• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Main
 Lettre-programme
 Le recrutement de l'armee
 La politique
 Encore la Banque Nationale...
 Amusante commission!
 Page prophetique
 Le Globe, l'Etoile et la Comet...
 Commissions mixtes
 L'Ecole de Cabaret
 Protection platonique
 Statistique et finances
 Le pouvoir personnel
 La Banque haitienne du Commerce...
 Menus propos
 Table of Contents














Group Title: Questions haitiennes
Title: Questions haïtiennes
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078323/00001
 Material Information
Title: Questions haïtiennes
Physical Description: 176 p. : ; 16 cm.
Language: French
Creator: Marcelin, Frédéric, 1848-1917
Publisher: Joseph Kugelmann
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1891
 Subjects
Subject: Politics and government -- Haiti -- 1844-1934   ( lcsh )
Economy -- Politics -- Haiti -- 19th Century
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Statement of Responsibility: Frédéric Marcelin.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078323
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AFE5436
oclc - 05588127
alephbibnum - 001061547

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Main
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
    Lettre-programme
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Le recrutement de l'armee
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    La politique
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
    Encore la Banque Nationale d'Haiti
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Amusante commission!
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Page prophetique
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    Le Globe, l'Etoile et la Comete
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    Commissions mixtes
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    L'Ecole de Cabaret
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
    Protection platonique
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    Statistique et finances
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
    Le pouvoir personnel
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
    La Banque haitienne du Commerce et de l'Industrie
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
    Menus propos
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
    Table of Contents
        Page 177
Full Text


-- --


QUESTIONS HATIENNES


s

J
















DU MME AUTEUR




Ducas-Hippolyte (Biographie d'un pote hatien).. 5 fr.
La Politique (Discours la Chambre).............. fr.
La Banque national d'Haiti .................... 5 fr.




A PORT-AU-PRINCE

Chez L. PELOUX & Ci'





FRDRIC MARCELIN


QUESTIONS HATIENNES














PAlIS
JOSEPH KUGELMANN, DITEUR
12, rue de la Grangc-Batlliirc, 12

1891


















A quoi bon?
A quoi bon se dmener en face de faits brutaux,
de ralits stupfiantes, d'erreurs enracines que
l'on semble chrir?
La discussion des opinion et des ides, leur
analyse, la dduction logique qu'on peut en tirer
a-t-elle jamais eu quelque influence sur les vne-
ments quotidiens don't nous sommes les tmoins
passifs et impuissants, vnements qui droutent
absolum2ent toutes les rgles du bon sens, de l'intel-
ligence et de la morale ? Au surplus, tout ne s'im-
provise-t-il pas et le capricieux hasard ne prside-
t-il pas sans partage a la direction de nos affaires ?
Pour arriver, faut-il se rendre digne de la charge
qu'on ambitionne par l'tude et la rflexion? Et
n'est ce pas perdre un temps qui serait plus util?-
ment employ se pousser par l'intrigue et les
coteries que de le consacrer des billeveses qui
n'intressent personnel ?





QUESTIONS HATIENNES


Une apologie,plate et boursoufle, passe encore;
mais parler de conscience, d'intrt gnral, d'a-
vancement progressiste du pays par la diffusion
des lumires, quel enfantillage et souvent quelle
imprudence! Car si, d'aventure, il vous arrive
d'tre lu, c'est pour assister au travestissement de
vos penses, voir calomnier, dnaturer vos inten-
tions les plus loyales, apprendre qu'un miserable,
esprit sec, ceur gangren de haines et de mdio-
crits, tronquant une de vos phrases, l'isolant et
l'emprisonnant dans un de ces commentaires veni-
meux o l'on russit d'autant mieux que l'on est
bas et abject, en a fait, aux yeux de la crdulit
ignorant, le clou d'un acte d'accusation contre
vous, prlude d'injusles perscutions quand il n'est
pas un arrt de mort!
Voil ce que les pessimists rptent chaquejour
leurs compatriotes piqus de la tarentule cri-
rassire.
Je ne puis m'empcher de m'inscrire en faux,
cha2ue fois que j'en troupe l'occasion et pour mon
modestc-contingent, contre une opinion qui ne me
parait pas tout fait justifie. Serait-elle vraie,
cette opinion, qu'il y aurait courage letter contre
elle, patriotism la dtruire, au nom des intrts
les plus sacrs de la nationalit hatienne. C'est le
livre, c'est la brochure, c'est le journal qui front





QVFSTIONS HATIENNES


reculer graduellement la carabine seize coups
et le revolver, nos seules mthodes de discussion
jusqu' ce jour. Qui pense autrement est un enne-
mi du people, un ennemi de sa race.
Il faut donc dire sa pense sous tous les gouver-
nements. Et pour pouvoir la dire, il faut respec-
ter ce qui est digne d'tre respect et, au premier
rang, l'autorit, qui est partout, qui doit tre par-
tout et principalement en Haiti, la sauvegarde de
la paix publique, des intrts conservateurs et de
la civilisation.
En retour de cette honntet politique, nos com-
patriotes qui sont au pouvoirpeuvent bien octroyer
la libert de penser et d'crire ceux de leurs
concitoyens qui ont dmontr leur patriotism et
la foi qu'ils ont dans l'avenir de leur pays- Ces
deux sentiments sont des antidotes infaillibles
contre toute vellit de complot, d'attentat, d'appel
la guerre civil.
Quand on aime son pays avec sa pense et son
ceur, on ne songe pas le bouleverser. Et pour
complter ce que je dis ici, j'ajoute qu'un gouver-
nement a le droit absolu de se dfendre quand il
est attaqu, et si j'tais gouvernenent et attaqu,
je ne faillirais pas la tdche, car ce serait faillir
l'honneur. Mais non moins absolue est pour lui
l'obligation d(e donner toute garantie et toute pro-





QUESTIONS HATIENNES


tection aux cens paisibles. C'est sa raison d'tre
et il ne peut pas y manquer.
Il ne faut pas beaucoup de latin et de bonne foi
pour savoir que: Ve victims! s'il veut dire: Malheur
aux vaincus n'a jamais signifi dans aucune lan-
gue el sous aucune latitude : Malheur aux inno-
cenis!

F. M.
















Journalism en chambre! tel devrait tre
plutt le tilre de ce volume.
En effet, il n'est compos que d'articles de
journal. Deux ou trois ont dj paru dans la
Voix du Peuple; quelques-uns devaient y pa-
ratre quand cette feuille a disparu; d'autres
ont t faits quelque temps aprs, comme un
membre palpite encore quand le tronc prin-
cipal a t coup; plusieurs enfin ont t crits
avant la creation de la Voix du Peuple et
taient destins un journal qui n'a jamais vu
le jour et qui peut-tre se serait appel ou la
Rpublique noire, ou la Rpublique hatienne
ou le Port-au-Prince.
Le Port-au-Prince! ce titre m'a hant du-
rant assez longtemps.





QUESTIONS HATIENNES


Avec le triomphe de la Rvolution, qui
amena la premiere magistrature de la Rpu-
blique le gnral Hippolyte et qui inaugura
une politique quelque peu suspect d'exc:usi-
visme, je crus qu'un journal qui aurait pour
mission de dfendre les intrts de la capital,
de prsenter sous leur vrai jour les sentiments
pacifiques qui animent, et je le crois trs sinc-
rement, la majority de ses habitants, de dis-
siper ainsi toute cause de malentendu et de
msestime, rendrait un grand service aux uns
et aux autres, au pouvoir aussi bien qu'aux
citoyens. Je rvais non une machine de guerre
mais un organe de pacification et d'union, et
j'estimais que cette ceuvre pouvait tre avanta-
geusement remplie par moi, mon clectisme
politique tant le gage de ma sincrit.
J'ai toujours aim que le titre d'un journal
synthtise en quelque sorte son programme et
rsume exactement ses tendances.A cecompte,
le Port-au-Prince me semblait exprimer
assez bien le but que je visais. La Rpublique
ha tienne tait un peu long, et la Rpublique





QUESTIONS HATIENNES


noire, par ce temps de journaux s'ditant
Paris, conviendrait plutt un organe pa-
raissant l'tranger qu'en Hali mme. Mais
il y a loin de la coupe aux lvres, et jamais
je ne m'aperus mieux de la vrit de ce pro-
verbe.
Le titre trouv, il fallait paratre, et paratre
tout de suite, avant que le gouvernement ne
ft engage dans la voice don't il s'agissait de le
dtourner, avant que Port-au-Prince, flottant
encore, n'ouvrt une complaisante oreille aux
propose qu'on lui murmurait. On se souvient
de cette priode, priode indcise, vague, em-
brume, d'o le soleil pouvait sortir aussi bien
que la nuit. On attendait, et tout le monde
pouvait tre sduit, conquis, ramen. Tout le
monde ne demandait qu' l'tre, tant par la
force que par la bienveillance du pouvoir, car
il faut ces deux lments combines pour ra-
mener avec fruit en politique. Les lections
lgislatives la capital et ailleurs furent une
premiere dception pour l'esprit public, qui
souponna, ce moment, le gouvernement





QUESTIONS HATIENNES


sans boussole, sans programme, remorqu par
les parties au lieu de les remorquer.
Il manqua un homme d'Etat aux cts du
gnral Hippolytc.
Le rle que M. Firmin s'tait arrog, s'es-
sayant magistrement la dictature sur ses
collgues du ministre, tait trop lourd pour
ses paules.
On ne peut deviner, si l'on n'a fait du jour-
nalisme en Hati, quelles entraves, quels d-
boires il faut vaincre pour crer une miserable
petite feuille hebdomadaire. D'abord le titre
tonna mes amis. Ils ne me cachrent pas que
probablement l'autorisation de paratre me
serait difficilement donne; que, me ft-elle
ccorde, mes intentions seraient dnatures
avant mme le premier numro; qu'on ne
manquerait pas de voir dans ce titre: Le Port-
au-Prince! la revendication d'une pense de
revanche, un appel une lutte future, l'entre-
tien de je ne sais quelles ides de suprmatie et
de rivalit. Je rpliquai vivement que c'tait
bien plutt le contraire qu'il fallait y chercher,





QUESTIONS HATIENNES


que le journal tait non pas mme une defense,
mais une sentinelle avance, et du gouverne-
ment encore, qui il crierait: Cusse-cov,! si
des amis maladroits essayaient de l'orienter
vers une politique dangereuse.
Port-au-Prince ne revendiquait rien, n'avait
rien revendiquer; elle ne demandait que la
justice et la lgalit come toutes ses sours
de la Rpublique. Mais il tait bon, me sem-
blait-il, qu'il y et un organe special qui em-
pcht, d'un ct, les ambitieux d'exploiter la
crdulil publique en montrant le pouvoir
systmatiquement hostile toute une popula-
tion; de l'autre, fit rentrer dans les rangs la
tourbe des intrigants qui, pour tremplin
leur ambition, dnonait chaque matin cette
mme population comme obstinment oppose
au gouvernement, risquant ainsi, par leurs
menes intresses, de vrifier leur men-
songe.
On secouait la tte et on me rpondait que je
ferais plus de tort que de bien la cause que je
prtendais dfendre.





QUESTIONS HATIENNES


Entre temps, les luttes quotidiennes de
l'existence, le souci d'une exploitation commer-
ciale chaque jour rendue plus delicate par les
agissements errons du ministre des finances
ruinant les ngociants hatiens au profit d'une
petite oligarchie de spculateurs, m'absorb-
rent. Je dus m'avouer qu'il me serait impossi-
ble de m'occuper srieusement de la parties
administrative du journal. Voil mon Port au
Prince dfinitivement enterr.
Quelques mois aprs, je me trouvai en
France.... Avez-vous remarqu comme les
ides prennent de l'ampleur, comme on se sent
confiant en l'avenir, vigoureux et nergique,
comme les resolutions abondent loin du sol
natal ? On fera ceci, on fera cela au retour.
Non, on ne peut plus souffrir cette infriorit
o nous croupissons. Il faut se remuer, il faut
aller de l'avant. On doit cela la patrie, soi-
mme. Mais peu peu, une fois rentr, cette
belle effervescence se calme, so modifie, pour
disparatre tout fait quelques jours aprs,
On redevient empaill comme ci-devant.






QUESTIONS HATIENNES


On dirait que la cuisson ininterrompue du so-
leil, peut-tre bien aussi, selon ce qu'affirme une
posie national que je viens de lire, les efflu-
ves languissants qu'exhale la fleur jaune du
tcha-tcha, du campchier, de toutes nos plants
aux parfums atrophiants, nonchalisent la vo-
lont et la rendent-elles veule. Tout est para-
lys; tout sommeille. Plus de tnacit, de viri-
li l morale relle et continue dans les caractres.
Des emportements soudains, irrsistibles, sou-
vent sans motifs, des marmites don't l'bulli-
tion soulve le couvercle, des ttes de temps
en temps frappes d'insolation et qui clatent,
des coups de folie, mais pas cette persistence,
cette resolution de longue haleine qui distin-
guent les peuples que n'crase pas notre cani-
cule implacable. C'est la faute du climate, vous
le voyez; je suis tout dispos le croire et
admettre cette excuse commode.
Or, je flnais une fois dans les rues de Paris
tout en me demandant je m'abandonne
parfois ces rves quand Hati se dciderait
enfii rompre avec toutes les plaisanteries





QUESTIONS HAITIENNES


sanglantes qui ont fait sa vie national jusqu'
ce jour. cS tirer des coups de fusil, me disais-
je, brler ses propres villes, assassiner ses pa-
rents et ses amis, fabriquer du papier-mon-
naie pour payer tous ces dtraquements du
cerveau, nous ruiner avec cet ensemble, cet es-
prit de suite que nous n'avons, hlas! que pour le
mal, est une besogne trs fatigante la longue.
Et il y aura bientt un sicle que nous vivons
ainsi L'enfance n'a-t-elle pas assez dur et
notre esprit assagi, calm, ne doit-il pas viser
dsormais une vie paisible, tout entire con-
sacre notre amlioration intrieure, aux
jouissances du confort et du bien-tre ?
Nous qui avons vers tant de sang et d'encre
pour les liberts politiques, nous chez qui ces
liberts n'existent qu' l'tat de clich l'usage
aussi bien du despite qui les foule sous le
talon de ses bottes qu' celui ducitoyen qui les
invoque, nous qui bnissons un chef d'Etat
uniquement de tout le mal qu'il pourrait nous
faire et qu'il ne nous fait pas, nous qui n'avons
pu jusqu' present acclimater la liberty indivi-





QUESTIONS HATIENNES


duelle en Hati, ce point qu'un Hatien pour
viter la prison et le reste n'a pas seulement
se demander s'il observe les lois de son pays,
mais encore s'il ne dplat pas tel ou tel per-
sonnage puissant, nous don't la vie de citoyen
est si pnible, n'est-il pas de notre devoir de
letter avec nergie pour amliorer un tat so-
cial don't nous sommes les seules victims?
Puisque l'on reste Hatien, puisque l'on no
songe pas pratiquer l'goste axiome : ubi
bene ibi patria! ne convient-il pas d'essayer
d'amnager la mason o l'on est rsolu vivre
selon ses gots et ses besoins, d'y fire pntrer
l'air et la lumire, de l'assainir, de l'embellir et
d'y dtruire les causes d'inscurit qui la ren-
daient incommode et dangereuse ?
L'Hatien voyage beaucoup; c'est le people
migrateur par excellence. Parlout, sur sa route,
il trouve des peuples polics, des villes propres,
partout il voit les citoyens respects et la loi
n'inspirant une terreur salutaire qu'aux mal-
faiteurs. Chez lui seul, elle leur est douce et ne
garde ses rigueurs que pour les paisibles et les





QUESTIONS HAiTIRNNES


laborieux. Pourquoi ne tenterait-il pas de trans-
porter dans son pays ce qu'il voit ailleurs? Sans
doute, un effort isol n'est rien; toutefois, que
le pli soit donn, que le courant s'tablisse, et
avant longtemps l'assaut de toutes ces volonts,
la pousse de tous ces missionnaires de civili-
sation et de progrs aura une influence decisive
sur la march gnrale des choses. Mais si per-
sonne ne met la main l'oeuvre, si chacun
s'isole dans son gosme et sa paresse, si chaque
anne, en qute d'une existence plus agrable,
nous venons dpenser tranquillement l'tran-
ger nos pargnes ou mme notre fortune pour
rentrer, quelques mois aprs, avec placidit,
en pleine obscurit, obscurit que nous ne
tentons rien, absolument rien pour dissiper,
quelle modification peut-on raisonnablement
attendre dans notre tat social? On laisse sup-
poser, avec quelque fondement, que l'influence
attractive de la civilisation n'a aucune prise
sur l'Hatien et que Paris, pour lui, commence
et finit aux Montagnes-Russes et au Moulin-
Rouge,





QUESTIONS HATINNES


Il est une poque dans la vie o, aprs avoir
pass par les esprances et les illusions de la
jeunesse, l'homme sent renatre en lui-- hlas !
pour la dernire fois ces passions, ces
enthousiasmes qui le transportrent jadis tout
en pregnant aujourd'hui, quarante ans, une
forme plus mrie, pourtant non moins imp-
rieuse. C'est la sve qui bouillonne nouveau
avant de se tarir, c'est l'arbre qui pousse son
ultime floraison. De quarante quarante-cinq
ans, un flot inattendu de vigueur et de foi
semble baigner nouveau le cour de l'homme.
Le sang circle plus rapide et plus chaud, et
cette scheresse, cette strilit qui rident peu
peu le cour vieillissant semblent fair place,
pour un moment, tous les espoirs, toutes
les gnrosits d'il y a vingt ans.
La nature, toujours bienveillante, nous
donne donc deux poques: l'une au dbut de la
vie, ardente, il est vrai, mais inexprimente
et aveugle; l'autre, dans sa pleine maturity et
o la force des sentiments se manifeste avec
plus de rflexion et de noblesse que d'habitude.





QUESTIONS HATIENNES


Nous pourrions nous dvouer une ouvre
quelconque rien que pour l'oeuvre elle-mme et
en dehors de toute preoccupation goste. Le
sort de nos semblables, la destine du people
auquel nous appartenons nous intresse autant
et plus que nos propres affaires. Nous sentons
qu'avant longtemps il ne restera plus rien de
nous et nous voudrions glorifier notre vie par
quelque effort tent en faveur d'une ide non
souille par l'intrt personnel.
C'est ainsi que nous croyons largir un peu
notre rle et nous rattacher de combien
loin - l'idal qui rarement nous subjugue,
mais don't un des rayons pour l'instant nous
illumine.
Ces penses me beraient je sens ce que
je dois paratre ridicule dans ce merveilleux
Paris, si plein d'attractions pour nous autres
Hatiens; si plein d'attractions que chaque
anne nous y accourons comme les papillons de
nos forts la flamme de nos grands feux de
bois, les bataillons compacts, serrs, les che-
vronns menant les nouveaux venus et se parent.




QUESTIONS HAITIENNE'S


avec orgueil du nombre de leurs voyages comme
de glorieux tats de service!
Il y a pourtant une vingtaine d'annes, aller
Paris car c'est Paris qui est l'objectif, le
but unique n'tait que le privilege du petit
nombre. C'tait une aurole qui nimbait le
front de quelques lus. Vous savez comme cela
a change depuis. Levoyage Paris s'est dmo-
cratis, s'est popularis; on le fait, on le refait
avec une facility absolument tonnante. Quel-
ques esprits chagrins peuvent trouver que c'est
un mal, en ce sens qu'il peut augmenter les
apptits parmi nous et dvelopper des habi-
tudes irrsistibles de luxe et de jouissances.
Tout a son refers ici-bas, et il faut bien s'at-
tendre, de ce ct, quelque dception. Mais
aussi, en regard, que d'avantages certain Ce
ne sont plus seulement nos commerants qui
voyagent; nos gnraux en activity ou non de
service, nos ministries en disponibilit ou en
expectative, tous ceux qui se destinent aux
affaires publiques vont fire le plerinage de
Paris.





QUESTIONS HATIENNES


No peut-on pas raisonnablement penser
qu'aprs s'tre beaucoup amuss, j'en conviens,
ils ont aussi gard de tous ces blouissements
le secret dsir de quelque amlioration, de
quelque progrs raliser dans leur propre
pays? Ne peut-on pas esprer que, parmi ces
voyageurs, il s'en trouvera un, mieux tremp
que les autres, d'une volonl plus ferme, plus
virile, que l'ambition de civiliser sa patrie ten-
tera ? A dfaut d'un homme, il est plus que
probable qu'avec les annes l'oeuvre sera
accomplie par tous ces dsirs de mieux, de
confort, rapports par l'Hatien de ses voyages,
ct qui, d'abord vagues, isols, se runiront,
comme des molecules qu'une force naturelle
pc'usse l'une vers l'autre pour former un tout
compact et irresistible.
Volontiers, et pour dvelopper de plus en
plus le got des voyages l'tranger, je dirai
mes compatriotes :
Enrichissez-vous; enrichissez-vous par
tous les moyens en votre pouvoir; donnez de la
valeur vos terres; dveloppez le domain na-





QUESTIONS HATIENNES


tional. Ne laissez pas l'exotique seul le privi-
lge de la fortune et des conceptions hardies.
Lancez-vous dans les affaires. Ne soyez pas
toujours piciers, professeurs ou petits em-
ploys de l'tat. Allez de l'avant. Qu'importe
que vous ne russissiez pas au dbut? Vous
recommencerez : c'est la loi du commerce.
Dfaites-vous des ides timores et pusillanimes
que vous avez sur le mcanisme du credit et de
l'argent. Il faut treprudent, il faut tre habile,
c'est entendu; il faut surtout tre honnte,
c'est l'essentiel, car l'honntet est le premier
capital de l'homme d'affaires. Mais il ne fau-
drait pas pousser la prudence jusqu' l'apathie
et vous priver par l de la principle condition
pour russir, l'initiative. Sortez de la routine
et faites reconnatre vos rivaux que les mmes
ambitions qui les animent, vous les avez aussi
et que vous voulez, comme eux, jouir de la vie,
de tout ce qu'elle donne de satisfactions mat-
rielles et assure de suprmatie ici-bas I
Enrichissez-vous et faites voyager vos fils.
Quand ils seront une lgion, ils s'entendront





QUESTIONS HATIENNES


pour changer notre tat social. A qui sommes-
nous redevables de notre indpendance? N'est-
ce pas ceux qui, levs en France, ne parent,
leur retour Saint-Domingue, supporter le
spectacle et les hontes de l'esclavage? Qui donna
le signal de la libert ? N'est-ce pas Og, revenue
d'Europe?
Ne supported pas qu'on vous dise, comme,
il y a quelques annes, ce commerant qui,
voulant faire lever son fils en France, priait
un tranger de l'y conduire :
A quoi bon ? Il doit vivre en Hati Rap-
pelez-vous que l'homme est n pour vivre par-
tout et que c'est le devoir des pires d'y prpa-
rer leurs enfants.
En ce monde, une des meilleures rfutations
de la thse de l'infriorit entire homes. c'est
la fortune. Tachez donc de l'acqurir par la
hardiesse de vos conceptions et le dveloppe-
ment du commerce votre profit. Modifiez
quelques-unes de vos lois trop arrires (con-
trainte par corps, etc.), et qui ne vous sont
d'aucune utility. Enrichissez-vous Enrichis-





QUESTIONS IATIENNES


scz-vous Et pour parvenir rapidement et
srement, cessez de jalouser les quelquesrares,
trop rares compatriots qui ont pu acqurir
une petite aisance. La jalousie ne donne
aucun resort, aucune nergie l'me; c'est la
passion negative, la passion des fruits secs et
des paresseux. Montrez ces compatriots avec
orgueil et que bien plutt leur example soit un
stimulant pour vous
Or, tout cela exige une refonte en quelque
sort gnrale de notre milieu. Il faut changer
le course des ides qui dominant notre socit et
inaugurer une politique base sur des vues
absolument opposes celles qui nous ont
rgi jusqu' present. Nous avons eu, en effet,
des homes d'Etat anims des meilleures, des
plus loyales intentions. Ils ont prtendu rfor-
mer nos administrations, y ramener, par
example, la probit et le respect des deniers
publics. Ils ont toujours misrablement chou
ou leur ceuvre n'a t que passagre, phmre.
Ils ne voyaient pas que quelques beaux prin-
cipes proclams dans les lois, quelques pr-





QUESTIONS HATIENNES


ceptes de morale dvelopps dans la press, au
besoin quelques examples infligs aux dlin-
quants ne suffisent pas pour moraliser un
people. A ct de cet enseignement, il faut une
demonstration pratique.
Vous me dites qu'il est mal de convoiter vio-
lemment une function publique, de conspirer
pour l'obtenir, de trouble la paix pour m'en-
richir, que les impatient qui m'observent
m'imiteront demain, car tout le monde a faim
comme moi, tout le monde est press comme
moi et qu'une fois arriv je deviens l'ennemi
contre qui tous se liguent. Tout cela est vrai;
mais donnez-moi donc, indiquez-moi donc les
moyens de gagner honorablement ma vie sans
recourir ces procds, fonds commun des
gnrations qui m'ont prcd et, je le crains
fort, de celles qui me suivront. Car enfin que
se passe-t-il aprs chaque guerre civil, quand
la paix semble rtablie et que chacun a l'air de
vouloir srieusement travailler ? Comme il n'y
a qu'une seule branch de travail, ce qu'on
appelle ici le commerce c'est--dire acheter





QUESTIONS HATIENNF,


pour revendre tout le monde achte pour
revendre. Les boutiques, les magasins s'ou-
vrent dans toutes les rues. Les loyers doublent
et triplent; chacun est vendeur et il n'y a plus
d'acheteur. Et quelques mois aprs, les lieux
tmoins de cette prosprit factice retombent
dans leur solitude et leur silence. Tout le
monde a fait faillite et tout le monde rpte en
choeur : Dcidment on ne gagne pas d'argent
dans la paix C'est ainsi que la paix se dis-
crdite. A ce moment, pour peu que cette pen-
se se propage, le gouvernement en place n'a
qu' se bien tenir...
Tout en prchant des rformes politiques, il
faut faire en sorte qu'elles soient ralisables.
Or, elles ne peuvent l'tre, elles ne le seront
jamais, en Hati, que lorsqu'on appliquera au
gouvernement des affaires le socialisme d'Etat.
Il faut que l'Etat hatien cre des moyens de
travail, mette en branle, en rapportle domaine
national ouvrant ainsi des refuges, des asiles
tous ceux qui considrent actuellement l'ex-
ploitation politique come un gagne-pain.





QUESTIONS HATIENNES


C'est l seulement, dans ce socialisme d'Etat,
sagement et nergiquement pratiqu, que le
pays trouvera paix, prosprit et morality.
Ne peut-on tenter de convertir nos gouver-
nants actuels ce programme? Il y va de leur
intrt et de l'intrt suprieur de la patrie. Ils
sont bien issues d'une revolution et la calomnie
sans doute leur a reproch de ne l'avoir faite,
cette revolution, que parce qu'ils taient au
plus mal dans leurs affaires commercials au
Cap. De ce chef, ils n'ont pas tout fait l'auto-
rit ncessaire pour former l're des agitations
politiques. Mais quoi! tous nos gouvernements
n'ont-ils pas cette commune origine ? Et ne
faut-il pas que cette re se ferme un jour d'une
faon ou de l'autre ? Que ce soient par eux ou
par d'autres, qu'importe? L'essentiel est qu'elle
se ferme le plus tt possible.
Que me fait le flacon si la liqueur est bonne!
Or, l'oeuvre, et tentons cette entreprise. 11
faut dire l'Etat quel est son devoir, le rle
qu'il doit prendre en Hati s'il veut asseoir sur
de fortes bases sa scurit et celle des families.





QUESTIONS HATIENNES


Il faut lui dmontrer qu'il a tourn jusqu'
present dans un cercle vicieux et qu'il est temps
d'en sortir, que son influence pour le bien a
t nulle sur la nation, que pourtant la seule
influence srieuse qui soit est la sienne, qu'il
faut la diriger pour qu'elle donne de bons r-
sultats.
Dans cette demonstration, nous tcherons
d'viter, autant que faire se pourra, de porter
ombrage aux hommes en place. Nous tcherons
de leur fire comprendre que nous ne leur en
voulons pas, instruments passifs d'une poli-
tique aveugle et traditionnelle. Nous ne leur
demandons que d'ouvrir leurs yeux la
lumire, dans leur intrt et dans le ntre, et
de n'tre ni obstins ni inconscients.
Ainsi nous essayerons de les convaincre que
nous ne visons pas uniquement des change-
ments de personnel, changements, hlas!
inefficaces. Ce que nous cherchons, c'est une
orientation nouvelle de la politique. Ne faut-il
pas, pour n'avoir produit aucun fruit depuis
environ un sicle, qu'elle ait t mauvaise? O





QUESTIONS HATIENNES


sont ses cuvres? Nos villes sont-elles plus
riches, mieux entretenues, nos campagnes
mieux cultives ? Les routes publiques existent-
elles? Le travail est-il organis de faon per-
mettre le dveloppement harmonique de toutes
les forces sociales ? Les conspirations, les prises
d'armes, ne dtruisent-elles plus quotidien-
nement la fortune publique ? L'incendie poli-
tique, la fusillade simplement pour difference
d'opinion ne forment-ils plus les deux articles
de notre Credo ?
On juge une politique ses rsultats. Or, les
rsultats de celle que nous suivons depuis
notre indpendance sont affreux. Ils nous ont
amens au plus miserable tal qu'on puisse
imaginer. Nous avons ralis sur cette belle
terre des Antilles, o la vie pourrait tre si
bonne et si douce, une rpublique unique pour
le sort pouvantable qu'elle inflige ses ci-
toyens, grce aux passions et aux vices qui
la rongent, et l'exploitation facile qu'elle
permet, notre dtriment, aux aventuriers
exotiques.





QUESTIONS HATIENNES


Rien d'tonnant cela, et il est just que
nous submissions le chtiment de nos fautes.
Une dmocratie dans laquelle chacun occupy
son temps souhaiter un changement de gou-
vernement, ce changement pouvant amener
au pouvoir lui et ses amis, ne peut, en vrit,
si on ne canalise au plus tt tous ces apptits
en rut, laisser entrevoir ses membres aucune
possibility de repos et de bien-tre, but unique
des associations humaines. Dans l'ge des
ralits froces, des intrts insatiables que
nous traversons, il est un peu puril, on en
conviendra, de parler au voisin qui guette
votre place de dvouement la chose publique.
Il ne s'en moque pas mal, et demain quand il
aura russi vous dgoter iltiendra aux autres
exactement votre language, la sincrit duquel
il n'a jamais cru.
C'est pourquoi un government, quelque
honnte, quelque scrupuleux qu'il soit, ne
ramnera l'ordre et la tranquillity dans l'Etat
que s'il peut offrir au people un aliment en
dehors des charges publiques. C'est en attirant





QUESTIONS HATIENNES


dans le pays des capitaux strangers, en crant
des entreprises agricoles ou industrielles, en
aidant l'exploitation des richesses du sol,
qu'il rformera la dmocratie hatienne et
donnera nux torrents qui actuellement la
dvastent, encaisss qu'ils sont dans de hautes
bariires, un course libre et dgag de toute
entrave. Ces torrents cesseront de mugir sur
eux-mmes, et l o ils portaient la dsolation
et la mort, demain, pacifis, ils porteront la
richesse et la vie.
Je revins Port-au-Prince travaill par ces
ides... Un nouveau journal, la Voix du
People allait paratre; je m'entendis avec son
directeur politique, M. Thals Lully, esprit
trs ouvert, pratique et possdant un haut
degr le don de se fair entendre des masses.
Les premiers numros du nouveau journal
furent accueillis avec une faveur marque par
le public. Il est vrai qu'on avait pos les prin-
cipes qui devaient rgler sa march politique
sur les bases les plus large. Pas de polmique
strile, pas d'opposition systmatique; d-





QUESTIONS HATIENNES


montrer simplement au pouvoir la ncessit
pour lui de crer un grand parti d'ordre et de
gouvernement sur les debris de tous les parties.
Pour cela, rpudier toute ide troite, prendre
son bien l o on le trouve, parmi tous les
h6mmes de volont et de cour, sans distinction
de nuances. Ces prmices jetes, ces assises
d'une vritable renovation social tablies,
enrayer le courant rvolutionnaire en lanant
rsolument le pays dans l'exploitation cono-
mique de toutes ses forces industrielles, agri-
coles et financires. Changer ainsi les vieilles
habitudes, les vieilles routines en donnant au
people un horizon nouveau et des penses
nouvelles. Amliorer le sort des commerants,
en tablissant la concurrence de capitaux par
la creation absolument indispensable d'une
BANQUET DU COMMERCE ET DE L'INDUSTRIE en
regard de la Banque Nationale d'Hati.
Une tude que je venais do fire paraitre sur
cette dernire institution analysait son rle i
ngatif et dmontrait le servage financier o9
elle nous tenait.





QUESTIONS HAITIENNES


Jamais, au surplus, situation n'tait plus
favorable pour russir une revolution cono-
mique et social. Sans grand effort, le gouver-
nement pouvait obtenir la trve ou la fusion
des parties, et des recettes de plus de neuf mil-
lions de dollars, ce qui ne s'tait jamais vu au-
paravant, allaient lui mettre en main des res-
sources inespres.
Tel tait le programme de la: Voix du Peuple,
et dans sa court existence, pas une phrase,
pas un mot ne fut crit en dehors de la lettre et
de l'esprit de ce programme.
D'o vient donc que l'apparition du journal
suscita tant de colres et de suspicions injustes?
Ah il ne faut pas en demander l'explication
des rancunes politiques seulement; il faut la
chercher un peu dans les monopoles coaliss et
jetant le cri d'alarme pour leurs privileges en
pril... Aussi quelle joie durent-ils ressentir
quand le leader du localitisme et l'inspirateur,
ce moment, de la politique gouvernementale,
M. A. Firmin, dans un speech au Cercle du
Commerce, d6montra, aux applaudissements





QUESTIONS HATIENNES


frntiques de ses amis, que sa politique
n'tait ni goste, ni exclusiviste, mais fran-
chement national!
Quoi qu'il en soit, la Voix du( Peuple, son
troisimo numro, cessa de paratre. Son di-
recteur s'enfuit la Jamaque, la terre clas-
sique des exils hatiens..... Terre classique,
Alma parents ironique, en effet, car combien
sont-ils parmi nous qui, au moins une fois
dans leur vie, n'ont pas t forcs de prendrele
chemin do l'le-refuge! Combien n'y ont pas
pass une bonne parties de leur existence, la
passion politique les chassant ou les ramenant
son gr dans leur patrie! Combien aussi n'y
sont pas morts!
Une sort de colonie hatienne s'est ainsi
forme Kingston et dans ses environs depuis
de trs longues annes. Ce ne sont pas toujours
les mmes individus qui la composent; elle
n'en reste pas moins assez important. Chaque
revolution, chaque movement politique un
peu considerable amne dans l'le de nouveaux
rfugis et ramne en Hlati, presque la mme





QUESTIONS HATIENNES


heure et sur le mme bateau, les vaincus d'hier
devenus les vainqueurs du jour. C'est la gardc
montante et la garde descendante qui, tour
tour, veille au chevet de notre nationalit ma-
lade.
Ce serait un phnomne de voir Kingston
sans exil hatien, et je ne crois pas que depuis
longtemps le fait se soit produit. L, on trouve
d'anciens presidents de la Rpublique, d'an-
ciens ministries, d'anciens gnraux, d'anciens
dputs, d'anciens snateurs, d'anciens jour-
nalistes qui esprent changer bientt ce qua-
lificatifdmod en quelque chose de plus nou-
veau. Replis sur eux-mmes dans leur isulc-
ment collectif, n'ayant qu'un seul et unique
sujet de conversation : la politique du pays,
possds de cette obsdante pense qu'il faut
rentrer, ils arrivent ne plus avoir la claire
notion des choses et s'habituent tranquillement
aux ides les plus tmraires. De l l'excu-
tion, il n'y a qu'un pas.
La funeste expedition de Miragone, o tant
de nobles coeurs, tant de valeureux compa-





QVEUETIONS HATIEXXES


triotes, trouvrent un sort si miserable, est ne
de cette surexcitation des esprits constamment
tourns vers un seul point et volontairement
aveugles sur tout ce qui ne s'y rapportait pas
absolument.
Assez souvent Kingston est un pidestal. On
en revient singulirement grand et le fauteuil
de la prsidence est la rcompense de l'ostra-
cisme. Salomon y passa la plus grande parties
de ses vingt annes d'exil, Boisrond-Canal y
sjourna et ces deux examples illustres suffisent
enseigner la resignation et l'esprance ceux
que la perscution a jets hors de leur pays.
Je crois que c'est Octave qui ferma le
temple de Janus. Souhaitons qu'un chef d'tat
hatien, just et fort, donnant confiance et
scurit ses concitoyens, ferme dfinitivement
le chemin de Kingston, qui est une sorte de
temple de Janus de la paix publique en
Hati !
Ainsi mourut la Voix du Peuple...
On peut avoir. confiance dans ma parole;
ceux qui me connaissent savent que pour rien





QUESTIONS HAITIENNES


au monde je ne trahirais la vrit, car je ne
vois rien qui lui soit gale. Eh bien j'affirme
qu'aucune pense louche, qu'aucun but ina-
vouable ne guidait le journal. On ne visit pas
contrecarrer le gouvernement; on songeait
plutt le fortifier. Aprs une guerre civil
qui avait dur une anne et caus tant de
ruines, on lui demandait de fonder la paix
publique en la faisant reposer sur l'accord des
citoyens, d'appeler lui toutes les forces vives
du pays, de grouper ses cts, d'entraner
dans son orbite toutes les intelligence qui ne
pourraient lui refuser leur concours. Pourquoi
le lui refuseraient-elles ? Que ce soit Hippolyte
ou un autre, l'tiquette n'est rien, si le gouver-
nement est assez habile pour laisser toutes
les ambitions la possibility de se manifester et
d'aboutir. Ce sont les pouvoirs particularistes
qui donnent des troupes et un tat-major aux
prtendants. Et puis, voyez-vous, on ne gou-
verne les hommes qu'en ayant l'air de leur
tmoigner quelque confiance.
La Voix du Peuple souhaitait que le gouver-





QUESTIONS HAITIENNES 39

nement du gnral Hippolyte ft tabli Port-
au-Prince; d'autres pensaient qu'il suffisait
qu'il y ft solidement camp.
J'ai tenu, au dbut de ces lignes, expliquer
le mobile qui me guidait.

F. M.



Port-au-Prince, 10 avril 1891.












QUESTIONS HAITIENNES







Lettre-Programme.






Mon cher Lully,

J'applaudis l'initiative que vous prenez. On est
Hatien et on dsire le rester: il est logique qu'on
prenne part aux luttes de la vie publique quand on
veut l'avancement de son pays. L'abstention, au
surplus, n'exonrant pas des terrible consequences
d'une mauvaise administration, il n'est ni habile ni'
prudent de s'abstenir.
Votre journal, sans doute, est essentiellement
conservateur, conservateur, bien entendu, de ce qui






QUESTIONS HATIENNES


mrite d'tre conserv et dfehdu. Il ne vient pas
faire uvre de dislocation; il vient faire uvre
d'apaisement et d'union.
Il dira, d'une part, aux pouvoirs publics: Soyez
habiles, soyez forts; crez un grand parti de gouver-
nement. Je ne veux pas dire un parti exelusivement
compos de favors, de gens qui ne tiennent vous
que par les avantages don't vous les comblez. On
peut vous dmontrer la ncessit d'un tel parti.....
Je n'ai pas le rechercher; mais un gouvernement
qui ne s'appuierait que sur ce que l'on appelle les
amis de la veille serait absolument sans lendemain.
J'entends par parti de gouvernement la runion, la
coalition, sans entente pralable, par la seule force
des choses, des citoyens qui travaillent et pour qui
l'ordre dans la rue est le premier des biens. Ne
croyez pas que ces gens-l puissent tre vos enne-
mis. Ils sont avant tout les amis de leur propre
existence, de leur propre conservation et savent trop
ce qu'un bouleversement peut leur coter!
Aux citoyens, la Voix du Peuple sans doute dira:
La guerre civil vous est mortelle. Elle vous fait
reculer chaque fois de vingt ans en arrire. Elle fait
de vous un people dcrpit avant mme d'avoir
pass par l'ge viril. Elle ne profit qu'aux politi-
ciens, aux aventuriers, aux pcheurs en eau trouble.
C'est elle qui fait tuer vos fils et vos frres, incen-





QUESTIONS HATIENNES


dier vos demeures, qui oblige enfin beaucoup d'entre
vous chercher une protection, un refuge dans un
changement de nationalit. Vous tenez votre pays;
vous croyez encore son avenir..... Eh bien! faites-
vous donc une patrie que vous puissiez aimer!
Mais dans cette tche la plus grande part, on ne
ne saurait trop le rpter, revient aux pouvoirs
publics. On se trompe en croyant que la menace
seule d'un danger, la peur enfin, suffit grouper les
citoyens autour d'un gouvernement. La peur n'est
qu'un sentiment physique, passage de sa nature.
C'est souvent aussi un trange ractif. Gouverner
avec ses passions n'est que de l'troitesse d'esprit.
Ce qu'il faut dans la priode que nous traversons,
aprs ces commotions qui ont boulevers tous les
programmes, ml tous les parties, fait marcher cte
cte parfois dans le vol et le crime les irr-
conciliables de la veille devenus les frres siamois
du jour, ce qu'il faut, ce sont des principles assez
large, une conviction assez profonde, une intuition
assez complete du coeur human pour comprendre
que ce n'estpas en s'isolant, en se renfermant syst-
matiquement les uns dans l'gosme du triomphe,
les autres dans le ressentiment de la lutte qu'on
peut arriver rtablir le calme dans les esprits.
Esprons que gouvernants et gouverns, pour le
bonheur de tous, le sentiront et le pratiqueront. -





i4 QUESTIONS HAITIENNES

Puisse la Voix du Peuple, dans une large part, con-
tribuer ce rsultat!
Dans ces conditions, comptez sur moi, mon cher
Lully, comptez sur ma collaboration.

(Voix du Peuple, 2 octobre 1890.)













Le recrutement de l'arme.


Il y a des choses sur lesquelles les opinions dif-
frent en Hati; mais il y en a une sur laquelle tout
le monde est d'accord. C'est que le recrutement,
qu'il soit exerc brutalement dans les rues, qu'il le
soit anodinement par lettre, n'est, au fond, qu'un
noyen de coercition, qu'une sorte d'application de
la loi des suspects.
L'arme hatienne, assurment, rclame de gran-
des rformes. Elle n'est, dans l'tat de notre socit,
qu'une degradation de l'esprit national, qu'un vaste
pnitencier rebours. Elle est surtout d'un bon
rendement tant par les commander d'armes, de
munitions et d'quipement, que par la majoration
des effectifs. C'est pourquoi il sera presque impos-
sible de la rformer srieusement, si on ne tient
compete du milieu dans lequel nous vivons, milieu
qui exige, non pas des rformes de dtail, tou-






QUESTIONS HATIENNES


jours emportes par la ralit des faits, mais une
revolution radical et absolue dans notre tat
d'tre.
La transformation d'un pays s'opre de deux
faons : ou par la main d'un home de gnie,
quelque peu despite, qui supprime violemment les
abus et, par un acte personnel de sa volont, moule
un people son effigie ; ou par le dveloppement
conomique, la valorisation du domaine national
qui cre des situations la porte de qui veut se
donner quelque peine, dmontrant ainsi, par une
sorte de leon des choses, combien il est ais de
gagner de l'argent par sa propre initiative et sans le
prendre dans la poche ou dans le sang de ses concir
toyens. On abandonne alors peu peu le mtier que
les pres firent, mais que les fils rpudient comme
tant de jour en jour moins lucratif, tout en restant
toujours dangereux.
Certes, la race des exploiteurs ne disparat pas
compltement; mais, sans aller jusqu' dire qu'ils
sont ncessaires la sant du corps social, or,
constate que, pourvu qu'ils n'infectent pas toute la
nation, ils n'en entravent pas le dveloppement et la
march. Voyez les Etats-Unis o le rle des poli-
ticiens de mauvais aloi n'arrte pas l'extension de
la fortune publique. L, un homme intelligent et
robuste compete d'abord sur lui-mme, sur son






QUESTIONS HATIENNES


nergie, sur les mille formes que revt l'activit
humaine pour difier sa fortune. Il la fait plus vite
et mieux que dans la politique, qui reste le lot du
petit nombre, j'oserai dire des rats.
Notre histoire dmontre que des deux modes de
transformation, la recherche de l'homme de gnie (?)
parat avoir eu notre prfrence jusqu' present.
Quel rsultat en avons-nous obtenu? Il n'est pas
besoin d'insister l-dessus. Il serait peut-tre temps
d'essayer de l'autre moyen. Il faudrait, au pralable,
nous dfaire de certain prjugs qui, quoique des-
tins nous protger, en definitive, ne font du tort
qu' nous-mmes.
Pour en revenir au recrutement qui, selon l'opi-
nion de certain spcialistes, doit rformer l'arme,
disons que jamais measure n'a t plus impopulaire.
On l'a considr de tous temps come vexatoire au
premier chef. Et on fait observer qu'aucun gouver-
nement n'en a retir le fruit qu'il en attendait. Pour
l'instant, des gens, mal intentionns assurment,
vont jusqu' prtendre qu'il y a l une question de
rancune. Nous ne le croyons pas, .car la rancune
n'est pas une vertu politique, et il est indispensable
d'oublier les injures les plus cruelles, les violence
mme don't on a t l'objet quand on veut gouverner
les homes. Dans la vie publique l'oubli s'impose,
si cn a l'ambition de fonder quelque chose de solide.






'18 QUESTIONS HATIENNES

Et, selon je ne sais plus quel auteur, c'est parce
qu'elle met en jeu des intrts suprieurs que la
morale politique n'est pas toujours d'accord avec la
morale prive.

(Voix du Peuple, 2 dcembre 1890.)












La politique.


Aujourd'hui que la compagnie des pompiers m'a
tout l'air d'tre disloque (1), il est peut-tre-utile
d'appeler l'attention publique sur ce flau de l'in-
cendie qui dvaste si souvent nos villes. Et tout
d'abord une rflexion pleine de tristesse vient au
bout de ma plume... Nous qui parlons avec tant
d'emphase de nos destines, que resterait-il de nous,
quelle chose attesterait que nous avonsvcu, si une
catastrophe quelconque nous effaait de la terre ?
Tous les hommes, par un sentiment lgitime d'or-
gueil, veulent se survive eux-mmes et crivent
leur histoire dans la pierre. Le monde a assist, de
nos jours, avec une religieuse motion, la recons-
truction, grce leurs monuments retrouvs, de
races disparues il y. a des milliers d'annes. Mais

(1) Par le recrutement militaire inflig ses membresi





QUESTIONS HATIENNES


chez nous, la vie la plus longue qu'on peut assigner
nos misrables demeures construites en bois
lger dfaut du feu qui abrge encore leur exis-
tence c'est une moyenne de quinze vingt
annes.
Et que d'efforts perdus, que d'argent gaspill,
livr aux flames depuis les cent ans que nous
vivons On peut lire notre histoire en regardant nos
maisons. Un people qui, depuis sa naissance,
construit en bois du Nord et don't les demeures et
ce qu'il veut bien appeler ses monuments publics
sont intentionnellement btis pour ne durer qu'un
temps trs court, est un people qui ne croit pas en
lui-mme, qui sent qu'il ne se survivra pas, qu'il
n'aura pas de descendance et qui, conscient de sa
fin prochaine, prend gaiement la devise: Aprs
mnoi le dluge !
Ds lors plus de contrle, plus de rgle, plus de
patriotism, plus de vertu dans ses actions. Il se
laisse aller toutes les folies, toutes les extrava-
gances de l'insouciance et de l'gosme. N'ayant
aucune pense d'au del, il ne songe pas l'am-
lioration du patrimoine national. Il le gche plutt,
il le dtruit plaisir.
Les Latins faisaient une difference essentielle en-
tre la ville et la cit; mais pour anantir srement
un people ils se prenaient, de prfrence, la ville.





QUESTIONS HATIENNES


- Or, on est en droit de douter de l'avenir d'Hati
tout le temps que le pre ne pourra pas transmettre
ses enfants le toit o il leur enseigna l'exemple
des vertus domestiques et publiques au milieu des
vieux meubles, tmoins muets, pourtant loquents,
o son pre, lui, lui donna les mmes leons!




A la suite de l'incendie de Fort-de-France le gou-
verneur de la Martinique a pris un arrt qui dter-
mine les conditions auxquelles seront assujetties
dornavant les constructions nouvelles et les grosses
rparations de constructions anciennes, dans l'en-
ceinte du chef-lieu de la colonie.
La construction de maisons tout en bois a t
dsormais interdite.
Sous Domingue, on s'en souvient, on dcrta une
measure l'effet d'empcher de btir en bois les en-
coignures des lets. La measure, excellent en prin-
cipe, tait arbitraire en ralit. Aussi demeura-t-elle
lettre morte. En mme temps que vous m'interdisez
de construire en bois, il est just de me donner les
moyens propres m'aider construire en mur. Il
est vident qu'un propritaire, dans son intrt bien
entendu, doit prfrer ce dernier mode de cons-
truction : ce qui l'arrte, ce sont les fonds nces-





(UIeSTIONS HATIENNES


saires. Une maison en mur, conomiquement cons-
truite, cote le double d'une maison en bois. Si
l'Etat avait eu la prvoyance de pousser la creation
d'un tablissement de credit qui ferait l'avance de
cette moitie indispensable, chacun y trouverait son
compete, tablissement de credit et propritaire.
L'argent, garanti par une maison l'preuve du feu
et par une police d'assurance don't la prime serait
minime, pourrait tie prt 9 0 0 l'an et s'amortir
aisment. Avant longtemps la proprit pourrait
tre dgage et que d'avantages obtenus!
Les revenues de la commune, par les droits locatifs,
augmentant chaque jour;
Les villes ne prsentant plus l'aspect d'un bara-
quement de Tatars;
L'incendie politique disparaissant du programme
de nos rvolutions;
Les gouvernements consolids;
L'pargne hatienne, n'tant plus fauche priodi-
quement, se relevant victorieusement de ses rui-
nes;
Nos families, comme des oiseaux don't l'orage a
dispers le nid, ne transportant plus les paves de
leur mobilier de quarter en quarter pour disparai-
tre bientt dans la misre et la nuit;
Enfin, la scurit remplaant l'inquitude, modi-
liant ainsi toutes nos habitudes sociales et incul-





QUESTIONS HATIENNES


quant l'esprit national l'ide de dure qui nous
fait absolument dfaut.
On comprend que ce n'est pas avec la Banque na-
tionale d'Hati-qu'on peut obtenir de tels rsultats! .'




Depuis quelques annes, une vritable crise svit
sur les locataires. Les loyers sont devenus d'un
prix difficilement abordable en mme temps que les
moyens d'existence devenaient plus pnibles. Les
frquents incendies qui ont dtruit les principaux
quarters de Port-au-Prince ont rendu les risques
locaux trs grands pour le propritaire. Par contre,
l'assurance sur ces risques a mont jusqu' 6 0/0
l'trarger. Il tait natural que le propritaire cher-
chat dans un intrt lev une rmunration pro-
portionnelle.
Il n'en est pas moins vrai que cette situation cre
un vritable malaise social. Car enfin se vtir, se
nourrir, se loger dans des conditions acceptable
sont des obligations que l'Etat a contractes envers
ses membres.
Deux intrts d'un ordre primordial sont donc en
jeu. D'abord, ncessit de protger la fortune publi-
que contre ces incendies, qui, avec le papier-mon-
naie et la revolution, forment notre trinit natio-






QUESTIONS HATIENNES


nale. Je n'ai pas l'intention d'tablir ainsi une com-
paraison blessante; mais je ne puis m'empcher de
penser que c'est tout fait l le dogme catholique.
Ces trois places n'en forment qu'une de mme que
la Trinit est un seul Dieu en trois personnel.
Ensuite, ncessit de permettre au citoyen de se
loger convenablement et sans payer des prix extra-
vagants.....
Ce problme ne peut tre rsolu qu'en facilitant
par certain advantages ou la creation d'une institu-
tion de credit qui ferait des avances la proprit
ou celle d'une Compagnie qui construirait elle-
mme. 11 ne semble pas qu'il soit difficile d'arriver
ce rsultat. A la Jamaque, pays pauvre, priv du
grand movement commercial d'Hati, une Compa-
gnie de ce genre existe et fonctionne.
En attendant, la commune peut prendre quelques
measures ncessites par l'tat actuel de nos cons-
tructions. De mme qu'elle exige un droit d'aligne-
ment, ne pourrait-elle pas exiger un exat d'habita-
tion?
Au nom de la scurit publique, elle pourrait or-
donner :
1o Que, quelle que soit leur grandeur, toutes les
maisons soient pourvues de cuisines;
20 Que les cuisines soient en briques ou mme en
roches du pays;






QUESTIONS HATIENNES


30 Que les sparations des course, au lieu d'tre en
planches, soient en maonnerie, car c'est par l que
le feu, une fois dclar, se propage ave3 le plus de
rapidit.
Si on faisait l'historique de nos diffrents incen-
dies, on verrait que c'est presque toujours dans les
cuisines que l'incendie clate. Ces cuisines sont g-
nralement en planches, et souvent il n'y a pas
d'endroit spcialement affect cet usage. On fait
son feu dans une des pieces (le la mason ou dans
une des chambres (le la cour, ce qui aggrave le
danger ....
11 n'y a pas longtemps, quand le tocsin sonnait,
quand le clairon donnait l'alarme d'un incendie,
l'Hatien prenait sa carabine, ceignait sa cartouchire
et le voil parti pour le thtre du feu. A le voir
ainsi harnach, on aurait cru vraiment qu'il s'en
allait quelque expedition belliqueuse. L'autorit
militaire, de son ct, prenait ses measures des
grands jours.....
C'est qu'ici un incendie cache parfois des dessous
tnbreux. Les parties se jettent mutuellement la
tte des accusations qui partout ailleurs suffiraient
les fltrir jamais. Il n'est nullement prouv que
ces accusations soient justifiesla plupart du temps;
car, qu'y a-t-il d'tonnant qu'une ville btie en bois
flambe come une allumette ? Mais ces soupons





;it QUESTIONS HATIEXNES

jettent l'inquitude dans les esprits, les aigrissent,
les incident accuser de leurs maux ceux-l mme
don't ces incendies mettent l'existence en pril. Sans
computer que souvent la malveillance se rveille et
qu'un incendie accidental fait natre dans l'me de
quelques misrables le dsir de l'imitation.....
Quelques personnel, peut-tre, trouveront que la
rubrique sous laquelle cet article se trouve est dpla-
ce. J'ai la faiblesse de croire que tout ce qui a trait
l'intrt gnral est de la politique, de la meilleure,
de la vraie.

(Voi. dtu Peuple, !) dcembre 18!W.)












Encore la Banque Nationale d'Hati.


Il n'y a pas a dire et les dernires annes l'ont
surabondamment dmontr : la Banque Nationale
est insuffisante pour les besoins de la place. Elle est
non seulement insuffisante, mais elle les comprend
mal, ces besoins, elle les trahit.
Il y a donc urgence pourvoir le pays d'un nou-
vel instrument de credit, plus en i apport avec nos
intrts rels, un instrument de credit qui, par
example, dans la crise don't le commerce d'impor-
tation est menac, se dirait qu'il est non seulement
ncessaire, mais habile de venir son aide.
A l'Assomption, capital du Paraguay, petit pays
de 600,000 mes, n'ayant d'autre resource que l'ex-
ploitation de la Yerba-Mat, on compete trois ban-
ques don't le capital chacune est presque gal ce-
lui de la Banque Nationale d'Hati. Il faut rflchir
aussi que, depuis l'poque de sa creation, les affai-





QUESTIONS HATIENNES


res ont pris chaque anne une extension de plus en
plus large et ont fait de Port-au-Prince, un vritable
centre de spculations financires.- La Banque n'a
pas voulu largir le cercle dans lequel elle se mou-
vait. Systmatiquement, elle a refus tout appui,
tout credit au commerce. Il n'y a pas une affaire de
banque proprement dite laquelle elle se soit mon-
tre favorable. Cela ne convient pas au pays ,
dit-elle en secouant sa tte omnipotente. Mais ce
qui convient au pays, n'est-ce-pas, c'est l'agio sur le
change, les spculations outrance sur la dette pu-
blique, les gros emprunts sur place. A celte Banque
National demanded o est son portefeuille et quel
chiffre s'lve par an l'escompte des signatures de
commerce. Elle vous rpondra que cela l'intresse
peu, pourvu qu'elle puisse vous vendre des traites
40 0/0 et les racheter 4 et 5 0/0.
J'avoue qu'elle a raison et que le rle de ventouse
- quand le patient a le sang jeune et riche est
agrable pratiquer. C'est le lot des habiles. -
Le monde, vous raconte avec infiniment d'esprit
un des plus gros financiers de Port-au-Prince, se
partage en deux categories: celles des coqs d'Inde
mangeant et celle des coqs d'Inde mangs. Il faut
tre toujours de la premiere catgorie. Cela est
pratiquement vrai : mais cela n'empche pas les coqs
d'Inde mangs d'aspirer un changement d'tat.





QUESTIONS HATIENNES


Il serait si facile pourtant d'obvier cette insuffi-
sance, cet gosme de la Banque !
Avec un peu d'initiative, un peu d'association
dans les ides, nos commerants, par leurs propres
resources, pourraient crer une Banque du Com-
merce et de l'Industrie . Je ne crois pas qu'aucun
ministry des finances serait assez malavis pour
faire opposition une telle entreprise. Il serait l'en-
nemi de son propre intrt, car cette Banque, assu.
rment, pour toutes les affaires de l'Etat viendrait
en concurrence avec la Banque Nationale et les ren-
drait plus faciles. Certes, on ne peut pas prtendre
avoir le magnifique contract que possde la Banque
National et qu'elle n'exploite malheureusement
pas. Le privilege, par example, d'mettre des billets,
privilege don't elle n'use pas, serait peut-tre dificile
mais pas impossible emporter. Il serait ais, tou-
tefois, de trouver une entreprise d'intrt public
qui, concde par l'Etat, serait le pivot de la future
combinaison financire.
Que faudrait-il pour cela? Un capital de
5,000,000 de francs, pas plus, don't la moiti verse.
Ce capital, mis en movement, par des homes
pratiques et expriments, produirait une plus
grande some d'affaires qu'un capital dix fois plus
grand aux mains d'administrateurs timors et pu-
sillanimes. Cette Banque son titre de Banque de





QUESTIONS HAITIENNES


l'Industrie l'y obligeant s'attacherait un comit
de spcialistes pour tudier les contracts, aider leur
placement l'tranger, au besoin les soumissionner
pour son propre compete. Qu'on ne s'y trompe pas,
lh est l'avenir tant pour le pays que pour ceux qui
tenteraient ces entreprises promises aux plus gran-
des destines.
Mais quoi bon ce rve? Ceux qui disposent de
capitaux prfreront toujours gagner tout tranquil-
lement leur vie la remorque de la Banque et en
suant notre moelle que d'oser quelque chose qui,
tout en leur rapportant beaucoup d'argent, ferait
quelque bien au pays. C'est donc l'tranger qu'il
faut chercher ces resources. C'est l que l'initiative
hardie d'un ministry des finances pourrait s'exercer
pour le bonheur de tous.
Prsentement, nous sommes les vassaux de la
Banque, c'est--dire d'une important personnel trs
troite d'esprit, mais fort jalouse de son autorit et
de sa prpondrance. Elle prend, vis--vis de nous,
des ails de conseil judiciaire, de tutrice lgale; elle
affiche la prtention de fire dpendre d'elle, de sa
volont, de sa fantaisie, tout le credit du pays. Elle
est le baromtre de sa reputation en Europe, baro-
mtre, hlas! qui marque toujours temptes et ca-
tastrophes. On comprend alors combien il nous sera
difficile d'avancer, si on ne commence diminuer






QUESTIONS HATIENNES


cette influence absorbante et sans aucun profit pour
le people, si on ne bat en brche cet esclavage finan-
cier.
La Banque Nationale d'Hati, quoique banque
d'Etat, est trop indpendante de l'Etat pour que ce
dernier ne comprenne pas qu'il est de son intrt de
favoriser la creation d'institutions rivals.
Je crois que l'installation d'un commissariat
Paris rendrait, sous ce rapport, de grands services.
L'article 8 du dcret de constitution de la Banque dit
que le Goucernement pourra nommer un commis-
saire special Paris. Ce pourra exprime bien que
le Sige social n'y tient pas beaucoup, car, quoique
selon la mode hatienne, on ne mette jamais a right
man in a right place, la Banque n'aimerait pas
avoir un contrle, si facile qu'il pit tre, dans le tri-
patouillage des fonds hatiens. Cela ne ferait pas
non plus l'affaire de ces fines lames de nos emprunts
qui, selon Aurlien Scholl, de concert avec les pres-
tidigitateurs des chemins de fer du Honduras et au-
tres entreprises de ventouses publiques, se prom-
nent en quipages flamboyants dans les alles du
Bois de Boulogne, qu'on prendrait parfois pour un
bagne libre.
Autant que possible, il ne faudrait pas faire de
cette charge une place politique. Il faudrait qu'elle
ft occupe par un homme capable, intelligent et
2.






QUESTIONS HATIENNES


patriot, un homme qui comprendrait qu'il ne rem-
plit pas une sincure et qu'il a vritablement dans
ses mains l'avenir du pays. Je veux dire non seule-
ment son dveloppement matriel, mais encore la
scurit et la paix publique, qu'aucun gouverne-
ment, dans cette dsorientation de toutes les cons-
ciences, dans cet assault furieux de tous les apptits,
quelque fort qu'il se prtende, quelque crainte qu'il
croit inspire, ne peut que momentanment garantir,
s'il ne cre des intrts assez puissants pour contre-
balancer et dominer les passions rvolutionnaires.
Le commissariat prs le Sige social de la Banque
Paris deviendrait bien vite ce centre de renseigne-
ments, d'informations toujours en veil pour faire
connatre Hati, la faire apprcier et mettre en vi-
dence les facilits de tout genre qu'elle offre. Il
prendrait tche de dtruire cette exploitation, ce
privilege, cette mainmise de quelques individus
sur plus d'un million de personnel. Il combattrait
cet isolement prmdit o nous nous laissons en-
fermer. Mais aussi il conviendrait que le ministry
des finances, ayant trouv l'homme d'une telle fonc-
tion, l'aidt de tout son pouvoir. Il faudrait entrete-
nir avec lui une correspondence incessante, en faire
l'intermdiaire oblig entire la Banque et le dparte-
ment, lui consigner les fonds ncessaires au service
de la dette extrieure, en un mot donner le plus





QUESTIONS HATIENNES


d'importance possible la function, afin qu'elle ft
rellement important et partant profitable l'Etat.
Avant longtemps, on crerait ainsi une vritable
agence financire en rapport avec des capitalistes
intelligent et hardis
On leur montrerait, ces capitalistes, on leur d-
montrerait, documents en main, qu'Hati vaut
mieux que la reputation qu'on lui a faite. On leur
ferait lire, dans une sorte de d'Hozier de notre
finance, la gnalogie de toutes les fortunes sorties
du pays depuis cinquante ans et parpilles dans
toutes les contres et sous toutes les latitudes. Ils
s'tonneraient que nous ayons pu enrichir tant de
gens et rester si misrables!
Je me hte de dclarer que je ne suis pas sur les
rangs pour solliciter la charge de commissaire prs
de la Banque Paris.


(VOi.x dlu Peupple, 16 dcembre 1890.)












Amusante commission !


Le Moniteur, journal official de la Rpublique,
n'est pas toujours foltre, tant s'en faut. Les graves
dbats des Chambres, les rapports de la cour des
comptes, les avis domaniaux, enfin la prose de
M. Firmin ne sont pas des sujets dsopiler la rate.
Toutefois, je n'ai jamais vu quelque chose de plus
phnomnalement cocasse que le motif indiqu par
la commission administrative don't le troisime rap-
port vient d'tre public au Moniteur, sur les d-
penses de l'administration dchue pour motiver le
rejet des ordonnances mises par ladite adminis-
tration.
Si le gouvernement rvolutionnaire, son entre
la Capitale, avait dclar nulles les dettes du
gnral Lgitime, on aurait pu discuter la measure ;
mais elle et t dans la logique de toutes les rvo-
lutions, Si la commission nomme pour vrifier les





QUESTIONS HATIENNES


comptes rejetait ceux qui lui paraissaient faux ou
trop grandement majors, on n'aurait pu rien dire.
Mais savez-vous le motif invoqu par cette com-
mission digne de passer aux ges futurs pour repous-
ser la plupart des comptes ? C'est une trouvaille,
une perle, que je vous mets au dfi de deviner. Non,
vous n'y arriveriez pas et je prfre vous dire tout
de suite. La commission a trouv pour toutes les
ordonnances rejetes par elle l'exquise, la suave, la
dlicieuse raison que, tel chapitre, de telle section,
de tel budget est dpass depuis telle date D'o il
suit que, quand un ministry vous fait une fourni-
ture, une command quelconque, vous devez, sous
peine de voir votre reclamation repousse par une
commission du genre de celle de la commissioner
les dettes de l'administration dchue, lui demander
l'exhibition de son budget pour voir si tel chapitre,
de telle section n'est pas dj puis Le ministry
naturellement vous enverra promener ; mais vous
resterez en harmonies avec la noiivelle'doctrine de
ces commissaires foltres.
Ne valait-il pas mieux en toute franchise dclarer
ces ordonnances nulles parce que telle est votre
volont que de prendre ce biais qui ne trompe
personnel ? Mais il y a des individus qui se croient
trs malins quand, au fond, ils ne trompent qu'eux-
mmes et je suis sr que l'accouchement de ce motif





QUESTIONS HATIENNES


bizarre a di coter pas mal de mditations et de veil-
les prolonges ses auteurs. C'est du temps bien
mal employ. Et si on demandait en vertu de quel
chapitre, de quelle section, de quel budget, les d-
penses taient faites dans le Nord durant la Rvolu-
tion ?
Vous verrez que le gouvernement lui-mme sera
oblig de dsapprouver cette faon de faire... (1).

(Voix du Peuple, 16 dcembre 1800.)


(1) On lit, en effet, dans l'Expos de 1891, aux Cham-
bres :
Peut-tre les troiuvera t-on trop svres (?); 2mais il
leur a fallu se conformer rigoureusement 4 la loi.
Aux Chambres seules appartient la prr)ogative d'y ap-
porter des tempraments ncessaires.












Page prophtique.


L'anne finit et on ne peut pas dire, hlas! qu'elle
ait ralis toutes nos esprances. Je voudrais m'ex-
primer avec la conviction du citoyen qui n'a d'autre
ambition que celle d'tre utile son pays. On a pu
s'tonner de mon irruption soudaine dans la politi-
que courante et se demander, selon l'habitude. si je
ne poursuivais pas quelque but. Eh bien! on se
trompe. Je n'ai absolument d'autre but que celui
d'essayer, selon mes moyens, de rendre service
tout le monde et moi-mme, au gouvernement
aussi bien qu'aux particuliers, en travaillant au
maintien de la paix publique. Je n'ai d'autre outil
dans ma main que la plume. Et je m'en sers parce
que je crois que la libert de la Presse ne cache au-
cun pige de la part des pouvoirs publics. Toutefois,
enregistrer comme des succs toutes les fautes de
ses adversaires, comme dans un assault marquer





QUESTIONS HATIENNES


tous les points, profiter de leurs moindres mala-
dresses, n'est pas une besogne pour laquelle j'ai du
got. Il est triste qu'un haut fonctionnaire n'ait pas
toujours, dfaut d'autre chose, l'honneur du rang
qu'il occupe. Mais on ne saurait contester un jour-
naliste la faon don't il intend la pratique d'une
libert garantie par la Constitution. C'est affaire
ceux qui sont au sommet ne pas oublier que tous
les yeux sont braqus sur eux et se conduire en
consequence. Quant au droit de critique, il est de
l'essence mme de la civilisation moderne.... Et en
Hati, devant l'imminence de notre effondrement
national, quand tant d'ignorants et de vicieux pour
mener grand tapage et aspirer aux plus hautes
charges n'ont d'autre parure que leur ignorance et
leurs vices, ce n'est pas seulement un droit, c'est un
devoir de prendre part aux affaires publiques, ne
serait-ce que pour ne pas endosser la responsabilit
des btises des autres! ...
Mme quand il s'agit du pouvoir, il est just de
rappeler les actes qui lui font honneur. Aussi l'en-
tre Port-au-Prince, avec calme et discipline, des
armes du Nord restera une belle page pour les
troupes don't le gnral Hyppolite eut le commande-
ment en chef. J'espre que la ville de Port-au-Prince
ne l'oubliera pas. A dfaut de ce sentiment, elle r-
flchira, elle, la ville la plus prouve de la Rpu-





QUESTIONS HATIENNES


blique, tous ses malheurs passs et se gardera
d'couter les aventuriers politiques. Elle n'oubliera
surtout pas que les professeurs de l'cole du coup
d'Etat traditionnel sont aux aguets montrant tous
nos gouvernements se consolidant dans le sang et
appelant de leurs vux la bonne aubaine d'un mou-
vement politique pour fire taire les voix discor-
dantes. Elle n'ira pas btement faire le jeu de ces
gens-l et ajouter une experience nouvelle la d-
monstration qu'ils essayent d'tablir de l'infaillibi-
lit de leur systme. Elle se gardera et ailleurs
on ferait bien de se garder aussi de tous ceux qui,
sincres peut-tre, au fond, ne croient la rgnra-
tion du pays possible que par eux-mmes et n'ad-
mettent pas que la tche puisse tre remplie par
d'autres... Il y a un phnomne psychique qui se
produit chez l'ambitieux, phnomne tout pareil
celui qui se passe chez un homme violemment
amoureux et qui ne connat d'autre loi que sa pas-
sion. Tout lui semble permis, et sa conscience d-
voye envisage froidement les plus hoiribles atten-
tats. On peut, la rigueur, concder qne certain
ambitieux rvent le pouvoir pour amliorer le sort
de leurs concitoyens; mais une fois engags dans
cette voie, griss aussi bien par le succs que par
l'chec, ne sait-on pas qu'ils ne reculent devant au-
cun obstacle pour raliser non l'idal que peut-tre






QUESTIONS HATIENNES


ils entrevirent, un instant, l'aurore de leur ambi-
tion, mais cette ambition elle-mme dans ce qu'elle
a de personnel et d'goste, avec son cortge de
villes incendies, de families dtruites, d'individus
massacrs !
L'homme qui n'est pas prt sacrifier son ambi-
tion au repos de son pays n'est qu'un imposteur et
un criminal.
Port-au-Prince se gardera donc de tous les ambi-
tieux et ne donnera pas, je le rpte, aux profes-
seurs de coup d'Etat, ceux qui proclament qu'un
gouvernement ne s'affirme que dans le sang, l'ucca-
sion d'une nouvelle experience. D'un autre cot, il
faut ajouter qu'il est bon de ne pas ngliger une
quantit telle que Port-au-Prince qui,. tant comme
population que comme valeur intellectuelle, est le
ceur et le centre du pays. Si on ddaigne cette force,
si on la mprise, c'est de propos dlibr, car Port-
au-Prince rend la tche fort aise aux pouvoirs
publics. C'est la cit cosmopolite par excellence, qui
ignore l'esprit de clocher, le localitisme et qui adopted
avec plus d'enthousiasme nos concitoyens des autres
villes que ses propres enfants.
Mais pourquoi cette page don't je parlais tout
l'heure n'est-elle reste que la prface d'un beau
livre que le pays attendait certainement et qui n'a
pas t crit ? Pourquoi la concorde et la franchise






QUESTIONS HATIENNES 73

n'ont-elles pas produit leurs bienfaisants effects sur
tous les ceurs ? Pourquoi la paix arme semble-t-
elle le rgime auquel nous soyons condamns ?
C'est que, ds le dbut, l'orientation de la poli-
tique a t mauvaise ou plutt qu'on n'a pas eu de
politique du tout. Ce que je dis l est tellement vrai
qu'on n'a qu' se reporter auxjournaux de l'an der-
nier, tous gouvernementaux, pour en avoir la preuve.
Que demandent-ils ? Une direction, un systme,
une unit de vues. Ils trouvent qu'on hsite trop,
qu'on n'a pas l'air de savoir ce que l'on veut, que l'on
perd un temps prcieux, qu'on n'a aucune opinion
arrte sur quoi que ce soit; bref, qu'on est sans
programme. Le rsultat, c'est qu'on vivra au jourle
jour, sans crer rien de stable, variant ses inspira-
tions selon l'vnement et sans faire un pas en
avant. Les parties relveront la tte, se reformeront
quand ils ne demandaient qu' se fondre dans un
grand parti de gouvernement. En some, rien de
plus effrayant, rien de plus gros de consequences
quand le pilote ne sait pas lui-mme sa route et la
cherche en ttonnant sur l'horizon politique, hori-
zon autrement sombre, autrement mystrieux que
le vaste horizon des mers. .
Ah il ne suffit pas de dclarer et tous les bons
citoyens sont d'accord avec vous qu'on s'opposera
de toutes ses forces an 'dchainement des passions






QUESTIONS HATIENNES


rvolutionnaires; il faut adopter une politique qui
n'y conduise pas 1
Qui, moins d'tre l'ennemi de son pays et de soi-
mme, ne souhaite sincrement que le gnral Hyp-
polite fasse paisiblement ses sept annes ? Qui,
inoins d'tre un ignorant ou de la plus mauvaise foi,
ne sent qu'une nouvelle revolution serait trs prju-
diciable ce malheureux pays ? Qui, devant toutes
ces passions en veil, n'envisage avec terreur une
vacance du pouvoir? Qui, partant, ne serait heureux
de voir le pouvoir se faire respecter par son nergie,
se faire estimer par sa justice, se fire aimer
par sa bienveillance ? Ce programme qui seul peut
assurer la dure un gouvernement, est-il donc si
difficile remplir ?
11 est trop commode, en vrit, quand on ne rus-
sit pas dans une tche, de dclarer que la tche est
impossible et que le pays est ingouvernable... Gou-
verner, c'est convaincre le public que la pense est
nette, claire, que tous ceux qui en sont dpositaires
sont la hauteur de l'oeuvre; c'est dmontrer que
l'harmonie rgne au sommet afin d'tre en droit de
l'exiger en bas.
L'erreur initial et dans laquelle on a persvr
jusqu' ce jour, a t de rver, non pas un cabinet
homogne, ce qui est indispensable pour bien mar-
cher, mais un cabinet o l'influence d'un seul absor-






QUESTIONS HAITIENNES


berait celle des autres. Dans ces conditions, il n'y a
pas d'harmonie possible, car l'harmonie est l'nenten
raisonne, rflchie, discute, de forces conscientes,
si ce n'est d'gale valeur, mais de valeur, merchant
cte cte un but fix d'avance et y persvrant
chacune dans sa part d'initiative et d'action. C'est la
collaboration de la libert et de l'intelligence, la
seule efficace, la seule vritablement fconde et
utile au dveloppement des tats. Elle donne l'im-
pulsion au lieu de la quter et ne croit pas qu'on est
ministry uniquement pour mettre chaque mois cinq
cents dollars dans sa poche.
J'espre qu'on ne se mprendra pas sur l'expres-
sion de ma pense. Au reste, il y a d'honorables ex-
ceptions desquelles on doit tenir compete et je ne veux
pas rechercher ici si cette opinion adopte par le pu-
blic est justifie par les faits. Que ce soit une l-
gende ou non, il est avr qu'elle existe, et, enpoli-
tique, on subit non seulement les effects des fautes
commises, mais encore les effects des fautes qu'on
vous prte. C'est injuste, mais c'est ainsi. C'est ce
qui explique pourquoi on a t si long, il y a quel-
ques mois, remplacer les ministres dmission-
naires, et c'est ce qui me fait penser, malgr l'Im-
partial qui s'est trop dpch, mon avis, de pr-
senter un candidate la succession d'un future dmis-
sionnaire, qu'il n'y aura pas de sitt de changements






QUESTIONS HATIENNES


dans le cabinet. Les hommes politiques de quelque
valeur hsitent toujours, mme quand le reproche
est immrit, laisser dire d'eux qu'ils sont em-
brigads. Ils ont raison : il vaut mieux conduire un
buss dans les rues de Port-au-Prince et gagner
ainsi honorablement sa vie que d'tre ministry pour
ne pas appliquer ses ides et son programme (1).

W7 dcembre 1890.


(1) Cet article devait paratre dans le numro de la
Voix du Peuple du mardi 23 dcembre; cette date,
le journal n'existait plus. Quelques pique-assiette cla-
baudant sur mon compete et sur les ides que j'mettais
dans l'article enterr, je le ressuscitai en placard, le fai-
sant prcder des lignes suivantes : Je ne renie ja-
mais ma pense, parce qu'elle est chez moi l'expression
fidle de ma conscience; rien ne saurait m'empcherde
la dire quand je crois devoir le fair ;je livre donc l'ar-
ticle la publicity, tel que samedi dernier je l'avais
envoy la Voix du Peuple.
On conviendra que les vnements ne tardrent pas
justifier, quelques mois aprs, toutes mes apprehensions,












Le Globe, l'toile et la Comte.


Il existe Port-au-Prince, ou plutt dans ses envi-
rons, une industries encore peu dveloppe, mais qui
certainement, si elle tait encourage, deviendrait
avant longtemps trs florissante et trs lucrative.
Comme elle est d'une grande utility publique, son
succs ne ferait pas exclusivement la fortune de ses
promoters. Ce succs serait profitable tout le
monde. C'est l'industrie la plus simple, la plus facile
qui soit ; dans la pratique pourtant, elle rencontre
pas mal de difficults et d'entraves.
Je veux parler des briqueteries de l'Arcahaie.
L'anne dernire, quelques amis et moi, parties
sur le Montrouis 6 heures 1/2, nous y avons fait
une journe.
Personne n'ignore la fertilit proverbiale de l'Ar-
cahaie, notre Sicile hatienne. Si nous l'ignorions,
cette mer de verdure sombre, cannes sucre ou





QUESTIONS HATIENNES


bananiers don't la brise du matin fait lgrement
onduler les ttes frissonnantes, nous le dirait
chaque coup de piston de notre petit bateau qui
tangue fortement en longeant les ctes.- C'est vri-
tablement l notre grenier d'abondance. Chaque
jour, pousss par un vent favorable, ses industrieux
habitants viennent, les barges croulant sous la
charge, apporter Port-au-Prince les products de
leur sol admirable. A cette vie, ils ont contract
d'excellentes habitudes. Ne leur parlez pas de bou-
leversements, de troubles politiques, de tout ce qui
peut les empcher de vendre paisiblement leurs
bananes. Gens pratiques, ils ne vous coutent pas; et
si vous insisted trop, l'encontre du paysan hatien
qui subit passivement son sort, ils pourraient sortir
de leur indifference et vous faire un mauvais parti.
Hommes de la mer, ils n'ont pas de prfrence, et
que ce soit aux Gonaves, Saint-Marc, au Petit-
Gove, Port-au-Prince, ils apportent tous, pourvu
que le prix soit bon, cette savoureuse banane, pr-
sent du ciel, manne que le bon gnie d'Hati nous
done avec libralit !
A neuf heures, nous sommes en vue du Globe,
briqueterie de M. Charles Fatton. Le pavilion national
flotte au sommet de la principal maison, demeure
du directeur. Un cannot vient nous prendre et nous
voil dbarqus. Nous visitors rapidement l'tablis-




QUESTIONS nATIENNES


segment. Tout l'atelier travaille, ce qui met la note
gaie partout, le chant des hommes et des femmes se
mlant au bruit monotone et rgulier des machines.
Vous connaissez ces chansons populaires : une ide
peine bauche, enfantine, et le mme refrain reve-
nant toujours, avec obsession, plus de dix fois dans.
quelques minutes. C'est la mlope du travail et elle
dit l'me de ce people naf et bon.
Voil de grands hangars pour le schage des bri-
ques. Ils me semblent bien construits et bien ordon-
ns : ceux que j'ai visits quelques miles de New-
York ne leur sont pas suprieurs. Le moteur, le pro-
pulseur et les autres machines paraissent en parfait
tat. Sous nos pieds, de l'argile pour plus de cent
ans, des mines inpuisables, deux couches, la pre-
mire rouge, la deuxime jaune.
Tout ce monde est content; l'insouciance se lit
sur chaque visage. C'est le travail rendu attrayant;
non pas tant peut-tre par la direction qui aurait
voulu plus d'nergie et d'efforts, que par le caractre
mme des travailleurs, philosophes qui limitent la
tche au besoin de chaque jour.
A la grande case o un premier djeuner nous est
gracieusement offert, je me fais donner quelques
dtails sur la march et le fonctionnement de l'usine.
Situe prs de douze lieues de Port-au-Prince,
elle occupe trente-huit ouvriers pour la fabrication





QUESTIONS HAITIENNES


des briques, environ vingt marines pour leur trans-
port la capital ou ailleurs et vingt-cinq coupeurs
de bois. Le transport se fait par barges ouvertes ou
pontes qui varient de grandeur; elles peuvent
prendre de cinq quinze mille briques. Par les
beaux temps, la barge quite l'usine deux heures
de l'aprs-midi et elle est rendue la capital cinq
heures. Par contre, quand la brise souffle avec force,
il est impossible de faire partir une embarcation: la
traverse devient un vritable danger avec un pro-
duit aussi lourd sur des transports quasi primitifs.
Toutefois, les plus intrpides prennent la mer et
arrivent aprs quarante-huit heures de lutte.
Les homes sont pays toutes les quinzaines; ils
gagnent de cinquante centimes une piastre par
jour. Pendant la semaine, l'usine leur distribue des
provisions qui sont rgles sur leur salaire. Le mo-
teur est de la force de douze chevaux pouvant aller
jusqu' seize; il met en movement une machine
briques du systme Clayton. Cette machine peut
fournir dix mille briques quotidiennement quand
elle est bien conduite.
Pendant que ces renseignements me sont donns,
j'examine la grande case o je me trouve. C'est un
bon btiment en planches, recouvert en tle. Que
lui faudrait-il pour avoir tout fait bonne mine ?
Simplement une couche de lait de chaux, une parure





QUESTIONS HAITIENNES


si lgre qu'elle pt tre et qui ferait disparatre
l'affreuse nudit de ces planches. Eh bien! non.
On a nglig cette dpense minime, futile, et tout
l'effort qui est norme qu'on s'est impos ici,
tout le sacrifice d'argent qui est trs gros qu'a
cot cette usine, paraissent un peu moins visible
parce que cette couche de chaux n'a pas t donne !
Ne croyez pas exorbitant ce que je dis ici. Flatter
un peu la vue, mme dans les choses absolument
matrielles, c'est encore de l'habilet. Et quelques
sous dpenss cacher le ct disgracieux d'un bti-
ment sont souvent aussi reproductifs que l'crou ou
la courroie d'une machine.
En cotoyant la plage, sous un soleil rouge chauf-
fant midi plein la cuve bouillonnante de la mer,
nous dirigeons nos pas vers les deux autres usines,
la Comte et l'toile. La Comte, qui appartient au
gnral Guignard, ne possde pas de machine va-
peur. C'est la force animal, sous la forme de boeufs,
qui y est employe. Un grand ordre et une disci-
pline parfaite rgnent dans l'tablissement. Il n'est
de l'importance ni du Globe, ni de l'toile; mais il
arrive, grce l'nergie et au courage de son pro-
pritaire, maintenir son rang ct de ses rivaux.
L'usine de l'toile voque le nom d'un homme qui
mourut la peine et sacrifia sa fortune pour l'ta-
blir. C'tait un croyant de l'industrie national que





82 QUESTIONS HATIENNES

son fondateur, M. Mnos. Il avait la foi de l'aptre,
la foi militant, celle qui va de l'avant sans se sou-
cier des obstacles et sr de vaincre. Il n'a pas
vaincu; mais il n'a pas non plus dsert et est
tomb sur le champ de betaille qu'il s'tait choisi.
Cette briqueterie, un module du genre, est admira-
blement organise et son fonctionnement est des
plus rguliers. Aussi le march de Port-au-Prince
n'est-il jamais dpourvu de ses products. La case,
construite en grosse maonnerie, flatte l'oeil avec ses
murs blancs et propres.
Le directeur de l'usine achve de djeuner au mo-
ment o nous arrivons. Il en est au caf que lui
apporte une soubrette hatienne accorte et vive, bien
coiffe, lgamment vtue et chausse. C'est un
Franais d'une robustesse joviale et communicativ.
J'entends cette bonne humeur que donnent une
excellent sant et la gymnastique du travail intel-
ligemment compris. Il lui faut, en effet, une forte
dose de philosophie pour combattre et chasser l'ner-
vement de la solitude. Il la trouve dans une tche
consciencieusement remplie et qui maintient le morps
et l'me en parfait quilibre.
Pendant que nous causons avec lui, deux heures
sonnent. C'est le moment de la reprise du travail.
La cloche de l'atelier se fait entendre et les hommes
se htent d'accourir : le directeur s'excuse d'tre




QUESTIONS HATIENNES


oblig de nous quitter. Nous reprenons le chemin
du Globe, o nous nous reposons quelques instants.
Un peu aprs, dpart pour Port-au-Prince.
Et maintenant, que faudrait-il pour porter un
haut degr de prosprit les usines de l'Arcahaie?
Que faudrait-il pour leur donner la vie, pour qu'elles
soient une bonne et lucrative affaire, pour qu'elleE
rendent surtout la construction les services qu'elles
peuvent lui rendre?
Tout d'abord, il est souhaiter que les trois bri-
queteries se syndiquent pour la vente de leurs pro-
duits. L'association seule peut leur donner ce qui
leur manque, l'unit dans les vues et la cohsion
des efforts. Cette association se limiterait exclusive-
ment la vente, chaque usine tant absolument
maltresse de se grer comme elle veut, de produire
comme elle entend. Le syndicate s'tendrait sur le
produit pris sur la plage de l'Arcahaie jusqu' son
entre et sa sortie du dpt central Port-au-
Prince. Le transport, fait ainsi en commun, revien-
drait meilleur march. Il serait rgulier, mieux
entendu, excut par des barges appartenant en pro-
pre l'association. Le dpt central serait toujours
approvisionn et, les prix tant uniforms, la vente
serait rgulire. Il serait facile au syndicate, sur son
stock, de trouver de l'argent intrt modr pour
taire, dans les moments de crise, des avances ses





QUESTIONS HATIENNES


membres et empcher par l que le produit ne soit
sacrifi. On pourrait aussi faire des contracts fermes
avec les particuliers ou mme avec l'Etat pour des
liviaisons considrables.
Dernirement, il tait bruit que l'Etat venait de
donner, une maison de la place, une command de
plusieurs millions de briques l'tranger. Si le syn-
dicat des briqueteries de l'Arcahaie existait, aucune
command de ce genre ne pourrait lui chapper. On
ne saurait la lui refuser sans injustice et sans fouler
aux pieds les intrts les plus vidents du fisc. Le
produit d'abord est de quality gale, si ce n'est su-
prieure, au produit tranger; il cote toujours
meilleur march. Ensuite, on n'est jamais sr de la
quantit reue quand c'est l'Etat qui a command
hors du pays. Le contenant est toujours trois fois
plus petit que le contenu, et on se demand par quel
miracle tant de briques peuvent tenir dans un si
petit navire.
A cet inconvnient s'en ajoute un autre non
moins grave. L'Etat recevant des briques en normes
quantits, elles tranent c'est 16 mot au bord
de lamer, derrire l'arsenal, partout o on a pu les
dposer. Chacun vient faire alors sa petite provision
et btir peu de frais. On n'exagre pas si on dit
que sur une command d'un million de briques, par
example, l'Etat en recueille peine trois ou quatre


84 '





QUESTIONS HATIENNES


cent mille. Ce serait donc tout profit de s'adresser
aux briqueteries de l'Arcahaie.
Pas n'est besoin de leur accorder de subvention.
Je suis radicalement oppos aux subventions qui,
en Hati, ne sont que des primes d'encouragement
l'inertie, la paresse et de dcouragement au tra-
vail. Par des measures bien comprises, l'Etat peut
donner, avant longtemps, une brillante extension
cette industries et garantir dans une large measure
nos demeures contre l'incendie.
Il faudrait :
1o Exempter du service militaire et de rquisition
ou corve les*travailleurs des usines. Cette measure
devrait tre applique toutes les industries dcla-
res d'utilit national. En temps de troubles, ce
sont les rquisitions d'hommes qui ruinent ces en-
treprises et amnent le chmage des ateliers.
20 Porter p. 5 au lieu de p. 2 1/2 le miller les
droits sur les planches, afin d'en limiter l'emploi
aux planchers et cloisons intrieurs. Il faut se gar-
der d'lever les droits sur les briques, sous prtexte
de protger l'industrie des briques hatiennes. En
levant cette taxe, vous ne feriez que faciliter les
constructions en bois que le devoir du lgislateur,
devant la frquence de nos incendies et notre ten-
dance tout difier en bois, est de dcourager le
' plus possible.





QUESTIONS HATIENNES


En l'espce, les briques du pays peuvent, tant
pour la quality que pour le revient, dfier toute
concurrence. Les briques trangres reviennent
trente piastres le miller; celles du pays vingt
piastres rapportent cinq piastres de bnfice. La
marge est donc grande.
En dcourageant la construction en bois et en fa-
cilitant celle en mur, la demand des briques doit
augmenter, et du jour o nos usines pourront ample-
ment suffire la consommation intrieure, d'elle-
mme l'importation cessera.
30 Affranchir de tous droits de douane les mat-
riaux en fer destins la construction.
S4 Convertir la Banque national d'Hati ou tout
autre tablissement future de credit, ayant cette
clause obligatoire dans ses status, l'ide de faire
des advances 9 0/0 l'an pour aider aux construc-
tions en mur et fer.
5o Passer des contracts avec les. usines de l'Ar-
cahaie et s'obliger chaque anne prendre d'elles
une certain quantit de briques. Ces contracts leur
assureront tout le credit don't elles peuvent avoir
besoin pour leur exploitation. D'un autre ct,
l'Etat doit construire; il doit construire en mur sur-
tout.
Il lui faut des casernes; il n'y a pas de troupes
sans casernes. Il lui faut des htels pour ses com-





QUESTIONS HATIENNES


mandants d'arrondissement, de place, etc. Un ccm-
mandant d'arrondissement ne doit pas tre log
comme un simple particulier dans une maison en
bois, qui peut disparaltre d'un instant l'autre, et
avec ses soldats parqus sous nos galleries transfor-
mes en cuisines et en cabinets de toilette. Il lui
faut une demeure approprie au rle qu'il joue dans
notre tat social. Et je ne vois pas d'inconvnient
rver pour lui un coquet htel entire cour et jardin,
un mur.d'enceinte surmont d'une gracieuse balus-
trade en fer, un planton la grille d'entre et les
troupes, enfermes l-dedans, sous ses yeux et sous
son contrle, soustraites au contact mauvais de la
-rue.
Je vais plus loin. J'affirme qu'un gouvernement
dmontrera qu'il a vraiment le souffle, qu'il vit en-
fin, quand, sans se laisser hypnotiser par les grouil-
lements des parties, leurs manigances et leurs me-
nes, il mettra carrment 19 main aux travaux
publics. Il ne faut pas qu'il attended, selon notre for-
mule antique et solennelle, que la paix publique
soit garantie pour procder ainsi. C'est bien plutt,
en faisant ouvre virile ds qu'il a saisi les rnes du
pouvoir, qu'il la garantira cette paix publique. Jus-
qu' ce jour, on a vu nos gouvernements donner
exclusivement leur temps la surveillance des agi-
tateurs et prtendre qu'ils ne pouvaient rien oser





QUESTIONS HATIENNES


parce qu'il leur fallait dompter avant tout les fac-
tions. Ce raisonnement lgitime le mcontentement
et justifie leur chute.
Il faut procder de faon absolument oppose.
Aux forces don't on dispose dj pour combattre
l'anarchie, on ajoute alors celle de l'opinion publi-
que, rallie soi, et celles de tous les citoyens qui
trouvent dans ces travaux le pain de chaque jour.
Que reprsente, au fond, l'tat rvolutionnaire ? La
paresse, le dseuvrement, la soif des jouissances
sans travail et sans efforts. Comment pouvez-vous
avoir la prtention de vaincre ces vices-l, si vous-
mme vous les affichez au pouvoir? Je ne vois de
stability relle et positive que pour un gouverne-
ment qui, bien arm assurment contre toutes les
ruptions de notre sol volcanique, poursuivrait avec
srnit et impassibilit ce qu'il estimerait sa tche
obligatoire, persuade qu'ainsi comprise elle ne
saurait tre entrave; pour un gouvernement
qui, par example, la nouvelle d'une insurrection sur
un point quelconque du pays, tout en faisant pren-
dre de promptes measures pour sa repression, ne
ferait pas modifier d'une ligne le dveloppement des
travaux en course. Le travail, voil le vaccin qui,
inocul d'une main ferme par l'Etat et lui-
mme tout le premier gurira le people hatien
de la morphine rvolutionnaire.





QUESTIONS HATIENNES


Tel est ce que l'on pourrait faire pour rendre
florissantes les usines de l'Arcahaie et modifier par
l la manire de construire dans nos villes. Ce der-
nier point, mon avis, n'est pas ddaigner.
La ville de Port-au-Prince se rebtit vue d'oeil et
malheureusement toujours en bois. C'est l'pargne,
le dernier sou conomis durant delongues annes qui
fait un supreme effort. Eh bien vous figurez-vous
ce qui se passe dans l'me de tous ces martyrs de la
proprit quand le cri : Au feu se fait entendre et
qu'une forte brise souffle sur la ville ? Quel que soit
le quarter qu'on habite, le mme frisson traverse
tous les cours et chacun anxieusement interroge le
vent. Car il est tout, le vent; c'est lui le matre; c'est
lui qui dans l'espace de quelques minutes fera peut-
tre de vous et de vos enfants une pave jete dans
les rues et que le dmon des rvolutions, guettant
sa proie, saisira avec joie. N'oublions pas que s'il y
a des mes dsquilibrs et voues par essence aux
agitations politiques, il y en a d'autres qu'une r-
volte contre le sort, qu'une injustice social, hlas!
si frquente chez nous, y pousse aussi.
Et maintenant, un mot sur chacun des fondateurs
des briqueteries de l'Arcahaie.
L'industrie, en Hati, si lmentaire qu'elle soit,
ne paye pas; elle tue, elle ruine plutt ceux qui sont
assez follement hroques pour s'atteler elle. J'ai





QUESTIONS HATIENNES


dj dit que M. Menos, le crateur de l'Etoile, tait
mort la peine. L'usine lui avait cot plus de deux
cent mille francs. Ces deux cent mille frans, jets
dans la. speculation et le traffic, non seulement lui
auraient fait une vie agrable et tranquille, mais
encore auraient double avant longtemps. Enfouis
l'usine, sans parler des dboires, des ennuis de tou-
tes sortes surmonter dans une exploitation difficile
et pnible, c'est peine s'ils rapportent un minime
intrt.
M. Charles Fatton, au Globe, a dpens environ
la mme some. Il a de nombreuses annes au.
service de l'industrie national et pas mal d'argent
perdu au mme service. Nagure, il exploitait
l'habitation Dumornay; il tentait en grand la cul-
ture du tabac et voyait dj, dans un rve sdui-
sant, ses marques de fabrique rivaliser avec celles
de la Havane. Le rveil fut amer. Un beau jour vint
la nouvelle que toute la rcolte sche, empaquete,
dj prte tre livre au commerce, avait flamb
la nuit prcdente. Mdaill de plusieurs expositions,
ce lutteur car il mrite ce nom press par les
ncessits de la vie, l'usine ne rapportant presque
rien, s'est fait courtier Il triture l'or, l'argent et les
traites pour leur en exprimer difficilement un quart
pour cent de commission. Sic transit gloria
mundi...





QUESTIONS HATIENNES 91

Le troisime de cette liste glorieuse, le gnral
Guignard, propritaire de la Comte, est un homme
de soixante ans. On ne lui donnerait pas cet ge
voir la verdeur, l'lasticit qu'il apporte au travail.
Accabl comme tous les Hatiens sous le poids d'un
tat social destructeur de toute pargne, ruin par
nos frquents incendies, il lutte pourtant pied pied
et ccepte, en sage, les coups de la fortune comme
il en aurait accueilli les sourires, si, en Hati, elle
daignait sourire autrement qu'aux spculateurs.
Puissent-elles se dvelopper, les briqueteries de
l'Arcahaie! C'est le vou que je forme sans grand
espoir.












Commissions mixtes.


On rious a promise bien des choses, entire autres
que dsormais l'tranger n'aurait aucun privilege
sur l'Hatien. Nous coutions ravis ce language
qui n'tait pas nouveau pour nous, puisque tous les
gouvernements le tiennent, mais qui nous sduit
toujours.
Avec solennit on inscrivait dans les licences ac-
cordes l'article de notre Constitution qui fait defense
l'tranger de rclamer aucune indemnit pour les
pertes occasionnes par les guerres civiles. On nom-
mait avec pompe des courtiers hatiens Port-au-
Prince. On pourchassait, grand renfort de notes
dans le Moniteur, les courtiers trangers qui s'en-
ttaient exercer une profession devenue le privi-
lge des rgnicoles. Mais, dans la ralit, les choses
ne se passaient pas aussi facilement que dans le
Journal official. Soi-disant pour parfaire les opra-





QUESTIONS HATIENNES


tions en course, on tait forc d'accorder un premier
dlai aux courtiers trangers. Ce premier dlai ex-
pir, on en accordait un autre, les lgations interve-
nant en faveur de leurs ressortissants. Enfin, les
courtiers hatiens qui ont t obligs de dposer
une caution la Banque, ont bien leur bref de
nomination en poche; toutefois, ils n'exercent pas
exclusivement. Leurs charges sont remplies, en
majeure parties, par leurs heureux concurrents: ce
sont des courtiers in partibus.
Nous sommes donc pays pour savoir ce que
valent, au fond, toutes ces gnreuses prosopopes
sur le relvement de l'Hatien. Plus on crie fort, plus
la defiance est ncessaire et plus il faut s'attendre
un de ces soufflets qui froissent la conscience natio-
nale, font monter le rouge de la honte au visage et
incident l'Hatien, sans l'excuser, devant cette
ingalit monstrueuse, chercher une protection en
dehors du pays natal.
Cela n'a pas manqu cette fois encore.
En effet, voil qu'on nous apprend la formation de
commissions mixtes devant fixer les dommages
soufferts par les trangers dans les deux derniers
incendies qui eurent lieu sous Salomon, Nous allons
revoir, avec son cortge d'humiliations et de hontes,
ce fait rvoltaflt de l'Hatien ayant tout perdu et ne
pouvant rien rclamer parce qu'il est Hatien, et de





QUESTIONS HAITIENNES 95

l'tranger n'ayant presque prouv aucun dommage
et se faisant une fortune parce qu'il est tranger.
83 et toutes ses iniquits vont renatre Chaque
jour nous allons boire jusqu' la lie la coupe de
l'infamie. Juif immonde, on va verser sur nous tous
les ddains, tous les ricanements, toutes les ironies !
Et maintenant dnoncez au pays ceux qui chan-
gent de nationalit Ah ils sont coupables, mais
combien plus plaindre t












L'Ecole de Cabaret.


Dans un pays de dmocratie come le ntre,
l'instruction publique n'est pas seulement indis-
pensable. Elle est la clef de vote de l'difice social.
Puisque, en vertu du suffrage universal, tous les
citoyens sont galement aptes aux charges de
l'Etat, il faut mettre le plus possible chaque citoyen
en tat de les exercer. Autrement les plus graves
dangers peuvent menacer la communaut. Ceux
qui ont le plus d'intrt la diffusion des lumires
sontprcismentceux qui, par leur situation, leur
fortune, occupent un rang lev dans la socit. On
ne peut pas tenir instruction sous le boisseau. Il
faut donc la donner tous, il faut mettre chacun
en tat de distinguer la vrit du mensonge. Une
nation qui ne possderait qu'un petit nombre d'in-
dividus clairs est plus expose toutes sortes de
prils et ce petit nombre d'individus mme y est





QUESTIONS HATIENNES


plus spcialement expos que lorsque la majority
faonne par l'instructionpeut rsister auxfacsses
doctrines nes de l'intrt personnel. Une agglo-
mration d'hommes ignorants peut vivre, grce
son insouciance, dans un tat relatif de bien-tre
et de bonheur. 'Une socit rgie par des institu-
tions dmocratiques et dans laquelle les lumires
sont insuffisamment rpandues est fatalement
voue aux crises, aux commotions les plus vio-
lentes.
(Frdric Marcelin.)


Je suis heureux de saluer une noble entreprise.
Une entreprise est noble non pas t3ujours par le
bruit qu'elle fait, par l'importance qu'elle tientdans
les prcccupations souvent frivoles du public, par
les articles que lui consacrent ceux qui disposent
de la rclame et de la publicity; elle l'est surtout
par le but lev qu'elle pursuit, souvent fort mo-
destement et sans grand tapage. Il en est de certaines
entreprises comme de certain hommes: ce ne sont
pas les plus mritants, les plus dignes, ceux qui
pourraient le mieux rendre service leurs conci-
toyens, que la renomme accompagne. De l tant de
reputations qui tonnent, tant de mdiocrits qui
n'ont d'autre mrite que leur mdiocrit mme t Si





QUESTIONS HATIENNES


on ne les savait si vides, ces heureux gagnants la
loterie de la btise humaine, on pourrait hsiter et
croire que leur nullit est calcule et voulue. On
pourrait mme penser qu'ils ne s'effacent tant que
pour ne pas porter ombrage et pour mieux exploiter
le penchant qui pousse le commun des homes
prfrer ceux qui sont leur taille minuscule. Mais
ce serait leur faire trop d'honneur. Ils sont simple-
ment, naturellement, radicalement mdiocres. Le
hasard, en les crant ainsi, les a singulirement fa-
voriss, voil tout. C'est pourquoi vous les voyez
dcrocher les plus mirifiques reputations qui crou-
lent lamentablement quand on les met au pied du
mur. Ce qui n'empche pas ceux don't ils sont sui-
vis, don't ils sont les chefs de file, de parcourir la
mme carrire avec le mme succs et le mme r-
sultat.
L'entreprise que je vise n'a pas fait de bruit; elle
est ignore de la foule qui garde gnralement ses
applaudissements pour les ouvres tapageuses. Elle
n'en a que plus de mrite. Elle a le vrai mrite,
celui qui part d'une noble ide et qui, dtach du
present et de ses triomphes phmres, confie
l'avenir l'espoir d'une rcolte abondante et certain.
Tandis que nous nous agitons dans de vaines
querelles, que.nous nous puisons dans une euvre
strile, entassant priodes sur priodes l'usage





100 QUESTIONS HATIENNES

d'un people qui lit peine quand il peut lire, tandis
que nous affichons la folle prtention de redresser
ce qui nous dplat par la Presse, oubliant qu'elle
n'est une arme que dans les pays o l'on compete
avec l'opinion publique et non dans ceux o ne pas
rpondre est la supreme habilet, quelques jours
suffisant amplement enterrer les questions les plus
importantes, tandis que l'gosme, l'intrt person-
nel, la cure des places et des commander bloquent
nos consciences, revenues dures comme la pierre
pour ce coin de terre qui fut jadis notre Patrie,
mais qui dcemment nous n'avons plus le droit de
donner ce nom, quelques concitoyens du Bou-
cassin, deuxime section de l'Arcahaie, viennent de
fonder, de leur propre initiative, une cole primaire
et gratuite. Ces concitoyens ne 'font pas de grandes
phrases. Ils ne tambourinent pas qu'ils travaillent
pour le bien dupeuple : ils le prouvent. Aux enfants
de ces cultivateurs de l'Arcahaie, ils donnent le pain
intellectual qui est aussi ncessaire que le pain
matriel. Constatant l'insuffisance de leur cole
national rurale et ne voulant pas d'une jeunesse
ignorante et plus tard vicieuse et paresseuse, ils
crent, de leurs deniers, un tablissement scolaire.
Je ne connais rien de plus beau que cette initiative
et j'y applaudis de toutes mes forces.
L'cole a t ouverte au quarter de Cabaret, sous




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs