• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Matter
 Title Page
 Foreword
 Legislation sur les loyers
 Lois de procedure
 Lois administratives
 Table de references
 Tableau de jurisprudence
 Table of Contents
 Errata






Group Title: Laws, etc
Title: Code des lois usuelles, recueil des lois et de jurisprudence
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078443/00001
 Material Information
Title: Code des lois usuelles, recueil des lois et de jurisprudence
Uniform Title: Laws, etc
Physical Description: 183 p. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Haiti
Chancy, Hermann
Publisher: Imprimerie "La gazette de Palais,"
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1954
Edition: 3. éd.
 Subjects
Subject: Law -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Statement of Responsibility: Edité par Me. Hermann Chancy.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078443
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AAQ9481
oclc - 01901065
alephbibnum - 000143303

Table of Contents
    Front Matter
        Front Matter
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
        Title Page 3
        Title Page 4
    Foreword
        Foreword 1
        Foreword 2
    Legislation sur les loyers
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
    Lois de procedure
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
    Lois administratives
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
    Table de references
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
    Tableau de jurisprudence
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
    Table of Contents
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
    Errata
        Page 184
Full Text










DEJA PARU


lo. Tableau comparatif des Tarifs
S- Communaux
2o. Guides des Communes
3o. Code des Lois Usuelles ( 2 Editions)





Labor Omnia vincit Improbus





CODE

des Lois Usuelles


Reoueil des lois et de Jurisprudenoe
EDIT PAR Me. HERMANN OHANCY av.





Trolsieme dition
1954
Prix: $ 1.50



Imprimerie "La Gazette du Palais"











































*i '.,s



















En Preparation
LE CODE DES DELAIS









A mon distingue ami et confrre Chris-
tian LATORTUE, Avocat, don't l'ar-
dente estime m'a aide publier ce Recueil
de Lois, je ddie cette Edition.

H. C.









"Personne n'est cens ignortia Loi".
"Que l'on se passionne donc pour le droit,
et qu'on s'en occupe plus soucieusement en
l'tudiant avec autant de soin, autant d'as-
siduit que les autres branches des connais-
sances humaines."








AVANT PROPOSE




L'Activit legislative haitienne, depuis quelques decades, est deve-
nue si abondante, si intense qu'il est, parfois, difficile aux homes
de lois, aux commerants et au grand public de se retrouver devant
une solution rsourdre, soit devant les Tribunaux ou auprs des
Administrations publiques;
Ces nombreuses dispositions de Lois, Dcrts et arratis offrent l'examen
des questions qui viennent chaque Jour prescrire nos observations.

LE CODE DES LOIS USUELLES supple aux recherches fastidieuses,
procde d'un choix judicieux pdrmi ces nombreux textes de notre
Legislation. Venant en compliment des deux premiers qui ont eu
la faueur du public il scra d'une aide efficace tous ceux qui
ayant intenter, soutenir un procs ou remplir quelque forma-
lit judiciaire ou administrative, veslent s'clairer sur la porte de leurs
obligations ou l'tendue de leurs droits.

Nous croyons trre, encore une fois, utile au Public et tous les
professionnels en offrant ce Guide lmentaire leur porte.

A nos souscripteurs qui nous ont aid complter les frais
de cette impression et nos amis et confrres, qui nous ont encou-
rag entreprendre celte besogne de bndictin nous les prions d'agrer
toute notre gratitude.


H. CHANCY, Avocat.






O(OOOOOOOOOOOOOOououOuoOouoOu()


PREMIERE PARTIES

LEGISLATION SUR LES LOYERS

XXX

Loi du 18 Septembre 1947 sur les loyers

DUMARSAIS ESTIME,
President de la Rpublique


Considrant qu'il y a en ce moment une vritable crise de
logement qui doit tre conjure: Qu'il imported aussi de protger
les propritaires de maisens qui patient les taxes comnmuna-
les, ainsi que les locataires qui font parties d'une classes im-
portante et intressante de l'activit social et qui, ce ti-
tre, doivent pouvoir se dfendre convenablement devant les
Tribunaux et bnficier des dispositions du Code Civil; Con-
sidrant, etc.
Article ler.- A partir de la promulgation de la prsente loi,
est formellement interdite toite augmentation de loyers de
maison et appartements meubls ou non, htels, pensions de
families, magasirs et gnralement de tous locaux destins
l'habitation au commerce ou une industries quelconque.-
En consequence seront considrs. comme nuls de plein droit,
de nul effet, toutes conventions crites ou verbales, tous
accords contraires aux prescriptions de l'alina ci-dessua. Le
bailleur doit restituer le surplus des valeurs touches
dans le cas o ces accords et conventions seraient excuts.
Article 2.- Seront galement considrs come nuls de plein
droit et de nul effet toutes les conventions crites ou verbales,
tous accords anthentiques ou sous-seing priv ayant pour objet
une augmentation de loyers et intervenus entire les propri-
taires et locataires dans les cent vingt jours prcdant la pro-
mulgation de la prsente loi.- Le prix des loyers restera fix


-1-






sur la base du contract verbal ou crit existant la sus dite
poque entire bailleurs et preneurs et sera pay comme au-
paravant.
Article 3.- L'execution des obligations mise la charge
du bailleur par les art. 496, 2me alina et 1941 du Code Ci-
vil relativement aux grosses rparations et toutes cel-
les qui peuvent devenir ncessaires, ne saurait justifier une
augmentation de loyers.- Et si sur le refus du bailleur d'ef-
fectuer les dites rparations, le locataire autoris par justi-
ce, les fait lui-mme, au compete du bailleur, celui-ci ne
peut en prendre prtexte pour augmenter les loyers.
Art 4.- Si en dehors de grosses reparations et de toutes cells
reconnues ncessaires, conformment aux dispositions des art.
496, 2me alina et 1941 du Code Civil le propritaire,
par suite du dsir exprim par le locataire selon sa de-
mande crite faire aux lieux lous des amliorations appr-
ciables susceptibles d'augmenter le logement ou l'aise du lo-
cataire et que celui-ci estime justifie une augmentation de
loyers, le cas sera soumis par le propritaire au Dparte.
ment de l'Economie Nationale, lequel bref dlai, fixera,
s'il y a lieu, un nouveau prix de location.- Egalement peu-
vent tre soumises au Dpartement du Commerce et de
l'Economie Nationale. les demands de revision de loyers
pour les locaux destins au commerce ou une activity
quelconque pour des motifs laisss l'apprciation du dit D-
partement. Ces dites demands compteront en province la
Prfecture.- Dans le cas de fixation de nouveau prix de loca-
tion, par suite des circonstances envisages aux paragra-
phes prcdents, s'il n'y pas d'accord entire le bailleur et
le locataire, celui-ci aura droit un dlai d'une anne, au
moins, de trois ans au plus, pendant lequel le locataire sera
tenu de payer rgulirement le montant des loyers antrieurs.
Pass ce dlai, les loyers arbitrs par le Dpartement du Com-
merce et de l'Economie Nationale seront pays chaque mois
par le locataire,
Art 5.- Aprs la promulgation de la prsente loi, le prix
des loyers de tout immeuble destin l'habitation, au
commerce ou une industries quelconque qui sera mis en
location, ne dpassera pas Un pour Cent du montant du


-2-






prix de la valeur relle de l'immeuble mis en location.,
Dans tous les cas de contestation entire locataire et bailleur
une Commission de trois hommes de 'art (Ingnieurs ou Ar-
chitectes), l'un choisi par le Conseil Communal, l'autre par
le propritaire intress et le troisime par le locataire, sera
ferme aux fins d'valuer le prix de l'immeuble mis en .lo-
cation et cette valuation permettra de fixer le prix de la
location. Il y aura lieu rcusation ou dport d'un des
arbitres s'il existe entire lui et l'une quelconque des parties
en cause des liens de parent, jusqu' cousin germain com-
pris ou des causes d'inimiti capital. En cas de transla-
tion du droit de proprit, il n'y aura pas de solution de
continuity dans les rapports entire bailleur et locataire. Le
second propritaire sera tenu aux mmes obligations que le
propritaire originaire, exception faite pour toutes obliga-
tions qui ont un caractre essentiellement personnel
Art 6.- Dans le cas o il sera tabli qu'un bailleur a
lou un immeuble un prix dpassant un demi pour cent
de la valeur relle du dit immeuble, il sera condamn par
le Tribunal Correctionnel une amende de Trois cents gour.
des au minimum, mille gourdes au maximum. En cas
de rcidive, il sera condamn l'amende et l'emprison-
nement don't la dure sera de trois six mois. Il ne pour-
ra pas bnficier de circonstances attnuantes.
Act 7.- Aucune demand en validit de cong de loca.
tion ne pourra tre prise en consideration par les Tribunaux
lorsque le locataire aura tabli par tous les moyens de preu-
ve, mme par prsomption, l'administration de la preuve con-
traire reserve au profit du bailleur, que l'action a t in-
tente par suite de son refuse d'accepter une augmentation
de loyers,
Art 8.- La demand en validit de cong doit tre enten-
due et juge conformment aux droit commun.- Un dlai
d'une anne au moins et de trois ans au plus devra tou.
jours tre accord tout locataire poursuivi en cong de loca-
tion, charge par lui de payer rgulirement le montant
jitqu' l'expiration du dlai fl()

(1).-.. Le delta' d'une annie est porte deux ans au moins au lieu
d'une annme et 4 ans au lieu de 3 ans par la loi modi-
ficative, ci-apr2s reproduite, du 17 Mai 1948.


-3-







Art 9.- Les frais de procedure d'offres et de oensigna-
Lion entreprise par un locataire avant une mise en de-
meure pour se librer seront imputs sur la some consigne
au greffe du Tribunal et retenue aux ordres du bailleur,
si le offres sont reconnues rgulires et suffisantes.
Art 10.- Les contestations relatives au pavement de lo-
yprs avec rsiliation de bail ec dguerpissement portes
devant le Juge de Paix seront juges sans remise ni tour
de rle la premiere audience.- Toutes les exceptions
souleves doivent tre tranches audience tenante et le ju-
gement du fond doit tre rendu apr3 que les exceptions
auront t tranches dans un dlai de quarante huit
heures sous peine de prise parties contre le Juge.
Art. 11.- En matire de location, le montant des loyers
est qurable. Pour assigned quelqu'un devant un Tribunal
quelconque pour non paiement du montant des loyers le
demandeur doit justifier avoir signifi au locataire une mi-
se en demeure personnel ou domicile, au moins un jour
fraac avant l'exploit introductif d'instance.
Art. 12.- Sont sommaires les demands pour non paie-
ment de loyers avec rsiliation de bail et dguerpisse-
ment portes devant le Tribunal Civil. Le dlai de comparu-
tion est de trois jours francs. A l'expiration du dlai, l'af-
faire sera entendue sans aucune criture de quelque nature
que ce soit.- Le dfendeur sera tenu de prsenter tous ses
moyens de defense gnralemeat quelconques. Les cnmmunica-
tions de pices, s'il y a lieu. se front la barre. Le juge-
ment devra tre prononc huitaine, sous peine de prise
parties contre le juge.- Ces demands seront juges sans
premise ni tour de rle.
Art. 13.- Les jugements qui prononcent le dguerpissement
d'un locataire qui doit au rroins trois mois de loyers seront
excutoires par provision, nonobstant appel ou pourvoi en
cassation en ce qui concern le chef de dguerpissement.
Art. 14 Le pourvoi en cassation ou l'appel d'un juge-
ment concernant le non paiment des loye-s de mason ne
sera recevable si le locataire ne justifie au moment de i'un
ou de l'autre recours l'aide d'une attestation dlivre par


-4-





le greffier du tribunal qui a rendu le jugement, objet de
l'appel ou du recurs en cassation, qu'il a effectivement
consign le montant des loyers chus avant, pendant l'ins-
tance devant la iuridiction d'appel ou de Cassation, exception
faite de tout locataire dguerpi par provision.- A dfaut de
cette justification, le Tribunal, d'office, prononcera la dch-
ance de l'appel, ou du pourvoi.- La procedure de l'appel ou
du pourvoi en Cassation seront faites conformment aux
dispositiol.s du Code de Procdure Civil.
Art. 15.- La prsente loi abroge toutes lois, etc.

xx
x

Loi du 17 Mai 1948 modificative de celle du
18 Septembre 1947. sur les loyers.

DUMARSAIS ESTIME,
President de la Rpublique

Sur le rapport des Secrta'res d'Etat du Commsrce,' de
l'Economie Nationale et de la Justice.
Art. ler.- Il ne pourra tre entrepris par, voie force ni
ordonn par justice le dguerpissement d'un locataire d'im-
meuble que moyennant les ralisations des conditions ci-des-
sous fixes:
Art. 2.- Si le preneur un commerce ou une industries
dans un immeuble lou il ne pourra en tre dguerpi par
la voie force qu'apis avoir, partir de la prsente loi, b-
nfici d'un dlai variant entire 3 et 5 ans, suivant les con-
ditions du lieu de la situation du bien et les circonstances
particulires chaque affaire.
Art. 3.- Pour tous locataires non commerants ni indus-
triels le dguerpissement devra tre pr6cd d'un dlai de
2 ans 4 ans.
Art.4.- Pour bnficier des dlais exceptionnels ci-des-
sus le locataire sera tenu pendant toute la dure du bail


-5-






d'acquitter rgulirement et au plus tard 3 jours francs aprs
une mise en demeure, le montent des loyers chus et de
jouir de l'immeuble lou en bon pre de famille conform"
ment aux prescriptions du Code Civil.
Art. 5.- En attendant la fixation par les Tribunaux de
Droit commun des nouveaux dlais prvus, le Juge des Rf-
rs sera competent pour ordonner le sursis a tout dguerpis-
sement entrepris l'encontre de ce qui est ci-dessus prescrit.
Art.6.- La prsente Loi abroge toutes lois, etc.

x x
x

Loi du 14 Septembre 1948 relative aux d-
lais accorder au locataires pour dlaisser les
immeubles que les propritaires ont l'obliga-
tion de rparer.

DUMARSAIS ESTIME
President de la Rpublique

Considrant qu'il y a lieu de concilier l'obligation faite
aux propritaires de rparer leurs immeubles et le droit
des locataires d'obtenir des dlais pour dlaisser les lieux
qu'ils occupent ;
Sur le rapport motiv du Secrtaire d'Etat de la Justi-
ce; Et de l'avis du Conseil des Secrtaires d'Etat; A Pro-
pos et le Corps Lgislatif a vot la loi suivante:
Art. ler .- Au cas o de l'avis de l'Ingnieur qualifi
du Gouvernement, les travaux d'embellissement effectuer
une maison situe dans la zone commercial ncessite-
riirnt l'vacuation des lieux, le propritaire notifiera au lo-
cataire le dit avis avec sommation de vider les lieux dans
un dlai maximum de huit jours.
Pass ce dlai, et faute par le locataire de s'excuter,
'e juge de Paix saisi de l'action ne pourra accorder au lo-
cataire qu'un dlai de 15 30 jours pour dlaisser l'im-
meuble.


-6-





La cause ainsi introduite sera entendue toutes affaiies ces-
santes; et le jugement sera excutoire par provision nonobs-
tant opposition, appel ou pourvoi en cassation.
Art. 2 .- Au cas, o dans les 3 jours de la sommation
faite au propritaire d'effectuer les rparations ncespaires,
il s'abstiendrait de procder contre l'occupant, le Commissai-
re du Gouvernement est autoris egir en son lieu et pla-
ce et ses frais.
Art. 3 .- Le locataire don't le dguerpissement est ainsi
obtenu, ne sera pas astreint au paiement des loyers pen-
dant tout le temps que dureront les dites rparations; il con-
servera nanmoins le dro;t de reprendre la jouissance de son
bail, l'achvement des travaux d'embellissement, charge
par lui de payer une augmentation de loyers don't la quo-
tit sera fixe conformment aux dispositions de l'art. 4 de
la loi du 18 Septembre 1947.
Art. 4 .- Dans aucun cas le propritaire ne sera respon-
sable envers le locataire rest en possession de l'immeuble
des dommages par lui subis au course des travaux d'embel-
lissement prescrits.
Art. 5 .- La prsente loi abroge toutes lois ou dispositions
de lois qui lui sont contraires, etc.
x

Dcret-Loi du 11 Novembre 1935 soumettant
une procedure spciale les actions en paie-
ment de loyers- (1)

STENIO VINCENT
President de la Rpublique

Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice,
DECREE
Art. ler.- En matire de bail constat par crit ou non,
don't la dure est dtermine ou indtermine, le Juge des

(1).-- Il est noter que le Dcrit-Loi ci-dessus reproduit a t abro-


-7-






Rfrs est competent pour ordonner le dguerpissement du
locataire qui ne peut pas justifier du paiement de ses lo-
yers par la production de sa quittance.
Art 2 .- Les contestations relatives nu Contrat de loua-
ge portes devant le juge de Paix, seront juges saris remi-
se ni tour de rle la premiere audience. Le Jugement
devra tre rendu dans les quarante huit heures et sera
excutoire par provision, nonobstant appel ou pourvoi en
Cassation.
Art. 3 .- Sont sommaires les demands se rattachant au
contract de louage de maison portes devant le Tribunal
Civil. Le dlai de comparution est de trois jours. A l'ex-
piration de ce dlai, l'affaire sera entendue sans aucune
criture, de quelque nature que ce soit.- Le dfendeur sera
tenu de prsenter tous ses moyens de defense gnralement
quelconques et il sera status sur le tout par un seul et mme
jugement. Les communications de pieces, s'il y.a lieu se
front la barre Le jugement devra tre prononc dans les
trois jours, peine de prise parties contre le juge.- Ces
demands seront juges sans remise ni tour de rle une au-
dience spcifie exclusivement aux affaires de cette nature.
Art. 4 .- Tout jugement qui prononce le dguerpissement
sera excutoire par provision nonobstant appel ou pourvoi
en Cassation, et ne pourra tre l'objet d'aucune demand
en defense d'excuter.
Art. 5 .- Le pourvoi en Cassation, ou l'appel ne sera re-
cevable si le locataire ne justifie au moment de l'un de
l'autre recours, l'aide d'une attestation dlivre par
le greffier du Tribunal qui a rendu le jugement, objet de
l'appel ou de recours, en Cassation, qu'il a effectivement
consign le montant des loyers chus, avant, pendant l'ins-
tance, jusqu'au o le dlibr aura t ordonn devant la
jurisdiction, d'appel ou de Cassation.- A dfaut de cette.
justification, le Tribunal d'office prononcera la dchance de
Sl'appel ou du pourvoi.
Art. 6 .- Lorsque le propritaire ou le locataire aura suc-

g par les lois du 18 Septembre 1947 et 17 Mai 1948. .Nous l'aeons
reproduit seulement a itre de documentation.


-8-





comnb sur le fond, le bail sera- rili de plein droit I ses
tgrts.
Art. 7 .- Le present Dcret-Loi abroge toutes lis, etc.

xx
X

Decret-Loi du 10 Janvier 1944 interdisant for-
mellement toute augmentation injustifis des
loyers, des immeubles destin6s 'habitation,
au Commerce ou & une industries quelconque.

ELIE LESCOT
President de la Rpublique
Art. ler .- A partir de la promulgation du present D-
cret-Loi, et pendant touted la dure du conflict internatio-
nal actuel. est formellenmet interdite .toute augmentation
de loyers des maisons et appartement meubls ou none ho-
tels, pensions de families, magasins, et gnralement de tous
locaux destined 'habitation, as commerce ou une ins
dustrie quelconque. En consequence seront considrs come
nuls de plein droit et nuls effects toutes conventions crite
ou verbales, tous accords contraires aux prescriptions de
l'alina cidessus.
Art. 2 .- Seront salement considrs came nuls de
plein droit et de nuls effects toutes conventions rites ou
verbales. tout accords authentiques ou sous seingpriv.
ayant pour objet une augmentation de loyers et intervenus
etre les propritaires et locataires dans les qoatre vingt
dix jours francs prc6dant la date de la publication du
present Dcret Le prix des loyers restera fix sus la baen
du contrat verbal existent la eus dite poque. entire pro.
pritaire et locataires, et devra continue i tre pays com-
me au-paravant. Cpendant le surplus des loyers d6i, pa-
pays ne sera pas rembours.
.Ar. 3 .- L'excution des obligations miss charge du
bailleur par les art. 496 2me alina, et 1491 du Code Ci.


-'9-





vil* relativement aux grosses rparations et toutes celles
qui peuvent devenir ncessaires, ne saurait justifier une'
augmentation de loyers. Et si, sur le refus du .bailleur d'efr
fectuer les dites reparations, le locataire autorse par justi-
ce, les fait lui-mme, au compete du bailleur, celui-ci ne
peut en prendre prtexte pour augmenter les loyers. *
Art. 4 .- Si en dehors des grosses rparations et de tou-
tes colles- reconnues ncessaisres, conform~nent aux dis-
positions des .rticles,,4%, ,2e alina et 1491 du Code
Civil, le ,prprit-ire a fait aux lieux lous, des amliora-
tions apprciables, susceptible d'augmenter le legement ou
l'ise "d' locataire, et qu'il estime justifie une augpmenta-
tions de loyers, il soumettra le cas au Dpartement idu
Commerce et de l'Economie Nationale, qui, bref dlai, fixe-
ra, s'il y a lieu, un nouveau prix de -location. -, Egalement
peuvent tre soumise, au Dpartement du Commerce et de
l'Economie Nationale, les demandesa de revision des lovers
pour les locaux destins au, commecre q une industrie
quelconque, pour des motifs laisss.64 l'prciation du dit
Dpartement... .
Et dans le cas de fixation de nouYeauzprix de location
par suite des circonstances envisages aux paragraphs: pr-
cdents, 'il n'y a pas eu pralablement accord-entre le bail-
Jeur et le locataire il pourra 'tie accord ice dernier
un dlai, pendant lquel il ne sera oblig q~u'au paiement
des loyers antrieurs. Pass ce dlai, les layerss arbitrs
-par .li D6 prtement du. Commerce. et. de, 'E~onomie N;tior
nal seront' la charge du locataire. .
SArt. 5'.- Lorsqu'un immeuble destin l'habitatin, -au
Commerce ou a .une industries quelconque sera mise ten o-
iation 'po trieremett la publication du present ddcrt,
et :que le bajillur aura fait une aiunmetntatit du p
',e location on-tranieent aux dispoaitions d'artt 2 2.ciide-
sus, le niviu prenear, dans less es itrois preo
nmers mois de l'extction de son bail;, pourra .en. posutaiz
la revision par requte adresse au' Dpartement. du ~Cqp-
merce et de l'Economie Nationale, qui statuera a bref
:dlai. Le ,preeu a l'appui de sa. demand, pourra tou-
jours faire valoir 'les quittances, dlivr6es par le bailleur au
-10-





preneur ainsi que les decisions de justice prcdemment
rendues entire cs. qerni.s 4fgat de pces de cette
nature, i rl D pa~rem du C ~Copi erce et- de ITEconomie
National, aur ,outeq in& fpratons' qi'il' aura pu recueillirt
fixera soverainement e nouveau` pr de location.- CEpen-,
dant les loyers hus antrieurement la decision de rvi-
sion seront pays conformment au contract de bail. Le bail-
leur sera toujours tenu de se 'acnformer la decision qui
aura t prise-. cet gard par le Dpartement du Commerce
et de l'Economie Nationale, i
Art. 6 .- La demand en rvision d ioyers tant: soumise
au Dpartement du Commerce et de I'Eaonomie Nationale.
jusqu' ce qu'une dcisiun intervienne a cet 'gard il sera
sursis ,t6ute procedure een cons e location' (2). a
Art. 7,- Le present dcret:loi abroge toutes lois, etc. .

( VCr'-noite (1) page 7 in firi : mime oherration concernani l
pt6sent Dcret-Loi.



;-oo-o-o-o-
'. ,- -







s. :" *. '

.', ." ., ,



: ." ; .- .

-11-"
-'- t, -





Loi sur 'Appel du4 Septembre 1918
Modifie par celles du 8 Juillet 1921, 14 Octo-
bre 1925 et 5 Septembre 1951. en queuelques
unes Ses dispositions.
CHAPITRE I
Art. er Il est institu quatre Cours d'Appel, la pr
mire Port.auPrince. ave jurisdiction sur les Tribunaux
Civil de Port-au-Prince de Petit'Gove et de Jacmel; la
deuime au Cap Haitien, avec juridiction sur les Tri-
bunaux Civils du Cap-Haitien. de Fort Libert et de Hinche;
la troisime aux Gonaives, avec Juridiction sur les Tribunaux
Civil des Gonaives, de St-Marc et de Port.de-Paix; la
quatrime aux Cayes, avec jurisdiction sur les Tribunaux
Civils des Cayes, d'Aquin, de Jrmie et de l'Anse-iVeau.
Art. 2 .- La Cour d'Appel de Port-au-Prince se compose
d'un Prsident, de cinq Juges, d'un Commissaire du Gou-
vernement, de deux Substituts, d'un Greffier, de trois Coim
mis Greffiers, deux Commis du Parquet et deux huissiers
audienciers. Celles du Cap-Haitien, des Goaives et des Ca.
yes comprendront chacune d'un Prsident, quatre Juges, un
Commissaire du Gouvernement, un Substitut, un Greffier,
deux Commis du Parquet et'deux Huissiers audienciers. Un
Garons est attach chaque Cour et chaque Parquet.
Les Cours d'Appel comprennent une Section civil et une
Section criminelle, prside, tour tour par le Prsident
ou le premier Juge suivant l'ordre du Tableau. Ces sec
tions rouleront tous les six mois.
La competence des Cours d'Appel ut fixe trois Juges
y comprise celui qui prside.
Art. 3 .- Il y aura prs de chaque Cour d'Appel trois
huissiers exploitants qui seront nomms par 'Assemble g-
nrale. Les huissiers exploitants ou audienciers n'instrumen-
teront que dans le resort du Tribunal de Premire Instan-
ce o sige la Cour d'Appel, concurremment pour toutes
affairs avec les putres huissiers, excepts ceux de la Cour
de Cassation, seulement dans la Juridiction o sige la
Cour de Cassation. (Modifbs par la loi du 5 Sept. 1951.)






CHAPITRE Il


Attributions des Sentences de justice de paix

Art. 4 .- Les appeals des jugements des Tribunaux de
Paix en matire civil, commercial et de simple police
continueront tre ports devant le tribunal de Premire ins-
tance en fratires civiles et correctionnelles.
Art. 5 .- Les tribunaux d'appel connaitront nouveau,
de toutes contestations dj dcides en ler resort par
les tribunaux de lre instance, en leurs attributions civiles,
commercials, correctionelles, soit qu'il s'agisse de jugements.
contradictoires ou par dfaut, dfinitifs, prparatoires, inter-,
locutoires, soit qW'il s'agisse d'ordonnance, dans les cas d-
termins par la loi.
Art, 6 .- Les tribunaux de 1re instance connaitront en
ler resort de toutes actions personnelles et mobilires o il
s'agit d'un intrt indtermin ou excdant 3.000 Gourdes,
ou six cents dollars, les actions relatives un immeuble
(Modifi par la loi du 8 Juillet 1921).
Art. 7 .- Lorsqu'une demand reconventionnelle ou en
compensation aura t forme dans la limited de la corrm-
ptence des tribunaux de 1re instance en dernier resort,
il sera statute sur le tout, sans qu'il y ait lieu l'appel.
Si l'une des demands s'lve au dessus des limits sus in-
diques, le tribunal ne prononcera sur les demands qu'en
ler resort. Nanmoins il sera statu en dernier resort, sur
les demands en dommages intret, lorsqu'elles sont fondes
exclusivement. sur la demand principal elle-mme,

xx
x

CHAPITRE III

Des dlais et de l'Instruction

Art. 8 Le dlai pour interjeter appel sera de trente jours
il courra pour les jugements contradictoires du jours de la


-13-






signification personnel ou domicile; pour les jugements
par dfaut, du jour o l'opposition ne sera plus recevable.
L'intim pourra nanmoins par simples conclusions inter-
jeter appel incidemment, en tout tat de cause, quand
mme il aura signifi le jugement sans protestation (Ainsi
modifi par la loi du 5 Septembre 1951).
Art. 9 .- Ces dlais comporteront dchance; ils courront
contre toutes parties, sauf le recours contre qui de droit;
mais ils ne courront contre le mineur non mancip que du
jour o le jugement aura t signiti tant au tuteur qu'au
subrog tuteur, encore que ce dernier n'ait pas t en cause.
Art. 10 .- Ceux qui demeurent hors du territoire auront
pour interjeter appel le dlai des ajournements rgl par
l'art. 83 du Code de Procdure Civile.
Art. 11 .-Les dlais de l'appel seront suspendus par la
mort de la parties condamne. Ils ne reprendront leurs course
qu'aprs la signification du jugement au domicile du dfunt
et computer de l'expiration des dlais pour fire inventaine
et dlibrer, si le jugement a t signifi avant l'expiration
de ces dlais.
Art. 12 .- Dans le cas ou le jugement aura t rendu
sur une fausse pice, ou si la parties avait t condamne
faute de reprsenter une pice retenue par son adversaire,
les dlais de l'appel ne courront que du jour o le faux
aura t reconnu ou juridiquement constat, ou que la pice
aura t recouvre, pourvu que dans ce cas, il y ait preu-
ve par crit du jour que la pice a t recouvre et non
autrement.
Art. 13 .- Aucun appel d'un jugement non excutoire
par provision ne pourra tre interjet dans la huitaine
dater du jour du jugement; les appeals interjets dans ce d-
lai seront dclars non recevables sauf l'appelant les
ritrer s'il est encore dans le dlai.
Art. 14 .- L'excution des jugements non excutoires par
provision sera suspendue dans la dite huitaine.
Art. 15 Dans le cas o l'appel est permis contre les or-
donnances de rfr, outre le dlai de distance, il ne sera
point recevabe s'il a t interjet aprs la huitaine,
dater du jour de la signification de l'ordonnance outre le


-14-






dlai de distance. Cet appel sera jug sommairement et sans
procedure huitaine franche (Ainsi modifi par la loi du
8 Juillet 1921).
Art. 16 .- L'appel d'un Jugement prparatoine ne pourra
tre interjet qu'aors le jugement dfinitif et conjointement
avec l'appel de ce jugement et le dlai de l'appel ne cour-
ra que du jour de la signification du jugement dfinitif.
Cet appel sera recevable encore que le jugement prparatoi-
re ait t excut sans reserve.
L'appel d'un jugement interlocutoire pourra tre interjet
avant le jugement dfinitif; il on sera de mme des juge-
ments qui auront accord une provision.
Art. 17 .- Sont rputes prparatoires, les :ugements ren-
dus pour l'instruction dp la cause et qui tendent mettre
le procs en tat d- recevoir jugement dfinitif.
Sont rputs interlocutoires les jugements rendus lorsque
le tribunal ordonne, avant dire droit, une preuve, une vrifi-
cation ou une instruction qui prjuge le fond.
Art. 18.-Seront sujets l'appel le. jugements qualifis
en dernier resort, lorsqu'ils auront t rendus par des
juges oui ne pouvaient prononcer qu'en premiere instance.
Ne seront pas recevables les appeals des jugements ren-
dus sur des matires don't la connaissance en ler resort
appartient aux premiers juges mais qu'ils aureier.t omis de
qualifier en ler resort.
Arf. 19 .- Lorsqu'il s'agira d'incomptence, l'appel sera re"
cevable enrore que le jugement ait t qualifi en dernier
resort.
Art. 20 .- Les appeals des jugements susceptibles d'oppo-
sition ne seront pas recevables Penidant la dure du dlai
pour opposition.
Art. 21 .- L'acte d'appel contiendra assignation dans les
dlais des articles 82, 83 et 954 du Code de Procdure Ci-
vile selon les cas, il sera signifi personnel ou domicile
peine de nulit.
Art. 22 .- L'appel des jugements dfinitifs ou interlocu-
toires sera suspensif, si le jugement ne prononce pas l'ex-
cution provisoire dans les cas o elle est autorise. L'ex-


-15-






cution des jugements mal propos qualifis en dernier res-
sort ne pourra tre suspendue qu'en vertu de defense ob-
tenue par l'appelant l'audience du tribunal d'appel sur
assignation bref dlai. (1)
A l'gard des jugements non qualifis en ler resort et
dans lesquels les juges taient autoriss prononcer en
dernier resort, l'excution provisoire pourra en tre ordon-
ne par le Tribunal d'Appel l'audience et sur un simple
acte.
Art. 23.- Si l'excution provisoire n'a pas t prononce dans
le cas o elle est autorise, l'intim pourra, sur un simple
acte, le faire ordonner l'audience avant le jugement de
l'appel.
Art. 24 .- Si l'excution a t ordonne hors des cas pr-
vus par la loi, l'appelant pourra obtenir des defenses
l'audience sur assignation bref dlai, sans qu'il puisse
en tre accord sur requete non communique. L'exploit, si
l'intim n'habite pas le lieu o sige le tribunal, pourra tre
signifi son domicile lu. Il sera statu sur la demand
la premiere audience qui suivra l'expiration du dlai sans
remise ni tour de rle. (2)
Art. 25 .- En aucun autre cas, il ne pourra tre accord
des defenses, ni tre rendu aucun jigement tendant ar-
rter directement ou indirectement l'excution du jugement,
peine de nullit.
Art. 26 .- Tout appel, mme du jugement rendu sur ins-
truction par crit, serait port, sauf au Tribunal ordonner
l'istruction par crit, s'il y a lieu.
Art. 27 .- Dans la huitaine de la constitution d'avocat par
l'intim, l'appelant signifiera ses griefs motivs contre le
jugement, s'il ne la fait pas dans l'acte d'appel l'intim
xpondra dans la quinzaine suivante.
Les dossiers des parties rtablis au Greffe par le Minis-


( 1) Lisez dans l'ancien texte de 1918: COUR D'APPEL au lieu
de TRIBUNAL D'APPEL.
(2)-- Cet alina ajout l'Art. 24 ci-dessus est prvu par la loi
modificative du 14 Octobre 1952. ( Voir Moniteur du 22 Oc
tobre 1952)


-16-






tre Public l'audieince sera poursuivie sur sommation de la
parties la plus diligente. (Ainsi inodifi par la loi du 8 Juil-
let 1921) Voir Moniteur du 20 du mme mois.
Art. 28 .- Les appeals des jugements rendus en matire
sommaire seront ports l'audience sur simple acte et sans
autre procedure.
Lorsque l'intim n'aura ni constitu avocat ni signifi de
rponse dans les dlais de l'art, prcdent l'appelant, l'-
chance, pourra rquerir dfaut sans sommation pralable.
(Ainsi modifi par la loi du 8 Juillet 1921.)
Art. 29 .- Aux dbats oraux, la parole sera accorde une
fois a l'appelant pour developer la demand, et une fois
l'intim pour sa rponse.
Il sera toutefois loisible l'un et l'autre, aprs l'audition
de la cause de soumettre au dlibr des Juges un mmoire
complmentaire.
Art. 30.- Aucune cause ne sera entendue avant d'avoir
t communique par la voie du Greffe au ministre Public
qui, dans son rquisitoire sera tenu de donner, par crit,
son avis motiv sur tous les points de droit soulevs par
les parties. Le rquisitoire du Ministre Public qui contien
dra galement un expos sommaire des faits de la cause,
devra tre donn, dans la quizaine aprs la communication.
(3) (Modifi par la loi du 8 Juillet 1921)
Art. 31 .- Il ne sera form en cause d'appel aucune
nouvelle demand, moins qu'il ne s'agisse de compensa-
tion, ou que la demand nouvelle ne soit une defense l'action
principal
Pourront aussi les parties demander des intrets, arrrages
aux loyers et autres acessoires chus dpuis le jugement
de 1re instance, et les dommages intrts pour le prju-
dice souffert depuis le dit jugement.
Art. 32 .- Aucune intervention ne sera reue si ce n'est
de la part de ceux qui auraient droit de former tierce op-
position.


(3).-- Avant la modification ci-dessus, la loi de 1918 prescrivait le
dlai de huitaine aprs la communication.


-17-






Art. 33 .- S'il se forme plus de deux opinions le Tribunal
dsignera pour vider le dfrend deux juges qui n'auront pas
connu de l'affaire en suivant l'ordre du tableau. L'affaire
sera de nouveau plaide, ou rapporte, s'il s'agit d'une ias-
truction par crit.
Art. 34 .- La premption en cause d'appel aura l'effet de
donner au jugement don't est appel la force de chose juge.
Nanmoins quand le jugement critiqu avait t dj r-
form, la premption courra contre la parties qui avait t
demanderesse devant les premiers juges.
Art. 35 .- Les autres rgles tablies par les Tribunaux de
lere instance seront observes dans les Tribunaux d'appel.
Art. 36 .- Dans les quinzes jours de la signification de
l'acte d'appel, oubre le dlai de distance l'appelant dposera
peine de dchance, au Greffe du Tribunal d'appel une amende
de QUATRE GOURDES qui lui sera remise, s'il a gain de
cause et qui sera confisque au profit de l'Etat, s'il est
dbout. (4)
Cette demende sera je DEUX GOURDES lorsqu'il s'agit
de sentence de Justice de Paix. Dans ce cas l'amende sera
depose au Greffe du Tribunal de lere instance o l'appel
est port. (Ainsi modifi par la loi du 8 Juillet 1921. )
(5)
Art. 37 .- Si le jugement est confirm, l'excution ap-
partiendra au Tribunal don't est 'appel. Dans le cas o ce
jugement aurait t rendu par us Tribunal de Paix, les dif
ficults de son execution relveront alors du Tribunal de
de re instance competent.


(!.--Le dlai de huitaine fix par le lgislateur de 1918 en son
article 36 oour le dpot de l'amende tant prorog par la loi
du 8 Juillet 1921, il est vident que cette loi nouvelle modi.
fie sans aucune controversy, toutes les dispoitions antrieures
de l'ancien article 36.
51 -- Il est signaler que depuis la dernire loi du 8 Septembre 1947
modifiant le 3me alinia de l'article 26 du code de Procdure
Civile, l'amende dposer au greffe du tribunal civil, jugeant
en ses attributions d'appel pour les instances de justice de Paix,
est portie cing gourdes.


-18-






Si le jugement est infirm l'excution, entire les parties,
appartiendra au tribunal don't est appel; dans le cas o
ce jugement aurait t rendu par un tribunal de paix, les
difficults de son execution relveront alors au Tribunal de
1re Instance competent.
Si le jugement est infirm,l'excution entire les parties ap-
partiendra au tribunal d'appel qui aura prononc ou un
autre tribunal qu'il aura indiqu par le mme arrt, sauf les
cas de demand en nullit d'emprisonnement, en expropriation
force et autres dans lesquels la loi attribue jurisdiction.
Art. 38.- Lorsqu'il y aura appel d'un jugement inter-
locutoire, si le jugement est infirm et que la matire soit
dispose recevoir une decision definitive, les tribunaux
d'appel pourront statuer en mme temps sur le fond dfi-
nitivement par un seul et mme arrt.
Il sera de mme dans les cas o les tribunaux d'appel
infirmeraient, soit pour vice de forme, soit pour toutes autres
causes, des jugement dfiritifs.
xx
x

CHAPITRE IV

De l'Appel matire pnale
Art. 39 .- Il n'est rien drog aux prescriptions relatives
l'appel des jugements de simple police. Toute fois, une
amende de CINQ GOTJRDES sera dpose au greffe du
Tribunal saisi de l'appel po ir la parties civil seulement
lorsque l'appel est form par cette dernire. Cette amende
sera dpose dans les 24 heures du jugement ordonnant le
dlibre et acquise l'Etat en cas de rejet de l'appel et
restitue la parties civil dans le cas contraire. (Ainsi mo-
difi par la loi du 5 Septembre 1951).
Art. 40 .- Les jugements en matire correctionnelle pour-
ront tre dfrs aux Tribunal d'Appel, en tenant compete
de la disposition de l'art. 16 de la prsente loi.
Art. 41 .- La facult d'appeler appatiendra: lo aux par-


-19-






ties prvenue ou responsables; 2o la parties civil, quant
ses intrets civils seulement, au Ministre Public prs le Tri-
bunal de Ire instance, au Ministre Public prs le Tribu-
nal d'Appel.
La parties qui aura interjet appel du jugement rendu
en faveur du prvenu, sera tenue de dposer, peine de
dchance, au Greffe de la Cour d'Appel, une amende de
dix Gourdes qui lui sera restitue en cas de succs, et
acquise l'Etat si elle succombe. L'amende sera dpose
dans les 24 heures du jugement ordonnant le dlibr. (6)
(Ainsi modifi par la loi du 5 Septembre 1951)
Art. 42 .- Le Ministre Public prs le Tribunal de 1re
instance sera tenu dans les 15 jours qui suiveront le pro-
nonc d'un jugement correctionnel dfinitif, d'en envoyer
une copie au Ministre Public prs le tribunal d'appel.
Art. 43 .- Il y aura, sauf l'exception porte en l'art. 45
ci-aprs, dchance de l'appel si la declaration d'appel n'a
pas t faite au. Greffe du Tribunal qui rendu le juge-
ment, DIX JOURS au plus tard partir de la signifi-
cation du jugement au condamn, PERSONNE OU A
DOMICILE REEL, outre le dlai de distance. Pendant ce
dlai et pendant l'instance d'appel, il sera sursis l'excu-
tion du jugement. (Ainsi modifi par la loi du 5 Septem-
bre 1951)
Art. 44 .- La requte contenant les moyens d'appel sera
remise soit au greffe du tribunal d'Appel; elle sera signi-
fie de l'appelant ou de son avocat ou de son mandataire
special. Dans ce dernier cas le pourvoi sera annex la
requete. (7) (Ainsi modifi par la loi du 5 Septembre 1951)


donnant le dlibr. C'est l une profonde modification faite.
l'ancienne loi laquelle nous attirons l'attention de nos
plaideurs.
(6).-- Nous signalons encore la modification apporte au deuxime ali-
na de cet article. Au lieu de quatre Gourdes l'amende est por-
te DIX GOURDES et sera dpose dans les 24 heures du
jugement ordonnant le dalibr.
7).-- Pour l'intelligence de la loi nous repreduisons titre documentaire
la modification que le Lgislateur de 1921 a faile de' l'ancien ar-
ticle 44: comme suit : La requele contenant les moyens d'appel


-20-





Art. 45 .-. Le Ministre Public prs le Tribunal d'Appel
devra notifier son recours, soit au prvenu, soit la per.
sonne civilement responsible du dlit, dans les 30 jours,
computer du jour de la prononciation du jugement, ou si le
jugement lui a t lgalement notifi par l'une des parties,
dans 15 jours de cette notification, sinon il sera dchu.
Art. 46 .- En cas d'aquittement le prvenu sera immdia.
tement et nonobstant appel, mis en libert. Le prvenu ac-
quitt ne pourra requerir des dommages intrts contre la
parties plaignante ou la parties civil, si les faits dnoncs
constituaient des indices suffisants pour mettre l'galement
en movement l'action publique.
Art. 47 .- La requete, si elle a t remire au greffe du
Tribunal Correctionnel, et les autres pices seront envoyes
par le Ministre Publique au greffe du tribunal d'Appel
dans les 24 heures aprs la declaration ou la remise de
la requete.
Si celui contre lequel le jugement a t rendu est en
tat d'arrestation, il sera, dans le mme dlai et par or-
dre du Ministre Public, transfr dans la maison d'arret
du lieu o sige le Tribunal d'Appel.
Art. 48 .- Les arrets rendu par dfaut sur l'appel pour-
ront tre attaques par la voie de l'opposition dans la m-
me forme et. dans les mmes dlais que les jugements par
dfaut rendus par les tribunaux correctionnels.
L'opposition emportera de droit citation la prmire
audience,; elle sera comme non avenue, si l'opposant n'y.
comparait pas. L'arret qui interviendra sur l'opposition ne
pourra tre attaqu par la parties qui aura form si ce
n'est devant le Tribunal de Cassation.
Art. 49 .- Les decisions sur l'appel seront prononces dans
le' dlai de quinze jours.


sera peine d'une amende de 'dix gourdes, remise dans le mme
dlai, soit au greffe du tribunal qui a rendu le jugement, soit
directement au greffe du Tribunal d'appel; elle sera signe de
l'appelant ou de son avocat ou de son mandataire special. Dans
ce dernier cas le pourvoi sera annexed a la requete.


-21-





Art. 50 .-'Le prvenu, soit qui ait t acquitt, soit qu'il
at condamn, les pe rso o n n e s civilement responsible du
dlit, la parties civil et le Ministre Public prs le Tribu-
nal d'Appel seront entendue dans la forme et dans l'ordre
prescrit par l'art. 166 du code d'instruction Criminell e.
Art. 51 .- Les articles du Chapitre II de la loi No 3 du
Code d'instruction Crimelle, touchant la sollennit de l'ins-
truction, la matire des preuves, la forme d'authenticit et
la signature du jugement dfinitif, la condemnation aux
frais ainsi que les peines que ces articles prononcent, seront
communs aux arrests rendus sur l'appel.
Art. 52 .- Les Magistrats de la 1re composition des
Cours d'Appel prteront serinent avant d'entrer en function
par devant l'une des sections de la Cour de Cassation. (Ain-
si modifi par la loi du 5 Septembre 1951.)
Art 53 .- Si le jugement est annul par le fait qu'il ne pr-
sent qu'une contravention de police ou si la parties publi-
que et les autres parties n'ont pas demand le renvoi, le
tribunal prononcera la sentence et statuera galement, s'il y a
lieu sur les dommages-intrets.
Art. 54 .- Si le jugement est annul parce que le fait est
de nature mriter une peine afflictive ou inffamant*, le tri-
bunal dcernera, s'il y a lieu, le mandate le dpot ou m-
me le mandate d'arret et renverra le prvenu devant le
fonctionnaire public competent autre toutefois que celui qui
aura rendu le jugement ou fait l'instruction.
Art. 55 .- Si le jugemsnt est annul pour violation, pour
omission non rpare de formes prescrites par la loi, peine
de nullit, le tribunal statuera sur le fond.
Art. 56.- S'il s'agit d'un jugement interlocutoire, le tribu
nal d'Appel en annulant renverra le fond au premier juge.
Art. 57 .- La parties civil, le prvenu, la parties publique
les personnel civilement responsables du dlit pourront se
pouvoir en cassation contre l'arret dans les fomes et dlai
prvu par les arts. 305, 308, 316, 317, et 319, du Code
d'instruction Criminelle.


-22-





Loi du 7 Septembre 1951 prvoyant le mode
de fonctionnement des Cours d'Appel.

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique
Considrant qu'il convient de prvoir le mode de fonction-
nement des Gours d'Appel;
'ur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice;
Et apr's dlibration en Conseil des Secrtaires d'Etat;

A PROPOSE

Et le Corps Lgislatif a vot la loi suivante:
Art. ler.- Il est ajouot la loi du 23 Mars 1928 sur
l'Organisation Judiciaire le chapitre suivant qui portera le ne-
mro V1.



CHAPITRE VI

Des Cours d'Appel
Art.91 .- Dans les cas dtermins par !a Loi, les Cours
d'Appel connaissent au second dgr, des affaires portes
devart elles sur appel 'des decisions des Tribunaux Civils.
du Juge des rfrs et du Juge d'Instruction et au premier
dgr, des rglements des Juges, lorsqu'il s'agit de deux
Tribunaux placs dans le resort de la mme Cour et de
l'excution de leur arrts.
Art. 92 .- Toutes les affaires portes devant une Cour
d'Appel sont inscrites par ordre de date sur un rgistre
au moment du dpot des dossiers.
Art. 93.- L'appelant dposera ses pices au Greffe
l'expiration des dlais de l'article 27 de la loi sur l'Appel
et l'intim dposera les siennes dans les trois jours francs


-23-





qui suivront. Ce dernier dpt, sera constat sans aucun
frais en marge du premier acte. Le Greffier dans les 24
heures enverra au Parquet les seules piees dposes.
Nanmoins lorsque l'une des parties n'aura pas produit
dans le dlai prvu et que le Ministre Public n'aura pas
encorertabli l'affaire pour tre porte au Placet d'Audience le
Greffier dressera un acte pour chaque production tardive
et enverra les pices sur le champ au Ministre Public.
Pourront tre entendues sans communication pralable,
les causes introduites devant la Cour d'Appel, par assigna-
tion bref dlai ou les demands portes l'audience sur
simple acte. Dans ce cas le Ministre Public ou concluera
oralement ou obtiendra le renvoi de la cause jour fixe
pour donner son avis par crit,
Les dossiers des parties rtablis au greffe par le Minis-
tre Public, l'audience sera poursuivie sur sommation de
la parties la plus diligente faite par simple acte.
Art. 94 .- Le president de chaque Cour d'Appel procde
la composition de deux Sections prvues par la Loi sur
l'Appel. Il choisit la Section qu'il veut prsider.
Art. 96 .- Il y a pour chaque Section un rle d'audien-
ce o sont inscrites les affaires au fur et measure du
rtablissement des dossiers par le Ministre Public. A la r-
ception de chaque dossier du Parquet, le Greffier le com-
munique au Prsident qui indique le rle sur lequel l'af-
faire sera porte.
Les rles d'audience sont affichs tant au Greffe que
dans les sales d'audience.
Art. 97 .- L'huisier-audiencier tient un double de chaque
rle d'audience. Il appelle les affaires dans l'ordre de leur ins-
cription. Les affaires appeles peuvent sur la demand des
parties tre remises ou continues une autre audience.
Chaque parties a droit une remise, ce qui motive toujours
un renvoi jour fixe.
Art.98 .- Le Greffier ou le Commis-Greffier de service
l'audience dresse procs-verbal de tout ce qui s'y pase.
Art. 99 .- Aprs les dbats oraux, le Ministre Public
donne ses conclusions. Il sera procd au jugement de la
cause immdiatement ou sur dlibr.


-24-






Art. 100 .- Le dlibr a lieu en Chambre du Conseil
conformment aux rglement intrieurs de chaque Cour
d'Appel.
La discussion et le vote ont lieu sur un Projet d'arr
prpar par le president de la Section ou par un juge de la
Section dsign par lui.
Art. 101 .- Les Arrts des Cours d'Appel sent intituls:

AU NOM DE LA REPUBLIQUE,
La Cour d'Appel de. .......... l re ou 2me Sec-
tion a rendu l'arrt suivant:
Art. 102 .- Chaque Cour d'Appel donne, au moins, cinq
audiences par semaine, les audiences durent au moins deux
heures, sauf lorsque le rle est puis.
L'heure de l'ouverture des audiences, fixe plar les rgle-
ments intrieurs est affiche en permanence au Greffe et
dans les sales d'audience.
Art. 103.- Il peut tre accord des audiences extraor-
dinaires selon la nature, le nombre et l'urgence des affai-
res. Ces audiences comme celles de l'Assemble Gnrale,
se tiendront sur convocations spciales.
Art. 104.- Aucune des Sections ne peut prendre les
vacances de fin d'anne judiciaire, si elle n'a au prala"
ble, vid ses mains des affaires entendues. A cet effet, la
Cour d'Appel, pourra se dispenser d'entendre des causes
pendant la dernire semaine de l'anne judiciaire.
Art. 105.- Les rglements intrieurs de chaque Cour d'Ap-
pel fixeront le mode suivant lequel il sera pourvu la
composition d'une Section Spciale pour entendre, pendant
les vacances, les appeals des ordonnances de rfr, les
demanded en defense d'excuter, toutes autres affaires qui
requirent clrit, notamment celles intressant la libert
individuelle.
Art. DEUX .- Les articles ler, 6, 14 (4me alina) et 91
de la Loi du 23 Mars 1928 sur l'Organisation Judiciaire
sont ainsi modifis:
Art. ler .- Les membres de la Cour de Cassation, ceux
des Cour d'Appel, les Juges des Tribunaux Civils, les


-25-






Commissaires du Gouvernement prs ces Cours et Tribunaux
et leurs Substituts, les Juges de Paix et leurs Supplants for-
ment le Corps Judiciaire.
Art. 2 La Justice de Paix est rendue au Nom de la
Rpublique par les Tribunaux de Paix, par les Tribunaux
Civils, par les Cours d'Appel et par la Cour de Cassation.
Art, 14 .- (4me alina) .- Les rgles ci-dessus sont com"
munes la Cour de Cassation, aux Cours d'Appel et aux
Tribunaux Civils. Elles s'appliquent en toutes matires, sauf
les dispositions de l'article 46 relatives aux ordonnances de
rfr.
Art 91, devenu 106.- Les Juges des Tribunaux Civils,
des Cours d'Appel et de la Cour de Cassation pourront
tre mis la retraite l'ge de 70 ans.
Art. TROIS.- Les chapitres V!, Vil, VllI, de la Loi du
23 Mars 1928 sur l'Organisation Judiciaire, porteront res-
pectivement les numros Vil, Vlll, IX et, partir de l'article
92 de la sus-dite loi le numrotage sera augment du chiffrel5.
Art. QUATRE.- La prsente Loi abroge etc.

x x
x
XX


Loi du 9 Septembre 1952 harmonisant les pr-
vision des Codes de lois et des lois particulires
avec le rtablissement du second degr
de Juridiction
PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique

Vu les articles 57 et 79 de la Constitution;
Considrant qu'il convient d'harmoniser les provisions des
Codes de Lois et des Lois particulires avec le rtablisse-
ment du second degr de jurisdiction
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice;
Et aprs dlibration en conseil des Secrtaire d'Etat


-26-






A PROPOSE


Et le Corps Lgislatif a vot loi suivante:
Art. ler.- Les articles 917, 918, 922, 4me alina et
928 du Cede de Procdure Civile et l'article 5 de la loi du
16 Mars 1928 sont ainsi modifies:
Art. 917 .- La Cour de Cassation connait des pourvois
exerc contre les arrts des Cours d'Appel et contre les ju-
gements rendus en dernier resort, soit en matire civil,
soit en matire de commerce, par les Tribunaux Civils
pour vice de forme, pour cause d'incomptence, d'excs de
pouvoir, de violation, de fausse interpretation, de fausse,
interpretation, de fausse application de la loi.
Art. 918 ,- Les demanded en Cassation des ordonnances
de rfrs et des arrts rendus sur appel des dites ordon-
nances, en matire civil ou commercial et des jugements
rendus en dernier, resort par les Triburaux de Paix ne
pourront avoir lieu que pour cause d'incomptence ou d'ex-
cs de pouvoirs.
Art. 922.- 4me alina. Sont rputs affaires urgentes les
pouvois contre les ordonnances de rfr, contre les arrts
rendus sur appel de ces ordonnances, ceux relatifs l'ex-
cution provisoire, aux receptions de caution et aux nulli-
ts d'emprisonnement. Dans ces cas, le dlai du pourvoi
sera de huit jours partir de la signification du jugement,
et de quinze jours partir de celle de l'Arrt.
Art. 928 .- Le pourvoi en Cassation n'est pas suspensif:
nanmoins l'excution du jugement attaqu ne pourra tre
poursuivie, qu'aprs que la parties aura fourni bonne et
valuable caution.
Les discussions sur la caution offerte et la reception se-
ront portes au Tribunal qui aura rendu le jugement attaqu.
Nanmoins, les decisions en matire de divorce ne seront
excutoires que lorsqu'elle seront passes en force de chose-
juge. Il en sera de mme de toute decision susceptible d'en
trainer un changement dans l'tat des personnel.
Art 2 .- Est abrog le dernier alina de l'article 142 du
Code de Procdure Civile.


-27-






Art 3 ,- L'article 5 de la loi du 16 Mars 1928 est ainsi
modifi :
Art 5 .- En sa competence ordinaire, la Cour de Cassa
tion connait, suivant distribution qui en est faite par le
President;
1) des pourvois forms contre les ordonnances de rfr,
les arrts des Cours d'Appel et les jugements rendus en
toute matire en dernier resort par les Tribunaux Civils,
les jugements rendus par les Tribunaux Civils en leurs at-
tributions d'appel.
2) des pourvois exercs contre les decisions des Tribu-
naux Militaires et les decisions rendues en dernier resort
par les juges de Paix, en toute matire, sans que ces pour-
vois puissent tre fonds sur aticune autre cause que l'incom-
ptence ou l'exc's de pouvoir.
Aucun pourvoi contre un jugement ou arrt par dfaut
n'est recevable tant que la decision est susceptible d'op-
position.
Les Jugements rendus en premier resort par les Tribu-
naux de Paix et les Tribunaux Civils ne pourront tre por-
ts en Cassation mme aprs l'expiration des dlais d'appel.
30) Des demands en Cassation fondes sur la contra-
rit des jugements ou arrts rendus dans une mme affaire
entire les mmes parties en diffrents Tribunaux Civil ou
Cours d'Appel.
4o) Des demands en rglement de Juges en matire civil
ou en matire criminelle quand les Tribunaux ne relvent pas
de la mme Cour d'Appel ou de celles en renvoi d'un
Tribunal un autre pour cause de sret publique ou de
suspicion lgitime, d'aprs les rgles tablies par le Code
de Procedure Civile ou par le Code d'Instruction Criminelle
5o) Des plaintes ou dnonciation contre les juges des di-
vers Tribunaux et Cours d'Appel ou contre les officers du
Ministre public pour crimes, dlits commis par eux dans
l'exercice ou hors de l'exercice de leurs functions, confor-
mment au Code d'Instruction Criminelle
60) Des rquisitions du Commissaire du Gouvernement
sur l'ordre exprs du Secrtaire d'Etat de la Justice ou


-28-





d'office pour faire annuler, conformment aux articles 341
342 du Code d'Instrction Criminelle, les actes judiciaires
les jugements contraires la loi.
7o) Des demands en prise parties contre les
Juges des Tribunaux Civils, les officers du Ministre Pu-
blic, les arbitres jugeant en matire d'arbitrage forc, les
Juges de Paix et leurs supplants dans le cas et suivant
les formes prvues par le Code de Procdure Civile.
Art 4.- Sont abrogs les deux derniers alinas de l'arti-
cle 21 de la Loi 16 Mars 1928, et il est ajout ce
texte l'alina suivant:
Les affaires urgentes, une fois affiches sont enteadues
aprs les affairs pnales et avant les affaires ordinaires.
Art 5.- Tous actes se rattachant une procedure en
Cours d'Appel seront rdigs sur une feuille de paper tim-
br de cinquante centimes, sauf les actes relatifs l'appel
d'un jugement rendu en matire de divorce, pour lesquels
il sera employ un timbre de Quatre Gourdes.
Les arrt, d'Appel seront expdis et grossoys sur
un timbre double de celui qui est ci-dessus prescrit.
Toute infraction aux dispositions du present article en-
trainera l'application de l'article 2 de la Loi du 13 Mai
1935 sur le timbre.
Art 6.- Les taxes, droits et vacations applicables l'occa-
sion des affaires portes devant les Tribunaux Civils aux terms
du Decrit-Lci du 9 Septcmbre 1943 sur le Tarif judiciare
seront allous ou perus dans les causes portes devant
les Cours d'Appel, augment de Cinquante pour cent (50o010
de leur montant.
Art 7.- La prsente loi abroge toute loi, etc.

-o-o-o-o-o-
*


-29-






Decrt-loi du ler Juin 1945 modifiant l'art.501
du Code de Procdure Civile sur les saisies-
arrts et Cessions.

ELIE LESCOT
President de la Rpublique

Considrant que l'exprience a rvl que la legislation
existante n'a pas assur aux fonctionnaires et employs pu-
blics et des Communes, aux pensionnaires de l'Etat et
aux autres salaries la protection qu'elle avait pour but de
leur donner et n'a pu arrter l'extension de la pratique
honteuse de l'usure leur dtriment;
Considrant que la portion disponible des appointments
et salaire ne dpassant pas cinq cents gourdes par mois,
aprs dduction de toutes les saisies et cessions opres ou
consenties, est dans la majority des cas, nettement insuf-
fisante, vu la chert accrue de la vie, pour permettre
ces serviteurs de l'Etat et des Communes et aux autres sa.
laris de faire face leurs obligations courantes;
Considrant qu'il imported donc de prendre des measures
d'ordre public pour soustraire ces employs bas salaire
la rapacit des usuriers et leur permettre par ainsi de
travailler, en toute quitude d'esprit, dans un climate propi-
ce l'accomplissement normal de leur tche social;
Sur le rapport des Secrtaire d'Etat de la Justice et des
Finances;
De l'avis du Conseil des Secrtaires d'Etat,
Et avec l'approbation du Comit Permanent de l'Assem-
ble Nationale:

DECRETE:
Art 1 .- L'article 501 du Code de Procdure civil est
ainsi modifi:
Les indemnits, traitements et appointments dus par
l'Etat, les Communes et autres administrations publiques
leurs fonctionnaires ou employs; les appointments ou trai-


-30-






tements des employs, ou commis autres que les fonction-
naires et employs publics susmentionns ainsi que les pensions
et rentes viagres sont insaisissables et incessibles lorsque ces
indemnits,' traitements, appointments, pensions ou rentes
ne dpassent pas cinq cents gourdes par mois. Les appoin-
tements, indemnits, traitements pensions, ou rentes dpas-
sant cinq cents gourdes par mois ne seront saisissables que
pour un quart et cessibles que pour un autre quart de leur
montant.
Les cessions ou dlgations consenties par les fonctionc-
naires, employs ou commis mentionns l'article prcdent
ainsi que par les pensionnaires et bnficiaires de rentes
viagres don't les appointments, traitements, indemnits,
pensions ou rentes dpassent cinq cents gourdes par mois
ne pourront porter que sur le quart cessible. De mme, le
saisies-arrts ou opposition pratiques au prejudice des sus-
dits fonctionntaires, employs, pensionnaires ou rentiers, ne
pourront porter que sur le quart maisissable.
Art 2 .- Les dispositions de l'article prcdent ne sont
pas applicables aux prts consentis par la Banque Nationale
de la Rpublique d'Haiti aux fonctionnaires et employs pu-
blics, conformment la loi du 4 Fvrier 1936 et l'arrt
du 13 fvrier 1936, lesquels prts continueront tre rgis
par les sus dits loi et arrt.
Art 3 .- Les actes et conventions qui dans le pass, ont
eu pour but et rsultat d'affecter les indemnits, appointe-
ments, traitements, pensions et renters de Cinq Cents gour-
des ou moins, n'auront, partir de la publication du
present Dcrt-Loi, aucun effet. En consequence, partir
de la publication du present Dcrt-Loi, la Banque Na-
tionale de la Rpublique d'Haiti, et, s'agis3ant des appoin-
tements des employs autres que ceux de l'Etat et de"
Communes, tout tiers saisi, passant outre toute demand de
rfr ou autre action judiciaire, paiera l'intgralit des dits ap-
pointements, pensions et rentes de cinq cents gourdes ou moins,
nonobstant toute saisie, dlgation ou convention gnrale-
ment quelconque antrieure la publication du present
Dcrt-Loi.
Art 4.- Le present Dcrt-Loi abroge touted lois, etc.


-31-





Loi du 13 Septembre 1947 relative la
Cession et la saisie des appointments, traite-
ments des Administrations Publiques

DUMARSAIS ESTIME
President 'de la Rpublique

Considrant que pour promouvoir l'essor conomique d'Haiti,
il imported d'aiguiller l'pargne vers des fins productive;
Considrant qu' cet effet, le Gouvernement labore un
plan visant donner l'pargne un exutoire vers des pla-
cements commercia'ux, industries et agricoles;
Considrant de plus que l'Emprunt Intrieur offrira l'Epar-
gne Nationale une opportunity de placements bien garantis ;
Considrant, cependant, que tant que la pratique des
prts usuraires n'aura pas pas t totalement enraye, ce
plan ne pourra pas sortir son plein effet, que la premiere
tape vers le but vis est donc de rendre la honteuse
pratique de l'usre impossible en prescrivant dans une cer-
taine measure l'insaisissabilit et l'incessabilit des appoin-
tements, traitements, salaires, gages pensions :
Considrant que l'usure se fait notamment au moyen
d'obligation caractre commercial que le prteur int-
rts usuraires exige des emprunteurs pour pouvoir s'assurer,
contre ces derniers, de la garantie exorbitante de la contrain-
par corps ;
Art ler.- L'article 501 du Code de. Procedure Civile est
ainsi modifi:
Au dessous de Cinq Cents Gourdes les appointments des
fonctionnaires, employs publics et autres sont incessibles et in-
saisissables. Les indemnits traitements, appointments, salaires,
pensions, rentes viagres, frais, allocations, et toutes valeurs g
nralement quelconques ds des personnel en raison de services
salaries actuels ou passs par l'Etat, les Communes ou tous
autres Employeurs ne seront saisissables et cessibles que dans
proportion de 10 olo (Dix pcur cent) et cessible. jusqu'
concurrence de 10 o0o (Dix pour cent ) de !eur montant,
lorsque les valeurs alloues ne dpassent pas Huit Cents Gdes.


-32-






Dans le cas contraire, les valeurs alloues ne seront sai-
sissables que dans la proportion de .2 olo (Vingt pour cent)
et cessibles de leur montant.

Exceptionnellement, en cas d'insuffisance des sus-dites
portions saisissables et cessibles, 50 olo ( Cinquante
pour cent) de la portion dclare saisissable et incessible
pourront tre cds, dlgus ou saisis en execution de ju-
gements condamnant les dits fonctionnaires et employs
payer des pensions alimentaires en conformit des articles
189, 191, 196, 198 et 256 du Code Civil.

Art. 2.- Les saisies-arrts pratiques a n t r i e u-
ment la promulgation de la prsente loi, n'auront
d'effet que pour les portions saisissables prvues l'arti-
cle prcdent. En consequence, partir de la promulga-
tion de la prsente loi, la Banque Nationale de la Rpu-
blique d'Haiti et tout tiers-saisi passant outre toute de-
mande de rfr ou autre action judiciaire paieront les dits
appointments, indemnits, traitements compete tenu des dis-
positions de l'article ler. sus-vis, nonobstant toute saisie
antrieure la publication de la prsente loi.

Art. 3 .- Les dispositions de l'article ler. de la prsente
loi ne sont pas applicables aux prts consentis par la
Banque Nationale de la Rpublique d'Haiti en conformit
des lois et Arrt des 4 et 5 Fvrier 1936 sur le comptoire
d'Escompte, lesquels prts continueront tre rgis par les
sus-dits loi et Arrt.

Art 4 .- Les obligations et les bons ordres caractre
commercial (souscrits par un fonctionnaire non commerant
employ de l'Etat ou des communes ne pouront donner
lieu, sous peine de prise parties contre le Juge, ni la
comdamnation, ni l'excution de la contrainte par corps en
faveur ou la requte des prteurs intrts, moins
que le crancier n'tablisse par des modes de preuves lgauc
que le souscripteur a reu des valeurs ou des marchandises
pour des fins commercials. "

-33-






Cette disposition sera applicable aux billets souscrits
avant la promulgation de la prsente loi moins que le
caractre commercial de tels bons ou obligations n'ait t
reconnu par un jugement ayant acquis l'autorit de la
chose souverainement juge, antrieurement la promulga-
tion de la prsente loi.
Art .- Les dispositions des articles ler et 2 de la prsente
loi sont applicables aux appointments des Employs de
Commerce et d'Industrie.
Art 6.- La prsente loi abroge routes lois, etc,

x
X

Loi de 17 Juillet 1954 modifiant les articles
479, 480 et 484 du Code de Procdure Civile
relativement la Saisie-Arrt.

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique
Considrant que l'application de ces articles donne lieu
souvent des abus;
Art ler .- L'article 479 du Code de Procdure Civile est
ainsi modifi;
Art 479 .- S'il n'y a pas de titre, le Juge du domicile
du dbiteur et mme celui du domicile du tiers saisi, pour-
ront, sur requte, permettre la saisie-Arret ou opposition.
Cependant, il pourra toujours en tre rfr au Juge qui,
mieux inform, rtractera, s'il y a lieu, son Ordonnance et
donnera main leve de la saisie, en tout ou en parties, pour"
vu que le saisissant n'ait pas encore assign en validit
conformment l'article 484 du C.P.C.
Toute saisie-arrt pratique sans titre et sans permission
du Juge ou en vertu d'un jugement non excutoire par pro-
vision, ou qui n'a pas acquis l'autorit de la chose dfinitive-
ment juge, est nulle de plein droit. Le Juge des rfrs
devra donner main leve, mme aprs l'assignation en vali-
dit que pourrait avoir donne le saisissant devant le Tribunal.


-34-






Art2 .- L'article 480 du Code Procdure Civile se lit
comme suit:
Art 480.- Tout exploit de saisie-arrt ou opposition faite
en vertu d'un titre sous-seing priv ou notari, contiendra
copie intgrale de ce titre certifi conforme par l'huissier ins-
trumentant et l'avocat poursuivant s'il en a. Il noncera la
valeur jusqu' concurrence de laquelle le titre autorise la
saisie.
Si l'exploit est fait en vertu de la permission du Juge,
l'Ordonnance noncera la some pour laquelle la saisie-arrt
ou opposition est faite et,il sera donn en tte de l'Exploit,
copie certifie conforme de l'ordonnance permissive de la saisie.
Si la crance pour laquelle on demand la permission de
saisir-arrter n'est pas liquid, l'valuation provisoire en sera
faite par le Juge.
Lorsque la saisie-arrt est fait en excution d'un jugement
il sera donn avec l'exploit copie du dispositif du jugement
certifi conforme l'expdition. Le tout pine de nullit.
Art 3.- L'article 484 du Code Procdure Civile est ainsi
modifi:
Art 484.- Dans les 24 heures de la saisie-arrt ou oppo-
sition, augment du dlai de distance, s'il y chet, le sai-
sissant sera tenu de dnoncer la saisie-arrt ou opposition
au dbiteur saisi.


-35-






00000000000000000000000000000


DEUXIEME PARTIES

LOIS DE PROCEDURE (1)

XXX

Loi du 3 Mars 1936 fixant 1201o l'an l'intrt
conventionnel en matire civil et commercial
(Dlit d'Usure).

-Sur le rapport des Secrtaires de l'Intrieur, des Finan-
ces et de la Justice;
Et aprs dlibration en Conseil des Secrtaires d'Etat.-
A PROPOSE
Et le Corps Lgislatif a vot la loi suivante:
Art ler.- Le taux maximum de l'intrt conventionnel en
matire civil et commercial est de 12 olo l'an; ce taux
comprenant le produit net maximum que tout capital prt
peut fournir au prteur, soit par voie de prt, escompte ou
de toute autre manire
Nanmoins lorsque l'intrt percevoir n'excde pas cinq
gourdes, il peut tre stipul, dans le contract ou l'obligation
une valeur forftaire ne dpassant pas cinq cents gourdes
titre de frais, en lieu et place d'intrt.
Art 2.- L'usure est un dlit. Elle consiste dans le fait
de prter une some d'argent par voie d'escompte, de
prt, ou de toute manire, un taux suprieur au taux
maximum de Douze pour cent l'an (12 olo) tabli l'arti-
cle prcdent.
Toute convention gnralement quelconque stipulant un
taux d'intrt suprieur celui vis ci-dessus est entache
d'usure.

(1).- Prire de comprendre les lois et dcret-lois publis aux pages 30
35 comme faisant corps la deuxime parties du present Recueil.


-36-






Art 3.- Lorsque dans une instance civil ou commercia-
le il sera prouv que le prt conventionnel a t fait un
taux suprieur 12 olo l'an, les perceptions excessive
seront imputes, de plein droit, aux poques o elles ont
eu lieu, sur les intrts de 12 elo alors chus, et subsi
diairement sur le capital de la crance. Si la crance est
teinte en capital et intrts, le prteur sera condamn
la restitution des sommes indment perues avec les int-
rts lgaux de 6olo l'an, du jour elles lui ont t payes.
Il est entendu que les dispositions du ler alina de cet
article ne visent que les intrets autres que ceux chus la
date de la promulgation de la prsente loi. Dans ce cas le
prteur ne sera pas possible de la peine prvue l'article
ci-aprs.
Art 4.- Tout individu dclar' coupable du dlit d'usure
sera possible d'une amended de DEUX CENTS GOUR.
DES, ou d'un emprisonnement de un mois trois mois, et.
en cas de rcidive, des deux peines la fois.
Art 5.- La prsente loi abroge toutes lois, etc.

xx
x

Loi du 9 Octobre 1948 prcisant les Zones
Juridictionnelles de chacun des Tribunaux de
Paix de Port-au-Prince.

DUMARSAIS ESTIME
President de la Rpublique

Vu l'Arrt du 13 Mars 1942 dlimitant les zones de ju-
ridiction de chacun des Tribunaux de paix de la Capitale;
Considrant qu'en raison de l'extension de la Ville de
Port-au-Prince, il a t reconnu ncessaire un quatrime
Tribunal de Paix;
Qu'une nouvelle amnagement de ces Tribunaux est in-
dispensable et qu'il convient de prciser, par une dlimitation
conforme, les zones juridictionnelles de chacun des Tribu-
naux de Paix de Port-au-Prince;

-37-






Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice;

ARRETE :

Art 'ler.- La zone soumise la jurisdiction du Tribunal
de la Section Nord de Port-au-Prince comprend la portion
Nord et Nord-Est de la Capitale et sa banlieue, limite
par une line qui renferme:
a) Le ct Nord de la Rue Enlus Robin jusqu' son
intersection avec la Rue Monseigneur Guilloux;
b) Le ct Ouest de la Rue Monseigneur Guilloux depuis
la rue Enius Robin jusqu' la rue Frou;
c) Le ct Nord de la rue Frou entire la rue Monsei-
gneur Guilloux et la rue Geffrard;
d) Le ct Ouest de la: rue Geffrard entire la rue Frou
et la rue Borgella;
e) Le ct Nord des Rues Borgella, du Poste-Machand
et l'Avenue Pouplard.
Dans cette zone sont comprises galement les sections
rurales suivantes: ,Premire et deuxime des Varreux, Croix-
des-Missions, \2) St Martin, Delma.
Art 2.- La zone soumise la jurisdiction du Tribunal de
Paix de la Section Sud de Port-au-Prince comprend la zone
limite par :
Le ct Sud de Port-au.Prince comprend la zone limite par:
a) Le ct Sud de la Rue Enlus Robin jusqu' la
rue Monseigneur Guilloux;
b) Le ct Ouest de la rue Monseigneur Guilloux de-
puis la rue Enlus Robin;
c) La Section de Martissant.
Art 3.- La zone soumise au 4me Tribunal de Paix si-
geant Carrefour comprend les sections rurales suivantes :
Bizoton, Thor, Rivire Froide, Morne--Bateau, Carrefour,
Grande Rivire Coupeaud, Tafer, Procy, Morne Chandelle
No 1, Corail, Thor, Berly Malanga, Plateau Dufrenay, La
laval Bouvier.

(2).- Depuis la creation de la Croix-des-Mission en quarter pourvu d'une
Justice de Paix cette Section est dtache de la Zone soumise a Juri-
diction Tribunal de Paix de la Section Nord de Port-au-Prince.


-38-






Art 4 .- La zone soumise la jurisdiction du Tribunal
de Paix de la Section Est de Port-au-Prince comprend
toute la portion Est de la Ville et sa banlieue non sou-
mise la jurisdiction des trois autres Tribunaux.
Dans cette zone sont comprises galement les sections
suivantes: La troisime et la quatrime sections de Bellevue,
Turgeau, Morne de l'Hopital.
Art 5.- Le present Arrt sera public et excut la
diligence du Secrtaire d'Etat de la Justice.

xx


Loi du 11 Septembre 1951 dictant des mesu-
res propres solutionner les difficults nes
l'occasion de la confection du Cadastre de
1'Artibonite
PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique
Vu l'article IV de l'Accord du Juillet 1949 entire la R-
publique d'Haiti et la Banque Export-Import, Organe du
Gouvernement des Etats-Unis d'Amrique pour le finance-
ment des Travaux du Projet de dveloppement de la Valle
de l'Artibonite;
Vu la Loi du 5 Septembre 1941 crant 'Organisme de
Dveloppement de la Valle de l'Artibonite, Personne Mo-
rale, autonome ayant la personnalit civil;
Vu l'Arrt du 17 Mars 1950, dlimitant le territoire de
de la Plaine de l'Artibonite:
Vu l'Article 25 du Dcrt de la Junte de Gouvernement
de la Rpublique en date. du 18 Aot 1950, organisant une
procedure rapide pour la confection du Cadastre de la
Plaine de l'Artibonite;
Vu le Dcrt du 23 Novembre 1950 sur le Tribunal Ter-
rien de la Plaine de l'Artibonite;
Considrant qu'il est urgent d'dicter des measures pro-
pres solutionner les difficults nes l'occasion de la con-
fection du Cadastre de la Plaine de l'Artibonite et qui con-


-39-






formment l'arlicle 25 du Dcret du 18 Aot 1950 ont
t soumises l'attention du Gouvernement par l'organis-
me de Dveloppement de la Valle de l'Artibonite;
Considrant que pour la pleine garantie des grands tra-
vaux qui seront incessamment entrepris dans la rgien il
est du devoir de I'Etat de prendre toutes dispositions n-
cessaires la rgularisation de la situation immobilire
des p iysans de la plaine de l'Artibonite, trop souvent vic-
times je spoliation et de les protger contre de nouveaux
abuse:
Considrant d'autre part qu'il est just de lgaliser les
acquisitions de bien fonciers qui ont t faites soit ti-
tre gratuit, soit titre onreux, par les paysans en question
selon les coutu-nes gnralement admises et l'usage des lieux;
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice
S\pms dlibration er Conseil des Secrtaire d'Etat;

A PROPOSE

: e ,orips Lgislatii a vot la Loi suivante:
Art. 1er.- Ds la publication de la prsente loi, il sera
form au Tribunal Terrien de la Plaine de l'Artibonite une
section spciale dite Section de Reconnaissance et de
Ratification don't les membres seront dsigns par le Pr-
sident de ce Tribunal, qui tablira un roulement y relatif.
La competence de cette section est de 3 juges, 1 membre
du Parquet et 1 Commis-Greffier.
Art. 2 .- Les attributions de cette section spciale seront
les suivantes:
a) Recevoir du service du contentieux du Bureau Cadas-
trai de la Plaine de l'Artibonite tous les dossiers contenant
des titres prsents son examen et qui ont t jugs irr-
guliers ou insuffisants pour tablir les droits de proprit
de ceux qui les ont soumis;
b) Recevoir du mme service toutes les dlibrations faites
conformment l'article 10 du Dcret du 18 Aot 1950
sur le cadastre declarationn faire par les propritaires
don't les titres auraient t gars ou dtruits)


-40-






Loi du 5 Mai 1949 modifiant les articles 229 et
230 du Code Civil sur la procedure de divorce

LE CORPS LEGISLATIF

Vu l'article 61 de la Consititution;
Considrant qu'il y a lieu de conformer la procedure de
divorce aux seules nccessits de la Justice, de supprimer
consquemment toutes les formalits inutiles qui sont plu-
tt de nature humilier les parties, augmenter les fric-
tions, tendre les causes de rcriminations entire les famil-
les des conjoints, ce qui est loin de faciliter les dmar-
ches qu'on pourrait entreprendre en vue d'un rapprochement;
Considrant que cet tat de choses nuit, par ailleurs, aux
enfants et porte une atteinte la morality;
A VOTE LA LOI SUIVANTE:

Art ler.- Les articles 229 et 230 du Code Civil sont ainsi
modifis:
Art. 229.- Le demandeur, en vertu de la permission du
Tribunal, fera citer le dfendeur comparaitre dans le d-
lai de huitaine franche, outre le dlai de distance; il seva
donn, en tte de la citation, copie de la demand en di-
vorce et des pices l'appui.
Art. 230.- A l'chance du dlai, soit que le dfendeur
comparaisse ou non la cause sera instruite et juge dans la
forme ordinaire, le Ministre Public entendu.
Le Tribunal peut ordonner le huis-clos.
Art. 2.-- La prsente loi abroge toutes Lois, etc.


-41--






Loi iu 30 Aot 1951 sur la competence des
Juges de Paix en matire mobilire

PAUL E. MAGLOIRE
President rde la Rpublique

Vu les articles 57, 79 et 98 de la Constitution;
Vu la loi No. 1 du Code de procedure Civil sur le mode
de procedure en Justice de Paix et celle du 23 Mars 1928
sur l'Organisation Judiciaire;
Considrant que la pratique judiciaire a dmontr la n-
cessit d'agrandir les limits de la competence des Juges de
Paix en matire mobilire:
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice;
Et de l'avis du Conseil de Secrtaire d'Etat

A PROPOSE

Et le Corps Lgislatif a vot la Loi suivante:
Art. ler.- Le ler. alina de l'article 29 de la loi du
23 Mars 1928 sur l'Organisation Judiciaire est ainsi modifi:
Art. 29.- Les Tribunaux de Paix connaissent en dernier
ressori ou sans appel de toute demand jusqu' la valeur
de cinq cents gourdes et charge d'appel de toutes celles
ne dpassant pas mille gourdes.
Art. 2.- L'article 22 du Code de Procdure Civil, en ses
alinas 1, 2 et 3 demeure ainsi modifi:
La competence des Juges de Paix en matire mobi-
lire n'excdera pas mille gourdes.
Les jugements rendus par les Justices de Paix seront
sans appel,'s'ils prononcent sur une demand de cinq cents
gourdes et au-dessous.
Il seront soumis l'appel, s'il s'agit: lo) d'une deman
de excdant cinq cents gourde jusqu' mille gourdes: 2) des
questions de comptences, des actions possessoires et des
autres matires dont le Juge ne peut connaitre qu'en pre-
mier ressort.
Art. 3.- La prsente Loi abroge toutes Lois, etc.


42-






Loi du 14 Sept. 1953 modifiant I'art. 231 du
Code d'Instruction Criminelle

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique

Vu les articles 57 et 59 de la Constitution:
Vu l'article 231 du Code d'Instruction Criminelle
Considrant que l'exprience a dmontr la ncessit de
renforcer les sanctions dites par l'article 231 du Code d'lns-
truction Criminelle en vue de contraindre les citoyens aptes
remplir les functions de Jures, se rendre leui poste
sur convocation qu'ils auront reue;
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice ;
Aprs dlibration du Conseil des Secrtaires d'Etat

A PROPOSE

Et le Corps Lgislatif a vot la Loi suivante:
Article ler- L'artiele 231 du Code d'Instruction Criminelle
est modifi comme suit:
Tout jur qui ne sera pas rendu son poste sur la con
vocation qu'il aura reue, sera coadamn par le Tribunal
Criminel une amende de VINGT CINQ GOURDES (Gdes
25,00) pour la premiere absence non motive. A la second
absence, l'amende sera double et de plus, il sera pronon
c contre lui un emprisonnement de cinq jours au moins, de
quinze jours au plus.
Il sera en outre condamn la suspension, pour une du
re de six mois au moins et de deux ans au plus, Ide ses
droits politiques, sans prejudice quand il y aura lieu, des dis-
positions de l'article 226 du present Code.
En cas de non-paiement de l'amende ci-dessus prvue, le
condamn subira la contrainte par corps pendant trente jours
Sera puni, sur rquisitoire du Ministre Public, id'une
amende de CENT GOURDES (Gdes 100.00), tout mdecin
qui aura dlivr un citoyen galement appel comme Ju-


-43-






r, un certificate de complaisance dans le but de lui permettre
de se drober ce devoir civique.
En cas de non-paiemerit de l'amende ci dessus prvie, le
condamn subira la contrainte par corps durant dix jours.
Les condanations ci dessus seront excutes la diligence
du Commissaire du Gouvernement sous peine de suspension
Art;cle2.-- La prsente Loi abroge toutes lois. etc.

xx
x

Loi du 17 Septembre 1953 portant reduction
du dlai prvu a l'art. 83 C.C.I. l'ajournement
entire les diffrents Pays de cet Hmisphre et
entire les Continents

DUMARSAIS ESTIME
President de la Rpublique

Vu les articles 57 et 79 de la Constitution
Vu l'article 83 du Code de Procdure Civile;
Considrent que les moyens de communication rapide exis
tant actuellement entire les diffrents Pays de cet Hmisphre
et entire les continents, permettent de rduire les dtails d'a
journement prvus par l'article 83 du Code de Procdure
Civile;
Sur le rapport du Sectaire d'Etat de la Justice
Et aprs dlibration du Conseil des Secrtaires d'Etat;

A PROPOSE
Et le Corps Lgislatif a vot la Loi suivante:
Art. ler.- L'article 83 du Code de Procdure Civile est
ainsi modifi:
Le dlai d'ajournement sera de trente jours pour ceux
qui demeurent aux Antilles ou sur le Continent Amricain,
et de quarante cinq ours pour ceux qui demeurent au del de


-44-






ces limits. En cas de guerre, les dlais peuvent tre aug-
ments.
Art 2.- La prsente loi abroge toutes 'lois, etc.

XX


Loi du 16 Sept. 1953 modifiant la loi du 5 Mars
1937 sur la protection du Justiciable tabli
dans les sections rurales

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique

Vu la Loi du 5 Mars 1937 qui a institu une protection
spciale au profit du justiciable tabli dans les sections rurales
Vu l'article 339 du Code de procedure civil;
Considrant que, malgr ses dispositions d'ordre exception-
nel, la dite loi attend d'tre renforce, en vue de rpon-
dre d'une manire plus efficace aux fins qui en ont inspir
l'laboration.
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice
Et aprs dlibration en Conseil des Secrtaires d'Etat;

A PROPOSE
Et le Corps Lgislatif a vot la Loi suivante:
Art. ler.- Il est ajout l'article 2 de la loi du 5 Mars
1937 sur la protection du justiciable tabli dans les sections
rurales l'alina suivant :
< Les Officiers du Ministre public prs les Tribunaux Ci-
vils pourront toujours, en tout tat de cause, solliciter en
rfrs, s'il y a urgence, une measure provisoire ou intervenir
devant le juge du principal, en faveur du paysan menac
d'expulsion ou d'expropriation, pour lui assurer une jouissance
paisible de son bien, jusqu' decision passe en force de
choses souverainement juges.
Art. 2.- La prsente loi abroge toutes Lois, etc.


-45-






Loi du 14 Sept. 1953 prescrivant un sursis a
l'excution de tout jugement correctionnel ou
de simple police comportant la peine d'em-
prisonnement contre la femme enceinte, etc.

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique

Vu les articles 57 et 79 de la Constittion;
Considrant qu'il arrive souvent de grands dommages la
vie des nourrissons, lorsque, par suite d'une condemnation
l'emprisonnement il se trouvent spars de leurs mres;
Considrant que dans l'intrt de la famille, et dans le
cadre de la Justice Sociale poursuivie par le Gouvernement,
il est just de rmdier un tel tat de chosess en prvo-
yant un sursis l'excution de la peine de l'emprisonnement
Considrant qu'il est galement just d'tendre le bnfice
d'une telle measure la femme qui, au moment de sa con-
damnation l'emprisonnement se trouve en tat de gestation.
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice;
Et aprs dlibration en Conseil des Secrtaires d'Etat.
A PROPOSE
Et le Corps Lgislatif a vot la Loi suivante:
Article ler,- Sera dsormais prononc avec sursis son
execution tout jugement correctionnel ou de simple police
comportant la peine de l'emprisonnement contre la femme
qui aura prouv au Tribunal qu'elle est enceinte d'au moins
sept mois ou qu'elle allaite un enfant de moins de six mois.
La dure du sursis sera dtermine par le jugement, compete
tenu de l'tat de grossesse de la femme et de l'ge de l'en-
fant au moment du prononc.
Article 2.- 11 sera inscrit au Greffe, dans un rgistre special,
la date du jugement, la dure du sursis et la residence de
la condamne.
La condemnation sera excute huit jours aprs l'expira-
tion du sursis.
Art. 3.- La prsente Loi abroge toutes Lois, etc.


-4'-






Loi du 18 Sept. 1952 supprimant l'article 319
devenu 328 du Code d'Instruction Criminelle
PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique

Considrant l'art. 319 devenu 328 du Code modifi fait
obligation tous ceux qui sont condamns une peine
important privation de leur libert de se mettre d'abord
en tat pour la recevabilit de leur pourvoi;
Considrant, en outre, qu'une telle condition mise l'exer-
cice du recours en Cassation en comporte aucun sens juridi-
que et cause plutt de grands torts au justiciables en por-
tant une entrave l'exercice de leurs droits;
Considrant, en outre, que le texte sus vis heurte le
principle qui veut que le recours en cassation soit suspensif
en matire pnale; qu'il convent donc de l'abroger.
Sur le Rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice:
Art. ler.- L'Art. 319 devenu 328 du Code d'Instruction
Criminelle modifi est et demeure supprim.
Art. 2.- La prsente loi abroge, etc.

xx
x
Loi du 18 Septembre 1952 abrogeant l'Art.
1551 du Code Civil relatif au contract de louage
d'ouvrage et d'indubtrie

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique

Considrant que l'art. 1551 du Code Civil heurte profon-
dment l'art. 9 de la Constitution proclamant le principle de
l'galit entire tous les Citoyens devant la Loi; Qu'en effet
ce texte est la survivance d'un systme fodal prim, fai-
sant dans une contestation relative la quotit des gages
au paiment du salaire et des comptes, de la parole de l'em-
ployeur une vrit indiscutable;


-47-






Considrant que ce texte n'a pas sa place dans la Lgis-
lation d'un people essentiellement dmocratique et qu'il y a
lieu de le supprimer.
Art. ler.- L'article 1551 du Code Civil est et demeure
abrog.
Art. 2 La prsente loi abroge, etc.

XX
x

Loi du 18 Sept. 1952 modifiant l'article 35 du
Code de Procdure Civile relatif l'obligation
mise sa charge du dfendeur au possessoire
de satisfaire d'abord aux condamnations pro-
nonces contre lui avant de se pourvoir au
ptitoire

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique

Considrant qu'il est de l'essence de la Justice de fournir
aux parties litigantes une gale possibility de faire valoir leurs
droits; Considrant que, cependant l'obligation mise la
charge du dfendeur au possessoire de satisfaire d'abord aux
condamnations prononces contre lui avant de se pourvoir
au ptitoire, est contraire ce principle; Considrant que
cette formalit en Haiti plus qu'ailleurs, est prjudiciable
aux intrts d'une catgorie de plaideurs au nombre desquels
se rencontrent surtout des paysans; qu'il y a donc lieu de la
supprimer ainsi que tout ce qui s'ensuit:
Art, ler,- Le membre de phrase de l'art. 35, ler alina
du Code de Procdure Civile ainsi conu Il ne pourra s'il a
succomb de se pourvoir qu'aprs qu'il aura pleinement satis
fait aux condamnations prononces contre lui..... et le 2me
alina de ce texte est et demeure abrog.
Le texte se lira dsormais comme suit:
Le dfendeur en possessoire ne pouria se pourvoir au p-


-48-






titoire qu'aprs que l'instance sur le possessoire aura t
termin.
Article2.- La prsente Loi abroge toutes lois, etc.

xx
x

Dcrt-Loi du 25 Avril 1945 dictant qu'aucune
opposition ne peut tre valablement faites au
paiement des sommes affrentes aux billets
des lots gagnants de la loterie de l'Etat Haitien

ELIE LESCOT
President de la Rpublique

Considrant qu'il convient de mettre la Loterie de l'Etat
Haitien l'abri de toutes entraves susceptibles de nuire
l'accomplissement de son rle de soutien des Oeuvres de Bien-
faisance.
DECRETE
Art. ler.- Les billets de la Loterie de l'Etat Haitien
par leur nature, ont toujours t et sont payables au porteur
En consequence aucune opposition, de quelque nature que
ce soit, ne pourra tre valablement faite au paiement des
sommes affrentes aux billets de la dite Loterie,
En outre est dclar nulle et nul effet, toute opposition
dj signifie l'Etat ou , l'Admistration de la dite Loterie
et tendant faire obstacle au versement du montant d'un
lot affrent un billet gagnant; sans prejudice des dci-
sions de justice rendues eet gard et ayant acquis l'au-
torit de la chose souverainement juge antrieurement 1.
promulgation du present Dcret-Loi-
Le fait de passer outre une opposition de la nature
celle-ci dessus envisage ne pourra donner lieu aucune ac
tion judiciaire contre l'Etat, ni contre ses fonctionnaires,
ni contre les membres du personnel de la Loterie de l'Etat
Haitien.
Art. 8.- La prsente loi abroge toutes lois, etc.


-49-






Loi du 28 Janvier 1929 laissant au Juge en
Correctionnelle, la facult d'ordonner la com-
parution du prvenu

LOUIS BORNO
President de la Rpublique

Considrant qu'il est conforme la scurit des justiciables
de laisser au juge saisi d'une poursuite correctionnelle la
facult d'ordonner la comparution du prvenu.
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice ;
Et le Conseil d'Etat a vot la loi suivante:
Art. ler.- Les articles 161 et 162 du Code d'Instruc-
tion criminelle, devenus 158 et 159 du dit Code, en vertu
de la loi du 12 Juillet 1920, sont abrogs et remplacs par
les dispositions suivantes ;
Ar:, 158.- Devant le tribunal correctionnel le prvenu
est admis se faire reprsenter par un avocat.
Nanmoins le juge pourra ordonner la comparution per
sonnelle s'il est ncessaire l'Instruction de la cause.
Le jugement qui ordonne la comparution ne sera ni !ev
ni signifi.
Si le parties n'obtempre pas cette decision, le jugement
sur le fond de sera pas susceptible d'opposition.
Art. 59.- Si le prvenu ne comparait pas en personnel
sur citation ou ne se fait pas reprsenteri par un avocat.
il sera jug par dfaut.
Art. 2.- La prsente Loi abroge toutes lois, etc.


-50-






Loi du 16 Juillet 1952 instituant dans chacun
des Tribunaux Civils une Section de la Jeunesse
dlinquante appele connaitre des crimes et
dlits commis par les mineurs de moins 16 ans

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique
Considrant qu'un Gouvernement don't l'un des plus cons-
tants soucis est d'organiser l'avenir de la jeunesse, se doit
galement, lorsque celle-ci le malheur de s'engager dans la
voie du crime, de lui manager une atmosphere judiciaire
particulire et de la soustraire la pbmiscuit des prisons;
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la justice.
A PROPOSE

Et les Chambres lgislatives a vot la loi suivante:
Art. ler.- Il est institu, partir du ler Octobre 1952-
dans chacun des Tribunaux Civils de la Rpublique une sec
tion spciale dite Section de la Jeunesse dlinquante, ap-
pele connaitre des crimes et dlits commis par les mi"
neurs de moins de 16 ans;
Art. 2.- La competence du Tribunal est fix : Un
Juge, un membre du Ministre Public, un Greffier.
Art. 3.- La Section comprendra, pour chaque jurisdiction,
un juge nomm spcialement aux fins dsignes, ce qui ne
le dispensera pas de siger aux atres audiences du Tribu-
nal, s'il en est besoin. Namoins la Section de Port-au-
Prince comprendra deux Juges.
Art. 4.- L'heure, le nombre et la dure des audiences
seront fixs par les rglements intrieurs de chaque Tribunal.
Art. 5.- Les audiences sont publiques, mais le Tribunal
peut toujours, selon que l'exigeront l'ordre public, et les
bonnes moeurs, singer huit-clos et en interdire l'accs aux
mineurs.
Art. 6.- Le mode de procder est de droit commun,
mais il sera loisible au tribunal de porter l'enqute et de


-51-






runir toute documentation sur les origins de l'enfance, les
milieux o il est n o il aura pu vivre ou se developer.
Art. 7.- Aux fins d'assurer non le chatiment, mais l'a-
mandement et l'utilit de l'enfant dans le cadre social et
national, il est cr Port-au-Prince la Maison de Correc-
tion prvue l'article. 50 du Code Pnal, don't le rgime se-
ra dtermin par Arrt du Prsident de la Rpublique.
Art. 8.- La prsente loi abroge, etc.

xx
x
Loi du 23 Septenbre 1952 modifiant les art.
10, 12, 17, 23, 24 et 25 du Dcrt-loi du 11 Sep
tembre 1942 sur l'Arpentage.

PAUL E. MAGLOJRE
President de la Rpublique

Considrant que le souci majeur du Gouvernement d'assurer
la plus large protection la masse paysanne rend nces,
saire de supprimer l'art. 19 et de modifier les art, 10, 12,
17, 23, 24, et 25 du Dcrt-Loi sus-vis;
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice.
A PROPOSE
Et le Corps lgislatif vot la Loi suivante:
Art. ler.- Il est ajout l'art. 10 du Dcrt-Loi sur l'ar-
pentage l'alina suivant:
Toutes infractions aux prsentes dispositions est assimil
au dlit de dplacement ou de suppression de bornes
et sera puni come tel, conformment l'article 375 du
Code Pnal, sans prejudice des peines prvues aux deu-
xime alina de l'art. 12.
Art. 2.- L'article 12 modifi se lira come suit:
Tout arpenteur est tenu, lorsqu'il en est requis par le
directeur Gnral des Contributions, de lui communiquer le


-52-





minutes de ses plans et procs verbaux et mme de lui
en dlivrer des copies certifies conformes.
En cas de contravention aux art. 5, 9, et 10 et l'a-
lina prcdent, le Commissaire du Gouvernement, d'of
fice, ou sur plainte formule, suspendra l'arpenteur pendant,
trois mois au plus et il sera pourvu, le cas chant, son
replacement sur rapport du Commissaire du Gouvernement
adress au Secrtaire d'Etat de la Justice, le tout sans
prjudicier au 2 me alina de l'art. 10 ci-dessus et dans les
cas qu'il prvoit.
Art. 3.- L'art. 17 du Dcrt-Loi du 11 Septembre 1942
l'arpentage est ainsi smodifi;
Lorsque les titres sembleront valides, prcis et suffisants
l'arpenteur fixera les jour et heure de l'o p r a t i o n en
exceptant les ftes lgales, les jours fris et les jours
de chmage dsigns par l'Arrt prsidentiel. Alors, le re-
qurant, par voie d'huissier, fera citer tous les propritaires
limitrophes et tous ceux qui demeurent sur le terrain
arpenter, de se prsenter ou de se faire reprsenter avec
leurs titres plans et procs-verbaux d'arpentage, aux lieu,
jour et heure indiqus par l'arpenteur, en observant les d-
lais prescrits pour les citations en justice de Paix. sauf ce-
lui de distance, qui sera d'un jour par vingt kilomtres.
L'arpenteur sera tenu de communiquer l'ordre d'arpentage
au Commandant du District ou du Sous-District ou au Sous-
Officier en charge du Poste du lieu de l'opration projete
lequel requerra l'Officier rural l'effet d'assister cette
opratien. L'Officier requis pourra y assister ou s'y faire
reprsenter.
Dans le cas o il fera t dfaut l'arpenteur passera outre et
proedera l'opration, mention sera faite au procs-verbal
de l'avis donn cet officer et en son absence.
Art. 4.- L'artie 19 du present loi du II Septembre 1942
est et demeure supprimer.
Art. 5-- L'art. 23 se lira come suit;
En eas de contestation souleve sur les lieux par les par-
ties lors d'une operation d'arpentage, celle qui se croirait expo-
se tre lse pourra faire opposition et l'arpenteur ne
pourra passer outre, sous peine d'tre frappe des sanctions


-53-






prvues au deuxime alina de l'art. 12 de la prsente loi.
La parties la plus diligente fera vider l'opposition par le
juge de Paix de la Commune. Celle qui aura succomb ne
pourra pas renouveler l'opposition pour les mmes motifs et
pourra tre condamne des dommages intrts. Dans tous
les cas la parties qui aura succombe dans l'instance sur oppo
sition sera condamne au frais de transports et autres qui
auront t occasionns par l'opposition. Lorsque l'arpenteur
sera oblig de discontinuer son oppration, il indiquera le
travail excut par des repres.
Art. 6,- L'art. 24 modifi se lira dsormais comme suit ;
Art, Le voisin limitrophe et toutes personnel demeurant
sur la terre arpenter qui n'auront pas t cits peuvent
s'ils ne veulent passer outre cette formalit, la signaler la
parties requrante ou l'arpenteur en dclinant leurs quali-
ts. L'arpenteur, dans ce cas, est tenu de leur faire signifier,
une citation avant d'entamer ou de continue son operation
Art- 7- L'art. 25 est dsormais libell comme suit :
Si les droits d'un voisin limitrophe, ou de toute personnel
demeurant sur la proprit arpenter, tablis par titres ou
autrement, sont mnacs d'tre ls; par l'opration d'arpen-
tage, ils pourront. tout en s'y opposant, proposer d'amener
pour la sauvegarde de leurs droits, un arpenteur dans le plus
bref dlai possible. En cas d'acceptation, l'avis concert
de- deux arpenteurs lira les parties devant le juge de paix appel
statuer sur l'opposition, si elles n'aiment mieux s'y soumet
tre l'amiable qui sera consign dans le procs verbal.

Art. 8- La prsente Loi abroge toute lois. etc







REMARQUE. On trouvera le Dcret-Loi du II Septembre 1942
ainsi modifi la page 224 de no!re deuxime Edriion du Code des
Lois Usuelles parue en l'anne 1944.


-54-






Loi du 8 Septembre 1948 modifiant le 2me
alina de l'art. 26 du Code de Procdure Ci-
vil relatif au dlai et l'amende en cas d'appel
des jugements des tribunaux de Paix

DUMARSAIS ESTIME
President de la Rpublique

Considrant que la pratique a dmontr que l'amende
prvue l'art.26 C. P. C. (3me alina) en cas d'appel
des jugements des Tribunaux de Paix. tel que son mode
de consignation est indiqu dans le dlai trop court de
huitaine de la signification de l'acte d'appel est plutot nui-
sible l'intrt du judiciable, qui, trop souvent, par le fait
d'une simple negligence ou d'un oubli de son dfenseur, se
voit dchu de son pouvoir;
Considrant qu'il y a lieu, tout en augmentant la quoti-
t de l'amende qui, en ralit est drisoire, d'en reculer le
dlai du dpot jusqu'au dlibr du juge.
Art. ler, Le 3me alina de l'art. '26 C.P.C. est ainsi
modifi ;
Le demandeur en appel dposera, sous peine de dch-
ance, une amende de cinq gourdes, au Greffe du tribuual
Civil o l'appel est port.
Ce dpot se fera, au plus tard, vingt quatre heures
aprs la decision ordonnant le dlibr.'.
Art. 2.- La prsente Loi abroge toutes lois, ete.


-55-





Loi du 12 Sept. 1953 modifiant les art, 4 et 5
de la loi du 21 Avril 1939 sur laCarte d'Identit

PAULE. MAGLOIRE
President de la Rpublique
Considrant qu'il convient de pouvoir l'insuffisance
dment constate de l'art. 31 du Budget de l'exercice en course
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat des Finances;
Aprs dlibration en Conseil des Secrtaires d'Etat:
A PROPOSE
Considrant que les normes conomiques actuelles ap-
pellent un amnagement nouveau de la taxe sur la carte d'i-
dentit, qu'il convient par consquent d'apporter certaines
modifications la loi en vigueur.
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat des Finances.
Aprs dlibration en Conseil des Secrtaires d'Etat:

A PROPOSE
Et le Corps Lgislatif a vot la loi suivante :
Art. ler.- Les art. 4 et 5 de la loi sur la carte d'iden-
tit sont modifis comes suit:
Art. 4.- Le montant de la carte d'identit sera calcul
sur la base suivante :
a) Pour les fonctionnaires, employs et salaries de l'Etat
ou des Communes et pour les employs du commerce et de
l'industrie don't les appointments ne dpassent pas Gourdes
150.00. . Gdes.3.00
Pour les fonctionnaires. employs et salaries de l'Etat ou
des Communes et pour les employs du Commerce et de l'In
dustrie don't les appointments dpassent G. 150.00 et n'ex-
cdent pas G. 500 . .. G,10.00,
Pour les fonctionaires, employs et salaries de l'Etat et des
Communes et pour les employs de Commerce et de l'indus-
trie don't les appointments dpassent G. 500.00 et n'ex-
cedent pas Gdes. 1000 . G 15.00.


-56-





Pour les fonctionnaires, employee et salaries de l'Etat et
des Communes et pour,les employs de Commerce et de l'In
dustrie don't les appointments dpassent Gdes 1,000,00 et
n'excdent pas Gdes. 1,500.00 Gdes. 35.00
Pour les fonctionnaires et employs de l'Etat et des Com.
munes et pour les employs de Commerce et de l'industrie
don't les appointments dpassent Gdes 1500,00 G 50,00
b) Les commerants industries, professionnels et tous ceux
astreints au paiement d'une patente ou de l'impot locatif paie
ront la taxe, soit suivant l'chelle base sur leurs appointe-
ments salaires ou prlvement mensuels, tablis l'alina (a)
ci-dessus soit un cinquime (115) de leur impot locatif tant
entendu que la plus forte taxe devra tre acquitt sans que
la taxe puisse tre moindre, de G. 2.00.
c) Les journaliers gens de maison et toute personnel ge
de 21 ans accomplish ou plus ainsi que les mineurs manci"
ps, ne se trouvant dans aucun des groups mentionns aux
paragraphes (a), (b) et (d) du present article, sauf les
exceptions prvues l'article ler, paieront une taxes don't
le montant est fix G. 2.00. Toutefois la taxe d'identit
est xigible conformment aux divers tarifs contenus dans la
prsente loi, mme s'il s'agit de mineurs non mancips lors-
qu'ils se trouvent dans l'une des conditions prvues pour l'ac-
quitement de eet impot par les majeurs.
Art. 5.- Chaque carte d'identit oomiportera:
Sa La photographic sans retouche de l'intress, etc.
b) Ses noms. prnoms, date, lieu de naissance. etc..:
c) le nombre et l'ge des enfars .
Nanmoins l'empreinte du pouce du contribuable pourra
dans tous les cas supplier la photographic.
Art. 8- La prsente Loi abroge toutes lois, etc.




NOTE. Bien que la loi ne comporte aucune sanction au cas ou la par-
tie se ferait dlivre une care au dessous de la base calcule en raison
de son occupation, la violation des prescriptions de la loi entraine ipso- fato
l'invalidit de l'acte mentionant faussement le montant de la carte d'identitP.


-57-





Loi du 14 Septembre 1954 sur l'Exception
d'Inconstitutionalit

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique

Considrant qu'il y a lieu d'harmoniser l'art. 13 de la
Loi Du 16 Mars 1928, modifie par le Dcret-Loi du 20
Mai 1940 avec la Constitution en vigueur: Considrant
que certain justiciables dans le but de retarder l'action
de la Justice recourent, comme moyen dilatoire, l'excep-
tion d'inconstitutionnalit: Considrant, etc...
Art. ler.- L'art. 13 de la loi du 16 Mars 1928 organi-
sant le Tribunal ( aujourd'hui Cour de Cassation ) est
modifi de la manire suivante :
L'exception d'inconstitutionnalit pourra tre propose en
tout tat de cause, et pour la premiere fois, devant la
Cour de Cassation :
Le Tribunal de Paix, le Tribunal Civil, le Tribunal Ter-
rien, la Cour d'Appel ou la section de la Cour de Cassa-
tion rgulirement saisis de l'exception surseoira statuer et
renverra les parties devant les Sections runies de la Cour
de Cassation dans un dlai qui n'excdera pas un mois.
Ce dlai courra du jour de la signification du jugement
o de l'arrt, s'il n'a pas t rendu audience tenante.
La parties la plus diligente saisira les Sections Runies
par une requte qui sera signifie l'autre parties. Celle-ci
fera signifier sa requte en defense, soit personnel, soit
domicile rel ou lu dans le dlai de quinzaine augment
de celui de distance. Les pices seront dposes au greffe
de la Cour de Cassation par l'une ou l'autre parties dans
la huitaine suivante, augmente, du dlai de distance entire
le lieu o les significations auront t faites et la Capitale.
La demand en inconstitutionnalit sera juge sans com-
munication pralable au Ministre Public, mais la Cour ac-
cordera celui-ci un dlai pour conclure par crit. Ce
dlai ne pourra excder quinze jours.
Celui don't la demand en inconstitutionnalit aura t
dclare non recevable ou mal fonde, sera condamn par


-58-





le mme Arrt de la Cour de Cassation une amend de
trois cents mille gourdes. L'excution de cette condam-
nation pourra tre poursuivie par la contrainte par corps
qui, dans ce cas. sera une dure d'un mois trois mois.
Faute par les parties de saisir les Sections Runies de
l'exception d'inconstitutionnalit dans le dlai imparti, la
Cour o le Tribunal saisi de l'affaire principal devra, sur
les diligences de la parties intresse, en poursuivre l'au.
edition sans tenir compete de la dite exception, qui ne pour-
ra plus tre reproduite.
Art. 2.- La prsente Loi abroge toutes lois, ete.

xx
x

Dcret-Loi du 25 Juillet 1940 sur le dlit
de Contrebande

ELIE LECOT
President de la Rpublique

DECRET
Art. ler.- Par voie d'interprtation, l'art, ler, de la loi du
22 Mai 1936. interprtant l'art. 3, de la loi du 4 Sep-
tembre 1905 dsormais est ainsi libell :
Art ler. Le dlit de contrebande prvu l'article 3 de
la loi du 4 Septembre 1950, interprt par l'art. Ier de la
loi du 22 Mai 1936, est constitu par toute tentative ou
entreprise de soustraire au pavement des droits de douanes,
des marchandises, articles, denres ou products imports ou
exports, par l'emploi de tous les moyens rendant difficile, soit
leur verification, soit la determination des droits auxquels ces
marchandises, articles denres ou products son assujetis ou par
toute tentative ou entreprise de passed ou faire passer des
marchandises, articles, denres ou products en dehors des bureaux
de la douant, par le fait d'importer ou d'exporter les mar-
chandises, articles, denres ou products, sans acquitter la
totalit des droits qui le!ir sont applicable.


-59-





Devront tre considr comme objet de contrebande: tous
articles. marchandises, denres ou products apports terre
par toute personnel descendant d'un navire tranger ou d'un
navire de natioaalit haitienne venant de l'tranger sans une
autorisalion crite de l'administration douanire. Une telle or
ganisation ne sera pas require des passagers ayant accompli
les formalits douanires. Doivent galement tre considrs
comme objets de contrebande: tous articles, marchandises.
ou prodi.it eitrs rii Haiti par la frontire terrestre et pour
esquels le pai ment des droits de douane ne pourra pas tre
justifi.
Les marchandises, articles, denres o products de contre-
bande, ainsi que les vhicules, btes de some, automobiles,
camions, tractturs et autres moyens de transports ayant servi
la peiptration de la contrbande, seront confisqus et
vendus l'ancia par l'Administration douanire, aprs cons-
tatation de l'irfraction par deux inspecteurs des douanes.
Le dlinquant est possible de la peine dicte l'article 330
du Code Pnal. Nanmoins, lorsque le Tribunal de Simple
Police est competent les peines dictes l'arcicle 2 du
dcrt loi du i7 Novembre 1936 seront appliques contre le
dlinquant:
Art. 2- Par voie d'interprtation, les faux certificates de
toute nature viss l'art. 124 du Code Pnal s'entendent,
entre-autres. Ar tous faux matriels o intellectuals effectus
si.r tou~lt docuitnt, a'te public ou priv, tels que manifesto,
coiii;isse'~cnil, laci.ui consulaire et priv, fiche de dclara-
tion en Haiti o l'tranger o autres, ou de tels docu-
ments ou actes contenant des indications et renseignements
faux perptrs par les importateurs, exportateurs, agents de
manufactures, commis vrificateurs ou autres personnel
entretenant des rapports avec la Douane, ce, dans le but de
frustrer le Trsor en tout ou en parties des droits de Dou-
ne. En consqierce, de tels faux doivent tre punis de la
mme peinr, dic'e nar l'art. 109 du Code Pnal; et celui
qui aura fait usage de tels faux doit tre puni des peines
dictes l'ait. 110 du Code Pnal.
Ait. 3- En interprtaticn de l'art. 9 de la loi du 4 Sep-
tembre 1905, un navire doit tre considr come ayant


-60-





servi faire de la contrebande, des lors qu'un membre de
l'quipage ou une personnel autre qu'un passage en descent"
dant a perptr le dlit de contrebande dfini l'art. ter
du present dcret-loi; et les peines et amendes doivent tre
appliques selon les distinctions tablies par le sus dit arti-
cle 9, ce, sans prejudice des peines prvues par les lois
douanires contre toutes personnel gnralement quelconques
coupables du dlit de contrebande.
Art. 4-L'artecle 10 de la Loi du 4 Septembre 1905 est
ainsi modifi:
Art.10- Tout jugement de condemnation pour fait de
contrtbande ou fraud gnralement quelconque au prejudice
du Trsor entrainera de plein droit le retrait e la patent
ou de la licence du commerant condamn.
Art. 5- Tous les importateurs,exportateurs, agents de manu-
factures et autres entretenant des rapports avec la Doune sont
tenus, sous peine d'une amende de 500 1000 Gourdes, de
communiquer premiere rquisition, aux inspecteurs doua-
niers o autres fonctionnaires dlgus par l'Administration
douanire, tous leurs rgistres, livres, effects, factures, car-
nets souches et autres pices de comptabilit gnralement
quelconques ncessaires au c o n t r le de leurs operations
douanires.- Procs-verbal sera dress par les dits inspecteurs
ou autres fonctionnaires sus-dsigns, aux fins de constater
les rsultats de cette communication ou le refus d'obtemp-
rer la rquisition de communiquer.
Art. 6-Toutes les amendes dictes par la loi douanire
du 4 Septembre 1905 et les lois et dcrets-lois postrieurs
qui la modifient, l'interprtent ou la rectifient, continueront
tre app!iques, perues, dposes comme recettes doua.
nires par l'Administration des Douanes sans aucune interven-
tion ou decision de justice.
Art. 7-Le contribuable contre qui il aura t mis un
bordereau de douane ou un bordereau pour amende doua-
nire sera ter u de payer ce berdereau dans un dlai de qua-
rante huit heures. Pass ce delai, une contrainte pourra tre
dcerne contre lui par le Directeur de la Douane. Cette


-61-






contrainte sera vise et rendue excutoire par le Juge de Paix
de la residence du contribuable, auquel elle sera signifie avec
commandement de payer.
Dans les trois jours francs, le contribuable devra obtem-
prer au commandement, faute de quoi la contrainte sera
excute car toutes les voies lgales. L'excution aura lieu
dans les formes et conditions prvues pour l'excution des
jugements.
Le contribuable aura trois jours francs dater de la signi-
fication pour former opposition l'excution de la contrain-
te. Dans tous les cas et quelqu'en soit le montant et les
moyens invoqus, cette opposition sera porte par devant le
Juge de Paix qui aura rendu la contrainte excutoire. L'ins-
truction des instances se fera par simples mmoires, respec-
tivement signifis sans plaidoirie.
Les jugements devront tre rendus dans la huitaine, au
plus tard, du dlai de comparution. 'Ces jugements seront
excutoires sur minutes nonobstant opposition, appel, action
en defense d'excuter o pourvoi en Cassation, Nanmoins
aucune opposition, aucun recours en appel, en defense d'e-
xcuter ou en cassation, aucune action en justice quelconque,
au principal ou en rfr ne sera recevable sans que le
contribuable ait au pralable vers au Trsor public les va
leurs rclames dans la contrainte et qu'un certificate ait t
dument dlivr, cet gard par un fonctionnaire autoris de
l'Administration des Douanes pour tre soumis au Tribunal.
Art. 8-Les droits et double droits et les amendes douanires
n'ont aucun caractre pnal mais simplement un caractre fis-
cal, reprsentant des rparations civiles. Le droit d'action de
l'Etat ou du Ministre Public ne sera, en aucun cas, consi-
dr comme puis, du fait de l'mission d'un bordereau o
d'une contrainte en recouvrement de droits de doune, de
doubles droits ou d'amendes douanires, contre les personnel
ayant perptr, au prejudice du fisc, une infraction quelcon-
que.- En consquence, l'Administration douanire pourra r-
mettre de telles contraintes, sans pour cela prjudicier aux
plaintes, instructions ou poursuites relatives des faits punis
par une disposition lgale en vigueur.
Art, 9-Les dclarations requises par l'art. 94 de la loi du
4 Septembre 1905 pour les marchandises transportes par


-62-






les voyageurs et continues dans leurs malles, valises de
main, balles, caisses, boites et autres paquets, qui, dans l'opi-
nion du Directeur de la Douane, sont destines tre ven-
dus ou autrement transfres, est assujettie toutes les pres-
criptions et amendes prvues l'art, 60 de la loi du 4 Sep-
tembre 1905, modifi par celle du 20 Juillet 1929 et aux art.
61, 62, 63, 64 et 65 de la dite loi du 4 Septembre 1905 et
ces marchandises isont soumises toutes les autres prvi-
sions de la legislation douanire, sauf qu'il ne pourra tre
requis d'autres documents que cette declaration et les factures
prives relatives ces importations,
Art. 10-Lorsqu'il s'agira d'une inculpation de contrebande
o de fraude au prejudice du Trsor Public, la mains leve
du mandate de dpot o d'arrt ne pourra tre ordonne
en faveur du prvenu, ni au course de l'instruction,.- En
outre, dans ce cas, la libert provisoire ne pourra non plus
aucun moment, lui tre-accorde, ni par le Commissaire
du Gouverntment, par le Juge d'Instruction, ni par le Tribunal.
Art. 11-Toutes les dispositions du present dcret loi sont
rigoureusement applicables mme au fait de contrebande o
de fraude au prejudice du Trsor Public; perptr avant
la publication du dcret-loi au Journal Officiel.
Art; 2.- La prsente Loi abroge toutes lois, ete.


-63-


mn






Loi du 10 Mai 1920 admettant la separation
de corps et permettant le remariage entire
poux divorcs
DARTIGUENAVE
President de la Rpublique

Considrant qu'il y a lieu d'adapter la Lgislation actuelle
les dispositions de la Loi No. 7 du Code Civil sur le Divorce
et d'y apporter quelques modifications ncessaires ;
Considrant qu'il est de ncessit social d'introduire dans
notre Lgislation, concuremment avec le Divorce, la spara-
tion de corps et de permettre le remariage des poux divorcs;
Art. ler.- Les articles de la Loi No 7 du Code Civil sont
modifis comme suit :
Aux articles 221, 223,249 l'expression Le Tribunal Civil
est remplace par Tribunal de 1re Instance
Aux art. 228, 233, 234, 235, 244, 245, sont supprimes les ex-
pressions suivantes : Sur rapport du Doyen et commettre un
rapporteur sur le rappport du Juge commis. Aprs le rapport
du juge. le rapport sera fait par le juge commis.
Art. 2.- Il est ajout l'art. 254, du Code Civil l'alina
suivant :
Toute la procedure en divorce sera anartie de plein droit
par le dcs de l'un des poux survenu avant le prononc du
divorce par l'Officier de l'Etat Civil l'art. 287, ce qui suit:
Par l'effet du Divorce la femme perd l'usage du nom de
son mari.
Art. 3.-Les dispositions de l'art. 251 sont remplaces par les
suivantes En cas d'appel du jugement d'admissioa ou du
jugement dfinitif rendu par le Tribunal de lre Instance en
matire de Divorce, la cause sera instruite et juge par le
Tribunal d'Appel comme affaire urgente :
L'Appel ne sera recevable qu'autant qu'il aura t inter-
jet dans trois mois computer du jour de la significaticn du ju-
gement rendu contradictoirement ou de l'expiration du dlai
d'opposition, s'il est par dfaut.
Le recours en Cassation est ouvert contre ls Arrts des


-64-






Tribunaux d'Appel, rendus en matire de Divorce.
Le pourvoi est suspensif en matire de Divorce et de spa-
ration de corps.
Le jugement ou l'arrt admettant le Divorce n'est pas
susceptible d'acquiescerrent.
Art. 4-L'article 283 du Code Civil demeure ainsi modifi:
" Les poux divorcs peuvent contractor ensemble un nou-
veau marriage. Dans ce cas, ils seront tenus d'adopter le
mme rgime matrimonial que celui qui rglait leur union
dissoute ; ce rgime leur est applicable d'office nonobstant
toute convention contraire."
La facult prsentement ouverte aux divorcs, n'existera plus
au profit de deux poux don't l'un aura, postrieurement au
Divorce prononc entire eux, contract avec une tierce per-
sonne, un nouveau marriage suivi d'un second divorce.
Aprs la clbration d'un nouveau marriage entire poux
divorces, il ne sera reu de leur part aucune nouvelle. de-
mande de divorce, si ce n'est pour cause d'adultre, moins
que le premier divorce n'ait t admis peur ce motif, ou si
ce n'est pour cause de condemnation une peine soit afflic-
tive ou infamante prononce contre l'un d'eux depuis leur
marriage.
Art. 5- A l'article 233 il est ajout ce qui suit: Lorsque
l'Ordonnance n'aura pas t signifie la parties dfendresse en
personnel et que cette parties fait dfaut, le Tribunal doit,
avant d'admettre la demand, fixer de nouveaux dlais. Il or-
donnera par le mme jugement qu' la diligence de la parties
demanderesse, un avis, destin porter la connaissance
de la parties dfenderesse, la demand introduite contre elle,
soit insr dans un journal de la localit ou affich la
principal porte du Tribunal.
Le jugement ou arrt qui admet la demand ou le Divorce
par dfaut est signifi par huissier commis. L'opposition sera
recevable dans les trente jours de la signification si elle a
t faite personnel et dans le cas contraire dans les qua-
tre vingt dix jours partir de l'insertion de l'extrait du dit
jugement ou arrt dans un des journaux.
Art. 6- Il est ajout l'article 253 ce qui suit:" un ex-


-65-






rait du jugement ou de l'arrt qui admet le Divorce ainsi
du'un extrait de l'acte de dissolution du marriage, seront
la diligence de la parties qui aura obtenu le Divorce affichs
la Salle d'audience du Tribunal ou insrs dans l'un des
quotidiens de la Capitale dfaut de journaux dans la loca-
lit, peine de tous dommages intrts envers les tiers s'il
y chet.
Art. 7.- Le demandeur peut, en tout tat de cause, trans-
former sa demand de divorce en demand de separation de
corps
DE LA SEPARATION DE CORPS

Art. 8.-- La sparation de corps peut tre demande par chacun
des poux, seulement dans le cas qui donne lieu la demand de
divorce pour cause dtermine.- Nanmoins elle pourra l'tre
pour cause d'interdiction civil de l'un des poux, aprs que
le jugement d'interdiction ne sera plus susceptible d'aucune
voie de recours.
Art. 9.- Elle sera intente et instruite et' juge de la m-
me manire que toutes autres actions civiles ; elle ne pourra
avoir lieu par le consentement mutuel des poux. Le tuteur
de la personnel civilement interdite peut, avec l'autorisation du
Conseil de famille, prsenter la requte et suivre l'instance
afin de separation de corps.
Art. 10.- Lorsque la separation aura dur trois ans, le ju-
gement pourra tre convert en jugement de Divorce sur la
demand forme par l'un des poux.
Cette nouvelle demand sera introduite par assignation dans
les dlais ordinaires.
Les pices de la procedure seront communiques au Minis-
tre Public.
Le jugement de conversion sera rendu en audience pu-
blique et renverra les parties devant l'officier de l'Etat Civil
pour le prononc du Divorce.
Art. 11.- Le jugement qui prononce la separation de corps
ou un jugement postrieur, peut interdire la femme de por
ter le nom de son mari.
La separation de corps emporte toujours la separation de
biens.


-66-






Elle a en outre pour effet de rendre la femme le plein
exercise de sa capacity civil sans qu'elle ait besoin de recou
rir l'autorisation de son mari ou de la justice.
La reconciliation des po"x fera cesser tous les effects de la s-
paration de corps. La reprise de la vie conjugale sera cons-
tate par une declaration faite au Greffe du Tribunal de re
Instance du domicile du mari, soit par les poux en personnel,
soit par le porteur de leur procuration spciale et authentique.
Cette declaration n'aura d'effet vis-vis des tiers qu'aprs
qu'elle aura t par extrait affiche en la forme indique en
l'article 230 du Code Civil, mentionne en marge lo. de
l'acte de marriage; 20 du jugement ou arrt qui avait pro-
nonc la separation de corps, enfin publie dans l'un des jours
naux de la Rpublique.
Art. 12.- La prsente Loi abroge toutes lois, etc.






Loi du 19 Juillet 1929 sur l'opposition en ma-
tire de vente d'immeubles

LOUIS BORNO
President de la Rpublique

Considrant que la libre circulation des biens est entra.
ve par l'abus soit des saisies-arrts, soit des defenses ou oppo-
sitions aux transmissions des droits immobiliers;
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice,
Et le Conseil d'Etat a vot la loi suivante :
Art. ler.- Les art. 478 et 479 du Code de Procdure
Civile sont modifis comme suit :
Art. 478. Tout crancier peut, en vertu de titres authen-
tiques ou privs, saisir-arrter entire les mains d'un tiers les
sommes et effets appartenant son dbiteur.
Lorsque la saisie-arrt est faite en vertu d'un titre sous
seing priv no.i reconnu dans les conditions dtermines par
l'art. 107 du Code Civil, le juge des rfrs pourra ordon-
ner que le saisissant fournisse soit une caution, soit un cau-
tionnement en espces jusqu' concurrence du tiers de la
valeur saisie."
I1 fixera le dlai pendant lequel la saisissant prsentera
a caution ou le cautionnement en espces par exploit signifi
tant au saisi qu'a'i tiers-saisi.
Faute de cette presentation dans le dlai imparti, la saisie
sera nulle de plein droit et le tiers saisi sera tenu de vider
ses mains en celles du saisi qui le requiert sans qu'il soit tenu
de recourir la Justice.
D'une manire gnrale quel que soit l'acte en vertu duquel
une' saisie arrt est opre, le tiers saisi ne retiendra que le
montant de la crance du saisissant, plus une valeur de 5 olo
pour garantir, le cas chant, les frais et autres condamnations
La valeur, de plein droit, est affecte d'un privilege au profit
du saisissant pour le cas de validit de la saisie arrt.
Le tiers saii versera au dbiteur le surplus des sommes
dues sans qu'i' soit besoin de recourir la jurisdiction des rfrs.


-68-






Si plusieurs saisies avaient t opres simultanment
pour suret d'une mme crance, le dbiteur saisi choisira
ou le tiers saisi qui front la retenue suffisante. Le montant
de la retenue sera spcialement consign par ceux ou ces
derniers la Banque Nationale de la Rpublique d'Haiti au
profit du saisissant pour le cas de validit de la saisie.
La signification de l'acte de consignation au saisissant et
aux autres tiers-saisis rendra inoprante toute autre saisie-
arrt pratique pour la mme crance s mains de tous autres
tiers saisi.
Art. 479.- (1).
Art. 2.- Est nulle de plein droit et absolument inoprante
sans qu'il soit ncessaire d'en rfrer la Justice toute sign
fiction par laquelle il est fait au notaire opposition ou
defense soit spciale, soit gnrale, .de passer acte d'alina-
tion ou hypothque de bien immobiliers, moins que cette si
gnification ne soit faite en execution d'un jugement recon-
naissant l'opposant un droit rel sur ces biens ou ne com
porte assignation devant le juge des rfrs qui ordonnera,
s"il y a lieu, de surseoir. Dans le cas ou aucune demand
n'aurait t dj porte en justice la parties opposante ap-
pelera son adversaire dans les trois jours de l'ordonnance,
devant le Tribunal pour voir statuer au principal sur les
causes de opposition.
En matire de voie pare, l'opposition o defense la vente
ne sera pas oprante si elle ne comporte pas en mme temps
assignation devant le juge des rfrs.
Art.2.- La prsente loi abroge toutes lois, etc.








(' ) Cet article est modifi par la loi du 17 Juillet 1954 reprodruite
la page 34 du present recueil.II en est de mme des art. 480 et 484 du
mme Code. Lire la loi modificative la page 34 du dit Recueil


-69-






Loi du 15 Sept. 1951 modifiant les art. 153 et
175 du Code d'instruction Criminelle

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique

Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice:
Le Corps Lgislatif a vot la. Loi suivante :
Considrant qu'il y a lieu de favoriser l'exercice des re-
cours en matire pnale,
Art. ler.- L'art. 153 du C. 1.C. est ainsi modifi :
Art. 153.- Pourront, s'il a lieu, se pouvoir en Cassation
contre les jugements rendu par le Tribunal Correctionrel sur
l'appel des jugements de Police, le Ministre Public, la parties
civil, la parties civilement responsible et la parties condamne.
Le recours aura lieu dans les formes prescrites pour les juge-
ments des Triounaux correctionnels et dans les trois jours du
prononc du jugement fait en presence des parties o elles
dment appeles.
Art. 2.- L'erticle 175 du Code d'ins. Criminelle est ainsi
modifie :
Art. 175.- La partic publique, la parties civil, le prvenu,
la parties civilement responsible du Dlit, pourront se pou-
voir en Cassation centre la decision dans les trois jours de
sa signification personnel ou domicile, par declaration faite
au Greffe du Tribunal qui aura rendu le jugement.
Mais si le jugement est par dfaut, le dlai du pourvoi ne
commence courier qu' l'expiration du dlai d'opposition.
Ces dlais sont suspensifs.
Art. 3.- La prsente Loi abroge toutes lois, etc.






Loi du 24 Juin 1954 modifiant l'article 330,340
et 408 du Code Pnal sur la qualification p-
nale du dlit de vol

PAUL E. MAGLOJRE
President de la Rpublique

Considrant qu'il convent de modifier la qualification p-
nale, en ce qui concern particulifrement le dlit de vol, et
de changer en consequence les dispositions correspondantes
de la legislation pnale.
Considrant d'autre, qu'il y a lieu d'appliquer des sanctions
svres contre ceux qui dtournent ou dissipent la chose d'au-
trui se trouvant en leur possession en vertu d'un contract de
prt usage, titre de gage de dpot ou autrement.
Art. ler.- Les articles 330 (ler alina) 340 et 408 du
Code Pnal sont et demeurent ainsi modifis :
Article. 330.- (ler alina) les autres vols non spcifis dans
la prsente section ainsi que les tentatives de ces mmes d-
lits, lorsque la valeur des objets vols excdera TROIS CENTS
GOURDES, seront punis d'un emprisonnement de trois (3)
mois trois (3) ans.
Art. 340.- Quiconque aura dtourn ou dissip au prju.
dice des propritaires, possesseurs ou dtenteurs des effects, de-
niers, marchandises, billets, quittance ou tous autres crits
contenant ou oprant obligation ou dcharge, qui ne lui au-
raient t remis qu' titre de louage, de prt usage, de gage
de dpt. mandate, ou pour un travail salari la charge de
rendre ou reprsenter, ou d'en fire un usage ou un emploi dter
min sera puni des peines ports dans l'article 338 du C. Pnal.
Est possible de la mme peine, le saisi qui a dtruit ou
dtourn, tent de dtruire ou de dtourner les objets saisis
sur lui et confis sa garde ou celle d'un tiers.
Si l'abus de confiance prvu et puni par le premier para-
graphe a t commis par un officer ministriel ou par un
domestique, homme de service gages, lve, clerc, corrmis
ouvrier, compagnon ou apprenti, au prejudice de son patron
ou d la personnel chez qui il tait employ, la peine sera
celle d'un emprisonnement d'un an cinq ans. Le tout sans


-.-7 -






prejudice de c qui est dit aux article 212, 213, et 214 re-
lativement aux soustractions et enlvements des deniers, effetes
ou pices commis dans les dpots publics. (Ainsi modifi par
la Loi du 16 Fvrier 1927.)
Article 408.- Tout vol d'objet don't la valeur n'excdera
pas TROIS CENTS GOURDES, et qui sera commis sans
aucune des circonstances prvues aux articles 326, 327, 328
et 329 du present code, est qualifi larcin.
Art.2.- La prsente Loi abroge, toutes loi etc.
xx


Loi du 11 Sept. 1951 dictant des measures
propres solutionner les diffucults nes de la
confection du Cadastre de l'artibonite
(SUITE)
DE LA MEME LOI REPRODUITE A LA PAGE 39
DU PRESENT CODE

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique
c) Examiner les pices don't il est question l'alina (a)
ci-dessus, procder dans chaque cas, si c'est ncessaire,
une enqute rapid sur les lieux en vue de dterminer si l'oc-
cupant toujours eu la jouissance du bien, le caractre de
cette jouissance, et s'il n'y a aucune contestation quant sa
dtention.
d) Prendre connaissance des dclarations mentionnes
l'article (b) ci-dessus. Enquter rapidement, sur les lieux et
partout ou sera en vue d'tablir la bonne foi du dclarant,
la sincrit de ses dclarations et l'absence de toute rvendica
sur l'immeable.
Art. 3.- Dans les cas d'insuffisance ou d'irrgularit de
titres, !a Section de Rconnaissance et de Ratification, sur les
les conclusions favorables de I'enqute, dclarera reconnus
ou ratifis les titres qui lui ont t soumis. Cette declaration


-72-





don't les lments seront tirs dans des titres insuffisants on
irrguliers verss au dossier que du rapport d'en-qute consti-
tuera le titre dfinitif qui sera remis l'intress. Ce titre
sera enregistr, aux frais du propritaire aux droits fixes decinq
gdes, puis il en sera f; it selon ce qui est prescrit l'art. 20
du Dcret-Loi du 18 Aout 1950.
Art, 4.- Dans le cas de declaration d'absence ou de perte
de titres, la Section de Reconnaissance ou de Ratification,
aprs dlibration, rendra une decision reconnaissant l'exis-
tence du droit de proprit, pourvu qu'il ne soit contest
par aucun acte notari, et attribuera la parcelle l'occupant
non muni de titres. En aucun cas, la superficie de la parcelle
attribue ne pourra dpasser celle don't l'occupant la jouis-
sance effective.
La decision rendue et qui constituera l'acte d'attribution,
mentionnera expressement les tenants et aboutissants et tous
details permettant d'identifier l'immeuble sans difficult. Elle
sera enregistre au droit fixe- de dix gourdes la charge du
propritaire, et une expedition 'du rapport d'enqute servira de
titre dfinitif l'intress.
Arc. 5,- Lorsque les titres soumis un propritaire accuse
ront une superficie infrieure celle rellement occupe, il ne
sera tenu compete que de celle spcifie sur les titres : le
surplus sera dclar rserv et figurera comme tel sur les cartes
plans, etc. De pareils cas immdiatement dnonc par le Bu"
-reau Cadastral (Brigade de dlimitation) donneront lieu &
une enqnte de la Section de Reconnaisance et de Ratifica
tion du 'Tribunal Terrien. Si l'enqute n'arrive pas & ta-
blir au bnfice de l'occupant le caractre lgal de la posses-
sion du surplus, la difference de superficie ira l'Etat comme
bien vacant.
Art. 6.- Lorsque une portion de proprit aura t ven-
due par un hritier i un co-hritier ou un tiers, l'acque-
reur ne sera rput avoir acquis que les droits et prten-
tion de son vendeur. Si aucune contestation n'a jamais t
souleve entire les parties quant la portion effectivement
Soccupe par l'acqureur la Section de Reconnaissance et de Ra-
tification rendra une decision pour la lui attribuer. Cette d
cision sera la charge du propritaire, enregistre au droit
fixe de Gdes 5.00 Dans le cas contraire, elle procdera un


-73-






partage de la proprit indivise sans autre intervention de la
Justice, les tuteurs des mineurs, s'il y en a, dment appe-
ls, les lots composs seront tirs au sort et l'acqureur sera
tenu d'accepter le lot chu son ayant-cause.
Art. 7.- Dans les cas spciaux ou le titre soumis par le paysan
serait un crit constatant un Don National,la Section de Re-
connaissance et de Ratification le retiendra comme justifiant
le droit de proprit de celui qui l'aura scumis, pourvu que
l'crit en question ait rapport avec la parcelle occupe par le
paysan, mme si son nom et celui de ses ascendants ou col-
latraux n'y figurent, pas reserve faite du droit des tiers de prou-
ver le contraire, le document sera rput lui avoir t re-
mis en reconnaissance de la vente qui lui aurait t faite de
la parcelle occupe. Cependant compete sera tenu des mar-
gements qui y figureraient.
Art. 8.- Lorsque, la suite d'une operation d'arpentage,
des margements auraient t faits sur une pice commune
ment appele pice mre et que le paysan don't les nom,
prnom figurent l'margement, bien qu'occupant la parcelle,
n'aurait reu de son vendeur aucun titre reconnaissant l'ac-
quisition faite titre onreux ou ne dtiendrait mme pas
une expedition de procs-verbal d'arpentage, La Section
de Reconnaissance et de Ratification , aprs enqute, s'il y
a lieu, rendra une decision qui consacrera les droits de l'oc-
cupant et lui servira de titre dfinitif.
Art. 9.- Si un paysan qui cultive une parcelle titre de
fermier ou sous le rgime du colonage partiaire, tabli au
course d'une enqute et par les modes de preuves admis par
la Section de Reconnaissance et Ratification, que la parcelle
en question avait dj fait l'objet d'une acquisition de sa
part, et que c'est par suite de la non dlivrance de titres
ou de reu par son vendeur et pour ne pas perdre le fruit de
son labeur qu'il accept d'tre fermier ou colon partiaire
d'un rclamant la Section de Reconnaissance ou de Rati.
fication lui attribuera la parcelle cultive, si le prtendu
yendeur ou le rclamateur ne peut dtruire les dclarations
de 1 intress. En pareil cas, la Commission s'inspirera de la
sagesse et de l'quit.
Art. 10.- Toutes les fois qu'une parcelle dclare biens
de mineurs et admisistre. par l'un des hritiers pour son


-74-





compete ou pour celui des co-hritiers majeurs ou mineurs, sera
d'un telle countenance que son partage en causerait un trop
grand morcellement, la Section de Reconnaissance ou de Ra-
tification dans sa decision et dans l'acte d'attribution, s'il
y en a, constatera la superficie de la portion qui reviendrait
chacun si le partage effectif avait t ralis. Cette dci
sion sera rendue au nom de tous les co-hritiers.
La parcelle de la proprit demeurera toutefois dans l'indi-
vision, et chacun des co-hritiers exercera sur ce bien un droit
gal l'tendue de sa part hrditaire.
Le mercellement dans le sens de cet article s'tend de toute
superficie allant de I 10 centimes de carreau.
Art. 11.- En oprant sur les lieux, les membres de la Sec-
tion Reconnaissance et de Ratification dlgus comme en-
quteurs s'vertueront obtenir le maximum de renseigne-
ments, en s'clairant de l'avis de tous ceux qu'ils appelleront ou
qui dsireront les entretenir au sujet des parcelles sur les-
quelles ils ont enquter; leur opinion forme selon les prin-
cipes de l'quit, ils dresseront procs-verbal de leur enqute.
Art. 12 Les decisions rendues par la Section de Re-
connaissance et de Ratification, seront signes de tous les
membres et scelles du Sceau official. Elles s'imposeront
erga omnes et ne donneront pas ouverture aux voies de re-
cours.
Art. 13.- La Section de Reconnaissance et de Ratifica
tion du Tribunal Terrien procdera ces enqutes, ratifica-
tions et reconnaissances avec le plus de rapidit possible pour
ne pas retarder la progression des operations cadastrales de la
Plaine de l'Artibo'iite.
Art. 14.- Les obligations hypothcaires, ventes rmr
et'autr es contracts de mme nature relatifs une parcelle at-
tribue un propritaire par decision de la Section de Re-
connaissance et de Ratification seront respects, -si le dbi-
teur hypothcaire ou le vendeur rmr est celui qui
la parcelle a t attribue. Dans le cas contraire, il n'en sera
pas tenu compete et le crancier hypothcaire ou l'acqureur
rmr n'aura droit qu' une action directed et personnelle
contre son dbiteur ou son vendeur.
Art.15.- La prsente Loi abroge toutes lois, etc.

-75-





Dcret-Loi du 11 Mai 1944 dictant des for-
malits remplir pour arriver l'audition des
affaires aux Sections Runies du Tribunal
de Lassation

ELIE LESCOT
President de la Rpublique

Considrant que l'article 44 de la Constitution est venu rro
difier le Statut du Tribunal de Cassation, en lui octroyant, en
Section Runies,-la connaissance du fond des affaires en
toutes matires; qu'il convient de prendre les dispositions
ncessaires, en vue d'assurer le fonctionnement de ce Tribunal
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice;

DECRET

Art. ler.- En touted matires, lorsque sera prononc la
Cassation d'un jugement rendu sur exception, l'affaire ren
voye devant le Tribunal pour qu'il soit status sur le fond,
y sera porte par signification de l'Arrt en Cassation a do-
micile lu, par acte d'avocat avocat, avec sommation
dans les huit jours francs, plus s'il y a lieu, les dlais de
distance, de conclure au fond, si la cause n'a t dj ins-
truite, ou en cas contraire de comparaitie pour plaider et
l'affaire sera instruite avec observation des dlais de l'arti.
cle 87 du Code 'de Procdure Civile.
Art. 2.- En cas de cassation pour incompetence du Tri-
bunal qui avait t saisi, il n'y aura pas lieu a renvoi.
Le demandeur originaire renouvelera son assignation pour
porter l'affaire devant le Tribunal competent.
Art. 3 L'affaire civil ou commereiale renvoye devant
les Sections Runies du Tribunal de Cassation y sera porte
par la parties la plus diligente qui signifiera l'arrt domicile
rel, avec sommation l'autre parties de fournir ses moyens
au Greffe du Tribunal de Cassation, dans le dlai de quinze
jours francs, peine de dchance, sans prejudice de l'aug
mentation Z raison de la distance entire le lieu de la signi-
fication et le Greffe.


-76-






Le demandeur et le dfendeur auront la facult de se rfrer
leurs conclusions au fond dj signifies en premiere instance.
A l'expiration du dlai ci-dessus qui emporte dchance
contre l'une et l'autre parties pour dfaut de production, la
cause sera commuqiquie au Ministre Publie fin de r-
quisitoire.
Art. 4.- Les parties n'auront la parole qu'une fois, soit pour
lire leur requte de conclusions, soit pour les dvelopper.
Art.5.- En cas d'emploi de pieces nouvelles, la communication
sera demande, peine de dcharce, l'vocation de la
cause ou-avant toute rplique et s'il y chet, le renvoi sera
prononc huitaine au plus tard.
Art. 6.- La parties qui n'aura pas produit ou comparu
ne sera pas admise exercer la voie de l'opposition l'Ar-
ret qui, statuant obligatoirement sur le fond, aura fait droit
l'autre parties sur les conc usions et les pices soumises.
Art. 7.- Il sera procd devant les Sections Runies, si-
geant en Tribunal Criminel, comme devant les Tribunaux Ci-
vils sigeant sans assistance du Jury.
Le Parquet du Tribunal.de Cassation, dans ce cas, aura
les mmes pouvoirs et attributions que le Ministre Public
prs les Tribunaux Civils.
Il portera l'affaire devant le tribunal par signification de
l'Arrt avec assignation tant aux accuss qu' la parties civil,
comparaitre dans les dlais du Code d'Instruction Criminelle.
Le pouvoir discrtionnaire don't la loi investit les Doyens
des Tribunaux Criminels sera exerc par Tribunal de Cassa-
tion, la majority des deux tiers des voix, pour toutes
measures ncessaires la manifestation de la vrit notamment
en cas d'empche nent des tmoins, domicilis dans les di-
verses jurisdictions de la Rpublique.
En matire correctionnelle et de simple police, l'initiative
de l'incroduction de l',o)ire par devant les Sections Ru-
nies appartiendra ? lI parties la plus diligente.
Art. 8.- L'Assemble Gnrale des Juges portera aux r-
glements intrieurs du Tribunal de Cassation, toutes modifi
cations don't l'application du Nouveau Texte Constitutionnel
aura relev la ncessit, pour l'audition des affaires dfres
aux Sections Runies.
Art.9.- La prsente loi abroge toutes lois, etc.


-77-





Dcret-Loi du 22 Dcembre 1944 modifiant les
articles 130,302,305,309,311,314,315,385,330;
331,332,333,335 et 608 du Code Civil pour as
surer aux enfants naturels une protection plus
efficace et plus large

ELIE LESCOT
President de la Rpublique

Vu la Section IV du Chapitre III de la Loi No 5; le Cha
pitre III de la Loi No 8; la Loi No 8 bis; le Chapitre II
de la Loi No 9; les lois Nos 16 et 17 du Code Civil;
Considrant qu'il convient d'assurer aux enfants naturels
une protection plus efficace et plus large; qu'en consequence
il y a lieu de modifier certaines dispositions du Code Civil;
Sur le rapport du Secrtaire d'Etat de la Justice;

DECRET

Art. ler.- Les articles 130,392, 305, 399, 331, 314, 315 385
330. 331, 332, 333, 335 et 608 du Code Civil sont ainsi mo-
difis .
Article. 130.- Si le pre a disparu laissant des enfants
mineurs, la mre en aura la surveillance, et elle exercera
to'us les droite de pre quant leur education et l'admi
nistration de leurs biens.
Mais si. l'expiration de la 1re anne de la disparition,
le pre n'a pas paru ni donn de ses nouvelles, la mre sera
tenue de prendre la quality de tutrice de ses enfants.
Art. 302.- Les enfants ns hers marriage, autres que ceux
provenant d'un commerce incestieux ou adultrin sont lgiti-
ms par le marriage subsequent de leur pre et mre, lorsque
ceux'ci les ont lgalement reconnus avant leur marriage ou
qu'ils les reconnaissent dans l'acte mme de la clbration.
Lorsqu'un enfant natural aura t reconnu par ses pre et
mre ou par l'un d'eux postrieurenrent leur marriage
cette reconnaissance n'emportera lgitimation qu'en vertu d'un
jugement rendu en audience publique, aprs enqute et d'


-78-





bats en chambre du Conseil, lequel jugement devra consta
ter que l'enfant a eu, depuis la clbration du marriage, la
possession d'tat d'enfant commun.
Toute lIgitimation-sera mentionne en marge de l'acte de
naissance de l'enfant lgitime. Cette mention sera faite la
diligence de l'Officier de l'tat civil qui aura procd au ma-
riage, s'il a connaissance de l'existence des enfants, si non
la diligence de tout intress.
Art. 305,- La reconnaissance d'un enfant natural sera faite
par un acte special devant l'Officier de l'Etat Civil, lorsqu'elle
ne l'aura pas t dans son acte de naissance.
L'enfant majeur ne pourra pas tre reconnu sans son con
sentement. A peine de nullit de l'acte de reconnaissance,
ce consentement doit tre constat par l'Officier de l'tat ci
vil dans les formes lgales. L'enfant natural reconnu pen-
dant sa minority, pourra, devenu majeur, -attaqu la recon-
naissance conformment aux dispositions de l'article 310 du
present Code.
Art. 308.- La reconnaissance volontaire faite pendant Le
marriage, par l'un des poux, au profit d'an enfant natural
qu'il aurait eu avant son marriage d'un autre que son poux
ne pourra nuire ni celui-ci, ni aux enfants ns de ce ma
riage; nanmoins elle produira son effet aprs la dissolution
de ce marige, s'il n'en reste point d'enfants.
Art. 309,- L'enfant natural reconnu aura les mmes droits
que l'enfant lgitime, sous la reserve des dispositions de l'art.,
309 et 606 du present Code. Ces droits sont rgle dans la
Loi No 16 sur les successions.
Art. 311.- La paternit hors marriage peut tre judiciaire-
ment dclare. 1o) Dans le cas d'enlvement ou de viol
lorsque l'poque de l'enlvement ou du viol se rapportera
celle de la conception ; 2o) dans le cas de concubinage no-
toire pendant la priodelgale de la conception.
'L'action en declaration de paternit ne sera recevable ; lo)
s'il est tabli que, pendant la priode lgale de la conception
la mre tait d'une inconduite notoire ou a eu commerce
avec un autre individu ; ) si le p're prtendu tait. pendant
14 mme priode, soit par suite d'loignement, soit par l'ef
fet de quelque 'accident, dans l'impossibilit physique d'tre


-79-






le pre d l'enfant. L'action n'appartient qu' l'enfant. Pen-
dant la minority de l'enfant, la mre, mme mineure, a seule
quality pour l'intenter. Elle devra, peine de dchance
tre intente dans les deux annes qui suivront l'accou-
chement. Toutefois, dans le cas prvu au paragraphe 2 ci-
dessus, l'action pourra tre intente jusqu' l'expiration des
deux annes qui suivront l'accouchement, la cessation Ju
concubinage. A dfaut de-reconnaissance par la mre, ou si
elle est dcde, ii terdite ou absente, l'action sera intente
par le tuteur de l'enfant dment autoris par le Conseil de
famille ou mme si la tutelle a t dj organise par tout
parent ou alli de la mre, ou par toute personnel qui aura
assum la garde de l'enfant. Si l'action a'a pas t intente
pendant la minority de l'enfant, celui-ci pourra l'intenter
pendant toute l'anne qui suivra sa majority.
Tout jugement de declaration de paternit, qui aura acquis
l'autorit de la chose souverainement juge, eera inscrit sur
le registre des actes de reconnaissance, et mention en sera
faite en marge de l'acte de naissance de l'enfant intress.
At. 314.- L'enfant tout ge doit honneur et respect ses
pre et mre.
11 reste sous leur tutelle jusqu' sa majority ou son mancipation.
.,Le pre seul exerce cette autorit pendant le marriage.
L'enfant natural est plac sous l'autorit de celui de ses
auteurs qui l'a reconn.. S'il a t reconnu par ses deux
auteurs, cette autorit est exerce par le pre seul, ou par
la mre en cas de prdcs du pre ou de condemnation de ce-
lui-ci une peine perptuelle la fois afflictive et infa-
mante. Le Tribunal Civil peut, toutefois,si l'intrt de l'en-
fant l'exige, confier la puissance paternelle celui des pa-
rents qui n'en est pas invest par la Loi.
Art. 316,- L'enfant lgitime ne peut quitter la maison pa-
ternelle sans la permission de son pre.
La raidence de l'enfant natural reconnu est fixe par celui
ce ses auteurs qci se trouve invest de la puissance paternelle.
Le pre lgitime, qui aura des sujets de mcontentements
trs graves sur la conduite d'ur enfant, aura les moyens de
correction indiqus aux articles 316 et'317 du Code Civil.
Art. 325.- Le Pre durant le meriage, et, aprs la disso-


-80-






lution du mariage,'le survivant des pre et mre aura la
jouisFance des biens de leurs enfants jusqu' l'ge de vingt et
un ans accomplish, ou jusqu' l'mancipation, qui pourrait
avoir lieu avant l'ge de vingt et un ans.
La jouissance des biens de l'enfant natural mineur et non
mancip appartient celui de ses auteurs qui se trouve
invest de la puissance paternelle.
Art. 330.- Le pre est, durant le marriage, administrateur
des biens personnel de ses enfants mineurs.
Le droit d'administrer les biens personnel de l'enfant
natural mineur lgalement reconnu, appartient celui de ses
auteurs qui se trouve invest de la puissance paternelle.
Le pre lgitime ou celui des auteurs des enfants naturels
mineurs invest de la ptissance paternelle, est comptable,
quant la proprit et aux revenues, des biens don't il n'a
point la jouissance et quant la proprit seulement, de
ceux des biens don't la loi lui donne l'usufruit.
Art. 331.- Aprs, la dissolution du marriage arrive par le
dcs de l'un des poux, ou par sa condemnation une
peine perptuelle la fois afflictive et inffamante, la tutelle
des enfants mineurs et non mancips appartient de plein
droit l'autre poux.
La tutelle des enfants naturels et non mancips revient de
plein droit au survivant de ses pre et mre, en cas de
condemnation de l'un de ses auteurs une peine perptuelle
la fois afflictive et inffamante, la tutelle de l'enfant natural
mineur et non mancip revient de plein droit son auteur.
La mre seule peut se dispenser d'accepter la tutelle; mais
elle doit en remplir les devoirs jusqu' ce qu'elle ait fait
nommer un tuteur.
4rt. 332.- Si la mre tutrice veut se marier ou se remarier
elle devra, avant F'acte de marriage, convoquer le conseil de fa-
mille, qui dcidera si la tutelle doit lui tre conserve.
A dfaut de cette convocation, elle perdra la tutelle de
plein droit, et son poux sera solidairement responsible.
Art. 333.- Si le Conseil de famille dment convoqu, ccn
serve la tutelle de la mre, il lui donnera ncessairement
pour co-tuteur son poux, qui deviendra solidairement res-
ponsable avec elle de la gestion postrieure au marriage.


- dl






Art. 335.- Lorsqu'il n'a pas t choisi au mineur un tuteur
par le dernier mourant de ses pre et mre, la tutelle appar-
tiendra de droit son aieul paternel, dfaut de celui-ci
son aieul, et ainsi remontant, de manire que l'ascendant
paternel soit toujours prfr au ascendant maternel du mme
degr.
Les dispositions du present article sont communes aux as-
cendant naturels des enfants naturels lgalement reconnus.
Art. 608.- S'il y a concours de descendant, lgitimes et de
descendants naturels, la part de l'dnfant naturel sera gale-
celle de l'enfant lgitime.
Art. 2,- Est et demeure abrog l'art. 625 du Code Civil.
Art. 3.- L'article 742 est modifi :
Art. 742. Les libralits par testament ne pourront excder
la moiti des biens du disposant, s'il ne laisse son dcs,
qu'un enfant, lgitime ou natural; le tiers s'il laisse deux
enfants, lgitime ou naturels; le qusrt s'il en laisse trois ou
un plus grand nombre.
Art. 4.- Ne pourront profiter de l'action en declaration de
paternit autorise par l'Article 311 du Code Civil tel qu'il est
motiv par l'article ler ci-dessus, que les enfants naturels
don't la conception sera postrieure la priode de six mois
de promulgation du present dcret-loi, sans prejudice des
droits acquis la poursuite de la declaration de paternit
dans le cas d'enlvement conformment l'ancien texte du
dit article.
Art. 5.- Les modifications apportes par l'article ler et trois
ci-dessus aux dispositions des articles 608 et 742 du Code
Civil, ainsi que l'abrogation de l'art. 625 du dit Code op-
re par l'article 2 ci-dessus ne sont pas applicables aux suc-
cessions dj ouvertes la date de la promulgation du pr-
sent dcret-loi.
Art. 6.- Le present dcret-loi abroge toutes lois ou dispo-
sitions de lois, tous dcrets-lois ou disposition de dcrets-
lois qui lui sont contraires, etc.


-82-









0000000000000

TROISIEME PARTIES

XXX
I .xxx

LOS ADMINISTRATIVE

Loi du 21 Aout 1948 sur la liquidation de la
Pension des fonctionnaires ou employs publics

DUMARSAIS ESTIME
President de la Rpublique

Considrant qu'il convient de mettre l'abri de tout sou-
ci, par une rpartition quitable et une allocation adequate
leur tat, ceux des anciens serviteurs, de l'Etat qui ont
consacr une bonne parties de leur vie au service de la Na-
tion y compris tous les baitiens qui ont travaill dans les
services dirigs par les Officiels du trait de 1915 jusqu'
leur haitianisation
TITRE.- I. CHAPITRE.-- I.
De la Pension. Definition

Article ler.- La pension est une obligation de l'Etat en-
vers les fonctionnaires et employs publics.

CHAPITRF.-. Il
Dispositions Gntrales
Art. 2.- Le droit de la Pension est acquis tous citoyens
g de 55 ans qui ont fourni effectivement une carrire de 20
annes de service dans les functions ou emplois publics.
Cependant le fonctionnaire ou employ qui aura fourni 25
annes de service effectif dans l'Administration Publique






pourra, avant d'avoir atteint l'ge de 55 ans, faire aussi liqui-
der sa pension.
Art. 3.- Dans le calcul du nombre d'annes exigible pour
l'obtention de la pension civil ou militaire, on fera entrer en
ligne de compete, sans discrimination aucune, tout le temps
pass au service de la Nation, que ce soit dans le civil, le mi'
litaire ou toute autre branch administrative.
Art. 4.- Le fonctionnaire ou l'employ postulant sa pen-
sion aura le droit de rclamer pour la charge la mieux rtri-
bue qu'il aura occupe, sans gard pour le temps qu'il y aura
pass.
Art. 5.- Il ne peut tre compt comme service effectif
pour obtenir une pension, que celui rendu l'Etat dans les
functions publiques assujetties la retenu fixe par la Loi,
sauf execeptions prvues.
Art. 6.- Aucune pension ne pourra tre infrieure qua-
rante Gourdes.
Art. 7.- Tout Citoyen qui, tant en activity de service,
runit les conditions lgales pour obtenir sa pension, pourra
toujours demander sa retraite et la liquidation de sa pension.
S'il n'est pas en activity de service, il devra demander la
fixation et la liquidation de sa pension, laquelle sera paye
du jour o elle aura t dfinitivement liquide.
Art.8.- La pension est personnelle et viagre. Elle ne sera
aceorde qui que ce soit avec clause de rversibilit.
Cependant par exception, la Veuve non marie d'un pen-
sionnaire de l'Etat aura droit la moiti de cette pension
concuremment avec tous autres enfants mineurs du dfunt
et jusqu' la majority de ces derniers, chacun dans les condi-
tions dtermines par le Code Civil pour le rglement des
communauts et successions.
Dans le cas ou la pension n'aura pas t liquide avant le
dcs du fonctiunnaire ou de l'employ, sa veuve non re-
marie et les eqfants mineurs auront le droit d'agir par leur
reprsentant qualifi pour obtenir sa liquidation, afin de jouir
des privileges ci-dessus accords. En cas de remariage ou de
dcs de la veuve, la pension ira de plein droit ses enfants
mineurs, s'il y en a.
Art. 9.- La quotit de la pension reconnue la veuve


-84-






par la loi, si elle a des enfants miners il lui sera, en cas d'in-
conduite, de sa part, retire par voie judiciaire et reverse
sur les dits mineurs. Et dans ce, cas, la diligence du Mi-
nistre Public, et selon les formes traces par le Code Civil
un tuteur autre que la mre, sera donn aux mineurs. "Mais
? la majority du dernier des mineurs la dite pension fera, en
tout tat de cause, retour la Veuve don't les droits n'a-
vaient t que suspendus. Cependant, s'il est parmi les en-
fants, un ou des mineurs frapps d'infirmit total, la pen-
sion sera dfinitivement enleve la veuve et reverse sur le
ou les infirmes, mme devenus majeurs.
Art. 10.- La pension de tout employ ou fonctionnaire de
l'Etat du sexe fminin, mari ou non, ira aprs sa mort
ses enfants mineurs; et les mmes rgles dictes pour le sexe
masculin seront observes, pour ce qui concern l'obtention.
la rversibilit et la liquidation de la pension avec cette dif'
que celle-ci ne sera pas rversible sur le veuf. Le mineur aura
droit la moiti de la pension maternelle. Ce droit est
teint sa majority, exception faite pour l'enfant infirme.
Art. 11.- Le Gouvernement pourra, lorsqu'il le jugera utile
la bonne march du service public mettre la retraite tout
fonctionnaire qui aura atteint la limited d'ge fixe soixante
dix ans.
Tout fonctionnaire ou employ de l'Etat qui, aprs avoir
fourni dix annes de service, est atteint dans l'exercice de sa
function ou l'occasion de cet exercise, d'infirmit le rendant
inapte au service, bnficiera d'une pension de retraite gale
au tiers de ses appointments les mieux rtribus (1 .
Art. 12.- Le citoyen qui a obtenu sa pension ne peut plus
occuper une function publique, sauf les functions de Secrtaire
d'Etat, de Sous-Secrtaire d'Etat, d'Agent diplomatique ou
cnrsulaire, de Juge au Tribunal de Cassation, de Membre du
Parquet du mme Tribunal, de Professeur ou 'Directeur d'Uni-
versit ou des Facults ou des Fonctions lectives et celles qui
sont rmunres au pourcentage.

(1) Cette loi est modifie dans la prsente disposition quant au montant
de la pension de retraite rclamer par l'intress (Voir l'article 26
de la loi du 26 Sept. 1952 ci-aprs reproduite.)


-85-






Au cas ou le bnficiaire d'une pension serait employ
l'une des functions ci-dessus, il devra opter entire le service de
la pension lui alloue et les indemnits affrentes la dite
function. Toutefois si son choix portait sur les moluments
de sa nouvelle charge, le droit la pension serait seulement
Ssuspendu, et ce, pendant tout le temps que l'intress occu-
perait cette charge.
Art. 13.- Le droit l'obtention ou la jouissance des
pensions est teint:
lo. Par le dcs; 2o. par la condemnation definitive et
passe en force de chose juge pour crime et dlit de vol,
d'abus de confiance et d'escroquerie, l'occasion et dans
l'exercice de ses functions; et 3o par la perte de la quali-
t d'Haitien.
TITRE.- III. CHAPITRE.- ler.
Mode de fixation et de liquidation des pensions.
Prescriptions.
Art. 14.- Toute demand de pension sera adresse avec
les pices justificatives au Dpartement intress. Celui-ci en
fera la .liquidation provisoire.
L'Admission des demands de pension, approuve par le
Dpartement des Finances, sera consacre par un Arrt du
President de la Rpublique.
Art. 15.- Il sera tenu dans chaque Ministre un registre
special o les demands de pensions seront portes par ordre
de date et de numro avec la mention des pices produites et
de la decision y relative.
Art. 15.- Le retrait ne pourra plus occuper aucune fonc-
tion publique, exception faite pour les suivantes:
(Voir numration l'art. 12 de la loi).
Art. 17,- La date de l'entre en function et les annes
passes dans les services seront constates soit par les commis-
sions, les lettres de service ou par tous autres documents justi-
ficatifs.
En cas d'impossibilit dment constate de produire les
pices ncessaires une enqute administrative pourra tre or-
donne par le Dpartement touch de la demand de pension.


-86-






Cette enqute sera mene par le Doyen du Tribunal Civil
du domicile du demandeur avec l'assistance de deux notables
choisir, l'un par- ce Magistrat, l'autre par la parties intresse.
Le Gouvernement aura toujours la facult d'admettre ou
de rejeter la demand dans le cas ou l'enqute ne serait pas
concluante.
Art. 18.- Il sera ouvert la Secrtairerie d'Etat des Finances
un Grand Livre des Pensions o seront inscrits: 1o- Les
noms et prnoms du pensionnaire; 2o- La date de sa nais-
sance, les functions qu'il a exerces et celle qui a servi de
base la fixation de sa pension; 30- Le montant de sa pen-
sion 4o- La date de l'arrt y relatif.
Art. 19:- Le Dpartement des Finances procdera l'ta-
blissement des tats de service des fonctionnaires et employs
de I'Etat.
A cet effet, des fiches seront prpares qui mentionneront
l'ge, les noms, prnoms et domicile des dits fonctionnaires
employs, les functions prcdemment et actuellement'occupes
et les appointments y relatifs.
Ces fiches indiqueront les changements survenus dans l'tat
de service de l'intress.
Art. 20.- Les arrrages de toute pension sur l'Etat se pres-
crivent par deux ans, si aucune reclamation rgulire n'a t
faite pendant ce dlai.

CHAPITRE.- Il
Des voies et moyens
Art. 21.- Les fonds ncessaires la caisse de la pension et
au fonctionnement de ce service, traits et classs comme
Recettes non fiscales, puisent leur source dans :
lo.- L'allocation inscrite chaque anne au Budget de l'Etat
20- La retenue du premier 'douzime du montant actuel
des appointments. ou indemnit de tout fonctionnaire nomm
ou lu pour la premiere fois une function assujettie la
retenue exception faite des fonctionnaires dsigns aux art.
79, 91 et 97 de la Constitution.
Cette retenue sera pratique en quatre terms gaux
4o- La retenue du premier douzime du montant annuel






de toute augmentation d'appointements, lorsqu'un fonction-
naire bnficie d'une augmentation de salaire, qu'il ait ou non
change de function.
Ce douzime sera la difference entire le salaire mensuel
nouvellement accord au fonctionnaire et le montant du sa-
laire le plus lev non exempt de la retenue qui ait t
pay antrieurement.
Les traitements des Agents Diplomatiques et Consulaires
sont assujetis seulement la retenue mensuelle de 3 olo.

TITRE.- III. CHAPITRE.- ler.
De la pension de l'ancien Prsident de la Rpublique

Art. 22.- Tout ancien Prsident de la Rpublique a de
droit une pension de Trois Cents Dollars. Sa veuve et ses
enfants mineurs bnficieront de la moiti de cette pension.

CHAPITRE 2e.
De la pension des Anciens grands fonctionnaires

Art. 23.- Tout ancien membre du Corps Lgislatif ayant,
fourni 20 annes de service a, de droit, unegpension de Cinq
Cents Gourdes.
Exceptionnellement tout Membre du Corps Lgislatif, g
de 55 ans et qui n'aura pas runi les conditions prvues au
prcdent alina, aura droit une pension de Deux Cents
Gdes par Lgislature sans que cette pension puisse excder
Cinq Cents Gourdes.
Art. 24.- Les Juges du Tribunal de Cassation et les Of-
ficiers du Ministre Public prs ce Tribunal, les Secrtaires
d'Etat et Sous-Secrtaires d'Etat, les Ambassadeurs, Ministres
l'tranger qui ont fourni une carrire de 20 annes dans
les services de l'Etat auront droit une pension gale au
tiers de leurs traitements sans que cette pension puisse ex-
cder Cinq Cents Gdes.
Art. 25.- Les Juges des Tribunaux Civils, .les Officiers du
Ministre Public, les anciens Juges des Tribunaux d'Appel et
tous autres Tribunaux venir auront droit': une pension
mensuelle de Quatre Cents Gourdes.


-88-





CHAPITRE.- III.
De la pension civil des Anciens fonctionnaires et employs en gnral

Art. 26,- Tous les fonctionnaires et employs publics non
dsigds dans les prcdentes dispositions .et ; autres ,que les
Membres du Corps Enseignant qui ont fourni 20 annes de
service auront droit une pension gale la moiti de leurs
appointments le mieux rtribus sans que cette pension puisse
excder Trois Cents Gourdes.

CHAPITRE 4e.
Des dispositions particulires

Art. 27,- Les Membres du Corps Enseignant, les Inspec-
teurs, Sous-Inspecteurs qui ont fourni une carririe de 15 an-
nes de service dans l'enseigncment ou qui sont atteints?
d'infirmit dans l'exercice de leurs functions avant d'avoir at-
teint l'ge lgal et parcouru le cycle de la carrire auront
droit une pension de retraite gale la totalit de leurs
appointments sans que cette pension puisse excder Deux
Cent Cinquante Gourdes.
Art. 28.- La prsente Loi abroge toutes lois, tous Dcrets-
Lris ou disposiVons de lois, etc.


-89-





Loi du 26 Sept. 1952 modifiant les articles
8, 21, 22 de la loi du 20 Aout 1948 et les arts.
16, 23, 24, 25,.26, 27, 28 sur la Pension

PAUL E. MAGLOIRE
President de la Rpublique
Considrant qu'il y a lieu de modifier les articles 8, 21,
22. de la loi du 20 Aout 1948 et les articles 16, 23 24, 25,
26, 27, 28 du Dcret de la Junte de Gouvernement de la R-
publique du 21 Aout 1950.
Considrant qu'il convient de protger l'ducation natio-
nale contre l'vasion massive des Instituteurs de l'enseigne-
ment public qui, la faveur d'une disposition extra librale
de la loi en vigueur, bnficient de la pension de retraite sous
la seule allgation- d'incapacit de travail> qu'il nest pas
ais de controller :
Sur le rapport des Secrtaires d'Etat des Finances, de la
Justice et de l'Education Nationale;
Et aprs dlibration en Conseil des Secrtaires d'Etat.

A PROPOSE

Et le Corps Lgislatif a vot la Loi suivante:
Art. ler.- Les articles 8, 21, 22 de la loi du 20 Aout 1948
et les articles 16. 23, 24, 25, 26, 27, 28 modifis par le D-
cret du 21 Aout 1950 de la Junte de Gouvernement de la
Rpublique sur la Pension Civile, sont modifis comme suit :
Art. 8- La pension est personnelle et viagre. Elle ne sera
accorde qui que ce soit avec clause de rversibilit.
Cepencant,.par exception, la veuve non remarie d'un pen-
sionnaire de l'Etat aura droit la moiti de cette pension
concurremment avec tous autres enfants mineurs du dfunt
et jusqu' la majorit'de ces derniers, chacun dans les condi-
tions dtermines par le Code Civil pour le rglement des com-
munauts et successions.
Dans le cas o la pension n'aurait pas t liquide avant


-90-






le dcs du fonctionnaire ou de l'employ, sa veuve non re-
marie et les enfants mineurs auront droit d'agir par leur
reprsentant qualifi pour obtenir sa liquidation afin de jouir
des privileges ci-desssus accode. En cas de remariage ou de
,dcs de la veuve, la pension ira de plein droit aux enfants
rmineurs du dfunt, s'il y en a.
Nanmoins, si le fonctionnaire ou l'employ est dcd
avant d'avoir atteint l'ge de 55 ans mais a eu fournir
au minimum 20 annes de service l'Etat, la veuve non
marie bnficiera concurremment ave tous autres enfants
mineurs du de cujus du tiers de la pension qui pourrait tre
attribue au dfunt.
Lorsque le fonctionnaire don't la pension a t liquide
meurt sans laisser de postrit, la moiti de cette pension au lieu
d'tre attribute uniquement sa femme nor remarie, com
me prvue au 2e paragraphe, sera partage entire celle-ci
et la mre d '< de cujus, si elle est veuve.
Art. 16.- Le citoyen qui a obtenu sa pension ne peut
plus occuper une function publique, sauf les functions de Se-
crtaire d'Etat, de Sous Secrtaire d'Etat, d'Agents Diploma
tiques ou Consulaire, de Juge la Cour de Cassation, de
Membre du Parquet de la mme Cour, de Juee la Cour d'Ap
pel et de Membre du Parquet de la mme Cour, de Recteur
de l'Universit, de Doyen et Professeur des Facults, de Pr
fet, les functions lectives et celles qui sont rtribues au
pourcentage.
Au cas o le bnficiaire d'une pension serait employ
l'une des functions ci-dessus, il devra opter entire le Service
de la Pension lui alloue et les indemnits affrentes la
dite function. Toutefnis, si son choix portait sur les molu-
ments de sa nouvelle charge, le droit la Pension serait seu,
element suspend, et rp. pendant tout le temps que l'int'
ress occuperait cette charge. En consequence, les nouveaux
moluments ne seront pas assujettis au paiement de-la rete
nue et la pension ne sera sujette aucune revision.
Art. 21.- Les fonds ncessaires la formation de la Caisse
de la Pension et au fonctionnement de ce Service, traits-
classs comme Recettes non fiscales, puisent leur source dans:
lo- L'allocation inscrite chaque anne au Budget de l'Etat

91





20- La retenue mensuelle de 4 oio sur tous les appointe-
S ments, traitements et indemnits volontairement consentis,
pays l'Etat;
3o.- La retenue du premier douzime du montant annuel
des appointments ou des indemnits de tout fonctionnaire
nomm ou lu pour la premiere fois une function assujet-
tie la retenue ; exception faite des fonctionnaires dsigns
aux articles 75, 86, 94 de la Constitution.
Cette retenue sera pratique en quatre terms gaux;
4o.- La retenue du premier douzime du montant annuel
de toute augmentation d'appointements lorsqu'un fonction-
naire bnficie d'une augmentation de salaire, qu'il ait ou non
change de function.
Ce douzime sera la difference entire le salaire mensuel nou-
vellement accord au fonctionnaire et le montant du salaire
le plus lev non exempt de la retenue qui a t paye ant-
rieurement.
Le traitement des Agents Diplomatiques et Consulaires est
assujetti seulement la retenue mensuelle de 4 olo.
Art. 22.- Tout ancien Prsident de la Rpublique a de
droit une pension de Cinq Mille Gourdes (Cdes 5.000.00). Sa
veuve et ses enfants mineurs bnficieront de la moiti de
cette pension.
Art. 23.- Tout ancien Membre du Corps Lgislatif se
trouvant dans les conditions prvues l'article 2 du Dcret
de la Junte de Gouvernement de la Rpublique en date du
21 Aout 1950 a droit une pension de Mille Gourdes (Gdes
1.000.00,
Exceptionnellement tout \lembre du Corps Lgislatif g
de 55 ans' et qui n'aura pas runi les conditions indiques
dans le prcdent alina aura droit une pension de Trois
Cent Cinquante Gourdes (Gdes 350.00) par Lgislature, sans
que cette pension puisse excder Mille Gourdes (Gdes 1000.00
Nanmoins, les anciens Membres du Corps Lgislatif gs
de 55 ans qui non seulement ne se trouvent pas dans les
conditions de l'article 2 du sus dit Dcret, mais encore n'ont
pas t assujettis au pavement de la retenue, pourront gale-
ment bnficier de la disposition exceptionnelle du present
article, charge par eux de verser la Caisse des Pensions


-92-








le montant total des revenues ron prleves. La Secrtairerie
d'Etat des Finances arrtera-les modalits de ce prlvement
Si le Membre du Corps Lgislatif est dcd avant d'avoir
atteint l'ge de 55 ans, la veuve non remarie bnficiera
concurremment avec tous autres enfants mineurs d de cujus
du tiers de la pension qui pourrait tre attiibue au dfunt
par Lgislature.
A. 24.- Les Secrtaires d'Etat_et les Sous-Secrtaires d'E
tat, les Ambassadeurs, Ministres l'Etrangers, ayant satisfait
aux conditions prvues l'articie 2 du Dcret ci-dessus men-
tionn, auront droit une pension de Sept Cent Cinquante
Gourdes (Gdes 750. 00).
Art. 25.- Les Membres du Conseil ru Gouvernement, les
Juges de la Cour de Cassation et les Officiers du Ministre
Public prs cette Cour, ayant satisfait aux condition pr-
vues l'article 2 du Dcret sus mentiann auront droit
une pension gale au tiers de leurs traitement, sans que cette
pension puisse excder Sept Cent Cinquante Gourdes Gour
des (Cdes 750.00).
Art. 26.- Les Juges des Cours d'appel, les Juges des Tri
bunaux Civils, les Juges des Tribunaux Terriens, les Officiers
du Ministre Public prs ces diffrents Tribunaux, ayant satis
fait aux conditions prvuts l'article 2 du Dcret de la Junte
de Gouverrement de la Rpublique en date du 21 Aout 1950
auront droit une pension calcule sur la base de la moiti
de leurs appointments sans qu'elle puisse excder Six Cents
Gourdes (Gc'es 600.00
Art. 27. Les D:recteurs des diffrents Organismes de l'Etat,
les Directeurs des entreprises appartenant l'Etat et don't les
appointments sont pays par une allocaticn budgtaire, les
Secrtaires Gnraux, les Chefs de Division et les Chefs de
Service des diffrentes Administrations Publique, les Mde
cins du Service de la S"rit Publique, les Consuls, ayant
satisfait aux conditions prvues l'article 2 du Dcret sus
mentionn auront droit une pension calcule sur la base
de la moiti de leurs appointments sans qu'elle puisse exc-
der Cinq Cents Courdes. (Gdes 500.00.
Art, 28.- Les Membres du Corps Enseignant les Inspec-
teurs, Sous-inspecteurs ayant, fourni entirement dans l'en-
seigrnemrnnt a carrire prvue l'article 2 du Dcret ci-dessus


-93-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs