• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Acte I - Scene I
 Acte I - Scene II
 Acte I - Scene III
 Acte I - Scene IV
 Acte I - Scene III
 Acte 1 - Scene V
 Acte II - Scene I
 Acte II - Scene II
 Acte II - Scene III
 Acte II - Scene IV
 Acte II - Scene V
 Acte II - Scene VI
 Acte II - Scene VII - Scene...
 Acte III - Scene I
 Acte III - Scene II
 Acte III - Scene III
 Acte III - Scene V
 Acte III - Scene VI
 Acte III - Scene V
 Acte III - Scene VI
 Acte III - Scene VII
 Tableau
 Back Cover






Group Title: Anacaona, poème dramatique, en vers, en trois actes et un tableau, représenté pour la première fois a` Ciné-variétés, le 19 février 1927.
Title: Anacaona, poème dramatique
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078343/00001
 Material Information
Title: Anacaona, poème dramatique en vers, en trois actes et un tableau, représenté pour la première fois à Ciné-variétés, le 19 février 1927
Physical Description: 2 p. l., ii, 1, 5-87, 1 p. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Burr-Reynaud, Frédéric, b. 1884
Hippolyte, Dominique, 1889-
Publisher: Imprimerie Telhomme
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 1941
 Subjects
Subject: History -- Drama -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
General Note: At head of title: F. Burr-Reynaud & Dominique Hippolyte.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078343
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000671292
oclc - 24601918
notis - ADL1872

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Page I
        Page II
        Page III
        Page IV
    Acte I - Scene I
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
    Acte I - Scene II
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
    Acte I - Scene III
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Acte I - Scene IV
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
    Acte I - Scene III
        Page 27
        Page 28
        Page 29
    Acte 1 - Scene V
        Page 30
        Page 31
        Page 32
    Acte II - Scene I
        Page 33
        Page 34
        Page 35
    Acte II - Scene II
        Page 36
    Acte II - Scene III
        Page 37
    Acte II - Scene IV
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Acte II - Scene V
        Page 43
        Page 44
    Acte II - Scene VI
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    Acte II - Scene VII - Scene VIII
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
    Acte III - Scene I
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    Acte III - Scene II
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
    Acte III - Scene III
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Acte III - Scene V
        Page 67
    Acte III - Scene VI
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
    Acte III - Scene V
        Page 76
        Page 77
        Page 78
    Acte III - Scene VI
        Page 79
    Acte III - Scene VII
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
    Tableau
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
    Back Cover
        Page 88
Full Text


F. BURR-REYNAUD & DOMNIIQUE HIPPOLYTE
4w 5-34---6

ANACAONA
Po6me dramatique, en vers,
en trois actes et un tableau,
Repr6sent6 pour la premiere fois & Cin6-Variet6s
le 19 f6vrier 1927





















Port-au-Prince, Haiti
1941















LATINl
AMERICA

















I NOTE DE L'EDITEUR

/ Disireux de contribuer au succds de la IIIeme Reunion
des Caraibes, nous avons pense qu'une oeuvre come
S ANACAONA, inspiree de l'dpoque indienne, meritail
S d' tre publide, en maniere de temoignage de l'interet
que nous portions aux choses de notre loinlain passed.
Ce drame aborigene, represents plusieurs fois avec
succes, mais encore inddit, peut figure avec honneur
parmi les documents et les souvenirs qui constitueront
une attraction particulibrement Mmouvante de l'histoire
et de la civilisation de la race qui est d l'origine commune
des pays de l'Amerique.
i! Nous nous sommes done, d cet effet, adress6 aux au-
teurs qui ont accept avec plaisir a mettre leur manuscrit
d notre disposition.
Nous leur en savons grg et nous ne doutons pas que
le public accueille avec satisfaction notre initiative.

IMPRtMERIE TELHOMME

c4~












MOTS ETRANGERS ET INDIENS EMPLOYES DANS LA PIECE


Aje
Areyto
Aya bombed /


Banalacle
Balta
Butios
Boulou


Patate
Po6me, chant
En avant!
B
Etranger, blanc
Cactus
Pr6tre
Long baton


Caciquat
, Cacique
Calabaza
Ciba
Cohiba
Coui
Canaris

Corocholto


Godve
Guaminiquina


SHuoiou


Louquo


Royaume
Chef
Calebasse
Pierre
Plante du tabac
Vase fait de calebasse videe
Vase en gr6s pour conserver fraiches
les boissons
Farfadet, loup-garou
G
Baie
Noin donned A Barth61emy Colomb
H
Soleil
L


Adam des Indiens


--I-












Abricot
Plaine
Petit reptile
Petite table


Mamey
Magua
Mabouya
Matoulou


Nonun
Nilayno


Ouicou
Oubou


Savacoui


Turey
Tobacco
Tuna


Uricane


Yuca


ZemMs
Zagaies


Ciel
Pipe
Cactus des


pays chauds


U
Ouragan
Y
Manioc
z
Dieux
Piques, espece d'arme.


La lune
Grand personnage
0
Boisson fraiche
Mombin
S
Etoile du matin
T











DISTRIBUTIONS


Anacaona, Reine du Xaragua Mile

Lina, suivante de la Reine f

Mataba, vieille sybille indienne

Garonex, intendant du palais M.
Atibo, nitayno, pr6tendant de Lina

Siboa, aide de Garonex 4 M
Goric a c (

Un Jeune Indien

Nicolas Ovando, Ambassadeur d'Espagne M.
Le Chef des Cavaliers espagnols

Le Chef des Fantassins espagnols a

Officers et Soldats espagnols MM.


Caciques, Butios et Serviteurs indiens MM




G


A:J


WANDA WIENER

LUCIENNE HIRAUX

DENISE ETHEART

PAUL SAVAIN
PIERRE LIAUTAUD

[AURICE DESROULEAUX

CASTEL DEMESMIN

RENE LAROCHE

ANDRE GERDES
ANDRi LESPES

GEORGES DUPONT

RENF ET LOUIS

MORAVIA, ANTONI

LABISSIERE. etc.etc.

EMILE EDOUARD,
JACQUES COICOU,

RAOUL HIPPOLYTE,

RARD MONTHS, etc.etc.


CH(EUR INDIEN

Musique de Bramadel et de Baker

La Scene se passe d Yaguana


PERSONNAGES


















Acte I

Salle d'honneur du Palais d'Anacaona. Des indiens la d6corent,
pr6parant la f6te pour la reception de 1'Envoy6 des Blancs,Ovan-
do. Tables charges de fruits tropicaux, de presents, d'objets
d'art indiens. Guirlandes. Fleurs sauvages. Va-et-vient, au chant
de l'areyto a LE DIEU DE L'HEURE CLAIREo.

SCENE I

GARONEX, S1BOA, GORIC, MATABA.
Garonex
Apportez ce bouquet.
Siboa
Il sent bon.
Goric
11 est beau.
Garonex
Mettez-le pres du tr6ne. Approchez l'escabeau
Afin que notre Reine accuse, avec sa grace,
En y posant son pied, la beauty de la race.
Mataba
La race I elle mourra : les autres l'ont jure.


-5-








Garonex, sans s'occuper d'elle.
Que de plumes d'aras le tr6ne soit par6
O0 1'Espagnol viendra s'asseoir pres de la reine.
Malaba
Pauvre Anacaona don't l'Ame est si sereine I
Siboa, passant pres de Mataba
Vieille folle I toujours vous voyez le malheur
Dans les meilleurs instants.
Garonex
Mettez-l cetle fleur;
Cette corbeille, ici, (a la vieille ) Mataba, ma jolie,
Trop occupy ce jour pour ouir ta folie,
Malaba
Je suis folle ?
Siboa
Aucun doute.
Mataba
Oui, c'est toujours ainsi :
Lorsqu'en vos coeurs on veut r6veiller le souci,
On est fou .. C'est trks bien M6prisez la parole
Que, sur votre avenir, vous dit la pauvre folle.
Goric
Vous avez oubli6 les rameaux enlac6s,
Intendant Garonex.
Garonex
Nous en avons assez.
II nous faut maintenant plus de fruits que de branches.
Siboa, allant vers les coulisses
Nous avons des ( cocos au lait ) aux pulpes blanches


-6-









Goric, de m6me
Des mangots si juteux, si beaux qu'ils font loucher.
Garonex, enthousiaste
Qu'attendez-vous alors pour m'aller les chercher ?
(Ils vont, viennent, apportant et plapant les fruits )
Siboa
Les voici, pleins de suc, et de couleur si chaude,-
Goric
Que la gu6pe friande y reste en sa maraude.
Garonex, mordant A meme un mangot
Ils sont vraiment exquis et d'un goft..,
Siboa
succulent.
Goric
Et c'est avec plaisir qu'y touchera le Blanc.
Malaba
11 n'a pas faim de fruits, mais do sang, de chair vive.
Garonex, fausse frayeur, vers elle,
Caralbes, alors ?
Siboa, de m8me
Sur nos gardes 1
Goric, de m8me
Qui vive ?
Garonex,
riant, retournant aux fruits qu'il palpe avec bonheur,
Ah I le joli mamey !
Goric, le pregnant A son tour,
II est bien mir, a point I
L'6corce en a craqu6.
Siboa, meme jeu,
Son poids meurtrit le poing I


-7-








Garonex
Et cette orange d'or ? Elle est lisse et sucr6e.
Goric
Huoiou tout exprBs avec soin l'a doree.
Malaba
Et vous allez l'offrir en distant un souhait...
Garonex, allant verselle avec rondeur,
A l'h6te qui nous aime...
Malaba
A l'h6te qui vous hait.
Goric, gouailleur,
Viens plutot nous aider i preparer la fete...
Malaba
Enfant moins conscient encore que la bete...
Siboa, furieux
La paix, Corochotto I... nous la voulons ici.
Goric, admiratif
Le d6cor est vraiment splendid et reussi.
Garonex
J'ai mis beaucoup de temps, n'y voulant rien omettre
El l'Envoye des Blancs...
Mataba, 1'entrecoupant
qui sera votre maitre,
Ne vous prendra que mieux dans le piege qu'il tend.
Garonex
Chut! Ne divaguez plus I Si Fleur d'Or vous entend !
Mataba
Mais je veux lui parler, A Fleur d'Or, et lui dire
Qu'au lieu de le f6ter, il faudrail le maudire,
Le Chef banalacle qui desire la voir;
C'est un ordre supreme et pour elle un devoir


-8-








De fuir cet imposteur et son hypocrisie
Dont elle est aujourd'hui la victim choisie.
Siboa, a Goric qui 6coutait Mataba
Tu crois ce qu'elle dit ?
Goric, impressionn6
J'ai peur de l'Etranger.
Trop d'exemples deja confirment le danger
D'accueillir l'Espagnol avec insouciance,
Et comme Mataba, je n'ai pas confiance.
Garonex, allant aupr6s de Goric
Vous ne travaillez pas, vous : vous d6rangez tout.
Place de ce c6t6 ce royal matoutou I
( Mataba moqueur)
Tu viendras saluer le Chef blanc, A la f6te.
Pour sur, tu l'aimeras; sa justice est parfaite.
Siboa, enthousiaste
Avec lui nous pourrons fumer le tobacco
Quand le rose lambi r6veillera l'6cho,
Admirer des battas les fleurs quotidiennes,
Berc6s dans nos hamacs, pres de nos indiennes.
Goric, encore un peu reticent
Quand le Chef Ovando viendra, je lui dirai
Que son Ame tout droit ira dans le turey
Si je peux, dans la paix, non loin de mon village,
Planter du cohiba, de l'igname et de I'aje.
Siboa
Venu des caciquats, dans la plaine et les bourgs,
Tout un people s'exalte aux appeals des tambours ;
Le village est riant; les cabanes sont gaies;
Les guerriers rassur6s ont jet6 leurs zagaies.


-9-








Garonex
Contre des perroquets, du mil et du colon,
Nous aurons des grelots, des bagues en laitons.
Goric, plus rassur6
Quelquefois, en pirogue, A board des caravelles,
Nous irons 6couter des musiques nouvelles
En buvant des boissons douces comme le miel.
Garonex, transport d'aise
J'adore dans mon coeur le blanc venu du ciel,
Blanc aux yeux bleus, aux cheveux roux et qui prohibe
La presence, chez nous, du cruel caraibe.
Par lui, je deviendrai moi-rinme un nitayno.
Mataba, a part
Louquo pr6servera ses fils d'un tyranneau I
Garonex, meme jeu
Les blancs me donneront une belle monture,
Et je paraderai...
Malaba, a part, m6prisante
Vilaine creature !
Garonex,
tout joyeux fait une pirouette et va parler au dehors
Mettez du flamboyant sur les arbres trop nus;
II faut les 6tonner de d6cors inconnus;
D6pouillez les bosquets, camnbriolez les landes
Afin de m'apporter un peu plus de guirlandes.
( A la vieille, en la bousculant )
Faites place, la vieille...il faut vous resigner,
Car au jeu du destin notre sort peu gagner.


-10-








Mataba


Non, je veux 6mouvoir vos ames innocentes 1
Laissez les fleurs des bois, des jardins et des sentes
Sans plus les d6dier au noble visiteur
Qui n'est, je vous le dis, qu'un affreux imposteur.
S'il ne vous brise pas, j'appellerai miracle
L'accroc qu'il aura fait aux pr6dits de l'oracle,

Siboa

Vous mettez le d6gott en nous comme un poison I

Malaba

Les torts passes sont 1A pour me donner raison.
Guacanagaric qui n'6tait pas rebelle,
Monta, credule, A bord de cette caravelle
Que commandait le Chef qui s'appelait Colomb;
Pour fixer son destin, le blanc ne fut pas long :
Le Cacique eft les pieds charges de lourdes chaines...
HMlas I tous ces apprets pour les fetes prochaines
Ne font que devancer l'horreur qui va venir.
Quoi done I vous n'avez pas le don du souvenir I
Vous oubliez d6jA que le fourbe et le traitre,
Pour mieux s'insinuer jusqu'a devenir maitre,
Fait patte blanche, et puis, vous voyant endormi
Par ses propos menteurs et ses gestes d'ami,
Cherche l'occasion de vous tordre la gorge,
Et cette occasion, il la cr6e, il la forge,
Et d6voilant sa rage en un exc6s plus grand.
Dans ses pieges sans nombre, un matin, il vous prend.


-11 -








Garonex
Vous voulez imposer vos funebres hantises;
Je suis las A la fin d'entendre vos sottises VY
Empechez le Chef blanc d'entrer dans ce palais.
Malaba. (avec un geste de pitid )
Frivoles indiens I Ze6ms, prot6gez-les I
(elle sort)


SCENE II
Ul
LINA, ATIBO, les memes

Garonex, en silence, arrange quelque chose dans le fond puis et
transport un objet dehors, aid6 de Goric et de Siboa, tanais 'ail
qu'arrivent Atibo et Lina d 6
Lina a
Dis, n'est-ce pas que ce decor est magnifique ? i
Atibo |s
Le blanc y verra-t-il notre esprit pacifique ? ers
Lina
Mais, pourquoi, cher amour, le Blanc te hante-t-il ?
lais
Alibo
Irve
Parce que je le crains ; il est fourbe et subtil. btre
Je t'aime, n'est-ce pas ? De toi, mon ame est folle ? ouri
Lui, le banalacl6, son Ze6ms, son idole,
C'est le jaune m6tal qu'au flanc du more bleu
Sa pioche va heurter.
Lina ur r
Oui, lor seul est son dieuPjed


-12-







Atibo


II n'est de cruautes en sa t6te inhumaine
Qu'il n'imagine afin d'avoir l'or qui l'amene.
Vraiment, Lina, j'ai peur, de subir son affront.
Lina
I'invoque les Ze6ms : ils nous protegeront.
Atibo
Mais ils sont sourds, les dieux, aux heures d'injustice..
Lina
ux affronts qu'on nous faith, les Z6mes compatissent.
u connaissais le Chef nomm6 Bobadilla,
,et autre Blanc cruel que IEspagne employ ?
s aible, licencieux, d6pourvu d'6nergie,
S6tait violent et vivait dans l'orgie;
i avait invent de durs travaux forces ;
es pauvres indiens chez les maitres fix6s,
voyaieut d6pouill6s de leur or, de leurs terres;
s moindres roturiers 6taient propri6taires...
|ers son Espagne, il s'en allait, destitu6,
h bien I les dieux vengeurs, dans les flots, I'ont tu6.
Atibo
lais non, je ne crois pas que la mer forcen6e
irve aux dieux A marquer leur justice obstin6e.
btre Caonabo, lui qui n'avait rien fait,
ourut aussi noy6.
Lina
Mais ce fut un bienfait
?ur notre cher Cacique : il fut trahi. L'audace
iieuPjeda, qui ne sut I'attaquer face a face,

-13-








Eft raison de sa force; il fut pris, garotte,
Et dans les noirs cachots d'un gallon, jet6.
La colere et la haine, incandescent lave,
Bouillonnaient dans son coeur ; mais il 6tait esclave.
Le chef valeureux qui, sur le premier moment,
Souffleta 1'Espagnol d'un rude chAtiment,
Allait, dans les prisons de 1'Espagne lointaine,
Pour avoir d6fendu le sol, purger sa peine.
Mais les dieux avaient vu 1'horrible trahison,
Car bient6t la temp6te obscurcit l'horizon,
Zebra d'6clairs le ciel, comme un oiseau de proie,
Et dans une clameur formidable de joie
Engloutit dans les lots le Cacique liH
Afin qu'il ne fat pas, li-bas, humili6.
Atibo
Cette fois, c'6tait bien.
Lina
Mais c'est une autre chose
Pour le chef Espagnol, et c'est plut6l a cause
Des m6faits criminals, des actes inhumains,
De tous les indiens 6trangl6s de ses mains,
Que les dieux irrit6s et fr6missants de rage
Avaient, sur l'oc6an, suscit6 le naufrage.
Atibo
Done pour Bobadilla qui fut dur et d6ment
La mort, au fond des eaux, 6tait un chAtiment ?
Lina
En effet... Sens-tu bien quelle est la difference
Entre les deux tr6pas? L'un tue une souffrance,
L'autre tue un orgueil de ses crimes gav :
L'Espagnol est perdu l'Indien est sauv6


-14-









Atibo
Tu sais, quand il se perd, guider mon coeur qui t'aime.

Lina
Trop souvent il s'6puise A jeter l'anatheme.

Atibo
Ainsi qu'un bouclier, je porterai ma foi
Parce que ton amour luira sur mon effroi.
SApr6s un silence )
Hier, tu m'a promise d'intlresser la Reine
Au destin de nos cceurs.

Lina
Laissons la Souveraine I
N'as-tu pas observe combien elle a souffert,
Que ces pr6paratits sont pour elle un enfer?
La Reine est obs6d6e et, sans Mtre parjure,
Parler de notre amour serait lui faire injure.

Atibo, jaloux
Je sens que tu ch6ris la Reine plus que moi.

Lina
Tu ne le penses pas I
Alibo
Je le sens... Mon 6moi
Ne sait plus te trouble. Tu glaces ma tendresse
Lorsque de nous unir ma passion te press.
( Lina est reveuse ; Atibo l'observe avec une amoureuse
inquietude )


-15-









Lina,
comme en reve se d6place de long en large.
Les temps de l'amour sont passes.
Lorsqu'autrefois les fiances,
Vivant la divine venture,
Au bois s'en allaient, enlaces,
Leurs pas n'6taient jamais lasss ;
Ils melaient A leursjeux, les jeux de la nature.
Bientot le souffle des malheurs
Avait fletri les douces fleurs
Qui couronnaient leurs tetes,
Et la tristesse et les douleurs
Avaient remplace par les pleurs
Le rire harmonieux des beaux matins de fetes.
Atibo
Que dis-tu ?
Lina, comme reveill6e
Rien
Atibo
Comment rien ?
Lina
Des vers de Fleur d'Or,
La Reine'si comblee et malheureuse.
Atibo
Encor I
Lina
Ce n'est plus la Feur d'Or que nous avons connue,
Legere, insoucieuse, enjouee, ingenue,
Portant avec bonheur, une gale fierte.
Le sceptre de l'amour et de la royaut6.


-16-









C'6tait le temps des jeux, des chansons et des danses,
Le temps des areytos, des subtiles cadences
Ou, sous le grand mapon qui garde le palais,
Alternaient en jonant les bras et les mollets
Des jeunes gens heureux pressant les jeunes filles.
Et la Fleur d'Or est li ; son sourire qui brille
Offre dans son ecrin la perle de ses dents;
Elle-meme preside A nos 6bats ardents,
Et pour recompenser les danseurs les plus prestes,
Organise, le soir, de ces tournois agrestes
Qui mettent en valeur, parmi les mille cris
Acclamant en gait6 le classement des prix,
La puissance de l'un ou la grace de l'une
Sous un ciel impr6gn6 de caresses de lune...
Pour l'Espagnol, demain, nous danserons ces pas,
Mais l'entrain de jadis, nos cceurs ne I'auront pas.
Atibo, 6mu
De te voir triste ainsi, je t'aime d'avantage.
Entre la Reine et moi, je souffre le partage.

Lina
Mais la Reine n'a pas A se mettre entire nous;
Je t'aime dans mes bras et je l'aime A genoux.
Son plus petit ennui me trouble et d6sespere,
Et dans ces moments-li ton doute m'exaspere.
Atibo
On ne s'aime que mieux quand on pense au p6ril.
L'amour est plus profound lorsqu'il est pu6ril
Avec un coeur berc6 de divine harmonies
Dans la grAce de l'heure adorable et b6nie.


-17-








Et quand l'orage gronde, il est bon d'Mtre deux
Pour marcher sans effrois aux chemins harsardeux
Lina
Contre les coups du sort s'appuyer I'un sur l'autre.

Atibo, passant son bras sous le sien
Et dire A 1'ennemi : cette tendresse est n6tre,
N'y touchez pas I S'il faut un jour nous en punir,
Qu'au meme chatiment on daigne nous unir.
( Tandis qu'ils sont dans ces effusions de sentiments, survient
la Reine )

SCENE III
Les mimes, ANACAONA,suivie de Garonex et d'autres indiens.

Anacaona, douce et grave
J'6prouve au fond de l'Ame une douceur extreme
Lorsque, dans mon royaume, autour de moi, l'on s'aime,
Je sens revivre alors les beaux jours triomphants...

Lina, comme pour s'excuser
Reine, je veux vous dire...
A nacaona
Aimez-vous, mes enfants I
(Elle entend musique et tambour au dehors )
Tout mon people est debout, car le moment approche...
Je veux que l'indien n'encoure aucun reproche.
( admirant le decor )
C'est tres bien, Garonex. Le decor, en effet,
Sans de ligers d6fauts, serait presque parfait,


-18-








Mais des d6fauts de rien, a peine des nuances.
Ici, trop peu de plants, et IA, ces affluences
Cachent de mes jardins la perspective en fleur ;
La table du festin n'est pas mise en valeur:
Mettez-la plus en vue, au milieu de la place,
Et si pleine de fruits qu'elle en semblera lasse.
Avez-vous l'ouicou dans les canaris frais ?
Garonex, d6f6rant
Oui, divine, les mets et l'ouicou sont pr6ts.
Anacaona, jetant un coup d'oeil sur la table
Les presents Les areas aux plumes opulentes I
Les pagnes de coton tiss6s d'or. Ah I les plants
Qu'on ne saurait, hors de chez nous, trouver ailleurs ;
Les fruits les plus juteux, les plus beaux, les meilleurs;
Les bijoux cisel6s par Ratimi, I'orf6vre,
Si purs que l'on voudrait les voir avec la 16vre;
Les beaux vases d'argile avec un bec d'oiseau,
Et les souples hamacs, les nattes en roseau
Dont la paille craquante est comme une caresse,
Oa vient, avec douceur, s'alanguir la paresse.
Garonex
Oui, divine, tout est pr6t.
Anacaona, a Lina
Et toi, sais-tu ton chant?
Ton art, 6gal au mien, est encor plus touchant.
Je veux que l'Espagnol senate toute notre Ame
Passer, comme un appel, dans ta chanson de femme.
Lina
Oui, je crois le savoir; que le coeur manque un peu,
VoilA ce que je crains.


-19-









Anc'aona
Timide ? Chante-le I
Lina, chantant
Le dieu de l'heure claire
Surgit : c'est Huoiou
Qui vient verser sur tout
Son grand bonheur de plaire.
Aya bomb !
Le soleil est lev6.
La grace vesperale
De la douce Nonun,
Sur les bords du flot brun,
Pleure le jour qui rAle.
Aya bombed I
Le soleil esl tomb6.
Mon coeur est tout en flamme
Et beau comme un mamey:
I1 attend pour aimer
La tendresse d'une Ame.
Aya homb6 I
Mon coeur est enflamm6.
Que vienne la souffrance
Me couvrir de sa nuit :
Je mourrai dans l'ennui
Oh se perd I'esp6rance.
Aya bomb& I
Mon coeur est abim6.
( Tandis que Lina ach6ve de chanter cet areyto, on entend
un tumulte au dehors et la voix de Mataba. )


-20-









Siboa
Ne laissez pas entrer Allez-vous-en, la folle 1
Malaba, au dehors
Je dis que je dois voir la Reine, ma parole I
Goric, railleur
Ce n'est que Mataba.
Garonex
Eh, bien I repoussez-la 1
Mataba, p6netre apr6s force lutte
Non, je veux voir ma Reine auguste...
(Elle va se jeter a genoux au pied de la Reine)
Et voila 1

SCtNE IV
Les m6mes, MATABA, que Garonex veut faire partir.

Anacaona
Laissez I Je veux l'entendre; il n'est pas de distance
Entre mon people et moi. La plus humble existence
De ses moindres desirs peut m'exprimer l'objet:
Mon amour est acquis A mon dernier sujet.
Mataba, rassur6
Merci, divine et pure 1 II me faut du courage
Pour vous parler, parmi la f6te, de l'orage
Qui gronde sur nos fronts...Le people va p6rir !
L'Espagnol a jur6 de le faire mourir
Dans d'horribles douleurs et les plus noirs supplices
En faisant que nos Chefs soient aussi ses complices.


-21-









Le moment est veuu, les temps sont revolus
Oh ma Reine et mes Chefs et moi ne serons plus.
Atibo, voulant rire
Vous avez consult& les Butios, sans doute ?
Siboa, meme ton
Non, c'est plut6t I'6cart d'nn esprit en d6route.
Anacaona
Calme-toi, Mataba...Quels esprits inspires
T'ont instruite dejA des destins ignores ?
Mataba
Souveraine, depuis que la grotte sacr6e
Retentit des accents de la voix alt6rbe
Du butios vaincu par l'arret effrayant,
Je vis dans la terreur du lendemain, fuyant
Les fetes et les jeux. L'atroce proph6tie
M'empoisonne tout 1'6tre : elle me supplicie.
En est-il parmi vous qui se rappelle encor
Cette prediction que l'oracle de mort
Fit ce jour, dans 1'amnpleur solennelle du rite Y
Elle est, en traits de fen, dans ma m6moire inscrite.
(r6citant d'une voix monotone et solennelle)
H61as I le malheur va venir
Sur votre terre heureuse;
Comme un tombeau pour l'avenir
Un grand trou noir se creuse.
Les dieux interrog6s l'ont dit:
La foudre se prepare
Dans l'horreur d'un destin audit
Qu'aucun espoir ne pare


-22-









Pleut-ez, enfants ; courbez vos fronts
Sous le vent de colere ;
En trombe, viennent les affronts
De 1'homme A face claire.

Qu'avez-vous fait pour meriter
Le sort qui vous menace ?
Rentrez chez vous pour m6diter
Et leur demander grAce.

Vous avez irrit6 les dieux
Par quelqu'insigne offense;
Qu'ils soient mis6ricordieux I
Vous Mtes sans defense.

Qui pent emp6cher 1'Etranger
D'envahir le rivage
Et de venir vous outrager
Dans son ardeur sauvage ?

Ayant de brutaux app6tits,
FMlon dans son essence,
II vaincra : Vous etcs petits
Et trop pleins d'innocence.

II jugera votre douceur
Pire qu'une faiblesse,
Et le stupid envahisseur
MWne'ra tous en laisse.

Des chefs, h61as! les flatteront
Fourbes, laches et traitres,
Mettant la honte de leur front
Aux bottes de leurs maitres.


-23-









D'autres seront pers6cut6s
Par l'audace et la haine
En defendant nos libert6s
Du fond de leur g6henne.
Allez Vous serez pi6tin6s
Par des races plus fortes !
Les elements sont d6chaines
Les liberties sont mortes.
(Impressionn6s par les paroles cruelles et la voix profonde de
Mataba, tous courbent la tAte. Garonex essaie de ramener la
confiance en pregnant un air degagd.)

Garonex

Oiseau de triste augure et d'esprit incertain !
Vous ne nous pr6disez qu'un funebre destin.
Demain sera d'ailleurs ce qu'il lui plaira d'etre.
On a beau le vouloir, on ne peut se d6mettre
De vivre avec son temps. Que sert-il de chercher
Ce que dans l'avenir on ne pett empecher ?

Malaba, a Garonex

Homme sans caract6re et don't I'ame est douillette...
Atibo,
qui voit que Mataba oublie la presence de la Reine

Chut I

Malaba, continuant

Vous MIes d6eij trop mfir pour la cueillette
C'est dans les detritus que vous irez finir.
( Elle sort, murmures.)


--24









Anacaona


Silence !


Lina, sur un ton de reproche
Mes amis !
Garonex, vex6
Je saurai la punir I
Anacaona


Elle exagere un peu. Mais, je le sais moi-meme :
Malgr6 ces soins coquets, je songe au jour supreme
Of j'irai retrouver mon fier Caonabo,
L'epoux royal don't l'Oc6an est le tombeau.
( Elle devient grave et semble plong6e dans de profondes
S rflexions)
Alibo
La confiance intacte au course d'une priere
Nous reserve peut-etre une longue carriere.
Elle fera fl6chir la rigueur des destins
Mieux que la f6te proche et I'eclat des festins.
Anacaona

Je pense trop souvent a la sombre 6ch6ance
Et j'ai pris le parti de vivre en l'ignorance
Des desseins des Z6mes, car je n'invoque pas
Leur esprit protecteur sur l'instant du tr6pas.
Lina
Toi seule as le pouvoir de pr6venir le drame...
Atibo
Dont on ne sent qne trop la menace en notre Ame.


-25-









Lina


Adressons-nous aux dieux : une ardente ferveur
Peut attire sur nous leur supreme faveur.
Atibo
Oui, leur misericorde esl infiniment grande ..
Lina, vivement
Je crois qu'ils agreeront notre pieuse offrande.
Anacaona
Mais que leur offrons-nous ?

Lina
Notre coeur, notre d6sir
De vivre sous leur loi, de vivre et de saisir
La douce occasion de louer leur puissance
Qui protege nosjours depuis note naissauce.
Anacaona
Nous n'avons pas le temps -le temple est eloign6--
De pratiquer le rite 6clatant et soign6
Qui lenr plait el nous rend dignes de leur tendresse.
Garonex, subitement inspire.
Votre Altesse a raison ; le temps, rapide, press.
Mais ici meme, ici, parmi branches et fleurs,
Nons devons leur montrer nos craintes, nos douleurs,
Appeler leur secours sur I'avenir instable.
Alibo
Oui, que pour eux d'abord, sur le sol, sur la table,
S'6talent nos presents comme au pied d'un autel.
Ils savent bien pourquoi le choix de l'heure est tel.


-26-









Lina
Nous leur donnons le pas, dans ces d6cors agrestes,
Sur l'Envoy6 des Blancs qui n'aura que les restes.
Atibo
Oui, Reine, c'est cela.
Aneaona
Puisque vous le voulez,
Implorons les Z6mbs dans ces lieux, Mais allez
Dans le Palais chercher la vigilante idole.
Lina, indiquant une place
Nons la mettrons ici.
Garonex, vivement
Permettez que j'y vole I
Anacaona, A Lina
Disposez les presents autour du matoutou.
Nous allons invoquer Kooroumon, Savacou,
Les Mabouyas, cruels, Mamouna, notre amie,
Afin de reveiller leur tendresse endormie.
Lina
Et qu'ils veuillent changer, mattress de notre sort,
En un arret de vie un dur arret de mort I

SCINE III
(LINA, ATIBO arrangent les fleurs autour de la place r6-
serv6e A l'idole, tandis que Garonex et les serviteurs re-
viennent avec la statue de Kouroumon,dieu de la Temp6te qu'ils
portent pr6cieusement.)
Garonex, apr6s I'avoir mis en place.
Le dieu vengeur!
Atibo, qui 6tait venu a son aide
Je le crois bien A cette place.









Garonex, soufflant
C'est lourd. I1 donne chaud.
Atibo
Ii n'est jamais de glace.
(Ayant soignement dispose l'idole et l'ayant entouree de fleurs,
de branches et de fruits, tous se rangent sur une ligne, un peu
en arri6re d'Anacaona qui va commencer I'invocation. Un petit
silence de recueillement.)
Anacaona
les deux bras tendus dans I'attitude de la pri6re
Kouroumon, dieu des vents,
Ardemment je t'implore,
Toi don't les sauts mouvants
Font la Tempete 6clore
(Tous 16vent les bras en mrme temps et re6ptent: )
Kouroumon I
Anacaona
Toi qui vois nos tourments,
Toi, supreme esp6rance,
Brandis les elements,
Secours notre souffrance !
Tous
Kouroumon 1
Anacaona
Savacou radieux,
Tu feras le miracle,
Aid6 des autres dieux,
De d6tourner l'oracle I
Tous
Savacou I


--28-









Anacaona


Avec I'honneur au front
Nous voulons toujours vivre.
Des hontes de 1'affront
Que Louquo nous delivre I
Tous
0 Louquo
Anacaona
Mabouyas, infestez
Leurs esprits et leur voie,
Qu'A vos habilet6s
Ils se trouvent en proie !
Tous
Mabouyas I
Anacaona
Inspirez-nous les trails
D'heroisme et de gloire,
Mamouna 1 les secrets
Menant A la victoire !
Tous
Mamouna I
Anacaona
Si la n6cessite
De mourir est offerte,
Donnez-nous la fiert6
D'accepter notre perte I
Tous
0 Z6mes I
( Un temps de silence et de recueillement )


-29-








Anacaona, revenant A la rdalitU
Mais pensions que bient6t doit arriver notre h6te.
Peut-6tre est il deji sur le haut de la c6te I
( A tous
Pressez les serviteurs I Qu'ils se montrent actifs
Et soient intelligent dans les pr6paratifs I
Stous sortent except Lina et Atibo )

SCINE V

ANACAONA, LINA, ATIBO

Alibo
Quelques beaux jours encor nous sont promise peut-6tre?
Lina
Moi, j'y compete beaucoup.
Anacaona ( elle s'aseoit)
L'Espagnol est le maltre
Depuis plus de dix ans. II a combl6 de maux
Les planes, les cites, les plus humbles hameaux,
Courbant tout sous sa loi de plus en plus atroce,
Soumettant les couards par le sabre ou la crosse
Et tuant sans merci les grands chefs belliqueux
Dont la foi se rebelle A marcher avec eux,
Et mes illusions ne sont pas innombrables.

Atibo
Sauvons ce qu'il reste A sauver I
Malaba, an dehers
Les mis6rables I


-30-








Anacaona, redress6e fierement
Ce qu'il reste A sauver ce n'est pas le bonheur,
Mais un plus pr6cieux et plus giand bien : l'honneur I
Les fils de la Castille ont une Ame peu tendre ;
Cupides, ils ont pris ce qu'il restait a prendre,
Et des traitres, vendant l'heritage sacr6,
Le front bas, ont offert leur service ex6cr6
Au maitre sans pilie qui rit et les m6prise.
La honte, c'est un vin falsifiU qui grise,
Mais quand on en aspire une fois le bouquet,
II donne la naus6e et s'exhale en hoquet.
Tes fils, Xaragua I sauront choisir le bagne,
Les travaux de la mine ou l'exil en Espagne,
Le supplice, la mort, sans avilir leur coeur
A mendier la grAce ou l'appui du vainqueur,
Sans pr.ter leur concours A quelqu'affreuse trame
Et sans prostituer la pudeur de leur Ame ;
Ce qu'il reste A sauver I Non pas Yaguana,
Mais les quelques vertus que le ciel nous donna;
Ce n'est plus lor des months, l'existence des villes;
C'est le hautain d6sir de n'6tre pas services,
Le souvenir des morts en soi toujours vivant,
La foi dans les Z6mes comme Huoiou levant,
Et c'est tout un passe d'616gance et de gloire
Qu'il nous faut faire entrer tout entier dans l'Histoire I
( La Reine dans son tr6ne est transfigur6e tandis que tout petits,
assis A ses pieds, Lina et Atibo 1'ecoutent )
C'est, malgre nos malheurs, de porter haut le front,
D'opposer un coeur droit aux soufflets de l'affront :
C'est, gardant jusqu'au bout l'attitude choisie,
D'offrir come un honneur la fleur de courtoisie.
Ce qu'il reste A sauver I C'est notre volonte,
Si nous devons mourir, de mourir en beauty.


-31-








Atibo.
(gagn6 au sentiment de la Reine, s'agenouille A ses pieds )
Oui, si la honte vient, nous ne devons plus vivre.
Lina
Et jusques an tombeau, vous nous verrez vous suivre.
Anacaona,
calm6e tout A coup et comme revenant vers eux, qu'elle avait
oubliks
Mais non, je garde encore une luetr d'espoir.
On m'a dit tant de bien du Chef qui vient nous voir;
On s'accorde A vanter son esprit de justice
Et ses hautes vertus... Mais qu'il an6antisse
Nos ultimes espoirs ; et qu'au Xaragua
11 frappe de tributs et ville et magua;
Qu'il soit le plus cruel des lAches et des traitres;
Que, demain, ses soldats, sur notre sol, soient mattres
Et par tous les exc6s et les exactions,
Abreuvent de leur fiel les g6n6rations,
Nous sentirons en nous les vertus de la terre
Qui sauront susciter la geste salutaire,
Et nos fils, r6unis en supr6mes faisceaux,
Bouteront I'ennemi dehors par leurs assauts.
Nous vivrons, mes enfants, ces heures formidable,
De la race indienne aux destins, insondables,
Dussions-nous les payer, un jour, par le tr6pas,
Le people doit survive, un people ne meurt pas I


RIDEAU



-32-














Aete II

Meme d6cor qu'au premier acte. La Reine Anacaona est parse
de ses plus beaux atours. Bagues, bracelets aux bras et aux jam.
bes. Pendants d'oreilles. Tunique voyante, ceinture d'or. Ses
cheveux flottent sur ses 6paules. Sur son front un bandeau d'or
qui retient les plus belles plumes d'aras et de perroquets,

SCeNE I
ANACAONA, LINA, ATIBO

Lina
Sur les chemins poudreux fleurant la citronnelle,
Le camp6che et l'oubou, pas une sentinelle
N'a tait dire A la cour qu'on les a vus venir.
Anacaona
Le Chef des Espagnols nous a fait pr6venir
Depuis plus de dix jours de l'attendre a cette heure;
Tout est pret : le festin, les fetes, la demeure
Que j'ai fait preparer pour le repos du soir.
Lina
Des caciques voisins sont venus pour le voir ;
La cour est au complete.
A nacaona
Je suis trop consciente
De oe retard indu don't je m'impatiente.


-33-








Atibo
Pourquoi tant desirer de le voir A present ?
Lina
L'attente, le retard est un dieu malfaisant;
II desseche 1'espoir et souffle ses miasmes
Sur les decisions et les enthousiasmes.
Anacaona
C'est ainsi que je sens moins ferme, en v6rit6,
L'audacieux dessein que j'ai pr6m6dit6.
(6tonnement d'Atibo)
Ne pouvant plus penser A vaincre par les armes,
Je veux mettre en avant I'appareil de mes charmes.
Alibo, inquiet et d6f6rant
Nous voudrions savoir comment Sa Majest6
Entend, pour Ovando, d6ployer sa beauty ?
Lina, d'un ton de reproche tr6s doux
Interroger la Reine est une impolitesse !
Atibo, d6f6rant
J'en demand humblement pardon A Votre Altesse I
Anacaona,
fait un geste qui signifie: cela n'a pas d'importance et, toute a
son id6e de coquetterie, continue:
Suis-je si belle encore et pourrai-je esp6rer
Que l'Espagnol conquis daignera diff6rer
L'instant qu'il a choisi de venir nous soumettre
A ses pr6tentions, A ses desseins de maitre ?


-34-









Atibo, flatteur
J'allais vous proclamer plus belle chaque jour,
Plus belle qu'au moment oi fleurissait I'amour.
Lina
Qui pourrait resister a votre doux sourire,
A vos yeux miroitants que l'on pourrait d6crire:
Deux diamants de nuit sur un fond de velours ?
Anacaona
Merci I Vous me flattez. Eh bien I pour ces balourds,
Je fais des frais afin de sauver notre cause.
En peu de mots voici ce que mon coeur propose :
Par l'Etranger puissant le people est menace,
La Reine a pour devoir--mme l'orgueil bless,
D'ecarter le malheur qui pourrait le surprendre;
Elle n'ose luster, elle n'ose entreprendre
Une guerre ou deji 1'Espagnol est plus fort
Avec tous ses canons et ses engines de mort.
Mais je suis d6cid6e au plus grand sacrifice,
A mettre dans mon jeu la ruse et l'artifice
Pour vous donner la paix si ce n'est le bonheur,
Mais sans rien de vilain qui r6pugne a l'honneur,
Et vous allez juger du plan que je prepare.
Pour l'accueil d'Ovando, je revis, je me pare.
Je suis belle, je ris, je veux vaincre son ceur,
Le laisser supposed qu'il sera mon vainqueur;
Sans d6passer jamais les lois de l'6tiquette,
Le tenir en suspens par ma grace coquette.
Atibo
Divine, vous feriez cela; votre fiert6
Consentirait ainsi, pour notre liberty,
A renier un jour, tout un pass sincere ?


-35-








Lina


Et ce lourd sacrifice est-il bien n6cessaire ?
Anacaona
Je ne sais I Inutile, il en sera plus beau.
S'il n'6tait que de moi, j'eusse mis le tombeau
Entre mon d6sespoir et toutes les Espagnes
Dont la f6rocit6 ravage nos campagnes
Et ne reve rien tant que de nous asservir.
Mais mon people doit vivre etje veux le servir
Jusqu'a mon dernier souffle, avec toute mon Ame.
Atibo
Z6mes exaucera le d6sir d'une femme 1
Une voix, au dehors
J'ai vu les Espagnols
Une autre voix
Ah ca va s'animer I
Garonex, introduisant un jeune indien
La Reine les attend. Cours done l'en informer


SCENE II
Les memes, GARONEX, UN JEUNE INDIEN

Anacaona
Tu les as vus, petit ?
Lejeune Indien, dans une g6nuflexion
Oh I si bien, Souveraine,
Que j'ai vole d'un trait pour que je vous l'apprenne.


-36-








Anacaona, 6mue
De te bien renseigner, Goric a-t-il pris soin ?
Arrivent-ils tant6t ? Sont-ils encore loin ?
Le jeune Indien
Les premiers cavaliers, lAchant leur 6triviere,
Se reposent A l'ombre, au bord de la riviere ;
J'en ai vus qui marchaient dans les champs embaum6s
Et, de leurs coutelas, 6pluchaient des mameys.
Lina
Ils doivent avoir faim.
Atibo
Tandis que sur les tables
Se fAnent, depuis hier, nos beaux fruits dl6ectables.
Anacaona
D'aller les rencontrer le moment en est venu.
Soyez tous accueillants comme il est convenu.
Je vais jouer mon r6le, A la fois souple, alti6re,
Eurythmique et languide au fond de ma litiere.
(Elle sort suivie de tous except de Garonex et du jeane Indien)


SCENE III
GARONEX, LE JEUNE IND1EN

Le jeune Indien
Pour arriver si vite, oh I comme j'ai couru I
Mais l'ordre etait s6vere et je me sens recru
De fatigue et de faim ; la soif brfile ma langue.
Ne puis-je pas m'offrir cette petite mangue ? ...


-37-








Garonex, I'arretant
Non, rien ici pour toi ; tout est pour l'Etranger.
Va-t-en I tu trouveras ailleurs de quoi manger.
( Le jeune indien sort. Garonex admire le decor )
Garonex
Oui,je crois, c'est parfait. Chaque chose A sa place.
Ces fruits ap6tissants, avec soin, je les classes
Pour qu'on les voie ici sous leurs plus beaux aspects.
C'est au course des festins qu'on s'entend pour la paix.
(Tandis qu'il inspect, Mataba qui est de plus en plus courbee
arrive, mysterieuse )
SCENE IV
GARONEX, MATABA
Mataba, d'une voix desolee, sans voir Garonex
Des oiseaux inconnus,
Cette nuit sont venus
Sur mon humble demeure,
Ont, pillant les bosquets,
Tu6 mes perroquets...
J'entends mon chien qui pleure I
Des hommes inconnus,
Ce martin, sont venus
Dans la riche demeure,
Ont, au bruit des mousquets,
( montrant les fleurs )
Saccag6 les bouquets...
J'entends mon coeur qui pleure.
Garonex, eclatant de rire
C'est bien de la folie. Et tu viens jusqu'ici
R1pandre la terreur d'un esprit obscurci.


-38-








Mataba


Non, je suis inspire et plus que vous, lucide;
Les Z6mes, par ma voix, pr6disent l'homicide;
Et vous me croyez folle, et le monde me fuit
Parce qu'il a l'effroi des clartes de ma nuit.

Garonex
Mais, je ne te crois pas ; ton esprit exagere ;
Le people qui te craint te nomme la m6egre.

Mataba
Le people I Versatile et d'esprit plus mouvant
Que la feuille qui tombe et roule avec le vent,
Quel usage a-t-il fait jamais de sa puissance ?
Subjugu6 par celui qui le frappe ou l'encense,
Depouill de ses droits par d'indignes voleurs,
11 ne prend pas le soin de sender ses malheurs
Jusqu'a ce qu'il s'affronte au mal qui le terrasse ...
Mais il suffit d'un chef pour sauver une race.
(Garonex regarded bien pour voir si c'est Mataba qui parole)
Vous etes ecout6 parce que tout-puissant,
(suppliante)
Ne laissez pas mourir votre people innocent I
Vous voyez le danger, et vous faites l'aveugle;
Quand le taureau sent s'approcher la mort, il meugle.
Meuglez! .. Dites un mot que redira l'6cho,
Et nos fr6res fuiront vers le Bahoruco.
Garonex, A part
Je constate aujourd'hui que son Ame est farouche,
Sont-ce les dieux vraiment qui parent par sa bouche ?


-39-









Malaba,
comme un avertissement A tous les indiens
Le people va mourir!
Garonex,
(Un temps. II hausse les 6paules)
Ex-a-g6-ra-tion I
Mataba
Je suis vieille ; A present, ma seule ambition,
Croyez-moi, c'est d'aller dans le fond de la plaine,
A l'ombre des mameys, rendre aux dieux mon haleine,
Garonex
Ii me faut jouir, moi, car je suis jeune et fort;
L'instant n'est pas venu de penser A la mort.
Mataba. choqude
Vivre seul dans la honte et dans l'ignominie !
Garonex, insinuant
Les choses vont changer, car 1'Espagne renie
Les actes du pass.
Malaba, sceptique
Les choses vont changer !
Garonex
Oui, nous en sommes strs; c'est pour nous prot6ger
Que la Reine Isabelle, en sa tendresse, envoie
Le nouveau chef pour qui nous sommes dans la joie.
Mataba
Pauvre Indien naif Vous dementez nos dieux
Dont I'Oracle a pr6dit des crimes odieux.


-40-








Ah I si je pouvais rire A l'heure du supplice
En voyant le bourreau massacrer le complice I
Garonex
Ii nous faut des tissus pour prot6ger nos peaux
Contrel'ceil d'Huoiou qui nous force au repos
Quand il est droit dans le turey. Reine Isabelle
Va nous en envoyer toute une caravelle
A bas done le safran, la tuna, le roucou;
Huoiou sera frais ainsi que Savacou.
Nous aurons des outils pour la terre, et le reste.
Allons I qu'Ovando vienne et sans que l'on protest I

Mataba, a r6fl6chi puis secoue la t6te
Personne impunement n'est traitre a son Pays.
Ecoute un court instant, puis, si lu veux, trahis
Les faits dalent d'hier; ma m6moire est fiddle.
Je peux done, sans effort, les puiser au fond d'elle.
Lorsque jadis, chez nous, vint don Barth61emy,
II fit savoir qu'il n'6tait pas un ennemi;
Qu'au contraire, envoy par deux puissants monarques,
11 avait mission de nous donner des marques
De grande sympathie et qu'il 6tait charge
Par Christophe Colomb d'avoir a prot6ger
Les caciquats soumis aux couronnes d'Espagne.
Si Guaminiquina s'6tait mis en champagne
Avec tous ses soldats, il n'avait que le but
De reclamer de nous un important tribute
De poudre d'or et de products de notre terre,
Notre Xaragua n'6tant pas tributaire.
II fit tant et si bien, ce don Barth1lemy,
Que Bohechio devint son tres intime ami,


-41-








Aux f6tes en l'honneur de cet adelantade,
L'Espagnol s'amusa, fit de la mousquetade
Pour plaire aux Indiens et finit par prouver
Que d'un don annuel nous devions nous grever.
Le cacique accept, rempli de confiance,
A faire avec l'Espagne un trait d'alliance.
Le petit qui s'oublie A s'allier au fort,
Se voit fatalement absorber sans effort.
Boh6chio devait incessamment I'apprendre,
Car 1'Espagnol lui prit tout ce qu'il pouvait prendre.
Perdant la liberty que lui-meme abdiqua,
II devint un vassal en son beau caciquat.
Abreuv6 de d6goilt, m6prise de 1'Espagne,
Reni6 par les siens, au fond de la montagne,
Le vieux alla mourir, torture du remords
D'avoir, un jour, vendu la terre de ses morts.

Garonex, ironique
Pauvre Boh6chio I

Malaba, cinglante
Relive done ton Ame I
Projette la clart6 de sa plus vive ffamme
Sur le chemin obscur, hant6 par le danger
Ou l'Indien naif va suivre 1'Etranger.
Garonex, meme jeu
Je vais done Mtre esclave ?
Mataba
On ne veut pas me croire ;
L'heure est par vous marque aux pages de l'Histoire I


-42-









Garonex


L'Histoire est sans effet sur ceux qui ne sont plus.
Bien vivre, c'est jouir sans regrets superflus.
Lorsque le Chef viendra, moi, je vais lui promettre
De servir sous sa loi quand il sera le maitre.
J'aurai de la fortune et j'aurai des plaisirs,
Duss6-je y parvenir en flattant ses d6sirs.
Malaba,
recule et, d6goutie, lui jette ces mots:
On descend chaque jour 1'6chelle de la honte ;
C'est ici, comme ailleurs, le premier pas qui compete:
Mais une fois franchi, rien ne pent annoncer
Dans quelle bone infected on ira s'enfoncer,
Et l'habitude acquise acc6lre I'allure
Du cynisme baignant dans sa propre souillure.
Elle sort, Garonex est comme sali. II s'essuie le front comme
pour en effacer des tfches de honte
Garonex
Cette vieille Ses mots I (11 r6fl6chit un instant)
J'ai vu la Reine, hier,
Montrer un front pensif qui n'dtait pas bien fier.
Malgr6 moi,je me sens triste.(Sonneries de clairon lointaines)
Voix de Mataba, au dehors
Les mis6rables I
SCaiNE V
GARONEX, LINA, UN CHCEUR D'ENFANTS
Lina
Qn'y a-t-il ?
Garonex, encore trouble
Mataba nous trouble avec ses fables


-43-








Et vous aussi, Princesse, avec quel pauvre entrain
Nous allez entonner tant6t votre refrain.

Lina
Taissez-vous I Je suis gaie et je ferai merveille
En mettant tout mon art a charmer leur oreille,
A nos h6tes ravis ... (aux enfants)
Mettez vous bien en rang;
Au bout, le plus petit; vous, ici, le plus grand.
Aussit6t que viendra le Chef avec la Reine,
Que dans un bel elan l'areyto vous entraine 1
(Sonneries de clairons de plus en plus en proches. Lina va
surveiller 1'arriv6e du cortege.)
Un enfail,
poussant son voisin, jouant du coude
Pousse-toi plus au fond I (Le voisin rdsiste) Tele calabaza I
Le voisin
Visage de Nonun
L'enfant
Vous 1
Le voisin
Tu me paieras Ca !
L'enfant, pied de nez
Aya bomb6e
Un plus grand
Veux-tu cesser, Guana, cesse I
L'enfant
Ouais, Mabouya !
Plusieurs
Voici revenir la Princesse.


-44-









Lina, vivement


Ils ont quitter la place. 0 beau choeur indien,
Rendez la Reine heureuse en chantant bien, tres bien I
(Tous s'immobilisent suivant des yeux les gestes de Lina)


SCENE VI
OFFICERS ESPAGNOLS, INDIENS,ANACAONA,OVANDO,LE CHOEUR

Le Choeur

Salut, 6 Messager
D'un royaume stranger
Que nos espoirs accueillent,
En cet instant joyeux,
Des petales soyeux
Sur ta tete s'effeuillent.
( Is lancent des fleurs sur Ovando qui reste impassible )
Nos pagnes en couleurs
Et nos huttes en fleurs.
Nos champs pleins de fragrance,
Huoiou sur les months,
L'air grisant les poumons:
Tout dit notre esp6rance.
Nous croyons a l'amour,
A la splendeur du jour:
Voici nos coeurs, notre Ame,
Et notre jeune esprit
Que jamais ne fl6trit
La noirceur d'une trame.


-45-









Ovando, la mine r6barbative
Bravo, Nifios, bravo I
Le chef des Cavaliers
C'est splendid et touchant I
Ovando
Gracias IGracias !
Le Chef des Fantassins
Je l'aime bien, ce chant.
Anacaona,
qui remarque la lassitude jd'Ovando
Vous etes fatigue, par cette longue route
Et vous voulez, Sefior, vous reposer, sans doute.
( Lina et le choeur sortent ainsi que les chefs espagnols)
Asseyez-vous; voici le trone pret pour vous.
Ovando,
resistant A la gracieuse invitation
Je suis robuste encor.
Anacaona
Le siege en est tres doux;
Du cotton le plus fin cueilli dans mon domain,
Et de mes propres mains, lorsque je m'y promene.
(II s'asseoit)
Ovando
Votre people est nombreux et me parait soumis.
Anacaona
Beaucoup sont des sujets de caciques amis;
Uls sont la pour vous voir et pour vous rendre hommage.
Les miens ne sont pas tous presents.


-46-








Ovando


Ah I c'est dommage I
Anacaona
Mais non, ils sont rests pour la reception
De vos sujets chez eux.
Ovando
Marque d'attention
A laquelle mon coeur de soldat est sensible.
Mes rapports le diront aussit6t que possible.

Anacaona
Au moment du festin, je vous pr6senterai
Les Butios avec leur long boutou sacr6,
Caciques, Nilaynos el d'autres dignitaires
Qui fraterniseront avec vos militaires.

Ouando
Madame, excusez-moi: je ne suis qu'un soldat
Au service des Rois qui m'ont donn6 mandate,
C'est pourquoi je ne sais, en phrases cadences,
En propos 616gants, exprimer mes pensees.
Mais cependant, je veux, pour cet accueil princier,
C616brant votre goit, vous en remercier.

Anacaona
N'en faites rien, Sefior I Vivez celte heure exquise
Comme un enchantment. Ayez l'ame conquise
Par les mille beaut6s d'un pays sans pareil
Oil l'amiti6 se chauffe aux rayons du soleil;
Oi, pour mieux vous f6ter, la nature elle-m6me
A mis a son sourire une tendresse extreme.


-47-









Croyez aussi que le succ6s de notre accueil
Nous offre plus de joie encore que d'orgueil.
Ovando

Mais enfin permettez que notre gratitude
Puisse au moins s'exprimer.
Anacaona
Nous avons l'habitude
De ces receptions oui ma court et mes gens
Apporlent leurs talents et leurs soins diligents I
11 est vrai que pour vous, le plus digne des h6tes,
Nos sujets empress6s, nos femmes les plus hautes,
Out mis dans le decor des soin-s particuliers.
Ovando,
admirant le decor, mais resistant au charme qui opere
Charmant (tout a coup) Je ne vois pas le Chef des cavaliers
( a Anacaona )
Des ordres genereux, pour les aborigines
M'ont Wte donn6s. Oui, les miseres, les genes,
Les mauvais traitements, c'est fini, bien fini.
Anacaona

0 Z6mns I que le nom d'Ovando soit beni I
Ovando

Les choses, A present, vont prendre une autre allure.
Vous verrez le trait que nous allons conclure.
Mais je voudrais passer quelques ordres tres brefs
Pour fantassins et cavaliers, A mes deux chefs.


-48-








Anacaona


A votre gr6, Sefior. Cependant, qu'il vous plaise
De les faire venir, vous serez plus A l'aise
Pour vous entretenir avec chaque officer;
Votre discretion, je sais 1'apprtecier ;
Je profile du temps que 1'entretien m'accorde
Pour mieux, entire nos gens, 6tablir la concorde.
(elle sort)

SCENE VII
OVANDO, DEUX ESPAGNOLS
Ovando, ( l'un de ses hommes )
Allez chercher les chefs ; il me faut leur parler
D'une affaire important et leur renouveler
Mes observations sur la conduite a suivre.
(l'homme fait un salut militaire et sort )
Cette femme est sorci-re ; elle parole et m'enivre
Ie ses propos flatleurs, de ses troublants parfums;
Mes lubriques d6sirs doivent 6tre defunts I
II ne faut pas qu'en moi mon noble sang p6tille,
Car elle est indienne et je suis de Castille.

SCENE VIII
OVANDO, LE CHEF DES CAVALIERS, LE CHEF DES FANTASSINS
Ovando, ( salut militaire
Salut, Ambassador I
Ovando, peremptoire
II nous faut oublier
Les graces de ce people et, sans le publier,


-49-







Garder dans notre esprit l'irritante pens6e
Qn'il nourrit contre nous une haine insens6e.
Le Chef des Fantassins
Mais ce people est charmant, aimable et bon enfant I
Le Chef des Cavaliers
Naif comme une vierge et 16ger come un faon I
Ovando, contrarid
Sangre de Dios I Mais vous etes pris au piege 1
Vous le croyez candide, il entreprend le siege
De notre libert6. Sous cet appat menteur,
II cache ses desseins; ii se fait sduicteur
Pour mienx nous endormir, et cette grace est pire
Que tout, je vons le dis; la Reine aussi conspire
Et jure notre perle avec son air charmant ;
De nous fire assaillir, elle attend le moment.
Le Chef des Cavaliers, incr6dule
La Reine Cette femme adorable et qui semble
Si divine vraiment qu'i la voir, le coeur tremble.
Ovando
C'cst contre elle surlout qu'on m'a fait un rapport
Qui content ses desseins et les horreurs du sort
Qui nous est r6serv6 si, comme vous le faites,
Vous vous laissez seduire aux splendeurs de ses fetes.
Oui, si l'on s'abandonne aux plaisirs, on verra
Qu'a cause de Hernando de Guevara
Qui voulait epouser la fille de la Reine,
Higuenamotta. nous pairons tous la peine
Dont souffrit son enfant quand Christophe Colomb,
Pour motifs s6rieux, empecha l'union...


-50-









M6ditant centre nous, les soldats de 1'Espagne,
Sa revanche et n'osant nous atteindre en champagne,
Avec ses longs boutous, ses flkches, son poison,
Le Traitre Yaguanais r6ve d'avoir raison
De nos chefs aguerris. Mettez-vous bien en garde I
Le Chef des Cavaliers
Mais la Reine pourtant !
Ovando
Son destin me regarded.
Pensez a mes conseils : leur effort sera vain.
Le Chef des Fantassins, sans conviction
Oui, nous y penserons.
Ovando, pressant
Ne buvez que le vin
Apport6 de chez nous; surveillez chaque geste ;
Laissez leur l'ouicou dans leurs conis, et le reste.
Par contre, donnez-leur de nos propres boissons
Pour leur turner la t(te ; ayons Fair gai; dansons
Au chant des areytos; et quand l'affaire est mtre,
Sans on regret, sans un records, sans un murmure,
Lorsque j'aurai touch ma croix d'Alcantara,
Promettez, Sefiores, que ce people mourra,
Jusqu'au dernier, pour le punir d'avoir pu croire
Qu'il pouvait se moquer de notre antique gloire.

Le Chef des Cavaliers
Ah I s'il en est ainsi, je jure de venger
L'affront qu'ils m'auront faith, puisque c'est m'outrager
Que de croire imposer-la sotte outrecuidance I-
Leurs timides vertus avec un air de danse.


-51-









Le Chef des Fantassins, touchant son sabre
Ils le patront bien cher; nous saurons leur montrer
Comment un Espagnol se laisse massacrer.
Ovando, plus ddlibdrdment
Ne laissez en vous dominer la colre.
Je vous ai convaincus, car l'aventure est claire.
Cependant, il nous faut laisser passer encor
Le moment de sonner l'hallali de la mort.
Pr6venez les soldats que votre ardeur intruse
Oppose avec vigueur votre ruse a leur ruse !
Pour donner confiance, ayez la bouche en coeur.
Jetez-vous dans la danse et melez-vous au choeur.
( Il entend un bruit)
Mais chut On vient. Soyez maintenant toute grace
( ostensiblement)
Je vous disais, Messieurs, les beauties de la race.
Anacaona, reine, est le type accompli
De ce people indien agrdable et poli;
Elle porte un doux nom ; elle est belle et gentille
Et digne d'inspirer aux fils de la Castille
Un sentiment tres pur.
(Anacaona est la depuis une minute)
Son renom in'obs6da;
Je voudrais I'avoir vue autrement qu'en soldat.
Le Chef des Cavaliers,
feignant de ne pas la voir
Parlez un peu plus bas, la Reine peut entendre.
Anacaona, s'avangant, souriante
Vous me flattez, Sefior I
Ovando, tausse surprise
Je viens d'etre trop tendre,


-52-









Mais vous avez conquis notre coeur enchant6
Par tant de confiance et de sinc&rit6.
Anacaona, toujours gracieuse
Je reviens des jardins ; nos hommes fraternisent.
Je voudrais qu'entre nous ces moments s'eternisent;
Que, montrant A chacun le front le plus loyal
Vous offriez la paix comme but ideal.
Ovando
Ah I le roi Ferdinand et la Reine Isabelle
Sauront, a mon retour, que la Fleur d'Or, la belle,
Instruite et bonne Reine, a scell l'amiti6
Qui nous lie en ce jour au people tout entier.
Mais, je voudrais, Madame, une aimable assurance:
Que ce people n'a pas seulement I'apparence
D'etre de nos amis, qu'il nous aime vraiment.
Anacaona, protestant
Je r6ponds devant vous de son vrai sentiment;
Fleur d'Or est son oracle; il la prend pour module,
El meme dans la mort lui restera fiddle.
( avec intention )
II n'est pas de ceux-lh que le malheur mtrit;
Vous n'avez qu'A venir avec un large esprit
De cordiality, de franchise et d'entente
Pour que de vous aimer le grand d6sir le tente.
Sa parole donn6e est du meilleur aloi;
Pour vous le garantir, la Fleur d'Or en fait foi.
Ouvando
Bravo I (aux officers)
Mes chers amis, sentez-vous la noblesse
D'un language si fier, sans orgueil, ni faiblesse ?


-53-









(A la Reine)
J'aime cette facon de faire, en v6rit6,
Et j'offre la pareille A Votre MajestY.
En ce jour, j'accomplis la volont6 royale:
L'action A venir sera franche et loyale.
Anacaona
Nous agirons ensemble en toute occasion.
Ovando
Pour les jours glorieux de votre Nation.
(courtois)
Donnez-moi votre main, Reine, pour que je scelle
Le trait d'amitiM don't la grace ruisselle
Sur nos fronts jum61ls.
Anacaona
Je n'avais qu'un souci:
Le bonheur d'Aiti ; par vous, j'ai r6ussi.
J'en rends grace aux Z6mes, protecteurs de notre tle I
Et ma vie A present va s'9couler tranquille.
Ovando
Reine, votre programme est aujourd'hui le mien :
L'honneur et le bonheur du people quisqu6yen.
D'un superbe avenir, nous jetons la semence,
Et c'est pour I'Indien le bonheur qui commence.
Anacaona
Qu'on appelle Lina, Garonex, Atibo 1
ls sauront que pour nous, ce jour est le plus beau.
( Lina, Atibo, Garonex et d'autres indiens arrivent et trouvent
la Reine la main dans la main avec l'Ambassadeur d'Espagne.)


-54-








Venez tous, mes enfants I oui, que je vous apprenne
Qu'avec I'Ambassadeur d'Espagne, votre Reine
Vient de faire une heureuse alliance.
Garonex
Acclamons
L'Ambassadeur I
Tous
Vive Ovando I
Ovando
Buen 1
Anacaona
Que par months
Et par vaux, pour l'apprendre, aillent des estafettes I
Tous
Vive la Reine I
Ovando, pregnant la main de la Reine
Allons participer aux fetes I




RIDEAU


-55-















Aete III

MWme decor. La salle est vide. Des sieges sont arranges de
facon qu'ils donnent face a la place publique. Au dehors, musi-
que, danse, tambourins, cris, chansons, appeals de lambis.

SCENE I
LINA, puis le LE CHEF DES CAVALIERS
Lina,
cherchant quelque chose qu'elle a perdu.
Voyons I c'est par ici que j'ai tanl6t passe...
Voici 1'endroit oii l'hidalgo m'a fait danser.
Non, elle n'est pas a1, ma belle bague en verre.
Oi l'ai-je donc perdue ?... Ah I vous 6tes severe,
Z6mes I... Vous me chitiez a cause des plaisirs...
Montrez-la moi. J'accomplirai tous vos d6sirs.
Le Chef des Cavaliers, survenant
Je vous cherchais, Lina !
Lina, farouche
Me chercher? Pourquoi faire ?
Le Chef
Vous semblez triste.
Lina
Oui, j'ai perdu ma bague en verre.


-56-








Le Chef
Oh I triste pour si peu, ma gentille Lina 1
Lina, protestant
Pour si peu I Pour si peu I Fleur d'Or me la donna.
Le Chef
Ah I je comprends. C'6tait une bague ch6rie.
Nous en avons, lA-bas, de la verroterie ;
Nous vous en offrirons beaucoup, beaucoup, beaucoup :
Des bagues pour les doigts, des colliers pour le cou.
Lina int6ressee
Sefior I
Le Chef
Des bracelets I
Lina
Vraiment I
Le Chef
Du Chrysocale 1
Lina (les yeux 6tincelants)
Mais ot sont-ils, Senior ?
Le Chef
LA-bas, dans une cale.
Pour aller les chercher, il faudrait peu de temps :
Ma monture est rapide.
Lina
Allez I je vous attends.
Le Chef
Je peux me perdre... Viens Parmi les fleurs suaves,
Nous ferons vivement le contour des goaves,


-57-








Le long de la mer bleue et des chants de yucca.
Lina, reculant
Je n'ai jamais quitt6 notre cher caciquat.
Le Chef
Le chemin serait court si nous allions ensemble.
Lina, meme jeu
Non!
Le Chef, pressant
Dans mes bras, je soutiendrai ton corps qui tremble.
Viens Tu ne connais pas encor le vrai baiser
Qui faith bondir le coeur et l'ktre s'embraser;
Eh bien tu le sauras !
Lina
Dans leur bont6 supreme,
Les Z6mes m'ont fait don d'un indien qui m'aime.
Le Chef, protestant
Un indien vaut-il un espagnol ?
Lina, piquee
Mais oui.
Le Chef, s'esclaffant
Pour qa non, ma petite Un visage de coui,
Des membres tatous ...
(Lina vex6e va pour sortir. Le chef lui barre la route)
11 faut que je t'embrasse I
Lina
Non, m6chant hidalgo 1
(chass6s-crois6s. Lina finit par se sauver.)
Le Chef
Je t'aurai I Par ma race 1


-58-








SC8NE II


ANACAONA, OVANDO, LE CHEF DES CAVALIERS
Le chef qui buvait dans sa gourde, en les voyant arriver, faith
le salut militaire et s'en va. Chants, bruits, rires au loin.

Ovando
Quel festin 1.. Nos sujets savent bien s'amuser.

Anacaona

Je n'ai pas entendu ces beaux rires fuser
Depuis que l'Espagnol s'est mis sur notre voie.
C'est bon signe, Sefior, et je vous dois ma joie.
Ovando

Non, je n'y suis pour rien, Madame; je n'ai faith
Que b6n6ficier du bonheur, du bienfait
Qu'avec une all6gresse, une adorable aisance,
Sur les cceurs r6jouis r6pand votre presence.
Anacaona

Mais, je vous dois d'avoir cependant dissip6
Les craintes don't j'avais l'esprit pr6occup6,
Car d'autres visiteurs, pour des fins innommables,
Se faisaient empress6s, obs6quieux, aimables;
A l'heure ofi l'on croyait A leurs effusions,
Ils fauchaient le jardin de nos illusions.
Oui, i'on nous promettait des fermes agricoles,
Des outils pour nos champs, des routes, des Bcoles,
Mais l'Espagnol toujours, en fier conquistador,
N'obbissait qu'au soin d'amasser le plus d'or.


-59-








Ovando


Madame, craignez-vous encor pareille chose ?
Anacaona
Non, Sefior, et je vais vous en dire la cause.
Votre attitude austere en arrivant ici ;
Les plis de votre front et le regard durci
Qui semblait receler les plus sombres pens6es :
Tout en vous indiquait, pour nos Ames blesses,
L'ennemi sans piti6 don't le coeur est rong6
Par le plus criminal, le plus sot prejug6.
Ouando
Vous avez bien su voir : c'etait notre attitude.
Va-t-on vers l'inconnu sans une inquietude ?
La traitrise est partout. Peut-6tre, dans ces bois,
Des hommes pleins de haine et de peur a la fois,
Allaient sur leurs grands arcs crisper leurs mains tendues
Et cribler l'Espagnol de fleches 6perdues;
Et nous portions aux fronts, A nos fronts h6riss6s,
En arrivant vers vous, les plis de ces pensers.
Mais des que sur le seuil apparut votre grace,
De cette m6fiance, il ne restait plus trace.
Anacaona
Voila pourquoi, Sefior, je veux bien croire en vous
Et que notre fiert6 n'est plus au garde-A-vous.
Vous 6tes devenu l'ami qui nous rassure,
Quand notre loyaute vous a paru bien sftre.
Ovando, enthousiaste
L'amour et l'amiti6 ne se commandent pas.
Moi, j'ai su vous aimer en suivant pas a pas


-60-








Le chemin lumineux qui conduit & votre Ame.
Sije me suis cabre, c'est que dejA du drame
Le conflict existait: l'amour et le devoir,
Et j'ai di refrdner mon d6sir de vous voir.

Anacaona
Je n'en crois rien, Sefior; j'ai peur des coups de foudre
Qui, l'instant d'un 6clair, vont bient6t se r6soudre
En une cendre froide oh le coeur angoiss6
RAle, songeant sans cesse A I'amour insens6.

Ouando
Madame, mon amour est d'une date ancienne.
Chez moi, dans ce pays, comme une ardente antienne,
La nature, les gens, 1'dcho m'ont r6p6t6
L'61oge de vos dons et de votre beauty.

Anacaona, amuse et coquette
Sefior, voulez-vous bien vous taire, je vous prie ?

Ovando,
se croyant A la veille de vaincre
Votre levre toujours d'un sourire fleurie,
Pour l'ordre le plus bref sait caresser les mots
Et d'un mot qui console apaiser tous les maux.
Quand pour rire et chanter la voix vibre et d6ferle,
II pleut sur les jardins des cascades de perle.
Vos yeux ont le reflet d'un fragment de m6tal
Qui tremble et bouge au fond d'une onde de cristal.
Pour flatter de parfums vos sensibles narines,
Le jardin met ses fleurs en grappes purpurines...


-61-








Anacaona, moqueuse
Vous 6tes plus po6te encore que soldat.

Ovando, lyrique
Mieux que le capiteux parfum du r6s6da
Qui fleurit pros du seuil, votre charme me grise
Et met sa volupt6 sur mon Ame surprise
Ce soir. .
( Durant ces derniers mots, il s'est approch6 de la Reine pour
nli prendre la main; celle-ci a un geste de refus pudique qui le
fait se retenir. Il hesite un moment, puis, reprend contenance.)
Mais, je n'ai pas joui de ce plaisir
Que de tous ses souhaits appelle mon d6sir
De voir ce corps divin, et mu par la cadence,
Pour mes yeux, se livrer au bonheur de la danse.
Anacaona, refusant pour qu'on insisted
Vous m'en demandez trop, Sefior I
Ovando
II n'est plus temps
De reculer. Madame, et, plein d'espoir, j'attends ;
J'en ai soif come il faut, A la fin d'une course,
Que je me d6saltere A 1'onde d'une source.
Anacaona
Vous demandez si bien que je ne sais comment
Je pourrais resister, Sefior... Dans un moment,
Au son d'une musique harmonieuse et claire,
Vous vous r6jouirez de mon d6sir de plaire,
( appelant A la cantonnade )
Garonex! Garonex C'est mon jeune intendant;
1 me sert chaque jour avec un zMle ardent


-62-








Qui le fait, a genoux, executer mon ordre;
I1 sait, avec amour, orner un decor, tordre
Des guirlandes de flours, ordonner un festin :
Un porte en son genre, avec un art certain.
(A Garonex)
Fais venir la musique I Appelle la Princesse
Lina I Qu'aux alentours tout bruit de tambour cesse I
La Reine va danser le pas de diouba:
La danse de I'amour.
Garonex, joyeux, A part
Que disait Mataba
Avec ses noirs discours Je retrouve ma Reine.
(A la reine qui change tout bas des propos avec Ovando )
Vous allez les avoir A l'instant, Souveraine.
(Il sort )
Ovando
Madame, laissez-moi vous dire un grand merci.
Anacaona

D'autres que vous, Sefior, n'eussent pas r6ussi
A vaincre le d6goit que j'ai pris de la danse
Depuis mes grands malheurs don't la m6moire intense,
Malgr6 l'Age et le temps, occupe mes pensers.
Ovando

Allons n'y pensions plus I ces temps-lF sont passes.
Puisque notre union, 6 Reine I vient de faire,
Pour l'heur de vos sujets, le trait n6cessaire;
Et pour mieux travailler au plus bel avenir,
N'allons pas rallumer le feu du Souvenir.


-6S-








Anacaona, reprenant sa gatt6
Oui, vivons le present avec toute sa joie.
( elle descend de son tr6ne)
Et qu'en pas 616gants notre grAce s'6ploie I

SCfNE III
Les memes, LINA, GARONEX, MUSICIENS, ESPAGNOLS
(Les musicians prennent place. Ils ont toute sorte d'instru-
ments Mtranges. La Reine s'apprete avec coquetterie.
Lina
Etes-vous prets, musicians ? Attention I
Mettez-y tout votre art et de la passion.
( Les musicians jouent : la Reine danse tandis que Lina chante)
Plus vive mille fois qu'aucune jeune fille,
Au milieu des gens de sa cour,
Fleur d'Or, toute conquise A la danse d'amour,
Sourit et son regard scintille.
Eurythmique et languide, elle offre ses appas
Dans un elan irresistible,
Se donne en un baiser, se reprend, invincible,
Dans les m6andres de ses pas.
L'imaginaire amant que sa fougue ensorcelle,
Sans doute avec feu la pursuit,
Car, coquette et tremblante, elle tourne et s'enfuit
D'un geste effray6 de pucelle.
Elle revient, lassive, en un rythme savant
Oh vit la beauty de son torse;
Sa gorge, fruit gonfl6 de saveur et de force,
Frissonne aux caresses du vent.


-64-








Les reins souples et creux, les chevilles parees,
C9mme les bras, de joyaux lourds,
Elle jouit, fermant ses grands yeux de velours,
Des danses folles et sacr6es.

Et son corps, s'alanguit, ses gestes moins ardents
Expriment un voeu de tendresse
Tandis que son sourire abandonne A l'ivresse
La sacre humide de ses dents.
(La Reine s'arrete en continuant ide sourire. Applaudissements
du c6te des Espagnols. Ovando descend de son tr6ne et vient
vers la Reine, les mains tendues.)
Ouando
Madame, permettez que je vous remereie.
Ah I cette danse, au plus haut point, est reussie.
Je n'ai jamais rien admire de plus charmant
Que ce pas de l'anmante excitant son amant.
Anacaona
Vous me comblez, Sefior, mais ma danse est l6gere:
Votre admiration pour mon art exagere.
Un Espagnol,
enthousiaste, aux trois quarts ivre
Por Anacaona, dansons un fandango I
Un autre Espagnol, titubant d'ivresse
Comme le sait danser un parfait hidalgo I
(Plusieurs espagnols se mettent A danser en chantant eux-
memes un air espagnol. Les indiens sont absolument 6mer-
veillds. Les espagnols s'arretent sur un geste d'Ovando).








Anacaona


Comment vous exprimer que je suis satisfaite !

Ovando

Reine, n'en dites rien... Pour achever la f6te,
Cavaliers, fantassins, en colonies ranges,
Vont simuler nne balaille. (eTroi des indiens)
Aucuns dangers.
( la Reine)
Voulez-vous inviter a part chaque cacique ?

Anacaona

Tout de suite. Is sont 1a sur la place publique.
( Elle sort, suivie de Lina et des aulres indiens)

Ovando, A un chef

D'abord, l'infanterie occupera le front;
Aux deux bords, du chemin les troupes s'6tendront;
Dans un beau d6fil6, notre cavalerie,
A pas lents, descendra jusqu'A la galerie
Des sales du festin. Mes ordres sont comprise ?

Le Chef des Cavaliers

Si. (Salut militaire; il fait un pas pour sortir)

Ovando

Car, les jeux n'auront de succes qu'a ce prix.
( Tous sortent)


-66-








SCENE V


OVANDO
(Seul, il march de long en large sur la scene, comme plong6
dans une profonde meditation; puis il s'arrete et continue de
penser A haute voix.)
C'est vrai I je suis bien pris, pris dans mon propre piege,
Et ma decision rude se d6sagrege.
Que sert-il de ruser avec son propre coeur 1
Dans ce duel galant, je ne suis pas vainqueur.
Serait-ce de I'amour ? Mais, ce n'est pas possible I
Pourtant, tons ses propos ont pris mon coeur pour cible.
Et ce corps merveilleux qui s'offre et se reprend I
Indienne aux yeux vifs don't mon d6sir s'6prend I
Ce regard qui possede et chavire et scintille I
Celte chair velout6e au ton de sapotille t
Et toute la douceur, toute la volupt6
Qui s'engouffre en torrent dans mon coeur exalt6 I
(D'un geste qui voudrait repousser une image)
Ah I non; va-t-en I d6mon I va-t-en 1 brune sorciere
Qui tue en moi l'honneur et r6duit en poussiere
Ma forte volont 1I.. Va-t-en I Va-t-en I Va-t-en I
(II plonge sa t6te dans ses mains, tressaille, puis tend les bras
dans un geste d'ardente supplication )
Je tremble de te voir, reviens I Mon coeur t'attend I
(Tout A coup, angoiss6, s'interrogeant)
L'ordre que j'ai donn6 ? Sans devenir indigne,
(touchant sa croix )
Je ne puis renoncer a produire ce signe
Qui command la mort de ce people si doux.
Et si, comme un soldat fiddle au garde-A-vous,
Je donne le signal affreux, irr6missible,
Par ce geste, je perds le bonheur accessible


-67-








A mon coeur d'homme 6pris, aspirant A l'avoir.
(sombre)
Comment concilier I'amour et le devoir ?
( un temps)
Angoissante second I Incertitude amere,
Devant les chers instants que ma flamme 6numere 1
(d6cid6)
Tant pis I Pour la faveur de ce royal butin,
Je remets ma fortune aux forces du destin I
(II arpente la scene, en proie A une tr6s vive agitation)

SCENE VI
OVANDO, ANACAONA
Anacaona.
A l'invitation, la foule est accourue ;
L'on peut marcher A peine au milieu de la rue.
Ce spectacle troublant l'intkressa toujours
Quoique naguere il mit en grand peril nos jours.
Mais nous ne craignons rien. Vos troupes 6quip6es
Tres richement, avec leurs brillantes 6p6es,
Leurs grands chevaux, n'ont pas souleve notre 6moi,
Et c'est joyeusement qu'on verra ce tournoi.
(Ovando r6fl6chit et n'a meme pas I'air d'avoir entendu les
propos de la Reine qui lui demand gracieusement:)
Vous renouvellerez souvent votre visit,
Sefior ?
Ovando, brdlant ses vaisseaux
Je suis trouble, Madame, et si j'hesite,
C'est que j'aurais voulu ne m'en aller jamais.
Votre art et vos talents m'ont conduit aux sommetf
Les plus divins et les plus purs de l'Ame humaine.
Vous m'ouvrez un jardin oh mon bonheur prom6ne


-68 -








Des veux 6merveill6s sur des coins interdits,
Et je croirais vraiment que c'est le paradise.
Anacaona,
La nature est ici b6nie et sans pareille.
Ovando
Colomb n'a-t-il pas dit que c'est une merveille ?
Anacaona, montrant le couchant
Voyez-vous ce tableau f6erique ? Le couchant,
Au soleil qui se meurt, fait mon adieu, jonchant
L'horizon attendri de ses mourantes roses.
Le soir met sa douceur sur le came des choses.
Voici, pour apaiser les d6sespoirs humans,
L'enchantement 6pars dmane des jasmins.
De la brise en veil accueillez la caresse
Qui bercera la nuit en sa tilde paresse.
Les jardins en extase aux chansons des oiseaux
Admirent leurs reflects sur le miroir des eaux
Tandis que lentement, monte an bord de la dune,
Le sourire pensif d'un fin croissant de lune.
Tout ici s'harmonise au bonheur des amants
Dont la voix haletante change des serments
Qui seront dternels en leur divin mystere
Tant que sera pareil le destin de la terre.
(Sonneries de clairon au dehors. Commandements militaires.
Anacaona se penche pour admirer).
Ovando
Voyez les cavaliers : ils sont soixante-dix ;
Leurs chevaux sont dresses aux haras de Cadix.
Admirez leur ardeur retenue et qui tremble.
Voyez l'accord parfait des movements d'ensemble.


-69-







Anacaona


Comme il est fier, celui qui les conduit I
Ovando
Le chef.
Anacaona, un cri d'admiration
Tiens I
(Commandement bref A la cantonnade)
Ovando
II n'a dit qu'un mot, un commandement bref,
Tous se sont arretes... Les chevaux et les homes
Out les regards tourn6s vers les chefs que nous sommes.
Ils n'attendent qu'un ordre... Eh bien I ces fantassins,
Ces cavaliers portant bouclier sur leur sein ;
Ces chevaux fr6missants A la noble encolure
Dont, avec passion, on admire F'allure,
Mes pouvoirs, I'avenir, je mets tout dans tes mains,
Et ta patrie aura de joyeux lendemains
Si, seulement, tu veux, ce soir, que je t'embrasse.
Anacaona,
avec une flerte douce qui contrast avec la grossieret6 d'Ovando
Ah I non I pas cela I
Ovando
Pourtant .
Anacaona, hautaine
C'est toute ma race;
C'est le cher souvenir du grand Caonabo
Qui dort, insatisfait, dans son glauque tombeau,
Quej'aurais pollu6 si, dans l'impur mystere,
Je vous donnais, ce soir, un baiser adultere.


-70-








Ovando
Alors, ces mots d'amour I
Anacaona
Non, des mots d'amiti6.
Ovando, pressant
Je vous desire toute et non pas A moitie.
Je veux que, des ce soir, votre beauty farouche
Accueille le baiser qui fremit sur ma bonche.
Anacaona, reculant, indign6e
Non, Sefior I
Ovando
Mais enfin, c'6tait presque promise.
Anacaona
J'ai cru que vous 6tiez de mes meilleurs amis.
Ovando
Ami I Je suis bless d'une passion folle,
Et grAce A vos appAts, grace A votre parole
Qui n'ont tendu qu'A me s6duire, et vous parlez
D'amitie maintenant que mes sens sont troubles I
Anacaona
Je n'ai rien dit, Sefior, pouvant vous faire entendre
Qu'A des faveurs d'amour vous deviez vous attendre.
Ouando
Ces graces, ces propos et ces atours exquis,
C'est A ce jeu pervers que vous m'avez conquis.
(brfilant ses vaisseaux)
Ce queje vous dis IA pent vous sembler folie,
Mais Votre Majest6 sera bien accueillie


-71-








Par mes soldats heureux. Vous r6gnez, c'est chArmant;
Et moi, je regne anssi ; j'ai le gouvernement
De toute Hispafiola, de tout le territoire;
Avec moi vous serez plus grande dans 1'Histoire.
( Anacaona fait un signe que non )
Mais, cependant !
Anacaona
Non I Non I
Ovando
Pourquoi ? R6fl6chissez !
Anacaona
Non. vous dis-je I
Ovando
Un baiser, et vos malheurs passes,
Votre present, votre avenir...
Anacaona
Non !
Ovando
Tout se change
En flicit6 !.. ( silence ) Non ?
Anacaona
Pas h ce prix strange!
(Ovando qui se croyait sur le point de triompher, d'abord
6tonne, comprend soudain A quel point il s'6tait tromp6 sur les
sentiments de la Reine. Froidement, tandis que celle-ci, le front
baiss6, m6dite, Ovando touche visiblement sa croix d'Acantara.
Aussit6t, ce sont des cris, des clameurs. La trompette sonne la
charge. Fusillade. Fuite d'indiens qui traversent la sc6ne. Ega-
rement d'Anacaona).


-72-








Anacaona
Qu'est-ce que c'est? Qu'est-ce donc?..Ah! traitre!Assassinl
Serpent que j'ai nourri plusieurs jours dansinon sein
Ces appeals au secours I
Ovando, froidement
C'est un chef qui s'amuse.
Lina,
(poursuivie par le Chef des cavaliers court se jeter au pied de la
Reine. Atibo vent retenir le Chef)
Le Chef, se retournant furieux
Ote de mon regard ta figure cause.
Atibo
Elle est ma fiance !
Lina
0 Reine, sauvez-moi I
Alibo
C'est comme un urrucane et partout c'est l'6moi I
( Le Chef prend Atibo au collet et 1'entraine )
Anacaona
Ne frappez pas I C'est mon sujet le plus docile I
Le Chef
Expire I sale b6te I Insolent Imb6cile !
Atibo, frapp6, tombe
Aie Au secours I I m'a frapp6 1, dans le sein I
Lina, courant se jeter sur lui
Qu'on me tue aussi I
Le Chef,
qui rentrait retourne sur ses pas et frappe brutalement Lina
Tiens !


-73-








Anacaona
Assassin I Assassin I
Ce massacre des miens I
Le Chef, cynique
C'est encore la fete
Anacaona
Mataba l'avait dit: votre audace est parfaite.
Achevez votre ouvrage I Allons I qu'attendez-vous ?
Ovando
Reine, c'est un cart d'un de mes hommes souls.
Le Chef, outrage
Ah I puisque votre erreur si follement m'outrage,
Vous allez voir comment je me mets A l'ouvrage.
(II sort, decide)
(Fusillade an dehors. Anacaona fait le geste de sortir)
Ouando, arretant
Vous ne sortirez pas, Madame; il est certain
Que rien n'empeche plus la course du destin.
Anacaona, reculant, horrifiee
Ah I ne me touchez pas I
(elle court vers I'autre porte qu'Ovando atteint avant elle)
Je suis done prisonniere I
Vous en prenez le soin de galante maniere.
Ovando
Madame, je pourrais sur l'honneur, vous jurer
Que je n'y suis pour rien.
Anacaona
Ah I visage ex6cr6 I


-74-







Votre infAne serment vous faith tordre la bouche.
S- Ovando
Je dis la v6rit6 I Votre fierl6 farouche
Se cabre et ne vent pas bcouler mies raisons.
Sachez que je suis peu l'ami des trahisons.

Anacaona
Qu'attendez-vous alors ? Arr6tez le massacre I
Votre immobility complice le consacre.
( le bousculant presque )
Mais allez courez done I Entendez-vous les cris
D'un people d6sarm6 par vos soldats surprise ?

Ovando, d6sarm6
Reine, je ne peux rien centre la soldatesque;
Quand elle est dechaln6e, elle d6passe presque
La volont6 des rois; c'est une onde en fureur
Qui brise tout obstacle et r6pand la terreur
Sur les peuples vaincus. Seul, je suis incapable
D'arr6ter dans son course ce torrent redoutable.
Anacaona
Je vais l'arr6ter, moi, l'avalanche de mort,
Ou la vague en travail passera sur mon corps.
( elle lutte avec lui pour sortir
Ovando
Vous ne passerez pas, la porte est interdite.
Anacaona
Avouez I quel complot votre astuce m6dite ?
C'est pour insinuer que la Fleur d'Or a fui I
Non, non, mon people meurt, que je meure avec lui.
( elle s'dcroule, affolde )


-75-








Ovando


Non, mon intention est, croyez-moi, plus pure.
Je veux vous 6pargner celte extreme torture
De voir mourir vos gens; et puisque le design
En carnage sans nom a change le festin,
Ayez le coeur plus ferme, ayez l'Ame plus forte.
Puisque vous existez, la race n'est pas morte,
Et vous pourrez encor, pour le people indien,
Vous vivante et puissante, obtenir plus d'un bien.

Anacaona,
se levant avec une lenteur farouche
Si vous pouviez savoir combien je vous deleste,
0 monstre qui voulez qu'un peu d'espoir me reste,
Qui voulez, qu'en depit de I'affreux guet-apens,
Ma haine soit tenue un moment en suspens.
Ovando
Puisque j'offre la paix sans arriere-pens6e
Et que vous d6daignez mon offrande -insens6e I
Vous perdez sans retour l'heureuse occasion
D'avoir chez vous: progres, civilisation...


SCENE V
Les m6mes, LE CHEF DES FANTASSINS, GARONEX
( Garonex est amen6, les deux mains ligot6es comme dans une
menotte).

Le Chef des Fantassins
Cet homme Mtait cach6 derriere un candilabre;
J'allais faire sauter sa tote avec mon sabre


-76-








Lorsqu'il a confess qu'il porte un grand secret ;
Et nous avons alors pens6 qu'il conviendrait
De le conduire a vous.
Ovando, ironique
L'Intendant de la Reine !
Garonex, suppliant
Que cela ne soit pas cause de votre haine I
Ovando
Sans phrases, qu'avez-vous de bon A r6v61er ?
Garonex
Vous etes grand ; ayez piti6 1
(Ovando fait signe de I'emmener, tandis qu'Anacaona se laisse
choir sur les marches du trone.)
Garonex
Je vais parler.
L'Espagnol
Mon temps est pr6cieux ; vous devez bien comprendre
Queje ne peux le perdre.
Garonex
Oui.
Ovando
Faites-vous entendre.
Garonex
Lorsqu'on nous annonua que vous alliez venir,
Tous ceux qui n'avaient pas perdu le souvenir
Des durs travaux forces dans les mines, des crimes
Du chef Bobadilla, s'enfuyaient vers les cimes


-77-








Des mornes l6ev6s, en s'armant de cibas.
Une vieille au cceur fort qui se trouve ld-bas,
A Santo-Domingo, depuis votre arrive,
Elle, que nous croyions de la raison privee,
Sans cesse, a tous, ne manquait pas de r6p6ter
Que du people indien les jours 6taient compt6s.
Moi, cependant, moi seul, je donnais l'assurance
Que vous nous apportiez la supreme esp6rance
Des jours meilleurs, si bien...
L'Espagnol, l'interrompant, 6nerv6
Mon vieux, vous aviez tort.
Ovando
Si c'est lh le secret, qu'on l'emm.ne a la mort I
Garonex
Ayez pitie, mes chefs I.. Faites le sacrifice
De me laisser la vie et je rendrai service.
Anacaona,
plus bless encore par ce spectacle
J'aurai done vu cela I
Garonex, qu'on garotte
Je suis un partisan.
L'Espagnol
L'on se passe de vous, 6tant maitre A present.

Ovando
Amenez l'Intendant. Par la flamme ou la lance,
Que vous le r6duisiez au plus profound silence I
( L'Espagnol sort avec Garonex en le bousculant)


-78-









SCENE VI


ANACAONA, OVANDO

Anacaona
Ah I tous vos mots : progres I civilisation I
C'est vous qui les cr6ez, vous, Grande Nation,
Vous, Blancs barbares qui, d'une fagon retorse,
Vous appuyant toujours sur le nombre et la force,
Abusez sans piti6 des peuples plus petits
Dont la richesse sert A vos grands app6tits.
( Elle se leve )
Huoiou monte haut dans le turey bleuAtre;
I1 en descend, le soir, pour offrir le thbAtre
De son royal coucher derribre l'Oc6an,
Puis, il remote au jour.. Mais h6las I le ndant
Est le tombean fatal des peuples qui se couchent
Apres avoir, un jour, dans leur ardeur farouche,
Ecras6 les petits pour gravir les sommets.
J'en connais qui ne se releveront jamais 1

Ovando
Civilisation I C'est un fleuve qui coule,
Et brutal et superbe, avec ampleur, d6roule
Ses lots multiplies sur les champs d6vast6s,
Mais laissant son limon aux germes 6clat6s,
Les f6conde au centuple et transform en richesse
Les rides deserts brftl6s de s6cheresse.
( Arrivent les deux chefs, converts de sang et de boue).


-79-








SCENE VII


ANACAONA, OVANDO, LES DEUX CHEFS
Anacaona, horripil6e
HMlas I le voilA bien, votre limon sanglant I
Le Chef des Fantassins
C'est fini, maintenant ; partout regne le Blanc !
(Ovando lui faith signe de se taire; le Chef des cavaliers feint
de ne pas voir et raconte ).
Le Chef des Cavaliers
Les Indiens, surprise par l'attaque soudaine,
N'en croyant pas leurs yeux et respirant A peine
Se sont laissds tuer sur place tout d'abord.
Les trompettes sonnant la charge de la mort,
Tous comprirent enfin et, dans une panique,
Crurent nous 6chapper par un moyen unique:
La fuite Alors, traqu6s, poursuivis, fusillds,
En face, dans le dos, par vos chevaux broyes,
En masse, ils ont peri; leurs enfants et leurs femmes
Dans les hnttes caches ont grille dans les flames;
Et nul n'a r6sist6 ; butios et vieillards,
Nous les avons atteints A grands coups de poignards.
Le Chef des Fantassins
L'Indien semblait fort, mais etant plus fragile
Que ses vains objets d'art et ses Z&mes d'argile,
Nous I'avons dcras6 sans crainte et sans merci.
Il n'en rest plus un dans cette ville-ci.
Le Chef des Cavaliers,
avec une joie cynique
Et tous les corps hfch6s et les faces raidies
Vont se purifier au feu des incendies.


-80-








Tout flambe par la ville, oui, tout flambe et le sang
Ne cesse de couler comme un fleuve puissant.
Anacaona, bondissant, comme folle
Sc616rats I Assassins I Otez-vous de ma vue I
Le Chef des Cavaliers,
d6signant la Reine A Ovando
Qu'en dites-vous, Sefior?
( Ovando lui fait le geste d'attendre )
Anacaona,
abtmee, sans rien entendre et sans rien voir
O douleur impr6vue I
J'ai commis cette faute, h6las I d'avoir rev6
D'un tranquille bonheur pour mon people sauv6 !
Tandis que I'alguazil me retenait inerte,
Ma sotte confiance a consomme sa perte.
Mais qu'attendez-vous done pour me tuer aussi ?
(allant offrir sa poitrine A l'un des chefs )
Frappez au coeur I Je n'ai plus rien A faire ici I
Ovando, s'interposant
Madame, calmez-vous I vous 6tes mon otage.
Le Chef des Fantassins,
retenant la Reine qui bondit sur Ovando
Madame I
Anacaona
Laissez-moi lui sauter au visage,
De mon ongle arracher la pulpe de ses yeux
Et balafrer sa bouche aux discours odieux.
( farouche, crispde )









Miserable insulteur d'un people sans defense,
Vous obtiendrez un jour le prix de votre offense.
Ovando,
hausse les 6paules, puis, A 1'6cart, A ses chefs
Vos travaux, mes amis, ne sont pas bien complete.
Avez-vous entrepris de fouiller le palais,
Les moindres ajoupas, les cendres du village ?
( cynique)
Car il faut satisfaire au d6mon du pillage.
Le Chef des Cavaliers
Nous avions tant de joie A marcher sur les corps
Que nous avions omis de chercher les tr6sors.
Ovando
Saccagez ce qui reste encore des demeures I
Et vite I Nous allons partir dans quelques heures.
Que rien ne soil vivant et ne reste debout I
Abattez tout i detruisez tout emportez tout I
( Les Chefs sortent. A Anacaona.)
Vous n'avez pas voulu de ma mansuetude;
Vous sentirez le poids de votre servitude.
Vous mourrez dans la honte et dans l'abjection
Pour avoir repouss6 ma vive passion.
Anacaona, dressee, cinglante
La honte I I1 n'en est plus pour moi ; jusqu'A l'usure,
A fond, vous I'avez bue, 6puisant la measure !
Ovando,
perdant la t6te sous I'affront
Je suis las d'ecouter vos insolents discours.
Anacaona, fire
Vous ponvez A cette here en arr6ter le course.


--82-








Ovando


Puisque vous d6daignez le don de l'existence...
( appelant A la porte )
Commandant I ( Un chef parait)
Emmenez-la I


Anacaona,


avec un geste significatif
LAche !


Ovando


La potence I


RIDEAU


-83-













Tableau

A Santo-Domingo, dans un petit bois. C'est la nuit. Le cadavre
d'Anacaona git A terre. Deux soldats espagnols, qui le veillaient,
se sont endormis. Mataba, lentement entire en scene, d6sol6e et
malheureuse.
Mataba
C'est ici le lieu sombre oi le crime espagnol
A, dans sa barbaric, ensanglant6 le sol.
(apercevant le cadavre, allant vers lui)
Ils ont tu6 ma Reine, ils I'ont assassinee.
(s'agenouillant pres d'elle et de sa main caressant sa figure)
Pauvre petite chose inerte, abandonnee,
Dont le front ttait pur comme l'cclat du jour
Et n'avait de penser que pour croire A l'amour.
( D'un geste maternel elle essuie le visage de la morte, arrange
les bras et les longs cheveux en disant ces mots:
Ils ont souill son corps ; ils l'ont toute meurtrie;
Ils ont mis un rictus A sa bouche fleurie,
Eteint son da regard fait pour les horizons clairs
Ou la vie 6clatait en fugaces 6clairs.
( Se levant et tordant ses mains de douleurs et de pitie)
HMlas 1 qui vengera la mort de ma maitresse
Pour rendre A ses bourreaux d6tresse pour d6tresse I
( pregnant le ciel A t6moin)
Qu'ils soient maudits et que la malediction
S'Mtende a leur derniere g6n6ration !
Qu'ils voient, un jour, I'effondrement de leur empire !
Qu'ils connaissent aussi la souffrance, la pire:


-84-








Leur puissance affaiblie et, l'Etat d6vast6,
Par des peuples plus forts, mis en vassalit! 1
( Elle s'arr6te un instant, casse quelques branches de mamey,
arrache quelques fleurs sauvages don't elle recouvrira le cadavre
de la morte. Elle entend un bruit de pas, prete l'oreille, sort
pour se cacher et guetter l'arrivee de celui qui vient. Parait
Ovando, qui constate que les soldats sont endormis.)
Ovando
Leur besogne accomplie, ils se sont endormis.
Cela d ut leur coitter.
regardantt de loin le cadavre)
A mon tour, je fr6mis
Et je n'ose approeher ma victime... C'est elle,
Ce corps inanime, cette femme si belle
Que j'aimai tellement et qui se refusa
A mon pressant d6sir ?.. Mon d6pit la brisa.
( s'approchant avec tendresse)
Je garderai tonjours l'amire nostalgia
De la forme divine en mon reve surgie
Qui, mienne, remplirait de voluptE mes jours...
( II se baisse, carte les cheveux qui inondent le visage
de la morte)
Je t'aimai, ma Fleur d'Or, et je t'aime toujours.
( IIva l'embrasser)
Ainsi, j'aurai bais6 tes ievres adorables...
Vivante, tu m'as fui ; morte...
Voix de Mataba, sombre, myst6rieuse.
Les mis6rables 1
( Ovando se relive, dgar6, ivre d'horreur; titubant, il s'enfuft
dans la nuit ).
Mataba revient, regarded un instant la fuite d'Ovando, s'age-
nouille aupr6s de la morte, et dit le chant fun6bre accompagne
d'une sombre m6lodie qui rappelle les faits de 1% vie de la pro-
ph6tesse, reine et poetesse.


-85-








O Reine qu'inspiraient les grands Z6mbs c6lbres I
O toi qu'on a pendue au milieu des t6nebres I
C'est la Race qui pleure en ces adieux funebres I

Quel 6tre ne toucha ta grAce souveraine I
Tes sujets yaguanais n'adoraient que leur Reine,
Car tu portais une Ame infiniment sereine !

Car, lorsque le malheur detruisait leur chimere,
Baignait leurs yeux des pleurs de la souffrance amere,
Tes areytos divins le rendaient 6ph6mere...

Rien ne peut consoler la peine qui m'accable
Sinon l'espoir, qu'un jour, la justice implacable
Punira sous le ciel ta mort inexplicable.

Pour chAtier ce crime, il faut que l'on terrasse
Les Blancs qui n'ont voulu laisser aucune trace,
Sur le sol quisqueyen, de notre exquise race.

Ils iront enlever d'un tres lointain rivage
Des noirs qu'ils maintiendront ici, dans l'esclavage,
Mais ils en subiront la bravoure savage.

Dors en paix, 6 Fleur d'Or I Que tu sois soulag6e
Par la conviction que ta race outrage,
Sous les yeux des Z6mes, un jour, sera vengee...

Qu'importe que le tertre enseveli sous 1'herbe
Ne soit fleuri parfois d'une adorable gerbe,
Si ton nom, dans le temps, doit rayonner, superbe I..


-86-








Maintenant, tu vois tout dans 'immense mystere;
Les liens de la mort t'obligent a te taire,
Mais tu sais que les blancs quitteront cette terre...

II le faut t II le faut Cette nature en fete
Ohi Huoiou r6pand sa lumiire parfaite,
Ce n'est pas pour les blancs que les Z6mes l'ont faite.




RIDEAU.


































IMPRIMERIE TELHOMME
RUE DOCTAUR AUBRY
PORT-AU-PRINCE HAITI




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs