• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Errata
 Title Page
 Front Matter
 Historique--Organisation--Stat...
 Petition - Soulouque
 Les ecoles sous Boyer
 Creation du ministere de l'Instruction...
 Geffrard - Hyppolite
 Budget de l'Instruction publiq...
 Les ecoles de Port-Au-Prince
 Membres du personnel
 Noms des directrices
 Ecoles
 Conclusion
 Back Cover






Group Title: Les écoles de Port-au-Prince : historique, organisation, statistique.
Title: Les écoles de Port-au-Prince
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078319/00001
 Material Information
Title: Les écoles de Port-au-Prince historique, organisation, statistique
Physical Description: 112 p. : ; 19 cm.
Language: French
Creator: Lhérisson, Leonidas Caroux
Publisher: H. Amblard
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1895
 Subjects
Subject: Education -- Haiti -- Port-au-Prince   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078319
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000138144
oclc - 24281998
notis - AAQ4225

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Errata
        Page 1
    Title Page
        Page 2
        Page 3
    Front Matter
        Page 4
    Historique--Organisation--Statistique
        Page 5
    Petition - Soulouque
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    Les ecoles sous Boyer
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
    Creation du ministere de l'Instruction publique
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Geffrard - Hyppolite
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
    Budget de l'Instruction publique
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Les ecoles de Port-Au-Prince
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
    Membres du personnel
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
    Noms des directrices
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
    Ecoles
        Page 104
        Page 105
    Conclusion
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
    Back Cover
        Back Cover
Full Text







/
-.^.-^


7'


~7~L


~LLa~ '

















ERRATA


Page 51, ligne 9, : Au lieu de rhecleurs, lire recteurs.
Page 54, derniere ligne : Au lieu de 1893, lire 1891.
Page 57, line 28, : Au lieu de Walerlo, lire Waterloo.
Page 58, line 2' : Au lieu de ... nouveau qui vit,
lire du nouveau mnode qui vit .
Page 58, line 17, : Au lieu de conines, lire come
Page 60, ligne 16- : Au lieu de 1818, lire 1819.
Page 73, line 12' : Au lieu de 14, lire 15.










DE

PORT-AU-PRINCE


Historique.-- Organisation.-- Statistique.

PAR / O c.

L. C. JLHlRISS -










PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE II. AMBLARD,
136, Rue du Centre.
1895












WIN AMIUIRCA















Celte brochure m'a pris quelques semaines en
longues et patients recherches.
Telle qu'elle est, elle sera utile d'abord d mes
chers collgues, ensuite a tous ceux qui s'occu-
pent de l'enseignement national. Elle leur four-
nira un grand nombre de renseignements puises
aux meilleures sources.
Chez nous, on n'aime pas d lire les gros vola
mes. C'est pourquoi j'ai condense le plus possible
les faits que j'avais d rapporter.
Si ce travail parvient d intdresser tous ceux
qui s'occupent de la belle mais difficile ldche
d'elever la jeunesse et contribute d l'organisa-
tion definitive de nos dcoles, je m'estimerai re-
compensd des peines qu'il m'a coCides.
L. C. LHERISSON.
Mai 1895.










L6S 00IE DE Plt-AU-PRINCE



Bistorique-- Oranistio f--Stfisftifiqu#



a Si nous voulons fire des pr'ogrb s sages et.
sils dans la pddagogie, dit Paroz, il est de-
toyte necessite que nous prenions conseil de
I'Histoire. Aussi longtemps qqe nous la n6gli.-
geons, nous tournons dans le cercle souveiht
sterile de .'empirisme, nous nous 6puisons en
essais peu fructueux, nous nousjetons dans des
theories hasard6es ou dangereuses.a
En donnant quelques details sur les dcoles
diu passe, je vais aussi fire connaltre celles
du present.
I
Sons administration du premier' empire
(1804-1806), 'Instruction Pubhque n'itait pas
n6gligde, mais ABANDONNgE (1). Iiln'y avail pres-w
que pas d'&coles, noi seulemnent'A Port-au-
PFirice, mais dans tout le'pays:
(1) B. Ardouin, 6e v. p. 387.





-6--

II
P6tion Soulouque.
(1807-1818) (1847-1859).
On peut dire, sans crainte de rencontrer de
contradicteurs, que les premieres 6coles de
Port-au-Prince datent du Gouvernement du
President Alexandre Pktion.
C'est lui qui cr6a, presque en meme temps, I'en-
seignement secondaire et 'enseignement primaire.
Le Lycfe national a 6t6fond6 en 1816: (1)
Le 1cr Mars 1817, Colombel, secr6taire du
President, publia le prospectus de cet important
6tablissement.
Directeurs, professeurs, matibres ensei-
gnees.-M. Balette a dt6 nomm. directeur du ly-
c6e. Voici ses principaux auxiliaiies: M. Durrive,
professeur de langue latine, et M. Delille La-
prde, professeur de mathmnatiques; tous deux
venus de France come le directeur.
Maintenant, voici les matieres annoncees
dans le prospectus et qui furent enseign6es:
Sla langue latine, le francais, fanglais et d'au-
tres langues modernes; les math6matiques,.
comprenant l'arithmetique, la gtometrie, la
trigonom6trie rectiligne, la trigonom6trie sph6-
rique, l'algebre et 1'application de cette science
A I'arithmetique et A la geometrie ; la statisque
(1) ((Dans les premiers moments, le president choi-
sit une maison particulibre rapprochee du palais de
la pr6sidence et dans un lieu ecart6 du tumulte de
la ville. Cette maison 6tait situde pres des anciennes
casernes, et appartenait au respectable vieillard
Brouard. ,






-7-

et la navigation, la sphere, la g6ographie an-
cienne et moderne, l'histoire sacr6e et profane,
la tenue des livres, le dessin, la musique, I'es-
crime et la danse, comme arts d'agr6ments.
Tel fut le premier programme de notre en-
seignement secondaire classique.D
Les M1lves.- Leur admission au lycee.-.
Le lycee taitentretenuauxfrais de l'Etat. Il tait
destined, dans la pens6e de son illustre fonda-
teur, a recevoir les fils des citoyens qui ont
rendu d'6minents services la Patrie et qui sont
morts sans laisser de moyens suffisants pour
l'dducation de leurs enfants. Le Pr6sident
d'Haiti avait aussi la faculty d'v admettre, A
titre de recompense accordde au mdrite, un
6lve de chacune des 6coles primaires de 1'Etat.
En outre, nous dit B. Ardouin, les enfants
dtaient admis aux conditions ktablies par le
prospectus, comme dans les lycees de France.
Les peres et meres de famille furent invites A
les placer dans cet 6tablissement qui devait in-
cessamment recevoir un plus grand d6veloppe-
ment, par I'Mdifice que le President se propo-
sait de faire construire A cet effet. Voilh com-
ment le lyc6e est arrive a former plus tard
beaucoup d'hommes 6clair6s a la R6publique.
Pensionnatde demoiselles.- P6tion ne fut
pas non plus indifferent a la bonne education
des jeunes filles. <(I1 fit venir de Kingston Mme
Drury, anglaise distingu6e par son instruction
et ses moeurs, afin de fonder un pensionnat au
Port-au-Prince. Cette dame parlait fort bien le
francais. A l'invitation du president qui fit en-
\I-





-8-


trer dans cet interessant Etablissement les
jciines personnel de sa famille, celles de la ca-
pitale confierent leurs ehfants aux soins de sa
directrice. ,
.Ecoles primaires Methode Lancast&-
rienne.- PNtion ne s'arrdta pas a la foundation
de ces etablissements, le Lyc6e et le Pensionnat
de demoiselles. Depuis longtemps, il voulait fa-
vdriser 1'arriv6e, dans le pays, de quelques pro-
fe'scsers anglais pour appliquer A Port-au-
Prince la methode lancastMrienne a 'enseigne-
ment primaire de la jeunesse. Ce soin a 6t6
cdnfid, en 1817, A deux ministres de la secte
mdthbdiste de John Wesley. Ce sont eux qui
o ont introduit en Haiti la m6thode d'enseigne-
Sment mutuel. < Mais pr6chant en m6me temps,
S ils endoctrinerent au methodisme plusieurs
individus. (1)
On enseignait dans les 6coles primaires la
lecture, 1'6criture, le calcul jusqu'aux quatre
premieres r6gles de l'arithm6tique, la morale,
les 616ments de la grammaire et ceux de 1'his-
toire sainte. On n'y enseignait pas l'histoire et
la''gographie d'Haiti, faute de livres.
Ces 6coles 6taient destinies, comme le rap-
porte un document de 1'6poque, A l'instruction
gratuite des enfants des citoyens tant civils
que militaires, qui ont rendu des services au
pays. On y recevait aussi des l6&ves aux frais
de leurs parents, les uns et les autres n'y
6taient admis que come externes.
([1 A partir de cette ann6e 1817, le protestantisme
est implantW en Haiti, grace a ces deux professeurs.






-9-


Avons-nous besoin de dire que le fondateur
de la R6publique a beaucoup fait pour 'Ins-
truction publique, quoique vivant a une opo-
que de troubles? L'oeuvre accomplie par Pd-
tion, en deux ans, est grande et belle.
Gloire done a la m6moire du fondateur de
l'enseignement national
III
Les Ecoles sous Boyer.- Le success urde P-
tion ne fonda pas d'autres dcoles. Pourquoi?
Pour raison d'economie ....C'est le reproche que
I histoire adresse i administration de Boyer
qui dura 25 ans.
En 1819, avant la redaction de la loi sur l'Ins-
truction publique, Boyer nomma une commis-
sion pour exercer la surveillance sur les 6coles
et publia un reglement pour le lycee national
qui donnait d6ja des r6sultats satisfaisants, sous
la direction de M. D. Lapree.
La Commission de 1'Instruction publique
( surveillait l'dducation des 6leves qui devait
6tre basee sur la religion, le respect aux lois et
le devouement a la Patrie. ) (1) Elle 6tait com-
pos6e en 1819 de MM. Inginac, president, Co-

j() < On peut dire que 1'dducation de la jeunesse
fut plut6t basee sur la morale que sur la religion. Car
le culte catholique, profess par l'immense majority
du people haitien, etant toujours prive de la hierar-
chic ecclsiastique, les pretres desservant les pa-
roisses n'avaient aucun souci de l'enseignement reli-
gieux ; dans les dcoles de jeunes garcons surtout, bien
pea d'entre ces derniers firent leur lere communion.
Quant aux filles, elles y ont 6td porties par la sollici-
tude de leurs m6res...s





-10-


lombel, Granville, Rouanez et Desriviere Chan-
latte. Plus tard, avant 1843, ses membres fu-
rent: le R. P. Salgado, cur6 de Port-au-Prince,
les s6nateurs D. Chanlatte, Lerebours, Rouanez
et Thkzan, le gindral J. Chanlatte, les colo-
nels Desruisseaux, Fr6mont, Rigaud et St.-Vil
Poil, les citoyens Elie Granville, Nau, Pierre
Andr6, Noel Piron, V. Viallet, Villevaleix
jeune et Inginac, president.
Liberty de l'enseignement.- Elle date de
Option. Mais elle a kt6 d6cr6t6e officiellement
par la loi du 4 4Juillet 1820.
Ecoles priv6es.- En d6pit de tout, le g6n-
reux l6an imprim6 a 1'Instruction publique par
P6lion ne s'arrdta pas.Beaucoupd'6coles priv6es
furent fondues. En18 9, M. J. Granville ouvrit
une excellent Tistitution ofi internes et ex-
ternes venaient puiser de solides connaissances.
II poss6dait, dit B. Ardouin, a un haut degr6,
le talent de l'enseignement, 6tant d'ailleurs fort
instruit. II avait fait ses 6tudes en France.
Des 6Volesde l iselles furent aussi cre6es.
Mesdames Charpentier et MWresse, soeurs de
M. Granville, Mesdames Courtois et Durand
Rouanez, Melne Isidore Boisrond, Mme Thevenin,
n6e Boisrond, dirigerent avec soin l'6ducation
des jeunes filles.
Est-ce tout?
Avant 1830 d'autres &coles furent ouvertes,
dries i la gendreuse pensde de l'initiativeri-
v6e. Apres de minutieuses recherches, j'ai pu
trouver les noms de ceux qui ont appris I'abd-
cedaire aux peres et mrres de famille qui ont






- 11-


aujourd'hui plus de 60 ans. II n'est pas mauvais
que notre g6n6ration les connaisse.
Ce sont: MM. Pellier, Level, B6rard, Nadal,
(francais), Jh. Courtois, Cauvin (1), l'Instituteur
le plus s6v6re de l'6poque, Mautoban, Marca-
dieu, R. Romane, Jeanty Espert, l'homme qui
savait le mieux apprendre h lire et a 6crire aux
enfants, Mmie Vv Trichet, Mme Dorliska Audig6,
revenue Mme Cadet Dehoux. Tous se recom-
mandaient par leur sollicitude digne d'61oges.
Sont venus apresjusqu'a Soulouque : le pas-
teur Bird, Mmne Descoriette, francaise, elle avait
un internal, Mnme Le Due, (francaise), MM. Anu-
lysse Ulysse, Andre Germain, Mel n Eliza Bran-
delay (frangaise), Melle Perdriel, Mme Jasmin,
MM. Boisson fils, Eug. -Bourjolly, Diogene Ri-
viere, Me"e Josephine Courtois, Fleury Bathier
pere, Mine Lemoing franchisee), elle avait un inter-
nat, M. J. Labordere (francais), M. D. Trichet,
Mine Chauveau, M. William Cullen, Mme Gaston,
institutrice de la princess Olive, elle dirigeait
le plus important 6tablissement de jeunes filles
sous Soulouque, Mme Vve Quatremaire (fran-
caise) devenue Mme St.-Amand, Mme Thou-
zalin (francaise), MM. Sauveur Faubert, Blanc
Audige, Daguesseau Lespinasse, Mine Francois
Iionis, M. Pichon pere (francais), Mnme Vv
Bonnaire (2), M. S6guyVillevaleix, M. V. Laporte.
i1] Le Gen6ral Jean Frangois Cauvin n6 a Port-au-
Prince le 28 Janvier 1810, mort dans cette ville le 20
Octobre 1887. II fut un des hommes les plus sdrieux
et les plus honnetes du pays.
(2) C'est elle qui m'apprit, sur ses genoux, avec un
oin d6licat, les premieres lettres de l'alphabet.






-12-

Personnel des Ecoles nationales.- Petion,
en accueillant les navires de France qui venaient
dans nos ports, procurait A la jeunesse de Port-
au-Prince le moyen de s'instruire. C'est ainsi
que les premiers directeurs et professeurs du
lycee ne furent que des francais, plus ou moins
capable.
Voici le personnel enseignant du lyc6e, en
1827: M. Delatour, professeur d'humanit6s et
de rhetorique, Dantan, professeur de lere et
de 2eme annee de grammaire, Fouchard, pro-
fesseur des classes le6mentaires, Fruneau, mai-
tre de quarter, professeur agr6g6 de math6ma-
tiques, Clarke, maitre de quarter, Denis,
maitre de dessin. Il y avait quatre r6eptiteurs:
MM. Dolce, Plsance, A: Jn Simon et Cauvin
qui est devenu, sous le meme Gouvernement,
chef d'Etablissement. M. Acloque dirigeait I'6-
cole national primaire.
Ecoles mixtes. Tous les 6tablissements pri-
v6s fond6s sous P6tion et Boyer furent des 6co-
les mixtes. Les enfants des deux sexes, sans
distinction d'age, recevaient l'instruction en
m6me temps et sous la direction d'un seul
maitre. La Commission de l'Instruction Publi-
que, par un Avis en date du 19 dicembre 1825,
pr6vint les Instituteurs qu'A partir du ler
Janvier 1826, ils ne pourraient plus recevoir
La bonne Mme Bonnaire naquit a Port-au-Prince le
ler Mai 1809. Elle fonda son dtablissement en 1847.
Elle mourut le 10 Mars 1883, entourde de 1'affection
gendrale. Elle fut d'un zele anglique pour les oeu-
vres pieuses.
Paix -A I'ame de, ma premiere Institutrice!








dans leurs 6coles respective que des garcons.
Les dames qui seraient autoris6es a tenir des
maisons d'6ducation pour les jeunes demoi-
selles, auraient la faculty d'y admettre de jeu-
nes enfants du sexe masculin jusqu'a 1'age de
dix ans. Cet avis est rest sans effet. Cet 6tat
de choses a continue jusqu'a Geffrard, malgr6
l'article 54 de la loi du 7 Decembre 1860. De
nos jours, presque toutes nos 6coles primaires
priv6es sont des 6coles mixtes, contrairement
A la loi sus-parl6e.
Acad6mie d'Haiti. Cette acad6mie a
6t6 ouverte a Port-au-Prince le 15 Janvier 1823,
d'apr&s 1'ordre de M. B. Inginac, Secr6taire-
G6n6ral et Pr6sident de la Commission de 'Ins-
truction Publique, sous la direction de M. Pescay.
On devait enseigner a l'Acad6mie d'Haiti: la
m6decine, le droit, la litt6rature, les premiers
6elments d'astronomie, etc.
D'apr&s son r6glement int6rieur, les course de
m6decine thdorique devaient avoir lieu les lun-
di, mardi, mercredi et vendredi, de une heure
de !'apr&s-midi A 2 heures; les course de droit,les
mdmes jours de 7 heures A 8 heures du matin.
Les examens pour les dl6ves en m6decine
6taient au nombre de cinq : le ler relatif A l'a-
natomie et a la physiologie, le 2me A la patho-
logie interne, le 3me aux operations chirurgi-
cales, a la mati&re m6dicale et pharmaceutique,
le 4mo A la imdecine 16gale, a l'hygiene et a la
clinique, le 5me roulait sur les 4 premiers.
Les examens pour les l66ves en droit 6taient
au nombre de quatre : le ler relatif au droit ro-







-1U-


main et au droit civil, le 2me a la procedure et
au droit civil, le 3me au code de commerce et
A l'Instruction criminelle, le 4me 6tait une reca-
pitulation des trois premiers.
Le professeur de droit 6tait charge des le-
cons pr6paratoires de litt6rature et d'6loquence.
II y avait trois mois de vacances, savoir : du
ier Janvier au ler Mars et du ler Septembre au
ler Octobre.
L'Acad6mie d'Haiti, qui a eu une existence
dph6mere, 6tait sous la surveillance de l'Ins-
pecteur en chef du service de sante et de la
Commission de l'Instruction Publique.
Reglements. Les professeurs du Lyc6e,
sous Jn.-Pierre Boyer, donnaient quatre heures
de travail par jour. Ils conduisaient, A d6faut
d'employes affects a ce service, les 61eves A
l'6glise et A la promenade. Le maitre de quar-
tier 6tait charge de surveiller les 616ves pendant
les heures de rrcr6ation et les jours de cong6.
II assistant au lever, au coucher et aux repas des
pensionnaires.
Les el6ves portaient 1'uniforme suivant : habit
de drap bleu, revers et parements rouges, gilet
blanc de basin uni, culotte de drap bleu, cha-
peau retap6, et des boutons de metal sur les-
quels dtaient inscrits ces mots : Lycde national.
Les course duraient de 8 heures jusqu'4
10 heures, puis 6tude jusqu'h 11 heures; et de
11 heures a midi, classes d'6criture pour tous
les l66ves. A midi, les externes se retiraient
chez eux et les pensionnaires passaient au r&-
fectoire pour diner. Apres-midi : de 1 heure &







-15-


2 heures, etude; de 2 h 4, classes; de 4 i 5,
math6matiques courses facultatif); a 5 heures,
priere en commun et ensuite quelques lectures
morales jusqu'a 5 heures et dcmie. Lesexternes
se retiraient chez eux et les internes allaient en
recreation jusqu'h l'heure du souper. De 7 1/2
A 8 1/2, 6tude.
Punitions : une place au refectoire a la table
de penitence, la censure publique, la privation
des promenades et des jours de sorties particu-
lieres, les arrets, le cachot, 1'expulsion.
Au lycde, i cette 6poque, on travaillait tous
les jours, except le jeudi, le dimanche et les
jours de f6te.

Les examens.-Maintenant, par qui se fai-
saient les examens ? Toujours par la Commis-
sion de 1'Instruction Publique.
L'examen le plus solennel de l'6poque est
celui du 16 Decembre 1819. ( Les l6eves du
Lyc6e national subirent un examen pu-
blic, en presence du Pr6sident d'Haiti, des ma-
gistrats et fonctionnaires de 1'Etat et des families
e ces enfants. Ce fut un jour de fete pour
ces derniers et pour tous les assistants.... Les
jeunes laureats (1) furent couronn6s au bruit
des applaudissements et au son de la musique
militaire de la Garde du Gouvernement. )


(1) Cc qui prove que les distributions solennelles
de prix n'etaient pas encore en usage.







-16-


IV
Creation du Ministere de 1'Instruction
Publique.- Cet important d6partement minist6-
riel a 6te institu6, apr6s la chute de Boyer, par la
Constitution du 30 D6cembre 1843. Le premier
Ministre de l'Instruction Publique, Mr Honore
F6ry (1), a 6t6 nomm6 le 7 Janvier 1844.
La politique d'6conomie intempestive adop-
tee par le pred6cesseur d'HWrard ain6 avait
arrMt6 le d6veloppement des lumieres dans
tout le pays. (L'Instruction Publique, disait
M. Fery, est A recreer tout entire parmi nous:
elle n'existait que de nom sous le regime passe
(Boyer). Aussi quel r6sultat a-t-elle donn6 pen-
dant un quart de siecle? Que ce temps est A
regretter...... Le directeur de l'Ecole de filles
et de garcons doit 6tre marie. L'6pouse doit
donner personnellement ses soins aux enfants
de son sexe, pour ce qui est de la couture et
des autres travaux du manage. Chaque sexe doit
etre tenu dans un local s6par6, sinon il doit
etre assign& des heures differentes A l'enseigne-
ment de chacun. ) (2)
M. F6ry encourage plusieurs instituteurs
de Port-au-Prince, par leur zMle et leur d6-
vouement c h arracher des yeux du people le
bandeau de l'ignorance et de l'erreur. )
II marqua son passage au Ministare de 1'Ins-
truction Publique par la creation de deux im-
/!/ N6 aux Cayes le 27 Septembre 1796, mort A
Kingston le 4 Avril 1855.
(2) Circulaire aux directeurs des dcoles et aux
membres de la Commission de 1'Instruction publique
en date du 29 Novembre 1844.






-17-


portants 6tablissements: le Lyc6e du Cap-Hai-
tien (ler Juillet 1844), et le Lyc6e des Cayes
(8 F6vrier 1845). (1)
Ecoles Communales primaires. Elles ont
&t6 fondees le 8 Juillet 1843, au nombre de
deux, par le Conseil Municipal de notre ville,
((dans le but de propager les lumieres parmi
les habitants de la Commune de Port-au-Prin-
ce. ) Ces 6tablissements etaient destines, cha-
cun, a l'instruction d'un sexe different. Le Con-
seil municipal devait lui-mnme fournir le lo-
cal, le mobilier et tons objets n6cessaires a
leur bonne march. Le personnel, r6tribu6 par
lui, 6tait ainsi compose : un directeur-pro-
fesseur et un redptiteur. Ces fonctionnaires de-
vaient agir d'apres les decisions et les r&gle-
ments du Conseil.
Les emoluments des directeurs-professeurs
6taient fixes a 90 gourdes, et ceux des r6dpti-
teurs A 60 gourdes.
Les 6coles communales n'existent plus.
Les ecoles sous le MinistLre de M. Fsry -
(1844-1845). LeLyc6e, dirig6alors par M. Vil-
levaleix, avait 154 el6ves don't 34 particuliers;
l'Ecole de M6decine, directeur: M. le Dr M.
Sidney Paret, 10 6tudiants; l'Ecole Lancaste-
rienne : directeur, M. Eug. Bourjolly, 146 dl&-
ves don't 4 particuliers, 1'Ecole communale,
(nouvellement fondue) directeur: M. Smith Du-
plessis, 100 d6lves (garcons); Ecole Protestante,
(1) Voir dans la Legislation Scolaire de la Rdpuplique
d'Haili. par MM. S. Vincent et L. C. Lhdrisson, les
actes y relatifs.






-18-


directeur, M. Bird, 200 616ves, don't 133 gar-
cons et 67 filles. Cet important 6tablissement
etait subventionnn par le Conseil Communal
et par la Soci6t6 biblique; Ecole de Sau-
veur Faubert, 107 616ves, Ecole de Dorliska Au-
dig6, 70 l6&ves, don't 6 garcons et 64 filles,
Ecole d'Ulysse, 60 garcons, Ecole d'Andrd Ger-
main, 50 le6ves don't 40 garcons et10filles, Ecole
d'Elisa Branesl6: 48 616ves don't 8 garCons et 40
filles, Ecole de Levet 40 616ves, dont20filles et 20
garcons; Ecole de Charpentier (Monsieur et Ma-
dame), 35 eleves don't 15 garCons et 20 filles;
Ecole de Mme Thouzalin: 30 filles; Ecole de Blanc
Audig6, 26 61eves don't 20 garcons et 6 filles;
Ecole de Cauvin fr6res, 24 garcons; Ecole de Mme
Granville, 22filles; Ecole de Boisson fils, 15 filles;
Ecole de Mine Jasmin: 12 filles ; Ecole de Jeanty
Espert, Morne-a-Tuf: 10 le6ves, don't 2 gar-
cons et 8 filles.
Total general: 4 Ecoles nationals don't 2
primaires publiques et 16 Ecoles primaires pri-
vees.- Comme on le constate, 1'Etat n'avait
pas, en 1844, d'6coles pour les jeunes
filles qui ne recevaient l'instruction que dans les
etablissements priv6s.
La m6thode lancast6rienne 6tait en honneur
dans toutes ces 6coles primaires...A cette 6poq ue
les professeurs 6taient rares.
Salairesdesdirecteurs etprofesseurs des
ecolesnationales.- Le personnel des ecoles de
Port-au-Prince etait pay6 mensuellement. En
1844, il coftait a la caisse publique 1580 gour-
des. Voici quelques details:






-19-


((Le personnel du Lyc6e se compose d'un
directeur qui recoit 125 gourdes; de 13 pro-
fesseurs, ai 70 gourdes; d'un professeur de des-
sin 50 gourdes, d'un professeur d'6criture et
maitre de gymnastique, A 50 gourdes et de 2
maitres de quartiers-r@dptiteurs, A 50 gourdes;
en tout, 18 fonctionnaires, don't les appointe-
ments s'616vent ensemble mensuellement h 1235
gourdes;
L'Ecole de medecine emploie un directeur et
un professeur, !e premier h 125 gourdes, et le
second a 70 gourdes;
L'Ecole national Lancast6rienne: un direc-
teur et un aide, le premier a 100 gourdes et
l'autre a 50 gourdes. ) (1)
Directeurs et professeurs,-Programnie
d'examen.-Les connaissances de la plupartde
nos Instituteurslaissaient beaucoup h dsirer. M.
Fery l'a compris, et c'est pourquoi il a public,
le 20 Novembre 1844, un ((programme general
des connaissances exig6es de tout candidate qui
se pr6sente a l'examen devant la commission
de l'Instruction publique, pour la place de di-
recteur d'une cole primaire. )
C'est pour la premiere fois qu'une sembla-
ble measure est prise. Elle provoqua naturelle-
ment quelques m6contentements. Mais elle 6tait
absolument n6cessaire.
II n'est pas sans int6rkt que nous reprodui-
sions ce programme. It donnera une idee de
(1) Rapport de M. F6ry au Pr6sident d'Haiti-(11 No-
vembre 1844.)






-20-


la science pedagogique des premiers organisa-
teurs de l'Instruction publique en Haiti.
Lecture Lecture du francais et du latin -
Ecriture- Cursive en lettres ordinaires et ma-
juscules. Langue francaise Dictee; expli-
cation d'un texte simple ; orthographe des
mots usuels Grammaire Lexicologie-Le-
xicographie; analyse grammaticale; syntaxe
d'apr&s la grammaire de Noel et Chapsal.-
Histoire Histoire sainte : ancien et nouveau
testament--(on sent, en v6rit6, qu'il est ancien,
ce programme) Arithm6tique -Numeration,
theorie et pratique de l'addition, de la sous-
traction, de la multiplication et de la division,
appliquees aux nombres entiers, aux fractions
d6cimales et aux fractions ordinaires Gdo-
graphie Geographie g6nerale des cinq parties
du monde; principaux accidents physiques;
contrees; Villes principles, d'apres Meissas et
Michelot; notions generales sur la Geographie
sacree-Elements de la Geographie d'Haiti.
Respectons les premiers monuments de l'en-
seignement national !
Frequentationscolaire.- On doitl'avouer,
la fr6quentation scolaire date de Geffrard. Et
meme a cette 6poque, elle laissait h d6sirer.
Les statistiques en font foi.
En 1844, il y avait dans nos Ecoles 1.144 en-
fants don't 844 garcons et 300 filles. (1) II y en
avait moins sous P6tion et sous Boyer.

(\) Rapport de M. Fery au President Guerrier -
(11 Novembre 1844).







-21-


Methode d'Enseignement.-- Nousl'avous
dit plus haut: c'6tait celle de Lancaster (1). D'un
autre c6td, les maitres n'expliquaient point les
lemons. Les enfants les r6citaient sans les com-
prendre le plus souvent. On ne d6veloppait pas
assez leur intelligence. Les professeurs se rc-
posaient uniquement sur leur m6moire. C'est
la mithode qui est encore usitde dans beau-
coup de nos 6coles......
Nos anciens Instituteurs lisaient-ils beaucoup?
On dit fort peu, mais ils faisaient souvent des
oraisonsfunebres sur la tombe de leurs amis.
V
Geffrard Hyppolite
(1859-1867) (1889)
Des son installation, dans quel 6tat le gou-
vernement de Geffrard a-t-il trouv6 les dcoles
de Port-au-Prince? M. Jn. Simon, sonpremier
ministry de l'Instruction publique, va nous le
dire : ( Les observations g6ndrales des rapports
pr6sentes sur les diffdrentes dcoles nationals
prouvent l'6tat deplorable dans lequel 6tait
tombd l'instruction publique sous l'ancienne
administration. Des aides manquent d la plu-
part des directeurs, les &coles sont privdes de
maderiel, les enfants de liures nicessaires d leurs
etudes ; plusieurs locaux sont en mauvais etat
et demandent des reparations imm6diates... ) (2)
(1] Joseph Lancaster, ce~1bre pedagogue, n6 a
Londres en 1778, mort a New-York en 1838, dans le
plus grand d6nfiment.
/2] Moniteur du 26 Mars 1859.






-22-


Cependant, sous Soulouque, deux lois impor-
tantesavaient kt promulgu6es pour le d6velop-
pement de I'Instruction publique : celle du 29
D6cembre 1848 portant creation d'une &cole
normal et reorganisation general de 'Instruc-
tion publique et celle du 2 Juillet 1852, sur
I'obligation scolaire...
La reorganisation des &coles commenca rdel-
lement sous Geffrard, des le minist&re de M. Jn
Simon. (1) A peine nomm,i il envoya a Paris onze
enfants recrut6s dans plusieurs de nos villes
pour y 6tre Olevis aux frais du gouvernement.
C'est M. A. Toussaint qui les a accompagnds
en France. Is ont Wte places par M'. Linstant
Pradines, alors chef provisoire de notre l1ga-
lion A Paris, trois A St Louis, quatre a Louis le
Grand et quatre au Lycee de Versailles.
/Une cole Navale militaire, sous la direction
de M. Lionel Joubert, a 0t6 ouverte a Port-au-
/Prince le 21 Mars 1859. Plus tard,. une cole
de Droit a ete inaugur6e le 12 Janvier 1860,
sous la direction de M. J. Saint-Amand. Le
gouvernement a aussi fond l'dcole de Peinture
le'dcole e A Musique. Avant un an les troisder-
mers 6tablissements 6taient fr6quent6s par un
grand nombre dejeunes gens avides de pr6cieuses
connaissances. M. Dubois va venir compl6ter
majestueusement les travaux de son predeces-
seur qui laissa le ministire le 28 Janvier 1860.
L'oeuvre que le nouveau Ministre a entreprise
et qu'il a menee A bien est immense. M. Dubois
(1) M. CUsar Auguste Andr6 Jn Simon, nB au Grand-
GoAve le 17 Octobre 1807, mort A MiragoAne le 6 F6-
vrier 1876.






-23-


est, sans contest, le veritable organisateur
des ecoles de la R1publique. (1) -
II fonda h Port-au-Prince presque toutes nos
ecoles primaires actuelles, il fit deslois, r&-
glements, arr6tds pour leur fonctionnement rd-
gulier, assurant ainsi leur avenir. Disons
en passant que c'est sous son administration
que le lycee des Gonaives a &t6 fond, le 4 No-
vembre 1860, avec M. Barab6 pour directeur et
deux professeurs strangers, MM. Miss et Petit,
tous deux pourvus de degres universitaircs.
Les .eowles sous Gelirard.- Nous I'avons dejh
dit, administration de Geffrard a Wte une period
f6conde, lumineuse. Beaucoup d'6coles ont et6 fon-
d6es i Port-au-Prince, mais nous devons, dit
M. Duracin6 Pouilh,(2) dans son almanach de 1863,
qui est un document aussi precieux que rare, -
dans l'inter&t public ddclarer que les resultats ob-
tenus jusqu'ici ne repondent pas aux n6cessit6s du
moment et qu'en vue de l'avenir, il imported d&s
maintenant de combler bien des lacunes par des
refoirmes que l'application a signal6s.... Parmi ceux
appel6s i ces etablissements de l'Etat soit comme
directeurs, soit comme professeurs, il s'en trouve
qui ne rdunissent pas les qualities du cceur et de
V'esprit n6cessaires a la tcnhe. ..
Cet 6tat de chose a-t-il cess6, mrme de nos jours ?
HWlas nous entendons souvent dire que non.
Voici quelques notes que nous avons pu recueil-
lir sur nos ecoles, sous Geffrard :
/1/ FranCois Elie Dubois, nd a Baltimore, /Etats-Unis
d'Amerique/, le 3 Ddcenlbre 1810, mort a Port-au-Prince
le 7 Juillet 1874
[2] Juge au tribunal de Cassation, travailleur infati-
gable, tr6s verse dans 1'etude de l'histoire national.







-24-


L'Etat entretenait h Port-au-Prince le lycee na-
tional qui avait 219 lives. Le personnel 6tait
ainsi compose, avec M. Cauvin pour directeur :
MM. J. Neff, C. Roulier, Jh. Robin, E. Robin, F.
Bruno, P. Etheart, J. Courtois, O. Jeanty, Acker-
mann, C. Bruno, G. Lopez, Durville Drouin, Petion
Laforest, Yudd, Simon, Morino, Sdvere. -- L'Ecole
de dessin avait 54 l66ves et M. Colbert Lochard
pour directeur, MM. A. Lochard, professeur et M.
St Hubbert Emmanuel, rCpetiteur.-- Le Pensionnat
National de demoiselles 6tait dirig6 par Madame
Vve Chauveau. Voici les professeurs : MM. Chs.
Villevaleix, Morno, Masclari, Thibaud, Naar, Sd-
vbre, Mmes Naar, G. Francois, P. St Jacqnes,
O. Lartique, Emilie Traviezo, Neit6 Valbrune. Le
pensionnat National etait fr6quent6 par 175 dleves
don't 25 internes.
Les 3 ecoles primaires nationals de garcons
6taient dirigdes par MM. F. Battier,Smith Duplessis,
Camille Archer et Duvet. Voici les professeurs :
MM. Cuvilly,D. Andrd, M.Morno, A.Gros, Rousseau
P. Labranche, M. Francisquc, Beauduy, Laferriere,
H. Cauvin, P6tion Andre et E. Robin. Ces ecoles
comptaient 973 ileves.
Les 6 6coles primaires nationals de jeunes
filles avaient pour Directrices: Mine C6lanie Baille,
Mme S. Granville, Mine Vve Simonise, Mine Ath-
naise Fr6mont, Mine Emirene Mahotiere et Mme
Francois Dionis. Ces 6coles 6taient frequent6es
par 1120 eleves. -
Total des eleves des dcoles primaires nationals:
2.541 enfants.
Voici les 6coles privies non subventionndes: Eco-
le de M. W. Cullen, 40 l6&ves; Ecole \Vesleyenne :
Directeur M. Bird, professeur: MM. Thdophile
Bird, Joseph Hogarth, nombre d'dleves : 20. -
L'Ecole de Mme Bonnaire, pres de I'dglise, n'etai






-25-


composee que dejeunes enfants ; elle 6tait frdquen-
tee par 35 el&ves don't 10 garcons et 25 filles, pro-
fesseur Mile Elise Bonnaire, le Pensionnat de Mile
A. Gambier, ( Rues du Calvaire et des CUsars)
22 6leves don't 20 externes et 2 internes, Pension-
nat de Mine Lemoing, franchise, ( rue du Centre)
C'6tait la plus considerable en 1861. Rouverte en
1863, elle comptait 30 l66ves. Voici les professeurs :
Mr et Mme Lemoing et Mr Roulier. Le prix de la
pension 6tait de 300 gourdes, demi-pension 125
gourdes et externat 50 g.: l'Ecole de laFratcrnitl
qui comptait 90 l6ves, 6tait dirigee par M. Pichon
pere. Voici les professeurs : MM. William Pichon,
L. D. Pavageau, tous francais ; le college Geffrard
directeur M. Darius Denis, (1) 6tait logee dans la
maison de Mme Fr6mont, place de l'Abreuvoir.
Voici les professeurs: Edmond Morin, F. Bruno,
Judd, Cliess6, Joseph Denis, G. Beauduy, C. Bruno,
L'abb6 Cheney 6tait charge du course d'instruction
religieuse et le directeur faisait le francais et 1'his-
toire dans la division sup6rieure. Ce college comp-
tait 50 el6ves. -- Prix de l'externat 40, 60 et 80
gourdes, internal 300 gourdes, blanchissage et
fournitures de classes compris ; l'Ecole Polyma-
thique (Rue de la Rdvolution ) avait pour direc-
teur M. Ls. S6guy-Villevaleix et pour professeurs
MM. Chs Villevaleix, Roulier, Judd et pour r6-
pEtiteurs MM. Lys et Moralin. Cet important 6ta-
llissement comptait 106 61eves don't 64 pension-
naires, 4 demi-pensionnaires et 38 externes. Le
prix de la pension 6tait de 300 gourdes et celui de
1'externat de 80 gourdes.
Les 6tablissements particuliers subventionnes
6taient au nombre de 5 qui sont : Ecole de Mme
(1) II a ete mon Instituteur. NE A Ldogane le 24
Aout 1822, mort a Kingston le 14 Fevrier 1884. Ce fut
un homme d'un grand devouement.


wiftroitty g f!'wits Owl*'06







-26-


Isidore Boisrond ( Rue Pavde ) 23 eleves don't 1
interne, professeur, Joseph Robin ; Ecole de Minme
Thevenin, ( Rue du Centre ) 40 l66ves don't 15 par-
ticuliers et25 de 1'Etat, professeurs M. Mdsile et
Mile C. Theodore ; Ecole de Mine Trichet (Rue du
gouvernement) 19 dlves, professeur Mile Nadiche
Pinard ; Ecole de M. Jeanty Espert : (Grand'Rue)
32 6leves don't 30 garcons et 2 filles ; Ecole de M
Azor jeune ( Bel-Air ) 153 6lves de 1'Etat, profes-
seurs MM. Blaise Lavache et Mathieu jeune. -- Le
directeur et les professeurs de cette cole. sont les
rares survivants des instituteurs de cette 6poque.
Total des 61eves des ecoles privees : 660 elves.
Les 24 ecoles de Port-au-Prince 6taient done frd-
quentees sous Geffrard par environ 3201 enfants.
Maintenant quels sont ceux qui contr6laient ces
ktablissements et comment se faisait le contr6le ?
La Commission central de l'Instruction Publique
qui taitcomposde des SAnateurs Cdlestin,Toussaint,
Labontd, Rameau, de MM. A. Deslandes, avocat,
A. Germain, Commissaire du gouvernement, Boco,
Oriol, Martineau, P. et L. Ethdart, B. Bazelais,
V. Fred6ric et Duverneau. Ces MM. se partageaient
le service de contr6le. Trois membres visitaient
irregulierement les dcoles tous les mois. Mais
l'examen s6rieux se faisait, au milieu de la plus
grande solennit6, a la fin de l'ann6e. C'etait une
epreuve redoutable pour les dcoliers et a laquelle
assistaient les parents. On pretend que ces examens
produisaient des rdsultats.
Conconrs.-Il n'en a 6t question, pour la premiere
fois, que sous Geffrard, le 23 Juin 1859, et une
autre fois, en Novembre 1860. Beaucoup de diffi-
cultes rencontrees ont oblige M. Dubois de recu-
ler 1'6poque du concours de 1860. Voici les fails:
a Le concours devait avoir lieu entire les 6tablis-
sements primaires de filles ou de garcons. Les






-27-


l66ves de ces dcoles 6taient A peu pres au meme
degree de connaissances pour toutes les facultis.
Les etablissements d'enseignement secondaire
de gargons tels que le lyc6e, le college Geffrard,
l'Ecole Polymatique devaient concourir entire eux.
Le college Geffrard, nouvellement fondd, ne
pouvait pretendre A conquerir la palme. Mais le
directeur, d6sireux sans doute de voir inaugurer
le concours, I'a accept. Les elbves de ce college
n'auraient pas det des laur6ats, mais leurs faibles
armes, mnl6es a ce combat intellectual, auraient
gagn6 en force et en vigueur et seraient, plus tard,
revenues victorieuses.
M. Villevaleix, directeur de l'Ecole Polymati-
que, tout en se faisant inscrire, a pose les condi-
tions suivantes :
lo Que sur les langues mortes et la langue fran-
caise, le concours auraitlieu entire la 26me classes du
Iycee et sa premiere. Pour les mathematiques,
ainsi que pour l'histoire et la geographie, il ac-
ceptait le concours entire sa lere classes et la 1e.r du
lycee.
2o Que sur toutes les autres matieres, 6numdrdes
dans le programme, le concours se ferait entire la
3eme du lycee et la 2eme de son Etablissement.b
M. Dubois a conclu et il avait raison c( qu'il
y a inegalitd de connaissances entire les classes du
lyc6e national et celles de l'Ecole Polymatique,
c'esl-h-dire que la lere et la 2eme classes du college
du Gouvernement sont plus avancees que les classes
correspondantesde l'Etablissement de M Villevaleix.
Les directrices des 6coles d'enseignement se-
condaire de demoiselles n'6taient pas non plus
trop decides a voir concourir leurs 6lbves avec
cells du Pensionnat national....
Malheureusement ce concours n'a pas eu lieu. Ce
serait, comme le disait le Ministre, une grande









fete, non seulement pour la jeunesse des ecoles,
mais pour 1'dlite de la socitd6 haitienne qui, en ap-
pla.dissant les laur6ats, 6veillerait dans les ames
de leurs condisciples un noble sentiment d'orgueil
qui les portrait a redoubler d'efforts pour se mettre
au niveau de leurs vainqueurs (1)
Un concours, prescrit en 1894, par le Ministare de
l'Instruction publique, doit avoir lieu le 15 juin de
cette ann6e. Souhaitons qu'il n'ait pas le sort de
celui de 1860.
Punlitions et r6eonmpeases. Nos Instituteurs
d'autrefois fouettaient dur. Ilsfouettaient, souvent
jusqu'au sang, les enfants insoumis et paresseux.
A part le martinet, il y avait la retenue. Ils mettaient
aussi les enfants i genoux, aux portes des 6coles
avec un grand bonnet sur la tete, excitant ainsi
I'hilaritl des passants; ils les mettaient encore h ge-
nouxsur la garage (2) ou le sel. C'6tait subir le martyre.
Les distributions de prix 6taient assez communes.
On distribuaitaux enfants, h l'issue de l'examen de
fin d'annee qui etait toujours solennel, des cou-
ronnes pour avoir bien recite les fa-
bles de La Fontaine qu'on aimait beaucoup. On
donnait des livres dans les grandes ecoles, et on y
jouait les pieces de Moliere, de Corneille et de Ra-
cine.
La princess Olive, qui 6tait tres intelligence, dans
le butd'encourager l'Instruction de la jeunesse fit
passer le 4 Decembre 1857 la commission de I'Ins-
truction publique composer de MM. les Barons de
Pierre Andre, president, Saladin de Lamour, de
Labont6, Brutus de Jn Simon, de Madiou, Emile
de Nau, de Damier et du chevalier Arsace de Des-
landes, dix-neuf volumes, richement relies, des oeu-
(1) Lettre du Ministre de l'Instruction Publique A
Son Excellence le President d'Haiti J)Dcembre 1860).
(2) Rape.


-I8 -







-29-


vres de Lamartine, pour 6tre gratifids aux 6dlves
du college Faustin, du college Olive et de chacune
des Institutions de demoiselles 6tablies en cette
ville, qui, a I'examen de cette annde, auraient ob-
tenu le prix d'honneur ou de sagesse. )
Le hasard nous a permis de trouver les noms des
laur6ats. Nous les donnons volontiers h nos lecteurs.
Le prix d'honneur ou de sagesse a 6td obtenu au
college Faustin par l'dl6ve Thdlismon Vilmenay, au
college Olive par mademoiselle Emelie G6ddon, a
l'Institution de mademoiselle Addle Gambier, par
mademoiselle Claire Madiou, a l'Institution de ma-
dame Vve Thivenin par mademoiselle Angelle Ville-
joint, al'Institution de mademoiselle Eliza Brandeld,
par mademoiselle CUphise Duval, a l'Institutic.l de
mademoiselle Senaide Granville, par mademoistcle
Prdmisse Sifrar.
II est toujours bon de travailler- a l'ecole. VoilA
que nous citons les noms de ces lives, 38 ans
apris leurs 6clatants succes.
Jeunes eleves de nos 6coles, tAchez de miriter les
memes honneurs.
Rapports des parents avee les instituteurs.-
Leurs rapports 6taientd'une franche cordiality. Les
peres et mres de families visitaient souvent les
chefs d'Etablissements pour se renseigner sur le
travail et la conduite de leurs enfants qui n'dtaient
nullement tolerds par eux. L'autorit6 du maitre
d'6cole 6tait prponddrante mrme au foyer domestique.
Aujourd'hui, nous constatons, malheureusement,
un facheux relachement dans les families qui n'ai-
dent point les Instituteurs. Peres et mnres de fa-
mille, nous vous en supplions, associez done vos ef-
forts au ddvouement des maitres et maitresses!
Certificats dl'tuide. De nos jours, d'apris les
r6glements du Minislere de l'Instruction publique,
en date du 28 Aoft 1894, ils sont de trois sortes : cer.






- 30-


tificats d'etudes primaires, certificates d'etudes se-
condaires sp6ciales pour les garcons et certificates
d'6tudes secondaires classiques pour les filles. Au-
trefois, on appelait ces certificates dipldmes de ca-
pacite.
G6neralement, les 6coliers n'aiment pas h affron-
ter les examens qui donnent droit aux dipl6mes. No.
tons, toutefois, que le Seminaire et 1'Ecole Polyma-
tique ont presentW, en 1875, chacun de ces 6tablis-
sements, un sujet pour l'obtention du dipl6me de
bAchelier 6s-lettres. Nous comptons encore quel-
ques demoiselles qui, sous N. Saget et sous Boisrond
Canal (d6cembre 1877), ont eu, apres examen, le
diplome de capacild. Ce sont, pour l'Institution St*
Rose de Lima : Meles Pradines, E. Duval, L. Archin
et A. Martin, pour 1'Institution Mont-Carmel: M1ees
C6lia Solages, A. Duplessis, C. Desvarieux, de Mi-
ragoane, A. Brouard. En D6cembre 1891, Mel e Jn
Louis a recu le brevet supdrieur. Pour le mois dejuil-
let 1892, on enregistre dixjeunesfilles qui ont obtenu
le brevet eldmentaire : Meles Moise, Dupuy et Pru-
dent (Pensionnat National) Me l' Archer, Henri-
quez, Roy, C. et L. St Amand (Ste Rose de Lima,)
C. Riob6 et A. Canal (Institution Mont-Carmel.)
Et les jeunes gens ? ... C'est le cas de dire avec
le journal le Travail, No du 5 Aoflt 1892, qui avait
envoy aux impetrantes ses chaleureux compli-
ments: ((...Pour finir, nous disons aux jeunes gens:
Attention Les jeunes filles font beaucoup plus que
vous. Elles ne se contentent pas d'6tudier avec
assiduit6, mais elles affrontent l'examen sdrieux du
brevet de capacity. Bravo !.. .
Voici les membres du Jury d'examen de 1892:
MM. Excellent et Martin, Inspecteurs des 6coles, les
Docteurs H. Mahotiere et D. Destouches, profes-
seurs h 1'Ecole de m6decine, MM. Desgrottes, di-
recteur de l'Ecole secondaire, Grospere, directeur








de 1'Ecole Polymatique et S. Vincent, secr6taire
de 1'Inspection Scolaire.. M. Tessier tait du in&-
me Jury seulement pour 1'examen des eleves de
S`' Rose de Lima et du Pensionnat National.
Locaux, fournitures classiques, livres.--
Nos maisons d'6coles, sous le rapport i ygienique
surtout, laissaient a d6sirer. Leur situation est
toujours la meme. II faut que I'Etat arrive A
construire lui-meme les locaux spdcialement af-
fectds a nos dcoles.
Le Minist6re de l'Instruction Publique dis-
tribuait tous les 3 mois, h tous nos etablisse-
ments publics, des plumes (plumes d'oie qui
6taient fort h la mode a cette 6poque), de
l'encre, des crayons, des batons de craie, du
paper, des crayons pour ardoises
Nos ecoles n'en manquaient presque jamais.
On distribuait des livres gratuitement auxenfants
des Pcoles nationals ct les n6gociants en ven-
daient aux 616ves des autres 6coles.
Voici les ouvrages usit6s dans les ecoles:
< Histoire aucienne, manuels des tableaux de
lecture, Histoire sainte et les petits contest de
Dupont, Grammaire franchise de Lhomond,
Grammaire franchise de Noel et Chapsal, Arith-
m6tique de Dumouchel, Geographie de Meissas,
les Fables de La Fontaine, Tl66maque de Fe-
ndlon, Histoire sainte de Drioux.)
On donnait aux ecoles des cartes assorties
pour l'6tude de la geographic sacrde et d'au-
tres cartes, (Mappemonde, Europe, Asie, Afri-
que, Am6rique.)






-32-

< Dans le but, dit M. Dubois, de propager
la carte d'Haiti, qui Mtait faite par lui, et d'en
fournir A toutes les ecoles, j'ai command h
Paris une fabrication de cent cartes et la planche
restait la propriete du Gouvernement. Les cent
cartes content 2000 francs ou 20 francs la carte,
et a l'avenir les cartes a tirer de cette planche
cofiterait chacune 6 francs environ. Que l'on
compare ce prix A celui de 200 piastres que
coitait une carte d'Haiti sur place et l'on dira
si une administration qui a ainsi fait est criti-
quable. )
Toutes les fournitures classiques, it la fin du
ministere de M. Dubois, 6taient commanders
directement en Europe par le Gouvernement.
Le President Petion avait dot6 le lyc6e natio-
nal d'instruments n6cessaires a l'dtude de la
physique et de la chimie. En 1861, M. Dubois,
pour compl6ter ces instruments, a fait venir
de France un magnifique cabinet de physique.
L'Ab6cedaire Haitien.-- Quipeut oublier
l'Ab6c6dairehaitien? Ce petit ouvrage, mis A la
port6e de la jeunesse, a servi de guide a nous
tous, dans la division enfantine des 6coles
primaires. Sa popularity est proverbiale.
L'Abecedaire haitien, redig6 express6ment
pour nos Etablissements primaires, est suivi
d'un precis historique, chronologique et gdo-
graphique.
C'est dans cet ouvrage que nous avons ap-
pris nos lettres majuscules, minuscules romai-
nes et italiques, nos consonnes, nos voyelles,
nos syllabes, l'oraison dominicale, la saluta-







-33 -


tion angelique, le symbol des Ap6tres, le con-
fiteor, l'acle d'offrande, les commandments
de Dieu et de 1'Eglise, quelques fables de La
Fontaine : le renard et la cigogne, la cigale et
la fourmi, une femme et sa poule. Nous n'ou-
blions pas non plus son petit abregd de morale,
parlant de la paresse, du travail, son tableau
des chiffres remains et arabes et sa table de
multiplication.
Cet alphabet a puissamment contribu6 a la
multiplication des ab6ecdaires. Sa vogue a di-
minu6 depuis l'introduction dans nos ecoles
de plusieurs autres m6thodes beaucoup plus
rationnelles. Mais nos interessants campa-
gnards le recherchent....... I ne cofite quecinq
centimes.
Enseignement de l'histoire et de la geo-
graphie d'Haiti. Ce double enseignement
si important cbez un people libre et indepen-
dant n'existait pas dans nos 6coles, A d6faut de
livres. <(Les ouvrages que nous poss6dons, di-
sait M. Dubois, sur l'histoire de notre pays, 6-
tant trop volumineux (Madiou et Ardouin) ne
peuvent 6tre mis dans les mains des el6ves. l
faut a de jeunes intelligent un livre simple,
clair et precis.)) Le 19 Mars 1861, il a mis an
concours un Abr6g" de l'histoire d'Haiti et une
g6ographie qui seront suivis dans les ecoles de
la Rdpublique. Le concours est rest sans rd-
sultat. Ce n'est que sous B. Canal que la Com-
mission central de 1'Instruction Publique, par
son avis ins6r6 dans le Moniteur du 18 Octobre
1877, a autoris6 admission de la gdographie de
M. D. Fortunat dans les ecoles.






-34-


La'geographie de M. B. Ardouin et son
abrge r6dig6 par Mme Diana Martin, nee Ram-
say, dtaient suivis dans quelquesitablissements,
sous Soulouque, mais ils sont devenus, plus
tard, tres rares dans les ecoles primaires.
L'Abr6g6 de l'histoire d'Haiti de M. Endlus
Robin a paru sous Domingue. II a rendu et
rend encore, malgr6 ses lacunes, de reels ser-
vices a l'enseignement national. C'est dans cet
ouvrage que la generation actuelle a appris a
connaitre le passe glorieux de notre ch6re Haiti.
Instruction religieuse. M. Dnbois a
compris que l'instruction classique doit mar-
cher avec l'instruction religieuse. Aussi a-t-il
institu6 l'assistanee A la messe, tous les di-
manches. Directeurs et directrices ont &t6 pre-
venus qu'ils auraient A conduire a 1'Eglise les
enfants confi6s h leurs soins. Ils avaient, en
outre, A les preparer A la premiere commu-
nion. Cette measure bienfaisante a et6 prise le
22 Juin 1861.
Proscription du luxe.- ((Le luxe se fai-
sait remarquer chez beaucoup d'616ves de nos
ecoles. II entretenait chez eux le gorit des d6-
penses qui, tout en pervertissant leurs coeurs,
les emppchait de se livrer avec ardeur au tra-
vail. Cet 6tat de choses entravait la march
des etudes en faisant naitre des absences r6it6-
rees de la part des 61eves qui, ne pouvant eta-
ler le luxe de leurs camarades, se resolvaient
difficilement, par un amour-propre coupable
et soutenus par la plupart des parents, A se
presenter en classes dans une tenue seulement
simple et decente. )







- 35 ---


M. Dubois a proscrit les v6tements de luxe,
les bijoux, tels que : pendants d'oreille, chaines
d'or, bracelets, bagues, etc. (1)
Appointements des directeurs et profes-
seurs. D'apris la loi du 12 octobre 1860,
le directeur du lyc6e gagnait sous Geffrard
P. 72 et la directrice du Pensionnat na-
tional P. 64, les directeurs d'6coles primaires
de 16re classes, P. 40 et ceux de 26me, P. 24.
Les professeurs de ler ordre du lycfe
percevaient P. 40 et ceux de 2eme P. 32, les
maitres d'6tude, P. 24, les r6p6titeurs P. 16.
Les professeurs du Pensionnat national avaient
les m6mes appointments que ceux du lyc6e.
On donnait aux professeurs des 6coles primai-
res de 1ere classes P. 24 et P. 20 a ceux de
26me classes.
Aujourd'hui, directeurs et professeurs ont
plus d'appointements. Ils sont encore in-
suffisants, surtout ceux du personnel de l'ensei-
gnement primaire.
Maitres d'Etude.-De tous les fonctionnai-
res de l'Instruction publique, celui don't le re-
crutement laisse g6ndralement h d6sirer, meme
de nos jours, c'est le maitre d'tlude, le maitre
d'etude pour l'internat surtout. L'une des cau-
ses de cette difficult r6sulte de la modicit6
des appointments.
On oublie que la tache d'un maitre d'Etude
dans un 6tablissement est important et ddli-
cate. C'est sur le maitre d'etude que repose, en
grande parties, la discipline d'une cole, par
(1) Cet arretd est du 24 Janvier 1861. II est encore en
vigueulr i l'insu de presque tons les instittleurs.






-36-


consequent les succ6s des 6tudes. Relevons
cette function par la retribution equitable de
ces pr6cieux auxiliairesde 1'Instruction publique.
Ecoles secondaires.- LesEcoles dites Secon-
daires ont 6td fond6es par le Gouvernement
du President Geffrard, << dans la patriotique
pensee de propager l'enseignement secondaire
special. >
L'installation de l'Ecole secondaire de Port-au-
Prince a eu lieu le neuf Mars 1865. C'est elle
qui a remplac 1'6colecommunalefondie en 1843.
Voici, de 1865 A nos jours, les direc-
teurs de cette Ecole: MM. Smith Duplessis
(1865-1877) Joseph Robin (1877-1888 ) Jo-
nathas Desgrottes ( provisoire ) (1888) Horace
Liautaud (1889-1890) Jonathas Desgrottes
( 1890-1893; ) Joseph Chancy (1893. )
Comme on le voit, l'enseignement secondaire
special a 6td cr66depuis 30 ans. Jusqu'ici, il n'a
pas encore produit de r6sultats. Ainsi, M. Jo-
seph Chancy, le directeur de 1'Ecole secondaire
de notre ville, hommeactif et serieux, demand
vainement depuis 2 ans au Ministere de
l'Instruction publique de: choses essentielles
pour le bon fonctionnement de son Etablisse-
ment.
Ecole Nationale de droit.-Cette cole, rou-
verte depuis 1888, fonctionne aujourd'hui Ala
satisfaction de tous, sous l'habile direction de
l'honorable M. Li6io Dominique, ancien Secre-
taire d'Etat de la Justice.
L'6cole national de droit, a notre sens,
*ne devrait pas former seulement des magistrates
et des hommes de loi. Pourquoi le Gouverne-






-37-


ment ne cherche-t-il pas, vu la rarete de nos
hommes d'administration, ia tablir sdrieuse-
mentun programme rationnel d'enseignement,
par 1'Etat, des sciences administrative, eco-
nomiques et politiques ? C'est une question que
nous soumettons a la r6flexion du Ministre de
l'lnstruction publique.
Voici les diff6rents directeurs et professeurs
de l'Ecole national de droit :
MM. StAmand, P.N. Valcin, Mod6, D. Jn Joseph,
Ed. Lespinasse, L6lio Dominique, directcurs; H.
Baussan, G. Sylvain, Em. Leon, Ls. Borno, pro-
fesseurs. Nous donnons plus loin les noms des
professeurs actuels.
]cole normal. Depuis 47 ans, le Corps
LUgislatif a vot6 la creation d'une cole nor-
male primaire (1). Sous Geffrard, unenouvelle
loi a autoris6 non seulement l'6tablissement
d'une cole normal primaire, mais encore une
cole normal supgrieure et une on plusieurs
academies des lettres et des sciences (2). Jus-
qu'ici, nous n'avons m6me pas I'Ecole normal
primaire...
Cette negligence est a d6plorer .
M. le Ministre de l'Instruction publique, la
foundation de cet important 6tablissement est
d'urgente ndcessitd.
Ecole de MWdecine. --C'est le Gouverne-
ment de Geffrard qui a organism s6rieusement
l'Ecole national de m6decine et de pharmacie.
Iepuis, elle a rendu de r6els services aupays.
;1) Loi du 29 Decembre 1848.
(2, Loi du 7 Decembre 1860, art. 106.
Voir ces deux lois dans la Ldgislation Scolaire.






-38-

L'ouverture solennelle de cet ktablissemcnt a
eu lieu le 29 f6vrier 1864, sous la direction de
M. le Dr Johet. M. Valm6 Lizaire (1) 6tait alors
Ministre de l'Instruction publique.
Voici les professeurs: MM. Ls. Audain, J.
B. Dehoux, Paret, Nevil, Ernest Dehoux,
Marchand, Aubry, G. Baron, Morno,
A. Desert, C. Joseph, H. Mahotiere, J.
Droit, R. Grellier, etc. Les Dteurs Audain, J. B.
Dehoux, Aubry ont eu successivement la direc-
tion de l'Ecole de m6decine qui etait alors dans
la cour de l'h6pital militaire.
Le Dr Dehoux a contribu ai l'6tablissement
d'un jardin botanique h cette important insti-
tution. M. Alexandre Droit, francais, en avait
la direction. Ce jardin n'existe plus. L'E-
cole de m6decine est aujourd'hui d6pourvue
des choses les plus essentielles ..
Ecoles de peinture et de musique. -
Elles out W6t fond6es sous Geffrard. La derniere
est ferm6e depuis plus de 15 atis.
Plus heureuse que sa soeur, 1'Ecole de pein-
ture, ferm6e en 1867 puis en 1873, est rouverte
depuis Salomon. Son premier directeur est M.
Colbert Lochard, remplac6 apr&s sa mort par
son fils, M. A. Lochard. Les anciens professeurs
de cette cole sont : MM. Th6obald Lochard,
St Hubert Emmanuel ; et plus tard sont ve-
nus MM. Lafargue Rigaud, Phocion Nau et
Dorlus Jeancomte.

(1) Lizaire (Felix-Marie-Julie-Maurice-Joseph Valmi)
n6 A la Guinaud6e (commune de Jeremie) le 17 Juin
1819, mort A Port-au-Prince le 18 Aofit 1878.






-39-

Ecoles congreganistes. Elles datent de
Geffrard. C'est sur la demand de Monseigneur
Monetti, 16gat du Pape A Port-au-Prince, que
M. Dubois a accept de faire venir dans le
pays les freres de l'Instruction chretienne et
les Sceurs de St- osepfr-dte-th Iuy.
La convention organique du Concordat (art. 9)
portait qu'un petit Seminaire serait cr66 a Pe-
tion-Ville. Le future 6tablissement serait ouvert
a toute lajeunesse haitienne d'apres la conven-
tion de juin. Mais son service regulier cut 6t6
presqu'impossible h Petion-Ville. Le Petit Se-
minaire a 6t6 ouvert dans la maison de M.
Tweedy, h Lalue, en 1865, sons la direction de
M1. 1'abb D6g6rine, ancien aum6nier de marine
et licenci6 &s-lettres de la faculty de Paris. A
ce moment, 1'etablissement ne recevait que des
internes.
La 16re. pierre du batiment actuel du Semi-
naire a 6t6 posse, le dimanche 7 AoAt 1870.
L'ouverture des classes a eu lieu le 17 Avril
1871, avec R. P. Simonet comme Superieur.
Monseigneur Guilloux avait fait un don, pour
les premiers travaux, de 25.000 francs.
Voici, de safondation h nos jours, les Supn-
rieurs du Petit Sdminaire : M. l'abb6 D6g6rine,
M. I'abb6 Ribault, aujourd'hui vicaire-general
du Cap-Haitien, cam6rier d'honneur de S. S
et protonotaire apostolique, le R. P. Simonet,
le R. P. Taragnat, le R. P. Lejeune, le R. P.
Jaouen et le R. P. Bertrand.
-Les Freres de l'Instruction chr6tienne sont
arrives h Port-au-Prince, au nombre de 4, le
vendredi, 13 Mai 1864. La l1re. cole des Fr-






-40-


res a t ouverte au milieu d'une grande solen-
nit6, le 3 Octobre, dans une petite maison si-
tuee non loin de l'angle sud-est de la rue Pav6e
et de la rue du R6servoir. Voici les fondateurs
des 6coles des Freres a Port-au-Prince: Freres
Ath6nodore, sup6ricur, Clement, Corentin et
Hyacinthe.
-- Les Sceurs de St Joseph de Cluny sont ar-
rivees dans notre ville au nombre de 4, le 5
Juin 1864. Ce sont : la R. M. Louise, ancienne
superieure principal de la Trinidad, et sous sa
direction, les soeurs Marie-Th6rese, Th6rese de
Jdsus et Saint Raymond. -A la mi-septembre,
elles commencerent leurs classes dans une pe-
tite mason ( qui leur servait en m6me temps
d'oratoire, de salle de communaut6 et de dor-
toir),, puis le 9 fevrier 1865, elles ouvrirent un
pensionnat a l'angle nord-ouest de la rue du
Reservoir et de la rue Pavee, maison de IM.
Sauveur Faubert. IM. Damier, Ministre de l'Ins-
truction publique, prononca ce jour, en faveur
de 1'Etablissement, des paroles bienveillantes,
auxquelles r6pondit le R. P. Pascal, vicaire g6-
n6ral.
Le Pensionnat de Laluc (Ste Rose de Lima)
s'ouvrit le 1er Mai 1865. -
Cet Etablissement a eu, depuis sa foundation,
deux superieures : M6re Louise et Mere Eusto-
chie.
- Les Filles de la Sagesse out fond6 leur pre-
miere cole i Port-de-Paix, le 11 Novembre
1875. Elles ont ouvert leur 6tablissement de
Port-au-Prince (Ecole du quarter de St Joseph)
le 11 fevrier 1884.







-41-


Les Ecoles sons Salnave (1867-1869)
-Nissage Saget (1870-1874 ) -
c< Les 6venements desastreux don't le pays a
6td le theatre, pendant pr6s de trois ans, ont
porter les plus rudes coups a l'Instruction pu-
blique.
La plupart des ecoles nationals se sont
trouvees, sous le Gouvernement dechu (Sal-
nave ) dans la plus complete d6sorganisation;
quelques unes de ces institutions n'avaient plus
leur personnel, les autres 6taient entierement
d6pourvues de materiel. Un 6tat de choses si
deplorable jeta cette branch important de
service public dans le dernier degrd d'abaisse-
ment. ) (1)
Le Gouvernement du President Nissage Sa
get, dans la measure du possible, a accompli 1l
rdorganisation de nos Etablissements scolai-
res. Une nouvelle commission principal de
l'Instruction publique a dtd nomm6e. Des cito-
yens capable et de la plus grande morality ont
Wtd appel6s A la direction de nos ecoles.
Les Ecoles sous Domingue(1874-1876)
II y avait, i Port-au-Prince, sous Domingue,
vingt-six ecoles inscrites au Ministre de 1'Ins-
truction publique, don't dix-sept de garcons et
neuf de demoiselles.
Les ecoles primaires de jeunes filles etaient
dirigees par Mmes Vves M. Ddcatrel, Francois
Dionis, Mont-Rosier Mont-Rose, Sabhs, Paret,
Auguste Boom, les Delles Am6naide Elie, Zu-
lema Pilorge et Nersilie Solages. 11 y avait, en


(1) Expose G6ndral de la Situation (1870).






--42-

outre une cole national dirig6e par les Sceurs
de St Joseph de Cluny.
Les 6coles primaires de demoiselles Nos 8 et
9 ont &6t fondues sous Domingue.
Pour les gargons, il y avait l'6cole de la
Banlieue, dirig6e par M. leDr Ph. Laroche, I'6-
cole du Bel-Air, par M. Joubite Dehoux, l'6cole
de la Croix-des-Bossales, par M. Lindor, l'6cole
du soir, par M. Brennus Basquiat, 1'6cole des
Freres, l'6cole du Morne-a-Tuf, par MC D. P6p
Bauduy, 1'6cole Lancasterienne. Les 6tablisse-
men s pri'ves egalen: Lecot Weslevenne, dir -c-
teur M.Bird, 1'6cole de M. Mathieu, I'ecole de
M. Dorcelly Etienne, 1'ecole de M. Hyacinthe Ja-
cob, l'6colede M. D. Denis, 1'6cole de M. William
Cullen, I'ecole Polymatique, di-ecteur, M. Ville-
valeix, (1) l'ecole de Mme Vv B. LUpine. Il y avait
encore beaucoup de petites ecoles, parmi elles
on remarquait celle de Mademoiselle Irene Da-
guerre. Voici les ecoles secondaires de l'Etat :
le lyc6e, directeur M. G. Manigat, 1'ecole secon-
daire, directeur M. S. Duplessis, 1'ecole Natio-
nale de demoiselles, directrice Madame Virginie
Sampeur. Les 6coles sup6rieures 6taient : 1'-
cole de musique, dirigde par M. L. Astr6e, 1'6-
cole Nationale de m6decine, directeur M. le Dr
J. B. Dehoux. L'Ecole de droit avait 6td fer-
mre depuis la chute de Geffrard. Elle n'a 6t6
rouve equ'en 1888, gracen la foundation de
1'EcoTFlibred e roit de nos distingues conci-
toyens, MIM. .. Devot et S. M1nos.
La Commission central de 1'Instruction pu-
blique 6tait compose de MM. J. C. Antoine, D.
(1) Mort a Port-au-Prince le 9 Mai 1879.







-43-


Etienne, Granville, Pierre Ethdart, J. A. Cour-
tois, Max. Laforest, E. Robin, D. Lespinasse,
S. Toussaint, V. Fr6d6rique, A. Bauregard, Ri-
chard Azor, A. Andrd, J. J. Lilavois, Aubry et
F. Duplessis ,pr6sident.-
Dans quel Mtat se trouvaient les maisons par-
ticulieres lou6es par le Gouvernement pour
servir de locaux a toutes ces ecoles? Un rap-
port official, en date du ler f6vrier 1875, dit :
Les unes, obscures, peu a6rees, trop petites
pour le nombre des l66ves qui s'y trouvent r6-
unis ; les autres assezgrandes mais mal distri-
bu6es et tout a faith mauvaises pour une tell
destination.
La question est encore a l'ordre dujour.
Nousne cesserons de le r6piter : pour avoir
de bons locaux pour nos 6coles, il faut que le
Gouvernement se decide a les faire construire
lui-m6me, d'apres un plan dress d'avance, en
raison de l'importance de chaque cole.
Les 6coles actuelles (1) sont a peu pros
celles qui existaient sousBoisrond-Canal, (2) Sa-
lomon (3) et LUgitime (4)
Notons, toutefois, que l'Ecole libre de droita
dte inauguree le 15 Aoit 1887. MM. J. Ddvot
et S. M6nos en sont les fondateurs. Cet 6ta-
blissement ne fonctionne plus.

(1) Voir plus loin la liste g6ndrale des 6coles de Port-
au-Prince sous le Gouvernement du PrBsident Hyp-
polite.
(2) Boisrond-Canal, n6 aux Cayes le 12 Juin 1832.
(3) Louis Etienne Felicit6 Lysius Salomon, nd aux Ca-
yes le 30 Juin 1815, mort A Paris le 19 octobre 1888.
(4) Francois Denys L6gitime, n6 A JHrimie en 1841.







-44-


L'lnstitution St Louis de Gonzague a et6 fon-
dee le 8 Septembre 1890.
- La loi du 22 Octobre 1881 a cr66 une cole
militaire destinee A former des officers. Cet
6tablissement n'a jamais 6te ouvert.
En 1886, MM. Durand, Chastelle et Lebrun,
membres d'une mission militaire franchise, sont
venus donner des lemons A quelques officers
recrut6s dans les regiments de la Republique.
Les Directeurs du lycee. Voici la liste
des directeurs du lyc6e, de 1816 a nos jours :
MM. Balette, D. Lapr6, Dr Pescaye, Granville,
E. Pl6sance, Granville (2 fois,) St Macary, E.
Bourjolly et L. Nadal (par interim,) Faubert,
N. Brouard (par interim), Villevaleix, T. Ma-
diou, A. Ulysse, V.Laporte, le g6n6ral Cauvin,
Jh Courtois, Grevin p6re, P. Eth6art, le g6n6ral
Cauvia (2 fois), C. Bruno, G. Manigat, S. Du-
plessis, Charles William, Th6ophile Martin
(par interim), G. Manigat (2 fois), 0. Rameau,
J. B. Dorsainvil(par interim), Labidou, Camille
Bruno (2 fois).
Les Directrices du Pensionnat National.-
Voici la liste des directrices du Pensionnat na-
tional, de Geffrard a nos jours: Mme Thouzalin,
MmeVve Chauveau, Mme Watson, Mme Vve
Francois Dionis, Mme Virginie Sampeur, Mme
Vve Antoine Lerebours, Mme A. Bellegarde
Foureau.
L'Ecole libre professionnelle. Le but
de cet important Etablissement estde combattre
l'oisiveld et de former des ouvriers habiles, en
leurdonnant une instruction solid et bienap-
propriee A leurs besoins, et en les initiant, d'u-






-45 -


ne facon intelligent, aux proc6des et A l'orga-
nisation de l'industrie moderne.
L'Ecole n'a pas, malheureusement, de simi-
laire en Haiti.
Son eijseignement estprofessionneletclassique.
L'enseignement professionnel est donni pardes
maitres strangers recommandables. Les l66ves
sont divisds en plusieurs sections ou annees
d6terminees par le degree d'apprentissage.
Un grand avenir est riserve h cet Elablisse-
ment qui est appelk a rendre de grants ser-
vices an pays.- Son inauguration a eu lieu le
lundi e 182. M. le chanoine Aub6-
ry, cn4,rononc6, ce jour, une
brillante allocation tres applaudie.
Voiciles membres du comit6 fondateur : MM.
E. Mathon, E. Etheart, L. A. Gauthier, P.
Tessier et L. C. Lhdrisson.
Associations.- Une Association des profes-
seursdu lyc6e national et fondue le 6 decembre
1890. Depuis plus d'une ann6e, cette sociMt6 ne
fonctionne plus. II en est de meme de l'Asso-
ciation des anciens dlves du Petit-Seminaire.
L'Association des membres du corps Ensei-
gnant de Port-au-Prince, fondue le 26 Avril
1894, Rtonne dejh le pays par sa vigueur et la
splendeur de son d6veloppement.
Elle a pour but : lo. d'entretenir entire ses
membres un lien reel de sympathie et des re-
lations de bonne amitid ; 2o. d'aider au deve-
loppement de l'dducation national, 3o. de don-
ner des encouragements aux membres ducorps
Enseignant qui se signalent par des actes de
devouement ; 40. de venir en aide h chacun de






-46-

ses membres par tous les moyens qui seront
en son pouvoir et dans toutes les circonstances
oif son intervention sera jugee nicessaire ; 50.
de prot6ger les 6tudes des enfants de ses mem-
bres n6cessiteux ou d6c6dds. -
Cette Association, qui date d'hier, a sa biblio-
th6que. Elle distribue livres, plumes, cahiers
aux enfants des families pauvres. Elle don-
ne des Bons Points illustres aux l6&ves qui se
distinguent par leur conduite et leur travail.
Elle a dress pour les 6coles un Tableau patrio-
tique qui renferme les noms de toutes nos
gloires nationals. En sept mois elle a donn6
trois conferences. Elle vient d'editer a Paris
un supplement illustr6 A son Bulletin men-
suel, No. du 15 Mai 1895.
Avec le temps cette utile Association compl&-
tera 1'oeuvre a laquelle se sont vou6s beaucoup
de membres du Corps Enseignant.
Voici ses fondateurs: MM. S. Vincent, Em.
Eth6art, P. Tessier et L. C. Lherisson, profes-
seurs de l'enseignem ent secondaire.
Nouveaux programmes officials. De-
puis le ler lundi de Septembre 1894, les nou-
veaux programmes prescrits par arrkt6 du Mi-
nistre de l'Instruction publique, sous la date du
26 juillet 1893, doivent Otre suivis dans tous
nos Etablissements scolaires.
Voici les membres de la commission charge (1)
par M. Ed. Lespinasse, alors Ministre int6rimaire
de l'Instruction publique, d'dlaborer cet impor-
tant travail : MM. Camille Bruno, Aug. Bonamy,
Dr D. Destouches, P. Tessier et L. C. Lh6risson.
(1) Circulaire en date du 30 aofit 1892, no 1241.






- 47--


Emoluments des fonctionnaires de l'Ins-
truction publique. La situation des pro-
fesseurs des 6coles primaires surtout, a besoin
d'6tre am6lior6e. Leurs emoluments sont au-
dessous des services rendus. C'est avec douleur
que nous voyons beaucoup de nos professeurs
chercher ailleurs du travail pour subvenir aux
besoins de leurs families.
Nous aimons i esp6rer que M. leMinistre-de
l'lnstruction publique ne manquera pas de pro-
voquer la modification de la loi du 10 Septem-
bre 1878.
Fr6quentation scolaire. a Mais je
m'empresse aussi de reconnaitre et de rep6ter
que nous sommes encore bien loin du point
que nous devrions avoir d6ji atteint. C'est que
des deux choscs h faire : ladiffusionde- coles
et lur oranisation, on a, depuis l'administra-
tion de 'ex-pr6sident Geffrard, beaucoup fait
dans le sens de la premiere; mais quant a
l'organisation, on n'a pas encore la situation
desirable. Depuis longtemps done on setrouve
en face d'6coles nombreuses, il est vrai, mais
aussi mal peuplees que mal outillies. De cette
multiplication meme des 6coles il est result
une augmentation des difficulties don't les prin-
cipaies sont, comme vous le savez, du c6td
des parents : envoii irrgulier des enfants a
l'Ccole, le fait de les retire trop tot par raison
force d'6conomie, l'inattention des families
pour le travail et la tenue de l'6leve a la mai-
son. (1)
(1) Expose de la Situation, 3 Juin 1878.







--48-


Cet 6tat de choses existe-t-il encore de nos
jours ?
I Il y a, dit M. le Dr Elie Lherisson, dans
un excellent article publiC sur nos 6coles, 2029
enfants dans le centre de la civilisation du
pays qui ne vont pas A l'Ncole II faut les
chercher : la plupart sont domesliques dans
les maisons, d'autres habitent les quarters
pauvres de la ville. Ce calcul a Wt% fait A
l'aide de la formute de Ch. Dupin et de la table
de Duvillard (1)
Inspection des ecoles. (( L'Inspection
est l'Fme de l'enseignement. Pas d'6cole sans
surveillance, et il ne saurait y avoir trop de
surveillance pour un service aussi dtendu et
compliqu6. (2) 1 MM. lesInspecteurs doivent vi-
siter r6gulierement les 6coles et donner A cha-
cune de leurs visits le temps n6cessaire pour
l'examen des course et celui de la situation ma-
t6rielle de la classes, et surveiller la m6thode
d'enseignement des professeurs. Ils doivent, en.
outre, donner des Instructions et directions p6-
dagogiques aux instituteurs.
Aussi, hltons-nous de le dire : nous n'avons
pas, a Port-au-Prince, assez d'inspecteurs; la
besogne est difficile. Mais le Ministre de
l'Instruction publique peut facilement en nom-
mer d'autres. L'article 20 de la loi du 24 Sep-
tembre 1884 le lui permet,
Ecoles dirigees par les 4trangers.- Apart
les 6coles congr6ganistes don't le personnel est
(1) Voir le Bulletin de l'Associalion des membres da
Corps Enseignant, No. du 15 Mars 1895.
(2) Expose de la Situation, 3 Juin 1878.







-49-

de 112 membres (8 Filles de la Sagesse, 28
pr6tres et freres du Petit-S6minaire, 38 freres
de 1'Instruction chretienne, 38 soeurs de St Jo-
seph de Cluny), nous comptons trois Institu-
trices de nationality francaise qui sont: Mada-
me Veuve Rabeaud, Mademoiselle Ignes Grard
et Mademoiselle Pauline Eliz6e.
Nous avons plusieurs professeurs strangers
(francais, anglais,espagnols) dans quelques eta-
blissements publics et prives. -
Maisons de l'itat. L'Etat qui vend sou-
vent ses belles propriet6s, n'a aujourd'hui que
sept 6coles qui sont dans des maisons a lui
appartenant.
Ce sont : Le lyc6e national, 1'Ecole national
de mndecine, l'Ecole national de droit, 1'E-
cole des Freres du Bel-Air, l'Ecole primaire de
demoiselles, No 4 (Rue Geffrard), l'Ecole pri-
maire de demoiselles No2, (Grand'Rue) l'Ecole
des Freres de la Grand'Rue.
La maison centrale.-Cet Etablissement a
Ctd fond6 sous Rich6 (1), par la loi du 28 no-
vembre 1846.
Voici ce que dit son article I1r : Une mai-
son central destinee i l'6tablissement d'ateliers
pour les condamnds, sera 6tablie h la Capitale,
et successivement dans chaque chef-lieu de d&-
partement. Les condamnes de chaque d6parte-
ment pourront y 6tre rdunis.
Comme on le voit, cette maison n'6tait pas
destinde, dans la pens6e de ses fondateurs, re-
(1) Jn.-Baptiste Rich6 ild a la Grande-Riviere du
Nord en 1777, mort i Port-au-Prince le 27 fevrier 1847.







-50 -


cevoir l'enfance vagabonde ou vicieuse. On
croit que c'est sous Soulouque qu'elle a com-
menc6e receuillir les enfants ramasses dans les
rues par la police ou envoys par leurs parents.
Les Classes enfantines-L'4criture-La
lecture.- Dans les premiers course de 1'Ecole
primaire, tout est a fire. L'ignorance des en-
fants est complete; la premiere base manque.
Que de sons, que de peines ii faudra pour ou-
vrir ces intelligence encore closes. Il faut 6tre
entiirement patient. Sans la patience, il n'y a
point de succes.
Nous entendons dire que les classes enfan-
tines de plusieurs de nos ecoles n'ont pas de
professeurs sans reproche et que leur m6thode
laisse beaucoup i d6sirer. Ainsi, gndralement,
nos enfants 6crivent mal. Le professeur se con-
tente uniquement defaire ecrire les enfants sans
jamais leur donner aucun principe.--Nos enfants
ne lisent pas avec goOt et intelligence. lUs ont
des d6fauts contracts par habitudee, (b6gaye-
ment, zezaiement, grasseyement). Et puis le
maitre doit faire comprendre aux enfants ce
qu'ils lisent. C'est essential. (1)
La lecture est la clef de toute l'Instruction.
Maintenant, quel cas fait-on de la lecture
dans nos 6coles d'enseignement secondaire?
Disons seulement qu'elle n'existe pas. Cepen-
dant, nous le r6p6tons, c'est un enseignement

(1) Voir dans le Bulletin de l'Association des Mem-
bres dii Corps Enseignant notre article sur la lecture et
I'ecritire et les conseils donnis aux professeurs ( No
du 15 Octobre 1894 ).








-51-


important. Aux Etats-Unis, elle compile come
un des l6ements de 1'Instruction publique. En
France, ces temps derniers, un prix de lecture
a 6e introduit dans la classes de rh6torique,
et un course de lecture A haute voix est obli-
gatoire dans les 6coles normales primaires. M.
A. Bardoux, ancien Ministre de l'Instruction
publique en France, dans une circulaire adres-
see aux rhecteurs, disait en terms qui meri-
tent d'etre rappels : ((La lecture h haute voix
doit etre un des l6lments important de l'Ins-
truction publique. Elle ne doit pas etre ndgli-
gee dans les lycees et colleges. Je n'ai pas be-
soin de vous dire combien cet art est utile dans
une society ddmocratique, chez un people qui
fait lui-mime ses affaires, qui dispute, qui dd-
libere, qui a des reunions, des comites, des as-
sembl6es de toute sort. .
( Les 6coliers qui suivent nos dtablissements
d'instruction secondaire peuvent Otre appel6s
dans leur vie A donner lecture de rapports, de
proces-verbaux, de comptes rendus; n'est-il
pas indispensable de lire de facon a dtre entendu
et comprise? La lecture a haute voix ne comp-
te-t-elle pas parmi les puissants moyens d'ac-
tion dans la vie publique? )
( Ilfaut qu'en France on apprenne a lire; car
apprendre a lire, c'est la meilleure maniere
d'apprendre a parler).
Ce que nous venons de dire sommairement
de nos classes enfantines, de I'6criture et de la
lecture, sera l'objet, nous l'esperons bien, de
la meilleure attention de nos chers colleagues
et du Ministaere de l'Instructiou Publique.






-52-


La conscience publique et 1'Institution
Mont-Carmel.-Le lundi martin, 5 Juin 1893,
le feu a d6truit, en quelques heures, le local
et le materiel classique de 1'Institution Mont-
Carmel, situde A la Grand'Rue.
Le feu est chez Mme Vve B. Lepine Tel
fut le cri qui jeta l'alarme, qui mit en mouve-
ment toute notre population, qui fit verser des
larmes... A ce moment, toutes les consciences
6taient dmues. On dirait qu'une sombre 6lec-
tricit6 avait soulev6 toutes les entrailles, tous
les coeurs, pour op6rer cet enthousiasme sublime
qui entoura les malheurs de Mme VveB. Lepine...
II y a longtemps-uri demi siecle pr s--que
cette femme pr&che, par l'exemple, la multiplica-
tion des ab6c6daires II y a longtemps qu'elle
seme le bien, qu'elle s'est faite ap6tre de bon-
nes (uvres !
Mme Vve B. Lepine est une personnalitd im-
posante qui a droit au respect public. L'in-
cendie du 5 juin 18931'a prouv6. Ce malheur qui
l'a frapp6 si inopinement pent 6tre consider com-
me le triomphe du devouement le plus pur et
le plus d6sint6ress6. C'est aussi un triomphe
pour les honnetes gens, les grands caracteres,
les nobles coeurs.
L'initiative privee, par des souscriptions, a
sauv6 l'Institution Mont-Carmel. C'est une belle
oeuvre qui fait honneur a la population de
Port-au-Prince.
Celui qui seme le bien, recolte le bien. Incli-
nons-nous et soyonsattendri en presence d'une
manifestation spontande de la conscience pu-
blique !...






-53-


Tous ont compris que le pays est d6biteur
de cette femme qui s'est consacree, sacrifice a
1'6ducation de la jeunesse.
Huitjours seulement apr6s I'incendie, le lun-
di 12 Juin, la rdouverture des classes a eu
lieu, apres la messe d'actions de grace, au mi-
lieu du contentement general. Les 1d6ves, leurs
parents, les profeseurs, les nombreux amis de
Mmne Vve B. Lepine se sont rendus au n ouveau
local, 84, Rue des Miracles.
Au milieu de cette nombreuse assistance, M.
L. C. Lh6risson, membre du personnel, a pro-
nonce, m ses collogues, une allocution,
de meme que M. Jeremie, ami de l'6cole.
Voici les derniers mots de M. Lh6risson.
... ( Votre presence, aujourd'hui, dans cette
nouvelle demeure, au milieu de tous vos colla-
borateurs qui sont vos enfants ddvouds et respec-
tueux et de vos chores 6elves sonmises, doit cons-
tituer pour vous un puissant encouragement. La
reouverture des classes de votre 6tablissement,
dans les conditions que noussavons, est un ma-
gnifique enseignement... Je ne connais rien de
plus beau !
(Oui, consolez-vous, Madame, et vivez. Vous
6tes, selon 1'expression du poete-philosophe,
la servante de Dieu dans le progress et 1'ap6tre
de Dieu dans le peuple... Nous avons besoin
de vous... Vous 6tes notre grande soif...
( Je termine par un voeu qui est celui de tons:
Que Dieu b6nisse MadameVeBelmour Lepine!
( Que Dieu la conserve encore longtemps i
notre amour etA notre ven6ration, pour nous






-54-

apprendre la probity, le d6vouement, la jus-
tice. )
Nous donnons aussi la fin du beau discours
de notre ami J6ermie.
...< Vous avez donn6 au pays de bonnes m&res
K de famille, des 6ducatrices qui preparent de
( bons citoyens pour l'avenir. Avotre age, nous
c le savons, Madame, on ne recommence pas
a facilement une besogne penible. Mais vous
< avez la jeunesse du cceur. Vous avez cette vo-
1 lonte que donnela pratique constant du bien.
K Vous avez a vos c6t6s desprofesseursdevoues.
( Tons nous vous soutiendrons et Dieu cou-
( ronnera votre oeuvre.))
Madame LUpine, profonddment 6mue, pleure.
N6anmoins, elle laisse echapper de son coeur ces
mots:
c Merci, merci beaucoup, Messieurs, de tou-
t tes vos bont6s. Je ne pourrai jamais vous les
c rendre... Je prierai constamment Dieu pour
< vous...Qu'il b6nisse tous ceux qui ont daignu,
e l'occasion de mes malheurs, s'int6resser a
Smo10... ,)
Grice au concours de tons, 1'Institution Mont-
Carmel a 6te sauvee, et elle continue h rendre
de grands et r6els services au pays, sous la di-
rection de Mme Ve B. Lepine, I'excellente 6du-
catrice haitienne.
Acte de reconnaissance. Les anciens
l16ves de 1'Ecole Polymatique, mis par un sen-
timent de profonde reconnaissance, ont Olev6
un mausolI h leur regrett6 directeur, Mr LS S.
Villevaleix, en 1893.






-55 -


Celles de 1'Institution Mont-Carmel ont offert
une m6daille d'or A leur bien-aim6e directrice.
Sur la face de la m6daille se trouve: Mme V e
B. Lipine, ses eleves reconnaissantes. 1893. Sur le
revers, d6cor6 d'une gerbe de lauriers, on lit :
Devouement Desinteressement.
C'est au milieu de la distribution des prix
de l'Institution Mont-Carmel,le 27 d6cembre 1893,
au moment oit la joie est peinte sur tons les
visages, of parents et 61eves se confondent
dans un mime sentiment, que la mddaille a k6t
remise h Mine LUpine, en presence de Mo' Tonti,
16gat du Pape. A cet effet, un comit6 de dames
avait 6t6 form come suit : Mine S. Lafon-
tant, Mine Ve G. Riob6, Mne J. O'callagan, Mles
C. Solages, N. Messac, A Canal et N. Laforest.
Mine S. Lafontant, n6e Justine Latortue, en re-
mettantla medaillea son ancienne directrice, s'est
faite, en termeschoisis, l'interprkte detoute la ple-
iade des 616ves reconnaissantes de Me Ve B L6pine.
Cette m6daille, quoique modest, est splen-
dide. C'est une veritable oeuvre d'art. Elle est
sortie de la maison de M. Roty, le celebre gra-
veur et membre de l'Institut.
Un venerable Instituteur.- Avant de clore
cette 6tude, nous devons dire un mot d'un
homme profond6ment honorable, ancieu"pre-
fesseur au Lyc6e national, ancien director de
l'Ecole Lancast6rienne, baron sous Faustin ler',
c6ededivision a Ministere de l'Instruction
Publique et au Minist6re de la Justice, ancien
president du Tribunal de Cassation.
Nos lecteurs devinent que nous voulons par-
ler de M. Eugne Bourjolly.





-56-


Ce v6nerable vieillard est nd a Kingston
(Jamaique ) le 15 Aoilt 1813, de L. Louis RW-
ne Le Pays de Bourjolly, colon des Cayes, et de
Mariane Juliette, d'origine Ibo, nee en Afrique,
more a 1'Anse-d'Hainaulten 1846. M. Bourjolly a
&t Mlev6 en France, au Coll&ge Bourbon. II est
venu en Haiti en 1825, apres 11 ans de s6-
jour A Paris. II a eu le rare bonheur de don-
ner l'instruction a plus de 30 citoyens qui sont
devenus Ministres et S&nateurs; nous en citons
quelques-uns : M. M. A. Thoby, C Fouchard,
F. D. Lgitime, les Paret, B. Lallemand, P. Lor-
quet, A. Deslandes, A. )elva, L. Dominique,
Aug. Montas, A. Rossignol...
Son ktablissement priv6 fond en 1850, a kt6
ferm6 en '1859.
Monsieur Eug. Bourjolly est aujourd'hui a
la retraite. Ii est l'histoire vivante des temps
passes. II a une memoire vraiment heureuse.
eunes et vieux le consultant ; et c'est toujours
avec empressement qu'il les sert.
Qu'il vive encore longtemps, ce vieillard prd-
cieux, car nous avons besoin, pour nous gui-
der, des hommes de sa competence et de son
experience !
Enseignement historique et geographi-
que.- L'6tude de l'histoire et de la geographie
d'Haiti est n6glig6e dans plusieurs dcoles. Cepen-
dant, elle est indispensable. On en-eigne l'his-
toire 6trang6re avec empressement, et on sem-
ble d6daigner celle du pays!!
( Des milliers d'haitiens, a l'Acole, qui ne savent
pas ce que c'est qu'Haiti et qui savent ce que






-57-


c'est que la France, 1'Angleterre, l'Allemagne,
1'Egypte, les Etats-Unis! Des milliers d'haitiens,
h 1'6cole, qui ne savent pas comment Christo-
phe Colomb a d6couvert Haiti, comment la cu-
pidit6 espagnole a extermin6 la population pri-
mitive de leur pays et qui savent que les Cana-
ries ont 06t decouvertes par l'Espagne !...
Des milliers d'haitiens, A 1'6cole, qui ne sa-
vent pas que plus de 800 haitiens out combattu
vaillamment pour 1'Ind6pendance des Etats-
Unis, et qui savent que la France a 6t6 un auxi-
liaire puissant pour l'6mancipation de ce meme
people! Des milliers d'haitiens, A 1'6cole, qui
ne savent pas pourquoiet comment Og6 et Cha-
vannes ont subi le martyre, et qui savent pour-
quoi et comment Vercing6torix et Jeanne d'Arc
sont morts Des milliers d'haitiens, qui ne pro-
noncent jamais, a 1'6cole, les noms de Toussaint
Louverture, Jean Jacques Dessalines, Capoix,
P6tion, Christophe, Lamartiniere, Magny, et qui
prononcent tous les jours, les noms de Darius,
d'Annibal, des Scipion, d'Alexandre, de Bona-
parte, de Louis XIV, de Washington Des mil-
liers d'haitiens, a 1'6cole, qui ne savent pas ce
que c'est que Les Trois Pavilions, la Ravine-d-
Couleuvre, la Crete-d-Pierrot, Vertieres, et qui
savent ce que c'est que Marathon, Arbdles, Can-
nes, Waterlo! Des milliers d'haitiens, A 1'-
cole, qui ne peuvent pas vous dire dans quelle
ville de leur pays on a proclam6 1'Ind6pendance
d'Haiti et qui peuvent vous dire dans quelle ville
de France on a decretd l'abolition de la fdoda-
lit6? Des milliers d'haitiens, A 1'6cole, qui sa-
vent que Lyon est la premiere ville de la Gaule






-58-


qui entendit precher 1'6vangile, et qui ne sa-
vent pas qu'Haiti est la 1ere terre du nouveau
qui vit la Croix de Jesus-Christ! Des milliers
d'haitiens, a l'6cole, qui connaissent LUonidas et
ses 300 Spartiates aux Thermophyles et qui ne
connaissent pas Magny et Lamartiniere avec leurs
900 va-nu-pieds sublimes, luttant centre les18.000
homes aguerris deLeclerc et de Rochambeau,
a la Crete-4-Pierrot !
Voila des faits, MM. de l'administration sup6-
rieure, qui meritent votre serieuse et patriotique
attention......
Encore un mot pour finir.
Le professeur d'histoire joue un grand r6le
(dans l'enseignement. (( II a pour devoir d'6tre
un moraliste. II lone les actions vertueuses com-
mes les hommes de bien. >
Haiti qui doit appartenir domain h lajeunesse
de nos 6coles est affaiblie par des divisions po-
litiques, la paix y est instable, le travail n'y est
pas en honneur: il faut cultiver dans le coeur
de la jeunesse le sentiment national, lui pr6-
cher sans cesse et toujours l'union, la n6cessi-
t d'une paix durable, la noblesse et les avan-
tages du travail. En un mot, on doit enseigner
a chaque ecolier la notion claire de ses devoirs
d'haitien et d'homme. Voila la part de l'ensei-
gnement historique dans 1'6ducation.
L'enseignement g6ographique est l'auxiliaire in-
dispensable de l'enseignement historique. II n'est
done pas n6cessaire que nous nous y arretions. (1)
F (1] Voir dans le Bulletin de l'Association des membres
du Corps Enseignant un article de M. Lherisson sur cet
enseignement ( NO du 15 Septembre 1894. )





-59-


Nos divers degrees d'enseignement-Sta-
tistique.- L'enseignement primaire date de
la colonie franCaise. II a kt6 cr vers la fin
du 18emne siecle.
( A Port-au-Prince, 1'6cole la plus fr6quent6e
6tait nous dit notre estimable collogue, M. J.
B. Dorsainvil-celle tenue par M. Boisgirard,
sur la place de l'intendance. ) Elle fonctionnait
quelques anndes avant la proclamation de I'In-
d6pendance. (( Pour supplier a l'insuffisance de
l'enseignement, la plupart des grandes families
de colons ou d'affranchis envoyaient leurs en-
fants etudier en France )) et aux Etats-Unis.
La creation de l'enseignement secondaire
classique date de Petion (1) (1816)-
La creation de l'enseignement supiprieir
date de Bover. (2) Fondation de l'Academie
d'Haili (4 Janvier 1823)-
Cet enseignement a &t6 serieusemcnt organism
par MM. J" Simon, Dubois et Lizaire, les trois
premiers Ministres de l'Instruction publique du
Gouvernement de Geffrard (Ecole de Droit
27 Juin 1859) Ecole de MWdecine 19 F&-
vrier 1864) -
La gratuity de l'Enseignement primaire et
secondaire date de P6tion (1816) -
-Lagratuit6del'Enseignement superieur date
de Boyer (4 Janvier 1823) -
La creation de 1'Enseignement secondaire
special date de Geffrard (31 Decembre 1864) -
/1/ Alexandre Petion n6 h Port-au-Prince le 2 Avril
1770, mort dans cette mime ville le 29 Mars 1818.
/2/ J" Pierre Boyer, nd a Port-au-Prince le 28 Fe-
vrier 1776, mort a Paris le 9 Juillet 1850.






-60-


La creation des bourses a l'Mtranger pour
I'enseignement classique date de Geffrard. (1)
Elle est l'ceuvre de M. Jn Simon (19 F6vrier
1859) (2)-
La creation des dcoles sp6ciales date de
Geffrard (Ecolenavale militaire, 15 Fevrier 1859,
Ecole de dessin 1860, Ecole de musique 1860).
Les subventions accordees aux ecoles pri-
vees datent de Geffrard (1860) -
La liberty de 1'Enseignement date de Pdtion,
mais elle a 6td dcretee officiellement sous Bo-
yer (1820)-
L'obligation scolaire a 6td d6cret6e offi-
ciellement sous Faustin le' (2 juillet 1852) (3)
La creation des Corps Surveillants date
de 1818 -
La creation des concours entire les 6coles
primaires date de Geffrard (23 Juin 1859). (Mi-
nistare de M. Jn Simon).

/1/ Fabre Geffrard, nd A 1'Anse-a-Veau le 23 Sep-
tembre 1806, mort h Kingston /Jamaique/, le l'r Jan-
vier 1879.
(29 Voici nos jeunes concitoyens qui ont t6e envo-
yes en France, en 1859: Ducasse Hyppolite, D6lice
Lerebours, Bion Duloup, Morofis Moreau, Fleury
Battier, Ddmosthene Castagne, (Port-au-Prince), Or-
phila Well, (Jerdmie), Henry Gray, Francois Manigat,
(Cap-Haitien), Tholus Georges, (Gonaives/, Labidou,
(Jacmel).
Ils 6taient tous, en 1859, tres jeunes.-- M. Fleury
Battier, seul, est mort en France. Les autres sont reve-
nus dans le pays.
(3) Faustin Soulouque n6 sur l'habitation Viallet
(Petit-Goave) en 1782, mort au Petit-Goave, le 6 Avril
1867,






-61 -


-La creation des concours entire les ecoles
secondaires de garcons et de filles, dale de
Geffrard (Novembre 1860). (Minist&re de M.
Dubois) -
Les concours, malheureusement, n'ont ja-
mais about a aucun r6sultat.
La creation des programmes pour nos
ecoles date de Petion (Ier Mars 1817). Le 1er
programme de l'enseignement national a kt6
redig6 par M. Colombel, secr6taire du Presi-
dent Petion et plus tard membre de la Com-
mission de l'lnstruction Publique-
La creation des bourses pour les 6coles
publiques date de P6tion (1817) -
Les examens pour l'admission des chefs
d'6tablissement datent d'Herard ain6. (1) Cette
measure a Mt6 prise par M. H. F6ry, Ministre de
l'Instruction publique (20 Novembre 1844) -
Les Instructions et directions p6dagogiques
du d6partement de l'Instruction publique aux
chefs d'Institution et aux Commissionsde 1'Ins-
truction publique, ont commence sous le mi-
nistere de M. H. F6ry (1844).
Nos enfants et I'avenir.- C'est une ques-
tion qui nous a toujours pr6occup6. Elle est,
en ce moment, palpitante d'int6r6t. Qu'on nous
permette d'en dire un mot.
On ne peut pas s6parer l'Yducation de l'ins-
truction. Des qu'on instruit on eleve, hon grd
mal gre, dit un pedagogue. Quiconque enseigne,
ne fut-ce que l'alphabet, est maitre de morale,

(1).,.Charles H6rard ain6 n6 h Port-Salut en 1784,
mort A Kingston (Janaique) en 1850.







-62 -


a ce point qu'on ne comprend mdme pas ce
que signifie l'instruction sans l'Mducation.
L'education de notre population scolaire,
grace a un facheux relachement des parents,
laisse beaucoup a d6sirer. Les Instituteurs vou-
draient remplir leur devoir jusqu'au bout, mais
ils ne sont pas aides des peres et mnres.....
Parlons d'abord des jeunes filles.
( C'est an nom de la famille, selon le mot d'une
femme c61bre, au nom du salut de la famille,
au nom de la maternity, du marriage, du me-
nage, qu'il faut r6clamer pour les filles une
forte education. Oui, qu'on apprenne A nos jeu-
nes filles qui sont i l'6cole a devenir des femmes
studieuses non des femmes savantes, des femmes
instruites et non des femmes ridicules, des
femmes sensees, r6fl6chies, serieuses et non des
pedantes. Il n'y a pas de positionsociale -
1'experience l'a prouv6 qui puisse mettre la
femme A l'abri de faire un jour sa cuisine, de
coudre ses robes, de laver son linge, de soi-
gner ses appartements. La nature I'a faite la
pourvoyeuse, I'institutrice, la garde-malade de
tous les siens. Son dedain on son ignorance
de tous ses details, de tons ses devoirs qui seuls
rendent les femmes utiles, respectable, neces-
saires, est la preuve d'une mauvaise education
et d'une ime pen 6levee. >
Ecoutons maintenant le doux archeveque de
Cambrai: Formez l'esprit de la jeune fille pour
les choses qu'elle doit faire toute sa vie. Ap-
prenez lui 1'economie de la mason et les soins
qu'il faut avoir des revenues. Accoutumons-la,
des l'enfance, hgouverner, A faire des comptes,







-63-


a voir la maniere de conclure les marches, h
savoir comment il faut que chaque chose soit
faite pour qu'elle devienne plus utile.....
Faut-il le dire? Un mal puissant ronge notre
soci6'6 depuis quelques annies! Et quel est-il,
ce mal?... L'amour exag&re de la toilette, le
luxe..... Il s'introduit de nos jours dans beau-
coup de nos 6coles, malgr6 l'arrWte de M. Du-
bois en date du 24 Janvier 1860, qui est encore
en vigueur.
Le luxe! L'auleur en question plus haut va
nous dire ses funestes consequences. ((L'amour
de la toilette entraine la femme a des d6penses
insensees, et comes ces d6penses se renou-
vellent souvent, la gene survient vite dans le
menage, malgre le travail du maria. Les amis
s'etonnent, les parents se d6sesperent, on se
demand la raison d'une ruine que rien nefai-
sait prdvoir, car la profession est bonne, les
6poux sont intelligents.... Demandez, continue-
t-il, a la imre de famille, la cause de la ruine
de la maison; elle seule pourra vous le dire,
car il n'y en a pas d'autres que sa coquetterie.
Elle ne peut voir un v6tement nouveau sans
le d6sirer, une belle 6toffe sans l'acheter, et
I'argent passe h satisfaire ses gofits frivoles et
irr-llechis. )
Ah! que ces paroles sont vraies! C'est le ta-
l)leau fiddle du spectacle qui nous navre!
De grAce, pries et mrres de famille, chefs
d'Institution, r6formons l'Mducation de nos en-
fants,de nos filles,surtout celles qui sont en classes
et don't la plupart ne peuvent pas votr le nceud
d'un ruban, la coiuleur d'une robe ou la forme







-64-


d'une coiffure, sans 6prouver le d6sir d'avoir
ces futilites.....
L'ainour du luxe, nous l'affirmons, a de gra-
ves consequences.....
De la simplicity, meres de famille, pour vos
filles. La simplicity n'a jamais exclut le bon
goilt.
Maintenant, et nos fils?.....
Grace h la mauvaise direction imprimee A
l'enseignement national, l'6cole ne prepare pas
assez le citoyen de demain.
((De ces milliers d'enfants qui lui sont abso-
lument confids, l'edole doit faire, autant qu'il
se peut, les hommes don't le pays a besoin. Qui
preparera A la nation, si c'est I'IDUCATION NA-
TIONALE, les caracteres que nos institutions rd-
clament, les moeurs publiques sans lesquelles
la liberty n'est pas viable?
L'6ducation morale et civique, qui est une
n6cessit6 pressante a tous les degr6s, est deux
fois n6cessaire a ceux qui n'auront pas seule-
ment a se conduire eux-memes, mais qui, par
la parole, la press, le livre, I'influence social
front l'esprit public et mnneront l'opinion.....
L'esprit, on l'a bien dit, sert a tout, mais ne
suffit a rien. II ne suffit pas, a coup sur, pour
jouer un role dans une d6mocratie. II faut que
1'Mducation tout entire, et non pas seulement
1'Instruction, prepare nos jeunes gens A la vie
libre........
Oui, ce qui reste des etudes bien faites, ce
que nous voulons esperer qu'il restera, pour les
el6ves de nos 6coles, d'une education oil A la
culture intellectuelle qui forme l'esprit sera







- 65-


unie la culture morale qui forme le caractire,
c'est un jugement eclaird et sain, un cceur ou-
pert au sentiments glevs, I'amour =du travail
et des ~ertus domestiques, force et sauvegarde
des families et des nations.
Voila le programme qui doit etre adopt,
voilh les idWes qui doivent pr6valoir, aujour-
d'hui plus que jamais, dans toutes nos 6coles.











-z -r-










LES tCOLES DE PORT-AU-PRINCE

Budget de l'rnstruction Publique*
(EXERCICE 1894-1895.)

Les d6penses pour l'entretien du personnel
Enseignant des 6coles publiques, des bour-
siers de 1'Etat dans les ecoles publiques et pri-
v6es et les subventions accordees aux 6coles
priv6es se chiffrent mensuellement A la some
de P. 20.670. 871/2.
Voici les details :
Personnel Enseignant des ecoles publiques:
Ecoles primaires P 4. 185
Ecoles secondaires a 4. 757 871/2
Ecoles superieures ( 2. 423

Total P 11. 365 87 1/2
Frais d'entretien des boursiers dans les ecoled
publiques et privoes:
Ecoles primaires P 900
Ecoles secondaires K 5200
Ecoles sup6rieures ( 700

Total P 6.800 (1)

(1) L'Etat defense mensuellement P. 3.800 pour I'en-
tretien des boursiers dans les 6coles privdes et
P. 3.000 dans les ecoles publiques.






-67-


Nombre des boursiers
Ecoles primaires 45
Ecoles secondaires 260
Ecoles sup6rieures 35

Total 340 boursiers
Voici les details :
L'Etat entretient 190 boursiers dans huitecoles
priv6es qui sont : l'Ecole Polymatique, l'Institu-
tion Plaisance, le Petit-Seminaire, St-Louis de
Gonzague, Ste-Rose de Lima, Mont-Carmel,
I'lnstitution des Filles de la Sagesse et 1'Ecole
libre Professionnelle. II entretient, en outre,
150 boursiers dans 6 6coles publiques qui sont:
Le Lyc6e National, le Pensionnat Natioral,
1'Ecole Secondaire, I'Ecole des Freres de la
Grand'Rue, l'Ecole de Medecine et l'Ecole de
Droit.
L'Etat subventionne 23 6coles priv6es qui
lui cofitent mensuellement P 2.505.
Voici ces 6coles : L'Orphelinat des Soeurs
de St-Joseph de Cluny, l'Ecole Wesleyenne,
l'Ecole de M. C. Dessources, I'Ecole de M.
Hyppolite Benjamin, l'Ecole de Mme Aur6lie
Guillobel, l'Ecole de Mme Caroline Chauveau,
I'Ecole de Mile Manacille F6tiere, l'Ecole de
Mme S. Salomon, l'Ecole de Mlmes Camille Jd-
r6me et Charles Mew, n6es Richiez, l'Ecole de
Mile V6ronique Gromard, l'Ecole de Mile R6-
gina Denis, I'Ecole de Mme Ve Sabes (1) 1'E-
(1) Ce n'est pas 1'6colc qui est subventionn6e, e'est
une pension accordde a Mine. Vve. Sabes, s'dlevant &
P. 30.







-68-


cole de Mme Vve Vertus, I'Ecole des Filles de
la Sagesse (Quartier St-Joseph), l'Ecole de
Mme Ve Antoine Lereboui-s, l'Ecole de Mme
Virginie Sampeur, 1'Ecole du Soir de 1'Associa-
tion du Centenaire (Rue Lamarre,) l'Ecole
St-Paul, l'Ecole libre Professionnelle, l'Ecole
de M. L. Duvet, l'Ecole de Mile Ign6s Grard,
l'Ecole Baptiste, (Faubourg Salomon,) l'Ecole da
Sir de M. A. Mathieu.
Le total des d6penses annuelles pour lee.
ecoles de Port-au-Prince est done de P.248.050.506
sans conipter l'entretien des locaux, les loyers
s.coaires, les frais de trousseau, passage, ra-
patriement des Sceurs de Saint Joseph de CIUt-
ny, des Filles de la Sagesse et des Frdres d6
rPistruction Chretienne ainsi que les frais poiHt
iratfriel et fournilures classiques, distribution
db prix, etc.





-?"p;l








VII
LES SCOES DE PORT-AU-PRINCE

Monsieur Th. Martin, Inspecteur, MM. G6d6us
Geddon, D. Viard et le Dr. H. Mahotiere, Sous-
.Inspeceurs.

ECOLES SUPERIEURES

Ecole Nationale de Droit
(RUE DES MIRACLES, No 47)
Direcleur : Mr. L6io Dominique
Nombre du personnel : 10
Nombre des Etudiants : 93
don'tt 64 pour la 16re ann6e, 16 pour la 26me
ann6e et 13 pour la 36me annee )
Ecole Nationale de M6deoine et de
Pharmacie
(PALAIS DE L'EXPOSITION, CHAMP-DE-MARS)
Directeur : Dr. A. Desert
Nombre du personnel : 14
Nombre des Etudiants : 66
Ecole Nationale de dessin et de
Peinture
( RUE DES MIRACLES, No 102)
Directeur : M. A. Lochard
Nombre du personnel: 3
Nombre des 6tudiants : 63
Total des Etudiants : 222






-70-

ECOLES SPECIALES

SEcole d'Escrime Haitienne
fondue le 3 F6vrier 1895
( RUE DU PEOPLE, No 153)
Directeur et fondd'teur : Mr. Leonidas C6lestin.
Nombre du personnel : 1
Nombre des 616ves : 20
Ecole de T616graphie
( RUE DU PEOPLE, No 140 )
(Cette cole est ferm6e depuis plusieurs mois)

ETABLISSEMENTS
D'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE

Lyc6e National
(PLACE DE LINTENI)ANCE )
Directeur : Mr. Camille Bruno
Nombre du personnel: 32
Nombre des 6elves : 325 don't 60
internes.
Ecole Polymatique
( RUE DU PEOPLE, No 113 )
Directeur : M. Joseph Courtois
Nombre du personnel : 13
Nombre des 616ves 135, don't 40 internes
S6minaire-Coll6ge-St.-Martial
(RUE GEFFRARD, No 1 )
Superieur : R. P. Bertrand






-71-


Nombre du personnel : 30
Nombre des 616ves : 540, don't 111 internes
Institution Plesance
(RUE DU PEOPLE, No 138)
Directeur : M. P16sance
Nombre du Personnel : 9
Nombre des d61ves : 96, don't 24 internes
Ecole Secondaire
( RUE DES MIRACLES, No 32)
Directeuir: M. J. Chancy
Nombre du Personnel : 13
Nombre des 61ives 114, don't 10 internes
St Louis de Gonzague
( RUE DU CENTRE, No 164 )
Directeur : le frere Odile Joseph t
Nombre du Personnel : 21
Nombre des 6l6ves : 387, don't 84 internes
Pensionnat Ste Rose de Lima
(LALUE )
Superieure principal : R. Marie Eustochie
Nombre dn personnel : 20
Nombre des 616ves 220 don't 160 internes
Institution Mont-Carmel
( RUE DES MIRACLES, N 84 )
Directrice : Mme Vve Belmour Lepine






-72-


Nombre du personnel : 16
Nombre des dleves : 290, dont40 internes
Pensionnat National
(RUE DE LA REVOLUTION, No 44)
Directrice : Mne A. Bellegarde Foureau
Nombre du personnel : 19
Nombre des eleves : 201, don't 30 internes
Etablissement des Filles de la
Sagesse
QUARTERR St JOSEPH, RUE DU MAGASIN DE
L'ETAT, No 4)
Supdrieure Soeur Samuel
Nombre du personnel : 4
Nombre des 61lves : 152, don't 12 internes
Externat Ste Rose de Lima
( GRAND'RUE, No 181 )
Supirieure : Sceur St Joseph de Ste Agn6s
Nombre du personnel : 5
Nombre des 616ves : 176
Institution de Mme Vve Rabeaud
( RUE AMERICAINE No 5 )
Directrice : Mme Vve Rabeaud
,Nombre du.personnel : 5
Nombre des 66lves 80, don't 10 iiiternes






-73-

ETABLISSEME.NTS
D'ENSEIGNEMENT PRI AIRE
College Bird
(ETABLISSEMENT DE JEUNES FILLES)
( RUE DE LA REVOLUTION, No 42 )
Directeur : le pasteur Westmore S. Smith
Nombre du personnel : 3
Nombre des ileves : 44
Ecole Libre Professionnelle
( RUES MONTALAIS ET DU PORT )
Directeur : M. P. Tessier
Nombre du personnel : 14
Nombre des 61eves : 151, don't 30 internes
Ecole de la Maison Centrale
( RUE DU CENTRE)
Directeur : M. P. Dille
Nombre du personnel : 4
Nombre des 616ves. 42
Ecole primaire national de la Croix-
Bossales
(RUE TIRREMASSE, No 75)
Directeur : M. M. Corbier
Nombre du personnel : 4
Nombre des dleves :86
Ecole primaire Nationale du Morne-&-Tuf
Directeur : Mr. Timoleon Gerniain






-74-


Nombre du personnel : 3
Nombre des eleves ; 80
Ecole primaire national du Bel-Air
( RUE DES CgSARS, No 119 )
Directeur : M. Paul Roc
Nombre du personnel : 4
Nombre des 616ves : 41
Ecole St Paul
(PLACE DU MARCH DE Ste ANNE')
Directeur : M. S. Dorc6
Nombre du personnel : 6
Nombre des l66ves : 125, don't 50 filles
et 75 garcons
Ecole du soir de M. Mathieu
(RUE DU PORT, No 86)
Directeur : M. Mathieu
Nombre du personnel : 1
Nombre des el6ves : 15
Ecole Lancast6rienne
( RUE DU PORT, No 86 )
Directeur : M. Mathieu
Nombre du personnel : 7
Nombre des 61lves : 225





-75-


Ecole primaire national des soeurs
de la Magdeleine
( RUE AMgRICAINE, No 18 )
Directrice : Soeur Anastasia
Nombre du personnel : 2
Nombre des el6ves : 127
Ecole primaire national No. 9.
( RUE DU CHAMP-DE-MARS, No 74 )
Directrice : Mme Vve E. LUgendre
Nombre du personnel : 4
Nombre des el6ves: 87
Ecole primaire national No. 2.
( GRAND'RUE, No 312)
Directrice : Mme Vve Maillard
Nombre du personnel : 4
Nombre des ileves: 87
Ecole primaire priv6e des Dlles Richftz
( RUE PENTHIIVRE, No 294 )
Directrices: Les Dlles Richiez
Nombre du personnel : 2
Nombre des 61eves : 55 filless)
Ecole primaire prive de Mne S. Salomon
QUARTERR DE L'EXPOSITION)
Directrice : Mme S. Salomon






-76-


Nombre du personnel :. 1
Nombre des eleves : .60, don't 48 filles
et 12 garcons
Ecole primaire national de ( Calin
Centime ))
( QUARTIER DE L'EXPOSITION )
Directrice : Mme Vve Lemaire
Nombre du personnel : 1
Nombre des 61eves :25 don't 22 filles
et 3 garcons
Ecole primaire privTee des Demoiselles
S et A. Duvet
(AVENUE DE LALIE, No 74 )
Directrices : les Dlles S. et A. Duvet
Nombre du personnel : 2
Nombre des el6ves : 27 don't 21 filles
et 6 garcons.
oole-primaire privee de MIe V. Gromard
(AVENUE DE LALUE, No 14 )
Directrice ; Mile V. Gromard
Nombre du personnel : 1
Nombre des el6ves : 30, don't 20 filles
et 10 garcons.
;b ole primaire priv4e de MIne C. LilaVis
(RUE DE LA REUNION, NO 13)
Directrice : Mile C. Lilavois







-77-


Nombre du personnel : 2
Nombre des 616ves : 34, don't 26 filles et
8 garlons.
Ecole primaire national No 3
; ( RUE I)E LA REUNION, No 35 )
Directrice : Mme M. Monrosier
Nombre du personnel: 4
Nombre des l6eves : 76
Ecole primaire national No 10
( RUE DE LA REUNION, No 130 )
Direclrice : Mme Vve L. D6gand
Nombre du personnel : 4
Nombre des d1lves : 90
Ecole primaire national No 0
(RUE LAMARRE, No 43)
Directrice : Mme Vve D. Blanchard,
Nombre du personnel : 4
Nombre des el6ves : 30
Ecole primaire privee de Mle N. Pressoir
(RUE LAMARRE, No 31 )
Directrice: Mile N. Pressoir
Nombre du personnel : 1
Nombre des l6eves : 10, don't 9 files
et 1 garcon.






-78-


Ecole primaire privoe de Mademoiselle
Ignns Grard
(RUE COURBE, No 38 )
Directrice : Mile I. Grard
Nombre du personnel: 1
Nombre des eleves : 20, don't 14 filles
et 6 garcons.
Ecole primaire privee de Monsieur
Jonathas Desgrottes
(RUE DE LA REVOLUTION, NO 136)
Directeur : M. Jonathas Desgrottes
Nombre du personnel : 1
Nombre des elves : 66,dont 6 filles et60gar-
gns.
Ecole Baptiste
(FAUBOURG SALOMON)
Directeur : Le pasteur M. Hippolyte
Nombre du personnel : 2
Sombre des elves : 90, don't 20 filles et 70 gar.
fons.
Ecole primaire national de la Banlieue
Directeur : Le Dr Ph. Laroche
Nombre du personnel : 2
Nombre des el6ves : 40
Ecole primaire privee de Monsieur
Leonidas Duvet
(AVENUE DE LALUE, No 48)
Directeur : M. L. Duvet






-79 -


Nombre du personnel: 1
Nombre des l66ves : 125, don't 45 filles et 80
gargons.
Ecole primaire privee de Monsieur
Coriolan Dessources
(RUE DE L'EGALITE)
Directcur : M. C. Dessources.
Nombre du personnel : 3
Nombre des l6hves : 199, don't 79 filles et 120
gargons.
Ecole primaire de la Croix-des-Bossales
fondue par la Mission Wesleyenne
(RUE DU QUAI, No 2)
Directrice: Mademoiselle Claire Pimentel
Nombre du personnel: 2
Nombre des elves : 121,dont 80 filles et 41
garcons.
Ecole primaire privde de M. C. Lafleur
(RUE I)ES REMPARTS, NO 36)
Directeur : M. C. Lafleur
Nombre du personnel : 1
Nombre des lives : 45, don't 22 filles et 23
garcons.
Ecole primaire privee de Monsieur
Romulus Acloque
(RUE DES REMPARTS NO 81)
Directeur : M. R. Acloque






-80-


Nombre du personnel : i
Nqmbre des el&ves : 40, dont 20 filles et 20
garcons.
Ecole WVesleyenne de gargons
( RUE DE LA k-EVOLUTION, No 42 )
Directeur : M. Daumec Boyer
Nombre du personnel : 4
Nombre des l66ves : 170
Ecole primaire national des Fr6res
( GRAND'RUE, No 201 )
Directeur : le Frere Hubert
Nombre du personnel : 7
Nombre des dleves : 360, don't 15 internes
Ecole primaire national des Fr4eres
( QUARTIER-DU BEL-AIR)
Directeur : le Frere R6my Marie
Nombre du personnel : 3
Nbmbre des l66ves : 295
Ecole primaire national des Fr6ree
( QUARTER DU MORNE-A-TUF)
Directeur : le Fr6re Louis Francois
Nombre du personnel: 3
Nombre des l66ves : 190
cole primaire national des Fr6res
( RUE DU MAGASIN DE L'ETAT, NO 37)
Directeur : le Frere Bad6me





-81-


Nombre du personnel : 4
Nombre des 61eves: 243
Ecole primaire privee de Monsieur
Sebastiani Moise
( RUE MONTALAIS)
Directeur : M. Sebastiani Moise
Nombre du personnel: 1
Nombredes eleves : 60 ( garcons)
Ecole primaire privee de Monsieur
Faine St-Aubin
( RUE DU PORT, NO 131)
Directeur : M. Faine St-Aubin
Nombre du personnel : 1
Nombre des 616ves: 10 don't 4 files et 6 gargons
Ecole primaire privee de Monsieur
Petion Fortune
( POST MARCHAND)
Directeur : M. P. Fortune
Normnbre du personnel : 1
Nombre des el6ves 30 ( garcons)
Ecole du soir de l'Assoeiationl du cente-
natre de 1'Independance national
(RUE LAMARRE, NO 39 )
Directeur : M. JMrdmie
Nombre du personnel : 4
Nombre.:desd elves :.81 ( gaxrons)






-82-


Ecole prinairepriv6e des Demoiselles
L. etC. Corbier
( RUE DU CENTRE NO 198 )
Directrices : les Delles C. ct L. Corbier
Nombre du personnel : 2
Noml)re des il6ves : 50 don't 30 filles et 20
garcons


Ecole primaire national no 4
( Poste Marchand )
( RUE GEFFRARD, NO 2 )
Directrice : Melle F61icit6 Ulysse
Nombre du personnel : 5
Nombre des l66ves : 102
Ecole primaire national no 8
(RUE DES CESARS, NO 34 )
Directrice : Mme Vve O. Roux
Nombre du personnel : 6
Nombre des 616ves : 246


Ecole primaire privee de Mme de Roux
( RUE DES MIRACLES, No 127)
Nombre du personnel: 2
Nombre des 616ves : 40 don't 34 filles, 6 gar-
cons et 8 demi-pensionnaires
Ecole primaire national No 7
( RUE DE L'ABREUVOIR, NO 138)
Direetrice : Mme Vve Boom


' /






-83-


Nombre du personnel :6
Nombre des 61eves : 184
Ecole primaire national des Soeurs
(RUE DE I'ABREUVOIR, No 105)
Directrice : Soeur Julienne de la Croix
Nombre du personnel : 7
Nombre des el6ves : 300
Ecole primaire privee de Madame
Vve A. Lerebours
( RUE DU CENTRE, NO 111)
Nombre du personnel: 2
Nombre des elves : 34 don't 28 filles et 6
gareons
Ecole primaire privee de Melle Celia
Solages
(RUE DU CENTRE, No 118)
Directrice : Melle C. Solages
Nombre du personnel : 1
Nombre des 61eves 9 don't 4 filles et 5 gargons
Ecole primaire privee de Madame
Leosthenes Trouillot
( RUE DES CISARS, No 79 )
Directrice : Madame L. Trouillot
Nombre du persoinel : 1
Nombre des leves : 25 don't 8 filles et .17
garlons







-84-

Ecole primaire privee de M. Augustei
( RUE DES FRONTS FORTS, No 125)
Directeur : M. Augustin
Nombre du personnel : 1
Nombre des d61ves :30 don't 15 filles et 15
gargons
Ecole primaire priv4e de Melte
Regina Denis
( RUE DES MIRACLES, N 86 )
Direclrice: Melle R. Denis
Nombre du personnel: 1
Nombre des el6ves : 25 don't 21 filles et 4
garcons
Fcole primaire privTe des Dellles Price
( TURGEAU )
Directrices : les Delles Price
Nombre du personnel : 2
Nombre des l6ves ; 12 don't 1 fille et 11 gar-
cons
Ecole primaire privee de Melle Rose
Toussaint
(RUE DU CENTRE, No 48)
Directrice : Melle R. Toussaint
Nombre du personnel: 1
Nombre des elves : 32 don't 22 filles et 10
garcons






-85-
Ecole primaire privee de Melle Pauline
Barile
(RUE DU RESERVOIR, No 8)
Directrice : Melle P. Barile
Nombre du personnel : 1
Nombre des eleves ; 50 don't 30 filles et 20
garcons
Ecole primaire privee de Mademoiselle
Penelope Lafond
(RUE DU PEOPLE, No 103 )
Directrice : Melle P. Lafond
Nombre du personnel : 1
Nombre des el6ves : 10 dout 6 filles et 4 gar-
vons
Ecole primaire priv6e de Mademoiselle
Semiamis Bethoumieu
(RUE DU PEOPLE No 56)
Directrice : Melle S. Berthoumieu
Nombre du personnel : 1
Nombre des el6ves : 7 don't 5 filles et 2 gar-
cons
Ecole primaire privee de Madame
A. Guillobel
(RUE TIRREMASSE, No 59 )
Directrice ; Mme A. Guilla ubel






- 86--


Nombre du personnel : 5
Nombre des eleves : 178 filless)
Ecole primaire national No 5
( Quarter St Joseph )
(RUE DU MAGASIN DE I'ETAT, No )
Directrice : Mme Vve A. Paret
Nombre du personnel : 5
Nombre des 616ves : 96
Ecole primaire priv6e de Mademoiselle
Manacille Fetiere
(QUARTIER-OUEST DE LA ROUTE DE LA PLAINE DU
CUL-DE-SAC)
Directrice : Melle M. Fetiere
Nombre du personnel : 1
Nombre des 61eves : 70 don't 66 filles et 4
garcons
Ecole primaire national du Pont-Rouge
Directeur : M. Em. D6sir
Nombre du personnel : 1
Nombre des 6lkves : 92 ( garcons)
Ecole primaire privee de Melle A. Jobet
( RUE DU CENTRE, No 147 )
Directrice : Melle A. Jobet







-87--

Nombre du personnel: 1
Nombre des 616ves : 35 don't 25 filles et 10
gargons
Ecole primaire de Mme Virginie Sampeur
( RUE DU PORT, No 46)
Directrice : Mme Virginie Sampeur
Nombre du personnel : 1
Nombre des 616ves : 20 don't 18 filles et 2
gargons
Ecole primaire privAe de Mine Vve
Vertus Fr6derique
(GRAND'RUE, No 188 )
Directrice : Mme Vve V. Fr6edrique
Nombre du personnel : 1
Nombre des 616ves :25 don't 22 filles et 3
garcons
Ecole primaire national No ler
(Place du march de la Cath6drale )
( RUE DU PEOPLE, No 114 )
Directrice : Mme Vve Cat6rino
Nombre du personnel : 5
Nombre des dleves : 110
Ecole primaire privee de M. Hyppolite
Benjamin
( RUE DU CENTRE, No 232 )
Directeur : M. Hyppolite Benjamin







--88 -

Nombre du personnel: 1
Nombre des dl6ves: 135 ( garcons)
Ecole primaire privee de M. Joseph
Augustin
(RUE BRETAGNE, NO 23)
Directeur; M. Joseph Augustin
Nombre du personnel : 1
Nombre des 61ves : 50 don't 30 gargonset
20 filles
Ecole national des Soeurs
(Quartier du Morne-A-Tuf)
(RUE DE LA REVOLUTION, No 177)
Directrice : Soeur Alphonse de la Mere de Dieu
Nombre du personnel :2
Nombre des 616ves : 175
Ecole primaire privee de Melle Pauline
Elizee
(BOIS-DE-CHtNE)
Directrice : Melle Pauline Elys6e
Nombre du personnel: 1
Nombre des l66vs: 19 don't 10 filles et 9 gar-
cons







-89-

Ecole primaire privee de Mme Caroline
Chauveau
( BOIS-DE-CHENE )
Directrice : Mme Caroline Chauveau
Nombre du personnel: 2
Nombre des 616ves : 9 don't 6 filles et 3 gar-
cons
Ecole primaire privee de Mademoiselle
V616da Pilet
( RUE DU PEOPLE No 51 )
Directrice : Melle Ve16da Pilet
Nombre du personnel : 1
Nombre des l66ves : 10 don't 7 filles et 3 gar"
tons
Orphelinat St Joseph
(RUE AMERICAINE, no 18)
Directrice : Soeur Dominique du Saint Rosaire
Nombre du personnel : 2
Nombre des 61lves : 43
Ecole du soir de St Joseph
( RUE TIRREMASSE, No 175)
Directeur : M. P. Laforest
Nombre du personnel: 4
Nombre des 61ves : 17







-90-

Icole du soir duI Morne-A-Tuf
(RCE St HONOR, No 38)
Directeur : M. P. Laforest
Nombre du personnel : 3
Nombre des dleves : 12
Ecole national des Soeurs de St Joseph
de Cluny
( Quarter de l'Exposition )
( CREATION RIECENTE )

TOTAL : 91 coles don't 3 ecoles superieures, 2
ecoles sp&ciales, 12 dcoles secondaires et 74 eco-
les primaires.

De ces 91 ecoles, nous comptons 86 6ta-
blissements d'enseignement secondaire et pri-
maire.
Voici quelques details :
II y a 57 ecoles privdes, don't 9 d'enseigne-
ment secondaire (4 de garcons et 5 de filles)
et 48 d'enseignement primaire (9 de garcons,
3 de filles et 36 mixtes);
II y a 29 ecoles publiques don't 3 d'enseigne-
ment secondaire (2 de garcons et 1 de filles)
et 26 d'enseignement primaire (14 de filles,
11 de garcons et 1 mixte). (1)
(1) L'6cole publique mixte est celle de (Calin Centimes.
Le fonctionnement des ecoles mixtes, dans les condi-
tions actuelles, est contraire A I'article 54 de la loi du
7 DNcembre 1860.







-91-


Personnel Enseignant :

Sexe masculih : 273
Sexe f6minin : 190

Total 463 (1)

Population Scolaire (2)
Filles 4.113
Gar.ons 4.690

Total 8.803

(20 Janvier 1895)

(1) Dans ce nombre sont compris les chefs de tous
nos 6tablissements et 112 religieux (Pretres, freres et
sceurs).
(2) Population des 6coles secondaires et primaires.








VIII
Membres du Personnel des Ecoles Supgrieures : (1)
Ecole de m6decine.- MM les docteurs
Boyer, A. Duchatellier, Z6phir, V. L. Michel,
Camille Joseph, Guignard, Jean Louis, Geanty
et MM. E. Roumain, (2) Dufort, C. Laporte, VWro-
lot, Jn Louis Bellegarde, St Ubert Emmanuel.(14)
Ecole de droit. A. Bonamy, M. Oreste,
St Remy, A. Brun, E. Vall6s, J. D6vot, A. Dau-
mec, T. Mode, E- Etheart, W. Udicourt. (10)
Ecole de dessin et de peinture. La-
fargue Rigaud, Phocion Nau, Normille Jean-
conte. (3)
Membres du personnel des dcoles de l'Ensei-
gnement secondaire de garcons :
Lyc6e National. MM. J. B. Dorsainvil,
J. Moll, Horace Eth6art, de Buck, H. Villain, N.
Grosp6re, Dr Elie Lh6risson, S. Daguerre, R.
Duplessis, M. Coicou, V. Valm6, Fabius, David
Jeannot, J. Desce, Lachataignerais, JulesLacoste,
T. Laleau, Em. Valbrune, Thimoth6e, Charles
Dietz, C. D6gand, Forbin, J. O'Callaghan, pro-
fesseurs, J. Godefroy, Drice, Pradel, repdtiteurs,
F. Chevalier, Godefroy, Noisette, Servincent,
B. CUsar, maitres-d'6tude, Ve Leopold Ami6de.
Infirmi6re. -(32)

(1) Les directeurs des ecoles sup6rieures sont char-
g6s d'un Cours.
(2) Le Dr Destouches replace provisoirement Mr E'
Roumain.






-93-


Ecole Polymatique: MM. R. Horace
Moliere, Aug. Rameau. L. C. Lherisson, Julien
Courtois, R. Azor, Fendlon Dujour, Joseph Bar-
the, J. O'callaghan, Dr Elie Lhdrisson, Edouard
Nelson, Thomas Vital, H. Dormainville Heur-
telou, F. Lavelanet. (13)
Institution P16sance. Camille Castera,
Justin Lhdrisson, R. H. Moliere, Alfred Celcis,
Nicolas Armand, L. C. Lherisson, Alcindor, Jo-
seph Duclos, Edmond Excellent. (9)
Ecole Secondaire. MM. Is. Vieux, Ju-
lien Courtois, E. Adam,H. Villain, Altma Vieux,
V. Day, W. Bellegarde, E. Montilliere, J. Dela-
tour, Camille Juste, Romulus Azor, Darius Louis
aim6, E. Cdlestin. (13)
S6minaire Coll6ge St Martial. RR.
P. Picarda, Mataly, Le Berre, Brey, Sengelin,
Gerspacher, Getz, Rouxel, Saint-Clair, B6nard,
Chapagnol, Jehl, Gallo, Schceffel, Sch6rer, Lang,
Klein, Perroud, Cremmel, Tr6berne, les Fr6res
Edmond, Edouard, M6dard, Fred6ric, Leopold
et Philberd, MM. Kieffer, Felix Magloire, les
Soeurs Louise et Elphege, charges des classes
enfantines: (30)
Institution St Louis de Gonzague. -
Les Freres Joseph Hermann, Etienne Marie,
Eustase, David Joseph, Eutique, Robert, Dosy-
th6e, Auxilien Marie, Raymond Joseph, Amator,
Damien, Pierre Edouard, Louis Bernard, Cleo-
nice, Paul dela Croix, Aloysius, Pierre Emile et
quatre Filles de la Sagesse sont employees pour
les classes enfantines. (21)






-94-

Membres du personnel des Ecoles de l'Ensei-
gnement secondaire de demoiselles.
Pensi onnat National. MM. Raymond
aind, Dr Cyrius Bonny, Joseph Barthe, Ldonard
Gustaves, L. Duroseau, Chr6tien, J. O'callaghan,
Aug. Valls, Mme C. J" Jacques, Mime EM. Boco
Audig6, Molles L. Proph6te, A. Leblanc, H. Biam-
by, P. Choisille, C. Victor Duhamel, A. Hyp-
polite, Octavie Jacob, Mme Ida Thdzan, Mme Fend-
lon Victor. MM. Doucet fils,W. Bellegarde et
Jh. Barthe remplacent provisoirement MM. Ray-
mond aind, Aug. Valles et M'me Gr6guer.- (19)
Institution Mont-Carmel.-MM. L. Denis,
Em. Ethdart,J.O'callaghan, P. Tessier, L. C. Lh6-
risson, Menes Cdlie Lilavois, A. Elie, M. Magloire,
I. Montreuil, C. David. I. Laporle, M. Solages,
Mine Ve Chaumel, Mime Ve Berthoumieux, Y'
Ve Leopold Amddde, M1Ie Isabelle Samadec. (16)
Pensionnat Ste Rose de Lima. Soeurs
Ursule de Tous les Saints, Bertile Marie, Rose
de Ste Marie, Ste Sidonie, Ignace de Crucifix,
Xavier de St Ignace, Elisabeth de la Providence,
Jeanne Marie Marguerite, Maria Valdria, Marie
de Ste Rose, Anne Marie du Coeur de J6sus, An.
ne de Saint Joseph, Mdlanie du Sacrd Coeur,
Blanche du Sacr6-Coeur, Emilie du Saint Sacre-
ment, Etienne de Ste Marie, Joseph de St Agnes,
Berthe du Sacr6 Coeur, Sainte Alice, Marie de la
Dilivrance, Mere Gonzague. (20)
Institution de Mine Ve. Rabeaud. -
M"ci Isabelle Laporte, L. et C. Rabeaud, C. Du
hamel, Mme Dufresne. (5)





-95-


Externat de Ste Rose de Lima. Soeurs
Th6r&se de St FranCois, Claire de 1'Immacule
Conception, Joseph des Saints, Jos6phine de
Sainte Agnes, Christine de Saint Joseph. (5)
Etablissement des Filles de la Sagesse.
- Soeurs Ald6gonde, Madeleine de la Croix,
Marie Anne des Anges, Ste Victoire. (4)


Membres dii personnel des Lcoles de l'Ensei-
gnement primaire de garcons. (1)
Ecole libre Professionnelle.-Pktion Eri6,
Em. Etheart, Dr Elie Lh6risson, Charles de Del-
va, Louis Solages, William, C. Micolci, Heyliger,
Rossignol, Eth6art Archer, A. Garescher, Garcia,
Faublas Baptiste, Titus, Lalcaud, (15)
Ecole Wesleyenne. MM. Merceron, E.
S,'hsodn fils, Victor Lamour, Ethdart. (4)
Ecole de la Maison Centrale. MM. P.
H. Cuvilly, Jean Guiyot, A. Moliere, William. (4)
Ecole Lancast6rienne. MM. Chs. An-
toine, Casimir, L. Viard, Malette fils, L. Bruno,
R. Elie, L. Duroseau. (7)
Ecole Nationale du Morne-a-Tuf. MM.
J. Francois, E. Michaud, S. Million, (3)
Ecole Nationale de la banlieue. MM.
H. Denis, Numa Booz. (2)
Ecole Nationale de la Croix-des-Bos-
sales. MM. R. Basquiat, Calypso Conille,
P. Pierre Antoine, P. Bouchereau. (4)
(1) Dans toutes les 6coles primaires publiques le di-
recteur est aussi professeur.





-96-


Ecole Nationale du bel-Air.- MM. Ch.
Lilavois, Malette, A. Romane, Elie- GdnestI. (4)
Ecole du soir de l'Association du Cen-
tenaire, Rue Lamarre.- MM. P6tion Eri6, P.
Laforest, Faublas Baptiste, Dr Pierre Pierre. (4)
Ecole du soir de Saint Joseph. MM.
Guillouette, Victor Lamour, P. Fortune, Cas-
sard. /4)
Ecole du soir du Morne-A-Tuf. MM.
L. Dambreville, P. Pom6ro, Michaud. (3)
Ecole Nationale des FrBres de la Grand'-
Rue. Freres Christian, Floribert, Cyrille, Jo-
seph, Sim6on Joseph, Juventin Azarias Marie,
Ignace Loyala. (7)
Ecole Nationale des Freres du Quar-
tier Saint Joseph. Freres Amator Joseph
et Herlin, Mr Eug. Clavier. (3)
Ecole des Freres de Sainte Anne.-
Frere TUrence et Mr Edmond DalIrius. (2)
Ecole des Freres du Bel-Air.-Freres Mes-
min et Zacharias, Mr Verdieux StFleur Paul. (3)
Ecole B6thel de la Croix-des-Bossa-
les. Melle Claire Pimentel et Mr P6lopidas
Bayard. (2)
Ecole de Mr Coriolan Dessources. -
MM. M. Hyppolite, Em. Jean Louis, Mene Am6-
lie Dessources. (3)
Ecole Baptiste.- ( Faubourg Salomon ) Mr
C. Marcelin et Mme J. Rose. (2)
Ecole Saint Paul.- MM. Excellent Lauti-
mo, A. Malette, Benjamin Joseph, M. Dorl6ans,
Samuel Madden et Mme David Guillot. (6)







-97 -


Membres du personnel des dcoles de l'Ensei-
gnement primaire de demoiselles.
Ecole Nationale No 9.-Mmne Emile Edouard,
Menles Lise Fr6d6ric, A. Herard, S. Lizaire. (4)
Ecole.Nationale No 8. Mnle C. Lilavois,
Melles C. Paret. A. Chevalier, M. Diambois, L.
Beaubrun, E. Rigaud. (6)
Ecole Nationale No 5.- Mme Ve Chabeaud,
Mine Ve B. Paret, Meles C. Thomas, Roche, T.
.Leden. (5)
Ecole Nationale No 3. Mr Alcime Es-
pert, Mele P. Lerebours, Mme C. Bonheur, Mello
R. Morosier. (4)
Ecole Nationale No 10. Mme Ve Th-
baud, Meles C. Vieux, P. Guerrier, E. Adam. (4)
Ecole Nationale No 7. Mme P. Franqois,
Mme Ve Laforest, Meles Fery, Lafargue, C. Mo-
liere, Mme Ve Berthoumieu. (6)
Ecole Nationale No 1.- Mme Ve Bordes,
Mme Augustin, Mme A. Celcis, Meles C. B1lizaire,
F. Bouchereau. (5)
Ecole Nationale No 2. Melles B. Vieux,
A. Vieux, N. Garescher, L. Chinon, (4)
Ecole Nationale No 6. -Mme Ve Corving-
ton, Meles A. Anasthase, C. Beaug6, M. Blan-
chard. (4)
Ecole Nationale No 4. -Melles V. Decastro,
C. Larencul, C. Romane, L. Lafargue, Mme Ve
T. Duplessis. (5)







-98-


Ecolede Mme Caroline Chauveau.-Me.ue
E. Guignard.
Ecole de Mine An toine Lerebours.--Mene
Lerebours, Mr Leonard Gustaves. (2)
Ecole de Mme Aur6lie Guillobel.- Melle
Alm6ida Duperval, Tullie Carri6, C. Joseph,
R. Etienne, Ir Arist6 Dub6. (5)
Ecole Nationale des Soeurs.- ( Quar-
tier du Morne f Tuf). Sceurs Saint Donal et
Gratien du Saint Sacrement. (2)
Ecole Nationale des Sceurs.- ( Rue de
l'Abreuvoir). Soeurs B6atrice de 1'Incarnation,
Florida de Ste Marie, Georges du St Sauveur,
Lionie de Ste Marie, Menles Sylvia Franck, Idile
Franck et Malary. (7)
Ecole Nationale des Soeurs.- ( Quartier
de la Magdeleine) Soeur Clotilde de Saint Fran-
cois, Mene C6cile Lucas (2)
College Bird. Meles Frieda Huler, Augus-
tine Chamson, Nana Bowler. (3)
Orphelinat Saint Joseph. Soeur Th6-
r6sede St Dominique et Soeur Ste Raphailde. (2)

N. B. Les autres 6coles primaires des deux sexes
don't les noms ne figurent pas dans cette nomenclature
n'ont pas de professeurs. Les directeurs ou directrices
font seuls les classes.









IX
Noms des directrices, directeurs et professeuis
qui ont fourni plus de 12 ans dans I'enseignement
public et privd de Port-au-Prince.
Doyenne du Corps Enseignant:
Mme CAROLINE CHAUVEAU
(44 ans consecutifs. )
Vice-Doyen:
Mr PIERRE AUGUSTIN ALCIME ESPERT (1)
( 43 ans cons6cutifs.)
Mme Ve BELMOUR LEPINE
( 43 ans don't 29 cons6cutifs. )
(de 1844 h 1858-de 1866 h 1895.)
Mr SAMUEL DAY, professeur
(39 ans.)
Mme VIRGINIE SAMPEUR
(36 ans.)
M" A. MATHIEU
( 35 ans.)
Mell' N. GARESCHER, professeur
( 32 ans. )
Mr CALIXTE LAFLEUR
(32 ans.)


(1) II a Wtd mon Instituteur.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs