• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Loi
 Code de procedure civile
 Table des lois, titres et paragraphes...
 Table des annexes














Group Title: Laws, etc. (Codes Haïtiens)
Title: Lois modifiant la loi no. 1er du code de procédure civile
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078384/00001
 Material Information
Title: Lois modifiant la loi no. 1er du code de procédure civile celle rétablissant les émoluments des avocats, abrogeant celle du 10 août 1877 qui règle en monnaie forte les amendes, etc
Series Title: Lois modifiant la loi no. 1er du code de proce´dure civile,
Uniform Title: Laws, etc. (Codes Haïtiens)
Physical Description: 9 p. : ; 25 cm.
Language: French
Creator: Haiti
Publisher: A.A. He´raux
A.A. Héraux
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1919
 Subjects
Subject: Civil procedure -- Haiti   ( lcsh )
Lawyers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: legislation   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
General Note: Cover title.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078384
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AHC8464
oclc - 21895160
alephbibnum - 001515430

Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Loi
        Page A-1
        Page A-2
        Page A-3
        Page A-4
        Page A-5
        Page A-6
        Page A-7
        Page A-8
        Page A-9
        Page A-10
    Code de procedure civile
        Page B-3
        Page B-4
        Page B-5
        Page B-6
        Page B-7
        Page B-8
        Page B-9
        Page B-10
        Page B-11
        Page B-12
        Page B-13
        Page B-14
        Page B-15
        Page B-16
        Page B-17
        Page B-18
        Page B-19
        Page B-20
        Page B-21
        Page B-22
        Page B-23
        Page B-24
        Page B-25
        Page B-26
        Page B-27
        Page B-28
        Page B-29
        Page B-30
        Page B-31
        Page B-32
        Page B-33
        Page B-34
        Page B-35
        Page B-36
        Page B-37
        Page B-38
        Page B-39
        Page B-40
        Page B-41
        Page B-42
        Page B-43
        Page B-44
        Page B-45
        Page B-46
        Page B-47
        Page B-48
        Page B-49
        Page B-50
        Page B-51
        Page B-52
        Page B-53
        Page B-54
        Page B-55
        Page B-56
        Page B-57
        Page B-58
        Page B-59
        Page B-60
        Page B-61
        Page B-62
        Page B-63
        Page B-64
        Page B-65
        Page B-66
        Page B-67
        Page B-68
        Page B-69
        Page B-70
        Page B-71
        Page B-72
        Page B-73
        Page B-74
        Page B-75
        Page B-76
        Page B-77
        Page B-78
        Page B-79
        Page B-80
        Page B-81
        Page B-82
        Page B-83
        Page B-84
        Page B-85
        Page B-86
        Page B-87
        Page B-88
        Page B-89
        Page B-90
        Page B-91
        Page B-92
        Page B-93
        Page B-94
        Page B-95
        Page B-96
        Page B-97
        Page B-98
        Page B-99
        Page B-100
        Page B-101
        Page B-102
        Page B-103
        Page B-104
        Page B-105
        Page B-106
        Page B-107
        Page B-108
        Page B-109
        Page B-110
        Page B-111
        Page B-112
        Page B-113
        Page B-114
        Page B-115
        Page B-116
        Page B-117
        Page B-118
        Page B-119
        Page B-120
        Page B-121
        Page B-122
        Page B-123
        Page B-124
        Page B-125
        Page B-126
        Page B-127
        Page B-128
        Page B-129
        Page B-130
        Page B-131
        Page B-132
        Page B-133
        Page B-134
        Page B-135
        Page B-136
        Page B-137
        Page B-138
        Page B-139
        Page B-140
        Page B-141
        Page B-142
        Page B-143
        Page B-144
        Page B-145
        Page B-146
        Page B-147
        Page B-148
        Page B-149
        Page B-150
        Page B-151
        Page B-152
        Page B-153
        Page B-154
        Page B-155
        Page B-156
        Page B-157
        Page B-158
        Page B-159
        Page B-160
        Page B-161
        Page B-162
        Page B-163
        Page B-164
        Page B-165
        Page B-166
        Page B-167
        Page B-168
        Page B-169
        Page B-170
        Page B-171
        Page B-172
        Page B-173
        Page B-174
        Page B-175
        Page B-176
        Page B-177
        Page B-178
        Page B-179
        Page B-180
        Page B-181
        Page B-182
        Page B-183
        Page B-184
        Page B-185
        Page B-186
        Page B-187
        Page B-188
        Page B-189
        Page B-190
        Page B-191
        Page B-192
        Page B-193
        Page B-194
        Page B-195
        Page B-196
        Page B-197
        Page B-198
        Page B-199
        Page B-200
        Page B-201
        Page B-202
        Page B-203
        Page B-204
        Page B-205
        Page B-206
        Page B-207
        Page B-208
        Page B-209
        Page B-210
        Page B-211
        Page B-212
        Page B-213
        Page B-214
        Page B-215
        Page B-216
        Page B-217
        Page B-218
        Page B-219
        Page B-220
        Page B-221
        Page B-222
        Page B-223
        Page B-224
        Page B-225
        Page B-226
        Page B-227
        Page B-228
        Page B-229
        Page B-230
        Page B-231
        Page B-232
        Page B-233
        Page B-234
        Page B-235
        Page B-236
        Page B-237
        Page B-238
        Page B-239
        Page B-240
        Page B-241
        Page B-242
        Page B-243
        Page B-244
        Page B-245
        Page B-246
        Page B-247
        Page B-248
        Page B-249
        Page B-250
        Page B-251
        Page B-252
        Page B-253
        Page B-254
        Page B-255
        Page B-256
        Page B-257
        Page B-258
        Page B-259
        Page B-260
        Page B-261
        Page B-262
        Page B-263
        Page B-264
        Page B-265
        Page B-266
        Page B-267
        Page B-268
        Page B-269
        Page B-270
        Page B-271
        Page B-272
        Page B-273
        Page B-274
        Page B-275
        Page B-276
        Page B-277
        Page B-278
        Page B-279
        Page B-280
        Page B-281
        Page B-282
        Page B-283
        Page B-284
        Page B-285
        Page B-286
        Page B-287
        Page B-288
        Page B-289
        Page B-290
        Page B-291
        Page B-292
        Page B-293
        Page B-294
        Page B-295
        Page B-296
        Page B-297
        Page B-298
        Page B-299
        Page B-300
        Page B-301
        Page B-302
        Page B-303
        Page B-304
        Page B-305
        Page B-306
        Page B-307
        Page B-308
        Page B-309
        Page B-310
        Page B-311
        Page B-312
        Page B-313
        Page B-314
        Page B-315
        Page B-316
        Page B-317
        Page B-318
        Page B-319
        Page B-320
        Page B-321
        Page B-322
        Page B-323
        Page B-324
        Page B-325
        Page B-326
        Page B-327
        Page B-328
        Page B-329
        Page B-330
        Page B-331
        Page B-332
        Page B-333
        Page B-334
        Page B-335
        Page B-336
        Page B-337
        Page B-338
        Page B-339
        Page B-340
    Table des lois, titres et paragraphes du code de procedure civile
        Page B-341
        Page B-342
        Page B-343
        Page B-344
        Page B-345
        Page B-346
    Table des annexes
        Page B-347
Full Text





LOIS


MODIFIANT LA LOI No ler DU
CODE DE PROCEDURE CIVIL

OELLE RETABLISSANT LES
EMOLUMENTS DES AVOCATS


ABROGEANT CELLE DU 10 AOUT
1877 QUI REGLE EN MONNAIE
FORTE LES AMENDES, ETC.


PORT-AU-PRINCE
-Imp. AUG- A. HERAUX
606, Rue Dant&s Destouches. 606,


1949


Ubiversit of Florid Libraries


.' ~'~
-L
.,t . ~
"
;











LOI


DARTIGUENAVE
President de la Rdpublique

Usant de initiative accordee par I'art. 55 de la CODs-
itution.
Sur le rapport du Secretaire d'Etat de la Justice.
Et de l'avis du Conseil des Secretaires d'Etat.
Conwiderant qu'il y a lieu d'adapter nos Codes a la
legislation actuelle et en m6me temps de reviser les par-
ties qui ne sont pas en harmonie avec les progr6s de
la science juridique;
Considdrant que la Justice de Paix, juridiction d'ex-
ception, a, eni matiere de Proc6dure, des regles qui lui
sont propre et qui sont reunies dans la loi No 1 du
Code de Procedure civil, des modifications peuvent
y etre apportdcs 'sans que l'enchainement des idWes
qui ont preside4 1'Alaboration de ce Code ait a en souf-
frir ;
A PROPOSE,
Et le Conseil d'Etat a vote la loi suivante:
Art. ler.- Les articles 1, 2. 6, 9, 10,42, 14, 18, 21
22, 26, 27 et 31 de la loi No ler. du code de proc&-
,-dure civil sur le mode de proc6der a la justice de paix
sontmodifies et remplac6s par les dispositions suivautes :
TITRE I
Des comparutions volontaires
et des cedules

SArt. 1er.- Les parties pourront toujours se pre
senter volontairement devf nt un Juge de Paix; auquel
cas, i jugera leur ditferend, soit en dernier resort si les
lois ou les parties l'y antorisent, soit a charge d'appel,
encore qu'il ne soit le Juge natural des parties, ni rai-
SsoD du domicile da defendeur, ni i raison dela situa-
tion de l'objt litigieux.









La declaration des parties qui demanderont juge-
ment sera sign6e par elles ou mention sera faite si elles
ne savent ou ne peuvent signer.
En matiere purement personnelle et mobilibre, lors-
que la cause n'excedera pas une some on valeur de
six dollars ou trente gourdes s'il n'y a point de titres, le
demandeur se pr6sentera en personnel par devant le
Juge de Paix pour expliquer I'objet de la demand.
S'il y a titre, le demandeur pourra se fairerepr6eenter
par un mandataire qui peut 6tre un avocat stagiaire.
< Art. 2.- Si le drfendeur ne comparait pas de lui-
meme et qu'il s'agisse d'une some on valeur qui n'ex-
cede pas six dollars ou trente gourdes. le Tribunal de
Paix lui enverra une c4dule; cette c6dule indiquera le
jour et l'heure de I'audience, les noms du demandeur
et ceux du d6fendeur, ainsi que l'objet de la demand ;
elle sera remis6 par un gendarme au defendeur on
laiss6e au lieu de sa residence actuelle. -
TILRE I1.
Des Citations.
SArt. 6.- Toute citation devant le Tribunal de Paix
contiendri la date des jour, mois et an; les noms, pro-
fession et demeure du demandeur: les noms, domicile
de l'huissier : les noms et demeure du defendeur; elle
6noncera sommairenent i'objet et les moyens de la de-
mande, et inliquera le juge de Paix qui doit en con-
naitre, et le jour t l'heure de la comparotion; et le
tout A peine de nullit6.)
a Art. 9.- La citation sera notified au ddfendeur A
personnel ou en sa demeure, copie lui en sera laissee ;
s'il ne se trouve personnel en sa demeure, la copie sera i
laissee savoir : dans les villes ou bourgs, A l'Officier de
service du Bureau dr la gendarmerie et dans les sec-
tions rurales, A I'Agent de l'Autorit ; lesquels vise-
ront I'original sans frais ; en cas d'emp6chement, i
celui qui remplacera cette autorile, et I'huissier fera
mention de la personnel A qui la citation aura 6tW premise.
L'huissier de la Justice de Paix ne pourra instrumen-
ter ni pour, ni centre ses parents en line directed, ses
fr6res, sceur et allies an m6me degree .
Art. 10.- II y aura un jour au moins centre celui







: la citation et le jour indiqu6 pour ia comparution, si
la parties demeure dans la distance de cinq lieues.
Si elle demeure au delta de cette distance, il sera
ajout6 un jour par cinq lieues ou'fraction de cinq lieues.
Dans le cas ofi les ddlais n'auront point 6td observes,
si le defendeur ne comparait pas,lejuge ordonnera qu'il
sera reassign. et les frais de la premiere citation seront
a la charge do demandeur.
f Art' 12.- Lorsque, sur I'action principal, une de-
raande reconventiounelle ou en compensation aura Wte
,'rmee, dans les limits de la competence du juge de
Paix en dernier resort, il statuera sur le tout, sans
qu'il y ait lieu A l'appel. Si l'une des dcmandes.n'est sus-
ceptible d'etre jugde qu'A charge d'appel, le jugd de
Paix ne rononcera'sur toutes qu'en premier resort. Si
la demand reconventionnelle ou en compensation ex-
cede les limits de sa competence, il pourra, soit rete
nir le jugement dela demand principal, soit renvoyer
sur le tout les parties a se pourvoir, en I'6tat, (evant le
Tribunal competent.
.TITRRE III.
Audiences du Juge de Paix
et de la comparution des parties
4 Art. 44.- Au jour fixd par la 'citation ou la c6dule
ou convene entire les parties, elles comparaitront en per-
sonne ou par leurs mandataires, sans qu'elles puisse t
faire signifier aucune defense.
( Art. 18.- Les parties ou les mandataires seront en-
tendas contradictoirement. Le Juge se fera remettre les
pieces et la cause sera jugde sur le champ ou dans les
trois jours au plus lard D.
a Art. 21.- Le 'dlai de l'appel des jugements de la
Justice de Paix, pour les personnel domiciliees en Haiti,
est de trente jours a partir de la signification du juge-
ment, s'il est contradictoire et A partir de l'expiration
du delai d'opposition si le jugement est par d6laut. L'ap-
pel ne sera pas recevable s'il est inlerjet6 dans les trois
purs du prononce du jugement moins;que le jugement
F soit ex6cutoire par provision.
Les personnel qui demeurent hors du territoire, au-
i nt, pour interjeter appel, les d6lais de I'ajournement








rggles par Particle 83 du Code de Procedure civile,le tout
a'peine de decbhance.
Les delais de l'appel seront suspendus par la mort de
la partie condamnee. Ils ne reprendront leur course qu'a-
pres la signification du.jugement au domicile du defunt,
il n'en sera laiss6 qu'une copie pour tous les h6ritiers
et a computer de I'expiration des dUlais pour faire inven-
taire et ddlib6rer, si le jugement a d6t signifies avant
I'expiration de ce delai. >
< Art. 22.- La competence des juges de Paix en ma-
tibre mobili6re n'excddera pas 'cinq cents gourdes ou
cent dollars.
Les jugements dmanbs des Juslices de Paix' seront
.sans appel s'ils prononcent sur une demand de Trois
cents gourdes ou soixante dollars et au dessous.
Ils seront soumis A I'appel s'l s'agit Il d'une demand
excedant soixante dollars ou trois cents gourdes, jusqu'i
cent dollars ou cinq cents gourdes ; 2o des questions de
competence, des actions podsessoires et des autres ma-
tieres don't le Juge ne pouvait connaitre qu'en premier
resort.
Nbanmoins, si le Juge de Paix s'est declare compd-
tent, l'appel ne pourra 6tre inteijete qu'apres le juge-
mernt d6finitif.
L'ex6cution provisoire sons caution des jugements se-
ra ordonnee dans tous les cas df il y a titre authentique,
promesse reconnue ou condemnation prdc6dente don't
il n'y a point eu appel.
Dans tous les autres cas, le Juge de Paix pourra or-
donner l'ex6cution sans caution lorsqu'il s'agira d'une
some ou va lear de trente dollars, ou cent cinquante
gourdes et avec caution au dessus de cette some.
Le jugement fixera l'audience a laquelle la caution
sera presentee, accepted ou contested.
Au jour indiqud, la caution viendra A l'audience avec
ses litres et le Juge de Paix aprbs discussions, prononce-
ra seance tenante.
Les dispositions ci-dessus seront applicables, soit qu'il
s'agisse d'affaires purement civiles, soit qu'il s'agisse
d'affaires cimmerciales. *
< Art. 26.- L'execution, des jugements non ex6cu-
toires par provision sera stspendue pendant les trois
Jours qui suivront leur prononc6.







5 -

Les appeals des jugements des Tribunaux de Paix en
matibre civil et commercial, seront portIs:. evant les
Tribunaux de Premiere Instance jugeant en iatiere ci-
vile et commercial.
Le demandeur en appel dans los huit ours de la si-
gnification de I'acte d'apel, d6posera, sous peine de d6-
ch6ance, une amende de Deux gourdes au Greffe du
Tribunal de Premier Instance oi l'appel est porter. D
TITRE VI.
-Des jugements par d faut et des opposition d ces jugemen ts
c Art.-27.- Si, au jour indiqj6 par la citation, 1'une
des parties ne comparait pas, i: cause sera jugde par
defaut, sauf la reassignation dans le casprdvu dans le der-
nier alinda de I'article 10. Dans tous les cas, les deman-
des de la parties pr6sente ne seront adjugees qu'autant
qu'elles auront 6t6 trouvdes justes et bien v6ritides.
L'appel de ces jugements n'est pas recevable tant que
la voie de l'opposition reste ouverte e
TITRE V.
Des jugements sur les actions possessoires /
Art 31.- Les actions possessoires ne seront receva-
ples qu'autant quelles auront 6te formees dans l'ann6e
du trouble par ceux qui, depuis une annee au moins,'-
6taient en possession paisible par eux ou les leurs, A ti-
tre de propri6laires.
Toutes lesactions possessoires, quelqu'en soit la deno-
mination(actionsen coiplainte, en r6int6grande, ou en '
d6nonciation de nouvelle oeuvre) sont-de la competence
du Juge de Paix, pourvu qu'elles rdunissent les carac-
teres indiqu6s a l'alinea prdecdent h.
Art. 2.- La prdsente loi abroge toutes lois ou dispo-
sitions de loi qui lui soot contraires et sera exdcutee a
la diligence du Secritaire d Etat de la Justice.
Donne au Palais L6gislatif, A Port-au-Prince, le 22
Mai 4919, an t16me de T'Indpendance.
Le President:
L]iGITIME
Les Secrdtaires


C. SAMBOUR31


1,20 ALEXIS








AU NOMIDE LA REQUBLIQUE
1: ;P iid.ni de la- Rpublique ordonne que la loi cl-
"4eoaus soit rev6tue du Sceau de la R6publique, impri-
to ~ ,'puiblide et execute.
Donne au Palais National, a Port-au.Prince, le 28
a|.at.1919, an I16me de I'Independance,
DARTLGUENAVE
Par le Pr6sident :
Le Secretaire d'Etat de la Justice,
C. BENOIT.











*p-










LOI 1


DARTIGUENAV i
Presideas de la Rpubliqtue,-
Vu les articles 55 et D de la Constitution.
Considerant que les avocats font des actesadepro~-
cddcre pour lesquela,des Emoluments doivent leur.:tte
accords conform6ment au tarif desi taxes piee:
voir dasn lea Tribunaux de la Republicue;
Considdrant qu'il est done just de modifier la loi-du
21 Aot 1913;
A PROPOSe,
Etle Conseil d'Etat a voted laloi suivante:
Art. let.-- Les. moluments des avocats demeurent
6tablis tels qu'ils sont pr6vus dans la loi du 30 Aot' t
1877, i partir de la promulgation de la prdsente.
Les emoluments des avocats pros les Tribunaux
d'. ppel sont les mtnmes que ceux pergus au Tribnial
de premiere Instance, angmeotes de 50 0/o.
Art. 2.- La pr6sente loi abroge totes lois et dispo. .
sitions de loi qui lui sont contraires, et sera execute .'
i la diligence du Secretaire d'Etat de la Justice.
Donned au Palais L'pislatif, A Port-au-Prince, le 28:.
Mai 1919, an 116me de I'Independance.
Le President, LEGITIME.
Les Secrdtaires
C. SAMBOUR, I .o ALEXIS
AU NOM DE LA REPUBLIQUEt
Le President de la Republique ordonne que la loi ci-
dessus soit reett e du S, eau de la Republique,imprime,.
publide et executde.
Donna au Palais National, A Poit-an-Prince, le 31
Mai 1919, an 1166 de 1'Ind6pendance.
le President: DARTIGUENAVE
le Secrdtaire d'Etat de la justice, G. B SENO











LOT
DARTIGUENAVE
President de la Rdpubliqub

Usant de I'initiative accordde par I'article 55 de la
Constitution :
Consid~rpnt que l'expression a Piastre forte P prtte
6quivoque et' soulBve de controversies ;
SConsidrant que la Jorisprudence n'eat pas fix, e sur
le sens exacte a lui attribuer; qu'en 1'tat ec6nomique
\ *ctuel cette expression a Piastre forte n'estd'aucune ap-
plication certain; qu'il y a lieu de l'bliminer de notre
legislation ;
Sur le rapport du Secrdtaire d'Etat de la Justice et de
,nvis du Gonseil. des Secreaires d'Etat,
A PROPOSE,
Et le Conseil d'Etat a vote la loi suivante :
Art. ler.- Demeure abrogee la loi dulO Aoft 1877
qui regle en monnaie forte les amendes, ddp6te, copsi-
gnations, dnmmages-interdts prescrits par les diffdrents
codes et lois en vigueur dans la Republique, lesquels
seront desormais prononces en gourdes, monnaie na-
tionale actuelle, sans redua.tion ni convention du quan-
tum fixed par les.dits codes.
- Art. 2.- La present loi abroge toutes' lois ou dis
positions de loi qui lui sont contraires et sera exdcuthe
i la diligence du Secrdtaire d'Etat.de la Justice.
rWDonne au Palais LUgislatif, a Port-au-Prince, le 28
Mlai 1919, an t16me de l'Inpependance.
Le President,
LEGITIME.
.Les Secrdtaires
C. SAMBOUR, LEO ALEXIS
S.. AU NOI DE LA REPUBLIQUE
.-Le Pr6sident de la Republique ordonneque la loi-ci

\ '0










dessus soit .revAtue du Sceau de la R6publique, impri-
rm6, publi6e et exicutle.
Donn6 au Palais National, A Port-ai-Princele Mai 31
I19~ an 116e deI'Ind6pendance.
DARTIGUENAVE
Par le President
Le Secrdtaire d'Etat de la Justice
C. BENOIT









LES CODES HAITIENS
/ i




CODE'

DE


PROCEDURE CIVIL


ANNOTE
SFac et Spera *
PAR

JACQUES-NICOLAS LEGER
Anacem Utonnier de POrdre des Avocats du Barreau de Port-au-Prince.
Ansien Prisident de la Soci6tA de IAgislation,
Ancien Seoeritare d'Btat de la Justice.


DEUXIi'ME EDITION


PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE DE K L'ABEILLE
1, RUv AMItRICAINE, 4, RUE DU FORT-PER.
BditO par lac LIGUE DE LA JEUNESSE HAITIEBIE

1916


Uiversi of d ibr
imltttrsit) of Florida Libraries















INTRODUCTIONIN





Le bienveillant accueil que le public a fait A la premiere
edition de mon Code de Procedure Civile annolt m'encou-
age A lui donner une secoude edition de l'ouvrage. On y
rouvera les plus rdcentes lois modificatives; et les textes
iouveaux dnt remplacd les anciens qJi tlgurent cependant
n notes afln de permettre les comparaipons. Les articles
:orrespondants du Code frangais conservent leur place en
narge des articles du Code Haitien ; et les differences, quarnd
I y ena, sont indiquAes. Et toujouts d3sireux de faire con-
taltre la jurisprudence adoptee, j'ai ajoutd aux arrlts deja
productss lesnouvelles decisions rendues par notre Tribu-
ial de Cassation. Je n'ai p:is la pr6tenti n d'avoir faith un Ira.
rail complete; les recherches sont si difficiles! Le volume sera
ourtant de quelque utility aux juges, aux avocats et aux
tudiants en droit.
J. N. LIUGER.
Port-at Prince, Mars 1916.



"Ip















Code de Procedure Civile.






LOI No 1.

Str Ie mode de proc6der A la Justice de Paix,
(Chambre des Communes, 2 Juillet 1884. S6xat, 17 Joillet. PromnigalKe le 18
Juillet. Abrogte avec le Code de 1884 par D'cret du Gotvernemenjt Pro.
visoire du 22 Mai 1843. Remise en vigieur par uue Loi du Couseil d'Etat
du 4 Aofit 1815.)

TIRE PREMIER

Des C6dules.

ARTICLE PREMIER. Ell matire purement personnelle on
mobiliere, lorsque la cause n'excedera pas une sonime ou vn-
leur de cinquante. piastres, (1) s'il n'y a point de titre. le de-
mandeur se presentera en personnel par4evant le juge de
paix, pdur expliquer I'objet de la demand.
S'ily a titre, le deniandeur pourra se faire reprbscnter
par un fonde de pouvoirs. (Pr. Civ., 26; C. Civ., 1748, 1749.)
ART 2. -- Si le d6fendeur ne comparait pas de lui minme, ,:
et quil s'agissed'une sommeou valeur qui n'exc6de pas tren- -
te piastres, (2) le juge de paix lui enverra une c6dule. (3i Cot-

(1) Cibqnante gordles. l'apr&s l'ancikn article premier, molifl;. par la I.oi
du 17 Novembre 1876
(2) Cinquante gourdes d'aprbs l'aneien article 2. modJil. par la Loi du 17
Novembre 1876.
()La E4dule dolt Aloe redigde rur un timbre de cinq centimes (Loi du 81 Oc.
tobre 1676sar se Timbre); elle i'ert pas s~,umise A la form litc de I'Enregis-
tremeint (Art. 78-80 de la Loi sur I 'uregistrement.)









-8-
te c6dule indiquera le jour et I'heure de I'audience, les noms
(In demalndeur et ccux du d:-fendeur, ainsi que l'objet de la
dermaide; elle sera premise par nn hornme de police au d6fer-
deur, ou laiss6e au lieu de sa residence actuelle. ( Pr. Civ.,
5, It.) ..
ART. 3. Si, au jour et A I'heure indiques, le d6fendeur
ne comparait pas, Ic juge. apr6s avoir entendu le demandeur,
lui adjugera ses conclusions, si elles lui paraissent justes et
bien fonddes. (Pr. Civ., 5, 10. 27, 29.)
Si c'est le demandeur qui ne comparait pas, le juge don-
nera cong6 contre lui.
Dans ces cas, les formalities requises pourse pourvoir con-
tre les jugements par d6faut seront les memes que celles
prescrites au'titre IV de ia presented loi. (Pr. Ctv., 98, 3'.)
ART. 4. Si les deux parties comparaissent, elles seront
respectivement entendues dans le. d6veloppement. de leurs
moyens, et le juge prononcera audience tenant. ( Pr. Civ.
5, 15: 16, 17, 18 ) (1)
ART. 5. Dans les cas pr6vus aux articles 2, 3 et 4 ci-des-
sus, il sera fait du tout mention au proc6s-verbal d'audience.


TITRE II.

Des Citations.

ART. 6. Toute citation devant lejuge de paix contkes4ra.
Ia date des jour, mois et an ; les noms, profession et demet.:
re du demandeur; les nums, domicile de I'huissier;les antis
et demeure du d6fendeur; elle dnoncera sommajreMte.rjt- lJ'..--
jei et les moyens de la demand, et indiquera le juge de paix
qui .doit en connaitre, et le jour et I'hcure de la compacuti.n ;
lq tout.6 peine de nullit6. La nullit6 ne pourra 6tre prono-:
c6e que pa le jugede paix, sur la demand du defendeur.
( Pr. Civ., 7, 8, 9, 40, 11, 79, 81, 174.) (2)


(1) gn matiere de jnstieA de paix, pour les affaire eiviles. la defiseif Aep
rernde dana troi* jours ani phin tard. (Lni d'1 26.Septemnbre 1895,'Art. lero)
t2) La'citation doit Atre faiteasur nntimbre de dix-eenNnen im oid(4 -dt 81i O
187 sbir le timbre, et eAiregiitrde dans nn (l lade trois jeW(i oi tde '"l:lb
giitrement du 29 Juillet 1828. art. 118, 123, 186.) a peine de krflit:


P C-G. Fr.Art
ler.
La Code fran-
col. requ tert.
dan Ia *tion,
Je domicile du
d m ama do@, r.
flmmatricIse Pt
Ia dem'.re da
rtbiossir: Dais
ii nCproone
pasdo u=liI









- 9 --


1. Un jnge de o;aix n'a nulle quality pour excrder le nombre des huis-
siers fix4 par la loi. Une personnel nomnude hnissier dans ces conditions n'est
pa un officer public ponvant instrnmuenter: elle nest qu'nn simple pnrticu.
lier.
Commet un exces de pouvoir le juge qui refuse de dtclarer nulle une cita-
tion notifise par une personnel n'ayant pas le caractere legal. (Cass. 12 Mars
1907.)

ART 7. En matiere pureiment personnelle on mobiliere,
la citation seradonnec devant le juge du domicile du deten-
deur; s'il n'a pas de domicile, devant lejuge de sa residen-
cc. / Constitution 1889, 3, 5 ; C. C., 14, 91 et suiv., 336, 430 et
suiv.; Pr. Civ., 12, 69, 362.)
ART. 8. El'Te e sera devant lejuge de l situation de I'ob-
jet litigieux, lorsqti'il s'agira : (Pr. Civ., 12. )
o* Des actions pour dommages faits aux champs, fruits et
rcoltes, soit par des personnel. soit par des animaux. (C..
Rural, 7, 8, 31, 32, 33, 35, 47, 48; C. PMn., 3i6, 365, 367, 309.)
2* Des deplacements do bornes, des usurpations de terre,
arbres, haics, fosses et autres cl6!ures, cormis dans I'an-
ne ; des entreprises sur les course d'cau, commises parcille-
ment dans I'annee, et de toutes autres actions possessoires,
(C. Rur., 9, 10, 12; C. C., 519 etsuiv.. 52Y, 540, 541, 542,1496,
4497, 1498, 1538; C. Pen., 375 ; Pr. Civ., 31, 34, 35. )
30 Des reparations locatives des maisons, ainsi que des
fermes ou habitations rurales. (C. C., 1525, 1526.).
4 Des indemnitrs pretcndues par Ie former ou locataire.
pour non jouissance, lorsque le droit ne sera pns contest y et
des degradations allgudes par le propridtaire. (C. C., 14-91,
1492, 149a9 1495, 1501, i502, 1503, '1506, 1539, 1513, 1548: )


Tien qne, aux terms de I'arti:;lI 3. n' 3. l'antion en rsparations locatives
doive 6tre porti'e deva.nt lej',ge de lah situaitioti des bien,, .1a demande en pa-
yoment- des layers, formie conjointeument avec la dleande en reparation,
n'en doit pas moins 6tre port(e devant le juge du domicile du d6fendeur, ces
denx demands n'dtant pas indivisibles et Otant l'une et I'autre des deman-
des; personnelles (Cass., France, 16 Aofit 1854. Sirey art 3)
A RT. 9. La citation sera notified par I'liuissier de la jus-
tice de paix du domicile du dfendeur; en *;s dn'mpeche-
ment, par celui .ui sera commis par lcjuge: copic ensera
laissde a la parties; s'il no sc trouve personnel. en son domi-


Art. 2.





ALit. I.
A -.S.


C. P. Fr.
Art. 4.
S'il n3'y a r-
soane au domi-
refxp ltt dolt
rex o I i tle








10 -

61 are"' -a cile, la copie sera laissee, savoir : dans les villes ou bourgi,
jalissier ne a l'officier de police; et, dans les sections rurales, A l'offlcier
t'tann-i de la police du canton; lesquels viscront l'original sans frais;
rens ite en cas d'empechement, a celui qui remplacera cette autori-
te, et I'huissier fera mention de la personnel A qui la citation
aura e t remise. ( Pr. Civ., 6, 7, 8, 10, 11, 73, 81, 953. 960. )
L'huissier de la justice de paix ne pourra instrumenter ni
pour ni centre ses parents en lignedirecte, ses trres, soeurs
et allies au meme degr6.

1. II est de principle que la copie d'un exploit tient lieu de I'origiual 4i
la personnel contre laqaelle on oppose. Ainsi la regularit6 d'un original ne
couvre pas le vice de la copie. (Cass., Arr6t, 23 Mars 1833. Mullery, Manuel
de la Justice de Paix, page 80.)
2. Aux terms de I'art. 9, la citation sera notifide par l'huissisr de la Jus-
tice de paix du domicile du d6fendeur, et, en cas d'eumpchement, par celui
qui sera commis par lejuge. ( Cass., 11 Juillet 1907.)
Art.. Art. 10. -- II y aura un jour au moins entire celui de la ci-
tation et le jour indiqu6 pour la comparution, sl la parties ci-
tde est domiciliee dans la distance de cinq lieues. ( Pr. Civ.,
954.)
Si elle est domiciliee au delA de cette distance, il sera ajou-
te un jour par cinq lieues. ( Pr. Civ., 11, 72, 83, 81, 154.)
Dans le cas ofu les delais n'auront point it6 observes, si le
defendeur necomparalt pas, lejuge ordonnera qu'il sera rdas-
signe, et les frais de la premiere citation seront A la charge
du detandeur. (Pr. Civ., 3, 27.)
t;. P. c. Fr. ART. 11. Dans les cas urgents, le juge donnera une ce-
Art.6 dule pour abreger les delais, et pourra permettre de citer mB-
me dans le jour et A l'heare indiques. ( Pr. Civ., 6, 10, 37.)
1. Le juge de paix appr6ciera souverainement les eas urgent quand il
delivre une c6dule pour abreger les ddlais. (Cass, 26 Avril 1906.)

ar. ART. 12. Les parties pourront toujours se presenter vo-
lontairementdevant un juge de paix : auquel cas, il jugera
leur diffdrend, soit en dernier resort, si les lois et les par-
ties I'y autorisent, soit & la charge de I'appel, encore qu'il ne
soit lejuge natural des parties, ni a raison du domicile du dB-
fendeu-, ni a raison de la situation de I'objet litigieux. (Pr.
Civ.. 7. 8, 57, 891; C. C., 18:0et suiv.)


---li~-i-bll~-ICICllC3---~---









- 11 -


La declaration des parties qui demanderont jugement sera
signde par elles, ou mention sera faite si elles ne savent ou ne
peuvent signer. (1)

Pour la validity d'un jugement sur comparution volontaire, le juge doit
dresser prdalablement un proems-verbal constatant la volontd express des par-
ties... Ce proces-verbal tient lieu de citation et constitute le mandate du juge.
Pour 6viter toute surprise, ce proces-verbal doit designer clairement les noms,
profession et demenre des parties, ainsi que la question litigieuse, afin qu'il
justifie le jugement, et qu'on puisse reconnattre si le juge s'est renfermd
dans son mandate. ( Mullery, Manuel de la Justice de Paix, page 88. )
Le jugement sur comparation volontaire dolt contenir, pour justifier le
consentement des parties, la signature d'icelles ou la mention qu'eiles ne sa-
vent ou ne peuvent signer., (Cass., Arrdt, 22 Mars 1892. Ed. Hdraux, Rdqui-
sitoires, page 77.)


TITRE III.

Des audiences du Juge de Paix et de la Comparution des Parties.

ART. 13. Les Juges de Paix jugeront tous les jours, m6- Art. 8
me les dimanches et f6tes. s Juges/de
Ils pourront donner audience chez eux, en tenant les por. u pour t
tes ouvertes. (Constitution 1889, art. 143: Loi Organique, 15;
Pr. Civ., 93.)

1. C'est seldement en matiere civil que le juge de paix pent donner an-
dience chez lui; jugeant en matibre de simple police, il ne pent pas singer au-
tre part qu'an Tribunal. ( D. Jean-Joseph, Des institutions judiciaires, p.
187.)
2. Le huis-clos pent Atre ordonn6 par le juge de paix, comme par les tribu-
naux ordinaires, dans les eas prdvus par I'art. 93, C. Pr. Civ. (Sirey, n 6,
ons l'art. 8.)

ART. 14. Aujour fixe par la citation, ou convenu entire Art: 9.
les parties, elles comparaitront en personnel, ou par leurs
fondds de pouvo:rs, sans qu'elles puissent faire signifier au-
cunes defenses. (C. Civ, 1748, 1749; Pr. Civ., 1"e, 3, 6, 10 12,
13, 26, 956.)

(i) La declarations des parties qui demandent a& tre jugdes par le juge de
paix, sera ins6rde dans le jugement et il ne sera rien alloud au greffler pour
I'avoir revue, non plus que tout autre acte de greffe, & moins que l'expddition
n'en soit require.








- 12 -


Art. 10.
Le Code fr.
ni prononce
qu'une amends
avec affiches du
tugement.


1. Le Juge de paix ne peut prononrer les peires portbes phr ces articles (I5
et 16, C. Haitien 1, qu'auntant que les fits we pa.sent A I'audienow.
3. Mais I'art. 504, C. Inst. Crian ( 394,. H. H;tien ) I'aitorize a glerment &
prononcer de pliaio des condanirations dans tots les cas oi. il proc'de p,-
bliq'ement Ai un acte de sa jurisdiction.
3. Les luoyens de rIdpression accords an jnge de paix. par lee a&i:.les it) et
auiv. (15, 16. C. Haitien ) pour assurer pendant I'an.ienee le respect diA sea:
autoritil. ne s'appliqnent qn'anx infractions comnrises par lo- p.arl/ie. ea
cause; A Il' :gard des as.istnitts, la police de l'atdience et le respect d A & 'au-
toritt dii jugesont garavrtis par r1s dispositions des art. 504 pt 501. C. Inst.
Criun. ( 38i4, 395 C. Inst. Crime. Haltien). Sirey, Notes 1, 2, 8 sous articles
10 et 11.

ART. 17. L'emprisonnement. dans les cas prsvus par les
precdenis articles, sera ex6cutd sur-le-champ, en vcrtu du
proces-verbal qui dcvra fire mention de la condemnation.
(Pr. Civ., 15-16 )


Art. 13. ART. 18. Les parties ou leurs fond6s de pouvoirs se-
ront en.endus contradictoirement. La cause sera jugde sur Ic
champ ou A la premiere audience; le juge, s'il le croit n.-

(1) L'art. 10 da C. fran;ais pronounce une amended de dix francs avee af-
fiches dui jugelaeat. .


ART. 15. Les parties seront tenues de s'exp.lliquer avec
moderation deviant Ic juge, et de garder, en tout, Ie respect
qui est di & lajustice; si lles y manquent, le juge les y rapi-
pellera d'abord par un avertissemcnt; en cas de r6cidive,
el-les pourront 6tre condamn6ds a un emprisonnement (1) qui
n'excedera pas vingt quatre heures ; elles seront re,'ues dans
la maison d'arrkt, suir iin simple ordre dili juge de pai'x ; i
en sera fait mention surla feuille d'audiencc. (Pr. Civ., 16,
17, 94 et suiv.; C. Inst. Crim.,. 394 ; C. Pda., 183, 18i ; Cons-
titution, 14.)

L'emprisonneunent fait en vertu dle l'art 15, Pr. Cir.. West pas arbitraire
et illegal Pt ne Iput, par suite, servir de fondement A. une prise A parties coa-
tre le juge de paix qui I'a ordonn6. (Cass Arrt dul 8 lu-irs 189-. Bulletin
des Arrets ,Iu Trib. de Cass., 2 aofit 1894 )

ArT. 16. Dans Ie cas d'in.ulte ou irreverence grave en-
vers le juge, il en dresser pvrocs- verlbal ct, pourra condam-
ncer un emplri.onnement de trois jours au plus. (Pr. Civ.,
17; C. P'a., 183 et suiv. ; Inst. Crim 12. 391 ct suiv.


Alt. 11.


Art. 42,
Les jugs-
ments sont exe-
citoiresparpro-
vision.










- 43 -


cessaire, se fera remettre les pieces (1) (Pr. Civ., 4, 12, 14, 15
16, 17 ; G. Civ,, 1748, 1749.)
ART. 19. Lorsqu'une des parties dclarera vouloir s'ins- Art. 14.
crire en faux, ddniera 1'dcriture ou diciarera ne pas la con-
naitre, le juge lui en donnera acte; il paraphera la piece et
renverra I'incident devant lesjuges qui doivent en connaitre.
(Pr. Civ., 194 et suiv., 215 et suiv. ; C. Civ., 1102, 1104, 1108,
11,0, 1890. )

1. Le renvoi ordonnd par.oet article est senlement I'incident en.inscription
de faux on verification d'6criture, mais non le fond don't le juge de paix doit
rester saisi pour y stat.-er apr"s qu'il aura (tW pronone6 sur I'incident. (Carrd
et Chauveau, 9, 55; Pigeau, Comm. t. 1. p. 29, etc.... Contra.... Boitard, t.
1., n* 618; Ga-rsonnet, t. 1, p. 749)
2. Par suite. letribunal civil devant lequel le juge de paix a renvoyd lea
parties pour proet'derA tine verification d'deritnre, dtant saisi seulement de
la,procdure en v riflcation, ne peut juger ni uae question d'incomp6tence
du juge de paix, ni tine question de prescription, ces questions se rattachant
an fodd don't le juge depaix est resa sa'idi. (Caen, 30 avril 1855. Sirey, notes
sons 1'art. 14.)

ATRT. 20. -Dans le cas oliun interlocutoire aurait Wt6 ordon- Art. 15.
n6, la cause sera jugee dflnitivement, au plus tard, dans le D'aprs art.
ddlai'de deux mois, d- jour du jugement interlocutoire; lacaiedoita
apres ce ddlai, I'instance sera perimee de droit; te jugemant u'tre moas
qui sera rendu sur le fond sera sujet A I'appel, meme dans smt interiu-
es rnatieres dent le juge de paix connait en dernier resort toire.
et sera annual sur la requisition de !a parties int6ress6e. (Pr.
Civ. 2-, 39, 398.
Si I'instance est perim6e par la faute du juge, il sera pas-
sible des dommages et int6r6ts. (Pr. Civ., 438.)

1. La pdremption ne porte que sur la procedure, F'action peut etre renou-
vel6e, si elle nest preserite. (Case. 25 Juillet 1912.)
2. La pdremption n'a lieu que dans les causes ofh il a Wt6 rendu un-juge-
mentinterlocutoire. Dans les autres causes, il faut appliquer 1'art. 394, C.
'Pr. (iv. (Dalloz. Pdremption, n' 366. Contra. Sirey, n 32.)
8. Pour faire courir le delai de la p6remption, il faut que l'interloeutoire ait
dtd rendu sur le fond du process, et non sur un simple incident. (Sirey, n8 3,
art. 15.)

(1) En matibre de justice de paix, pour les affaires civiles, la ddeision sera
reinue dais trois jours au plus tard. (Loi du 26 septembre 1895, art. ler.)










- 14 -


4. Le dlai ne court pas quand 1'instance se trouve suspendue par le ren-
voi, par example, devant un tribunal civil pour une verification d'dcriture
oun une inscription de faux. (Dalloz, Peremption, n* 369; Sirey, n* 10, art. 15.)
5. Quand, dans une m6me cause, il a Wte rendu plusieurs interlocutoires, il
y a controversy sur la question de savoir sic'est le premier jugement on 1e
dernier qui sert de point de depart pour le ddlai de la peremption. Les uns
pensent que le ddlai court A partir du premier jugement (Dalloz, peremp-
tion, n 872, tribunal d'Angouldme, 12 Juin 1871; Thomine, p. 172; Carr et
Chauvean, 9, 63, etc.; Sirey, n 6); les autres estiment que c'est le dernier
jugement qui fait courir le delai. (Case., 9 avril 1884, 21 avril 1885, 8 dAeem.
bre 1890; Sirey, n" 5.)
6. Le juge ne peut supplier d'office le moyen de'la p4remption. Les par-
ties, en continuant la procedure, peuvent renoncer A ce moyen. (Dalloz, Pd-
remption, n 377.)

Art. 16 ART. 21- L'appel des jugements dela justice de paix, ren-
L'appe noes- dus contradictoirement, ne sera pas recevable apres les
ra removable
ies trols trente jours, A dater du jour de la signification faite par
I'huissier de la justice de paix, ou tel autre commis par le
juge (Proc. Civ., 39, 47, 50.)

1. Le tribunal d'appel ne peut user de son droit d'evocation que lorsqu'il
infirme le jugement attaqu6; il s'en abstient, si le jugement est maintenu,
(Cass. 18 Novembre 1900; 28 Oct. 1912.)
2 Les appeals des sentences d'une justice de paix sont de la competence
du tribunal civil de son resort qui dolt en connattre comme des autree ma-
tieres sommaires. (Cass. 22 Nov. 1900.)
3. Est non reeevable le recouri en cassation contre le jugement du tribu-
nalde paix, susceptible d'etre porter en appel. (Cass. 20 Deembre, 18 Pd-
vrier 1900.)
4. L'acte d'appel, contehant assignation, doit Atre fait & personnel on do-
micile.
Le ddlai de I'appel n'est pas franc, le jour de la signification da jage-
ment seul ne comptant pas dans la supputation da ddlai. (Cass. 28 Octo-
bre 1911.)
5. (a) L'article 21 en disant que l'appel des jugemeuts de la justice de pair
rendus contradictoirement ne sera pas recevable aprbs les trente jours &
dater de la signification, prescrit nu ddlai qui est uniquement en faveur de
la partie condamnee; cet article ne dit point que I'appel ne peat 6tre inter-
jetd qn'aprbs la significaion du jugement.
(b) S'il est ddfendu de soumettre aux juges d'appel des demands nouvel-
les, il n'est point interdit de lear presenter des moyens nouveaux destines &
appuyer une demand ddja sonmise an juge de paix. (Cass. 28 oct. 1912.)
6. La simple constitution d'avocat pour 1'intimd sur un acted d'appel ne
met pas obstacle a ce que 1'appelant signife, s'il est encore dane les delais,
un novel aete d'appel annulant le premier, avec offre de payer les ftaie.










- 15 -


La parties qui a fait signifier un jugement par un huissier incompetent. ne
peut arguer de eette signification irrdagulire pour faire rejcter un appel for-
in contre elle apres la dite signification. (Cass. 21 Nov. 1912).
7. L'appel est divolutif; ii transport, au juge superieur la contestation
en I'etat ot elle se trove. Avant d'6eoquer le fond de I'affaire le tribu-
nal doit infirmer le jug"nent don't est appel. (Cass. 25 Juin 1915.)

ART. 22. a) Les jugements 6mands des justices de paix
seront sans appel s'ils prononcent sur une demand de cent
piastres et au-dessous. (1) (Pr. Civ., 25, 48, 51, 918.)
Is seront soumis a 1'appel, s'il s'agit d'une demand exce-
dant cent piastres jusqu'A cent cinquante piastres. (Pr. Civ.
20, 21, 39, 47, 50.) b)
Les dispositions ci dessus seront applicables soit qu'il s'agis-
se d'affaires purement civiles, soit qu'il s'agisse d'affaires
commercials. (C. Com. 621.)
Dansles causes sujettes A I'appel, lesjuges de paix pourront
ordonner I'execution provisoire de leurs jugements, mais A
charge de donner caution. (Pr. Civ., 144, 442et suiv.) (2)
1. Attend que c'pst la quotitd 'de la some demanded et non la quotitd de
la somme adjugde qui- determined la competence en premier on dernier rea-
sort, qu'il appert des conclusions insdrdes dans le jugement attaque, que
lea defendeurs en cassation demandaient au Tribunal de Paix de condamner
le sieur Cany Nicolas a payer 1" $55.55, montant de la saisie-arr&t operde
entire sea mains....; 2" $ 50 A titre de dommages-intedrts, et 8" $ 5 pour cha-
'que jour de retard....; que, bien que Ie Tribunal de Paix n'ait condam-
ne le dit sieur Nicolas Cany qu'a la some de $ 65 55, ce jugement ne devait
etre rendo qu'a charge d'appel; qu'il est, par consequent, mal & propose
qualified en dernier ressort. (Cass.. Arrdt, 10 Juin 1884: 18 Janvier 1906, 19 Oc-
tobre 1905; 4 Join 1912; 29 Juillet 1912.)
\
(1) D'apres l'ancien article 22, modified par la loidu 17 Novembre 1876, les
jugements etaient sans appel s'ils prononqaient sur one demand de trois
cents gourdes, et au-dessous; et A charge d'appel si la demand exceddait trois
cents gourdes jusqu'a mille gourdes.
(2) Dans les affaires que les tribunaux de paix sont autorises a juger en der-
nier resort, le juge doit toujours etre assist d'un supplant et du greffier,
sauf a appeler un autre supplant en cas de partage. Dans toutes les autres
causes, l'assistance du graffler suffira. (Loi organique, art. 32.)
(a) Pour la competence du juge de paix frangais, ii faut voir la loi du 6
juin 1888.
(b) Les jugements rendus en premier resort par les tribunaux de paix ne
peuvent 6tre portes en cassation m6me apr6s I'expiration du delai d'appel,
i l'on a ndglig4 de prendre cette dernibre voie. (Loi du 26 Aoft 1913 modi-
flant la loi organique do Tribunal de Cassation.)











- 16 -


3. Le Juge de paix n- pent. indifferenmment et arbitrairement declarer par
son jugement qu'il est rendu en dernier resort on A charge d'appel; c'est la
quotitd de la demand qui determine l'une ou 'autre denomination; atten-
du que dans l'espece, s'agissant du payment rtclami d'une some de $ 28, ce
magistrate n'6tait point autorisd a constater qu'il jugeait A charge d:appel.
(Cass., Arrot, 20 Octobre 1885.)
3. Le Tribunal Civil, statuant en appel d'une sentence de juge de paix,
doit se renferner, pour le quantum de la condamnation, dans les limits de
la cinmpdtence du Tribunal de paix. (Cass., Arret, 4 Mars 1880: Bulletin des
Arreta, 1891; 13 Juillet 1905.)
4. Consid6rant que les appellations se jugent dans l'dtat; qu'en conse-
quence les questions sonuises an Tribunal d':ppei doivent otre presenters
tells qu'elles l'ont tdt devant le premier juge. (Cass., Arrit, 18 Nov. 1890;
Bulletin, 1891; 22 Mars 1906)

5. Sur l'appel interjetd, parce que Ie juge de paix s'otait declared in'comnpt
tent pour prononeer sur un chiffre de plus de $150, le Tribunal civil viole
les rIgles de sa colmp(itence en ajoitant aux condaninations pronounces par
le juge de paix.....; le imandat du Tribunal Civil jugeant en appel, est d4ter-
mind et circonscrit par celui dii juge.de paix; pour avoir fait plus que ne der-
nier, ii a Imdeonnn ses bornes et excd6 son pouvoir. (Cass., Arret, 25 Fevrier
1892: Bulletin, 1894. )
6 L'art. 2?, Pr. Civ., determine la competence en premier ou dernier res-
sort du juge de paix, lorsqu'il a A prononcer sur une demand d'une valeur
ddterminie: l'infraction A la rogle 6tablie par cet article ouvre la voie dr,
recourse en eassation. 11 eit encore de regle que lorsque la deimande eat d'une
valeur iudteriuiniue. le juge de paix pronounce en premier resort sans avoir
6gard a lt demand accessoir" en domuinages-iuternts formuie avec la dellande
principal. (Cass.. Arret. 8 Mars 1892; Bulletin, 1891.)
7. L'execution provisoire ne peut 6tre prononede que lorsqu'elle est de
mandee; le juge ne peut l'ordonner d'office.
8. Le juge peut ordonner l'execution provisoire, moyennant caution,
-d'un jugement contradictoire ou par ddfaut, s'il est A charge d'appel. (Mul-
lery ; D. Jn. Joseph.)
9 La caution est reQue par le juge de paix. Elle pent etre prdsentee, dis-
cutde et revue a l'audience au moment du jugenent qui l'ordonne. (D. Jn.
Joseph. p. 21).
10. Ie Tribunal, saisi de l'appel d'un Tribunal de paix qui s'est d4clard
incompetent, ne pent pas, quand il confirm le jugement don't est appel,
4voquer le fond de la contestation sans commettre un cxebs de pouvoir (Cass.,
17 Juiu 1903.)
11. Est sans interet et sans quality et, partant, irreeevable en son pourvoi
la parties au profit de qui le jugement attaqud a det pronone.
Les juges d'appel qui infirment la sentence des premiers juges pour cause
d'incomnptence, ne sont pas habiles A statuer sur les questions accessories,
telles que les demands de dommuages-inturits et de frais frustratoires. (Cass,
20 Fdv. 1906; 26 Avril 1906.


I__~Cm__Y~ ___












- 17 -


12. La nullitf de visits des lieux demandt'e pour la premiere fois en ap-
pel constitute une deimande nouvelle non recevable devant les juges d'appel
(Cass. 20 Mai 1906.)
13. Le Tribunal qui s'est declare incompetent commei juge d*appel, et qui,
malgre son incompetence declare, a annuld l'exploit d'sppel, a commis un
excesde pouvoir. (Gabs., 17 Dec 1907).
S 14. Le juge de paix qui annule la citation a comparattre devant lui, donnde
au defender. est dessaisi de la demand et ne peut plus 1'examiner, sans
exces de pouvoir.
Le jugement qui, sur I'appel de la decision rendue en contravention A ce
principle confilrme cette decision, viole les rigles de la competence .et comment
un execs de pouvoir. (Cass. 11 Avril 1905.)
15. Pour fixer la competence du juge, qnand le montant de la demand eat
stipuln en dollars, il n'y a pas a tenir compete du taux du change don't lee va-
riations ne peuvent exercer aucune influence sur un texte precis de loi. (Cas.
14 Nov. 1905.)
16. Pour fixer la competence du juge de pair en premier ou dernier resort
i'art. 22 emploie le mot -piastre, don't on se sert pour designer la gourde et
meme le dollar qui est une piastre forte, et cela sans nullement tenir comp.
te de la valeur commercial ou 1Igale de ces different terms. (Cass. 10 No-
vembre 1911.)
17. La confirmation, sur l'appel. d'un jugement ne fait pas obstacle A ce
Sue i'appelant soit condamnd A des doinmages-int rAts pour reparation du
prejudice cause par son appel inutile. (Cass. 13 Nov. 1911.)
18 II est contraire A toute justice et A toute dquitW, en appel, d'aggraver
la situation de l'appelant. (Cass. 30 Avril 1912.)
19. Un tribunal d:appel pent se declarer incompetent sur l'un des moyens
de nullite allhguds contre une sentence du tribunal de paix et retenir la cau-
se sur lee autres moyens. (Cass. 25 Juillet 1912.)
20, En principle, le juge de paix ne connait pas d'une demand indkterminde,
c'est-ai dire d'une demandedont la valeur en argent n'est pas indiquee dans la
citation on don't 1'dvaluation n'est pas faite A l'audience. Les tribunaux
vils, statnant en appel, n'ont d'autre competence qie cell du juge de paix.
(Cass. 28 Oct. 1912.)
21. La piastre, monnaie d'or on d'argent d'Espagne, rest l'unit6 mon6tai-
re par laquelle il faut mesurer la competence du juge de paix.
Le juge de paix doit, d'aprbs le tableau annexed a l'Arrat6 du 14 DBcembre
1867, r6soudre en piastres les sommes dema2ddes afin de vdrifier si elles don-
nent en cette monnaie un resultat qui lui permette de juger soit en dernier
resort, soit a charge d'appel, (Qass. 9 Juin 1915.)
2a. Aucune loi general n'a donned conrn legal A la monnaie des Etats-
Unis. Le juge de paix empibte sur le domain legislatif quand, A d6faut d'u-
ne convention special, il condamne une parties A payer en dollars amdri-
cains. (Cass. 9 Juin 1915.)

ART. 23. Toute parties qui succombera, soit en deman-









- 16 -


dant, soit en defendant, sera condamnee au payment des
frais qui seront r6gles par le jugement; pourra neanmoins le
juge, dans le cas de parents des parties, ou dans celui oui
elles auraient respectivement succomb6 sur quelques chefs.
ordonner la compensation des frais.
ART. 24. -- Les minutes de tous les jugements seront por-
t6espar le greffler sur la feuille d'audience, signees par le
juge qui aura tenu 1'audience et par le greffler.
Les dispositions relatives aux qualities des parties, idictdes par l'art, 148
pour la r6daction des jugements. ne sont pas rigoureusement applicable en.
justice de paix oil ii ne se fait pas de signification de qualitds, ces qualltes
dtant tires de la citation du demandeur. (Cass. 12 Mars 1912.)

ART. 25. Lesjuges de paix connaissent de l'execution
des jugementsqu'ils prononcent en dernier resort. (Pr. Civ.,
22, 686.)
1. Le juge de paix, competent pour connaltre de la saisie-edecutiop faite
en vertu d'un jugement en dernier resort, est aussi competent pour connat.
tre da Ta demand en distraction des animaux saisis (Cass. 15 Avril 1913.)-
2. Le juge de paix est competent pour connattre d'une demand de cent
gourdes de dommages interets en reparation du prejudice cause par une sai-
sie-ezxcution.
Le fait d'avoir en m6me temps concla a la nullitA de la saisie-execution
ne change pas la competence, quand la saisie-exCcution a et6 faite en vertu
d'un jugement en dernier resort rendu par le m6me juge de paix. (Cam. 15
Avril 1918.)

ART. 26.- L'assistance du minist6re public a la justice de
paix, ou dans toutes autres operations du juge de paix, hours
les cas prdvus par une loi, est interdite.
Les d6fenseurs publics et les huissiers ne seront pas admis
a plaider pour autrui devant les tribunaux de paix, m6me
sous la quality de fond6sde pouvoirs. (Pr. Civ. 1, 14, 48, 92.)


TITRE IV

Des Jugements par Ddfaut et des Oppositions a ces Jugements

Art. 1. ART. 27.- Si, au jour indique par la citation, 1'une deg
ct article parties ne comparait pas, la cause sera jugde par d6faut,
as" sa sauf la rdassignation dans lo cas pr6vu dans le dernier alird6a
o(ltmO. de l'article 10. Dans tous les cas, les demands de la parties ;











- 19 -


prdsente ne seront adjug6es qu'autant qu'elles auront t16
trouv6es justes et bien v6riflees. (Pr. Civ. 3, 10, 29, 30, 154.)
1. En disposant que le d4faut sera prononed a l'audienee sur I'appel de la
cause, et les conclusions de lapartie qui le requiert seront adjugdes si elles
se tronvent justes et bien v4rifiles, l'art, 158, Pr. Civ., extend que les course
infdrieures doivent, ceet Agard, former leur conviction, non sur des proba-
bilit6s, mais sur des aetes j ustiflcatifs servant de base aux conclusions qu'elles
adjugent. (Cas., Arrdt, 21 Octobre 1857; L. P. art. 158 Pr. Civ.)
2. La seule prdeence des parties a l'andience ne suffit pas pour donner anu '
jugement le earactere de contradictoire. Si, par example, le defendeur s'dtait
borne soulever une exception dilatoire, et, sur le rejet de eette exception,
s'dtait abstenu de rdpondre an fond, le jugement A intervenir serait par dd
faut.
8. Si ddfaut n'etait pas requis a l'audience indiqu6e par la citation, le de-
fendeur devrait Wtre cit6 de nouveau. (D. Jn. Joseph p. 221.)
4. On ne pent adjuger contre le d4fendeur qui fait d6faut d'autres conalu-
sions que cells continues dans la citation.
5. L'art. 156, C, Pr. Civ., n'est pas applicabe en justice de paix. Le juge de
paix dolt s'abstenir de prononcer un d6faut profit-joint. (D. Jn. Joseph, p.
221 ; Sirey, n" 4, sons art. 19 ; ContrA, Carrd, Da Buc, etc, )
6. Comment un excBs de pouvoir le juge de paix qui, en cas de defaut de la
parties d6fenderesse, accorde les demands formulees par la citation sans les
avoir examines. (Cass. 12 FPv. 1912.)

ART. 28.- La parties condamnee par d6faut pourra former Art .D.
opposition dans les trois jours qui suivront celui de la signi-
fication dment faite par l'huissier du juge de paix, ou tel
autre qu'il aura commis.
L'opposition contiendra sommairement les moyens de la
artie, et assignation au prochain jour d'audience, en ob-
servant toutefois les d6lais prescrits pour les citations; elle
ndigqera les jour et heure de la comparution, et sera noti-
6e ainsi qu'il est dit ci-dessus, (Pr. Civ., 9, 10, 29, 472, 954.)

1. La parties ddfaillante n'est pas obligee d'attandre la signification du ju-
ement pour y former opposition. La prdsomption d'ignorance introduite en
faveur ne pent etre invoqude contre elle. (D. Jn. Joseph, p. 225 ; Carrd et
hauvean, 9. 94.)
2. Le ddlai de trois jours n'est pas franc. L'opposition contre un jugement
par d6fantaignif6e le er dolt tre former le 4 au plus tard. (Dalloz, jug. p. d6f.,
an 81. ) Mais le delai dolt Atre angmente6 raison de la distance da domicile
du dtfaillant. (Dalloz, loe. cit., n 815. )
8. 1n'y a n46esite d'nne commise d'huiesier que lorsque la signification
Sdpit pas pas Atre faite par I'hnisier du tribunal meme. (D Jn. Joseph. p.
; Coa. 6 Pv. 1918.)











11 a t pvirtanty. j 1Zt' qr'l I t sig~ifinationi des jiarnnnts par ddfast ren-
dua par leq jue.* .I* ppil d ,it. tre fiite, I, paine de nwillit,, p'r un h'isisier
colnmis. (C lps.. PF .i' e. 1.1 A i1, 1 St ) Ij. eC)mmission de l'huissier est Uvi
formality, essentiell. i:npos~e danq an inlt rrt d'orIdr public, pour garantir
la remise filble et prompted d',ne si jnilication qui dolt rervir de point de dd-
part au dSlai trZs bref accord 3 pour I'opp3sition. (D. P., 1835, 1, 60; Sirey,
n" 1. sois I'art. 20.)


Art 2'.
i*a p0s I" der-
nier a ne cde
I',rt. 2V C h.


'AnT.23 Si lojuige no p ix sai tpirlui-mmne, ou parlesre-
prcientations qui lui seraient faites a l'audience par les pro-
ch '-. voisins o' amis di dIfendeur, que celui-ci na pas pu
bire i-nsruit d l i pr c6diire, il p-urra, en adjugeant le d&-
ftul, fixer, p ir le dllai d I'oppcsitioa. l temps qui lui
ptinaila ci onveiibl)l; oc tl. tdai;i aI c.is ou la[ prorog:ition n'a'u
rait 6t6 ni accord ied',fflce, ni do n-ind I df aillant pour-
In ('IN, elev\ d ( l;i rignur du dll:ii, et alm is h opposition,
oii jusrifiant qu'ai reason d'absence ou de naladie grave, il
I'a pu itre inslruit dela procedure.
11 en sera de mnme dans le cas ou un accident majeur
aurait e npchli' le d4fen I .' dit comnparaitre ou de former
opposition dans 1 dit (IClai.

1. Lejuge de paix n'est pas ob'.ig de motiver Ia prorogation du ddlai.
2. Le jsuge de p kix paut pr>ro'r 1P d ;lai p)ar l'o2pos:tion str des reprd-
sent itions qui lui seraient fates minm3 confilentie'lement. (Dalloz, jug: par
dif. n 317.)

ART. 30.- La partieoppo anwe qui so laisseraitjugr' une se-
condo fuis par dlf;aut nlse ; plus rocqui former une nou-
vellc opposition. (I'r. Civ., 3, 28, 166 )

1; L'opposition eit recerable dans le cas oa e'st la parties qui avait obteifit
le premier jugement par d.faut qui ne comparatt pas lors du second. (Bbit11
ceenne, t. 3. p. 157 ; Sile, sou I'art. 2..)


TITRE V

Des Jugements sur les Actions Possossoires.

Anr. 31.- Les actions possossoires ne seront recevables
(q'jiuianm qu'clles auront 6 6 formtes dans I'annde du trouble-
par ccux qui, depuis une annne au moins, -taient en posses- '
.ion. paisible.par eux ou les leurs, a titre de propribtairessr ,
(Pr. Civ., 8, 34, 35; C. Civ., 1496, 1533, 1tt26, 1990, 1997, wO.);


-Art. 22.


Art.'-.


- 20 --











- 21 -


1. L'litiwi poism!3ire en co :i' ii it? I- iit fri e-raoe par q ticoil'le a
6t6 tro'lbl dans nui droit r.;el imuiiil')ilier. si celtt actio.ri a tt irltent.te ilnns
I'annre lin trouble. U'opposition a ii u o et port'1e levanr., l j'lg t i1 )i< pi 1)Lr I I p irrie qiii ve croir, expos,"e a etre
ltsade. Catto action n0e 1i'Ilt tr ),ble proven-ltt dle I'arpipnta:ge otn itestirage
d'une pIropridt& ne co;t 10 Juin 188t ; Bulletin des Arrts. )
2. Les fits servant .1 ,tablir la po session annale sont t I'apprleiation d('s
juges t!t fond. II est perunis ld consulter leS titres pro I lits et l' y pni.scr des
lB6inents de conviction po!r I p lreuve do l a p)s,ss O i .nni tle. p'irvin li l'oII
n'en tire aue in arg;'tinn: oi division pour le fonil inuine di droit. (Ca-s.. Ar-
ret, 27 mai 1890 ; ltlletin, .1.91.)
3 Action en r les ddpossddis ont ndglig.- d'exercer tlur droit daus I'annie o0 I; violence a
cess6. (Cass. 3 Avril 1906 )
4. L'*ppr.ciation des f;ait; rdsnltant d'nne enqnute ordonn3ii pour fire
preuve d'une possession, est sonveraine'mient faite par les juiies d(l fond et
echappe ainsi au contr6le dn tribune tl de Cassation; (Cass. 2!) Oct. 1907 )
5. L'aetion en complaint peit- itre valahletment erere6e centre un ferinier
pour fait de trouble A la possession d'autrui, lorsqne ce trouble est un faith
personnel au fermier, sans concours du propridtaire. (Cass. 17 D6c, 1912.)
6. Les actionspossessoires sont de la coinpetence du jiuge de paix qni lie
pent y statner qu'A charge d'appel. (Cass. 21 Fev. 1913.)

ART. 32.- Si la possession on Io trouble sont dnii. I'on- Ai. 2'
quete qui sera ordonn6 ne pourrma porter sur le droit de pro-
priet6. ( Pr. Civ., 8, 33, 42, 46, 47, 49.)

Le sens de l'art. 33 est non pas de donner A 1'enqu6te un caractire tol.
jours obligatoire, mais d'empecner, lorsqu'elle est -rdonte6, |'il'elle ne port
sur.le droit de propriftd. L'enquite en elle uidnite est facultative ; le jige-
nalgrd la dOnegation d'une p.trrie. n'est pas oblig. d'ordoitner ceit voe V
d'instruction. alors qu'il se trove suffiaieneut dclairj sur I'objet de'la con-
station. (Cass.. Arret, 27 Mt:i 1890; loc. cit.)

ART 33.- Le posses-oire et Ic pStitoire no seront jarnais ar. 5.
cumul6s. (Pr. Civ., 8, 31, 34, 35.)

SLa dfensedu oumul ne s'adresse pas seulement au juge de pa:ix, mais
encore au tribunal civil prononqant sur I'appel d'une action possessoiro. et
cela, bienque la question de propri6td doive plus tard etre jugne par ec tri-
bnnal.. (D. Jn. Joseph; Das Institutions judiciiires; Cass. 22 Avril 1914.)
1. C'est par le dtspositif que 1'on doit apprecier sil y a eu n cuitl ldu posses-
soire et du pdtitoire; le dispositif, en effet, est la partie dai j-gement q(ii con-
tient ce qui a A't ordonn6 par le juge; crst la decision propremuent dire din
tribunal sur les points en litige. (CLass., Arr3t du 10 juin 18.1; 5 Fev. 1907; 12
Nov. 1907.)
i












2. Le trait caractdristique du possessoire est surtout marqud dans one
decision laissant les lieux conteatieux en lear 4tat primitif, on disposant pour
y fair retourner, sans alteration, ni modification, ni changement. Le juge
de paix qui, pour rdsoudre une complaint, condamne le propri4taire contre-
venant A fair un nouvel cDuvre, lui imposant une servitude qui n'existait
pas auparavant, a evidemment errd en convertissant le possessoire en pti-
toire. (Cass., Arret du 30 oct. 1890; Bulletin, 1891.)
8. Le Tribunal Civil, saisi par appel d'on jugement d'incompetence rendu
par le juge de paix, ne cumule pas le possessoire et le pdtitoire en rejetant
I'appel comn'e mal qualified, pour, ensuite, retenir 1'affaire qui n'avait pas
4t4 au possessoire, appr~cier une prescription invoquee et condamner I'appe-
lant en dommages-intderts. (Cass. 22 dec. 1890.)
4. II n'y a pas cumul du possessoire et do p4titoire lorsque le juge, pour
determiner le point de depart d'une possession, consulate les titres products.
(Cass, 25 fevrier 1892; Bulletin, 1894.; 13 Mars 1902; 25 Nov. 1912.)
5. Le juge de paix qui, pour 6tablir la possession d'une parties, s'dtaye sur
la nullitd d'une vente et la mauvaise foi de I'acheteur, a cumule le possessoire
et le p6titoire. (Cass. 13 Mars 1906.)
6. Le jnge de paix commit un excbs de pouvoir et viole les rbgles de la
competence toutes les fois qu'il rend une decision tire uniquement du fond
du droit sur une action relative au trouble allegue A la jouissance d'un droit
de passage. (Cass. 9 juillet 1906.)
7. Le juge de paix, lorsqu'il est saisi d'une demsnde contenant des chefs.
relatifs an possessoire et d'autres concernant le petitoire, doit statuer sur
S les premiers et renvoyer pour le surplus devant qui de droit. (Cass. 18 Juil-
let 1907.)
8- Le juge de paix statue sur une question pdtitoire et viole les regles de
la competence en connaissant d'une demand en pavement de lovers et en
ddgnerpissement de la propridet louoe don't le defender se pr4tendait pro-
pridtaire. (Cass. 6 juin 1905.)
9, Le joge de paix est ineompetent pour statue sur une question de pro.
pri4t6 ; it comment un excess de ponvoir en condamnant une parties a vingt
jours de prison pour stellionat. (Cass. 4 Mai 1911.)
10. Lorsque le defender, cite en justice de paix pour dommages fits
aux champs et restitution de fruits indtment cueillis, oppose l'exception de
propriety, le juge de paix, absolument incompetent pour statuer sur cette
question prdjudicielle de proprietd immobilibre, doit surseoir et renvoyer
pardevant qui de droit. (Cass. 22 Avril 1914.)

Art 6. ART. 34.- Le demandeur au p6titoire ne sera plus rece-
vable A agir au possessoire. (Pr. Civ., 8, 31, 33.)

1. L'action p4titoire ne pent exercer aucune influence sur l'instance pos.
sessoire prddcdemment engage, et celle-ei dolt se continue sans sorsil et
6tre jugde come si aucune demand au petitoire n'avait 4te formne. (D. p.
60, 1, 87,; 69, 1, 471.)










-23-


2. Le defendeur A une action petitoire peut exercer, an course de l'instance,
une action possessoire contre le demandeur qui I'a trouble dans sa possession;
le depmandeur an p4titoire est seal non recevable a agir au possessoire. (D.
P., 69. 1, 82t; 75, 1, 108.)

ART. 35.- Le defendeur au possessoire ne pourra se pour Art. 27
voir au petitoire qu'apres que l'instance sur le possessoire
aura dte termite ; il ne pourra, s'il a succombd, se pourvoir
qu'apres qu'il aura pleinement satisfait aux condamnations
contre lui. (Pr. Civ., 21, 23; C. Civ., 1826.)
Si neanmoins la parties qui les a obtenues dtait en retard
de les fair liquider, le juge du p6titoire pourra fixer, pour
cette liquidation, un ddlai apr6s lequel l'action au p6titoire
sera regue. (Pr. Civ., 135.)
1. Commet un excbs de pouvoir en violation des rbgles de sa competence
le juge du pdtitoire qui statue, ayant la preuve que le d6fendeur au posses-
soire n'avait pas satisfait aux condemnations prononcees contre lui. (Cass.
22 Janvier 1907.)
2. Viole l'art 85 le jugement qui refuse d'agrder la fin de non recevoir qui
en est tire et qui eat opposee ai des parties qui, quoique n'ayant pas tou-
tes figure dans instance an possessoire, ont cependant dans la cause des
intdrdts communs. (CasE. 10 Mars 1913.)
8. L exception tir6e de I'art. 35 est une exception dilatnire et dispense la
parties qui l'invoque de signifier tons ses moyens par un seul et mnume acte.
(Cass. 25 Mai 1914.)


TITRE VI

,Des Jugements qi ne sont pas d6finitifs et de leur Execution.

ART. 36.- Les jugements qui ne seront pas definitifs ne Art.
seront point expedids quand ils auront W6t rendus contradic-
toirement et prononces en presence des parties. Dans le cas
oi le jugement ordonnerait une operation a laquelle les par-
ties devraient assister, ii indiquera le lieu, le jour et I'heure,
et la prononciation vaudra citation. (Pr. Civ., 32, 37, 38, 39,
40, 42, 49.)
1. Si l'ne des parties se retirait de l'audience avant la prononciation du
jugement, I'autre parties, qui voudrait exdeuter le jugement devrait le fair
exp6dier et signifier, notre article ne disposant que pour le cas oh le juge-
ment eat prononed en presence des parties. (Sirey, art. 28, n 2.)
2. a) Aucune signification n'est nAPnnaire nour faciliter la critique en









- 24 -


appel d4un jugement interlocutoire rendu par un tribunal de paix en pr6-
sence des parties quand snrtout la grosse de cette decision est souinise au dd-
lib&rd des juges pour leur permettre de vtrifier les critiques soulevdes contre
elle.
b) En natiere d'interlocutoire i'art. 174de la loitur le Tarif n'a pas d'ap-
plication: l'interlocutoir- n'dtant pas en faveur de I'nue des parties. ii n'y a
pas lieu de faire somination (ie lever le jugement (Caos., 12 .TJillet 1915. )
Art.W. ART. 37. Si lejugement ordonne une operation par des
gens de l'art, le juge delivrera A la parties requerante c6dule
de citation pour appeler les experts; elle fera mention du lieu,
dujour, de l'heure, et contiendra le faith, les motifs et la dis-
position du jugement relative A I'op6ration ordonnee. ( Pr.
Civ., 50. )
Si lejugement ordonne une enqu6te, la c6dule de citation
fera mention de la date du jugement, du lieu, du jour et de
l'heure. ( Pr. Civ., 42 et suiv.)
Art. o. ART. 38. Toutes les fois que le juge de paix se trans-
portera sur le lieu contentieux, soit pour en faire la visit,
soit pour entendre les t6moins, il sera accompagn6 du gref-
fier, qui apportera la minute du jugement par lequel la vi-
site ou I'enqu6te aurait 6t6 ordonn6e. (Pr. Civ., 36; Tarif, 7.
8, 43, 156.) (1)
A it. ART. 39. 11 n'y aura lieu A I'appel des jugements pr6pa-
ratoires qu'apres le jugement d6finitif, et conjointement avec
1'appel de ce jugement; mais l'execution des jugements pr6-
pi ratoires ne porter aucun prejudice aux droits des parties
sur l'appel, sans qu'elles soient obliges de fire, A cet 6gard,
aucune protestation ni reserve.
L'appel des jugements interlocutoires est permis avant que
le jugement deflnitif ait t6e rendu. Dans ce cas, il sera don-
n6 expedition du jugement interlocutoire. ( Pr. Civ., 20, 21,
36, 918, 919. )
1. Un jugement peut avoir plusieuts chefs de can lamnation: ii peut 6tre
priparatoire on interlocutoire dans ua chef, et daainitif dans I'a'itre; la par-
tie qui se croit 16see dansses droits peut se pourvoir en cassation contre an on
plusieurB des chefs de ce jugement. sans min e l'attaquer dans son entier. Si '
la Cour de Cassation reconn:it que le jageient attailu, est en de-nicr rossort,
et que le pourvoi est motive sur l'incoimptence et l'exces de pouvoir, elle ne


(1) Loi du 2 ao(ot 1877 sur le Tarif.










saurait idclarer la par-ie 11011 recevable en son recourse, par le 'motif quie cette
parties se serait poarvne alissi en appel. (Cass., Arr il dui 25 ma-rs 1890; Butl
1891.)
2. -II n'y a que le tiers qui ine 1poL vent pas appeler et qui n out (dal'l-
tre renours que la tierce opposition; les parties, les nyaiuits-cause des parties,
au contraire, peuvent fair appel. ILappel des* jilieluents interlocutoires
est pernis avant que le jige:uent d 'ftinitif ait 4td6 reI.lu. ((;ass 26 Nov. 1907.)


TITRE VII.
D)e la Mise en Cause des Garants.

ART. 40. Si, au jour de la premiere comparution, Ic dd- Art 2.
fendeur demand A mettre grant en cause, le juge accorde-
ra delai suffisant en raison de la distance du domicile du ga-
rant; la citation donn6e au garant sera libellie, sans qu'il
soit besoinde lui notifier le jugement qui ordonne la mnisp
en cause. ( C. Civ., 1000, 1410 et suiv., 1466 et suiv., 1492, 1496,.
1794, 1798; Pr. Civ., 10, 176 et suiv 184,,954; Tarif, 20 9. )
ART. 41. Si la mise en cause n'a pas 6t6 demandee A la Art a.
premiere comparution, ou si la citation n'a pas 6td faite dan.
le delai fixe, il sera procdde, sans delai, au jugement de I'ac-
tion principale, sauf A statue s6pardment sur la demand en
garantie. ( Pr. Civ., 185, )


TITRE VIII.

Des Enquetes. (a)

ART. 42. Si les parties sont contraires en faits de nature, Art. 34.
A 6tre constates par temoins, et don't ie juge de paix trouve
la verification udile et admissible, il ordonnera la preuve et
en fixera positivement I'objet et le jour. ( C. Civ.. 1126 et suiv.;
1132, 1133 ; C. Com., 107; Pr. Civ 32, ;6. 37, 46, 253 et suiv.;
Tarif. 7, 20-100, 25. )

1. Les jngesdu fond appr.cient soniverainle.ni zit les r.s'iiltats d'une en.
qu6te par eux ordounce. iCass. 21) Jiillet 1)11.)

ART. 43. Au jour indiqu6, les temoins, apres avoir d.t Art. a5.

(a) Voir la loi do 22 fdv. 1825 sur les enqustes suppl.itives. (L. Pradine
Recueildes Lois at Aetes, vol. IV, p. 140.)

Unversit) of Flrida Libraries









-26 -


leurs noms, profession, Age et demeure, front le serment
de dire v6rite, et declareront s'ils sont parents ou allies
des parties et A quel degrd, et s'ils sont leurs serviteurs ou
domestiques. (P. Civ., 46, 48, 264. 267, 269, 286, 956 ; C. Pen.,
309,323.)
ART. 44. Is seront entendus s6par6ment, en presence
des parties si elles comparaissent; elles seront tenues de four-
nir leurs reproches avant la deposition, et, dans le cas pr6-
vu par I'art. 47 ci-apr6s, elles devront les signer; si elles ne
le savent ou ne le peuvent, il en sera fait mention : les repro-
ches ne pourront 6tre recus apr6s la deposition commence
qu'autant qu'ils seront justiflis par ecrit. ( Pr. Civ., 263, 272,
283, 284; Inst. Crim., 265, 266. )


Art. 37. ART 45. -Les parties n'interrompront point les t6moins ;
apres la deposition, le juge pourra, sur la requisition des par-
ties, et m6me d'office, faire aux t6moinsles interpellations con-
venables. ( Pr. Civ., 15. 16, 17, 274.)


ART. 46. Dans tous les cas oii la vue d'un lieu peut Atre
utile pour I'intelligence des depositions, et sp6cialement dans
les actions pour d6placenent de bornes, usurpations de terre,
arbres, haies, foss6s ou autres cl6tures, et pour entreprises
sur les course d'eau, le juge de paix ordonnera. s'il en est re-
quis (a,) qu'il se transportera sur le lieu, et que les temoins y
scront entendus. (Pr. Civ., 8, 32, 37, 38, 49, 50. 296; Tarif,
7, 13.)
(a) L'art. 7 da Tarif ( Loi du 28 aoit 1877) exige que le proes-verbal famse
mentioD de la requisition de la parties; sinon ii n'est rien allond an juge de
paix pour le transport.

ART. 47. Dans les causes sujettes A l'appel, le greffier
dressera proces-verbal de I'audition des t6moins; cet acte
contiendra leurs noms, age, profession et demeure, leur ser-
ment de dire veritM, leur declaration s'ils sont parents, allies,
serviteurs ou domestiques des parties, les reproches qui au-
raient 6et fournis contre eux. Lecture du proces-verbal sera
faite A chaque temoin pour la parties qui le concern; il si-
gnera sa deposition, ou mention sera faite qu'il ne sait ou ne
peut signer. Le proc6s-verbal sera, en outre, signed par leju-
ge et le greffler. 11 sera procede immddiatement an iugement,


Art. 36.
La reproches
dolvent 6tre si-
sae..


Art. 38.
Le juge de
.p.ai et, sans
transporter ur
Is lieu.


Art. 3.








S 27-
ou, au plus tard, A la premiere audience. (Pr. Civ., 22, 50, 273,
275, 278; Tarif, 25.)
ART. 48. Dans les causes de nature A 6tre jugdes en der- Art. wo.
nier resort, il ne sera point dress de proc6s-verbal; mais
le jugement 6noncera les noms, Age, profession et demeure
des t6moins, leur serment, leur declaration s'ils sont parents.
allies, serviteurs ou domestiques des parties, les reproches
et le resultat des depositions. (P. Civ., 22, 51.)
1. Lee deunjuges, don't le concours est ndeessaire dans les causes en dernier
resort, assistant A 1'enqunte come A tous les actes d'instruction.(D. Jn. Jo-
seph, Des Inst. Judic., p. 278.)


TITRE IX

Des Visites des Lieux et des &ppr6ciations

ART. 49. Lorsqu'il s'agira,soit de constater 1'6tat des lieux, Art. u.
soit d'apprecier la valeur des indemnit6s et d6dommagements 1n st cata.
demands, le juge de paix, sur la requisition qui lui en sera pix d'ordon
faite, ordonnera que le lieu contentieux sera visit- par lui en iiesuxntto.
presence des parties. ( Pr. Civ., 32, 37, 38, 39, 46. Tarif, 7, on rte.
13. ) ()
1. Une visit des lieux ne peut servir de base A une decision du juge de paix
que si elle a dte prdalablement ordonnde par jugement. (Cass. 28 Sept. 1902.)

ART. 50. Si l'objet de la visit ou de l'appreciation exige Ar. 4m
des connaissances qui soient Btrangeres au juge, il ordonne-
ra que les gens de I'art, qu'il nommera par le m6me juge- '
ment, front la visit avec lui et donneront leur avis ; il pour-
ra jugersur les lieux memes sans desemparer. Dans les cau-
ses sujettes A I'appel, proc6s-verbal de la visit sera dressed
par le greffler, qui constatera le serment pr6et par les ex-
perts; le proc6s-verbal sera signed par le juge, par le gref-
fier et par les experts, et si les experts ne savent ou ne peu-
vent signer, il en sera fait mention. (Pr. Civ., 22, 47, 303, 304,
308, 310, 315, 322, 955, 956; Loi Organique, 40; Tarif, 16,


(1) Voi note a sous I'article 40.









- 28 -


1. On peat recuser les experts nommils d'office par le jug3 de p-iix. (Sirey,
art. 42, n 6.)
2. II est facultatif aujuge de paix de reeavoir le serment dei experts aur
les lieux contentieux oft il peut juger sans d6semparer.
8. La visit des lieux par le jnge paix et de I'avis des experts doive~nt 4tre
cojatatds par un seul et m6me proebs-verbal, quand ceux ci ont op'ir en pre-
sence du juge. A d~faut de quoi, les experts doivent dresser tn rapport sd-
pard. (Sirey, art. 52, n 19.)
4. En matibre d'expertise en justice de paix I'art. 50 ne fixe pas le nombre
4'epperts A nommer, laissant au pouvoir discrdtionnaire du juge la soin d'en
dgigner un. deux on trois. seloa les circonstances.
Le defaut de designation du juge qui doit recevoir le serment de l'expert,
est une simple omission qui est facilement reparable et ne constitute paq una
violation de la loi. (Cass. 17 Mars 1910.)

art. 43. ART. 51. Dans les causes non sujettes a l'app-l, il ne scra
point dress de proces-verbal ; mais le jugement dnonccra
les noms des experts, la prestation de lour s'r.mnnt et le
resultat Je leur avis. (Pr. Civ., 22, 39, 48.)


-TITRE X

De la Recusation des Juges da Paix

Art 4. ART. 52. Les juges de paix pourront 5troe rcus6 :
cet wt. ne lo Quand ils auront intre6t personnel a la contestatio.;
content pas Ia
ba dtl 8* Quand ils seront parents ou allies d'une de p ii-tJes. jus-
"art. 52 du C.
hitU d q-u':aa.degr6 de cousin germain inclusivemnent. ( Pr. Civ 375-
10;)
3 si, dans 1'ann6e qui a preceded la r6cusation, ii y a cwi
proces crirninel entire eux et I'une des parties, ou son con-
joint, ou ses parents et allies en ligne directed;
4 S'il y a procds civil existent entire eux et l'une des par-
ties-ouson conjoint;
5oS'ils ont donned un avis .crit dans l'affaire:
6 S'ils sont d6biteurs ou creanciers de 1'une des parties

1. Les dispositions de l'art. 52 sont limitatives ; 'on ne pent done adjuat-.
tre d'autres causes de recusation que celles qu'elles 4noncent. (Sirey, art. 41,
n0 1.)










-29 -


Anir. 52. La partic (iui voudra recuser un juge de paix Art. 45.
scra lenulle id fir er sia riPcsa'tion et ld'4n expose les mo-
tits p;lr sin nctl qu'cll fora signifler, par le premier huissier
requiis, au greffier do Ia justice de paix, qui vi era I'original.
L'exploit scria igan. sut I'original et la copie, par la parties
ou son fonild de po:ivoir special. La copie sera d6pos6e au
greffe et communique imm6diatement au juge par le gref-
fler. (Pr. Civ., 379.)
1. Le rcusant q-i ne slit ou ne peut signer doit donner, A 1'effet de for-
mer la rtcusation, pouvair special it une personne qui sache signer; il ne
suffirait pas qne l'huissier mentionnit l'impuissance ou I'ignorance de signer
de la part du r6,usant. (Carrd, 9, 1E5 ; Sirey, art. 45.)
2. Ies motifs de rieusation doivent 6treexpos6s dans F'acte m6me de re-.
cttsation; il ne shffit pis que cet acts se rifere A un libellI adress6 au jugg
de'PiMt. (Sirey, n 23.)

ART 5i..- Le juge sera tenu de donner, au bas de cet Art46.
acte, dans le delai d(, deux jours, sa deClaration par 6crit,
portantou son acquiescement a la r6cusation, ou son refus
de s'abstenir, avec ses r6ponses aux noycns do rdcusati6oi.
(Pr. Civ., 335.)
ART. 55 Dans les trois jours de la riponse du juge cui Ar. 4.
refuse de s'ab!tenir, ou faute par lui de r6pondre, exp6ditioif
de I'acte db r6cusation et de la declaration du juge, s'il y dn
a, scmrenvoyde parole greffier, sur la requisition d'e lai par-
tie la plus diligente, no m'inist6re public pros le triblntal c'r-
vil dans le resort duquel la justice de paix est site : li riL-
cusation y sera jug6e en dernier resort dans la huithine
sur les conclusions du ministAre public, sans qu'il soit be-
soin-d'appeler les parties. (Tarif, 15.)

1. La connai;sance de l','ffaire, dans le cas d'admission de la r4custtiod,
est d'volue au 'sppldant du juge de paix : on ne doit pas renvoyer au ju'gd
de paix voisin. (Sirey, n" 7, art. 47.)
2. La rqqisition peut 6tre faite par exploit d'hnissier ou par declaration
au greffe du Tribunal de Paix. (D. Jn. Joseph, n' 2.)
3: IUorslu:il's'agit de rcusation centre un judge de paix, ee n'est pas an
Trlb-inal de Oassation, maisau Tribunal civil dans le resort duquel la jus.
tieetderpfaimestisitudie A en connattre. (Cass: 13 Mars 1902 ; 20 Novembre 1902;
leeiTvi -1910.)










-30-


ART. 56.- Tout juge de paix qui sait avoir en sa personnel
l'une des causes de r6cusation port6es en l'article 52 ci-des-
sus pourra, avant que la recusation ait etW demandee par
aucune des parties, s'abstenir de prendre connaissance de
1'affaire, en declarant le motif sur le registre du grefle.


TITRE XI

De la Conciliation
(Loi du 20 Aotf 1897.)

Art. a4 ART. 57. Les parties peuvent se presenter volontaire-
consM.d k ment devant le juge de paix du domicile de l'une d'elles et
57
duc.halUen. requbrir ce magistrate de tenter de les concilier sur les diff6-
rends don't elles lui front en personnel 1'expos6 verbal. Si un
accord intervient, il est constat6 par le greffler dans un pro-
ces-verbal qui aura la force probante d'un acte authentique
sans pouvoir etre rev6tu de la formule executoire ni conte-
nir constitution d'hypoth6que. (Pr. Civ., 12; Tarif, 11.) (1)
Art. as. ART. 58.- Sont dispenses du preliminaire de la concilia-
tion :
to Les demands qui intdressent l'Etat et le Domaine, les
Communes, les dtablissements publics, les mineurs, les in-
terdits, les hdritiers b6n6ficiaires, les curateurs aux succes-
sions vacantes;
2 Les demands qui requierent cel6rite;
3 Les demands en intervention ou en garantie;

1. Ancien art. 57 abrog6 par la loi da 20 Aoft 1897: Aucune demand prin-
cipale introductive d'instance entire parties capable de transiger, et Bar des
objets qui penvent 4tre la matibre d'nne transaction, ne sera reque dane lea
tribunaux civils, que le defender n'ait 6td pr6alablement appel6 en conci-
liation devant le juge de paix, on que lee parties n'y aient volontairement
comiparu. *
D'obligatoire qu'elle dtait, la conciliation est devenue, par la loi du 20 Aout
1897, purement famultative. Lea articles 58 & 67 inclusivement da C. de P.
Civ. sont en qnelqne sorte sans objet, et e'est sans doute pour ne pas d4-
ranger l'ordre et la suite des autres articles que le ldgislatear ne lee a pm
supprime6. (J. N. L,)










- 1 -


4 Les demands en matiere de commerce;
5 Les demands en mise en liberty, celles en main-levee
de saisie ou opposition, en payment de loyers, fermages ou
arr.rages de rentes ou pensions; celles des d6fenseurs pu-
blics et autres officers ministeriels, en payment des frais;
6o Les demands formees contre plus de deux parties en-
core qu'elles aient les m6mes interets;
7 Les demands en verification d'ecriture, en d6saveu, en
reglement de juges, en renvoi, en prise A parties; les deman-
des contre un tiers saisi, et en general sur les saisies, sur
les offres rdelles, sur la remise des titres, sur leur communi-
cation, sur les separations de biens, sur les tutelles et cura-
telles, et enfln toutes les causes exceptees par les lois.
*ART. 59. Le d6fendeur sera cit6 en conciliation:
1 En matiere personnelle et reelle, devant lejuge de paix
deson domicile; s'il y a deux d6fendeurs, devant le juge de
l'un d'eux, au choix du demandeur;
2o En matiere de society, autre que celle de commerce, tant
qu'elle existe, devant le juge ou elle est dtablie;
3w En matiere de succession, sur les demands entire heri-
tiers, jusqu'au partage inclusivement; sur les demands qui
seraient intentdes par les cr6anciers du defunt avant le par-
tage; sur les demands relatives A l'ex6cution des disposi-
tions a cause de mort, jusqu'au jugement deflnitif; devant le
juge de paix du lieu ou la succession est ouverte.
ART. 60. Le delai de la citation sera de trois jours au
moins, outre un jour pour cinq lieues, sous la meme peine
porte au troisibme alinda de l'article 10 ci-dessus.
ART. 61. La citation sera donnde par un huissier de la
justice de paix du d6fendeur; elle 6noncera sommairement
I'objet de la citation.


Art. So.


Art. M.
Le dds eat
de S jours m
mons,
Art. 52,


ART. 62. Les parties comparaltront en personnel, sinon ArL s.
par un fond6 de pouvoirs; le juge peut les entendre a huis- Ls0 parU
clos. oompraltront
enpeasMne; an
ART. 63. Lors de la comparution, le demandeur pourrg m'itd '











fon6 do pou-
Voir.
Art,54a






Ar 55.



Art. 57.


Art. s. Art. 68. En casde non-comparution de l'une des partiis,
il en sera fait mention sur le registre du greffe de la justice
de paix et sur l'original ou la copie de la citation, sans qu'ii
soit besoin de dresser proces-verbal.
Art. ART. 67. Celle des parties qui ne comparaltra pas sera'
condamnne par le tribunal civil A une amende de dix gour-
des, et toute audience relative A l'affaire lui sera refusee jus-
qu'A ce qu'elle ait justiflN de la quittance du greffler.
ART. 68. La present loi sera expedite au S6nat, confor-
mniment A la Constitution.


expliquer, mrme augmenter sa demande, et le defendeur
former celles qu'il jugera convenables ; le proc6s-verbal qui
en sera dress contiendra les conditions de 1'arrangement,
s'il y en a; dans le cas contraire, il fera sommairement
mention que les parties n'ont pu s'accorder.
Les conventions des parties, insdrees, au proc6s-verbal,
ont force d'obligation privee. (Pr. Civ., 57. )
ART. 64. Si l'une des parties ddfere le serment a l'autre,
lejuge de paix le recevra, ou fera mention du refus de le
pr6ter.
ART. 65. La citation interrompra la prescription et fert
coUirir les int6erts; le tout, pourvu que la demand soit fori
mde dans le mois, & dater du jour de la non-comparution od
de la non-conciliation.










- 33 -


L01 No 2

SUR LES TRIBUNAUX CIVIL.

(Vot~e p.r l; Chambre le 27 1 ti 1833; pir le S inat, le 8 Juillet. Promtilgat
Ip 9 Juillet 1835. Abrogde par Dderet dix Gonvernenmnt Provisoire Io
Mai 1343. Remise en vigueur, avec: lea Lois Nos 8, 4, 5. 5, 7, 8 *t 9, par Is
Loi du Conseil d'Etat du 4 AoQt 1845.)

TITRE PREMIER

Des Ajournements. z I
AnT. 6G. En matibre personnell, Ie d6fendeur scra assi-7 '
gn6 devant le tribunal de son domicile ; s'il n'a pas td do-
micile connu, devant le tribunal de sa residence. (C Civ., 91,
94, 95, 96; Pr. Civ., .9.)
S'il y a plusieuirs difcndcurs, devant Ie tribunal du.domi-
cile de I'un d'eux, au cloix du demandeur ;
En matiere rdclle, devant le tribunal de la situation de I'ob.
jet litigieux. (Pr. Civ 74);
En matibre mixte, devant le juge dela situation, ou devant
le juge du domicile du defendeiir. (Pr. Civ., 71);
En matiire de socidtd, tant qu'elle existe, devant le jug.
du lieu ofi elle est 6tablie. ( C. Civ., 1601. 16GJ Pr. Civ
79);
En matiere de succession : 1 Sur les demands entire hi-
ritiers, jusqu'au partage inclisivement; 2 Sur les demands
qui seraient intentdes par les crdanciers du ddfunt, avant le
partage; 30 Sur les demands relatives a I'ex6cution des dis-
positions a. cause de mort, jusqu'au jugement dlflnitif, de-
vant le tribunal du lieu oui la succession est ouverte. (C Civ.,
97, 681);
En matiWre de fiiillite, devant !c juge du domicile du tailli
(C. Coin. 434; Pr. Civ.. 79);
En matire de garantie, devant le juge o4 la demand ori,
3,.











- 34 -


ginaire sera pendante. ( C. Civ., 1000, 1410 et suiv. ; 1416 et
suiv.; 1M92, 1496, 1797, 1798, Pr. Civ., 176 et suiv. );
Enfin, en cas d'dlection de domicile pour I'ex6cution d'un
acte, devant Io tribunal du domicile 61u, ou devant Ic tribu-
nal du domicile reel du d6fendeur, conformement l'article
98 du Code Civil.

1. Lee faits relatifs A la constatation du domicile oudela residence chap-
"-ent A Papjiprciation du Tribunal Supreme. (Cass., 28 JanvierJ896; Ga-
ztte des 7r6ib., 15 Avril 1896.)

ART. 70. Les demands form6es pour frais par les of-
ficiers ministcricls scront porties en r'fdru devant e doyen
du tribunal out Ics frais ont Wtd faits, sauf aux parties a se
pourvoir devant ledit tribunal. ( Pr. Civ., 110, 140; Tarif,
37,.)

1. Les notaires sont des officers iuinistiriels; ils peuvent porter devant
le. tribunal de leur domicile les demuandes en payemtnt des frais et honorai-
res a eux dts. (Si!ey, n" 1, art. 60.)
2. L'action en payelnaut de frais f .its da.vant nn tribunal de commerce par
un haissier on par un greffier ne peut'ttre portde devant se tribunal. C'est
au Tribunal Civil qu'elle dolt 6tre p)rt6e et non devant le juge de paix,
alors mume que le montant de la demand ne s'eleve pas A fr. 200. ( Dalloz;
Comp. Civ. des Trib. d'arrond n" 162.)
3. Cette competence est Otablie aussi bien dans 1'int6rdt des officers mi-
nist(riels que danscel]i des clients: ceux ci pourront done decliner la Gom-
pEtence de tout autre tribunal devant leqnel ils seraient appelds. (D., 164.)

ART. 71. L'exploit d'ajournement contiendra: (1)


g 10 La dat d dte s jour, mois et an-; les noms, profession et
ma domicile reel du demandeur ; la constitution de son defen-
pas
hec-
nce. -------
(l) Lartiicle 84 de la loi sur la rJgie des impositions directes du 3 Aolt 1900
dil-pose: Q i'auctne demanide ne paurra 4tre faite, aucune action ne pour-
ra Atre intent6e par le< personnel soumises an droit de patent, ni etre ad-
iuise par les autoritts constitutes on par les tribunaux quelle que soit la na-
ture ou I'objet de la demu:nde, de l'action, si la petition, la requite on I'ex
ploit d'ajournement. ne porte le numlnro de leur patente pour l'annue dans le
courses de la la la djin ti lI e!s prsneate on l'actiot intent6e. Nianmpinso
eni cas d'omission de la formalit ci dessus indiqu e, la production de la pa-
tentedevant les tribuna.ux oa totes autres autoritis 6quivaudra & I'accom-
plissement de la formality.


anS I'art. 60
dw (1 fr.. ii nst
pas question de

rdl


Art. 61
Cet art. e
In eonstilt
d'un avoud,
n" Preserit
d'indlquer J*
re de I'audie


____ I


O











- 35 -


seur, s'il en a constitute ( zhez lequel alors I'Nlection de do_
micile sera de drjit) ; s'il n'y a point eu de constitution de
d6feos3ur, le mAme exploit contiendra election de domicile
dans le lieu ofi siege le tribunal;
2 Les noms, demeure et immatricule de 'liuissier; les
noms et demeure du d4fendeur, et mention de la personnel
A laquelle copie de I'exploit sera laisse ;
3o L'objet de la demanded, I'expos6 sommaire des moycns
sur lesquels clle est fondue ;
4 L'indication du tribunal qui dolt connaitre dc la deman-
de. et I'indication du d.lai pour comparaitre, ainsi que I'li u-
re de audience;
Le tout A peine de nullitU. ( Pr. Civ., 74, 7G, 78, 79, 80, 81,
950, 951 ; Loi sur le timbre du 10 Avril 1827, art. 21; I.oi sur
I'Enregistrementdu 29 Juillet 1829, art. 13G. )

1. Eat nul l'exploit d'ajourneinent qui ne coutient 1'oint mention de la par-
sonne & qui copie en a Wtd laissee Le 16gislatenr en prescrivant la mHj.tion
don't s'agit, a pine de nullit6, entend que labsen3a de cette f.or.ulitid et-
sentielle vicierait l'acte, le reodrait nul de tellesorte qn'il ne puisse pro.lui-
re ancun effet...... (Case., 17 Oct. 1842; L. Pradii.e, n" 8, sous l'art. 71. )
2. IL ne suffit pas que dans les copies d'une req'inte d'oppositioa il soit fai t
mention des personnel A qui la signifiation a 6td faite. ii f:tit cn.aJre q le
ces copies enoncent d'une manibre claire et prJcise les persorines A q-ii elles
ont dtd laissdes. Ainsi eas expressions: Jo lni ai laiss6 copie ta:tt J1) It rd-
qu4te que du present exploit, sAns une uo:ive!le 4noaei.ation .l la person-
ne a qul I'huissier a parld en re.nett:avt las c pijs, n sa-irait re:nplir le vcEu
de la loi. (Cas., 23 Nov. 1816; L. P., n 10, sons l'art, 71.)
S. En prineipe, la copie doit et-e re nise aux fonctionnairds enx mliiies
charges par la'loi de la recevoir et non a un employed: si dars les grand cen-
tres et les bureau d'ane certain importance, I'un des employs eat charge
sp6cialement de recevoir les copies, c'est i la condition de fire ri3er 1-origi-
nal par le fonctionnaire design par la loi: ce fonctionnaire 6tant Ini mime

L'exploit d'ajournement doit 6tre fait str timbre d'au moins trente cinq
centimes, et enregistr6 dans lea trois jours & peine de nullitd. Quand it
s'agit d'immeubles soumis a l'imp6t locatif, I'art. 52 de la nouvelle loi du 8
Aofit 1900 exige quel'exploit d'ajournmuent porte le num6ro de li quittance
ddiivree par le receveur communal pour l'anade dans le course de laqnelle
l'aetion est intentee.
J. N. L.












- 36 -


nn dlegut di defendeur. le visa qui lii est preserit A peine de nnllitd est
un acte personnel qu'il ne pent pas dolguer a son tour. (Cass., 27 Mars 1830;
Bulletin, 1891. )
4. 11 n'y a pas nullit6 si, nne parties de la signature de 1'huissier laissant
a desirer come 6tant difficile a lira, I'ensemble et le prnnomi est bien lisi-
ble et clair, ne laisse aucun donte snr la personnel de l'officier ministerial qui
a effectivement et utilement signified I'acte dans le delai preserit.' (Cass., 27
Mars 1890.)
5. Dans un acte de d6fensenr a d6frnseur, ii n'est nullement n6cessaire que
I'huissier exploitant imentionne sa de-e,,' re comule dans l'acte introductif
pourvu qu'il y ait des d(1,ignations suflisantes de sa quality ministdrielle avec
ea signature. (Cass., 29 Novembre 1892: Ed. HAr-iux. Rqtnisitoires. )
6. I'indication. dans tin exploit de signification, du tribunal anpres duquel
I'huissier exerce res functions st tin equivalent propre A tenir lieu de la
mention de sa deiueure. (Cass., 3 Avril 1906; 29 Juin 1914. )

7. Equivant an domicile reel d'une liaison de counmerce F'indication de la
residence de fait oh elle a son principal dtabli-sement. (Cass., 23 Oct. 1906;
11 Avril 1907.)
8. L'o(bligation faite an demandcur d'indiquer son domicile reel a pour but
de uettre le dt;fendeur d;as I inspos-ibiliti de se trooper sur la personnede.
crlni qui l'aHigue et de rendre certaine la signification des diffr'-nts actes
de la procedure. (Cass., 7 juin 1907 )

9. La mention dn domicile rdel dI denmindeur dans l'ajournement donnde
sa requite est suppld-e par la mention de son equivalent juridique. *Residen-
ce .. (Caus., 19 Dec. 1905.)
10. Le manque de precision dans la designation du lieu oh a tdi remise
l'assignation n'en entraine pas la nullite, lorsqu'il est constatd dans I'exploit
que la copie a t6t remise A. lapartie, parlant A sa personnel. (Cass., 20 Juil
1911.)
11. N'est pas nul I'exploit d'ajournement signifld par un huissier exploitant
noummi par le Doyen d'un tribunal et assermenta, m6me si I'huissier ne se-
rait pas dans le nombre des huissiers exploitant fixd par la loi. (Cass,. 28 Mars
1912;8 Oct. 1912.).
13. Dans les exploits donn(s par une sociitd anonyme il suffit d'indiquer
pour son domile rcel la ville of elle a son siege social. (Cass ,28 Mai 1912.)
13. Lorequ'un huissier exeree publiquement et est publiquement admis en
cette quality par le tribunal, cela suffit pour que les parties soient en prin.
eipe autoris(es A se servir de son ministore. (Oass., 8 Oct. 1912.)
14. Le domicile dtant au lieu olh 'on a son principal dtabliasement, son in-
dication danu un acte d'ajournement, pour 6tre complete, doit comporter le
nom de ]a ville oti se trouve ce domicile. (Caks. 3 Mars 1913.)
15. Un exploit dunt I original est regulier n'en est pas moins nul si la copie









- 37 -


n'est pas conform A laIoi. La copie, colmme 'original, d..it (n',ncer le titre
de 1'officier public qui i'a d1'ivr.e. (Cass, 5 Mars 1915.)
16. Les instances se pro.l: iient p ir devant les tribu:;anx civil par exploit
d'ajournement a paine de nulliti.


Si l'art. 163 C. P C. permet de fire opposition anx j'leiients p-r d'fant
par requnte contmnanlt le.s oyons. e st q'ae la cause et les p-rties sont lies
par I'exploit d ajo:lrnellant s:ir le4;uel led ftaut aura 6td adjlgl. (Cass.. 10
Mai 1915.)
17. En exigeant qne l'exploit d'ajournement conltienne le nom de l'hnissier
qui le notifie, I'art. 71 n'indiqia pts dans quetle parties de l'acte cette men-
tion doit 6tre tronvee:lorsque 1'exploit est termine par la signature de l'huis-
sier, le notm do eelui-ci est suffisamment connu. (Cass )
ART. 72. Dins le c.a4 d i transport d'un hiuissier, les frais
de voyage, taut pour I'aler que pour le retour, seront taxes
A raison d'une journ oe pir cin I licu ( Pr. Civ., 77 ; Tarif,
63.) (V. art. 02 en mnarg-e. )
AnT. 73. Aucun exploit no sera donn6 un jour de fite
gale, si ce nest 6n vertu de permission du doyen du tribu-
nal on du juge qui cn remplira les fCnctions. (Constitution,
187 ; Pr. Civ., 681, 70G, 726, 958. ) (V. art. 63 en marge.)

ART. 74. En matiere rSelle ou mixte, les exploits eno i-
ceront la nature de l'immouble et la commune oiu il est si-
tu6, le tout A pine de nullit ; s'il s'ngit d'un emplacement
ou maison, on indiquera, autant que possible, la parties de
la ville ou du bourg oi le bien est situ6, et deux au moins
des tenants et aboutissants ; s'il s'agit d'un bicn rural, il suf-
fira d en designer le nom et la situation. ( Pr. Civ., 69, 71.)
(V. art. G6 en marge)

ART. 75. -- 11 sera donn6 avec I'exploit copie des pieces ou
de la parties des pieces sur lesquelles la dcmande est fondue;
A d6faut de ces copier, cells que Ie demandeur sera tenu de
donner dans le course de 1'instance n'entreront point en taxes.
(Tarif, 27, 83. ) (1).


1'ancien art.: 7,
du (C H.
(1) Aneien art. 75 ,modiliF, par la loi du 20 AoAt 1897: 11 sera donnd, avee
l'exploit, copie'du procs verbal de non ct.,i.iliati,'n, on enpie de la mention
de non comparution. ih pine' de nullitY: sera anssi donn(e copie des pieces
sur lesqnelles la demand est foutle; a. d6fant de ces copies, cells qne Ie de-
Ilandeur sera tenu de "douner dans le course de instance uentreruut point
en taxes.


Art. 62.
II n'rst pavAy*
I'huimier q'H".
rm journ r
plls.

Art. 68.
.'exploit dnit
61re donn6 en
vrtude permis-
sion du prdsi-
dent du Tribu-
nal.
Art. 6t.
TfA *epl*its
Anon crnntla
nature de I'hbri-
tag, la comur.l-
ne. ot antint
qi,'il iI i5( I'l-
kle. la parties d.
la rommune o0
il est sttia. iL
d-ux an mnins
dePS t-nantb 4t
about issnan ts ;
s'ii s'atlt d'in,
domai n. enrps
de fermeon mi-
tairiP, (I sIfia
d'en designer I#e
nom st In sitUR.
Lion ; le tout A
peine de nuilliN.



Art. 65.


I









- 38 -


1. La signature e ) 'avocat A la suite de sl copie qniil fait signifier n'est pas
exigfe A peinee de nulliti; celle de l'hnissier qni fait la signification suffit pour
donner A rette copie earaetore d'authenticitd. ( Cass 20 Mars 1911;30 Mars
1910 ).
2. Na pas fanssement ilnterprkt.i I'article 75 C P. C. le Tribunal, qui aprs
avoir rejett uine dlemande de colulnmunication de piBces parce qu'elle aurait
ft6 tardiveinent prrsente, ordonne par un second jugemlent de donner co-.
pie des pifce s justificatives qui auraientd(h 6tre notties en tte de l'exploit
d ajournement et qui ne I'ont pas tM. (C u;s. 8 Juin 1911.)

ART. 76. L'huissier ne pourra instrumenter pour ou con-
tre ses parents et allies 1gitimes ou naturels, et ceux de sa
femme en line director a I'infini, ni p)ur ou centre ses pa-
rents ct allies co'lattraux ldgitimes ou naturels jusqu'au de-
grd do cousin gcf'rmain inclusivement le tout a peine de nul-
litd.


1 L'article 7A in Code de Pro:.idure Civile ne fait aucune d6fen-e aux huis-
siers d iuistrum enter po:r les parties don't ils peuvent Atre mandataires. Et
coinme il ite Ipet (tre cri. do prohibition oh la loi n'en a point 4tabli, un
huiiier de la Cour de Cassation pent 6tre stbititu.5 A uni avocat pour fire
la dsclaratiou (-e pourvoi d'une parties don't il u'est ni le parent ni P'allid an
de-r( prohibr. (Cass., 21 Oct. 1857; L. Pridine.)
2. Un pourvoi ne pent 6tie signiti? par un huissier parent da demuandeur
an degrd de cousin geruiain. (Cass. 8 Mars 1913. )


AIT. 77. Lcs hluissiers seront tenus de mtltre a la fin de
original et de la copie le coit d'icelui, Lh pine d'une gourde
d'amende payable h I'instant de I'cnregistrement. (Tarif, 101
162 : Pr. Civ., 7?.) (1)


Art o. 0 -ART. 78.- Tous exploits seront fits personnel on domi-

.,E s deirF cile; mais zi I'huissier ne trcuve au domicile ni la parlie ni
nis',e'a iat' aucun do sos parents ou serviteurs, il remettra de suite la
.jino"t. Qa 1i copie a un voisin, qui signera I'original; si ce voisin ne peut,
o ia ,.',It ,,nt ne -aiit ou nc v\icutsigner, I'lhissier remeltrh la copies, sa-
Ibfr-lu ne que la
pr... le era voir: dans lcsvillcs et bourgs, au juge de paix, et dans les
.velo.pe er.- sections rurales a I'officicr de la police de la section, lesquels
luiie.

(1) Art. 161 de Ia loi tdu 28 Aoftt 1S77 sur le Tarif: Les grefiers et lea hnis-
siers sont teuns de nettre, an bas des origiuanx. pxpSditions ou copies de
leurs actes, le cout des droits per;us, A peine d'une auiende de deax-on qua-
tre piastres pour chaque omission.*


Art. &6.
L'huissier ne
peut instrumei-
ter pvur see pa-
rents on allies;
it Wesl pas ques-
tion des parents
et allies natu-
rIoe.


ALrt. Go.
W rallcjca-nen.
dte daprls re Co-
de fr.









39 -

viseroht l'original, sans frais, et donneront connaissance de
1'exploit A la personnel assigned : en cas d'empAchement dq
ces autorit6s, a celui qui les remplacera. L'huissier fera men-
tion du tout, tant sur I'original que sur la copie. (Pr. Civ., 71
73, 79, 80, 81, 535, 588, 589, 610, 95-, 9G0; C. Civ., 98 ; Tarif,
64.) r 3. oL^ yQ^^-^^t.

1. Les copies d'exploit laiss6es anx parties lenr tiennent lieu d'original, 't'
les vices de forme qni auraient pu annuler I'exploit, s'ils avaient &tc dan,
I'original, l'annulent inconteslablement quoiqu'ils ne se trouvent pqe dans
la copie. (Cass., 23 M~ars 1835; L. P., n 5, sons I'article 71; Sirey, n' i7, arti-
ile lh.)
2. L'huissier s'etnut adress4 an domicile de la parties et n'y ayant trofivd
qu'un commensal, dtaitstrictemant oblig6 de laisser la copie de son exploit
A ce dernier, celui-ci s'ttant declare l'ami de la part;e et demnurant dltis la
m4me maison. LT refuse de cet ami ne peut pas plus autoriser I'huisaier A s'a-
dresser a un voisin qi'il n'efit pn le faire an refus de la parties elle minue si
elle dtait trouv6e en son domicile. En examinant l'art. 78 du Code de Proc-s
dnre Civile, on reconnait que. si, an refus d'un voisin, I'hnissier eststrlcte-i.
.ment oblige de s'adresser, suivant les cas, au juge de paix on A an officer
de police rurale, ii en est autrement lorsqu'il s'agit, soit de la. parties, so~,t.
d'un parent on d'un sorviteur trouve an domicile, auquel la copie de I'ex-
ploit dolt dtre laissee, sans avoir Egard an refuse de ces personnel. '(Ctis. 25
Oct. 1847: L. Pradine, n 8, sous art. 78.) .... ;
8. Entre autres formalits Atablies pour la validity des exploits. I'art 78 dni
Code de Procedure Civile vent que tous exploits soient faits A persoine on
domicile; mais dans le cas ol I'hnissier ne trouve an domicile ni la partic,
ni aueun de ses parents on serviteurs. il est autorist A laisser la copie A un
voisin. En principle. bien qn'affranchis des fonctions services, les commins.
secrtaire et antres employs, par les *apports qui existent entire eux et lenrs
patrons, sont considires come leurs serviteurs. Lorsqu'il eat evident qu'en.
I'absence de la parties l'hnissier a remis la copie A son domicile et A son corl-
mis, la signification est conform au vmau de l'art. 78. (Cass., ler Juillet ifti1;
L. P., n' 6, Sirey, no 84. art. 78. )


4. L'huissier doit, avant de remettre la copie d'on exploit an juice. de.
paix, faire mention qu'il l'a d'abord pr6sentde au voisin. (Cass., 17 Fdvrier
1885. )
5. L'hnissienr qui, en sas d'absence de la parties et des parents on servi-
teur de la maison, remet copie de son exploit a l'officier de police, dans les
sections rurales, dolt. A peine de nullite, s'~tre d'abord adresse A an voibin
et enoneer qu'il a pradlablemenrt reqnis ce voisin de recevoir la copie et que
celui-eill'a refusee; il doit aussi constater I'absence des parties on servit.e.
de la mason. (Cass.. ler Avril 1890; Bullin, 1891; 5 De.c 1905.)

6. Est valuable an exploit remis A l'employ6 ou secrdtaire trouv6 dans une
maison oh il n'est pas necessaire qu'il habite en cette quality ( CasS.-, 11 Jan-
vier 1900.)


t.
*C' .
a i a


n ~-,f *4* *


'-f. uri V
*i. b t








40 -
7 Le parlant A de I'exploit de signification de.a Iaovens de cessation doit
6tre clair. sound pine de nullit4. A I'Ogard de la personue a qui copie en a etd
laiise (Cas., 27 Sept~rubre 1900.)
8. I.oraqne I'exploit n'a pn 6tre signflid ni 1. personnel ni & dornicie, et
que aull voisin ne vent se charg-r doe li cpie, la re uiise, dans les vinles, doit
Atte faite au judge de paix a prino de iuullitA. (Cass., 2 D.'c. 1902.)
9. L'offlcier mninistriel quli reinet, un nete au domicile d'nne perannne. as-
signde en parlant & uh parent de cette personne, n'est pas oblige do eonnat
t~r xzactement le deg# de parents existent entree le destinataire de I'acte it
eviui qui le revoit; it lii suflit, pour iluettre son acte A I'abri de toite in.
formality de ce chef. d6e declarer le domicile et la parents. (Cass. 7 .Juin 1907.)
10. Loraqu an dowiicile de ]a parties assign.re I'hnissier ne I'a pas trounIve. et
que see parents ou servflturn refusent de reeevoir lacopie de l'exploit. I'hnis-
Aier dolt 'adresser an voidn; et il ne s'adressesa an juge de paix que si le
voima erponvait signer l'original, ce qui doit Wtre constatn.
.'exploit remis an juge de paix sans nulle mention du voisin est done nul.
(CaUm., 5 Dec. 1905.)
11. Doit Atre cause pour excess de pouvoir le jugemient qui, apris avoir
prononed la nullitd de l'exploit d'ajourrneuent, a n6annioilus statue an fond
et condamnd la parties qui avait obtenu la uullitd. (Cass. 28 Juillet 1911.)
12 Les faits relatifs A la constatation du domicile ou de la residence cchap-
pent A I'appreciation di tribunal de Cassation. (Cass. 18 F r. 1912)
18. I1 y I lin! plour le Tribunal de Cassation de surseoir a statuer sur on
.pourvoi quand, par suite d'une inscriplioi de faux, la nullitS d'un exploit
d'aWignation eat pour.uivie devant Ia juridictiou appeloe A en counattre.
(Chsa. 14 Avril 1918 )
1A BAt valable I'exploit signili.~ an domiicile 4d-une parties At ine person n.
trdrude an dit domicile et qni se dJulare parent o0i servante de la parties
amiglnte. (Chss. 26 Mars 1915 )
15. Le demandeur en'Cans:ttion doit. A pein- de dtlh6;an oe. fair sig-ifler
a i moyeus an doinicile rdel du dfeatdeur. (Cass. 24 Janvier 1910.)
sit m. AnT. 79. Scront assigns (P. J., 69, 78, 80:)
I* PiS,... I* L'Etat, lorsqu'il s'agit des domaines ct droits d6maniaux.
5,. a t u de I'administration publique, en l;i personnel ou au domi-
n'oet ."i"- cile de I'administrateur des Fiinnces de I'arrondisseinent
rtS ,,w ou si6ge le tribunal devant lecquel doit 6trc portie la deman-
,.,Ae'it af- de. (P. Civ., 89.)
,olt, En cessation lorsqu'il s'agira de I'Elat, les moyens du pour-
,.-lS ,!ta, voi s.eront signifils A la personnel on au domicile de I'admi-
I. r Tr nristrateur des finances de I'arrondisscnient oii si6ge le tribu-
pb cei nal quia rendu lejugement ; (1)

(1) Os pIragraphe a dtuajojutu au pr'emier aliuta de [Iart. 79 par la loi da
Io Juin 186.









- 41 -


20 Lcs 6tablisscments et administrations publics, en leurs sonneou anbi
reau de I'agent.
bureau, dans le lieu oft rd6ide le siege de l'administi'ation; Les commu-
Snes, en la pWr-
dans les autres licux, on la pcrsonne et au bureau de leur sonne ouaudo-
micile da maile;
pr6pos6. (P. Civ., 89.) et.,; aris.en.a
personnel ou an.
Dans lescas ci-dessus, !'original sera vis6 dc celui A qui co- fOtcle dpri't.
pie de l'exploit sera laisse ; en cas d'absence ou do refus, le 5- 2eatin.a.
visa sera donn6 soit par le juge do paix, soit parole minister
public prus le tribunal civil, auquel, en cc ca la copic sera
laissde. (P. Civ., 960.)
30 Lcs socidt0s de commerce, tant qu'elles existent, en leucr o
maison social : et s'il n'y en a pas, en la personnel ou au do-
micile de l'un des associes. (C. Cor, 19 ct suiv.)
4" Lcs unions et directions de crcanciers, en la personnel 0o
ou au domicile de I'un des syndics ou directeurs. (P. Civ:,
69: C. Com., 521 et suiv.)
50 Ceux qui n'ont aucun domicile connu en Haiti, au lieu s,
de leur rdsidnce actue:le; si le lien n'est pas connu, l'exploit
sera affich6 i laI principal porte di tribunal ofi la demand
est portec: ine second copie sora donnec au ministrie p t-,
blic, qui viscra I'original. (P. Civ., 9O : Tarif 26, 3a.;)

0' Ceux qui habitent hours du torritoire haltien, au domicile. oL acopiepst
Senvoyde au Mi-
du minister public pris le tribunal ou scra portde la deman.. nstre compe-
d1tent on ioutnie
de, lequel viscra I'original et enverra la copie A la Secrs amintre autori0
determine oar
taireric g6ndrale. (1) (P. Civ., 83, 481, 960.) le. convention,
to diplomatiques.
1. Enprincipe la copie doit. tre reimise aux fonctiunnaires eux mInlles char-
g's p;ir la lot de la recevoir et non 1 un eimployd. (Cass, 27 Mars, 1-90; ar-
ret n" 3, sons lart. 71.)
o. Les faits relatifs A la eonst.a.tati;on du do uiiile ou de la residence 4chap- ...
pent i I'apprdciation du Tribunal 8 iprSime. ( C.ass., 2 janvier 18 )9(; 13 Fcd-
vrier 1912.)
3. Il resort du rapprochelenit des articles 79, 3e alinoa du Code de Pro
e4iinre Civile et 22 dti Code de Clummerce. lune c'est Hiuleinent aprrs col:-
danination obtemue concre une raison social qulue les creanciers d'icelle petf-
vent en poursuivre I'exKcution centre un de.s associts. Une soeiftd com-
merciale di-clarpe en liqniil:dtion ne lpent 6trA valableme.:t assisw.nAe qne.
sons sa raison social, dans la personnel et an domicile Ile son liquidatcur..-


(1) La copie est envoyde all Ministi're de l. Justice qni la transmet an Du-
partement des Relations Exttrieures.









- 42


Viole Part 7r, 3e alina., le jugement qui ddc'are valAble une assignation don-
nde & un des associos d'une raison social pour obtenir payment d'une crcan-
ce due par la socidtd. (Cass., 6 Juiu 1893; E H iraux, Riquisitoires.)
4 La demiulre de I'Et:.anner qui h iit.e II.Irti pent 4tre consider, comnme
Sson domicile pour la sigifi..iation des uoyens de cassatioa faite en parlant-
& la persoune de son spouse. (C.Lss.. 2 Oct. 1900.)
5. C'est au Parquet dn T-ibinal de Cassation q(ls 41 Ait Otre-laiss6 l'exploit
de signiffiation des woyens de Cassa:tion qiland le dfen'leur est d-imicilid
a Paris. (Cass., 9 DJc. 1902 )

I 6. L'4tranger qni a nne residence actuelle an H tlti *loit, i pine de nalli-
tf, dtreassiga6u au lieu de cette residence, le amod t d'assiguation an Parquet
ne ponvant Wtre observe qa'A 1'egard des 6tran;sr qulai h t'iteut h r* da
territoire haltien (art. 79, 5e et 6e alina); et c'est glalerte.at a ciatte residen-
ce et non au Parquet do Trib-nal tie CAssation qae d it 6tre siguifi. le pour-
voi. (CaUs., 20 Juill-t 1911.)
7. Les Fabriques d'Eglise sout des dtablissenuents publics et, c~rmme teln,
les dispositions de I';rt. 79, 2e alinta, relatives aux exploits, leur sout ap-
plicables. (Cass., 25 Nov. 1912 )
8. L'dtranger qui a une residence connue en HaTti peut 6tre assign! cette
rdaidence. (Cass., 8 Av.-il 1913)
9. Les Compagnies de navigation penvent Wtre vala;blam I-nt assirn i'es en
la personnel des azeits qu'elles ttabiisseut dans les ports que frcq,,entent
leurs navires et devant le tribunal du lieu.
Ces agencies sont co isi lErJes comu;e autant d'dtab.is-emin's -rincipaux,
6quivalant A un viegme oucial.
II faut cependant (qi'il soit (ttabli qne 1'ngent fait les affairesordiurires
die la Oompagnie: qne les faits g,.idarateurs de I'action sont nu.i a 'o .:isior.
d'une operation faite par I'agent et dans le resort du tribunl- olf se trou
vel'agence. (Cas., 8 Avril 1913.)
10. La Coumpagnie des chemins de fer de la P. C. S n'eet pas dans le i de laloi un 6tablisem nat ni une administration pub:ics. (Ctss., 16 Mr-in
1914. )

rt. 70. ART. 80. Ce qui est prescrit par les deux articles pr.c*-
denis sera observe, h peine de nillit6. (P. Civ., 78, 79. )

Ari.7. ART. 81. Si un exploit est d6clar6 nul par !e faitde 1'huii-
sier, il sera condamne aux frais de I'exploit et de la procc-
dore annulec, sans prejudice des dommages-int *'ts de la
parties contre I'huissier suivant lcs circonstances. (P. Civ.,
139, 483, 530, 951, 952.)

1. Pour que I'hnissier soit I'objt. d'une condalcnation, il fant prouver
devaut les premiers juges qu'il est /'auteur du vice existent dans 1-acte. (Cas.,
18 Juin 1860; Arrbt u" 2, sons I'art 81. L. Pradine.)









- 43 -


ART. 82. Le delai ordinaire des ajournements pour ceux Art. 72.
qui sont domicilids en Haiti sera de huitaine tranche. (P. C,
83. 954.)
Dans les cas qii requerront cel6rite, le doyen du-tribunal
oti la demand sera port6e, ou le judge qui en remplira les
functions, pourra, par ordonnance rendue sur requ6te, per-
mettre d'assigner A bref ddlai. (P. Civ.,.86, 695, 706; Tarif, 89;
Loi Organ 49)
1. Lorsque lej'ige abr8ge lee ddl:is de l'assignation, il n'abrige q',e les dd-
lais ordin.tires, les d-is ds da dis ti 1i resteut tels q rils sont 6tablis par la
loi. (Sirey. n' 8, art. 73.)
2. Las dilais de distance ne p3 ivant pas 6tre abrdgis. (Sirey, n 9; Boitard,
P. Civ., art. 72 )
ART. 83. (1) Le d6lai des ajournements sera do soixante 4".
jours francs pour ceux qui domeurent aux Antilles ou sur le
continentam6ricain et de quatre-vingt dix jours pour ceux
qui demeurent au delay de 1'un ou de l'autre oc6an. (Loi du
21 Aofit 1907.)
1. Le ddlai fix pour ies ajo.ramcenut do n.'s it des pers )nnes domu:cilides A
l'6tranger. dtant ca'aold A raison d 's dis a-lce ne put jam tis 6tre rddui t
par le Jnug. (D tiloz Exploit, n" 5.;."
ART. 81. Lorqu'une assignation a une personnel donici- art. 7.
liee hors du territoire h'ition sera donn6e a sa p3rsonne en
Haiti, elle n'emparteraqule les ddlais ordinaires, sauf au tri-
bunal i les prolonger, s'il y a lieu. (P. Civ., S2.)

TITRE 1I (2)
Constitution de D6fenseurs et Ddfenses (a
ART. 85. Les parties pourront, tant en demandant qu'en Art. 75.
defendant, occuper par elles m6mes ou par le ministere des Le dundeur
d6fenseurs publics. (P. Civ., 71, 91, 3 1, 3i3.) tiueravo.
d6fendear et le
(1) Ancien article 88 moditii par la loi dn 17 Nov. 1876: 1" Pour oeux qui
demeurent dans les Antilles on sur le cartin iat amiricai i, le dilai sera de six
moist. 2Et pourcepx deme;rant au-de'A de l'un iude l'autre continent d'un an..
Article 88 de laloi de Nov. 1878 m difik ptr la loi du 21 Aoftt 1907: .Pour
ceux qni demeureat dana les Antilles on sur le continent americain le delai
sera de cent jours francs; et pourceux qui demeurent au delA de l'un ou
de I'antre oe~an, de deux cents jours francs.
(2) Le titre I[ du Code de P. C. de 1835 a d'6 modified par les lois da 23
Juillet 1836 et di 21l Aout 1907.
(a) Peit etre avocat pres d-un tribunal le fils, le frbre, le neveu, le cou-
sin-germain on tout alli don't le pre, le frOre, I'oncle, le cousin germain


~I~









44 -

dm e",, ,e La parties ddfenderesic qui n'occupcra pas par elle ml me
e "" "'", sera tenue dans le ddlai d'ajournement, d. constitute ddfen-
tuerunautre. scur:cequi se fera par acte signitil. (P. Civ. 15J, 151, 160,

1GI, 344; Tai!', 80, 68)
Le d6fendeur ou le demanleur qui aura r4voqud son ddfen-
seur, sans en constituer un autre, sra tenu de le signifier.
(P. Civ., Z43, 315, 346 ;'Tarif. 80. )
Les procedures faites et jugements obtenis3 centre le d6-
fenseur rdvoqud ct non remplacd scront valuables. (Pr. Civ.,
341, 313.)

1. II y a execs de pouvoir et violation du droit de I i, defense qua;n I on
empAiche qu'nne parties plaide daus sa propre cause pareu qu'e!le aurait cons-
titui d6fenseur. (Cass 23 Janv. 1090 Bulletin, 1930.)
2. Le Tribunal de Cassation ,tant r.Agi par iun. lAi splciaze o'l n se trou-
ve ancune prohibition di genre de I'art. 85 P. C. et relative all miuistere
de 'avocat, est valuable la requ'Ste en Cassation qili est signde p ir un simple
fondd de pouvoirs iq;i n'est pa* un avoc:~t. (Cass, 16 l>icmbr're 1913.)
3. Pour que la rezuie des pi.a1s A un avocat Iliabilite A repr.Asenter nne
parties en justice. il ft'ait que cett.e revise soit l'.u lvr e e la parties elle me"
me on de quelqu*un a;vaut re(;i d'elle in'ndat a cet effel, ((itss. 15 Avril
1913.)
4. S'il est vrai que le pourvoi en Cass:tion ouvre une instance noiuvelle. il
n'est pas moins vrai l:ie lavocat quli a 6t5 constitin en premiere instance
pent valablemnent dlf;ii.ire Pn C i.ssation lea droits d(L ses clients; s3als cuax-Ai
auraient intdrit a le d.sav:ouer, (C:ss., 28 M ti 1913.)
.5. Qjand Ils parties n'occnpent p:ts p-ir elles mu3mes elles doivent Etre re-
pr6sentdes par des avoc:at- tant devant les trib inanx civil q le devant le
tribunal de Cassation list done nulle la requnet cuntenant les moyens d'un
pourvoi et qui est sig:,Se non p tr 1l p-trtie on par un avocat, i tis par un
fondd de ponvoirs. (Cass., 3 Dec. 1:)15.)

Art. 76. ART. 86. Si la demand a Wtd formdc A bref ddlai. le dt-
fendeur pourra, au jour de l'cchiance, t'airo prdsentcr a I'au-


serait memibre du dit tribunal; n'anmnoins aucun avocat ne po-irra plailer
devant un tribunal quand nn de ses parents on allies juzsqu','n degrd de
cousin-germain inclusivement si "'tiera .cou:i3 j:ig o0: com'-fu offi3ier du
MinistOre public. (Art. ler de la loi (tu 2 Septeubre 1S60.)
1. La prohibition que la loi dun 26 Sept. 18150 fait A 'avocat de plaider de-
vant un tribunal quand un de ses parents o 1 allies jusqu'an degrJ de cousin-
germain inclusivement, sige coiuniu jing. on officer du Ministjre Public,
n'est opposable qu'a I'avocat lui iuinue et a sa parties qui ne pauveut S'eu
faire an grief. (Cass., 18 FOv. 1918.)











- 45 -


dience un dtfenseur auquel il sera donn6 acte de sa consti-
tution; ce jugement no sera point lev6 Le d6lenseur sera
tenu de reit6rer, dins Ic jour, sa constitution par acte ; faute
par lui de le fire, to jugement sera lev a~ ses frais. (1) (Pr.
Civ 82; Tarif. 92, 80.)

ART87. (a) Dans la hiitaine da jour de la constitution tl).
d'avocat, ou s ii n'en a pas 6t6 constitud, dans les d6lais de
Art
I'njournement, le d fcndeur fera signifier au demandeur ses
Dins
defenses sign6es de 1'avocat ou de lui. zaine d
titution
Elles contiendront offre de communique les pieces h I'ap- fendeus
gnifler
pui, A I'amiable etsur rec6piss6 ou par la voie du greffe. (P. fenss
de soi
Civ. 189 ) elses
dront
La partiequi n'aura passignifi sos moyens sera condam- e-omm
0eIPs pi~C
nde aux d6pens du renvoi qui sera ordonn6, ct, si au nou- miable.
a avouw
vel appel de la ciuse elle n'avait pas signified ses moyens, il lavoied
seracontre elle donn6 d6faut. (P. Civ., 15-. et suiv.)


Les defenses signifies hours du delai n'entreront point en
taxo except quand la sig:ification n'en aura 6td retarded
que par les d6lais pour demander ct prendre communica-
tion des pieces. A moins qu'il ne s'agisse d'exception dilatoi-
re, de demand en ronvoi, de la caution judicatum solvi ou de
communication de pieces vainement r6clam6es par somma-
tion, le.ddfendeur fera signifier par un seul et m6me acte tous
ses moyens de defenses g,'ndralement quelcon lue; faute de
quoi, si le tribunal rejette les exceptions et fins de non rece-
voir, s'il en a 6te propose, il statuera au fond pir le m6me
jugement.
Ce jugement ne pourra pas 6tre attaqu6 par la voie de l'op.
position.


(a) Ancien article 87 modifi5 par la loi du 21 Aofit 1937: Dans la huitai-
Le du jour de la constitution de d6fenseur, on s'il n'en a pas 6tj constitu6,
dans les delais d'ajoureneent. le dIfendenr fera signifier ses defenses signdes
de lui on de sou ddfenseur. Elles contiendront, outre les moyens et les ex-
ceptions, offre de commnnniquer les pieces a l'appui, A ]'amiable et sur sim-
ple rdedpiss6 on par la voie du greffe.
La parties qui n'aurait pas signifi3 ses moyens sera condamn6e aux ddpens
du renvoi qui sera ordonnd.
Si, an novel appel de la cause, Ie ddfendeur n'avait pas signified ses de-
fenses, il sera contre lui donn6 dufaut. Les defenses signitties postdrieure-
ment au reavoi n'entreront point en taxe.


j4.
Ia quin-
e la conF-
,Ia di'-
r f.a si-
sei dts-
j gntes
I oifhiu
cnrat,-n-
offre de
un iqil r
es -1 l'.l-
d'.,oil e
lnglanh.


Art. 79.
Si led4fendeur
n'a point fourni
des defenses
dans le dMlai de












qqinzaine, le de-
niandeur pour-
milvra I'audien-
re sur un sim-
ple aetP.


1. On ne pent faire rsulter du defant d'avenir une violation du droit de
: la defense et un excess de pouvoir lorsque i'on constate que 'avocat de la
parties qui excipe de ce move, 6tant present A I'audience a oru ne pas devoir
conclure, come ii en a expliqu le motif dans le jugement sur opposition.
(Cas. 26 Nov. 1907. )
2. Lorsqu'une remise A jour fixe ta t accord6e et qu'A audience odl'affaire
devait 6tre de nouveau appel6e, elle ne I'a pa 60ts, une sommation d'andien-
ce apr&s cela dtait naeesiaire pa ir parmaitre de prendre ddfaut. (C.lss. 13
Juin 1905.)
3. Quand d6faut a dtd accord en I'absence d'un avenir donn46 I'avocat,
I'on est sans int6r4t a critiquer de ee chef le jugement rendu sqr opposition,
lorsque cette opposition, advise en la forme, a permits aux premiers juges
, d'examiner tous les moyens de la parties. (Cass. 8 Avril 1918.)
4. Avant de requnrir conger ddfaut le defeadeur est tenu d4 sommerie de-
mandeur d'aodience. (Cass. 80 Mars 1910.)

LJl


Les dispositions du present article sont applicables aux
affaires sommaires, aux affairs co mmerciales etaux affairs
introd'iites a brefd6lai, les plaideurs 6tant forces de pr6sen-
ter leurs moyens. (Loi du 21 Aofit 1907.)

1. Il eAt facultatif a one parties de modifier devant un tribunal a ,it par des
conclusions ecrites, soit verbalement, les ctefs de demands continues dans
les exploits introductifs d'instance. (Cass., 13 Fdv. 1912.)
1. En atorisant le juge & statue au fond des le reject des exceptions on
fins de non recevoir dlu defender qui n'aura pas signitid ou propose tons .aes
tuoyens le nouvel art. 87 C. P. C. a expressnment reserve les exceptions dilt.
toires. Une demand de sursis est dilatoire; en le rej ~ta-t le tribune ti nu diit
point d-cider le fond imiundiatemean et s rai a itrda d'faa43s de la parties.
('Cass. 5 Janv. 191. )

: ART. 88.- Le demandcur, dans la huitaine qui suivra la
Signication des defenses, y repondra. (Tarif. 83.) (Y. art. 78 en
marge.)
Apres I'expiration du delai accord au demandeur pour fai.
re signifier sa defense, la parties la plus diligente pourra
poursuivre l'audience sur un simple acte signifies au1 defen-
seur ou a la parties adverse. (Tarif, 8--30, 68.)
Le demandeur qui n'aura pis de rIponse a signifier aux
defenses pourra renoncer au dtlai a lui accord, et, par un
simple acte, poursuivre I'audience.
Dans tous les cas otf I'audience peut 6tre poursuivie sur un
simple acte de d6fenseur de la parties, it n'en sera admis en
taxequ'un seul pour chaque parties. (Tarif, 80 -3o.)


Art. 81.
Aucuns &eri-
tures tn signifl-
eatibas n'entre-
rbnt en tare.



Art. 78.
Duns la hui-
laine suivante,
le demnadaur
feraisninr sas
rapesesuma dd-
fenses.










- 47 -


TITRE III

De la Communication au Ministere Public (1)

ART. 89. Seront communiques au ministare public les Ar.s.
causes suivantes. (Pr. Civ.. 113. 358; Tarif, 96; Loi Organi-
que, 81, 91, 92) :
1 Celles qui concernent l'ordre public: l'Etat, le domain,
les dtablissements et administrations publics, les dons et
legs au profit des pauvrcs. (Pr. Civ., 79);
20 Celles qui concernent I'Mtat des personnel et les tutelles.
(C. Civ., 133 etsuiv.; 151 et suiv., ; 163, 165 et suiv. ; 228, 233.
275. 330 etsuiv. ; 356;;
3* Les declinatoires sur incompetence. (Pr. Civ., i71) ;
40 Les rIglements de juges, les r6cusations et renvqis pour
parentet et alliance. (Pr. Civ., 362 et suiv ; 367 et suiv. ; 375 et
suiv.) ;
5" Les prises A partie. (Pr. Civ., 438);
6* Les causes des femmes non autorisees par leurs maris,
ou m6me autoris6cs, lorsqu'il s'agit de leur dot et qu'elles
sont marines sous le regime dotal. (C. Civ., 199, 202, 1325 et
suiv.);
Les causes des mineurs et generalement toutes cells oO
I'une des parties est d6fendue par un curateur. (C. Civ., 329,
390, 409, 422) ;
70 Les causes concern:nt ou intdressant les personnel pre-
sunies absentes. (C. Civ., 101.102.)
Le minister public pourra n6anmoins prendre commu*
cation de toutes les autres causes dans lesquelles it croira son
minister n6cessaire; le-tribunal pourra m6me l'ordonner
d'offlce.

(1) En matibre sommaire, la communication doit 6tre faite an Parquet au
moins une demi-heure avant I'audience. Dans les causes ordinaires, cotte
ebmmunication doit 6tre faite dans lea trois jours prgeddant I'audieeqe in-
diqude pout la p!aidoierie. (Art. 91, 92 de la Loi Organirqe.e)

^^^C?3 ^ R h I//^ /f^~ *3~l Sr 18^!s /scL












- 48 -


1 II y a violation de l'art. ,*I et infraction A l'orire public si la cominaunica
tion au Ministire public faith d(fanlt an ens 1o. elle est exigible. Quand il
s'agit de 1'Ctat des personnel. la simple niltion qne le jugementa ,ft6 pro.
noncd en presence du ( uiniutCre public ne saurnit tenir lieu des conclusions
obligaroires; ce inagistrat doit deposer des conclusions writess et signadls.
Hors les cas sp)eiaux drtermin6s par 1'art. 89. les conclusions du iuinistire:
public s )t parei:u.at fac:1ltatives. ,C tus.. 2.) Nov. 18)3, Ed. Hr3raix, R11qui-
sitoire.)
2. Aiucun texte de loi ne fait a'i Minist'-re Public l'oblig.ttion le preniire
des coniclusions >tcritesdlats les alTaires qui intiressent 1'Ecat et les Id ,.u.ines:
l'art 89 qni ailtori-e la comunl nication an Minist3re Public d ;is les c ql'ill
indiiqe lie (lit point que ses conclusions doivent Atre derites. (Cass., 6 Mai
1909: 4 Mai 1914 )
8. Quandle Ministire Public a noasln dans ine cau:e il y a pr.so:nption qle
cette cause lui a 1ti coiinuniquie. II imported pen qne les conclusions du
S Ministhre Public soient prises oraleruent on par derit la loi ne p-asrivant
aneune forme i cet ogard. (Cass., 13 31ai 1i3.)

*Art. S1. ART. 90. En cas d'absence ou cmpcichement de 1'offieier
unj.geou.n charge du ministerc public. ii sera remplazo par l'un des ju-
supplant pent .
remplacer roff- ges choisi par l tribunal. (Loi Organiquc, 87.)
cierduministdre
public. 1. En cas d absence on d'erip5chemnant des ofiieiers charges ddu Ministare
Public pr5s un tribunal civil. le trib-inal disigne un j}uig pa)ir oo.uper hi
Parquet. Lorsqne le sicge d mi niuiustre p.tb:i3 l it., o3Ciup p.r une person-
S ne non indiqiq6e par la loi ( nn jige siuppl.iA;ri) et qul a co:vln calomm Mi-
nistere public, le tribunal ainsi compuos3 6tait inco:u )i.ent: ce qui entraine
l'aunulation da jngminent qu'il a ren'lu s:r l'affaire. (Cass., 12 Nov. 1907 )
2. La presence d'un juge an sibge du Min:st.hra pbli implique at fait
presnmer l'absence dii Commissaira diu Go-verneinent et de son substitute; il
n'est pas ndepssaire que cette absence soit constat.e d'ane manire formelle
et. explicit. (Cass. 14 Avril 1915.)




k* .,, TITRE IV

Des Audiences, de Isur Publicitd et de leur Police. (1)


Art 85.
Assisthes de
leurs avous,. les
parties percent
sa d6fendra el-
les-m6me s; ce
droit peut leur
etre interdit si


ART. 91. Pourront les parties se d6fendre elles-menes;
le tribunal cependant aura la faculty de leur interdire ce


(1) Art. 16 de.a loi du 13 Juillet 1847. Les dafenseurs publics on les par-
ties elles-minies qui se prisenteroat au tribunal pour obtenir jugement &e-
vront presenterle certificate que tons les droits da greffe ont td par eux ae-
quittes; ee certificat sera delivrd sans frais par le greffer.











- 49 -


droit, s'il reconnait que la passion les empBche de discuter
leurs causes avec la d6cence convenable. (Pr. Civ.,85 et suiv.
94 et suiv.)
ART. 92. Lesjuges et leurs supplants ne pourront don-
ner aux parties aucune consultation, soit verbale, soit par
6crit, m.me dans les tribunaux autres que ceux pr6s des-
quels ils exercent leurs functions: pourront n6anmoins les
juges, leurs supplants et le minist6re public, plaider dans
tous les tribunaux, leurs causes personnelles et celles de
Il n frrP tf r\ ( lli 1 In rldi rr t t f I I I Il


la passion on
I'ineip6rience
les empiche de
discuter leur
cause avec d6-
cencee ou avec
clarte.
'im'.;


iUL s Le ellsll ia ri enlt s ou a IiU UI i L I Ln I I I; ;UI L U i UL 1 Art. 86.
pupilles. (Pr. Civ., 375; C. Civ., 596. 1382) (v. art. 85 en marge.) Tesparties ne
Bourrontchar-
ART. 93. Les plaidoiries seront publiques, except dans gf o '--
lescasoi la loi ordonne qu'elles seront secretes. Pourracepen- cM me iP a
dant le tribunal ordonner qu'elles se front & huis-clos, si ,fede conl"uTIs
la discussion publique devait entrainor du scandal ou des serviIceprocu
ineonvdnients graves; mais, dans cc cas, le tribunal sera ec"m.,miedans
le, tribunaux
tenu d'en d6libdrer et de rendre conpte de sa deliberation atres quo.x
oAi its exercent
au Grand Juge. (Constitution, 443. Loi Organique, 15 ) (Voir eurs fnnetons;
art. 87 en marge.) pourront nisan-
moinm les jugl.s,
etc.
ART. 94. Ceux qui assisteront aux audiences se tiendront ,% .
d6couverts, dans le respect et le silence ; tout ce que le do- rt. 87.
yen ordonnera pour le maintain de l'ordre sera execut' pone- ,.lde trie"
tuellement et A l'instant. aa dphliuralion
ad procoreur gd-
La m6me disposition sera observe dans les lieux oui, soit contid' a'ppelou
na Ministre do
les juges, soit le ministare public, exerceront les functions laJutce d.
de leur dtat. (Pr. Civ 97 ) Art. 88.


ART. 95. Siun ou plusieurs individus. quels qu'ils soient,
interrompent le silence, donnent des signes d'approbation ou
d'improbation, soit h la defense des parties, soit aux dis-
cours des juges ou du ministere public, soit aux interpella.
tions, avertissements ou ordres du doyen, juge-commissaire
ou minister public, soit aux jugements ou ordonnances,
causent ou excitent du tu.multe de quelque maniere que ce
'oit, et si, apres deux avertissements, ils ne rentrent pas
dans l'ordre sur le champ, ii leur sera enjoint de se retire,
et les rdsistants seront saisis et d6posds a l'instant dans la
maison d'arret pour vingt quatre heures; ils y seront regus
sur 1'exhibition de I'ordre du doyen ou du juge qui en rempli-


Art. 89.
) 11


-- I ---









- 50 -


ra les functions, et mention en sera faite au proc6s-verbal.
(Inst. Crim., 394.)
Art fn. ART. 96. Si le trouble est cause par un individu remplis-
sant une function pr6s le tribunal, il pourra, outre la peine
ci-dpssus, et e suspend de ses fonctions: la suspension, pour
la premiere fois, ne pourra excdder le terme de trois mois.
Le jugement sera ex6cutoire par provision, ainsi que dans
le cas de I'article precedent.
Art. MYZ., ART 97. Ceux qui outrageraient ou menaceraient les ju-
Les dd61u- ges ou les officers de justice dans 1'exercice de leurs fonc-
qradovent tions seront, de l'ordonnance du doyen, du juge-commissaire
6tre interrogft
dam les2hu. Ou du ministure public, chacun dans le lieu don't la police
rUmis ipmvent
at md1:zns lui appartient, saisis et d6posts A l'instant dans la maison
ent i noS d'arrkt et condamne6 par le tribunal, sur le vu du proc6s-
pent excOder un
S et A tare verbal qui constatera le delit, aux peines portees par le Code
amende do 25 p
aW frmes. p6nal. (G. Pt'n., 183 et suiv.)
Si.le-ddlinquant ne peut 6tre saisi A l'instant, le tribunal
prononcera centre lui lesdites peines, sauf I'opposition que
le condamnn pourra former dans les dix jours du jugement
en se mettant en etat de detention.
Art. 9. ART. 98. Si les delits commis m6ritaient peine afflicti-
ve ou infamante, le prevenu sera envoy en 6tat de mandate
de dep6t devant le tribunal competent pour 6tre poursuivi et
puni suivant les r6gles etablies par le Code d'Instruction cri-
minelle et par le Code Penal. (C. Instr. Crim., 81, 89, 396 ; C.
Pen 7, 8, 183 et suiv.)

I ^TITREV

Des D6ib6r6s et Instructions par 6trit.

Art. a ART. 99. Le tribunal pourra ordonner que los pieces se-
ront mises sur le bureau pour en 6tre delibdre au rapport
d'un juge nomme par le jugement, avec indication du jour
auquel le rapport sera fait. (Pr. Civ., 117, 122 et suiv.; Loi
Org, 56 ; Loi 26 Sep. 1895, art. 1".)
1. Les affaires sommaires peuvent, come les affaires ordinaires, Otre mi-
a *s e dilib6r6 sur rapport. II en est de mrme des affairs commereiales.
kSirey, art. 93, Nos 1, 2.)









- 51 -


2. Le jugement qui met une cause ea ddlibdrd sur rapport n'a pas besoin
d'atre motive. (S., n* 6.)

ART. 100. Les parties et lears dtfenseurs seront tenus
d'exdcutcr le jugement qui ordonnera le ddlibdr6 sans qu'il
soit besoin de le lever, ni signifier, et sans sommation;
si l'une des parties ne remet point ses pieces, la cause sera
jugee sur les pieces de l'autre. (Pr. Civ., 119; T., 92.)
ART. 101.-Si une affaire ne parait pas susceptible d'etre ju-
gee sur plaidoirie, ou d6libere, le tribunal ordonnera qu'elle
sera instruite par ecrit, pour en Wtre fait rapport par I'un des
juges nomm6s par le jugement. (Pr. Civ., 116, 117; T., 93.)
Aucune cause ne peut 6tre mise en rapport qu'A I'audien-
cc et a la plurality des voix. (Loi Org., 47.)
1. Les affaires sommaires, les affaires commercials et cells devant ktre
jugees sommairement ne sont pas susceptibles de l'instruction par ecrit. (Si-
rey, art. 95, Nos. 1, 2.)
2. Le tribunal pent d'office decider qu'nne affaire sera instruite par derit.
(Boistard, art. 95.)

ART. 102. Dans la quinzaine de la signification du juge-
ment, le demandeur fera signifier un acted contenant ses mo-
yens ; cet acte sera termine par un 6tat des pieces produitcs
au soutien. (Pr. Civ., 150; Tarif, 84.)
Le demandeur sera tenu, dans les vingt-quatre heures qui
suivront cette signification, de produire au greffe et de fire
signifier l'acte de produit. (Tarif, 96, 97; Pr. Civ., Hi.)
ART. 103. Dans la quinzaine de la production du demand
deur au greffe, le d6fendeur en prendra communication et
fera signifier sa reponse avec 6tat au bas des pieces au sou-
tien; dans les vingt quatre heures de cette signification, il
rdtablira au greffe la production par lui prise en communi-
cation, fera la sienne, en signifiera I'acte. (Pr. Civ., 112, 113,
190; Tarif, 97.)
Dans le cas oil ii y aurait plusieurs d6fendeurs ayant des
inte6rts diffdrents, ils auront chacun les d6lais ci-dessus fi.
x6s pour prendre communication, rdpondre et produire ; la
communication leur sera donnde successivement, a commen-
cer par le plus diligent.
ART. 104. -- Si le demandeur n'avait pas produit dans le


Art. 95












Art. 96







Art. 97









- 52 -


Art. 99


delai ci-dessus flxe, le d6fendeur meltra sa production au
greffe, ainsi qu'il a et6 dit ci-dessus ; le demandeur n'aura
que huitaine pour en prendre communication et contredire
ce d6lai passe, il sera proc6d au jugement sur la production
du dofendeur. (Pr. Civ., 102, 112, 113, 119.)
ART. 105. Si' c'est le defendeur qui ne produit pas dans
le delai qui lui est accord, il sera procWd6 au jugement sur
la production du demandeur. (Pr. Civ., 403, 119.)


Art: 100o. ART. 106. Si l'un des ddlais expire sans qu'aucun des
d6fendeurs ait pris communication, il sera proced6 au juge-
ment source qui aura ete produit. (Pr. Civ., 102, 103, 104,
119 )


ART. 107. Faute par le demandeur de produire, le dMfen-
deur le plus diligent mettra sa production au greffe, et l'ins-
truction sera continue, ainsi qu'il estditci dessus. (Pr. Civ.,
102, et suiv.)


ART. 108 Si l'une des parties veut produire de nouvel-
Ics pieces, elle le fera au greffe avec acte de produit conte-
nant Mtat des dites pieces, lequel sera signifiltd la parties ad-
verse ou A son defenseur sans requ6te de production nouvel-
le ni ecritures A peine de rejet de la taxe, lors meme que I'd-
tat des pieces contiendrait de nouvelles conclusions. (Pr.
Civ., 110, 111 ; Tarif, 81.)
Art. 03. ART. 109. L'autre parties aura huitaine pour prendre com-
N'a pas la der-
nitre phrase munication et fournir la r6ponse qui ne pourra exc6der six
rart, 10, du C,
Iafie n. r6les. Si elle excide ce nombre, 1'exc6dent n'entrera pas en
txe. (Tarif, 84.)
Art 10i. ART. 110. Les parties ou leurs d6fenseurs d6clareront au
bas des originaux et des copies de touted leurs requ6tes et
6criturcs le nombre des roles, qui sera aussi enonc6 dans
1'acte de produit, 6 peine de rejet lors de la taxe. (Pr. Civ.,
77, 108, 111 ; Tarif, 85.)
A,. 105. ART. 111. I ne sera pass en taxe que les kcritures et
significations 6noncdes au present titre. (Pr. Civ., 102, 108,
108, 109; Tarif, 80, 81, 84.)


ART. 112. Les communications seront prises au greffe
our les recdpissds4 es parties (a) ou de leurs d6fenseurs, qui


A it.1Ol.


/a/ Art. V~6.
Seir ricivjis&
des avoukd,










- 53 -


en contiendront la date. ( Pr. Civ., 103, 104, 109, 190 ; Tarif,
96.)
ART. 113. Si les parties ou leurs d6tenseurs ne r6tablis-
sent, dans les delais ci-dessus fixes, les productions par eux
Sprises en communication, il sera sur le certificate du gref-
tier et sur un simple acte p'ur venir plaider. rendu ju-
gement a I'audience, qui les condamnera personnellement,
sans opposition ni pourvoi, a ladite remise, aux frais du ju-
gement, sans rep6tition, et en trois gourdes au moins de
dommages-intr6ets par chique jour de retard. (Pr. Civ., 103,
104; Tarif, 96)
Si les parties ou leurs difenseurs ne rdtablissent pas les
productions dans la huitaine de la signification dudit jug.i-
ment, le tribune! pourra prononcer, sans opposition ni p3ur-
Svoi, de plus forts dommages-intdrets, mrme les condamner
par corps, et interdire les d6tenseurs pour le temps qu'il es-
timera convenable. (Pr. Civ., 139, 460 ; C Pen,, 31 ; C. Civ.,
1826.)
Lesdites condamnations pourront ktre prononedes sur un
simple m6moire qui sera rnmis au doyen, ou au rapporteur,
ou au ministere public.
ART. 114.- II sera tenu au greffe un registre sur lequel
seront port6es toutes les productions suivant leur ordre de
dates; ce registre, divisor en colonies, contiendra la date de
la production, les noms des parties, de leurs d6tenseurs, si
elles en ont, et du rapporteur ; il sera laiss6 une colonne en
Sblanc.
ART. 115. Lorsque tLutes les parties auront produit, on
apr6s I'expiration des delais ci dessus fixss, le greffier, sur
la requisition de la parties la plus diligente, remettra les pie-
ces au rapporteur qui s'en chargers en sigiant surla colon-
ne laissde en blanc au registre des productions. (Pr. Civ., 120;
Tarif, 96.)
ART. 116. -Si le rapporteur decade, se d6met, ou ne pout
aire le rapport, ii en sera commis un autre, sur requete,
ar ordonnance du doyen, signifiee & la parties ou A son dd-


Art 107.
Si les avoues
ne retab lissent
pas, ils penvent
6tre condumnes.
sans appel, a 10
fraer.s au moinls
de d omm ages-
intdrets Le tri-
bunal peutaussi
prononeer, sans
a poel, la con-
trainte par
rorps et I'inter-
diction.
















Art. 0lg.







Art. 109.






Art. 110









- 54 -


fenseur, trois jours au moins avant le rapport. ( Tarif, 80,
88.)
Ait.m11. AnT. 117.-Tous rapports m6me sur delibdrds, serontfaits
A I'audience; le rapporteur resumera le fait et les moyens
sans ouvrir son avis; les parties ou leurs d6fenseurs n'au-
ront sous aucun pr6texte, la parole apres le rapport; ils pour-
ront seulement remettre sur le champ, au doyen, de simple
notes 6nonciatives des faits sur lesquels is pr6tendent que le
rapport a te incomplete ou inexact. (Pr. Civ., 93.)

Art.u2. ART. 118. Fi la cause est susceptible de communication,
le ministare public sera entendu en ses conclusions A 1'au-
dience. (Pr. Civ., 89)
Art. 113. ART. 119. Les jugements rendus sur les pieces de i'une
des parties, faute par l'autre d'avoir produit, ne seront pas
susceptibles d'opposition. (Pr. Civ., 100, 101, 105, 106, 152 et
suiv.)

Art.Il. ART. 120. Aprsle jugement, le rapporteur remettra les
pieces au greffe, et il en sera ddcharg6 par la seule radiation
de sa signature sur le registre des productions. (Pr. Civ.. 114.
115; C. Civ., 2041.)
Art. u1 ART. 121.- Les parties ou leurs d6fensei rs, en retirantleurs
Les aouisen pieces, 6margeront le registry; cet emargement servira de
Petiant ,Jes piu-
. Yemgarent decharge au grelfier: (Pr. Civ., 114; Tarif, 80, 97.)
le registre.
1. Le retrait des pieces ne pent 6tre fait que contradictoirement, en pr6-
sence des parties ou de leurs avocats, et apres sommation. (Tarif, art. 80.
7 .)


TITRE VI

.Des Jugements

Ait. 16. ART. 122. Les jugements seront rendus A la pluralit& des
voix, et prononc6s sur-le champ; ndanmoins les juges pour-
ront so retire dans la chambre du Conseil pour y recueillir
les avis; ils. pourront aussi continue la cause A une des pro.









- 55 -


chaines audiences pour prononcer lejugement. (Constitution,
14i, 145; Loi Organique, 7, 15, 47; Pr. Civ., 93, 99.) (1)

1. L'dnonciation: donn de nous. en audience ordinaire, qui termine un
jugement, indique suffisamment qu'il a dt6 rendn en audience publique. S'il
en 6tait autrement, le jugement en eft fait mention. (Cass., 30 Juin 1836, 28
nov, 1841; L Pradine, sons l'art. 93 C. de P. Civ.)
2. Le jugement qui constate qu'il a etd rendu psr le Tribunal Cioil
r4ani au Palais de Justice, lieu ordinaire de ses audiences, sitiNfait plei-
nement A I'art. 15 de la Loi Organique. (Oass., 8 mars 1841; 19 mai 1842; L. P.
loc. cit. )
3. De ee qu'un jugement ne constate pas formellement qu'il a 6t4 rendu
publiquement, on ne peat inf^rer que le prononc6 n'en ait pas en lieu com-
me le veut la loi, si aucune circonstance de la cause ne faisait prdsumer le
contraire. II faudrait rapporter la preave du defaut de publicity. (Cass.,
25 oct., 1852; L. Pradine, loc. cit.)
4. Lee premiers juges out un pouvoir souverain pour appr4cier le carae-
tere et l'6tendue des dommages soufferts par une pirtie et pour en dvaluer
la quotite. (Cass., 13 Fdv. 1912; 22 Janvier 1918.)
5. Quand un jugement content des erreurs matdrielles, c'est an Tribunal
qui l'a rendn qn'une demand en rectification doit Otre adress6e. (Cass., 22
Janv. 1913.)


ART. 123. S'il se forme plus de deux opinions, les juges
plus faibles en nombre seront tenus de so rdunir A l'une des
deux opinions qui auront Wte dmises par le plus grand nom-
bre; toutefois, ils ne seront tenus de s'y reunir qu'apres
quet les voix auronnt t.A rpre.Iillies line asornndrl ftni


Art. 117.
/7,


ART. 124.- En cas de partage, on appellera, pour le vider, -
un juge; a defaut de juge, un supplant; l'un et l'autre ap. ce dW -
plant, Ion peut
app-ler un ave-
(1) Loi du 26 septembre 1895: Art. ler. Chaque fois que, conform6ment A c.t ou un avoue.
I'art. 128 du C. de Pr. Civile, il y aura lieu de renvoyer la cause a une des
prochaines audiences pour prononcer le jugement, le tribunal fizera l'audien-
ce & laquelle le jugement sera rendu. II sera tenu da le prononcer dans la
quinzaine an plus tard pour lee affaires civiles, et dans la huitaine pour les
affairs correetionnelles....
Art. 2. Si, an jour fixd, les jages on l'an d'eux se trouvent 16gitimement
empch6s par la maladie on autrement, le doyen decidera si l'affaire dolt
6tre reproduite. Si I'importance de la cause ne permit pas aux juges de ren
dre le jugement dans la quinzaine, is seront tenus, par une decision moti-
vee, de fixer la nouvelle date A laquelle le jugement sera rendu. (Voir la loi
aux annexes.)








- 56 -


peles selon l'ordre du tableau; I'affaire sera de nouveau plai-
dee.
Art. AnT. 125. Si le jugument ordonan la comparution des
S parties, il indiquera le jour de la comparution.
1. Les parties doivont, an jour inliq-i., se presenter t-ates deux devant
le tribunal sidgeant en audience publique; chacun des juges pent les inter-
roger sur tons les faits de la cause pour arriver A la v aveux; l'interrogatoire est public, les deux parties sont en p-rsence de tout
le tribunal et en presence I'une de I'autre. Les questions ne lenr eont ni no-
tifides, ni communiqudes d'avance. (Boitard, Pr. C v., art. 119.)
2. La comparution personnelle autoris6e par I'art. 12.5 ne doit pas Atre
confondue avec l'interrogatoire sur faits et articles don't la procedure est r6-
gl~e par lea art. 323 et suiv. (Cass., 29 Oct. 1907 )

Art. 120. ART. 126. Tout jugement qui ordonnera un serment
pa mentoann dnoncera les faits sur lesquels il sera recu. A peine de nulli-
pas Ia peine de
nulite. td. (Pr. Civ., 127, 128, 956; C. Civ.; 1143 et suiv.)

1. Le serment nsppl6toire dolt etre d4fi6r par no jugament qni 6nonce les
faits sur lesquel4 la parties sera appel'e ai jurer. Mais, p ur le serment dtci-
soire, si le ddfendeur. present A l'andience oft le serment eat d4f6rd, accepted
de lepreter iminndiatement, le tribunal n'est pai tenu de rendre un juge-
Sment special contenant I'6nonciation des fits. (Baitar.l, ar 120.)
Art. 21. ART. 127. Le serment sera faith par la parties en p rson-

,gent ee ne, d I'audience. Dans le cas d'un empAchement 16gitime, et
P'rh d ft dment constat6, le serment pourra ttre pret6 devant le juge
tribunal de &,
rdsiden .sil' y que le tribunal aura commis, et qui se transportera chez la
a avout, 1'autre
partie doit ltre parties, assist du greffer. (C. P6n 309.)
appelie par acted
d'arouA*aroud. Si la parties A laquelle le serment est defred est trop 6loi-
gnde, le tribunal pourra ordonner qu'elle pretera le serment
devant le tribunal ou le juge de sa residence. (Pr. Civ.,
56.)
Dins tous les cas, le serment sera fait en presence de l'au-
tre parties, ou elle d6ment appelde par exploit contenant I'in-
dication du jour de la prestation, et il en sera dress proc6s-
verbal par le greffler.
ARr. 128. Celui auquel le sermentsera d6fre6, le prAte-
ra conform6ment aux rites particuliers de sa religion et d'a-
pros les forces qu'elle prescrit.









- 57-


ART. 129. Dans les cas ou les tribunaux peuvent accor- Art. 122
der des delais pour I'execution de leurs jugements, ils le fe-
ront par le jugement mAme qui statuera sur la contestation
et qui dnoncera les motifs du delai. (Pr. Civ., 130 et sniv.;
C. Civ., 1030, 1668, 1980; C. Com., 154.)


Art. 130. Le ddlai courra du jour du jugement s'il est
contradictoire, et dujour de la signification s'il est par dd-
faut.
ART. 131. Le d6biteur ne pourra obtenir un d6lai, ni
jouir du delai quilui aura Wte accord, si ses bienssont ven-
dus A la requ6te d'autres creanciers; s'il est en 6tat de failli-
te, de contumace, ou s'il est constitud prisonnier pour dettes,
ou si, Mtant sur son prochain depart de la R6publique, il n'a
pas donn6 bonne et solvable caution, ou enfin lorsque, par
son fait, il aura diminu6 les sIretes qu'il avait donndes par
le contract A son cr6ancier. (Pr. Civ., 585 et suiv.; C. Com.,
434et suiv.; C. Instr. Crim., 366 et suiv ; C. Civ., 977, 1338,
1775 et suiv.)


ART. 132. Les actes conservatoires seront valables, no- Art. 125
nobstant le ddlai accord. (C. Civ.. 970.)


ART. 133. La contrainte par corps ne sera prononce '
que dans les cas prdvus par la loi; il est ndanmoins laisse A
la prudence des juges de la prononcer: (C. Civ., 1825 et suiv.;
Pr. Civ., 192, 214, 222, 620, 622. 645, 737.) (1)
Pour reliquat de compete de tulelle, curatelle, d'administra-
tion de corps et communautd, dtablissements publics ou de
toute administration conflee parjustice, et pour toutes resti-
tutions a faire par suite des dits comptes. (Pr. Civ., 113, 214,
319, 452 et suiv., 594; C. Civ., 391. 670 et suiv )

ART. 134. Pourront les juges, dans les cas dnonces en
1'article precddent, ordonner qu'il sera sursis a I'exdcution

(1) Tout jugement qui interviendra an profit d'un Hartien contre un dtran-
ger emportera, de plein droit, la contrainte par corps pour trois mois an
moins on six mois an plus. (Ddcret da Gouvernement Provisoire du 22 Mai
1848, modifd par la loi du V1 AoQt 1907.)


Art. 123


Art. 124
Le debiteur ne
peut obtenir un
ddlai, ni jouirde
$ela;ui qui lu au-
ra et accord
si ses biens sont
vendus A la re-
quete d'autres
cr.anciers, s'il
est en 6tat de
faillite, de con-
tumace, s'il eat
consti tu6 pri-
sonnier ou s'll a
diminud les si.
re ids don nees.


Art 126
rCt article au-
toritat aussi la
ontralnte par
corps pour dom-
mages-int erts
en matiMe civil
au-dessus de
00 francs.






Art. 127








- 58 -


delacontrainte par corps pendant le temps qu'ils flxeront ;
apres lequel elle sera exercee sans nouveau jugement. Ce
sursis ne pourra etre accord que par le jugement qui sta-
tuera sur la contestation et qui 6noncera les motifs du delai.
(Pr. Civ., 129, 130.)

Art.i28 ART. 135.'- Tous jugements qui condamneront en des
dommages-int6rkts, en contiendront la liquidation, on or.
donneront qu'ils seront donnds pardtat. (I'r. Civ., 41,8 et
suiv; C. Civ., 936 et suiv., 1168 et suiv.)

1. II n'y a pas prejudice ca'lsu do fait d'une parties d'4puiser tons les degrds
de jurisdiction crdds par la loi, pour Wtre dichargde d'une condemnation.
(Cass. 30 Avril 1912.)
2. II n'y a pas d'excls de pouvoir dans le fait par les premiers juges de
condamner a des doinmages-int6rkts et, en outre, A one astreinta qui n'est
prononcee que pour porter une parties condamnj ,a ex.cnter A bref dulai une
measure, objet de la condemnation.
L'astreinte est une sanction et a sa raison d'8tre chaque fois qu'il s'agit de
deguerpissement. (Cass., 3 Juin 1912.)
3. L'astreinte ne saurait etre considered comme une pdnalitd, une sanction
contre le d6biteur. (Cass. 8 Octobre 1913.)

Art i2 ART. 13-. Les jugements qui condamneront A une res-
titution de fruits ordonneront qu'elle sera faite en nature pour
la derni6re annc6, et pour les anndes prdcedentes, suivant
le prix du course du march le plus voisin, eu 6gard aux prix
communs de l'annCe; sinon, a dire d'experts, a d6faut du prix
du course. Si la restitution en nature pour la derni6re ann6e
est impossible, elle se fera comme pour les annees preceden.
tes, ainsi qu'il vient d'etre expliqud plus haut. (Pr. Civ., 451,
452, et suiv; C. C., 116, 454 )
1. La derniare annee don't parole cet article est cell qui pr'cbde la de-
mande et non celle qui precede la condemnation. (S., art. 129, n 1.)

Ar 130 ART. 137. Toute parties qui succombera sera condamnde
aux depens. (Pr. Civ., 139, 140, 186, 193, 28-). 39.;, 400, 467:
Tarif, 161, 172.)

,1. Qoand ute parties n'a conclu qu'a la coudamnation au fond et non & la
condemnation aux depens, dette distinct, separee, qui devait fire I'objet









- 59--


de conclusions sp6ciales, le tribunal n'a pas A y statuer d'office. (Boitard,
n* 277. )
2. Aux terms de l'article 137, le condamnd est celui qui suceombe ; celui
qui succombe est assunjtti aux ddpens. (Cass. 22 Nov. 1894 ; Ed. Hdraux,
R4quisitoires.)
3. La condemnation aux ddpens n'est pas assujettie A des motifs spdciaux;
elle est soffisamment justifide par lea motifs donnas A l'appui de la decision
du fond. (Case. 22 Avril 1902.)
4. II est da regle que le ju-e des refdrds peut statuer sur les depens sans
les joindre au principal. I'article 137 etant conqu en terms g~neraux, ( Caes.
25 Janvier 1906. )
5. II dolt etre donn5 ddfaut avec condemnation aux ddpens contre la par-
tie qui a Wt6 appelde en declaration de jugement common et qui n'a pas
compare. (Cass., 12 Juin 1906.)
6. TLes juges ont un pouvoir diser6tionnaire relativement A la condemnation
aux ddpens. (Cass., 9 Juillet 1907.)
7. L'omission de statuer sur les depens demandEs donne overture A la re-
qu6te civil etuon an pourvoi en cassation. ( Cass., 21 F5v. 1905.)
8. La condemnation A la contrainte par corps prononcee pour les d4pens
est un exceb de pouvoir :mais ce chef de condemnation pent etre retranch4
de la decision sans que cette decision soit cbranl6e dans les autres parties.
(Cass., 14 Fdv. 1910.)
ART. 438.-- Pourront ndanmoins les d6pens 6tre compen. Art 3
ses, en tout ou cn parties, entire conjoints, ascendants, des- ,A .
cendants, freres et soeurs, ou allies au m6me degr6.
Lesjuges pourront aussi compenser les d6pens, en tout oq
en parties, si les parties succombent respectivement sur quel.
ques chefs.
1. II est facultatif aux jages de compenser lee depens dans les causes qun
leur sont soumises. La non compensation d dedepons, fut-elle un mal jug4,
ne peut donner overture A cassation. (Cass., 13 de. 1837, L. P. art. 188; 7
Mai 1907. )
ART. 139. Les ddfenseurs publics et huissiers qui auront At. 132
exc4dd les bornes de leur minist.re, les tuteurs, curateurs,
heritiers b6ndflciaires ou autres administrateurs qui auront
compromise les interets de leur administration, pourront etre
condamn6s aux d6pens, en leur nom et sans r6eptition, mB-
me aux dommages-in.tr6ts, s'il y a lieu, sans prejudice de
l'interdiction contre les d6fenseurs et huissiers, et de la des-
titution centre les tuteurs et autres, suivant la gravity des
circonstances. (?r. Civ., 81, 294, 351 et suiv., 952; C. Civ.,
361 et suiv., 671.)









-60 -


Artsa ART. 140. Les d6fenseurs pourront demander la distrac-
tion des d6pens A leur profit, en affirmant, lors de la pronon-
ciation du jugement, qu'ilsont fait la plus grande parties des
avances. La distraction des d6pens ne pourra etre pronon-
ce que par lejugement qui en portera la cond-mnation;
dans ce cas, la taxe sera poursuivie, et I'cexcutoire d6livre
au nom du d6fenseur, sans prejudice de I'action centre sa pir-
tie. (Pr. Civ., 141, 467 ; Tarif, 165. 163, 170, 171, 172.)
Art. t1 ART. 141.- S'il a 616 form une demand provisoire, et que
la cause soit en dtat sur le provisoire et sur le fond, las ju-
ges seront tenus de prononcer sur Ie tout p-ir un seul juge-
ment. ( Pr. Civ., 173, 185, 289, 339.)
Art.13 ART. 142.- L'Cexcution provisoire sans caution sera or-
donnde, s'il y a titre authentique, pronas-ie recoinue, ou
condemnation prdcddente. (C Civ., 110. 1107, 1131.)
L'execution provisoire pourra etre ordonrae avec uu sans
caution, lorsqu'il s'agira: (Pr. Civ. 158.)
10 D'apposition et levae de scells o. confection d'inven-
taire. (C. Civ., 253, 1211,; Pr. Civ.; 175 et suiv 795 et suiv.
814, 816 et suiv., 829 et suiv);
2 De reparations urgentes. (C. Civ., 1495.)
3 D'expulsion de lieux, lorsqu'il n'y a pas de b-il, ou que
le bail est expired. (C. Civ.; 1507, 1503, 1515 et suiv;)
4 De sequestrcs, commissaires et gardens. (C. Civ., 1722
et suiv.; 1728 et suiv.; Pr. Civ., 517, 51$. 524, 721, 803-10;
C. Com. 105, T. 76.)
5 De reception de caution et certificateurs. (C. Civ., 1775
1806 et suiv., Pr. Civ., 442 et suiv);
6, De nomination de tuteurs, curateurs et autres adminis-
trateurs, etde reddition de compete. (C. Civ.; 336 et suiv.,
379, 381, 390, 407, 411,414, 422, 756; Pr. Civ. 452 et suiv., 838);
70 De pensions ou provisions alimentaires. (C. Civ ,189, 191,
et suiv ; 256, 499; Pr. Civ 503, 514.)
1. En droit, ii imported peu que le jugeinent soit o- par d4fant nu contradic-
toire, pour que I'ex'cution provisoire puibse 6tre ordonade L'art. 142 du C.
de procedure CIv., dans sagdnAralit6, n'a fait aucune distinction 4 cot 6gard;
ii determine lee caa qui donnent lieu & I'ex6cution prorisoire ( C we., 80 nov.
186 ; L Pradine ; Arrdt. n* 4 sonu Part. 142 C de Pr.)










-61 -


2. II eat de jurisprudence adoptee qle 1'art. 142 C. de Pr. Civ. ne dit point
quoe 'eIecution provisoire sans caution ne peut &*re prononede qu'dntre
parties contractantes, learrs hritiers on ayant cane; le ligislautenr pose pour
seule condition indispenFable quil y ait titre anthentique, promesse rfcon.
nnue ou condaunation pricedente. ('aFs., ler avril 1890, bulletin 1891: Cas,.,
24.aott 1863; Arrkt n, 8 tous F'art. 142; L. Pradine.)
3. La promesse reconnne, prdvue a 1'article li2. Pr. Civ., pour autoriser
I'exeoution provisoire. doit Atre une reconnaissance qui porte sur I'objet mmeo
do litige. (Case., 22 Avril 1890)
3 bis. L'expression promesse reconnue doit s'entendre d'une promeue
verbale aussi bien que d'une proinesse 6erite. (Sirey, n* 44, art. 185.)
4. Les actes notaries sont des acts a;;thentiques; lea tribunaux peuvents'en
autoriser pour ordonner, anx termues de l'art. 11 Pr. Civ., I'exeeiition provi-
soire de leurs jagement. (Cass., 21 FIv. 1892. Bulletin Societe de Ldgislation,
p. 19.)
5. Lorsque les jnges ordonnent I'exrcution provisoire sans caution de leur
decision, parce qu'il y a.irait titre autheotique on condemnation prc6dden-
to. is ne sont pas obliges de mentionner dane leur jugement ce titre ou.cette
oondamnation. (Cass., 9 Mai 1898, Ed. Hdraux, Rdquisitoire.)
6. L'ex4cution provisoire d'un jugemnent ne peut 6tre ordonnie que dane
le eas determinins par la loi; 1'etendre an dAla6 est une violation de l'art. 142.
L'exdcution provisoire ordonnee sous pretexte d'urgence eat done une viola-
tion do la loi. (Cass., 13 dec 1894; Loc. Cit.)
7. Le jugement qui a acquis l'autorit6 de la chose jugde est on titre au-
thentique en vertu duquel 1'execution provisoire doit etre ordonnde. (Cams.,
15 Avril 1901.)
8 Le jugement frappd d'appel ne pe.t, par ls juges de ret appel, 4tre con-
siddrc come c.)ndalnnation prcSedente dlns Ie sens de I'art. 142. et autori-
ser I'execution pruvisoire en vertu de eat article. (CAss., 23 Jain 1937: 29 Oa-
tobre 1907)
9. LA jugement par d5faut ne fornarnt d4sornais avea cilai ur opposition
qu'an seul et mwme jugament, ne saurait valoir une coo I trunation prded-
dente dans le sens de l'art. 113. (Ciss. 26 Nov. 1907; 8 Avril 1913 )
10. Lee billets a ordre signs A un erjancier constituent une promesse re-
connue d'aprts l'art. 142, un julgaueat qlhi se b.se str aes billets A ordre
pour ordonner I'execution provisoire saits caution, n'a pAs violin le sasdit art.
142. (Cass., 17 Doe. 1907.)
11. L'T pibee don't I6criture et la signature sont d5nides par Ia parties a la.
quell on les attribute et qi n'a pas 6td assignue en reconnaissance, ne
pout pas 4tre tenue commne promesse reconnue et autoriser 1'exication pro-
visoire sans caution. (Cass., 28 Fev. 1905.)
13. En accordant l'exd4ution provisoire parce quil y aurait titre anthenti.
tique, le tribunal doit dire en qioi c) isistj ce titre authantique. (Cass. 18
N ov. 1912.)

18. L'expression nonobstant opposition on pourvoi en eassation, aprs le










62 -

chef d'ex4cution provisoire, lorsqu'il s'agit surtout d'an jugement contradie-
Stire, est sans ancune port6e et ne saarait constituer un execs de pouvoir.
(Cass., 23 D6c. 1915.)
14. Le titre authentique ne peut entrainar I'exreution provisoire sans can-
tion qu'autant qu'il demeare dt.n soa int5gralitS; lorsqa'il a 6tW attaqu6 par


Art. 136 une partie et r6 luit dans ses effes ptr le J i n a pins la vertu du titre
L'ex6ution authentique dans le sens de l'art. 12S. (Cass., 15 Mars 1910.)
provisoire ne 1 .
ptar io~ron- ART. 143. Si les juges ont 'mis de prononcar l'e'xcution
S ,? provisoire, ils pourront sur la demand des parties, l'ordon-
tir ad"eder ner par un second jugement (P. Civ., 158.)
Art. 137 Art. 144.- L'ex6cution provisoire ne pourra 6tre ordonn6e
pour les d6pens, quand m6me its seraient adjuges pour tenir
lieu de dommages-intdr6ts.
1. La contrainte par corps et l'execution provisoire sans caution ne pea-
vent pas 6tre prononc6es pour les d6pens. Le tribunal qui le fait excode ses
ponvoirs. (CaFs., 22 Mars 1892; Bulletin Soci6td de LGgislation; Cass., 20 Mars
1902.)
2. Cet article s'applique aux tribunaux decommerce et aux justicesde paix.
(Sirey, Nos 1, 3, art. 137.)
3. L'exicntion provisoire ne pouvant s'appliquer aux d6pens, il s'ensuit que
le payment des d6pens, sans reserves ni protestations, emporte acquiesce-
ment an jogement de condemnation, alors mAme qu'il s'agit d'un jugement
executoire par provision. (Sirey, n" 5.)

art s38s ART. 145. II sera fait mention, en marge du plumitif ou
Le president feuille d'audience, des juges et du minister public qui au-
at ri sle si.
ant minute ront assist au jugement; cette mention sera signee par le
m.t-, meuti doyen et le greffier.
qtaesredu. La minute de chaque jugement sera signee par les juges
qui y concourront, dans les vingt-quatre heures au plus tard
qu'il aura Wt6 rendu. (Loi Organique, 59, 60.)

Art, 9 ART. 146. --- Les greffiers qui delivreront expedition d'un
jugement avant qu'il ait Wt6 sign, seront poursuivis comme
faussaires. (C. Inst. Crim., 172.)

.t.o 1 ART. 147. --- Les officers du minister public se front re-
A.t 1 presenter tous les mois les minutes des jugements et v6rifle-
Ssaction ront s'il a 6e satisfait aux dispositions ci-dessus; en cas de
d- imt contravention ils en dresseront proc6s-verbal pour Atre pro-
3r d jI, c6de ainsi qu'il appartieadra. (C. Inst. Crin., 172.)
An* b' ART. 148. La redaction des jugements, faite par les jua
do, siai que lea











- 63 -


ges qui auront sidge, contienJra les noms des juges, du mi- avoiras, le
nist6re public, s'il a Wt entendu, ainsi que des d6fenseurs qui sionsou deeu-
res des parties,
auront occupy; les noms, professions etdemeures des parties, leursconcai-
sions, lexposi-
leurs conclusions, I'exposition sommaire des points de fait uon sommr
despointsdefait
ct de droit, les motifs et dispositifs des jugements, et men. et drolt, ,es
5 motbfs et is dis-
lion y sera faite des pieces produites par les parties, A peine posidesjuge-
de nullite. /Voir art, IlH en marge.)
Cette redaction sern faite sur les qualities signifies entire Art. 142
les parties ou leurs d6fenseurs; ces qualit6s contiendront les sera t~iuC 1
noms, professions et demeures des parties. L'original des qua- "qu~it sign-
lites restera pendant vingt-quatre heures au greffe. (Tarif, patis:eneon-
sdguence, ceile
94. ) (V. Art. 442 en marge.) q vodralever
un |ugement
La parties qui voudra fire rectifier ces qualit6s le declare- c ndCtoire
ra par un simple acte A son adversaire. Les parties seront gnifier avo
r6glees sur cette opposition par le doyen ou le plus ancien des =lSiSofsn-
juges qui auront si6g6 'lors du jugement de 1'affaire. (Tarif, pdmasson r e
96.) (a) pes,lon
delusions at les
points de fault et
1. fie point de droit des j'iazments no dolt contenir q ie les questions qui dedroit.L'origi-
ont dtd agittes devant le tribunal. (Cass., 11 Mars 1884) nal de ette si-
gnifcatton dolt
2. La loi ne fait point un devoir aux juges de presenter les points de fait r-ter s hoinrs
et de droit d'une maniere distincte et s6parde des autres parties constitute. deshuissiersaue
dienciers. Art.
ves de lenrs jugements si, d'ailleurs, ces points se retrouvent virtuellement n1er
et en substance dans 1'ensemble desdits jugements. (Cass., 4 Mars 1890, Bul-
letin 1891 ; Conf., Cass,, 10 aolt 1833. n* 2' 4 aoftt 1845. n' 70; 17 dec. 1860,
n* 156; L. P., so-is l'art. 143, P. C.; 28 Mai 1915.) Droit etfaits
Droit et motif
8. Lorsqu'une fin denon recevoir precbde les conclusions du fond qui sont oit e moti
pOses .snbJidiairement, le tribunal pour apprceier le fond, est tenu de dd- Fars
eider sur le m6rite de eette fin de non-recevoir, de la rdsnner et mentionner
tant au point de droit que dans les motifs de son jugernent. Le defaut de
question et de motifs sur ce point particulier constitute une violation de
I'art. 148 C. Pr. Civ. (Cass., 25 Mars 1890.)
4. L'art. 148 n'exigeant que I'exposition sommaire des faits, le vaeu de la
loi est rempli par 1'6noncd de l'exception de non-reeevoir avec renvoi for-
mel aux conclusions plus haut transerites. (Cass., 29 mni 1890.)
4. (a). La loi n'exige la mention dans le point de fait d'Ta ja-~n tat,
que des faits qui ont fait I'objet de la contestation soumise a I'appreciation
dn tribunal. (Cass., 22 Oct 1907.)

(a) Art. 144, C.Fr.: L'avoud qui voudra s'opposer, soit aux qualities, soit
A expose des points de faith et de droit, le declarera a l'huissier, qui sera te-
nu d'en fire mention.
Art. 45: Sur un simple aet d'avouS a avou6, les parties seront rggldes
sur oette opposition par le juge qui aura preside; en eas d'emp&chement,
par (e plus ancient, suivant I'ordre du tableau.












-64-
Ptai et motifs 5. N'est pas r4gulier le point de fait du jugement rendn an pdtitoire qui
relate ee qui a en lieu an possessoire deja& jug6 et non pas lea faits de l'ins-
tance actuelle an pdtitoire.
SN'eet pas suffisamment motive le jugement qui raisonne sur lee conditions
generales de la prescription sans montrer comment et en quoi il les appli-
que a l'espcee. (Cass., 10 Juin 1890.)
Droit 6. II n'est pas indispensable que le point de droit pose une question qui est
dans la march naturelle de la procedure et qui ne former pas un point de con-
testation ontre les parties. Le silence gardd g4ndralement sur une question
an point de droit, aux motifs et aux dispositifs, constitute tout" an plus nn
cas d'omission de statuer sur un chef de demand autorisant la requdte civil*
plut6t qu'un recourse en cassation. (Cass., 15 Juillet 1890; 13 Mars 1903, 12
Nov, 190S. )
Droit r 7. En considdrant les conclusions, soit comme une defense entire, soit com-
me une fin de non-recevoir A decider prdalablement, le tribunal n'en est pas
moins tenu de poser les questions our lesquelles les parties sont coatraires en
fait et de motiver l'opinion qn'il adopted (Cass,, 22 Juillet 1890.)
Faits et droit f 8. Le jugement doit montrer par son point de fait ce qu'on demands an
(tribunal de juger; tous les points en debat y doivent etre relates.
Egalement, dans lee points de droit, les juges doivent s'interroger sor tou-
Steo les questions ddbattues an proebs. (Cass., 22 decembre 1890: Conf. Caes..
10 aoQt 1857, 10 mai 1858, 20 octobre 1882; L. P.. n" 128, 183, 170, sous l'ar-
tiele 148.)
Faitsetdroit / 9. Le von de l'art. 148 dn Code de Procedure Civile est rempli totes lea
fois que les enonciations des conclusions, motifs et dispositifs vtennent
olairement et sans effort corroborer et completer la parties speeiale expose
mame trAs sommairement soue le titre de point de fait.
II en est de mAme lorsque le point de droit, quelle que soit la forme emplo-
yde, est dnonc de manibre A embrasser naturellemeut toutes les questions
agitdes dans le d6bat et devant 6tre utilement resolues. (Cass., 4 aolt 1891
Ed. Hdraux, R4quisitoires.)
Drott 9. (a). Le point de fait eat irrdprochable quand il est largement compl6-
td non pas seulement par les conclusions, mais encore et surtout par les
motifs du jugement. II en est de m8me da point de droit lorsqq'il reaferme
mrme implicitement, totes les questions debattues et jugees. (Cass., 29 Avril
1902; 16 Janv. 1906.)
Droit 10. L'exneption d'incompdtence ratione materim pouvant etre proposEe en
tout etat de cause, elle doit, sons peine de nullitd du jugement, fair l'objet
de l'examen du juge et d'une question A insurer dans le point de droit dos
qu'elle a Mte sonlevee A un moment quelconque de l'instance. Le jugement
qui n'en fait pas l'objet d'un point de droit viole 1'art. 148. (Caes., 25 f6v.
1892; 25 Janv. 1906.)
11. Le point de droit des jngements doit contenir, a pine de nullitd, lea
questions que lea faits presentent A rdsoudre.'
Le vcan de la loi n'est pas rempli quand les questions sont posdes d'une
maniAre trop general. (Cas., 22 mars 1892; Bull. Soc. L4g.)
12. Le van de la loi est rempli loraque, dans un jugement, on trouar aU














point de fait l'objet de la contestation, au point de droit les questions sur
lesquedles lea juges avaient A d4cider, des motifs enfin c'airement exprimis.
(Case., 17 mai 1892: Ed. H1raux, Rtiqnisitoires; Conf. Cas.., 10 Juin 188 )
13. Ne viole pas 1'art. 148 dn Code de Proeddire Civile le jigement don't le Droit
point de droit pose ln question eu deb tt d'ine faCon laconique mais precise.
(Cass., 12 Mai 1892; Ed. IlHr.Lux, Rquisitoires; Conf. Cass., '18 juin 1858; L.
P., n 184 sous 1'art. 148 )
14. II y a violation de 'Part. 148 du Code de Procddnre Civile lorsqne, dans lotis et drolt
le point de droit d'lan jngemient, ii n'est pos6 auc:lne question relative a In
demand principal et lorsque, dans les motifs. on ie tronive aucuue uonsid&-
ratirn h l'appui de la condamnation prononede. (UCss., 28 Juillet 1O92 )
15. Le vCeu de 1'art. 148 du Code de Procedure Civile est rempli lorsqne Faits
la connaissance des diffliultds qui divisaient les parties rbaulte dIe I'en.emb!e
di jugement. (Cass., 31 Janvier 18J3; Ed. Hdraux, RSquisitoires.)
16. L'art 148 du Code de ProcJdnre Civile. en exigeant l-exposition som- Faits
maire des points de faith dansles jnigements, n'a sans dointe en vue que le rd-
sum6 des faits e ts a la cause et non la gnd5ralite de toutes les cir-
constances ru- procis lorsque ces circonstances ne sont point de la: nature de
celles qui ont tn rapport direct avec le dispositif. Et si les faits du jugetuent
pouvaient preseintr quelques petites irrogularites, cela tie smffirait point
pour en obtenir la cassation lorsque l'erreur, s'il en existait, n'ett en anei-
ne influence sur la decision rendue. (Cass., 27 Novembre 1843; L. Pradine,
n- 68 sons I'art. 148 )

17. Lorbque l'execution provisoire nonobstant opposition est accor.lde, une Droil
question relative an nonobstant opposition- est exig'e. it peine de nullit.,
dans le point de droit du jugement. (Case., 15 Mars 18)1; E 1. Hdraux, RIliqi-
sitoires.)
a). Est nul le jiigement don't le point de droit a omis de poser la ques-
tion relative aux ddpenis. ( 'ass., It j ii i 193); B Wi!. 133 )

b). Le jugement est nul si son point de droit ne renferme pas toulet
lee questions agitees par lus parties dans leiras conclusion- qvi determine it
le mandate des juges. (Cass., 16 Janv. 1900; Bul!. 1900; 27 Nov. 190?.)

c). Viole l'art. 148 P. C. le jugement don't le point dl- droit ne content
aueune des questions risolues an dispositif. (0.isi., 15 Avril 1'.0..)
dj. I1 n'y a pas de terms sacramentels pour la re.daction iles questions
de droit. Cette redaction est abandonaueaux luiinares des Magistrats. S'il
r6sulte de l'enemble du dispositif d'un jngement qu'une question du point
de droit a dtd implicitemnent rdsolue. cette question n'n pas besoin d'une so-
lution special. (Cass.. 22 Avril 1902 )

e). A exodd.S ses ponvoirs et violj I'art. 148 le tribunal qui, sans avoir
rdsolu le declinat )ire d'incoupdtence pos 3 au point de dreit de son jugement
a tout situplement status au fond. (Cass. 22. Nov. 1906.)

f). II est de r~g'e qu'une qnestijn relative an nonobstant opposition.
est:exijde a pine de nalliti dans le point de droit d'un jugem *ut qui comr
5











-66 -


porte execution provisoire nonobstant opposition. (Cass., 11 DWembre
1906.)
g /. orsqne des fins de non-recovoir sont opposes A la demand. le
tribunal est tenn de d6cider sur chaque fin de non recevoir et pour apprA-
cier le mrrite de chacene. de lee mentionner an I.oint de droit par des ques-
tions distiuctes; (Cass., 11 Avril 1907.)
h). Lorsqu'une question posse dais le jugement est restge sans solution
an dispositif, il y a exces de ponvoir et violation de 1'art. 148. (Cass., 17 dec.
1907; 11 Frv. 1913)
i'. Lorsqu'une question est formellement examine et tranehde dans lee
considdrantm d'un jugement, ii imported peni qu'elle n'ait pas flgnrd an point
defaitet an point de droit; l'art.148 n'a pas indiqun une place special oth tau-
tes les questions d'un procbs doivent Wtre neaessairement groupdes. (Caws., 8
O t. 1912.)
j). Les judges ne sont tens de b'iiterroger et de se prononeer que sur
le. chefs de demand; les arguments et moyens appnyant le] pr6tentions
d'une pa tip ne to istitueut pas des chefs de dem nde. (Cass., 28 Ddneuibre
191.).
MoUs 18 Est ffisarmmnent motive le jiiauelent qui dJclare qu'une parties n'est
pas dans lea conditions voulues par la loi poor obtenir an sursis (Cam., 17
Juin 1884.)
19. Un jugement est inatffisamur nt motive et, par consequent, annula
ble quand il repose sur deux propositions qui s'entre-ddtruisent par la con-
trariQt4 mnme de ee qu'elles expriment. (Cass., 28 Jain 1885.)
20. La condemnation anx d#pens stant la consequence naturelle et adeee-
saire de la condamnaution prin -ipale, se trove suffisamment justified par lea
motifs donnas sur cette dtr liere. (Case., 25 .Tuin 1885.)
21. La loi exige que lesjugements oitent motives; or, par motifs.elle en.
tend I'exposition des faits precis et determinants qni ont emportd la decision
dn juge. Fanute de remplir ces conditions. le jngemant est insuffisamment
motivt et tombe so-s le coup d- lIt nullitd prdvue par I'art. 148 nd Code de
Procedure Civile. (Cass. 21 mai 1885; Conf. Caes., 24 Aoft 1885, 19 Mars 1836,
5 Mai 1838; 9 join t146; L. P., Nos 26, 28, 29, 80, souo I'art. 148.)
22. Un motif, mAme entachd d'une errenr matdrielle, ne sanrait, s'll eat
d-aillours surabondaut, e atratner la cassation du jngement base asr d'autres
cousidtrants corrects at suffsants pour expliquer la decision. (Caes., ler avril
1890; Bulletin. 91. )

oi 28: Les motifs d'nn jugement. fussent ils errons, n'entratnent point Ia
s assation de ce jngement. (Cass., 19 Mars 1838 ; L. P. n* 138, sons l'article
148.)
Motis 24. Un motif errond qui a une influence decisive s-ir le dispositif entratne
la cassation do jugement. (Cass., ler Aoit 184-3; n* 56, Loc. Cit; 8 Avril
1906.)
Nouw 25 Des matifi erronds consigns dans an jagement ne suffient point pour
ep autoriser la cassation, si d ailleurs le dispositif se trove appuyd ear un









- 67 -


on plusleurs eonsiddrants non entach's d'errenrs. ( Cass., 27 Novembre 1843;
L. P., nu 64, Loc. Olit. Conf. 31 Juillet 1830. n 153; 28 Septembre 1902; 19
Octobre 1911.)
86. Un jugement ne sairait 4tre casse pour incoherence on contradiction Mutifs
de 1motiftorsque dans son dispoeitif il est conform a Ia lo;. (Cass., 26 Sep.
1853; L 4, n* 10s, L3c. Cit: 13 Mfars 1902.)
27. Lei motifs des jugements, qui ne sont altre chose que des raisonnnements M io
et des opinions, n ordonnent rien, ne jutient rien; its ne peuvent, par con
sequent, violer la loi. D oh ii suit que quelle que soit 1-erreur des motifs
d'un jugement, ce jugement ne sanrait 6tre casul si soi n dispositif a status
d'une manibre rdgulibre et Idgale (Cass., 13 hftrs 131t: L. P., n' 111, Loc.
Cit.)
29. N'est pas suffisawmment motive et justified le jugement qui invoqlle la MoUti
notoridt1 publique et n'exprime point les faits sur lesquele se base cette
notoridte. (Casa., 8 Juillet 1890.)
29. Pour rejeter une exception d'incempjtence, le tribunal civil est tenu Mufti
de motive son jugement l'4gard de la competence en distant, par exemuple,
comment il retenait dans ses attributions ordinaires one instance ddja WlNe
en appel de sentence do juge de paix ou s'y rattachant. (Cass., 29 juillet
1890.)
80 Ies motifs d'an jugement sont exempts de critique lorsqu'ils contien*
nent les raisons de d4eider des juges.
Des motifs implicites sufflseet poir remplir le vuBl de I'art. 148 du Code
de Procedure Civile. (Cass.. 21 FJv. 1893; Bulletin Soc. Lg.: Cnf. Case., il
Ddcembre 1858; L. P. n" 110 sousl'art. 148.)
31 Un jugement est critiquable pour absen-e de tout motif, mais non pour Mlotifs
des motifs quelconques, mndme sans justesse, quanul surtout ils ne sont pan
oontradietoires ave, la dsaision du dispositif. (C.ass, 5 Mai 1832; Ed. Hd-
raux, Rdquisitoires; 14 Fjvrier 1907.)
83. Ily a violation de I'art 148 da Cole de Proe dure Civile lorsque le jug9
meant ne eontient aucan mot A I'appni de la condamnation aux dommagges.
int6rdts prononede contre une parties. (Cass., 20 d"ce:ubre 1892; Ed. Herau.-
Rdquisitoires; Conf, Cass., 28 Nov. 1859, L. P. n" 113, sons l'art. 148. )
83 Que les jages aient on non copid les conclusions qn'ils adoptent. ils
n'eucourent pas pour aela le reproche de n'avoit pas motive lenur decisions
((lse. 29 Nov. 1S92; Ed. Hdraux, Loc. Cit.)
a). Est nul le jugement don't les motifs sont des declarations an lien
d'etre des raisons qui ont determine et expliqud la d ucisiou des juges.(Cass.,
27 FEv. 1900.)
b). Est nul le jugement qui prononce nne condamnntion sans en dire
la raison. (Cass., 6 Septembre 1900 Bull. 1900; 28 Sep. 1903.)
e).- Est nul le jugement qui, loin de rdsaaer les difficulties qui divisent
les parties dans les points de fait et de droit, se content d'inserer les con-
elusions qui lee presentent A i'examen des juges. .(Cass., 25 Septembre 190U;
Bull. 1900.)









- 68 -


d). La contrarian. entire les motifs et lea dispositifs d'mu jugement lo
rend nul. come 1'abseuce des motifs. (Cass ,30 Octobre 1900; 23 Nov. 1911;
15 Mars 1910.)
e). Les nI tifs donteux qni ne perniettei:t pas do so rendre compete s'ile
sont erro.nis on insuffizanits equivalentt A l'absence des motifs. (Cass.. 3 Avril
1906.)
f). N est pas motivd dans le sens de l'art. 148 le jugement qui p'ononse
nne faillite sur la simple in-errion de la requite des crdaneiers, sans articu-
lar un seul motif t l'appui d; I: dde:sio i. (Caes., 13 Ju illet 19 0.)
g). Ett nul, pour absence de motifs et de dispositif concordants. le
jugenient par Ieqnel les jngps sesont interrogms, aux points de droit, sur une
pr6tendue demand de nullit4 de saisie-immnobilibre, q'-and it s'aginsait de
resoudre une demand de nullit6 d'adjudication. (Cass., 11 Octobre 1906)
h). N'Yst pas nmoivle, en conformity de P'art. 148. la decision don't les
motifs se eontredisent, se detruisent et s'annihilent reciproquement. (ase 6
Nov. 1906.)
i. Les juxernents, A peine de nullitd, doivent 6tre motives sur c'laqne
chef de demand. (Cass., 11 Avril 1907: 13 Juil. 1905.)
k). Le jngement don't le disositif omet de stat.er sur on chef de de-
mande est nul; les motifs ne peuvent paint supplier it l'o:nission. (Cass., 11
Avril 1907.)
1). Lorsqu'nne demand est fondue sur denx moyens ayant one base
S di'tincte et spiciale, le trib-inal. pour la rejeter. est ten'i de s'expliquer sur
chaein d c s moyens; et. en raisonnant sur on soul san; donner de motifs
stir 'autre. il viole I'art. 148. (Cass., 25 Jain 1907.)
in). Une question q'i n'a pas f0t- d 1bttte devant lei premiers jitges ne
peut tre l'objetd'anic.a mitif dauits le j igelueat critiq(li. (Cass.. 230dt. 1907.
t). I.es juges*sont tenus de donner des motifs umme implicites sur to-s
les chefs de deiua de ayaitt f.tit I'bjet des coae.usibns dua parties. (Cass, 19
Oct. 1911.)

o). Acunn taxtn n'emp -he le. premiers jazes d'ad tpter coimn3 mintifs
de leur decision led moyens mu3nie des parties. (Cass., 3 Avril 1913 )
p). Viole 'art 118 le jug qui prdvo:t au point de droit des chefs de
demnnde et quli ne done cependant auc in motif sur ces chefs. (Cass, 2.
Mai 1914.)
coil,:iursios 34. 11 in'et pas permit au x juges de supplier les moyens d, droit princi-
panx ouis par les parties. (Cats 17 Mars 1885.)

Cuncluidens 35 II ii'est pas indispotienb'o que les conelusi )n s? retrouvent dilsti ctes
Pt spares des antres duonciatians constitutivas du jugement. (Cass., 11
Marb 1890.
Conclusions 86 Lea jiugemients doivent. a peinp de nnllit, cintenir les conclusions des
parties. E-t done nil, I jll rlmnt oia les c-nclusions des paities ne sont ps
repruduites. (Cass., 31 Mars 1893; B. S. L ; Conf. Cass., 4 AoAt 1886;.9 fevr2ir










- 69 -


1841; 15 Juillet 1830; 19 Novembre 1850; L. P., Nos 31, 51, 83, 85, sous l'art.
148: Cass., 13 Janv. 1915.)
87. Lorsqu'il s'agit d'une question prtjudicielle, il suffit que Ips conclusions Conehit:ons
prices par la parties sur le d scliuntoire propose pir l'intin i se tronvent por-
tees dans le jugement Le trib final n'a nullement besoin d'y mentionner cel-
les prises pr&ecdemmmeut anr le fond par le demandeur. (Cass.. 18 fev. 1839;
L. P., n" 42, sos l'art. 113; Conf, 21 Sept. 1841, n 80, Loc. Cit.)
38. Con m t une violation du droit de la defense et un exces de poavoir le Conclusions
tribunal qui, sans s'oec tper d une fin de non recevoir propos 'e, state sur le
fond de la contestation (3ass, 13 D caembra ISJ3; El II'r Aux, Rjquisi-
toires.)

a). Les conclusions libelldes et dJposies i I'auhlien-e sont les senles qui
dolvent 6tre insfedes an juaere nt. S-il s'agit de e)nmludiols verbales une
simple mention suffit. (C.ss., 4 i Lrs 1933).
b). Les conclusions des parties doivent. A paine de nrllitl, 6tre insdrres
littgralement dans le jngemant. (0 t~., 2i r :vier 19)5.)
Le jugement qti ne content pas .I ii s rl lacti iu to sites les conclusions
qui out 4td poses l'audienae est n al. (Cas-., ?i FJvrier 1905.)
v). Bi le demandeur doit. pour sps conclions priucipales, se retfe ruier
dans les terms de son expl it introductif il'ihita:ce, il no lini s pa interdit
de pendre a la barre, a course de Iinstrucl i loes c mnlusions subaidiaires
sur lesquelles le tribunal est dans l'obligatiou de dlci.ier d'une manibre quel-
conque. (Cass., 13 Joillet 1905.)
d). Les conclusions des parties torment le manldat des juges.
Quand une parties a acquiesce & une deman le de junction. elle devient sans
interet & critique la measure ea cassation (Cass. 28 Mai 1913.)
39. Est nnl le jugement q-ii ne co:itient p ti la mention des professions ei Profession
demeures des parties. (Caas., 17 juin 1890; Conf. Oass., 8 Juillet 1390; 20 f6 et demure
1900.)
40 Tout jngement doit, a pine de nullitt, contenir dans sa redaction, leq Prensslon
noms, profssisn et demewei des parties, et I'accomplissement de eette stdemeUre
f. rinalit- s-imipose pl is r.gour iusein *ut encore quand lune des parties agit
taLt en'son nom personnel que co'u;:n man Iltaire d'autres parties. L'omis,
sion des professions et demeures des p irtie. demanderessps qui ont donn6
maudat leur'eonsort deles reprasenter constitute ine violation de I'art 148
du Code de Proeddure Civile. (Cass.. 25 fdvrier 1892-)
41. II y a vi nation de l'art. 149 d:i Code de Prooldare Civile lorsque le PiofessiD
jugement ne fait pas mention de la profession -les pa-ties. (Cass., 7 Juin 1892; et dPe0ure
Ed Hranux, R4qnisitoires.)
*\2. Lorsque ancun acte du proebs ne faith connattre la profession d'unepar- Proession
tie. il est de prdsomption legate qu'elle n'a pas de profession connue; dPs etdemeure
lors le jugemeat attaqu6 ne pent lui en crier d'office. (Cass., 7 dec.1l883 L.
P., un 175, sous l'art. 148.)
48. Le voeu de I'art. 148 du Code de Procedure Civile est remupli lorsque Picos,. -
les pitees qui ont uu rapport essential et direct avec l'objet de la contesta- -









- 70 -


tion se trouvent mentionnees soit dans nne parties, soit dans une antre du ju-
gement. (Cass, 18 Fdv. 1890; 13 Mars 1902.)
s prices 44. Par 1'4numeration des pieces dn dossier, I'on pent constater que le
tribunal a prisconnaissance de tons les actes sur lesqqele ii dolt baser sa
decision. (Cass., :3 Mars 1890; 13 M trs 1909.)
,Pi&Wes 45. Le vau de I'art. 148 do Code de Proeddre Civile est rempli, qnant A
l'numnration des pi68ss, toa'e4 lei f.Ai qan lei aItes espntiels out t44 nom-
moment vises avec one mention gln5rale des autres. (Gass., 29 Mai 1300.)
Pimes 46. Lee pieces don't I'article 148 dn Code de Proejdore Civile exige la men-
tion express dans Ia redaction des jugements soot uniquement celles qni,
produites par les parties, oat an rapport direct avea l1objet do jugement.
Ainsi n'est pas nul le jugement qni omuet de mentidnnar un contract de ma-
riage et an proces-verbal do non conciliation qui ne ponvaient avoir, dan" I'&-
tat du d6bat, apcune influence sar la decision rendue. (Cass., 25 Fev, 1892:
Bul. Soe. Leg.)
PiMes 47. Equivaut an visa des pieces exige par Part. 148 dq Code de Procedure
Civile une appreciation extraite d'une p'ice figurant on dossier. (Cass.. 5
Mai 1892.)
a). Ce sont les pieces sur lesquelles les parties ont concla et qui on,
ensuite servi de base an jugement qu'il est essential poar les juges de v7i
*r spdcialement pour la validity de leur decision. (Cass, 16 Janv, 1900; Bul.
1900; 25 Janv. 1900.)
b). Est nul le jugement qui ne content pas dans sa r~laction la re-
qu6te sur laquelle il a _td renda et qui determine le mavadat des jages-
(Cass.. 6 Sept. 1900.)
c). II n'y a pas de place sp4ciale ponr le visa des pi~eesdans no juge-
ment.L'art. 148 n'est pas viold qnand lei pibees prodnites se tronvent men-
tionnEes dans an des considerants do junement. (Cass, 23 Avril 1909; 5 join
1906, 22 Oct. 1907; 26 Nov. 1907.)
Ministre 48. 8i, aax terms de l'art. 14, du Co le de ProAdare Civile, la rAdaction
public des jugemente ne doit contenir le noma l Minist3re public que loreqa ila 4t
entenda, ii est eepend nt de r3gle q',e les tribiasau ecivils ne peavent pas
valablement singer sans la prisense de ce Magistrat.
Le jugement dans lequel mention n'anrait pas 4 faite de la pr4menee de
ee Magistrate est nal. (Cass., 25 Fv, 1893; Bul. Soc Leg.; 17 D~. 1.07.)
49. Lorsque dans an jugement il est sealement fait mention que le *Mi-
pubi nist8re public a 4t6 enten i sans disigsition du nom de I'offleier du Par-
quet qui a pris des conclusions dase I'aff.ire, il y a violation de I'art. 148 do
( e dde Procedure Civile. (Cass, 16 sept. 1850: L P., n' 84, soUs lart. 148.)
R). Viole l'art 148 le jngement qui ne contient pas la designation de
l' fcier du Parquet qui a pris des conclusions dans I'affaire. (Cass. 23 Janv.
1107.)
b). Les tribunanx civils, jugeant dans learns attributions commercials&
fortnent leur compSteune sans la presence du Ministere Public. (Cass., 29
Mai 1918.)











- 71 -


c. Enoe qui concern le Ministare Public I'art. 148 exige seulement
que mention de son nom soit faite dans la rddaction do jugemenu. Sa pre-
sence au prononuc du ju cement est suffisamment dtablie quand il est dit que
le tribunal etait compi te ument reuni. (Case., 17 Mars 1910 )
50 Pour 4tre admits & critiquer un jugament qui ne content pas la demeu. Quaites.
re d'une parties, il faut prouver par la production dedqualites signifies que la
redaction s'est faite contrairement A ces qualit4s. II en est de mmie relati-
vement & la profession des parties. (Cass., 14 Fevrier 1893; Ed. Hdranx, R4-
quisitoires.)
51. Les qualitds sont valablement enoncdes dans un jugemdnt lorsqu'il est
impossible de se meprendre sur I'identitd des parties par lears noms, profes-
sion et demenre. (Cass., 97 Sept. 1900.)
52. S'est conform A l'art. 148 le jugement qni, dans ses qualities, enonce le
domicile des parties; car le domicile 6tant l'endroit ofi elles resident, dqui.
vautA leur demeare. (" as., 23 Sept. 1900.)
3. On est irreeevable a demander la nnllitd d'un jugement en se fondant
our ce que les qualities sont inexactes alors que cen qualities ayant 6tm signi-
fiees on a negligd d'y faire opposition. Quand one parties n'a pas de pro-
fession, omission de la formality y relative n'est pas une cause de nullitY,
(Cass., 21 Novembre 1912.)
54 Le moyen based sur une erreur ou une omission dans les qualities n'eat
pas recevable pour la premiere fois en Cassation, les qualities etant l'esuvre
des parties qui penvqnt les faire rectifier. (Cass., 10 Avril 1913.)
55. Pour Atre admits eritiquer on jugement da chef des qualities, il faut
etablir que l'on avait signifle les qualities don't il n'a 4tW tenu aucun eompte
on que la rectification des qualitds a Ut6 refusee. (Cass., 14 Avril 1913.)
56. Lorsqu'un jugement attaqud content lea noms, professions et demen-
res des parties, il n'y a pas overture A cassation parce que les quality n'an-
ralent pas et signifldes prdalablement A I'expedition da jugement. (Cass., 6
Mai 1918.)
57. L'article 148 n'attache pas la peine de nullite A l'inaccomplissement de
la formality de la signification des qualitds; il est faeultatif A la parties ints-
ressee de se pourvoiren rectification devant le Doyen. (Cass.. 15 Mai 1913.)
58. La non signiflcation des qualities, si.elle influe sur la r6gularitd de 1'ex-
p4ditio du jugement. naffecte pas le jugement tel qu'il a det prononce par
lesjuges. (Cass., 10 MIi-1915.)

ART. 449, Les grosses des jugements seront intituldes : Au
NOM DE LA RiPUBL1QUE, et seront termindes par le mandement
suivant: a II eat ordonn6 A tous huissiers, sur ce requis, de
mettre le, present jugement A execution ; aux officers du mi-
nistere public pr6s lee tribunaux civils d'y tenir la main;
A tous commandants et autres officers de la force publique
d'y pr6ter main-forte lorsqu'ils en seront 1galement requis,










-72-
.n foi de qui la minute du present jugement a td~ sigpee
par les juges, tels, tels et le greffler. (Constitution, art. 145;
Pr. Civ.. 469; Loi Organiquc, art. 7.)
1. Violel'art. 149 le jugemnenit quine comporte pas l'intit 15 A n nm de la
Ripublique. (Cass. 7 F4v. 1912.)
ART. 150. (a) S'il y a avocat en cause, I'ex6cution force
du jugement ne pourra 6tre poursuivie qu'apres qu'il aura
616 signifies A avocat A peine de nullite.
Les juge-rents provisoires ou definitifs, qui prononceront
des condamnations, seront en outre signifies A parties avant
leur execution force, A personnel ou a domicile rBel. (Pr.
Civ., 158,159, 469 )
Dans la signification A parties, il sera faith mention de la si-.
gnification A avocet.
Si I'avocat est decodd ou a cess6 d'exercer, la signification
A pa:tie suffira, mais il y sera fait mention du d.c6s ou de la
cessation des functions de f'avocat. (Pr. Civ., 85, 343et suiv.,
Loi du 21 Aoft 1907.)
1. La n-l:it6 don't par:e Part. 153 du Code de Proceddre Civile n'eit paint
celle du jugement, mais de tons lee actes d'dexcution faits avant qu'il ait dtd
tignifl6. (Caas,,'16 Oct. 1837; L. P., soui art. 150.)
V. Un jugeirent qui prononce la nullitd d'un acte de poursuites poet 6tre
ex(cutd sans signification prdalable. (Cass., 13 fdvrier 1898; Ed. HMr., Rdq.)
8. Le jugement qui ne frappe In parties ddfenderessa d'aUcune condamna-
tion, qui ordonne iimplement une desente sar lea lieux, pent 4tre exdount
apras sasignificali n a avocat, la signification A parties n'4tant pas obliga-
toire dans ce eas. (Cass., 29 Avril 1902.)
.4. (Cest loisque plusiears parties ont an intdr4t solidaire et indivisible
dans an jugement que la signification qui en est faite par I'une des partial
profit aux autres. (Cass.. 4 J iin 1914: Bullet-Justice.)
ART. 151 Cependant lorsqu'il s'agira de continue I'ins-
S tance apr6s le rejet d'une exception, il y sera procdd6 sur
simple sommation d'audience, sans signification prealable du
Sjugement. (Loi du 21 Aoft 1907.)
(a) Ancien article 150modifid par la loi du 21 Aoit 1907;
Art. 150.- S-'il y a defensear en cause, le jugemeat ne pourra etre exdeutd
qb'aprbs avoir d6t signifid A defenseur a 'peine de nullit,. -- Les jugements
provisoires et difinitifs qui prononceront des codamnastions seront en ottre
signifies a. la parties, A personae on A domicile rael; et il 'era fait sIeftion do
la signification an defenseur.
L'art. 151 eat devenu le dernier alinda da novel article 150.
















TITRE VII.


Des Jugements par Defaut et Oppositions.

SART. 152. Si le d6fendeur ne se pr6sente pas aujour in- Art.14
diqu6 pour I'audience. il sera donn6 ddfaut. (Pr. Civ., 82, 83, dser ef i,-
,i *e pa, avol',
85 et suiv., 154, 18J, .348, 95.-1, Ue pa avo,.
consti tu6 ne Se
ART. 153 Le defaut sera proononca I'audience, sur Iap wistn.,' pw. t
sera don-ad dt-
pel de-la cause, et les conclusions de la parties qui le requlier.t r at.
seront adjugdes si elles se trouvent justes et bien veriliIes; Art 1V1.
pourront ndanmoins lesjuges fire meltre Ies pieces sur le l .
bureau pour prenoncer le jugement A I'andience suivantc.
(Pr, Civ., 122.)
1. L'art. 158 nefait pas l'obligation aux juges de sonsigner dans le juge.
meant qn'ils rendent par d6faut la mention que les coLclusions sont justes
et bien v6riflees.
11 sffit que lejugamentrenda par d.faut, fa-ite de conclure au fond, ren-
ferme la preuve que lea conclusions da dem-ndeir sont trouvles justes et v6
rifles, et cela, dane des motifs explicites (Cass. 22 Avril 1902.)
2. Pour 6tre conformes & la rbgle de 1'art. 153 le- jing-inents par ddfant
doivent contenir dans leurs motifs I1exameq cons-ieauie ix des conclusions
don't l'adjudication est demnansde.
Dana an jugement pa' difalt le jua- eat taun de statue sur la
demapde en dommages int6rrts sans se prdoce iper d i caractire de juge-
meat par defaut de sa decision qui peut devenir dJfinitive & ddfaut d'oppo-
sition. (Case. 23 Mai 1907.)
8. Lorsqu'il s'agit d'un jugement par d5faiit. on dolt y t-ouver la preuve
que lea joges ont vdrifil lea conclusions da demandear avant de les adjuger.
(Caa. S Jain 1911.)

ART. 154. Lorsqie plusieurs parties auront dil assign6es Art. 151
pour le m6me objet a dillerdnts ld lIis, if nr sera pris d6faut
centre aucune d'elles qu'apr-i l'B:hS.in :e du plus long delai.
(Pr. Giv., 82, 83, 152, 176, 951.)
ART. 155. Toutes les parties appeldes et d6faillantes se. Ai,. 13
rontcomptises dans le m6ms defiut; et s'il en est pris con-
tre chacune d'elles sipirtiaent, les frais des dits d4fauts
n'entreront point en taxe, et en cas qu'i. y ait d6fenseur en
cause ils resteront A sa charge sans qu il puisse les rep6ter
centre la partie. (Pr. Civ., 139, 952.)
6


-7-











S74 -

Art. i53 AAr. :5 (a) Si la demand est formee centre deux ou
plisieurs p'trsonnes et que l'une fait ddfaut et quo I'nutre com-
pa:-'it, le tribunal donne d6faut centre les non-compauants,
ordonne leur rlassignation par hissier commis dans un dd-
lai fixed par le jugement et surseoit A statue sur le fond.
Le jugement de ddfaut profit joint n'est ni e1v6, ni signifld,
il en est seulement fait mention dans 1'exploit de rdassigna-
tion.
Apres les ddlais du nouvel ajourncment il eststatud sur un
simple avenir, par un seul et m6me jugement qui n'est pas
susceptible d'opposition.
Si, dans le dMlai fix6 par lc jugement, Is non comparants,
n'dtaient pas rdassig'.is, ch txi:i il,_- c ).n,)r,:lts- pourra
poursuivrc l'audience par simple acte at user des facultds ac-
corddes par l'article 157. (Loi du 21 AoOt 1907.)

1. Cet article n'et. ap -licable q-i loraqte le defaillaat a 6t0 assigned par le
detnandeur :lii.nl6iue par son exploit introductif d'instance, et non lorsque
le dtlfaillant. est in lies mis en cause en verta d'un ordre da tribunal. (Sirey,
n' 25, art. 153.)
2. Si I';.asignation a t4M ,lonnte A bh:'e dAlai, eelle a donner en verta du ju-
g *nent de jui.ctiou .loic 6tre d )aiu6e a coinparaitre dnus lea ddlais ordiuai-
res, i moins qle le tribunal I'.Lit. p ir le j Ige.n3a.t d 3 joastina, autorias l'as-
signation a braf dJlai. (Los. U(ir.. n' 317,
3. Le jigement qli statue snr le prjat du difa't,-joint est non suscepti-
ble d'oppas>ition dt Ia p irc de l r,)i Ite4 les p trties. ia'nit d la I prt de cells
qui. ayant dcj.' c.lu;)iari lorn di j Itgment de jonetion, fat' dtfaut poUr la
premiere fois lors da second j igeiment (Lje. Cit., n" 6j.) '
4. Aux termina de Part. 133 le aidf!a t pro!l.j )int n'a liea qaoeorsque, de
deux ou plisieurs p.Arties assignes, I'une fait ddfaut et lautre comparait;
eet article n'est pas applicable au e.s d'iutervention .agressive, (Caes., 24
Junvier 1911.) .

(a) Anciens art. 1I(5 et 157 mlo.lif spar la loi d:i 21 Aoq 1937:
Art. 156: Si de deux on de plusieurs parties aisignie. 'aae fait Adfaut et
I'autre cuuiparait. le profit du d.faut sera joint et le .jugement de jonetion
bera sigaifi.; & la part ie defaillaute par- u haissier coin -Iis, la signifieation con-
tiendra assignation an jour auj xel la cause sera appelre; il aera status par
un beul jugeeunt, qui lie sera pas susceptible d'opposition.
Art. 157: Le ddfendeur qui aura compare pourra, sans avoir .forni de di-
feuses, suivre l'audience par un seul ate et prendre d:-faut contre le demuano
dear qui ne comparaitrait pas.











5. Ia rbgle qui preserit.de.prononcer un d6faut profit-joint intdresse la
bone administration de la justice: elle tient dts lors A 'ordre public; elle
eat obligatoire pour le juge qui doit prononcer d'office le d,'faut profit joint
inme si lea parties n'oat pris A cet 6gAr.l aucunes conclusions. (Cass., 6 Mai
1914.)

ART. 157.- (a) Le d6fendeur qui aura compare pourra sui- Art.151
vre I'audience par un simple acte et prenire cong, defauct i,,a,,'?
puret simple contre le demandeur qui ne comparaitrait pas, ou i aoufsto
d' d olens",. sui.
demander au tribunal de stataer an fon I apras verification viv 'ia i
des defenses present.es A I'audi -ace ou d6jA sigaiflfes, selon et prtndre d--
0 falit co'llr le
que la matiere est sommaire ou ordinaire. demandenr qui
np eorri.)ar. itrt
Lesjugements par d6faut qui statuent sur la demandeapr6s pa .
examen des conclusions sont seuls susceptible d'opposition;
quant aux autres, ils an. tntis3ent I'assignation.
Le demandeur ne pmat renojveler la demands ou faireop-
position qu'en offrant dans I'acte mnme de payer les frais et
depensdu d6faut, faute de quoi I'affaire np sera pis appelde.
(Loi du 21 Aout 1907.)

1. La disposition de I'art. 157, 3e alinda, relative au demandeur qui renou-
velle lademande on faith opposition, dans le cs de cond~-dafaut, ne saurait
etre appliqu6e an pourvoi en Cassation. (Cass. 18 Fav. 1918.)

ART. 153. L'sjugements par d 'faut ne s.3rint pas exdcu- Ar. 155
tes avant 1'dch6ance de la huitaine de la signification h ddfen-
seur s'il y a et constitution de d6fenseur, et de 'a significa-
tion A personae ou a domicile r6Al s'il n'y a p i ei constitu -
tion de d6fenseur, A inoins qu'en cas d'urgenca l'ex6cution
n'en air 6t ordonnde avant I'expiration de ce d6lai dans les
cas prevus' l'article 142. (Pr. Civ., 150.)
Pourront aussiles judges, dans le cas siulement oi il y au-
rait prilen la demeure, ordonner I-execulion nonobstant
l'opposition, avec ou sans caution; ce qui ne pourra se taire
que par le mmesjugement. (Pr. Civ 1t.)
1. Lorsque l'execation provisoire nonobstant opposition e4t accord e, une
question relative an nonobstant opposition est exigde, A peine de nullitd,
dans le point de droit dd jugement, (Cass., 15 Mars 1894; Ed. Her., RSq.;
11 Dde. 1906.)
5. Peat-on prendre inseriptionen verta d'nn jogement par dtfaut avant










- 76 -


I'echdance de la huitaine de la signification de ce jugement ? V'affirmative
est gdnCralement admise. (Sirey, n, 8. art 155.)
8. Le delai de hultaine est franc, en sorte qn'onne peat proodder A P'e idn
tion des jugements que le dixisme jour A partir de la signification inclusive
ment. (Loc. Cit., n0 9.)

ArtIM ART. 153. Tous jugements par d6taut contre une parties
qui n'a pas constitud ded6fenseurseront signifies par un huis-
sier commis soit par le tribunal, soit pir le juge du domicile
du defaillant que le tribunal aura designed ; ils seront execu-
tes dans les six nois de leur oblention, sinon repuths non
avenus. (l'r. Civ., 12, 319. "9i, 472, 56 )

1. Le tribunal qui declare qu'un jugement par djfaut apquel opppq jp
dtait formue est frappe de preemption, ne viole pas le droit de la Idfense en
n'oidonnant pas aax parties de plaider ao fond. (Cass., 17 Join 1884.)
2. La n-cessite de commettre un heissier pour la sigaiflaetion dei jagehileait
par defaut n'existe qu'a I'dgard des juagmants p tr d 'fTat;eatre parties ,o
fa ite de coiurarattre, et non a I'eg ird des jugements par defaut oonati
avoeat ou faute de plaider. (Sirey, n" 1 art. 156.)
3. Ce n'est que lefjugqsnents par d 'fant centre parties quisont frappds de
la prremuption de six moil; les dWfauts centre avocat se,prescrivent oomme
les jugements contradictoires. (Dalloz; Jug. par def., n 381.)
4. La pdremption d'un jugement par d faut a pair effect de fire eonaidd-
r-r conmme non avenn le jugemeat seulement, mais non la procedure quila
precede, ni la demand elle-tumee. Un second jugement peat 6tre, par oon.
sequent, rendu sur la mwme assignation. (Dalloz; Loc. Cit., n45; Sirey, NToi
65, 66, ti', 68; Boitard, n* 324.)
5. II nest pas indispensable, pour empSeherlaparemptioo. de reoourir om-
me pour l'opposition, aur seules voices de I'art. 163 P. quand sartont le ja-
gemnent & executer n'est pis susceptible d'etre mis n execution par ea vole
Dans ce cas ii est permis d'employer d'autres aetes qui, suivant les eireona-
tances, sont de nature A le fire rdputer executed. (Cass., 29 Avril 1902.)

Ar. 7 Art. 160. Si le jugement est rendu centre une parties ayant
defenseur, l'opposition ne sera recevable que pendant huitai-
ne A computer du jour de la signification & d4fenseur. (Pr. Civ;'
158.)

1. La huitaine accordie pour l opposition n'est pas franehe. Ai0si I'oppoi'
lion A un jugti( unt siruili le 2 eat non recevable si elle nest foruAeq.ae le
1: elle doit I'Atret au plus tard l. 10. (Sirey, n" 38, art. 137; Contr; DaflHo.
Jug. par d(f., n1 5 )









77 -

2. Taut qne les d^lais de l'opposition ne sont pas expirds, la voie de ia
Cassation n'est pas ouverte centre lesjugements par d4faut.
Lasignification d'un jugement par ddfaut faute de conclude A I'avocat qui
4tait constitu4 daun la cause et qui, par son ldoignement du pays. se trouve
dans I'impossibilit6 de postuler. ne pent pas etre prise en consideration pour
determinerle point de depart du ddlai a l'expiration duquel le pourvoi doic
etre exered. (Cass., 18 Juin 1905.)
8. La rbgle d'aprAs laquelle le poirvoi coutre les jugam "its pir d ifaut
n'est pas recevable pendant les ddlais de I'opposition, ne souffre pas d'excep-
tion meme dans lee cas otf la parties ddfaillante declare renoncer A l'oppr si-
t'o i. (O.ms., 29 Jain 1905. )
4. Lorsqu'un pourvoi a 6tts dirigj centre tn jugame;nt sar opposition con-
firmatifd'un jugement par d6f.,it, it n'jt p ~ in 1esstire q'ie 1'attaque en
Cassation soit aussi faite centre le jugemeat par ddfaut. (Cass., 4 Mars
1912.)
6. II n'y a pasd'excAe de pouooir q',and les premiers judges, tout en ad-
mettant 1'opposition en la former, maintiennent au fond le ja-emnent par
ddfant: les deux jugements n'en forment qu'un. (Cass., 8 Avril 1913.)
6. Opposition ayant dtd formSe A un jugement par d6faut, le re.oours en
Cassation eat irrecevable taut que cette opposition u'a pas 6t6 jugi-e. ,CGs..,
25 Oct. 1915.)
7. Est reeevable le recours on Cassation exerce en mime temps centre on
judgment par d6faut etcontre le jugemsnt qui a statue sar I'oppoition A ce
jogement. (Cam., 80 Mars 1910.)

ART 161. S'il est rern l contre une p rtie q'li n'a pas de s
dtf.nseur, I'opposition sera recevable jusiqu'" I'ex6cution du
jugement. (Pr. Civ., 162)

1. Ea droit, les moyeas d'opposition prodnits centre un jigeanent par d&-
fiat constituent des chefs de defenses, et le silence des juges en ce qui leg
concern donne overture a la voie de la Cassation et non a cell de la requi-
te civile. (Cass., 12 Mars 1912.)

ART. 163. Le jugoment est rdputd execut, .lorsque les At. ,I
meubles saisis ont etd vendus ou que le condamn6 a et6 em-
prisponn ou recommandA. ou que la salsie d'un ou plusieurs
de ses immeubles lui a ete notifl6e, ou que les frais ont Cdr
pays, ou enfin lorsqu'il y a quelque acte duquel il r6sulte
n6cessairement que I'execution du jugament a 6t6 connue de
la parties d6faillante; I'opposition formde dans les delais ci-
dessuw etdans les formes ci apres prescrites suspend I'exe-













caution si elle n'a pas 6t ordonnde nonobstant opposition. (Pr.
Civ, 160, 161. 163, 105.)


Art. ticW
I/i'sllilP le jigement alila rifS i
sitiol tie spra rIecevabhlqi'alltniait q
auran el tl"' e par requitle d'auo
Ivoue.

Arl 161
l.a rpqitcleconliendra rls note llsi
Npoilion. i moins qul Ils movr;ns di
friIse ii'aient Wte sigiities ava\it le j
mInta, auqurl ras ii s.lfira dp er
qu'on lesemploio come moyvensd'o
sition; I'Opposition quii ne spra pass
file dans cette form,- n'arretei a pas I
cutionn; elle sera rel t6ee stur n simple
teetsatl sq'il soit b.soin d'n;cune:
instruction.

Art. 162
Sorsque le jugPment aura ti. r
conlre une part n'ayant pas d'as
I'opposition ponrra MIr1 florme soll
act exlra-judiciaiie, si it pal declare
sIur lescominandements proci e-ver
de saisie o d'emprisoninemniit. ou
autrPanted'exticution,. a la charge par
posant de la reitdrer avec constitl
d'avnoul, par lequile. dalin la hnit:
passe Ilequl tempselle ne spi" plus I
vable, Pt I'execnillon sera rontintili.
qlu'l *suit besoil dii le fae ire ordonne
Si I'avoui de Ia parlieulli a obtri
jugement pst dceddl, u tie pent plus
tuler. ell ifera noltiielr ine nou\ielle
Litltion d'avoiiii defaillant. lelliel
tnul.dans Irsl. dlais ci-dpssus, A coil
do la .sigiificat on. dereiti[rersoii op
Lion tar relu le, avec conslitution
Datns anlun ns. les moy'ins d'op
Lio" four i' poustlriiuriemetll la rei
i'entlreronut en Lte.


Art. lti3
L.'avoute de
I'piltosant fait.
stir I registry
dfi givfTe, men-
lion,. de loppo-
SiLrlo L




Art. 164.


ird AART. 163. L'opposition p)urra ktre form6e
1'0" soit pnr acte extra judiciaire, soit pir ddciara-
S' tion siir les co.n:n inle:n d t, procAs-verbaux
de saiie ou d'empris:)i13nm t, ou tout autre
acte d'exdcution, a la charge par 1'opposant
d-: de la rditlrer dans la huitaine par requ6te con-,
'Ie-' tenant les moyens; pass lequel temps elle
imi- ne seri plus recevable, et I'excution sera
"exd-
1,ac- continue sans qu'il soit besoin de la fire or-
autre
donner. (Loi Orgaique, 55 )
)ans aucun cas, les moyens d'opposition
endti tournis postdrieurement a la re.lu6te n'entre-
voue,
Spar ront en (axe.
nation
ban x
tout 1. L'article 163 du Code de Procedure Civile trace une
r Vop
iti.n I rcc~dure toute particuliere pour parvenir & opposition
rece- d'un julgement par ddfaut, dirogeant en ce aux formalitds
sans esseutielles qui constituent l'exploit d'ajournement deftni
nu le par 'i rticle 71. (Caws, 29 N( v. 1892; Conf., 28 Juin 1359;
pos-
cons- 12 Dec. 1859; L. P, Nos 18 (art. 71) 5. 8, sous art. 163)
seri-a *
ipter 2 L'oblig.tion de reitr er I'oppositon devient inutile
posi-
d'a- lorsque P'opposition eft fornie par un acte e.ontenant lee
pnsi- formalitls des exploits, c'est-A dire constitution d'avocat
r,1'e et as igi aii n. (Dalloz; Jug par dCf., n"29 )

3. Le dilai pour rnitdrer opposition est franc. parce que
l'art, 935 P. C. porte (Ine ni le jour de la signification ni
celui de I'deh~'nce ne sout jaiais comnpt6i pour les actes
faits a personnel on domiicile; l'acte extra-judiciaire on la
(declaration faite sur un acte d'exScution est en effet an
acte de cette nature. (Oass., 12 N )v. 1937 )


An-. 161. II scra tcnu au greffe un registre sur lequel,
I'oppos'ant fora mention sommaire de l'opposition, en dnon-
cunt les nomis des parties et de leurs dfenseurs, s'il y en a, les
dates do jugement et de l'opposition. Cet acte ne sera assu-
Jetti A la formality de I'enregistrement que dans le cas oi il en
serait ddlivr6 expedition.

ART. 165. Aucun jugement par d6taut ne sera execute &









- 79 -


1'6gird d'un tiers que sur un certificate du grcfflerconstatant
qu'il n'y a aucune opposition port6e sur le registry. (Pr. Civ.,
472.)

ART. 166. -- L'opposition no pourra jamais 6tre rccuc contre
un jugement qui aurait ddbout6 d'une premiere opposition.
(Pr. Civ., 30.)

1. Lorsqn'un jugement a dtd rendu p.~r difaut et qu'il y a 6t' f.irum opp)
sition, le jugement snr cette opposition doit 6tre r.ip'itS o tc't.Llit b>ird
pttrce qu'alors le d6fendeur anrait pris des conclusions centre le le u ti. lair
pour faire statuer sur oppositionn. II suit de l que les d-ux p-rties ont Itd
respectivement entendnes. De lu6ue tn jugement qui deboute d'unn opp.-
sition, neffit-ce que par fin de non-recevoir. se confond avec le jidiement
par d6faut auquel la parties s'est oppose, et devient ainsi contradictnire.
(Case.. 17 Dec. 1838; L. P. sous art. 166.)


TITRE VIII.

Des Exceptions.

1'e. DE LA C\UlION A FOURNIR PAI'L LES STRANGERS.

ART. 167. (a) En toutes maticres autres que cclles de com-
merce, I'etrangvr demandiour principal ou intervenant sera
tenu, si le defendeur haitien le requiert, avant toutes excep-
tions, de fournir caution pour le paiem 3nt d, frais et des
dommages intdetrt auxl'inl il p)urrait etre candam;nn A
moins qu'il ne justify etre proprietaire en Halti d'un 6tablis-
sementindustriel ou com-n racial, ou qu'il ne consigne au
grefle des titres authnmtiqu. de cridnces libres, certaines pt
liquides, payables en Haiti, le tout d'une valeur jug6e suffi.
saate pour assurer le paimnnt. (Pr. Civ., 163, 412 et suiv.,
C. C., 1806, 1807.)


a) Ancien article 167 ma.lifil pir la loi da 21 A:Att 1907;
SDans to ites les lu tti)res a'itre4 q et calles leco u n ree, l'dtranger, demiun-
dear priaoipal oa intervene it. sera ten i. si le difen I-nr le reqiiiert. avant
toutes exceptions autres qie calls jnoaujes aix articles 169 et 174. de four-
nir eoution de payer les frais et du a gesa intjrjts aaxquels it poarratit Atre
eondaminn.


Art. 165


An, Ifl
Tou' ttifan-
gera. deman-
detirs prtwrl-
pamix oh writer.
venant%. mout
tntnus do fourinir
Ia cautiion. ai t
d~frmdewr le Fe.
qulert avan~t
toute exreptiun.









- 80 -


1. L'art 167 du Code de Proaldare Civile s'applique aussi bien a l'5tran-
gcr qni se porte pirtie civil di a ua pro39s crim:nel q'l'l celui qui intense
toute a Itre assioi eiv.le. 0 l'4t'-,it; r q ii d ant is, a I~ terms de I'arti
cle ll3 du Code d lustructioaO C'-iu'alle. l'a ailatioa o i la rSforma ion d'une
ordonnance de anise en liberty. au prit ft'e disp3iiS de fourair caution
si leddfendeur I'exige. (Cass., 3 avail 1813; L. P., n 3, sons l'art. 187.)
2. Aux terms de 1'article 167 du C de de Prooddure Civile, l'6trangeri
pour etre astreint a fourair caution, doit 6tra demnndeur principal on inter-
venant; mais l'etranger qui atta ue en cessstion le jugemeat d'un tribunal
qui lui fait grief n'est pas, daa3 le sena de la loi, dmanmlear principal on
intervenant. Le pourvoi par lui exerce n'est que la eontinuation d'une ins-
tance pour laquelle it a dbj5 fjurni catioa. (Ozss., 19 oat. 1833; L. P., no 6,
Loc. Cit.)
3. L'instance en cassation 6tant une in4tanci nonvelle, le demandaur dtran-
ger est assujetti it la caution judicatum soli. (Cass., 3 Avril 1906.)
4. L'dtranger qui, devant le tribunal civil, a forani la ciation jadicatum
solvi, n'est plus soumis & l'obligation d'en donn3r ane nouvelle & l'oeaasion
du.paurvoi qu'il exerce coatre le juge.naat proat3nc centre li et cela, par-
ce qu'il n'est pas, dans le seas de l'art. 187, den. trnur principal. (Cass,, 9
Juillet 1907; 6 Juin 1905.)
5. I.Lrsque 1'dtranger demandeur a consigan la s3~um 3 fixje parole jiugj3nt
qui a ordoaun la cauti'a, point 'eit b saia pa r lui d. prisanter et de fair
ac.epter un It1j esear, ('ass 6 J ii 19)3,)
6 Le demanlear en prise & partie, s'il est 6trangar, est astreint A fournir
la caution j, dicatumn solvi rel-ise par le d~fendeur. (Ca s. 14 D4e. 1305.)
7. L'itranger qui, coal 'maS par u- arr6t da Tribaaul da Cast tion a d5-
poser la caution da jagi, 'a p t~ fait Is dipjt d3 edtta catioa duns le ddlai
imparti, a contreveau A I'art. 137 Pr. Civ., et dit Wtre diclard dGchi de son
pourvoi. (Cass.,13 Fdv. 1912.)
8. Le demandelir etrauagr n'a pis a fo Irair c ition quaa sa patente im-
plique qu'il possIde en Haiti ua dt tblisemaeat iulastriel d'une valeur sufli-
sante pour rCl o idre des fiais de l'insttance en Cassation. (Cass;, 9 Jain 1915.4
9. La cassatioj di jugaemeat qui a rejet5 I'exeaptio i di cuPtija jalioatum
solvi propose par le ddfeadeur entraine la a dllitd das d5sisions -eniaes dans
le coars de l'instanae A raisoi da l.1q telle 1i c i.tij.i a 6tJ requise..(Cass., 10
Mars 1910; 15 Mars 1913,)
10. a) I.'dtrai g r demandeurqui, pour la renevabilit6 deson action an tribu-
nal civil, a dtposd une caution qui n'a pas te' acceptde, et a dtd condamne &
en fouruir une autre, n'est pas astreint pour exercer son pourroi centre le
jugement relalil A cette caution, A fournir nn nouveau gage; par suite du
pourvoi, la question de caution rest entire entire les parties.
b)-Pour dispenser an demmaleur 6tranjar d& fournir caution, l'on ne pent
considerer come titre authentique de crdance libre, certain et liquid, .-








81 -
yable en Hatti, un jugement mSme passS en force de chose jugde rendA an
profit d'nn creancier stranger centre an d5biteur haltien; I'exdoution des
jugements done suvent lieu & des contestations. (Ca.ss. 4 Avri 1910.) Art. 167

ART. 168. Le jugementqui ordonnera la caution fixera la deaP dlm
dss spens6
some jusqu'A concurrence de laquelle elle sera fournie; e de oSSurir cau-
tion en justi-
demandeur qui consignera cette some sera dispense de four- iant q4e s s
Simmeubles si-
nir caclion. (C. Civ., 1807). s on race
sont sufflsants
pour en rdpon-
dre.
II. DES RENVOIS.
ART. 169. La parties qui aura dte appelde devant un tri- Art. 16
bunal autre que celui qui doit connaitre de la contestation
pourra demander son renvoi devant les juges comp6tents.
(Pr Civ., 69, 70,182, 357 et suiv.)

1. Pour rejeter une exception d'incomp4tence 1e Tribunal eat tenu de mo-
tiver son jngemint A I'6gard de la competence en distant comment il retipnt
la cause dans sea attributions ordinaires. (Cass., 9 Ddc. 1902.)
2. Les tribunaux hartiens sont incompItents pour connattre des contesta-
tions civiles des strangers, A mains que coax ci y consentent formellement, : ,
(Cass,. 27 Mars 1900,)
3, L'incoinpatence des tribunaux civil pour connaitre des affairs coilper-
eiales dtant susceptible de renonciation dolt 6tre proposed is limiUse liti; et
eette exception-sr troave couverte q'laal elle n'a pas dti prJposde. (Cass,, 8,0
Nov, 1905.)
4. En matibre peroonnelle, lorsqu'il s'agit d'ane contestation entire an de-
mandear domicilid dans ane ville de la R4publique et on ddfqndeur dtran-
gernon r4sidant en H&iti. ii convient d'attribuer competence au tribunal da
domicile du demandear. (Cass., 4 DWc. 1911.)
5. Les tribunaux qoauineompStents pour annuler un reglement fait par des
Secr6tairew d'Etat dans la limited de lears attributions. (Case. 17 Mars 1p8,)
6, Le tribunal civjl ayant plenitude de jurldietion est competent pour pta-
nattre d'une question commercial entire deax commergants, quand le dfens..
dear n'a pas declin. sa comppteqee, C(Oa,, 23 Avril 3131)

ART. 170. () Elle sera tenue de former celte demadt Art.s-W
prialablement A tous les mcyens autres que I'exception au- a. jjweo.
torisee par I'article 167 ci dessus.

a) Ancien article 170 modife par la loi du 21 Ao~t 1907:
Slale.qera tenee de former cettedenmande pr4alablemuent A toutes a4trs
exceptions on defenses.








- 82 -


4Art 17o ART. 171. Si ndanmoins le tribunal dtait incompetent A
raison de la matiere, le renvoi pourra 6tre demand& en tout
dtat de cause; et si le renvoi n'dtait pas demand, le tribu-
nal sera tenu de renvoyer d'cffice devant qui de droit. (1)
1. L'exception d'incompetence ratione matiriew tant d'ordri public pent
6tre propose mnme par la parties qui a port la cause devant le tribunal in-
competent.
2. Et mmie apros le jugement rendu sur la demand, cette parties pent I'at-
taquer an chef de I'incomp6tence.
3. Cette exception n'est point non plus converted ni par L'acquiescemint, ni
m6me par l'ex&eution d'un jugement interloeutoire. (Sirey .Nos 3. 4, a. art.
170.)
Art. 17 ART. 172. S'il a 6t0 form prceddemment, en un autre
tribunal, une domande pour le m6me objet, ou si la contes-
tation est connexe a une cause ddjA pendante en un autre
tribunal, le renvoi pourra Atredemand6 etordonn6 (Pr. Civ.,
363.)
1. L'exception de liti-pendance, de m3me que I'exaeption d'incomnpitene*
personnelle, n'intdresse p-s d'raetement I'orIre public- d'ailleurs, la litispen-
dance n'existe et no pe'-t exister qute pv,. rapport A I'exereies d'um tl m iiue
action devant deux trib nanx diff4rents dno 1iMni p ys; itl r'y a p t lti4
pendance quand c'est un tribunal h Ittien qtii eat a tisi de la c tuse entire deux
Frangais, portde ensui.e devant un trib mal frjan, Li. (C tss., 9 Mti 1833; El.
Hdraux, RSquisitoire )
2. jLe tribunal sai-i dine exception de litispeal ne3 nest p-s ob:igi de
I'aecueillir s'il etimne q te le triban.l amq iel ii est req'lis da reovoyar I'affai-
re est incomp'te it en raison de la in tire. (COss, 9 Juillet 1907)
t 2 ART. 173. Toute demand en renvoi serajugie sans ins.
truction ecrite et sans qu'elle puisse etre rcserv4e ni joi ate
au principal.(Pr. Civ., 401 et suiv.)

-'. Ill. DES NULLITES.
nAr. [ ART 174. (a) Toute nullitO d'exploit ou d'acte d3 prbcd-
aciBrt .71 h.'
(1) Le tribunal ne renvoie pas, il dolt se border & se ddolarer in3omnp6tent;
e'est aux parties de voir quel est le jage competent. (.T. N. L.)
a) Ancien article 174, modified par la loi do 21 Aoft 1907:
STonte nullit4 d'cxploit on d'acte de procedure est ouvertte, si elle o'est
proposed avant touted d6tense on exception a'tre que IPs excepti as d'~tali
petence.. __ F' C.'
^ o^ ^ ^ X7 e^- --;- 7
Sit,/^ 1








- 83 -


dure est couverte si elle n'est proposee avant tous moyens
autres que les exceptions autorisdes par les articles 167 et
169.
1. L'exception de nullitd proposee centre un exploit d assignation met obs-
tacle A ce que le juge prononse sur le-fon I avant de statuer sur la nullite
(Cass,, 13 Nov. 1911.)

IV. DES EXCEPTIONS DILATOIRES,
AnT. 175. L'hdritier, la veuve, la femme divorcee ou sd- Art.in
parade de biens, assignde come commune, auront trois
mois, du jour de I'ouverture de la succession ou dissolution
de la communaut6, pour faire inventaire, et quarante jours
pour ddliberer; si I'inventaire a 6td fait avant les trois mois,
Ie ddlai de quarantejours cominencera du jour qu'il aura Wte
paracheve. (C. Civ., 654 et suiv 121, 1242: Pr. Civ., 187,
128, 829 et suiv.)
S'ils justiflent que I'inventaire n'a pu 6tre fait dans les
trois mnois, ii leur sera accord un delai convenable pour le
faire, et quarante jours pour ddlibdrer ; ce qui scra r6gl6 sans
instruction par dcrit. (C. Civ., 657, 1243.)
L'hdritier conserve ndanmoins, apr6s I'expiration des dd-
lais ci-dessus accords, la faculty de faire encore inventaire
et de se porter h6ritier b6ndficiaire, s'il n'a pas fNit d'ailleurs
acte d'hdritier, ou s'il n'existe pas contre lui de jugement
passe enfor-e de chose jugEe qui le condam)e en quality
d'hdritier pur et simple. (C. Civ., 659, 1136.)
1. L'exception dilatoire oppose et adiis- n'empicei pas que l'exploit d'a-
journement n'ait dt04 et rest valab!'e on n'a ira done plus besoin plus tard
d'un novel ajournement pour proedder sur :a dema-vle; l'ajournement pri.
mitif subsiste et produit tons seseffets.. (Boit trd, n* 371.)
ARn'T 176. Celui qui prdtendra avoir droit d'appeler en ga- Art To.
rantiesera tenu de le faire dans la huitaine du jour de la de',
made originate, outre un jour par cinq lieues. S'il y apliu-
sieurs grants interessbs en la m6me garantie, il n'y aura
qu'un-seul'ddtaipour tous, qui sera rdgld selon la distance
du lieu de lademeure du garant Ie plus 6loigne. (Pr. Cir., 336
et suiu.;-;958,; C.. Civ., .1411 et suiv.):







81-
Mit. M ART. 177. Si le garant pretend avoir droit d'en appeler
un autre en sous garantie, il sera tenu de le faire dans le de-
lai ci-dessus, A computer du jour de la demand en garartie
former centre lui; ce qui sera successivement ob3erv6 AT1'-
gard du sous-garant ultdrieur.
ArxL7. ART. 178. Si neanmoins le defen eur originaire eat assi-
gno dans les delais pour faire inventaire et dl6ibdrer, le de-
lai pour appeler garant ne commencera que di jour ou ceux
pour faire inventaire et dilibirer ssrxit expirh3. (P,-. Civ.,
175.)
Art. 78. ART. 179. 1 n'y aura pas d'autre dflai pour appeler ga-
rant, en quelque matiere que ce soit, sous pr6texte de mino-
rite ou autre cause privilegiee, sauf a poursuivre les grants,
maissans que lejigement de la demand principal en soft
retard.
Art. ,. ART. 180. Si les delais des assignations en garantie nc
sopt Bchus en m6me temps que celui de la demand origi-
naire, il ne sera pris aucun d6faut centre le d6fendeur. origi-
naire lorsque avant I'expiration du delai il aura declare, par
On simpe'acte, qu'il a form sa demand en garantie; sadit
si le ddfendeur, aprns I'bchdance du d~lai pour appeler le g.
rant, ne justifle pa de la demand en garantie, & faire droit
sutr la demand originaire, m6me A ie condatnner k des dom-
mages-intm6rts si la demand en garantie par lui allgude so
trodve n'avoir pas 6td formde.
Art.io. ART. 181. Si le demandeur originaire soutient qu'iI n'y a
Slieu au ddlai pour appeler grant, l'inQident sera jug6 sans
i truction cdrite. (Pr. Civ., 36 etsuiv.)
ART. 182. Ceux qui seront assigned en garantie seront te-
nus de proceder devant le tribunal o0 ja demand originaire
serA pendante, encore qu'ils d6nient 6tre grants; mali s'il
pfrlt ,par 6crit on par 1'Bvidence du falt que la demApdp ori.
gloaire n'a 6t6 former que pour les.tradire hours de leur tri-
bpnal, is y seront renvoyes. (Pr. Civ.,,~9, 169.)
Art ies. ART, 83. En garantie formelle ponr les matieres rdelles
0u hypoth6caircs, le garant pourra toujours, prendre le fait
et caupe du garanti, qui sera mis hors de cause, s'jlle ,req iqr t
avant le premier jugement.











Cependant le garanti, quoique mis hours de cause, pourra
y assister pour la conservation de sesdroits, et I4,demandour
originaire pourra demander qu'il y rest pour la conserva-
tion des siens.
ART. 18. En garantie simple, le garant pourra seule- Art. it
ment inter venir sans-prendre le fait et cause du garanti. (Pr,
Civ., 338.)
ART. 85. Si les demands originaires et en garantie Art.Li
sont en 6tat d'6tre jugaes en m6me temps, il y sera fait droit
conjointement; sinon, le demar.deur originaire pourrea fire
juger sa demand s6par6ment; le m6me jugement pronon-
cera sur ladisjonction si les deux instances opt Wth jointes,
sauf, apres lejugement du principal, A fire droit sur fa ga-
rantie, 'il y dehet.
1. II n'y a pa lien & prononcer la jonetion de deux demands conneze
lorqun'elle no peenet on ne dolvent pas 6tre jogdes par an seal et mane
jugement. (Cas. 18 Mars 1902)
ART. 186. Les jugements rendus contre les grants for- ArtIs.
mels seront ex6cutoires centre les garantis.
SIlI gffira de signifler le jugement aux garantis, soit qu ils
aient t6 mis hors de cause ou qu'ils y aient assist, sans
qu'il soit besoin d'autre demand ni procedure. A I'dgard
des d6pens, dommages et intdrLts, la liquidation et I'ex6cu-
tion ne pourront en 6tre faites que contre les grants.
Ndanmoins, en cas d'insolvabilit6 dii garant, le garanti se-
ra possible des d6pens, a moins qu'il n'ait dt6 mis hours de
cause; il le sera amissi des dommages-intdrets si le triblbal
judge qu'il y a lieu.
ART. 187. Les exceptions dilatoires seront proposees'ceri- Art. .
jointement, et avant routess defenses au fond. (Pr. Civ., f7*N,
171, 336 et siivants,)
ART. I88. L'h6ritle', la veuve, et la feamae divorce ou Ar. a.
separ6e d ie ns,! pouirnt ne proposer leur exceptions dii-
toire'qU'apres I'dchaauce des d sais pour fire inventaire et
delibirer. (Pr. Civ., 175.)











- 86 -


V. DE LA COMMUNICATION DES PIECES.

Art.s. : AT. 189.. () Les parties qui voudront demander com-
an~en art. s9. munication des pieces employees centre elles seront. tenues
de le faire par un simple acte dans les cinq jours oit ces pie-
des seront employees ou significds, sinon elles n'y seront
plus recevables et ii sera passe outre.
Cependant, si une piece est employee pour la premiere fois
a I'audience, elles pourront en obtenir communication seance
tenante, et demander que la plaidoirie de I'affaire soit ren-
voyde a la plus prochaine audience. (Pr. Civ., 75, 87.)

1. Toute piee produite dans une instance devient commune aux deux par-
ties.
2. L'art. 189 Proc. Civ. moditij par la loi da 21 Aodt 1907, r6dig- en terms
gdndraux, ne s'occnpe pas de la constitution de ddfenseurs, facultative pour
le dsfendeur, et ne distingue pas entire les affaires introduites a l'ordinaire
et celles sur assignation A bref ddlai; il ne distingue pas davantage en-
tre lee pieces signifies en t6te de I'exploit d'ajournement et celles qui pour-
raient'stre employees dans le course de I'instance; dans tous ces cas ii veut
que la demand en communication de pieces soit formee, A peine d'irreceva-
bilitd, dans les cinq jours ot' les pieces don't on veut avoir communication
""ront ite signifides on employees. Daus ces circonstances les juges duaTri-
bunal Civil de Port-na-Prince, en faisant partir le dalai de cinq jours, de
1art. 189 Pr. Civ. sus-tentionnd, du jour de la constitution de defenseur
plat6t que du jour oil lee pieces a commuuiquer anraient 6td signifies on
emuployde., ont viold le susdit article 189 don't ils ont fait ine fansse inter-
pretation. (Cass., 25 Juillet 1911. Bulletin des ArrAts, 1912.)
3. Aucun text de loi ne fait defense aux parties de faire usage d'nne pib-
ce qui navait pas.6td signifide on communique. Lorsqu'une piece est pro-
duite a I'audience dans ces conditions, la parties centre laquelle elle est em-
ployee pent en demander communication; et, fate par elle de ce faire, la
pibce teste acquise au process. (Cass., 7 Mai 1907.)
4..Iy a excbs de pouvoir ou violation du droit de la defense lorsque lea
juges assent a l'examan du fond do litige sans statner sur une exception de
communication de pieces propose in Itmine litis. (Cass., 21 Mars 1912.)
5. Loraque les pieces employees n'ont pas AtS communiques sur la de-
mande de la parties adverse, qu'elles n'ont pas etd prod ites regulierement
pour Wtre discit6es dana le course de l'instance, elles ne peuvent point servir
anx juges pour appuyer leur decision. (Cass., 28 Mars 1912. y

a) Ansien article 189 modifl6 par la loi du 21 Aoft 1907; Les parties pJar-
ront respectivement demander, par an simple acted, communication Aes pib-
oes employdes centre elles, dans lee trois jours oil lea dites pieces aaront ete
signifies ou employees. *










-.87 -


6. Le tribunal ne peut ordonner d'offi -e la signification on la communica-
tion de pieces produites par une parties.
Ne comment. aucun execs de ponvoir le tribunal qui base sa decision sur
un titre produit par le demandeur et don't existence n'avait pas dte caches
an defender qui a nuglig6 d'en demander la comm'inieation. (Cass., 14
Avril 1915 )
7. Commettent on exebs de pouvoir leJ jughs qui deartent des pieces rd.
gulibrement produites pour motiver leur decision sur des aetes qui n'appar.
tenaient pas a la cause. (Cass., 17 Mai 1915.)

ART. 190. La communication sera faite entire les parties Art. 19.
ou leurs d6fenseurs, sur rec6piss6 ou par dep6t au greffe; La Eommn.-
,. nication sera
les piAces ne pourront etre deplac6es, si ce n'est qu'i! n'y fai entree a-
votds, etc,
en ait minute, ou que la parties y consent. (Pr. Civ., 87, 112,
418.)
ART. 191. Le delai de la communication sera flxe, ou AIrt. o.
par le r6c6piss6, ou par le jugement qui l'aura ordonn ; s'il
n'etait pas fix6, i sera de trois jours.
ART. 192.- Si.- apres l'expiration du ddlai, la parties ou Art 1t9
son d6fenseur n'a pas rdtabli les pieces, il sera, sur simple cdt rt,~W*
dit pas qole
requ6te, et meme sur un simple m6moire de la parties ad- m"'rore, o
verse, presented au doyen, rendu par lui ordonnance portant bsidtd%'tn
que le retardataire sera constraint A la dite remise, inconti- o'or'dona q
doa dtre rendue
nent et par corps ; m6me A payer trois gourdes (a) de domma- par 5i.
ges interets A I'autre parties pour chaque jour de retard, du
jourde la signification de la dite ordonnance, outre les frais
des dites requ6tes et ordonnances. Le d6fenseur ne pourra
rien rdpeter contre son constituent. (Pr. Civ., 113, 139, 449,
95s.)
ART. 193. -- En cas d'opposition, I'incidert sera r6gle sans Art..In
instruction 6crite; si I'opposant succombe, ilsera condamne
personnellement aux depens de I'incident, m6me en tels au-
tres dommages interets et peines qu'il appartiendra, suivant
la nature des circonstances.

(a) Seront calonlees A la moitid en piastres fortes les chiffres portes en
monuaie national pour amende, d6p6ts, consignations et dommages-intdrets,
et qai peuveut se tronver prescrits dans lee Codes et autres lois de la dpau-
blique. (Art. 2 de la loi da 10 aort 1877.)















TITRE IX


i OM laI verification des loritures.
t ART. 194. Lorsqu'il s'agira de reconnaissance et vdrifl.
cation d'6critures privies, le demandeur pourra sans permis-
sion du juge, faire assigned A trois jours, pour avoir acte de
la reconnaissance, ou pour faire tenir I'ecrit pour reconnu
(C Civ., 1107 et suiv., 1890.)
Si le defender ne d6nie pas la signature, tous les frais re-
latifs A la reconnaissance ou & la verification, m6me ceux
de I'enregistrement de 1'ecrit, seront A la charge du deman-
deur.
1. L'asignation eat donnde par un exploit d'ajouroement pour lea deman-
des piiefOales de vdriflcation; mais les demanded incideotes sont formdes
Par uh linmple acte d'avoud a avoe, contenaut les moyens et conclusions.
, le de~1a de trois jonrs eat franc. (Boitard, n* 424.)
S. La v4rifcation d'ceritures ne complete pas A la j-ridiition commercial.
(Casm., 22 MIi 1914.)
.Artch. ART. 195. Si le defendeur ne comparait pas, il sera donn6
defaut, et I'dcrit sera tenu pour reconnu ; si le ddfendeur re-
connatt !'derit, le jugement en donnera acte au demandeur.
Arts5. ART. 196. Si le d6fendeur denie la signature A lui attri-
buee, ou declare ne pas connaitre celle attribute A un tiers,
la verification en pourra Atre ordonnee tant par titres q.e
parexperts et par t6moins. (C. Civ., 1108, 1109; Pr. Civ., 215
et suiv., 302 et suiv.)
1. Les tribunaux oat la faculty de choisir le mode a employer poor eette
v6rlfiation.
2. Ils peuvent y proe der enz-m6mes a I'aide des piboee on document de
la cause, anus recourir a une expertise.
8. Lea joges penventt meme tenir immndiatement la pibee pour v4rilde
sils ont ia donviition de sa sinaoritd; a cetdgard, la loi lee investft d'Ui
pd6aoir d3i.sriionniairh.
Apen nt aireJter imm diatement la pioe d pros s'ilj sont owa-
vaineus de sa fausumt. (Sirey, Nos 4, 1," '11, g 1'95.)












C4 Rien qne le jaze ait an ponVoir disoretinnnaire p i, -n cam de d4nka-
tioo deoitn-tnre. tenir In pi;c.. ponr vPriffEe. ii We't I amn iloini tenu de fair
cognattre las 61E(ueuts quia ont~fiti m8 dLidision. (Oas@., 2S FCv. 1905.)

A-IT. 197. lejnugment qWi aitor'sern In v*'tiicntion or- ArL. M9.
dopnera qic C4le sern ra;iti' par trii expeIt-A, i't le-, tumw '.#-ra
d'41TIce, A mohin's qie Ies p IrLivs ne se soicmt pour
le4 noinmer. Lae ii1ne juguntijent corn iriettra le jugo# devaiit
qui ia vdinficallon se fern; ii porterli nawii quole 1I; pj.(-,e h v4t
rifqer sera d~pn-Oe atm grefft, nprtO,, quo son dtat amurai 6t0
constati6, et qu'elle auriia dCt sigmide et p mraplde p ir le demand .
deur ou son dM~n'etir. et, par le greffier, leqwel uireossra du-
tout un proces-vcrbal. (Pr. Civ., 3W3 et suiv.)
1. Wart. 805 n'est r6aR aiplinbi-4 at I'expertise ordonnie pritir vdriflcatiov
d'6vritire. Le, parties qcii 'eeilent qiie lUopssratiou moit faite pmsr des expert'
contends doiveta me utettre d'acoord avant Is jugetment. (Sirey, uW 1, art.
ha I.)
ART. 198.- En en; do r6cimintion contre le Jiiyp co --n m Art. im -
sriire ou. les experts, i1 sern prmMd nin-ii (pil P4 .;t 1wdit
aux titreq XIII et XX de li prjsente loi. (Pr. Civ.,3J3 et suiv.,
375 et suiv.)


ART. 199.- Danns les tr:is jours dii d4p6t de la pike, 1e
d6fendeur p'urra en prendre cominrnii'cation an grcffe, sans
deplacement ; lors de laI ditO co rn'unication, la: piece sern
paraph6e par hii ou som d~ftnseur, on par son fond de piiu-
voir special ; et le greffler on dresser procas-verbal. (C. Civ.,
4748 et suiv.; Pr. Civ., 190, 229.)
ART; 200. An jour indiquiA par I'ordonnnnce dii ju e-
comnis-saire, et sur nl s'mn nation de la parlie la plus dili
gente, signiflBe A dtfen- ur, s'i! en a Ole constitute, sinon *A
personneou & domicile, -ar nl huissier commis par la dite
ordonnance, les parties seront tenues de comparailre devant
le dit commissaire, pour convPnir des piAces de comparai-
son; si le demandeur en vrification ne comparait pa-, la
piece sera rejetde; si c'est le dlfendeur, le tribunal pourra
tenir la piPce pour reconnue. Dari les debt chs. le jugement
sera rendu A la pr6chaine nadience sur Is rapport du juge-
coltnmissaire, slaus acte A veait plaidei ; it sqra susceptible
d'oppsit-ibo
*


Art. 1W.









- 90 -


Ait..30 AnT. 201. Si les parties ne s'accordent pas sur lea pieces
de comparison, le juge ne pourra recevoirco:nme telles.;
1" Que lea signatures apposdes aux actes par devant notai-
re. ou cclles apposOes aux actes judiciaires, en presented du
juge et du greffier. ou enfin les pieces 6crites et $igundes
par celui don't ii s'agit do compare I'deriturte, en qualiid do
juge, grelfier, notaire, d6fenseur, huissier, ou comnm fai-
sant,' tout autre titre, fonetions de personnel publique ;

'2 Les critures et signatures privies, reconnues par celui
A qui est at.ribuce la pi6cet vurifler, mais non cells d6nides
ou non reconnues par lui, encore qu'elles cusasct dte prece-
demment v6rinfles et reconnues 6tre de lui.
Si la d("ngation ou mceonnaissance ne p.rte que sur une
partie de la piece A vOrifler. le juge pourra ordonner que le
surplus de la dite pidce servira de piece de co:np.iraisin.
Art.31. AnT. 202. Si les pieces d., comp:lraison sont centre les
Sninins de deposiiaires publics ou autres,-le juge-comimissii-
re ordonnera qu'aux jour et heure par lui indiqlnes, les .d-
tenteurs des ditespidces les apporteront au lieu olf se fera la
vdrillcation ; peine, conlre les dcpo itaires publics, d'6tre
contraints par corps, et les autres par les voiea ordiiaires,
sauf mine A prononcer contre ces derniers la contrainte par
corps, s'il y &chet. (C. Civ., 1826; loi du 17 aott 18j;; Pr. Civ.,

art. s.. AnT. 203. Si les pieces de comparison nepeuvent 6tre
d'y ddplacces, on si les d6tenteurs sont trop dloignes. il eat
aiss6 ai la prudence du tribunal d'ordonner, sur le rapport du
juge commissaire, et aprs avoirentendu le minister public.
que la verification so fera dans le lieu de la demeure des
depositaires, ou dans le lieu le plus procheou que, dans ua.
delai determine!, les pieces seront envoy6esaau greffe par lea
voies que le tribunal indiquera par son jugement. (Pr. Civ,,
2A3.)
ArL.i.. AP.T. 204. Dans ce dernler cas, si le d6posilaire eqt perp
sonne publique, 11 fera pr6alablement expedition ou cope col-
lationnde des prices, laquie:l sera vdrifl6e sur la mionte ou
original par le doyen do tr;banal ou le juge de sa r6sidenee
iui en dresser proc0s verbal ; la dite expedition on eQp-ee




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs