes
par le Commerce, lequel continuait toujours sur un assez
bon pied, surtout avec les Hollandais; mais le Roi Catholi-
que 6ta aux Habitants cette unique resource, qui leur res-
tait, en leur defendant de trafiquer avec les Etrangers. Les
Hollandais, a qui ce commerce apportait de grands profits,
voulurent le soutenir par les Armes et envoyirent dans ces
Mers une Flotte commandee par Abraham de Verne; mais
celle d'Espagne 1'ayant rencontree en 1606 vers les C6tes
de Cuba, I'attaqua avec tant de resolution, qu'apres avoir
pris et coule a fonds plusieurs Navires, elle obligea les au-
tres a se sauver. Le commerce ne laissa pas de continue
comme auparavant, malgre la vigilance des Gouverneurs,
ou peut-6tre meme par leur connivence; mais le Conseil prit


-8-




pour se faire obbir un moyen, qui fut efficace, ce fut de fai-
re raser les places Maritimes, qu'on ne pouvait garder. On
demolit Yaguana, qui etait extremement dechu, Puerto-di-
Plata, et Bayaha, qui etaient les Rendez-vous les plus ordi-
naires des Interlopes; et les Habitants de ces trois Places,
eurent ordre de se retire dans les Terres. Ceux d'Yaguana
et de Bayaha se joignirent ensemble et allerent a l'Orient,
oi ils formerent une Ville, a laquelle ils donnerent le nom
de Bayaguana. Ceux de Puerto-di-Plata s'approcherent de la
Capital et batirent Monte-di-Plata, aupres de Boya, oi
D. Henri s'etait posted. Les Villes de Salvatierra de la Sava-
na, d'Yaquimo, de San Juan de la Maguana, de Bonao, de
Larez de Guahaba et de Puerto-Real, avaient deja ete aban-
donnees. L'indigence et le delaut du Commerce. avec I esue-
rance de faire ailleurs plus de fortune, en ayant disperse
les Habitants dans les nouvelles Colonies, surtout dans le
Mexique.
( se avec les Etrangers dans l'Ile Espagnole, elle ne fut plus
reconnaissable. II n'y venait qu'un Navire d'Espagne tous
les trois ans; le President et les principaux Officiers en ache-
taient d'abord la cargaison, et le vendaient en detail aux Ha-
bitants, au prix qu'ils voulaient. Aussi la plupart se trou-
vaient reduits i aller presque nus, n'ayant pas de quoi avoir
un morceau de toile pour se couvrir, ce qui a donned lieu i
une coutume assez singuliere, qui dure encore. Dans les
villes ou grosses Bourgades, on dit les Dimanches et les Fe-
tes une Messe avant le jour, afin que ceux, qui n'ont pas le
moyen d'etre decemment vetus, puissent se couvrir des te-
nebres de la nuit, pour satisfaire au precepte de l'Eglise.
Telle etait la situation ou se trouvait la premiere, et la Mere
de toutes les Colonies Espagnoles de l'Amerique, lorsque les
Frangais entreprirent de partager avec les Castillans une
lie, don't ceux-ci laissaient longtemps ime si grande parties
en friche. (1)

Ainsi, par un cheminenkent des choses assez curieux, la
colonisation espagnole aboutissait A une nudity plus d6gra-
dante que la nudity indienne, qui avait si fort choque nos
pudibonds castillans et qui s'integrait pourtant dans le con-
texte d'une civilisation largement humaine!

I I :hatl,.- ix. Ilenm. p. 481-4882


-9--





LES FRANCAIS S'INSTALLENT DANS LA PARTIES
OCCIDENTALE DE L'ILE. La carence espagnole 4tait
tentante: vers 1625, de hardis corsaires anglais et francais
s'installerent a I'Ile de la Tortue, a quelques kilometres au
nord-ouest d'Hispaniola, les uns chassant les autres au gre
de la fortune des armes. De temps ern temps, les espagnols
rappelaient qu'ils etaient les maitres en d6truisant de fond
en comble les installations enemies. Mais flibustiers et boi-
caniers etaient gens tenaces, qui ne lachaient pas prise faci-
lement: en definitive, les aventuriers francais prirent ferme-
mnent pied A la Tortue et de 1l essaimerent sur la Grande
Terre:
c...L'occupation de la c6te de Saint-Domingue par I'h6roi-
que descendance de la Tortue, c'est la colonisation module;
- car elle fut ce que doit &tre toute colonisation intelligente-
la goutte d'huile qui s'itend lentement, mais invinciblement.
Ces gens de la flibuste ne s'etaient point avises de vouloir
conqurirr une immense etendue de pays pour le coloniser
ensuite. lls s'etablissaient par groups le plus pr6s de la mer
possible, dressaient leur boucan dans le lieu qui leur conve-
nait, et. arms jusqu'aux dents, defendaient tant qu'ils pou-
vaient cette possession de fait. II arrivait de deux choses
l'une: ou les Espagnols finissaient par les massacrer ainsi
qu'il advint en 1638 de presque tous les boucans de la c6te
nord, ou ils finissaient par lesser les Espagnols. Alors on
s'enteadait, on signait treve, et le fait usurpateur devenait
une sorte de droit. Ce pied mis permettait d'en poser un au-
tre. Nouvelle querelle qui commentait presque toujours pat
le massacre des sentinelles avancees de la nouvelle usurpa-
tion auxquelles les Espagnols ne faisaient jamais quar-
tier). (1)

I I. u l ..;el c- I.aI. :e .l al, qu'au tuait de RyickL de 1697. PI'Empa cda i la
Irtn.,- Le tiers-c cidentjl dl'Hil',ainiola. mai. I erillr i tie d St-RKtmv pretend qu'il 4'y a
ien do spyit i Saiut-Dloutin gugt ans le t te u. d tort i J tiaitl dti Rtiwick ui daus "e
ouMbrue -i uitartt l r iilnut oAlWsui n luces jusqu 'i la tderut'i ligtier. Il -pellettr dr Saint-
KR ),. S nd:Duw :,t it to 18t6. lhnue Ipremiir, p. 31-32). En 17 W. au trait de B.ilt,
*" ',ttine retnoutiA. I \ ji r. fla" ii t lta lte *Ut I l4 i'.aitil-l Iou eit t It OCcu' a elU 1 80 U1 u I .iAJ
le la Frantie. Cepcndaunt. en IBiUI, I'Etat d'Haiti s iiinslitua ei fait .ur le tieras ccideut.al
aidis que Le CnetAl I'enr.ud teuait pour Ia Fltatne la patir ii rientale >qur D(realinue tIi-
a itiaemert d' -u';>, rii Itt h Ire P'cr idiet it.ie iir mena a bie' Il'ct~epl r ie duunificatike
it liHle qu'il gv'userta dc 182' .t It3 ilt g tc>run. it il R epubliqur de I' l'Ou t et du Sud
ltPuiL 18S t tuute la partie o[ dentaOlel deluis. 182MO.. En 1844. la patrtier Mieutatl fit
;nsi.-n ct malgr6 Ife ernttepriser t ilitaires der ivibre Htratd et de Souloquo, u4eatt 4
iaintrair sva iadipendance qu'Haiti leconnut cu 1859, i*us *l priudeucv de Geftiead. ln-
re l dlat EFatrs iit -istera i.eudant do linlu|as aan e Ie plroIbld doe I diltuItatloa


-10-




Au fur et a measure, la monarchie esolisde son erzm
sur les flibustiers et les boucanirs, qui devienne!t s&- a-
taires et se font chabitants; eHe pousse au dveoppen
des terres conquises: Ia parties occidentale de I'e devient
la 16gendaire Saint-Domingue, e pkis beau fleurn de la
couronne colonial de I'ancienne France, qui absorbait, a la
veille de la Revolution de 1789, les deux ties du commerce
ext6rieur de la Metropole.

ORIGIN ET COMPOS IION ETNQUE DE LA POPi-
LATION DE ST-DOMINGLUE-Les flibustiers et les boca-
niers, qui poserent les bases de la Coloie, etaient des gens
rudes, pres nature, trop souvent de sac et de corde, en rup-
ture de ban. A measure que se consolida I'emprise de la ME-
tropole par I'intermediaire de ses Agents et des Grandes
Companies, s'6tablit de la France vers Saint- Domingue
un courant d'emigration blanche plus ou moins massive qui
sous le nom d'engages ou trente-six mes (1), pourvut la Co-
lonie de laboureurs et de gens de mtiers (tonnehers~ char-
pentiers, masons, charrons, couvreurs, boulangers, vouchers,
chirurgiens, etc...)
A propose du peuplement blanc des lDes, G. Debien, qui a
laborieusement depouille a La Rochelle plus de 6.000 con-
trats d'engagement et jete ainsi une vive lumikre sur ce mou-
vement d'6migration, s'inscrit centre la these de M. de Vais-
siere d'apr's laquelle, la petite noblesse frangaise aurait eu
un r6le preponderant dans la mise en valeur des Antilles:

tUne des thbses favorites de M. de Vaissire (7) attribuhit
i la petite noblesse un r6le prponderant dams la constitu-
tion et la mise en valour de nos coonies. Ele aurait rga-
nise toute la vie social. C'est 6tendre i toutes les ies ce
qui s'est passe au Canada, et peut-tre a Saint-Christople

de U ligue fLrotike qui ae sera "defiitiri vecut traiuhi que pat re to a it du I "aNvifr 199
t 1 pX rutewde du 9 mUs 19%.
40I La cunditiolA t'uV Veag. purOl.it blacv. u'itait r pu tmUeUltv*f. et gii(tal. I"
:4t4 de I'VC:\ ae ui 4i attA It" VMXut IVa :VUUtp* JUA CivI A IA i 44iit aMUfi Afe
aIdVls c. t p r pa4 a Y i. restait Pt&i dat V4i. t ka td't. t avmUa de msw.> a* clui-C
h uwitte V.uAtrre ua pale Id 30W0 ivIre de tab.c d'abuxd et Pu taud. le Suc9r, ea P~im-
>i* a>hl i la Ltu dIt cw rawt.
4?> Siut^ma4 inau&s. ta sQcidti ec to vie cri4les Souw ItcmttW 1I4Lme kt w 11R4> Vrxi.




aux premiers debuts quand Belain d'Esnambuc y attire un
certain nombre de cadets de famille. Les papers des notai-
res rochelais donnent un tout autre jour sur l'histoire de la
colonisation. Parmi les engagistes, comme parmi les engages,
les noms qui peuvent appartenir A la petite noblesse sont
extremement rares et incertains. Parmi les engagistes, nous
retrouvons surtout des noms de petite et moyenne bourgeoi-
sie d'affaires ou d'office. Les noms nobles les mieux assures
sont les noms des gouverneurs et lieutenants de roi ou des
capitaines et lieutenants des troupes detachees de la marine.
Encore pour ces derniers conviendrait-il 6tre tres circons-
pect.


La majority des engages est faite de paysans et d'ouvriers,
avec, au milieu d'eux, un certain nombre de fils de mar-
chands et d'officiers judiciaires. La part de la petite noblesse
rurale est insignifiante dans le movement d'6migration vers
les colonies par La Rochelle>. (1)

Plus loin, le meme auteur precise que le fond de l'6migra-
tion franchise vers les Iles ne fut pas constitu6 par le rebui
des prisons de France mais par une solide population d'ori-
gine paysanne et ouvriere:

(Ces quelques rel6gues et les enr61es dans les ports, dans
les bourgs et les villes les soirs de grande foire, dans l'ivres-
se des bouges et des tavernes, ne furent, si on les replace
dans I'ensemble du movement vers les colonies d'Amnrique,
qu'un incident passage qui n'eut pas sur leur vie et leur
developpement economique une influence discernable. On
peut se demander toutefois si ces ind6sirables ne donnent
pas l'explication des revoltes qui furent nombreuses aux
iles? Le fond de la population colonial ne fut pas un ras-
semblement d'anciens coureurs d'aventures, mais une popu-
lation d'origine paysanne et ouvriere, essentiellement. (2)
Le movement des engages vers Saint-Domingue offre
certain particularities que Debien souligne:

(A coup suir, les emigrants representent a Saint-Domin-
gue une proportion beaucoup plus grande qu'A Saint-Chris-

(1) G. Debien. .Le, engages pour les Antilles (163:-1715). Edition 1952. p. 13:8-1 0.
(2) G. Debi-en. Idem, p. 186.


-12-




tophe, a la Guadeloupe on qu'au Canada. Plus directement
que le peuplement des antres Antilles francaises, cebi de
Saint-Domingue parait avoir W6t la suite de crises itrien-
res de la mtropole, et en mbme temps le risultat d'eatre-
prises rochelaises et des spclations du capitalism mari-
time.
dLe recrutement de chaque colonie a ses caractcres parti-
culiers, mais rarement contrast s'est trouvi aussi tranchi.
L'immense majority des engages pour Saint-Domingne est
faite de simple trente-six mois qui se laissent embaquer par
enormes fournees qu'ont preparees des marchands on des
capitaines. Les departs individuals ne se verront quapris
1700, quand les sucreries ayant pris la place des petites in-
digoteries ou des places a tabac, offriront du travail et de
bons gages aux ouvriers du bois, du fer, aux ehiargiens,
aux masons, etc... (1)
La plupart des provinces de l'ancienne France concouru-
rent A ce peuplement, mais surtout naturellement les provin-
ces maritimes et leur hinterland: a l'origine, la Normandie
peupla de pr6f6rence notre c6te septentrionale mais le d6-
veloppement des grandes sucreries amena au Cul-de-Sac et
aussi, dans le Nord, les homes de l'Aunis, de la Saintonge,
du Poitou et de l'Angoumois. II faut signaler 6galement une
forte immigration irlandaise a l'extreme pointe de la pres-
qu'ile du Sud don't perp6tue le souvenir la denomination de
la baie et du Cap des Irois (2)
Cependant, le d6veloppement &conomique de St-Domin-
gue avait fait sentir bien tSt la n6cessit6 d'une main-dceu-
vre mieux adapt6e que l'europeenne au rude climate des
Tropiques. Apres avoir liquid physiquement la main d'oeu-
vre indienne, les espagnols avaient eu recours a la traite des
N6gres. Les frangais s'engag6rent sur leurs bris6es: dans le
proces-verbal de la d6liberation du 3 Mars 1636 de la Com-
pagnie des Iles, on relve le premier appel pour l'introduc-
Hon de la main d'oeuvre negre servile. (3) La traite fournit
le bois d'6b6ne desire: les deux mains d'ceuvre blanche et
noire resteront longtemps en concurrence car le Pouvoir
royal se pr6occupait de maintenir une certain proportion

(1) G. Debien. Idem p. 150-151.
(2) Aux lies frangaises, on appelait les Irlandais: les Irois (G. Debien. Idem, p.90)
(3) G. Debiea, e4.d p.. 59




entire les deux 616ments ethniques en vue d'assurer la pr-
dominance des blancs.
Cependant. le caractere perp6tuel de 1'esclavage du negre,
le meilleur acclimatement de celui-ci, et par suite, son ren-
dement plus productif front pr6ferer de plus en plus la
main d'oeuvre servile noire. Du reste, la concentration de la
proprikt6 fonciere et le developpement de la monoculture
sucriere determinent le choix presqu'exclusif de la main
d'ceuvre noire qui offre des avantages que la blanche ne peut
compenser:

(Mais parmi les causes de la disparition des engages com-
me classes ouvriere qui compete, on n'insistera jamais trop sur
ce d6veloppement de la grande culture de la canne a sucre.
On pourrait dire que les engages sont une tape de debut,
une classes d'avant I'exploitation de la canne par grandes ha-
bitations. Tant que les iles ont 6t e la recherche d'un syste-
me agricole, ont cultive a la fois le tabac, le coton, l'indigo,
le cacao et meme fait I'elevage, les engages se sont trouves
etre une main-d'oeuvre A peu pris adequate. De 1640 a 1690
des centaines de colons ont Wet attiris et se sont installs par
ce moyen, sans d'ailleurs que le problem de la main-d'oeu-
vre fit bien resolu. Quand se multiplient apris 1690 les
grandes sucreries, la colonisation agricole se double d'une
colonisation industrielle. La fabrication du sucre, mrme cell
du sucre brut, la plus simple, demandait, des lors qu'on I'en-
treprenait en grand, une rotation d'6quipes disciplinees,
nombreuses, une chaine de travaux penibles, de jour et de
nuit, etroitement surveilles. C'6tait un nouveau cadre de
travail, un el6ment de revolution social. Elle exigeait la
juxtaposition d'operations nombreuses et continues, mais
assez simples, que pouvait mener une main-d'oeuvre d'ou-
vriers agricoles rapidement formee: fouilleurs, planteurs
sarcleurs, coupeurs, et de delicats travaux de moulin, de
cuite, de demi-raffinage et de mise en fits. Les premieres
pouvaient etre donnees A des esclaves conduits par des com-
mandeurs, et meme les autres qui voulaient des mains pro-
fessionnelles pouvaient etre faites aussi en parties par des
noirs. Au moulin, il suffisait d'un 6conome blanc pour re-
gler le train et la relive des equipages et des 6quipes, et I'ar-
rivee des cabrouets de cannes: A la sucrerie, d'un raffineur
blanc. pour suivre la cuisson du vesou et son passage d'une
chaudiire lautre. Les tres importantes habitations pou-
vaient avoir deux ou trois tonneliers blancs, et un forgeron.


-14-




et A demeure aussi, un chiargien. C'tait li tous les blancs
ncessaires, et tres largement comptes. Encore, tonneliers et
machoquiers seront-ils bient6t remplacees par leurs appren-
tis, jeunes mulatres ou noirs creoles. La plantation de eanne,
telle qu'elle est organisee vers 1700 n'aura presque plus de
place a offrir aux engages, plus du tout aux engages sans
metier. En faisant des travaux agricoles industries des ti-
ches definies et spares, en contraignant les blanks a la spe-
cialisation elle a commence l'utilisation rationnelle des escla-
ves et des engages, elle a gonfli les besoins en esclaves et
tari le recrutement des engages.
Sous ses deux aspects agricole et industrial, la plantation
de cannes devenait une oeuvre de gros capitaux. Elle eta-
lait ses carreaux en culture,ses et ses bois debout complementaires sur une superficie con-
sid6rable. II lui fallait beaucoup plus de terre qu'une indigo-
terie ou une place i tabac. Et elle avait toujours son moulin
i canne particulier, souvent deux.Ds lors, dans les quarters
de plaine, les plus riches, les phis disputes, les plus peuplis,
le sucre rendit les riches plus riches, plus avides de terre,
diminua la place pour les petits proprietaires. Les progress
de la canne apris 1690, a cause sans doute de la stability
plus grande des course des sucres, furent le debut d'une im-
mense depossession des petits planteurs. L'avenir agricole
de l'engage libere fut reduit par 1i encore. II n'y avait plus
que les terrains de morne i lui rester accessible, et aucune
grande culture ne s'y pourra installer avant l'epoque des ca-
f6irres, soit avant 1760). (1)
Ainsi, dans leur recherche eperdue du profit maximum,
les colons posaient eux-mrmes les bases de leur propre des-
truction, car les negres imports de differentes communau-
tes africaines vont s'amalgamer dans le creuset de la Colo-
nie et constituer, avec une minority de gens de couleur issues
de rapports surtout entire des blanes et des negresses, une
population assez homogene pour reussir par le fer et par
le feu I'unique example historique d'une revolution d'escla-
ves victorieuse. II imported de s'arrkter un peu au peuple-
ment noir de Saint-Domingue.
L'aire des negriers s'etendait stir la c6te occidentale de
I'Afrique, du cap Blanc jusqu'aux territories de Joango et

l P. 1'i.l.I..n. Id. r'. (,, 257.258.


-15--




Au Dahomey, crit Herskovits, et proablement aiHears
sur la cte occidentale, les membres de la dasse dirigeaute
etaient de riches proprietaires qui s'adonnaient a la produc-
tion sur une large chelle, utilisant pour cela de grands nom-
bres d'esclaves. Ces eselaves etaient confi6s a des surveil-
lants qui en avaient. la responsabilitW devant leurs emplo-
yeurs auxquels ils etaient souvent rattaches par les lies dn
sang. I1 n'est pas necessaire d'insister sur importance de ce
fait, puisque non seulement 'eslavage auquel les Nirs fa-
rent reduits dans le Nouveau Monde leur etait familiar mais
le travail sur les plantations ne leur etait pas inconnu non
plus. (1)
n imported de pr6ciser que tous le, Etats africains don't
nous avons parl6 plus haut s'6taient constitutes, en g6n6ral,
sur les ruines de la commune primitive autochtone ou sur
les ruines d'autres Etats qui avaient, au pr6alable, detriuit
cette m&me commune primitive; que tres souvent, cette des-
truction se faisait par des peuples strangers envahisseurs qui
se constituaient en classes dominantes esclavagistes. L'on
comprend sans peine qu'au course de tous ces bouleverse-
ments sociaux, des masses d'esclaves aient 6te disponibles
pour.... 1'exportation. Du reste, 1'existence m nme de ce traffic
aura pouss6 puissamment a la liquidation des communes pri-
mitives africaines.
Tels sont les 6l1ments africains qui, transports & Saint-
Domingue, constitueront la masse des esclaves: leur labeur
servile 6reintant sous le fouet du commander assurera la
prosperity inouie des colons de Saint-Domingue et des gran-
des villes m6tropolitaines du commerce triangulaire (2)
Rouen, Nantes, La Rochelle, Bordeaux et Marseille.
Dans le creuset de leur nouvel habitat, les esclaves aban-

(1)Dr. Catts Pressoir, Genase d'uae Nation dans la Revue de la Sociegt Haitienne d'Blis
:, et de Giographie. V. 19, No. 69, Avril 1948, p. 36.
(2) Le commerce se fait dans le circuit suivant: Europe-Afrique; Afrique-Antilles .t In-
tilles-Euroipe. II conmmenee dans les ports nCgriers d'Europe oi 'on enibarque les marchau-
dises de la traite; ii continue par le troc de ces marchandises centre les esclaves sur lee
ri.tes d' frique; de li, les nigriers se rendent aux Antilles oia ils bhangent leur cargai-
son contre les denries coloniales (tabac, products tinctoriaux. sucre de canne, cafe. etc..)
'Sur un commerce general de 175 millions environ, dit Gaston Martin, i la veille des gran-
des guerres de Louis XV 100 & la sortie, 75 & l'entrie les lies en assuraient plus du
sixiime; 30 millions, don't 20 aux entries ct 10 aux sorties; 600 navires itaient neaessaires
pour ramener en France le sucre que nos raffineries de Rouen, Nantes, La Rochelle, Bor-
deaux et Marseille, ri tiil6diai.nt dan i touted I'f urope oit I'Anglcterre etait presque par.
tout supplanted*. (Voir ouvrage citi, p. 105).





donneront peu a peu leurs coutumes tribales trop particulid-
res sous la pression des nouvelles conditions generales d'exis-
tence: la religion du vodu (vodou) des Ewes, matinhe du ca-
tholicisme des maitres impose d'en haut,imergera comme re-
ligion gen6rale des esclaves tandis que la n6cessite de cor-
respondre avec la caste dominant et aussi entire esclaves d6-
terminera la formation d'un dialecte commun valuable non
seulement pour Saint-Domingue, mais egalement pour les
autres Antilles franchises et la Louisiane: le creole compose
surtout de mots frangais d6formes (1).
D'autre part, comme il arrive toujours lorsque deux ra-
ces se coudoient jout et nuit, les interdits sociaux, qui, du
reste, ne s'affirmaient pas bien fortement dans les premiers
temps (2), ne purent empecher les contacts intimes entire les
deux 6l1ments ethniques. Et il en sortit les gens de couleur
ou sang-mle's.

LES CLASSES SOCIALES ET L'ETAT DES RAP-
PORTS SOCIAUX A ST.DOMINGUE EN 1789.--Ainsi,il y a
avait trois castes fondamentales(3) d'hommes a St-Domingue:
lo. la caste des colons blancs; 2o. la caste des affranchis (ma-
jorit6 mulatre et minority noire) et 3o. la caste des esclaves
majority6 noire et minority mulatre). A la veille de la Revo-

il) I'usa'. quotidie:: In mnoen de communication entire Noir et Blanc on entire des indigenes
de langues diffbrentes...............
limits et eniployves par des 'trang,'rs s'affaiblissent grammaticalement et phonitiquement et
deviennrnt ainsi des outil plus faciles a manier; lea phonemes non usnels, les distinctions
omrrnpliqubes d tons. la surabondance des classes nominales, les constructions grammati-
cales difficiles. les mots peu usit-s disparaissent; on autrement dit: il y a une evolution
rapide niT die la Inve'it'~- d1e t uit ce qui est complete vers ce qui est simple et maniable:
*1 -c t;barrassa de tute ril'hee de former perCue coinme un fardeau et, en mgme temps,
Svo.'abulaire s'erichhit par vie dl'eniprunts ou de formations nouvelles,. (VoCir D. Wester-
miann.Ler Langues ,r I'Education. piublib'e come second parties a la suite de: Les Peup!l-s
,r Cirili.sitions de 1' 4frique. di H. Baunmann dbji cite, page 471).
(2) raise les pr>iug;s 'ataient invounus. Le. flibustier n'itablissait qu'une ligbre difference entree
1P it'-gre afriain et I'engag etirontpcin: la servitude btait i pen prEs tell que dans I'anti-
rquit. Si la condition de I'esclav nuir s';iggrava dans la suite, ce ft l'effet de lois t er-
inoh!iquite implacable. De. m'iire qu'aux Etats-Unis l'esclavage empira en raison des sue-
re-. ,htenu dlans la culture dn coton et de la canne a surre, ainsi a St-Domingue l'esela-
'.a e dnlint iltumt.:ain d:an la lmsure mn'-ll oui la grande culture ft Ie dveloppement des
indu-trics a:rtlxes Ir'edircnt le maitre insensible a tout autre sentiment que le dsir du
gains. (Dr. Catts Press|ir. tudice dC ia citr. p. 371.
(1)-\ part les grands blanks hatss fuiclliliaire.. grands planters et grands nigociants)


-18-





lines et le h6ros de la Crete-i-Pierrot, Lamartini"re, qui
trouvera une mort sans gloire dans cette besogne indigne de
son grand courage. Cependant, lorsque la certitude du reta-
blissement prochain de l'esclavage et la rage homicide du
cormmandement francais d6sempar6 mettront les officers
indigenes et leurs troupes dans la nkcessit6 de reprendre la
lutte pour la mener a sa consequence inevitable: l'Ind6pen-
dance, I'arriere-pays en armes constituera inconstestable-
ment leur carte d'atout.
Ainsi,du cot6 des esclaves,la situation ne fut jamais de tout
repos pour les colons qui, positivement, se tenaient sur uno
poudri6re sans toutefois s'en rendre compete d'une fagon
exacte, come la plupart des classes dirigeantes qui pensent
toujours de leur ordre en terme d'eternite (1).
Si nous passons aux affranchis, nous constatons que leurs
interets de classes sont contradictoires: ces homes libres
ou plus exactement, la fraction privil6gi6e de cette caste
ont conquis de haute lutte une position tris solide a Saint-
Domingue, puisqu'en 1789, ils possedent le quart des escla-
ves et le tiers des proprikt&s (2). Sur la base de cette posi-
tion, les grands propri6taires de cette caste avaient partio
li6e avec les colons (3) mais la politique de caste rigide de
ces derniers et de la M6tropole liera, en definitive, le sort
des affranchis au sort des esclaves:

trateurs de Saint-Domingue au Ministre, dat6 de 1755, com-
mence a remplir la colonie et c'est le plus grand des abus de
la voir, devenue sans cesse plus nombreuse au milieu des
blancs, I'emporter souvent sur eux par I'opulence et la ri-

il) 'lor que Ie' .vlremenirts r'volutionnaires ktaient djij en couT &I Saint-Domldage,
i; .-:i re qur .lr ,: ,I. Sa.int- \l-r boriiait du negre: tI.e fait aetuel, c'est que le nigre
-.t lda 0 un t tatt ide l -ghrl.ratihn r'elle comparativement A l'europ|en civilian. Cet 4tat eat
tel qn'il autori-s soti tenlir que- cette degeneration qui eat, peut-ttre, I'ouvrage deo *ii-
lest. voudrait d'autr"e sl;,-I.; |l.otir que ses effects genbraux disparusseat tout i lait t ot u
c,,,.our I .le cau.s et ile \oloti". i, iint il .t difficile lde supposer la reunion subite, (qtl l-
!ui- .Sl isAint que vt esp c ir pl;.c.-s trees. tOuvrage cite, p. 73)
(2)Dbclaration fate par le mulatre Julien Raymond dans un discourse de defense de ta
iaste prononcr a a -ance du 14 Miai 1791 de I'Assemblie Constituante de France (V. Co-
lonel Nemours. Histr i ie Mliitire de Il guerrr d'Indipendanrc de Saint-.omningue, edit. 1925.
tome I. p. 30.
(3)Les decrets d'affranchissement gdb6ral de 1793 provoqueront le m.coutentement do
tous les proprirtaire d'iesclat-. hlmm.-, de conultur Let ngres libres comIpris. (V. Dorsam-.
il, outrage cite. p. 92)




chesse.. Lear 6turte .mm de le inm ettre em en cse
chaque annme le produit de leur sre ves s deriamt ar
rogants parce qals sent riches et dam la rpenatim q'U
le sent. Dans bien des quartiers les ps beaux ieMs ser
en la possession des sang -M Leurs mbitati s set e
repair d'an grand nomzbre desdaves fugitims On ls eit
aspirer a monnter aux revues de Ia ailice, i& me cuigmt
pas de se juger dignes de reuxplir des emplhis dams ctte -i
lice, et se croient trbs en etat d'eccuper des places dams I
judicature. En sorte que, poar pen qua'n ceftieue a leur
permettre de changer ainsi lear tat, il arrivera q's per-
viendront a fire des mariages avee des gems de fmmills dis.
tinsgues du royauame. (1)
Pour emp&her les affranchis de pousser plus avant leur
movement d'cmancipation, voici les measures que proposait
le Conseil de Port-au-Prince:

lo. de relIguer dans les mentagnes aqu'is dficherent teas
les sang-mkIs jusqu'au degr6 de quarters; 29.L dirre
la gestion de tos les biens en plaine anx sang-mis, 3*.
de leur difendre d'acqurir dans la plaine amcm ammeatke;
4o. de lear enjoindre jusqu'au degri de quarteram iancmi-
vement et a ceux qui adt spouse des geas de cewleur jsquI'
ce degr6 de vendre tous les eseaves quils possdeat, seas
un an pour tout dLlai.
Et le Conseil continuait par cette predietion qui devait se
realiser beaucoup plus t6t qu'il ne le craignait:

cCar, ce sent geas dangereux, pls amis des escaves amx-
quels ils tiement encore par hien des lens que do mues.
Dans une revolution, is secoueraient les premiers un jing
qui leur pbse d'autant plus qu'ls sent plus riches, qu'Is
prennent I'habitude d'avoir des blanes a leurs gages. (2)
Si les desirs extravagants des blancs du Conseil n'avaient
jamais pi etre comblks, il ne reste pas moins que les affran-
chis 6taient des honunes diminues, sans aucun droit poiti-
que et soumis a des vexations insupportables tells 'inter-
diction de sojourner en France (edit de 1777), de contraeter

(1)Celoal Nneus. o su oia* p. 33. Texte tire des Note. Hiatoriques d. Mexoa
de Saint-MWry.
(2)Colo.el N~emu onwMg o, p.f 31.


--21-





marriage avec des blancs (6dit de 1778), de porter les memes
habits que les blancs, d'etre appel4s monsieur et madame
(edit de 1778), I'interdiction de certain m6tiers, de certain
grades dans i'armne, la discrimination dans les 6glises et au-
tres lieux publics, etc...
Ernin, les colons, quoiqu'ils constituassent la classes domi-
nante, n'en avaient pas moins des revendications urgentes
puisqu'ils pr6tendaient, sinon r6gner en maitres incontest6s,
mais au moins, b6n6ficier de l'autonomie la plus large afin
d'etablir dans la colonie i'ordre int6rieur qui leur convenait
Ie mieux et de briser l'6treinte du Pacte Colonial, qui les
empchait de commerce avec les pays strangers en r6ser-
vant a la Metropole l'exclusivit6 des importations et des
exportations et 6galement l'exclusivit6 du transport ext6.
rieur de Saint-Domingue. (1)


tl)Un ,dit d'O ctuble 1727, qui -rt-,urna pourtant asset< Iomplltenellt 1 lia gislation an-
:.r,:;:r .,t fut asset icun modifi' dans la suite, pour qu'en 1771 encore Petit (Droit public
g- ou .-rn-ment des ,olcnies, 1771. t. II, I. .85 et suit.) Il consid-re counne formant .a
Lase du droit en ces matieres> (Pierre dle Vaissibre, Saint-Domingue, p. :0) dispose:
I\r:~il. let. -- D)fendoius a tous nos sujets dans notre royaunme et dans les colonies
--,wmises i unotre obbissanuc de fire vctir ldess pays ~trangers et colonies itrang&res aucuns
n-gres, effects, denre6s et marchaudises, pour Stre introduits daus nos dites colonies, i
irxceptio nieaimiinii., des chairs sales d'lrlande.
Article 11. lDfendonsa.. A nos dits sujets de fair sortir de nosdites isles et co-
lunies aucuns ucgrcs, efklts, denr'ies it iiarchiaidiscs, pour ire cn\oM's duns les ipals itrat-
g<'- ouii ~U c ineI etriang res. e l'trult:.,t- .ia.imttn- ii nx 't. 'gOuiantII frtllnai- Ii p rter 'i.t
driture dI t o: isles d'Amtnrilque *danI lea ports d'Espagitu les sucres de toute espece, a
I'exception 6t,. sut re-, brlts, tlenslItilc routes les Illarchialdises du cru des colonies.
r article 1l*. -- Les rtrangai- lit- louirruoit abtrder avec leurs vuisscaux ou autres bati*
iments dans e-s ports. tanses t rtdes d ti n S iSl,-.... (il Mtrralu de Saint-M.lry, Loix et cons-
tttutioits.... I. Ill, p. 224-236).
De plus, une ordonuance du 4 mars 1699 zdtlfenl, sous qucliue prttexte que ce soit, lPint
,portation des espices td'r ou d'argfiit dans l>-s Ishis an lieu de marchandises et d'entbarquer
il'Jutres nlm)njiiiea qtue lilies (qui snlt ablsIoiliui'ent nitcessai'csi lou)!r les drpetlsesn iniprtls\es
des bitiments, a peine de confiscation des i.du,.s i'.xctll.',, ti' :!.Ot)00 lives d'anmetlnde
centre lee proprietaires ds esp&ces rt de six mois de prison centre les capitaines, (Mo.
reau de Sai;;t-M.Iry, Idcm, t. 1, p. i'25).
Et Petit explique colntme suit le systnllc:
cLa France inianqueuit son p|tincipal otbjet dans l'itabliasement de ses colonies, c'est-it-
dire le dbbouctwl de ses inarchandise-,i doiii t I- rti-hurt.s t. i ditnri.s di It., pa\, iourlii-st;u
Sla balance tie son cotuttlerce aicr l'tlinaiger eln Europe, hi l'armnatuur pouvoit n'emporter
que de l'argent et ne se prot-urtlr soln hll argenillet qu'luver id 1'argentl, itt U i, d'ull autrt
c6ot, P'habitant pouvoit dtiboulcher ailleurs ses dt'nr.es et se procurer les marchandises do
France avec dI I'aiti nt. L. Idotinult t l, it, ,.ini, il. |tc It-.S rtolllin [itils o l done .trc et ne
sauroit ktre qu'un onllilertve d';..lhaIge, ,'...li-ldire 11 tro. d,.s iniartha.dlllises at importer
de France a*ve les denltefs A \xpuortcr dt. chaiut ilt., cl niion in u cot.eiiicre eln itspt-.
ces mounoyiens. (ldcm, p. 360-3,1, rappourtl pair P. de Vaiissirt.. Idem, p. 31, note 1).
Si l'ou ajouti qtue I a li in terdti la s rtl tie tu rvt d trtie I .L ., I, lIt rafltill. q it'un ar-
rkt du Conseil du roi du 21 Janvicr 1681

-22-




LE MARRONNAGE, LES EMPOISONNEMENTS ET LES
AVORTEMENTS, EXPRESSION EXACEBBEE DE LA
TENSION DES RAPPORTS SOCIAUX. Nous venons
de voir combien les rapports sociaux sont tendus a 1'int6rieur
de la society colonial de St-Domingue. Cependant, ce serait
ne presenter qu'un aspect fragmentaire de la reality, ne don-
ner qu'une id6e affaiblie de cette tension des rapports so-
ciaux, qui va fire 6clater la soci&te esclavagiste saint-domin-
guoise que de ne pas appuyer davantage sur les hors-la-loi
du rgimhe, ceux-l qui ne l'ont jamais accepted et qui, au
prix d'une resistance prolongee et heroique, ont su toujours
maintenir de-ci, de-la, aes foyers de liberty. Jean Fouchard
vient de nous doter d'un livre emouvant sur i'Histoire de
Saint-Domingue: Les Marrons du Syllabaire. 1I reste a en
ecrire un autre peut-itre plus important, car il presentera
une fresque pique et gigantesque, la toile de fond du mou-
vement d emancipation de notre communaute: Les Marrons
de la Libert6. (1)
Nous avons deja relate 1'epophe du Premier Marron de
'ile: le Cacique Henri. Nous avons dit que sa tradition de
lutte s'6tait conserve et que le Bahoruco avait et6 le Bou-
levard de notre Independance.
En effet, deja parmi les r6sistants du Cacique se trou-
vaient des Negres, qui inqui6taient a ce point les Espagnols
que Barrio-Nuevo exigea la collaboration du Chef Indien
pour leur capture. Il faut supposed que l'operation n'eut pas
tout le success escompte ou tout au moins, que ces premiers
marrons n6gres eurent de dignes successeurs, car rendani

des isles et colonies frauqnaises de l'Amn rique, d'etablir a l'a1 eair aucune raffinerie esdites
isles et colonies* (Moreau de Saint-Mer, Idern, 1, p. 395-396) et que le uecre rafWim dn
colonies elt durement tax6e i son entree en France, I'on comprend touted r'conomie du sys-
tlme: les colonies n'ont pas d'ertinomie autonuoic et sont astreintrs a rE-server leurs ma-
tibre. premieres pour la Mitropole qui les paie cu ses propres marchandises manufacture
(1) <...On sait ce quest le marronage; c'est I',tat de I'esclave qui a rompu son ban.
et vit en outlaw dans les muntagnes. Mais il u' 'Nit presque jamais seel e Partat mrW-
S.: ... ... .. n nl- flan.. l"a hoias fortifies




compete de la situation de 1'ile de Saint-Domingue en 1665,
Charlevoix 6crit:

cOn comptait en 1665 dans I'ile de St-Domingue, environ
14000 Espagnols, Metis et MulItres libres, et l'on pretendait
que le nombre des Esclaves etait plus grand. Outre eela a
7 lieues de la Capitale, il y avait environ 1200 Nigres fugi-
tifs, qui s'6taient cantonnes et retranches sur une Monta-
gne presqu'inaccessible, et qui faisaient contribuer tout le
Pays, et la Ville m&me. (1)
Les Frangais 6taient A peine installs dans la parties occi.
dentale qu'en 1679, Padrejean, un ancien esclave espagnol
fugitif, pourtant affranchi de ce c8t6-ci, soulevait des escla-
ves venus 6galement de 1'Est et mettait en danger la sucu-
rite des personnel et des biens dans la region de Saint-Louis
a Port-Margot. Padrejean et ses compagnons s'6taient retran-
ches tagne de Tatare, et qui est entire les quarters de Sainte-
Anne et de Saint-Louis>, et de 1l, portaient la terreur aux
habitations environnantes. Toujours d'apres le Pere Charle-
voix, le Gouverneur, M. de Pouancey, qui etait alors au
Port-de.Paix, n'6tait pas peu embarrass canaille>:

dl lui fichait d'exposer de braves gens a pirir par les
mains de vils Esclaves, don't tout le sang ne vengerait pas
assez la mort d'un seul Frangais; et il 6tait meme douteux,
si toutes les troupes, qu'il etait alors en 6tat d'envoyer cen-
tre eux, suffiraient pour les forcer. Aussi s'apergut-il, lors-
qu'il parla de les attaquer, que personnel ne voulait courier
les risques d'une expedition, ou il n'y avait, ni honneur, ni
profit a esperer. (2)
Enfin, une vingtaine de flibustiers, de passage au Port-
de Paix, tirerent d'embarras nos sang-bleus apeurbs: ils ac-
cepterent la mission perilleuse et reussirent a d6loger les re-
volt6s, qui gagnerent la parties espagnole.
Douze ann6es aprIs, le Major de l'Ouest, Mr. Deslandes,
e paine revenue d'une attaque des Anglais, eut A faire face




au Cul-de-Sae & un coaplot foamn par 2 Nagrie pamr
massacrer tous leurs maitres, et s'emparer des haIbatios.
La repression fut terrible quoiqu'il n'y eft eu mWme pas
un commencement d'ex&cution:

cDeux Nigres de la conspiratie a avaiet isk s
quelques indices, et en avaimet d'abed nemm ls Chel
On les mena a M. Desimles, qui les fit mettre a n ques-
tion pour savoir les compices, et iis em m mr-eat psie
qui furent pareifBeent imtrregs. On travaiff etmie
instruire le process des ceopaMbes, et le Major fit p-r cei
une assemble des Officiers de Milice et de Justice, a k-
quele il prisida. Deux jours apres deux des Ches de la
Conspiration farent rempus vifs, tris autres emret am
jambe coupe le lendemain, et i en eat cm dex, qal fe-
rent condamnis 'a tre rompas, ais its taint fa ite.(l)
A propose des fugitifs de cette conspiration, le Pre Cabon
6crit:

cll est vraisemblale qu"ls meneret a Bahrmue
cette retraite de Negres Imrnms qui fat ma cemntiel dm-
ger pour les cantons veisins jusqu'en 1783. Em 1T1, ils a-
valent leurs avant-gardes au merae Neir (1); les chasseurs
ie la region, sommis de les powusuivre, s'y refserent; ea
accusa ces chasseurs d'aveir iat"t a maintenir ae refuge
de Negres marreos a qui, disakt-e, is foraissaiet, i grand
profit, des fusls et de la peudra Galifet ordea me 17n
une expiditioa centre les marred~ de cette rgism. (2)
En Mai 1697, 300 esclaves se rassemblirent au Quartier
Morin de la Petite-Anse mais furent diserses sans violence:
le nombre des coupables 6tait trop grand pour les punir tous,
d'autant plus que c'aurait et- la ruine de plusieurs habitants:
on eit voulu sevir seulement centre le Chef de la conspira-
tion mais il avait eu le temps de se mettre a covert daas
la Partie Espagnole.
L'extension du marronnage et de sa consequence neces-

(1)P. Chaletoia dem, p. 235.5.
I1) 4Le Mona Noix, aimu aomm& pour sa aspect sombre, limited au aodl la ditpressio qui
forme lvI hates vUl6es a P1est, do la Gride Rhixe t Cutd-Sd et, r'oARet do La
Grade Rivi4te ide L6ogae i fait face at Moane La SeLUe~. (Note da P. A. Caboa)
24 A. Ca boa. Histoire J'Ai", tome I. p. T
3)P. Charevoix. Idea, p. 354.355.


--25-




saire: le vol porta les Autorit6s b prendre des measures de
protection: une ordonnance de 1704 interdit aux esclaves d'a-
voir des chevaux en propre et de tenir des reunions de nuit,
m&me sous la forme apparemment innocent de danses; une
ordonnance de 1705 porta interdiction aux affranchis de re-
c6ler les esclaves marrons et les objets voles, sous peine de
perdre leur liberty6 et de faire perdre la leur aux membres
de leur famille et enfin, le Conseil de L66gane, suivi par ce.
lui du Cap en 1707, ordonna la formation d'un corps de ma-
r6chauss6e dans chaque quarter de son resort destiny A la
poursuite des Negres marrons: la mar4chauss6e fut surtout
compose de Mul&tres et de Negres libres, et aussi, d'Escla-
ves a qui l'on promettait vaguement la liberty, car les
Blancs ne pouvaient pas s'adapter & un service aussi peni-
ble et dangereux. (1)
Les measures de rigueur adoptees n'eurent pas I'effet es-
compt6, et le marronnage continue a& tre une plaie end6-
mique de la socidt6 esclavagiste: il 1'6tait surtout dans les r&-
gions montagneuses, limitrophes de la Partie Espagnole don't
les Autoritns montraient de la mauvaise volont6 & favoriser
le refoulement et la capture des Esclaves fugitifs, qui cons-
tituaient de la main d'ceuvre A bon march. En 1719, il fat-
lut diriger ,une expedition centre les marrons du Bahoruco
don't le chef Michel fut capture. En 1720-1721, il semble que
des Esclaves assembl6s au Maribaroux s'6taient choisis des
Chefs: i'ordonnance du 11 Janvier 1720 renouvela les pres-
criptions de l'6dit de 1685 centre les attroupements d'Escla-
ves et celle du 27 Mars 1722 cr6a une compagnie sp1ciale
de mar4chausse, en champagne sans cesse alors que la ma-
rechaussee ordinaire n'6tait tenue qu'a deux jours de battue
par semaine. (2)
Nous avons vu que la mar6chauss6e 4tait surtout compo-
see de Mulatres et de Negres libres, et aussi, d'sclaves a
qui l'on promettait vaguement la liberty: elle n'6tait pas Par-
me voulue, de par sa composition ethnique:

cDans les premiers mois de 1724, la tranquillity fut trou-

(1)A. Cabon. Idem, p. 78.79.
(2)A. Cabon. Idem, p. 111.


-w6--




blee dans le Nord- par les d6vastations des marries; me s'e
plaignait depuis quatre on cinq ans sans que cependant des
poursuites r6glees eussent 6tW commanders. Chastenmye en-
treprit done de deloger de leurs mornes les fugitifs. Ms les
affranchis refusirent de marcher centre ceux qu'is appe-
laient leurs allies; il falut pour les y d6cider une ordomnan-
ce du gouverneur du Cap et la menace de pines sveres.
Le chef fut pris an Morne a Montegre au-dessous di bourg
de la Tannerie entire la Grande Rivire et Limonade: ctait
Colas Jambes Coupes; il fat ex&-ut au bois de Lancev.(l)
En 1728, nouvelle battue au Bahoruco: Charles Baudouin,
qui sera port peu apres au commandement des milices de
Jacmel, parcourut cette region, y capture 46 marrons, qui
furent amen6s au Cap et condamn6s a la chaine. (2) En 1733,
une deuxieme expedition permit la capture dans la mame
region de 33 Esclaves fugitifs, qui eurent le meme sort. Vers
cette 4poque, en 1730, les marrons de Nippes poussaient jus-
qu'a la Grand'Anse et y ravageaient les habitations de la
region: leur Chef Plymouth fut tu6 au course d'une battue
mais en 1734, il fallout marcher contre Polydor et sa bande,
qui terrorisaient le quarter du Trou-de-Nippes: un Esclave,
qui recut en recompense la liberty, permit d'arreter le Chef
marron, qui fut tuW dans la plaine du meme nom.
II est assez curieux de noter que vers la meme 6poque, le
marronnage connut une recrudescence particuli6re dans les
Antilles, notamment a la Grenade, A SuriEam avee les re-
Sl-les Sarameca et a la Jamaique avec les Ind6pendants des
Montagnes Bleues: les milices purent a la longue avoir rai-
son des rebelles de la Grenade, mais a Surmam et B la Ja-
rnaique, o~ le movement passa au niveau d'un movement
general pour l'Ind6pendance, il fallut faire venir sp4cial-
ment des troupes europ~ennes. Les rebelles Sarameca reus-
sirent meme A imposer des traits & la 'MItropole.(3)
A part la forme ouverte de marronnage don't nous avons
parl6 jusqu'ici, il y en avait une autre plus subtile, et, par
suite, plus difficile a combattre:

(1) A. Cabon, Idem, p 146-14.
(2) La peine de la chain consistait & tenir constamment attaches i la mme chaine quel-
cques condamnts et a les assujettir ainsi au travail: (A. Cabon, Idem, p. 165)
(3)A. Cabon. Idem, p. 147-148.




(Les esclaves eux-m&mes, surtout les creoles, s'echap-
paient des habitations, se rendaient dans des quarters 6loi-
gn6s, portaient des armes pour se donner l'air d'etre libres
et vivaient d'expedients, prets a servir toutes les causes. Non
seulement les homes, mais les femmes se donnaient ainsi la
liberty, ces dernieres trouvant sans peine a former menage
au loin,. (1)
L'Administration colonial avait bien reagi contre cette
ierme subtile de perturbation de l'ordre esclavagiste mais les
dclinquants 6taient presqu'insaisissables:

quality de Libres; or nous avons vu que la police etait inca-
pable de ramener aux ateliers les faux-affranchis; ceux-ci
avaient mille moyens d'6chapper aux recherches. Un arret
du Conseil du Cap avait enjoint aux nouveaux Libres de
faire enregistrer aux greffes des jurisdictions de leur domi-
cile la ratification de leur liberty et aux Libres de naissance
d'y faire verifier les titres de liberty de leur mere (7 Avril
1758). II etait de m&me defendu aux juges, greffiers et no-
taires de reconnaitre pour libres et de passer come tels, en
aucun acte, ceux qui n'auraient pas justifi6 de leur liberty.
Cet arret, vingt ans plus tard n'avait pas encore 6t6 commu-
nique au Conseil de Port-au-Prince, en sorte qu'il restait
dans la plupart des cas lettre morte, par la facility de le tour-
ner en changeant de juridictionm.(2)
Ainsi, la classes dominant de Saint-Domingue 6tait im-
puissante contre cette forme subtile de marronnage. Elle 1'-
Lait presqu'autant contre la premiere forme, a ciel ouvert,
,rganis6e et 'es armes A' la main. Certes, dans les regions
d'acces facile et de defense difficile, les colons obtiendront
des r6sultats mais en definitive, leurs efforts resteront im-
puissants contre la Citadelle du Bahoruco. La se maintiendra
un foyer permanent d'insurrection au point qu'en 1785, le.
Autorit6s des deux Parties de l'Ile durent se r6signer a trai-
ter avec les insurg6s, apres deux dernieres tentatives infruc-
tueuses de les soumettre par les armes en mars et octobre
1781.
En effet. un habitant des Anses-a-Pitres, Saint-Larry com-

(1) \. Cabou. Idem, I'. 30:
(2) A. Cab.ni. 'em, p. :306-307.


-28-




menca en 1782 des pourparlers avec les insurges. Les deux
Administrations espagnole et francaise encouragirent l'ini-
tiative. En 1785, Desmarrates, qui avait continue les pour-
parlers, vint a Port-au-Prince avec deux chefs marrons. Les
Autorites de la Partie Francaise sollicitirent du President
de l'Audience Espagnole, don Isidro Peralta, l'octroi aux fu-
gitifs de la liberty et des terrains d'6tablissement. L'Adminis-
tration Espagnole fit ces concessions le 4 Mai 1785 et dep4-
cha A Port-au-Prince don Chavez de Mendoza pour des ar-
rangements d4finitifs. L'envoy6 espagnol et Desmarrates se
rendirent au Bahoruco le 28 Mai 1785 et au nom de leur
gouverneur respectif, conclurent un trait avec le Chef des
Marrons, Santyague: les marrons voyaient reconnaitre offi-
ciellement leur liberty sous la condition de cesser leurs in-
cursions centre les habitations et de soumettre leurs compa-
gnons r6calcitrants: de plus, les fugitifs qui accepteraient a
abandonner leur retraite et A s'installer en des lieux disi-
gn-~3, jouira'ent de lear pleine liberty:

(Ce trait fut ratifi6 par les Administrateurs le 12 Juin
1785 et confirmed par le ministry. Quand on en vint a l'execu.
tion en f6vrier 1786 les marrons refuserent de quitter leurs
dtablissements, mais ils tinrent leur promesse de vivre d6
sormais en paix. Ils continuerent A jouir de la meme ind6-
pendance qu'ils s'6taient precedemment assure. Ainsi finit
apres 80 ans d'alarmes cette menace constant de d6pr&da-
tions qui pesait sur toute la plaine du Cul de Sac et sur la
dependance de Jacmel. Dix ans apres leur soumission, ils
formerent, au milieu des troubles de la Revolution, le noyau
des bandes qui s'opposerent dahs les hauteurs de Port-au-
Prince aux troupes de Rigaud et de Toussaint*. (1)
La Revolution de 1789 qui libere les forces explosives de
la socite de Saint-Domingue, va permettre aux Marrons du
Bahoruco de sortir de leur forteresse, d'agglom6rer a leur
noyau les esclaves r6volt6s et de peser d'un poids enorme
dans la balance: les Romaine-Ia-Prophetesse, les Halaou, les
Lamour D6rance surgissent sur la scene come des Chefs
'ntreprenants, qui s'opposent souvent a la Coloniale dans un
duel a mort: le duel des Negres bossales et des Negres creo-

I1B A. (:abnn. Idem, tome II. p. 433-43t.


-29--




les, et l'Histoire officielle est infiniment injuste vis a vis de
ces homes frustes et en g6n6ral, plong6s dans les supers-
titions les plus grossieres mais qui avaient su briser les
chaines de l'esclavage bien avant 1793. Le plus grand hom-
mage que l'on puisse rendre aux ind6pendants irr6ductibles
du Bahoruco, c'est de reproduire les passages suivants de
deux documents de I'6poque 6manant des Chefs des Anciens
Libres. Le premier est extrait d'une lettre que les p -;nci-
paux Leaders des Affranchis de l'Ouest ecrivirent aux Com-
missaires Civils quelque temps apres que le 21 Novembre
1791, les Blancs de Port-au-Prince eurent dechir6 le Traite
de Damiens du 23 Octobre 1791 a coups de fusils:

cMirebalais. 15 Fivrier 1792
4Aux Commissaires nationaux civils
cLa municipality de la Croix-des-Bouquets nous a donned
communication de votre lettre du 11 de ce mois. Toujours
prits a nous conformer a tout ce que vous nous prescrivez,
nous nous retirons, pleins de reconnaissance des services
que nous ont rendus les habitants de la paroisse de la Croix-
des-Bouquets... Les citoyens de couleur de la vile de Port-
au-Prince, dans I'impossibilit6 de rentrer dans leurs foyer-
et de rester en proie A la fureur de leurs ennemis. vont sr
retire dans les montagnes; la, ils attendront avec patience
que la tranquillity soit parfaitement r4tablie, avant de son-
ger a leurs proprietes.
dIndignement trahis par les habitants de cette ville, chas-
ses de leurs foyers de la maniere la plus barbare, assassins,
pilOs, incendi6s, ils vont trainer leurs jours infortuns dans
des pays, oi ils ne sent pas certain de trouver m8me des
moyens de subsistence: heureux, si la persecution ne les y
pursuit pas, et ne les force pas de se refugier dans les mon-
tagnes de la parties espagnole. Les bois et les rochers 4lvent
naturelement dans ces climats barbares des remparts assu-
res centre 'injustice des homes, et les antres des bates f-
roces offrent aux malheureux qu'on persecute, des retraites
olus agr6ables que le sejour empestif6re des villes. oi rk-
gnent souverainement le despotisme et I'inhumanite.
cSign6: Pinchinat, Beauvais, Daguin fils, Favrelle, Jer6-
me Dubuisson, Papelier, Isaac, P. J. Beaulieu, Montas, Bel-
levue-Mahotiire, Aubran, Gillard, P. Pellerin, A Lepestre,
Borno, D6Ieart, Marc Borno, Lamarre Beaug6e. (1)

(1) Saint-RVmy (des Caves), Prtion et Haiti, ;dition 1854, tome premier p. 1417-148.




Une note ue Saint-BZn& (des CayPs) r, gg1 qd'a ae
6poque, des centaines d'esclaves de Ia Patr PFmuse Yi..
vaient dans ui complikte hiuIpeuhuee 'a rabi de ces mur-
tagres et que le Goavenment avait de trew A
ainsi, les Leaders des. Affraehis de I'Ouest OIes kZ i-
traite.... sur des positidoi pepa~res d&avance grimau cou-
rage mlomptahie et ii a peserane des SaiyaPm et de
leurs compagams de lutte-
De son c&6, Andr- Rigaud proclamnait aixr nxxvewm Li-
bres alors que I'itervention --lavagisbo anghaiso faimA ta-
che d'huile et menacait ]a hiberti, grie i Ila tr-aism des
propriktaires de tout poil de b&tiI hummina

cLa Ceasmie u'aet-ee pks hobbie qu pw dks emoba-
teurs et des trbares... Le F~at U-iak a suwi Fe
qu'avaient dmim J&4mike S-8, en O
plant Irenui surle tew ufre de 1a Le Pwft AM-
publikai a Wt~ Nv au AngbI&


nEt vow afticainz, an l rk I Sams "i at t -f s m m k-
faits de Ia Rvpulqun: f tes uwes, et Von 01 0
porterez disenraiS ai e cette dimMi qul d* b br
rablo de Fb1% uo lare Vow saw. difeake Us aiself qu
la France vow a s1e1fain -,e at xeeam. Now UMMOM
avec vow une faul de frires, to heurea & wo be&-
heur, tosS caudiits per lee 6 1, wamx s, &on vawvem
los tyraus et Iee e emis de Wogw1i et AMt! quo a& bhi-
ser porter afteht. vefte f@rte, kimbn b~hrw awe
vous cM MiesU R do tent teuis I t ad ad as am
honmes pewsudetk. Now sawum new y uowbe redntar

Certes. comme le fait remarqmer le Nie Cab)", le mar-
ronnage n'a janiais cukaini Saint-kA4D gue g er un matk
vement g~niral de rivohte maks J1 a su tout au long de am
h~roique histoire aff inner la face du monde esckv 0 k
IPinviolabiitW de nos montagnes birsque s~y tmruvent tffuk4s
des honvmes courageux, dtcixEs & veedre chirement leur
peau: le marronawge aura ii la toilet do fond do motr* mnu-
vement d'inancipation qu'il impulsa puIss naret grace i

i clhirk Duvivier. 3lbSiblafei. G$airdle 00 Ieddq.. CadE. tom L I p.5f


-31-




ses traditions de lutte et A la certitude qu'il fournissait de
l'existence de retraites inexpugnables, susceptibles d'offrir
leur protection naturelle aux forces d'avant-garde en repli
dans les moments de reflux de la mar6e r6volutionnaire.
Le marronnage 6tait, en some, un moyen nature de d.-
fense mais la socie6t esclavagiste constituait une telle mons-
truosit6 que I'esclave recourait aussi aux moyens du d&ses-
poir: il pratiquait souvent I'avoi-tement et Iempoisonnement.
Dans son livre de6j cit6, Jean Fouchard a exhum6 un cu-
rieux R6glement de discipline pour les n6gres, adress6 aux
cures dans les isles frangaises de l'Amerique: ce r6glement
imposait tout un rituel de penitence publique, devant '&-
glise, A l'esclave coupable de 'un des crimes de marronnage.
d'avortement, d'empoisonnement ou d'incendie: les flames
de l'enfer 6taient dramatiquement evoquees pour provoquer
la terreur dans 'Amne de notre pauvre here et l'obliger B re-
noncer A ces pratiques du diable.(1)
Les avortements 6taient courants a Saint-Domingue: l'es-
clave pr6f6rait souvent supprimer le fruit de ses entrailles
pour 6pargner A sa prog6niture le destin tragique de la ser-
vitude. Evidemment, le colon ne pouvait pas tolerer un pa-
reil accroc A la morale: il avait achet6 la femelle africaine
non seulement pour elle-meme mais aussi pour les port6es
qu'il en attendait: il exigeait sa livre de chair, qui 6tait de
la force de travail reproduite a vil prix(2).
Les empoisonnements etaient encore plus dangereux, car
le poison ne distingue point la couleur de ''6piderme: le poi-
son d6cimait les ateliers mais il n'6pargnait pas les maitres
de la grande case:

cOn les signal vers 1738: un arret fut rendu par le Con-
seil de L6ogane le 8 Juillet de cette ann6e, centre les au-
teurs et complices d'assassinat par empoisonnement. Les es-
claves, pour faire tort B leurs maitres, ou se venger de mau-
vais traitements, faisaient perir leurs compagnons d'infortu-
ne; d'autres y out vu des effects de la jalousie ou de la pr6oc-

(1IJ. Fourhard. Le. ltarons da Sllabaire, ~lition 1953, p. 44 et 152.
(2) Joaquim Nabh.'- a reuerilli. dans un manifeste en faveur de I'reslavage, res parole
ii riches de signification: la parties la plus productive de la propri ti eoclare est Ir ventr
qui done le enfants,. (Gilbertr Frevre. Maitres et Escleves, p. 363).


-32--




cupatim de a'ere pms smMs de lems pce dm m pm-
tage dinbil.aia Les bmcs ea xr--es n'& appa mt ps
an flMIu. i semmUe bie pemsrtm q'em mit sqs prme sre
le cempte du paisn des mrts qul iait pLs fare d'ezsp-
quer par ce metif; certaimes pratiques pear di ir es e-
peisoneurs int d'aiHeors ites, ieun qe'ees fmast e
remem. Lammge pemnta nt a'aiste pas i -r1 r ipmm
la perte des deux tiers des eschves mots sur sm h a-
tim. (1)
La pratique des empoisonnements s'itendit i un point tel
avec Macandal qu'ele devint un probIme crucial: ngre
bossale devenu marron, Macandal, qui avait la connaisance
des plants, pratiquait I'nepoisnment a l'chelle de la
Colonie, car il avait des agents un peA partout et qui lui
obeissaient aveuglment: on lui preta le project dextermina-
tion de tous les blanes de Saint-Dmningue.
Macandal fut pris et brl6 vif en vertu dun arrt du Con-
seil du Cap du 20 Janvier 1758. Cependant, les empoisonue-
ments n'en continuerent pas moins, et les colons furent im-
puissants a les enrayer, car cette pratique avait sa raison
profonde dans le regime mkme de l'eselavage.
Ainsi, les rapports sociaux sont tendus I'extr4me an
sein de la soci6t4 saint-dominguoise. Certes, les forces de
subversion n'ont encore jamais muri en un movement ge-
neral mais, a la veille de la Revolution franqaise, chacune
des trois categories d'hommes de Saint-Damingue a ou croit
avoir beaucoup & attendre d'un bouleversement plus ou
moins radical. Aussi la prise de La Bastille et les &v6nements
ult6rieurs qui se d6roulkrent dans la Metropole vent-ils se-
couer la Colonie jusque dans ses assises les plus profondes.
SAINT-DOMINGUE, PRINCIPAL ENJEU DES PUIS-
SANCES COLONIAIASTES DANS LES CARAIB Si,
A la veille de 1789, la situation int&rieure de Saint-Domingue
6tait tell que la Revolution frangaise ne pouvait manquer
d'y provoquer des troubles sociaux aigus, au point de vue
international, d'autre part, la colonie constituait plus que ja-
mais un terrain de rencontre oi devaient s'affronter les puis-


()) A. Cabin. I4.. p. 13.





sances colonialistes de I'6poque, intkress~es a la zone des Ca-
raibes.
D'abord, la richesse de la proie aiguisait tous les app6tits.
D'apres Moreau de Saint-M6ry, il y avait alors 793 sucre-
ries, 3.150 indigoteries, 789 cotonneries, 3.117 caf&ieres, 182
guildiveries ou distilleries de tafia ou eau-de-vie de sucre,
26 briqueries et tuileries, 6 tanneries, 370 fours B chaux, 29
poteries et 50 cacaoyeres, independamnent d'une foule
d'autres 6tablissements connus sous le nom de places--vi-
vres, parce qu'on y cultive des racines nourrissantes, des
grains, des fruits, et que l'on y 6lve des volailles et d'autres
animaux, qui sont autant de moyens de subsistence>. (1)
Le gros cheptel 6tait constituk de 40.000 chevaux, 50.000
mulets et 250.000 bceufs, moutons, ch6vres ou pourceaux.
L'auteur a n6glig6, probablement par pudeur, de mention-
ner les 452.000 esclaves valant plus d'un demi milliard de li-
vres (2). La valeur total des terres, des esclaves et du b&-
tail est estimbe A un milliard et demi de livres(3). Les itats
de Barb6 de Marbois, le dernier intendant de Saint-Domin-
gue (1785-1789), fournissent les donnses suivantes sur les
exportations de la colonies vers la m6tropole:

1788 1789
Sucre blanc livese) 70.227.709 48.000.000
Sucre brut 93.177.512 9.000.000
Caf 78.151.181 77.000l.
Coton a 6.286.126 7.00.000
Indigo 930.000 1.000.0
Cuirs 13.000 20.000
Sirop et tafia (Bouquaut) 26.000
Livres 248.7-.1 .: 226.046.000 (4)
(1) Voir outrage cite. p 116.
12)Voir Ravfort W. Logan. The Diplomatic Relattons f the United States with Nl ti
1776-1891) edition 19t1. p. 4. Le prix move de 1.500 lives par tate d'esclave accept par
Logan ne-t probablement pas trop fort car le chevalier La Barre. venu i St-DomnuBge pour
renflouer -es affairs. informed en 1788 sa femme reste en France qu'il a eachetq hier 10
;tes d'escla.es. 8 nIlgr- et 2 i'-gr"aers d e 18 A 24 ans. bien portants et prits & travailler.
[Is m'ont coftit 25.000 livres... et qu'il a vendu A Mr. de Caradeux un ungre nommin Ama-
i&s, ag ( de -WO 45 ans.t d'une faible complexion. attaqub d'une maladie vin rieame male
,uo potier pour c800 piastres au rordon,. Or. il semble que. come la gourde, la piastre
in cordon valait 8 livrer. sous: ce quii done 6.402 lives (Voir Revue de la Societ; Hli,
ienne d'Histoire, de Gfr-;aphie et de Gitlogie, Vol. 24 No. 88. Janvier 1963. pa 10-11
t 35).
(3)Voir Thomas Madiou fils, Histoirre d'Huiti (Port-au.Priu e, 1847.1818). tome I. p. 41.




VYapre s sstqatistiques eonsutes par ie edr nr N1emmw ,
le commerce gn&ral de la MWtrolpoe en 178T s'eeva i la
some de L.907.762.000 ivres don't Ia colonie absorbait pr&s
des deux tiers (2/3) soit 716.715.962 ivres tomnais.Ce caom-
merce entire la France et Saint-Doingue ni~esstait 75 gr~
vaisseaux montes par 80.000 marins. (1)
La prosperit6 de Saint-Domingue que la France revohi-
tionnaire bient6t d6bordante mettrait a son service ne pa-
vait laisser indiffrentes les puissances coloniales rivals
ayant des int&-ts et des possiilitis d'acticm dans la ame
des Caraibes. Aussi, Saint-Dominge tait-elle un pum, et
un pion de toute premiere importance dans le jeu complete
des antagonismes entire la France, 'Angleterre, IEspagne et
!es Etats-Unis du Nord a peme nks a la vie poitique ind6-
Pendante (1776) mais qui d&jb montrent une telle five de
marches extirieurs et d'enrichissemnent qu'un personal
O'cie' francais de I'6poque aurait considiri les marca
americains come les dHollandais du Nouveau Monde* et
des Juifs> (2). De plus, la nature m&me des ev&nements
qui s'y d6veloppent, fera de la Colonie im centre d'int6rt
de plus en plus considerable, ear les affranchis et les esela-
ves n'acceptent point d'etre de simples pions aux mains des
puissances rivals; les affranehis et les eselaves jouent leur
rropre jeu et le jouent avec une habilete consoamme:

tEn resum6, les Etats-Unis et la Grande Bretagne se trw-
v6rent soudainement en face de deux genies qui refwsmBt
de jouer Ie jeu conforunment aux rgles traditNmae1m de
la diplomatlee d dilettante de la fin du XVmlmae sicle.
Adams, Pitt, Bonaparte, Tassaint, tos cherchtret a se
maneuvrer les uns les autres. L'ancien eselave parait avor
maitris6 les techniques aussi complitement que le fireat le
president, le premier ministry et le censul, -o rancen ev-
que, Taleyrand*. (3)
Les anciens et les nouveaux libres fonderent Saint-Do-
mingue le nouvel Etat ind6pendant d'Haiti sur les ruines du
regime eselavagiste. Assez eurieusement, l'Angleterre et les

(1) Colonel Nemour*. ouvrage citi, p. 15-16.
(2) Loga. Idea, p. 53.
(3) Logs. IM p. 8.


-415A-





Etats-Unis du Nord aiderent A la naissance de notre nato-
nalite, car, prises dans le jeu des rivalit6s inter-colonialistes,
ces deux puissances pourtant esclavagistes s'aperurent seu-
lement apres coup qu'elles avaient concouru B la venue au
monde d'un tmonstre, don't la simple existence menagait
leur regime servile (1). Si bien que de concert avec les au-
tres puissances, elles front pendant longtemps de 1'Etat
d'Haiti un chors-la-loi, sans pourtant jamais renoncer aux
fructueuses relations d'affaires, suivant la regle sacro-sainte:
Business is business (2).
Dans le context g6n6ral des rivalites entire les puissances
colonialistes qui entendent liquider, chacune a son profit ex-
clusif, la crise de Saint-Domingue, nous pouvons suivre a
vol d'oiseau la naissance et la consolidation de la nation hai-
tienne et essayer de degager de cet apergu historique les
conditions nkcessaires de notre d6veloppernent. (3).

*I extraordinaire, a savoir, la fibvre jaune, la politique de Jefferson. Ie blocus britanaique. et
rl courage et la determination des troupes Haitiennes. L'Haitien le plus patriot n'a ys
besoia d'hisiter & reconnaitre l'importance des trois premiers quelle anrait ti r'isase
de la Revolution Amnricaine sans l'aide frangaise? Le fait significatif est qu'ume rsiv
d'esclaves aboltit, i la faveur des complications Europennes et Amiricaines. & Ia premier
nation nigre libre dans le monde moderne, la premiere colonies Latino-AAmriraine a gaer
son independence. la deuxinme nation dans le monde Occidental a se separ*r de la mitro-
pole Europeanes.. (Logan, Idem, p. 150-151).
i2) Proverbe anglais: Les atffires sent les ajtfires.
(3) Danr notre outrage en manuscrit dtjia mentionun;. nuws traitons tie la consolidation de
La nation haitienne et des conditions oncessaires do son d;veloppemewt.


.----




CHAPI4TR II


LES COLONS DE SAINTDOMINGUE AUX EAS
GENaEAUX DU MOYAUMEL LE'aomce de la c~we
tion des Etats G&ieraux du BRo~eme pour 1r8I pnoweque
Un intirt considrable & Sait-Doaingue pmi es bames
et les affranchis: les grands planters y r~iem r satisfaire leur tendance auton~iust afia dechair au ct-
dre strict du Pacte Colonial de doainer saws meaeske a pwo
litique intirieure de la colonie et de mieux asseeir kas pi-
vilIges sur les autres classes d'lhon es; les petits iabs espe-
rent preadre leur revanche de la morgue des grads blames
et am6fiarer leur condition tandis que ls afiraawnis ese~ p-
tent conquerir egalit& politique et social. La masse des e-
elaves s'4veilera un peu plus tard aux evnements.
Les grands planteurs ouvrent Ioffensive, ls petitia~me
aupres du Rai p eur demander que, cotrairement & a l en-
tune, Saint-Domingue soit dsexa nais comsidere eam n
province du Royaume et que, par suite, elle ait l droit de
se faire representer aux Etats; is entendent 4ceter de la
representation les petits planes et les affranchis(1) (les ea-
ves sont &arw s de drek puisqu'ls sent c sidnrds e Onme
des choes et non comeae des prsmes).
Le Roi et son Coseil tergiversent et, en fin de conpte,
re~bsent ceonfoaiment a la tradition de lAncien RIaime sur
les rapports entire le colonies et la MZtrepole. Les colos de
Saint-Domingue passent outre a ee refuse et nowment trols

t>) L'M ka"s efor ..t a" IXa t qW W Code nOi a* 1r"'iA IUMt &OWpiA 40 *
e j*sA h4 "eo iA emr*WK to pW- dW 410" PetiWAteI (tol
bn Pr S L.* an sanMewMt 4inp wyi.m, c ha AAt. ST P ad *l sk apMt
MasmiAi tAa~*ie. w Iaon attk&i .n anWis *b h a RWMa *t 4 WAMmit *#
tat>u pleitiMwq o aMutw dte* "wis* -troptiaiis a nl dA iroe oE w U
I*t ** d) CuAkiW.


--




Comites Provinciaux au Cap, A Port-au-Prince et aux Cayes
charges de preparer des elections paroissiales: de Dcembre
1788 a Mars 1789, les colons 6lisent 37 deputies (en fait, il n'y
en a que 31, car certain representent a la fois deux parois-
ses). Au bruit du canon, les deputes qui sont & Saint-Do-
mingue, parent des Cayes rejoindre leurs collogues dejA en
France.
Apres de longues d6marches infructueuses aupres du Roi
et de son Conseil et aupres de l'ordre de la noblesse auquel,
pourtant, ses membres appartiennent, la d6putation de St-
Domingue recoit un meilleur accueil du tiers-4tat, qui en-
tend faire nombre: en Juin 1789, le tiers-6tat admet en son
sein huit des d6put6s de Saint-Domingue d'abord a titre
d'observateurs et ensuite, apris la verification des pouvoirs,
a titre de d6puts provisoires: cette d4putation r6duite par-
ticipe au Serment du Jeu de Paume. Cependant, a la stance
du 3 Juillet 1789, Mirabeau, membre de la eSociet des A-
mis des Noirs, contest la validity du mandate des deputis
de Saint-Domingue car non seulement I'Assemblie Consti-
tuante risque de crier un conflict d'attribution en agrant
centre la volonte du Roi et sans d6bat la deputation mais
celle-ci n'a 6t6 6lue que par les blancs alors que les affran-
chis sont 6galement des contribuables et sont, eux aussi, des
citoyens.Mirabeau demand qu'au moins, cette reprisentatioc
soit r6duite A 6 membres.Cette attaque avait Wte appuyie par
une offensive men&e quatre jours avant par le Ministre de
la Marine et I'aristocratie colonial du XClub Massiac qui,
vivant A Versailles oh elle a ses petites et grandes entries,
n'entend point qu'une representation officielle de la Colonie
la gene dans ses manceuvres au sein les services du Gouver-
nement. Ce puissant feu de barrage aboutit A la reduction du
nombre des d6putes de Saint-Domingue qui ne sont plus que
6. avec la faculty de designer 6 supplants.
LES AFFRANCHIS DE ST-DOMINGUE RECLAMENT
AUPRES DES ETATS GENERAUX. LE DECRET DU
8 MARS 1790. De leur c6t6, les Affranchis de Saint-Do-
mingue r6sidant en France ne restent pas inactifs:
Les homes de couleur libres r6clamalent & leur b6afi-


-38-




ce appalicatims des pincipes que aesaint d se p ier
les appek da Parti madieak tse re isefntt~e d
re de mme impeitae e cete arc de aw lm maM s
noM breux q7'emx, assuraiemt-ls, ie Ilt e aces a tes les e
plois a tons s m4tiers et a totes.e.s char ge A ces eewa
dcatieas ginrales s'ajetait la demamde de raffiaaMt -
ment de jure de taus is esafats nes de blacks et d'esdmae
Dans mne diemrche ari~iB miare tentsee wres a. Cih Mas-
saba, les deligus di mouvemeant avaient fait rtat de FitMs
ou'avaient i sunir tons les hbeues libres de n 'lmpmt
euele pigtentation powr oooseer leur bloc a d'eveeb
soulvements d'eaesaves: et de la eommnmiaute des int ir4t
economiQues qui. sans distiction de eouleur. aurait i ltes
rassembler. UIs freat tres roidement reinces. Ni etx. ni leurs
tenants ne pouvaient en ktre beanoieo ssaris. Cette dwmar-
che diplomatique acewowlie. leur aict~ se trans-wa dew
---- I, l-I arlTmnlt-r^ Le october s f tres de
Pria envovayet au president e -nomble cmwctituantt
une dIlkation de 10 m.wibres: iWM. de JYov, ~itdent. Rai-
mo4A ane 9fe ieaune. d Saint 4A e rit- Albert. Fle.-
ry. Rsgnier. Dusoucnhet, Hlellt et P.izat Ele demam~ait 6'
rieves de wiput1 M'r t oes wir 4-14"tv a -- ni"traM*zc'
rid-cntite de leurs titres avec cv-x 0-, co!oMT bla3.cs et of-
fraient vorr etre ad mfh un don de 6 ;ltons i la contriRtim
tatriotiome en course. La delgation ftt admwse aux bmnnears
de la sewance,.(1)

L'Assembl6e tergiverse. et ne peut que tergiverser, car
elle est en imaorite bourzeoise. et. par suite. coirnc-e entire sa
Declaration des Droits de Ihonmme du S1 AoClt 1189 erdu-
nent idealiste et ses inte~rts de case tries precis et bortts:
elle essaie de s'en tirer en formant, au debut de Mars 1790.
un Cuite ckolonal de 12 tmebbres charge de proposer des
solutions. Barina v e est le rapporteur. II se fait 4e dMfea-
seur passionie des grands colomns dit Jean Jaur~,i qui le
present conmie suit:

puissane de la bourgeoisie et du capitalism t&ai cntraire
a la Rkvohttion. NDmocrate, oti. centre les puissaces de
I'acien regime, centre la fodalit6 terriewnne co tre Iarbi-
taire royal et bureIw-tctique. centre tout ce qui pouvalt ar-

I (.aston-1Mart u. Iekm,. p t. 1.1 .




r6ter l'essor de la production; mais bourgeois~ avant tout.
tres nettement et tres consciemment. Comment done s'eton-
ner qu'il ait march avec le capitalism colonial? Que son
amitie pour Lameth, qui le conduisit a l'h6tel Massiac, rait
engage plus directement dans la question, c'est evident; qu'il
ait 6te flatten de jouer un r6le actif dans ce d6bat redoutable
et que sa vanity personnelle se soit complu en des apparen-
ces d'homme d'Etatx, c'est possible. Mais sa conception ge-
nerale de la sociWte et de la politique, ne lui permettait pas
dans la question colonial une autre posture.
I1 est, plus que tout autre, dans la Revolution, l'avocat-
ne de la bourgeoisie...)) (1)

Le d6cret du 8 Mars 1790, propose par Barnave au nom
du comit6 et vot6 par I'Assembl6e, essaie de concilier la sou-
verainete frangaise sur les colonies et les tendances autono-
mistes des colons, qui sont largement satisfaites mais dans
le cadre de 1'Empire. De plus, il maintient le regime de 1'es-
clavage, sans toutefois le nommer de son nom (2), et laisse
dans le vague la question des droits politiques aux affranchis.
Les instructions du 28 Mars 1790, prises conform6ment a
1'Article 3 du decret, en vue de r6gler le mode de formation
et les bases g6nerales des Assembl6es coloniales, compren-
nent un texte ambigu, qui appelle A l'urne toute personnel
Agte de vingt-cinq ans accomplish, propri6taire d'immeubles;
ou, a d6faut d'une telle propriety, domiciliee dans la parois-
se depuis deux ans et payant une contributions.
Certes, l'article n'excluait pas les affranchis des droits po-
litiques, car meme d'apres le Code noir de 1685, ils itaient
des personnel, mais la Jurisprudence constant de l'Ancien
Regime les avait toujours 6cartes des assemblies paroissia-
les. L'abb6 Gregoire veut d6truire ce louche sur un objet
important et fait 6tat d'une declaration des d6put6s des Co-
lonies:

(1) Jean Jaurss. Histoire Socialiste de la Ri~olution Francaise. deuxikme Edition, tome II.
p. 214.
(2) cAu surplus, termine Ie dtlrrrt. I'Assemblee national declare qu'elle n'a rien voulu
innover dans aucune branch lu commerce, soit direct, soit indirect de la France
aver ses colonies; met I.-s tolonus et leurs proprietis, sous la sauvegarde spiciale de la Na-
tion; declare crimninel envers la Nation quiconque travaillerait i exciter des soulivements con-
tre elle, et jugeant favorableument des motifs qui out anim i leas ituyens des dites colonies.
elle d&rlare qu'il n'y a lien contre eux a aucune inculpation; elle attend de leur patio.
tisnie le maintien de la tranquillity et une fid(lite inviolable a la Nation, a la loi et au rot,.





cMM. les deput6s des Colonies m'annoncent qu'ils enten-
dent ne pas priver les gens de couleur de eligibilitye; et je
renonce a la parole, a condition qu'ils renonceront a Paris-
tccratie de la couleur,.

M. de Cocherel lui repond brutalement:
aIls n'ont pas dit cela, et je protest contre cette asser-
tioni.
La question soulev6e par l'abbe est jugee qindiscrete> et
n'est pas mise en discussion sur les interventions de MIN
de Lusignan et Ch. de Lameth. Les affranchis comprennent
que la decision ne se peut obtenir sur le plan parlementaire:
la dialectique des armes va renxplacer l'arme de la dialecti-
que.
En effet, le mulAtre Vincent Og6, qui se trouvait en Fran-
ce pour un proc&s don't il s'6tait moins occup& que de la cau-
se de sa classes, d6piste la police du Royaume (1), passe en
Angleterre sous le nom de Poissac et de 1a, aux Etats-Unis
du Nord et a Saint-Domingue oi il arrive clandestinement
en Octobre 1790.

MENEES REACTIONNAIRES DES COLONS A SAINT-
DOMINGUE. -- DISSOLUTION DE L'ASSEMBLEE DE ST-
MARC. Au moment oL Og6 rentre i Saint-Domingue, la
Colonie est en pleine effervescence, car, depuis le depart des
Cayes des d6putes des colons, il s'est passe des 6v6nements
d'une extreme gravity.
En effet, d'abord ohauds partisans de la Revolution parce
qu'ils pensaient y trouver l'occasion de satisfaire leurs re-
vendications autonomistes contre l'absolutisme royal et le
Pacte colonial, les colons changent d'attitude a la publica-
tion de la D6claration des droits don't les principles 6galitai-
res constituent a leurs yeux la negation menaqante de 'or-
dre esclavagiste qu'ils entendent maintenir a Saint-Domin-
gue. Desormais, toute leur lutte tendra A obtenir l'autono-
mie la plus complete, voire l'Ind6pendance de la Colonie, afin

l)~ Les hiinmes du Club Massiac avaieut obtenu sans pine du ministry de la Maria
l.a Luzerne qu'il filt defendu a n'imuporte quel home de couleur rsidant en France de
s'embarquer pour Saint-Domingues. (Thoimas Madiou. Histoire d'Haiti, tome I. p. 80). Et
lega imissaires des colons enercaient une surveillance active dans lea villes maritime.


-41- '





V .e a it( -Ai f measures lib~rales des Assembl~es r~volution-
oawps 'o p-r~squ ef&6WLlpikea VE~ant-
.Dondngue som,, Ii,6 -nSre ifidi

glnes, ils auront la meme attitude que er.u 3cokenhaiii
de Coblence: ils se rangeront sous la banni~re de 'interven-
tion x~actionnaire anglaise-poir riw Cd ii ei~ ri prMss
Jg -;i4jij~tk -s! I-i~ ., 1J II)'il !Lo;! ellI
En attendant, pregnant pr6texte d'un avis du 26 Septem-
bre PS9 du Coei d'Etati utorisent Ia r6umian..d'ie As-
sg4ibl4# cothi ale k Va yol imp emeN nttonsultadv e.-t Ajt
nialhi6fro du' 27 O1tbItire d~s Ministiesi A l'Assemblje gtito-t
xi;e: k~'&'ijrdi '~e~b 1i~ai~L t~~ lquJ~le iJlois otr o9litaijip
ne didvent 9 ks o s hqjeli aiqkated ment aeux.:.; Caoieo
cause de la diversity des lieux, clinmats, conditions, nive,
etc,'les seiill `bants des V oilsb es, &i lexcdsion des. afran-
chis, nomm-it i'212 -'dpdt&1 (1)t, -qui sdix: unisei4 ZO-k,
le i4 Avril 17901 eft 9 6,dristitbrent eJi Asseriibl16-.e Ge~ral de
la Parte tif iai ~e db 'Sainrt-Dc inizigue, et nion en -ssemb]ei
Co&oniale jc4va bien qma erq leurr 1 ltdtdanLanis s automwnjiste;,
L'Assembl~e de Saint-Mjarc n'6tait pas la Asse,6j&-sewble
do*i' ann e 6 (9~l9P~) cf4.s les premiers troubles r6-
Auju ,,AA:4a# 5 pstag e et
ensuite? ds I'Ouest ei le Sud , irbl" 'pW64I0i
leL, qui avaent pris de- allure' d nd4id&14ce CaracjAistf-
quf*:

cA Saint-Domingue, 1'effervescence neotjut pl s i
Le : ord' semis Wilueace d4esqgi~ateurs. qui ibpvuleversalent
fifLes trots )ssernbkies Prcvinkiiles u.itnvvirnlteJW o ~im, au :lIi Club Ni solV iac' :id couvo.
cation ie d 'AsM arnbliqo, -pamee qll p Vestiona ient 411 1 1441 aaailisttkrieI. En effet. lI el inis.
tre La Luzeme. Il Rn.i et I Copseil d'Et at I avaient agre;4 en un minitinum do' toibk i e-
cord.' -to 27 Fivrier vw, r. rsuknbli e Pifijnciaio de Mouiat, eat ion mowt 4t no Rom I "
des: *r' 44 t zatUM bli" :I'imineialep, jtaij ublii t, !n uve u pelun fulu termnes duquel. les
asscmblies paroissiales. ouvertes a a tonut llmii ll. aeomicilis 4 djs a i un oaiis fcinls ain
,germ dte* oulritr diiis qn'ni noltmiaitorn j tir tiq i foaumalent dimciment. i 1'A1"Assm.
WA- ,Iqs d$ eaC i- puuva4rs iiseqrnjmien c C jti tw S firent confornminient e plan qti
faisait une nasse des blanes rontre Irc autres 'hornmes tie ia Cliloni.' 6epin'd"bt,' loc pait.-
th vlloaicnt Icirr appsrei bill h inidlis. eit 1 ralrgiA : Is 1 nee ic.t pties :Vb16 AW: a ,aux,t
sea!idas p-AWWcs ee I# eqlcttinwrs iu pj-qigr ;dqgri. jI nouvelle Asernlilk or coiqprit.,
tic.: acreptions prda. ale de grands'rt duavens planteurs: sur 212' mew hres,. oat ipur
le Nord. 74 pour I'Oucst et 58 pour Il Suti, on conmptait 210 properiktaires do plantations.
(Itir Gahiriel Debion. Le, CotQnv de. Saint.0o0 pingue Pt /ai RItalmisioti, a tion. 153, to-
tmhtttiett P. 148-149 oa 214-215). La bourgooisic Tuaebande doea 'it pas zMpl4inmt6.
l'Amemblie de Saint.Mit~ *Iucclanlbcra sous le poids die -a CompoWasi0o social. excludive,


-42--




depuis un an se donna une assemblee provincial pour la sur-
veillance de l'Administration et la proposition des reformes
utiles: elle 6tait composer de deputis des paroisses. Plus
tard I'Ouest et le Sud imiterent cet example. L'assembl6e du
Nord se d6clara en permanence et inviolable, se reserva le
haut commandement des troupes, reorganisa les milices en
gardes nationals, s'arrogea administration des finances, et
se constitua avec la plenitude des pouvoirs de gouvernement,
malgre les protestations de Peynier. Elle retablit le 6 Jan-
vier 1790 le Conseil superieur du Cap. Pres d'elle se forma
une Municipalit6 du Cap composee de 60 a 80 membres qui
se d6clara tout aussi souveraine. Aucune de ces assemblees
n'avaient d'attributions definies; entire elles, c'est a qui em-
pi6terait sur l'autre et se partagerait les depouilles de Fan-
cienne administration. Par suite, la justice rendue par les
anciens tribunaux perdit toute autorite et les arrits des ju-
ges furent meconnus et resterent sans force (1)
C'est 1'Assembl6e du Nord qui avait pris l'initiative, le 24
D6cembre 1789, d'un accord avec les deux autres Assem-
blees provinciales pour la formation de 1'Assembl6e G6ne-
ralc de Saint-Marc.
La nouvelle Assemblee, consciente de son autorite plus
grazie, puisqu'elle est cens6e repr6senter la colonie et que
le decret du 8 Mars 1790 a confirm sa constitution, pousse
h leurs consequences radicales les tendances autonomistes
des Assemblees provinciales: elle entend tout soumettre a sa
volont6 souveraine, se met au-dessus du Gouverneur et de
1'Intendant et va jusqu'a voter un acte constitutionnel du 28
Mai 1790, qui est presqu'un manifesto d'ind6pendance.
En effet, aprbs avoir pose dans un pr6ambule que, confor-
miement A la Declaration des droits, seuls les habitants de
Saint-Domingue ont le droit de se donner des lois, l'acte dis-
pose notamanent:

<(Art. I. Le pouvoir legislatif, en ce qui concern le re.
gime interieur de Saint-Domingue reside dans l'Assemblee
de ses reprisentants, constitu6s en Assemblee G6nerale de
la Partie Frangaise de Saint-Domingue.
( ment de tous ceux pour qui elle est faite, la parties frangaise

(11 A. Cabon, Idem, tome Ill, p. 30.


-43--




de Saint-Domingue proposera les plans concernant les rap-
ports commerciaux et autres rapports commrns; et les d6-
crets, qui seront rendus a cet regard par 'assemble natio-
nale, ne seront executes dans la parties frangaise de Saint-Do-
mingue que lorsqu'ils auront 6te consentis par I'assemble
g6n6rale de ses representants.

Si 1'Assembl6e avait parld r6ellement au nom de toute la
population de Saint-Domingue, sa position efCt Wt6 inattaqua-
ble mais alors qu'elle s'abritait derriere la Declaration des
Droits, elle entendait denier et d6niait inergiquement ces
m&mes droits aux autres classes d'hommes de la Colonie:
elle 6tait sortie d'une consultation 6lectorale oi les affran-
chis avaient 6t6 brutalement tenus a l'4cart, ou les petits
blancs n'avaient jou6 qu'un r6le de compares tandis que la
question n'avait m6me pas 6t6 soulev6e que I'esclave aurait
pu avoir son mot a dire. En definitive, 1'Assembl&e de Saint-
Marc brandissait cyniquement la DEclaration des droits pour
empecher que celle-ci ne r6g6n6rAt la soci6th esclavagiste
pouTarie de Saint-Domingue. Et Brissot avait raison de dire
des grands blancs de la Colonie:

dis 616vent un moment les noirs an rang d'hommes
afin d'avoir le droit de les representer et ils ne cherchent a
les representer que pour les d6grader a jamais au-dessous du
reste des hommesu.

Cependant, l'Assemblee de Saint-Marc exag6rait son au-
torit6 car elle avait centre elle non seulement tous les par-
tisans de 1'Ancien Regime (le gouverneur g6n6ral, les gou-
verneurs des provinces, les officers superieurs, les hoammes
de la judicature, etc...) qui formaient le Parti Reyalste op-
pose aux menees autonomistes de la bourgeoisie colonial,
mais encore, les affranchis qu'elle frappait d'interdit et qui
trouvaient un meilleur accueil aupres des royalistes (1).
D'autre part, les petits blancs, de6hires entire leur haine

(1) Le Gouverneur ginhral, le colte de Peiuier Cerivait aux Gouvereurs des provinces:
s... nous a;tv s a nous louer des dispositions que manifeetent les geas de couleur. 11 est
dteneuu plus ntcessaire que jamais de, ne leur donner aucun degolt, de les encourager, do
les trailer come des ami. et des blanks. Votre conduit a leur 4agrd doit 6tre maknagi
et prudent: des entretiens, des marques de consideration et d'instir opisretat I'offet qua
nous desirous*. (V. H P. Sannon, Histoire de Toussiant-Lo wersure, tome ler., 24moe ditim,
p. 53).


-4-




gale des grands blancs et des affranchis, sans attache ave
les grandes masses noires mepris&es, constituaient phtat ua
61ement d'anarchie sur lequel, personnel ne pouvait comngr.
Enfin, au sein mme de la casse des grands blanks aMtoom-
tes que I'Assembl6e est censee representer, des divergenes
d'intrts opposaient aristocratice terrienne plus ou mams
endettke et la bourgeoisie marchande des grades villes de
commerce:

Le Nord se tenait tout enter comtre Saint-bMre. L -assem-
bide gb~&aie ayant rendu un dicret cntire rPsue des a6-
goeiants et gens de loi, rassemlie .prvindle dn Cap fr-
m6e en grade parties de riches marchands et 'aecais, se
sentit vie; elle Ftait ea effect et a juste titre, se e-t-.
En ripemse, elle condamma ouvertemet les bases constitu-
tionnelles. (1)
Aussi, l'assembl4e provincial du Cap, qui avait pourtant
pris I'initiative de la constitution de 'Assemblee g6nrale,
ouvre-t-elle l'offensive centre sa rivale; elle rappelle de St-
Marc les six deput6s du Nord qui, avec deux autres, se re-
tirent, en effet, capres avoir refuse d'apposer leurs signattu -
res au bas du d6cret, consid6rb par eux come un acte de
rebellion vis a vis de la m6tropole (2); elle se concert avec
le Gouverneur et le sollicite d'agir.
Fort de cet appui et de celui des affranchis, le Gouverneur
apres avoir fait disperser par le colonel de Mauduit et ses hom-
mies ou se tromvent des affranchis enr6ils, le cCamit~ de
I'Ouests, qui ktait le plus ferme soutien de 'AssemblIe, lance
contre celle-ci le meme officer qui doit donner la main A de
Vincent, commandant du Cap, sur le point d'entrer 6gale-
ment en champagne contre St-Marc. L'Assemblie rebelle se d&-
bande et quatre-vingt einq de ses membres les plus intransi-
geants s'embarquent a bord duLopardcpour aller demander
...justice a 'Assemble Constituante(7 et 8 Aoftt 1790)11 est
assez curieux de signaler que les partisans de cette Assem-
blWe ultra-r6actionnaire portaient la cocarde rouge tandis que
la parties adverse portait la cocarde blanche en signe de ral-

(1) A. Cabon, Idem, tome III. p. 40.
(2) Dalmnu. team lr. p. 51 et 52. rapport par R. P. Sanqmts p. 4A


---45---




liement a l'Autorit MV6tropolitaine: d'oi les noms de Pm-
pons rouges et Pompons blancs. Quelques mois apres (4
Mars 1791), une foule d6chainee, mlMe A des soldats fral-
chement d6barques venus de France et acquis aux ides r6-
volutionnaires, dechiquetera le colonel de Mauduit en plei-
nes rues de Port-au-Prince vengeant ainsi sur ce r-actioamai-
re le tout aussi r6actionnaire cComit6 de 'Ouest! C'est un
esclave du colonel qui, apres avoir rassembl6 ses restes
6pars, lui donnera la s6pulture et se suicidera sur sa tombe
pour ne pas lui survive.
L'Assemblke du Cap avait pris 'initiative de offensive
contre I'Assembl6e de Saint-Marc mais elle 6tait tout aussi
r6actionnaire que sa rivale: elle poussait ses menbes autono-
mistes jusqu'i menacer de la confiscation de leurs hiens au
profit de la Province les colons r6sidant en France, ces scu-
vlsionnaires ( qui) se creusent la tite pour enante des
mcnstresa, c'est-A-dire qui avaient commis le crime inomi de
laisser vaguement escompter quelques modifications au strict
regime de caste de la Colonie, et elle appliquait aux affran-
chis une sanglante justice de classes.

OGE ET CHAVANNES RECLAMENT, LES ARIM A
LA MAIN. L'EXECUTION DU DECRET DU 8 MARS 17W'
LEUR SUPPLICE. Ainsi, au moment oii Og4 y d6barque,
la Colonie est en pleine commotion politique, et les affran-
chis sont d6ej engages dans la lutte: ils se sont aligns avee
le Parti Royaliste don't les chefs, tout aussi r4actamnaires
mais plus habiles, ont su les attirer. Cependant les honunes
de couleur et les noirs libres entendent poursuivre 6nergique-
ment les revendications de leur classes, et c'est ce qu'Og
et ses compagnons vont signifier de la famon la plus inergi-
que aux aristocrates de la peau de Saint-Domingue.
En effet, apres s'etre concert a la Grande-RiviWre du
Nord avec son ami Chavannes don't il refuse le project au-
dacieux de soulevement des ateliers d'eselaves, Og deman-
de par lettres au Gouverneur de Blanchelande, au Pr4ldent
de l'Assembl6e Provinciale du Nord et & Mr. de Vincent,
commandant de la Province du Nord, l'excuton du dieat
et des instructions des 8 et 28 Mars 1790: Og mcacK et


-46




ses menaces snt app-uys par qt re re ihaL e a-
mes mrawsemls autour de hi et de sol ami Jea-B b e
Chavannes
En rpoIsee, AssembMe da Nord faith sorti r o Ee es 4-
belles* cinq cents mlimm auIi tjmeaut emn -ajori-s & k
garde national oni sont battus plate mWntuYe.e IC G war-
neur organise une mnoveBe exuMifim de maue cq et
homes, et cette fois, es arain.is snccmnbe sis Ie mR-
bre: Og0 Chavannes et ume S~osxaEn d lea s ecom e$ams
se rfugient en territire espagnol.
Les blancs, qui avaient en pear, exigent un cAdimn
exemplaire: r'Awsenmbe du4 Cap obtimet PerlginMXB dea
ccupables et sa justice de casse rendue par ke Coseil S*aP-
rieur du Cap ordonne le suppice de la ree pour es dm
chefs de couleur, la pendaison pour trente et les ga.res por
treize de lekrs compagnons. Toute la haute soetM lad
du Cap assisted, come a un spectacle de choix, au supft
d'Oge et de Chavannes le 25 F&rier 191 sur l prainiple
place de la ville.
La terreur blanche croit avoir noye dfimitiveamnt dam
le sang le movement d'4mancipatieo des affrindis mans i
lui faut bien vite dchanter car. eerase dans le Nord, Ie me-
vement rebondit dans I'Ovest e dans le Sud oi parassent
d'autres chefs: Beauvais, Lambert. Pinchinat, Riigad Do-
von. Jacques Boury, les fre Bleck, Demarais Braquehai
etc-..

LES APFRANCHI DE L'OUST ET DU SUbD WCOW-
RENT AUX ARIMS POUR LA DFENS D IMEIt
DROITS.-L'AFFAIR DR PMRNI~--Dj~. dans I Sud,
avant qu'on y eut appris la defaite d'Og et de Chavanne
cinq cents homes de couleur, rassembls en arms sur Iba-
bitation Prou. a la Ravine Skche, dans les hauters des
Cayes, out defait le 11 Novembre 179W le Capitaine Letr~
Duplessis et ses troupes. Les affrancis mettent ae les ar-
ines devant le Colonel de Mauduit qui offie d'abord la paix
hautaine de sa classes: Riaud, Boury et quelques autes smat
amenes prisonniers 8 Port-au-Prince on ils sent incMers
L'Assemb4e proviciale des Cayes aurait V'bx rivmser


-41-




dans la repression avec 1'Assemblee du Cap mais de Mau-
duit, du Parti Royaliste, a entendu manager les hommes de
couleur, et c'est ce qui sauve A. Rigaud et ses compagnons.
Dans I'Ouest, de Mauduit avait 6galement disperse sans ef-
fusion de sang un rassemblement d'affranchis H Plassac, dans
le voisinage des Verrettes.
Cependant, le 7 Aout 1791, les affranchis de I'Ouest, riu-
nis dans 1'glise de Mirebalais, forment un Conseil des Re-
presentants de la Commune, presid6 par Pinchinat: le Con-
seil exige 1'ex6cution du decret du 15 Mai 1791 que la Cons-
tituante a df prendre sous la pression des 6v6nements de
Saint-Domingue et qui, cette fois en terms tres nets, recon-
nait 1'4galit6 politique des hommes de couleur et des nigres
n6s de pere et mere libres (1).
Le Gouverneur de Blanchelande blame le Conseil et lui
intime 1'ordre de se disperser. Les Affranchis ne se laissent
pas intimider et, apr6s une escarmouche a N6rettes (30 Aoit
1791), comnmand6s par le multre Beauvais et le noir libre
1 mrbert, officer en second, qui, tous deux, avaient pris part
a Savannah A la guerre de 1'Ind6pendance des Etats-Unis du
Nord sous le comte d'Estaing, ils battent A Pernier, le 2 Sep-
tembre 1791, les troupes envoy6es contre eux, grace en par-
tie A l'habile intervention de trois cents eselaves dits les
champ de cannes abritant les Blancs.

LES ESCLAVES DU NORD SE SOULEVENT. L'affai-
re de Pernier intervenait A un moment particulierement tra-
gique pour les proprietaires d'esclaves qui s'y 4taient affron-
tes: les esclaves faisaient violemment irruption sur la scene
de Saint-Domingue don't ils vont changer radicalement le
destin.
En effet, dejA au course des mois de Juin et Juillet, la ma-

(1) eLe dicret de I'Assemblbe criait trois categories dans les population do couleur:
lee esclaves qui restaieut esclave; lee affranchi. *s d'uae ao re escla e tcl d'Ma pre librf
dont les droits politiques restaient a la discretion des Assemblies coloaiale; et emafi lee
hemes libres ns de plre et mre libres qui, de droit, itaient dans l'ordre politique Ies
goux des blancs. Si imparfait que fft ce rbultat, leU dimocrates, les amis des moas, 1*
salaurer t come une premiere victoire: c'4tait on effect an premier affranchissement poi-
tique des homes de couleur: I'affrauchissement social de toute la rce viendrait en qites"
fJean Jaur.s, Idea, tome II, p. 223.





r&chaussie avait df disperser des a- M irrs -
tionnels dans des ateliers de rOuest Le mmuvement subwer-
sif, comprimi de ce c6t&-la, alait later avec une maier r
multiple dans la province du Nord.
Dans la nuit du 14 Aoft, I'tr des futurs ches de la e-
volte, Bouckman avait r6uni des conjures au Bois-Caiman
(1), un endroit 6cart6, loin des regards indiscrets, et l, au
course d'une imposante c6remonie vodouesque que prisidait
une vieille prtresse africaine, avait diaonc le Dieu des
Blancs et mis la liberty de ses freres dinfortime sous la pro-
tection du Dieu des Africains:

Bon Die qui fait sleil qui ckir6 s en hLa; qmi sm-
levf la mer, qi fait grtnd& Frage; barn I~, mates tad,
cadch nan gnou n age, li R gdM ms, i M6 timrt la -mes
fait; bon Di blaans mand crimes, et pa rsm vi6 liaA
mais Di6 & qui si ban, ordenin moms vegeance. Ai va cm-
duit bras nous, li ba nous assistance. Jtei portrait DiW lmes.
qui soif dio nan zis; ceut la iberti qui palE 1an cenr ais
tons.) (2)

(1) Ccile FATIMAN. femme de Louis Michel PIERROT. qui comm:mda un bataillea indi-
gaee a Vertiires et deviant plus tard Prisident d'Haiti. participa i la e&rimonie du& ois-
Caiman: elle itait une mambo. Fille d'une Ngrssee africaine et d'an Prince eese, Ccihe
FATIMAN -tait une Mulitresse aux yeux verts et a longue chevelure noise et soaouse et
avait ete vendue avec ea mere i Saint-Domingue. La mere avait igalement deux fils qui dis-
parureat au hasard de la traite, sans laisser de traces. Cicile FATIMAN rcnt an Cap
jusqu'u I'ige de 112 ans. en pleine possession de ses facultis.
Nous tenons ces renseignements du Gea&ral Pierrot Benoit RAMEAU. petit-fi~ de Louns
Michel PIERROT et -de sa femme. qui unou a autorise i les rendre publics. On sait quo
le GeBnral RAMEAU eat I'uu de nsti hbrus nationaux. don't on parole trai peu, probable-
ment parce qu'il est viant et. par suite, encombrant. En effect, en 1913, loesque murit
Pinterventiov militaire nord-americaine. it guerroyait dana le Nord come G&miral en Chef
des troupes de Rusalvo BOBO. D'aceord avec celui-ci, et malgre totes les oLfke alatiih
tes de 1'eavahibseur. ii s'opposa a la Convention qu'il combattit les armes a ia miam: ce
qui lui valut plus de onze aunnes de prison et la subtilisation de wa fortune.
Dane la plus complete indifference, d'homme haitieu d'aujourd'huli ce curiex o-
produit de notre grande Hitoire, voit passer ce vieillard strange, toet ia fit d'un atre
age: de l'age de notre grandeur. qu'il faut saluer bien bas. malgre son fraamais infotre o9
s'expriment uue logique implacable et l'honneur national porter au plus haut point: 4w0
100.000 dollars ne peuveat pas approvisionner mon honmeur, Capitaine Waller!*, r6pemdit
KRMEAU a l'occupant qui voulait Pacheter : Toussaiat-Louverture, Deesalime et la pltpart
de os grads Chefs de 1804 ne parlaient pas plus Zligalaament. L'entrevue de Rameau avee
le Colonel Waller et l'Aairal Capertorn ut lieu aux Dattes des Gonaives, t as maisea do
plaisauce de Mr. Desert, ea Septembre 1915, en presence du consul americain WoeL pie
de Mr. Gaston Woel.
(2)Le Bon Dieu qui a fait le soleil qui nous iclaire I-haut; qui soulve la oar t aM
groder le toaaerre; ecoutes bien, oous autres, ce boa Dieu-lI, cache dams an nuago, sa
pegarde. 11 volt ce que fout les blancs. Le Dieu des blauca demande le crime, an.tre


-49-




Dans la nuit du 16 Aoift, un commander de l'habitation
Desgrieux, interpr6tant probablement mal le plan projet6,
pr6cipite le movement et met le feu & une case B bagasses
de I'habitation Chabaud. Appr6hende et soumis a la question,
le commander avoue que tous les commanders, cochers,
domestiques et negres de confiance des plantations voisines
et des districts adjacent ont former un complot pour incen-
dier les habitations et tuer les blancs. (1)
La municipality du Cap prend en mains I'affaire et requiert
le 21 la force publique pour arr&ter les meneurs mais ceux-
ci se d6robent et dans la nuit du 22, vers dix heures, les es-
claves de I'habitation Turpin se soulevent sous la conduit
de Bouckman, entrainent les ateliers des habitations Flaville,
Clement, Tremes, No6 et sement l'incendie et la mort dans
cette magnifique plane du Nord que pendant des sidcles, ils
avaient arrosee de leur sueur et de leur sang au profit des
colons:

En quatre jours, la revolte prit des proportions formida-
bles. Des milliers d'esclaves 6taient debout. C'etait la pre-
miere fois qu'un si gros evenement se voyait a St-Domingue.
Non4re de soulevements isoles s'6taient products dans le
passe et pour la repression desquels on avait df recorir a
la force. Mais jamais les noirs ne s'6taient lev6s d'un soul
coup en si grand nombre, ni avec une pareille resolution de
tout d6truire.
aEnhardis par le succes, les r6voltis se porterent jusque
dans le voisinage du Cap; mais d6j&, les quarters de l'Acul
et du Limb6 n'6taient plus qu'un monceau de cendres. Pen-
dant les jours qui suivirent, la riche plaine du Cap offrait un
spectacle d'une indicible horreur. Tout y 6tait en flammes..
cLa Plaine-du-Nord, la Petite-Anse, le Quartier-Morin et
Limonade avaient disparu. Pas une case, pas un pled de can-
ne n'6tait rest debout. 'Les flames gagn~rent la Grande-
Riviire, Sainte-Suzanne, le Dondon, la Marmelade, d*un
c6te, Plaisance et le Port-Margot, de I'autre. Apres trois se-
maines, elles s'arretrent d'elles-memes, faute d'alimentsx (2).

enut lee blenfaits. Mair ce Dieu qui est si bon, nous ordonne la vengeance. U dirigera n'
bras. il nous assistera. Jeterz I'image dn Dieu des blancs, qui a soif de nos larmm et eco.-
tr. la lilerrl qui iprl.- a notre coemur!, (H. P. Sarnon, Idem p. 98-99).
(1) H. P. Sannon, Idem, 1, p. 99.
(2) H. P. Sannon, Idem, tome 1; page 99.100. aLe 30 Novembre 1791. les enves efxtaor-
dinairee prep de la L.6ilative tioaient Is d6 astre plh 4e 1.000 bImce I Nme- r 19




LA SECOND ASSEMBLEE COLONIAL PamDSE A
LA REPESSION. Tandis que la marie insurgie mueU -
ge la plane, les Blancs du Cap 0levent la repression a la
hauteur de leur 6pouvante et r6agissent de la famei la plus
barbare contre les MulAtres et Negres libres a leur port&e,
sous le pr6texte fallacieux qu'ils sont les instigateus de Fin-
surrection: le 21 Aoft, dix-sept Mul&tres et Negres libres
sont sacrifice, et la terreur blanche continue Iholocauste les
jours suivants. Les Petits-Blans se distinguent dans ee d
bordement de violence.
C'est dans ces circonstances tragiques que se reunit au
Cap la second Assembl6e Coloniale. Le Gouverneur de
Blanchelande avait convoqu6 deji depuis Iongtelps les as-
sembles primaires mais celles-ci ne s'etaient reunies qu'a-
pros les dicrets des 13 et 15 Mai 1791 de l'Assemble Natio-
nale. Le d6cret du 15 Mai avait accord l'6galit6 politique
aux affranchis nRs de pire et mare libres et les deux dL
crets avaient voulu enchainer a l'avenir la liberty& du Carps
Legislatif en decidant que celui-ci ne statuerait jamais sur
le sort des autres personnel libres sans le veau pralable,
libre et spontan6 des Colonies> et sur l'6tat des personnes
non libres eque sur la demand formelle et spontande des
Assembl&es Coloniales>. Ces d6crets d6plurent profond4ment
aux colons qui constituirent imm6diatement leur second
Assemblee dite d'abord g~enrale pour s'opposer aux tendan-
ces lib6rales de la MWtropole.
La second Assemble colonial 6tait compose en grande
parties d'anciens membres de 1'Assembl&e de Saint-Mare et
m~me de Lopardins retenus en France mais qui avaient la
faculty de se faire remplacer provisoirement par des sup-
pl6ants, en attendant leur retour. Elle s'6tait d'abord consti-
tube & Leogane le ler. Aoit mais s'6tait ajournee pour le 25
Aoft au Cap, afin d'etre plus pres du Gouverneur.
La second Assenmle se montra la digne continuatrice de

sucreries et 1.20 ca6iesir d6truites. Plus do 15.000 eclaes deraient tre oemaidis eCm
perdua (Guton-Martin. Idcm, p. 211). Les Conmiuirses de I'AuemblMe imerale do Saint.
Domiauu deivat I'Aoemblie National evaluaieat le prtse i plus do si ceqts *Ui~p do
ft&-#,


-51-'




l'Assembl6e de Saint-Marc et presida t une repression de ra-
ce sommaire et sans nuance:

cLe premier acte de 1'Assemblee fat de career le 25 Aort
une commission Pr6votale pour juger les prisonniers faits
sur les r6volt6s. Cette court pr6votale, don't je regrette de n'a-
voir pas tronv6 la composition, couvrit de potences la Place-
de-a-Fossette. On n'y r&digeait aucun jugement. Innocent on
coupable, tout nigre ou mulafre, soit libre, soit esclave, qui
attirait ses souplons, 6tait pendu, sans autre forme de process
qu'un simulacre d'interrogatoire. On n'!pargnait pas dans
cette proscription les domestiques meme les plus fiddles*. (1)
Apres ces executions sommaires des premiers jours, l'As-
sembl6e provincial du Nord dut accorder une certain pro-
tection aux Mullatres et Negres libres du Cap mais son racis-
me aveugle ne lui permit point de comprendre que, dans une
certain measure, les affranchis proprietaires etaient solidaires
du regime:

Pour arreter les excess de cette rage, assemblee provin-
ciale du nord dut assigner sur-le-champ a la population de
couleur des lieux de refuge, oiu elle court se mettre sons la
garde des corps militaires. Tous ensemble, mais surtout ceux
de cette population qui 6taient propri6taires, demanderent
des armes pour aller combattre P'ennemi commun. Tel 6tait
I'aveuglement et la force des pr6ventions, qu'on hesita d'a-
bord de faire emploi de leur offre. (2)
Dans sa superbe et sa haine de la Mitropole r6volution-
naire que les colons rendaient responsible de tous leurs d6-
boires, parce qu'elle avait proclam6 les droits de 1'homme et
6dicte les measures timides que nous savons en faveur d'une
faible portion de la classes des affranchis, I'Assemble colo-
niale se garda dp demander des secours a la Mre-patrie et
mit meme 1'embargo sur les navires prets a partir pour la
France; elle s'adressa de preference A la reaction anglaise
mais celle-ci ne r6pondit que faiblement a son attente car
elle redoutait des movements pareils dans ses Antilles et

(1)Saint-Rimy (des Cayes), PNtion et Haiti, tome ler p. 107-108.
(2)Pamphile de Lacroix. Memoires pour servir 4 I'histoire de ta Revolution de St-Domia.
gue, edition 1818, tome ler. p. 91.




en consequence, gardait & pied d'oeuvre toutes-ses forces de
repression:

cLord Effingham, gouverneur de la Jamaique, fit seule-
ment rapprocher des cotes de Iouest la croisiere d'n vais-
seau de cinquante canons, et fit porter an Cap, par trois cor-
vettes, cinq cents fusils et quelques munitions de guerre et
de bouche, ne pouvant prendre sur lui, disait-il, de rien dis-
traire de sa garnison dans les circonstances critiques oig se
trouvaient toutes les Antilles,. (1)
Mr. Bryan Edwars, membre de 1'Assemblme g62nrale de
la Jamaique, qui etait venu sur I'une des trois corvettes, ne
reussit point, de retaur chez lui, a placer un emprunt que
1'Assembl6e de Saint-Domingue voulait y negocier pour fai-
re face A la situation. Du reste, il semble qu'A la nouvelle
du disastre de la plaine du Nord, le premier MSnistre bri-
tannique avait comment cyniquement:

dln parait que les Fransais prendront leur cafe au cara-
mel!s (2)
Les rivalites inter-imperialistes sont vraiment impitoya-
bles et ne s'arretent pas, en dernitre analyse, a la solidarity
de race ou de classes.
Cependant, une fois passes les premiers moments de ter-
reur et de confusion, des expeditions militaires furent orga-
nisbes contre les bandes de r6voltis, qui subirent des pertes
6normes dans les premieres rencontres mais s'aguerrirent
peu A peu:

Le systinme r6gulier que suivaient les revoltes prouvait
que leur entreprise 6tait dirig6e par des etres d'une intelli-
gence superieure a la leur. Is ne s'exposaient point en mas-
ie come des furieux ou des fanatiques, se tenaient ktendus
et disperses, et se placaient par pelotons dans les endroits
fourr6s de maniere a paraitre disposes & envelopper et cra-
ser leur ennemi par le nombreo. (3)
Les insurges poussbrent leurs incursions jusqu'au Haut-

(1)P. de Lacroix, Idea, p. 97-8.
(2)P. de Lacroix, Idem, p. 96.
(3)P. de Lacroix, Idem, p. 9.




du-Cap et firent peser une lourde menace sur la capital du
Nord. Au course de l'une de ces operations, Boulkann fut
abattu en se defendant courageusement: la reaction colonia-
le eut l'ind6cence d'exposer la t&te ensanglant-e du hkos sur
I'une des places publiques du Cap avec cet 6criteau: de Boukmann, chef des r6volt6s.
Incapables de r6duire les revoltes, les Autoritis de la Co-
lonie etablirent un cordon sanitaire autour de l'aire de la r-
volte pour prot6ger les regions avoisinantes non atteintes et
les autres provinces: le cordon de 1'Est prot4geait Fort-Dau-
phin, le Trou, Valliore et s'appuyait aux camps de Jacquezy,
Rocou et Valliere; le cordon de l'Ouest protegeait la Tanne-
rie, le Dondon, la Marmelade et Plaisance; enfin, le cordon
du M6le prot6geait la presqu'ile du meme norn. Une srie
de postes couvrait le Cap: les postes de la Petite-Anse, du
Morne A Blkly, du Haut-du-Cap, etc...
Ces measures ne permirent pas de circonscrire tout-a-fait
le movement insurrectionnel, car l'Ouest et le Sud ne res-
tirent pas immobiles:

Dans I'Ouest, les ateliers de 1'Arcahaie, du Cul-de-Sac,
de Logane, de Jacmel, se souleverent et se vid&rent sur les
Matheux, le Trou-Caiman,les montagnes du Grand-Fond,
d'oi les r6voltes guerroyerent sans ensemble, sous les ordres
Jes chefs: Hyacinthe, Halaou, Caiman, Lamour Drance,
Dieudonne Lafortune, Pompee, Romaine la Prophetesse, La-
plume.
cDans le Sud, les esclaves de la plain des Cayes se re-
tranch6rent aux Platons, un des chainons de la Hotte, d'ou
ils descendirent fr6quemment pour ravager les plantations et
inquieter la ville des Cayes*. (1)
Cependant, la region du Nord resta le bastion du nouvel
ordre don't les lignes se dessinaient & l'horizon. Cette region
itait la plus avancee au point de vue 6conomique: la grande
propriWth fonciere y 6tait particulixrement concentr6e aveo
la consequence n6cessaire d'une concentration correspon-
dante de la population que la propaganda r6volutionnair
pouvait atteindre plus aisement. De plus, les contacts faeiles

(4iUr. J. C. Iorsainvil. Id W.




avec la Partie Orientale permettlr.at au oyairmts f~ime
et espagnols d'y mieux brouiler les cartes an prit esrmp-
t6 des Bourbons de France et d'Espagne

LES AFFRANCHIS DU NORD ET LA EEVOLTE DS
ESCLAVES.- Ds les premiers moments les atunmaces de
I'affaire Ogi avaient rejoint les insurges et combat a Ales
c6tes sous les ordres d'un homume de couleur, Candy. Cepen-
dant, apres le decret du 28 Septenmbre 1791 portant ammistie
gin&rale pour les homes libres et les poupaders infrc-
tueux des Chefs de la rvolte ave les Cmnism s Civils
fraichement arrives et 1Assemblie du Cap, Candy et ses
hommes abandonnrent la cause des eselaves et miteran
mime en plusieurs fois les loges de 'Assemble pour leur
defense energique de la region du Trou: c'6tait lA une trahi-
son de classes nettenment caractrisee.
Nous avons vu combien dans les premiers moments, la r6-
pression s'ttait abattue sur les Mulatres et Negres libres du
Cap. Cependant, le rflexe de classes avait eu le dessus, en
definitive:

aMalvie les reprisailes horibles eCkses daas eette Vle
dans les preiers moments de h revote des eskaves, es
homes de coleur de la plus Pande part dua mrd, 1is
par rinteret de la proprte, avaimt par marcher de eam-
cert avee hls laus.
eTandis que dans Pouest la masse de cette cate smesur-
geait pour vender les manes d'Og6 et de Chavannes, Ues fr6-
res de ces infertuns combattaient valammeas a i Itme-
lade, dams les rangs des blacs
Au pert Marget, le nomm6 Lapimche avait abatt-daa n
coup de fusil sen beau-frire, en le recuma3ssut & ttle des
misurgis. (1)
Cependant, lAssembl4e colonial n'avait rien appris et
rien oubli6: elle pratiqua une politique malhabile, qui abou-
tit a desolidariser les affranchis propri4taires de la cause de
la propri4t6 colonial:

tL'asseable, par s d6claratio du 2 Novemkr, reajeya
(1P. dk Iaorix. Idea p. W3.


-u--.





a un teams plus came et moins desastreux 1'6mancipation des
homes de couleur, lorsqu'ils auraient concpuru de tout leur
pouvoir a l'extinction du brigandage. (1)
De plus, elle ordonna le d6sarmement des hommes de cou-
leur du Nord: measure gratuite qu'elle ne put meme pas fai-
re executer mais qui eclaira dbfinitivement les Affranchis
sur le sort qu'elle leur reservait. Aussi, ceux-ci passerent-ils
ouvertement A I'insurrection: ils essayerent d'abord de ral-
lier la Confederation de 1'Ouest mais les cordons rendaient
difficile toute communication: ils se jetrent dans la mel-e
sur les lieux. Si bien qu'apres le decret d'amnistie du 28
Septembre don't nous avons parlk, lorsque les Chefs des r6-
voltes entrerent en pourparlers avec l'Assembl6e colonial et
les Commissaires Civils, sur I'intervention du Pire Sulpice,
ce furent deux hommes de couleur qui accepterent la mis-
sion p6rilleuse d'aborder les monstres du Cap:

Deux homes de couleur, nommes Raynal et Duplessis,
oserent accepter une mission aussi hasardeuse: ils se pre-
senterent en parlementaires aux avant-postes; on les condui-
sit les yeux bands chez 1. de Blanchelande, de l& chez les
Commissaires civils, enfin i la barre de l'assembl6e colo.
niale*. (2)
On.sait avec quelle morgue l'Assembl4e regut ces fEmis-
saires des negres r6voltes!> Son intransigence et la faibles-
se des Conunissaires empecherent toute entente. Et lorsque
les r6voltes reprendront l'offensive en 1792, des homes de
couleur se battront en toute premiere ligne dans leurs rangs:

cLes hommes de couleur marchaient g6n6ralement & la te-
te des ateliers insurg6s et semblaient donner le movement
a la nouvelle insurrections. (3)
LES INSTIGATEURS ET LES CAUSES DE LA REVOL-
TE DES ESCLAVES. NOTRE PREMIER MANIFESTE
D'INDEPENDANCE. Nous venons de determiner le r&
le que les contumaces de l'affaire Oge et d'autres affranchis

(1)P. do Lacroix, Idem, p. 13.
(2)P. do Lacroix, Idem, p. 148.
(3)P. do Lacroix, Idem .16.


-56-




du Nord ont joue dans la r6volte. L'on peut admettre que
les contumaces, vivant dans 1'ill~galit6 et risquant chaque
jour d'etre pris, pendus ou 6carteles, ont pousse de toutes
leurs forces au soulevement, qui etait leur unique chance
de salut. Cependant, ils ne disposaient point des moyenS n6-
cessaires a une entreprise de cette envergure. Aussi, leur
r6le nous parait minime en comparison de celui des roya-
listes des deux c6tes de la fronti6re, auxquels, la subversion
de la Colonie paraissait l'unique et dernier moyen de rita-
blir I'autorit6 des hauts fonctioinaires de Saint-Domingue,
en g6n6ral, fermement attaches a la cause des Bourbons.
Le r6le des royalistes n'est point douteux: ils avaient re.
present aux Esclaves naifs que le Roi de France leur avait
octroy6 la liberty et que ses adversaires r6volutionnaires,
qui le tenaient prisonnier A Paris, s'y opposaient de toutes
leurs forces. Le document suivant est tout a fait explicit:
un parlementaire des insurges, pred& d'un drapeau blanco
avec, d'un c6te, la mention: Vive le Roi et de l'autre, la
mention: Ancien IRgime, le presenta i l'epoque au Port-Mar-
got. Les insurges y disaient:

cQu'ils avaient pris les armes pour la defense du re, que
les blancs retenaient prisonnier B Paris parce qu'il avait vou-
lu affranchir les noirs, ses fiddles sujets;
cQu'ils voulaient done cet affranchissement et le retablis-
sement de Fancien rghime;
aMoyennant quoi les blancs auraient la vie sauve et pour.
raient retourner tranquillement dans leurs foyers, mais quils
seraient pr6alablement d6sarmis*. (1)

Du reste, les Esclaves s'intitulaient les gens du roi et leurs
Chefs portaient des titres 6galement indicatifs: ainsi Jean-
not 6tait general, mare6hal des camps, admiral au nom du roi.
De plus, il faut signaler dans les regions troubles la pr4sen-
ce de nombreux pretres catholiques, en g6ndral, fermement
attaches A la royaut6 et qui resterent parnm les insurges:
Pamphile de Lacroix pense que l'attrait magique d'un casuel
de 30 i 40.000 francs par tate et par mois ne fut pas stranger

(1)P. de Lacroix Idem, p. 105.


--57-




a cette d6termination...hdroique mais ces bonnes renters de-
vaient faciliter singulihrement le travail politique.
Les royalistes de Saint-Domingue 6taient d'intelligence
avec les Autorit6s de la Partie Espagnole, 6galement d'an-
cien Regime. Les Espagnols fournissaient des armes et muni-
tions pour la cause du Roi de France: Pamphile de Lacroix
signal ce document trouv6 au camp de Galliffet:

(Je suis fachl que vous ne m'ayez pas prevenu plus tat
que vous manquiez de munitions: si je l'avais su, je vous
en aurais envoy, et vous recevrez incessamment ce secours,
ainsi que tout ce que vous me demanderez quand vous de-
fendrez les intirets du roi*.
Signed: DON ALONZO (1)

Cependant, ni les contumaces d'Oge, ni les agents roya.
listes franqais et espagnols n'auraient pu mettre en insurrec-
tion cette grande masse d'hommes si ceux-ci n'avaient eu
quelque chose A demander pour eux-emmes a l'Histoire: la
cause fondamentale de la revolte des Esclaves fut le regime
monstrueux de l'esclave lui-m&me, qui avait assis l'opulence
d'une poignee de colons et d'affranchis sur la misbre et la
degradation de centaines de milliers d'honunes: l'Africain ar..
rache violenment de son Afrique natale et r6duit en servi-
tude r aclamait maintenant cette terre de Saint-Domingue
que pendant des sickles, il avait fertilis6e pour d'autres, car
il ne s'agit pas d'autre chose malgr6 tous les artifices de sty-
le qui essaient de masquer cette grande revendication d'une
nouvelle patrie.
Nous avons vu que tout au course de Phistoire de 1'Ile, de-
puis la d6couverte, une avant-garde audacieuse avait pr6f6-
re courir les risques du marronnage plut6t que d'accepter
la servitude; que les empoisonnements et les avortements
syst6matiques avaient v6hicul6 la meme protestation. Cer-
tes, I'inminense majority& de nos d6sh6rites avaient sembl6 ac-
cepter leur sort tragique. Et le colon de Saint-Domingue
6tait plut6t tranquille mais il dormait sur un volcan: la con.
centration poussee de la grande propridt6 fonciire avait riu-
ni des masses d'hommes dans les ateliers et ceux-ci, a cause

(lip doe I.ar, i. Idem, tuuo 1. p. 104.


-58--




de leur haut niveau technique et de I'avidith des grants (les
maitres 6taient plut6t a Versailles), n'6taient plus dirig4s
que suivant les exigences du profit maximum. Aussi, les con-
ditions objectives 6taient-elles mires pour une subversion
total. La R6volution franchise donna le coup de fouet nces-
saire: les Colons et les Affranchis poserent leurs problimes
propres mais les Esclaves veillaient. Et ils viennent de poser
la revendication radical de la liberty et de 'Independance.
En effet, les Chefs des revoltes du camp de Galliffet r4pon-
dent aux Autorit&s franchises qui leur demandent trer dans le devoir>>:

devoir et du respect que nous devons au representant de la
personnel du roi, ni meme a tout ce qui depend de Sa Majes-
t6: nous en avons des preuves pardevers nous; mais vous,
mon general, home just, descendez vers nous; voyez cette
terre que nous avons arrosee de notre sueur, ou bien plut6t
de notre sang; ces edifices que nous avons eleves, et ce dans
l'espoir d'une just recompense! I'avons-nous obtenue, man
general? Le roi, I'univers, ont gemi sur notre sort, et ont
bris6 les chaines que nous portions; et nous, humbles victi-
mes, nous etions pr6ts a tout, ne voulant point abandonner
nos maitres; que dis-je! je me trompe: ceux qui auraient dfi
nous servir de pires, apres Dieu, c'6taient des tyrans, des
monstres indignes du fruit de nos travaux; et vous voulez,
brave general, que nous ressemblions a des brebis, que nous
allions nous jeter dans la gueule du loup? Non, il est trop
tard. Dieu, qui combat pour l'innocent, est notre guide; il
ne nous abandonnera jamais; ainsi voili notre devise: Vain-
Lre ou mourir!
( sommes pas aussi cruels que vous pouvez le croire, nous de-
sirons, du meilleur de notre ame, faire la paix; mais aux clau-
ses et conditions que tous les blancs, soit de la plaine ou des
mornes, se retireront par-devers vous pour se retire dans
leurs foyers; et par consequent abandonner le Cap sans en
excepter un seul; qu'ils emportent leur or et leurs bijoux,
nous ne courons qu'apris cette chere liberty, objet si pre-
cieux.
Voila, mon general, notre profession de foi, que nous sou-
tiendrons jusqu'i la derniere goutte de notre sang. 11 ne nous
manque point de poudre et de canons; ainsi, la mort ou la
liberty. Dieu veuille nous la faire obtenir sans effusion de


-59-




sang! alors tous nos v&eux seront accomplish, et croyez qu'il
en coute beaucoup a nos coeurs pour avoir pris cette voie.
eMais hblas! je finis, en vous assurant que tout le conte-
nu de la present est aussi sincere que si nous 4tions par de-
vant vous. Ce respect que nous vous portions et que nous ju-
rons de maintenir, n'allez pas vous tromper, croire que c'est
faiblesse, en ce que nous n'aurons jamais d'autre devise:
Vaincre ou mourir pour la liberty.
(Vos tres-humbles et tr6s-ob6issans serviteurs
Tous les gen6raux et chefs qui composent notre ar-
mee). (1)
Ainsi, >, les Chefs des r6volt6s deman-
daient aux colons, royalistes ou non, de re> (2): cette piece est notre premier Manifeste d'Ind6pen-
dance!

DANS L'OUEST, LES COLONS ET LES AFFRANCHIS
SIGNENT LE TRAITE DE DAMIENS. RUPTURE DU
FRONT COMMUN PAR LES BLANCS. La r6volte des
esclaves menacait les deux classes proprietaires. Aussi, com-
prend-on sans peine que, dans ces circonstances, les planteurs
de l'Ouest, blancs, mulatres et n6gres libres, qui venaient de
s'affronter par les armes, aient tent6 de s'entendre pour op-
poser un front commun i la nouvelle cat6gorie d'hommes
qui faisait violemment irruption sur la scene politique de
Saint-Domingue, car majoritaire et de faqon ecrasante, cette
classes menacait de bouleverser, et bouleversera de fond en
comble la soci6t6 esclavagiste: les planteurs blancs et affran-
chis de l'Ouest signent les concordats des 7 et 11 Septembre
1791 de la Croix-des-Bouquets don't les clauses seront repri-
ses dans le Trait6 de Damiens du 23 Octobre 1791: les Blancs
de l'Ouest reconnaissent l'6galit6 politique des homes de
couleur et negres libres qui s'engagent a s'unir contre l'enne-
mi commun non d6nomm6 mais qui ne peut etre que l'escla-
ve r6volt6; les < sont, en fait, livrbs A la vengeance
des blancs, la solidarity de la propriety privee se revdlant en-

t(IP.'de l.avcroi\, Idem, tome I. p. 102-104.
(2)Expression creole pour dire dGguerpir. La formula esauf votre respects introduit sou.
vent dans lore inlanue unte .irite d-sagrkable A l'interloculetar.


-60--





core une fois plus forte que la solidarity de I' piderme. (1)
Cependant, I'accord entire les blanks et les afbanchis ne
dure pas longtemps. Les Corps constituis de Port-au.Prince,
appuyes par les petits blanks, sont particulirement hostile
aux affranchis. D'autant plus qu'ils sont appeals a fire les
frais de l'opration puisque, conform6ment an Trait& de Da-
miens, les Assemblees populaires ouL les petits blanes sont
en nombre, doivent se reformer afin qu'y puissent enter les
repr6sentants des homes de couleur. Aussi, enhardis par la
decision malencontreuse de la Constituante qui, avant de se
s6parer, a rapport le decret du 15 Mai 1791 et pris le dcret
du 24 Septembre 1791, qui remet le sort des esclaves et des


(1) avaient ete arms par leurs maitres centre les hommes de couleur. apres le combat de Ne.
rettes. Ils se joignirent aux affranchis pendant la bataille de Peinier. Ce fat aloe. qm'b re-
Curent des hommes de couleur le nom de Sniases. (C. Madioa, dem. p. 8). Dili, lots
de la signature du Concordat de Damien, les Commisanire des Blames de P.t-a, -Ptjice
avaient demand- le retour des eSuisses, leurs ateliers. A cette proposition, Deguin, bame
de couleur. s'4tait ecrie:
Tambours. batters la generale !,
l.es blanks n'avaient pas insist r mais le 23 Octobre, ils demandirent aux Affranchis
de rigler la question. Les Commissaires des homes de couleo r et nigres Bibes araiint
voulu constituer une compagnie d'archers avec ces homes afin *de les retenir son une
discipline sRvere jusqu'a ce qu'ils eussent merit6 leur libertie, come si la libert1 n'a it
pas de droit' natural et comme si les eSuisses* ne I'avaient pas hiroiquement mrit&e maus
dles blanco opinerent pour qu'ils fussent rejetes de la colonies. (Memnoire Historique des
Cmminissaires des hommes de couleur, p. 42-43).
Les Commissaires des Affranehis accepterent la proposition des Blance pour en finir,
malgr l'Vpposition energique de Daguin et de Boisrond jeune. Pinchinat, mulatre. avait plai-
dI la mauvaise cause. Beanvais, mulitre et Lambert, noir, avaient it& les pes~ses a s
laisser convaincre. 11 fut decide que les Sauisses seraient envoys chess les Moequith da
Guatemala avec des instruments aratoires. Les manuel tandis que quatre Commissaires de couleur. charges de veiller & Pexcution de Par.
rangement. premaient passage i board du brick de guer e La PAippine. Les deao capital
se mirent d'accord, t hauteur de Jirimie et & Pinsu des Commissaires de couleur, pour Be
plus se rencontrer. Ausie, loreque La Philippine arrival i destination, lee Co missaires "
trouvrrent-ils point trace de I'Emmanuel qu'ils attendirent en vain pendant des jeors : .e
capitaine avait cingli vers la Jamaique oi il avait jete sa cargaison de bois d'ebne sar
quelque c6te diesrte, apris avoir vainement essaye de la realiser en especes sonnantes
*t tr-buchantes. Le Gouvernement anglais s'empressa de se dlbarrasser de ces htes ga an's
iu'il retourna A P'Assembl-te colonial du Nord. Celle-ci fit mettre aux fears our les po-
tons du M-le Saint-Nicolas les Suissess survirants, qui prirent assassinae quelque teo
apres. Quant aux Commissaires de couleur, ils furent emprisonnis a leur retour a Saint-
Domingue et ne farent remis en liberty qu'i la publication offcielle dans la Colowue d
d(Icret du 4 Avril 1792. Signalons que P'Assemble du Cap avait eu soin d'tpargwer one
vingtaine de *Suisses qu'elle renvoya dans l'Ouest pour teroigner de la perfidie lde
homes de couleur & 1'igard des noirs,.
D'apres une note do 16 D4cembre 1828 de Barthllemy Richiez, Is dernier survivant des
quatre Commissaires de oouleur envoys avee les 320 sur l'EaI'mnuel don't 197 Noirs ot 23 Mualtres. (B. Ardouin. Etudes. L 224).
a


-61-





affranchis a la discretion des Assemblies coloniales (1), les
blancs du Port-au-Prince brouillent les cartes le 21 Novem.
bre 1791, jour fixed pour I'6lection des nouvelles assemblies,
attaquent les troupes de Beauvais et de Lambert stationnaes
A Port-au-Prince depuis le 24 Octobre: les cConfi6dr-s de
la Croix.des-Bouquets sont forces de deguerpir mais, aides
de leurs cong4nires du Sud accourus sous la direction d'An-
dre Rigaud, ils mettent le siege & la Capitale de la Colonie.

LA PREMIERE COMMISSION CIVILE.. SON IMPUIS-
SANCE DEVANT L'IMTRANSIGEANCE DES BLANCS.-
C'est au milieu de cette situation confuse que debarque au
Cap le 28 Novembre 1791 la premiere Commission Civile en-
voyee par la Mitropole pour apaiser les troubles de la Colo-
nie. Compose de Roume, Mirbeck et Saint-L6ger, elle ne
tarde pas a constater son impuissance devant des Assemblies
coloniales qui, fortes du d6cret du 24 Septembre 1791, en-
tendaient s'opposer de la fagon la plus rigide au movement
d'emancipation des affranchis et des esclaves. Mirbeck n'es-
saie meme pas de faire son devoir: il se rembarque. Saint-
Leger, apris avoir tenth d'apaiser dans le Nord la r6volte
des esclaves et s'6tre heurt &A l'intransigeance de 1'Assem-
blWe colonial qui refusal la proposition de Jean-Frangois,
Biassou, etc... de faire rentrer les esclaves aux ateliers mo-
yennant la concession de 50 libert6s, se rend dans 'Ouest ou
il obtient la levee du siege de Port-au-Prince (15 F6vrier

(1)L'Assemblbe Nationalc. voulant pritendfiment easurer d'une manibre invariable I*
tranquillity int-rieure des Colonies et les advantages que la France retire de ces important
possessions*, avait, avant de terminer ses travaux, decrth ecomme article constitutionnel
pour les Colonies* que la Legislative estatuera exclusivement, avec lI sanction du Roi.
sur le riEime extirieur des Colonies* (art. 1) et quoe les lois concernant l'Ptat des per
sonnes non libres et l'etat politique des homes de couleur et nigres libres. ainsi que les
r6glements relatifs I'exicution de ces m&mes lois, seront faites par les Assemblies colo.
niales actuellement existantes, et cells qui leur succideront, s'exbeuteront provisoir-
went avec I'approbation des Gouwerneurs des Colonies, pendant l'espace d'uan an pou leI
Colonies d'Amnrique et pendant l'espace de deux ans pour les Colonies au-dell du Cap
de Bonne-Esperance, et seront portiee directement i la sanction abeolue du RBol. qam*,
can decret antbrieur puisse porter obstacle au plein exercise du droit conf'ri par le pre-
sent article aux Assemblies coloniales, (Art.IIl)
Ce decret du 24 Septembre 1791, qui pritendait lier les mainsi la LUgislative au him;.
fice des colons esclavagistes, atalt inconstitutionnel puisque 'Assemblde, qui l presma
scomme article constitutionnelh, avait eUlle-me dielar6 la Constitution do 17m terimh
depuir e ; Septembre 5791.




LES COLONS SEMBLENT SE SOUMETTRE AU DE-
CRET DU 4 AVRIL 1792 POUR OBTENIR LE CONCOURSE
DES AFFRANCHIS CONTRE LES ESCLAVES REVOL.
TES. Le d6cret du 4 Avril 1792 est connu officiellement
A Saint-Domingue le 28 Mai suivant: 1'Assembl6e colonial
decide de s'y soumettre. On peut s'4tonner au premier aboard
de cette position nouvelle des grands blancs reactionnaires
de la Colonie mais il est facile de la comprendre: le temps
est pass oi 1'on pouvait impunement traiter au pied lev4
les homes de couleur et les negres libres, car le rapport des
forces a change au profit de cette dernimre cat6gorie d'hom-
mes: non seulement les affranchis sont en armes un peu par-
tout mais l'insurrection des esclaves a deborde et s'est eten-
due dans I'Ouest et le Sud. Dans la conjoncture, 'Assemblie
colonial n'avait pas le choix: elle ne pouvait qu'accepter
1'egalite politique des affranchis pour obtenir leur collabora-
tion et essayer d'emp&cher la subversion total de la Colonie.
Aussi, forts de I'assagissement forc6 de l'Assembl&e, Blan-
chelande et Roume entreprennent I'ex6cution du decret. Les
homes de couleur de 1'Artibonite ont mis a la raison les
sicaires des agitateurs de Port-au-Prince, Dumontelier, Bo-
rel et leurs honnmes de main qui disolaient la region sous le
pr6texte de prot6ger les propri6tes des blancs devant la ca-
rence de l'Autorit6; apres s'etre emnar6s de la Petite Riviere
et des Verrettes, ils ont conclu le 14 Avril un concordat avee
les blancs sous la mediation de M. Montanges, commandant
aux Gonaives, concordat confirm par un trait de paix et
d'union intervenu A Saint-Marc le 21 Avril que Roume ap-
prouve et auquel adherent successivement les paroisses d'En-.
Inery, de Plaisance du Borgnq, de St-Louis du Nord et de la
Marmelade. Sous la presidence de Pinchinat, s'est constitu6
le 30 Mai un Conseil de Paix et d'Union auquel Blanchelan-
de et Roume, arrives A Saint Marc le 20 Juin, demandent des
forces pour renforcer le cordon de l'Ouest dress en vue de
circonscrire dans le Nord le movement de revolte des es-
claves. Le conseil pose la condition de la reduction des fa-
tieux de Port-au-Prince qui, menac6s par mer des forces
de Blanchelande et par terre des troupes des XConf6d&rs de
lia Croixdes-Bouquets et de celles de Rigaud venant du




Sud, regoivent le Gouverneur, le missai et les troupe
de couleur les principaux chefs des fatienx, do main cza
que 'on peut retrouver, sont arrktis et dipert s. P r qi-
ser la r6volte des esclaves du Cui-de-a S la Crix-desBom-
quets concede 100 libertis et rArcahaie 144 tandis que Hya-
cinthe, le chef des r6volts, passe au service des jmI p9taires
comme capitaine de la gendarmerie de la Croix-des-Boa.
quets.
Fort de ses sueces dans rOuest, Rlmc-hand se rend
dans le Sud mais sa mission est plut6t un iche- dams la
Grand'Anse, qui s'est presque d6tache du reste de la Colo-
nie sous la direction d'un Conseil Administratif domini par
les colons, son envoy, 'adjudant-gn6ral Bechet-Yocheon-
taine, qui ry a prced6 en Juin 1792 en vue de fare appi
quer le dzcret, riussit diffieilement dans sa tiche (1) tandis
qu'aux Cayes, le Gouverneur se fait tailer en pieces an
course d'une expedition mal agenc4e contre les esdaves r&-
voltes des Platons (Aoft 1792). Au course de longs pourpar-
lers avec l'Assemnble provincial et la Municipalit4, les in-
surges sont amenes a se contenter de 700 liberties mais ils
n'avaient pas hisith a tramer la hibert6 gia rale de lers
bands et la possessim entire de tou ls PWlats. (2)

tl)Voir deux rapprts de I'adjudmt-gtereal dans I'OVeage du G4iral Nemoea L. ?t
miers Citoyens et les Premiers DNpatrs .uirs ec de coateLr, p. 105-112.
t Journal exact et B6 le de ce qui s'est pasea aux Cayese cit par arn, Tome I1
p. to. Rapport de H. P. Smanam, M p. 123.


-l5-




.HAPITME III


LA DEUXIEME COMMISSION CIVIL. SA MISSION.
APPLICATION DU DECRET DU 4 AVRIL 1792. Les
Conmissaires Mirbeck et Saint-Lger avaient fait leur rap-
port a la Legislative qui, mieux informee de la situation de
la Colonie, avait nommn une deuxiime Commission Civile
avec des pouvoirs bien plus 6tendus. Compose de Sontho-
nax, Polv6rel et Ailhaud, elle debarque au Cap le 18 Sep.
tembre 1792, accompagnee notamment du g6enral d'Espar-
bbs, qui doit remplacer le gouverneur de Blanchelande, et
appuy6e de six mille hommes de troupes de lignes et de vo-
lontaires. Royaliste convaincu, Ailhaud n'acceptera pas la
deposition de Louis XVI et regagnera la France apres vingt
jours. Republicains convaincus, Sonthonax et Polverel ac-
compliront jusqu'au bout leur difficile mission et meriteront
de figure dans la galerie des grands hommes de la R6volu-
tion de Saint.Domingue A c6t6 des fondateurs de la Nation
Haitienne.
L'Agence, don't la mission n'est pas de supprimer I'escla-
vage, essaie d'abord de calmer les apprehensions des proprie-
taires de bois d'6bene qui pensent que les Commissaires sont
charges en secret de proclamer la liberty g6nerale. A D'Au-
gy, President de l'Assemblee colonial, qui traduit officielle-
ment les apprehensions de sa classes lors de l'installation des
Commissaires, le 20 Septembre, Sonthonax r6pond:
c...Invariablement attaches aux lois que nous venons fire
ex6cuter, nous dgclarons, en presence et sous les auspices de
1'Etre supreme, au nom de la M6tropole, i la face du people
et entire les mains de ses repr6sentants provisiares, que nms
ne reconnaissons desormals que deux classes 'hemmes dams
la parties franaise de Saint.Domingue: les nlires, sans am-
cune distinction de couleur. et les esclaves. Nous d4clars
qu'aux Assembl6es Coloniales seules, constituAtinnelement
form6es, appartient le droit de prononcer sur le sort des es-


--f8--




claves. Nons dicarous que Feasiavge est a' eae & ik L a-
ture et a la prowsprit des cobemes, et qu'l 'est i dms bs
principles, ni daus la veolt de FATssmbl e N ialde de
France, de tougher, a cet igard, ax pigfr ai des C.-

De son c6t6, Polv&rel fait la declaration suivant :

c..J'ai tC surprise, je Far me, de veir des crakes se a-
nifester das cette assemble, sr des insrzdtim saecrat
don't on nus suppose prteurs. Cmue si nsM pniram
avoir d'autres intrmutioes que la i, et c mme si ia ei pea.
vait n'etre pas publique. Et mi je ves dichre, m na de
mes CoBgues, sans craindre d'ten wte disarve, et je vs
declare en men nmm que si, par imapssibe, rAsseaee m-
tionale changeait queque chose i r tat de vrs propriait
mobiliaires, j'abiquerais sur le hamp terte missir et re-
mettrais entire les mains de la Natiem les pouvirs qi'eiI
m'a confiis plutit que de me rendre complice d'ame erreur
aussi funeste Ia Celeie,. (1)
Dans une proclamation du 24 Septembre, les Coimsai-
res reprennent presque mot pour mot la d6elaration de prin-
cipes de Sonthonax, prcisent 1'6tendue de leurs pouvoirs et
prennent en mains la direction de la Force publique. (2)
Malgri toutes les garanties fournies par la Commissin, les
colons r4actionnaires ne desarment point. D'autant plus q~i
la dichbance de Louis XVI et de la Royaute frangaise n'is-
pire aucune confiance aux aristocrates de la peau de Saint-
Domingue qu'eneouragent a la rIsistance la fuite d'Ailhaud
et les sentiments royalistes de D'Esparbs.
Sonthonax, qui se revle le veritable leader de la Com-
mission, et son collgue Polvirel n'hsitent point: ils enten-
dent executer le d6eret du 4 Avril et s'appuient fermement
sur la classes qui y a le plus interet: les hormnes de cmo
leur et les n4gres libres, qui, du reste, ont des alids mfme
dr c6t0 des colons (par example, Hanus de Jumicourt et Ie

IJuttsq'a la publicatik de I'oIutvre k citi dt Gioal Nenours. oa en esiwtai qu
Sostheaax avait padrl au som de sea coPkiues el oM lui pr4ta It. 6daities cretiuc
tique de Polviwel. I est di ermais taUi que ch ac des Cenmm=lei pmaes as t
coasn Ia eimornaie de* ler is llatiom Il'Elie de Cap, I 2 S .prS e 1t (Y. ( 6.
aeI Nowou. MIen, p. S32-58.
(2)VYe NeuMwm. Idea. 6. 64.




secteur des propri6taires blancs qui le suivent). Les deux
Commissaires dissolvent toutes les Assemablses de la Colonie,
substituent A 1'Assembl6e colonial une commission paritaire
compose de six blancs et de six mtulAtres, et font proceder
A de nouvelles elections pour reconstituer les municipalit6s
qui ne comptaient pas d'affranchis.
LA REACTION COLONIAL CONTRE LES COMBIS.
SAIRES: L'AFFAIRE DE D'ESPARBES. Ces measures
hardies irritent profondement les colons. Au Cap, ils circon-
viennent D'Esparbes, don't les sentiments leur sont favor.
bles, et essaient d'obtenir qu'il rembarque les Commissaires.
Le Gouverneur h6site et enfin, refuse de prendre la measure
sollicit6e. Sonthonax destitue D'Esparbes, le reexpedie en
France et cree la Legion de l'Egalite du Nord, composee ex-
clusivement de mulAtres et de negres libres pour l'opposer
au besoin aux soldats venus de la Metropole, trop enclins A
appuyer la cause des blancs. Au Port-au.Prince, la faction
r6actionnaire a relev la tete sous la direction du marquis
de Borel, ancien membre de l'Assemblee Coloniale: Borel a
dcr6t6 des elections en vue de la formation d'une nouvelle
Assemblee Coloniale et meconnait I'autorite du general de
Lasalle, gouverneur de la Province de l'Ouest. Sonthonax,
Polv6rel, de Lassalle se concertent A Saint-Mlarc, decident de
r6duire la faction Borelh qui est mise hors d'6tat de nuire
apris deux jours de combat (12 et 13 Avril 1793). Les Com-
missaires entrent solennellement & Port-au-Prince le 14 A-
vril, frappent la ville d'une contribution de guerre de 450.000
francs. Les homes de couleur avaient prt6 leur concours
empress aux Agents de la Metropole. Ceux-ci levent la Le-
gion de l'Egalite de 'Ouest compose exclusivement d'affran-
chis et font appliquer le d6cret du 4 Avril.
LA REACTION COLONIAL CONTRE LES COMMISL
SAIRES: L'AFFAIRE GALBAUD. Cependant, tandis que
les Commissaires sont encore a Jacmel oi ils font ex6cuter
le d6cret, ils apprennent l'arrivee au Cap de Galbaud, nom-
me en replacement de D'Esparbes. Ils regagnent imm&dia-
tement le Cap oh les colons ont deja acquis A leur eause le
nouveau Gouverneur qui, du reste, est I'un des leurs, puis-




que la mort recent* d'un parent I'a rendu proproltadi & St-
Domingue, au course de la traverse. Sonthonax reagit vigou.
reusement. L'article 15 de la loi du 4 Avril dispose:
c..Jes officiers-generaux et les administrateurs ou erde-
nateurs et les commissaires ivils qui avaient tk on seraient
mommis pour cette fois seulement, et pour le rtablissement
ie Fordre dans les colonies et plus particalirement pour
''emicution du present Dicret, ne pourraient etre chesiis par
mi ceux ayant des proprietis dans la coloies. (1)
Appuy6 sur la loi, Sonthonax demontre i Galbaud, qui
en convient (2), que sa quality de proprietaire a Saint-Do-
mingue 1'empche d'y occuper la function de Gouverneur.
Mais Cesar Galbaud, le frere du general, ne cesse de s'agiter:
les Commissaires ordonnent son embarquement et le 15 des-
tituent le Gouverneur et ordonnent sa consignation a bord
de La Normande afin qu'il aille rendre compete de sa condui-
te A la Convention. Galbaud parait accepter la decision et
s'embarque mais c'est maintenant que la parties se corse.
En effet, depuis le ler F6vrier, la France itait en guerre
avec 1'Angleterre et pour en imposer a la Marine britanni-
que, il se format dans la rade du Cap un convoi redoutable,
en partance pour la Metropole: des milliers d'hommes de
troupes sont A bord ainsi que deux cents colons qui ont mon-
tri une hostility farouche aux affranchis et que, pour cette
raison, las Commissaires ont du condanmer a la deportation:
ces colons aveugl6s vont etre sevres de ce A quoi ils tiennent
le plus: leurs propriet6s, meubles et immeubles, et leurs pri-
vileges de classes plus que centenaires. Et ils iraient a l'aven-
ture -ers quelque terre incl6mente! L'on comprend sans pei-
ne qu'ils tentent de s'accrocher desesp6rnment a la terre br~.
lante de Saint-Domingue!
Aussi, circonviennent-ils Galbaud et les deux mille hom.
mes des qiuipages qui d6barquent le 20 Juin et entreprennent
de d6poser les Commissaires. D4fendus surtout par les affran-

(1)La proclamation du 24 Septembre des Commisaires comportait us n1tt dei t FbA-
licle IV disait: eConformiment i la loi du 4 Avril dernier, les officers guaWmi mm-
m4i par le roi pour concourir I son execution, et qui en sont point proplitairea Sna-
Domingue, pourront seuls etre employes dams la colonies.
(2)Lettre de Galbaud du 12 Juin 1793 aux Commissair civil.


-4.-




chis, Sonthonax et Polv rel opponent une resistance farou-
che mais le 21, accabl6s sous le nombre, ils se rendent enfin
aux solicitations pressantes de leurs d6fenseurs et se reti.
rent au Haut-du-Cap. Galbaud et ses partisans triomphent:
ils envoient dans toutes les directions l'ordre d'arrfter les
Commissaires. Mais ils n'ont pas compt6 avec l'audace revo-
lutionnaire de leurs adversaires: ceux-ci ont encore en mains
une arme terrible, et ils osent s'en servir parce qu'au fond,
ils savent que la revolution doit passer par lA pour accom-
plir pleinement son destin: contre la promesse de la libertY,
ils appellent A leur secours les bandes d'esclaves r6voltes qui
sillonnent la region. Pierrot, Macaya, Pierre Michel, Bar-
thelmi, Paul Lafrance, Z6phirin r6pondent a l'appel et se
rangent sous la banniere de la R6publique. D'autre part, le
capitaine Villatte et ses homes de couleur et negres libres
ont pu tenir au Cap et Martial Besse, mulatre, est arrive du
cordon de l'Ouest avec deux cents dragons. C'est la contre-
offensive. Galbaud et ses hommes plient sous le choc et, apris
une resistance acharn6e, sont forces de rembarquer: la flotte
appareille le 25 a destination des Etats-Unis du Nord avec
10.000 colons (1) qu'effrayait la politique r6voluionnaire des
Commissaires. Sonthonax et Polv6rel rentrent au Cap le 27
Juin.
LES AFFRANCHIS ET LES ESCLAVES, FORCES DE-
CISIVES. INTERVENTION ANGLO ESPAGNOLE. -
PROCLAMATION DE LA LIBERTE GENERAL. DE-
PART DE SONTHONAX ET POLVEREL. Les 6vene-
ments qui viennent de se passer au Cap sont d'une impor-
tance considerable, car ils marquent un accroissement de la
puissance politique des esclaves r6voltes et des affranchis.
Les colons le comprennent puisque par milliers, ils fuient
avec Galbaud. Les 6venements vont continue a pousser ces
deux classes d'hommes au premier plan de la scene politique.
En effet, l'Espagne a rejoint 'Angleterre depuis le 7 Mars
1793 dans la coalition centre la France: Saint.Domingue est
done couple de la M4tropole et menace directement sur ses
frontieres; elle ne peut computer que sur ses propres ressour-

(1)Dr. J. C. DoMuluvll. Iem P. 90


-70--




Ces pour faire face aux ennemis ext&ieurs. Mais les colos
sont passes au moins pour les 3/4 dans le camp des coai
par haine du nouvel ordre de chooses qui pr6vaut en Fraunc
et don't ils craignent les repercussions dans la Colnie: la RB-
publique ne peut trouver des d&fenseurs a Saint-Domingue
que parmi les affranchis. et les esclaves. Et I'ennemi n'attend
pas: il frappe aux frontifres de la Colonie.
L'Espagne, qui occupe la parties orientale de Ile, explite
immediatement la situation, et grace a la trahison des offi-
ciers royalistes et B l'aide des principaux chefs des eselaves
r6voltis (Jean.Frangois, Biassou, Toussaint-Louverture)
qu'elle embrigade et B qui, elle offre honneurs, decorations
et mfme la promesse de la liberty g6nerale, efle occupe en
AoOt 1793: Vallire, le Trou, le Fort-Dauphin, la Grande-
Riviere du Nord, Ouanaminthe, la Marmelade, Ennery; Plai-
sance. Gonaives, Limbi, le Borgne.
Afin de faire face B cette pouss6e espagnole, Sonthonax
don't relive la Province du Nord menacee, n'a guire le choix:
il lui faut faire surgir du sol m&me de Saint-Domingue des
soldats de la liberty, et come les affranchis ne sont qu'une
minority, il lui faut puiser dans la grande masse des eselaves
du Nord. qui. du reste, est deja en parties libre de faith, les ar.
mes B la main.
Le puissant r4volutionnaire qui a 6crit en 1791:
cLes terres de Saint-Domingue doivent apprteuir aux
noirs; ils les ont acquises a la sueur de leur front.
et oui, plus tard, regrettera, parait-il, de ne pas avoir la peau
noire pour mener B terme la R4volution de Saint-Domingue,
ne pouvait hbsiter: le 29 Aout 1793, moins d'un an apr4s son
discours B IYAugy, il efface de sa signature trois sidles d'op-
probe et proclame la suppression de l'esclavage damn la Pro.
vince du Nord. Son coll&gue, Polverel, lui aussi un r4volu-
tionnaire mais moins ardent, hesite: il desapprouve mame la
politique radical du jeune girondin mais la r6volte des es-
elaves d4borde dans l'Artibonite: les frires Jean et Franois
Gyambois y conspirent pour la liberty genrale d'accord a-
vee Jean-Franois et Biassou. L'arriv4e B SaintM-are du
Commissaire dejoue le complot mais il n'y a plus moyen d'h-


-41-




siter: le 21 Septembre 1793, just un an aprs -s famous
declaration a D'Augy et un mois aprZs Sqnthonax, il procla-
me la liberty g6nerale dans l'Ouest. Reste le Sud.
En vertu de Ia proclamation des Commissaires qui decla-
rait libres tous noirs insurges enr6l4s pour la defense de la
Republique, Delpech, qui administrait cette dernimre provin-
ce, avait ordonn6 a Andr6 Rigaud, colonel de la L6gion de
I'Egalit6 du Sud, d'y enr6ler un certain nombre de r6voltes
des Platons afin de faire face A la trahison des blancs de la
Grand'Anse, qui appelaient les Anglais. Rigaud s'4tait exe-
cut6: ce qui lui avait valu la haine farouche des esclavagistes
qui attenterent a sa vie le 14 Juillet 1793, au course de la c6-
l6bration de la f&te de la Fde'ration. Une bataille tres rude
s'6tait engage entire les blancs et les hommes de couleur
des Cayes, qui avaient eu le dessus: les Commissaires civils
avaient destituI le colonel Harty, commandant de la force
arm4e et l'avait remplac6 provisoirenment par Andr6 Rigaud.
Delpech meurt subitement le 27 Septembre 1793 et 1'Ad-
ministration de la Province passe a Polv6rel, qui arrive aux
Cayes le 6 Octobre. Mais, dej&, les colons de la Grand'Anse
avaient consomme leur trahison.
Eh effet, depuis le decret du 15 Mai 1791, ces colons n'a-
.aient jamais cess6 de solliciter l'intervention de 1'Angletei
-* pour garantir leurs privileges a Saint-Domingue. Lp ,p--
binet anglais les avait toujours 6cout6s avec bienveillanca
mais n'avait pas eu encore l'occasion de donner suite A leurs
demarches.
etat de guerre qui existait depuis le ler Fevrier entra
la France et 1'Angleterre fait aboutir les pourparlers: le 3
Septembre 1793, Adam Williamson, Lieutenant Gouverneur
et Commandant en Chef de la Jamaique, au nom du Roi
d'Angleterre et Venant de Charmilly, au nom du Conseil de
siurete et d'ex6cution de la Grand'Anse, signent b Santiago
de la Vega un trait d'intervention don't les bases avaient 6td
arrhtees des le 25 F6vrier 1793. Et les Anglais occupent Jer&
mie le 20 Septembre et le Mle Saint-Nicolas le 22.
Ainsi, au moment oi Polv6rel arrive aux Cayes, l'inter-
vention militaire anglaise est consomnme: Le Commissaim




ae peut phls h6iter et Ie 9 Oetobre 179, ii pr darm la i-
berth ge6nrale dans le Sud
LA TRAIf[SON DES ANCIENS LiPRES DE L'AAMBO.
IT ET DYUNE PARIE DE LWO ST: LA *eSI NTAN-
CE A L'OPPRESSION.* Au moment oi les Cmnmissaires
civils prennent la measure radical de la liberty ge~nrale des
esclaves, la Colonie semble dffinitivement perdue pour la
France, car a la trahison des colons blanes va s'ajouter cele
d'un fort secteur des anciens libres de toutes les eouleurs(li,
Wgalement mecontents de la liberty ginerale, qui les privait
de leur precieux bois d'6bne.
En effet, B 1'instigation de Savary, homane de eouleur,
commandant de'Saint-Marc, les anciens libres des paroisses
de Saint-Marc, des Verrettes et de la Petite Riviere de 1'Ar-
tibonite se coalisent avec les colons esclavagistes et font pa-
raitre, sous le titre de Risistance a Peppresim, un manifes-
te honteux, du 13 Novembre 1793, oi ils attaquent avec la
plus grande violence les arretis d'affranhisme de Son.
thonax et de Polvrel:
Co.sid~cant, dit notammeant Ie manifestg, que fiMrm-
chissemnmt g6ral des esedaves n'a -jmais t6 le ewu de la
France; quo e permne dee e pres eer n~ jmahb fait parti
de ceux accwdes aux ce miwi etnves dm-s les eeAl
nies;.. q'eBle n'a pour but que d'PIever a h Frame i peaB
session de cette celnie, pisqu'a pays rd'Amuiqae, people
exclusivement d'Africains, de neirs, a seat plus ra e c**
lease franhuM
En consequence, ces croises de la pire des causes la
cause du maintien de leurs freres de race dans l'ig4po nie-
d6clarent se coaliser:
afraternellemnt entire e-0, pour rAsistr a trte eppres.
sion et a Pntroduction de tout neuvel edre de chmes eu ne-
veau syst4me qui n'manerait pas direetament de FPatuvti
natienale
its protesent formelement c rae rate public ql a .eu

(1) La reowmamr a df rous appreadtr qua I Pert i 4abliea a we B aux satlin
Cette t hio" eat e l'S age de u ancle Ilree de toute*s le sau (aM te e ta l.
rial An II (11 Jai- 179) d Polw"d & Amri knpuQO.


-73--




lie a Salat-Mars aux Verrettes et a la Petit-Htiviire, par
lequel ils ont d6clar6 affranchir les esclaves, et invitent lea
sommissaires civil a solliciter de la France 1'affranchisse-
ment universal; le dit acte exprimant un voeu qui n'a ja-
mais ete dans leur cceur, et cette ombre d'assentiment ayant
et6 arrach6e a la faiblesse par la tyrannie. Ils protestent 6ga-
lement centre toute ratification ou autre disposition tendant
a l'affranchissement general, qui 6manerait de la convention
national, en tant qu'elles resultent de l'astucieuse et perfi-
de machination don't cet acte a et6 le premier ressortb.
Leos oalises ne se contentent pas de cette monstrueuse d6-
elaration de principles: ils prennent les armes pour et retablir leurs proprites>>, y compris la propriWte sur la per-
sonne des enclaves de 1'ancien regime:
(Le travail des ateliers, la repression des movements qui
peurraient s'y clever, le maintien du respect dfi par les es-
olaves aux homes libres et de l'obeissance i leurs maitres,
entreront particulierement dans le nombre des objets con.
fis a leur vigilance et a leur protections. (1)
Le ler Decambre, les traitres de Saint-Marc prirent un
arr6ti qui consommait leur trahison:

la France, leur mere-patrie, genussant sur l'etat dans lequel
se trouve la colonies, volant y remedier autant qu'il est en
oux, et conserver les restes infortunds de la monarchies fran-
kaise a Saint-Domingue, declarent: lo. que le pavilion blanc,
etendard antique et respectable de la monarchies frangaise
sera arbor de suite sur tous les forts et dans tous les camps
de la dependance,et sera salue de vingt-et-un coups de canon;
2e. que la protection offerte par les proclamations des puis.
:unc.es anglaise et espagnole sera accepted de suite; 3o. qu'il
sera envoy incessamment quatre commissaires aux repr6-
sentants de S. M. C. a Saint.Raphael, pour leur donner con-
naissance de cet acte glorieux; que les commissaires demeu-
rent autorises, par la present d6lib6ration, i cbnclure avec
les dits representants les traits, accords, conventions qu'ils
jugeront convenables, en conservant express6meit leurs ti-
tres et qualit6s de Francais, leurs lois et usages, et notam-
ment les dispositions de l'6dit de Louis XIV de 1685, rela.

(1)Voir slans des sur 'Hitouire d'ffiti. "dition 1925, tome deuimme, p. 242246).


--4--





tlvement aux homes de couleur et nipga liIes, dit hes
droits politiques ont t6 dclaris et fihxs par la li d 4 A-
vril 1792, rev6tue de la sanction du roi Louis XVI. (1)
Savary essaie de rallier a la cause esclavagiste Beauvais,
home de couleur, qui command au Mirebalais, mais cehi-
ci reste fiddle a ses freres de race et a la R6publique.
Le 24 Dkcembre 1793, les anglais prennent possession de
Saint-Marc. Lapointe, home de couleur, qui command &
I'Arcahaie, est 'un des meneurs esclavagistes: il livre 6gale-
ment sa place aux britanniques. De leur c6t, les espagnols
occupent les Gonaives, les Verrettes, la Petite-Riviere de
I'Artibonite et le Mirebalais que Beauvais a dQ 6vacuer, sous
la pression des partisans de la coalition. Labuissonnire,
home de couleur, passe aussi dans le camp de la reaction
et livre LIogfne aux anglais. (2)
EXASPERATION DE LA LUTTE DE CLASSES DANS
L'OUEST. -Avant de consommer sa trahison, Lapointe a-
vait accompli une bonne action: il avait collabor6 avec Pin-
chinat pour emp&cher les anciens libres r6actionnaires de
1'Artibonite de mettre a execution leur project d'assassinat
de Sonthonax qui passait dans I'Ouest afin d'y organiser la
defense contre intervention britannique. Aussi, le Commis.
saire civil put-il arriver sain et sauf au Port Republicain (ct-
devant Port-au.Prince).

(1)B. Ardouiu, Idem. p. 252-253.
(2)Voici les grande lines de dl'ordres que retablisieat lea Anglis:
4Ce o'est pas pour denir le thiitre des vertus republicain.e, mi du d-veloppemmt des
connaissances humaines qu'on tablit une colonies dans les Antilles; se vritble p eNeli
corniste i fire beaucoup de degrees et le but de la m4tropole est d'en exporter le plus
avec le moins de frais qu'il lui est possible. Une colonies dpendante d*une unriw e
pour sea rapport commerciaux, pour sa protection et sa defense. n'a ronaslqemmemt a-.
euue politiqae extirieure et ue doit rechercher anucu des attributs de Ia sovraietb.
Leo colons autonomistes de Saint-Domingue avaient demand un nouveau roi: II* 'a.
vaient mais i la mode ancienne: ils dureat tiquer un pea. Cepemdant, le co.mmndatz 4
troupes d'intervention de Sa Majeste Britannique dialt asai:
Hoommes de couleur, avem-vous pu vous laier avegler par lee dlaebatli. s ad
traitres (lea trois Commimsires civils? En vous vatant Ia liberty et 'ieald re a rm-
ils pas avilis vous-nmes, puisqu'ils vous lee font partager avee res elavs em W dl
poutllant de vote proprditb?... (Proclamation de John Whitolock da S S2 t tLr I7W
a la priae de possession de Jeremi.).
Cette derriere declaration etait du goit des colon et de Ia fraction esclavagist des as.
aees libre: L'Angleterre ritablismait l'esclavae dam tons lea qcuartlm Iem a sm l
I.lw..nt: iti :awiiia. Alle Iai.sait de sou micnux. car les nouveaux Libres ae se laissaieut pes


-75--




epeadant avec toute la fougue r6volutionnaire de son
temperament, Sonthonax se retournait de plus en plus vers
lee nouveaux libres qu'il appelait les RWgeneres du 29 Aout:
la trahison des anciens libres de 1'Artibonite lui faisait crain-
dre avec raison d'autres defections du meme genre et il kten-
dait a tort sa suspicion sur toute cette classes d'hommes qu'il
croyait vendus aux anglais. La nouvelle orientation de la
politique du Commissaire va exacerber la lutte des classes
dans l'Ouest et determiner dans une tres large measure la red.
edition aux anglais du Port-.Rpublicain.
En effet, pour avoir une force de combat plus sire que la
L6gion de 1'Ouest recrutke exclusivement parmi les anciens
libres, Sonthonax constitute une L6gion de r6galit6, compo-
se uniquement de nouveaux libres et command6e par deux
Noirs du Grand-Fond: Dieudonn6 et Pomp6e. De plus, il
s'appuie sur le 48. regiment, ci-devant d'Artois, d'esprit r6-
volutionnaire.
De son c6te, Montbrun, qui command a Port-au-Prince,
ne reste pas inactif et enforce la L1gion de rOuest le plus
possible: il laisse en liberty les gens de couleur suspects au
Commissaire tandis qu'il arr&te les blancs de peur qu'un re-
virement des alliances ne les mette au c6t6 de Sonthonax.
Nous venons de voir Beauvais refuser de passer aux c6tes
des Anglais: depuis la prise du Mirebalais par l'ennemi, il
command A la Croix-des-Bouquets mais il est un partisan de
Montbrun et, A ce titre, est mal vu du Commissaire, qui le
tient pour un obstacle h sa politique. Aussi, Halaou, un chef
de bande fanatique du Cul-de-Sac que Sonthonax manoeu-
vre savamment, s'oppose-t-il violemment a Beauvais et aux
anciens libres. Ceux-ci r6agissent de la fagon la plus radicale
ils se saisissent d'Halaou, qui est mis A mort, tandis que ses
bandes sont dispersees par la force des armes.
Ces 6v6nements tragiques empoisonnent definitivement
l'atmosphere entire les anciens libres et Sonthonax et abou-
tiesent A l'affaire du 17 Mars 1794: Miontbrun attaque a on-
ze heures du soir les casernes du 48e. regiment don't il en.
tend ae debarrasser puisqu'il est la principal force du Com-
misaire. Cependant, malgr6 la surprise, Desfourneaux rallied


-76-




ses hommes, met Sonthonax en sGret6 et riposte vigoureu-
sement. Au bruit de la fusillade, les nouveaux libres du Cul-
de-Sac accourent au secours du Commissaire qui, cependant,
ne voulut pas d'une rendition de I'affaire Galbaud:
cLa fusillade dura jusqu'au lendemain a cinq heures da
matin; elle avait donn 'f6veil aux bands da Cal-de-SM qm
pnetrerent dans la ville, fortes de 6.000 homes, sens la com.
duite de Hyacinthe pour se mettre B la disposition du Cmn-
missaire Civil. Celui-ci, craignant le renomveBement des se.
nes de juin pricident an Cap, leur interdit toete aetia.
Montbrun exploit cette reserve de Sonthonax pour exiger
de lui 'embarquement du 48e. regiment et de Desfournean,
dclarant que sans quoi H ne r6pondait de la vie d'aucon
hlanc. (1)
Ainsi, Montbrun restait maitre du terrain mais raffaire
cut un epilogue tragique:
cL'Ouest resta profondement trouble a la suite de 'attentat
du 17 Mars. Le Commissaire civil 6tait regard par les neirs
de la plaine come leur sauveur; aussi les ateliers du CuL
de Sac se souleverent-ils en masse, pour le venger. sons le
commandement de Beb Coutard et se jetirent-ils sur Ia
Croix.des-Bouquets ou 6taient camps les anciens bres.
Ceux-ci se retrancherent dans Flglise; un d'entre eux sortit
de ce fort improvise, traverse les rangs des noirs, et abattit
d'un coup de feu B6be Coutard; la mort du Chef amena la
dispersion de ses bandes (2).
Ces graves 6venements d6terminerent Polv6rel A repasse"
dans l'Ouest: mieux vu des hommnas de couleur, ce Cammnia-
saire put concilier plus ou moins les parties antagonist.
LA REDDITION DU PORT.REPUBLICAIN. -Unee pa-
reille exasperation de la lutte des classes laissait bien pr6-
voir que le Port R4publicain ne pourrait pas resister a un
vigoureuse action de 'ennemi.
Dej6, le ler Janvier 1794, le commodore Ford s'6tait prr
sent devant la Capitale de la Colonie et avait envoy un par-
lementaire & Sonthonax pour exiger la reddition de la plaew;
celui-ci avait pay6 d'audace, et quoique demuni le tout W..

(1)A. Cabon, Idem, tome II, p. 2B.
(1)A. Cabon, Iem. tome m. p. 25.




yen s&rieux de resistance, avait r6pondu que les Blancs, les
anciens et les nouveaux libres republieajns du Port R6pu-
blicain avaient fait le serment de vivre et de nmourir franqais.
Les Anglais n'avaient pas insist nmais, quelques semaines a-
pros, ils avaient renouvel encore en vain leur tentative.
Le 30 Mai 1794, les Anglais se presentent en force devant
la ville et envoient le 31 un parlementaire aux Commissaires
civil qui ne le regoivent pas.
L'attaque commence le meme jour. La defense de la Ca-
pitale que les Commissaires ont confine A Martial Besse par
crainte de Montbrun soupgonne de trahison au profit de 'en-
vahisseur, se ressent de la division des parties. Dans la nuit
du 31 Mai au ler Juin, l'ennemi conquiert sans grands efforts
le fort Bizoton: Montbrun, qui y command, est bless (1).
Le 2 Juin, un bataillon des Rg6nergs, charge de la defense
du Fort Touron, a la Saline, le livre & 1'ennemi. Les Blancs,
pris de panique, car ils craignent d'etre sacrifice par les nou-
veaux libres, essaient de se mettre en suret6: ils se refugient
au Fort SaintJoseph ou sur les bateaux de l'important con-
voi de. commerce qui attendait l'occasion propice de laisser
le Port R6publicain B destination de la M4tropole (une qua-
rantaine de bateaux charges de denrees du pays que Sontho.
nax estimait & 25 millions de livres). Le 3 Juin, les Commis-
saires president un Conseil de guerre et decident d'abandon-
ner la place: ils se retirent le m6me jour par la CharbonniB-
re, laissant la defense de la ville & Martial Besse. Le mau-
vais temps contrarie les operations le 4 Juin. Le 5 Juin, l'a-
narchie est complete et le Fort Saint-Joseph est livr6 B l'en-
ridmi, qui entire par le Sud (colonne Montalembert) et par
le Nord (colonne Lapointe) tandis que des troupes debar-
quent

(l)Apris Ia reddition du Port Ripublloaia, Mmntbhru et BsauvaLs emut U d4aU*s
d'une extroene gravity: leure partisans dam Is Ligion de IPOwusa fafUMrt miae on wOr
sux manus a Jacmel. Les deux Chefs cholsitent Rifgud et Pinebinat comme arbitre d dif.
firend. Monibrun so retire sur se terres d'Aquin eu y fat counslt. RiPud Py fit artr
ter le 22 Fructider (8 Septembre 17?t) et 'envoya l FruTee read eoiage doe a ean.
duit*. Accusi do tranison & 'occasion do Ia reddition du Port.-Rpudgleb at do cm.
meres illirite dans 1'exerice de ses functions, il fut ju1 I Nntes per wua cou rmilia
et acquitt6 le 15 Prairial As. VI (24 Mai 1798). 11 deviut gpuveereur da ohUttu Troemotpe
i Bordeaux it meaut.


-7 .-




La reddition du Port-Rpublicain soupe la Colenie en deux
trongons et la France n'y occupy plus quo le quartis du
Cap et du Portde-Paix dans le Nord, Jacmel dans 'Ouest,
et Aquin, Nippes et les Cayes dans le Sud.
LE DEPART DES COMMISSAJRUK LA I,0 DU 16
PLUVIOSE, AN H (4 FEVRiE 19T) DE LA CONVEN-
TION. Apris la reddition du Port Rpublicain, les Com-
missaires se rendent per les mornes (1) a Jacmne poor eom.
tinuer la resistance aux envahisseurs et a leurs comnlices de
I'int6rieur. Ils y arrivent le 6 Juin et deux jours pr~ le
Capitaine Chambon y debarque et leur remet un dicret d'a-
cusation de la Convention du 16 Juillet 1793 rendu centre
eux a linstigation des colons. Sonthonax et Polvrel s coes-
tituent prisonniers aux mains du Capitaine. Mais Chamboa
n'apportait pas seulement le d6cret d'accusation: il apportit
6galement l'approbation m6tropolitaine des dcrets d'affran-
chissement des Commissaires et la grande loi du 16 Phit-
se, An II (4 Fevrier 1794) de la Convention, abolisant l'es-
clavage dans toutes les Colonies FranuaiP s

(l1D'oI le no du Mwore des Alwam Cemmintse.







MUXIE PAR72K


LES ANVIENS Wr LAS NOUVEAUX LIORM

LUTIENT

POUR LA SUPtEMA1ME







CRAPrrRE IV


TOUSSAINT LOUVERTURE PASSE AU SERVICE DE
LA REPUBLIQUE. TOUSSAINT, DEFENSEUR DE LA
LIBERTE GENERALE.-Avant de partir Polv&rel, d'accord
avec Sonthonax, avait pu &crire a Rigaud, qui ktait Ie prin-
cipal soutien de la cause republicaine dans le Sud:

cLes Gonaives, Ennery. Plaisance la Marmelade, le Den-
*on. ValliKre, la Grande-Riviere. le Trou, le Terrier.Rage,
',hionade. le Cap et toutes ses dipendances, le Port Margt.
le Limb6, le Petit-Saint-Louis, le Part-de-Paix. Bombarde.
la Plateforme, le Port & Piment et Jean-Rabel sent ritas
sous I'autorit& de la RipubBque, et d'aprs les dernires n a-
velles que nous avons rescues de Lavaux, 'ai bien lie de
croire que le Borgne et le Gros-Morne sent aujourdhui ren-
Ires dans le devoir.
cToussaint-Louverture. Iun des trois chefs des africains
rovalistes coalisis avec le gouvernement espag-nl, a cenne
enfin ses vrais intirkts et ceux de ses frEres iI a senti qu
les rois ne pouvaient jamais tre amis de la Wbert4 et de I'-
'aliti. II combat auiourd'hui pour la Republique i la tet
d'une forte armee. II a fait uine justice severe des chevvaers&
espnr nols et francais qui sent tombs sons sa main* (1)
Le principal artisan du retablissement de la situation mi-
litaire francaise dans le Nord et l'Artibonite 6tait Toussaint-
Louverture ancien esclave de I'habitation Brida, au Haut-
du-Cap, qui avait rejoint Biassou quelque temps aprs la r4-
volte des esclaves du Nord et qui. come officer esubalter-
ne> (2), avait jusqu'alors guerroyv au profit de la cause es-

(lLettre du 23 Pratial, au II (11 )uin 1 ) Cahier d. oe resp da- s do Ritr
et e ,teausta a e l tavant. \re. Nat. Pari'. Rapp ~it par HI. Saa a i. P. I -IS
i(IV>ir Cintral NTBeu>rs. r a.int-Ltnaevert *wcN a Saiint-Demingu. Lib.rtj .r PrI-
tie, p. 22-4. Pago I# rs' Cnutraire oi th' fait Jo TabuIt h ckhef ecuh d" In R;-
toh, des cIlavoes do Nwrd. 'ir Veost.r Lauret. Errears E t Yfidis ? M4 s 3 Nissoi dNat,
toaw 1. p. 11-& Lee deax euvraee seat do 195.




pagnole. Lavaux, a PI'poque gouverneur de la Colonie, qui
provoqua la defection, 1'explique en ces terms:
qu'au 6 Avril 1794. II ne combattait que pour la liberty des
noirs: on lui avait dit qu'un roi seul pouvait donner cette li-
bert6 g6ndrale. Quand, ai cette 6poque, j'ai pu lui prouver
que la France r6publicaine accordait cette liberty, il s'est ran-
ge sous le pavilion tricolore* (1).
De son c6t6, Toussaint explique dans sa premiere lettre
officielle a Lavaux:
les ennemis de la R6publique; mais quel home peut se van-
ter d'eviter tous les pieges de la mechancet6?
(A la v6rite. j'ai tombe dans les filets, mais non point sans
connaissance de cause. Vous devez vous rappeler qu'avant
les desastres du Cap, et par les demarches que j'avais faites
par devers vous, mon but ne tendait qu'a nous unir pour
combattre les ennemis de la France, et faire cesser une guer-
re intestine parmi les francais de cette colonie. Malheureu-
sement, et pour tous en general, les voies de reconciliation
par moi proposes, la reconnaissance de la liberty des noirs
et une amnistie ul6niere, furent rejet6es... Sur ces entrefai-
tes, les espagnols m'offrirent leur protection et la liberty
pour tous ceux qui combattraient pour la cause des rois.
et ayant toujours combattu pour avoir cette mme liberty,
i'adhirai a toutes leurs offres, me voyant abandonne de tous
les francais, mes freres. Mais une experience un peu tardive
m'a dessill6 les yeux sur ces perfides protecteurs, et m'!tant
apercu de leur supercherie sc6lerate, i'ai vu clairement que
leurs vues tendaient A nous faire entr'egorger pour diminuer
notre nombre et pour surcharger le restant de chaines et les
F"lire retomber a I'ancien esclavage...(2)
Quoique les d6mzlns personnel de Toussaint avec Jean-
Frangois, Biassou et les espagnols aient du peser beaucoup
dans son abandon de la cause royaliste, il nous semble que
sa passion de la liberty. g6n6rale des esclaves a Wt5 la cause
d6terminante de sa volte-face. Laplace, un pr6tendu de-
put6 des 6migres franqais r6sidant a Saint-Michel, denonce

(I'Dlhcour de Lavaux du 9 Septembre 1797 au Conseil des Cinq Cents. (Voir Sumon.
Idem. p. 182).
(2)C'est nous qui avon ssoullp6.




le 14 Avril 1794 & Don Garcia, Gouverneur general et Pre-
sident de 1'Audience de Sto-Domingo, Toussaint-Louverture
qu'il lui present comme < auxquels Ui announce. qu'lis sont libres; donnmnt des ordres
pour le r6tablissement des postes supprimes par Biassou....
prechant la desobbissance, I'insubordination et se declarant
chef de revolt lui-m:mea:

La conduite de Biasson, termine 'nmigre, a mrit, F'ad.
miration g6nerale; nous d6nonsons son perfide subalterne
come assassin, comme traitre an roi. II est encore come
ayant, contre les promesses sacr6es du Roi, promise la liberty
g6n6rale A tous les esclaves, de6j rentr6s dans 1'ordre et le
devoir- (1).
Il est vrai que Laplace est le secr6taire de Biassou et qu'il
a inter&t a abattre le comp6titeur de son maitre mais l'appel
suivant de Toussaint, qui date du 29 Aout 1793, et don't
Schoelcher aurait vu une copie aux Archives Nationales d'a-
pris le G6n6ral Nemours, est d'une importance decisive dans
les d6bats:

Au Camp de Turel, le 29 Aoft 1793.

gFr6res et Amis,

UJe suis Toussaint-Louverture, mon nom s'est peut-tre
fait connaitre jusqu'i vous. J'ai entrepris la vengeance. Je
veux que la liberty et 1'6galit6 regnent a Saint-Domingue.
Je travaille a les faire exister. Unissez-vous a nous, fires,
ot combattez avec nous pour la meme cause...
cVotre trs humble et obbissant serviteur.

Toussaint-Louverture (2).

De plus, au moment oh Toussaint passe officiellement au
service de la France (18 Mai 1794) et m&me au moment oh,
d'apres Lavaux, il a cess6 de combattre la ROpublique (6
Avril 1794), la Convention a aboli resclavage dans toutes

(1)H. P. Sannon. Idem. p. 183. D'apres le G4neral Nemour, la lettre de Laplace at pu.-
t(t du 4 Avril 1794 (Voi: Nemours. Idre. p. 28. 32. 36. 52).
t)Genhral Nemours, Iden. p. 29.




le Colonies frangaises (4 Fivrier 1794): quoique le d6cret
ne soit arrive offiiellement dans la colonies que le 8 Juin et
que Toussaint n'en accuse reception a Lavaux que dans sa
lettre du 7 Juillet 1794, il est permis de se demander si pour
s'etre trouve dans le camp espagnol libre de communiquer
avec 'Europe, le Chef noir n'en avait pas eu connaissance
bien avant et si ce decret n'a pas level ses derniers doutes.
Quoi qu'il en soit, partout oiu ses armes 1'emportent, Tous-
saint proclame la liberty g6n6rale.
L'homme, qui venait de se ranger du c6t6 de la Republi-
que, allait, grace au movement social de l'6poque et b son
genie, s'elever A la premiere place sur cette terre de Saint-
Domingue oi jusqu'A la r6volte des esclaves du Nord et mi-
me quelque temps apres, il n'avait 6te qu'un esclave, juridi-
quement une chose mobiliere, attachee A l'habitation Breda
du comte de No6, sitube au Haut-du-Cap. Cependant, en
fait, Toussaint avait suo s'elever consid4rablement au-dessus
de sa condition servile: il s'6tait concilii le grant Bayon Li-
bertad, qui avait fait de lui son cocher et son home de con-
fiance; il avait appris les rudiments de la lecture et de l'-
criture et acquis, s'il faut l'en croire, une veritable fortune
puisque dans son Memoire au Premier Consul, Bonaparte,
ecrit sous sa dict6e au Fort de Joux, il affirme que la Revo-
lution l'a trouv6 francs* (1). On peut s'6tonner A just titre que cet honine,
qui va se r6evler si imperieux, n'ait jamais pens6 A racheter
sa liberty et que la R6volution l'ait surprise encore dans l'etat
servile, alors qu'ils frisait peut-.tre la cinquantaine (2).

LES ANCIENS ET LES NOUVEAUX LIBRES DEFEN-
DENT LA COLONIE CENTRE L'ESPAGNE ET L'ANGLE-
TERRE. L'ESPAGNE SE RETIRE DE LA COALITION
- LA POSITION FRANCHISE RAFFERMIE. Au depart

(1)Mimoiro pour le CGiairal Toussaints Louu erture (FIir Ltreirr du GCiurau l Le-:erre pu i'u
aves un introduction par Paul Rousier, 6ditioa 1937. Afpeadic Vp.346). S Ft em v t av
urn ide dlu piouvoir d'alhat ide crale fortune, il suffit i e r reptfrter i uur letter do L.
clere du visliuue u 1 IV'oan ctistatlr que le gauiral cu Chef eat censa e uporter 3(0.000 hIran
pour lea premuiers frais doe expeditionn do Saint.Doaitgue et qu'il s plait tw e do **a'
aoi.ir trouv i bord qua 250.000 (V. Id. p. 55).
(2)Ls esclavi u'avaient pas d'6tat civil. Ausai an conajlt-oa pAs la date de la *auaurce




de Sonthonax et de Polv6re, le art de la Colamiet a*x
mains de cinq militaires un blanc, Lavaux, gom veWne a.,
A Port-de-Paix, et quatre indignes Villate, an Cap.Fran-
eais; Beauvais, a Jaemel; Rigaud, dans le Sud et Toussaint-
Louverture, qui vient de se rallier a la R&volution et qui li
apporte un don prciax:

Gonaives, le Gres-Mom, les castams d~'mriy, Plwm-
ce, Marmelade, Dondon, L'Atcl et toute la di. e nM me seat
sous mes ordres, et je compete quatre Mle bIMMes anarm
dans tous ces endrits sans cmpter les citlaea de Grn-
Morne qui sent au nombre e six cenMts (1).
Villatte, Rigaud et Beauvais, mul&tres, appartienment & la
classes des anciens libres tandis que Toussaint, noir, reprie
senate les nouveaux libres: dans une soci6te colonial encore
tout imnrgn6e d'une ideologie de caste a base plut6t spider
mique, cet 416ment a une importance considerable et infhu
ra fortement sur le developpement des 6venaemets.
En attendant, l'activit6 inlassable de ces officers incor-
ruptibles tient en 4chec l'intervention anglo-ea le. Par
le trait de Bale, 1'Espagne abandonne la coalition et cde
a la France la parties oriental de IMle. La nouvelle du Trai
tb arrive i la Colonie le 14 Octobre 1795 avee un dderet de
la Convention du 5 Thermidor an III (24 Juillet 1795) par
lequel, l'Assemblee dkclarait que les d6fenseurs de Saint.
Domingue avaient bcien merit6 de la patrie* et, en rcom-
pense des services rendus, accordait le grade de g6n4ral de
division A Lavaux et celui de general de brigade & Toussaint,
Villatte, Beauvais et Rigaud.
La retraite de I'Espagne permet de mieux contenir la proa-
sion anglaise: Rigaud s'y distingue dans le Sud et Toussant
dans l'Artibonite mais le 30 Ventose (20 Mars 1796), le our
mnme o4 Rigaud support L&ogane une lourde offensive
britannique, celate au Cap un grave conflict, qui couvait de-
puis quelque temp&.

d. Toumsit LovowrtmU: ce.tai la fixwt a 20 Ml t4i Se 4m tat a* l N MIa 16 GM
dI rest appol ter la tuindtrt it o ce i C.erG tral Nemotra,, M4ae. 13 1U TImS~ e tt e t
wort *a Fort de JoItu. dat lu I Iaw I GC mimal. An X1 (7 Awrl 10).
il)ExtAtt do I later dt I Mt T9r de Tetsatl t & Lwam.




LES ANCIENS ET LES NOUVEAUX LIBRES S'OPPO.
SENT: L'AFFAIRE VILLATTE. TOUSSAINT, LEADER
DES NOUVEAUX LIBRES, PREMIERE FIGURE MILI-
TAIRE INDIGENE DE ST.DOMINGUE. En effet, par
suite de 1'isolement oui la situation militaire 1'avait tenu, Vil-
latte, officer de valeur, qui avait brillamnment assure la d6-
fense du Cap et de ses dependances contre les espagnols, a-
vait pris 1'habitude de diriger en maitre. La situation militai-
re devenue meilleure, ses Chefs hi6rarchiques, Lavaux et
l'ordonnateur des Finances, Perroud reprennent en mains
administration du Cap, mais il semnble qu'ils n'aient pas su
ou voulu manager certain int6rets plus ou moins l6gitimes:
aLa majority de la population dirigeante du Cap 6tait alors
formee d'anciens libres, etablis sur les ruines des maisons des
colons, qu'ils avaient relevees par leurs propres resources.
Or administration g6nerale de la colonies, dirigge par Per-
roud et fortement soutenue par Lavaux, exigeait des habi-
tants le loyer de leurs emplacements, comme elle le faisait
pour les habitations abandonnees par leurs propri6taires et
mises sous s6questre ou deji declarees biens nationaux.
te de I'administration elle-.mme a l'bgard des blancs r6tu-
gi6s dans la ville, i partir de la fin d'Aoit 1791, qui non
seulement n'avaient rien pay6 i la caisse publique mais a-
vaient vicu deux ans des subsides accords, d'abord libra-
lement, par I'assembl6e colonial et continues plus ou moins
ensuite. lls croyaient en avoir assez fait que de retablir les
immeubles incendi6s et de conserver la ville a la republique:
n'6taient-ils pas eux.m6mes des r6fugies, enr6les dans les
troupes pour la defense commune? Villatte les soutenait
dans leurs revendications au moins en les laissant faire.Quant
ii Perroud, il parait avoir 6t6 inflexible; ii exigeait des baux
en rigle pour l'occupation des terrains des 6migris et en
poursuivait le pavement: ces baux talent au nombre de 198
pour la some de 152.099 francs. C'est dans ces circonstan-
ces que Laveaux entreprit la visit de la province du
Nord*. (1)
Lavaux rentre au Cap le 7 Novembre 1794, et, devant les
nenbes de la municipality, la suspend le 11 pour la r6tablir
le 14. Des citoyens prbsentent au gouverneur une petition

1) \ klm. t l hll111. |>n . M 4: .


--8-




qui demand l'l6vation de Villatte au canmmaem t de la
Province du Nord en replacement de Pageot Lavaux re-
fuse probablement pour ne pas deplaire a Toussaint Les par-
tisans de Villatte en sont outres mais Lavaux laisse le Cap
sans qu'aucun incident grave se soit produit et rentre a Port
de-Paix le 27 D6cembre 1794.
II ne semble pas que Laveaux ait ajoute trop d'importan-
ce aux 6v6nements du Cap, car s'il en parle a la Convention,
c'est pour dire qu'il a attire attention de Villatte sur la ni-
eessit4 de la subordination militaire.
En r6alit6, il parait que le conflict est bien plus profound
aue ne le croit le Gouverneur: Villatte et ses partisans s'oi-
fusquent de plus en plus du prestige grandissant de Tous-
saint aupres du Gouverneur et sont dcid4s A contenir le
Chef du cordon de l'Ouest: Toussaint se plaint que Villatte
ne soutienne pas toujours ses entreprises militaires; que me-
me, de la Province du Nord, ron essaie de provoquer de rin-
discipline, voire de la desertion parmi ses homes du cor-
don. L'un de ses subordonnis, Joseph Flaville, aurait cher-
ch4 appui aupres de Villatte centre son Chef hi.rarchique...
En definitive, opposition de Villatte et de Toussaint d6-
passe leurs personnalit6si c'est de plus en plus opposition
des anciens et des nouveaux libres. Si bien qu'elle deborde
bien vite le cadre de la Province du Nord pour s'tendre jus-
que dans l'Ouest et dans le Sud.
En effet, une fois connu en Octobre 1795 dans la Colonie
le d6cret de la Convention du 5 Thermidor an HI, Beauvais
et Rigaud demandent A Laveaux et a Perroud de convoquer
les Assemblies primaires pour 'Ouest et le Sud afin que ces
deux Provinces puissent 6lire leurs representants a la Con.
vention oi le Nord est dejB reprisent6 par Belley, Dufay et
Mills. Beauvais et Rigaud pensent que les intirets des deux
Provinces et les leurs propres conaandent cette represen-
tation. Laveaux et Perroud s'y refusent d'abord mais enfin,
ils convoquent les Assembldes primaires par une ordon-
nance du 29 Pluviose (17 F6vrier 1796): ces AssemblCes con.
voquies pour le ler. Germinal an IV (21 Mars 1796) doivent
se tenir aux Cayes pour le Sud et & L0ogane pour lOuest.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs