• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Preface
 Les capucins a Saint-Domingue :...
 Les jesuites a Saint-Domingue :...
 Les capucins a Saint-Domingue 1764...
 La compagnie de Notre-Dame ou filles...
 Table of Contents














Group Title: congrégations religieuses a` Saint-Domingue, 1681-1793
Title: Les congrégations religieuses à Saint-Domingue, 1681-1793
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078441/00001
 Material Information
Title: Les congrégations religieuses à Saint-Domingue, 1681-1793
Alternate Title: Congrégations religieuses au Cap-Français, Saint-Domingue
Physical Description: 234, vii p. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Jan, J. M ( Jean Marie ), b. 1875
Publisher: H. Deschamps,
H. Deschamps
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1951
 Subjects
Subject: Monasticism and religious orders -- History -- Haiti   ( lcsh )
Jesuitas en Santo Domingo
Congregaties   ( gtt )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Statement of Responsibility: J.M. Jan.
General Note: Cover title: Les congrégations religieuses au Cap-Français, Saint-Domingue, 1681-1793.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078441
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - ABT4118
oclc - 06410539
alephbibnum - 000307478

Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
        Title Page 3
        Title Page 4
    Preface
        Preface 1
        Preface 2
    Les capucins a Saint-Domingue : 1681-1704
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
    Les jesuites a Saint-Domingue : 1704-1763
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
    Les capucins a Saint-Domingue 1764 a la revolution
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
    La compagnie de Notre-Dame ou filles de Notre-Dame : 1733-1793
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
    Table of Contents
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
Full Text

Mgr. J. M. JAN







Jei Congrgationi religieuaie

a

Saintobomingaue


1681-1793





EDITIONS
HENRI DESCHAMPS
PORT-AU-PRINCE
HAITI
1951



















BYl
.Z,5S4
,-i i

rATIN




























sormm od eruttar rt m rtau
IGUL IL 211















Prface.


L'apostolat des congregations religieuses Saint-Domingue n'est pas
connu. Cependant c'est lui qui constitute l'histoire religieuse proprement dite
de ce pays sous la colonie.
Trois grandes congregations ont vanglis la parties Nord et particulire-
ment la ville du Cap, pendant un long sicle : de 1681 1793.
Les Capucins de 1681 1704 ont commenc dfricher et de 1768 1793
ont t les derniers la peine. Les Jsuites de 1704 1763 ont poursuivi l'orga-
nisation religieuse dessine par leurs devanciers et les Filles de Notre-Dame
de 1733 1793 ont fourni une carrire de 60Uans consacre -'ducation de la
jeunesse.
Cet ouvrage se propose de faire connatre les grades lignes de cet apos-
tolat en publiant l'histoire trs rsume de ces trois congregations.
Les documents qui le composent sont dus pour les neuf diximes la bien-
veillance du Pre A. Cabon, ancien suprieur du Petit Sminaire Collge
St.-Martial Port-au-Prince, assistant de la congregation du St.-Esprit Paris,
si connu pour ses tudes historiques sur les choses de Saint-Domingue et
d'Hati. Une parties de ces documents a dj paru dans les publications reli-
gieuses du pays, l'autre est entirement indite, mais tous sont la contribution
du Pre Cabon qui a pouss ses recherches la Bibliothque national de
Paris et jusque dans les archives des maisons religieuses de France. Les ama-
teurs d'histoire apprcieront sa valeur ce dsintressement intellectual.
Le mrite de l'auteur, si mrite il y a, se borne l'agencement et la divi-
sion des chapitres.























Il a t tir de cet ouvrage 250 exemplaires s/Plainfield paper
numrots de 1 250


N? 247










Capucini


Saint-,wbomingue


1681-


1704


pe-












I


oJe ouvernement

de

Saint -womingae


1. Sa structure.


LES FRANCHISES DE SAINT-DOMINGUE.
A la base du gouvernement de Saint-Domingue subsiste ce que les habi-
tants appelaient les franchises de Saint-Domingue.
Il en est fait mention pour la premiere fois dans les lettres du roi accor-
dant l'amnistie aux rvolts de 1670 (octobre 1671) < Voulons, y. est-il crit,
que tous nos dits sujets soient rtablis en tous leurs privileges, liberts, fran-
chises, immunits et droits, don't ils ont joui et ont droit de jouir... Confor-
mment aux traits et conventions faits avec eux par le sieur Dogeron, que
nous avons approuvs et ratifis.
Emilien Petit ne put retrouver le texte de ces traits. Il pensa, l'encontre
de Charlevoix, que les privileges taient une exemption de toutes impositions
royales.
Ces privileges furent maintenus en 1690, quand, aprs les suppressions
de la Compagnie des Indes et la runion des colonies au domaine du roi, le
contrleur gnral des Finances eut voulu tendre les droits du domaine
Saint-Domingue.
Ils furent confirms en 1699 et plus solennellement encore en 1713 l'ta-
blissement de l'octroi. C'est de son consentement en effet et par elle-mme
que la colonie s'impose ce qu'on y appelle Octroi pour certaines dpenses don't
le roi leur a fait proposer de se charger.








4 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

Les conseils suprieurs maintinrent avec insistence les franchises de Saint-
Domingue.

ASSEMBLE COLONIAL.
Pour l'tablissement de l'octroi, la colonie tait reprsente par l'assem-
ble colonial nomme aussi assemble national qui n'tait qu'une simple
assemble de notables dsigns par les administrateurs avant l'ordonnance
du 16 dcembre 1776 qui en fixait la composition.

LE GOUVERNEUR.
Le Gouverneur lieutenant-gnral reprsentait la personnel du roi, tait
dtenteur de l'autorit royale dans les limits fixes par les lois et par les
instructions du roi.
Un gouverneur particulier, ne dpendant que de lui seul, le reprsentait
pour chaque province, ayant sous ses ordres immdiats, dans les villes, des
lieutenants du roi, des lieutenants dans les quarters, des majors dans les
paroisses.
De mme que le gouverneur tait le premier personnage de la colonie,
les chefs militaires nomms par lui jouissaient d'un pouvoir presque sans
limits dans les territoires qui leur taient confis.

L'INTENDANT.
L'intendant, comme en France, centralisait l'administration dans les bu-
reaux. Il contrlait les finances, la justice, les hpitaux, les services munici-
paux et veillait l'entretien matriel de l'arme.
Pour les finances il tait aid par des administrateurs provinciaux, des
ordonnateurs du roi, des receveurs d'octroi, des syndics de paroisses.
L'arme se composa longtemps de 5000 soldats europens en garnison dans
la colonie. En cas de danger elle tait renforce par les milices de quarters.
La justice tait rendue par deux sortes de tribunaux: une snchausse
dans chaque ville important et au-dessus deux conseils suprieurs sigeant
l'un au Cap-Franais, l'autre Port-au-Prince.

LE CONSEIL SUPERIEUR.
Le conseil suprieur prenait le nom de la ville o il tenait ses sances.
Le conseil du Petit-Gove devint en 1697 le conseil de Logne quand
il fut transfr l'Ester et plus tard, en novembre 1708, l'emplacement
de la ville projet la pointe de Logne.
Il revint Petit-Gove en novembre 1710, passa la ville actuelle de
Logne en mars 1713, ramen Petit-Gove par ordonnance du 20 aot 1723,
rentra Logne par dlibration du 20 janvier 1738 et vint tenir sance
Port-au-Prince le 3 juillet 1752, supprim par Rohan le 7 mars 1769 et rtabli
par dit d'avril de la mme anne.






DU CAP-FRANAIS 5

Le conseil du Cap garda son sige de 1701 1787, fut rform comme celui
de Port-au-Prince par dit de septembre 1769.
En 1787 le conseil de Saint-Domingue fut form par l'union des deux
conseils de Port-au-Prince et du Cap.

CONFLICT ENTIRE GOUVERNEUR ET INTENDANT.
Il arrivait que le gouverneur et l'intendant devaient rsoudre sur place
une question colonial important. En gnral, les deux administrateurs
s'accordaient, aprs change de vues. En cas de conflict la volont du gouver-
neur prvalait provisoirement, mais l'intendant pouvait, en recourant au roi,
faire triompher ses ides.

2.- Les gouverneurs.
...PARTICULIERS.
Jusqu'au 1er janvier 1714 les gouverneurs de la Tortue et de la Cte de
Saint-Domingue furent placs sous l'autorit du Gouverneur gnral des les
en residence la Martinique. Un seul de ces gouverneurs gnraux passa
Saint-Domingue, de Baas.
Levasseur prit possession de la Tortue le 30 aot 1640; nomm comman-
dant en aot 1641, entire en function en novembre 1641 ; mis mort en 1652.
De Fontenay arrive la Tortue en juillet 1652, meurt dans les derniers
mois de 1654.
Du Rausset obtient son brevet le 26 novembre 1656, occupe la Tortue en
dcembre 1656 jusqu' son retour en France en 1663.
Jrmie Deschamps, seigneur de la Place, neveu de Du Rausset, int-
rimaire 1663-1665.
Bertrand d'Ogeron de Laboure, nomm en 1664 prend possession de la
Tortue le 6 juin 1665, meurt en France le 31 janvier 1676.
De Pouancey, neveu de d'Ogeron, 1668 septembre 1669 intrimaire, d'Oge-
ron tant en France.
De la Perrire, 1673, intrim, d'Ogeron tant Porto-Rico.
De Cussy, 1675-1676, intrim, d'Ogeron tant en France.
De Pouancey, nomm le 16 mars 1676, meurt Petit-Gove la fin de 1682.
De Franquesnay, intrim, pendant un voyage en France de Pouancey
1681 mai 1682 et la mort de Pouancey.
Jean-Baptiste de Cussy, nomm le 30 septembre 1683, reu le 30 avril 1684,
tu au combat de Limonade le 21 janvier 1691.
Dumas, commandant du Cul-de-Sac, intrim.
Jean-Baptiste Ducasse, nomm le 1er juin 1691, reu le ler octobre 1691,
gouverneur en titre jusqu'en mai 1703.







6 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

Deslandes, 23 mars 10 mai 1697, intrim.
De Boissy Raym, 10 mai 26 juin 1697, intrim.
Joseph Donon de Galifet, juillet 1700 novembre 1703, intrim.
Auger, nomm le 1er aot 1703, reu le 16 novembre 1703, mort Saint-
Domingue le 13 octobre 1705.
De Charitte, 13 octobre 1705- 28 dcembre 1707, intrim.
De Choiseul-Beaupr, 28 dcembre 1707 7 fvrier 1711, meurt le
18 mai 1711.
De Valernod, reu le 7 fvrier 1711 meurt Logne le 24 mai 1711.
De Gabaret meurt avant de prendre possession de son gouvernement.
De Charitte, 4 mai 1711 29 aot 1712, intrim.
D'Arquian, 29 aot 1712 13 juin 1713, intrim.
De Blnac, reu le 13 juin 1713.

...GENERAUX.
De Blnac, nomm le ler janvier 1714 jusqu'au 11 janvier 1717.
De Chateaumorand, 11 janvier 1717 10 juillet 1719.
Marquis de Sorel, 10 juillet 1719 6 dcembre 1723.
Gaspard Charles de Gousse, chevalier de la Roche Allard, 6 dcembre
1723 8 octobre 1731.
Desnos de Champmeslin exera les functions de lieutenant-gnral du
25 novembre 1723 au mois d'avril 1724.
De Vienne de Busserolles, nomm le 5 fvrier 1731, reu le 8 octobre,
meurt Fort-Dauphin le 4 fvrier 1732.
Etienne de Chastenoye, 4 fvrier au 27 octobre 1732, intrim.
Marquis de Fayet, reu le 27 octobre 1732, mort au Petit-Gove le 11
24 mars 1757.
Etienne de Chastenoye, 11 juillet 11 novembre 1737, intrim.
Charles Brunier, marquis de Larnage, nomm le 25 juin 1737, reu le
11 novembre, mort au Petit-Gove le 19 novembre 1746.
Etienne de Chastenoye, 17 novembre 1746 1747, intrim.
Marquis de Vaudreuil, 12 aot 1748, intrim.
Hubert de Brienne, marquis de Conflans, nomm le 1er mai 1747, reu le
12 aot 1748 29 mars 1751.
Emmanuel Auguste de Cahideux, comte du Bois de Lamothe, 29 mars
1751 au 31 mai 1753. Mort Rennes le 23 octobre 1764 dans sa 84me anne.
Joseph Hyacinthe de Rigaud, marquis de Vaudreuil, 31 mars 1743 a."
juillet 1737.







DU CAP-FRANAIS 7

Philippe Franois Bart, 24 mars 1757 au 30 mars 1762.
Gabriel de Bory, 30 mars 1762 au 7 mars 1763.
Armand, vicomte de Belzunce, 7 mars 1763 au 4 aot 1763, mort au Cap.
De Montreuil, 4 aot 1763 au 23 avril 1764, intrim.
Charles-Henri Thodat, comte D'Estaing, 24 avril 1764 au ler juillet 1766.
Louis Constantin, chevalier de Montbazon, prince de Rohan, ler juillet
1766 mai 1769.
Robert D'Argout, mai 1769 au 10 fvrier 1770, intrim.
Pierre Gdon de Nolivos, 10 fvrier 1770 au 15 janvier 1772.
De la Ferronnays, du 15 janvier octobre 1772, intrim.
Louis Florent de Vallire, octobre 1772, mort Port-au-Prince le
10 avril 1775.
Reynaud de Villeverd, 12 mai 16 aot 1775, intrim.
Thrse Charpentier, comte d'Ennery, 16 aot 1775, mort Port-au-Prince
le 13 dcembre 1776.
De Lilancourt, 13 dcembre 1776 au 22 mai 1777, intrim.
Robert d'Argout, 22 mai 1777, mort au Cap le 7 mars 1780.
Reynaud de Villeverd, 7 mars 1780 au 14 fvrier 1781, intrim.
De Lilancourt, 28 juillet 1781 au 14 fvrier 1782, intrim.
De Bellecombe, 14 fvrier 1782 3 juillet 1785.
De Coustard, 3 juillet 1785- 23 avril 1786, intrim.
Csar-Henri, comte de la Luzerne, 27 avril 1786 novembre 1787.
Alexandre de Vincent, novembre 1787 20 novembre 1788.
Marie Charles, marquis du Chilleau, 20 novembre 1788 juillet 1789.
Alexandre de Vincent, juillet-septembre 1789, intrim.


3. Les intendants.

SUBDELEGUES DE L'INTENDANT GENERAL DES ILES.
Boyer, 20 aot 1692, mort en juillet 1695.
Chaumel, successeur, meurt le 23 mai 1696.
Marie, ler mars 1697 fvrier 1705.
Deslandes, 23 fvrier 1705 sa mort Logne 17 octobre 1707.
Mercier, 5 novembre 1707 au 15 fvrier 1708, intrim.
De Verninac, 15 fvrier 1708 au 9 septembre 1708, intrim.







8 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


Intendants.

De Mithon, 9 septembre 1708 au 18 septembre 1720, nomm intendant le
6 mars 1719.
Duclos, 18 septembre 1720 au 18 mars 1722, intrim.
De Montholon, 18 mars 1722 sa mort Logne 17 dcembre 1725.
De Godemart, 17 dcembre 1725 sa mort Ouanaminthe le 20 mai 1726,
intrim.
De St.-Aubin, 20 mai 1726 au 19 dcembre 1726, intrim.
Jean-Baptiste Duclos, intrim du 19 dcembre 1726 au 7 dcembre 1729,
nomm intendant le 1 avril 1729, reu le 7 dcembre 1729 au 30 janvier 1736.
De St.-Aubin, 6 fvrier 19 octobre 1730, intrim pendant un voyage en
France de Duclos.
Daniel-Henri de Benet, chevalier de la Chapelle, 30 janvier 1736 sa mort
Logne le 9 novembre 1737.
De Sarthe, 9 novembre 1737 au 5 janvier 1739, intrim.
Limon Pierre MVaillart, 5 janvier 1739 au 7 janvier 1751.
Laporte-Lalanne, intrim puis intendant le 7 mars 1752 sa mort
Logne le 14 dcembre 1758.
Claude Aug Lambert, ordonnateur au Cap le 26 avril 1756, fut reu le
4 dcembre 1758 et mourut le 9 dcembre. Laporte-Lalanne reprit ses fonc-
tions et mourut lui-mme le 14 dcembre 1758.
Joseph Elias, intrim jusqu' sa mort Port-au-Prince le 7 mars 1760,
remplac par Peyrot.
Jean-Etienne Bernard de Clugny, ler dcembre 1760 au 23 avril 1764.
Ren Magon, 23 avril 1764 au ler juillet 1766.
Alexandre Jacques, chevalier de Bongars, ler juillet 1766 au 17 juin 1771.
Jean-Franois de Montarcher de Morandires, 17 juin 1771 au 15 avril 1774.
Jean-Baptiste Guillemon de Vaivre, 15 avril 1774 au 21 juin 1780.
Le Brasseur, 21 juin 1780 au 14 fvrier 1782, intrim.
De Bongars, 14 fvrier 1782 au 9 novembre 1785.
Franois de Barb de Marbois, 9 novembre 1785 au 28 octobre 1789.












II


Service ?etigieux


de

Saint-, oming ue


Les premiers prtres catholiques de la colonie franaise de Saint-Domingue
furent des aumniers de navires. Chaque navire appareillant pour les les,
cette poque, avait bord un aumnier, religieux ou sculier.
A la Tortue, au temps de Levasseur, un capucin, le P. Marc et un prtre
sculier furent retenus dans l'le o ils avaient chou la suite d'un nau-
frage; ils furent chasss dans la suite par ce gouverneur calviniste.
Le P. Marc revint. On l'y retrouve en 1665 et il fut certainement l'un des
principaux artisans de la domination franaise.
Nous savons aussi que les paroisses de Nippes et de la Grande Anse
eurent pour premiers desservants des Carmes.
La premiere mission religieuse Saint-Domingue fut celle des Capucins
dans le Nord. Elle commena en 1681 et dura jusqu'en 1704. En 1704 les
Capucins furent remplacs par les Jsuites. ;
La second est celle des Dominicains ou Jacobins, dans l'Ouest. Elle fut
organise quand la colonie de Ste.-Croix passa au Cul-de-Sac (1689).
Le Sud, tant que la champagne de Saint-Domingue resta matresse de sa
concession, fut desservi par des prtres sculiers. Ensuite, les paroisses furent
confies aux Dominicains.
Parmi ces missionnaires, ct du P. Marc il faut citer le P. Pierre Paul,
prfet apostolique des Jacobins qui s'occupa beaucoup des flibustiers et tcha
de corriger leurs meurs. Il mourut en France, en reputation de saintet.
Le P. Labat, jacobin comme le P. Paul, chroniqueur des Antilles franaises,
qui vint Saint-Domingue comme visiteur de son ordre.
Parmi les premiers Jsuites le P. Le Pers fournit des matriaux au pre-
mier historien de Saint-Domingue, le P. Charlevoix et au premier naturaliste,
le mdecin Poupe Desportes.







10 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


Le clerg.
La colonie est divise en deux prfectures apostoliques:
Celle du Nord avec le Mle et Jean-Rabel confie d'abord aux Capucins
(1681-1704), puis aux Jsuites (1704-1763), enfin aux Capucins (1764-179...)
Celle du Sud est aux soins des Dominicains.
Les prfets jouissent dans leur administration d'une libert tempre par
le droit de police ecclsiastique attribu au Gouverneur.
Ils nomment comme curs des paroisses des religieux de leur ordre, et
dfaut de ces religieux, d'autres prtres rguliers ou sculiers.
Sur les habitations resident parfois des aumniers appels par les habi-
tants eux-mmes.
Mais le nombre des prtres est insuffisant pour rpondre aux besoins
religieux d'une population ignorante ou oublieuse de ses devoirs.
Les blancs venus de France sont souvent touchs par l'incrdulit la
mode et sont prts se dgager de toute morale pour acqurir des richesses
et jouir l'aise.


Les paroisses.

La paroisse, sous l'ancien rgime, est le premier noyau qui group les
habitants d'une region. Elle est unit administrative autant que centre reli-
gieux. Mais elle ne saurait tre tablie si elle n'a dj une glise au moins
provisoire, un cur, et, autour de l'glise, un bourg o rsideront les artisans.
Elle est reprsente par le marguillier et le commandant, ce dernier
le premier officer des milices.
Les premires paroisses n'ont pas eu besoin d'ordonnance des gouverneurs
qui les constitut. Elles ont exist de fait avant d'exister en droit et le fait
leur a tenu lieu de droit. Plus tard, une ordonnance a t requise pour crer
de nouvelles paroisses. Cette ordonnance est rendue la demand des habi-
tants qui s'offrent faire les frais de l'glise et du bourg. Aussi, tout le matriel
de la paroisse appartient primitivement la commune des habitants.














III


Ja miLiion dei Capucini

1.-Les Capucins aux Antilles.


AVANT LES CAPUCINS.
Dans son Histoire gnrale de l'tablissement des colonies franaises dans
les Antilles de l'Amrique, du Tertre rapporte Que les prtres qui faisaient
la function d'aumniers (avant les Capucins) se contentaient de dire la messe
et d'assister les malades.
C'taient d'ailleurs, au dire de E. Petit, conseiller Saint-Domingue,
Sales premiers venus, moines de tout ordre sans obdience, apostats d'ordres
religieux, prtres sculiers sans dimissoires, ne justifiant pas mme de lettres
de prtrise, avmniers dserteurs de vaisseaux, etc... (Gouvernement des
Colonies franaises)
A Saint-Domingue, en particulier, les gouverneurs se piaignirent mainte
reprise du clerg ainsi recrut. Dans le rapport que fit la cour M. de Gabaret,
chef d'escadre, de la mission remplie par lui Saint-Domingue en 1671 pour
apaiser la rvolte des habitants, cet officer signal parmi les rvolts des
prtres vagabonds, sans mission de leurs suprieurs (Charlevoix). Le gouver-
neur de la colonie, d'Ogeron, se saisit, en cette circonstance, des deux prin-
cipaux meneurs, le prtre Lamarre, cur de la Tortue et Morel, syndic de
ses habitants. Ils furent envoys en France et gards au chteau de Nantes
jusqu'au mois de mars 1672 avant qu'un ordre du roi les en fit sortir.
(M. de S. M.)
APPEL DES CAPUCINS.
Les Capucins ont t les premiers missionnaires des Antilles qui aient
eu une mission rgulirement organise. Ils furent appels par la compagnie
des les de l'Amrique en 1635.
< Les Seigneurs de la Compagnie se voyant tous les jours en peine de
trouver des aumniers gage pour la consolation spirituelle et l'dification
des habitants de la colonie estaient contraints de prendre les premiers prestres
qui se prsentaient eux pour ce pauvre pays. Encore taient-ils si rares
qu'ils n'examinaient pas s'ils avoient les qualits requises pour un si digne
2;4








12 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

employ. Pour aller jusqu' la racine de ce mal et pour tmoigner Sa Majest
qu'ils suivoient ses pieuses inclinations (la principal intention du roi estant
qu'on travaillt estendre la religion catholique, apostolique et romaine et
qu'on en instruist les sauvages) et pour faire voir aux habitants le grand
soin qu'ils prenaient de leur consolation, ils crurent qu'il n'y avoit point de
gens plus capable pour se bien acquitter de ces pnibles et importantes
functions que les religieux. C'est pourquoi la Compagnie pria le R. P. Pro-
vincial des Capucins de Normandie de lui donner de ses religieux pour aller
Saint-Christophe. Le sort tomba heureusement sur les R. P. P.P. Jrme,
Marc et Pacifique et sur quelques autres don't je ne sai pas les noms qui
passrent avec le renfort que la Compagnie envoyait Saint-Christophe. Ces
bons ouvriers de la vigne de Dieu y travaillrent avec beaucoup de succs,
par leurs ferventes prdications et leur vie exemplaire. Et cette gloire leur
est deie qu'ils ont st les premiers qui ont presch l'vangile Saint-
Christophe.


2. Difficults pour tablir une mission

L'tablissement d'une hirarchie rgulire Saint-Domingue s'imposait
pour la paix de la colonie autant que pour la satisfaction des besoins religieux
des habitants, mais il offrait des difficults d'ordre canonique qui se com-
pliquaient d'embarras diplomatiques.

JURISDICTION DE L'ARCHEVEQUE DE SAINT-DOMINGUE.
L'le entire tait sous la jurisdiction de l'Archevque de Santo-Domingb.
Il fallait donc ter ce prlat une parties de son territoire pour y instituer
un suprieur ecclsiastique indpendant de son autorit, car le roi de France
n'admettait pas qu'un vque espagnol et jurisdiction sur un territoire lui
soumis.
Le gouvernement franais cartait mme toute ide de compromise qui
par voie de dlgation d'un vque espagnol et confr d'une faon ordinaire
des ecclsiastiques franais les pouvoirs ncessaires l'administration d'une
paroisse franaise.

CONFLICT ENTIRE LA FRANCE ET L'ESPAGNE.
Or, si la France se considrait comme possesseur lgitime de la cte ouest
de Saint-Domingue, l'Espagne prtendait conserver son domaine sur l'le
entire.
Au trait de Nimgue en 1678, conclu entire la France et l'Espagne, il
avait t convenu que chacune des deux nations garderait les villes, places,
terres, les et seigneuries qu'elle possdait, sans qu'aucune clause spcifit
quelles taient ces terres, les possdes par la France ou 1'Espagne, et le
President espagnol de l'audience royale de Santo-Domingo, en notifiant au
gouverneur franais de la Tortue et Cte de Saint-Domingue la signature






DU CAP-FRANAIS 13

du trait. lui dclarait qu'il le reconnaissait pour gouverneur de la Tortue,
mais la condition qu'il tiendrait la main ce qu'aucun franais ne passt
l'le de Saint-Domingue pour y traiter ou pour y faire aucune habitation.
Le gouverneur franais ne fit aucune rponse cette prtention des Espagnols
et le Prsident espagnol se garda d'inquiter les tablissements franais.
Mais la cour de France pouvait-elle, par un acte positif, trancher la
question pendante entire les deux nations, d'autant plus que le pape
Alexandre VI, par sa bulle du 2 mai 1493, avait accord perptuit la
possession des Indes occidentales aux Espagnols ?

DIPLOMATIC ROMAINE.
Le premier bref concd des missionnaires apostoliques envoys aux
Antilles franaises marque bien ces hsitations de la cour de Rome recon-
natre l'autorit du roi de France sur le territoire autrefois donn l'Espagne.
T1 porte en titre : Facultates concesse a S.S.D.N.D. Urbano, Divina Providentia
Papa VIII Fratri Petro Pellicano et tribus aliis ejus sociis ordinis Predica-
torum, destinatis Missionnariis ad Indos protects a Christianissimo rege Gallice
et est Qatit il 12 'u.llet 1635.
On remarquera que dans cette inscription il n'est pas fait mention d'un
suprieur ecclsiastique. Le suprieur religieux qui y est nomm n'a point
de titre canonique apporter a l'vque de Porto-Rico, ordinaire des petites
Antilles cette poque. Rien non plus n'y suppose une reconnaissance de
l'autorit du roi de France sur un territoire quelconque, on l'y considre
comme protecteur d'Indiens don't la residence n'est mme pas dtermine.
Et cependant, malgr ces reserves, le cardinal de Richelieu voulut voir
dans ce bref une rvocation tacite des privileges accords par Alexandre VI
aux Espagnols. Il garda l'original de cet acte comme une pice des plus
importantes aux droits du roi sur les les tablies par les Franais.

PREFET APOSTOLIQUE:
Il n'y eut de prfet apostolique en titre des Antilles qu'en 1658. Ce fut
un Dominicain: le P. Fontaine. Le bref qui lui fut adress le 29 juillet 1658
droge la bulle d'Alexandre VI en reconnaissant le roi de France comme
souverain des les occupes par les Franais aux Antilles. Facultates concessoe
a S.S.D.N.D. Alexandro divina Providentia Papa VII, Fratri Petro Fontaine
Ordinis Predicatorum, proefecto missions ejusdem ordinis in insula Guada-
lupe et aliis adiacentibus in America regi christianissimo subiectis (du Tertre).

DIFFICULTIES SPECIALS A SAINT-DOMINGUE.
Si de pareilles difficults pouvaient tre souleves aux les du Vent, on
devait en rencontrer de plus graves Saint-Domingue. Nous ne possdons
aucun document qui tablisse directement la situation canonique des Capucins
de Saint-Domingue en 1681. Ils n'obtinrent pas du roi les lettres patentes de
leur tablissement qu'ils ne sollicitrent pas d'ailleurs et nous sommes auto-






14 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

riss conclure de l qu'ils restrent unis l'une des missions des petites
Antilles et relevrent du prfet de leur ordre qui y avait jurisdiction.
Les Dominicains de l'Ouest n'obtinrent pas non plus de lettres patentes
qu' la constitution de leur mission en mission indpendante en 1721. L'Arche-
vque de Santo-Domingo garda cependant son droit sur la parties franaise
et encore actuellement (c'est--dire en 1790) crit le P. Duguet, prfet apos-
tolique de l'Ouest, cette parties est comprise dans les bulles qu'il reoit lors
de sa nomination. Mais le roi n'ayant pas jug propos de lui permettre
d'exercer ses pouvoirs sur le domaine franais, le Pape s'est charge de les
exercer soi-mme par le moyen d'un prfet apostolique rgnicole.

CAS TYPE : CONFIRMATION A LA MARTINIQUE EN 1698.
Qu'on nous permette, pour clairer cette question de la jurisdiction nomi-
nale des archevques de Santo-Domingo sur la parties franaise, de citer les
rflexions que fait un magistrat du conseil suprieur de la lMartinique,
M. Dessales, en un cas qui eut lieu en 1698.
Dom Ferdinand Carvajal de Riberia, archevque de Santo-Domingo,
passant la Martinique en 1698, fut pri par les suprieurs religieux de cette
le de donner la confirmation aux habitants.
Mais avant de l'autoriser administer ce sacrement, le Gouverneur et
l'Intendant exigrent de lui cette declaration: Ego infra scriptus, transiens
fortuito per insulam Martinice Regi christianissimo subiectam, rogatus ab
ecclesiasticis curam animarum habentibus ut incolis ejusdem insule sacra-
mentum confirmationis conferem, eorum precibus volui et caritati satisfacere
sine preiudicio juris possessions et pleno proprietatis Gallie super omnes
insulas Regi christianissimo subditas.
Datum Martinice, die 17 februarii 1698.

t Dom Ferdinand, Arch. S. Dominici, Indiarum primas.
SCet acte de jurisdiction ecclsiastique, dit Dessalles, fait par un arche-
vque espagnol, dans une le franaise, tait d'autant plus gros de cons-
quence, que les archevques de Santo-Domingo se qualifient de primats de
toute l'Amrique. C'est en cette quality que les papes leur ont adress pendant
longtemps toutes les bulles de dispenses de marriage, celles pour la publica-
tion des jubils et tous autres actes de jurisdictions de la cour de Rome pour
les isles franaises. Il semble mme par la declaration de Dom Ferdinand,
qu'il a pris soin de ne pas droger ce prtendu droit, et, cela se remarque
dans le management des terms don't il s'est servi dans son crit o il ne
parle que des droits de possession ou de pleine proprit du roi sur les isles
franaises don't il n'tait pas question et il ne dit pas un mot des liberts
de l'Eglise gallicane don't il s'agissait prcisment... Cependant il est certain
que nous avons toujours refus dans la colonie toute jurisdiction ecclsiastique
-trangre...





DU CAP-FRANAIS 15

CONCLUSION.
Cette declaration de l'archevque et ces rflexions du magistrat montrent
l'vidence combien l'exercice de la jurisdiction ecclsiastique tait considr
comme dpendant de l'autorit civil. Les seuls prlats reconnus par l'auto-
rit civil pouvaient remplir les functions de leur ordre.
Pour ce qui regarded Saint-Domingue, le Pape, qui continuait faire
passer par l'archevque de Santo-Domingo les dispenses destines des
colonies reconnues comme franaises ne pouvait constituer officiellement un
suprieur ecclsiastique indpendant de l'ordinaire espagnol dans une le don't
la possession tait conteste la France.

LETTRE DU MINISTRY DE LA MARINE.
A l'occasion de cette confirmation la Martinique, le Ministre de la Marine
crivit M. Ducasse, alors gouverneur de Saint-Domingue, pour lui enjoindre
de ne permettre l'archevque de Santo-Domingo aucune function, sous
quelque prtexte que ce ft, dans les quarters habits par les sujets du
roi, parce que ce qui se passerait Saint-Domingue, si l'Archevque y exerait
les functions piscopales, emporterait prejudice aux droits du roi, ces functions
pouvant y tre ritres souvent.

ARCHEVEQUE DE SAINT-DOMINGUE A LEOGANE.
Plus tard, en 1721, l'archevque de Santo-Domingo, Don Francisco Mendi-
gana, revenant de Cuba, o il s'tait fait sacrer, passa Logne et essaya,
en vertu de ses bulles, d'y faire acte .de jurisdiction. L'opposition qu'il ren-
contra de la part des deux puissances, ecclsiastique et sculire, le fit renoncer
son dessein. Il protest cependant que son pouvoir piscopal tait de droit
divin sur le territoire qui lui tait assign par ses bulles et ne se rendit qu'
cette consideration qu'on lui ft valoir que le Pape exemptait implicitement
de sa jurisdiction le territoire franais en y dlguant un prfet apostolique.

3.- Date de la mission des Capucins.
Nous avons donn la date de 1681 au premier tablissement de la mission
des Capucins Saint-Domingue. Elle nous est fournie par Moreau de S. M1ry
dans sa Description de la Partie Franaise (1-181) et, malgr quelque
ambigut du texte de cet auteur en cet endroit, nous croyons devoir la main-
tenir. Les dtails que nous avons sur la dessert des paroisses dans les annes
antrieures semblent le demander.
Il y eut auparavant d'autres capucins dans l'Ile. Charlevoix raconte en
effet, que le premier gouverneur de la Tortue, Levasseur, chassa de l'le
< le prtre qui la desservait et un capucin nomm P. Marc, qu'un mauvais
temps avait oblig de relcher la Tortue et que les habitants catholiques
y avaient retenu . Oexmelin rapporte de son ct qu'il fut sauv vers 1665
ou 1666 par le le P. Marc d'Angers, capucin qui rsidait la Tortue.






16 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

Nous ne trouvons objecter cette determination de la date de 1681
qu'un passage de Charlevoix (II-150) o cet auteur rapporte que le suprieur
des Capucins se trouvant bord d'une escadre hollandaise (la Hollande tait
alors en guerre avec la France) fut dbarqu en 1676 la Tortue par l'inter-
mdiaire d'un capitaine sudois. Remarquons d'abord que le suprieur des
Capucins ne fut pas pris Saint-Domingue, la flotte hollandaise don't il est
question n'y ayant pas atterri.
Cette escadre, commande par Jacob Binsker avait quitt la Hollande
le 16 mars 1676 et avait pris le port de Cayenne le 4 mai suivant. Le 15 juillet
elle paraissait en vue de Saint-Domingue. Les Hollandais firent prisonniers
Cayenne le gouverneur, M. de Lezy, et deux prtres. Il parat certain cepen-
dant, qu'en 1676, il n'y avait pas de Capucins Cayenne. Ces religieux qui
avaient commenc en 1652 la mission de la France quinoxiale avaient t
remplacs en 1664 ou 1665 par les Jsuites. Mais, de mai juillet Binsker put
tenter de nouvelles descentes ou faire des prises et ainsi on s'explique qu'il
ait pu avoir son bord le suprieur des Capucins. Il l'aura ensuite dbarqu,
grce au capitaine sudois don't parle Charlevoix, avec 70 prisonniers environ
don't il devait tre embarrass. Aux Antilles d'ailleurs, cette poque, on
entendait par suprieur des Capucins, des Jacobites, des Jsuites, non le
suprieur d'une maison particulire, mais le suprieur de toutes les missions
des Antilles.
Au surplus, le rcit de Charlevoix, sur ce point, est embarrass par suite
d'une erreur que rectifie Moreau de S. Mry. Il suppose deux croisires de
Binsker sur les ctes de Saint-Domingue, l'une en 1675, l'autre en 1676, tandis
qu'en ralit il n'y en eut qu'une seule, celle de 1676.

4.-La parties du Nord avant 1665.

PAROISSES EN 1681.
La parties du Nord o les Capucins taient appels remplir leur ministre
avait six ou sept centres paroissiaux en 1681. Elle se dveloppait trs pni-
blement en comparison de la parties de l'Ouest: Logne, Petit-Gove, Nippes,
parce que plus que cette dernire elle avait craindre les incursions des
Espagnols de Santiago ou de l'Atalaye.

LES BOUCANIERS ET FLIBUSTIERS.
Cependant, depuis 1640, les boucaniers franais frquentaient ses valles
et ses planes, les flibustiers faisaient leur refuge de toutes les petites les
de la cte, mais en aucun endroit on n'y trouvait, avant 1665, d'tablissement
demeure. Les boucaniers eux-mmes, qui avaient eu la coutume de faire
leur boucan dans la region o ils chassaient et d'y revenir tous les soirs pour
passer la nuit jusqu' ce qu'ils aient rassembl un nombre de peaux suffisant,
furent bientt contraints par les conquantaines espagnoles de se rfugier,
pour prendre leur repos, dans les les des flibustiers et de n'aller la chasse








DU CAP-FRANAIS


qu'en troupe nombreuse. Les premiers boucans auraient pu devenir des centres
autour desquels se seraient formes peu peu des habitations comme on le
vit dans la suite. Ces habitations auraient plus tard t l'origine de bourgs
mais les Espagnols, par les rigueurs qu'ils exercrent contre les boucaniers,
dtruisirent ces premiers germes d'tablissement, surtout aprs qu'ils eurent
t chasss de la Tortue en 1657 et qu'ils mirent tous leurs soins poursuivre
les boucaniers.
LA TORTUE.
Le voisinage de la Tortue qui offrait la plus grande sret aux aventu-
riers pour la vente des products de leur chasse et l'achat de la poudre et de
l'eau-de-vie qui leur taient ncessaires, loigne sans doute de leur esprit
toute ide de se crer sur la cte un centre de ravitaillement qui et manqu
de sret. Enfin, les poursuites continuelles des Espagnols qui faisaient perdre
la Tortue ses habitants les plus entreprenants qui allaient la Grande Terre
la suite des boucaniers ou en dcidant d'autres s'adresser la flibuste,
furent cause que le gouverneur de la Tortue, du Rausset, passant en France
en 1663, demand au roi qu'il fit dfendre, sous peine de vie, de s'tablir
le long de la cte de Saint-Domingue. (M. de S. M.)

ETABLISSEMENT DE PORT-DE-PAIX, PORT-MARGOT.
Pendant que du Rausset rclamait du roi cette measure radical, son propre
neveu et remplaant au gouvernement de la Tortue se voyait forc de favoriser
un tablissement la cte vers le lieu o est aujourd'hui Port-de-Paix.
Un autre point qu'il tait difficile d'abandonner parce que les boucaniers
le frquentaient depuis de longues annes, Port-Margot, devenait un centre
important. Deux groups s'y taient forms: l'un l'lot, de soixante hommes,
l'autre la Grande Terre, de quatre-vingts cent hommes.
La Tortue la mme poque n'avait que deux cent cinquante habitants
et Logne au moins cent vingt hommes. Dans ces chiffres sont compris les
seuls habitants l'exclusion des flibustiers et des boucaniers.

DU RAUSSET ET D'OGERON.
Du Rausset n'tait pas l'homme qui pouvait donner de la consistance
la nouvelle colonie. Ses vues n'taient pas assez large et il travaillait plus
pour son intrt propre que pour la France.
Son successeur, Bertrand d'Ogeron, seigneur de la Boure, comprendra
mieux son rle et tirera meilleur parti des resources que lui offrait Saint-
Domingue. D'Ogeron dpensera son ouvre toute sa fortune et visera surtout
transformer en habitants les aventuriers, flibustiers et boucaniers, les
attacker la terre et fixer par l les possessions franaises Saint-Domingue.

CULTURE DU CACAO.
D'Ogeron avait dj fond le premier bourg de Logne quand, avant
d'tre nomm gouverneur de la Tortue, il fit une habitation Port-Margot








18 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

qu'il plant en cacao. C'tait la premiere fois que les Franais tentaient
Saint-Domingue une culture industrielle autre que celle du tabac, seule denre
d'exportation jusque l dans la colonie. Les boucaniers s'taient contents,
dans leurs boucans les mieux tablis, de planter des vivres, bananes et patates.
Le choix du cacao pour sa premiere plantation tait inspir d'Ogeron par
le succs que cette plante avait eu autrefois chez les Espagnols de l'Est.
Port-Margot fut donc ainsi avec le Port-de-Paix le premier tablissement de
la cte du Nord.

LES ENGAGES.
Les projects de d'Ogeron nous sont longuement expliqus par le P. du
Tertre qui tenait de lui de prcieux mmoires de l'tablissement de la Tortue
et de la cte de Saint-Domingue. Les profits de l'une et de l'autre, nous
dit cet historien, n'taient tablis que sur la boucanerie c'est--dire sur
les cuirs et les pilleries des flibustiers, de sorte que les bestes corners
diminuant tous les jours dans cette cte et tous les boucaniers dsertant
comme ils ont fait, il semblait qu'il n'y eust plus rien attendre qu' s'y faire
casser la tte par les Espagnols. D'ailleurs, les profits des flibustiers n'tant
que pour eux et si casuel que l'on y a toujours veu cent misrables contre
un homme riche, les fondements ne paraissaient pas assez fermes ny assez
seurs pour y tablir des colonies.
Aussi d'Ogeron s'appliqua-t-il fortifier la Tortue et la cte de Saint-
Domingue par le grand nombre d'engagez qu'il y avait fait passer et par
plusieurs bons habitants qu'il y avait attirs non plus pour la boucanerie
mais pour y faire de bonnes habitations et des marchandises, comme dans
les Isles.
Il fit venir dans son navire le plus qu'il lui fut possible d'engagez,
lesquels il bailloit une bonne parties aux habitants et les assistant de son
pouvoir jusques accepter de son propre argent les choses qui leur taient
ncessaires pour faire leurs habitations. Il refusait le paiement que plusieurs
habitants lui vouloient faire de leurs debtes et les obligeoit de s'en aller en
France avec ce qu'ils vouloient payer afin qu'ils en ramenassent des engagez
et en apportassent des marchandises pour leur compete et y fissent quelque
profit pour les tirer de la ncessit. Il passa mme jusqu' donner de l'argent
plusieurs pour aller en France lever des engagez pour leur compete et il
avait donn ordre ses correspondents de faire passer dans son navire, credit,
tous les habitants qui se trouveroient sur le port de mer sans argent.

LES HABITANTS. CULTURE DU TABAC.
Voil donc les premiers propritaires de Saint-Domingue, flibustiers mis-
rables, boucaniers dcourags, habitants sans argent ignorant la culture des
pays chauds et se cantonnant dans la culture facile du tabac; or le tabac
qui avait t une grande resource aux les tant que le commerce avec les
Hollandais y avait t possible se trouva dprci le jour o son exportation
de Saint-Domingue et son introduction en France devint un monopole aux







DU CAP-FRANAIS 19

mains des Compagnies de navigation ou de fermiers. Le Nord tarda se
livrer d'autres cultures tandis que la plaine de Logne avait une sucrerie
tablie en 1680. Le Nord n'en eut que vingt ans plus tard.

CONSTITUTION DE LA FAMILLE.
Il ne suffisait pas d'Ogeron d'attacher au sol les aventuriers de Saint-
Domingue, il fallait aussi les marier et constituer des families qui puissent
assurer l'existence de la colonie. A cet effet, dit Charlevoix, on lui envoya
des filles de France, et quoique le nombre ne ft pas d'abord considerable,
on s'aperut bientt d'un grand changement dans l'esprit et les manires
des habitants. Il est vrai que dans ces commencements, si les femmes commu-
niqurent leurs maris un peu de toutes les vertus qui sont naturelles leur
sexe, ce ne fut pas tout fait comme la lumire qui ne perd rien en se com-
muniquant. Mais le temps a achev de perfectionner les uns et de rendre aux
autres ce qu'elles avaient perdu. D'un autre ct leurs maris n'avaient pas
laiss de leur inspire aussi un peu de leurs vertus militaires et quelques-
unes ont port fort loin l'agilit et la bravoure. On a vu longtemps Saint-
Domingue et, dans un besoin, l'on verroit peut-tre encore des atalantes
atteindre la course les taureaux et les sangliers d'aussi bonne grce que
les plus agiles mlagres et plus d'une amazone faire le coup de pistolet
avec d'autres femmes et mme avec les plus hardis guerriers.
La compagnie n'avait envoy que cinquante filles qui furent d'abord
vendues et livres ceux qui en offrirent davantage. M. d'Ogeron renvoya
sur le champ en France le mme btiment qui les avait apportes et il revint
peu de temps aprs avec une pareille charge don't il eut bientt le dbit. Mais
on ne continue pas avec le mme zle seconder celui du gouverneur de la
Tortue et cette negligence a longtemps laiss cette colonie dans une langueur
don't elle se sent encore aujourd'hui.

LES PREMIERS HABITANTS DE LA GRANDE TERRE.
D'Ogeron s'occupa aussi d'tendre la Grande Terre les tablissements
franais. La guerre de 1666 contre l'Angleterre fut la premiere occasion qu'il
saisit pour lancer les habitants de la Tortue la conqute de Saint-Domingue.
< Il savait fort bien, dit du Tertre, que les Anglais de la Jamaique ne
viendraient jamais lui moins de quinze cents ou deux mille pour le com-
battre et qu'il lui serait impossible de leur rsister cause de la dsunion de
ses forces. Le peu d'habitants qu'il y avait dans la Tortue tait tellement
dispersez qu'il se trouvait assez souvent rduit quarante ou cinquante
hommes pour dfendre la rade et sept ou huit lieues de costs o l'on pouvait
partout descendre fort facilement. Cela l'obligea commander tous les
marchands magasiniers et aux principaux habitans de l'Isle de transporter
dans la Grande Terre de Saint-Domingue tout ce qu'ils avaient de plus pr-
cieux, commenant le premier pour y exciter par son example.
< Il dclara ensuite que si les Anglais le venoient attaquer si forts qu'ils
ne put leur tenir teste, qu'il mettrait le feu dans les magasins, se retireroit







20 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

avec les habitans dans les bois et feroit si bonne guerre aux Anglais par des
embuscades et des surprises, pendant qu'il aurait de quoy manger, qu'il les
obligeroit de se retire.
Ces incitations de D'Ogeron passer la Grande Terre eurent leur effet
puisqu'il dut plus tard porter une ordonnance qui dfendait tous les maga-
siniers de vendre et d'acheter la Tortue, si dans six mois ils n'y avaient
des habitations entretenues < en sorte que le commerce n'y estant bon qu'
cause des flibustiers cette ordonnance y conservt les uns et les autres et en
mme temps la culture de l'Isle et que ces marchands magasiniers y contri-
buassent l'augmentation de la colonie puisqu'ils en tiroient le profit. (du
Tertre).

ETABLISSEMENT REGULIER DE PORT-DE-PAIX.
Ce fut probablement cette poque que le Port-de-Paix devint un ta-
blissement rgulier. En 1665, alors que, suivant l'tat relev plus haut, Port-
Margot avait en tout cent cinquante hommes, Port-de-Paix n'tait encore
que bien peu de chose, un commencement d'habitations. Moins d'un an
aprs, ce peu de chose s'accrot de beaucoup de flibustiers qui se font habi-
tants et en 1671 il compete comme l'un des postes important des Franais
Saint-Domingue, auprs de Logne, Petit-Gove, Nippes, moins fort cepen-
dant que ces derniers.
Son glise avait t ddie la Conception de la Ste. Vierge < En souve-
nir de ce que Colomb avait donn ce nom au Port--1'Ecu qui a dpendu de
Port-de-Paix >.

DECLINE DE PORT-MARGOT.
L'tablissement de Port-de-Paix fit sans doute tort au Port-Margot. Cette
localit en effet, florissante en 1665, ne figure plus, en 1671, parmi les postes
important de la colonie. Seuls les boucaniers persistent l'habiter et plu-
sieurs de ses cantons conservaient, en 1789, leur souvenir: Grand Boucan,
Boucan au figuier du Pre l'Amande, Boucan Michel, Boucan Tache, Boucan
Champagne.

PORT-FRANAIS.
Au contraire du Port-Margot, le Port-Franais, la Bande du Nord,
don't il n'est pas fait mention en 1665, est, six ans plus tard, assez considerable
pour que le gouverneur d'Ogeron, accompagn du chef d'escadre de Gabaret,
s'y rende afin d'obtenir la soumission des habitants. Bien des lieux, Saint-
Domingue et Port-Franais tait de ce nombre n'ont eu de population
qu'autant que les flibustiers s'y rendaient pour dpenser l'argent de leurs
prises et se fournir des munitions et armes qui leur taient ncessaires.






DU CAP-FRANAIS 21


5.-Etablissement de la plaine du Cap.

En 1670, l'occasion se prsenta d'Ogeron, gouverneur de la Tortue et
Cte de Saint-Domingue, de fonder l'est du Port-de-Paix un poste perma-
nent et solide. Le gouverneur s'tait rendu en France pour promouvoir les
intrts de la Colonie, il y avait reu l'assurance que les privileges de la
Compagnie des Indes occidentales pour le commerce exclusif des colonies
franaises ne seraient pas maintenus et qu'avant peu d'annes le commerce
de Saint-Domingue en particulier se ferait sans les entraves qu'y avait mises
la Compagnie et qui avaient dtourn jusque l les Franais de faire des
habitations. Il avait ramen avec lui plusieurs centaines d'engags et avait
dtermin des families d'Anjou et de Bretagne passer Saint-Domingue.
L'anne suivante, les flibustiers de la cte lui revinrent d'une expedition
Panama, fatigus de la course qui ne leur avait rapport que des ennuis
et disposs se rendre aux pressantes sollicitations du Gouverneur qui les
engageait se livrer la culture de la terre.

LE HAUT DU CAP.
Profitant de ces heureuses circonstances, d'Ogeron dcida douze hommes
crer un nouveau bourg franais la cte Saint-Domingue. (La cte Saint-
Domingue appele cette poque Bande du Nord s'tendait du Mle la
Baie de Mancenille. Les rivages du golfe de la Gonve taient gnralement
dsigns sous le nom de Cul-de-Sac).
Cette cte offrait des aspects trs divers: l'ouest, dans la parties qui
tire vers la Tortue, elle est couple de puissants contreforts de montagnes
prolongs jusqu' la mer et qui ne laissent entire eux que d'troites valles
s'ouvrant sur des baies de peu d'enfoncement et sans abri. A l'est au contraire,
la cte plus basse se dcoupe en baies plus ouvertes, les derniers spaces
des mornes s'abaissent en pentes douces dans une plain o le limon des
rivires a form un terrain tout prt la culture. Laissant aux boucaniers
les troites valles, les douze habitants envoys par d'Ogeron pntrrent
dans la plaine par une petite rivire sur les bords de laquelle ils choisirent
pour s'tablir une patte de montagne une lieue de la mer, spare de la
plaine qui confine l'Espagnol par la rivire mme et communiquant avec
la baie prochaine par le chemin qui, en cas d'attaque par terre, pouvait leur
offrir une sre retraite. Nul poste ne pouvait mieux convenir ces anciens
flibustiers, nul poste non plus n'tait plus propre assurer ces nouveaux
habitants la conqute pacifique de toute la plaine.
La baie qui tait le dbouch natural vers la mer du nouvel tablissement
et o se jette la rivire qui lui fait un rempart fut appele la Petite Anse;
la pointe ouest de cette baie mrita par ses formes massive le nom de Gros
Cap de la Petite Anse; le rivage de la mer le long du morne qui finit au Gros
Cap devint le Bas du Cap ou la Basse-Terre; et l'tablissement des douze
premiers habitants fut le Haut du Cap.







22 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

Le Haut du Cap eut une glise sous l'invocation de saint Pierre, patron
de Pierre Le Long, chef de la petite colonie. Le cur du Haut du Cap s'appelait
Bournon, dominicain.

BOURG DE LA PETITE ANSE.
Bientt dans la plaine mme, sur la rive oppose de la rivire, un nou-
veau bourg se forma presque aussitt, le bourg de la Petite Anse don't l'glise
fut ddie l'Immacule Conception.
La rivire servit aux transports et chacun s'accommoda, le long de son
course, d'un terrain que d'Ogeron s'empressa de concder.
La premiere culture du Haut du Cap et du bourg de la Petite Anse fut
celle du tabac qui ne donnait gure la fortune.

ANNE DIEU LE VEUT.
Le nom d'une femme est attach ce premier tablissement, celui d'Anne
Dieu le Veut, la seule femme don't les historians de ces dbuts de Saint-
Domingue nous aient conserv le souvenir prcis et qu'il imported de connatre
pour apprcier l'lment fminin de cette socit o les Capucins eurent
exercer leur zle. Elle tait l'pouse de Pierre Le Long. C'tait une de ces
hrones don't la colonie de Saint-Domingue produisait dans les commence-
ments un assez bon nombre. (Charlevoix).

PREMIERE HABITATION DU BAS DU CAP.
Le premier habitant du Bas du Cap fut Gobin, calviniste de religion, qui
eut son habitation au sud de la ravine du Cap. La parties mridionale de la
ville actuelle du Cap n'tait alors qu'un marais s'tendant du morne la mer,
de sorte que l'habitation Gobin occupait la plus grande parties du terrain
disponible en ce lieu.
Ce fait montre bien la resolution des premiers colons d'abandonner la
course sans esprit de retour. Ils attachaient peu d'importance ce bord de
mer, ce qu'ils avaient cherch c'tait un emplacement propre aux cultures
sans se soucier de conserver un port o ils auraient pu armer.

FOUNDATION DE MOUSTIQUE.
Les deux paroisses primitives ne tardrent pas se scinder. En 1676, de
Pouancey, neveu et successeur de d'Ogeron, rappela les Franais tablis
la presqu'le de Samana parce qu'ils taient trop loin des autres tablissements
franais et se trouvaient exposs aux attaques des Espagnols. Il leur assigna
comme nouvelle residence la plaine du Cap. Tous n'obirent pas aux ordres
de Pouancey, ceux qui s'y soumirent fondrent au sud-ouest du Haut du
Cap le bourg de Moustique don't l'glise avait saint Jacques comme patron
et le P. Hyacinthe, dominicain, pour cur. Les premires cultures de la nou-
velle paroisse furent l'indigo et le cacao, culture que pratiquaient depuis long-
temps les colons de Samana.







DU CAP-FRANAIS 23

PAROISSE DU BAS DU CAP.
Le Bas du Cap s'accrut la mme occasion et ne tarda pas tre rig
en paroisse sous le vocable de l'Assomption de Notre-Dame du Bon Secours
en 1676. Ce lieu tait dj le plus important du quarter et Pouancey songeait
ds 1678 le fortifier pour le mettre l'abri d'un coup de main des Espagnols.

PAROISSE DE QUARTER MORIN.
Dans l'est de la paroisse de la Petite Anse, sur les bords de la Grande
Rivire se forma, grce aux mmes circonstances, un centre qui devint plus
tard le Trou de Charles Morin du nom du colon don't les proprits avaient
le plus d'importance. Son glise, une lieue du rivage et une demi-lieue
l'ouest de la Grande Rivire, fut ddie saint Franois d'Assise.
L'extension des dfrichs l'est du Quartier Morin amena mme la forma-
tion d'un embarcadre qui fut plus tard celui de Limonade. En 1679 on y
construisit une petite chapelle don't le P. Rodolphe, bndictin, tait desservant.
Telles taient les paroisses existantes la cte Saint-Domingue en 1681
quand les Capucins furent charges de cette mission.

6.-Etat de la mission: 1684.

SUPERIEUR DES CAPUCINS A PORT-DE-PAIX.
Le suprieur des Capucins eut d'abord sa residence Port-de-Paix. Un
terrain y fut concd la mission l'extrmit orientale de la baie don't la
pointe a pris le nom de Pointe des Pres. Le fort que Vaudreuil y construisit
en 1756 le Petit Fort garda pour le vulgaire le nom de Fort des Pres.
Le Morne aux Pres limita l'est cette concession depuis le rivage jusqu'aux
dernires rues de la ville, au sud.

RAPPORT DE 1684.
Lors de la visit qu'ils firent Saint-Domingue en 1684, les administra-
teurs gnraux des Iles, MM. de S. Laurent et Begon, crivirent au Suprieur
des Capucins une lettre, qui nous a t conserve, sur l'tat de la Mission.

ENTRETIEN DES RELIGIEUX.
Aprs avoir constat que bon nombre de missionnaires meurent jeunes -
ce qui donne mauvaise opinion du climate de la colonie les administrateurs
indiquent les moyens prendre pour obvier ce premier inconvnient. < Il
faut, disent-ils, que vos suprieurs de France concourent avec nous ou qu'ils
trouvent bon que notre mission soit borne dans les quarters que vous serez
en tat de servir et qu'on appelle d'autres missionnaires pour servir les autres.
L'expdient que nous avons trouv est de pourvoir, l'avenir, la
subsistence de deux religieux dans chaque cure et de faire en sorte que ce
qu'on leur promettra leur soit entirement pay, qu'ils ne soient point charges
3







LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


de faire eux-mmes la recette en dtail et qu'ils soient exempts, par ce moyen,
de mille petits chagrins que cette rcolte leur a donns jusques present.
Ils seront pays dans la bonne saison en bonnes marchandises et pourront
faire leurs provisions plus commodment et meilleur march qu'ils n'ont
fait dans le pass.

LOGEMENT. EGLISES.
SNous avons, outre cela, pourvu leur logement dans chaque quarter
et si vous tenez de votre part la main l'excution des ordres que nous avons
donns, vos Pres ne manqueront de rien et ne seront plus sujets aux caprices
des habitants qui les ont toujours regards comme des prestres gages,
auxquels ils donnaient cong fort souvent, ce qui est cause que les glises
sont dgarnies et les presbytres dnuez de toute sorte de commodits, parce
que ceux qui sortent emportent tout ce qu'ils ont achet et ceux qui arrivent
sont dgarnis de tout, et, dans le commencement de leur mission, sont obligs
de retrancher sur leur vie afin d'avoir les meubles qui leur sont ncessaires.

MARGUILLIERS.
Pour remdier ces abus nous avons fait connatre aux habitants qu'il
ne leur appartenait pas de chasser les missionnaires de leurs cures et nous
avons maintenu ceux auxquels ils avaient donn cong. Nous leur avons
ordonn de commettre dans chaque cure deux marguilliers qui seront deux
ans en charge et don't il ne sortira qu'un la fois. Le premier sera charge
de recevoir des habitants ce qui sera rgl tant pour la subsistence des curs
que pour l'entretien des glises et vos Pres auront un credit ouvert sur luy
jusqu' la concurrence de ce qu'il sera charge de leur payer par an.

NOURRITURE.
SVoil, mon rvrend Pre, ce que nous avons cru devoir faire de notre
part, mais de la vtre il nous parat ncessaire que vous ordonniez vos Pres
de se nourrir de pain, de vin, de viande frache et de ne s'pargner aucune
des choses ncessaires la vie, parce que nous savons, par une experience
certain, que la mauvaise nourriture est trs dangereuse icy, et plus dan-
gereuse aux religieux qui sont gens rgls qu'aux autres hommes.
< Nous ne vous disons rien n'y de vos jenes n'y de vos habits. Vous
savez mieux que nous le mal qui en arrive et vous devez mieux que nous
en savoir le remde.

DETAILS DES CONTRIBUTIONS.
Vient ensuite le dtail des contributions que les diverse paroisses s'en-
gagent payer pour les curs. On y voit qu' l'exception des quarters de
Logne, des Sources (Cul-de-Sac) et de Grand-Gove desservis par les
Jacobins, tout le reste de la colonie est confi aux soins des Capucins.
Les habitants du Petit-Gove demandent deux prtres et promettent







DU CAP-FRANAIS 25

cinq cents cus; si l'un des prtres fait dfaut ils ne donneront que trois cents
cus. La Tortue et Port-de-Paix veulent trois prtres et offrent huit cents cus.
Les cinq quarters du Cap: Haut du Cap, Bas du Cap, Sainte-Anne, Mous-
tique, Quartier-Morin auront huit prtres et s'engagnent pour mille cinq cents
cus.
Enfin la Grande Anse, Nippes, le Rochelois verseront cinq cents cus, le
tout en bonnes marchandises du pays. Le quarter du fond de l'Ile Vache
doit tre desservi par un prtre sculier qui se content de douze mille livres
de sucre que Sa Majest lui fera payer, les habitants tant si pauvres et en
si petit nombre qu'il leur est impossible d'entretenir un religieux.
De mme un autre prtre sculier sera attach au service du gouverneur
de Port-de-Paix.

BESOINS DE LA MISSION.
Vous voyez, ajoutent les administrateurs, que si vous voulez entre-
prendre le service du Petit-Gove, de la Tortue, du Port-de-Paix, du Cap,
de la Grande Anse, de Nippes et du Rochelois, il nous faut au moins seize
religieux. Vous n'en avez que six, il faut nous promettre positivement de faire
venir encore neuf ou dix religieux pour remplir les places vides, ne pouvant
vous dissimuler que nous voyons ici avec chagrin laisser quatre grands quar-
tiers pas trop loigns comme sont ceux de la Grande Anse, de Nippes,
Rochelois et l'He Vache sans un seul prtre n'y sans avoir aucun secours
spiritual.

ADMINISTRATION DES PAROISSES.
Ce premier point puis les administrateurs traitaient de l'administration
des paroisses. < La second chose don't nous croyons tre obligs de vous
parler, c'est d'exciter vos pres se rendre uniforms non seulement entire eux
mais encore avec les autres religieux ou prtres sculiers pour l'observation
des ftes et des jenes et convenir avec eux de suivre le Rituel remain qui
est celuy que vous avez tmoign vous convenir le mieux, se rendre assidus
l'instruction des engagez et ngres, faire le prne au moins une fois en
quinze jours, chanter vespres tous les dimanches et festes, dire la grand'-
messe une heure rgle, et s'appliquer par des voies douces corriger les
vices et les dsordres qui sont trs frquents dans les Iles, et la rconci-
liation des ennemis, nous tant aperus qu'il y a peu d'union et d'amiti
entire les habitants.

ORDONNANCES DIVERSE.
Aprs quelques observations sur les pnitences publiques et recomman-
dations au sujet des registres des paroisses, les administrateurs font part au
suprieur des Capucins de quelques rglements ou ordonnances qu'ils ont
pris et fait enregistrer concernant le casuel, les defenses faites aux cabaretiers
de vendre pain ni vin pendant la grand'messe et les vespres, la defense de






LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


jurer et de faire du bruit autour de l'glise pendant le service divin, la
punition des blasphmateurs et l'expulsion de l'le des femmes publiques, la
vente de la viande les jours dfendus par l'glise, le travail des engags et
des ngres les jours de ftes et dimanches, l'tablissement de cimetires dans
les quarters loigns de l'glise.

1684 : DATE DE L'EGLISE DE SAINT-DOMINGUE.
L'anne 1684 marque donc une date important non seulement dans
l'histoire de la mission des Capucins mais encore dans l'histoire de l'Eglise
Saint-Domingue parce que en cette anne elle eut ses premiers rglements
et reut une organisation temporelle qu'elle conservera pendant plus d'un
sicle.

7.- Progrs de la mission

APPEL AUX CARMES.
Les Capucins ne purent suffire aux demands de la colonie de Saint-
Domingue. Ils conservrent jusqu'en 1704 la paroisse de Petit-Gove, mais
peu de temps aprs la lettre de Saint-Laurent et Begon, ils durent demander
secours aux Carmes. Trois Carmes vinrent dans l'le et deux autres d'entre eux
administraient en 1687 les deux cures du Haut et du Bas du Cap.

PORT-DE-PAIX, SIEGE DU GOUVERNEUR : 1685.
De Pouancey mourut en 1683 et son successeur M. de Cussy, ancien officer
de la colonie, se fixa Port-de-Paix. Nous avons su qu'en novembre 1684
les administrateurs gnraux affectaient un prtre la residence du gouver-
neur au Petit Port-de-Paix. Au mois de mars 1685, de Cussy s'y faisait cons-
truire une maison et lever au bord de la mer une batterie de vingt canons
avec une tranche pour mettre sa residence l'abri d'une attaque. Il est vrai,
si Port-de-Paix possda le gouverneur, il n'eut jamais le conseil suprieur
de Saint-Domingue qui fut institu en 1685 et tabli en 1686 au Petit-Gove.
Port-de-Paix resta capital de Saint-Domingue jusqu'en 1696. Prive du
tribunal supreme, cette ville vit s'installer en son sein une snchausse.
Elle obtint un major pour le roi dans la personnel de Thomas Le Clerc, cuyer,
sieur de la Boulaye et enfin un lieutenant du roi pour la cte Nord de Saint-
Domingue, de Franquesnay.

FIN DE LA PAROISSE DE LA TORTUE : 1687.
Pendant que s'accroissait Port-de-Paix, la Tortue dclinait; abandonne
par le gouverneur elle le fut aussi de ses habitants. Elle n'eut pas de cur
de 1687 1692 et l'conomie faite sur le traitement des deux prtres qui lui
taient destins fut en parties attribue aux religieux de la Charit pour la
foundation d'un hpital Saint-Domingue. En 1694 elle tait dserte.







DU CAP-FRANAIS 27

LES CAPUCINS AU BAS DU CAP.
Le Bas du Cap, comme le Port-de-Paix, eut une snchausse installe
en juin 1686. Avant cette date, les Capucins avaient trouv l'occasion de s'y
tablir aussi solidement qu'ils l'taient dj Port-de-Paix. Au nord-ouest
de l'habitation Gobin, se trouvait alors un monticule isol ayant 80 toises de
long sur 40 de large. Aprs la mort de Gobin en 1680 M. Marquant, capitaine
des milices et commandant du Cap, charge des pouvoirs de la veuve Gobin,
fit vendre judiciairement ce morne et le terrain circonvoisin. M. de Pouancey,
gouverneur de Saint-Domingue, les acheta huit milliers de tabac.
A la mort de M. de Pouancey arrive le 30 septembre 1683, M. Galichon
hrita de cette acquisition et M. de Launay Pays, frre de la veuve Galichon,
donna aux Capucins du Cap, dans la personnel du P. Chrysostome, cur du
lieu, le morne qui faisait alors la borne du bourg l'ouest et un terrain pour
jardin situ plus ouest encore dans la savane, condition qu'ils diraient des
messes pour le repos de l'me de son beau-pre jusqu' la concurrence de
cinquante cus, valuation faite des objets. Les religieux firent construire
sur le morne une maison en planches de palmiste, couverte d'aissantes, o
tait une chapelle consacre saint Franois, ils l'habitrent et voil le
morne devenu le morne des Capucins. (M. de St. Mry)

CHAPELLE DE LIMONADE.
Les paroisses de la plaine s'accrurent aussi. La chapelle de Limonade
don't le P. Hyacinthe, capucin, fut le chapelain en 1681, prit de l'importance
par suite de l'extension vers l'est des tablissements franais. Lors de leur
visit MM. de S. Laurent et Begon persuadrent au lieutenant du roi M. de
Franquesnay et M. Robineau, procureur la snchausse du Cap, de fonder
des hattes ou parcs d'animaux sur les terrains non encore occups, le second
une lieue l'est de l'embarcadre de Jacquezy, le premier la savane de
Limonade.


8.- Visite des paroisses : 1688
En 1688, suivant les ordres de M. de Cussy, gouverneur pour le roi en
l'le de la Tortue et Cte de Saint-Domingue, des visits sont faites dans les
paroisses. Les actes de ces visits ne disent pas dans quel but. Mais il est
facile de conclure que le gouverneur voulait mettre le roi mme de juger
de la pnurie de sa colonie. Le procureur du roi la snchausse du Cap,
Franois Camuzet, est dlgu pour prsider cette visit dans les glises
de la dpendance de ce tribunal. De mme, le procureur de Port-de-Paix,
Gabriel Robin, agit dans la ville de Port-de-Paix. Assistent la visit et en
signent les procs-verbaux les curs, marguilliers et notables de chaque
paroisse. Nous possdons en leur entier trois de ces procs-verbaux, ils se
ressemblent tous les trois de trs prs.






28 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

QUARTIER-MORIN.
Au Quartier-Morin le procs-verbal est sign du P. Jean Davila, cur,
et de Jean Dumolard et Jean Mandeville, marguilliers.
c Nous avons trouv, disent les commissaires, une glise soutenue par
des fourches, couverte de cannes sucre et entoure d'une palissade, le tout
demi-pourri. Ensuite nous avons vu un seul autel sur lequel nous avons trouv
un vieux et petit tabernacle sans dorure, huit petites images de paper, deux
vieilles statues qui reprsentent deux anges et quatre chandeliers de bois
demi-rompus. De l nous avons pass la sacristie tendant la mme ruine
que la susdite glise. Nous y avons trouv deux coffres, un grand et un
mdiocre. Dans l'un il y a douze vases de terre de faence, dans l'autre il y a
deux chasubles, une verte et l'autre noire qui ne vaut pas grand'chose, deux
aubes, une fine et l'autre un peu grossire, un calice d'argent un peu rompu
par le pied, deux corporaux percs, six purificatoires, deux nappes pour la
communion et trois serviettes, une petite clochette pour l'lvation de l'hostie,
deux missels vieux. Dans le susdit tabernacle il y a une petite custode pour
conserver le Saint-Sacrement. Hors de l'glise il y a une cloche de 700 livres
pesant ou environ, ne sonnant point, cause qu'elle est appuye sur terre, n'y
ayant point de clocher.

BAS DU CAP.
Le procs-verbal est sign par le P. Jean Chrysostome de Libourne, cur
et Rouault, marguillier.
L'glise est construite de mchant bois de palmiste et toute prte
tomber, couverte de feuilles sans tre lambrisse, le tout suivant la facult
des habitants, laquelle glise nous avons trouve dpourvue de toutes les
choses ncessaires. Nous avons pareillement fait la visit du cimetire de ladite
glise, qui n'est nullement clos mais expos toute sorte d'animaux. De l
nous nous sommes transports au presbytre que nous avons trouv en pareil
tat que l'glise presque tout dcouvert et y pleuvant partout.
D'aprs ce procs-verbal, il semble qu' cette date de 1688, les Capucins
n'avaient pas encore reu le terrain du morne des Capucins.

HAUT DU CAP.
Le procs-verbal, sign par le P. Michel de Calais desservant en l'absence
du cur et par Franois Camuzet, marguillier, a ceci de particulier qu'il
ntmre les objets don't l'glise est dpourvue : < L'glise s'est trouve dcou-
verte et sans palissade, portes ni enclos. Il y manque une grosse cloche attend
que c'est une grande paroisse, un tableau de saint Pierre, une croix de bois
de deux pieds de haut pour l'autel, etc.

PETITE ANSE.
Le procs-verbal est sign du P. Michel de Calais, desservant et Mass,
trsorier. < L'glise est btie de neuf et entoure de palissade, mais le cime-
tire est rempli d'herbes et non enferm et le presbytre est tout fait ruin.







DU CAP-FRANAIS 29

PORT-DE-PAIX.
Le procs-verbal est sign par le P. Victor, cur et Philippe le Bocq,
marguillier.
L'glise est de bois, couverte d'aissantes et manquant de plusieurs choses.
Mais on trouve aussi que malgr qu'elle ait soixante pieds de long, elle
est insuffisante pour contenir les fidles qui s'y rassemblent, que si les trois
cloches ne peuvent sonner en branle, le clocher a trente pieds de haut. Quant
au presbytre, bti aux dpens du cur, sur un terrain concd aux Capucins,
il est assez spacieux pour loger trois ou quatre religieux, mais le cimetire
est sans cloture. (M. de S. M.)

RUINE DES PAROISSES DU CAP.
Les procs-verbaux de visit pour les paroisses du Quartier-Morin, du
Bas du Cap, du Haut du Cap et de la Petite Anse imploraient la bienveillance
du roi afin que par sa charit royale qui lui est si ordinaire il lui plaise
y donner secours.
Mais trois ans aprs les paroisses de la dpendance du Cap taient ravages
par les Espagnols. Au mois de janvier 1691 ils firent invasion, au nombre de
trois mille, en territoire franais. M. de Cussy, qui n'avait que mille hommes
leur opposer, fut contraint de leur prsenter le combat en pleine savane de
Limonade. Il soutint le choc pendant une heure et demie, mais les lanciers
espagnols, donnant enfin, enfoncrent le centre de la troupe franaise et la
mirent en droute. Cussy et ses principaux officers furent tus avec quatre
cinq cents Franais. Les Espagnols profitrent de leur victoire en dtruisant
tous les bourgs de la plaine.


9.- Etat spiritual des paroisses: 1688

Un curieux document qui porte la date du 3 mai 1688 rvle l'tat spiritual
de la parties du nord la mme poque o nous venons de voir la grande
dtresse des glises et presbytres.
Le cur de Quartier Morin, P. Jean Davila, avait cru devoir transmettre
au Ministre de la Marine lui-mme ses dolances au sujet de ses paroissiens.
La lettre du cur, envoye en communication au gouverneur de Cussy, pro-
voqua une rponse de ce dernier o se trouve trac un tableau, flatt peut-
tre, des progrs de la mission mais o nous pouvons reliever un certain nombre
de faits prcis que l'on ne saurait rvoquer en doute.

PRATIQUE DES SACREMENTS.
Le cur s'tait plaint que les habitants fussent des athes. Le gouverneur
avoue volontiers que la Plaine du Cap est le quarter de toute la cte o
il y a le plus de libertins, parce qu'il est le plus peupl, mais le changement
qui s'est fait depuis cinq ou dix ans dans les murs est tel qu'on ne reconnal-






30 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

trait plus les habitants. Ils font tous les ans, l'exception d'un petit nombre,
leurs devoirs de chrtiens de sorte que les curs en sont difis et il y en a
plusieurs qui communient quatre fois l'an.

MARRIAGES ET M(URS.
Il y a peu de concubinage et lorsqu'il y en a qui porte scandal l'on lui
fait quitter ou espouser. Le gouverneur note ensuite depuis le mois plus de
vingt marriages d'habitants avec leurs esclaves qu'ils ont mieux aim pouser
que de les quitter...
Le jurement qui tait autrefois l'ornement de leurs discours se trouve
fort rarement dans leur bouche moins que ce ne soit quelques ivrognes que
je fais mettre ordinairement, quand cela se rencontre, en prison pour cuver
leur vin.

RESPECT DES MISSIONNAIRES.
La second plainte du P. Davila portait sur le mpris tmoign aux
missionnaires par les habitants qui font tout ce qu'ils peuvent pour les
obliger quitter.
L'anne prcdente on tait all jusqu' exposer sur la route un manne-
quin vtu en Capucin avec une queue de cheval.
Le gouverneur n'a pas de peine assurer le ministry des bonnes inten-
tions des habitants, et, ce qu'il dit au dbut de sa lettre, des libertins fort
nombreux dans le quarter, expliquerait assez des procds que des gens senss
dsavouaient sans doute. Il y avait, dit-il, dans cette affaire moins de malice
que de scandal don't V. S. ne devait pas estre importune ni par eux ni
par moy qui ai t oblig de vous faire ce dtail pour mettre couvert les
habitants qui me disent fort souvent des choses contre ces religieux que je
ne puis ny ne veux croire.
A la vrit, la plus grande parties de ces missionnaires mnent une vie
fort exemplaire qui est la meilleure prdication que l'on puisse faire aux
habitants de cette Coste.


10.- De 1691 1695.

AVANTAGES DU CAP-FRANAIS.
Tous les soins donns au Cap cette poque s'expliquent par les avan-
tages que prsente la position de ce lieu sur celle de Port-de-Paix. Un rapport
de Donon de Galifet, officer de Sainte-Croix, et rdig en 1691, s'exprime
ainsi ce sujet: Le Cap-Franais (c'est le nom que prend dsormais le
Bas du Cap) est situ dans le meilleur air de toute l'Isle, le port en est bon
et admirablement bien plac pour les vaisseaux qui viennent d'Europe. Le
terrain y est fertile et bien arros et il y a de quoi nourrir six mille hommes.
Il n'y en a prsentement que mille et pas une seule personnel de consideration.






DU CAP-FRANAIS 31


PORT-DE-PAIX, LA TORTUE, SAINT-LOUIS.
Le Port-de-Paix est huit lieux sous le vent, on y compete quatre-vingts
habitants au plus et il ne peut y en avoir davantage, la rade n'est pas bonne,
l'air mauvais et le terrain strile. On y voit nanmoins un assez grand nombre
de volontaires, gens fainants qui vivent de la chasse et logent la champagne
sous des huttes. Tout compris, ce poste est de cinq cents hommes.
La Tortue est vis vis, il y a cent hommes, pays difficile, uniquement
propre disperser les forces de la colonie.
La Tortue n'avait plus d'habitants en 1694. Son abandon valut la fon-
dation d'un nouveau bourg la Grande Terre, non loin de Port-de-Paix,
la pointe Palmiste, ce fut plus tard le bourg de Saint-Louis qui avait dj
un cur en 1695.

MAL DE SIAM : 1691.
La parties du Nord, dj prouve par l'invasion des Espagnols au dbut
de 1691, le fut encore cette mme anne par une cruelle maladie, le mal de
Siam. M. Ducasse qui n'tait pas encore nomm au gouvernement de Saint-
Domingue, l'apporta de la Martinique Port-de-Paix.
La maladie svit d'abord sur les rfugis de Saint-Christophe que les
souffrances et les privations prdisposaient ses atteintes, puis elle fit de
trs nombreuses victims sur les habitants de toute classes, sans distinction,
surtout dans les premires annes qui suivirent son apparition. Il est croire
qu'elle causa des vides dans les rangs des Capucins, car la raison qu'ils invo-
qurent pour abandonner leur mission en 1704 fut l'impossibilit o ils taient
de renouveler leur personnel.

DESTRUCTION DE LA PLAINE DU CAP : 1695.
Malgr ces preuves, les Capucins firent reconstruire leurs glises brles
dans la plaine du Cap. Mais une nouvelle descent des Espagnols, unis cette
fois aux Anglais, ruina de nouveau tous les bourgs non seulement de la
dpendance du Cap, mais encore de celle de Port-de-Paix.
A la fin de mai 1695, une flotte anglo-espagnole dbarqua quatre mille
hommes sur la cte nord de Saint-Domingue, pendant que deux mille Espa-
gnols s'avanaient par terre sur Limonade et le Haut du Cap.
Le major du Cap, Laurent de Graff, ne put, avec les renforts qu'il reut
de Port-de-Paix, runir plus de mille deux cents hommes. Sans doute c'tait
trop peu pour attaquer les allis en rase champagne, mais c'tait assez pour leur
faire beaucoup de tort et les empcher de russir dans leur entreprise.
De Graff, don't le courage tait au-dessus de tout soupon, se montra
trs indcis, perdit du temps, fut pris entire deux feux par les ennemis et
recula, voyant ses gens prendre la fuite de tous cts. Toutes les paroisses
de la plaine du Cap furent ravages, les bourgs brls, les habitants, qui
furent atteints, massacrs.







32 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

DESTRUCTION DE PORT-DE-PAIX.
Aprs ces exploits les allis se retirrent sur Port-de-Paix. L comman-
dait un homme qui n'entendait rien la guerre: Le Clerc de la Boulaye,
devenu lieutenant du roi. Le 30 juin, il mit le feu au bourg de Port-de-Paix
et se retira avec une parties des habitants dans le Grand Fort o il fut assig
ds le ler juillet. Le 14 il tenta d'vacuer le fort avec les habitants qui s'y
taient rfugis avec lui, la sortie fut malheureuse par la trahison d'un
dserteur qui informa l'ennemi des projects de la garnison.
Il y eut au Port-de-Paix, du ct des Franais, cinquante-cinq hommes
tus, trente-deux pris, trente-deux femmes, soixante-dix enfants et cinq cent
quarante-trois esclaves faits prisonniers.
Aprs le dpart des ennemis il s'y retrouva deux cent soixante et un
hommes, quatre-vingt-quatre femmes, cent quatre-vingt-un enfants et six cent
soixante-dix esclaves.
La division qui se mit entire les vainqueurs sauva les autres quarters
de Saint-Domingue.

BUTIN DE L'ENNEMI.
Les Anglais se retirrent le 27 juillet avec les hommes prisonniers, au
nombre desquels se trouvait le Capucin cur de Saint-Louis. Les Espagnols
eurent pour leur part les femmes, les enfants, et les esclaves qu'ils emmenrent
Santo-Domingo. Ils se retirrent en dtruisant tout ce qu'il y avait d'ta-
blissements franais du Cap Port-de-Paix jusqu'aux postes de boucaniers
de Port-Margot.

SANCTION CONTRE DE GRAFF ET LA BOULAYE.
La parties du Nord avait t perdue par l'impritie des officers qui y
commandaient pour le roi, car les habitants avaient en mainte circonstance,
pendant l'invasion de 1695, montr que bien commands, ils auraient pu rester
victorieux de leurs ennemis. Le gouverneur de toute l'Ile, Ducasse, que d'ail-
leurs les Anglais avaient eu soin de tenir en chec au Cul-de-Sac, s'tait
flatt que le Cap et le Port-de-Paix seraient hors d'insulte et il n'tait pas
venu au secours du Nord. Sa dconvenue fut complete quand il apprit le
dsastre et il ne cessa de rclamer qu'on instruist le procs des deux lieute-
nants du roi du Cap et de Port-de-Paix, de Graff et La Boulaye, qu'il jugeait
n'avoir pas fait leur devoir en cette circonstance. De Graff qui tait Hollandais
et qui avait servi l'Espagne avant de s'engager parmi les flibustiers, tait
mme souponn de s'tre entendu avec les Espagnols.
Deux officers, de Galifet et de Beauregard, le premier ancien lieutenant
du roi Sainte-Croix, le second major de Petit-Gove, furent charges d'in-
former contre eux. Les charges releves par les commissaires montrrent
que La Boulaye < tait l'homme. du monde le moins propre pour la place
qu'il occupait et avait plus pens conserver son habitation que son fort






DU CAP-FRANAIS 33


et que la tte avait absolument tourn de Graff . (Charlevoix). Le dernier
avait toujours t regard par Ducasse comme un sujet mdiocre pour le
service de terre.
Le roi donna ordre de faire passer les inculps en France mais cet ordre
dut tre contremand, car La Boulaye conserve son emploi sans function
jusqu'en 1697 o il obtint un cong absolu pour se retire. De Graff fut capi-
taine de frgate lgre et servit en cette quality pendant la guerre de la
succession d'Espagne. Galifet lui succda comme lieutenant du roi au Cap.


11.- Le retablissement de la parties du nord.
Galifet, deux ans plus tard, devint gouverneur de Sainte-Croix et du
Cap. Il eut sous son autorit M. de Charitte, lieutenant du roi qui plus tard,
en 1706, quand Galifet rsigna ses functions, devint gouverneur du Nord avec
le mme titre que Galifet. Ces deux hommes, Galifet et Charitte sont les
deux artisans du relvement du Nord.

GALIFET.
Galifet rsida au Cap de 1696 juillet 1700. A cette date, comme Ducasse
tait rappel en France, il prit l'intrim du gouvernement et habitat le Petit-
Gove. Il resta Saint-Domingue jusqu'en novembre 1703.
Il tait, dit Charlevoix, d'un grand mrite, d'un esprit excellent, d'une
bravoure prouve, sage, quitable, plus habile dans les lois qu'il n'appartient,
ce semble, un homme de guerre, ce qui, soutenu d'un grand sens natural
et du don de persuasion qu'il avait au supreme degr, lui faisait fuir plus
d'un procs en un jour qu'un Parlement n'en saurait vider en un mois et
presque toujours la satisfaction des parties. Il acquit de grands biens ce
qui lui attira bien des jaloux... Si du moins il en et fait l'usage don't il
avait de si beaux examples en M. Ducasse... mais il ne se picqua point de
cette gnrosit qui avait pass presque en obligation par la pratique de
tous ceux qui avoient eu jusque l du commandement dans la colonie, et
malgr toute son habilit et toute sa circonspection il ne sut pas assez cacher
ni peut-tre mme assez modrer la passion qu'il avait de thsauriser.
Galifet possdait la Petite Anse, au bord de la rivire du Haut du Cap,
un terrain don't il obtint l'rection en comt, en 1705, pour rcompense de
ses services pendant son intrim. Sur ce terrain furent plus tard tablies
trois des plus belles sucreries de la colonie.

CHARITTE.
Lorsque Galifet fut devenu gouverneur de Sainte-Croix et du Cap, il fut
remplac la lieutenance du roi par M. de Charitte.
< Entr en 1683 au service en quality de garde de la marine, tant alors
g de vingt-cinq ans, il fut fait enseigne en 1689 et lieutenant en 1693. Il







34 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


escortait un convoi de cent cinquante voiles pour la rivire de Bordeaux
lorsqu'il fut attaqu par une flessinguoise de vingt-deux canons et deux cor-
vettes espagnoles de dix ou douze canons chacune. A la troisime tentative
qu'on fit pour l'aborder, il eut le cou perc d'une balle de fauconneau, l'paule
et la mchoire fracasses. Malgr cela il ne fut pas pris et sauva son convoi.
Depuis cet instant M. de Charitte ne vcut que d'aliments liquides. Il obtint
une pension de cinq cents livres en 1697, la croix de Saint-Louis l'anne
suivante ainsi que la place de lieutenant du roi au Cap don't il devint gou-
verneur en 1706, aprs la mort de Galifet. (M. de St. M.). Il avait, avant
sa nomination au Cap, rempli pendant quelque temps les functions de lieute-
nant du roi la Plaine du fond de l'Ile--Vaches.
M. de Charitte tait doux, populaire, ennemi du despotisme, mais on lui
reproche, avec justice, d'avoir terni ces belles qualits par une insatiable
cupidit. Il possdait encore en 1716 le tiers du Quartier-Morin, mille toises
en carr dans la paroisse de la Petite Anse, la savane de Limonade et il
n'tait pas satisfait. (M. de S. M.). Il venait de vendre cette date la plus
grande parties de la paroisse de l'Acul qu'il s'tait fait concder.

ACTION DE GALIFET ET DE CHARITTE.
Il nous serait difficile de marquer la part qu'eut chacun de ces deux
hommes la restauration et au dveloppement de la mission des Capucins.
Un point est retenir: la fois chefs et grands propritaires ils eurent une
action prpondrante cette poque dans le nord de Saint-Domingue; ce
sont les deux principaux paroissiens des Capucins.
Ajoutons aussi qu'on peut attribuer Charitte la creation et l'accroisse-
ment de l'industrie sucrire dans le Nord, industries qui devait changer les
conditions de la vie Saint-Domingue. Au Quartier Morin, sur l'habitation
Duplaa qui lui appartenait et o sa maison se voyait encore en 1789, furent
plantes en 1699 les premires cannes de la plaine du Cap. Ces cannes furent
roules en 1700. Plus tard Charitte fit venir de France un raffineur instruit
et tablit sur la mme habitation la premiere purgerie de la colonie, avec
une poterie o l'on faisait des formes pour le sucre.

LE CAP, CENTRE DE LA COLONIE.
Dans la restauration de la parties du Nord, aprs le dsastre de 1695, une
ide guida les administrateurs : faire du Cap le point central des tablisse-
ments franais dans ces quarters. Galifet fit construire en 1699 la premiere
calle qu'ait eue la ville du Cap et, en 1702, la declaration de la guerre contre
l'Angleterre et la Hollande, il prsida en personnel l'excution des travaux
de defense du port et de la ville devant lesquels on avait recul jusque l.
Aussi le Bas du Cap, mieux desservi et dfendu prit-il de l'extension aux
dpens du Haut du Cap.






DU CAP-FRANAIS 35


12.- Etat des paroisses: 1695 1699.

PORT-DE-PAIX.
Pendant que le Cap se dveloppait la ville de Port-de-Paix avait failli
disparatre. Ducasse, ds 1695, prfra le sjour de Logne au sjour de
Port-de-Paix. Port-de-Paix cessait d'tre la capital de la colonie. Peu aprs
le retour des habitants de Saint-Domingue de l'expdition de Carthagne
en juillet 1697, la snchausse de Port-de-Paix fut supprime. Les habi-
tants reurent ordre de quitter leur residence et d'opter entire le Cap et
Logne pour s'y tablir de nouveau. Il ne restait au fort de Port-de-Paix
qu'un major et une compagnie pour interdire l'accs de cette cte aux forbans.
Ce fut le major, du nom de Danz, qui sauva Port-de-Paix. Il encourageait
les habitants ne pas quitter leurs habitations et continue leurs cultures,
et fit tant par ses dmarches qu'il obtint la rvocation des ordres du roi. En
dcembre 1698, Ducasse, passant en ce lieu, put constater que tout y tait
pour ainsi dire recr.

SAINT-LOUIS DU NORD.
Saint-Louis du Nord dut recourir la charit de M. Ducasse qui donna
l'glise, dit M. de St-M., le patron du roi, un prtre sculier pour cur, des
vases sacrs et quelques ornements.

LE HAUT DU CAP.
Le Haut du Cap perdit toute importance. Ce bourg, o l'glise avait t
rebtie en 1695, n'avait plus de cur en 1698 et la fin de 1699 la paroisse
fut supprime et les habitants rpartis entire la paroisse du Haut Moustique
et celle du Bas du Cap.
LE MOUSTIQUE.
L'glise du Moustique, reconstruite en 1695, au cabaret ou carrefour,
une lieue du Haut du Cap, fut, la suppression du Haut du Cap rapproche
du premier site o elle avait t leve.

LE QUARTIER-MORIN.
Le Quartier-Morin changea en 1700 son premier patron saint Franois
d'Assise contre saint Louis, changement don't M. de S. Mry n'a pu donner
la raison. Serait-il tmraire de penser qu'il fut sollicit par un bienfaiteur
insigne qui contribua pour la plus grande part sa reconstruction ?

EN 1707...
Toutes ces chaumires car c'est le seul nom qui convenait ces
glises devaient bientt tre remplaces par des glises en maonnerie. En
1707, trois ans seulement aprs le dpart des Capucins, on projetait d'en btir






36 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

de cette faon: on avait un architect, on semblait ne pas hsiter fournir
les fonds ncessaires, il ne manquait que des maons.

FOUNDATIONS DIVERSE
En mme temps que se reconstituaient les vieilles paroisses il s'en format
de nouvelles. La translation du bourg du Moustique vers l'est en 1699 fut la
cause ou la suite de la creation de la paroisse du Camp Louise, aujourd'hui
l'Acul, rige en 1699. < Pour y attirer les habitants ou plutt pour y retenir
ceux qui s'occupaient dj d'lever des pourceaux, M. de Galifet fit prendre
une concession son neveu et une autre aux religieux de la Charit. Avec
ces examples il fallut moins de huit jours pour que le terrain entier de la
paroisse et des concessionnaires.
< Un Carme qui venait de la Guadeloupe, avec une commission de
MM. Blnac et Bgon, administrateurs gnraux des Iles franaises, pour
tre le pasteur de Nippes et du Rochelois, consentit en tre le premier cur.
Dj depuis 1695 une chapelle avait t btie Port-Margot. La fonda-
tion de la paroisse de Camp de Louise la fit abandonner et ce lieu dpendit
de Camp de Louise.
En 1701, une chapelle s'levait au Bois de Lance, dpendance de Limonade.
En 1698, les tablissements du Dondon taient fonds par Andr Minguet.
A Bayaha, quelques anciens soldats tablis en ce lieu par Galifet se
construisirent une glise don't l'abb Rio fut le premier cur en 1703. Cette
glise tait au sud-est de la ville actuelle de Fort-Libert huit cents toises
sud de l'embarcadre de la Crochue.
De tous cts, par l'extension des habitations, s'accroissait le champ
d'action des missionnaires.

RAPPORT DE GALIFET EN 1699.
Sur l'tat des paroisses des Capucins il y a une lettre de M. de Galifet,
du 27 dcembre 1699. En voici quelques extraits.
SIl y a six paroisses en ce quarter. Leurs glises ont t brles la
dernire incursion des ennemis. Quelques-unes n'ont point t rtablies,
d'autres ont t rebties par intrim, petites, mauvaises et mal situes. J'ai
ordonn d'en btir de capable de contenir tous les paroissiens et o l'on puisse
dcemment faire le service divin. Et parce que trois de ces paroisses taient si
faibles qu'elles ne pouvoient fournir au paiement du cur et la fabrique
et entretnement de l'glise, de l'avis des religieux et principaux paroissiens,
j'ai rduit les trois paroisses en deux et situ les deux glises en sorte que
les deux extrmits de la paroisse ne seront pas plus loignes que d'une
lieue et demie au lieu que suivant la disposition qu'elles estoient auparavant
il y avoit des paroissiens trois lieues de leurs glises.
< Vous pouvez, Monseigneur, exiger du provincial des Capucins de fournir
deux religieux chaque paroisse, ce qui est absolument ncessaire pour







DU CAP-FRANAIS 37


qu'elles soyent bien desservies et pour prvenir les mauvais examples que
quelques religieux ont donns. Il y en a un au bourg du Cap qui est trs
homme de bien, et, au surplus il y en a plusieurs trs irrguliers et ngligeant
absolument leur ministre : jamais de prdication, pas mme de prne ny
instruction famillire, ny catchisme aux enfants, ny aux ngres, insuppor-
tablement imprieux et plus avides d'argent qu'aucun des gens du monde,
surtout affectant une indpendance absolue des personnel de commandement.
Ils estaient en usage de marier les officers et les soldats sans permissions.
Je le leur ai dfendu et ils ne le font plus. Ils recevaient la plupart des testa-
ments dans lesquels ils se faisoient faire des legs et jamais l'hpital... et il
s'y trouvait presque toujours des dfauts de formalits qui causaient des
procs. Je leur ai dfendu d'en recevoir davantage, etc... Nous arrtons
cette citation la mention des conflicts entire la mission et l'hpital l'occasion
des legs faits par les mourants pour les ouvres pies. Ces conflicts se renou-
velrent sans cesse et les missionnaires ne se crurent jamais obligs de se
conformer aux ordonnances des administrateurs qui voulaient affected le plus
de resources possible l'hpital du Cap et cette fin lui attribuaient tous
les dons ou legs qui avaient un motif de bienfaisance publique...


13.- L'Hpital du Cap

La foundation de l'hpital, projete pendant la guerre de 1688 ne fut rali-
se qu' la paix. Le 18 avril 1698 arrivrent au Cap les Frres de la Charit
qui tait confie la direction de cet tablissement. Le ler aot suivant ils
ouvrirent l'hpital dans le magasin du roi situ sur la place d'Armes. < On y
mit quarante lits. M. Ducasse crivit bientt au ministry qu'il falloit doubler
le nombre des lits puisque, outre qu'on y avait vu deux malades dans un,
il y en avait encore sur le carreau. Mais le Ministre, oubliant qu'il avait
destin l'hpital aux pauvres et aux nouveaux venus comme aux soldats et
aux matelots se rcria sur la dpense. M. Ducasse insist et ce fut alors que
le Ministre crivit, le 8 avril 1699, qu'il fallait que les nouveaux venus tra-
vaillassent aprs leur gurison au bnfice de l'hpital pour le ddommager
de leur traitement, que si cette resource runie au paiement pour les soldats
et matelots et quelque retribution qu'il tcherait de faire faire l'hpital ne
pouvoient pas le soutenir, il n'y avait qu' renvoyer les Pres de la Charit
et renoncer l'hpital.

DIFFICULTIES DE L'HOPITAL.
Une lettre de Galifet du 22 juillet 1699 nous donne un tableau plus vivant
des premiers embarras de cette foundation. Le suprieur de la maison des
Frres de la Charit de Logne se trouvant icy conjointement avec celui de
ces quarters m'ont dclar que non seulement ils allaient tre contraints de
former la porte tous les malades mais encore de se retire eux-mmes. Je
n'ai pas pu prendre encore connaissance en dtail de l'tat de leurs fonds
et de leurs revenues, je dois seulement vous rendre tmoignage que jusqu'






LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


present ils ont trs considrablement secouru dans ces quarters les soldats,
les matelots, les engags et autres pauvres. Leur suprieur les a obligs ne
recevoir dsormais que les soldats. Cependant, la maladie don't le pays est
opinitrement afflig (mal de Siam videmment) rduit un trs grand nombre
des nouveaux venus dans le malheur de mourir sans secours...

ORGANISATION DE L'HOPITAL.
Ds 1698 M. Ducasse acheta en consequence l'habitation o est cet hpital
(sur le chemin du Haut du Cap, en dehors de la ville) et l'hpital y fut trans-
fr en 1699. Il lui fit tous les dons don't sa place lui permit de disposer, il
dtermina les juges lui appliquer des amendes... en un mot ce chef ne
ngligea rien pour favoriser ce qu'il avait rellement fond par son zle. Le
roi accord peu aprs trois mille livres par an cet hpital et deux mille
livres par formes de supplement pays en France aux religieux de la Charit
sur les tats viss de l'Intendant.
L'hpital n'tait compos d'abord, ainsi que le logement des Frres, que
d'espces de cases ngres et l'on n'y comptait que dix-huit lits entretenus
au mois de dcembre 1706 (M. de S. Mry).

14.- Les Capucins dans la savane du Cap

Ce qu'on appelait depuis dix ans le morne des Capucins tait l'objet des
convoitises de M. Charitte. Le 25 septembre 1699, M. Bonnefoi, syndic des
Capucins, changea en leur nom et du consentement du P. Tranquille, capucin
de Rouen et visiteur gnral de l'Amrique, cette proprit avec un magasin
situ l'entre du Cap et trois cents livres de retour. M. de Charitte avait
un prte-nom dans cet change. Il se logea sur le morne et y plaa une batterie.
l fallait donner au suprieur des Capucins un nouveau logement et on
en construisit un son usage dans la savane du Cap, hors de la ville, dans
l'enclos qui fut plus tard la proprit des Jsuites. Le temporel de la mission
des Capucins au Cap fut aussi notablement modifi en 1699.


15.- Voyage du P. Labat
Le P. Labat a pass au Cap en janvier 1701. Le rcit qu'il nous a laiss
de sa visit au Cap est pour nous des plus instructifs. Nous le transcrivons
dans ses parties les plus importantes.

ARRIVE DU P. LABAT.
SLe samedi, premier jour de l'anne 1701, nous dbarqumes sur les
7 heures du matin. Nous fmes porter nos hardes dans un cabaret et nous
fmes l'glise pour dire la messe.
< Le Pre capucin qui tait cur du bourg desservait encore une paroisse
trois lieues de l appele Limonade. Il n'tait pas chez lui et .ne devait







DU CAP-FRANAIS 39

retenir que sur les dix heures pour dire la messe. Le marguillier qui je
parlais me dit que je ferais plaisir au cur et tout le people de dire la
messe l'heure ordinaire, c'est--dire entire 8 et 9 heures et que si je voulais,
il allait envoyer un exprs pour avertir le Pre capucin de notre arrive,
afin qu'il ne se donnt pas la peine de venir. Je lui fis dire de plus que je
dirais encore la messe le jour suivant et qu'il pouvait se reposer sur moi
du soin de sa paroisse s'il avait des affaires au lieu o il tait...

Le bourg du Cap.
Le bourg du Cap avait t ruin et brl deux fois pendant la guerre
de 1688 par les Espagnols et les Anglais joints ensemble. Il s'tait rtabli
depuis ce temps l et rien n'tait plus facile puisque toutes les maisons
n'taient que des fourches en terre palissades ou entoures de palmistes
refendus et couverts de teaches, comme on appelle en ce pays l les queues ou
les guaisnes des palmistes.
Il y avait au milieu du bourg une assez belle place d'environ trois cents
pas en carr, borde de maisons comme celles que je viens de dcrire. Un
des cts tait occup entire autres btimens par un grand magasin qui avait
servi mettre les munitions du roi. Il servait alors d'hpital en attendant
que celui qu'on btissait un quart de lieue du bourg ft achev.
< Il y avait sept ou huit rues ou espces de rues qui aboutissent cette
place, lesquelles taient composes d'environ trois cents maisons.

L'Eglise
< L'glise paroissiale tait dans une rue ct gauche de la place, btie
comme les maisons ordinaires de fourches en terre, elle tait couverte d'ais-
santes. Le derrire du sanctuaire et environ six pieds de chaque ct taient
garnis de planches. Tout le reste tait ouvert et palissad de palmistes refen-
dus, seulement jusqu' hauteur d'appui, afin qu'on pt entendre la messe de
dehors comme de dedans de l'glise.
< L'autel tait des plus simples, des plus mal orns et des plus malpropres
qu'on peut voir. Il y avait un fauteuil, un prie-Dieu et un carreau de velours
du ct de l'ptre. Cet appareil tait pour le gouverneur. Le reste de l'van-
gile tait rempli de bancs de diffrentes figures et l'espace qui tait au milieu
de l'glise entire les bancs tait aussi propre que les rues qui ne sont ni paves
ni balayes, c'est--dire qu'il y avait un demi-pied de poussire quand le
temps tait sec et autant de boue quand il pleuvait.
< Je me rendis vers les neuf heures et demie l'glise. En attendant que
le people s'assemblt, je voulus savoir du sacristain qui faisait aussi l'office
de chantre, s'il chanterait l'Introit ou s'il commencerait simplement par le
Kyrie Eleison. Mais il me rpondit que ce n'tait pas la coutume de tout
chanter, qu'on se contentait de la messe basse et court, et expdie prompte-
ment, et qu'on ne chantait qu'aux enterrements.






40 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

SJe ne laissai pas de bnir l'eau et d'en asperger le people, aprs quoi
je commenai la messe et quand j'eus dit l'Evangile, je crus que la solennit
du jour demandait quelque peu de prdication. Je prchai donc et j'avertis
que le jour suivant je dirais encore la messe et que je me rendrais de bonne
heure r'glise pour confesser ceux qui voudraient commencer l'anne par
un acte de religion, en s'approchant des sacrements, quoi je les exhortai de
mon mieux.

Habitation Charitte

.Aprs que j'eus achev mes functions je retournai l'htellerie o
taient nos hardes. Le P. Cabasson m'y attendait. Nous dinmes et puis nous
fmes rendre visit M. de Charitte, lieutenant du roi, qui commandait en
chef dans tout le quarter, en l'absence de M. de Galifet, gouverneur titulaire
de Sainte-Croix et commandant au Cap-Franais, qui s'tait trouv du gou-
vernement de toute la parties franaise depuis que M. Ducasse tant all en
Europe s'tait rendu au quarter gnral qu'on appelle Logne.
c Nous fmes fort bien reus de cet officer. La maison tait situe sur
une petite hauteur derrire le magasin de la munition qui servait alors d'h-
pital. Elle commandait tout le bourg et les environs. La vue du ct du port
tait belle et trs tendue. Elle tait borne par derrire par des montagnes
assez hautes don't elle tait spare par un vallon.
< Cette maison avait appartenu aux Capucins et, si on les et voulu croire,
leur appartenait encore... pourquoi le religieux qui en avait accommod M. de
Charitte n'avait pu sans le consentement de ses confrres faire cet change
qui ne paraissait pas fort leur advantage, moins qu'il n'y et quelque
retour don't on n'avait pas jug propos d'instruire le public.
SM. de Charitte nous offrit sa maison et nous press beaucoup de la
prendre. Je suis persuade qu'il le faisait de bon cour, car il est tout fait
honnte et gnreux. Il tait seul alors, madame son pouse tait depuis
quelque temps auprs de sa mre qui tait malade.

VISIT A L'INTENDANT.
SNous trouvmes en sortant de chez M. de Charitte quelques officers de
troupes que nous avions connus la Martinique. Nous nous promenmes
quelque temps avec eux, et puis nous fmes saluer M. Marie, commissaire et
inspecteur de la Marine, qui faisait les functions d'Intendant. Nous le con-
naissions assez peu. Cependant, comme il tait extrmement honnte et poli,
il nous reut parfaitement bien et voulait toute force nous retenir chez lui.

LE SUPERIEUR DE L'HOPITAL DE LA CHARITE.
SNous apprmes notre retour l'htellerie que le suprieur des religieux
de la Charit tait venu pour nous voir. Il entra presque dans le moment,
avec son compagnon et quatre ou cinq ngres qu'il avait amens avec lui.






DU CAP-FRANAIS


Aprs les compliments ordinaires il nous dit qu'il venait pour nous conduire
l'hpital, qu'il tait fch de n'avoir pas un palais nous offrir, mais qu'il
ne laissait pas d'esprer que nous lui donnerions la prfrence sur tous ceux
qui nous avaient offert leurs maisons puisqu'tant religieux comme nous
elle semblt lui tre de. Nous voulmes nous excuser, mais sans nous en
donner temps, il commena dtendre nos hamacs et faire charger notre
bagage sur les paules des ngres qu'il avait emmens avec lui. Nous emes
mme bien de la peine obtenir qu'il nous laisst payer la dpense que
nous avions faite l'htellerie. Cet obligeant religieux s'appelait le Pre
Auguste.
1 tait Maltais de nation, fort expert dans la mdecine et dans la chi-
rurgie, sage, poli, officieux, plein de zle, de droiture et de charit. En un
mot il avait tous les talents qu'on peut souhaiter dans un homme qui est
charge du soin des pauvres. Il est presque incroyable combien il y a travaill
pour eux et comment il a tabli, meubl et fond l'hpital du Cap en six ou
sept ans qu'il a t suprieur.

LA MESSE DU DIMANCHE 2 JANVIER.
< Je ne manquai pas de me rendre le lendemain de bonne heure l'glise.
J'eus tout le temps de me prparer dire la messe. Personne ne songea
faire des dvotions. Je clbrai la messe et je prchai. Je ne pus m'empcher
de dire que je fus infiniment scandalis du peu de religion que je vis dans
ce people. Je croyais tre tomb des nues et transport dans un monde nouveau
quand je pensais nos habitants des Isles du Vent et que je comparais leur
dvotion, leur exactitude s'approcher des sacrements, leur respect pour leurs
pasteurs, leur modestie dans l'glise aux manires licencieuses et extraordi-
naires de ceux-ci. Ils taient dans l'glise comme quelque assemble ou
quelque spectacle profane, ils s'entretenaient ensemble, riaient et badinaient.
Surtout ceux qui taient appuys sur la balustrade qui courait autour de
l'glise, parlaient plus haut que moi qui disais la messe et mlaient le nom
de Dieu dans leur discours d'une manire que je ne pus souffrir. Je les avertis
trois ou quatre fois de leur devoir avec toute la douceur possible et, voyant
que cela n'oprait rien, je fus oblig de le faire d'une manire qui obligea
quelques officers leur imposer silence. Un honnte homme eut la bont
de me dire aprs la messe qu'il fallait tre plus indulgent avec les peuples
de la cte si on voulait vivre avec eux. Je lui rpondis que je suivrais volon-
tiers son avis lorsque la gloire de Dieu n'y serait point intresse...
< Tous ceux que nous avions visits ne manqurent pas de nous venir
voir et de nous donner manger les uns aprs les autres.

LA DEFENSE DU CAP.
< Le bourg du Cap Franais n'est point ferm de murailles ni de palissade.
Il n'est pas mme dans un endroit propre tre fortifi, tant extrmement
command du ct du sud et de l'ouest. Il n'y avait autrefois pour toute defense
que deux batteries, l'une l'entre du port et l'autre devant le bourg, toutes






42 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

deux trs mal places et encore plus mal entretenues. La garnison tait com-
pose de quatre companies dtaches de la marine qui pouvaient faire deux
cents hommes. C'tait plus qu'il n'en fallait dans un temps de paix comme
nous tions alors et beaucoup moins qu'il n'aurait t ncessaire dans un
temps de guerre. Il est vrai qu'en quelque temps que ce soit on ne compete pas
beaucoup sur ces troupes mais uniquement sur les habitants qui ayant t
presque tous boucaniers ou flibustiers, savent parfaitement se battre et y sont
plus obligs que personnel pour conserver leurs biens et leur famille.
c Toute l'obligation qu'on a aux troupes de la marine c'est d'avoir intro-
duit l'usage et le course des sols marqus. On ne connaissait avant leur arrive
que les pices de quatre sols et demi rals d'Espagne pour petite monnaye.

FERTILITE DE LA REGION.
SDans les promenades que nous fmes une ou deux lieues aux environs
du bourg, nous remarqumes de trs belles terres et profondes, un pays beau
et agrable qui paraissait d'un trs grand rapport. On commenait tablir
beaucoup de sucreries au lieu de l'indigo qu'on y avait cultiv jusqu'alors.
Les religieux de la Charit commenaient une habitation auprs du nouvel
hpital qu'ils faisaient btir dans un fort bel endroit, en bon air, situ de
manire jouir d'une vue charmante.

DEPART DU CAP.
Le Pre capucin, cur du bourg, qui j'avais fait dire que j'aurais
soin de sa paroisse jusqu' notre dpart, ne revint chez lui que le jeudi aprs-
midi. Il vint nous voir et nous engagea d'aller souper chez lui.
Le vendredi, 7 janvier, nous nous embarqumes sur un bateau nantais
qui allait Logne. Nous arrivmes le samedi soir au Port-de-Paix.

PORT-DE-PAIX.
< Nous nous logemes dans un cabaret trente sols par repas, aimant
mieux soutenir cette dpense pendant que notre vaisseau ferait son commerce
que d'tre charge quelques habitants qui nous avaient offert leurs maisons
de fort bonne grce, qui d'ailleurs taient loignes de la mer. Autant que
je pus en juger par les measures et solages des maisons qui avaient t brles
pendant la guerre, ce bourg avait t considerable et bien bti.
Il n'tait point encore rtabli. Il n'y avait pas plus de vingt maisons
sur pied, toutes de fourches en terre et couvertes de teaches.
< L'glise tait de charpente palissade de planches, couverte d'aissantes
et infiniment plus propre que celle du Cap. C'tait un prtre sculier qui la
desservait, quoiqu'elle ft de la jurisdiction des Capucins. Mais comme il man-
quait de religieux on prenait des ecclsiastiques tels qu'on les pouvait trouver.
Et cela n'empchait pas qu'il n'y et encore bien des paroisses vacantes
cause que le mauvais air, le mal de Siam et les fivres pourpres et malignes
n'pargnaient pas plus les pasteurs que les autres. Ce mme ecclsiastique
desservait encore une paroisse trois lieues de l appele Saint-Louis.







DU CAP-FRANAIS 43

LE CURE DE PORT-DE-PAIX.
Le marguillier l'envoie avertir que nous dirions la messe au bourg afin
qu'il ne se donnt pas la peine de revenir de si loin pour la dire, ce qu'il ne
pouvait faire sans l'incommoder beaucoup, parce qu'il faisait ordinairement
tout ce chemin pied.
< Il nous vint voir le lundi et nous fit beaucoup de remerciements du som
que nous avions eu de sa paroisse le jour prcdent. J'avais chant la messe,
fait le prne et l'exposition de l'Evangile. Nous avions chant vpres et j'avais
fait le catchisme aux enfants et ngres. Ce bon prtre tait basque. Il s'tait
mis en tte de se faire une habitation pour se retire quand les Capucins
auraient des religieux pour remplir leurs paroisses. Mais il avait si mal choisi
son terrain que je crois qu'il avait pris le plus mauvais qui ft dans le quarter.
Il s'tait associ avec un pauvre garon qui tait dj moiti hydropique,
et, ils travaillaient tous les deux, l'envi, se creuser une fosse plutt qu'
se faire un tablissement.
Les habitants me prirent de lui en parler. J'allai pour cet effet voir ce
miserable dfrich qui tait environ cinq quarts de lieue du bourg, dans
les ravinages o il n'y avait bon que beaucoup d'eau et de bigailles, c'est--dire
des moustiques et des maringouins et de quoi planter des bananiers. Je lui
en dis ma pense, mais fort inutilement. Rien ne fut capable de lui persuader
de prendre un autre terrain, de sorte que je fus oblig de le laisser en repos,
ne doutant pas que les deux ouvriers ne fussent bientt la proye de leur travail.
Nous ne manqumes pas de lui aller rendre sa visit. Sa maison tait
sur le bord du ruisseau qui passe derrire le bourg, place merveille pour
tre mang par les maringouins, la plus simple et la plus mauvaise qui ft,
je crois, dix lieues aux environs. Elle tait partage en deux chambres
par une clture de roseaux. Une chvre et ses deux enfants avec son associ
occupaient la premiere qui servait encore de cuisine, et il occupait la second
qu'il pouvait librement laisser ouverte, sans craindre les voleurs, car il n'y
avait que son hamac qu'il emportait apparemment avec lui quand il allait
travailler son dfrich, un mchant coffre et une planche sur laquelle tait
son brviaire avec quelques pots de terre et des couis. Je n'ai jamais vu une
pauvret semblable. Tous les habitants en taient dans l'tonnement et ne
pouvaient comprendre qu'un homme qui n'tait point du tout dbauch, ni au
vin, ni au jeu, ni aucune autre chose, qui n'avait point de pauvres entre-
tenir et qui jouissait de plus de sept cents cus de revenues pour les deux
paroisses qu'il desservait ft si mal accommod et toujours de l'avant de sa
pension.
< Nous passmes tout le mardi nous promener aux environs du bourg.
Nous fmes voir une grande plaine qui est au-del de la rivire o il aurait
de quoi faire les plus beaux tablissements du monde. C'est un pays uni, bien
arros et qui nous parut d'une trs bonne terre, surtout pour le sucre qui
n'a pas besoin d'un terrain extrmement gras.
< Nous partmes de Port-de-Paix le mercredi matin 12 janvier.







44 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


16.- Fin de la mission des Capucins: 1704

DESISTEMENT DES CAPUCINS.
Les notes de voyage du P. Labat consignent sur le vif les embarras des
Capucins par suite du petit nombre de sujets don't ils disposaient en 1701 pour
leur mission de Saint-Domingue. En 1703, ces embarras n'avaient fait que
s'accrotre encore. Le 26 dcembre de cette anne, le Ministre informed le gou-
verneur de Saint-Domingue qu'il crit au provincial des Capucins de se dter-
miner incessamment sur les cures que son ordre peut desservir et qu'il entend
conserver et sur celles qu'il abandonne pour en charger d'autres religieux.
Dj d'ailleurs les Capucins avaient commenc vendre leurs biens pour en
faire passer la valeur en France. La rponse du Provincial des Capucins de
Normandie ne se fit pas attendre. 1l ne pouvait pas envoyer Saint-Domingue
le nombre de religieux ncessaire pour desservir les cures qu'il avait dans
cette le et le roi acceptait son dsistement. Cette decision tait notifie au
gouverneur par lettre du Ministre du 27 fvrier 1704.

LES RAISONS DU DESISTEMENT.
Le motif de ce dsistement ne parat pas avoir t officiellement avou.
SOn n'a jamais su bien au vrai la raison qui les a obligs, dit le P. Labat. Les
uns disoient qu'ils avoient reprsent la cour que les paroisses de Saint-
Domingue leur taient charge, vu le grand nombre de religieux qui y mou-
rurent. D'autres disaient que les commandans qui n'taient pas contends d'eux
s'en taient plaints et qu'on leur avait insinu qu'il tait propose qu'ils de-
mandassent se retire.
Les rcriminations de M. de Galifet contre les Capucins sont dj expri-
mes dans ses lettres de 1699. Ce gouverneur, qui exera le pouvoir Saint-
Domingue jusqu'en novembre 1703, persvra dans ses measures despotiques
l'gard des habitants si bien que tout Saint-Domingue tait en rvolte contre
lui lorsqu'il fut relev de ses functions. Dans sa lettre du 26 dcembre 1703
dj cite le roi donne l'ordre au nouveau gouverneur M. Auger d'arrter
M. de Galifet et de le tenir en lieu sr. Il semble donc qu'au moment o l'ad-
ministration de Saint-Domingue venait d'tre change le roi ait fait droit,
d'un ct aux rclamations des habitants, en rappelant le chef don't l'arbitraire
avait dplu tous et de l'autre aux plaintes peut-tre exagres de ce mme
chef contre les missionnaires discrdits par ces plaintes mmes dans l'esprit
des habitants.
BIENS DES CAPUCINS.
Le dpart des Capucins de Saint-Domingue donna lieu une decision
royale au sujet des biens qu'ils possdaient dans l'le.
Les religieux considraient leurs biens comme appartenant leur pro-
vince de Normandie. Le 26 dcembre 1703 le Ministre crivait: c Sa Majest
ne veut pas que. vous permettiez au syndic des Capucins de saisir des
1 .







DU CAP-FRANAIS 45

fonds qu'ils ont, paraissant qu'ils ont dessein d'en disposer et de les faire
passer en France, au lieu de les laisser dans les paroisses pour aider les nou-
veaux curs subsister et se fournir des choses qui leur sont ncessaires.
Vous ferez mme arrter le paiement d'un billet de deux mille quatre cents
livres dues au P. Franois, parti depuis peu de Saint-Domingue. Et le 27
fvrier 1706 : < Le provincial des Capucins a demand qu'il leur soit permis
de retire les effects que ces religieux avaient dans l'le. Comme ils ne peuvent
en avoir aucuns en propre, Sa Majest juge qu'ils ne leur appartiennent pas
mais aux glises qu'ils desservent, et son intention est que, de concert avec
M. Deslandes, vous fassiez employer ce qui proviendra de ces effects l'utilit
ou l'ornement de ces glises, ainsi que vous l'estimerez tous deux plus
propos.
Ces decisions eurent dsormais force de loi aux yeux des jurisconsultes
des colonies. Mais les missionnaires ne les acceptrent qu'autant qu'il leur fut
impossible de les luder et ils continurent toujours penser que ce qu'ils
faisaient d'conomie par leur industries prive revenait leurs ordres.

RESULTAT DE LA MISSION.
Aux Capucins succdrent les Jsuites dans le nord de Saint-Domingue.
SLes Jsuites furent charges de la mission depuis 1704 jusqu' la fin de 1763.
Les Jsuites cdrent la place des prtres sculiers qui eux-mmes aprs
5 ans furent remplacs par les Capucins. Les conditions dans lesquelles ces
religieux exercrent leur second mission furent bien diffrentes de celles
qu'ils trouvrent lors de la premiere. De pauvre qu'elle tait au commence-
ment du XVIIe sicle la colonie de Saint-Domingue tait devenue la fin
du XVIIIe la plus riche des possessions franaises d'outre-mer. Avec la
richesse, la pratique de la vie facile, l'indiffrence religieuse s'tait glisse
parmi les colons. D'autre part, les conditions matrielles de la vie pour les
religieux eux-mmes s'taient profondment modifies. Aussi ne peut-on pas
compare entire elles ces deux priodes du sjour des Capucins Saint-
Domingue.
Qu'il nous suffise de remarquer en terminant que ce sont eux qui y ont
tabli une organisation religieuse rgulire une poque o tout tait
dsordre, qu'ils ont d lutter pour faire admettre cette rgularit autant que
l'ont fait les gouverneurs et officers du roi pour rduire l'ordre ces anciens
flibustiers et boucaniers toujours prts revendiquer leur indpendance, et
qu'en 1704, l'poque, o ils se sont retirs, ils avaient obtenu d'aussi appr-
ciables rsultats que l'administration civil, puisqu'ils avaient russi se
faire agrer par leurs ouailles, tandis que les administrateurs eurent lutter,
longtemps encore, contre l'esprit d'insubordination de leurs administrs.








.(e4 flulte
a
St-.omingue 1704-1763


Sources.
PERE MARGAT. EMILIEN PETIT. MOREAU DE BAINT-MERY.
ARCHIVES NATIONALS.












I

1704-1710


o0e premieres anneeJ


Etablissement.
Le ministre des Jsuites aux Antilles franaises commence en l'anne
1640 quand les PP. Bouton et Empleau vinrent la Martinique; envoys
par le president Fouquet qui avait la compagnie en grande estime. En 1694,
nous les trouvons Cayenne et bientt en diverse les soumises au roi de
France. Ils ne s'tablirent Saint-Domingue qu'en 1704.

Dmarches auprs des Capucins.
Les Capucins qui depuis vintg-cinq ou trente ans avaient pris charge
de la dpendance du Cap se dclarrent incapables de tenir plus longtemps
cette mission; ils perdaient beaucoup de religieux par suite de l'insalubrit
du climate. < Le Cour proposal donc aux suprieurs Jsuites de s'en charger.
Le P. Gouye alors procureur gnral des missions de la Compagnie aux miles
de l'Amrique, par dfrence pour les Capucins, ne voulut rien accepter avant
que de confrer de cette affaire avec leurs suprieurs Paris; mais ceux-ci
lui ayant dclar positivement qu'ils n'taient plus en tat ni en volont de
fournir des sujets la mission de Saint-Domingue et qu'ils en faisaient une
cession volontaire ceux qui, du consentement de la Cour, voudraient s'en
chargers, le P. Gouye sur cette rponse alla offrir ses missionnaires au mi-
nistre qui les accept et qui recommanda avec instance d'envoyer au plus
tt des ouvriers, parce que le besoin tait urgent.

Premiers missionnaires.
Il y avait dj quelque temps, l'ile de Saint-Christophe avait t prise
par les Anglais; les habitants s'taient retirs en parties Sainte-Croix, en
parties la Martinique avec leurs missionnaires. Notre mission de Saint-
Christophe qui tait florissante, suivit le sort de la colonie. Le suprieur,






LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


(le P. Girard), reut ordre de passer au Cap franais. Il s'embarqua et aborda
heureusement la Caye Saint-Louis (Saint-Louis du Sud) .
Le P. Girard dut attendre une occasion pour se rendre sa destination;
il resta donc Saint-Louis pendant quelques mois et s'occupa faire gagner
aux troupes et aux ouvriers qui construisaient le fort, le jubil tendu
l'Eglise universelle: c'tait en 1703. On voulait le retenir cause du bien
qu'il faisait, il s'y refusa et arriva au Cap au commencement de 1704. Quelques
semaines aprs le Pre Le Pers vint l'y rejoindre.

Lettres patentes.
Le Pre Gouye s'empressa d'associer la Mission ainsi inaugure le
privilege de la personnalit civil avec le droit de constituer des biens de
main-morte. Il obtint cet effet des lettres patentes du roi; elles sont dates
de novembre 1704; par cet acte la parties du Nord est confie aux Jsuites;
ils sont autoriss en desservir les cures l'exclusion de tous les autres
prtres qui ne peuvent s'y tablir sans leur permission; ils reoivent enfin
le droit de constituer une proprit de la Compagnie qui ne doit pourtant
pas excder l'tendue que peuvent cultiver cent ngres.

Premire acquisition.
La premiere habitation que les Jsuites acquirent fut l'habitation Jergat,
au Petit Saint-Louis, (Saint-Louis du Nord) ; ils l'augmentrent en 1709
d'une concession que leur accordaient le 18 octobre, M. de Charitte et
M. Mithon. Bientt ils achetrent une autre proprit au Terrier-Rouge.

Plantation de cafier.
L'habitation des Jsuites au Terrier-Rouge, bien qu'elle ft en terrain
de peu de valeur, donna pourtant la colonie une source de richesse qui
n'est pas encore tarie; c'est l que furent plants les premiers cafiers du
Nord; c'est de l qu'ils se rpandirent dans les rgions favorable la crois-
sance de cet arbuste. (1)
Au nombre des dsastres qui frapprent la colonie et le Nord, particu-
lirement, la priode don't nous parlons, il faut computer la perte de tous
les cacaoyers, sans cause apparent en 1715 et 1716. Pour y supplier, on
projeta d'introduire dans l'le les cafiers que les Hollandais cultivaient dj
Surinam mais sans succs. L'indigo et le tabac devinrent les cultures prin-
cipales dans les lieux o ne russissait pas la canne sucre.

(1) Nous donnons ici la version de Moreau de Saint-Mry. Il en est une autre qui mrite
crance parce qu'on la trouve dans les Mmoires de Trvoux (juin 1730), et extraite d'une
lettre de Saint-Domingue. La diffusion du cafier dans le Nord, d'aprs cette lettre, serait due
M. de Pomesnil, ancien habitant et chirurgien, qui aurait rapport l'arbuste de Cayenne.
Ce qui n'empche pas que les Jsuites aient reu des plants de leurs confrres de la Martini-
que avec qui ils talent en rapports constants.






DU CAP-FRANAIS


Mais en 1723, de Clieu entreprit d'acclimater quelques cafiers de la Mar-
tinique; il y russit. C'est de la Martinique que cet arbuste se rpandit dans
les colonies franaises. M. de Nolivos en fit venir l'Ester de Logne en
1726, de ses habitations des Petites Antilles et les Jsuites en reurent de
leurs confrres. Dj en 1729, le ministre de la Marine s'inquitait de voir
les habitants de Saint-Domingue s'occuper de cette denre; on aurait prfr
qu'ils tablissent des hattes; peu peu cependant le ministre se relcha de
sa svrit et en 1735 il permit la consommation en France du caf de Saint-
Domingue.
Cette concession entrana la mise en rapport des mornes; c'est au caf
que Dondon et Plaisance dans le Nord durent leur prosprit. Il est vrai
qu'avant le caf, l'indigo y avait russi.

Les paroisses glises presbytres.
Il n'y avait alors dans l'tendue de la dpendance du Cap que huit pa-
roisses: le Cap, le 1Vorne-Rouge, l'Acul, la Petite-Anse, le Quartier-Morin,
Limonade avec deux paroisses au Port-de-Paix et le Petit Saint-Louis.
Les glises et les presbytres taient bien pauvrement pourvus, ainsi
qu'on le voit par la relation du Pre Labat. Le peu qui s'y trouvait y fut
conserv; le provincial des Capucins de la province de Normandie ayant
sollicit l'autorisation d'en retire les effects qu'y avaient les missionnaires,
il lui fut rpondu que ces effects n'appartenaient pas ces derniers en vertu
de leur strict voeu de pauvret; par suite le roi ordonna que les biens des
Capucins fussent appliqus aux glises, au jugement des deux administra-
teurs gnraux.
SRien de plus dplorable que l'tat o les missionnaires Jsuites, distribus
dans les diffrentes paroisses, trouvrent leurs glises. La plupart taient
ouvertes de toutes parts et livres jour et nuit toutes sortes de profana-
tions par les hommes et par les btes sans que rien pt les dfendre. J'excepte
l'glise du Cap o il y avait un tabernacle dans les formes, envoy par le
roi. Le premier soin des nouveaux missionnaires fut donc de travailler
la rparation de leurs glises ; c'est en quoi se signalrent surtout le P. Le Pers
Limonade, le Pre Boutin Saint-Louis et le P. Dautriche au Port-de-Paix.
(P. Margat).

Les religieux.
< Le Pre Gouye, procureur de la Mission, sachant le besoin de sujets
qu'on avait pour gouverner ces paroisses, avait dj crit avec succs dans
toutes les Provinces de l'Assistance de France, pour exciter le zle et obtenir
des missionnaires. Le Pre Jean-Baptiste Le Pers, de la Province de Flandre,
fut des premiers -partir. Il arriva au Cap le 24 aot 1704 et dans le course
de l'anne 1705, il fut suivi des PP. Olivier, Le Breton, Laval et Boutin; ainsi
avec le secours de deux prtres sculiers qui se trouvaient dans ces quarters,







52 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

le suprieur de la Mission eut de quoi remplir, ds cette anne, toutes les
paroisses vacantes., (P. Margat).
Mais il fut impossible en 1705 de remplir le veu des lettres patentes,
d'affecter deux religieux l'instruction des esclaves, l'un au Cap, l'autre
Port-de-Paix. Port-de-Paix don't on avait prcdemment forc les habitants
se retire au Cap, s'tait dj reconstitu.

Habitation au Cap.

1704 Les lettres patentes de 1704 rglaient le temporel des Jsuites.
Outre l'habitation qu'ils taient autoriss d'tablir, ils avaient droit au quarter
du Cap un terrain commode qui leur serait concd pour btir leur maison
principal, proche le presbytre s'il se pouvait; le roi consentait une allo-
cation annuelle de mille cinq cents livres pour parties de la foundation de
cette maison, c'est--dire qu'il accordait cette some de mille cinq cents
livres pour l'entretien de cette maison et de ceux qui devaient y habiter,
suprieur de la maison et les Pres de passage, la maison principal n'ayant
pas par ailleurs de revenues assurs. Nous verrons plus loin comment les
Jsuites excutrent cette parties de leurs privileges. Pour le moment, le
Suprieur habitat avec le cur du Cap dans l'ancienne residence des Capu-
cins, dans la savane du Cap, hors de la ville, cette poque.

Concessions

DE TERRAINS POUR LA COMPAGNIE
...POUR LA PAROISSE.
1710 Le P. Gombaud obtint du Comte de Choiseul, Gouverneur, et de
M. Mithon, intendant, en concession gratuite et perptuelle, un terrain situ
en la savane du bourg du Cap, pour y btir une maison principal pour les
missionnaires de la Compagnie. La savane s'tendait entire la ville et le morne;
la ville tant borne l'ouest par la Grand'rue plus tard rue Espagnole.
Le mme jour, 10 mars 1710, un autre terrain fut de mme concd dans
le bourg, la fois au P. Gombaud et aux marguilliers du Cap pour loger
les RR. PP. Jsuites qui desservent la paroisse : c'tait le temps o l'on venait
de dcider que le chef-lieu du Nord serait dfinitivement tabli l'empla-
cement actuel de la ville du Cap.
Ces deux terrains taient contigus et comprenaient quatre lets tels qu'ils
taient dtermins sur le plan directeur de la ville et tels qu'ils furent tracs
ensuite. Les deux lets, l'ouest, plus proches du morne furent ceux qui
churent la Compagnie et les deux autres la paroisse.






DU CAP-FRANAIS 53


Premier cimetire
L'un de ces derniers avait servi de cimetire; en 1710, ce cimetire tait
dj dsaffect, et un autre cimetire avait t ouvert derrire l'glise. Jusque-
l, on avait toujours refus de donner des concessions dans un lieu o l'on
avait inhum des habitants: Ce ne fut pas parce qu'il s'agissait d'un pres-
bytre, que l'opinion qui se trouvait blesse par l'ide de l'occupation de ce
terrain fut apaise. >

Bloc de la mission.
Le P. Gombaud qui tait concd le terrain de la paroisse aussi bien
que le terrain de la mission, les fit enclore tous deux par une haie vive sans
laisser ouverte entire eux la rue que supposait le plan directeur de la ville.
Personne n'y vit d'abord d'inconvnients, car le doriaine ainsi constitu tou-
chait l'extrmit de la ville au sud et l'ouest. Cependant, en 1713, des
rclamations furent faites au Conseil ce propos; on demand que les rues
prvues fussent ouvertes et que leur pratique fut laisse libre tous: les
Jsuites n'avaient encore rien bti sur ce terrain. Mais on les autorisa laisser
les choses en l'tat, c'est--dire tenir les quatre lets en un mme enclos.
Cela dura vingt ans. Moreau de St. Mry dclame ce propos contre le credit
jsuitique qui obtient tout ce qu'il exige: il nous est bien difficile de dcider
si vraiment il y eut abus de la part des religieux dans un pays o rien n'tait
rgl et o nous constatons trs souvent que l'arbitraire des chefs ou des
particuliers faisait la loi.













II


1704-1743


JeA ieauitei au Cap

1. -Oeuvre des dames de la misricorde.


La premiere ouvre qui signal la presence des Jsuites au Cap fut une
oeuvre de charit, celle des Dames de la Misricorde.
MISERE GENERAL.
La ville du Cap avait beaucoup souffert dans la dernire guerre (1689-
1697). Deux fois elle avait t prise par l'ennemi Espagnols et Anglais
runis et avait t livre aux flames. Elle se rebtissait sans doute, mais
nous savons quelle triste apparence elle prsentait lors du passage du Pre
Labat en 1701. Sa population s'tait augmente de colons chasss de Sainte-
Croix et de Saint-Christophe; en outre, on avait dcid d'abandonner Port-
de-Paix, pour renforcer le poste du Cap, et les habitants de cette ville et des
environs taient venus grossir celle du chef-lieu du Nord. La misre svissait
parmi ces malheureux exils.
INFIRMERIE ET ASILE.
Le gouverneur de la colonie, M. Auger, favorisa de tout son pouvoir,
en cette circonstance, la charit des dames de la ville dsireuses de soulager
cette dtresse. Ces dames formrent entire elles une association dite de la
Misricorde, et ouvrirent une infirmerie destine aux femmes malades de
Saint-Christophe; le 27 dcembre 1703, elles obtinrent de M. Auger un let
pour y btir leur asile; cet let est celui qui est au sud de la place Montarcher.
CONCOURS DU P. GIRARD.
Mais c'est le P. Girard qui donna l'lan la Misricorde. N'tait-il pas
l'ancien suprieur d'une grande parties des exils, ceux de Saint-Christophe?






DU CAP-FRANAIS 55

Par lui-mme, il n'avait rien, aprs avoir t ruin par les Anglais son
ancien poste, et dans le nouveau pris par les embarras d'une foundation nou-
velle. Il sut pourtant exciter le zle des dames au point d'organiser la visit
des malades.
ORGANISATION.
L'association dj fonde se choisit une suprieure, une trsorire; des
dames visiteuses furent charges de rechercher les misres qui n'osaient se
produire, et pendant un mois, tour de rle, chacune d'elles s'acquittait de
ce devoir.

HOSPITAL DE LA PLACE D'ARMES.
Ce fut la charit de la Confrrie qu'on dut l'achat de deux maisons
vers la place d'Armes, don't on fit un hpital pour tous ceux qui taient malades
ou pauvres. Comme on le voit par cette assertion de Moreau de St. Mry,
l'objet de l'association s'tait tendu en deux tapes successives, des colons
de Saint-Christophe aux pauvres honteux de la ville, et de ces deux pre-
mires categories aux indigents et aux malades recevoir dans un hpital,
car au dire du P. Margat, on y admettait les hommes, les femmes et les
families entires. L'organisation de cette ouvre de charit fut acheve par
la nomination d'un syndic de l'hpital, sous la direction du Suprieur de la
Mission. Ce dernier continue de prsider chaque mois la runion des dames
de la Misricorde.
Par malheur, l'hpital de la Misricorde ne tint pas longtemps. En 1707,
M. de Charitte, commandant en chef par intrim, aprs la mort de M. Auger,
ayant eu besoin des emplacements de l'hpital pour donner la nouvelle
place d'Armes l'tendue qu'il dsirait, dtruisit les maisons et enferma le
terrain dans la place sans aucune compensation. Les Jsuites ne se laissrent
pas dcourager, comme nous le verrons, par cet arbitraire.


Hpital des Frres de St.-Jean de Dieu
Il y avait aussi au Cap un hpital des Frres de Saint-Jean de Dieu ou
de la Charit depuis 1698, mais cet tablissement tait cette poque rserv
aux soldats et marines et ne s'ouvrait pas aux habitants; bientt il convint
accueillir tous les hommes malades, quels qu'ils fussent; ce bon mouve-
ment ne dura pas.

2.-Eglise du Cap.

PREMIERES CONSTRUCTIONS.
L'glise qu'y avaient trouve les Jsuites leur arrive avait t cons-
truite en 1696; elle tait de bois, couverte de paille; elle tint quatorze ans.
Mais ds 1708, les habitants en voulurent une nouvelle en maonnerie, cette
5






LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


fois. Le devis en fut fait et monta trente-sept mille livres que devaient
fournir les habitants. A la rflexion, ceux-ci jugrent la some bien forte
et se contentrent d'une glise en charpente du prix de dix-huit vingt mille
livres. Les fonds ne furent pas fournis. Au dire de M. de St.-Mry, la mau-
vaise volont des habitats n'empcha pas qu'on ne btt l'glise en 1710, mais
d'aprs une lettre de MM. de Blnac et Mithon du 1er aot 1714, on peut
conclure que des bois furent assembls pour la construction, mais furent
gts en parties sur place avant d'tre employs; ces deux administrateurs
ajoutent qu'en 1714, l'ancienne glise est prte tomber malgr les prcau-
tions qu'on a prises pour la soutenir, ce qui serait peu vraisemblable s'il
s'agissait d'un btiment lev depuis moins de quatre ans. Nous pensions donc
que M. de St.-Mry a pris un project bauch pour un project excut.

DIFFICULTIES.
A ce point de l'affaire intervinrent des passions don't il nous est bien
difficile d'apprcier le just rle. Le rcit que nous connaissons est de la
plume des administrateurs gnraux, gens poss d'ordinaire, qui disent avoir
obtenu en cette circonstance pour leur conduite, l'assentiment du suprieur
gnral, le P. Gombaud. L'un des Pres mis en cause cette occasion, est
l'un des plus anciens de la Mission et l'un de ceux don't les mrites ont t le
plus vants, le P. Boutin, contre lequel avaient t formuls des griefs au
temps o il tait cur de Saint-Louis.

P. BOUTIN A SAINT-LOUIS.
En mme temps que le Pre Dautriche Port-de-Paix, le P. Boutin avait
bti une glise dans sa paroisse. Ils ont entrepris, crit M. de Blnac en
1713, la construction de deux glises solides au Port-de-Paix et au Saint-
Louis; ils ont presque achev leur ouvrage, sans avoir fatigu que mdiocre-
ment les habitants; ils en ont t les entrepreneurs et n'ont pas ddaign de
servir de manouvres. Ils y ont employ leur temporel, mme leurs pensions
en retranchant de leurs propres besoins.
Le P. Boutin, au lieu d'tre aid dans ces travaux, y rencontra des oppo-
sitions.

CONFLICT DU P. BOUTIN ... AVEC M. DE LAMERANDE
Il eut le malheur de trouver le commandant de ces quarters prvenu
contre lui par de faux rapports, de sorte que loin d'tre soutenu ou aid
dans l'entreprise du btiment de l'glise, il en fut sans cesse contrari et
molest. Mais le caractre naturellement ferme du P. Boutin, quand il s'agis-
sait de la gloire de Dieu et du bien du prochain le soutint au milieu de ces
contradictions. Et d'ailleurs, M. le comte de Choiseul, alors Gouverneur gnral
de la colonie, ayant pris connaissance de ces diffrends, plein lui-mme de
zle pour la religion et d'amiti pour le missionnaire jsuite, les fit cesser par
son autorit et ordonna que le Pre ne fut plus trouble dans ses pieux tra-
vaux. Il les continue donc et vint bout d'achever son glise, non seulement







DU CAP-FRANAIS 57

par ses soins, mais encore par ses pargnes sur sa nourriture, ayant pour cet
effet obtenu une permission spciale de notre rvrend Pre gnral Ces
travaux et les courses continuelles qu'il fut oblig de faire dans les pays
difficiles et si tendus donnrent une atteinte fcheuse sa sant, qui tait
naturellement assez robuste. (Margat).
Ce que ne dit pas ici le chroniqueur de la Mission, c'est que le Pre
Boutin fut enfin rduit cder aux exigences du commandant. M. de Choiseul
tait mort le 7 fvrier 1711; aprs lui, jusqu' M. de Blnac, la colonie n'eut
pas de chefs stables; il est probable que cette instability ne permit pas aux
intrigues d'aboutir. A son arrive, M. de Blnac fit d'abord dans une lettre
l'loge que nous avons cit plus haut du cur de Saint-Louis. Quelques mois
aprs, le ton change. Le P. Boutin est accus d'empiter sur les droits du
commandant de Saint-Louis, M. de Lamrande. La cause de tout ce bruit
semble avoir t assez futile; mais le P. Boutin rpondit aux tracasseries du
chef par une protestation, devant tout son people, qu'il ne dpendait que
de Dieu et de son suprieur et qu'il ne reconnaissait aucune autre puissance
sur la terre, probablement en ce qui faisait l'objet du conflict. M. de Lamrande
s'en plaignit M. de Blnac qui en rfra au P. Laval, suprieur des Jsuites
de Saint-Domingue en ce temps (1714), en place du P. Girard.

... AVEC M. DE BLENAC.
Le P. Laval soutint son confrre et laissa ce dernier expliquer son cas
par lettre. M. de Blnac trouva cette correspondence choquante. Ce reli-
gieux, dit-il, nous crivit des lettres remplies d'aigreur et d'exagrations abso-
lument fausses dans les reproches qu'il nous fait, s'cartant jusqu' nous faire
des corrections comme pourrait faire un vque dans un synode assembly
pour rformer quelques grands dsordres.

P. BOUTIN AU CAP.
Aprs cet clat, le P. Boutin ne pouvait plus rester Saint-Louis; on le
rappela au Cap, o probablement on et t satisfait d'employer son talent
d'architecte la construction de l'glise.

TAXATIONS POUR L'EGLISE. PLAINTES.
M. de Blnac, se trouvant au Cap en 1714 fut pri par le cur, le P. Dennis,
et par les marguilliers de mettre fin aux tergiversations des habitants qui ne
faisaient rien pour leur glise; le Gouverneur les taxa donc de sa propre
autorit sans leur laisser, comme d'ordinaire, le soin de rpartir eux-mmes
entire eux, la taxe vote par eux en assemble de paroisse. Cet acte tait de
nature dplaire des gens peu soumis d'habitude. Et le P. Boutin, par
malheur, s'en mla. Il insinua au people, dans un sermon, que Dieu ne vou-
lait point de ces dons forcs. < Ce seul mot dons forcs, montre bien quel tait
le sentiment des habitants du Cap sur la faon d'agir de M. de Blnac.
SNous nous plaignions fort, ajoute le gouverneur, de la tmrit de son dis-
cours et il a tch de rparer cette faute par les sermons qu'il a faits depuis.







58 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

Le mcontentement de la ville ne fut pas calm pourtant. M. de Blnac
note lui-mme l'esprit d'indocilit de tout le quarter; en tte des rcalci-
trants se trouvaient le Conseil suprieur du Cap tout entier et le suprieur
mme des Jsuites, le P. Laval. Les Conseillers durent se soumettre devant
une lettre du ministry; le suprieur continue de protester, en particulier
contre ce qu'il considrait comme un abus de la puissance sculire, la publi-
cation par le gouverneur d'un rglement sur les droits curiaux qui, disait-il,
tait du resort du pouvoir ecclsiastique. Dans son entourage on le soute-
nait; c'taient les PP. Boutin, Montigny et Duport, ce dernier, procureur de
la Mission. Le conflict prit bientt de telles proportions qu'il fallut appeler en
hte pour l'apaiser, le suprieur gnral, le P. Gombault qui vint de la Mar-
tinique au Cap.
CONCILIATION ET HOMMAGES AUX JESUITES.
Le Pre Gombault se montra plein de condescendance pour les autorits
civiles. Aprs quelques jours au Cap, il se rendit Logne o il traita;
pour tout concilier, il obtint la dmission du Pre Laval et en place de ce
dernier, nomma le P. Dautriche comme suprieur. Tous ces incidents se
passent dans le premier semestre de 1714.
Au surplus, ajoute le Gouverneur dans sa lettre du 1er aot de cette
anne, en sparant ces sujets de plainte, nous devons en faveur de la vrit,
vous rendre un tmoignage avantageux du zle des Jsuites instruire les
peuples dans les vrits de la religion. Nous continuerons d'avoir pour eux
les mmes considerations, et nous avons t trs mortifis que ceux-l nous
aient forcs les discontinuer leur gard pendant un temps.
Il est vrai, en terminant sa lettre, M. de Blnac insisted sur la dman-
geaison qu'ont les Jsuites de s'agrandir, malgr leur renonciation aux biens
de ce monde et sous prtexte du bien de la communaut promouvoir.

CONSTRUCTION DE L'EGLISE.
Aprs les measures prises au Cap en 1714 par M. de Blnac, les habitants
s'occuprent nouveau de leur glise. Le Pre Boutin, malgr les mfiances
don't il tait l'objet en haut lieu, fut nomm cur de la paroisse et sut rveiller
le zle des habitants. Il obtint de la paroisse une dlibration en faveur du
project d'glise en maonnerie propos par Lagrange, architect, pour trente-
sept mille livres. Lagrange n'tant gure bien dans ses affaires, et n'offrant pas
de garanties, accept que le Pre Boutin diriget l'entreprise. Le Pre Boutin
se fit donc entrepreneur. Quant la rpartition entire les habitants des sommes
verser par chacun d'eux selon leur dlibration, il semble bien qu'on ne tint
gure compete des arrangements de M. de Blnac et le cur ne s'inquita pas
trop de la carence de plusieurs de ses ouailles: il prfra faire des emprunts
6 et mme 12%.
PREMIERE PIERRE. INAUGURATION.
SM. le Comte d'Arquian, gouverneur de la ville fut pri de poser la pre-
mire pierre. Ce fut le 28 mars 1715 ; et en trois ans et demi, ce qui est prompt,







DU CAP-FRANAIS 59

vu la lenteur ordinaire des entreprises du pays, l'glise se trouva en tat d'tre
bnie, le 22 dcembre 1718, sous le titre de l'Assomption de la Sainte Vierge.
(P. Margat)

DESCRIPTION DE L'EGLISE.
SC'est un grand btiment de maonnerie de cent vingt pieds de long sur
quarante de large, (avec deux chapelles en croix, l'une ddie saint Joseph,
l'autre saint Pierre). En gnral, il est d'assez bon got, quoique trs simple
et mme trop simple pour le dedans et trop peu spacieux aussi pour la quan-
tit de monde qui est dans la ville. La sacristie est bien fournie et bien entre-
tenue; les ornements sont beaux et le service divin s'y fait avec autant d'ordre
et de dignit qu'en aucune province de France. Il y a un clocher dtach
du corps de l'glise, c'est une tour carre o il y a une assez belle sonnerie
et une horloge qui s'entend de toute la ville. (P. Margat).
(Les dtails sur l'insuffisance de l'glise pour la population et sur la
sacristie sont de 1743).
Mme loge dans une lettre des administrateurs, M. de Chateaumorant,
qui avait succd M. de Blnac, et M. Mithon : L'glise du Cap nous a
paru belle et bien btie, toute de maonnerie avec des pierres de taille dans
les encognures, aux portes et aux fentres ; elle n'est pas si grande que celle
de Logne, mais elle est plus claire et mieux entendue. (14 mai 1719).
Ce succs provoqua l'mulation. Les habitants veulent aussi des glises cons-
truites en pierres dans les paroisses de la champagne. < Nous en avons vu une
trs dcente dans le Quartier Morin. On prpare des matriaux pour trois
autres. Peu peu toutes les chaumires qui servaient d'glise se trouveront
renverses et l'on y verra la place, des glises convenables. (id.)

MAUVAIS ETAT DE L'EGLISE.
CHAPELLE A LA PLACE D'ARMES.
Vingt ans plus tard l'glise menaait ruine. Le Pre Margat n'en dit rien
dans sa lettre de 1743 mais on devine l'apprciation dfavorable qu'il porte
des talents d'architecte du P. Boutin, qu'il prouva une mauvaise impression
de ce contre-temps.
< Ce qu'on aura peine croire, crit Moreau de St-Mry, c'est que ds
1739, l'glise acheve, seulement vingt ans auparavant faisait craindre qu'elle
ne s'croult. Le comble ne subsistait plus qu'au moyen de cinq mts qui soute-
naient les principaux arrestiers de la noue des chapelles avec la nef, et que
le moindre tremblement de terre pourrait renverser. Enfin, les frayeurs que
donnait l'tat chancelant de l'difice, tant justement augmentes par un
dlai de trois ans, elles dcidrent demander aux chefs, en 1742, la per-
mission de mettre une halle sur la place d'Armes o on clbrerait l'office
divin, pendant la rparation de l'glise. Cette halle fut construite sur l'aligne-
ment de la rue du more des Capucins et de celle d'Anjou dans la parties
nord-ouest de cette place et bnie le 30 mai 1744.







60 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

L'EGLISE EN RUINES.
< On descendit le comble de l'glise et pendant quatre ans, on ne fit rien.
pour la rparer. On parla d'en construire une autre de pierre et la paroisse
se dcida enfin en 1748. Il se fit fort peu de travail et on le cessa en 1754.
Quand les Jsuites abandonnrent la Mission, tout tait encore en ce triste tat.
Mais la dcharge de la paroisse du Cap, notons que la guerre mari-
time qui appauvrissait singulirement Saint-Domingue dura de 1741 1748,.
puis de 1754 1763, et qu'ainsi les paroissiens hsitrent s'employer pour
btir nouveau; ils attendirent des temps meilleurs que ne virent pas les
Jsuites.

3.- P. Boutin.

DIFFICULTIES AVEC LA POPULATION.
Lorsque l'glise du Cap et t ouverte au service divin en dcembre 1718,
le Pre Boutin eut quelques difficults. Les fidles le traitent d'homme trs
entt, difficile et intress, tant en procs avec ses paroissiens don't il avait
aigri les esprits fort mal propos. Ces accusations qui paraissent exagres
avaient pourtant un fondement. On ne peut admettre cependant que le cur
du Cap ft intress, il a donn trop de preuves du contraire; mais grev
de dettes par les emprunts et devant des gens qui lui laissaient la charge
de tout payer en leur nom, il lui fallut se montrer dur. Le suprieur n'tait
plus le Pre Dautriche, c'tait depuis 1716 le Pre Olivier. Celui-ci dsirait
passionnment assoupir l'amiable ces discussions; les paroissiens et lui s'en
sont rapports la mediation de M. Mithon qui les a mis d'accord en rglant
leurs diffrentes prtentions avec satisfaction de part et d'autre. Le P. Olivier
a substitu sa place le P. Ranconneau, religieux d'un grand mrite, qui
maintiendra la paix dans cette paroisse, et il a charge le Pre Boutin de
l'instruction des Ngres. (Lettre des adm. 14 mai 1719).

... AVEC LES MARGUILLIERS.
De leur ct, les marguilliers en charge entrrent en conflict avec leur cur.
L'glise en effet appartenait la paroisse; ses intrts taient grs par les
marguilliers au nom de la commune des habitants et l'on vit parfois les habi-
tants intervenir bruyamment contre les prtentions des gens du roi prs des
diverse jurisdictions et mme prs du Conseil suprieur, qui avaient sur
l'administration des paroisses un droit de regard en attendant qu'ils eussent
un droit de strict contrle.
Le P. Boutin, pour sa part, ne concevait pas que le cur ft sous la tutelle
de ses marguilliers; peut-tre se souvenait-il trop qu'il avait t 1'entrepre-
neur de la nouvelle glise et que sans ses dons la paroisse n'et pas t dote
d'un pareil monument. Ses ouailles, pour carter ses exigences songrent le
citer en justice. Mais le suprieur de la mission crut mieux fair en essayant
un accomodement auquel se prta le P. Boutin.







DU CAP-FRANAIS 61


ACCORD SUR QUETES, FETES, CAVEAU.
Le procs-verbal de l'accord qui intervint est du 7 janvier 1719. En
voici l'objet :
On sait que le Pre Boutin aimait les pauvres, il faisait pour eux des
qutes continuelles; il consentit ne plus quter pour les pauvres l'glise
paroissiale sans le consentement des marguilliers, il reconnut que les qutes
de la fabrique devaient tre privilgies; il admit que les troncs de l'glise
seraient deux clefs, l'une aux marguilliers, l'autre au cur.
La paroisse ne voulait pas que l'glise paroissiale ft traite en chapelle
conventuelle. La chapelle des Jsuites, Saint-Franois-Xavier, n'tait pas
encore btie. Le P. Olivier, suprieur, et le P. Boutin, cur, convinrent:
Qu'il ne nous sera pas permis de mettre ou faire mettre l'avenir aucun
tableau, image ou figure de saints de notre Ordre dans ladite glise, present
neuve, sans qu'au pralable, lesdits sieurs marguilliers n'en aient t prvenus
et donn leur consentement.
< Qu'il ne sera pas clbr dans ladite glise paroissiale les ftes des saints
de notre Ordre, mais bien dans notre chapelle conventuelle, moins que nous
n'en ayons permission desdits sieurs marguilliers en charge, jusqu' ce que
notre chapelle soit btie, ce qui sera le plus tt possible.
Autre point : la sacristie contenait un caveau soit pour la spulture des
gens marquants soit pour le dpt des cercueils en attendant l'inhumation
ou le transfer ailleurs; or le Pre Laval, cur du Trou, ancien suprieur,
tant mort vers ce temps, son corps fut enterr au caveau; les Jsuites durent
reconnatre que ce n'tait fait que par tolerance des marguilliers.
Enfin on admettait de part et d'autre que l'glise tait proprit exclusive
des habitants.
Sur la requte des marguilliers, ce procs-verbal fut enregistr au greffe
du Conseil suprieur le 6 fvrier suivant, (1719).

REQUETE DE L'HOPITAL DE LA CHARITE.
Le mme jour (6 fvrier) le F. Martial Dougnon, suprieur de l'hpital
des Frres de la Charit, demand l'autorisation d'avoir un tronc et de faire
des qutes dans chaque glise pour sa maison titre d'hpital gnral. Le
P. Boutin, et d'entente cette fois avec ses marguilliers, y consentit con-
dition que l'hpital mritt vraiment son titre de gnral en recevant les
pauvres sans distinction et non plus seulement les matelots et les soldats.
Nous verrons de nouveaux conflicts surgir entire le P. Boutin et l'hpital.
Le F. Martial Dougnon accept avec bonne grce ces exigences de la
paroisse du Cap et en mme temps des autres paroisses de la jurisdiction,
d'autant plus qu'il avait sollicit du roi les lettres patentes d'tablissement
titre d'hpital gnral: ces lettres:furent dlivres en mars 1719.
Le conflict entire le P. Boutin et la paroisse tant apais, le P. Olivier






LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


sollicita et obtint du Conseil suprieur le 3 juillet 1719 des adoucissements
en faveur des Jsuites aux accommodements du 7 janvier prcdent, pour
le motif que ces accommodements taient injurieux toute la mission. Il fut
dclar que l'article des qutes et des troncs ne serait pas excut; que les
saints de l'Ordre seraient admis de l'agrment des marguilliers sauf au matre-
autel, et que leurs ftes pourraient tre clbres sans obligation pour les
fidles et aprs avis aux marguilliers.
A cette date, 3 juillet 1719, le Pre Boutin n'tait plus cur du Cap, mais
cur des ngres.

CURE DES BLANCS. CURE DES NEGRES.
Les lettres patentes de 1704 ne prvoyaient pas deux curs dans la mme
paroisse, un pour les Blancs, l'autre pour les Noirs; elles avaient institu un
prtre charge de l'instruction des esclaves : ce prtre, au lieu de se renfermer
dans la prdication, le catchisme et la pit, par un zle don't le principle
tait sans doute louable, mais don't les suites pouvaient tre dangereuses,
faisait seul l'gard desdits ngres libres et esclaves, toutes les functions
curiales (arrt du 18 fvrier 1761). Le danger don't il est parl ici ne fut
dnonc qu'aprs plus de quarante ans d'exercice et pour des motifs plus
politiques que religieux, comme nous le verrons plus bas; il n'tait donc
imminent et ne jetait pas le trouble dans la ville du Cap.

P. BOUTIN, CURE DES NEGRES.
Cur des Ngres, le P. Boutin demeura au Cap jusqu' sa mort en 1742,
c'est--dire pendant 23 ans. C'est autour de lui que gravite toute l'activit
religieuse. Son confrre, cur de la ville, ne parat pas avoir aussi grande
influence; souvent mme, on le confond avec le P. Boutin et on les dsigne
tous les deux sous le nom de curs du Cap.
Le Pre Boutin tait destin par son zle entreprenant se crer d'in-
cessants conflicts, et bien qu'il n'et plus la direction de la paroisse, il avait
en trois annes de sa function pris tant d'affaires sur les bras qu'il devait se
heurter de tous cts des intrts opposs ses euvres.

DIFFICULTIES AVEC L'HOPITAL DE LA CHARITE.
La confrrie de la Misricorde avait reu un rude coup par la suppres-
sion, sans compensation de son hpital de la place d'Armes; elle ne disparut
pas pourtant et conservait l'ilet que M. Auger l'avait autorise occuper
et o elle avait plac sa premiere infirmerie. Cet asile tait devenu moins
utile depuis que les families de Saint-Christophe s'taient tablies; aussi
le P. Boutin en fit un hpital pour les pauvres. On conoit que cette foundation
ait gn les Frres de St. Jean de Dieu qui, d'aprs les clauses de leur
foundation, auraient d ouvrir leur maison tous, et qui en fait en excluaient
bien des malheureux. Ils profitrent de la premiere occasion pour faire valoir
leurs droits.






DU CAP-FRANAIS 63

...A L'OCCASION D'UN HERITAGE.
Le P. Boutin avait coutume de distribuer les effects des morts qui lui
restaient aux pauvres. En 1717, une succession peut-tre plus considerable lui
chut par dshrence; il s'en empara et procda comme il l'avait dj fait;
mais le curateur aux successions vacantes rclama prs du juge du Cap
qui dsavoua la gnrosit du P. Boutin tout en le dispensant pour sa bonne
foi du compete des effects distribus par lui.
A L'OCCASION DE QUETES.
Cependant le P. Boutin continuait ses qutes pour ses pauvres ; les mar-
guilliers essayrent de les interdire l'glise paroissiale; les Frres de
St. Jean de Dieu ayant voulu opposer au Pre leurs privileges pour la qute,
celui-ci leur imposa d'accomplir toutes leurs obligations.
CONDEMNATION.
Mais il arriva au cur des ngres d'outrepasser ses droits. Le 3 juillet
1719, le jour mme o il comparaissait devant le Conseil pour rpondre aux
prtentions de l'Hpital gnral, il s'entendait condamn d'importantes res-
titutions.
Il s'tait cru nanti en due forme d'un heritage d'importance don't il s'em-
pressa d'user en vendant meubles et immeubles. Or on produisit contre lui
un testament du dfunt qui lui accordait un legs de neuf cents livres, sans
lui livrer la fortune entire. La Cour, cette fois, ne lui fit pas grce d'un
liard; il fut condamn tout rendre, et aux dpens et fut priv du legs de
neuf cents livres.


Tractations pour oeuvres

d'orphelins et orphelines
Malgr cet arrt dsagrable, le P. Boutin tait parvenu ouvrir l'hpital
gnral ses pauvres et ses malades; l'hpital Boutin, comme l'on disait,
n'avait plus de raison d'tre, ni la Misricorde. Mais l'immeuble restait;
le P. Boutin entreprit de l'affecter une euvre d'orphelines, sauf la con-
vertir plus tard en d'autres euvres plus urgentes. Ce fut l'origine d'embarras
de toutes sortes.
En France, le P. Gouye, procureur des Missions, s'tait ml l'affaire
ds les dbuts. Ayant eu vent des projects du P. Boutin, il proposal qu'avec les
fonds don't disposait son confrre, il fondt au Cap une uvre d'orphelins,
sur le modle d'une ouvre semblable forme Cayenne, pour recueillir,
loger, instruire de jeunes garons abandonns qui serviraient comme clercs
aux offices de r'glise paroissiale.
La maison des orphelins fut commence et tait, parait-il, en bonne voie







64 LES CONGREGATIONS 'RELIGIEUSES

de succs quand l'immeuble fut affect au mdecin de la colonie, et les enfants
disperss, on souponna le P. Boutin d'y avoir aid.
Ce Pre voulait un hpital, car l'hpital gnral, malgr ses promesses,
ne recevait pas tous les malades; en attendant qu'il pt raliser ce dsir, il
se rsigna l'euvre d'orphelines don't nous avons parl et fit venir pour la
diriger deux nouvelles converties de la Rochelle, la veuve de Guimon et sa
sur. Dans l'entretemps, sur la plainte de Frres de la Charit, il lui fut fait
defense de fonder un hpital. Mais il avait recueilli des aumnes et achet
des maisons, des meubles et une petite habitation.
Comme il tait empch d'arriver ses fins, il donna tous ses biens
la veuve Guimon pour l'euvre des orphelines. Le P. Gombault, suprieur
gnral des missions, cassa ce don, en sorte que le P. Boutin n'eut d'autre
resource que de vendre ce qu'on lui interdisait de donner : vente simule,
dit-on, la veuve Guimon s'engageant remettre tous les biens ainsi acquis
par elle des religieuses qui viendraient pour diriger l'hpital.

RELIGIEUSES DE LA ROCHELLE.
Toutes ces ngociations durrent jusqu'en 1721, au mois d'ot et avaient
permis au Pre Boutin de traiter avec les religieuses de la Rochelle qui
acceptrent de venir au Cap et d'y fonder un hpital avec une cole. Mais
il fallait la permission du gouvernement pour fonder une communaut reli-
gieuse et avant tout le consentement des administrateurs gnraux de Saint-
Domingue. Requte de la Sour Prieure des Religieuses Hospitalires de la
Rochelle leur fut donc prsente, et l'Intendant, M. Duclos, ordonna l'enqute
prliminaire, le 28 aot 1721. Comme le Pre Boutin faisait pour cet ta-
blissement la premiere mise de fonds, les Jsuites intervinrent en la per-
sonne des PP. Olivier, suprieur, et Levantier, cur du Cap, en place du
Pre* Ranconneau. Ces derniers dclarrent que les fonds proposs, naient du casuel du R. P. Boutin depuis plusieurs annes; lequel casuel,
ils sont obligs suivant les constitutions de leur socit, d'employer aux
ouvres pies, avec libert nanmoins d'en faire le choix suivant leur volont
et dvotion et sous la direction de leur suprieur, sans pouvoir s'en appli-
quer le profit eux-mmes, lequel emploi fait par ledit R. P. Boutin pour
un refuge en faveur des pauvres orphelines du Cap, ils dclarent et recon-
naissent trs lgitime et renoncent y contrevenir, don't ils ont demand
qui leur a t octroy. Les religieuses de la Rochelle comptaient en outre
sur les resources que leur fournirait leur maison de la Rochelle et sur les
dons et pensions des jeunes filles qu'elles recueilleraient dans la colonie.

ENQUETE.
L'enqute fut favorable: les notables du Cap acceptrent que trois reli-
gieuses vinssent au Cap et tinssent la maison avec la veuve Guimon et sa
sur, pour y exercer les uvres de charit suivant les rgles et institute de
leur Ordre, condition qu'elles se fassent dlivrer les lettres patentes n-
-cessaires, en leur donnant un an pour prendre possession de l'oeuvre. Cette







DU CAP-FRANAIS 65


fois l'hpital gnral n'tait pas sollicit de donner son avis, car les hospi-
talires ne recevraient que des femmes et des filles malades, lesquelles
n'taient pas admises chez les Frres de St. Jean de Dieu.

OBSERVATION DES ADMINISTRATEURS.
Les administrateurs gnraux, MM. de Sorel et Duclos, trouvrent
reprendre cette enqute; on n'y dclarait pas si les fonds taient suffisants,
si la maison tait convenable. En outre, ils observaient qu'une euvre d'duca-
tion et un hpital ne pouvaient coexister dans le mme immeuble; que le
bourg du Cap tait malsain, qu'on n'y pouvait placer un hpital, qu'il fau-
drait enfin que le cur du Cap s'engaget pour lui et ses successeurs aider
les religieuses de deux mille livres de leur casuel chaque anne, car le Pre
Boutin ne durerait pas toujours; par ailleurs, ils voyaient de bon oeil, la
foundation d'une maison d'ducation pour les filles.

RAPPORT DU P. GOUYE.
Un pareil avis des administrateurs n'tait pas une recommendation suffi-
sante. Le Pre Gouye, consult par le Conseil de la Marine qui tenait lieu
de ministre fit valoir que des hospitalires sont peu propres l'ducation
des filles; que les religieuses devaient vivre dans une clture, impossible
tablir au Cap : que la foundation propose par le Pre Boutin tait insuffi-
sante et irrgulire, parce que toutes les acquisitions faites par le Pre Boutin
sont nulles de droit, aussi bien que la vente qu'il en a faite la veuve Guimon.
Quant au casuel des Jsuites, il affirmait que ce prtendu casuel leur est
inconnu, except au Pre Boutin don't la vivacit et le zle ne lui ont permis
de faire de rflexions sur sa rgle. Le public a t scandalis, ajoutait-t-il,
des movements que le P. Boutin s'est donn cet gard; ses confrres l'ont
condamn et ont fait ce qu'ils ont pu pour l'en empcher sans pouvoir y
russir. On voit que le Pre Gouye est bien svre auprs du Suprieur et
du cur du Cap qui dclarrent que le Pre Boutin avait agi conformment
aux autorisations de ses suprieurs. Enfin, le Pre Gouye dclarait que le
casuel annuel d'un Jsuite aux Iles, montait au plus trois cents livres.

EXPULSION.
Par suite, l'affaire des hospitalires n'aboutit pas. Le duc de Bourbon,
president du Conseil de Marine, approuvait le 17 avril 1722 le rapport qui
lui tait remis ce sujet et o l'on dcidait que le P. Boutin et la veuve
Guimon seraient exclus de la colonie. < Par ce moyen les autres missionnaires
seraient plus rservs par la suite et ne suivraient pas le mauvais example
qu'on leur a donn par un excs de zle. Les suprieurs, depuis trois mois, ont
donn des ordres fort prcis pour faire repasser le P. Boutin dans sa province.







66 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


4. -Annes 1723 1728.
TROUBLES.
Le P. Boutin ne quitta pas Saint-Domingue. Peu aprs que les ordres
de la Cour de Versailles y furent parvenus, la colonie se trouva en rvolte.
Il se produisit des revendications; il y eut mme un mmoire crit des
exigences des habitants. En ce qui concern les Jsuites, on y demandait leur
loignement et le retour des Capucins. Mais les rvolts furent un instant
matres du Cap et forcrent le Pre Michel, Jsuite, chanter un Te Deum
pour leur victoire. A cette crmonie, une femme qui s'tait mise la tte
des bandes insurges prit place au cheur sur un sige: c'tait au mois de
janvier 1723. L'anne suivante le calme fut partout rtabli.

LIBRAIRIE.
Au mois de mai 1724, un libraire ouvrit boutique au Cap, Joseph Payen,
qui avait jusque-l exerc sa profession Paris; il avait de quoi faire cer-
tains travaux d'imprimerie et dita en effet quelques feuilles. Nous ignorons
l'accueil que lui fit la population; nous savons qu'au mois de septembre, il
se retira Logne, de son plein gr, semble-t-il, d'o on le fit rentrer
en France. Avant qu'il ne quittt le Cap, une descent de justice fut faite
chez lui en presence du P. Larcher. Il fut constat que ce libraire avait jug
que certain livres exotiques seraient du got des colons et qu'il comptait
bien couler ces ouvrages, puisqu'il avait soixante et onze exemplaires du
Tableau de l'Amour.

TRANSFORMATION DE L'EGLISE.
En 1725, l'glise du Cap fut transforme d'une faon qui dplut nombre
de gens en place, aux Cours de justice en particulier; soixante-dix ans plus
tard, Moreau de St. Mry, conseiller au Conseil suprieur du Cap ne peut
s'empcher d'en tmoigner son ressentiment. < Les Jsuites, dit-il, imagi-
nrent de former un sanctuaire qu'ils fermrent d'un beau grillage avec un
portail aussi de fer, et de chaque ct duquel taient dix stalles. Ils n'y lais-
srent que le banc du Gouverneur (car avant 1743, l'ordonnateur n'avait pas
de banc dans l'glise Saint-Domingue) ; et quand les deux administrateurs
principaux venaient au Cap, ils se mettaient dans le sanctuaire. MM. de Lar-
nage et Maillart consentirent avoir leur fauteuil dans le cheur au-dessous
du sanctuaire o le banc seul du Gouverneur du Cap fut conserv. Ces inno-
vations des Jsuites mirent les bancs du Conseil, du major, etc... derrire
leurs stalles, et non comme l'ordonnance le prescrivait; il parat que l'or-
gueilleuse humilit de ces religieux n'avait pas trouv ces calculs indignes
d'elle. ,
HONNEURS A L'EGLISE.
Il serait peut-tre plus just d'incriminer non pas l'orgueil des Jsuites,
mais l'indiscrtion du Conseil suprieur tendre au premier rang; et l'on







DU CAP-FRANAIS 67

est port penser que, dans le cas present, les religieux ne firent que se
dfendre d'un empressement injustifi. La question des honneurs l'glise,
dans les marches et processions fut toujours brlante dans l'ancien rgime.
Pour la rgle aux Iles du Vent, le roi avait rendu une premiere ordonnance
le 13 novembre 1713, qu'il avait renouvele en vingt-sept articles le 15 no-
vembre 1728; cette dernire rglementation fut provisoirement applique au
Cap, par ordre du Gouverneur du Cap, de Chastenoye, et de l'ordonnateur
Duclos. L'article VII de ce document donne au Conseil suprieur et au lieute-
nant du roi (major), un banc, mais hors du chour; seuls les Gouverneurs
pouvaient prendre place au chour.

CHAPELLE ET AUMONIER DE L'HOPITAL.
Les Jsuites avaient aussi computer avec l'hpital des Frres de St. Jean
de Dieu. Ces derniers avaient droit d'avoir chez eux une chapelle avec un
aumnier autoris clbrer les offices et y administer les sacrements.
La communaut ainsi exempte de la jurisdiction du cur tait-elle tenue aux
droits curiaux? Le P. Larcher interrog sur ce point rduisit leur just
valeur les exemptions rclames par l'hpital, c'est--dire qu'il les admit en
faveur des religieux, des malades, des domestiques rsidant dans l'hpital
mais non l'gard du fermier et des esclaves de leur habitation. Il rclama
contre la prtention du Suprieur de l'hpital de faire choix d'un aumnier
son gr, cet aumnier ne ft-il pas approuv par le prfet apostolique;
il concdera enfin que les marguilliers auraient mauvaise grce exiger les
droits curiaux si l'hpital recevait les malades et pauvres de leur paroisse.
C'tait donc l l'objet continue de discussion entire la paroisse et les Frres
de la Charit : ceux-ci peu nombreux d'ailleurs et ayant peu de place, prf-
raient les soldats et matelots qui payaient leurs frais d'hospitalisation et n'ac-
ceptaient les autres qu' leur corps defendant.

COUPE DE BOIS.
Les Frres de l'hpital avaient d'ailleurs leurs griefs contre les habi-
tants qui formaient la paroisse. Bien d'glise, dit-on parfois, est bien commun.
Le terrain de l'hpital, voisin de la ville et moins bien dfendu que les
terrains des particuliers, tait pill par les habitants. Tous les habitants
du Cap, se plaint le F. Armand en 1726, ou la plus grande parties d'iceux
envoyent journellement leurs esclaves faire du bois sur le terrain dudit
hpital, et que les habitants font cooper indiffremment par leurs esclaves,
les bois d'ouvrages de charpente, les jeunes bois et autres, sans avoir gard
que le terrain ne leur appartient pas, non plus que le bois. Lesdits religieux
auraient chass de dessus leur terrain jusqu' quarante esclaves, tous d'une
fois, appartenant auxdits habitants. Les coupeurs de bois furent menacs
d'une amende de cinquante lives; le F. Armand obtint en outre une sauve-
garde des troupes du roi de la garnison, pour tenir la main l'excution des
defenses faites par ls autorits du Cap de ravager ainsi le bois de l'hpital.







68 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


5.-Plan du Cap.

ILETS DU CAP.
Nous avons dj dit que de cette anne 1728, nous possdons un curieux
document de l'Etat du Cap dans la carte de cette ville publie dans l'histoire
du P. de Charlevoix. La ville compete environ cent cinquante lets tracs, une
soixantaine sont compltement btis. Chaque carr de maison, dit la notice,
est de vingt toises... Un carr est ordinairement occup par quatre habitants,
chacun ayant sa maison et sa cuisine spare. Les maisons de maonnerie
sont distingues par des points. Le reste tait de bois. Les maisons de
maonnerie taient en petit nombre; on en distingue en deux lets au bord
de mer; deux btiments des orphelines, qui par leur pignon donnent sur
la grande rue, plus tard, rue Espagnole, le sont aussi.

MAISON DES JESUITES.
L'enclos des PP. Jsuites a belle mine; sur le plan, il occupe six lets
en profondeur et deux en longueur soit deux cent soixante-dix mtres en
profondeur et trente-six en larger. Notre logement, dit le P. Margat, est
dans un endroit des plus levs du Cap. On y arrive par une belle avenue
de grands arbres qu'on appelle poiriers de la Martinique, parce que la
feuille de ces arbres resemble assez celle des poiriers d'Europe. Cette
alle donne un ombrage et une fracheur qu'on ne saurait trop estimer dans
un pays aussi chaud que celui-ci. La maison ne rpond point cela, (elle
tait de bois) ; c'est une querre de vieux btiments qui n'ont ni got ni
commodity; nous y sommes trs mal et trs troitement logs, mais la situa-
tion est belle et l'air est fort bon. C'est l que rsidait le cur de la paroisse
en mme temps que le prfet apostolique.

ILET DES ORPHELINES.
Auprs de cet enclos et spar de lui par la rue St. Franois Xavier,
tait l'let des Orphelines. Le Pre Boutin qui en est le fondateur, avec le
plus grand zle et les meilleures intentions du monde, n'avait pas de got
pour l'architecture. Comme il n'avait pens qu'au plus press, tous les bti-
ments de cette maison ne sont ni solides ni proportionns. (P. Margat).

EGLISE PAROISSIALE.
Dans la vue du Cap Franais, qui accompagne ce plan, on distingue trs
bien l'glise paroissiale avec ses chapelles en croix et sa tour. La tour que
le plan n'indique pas, est l'est; elle se termine par une couple surmonte
d'un haut campanile.
En face de ce plan et de cette vue du Cap, on aime voquer la figure
du P. Boutin; c'est la ville telle qu'il l'a connue dans ses annes de minis-
tre intense : on y retrouve ses constructions...






DU CAP-FRANAIS 69

MASON DES ORPHELINES.
Il fut autoris par ses suprieurs de s'occuper de la maison des orphelines
qu'il avait fonde. Cette institution rpondait un besoin urgent : < il y avait
alors au Cap grand nombre de filles orphelines qui avaient peine trouver
des personnel charitable qui les fissent subsister ?... Le Pre Boutin ne fut
pas longtemps sans y avoir une quinzaine de petites orphelines; deux per-
sonnes dvotes se consacraient leur conduite ; elles se chargrent, outre cela,
de l'cole pour les petites filles du Cap, qu'elles y enseignaient gratuitement.
On format dans cette maison ces jeunes filles, non seulement la pit,
mais encore la lecture et l'criture. On les instruisait travailler tous
les petits ouvrages qui sont du resort du sexe et qui pouvaient leur servir
par la suite, ou gagner leur vie ou se rendre utiles dans un mnage. On
a vu quantit de ces orphelines s'tablir avantageusement et porter avec
elles dans les families les fruits d'une education chrtienne.

Maison des soeurs

PROJECT.
< Cet tablissement n'tait que le prlude d'un project plus solide et qui
tenait fort au ceur du vertueux missionnaire. C'tait de faire venir des
soeurs d'Europe pour faire lever ici les jeunes filles croles. Les habitants
de Saint-Domingue isols dans leurs habitations, n'ont ni les moyens, ni
peut-tre le courage d'lever leurs enfants comme il faut. Les plus aiss
prenaient le parti de les envoyer en France; mais ce qui est utile et nces-
saire aux garons est rempli d'inconvniens pour les filles, parce que le
retour, un certain ge o il faut les confier des marines, devient tout
fait hasardeux : dangers trop rels et don't nous n'avons malheureusement
que trop d'exemples. >
< La colonie sentait vivement ce besoin. Le P. Boutin eut seul le courage
d'entreprendre et d'y remdier. Il en fallait beaucoup pour surmonter toutes
les difficults qui se prsentaient dans l'excution. C'est pourtant de quoi
il est venu heureusement bout.

DEMARCHES AUPRES DE LA C. N. D.
< Il crut que personnel n'tait plus convenable pour cela que les filles
religieuses de la Congrgation de Notre-Dame, don't le premier tablisse-
ment s'est fait Bordeaux et qui ont plusieurs maisons en Guyenne, dans
le Prigord et autres provinces de France. Le Pre Boutin qui les avait
connues particulirement leur crivit plusieurs lettres pour leur proposer
son project et pour les dterminer accepter ses offres. En leur faisant envi-
sager le bien qu'il y avait faire, il ne leur dissimula pas ce qu'elles auraient
souffrir. Il n'eut pas de peine dcider ces saints filles qui, ne cherchant
suivant leur institute que la gloire de Dieu et le salut des mes, parurent ravies
de se prter une aussi sainte uvre que celle qu'on leur proposait.
(P. Margat).






70 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

CONGREGATION DE NOTRE-DAME.
La Congregation de Notre-Dame eut pour fondateur Bordeaux la vn-
rable Mre Jeanne de Lestonac; les maisons de l'Ordre taient indpen-
dantes l'une de l'autre, chacune ayant son noviciat; depuis 1921 une reli-
gieuse suprieure gnrale qui rside Rome leur a t propose. Elles ont
aujourd'hui des maisons au Brsil, dans la Rpublique Argentine; mais au
18me sicle, elles avaient fond une communaut dans la Nouvelle France,
(Canada). Cette communaut fut supprime quand le Canada passa sous
l'autorit de l'Angleterre, et ses capitaux de foundation furent dvolus par
le roi la Mission de Cayenne. (Seur Jeanne de Lestonnac est aujourd'hui
sainte Jeanne de Lestonnac).
Le Pre Helyott, dans son Dictionnaire des Ordres Religieux observe
qu'il y a tant de rapport avec l'Ordre des PP. Jsuites, et celui des reli-
gieuses, filles de la Compagnie de Notre-Dame, que cela fut cause que dans
le commencement de leur tablissement, elles furent appeles Jsuitines. En
effet, elles ont les mmes rgles et les mmes constitutions que les Jsuites,
n'y ayant rien de retranch que ce qui regarded le gnral, les prdicateurs
et les missionnaires. Mais ces religieuses furent agrges l'Ordre de saint
Benot et jouissent de tous ses privileges; c'est pourquoi Helyott les range
au nombre des congregations bndictines.

MEASURES PRISES PAR LE P. BOUTIN.
Le P. Boutin avait cependant dispos toutes choses de longue main.
Il s'tait ht d'accommoder la maison des orphelines et de la mettre en
tat par les augmentations et les arrangements qu'il y fit, de recevoir la com-
munaut qu'il attendait et les pensionnaires qu'on ne pouvait manquer d'avoir.
Dans une assemble des puissances du pays et des notables, il passa un acte
de donation entire de tout ce qu'il avait en fonds de terre, en maisons et
autres choses aux Dames Religieuses de Notre-Dame. Cet acte sign de lui
et du Suprieur de la Mission et accept par la colonie fut envoy la Cour
qui expdia les lettres patentes pour l'tablissement de ces filles au Cap.
(P. Margat).

LETTRES PATENTES 1731.
Ces lettres sont du mois de novembre 1731; elles estiment plus de
quatre-vingt-dix mille livres les capitaux en meubles et immeubles amasss
par le fondateur; le cur du Cap avait charge du gouvernement spiritual
des religieuses; un syndic, de leurs affaires temporelles; la communaut
n'avait droit qu' six religieuses et deux converses; il ne pouvait y tre
tabli de noviciat; les filles croles dsireuses d'entrer dans l'institut devant
tre envoyes dans une maison de France; la maison tait autorise rece-
voir des pensionnaires et tenir une cole externe; elle devait vivre du
revenue de ses fonds et des versements des pensionnaires.







DU CAP-FRANAIS ,71

ARRIVE DES RELIGIEUSES : 1733.
Les religieuses arrivrent au Cap en 1733. Le choix n'en pouvait tre
mieux fait. La plupart taient d'une condition distingue et d'un ge mr.
C'tait la maison de Prigueux qui avait fourni ces premiers sujets. On
admira avec raison le courage de ces saints filles qui paraissait bien au-
dessus de leur sexe. Elles ne tardrent pas de mettre la main l'oeuvre. On
voulait de toute part leur envoyer des pensionnaires : mais faute de bti-
ments, il fallut se borner un nombre assez mdiocre.

NOUVELLES LETTRES PATENTES : 1740.
En mme temps le nombre des religieuses parut trop restreint pour la
besogne qui s'imposait. Par lettres patentes du 22 juin 1740, considrant que
l'tablissement avait produit les avantages qu'on en avait esprs, que le
nombre des religieuses tait d'autant moins suffisant que celui des pension-
naires augmentait tous les jours, que d'un ct les fatigues des religieuses
dans l'exercice de leurs functions et l'ardeur du climate les exposait de
frquentes maladies, pour ces motifs, le roi leva de huit quinze le nombre
des religieuses don't trois converses.
ETABLISSEMENT DES S(URS.
Les btiments taient aussi bien insuffisants. Le Pre Boutin ne cessait
de faire travailler les augmenter ou les rparer. Les rsultats qu'il obtint
n'ont satisfait personnel. Ce n'est pas qu'il manqut de lumire pour l'ar-
chitecture; mais cette maison commence pour d'autres desseins et aug-
mente pice pice, suivant les besoins, ne pouvait gure prendre une forme
bien rgulire. > Aussi une ordonnance de Larnage et Maillart intervint le
16 aot 1739, pour rgler que les religieuses cesseraient d'entreprendre aucun
btiment sur le terrain o elles rsidaient en ce moment. Elles avaient dj
acquis en 1737, un let de l'autre ct de la rue Espagnole: c'est l qu'elles
furent obliges de construire leur tablissement avec facult de former pen-
dant trois ans la rue Espagnole, pour tablir un passage en clture d'un
terrain l'autre. Peu aprs, les mmes administrateurs autorisaient les reli-
gieuses tirer leur bois, pour construire, de la Nouvelle Angleterre, en quoi
ils furent blms par le ministry de la Marine pour avoir agi de leur propre
initiative l'encontre des rglements. La mme lettre du ministry (17 juin
1740) leur fait observer qu'ils ont t tmraires en autorisant des plans
don't le devis dpassait cent mille cus, alors que les religieuses n'avaient
pour y faire face que quarante-cinq mille livres en esprance assez incer-
taine. Mais on comptait bien qu'en 10 ans, les religieuses teindraient leur
dette par le seul profit des pensions.
CONSOLATIONS DU P. BOUTIN.
Les religieuses comptaient-elles encore sur le credit du P. Boutin ? En
1740, le Pre tait bien vieilli; il ne devait pas tarder disparatre; mais
elles allaient se suffire. Leur maison apporta de grandes consolations aux
dernires annes du fondateur. Il vit les religieuses tablies et s'appliquant
8.







72 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

avec courage l'ducation de la jeunesse; il vit quantit de ces pension-
naires, aprs y avoir fait leur temps, s'tablir dans le monde et fire honneur
l'ducation qu'elles y avaient reue.
ENCOURAGEMENT DES SUPERIEURS.
Remarquons pourtant que dans toute cette affaire des religieuses, il fut
soutenu par ses suprieurs. L'opposition du Pre Gouye la Cour avait cess;
le Pre de la Neuville lui avait succd comme procureur des Missions de
l'Amrique et se montrait plus bienveillant l'gard du vieux missionnaire
de Saint-Domingue. Quant l'opposition que trouva au Cap mme le Pre
Boutin, nous nous en tenons la declaration trs discrte du Pre Margat :
< La libert apostolique de ses discours, ses dmarches pour s'opposer au
vice, son activity pour l'excution de ses pieux desseins, lui suscitrent des
ennemis de tout tat et des perscutioiis de plus d'une sorte.

6.- Incendie : 1734.
Un incendie avait ravage l'une des plus riches parties de la ville du
Cap en 1734; or, c'est trois incendies, selon la rflexion du Pre Margat,
que la ville du Cap doit son embellissement. Il veut parler des incendies de
1691, de 1695 et de celui du 21 dcembre 1734, qui brla depuis la ravine
jusqu' la rue de Chastenoye et depuis la rue du Palais et le ct est de la
place d'Armes, jusqu'au bord de la mer, en tout trente-cinq lets. Le feu se
dclara vers minuit dans la rue de Penthivre; on n'en fut matre qu'au lever
du soleil grce au concours des charpentiers de la Charente, commande par le
comte de Vaudreuil, prte partir pour la Louisiane ; ces ouvriers firent
la part du feu en abattant les maisons menaces.

ORDRE DE BATIR EN MAONNERIE : 1735.
On reconstruisit aussitt les maisons disparues ; c'tait en effet le quarter
du commerce, alors trs prospre par la longue paix don't avaient joui la
France'et ses colonies depuis 1713. Mais le 24 janvier 1735, un ordre de
M. de Chastenoye engage reconstruire en maonnerie au lieu de palis-
sades ou de palmistes. En 1736 il ne restait plus que douze emplacements
non rebtis. Et peu peu, dans le reste de la ville on imita les commerants
du bord de mer. Le Pre Margat, en 1743, pouvait dire de la ville du Cap:
< Les maisons n'en sont pas fort belles, mais elles sont assez riantes et bties
pour la fracheur et la commodity du commerce.

Cimetire de la Fossette.
< Les maladies contagieuses svissaient au Cap. En 1733 et en juillet 1734
le mal de Siam causa de grands ravages; il reparut avec cette mme rigueur
en 1743 et en 1755. En 1736, autre pidmie depuis le mois de mai jusqu'au
mois d'aot au moins. La mortality survenue pendant ces trois ou quatre
mois rendit infect le cimetire de la paroisse situ alors au sud de l'glise






DU (CAP-FRANAIS 73

paroissiale un ilet d'intervalle. La petitesse du local obligeant de faire
tous les jours des ouvertures de fosses sur des corps presque entiers. Avec
le concours du Pre Levantier, du Pre Boutin et du marguillier, les admi-
nistrateurs du Nord cherchrent pour les matelots et pour les ngres -
c'taient les paroissiens du Pre Boutin un terrain sous le vent de la ville
qui put servir de cimetire, au moins dans les conjonctures difficiles. On
en trouva un en friche de cent cinquante pieds sur soixante, qui fut concd
avant mme l'autorisation des administrateurs gnraux pour la clrit du
remde qu'il convenait d'apporter au mal intressant la conservation des
habitants.

7. -Affaire de Jrme Olivier.
Peu aprs, un curieux incident se produisit qui montre quel point les
esprits s'chauffent parfois sous l'influence des passions. Ce fut un conflict
entire les Jsuites et les habitants du Cap pour refus de spulture ecclsias-
tique l'un d'entre eux, Jrme Ollivier, marchand originaire de la Rochelle,
mort impnitent au mois de juin 1737. L'affaire qui eut alors un large reten-
tissement, reste encore pour nous trs embrouille. Nous la connaissons par
les rcits haineux parvenus jusqu' nous, par des mmoires d'avocats, par
une lettre du ministry de la Marine. La lettre du ministry qui devait nous
donner la vrit la voile manifestement en s'appuyant sur un document
qu'elle doit admettre, le rapport de l'ordonnateur du Cap, agent official de
l'Administration.
VISIT DU P. LE GROS.
Suivant les Jsuites, il n'avait pas t possible, depuis onze ans que le
sieur Ollivier tait au Cap, de le faire approcher des sacrements. Le Sup-
rieur, averti du danger grave o tait ce paroissien qui s'tait retir la
champagne, lui envoya un missionnaire, le P. Le Gros, pour lui donner les
secours de son ministre; < mais la presence du missionnaire provoqua le
moribond aux plus horrible blasphmes; le lendemain le P. Le Gros y
retourna et ne trouva que le mme endurcissement et la mme fureur. Pour
lui laisser le temps de se calmer, si c'tait possible, le Pre revint dire la
messe au Cap et pria les gens de la maison de lui inspire quelque bon
sentiment, mais ils n'y russirent pas; on lui offrit quel confesseur il vou-
drait; il n'en voulut aucun, et dans ces malheureuses dispositions il dis-
parut. (5 juin).
Selon Monsieur de Sartre, ordonnateur, le Pre Le Gros ne fit qu'une
seule visit au sieur Ollivier, le jour mme o celui-ci mourut. Ollivier
rpondit qu'il n'tait pas dispos se confesser et mourut le soir mme.
Or d'aprs les mmoires qui sont favorables au dfunt, le vicaire du Cap
fit deux visits dans lesquelles il n'y avait pas eu de la part du malade refus
de sacrement mais remise plus tard des secours de la religion. Notons
que ces mmoires sont signs des avocats jansnistes les plus en vue en ce
temps au Parlement de Paris.







74 LES CON~RgaATroeTs RELIGIEUSES


DIFFAMATIONS CONTRE LES JESUITES.
Les libelles du temps nous reprsentent au contraire Ollivier comme un
bon chrtien, remplissant son devoir pascal, mais indispos contre les Jsuites
qui lui auraient confisqu tout son patrimoine et l'auraient rduit la misre.
Cette assertion haineuse prendrait un semblant d'exactitude de l'affirmation
des mmoires que le pre d'Ollivier aurait, par testament, fait une foundation
la paroisse du Cap, mais sans priver son fils de ce qui lui revenait.
En outre, le dfunt non seulement n'aurait pas repouss le prtre, mais
aurait demand pour confesseur l'aumnier de l'hpital qu'on lui aurait
refus.
REFUS DE SEPULTURE.
Quand le corps d'Ollivier fut prsent l'glise, le cur ne le reut pas;
il fut dpos sur le seuil par les esclaves qui le portaient. Puis le cur fit
transporter cette dpouille de l'autre ct de la place : elle fut mise sous la
potence qui tait leve en permanence; enfin les gens du voisinage payrent
pour que le corps qui les incommodait fut inhum sur le rivage parmi les
mangliers.

PLAINTE DE LA COMPAGNIE DES DRAGONS.
Il semble que jusque-l on ne se soit pas souci au Cap de ce qui se
passait : lire les libelles les plus favorables Olivier, on avait emport ce
cadavre sans qu'il ft dcemment accompagn. Mais l'occasion d'un scandal
s'offrait.
Le dfunt n'eut d'autres amis s'intresser son sort que la Compagnie
des dragons de la ville; c'tait une des companies de la milice, la premiere
en importance parce qu'elle tait monte, et la plus turbulente. Son capi-
taine et son marchal des logis portrent plainte au snchal.

EXHUMATION.
La jurisprudence admise dans la colonie enlevait aux juges ordinaires
les causes ecclsiastiques, qui taient portes pour information seulement
aux administrateurs gnraux et qui taient juges en France. L'ordonna-
teur, M. de Sartre, consult, laissa agir le juge du Cap qui, le 8 juin, permit
d'informer, ordonna la visit et l'exhumation du cadavre en presence du
mdecin du roi et de deux chirurgiens pour tre ensuite statu ce qu'il
appartiendrait.
Cette decision combla les veux des dragons et de toute la parties turbu-
lente de la ville; le corps d'Ollivier fut retir du terrain vague o on l'avait
enfoui; les hommes de l'art l'embaumrent et le juge y apposa les scells.
A ce point commena l'embarras. Le cercueil fut dpos dans un rduit
en maonnerie la porte duquel les dragons montrent la garde pendant
quelques semaines : puis la porte fut mure et ce furent des esclaves qui
veillrent sur ce dpt. .


74


LES CONydAriGATI;DMS REL~IGIEUSES







DU CAP-FRANAIS 75


DEPECHE MINISTERIELLE.
Cependant, M. de Sartre avait dfendu au juge du Cap d'aller plus loin
et de rendre son jugement avant d'avoir reu les instructions des adminis-
trateurs gnraux; par measure de prudence il en avait rfr au ministry
sans passer par ses suprieurs hirarchiques.
Le ministry rpondit le 21 aot. Il dclarait que le suprieur des Jsuites
avait mal propos refus la spulture. Le refus de spulture qui est une
ignominie, ne peut en effet tre autoris, disait-il, qu'autant que par des
actes juridiques, il est prouv que le dfunt a refus jusqu'au dernier instant
de sa vie, de recevoir les sacrements et dclar publiquement ne vouloir pas
mourir dans la religion catholique apostolique et romaine.
Les Jsuites ainsi blms pour n'avoir pas observ la procedure oblige,
le ministry dclarait que s'il y avait quelque autre condemnation prononce
contre les Jsuites que celle de la spulture du cadavre, on en fit surseoir
l'excution jusque S. M. et fait savoir les ordres qu'elle jugerait propos
de donner sur cela ? Il concluait, en s'adressant au Gouverneur gnral et
l'Intendant : < Au surplus, il est fcheux que cette affaire ait fait autant
d'clat, et vous devez donner votre attention empcher qu'il n'y en ait pas
de semblables l'avenir.

ENTERREMENT.
1737 Cette dpche ministrielle tait adresse MM. de Larnage et
Maillart qui venaient de prendre la direction de la colonie en place de MM. de
Fayet et de la Chapelle. Ils s'empressrent d'intervenir et par ordonnance
imposrent aux Jsuites de faire l'enterrement d'Ollivier, sans solennit. Les
Jsuites s'y refusrent disant qu'ils ne reconnaissaient pas de suprieur pour
le fait de religion. Comme l'affaire avait t porte la Cour, il convenait
d'attendre; et quand les ordres du ministry arrivrent, l'enterrement eut
lieu le 14 novembre 1737 et non le 14 janvier, comme l'crit Moreau de Saint-
Mry. Bien que les Jsuites se soient tenus aux obsques non solennelles
qui leur taient prescrites, la compagnie des dragons essaya de leur donner
le plus d'clat possible. La justice s'y trouva pour reconnatre les scells,
en faire le procs-verbal et dlivrer le cadavre.
Le clocher fut occup par les meneurs qui sonnrent les grosses sonne-
ries; le convoi fut accompagn d'un dtachement de dragons command par
un officer et des douze commandants (de milice) des quarters de la dpen-
dance du Cap qui avaient chacun un flambeau; la compagnie tait en deuil
d'ordonnance et suivie de plusieurs habitants de la ville et de la champagne.
Un si bel ordre fut pourtant trouble par une pluie torrentielle pendant toute
la crmonie.
Les dragons, non contents de cette rparation auraient voulu obtenir des
dommages et intrts pour l'injure faite leur corps; ils consultrent ce
sujet. Leurs conseils de Paris, si jansnistes qu'ils fussent, furent d'avis qu'ils
cessassent toute poursuite.
6-.a







76 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

LA HIERARCHIES AUX ILES.
L'intrt que prsente pour nous cette affaire est moins de constater com-
bien les fortes ttes du Cap en avaient contre les Jsuites que de suivre la
discussion des avocats du Parlement de Paris sur l'autorit que revendiquait
un prfet apostolique des les. Pour ces jurisconsultes, prvenus il est vrai
contre les Jsuites, le prfet apostolique n'est pas suprieur ecclsiastique;
il ne peut juger; il n'y aurait donc point d'autorit qui pt pourvoir aux cas
urgents si l'on n'avait recours celle des juges sculiers. Les conseils semblent
admettre que seul le Pape est le suprieur ecclsiastique des Missionnaires;
de l ils concluent qu'on ne devrait pas dfrer la revendication que peut
faire le suprieur rgulier, parce que les religieux comme les autres prtres,
dans le ministre de curs, ne sont soumis aucune jurisdiction exerce par
leurs suprieurs rguliers. On voit par suite, d'o vient la confusion; la hi-
rarchie n'est pas tablie aux les; elle n'a qu'un degr, celui des curs;
le degr suprieur, celui des vques fait dfaut; ainsi les curs n'ont pas
de juge ecclsiastique aux colonies et sont justifiables du juge lac. Le roi
l'avait compris ainsi en 1717, en ordonnant que les ecclsiastiques prvenus
de crime seraient renvoys en France par les administrateurs gnraux et
ne permettraient que ces causes fussent instruites devant le Conseil suprieur.

LE P. BOUTIN ET L'AFFAIRE OLLIVIER.
Pour achever ce que nous savons de l'affaire Ollivier, disons que le Pre
Boutin y fut ml. Par une coincidence que les adversaires des Jsuites n'osent
pas dire voulue, le Pre Boutin, cur des ngres, faisait les obsques d'une
vieille ngresse, pendant que le corps du dragon gisait sous la potence pu-
blique. On ajoute que cette femme avait t supplicie et que le Pre Boutin
aurait donn une espce de solennit l'enterrement. Le juge du Cap intent
des poursuites cette occasion, mais il s'en dsista sur l'ordre de l'Intendant.
Le ministry approuva ce dsistement et fit avertir le suprieur des Jsuites
d'empcher que pareille chose n'arrive plus.


8. Enclos des Jsuites

CONTESTATIONS POUR TERRAINS, MAISONS DU CAP.
Les Jsuites ne tardrent pas se trouver en contestation avec les habi-
tants et les marguilliers. Pour runir les douze lets de leur concession, ils
avaient obtenu de barrer cinq rues diriges du sud au nord, condition pour-
tant d'ouvrir plus tard au moins l'une d'entre elles, la rue Espagnole ou
Grande rue. Comme la ville du Cap prenait d'importants agrandissements, les
habitants crurent le moment venu d'exiger l'excution de cette promesse. Ils
n'obtinrent pas gain de cause, mais les Jsuites furent obligs de laisser libre
passage aux pitons travers leur proprit dans le prolongement de la rue
Espagnole.






DU CAP-FRANAIS 77

Pour leur part, les marguilliers rclamaient la jouissance des deux lets
qui leur avaient t donns par indivis eux et au suprieur des Jsuites
pour y btir un presbytre.

ARRANGEMENT : 1740.
Le ministry jugea que les marguilliers ne pouvaient rien rclamer aux
Jsuites, puisque ceux-ci les dispensaient de btir un presbytre en logeant
la maison de l'Ordre le Jsuite cur, son vicaire et le cur des ngres; mais
pour tout accommoder un arrangement fut approuv par le ministre. En
change des deux lets, objet de la contestation et qui seraient cds la
paroisse en vue des rparations faire l'glise paroissiale, les marguilliers
achteraient, dans l'ouest du terrain des Jsuites, la valeur des deux lets
eux remis et qui reviendraient la Mission. Ainsi fut fait. La lettre du
ministry autorisant ces arrangements est du 17 juin 1740.

9. Prosprit du Cap: 1740.
La prosprit de la ville du Cap qui date de sa reconstruction, aprs
l'incendie de 1734, ne fut pas seulement matrielle; elle comprend des ta-
blissements de charit qui mirent le Cap la tte de toutes les villes des
colonies franaises: la Providence des Hommes, la Providence des Femmes
et celle des Gens de couleur; les deux dernires furent fondes dix ans aprs
la premiere, mais le project qui en fut fait remote aux environs de 1740.

10. Providence des hommes.
La Providence des Hommes eut pour auteur Louis Turc de Castelveyre,
ancien hospitalier de Ville-Marie au Canada et qui poursuivi par ses cran-
ciers, se rfugia Saint-Domingue en 1725. Aprs bien des malheurs, il revint
une second fois dans la colonie dix ans plus tard et reprit son ouvre du
Canada, en recevant chez lui quelques malades ou infirmes, et en faisant
l'ducation de quelques garons. Il fut aid en tout cela par le Pre Levantier.
REQUETE AU CONSEIL DU CAP.
Lui-mme, dans une requte au Conseil suprieur du Cap en 1740, expose
< qu'ayant t lev dans de grands sentiments de charit pour les pauvres, il
s'tait employ ds sa jeunesse leur procurer tous les mnagements que ses
facults pouvaient lui permettre, que les motifs qui le faisaient agir parurent
si dsintresss qu'il fut jug digne au Canada, o il a demeur, d'tre mis
la tte des Frres hospitaliers de la Croix de St. Joseph tablis dans ce
pays, don't l'institut tait de soigner les pauvres et les orphelins; qu'il y
avait rempli un certain temps ce post la satisfaction du public; qu'il l'avait
quitt au regret de tous les pauvres et avec l'agrment de MM. les Suprieurs,
comme il le justifiait par leurs certificates; qu'il n'avait pass dans cette le
que dans la vue de contribuer un pareil tablissement; qu'aussitt qu'il y






78 LES CONGREGATIONSMRELIGIEUSES


fut arriv et en attendant qu'il se prsentt une occasion favorable pour
faire connatre et mettre execution son dessein, il s'tait d'abord appliqu
donner l'ducation ncessaire un grand nombre d'enfants don't les pre
et mre n'avaient pas les facults suffisantes de les envoyer en France, en
leur apprenant lire et crire et en leur enseignant les principles de notre
sainte religion; qu'il n'avait pas t longtemps sans s'apercevoir que plusieurs
personnel infirmes, soit gens tablis au pays soit gens qui y arrivent, lan-
guissaient et erraient de ct et d'autre sans beaucoup de soulagement; que
ce spectacle l'avait engag allier les soins qu'il prenait pour l'ducation de
la jeunesse ceux que demandent ces sortes de gens; que ds lors il avait
pens leur procurer un refuge et un asile dans sa propre maison; qu'il
en avait retir plusieurs chez lui aevc l'approbation du P. Levantier; qu'il
les y couchait, nourrissait, blanchissait et pansait lui-mme leurs plaies;
qu'enfin il leur procurait tous les soulagements que sa charit lui suggrait,
jusqu' ce qu'ils fussent entirement rtablis Puis la requte montrait
l'utilit d'un tel tablissement tant pour la religion que pour la police tem-
porelle; son auteur s'offrait ensuite le continue pendant tout le reste de
sa vie, sans autre rcompense que de pouvoir tre de quelque utility; il
offrait cet gard trois immeubles qu'il avait acquis en ville et une habi-
tation dans le morne du Cap don't il venait de se rendre adjudicataire.

FOUNDATION
Turc de Castelveyre avait essay au Canada d'une association religieuse
pour tenir l'hpital-cole qu'il dirigeait; il n'y avait pas russi faute de novi-
ciat srieux impos ses collaborateurs. Au Cap, il se content de donner
tout son avoir et de se donner lui-mme en laissant aux autorits, surtout
au cur du Cap, le soin de perptuer son euvre.

ARRET DU CONSEIL.
Par dlibration du 25 novembre 1740, le Conseil du Cap institua en
consequence une maison de Providence pour recueillir; 1 les hommes hors
d'tat de gagner leur vie par leur vieillesse ou infirmit, les pauvres trouvs
mendiants dans la ville, ou aux environs: tous travailleront aux travaux et
ouvrages utiles ladite maison suivant leurs talents et leurs forces; 3* les
personnel qui arrivant de France se trouveraient sans asile et sans secours
pour subsister; elles y resteront juqu' ce que l'on ait trouv les placer;
4 les malades d'pilepsie et autres maux incurables.

INITIATIVE DE LA FOUNDATION.
Le Pre Margat raconte autrement la rencontre de Turc de Castelveyre
et du Pre Levantier. Ce serait le Pre qui aurait eu l'initiative de la fonda-
tion en vue des pauvres gens venant de France et l'hospitalier y aurait
acquiesc tout de suite et fourni le premier immeuble. Cette divergence des
rcits imported peu: le mrite de la foundation reste celui qui s'y dvoue.
Peut-tre serait-on autoris voir dans l'expos de Turc de Castelveyre au.






.- - DU CAP-FRANAIS 79

Conseil, un surcrot de precautions pour ne pas mler les Jsuites une
affaire soumise l'approbation de gens qui leur taient peu favorables.
AVANTAGES.
Le Pre Margat ne tarit pas d'loges sur cette institution: < Voil dj
plus de six cents personnel, crit-il en 1743, suivant les registres de cette
maison qui y ont pass, et qui y ayant t reues, ont t places ensuite en
diffrens endroits. Si on avait eu, il y a trente ans, un pareil tablissement,
on aurait conserv, dans la seule dpendance du Cap, plus de trente mille
colons que la misre et le dsespoir ont fait prir .
Autre advantage que relve le mme Jsuite: les mendiants diminurent
en nombre au Cap et en mme temps les ivrognes; les gens qui deman-
daient l'aumne n'avaient d'autre souci que de boire.


11.- Providence des femmes.
Le Pre Margat signal encore cette mme poque une Providence de
femmes qui n'est pas celle don't parole Moreau de St. Mry, et aprs lui Mgr
Hillion. Lui-mme semble en avoir t le fondateur: le cur du Cap, dit-il,
a achet quelque emplacement o l'on btit des chambres pour loger des
personnel ges et indigentes qui jusque-l le cur payait le loyer de la
maison; par l, il faisait conomie car les loyers sont trs chers au Cap.

PROVIDENCE DES FEMMES DE SAINTE ELISABETH.
Puis un troisime tablissement de charit signal dans la mme lettre du
Pre Margat de 1743, est l'hpital des Femmes de sainte Elisabeth, d
Franois Dolioules et son pouse. Le cur du Cap venait en aide, comme il
le pouvait, aux femmes malades, par l'entremise de personnel charitable,
dans les maisons des particuliers; parfois quand ces femmes taient indi-
gentes on ne savait o les loger; puis les infirmires avises manquaient.
Comme on se trouvait en ces occasions oblig de partager ses attentions,
ces difficults multipliaient extraordinairement les frais et dpenses.

FRANOIS DOLIOULES.
SCe que l'on souhaitait donc depuis longtemps vient enfin de russir
(1743), par la disposition pieuse qu'un habitant du Cap, nomm Franois
Dolioules, a faite en mourant, d'une jolie maison et de ses dpendances,
condition qu'elle servirait y recevoir les pauvres femmes malades de la
ville .
Mais l'excution du testament de Dolioules donna lieu contestation
entire le cur du Cap, les marguilliers, les administrateurs de la Providence
des Hommes, le curateur aux successions vacantes et les Dames religieuses;
un arrt du Conseil du 8 mars 1743 homologua le testament, rejeta la pr-
tention des religieuses et laissa la succession en la possession, du curatpur aux






80 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

successions vacantes, jusqu' ce qu'il ft valablement statu sur cet objet.
Quelques jours aprs, les administrateurs gnraux ordonnrent que les admi-
nistrateurs de la Providence des Hommes jouiraient du legs et en rempliraient
les charges (29 mars).
Ces diverse foundations remplissaient un des voux les plus chers du
Pre Boutin; il les vit excutes avant qu'il ne mourt, (22 dcembre 1742).

12.-P. Boutin charge des ngres

de la ville et de la rade.
Lorsqu'il eut cess d'tre cur du Cap, il devint, nous l'avons vu, cur des
Ngres et fut charge de la rade. Ce dernier service fut longtemps trs p-
nible parce qu'il fallait aller bord visiter les malades. Dans les dernires
annes du Pre fut rendu ce rglement que les commandans des btiments
doivent sitt qu'ils ont des malades bord, les faire transporter terre .
Le cur des Ngres vit au contraire sa besogne augmente de jour en
jour par l'accroissement constant de ses paroissiens. Le soin des Ngres est
au Cap d'un dtail bien fatiguant, dit le Pre Margat. Il y en a plus de
quatre mille, soit dans la ville, soit dans la dpendance de la paroisse, qui
s'tend une grande lieue aux environs, dans des montagnes o il y a quantit
d'habitations les unes au-dessus des autres, trs difficiles border.

INSTRUCTION DES NEGRES.
Le Pre Boutin s'tait fait une tude particulire pour la conduite et
l'instruction des Ngres, ce qui demand une patience et un zle toute
preuve. Ces gens-l sont grossiers, d'une conception dure, ne s'exprimant
que d'une faon pnible dans une langue qu'ils n'entendent gure et qu'ils
ne parent jamais bien. Mais le saint missionnaire qui regardait ces malheu-
reux comme des lus que la Providence tire de leur pays dans la vue de leur
faire gagner le ciel, par la misre et la capacity laquelle leur condition
les assujettit, tait venu bout, par un travail long et opinitre, de les
entendre et d'en tre lui-mme entendu. Il avait acquis une connaissance
des langues de tous les peuples de la cte de Guine qu'on transport dans
nos colonies, connaissance infiniment difficile acqurir, parce que ces langues
barbares, qui n'ont aucune affinit avec les langues connues, sont encore
trs diffrentes entire elles, et qu'un Sngalais, par example, n'entend en
aucune manire un Congo, etc.
Il se servait de ces connaissances pour les Ngres nouveaux, qui tom-
bant malades avant que d'avoir appris assez de franais pour tre disposs
au baptme, n'auraient pu autrement recevoir cette grce avant leur mort.
Quant ceux qui aprs un sjour de quelque temps dans ces colonies com-
menaient entendre un peu le franais, le P. Boutin, dans les instructions
publiques qu'il leur faisait, proportionnait le style de ses discours leur







DU CAP-FRANAIS 81

manire de s'exprimer qui est une espce de baragouinage don't ils ne se
dfont jamais et suivant lequel il est ncessaire de leur parler, si on veut en
tre entendu. Cette mthode d'instruire est trs rebutante, parce que le
Ngre qui a une intelligence borne, demand pour faire quelque fruit,
qu'on lui rebatte en cent faons diffrentes, et dans sa manire de penser,
les premiers principles de la religion.

CATECHISME DU SOIR.
< C'est le Pre Boutin qui, le premier, a mis les chefs de famille qui ont
des Ngres baptiser, sur le pied de les envoyer tous les soirs sur le perron
de l'glise, o il leur faisait le catchisme pour les disposer recevoir le
tamnt baptme, ce que l'on continue encore aujourd'hui.

BAPTEME.
SIl se conformait pour le baptme des adults l'ancienne coutume de
l'glise, c'est--dire, qu'except quelques circonstances particulires, il ne
faisait ces sortes de baptme que deux fois l'anne: le samedi saint et la
veille de la Pentecte. C'tait pour lui des jours de fatigue incroyable, n'ayant
gure moins la fois de deux ou trois cents adults.

MESSE DES NEGRES.
C'est lui aussi qui a tabli les dimanches et les ftes, une messe parti-
culire pour les Ngres, laquelle se dit quelque temps aprs la grand'messe
paroissiale. Il commenait cette messe par des cantiques spirituels sur le
saint sacrifice, qu'il chantait et don't il leur faisait rpter aprs lui chaque
vers; il leur faisait fair la prire ordinaire du matin. Aprs l'vangile de
sa messe, il leur expliquait l'vangile du jour tout suivant leur style, mais
en y mlant de temps en temps bien des choses pour l'instruction des Blancs
qui assistant cette messe.

CATECHISME APRES LA MESSE.
Il la terminait par le catchisme ordinaire, ce qui le tenait tous ces
jours-l, presque jusqu' midi, et cela si rgulirement, que pendant vingt-
trois ans qu'il a t cur des Ngres au Cap, peine y a-t-il manqu une
fois; sans doute par une bndiction particulire du Seigneur qui, malgr la
faiblesse apparent de sa complexion, le soutenait dans un travail si conti-
nuel et dans un climate o les chaleurs violentes abattent et puisent ceux
mmes qui sont dans l'inaction .

INVENTION DU CABROUET.
Pour l'autre portion de ses ouailles, les matelots, le P. Boutin, outre les
soins spirituels qu'il leur prodiguait, pourvut leur soulagement dans leurs
corves. Afflig de ce que, dans un climate aussi chaud, les matelots taient
obligs de faire eux-mmes les charrois du rivage au magasin et du magasin
au rivage, il imagine de fire des cabrouets et cette ide eut bientt des
imitateurs parce qu'elle est lucrative. (M. de St. Mry).







82 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


Reputation du P. Boutin.

Par les matelots, la reputation de son mrite et de sa saintet s'tait
rpandue par toute la France, surtout dans les ports de mer... Les matelots
ne parlaient que du Pre Boutin qui tait leur pre et leur directeur.

SANTE.
Le Pre Boutin avait paru jouir d'une assez bonne sant pendant une
longue suite d'annes. Depuis qu'il tait au Cap, peine l'avait-on vu s'aliter
une ou deux fois, tandis que les tempraments les plus robustes de quantit
de nos missionnaires nouveaux venus cdaient tous les jours la violence
des maladies qui emportent tant de monde en ces colonies. C'tait une espce
de prodige qui jetait tout le monde dans l'tonnement, comment un homme
si sec, si dcharn, accabl de tant de travail et n'usant l'gard de lui-
mme d'aucun management, pouvait-il se soutenir et vaquer cette multi-
plicit d'occupations qui auraient donn de l'exercice plusieurs autres.

MORT DU P. BOUTIN.
< Mais enfin une heure arriva. On s'apercevait depuis quelques mois qu'il
tombait quoiqu'il ne se plaignt de rien et qu'on ne vit aucun changement
son train de vie ordinaire. Il fut attaqu tout coup d'une espce de pleursie
qui ne parut pas extrmement dangereuse les premiers jours. On le crut
tir d'affaire, lorsque tout coup il tourna la mort. Elle fut semblable
sa vie; le peu de jours qu'il fut alit, ce fut la mme tranquillit, la mme
patience, la mme union Dieu, ne parlant aux hommes qu'autant que la
ncessit ou la biensance l'exigeait. Sa maladie ne dura que quatre ou
cinq jours.
CONSTERNATION.
< La nouvelle de sa mort causa une consternation gnrale dans toute la
ville... Il n'y eut en cela aucune difference entire les Blancs et les Ngres .

OBSEQUES.
Les Jsuites avaient rsolu de clbrer les obsques du Pre dans leur
chapelle de St. Franois Xavier; mais il fallut cder aux cris du public et
aux instances des marguilliers et faire l'office l'glise paroissiale. Tous
presents et absents marqurent combien la perte du Pre Boutin leur tait
sensible et lui conservrent une mmoire durable et trs chre.
Avec la mort du Pre Boutin finissent les donnes que nous fournit le
Pre Margat sur les quarante premires annes de la Mission des Jsuites.
Pour les vingt dernires annes, nous voudrions bien d'un tmoin aussi exact
et aussi proche des vnements; son dfaut nous nous contenterons des
documents amasss par Moreau de St. Mry soit dans sa Description, soit
dans ses Lois et Constitutions.











III


1704-1743

JeAe Jaulte dani leJ paroidJei

Fondation de paroisses.


Ds 1704 on projetait de nouvelles paroisses l'Est. Quand il s'agit de
paroisse Saint-Domingue il ne faut pas se mprendre sur le sens de ce mot.
Ce mot ne dsigne pas en effet l'unit administrative ecclsiastique ou mme
la fabrique qui gre les intrts temporels de l'glise... il signifie la commune
des habitants avec tous ses intrts temporels et spirituels; cette commune
est reprsente par le syndic.
Le nombre des habitants croissait, bien qu'on ft en guerre avec l'An-
gleterre et que la navigation entire la France et la colonie ft rendue difficile
par les croisires des corsaires britanniques. Mieux encore, par ces tablisse-
ments l'est du Cap, les administrateurs voulaient prendre possession de
territoires que rclamaient les Espagnols sur la rive gauche du Massacre et
sur lesquels ils affirmaient leur proprit par des incursions qui mettaient
mal les habitations des Franais. Le remde ces maux tait comme l'on
disait alors, d'habituer le pays, c'est--dire de constituer des centres, -
habitations d'abord, bourgs ensuite o l'on pt rsister l'adversaire.

Limonade et Bois de Lance.
1705.- En 1705, le dernier lieu form en paroisse tait, de ce ct, Limo-
nade; mais dj des habitants avaient rayonn aux alentours et des distances
qui ne permettaient pas au cur de les suivre en toute circonstance.
qui rendit la communication difficile et presque impossible entire Limonade
et le Bois de Lance, les administrateurs ordonnrent que le cur de Limonade
irait quelques dimanches et quelques ftes de l'anne dire la messe au Bois
de Lance. Peu aprs on dcida que le cur de Limonade dirait rgulirement
la messe au Bois de Lance le premier et le troisime dimanche de chaque







LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


mois et certaines ftes dsignes jusqu' ce qu'il vnt assez de missionnaires
de France pour que la paroisse de Bois de Lance pt avoir un cur. Fiers
de ce nouveau succs, les habitants du Bois de Lance, pour empcher qu'il
ne leur ft ravi, dcidrent l'unanimit l'dification d'une glise en ma-
onnerie, suivant un dessin fait par il Signor Giovanni Batista Amato, sicilien
de nation. A l'envi chacun fit des promesses et M. Ducatel donna le terrain.

< Les habitants de Limonade ne voulurent pas paratre moins religieux
que ceux du Bois de Lance. Le 26 juillet, ils firent clbrer solennellement
par les Jsuites de la Mission, pour la premiere fois, la fte de sainte Anne
devenue leur patronne, et le 26 novembre suivant, ils adoptrent le plan
d'une nouvelle glise propose par le mme signor Amato; mais ils ralisrent
leur plan la difference des habitants du Bois de Lance qui laissrent couler
1707 et 1708, se contentant de la chapelle et ne btissant point l'glise parois-
siale pour laquelle M. Champaing avait fait venir un tableau de la Nativit
de la Vierge, qui montrait sous quelle invocation la paroisse devait tre .
(M. de St. Mry).
Mais la cause qui avait provoqu le project de foundation d'une nouvelle
paroisse cessa d'exister. Le dbordement du 13 dcembre 1705 avait jet la
rivire de Limonade dans le Foss et isol le Bois de Lance; un second d-
bordement, le 30 novembre 1707, ramena la rivire son ancien lit. Les
habitants de Bois de Lance ne se dcidrent pas nanmoins tout de suite
revenir leur premiere paroisse; en octobre 1708, ils obtinrent mme un cur
qui fut l'abb de Mont-Tours: ce prtre resta en exercise pendant trois
mois seulement; en janvier 1709, les habitants sollicitrent eux-mmes leur
runion Limonade.

CONSTRUCTION DE L'EGLISE.
1707.- Dans l'entretemps, le Pre le Pers qui montra des dispositions
particulires fonder des paroisses, btir des glises, et les meubler, -
s'occupait de son glise de Limonade. Il et voulu un btiment en maonnerie,
mais il ne trouva pas un seul maon capable de construire une vote en
brique; peut-tre mme douta-t-il de la possibility d'lever des murs solides
avec des ouvriers inexpriments. Quoi qu'il en soit, le signor Amato, que
la dlibration de la paroisse appelle un habile architect, fit btir en bois.
Ce nouveau temple fut consacr sainte Anne le jour mme de la fte de
cette sainte en 1707. On consacra en mme temps les deux chapelles latrales,
l'une la Vierge, l'autre saint Jean-Baptiste, patron du P. Le Pers, cur .
(M. de St. Mry).

FETE PATRONALE DE 1708.
1708.- En 1708, la fte patronale eut un clat extraordinaire par la pr-
sence de Dom Guillaume Morsil, president de la parties espagnole, que M. de
Charitte y conduisit, < ce qui attira un grand nombre de personnel au pan-
gyrique de la sainte fait par le P. Ren.. (M. de St. M.).







-DU CAP-FRANAIS 85

REPARATION OU RECONSTRUCTION.
1754.- L'glise de Limonade tait en trs mauvais tat. Il fallait la rparer.
Toutes autorisations obtenues, l'assemble de la paroisse fut runie le 15
janvier 1754; on y dcida aprs visit de l'glise, qu'on achterait pour la
rparation quelques barils de chaux et des palissades, et qu'on ferait march
avec les ouvriers. Quelques jours aprs, le 20 janvier, la paroisse, de nouveau
assemble pour lire un marguillier, s'avisa de revenir sur sa dlibration et
dcida que l'glise ne serait pas rpare mais reconstruite en maonnerie.
Le Conseil du Cap jugea la second dlibration irrgulire, et ordonna qu'on
s'en tnt la premiere jusqu' ce que la paroisse lgalement convoque et
pris une nouvelle decision.

Le Trou.
1705.- En 1705 aussi, avant que l'on songet la paroisse de Bois de Lance,
on avait dcid d'en tablir une au Trou de Jacquezy; on y fit une glise
don't la ddicace eut lieu le 26 juin 1707 ; saint Jean-Baptiste en fut le patron;
le premier cur fut l'abb de Mont-Tours, attach en 1708 la paroisse de
Bois de Lance.
1721.- On trouva plusieurs terrains louer au bourg du Trou au profit de
la paroisse, pratique qui a t longtemps en usage dans ce bourg et qui a
valu des revenues fixes la fabrique. Le cur du Trou tait alors non un
jsuite mais un prtre sculier, l'abb Boyer. On sait que le P. Le Pers avait
t le premier cur de cette paroisse; il y avait achet en 1707 un terrain
de quarante-huit carreaux; trente-quatre furent vendus en 1712 pour une
valeur de cent cus; les quatorze qui restaient furent occups en 1716; on
y devait construire une glise, la premiere, celle du P. Le Pers, tant trop
petite; elle n'avait en effet que trente-deux pieds de long sur trente de large.
En 1727, l'abb Boyer consentit cder une autre parties de ses quatorze
carreaux pour un cimetire: jusque-l, le cimetire avait t autour de
l'glise. Malgr les fonds considrables que recueillait la fabrique, de ces
terrains arrents, les paroissiens du Trou ne se soucirent pas d'lever une
glise qui rpondt l'importance du quarter, soit qu'en 1716, on et laiss
tomber le project d'en construire une nouvelle, soit que l'glise alors cons-
truite ft encore trop exigu. En 1743, l'glise du bourg n'tait que de bois,
d'assez mauvais got et fort mal orne. Le P. Margat attribue cette situation
l'indolence des habitants, bien que la position de l'glise fut des plus avan-
tageuses au milieu d'un petit bourg d'environ trente ou quarante maisons
et sur le bord d'une jolie rivire.

Fort Dauphin.
1707.-Ce mme abb de Mont-Tours avait inaugur, au printemps de
1707, le 25 mars, une succursale Bayaha, non loin du site donn plus tard
Fort-Dauphin, dans l'let form par la rivire Marion et la rivire des Roches.








86 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

1710.- La paroisse de Bayaha fut fonde trois ans plus tard par le Pre
Boutin qui lui donna saint Joseph comme titulaire.
Le point o fut mise l'glise et o avait t prcdemment btie la cha-
pelle tait trois kilomtres l'est du vieux bourg de Bayaha. L'glise fut
transporte au vieux bourg en 1722.
L'tablissement de Bayaha pregnant de la consistance fut report de
sa position primitive un point plus proche de la baie. On voulait en effect
en faire non seulement un avant-poste en face des Espagnols, mais encore
et en mme temps une place maritime. Ce fut M. de la Rochalard, gouverneur
gnral qui, en 1726, fit tracer le plan du fort; en 1727, on y tablit la poste
aux lettres; en 1728, le roi y nomma un lieutenant de roi, un major et un
aide-major, constituent ainsi un commandement tel qu'il n'en existait que
dans les villes. Le 8 aot 1730, fut place la premiere pierre de la citadelle
qui fut acheve dans sa plus grande parties en 1735, mais qui ne reut ses
derniers perfectionnements que de 1741 1743; on s'occupe en mme temps
de fortifier le goulet. Le nom de Fort-Dauphin fut donn la ville et la
citadelle de Bayaha en dcembre 1730, en l'honneur du Dauphin, fils de
Louis XV.
1740.- L'glise en maonnerie ne fut commence qu'aprs 1740 et se btis-
sait par les soins du Pre Lacour, cur, qui acheva la faade et l'enceinte en
maonnerie; elle ne fut jamais termine, ses dimensions ayant t rduites
d'un tiers. Les habitants tendaient leurs cultures et par l'arrosage des terres,
mettaient en pleine valeur la riche region de Maribarou.


Terrier-Rouge

1707.-La mme anne que fut tablie la chapelle de Bayaha, une autre
chapelle fut faite au Terrier-Rouge qui devint glise paroissiale comme celle
de Bayaha en 1710 par la foundation d'une paroisse de ce nom: la paroisse
ne subsista pas longtemps.
1721.-La creation de la paroisse des Terriers-Rouges n'ayant pas russi
comme on l'avait espr, les habitants restrent dpendants du Trou, leur
ancienne paroisse. Mais en 1721, les gens du Terrier-Rouge, du Grand Bassin,
du Grand Acul, de la Belle-Htesse, de la Savane-Carre et du Fond des
Blancs demandrent une paroisse cause de leur trop grand loignement de
celle du Trou. Autoriss dlibrer cet gard, ils arrtrent le 26 octobre
qu'on construirait l'glise sur un terrain entire deux raques situes dans la
savane Goyave : c'est l en effet que le bourg fut construit; le P. Gein tait
alors cur des Terriers-Rouges.
*
*
A l'ouest et au sud comme l'est du Cap, de nouvelles paroisses furent
fondes: Port-Margot, le Limb, Sainte-Rose.







DU CAP-FRANAIS 87


Port Margot.
1711.- Entre l'Acul et le Petit Saint-Louis, avaient t faites diverse
reprises des tentatives d'tablissement; une chapelle avait mme t cons-
truite Port-Margot, depuis la devastation de 1695, mais elle tait tombe
en ruine, quand les habitants du quarter btirent une nouvelle chapelle,
succursale de l'Acul, et on y dit la messe pour la premiere fois le 21 juillet
1711. La fte de sainte Marguerite tombe le 20 juillet; est-ce cette conci-
dence qui fit choisir aux habitants cette sainte pour leur patronne ? ou bien
voulurent-ils consacrer sainte Marguerite un lieu qui rappelait son nom
dans le diminutif populaire de Margot? Nous ne le savons; mais la con-
naissance des fantaisies des premiers colons dans les noms qu'ils attriburent
leurs paroisses nous permet cette dernire conjecture. Les habitants de
l'endroit furent unanimes dans ce choix de leur patronne; mais il parat
qu'ils ne connaissaient gure le lieu o ils btirent leur chapelle. Elle tait
au bord de la rivire dans un endroit qu'on nommait autrefois c Boucan
ou Figuier du Pre l'Amande. Les dbordements de la rivire exposant la
maison du Seigneur, les habitants s'assemblrent le 6 avril 1712 la Plaine
du Nord sur l'habitation de M. de Barre, lieutenant du roi au Cap, et y
arrtrent que cette chapelle serait mise sur la pointe du morne du Corail.
Les administrateurs consacrrent ce veu et les autorisrent ne plus rien
payer l'glise d'Acul, mais prparer par une taxe le moyen d'en faire
construire une, convenable, chez eux-mmes. (M. de St. M.). C'tait dtacher
Port-Margot de l'Acul.

Le Limb.

1712-1715.- Lors des pourparlers pour la chapelle de Port-Margot, il
n'y avait pas encore d'habitants au Limb. Les premiers y vinrent en l'anne
1712 et jusqu'en 1715 eux-mmes et tous ceux qui les suivirent continurent
dpendre de l'Acul. Cette dernire paroisse avait alors le P. Le Pers pour
cur, qui, exerant son got pour la formation de nouvelles paroisses, acheta
un terrain au Limb, moyennant cent quinze livres, pour y faire construire
une chapelle. Ce local se trouva dpendre de la concession d'un M. Le Tellier,
mais M. Barre, lieutenant du roi au Cap, y suppla par la concession d'un
autre terrain. Le 2 septembre 1715, on consacra la chapelle sous l'invocation
de saint Pierre, dans l'endroit mme o est le bourg actuel . Moreau de
St. Mry qui a vu les anciens registres de la paroisse, a constat qu'ils re-
montent, avec plusieurs lacunes jusqu'en 1715: le Limb tait donc dj
indpendant.
De ces constitutions de succursales il ne faudrait pas conclure que les
quarters o de nouvelles chapelles sont tablies font dj figure de rgions
en culture. Comme au Trou, il fallout au Limb et Port-Margot, procder'
de nouvelles rpartitions en faveur de nouveaux arrivs ou d'habitants
plus industrieux. Le 3 dcembre 1715, les terrains du Limb furent runis
7







88 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

pour acclrer le dfrichement. Mais par un abus beaucoup trop commun
alors, la majeure parties du Limb fut concde un seul individu, M. de
Brach, lieutenant du roi Logane. Il n'y avait donc l que des commen-
cements de hatte en 1716 et le 14 septembre 1717, les administrateurs furent
encore obligs de runir tout ce qui tait rest sans nul tablissement .
L'anne 1751, le Conseil Suprieur ordonna de prendre copie des registres
du Limb et rappela que le cur devait, suivant les ordonnances, inscrire
en doubles registres tous ses actes. II parat que dans les autres paroisses
du Nord, les curs taient fidles cette prescription, parce que le Conseil
n'eut pas besoin, comme le fit le Conseil de Port-au-Prince, en 1752, de
la rappeler en gnral.

Sainte Rose.
ORIGIN.
Depuis que la Grande Rivire avait permis des communications faciles
entire Limonade et le Bois de Lance et qu'on eut renonc faire du Bois de
Lance une paroisse, les habitants continurent remonter le course de la
rivire pour s'tablir sur ses bords, d'ordinaire trs fertiles par les dpts
qu'y laissaient les frquentes inondations.
CHEMIN DU CAP A LEOGANE.
La gorge elle-mme tait devenue le passage du chemin du Cap Lo-
gane, chemin trs pnible en 1716 que M. de Chateaumorant dclarait ne
pouvoir suivre, quelque envie qu'il en et, quand mme sa sant le lui et
permis, les chemins tant quasi impraticables. < Il faut faire, crit-il, dix
lieues sur les terres espagnoles, y coucher une nuit et les six autres la
belle toile, aprs avoir march tout le jour l'ardeur du soleil. Il y a mme
des montagnes passer qu'il faut monter et descendre pied, si l'on ne
veut pas courir risque de la vie, les chevaux ne peuvent pas quasi s'y tenir .
(M. de St. M.). Parmi ces passages difficiles on comptait la gorge du Joli-
Trou o l'on tait oblig de faire une lieue pied; cette gorge servait de
dbouch celle de la Grande Rivire vers le Dondon.
PAROISSE
1712.-Dans ces lieux isols, on fonda en 1712 un centre paroissial qui reut
le nom de Sainte-Rose; on dtacha du Quartier-Morin le terrain de la nou-
velle jurisdiction.
DESCRIPTION DU TERRITOIRE.
C'est une gorge qui se prolonge fort avant entire deux chanes de mon-
tagnes; elle peut avoir sept huit lieues de long sur une demi-lieue et
quelquefois moins de large. Toute cette gorge n'est proprement que le lit
d'une assez belle rivire, qui aprs avoir coul longtemps entire des falaises
trs hautes, vient arroser ce quarter; de l, elle fait diffrents tours dans
ceux du Saint-Louis et de Limonade d'o elle se dcharge dans la mer,







DU CAP-FRANAIS 89

vis--vis du nord. Il n'y a de plaine en ce quarter que ce que la rivire don't
le lit change chaque dbordement, veut bien y laisser. Les habitations sont
places sur l'un et l'autre bord. Il le faut passer et repasser chaque moment
quand on veut parcourir ce quarter, ce qui est incommode et fort dange-
reux surtout pour les missionnaires que leur ministre appelle sans cesse
en divers lieux .

LES HABITANTS ET LES M(URS.
Aprs avoir ainsi dcrit le territoire de Sainte-Rose, le P. Margat en
vint aux habitants; c'taient, dit-il, des gens de mdiocre tage mais fort
leur aise par le produit qu'ils retiraient de l'indigo et du tabac. Les murs
y taient relches, et le cur, le P. Mric, dclamait avec force contre deux
vices communs alors en ce quarter: l'ivrognerie et l'impudicit.
< Ce n'est pas qu'il n'y et des gens de bien qui gmissaient avec le mis-
sionnaire de quantit d'excs et de scandals publics que rien ne pouvait
arrter. Qu'en ces cas, l'loquence du P. Mric et t mordante, nous le
pouvons conclure ce qu'on raconte de lui. Mme Moreau de St. Mry ne
craint pas de lui attribuer le mot, qu'ailleurs on prte d'autres jsuites et
qui, s'il est authentique, fut plus qu'un bon mot, comme on semble parfois
le prsenter, mais la plus virulente satire : sainte Rose de Lima, morte vierge,
quoique crole.
PROPHETIE DU P. MERIC.
SLe P. Mric, dit le P. Margat, qui faisait, de ces excs, le sujet le plus
ordinaire de ses discours ses paroissiens, voyant que tout cela profitait peu,
se sentit un jour extraordinairement anim par quelques nouvelles impits
qui s'taient commises dans un cabaret assez voisin de l'glise. Il en parle
avec plus de vhmence dans un prne de la messe paroissiale, un jour
que le Saint Sacrement tait expos. Il prit N. S. tmoin des outrages qui
lui avaient t faits, et transport tout coup par un movement intrieur,
don't il ne se sentit pas le matre : Eh bien! leur dit-il, puisque mes dis-
cours et mes remontrances ont t jusqu' present si infructueux, sachez que
dans peu, Dieu vous fera sentir qu'on ne l'outrage pas toujours impunment. ,

INONDATION DE 1722.
Trois ou quatre jours aprs, le 22 octobre 1722, la rivire descendit
comme la foudre du haut des montagnes d'o elle prend sa source, ses eaux
enfles se rpandirent de part et d'autre et entranrent maisons, jardins,
hommes et bestiaux; elles parvinrent une si prodigieuse hauteur que tout
l'intervalle de la gorge, d'un ct jusqu' l'autre, devint le lit de la rivire.

PERTE DE VIES HUMAINES.
< Un grand nombre de Blancs surprise par cette inondation subite et noc-
turne y prirent; il s'y noya encore un bien plus grand nombre de Ngres.
Moreau de St. Mry porte peu prs deux cents personnel le nombre des







90 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

noys. Ceux des habitants de Sainte-Rose qui chapprent aux eaux restrent
sans vtements, sans subsistence, sans abri aussi bien que sans terre et sans
argent. Le sinistre dura vingt-quatre heures.

DESASTRES DANS LA PLAINE.
Moindres furent les dsastres dans la plaine, bien qu'ils y aient t trs
considrables. Le torrent se joignit tous les ruisseaux qui se trouvrent sur
son passage et les ayant gonfls, il se rpandit avec eux dans la plaine. Le
Quartier-Morin, la Petite Anse et Limonade furent en parties inonds; les
cannes furent arraches, les haies dracines, les arbres abattus, les maisons
dmolies; d'normes chaudires de cuivre et de potin o l'on fait le sucre
furent entranes: les dommages furent inestimables.

LES SECOURS DE LA CHARITE.
< La charit des fidles clata fort dans cette occasion. On fit des qutes
dans tous les quarters de la dpendance du Cap. Les aumnes furent abon-
dantes ; on les fit distribuer par les mains des Missionnaires suivant l'esti-
mation de la perte que chacun pouvait avoir faite.

ABANDON DE PROPRIETES.
< Ce soulagement quoique prompt et gnral ne put cependant rparer
le dommage que le dbordement avait caus au quarter. Plusieurs habi-
tations furent abandonnes, d'autres, vendues presque pour rien; ceux qui
restrent transportrent leur tablissement sur les ctires des montagnes;
ainsi la paroisse de Sainte-Rose fut toute reconstituer. Les pluies qui, en
1722, ravagrent les bords de la Grande-Rivire, firent ailleurs de grands
dgts. Quatre ans plus tard, en 1726, on souffrit dans le Nord de la scheresse
qui dura onze mois au Cap, et fut particulirement cruelle.

Le Dondon.

1724-1727.- Le Dondon en particulier avait eu un premier habitant plein
d'initiative, Andr Minguet, puis quelques autres l'avaient suivi dans ces hau-
teurs. En 1724 ils taient une douzaine de Blancs; c'est alors que le Gouver-
neur de Sainte-Croix et du Cap, M. de Chastenoye, successeur de M. de
Charitte en 1723, et l'ordonnateur du Cap, M. Duclos, rduisirent les terrains
que s'taient attribus les trois plus anciens habitants et, aprs avoir runi
le reste au domaine, offrirent des concessions qui n'excdaient pas trente-six
carreaux chacune, la condition que le propritaire rsidt sur la concession,
arm et quip avec un cheval pour repousser les Espagnols du voisinage.
En 1727, la paroisse de Dondon fut rige, et une glise y fut construite
en vingt jours sous le vocable de saint Martin; le premier desservant fut un
sculier, faute de Jsuite.







DU CAP-FRANAIS 91

Le Pre Le Pers que nous avons cur de Limonade, du Trou, de l'Acul,
demand d'y tre envoy parce qu'il y trouvait un ministre son got; c'est
l qu'il mourut en 1735.

Ouanaminthe.
1729-1758.- Pour soulager le cur de Fort-Dauphin don't la paroisse avait
25 lieues de circuit on forma une succursale Juana-Mendez don't les Fran-
ais firent Ouanaminthe, sur les bords du Massacre; le Pre Margat donne
pourtant le nom de paroisse la circonscription relevant de ce lieu, bien que
l'ordonnance tablissant la paroisse soit de 1758. Le premier desservant en
l'anne 1729 fut le Pre Vaugien, jsuite de la Province de Champagne, qui
n'y fut pas longtemps, car il mourut quatre mois aprs son arrive dans
la mission.
LES HABITANTS DU MARIBAROU.
Les habitants du Maribarou qui relevaient de la succursale de Ouana-
minthe mirent le vou, le 15 dcembre 1751, d'obtenir l'rection de l'annexe en
paroisse et de designer le lieu o serait btie la future glise. Ils crurent si
bien que la permission de s'expliquer cet gard tait un titre acquis en fa-
veur du project que le vicaire de Ouanaminthe commena administer les
sacrements et se regarder comme vritable cur. Le Conseil du Cap, le 18
novembre 1752, lui prescrivit de n'agir que comme vicaire du cur de Fort-
Dauphin et de dposer l'avenir le double de ses registres l'glise parois-
siale.
Mais la guerre devait profiter Ouanaminthe, lieu de transit pour les
denres de la parties espagnole, introduites dans la parties franaise. Des
affranchis occups de ce commerce s'taient groups autour de la chapelle;
Fort-Dauphin s'en mut et obtint une ordonnance du 4 avril 1758 qui dfendit
de faire aucun traffic Ouanaminthe. L'on ne tarda pas constater que cette
measure tait nuisible tout le Nord; et huit mois aprs, les mmes adminis-
trateurs rendaient une nouvelle ordonnance (29 novembre), rigeant Ouana-
minthe en paroisse avec la Matrie, de sa source son embouchure, pour li-
mite la sparant de Fort-Dauphin. Les plaintes de Fort-Dauphin sur l'tendue
de la nouvelle paroisse produisirent une ordonnance du 23 avril 1759 qui rendit
Fort-Dauphin une parties des mornes.

*
Aprs 1750, l'histoire des paroisses n'offre rien de nouveau. Les derniers
tablissements de nouveaux centres n'taient pas et ne pouvaient tre pros-
pres, parce qu'ils avaient t faits htivement et avant que les rgions qu'ils
desservaient eussent t solidement occupes.







92 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES


Plaisance et Pilate.
1743.- Plaisance et Pilate n'avaient plus de cur en 1743; Pilate cessa
d'tre paroisse. A Plaisance, en 1746, un des paroissiens, M. Cabrol de Ngre-
feuille, donna neuf carreaux de terrain pour btir une glise et un presby-
tre. Les deux constructions furent faites, la paroisse eut un cur, qui fut
appel ailleurs sans tre remplac. En 1751, M. de la Touraudais, marguillier,
remplaait le prtre absent et dlivrait des extraits des registres de catho-
licit. Le Conseil du Cap, par arrt du 7 janvier de cette mme anne, avait
commis Me. Prvot, notaire et commandant du quarter pour dlivrer ces
extraits. En mme temps le Conseil ordonna que des registres de cette paroisse
avec ceux de Pilate seraient une copie destine la paroisse et que les
originaux seraient dposs au greffe de la jurisdiction du Cap. Pilate et
Plaisance avaient t rcemment dtachs de la jurisdiction du Port-de-Paix,
pour tre rattachs celle du Cap.

Le Borgne.
1743-1753.-Le Borgne, qui tait dpendance du Petit-Saint-Louis et avait
obtenu une chapelle succursale en 1743, eut un cur en 1753, le 29 avril : ce fut
un cordelier, le Pre Frontgous, mais ce lieu ne fut rellement une paroisse que
le 13 aot 1753, quand son glise fut bnite et ddie saint Charles Borrome
par le Pre Cabaldy, jsuite.













IV


JIe deligieux

1.-Pre Olivier.


< Le Pre Olivier, suprieur depuis 1716, tait de la province de Guyenne,
homme vritablement respectable par toutes les vertus propres un mission-
naire. Il arriva au Cap au commencement de 1705.
SES VERTUS.
< C'tait un petit homme de temperament assez faible et qu'il ruina encore
par ses austrits et son abstinence presque incroyable. l avait une douceur,
une modestie et une simplicity religieuse qui lui gagnaient d'abord l'estime
et la confiance des personnel qui avaient affaire avec lui.
SON ZELE.
Son zle pour le salut des mes tait infatigable. Sitt qu'il tait appel
pour quelque malade, il courait sans faire attention ni l'heure ni au temps,
ni la chaleur, ni l'abondance des pluies qui causent presque toujours des
fivres aux voyageurs qui en sont mouills. Les ngres esclaves trouvaient
toujours dans lui un pre et un dfenseur zl. Il les recevait avec bont,
les coutait avec patience, les instruisait avec une application singulire.
Il avait t cur du Quartier-Morin; c'est lui qui y construisit l'glise qu'admi-
raient en 1719 MM. de Chateaumorant et Mithon. Quant au dvouement pour
le salut des mes, on peut dire que tous les Jsuites imitrent le Pre Olivier ;
nous en verrons de nombreux tmoignages. MM. de Chateaumorant et Mithon,
dans leur lettre commune dj cite, semblent heureux d'en convenir. < Les
missionnaires jsuites, disent-ils, sont aims et respects dans toutes les
paroisses qu'ils desservent avec un trs grand zle et beaucoup d'dification;
ils maintiennent les habitants par la parole et l'exemple dans les sentiments
de religion qu'ils doivent avoir et ils ont beaucoup de soin de l'instruction
des ngres.
ESPRIT SURNATUREL.
Le P. Olivier c joignait ces vertus une union intime avec Dieu, un
mpris extreme de lui-mme, une mortification en toutes choses, une dli-






94 LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES

catesse de conscience qui allait jusqu'au scrupule. i n'employait gure moins
de trois heures chaque jour pour le saint sacrifice, tant pour s'y disposer
que pour l'offrir et pour faire son action de grces. >

PROCUREUR DE TERRIER-ROUGE.
Quand il se retira de la supriorit, il tait dj attaqu d'un mal de
jambes auquel il ne paraissait pas faire attention; cependant, se trouvant
hors d'tat de desservir une paroisse, il demand d'aller faire sa demeure
sur une habitation que nous avions aux Terriers-Rouges, laquelle il donna
ses soins en quality de procureur. L il se livra son attrait pour la prire
et pour l'oraison, qu'il n'interrompait que pour vaquer l'instruction de
nos Ngres et quelques soins temporels du resort de son emploi...

SA MORT.
SIl mourut le 28 mars 1731, g d'environ 58 ans, aprs avoir t vingt-six
ans dans la Mission don't il avait t suprieur pendant quatre ans. Sa
mmoire est ici dans une extreme vnration, et toute la colonie le regardait
comme un saint. (P. Margat).

2.-Le Pre Larcher.

Au P. Olivier succda comme suprieur le Pre Larcher qui, peu de
temps aprs, eut la quality de prfet apostolique. Par cette quality donne
son chef, la Mission du nord de Saint-Domingue fut rendue indpendante
de celle des Petites Antilles. C'est ainsi vers le mme temps que les Domi-
nicains de l'ouest obtinrent leur prfet en propre: changements qui furent
la consequence de l'institution du gouvernement gnral des Iles sous le
Vent, le ler janvier 1714, don't M. de Blnac fut le premier titulaire.

CURE DE LA PETITE ANSE.
Le Pre Larcher avait t dix ans cur de la Petite Anse. < Par ses
soins, son activity et la confiance distingue que les paroissiens avaient en
lui, il avana extrmement l'affaire de l'glise paroissiale. La premiere
pierre n'en fut pose pourtant qu'au moment o le Pre allait quitter la
paroisse; elle le fut par le marquis de Sorel, le 20 mai 1720. Le marquis
venait d'arriver au Cap comme gouverneur gnral; il succdait M. de
Chateaumorant.
ADMINISTRATION.
< Le P. Larcher, clbre dans la mission par sa prudence, son affabilit et
son application infatigable au travail, extrmement dur lui-mme, et uni-
versellement chri des grands et des petits. l gouverna la mission avec une
grande douceur et une estime gnrale jusqu'en 1734. Sa sant tait alors
extrmement drange; les mdecins jugrent que seule la France pouvait
le rtablir. .




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs