• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Foreword
 La defense
 Note A
 Note B
 Note C
 Note D
 Note E
 Note F














Group Title: Vérités contre mensonges : réponse au discours du 1er juin 1890 du général Hyppolite, président d'Haiti,
Title: Vérités contre mensonges
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078345/00001
 Material Information
Title: Vérités contre mensonges réponse au discours du 1er juin 1890 du général Hyppolite, président d'Haïti
Physical Description: 123 p. : ; 23 cm.
Language: French
Creator: Manigat, François
Love, J. Robert
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 189-?]
 Subjects
Subject: Politics and government -- Haiti -- 1844-1934   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par François Manigat et J. Robert Love.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078345
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001511865
oclc - 24397094
notis - AHC4833

Table of Contents
    Front Cover
        Page 3
        Page 4
    Foreword
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    La defense
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Fondation du journal "Le Pays"
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
            Page 51
            Page 52
            Page 53
        Le Général François Manigat
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
            Page 67
            Page 68
            Page 69
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
        Le docteur love
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
    Note A
        Page 93
        Page 94
    Note B
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
    Note C
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
    Note D
        Page 117
        Page 118
        Page 119
    Note E
        Page 120
    Note F
        Page 121
        Page 122
        Page 123
Full Text



VERITES


-*


CONTRE


N


S


ONC. E


S


I PONSE
^ .g,


DU


w--

.FRA qOIS M ", .
Gp&al d-Diision, Ex t

.i15BERT I4. VE, M. D.


kB'' d.7


- "






















vue des circonstances particulires qui ont provoqu6 et
qui ifi nt l'expos6 des faits contends dans cette Brochure,"
i corvien ce nous semble, d'accentuer des le d6but, les prin-
'cpes suivants, non seulement parce qu'ils sont &vidents par
V ex-n ns, et par consequent n'admettent que peu ou point
de disguaion. mais aussi parce qu'ils font corps avec les ques-
tons, 4'iter dans ces quelques pages:
I. defense de soi-m6me 6tant la loi de nature, est de
droit e- ;
II. uand les declarations faites par un parti sont en
cInt on avec cells qu'un autre part a avanc6es et lors-
'aacmn timoignage ne vient appuyer l'assertion de l'un ou
1 L'atre seules les declarations qui concordent avec des
-Wcowsances qu'on ne saurait mettre en doute, ou qui s'accor-
f fint avec les lois de la probability, doivent d tre tenues pour
vraies;
I.c. *na trahison en amitib cette some de toutes les vile-
Ms, esa assassin t par clequel se trouve d6truit quelque
dchos diaplus pr6cieux que le sang;
S IV.- II n'existe pas de circonstances, de combinaisons de
cico I. ces, de processes de succst ou de considerations de
coas'a~n tes qui puissent justifier la violation d'un principle
boiunda, oral; en un mot, la fin ne justifie pas les moyens.
V, tuand l'une quelconque des parties contractantes -
dhls us cntrat librement pass et volontairement consent
entre deu3 manque d'observer, ou, par mauvaise foi, viole





S ..
E-. ^ :
^.i, ^-w b,.







~ '7 82V
uym
-6--
AMUA 6 -
une seule ou toutes les conditions dudit contract, I'autre parties
est, par ce seul fait, affranchie de toutes obligations y sp6cifi6es
ou impliqu6es et se trouve justifi6e en agissant dans un sens
meme contraire aux clauses du contract, pourvu toutefois que,
ce faisant, elle ne viole ni les lois morales, ni les ordonnances
ou lois sociales;
VI.- L'homme, quoi qu'il puisse etre, don't les i
politiques et sociales ne comportent, ne renferment q .unsyi-"
tematique et perp6tuel 6tat de deceptions pour ses conclyens,,
est mal propre a en etre le leader et moins propre encore i 6ti e
le premier magistrat d'une nation;
VII. Un fait h lui seul a plus de valeur et de--peic -
qu'un miller d'arguments qui seraient uniquement bats, sr
des theories;
VIII.- Le success en lui-meme et par lui-meme n'~t "
une preuve concluante de bon droit, de bien-fond6.
En parcourant ces simples pages, le lecteur degage dt toeaS
idee pr6conque, de tout parti-pris, comprendra si les pri'ciR6
6tablis ci-dessus ne peuvent pas sans cesse etre 6voqk i
condemnation des monstruosit6s qui ont marqu6 l'admlb "
tion de M. le G6n6ral Louis-Mondestin-Florvil Hyt*i 4
depuis les quelques mois qu'il est President d'Haiti.
II est presque inutile de declarer que le present ecrJn' a
pas un travail de bon plaisir. Si, cela nous avait 6t6 puai -
nous aurions plut6t 6vit6 de l'entreprendre, car il est lmMib '--e
de se voir oblige de dechirer le masque qui cache les laideurs
morales d'un hypocrite avec lequel on avait des rapports inti-
mes et qui, profitant des facilities que lui offraient ces delicates
relations, abusa de notre bonne foi. S'il est toujours p6nible
de constater la r6alit6 des fausset6s don't on a 6t6 la dupe, il
ne 1'est pas moins d'avoir a 6tablir devant le monde entier ia
depravation morale d'un homme que l'on s'6tait habitue t
regarder avec respect, qui nous demand notre confiance et
qui eut le plaisir d'en jouir.
La publication de ce travail est une tiche que nous ont im-
pose des circonstances que nous n'avons pas cr6ees et sur les-










-7-

quelles nous n'avions aucun contr6le. Il y a plus: c'est une
r6ponse aux imperatives exigences de la justice, justice pour
nous-memes et justice pour la cause de la VERITE. Son
principal but est de jeter a la face du G6enral Hyppolite la
v6rit6, 1'entiere v6rit6 et rien que la v6rit6 h propos de la cr6a-
tion du journal Le Pays. Tout en nous rappelant avec plaisir
et orgueil la fapon courageuse avec laquelle ce journal a pro-
clam6 les principles et les doctrines d'un bon gouvernement,
tout en nous felicitant du prodigieux succes qui, durant les
quelques mois de son existence, couronna la defense de la ve-
rit' nous regardons comme un devoir sacr6 d'exposer et
d -aminer les mensonges par lesquels cet archi-hypocrite, le
President de la R6publique d'Haiti, a ni6 sa participation a la
foundation de cet organe de publicity et a cherch ah justifier
son outrageante conduite envers ceux auxquels personnel ne
pouvait opposer de plus loyaux amis.
Le but de cette brochure est aussi de faire la lumiere sur la
turpitude des principles du Gdndral Hyppolite, soit comme
homme priv6, soit comme home public, et de d6montrer
que l'unique qualitO qu'il a apport6e a l'accomplissement de
la tAche ardue et des devoirs solennels de la Pr6sidence, est (
la facultM de tromper.
Par l'expression faculty' de tromper, nous n'entendons pas
seulement le pouvoir qu'a chaque agent libre d'affirmer un
mensonge ou de trahir la confiance, pouvoir don't il r6pugne
toute personnel honnate de se servir, comme 6tant d6loyal et
d6shonorant. Nous voulons plut6t parler de ce petit nombre
de dons que la nature a d6partis a quelques hommes h des
degr6s exceptionnels et que, par l'exercice, on arrive a pousser
jusqu' la perfection: l'art de tromper. Ces dons comprennent:
I La facility avec laquelle on varie le son de sa voix;
20. L'habilet6 a prendre un air d'innocence, a afficher de la
simplicity dans ses manieres;
30. L'adresse avec laquelle sont faits, pour produire cer-
tains effects, certain movements du corps sans que ceux-ci
-semblent 6tre le r6sultat de 1'6tude;




/I









-8-


4. La finesse a surveiller et a contenir les emotions, quand
elles existent, ou a les feindre quand elles n'existent pas;
Enfin ce qui n'est pas d'une importance moindre la
promptitude et 1'imperturbable sans-gene avec lesquels de tels
individus sont capable d'agir dans une direction et dans un
sens tout a fait contraires a leurs convictions comme a leurs
d6sirs, ou bien en faveur d'une cause a laquelle ils sont en
reality fortement opposes.
Tous ces dons, une fois complktement d6velopp6s et mis
en action, rendent ces hommes-lh aptes h remplir un rdle avec
succes et cr6ent une influence presque irresistible lorsqu'ils se
rencontrent et se trouvent r6unis dans un homme aussi igno-
rant que le G6ndral Hyppolite.
Cette faculty qui constitute tout le fonds de son commerce,
quoique dissimulee et exerc6e avec grand soin, condition
sine qua non du succes, semble avoir &t6 le principle fondamen-
tal de son existence entire. Quoiqu'il la possede a un degr6
plus parfait que d'autres individus de notre connaissance, le
monde ne peut tarder a reconnaitre qu'une telle faculty, mise
en activity de service, comme elle l'est toujours chez le G6enral
Hyppolite, est plus nuisible qu'utile au but qu'un bon gouver-
nement se propose d'atteindre.
Certes, si cet expos des faits n'a pas 6et depuis longtemps
livr6 et soumis au public, ce retard est di aux conseils em-
press6s et r6it6rds que nous donnaient nos meilleurs amis de
garder a cet effet, du moins pour quelque temps, le silence le
plus absolu.
Nous ne sommes pas rests dans l'ignorance sur les affir-
mations et les critiques de certain journaux, notamment Le
Ralliement du Port-au-Prince et L' Unite Nationale des Cayes,
et ces critiques ne nous ont pas trouv6s et laiss6s indiff6rents.
Ces journaux ont faits de vains efforts pour jeter du discredit
sur nos declarations concernant nos rapports avec le G6enral
Hyppolite. En temps et lieu nous confondrons nos contra-
dicteurs. Pour le moment notre r6ponse a leurs objections
ou r6pliques est, en deux mots, celle-ci: Nous ne prionsper-










-9-
sonne de croire ce que nous avons affirmed ou pouvons avancer :
notre reputation d'homme veridique, loyal et de courage moral
est tellement bien assise que nous dfions quiconque nous connait
de ne pas nous croire.
A I'apparition de cette brochure nous nous attendons a en-
tendre de certain individus ce que d6ja nous avons si souvent
ou', le cri surann6 centre l'immixtion des strangers dans les
affairs interieures du pays."
Nous n'h6sitons pas h dire (et l'on verra que ce n'est pas
sans raison que nous touchons a ce sujet) que nous sommes
parfaitement d'accord avec les partisans de la doctrine con-
tenue dans ce cri, parce que ce cri par lui-mWme est just. Il
serait fond6 s'il 6tait l'expression sincere d'un principle observe
par ceux-lI m6mes qui le poussent le plus souvent, car alors
il ne manquerait pas d'6tre dans la pratique l'objet du respect
qu'il m6rite en thieorie. Malheureusement pour les doctrinaires,
pour les plus bruyants surtout, ce que content cette expres-
sion, cette exclamation, n'a jamais &t6, jusqu'a ce jour, accept
comme un principle aussi g6n6ral dans son application que dans
son id6e: au contraire, on s'en est servi, et ce, toutes les fois
qu'on 1'a fait,-- simplement comme un cri de guerre ou comme
un subterfuge, selon qu'en le poussant on pouvait influer sur
le succes d'un ou de plusieurs des parties en lutte: alors, pour
nous servir d'uneformule qui tend A devenir populaire en Haiti:
le tout depend de quel cd6t du visage rient les dits strangers.
Chaque fraction ou parti s'est toujours montr6 prompt a
se servir de cette immixtion des strangers," toutes les fois
qu'une pareille immixtion pouvait ftre a son advantage, et aussi
prompt a la d6noncer chaque fois qu'elle 6tait contraire a ses
int6erts personnel ou politiques. Les 6venements de 1888-
1889, qui fournissent les preuves les plus irrecusables du fait
en question, sont trop r6cents pour 6tre d6ja oubli6s.
A cette 6poque, plusieurs strangers r6sidant en Haiti ma-
nifesterent et quelques-uns ouvertement par des actes et des
propos leurs sympathies ou leurs antipathies, dans les intri-
gues et les tragedies qui, pendant cette longue et terrible lutte,










- 10 -


se d6roulerent sous leurs yeux. Le bien ou le mal fond6 de
la conduite de ces strangers n'6tait 6tabli conform6ment a au-
cun principle impliquant l'inconvenance de ces strangers a s'im-
miscer dans les affaires int6rieures du pays:" ils 6taient d6cla-
r6s inconvenants exclusivement selon qu'ils portaient leurs
faveurs d'un c6t6 ou d'un autre, et selon les sentiments poli-
tiques des partisans ou des leaders formant les parties respectifs.
Pour les Legitimistes, les strangers qui 6taient en faveur du
G6n6ral L6gitime avaient raison et ceux qui 6taient centre lui
avaient tort; quelques-uns parmi ces derniers furent meme
expuls6s. Aux yeux des Nordistes, ceux des strangers qui
6taient centre le G6neral L6gitime avaient raison, et ceux qui
6taient en sa faveur avaient tort.
Le G6n6ral L6gitime et ses partisans d'alors ont-ils jamais
condamn6 l'immixtion de MM. de Sesmaisons et Zohrab, repr6-
sentant au Corps Diplomatique la France et l'Angleterre, dans
les affairs interieures du pays ? Non !.... au contraire; non
seulement ils reconnurent la quality de leader a ces deux mes-
sieurs, mais encore les hommes d'Etat et hauts fonctionnaires
de ce group politique applaudirent et d6fendirent publique-
ment chacun de leurs actes, meme ceux qui comportaient les
plus 6videntes violations des lois internationales et de courtoi-
sie. Pourquoi cela ? Parce que sans cette "immixtion" de
ces deux strangers sans parler des autres la revolution
qui renversa le G6neral Salomon du pouvoir aurait eu, pour le
moins, un denouement douteux, car le G6n6ral L6gitime et sa
cause auraient in6vitablement 6t6 an6antis pour toujours des
le 24 Mai 1888. En cette conjoncture, la protestation contre
"l'immixtion des strangers" vint du Nord, du Nord-Ouest et
de 1'Artibonite.
Ces m6mes d6partements d6noncerent-ils "I'immixtion des
Am6ricains et autres strangers dans les affairs interieures du
pays" durant cette meme terrible lutte ? Pas davantage. Cette
immixtion requt bon et joyeux accueil et fut meme, dit-on,
partout, grassement pay6e. Pourquoi ? Parce que sans,cela la
contre-r6volution, proclam6e aux GonaYves le ou vers le 3 Oc-










11 -
tobre 1888, n'aurait pas pu pousser ses 16gions victorieuses
jusqu'au delay des portails du Port-au-Prince le 23 Aofit 1890.
En cette autre conjoncture la protestation centre "l'immixtion
des strangers" vint du G6n6ral LUgitime et de ses partisans.
En presence de ce grave d6saccord sur la maniere d'appr6-
cier, sur la facon de juger un seul et meme fait, d6saccord
d'oi il r6sulte que tous ces strangers auraient eu raison et tort
a la fois, et ce de par le verdict d'individus qui avaient le droit
de se prononcer en l'espece, de deux choses l'une, ou le cri
ne comporte en lui-meme aucun principle existant, ou, s'il en
content un, ce principle a Wt6 m6connu, foul aux pieds d'un
commun accord et sur l'exemple de ceux-la memes qui 6taient
le plus int6ressds a l'observer et a le respecter.
C'est mus, pouss6s par cet esprit de passion et de d6loyaut6
que certain membres de la press haitienne compromirent
tout ce qu'il y a de noble et d'honorable dans les aspirations
d'un jeune people luttant pour s'l6ever A la hauteur des nations
plus avanc6es. Cette puerile substitution de la th6orie A la pra-
tique, de la passion au principle, de la flagornerie h l'ind6pen-
dance individuelle et a la jouissance des droits civils, de phrases
vaines et ampoul6es A des arguments, de la basse flatterie et de
la fausset6 sans bornes a la v6rit6, rend leur travail non-seule-
ment sans valeur, mais encore dangereux, et contribute et
concourt a river les fers de l'esclavage intellectual et politique
sous lequel la nation pousse de longs g6missements, esclavage
qui alourdit sa march en avant et retarde ses progres, en d6pit
des efforts sdrieux de ceux qui, en patriots z6lIs, travaillent
au bonheur general pour assurer le plus grand bien au plus
grand nombre.
Ainsi, par example, dans le numero du 8 Novembre 1890 de
La Vole (I), journal qui, depuis son apparition, n'a cess6 de
(i) Sans disculper 1'auteur de l'article en question, nous en condamnons A bon
droit 1'editeur pour imposture. Chaque fois qu'un editeur public dans les colonnes
de son journal des declarations faites par un autre, et qu'il sait etre fausses, sans les
corriger et les redresser ou sans appeler attention sur elles, un tel 6diteur est cou-
pable de complicity dans l'offense faite a la verite et assume devant le public, que
sciemment il a aide a tromper, la responsabilit6 pleine et entire de cet acte indigne.




A .' -









- 12 -


ramper a plat venture et d'offrir son surabondant encens au
Pouvoir Ex6cutif pour obtenir, en faveur de son Fondateur et
Directeur politique, la petite function petite, si l'on se rap-
pelle et considere qu'on avait sollicit6 pour lui un portefeuille
de Ministre d'Administrateur principal des finances de l'ar-
rondissement de Port-de-Paix, nous avons lu, non sans dtonne-
ment, les assertions suivantes continues dans un article paru
sous la rubrique Un an de bon gouvernement: L'honnkte
homme qui preside si dignement aux destinies de notre ch&re
r6publique ne s'est jamais dissimul6 ni l'6tendue ni les diffi-
cultes de sa tache; aussi, en pregnant le pouvoir, s'est-il bien
gard6 de faire des promesses la 16agre. En revanche, celles
qu'il a faites il les tient scrupuleusement. IL A PROMIS
DE RESPECTER LA CONSTITUTION: IL LA RES-
PECTE." C'est nous qui soulignons ces mots.
Malheureusement pour l'auteur de ce pan6gyrique exag6r6
et qui ne s'appuie sur la moindre apparence de preuve, ces
hardies assertions se heurtent a des circonstances et a des faits
trop r6cents pour qu'ils soient d6jh sortis de la m6moire. Ces
faits et circonstances n'admettent aucune contradiction, parce
qu'ils sont connus de tout le monde et r6futent ces fausses d6-
clarations avec une s6v6rit6 qu'accentue fortement la brutality
de la v6rit6.
I. Il est pass dans le domaine de l'histoire que parmi
les premiers actes officials du G6n6ral Hyppolite, comme Pr6-
sident, figure l'inutile et odieux assassinate du citoyen Gr6goire
Lestage. Ce fut un acte personnel du G6n6ral Hyppolite, et
don't il est et demeure personnellement et directement (paspar
induction) responsible suivant ce principle connu: Quifacitper
jV alium facit per se. Ce sang innocent, innocent sous le rapport
16gal, puisque aucune courde justice, aucun jury n'avaient
jug6 la victim et ne l'avaient d6clar6e coupable d'un crime, -
ce sang innocent, disons-nous, a 6t6 r6pandu non seulement
avec le consentement, mais sur un ordre expres du President
Hyppolite (). Le G6n6ral Turenne Jean-Gilles, dans son ob6is-
(I) Voir note A dans 1'Appendice.










- 13 -


sance de soldat, ex6cuta simplement, en la circonstance, les
ordres de son chef. Livr6e lui-meme, ce commandant d'arron-
dissement n'aurait point, croyons-nous, agi de cette faqon.
Des hommes s6rieux appellent cela une violation flagrante
de la Constitution, en d6pit de ceux qui veulent voir en cela
un example, une preuve du respect dfi au pacte fundamental.
Meme Le Pays, fond/ avec l'argent et sur desir bien exprim,
du General Hyppolite, et. sinchrement d6vou6e ses int6rets
comme a ceux du Parti National, ne put d6fendre ce crime
odieux (I).
II.- Tout le monde sait aussi que le 18 F6vrier de la pre-
sente ann6e, M. Leger Cauvin, alors Ministre de ]a Justice et
des Cultes, fut cong6di6, revoqul... malhonnetement de ses fonc-
tions, par le G6n6ral Hyppolite. II est merne a la connaissance
de plusieurs personnel que la vraie raison de cette injuste r6-
vocation fut que M. Leger Cauvin vit dans le cadavre encore
saignant de Gr6goire Lestage un coup mortel port aux liberties
et aux droits constitutionnels de chaque citoyen de la R6pu-
blique. Appr6ciant comme il le fallait sa double responsabilit6
officielle vis-a-vis de la Nation et les devoirs qui lui incom-
baient dans les circonstances et cas presents, il 6leva la voix
pour la defense de la Constitution et en revendication des
droits du people si sdrieusement menaces par cet acte san-
guinaire.
La revocation de ce ministry coupable d'avoir fidelement
rempli les devoirs que les lois du pays lui imposaient imp6-
rieusement, fut une violation de 1'esprit, de la lettre de la
Constitution et tout le c6t6 malhoiznite de cette r6pugnante

(I) Il est une chose connue des compositeurs de l'imprimerie du journal Le
People, c'est qu'un article souhaitant la bienvenue au President Hyppolite, revenue
a la capital de sa tournde au Mirebalais et a Lausobas, sous le titre flatteur de
" 1'Honn&te Citoyen et qui 6tait d6j. tout compose, a ete supprim6 par le Doc-
teur Love, son auteur, qui ordonna d'en distribuer les caracteres aussit6t qu'il efit
la certitude que le G6enral Hyppolite lui-meme etait le criminal dans cette ignomi-
nie, aucun home ne pouvant &tre qualified d'honnite, qui, en pleine paix, sans obli-
gation de defense personnelle ou sans s'etre mis d'accord avec les lois, trempe ses
mains dans le sang de ses concitoyens.










- 14 -


affaire est a l'actif du Pr6sident d'Haiti. II est vrai que, par
une note parue au Moniteur, on .d6clara, aprks coup, que la
revocation du Ministre Cauvin avait &t6 impose par quelques
malversations dans l'Administration de son d6partement minis-
t6riel; mais le lecteur trouvera dans 1'Appendice la refutation
de cette maladroite fausset6, de cette monstrueuse perfidie (i).
III. Il est consign dans les proces-verbaux des seances
de la Chambre des D6put6s que, s'arrogeant l'autocratique
pouvoir de disposer de la liberty des citoyens et d'an6antir,
selon son bon plaisir, des droits reconnus inali6nables et ga-
rantis a chaque citoyen par la Constitution, le President Hyp-
polite, le 22 Mai de cette ann6e, bannissait le Gendral Fran-
cois Manigat, sans qu'aucune accusation ait kt6, conformement
a la loi, formulee centre ce citoyen, sans aucun jugement ni
aucune confrontation, d6niant ainsi h un citoyen libre, non seu-
lement le droit d'6tre jug6, mais meme celui d'6tre entendu
dans sa defense personnelle. Non content de cela, et comme si
lZ mime ne s'arr6tait pas son pouvoir, il d6clara en audience
publique que son intention formelle 6tait de FUSILLER le G&-
neral Manigat.
Vu le pan6gyrique de La Voie, il faut surtout remarquer
dans cette barbare et sauvage declaration qu'h cette m6me
occasion, le President Hyppolite osa ajouter avec jactance que,
s'il avait commis cet autre crime, il 6tait str de n'6tre pas
blame par tous ceux qui d6sirent la paix publique." Cette de-
claration prouve que la Constitution n'est rien a ses yeux.
L'un des buts de cette brochure est de prouver que le seul
crime que le G6n6ral Hyppolite puisse porter a l'actif du G&-
ndral Manigat, est d'etre rest loyal vis-h-vis de lui. Ce crime,
il l'expie dans l'exil!....
IV. Pour prouver le respect du G6ndral Hyppolite en-
vers la Constitution, nous reproduisons ici, sans commentaires,
le t6moignage de L'Impartial du 13 novembre 1890, journal
qui du moins a montr6 plus de courage et d'impartialitW en
traitant les questions publiques que son confrere La Voie ne
(I) Voir 1'Appendice, note B.










- 15 -


peut pr6tendre en avoir donn6 des preuves. Ce journal affirme
ce qui suit:

Le recrutement illegal continue.
L'arbitraire se passe la fantaisie de recrutement jusqu'a des enfants
de quatorze ans, qu'il fait guetter aux abords du Lyc~e et du Semi-
naire-College.
Les peres de famille sont obliges d'accompagner leurs enfants a
1'aller et au retour et meme de se munir de leurs extraits de naissance
pour prouver leur Age et les dispute au General Verne.
D'autres jeunes gens sont arretes et depos6s en prison: voila leur
premier exercise militaire, leur premier devoir de soldat. Ils doivent
opposer la force du droit au droit de la force.
Le meunier de Sans-Souci a trouv6 des juges A Berlin: les jeunes
gens recrut6s trouveront des juges au Port-au-Prince.
Le G6n6ral Verne peut &tre pris a parties pour arrestation et seques-
tration arbitraires. Qu'un seul des jeunes gens recrut6s ose invoquer:
I L'article 174 de Ia Constitution qui veut que le contingent soit
vote annuellement; et il n'y a eli ni contingent demanded ni contingent
vote.
2 L'article 175 qui veut que le mode de recrutement de 1'armee
soit determine.

Nous avons promise de ne faire aucuns commentaires sur
ce t6moignage; mais il nous est bien permis de poser une
question. Le President Hyppolite 6tait-il dans l'ignorance des
proc6d6s inconstitutionnels du commandant. des Quatre
corps de la Garde du Gouvernement ?" Et, s'il en a eu con-
naissance, qui est le plus coupable des deux ?
V. Pourquoi le G6enral Hyppolite ne s'est-il pas honn6-
tement pr6sent6 devant le people et n'a-t-il pas rendu compete
de 1'emploi du fameux million de gourdes emprunt6 et don't,
on 1'a dit, M. Saint-Martin Dupuy a eu seul la manutention (i).

(I) Nous ne revoquons point en doute la veracite et la fid6lit6 des declarations
faites par M. Firmin, en ce qui le concern personnellement, A propos de ce mil-
lion. Nous ne croyons pas qu'il se soit approprie une part quelconque dans cet
argent ou dans d'autres valeurs de l'Etat, et nous esp6rons sincerement pour lui,
que les revelations de l'avenir viendront justifier et confirmer notre croyance.









16 -
Dans le d6bours6 liberal de cette grande valeur, le General
Hyppolite peut-il pr6tendre que M. Saint-Martin Dupuy n'a
pas agi d'apres ses ordres ? Il est aussi impossible de croire qu'il
n'ait pas eu une coupable connaissance de la facon don't cette
some a disparu, que de croire qu'elle a 6et engloutie sans
qu'il y ait eu apart du lion.
Nous savons que, dans le but de se soustraire a toute res-
ponsabilit6 constitutionnelle, le G6ndral Hyppolite, pour se
d6fendre de l'accusation qu'entraine n6cessairement cette
transaction d'une apparence si sale, pourra tenter d'employer
un subterfuge ; il dira que lors de la negotiation de cet emprunt
(3 Octobre 1890) i n'avait pas encore prite serment a la'Con-
stitution. A cela nous r6pondrons que les obligations les
plus sacrdes qui lient l'homme a l'homme ne sont pas 6tablies
par trait 6crit, sign et scell6; en d'autres terms, les obliga-
tions imposees par I'honnltete existent de tous temps, qu'il y ait
ou non Constitution. Or, si les int6r6ts d'une nation l'empor-
tent sur ceux d'un seul membre de cette nation, les obliga-
tions d'un premier magistrate s'6elvent d'autant plus au-dessus
de celles d'un simple mortel.
Se souvient-on que le G6n6ral Hyppolite, sur le point de
prater le serment exig6 de tout tlu, d6clara publiquement,
avec cet air de suffisance heroico-thddtrale qu'on lui connait, que
jusqu'a ce moment il n'avait pas encore lu la Constitution
qu'il allait jurer d'observer, d'ex6cuter et de faire executer !.....
De deux choses l'une : ou il 6tait a cette 6poque d'ores et
d6ja d6cid6e ne pas rester dans les terms de la Constitution,
ou, se voyant forc6 de respecter cette dite Constitution, il 6tait
r6solu a abandonner comme un lache et un traitre le poste
d'honneur et de confiance oh la nation l'unanimit6 l'a appele.
Ce poste fut pourtant l'objet constant de son ambition immo-
deree, mais soigneusement dissimul6e durant tout le course de
sa vie politique.
Dans l'un ou I'autre cas, il ne pouvait 6tre qu'un fripon ou
un fou, sinon les deux; car aucun honn6te homme ne se serait
engage, sur serment solennel, a faire quoi que ce soit sans
ii.










17 -

qu'au pr6alable il n'eut examine et arret6 dans son for int6-
rieur ce que, d'accord avec sa conscience, il devra et pourra
faire.
Voilh des faits, d'autres viendront apres. Ces faits fle-
trissent le G6n6ral Hyppolite comme le fourbe le plus consomme
qui foule la surface de cette planete, et confirm le jugement sui-
vant. port sur cet hommee par quelqu'un qui, pour avoir 6t6
en contact intime avec lui, a eu les meilleures occasions pour
le bien 6tudier et le bien connaitre: Lorsqu'il n'est pas en
colbre, il est FAUX ; quand il est en colKre, il est FOU."
















LA DEFENSE.





Le 28 Mai 1890, le G6ndral Francois Manigat, ex-Pr6sident
de la Chambre des D6put6s, ex-Secr6taire d'Etat de 1'Agricul-
ture, de 1'Int6rieur et de 1'Instruction Publique; M. Henri.de
Sulzer-Wart, citoyen suisse, courtier consider, r6sidant de-
puis quinze a vingt ans au Port-au-Prince, et le Docteur J.
Robert Love, sujet anglais, exergant la profession de m6decin
dans la susdite ville, furent emnbarqu6s sur le steamer allemand
Hungaria, se rendant a Colon.
Le premier 6tait envoy en exil, loin de son pays et de
tout ce qui est cher a un respectable chef de famille; les deux
autres, strangers, 6taient expulses du territoire de la R6publi-
que sous de mensongers pr6textes tir6s de l'amiti6 priv6e qui
les lie au premier. Le G6neral Manigat et le Docteur Love
furent accompagn6s jusqu'au warf par MM. Charles Miot, con-
sul de Danemark, et Arthur Tweedy, consul de la Grande-
Bretagne; ils avaient cherch6 refuge et requ l'hospitalit& au
consulate de Danemark.
A ces deux messieurs ils offrent publiquement, aujourd'hui,
le just tribute de leur gratitude en souvenir de leur aimable
complaisance.
Il n'est pas douteux que ceux qui ne connaissent point les
particularit6s de cette affaire se sont demands si les measures
extremes prises centre ces trois hommes 6taient bases sur la
justice ou rendues n6cessaires par des actes don't l'exil6 d'un
c6tt ou les expuls6s de l'autre s'etaient rendus coupables.
La magnifique plaidoierie faite le 18 Juin 1890 par M.









20 -
Luxembourg Cauvin, premier d6put6 de la capital a la Cham-
bre des Communes, en faveur des droits du citoyen outrage
dans la personnel du Gendral Manigat, doit 6tre regarded
comme une r6ponse a cette question (I). Cette plaidoierie se
distingue par le courage que ce d6put6 a mis a faire valoir la
supr6matie de la Constitution et a resister aux tendances cri-
minelles d'un gouvernement tyrannique; par l'eclat de son
eloquence, par la solennit6 et la courtoisie de sa parole, par
l'accent patriotique et fervent don't elle brilla, accent qui, de
fait, est inherent A la noble nature de l'orateur.
On remarqua avec quelle ind6pendance male et pleine de
dignity M. L. Cauvin entassa accusations sur accusations con-
tre le Gouvernement, en meme temps qu'il le mettait au d6fi
de faire connaitre aux repr6sentants du people, juges en der-
nier resort, les faits qui justifiaient de la part du Gouverne-
ment l'application d'une peine non prescrite par la Constitu-
tion. Bref, cette defense fut un eclatant et brilliant triomphe
moral.
Au President Hyppolite et 4 son abject mignon, Saint-
Martin Dupuy, s'offrait alors la plus favorable occasion de jus-
tifier leur condiuite et de d6montrer la necessity de leur action
(s'il y avait toutefois n6cessite). Il leur fallait donner quelque
preuve 1l'appui, tant de l'accusation qui avait provoqu6 l'exil
du General Manigat que des exigences qui pourraient att6nuer
la decision prise, sans cependant excuser le caractere coupable
des measures hAtives et inconstitutionnelles qu'ils se d6ciderent
a employer.
Mais comment r6pondirent-ils a ce d6fi formel de M.
Cauvin ?
Ils n'avancerent, ni alors, ni depuis, et ils n'avanceront
jamais aucun fait que le people, dans 1fmpartialit6 de son
jugement, puisse accepter comme une preuve meme de l'inten-
tion de la part du G6enral Manigat de commettre un fait r6pr6-
hensible: ils ne le firent point parce qu'il n'existe aucun fait et,
par cela meme, aucune preuve. Le seul vrai motif de la perpe-
(i) Voir Appendice, Note C.











21 -
tration de cet abus d'autorit6 inexplicable ne pourrait etre
exprim6 que par ces mots: VENGEANCE POLITIQUE! (I)
Le G6neral Manigat s'incline avec une fiert6 et une affec-
tion toute national devant l'ind6niable grandeur de caractere
du D6put6 Cauvin que le pays est fier de computer au nombre
de ses plus dignes enfants; il lui envoie, ainsi qu'a ses dignes
collogues Grandjean Guillaume, M. E. Magloire et autres,
1'expression de sa plus profonde gratitude.
Afin que le lecteur soit bien A m6me d'appr6cier et de juger
en parfaite connaissance de cause les m6rites de cette affaire,
il est n6cessaire de faire brievement I'historique des six jours
qui ont pr&eced l'embarquement.



Le 22 Mai 1890, vers les dix ou onze heures du matin,
M. de Sulzer-Wart, informed par un envoy du bureau de l'Ar-
rondissement du Port-au-Prince que le Commandant du dit
Arrondissement l'invitait A passer en ses bureaux et, supposant
que celui-ci voulait le consulter sur quelque objet ressortissant
a ses occupations journalibres, s'empressa de r6pondre a cet
appel. Aussit6t arrive, le Commandant de l'Arrondissement le
pria de 1'accompagner au Palais, ce. qu'il fit de bonne grace.
Au Palais, M. de Sulzer-Wart trouva tous les membres du
Cabinet r6unis autour du Chef de I'l'tat. Aussit6t qu'il leur
eut pr6sent6 ses respects, le President s'adressant directement
A lui, l'accusa brutalement de conspirer contre le Gouverne-
ment avec le GCn6ral Manigat.
Surpris, 6tonn6 d'une si soudaine et s6rieuse accusation,
M. de Sulzer-Wart demand au President de vouloir bien lui
dire par quel acte il s'6tait rendu coupable d'une telle offense.
Celui-ci r6pondit en d6clarant, comme unique specification de

(I) On assure et les circonstances et faits survenus depuis semblent confir-
mer cette assertion qu'en reponse A la pressante demand des lib6raux de Jacmel,
pendant son s6jour en cette ville, le President Hyppolite don't le faible cerveau avait
subi 1'intoxication, r6sultat des professions de foi vocifdrees par eux, leur avait fait
la promesse formelle qu'il portrait le General Manigat a quitter le pays.











son accusation, que M. de Sulzer-Wart avait servi d'interm6-
diaire pour faciliter des communications existant entire le
General Manigat et le G6neral Osman Piquant; il ajouta,
comme preuve de ce qu'il avangait, qu'une femme, revenant de
Kingston, et don't il cita le nom, avait &t6 porteuse de lettres
du Gnderal Piquant pour 6tre remises a M. de Sulzer-Wart,
lettres dans lesquelles le nom du G6n6ral Manigat etait men-
tionn6.
M. de Sulzer-Wart ayant 6nergiquement d6clar6 ne con-
naitre ni la femme en question ni le G6n6ral O. Piquant, cette
femme fut appel6e. A son arrive, questionn6e au sujet de
M. de Sulzer-Wart, elle d6clara clairement ne pas le connaitre
et n'avoir jamais eu aucun rapport avec lui. Sur cette d6po-
sition justificative du seul temoin i charge, le President de la
R6publique, d6sappoint6, se mit dans une colere affreuse et fit
une scene qui prouva son inf6riorit6 morale et social, et d6-
montra jusqu'a quel point il est impropre, tant par nature que
par education, a faire honneur a la position elev6e oi l'ont
port un concours d'accidents, accidents en ce qui le concern
personnellement.
Comme un br6tailleur et un Couard, le General Hyppolite,
entour6 de ses Ministres, de sa Police, d'Aides-de-Camp et de
soldats de sa garde, ravala sa charge (il ne pouvait se ravaler
plus qu'il l'est), malmena et injuria l'homme qui se trouvait a
sa merci et qu'il avait invite se rendre en son Palais. Apres
lui avoir ordonn6 de decroiser les jambes en sa presence, de ne
pas le regarder en face, -comme un effront6, alors qu'il lui par-
lait, il le menaga de le faire fusilier, ajoutant que s'il le faisait
il ne r6sulterait pour lui d'autre consequence que d'avoir a
payer une indemnity; enfin, il lui intima l'ordre d'avoir a quit-
ter le pays a I'instant.
II est a remarquer que nul n'avait quality pour ordonner A
M. de Sulzer-Wart de se presenter au Palais National et celui-
ci n'6tait nullement tenu d'acc6der a pareille demand; eh bien,
on fit plus: cette entrevue orageuse, commence a midi prit fin
A cinq heures du soir. Durant ces cinq heures, M. de Sulzer-Wart











- 23 -


fut de fait prisonnier, car, lorsqu'il voulut se retire, la garde du
Palais s'y opposa.
Saint-Martin Dupuy, tout gonflI du succes de ses basses
intrigues, enflammr par le digne example de son maitre, -
Saint-Martin Dupuy qui alors portait sur ses 6paules le fardeau
peu 16ger de tout un million de I'argent du people don't, au
dire du Ministre des Finances dans l'expos6 general de la situa-
tion, il avait eu seul la manutention, et qui est rest jusqu'au-
jourd'hui incapable de rendre aucun compete, Saint-Martin
Dupuy, lui aussi, insulta I'homme qui, a proprement parler,
aurait d6 6tre sous sa protection, attend qu'il 6tait l'h6te du
President. II jeta m6me A la face de sa victim le souvenir
d'une ancienne faillite (I).
Ce mime soir, I'intervention du Ministre R6sident des
ttats-Unis eut pour r6sultat de r6v6ler l'incertitude dans la-
quelle 6tait le Gouvernement sur les accusations qu'il avait
avanc6es contre M. de Sulzer-Wart, et de faire obtenir pour lui
un sursis de huit jours a son depart, afin qu'il pit mettre ordre
a ses affaires. Ce fait prouve clairement que le Gouvernement
n'6tait gubre convaincu de la n6cessit6 de l'embarquement im-
m6diat de cet homme qu'6videmment il ne croyait pas si pro-
fond6ment dangereux.
Il transpira un ou deux jours aprbs, que la personnel re-
cherchee par la porteuse des lettres du General O. Piquant
6tait un M. Schiiller, un des amis ou camarades politiques de
M. -Piquant sous administration cturte et agit6e du G6n6ral
Legitime, et que M. Saint-Martin Dupuy, avec la precipita-

(r) Ni le General Hyppolite, ni Saint-Martin Dupuy n'ont et6 gratifies de la
nature et assur6ment ils ne Pont jamais acquis par I'education du sentiment
d6licat de l'honneur qui distingue M. de Sulzer-Wart dans ses affaires et relations
avec le monde, et qui lui a gagn6 la confiance et 1'estime de tous ceux qui, au Port-
au-Prince, Pont charge de leurs int6rets.
Quand l'histoire de la revolution de 1888-1889 sera 6crite par ceux-lh qui,
d6gages par les 6venements ordinaires on extraordinaires 'de 1'influence de la peur
on de la faveur qui agit sur eux actuellement, entreprendront de buriner la v6rit6
toute nue, ni Florvil Hyppolite ni Saint-Martin Dupuy, ne seront inscrits comnme
noms honn/tes de cette 6poque.











- 24 -


tion qui caract6rise les natures faibles et laches et la malveil-
lance qui distingue les sc61lrats, avait saisi 1'occasion offerte
par une similitude ou consonnance de noms, pour faire Sulzer
de Schiiller, afin de parfaire ce a quoi il avait travaill si labo-
rieusement depuis Octobre 1889, au bannissement du G/ndral
Manigat (i).
Le Gouvernement mis au courant de cette fatale erreur, ou
du moins, apprenant que d'autres la connaissaient, au lieu de
r6parer de suite le tort commis, devoir que les gouverne-
ments tout comme les particuliers peuvent remplir sans aucun
sacrifice de dignit6,--ordonnaa M. Sulzer-Wart de s'embar-
quer avant l'expiration du d6lai qu'il lui avait accord sur la
demand du Ministre des Etats-Unis.




Le meme jour (22 Mai), vers quatre heures et demie du soir,
le G6n6ral Salgado, un des officers attaches au service du
Bureau de l'Arrondissement du Port-au-Prince, se rendit a la
residence du G6n6ral Manigat a qui il transmit une commis-
sion de son chef, priant le G6n6ral de le venir voir en ses
bureaux. Bien que le G6n6ral Manigat eit le meme jour, dans
la matin6e, rendu visit au commandant de l'Arrondissement,
pour le complimenter de son retour'd'un voyage que celui-ci
venait de faire dans le Nord, il se rendit ou plut6t obeit a cette
invitation sans h6siter.
Arrive au Bureau de l'Arrondissement, il trouva le G6n6ral
Turenne Jean-Gilles assis sous la galerie, en compagnie du

(I) Dans les efforts frequents faits par Saint-Martin Dupuy pour cr6er au Ge-
neral Manigat une situation insupportable de souffrances et de disgrAce, ii imported
de citer la tentative d6sesperee de la veille de Noil de 1889. Le G6enral Manigat
ne sortit de ses filets que grace A la tenacity du Ministre Cauvin qui, avec cette pe-
netration et ce sentiment de justice natural a sa profession, demand, en y insistant,
qu'une enqu6te fit faite et pouss6e A ses dernieres et logiques consequences. Elle
eut lieu et le G6n6ral Manigat fut justifi6. Mais le President et Saint-Martin Dupuy
ne' furent nullement contents du Ministre Cauvin, a cause de sa loyale conduite en
cette circonstance.











- 25 -


General Jules Alexis Coiron, Commandant de la Place et de la
Commune. On appela un soldat qui vint prendre le cheval du
General Manigat, et le G6neral Turenne Jean-Gilles invita
celui-ci h entrer dans son cabinet particulier oh eut lieu l'en-
tretien suivant :
GENERAL MANIGAT. Eh bien, Turenne, me voici! Qu'y
a-t-il de neuf ?
GENERAL TURENNE JEAN-GILLES. J'ai recu l'ordre de
vous inviter A quitter le pays imm6diatement.
GENERAL MANIGAT. C'est une plaisanterie que vous
faites-la ?
GENERAL TURENNE JEAN-GILLES. Non! je vous parole
serieusement.
GENERAL MANIGAT. Pourquoi faut-il que je parte?
Qu'ai-je done fait?
GENERAL TURENNE JEAN-GILLES. Je n'en sais rien:
comme soldat j'ex6cute purement et simplement l'ordre que
j'ai recu du Gouvernement.
GENERAL MANIGAT. Trbs bien, puisque je ne puis savoir
pourquoi cet ordre, je vais chez moi pr6venir ma famille et
faire mes malles pour partir.
GENERAL TURENNE JEAN-GILLES.- Non, repondit vive-
ment le G6n6ral Turenne Jean-Gilles, il y a en rade un navire
qui part ce soir m eme; en sortant d'ici, il vous faut aller vous
embarquer.
GENERAL MANIGAT..- Mais je ne puis partir avec ce seul
costume qui est sur moi!
GENERAL TURENNE JEAN-GILLES. Si vous persistez A
vouloir aller chez vous, je serai oblige de vous arreter.
En presence d'un ordre aussi formel, le G6ndral qui ne pou-
vait que s'incliner, prit imm6diatement la route conduisant au
port. Chemin faisant, traversant la Grand' Rue, il rencontra le
Docteur Love qui lui dit:
-Je viens d'apprendre que Sulzer-Wart a recu l'ordre de
quitter le pays !
Est-ce possible ?... mais pourquoi ?


Unliertut of Florida LliraMm










- 26 -


Je ne sais pas encore pour quel motif, mais je crois que
le fait est vrai, que Sulzer est expuls6.
Alors le G6neral Manigat r6partit avec came:
-Moi aussi, je viens de recevoir I'ordre du Commandant
de l'Arrondissement de quitter a l'instant, et je suis, comme
vous me voyez, en route pour le Bord de Mer.
Alors, r6pondit le Docteur Love, puisqu'il en est ainsi,
vous ne partirez pas seul cette fois-ci: vous 6tes trop cruelle-
ment et trop injustement frapp6, je partirai avec vous ?... je ne
resterai pas.
La raison de la resolution prise par le Docteur Love sera
donn6e plus tard et le public en appr6ciera l'opportunit6 et la
convenance.
Quand le G6ndral Manigat arriva Place de la Paix, il apprit
que le seul navire alors en rade et qui allait se rendre a I'6tran-
ger ne partirait que dans quelques jours. Dans cette occurrence
quelques amis qu'il rencontra et qu'il mit au courant de la
situation comprirent de suite le danger imminent qui le me-
nagait et lui conseillerent de se r6fugier dans un Consulat pour
sauver sa vie et gagner du temps. Certes, dans sa position p6-
cuniaire, n'ayant pas la faculty de rentrer chez lui et incapable
de partir a l'instant, comme il en avait recu l'ordre, le G6ndral
Manigat n'avait pas d'autre parti A prendre (i).
Du Consulat de Danemark, oh le Repr6sentant en Haiti de
cette nation I'avait fort gracieusement accueilli, le G6enral
Manigat adressa la communication suivante au President et a
son Cabinet, leur demandant de lui faire savoir de quel crime
il 6tait accuse et le motif de son bannissement:
(I) II se peut que des eIgistes et des ddfenseurs de la Constitution disent qu'en
presence d'un ordre aussi manifestement tyrannique, injuste, inconstitutionnel, le
General Manigat aurait df se laisser arrhter afin de permettre de constater quel
droit avait le G6ndral Hyppolite de l'envoyer en exil ou de I'arr&ter sans une accu-
sation conforme A la loi, sans preuves, sans defense, sans qu'on eft rempli aucune
des formalit6s exigees par la loi pour la sauvegarde des droits et des libert6s des
citoyens. Mais ceux qui pensent ainsi oublient la formule qu'explique le cas du
malheureux Grdgoire Lestage, et confirm6e depuis par les allocutions publiques du
General Hyppolite, formule que voici: Lorsqu'il n'est pas; en col6re, il est faux;
quand il est en colre, il est fou."











- 27 -


PORT-AU-PRINCE, le 22 Mai 1890.
6 heures et demie du soir.
Monsieur le Pr6sident,
Messieurs les Secr6taires d'Itat,
Le G6n6ral Turenne Jean-Gilles, commandant de cet arrondis-
sement, m'a fait appeler, il y a une heure et demie de cela, par un de
ses adjoints qui me trouva chez moi a Martissant. Je me rendis immi-
diatement a son appel.
Quel ne fut pas mon 6tonnement quand j'entendis le G6neral
Turenne Jean-Gilles me dire que le Gouvernement m'invitait a quitter
le pays ce soir meme par le bateau en partance.
Je viens, Monsieur le President, Messieurs les Secretaires d'itat,
vous demander de me faire connaltre les motifs qui vous ont dicte
contre moi une measure qui jette sur la terre d'exil un des citoyens les
plus paisibles de la R6publique.
C'est au nom de la Constitution que vous avez tout dernierement
jure de respecter et qui garantit en toutes lettres la liberty individuelle
que je protest contre cette decision gouvernementale que rien dans
ma conduite ne peut expliquer ou justifier.
Veuillez, Monsieur le Pr6sident, Messieurs les Secr6taires d'etat, en
attendant que vous repondiez a la pr6sente, recevoir l'assurance de mes
sentiments en la Patrie.
Signed: Gal FRANO9IS MANIGAT.

N'ayant pas recu de r6ponse a sa protestation, il en appela
aux Repr6sentants du people r6unis conform6ment a leurs
attributions 16gislatives (I).





Sur ces entrefaites, le Docteur Love requt le samedi 24 Mai,
de M. Gustave Dessalines, Administrateur-G6rant du journal Le
Pays, les lettres suivantes :

(i) Voir la note D de 1'Appendice.








t


28 -

PORT-AU-PRINCE, le 24 Mai 1890.
A Monsieur le Docteur J. R. Love, en ville.

Mon cher Docteur,
Sous ce couvert, je vous envoie en communication la depeche du
Secr6taire d'ftat de l'Int6rieur que je viens de recevoir.
J'ai promise de rendre r6ponse dans une heure de temps. Donc, vous
aurez A me faire connaitre ce que vous pensez que je doive faire en la
circonstance. D6ja mon opinion est fondue. J'aimerais bien la voir par-
tagee par vous. Le plus court moyen de saisir cette opportunity c'est
de r6pondre franchement et carr6ment.
J'attends & l'instant votre reponse, afin que je puisse r6pondre au
Ministre.
Je vous salue cordialement,
Signed: G. DESSALINES.

LIBERTY EGALITE FRATERNITY
RfPUBLIQUE D'HAITI
Section de la Correspondance G6ndrale
No. 360 du Secraire d'tat au D PORT-AU-PRINCE, le 22 Mai 1890,
partement de 1'Int&rieur. an 87 de 1'Independance.

A Monsieur Gustave Dessalines,
Administrateur-Gerant du journal LE PAYS.

Monsieur,
II est parvenu a la connaissance de l'autorit6 que M. le Docteur
Love est un des fondateurs et des collaborateurs du journal Le Pays.
Je vous invite a me faire savoir si le fait est exact et A me dire, en
meme temps quel est I'auteur des articles intitul6s: Prenez garden! -
La Question des Partis. Cause et consequence. D6masquons-les !
Le faux et le vrai: La Justice et Le Pays. Nos deux Adversaires:
Un d6fi formel & chacun. La fin de non-recevoir de La Justice. -
Le Mannequin de Jacmel. Nos Principes, notre r6le, notre but et
ceux du Parti Liberal. Un mensonge commode," etc., etc., contenus
dans les Nos. 2, 3, 8, 9, 10, 12, 14, 16, 17, 19, 2q, etc., du dit journal.
Je vous salue avec consideration.
Signed: S.-M. DUPUY.










- 29 -


Par ces lettres, le Docteur Love vit de suite le course que
prenaient les 6v6nements, la parties que jouaient et le but que
visaient les ennemis du G6n6ral Manigat et le moyen par lequel
ils se proposaient d'atteindre ce but.
A la lettre de Dessalines, le Docteur envoya la r6plique
suivante:


PORT-AU-PRINCE, le 24 Mai 1890.

A Monsieur Gustave Dessalines,
Administrateur-Gerant du PAYS.

Mon cher Dessalines,
Je viens de recevoir votre lettre de ce jour dans laquelle vous de-
mandez a savoir mon opinion sur ce que vous a ecrit M. Saint-Martin
Dupuy a propos des fondateurs, des collaborateurs et de certain ar-
ticles du journal Le Pays.
Mon opinion n'est nullement n6cessaire. Comme Administrateur-
G6rant du journal Le Pays, votre devoir professionnel est d6ja trac par
l'honneur, devoir que vous devez remplir jusqu'au bout.
En ce qui me concern, je resterai consequent avec moi-meme: je
n'ai crainte de rien.
A vous,
Signed: J. ROBERT LOVE, M.D.

Alors, dans le meme apres-midi, le Docteur Love alla trou-
ver M. A. Firmin au Ministere des Relations Extdrieures, lui
remit la lettre de M. Saint-Martin Dupuy et lui dit:
Je suppose que, comme ami priv6, j'ai le privilege de
m'adresser a vous, et, comme stranger, je puis presque r6clamer
la faculty de parler au Ministre des Relations Ext6rieures de
toute affaire me concernant. Lisez cette lettre et vous verrez
que le but de M. Saint-Martin Dupuy est de m'expulser de ce
pays. Mais une telle measure est superflue, car, Manigat 6tant
injustement exil6, ma resolution est prise de quitter le pays de
ma propre volont6, de mon propre gr6, et je m'embarquerai sur










- 30 -


le premier navire qui quittera ce port pour Kingston: rien ne
pourra me porter a rester. Ce que je suis venu vous demander
comme une faveur, c'est de vouloir bien r6p6ter au President
de ma part, cet apres-midi mmme, ce que je viens de vous dire
et d'ajouter que si M. Saint-Martin Dupuy m'envoie l'.ordre de
quitter le pays, je r6pondrai h la lettre qu'il a adress6e t Gus-
tave Dessalines, et que cette r6ponse non seulement 6tonnera
son Ministre, mais encore sera d6sagr6able pour lui-meme, le
President.
M. Firmin r6pondit:
Je vous promets formellement de faire comme vous me
le demandez, et ce, cet apres-midi meme... Cependant, je vous
aurais conseillI de monter au Palais et d'avoir un entretien
avec le Pr6sident lui-mime.
LE DOCTEUR LOVE. Non, je ne veux pas voir le Pr&-
sident Hyppolite; je ne le reverrai plus..... J'ai kt6 un loyal
ami pour lui et il a manqu6 a sa parole vis-h-vis de moi..... Ma-
nigat est innocent de toute association, de toute communica-
tion avec Piquant, de tout pacte secret ressortissant a la poli-
tique avec qui que ce soit... J'ai les preuves de tout ce que
j'avance, et je les aurais donn6es au Pr6sident s'il m'avait
appel6 comme, en honneur, il 6tait tenu de le faire selon nos
conventions. Manigat n'aurait pas pu conspirer sans que je le
sache, et je suis stir qu'il n'existe aucune preuve de conspira-
tion de sa part.
M. Firmin r6pondit par cette simple remarque:
I y a quelques indices.
Le Docteur Love serra la main au Ministre, lui dit adieu et
prit cong6 de lui.
Le lundi, vers les trois heures de l'apres-midi, c'6tait le
second jour depuis cette entrevue, le Docteur Love 6tait sur
le point de sortir de chez lui pour r6pondre au d6sir du G6n6ral
Manigat qui l'appelait au Consulat, quand un soldat de garde
au bureau de 1'Arrondissement lui remit la lettre qu'on va
lire:










- 31 -


LIBERTY. EGALITE. FRATERNITi.
RIPUBLIQUE D'HAITI.
No. 679. PORT-AU-PRINCE, le 26 Mai 1890,
an 87 de l'Independance.
TURENNE JEAN-GILLES, General de Division aux armies de la RWpublique, Aide-de-Camp hono-
raire de Son Excellence le Pr6sident d'Haiti, Commandant de cet Arrondissement.
A Monsieur le Dodteur Love, en ville,
Monsieur le Docteur,
D'ordre du Ministre de la Police G6nerale, je vous invite a quitter
le pays par le premier bateau partant pour 1'6tranger.
Je vous salue, Monsieur le Docteur, affectueusement.
Signed: T. J.-GILLES.

Cette visit une fois rendue au G6n6ral Manigat, le Docteur
Love envoya a M. Saint-Martin Dupuy la lettre qui suit, con-
form6ment a sa resolution exprim6e h M. Firmin, lettre d6ja
publi6e dans le Ralliement, et que nous reproduisons plus bas.
Des amis l'ayant persuade de rester une fois au Consulat
comme le seul moyen de d6jouer tout perfide dessein de la
part du Gouvernement centre sa personnel, le Docteur Love
accueillit ce conseil.
Voici la traduction de la lettre susmentionn6e:

PORT-AU-PRINCE, 26 Mai 1890.
3 heures de l'aprbs-midi.
A Monsieur Saint-Martin Dupuy, Ministre de l'Interieur.
Monsieur,
Le 24 de ce Ipois, Monsieur Gustave Dessalines, Administrateur-
Gerant du journal Le Pays, m'envoya en communication une lettre que
vous lui avez adress6e h la date du 23, lettre dans laquelle vous lui de-
mandez si oui ou non je suis un des fondateurs et collaborateurs du dit
journal, et, en outre, qui est l'auteur de certain articles sp6cifi6s et enu-
m6r6s par vous dans la meme lettre.
Si vous vous. tiez adress6 a moi directement, je vous aurais donn6
tous les renseignements n6cessaires A l'6gard de moi-meme.
J'ai l'honneur done de d6clarer, pour l'information de tous ceux
qui y sont interesss :










- 32 -


Io Que les trois fondateurs du journal Le Pays sont le Gendral
Florville Hyppolite, Pr6sident d'Haiti, le G'ndral Frangois Manigat et
moi-meme.
2 Que le G6enral Hyppolite, President d'Haiti, m'avait lui-meme,
fait appeler par le G6ndral Manigat, m'avait entretenu longuement a
propos de la publication du dit journal, 6tait tomb6 d'accord avec moi
sur son but, son ton, sa politique, et en avait fixed les frais et depenses.
30 Que le G6n6ral Hyppolite, Pr6sident d'Haiti, apris avoir lu une
demi-douzaine de numeros et approuv6 toutes les choses y continues,
versa la some de $600 pour la continuation du dit journal. .
4 Que le G6neral Manigat et moi-m6me pouvons 6tre consid6res
par vous comme les membres de la r6daction du journal.
Nous ne trahirons que ceux qui nous ont trahis.
5 Que je suis l'auteur de tous les articles mentionnes dans votre
lettre, un seul except.
Je me flatte, Monsieur le Ministre, que vous admettrez que ma
r6ponse est ample, et je vous prie de vous assurer qu'elle est aussi
vraie que candide.
J'ai l'honneur d'etre, Monsieur, votre tres ob6issant serviteur,
Signed : J. ROBERT LOVE, M. D.

Si, a l'6poque, cette lettre a paru dans le Ralliement plut6t
que dans tout autre organe de publicity du Port-au-Prince,
c'est uniquement parce que M. L. Laventure s'6tait empress
d'offrir les colonnes de son journal au G6ndral Manigat.
Comme le sage n'avance rien qu'il ne prouve ou ne puisse
prouver, nous publions in extenso la lettre de M. L. Laventure:

L. LAVENTURE,
R6dacteur-G&rant du Ralliement,
Journal Politico-Economique,
Littdraire et Commercial.
PORT-AU-PRINCE, le 26 Mai 1890.

A Monsieur S. F. Manigat, au Consulat.
Monsieur,
Je vous fais la pr6sente dans le but de vous mettre a m~me de vous
defendre contre vos ennemis personnel. Les colonnes du Ralliement
sont a votre disposition.











- 33 -


J'ose croire que vous &tes victim de machinations. Le pays a be-
soin de la presence de tous ses enfants, ce, pour le sauver dans son
triste etat.
J'espere, Monsieur, que vous donnerez a la nation une preuve de
vos amours et vous prie de recevoir l'hommage respectueux de
Votre serviteur en la Patrie,
Signed L. LAVENTURE.

Le lecteur comprendra maintenant la perfide malveillance
continue dans la note don't M. Laventure fit pr&ecder la lettre
du Docteur Love a M. Saint-Martin Dupuy et la protestation
du G6n6ral Manigat au Pouvoir Ex6cutif, note qui aurait pu
attirer les foudres gouvernementales sur M. Helv6tius Manigat
a qui M. Laventure avait remissa lettre au General Manigat (I).
Ce court expos rendra intelligibles les declarations et les
arguments qui vont suivre.
Comme c'6tait pr6vu, ce coup ass6ne sur la tate de l'archi-
hypocrite du Palais National; y fit un profound sillon et l'obligea
a tenter une defense; mais, comme on le verra, cette defense
porte en elle-meme sa propre refutation.
Il y a dans la v6rit6 une force divine qui effraie les mauvais
hommes et les met mal a l'aise, meme quand elle ne les rend
pas meilleurs. A propros de ce sujet, il y a certaines r6flexions
don't le courant ne peut 6tre arrkt6.
Lorsque le Premier Magistrat d'une Nation a occasion de
parler a un grand nombre de ses concitoyens, en audience
publique, et surtout si cette occasion a 6et prepare, il semble
que l'inspiration- de ses discours doit lui venir des besoins et
des devoirs du people, et des grands movements sociaux et
moraux qui se font dans le monde autour de lui et de son
people, et qui sont calculus pour concourir au d6veloppement
de la vie comme a la r6alisation des progres de la Nation; il
semble qu'un plus vaste horizon s'etend devant lui en raison

(I) Comme le General Hyppolite n'a, jusqu'a ce jour, donn6 aucune preuve
concernant la conspiration Manigat, et que M. Laventure a affirm, depuis le de-
part du General Manigat, que "la conspiration s'ourdissait a Martissant," il est
somm6 d'administrer au public les preuves qu'il a acquises depuis ce depart.










- 34 -


m6me de 1'616vation de sa position et qu'il devrait oublier
l'homme dans sa personnel pour ne penser qu'aux responsabi-
lit6s solennelles et aux devoirs publics d'un chef patriote et
constitutionnellement l6u, chef, soit dans le sens de pere de
la famille national, soit de d6l6gu6 extraordinaire du people,
soit dans celui de primus inter pares, et qu'il devrait les en-
tretenir, dans les conferences, de principles faits pour promou-
voir, par leur puissance, les int6erts les plus 6lev6s de la Na-
tion, en s'efforcant de leur inspire un sympathique penchant
pour les progris du siecle, et de faire naitre au milieu d'eux
une noble emulation dans l'exercice et la pratique des vertus
publiques et de la demonstration du courage civique.- Cer-
tes tel 6tait le but, le but unique, vis6 dans le principle et
qui certainement est digne d'6loges.
Malheureusement c'est devenu un genre, depuis ces derniers
temps, de changer tout a fait la brillante id6e et l'excellent but
de ces reunions oi le people et le President devraient conti-
nuer A se mettre en contact au profit de tous les deux; et il
est p6nible de constater qu'aujourd'hui ces audiences ont d6-
gen&r6 en de pures s6ances de spectacle, dans lesquelles la gri-
mace et un d6gocitant boursouflage, products naturels de l'in-
capacit6 intellectuelle, d'un c6te, luttent a surpa'sser la basse
flatterie et des applaudissements mercenaires, r6sultat de la
peur et de la cupidity, d'autre part.- L'infAme 6goisme a si
complement banni le but primitif de ces reunions, en pregnant
sa place, que le Chef d'Etat actuel, oubliant son caractere offi-
ciel pour ne se souvenir que de sa personnalit6, personnalit6
intrinsequement insignifiante et meme grotesque, emploie ces
importantes occasions a publier, dans un language plus que
douteux et avec un goft abominable ses vanteries vides et ses
mensonges pr6m6dit6s, et a prof6rer de violentes menaces de
vengeance, d'avance arret&e centre tel ou tel de ses concitoyens.
Sans cesse hant6 de cette id6e fixe, la perspective d'avoir un
successeur, toujours absorb par l'unique et bien inutile preoc-
cupation de savoir par quels moyens d6couvrir le malheureux
individu que le destin lui reserve come successeur, le G6n6ral











- 35 -


Hyppolite est 6nergiquement mis en movement par la cruelle
et irr6alisable intention et par la ridicule et invariable r6solu-
tion de tuer son successeur (i).
Ces tristes faits trouvent pleinement leur attestation dans
les extraits que I'on va lire et qui sont tires du discours pro-
nonc6 par le G6neral Hyppolite, en audience publique, le
Ier juin 18go, extraits qui en some constituent toute la valeur
de ce discours, tel qu'il est reproduit et est rapport par
Haiti Illustre'e, dans le num6ro du 4 juin, et don't on trouve la
sanction dans le Moniteur, journal official, num6ro du 7 du
m6me mois. Voici du reste ce discours:
"Tout le monde sait que c'est moi qui, en 1876, avais amen \
M. Manigat, ici, a Port-au-Prince, comme mon secr6taire. A la
m~me 6poque pendant les luttes qui eurent lieu, M. Manigat,
directeur d'6cole, avait fond6 un journal, on se le rappelle, et
dans ce journal, il avait porter mon nom comme un candidate a
la pr6sidence, sans m6me me consulter et se croyait a titre de
parent, autoris6 a faire cela. Je n'6tais pas content et j'avais
considered cela comme un fait inconsequent. Si depuis ma con-
duite n'avait pas 6et exemplaire, le G6n6ral Salomon m'aurait
peut-etre fusillk.....
Tandis que j'6tais a Onanaminthe, le General, alors A Paris,
m'ecrivit des lettres qui sont demeur6es sans r6ponse, parce que
ce G6enral m'ecrivait des choses que comme chef de la R6vo-
lution je ne pouvais pas admettre. A mon arrive a Saint-
Marc, j'ai trouv6 le Docteur Love qui m'a parle du G6enral
Manigat et de.ses lettres; je lui r6pondis qu'il m'avait d6ja
ecrit des lettres auxquelles je n'ai pas cru devoir refondre. Le
Docteur Love lui-meme m'avait dit que j'avais bien faith de
n'avoir pas repondu et que lui-mmne il se chargeait d'dcrire en con-
sequence t Manzgat.

(I) Antonin-le-Pieux rdpondit un jour a un d6lateur: "C'est en vain que vous
fatigue les empereurs de vos delations; vous ne parviendrez jamais h leur faire
tuer leur successeur."
Que le G6neral Hyppolite medite, s'il en est capable, on se fasse expliquer et
commenter cette profonde et sage pensee !










- 36 -


A son retour de l'exil, le G6n6ral Manigat est venu ici, au
Palais National me faire des protestations qu'il ne pr6tendait
servir que mon gouvernement. Chaquefois qu'il s'y presentait
il s'adressait a moi come s'il parlait a un dgal. Tout le monde
me disait d'emp/cher cela; maisje le laissais faire pour voir jus-
qu oe sa fafon d agir irait. Ils'oubliait a ce point, en effet, qu'il me
prenait la main familibrement. Or, sans ma patience, sans ma
sagesse, il y a longtemps que je me serais fait le devoir de s6vir
centre ce G6n6ral.
Quand il s'6tait agi pour moi de partir pour Lascahobas;
lui-meme est venu s'offrir b m'accompagner. Le G6n6ral Bois-
rond, entr'autres personnel qui avaient manifesto ce d6sir, se
trouvait dans le meme cas que lui.
A mon retour de Lascahobas il se faisait un bal chez M.
Miot. Le Docteur Love est venu de lui-m6me me dire qu'il
allait se faire un movement en faveur du G6n6ral Manigat et
qu'il aurait conseill6 a celui-ci de ne pas se presenter a ce bal,
.auquel j'ai 6t6 invite et n'ai pu assister pour cause d'indis-
"position. Des le lendemain je fis appeler le G6neral Manigat,
qui m'a dit que c'est le Docteur Love qui lui a tout appris.
Alors, comment se fait-il, lui ai-je dit, que ce soit le Docteur
Love qui vous l'ait rapport? ?
Et pendant ce bal le G6n6ral Manigat sortit.
(Ici le President cite A. Sulzer- Wart qui lui aussi repdtait les
mimes faits se rapportant a la sortie de Manigat.)
A mon depart pour Jacmel des amis sont venus me dire:
"Si vous emmenez avec vous le G6enral Manigat ce sera un
danger pour lui que de l'y conduire. On vous rendrait peut-etre
responsible de ce qui pourrait advenir. Le Docteur Love a
son tour s'est pr6sent6 au Palais et m'a pos6 la question:
Comptez-vous faire partir Manigat avec vous ? et il a rep6t : 4
Cela peut etre un danger." Je r6pondis au Docteur Love que
j'avais pris d6j mes dispositions.
Passant sur la route de Martissant, a mon arrive a la
port6e de son habitation, le G6enral loin de se tenir a l'inte-
rieur de sa maison,.franchit mon escorted et s'avanca jusqu'a










- 37 -


moi et me press la main, tout comme si j'6tais le premier
venu. Apres quoi j'6peronnai ma monture et ordonnai au
Commandant de 1'Arrondissement de le faire entrer en ville.
Ce G6neral sachant que j'allais partir aurait pu se pr6senterau
Palais pour m'accompagner jusqu'aux limits de Port-au-Prince.
II ne 1'a point fait..
Personne, continue le President, ne peut d6clarer que le
General Manigat ne conspirait pas. S'il se trouvait quelqu'un
pour le nier, celui-lk ne serait pas consequent avec lui-meme.
Vous dites que vous avez confiance et vous n'aidez pas le
Gouvernement a maintenir la paix! ....
Nous avons les preuves qu'on conspirait; mais nous ne pou-
vons pas les donner quant a present, parce que nous sommes
toujours a la piste de cette conspiration. Mais quand le mo-
ment en sera venu, nous dirons: Voici.
"J'ai appris que le G6neral Manigat a 6crit a la Chambre
pour lui dire que je l'ai oblige h laisser le pays. Ce n'est pas
du tout cela. J'ai ordonn6 de 1'arreter et voilh la v6rit6. C'est
au Commandant de l'Arrondissement, ici present, que cet ordr4
a 6t6 transmis. Le GCneral Manigat se sentant la conscience
charge s'est vite efface.
(Applaudissements.).
J'ai autoris6 l'arrestation du G6neral Manigat, parce que
j'ai eu la preuve qu'il conspirait. J'autoriserai l'arrestation de
n'importe qui conspirera. Et je vous affirme que s'il ne s'6tait
pas efface, je ne sais ce qui lui arriverait....
.... Sije l'avais pris, je 'aurais fusill, je ne vous le cache
pas.
"On aurait dit ce qu'on voudrait, mais ('aurait &t6 un fait
accompli, car je serais sCr de n'etre pas blame par tous ceux
qui d6sirent la paix publique.
"Nous avons besoin de cette paix et ceux qui pensent
comme nous ne peuvent pas d6sapprouver la decision que
j'avais prise. Le G6n6ral Manigat est jeune, -il peut attendre.
Il ne doit pas se laisser entrainer par une ambition d6r6gle. ...
Un peu de patience. II a eu la chance de se sauver de la,










- 38 -


qu'il reste tranquille.... Qui sait si par une conduite r6guliere
et en s'attirant l'estime et la confiance de ses concitoyens il
n'arriverait pas a son tour.
Et d'ailleurs le G6neral Manigat n'est pas mandataire du
people; il est un simple G6n6ral. Il signe du reste ainsi : Gl-
neral Franfois Saint-Surix Manigat.
En partant le General Manigat a dit: Je pars et sous peu
on entendra parler de moi. Ces paroles ont 6t6 entendues par
quelqu'un qui ne viendrait pas me les rapporter; mais elles ont
6t6 r6p6t6es a un tiers qui ne pouvait s'emp&cher de me les
transmettre.
Il s'agit maintenant du Docteur Love. II a 6crit dans le
Ralliement que je suis l'un des fondateurs de son journal. II
n'a pas dit vrai. Quand bien meme cela serait, il ne signifierait
rien moins, nque je tiens a favoriser la liberty de la press. Je
ne suis pas fondateur de ce journal. Le Docteur Love est venu
me dire un jour: Saint-Surini- veut fonder un journal; mais il
n'en a pas les moyens; il voudrait qu'il fft subventionn6." Je
r6pondis au Docteur Love que le Gouvernement ne subven-
tionne aucun journal, pour qu'il ne soit pas dit qu'il y a des
organes semi-officiels. Mais je vous adresserai au Ministre de
l'Interieur, qui vous prendra des abonnements, comme il fait
pour les autres journaux. Et le Docteur Love de r6pondre:
" Oh non, je ne veux rien d6meler avec le Ministre de l'Inte-
rieur." Comme il n'entendait pas avoir affaire avec le Ministre,
je lui demandai ce qu'il lui faudrait: Une soixantaine de
gourdes par semaine," me r6pondit-il.
"Tous tes matins le Docteur Love me visitait; il ne me don-
nait pas quarter. Sur ses prieres je finis par me d6cider a lui
accorder trente gourdes, apres lui en avoir offert quinze. Et
comme il y avait d6jh quatre semaines, je r6glai avec lui 120
gourdes. Il me dit imm6diatement apres : "Je suis extreme-
ment g&n6, mon m6tier ne va pas depuis les derniers 6v6ne-
ments; je me constituerai m6decin ambulant. Je ne puis plus
vivre ici, je serai oblige d'aller tant6t au Cap, tant6t aux Cayes,
tant6t ailleurs. Si je vous en parle, c'est pour que vous mettiez










- 39 -


empichement a cela." J'ai dC donc, dans ma caisse privde,
prendre 600 gourdes que j'ai envelopp6es dans un numdro du
Moniteur que je me rappelle avoir donn6es au Docteur Love,
apres l'avoir appel6 de la Salle du Conseil des Ministres ot il
se trouvait, dans le grand couloir du Palais, me souvenant que
le Docteur Love avait trait mon fils et voulant saisir cette
occasion de lui faire une gracieusetd, puisqu'il ne m'avait ja-
mais rien reclam6.
S'il .est homme d'honneur, il dira si c'est la v6rit6. Et
quelle que soit la situation d'un home en politique, il doit
toujours aimer la v6rit6.
"S'il disait vrai dans sa relation, dans le Ralliement, je le
tiendrais pour un grand homme; mais, a mes yeux, Messieurs,
il n'est rien du tout."
Dans ce discours le G6n6ral Hyppolite s'est mis lui-mme
en cause et sur la sellette, et si la minutieuse reproduction
d'Haiti Illustr/e a 6td accepted comme l'expression de l'exacti-
tude, de pr6f6rence a toutes autres, ce n'est pas seulement
parce qu'elle n'a 6td l'objet d'aucune contradiction de la
part d'autrui, mais c'est parce qu'aussi et surtout l'tditeur de ce
journal est un membre du parti politique auquel appartient le
G6ndral Hyppolite. Par consequent, ce discours, dans cette
reproduction, est moins sujet h 6tre soupponn6 d'avoir 6td alt6r6
soit par exag6ration, soit par attenuation.
Comme il a kt6 dit, le but du G6neral Hyppolite 6tait, -
lorsqu'il faisait ce discours, de se d6fendre; et, vu la bruta-
lit6 de sa conduite, sans parler du ridicule de son erreur, dans
le cas de M. de Sulzer-Wart; en presence de'la criante injustice,
de l'inconstitutionnalit6, du tyrannique abus de pouvoir qui
caract6risent ses actes dans le cas du G6ndral Manigat; vu enfin
ses stupides incons6quences vis-a-vis du Docteur Love, le G6-
n6ral Hyppolite avait besoin de produire une defense.
.Dans le premier cas, il s'est montr6 indigne de prendre rang
memne a c6t6 du type le plus ordinaire du gentilhomme, jugez
des Premiers Magistrats des nations civilis6es au niveau des-
quels les plus hautes qualit6s de l'esprit et du cceur auraient dCi










- 40 -


le placer. Dans les deux autres cas, il a fait preuve d'une couar-
dise, d'une d6loyaut6, d'une perfidie qui rarement ont 6te 6ga-
lees, qui jamais n'ont 6t6 surpasses chez le plus vil politician
de son pays ou de son siecle, et qui d6notent en lui une insen-
sibilit6 morale 6trangere a la nature humaine. On remarquera
que d'un bout a l'autre de son discours le G6enral Hyppolite
n'a ni essay d'administrer une seule preuve a l'appui de ses
assertions, ni fait la plus petite declaration qui, considered a la
lumiere d'autres circonstances, fit propre a imposer la convic-
tion par sa v6racite. II fit ce... speech en visant des hommes
qu'il avait accuses etpunis. Lors done qu'il cherchait a justifier
ses proc6des, il aurait dC, et c'6tait la moindre des choses a
esperer, produire de l'evidence, ne fHt-ce qu'une evidence
accidentelle, sur la culpability des parties en cause.
Dans le cas du G6enral Manigat, voici ce qu'exigeaient la na-
ture des circonstances et l'occasion. Le Pr6sident Hyppolite ne
peut en aucune faqon, sous aucun rapport, justifier son strange
omission du fait que le G6enral Manigat n'6tait tout au plus
qu'un accuse, qu'un pr6venu, don't le cas relevant des tribunaux;
donc, en consideration du dit fait, il ne pouvait lui,.Chef du
Pouvoir Ex6cutif, devancer leur libre action et discourir sur les
details du cas, avant que les dits tribunaux eussent tout r6vel6
par un proces regulicr. Non... Se mettant au-dessus des lois, de
toute loi, il avait, avant son discours, inflig6 la peine, peine qui
est une des plus s6veres qu'il soit en son pouvoir d'infliger,
mais qu'assur6ment il n'a pas le droit d'appliquer: ceci 6tant
un fait accompli et irrevocable, il est difficile d'imaginer quel
motif raisonnable lui permit d'entretenir le public de cette
affaire, a moins qu'il ne voulat alors prouver la culpability d'un
homme dji puni.
Punir d'abord et prouver la culpability ensuite peut ftre et,
a en juger par ce qui est d6ej arrive plus d'une fois sous le
gouvernement actuel, est le principle distinctif du code de ju-
risprudence hyppolitique; mais la conhaissance des lois et l'ex-
perience des affaires judiciaires sont en v6rit6 bien born6es
chez le G6enral Hyppolite, s'il croit qu'un people peut accepter











- 41 -


une accusation qui ne s'appuie sur aucun t6moignage comme
preuve de la culpability d'autrui. Le fait d'etre President n'a
certainement pas pour effet ou consequence de le rendre moins
faillible ou plus impeccable que ses concitoyens. Dire que le
General Manigat le traitait comme son 6gal, ce qui n'est ni
vrai ni pertinent; ou qu'il signe General, ce qu'il a parfaitement
le droit de faire, puisqu'il l'est autant que le G6n6ral Hyppolite
lui-meme, n'est pas une preuve de conspiration et ne constitute
pas un delit, une offense don't la loi soit appel6e a connaitre.
Si done, il n'a pas apport6 des preuves A l'appui de son accusa-
tion, cela tient tout simplement a ce qu'il n'en avait point a
donner, et s'il n'en a pas eu h administer, c'est qu'apparem-
ment il n'existe pas de culpability.
Mais le President Hyppolite est au moral un couard, et il
l'est foncierement. Un homme vraiment courageux ne renie
pas ses propres et volontaires actes, et, qu'il ait ou non des
raisons pour les regretter, il-doit en accepter les consequences,
quelles qu'elles puissent etre. Celui qui agit autrement ne peut,
en aucun cas, etre appelk un homme brave, ni ne peut pr6tendre
6tre regard comme un membre sir et honn&te de la society.
Si ceci est vrai en ce qui concern le commun des mortels,
combien ne l'est-il pas davantage quand il s'agit des Chefs
d'Etat, car si la bonne foi 6tait bannie du reste de la terre,
elle devrait pouvoir trouver asile dans le cceur d'un... Roi."
Il est plus que probable que jamais, dans toute l'histoire
des audiences publiques, tant de faussetes n'ont &t6 entass6es
dans une seule et meme harangue, comme il a 6et donn6 de le
constater dans le fameux discours du 1er Juin.
La facility et l'adresse avec lesquelles les faits ont 6t6 les
uns mis a la torture et alt6r6s, d'autres supprim6s, tandis que
ceux-ci 6taient tout a fait nies et ceux-la invents tout d'une
piece, tout de go, d6notent un coutumier du fait/dans le G6n6ral
Hyppolite; et, ce qui surtout est triste, c'esi que cet homme
continue a se regarder comme un honnete homme et croit que
1'insigne mauvaise foi avec laquelle il bande les yeux a ceux
qui ne se m6fient pas de lui ou qui, cr6dules, se fient a lui,


-~ %->~t4~










- 42 -


constitute l'Fvidence de son progressif savoir-faire dans l'art de
gouverner, tout comme si le plus vile faquin de la R6publique
ne pourrait pas en faire autant.




FOUNDATION DU JOURNAL "LE PAYS."

En parconrant l'historique de la foundation du journal Le
Pays, le lecteur est pri6 de se rappeler ce que certes chaque
home public, au Port-au-Prince, sait tres bien, a savoir qu'il
existait entire le G6enral Hyppolite et le Docteur Love une
6troite et intime amiti6, comme celle que produisent n6cessai-
rement un contact frequent et un libre change de sentiments
et d'opinions sur presque tous les sujets.
La preuve incontestable de l'existence d'une pareille inti-
mit6 est dans ce fait que le Docteur Love avait entree libre au
Palais tous les jours, et, de plus, que par une convention sp&-
ciale, le Chef de la Garde avait 6t6 autoris6 h donner aux sol-
dats en faction aux portes du Palais, 1'ordre de ne pas lui
refuser cette libre entr6e.
Le Docteur Love avait d6clar6 au President Hyppolite,
comme condition sine quad non de ses visits, que, ne cherchant
pas de faveurs pour lui-meme, il n'accepterait pas l'humiliation
de stationner sous le vestibule ou de faire antichambre (i). Ce
sont des faits que personnel ne contestera.

(I) Si le General Hyppolite avait declare que le Docteur Love, et non le G6enral
Manigat, le traitait comme son 6gal, il n'aurait dit que la v6rit6 pure et simple. Le
Docteur Love a toujours eu la conviction que son caractere moral le met a m&me
d'etre, sous le rapport social, 1'egal de tout homme quelle que soit la position publi-
que ou politique de ce dernier, et que la reconnaissance de cette 6galit6 est une des
conditions sur lesquelles il se base pour se permettre de s'approcher de tout un
chacun comme tout un chacun peut se permettre de s'approcher de lui. En outre,
I'amitie, de par les delicates relations qu'elle etablit et les obligations r6ciproques
qu'elle impose, d6truit completement les distinctions g&nantes et souvent absurdes
que des circonstances accidentelles opposent comme une barriere aux relations de
cceurs qui 6taient faits pour jouir de ces rapports sacres. Parmi les conditions de










- 43 -


D'ailleurs, pour r6p6ter ce qui d6ja a 6t6 mentionn6 dans la
preface, la loyaut6 et le caractere v6ridique des deux hommes
outrages et qui sont en affaires avec le G6n6ral Hyppolite a
propos de la foundation du journal Le Pays, sont bien connus.
Quels que soient les d6fauts du G6enral Manigat, et qui
n'en a pas ? il est reconnu partout que quatre qualit6s le dis-
tinguent, force de conviction, loyaute envers tout le monde et
particulierement envers ses amis qui, jusqu'h ce jour, n'ont
jamais eu h lui reprocher de l'ingratitude; fidlitc" aux princi-
pes et a son parti politique, et une indomptable inergie de ca-
ractere. Meme ses adversaires ou ennemis ceux qui sont
loyaux ne lui ont jamais contest ces qualit6s.
Comme preuve de l'inflexibilit6 du caractere veridique du
Docteur Love, il suffit de rappeler les sombres jours du rkgne
de la terreur sous le G6enral L6gitime, jours durant lesquels,
sans en redouter les consequences, il ramassa le gant que lui
avaient jet6, dans leur colere, de furieux partisans de M. L6gi-
time, soutenus par une populace impatiente. Quoique seul, il
d6clara' hautement ce que, selon sa conscience, il 6tait con-
vaincu 6tre la v6rit6, et cela, quand le General Hyppolite lui-
meme, muet de peur, feignait d'etre malade et s'enfuyait, pour
sauver sa vie, du th6dtre des 6v6nements et du devoir.
Durant ces jours, le Docteur Love avait tout a gagner a se
mettre avec les adversaires, ou bien encore a garder le silence
sur leurs attaques malicieuses et mensongeres; alors, come
aujourd'hui, du reste, il pr6f6ra souffrir en compagnie de la

son amiti6, le Docteur Love avait demand et le President Hyppolite avait accord
la liberty de lui parler aussi librement qu'il entrait au Palais. Il en resulte que les
deux 6taient souvent en tete-a-t&te. Sile Docteur Love, pour un motifou pour un autre,
Smanquait de rendre ses visits seulement quelques jours, le G6ndral Hyppolite lui
reprochait de ne s'tre pas pr6sente au Palais depuis bien longtemps. Durant les
conversations, et ce, assez fr6quemment, ce dernier passait le bras tant6t sous celui
du Docteur Love, tant6t autour de sa taille, et multipliant les marques d'estime et
de confiance de ce genre.
Il serait absurde de penser, de supposed que le G6enral Manigat ne sentait pas,
ne savait pas qu'il 6tait au moins 1'dgal du General Hyppolite: ce que nous voulons
dire et affirmons, c'est qu'il ne le traitaitpas comme son 6gal.










- 44 -


v6rit6 et de l'innocence, que de jouir des faveurs recherch6es
que faisaient la m6chancet6 et la fausset6. Si done, lorsqu'il
6tait expos aux persecutions et a l'assassinat, le Docteur
Love n'avait pas h6sit4 un instant a dire la v6rit6, il s'ensuit
6videmment qu'il ne changera pas de ligne de conduite main-
tenant que, se trouvant sous l'6gide de son propre gouverne-
ment, il n'a rien a craindre du pouvoir du G6neral Hyppolite,
ni des intrigues de ses amis, les lib6raux.
Le Docteur Love reconnait volontiers que, des le d6but de
ses rapports amicaux avec la G6neral Hyppolite, apres l'arriv6e
de celui-ci au Port-au-Prince comme Pr6sident du Gouverne-
ment provisoire, il n'avait jamais cess6 de lui conseiiler :
I0 De se mettre A la tate du Parti National, ce parti 6tant
le plus nombreux et repr6sentant par consequent les int6rets
du people entier, et comme un sir moyen de se maintenir au
pouvoir, jusqu'au terme constitutionnel de son mandate;
2 D'adopter la ligne g6n6rale de conduite en administra-
tion que feu le g6n6ral Salomon avait adopt6e, comme 6tant le
plus str moyen de gouverner le pays dans son 6tat actuel, en
ayant soin toutefois d'6viter la falon don't le ge6nral Salomon
appliquait les dits principles, et, par-dessus tout, 6viter ces
erreurs graves qui marquerent son administration, erreurs pro-
venant de 1'6goisme qui le rendait jaloux de tout un chacun,
de l'ingratitude envers ses soutiens qu'il n6gligeait, et les mau-
vais traitements inflig6s a ses fiddles lieutenants; erreurs qui
finirent par d6tacher de lui presque tous ses amis et le laiss6-
rent sans appui a l'heure critique;
30 De ne pas se tracasser l'esprit avec les L6gitimistes qui,
appartenant pour la plupart, et avant tout, au Parti National,
se rallieraient finalement A lui; mais d'etre sur ses gardes avec
les lib6raux, les vrais miners.
L'avenir dira si ces conseils 6taient sages ou non; et de
fait, on a d6jh commence le constater.
Voici maintenant le veritable historique de la foundation du
journal Le Pays, historique qui resume aussi ce que le Pr6si-
dent Hyppolite a omis de dire, ce.qu'il n'a pas voulu dire, mais










- 45 -


ce que, dans l'intdr&t de la v6rit6, il aurait di dire, dans son
son c6elbre discours du er juin r89o.
Peu apres le retour du G6neral Hyppolite de la ville des
Gonaives oh il 6tait all pr&ter le serment constitutionnel, le
Docteur Love, dans le course des conversations qui avaient
ordinairement lieu entire eux deux, et conform6ment au but
vise dans les conseils ci-dessus mentionn6s, sugg6ra que lui, -
le President, et non le Docteur Love, devrait fonder un jour-
nal dans lequel ses vues personnelles sur certain sujets, seraient
communiquees au people, sans qu'il se compromit lui-meme
par des 6nonciations officielles, en ajoutant que tous les gou-
vernements agissaient ainsi et en b6n6ficiaient. En r6ponse a
cela, le G6enral Hyppolite n'objecta pas, comme il l'a fausse-
ment avanc6 dans son discours, qu'il ne d6sirait pas qu'il fit
dit qu'il existAt des organes semi-officiels, mais seulement qu'il
ne voulait pas que son gouvernement subventionnAt aucun
journal.... L'idee fut approuv6e, et il ne fut fait d'objection
qu'. propos de la question de subvention. Les choses s'arrkte-
rent 1 I.... Une seule fois, dans la suite, cette question fut
remise sur le tapis par le G6n6ral Hyppolite lui-meme qui
demand un jour au Docteur Love, d'un ton demi-serieux:
"-Oi est le journal ?...." A quoi ce, dernier avait r6pondu:
" Vous savez bien qu'il n'existe pas de journal!.... Vous ne
vous 6tiez point d6cid6e en publier un.... done la chose n'a
pas-eu de suite." Dans l'esprit du Docteur Love, la question
d'un journal a fonder etait completement enterr6e.
Apres un silence de plusieurs semaines, un matin des huit
premiers jours de Decembre 1889, le G6enral Hyppolite, de son
propre movement, sans aucune ouverture de la part du Doc-
te'ur Love, dit a ceiui-ci, des son arrive au Palais: Saint-Surin
va fonder un journal! Surpris d'une telle declaration, le
Docteur Love lui r6pondit: "Vous 6tes dans l'erreur, Pr6si-
dent !.... Saint-Surin n'a aucune intention de ce genre.... il
n'aurait pas entrepris pareille chose sans me consulter." M. le
General Hyppolite r6epta sa premiere declaration dans les
terms suivarits: "Je vous affrme qu'il va en publier un!....










- 46 -


croyez-moi!" Le Docteur Love persistent dans son doute,
repartit: "Je vais le voir a ce propos.... mais je ne puis
croire que Saint-Surin aurait voulu 6diter un journal sans m'en
informer! "
Dans l'apres-midi du meme jour, le Docteur Love rendit
visit au G6ndral Manigat et lui reprocha d'avoir, a son insu,
pris l'engagement de publier un journal et lui raconta mot
pour mot sa conversation avec le General Hyppolite dans la
matinde. A cette nouvelle le G6n6ral Manigat r6pondit: Mon
cher ami, vous devez savoir et comprendre que ce bruit n'est
pas fond6; et la meilleure preuve, c'est que n'ayant pas assez
d'argent pour mes affaires domestiques, comment pourrais-je
trouver 40 ou 50 piastres par semaine pour un journal!.... Je
verrai le President demain matin et le tirerai de son erreur ?"
En effet, le lendemain a sept heures, le G6enral Manigat
rendait visit au President, et, apres lui avoir fait part de la
communication reque du Docteur Love, il ajouta que lui, le
President, avait 6te fort mal renseign6, vu qu'il n'a jamais eu
l'intention de fonder un journal, parce que, tout en ayant la
plume, il n'avait pas l'argent n6cessaire m6me pour ses propres
affaires. Sur ce, le G6enral Hyppolite, avec la ruse que la na-
ture lui a d6partie, 6vita toute explication sur l'exactitude ou
l'inexactitude du rapport qui, peut-itre, lui avait 6t6 fait ce
qui, en definitive, etait seul en question et r6pliqua instan-
tanement: Si le seul empechement a la foundation du journal
est le manque d'argent, voyez le Docteur Love et dites-lui de
venir me voir... j'arrangerai tout cela avec lui." Vers les neuf
heures, le G6enral Manigat transmettait au Docteur Love la
commission du President Hyppolite.
Le Docteur Love se rendit au Palais t dix heures. Le Ge-
neral Hyppolite, gardant toujours le silence sur 1'inexactitude
de l'affirmation qu'il avait faite, ouvrit le petit entretien sui-
vant:
PRISIDENT HYPPOLITE. J'ai vu Saint-Surin ce matin et
je l'ai entretenu de la question du journal..... Combien pa coi-
tera-t-il ?










- 47 -


DOCTEUR LOVE. De 40 a 50 gourdes par semaine, selon
le format.
PRISIDENT HYPPOLITE. Eh bien, voyez Saint-Martin et
dites-lui de vous payer la some n6cessaire aux frais du jour-
nal, au moyen des fonds qu'il a en mains.
DOCTEUR LOVE. Non !... excusez-moi, je n'en ferai rien.
PRESIDENT HYPPOLITE. Vous ne voulez pas!... Et
pourquoi?
DOCTEUR LOVE. Ecoutez-moi, mon ami; vous croyez
que j'ai confiance en votre gouvernement, n'est-ce pas?
PRESIDENT HYPPOLITE. Oui, certainement!
DOCTEUR LOVE. Ii me faut alors vous avouer franche-
ment que je n'en ai pas du tout en votre gouvernement....
J'ai confiance en vous personnellement; mais pour ce qui est
des gens qui composent la majority de votre gouvernement,
j'ai des reserves (i).
PRESIDENT HYPPOLITE. Comment cela! s'6cria le Pre-
sident avec un soubresaut et en regardant fixement le Docteur
Love.
DOCTEUR LOVE. Je n'ai pas confiance en eux, et voilh
tout !.... Voyez vous-mime M. Saint-Martin, si vous le voulez
bien; prenez l'argent de lui et donnez-le moi.... ce n'est pas
une affaire. Je ne veux rien avoir de commun avec personnel
autre que vous dans cette affaire, et s'il faut que je me mette
personnellement en rapport avec M. Saint-Martin, je pr6efre
ne pas me meler du journal.
GENERAL HYPPOLITE. C'est bien !.... Seulement, je ne
puis vous doniner que $30 par semaine, et vous pouvez computer
sur moi pour cette somme.... Je vous la donnerai de la main
a la main.
(I) Tel fut a la lettre le language tenu par le Docteur Love. -Des personnel
penseront peut-6tre qu'il y a la de l'exag6ration; mais celles qui connaissent
I'homme reconnaitront la crudit6 naturelle de son language.
En outre, on croira difficilement que le G6n6ral Hyppolite ait accept le refus fait
parole Docteur Love d'avoir aucun rapport avec son Ministre de 1'Interieur, sans
demander a en connaitre le motif. Qu'on veuille bien remarquer que, dans son dis-
cours, le G6neral Hyppolite se gardabien d'informer l'auditoire de la raison donn6e.









- 48 -


DOCTEUR LOVE. Tres bien !.... j'entreprends la chose
alors.... Il est probable que le journal se vendra bien et par
consequent couvrira ses d6penses.- Seulement, j'ai une autre
question a vous poser.... Vous savez que mes sympathies
sont fortement nationals, vous savez aussi ce que vous avez a
attendre de Saint-Surin : done le ton et le r6le de ce journal
seront ceux d'un organe national. Voulez-vous que le journal
parole librement, ou proposez-vous qu'il manage la chkvre et le
chou ?
GENERAL HYPPOLITE. C'est une feuille publique, n'est-
ce pas vrai!.... II faut qu'elle soit libre.... Mais il serait
peut-&tre bon de communiquer les articles au Gouvernement
avant de les publier.
DOCTEUR LOVE. Apres ce que je viens de vous dire, ce
que vous sugg6rez maintenant ne serait compatible ni avec nos
convictions et devoirs personnel, ni avec la liberty de la press.
Mais vous me donnerez de temps en temps votre opinion sur
nos articles, n'est-ce pas ?
PRESIDENT HYPPOLITE. Oui.
DOCTEUR LOVE. Chaque semaine, s'il vous vient une
id6e que vous voudriez voir d6velopper, vous me la communi-
querez et je l'exposerai avec d6tails... Voulez-vous faire cela?
PRESIDENT HYPPOLITE. Oui.
DOCTEUR LOVE. Maintenant une derniere question.
Voulez-vous que nous commencions une fois la publication de
ce journal ?
PRESIDENT HYPPOLITE. Oui, cette semaine meme si
vous le pouvez.
Et Le Pays parut.
Le General Manigat profit de la foundation de ce journal
et de sa collaboration pour se d6fendre des calomnies inspires
par une haine invkt&r6e et par trop souvent r6p6t6es par cer-
tains energumenes de Jacmel: ce qu'on est, en general, d'ac-
cord a reconnaitre qu'il a victorieusement fait.
Au d6but de cette vive controversy qui intdressait tout le
monde, amis et ennemis, car elle rompait un silence gard6










- 49 -


depuis plus de cinq ans par le G6ndral Manigat, silence que, en
presence des fr6quentes et virulentes attaques de ses ennemis,
personnel ne pouvait trop bien comprendre et que bien des
gens attribuaient h une culpability de conscience, le Gendral
Hyppolite eut I'air, feignit d'&tre en faveur de la defense du
General Manigat qu'il press meme de publier dans son entier
son adresse faite A Jacmel le Ier Janvier 1884, adresse dans la-
quelle avaient 6t6 d6signes par leurs noms et pr6noms tous les
individus excepts du b6nefice de l'amnistie g6nerale accordee
aux r6volutionnaires, car L'Intransigeant, organe liberal de
Jacmel, avait infentionnellement supprim6 le dernier paragra-
phe, celui qui contenait la liste des excepts (I).
Le General Hyppolite avait m~me fait suivre son conseil
des paroles suivantes: Publiez tout de suite cette piece, car,
je ne vous le cache pas, mon cher Saint-Surin, si vous aviez
reellement fait ex6cuter ce monde apres avoir accord amnistie
gendrale, pleine et entire, vous vous series deshonore, et ce
serait une tache eternelle pour votre nom. Je suis bien content
que vous ayez retrouve cette piece."
Il ne tarda a devenir evident, manifeste, que la sympathie
du General Hyppolite n'6tait qu'apparente et que, secrete-
ment, il etait agreablement convaincu que le G6rqral Manigat
n'arriverait pas A prouver victorieusement son innocence con-
tre les allegations et la fourberie infernales de L'lntransi-
geant.
Apres l'apparition de la Seconde Epitre (la Troisieme 6tait
sous presse, le General Hyppolite, 6videmment epouvante du
resultat de cette discussion qui etait si visiblement peu favo-
rable a sesfavoris de Jacmel, pria le Docteur Love (lui qui
n'avait fait aucune demarche pour empecher ou arreter les
/ injustes attaques) de dire au General Manigat, de sa part, qu'il
s'6tait suffisamment justified, qu'il lui serait agr6able que le Ge-
neral Manigat arretat l cette controversy, et qu'il donnait A
celui-ci l'assurance que les agressions cesseraient du c6te de

(I) Voir Le Pays du 25 D6cembre 1889: "Deuxieme epitre."


'. ** .



,: .










50 -

Jacmel. C'6tait le 31 D6cembre 1889, vers les huit heures du
matin. Dans I'apres-midi, apres la reception, le G6neral Hyp-
polite r6p6ta les memes choses au G6n6ral. Manigat en per-
sonne, en presence des G6n6raux Mompoint jeune, alors Mi-
nistre de la Guerre et de la Marine; Saint-Martin Dupuy, alors
Ministre de l'Int6rieur; Turenne Jean-Gilles, Commandant de
1'Arrondissement du Port-au-Prince, et Saint-C. Louis Blot,
Attach au D6partement de la Police G6n6rale.
Malgr6 la promesse formelle faite par le G6n6ral Hyppo-
lite, L'Intransigeant recommenca ses attaques. On appela, en
tate du journal Le Pays, I'attention du President sur cette d6-
loyaut6, et celui-ci laissa faire ses amis. Alors le G6neral Mani-
gat r6digea une Quatrieme Epitre qu'il envoya en commu-
nication au G6neral Hyppolite par l'interm6diaire du G6neral
Saint-C. Louis Blot, qui lui r6pondit par un billet A peu pros
conqu en ces terms: Mon cher Saint-Surin, je n'ai pas besoin
de vous dire si oui ou non j'ai communique votre "Quatrieme
Epitre au President; seulement je vous conseille de vous en
tenir a la promesse que vous lui avez faite." Et la quatrieme
6pitre ne parut point.
Apres l'apparition des quatre premiers num6ros du journal,
le Docteur Love dit un jour, comme en passant, au G6enral
Hyppolite: N'oubliez pas que Le Pays doit quatre semaines
de travail h l'imprimeur!" A quoi celui-ci r6pondit en riant:
"Ah! compare..... faut qu'm'pay6, pas vrai ?..... A la journal qui
chaud!... li jour6 toutt moune... li jour6 jouq moin meme tout!
Eh bien, c6 bien !... yon l'autt jou (I)
Le 15 Janvier 1890, les lecteurs ont dfi voir un article inti-
tule: Nos Contrats." Ce petit article, r6dig6 par le G6enral
Manigat, a &t6 fait sur la demand du G6n6ral Hyppolite, qui
en avait donn6 l'id6e au Docteur Love pour 6tre "dvelopp6e,
conform6ment aux conventions d6ej rapport6es.
Si, dans le course de sa court existence, Le Pays n'a donn6
(I) Ah! mon compare!... il faut done que je paye, n'est-ce pas ?... VoilA un jour-
nal qui est chaud!..... il injuries tout le monde..... il injuries m&me moi!.... Eh bien,
c'est bien!... un autre jour!


- -A











- 51 -


le jour a d'autres articles provenant du cerveau du G6enral
Hyppolite, c'est sans doute parce que ce cerveau est vide
d'id6es soit politiques, soit gouvernementales, si l'on except
toutefois ceci: I Qu'il peut donner la paix au pays... en violent
les droits constitutionnels de la majority en faveur des lib6-
raux; et 20 Qu'il peut s'6terniser au pouvoir..... en tuant son
successeur.
Un matin, vers la fin du mois de F6vrier ou au commence-
ment de Mars, dans la chaleur de la controversy entire le D&-
put6 Luxembourg Cauvin et le G6enral Turenne Jean-Gilles
a propos de l'ex6cution. ill6gale de Gr6goire Lestage, Ie Presi-
dent Hyppolite pria de vive voix le Docteur Love d'envoyer
quelqu'un au Palais, dans le courant de la journee, parce qu'il
voulait faire tenir au Docteur l'argent pour les frais du journal.
A son retour du Palais, le Docteur Love s'arr6ta, en pas-
sant, au bureau de l'Arrondissement, comme il le faisait a l'oc-
casion, et, dans le course de sa conversation avec le G6enral
Turenne Jean-Gilles, il comprit, aux terms aigres et a la facon
anim6e don't ce dernier parlait au sujet de l'affaire Lestage,
qu'il y aurait plus .qu'une victim.
Voyant le G6enral Manigat quelques minutes apres, le Doe-
teur Love lui fit part de ses alarmes a propos du danger qui
menacait des amis qu'ils estimait beaucoup, la famille Cauvin,
d'une part, et lui communique ses craintes sur les troubles po-
pulaires auxquels il savait le gouvernement et le General Jean-
Gilles exposes, d'autre part, si cette Apre pol6mique continuait.
En vue done de pr6venir ces malheurs si douloureusement 6vi-
dents, le Docteur Love pria le G6n6ral Manigat d'aller de suite
voir M. L6ger Cauvin et de lui demander avec instance d'ar-
rater toute publication sur le sujet en litige, tandis que
lui, le Docteur Love, retournait au Palais et faisait sen-
tir. au President la n6cessit6 d'obliger le G6enral Turenne
Jean-Gilles a cesser toutes nouvelles recriminations dans les
journaux.
Ces d6marches eurent un plein success; ce fut pendant cette
visit que le G6enral Hyppolite appela le Docteur Love dans











- 52 -


une chambre priv6e et lui donna 6oo gourdes pour le jour-
nal (i).
Si ce r6cit content tant de details minutieux et en appa-
rence sans importance, sous le rapport des dates, de lieux, de
personnel et de conversations, c'est parce que, en l'absence de
t6moins oculaires ou auriculaires, un tel enchainement de cir-
constances, connues de quelques personnel seulement et lies
les unes aux autres comme les anneaux d'une chaine, rend la
verit6 plus 6vidente.
Ce soin mis dans les details 6tait necessaire pour appuyer
la declaration continue dans la lettre 'du Docteur Love t M.
Saint-Martin Dupuy, a savoir que le President Hyppolite 6tait
tin des fondateurs du journal Le Pays, etait en deca des limits
de la v6rit6. En effet, il eut 6t6 plus exact de dire que le G&-
neral Hyppolite 6tait lefondateur du dit journal.
Le President a dit avec un air de satisfaction qu'en suppo-
sant meme qu'il fit un des fondateurs du Pays, cela ne prou-
verait qu'une chose, c'est qu'il est en faveur de la liberty de la
press.
Quoiqu'il en soit, cette explication ou exclamation n'expli-
que absolument rien. Ce n'est qu'un sophisme qui ne fournit
au G6neral Hyppolite aucune 6chappatoire dans le fait en ques-
tion, car il ne s'agissait nullement de la liberty de la press (2).
En un mot, c'est une de ces erreurs que commettent les hommes

(1) Bien que les vingt-deux numdros, y compris leurs supplements, eussent
coflt huit cents gourdes, payees grace h la vente du journal et A quelques souscrip-
tions d'amis, il restait entire les mains du Docteur Love plus de trois cents gourdes.
Lorsque l'antagonisme et la trahison du General Hyppolite ne purent pas 6tre plus
longtemps un sujet de doute, le Docteur Love annonca qu'il etait d6cid6e envoyer les
trois cents gourdes au G6enral Hyppolite. Le G6enral Manigat, A qui 6tait soumise
cette proposition, protest 6nergiquement contre cet acte, en disant que, outre que
la some depensee pour le journal d6passait celle reque du General Hyppolite,
c'etait celui-ci qui avait mis lui et le Docteur Love dans cette affaire de journal, et
que, par consequent, on ne devait rien du tout au G6neral Hyppolite.
(2) Et pourquoi done alors des journalists ont-ils et6, tout dernierement, obli-
ges de s'enfuir du pays pour n'6tre pas arrte6s ? ce qui n'a jamais eu lieu sous le
General Salomon, le tyran!











- 53 -


don't le cerveau est assez puissant et assez large pour n'em-
brasser qu'une idee.
S'il a kt6 en association avec un autre, le fondateur du
journal, il a Wte (pour avoir expuls6 cet autre a cause des 6crits
faits par ce dernier, don't il est le complice de la faute commise)
non seulement aussi coupable, mais encore un traitre envers
son associ6 pour avoir abuis6 de sa confiance, s'il n'avait pas
auparavant protests contre le caractere ou le ton de ces articles.
Il est digne de remarque que pendant les cinq mois de la pu-
blication du journal Le Pays, le G6neral Hyppolite ne prononga
jamais, ni devant le G6neral Manigat, ni devant le Docteur
Love, un mot de d6saveu.ou de censure en disapprobation des
arguments et du ton de leurs articles.... C'6tait pourtant la
chose la plus naturelle en la circonstance, si ces articles lui
avaient d6plu.
Une fois seulement il y eut un petit d6saccord. Apres avoir
lu quelques-uns des premiers numeros du Ralliement oi il 6tait
parl6 de la question de couleur, le G6neral Hyppolite sugg6ra
au Docteur Love l'id6e de traiter cette question i fond, disant
que Le Ralliement n'avait fait qu'efleurer le sujet. Le Docteur
Love object fermement que c'6tait une question qui ne de-
vrait jamais etre discut6e publiquement ou dans les journaux,
comme 6tant trop brilante, et qu'il n'assumerait jamais la res-
ponsabilit6 de commencer une pareille discussion (I).
Cette suggestion faisait sans doute parties du plan au moyen
duquel le G6n6ral Hyppolite se proposait de compromettre ses
deux collaborateurs, afin de pouvoir faire demain, avec une
apparence de raison, ce que finalement il fit sans aucune just
raison; aussi justifie-t-il entierement le triste fait r6sume dans
ce vers de Shakespeare:
A man may smile and smile and be a villain" (2).
1 \ I -
(1) Voir 'Appendice, note E.
(2) Un homme peut sourire et sourire encore, sans cesser d'etre un fourbe."









- 54 -


LE GENERAL FRANCOIS MANIGAT.

L'exil du G6n6ral Manigat, notifi6 le 22 Mai 1889, est soit
la consequence d'un crime infame commis par lui, ou bien, c'est
un crime ignominieux inspire par la haine et commis a son
prejudice par le G6enral Hyppolite et par ceux qui, a cette
6poque, formaient son cabinet minist&riel.
Si, en d6pit de ses solennelles declarations, protestations de
loyaut6, faites et publi6es en Octobre 1889 dans la Tribune
Politique du Port-au-Prince, le G6enral Manigat avait conspire
apres, d'une facon ou d'une autre, centre le Gouvernement du
G6n6ral Hyppolite, non seulement il.eat m6rit6 le severe chi-
timent don't il souffre, quoiqu'ill6galement frapp6, mais encore
son nom serait terni et fl6tri jusque dans sa post6rit6 par l'in-
famie qu'ure conduite aussi d6loyale merite sans contest; et
ce serait le verdict de tout homme just.
Si cependant le G6enral Manigat ne s'est rendu coupable
d'aucune offense de cette nature et qu'il est tomb6 victim
d'intrigues politiques et d'abus de pouvoir, alors une 6crasante
et fl6trissante malediction pese sur la tete blanchie du General
Hyppolite, le veritable auteur de cet outrage fait h la liberty et
h la reputation d'un citoyen innocent, malediction qui proba-
blement poursuivra le General Hyppolite jusque dans sa troi-
sieme ou quatrieme generation : ce sera aussi le verdict de
tous les hommes justes.
Le jugement des hommes, sur ce different, ne peut etre fix6
que s'ils prennent en consideration les faits examines selon les
regles de l'evidence.
Le General Hyppolite, accusateur et ex6cuteur a. la fois,
n'a pas avance un trait evident A I'appui de ses accusations;
il est et demeure done impossible de tester en faveur du bien
fond6 des dites accusations, conformement a la methode ordi-
naire d'investigations. Aussi ne reste-t-il a la defense qu'a op-
poser des assertions a des assertions; et celles-la sont regard6es
comme plus ou moins croyables, selon qu'elles s'accorderont
avec des circonstances connues.










- 55 -


Si le G6neral Hyppolite avait des preuves appuyant ses...
accusations, il est raisonnable de supposed qu'il les aurait pro-
duites, car il est d6raisonnable d'admettre qu'arm6 de preuves
il n'aurait pas combattu les deux protestations du G6ndral Ma-
nigat et le d6fi public jet6 par les D6putes L. Cauvin, M. Ma-
gloire et G. Guillaume en pleine stance de la Chambre des
D6put6s autrement que par ces honteuses r6ticences qui,
d'elles-m6mes, prouvaient qu'int6rieurement il se savait cou-
pable.
En these g6enrale, si la parole d'un honnete homme vaut
celle d'un autre honn6te homme, il s'ensuit que les assertions
d'un honnete homme sont plus croyables que le dire d'un mal-
honnete homme; et le monde a commence a se convaincre d'une
maniere absolue que le General Hyppolite n'est pas un honndte
home. C'est en quoi consist la superiority de la position du
General Manigat sur la situation du General Hyppolite dans
cette affaire.
S'il manquait des preuves pour confirmer l'existence de l'in-
timit6 exceptionnelle qui existait entire le G6n6ral Hyppolite
et le Docteur Love, on en trouverait une dans la fr6quence
avec laquelle le premier mentionne le nojn du second presqu'en
tout ce qu'il dit du G6enral Manigat dans son discours du
Ier Juin.
Le Docteur Love 6tait en effet le trait d'union entire le
G6n6ral Hyppolite et le General Manigat, et avait fait de son
mieux pour assurer la stability du pouvoir de l'un par la loyale
adhesion de l'autre. -- I sera d6montr6 que, lorsque le Doc-
teur Love donnait 1'assurance, le 22 mai, au G6enral Manigat,
et le 24 a M. Firmin, qu'il 6tait d6cid6e accompagner le pre-
mier en exil, il n'6tait nullement pouss6 par l'indiff6rence pour
S les plaisirs du -home, par le d6sir insens6 d'obtenir un peu de
renomm6e a bon march/e ou par l'envie de poser devant le
monde pour le martyr: il n'est pas dans ses id6es de pr6ten-
dre ala couronne du martyr ni ne se croit de l'6toffe don't sont
faits les martyrs.
S'il a agi comme il l'a fait, c'est parce qu'il ne lui 6tait









- 56 -


laiss6 que cette seule voie honorable a suivre.... La position
exceptionnelle dans laquelle il se trouvait alors, le mit dans
l'obligation de choisir entire l'honneur avec le G6n6ral Manigat.
et l'infamie a c6t6 du Pr6sident Hyppolite: il n'y avait pas a
h6siter. A son sens, il n'existait point d'autre moyen de
prouver au G6n6ral Manigat qu'il n'y avait aucune infernale
connivence entire lui, le Docteur Love, et ce President Fourbe.
C'est le Docteur Love qui, apres avoir consult le G6n6ral
Saint-C. Louis Blot sur la convenance et l'opportunit6 du
fait, avait t61lgraphi6 au G6n6ral Manigat, vu le r6tablissement
de la paix, qu'il pouvait en toute sciret6 retourner dans son
pays. Le Docteur Love vit le G6neral Hyppolite apres l'en-
voi de la d6peche et l'en informa, en lui demandant s'il approu-
vait le fait auquel il etait encore temps de reme'dier Le G6-
n6ral Hyppolite y donna sa sanction.
Lorsque de Saint-Thomas, en route pour le Port-au-Prince,
le G6neral Manigat 6crivit au Docteur Love pour lui appren-
dre le jour de son arrive a la capital et le prier de venir a sa
rencontre a bord, celui-ci alla imm6diatement montrer la lettre
au G6n6ral Hyppolite, et il fut arret6 qu'a son arrive, le Ge-
n6ral Manigat se rendrait, avant tout, au Palais National avec
le Docteur Love, pour y recevoir les instructions et conseils
que le Pr6sident, alors provisoire, jugerait apropos de lui donner
sur sa conduite a venir. Tout fut ex6cut6 h la lettre.
Les intrigues des ennemis politiques du G6n6ral Manigat
commencerent le jour meme de son retour dans le pays. Les
" Declarations," publiees par le G6neral Manigat comme gage
de sa fidelity, furent faites sur la suggestion du Docteur Love
qui lui conseilla de les produire comme tant chose n6cessaire et
lui en proposal meme quelques points.
Le but de ces D6clarations 6tait de donner au G6n6ral
Hyppolite des garanties sur la puret6 des intentions du G6n&-
ral Manigat, comme de pr6venir toutes speculations de la part
de ses coreligionnaires politiques. Le G6neral Hyppolite ex-
prima toute sa satisfaction a ce propos, et, de temps en temps,
appelait 1'attention du Docteur Love sur les intrigues don't le











57 -

General Manigat 6tait l'objet et le chargeait d'en avertir
celui-ci.
Apres l'insucces du complot du 24 au 25 D6cembre 1889,
- complot don't nous avons d6ja parl6, par lequel M. Saint-
Martin Dupuy essaya de perdre le G6n6ral Manigat et que
nous ne faisons que rappeler ici nn solennel compromise fut
passe entire le President et le Docteur Love, par lequel le pre-
mier, sur la demand du second, s'engageait a confronter le
General Manigat avec quiconque le d6noncerait, a ecouter avec
soin tout ce qui serait dit d'un c6t6 ou de 1'autre avec t6moi
gnage a l'appui; il 6tait dit que si, d'apres le President Hyp-
polite, le G6n6ral Manigat 6tait reconnu coupable, celui-ci
serait imm6diatement mis en 6tat d'arrestation; mais que si le
President acqu6rait la conviction que le G6n6ral Manigat 6tait
innocent, il le laisserait r6gler son affaire avec son d6noncia-
teur. Alors le Docteur Love avait ajout6 : Je suis certain que
Saint-Surin sera d'une parfaite bonne foi et qu'il ne peut s'en-
gager dans aucune entreprise ill6gitime sans que je ne le sache,
que, quand vous le trouverez coupable de conspiration contre
vous, arr6tez-moi aussi, car j'aurai ma part de culpabilit ; et si,
par extraordinaire, je venais a d6couvrir l'existence d'une
conspiration-Manigat contre vous, je vous la d6noncerais moi-
meme."
II 6tait done entendu que le Docteur Love serait responsa-
ble de toute irr6gularit6 de conduite politique du G6n6ral Ma-
nigat, et des lors, en plaisantant, le President l'appelait lepar-
rain du G6n6ral Manigat.
Donc, avec de pareilles circonstances, une conspiration de la
part du G6ndral Manigat contre le G6ndral Hyppolite aurait
6te une conspiration contre l'honneur et la security du Doc-
teur Love, son fiddle ami; or si jamais le G6n6ral Manigat
aurait 6t6 capable de pareil attentat contre le premier, il est
absolument incapable de le commettre contre le second.
L'exil du G6enral Manigat n'est le r6sultat que d'une serie
d'intrigues commences, nous l'avons d6ej dit, des son re-
tour en Haiti et qui ne cesserent jamais jusqu'au 22 Mai. Ces


I*










- 58 -


intrigues, non seulement le G6enral Hyppolite en connaissait
parfaitement bien l'existence, mais cer.taines phrases de son
discours prouvent qu'il y etait pour quelque chose; car, autre-
ment, il n'efit jamais agi avec tant de precipitation, d6niant au
General Manigat non seulement le droit de se d6fendre, mais
mime celui de savoir de quel crime ou delit il etait accuse, et
tout cela en d6pit du compromise passe avec le Docteur Love
qui, lui, n'6tait meme pas accuse de conspiration quelconque.
Les nobles cceurs comprendront facilement que, quelque
grands que la continuation de son s6jour en Haiti pouvait ren-
dre ses interets materials, le Docteur Love ne pouvait songer a
y rester, une fois le G6ndral Manigat injustement exile, ni con-
tinuer h etre l'ami du General Hyppolite apres un pareil....
coup de negre (I).
On se demandera peut-6tre comment il se fait que le. Doc-
teur Love, en presence de tous les actes malhonn&tes tant du
General Hyppolite que de son Gouvernement rapports dans
cette brochure, ait pu continue a frequenter le President. -
Mais on s'expliquera sa conduite, si l'on veut bien songer:
I Que les mauvais c6t6s du caractere d'un homme ou d'un
gouvernement ne se,montrent pas ensemble et tout d'un coup;
20 Que les liens d'une amiti6 sincere, et celle qui n'est
pas sincere ne m6rite pas ce nom, se relachent lentement;
30 Qu'apres avoir, en se defendant lui-meme, soutenu, de
par l'enchainement des faits et des circonstances, la cause du
General Hyppolite centre M. L6gitime, le Docteur Love recu-
lait devant tout acte qui eit pu le faire passer pour un ennemi
du Gouvernement;
40 Que le Docteur Love 6tait en quelque sorte une senti-
nelle, un paratonnerre pour le- G6enral Manigat aupres du G&
neral Hyppolite, contre les attaques et les foudres de M. Saint-
Martin Dupuy et consorts. En effet, chaque semaine, il lui
fallait detruire quelque sot soupfon n6 de- la peur, ou quelque
insinuation, vide de sens commun, de la malveillance politique,
(i) Expression creole significant coup d'adresse, et plus g6enralement acte de filo-
nie, de trakison on de Idcheti.

*4











- 59 -


mais qui constituait un veritable cauchemanrpour ce malheu-
reux chef d'Itat.
En s'abstenant de tout rapport avec le G6enral Hyppolite,
le Docteur Love aurait laiss6 le G6n6ral Manigat expose, sans
defense, a toutes les intrigues, a tous les coups de la m&chan-
cet6, et celui-ci y aurait succomb6 depuis longtemps ou aurait
6et oblige, peu apres son retour de France, de regagner la terre
6trangere, et pour- ce, se r6soudre a des sacrifices d6sastreux
pour sa famille qu'il laisserait ainsi sans abri.
Maintenant opposons la v6rit6 aux audacieux mensonges
don't est en quelque sorte h6risse le discours du G6enral Hyp-
polite.

PREMIER MENSONGE. "Tout le monde sait que
c'est moi qui, en 1876, avais amend M. Manigat ici, au Port-au-
Prince, comme mon secr6taire. A la meme epoque, pendant
les luttes qui eurent lieu, M. Manigat, Directeur d'Ecole, avait
fond6 un journal, on se le "rappelle, et dans ce journal il avait
porter mon nom comme candidate a la Pr6sidence sans meme me
consulter et se croyait, a titre de parent, autoris6e faire cela."
LA VIRITE. En Avril 1876, le G6ndral Hyppolite,
alors tout r6cemment installed comme Commandant de 1'Ar-
rondissement du Cap-Haitien, et le G6neral T. A. Simon Sam,
Commandant de la Place et de la Commune de la dite ville, se
virent moralement obliges de c6der aux voeux pressants des
notabilit6s du Cap don't les fils, freres, cousins et amis avaient
inaugur6 dans la ville la revolution qui renversa du pouvoir le
President Michel Domingue (i).
(1) Dans la nuit du 4 au 5 Aofit 1876, un certain nombre de jeunes hommes
du Cap se trouverent maitres de 1'Arsenal. Le lendemain, an jour, les G6ndraux
Hyppolite et T. A. Simon Sam 6taient dans la Rue Espagnole, merchant contre les
insurg6s de 1'Arsenal, avec des troupes regulieres, une piece de canon et quelques
amis volontaires au nombre desquels se trouvait M. Francois Manigat, lorsque partit
derriere eux un coup d'arme. Aussit6t les troupes r6gulieres se mirent a tirer en l'air
en criant: "Vive la Revolution! Le G6ndral Hyppolite regagna sa maison,
accompagn6 des G6ndraux T. A. Simon Sam, Nemours Pierre-Louis jeune, de
M. Manigat, etc.; et la propre garde de 1'Arrondissement salua notre retour du cri
de: "Vive la Revolution "









- 60 -


Le General Hyppolite, president du Comit6 revolution-
naire, 6tait sur le point de laisser le Cap quand eut lieu entire
lui et M. Manigat le court entretien que voici :
LE GENERAL HYPPOLITE. Vous ne partez done pas,
Saint-Surin ?
F. MANIGAT. Non, Florvil.
GENEfRAL HYPPOLITE. Mon cher, allez done seller votre
cheval pour partir avec moi!... on vous arretera si vous restez
ici.
F. MANIGAT. Et m'arreter pourquoi?
GENERAL HYPPOLITE. Parce que d6ja on accuse Tir6-
sias (i) et vous d'avoir I'intention de faire une reaction ici!
F. MANIGAT. Alors, pour prouver que c'est faux, je pars
avec vous.
Done le G6&nral Hyppolite n'avait pas amend M. Manigat
au Port-au-Prince comme son Secr6taire. M. Manigat devint le
Secr6taire du G6neral Hyppolite au Port-au-Prince, d'un accord
muet et it titre deparent.
Cette inexactitude relev6e, passons maintenant au men-
songe concernant la candidature pr6sidentielle du G6n6ral
Hyppolite.
Pour avoir la preuve de la fausset6 de cette allegation, il
suffit de consulter Le Vigilant, journal fond6 en 1878, au Cap,
non par M. Manigat, mais bien par les citoyens Mompoint
jeune, J. B. Petit, EvAriste Laroche, Saint-C. Louis Blot, Os-
wald Durand, Theophile Parisien, Francois Manigat, etc., etc.
MM. Oswald Durand et Francois Manigat en 6taient surtout
les redacteurs. *
L'article auquel le G6n6ral Hyppolite a fait allusion, avait
pour titre LES CANDIDATS et commengait a pen pris ainsi:
(I) M. Manigat 6tait, et le General Manigat eat rested, l'ami intime et parent du
General T. A. Simon, tout comme il etait le bon parent et 1'affectueux parent du
General Hyppolite.
Son intimit6 bien connue avec le G6enral T. A. Simon Sam l'avait port & ac-
cepter comme vrai et fonde l'avis que lui donnait le G6enral Hyppolite, president
du Comit6 revolutionnaire, d'autant plus que le General T. A. Simon Sam avait 6et
maintenu comme Commandant de la Place et de la Commune du Cap-Haitien.











- 61 -


" Les Citoyens Salomon jeune, Boyer Bazelais, Mentor Nicolas,
Hyppolite, Succes Grandpierre, A. M6nard, etc., etc., tels sont
les candidates don't les noms, etc., etc."
M. Manigat, auteur de cet article, n'avaitpas cite d'une ma-
nikre toute particuliere, toute sp'ciale, 'e nom du General Hyppo-
lite : 1'article fait foi dans ce que nous disons ici. M. Manigat
avait us6 d'un droit qu'a tout journalist ou 6crivain sur les
hommes publics et politiques, que ceux-ci le venillent ou non. -
Les amis politiques actuels du G6neral Hyppolite ont-ils jamais
consult le G6neral Manigat sur l'usage qu'ils ont fait de son
nom, meme quand ils le vouaient aux g6monies ?
Si pr6tendre que le seul fait d'avoir cit6 le nom du G6enral
Hyppolite, dans une dnumeration, signifie que sa candidature
avait 6et pose, il faut admettre egalement que M. Manigat
avait aussi post la candidature de M. Boyer-Bazelais, par exem-
ple.... ; ce que personnel ne croirait, m6me si M. Manigat le
declarait. La declaration du G6enral Hyppolite n'est rien
moins qu'absurde, bien que I'absurde ne se suppose pas chez
un 6tre pensant,
C'est une chose bien connue que le candidate favori du Cap,
a cette 6poque, 6tait le G6neral Mentor Nicolas; et, certes, il
ne pouvait alors exister au Cap, dans le Parti National, un
group ni assez hardi ni assez fort pour oser ouvertement
opposer un rival, un antagoniste au G6neral Mentor Nicolas.
Le General Manigat ne niepas, ne niepoint que le G6n6ral
Hyppolite fut l'homme prefer de M. Manigat, tout comme le
General Salomon jeune, par example (I), 6tait le candidate de
ses collogues au comit6 de r6daction, Evariste Laroche, Ne-
mours Pierre-Louis jeune et Saint-C. Louis Blot. Et, durant sa
rapide carriere politique, le Gen6ral Manigat ne manqua jamais,

(I) Frangois Manigat, boursier du Gouvernement, avait eu des difficulties graves
avec le G6enral Salomon, Ministre Plenipotentiaire & Paris, a la fin d'Avril 1869, et
n'avait revu qu'en Mai 1879, au Port-au-Prince, son ancien correspondent qui allait
devenir le President d'Haiti et faire de lui, proprio motu, le chef de son cabinet par.
ticulier, puis, de vive force, un de ses Ministres, bien qu'il connfit aussi directement que
par des voix empressees, les sympathies de son ancien pupille pour le General Hyp-
polite.










- 62 -


en chaque occasion, de prouver en quelle haute consideration
il avait le G6enral Hyppolite.
Si done le G6n6ral Hyppolite a prouv6, en ces derniers
temps, qu'il n'avait jamais 6t6 digne de la confiance et de I'af-
fection don't le G6n6ral Manigat l'avait honor, la honte n'est
certainement pas pour ce dernier. Rien n'est plus facile a un
fourbe que de tromper un honnkte homme.

DEUXIEME MENSONGE.--" Je n'6tais pas content et
j'avais consid6r6 cela comme un fait inconsequent."
LA VERITt. Quatre fois depuis son avenement au
pouvoir,le G6n6ral Hyppolite rappela affectueusemnent au G6n6ral
Manigat qu'il est la premiere personnel qui ait cite son nom
dans un journal comme candidate a la Pr6sidence: la premiere
fois, au Palais National, le soir de l'arriv6e a la capital de la
D6legation de l'Assembl6e Constituante; la second, a son
retour des Gonaives, sur I'habitation Beaugite (?) a table, en
presence des G6n6raux Mompoint jeune et Saint-Martin Du-
puy(I), entire autres personnel; la troisieme, au Mirebalais,
sous la galerie de la maison oh itait descendu le G6enral
Hyppolite; et la quatrieme, au Palais National; et cette der-
niere fois, il ajouta amicalement le reproche suivant : Seule-
ment, arrive au Port-au-Prince en 1879, vous m'aviez pr6f6r6
Monsieur (sic) Salomon Le Gen6ral Manigat lui r6pondit que
c' tait lui-meme, le G6n6ral Hyppolite, qui s'6tait soustrait au
Cap, quand il 6tait all prendre cong6 de lui. Alors le G6n6ral
Hyppolite fit cette r6ponse cat6gorique, en riant: Ce vr6,
mon cher!.... bagaille-lk pas t6 sembl moin \i t6 bon nan
temps-l !" (2).

(I) Ce jour-l M. Saint-Martin Dupuy, d6ji plein de.... bienveillance pour le
General Manigat, s'empressa de repondre: Manigat doit avoir oublie cela! -
"Comment, rdpartit vivement le President Hyppolite, voulez-vous que Saint-Surin
ait oublid cela ? Et le .General Manigat de dire: "Je n'oublie ni ce que je dis,
Sni'ce que j'ecris, ni ce queje fais."
(2) "C'est vrai, mon cher !-.. la chose ne me paraissait pas bonne a cette 6po-
que-la! "










- 63 -


TROISIEME MENSONGE.- "Si depuis ma conduite
n'avait pas 6et exemplaire, le G6enral Salomon m'aurait peut-
&tre fusille."
LA VtRITL. Si le G6neral Hyppolite n'a pas suc-
comb6 sous le poids de la colere du G6enral Salomon, il le doit
non A sa conduit exemplaire, comme il le pretend follement
aujourd'hui, mais a deux choses tout a fait, autres et ind6pen-
dantes de sa volont6: o1 A la sympathie que le G6n6ral Salo-
mon accordait au fils par rapport au pare, son college et ami
sous l'empereur Faustin eIr (Soulouque); 20 A l'intervention
personnelle du General Manigat. Ce dernier point peut sur-
prendre quelques personnel, mais ne surprendra pas le G6n6ral
Hyppolite, car il sait, lui, que c'est la v6rite.
Deux fois, durant administration du President Salomon,
le G6enral Hyppolite fut d6nonc6, non en terms vagues, mais
d'une facon serieuse et formelle, comme conspirant contre le
Gouvernement.
Si nous ne nous trompons d'ann6e, la premiere d6noncia-
tion eut lieu en 1880.
Le President Salomon manda le General Hyppolite au Pa-
lais National (Maison Bellegarde) et, selon son habitude de
toujours avoir un t6moin au moins lorsqu'il avait a parler a
quelqu'un de choses graves, r6clama la presence du G6enral
Manigat qui dirigeait alors son Cabinet particulier. II fit part
au G6enral flyppolite de la d6nonciation: celui-ci, entibrement
d6contenanc6, plaida faiblement, c'est-h-dire par de simples
exclamations et d6engations,.en faveur de son innocence, se mit
piteusement*e pleurer, les bras 6tendus, et tremblant h la facon
des 6pileptiques.
Touch, de cette scene pitoyable, le G6n6ral Manigat inter-
vint en faveur du G6enral Hyppolite, rappelant au President
Salomon combien il 6tait facile de d6noncer quelqu'un sous
l'empire de l'id6e de vengeance personnelle, et combien
le General Salomon, lui aussi, avait 6t6 mechamment calom-
ni6; et le G6enral Hyppolite put se retire sans meme ktre
molest.


I:
>2.











- 64-


Des commentaires sur ce passe et lepresent ne sont pas ici
n6cessaires, indispensables.
Peu d'ann6es apres, vers 1885-86, un haut fonctionnaire du
Gouvernement du G6enral Salomon, alors son D616gu6 dans le
Nord, annonga, par rapport confidential, une conspiration; et le
General Hyppolite y 6tait signaled comme membre. Celui-ci,
pensons-nous, n'en eut meme pas connaissance cette fois-ci.

QUATRIEME MENSONGE. "Tandis que j'6tais a
Onanaminthe, le G6enral, alors A Paris, m'6crivit des lettres
qui sont rest6es sans r6ponse, parce que ce gndral m'ecrivait des
choses que, come chef de la revolution, je ne pouvais pas ad-
mettre."
LA Vf-RITE. Dans les premieres semaines de la revo-
lution du Nord, du Nord-Ouest et de l'Artibonite qui suivit la
mort tragique du G6ndral S6ide T6elmaque, le G6enral Manigat
adressa deux lettres au G6enral Hyppolite, mettant son epee
au service de cette cause. La second lettre est, comme sens,
la r6p6tition de l'offre de service continue dans la premiere res-
t6e sans r6ponse. Ces deux lettres n'avaient done pas d'autre
but. Le G6enral Manigat n'avait fait qu'exercer un droit qu'a
chaque home de disposer de sa personnel et de ses services
dans les affaires de son pays, selon ses sympathies ou ses sen-
timents de justice.
Ces lettres furent lues h Paris par des amis avant d'etre
expedi6es.
Si ce que nous avons dit n'est pas l'exacte v6rit6, tout ce
que le G6enral Hyppolite ah faire, c'est de publier ces lettres, in
extenso, bien entendu, afin que chacun puisse se constituer juge.
Peut-etre que la faute commise par le G6neral Manigat fut
de ne pas adresser ses lettres au G6enral Hyppolite par le canal
de la prese, des journaux, comme le lui fit, a la m6me 6poque,
M. le Difcteur Louis Audain.- La teneur des lettres de:.e
dernier, comme peuvent se le rappeler ceux qui les ont lueS.
dans le journal L'Union, n'6tait pas trop flatteuse pour le G-"'
n6ral Hyppolite.










- 65 -


Ce mensonge du G6n6ral Hyppolite n'est ni plus ni moins
que m6prisable, parce qu'il n'a parle qu'a demi, laissant ainsi
aux imaginations fertiles comme la sienne en malveillances, le
soin de supposed tout ce qu'il y a de vil et d'atroce.
Le General Hyppolite se plait A.croire ou A laisser croire
que l'unique et vrai motif pour lequel il refusa les offres de
service du G6enral Manigat, n'est ni connu ni meme soupgonne:
il se trompe.
Le monde est trop avanc6 pour ne pas savoir que les
hommes faibles et ambitieux redoutent des rivaux m6me l1 oh
il n'en existe point et se donnent inutilement plus de peine a
d6truire un comp6titeur imaginaire, qu'ils ne mettent de soin a
.conquerir avec dignity, a conserver avec profit la position qui
leur coite tant de luttes.

CINQUIEME MENSONGE. -" A mon arrive a Saint-
Marc, j'ai trouv6 le Docteur. Love qui m'a parl6 du G6ndral
Manigat et de ses lettres. Je lui r6pondis qu'il m'avait d6jh
6crit des lettres auxquelles je n'ai pas cru devoir r6pondre. -
Le Docteur Love lui-meme m'avait dit que j'avais bien fait de
n'avoir pas r6pondu et que lui-meme il se chargeait d'6crire en
consequence h Manigat."
LA VtRITt. Dans le course des conversations entire le
General Hyppolite et le Docteur Love, a Saint-Marc, le nom
du G6enral M-anigat fut incidemment cite et le Docteur Love
saisit I'occasion pour dire au G6ndral Hyppolite: Vous savez
que je suis 1'ami de Manigat.... ce fait cependant ne peut en
aucune facon changer mon sincere d6sir de vous voir, vous et non
un autre, devenir President d'Haiti, position que, apres tout ce
que vous avez fait et supportS, vous meritez au supreme degr ;
et je n'h6site pas a d6clarer que celui qui se mettrait en com-
petition avec vous, serait I'assassin de son pays." Leeneral
Hyppolite accueillit tout naturellement ces paroles aver(loie.
SLe lendemain, le Docteur Love, pour prouver au G6n6ral
Hyppolite que le G6neral Manigat 6tait en parfaite communion
d'iddes avec lui, le Docteur, dans les sentiments exprim6s la







.0..^'a f










- 66 -


veille, mit dans les mains du G6n6ral Hyppolite quelques let-
tres priv6es du Gen6ral Manigat et dans lesquelles celui-ci qui,
certes, n'avait pas pu pr6voir les circonstances qui devaient
mettre le Docteur Love si 6troitement en contact avec le G&
n6ral Hyppolite, d6clarait que, par 6gard pour ce dernier, il
renongait a toutes pr6tentions comme candidate a la pr6sidence,
et appelait de ses vceux l'avenement, probable alors, du G6n6ral
Hyppolite, comme 6tant la seule solution aux difficult6s et aux
dangers qui menacaient encore le pays.
Le G6n6ral Hyppolite reconnait, en some, avoir recu du
G6n6ral Manigat deux lettres auxquelles, sans all6guer aucune
raisonjusqu'au 4 Octobre 1889, il n'avait pas repondu; mais en
d6clarant que le Docteur Love lui avait dit qu'il avait bien fait,
il ment.
Le Docteur. Love a toujours pens cque toute lettre 6crite
en terms convenants m6ritait une r6ponse; et les lettres en
question ne sauraient ktre l'objet d'une exception a la rgle ;
et il pense maintenant, comme il pensait alors, que le G6n6ral
Hyppolite aurait di r6pondre, quand ce n'aurait 6t6 que par
un honnete oui ou non.
Le Docteur Love n'avait pas promise d'6crire au G6n6ral
Manigat a propos du G6n6ral Hyppolite et des lettres en ques-
tion parce que, depuis des mois auparavant, il en connaissait et
1'existence et la teneur comme aussi le silence du G6n6ral
Hyppolite; et meme avant son expulsion par M. L6gitime, le
Docteur Love avait 6crit au G6n6ral Manigat a ce sujet et
s'6tait efforc6 a excuser la mauvaise educationn du G6ndral
Hyppolite, supposant que son silence sur ces lettres 6tait bas6
sur son d6sir de s'assurer de tout le concours int6rieur possible
et qu'il voulait 6viter de donner aux ennemis ou adversaires du
G6neral Manigat tout pr6texte de refuser leur cooperation au
succs Ae la revolution.
Le jour de l'arriv6e du G6n6ral Manigat au Port-au-Prince
- 4 Octobre 1889 le G6n6ral Hyppolite, parlant lui-meme
de ces lettres ne d6clara point que le motif de son silence 6tait
qu'elles contenaient des choses que, comme chef de la revolution,











- 67 -


ilne pouvait pas admettre. Loin de a !... Voici quelles furent ses
propres paroles: Quand j'eus requ votre second lettre, je
dus me dire a moi-meme: Si Manigat ne me comprend pas,
"c'est qu'alors il n'est pas fort en politique." Le G6neral Ma-
nigat avait r6pliqu6: "Comme d6jh on m'avait m6connu le
droit de d6barquer en Septembre 1888, a mon retour d'un in-
juste exil, je voulais 6tre st~r de mon affaire au pr6alable; je
n'avais pas voulu m'exposer h un second affront: j'avais done
pris mes precautions, d'autant plus que je savais que vous n'6-
tiez pas constamment au Cap..." Mais n'anticipons pas. La
conversation sera rapport6e un peu plus loin et toute entire,
avec son ton de familiarity Ces paroles du G6n6ral Hyppolite
prouvent, si elles prouvent quelque chose, que la fausset6, la
dissimulation et toutes les facult6s d6shonnetes constituent ce
que, dans son id6e, il appelle force en politique.

SIXIiME MENSONGE.-" Chaque fois qu'il s'y presen-
tait, il s'adressait a moi comme s'il parlait a son 6gal. Tout le
monde me disait d'empecher cela: mais je le laissais faire pour
voir jusqu'oi sa facon d'agir irait. Il s'oubliait, en effet, A ce
point qu'il me prenait la main familierement. Or sans ma pa-
tience, sans ma sagesse, il y a longtemps que je me serais fait
le devoir de s6vir centre ce General."
LA V .RITI. Celui qui adopted le mensonge pour prin-
cipe, doit avoir bonne m6moire: celle du G6n6ral Hyppolite
le trahit. Les affirmations rapport6es plu6 haut sont si loin de
la v6rit6 qu'il est un fait bien connu, c'est que le G6n6ral Hyp-
polite s'est plaint a plus d'une personnel de ce que le G6neral
Manigat ne s'ouvrait pas suffisamment a lui, n'etaitpas assez
familiar avec lui et se montrait trop crefmonieux. En voici
les preuves.
Le G6neral Saint-C. Louis Blot, parent du G6n6ral Hyppo-
lite et membre de son entourage politique, rendant un soir visit
au Docteur Love, le pria de dire au G6enral Manigat, de sa part,
de changer sa maniere d'etre et de faire avec le G6neral Hyp-
polite. Voici son propre language: Florvil dit que Saint-Surin











- 68 -


n'est pas assez cassant avec lui. Dites-lui de se mettre plus a son
aise avec Florvil.... Celui-ci veut cela Inutile de dire que
la commission fut faite.
Quelques jours plus tard, le G6n6ral Saint-C. Louis Blot
faisait lui-meme part de ses r6flexions au G6n6ral Manigat en
personnel, en ajoutant: Florvil dit que vousfaites legros Mon-
sieur avec lui aussi; qu'il sait que vous souffrez, mais qu'il fait
semblant de ne pas le savoir, puisque vous ne lui dites rien."
Vers la meme 6poque, le G6enral Hyppolite faisait au Doc-
tor Love les m6mes observations sur la reserve du G6n6ral
Manigat: Saint-Surin, disait-il, n'agit pas avec moi comme je
le voudrais!.... cause de cela avez lui." Soupconnant quel-
ques nouvelles intrigues, le Docteur Love lui demand:
Qu'y a-t-il done de nouveau ?.... a-t-il 6t6 encore d6nonc6 ?
Non, r6pondit le President!.... je parole de sa maniere
de faire avec moi !
DOCTEUR LOVE. Veuillez done pr6ciser ce que vous lui
reprochez.... S'il a fait quelque chose qu'il n'aurait pas do
faire ou s'il n'a pas fait quelque chose qu'il aurait du faire, dites-
le moi et je lui en parlerai tout de suite.
GENERAL HYPPOLITE. Non, ce n'est pas cela !.... il ne
cause pas avec moi.... il ne me dit jamais rien! .... Voila
vous, vous me voyez souvent et vous cause avec moi, n'est-ce
pas vrai ?.... vous le faites librement, franchement!.... mais
lui, il ne fait pas comme vous.
DOCTEUR LOVE. Oh! il me charge souvent de vous
communiquer ses iddes, et je le fais.... Je suppose qu'il ne
croit pas n6cessaire de vous r6p6ter les m6mes choses.
S'il 6tait vrai que le G6neral Manigat traitait le President
Hyppolite familikrement, il aurait eu deux raisons pour agir
ainsi:
io Le Gendral Hyppolite 'y avait autorise. Cette autorisa-
tion fut donn6e au G6n6ral Manigat dans la salle du Conseil
des Ministres, le jour m6me de son arrive au Port-au-Prince.
Des qu'il y fut entr6, le Gen6ral Hyppolite rtpondit a son salut
respectueux en lui tendant la main, et lui dit:











- 69 -


ttes-vous toujours le meme homme?
GENERAL MANIGAT. Oui, toujours le m6me.
LE PRESIDENT. Vous n'avez pas change?
GENERAL MANIGAT. Non et je ne suis pas pret A le faire !
LE PRESIDENT. Eh bien, rfon cher, il vous faut changer!
Vous ne devez plus faire de la politique d'hier!... faites de la
politique d'aujourd'hui!... Vous m'avez 6crit des lettres aux-
quelles je n'ai pas r6pondu, n'est-ce pas vrai? Je me disais: Si
Manigat ne me comprend pas, c'est qu'alors il ri'est pas fort
"en politique! Vous auriez dt venir sans m'6crire.
GENERAL MANIGAT. Je savais que vous n'6tiez pas
constamment au Cap.
LE PRESIDENT. Eh bien, oui!... j'6tais h Onanaminthe !...
et qu'est-ce que cela pouvait vous faire ?... Vous auriez trouve
Chery et la maison pour vous recevoir !... Vous savez que je vous
aime comme Ckdry... pas de difference !... FAITES AVEC MOI
COMME CHERY LUI-MEME!
Le G6enral Manigat le remercia et 1'embrassa.
N'est-on pas naturellement porter a croire qu'un tel language
autorisait le Gen6ral Manigat a prendre familierement par la
* main celui qui le lui avait tenu ?
20 Le G6n6ral Manigat la question d'Age mise a part -
est certainement l'6gal du G6enral Hyppolite. Done tous ses
rapports avec ce dernier 6taient n6cessairement des relations
purement sociales et qui avaient pris le ton et le caractere de
la parents existant entire les deux. Qui oserait done pr6tendre
que le G6enral Manigat n'est pas, socialement parlant, 1'6gal
du General Hyppolite.
Quelque loin que le G6neral Manigat puisse pousser la mo-
destie, il ne pourrait, sans faire positivement preuve d'insanite,
le faire jusqu'a penser qu'il n'est pas l'6gal du G6enral Hyppo-
lite. Et si nous ne consid6rons que les 6elments qui seuls
rendent un homme sup6rieur a un autre c'est le General
Manigat qui aurait le droit de se plaindre si le G6enral Hyp-
polite, fut-il dix fois le President d'Ha'ti, pr6tendait 6tre son
egal.










- 70 -


Ah! le G6enral Hyppolite voyait sans doute son 6gal dans
le G6n6ral Manigat lorsque celui-ci, D6put6, Chef du Cabinet
particulier du President Salomon, le sauvait des griffes de ce
dernier; il reconnaissait peut-ktre son 6gal dans le G6ndral Ma-
nigat quand, par la position de celui-ci aupres du G6enral Salo-
mon, il voyait son nom figure chaque fois sur la liste gouver-
nementale des candidates au S6nat, et ce, sans qu'il n'edt
jamais ete consulted; il voyait son 6gal, sans doute, dans le
General Manigat, lorsque celui-ci, Ministre de I'Agriculture,
trouvait le moyen de l'aider dans son p6nible travail de plan-
tations.
Non !.... personnel ne peut, plus que le G6enral Manigat,
avoir le droit de traiter d'6gal t legal avec le G6neral Hyppolite!
Mais le G6ndral Hyppolite ment honteusement affaire d'ha-
bitude -quand il advance que le G6enral Manigat lui prenait
familierement la main.... Oui, il ment!
La v6rit6 est que le G6enral Manigat, quelques semaines
apres son retour, a eu de nombreuses raisons pour sentir et
comprendre que, le G6n6ral. Hyppolite itant la chose de ses
adversaires ou ennemis politiques, il valait mieux pour lui de
n'dtre pas familiar avec le Pr6sident et de se conduire en con-
sequence.
Le G6enral Hyppolite qui a jur6 de respecter la Constitu-
tion et d'ex6cuter les lois, devrait d6clarer en vertu de quel
article de loi ou de la Constitution il aurait se'vi centre un
homme qui lui aurait parl6 comme son 6gal ou qui lui aurait
pris familierement la main. Si ces familiarit6s constituent des
crimes ou des delits, qu'il dise sous quels noms ces crimes ou
delits sont qualifies dans le Code haitien !
Si ce ne sont que des inconvenances ou vexations, il lui
6tait alors facile d'y mettre empkchement par un acte desens
common. Il semble que la meilleure preuve de patience et de
sagesse qu'il aurait pu donner en pareil cas, efit et6 de cesser
tout rapport avec un tel homme.
Si la conduite du G6enral Hyppolite vis-a-vis du G6n6ral
Manigat prouve quelque chose, en dehors des craintes inspires










- 71 --


ou sugg6r6es par les lettres en question, c'est qu'on nepeut ser-
vir les kommes qu'en s'exposant a leur ingratitude.

SEPTIEME MENSONGE. ---" A mon retour de Lascaho-
bas, il se faisait un bal chez M. Miot. Le Docteur Love est
venu de lui-mime me dire qu'il allait se faire un movement en
faveur du G6n6ral Manigat et qu'il aurait conseill6 h celui-ci de
ne pas se presenter a ce bal, auquel j'ai 6t6 invite et n'ai pu
assister pour cause d'indisposition. Des le lendemain, je fis ap-
peler le G6n6ral Manigat qui m'a dit que c'est le Docteur Love
qui lui avait tout appris. "Alors comment se fait-il, lui ai-je dit,
"que ce soit le Docteur Love qui vous l'ait rapport ?" Et,
pendant ce bal, le G6neral. Manigat sortit."
LA VtRITL. Quoique cet expose, tel qu'il se trouve
dans Haiti Illustree, soit tant soit peu ridicule, il provoque la
refutation, bien que le but m6chant en soit trop clair et trop
evident et soit, de plus, bas6 sur au moins deux grands men-
songes de l'invention du G6n6ral Hyppolite.
Le Docteur Love n'a jamais dit ni fait dire au G6n6ral
Hyppolite ou a aucune autre personnel qu'il allait se faire un
movement en faveur du Gendral Manigat, car ce jour-la il ne vit
le G6enral Hyppolite ni dans la journ6e ni dans la soiree.
Voici ce qu'il en est.
Dans l'apres-midi du 24 D6cembre 1889, M. Chardon, don't
I'amiti6 pour le Gen6ral Manigat date de plusieurs ann6es,
rencontrant le Docteur Love dans la boutique de M. J. J. Au-
dain, le prit a. part et lui dit: I1 faut que Francois prenne ses
precautions, parce qu'on dit que quelques vagabonds vont faire
du brigandage ce soir, en criant son nom dans le but de le com-
promettre." Une demi-heure apres, un voisin du G6n6ral Mani-
gat, qui regagnait sa maison, aborda le Docteur et lui dit: "Le
General est invite ce soir h un bal chez M. Charles Miot, et. il
descendra en ville avec sa femme." Alors le Docteur Love pria
tout naturellement cet ami de faire part au G6neral Manigat
de ce qu'il venait d'apprendre, ajoutant qu'il conseillait au GI-
neral de ne pas quitter sa mason, mais que, si le Gdndral enten-











- 72 -


dait se rendre a ce bal, celui-ci eut a s'y rendre de bonne heure et
a rester chez M. Miotjusqu'au matin, afin d'etre vu tout le temps
par tout le monde et d'etre sous les yeux du President (I).
En recevant cette communication, le G6n6ral Manigat, par
measure de sage precaution, envoya imm6diatement son cousin,
M. Helv6tius Manigat, annoncer au G6enral Hyppolite cette
nouvelle manoeuvre conque par ses ennemis. N'ayant pu,paraft-
il, voir le President a cause, sans doute, de l'indisposition.....
subite, M. Helv6tius Manigat s'adressa au G6n6ral A. Verne et
fut renvoy6 a M. Saint-Martin Dupuy.
Heureux de l'opportunitZ d'user d'on ne sait quelles repre-
sailles et mettant plus d'empressement a abattre un adversaire
politique que de sagesse et de morality dans le choix des
moyens, M. Saint-Martin-Dupuy altera a dessein 1'information
claire qui lui avait 6t6 donn6e et d6clara que le General Mani-
gat avait fait dire qu'on allait prendre les armes en sa faveur!!!
L'absurde ne se suppose pas.
II mit donc la police en movement, parcourut la ville a
cheval et fut le veritable et le seul auteur du bruit et de 1'agi-
tation qui distinguerent cette nuit-lh.
Le G6enral Manigat, pour des raisons qu'il n'est pas n6ces-
saire de mentionner ici, se retira de bonne heure du bal avec
son 6pouse.- Son depart n'avait aucune -signification poli-
tique: du reste, aucun movement insurrectionnel ne fut tent6.
Le lendemain, la Noel, le Docteur Love alla au Palais Na-
tional presenter ses compliments d'usage au President Hyp-
polite qu'il trouva, comme souvent, avec tous ou presque tous
les membres de son Cabinet. M. Helv6tius Manigat qui avait
ete mand6, arriva. Rien, absolument rien ne fut dit en pr6-
sence du Docteur Love concernant la soiree de la veille. Le
Docteur Love se retira, ignorant complktement tout.
Sur ces entrefaites, le Ministre Leger Cauvin, voyant que
M. Saint-Martin Dupuy, dans sa malignit6, faisait une mon-
(I) Le Docteur Love avait donn6 le meme conseil au G6neral Manigat, quel-
que temps auparavant, quand il avait 6td invite au bal donnd chez M. Pr6zeau, en
'honneur du President, par le Commerce du Port-au-Prince.











- 73 -


tagne d'une taupin6e, opina qu'on fit des investigations com-
pletes, comme n6cessaires a la d6couverte de la v6rit6.
Le meme jour, 25, un aide-de-camp vint prier le Docteur
Love, de la part du President, de se rendre au Palais. Celui-
ci, supposant qu'il y avait quelqu'un de malade, s'empressa de
r6pondre a cet appel.- Alors seulement, pour la premiere fois,
il fut question entire le G6enral Hyppolite et le Docteur Love
de l'affaire de la soir6e du 24.
Ce fut le G6neral Hyppolite qui apprit au Docteur Love
les particularit6s rapport6es plus haut et le pria de dire ce qu'il
en savait. Le Docteur Love assura au President qu'il ne sa-
vait rien de plus que l'avis donn6 par M. Chardon et trans-
mis par lui au G6n6ral Manigat.
Le General Hyppolite invita MM. Chardon et de Sulzer-
Wart, ainsi que le Docteur Love, h une reunion du Conseil
pour le lendemain. On y acquiesna et la confrontation prouva
que le G6n6ral Manigat n'avait commis aucun tort et que
M. Saint-Martin Dupuy s'6tait rendu lui-meme ridicule.
Or, le G6n6ral Hyppolite savait tout cela lorsqu'il faisait ses
fausses allegations; et les hommes don't les noms sont cites
plus haut peuvent t6moigner en faveur de la v6racit6 de toute
cette explication, chacun en ce qui le concern en particulier.
Quand le G6enral Hyppolite affirmait que le Docteur Love
lui avait ditqu'il allait se fair un movement en faveur du Gd-
nuralManigat, il mentait dans le but d'incriminer le General
Manigat; car si on admet que le G6enral Manigat avait lui-
m6me fait pr6venir les autorit6s pour se mettre a l'abri des in-
tentions malveillantes de ceux qui se d6cidaient trouble le
repos public, il n'6tait pas possible de trouver de la culpability
chez lui.

HUITIEME MENSONGE.-" A mon depart pour Jac-
mel, des amis sont venus me dire: "Si vous emmenez avec
vous le G6n6ral Manigat, ce sera un danger pour lui que-de l'y
conduire. On vous rendrait peut-ftre responsible de ce qui
pourrait en advenir." Le Docteur Love, a son tour, s'est pr6sent6










- 74 -


au Palais et m'a pose la question: Comptez-vous faire partir
Manigat avec vous ? et il a r6pet6 : Cela peut 6tre un dan-
ger." Je r6pondis au Docteur Love que j'avais pris mes dis-
positions."
LA VERIT.. Ii est assur6ment difficile de nier que
d'autres personnel aient entretenu le G6neral Hyppolite sur
le sujet particulier en question. Mais, a en juger par le ton et
le genre du General Hyppolite, quand le Docteur Love lui
parla pour la premiere fois de ce depart, il sembla que le G&-
ndral Hyppolite n'y avait pas le moins du monde song !
Quoi qu'il en soit, le Docteur Love declare encore fausses
les allegations du G6n6ral Hyppolite.
Le Docteur Love parla deux fois au G6n6ral Hyppolite a
ce sujet. Peut etre deux semaines avant la fameuse tournee de
yacmel, de laquelle le General Hyppolite devra dater sa chute,
car il faut qu'il tombe- le Docteur Love lui parla en ces ter-
mes du voyage du General Manigat: President, vous vous
rappelez que Saint-Surin a formellement exprim6 sa d6termi-
nation de vous accompagner dans toutes vos tournees!... en
ce moment il se prepare h aller A Jacmel avec vous. En consi-
deration de tout ce qui s'est passe il n'y a pas bien longtemps,
je ne pense pas qu'il serait sage de laisser Manigat vous accom-
pagner; et je vous conseille meme de l'inviter formellement a
rester A la capital. Ce n'est point par consideration pour lui
que je me permets de vous suggerer cette idee; c'est pour
vous-meme: car, vu que ses ennemis h Jacmel professent pour
lui une haine violent et viennent d'avoir avec lui une amere
pol6mique, ils pourraient voir une provocation de votre part
dans le fait de l'avoir a vos c6tes."- Le General Hyppolite
repondit: "Oui!.... ce que vous dites-la est juste.... j'y
songerai! Quelques jours apres, n'entendant rien h ce propos,
le Docteur parla de nouveau au President du meme sujet, dans
les memes terms; cette fois, celui-ci r6pondit: Je donnerai
des ordres en consequence "
En aucune occasion le Docteur Love n'avait dit que le
voyage du General Manigat h Jacmel pourrait etre un danger.










75 -
Le Docteur Love sait qu'en g6n6ral les fanfarons sont toujours
des couards, et qu'en outre, en presence de l'amour-propre
obstin6 que mettait le G6enral Manigat a faire ce voyage, plu-
sieurs de ses amis avaient prit la resolution, comme measure de
precaution, de l'accompagner a Jacrhel pour le d6fendre en cas
d'attaque ou de guet-apens.
C'6tait done, on le voit, dans l'int6r6t exclusive'ment unique
et gouvernemental du G6n6ral Hyppolite que le Docteur Love
avait fait la suggestion susparl6e; et la chose avait &t6 nette-
ment expliqu6e des-ce moment-la.

NEUVIEME MENSONGE. J'ai autoris6 l'arresta-
tion du G6n6ral Manigat parce que j'ai eu la preuve qu'il cons-
pirait. J'autoriserai l'arrestation de n'importe qui conspirera.
Et je vous affirme que s'il ne s'6tait pas efface, je ne sais pas
ce qui lui arriverait.... Si je l'avais pris, je 1'aurais fusill6, je
ne vous le cache pas. On aurait dit ce qu'on voudrait, mais
9'aurait 6t6 un fait accompli, car je serais sir de n'&tre pas
blAmepar tous ceux qui d6sirent la paix publique."
LA VERITE. Le G6n6ral Hyppolite n'a pas plus de
preuves aujourd'hui qu'il n'en avait hier. Toutefois, s'il en a,
oh sont-elles?
Sept mois se sont 6coul6s depui's qu'il a fait sa declaration
positive et, en d6pit des cris de la justice publique, en d6pit
de tout ce qui a &te dit a ce sujet, en d6pit de toutes les con-
siderations priv6es et officielles qui auraient port tout homme
S ayant le moindre sentiment d'honneur, a justifier ses paroles,
sinon ses actes, le Prtsident Hyppolite garde le silencejusqu'a
present, silence de mauvais presage que tout homme intelli-
gent et honnate doit regarder comme la preuve 6vidente de sa
culpability, A lui.
Toutes les fois qu'un accusateur manque d'avancer des
preuves a l'appui de ses accusations, les tribunaux d6clarent
et renvoient invariablement I'accus6 hors de cause: la haute
cour de l'opinion publique ne peut manquer A son tour de
prononcer un verdict pareil en faveur du G6n6ral Manigat.










- 76 -


Si le G6n6ral Hyppolite ne peut prouver la culpability du
General Manigat, celui-ci, fort heureusement, peut prouver sa
propre innocence.
Comme il a 6te ddjh dit, la seule accusation port6e timide-
ment, presque secretement, contre le Gednral Manigat est que,
scion des INDICES, il 6tait en correspondence avec le G6enral
Osman Piquant. II est done tout natural de faire remarquer
qu'habitant la meme ville oi ils jouissent tous les deux d'une
complete liberty& d'action et de l'avantage de n'itre sous au-
cune influence que le G6ndral Hyppolite pourrait exercer sur
eux, ces deux hommes auraient parfait l'entente qu'ils auraient
audacieusement essay de faire dans des circonstances si plei-
nes de difficulties et de dangers. Eh bien, non !.... il est de
notoriety publique que depuis son arrive a Kingston, il y a
sept mois, le G6ndral Manigat n'a eu et n'a aucun rapport
avec le G6ndral O. Piquant, ni directement, ni indirectement.
II ne saurait 6tre ni exig6 ni administer une preuve plus in-
contestable de la fausset6 du G6enral Hyppolite, que ce seul
et eloquent fait. Ce n'est pas tout.
A ce fait peuvent 6tre ajout6es d'autres preuves d'un
genre plus positif encore
Vers le mois de f6vrier 1890, un des amis politiques-du
General Manigat se rendit chez le Docteur Love qu'il entre-
tint de la n6cessit6 d'un rapprochement et d'une entente entire
le General Manigat et le G6n6ral O. Piquant; cet ami ajouta
qu'il avait kt6 requis, par un agent autoris6 du G6n6ral O.
Piquant, don't nous nous abstenons, nous, de citer le nom, et
pour cause, pour transmettre ces ouvertures au G6n6ral Mani-
gat, mais qu'il avait r6solu, lui l'ami, de s'en redfrer au pr6a-
lable au Docteur Love; il offrait, si cela 6tait n6cessaire, de
presenter le dit agent en personnel.
Le Docteur Love, en vertu des droits que lui donnait sa
situation particulibre, coupa court a la conversation, en char-
geant l'ami de faire savoir A 1'agent du G6enral Osman Pi-
quant que de telles ouvertures ne sauraient avoir du succes
aupres du G6n6ral Manigat, parce que deux obstacles insur-










- 77 -


montables s'y opposaient, a savoir: 1 que le G6n6ral Manigat
s'6tait engage d'honneur et par des declarations publiques a
rester loyal envers le G6ndral Hyppolite, et que, par cons6-
quent, il ne pouvait se permettre d'essayer de se mettre dans
aucune conspiration centre le Gotrvernement; 20 que le G6-
n6ral Manigat 6tait depuis longtemps d6cid6 a ne pas renoncer
a ses pr6tentions apres le G6n6ral Hyppolite, et que, le G6ne-
ral Osman Piquant 6tant candidate lui-meme, jamais des ouver-
tures ne pourraient 4tre meme examines.
Le lendemain matin, le Docteur Love communique au Ge-
n6ral Manigat ce qu'on 6tait venu lui proposer pour lui, et la
facon don't il avait r6gl6 cette affaire, et requt cette franche et
cat6gorique r6ponse: Merci, Docteur !.... vous avez bien
fait!"
L'ami revit l'agent du G6n6ral O. Piquant, comme il le d6-
clara lui-meme, et crut devoir faire une second tentative, vu
que les propositions avaient 6t6 tant soit peu modifies; le r6-
sultat de cette second demarche ne fut pas plus heureux.
C'6tait A ces faits que le Docteur Love faisait allusion, lors-
que, dans son dernier entretien avec M. Firmin, il lui disait
qu'il pouvait prouver qu'il n'existait pas de rapports entire le
G6n6ral Manigat et le G6n6ral O. Piquant.
Ce qui pr6cede constitute une des nombreuses circonstances
dans lesquelles des propositions de ce genre ont kt6 faites au
General Manigat par diverse personnel, que celles-cifussent ou
non envoyles par le Gendral Hyppolite lui-meme ; mais toutes les
propositions avaient rencontr6 la meme inflexible resistance de
la part du G6n6ral Manigat.
Le temps viendra oi ces personnel elles-memes confirme-
ront les pr6sentes affirmations.
Le G6n6ral Hyppolite peut A sa guise et a son aise se pro-
rioncer avec m6pris sur ce que la nation aurait dit a propos
d'une troisieme fusillade sommaire: "on aurait dit, s'6tait-il
6cri6, ce qu'on voudrait, mais f'aurait ite un faith accompli /"...
Il ne devrait pourtant pas oublier qu'un tel faith accompli pro-
duit, comme une consequence naturelle, d'autres faits accom-










- 78 -


plis aussi accomplish que celui-l, faits qui 6manent d'hommes
qui d6sirent vraiment la paix et qui, une fois excites, ne bld-
ment pas seulement, mais broient et pulv6risent 1'auteur du
premier fait accompli.
Puisque le G6ndral Manigat n'a pas conspire centre le G6-
neral Hyppolite, celui-ci s'est avili en conspirant, lui, contre le
General Manigat, avec MM. Saint-Martin Dupuy, Clement
Haentjens et d'autres nobles du lib6ralisme, pour le d6poss6der
de ses droits A l'existence, a la liberty, a la poursuite de son
bonheur, droits inalienables de l'5tre human.
Par cette conspiration du G6enral Hyppolite, le G6enral
Manigat se trouve affranchi, delie de toutes les obligations
solennelles qu'il s'6tait imposees dans ses dclarations en
faveur du G6n6ral Hyppolite, et d'ores et d6jh il est excuse,
about en tout ce qu'il entreprendra pour recouvrer la jouis-
sance de ses droits et infliger au traitre et au parjure les justes
chitiments de sa lAche perfidie, de sa haute trahison.
Qu'on veuille bien croire que le G6n6ral Manigat n'aurait
jamais fait les Declarations" en question, s'il avait pu sup-
poser que le Gouvernement de la R6publique allait &tre livr6
exclusivement au parti liberal, comme cela se constate aujour-
d'hui.
Dans le discours du G6n6ral Hyppolite se trouvent aussi
quelques r6flexions touchant le G6neral Manigat et qui, bien
qu'elles ne puissent 6tre appel6es mensonges, meritent une
court censure. De ces r6flexions nous extrayons celles-ci:
" Passant sur la route de Martissant, a mon arrive a la portee
de son habitation, le G6n6ral, loin de se tenir dans l'interieur
de sa maison, franchit mon escorted et s'avanca jusqu'a moi et
me press la main tout comme si j'6tais un premier venu."
Tout d'abord le G6enral Manigat n'aurait pas press la
main t un premier venu, bien qu'indubitablement certain pre-
mier venu soit plus digne que le G6enral Hyppolite d'une telle
marque de respect et de confiance. Il est un fait qui n'6chap-
pera h personnel, c'est que si le G6n6ral Manigat avait omis de
se montrer et de saluer le G6enral Hyppolite a son passage










- 79 -


devant sa propriety, une telle omission, en pareille occasion,
aurait 6et regard6e par le President lui-meme soit comme le
signe d'une indifference blamable, soit comme la preuve d'une
complete hostility centre le Chef de l'tat. Et voila que
pour avoir donn6 ce t6moignage de' respectueux hommage, le
General Manigat est accuse de familiarity indue, incongrue.
A tout bien consid6rer, le G6n6ral. Manigat aurait di, en
effet, rester a l'int6rieur de sa propriet6, puisqu'aucune loi ne
lui faisait l'obligation de paraitre au grand chemin pour saluer
le President Hyppolite qui, tout enivr6 de son 616vation inat-
tendue, inesp6ree, semble avoir oubli6 qu'il est passe, pour ne
plus revenir, le temps oh un gouverneur pouvait, en Haiti, exiger
qu'on saluat sa residence en passant, ou qu'on accomplit d'au-
tres actes de bassesse de ce genre.
Le General Hyppolite, don't l'intellect, qui n'a jamais ete
puissant, n'a point 6t6 rendu meilleur par l'6tude, pouvait,
sans violer la Constitution, se croire le Grand Mogol; mais il
est du devoir des Ha'tiens de lui faire comprendre qu'ils sont
ses concitoyens et non ses esclaves.
Apres avoir tendu la main au G6n6ral Manigat, le G6enral
Hyppolite avait temoigne son mecontentement en disant au Ge-
neral Manigat, avant d'Zperonner sa monture : Dis bonjour en
haut pou moin (I)
Apres quoi j'6peronnai ma monture et ordonnai au Com-
mandant de l'Arrondissement de le faire entrer en ville."
Donc, par cet ordre, le G6neral Manigat etait quasi en 6tat
d'arrestation!.... Quel 6tait done son crime? Pourquoi, h
cette 6poque ot le G6n6ral Hyppolite ne l'avait encore faus-
sement accuse d'aucune offense, avait-il fait du G6enral Ma-
nigat la victim d'un outrage?
Si, par extraordinaire, la declaration ci-dessus du G6n6ral
Hyppolite est vraie, il imported que l'on sache que le G6enral
Turenne Jean-Gilles, sans doute pour manager I'amour-propre
du G6enral Manigat, ne lui transmit point l'ordre stupidement


(I) "Dites bonjour chez vous de ma part! "









- 80 -


arbitraire de son chef hypocrite. Le Commandant de l'Arron-
dissement conseilla au G6ndral Manigat, en ami, de venir passer
ses nuits avec lui dans son h6tel, afin qu'en cas de troubles de
nuit des malveillants ne pussent citer son nom et le compromettre.
S'il avait recu pareil ordre, le Gne6ral Manigat aurait cer-
tainement compris ce que sa dignity lui commandait et aurait
imm6diatement gagn6 la terre ktrangere.
Ce g6n6ral sachant que j'allais partir aurait pu se pre-
senter au Palais pour m'accompagner jusqu'aux limits de
Port-au-Prince. Il ne l'a point fait."
Quel crime abominable!!!... *crime qui, toutefois, n'est
pr6vu ni puni par aucun article de loi de notre Code.
Est-ce que le G6neral Hyppolite,qui a 6t6 Commandant d'Ar-
rondissement, Ministre et S6nateur, et qui se croit un home
d'ttat, ne sait pas jusqu'a ce jour qu'il n'a pas le moins du monde
droit d'ordonner, meme aux plus pauvres, aux plus humbles de
ses concitoyens, de laisserleurs maisons, leurs families pour l'ac-
compagner dans ses tourn6es, a moins qu'ils ne soient des offi-
ciers en activity deservice ? II devrait en outre savoir que lors-
qu'il sent la n6cessit6 de faire une tourn6e, les citoyens qui ne
sont pas des fonctionnaires ou des employs de son Gouverne-
ment n'ont rien a y voir et que c'est son affaire a lui. Le
G6n6ral Salomon c'est encore a remarquer si, souvent
trait de tyran, de despite, n'a jamais commis cet acte de ty-
rannie, de despotisme. Si le G6enral Hyppolite essaie de
faire ce que faisait le G6n6ral Salomon, il ne peut r6ussir qu'a
prouver la difference notoire qui existe entire lui et ce feu grand
maitre: qu'on juge alors du ridicule don't se couvre le G6n6ral
Hyppolite, lorsqu'il fait ce que le G6n6ral Salomon n'avait ja-
mais entrepris!
Pour donner une id6e de la superiority du G6neral Hyppolite
comme homme d'Etat, et du danger auquel le G6ndral Mani-
gat 6tait sans cesse expos sous son Gouvernement, on n'a qu'a
lire les lignes suivantes: En partant, le G6neral Manigat a dit:
" Je pars et sous peu on entendra parler de moi! Ces paroles
ont Wte entendues par quelqu'un qui ne viendrait pas me les










- 81 -


rapporter; mais ont 6td r6p6etes un tiers qui ne pouvait s'em-
pecher de me les transmettre."
Tout ceci signifie, en d'autres terms, que quelqu'un a dit
h quelqu'un qui, A sont tour, a dit au G6n6ral Hyppolite que le
G6n6ral Manigat avait dit, etc., efc." Quand un premier ma-
gistrat tire ses informations de sources aussi incertaines, com-
ment s'6tonner que son administration se distingue par tant de
graves erreurs ou injustices!
Ce n'est ni plus ni moins que honteux d'entendre de telles
declarations sortir, en audience publique, de la bouche d'un
President qui pese et juge ainsi des accusations port6es centre
ses concitoyens.




.LE DOCTEUR LOVE.

DIXItME MENSONGE. II s'agit maintenant du
Docteur Love... II a 6crit dans le Ralliement que je suis l'un
des fondateurs de son journal. II n'a pas dit vrai... Je ne suis
pas fondateur de ce journal."
LA VERITt. L'historique de la foundation du journal
Le Pays a d6j eteW donn6 avec une clart6 et une coherence qui
en rendent 6vidente la conformity a la v6rit6. Il est done inu-
tile d'entrer de nouveau dans tous les details.
En outre, la manifeste contradiction qui existe entire 'la de-
negation positive et les non moins positives affirmations, ayant
trait h la foundation de ce journal, contradiction que des per-
sonnes pr6sentes h la fameuse audience ont di, des lors, com-
mencer a remarquer,- fait du G6enral Hyppolite un t6moin 5
charge centre lui-meme.
Il y a une fatality qui semble presider a toutes les entre-
prises des sc6lrats quand ils se mettent A executer des actes
criminals, et qui pese sur eux-m6mes jusqu'A les porter, en d6-
pit d'eux, soit a dire, soit a faire trop ou trop peu et, par con-










- 82 -


s6quent a laisser quelque petite chose fournissant un point par
lequel le malfaiteur est d6couvert et la v6rit6 rendue 6vidente.
Ainsi le Gdndral Hyppolite, malgr6 une existence de
soixante et quelques ann6es passe A l'6cole des trompeurs, a
fait les aveux suivants:
"Comme il (le Docteur Love) n'entendait pas avoir affaire
avec le Ministre, je lui demandai ce qu'il lui faudrait. Une
soixantaine de gourdes!" me rdpondit-il. Sur ses prieres, je
finis par me d6cider a lui accorder trente gourdes, apres lui en
avoir offert quinze. Et comme il y avait d6ja quatre semaines,
je r6glai avec lui 120 gourdes" (i).
Ces affirmations qui sont claires et pr6cises, sont ou vraies
ou fausses. Si elles sont fausses, toute controversy devient inu-
tile; alors le G6ndral Hyppolite est et demeure, devant le
monde civilis6, un vil menteur et un d6shonneur pour sa race.
Mais si elles sont vraies, elles 6tablissent les trois faits sui-
vants:
1i Qu'avant la foundation du journal Le Pays, et en vue de
cette foundation, le G6ndral Hyppolite s'6tait engage vis-a-vis le
Docteur Love a computer 30 gourdes par semaine en faveur du
maintien de ce journal;
20 Que, sachant que le Docteur Love ne voulait avoir
aucun rapport avec son ministry, et en raison m6me de cette con-
naissance, le Pr6sident Hyppolife se constitua personnelle-
ment responsible de cette valeur;
3 Qu'il paya au Docteur Love 120 gourdes pour quatre
semaines de fonctionnement du journal.
Que prouvent done ces faits en ce qui concern le G6n6ral
Hyppolite, si ce n'est qu'il a &t6 un des fondateurs du journal ?
Le G6ndral Hyppolite est pour stir tropinvinciblement igno-
rant pour s'apercevoir qu'une fois les pr6misses admises, il ne
peut se soustraire A la conclusion logique.

(I) Cette derniere allegation est un mensonge absolu et qu'aucune parcelle de
verit6 ne vient pallier, comme il arrive quelquefois dans les assertions des menteurs
de profession. Le President Hyppolite n'a jamais, en aucun temps, dans aucun
but, donn6 la some de 120 gourdes au Docteur Love.










- 83 -


Si les affirmations sont vraies, et le Pr6sident Hyppolite
lui-meme les declare telles, nier leur consequence logique
constitute un lache mensonge. Et dans I'un ou l'autre cas il
demeure pilori6 par son propre t6moignage.
Bien que ce que nous venons de dire puisse paraitre suffi-
samment concluant, on pourrait, toutefois, se demander encore
pourquoi le G6enral Hyppolite a continue h causer de cette af-
faire avecle Docteur Love, apres le refus de celui-ci d'adopter
l'arrangement propose par lui. De la part d'un homme cherchant
du secours pour fonder un journal pour lui-meme, un pareil
refus serait une impertinence, et le G6neral Hyppolite n'au-
rait pas permis cela, lui qui pretend 6tre si chatouilleux qu'un
homme respectable ne peut lui parler comme un 6gal sans
s'exposer e6tre arrWt6.
Il y a plus!... Pourquoi le G6enral Hyppolite, apres avoir
avale le refus fait par le Docteur Love de s'adresser au Minis-
tre de l'Int6rieur, sans exiger- ou connaltre la raison, a-t-il permis
au Docteur Love de refuser encore son offre de 15 gourdes
par semaine, et d'insister pour obtenir une some plus forte ?...
Pourquoi le G6n6ral Hyppolite, en presence d'une telle incon-
venance, consentit-il a donner 30 gourdes?
II n'y a qu'une r6ponse A ces questions, et la voici: C'est
que le President Hyppolite 6tait aussi interesse que le Docteur
Love dans la foundation de ce journal; car il est trop peu pro-
bable, ou qud le Docteur Love efit pris cette attitude ou que le
President eft c6d6 si facilement, si le premier eft sollicit6 un
secours pour un journal a lui.
Autre fait important. L'acceptation, par le G6n6ral Hyppo-
lice de cette condition pose comme sine qud non que son Mi-
nistre n'efit rien a voir dans le journal, prouve que ce n'6tait
ni un organe du Gouvernement, ni un journal subventionn6
par l'Atat.

ONZIEME MENSONGE.-" I me dit imm6diatement
apres: Je suis extr6mement gend, mon m6tier ne va pas de-
puis les derniers 6v6nements; je me constituerai m6decin am-











84 -

bulant. Je ne puis plus vivre ici. Je serai oblige d'aller tant6t au
Cap, tant6t aux Cayes, tant6t ailleurs. Si je vous en parole, c'est
pour que vous mettiez empechement a cela. J'ai du donc, dans
ma caisse priv6e, prendre 600 gourdes, que j'ai envelopp6es
dans un numero du Moniteur que je me rappelle avoir don-
nees au Docteur Love, apres l'avoir appeal de la salle du Con-
seil des Ministres oi il se trouvait, dans le grand couloir du
Palais, me souvenant que le Docteur Love avait trait mon fils
et voulant saisir cette occasion pour lui faire une gracieusete,
puisqu'il ne m'avait. rien r6clam6 "
LA VtRITf. La probability est la pierre de touche
dans une allegation qui announce des faits 6tranges ou inatten-
dus. M6me dans un roman, oi il est admis que la fiction prenne
la place de la v6rit6, si les faits relates ne s'accordent pas entire
eux dans leurs rapports ou n'ont pas une apparence de proba-
bilit6, ils manquent leur but, qui est de provoquer l'inter&t et
de satisfaire le lecteur serieux.
Ceux qui connaissent bien le Docteur Love n'h6siteront pas
un moment a rejeter comme improbable au plus haut degr6,
qu'il ait expos sa gene si toutefdis g6ne il y avait au
G6n6ral Hypporite, ou qu'il lui ait demand un secours p6cu-
niaire, parce que l'acte qu'on lui attribue en cette occurence
est contraire a l'orgueil natural a son caractere.
Il ne manque pas de faits pour prouver le caractere men-
songer des declarations du G6n6ral Hyppolite, encore dans
cette circonstance. Il imported done de citer quelques-uns de
ces faits, afin que le public puisse porter'son jugement.
Lorsque le 5 Mai 1889 le Docteur- Love, expuls6 par
M. LUgitime, d6barqua a Kingston (Jamaique), 11 n'avait en sa
possession que la petite valeur de 280 piastres, don't 75 piastres
lui avaient et6 envoy6es par un ami intime, alors a Je6rmie,
comme marque de sympathie.
Beaucoup de personnel auraient dit qu'a cette 6poque il
6tait gen : cependant il ne fit appel a aucune.
Quand vers le 5 Juin de la m6me annee, il d6barqua au Cap-
Haitien, son avoir dtait diminu6 des d6penses faites a Kjigston











-85 -


et aux Iles Turques, et par le voyage de Kingston aux Iles
Turques et des Iles Turques au Cap. II 6tait done alors plus
gen6 encore. Cependant, durant les huit jours qu'il passa au
Cap, il ne demand rien a personne'et ne recut rien de qui que
ce soit.
Si I'on considere les circonstances particulibres qui ont pro-
voqu6 son expulsion, on comprendra qu'il 6tait natural qu'il
fit connaitre alors et 1, au Cap, sa situation, car on ne peut
oublier que c'est pour avoir 6t6 oblige de dire son opinion sur
la cause qui int6ressait les d6partements du Nord, du Nord-
Ouest et de i'Artibonite qu'il s'6tait trouv6 gent. Le journal
La Liberty d6clarait publiquement que les articles du Docteur
Love sont d'une importance capital pour notre cause."
Durant cette semaine passe au Cap-Hai'tien, M. Hannibal
Price, son compagnon de voyage de Kingston, tomba s6rieuse-
ment malade: on appela de suite le Docteur Love qui le traita
avec succes. Apres son r6tablissement, M. Price fit savoir au
Docteur Love qu'il avait requ de M. Saint-Martin Dupuy,
Ministre des Finances de la Revolution, une some d'argent
pour l'aider A couvrir ses& propres d6penses et celles des per-
sonnes qui l'entouraient, et offrit 200 gourdes'au Docteur.
II faut reconnaitre que cette valeur aurait passablement
aid6 a allkger la g6ne du Docteur Love: mais celui-ci, tout en
admirant cette provenance, qui fait honneur au caractere de
M. Price, d6clina respectueusement cet offre : I parce que,
bien qu'il eft &t6 son compagon de voyage et fut pour la m6me
cause que lui, il n'6tait pas, a proprement parler, du cercle de
M. Price, et, par consequent, n'6tait pas compris dans le par-
tage de ces fonds; 20 parce qu'il ne voulait pas laisser M.
Price croire qu'il lui avait rendu service en vue d'un salaire ou
comprendre qu'il 6tait gene.
Maintenant, un fait que le G6neral Hyppolite ne peut
avoir oubli6, et de peur qu'il ne le pr6tende, nous citons plu-
sieurs t6moins qui peuvent attester le fait comme vrai.
Vers le 17 Juillet 1889, a Saint-Marc, le G6n6ral Hyppolite,
se conformant b une suggestion du G6ndral Mompoint jeune,











-- 86 -


alors Commandant des troupes assi6geant le Port-au-Prince,
requit le Doctor Love pour que celui-ci se rendit sur le terrain
de la guerre, en quality de chirurgien de 1'arm6e de la R6volu-
tion. Sur l'acceptation du Docteur Love, le G6n6ral Hyppolite
l'invita a faire les pr6paratifs n6cessaires pour quitter Saint-Marc.
Durant ces pr6paratifs, qui prirent environ une semaine,
M. Jacques Basquiat, appel6 a la meme 6poque a se rendre au
corps d'arm6e command par le G6n6ral Nord Alexis, en qua-
lit6 de Conseiller, d6clara un jour au Docteur Love, avec qui il
se pr6parait a voyager, qu'il avait d6pens6 presque tout l'or (sic)
qu'il avait apport6 avec lui et que, jusqu'h ce moment-l, on ne
lui avait rien offert en vue de ses d6penses. Alors le Iocteur
Love lui r6pondit qu'il en 6tait de meme de lui, ajoutant que
depuis son expulsion par M. L6gitime, et pendant son s6jour
dans le Nord, personnel ne lui avait offert un sou, ni demand
s'il lui manquait quoi que ce soit. M. Jacques Basquiat poussa
un cri d'6tonnement, d6clara que c'6tait difficile a croire et
ajouta: Je suis tres li6 avec Firmin et je puis lui parler libre-
ment; si vous m'y autorisez, je lui dirai deux mots lt-dessus."
Le Docteur Love r6pondit: Je ne vous autorise pas a lui dire
cela, parce que je ne me plains pas ni ne veux qu'on pense que
je le fais.... mais, comme c'est la v6rit6, si-vous en. parlez de
votre propre movement, je ne m'en formaliserai pas."
Il est evident que M. Jacques Basquiat en parla, car dans
I'apres-midi du m6me jour, le President Hyppolite fit appeler
le Docteur Love et lui dit en presence de MM. Firmin, Jac-
ques Basquiat, Stewart, chef de son Cabinet particulier, et des
employs du dit Cabinet : Docteur, nous savons que vous
avez fait et souffert beaucoup pournotre cause, et que, jusqu'9
present, vous n'avez recu aucun t6moignage de notre recon-
naissance pour vos services. Vous 6tes sur le point de vous
rendre a l'arm6e comme m6decin, et nous voulous tout arran-
ger concernant votre paie. Voulez-vous que nous vous don-
nions une some de, ou tant par mois ?.... Si vous pr6f6rez
une some de, nommez-la ou bien dites-nous combien-vous
voulez que nous vous donnions par mois !"











- 87 -


On ne saurait ne pas reconnaitre que c'6tait le "moment
psychologique," surtout pour un homme gin,. A ces deux pro-
positions, le Docteur Love r6pondit: "Pr6sident, je vous re-
mercie; mais vous m'invitez-a faire une chose qui est contraire
a ma nature.... Je ne puis fixer une some ni dans 1'un ni
dans 1'autre cas.... Je ne suis ni un mercenaire, ni un marchand...
Faites ce que vous voulez "
M. Firmin fit alors observer qu'il 6tait n6cessaire qu'on
pr6cisit en la matiere, afin que demain les ennemis de la R&-
volution ne pussent en critiquer les actes, etc., etc., et press
le Docteur Love de fixer une some. Celui-ci r6pondit: "Je
suis s6fieux.... Je vous prie de croire que ce n'est point de
ma part de 1'affectation.... Je n'ai jamais fait de ma vie ce
que vous me demandez en ce moment. Du reste, lorsqu'en re-
poussant les attaques de mes ennemis, je d6fendis aussi votre
cause, je ne pensais pas le moins du monde A recevoir de I'ar-
gent pour mes 6crits.... Veuillez done m'excuser.... Ce que
vous ferez, je 1'accepterai! "
Cet entretien dura quelque vingt minutes et, pendant tout
ce temps, les memes arguments, tant pour appuyer la propo-
sition d'un c6t6 que pour maintenir le refus de 1'autre, furent
reproduits dans des terms varies et n'amenerent pas un autre
r6sultat. Finalement le G6ndral Hyppolite dit au Docteur
Love: "Faites-moi connaitre le montant des d6penses que
n6cessiteront les pr6paratifs de votre voyage A la Croix-
des-Bouquets, parce que je veux vous rembourser ces d6-
penses.
Le Docteur Love s'en alla chez lui, prit des notes et revint
au Palais. Le G6n6ral Hyppolite et le Ministre Firmin
6taient seuls dans la cour du Palais.- Le premier appela le
Docteur Love et lui dit: Nous avons d6cid6 de vous offrir
I,ooo gourdes par mois pendant la revolution !.... acceptez-
vous a ? Oui r6pondit le Docteur Love, je vous ai
deja dit que j'accepterais ce que vous feriez !.... Je vous re-
mercie!" Et le G6neral Hyppolite d'ajouter: "Nous ne
vous faisons pas cet offre comme paiement, car nous appr6-











- 88 -


cions trop l'importance des services que vous nous avez ren-
dus; mais, arrives au Port-au-Prince, nous vous montrerons
comment nous les appr6cions."
Tout ce qui -pr&cde est absolument vrai, et les t6moins
sont encore vivants. Le G6naral Hyppolite peut dire tout
ce qui lui plait, il ne parviendra jamais a faire croire a'une per-
sonne bien pensante, que l'homme qui tint une pareille con-
duite. a cette 6poque et en de telles circonstances, est capable
d'exposer sa gine ou de chercher du secours aupres de lui de la
facon qu'il l'a 6tabli.
Et ce n'est pas tout! La commission du Docteur Love
comme m6decin des armies de la R6volution, est dat6e*du 23
Juillet 1889 et porte que son salaire est fix6 a I,ooo gourdes
par mois, payables le 23 de chaque mois pendant la R6volution.
Toute revolution est suppose exister jusqu'a 1'6tablissement
d6finitif d'un gouvernement r6gulier.
Le Docteur Love requt son premier mois de salaire d'avance.
Pour le second mois, c'est-h-dire au 13 Septembre, il fut pay6
au Port-au-Prince. Mais, de cette derniere date a la nomination
des Secr6taires d'Etat, nomination qui parfait l'6tablissement
du Gouvernement constitutionnel, M. Saint-Martin Dupuy,
l'konnete Secr6taire d'ttat des Finances, 6vita de payer le Doc-
teur Love, sous le mince pr6texte qu'il avait requ l'ordre de ne
pas faire aucun paiement a partir du 30 Septembre, bien que
durant tout ce temps le Docteur Love edt continue h remplir
ses devoirs de m6decin de l'arm6e, traitant, en cette quality,
tous ceux qui eurent besoin de ses soins et don't plusieurs
6taient envoys par le Pr6sident Hyppolite lui-meme.
Au lieu done de solliciter une gracieusetM du G6neral Hyp-
polite, il eft 6te plus facile au Docteur Love de solliciter de
lui le paiement de plus d'un demi-mois d'appointement, ce qui
en some 6tait son droit. II n'en parla meme pas au G6ndral
Hyppolite pour ne point paraitre interessd. Il peut se faire que
le President ignore m6me aujourd'hui que le Docteur Love
n'a pas kt6 pay6 jusqu'au dernier sou.
Comme autre preuve du d6sint6ressement du Docteur Love,











- 89 -


citons ce fait-ci. Le fils du G6n6ral Hyppolite, en presence de
M. Saint-C. Louis Blot, avait depuis longtemps pri6 le Docteur
Love de lui faire connaitre le montant des honoraires qu'il re-
clamait pour I'avoir trait et, sur la declaration du Docteur
qu'il n'accepterait rien, avait dit a celui-ci: Docteur, si vous
refuse des honoraires, vous m'empkcherez de vous faire appe-
ler si quelqu'un tombe malade ici." Le Docteur Love se con-
tenta de dire A M. Ch6ry Hyppolite de payer seulement le
pharmacien, ce qui n'emp&cha pas le Docteur Love de computer
de sa poche a la Pharmacie Centrale le prix des m6dicaments
qu'il y avait pris en partant pour l'habitation Beaugite," oil
M. Che y Hyppolite avait 6et laiss6 malade.
II y a plus. Le G6neral Hyppolite ne peut avoir oubli6 qu'h
sa requisition le Docteur Love a donn6 plusieurs consultations
h l'une de ses filles, a trait son neveu Octavien, a trait sa
concubine, qui habitat alors le Palais avec lui, toujours sur sa
requisition.
Si done les 600 gourdes ont &t6 donnees par le Gen6ral
Hyppolite en paiement du traitement de son fils, il reste le
d6biteur du Docteur Love pour ce qui est du traitement des
autres membres de sa famille. Pourquoi donc, n'a-t-il pas
pay ?
Il est une autre consideration qui est tout a fait fatale au
mensonge-du G6enral Hyppolite.
Il reconnait qu'il s'6tait engage a payer 30 gourdes par se-
maine pour le maintien du journal Le Pays et soutient, tout de
go, sans prendre haleine, qu'il n'a pay6 que 120 gourdes ad hoc.
Si l'on admet que les 600 gourdes 6taient une gracieuset faite
au Docteur Love personnellement, il s'ensuit in6vitablement
que le G6n6ral Hyppolite n'a pas rempli ses engagements
d'honneur et que, par consequent, il doit encore au Docteur
Love une balance de 540 gourdes, vu sa promesse formelle de
computer, chaque semaine, 30 gourdes en faveur de la publica-
tion du journal.
Enfin, une chose paraitra inexplicable aux yeux de tous,
c'est que le General Hyppolite ait pu donner de l'argent au










- 90 -


Docteur Love, a un homme qui, tout en faisant appel h lui
pour un secours sous pr6texte que lui, cet homme 6tait si
extremement gne' qu'il 6tait decide se constituer medecin
ambulant, payait, a la meme 6poque et a la connaissance du
General Hyppolite, 40 gourdes par semaine pour I'impression
du journal.
Le G6n6ral Hyppolite 6tait si peu en 6tat d'entreprendre
de donner des explications sur le curieux fait en question,
qu'il ne vit point l'incongruite de celles qu'il a donn6es. II se
trouve dans ce mensonge quelque chose de si 6videmment ridi-
cule qu'on regardera d6sormais le G6enral Hyppolite comme
un nigaud pour l'avoir dit.
Le Docteur Love declare solennellement que, malgr6 1'inti-
mit6 exceptionnelle qui a exist dans les rapports entire le Pre-
sident Hyppolite et lui, jamais il n'a recu de celui-ci un seul
centime, ni sollicit6 la moindre faveur pour lui-m6me.
Parmi les dernieres phrases du c6lbre discours du G6ndral
Hyppolite concernant les soussign6s, se trouve celle-ci: ".....Et
quelle que soit la situation d'un homme en politique, il doit
toujours aimer la v6rit&."
Ceci peut &tre regard comme l'4nonciation du principle
par excellence sur lequel cet archi-hypocrite a base et regle
toute son existence.
Comme principle, c'est bon aussi loin qu'il peut aller; mais
il a le fatal d6faut de ne pas pouvoir aller assez loin. II peut
bien 6tre accept dans son sens littoral; mais malgr6 cela, toute
la fourberie du G6neral Hyppolite y trouvera, dans son exer-
cice, large carriere. Foncierement malhonnate comme il l'est, il
a soin de rester seulement dans les limits du sentiment, lapra-
tique est sans valeur a ses yeux.
Avec ce came 6tudi6, cette trompeuse apparence d'homme
vertueux, ce faux ext6rieur qui cache une ame perfide qui n'a
jamais pens6 qu'a elle-m6me et B l'infamie, le tout joint aux
autres d6fauts qui distinguent hautement le caractere du G6n6-
ral Hyppolite, fait que le plus vil sc6C1rat de la chr6tient6 -
et l'on ne peut trouver un plus grand sc616rat 'que le G6n6ral











- 91 -


Hyppolite peut prendre celui-ci par la main, et, les deux,
s'unir dans cette exclamation:

"........ video mieliora proboque,
Deteriora sequor ().

C'est ce que signifie le principle du G6n6ral Hyppolite, et
rien de plus.
Le Docteur Love lui offre un meilleur principle et qui, mal-
heureusement, ne conviendra pas A sa nature, parce que, seuls,
les honnetes gens peuvent I'adopter; et le voici: "Quelle que
soit la situation d'un homme en politique, il doit toujours dire
la v6rit6 et agir dans son sens."
Jamais un Pr6sident, en Haiti, n'a d'une facon aussi remar-
quable, manqu6 de justifier les vives esp6rances et la chere
attente du people; jamais aucun n'est descendu, et d'une
maniere aussi rapide surtout des sublimes hauteurs oh 1'en-
thousiasme de la nation l'avait plac6, au niveau ridicule de son
insignifiante personnel; jamais aucun n'a couru au-devant
d'une disgrAce aussi complete, par la trahison en amiti6, par
l'ingratitude, par le m6pris des principles moraux, des droits
constitutionnels de ses concitoyens, et par la fr6quence avec
laquelle il se parjure publiquement.
II reste a constater combien de temps encore un people
libre et fier permettra que la presence du G6neral Hyppolite
ternisse le blason national.


f (I) Je vois le bien, j'y applaudis, et pourtant je m'attache au mal."


















APPENDICE.




Note A.

Dans la matinee du jour de l'execution du citoyen Gr6goire Les-
tage, le Docteur Love se rendit, comme de coutume, au Palais Natio-
nal ou il trouva le President Hyppolite de mauvaise humeur: ses mou-
vements denotaient de l'impatience et de l'anxiet6, et il semblait
souvent parler en lui-meme.
Le Docteur Love qui n'avait rien appris ou entendu concernant
cette execution et ne savait point, par consequent, qu'elle efit eu lieu,
dcemanda au General Hyppolite: Qu'avez-vous done ?" Avec une
dissimulation aussi parfaite que celle qu'on a attribute au serpent du
Paradis terrestre, celui-ci repondit: N'avez-vous pas appris qu'on a
execute un homme ce matin ? Sur l'assurance que lui donna le Doc-
teur Love qu'il ignorait completement ce fait-la, le General Hyppolite
continue: Oui, Turenne a fusill un homme ce matin, sans me rien
dire ... c'est 1'homme qui avait tue un commissaire de police pendant
que j'6tais a Lascaobes... On nefusillepas des gens sans la connaissance
du Chefde l'tat!... c'est bien emb&tant! (sic). Completement d6rout6
par la colere bienfeinte du President, et en augurant du d6sagr6ment
pour le General Jean-Gilles qu'il avait toujours eu en affectueuse estime,
le Docteur Love jugea bon de tenter un effort pour calmer le G6neral
Hyppolite. En consequence, il fit valoir aux yeux de celui-ci une ou
deux considerations dans le but de pallier l'offense commise par le Ge-
neral Turenne Jean-Gilles et ajouta: I1 vous faut, President, etre
patient avec Turenne et ne pas agir contre lui avec trop de hate. Vous
devez prendre en consideration la lourde responsabilit6 qui pesait sur
lui en vue du maintien de la tranquillity dans cette ville durant votre
absence; l'incendie qui eut lieu dans la nuit qui suivit votre depart et











- 94 -


la d6sob6issance obstinde a la publication qui d6fendait aux masques de
circuler la nuit. II a perdu son sang-froid et commis une erreur grave,
c'est vrai, mais il vous faut prendre en consideration toutes les cir-
constances."
Le G6ndral Hyppolite fit semblant d'avoir 6te calm par ces re-
flexions, et le sujet fut 6cart6. Ayant r6ussi a bander les yeux au Doc-
teur Love, le Gendral Hyppolite 6tait satisfait.
On se souvient que M. Luxembourg Cauvin ne fut pas long a de-
noncer cet outrage public et qu'il s'ensuivit une pol6mique entire lui et
le Commandant de 1'Arrondissement. Le Docteur Love fit ce que le
D6put6 Luxembourg Cauvin peut attester tous ses efforts pour em-
pecher cette pol6mique, non que, dans sa pensee, son ami Cauvin eit
tort, mais parce qu'il en pr6voyait de graves consequences pour le
Gouvernement lui-meme et qu'elle 6tait pr6judiciable au President
qu'elle alarmait a just titre.
Le Docteur Love appela un jour l'attention du Pr6sident Hyppolite
sur certain passage d'un article paru dans le journal La Paix et qui
etait compromettant pour le Gouvernement, et lui conseilla de prevenir
la publication de pareils articles faits pour d6fendre son Gouvernement,
mais don't la consequence logique 6tait de faire naitre une conviction
d6savantageuse au Gouvernement au lieu de le disculper. C'est alors que
le President Hyppolite avoua au Docteur Love que dans la matinee du
jour de l'execution de Lestage, et avant le fait accompli, il avait confer
avec le G6n6ral Turenne Jean-Gilles et que c'itait lui-meme qui avait
ordonni cette execution au Commandant de l'Arrondissement. Il ajouta,
comme pour justifier cette sanglante measure: "Tous les Gouverne-
ments en font autant: dans les pays blancs les plus civilis6s on lynch
les hommes, n'est-ce pas vrai ? A cet argument le Docteur Love re-
pondit: Vous ne pourriez justifier l'acte en question par cet argu-
ment, parce que vous devez savoir que ce n'estjamais le Gouvernement,
que ce ne sont jamais les autorit6s constitutes qui lynchent, mais bien
des gens du people et en violation de la loi. Ils ont soin toutefois de
paralyser l'action et le pouvoir des autorit6s avant d'agir ainsi"











- 95 -


Note B.

L'ombre obscure que le General Hyppolite a cherch6, en mentant
avec calcul, a jeter sur le nom honorable de M. L6ger Cauvin, doit
etre dissipde: la justice et la v6rit6 l'exigent. Il n'appartient point a
M. L6ger Cauvin lui-m6me d'entreprendre ce travail, et ce, pour plu-
sieurs raisons; pour celle-ci entr'autre : c'est qu'en Haiti, oui tout le
pouvoir est concentre entire les mains du President, le citoyen diffam6,
battu, emprisonn6, en un mot, maltrait6 par le President lui-meme ou
par quelqu'un agissant d'apres ses ordres, a choisir entire se soumettre
en silence a ces mauvais traitements et se preparer a endurer toutes
autres cruaut6s que l'oppresseur, trouvera a propos de lui infliger.
C'est au Docteur Love a effacer cette tache parce que, plus que
tout autre personnel, les circonstances 1'ont liM au malheur qui a frapp6
son ami, et parce que, plus que personnel, il en est affect a cause
meme de ces circonstances. Le Docteur Love s'y conforme done.
Le 18 F6vrier 1890, vers les sept heures et demie du soir, le G6n6-
ral Hyppolite faisait publier que M. L6ger Cauvin 6tait r6voqu6 (mal-
honn&tement) de ses functions de Ministre de la Justice et des Cultes.
Peu de temps apres, le President Hyppolite trouvait necessaire d'ex-
pliquer cette revocation, et Le Moniteur, organe official du Gouverne-
ment, surprenait tout le monde en annoncant que le Pr6sident sentait
depuis longtemps la n6cessit6 de se s6parer du Ministre Cauvin, parce
que celui-ci avait extorqu6 a Mme Th6baud, du Port-au-Prince, la
some de 400 gourdes.
Cette allegation est un lIche et m6chant mensonge. Ce qui suit est
un court historique de cette revocation, historique qui n'est pas connu
de beaucoup de personnel.
Quelques semaines avant la revocation, et bien que tout fit came
et satisfaisant, le Docteur Love avait fait part a son ami, le Ministre
Cauvin, des bruits que certaines personnel faisaient malicieusement
courir sur son compete propos de l'affaire de Mme Th6baud, tout en
lui conseillant de se tenir sur ses gardes. Aussit6t le Ministre Cauvin
avait montr6 au Docteur Love des pieces qui prouvaient la fausset6 de
ces bruits.
Peu aprbs l'inconstitutionnelle execution de Gr6goire Lestage eut










- 96 -


lieu, dans une reunion du Conseil des Ministres, une solennelle et vi-
goureuse protestation du Ministre Cauvin, protestation naturelle, non
seulement parce qu'elle etait 1'enonciation de l'opinion d'un honnete
homme, mais aussi et surtout parce que le crime qu'elle fl6trissait 6tait
naturellement de la competence du d6partement minist6riel qu'il diri-
geait. Ne voulant point partager la cooperation, par sanction, de ses
colleagues ni la responsabilit6 du President, le Ministre Cauvin offrit de
vive voix sa d6mission que le Gen6ral Hyppolite refusa d'accepter:
ceci prouve que le vrai motif de-la revocation n'est pas celui qui a 6te
public dans le Moniteur.
Comme le Pr6sident demeurait resolu, determine a ne pas agir dans
le sens de la protestation, le Ministre Cauvin tint ferme, lui aussi, dans
sa resolution de r6signer ses functions.
Aprbs avoir plusieurs jours k 1'avance, communique son intention
au Docteur Love, le Ministre Cauvin commenca a mettre ordre aux
affaires de son department minist6riel, pour quitter. Pendant trois
jours et trois soirs, durant ces pr6paratifs du Ministre Cauvin, le Doc-
teur Love lutta avec lui pour qu'il ne donnat pas sa demission, en lui
representant que le pays et ses amis seraient priv6s de ses services et
que, s'il 6tait irrevocablement d6cid6 a se retire du Cabinet, il efit a
ajourner sa retraite a deux ou trois mois. -- Le Ministre LUger Cauvin
r6pondit: Meme si le President Hyppolite me suppliait devant t6-
moins de rester, je ne le ferais pas "
Sur ces entrefaites, le Docteur Love vit le President et eut avec lui
le petit entretien suivant:
LE DOCTEUR LOVE.- J'espere, Pr6sident, qu'il n'existe rien de
Sfcheux entire vous et votre Ministre de la Justice ?
LE GENERAL HYPPOLITE. Non !... il n'y a rien du tout entire
lui et moi!
LE DOCTEUR LOVE. Permettez-moi de vous dire de faire en
sorte qu'il n'y ait pas de diff6rend entire vous et lui... Vous avez en lui
un homme d'une grande valeur... Gardez-le a vos c6t6s.
LE GiNERAL HYPPOLITE. Je vous assure qu'il n'y a rien defd-
cheux entire nous i... je n'ai pas lieu de me jlaindre de mon Ministre...
Seulement, comme il fait parties de ma famille officielle, s'il ne partage
pas mes idees,fai le droit de le grounder un feu... et c'est tout.
Done il n'6tait nullement alors sous l'influence de l'affaire mention-
n6e plus tard dans le Moniteur.












- 97 -


Le soir meme que le Ministre Cauvin envoya sa d6mission et qu'on
publia sa revocation (la d6mission avait precede la revocation d'une
heure et demie ou de deux heures) le Docteur Love 6tait pass au
Palais pour voir M. Ch6ry Hyppolite, alors encore en traitement; il y
eut entire le President et lui cet autre entretien :
LE DOCTEUR LOVE. Vous m'aviez toujours dit qu'il n'y avait
rien entire vous et votre Ministre de la Justice!... je sais maintenant
qu'il existe quelque chose, puisqu'il va donner sa d6mission!... atten-
dez-vous k la recevoir d'un moment a l'autre !... Il ne restera pas au
Ministtre;... c'est triste.
LE GENERAL HYPPOLITE. S'il envoie sa d6mission, je ne l'accep-
terai pas... Quand pensez-vous qu'il va faire cela?
LE DOCTEUR LOVE. II peut le faire demain et peut-etre meme
ce soir.
LE GiENRAL HYPPOLITE. S'il m'envoie sa demission ce soir, je
ne 1'accepterai pas... Je ne l'avais pas nomme le soir, il n'a done as le
droit de se demettre le soir !
LE DOCTEUR LOVE. Tout ce que je vous demand, President,
c'est de ne pas vous s6parer de lui, si vous pouvez empecher cela,
quoique vous ayez A sauvegarder votre dignity dans toute son int6-
grit.
II parut agr6er les r6flexions du Docteur Love, appela un des
aides-de-camp de service, M. Gardere, et lui donna, en presence du
Docteur, l'ordre de n'accepter aucune lettre qui serait envoyee ce
soir-la.
Le Docteur Love prit conge du General Hyppolite, persuade que
si la d6mission du Ministre Cauvin arrivait, elle ne serait pas accepted,
du moins sans un effort du Pr6sident pour le porter k la retire.
On apprit apres que la lettre de d6mission avait 6t6 envoyee le soir
meme au Palais et qu'on avait refuse de la prendre.
Vers les sept heures et demie, peut-etre une heure apres la sortie
du Docteur Love du Palais une publication annon9ait dans les rues
de la capital, que le Ministre Cauvin 6tait r6voqu6; et celui qui la
publiait, cette revocation, ajoutait, d'accord avec l'esprit outrageant de
l'acte, le mot malhonnetement.
C'est ainsi que, dans sa perfidie, le General Hyppolite, porta un
coup cruel, tant a M. L6ger Cauvin qu'au Docteur Love qui ne pou-
vait ne pas prendre sa part dans l'injuste injure faite a son ami, en son-










- 98 -


geant que c'etait lui qui, pour avoir voulu servir honnetement cet ami,
l'avait innocemment expos a la lAche perfidie du General Hyppolite.
Le lendemain matin, le Docteur Love 6tait au Palais oii il dit au
G6neral Hyppolite: Qu'avez-vous fait comme ga ?... ce n'est pas du
tout ce que vous me laissiez a comprendre hier soir!... vous avez bien
mal fait, je vous assure!... on ne fait pas deces choses-la !... tenez, en
venant ici, j'ai entendu, a propos de cette revocation, des r6flexions qui
ne sont pas du tout favorables au Gouvernement... Pourquoi avez-vous
fait cela ?
Le General Hyppolite, voyant jusqu'k quel point le Docteur Love
paraissait affected et bless, le prit par la taille et lui dit: Mon ami, je
vois bien que vous ne pourriez pas 8tre un chef d'itat! A quoi le
Docteur Love r6pondit: S'il faut qu'un chef d'REtat fasse de pareilles
choses,je confesse que je n'ai point les qualit6s n6cessaires pour l'Ntre! "
Voilhce qui prouve, I0 que tout ce que le G6neral Hyppolite a affirm
dans le Moniteur contre M. L6ger Cauvin n'est pas du tout le motif de
la revocation du Ministre; 2? qu'il n'avait nullement l'intention de se
s6parer de ce dernier, avant d'avoir acquis la certitude que M. Leger
Cauvin etait decide a ne plus rester membre de son Cabinet; 30 que la
admission du Ministre Cauvin etait ant6rieure a la revocation.
Le G6n6ral Hypoolite ne voulut pas laisser au Ministre Cauvin la
gloire de se retire du Cabinet en defenseur d'unprinci.e constitutionnel.











- 99 -


Note C.

Extraits du procks-verbal de la seance du 18 Juin 1890 de la Chambre
des Deplutis ( Moniteur du samedi i2 Juillet.)

M. le President declare.... qu'on va border la. discussion du
Rapport (i) des Comit6s r6unis de la Justice et de 1'Intrieur. Mes-
sieurs les D6putes, dit-il, vous avez renvoy6 aux Comit6s r6unis de la
Justice et de 1'Interieur la petition du G6neral Manigat. Ces deux
Comit6s, tout en d6clarant qu'il n'est pas suffisamment prouv6 que le
Gouvernement ait expals6 le Ge6nral Manigat, d6fere cette question &
1'appr6ciation de la Chambre.
M. le D1pute Barbot, qui s'6tait'fait inscrire, a la parole.
M. F. BARBOT. Les D6put6s soussignes proposent a la Chambre
1'ordre du jour suivant:
La Chambre des Representants, apres avoir entendu sur la peti-
tion du Gen6ral Manigat le Rapport des Comites reunis de la Justice
et de 1'Interieur:
Convaincue que les prescriptions de la Constitution qui garantis-
sent les libert6s publiques n'ont pas 6t6 violees & 1'6gard de ce G&-
n6ral ;
Confiante dans les dispositions du.Gouvernement don't les efforts
incessants tendent & raffermir la paix publique et a assurer le libre jeu
de nos institutions democratiques;
Passe a l'ordre du jour.
"Fait & la Chambre des Representants, ce 18 Juin 1890, an 87e de
1'Independance.
(Signe): BARBOT, J. ED. ETIENNE, JH. "MOYSE,
M. ALEXANDRE, RENAUD, HYPPO-
LITE, G. BELHOMME, S. OVIDE PIERRE
Louis, ED. LAPORTE, MOMBELEUR.

"M. LE PRESIDENT. Les Comit6s r6unis de la Justice et de
1'Int6rieur auxquels vous avez confi6 le soin de rendre une decision sur
la petition du General Manigat concluent a ce qu'il plaise a la Cham-
bre de decider ce que de droit."


(I) Voir la note F de 1'Appendice.










- 100 -


M. Barbot vous propose cet ordre du jour.
M. le President donne une second lecture de cet ordre du jour
et le met en discussion.
M. L. CAUVIN. Messieurs, je commencerai par declarer que je
voterai centre l'ordre du jour de confiance qui vous est propose et j'es-
pere tirer mes principles raisons du rapport meme qui lui sert de base.
Comme President du Comite de la Justice et des Cultes, j'ai eu
l'honneur de faire parties de la Commission sp6ciale que vous aviez
charge d'examiner la plainte du General Manigat. J'ai done signed le
rapport qu'il s'agit de discuter en ce moment. Mais j'ai voulu garder a
l'egard de ce rapport toute ma liberty d'appr6ciation. La Chambre des
Representants ayant renvoyd la plainte a l'examen pr6alable de quel-
ques-uns de ses membres, leur mission consistait non seulement a se
faire une opinion raisonnee sur cette affaire, mais encore k proposer a
1'Assembl6e la solution qui leur paraitrait la meilleure et la plus just.
Je n'ai pas l'intention de reprocher a la Commission special d'avoir
desert son mandate; mais on me permettra de penser qu'elle ne l'a pas
entierement accompli. Elle s'est abstenue, en effet, de tirer une con-
clusion des circonstances relatees dans le rapport, et elle a dit a la
Chambre, qui s'en 6tait remise a elle : "Je m'en remets a vous, a mon
tour! Voila pourquoi j'ai sign ce rapport sous toutes reserves. Cepen-
dant j'aurais peut-&tre gard6 le silence sur ce detail si, au bas du rap-
port imprime que j'ai sous les yeux, les mots sous toutes reserves
n'avaient etd places, sans doute par suite d'une erreur, a c6t6 d'une
autre signature que la mienne.
Je ne veux pas insisted davantage sur ce point, secondaire a mes
yeux, et j'aime mieux, abordant la question, vous dire comment je 1'en-
visage et pour quelles raisons il ne m'est pas possible d'adopter l'ordre
du jour.
Qu'il soit bien entendu d'abord, que je ne consider point ici la
personnalit6 du G6n6ral Manigat. Je m'inquiete peu de savoir quel est
le citoyen qui se plaint et dans quelle situation politique, bonne ou
mauvaise, il se pr6sente devant nous. Il me suffit et il doit suffire a tous
ceux qui veulent d6cider sans parti-pris, il me suffit qu'un citoyen,
ayant 1'exercice de tous ses droits, accuse le Gouvernement d'avoir
viol6 centre lui le plus pr6cieux de ces droits: la liberty. Ce sont les
faits eux-memes qui doivent attirer votre attention, et non point la per-
sonne qui les d6nonce.











- 101 -


Or, voici ces faits, tels que la plainte les rapporte: Le 22 du mois
dernier, le General Turenne Jean-Gilles, Commandant de 1'Arrondis-
sement de Port-au-Prince, fit appeler en son h6tel le General Manigat,
son ami, a qui il intima, au nom du G-ouvernement, l'ordre de s'en aller
du pays, par un bateau qui devait quitter ]a rade dans quelques ins-
tants.
L'expulse demand des explications, qu'on refusa de lui donner.
I1 manifesta 1'intention de rentrer chez lui pour saluer sa famille et
faire ses malles : Si vous n'allez pas vous embarquer de ce pas, je se-
rai dans la necessity de vous arr&ter," lui dit le Commandant de 1'Ar-
rondissement.
"Ayant appris, en se rendant au bord de mer, que le bateau venait
de partir, il se refugia dans un consulate, d'oiu il adressa une protesta-
tion au Conseil des Secretaires d'Etat, qui s'abstint d'y r6pondre.
Le lendemain, dans le but sans doute de se procurer les preuves
du complot don't on 1'accuse, on fit chez lui une visit domiciliaire qui
dura plusieurs heures, pendant lesquelles on ne trouva ni preuves ni
indices quelconques.
Voil, Messieurs, ce que dit le G6n6ral Manigat. Ces faits sont-
ils vrais ? sont-ils faux ? Nous n'avons pas, quant k present, pour le d6-
cider en connaissance de cause, les 616ments d'appr6ciation n6cessaires.
En tout cas, ils sont faciles a v6rifier et ils ont en eux-memes assez de
gravity pour que les repr6sentants du people ne les traitent pas a la
16gere.
"Ce qui est evident a mes yeux, c'est que la proposition d'ordre
du jour ne les envisage qu'au point de vue de la responsabilite politi-
que du Cabinet. Mais il m'est permis de penser que, en se plagant a ce
point de vue, les auteurs de l'ordre du jour se sont entierement four-
voyes et que, ce qui est mis en jeu par la plainte, c'est bien plut6t la
responsabilite l1gale des Ministres.
Les faits qui nous sont d6nonces tombent sous l'application de
1'article 85 du Code Penal, qui les qualified d'attentat a la liberty, d'at-
tentat a la Constitution. Et, remarquez le bien, c'est pr6cisement parce
qu'ils ont ce caractere delictueux que le G6enral Manigat ne pouvait
adresser sa plainte qu'a cette Assemblee. Vous savez, Messieurs, que
1'article 19 de la Constitution soustrait les Secretaires d'Etat a l'ac-
tion des tribunaux ordinaires pour les crimes et les d6lits qu'ils peu-
vent etre accuses d'avoir commis dans 1'exercice de leurs hautes fonc-











- 102 -


tions. Ce n'est point le juge du commun des citoyens, c'est la Cham-
bre des Repr6sentants qui, seule, a le pouvoir de verifier l'accusation
port6e contre eux et de d6cider s'il y a lieu ou non de poursuivre.
Dans une pareille conjoncture, vous n'8tes done plus une Assemble-
politique; vous etes une Assembl6e de juges, et de toutes les conside-
rations qui d6terminent ordinairement vos decisions, une seule doit
vous guider maintenant: c'est celle qui inspire les sentences des juges
du droit commun; c'est cette consideration toujours puissante, au-des-
sus de laquelle il n'y en a point d'autres et qui s'appelle la justice. Et,
Messieurs, lorsque la Chambre des Deputes recoit une pareille plainte,
est-ce qu'elle est libre d'agir comme il lui plait ? Est-ce qu'elle peut,
sous pr6texte de raisons politiques, carter cette plainte a prior et
sans se donner la peine de la v6rifier? Je vous l'ai dejk dit: vous etes
ici des juges et cela suffit pour que le 16gislateur ait compris la n6cessite
de fixer la march de votre action, de vous imposer des formes a obser-
ver pour la garantie meme d'une bonne justice. Si vous vous donnez la
peine de feuilleter le bulletin des lois, vous y trouverez celle du 7 Juillet
1871 qui a precis6ment pour objet de determiner le mode de proc6der
auquel la Chambre des D6putes est tenue de se conformer, lorsque les
Secretaires d'Rtat sont poursuivis, soit d'office et par elle-meme, soit par
la parties 16see, pour crime ou pour delit commis dans 1'exercice de
leurs functions. L'article premier de cette loi veut que la Chambre
nomme alors, au scrutiny secret, cinq de ses membres charges d'instruire
l'affaire et de verifier l'accusation, dans la meme forme que le Code
d'instruction criminelle impose aux juges d'instruction. C'est sur ce rap-
port de cette Commission de cinq deput6s que vous pouvez decider,si
les poursuites doivent etre-admises ou s'il faut au contraire les repousser.
Ces observations suffiraient, a mes yeux, pour faire carter la proposi-
tion d'ordre du jour; car, du moment que la loi trace la voie a suivre en
cette matiere, nous n'avons pas a delib6rer ; notre devoir, notre unique
devoir, est de nommer la Commission par laquelle elle veut que les
faits soient verifies. Agir autrement, ce serait violer cette loi, et je n'ose
pas penser que vous consentiez, vous legislateurs, a donner un si deglo-
rable example. Gardiens des liberties publiques, gardens de la Cons-
titution, vous devez vous 6mouvoir, lorsqu'un citoyen se plaint qu'elles
ont ete viol6es dans sa personnel; et vous trahiriez votre mandate si,
sans examen pr6alable, vous declariez qu'il n'y a pas lieu d'intervenir
pour assurer le respect de ces libert6s et l'int6grit6 de la Constitution.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs