• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Advertising
 Title Page
 Preface
 Les Antilles avant 1789
 La Guadeloupe de 1789 a Victor...
 Victor Hughes Franc-Maçon
 Victor Hughes: Délégué de...
 Victor Hughes reprend la Guadeloupe...
 La Guadeloupe sous Victor...
 Les corsaires de la Guadeloupe
 Victor Hughes amoureux
 Rappel et mort de Hughes
 Sommaire - Illustrations
 Bibliography
 Back Cover






Group Title: Grandes figures coloniales / Sainte-Croix de la Roncière ; t. 1
Title: Victor Hughes, le conventionnel
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078349/00001
 Material Information
Title: Victor Hughes, le conventionnel
Series Title: Grandes figures coloniales Sainte-Croix de la Roncière
Physical Description: 327 p., 8 leaves of plates : ill., map, plan ; 23 cm.
Language: French
Creator: Sainte-Croix de la Roncière, Georges, 1872-
Publisher: s.n. :
En vente chez l'auteur
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1932
 Subjects
Subject: Abolitionists -- Biography -- Guadeloupe   ( lcsh )
Revolutionaries -- Biography -- France   ( lcsh )
Pirates -- Guadeloupe   ( lcsh )
Colonies -- Officials and employees -- Biography -- France -- America   ( lcsh )
Colonies -- Administration -- France -- America   ( lcsh )
History -- Guadeloupe   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
individual biography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Bibliography: Bibliography: p. 326-327.
Statement of Responsibility: Sainte-Croix de la Roncière.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078349
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001066078
oclc - 24425884
notis - AFF0203

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Half Title
        Page 3
    Advertising
        Page 4
    Title Page
        Page 5
        Page 6
    Preface
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Les Antilles avant 1789
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    La Guadeloupe de 1789 a Victor Hughes
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72 & 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
    Victor Hughes Franc-Maçon
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
    Victor Hughes: Délégué de la convention
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    Victor Hughes reprend la Guadeloupe aux Anglais
        Page 111
        Page 112
        Page 112a
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 128a
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
    La Guadeloupe sous Victor Hughes
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
    Les corsaires de la Guadeloupe
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 224a
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 240a
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 256a
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 272a
        Page 273
    Victor Hughes amoureux
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
    Rappel et mort de Hughes
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 320a
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
    Sommaire - Illustrations
        Page 325
    Bibliography
        Page 326
        Page 327
    Back Cover
        Page 328
Full Text


SAINTE-CROIX DE LA RONCIERE
----------30---------- DC-

Grandes Figures Coloniales
I



TICTOR RUGHES
L CGONVINTZON UBL


A R I
ARI
1932


En veate ehez Pauteur a 74, Avenue Mareean Paris





















VICTOa 1 fOI8
SX CONV3NTZONMNL

A MON VIEIL AMI
Louis LAZARD
Souvenir affectueux.


















DU MEME AUTEUR




DANS LE SILLAGE DES CARAVELLES DE COLOMB.
L'AGONIE DES HEURES.
LES FLEURS DE MON JARDIN.
LE REVEIL D'ATTILA.
ANTOINE ET CLEOPATRE.
A L'OMBRE DES VIEILLES BASILIQUES DE PARIS.


POUR PARAITRE PROCHAINEMENT


GRANDE FIGURES COLONIALES.

II


Le GENERAL DUGOMMIER.
LE GENERAL RICHEPANSE.
LE GENERAL GOBERT.





SAINTE-CROIX DE LA RONCIERE
----------oc-------:

Grandes Figures Coloniales
I



VICTOR %eUGHES
R CONVEUNTZOM UEL


P A R I
-PA 32
- 1932


En vemte ehez I'auteur a 74, Avenue Mareeau Paris




















'pl

~t~ or
4 --
rli"
r *
;r
~
I
,






















ii




''



''
i!
ii














PREFACE HISTORIQUE


Les Antilles sont riches en exploits glorieux
accomplish par de valeureux capitaines, d'in-
trepides marines ou des corsaires qui ont port
tres haut le pavilln de la France. Dans les
combats, heureux ou malheureux, qu'ils enga-
gbrent avec nos ennemis d'alors, les Anglais,
.nous trouvons de sublimes examples de cou-
rage, d'6nergie, de bravoure et d'abnegation
don't nous pouvons, A bon droit, 6tre fiers.
L'histoire qu'on va lire se deroule entire
1789 et 1815, de la R6volution a la fin de
1'Empire, a une 6poque sanguinaire, boule.
verse par le choc des idWes; a une p6riode
tragique de notre colonisation oi, attaqute
de toutes parts, la France dut tenir tote, sur
terre, A 1'Europe coalisee et, sur mer, A 1'An-
gleterre, avide de conquetes maritimes.
Les Antilles ressentirent violemment le
contre-coup des guerres europ6ennes, guerres
engages entire les puissances monarchiques
et la R6volution frangaise, et elles eurent
alors a soutenir des luttes rep6tees centre nos
ennemis. Des grands hommes qui s'y soat








VICTOR HUGHES


illustr6s, pour la plus pure gloire de la France,
les noms s'6teignent graduellement et le sou-
venir s'efface de plus en plus. L'ingratitude
des peuples est l'aur6ole que la gloire met au
front des grands citoyens. Seules, quelques
rues portent leurs noms; la grande majority
ignore leur passe merveilleux. En entrant
dans 1'histoire, ils sont sortis de la memoire
des hommes.
Victor Hughes fut un de ceux-li 1. Une rue
de Pointe-A-Pitre porte sdh nom 2. C'est tout.
Dans les pages qui vont suivre,nous allons
essayer de retracer sa vie, son 6pop6e, nous
basant seulement sur les documents que
nous avons pu recueillir, apres de longues et
minutieuses recherches.
Nous devons beaucoup de pricisions A son
secretaire particulier, Viel, qui, apres avoir
Wet son Eminence Grise A la Guadeloupe,
l'accompagna lors de son rappel en France.
Inquiet sur son propre sort, se sentant menace
en meme temps que Hughes, il profit du
long voyage de retour pour ecrire ses Me-
moires, afin de se disculper le moment venu

1. Dans un prochain volume qui comprendra la
p6riode consulaire, entire 1800 et 1804, nous parlerons
des c61lbres gendraux Richepanse, Dugommier et Go-
bert, ces deux derniers n6s a la Guadeloupe.
2. Decision du Conseil Municipal de Pointe-h-Pitre,
1884.








PREFACE HISTORIQUE


devant ses juges. II avait obbi aveugl6ment
au tyran, mais il affirmait n'avoir pas tremp6
dans ses sanglantes resolutions. Victor Hughes
ne fut pas inquiete. Reniant touts ses
convictions, le fougueux r6volutionnaire, sui-
vant I'exemple de son protecteur, Fouch6,
passa aux Bourbons, don't il devint le fiddle
serviteur. Fouch6 l'employa come agent
secret dans les tractations qu'il eut avec les
agents de Louis XVIII et, pour le recom-
penser de son z le, le fit nommer Gouverneur
general a la Guyane frangaise qu'il administra
jusqu'en 1809.
Cet home don't le front fut 6clair6 d'un
rayon de gloire en reprenant la Guadeloupe
sur les Anglais, ternit cette gloire en ne d6fen-
dant pas Cayenne centre les Anglais r6unis
aux Hollandais et rendit cette colonies Ie
12 janvier 1809.
En 1814, au Palais Royal, A Paris, il se
faisait remarquer par 1'6normite de sa co-
carde blanche. Un habitant de la Guade-
loupe, M. Lehoult, qui y 6tait au moment oi
il faisait guillotiner tous ceux qui pc)rtaient
ce signe, le rencontrant, lui dit : ( Eh quoi,
cette cocarde a votre chapeau Que voulez-
vous repondit Hughes, a les Bourbons sont
nos souverains 16gitimes TI ne porta pas
seulement la cocarde blanche, il se rendit tres
utile aux armies 6trang6res, servant les








VICTOR HUGHES


Anglais qu'il avait tant poursuivis de sa haine.
Cette haine 6tait commune A tous les grands
revolutionnaires, haine tres comprehensible
puisque l'Angleterre 6tait A la tAte de la
coalition centre la France, le ( point central
des movements de nos ennemis et il fallait
c d6truire Carthage ), comme disait Danton.
L'Angleterre, depuis William Pitt, professait
une haine aveugle contre nous. Cet homme,
d'une trempe sup6rieure, d'une intelligence
hors ligne, au patriotism 6troit et farouche,
poss6dant au supreme degr6 les passions de
l'aristocratie anglaise, et qui, aprAs avoir
quitt6 la carriere militaire pour se jeter dans
1'6tude des lois et des grands 6crivains de
Rome et de la Grace, s'6tait former a I'Alo-
quence des Anciens, avait entrain6 aprAs lui
tout le royaume. II aspirait a la domination
des mers et a I'accaparement du commerce du
monde. Pour y parvenir, il chercha A nous
arracher toutes nos colonies, immobilisant
dans ce but toutes nos forces surlecontinent.
Le rappel de Dupleix, consent en 1754 par
Louis XV,nous avait coftt la perte de l'Inde.
Le Canada devait nous 6tre enleve ulterieure-
ment.
Pitt, pour prouver que la lutte etait sans
merci, aVait fait d eItetr la vietoire ou la
mort & tous ses g6fti6aut. Bing, qui perdit la
bataille de Port-Mahon, oh se fit remarquer








PRiFACE HISTORIQUE


pour la premiere fois de Suffren Saint-Tropez,
fut livre A une cour martial, condamne b
mort et fusill6.
La reprise de la Guadeloupe par Victor
Hugues est un admirable fait d'armes que
nous devons exalter. Son succes a 6tB d'au-
tant plus grand qu'il n'avait que de faibles
moyens A sa disposition. On peut s'6tonner
qu'une poign4e d'hommes, nouvelles re-
crues, aient pu accomplir une aussi grande
chose.
Lorsque la Convention lui confia le soin,
avec 1153 hommes, de reprendre la Marti-
nique et la Guadeloupe aux Anglais, elle
demandait une chose ridicule et d&risoire.
11 y avait plus de chances pour 6chouer que
pour r6ussir, puisque ces miles 6taient d6fen-
dues par des troupes enemies vingt fois sup6-
rieures. Rien qu'a la Guadeloupe il y avait
8.000 Anglais,appuy6s par une forte escadre.
Hughes risquait tout au plus de se faire
prendre par une frigate anglaise, avant meme
d'arriver a destination; pourtant il r6ussit
pour la gloire de nos armies. I1 avait l'ame
de cette trempe qui maitrise les 6venements
et les force a se plier A ses volontes.
Cet homme cruel, sanguiriaire, soumit tout
& sa volont6 absoltie. I1 savait que la hardiksse
est le de6omninateu d6eisif de to6s les calculs
et que I'histoite univetselle n'est pas un








VICTOR HUGHES


code de morale. ( La gloire efface tout,mmme
le crime D!
Le mot ((libert6e signifia dans sa bouche
obbissance ou la mort Et certes il n'hesita
pas a envoyer de nombreuses victims a la
guillotine. (La raison n'est s6par6e de la
d6mence que par 1'6paisseur d'un cheveu a
dit Bourdon de l'Oise.
Froid, implacable, il command et tous
doivent obbir. Avec lui pas de discussion. UI
tenait de la Convention des pouvoirs illimit6s.
La puissance accord6e aux Commissaires du
people 6tait formidable, sans limites, les
decisions sans appel, le pouvoir plus grand
que celui d'un dictateur. II condamna a mort
sans merci, sans jugement et fut le maitre
absolu de 'ile que le Comit6 du Salut Public
lui avait donned la mission de conserver centre
la rapacity des Anglais.
II fut I'6mule de Robespierre, le pur, I'in-
corruptible, I'inCbranlable, l'inaccessible; de
Fouch6, le traitre, le parjure; de Danton qui
pr6sida aux massacres dans les prisons en
septembre 1792 et cr6a le Tribunal Revolu-
tionnaire; de Brissot, de Desmoulins, de
Marat, de Colot d'Harbois.
Les commissaires nationaux, d6elgues par
la Convention, n'6taient certes pas des ( de-
moiselles comme I'a dit Danton. Certains,
comme Delacroix, un ancien gendarme qui









PREVACE HISTORIQUE


acquit en Belgique un renom sinistre, furent
de v6ritables bates feroces 1. A la Guadeloupe,
Victor Hughes se livra h des exces qui sont
moins connus parce que le th6ftre de ses
exploits fut plus Bloign6. Son patriotism
bouillant le poussa aux resolutions extremes
et il ne conput jamais la moderation ni la
piti6.
Il savait que, lorsqu'un people traverse
ceriaines ventures qui transforment le r6-
gime 6tabli, ce ne sont pas des legistes qu'il
faut mais un aventurier qui accapare la dicta-
ture. Robespierre, lui-mgme, le plus fameux
des d6mocrates, avant de p6rir sur 1'6cha-
faud, n'a-t-il pas reconnu le fait? Dans les
papers trouv6s chez lui il y avait une note de
sa main, d6butant ainsi : Il faut une vo-
lont6 une )..... et Saint-Just qui 6tait avec
lui en parfaite harmonies d'idees a 6crit dans
ses ((Institutions ) : a il faut dans toutes
revolutions un dictateur pour sauver I'Etat
par la force 2.
Il y a deux sortes de chefs : ceux qui diri-
gent les masses et ceux qui suivent les mou-
vements populaires. Parvenus au pouvoir,
les derniers se retranchent derriere le pou-
voir, tandis que les premiers continent &
1. Louis Barthou. Les grands rdvolutionnaires. Danton.
2. Napol6on a. dit : L'anarchie ramine toujours au
pouvoir absolu x.









VICTOR HUGHES


marcher en avant. Victor Hughes itait n6
pour diriger les masses, les conduire au su-
blime. Les Chinois qui ont tout vu, qui ont
connu toutes les formes de gouvernement, qui
ont mmme essayA, de longs siecles avant nous,
le bolchevisme, ont un id6ogramme pour ces
types d'homme. Ils les appellent ( des hom-
mes qui montent un tigre ).
Son college Fouch6, avait, a Lyor,
abreuv6 de sang la plaine de Brotteaux;
Carrier avait fait noyer dans la Loire
6.000 personnel; Euloge Schneider avait ter-
roris6 Strasbourg; comme tous ces bourreaux,
Hughes devait comparaitre devant un tribu-
nal pour r6pondre de ses crimes, mais alors
que Robespierre, Danton, Chalier, Collot
d'Harbois devaient perir sur l'6chafaud ou se
suicide, Hughes allait atre absous et, imi-
tant Fouche, renier sans pudeur son passe
revolutionnaire pour rallier le drapeau roya-
liste.
II mourut A Cayenne en 1826.




















LES ANTILLES AVANT 1789


De grands evenements s'etaient d6roul6s
aux Antilles depuis le commencement du
regne de Louis XVI (1774). Les colonies
jouaient un r6le de premier plan dans les
destinies de la nation. Grace a notre appui
financier et militaire, les Etats-Unis d'AmB-
rique avaient conquis leur independance.
Le bel 6tablissement naval cr66 par Colbert
avait p6riclit6 au debut du xvime siecle
lorsque, en 1761, le due de Choiseul prit le
department de la Marine et une period de
regeneration y marqua son passage. Rem-
plac6 en 1774 par M. de Sartines, apres un
court passage au pouvoir de M. de Boynes et
un interim de Turgot, nous possedions enfin
une flotte imposante, un personnel d'elite
et la France s'affirmait come puissance
navale.









VICTOR HUGHES


Louis XVI cherchait I'occasion de venger
les vieilles injures. Une circonstance favo-
rable se pr6senta lorsque l'Am6rique rompit
le lien qui l'attachait A la Grande-Bretagne.
Quoique ne voyant pas sans inquietude une
grande colonie se r6volter contre son Roi,
il d6cida de soutenir les Etats-Unis dans la
lutte centre l'ennemi hereditaire et Franklin
fut regu A Versailles au milieu d'ovations et
avec enthousiasme par la population. Des
traits de commerce et d'amiti6, puis d'al-
liance offensive et defensive, furent conclus,
ce qui virtuellement 6quivalait a une d6clara-
tion de guerre A l'Angleterre.
Dans les deux dernieres guerres du rbgne
de Louis XIV, celle de la Ligue d'Augsbourg
et celle de la Succession d'Espagne, les colo-
nies, abandonnees B leurs propres resources,
avaient beaucoup souffert. Des alternatives
de revers et de succes avaient 6puis6 les
colons et ruin6 le commerce mais l'6nergique
vitality de ces possessions am6ricaines 6tait
telle que la prospirit6 6tait vite revenue et,
lorsque survint la revolution, les Antilles,
Saint-Domingue tout particulibrement, jouis-
saient d'un degr6 inoui de richesse. Chass6s
des marches 'de 1'Ambrique du Nord, les
n6gociants de la m6tropole y avaient con-
centr6 toute leur activity.
Les traits de paix de Paris et de Versailles


_ _








LES ANTILLES AVANT 1789


(1783) qui reconnaissaient 1'ind6pendance des
Etats-Unis et nous rendaient les iles Sainte-
Lucie et Tobago, avaient port leurs fruits.
Notre domination se consolidait aux Antilles.
Les caraibes de Saint-Vincent s'6taient mis
sous notre protection. Sainte-Croix etait
vendue au Danemark pour 138.000 livres,
mais avec stipulation de paix perp6tuelle.
Toutes nos possessions ktaient en pleine voie
d'amilioration et de progres. La population
augmentait 1; de somptueuses habitations
s'elevaient et les cr6oles venaient gaiement
depenser en France leur fortune facilement
acquise.
Cette renaissance commercial et cette
extension de notre domaine d'outre-mer
excitaient la jalousie et les convoitises de
l'Angleterre. Les colonies avaient jadis donn6
la puissance A Charles-Quint, fait la splendeur
des Portugais et la richesse des Hollandais.
Elles entraient pour une grande part dans la
politique europeenne parce que leurs pro-

1. En 1789, il y avait i la Guadeloupe 598 sucreries.
don't 139 a vent, 148 a eau et 228 a bceufs.
La surface cultiv6e en cannes 6tait de 26,970 carries.
Le caf6 repr6sentait 7,023 carries (18,800,000 pieds);
le coton 8,200 cars (11,975,000 pieds) et le cacao
190 carr6s (450,000 pieds).
On comptait 12,256 bates a comes, 4,092 chevaux,
3,763 mulets, 17,060 moutons, pores et cabrits.
VICTO avUGEiS 2








VICTOR HUGHES


duits qui n'6taient pas encore concurrences
dans la M6tropole ne suffisaient pas a la con-
sommation et assuraient la prosperity du
commerce.
Sous pr6texte de maintenir 1'6quilibre
europ6en, I'Angleterre, sous le r6gne de
Louis XV, nous avait declare la guerre a deux
reprises. Dans la premiere de ces guerres, les
colons des Antilles avaient r6ussi A repousser
toutes les attaques de leurs ennemis h6r6di-
taires et la paix d'Aix-la-Chapelle (1748) nous
avait confirm dans la possession de nos
Antilles; dans la second, nous avions etW
moins heureux et la Guadeloupe, la Domi-
nique, la Martinique et les autres possessions
antillaises avaient succomb6 sons les forces
accablantes de l'ennemi. La paix d6sastreuse
de Paris (1763) nous avait rendu la Guade-
loupe, la Martinique, Sainte-Lucie, et Saint-
Martin mais les Anglais avaient conserve la
Dominique qui,en temps de guerre,intercepte
les communications entire la Guadeloupe et la
Martinique.
La guerre d'ind6pendance des Etats-Unis
d'Am6rique fut une revanche, mais nous
edmes le malheur de perdre la bataille des
Saintes (12 avril 1782) oh le comte de Grasse
se fit battre par Rodney et perdit 5 vaisseaux,
6 de leurs capitaines et 3.000 hommes.
L'Angleterre restait maitresse de la mer.









LES ANTILLES AVANT 1789


Pour se venger du concours que nous avions
apport6 4 l'ind6pendance des Etats-Unis, elle
caressait l'idee de prendre possession de
toutes les miles de l'archipel ambricain (360 miles
ou iots) appel6es Antilles 1. Elles forment
une chaine semi-circulaire, entire le Tropique
du Cancer et la Ligne 6quinoxiale, qui part
du rivage de la Floride et va se terminer au
golfe de Maracaibo.
Colomb qui croyait avoir touch aux Indes,
les appela ( Indies ). Les Anglais pour les
distinguer des Indes Orientales, 'les consa-
crerent Indes Occidentales (West Indies)
et les Espagnols les divis6rent en (bar lo
vento et solo vento ), lies du Vent et miles sous
le vent.
Les miles sous le vent, les plus importantes,
situ6es au Nord-Ouest,'sont Cuba, Jamaique,
Saint-Domingue, Porto-Rico et toutes les
petites miles environnantes, connues aujour-
d'hui sous le nom de Grandes Antilles ); les
les du vent qui forment le group des a Petites
Antilles allant de Saint-Thomas A la Tri-
nidad, comprennent principalement Saint-
Thomas, Sainte-Croix, Saint-Jean, Saint-
Christophe, Antigue, Guadeloupe, Montserrat,
Dominique, Martinique, Sainte-Lucie, Tobago,
Grenade, Saint-Vincent, Barbade et Trinidad.
1. ( Ante Insulae pour designer leurs positions en
avant du nouveau monde.








VICTOR HUGHES


Le gouvernement frangais qui comprenait
I'utilit6 des colonies en temps de guerre 6tait
r6solu A les utiliser aux premieres hostilit6s.
II avait 6galement reconnu la n6cessite,
pour encourager les colons dans leurs senti-
ments patriotiques, de leur faire quelques
concessions politiques. On venait ainsi d'ins-
tituer des Assemblies coloniales, investies de
pouvoirs assez 6tendus ct jouissant du privi-
1ege de prendre certaines measures d'inter6t
local et mgme de rendre des d6crets, sauf
approbation du Gouverneur, lorsque la R6vo-
lution 6clata.
La Convention national, g6n6reuse et
lib6rale dans ses aspirations, mais impru-
dente par sa precipitation 1, rendit coup sur
coup une s6rie de d6crets qui furent funestes
aux Antilles. Les m6mes passions, les m6mes
violence qui ont marqu6 cette p6riode trou-
blee dans la M6tropole allaient bouleverser le
monde colonial. Ce grand movement social
qui change les institutions de la France, y
consacrant les principles de liberty et d'iga-
lite civiles, des droits et de la souverainete
du people, devait irr6vocablement avoir sa
r6percussion dans les Antilles, et les profondes
modifications apportees a la Constitution,

1. On fait des lois avec maturit,-"on ne fait bien la
guerre qu'avec enthousiasme ), disait Danton.








LES ANTILLES AVANT 1789


provoquer un bouleversement g6n6ral don't
nos ennemis allaient profiter.
L'archipel des Saintes, que l'on commen-
gait a fortifier, tomba le premier entire leurs
mains (1794) et I'on peut affirmer que sans
Victor Hughes nous aurions irrivocablement
perdu toutes nos possessions antillaises.

*

Ne se sentant plus continues par la marine
de l'Etat et les troupes, les colonies, affol6es
par l'exercice de leurs nouveaux droits,
s'adonn6rent a la fureur de leurs passions, A
la haine de castes, et ce fut pour les esclaves
une belle occasion d'exercer leur soif de ven-
geance. Le pillage, l'incendie et le meurtre
s'ensuivirent, entrainant la dbsorganisation
total de I'administration.
Pour bien comprendre les 6v6nements, il
faut connaitre quelle 6tait alors la situation
politique et social aux Antilles.
La Guadeloupe qui nous occupe, avec ses
dependances, et la Martinique etaient peu-
plees de blancs (europ6ens ou descendants
d'europ6ens n6s aux Antilles), de gens de
couleur, libres ou affranchis et de n6gres
esclaves, venus d'Afrique. En 1789, la popu-
lation de la Guadeloupe 6tait de 106.593 ha-
bitants, se r6partissant comme suit ;








VICTOR HUGHES


13.712 blancs, 3.058 hommes de couleur et
89.823 n6gres esclaves.
Les blancs, pour la plupart nobles, 6taient
proprietaires de la terre et riches. Aristo-
crates, cadets de families nobles de France
attires aux colonies par I'appAt du gain, ils
nourrissaient, comme aujourd'hui, le desir
imp6rieux de retourner dans la Metropole
des que la fortune les favorisait. Cet 6tat
d'esprit les rendait avides, remuants, recher-
chant sans cesse le moyen d'acc61lrer leur
fortune et d'aller jouir agr6ablement en
France de leur titre et du fruit de leur labeur.
Ils ne regardaient leurs maisons que comme
un lieu de passage, ne l'ornaient que du strict
necessaire. Il en est toujours de meme.
Les nobles avaient une preeminence abso-
lue que les lois et les prejug6s consacraient.
Les alliances contract6es entire families leur
accordaient des privileges excessifs. Environ-
nes, d6s l'enfance, d'esclaves destines a devi-
ner et A pr6venir leurs volont6s; de parents
qui caressaient jusqu'i leurs defauts; ils
Btaient ports A une grande g6enrosit6 et A
une imp6tueuse conception du point d'hon-
neur. Les vieux creoles se souviennent des
duels c6elbres qui ont laisse trace dans les
Annales coloniales. Ils prodiguaient l'hospi-
talite, au point que des aventuriers ont sou-
vent abuse de leur confiante bienveillance








LES ANTILLES AVANT 1789


L'histoire du faux prince de ModBne en est
un example.
A la fin de 1748, un petit batiment mar-
chand appele Le Coureur, capitaine Mondaire,
arm6 a La Rochelle, apparut devant le
Marin, a la Martinique, et, pressed par les
Anglais, 1'equipage se jeta dans une chaloupe
et abandonna le navire A l'ennemi. Parmi les
matelots 6tait un jeupe home, de dix-huit
A dix-neuf ans, d'une figure agreable, d'une
tournure noble, A la physionomie distinguee,
aux manieres d'une 616gance supreme, remar-
quable surtout par la blancheur et la delica-
tesse de sa peau. Il se disait fils d'un mar6chal
de camp. Le respect de l'6quipage semblait
annoncer un personnage plus eminent. I1 fut
accueilli par M. Duval F6rol qui lui donna
avec empressement I'hospitalite et les habi-
tants du quarter le combl6rent de politesses.
M. Nadau, lieutenant du roi, au Marin, en
apprenant la nouvelle, voulut I'avoir chez lui.
11 fut s'y loger. Ayant signed ( d'Est ) un petit
mot de remerciements a son premier h6te, la
nouvelle se repandit dans 'ile qu'il 6tait
Hercule Renaud d'Est, prince hir6ditaire de
Modene et frere de la Duchesse de Penthi6vre.
Bien entendu, il laissa dire et accept tous les
6gards et toutes les provenances qui se mani-
festaient a son 6gard. Des officers qui con-
naissaient la duchesse pretendirent meme









VICTOR HUGHES


.qu'il ressemblait a sa sour; on le traita de
( Monseigneur ; on lui pripara des fetes.
Le marquis de Caylus 6tait alors Gouver-
neur general des iles du Vent, A la Marti-
nique. II lui fit 6crire par son capitaine des
Gardes pour I'inviter a se rendre A Saint-
Pierre. AprBs avoir lu la lettre, le prince se
content de dire a l'officier qui l'avait port6e :
Dites a votre maitre que je suis Hercule
Renaud d'Est et que s'il veut me voir, il fasse
la moiti6 du chemin et se rende au Fort Royal
oi je serai dans quatre ou cinq jours. b Le
prince qui commengait a s'ennuyer au Marin
avait resolu d'aller & Saint-Pierre, la capital.
Le gouverneur partit pour le Fort Royal
mais se ravisa en route. Le prince arriva au
fort et ne trouvant pas le gouverneur conti-
nua jusqu'i Saint-Pierre. 11 traversa la ville
avec un nombreux cortege, acclam6 par la
population en delire, et se rendit aux J6suites,
sur I'habitation P6rinelle, qui furent tout
bouffis d'orgueil de la pre6frence qu'il voulait
bien leur accorder. Pour loger dignement un
si grand personnage, ils d6ployerent un faste
inoui. DBs lors le prince forma sa maison; le
marquis d'Eragny fut son grand 6cuyer,
Duval F&rol, Laurent-Dufond, Boisferm6,
tous riches habitants du Marin, furent ses
gentilshommes et Rhodez devint son page.
II tint une cour, eut des audiences r6gl6es,









LES ANTILLES AVANT 1789


Les dominicains enviant I'honneur de le
posseder, il alla loger chez eux. II y fut regu
encore plus magnifiquement, lui et toute sa
cour. Les provenances redoublkrent. Saint-
Pierre n'avait jamais offert un pareil spec-
tacle de joie et de fete. Le gouvernement fut
6clips6 totalement. Le prince courtisait toutes
les femmes, se livrait a tous les exces du vin
et de la table mais ne d6mentit jamais son
caractere de grandeur et de disinteresse-
ment.
Apres sept mois de profusion, on trouva
que Son Altesse coftait un peu cher. II
s'embarqua sur le navire Raphael, avec toute
sa maison, un aum6nier et le m6decin du roi,
Garnier. II partit le 12 aoft 1748, salu6 de
21 coups de canon par le fort et en arborant
le pavilion admiral.
Le 13 aoft, il s'arreta A la Guadeloupe et
fut magnifiquement trait. Un Te Deum fut
chant a la cathedrale et le soir il y eut un feu
d'artifice et des illuminations.
Quinze jours apres son depart de la Marti-
nique, le gouverneur qui avait 6crit au minis-
tore regut I'ordre d'arrAter l'imposteur et de
I'envoyer en France par premier bAtiment
pour 6tre jug6. Dans sa lettre (18 juin 1749)
au marquis de Caylus, le ministry de la Marine
t6moignait combien il 6tait indign6 de cette
mystification et annongait que le pretendu








VICTOR HUGHES


prince 6tait un deserteur des valets de la
troupe de la maison du Roi.
Cependant, le Raphael, sur lequel s'6tait
embarqu6 son Altesse, voguait tranquille-
ment. Apres soixante-cinq jours de mer, le
navire manquant de vivres dut faire escale,
le 17 octobre, a Faro, au Portugal, oh le
prince fut regu avec tous les 6gards dus a son
rang. I1 se rendit en grande pompe a Seville
oh on l'arreta un jour, par ordre du roi d'Es-
pagne, au milieu des fetes qu'on donnait A
son intention. Le pr6tendu prince fit con-
damn6 aux galeres, en Afrique, au Presidio
d'Oran.

*

A c6te des blancs qui combattirent la
Revolution, parce qu'elle apportait la liberty
a leurs esclaves noirs et qui repouss6rent la
R6publique, parce qu'elle 6tait contraire A
leurs idWes, il y avait les hommes de couleur ou
< sangs mIl6s libres ou affranchis, issues de
blancs et de n6gresses, qui 6taient tenus dans
une profonde inf6riorite et cette in6galit6
politique et social devait causer, au point
de vue social, bien des maux.
En marge de la society, ils souffraient
d'une situation p6nible, impose par les lois
en vigueur et ils applaudissaient ouvertement









LES ANTILLES AVANT 1789


aux idees nouvelles qui avaient fait passer
dans leurs esprits comme une soif de liberty.
Ils faisaient des voeux ardents pour un chan-
gement de regime et souhaitaient les grandes
reformes sociales que les grands philosophes
du xvime siecle, tout particulierement Jean-
Jacques Rousseau et Voltaire, avaient laiss6
entrevoir.
A l'origine, il n'y avait que planteurs et
esclaves, mais, petit h petit, pour recon-
naitre un acte de devouement ou par phi-
lantropie, des esclaves de couleur avaient
et6 liber6s. Puis les abus vinrent. Pour les
reprimer une amende proportionn6e & la
-facult6 du pere blanc avait Wet impose lors-
qu'il abusait d'une n6gresse. II fut, en outre,
oblige de nourrir l'enfant et de l'entretenir
jusqu'a l'Age de douze ans. La licence et
l'immoralit6 augmentant avee les richesses,
les abus devinrent la regle et le concubinage
se g6neralisa. Le gouvernement ne trouva
alors d'autre moyen de remedier a cette situa-
tion qu'en decr6tant que a les enfants de cou-
leur seraient la consequence de 1'Ntat de la
mere et non de celui du pere Les liaisons
neanmoins se multiplierent puis s'affermirent
par les liens de la paternity. Le concubinage
devint g6enral et les reglements caduques.
Les enfants de couleur,eleves dans leur bas-
Age dans les principles d'6galit6 avec les petits


_ __ II~_____ _~ ~~_ ____







VICTOR HUGHES


blancs, se mIlant A leurs jeux, eurent de la
peine plus tard a se plier a l'inferiorite qui
leur etait assign6e par la loi en les privant du
droit de citoyen et, comme leur nombre aug-
mentait sans cesse, ils furent enfin reconnus
libres, jouissant des droits de propri6et et
.d'6galit6 devant la justice, mais ils ne parti-
cipaient a aucun droit politique.
Cette difference social entire des hommes,
nes sous le meme climate, devait faire naitre
chez les hommes de couleur, susceptibles du
plus grand amour propre et jaloux de leur
condition, des dispositions dangereuses don't
nous verrons par la suite les consequences.
*

Les n6gres, esclaves imports d'Afrique
ou n6s dans la'colonie, avaient un sort mise-
rable. Ils vivaient comme des animaux et les
souffrances qui furent leur sort nous inspirent
une grande piti6. De gr6 ou de force, on les
poussait au travail avec la meme brutality
que la bete de some. Jusqu'h la mort, ils
devaient peiner pour le maitre. La couleur
de leur 6piderme 6tait le caractere ind616bile
de leur servitude. Comment ne pas excuser la
paresse et l'oisivet6 don't on les accuse aujour-
d'hui lorsque l'on pense a l'esclavage qui fut
pour eux I'ennemi de leur liberty?








LES ANTILLES AVANT 1789


Ils vivaient dans un tel 6tat de misere,
sans soins, que leur vie laborieuse 6tait cal-
cul6e i uinze ann6es seulement. Pour ou-
blier leur liberty perdue, ils chantaient au
milieu des travaux les plus penibles et le
soir jouaient du tam-tam. Tous les n6gres
ont le don de la musique et de la danse. La
((biguine cette danse fougueuse, aux atti-
tudes lubriques, indiquant l'ardeur des d6sirs,
n'a-t-elle pas fait la conquete de Paris, lors
de la derniere Exposition Coloniale? Avec
la musique et la danse ils se consolaient de
tout.
Superstitieux et fanatiques a l'exces, ils
employaient sbuvent (comme de nos jours)
des poisons v6g6taux pour se venger des
mauvais traitements subis ou pour satisfaire
leur jalousie (les piaies). L'6tat de nature
dans lequel ils vivaient, les laissaient sans
souci du passe, sans inqui6tude du lendemain,
pas plus pour eux que pour leurs enfants, et
aujourd'hui encore la religion n'a pas Wte
assez puissante pour les determiner au ma-
riage.
*


Les 6tablissements frangais aux colonies
avaient toujours et6 l'objet de grandes fa-
veurs des rois. Les chefs d'une colonisation








VICTOR tUGBES


important 6taient honors de tires de no-
blesse, s'ils n'etaient deij nobles, et investis
d'une autorit6 presque souveraine ( es pays
d'outre-mer 1.
A la Guadeloupe, quatre grandes propri6t6s
furent titrees : le Marquisat de Houelbourg,
le Marquisat de Brinon, le Marquisat de
Sainte-Marie et le Comte de Loh6ac.
Les terres, constituent le Marquisat de
Houelbourg furent vendues en 1750 par les
heritiers de Charles Houel 2, marquis de la

1. Les titres de noblesse supprimes par le d6cret de
l'Assembl6e Constituante du 19 juin 1790 furent reta-
blis le 30 mars 1806 par une s6rie de dicrets de 1'Empe-
reur. Le d6cret provisoire du 29 f6vrier 1848 qui avait A
nouveau aboli les titres a 6ti annule et l'existence de la
noblesse consacr6e par la Constitution du Second Em-
pire et sanctionn6c par le retablissement du Conseil du
Sceau des titres.
2. Houil, nomm6 Gouverneur de la Guadeloupe par
Louis XIV, le 7 septembre 1643, devint quelques annies
plus tard I'un des propri6taires de l'ile. II fit batir un
h6tel sur la rive droite de la riviere Gallion, oa s'6levait
un monticule, commandant A gauche une baie qui est
aujourd'hui la rade de Basse-Terre. C'est A cette epoque
que commenga 1'edification du chef-lieu actuel de la
Guadeloupe, du fort Saint-Charles (aujourd'hui fort
Richepanse) et de la Chapelle du Fort, devenue 1'Eglise
du Carmel, la plus ancienne de la colonie.
En 1649, la Compagnie des Iles d'Amerique etant
ruin6e, l'ile fut concidee pour 60.000 livres A Houel et
de Boisseret, suivant contract de vente passe le 20 mai








LES ANTILLES AVANT 1789


Guadeloupe, d'Houelbourg et de Sainte-
Marie, seigneur de Varennes, la Roche-Ber-
nard, etc., marichal de Camp, A MM. Pierre
Gilbert de Voisins, comte de Crapado et de
Loheac, major g6ndral de 1'Isle de la Guade-
loupe; Anonyme Gilbert de Voisins,chevalier
du Lion, ancien capitaine de cavalerie, son
frere, et Mathurin Le Bruin, capitaine com-
mandant les milices, son beau-fr6re (Code
de la Guadeloupe, VI, 621).
La Seigneurerie de Brinon fut 6rig6e en
Marquisat en faveur de Jean Charles, marquis
de Senneoterre, chevalier des ordres du Roi,
lieutenant gdndral de ses armies, ambassa-
deur en Sardaigne, par lettres patents du
mois de mars 1738, enregistr6 au conseil
sup6rieur du mois de janvier 1739. Ce Mar-
quisat ffit vendu par ledit marquis de Sen-

par devant MM. Vautier et Parquet, notaires au Cha-
telet. Houel eit en partage tout le territoire au sud-ouest
de la rivi6re du-Baillifjusqu'A la Grande Riviere Goyave,
plus la Grande Terre; de Boisseret,le territoire au nord-
ouest du Baillif jusqu'& Sainte-Rose, plus le Marquisat
de Marie-Galante et la Dbsirade.
La seigneurerie de Boisseret passa en 1659 A ses fils, de
T6miricourt et d'Herbelay.
En 1664, la seigneurerie de la Guadeloupe et D6pen-
dances, par expropriation, passa A la Compagnie des
Indes Occidentales qui y envoya comme son lieutenant
g6ndral M. de la Barre, pour enfin Atre r6uni en 1674 au
domaine de 'Etat.







VICTOR HUGHES


necterre et la dame Marie-Marthe de Saint-
Pierre, son spouse, le 18 mars 1754, Frangois
Guillaume Pinel, 6cuyer, conseiller secretaire
du Roi, maison couronne de France (Code de
la Guadeloupe, VII, 35).
Le marquisat de Sainte-Marie et le fief de
Saint-Louis, autrefois Boisseret, situ6 A Marie-
Galante, avait Wte achete en 1768 par
MM. Poyen et Bouscaren (Code de la Guade-
loupe, VIII, 959.).
Le fief de Saint-Louis acquis par M. Bo-
treau Roussel fut hommag6 par son nouveau
possesseur, devant le conseil sup6rieur, en
janvier 1770 (Code de la Guadeloupe, IX,248).
Le Comte de Loh6ac, Brig6 par lettres
patentes de juin 1710, poss6d6 en 1750 par
Pierre Gilbert de Voisins, comte de Crapado
et de Loheac, fut acquis par le sieur Duclos
et hommage par son nouveau possesseur,
devant le conseil sup6rieur, en novembre
1775 (Code de la Guadeloupe, X, 557).
Jean Baptiste Duclos-Plessis hommagea
ledit Comt6 en son nom et au nom de ses
freres, Charles-Thomas, Pierre-Augustin et
Benjamin Duclos-Plessis, le 9 novembre 1786
(Code de la Guadeloupe, XIII, 243).








LES ANTILLES AVANT 1789


Au point de vue militaire, la Guadeloupe
poss6dait en 1789 le personnel suivant :
10 Un gouverneur, un commandant en
second, un intendant, un colonel et un com-
mandant particulier A Marie-Galante;
2 Etat-Major. Un lieutenant-colonel, un
lieutenant du roi pour le fort Saint-Charles et
la ville de Basse-Terre, un major d'infaniterie,
un aide-major;
30 Corps d'artillerie des colonies. Un com-
mandant, un officer d'artillerie;
40 Corps Royal de Genie. Un capitaine, uo
lieutenant;
50 Le Rdgiment d'Infanterie de la Guade-
loupe. Cre6 par ordonnance du roi du 18 aoit
1772, port A deux bataillons par celle du
Ier mai 1775 et A-trois bataillons par celle du
26 f6vrier 1784. Un colonel, 15 companies
avec leurs officers;
60 Les Milices. Organis6es suivant l'ordon-
nance du Ier janvier 1787 et comprenant des
companies de dragons, de canonniers, de
milices proprement dites (ou Infanterie des
Blancs) et de gens de couleur.
Les uniforms de ces troupes 6taient r6gles
comme suit :
Dragons. Habit rouge, doublure verte et
VICTOR H CGHES 3








VICTOR HUGHES


culotte blanche. Boutons, parements et revers
rouges, poches en long.
Canonniers. Habit blanc, doublure verte et
culotte blanche. Boutons jaunes, parements
et revers rouges, poches en long.
Milices et gens de couleur. Habit blanc, dou-
blure verte et culotte blanche. Boutons
blancs, parements et revers rouges, poches en
long 1
Lors de l'arrivee de Victor Hughes a la
Guadeloupe en 1794, les vides etaient consi-
d6rables dans la garnison par suite de mala-
die et aussi de desertion. Tous les royalistes,
surtout les officers, avaient emigres en
masse sur les vaisseaux du roi trbs chretien.
Rien qu'A Trinidad, oi ils rallibrent le pavil-
ion de M. de Rivibre, on comptait 4 lieute-
nants-colonels, 2 majors, 46 capitaines,
40 lieutenants, 31 sous-lieutenants et 39 sous-
officiers venus de la Guadeloupe et de la Mar-
tinique. Ceci explique la faiblesse des effectifs
qui ont eu A defendre ces deux colonies centre
les Anglais.



Lorsque Louis XIII s'6tait decide con-
1. D'apres le calendrier de la Guadeloupe et DWpen-
dances pour l'ann6e 1789. Imprim6b la Guadeloupe chez
la veuve B1nard, imprimeur-libraire du Roi.








LES ANTILLES AVANT 1789


fier le pouvoir A Richelieu, 6v6que de Lugon,
la France etait, au dedans come au dehors,
dans une situation critique, presque d6ses-
p6r6e. A l'int6rieur, les grands s'6taient tailles
des fiefs au detriment du royaume, des fiefs
ind6pendants, et ils ne visaient rien moins
qu'une R6publique de Princes, tandis que les
protestants, s'appuyant sur leur citadelle,
La Rochelle, aspiraient & une R6publique
des R6form6s, sous 1'6gide de 1'Edit de
Nantes; a l'exterieur, la Maison d'Autriche
manceuvrait pour r6parer son 6chec de la
Ligue; du Nord au Sud, elle comprimait la
France comme dans un 6tau, tandis que 1'em-
pereur d'Allemagne, Ferdinand II de Habs-
bourg, pr6tendait & une Monarchie univer-
selle qu'il voulait imposer a 1'Europe par
l'ip6e du reitre Wallenstein.
Le cardinal-due, ce pretre remarquable, cet
home froid et impitoyable, qui poss6dait
toutes les grandes facultis de 1'homme d'Etat
superieur, se haussa alors jusqu'au g6nie.
Pendant dix-huit ann6es, sans souci des
intrigues de Cour, des t6nebreuses entreprises
qui menacent le souverain lui-meme, ni des
haines qu'il va soulever, il va lutter impi-
toyablement centre les ennemis de 1'Etat et
finira par briser 1'6treinte qui pesait sur nos
frontibres. Bien mieux, il saura les agrandir
aux depens du CUsar de Vienne. La Rochelle








VICTOR HUGHES


succombe apres un long siege; Pierrefonds est
detruit. Le trait de Westphalie (1648) fixe
pendant cent cinquante ans le destin- des
Allemagnes divis6es alors que toutes les forces
vives de la France, tous les leviers de l'Etat
sont rassembl6s dans les mains unique de
Louis XIII. Richelieu avait forge ce redou-
table outil de la Monarchie absolue, mais il
avait du meme coup introduit dans le regime
le principle qui devait ulterieurement provo-
quer sa chute. Aux premiers 6clairs de l'orage
r6volutionnaire, la royaute et la noblesse,
nantis de privileges excessifs, devaient s'ef-
fondrer et s'entrainer mutuellement dans
I'abime.
Mazarin avait recoltM ce que son grand pre-
decesseur avait si laborieusement seme et il
s'acquitta de sa tache avec une incomparable
virtuosity mais il pr6para, avec Louis XIV,
1'6croulement de la monarchie, en ravalant
I'aristocratie frangaise au rang d'une caste de
cour, assujettie aux somptueuses parades de
Versailles. Dans la galerie des glaces on peut
lire la devise adoptee par le grand roi : a Le
Roi seul gouverne ). Les homes de genie
ne sont pas infaillibles, ils doivent se plier
aux circonstances et ne peuvent pas contr6ler
l'6volution de leurs oeuvres.








LES ANTILLES AVANT 1789




La litt6rature tendances lib6rales, les
doctrines des philosophes du xvIIe siecle,
avaient, aux colonies come dans la Metro-
pole, fait passer dans les esprits une soif de
liberty. Toutes les classes de la population
souhaitaient, A I'aurore de 1789, les grandes
r6formes qui s'annongaient.
Les blancs, grands ou petits propri6taires,
repr6sentant I'aristocratie et la richesse de
l'ile, esp6raient les reformes que certain abus
avaient signalees et ils s'alliaient aux id6es
nouvelles parce qu'ils ne pensaient pas qu'on
oserait toucher a l'organisation politique ni
attaquer leurs avantages et privileges.
A l'imitation de ce qui se passait en Angle-
terre et aux Etats-Unis, oii les int6rets natio-
.naux se discutaient librement par des man-
dataires Blus par le people, ils d6siraient
avoir la liberty d'6lire des d6put6s pourtraiter
de leurs int6erts, mais ils n'associaient pas
dans leur disir les gens de couleur libres don't
la pritention de jouir de droits politiques leur
paraissait inadmissible.
Les homes de couleur, tenus en marge de
la society, conservaient secrtement dans
leur coeur un vieux levain de haine et de
jalousie et applaudissaient aux maximes des








38 VICTOR HUGHES

encyclop6distes, attendant avec impatience
cette r6forme qui allait faire d'eux les 6gaux
des blancs qui les icrasaient de'leur supe-
riorit6.
Les negres, plong6s dans l'esclavage,
Btaient incapables de suivre les 4venements
et n'avaient aucune idee de ce qui se tramait
en leur faveur.




















LA GUADELOUPE
DE 1789 A VICTOR HUGHES


La Revolution 6clata en 1789.
Avant toutes choses, elle proclamait la
liberty de tous les hommes, quelle que soit la
couleur de leur 6piderme, leur accordait
1'6galit6 des droits civil et politiques et
ensuite voulait faire r6gner la fraternity entire
les peuples. Tous les dogmes politiques s'im-
posent par les espoirs qu'ils font naitre et
non par les raisonnements qu'ils invoquent.
II y a dix mille ans que les grands penseurs de
1'humanit6 tournent en rond autour des
memes idees, sans pouvoir y parvenir. La
liberty a toujours 6t6 et sera toujours un
vain mot.
Lorsque I'homme crea la cite, il s'imagina,
avec des lois, pouvoir jouir en paix de la







VICTOR HUGHES


liberty et de la security. Grave erreur!
L'homme ne peut faire qu.e ce que la loi lui
autorise. La rue mgme ne lui appartient pas.
Aucune 4poque, plus que la n6tre, n'a subi
autant de servitudes. Dbs le berceau,l'homme
est enveloppe d'un r6seau 6troit de lois, de
contraintes et de reglements qui paralysent
tous ses movements. A Paris, il ne peut
circuler qu'A travers des clous m6talliques qui
sont des barres de prison; aux Etats-Unis,
s'il ose boire un verre de vin, il est con-
damn6; en Chine, s'il lui prend la fantaisie
de porter comme ses aieux, une natte dans le
dos, il est durement chitie; en Turquie, il lui
est interdit, sous peine de mort, de porter sur
la tate un feutre rouge. < O liberty, que de
crimes on comment en ton nom !
Pour avoir des liberties nous faisons des
revolutions. Les voies obscures du hasard
harmonieux se chargent vite de r6tablir le
servage, souvent sous une forme pire que
celle don't nous voulions nous evader. N'est-ce
pas le cas actuel de la Russie Sovi6tique?
Les R6volutions grisent le people, lui
donnent des habitudes de jouissance exces-
sives et finissent par restaurer, par le meur-
tre et la misere, les disciplines bris6es.
L'6galite? Aucun regime ne peut la faire
regner entire les hommes, car elle n'est possible
que dans la misere. Le veritable progres n'est








LA GUADELOUPE 41
pas d'abaisser l'6lite au niveau de la foule
mais d'6lever la fotile a l'l6ite. Danton lui-
mrme, le grand r6volutionnaire, reconnais-
sant l'6galit6 impossible des biens a ne
demandait que a l'galit6 de droits et de
bonheur .
La fraternity? Elle a trouv6 son expression
la plus convaincante dans la grande guerre de
1914-1918 et nos efforts les plus sinceres pour
maintenir depuis la paix entire les peuples.
Ce noble rave de la paix, irr6alisable sur la
terre, ne le trouve-t-on pas dans Platon et le
comiunisme des Bolcheviks?
La grande illusion des r6formateurs, des
pacifistes, est de croire qu'avec -des lois et
des reglements, on transform la vie des
peuples. La devise liberty, 6galit,, frater-
nit6 ), inscrite au fronton de nos edifices
publics, ne constitute qu'une des plus gros-
sieres illusions que l'imagination des peuples
ait jamais enfant6e.

*

Ce n'est qu'en septembre 1789 que l'on
connut a la Guadeloupe les grands 6v6ne-
ments qui, en jullet, avaient change la face
du regime en France. La nouvelle causa un
veritable d6lire. Le people s'emprcssa d'ar-
borer la coearde tricolore et il y eut dans les







VICTOR HUGHES


villes et les campagnes des fetes populaires,
des illuminations. L'enithousiasme est un
avion qui cherche A s'6lever le plus haut pos-
sible et doit, t6t ou tard, se briser sur le sol.
Les esprits les plus exalts n'allaient pas
tarder a passer de la joie la plus sincere A la
fureur la plus folle. La r6volte gagna bientSt
toute la colonie. Les propridt6s furent pill6es,
incendiees, les blancs massacres. La dbsorga-
nisation fut complete dans 1'ile.
C'est a Paris que commenga cette d6sorga-
nisation. Deux camps se dresserent l'un centre
I'autre : le parti des planteurs blancs et celui
des mulatres et negres esclaves.
Les riches planteurs -ces ( Messieurs ) de la
Martinique et les a gens de la Guadeloupe
avaient 61u leur quarter general chez Moreau
de Saint-M6ry, natif de la Martinique, alors
Ag6 de trente-neuf ans, qui, human et gn6-
reux, s'6tait fait des sa jeunesse le d6fenseur
des negres centre les mauvais traitements de
leurs maitres.
Les ( Seigneurs de Saint-Domingue a te-
naient leurs reunions A l'h6tel de Massiac,
don't le marquis de Gouy d'Arcy, colonel de
cavalerie, 6tait l'Ame du club. Le jeune mar-
quis 6tait n &A Paris, mais, par relations et
habitudes, etait creole. Voltairien par ton,
frondeur de caractere, spiritual, vif et ardent,
il conduisait tous les creoles blancs qui, a la








LA GUADELOUPE


faveur de la journ6e du Jeu de. Paume,
s'etaient introduits dans l'Assembl6e consti-
tuante come d6put6s des colonies, sans
mandates.
Les negrophiles tenaient leurs conferences
chez Brissot, puis chez le duc de la Roche-
foucault. Mirabeau, La Fayette, Gr6goire,
Petion y assistaient r6gulibrement et y con-
venaient de soutenir le principle que les
mulAtres etles negres libres devaient Wtre assi-
miles aux blancs par les droits civils et poli-
tiques. Quant aux esclaves, il ne fallait pas
brusquer leur emancipation mais les emmener
graduellement aux avantages de l'6tat social.
Mirabeau se charge de d6noncer le faux libe-
ralisme des colons qui ne cherchaient qu'A
conserver leur oligarchie colonial et comme
ceux-ci s'appuyaient sur le nombre de leurs
esclaves pour r6clamer une plus grande repre-
sentation dans l'Assemblee, il leur demand
i s'ils rangeaient leurs negres dans la classes
des hommes ou dans celle des bates de some?
Dans le premier cas, ils devaient etre affran-
chis et il Atait convenables qu'ils devinssent
des electeurs et 61igibles; dans le second cas il
n'etait pas plus just de baser le nombre des
d6put6s coloniaux sur le leur, qu'il ne le serait
de prendre le nombre de chevaux et de mulets
pour base de la d6putation des provinces de la
M6tropole. )








VICTOR HUGHES


Une champagne de press fut menee; de
nombreux discours. prononc6s et de nom-
breuses brochures publi6es : Il est encore des
aristocrates n (reponse a la d6couverte d'une
conspiration); u L'homme redevenu homme
ou les Africains a I'Assembl6e national D
(1790); (Adresse aux amis de l'humanit6
(4 juin 1790); cc Rplique de J. P. Brissot a la
premiere et derniere lettre de Louis Marthe
Gouy, d6fenseur de la Traite des Noirs et de
l'esclavage ( (10 f6vrier 1791); c La Societ6
des amis des Noirs & Arthur Dillon, d6pute de
la Martinique A l'Assemblee national .
(10 mars 1791); Discours prononc6 par
J. B. Brissot le 12 septembre 1791 & la seance
de la Societ6 des amis de la Constitution,
seante aux Jacobins, sur la necessit6 de
maintenir le decret rendu le 15 mai 1791, en
faveur des hommes de couleur libres a;
Discours prononc6 par J. B. Brissot a
l'Assembl6e national, le 30 octobre 1791 et
imprim6 par ordre de l'Assemblee a; etc.
Enfin furent nomm6s comme premiers
d6putes coloniaux : pour Saint-Domingue,
Gouy d'Arcy; pour la Martinique, Moreau de
Saint-MWry et le colonel Arthur Dillon; pour
la Guadeloupe 1, l'officier de Marine Gulbert

1. Le nombre des deput6s pour la Guadeloupe fut
fix6 par d6cret le 22 septembre 1789.








LA GUADELOUPE


et son collogue de Curt. Suivant 1'exemple du
club de Massiac, les mulAtres de Saint-
Domingue, presentss & Paris, constituerent
un club, sous le nom de ( Les colons ame'i-
cains n, et par 1'organe de leur president, de
Joly, reclambrent le droit de nommer trois
deput6s supplementaires pour leur ile, mais
I'Assembl6e se content de d6cr6ter le droit
de seance pour les hommes de couleur.



Le 8 mars 1790, 1'Assembl6e constituante
avait d6cr6tee l'autonomie presque absolue
pour chaque colonies. Le baron de Clugny qui
gouvernait la Guadeloupe et qui avait toutes
les sympathies de la population, convoqua
& Basse-Terre l'Assembl6e colonial afin
d aviser aux moyens les plus sirs d'assurer
1'ex6cution de ce decret mais comme il ne
disait rien concernant les droits & accorder
aux esclaves, l'Assemblee crut devoir ajour-
ner la session en attendant des instructions
precises. Les ( patriots ) r6pandirent le bruit
que le gouverneur 6tait centre le people, qu'il
refusait la liberty que la Convention leur
avait decrt6e. Une foule march sur le gou-
vernement en criant a la trahison, vociferant
des menaces de mort. L'h6tel du gouverneur
est envahi et celui-ci fait prisonnier. Une








VICTOR BUGHES


garde s6evre, laiss6e A sa porte, maintint sa
captivity pendant dix-sept jours.
Un matin, les soldats le conduisirent de
force sur la Savane, au pied d'un tamarin
auquel 6tait attache une corde destine a
pendre les aristocrates et ils le forcerent A
creuser une parties de la fosse destine A en-
terrer les cadavres.
A la fin, effray6e des consequences qui pou-
vaient r6sulter d'un pareil acte, la munici-
palite fit des d6marches et, sur la promesse
du Gouverneur, qui desirait avant tout rame-
ner le came, d'accorder une amnistie g6n6-
rale, il fut libere. Aussit6t, il prend un arrWt6
par lequel est considered comme crime capital,
possible de la peine de mort, tout attentat A
la personnel du gouverneur, assurant de sa
cl6mence les auteurs du movement, mais
exigeant qu'ils soient d6nonc6s. Les citoyens
Amic et Pautrizel, connus comme les cou-
pables, au lieu d'etre d6signps sont proteges
par la population qui, en guise de protesta-
tion, nomme le dernier maire de Basse-Terre.
C'est le triomphe des ( patriots .
La nouvelle municipality, avec Pautrizel
en tate, se declare ouvertement centre l'As-
semblee colonial qui cesse de singer. Elle
constitute, afin d'assurer sa protection, une
garde national qui prend le nom de a Chas-
seurs de la Garde national ) et consid6re








LA GUADELOUPE


comme nuls les arrAt6s du gouverneur.
Un incident faillit alors mettre le feu aux
poudres dans la colonie. A Pointe-A-Pitre des
matelots de commerce, esprits exalts, imbus
des idees revolutionnaires, faisaient I'effroi
des habitants qiui les appelaient les Royal-
Goudrons >. Profitant de l'agitation qui re-
gnait, ils s'emparerent, par surprise, du
fort Louis qui dominant la rade de Pointe-
a-Pitre et de 1A menacerent de couler tous les
navires sortant du port, charges de munitions
pour la Martinique qui 6tait en pleine r6volte.
Quatre cents colons s'6taient groups pour
chasser ces 6nergumenes et les choses allaient
turner mal lorsque le gouverneur de Clugny,
averti, arriva A temps pour 6viter la violence.
Afin d'empecher toute effusion de sang, il
parlementa avec les (Royal-Goudrons fit
decharger les navires et ramena I'ordre dans
la ville.
Le gouverneur est A peine de retour A
Basse-Terre que les planteurs des environs,
qui voyaient diminuer de jour en jour I'au-
torite de l'administration, d6cident de se
defendre eux-memes. Ils rassemblent leurs
esclaves et marchent sur la ville. Camps au
champ d'Arbaud ils essaient par intimidation
d'obtenir la demission de la municipality.
Celle-ci fait appel aux ( chasseurs de la
Garde national les group sur la place








VICTOR HUGHES


de l'Eglise Saint-Frangois 1 et se prepare A ]a
defense. Le gouverneur intervient. II propose
de parlementer avant d'en venir aux mains.
Des deux c6t6s on reste sur les positions. Les
planteurs exigent la demission de la munici-
paltit; le maire refuse formellement. Enfin,
effrayes de la suite qu'allait avoir leur project,
les planteurs se retirent.
Le 3 septembre 1790, le Comite colonial
prend la resolution suivante :
( Le Comit6 colonial, attend la vacance de
I'Assemblee colonial, ayant repris le course
de ses seances, a entendu le rapport de
MM. L'Etang, Foulquier, D'Artigaux et
Courroux, d6put6s, en execution de l'arrWth
du 26 du mois dernier, vers nos freres de la
ville de la Pointe-a-Pitre malheureusement
divis6s, et d6liberant sur ledit rapport, le
Comit6 declare qu'il a requ avec le sentiment
de la plus sincere fraternity la bonne nouvelle
de la paix r6tablie par lesdits d6putes. Consi-
derant que la ville entire, par un voeu com-
mun, exprim6 en assemble nombreuse de la
paroisse, a accueilli avec acclamation l'invi-
tation de l'Assemblee coloniale, qu'apres les
communications n6cessaires avec les citoyens
d6tenus, lesdits commissaires ont eu le

i. Aujourd'hui la cathbdrale Notre-Dame de Guade-
loupe.








LA GUADELOUPE


bonheur d'amener les esprits et les coeurs a
d6sirer une reunion parfaite et l'entier oubli
de tout ce qui peut avoir inculp6 les uns ou les
autres, et occasionn6 1'emprisonnement de
quelques-uns; que dans les circonstances de
toutes les revolutions ou la liberty s'agite
vivement et brise ses fers avec 6clat, la diff6-
rence des affections et des opinions product
necessairement des embarras, oi il ne faut
pas toujours voir des crimes' et oi I'honneur
en effet ni la probity ne sont pas compromise.
Le Comite colonial arrAte qu'il sera fait
une adresse aux citoyens de la Pointe-A-Pitre
pour les filiciter sur le retour de la paix parmi
eux; qu'ils seront invites A se reunir pour se
dire franchement et pour constater sur les
registres publics qu'ils oublient le passe;
qu'ils veulent vivre frTres et frangais, dignes
par leur patriotism des fruits de la Revolu-
tion que la concorde doit achever et perfec-
tionner; qu'en consequence toutes les traces
de la division, don't les circonstances seules
doivent etre charges, seront effacees partout
oi elles pourraient en conserver le souvenir
d'une maniere A blesser l'honneur des pri-
sonniers et de tous autres qui en ont 6et vic-
times;
Que l'6largissement des prisonniers sera
incontinent ex6cute au desir des parties int6-
ress6es et qu'en consequence M. le President
VICTOR HUGHES








VICTOR HUGHES


se retirera dans le jour vers M. le Gouverthur
pour obtenir la sanction.
A la Basse-Terre, Guadeloupe, en Comit6
general, le trois septembre, ail sept cent
quatre-ving-tdix.
Sign6 : BOUDOIs, president.
QUIN et LASSALLE, secrgtaires.

D6s que ce document fut communique au
Gouverneur, il prit l'arr~t4 suivant :
< Vu l'arrate du Comite G6neral Colonial,
Nous, Gouverneur des Isles Guadeloupe et
Dependances, en vertu des pouvoirs qui nous
sont confi6s par Sa Majest6, avons sanctionn6
et sanctionnons le present arrte p6o'r Atre
sur le champ mis A execution, autant que les
parties int6ress6es y seront consentantes, et
que les personnel detenues ainsi que les aI-
teurs de leur detention se d6sisterwnt de
toutes poursuites et de toute r6quisition de
dommages et int6rets, ce qui sera constant
par un acte pass par devant notaire, en pr&-
sence de t6moins requis a cet effet. Dans
le cas contraire la present sanction sera nulle
et ne sortira pas son effet.
Mandons aux officers de la S6nichaussie
de la Pointe-A-Pitre d'ex6cuter ledit arretW
du Comite general colonial, sanctionn6 par
Nous, suivant les dispositions ci-dessus 4non-
aes.








LA GUADELOUPE


Donne A la Basse-Terre, ce quatre sep-
tembre 1790.
SignI : CLUGNY.

Au bout du compte, la municipalit6e tait
sortie victorieuse de 1'opposition. Elle en
profit pour demander au gouverneur de
mettre dor6navatit A sa disposition le regi-
ment de la Guadeloupe. Celui-ci refuse et
et par prudence fait consigner tous les soldats
dans les forts. Afin d'eviter un conflict qu'il
sent imminent, il decide -e licenciement des
chasseurs de la Garde national. Deux fr6-
gates, la Didon et la Cahjps", sont appelIes
par lui A Basse-Terre et avec Ie concours des
soldats du regiment de la Guadeloupe, qui
lui sent rests didles, il desarme les dissidents
et fait embarquer pour la France les recalci-
trants.
Deux parties 6taient en presence. Lnun
compose des blancs propriitaires, soutenant
le gouvernement qui representait rordre et la
tranquillitW; l'autre, compose par les gens de
couleur libres, aids des noirs, qui cherchait
la liberty dans 1'agitation et le renversement
des choses existantes. Ces derniers voulaient
jouir des droits de citoyen reserves jusqu'ici
aux blancs. Les d6putis envoys A la Consti-
tuante avaient obtenu le 15 mai 1791, sur le
rapport de M. Delatre, que a les gens.de cou-








VICTOR HUGHES


leur, n6s de peres et de meres libres seraient
admis A voter comme les blancs et seraient
considers citoyens comme eux ), mais quant
aux noirs esclaves il ne fallait pas brusquer
leur emancipation mais les emmener gra-
duellement aux avantages de l'6tat social ).
C'est lors de la discussion de ce project de loi
Aprement defendu par Petion, Gr6goire,
Rederer et Moreau Saint-MWry, que Robes-
pierre s'6cria : ( Perissent les colonies s'il
doit en cotter votre bonheur, votre gloire,
votre liberty. Je le repete, perissent les colo-
nies si les colons veulent par leurs propres me-
naces nous forcer a d6cr6ter ce qui convient
le plus A leurs interets. Nous ne leur sacri-
fierons ni la nation, ni les colonies, ni l'huma-
nit6 entire. Discours que l'on a resume par
ce mot fameux : W Perissent les colonies plut6t
qu'un principle .
Les blancs qui regardaient les gens de cou-
leur comme des enfants illigitimes, indignes
de jouir d'un aussi grand bienfait, manifes-
taient leur m6contentement et une sourde
hostility contre -le Comite general. Rien pour-
tant n'etait plus natural et plus just que
d'accorder des droits politiques A ceux qui
6taient nes de parents libres et dans la situa-
tion trouble de la colonie, ils auraient di
rechercher 14 un elBment de force pour main-
tenir les noirs dans le respect, mais les pre-









LA GUADELOUPE


juges,la.force de 1'habitude et le m6pris l'em-
portaient sur la raison.

*

La situation paraissait vouloir n6anmoins
s'ambliorer lorsque la nouvelle de l'arresta-
tion du roi, a Varennes, parvint dans la colo-
nie le 22 juin 1791. Cette nouvelle relive le
courage des < patriots La municipality de
Basse-Terre lance des proclamations enflam-
mees contre l'Assembl6e colonial. Celle-ci
prononce sa dissolution.
Tout le pays s'agite. A Sainte-Anne, Jean
Louis, homme de couleur, esclave du sieur
Coquille Valoncourt, prAche la r6volte & ses
frbres d'infortune. On convient de mettre le
feu au bourg et de massacrer les blancs. Le
lieu de rendez-vous etait l'habitation Poirier,
mais le complot fut d6nonc6 et le maire de
Sainte-Anne, M. Wachter-Delaire, ayant pris
des measures Anergiques, la plupart des mal-
heureux furent arrAt6s et mis a mort.
A Marie-Galante, un movement identique
se manifeste, sous la direction du mulAtre
Bonhomme. I1 est 6galement r6prim6.
Le 28 mars 1792, l'Assembl6e legislative
ne pouvant plus h6siter, fait le premier pas
vers l'6mancipation des esclaves. Elle decide
d'appliquer le decret sanctionjn pricedem,









VICTOR HUGHES


ment par le roi, le 4 avril 1792, tranchant
deux questions importantes : il donnait aux
homes de couleur et aux noirs libres le droit
de vote et l'6ligibilit6e toutes les places; il
ordonnait egalement la reelection de toutes
les Assemblies locales.
Craignant A just titre des movements
populaires, I'Assemblde Legislative decide en
mgme temps 1'envoi aux iles de trois com-
missaires, les citoyens Fontigny, Gerault et
Lamarre,aavecdes forces capable de vaincre
routes les resistances.
L'armee exp6ditionnaire comptait 12.000
homes, sous les ordres de trois g6n6raux :
Rochambeau I pour la Martinique, Collet
pour la Guadeloupe et Ricard pour Sainte-
Lucie.
L'annonce d'une pareille expedition causa
une motion extreme aux Antilles, emotion
6manant de la peur. Les riches planteurs,
les grands commergants se sentirent en proie
S1l'6pouvante. Les rumeurs -les plus alar-
mantes circulaient. On disait ces 12.000 hom-
mes,des r6volutionnaires assoiffis de sang qui
allaient mettre tout A feu et au pillage. Les
esprits se chaufferent & un tel point que l'on
1. Donation Marie-Joseph Vimeur de Rochambeau,
le fils du mar6chal comte de Rochambeau qui, avec
Lafayette, 12.000 Frangais et une foule de volontaires
Otait all au secours des Etats-Unis d'Am6rique.








LA GUADELOUPE


d6pida de la recevoir A coups de canons. La
mgme decision fut prise a la Martinique.
Cette division- aborda tout d'abord A la
Martinique. Comme d6cid6, elle fut revue
par les batteries des forts dominant la rade
de Fort-de-France. Etonn6s de cette attaque,
les commissaires d6ciderept d'aller a Basse-
Terre, Guadeloupe. Le g6n6ral Collot cherche
a y atterir mais son vaisseau, le Saint-Nicolas,
regoit de nombreux boulets tires du fort
$aint-Charles et I'expedition retourne sim-
plement en France.
Un palme relatif avait succ6d6 A ces B6vne-
ments loraque le matin du 10 juillet 1792,une
nouvelle arriva de Montserrat, 'ile anglaise
voisine, et eclata comme un coup de foudre.
Louis XVI, aid6 par les Autricliens, aurait
reconquis le pouvoir et chAti6 les agitateurs.
Les royalistes manifeatent publiquement plur
joie. La frigate Calypso, mouill6e sur rade A
Basse-Terre, arbqre le pavilion blanc qu'elle
salue de vingt et un coups de canons.
Le baron de Clugny 6tant mort 1, son suc-
cesseur, le viconte 4'Arrot, n'arrive pas A
nmatriser le movement qui repond d'ailleurs
A sea goAts aristocratiques. Le drapeau trjco-
lqre egt brOl6 solennellement au Lamentin et

1. t.s reste$ spt inhum6s dans une nef lat6rale de
1'Eglise du Mont-Carmel.









VICTOR HUGHES


i Capesterre. L'Assembl6e colonial jure
fidelity au roi, lui vote une adresse et decide
l'envoi du -Calypso a la Martinique pour
annoncer F'ile sceur la bonne nouvelle.
H6las, il y avait de6j plus d'un mois que
Louis XVI etait prisonnier au Temple.
Le 14 juillet 1792, I'Assembl6e colonial
arrete 1 :
( Les maires des paroisses sont requis de
prendre les informations n6cessaires relative-
ment aux gens de couleur qui sont dans le cas
d'etre affranchis A cause de leur service dans
la milice et d'en rendre compete a leurs bu-
reaux interm6diaires, en envoyant un tableau
de leurs noms, de leurs services et de leur
conduite.
L'Assembl6e arrAte encore que :
( Les gens de couleur qui, 6tant esclaves
sous la domination frangaise ont obtenu des
libert6s chez 1'etranger et qui voudront en
jouir dans la colonie, seront tenus, dans le
delai de huitaine du jour de la publication
du present arrete, de representer leurs titres
aux municipalities de leur domicile, qui les
communiqueront au bureau interm6diaire
pour 8tre rendu compete par ledit bureau i
I'Assemblee, tant de la conduite des gens de

1. Extrait des registres des dliberations de 1'Assem.
blue, s6ante A Basse Terre,








LA GUADELOUPE


couleur, que des motifs qui leur ont m6rit6
la liberty.
L'Assembl6e arrete en outre que : ((les
deux arrat6s ci-dessus seront imprim6s au
nombre de deux cents exemplaires pour 6tre
de suite envoys dans les diff6rents quarters
de la colonie. )
Ont sign au registre : Clairefontaine,
president; Blin et Petit, secr6taires.

Le recit de ces 6venements est port en
France par le lieutenant de.vaisseau Pierre
Duval qui commandait la corvette La Per-
drix. Ne voulant pas ob6ir aux instructions
de son chef, le lieutenant general Fitz Moris,
qui lui avait signifi6 de prendre la cocarde et
d'avoir a arborer le pavilion blanc, il 6tait
parti de Pointe-a-Pitre le 2 octobre 1792, le
pavilion tricolore flottant au mAt d'artimon
et 1'6quipage chantant les refrains r6volu-
tionnaires de l'6poque. Les forts n'avaient
pas os6 tirer sur lui et, le 4 novembre, il
mouillait & Rochefort.
Le 6 novembre, Duval 6tait & Paris et le
9 novembre, sur la demand du president
H6rault de S6chelles, il prenait la parole A la
Convention et faisait la declaration suivante :
c J'ai vu d6ployer a la Guadeloupe 1'6ten-
dard de la r6volte. Etant stir de mon 6qui-
page, j'ai quitt6 la Pointe-a-Pitre malgr6 les








VICTOR HUGHES


ordres du gouverneur, On a renvoy6 M. de
Rochambeau qui a 6t6 oblige de se refugier 4
Saint-Christophe o5i il a recu des Anglais
tous les secours n6cessaires; on lui avait
refuse jusqu'a l'eau A la Martinique et 4 la
Guadeloupe. Nos frtres d'Amerique doivent
6tre secourus par la Convention. A
Puis, gravissant les degr6s de la tribune,
Duval avait remis s.r la table du president
H6rault de Sechelles sa croix de'Saint-Louis,
tandis que debut les conventionnels ap'plau-
dissaient,
BarrBre pouligna aussit6t I'urgence qu'il y
avait 4 prendre une decision :
Citqyens, vous veneg d'eptendre les affli-
geantes nouvelles de la Guadeloupe. Le pavil-
ion du despotisme est arbor6 sur cette lle;
le drapeau blanc flotte sur ses forts. Voila le
contre-coup des ve6nements du 10 aoiti
voila les preparatifs du despotisme sur routes
les possessions francaises. PQurrez-vous hesi-
ter A decrter d'acousation les qhefs znili-
taires de cette colonie?
De Scehelles appuya la declaration de
BarrBre. Ils talent tous deux coinissaires
charges des questions coloniales. A l'unani-
mite la Convention d6cida 1'envoi aux An-
*tilles d'une division qui fit cqpiposfe a
Brest des frgates Le Republicai 110 ca-
nons, le Tourville, 74 capons, et quatre c9r-









LA GUADELOUPE


vettes, avec trois bataillons de gardes natio-
naux. Trois commissaires furent designs :
Chretien, Coroller et le ci-devant marquis
Antonelli. Mais la situation s'aggrava en
Europe sur ces entrefaites. L'Angleterre nous
ayant declare la guerre, cette division, prtte
A partir, pour les Antilles, regut I'ordre de
rallier l'escadre de Morard de Galles qui croi,
sait sur les e6tes d'Irlande, avec l'Achille,
la S6millante, la Concorde et la Tmtis,
Ce ne sera qu'en avril 1794 que la Conven-
tion pourra mettre A execution ga decision,
avec Chretien et Victor Hughes come Com-
missaires.
*

La verit6 sur ce qui se passait en France ie
fut connue a la Guadeloupe que dans les pre-
miers jours d'octobre : l'insurrection A Paris,
le massacre des Suisses qui gardaient les Tui-
leries, le pillage du Palais, la famille royale
d'abord rel6guee au Luxembourg, au sein de
I'Assembl6e legislative, puis, sur la demand
de la Commune, enferm6e dans I'ancien cou-
vent du Temple.
Ces tristes nouvelles soulbvent de v6h6-
mentes protestations chez les royalistes.
L'Assemblee colonial protested centre la
goPdtito de la Commune et, fidle au mo-








VICTOR HUGHES


narque infortune, decide < que le portrait du
roi continuera A presider dans la salle de deli-
beration de 1'Assemblee et que les officers
municipaux porteront toujours l'echarpe
blanche ).
C'est une declaration de guerre A la Con-
vention qui a succ6ed A l'Assembl6e 16gisla-
tive, le 21 septembre 1792, et qui, dans sa
premiere seance, a aboli la Royaut6 et pro-
clam6 la Republique. Elle saura reliever le
gant.
La Martinique suit le movement. En par-
fait accord, les deux colonies avisent aux
moyens de defense. Elles signent un pacte
fed6ratif pour se prot6ger mutuellement. Le
gouverneur g6enral de BWhague, qui r6sidait
A Fort-de-France, est reconnu le chef des
armies de terre et de mer; I'amiral Riviere
qui command la station des Antilles se
joint A lui.
Deux d6putes sont designs pour aller en
France soutenir la royaute : Dubuc fils, pour
la Martinique et Clairfontaine, pour la Gua-
deloupe. Les < patriots ) les plus en vue sont
expuls6s des fles ou embarques de force pour
la Metropole. Beaucoup se r6fugient A Sainte-
Lucie et A la Dominique.
Marie-Galante qui n'approuve pas cette
conduite se spare de la Guadeloupe et orga-
nise un gouvernement propre. Pour repondre








LA GUADELOUPE


A cette scission, I'Assemblee colonial de la
Guadeloupe fait defense aux caboteurs qui
approvisionnaient cette d6pendance d'y abor-
der, pensant ainsi r6duire les dissidents par
la famine.
Les ( patriots r6fugi6s a la Dominique
se groupent et 6lisent trois deput6s pour re-
presenter au sein de la Convention les seuls
vrais francais des miles. Ce sont Dupuch,
Lion et Guillerin, ce dernier remplac6 plus
tard par Pautrizel. Ils si6g6rent sur les bancs
des Montagnards et eurent pour chefs Robes-
pierre, Danton, Marat, Collot d'Herbois,
Saint-Just, Couthon et Tallien.



Des sa proclamation, la R6publique s'etait
empress6e d'envoyer aux iles un repr6sentant
charge de les convertir au nouveau regime :
le lieutenant de vaisseau- Lacrosse.
Arrive sur rade de Saint-Pierre, A la Mar-
tinique, le ier decembre 1792, il envoie a
terre deux commissaires pour prendre des
informations. Ceux-ci rapporterent que la
population refusait de reconnaitre la Repu-
bhque, que le gouverneur 6tait pret a rece-
voir son repr6sentant A coups de canons et
que, seule, Marie-Galante ne participait pas
dans la revolte. Lacrosse ne s'attendait pas a








veTork ftyHIES


partil refus. Constataant que l'ile est bien
dfenidue, il h'ose pas l'attaquer et continue
pour Marie-Galante ofi il est recu avec em*
pressement.
Les patriotss refugibs h Rosetau (Do-
minique), en applelait l'arrivie du repr6-
sentant de la Republique lui envoient one
d&16gation et font des demonstrations bruyan-
tem. ls le proclament leur chef et I'invitent A
venit' A Roseau. Le gouverneur de l'tle an-
glaise qui ne pouvait admettre ces manifes-
tations r6volutionnaires prie Lacrosse de ne
pas visiter la colonie, Celui-ci se rend alors
A Sainte-Lucie oA 11 est remu avec enthot-
siasme. II fait planter sur la place publique
I'arbre de la Liberti et change le nom de
I'ile en celui de ( la FidelitB6 .
Pbur fliciter la municipalit de Marie-
Galahte de son 6nergie et de son courage
civiques, il charge le capitaine Kermense, un
chaud patriote, de lui porter une proehltna-
tion. Kermen6e y esi regu avec des tans-
ports d'alligresse et un autre arbre de la
Liberty est plant A Grand-Bourg, au milieu
de la joie populaire.
Puis, Lacrosse fait passer de nombreux
tracts a la Guadeloupe et A la Martinique,
insinuant adroitement aux homes de cou-
leur que la cause des blancs n'est pas la leur
et qu'ils font erreur en s'opposant a la liberty








LA GUADEtOVPE


que le Gouvernement de la Republique leur
offre. Pour appuyer ses arguments il announce
1'arrivee d'une proohaine flotte, puissante,
charge de reduite leg colonies rebelles.
Ces tracts, font naitre des dissenssions dans
les Assemblies locales et un part r6epblieain
se forme qui menace de trouble les deux colo-
nies restees jusqu'alors fiddles au roi, grace A
l'epulsion des chefs patriots. Les deux gou-
verneurs, en parfaite harmonies, dicident,
l'envoi de di4put&s aux Puissances coalisees
pour leuir demander de les aider A conserve
A la Royaut6 les deux miles.
Mais A la Guadeloupe I'Assemblie coloniale
perd de plus en plus son influence et potit A
petit tous les hoInmes de couleur qui en fai-
saient parties se tetirent pour mieux participer
a i mouvement qui se prepare.
Le 20 decembre 1792, le mot d'ordre est
donn'. Les ateliers sont abandon is. Un
rassemblement considerable d'hommes de
eouleur et de noirs se forme a Pointe-A-Pitre,
sur la place Sa&tines 1, et tout coup une fan-
fare 6cat'e. De la caserne, les soldats sortent
en faisant claquer au vent les plis du drapeau
tricolore et la foule surexcit6e, grossie des
matdelts des navires sur rade, parcourt les
rues en r6claInant, avec cris et menaces, la


i. Plus tard place de la Victoire.









VICTOR HUGHES


R6publique. Les autorit6s ne peuvent resister.
Le drapeau r6publicain est arbor sur l'H6tel
de Ville. Aussit6t la municipality declare se
separer du gouverneur et de l'Assemblee
colonial.
Les royalistes, planteurs et colons, se reu-
nissent sur I'habitation Picard et attendant
les ordres du gouverneur d'Arrot. Avis6, ce
dernier d6peche en toute hate a la Martinique
deux membres de l'Assemblee colonial,
MM. de Saint-Alary et Lemerle de Beaufond,
pour annoncer au gouverneur general la re-
volte et demander des secours.
Deux frigates sont annonc6es de la Marti-
nique et d'Arrot se rend au Petit-Bourg pour
les attendre. I1 install son camp sur l'habi-
tation Saint-Jean 1 qui s'avance en pointe
dans la rade de Pointe-A-Pitre et command
la ville.
Les Pointus 2 qui le croyaient pourvu de
canons (alors qu'il attendait ceux des fr6-
gates) et craignaient la destruction de la
ville, lui envoyerent en d6putation les ci-
toyens Ardennes et Monroux, ce dernier capi.
taine de port don't il sera parle plus loin. Le
gouverneur d'Arrot les fit prisonniers et les
enferma dans le moulin de 1'habitation que
l'on voit encore, en ruines, de nos jours.
1. Aujourd'hui Jarry.
2. Habitants de la Pointe-a-Pitre.








LA GUADELOUPE


Leurs d616guhs ne revenant pas, les -Poin-
tus en envoyerent deux autres qui, en s'ap-
prochant par mer, apergurent les premiers
dans le moulin. Ils s'empress6rent de retour-
ner A Pointe-a-Pitre et center la misaventure
de Ardennes et Monroux, mais en m&me
temps, ils annongaient que d'Arrot n'avait
pas d'artillerie.
Ii fut aussit6t d6cid6 d'6tablir une batterie
SI'ilet a Cochons, d'oi on pouvait prendre
de flane le camp Saint-Jean. Comprenant le
danger et les deux frigates n'arrivant pas,
d'Arrot se replia sur la Capesterre.
Lorsque les deux frigates parurent a I'en-
tr6e du port, elles furent reques A coups de
canons par la batterie 6tablie A l'ilet a Co-
chons et se retirerent.
Le gouverneur, comprenant la lutte impos-
sible, s'embarqua furtivement sur l'une des
frigates et se rendit & Trinidad, tandis que
les officers du regiment de la Guadeloupe
montaient sur I'autre.

*

Lacrosse averti & Sainte-Lucie de la fuite
des royalistes, fit voile pour Pointe-A-Pitre
et y arriva le 5 janvier 1793. Ii est accueilli
avec empressement. On 616ve des arbres de
Liberty dans toutes les communes de 1'ile.


VICTOR HUGHES









66 vIcrTo B~UHES
Lacrosse priche oevertement Yperasement et
la ruine des, planteurs qui tui ort resist&, fait
eonfisquer les biene du clerg, et des r lyaistes
emigris. l sepmdeame commandant legitime
des forces de la Rpy blique aux Isles du
Vent et envoie des ~missaiTes dans toutes
les ies voisines pour announcer le novean
regime. I1 nomme une a Commission g6inrale
extraordinaire >, compose bien entend'u des
patriots les plus exalts, aux idees les plus
avancies.
Des que len apprit, dans la M6tropole, que
la Guadeloupe et la Martinique acceptaient
dorenavant le rigimae r6publicain, les gou-
verneurs, nommis par la Convention, furent
invites h rejoindre leurs postes mais Laerosse
ne l'entendait pas de eette- oreille, it voulait
garder sa proeie. 11 fat' parlkmenker tongue-
ment et ce 5t'est qu'aprPs beacoup d'hAsita-
tirns que Reieiambeana pFat prendre les renes
du gouvernemen't A la lMartinique. Lacrosse
essaie alors de garder la Guadeloupe. Coalt
fait valoir ses droits. Lacrosse refuse de les
admettre. et le conflict parait insurmountable
quand, sur les instances de Rochambeau,
Lacrosse decide de rentrer en Firace. a Je
suis satisfait, dit-il en s'embarquant, d'em-
porter la haine fternelle de laristocratie
plantoriale .


I









LA GUADELOUPE


*


La Guadeloupe est compl6tement disor-
ganis6e. Les ateliers sont dbsert6s, les noirs
ont abandonn6 les plantations. Pour eux, la
liberty comprend la suppression du travail.
Les grands propri6taires sont en exil, les biens
confisqu6s restent incultes, faute de bras, le
tresor est vide, la garnison n'a plus que
150 hommes. Les pirates anglais interceptent
le cabotage et il n'y a pas un navire de guerre
francais pour les tenir en respect.
Collot, homme courageux et honnete, cher-
che A reliever le pays et fait appel aux hommes
de bonne volont6. II promet mgme aide et
protection aux emigres qui accepteront de
revenir sur leurs proprietes. I1 propose a
I'Assembl6e extraordinaire, fagonn6e par La-
crosse A ses idles revolutionnaires, d'acheter
au moyen de souscriptions un petit navire de
guerre pour prot6ger le commerce de 1ile.
Cette Assemblee qui ne rave que sang et car-
nage repousse la proposition du gouverneur
et d6sapprouve sa tolerance.
Les 6migr6s qui 6taient accourus a son
appel sont emprisonn6s et massacres. En une
seule nuit, A Trois-Rivieres, de nombreux
planteurs, avec leurs femmes et leurs enfants,
sont assassins. Collot, en apprenant ces








VICTOR HUGHES


crimes, ordonne I'arrestation et la mise en
jugement des coupables. L'Assemblee extraor-
dinaire les couvre de sa protection. Les pou-
voirs du Gouverneur sont devenus a peu pres
nuls. La terreur va r6gner dans 1'ile.



La nouvelle de la mort de Louis XVI, sur
l'echafaud, le 21 janvier 1793, en parvenant
i la Guadeloupe, declencha le regime de ter-
reur pr6vu. Ce fut le signal des tueries en
masse. L'impunitA etant assuree, les crimes se
succedent. Les planteurs accuses de vouloir
livrer l'ile aux Anglais sont impitoyablement
executes, sans jugement, par des bandes
armies qui parcourent les campagnes. L'As-
sembl6e extraordinaire glorifie les assassins
et les felicitent d'avoir delivre le pays du
danger.
Contre cet 6tat d'anarchie, Collot ne peut
rien. I1 n'a meme plus le droit de contester
les decisions de l'Assemblee qui s'est consti-
tuee en Tribunal r6volutionnaire et don't les
jugements sont sans appel. La terreur regne
comme en France.
On reproche au Gouverneur sa moderation,
on l'insulte publiquement. Lorsque lui par-
vient I'acte constitutionnel qui r6partissait
le pouvoir en Corps 16gislatif, Conseil executif








LA GUADELOUPE


et Corps administratif et municipaux, il
essaie de ressaisir le pouvoir en l'appliquant A
la colonie, mais sa tentative amene la revolte.
Les a patriots le couch6rent meme en joue,
un jour, en pleine place publique, et il
n'6chappa A la mort que par son sang-froid
et sa bravoure.



Aux horreurs de la guerre civil, allaient
succ6der celles de la guerre 6trangbre. L'An-
gleterre, qui comprenait bien que son heure
6tait venue, que les colonies ne pouvaient
resister a une attaque s6rieuse, etant en pleine
anarchie, va enfin chercher la realisation de
ses ambitions.
Dbs le commencement de 1794, le general
Rochambeau qui sentait le danger r6cla-
mait, mais en vain, des secours de la M6tro-
pole :
a Je vous r6epterai, sans cesse, 6crivait-il
au ministry, qu'il faut porter des coups mor-
tels A nos ennemis dans ces parages, que la
chose est ais6e, parfaitement aisee, si vous
envoyez seulement huit A dix mille hommes
de troupes et des vaisseaux en assez grand
nombre pour Wtre maitres de la mer. Les
Anglais ont quatre vaisseaux de force, les
Espagnols six a Porto-Cabello. Exp6diez








VICTOR HUGHES


d'Europe une douzaine de vaisseaux de ligne
et laissez-moi agir. Comptez ensuite qu'il
faut Atre un sot ou un traitre pour ne pas
avoir quelque succ6s. D
Malheureusement la RWpublique avait assez
a fire en Europe centre la coalition formie
par 1'Angleterre, 1'Autriche, la Prusse et le
Pi6mont. Elle se trouvait dans l'impuissance
d'envoyer des secours h ses colonies des
Antilles.
II fallut done se border a faire le possible
avec lesressources locales. L'Assembl6e extra-
ordinaire arrita que tous les citoyens domi-
cili6s dans la colonie, depuis P'ge de seize ans
jusqu'h celui de cinquante-cinq ans, seraient,
pendant le course de la guerre, tenus a faire
le service militaire dans les citadelles et dans
les camps, outre leur service ordinaire dans
les quarters.
Tous les forts furent mis en 6tat de defense,
autant que le permettaient les faibles moyens
de la colonie. Tous ces preparatifs ne furent
que trop justifies.
Le 5 fevrier 1794, I'amiral Jervis (depuis
Lord Saint-Vincent) et le general sir Charles
Grey se pr6sentbrent devant la Martinique.
L'amiral Jervis avait quitte Portsmouth le
26 novembre 1793 pour les Antilles. Son
escadre comprenait quatre vaisseaux, neuf
frigates, plusieurs corvettes et galiotes a








LA GUADELOUPE


bombes et les transports pour les troupes sous
le commandement de sir Grey. L'exlpdition
arriva a Barbade le 6 janvier 1794 et y fut
renforc6 par les unites de la station xavale.
Un mois s'ecoula en priparatifs et enfin elle
fit voile pour la Martinique le 4 ~6rier.
Arrive au sud-est de la Martinique, Jervis
divisa sion eseadre en trois divisions *: la pre-
minre aux ordres du g6n&ral PresDott,accom-
pagn6 du g6n6ral en chef Grey; la deuxieme
a-ux ordres durmajor-gin6rai Dundas remonta
an aerd, pres de la Triuiti, dans la bale du
Galion, tandis que la troisieme, ;eommand6e
par le colonel Gcrdon, se portait devant
Case-Navire, prbs de la -apitale de Tile.
Le general Prescott put debarquer sans
difficult 4e 6 ivrier A Sainte-Luce. En vain
Rochambeam se porta dtans la direction du
Marin, en passant par jRiviBre-SalBe, le Trou
au Chat et Riviere-Pilote, pour tenter de
s'epposer, avec les milices, au d6barquement
et i la mare de la colozme anglaise; il ne
put parvenir a rassebhler ses gardes natio-
nales qui s'ftaient disperses et don't une
parties se rendit iman6diatement aux Anglais.
Le generall Dundas debarquait en mgme
temps auss facilement a la Trinit6, car le
mul&tre dllegarde, que Rochambeau avait
fait lieutenant-colonel et qu'il avait charge,
avec son batailon de -ehaseers -nei-s, de
























































































































































atV r@l. 6 &evaTIe. e








VICTOR HUGHES


d6fendre cette position, ne se crut pas en
stat de resister et abandonna le poste, apres
avoir mis le feu aux approvisionnements.
La division du colonel Gordon fut moins
heureuse. I1 lui fallout trois jours pour opbrer
son d6barquement A Case-Pilote.
Enfin les trois colonnes converg'rent sur le
Fort-Bourbon (Fort de la Convention) oil
Rochambeau dft s'enfermer. Maltres de tout
le reste de l'ile, les Anglais commencerent les
travaux n6cessaires pour effectuer le siege
r6gulier de la place,dont l'investissement fut
complete le 20 fivrier.
AprBs un blocus de soixante-dix jorws, ua
sibge de quarante-huit, don't plus d'un mois
de tranch6e ouverte, Rochambeau capitulait
le 23 mars 1794.
La capitulation signee par trois commis-
saires frangais, le colonel d'Aucourt, le capi-
taine Dupeyret et Gaschet, de la garden
national, et trois conminssaires anglais, le
commodore Thompson, le colonel Symes et ie
capitaine Cunningham, contresign6 par le
general Roehambeau, le gn&ral Grey et l'ami-
ral Jervis, stipulait A I'article premier que
( la garnison du fort,eomposiedetroupes de
ligne, d'artillerie, de tanonnierstdeariae etde
gardes nationals, sortirait du fort, enseignes
d6ployees, trente coups dans la giberne, avec
deux pieces de canon munies de douze gar-








LA GUADELOUPE


gousses, mais qu'elle. poserait les armes a un
endroit indique et ne pourrait servir contre
Sa MajestW Britannique et ses allies pendant
toute la guerre. i
I1 ne restait que 250 hommes des 600 qui
s'6taient enfermes dans le fort avec Rocham-
beau. On peut s'imaginer l'impression pro-
duite sur les vainqueurs par la vue d'une si
petite troupe. Sortie par la grande porte, la
garnison defila devant les rangs de ses nom-
breux ennemis qui, 6tonn6s de sa belle et
longue defense, lui rendirent les honneurs de
la guerre, avec les 6gards que l'on doit au
courage malheureux.
Le journal du siege, tenu par Rocham-
beau, done au jour le jour les details des
6v6nements. Le 7 mars, il 6crivait :
Enfin, le jour de 1'attaque g6nerale est
venu! Le feu commenga au soleil levant par
les quatre batteries qui 6taient en avant du
front d'attaque du Fort de la Convention
et celle du c6te de l'habitation Larcher; les
chaloupes-canonnieres et les bombardes agi-
rent aussi en meme temps sur le Fort de la
Ripublique et la ville : il fut assez bien dirig6
pour abattre et cribler tous les bitiments qui
etaient dans le fort de la Convention; aucun
des postes, aucun des bastions n'etaient A
l'abri de cette artillerie redoutable et les
efforts que nous ferons pour la soutenir et








/0 VICTOR HUGHES
attendre les secours promise par la France
nous meriteront sans doute l'estime des
ennemis et la reconnaissance de la mbre-
patrie, assez injuste jusqu'a present pour nous
avoir oubli6s.
( Le mur int6rieur de la redoute est au
tiers abattu. Pelage 1 qui y command y a
ete blessed 16gerement. Plusieurs de nos pieces
furent d6mont6es et j'eus 50hommes tues ou
blesses, ce qui fait A peu prbs le douzieme de
notre monde. Je le fus legerement au front,
d'un eclat de bombe.
Le 12 mars : ( J'ai le sixi3me de notre
monde hors de combat par le feu de l'ennemi
et I'autre sixieme afflige de dysenterie. Le peu
de troupes qui defend le fort est done rAduit
au tiers. De tout cela,, il r6sulte que nous
aurons plus de m6rite A prolonger notre
defense en cherchant a la rendre celebre. Je
vais done travailler pour l'histoire.
Le 23 mars : u Ainsi, se terminal la defense
d'une poignee de soldats, braves et fiddles,
qui ont ete lachement abandonnes par la
France dans ces parages.
Le general Rochambeau demand 6 se
rendre aux Irtats-Uinis. Les Anglais le firent
conduire a Newport sur un batiment escort
par la frigate Vesuvius.
i. Jeune officer mulatre qui va jouer plus tard un r6le
important i la Guadeloupe.








LA GUADELOUPE


Collot, en apprenant la prise de la Marti-
nique, comprit que la Guadeloupe etait me-
nac6e. I1 appelle sous les armes tous les
citoyens, sans distinction d'opinions. I1 esp6-
rait que la haine legendaire de l'Anglais
aurait vite dissip6 les discordes intestines,
mais il se trompait.
Les gens paisibles et senses voyaient, sans
terreur, meme avec soulagement, s'approcher
l'ennemi. La gloire et l'honneur de rester
frangais ne faisaient plus vibrer en eux aucune
fibre. Depuis treize mois, I'anarchie la plus
sanglante d6chirait l'ile et ils ne pr6voyaient
aucun secours de la M6tropole livr6e elle aussi
A la d6magogie.
Les patriots, eux, crurent h une fable
inventee par le gouverneur pour reprendre le
pouvoir et refuserent de participer aux pr6-
parations de la defense.
Laissant a la Martinique le g6n6ral Pres-
cott, nomm6 gouverneur de 'ile, avec cinq
regiments, les Anglais quittbrent F'ile sour
le 31 mars 1794, pour Sainte-Lucie. Le g6n6-
ral Ricard, d6nu6 de tout, malade et r6duit
A une faible garnison, apres quatorze heures
d'attaque capitula. I1 obtint les memes condi-
tions que Rochambeau. Le colonel Gordon








VICTOR HUGHES


fut d6sign6 pour commander a Sainte-Lucie,
avec quelques troupes, et 1'exp6dition re-
tourna h la Martinique.
Apres la capitulation de Sainte-Lucie, le
g6n6ral Ricard alla rejoindre Rochambeau
aux 1tats-Unis. Ce dernier, A la date du
21 florIal an II, icrivit aux ministres :

Newport, le 21, 8e moist, Fan 2e de la Rpublique
frangaise, une et indivisible.
( Le general Ricard est arrive ici le dix-
neuvieme de ce mois, citoyens ministres,
apres avoir W6t obIig6 de rendre la colonie de
Saint-Lucie aux armies britanniques; il itait
attaqu6 par cinq mille hommes et avait A
peu pres cent hommes pour la d6fendre.
( Je ne crois pas que vous soy6s 6tonn6 du
dalabrement de nos garnisons aux Indes Occi-
dentales. Vous en 6tiez instruit depuis long-
temps par moi, vous n'y aves porter aucun
remede et vous ftes rests spectateurs tran-
quilles d'une scene aussi horrible; oui depuis
que je suis dans ces climats j'ai la measure de
vos talents et de votre capacity, je connais
meme toute 1exiguiti de votre prevoyance.
SPlaignes done ceux que votre inertie a
riduit a la triste situation de prisonniers
puisque vous n'aves pu leur offrir que des
regrets impuissants; Allis! vous vous etes
converts d'ignominie. n








A. GUIAD'ILOUPE


On e&mprend Ie d]sespoir de Roeihambeau,
mais que pouvait faire la Mitropole absorbed
par d'autres pr ceipations et qui avait
avant tout a ddendre ses frontiires?
Apres en repos de trois ou quatre jours ~ la
Martinique, les Anglais firent voile, le S aviil,
pour la Guadeleepe. Une partie de reseadre
se dirigea sur Basse-Terre et l'autre sur- la
Grande-Terre.
Cette derniere s'aceapare, le 9 av-ril, des
Saintes. Apres avoir laiss6, mouillees danm la
rade, deux frigates. elle conitimte pour la
Graade-Terre et d6barque au Gosier le 12.
Le lendemain, les: Aglais eormnand&s par le
general Dundas enlevent d'assaut le fort
( Fleur d'Epee P, don't la garnison est impi-
toyablement passieeau fil de ''lpee.Les petites
garnisons du fort Saint-Louis, situi au-dies-
sous du fort ( Fleur d'Epee ,, et de la batteries
de I'let i Cochons, terrifies, se rendent imn6-
diatement. Les Anglais sont ma~tres de la
Pointe-i-Pitre et de toute la Grande Terre.
Le 15 avril, Dundas epere ma nouveau
debarquement de 800 hammes d'infanterie
et 100 cavaliers a la Grande Anse des Trois-
Rivieres et marche sur'Basse-Terre, par terre,
tandis que la division navale va le rejeindre
devant ee port. Les .faibles batteries Ble-
vees, entire les Trois-Rivisres et le Palmiste
tirent quelques coups de canons mais sont








VICTOR HUGHES


vite abandonnies. Dundas va camper a
la Savane Poyen.
Le 17 avril, en suivant les hauteurs,
il s'empare du Matouba et du pont Nozibres;
des lors il domine et prend a revers tous les
ouvrages de la riviere des Peres. Bient6t, il
encercle la ville de Basse-Terre qui est livree
aux flames par les r6volutionnaires.
Dans la nuit du 17 au 18, des pillards
brdlent l'hopital, l'intendauce et tout un
quarter de la ville; du 18 au 19 nouvel incen-
die. Dundas some le gouverneur de se rendre.
Le 19, les officers de la garnison, r6unis
en Conseil de guerre, au fort Saint-Charles,
reconnaissent qu'il y a impossibility de di-
fendre ce fort avec 120 hommes, alors que
1.000 sont n6cessaires, vu l'6tendue des rem-
parts, et d6cident d'adh6rer A la requisition
de l'ennemi.
Le 20, au matin, I'amiral Jervis envoie un
parlementaire auquel Collot remet ses pro-
positions pour la capitulation. Jervis exige
la reddition du fort et de la garnison, a dis-
cr6tion. < Plut6t le faire satiter et m'ensevelir
sous ses d6combres repond Collot. L'amiral
anglais lui accord enfin les memes conditions
qu'au g6n6ral Rochambeau.
Le 22 avril, le pavilion britannique est
hiss6 sur le fort et les Anglais en prennent
possession.








VICTOR HUGHES FRANC-MAON


Marie-Galante ne tarde pas A se rendre,
sans resistance. L'amiral Jervis r6tablit le
regime politique anterieur h 1789 et Dundas
est nomm6 gouverneur de 'ile.
Collot alla rejoindre Rochambeau aux
Etats-Unis.
Dans 1'espace d'un mois, les Anglais
s'etaient empares de nos colonies et il ne
restait A la France aucune possession aux
iles du Vent.


VICTOR HUGHES



























VICTOR HUGHES FRANC-MACON



Les grands esprits, les giants qui ont pre-
pare la R6volution, Jean-Jacques Rousseau,
Voltaire, Mirabeau, avaient regu leur ensei-
gnement A la vie politique dans les loges de
la Franc-Maconnerie.
Ce sont les francs-magons qui ont fait la
Revolution, ce sont eux qui ont donn &A
l'humanit6 la Declaration des droits de
l'homme et du citoyen et la Constitution de
1791, en substituant le fait 6nergique a la
iropagande speculative, en faisant chair le
verbe.

a


- ,~








VICTOR HUGHES FRANC-MACON 83
Le 24 juin 1738, le due d'Antin 1, pair de
France, gouverneur de I'Orlanais, fut &lu
Grand-Mattre de la Franc-MaIonnerie fran-
gaise, affrontant le couroux du roi Louis XV,
qui avait fait la promesse d'a embastiller a
le titulaire de i'Ordre si celui-ci 6tait Fran-
9ais. Louis XV,ni de Fleury,n'os~rent mettre
A execution cette menace.
En 1740, devant la Grande Loge, solen-
nellement assemble & Paris, le due prononga
un discours don't nous extrayons les passages
suivants qui exaltent les principles et l'id6al
d6ja proclambs par les a Constitutions D d'An-
derso n 1723, et qui marquent 1'aurore du
grand sibele. Malheureusement ces principles
et cet ideal ne sont pas encore prfts devenir
le Code moral de I'humanit6 :
SLes homes ne sont pas distingu6s essen-
tiellement par la difference des langues qu'ils
parent, des habits qu'ils portent, des pays
qu'ils occupent, ni des dignit6s don't ils sont
investis. Le monde entier n'est qu'une grande
r6publique don't chaque nation est une famille
et chaque partiealier un enfant.
v Nous voulons reunir tons les homes
d'un esprit 6clair6, de meurs douces et d'hu-
meur agreable, non seulement par l'amour des

t. Il mourut le 9 dcembre i743 & l'ige de treate-six
ans.








VICTOR HUGHES


beaux-arts mais encore plus par les grands
principles de vertu, de science et de religion,
ou l'interet de confraternit6 devient celui du
genre human tout entier, od toutes les na-
tions peuvent puiser des connaissances solides
et oi les sujets de tous les royaumes peuvent
apprendre a se ch6rir mutuellement, sans
renoncer a leur patrie.
( Sans d6roger aux divers devoirs que la
difference des Etats exige, on creera un peu-
pie nouveau qui, compose de plusieurs na-
tions, les cimentera toutes, en quelque sorte,
par le bien de la vertu et de la science. ,
G6n6reuse pensee, admirable conception
de la fraternity des peuples, 6mises un demi-
siecle avant la R6volution et que, de nos
jours, le ( pMlerin de la paix ), Aristide Briand,
a repris pour n'en constater, helas, que la
fragility.
Avant 1789, les loges ont compte dans leur
sein tous les hommes remarquables qui for-
maient 1'elite de l'epoque : des hommes de
guerre comme le general Comte de Turpin-
Criss6, le marquis d'Archambal, marechal de
camp, le celbre marin Paul Jones; des avo-
cats comme Romain de Skze, qui d6fendit
Louis XVI devant la Convention et mourut

i. Discours publi- a Francfort-sur-le-Mein, en 1742 et
peu connu.








VICTOR HUGHES FRANC-MA(ON 85
premier president de la Cour de cassation;
des savants, Condorcet, Cabanas, Lac6pBde;
des litt6rateurs, Florian, de l'Acad6mie fran-
gaise, Lemierre, Delille, Chamfort; des pein-
tres et des sculpteurs, Joseph Vernet,Greuze
Houdon, Moreau le Jeune; et enfin tous ceux
qui furent parmi les acteurs du grand drame
revolutionnaire: SieyBs, Mirabeau, Lafayette,
Bailly, P6tion, Guillotin, Rabaud Saint
Etienne, Brissot, CeruttP, Fourcroy, Camille
Desmoulins, Danton, Robespierre, Saint-
Just, etc. 1.
Les esprits les plus 6leves, les publicistes
les plus ce18bres, les homes les plus purs et
les plus glorieux, trouvent un refuge dans les
parvis de ses temples et lA se disputent, s'1la-
borent les controversies brilantes jetees dans
le monde d'alors : franchise des parlements,
droits des Etats-gen6raux, prerogatives de
la royaut6, constitution de la propri6te fon-
cire, r6partition des charges publiques;
questions qui appartenaient autant au do-

1. La a Loge des Neuf Seurs s, fondue A l'orient de
Paris en 1776, brilla A cette 6poque d'un Mclat tout par-
ticulier. Elle eut successivement come vWnarables :
le grand astronome Lalande, le cel6bre Benjamin
Franklin, le marquis de la Salle, le comte de Milly, le
president Dupaty, I'avocat Elie de Beaumont et Pas-
toret, dernier chancelier de France. Voltaire y fat regu
magon le 7 avril 1778.








VICTOR HUGHES


maine du socialisme qu' celui de la politique.
C'est a l'ombre de ses temples que bour-
geois, artisans et nobles ont fait le difficile
apprentissage de 1'6galite; c'est sous la pro-
tection de ses mysteres que les idies modernes
ont germ6 et se sont divelopp6es.
Lorsque fut dichain6e la temp6te, ce sont
ces memes homes que nous trouvons par-
tout oi leur presence pouvait etre utile, se
consacrant sans r6s&ve A la realisation de la
grande r6forme tant souhait6e,,la Foi nou-
velle. Les vieilles institutions s'6croulent, de
v6ritables prejug6s sont 6touff6s, 1'6galit6
civil, 1'6galit6 politique remplacent le pri-
vilege et le favoritisme. Debout, la France
cria d'une voix formidable : a Liberti, Ega-
liti, Fraternit6 .
A ce moment, on vit le spectacle admirable
d'un patriotism que nul patriotism ne
d6passera. La nation francaise, eni route pour
la civilisation, sentit bouillonner en elle les
vertiges de la d6faite et de l'asservissement
et elle s'ecria a La Patrie est en danger ))...
a Aux frontires )!1 Et que vit-on? Les Fran-

i. Le it juillet 1792, I'Assemble adopt le rapport de
HLraat de S&chelles et dderdta ces mots solennels en
faisant appel au patriotism et an courage des citoyea.
Danton wtw de tous le plus ort i souffer dame les
airos de la gnerre I en aait reeonun la n6oeait6ts
dans le plus grand danger, alors que les Prssiens aar-









VICTOR MUGHES FR.LNCMACON 61

*al i &peine 'rius, mal nowvig,, se; ruaut a='.
leg hrillants r6giments de FAutriche et de- la
Pius" et ces. ?giments- renilart.
Siey* A Milatak u, Bailly, La- Fayete, 'ke
Charpelier, dirigenz la it Costituanse 'Gcon-
diiwet, Brijsst et autae9 so-at & la c.LUgisla-
tive)); Vezgmaul, Raoespieir et Saint-Juwt
la. 0 CoxmnI4ioLs.x Ces chefs imtreides,. elo-
qmezta,. cksinth~aess&, fou s olopimian pubiq~ue
awa. orldeiers, aiu Jadsbin., e t maurx m aintus
dMeisi& seultmrt le peupie daurs larue et le
comdmiit b-la. cmqafe de ges &roitsjusqu'alors,
micenumu. Demaeulms dctrwt la Bastile-
Nantan feudroie lea Tuileries, Grw'ire; tue
le rei
Le peintre- Lavens a immartalisi le r~lo
de la franc-umea unerie dams cette ipolpie
popuIaire en nws lguant sam. tableau :., La,
vof.. d'uciew s. Sous 'IZn~mflzee de see gran
mnkre, k due d'OrIkauis, la fraac-maoumnei'e
Iait rwt%6e fidPle & L ois% XVI. diramA. lea
premeres joum.ves rivoaluiornaires et lorsqae
lie Oi rentra, da-s PaTis, am mfieu des ruines

chaient wan Vmedun at. quao- Phuilk t menao4 it nle pe-
tagea pas la consternation publique et s'opposa au trans-
fert de la Convention et du Roi de 1'autre c&t4de la Loire.
a Tel est le caract~re- frangais qu'it faut des dangers
peurionaver toutt- son &ivrgie. Ue momnet ese vent d&e
diremn peuplet qtw le peopik ean. =am dbnV so pridipiter
sw Sawnnemzs. S.









VICTOR HUGHES


fumantes de la Bastille, les macons tinrent a
faire 6clater aux yeux de tous leur attache-
ment a sa personnel par un acte ostensible
emprunt6 au ceremonial magonnique.
Entour6 d'un nombreux cortege, le Mo-
narque qui venait d'ajouter A sa cocarde
blanche la cocarde bleue et rouge de la ville
de Paris, se disposait A monter le grand esca-
lierde 1'Htel de Ville quand un mot chuchote
fit le tour de l'assemblie et immediatement
tous ceux qui l'entouraient, pour la plupart
magons, tirerent leurs p6bes, don't les lames
brillbrent comme autant d'6clairs. Louis XVI
eut un movement de frayeur, palit et fit
quelques pas en arriere. Le marquis de Nesles,
qui l'avait suivi depuis Versailles, lui dit :
( Sire, n'aycz pas peur et allez de l'avant sans
crainte ). Le roi hesitait. Les ep6es se lev6rent,
une vote se forma et c'est sous les lames
crois6es au-dessus de sa tate que Louis XVI
devait passer pour atteindre la porte de
l'H6tel de ville. Les francs-magons avaient
form la vouite d'acier honneur reserve
dans leurs temples aux grands dignitaires de
l'Ordre et aux v6nerables dans certaines cir-
constances.
En 1789, la franc-magonnerie, outre ses
574 loges m6tropolitaines (63 a Paris et
511 en province) comptait 17 ateliers en pays
strangers (sept A Rome) et 38 aux colonies.









VICTOR HUGHES FRANC-MACON


Les deux plus important de ces derniers
6taient la Loge ( Le choix des homes ,, a
Saint-Domingue et la Loge (La Paix s, A
Pointe-a-Pitre fonduee en 1783).
Ces loges 6taient toutes florissantes. La
plus ancienne des Antilles franpaises a etW
SLa Parfaite Union et Tendre fraternity
6cossaises r6unies ), fondue A Saint-Pierre,
Martinique, en 1738. A la Guadeloupe, le
plus vieil atelier qui ait travaille s'appelait
S(Antigue constitu6 au Petit-Canal, A la
pointe d'Antigue, le 1er janvier 1750.
Les loges coloniales refletaient les idies de
la Metropole et, trbs attentive aux 6v6ne-
ments qui se d6roulaient en France, elles se
pr6paraient ; l'inevitable revolution qui
semblait se recueillir avant de franchir le
seuil d'un inconnu mystrrieux que tous pres-
sentaient formidable.
,Le 4 janvier 1789, le Grand Orient de
France adressait aux loges une circulaire
dans laquelle il insistait tout particulierement
sur les obligations et les devoirs des citoyens
envers leur Patrie, et le 19 du meme mois,
une autre, qui faisait l'apologie de sa Consti-
tution, qu'il donnait comme module au monde
profane, parce que, essentiellement d6mocra-
tique, elle itait basee sur le principle repr6-
sentatif et sur le suffrage universe. D6jA,
dans les fameux < Cahiers il avait promul-








VICTOR HUGUES
gui la noble doctrine de Justice et de Libert6,
enfant~e dans ses temples, doctrine qui allait
devenir la base du droit frangais, sous le nomn
de a D6claration des droits de l'hoimne et do
citoyea D. Sa devise, c Liberte, EgalitA, Fia-
ternit6 devait ultt6ieuvement Stre adopted.
Le 5 mai 1789, lors de l'ouverture des Etats.
G&6raux, &. Versailles, sur 603 d6putes du
Tiers, 477 appartenaient a la franc-magon-
nerie, sans parler de ceux. de la Noblesse et
du Clerg& qui itaient nombreux dans les
loges.
Le 17 juin 1789, ces mimes deput6s du
Tiers prenaient le nom d'Assemblbe national
et Barrere disait a ses colleagues : ( Messieurs,
vous ftes appeals & reeommencer Ihistoire ,.
Les terms symboliques, les costumes et
les signs magonniques qui fleurissaient dans
les protocoles des loges du xvme: sibcle, se
retrouveat dans les usages 6tablis par la
RBvolution. Les discours de Robespierre,
I'homme le plus reprisentatit du regime, en
sont. lmaills.
Sur le. baudrier des 4l1ves de I'( Ecole de.
Mars n, nous treuvons lesr mots i liberty,
galit& I, s6parbs par le niveau galitaire; le
m&me symbol eat gpave sur leur sabre. Le.
Masie Carnavalet a conserve des insignes.
rivelutionnaaes oi. abondent les a triangles x
et a r'il ra-yonnant ).








VICTOR BUGHES FRANC-MACON 91
La midaille gravee en souvenir des Etats
G6neraux porte le G compas ), 1'( iquerre D,
les t deux colonnes a surmontees du Soleil
et de la Lune; la medaille de Louis XVI ren-
ferme le compas, l'-chelle graduie, 1'6querre
et la truelle; la m6daille de la Fed6ration
national des Frangais porte le nom h6breu
a Jehova D, dans un triangle rayonnant. L'es-
prit de la franc-maIonnerie a fortement im-
pregn !la R6volution.
Les francs-maions voulaient la Revolution
g6ndreuse .et humanitaire. Ses livres d's ar-
chitecture en font foi. Us ont 6t6 d6bord6s
et entrain6s par les circonstances. La est le
peril que les saints, les illumin6s font courier
au monde. La reforme non-violente amene la
licence; encore un pas et la violence 6clate.
Le principle renversk, l'ordre bouleverse, la
multitude saute par-dessus tout et se r6pand
furieuse, aveugle : le sang coule. Dans ce
douloureux enfantement d'une soci6t6 nou-
velle, que d'horreur, que de sang!
Les uns firent la Revolution pour n'avoir
plus de maitres, d'autres pour Atre les mai-
tres; certain pour ditruire la royaut6, d'au-
tres pour cr6er la Ripublique; les pauvres
pour devenir riches; tout un tourbillon d'in-
tirets contradictoires, de passions, d'instincts
et de disirs qui s'entrechoquaient dans la
melee. Mais il fallait faire tout cela ou perir








VICTOR HUGHES


et nos peres le comprirent lorsqu'ils 6crivirent
sur leurs drapeaux : ( La liberty ou la mort ).
( Jamais il n'y aura au monde des hommes
plus intrepides que les Merlin de Thionville,
les Bourbotte, les Lacoste, les Romme, les
Philippeaux; jamais de volonte plus forte que
celle des Jean-Bon Saint-Andre, des Baudot,
des Levasseur ), a 6crit Michelet. Avez-
vous done, disait un d6put6 de la droite, fait
un pacte avec la victoire D? ( Non, r6pondit
le jeune Bazire, assis a c6t6 de Danton, mais
avec la mort. )



Ces Bvenements eurent necessairement leur
repercussion aux Antilles et engendrerent
un bouleversement g6enral dans la Societe
colonial. Avec enthousiasme fut salu6 l'au-
rore de la grande renovation. Les votes
azur6es des loges trembl6rent sous le bruit
des ((triples et chaleureuses batteries ). Sur
le ( Livre d'Or ) de la loge c Le choix des
hommes ), de Saint-Domingue, nous avons
releve les lignes suivan(es :
a Le triomphe de la liberty et du patrio-
tisme est le triomphe le plus complete du v6ri-
table magon. C'est de nos temples 6levis A la
saine philosophies quesont partieslespremibres
etincelles du feu sacr6 qui, s'6tendant rapi-








VICTOR HUGHES FRANC-MACON 90
dement de l'Orient A 1'Occident et du Sep-
tentrion au Midi de la France, a embrase le
coeur de tous les citoyens ,.
Et parmi les signataires qui se trouvent
au bas de ce c morceau d'architecture a nous
avons relev6 les noms de Gouy d'Arcy, le
future premier d6put6 pour Saint-Domingue
A la Convention et Victor Hughes don't nous
gallons retracer la carribre heroique. Ce der-
nier eut le triste honneur de faire connattre
A la Guadeloupe toutes les horreurs de la
Terreur et son passage fut dans cette colonies
une desolation.
La fraternity est a la base de la franc-
magonnerie. Hughes avait jure d'aimer ses
frbres, de les aider en toutes circonstances;
nous allons voir comment il tint son serment.
A titre documentaire nous donnons, ci-
dessous, la copie d'un parchemin retrouv6
dans les archives de la ( Loge la Paix ,
Pointe-h-Pitre (Guadeloupe).

AD MAJOREM SUPERMI ARCHITECT GLORIAM

La R." M. L. ". Ecossaise de 1'Isle de
Saint-Domingue, r6gulirement constitute
sous le titre distinctif du Choix des Hommes.
A tous les magons reguliers sur les deux
h6mispheres.
UNION-SANT-BONHEUR







94 VICTOR HUGHES

Nous certifions que le porteur, notre fiddle
et bien aim6 F.*. Victor Hughes, capitaine
de navire, n &A Marseille le 21 juillet 1762, a
Wte par nous initi6 et install dans le trbs
noble et sublime grade de maitre et qu'en
cette quality, il a travails parmi nous, avec
honneur et justice, et & la satisfaction de tons
les F.-. F..
Nous prions toutes les L .. L. de lun
et de l'autre hemisphere et tous les vrais
magons autour du globe, oi la Providence
pourra le conduire, de le recevoir comme td,
et de lui accorder dans le besoin tons les
secours que nous nous faisons un devoir de
donner A tous les excellent magons voya-
geurs dans nos contr6es.
Donned, sous notre seeing et le sceau de
notre L. *. et dans notre camp maonnique,
A Saint-Domingue, le trentibme jour du
dixieme mois de Fan dela Vraie Lumiere5,787
et de 1'6re vulgaire le trente decembre 1787.

DUPIERN* SAINT-PAUL
M.'. R.". +
Scelld et timbrt par nous, DUVIGNAC.. MARESCH L.'.
Garden des sceau= ardchi s. BuARIE SAVEB
MEYNIER 0.*. e1* Sutm. ..
M.-. DESAINT PAns
R.-. + Tr...". M.*.
Par mandaentde laV. L..
Jh. SALVIGNY
Sec. .
B. PRADELLE
2*0 St..-. R.'. +


tt














VICTOR HUGHES
DiLiGUi DE LA CONVENTION


Souveraine absolue aux ties du Vent,
I'Angleterre, proftant des factions qui divi-
saient la France, cherche i maitenir ses
nouvelles zonquates. A la Martinique, le
general Prescott essaie par des faveurs et des
libralitis de s'attacher les colons qui pou-
vaient Atre utiles A ses intrsts. Certaims
d'entre eux regoivent meme le titre de a Com-
missaire de Sa Majest6 Attentif a cicatriser
les plaies de la revolution et de la guerre, il
ehevehe, par tme administration bienfaisante
A fare fleurir le commerce, l'agriculture et les
institutions coloniales.
A la Guadeloupe, Dundas, qui est brutal,
a cherch6 & intimider par des s6vtritis exem-
plaires ceux don't ii suspect les sentiments.
La population r6siste, alors i fait appesantir
sr toute I'fle sa main de fer et Fl'acable de la
tyrannie la plus oppressive.
I est vrai qu'k l Guadeloupe, qui de 1759
a 1763 avait port le joug de 'oeenpation
anglaise,oavait garden le souvenir de pillages,







VICTOR HUGHES


d'incendies et de devastations et les habitants,
avec rancoeur, subissaient les rigueurs de
cette nouvelle occupation.
A l'agitation r6volutionnaire, aux guerres
intestines, une force de 8.000 hommes fait
succ6der le came et la discipline mais, pour
assurer leur conquete, les Anglais durent
n6anmoins d6porter sur des bftiments de
guerre de nombreux habitants, hommes,
vieillards, femmes et enfants, confisquant
leurs biens et leurs proprift6s. Ces injustes
vexations allaient porter leurs fruits lorsque,
quarante jours apres la r6ddition de l'ile,
l'expedition de Victor Hughes fit son appari-
tion au Gosier.

*

DBs que fut connue en France la perte de la
Martinique, le Comit6 de Salut Public, preside
par Robespierre, decida l'envoi de secours,
dans le but de reprendre l'ile aux Anglais,
et mit tout en oeuvre pour r6unir A Rochefort
tout ce qu'il pft trouver de disponible dans
les forces de terre et de mer.
Rochambeau avait demand 10.000 hom-
mes. C'est avec grand peine que l'on parvint
A former une petite expedition compose de
deux frigates, la Pique et le Thetis, d'un
brick I'Esp6rance et de cinq batiments de








DELEGUE DE LA CONVENTION


transport, sous les ordres du capitaine de
vaisseau,Corantin Urbain de Leyssegues. 1En
tout 1153 homes, mais la valeur allait com-
penser le nombre.
De Leyssegues appartenait A une famille
noble de Bretagne. Volontaire de la marine,
il avait fait la guerre de 1'Independance ame-
ricaine. Puis, comme lieutenant de frigate, il
avait fait champagne avec le bailli de Suffren,
aux Indes, sur le vaisseau Sphinx. 11 mourut
vice-amiral.
Pour reprendre l'ile aux Anglais, chAtier
les colons coupables de s'6tre allies aux enne-
mis dela Republique,il fallait un homme 6ner-
gique, un r6volutionnaire digne de la con-
fiance de la Convention, incapable de pitie ou
de cl6mence, le plus extremiste des procon-
suls, et, c'est au pied de 1'6chafaud, tout pres
du panier qui contenait les tetes de ses vic-
times, que Robespierre alla chercher le
monstre auquel il confia la mission de ven-
geance exemplaire : Victor Hughes!
Hughes s'6tait en effet dejA fait remarquer
par l'exaltation de ses principles, le cynisme
de ses requisitions, sa haine des Anglais. Son
triomphe, la grande h6catombe des officers
et marines du vaisseau l'Appolon l'avaient
signal et plac6 haut dans l'estime des chefs

1. Certains actes portent Lesseignes.
VICTOR HUGHBS 7








VICTOR HUGHES


les plus 6chauff6s du Comite de Salut Public.
Ces chefs, Robespierre, Marat, Danton, Des-
moulins, avaient constat6 que les d6crets
de la Convention n'6taient appliques en pro-
vince qu'avec trop de douceur et ils avaient
d6cid6 l'envoi, dans tous les d6partements et
colonies, de vingt commissaires pour rem-
placer les fonctionnaires a encore f6rus de
l'esprit royaliste ou religieux ) et ex6cuter a
la lettre leurs decisions. Hughes fut un de
ceux-l4.


Jean Baptiste Victor Hughes, naquit &
Marseille le 21 juillet 1762 1, dans cette de-
cade, qui donna A la France la g6enration
heroique qui feconda de son sang le premier
sillon de la liberty, celle des Robespierre, des
Danton, des Vergniaud, des Camille Des-
moulins; la phalange qui forma les armies
invincibles de la Republique, Kleber, Riche-
panse, Dugommier, Gobert, Bonaparte et
tant d'autres. Puissante generation qui, ado-
rant l'id6e, comme l'a dit Michelet, assura le
triomphe du grand siecle d'humanite, prevu
par les grands philosophes, et qui produisit
ces femmes remarquables : Mme de Stail, de
1. Non le 23 juillet, comme on 1'a kcrit. Deux docu-
ments que nous publions sont formels : son dipl6me de
magon et son acte de marriage.









DELEGU PDE LA CONVENTION


Condorcet, Theroigne de Mericourt, Char-
lotte Corday.
II vit le jour dans l'obscure boutique d'un
boulanger. Son acte de naissance porte ( de
16gitime marriage de feu Jean Francois Hughes
et de dame Gaudrin ).
I1 etait petit de taille, le buste trop grand
pour les jambes courts et greles; le visage
grle6 par la petite v6role 2; ses mains,
rarement propres, 6taient grosses, mal em-
manchees au bout de bras trop longs. 11 avait
les manieres brusques, la demarche saccadee,
la voix tres claire, portant bien, avec un
accent provengal fortement prononc6 mais
qui grincait terriblement lorsqu'il etait en
colre. Le son ne montait pabalors des en-
trailles mais venait de la tote et 6tait aigu,
agagant. II avait la parole facile, le verbe
abondant. Etant de Marseille, il ne pouvait en
6tre autrement. Jamais il ne regardait en
face, ce n'est que par hasard que l'on rencon-
trait ses petits yeux gris, brilliant d'un sombre
6clat sous une arcade sourcillibre d6velopp6e.
Rare et pale, sa chevelure tombait en m6ches
plates et laissait voir un crane denud6 par
plaques.Nerveux, fait pour l'action, il s'6chap-
pait de sa personnel un fluide fauve et r6pulsif
2. Mirabeau, Camille Desmoulins et Robespierre
portaient aussi les marques de cette maladie, tr ccm-
mune A l'6poque.









VICTOR HUGRES


qui faisait frissonner. Sans education, son
language 6tait grossier, ignoble et sorti de has,
porter haut par le flot d6magogique. A l'en-
contre de beaucoup des hommes de la R6vo-
lution, tel Robespierre qui parlait couram-
ment l'anglais, ii ne connaissait aucune langue
ftrangere et avait surnomme les Anglais,
( les Goddams ,. I1 eut toujours la haine
jalouse des parvenus pour ceux qui 6taient
arrives avant lui.
En fin de compete, c'6tait un odieux scele-
rat, puisque ses opinions politiques 6taient si
peu sinceres qu'il n'h6sita pas a changer de
cocarde et A r6tablir en Guyane l'esclavage
qu'il avait aboli A la Guadeloupe. Mais un
scelerat double d'un organisateur incontesta-
blement de premier ordre, capable par son
energie, son indomptable courage, sa prodi-
gieuse activity et sa fermete opiniatre, de
resoudre les problkmes les plus difficiles et de
conduire les hommes A la victoire. Sans nulle
connaissance de la guerre et de l'administra-
tion, il fut un grand g6enral et un gouverneur
remarquable.

*


Jeune, Victor Hughes avait embrass6 la
carriere maritime. II voyagea aux Antilles, A


100








DiLUGUA DE LA CONVENTION


Saint-Domingue, au Mexique, d'abord comme
mousse, matelot puis capitaine.
11 finit par se fixer A Saint-Domingue, y
cr6a des minoteries et acquit une certain
notoriety, puisque nous l'avons vu membre
d'une grande loge magonnique et qu'il fut
nomm6 membre de l'Assemblee provincial
de l'Ouest. II amassa une belle fortune qu'il
perdit dans l'incendie et les troubles qui deso-
lWrent lile, les 4 mars et 22 aofit 1791, l'a
suite de la r6volte des negres. Saint-Domingue
connut alors les plus grandes horreurs et
Hughes n'oublia jamais ces 6v6nements. Son
frbre, qui 6tait son associe, fut massacre dans
la fatale journ4e du 22 aoft 1791 1, durant
laquelle les negres 6gorgerent leurs maltres,
incendierent les propri6tis et ravagerent le
pays, comme plus tard A la Guadeloupe.
DWcourag6, ayant 6chappB miraculeuse-
ment a la mort, totalement ruined, Victor
Hughes rentra en France et debarqua A
Nantes, en octobre 1792. La R6volution bat-
tait son plein. Sans le sou, il fr6quenta les
clubs, intrigue dans les loges et participa &
toutes les manifestations r6volutionnaires.


1, Le colonel Mauduit y p6rit aussi.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs