• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Errata
 Half Title
 Frontispiece
 Foreword
 Preface
 I
 II
 III
 IV
 V
 VI
 VII
 VIII
 IX
 X
 XI
 XII
 XIII
 XIV
 XV
 XVI
 XVII
 XVIII
 XIX
 XX
 XXI
 Back Matter






Group Title: terreur noire à la Guadeloupe
Title: La terreur noire à la Guadeloupe
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078308/00001
 Material Information
Title: La terreur noire à la Guadeloupe
Physical Description: 144 p. : ; 21 cm.
Language: French
Creator: Bazile, Corneille
Publisher: Impr. l'Information
Place of Publication: Pointe-à-Pitre
Publication Date: [1925?]
Edition: Éd. originale
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: Corneille Bazile.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078308
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001114678
oclc - 22841691
notis - AFL1371

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Errata
        Errata
    Half Title
        Page 1
        Page 2
    Frontispiece
        Page 3
        Page 4
    Foreword
        Page 5
    Preface
        Page 6
    I
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
    II
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
    III
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
    IV
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
    V
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
    VI
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
    VII
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    VIII
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
    IX
        Page 54
        Page 55
    X
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
    XI
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    XII
        Page 69
        Page 70
        Page 71
    XIII
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
    XIV
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
    XV
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
    XVI
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
    XVII
        Page 115
        Page 116
        Page 117
    XVIII
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
    XIX
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
    XX
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
    XXI
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
    Back Matter
        Page 145
        Page 146
Full Text




GOB NEILLE BAZILJ3
Instituteur' -


LA


TERREUR NO1RE


A LA


GUADELOUPE


kIAmorx OrIIGwIENAxx


Priz: -.12 franc


POINTE-A-PITRE
Imprimerie 1' e Information 3, 23, rue Gambetta
Tous droits r-serv6s







CORNEILLE BAZILE
INSTITUTEUR






LA TERREUR NOIRE

A LA

GUADELOUPE


G L "ItOU


POINTE-A-PITRE
Imprimerie l'Information

Tous droits reserves.






ERRATUM


Excusez les coquilles des pages 15, 16 44, 67 et
les lettres tombres A l'impression, comme e de ac-
quise, p. 65 ; s de questions, p. 129 ; t de budget
p. 64.

LISEZ

p. 14 (dernier i aragraphe) : par ce qu'ils (en trois
mots) Non qu'il soit...

p. 15 (Ire ligne) : R6guliere, solide, bien jolie, elle
est construite...
p. 16 (derniere ligne) : et propre a S'abreuver...

p. 23 (3e ligne): mancenillier
p.- 29 : Loin de s'inqui6ter de son sort..

p. 38 (chap. VI): Et M. Jean-Baptiste en a 6gale-
ment deux, don't 1'ain6 se
nomme Gerard.

p. 42 (dernibre linee: Berthin ne pouvait pas as-
sister aux efforts...

(15' ligne) : segment au lieude cement
P 95
(i6' ligne): certain au lieu de sertaine

p. 96 (dernier paragraphe) : ses joies au lieu de joues














LA TERREUR NOIRE A LA GUADELOUPE







DU MEME AUTEUR:


Ouvrage paru :


Le Meilleur Mariage, 1 vol.






EN PREPARE TION:



L'Eau de Mont-Carmel, 1 vol.

Au Mus6e Lherminier, 1 vol.












11,'AUTEUJ
I)E

" L~ Tarrea Noire 4, 1& Guadeloupe "


(Photo L6ogane
Voir clair, raisonner just et dire la
veriti, an risque de fire trembler les
pervers et de se fire hair.
Corneille BAZILE.












Aux Lecteurs,


Le present ouvrage dtazt ecrzt :J'aliais liver le ma-
nuscrit a la press, quandj'ai pensd qu'ilfallazt dlabo-
rer une prdface, qu'il dtait ndcessaire, en some, de
vous consacrer specialement quelques lines d'aver-
tissement.
a Toute veritd n'est pas bonne a dire >> rdpete-t-on
souvent, car il y a des verztis qui nous font peur ou qua
nous blessent, des vdrits qu'zl vaudrazt izeux ne pas
connaitre. Mais, d mon humble avzs, quelque crzarde
qu'elle soit, toute vdritd est meilleure d dire que de
lazsser subszster les doutes consultants et les fdcheuses
illusions dans lesquelles on se complait trop souvent.
Que dzssimule le titre de l'ouvrage ?... Ce titre dis-
szmule les vzces, les grands maux qui corrompent le
monde guadeloupden. En dcrivant ce livre, je devoile
des verztes profondes, sans me soucier de leur naivete
un peu crue. Je n'az mime pas song & les mztzger de
mon mieux dans ce qu'elles peuvent avoir de trop amer
pour notre orgueil ou notre amour-popore. Toutes les
basses intrigues de la vze guadeloupgenne sont deve-
loppdes dans ce livre incisif, cruel, tres ose, parce
qu'id le fallazt.

Octobre 1925.


CORNEILLE BAZILE.









D6di6 A
Monsieur Pougeol
Instituteur ddtachk au Lycge Carnot
Pointe-&-Pitre.t
pour la critique du fond et de la forme.


Certaines erreurs grossibres, la plupart typographiques,
se sont gliss6es dans a Le Meilleur Mariage a Le livre fut
mis en circulation sans que I'auteur ait pris la peine d'y
faire insurer uun note priant les lecteurs de vouloir bien
axcuser ces dites erreurs,.
Or, un d6sceuvr6, no prdtentieux tres infatu6 de sa
personnel (est ce parce qu'il a, en plus qu'un autre, la
parties dcrite du baccalaur6at ?) plus animn de criti-
que aveugle que du sentiment de la Justice et tres avide
de satisfaire sa manie de d6nigrer, a relev6 ces erreurs en
les consid6rant comme des fautes grossitres v resultant
de mon ignorance, et m'a 6crit one lettre acerbe en s'abri-
tant derriere le nom de guerre qui constitute l'anonymat.
Mais combien s'est-il montr6 ridicule II m'a avou6 qu'il
n'a pas toujours I'aptitude A d6ml8er la signification de ce
qu'il lit, en pr6tendant que j'ai mis c6lebrit6 pour c61bra-
tion dans la phrase : ( Enfin, des autos arriverent et fu-
rent salu6s par ce murmure qui marque la presence d'une
celebrit6 1II ignore ce qu'on entend par la a dignity d'un
soujt ,, a la provision du marriage v.
Ce collgue K embusqu6 croit que mon livre nous vau-
dra du mat s'il tombe dans les mains d'un Claude Farrbre
quelconque a. Qa'il veuille croire plut6t que cet home
pensera du mal de nous pour nos tagons de vivre qui ne
sont guore humanitaires, pour nos basses intrigues, pour
nos mechancet6s, queje denonce alors dans ce present ou-
vrage.
Ce college vent queje renounce an project d'dcrire. Ne
iaut-il pas voir de la malveillance et une mauvaise 6duca-
tion dans sa liberty de parole ? Je serais peut-atre tent6
de jeter le manche apres la cognee. mais je suis cuirass6
centre les in6vitables injures des jaloux, des envieux qui d6-
testent de voir quelqu'un prendre une initiative, et je ferai
ron petit bonhomme de chemin sans m'occuper des vipe-
res que compete la a Ramde de 'Enseignement A la Gua-
deloupe a.
CoRNE ILL BAZILE.













LA TelREIU NUIRE A LA GADELOUJPE







Je cueille dans le journal intitul6 Le Petit Pa-
risien (i) les r6flexions suivantes: < On voudrait
voir rigner de plus douces mceurs poltiques dans un1~e
belle colonize franpazse oil le czel, dit-on, est tbujours
beau >. Le signataire de l'article, M. Maurice Prax,
parlait alors a propos des ev6nements regrettable
survenus a la Guadeloupe apres les electiops l6gis-
latives du i mai 1924. L'idee 6mise est claire etju-
dicieuse. Mais je dois dire A mon tour que l'on
a voudrait bien voir r6gner de plus douces mceurs >/
sociales, une vie plus humaine dans cette belle co-
lonie de la Guadeloupe.
Je crois gtre de ceux qui, vivant avec le people,
ont acquis le droit de lui dire quelques verites sur
ses moeurs, v6rites qui lui donneront a r6flchir et
qui l'offusqueraient sans nul doute si elles venaient
d'autre part. Toutefois je m'attends A ce que cer-
tains me traiterit de chercheur de tares et m'accu-
sent de jeter le discredit sur notre petit pays en
talentt au grand jour la boue don't celui-ci est souil-
16. Et pourtant il y a lieu de remarquer plut6t que
je ne divulge pas nos maladies A seule fin de d6-
nigrer les miens, mais pour les exhorter A une re-
flexion plus ou moins frequente sur eux-m6mes en
vue de se juger et de se r6gler, pour les obliger a
se surveiller dans la manifestation de leurs senti-
ments et de leurs pens es A 1gard de leurs sem-
(1) Lenu-mrb:du 24 octobre 1934.


pwe~i~3~29~E~~







--8-


blables. Bref, comme mes pauvres yeux sont -fati-
gu6s de contempler toutes les mesquineries et les
petits c6t6s des gens qui m'entourent, je veux tra-
vailler A r6aliser un peu de justice, un peu plus de
veritable d6mocratie dans cette colonie francaise
v od le ciel est toujours beau >.
La Guadeloupe est vraiment une fille superbe
au point de vue physique. Elle possbde des aspects
forts curieux a presenter A ses visiteurs, et elle m6-
rite bien les titres glorieux de < Perle des Antzlles >,
SIle d'Emeraude>, cJoyau d'art dtincelant Ici, la vie
n'est nullement diminube par les conditions clima-
tiques ; elle est active et g6neralement comfortable.
Mais vit-on normalement dans cette colonies ? Y
vit-on humainement? dis-je.
On observe, A bon droit, l'azur incomparable de no-
tre ciel, la splendeur de notre soleil, la magnificence
de notre veg6tation, les paysages hamonieux, mo-
destes et riants de nos campagnes. Mais l'observa-
tion la plus important qu'on doit faire est d'ordre-
moral et psychologique. Hl6as de ce c8th-la on est
souvent myope. Du reste, la plupart des hommes
marquent une certain incapacity A sortir d'eux-m&-
mes pour essayer de comprendre le point de vue,
l'6tat d'Ame de leurs semblables. Jamais en Gua-
deloupe, que je sache, on n'a 6tudie 1'Ame, jamais
on n'a regard de pros et avec attention le jeu sub-
iil de nos passions. Je ne connais encore aucun
peintre de nos travers, de nos ridicules, de nos vi-
ces, de nos folies. Aucun analyst, aucun artiste
n'en a fait la reproduction vivante.
L'6tranger consider, dis-je, notre petit monde
avec des yeux de myope. S'agit-il de notre vie ?
De ses aspects divers, il ne percoit que certaines
manifestations 6clatantes, certain faits qui lui sau-
tent pour ainsi dire aux yeux.On voit certain maux,
on tolere meme quelque grand mal dans ce doux
pays (i). Mais il y a en bien d'autres qui sont caches
et enfonc6s, comme des ordures dans un cloaque, sous
le secret et dans l'obscurit6, et qui sont plus dan-
(1) II y a lieu de citer I'hostilitE violent qui dresse I'au
centre l'autre les deux parties politiques de la colonies.







-9-


gereux. Je ne saurai les passer tous en revue. Je
ne veux m'occuper que.d'un seul le plus grand
qui est en quelque sorte la mere g6neratrice
d'un tas de maux qui d6solent notre petite Guade-
loupe.
La jalousie, !'hypocrisie, la fourberie, l'injustice,
la curiosity du mal, la calomnie, la sorcellerie sont,
A la Guadeloupe, des maladies infames qui naissent
pour ainsi dire A chaque generation. Ce sont des ins-
tincts r6deurs, des fant6mes, qui accouchent la mere
et s'emparent de l'enfant pour le guider sur la rou-
te escarp6e de son calvaire. En d6pit des progres
continues en toutes choses, malgr6 une instruction et
une education de plus en plus r6pandues ici, l'homme
reste un loup furieux pour son prochain, et ]a
civilisation la plus raffinfe ne parvient pas 4
faire disparaitre ses instincts ataviques.
J'entends d'ici l'objection : f C'est un lieu com-
mun, c'est g6n6ral > Je r6ponds a l'avance A l'ob-
jection en disant que ces maux sont beaucoup plus
aigus A la Guadeloupe. Il est tout natural aux gens
de cette colonies d'6tre jaloux, envieux, hypocrites,
fourbes, injustes, d6nigreurs, calomniateurs, sor-
ciers dans le mal, tout comme il est natural au tigre
de d6chirer a belles dents sa proie. Et chose cu-
rieuse, sur l'6tendue de ces maux tout le monde
est A peu pros d'accord, quoique tout le monde gua-
deloupeen s'y livre aveuglement.
Ceci dit, a-t-on besoin de pousser tres loin ses in-
vestigations pour decouvrir le vice fondamrental qui
fait naitre des dissentiments implacables et inexpli-
cables ?... Le plus grand mal c'est, sans contredit,
la jalousie, une jalousie aveugle et puissante qui en-
traine d'embl6e l'esprit de d6nigrement, I'hypocrisie,
la calomnie, la haine, la sorcellerie et le diable et
son train. Oui, la jalousie, ce sentiment d'envie, est,
parmi tous les vices en usage a la Guadeloupe, le
plus incommode et le plus dangereux. Elle semble
avoir recueilli la succession de Voltaire et de Rous-
seau qui furent les boucs 6missaires de tous les
rnaux engendr6s par la R6volution.







-10-


Dans une lettre adressee a Hamlet le 28 novem-
bre 1748, Voltaire disait:
K L'envie est un mal n6cessaire,
C'est un petit coup d'aiguillon
Qui vous force encore A mieux faire >.
Ici, A la Guadeloupe, on ne peut pas en dire autant.
Au contraire, il faut d6finir 1'envie; e un grand mal
incommode, un pernicieux coup d'aiguillon qui vous
pousse inevitablement A mal faire >. En effet, cette
jalousie se manifeste par de nombreux actes de mal-
veillance et des tentative de toutes sortes pourruiner
le voisin plus heureux ou l'obliger A renoncer a une
heureuse entreprise. Si q la lutte pour la vie i est
tres ardue A la Guadeloupe c'est que la jalousie des
gens nous menace continuellement. Fonctioninaires,
industries, commercants, cultivateurs, ouvriers,
hommes de peine, tous ils vivent dans une atmosphe-
re charge de m6fiance, de maussaderies, de malen-
tendus, de haine, de mechancet6s.
Les Guadeloupbens sont envieux, extr6mement
envieux, au point de commettre des crimes contre la
personnel du prochain, centre ses enfants, contre le
bien et contre l'honneur de tous. Ceci est tellement
reconnu vrai que nous-memes nous avons 6te ame-
zSs a dire, tel qu'un principle fundamental : < Jalou-
sie cd si poison. (La jalousie est la soeur du poi-
son). Quelqu'un a-t-il un boeuf de plus que son voi-
sin ? Celui-ci, au lieu d'imiter joyeusement celui-la
en travaillant aux fins d augmenter son troupeau,
commence A penser qu'il lui faut agir m6cham-
ment contre 1'autre pour lui faire perdre tout ou une
parties de son bien, le frapper au coeur, l'annihiler.
Et, reciproquement, cette meme victim de la jalousie
envie le sort de son malfaiteur qui est mieux que lui
sous un autre rapport. On voit des ouvriers prosp&-
rer. Et lorsque le public, 6blouj par leur succes,
mais incapable de se demander a quel prix de labeur
incessant leur situation s'est 6chafaudBe, report ses
yeux sur ces ouvriers, il leur offre sa haine et son
:mpris et les menace des fleches eopoisonnees de la
sorcellerie. Ces parvenus eux-mAmnes dktestent de







- 11-


voir s'blever le petit rest apres eux. Ont-ils d6ja
chevaux et voiture, ils veulent du mal A ceux qui
s'avisent de se demener tant bien que mal pour en
avoir autant. Cette v6rit6 est ratifiee par notre dic-
ton populaire : << Vold pas znmd camarade a yo potd
sac (Le voleur n'aime pas A voir son coll6gue ha-
bill comme lui).
Aussi, les gens de cet ,< Ie d'Emeraude >> vivent
pour ainsi dire sans ideal, ou du moins leur seul
ideal semble 6tre l'6galit6 dans la misere. Pour plai-
re A son prochain, il faut que le Guadeloup6en se li-
vre A des travaux terre A terre, qu'il ait des preoc-
cupations mesquines, qu'il fasse des actions sans
grandeur, parfois mmme basses et viles ; il faut qu'il
vive au milieu des mediocrit6s et des laideurs, il faut
qu'il soit depourvu du noble souci du beau, du vrai,
du bien. Mais du moment qu'il s'avise de s'abstraire
des vulgarites mesquines de tous les jours pour avoir
un ideal qui soit le but de toutes ses activities, il est
jalous6, envi6 et partant d6nigr6, calomni6, traque,
annihilM par ses prochains, par ses freres ou sceurs
memes. Et ceux-ci n'ont point de repos qu'ils ne
1'aient rendu semblable A eux-ou plus bas qu'eux.
Arrives a ce but, par toutes sortes de manigances, ils
se frottent les mains, et ils attendent que vous puis-
siez tomber de mal en pis.
Et va-t-on croire peut-6tre que ces maladies de
I'Ame, ces passions perfides se cantonnent chez les
paysans ? Non A la ville, comme A la champagne,
dans les grands milieux, partout, ce sont les m6mes
petitesses, les memes travers d'esprit, les m6mes
envies, les memes antipathies, les memes brouille-
ries, entire les proches, dans les families comme en-
tre les strangers, et.cela chez tous les 6elments eth-
niques qui composent ici la society colonial. Oh !
jusque dans le sein des families p6netre cette jalou-
sie qui divise: des rivalit6s, des opposition haineuses
se produisent meme entire des parents, des freres, des
cousins, qui finissent par se d6chirer mutuellement.
Aucun bonheur ne peut s'abriter meme dans 1l
paix obscure des champs sans exciter la ja-
lousie et la haine de tous. Le bonheur d'autrui est









un spectacle qui desseche et devore les habitants de
la Guadeloupe. La seule chose qui leur fait suppor-
ter leur vie 6troite, c'est le sinistre plaisir d'arra-
cher toute po6sie A la vie de leurs voisins. Et pour
cela ils emploient tous les moyens. En 'occurence ils
deviennent professeurs de mal, come Napoleon un
professeur d'6nergie. On dirait qu'ils ressentent la
plus grande jouissance A fire le mal. Ils rayon-
nent de joie quand ils ont d6suni un manage, quand
ils ont semn le mal dans une famille, quand ils ont
mis quelqu'un dans l'incapacit6 de travailler, enfin
quand ils ont fait couler des larmes. Ils se nuisent
done avec habilet6 et avec finesse.
Les diables sont la cause de certaines maladies:
paralysies, plaies, convulsions, folies, "attaques de
nerfs, non seulement par eux-memes, mais par l'ar-
tifice des sorciers, des magiciens. Quelquefois le ma-
16fice a la vertu d'empoisonner, et les sorciers s'en
servent pour empoisonner les gens et pour les faire
mourir par des poisons naturels ou artificiels. Que
de deuils mis sur le compete d'attaques d'apoplexie ou
autres, que de crimes impunis Les invocateurs et
conjurateurs de mauvais esprits, pratiquaut les arts
magiques, envoient et s6ment les maladies, la mort,
la flie ; ils abattent froidement, ils tuenL quand et
come ils veulent, subitement, A petit feu, de pres,
de loin, et cela uniquement par jalousie, quelque-
fois m-me pour une futilitL. De sorte que, A la Gua-
deloupe, sur cette < Perle des Antilles >, on vit dans
une atmosphere de crainte, dans une defiance per-
p6tuelle, mnme vis-A-vis des siens. C'est une vie
pleine de tromperies, de menaces, de lAchetes, nous
enveloppant d'un halo de misere. L'6p6e de Damo-
cles reste toujours suspendue sur notre t6te.

II
Il faut 6tayer sur des faits, des faits positifs, les
r6flexions, ou plut6t les, affirmations qui pr6cedent.
Or, quels meilleurs examples en pourrais-je donner
que ce que je vais raconter.
Deux hommes, ce sont deux cousins germains,
- M. Berthin et M. Jean-Baptiste, sont originai-


- 12 -







-43 -


res de la m6me commune, d'une de ces communes de
la Guadeloupe que je ne decrirai pas. Ils appar-
tiennent tous deux 4 des families de cultivateurs
humbles mais reputes honnetes; ils ont A peu pres
le meme Age, la rmme instruction et, au point de
vue intellectual il serait difficile d'Atablir entire eux
des differences bien d6terminees. Ils se valent pour
ainsi.dire, et jusqu'A vingt-cinq ans leurs situations
sont a peu pres les mimes et ils entretiennent les
meille.urs rapports. Ils se marient tous les deux avec
des femmes don't la situation pecuniaire est 6quiva-
lente, et voilA que la vie serieuse commence pour
chacun des deux manages.' Tout aurait dd cimenter
pour toujours, entire ces deux hommes, une de ces so-
lides amities qui dlfient tous les orages et toutes
les intemperies. Mais, h6las il va naitre bient6t
chez eux le germe d'une haine qui les divisera fi-
cheusement, et cela par la jalousie, par l'envie.
M. Berthin, lui, franc cultivateur, d'une forte cor-
pulerce, se prepare a une vie heureuse. Comprenant
son devoir de chef de famille, il prend tout de suite
la resolution de l'accomplir en toute conscience. I1 se
montre 6conome et s'efforce de faire partager A sa
femme ses gofts d'ordre et de sage economie. On
travaille dans le jeune menage ; et, malgr6 les char-
ges qui'rsultent de la naissance de deux enfants -
Nicole et Francois, on fait face A ses engagements
et on met de c6t6 une parties du gain. Peu a peu on
achkte quelques terres qui arrondissent le petit
domaine familial. Ainsi, M. Berthin est arrive
posseder une assez belle propri6t6 qu'il prend A cceur
d'exploiter le mieux possible. Cette propri6t6, au mi-
lieu de laquelle s'arrondit une petite colline, est cul-
tiv6e avec beaucoup d'art. La base de cette colline
et la plaine environnante sont plantees de cannes A
sure et d'arbres fruitiers. Les carries de cannes, les
jardins sont entoures d'arbres et d'arbustes formant
lisieres : ce sont des rangers, des manguiers. Dans
les allies s6parant les pieces de cannes, M. Berthin
plante du manioc et des patates. Et au-dessus des
cannes, il destine encore une certain quantity de
terre pour les memes plantations et pour celles du







-44-


mais, des ignames, des 16gumes de toutes sortes et
autres plants utiles.
M. Berthin possede la terre la plus propre pour
porter des cannes : elle est bonne, profonde. 16g6re,
ponceuse, assez en pente pour que l'eau des pluies ne
s'y arrete pas, et e!le est exposee au soleil depuis le
commencement du jour jusqu'A la fin. Bref, c'est un
bon lieu de culture par la nature meme du terrain
que favorite encore le temps, le soleil et la pluie.
Et du reste, M. Berthin,aid6 de sa femme, cultive ses
terres a sa guise et consacre tous ses soins a ce tra-
vail. Il donne des engrais, fait du labourage. Sou-
vent il rechausse, c'est-A-dire il met de la terre rap-
portee autour des souches qui se trouvpnt a decou-
vert quelques temps apres une coupe. Mais au prea-
lable, il coupe les parties des souches qu'il voit se
gater et se pourrir, de crainte que la pourriture pe
se communique a tout le reste. De plus, M. Berthin
garantit ses plantations centre les ravages des
rats; il a encore un grand soin pour qu'elles ne
soient point ravages par les boeufs, les chevaux ou
les cochons laiss6s (A 1''tat libre. Enfin toutes ses
plantations sont bien entretenues. Et la belle v6ge-
tation se laisse admirer par tous les passants sur
la grande route. Les cannes produites sont grades,
assez grosses, toujours vertes, bien juteuses et su-
cr6es. Les legumes et les fruits recolt6s sont 6nor-
mes et, par surcroit, des plus savoureux. En outre,
des bceufs et des porcs ajoutent encore a la multi-
plicit6 des productions.
Tout va done ~t'.j pour le mieux. Actif avant
tout, incapable de rester inoccup6, M. Berthin aime
sa propri6t6 pour l'exploiter, Les arbres l'interes-
sent et par leurs fruits et par la grace ou la frai-
cheur de leurs branches, les champs parce qu'ils
fournissent, les animaux par leurs products. Lev6
avant l'aube, tout le jour agissant, il cherche les
moyens d'ameliorer le revenue de sa terre. Non qu'il
fut, plus que beaucoup d'autres, ambitieux d'argent,
mais parce que tel est le besoin fundamental de sa
nature.
Et la maison de cet homme s'6leve au sommet de







- 15 -


la colline. Rdgulibre, solide, bien construite en deux
stages sur un large space, avec une galerie ou-
verte tout autour come une marquise;Peinte d'une
adorable couleur grise, elle apparait gaie et pim-
pante. A la facade de cette maison, facade tournee
vers le nord oir serpente la grande route poudreuse,
il y a une grande porteA deux battants qui s'ouvreit
devant une terrasse prec6d6e d'une pelouse. De cha-
que c6t6 de cette porte il y a une fen6tre. Toutes les
portes et les fenetres ainsi que.les persiennes sont
peintes en bleu, tandis que le reste de la mason est
en gris de plomb. Une gouttiere en zinc, soutenue
par de gros crochets, glisse le long du toit qui est
en t61e ondul6e ; et un tuyau de conduite plac6 A
une extr6mit6 amine 1'eau des pluies dans une case
A eau oi se trouvent trois grosses jarres. Devant
cette maison et des deux c6tbs d'une avenue de ro-
siers don't les fleurs exhalent une douce odueur,
s'6tendent des carries de fleurs. Derriere se montre
une belie cuisine, et A quelque distance de li s'l66-
ve 1'6table.Ainsi,avec son rez-de-chauss6e, son 6tage,
ses mansardes, ses dependances, cette habitation est
& la fois vaste et comfortable.
Or, la belle vegetation et la coquette maison se lais-
sent admirer par tous les passants et excite la jalou-
sie de ceux-ci. Des voyageurs passent : certain di-
sent : < Oh que M. Berthin travaille !!I L'un es-
time le rendement de la recolte prochaine. Un au-
tre affirmed que cethomme a du gofit et de la m6tho-
de pour travailler. Cette habitation 6tait 6gale-
ment un sujet de causerie comme aussi une mati&-
A critique pour les marchandes qui se rendaient
journellemnent A la grande ville.
-Oh / oi k / missid BeirtMk fa lagen l'awnde~rsi t
(Oh: !oh !M. Berthin ifera, de i'argent cette anffe !)
s'e~otame l'une d'eltesr.
Missid tint on bitin. pou lIt travazlle (M. a un
un talisman pcur travailler),, reprend une autre.
St li conttnid travaille con pa yo kd coupd van 4
t I (S'il continue A travaililr ainsi on lui mettra du
baton dans les roues). .







- 16 -


Oui M. Berthin peut vivre avec sa famille. II pros-
pore etil attribue son succes, cela va sans dire,
rien qu'h propre m6rite. < Je suis assez habile, dit-
il, A qui veut 1'entendre ; je sais diriger convenable-
ment mes affaires, et mes effort sont toujours fruc-
tueux. M. Berthin est heureux. Pourquoi ? C'est as-
surement parce qu'il a t laborieux, qu'il a eu de
l'ordre et de l'6conomie: c'est lh son m6rite, et il peut
16gitimemnent s'en fMliciter. Mais n'a-t-il pas Wt. un
peu servi par la chance ? Oui certainement, il a 6te
aussi servi par les circonstances qui lui ont 6tI le
plus souvent favorables D'abord il a eu le bonheur
d'6pouser une femme range qui a uni ses efforts aux
siens. Et puis il a eunne bonne terre Mais doit-on
pour cela lui en vouloir ?
III
M. Jean-Baptiste est, au physique, un bel hom-
me d'une taille bien prise, aux traits assez no-
bles, d'un sourire susceptible d'6tre charmant,
et qui charme les gens en les trompant. C'est
le voisin le plus proche de son cousin M. Ber-
thin. II est 6galement cu tivateur- et possede une
petite propriety qui n'a pas, malheureusement, les
m6mes avantages que celle de M. Berthin.
En effet, .. Jean-Baptiste possede une terre mai-
gre, de peu de profondeur, terre oh les racines de
la canne trouvent bient6t le tuf et le roc. C'est un
terrain rocailleux et par consequent peu productif.
D'autre part, si la terre de M. Jean-Baptiste ne pro-
duit pas autant que celle de son voisin, c'est que la
culture n'y est pas pratiquee comme il convient, que
1'emploi des engrais et le choix des semences ne
progressent pas. La terre n'est jamais labouree ni
retourn6e, et sa culture consiste surtout en sarcla-
ge. M. Jean-Baptiste semble m6connaitre K ce pre-
mier principle d'agriculture que la terre n'est fer-
tile qu'autant qu'elle peut recevoir aisement les in-
fluences de lair, des m6teores et des arrosements de
la nature. Ce n'est qu'en la remuant, ce n'est que
par les frequents labours qu'on la rend susceptible
d'etre impregn6e de ces influences, et propre a l'a-







- 17 -


breuver de ces arrosements que lui fournissent les
brouillards, les rosees et les pluies >. Di reste, il
n'observe pas le temps pour planter. Tandis que
M. Berthin plante pendant la saison humide, alors
que la terre est plus ou moins imbibe d'eau, M.
Jean-Baptiste plante par un temps sec.
Et qu'advient-il La terre, qui est aride et com-
me brfilbe, attire et consume tout le suc des plants.
Les cannes, ayant lev6 et pouss6 tant bien que mal,
selon la bont6 des plants, M. J.-Baptiste n6glige bien
souvent de sarcler les herbes et les lines de tou-
tes sortes qui ne manquent jamais de croitre.
Alors, d'une part, les cannes sont petites comme
des rottins, pleines de nceuds, parce que leurs raci-
nes se dess6chent dans la mauvaise terre ; d'autre
part, 6tant accompagn6es d'herbes ou de lines, el-
les sont comme avorties, parce que les mauvaises
herbes consument toute la graisse de la terre.
Quant aux legumes,. M. J. Baptiste n'en obtient
presque'rien. Seulement il a quelques boeufs.
Devant ce beau r6sultat, il faut entendre ses re-
criminations. D'abord sa maison a un grand air de
mnlancolie. C'est une habitation rustique et delabrbe
que lui avaient laiss6e ses parents. Il est mecontent
de son sort et il envie rageusement celui de son
cousin. II concoit secr6tement une haine vivace con-
tre M. Berthin don't il jalouse la beauty et le rap-
port de ses plantations, la distinction de sa person-
ne, la vie heureuse.
Comment dit-il, j'ai des bras comme un autre,
je travaille, je ne suis pas faineant, et je n'arrive
pas A avoir des r6sultats comme un autre Si je ne
reussis pas c'est que vraiment je n'ai pas de chance !
Et sa femme le soutenait dans ses r6flexions.
Ah i bon Dis pas jusse dit-elle. I qua baille
on patz z pa ka badlle l'autre ( Ah le bon Dieu n'est
pas just. II donne tout a une parties et ne donne
rien & l'autre).
Out tini on bon dzs pou Berthin pas tint pou
mozn (Oui il y a un Dieu pour Berthin, il n'y en
a pas pour moi !)
Et pa vond si a pas on coute zebe yo ba you ?










(Et il reste a savoir si 6n ne vous a pasr fait queqil
m6chancet6s ?)
On pretend que c'est a Paris qu'on s'occupe
plus de son voisin. Ei-reur !!! Si les Parisiens' v
lent bien exceller dans cet art,.- si c'en est un
qu'ils viennent prendre des lemons a la Guadelou
I1 n'y a pas d'endroits sous le ciel, oh 1'on s'oc
de son prochain autant qu'en cette colonie. Ici c
cun vous espionne d'une surveillance haineuse et
placable. Et tout ce qUi a chez vous un caractere
grace dechaine l'animosit6 etles injures d'autiui.
les Guadeloupeens repassent une fois dans leur
prit l'emploi d'une de leurs journbes. Qu'ils se
nfandent avec impartiality ce qu'ils ont fait dans
vingt-quatre heures d6sormais tombees dans 1'6
nit6, et combien de ces heures ont-ils employees
element. Ils s'6tonneront de constater que la maje
parties de leur temps fut consacr6 a aufrui, c'est--(
dans 1'observation malicieuse dis actes du proch
dans le travail des langues portees h la m6disanc
a la calomnie. Ah !... contestez aux gens de ce
leurs droits naturels ,>, c'est-a-dire ceux qu'exi
leur corps, leur cerveau, leur cceur ; contestez-
leurs droits inalienables o, ceux qu'on ne peu
c6der, ni prendre a un autre, ni vendre, ni renier
perdre sa quality d'homme; contestez-leur 1
'< droits sacr6s ,>, ceux auxquels on ne peut pas
cher sans crime ; contestez-leur enfin tous les dr
mais ne leur contestez pas l'impsrieux besoin,
chez eux, de dire du mal de leurs prochains.
Or, M. Jean-Baptiste ne se content pas d'acc
la Providence : il dit du mal de son cousin, d
femme de celui-ci et de sa famille ; il le calomn
Ce n'est pas possible dit-il, M. Berthin
de la ruse; il a un truck quelconque, qui lui pe
d'arriver a ces beaux r6sultats !
Est-il besoin de dire que Madame Jean-Ba
se trouvait en parfaite conformity d'opinion
son mari ? Non. On doit y penser tout nature
ment.
Hein en ka bien conu r6pond-elle. (J
crois bien!)









-II est entendu qu'il met du guano dans ses terres.
Mais je dis qu'on a beau mettre du guano on ne peut
pas obtenir de pareils. rsultats.
Guano. en to tte tI 1l ? (Du guano dans toutes
ces terres ?)
Oui, c'est possible mais oh prend-il de l'argent
pour se procurer une si grande quantity de gua-
no ?
En ka bien coue ki a ka vold guano assz ionne
ce habstatton-la. (Je crois bien qu'il vole du guano
sur 'une de ces habitations !)
Ce possible Min 'ote jou moins rencontre li
en lissiO Id eve on sac rempli, c9 doitete gouana qui
tM a dan. (C'est possible Mais l'autre jour je l'ai
rencontr6 a la,lisiere du bois avec un sac rempli ; c'&-
tait.peut-6tre du guano qui 6tait dedans.)
Ce pas dote chose. Dalhl si gen d Berthin on
ka voug cd on vole (Ce n'est pas d'autre chose.
D'ailleurs sur la faconp de Berthin on voit bien que
c'est un voleur !)
-Minyopidzt non, ki z badm M. Enlde en
zaffe i bef a la moitze on ?
(Mais n'a-t-on pas dit qu'il a badin6 M. Emile dans
les affaires de bceufs e A la moiti& ? ,
Yo dit pa morn pa te vlg couz min c vrr mm-
me !,Sia pa*tg pa mzssig pa ti ke tini tant dit bef.
(On a dit Ca je ne voulais pas lecroire, mais c'est
bien vrai m6me Si ce n'6tait pas ca, monsieur
n'aurait pas eu tant de bceufs.)
Papa li te on bon vozl aussi : 14 i 1t gedr assz
abitation-l e n.haut-l i bien couyonna cd travalld-l ;
z vol bWtin a l'abztaiton. (Son pere 6tait bien un fin
voleur aussi ; lorsqu'il 6tait g6reur sur 1'habitation
de l1-haut il a tromp6 les travailleurs ; il a vol6 bien
des choses de l'habitation.)
-Et o vou ka comprendre qui boi la Berthin ft case
a .4 la soti ? (Et d'oiz viennent, croyez-vous;, les bois
'avec lesquels Berthin a construit sa maison ?)
Morn pa.save (Je ne sais.pas.)
On pa ka voue quz ce bots den6 a lIszne ce boi:
lisme te voyd .pou service labztction,
(Vous ne voyez pas que ces bois-I., ce sont des bois


-- l91f-









que l'usine envoyait pour le service de ses hat
stations !
Ah oue oue Comme papa-lz t ggr i fi
ctle a mzssid t4 volQ boss et planche con ls te vU
(Ah oui, oui Comme son pere 6tait g6retr, il 6ta
facile a M. Berthin de voler du bois et des planchi
comme il voulait.)
Ou ka comprendre (Vous comprenez !)
Cette banale conversation se tenait dans la maisc
m6me de M. Jean-Baptiste au moment oi il s'appr
tait a prendre son repas de midi. Au m6me install
une voix retentit.
Mette Baptiste moin vim ddjznd eve vou. (Malt:
Jean-Baptiste je suis venu d6jeuner avec vous.)
Cette voix 6tait celle de M. Berthin. Le hasai
voulut ce jour qu'en revenant de son champ il pa
sat pres de la propriety de son cousin. Alors, pl
plaisanterie, il lui adressa ces mots. Et M. Jea:
Baptiste s'empressa de r6pondre :
Mon che ou bien arrive. Ou kd mange dve nous
(Mon cher vous etes bien arrive. Vous manger
avec nous!)
Oh non, non.
Enfin minme ce on sec ou k6 pren eve mozn
(Enfin vous prendrez meme un < Ma foi oua. (Mais oui).
On voit bien que M. Jean-Baptiste fait parties c
group nombreux des C6imene qui accueillent d'ux
exclamation de surprise heureuse leur ennemie dol
elles viennent de medire. Et apres avoir recu son co
sin par des souhaits de bienvenue exprimant une jo:
qu'il ne ressentait pas, il lui adressa des comp]
ments flatteurs pour ses oeuvres, pour le travail qi
pourtant il n'admirait point.
Mon che cousin ce sott en nou pale dz vou. (M(
cher cousin nous venons de parler de vous.)
Et ka ou te ka dt dt moin ? (Et que disiez-voi
de moi ?)
Ou ka tou comprenne kz nous ka dz rien ki
vou !
(Vous comprenez bien que nous ne disions que c
bien de vous !)







-= I -


Oh mensonge de politesse S'il est toute une
s6rie de mensonges, de ces mensonges de politesse,
pour lesquels nous sommes particulibrement indul-
gents, toute conscience doit n6anmoins condamner
ceux de M. Jean-Baptiste.
Nou tM ka pale la fapon ou ka travaille, reprit
M. Jean-Baptite. Tout moune ka admird talent d vous
Et moin ka filzcitd you aussi. St ou arrive la ou rwvd
dejd cd grdce a sue de front a you. (Nous parlions de
la facon que vous travaillez. Tout le monde admire
votre talent. Et je vous f6licite, moi aussi. Mais
c'est grace a la sueur de votre front que vous 6tes
arrive a cette situation !)
M. Berthin, en haussant les 6paules, r6pondit :
-Je m'efforce A bien faire.
C pa pa man Baptiste sevi nous sec-la. (Ce
n'est pas ca dame Baptiste servez-nous le sec.)
Ils burent un coup de vieux rhum et le cousin
genant c'est le cas de le dire ne tarda
pas A s'en aller. Mais celui-ci n'avait pas tourn& le
dos que M. Jean-Baptiste et sa femme se repre-
naient a casser du sucre sur sa tete. Il n'6tait
rien dans la conduite de cet homme, conduit
pourtant assez r6gulibre, que le vilain cousin n'allat
chercher pour y trouver une mauvaise interpretation.
Toutes. ses occupations devinrent le sujet des
quolibets et des railleries. Les medisances empoi-
sonn6es et les calomnies de toutes sortes sortaient
de leur bouche comme les crapauds que rejetaient
A chaque parole les femmes peu compatissantes aux
fees. Quand done les calomniateurs et les calomnia-
trices de tout acabit se verront appr6hendes s6rieu-
sement par la justice ?
Et on salt comment les propos medisants, les ca-
lomnies, se r6pttent, violent de bouche en bouche et
s'exagerent Eh bien c'est ce qui arriva, car apr6s
en avoir parlk a sa femme, M. Jean-Baptiste en
parla h d'autres individus. On parla de M. Berthin
comme d'un homme qui a perdu tout respect human
et.qui doit s'attirer des maledictions.
Mais est-ce, tout ? M. Jean-Baptiste va-t-il se con-
tenter de d6nigrer, de calomnier M. Berthin ? Non t









Cela ne lui suffit pas, a Parler n'est rien, agir c'ei
tout a dit un proverbe. Or, M.-Jean-Baptiste r
souhaite plus que nuire. Il va user de la SorcelleE
contre son cousin. Du reste, il ne lui en faut pas c
beaucoup pour etre sorcier. Comme Louis xi et Bi
mark, qui furent d'effroyables sorciers, il se fait tai
t6t humble, tant6t orgueilleux, invoquant Dieu ma
appelant aussi le Diable. 11 se fait naturellement hon
me du monde, bien 6leve, aimable, pr6venant ;
rend m6me des services a celui qui va 6tre sa victim,
pour mieux lui chapter sa confiance. Ainsi, bie
souvent l'affabilit6, la g6n6iosit6 des gens de <
pays ne sont que des manteaux pour cacher lei
perversity. Ils charment le voisin i la facon de
femme la plus exquise pour mieux T'abattte, poi
mieux l'enfoncer dans l'orniere. d'of il ne peut !
tirer que tres difficilement. Ils souhaitent de deshi
norer le prochain, de le jeter au ban de la society
de faire de lui un repris de justice, voire un grar
criminal.
Entre autres, il est un crime qui se cache dai
l'ombre, qui rampe au foyer des families, qui 6poi
vante en quelque sorte la soci6t6 guadeloup6enn
et qui semble d6fier par.les artifices de son empl
et la subtilit6 de ses effects, les analyses de la scien
m6dicale : ce crime, qui se multiple de jour en jou
est l'empoisonnement mysterieux. Par celui-ci, 1
sorciers font mourir les bestiaux, attentent a la
des4hommes, a la pudicit6 des femmes et des filles
l'honneur etau bien de tous, enfin s6ment part
la terreur. Et pourquoi tout cela ? Parce qu'on e
jaloux, envieux, excessivement envieux, parce qu'<
a l'ame souill6e par les ressentiments et les hain
Or, M. Jean-Baptiste prit la resolution d'emp(
sonner son cousin. De quelles recettes se servira
il ? Les recettes et les oraisons de nos sorcie
n'ont nul caractere scientifique, et je ne puis le
donner quelque apparence s6rieuse. Mais tout-
mtme ces recettes 'et ces oraisons agissent. Voyon
*A. J. Baptiste se ruit vite en demeure de prepare
ses ingredients magiques. Que pripara-t-il !,
pour quelles fins ? La' recette est simple. La vo6







- 23 -


A titre documentaire : excrdment de chen, poudre de
pian, bralantde mer, os de mort.ptlvdrzs4, mouche,
lat; d, maiwellinser et d'autres substances qu'il vaut
mieux ensevelir dans l'oubli que d'en, rappeler les
idWes: Et avec ce melange execrable, arros6 d'un
peu d'eau ayant servi au bain d'une personnel morte,
puis soumis A diverse conjurations magiques, M.
Jean-Baptiste va porter le coup terrible A son cousin.
Celui-ci n'aura qu'A y mettre le pied pour qu'il ait
un mal inguerissable, et, par suite, pour qu'il soit
dans l'incapacit6 de travailler.
IV
C'etait alors un soir oh le soleil descendait lente-
ment l'horizon. Durant toute l'apres-midi M. Ber-
thin piochait. On le voyait camp droit sur ses reins
solides, son buste baissant et levant d'un movement
cadence, tandis que la pioche piquait et remuait la
terre. Entre temps, la femme s'occupaitdes multiples
travaux de la maison. Le soir tomba came et doux,
versant une s6ernit6 infinie sur nos campagnes. M.
Berthin rentra chez lui satisfait de sa journee.
Arrive h la maison, il fit un tour aux environs, al-
lant visitor les b6tes, s'assurant si tout 6tait en or-
dre. Puis il vint s'asseoir sous la veranda de sa mai-
son pour trouver un peu de fraicheur et de repos
dans l'attente du repas bien gagne.
M. Berthin avait passe une journee relativement
tranquille qui s'achevait sur une soiree tranquille
aussi. Des reflexions optimistes 1'assaillaient. Cet
homme n'eut jamais admis qu'aucun 8tre pft menacer
son manage et sa situation, qui marchaient selon ses,
gofits et ses souhaits. II recevait assez souvent la vi-'
site de quelques amis, et surtout celle de M. Jean-
Baptiste. Ilavait overt sa, maison A ce cousin qu'il
recevait en ami, en parent, sans mffiance, De son cS-
te, M. Jean-Baptiste lui t6moignat, soi-disant, de la
syrpathie, de la cordialit. Comment .M. Berthin
pourrait- il croire qu'il venait chez lui avec calcul
et.rnse, pour attenter A sa vie, A sa situation, a son
honneur ?... Ah:! il y a des actes don't un homme ne
concVit meme. point la possibility. Et pourtant c'est






-24-

1l qu'est le danger. D6fiez-vous de la visit ti
fr6quente de celui qui se dit votre ami. II ne vif
chez vous, le plus souvent, que pour pier vos aff
res, connaitre vos habitudes, afin de savoir comm<
et par quel moyen il pourra vous nuire plus prone
tement et plus sfirement.
Or, apres le repas du soir, M. Berthin et sa
mille se mirent au lit sans songer aux malfaitei
qui pourraient les guetter et trouble leur rep
Cet homme actif ne redoutait pas l'adversit6 et se
blait etre maitre du lendemain. Mais h6las il
impossible de coudoyer avec indifference la vie
tous les jours, cette vieille comm*re tatillonne,
mee de tant d'6cueils, source de tant de maux. I
existences les plus paisibles ont parfois beauco
d'imprevus. Les impr6vus viennent vous saisir dE
la plus profonde des retraites, dans le refuge de
maison d'Horace ou sur la route d'ordinaire trE
quille qui vous est familibre. La minute inconr
qui arrive peut vous mettre soudainement dans u
situation ridicule, ou vous engager dans un p6
Et un strange enchainement des 6v6nements p4
acculer l'homme le plus sage, le mieux plack- a <
situations dramatiques. En effet, M. Berthin, d<
l'existence a 6tW toujours paisible, va connaitre
mauvais jours, les nuits d'insomnie, de fievre
d'inqui6tude, les pensees t6nebreuses que souffle(
le d6mon et ses acolytes.
Ce soir-lA, dis-je, il venait de pleuvoir. Une fi
che odeur de terre mouillbe s'exhalait partout. I
feuilles luisantes d6gouttaient. Une grande p
regnait maintenant. Les prairies, les arbres
laient s'endormir. Et tout s'assoupissait, s'6teign
dans une m6lancolie infiniment douce. Les 6toi
luisaient adorablement dans le ciel. Quelques luc
bles dansaient en rond par-ci par-1a dans l'air
soupi. Personne ne passait sur les chemins d6se
et silencieux. Par l'immense silence de la cami
gne onze heures sonnaient tristement au clocher
l'6glise. A cette heure, les arbres tremblaient,
feuilles frissonnaient, et l'on ne sentait pourt;
pas le moindre vent; les fleurs se fermaient, se







- 25-


simulaient sous les herbes. Tout 6tait en re-
pos. Aussi, c'6tait 1'heure propice aux malfaiteurs.
Alors, M. Jean-Baptiste, qui avait son plan bien
arrWte et qui faisait la veille, mit ses vetements A
l'envers, les arrange comme il n'en avait jamais
l'habitude, se coiffa d'une facon grotesque, et sortit
avec sa composition diabolique. Le voici done en
route vers l'habitation de son cousin. Le chemin qui
y conduit serpente a travers des goyaviers, sous le
feuillage touffu de quelques manguiers au tronc
gerce, fendill6 et noirttre, entire des arbres h pain
ambitieux et conquerants. De temps en temps il
s'arr6te pour reprendre haleine et-pour s'assurer de
la solitude. D'arbre en arbre, il se cache au moindre
bruit. Un souffle de panique passe a travers la feuil-
l1e ofi des ombres prennent des formes ktranges et
fantastiques. On sait qu'il y a a la champagne, dans
les bois, vers minuit, de furtifs glissements, des res-
pirations oppressees et haletantes, des bruits in-
qui6tants qui se taisent subitement a l'approche
d'un 6tre human, des pas qui r6dent, des yeux qui
luisent, des 6tres qui rampent, qui se blottissent,
qui se tapissent au fond de leur repair, qui s'en-
foncent dans les fourres,'des betes que l'on d6ran-
ge dans leurs pratiques nocturnes, des ailes qui fr6-
lent. Et inevitablement, quand on se hasarde a pas-
ser un bois plus ou moins touffu pendant la nuit, on
a le coeur qui bat, et l'on se sent p6entr6 d'un effroi
redoutable. On songe, malgr6 soi, A toutes les l~-
gendes auxquelles les t6nebres ont donned naissan-
ce, aux subites apparitions de spectres, de fante^mes
et de revenants.
Mais M. Jean-Baptiste pense-t-il aux attaques que
1'obscurit6 rend possibles ? A-t-il peur des fantnomes ?
Pas le moins du monde. Il n'est obs6d6 que par une
idWe : celle d'accomplir son forfait.
Il s'approche de la maison de M. Berthin, se glis-
se sous la veranda et arrive en face de la porte prin-
cipale. LA, il soupire, lance un regard circulaire au-
tour de lui et ne voit rien. Un silence complete re-
gne autour de la maison : pas une Ame qui vive ;
pas un chien ne fait entendre son aboiement plhin-









tif. Ayant dfpos6 sa pite diabolique devant la port,
M. Baptiste s'bloigne de la maison A pas de loup e
disparait dans les t6nebres.
Le tour est jou6. Le denouement, quel qu'il' fft
/ ne devait pas se faire attendre.
M. J.-Baptiste connaissait bien les, habitudes di
son cousin. Celui-ci sortait de sa chambre avan
l'aube pour vaquer a ses affaires. Le lendemain ma
tin, M. Berthin sortit a 1'heure habituelle et il pa
ta'ugea dans cette merde. I1 en fut 6tonne sur l'heu
re et se rejeta en arriere avec terreur, en s'6crian
K Ah Ah ka en ka Pl l1t ? (Sur quoi je mar
che ?)
Comme il ne pouvait rien voir dans l'obscurit6
il demand une lampe A sa femme dejA lev6e, ell(
aussi.
,C on caca chien dit la femme en approchan
la lumibre a 1'endroit d6sign6 par l'homme.
Comment fail cd ld chzen-ld trouvd pou It ti ca-
ca ? (Comment se fait-il que c'est li que le chien a
trouv6 pour faire caca ?)
Ca vrai st 4 pas on couyonnade yo mdld la pot
vou ? (C'est peut-6tre quelque mal6fice qu'on a de-
pos6 l1 pour vous !)
Cdfouti pd s'empressa de r6pondre M. Bei-
thin qui s'6tait rendu a deux pas de lI sur la pelou-
se pour s'essuyer les pieds. (C'est possible c'esl
peut-6tre bien ca !)
Cette reflexion, sugg6rbe par la femme quelque
peu clairvoyante, lui traversa 1'esprit, mais il se dil
que cette merde 6tait sans doute l'ceuvre de leui
propre chien Medor. Or, M. Berthin sembla n'y at-
tacher aucune importance. Il ne ressentit rien sui
I'heure. Aussi se rendit-il au champ comme d'ha-
bitude et s'attela-t-il 6nergiquement A son trayail,
pr6parant sa terre pour la plantation de quelques
16gumes. Il ne se souvenait plus de sa m'saventure
du jour. Mais A peine avait-il commence a travailler
Squ'une grande faiblesse s'empara de lui; il fut tout
d'un coup comme 6puis6 d'une grande fatigue. Peu
A peu ses idees se troublbrent. II passa la main sur
son front baign6 de sueur et alla s'asseoir spus un







27 --

manguier qui s'elevait aux abords de son champ.
Aussit6t il ressentit des picotements au pied droit,
le pied qui avait touch la merde fatale puis
une d6mangeaison active jusqu'au genrou. La fi6vre
lui monta aux joues, enflamma son cerveau, mais
quelquesminutes apres ce fut une fievre violent qui
fit trembler ses membres. Il n'avait plus qu'un parti
a prendre : c'6tait de rentrer chez lui. Alors il se
decida vite en ce sens. Il n'6tait que temps. Arrive
A la maison, il n'eut que la force de se trainer a son
lit.
La maladie subite de M. Berthin fit sur Madame
Berthin l'effet di curare, ce poison des Indiens qui
glace 1'6nergie vitale sans 6ter la conscience de la
mort inevitable et prochaine. Elle se sentit tout A
coup prise comme dans une chape de plomb, sans
transition, sans avertissement et sans reaction possi-
ble. Ce jeudi-la, le jour s'6tait lev6 par un beau
temps splendid, indifferent aux joies et aux tris-
tesses des gens. Le temps marchait et la femme
s'abandonnait toujours A une tristesse profonde.
Encore an6antie par 1'impr6vu du coup qu'elle
venait de recevoir, elle ne trouvait ni la force,
ni le sang-froid pour prendre un parti. Et pourtant
il fallait en prendre un. II fallait querir un homme
de science en toute hAte. Prenant son courage a deux
mains, Mme Berthin se ressaisit. D6cid6e A ce que
Slajourn6e ne se passit pas sans qu'elle eit adopt
un parti d6finitif, elle eut enfin l'6nergie d'agir
promptement, et un mindecin fut mand6 Le mede-
cin arriva, diagnostiqua simplement une fievre cere-
brale et prescrivit une court ordonnance. Fi6vre c6
r6brale !... Ordonnance !...



M. Berthin s'affaiblissait de jour en jour, et son
visage gardait une paleur terne et strange. Mada-
me Berthin suivait avec anxi6et les sympt6mes de
cet affaiblissement graduel ; mais elle faisait appel,
pour le combattre, A tout son d6vouement, A tou-
te son experience de la vie, unis A l'ardent amour










qu'elle avait pour son mari. Son ceil attentif, ol
vait toutes les phases de la maladie, et c'tait i
elle-meme un supplice, une torture morale de
que heure et de chaque minute.
Peu a peu l'app6tit de M. Berthin dimini
Sans cesse, il 6tait tourment6 par des id6es et
pressentiments sinistres ; son sommeil deve
court, quand il n'6tait pas trouble par des roves
nibles. Au bout de cinq jours l'homme avait c
pl6tement change d'allures ; c6tait bien la m
charpente, les memes contours; mais le ton b
ros6 de sa peau s'6tait transforrpm en un teint
ne presque olivAtre ; les yeux avaient pris une
pression de duretA triste et sauvage ; la jambe (
te s'6caillait par endroits, tandis, que le pied d
nait un foyer de putrefaction. M. Berthin eut c
grand'peur de son 6tat. Tout d'un coup sa stul
tenait pour ainsi dire, de celle du D' Faust, qu
il voit surgir MIphistoph6l6s devant lui, ou en
de celle des gentilshommes invites a diner che
Negroni lorsque, apres l'orgie, les prieres de 1'
ce des morts retentissent et une file de p6nitc
don't on ne voit que les yeux de braise par les t:
de leurs cagoules, entrent en chantant d'un aci
sinistre. Tua:; les- soins que Mme Berthi:a prodig
a son mari 6taient initiles. Et la pauvre fen
avait des revoltes, comme des rages sourdes, d
voir impuissante devant le mal qui rongeait son
ri. A la fin elle ne pouvait regarder sans pleure
pied malade, les tempes et les joues de l'hot
creusees par la souffrance.
Et, quoiqu'il en coite de le dire, je dois av
que lorsque M. Jean-Baptiste apprit que son hoT
fut pris, chose a laquelle d'ailleurs il s'atten,
il en concut secrktement une profonde satisfac-
D6s les premiers jours, il ne manqua pas d-'
voir sa victim, non par bont6 mais par une c
sit6 funeste. L'air vulgaire et malicieux, les ;
pervers, charges de vice, d'ironie et de m6fianm
se presenta chez son cousin et se dirigea prester
dans sa chamnbre. Les deux hommes 6changere
poign6e de main qu'on se donne ordinairemen







--29 -


les paroles qu'on se dit ; puis M. Jean-Baptiste po-
sa la question :
Min cousin ka ou trape on ? (Mais cousi9 qu'a-
vez-vous attrap6 ?)
Mon Dig, r6pondit p6niblement le cousin en
proie A d'atroces souffrances, mozn minme pe pa dt
vou Fa moin trapd Jambe en morn et pied en mozn en
bobo et mozn toujou tin la five. (Mon dieu, moi-m6-
me, je ne peux pas vous dire ce que j'ai attrap6. Ma
jambe et mon pied sont < en bobo >, et j'ai toujours
une fievre).
Quoique M. Jean-Baptiste attendit ces paroles qui
ne lui apprenaient pourtant rien, il se sentit palir
un instant et confus d'un remords passage. II bal-
butia :
Rd ou ka di moin ld ? (Qu'est-ce que vous me
dites lh) ?.
Mais son 6tonnement fit vite place a de 1'indiff&-
rence. Il le montra, du reste, car il dit aussit6t :
Vous souffrez, c'est bien malheureux ; mais il
faut prendre du courage. Vous n'en mourez pas.
Ce sont des douleurs comme les autres... Ou po ko
fe medeczn vouW you non ? (Avez-vous vu d6jd un
'mdecin ?)
Mzn oui r6pondit la femme qui venait d'entrer
dans la chambre.- C9 rimide d midecn mozn ka ft ?
(Mais oui c'est le remide du m6decin que je fais).
Chere cousine, tout cela est fort triste ; je suis
aussi inquiet que vous de l'6tat de mon pauvre cou-
sin, mais que voulez-vous ?... I1 faut prendre du
courage ; il faut esperer que ca viendra
Sur ces mots, qu'il laissa tomber plut6t cynique-
ment, M. jean-Baptiste prit cong6 de la pauvre fa-
mille. Loin de s'inqui6ter de leur sort, il jouissait
vertement de ce qu'il croyait une victoire.

I1 est superflu de dire que la nouvelle de la mala-
die de M. Berthin 6clata comme un coup de foudre
dans le village et aux environs. Et tout le monde.
s'en 6tonna tout d'abord.
Ah M. Berthin est malade !!! s'exclama 1'un







-30-


Comment! Un homm6 qui travaillait si vaillai
ment ces jours derniers !!
I a un grand mal au pied, et il n'occupe qu'
ne place.
Oh c'est une .maladie mysterieuse, et je vol
assure que cet homme est en proie a des souffranc(
atroces.
D'ofi vient done ce mal ?
C'est un poison qu'il a touch du pied, dit-on.
Oh il faut voir 1'6tat de ce pied-la !
Certains 6coutaient attentivement le detail de cet
situation, que racontaient les mieux informs, cei
qui t6moignaient t M. Berthin une active sympathy
et qui se faisaient un devoir d'aller le voir sur s(
lit de douleur. Mais c'6taient les femmes, come to
jours et dans toutes circonstances, qui en savaie
plus long. 11 fallait les entendre caqueter, comn
des perruches, quand elles se rencontraient sur
route, passant d'un sujet A l'autre avec une mobili
d'id6es et une diversity d'expressions stup6fiante
Elles ne tarissaient pas sur le cas de M. Berthin,
beaucoup d'elles ne se cachaient pas pour dire to
haut leurs pensees.
Ah cd poisonne yo poisonn ht 1 ka accoue
tellement 't (Ah on l'a empoisonni Ii se fait a
croire tant !)
Mzssiz te tini l'zdde vint plus grand quipessone
reprenait le choeur de ces gens que rongeait la jalo
sie. (Monsieur avait l'id6e de devenir plus grat
que personnel !)
Morn bien content yo arritg vent a li (Je su
bien content de savoir qu'on l'a clou la1 !)
Hl6as personnel n'apprenait la nouvelle avec i
serrement de cceur. Au contraire, la plupart se d
saient tout haut qu'on pourrait bien empoisonner 1
Berthin et toute sa famille. Peuh c'est tristee, c'e
meme navrant de voir perir quelqu'ul par quelqi
poison. Mais les gens d'ici croient que c'est dans 1l
bones traditions, que c'est normal ; ils en souriei
meme quelquefois, comme s'ils assistaient A une so
ne de cinema qui les amuse.









...... i ,...........o. .. .. .... ..


V
Un mois s'etait ecoule, et M. Berthin n'avait au-
cune amelioration dans sa sante. Les rembdes du
docteur n'avaient produit aucun effet. Que peut la
medecine centre les sortil6ges ourdis par les siecles ?
Rien !... Que pouvait faire alors Mme Berthin ? Con-
naitre la veritable maladie et ses causes, savoir quel
rembde susceptible de la combattre, c'6tait la toute
la preoccupation de la pauvre femme. Or, A la
Guadeloupe, les paysans, comme les citadins, ont
onserve une foule de coutumes.traditionnelles na'i-
es, qui ne sont pas exemptes d'un certain cachet
pittoresque. La consultation du sort, par le moyen
des cartes, des chandelles, est. de celles-la. Malgrb
l'instruction et l'education des gens de cette colonie
a qui on a inculque la confiance en la science medi-
cale, les sorciers continent et continueront toujours
Sconserver une forte emprise, un credit inebran-
lable sur nos populations des villes et des campa-
gnes.
En la circonstance il fallait done s'adresser aux
rebouteurs, aux dormeusas, aux batteuses de cartes,
aux magiciens. Ceux-ci ne se servent pas moins de
l'art de deviner,,que des prestiges pour d6couvrir
les meurtres et les auteurs de certaines maladies ; et
dans ce dernier cas, par la pratique et par l'usage
de certain remndes superstitieux, en promettant
des merveilles A ceux qui les consultant, ils entre-
prennent de guerir les maladies qui passent pour in-
curables. Et ils reussissent quelquefois, ou par une
experience que leur donne le Demon, ou en vertu
de leur pacte, ou en 6tant le mal A Fun pour le don-
ner i l'autre, ou en les soulageant malicieuse-
ment pour quelque temps, afin de les tromper par
une apparence de gubrison. Et les mentalites sim-
plistes des gens d'ici sont toujours pr6tes A accueil-
lir, comme mot d'Evangile, les suggestions les plus
6tranges des sorciers.







- 32 -


Madame Berthin prit done une decision en c
sens. Cette decision tardive s'imposait d'urgence
A.ussi finit-elle par demander a une de ses visiteu
ses :
Dz moin, ma chU, kz bon d6mise ou connate ? (Di
tes-moi, ma ch6re, quelle bonne dormeuse connais
sez-vous ?)
Ah Ah !jousse ka present ou po ko voue po
d6mese ? (Jusqu'lci vous n'avez vu aucune dormeu
se ?)
Non ce remede a midecin en ka fe. (Non j
me sers des rem6des du m6decin).
A ll voue man God, on gros madame en la ri za
bime. I bon. ( Allez voir Madame God, une gross
dame de la rue des Abymes, dite rue Fr6bault,
Pointe-A-Pitre. Elle est bonne).
-E bin, dimin fo mozn alld hl. (Eh bien, demain,
faut que j'aille 1k,)
Ah ouz, pa ladd. Peddte cd mdchancetd yo j
mari d vou... (Ah oui, ne tardez pas. Peut-etre qu
c'est de la m6chancet6 qu'on a faite A votre mari).
Une bonne heure se passa en conversations au)
quelles Mme Berthin prit une part active. Ceper
dant, malgr6 tout ce que contenaient de, vari6e
d'important les entretiens de ces deux femmes, not
nous abstenons de les rapporter.
Madame Berthin demandait pour une bonne doi
meuse. C'est dire qu'il y en a de bonnes et de mai
vaises. En effet, certaines pourraient bien affirm(
que la maladie de son mari 6tait naturelle, tand
que d'autres r6veleraient la v6rit6, en d6clarant qu
c'est un malkfice qui a 6t6 fait, par qui il a 6t6 fai
et la maniere de le d6truire. Or, une bonne dormer
se-sorciere lui avait 6te d6sign6e. Dix fois, vini
fois le jour, il fallait voir cette grosse dame en que,
tion, assise fierement devant une table sur laquelle s
consumaient trois ou cinq chandelles piquees dans u
plat de fer-blanc. Il fallait 1'entendre raconter des fail
A ses clients, expliqueravecforce details, conseille:
Partout on parlait, en ce temps-lA, de cette famex
se devineresse. < I ka dzt vdritd & disaient beai









coup de gens. << I ka travatlle bten > reprenaient
d'autres. On disait que cette femme d6voilait, sans
barguigner, l'avenir de tous ceux qui voulaient bien
lui accorder confiance. Selon certain adeptes des si-
magrees, elle podvait m6me pr6dire la mort ; elle
4tait bonne pour toutes les consultations, par tous
les moyens, et s'ing6niait pour arranger toutes les af-
faires. Aussi presque tous les jours, mais notamment
le lundi et le vendredi, c'6tait chez elle un d6file in-
cessant de clients. L'une venait pour un malade,
l'autre voulait s'assurer de la fidelity de son mari ;
une troisieme d6sirait un talisman ou un bain pour
son travail ; une quatrieme voulait faire < valser >
un camarade gAnant, etc. Et madame God s'effor-
gait de satisfaire toutes ses clients.
Or, sur les conseils d'une de ses visiteuses, l'id6e
satanique d'aller consulter cette sorciere de la rue
des Abymes s'implanta dans la tote de Mme Berthin
Le profound d6sir de sauver son maria du danger, les
6loges qui couraient partout comme un vent sur le
compete de la devineresse-sorciere, n'eurent d'autrd
effect que de lui enfoncer davantage cette idee. Et
un lundi matin Mmne Bei-thin se trouva port6e, pous-
see, entree chez Mme God.
Bonjour. madame fit-elle
Bonjour, madame Soyez la bienvenue... Vous
Rates venue pour une consultation ?
-- Oui, madame,-r6pondit-elle timidement, pen-
dant que son arriere-train l6argi s'affalait sur le sib-
ge que lui avait pr6sent6 la sorciBre.
II s'agit de vous lire limitation de J6sus-Christ
Non, non ; cd pou vou gadd chandelle. (Non,
non ; c'est pour consulter les chandelles).
CA pou on malade ? (Est-ce pour un malade ?)
Oui, ce pou maria en moin kz malade depz on
mot. (Oui, c'est pour mon maria qui est malade de-
puis un mois).
Bon bon dit Mme God d'une voix poetique.
Sur ces mots, celle-ci s'installa devant sa table de
travail et invita la client A venir s'asseoir A c6t&
d'elle.
Avez-vous apporte des chandelles -?


- 34-







34-

Ouz-mt yo. (Oui. Les voici).
Donnez-m'en une.
Mme Berthin d6veloppa le petit paquet qu'ell
avait h la main, en prit d6licatement une chandell
qu'elle tendit la sorcibre. Et celle-ci demand :
C'est pour qui la consacrez-vous ?
Eh ben c'est pour le malade.
Comment s'appelle-t-il ?
M. Berthin.
Berthin min nom bapteme a li ? (Son no-, d
bapteme ?).
Ah !... Rodolphe.
q Rodolphe !... Rodolphe 1... Rodolphe !... r6p6
ta tout bas la sorcibre, tandis qu'elle s'ing6niait
faire tenir debout la chandelle dans le plat consa
cre A cet effet. Sur son invitation, Mme Berthin lu
en donna une second, en disant:'
Ci l cd pou la mason. (Celle-ci c'est pour l
masonn.
La devineresse-sorciere en fit la meme chose que
pour la premiere, et ehfin une troisieme chandell
fut consacrte pour les t affaires en dMhors >. Quand
les trois chandelles furent disposees en < triangle
dans le plat, la sorcibre, d'une main habile, les en-
flamma avec une allumette don't le soufre fut consu-
me.
Oh Oh mtn mart& vou bien malade / dit-el-
le de prime abord. (Oh Oh mais votre mari est
bien malade !).
Un 16ger soupir trahit la crainte de Mme Berthin.
Mais Mme God, don't 1'attention se portait d6jA en-
tierement aux mysteres de ses chandelles, ne s'en
apercut pas. Les yeux fix6s attentivement sur les
vives lumieres, elle continue :
Min tzni quique jou d4ja nhomme la malade
En ka vout z ja ffimn a sz li minme. C1 en pied z ma-
lade. I tni on bobo... Ah !... c oni mechanceit yo ft
ht (Mais il y a quelques jours depuis que 1'homme
est malade. Je vois qu'il d6eprit. C'est au pied qu'il a
un mat II a un bobo... Ah !... clest de la mdchan-
cetb... !)
C'est de la mdchancete II fallait en arriver 1A ;








35 --

c'est le mot general. II est vrai que ce cas a 6tW v&-
ridique :la maladie de M. Berthin 6tait bien sur-
naturelle. Mais g6n6ralement, 99 fois sur loo, lors-
qu'on va consulter une devineresse-sorciere pour
un malade, elle vous declare qu'il s'agit d'un mal6-
fice. Et la client passionn6e accepted cette confi-
dence avec la cr6dulit6 la plus absolue. Or, il arri-
ve souvent que lorsque la devineresse a dji dent z contre X ou Y, elle l'accuse carr6ment < d'a-
voir donn6 la maladie au c patient par des proc&-
des d'envotitementou autres. C'est ainsi qu'au fond
de certaines haines de famille on trouve !'influence
occulte des devineresses redoutables.
Soit! Madame God parla, parla ; elle donna des
details. Elle raconta mille et mille choses sur la ja-
lousie des voisins et des voisines de la client, sur
leurs reportages, leurs cancans, leurs m6chantes
intentions Madame Berthin dcoutait plein les oreil-
les, plein les yeux, plein le coeur, tant qu'elle pou-
vait. Et ses yeux clairs, fixes sur le visage expres-
sif et s6vere de la sorcidre, exprimaient un dtonne-
ment sans fin. Elle semblait ahurie de tout ce qu'el-
le entendait. Une des lumibres vacilla longtemps.
Alors mad. God, comme un artiste en extase devant
son oeuvre, s'ecria:
Gadd Gadd ou k9 tint on zaffe a paroles, on
cancan d case d vou, sotz ev on vois in soi eve on pa-
rent & vous (Regardez RegardBz vous aurez des
reportages, des cancans chez vous, soit avec un voi-
sin, soit avec un parent).
Eh bin I bin tout ca pou momn soupira
mad. Berthin. (Eh bien Eh tout cela pour moi I).
Les chandelles achevaient de se consumer dans
le plat. Dans la pikce oh se trouvaient ces deux
femmes en tete-A-tete, l'air 6tait lourd et tide com-
me dans une chambre oh l'on veillerait un mort. -Au
dehors, le bruit des voitures, la voix des- gens qui
s'interpelaient, se faisaient entendre distinctieenet.
Aprbs un instant de silence, que l'on pouvait consi-
derer comme un instant de recueillement, Mine God
d6clara :
Cd pou mozn ba vou rimdde c present Pa in-








-.36-


quiltd you, mari vou ke .gudrz. (I1 me reste A vot
donner des rem6des maintenant Ne vous inqui&te
pas, vote maria sera gquri).
Point n'est besoin, afin d'Iviter des longueur,
d'entrer dans les explications des remedes. Sache
que la sorciere, qui va se charger de gu6uir le me
lade, n'a pas a s'embarrasser d'une pharmacop&
tres complete. Certains gestes rituels, lFabsorptio
d'un ingredient, quelques bains g.nrreux, peuven
suffire pour guerir certaines perturbations organic
ques, certaines lesions cutanees. Or, entre autres cho
ses, quelques aimulettes, pr6par6es en grand secret
par Mme God, seront doubes d'une vertu curativ
certain. Mais aussi, quelle occasion favorable pou
la sorciere La fabrication des amulettes, la con
fection des sorts, sont pour elle des sources impor
tantes de revenues. En effet, on ne 16sine pas sur 1
prix de ces travaux : l'argent est accord dans ce
occasions en quantity d'autant plus grande qu'on
un dtsir plus vif A satisfaire.
Enfin, toute condition prise, Mme Berthin paya e
sortit. Tout 6tait gai au dehors : la chaleur, le bien
6tre et la vie r6gnaient partout, alors que 1'Ame d4
cette pauvre dame 6tait triste. D'un pas rapide, ell
regagna sa de:neure et se mit, le jour mnme, a fai
re pour son mari ce qu'on lui avait recommand6 d
fai e. Elle demand A un p6cheur de lui procure
neuf especes de varechs et un brila-nt don't elle avail
besoin. Elle avait djha pris du corne de cerf A un<
pharnacie de la ville. Et, pour un bain de pied, i
ne lui restait qu'A se baisser aux abords de sa mai
son pour recueillir de l'herbe dite Devant-NMgre.

Quelques jours apres, une amelioration se fit sen
tir dans 1'6tat de M. Berthin. Et un jour, aui mo.
ment d'entrer chez celui-ci, M. Jean-Baptiste crois{
l'ami Philippe qui en sortait. Il y eut entire eux ui
rapide change de phrases banales.
Et comment va-t-il maintenant ? demand l
cynique' cousin..
- Un peu mieux r6pondit naivement M. Phi
lippe.








-37-


Vous croyez ? fit l'autre, 6tonn6.
Oui, oui! affirma Philippe.
A ces mots, des orages interieurs gronderent en M.
ean-Baptiste.
Et'quel rembde fait-il done ?
-Je n'en sais rien r6pondit sechement M. Phi-
ippe qui, A ce moment, le trouva trop curieux, et
rut mrme remarquer que sa curiosity devenait 16-
g recent ironique.
...... . ... . . .. . . . .
Quand M. Berthin put se lever, il parla de sa ma-
ladie A ses amis, donna des details, avec 1'abondan-
ce d'un homme hant6 par un long souci et qui s'en
soulage en parlant.
Ah j'ai pass des jours cruels disait-il,
convaincu plus que jamais qu'il s'agissait d'un em-
poisonnement myst6rieux. Vous ne vous doutez
pas des souffrances que j'ai endurees.
A l'horreur de cette scene de maladie 6voquie avec
une intensity qui la lui rendait vivante et present,
s'ajoutait ce d6sespoir que pendant qu'il gardait
la maison, en proie aux souffrances atroces, ses af-
faires p6r6clitaient.
Eh bien ? Ah a va bien maintenant dit
M. Jean-Baptiste a M Berthin lors de leur premiere
rencontre, en s'efforcant de voiler par un sourire la
tourmente des emotions qui passaient dans ses yeux.
Oui heureusement, je ne suis pas mort. !!! -
repondit M. Berthin.
Cela 6tait dit d'un ton incisif. Puis, il parla en ter-
mes amers, fustigea le monde, expos ses vues sati-
riques sur le coeur des gens d'ici. Cependant, il ne
sottpdontiait'point M. Jean-Baptiste. Celui-ci ne r6-
pondait rien ou presqLie rien,, intuit au silence par cet
instinct des coupables qui les fait taire pour eviter
une parole imprudente. Autant que son trouble le
laissait capable, il s'effor'ait de p6nktrer le vrai
sensdef paroles qu'il ecoiutait: inqui6tantes en el-
les-riimies, elles 6taient dites .d'un ton paisible,
mais un peu plus incisif que celui de leur ordinai-
re causerie. Enfin, M. Jean-Baptiste eut un singu-







- 38 -


lier < hum ? d'6tonnement qu'il accompagna d7un
sourire mauvais.
Ah que le monde est m6chant lanca M.
Berthin pour terminer l'entretien.

Nous avons dit, que M. J.-Baptiste ex6cuta le
plan.horrible qu'il avait concu, sans hesitation ni
piti6. Mais, M. Berthin trouva la gu6rison apres
avoir endure les souffrances les plus horribles.
M. Berthin, r6tabli par les soins de la devineres-
se-sorcibre, se levait de bonnP heure comme a l'or-
dinaire, s'en allait au champ, reprenait ses occupa-
tions habituelles. Ses affaires en g6enral reprenaient
leur course normal. Mais M. Jean-Baptiste pensa que
son cousin trouva une trop prompted gu6rison. Il fut
exaspere de vengeance et de repr6sailles. Oh se
avenger !... cette pens6e si pleine d'esperances mau-
vaises lui fit sourire d6daigneusement. Alors il con-
qut le s nistre project de faire perir les animaux de
son cousin. Ah !... qu'il y a des 6tres depourvus de
toute sensibility, de tout sentiment de bonte, de pi-
tie; qui ne s'e16vent jamais au-dessus de leurs pe-
tits int6rets mat6riels Hommes et femmes, on di-
rait qu'ils sont persuades que la bassesse gouverne
le monde. Que fit encore A. Jean-Baptiste ?... Le
sort dopt il s'est servi pour faire mourir les bestiaux
de M. Berthin consistait dans une composition mise
dans un pot de terre qu'il enterra dans le parc m6-
me des boeufs. Tant que ce 'sort demeurait en ce
lieu la mortality des bestiaux ne cessait point.
Quand M. Berthin constata qu'il perdait ses ani-
maux il eut encore recours A la devineresse-sorci&-
re. Des conjurations ont ket faites pour d6couvrir
le sort. La sorciere vint au pare et, apr6s avoir fait
plusieurs figures et des imprecations ex6crables, el-
le trouva effectivement le sort qui avait W6t jet& sur
les boenfs et il le leva.
VI
Nous avons dit que M. Berthin a deux enfants, Ni-
cole et Francois. Et M. Jean-Baptiste 6galement a
aussi des enfants, don't l'aind se nomme G6rard.
Tous, ils sont A l'6cole de la meme commune.









Les enfants assis surles bancs de 1'6cole ce sont
ceux des ouvriers des champs, de l'usine, du comp-
toir, comme ceux des.gens fortunes et des gens de
la carribre lib6rale. Le maitre, sans parti pris, dis-
tribue l'instructiou h tous, 6tant de l'avis du philo-
sophe Condorcet qui, le premier, a soumis a la Le-
gislative l'idee de preparer chacun A se rendre capa-
ble des functions sociales auxquelles il a le droit d'e-
tre appelM, a d6velopper toute l'6tendue des talents
qu'il a requs de la nature et a 6tablir par lh entire
les citoyens une 6galit6 de fait.
Mais voici que G6rard, le fils de M. Jean-Baptiste,
lejaloux malfaiteur, est tres intelligent ; il est d'u-
ne intelligence surprenante. II souffre, pour ainsi
parler, de la vie mediocre oh sont r6duits ses pa-
rents. Mais il est bien doue, il travaille convena-
blement A l'ecole et il devient 1'616ve aim6 qui con-
sole le maitre des d6boires de l'enseignement. II
fait des progres 6tonnants en 6criture et en math6-
mathiques, car il y met toute son application.
Nicole, le fils ain6 de M. Berthin, qui. connait une
assez large aisance, est tout autr-e. Ses parents ont
mis en lui toute leur ambition. Ils s'acharnent a le
pousser, ils ne savent vers quel but ni par quels
moyens. Mais cet enfant d'une intelligence medio-
cre, paresseux par-dessus le march, n'avance pas.
SEh bien Gerard souffre dejA de la haine don't
les condisciples le poursuivent, tout simplement par
jalousie de l'616ve dou6 qui apprend bien. Tous 'es
4lves d6testent 6galement Nicole. Celui-ci leur est
suspect par naissance, et ils le regardent comme un.
ennemi n6. Et pourquoi ? Que leur a-t-il fait ? Rien.
I1 est dktest6 de la sorte, et c'est dur deja, a
cause de I'habit qu'il porte et de toute' 'apparence
e l'aisance chez sa famille. Enfant gate de ses pa-
ents, il est toujours richement nipp6. II a des ves-
:ons de drap, des chapeaux de prix, toujours de beaux
ouets. Alors, on devine quel ceil les autres eco-
iers ouvrent en presence de la brillante toilette de
Vicole !
Etje laisse aussi & penser quelle triste figure font,
c6t6 de ce petit complete de drap, le grossier line







-40 -


de G6rard, son chapeau de paille, ses souliers gros-
siers Celui-ci est un peu honteux, la vanity est si
naturelle chez les enfants. Il en aurait pris son parti,
sachant bien que ses parents sont pauvres et ne
peuvent faire davantage pour lui. Par instinct ce-
pendant, G6rard et tous ceux de sa condition
font une difference entire Nicole et lui. Celui-14
a bien une certain dignity dans sa tenue. Mais
malgr6 la richesse de ses accoutrements et meme
la prktention de ses manieres, il n'est toujours
qu'une nullit6 a l'6cole. I1 sent cela, sans doute,
et chest ce qui enflamme chez lui une jalousie a
l'6gard de G6rard. D6s lors une vive antipathie s'6-
tablit entire ces deux Bcoliers, et il s'ensuivit une
guerre A coup d'6pingle.
, Nicole, l'aristocrate, appelle G6rard le fils de
Monsieur Sans-le-Sou, et celui-ci renvoie A son ri-
val 1'6pith6te de Tete-Dure. Le premier fait re-
marquer fort habilement le peu de valeur du costu-
me que porte G6rard ; et celui-ci relive trbs fine-
nement la fain6antise du fils du nouveau parvenu.
Je ne saurai dire combien de mots piquants, de
sobriquets cruels, de remarques malicieuses, ils
6changeaient entire eux dans leurs curieux dialogues.
Le d6mon de la jalousie mordait G6rard au coeur.
Tous ces d6bats, toutes ces observations malignes
n'avaient pas manqu6 de -lui faire voir toute sa pau-
vret6. Quand il se consid6rait A c6t6 de 1'616gant Ni-
cole, il 6tait quelque peu honteux. Cela allait m6-
me jusqu'au malaise ; il ne voyait plus qu'avec tris-
tesse et une sorte de d6pit ses mis6rables v6tements,
et il aurait bien voulu 6tre, sinon riche, mais assez
ais6 pour rivaliser avec ceux qui 6taient les plus
richement habill6s. La pauvret6 commengait alors
a lui devenir d6sagr6able. Jusque-l1, il n'y avait pas
song ; A la rigueur, rien ne lui manquait au foyer
paternel, si peu fiat-il. Mais le contact d'un monde
plus riche et plus 616gant, le voisinage de Nicole si
bien par6 et chez qui, au moindre caprice, tout 6tait
si vite remplac6, lui cr6aient dans le coeur une bles-
sure que tout tendait a aigrir. Il ne pensait plus A
ses ucc6s d'dcolier; sa sup6riorit6 sur son rival ne







- 41 -


le touchait m6me plus; ses progres en lecture, en
ecriture, et en calcul, ne suffisaient pas A le conso-
ler : il ne voyaitplus que les beaux habits de Nicole,
et il n'avait de desir que d'en avoir de pareils.

M. Berthin s'informait souvent des nouvelles de la
conduit de Gerard A 1'6cole
Est-ce ti bougue t Jean-Baptiste ka apprenne en
classes ? demanda-t-il a son propre fils. (Est-ce que
le fils de Jean-Baptiste apprend en classes !)
Out, papa!... eh, a toujou premid en clsse !...
(Oui papa !.,. eh il est toujours premier en clas-
se ...)
Cette r6ponse n'a pas satisfait M. Berthin. Aussi
prononca-t-il tout haut un a Hein !... > de d6pit.

Alors que Nicole n'a pas W6t jug6 digne d'6tre
port sur la liste des caididats au certificate d'6tudes
primaires, Gerard d6croche l'examen avec la men-
tion c Tres bien >. On juge alors du bonheur de la
famille !
Et le pbre de Gerard trouve le moyen de le pous-,
ser et de l'envoyer a 1'6cole de la grande ville. Ce
jeune home de treize ans, A la mine 6ieillBe, plein
de zBle et intelligent, est agr66 de plein droit, a la
suite d'un concours, au course sup6rieur de la Poin-
te-A-Pitre. Et l par son travail et son assiduit6, il
conquiert l'estime de ses maitres. II en tire vanity.
La vie social du pays, ses jalousies, ses scanda-
les, ses ambitions, n'6taient encore pour Gerard
qu'une vision confuse. Chaque jeudi et chaque di-
manche, il venait voir ses parents au village natal
oh la nouvelle de sa bonne conduit et de son tra-
vail Btait r6pandue et commentee.
GCrard semblait porter avec lui une froideur si-
lencieuse. Quand 4 revenait au village, il se mon-
trait 6trangement seul, seulde son espece. II 6tait si-
lencieux, il ne parlait que lorsque c'etait n6cessai-
re. II 6tait r6serv6 et on interpr6tait mal sa reserve.
Alors la jalousie des uns et des autres se manifes-
tait en m6disances de toutes sortes centre lui.
4 Hem !... ddpt Gera lIcole en ville z tellement







L- 14-


fig ks'lai jp p :p6& d li,: (Hein !... Depuis quoe G6-
rard est ia I'cole i la, grande ville il est-si fier:que la
terre peut a :peine 'le porter).
Ka ti bougue l:k&uapprevide en lissila Pon-
te ? > (Qu'est-ce qu'il va apprendre. de plus a la
Pointe-h-Pitre ?).

Les d6marches de G6rard devinrent suspects aux
yeux des gens de la commurie. Son attitude, l'ex-
pression de sa voix, son geste, ne furent qu'une
pantomine d'acteur. On se rappelle le mot -de La
Rochefoucauld : c Nos actions sont come' les bouts
rimes que chacun fast rapporter a ce qu'z' lui plait >.
C'est ici stirtout q'ae cette v6rit6 n'a'pas besoin de
preuve. Cette funeste passion, quon- appelle la ja-
lousie, change tout a nos yeux : la .pidt6 n'est. plus
qu'une hypocrisie bien conduit ; la reputation la
mieux 6tablie est une erreur publique of il -entre
plus de prevention que de v6rite ; les meilleurs ta-
lents ne sont qu'une ambition d6mesurbe qui, cache
plut6t un fond de mediocrity et d'insuffisance ; les
succes les plus glorieux ne -sont qu'un assemblage
de circonstances heureuses qu'on doit a la bizarre-
rie du hasard p'us qu'A la .sagesse des measures. ; la
valeur la plus eclatante n est .qu'une -pure,.ostenta-
tion ou un bonheur qui tient'lieu de, .merite. Enfin
ici la jalousie fl6trit tout, change tout.
Que faut-il voir en ,G6rard ? demand 1'un
Ah bah 1 un pauvre, ignorant comme nou,
tous --r pond un deuxieme qui ne manque jamaia
de rencherir sur la perfidie du:.rpsemier.

VII
M. Berthin n'approuve: pas I'acuvre dle,I-,)Jean
Baptiste. Celii-ci, pour son fils, connaissaitialrs li
labeur sans trove, la lutte de: tous les : instants ; i
d6ployait des tr6sors d'6nergie, de dkvoi-ement, d&
pensant les meilleures forces de son: ;tro~ pour-ele
ver ses enfants, surtout Gerard qui lui pramettai
beaucoup. Sachant quel but poursuivait eelui-ci, M
Berthin ne pouvait assisted les efforts de son.-cousin









sans en.r6prouver la tendance. Alors it va 6prou-
ver le sinistre 'plaisir de faire du tort A .l'enfant.
Touf'd'abord il va manifester.sa jalousie en deni-
grant, en calomaiant toute la famille voisine.
c Fwichre dit-il un soir A sa femme. Mis-
ste bien gangala comment I mete tz bougue aille-li
lcoei en ville !...
(Fichtre M. se montre tres grand II a mis son
enfant A 1'6cole de la ville !...)
Fo could i ka senti is pde / r6pondit la femme, (II
faut done croire qu'il se sent capable !)
Toute moune ka dit hi tt Gira ka travaille bien !
(Tout le monde dit que G6rard travaille bien).
Etpapa la ka accou li !... (Et le pare se faith ac-
croire !...)
On saloprz con pa !... Ipa mine tnzm d tdtes
a culotte pou li mite st ih, z 'ka .fe grand zafft kon
fa dvd gapon a hI !(Un home de rien come 4a !...
Il n'a meme:pas deux vieux culottes, il faitde gran-
des affaires avec son garcon !...)
Ka ou vld fe Gapon-ld ka levd ne a it (Que vou-
lez-vous Son gargon fait toute son ambition.)
Hold Tt bougue dl pg kd rdtd longtemps en
ville. (Cet enfant-lh ne restera pas longtemps a la
ville.)
Moin pa t.ni lidd i kd rdtd trop longlemps non
plus. (Je n'ai pas l'id6e qu'il y restera trop long-
temps non plus.)
Mm o Jean-Baptiste kd pd consevd longlemps It
bougue 14 en mzlle Mzssid vid ftd pit hau kt li pd.
En ca bien could ki z te k9 fe mid voyd ti gapon la
apprende on mdtid, o bin ft iz travaille te a li evd li !
(Mais comment Jean-Baptiste pourra-t-il conserver
son fils a la villa Monsieur veut faire plus qu'il ne
peut. Je crois bien qu'il aurait mieux fait d'envoyer
son fils en apprentissage ou de le faire travailler sa
terre avec lui).
La femme, plus indulgente peut-6tre, r6pondit
tout timidement :
Min i ka apprende on mdtier Con lt a 1icole en
ville 14 cd pou li vim avoca o bmn mdeczn. (Mais. i
appre nd un m6tier Comme i! est A l'bcole A la







--44-


ville c'est pour qu'il devienne avocat ou .m&decin).
e Oli fa !! s'exclama 1'homme. (Cd ti negue
la pa ks kd jamin fe on medecin o brn on avoca !!!),
(Comment voulez-vous ca !!! C'est ce petit negre qui
va devenir jamais un m6decin ou un avocat !!!
En ka di pa, pzsse yo ka prdtende i ka travaille
en pile. (Je dis ca, puisque le monde pretend que
1'enfaut travaille beaucoup).
A pa tout di travazlle en pile (Ce n'est pas
tout que de travailler beaucoup.)
Enfin soupira la femme.
En ka di vou yo k9 baissd orguedl 4 Jean-Baptis-
te bien vile. (Je vous dis qu'on va bien vite abais-
ser l'orgueil de Jean-Baptiste). On bon jou ou kd
voud it bougue la montd en case-la. I ke fins pa oublid
idcole et cd en canne a blanc i ke alld gagnd jound a it
con lMsott !... (Un beau jour vous verrez Penfant
monter ici et rester pour de bon a la maison. II1 fini-
ra par oublier 1'6cole et c'est dans les champs de
cannes des blancs qu'il ira gagner sa journ6e comme
les autres 1)
St lI pa rtdd en vacabonage en vylle (S'il n'est
pas rest en vagabondage & la ville !)
-Etpuis. ......... ..... .
Enfin M. Berthin et sa femme, assis nonchalams
ment sous leur v6rarida, tout en grignotant de-
grains grilles de mals, tenaient a l'6gard de la fa-
mille Jean-Baptiste des propos qui auraient fait fre-
mir d'horreur les bosquets immobiles de la propri6-
te.
<< G6rard n'aura qu'A manier la houe et le cou-
telas toute sa vie s, affirma Berthin. e Il sera le
mulet des b6kbs > (i). II faut qu'il gagne sa vie en tra-
vaillant durement sous le soleil et sous la pluie ; il
faut qu'il apprenne ce que c'est que la misere ; il
faut qu'il mange, comme beaucoup des n6tres, de la
vache enrage.
Ou pa save, mon chg (Vous ne savez pas) -
r6pondit la femme.
Moin- pas save !... Min moin minme kd f ti bou-

(I) On appelle ainsi les blanks creoles.







-45--


gue la on bitin (Je ne sais pas !... Mais moi-meme
je ferai quelque chose A ce gargon la /)
Vous ne commettrez pas ce mbfait, mon cher I
s'ecria la femme.
A-t-on recul6 devant le project de me faire du
mal ?
F6 pa ou gad& fa (I1 ne faut pas. regarder ca !)
Tonne en virit, f6 mon ft li on bztn. (Ton'-
nerre En v6rit6, il faut que je fasse quelque cho-
se A ce garcon).
SEt pour appuyer son serment, M. Berthin frappa
sa poitrine de toute la larger de sa main et de'toute
sa force, puis se baissa, prit du bout de son index un
peu de terre qu'il d6posa sur sa langue. Pour
lui rien n'existait plus que sa haine A satisfaire. II
avait dejA congu un project et se pr6parait A l'ex6cu-
ter. Ses manigances, ses louches manoeuvres allaient
contribuer tout d'abord A donner a Gerard le plus
grand d6gouit de l'ecole.
Or, un matin M. Berthin attrapa un anolis sur l'un
des arbres de son jardin au nom de G6rard. II bap-
tisa cet animal et le munit, par les moyens en son
pouvoir, des sacrements de l'enfant. Puis il s'achar-
na sur l'animal, lui crevant les yeux, lui enlevant
les patties, lui arrachant sa langue, tout en prof6rant
diverse paroles magiques. Ceci fait, M. Berthin,
avec un sourire de satisfaction aux l6vres, enferma
l'animal ainsi martyrise dans un bocal rempli de
choses les plus extravagantes.

Garard qui, jusqu'alors, avait v6cu insoucieux et
gai come 'oiseau, sans m&me soupconner que le
mal existAt, se trouva tout A coup en face de la tris-
te realit6 et de ses douleurs. Il reconnut alors
qu'il y a Ides opprobres en ce monde qui frap-
pent les innocents, des infamies qui rejaillissent
sur les fronts les plus purs. C'est qu'un beau jour,
G6rard abandonna l'6cole, pr6textant que son papa
n'est pas assez ais6 pour l'entretenir A la ville et que
de plus ce pere a d'autres enfants A lever. 11
voulut se faire commis dans uft magasin quelcon-
que. Est-ce que les questions d'argent tenaient dejA
jo







-406-


une grande place dans cette jeune t&te ? Non. Le
diable 6taitapres lui pour l'inciter A prendre une
mauvaise voie et A mal fire.
. .. . . .. .. . .. . .. .
La mere de G6rard s'inqui6tait de tout ce qui
concernait son fils, de ses travaux A 1'6cole, de sa
sante et de son bonheutr. D'habitude, G6rard jouis-
sait de la sante la plus parfaite. Il avait 6t6 exempt
de toutes ces petites maladies auxquelles les en-
fants de son Age sont souvent sujets. Quand il arri-
vait le jeudi ou le dimanche, il fallait voir comment
la mere lui t6moignait tout son amour : elle lui di-
sait sa tristesse et celle de son pere d'6tre s6pares
de lui, et aussi toutela joie qu'ils 6prouvaient a le
voir revenir periodiquement a la maison.
Or, M. et Mme Jean-Baptiste, en presence du
changement op6r6 chez leur fils d'ordinaire si labo-
rieux, se d6ciderent A se faire faire une seance de
somnambulisme.
Oh ka pa vi dz ? avait demand la mere.
(Oh qu'est-ce que 9a veut dire ?)
En nou voy6 c6 en nou 6 van !) Allons chercher
A connaitre ce qui existe !)
Et alors, ils porterent leur pr6f6rence A une som-
nambule des environs qui passaient pour un tres bon
sujet. En effet, on pretend que la nature produit
quelquefois des femmes qui, sous l'influence de 1'e-
lectricit6, sont dou6es de la double vue, c'est-A-dire
des femmes qui voient dans le monde surnaturel, en
vertu de magn6tisme, qui ont le don de suivre, par
example, une personnel voyageant a des milliers de
kilometres, qui l'apercoivent dans toutes ses actions
et qui peuvent vous dire imm6diatement ce qu'elle
fait A uin moment donn6, aussi bien que ce qu'elle a
fait hier et ce qu'elle pense faire plus tard.
Or, Mme Boncceur, dit-on, 6tait une somnambu-
le merveilleusement dou6e. C'est done en toute cou-
fiance que M. Jean-Baptiste et sa femme se rendi-
rent chez elle un vendredi matin. Ils furent intro-
duits dans le salon dispose pour recevoir les clients
et la i'aitresse de mason leur d6signa un canape
oh ils devaient s'asseoir. La seance devait avoir lieu







-47-


ahuis clos. Aprbs avoir ferm6 les portes, Mine Bon-
coeur prit place dans un fauteuil et son mari ma-
gidtiseur s'assit sur une chaise en face d'elle.
Selon les proc6des classiqnes, le magritiseur fixa
ses yeux sur le sujet, puis tout d'un coup lui langa
en pleine figure des flots de fluide, en joignant l'ex-
tremite des doigts de chaque main et en les ecartant
brusquement. Ensuite, les bras tendus, il lui prome-
na les mains devant le visage dans un geste de len-
te b6n6diction. Entre temps la grosse face de Mme
Boncoeur s'6fforgait de paraitre sbrieuse et grave.
Mme Jean-Baptiste, sur le canap6, regardait, d'un
air ahuri, I'homme qui se livrait A un aussi singulier
exercise ; et, tres intimidbe, elle restait immobile,
la bouche b6ante.
Enfin l'op6rateur 6tendit son doigt, garni d'une
bague oi scintillait une pierre pr6cieuse, et en tou-
cha le front ct les yeux de la somnambule en signe
de croix. Les yeux de Mme Boncoeur se fermirent.
Et alors, avec un grand s6rieux l'homme prit la main
gauche du client et la placa dans la main de la
somnambule.
Vous 6tes maintenant en communication ma-
gn6tique, dit-il. Vous pouvez demander A Ma-
dame ce que vous desirez savoir du pass, du present
et de l'avenir, en ce qui vous concern.
Sur ces mots, le mari magn6tiseur se retira discr6-
tement pour ne pas trouble les confidences des per-
sonnes consultants.
Vous irez visiter chez moi dit M. Jean-Bap-
tiste a la somnambule, qui avait renvers6 la tate ea
arriere.
Of se trouve votre maison ? demanda-t-elle.
Alors M. Jean-Baptiste donna les explications nd-
cessaires.
Ce furent done des predications, des d6voilements
du pass, des histoires abracadabrantes. Le cas de
G6rard fut examined avec minute.
C9 on mzrake ti gapon-lh pa vini fou s'ex-
clama en fin de compete la dormeuse : Min ou ke pren
you bien d i kd guerz (C'est par miracle que ce gar-







-48-

1Q n'est pas devenu fou. Mais, A vous prendre bien
il sera gu6ri).

II a fallu fair un voyage au Moule. La mere avait
A se rendre au cimetiere abandonn6 du quarter dit
< Vieux-Bourg pour y decouvrir... je ne sais quoi
de mysteiieux.
Enfin, G6rard, apres avoir pris, entire autres cho-
ses, quelques c barns ddmarres >, put se reprendre
se rendre de nouveau & l'6cole, et travailler d'arra-
che-pied en vue d'obtenir le brevet 616hentaire.




4-
.. ...










VIII

Entre temps, M. Berthin, d'un r6ve orgueilleux,
fait entrer son fils au Lyc6e Carnot; il tient A faire
de lui un ujet ; il"veut que cet enfant soit le pre-
mier de sa classes et qu'il arrache le succes a force
de travail.
Voyez-vous M. Berthin veut A tout prix du suc-
ces pour son fils, tandis qu'il souhaite l'insucc6s, le
mal, pour autrui Que comprenez-vous vraiment A
ces Ames r6ellement 6goistes qui ne veulent voir lui-
re le soleil que rour eux seuls ?
Mais, h6las Nicole a perdu pied des son entree
au lyc6e. Son esprit est noueux, tres noueux m6-
me ; il ne comprend rien aux math6matiques, A la
litt6rature, A la physique, A la chiniie. Toutefois, le
pere garde des pr6tentions et l'oblige a se presenter
au baccalaurbat. Ouf !... Au bout de cette tentative
il n'y avait que 1'6chec.

Quelle Ame, accoutumne aux soudaines emotions
de la vie, pourrait concevoir ce qui se passa dans
1'Ame de M. Berthin, quand il s'apercut vraiment
que G6rardpoursuivait tranquillement ses etudes ?
Gerard, qu'il avait cru perdu pour toujours, se mon-
trait plus z~I~ que d'habitude. II etait rentr6 a l'6co-
le ; oui il travaillait bien. M. Berthin ne pouvait
douter des nouvelles q.ui circulaient partout et qui
attachaient une aureole de gloire A 1'enfant de son
cousin. Aussi mille conjectures oppressaient a la
fois la pens6e de cet homme pervers et l'6touf-
faient. Depuis lors, M. Jean-Baptiste causait A M.
Berthin une impression strange qu'il ne pouvait de-
finir. Chaque fois qu'ils -se rencontraient, chaqiue
fois que leurs regards se croisaient, M..Berthin res-
sentait une vive commotion interieure.







-50-

Ah !Ah I pensait-il... Magr6 tou pa morn f, tz
'bougue-lM rdti ltcole !!! (Malgr6 toutce quej'ai fait,
1'enfant est rest A l'6cole !!!) Eh bien si moz pa
trap9 pitzt' 1 morn kd trapd papa ld j(Eh bien si j'ai
manqu6 l'enfant, je prendrai le p6re !)
Or, M. Berthin avait vite concu un sinistre project
contre M. Jean-Baptiste. II n'attendait qu'une occa-
sion pour 1'ex6cuter. Un jour, tous deux s'en re-
venaient ensemble de l'usine, o1 ils avaient Wt6
toucher un salaire, apr6s leur travail pdnible, et ils
marchaient lentement,.alourdis par la chaleur et la
fatigue. Ils causaient tous deux, de choses et d'au-
tres, quoique avec in peu de gene ; et, par instants,
ils s'arretaient en face l'un de l'autre, semblaient
discuter avec des gestes de la main et de la t6te ;
puis ils reprenaient leur chemin. Tout A coup, arri-
v6s devant une boutique, ils firent une nouvelle pad-
se.
Je vous offre un sec, dit M. Berthin, en se
tournant vers son cousin. Entrons !
Oh merci, mon cher. Je prefere rentrer -de
suite chez moi.
Mais vous avez bien le temps de rentrer chez
vous !... Comment vous refuse de prendre un sec
avec moi ?
Non Ce n'est pas ga!
Eh bien quoi !- allons-y !
Enfin, ils se d6cid6rent A entrer au cabaret. Apr6s
avoir command un aperitif, M. Berthin s'assit sur
un. escabeau devant une table, puis, se tournant
vers son cousin, il dit ironiquement :
Ah !..; vous avez eu un gros succes !
Lequel done ? demand son cousin avec un air
de m6fiance.
Je vous parole du succes de votre fils, parbleu.
Mais...il n'y a plus rien jusqu'ici .
Comment plus rien ? L'enfant ne travaille-t-il
pas avec beaucoup de zele-?...
Oui.
Eh bien C'est dbja beaucoup C'est une gloire
pour vous Et je sais que tout le monde fait l'bloge
de votre fils. On vous admire !







51t-

Oh... quels-compliments qui-sonnent faux, qui
font souffrir, qui engagent au cynisme !
Enfin -soupira M. Jean-Baptiste. Gerard
travaille un peu ; it fait ce qu'il peut !... II fait de son
mieux !...
-Mon fils, savez-vous, a fait dejA deux ans en
cinquieme classes, et il ne passera dans la classes sui-
vante que l'an prochain !
Ah !...
Quelque peu suffisant en math6matiques, il est
au-dessous de tout dans les-autres matieres. Oh t
la, la il me d6courage vraiment !...
C'est peut-6tre le professeur qui ne montre pas
suffisamment blen lui object M. Jean-Baptiste.
C'est possible, car il y a des professeurs et des
instituteurs qui ne se < foulent pas les c6tes > !
Que voulez-vous. Prenez du courage; ga vien-
dra. Il faut esp6rer que Nicole travaillera mieux cet-
te ann6e et qu'il finira par ddcrocher le baccalaureat.
Je ferai bien tout ce qui depend de moi pour
qu'il reussisse, n'ayez pas peur !
II faut en avoir la ferme volont6 r
Et surtout de l'ambition I... comme vous, s'ex-
clama M. Berthin.
Oh je n'ai aucune ambition.
M. Berthin haussa les epaules avec une certain
vulgarity, en disant ;
Allons donc!... Pas d'ambition !... Tout le
monde a de l'ambition Les uns veulent avoir de
l'argent, les autres la gloire ; les plus malins veu-
lent avoir l'un et l'autre. N'est-ce pas l'ambition qui
mane le monde ?.. D'ailleurs, si vous n'aviez pas de-
l'ambition, mon cher jean-Baptiste, est-ce que vous
vous efforceriez d'envoyer votre fils A la ville ?...
Pourquoi l'avez- vous fait ?..
Je pretends que vous avez encore beaucoup
plus d'ambition que moi. Comment'se fait-il que
vous travaillez de la sorte ? Regardez comment
vous vous appliquez A entretenir votre champ, A
soigner vos animaux.
Il y eut un peu d'impertinence dans le ton de la r6-
ponse :









Ah pour me distraire !!!
Et alors Jean-Baptiste ricana :
Mais, mon cher, pour se distraire, on ne tra-
vaille pas, on s'amuse plut6t.
Lep dcux homes continuerent a causer, mais en
indifferents, chacun s'efforant de cacher a l'autre le
drame latent de son coeur, celui-ci affectant 'insou-
ciance, celui-l1 l'amenit6, pesant tous deux leurs
paroles, surveillant leurs regards et leurs gestes.

Les deux verres communn6s 6taient servis, et le
tenancier du bazar avait tourn6 le dos, laissant les
deux clients seuls a leur causerie familibre. Or, il
arriva un moment o't l'attention de M. Jean-Bap-
tiste fut d6tourn6e de la buvette, soit par un ma-
lencontreux hasard, soit intentionnellement pour ca-
cher son trouble a M. Berthin. L'occasion fatale
6tait favorable. En un tour de main. et en moins
de temps qu'il n'en faut pour le dire, celui-ci fit tom-
ber dans 1'un des verres une pinc6e de poudre blan-
chAtre. Le tour 6tait jou6. Dieu sait ce que M. Ber-
thin a mis dans la boisson r6serv6e a son cousin;
Mon cher, ce n'est pas Ca dit M. Jean-Bap-
tiste. If se fait d6j tard.
Vous avez raison Et puis il est plus que temps
de boire notre verre Voici le v6tre et trinquons...
A votre sante dit M. Jean-Baptiste.
A la v6tre aussi r6pondit ironiquement le
cousin.
M. Jean-Baptiste, sans regarder si son verre
6tait bon ou mauvais, l'avala coup sur coup.
Ce rhum est bien fort dit-il sechement en
d6posant son verre. L'avez-vous appr6ci6 ?...
.- Oui, oui D'habitude le rhum est bon ici. C'est
pourquoi ce bazar regorge de clients le plus sou-
vent. Le samedi et le dimanche...
Mais non interrompit M. Jean-Baptiste!en
se levant. Nous n'allons pas passer tout notre
temps ici !
Ils sortirent et se s6parbrent non loin de 1&. Bien-
t6t les vapeurs de cette boisson frelat6e environne-
rent d'un nuage le p6re de G6rard. Comme il avait


-5 -






-53-


bu pr6cipitamment, l'ivresse le prit tout-a-coup ; il
sentit ses idWes se trouble puis se calmer, pour se
trouble encore. Cependant M. Jean-Baptiste put
rentrer chez lui assez tranquillement, n'6prouvant
rien pour ainsi dire, ne sentant rien, et come pri-
ve de r6flexion. Arrive la maison, il se fit servir a
diner. Mais le mets 6tait a peine goit6, qu'il alla se
deshabiller et se mettre au lit. A peine eut-il pos6
la tete sur son oreiller que les esprits de la vengean
ce le saisirent, et il crut que tous les muscles de son
corps fussent devenus de bois. II passa ainsi pros
d'une heure fou et raide comme un squeletth. Ce
fut une sorte d'acces de folie provoqu6e qu'il 6prou-
va.
II avait la bouche en bois et une sensation d6sa-
gr6able a la racine des cheveux. Mme Jean-Baptiste
te ne se trompa point sur l'6tat de son mari. Elle
coupa un citron en deux, en exprima I1 jus, qu'il
versa dans un peu d'eau sucree. Et M. Jean-Bap-
tiste en but son soul. Apres quoi son oeil devint
plus clair. Puis peu a peu les vapeurs de l'ivresse se
dissiperent dans son cerveau. Toutefois il demeura
faible et parfaitement inconscient.
Enfin, M. Jean-Baptiste s'endormit. Le lendemain
en s'6veillant, apres une nuit quelque peu agitee,
il 6prouva un mal de t6te violent, des douleurs dans
tous les membles et une faiblesse extreme. 11 vou-
lut se rendre au travail, mais cela lui fut impossi-
ble. Un froid glacial l'avait saisi. Malgr6 une tem-
perature assez 6lev6e deja au petit jour, il semblait
grelotter. C'etait la fievre.

Depuis lors M. Jean-Baptiste devint un buveur, un
vrai soulard, sentant toujours le rhunm et d6shono-
rant les siens.


M. Jean-Baptiste ne put se guerir de l'alcoolisme,
it ne put reprendre son sens et sa raison que fort
longtemps apr6s, et cela grace aux soins myst6-
rieux des persnnnages sorciers a qui il a eu recours.







-54 -


IX -
Gerard avait atteint sa dix-huitibme ann6e. A vrai
S dire il n'avait 6prouve encore aucun malheur,
aucune maladie. II 6tait d'un caractere assez ouvert,
avec toutes les esp6rances. C'est avec un succes
retentissant qu'il affront 1'examen du brevet 6le-
mentaire. F6licit6 par les membres du jury d'exa-
men, congratul6 par certain camarades, G6rard
touchait a la r6alisation de tous ses espoirs. Aussi
il 6prouvait une l6gitime fiert6 d'avoir 'atteint le
point dd cisif. ..... ................... ...
Un coup de t6l6phone annonga a la famille le suc-
ces de G6rard. La mere se -redressa, en apprenant
cette bonne nouvelle, aussi fibre qu'une reine qu'on
vient de couronner. Son front fut rayonnant de bon-
heur. Quant a M. Jean-Baptiste, il faillit pleurer de
joie. II s'empressa d'aller trouver son cousin dans
son champ, l'air triomphant. II .n'eut pas le temps
d'arriver jusqu'A M. Berthin. C'est d'une certain
distance qu'il cria -de toute sa force :
Oh cousin mon fils a r6ussi !
Cette parole produisit un effet terrible chez M.
Berthin. Celui-ci fut subitement pris d'un tremble-
ment nerveux qui secoua son corps tout entier. II
sentit sons son front comme un tourbillonnerient
dans lequel-se confondaient toutes ses pensees.
Mais Jean-Baptiste ne vit rien, ne soupconna rien.
Oubliant la m6moire de sa jalousie et de ses crimes
il ne savait pas qu'il soufflait sur un brasier, qu'il
portait le trouble jusqu'au fond de l'Ame de son cou-
sin, et que le succ6s de son fils frappait aussi cruel-
lement le coeur de 1'autre que la lame d'un poi-
gnard.
Et quand M. Berthin rentra chez lui, ses oreilles
encore bourdonnantes de la nouvelle qui lui 6tait si-
nistre, il se trouva dans un 6tat d'exaltation extra-
ordinaire ; une rage sourde, don't il se sentait l'im-
puissance, grondait en lui et faisait bouillonner son
sang. M. Jean-Baptiste avait triomph6 La jalousie
avait verse en plein ses terrible poisons dans le
coeur de M. Berthin, et ses impitoyables morsures
le livraient A des emportements fi6vreux, A des tor-







- 55 -


tures sans nom. Ces mots : Mon fils a rdussi r6son-
naient a ses oreilles et sermblaient 6tre repet6s par
un .cho sintstre.
Le soir c'a 6t6 une fete intime h la maison pour
feter le brevet l66mientaire. Quelques amis y avaient
6te invites, aussi bien que M. Berthin. Mais celui-
ci ne s'est pas pr6sent6.

Lorsqqe la nouvelle de ce succes se repandit au
village, personnel ne pouvait en croire ses oreilles.
Ce fut alors une nouvelle champagne de d6nigrement
contre G6rard et sa famille.
Ola ti bougue 4 Jean-Baplste id teti force pou
litd passd brdvd dit Pun. (Comment l'enfant de
Jean-Baptiste-fut-il capable de r6ussir au brevet !)
Ce protdgi yo proiMg li i r6partit le chceur des
nigauds. (On l'a protg6 !) .. . ... ...
Quelle triste mentality !
Les gens d'ici consid6rent leurs compatriotes com-
me des incapables, quelle que soit leur superiority,
tandis que le plus vulgaire stranger prend a leurs
yeux une importance qu'il n'a point en r6alit6. La
parole, les gestes, les actions de celui ci front loi
dans cette colonies oi chacun reconnaitra, en d6pit
de tout, la profonde sagesse de ses plus l6gers mou-
vements. Aucune particularity de sa vie ne donne-
ra prise au ridicule, a la moquerie et k la malvail-
lance. Mais, helas notre propre valeur est toujours
meconnue. Que l'un de nous s'avise de faire quel-
que chose qui puisse le rehausser aux yeux du pu-
blic II verra qu'on le consider avec autant de cu-
riosit6 qu'on en aurait manifesto pour une girafe, et
qu'on lui lance des oeillades pleines d'ironie.
Pendant les jours qui suivirent, des amis se ren-
contraient ettout naturellement la conversation se
portait sur le succ6s de Gerard. M. Clovis, un -des
intimes de M. Jean-Baptiste rdincontra le cordonnier,
Adolphe. Aprbs les premiers mots d usage, il lui dit :
Ah ce garcon-14 a pu travailler jusqu'A pren-
dre son brevet. I1 a vraiment des qualities que'beau-
Coup d'autres n'ont pas, je pense. On ne dirait ja-
rxais qu'il 6tait si travailleur, si perseverant.








-56 -

Je ne pense pas comme vous! s'cria M
Adolphe.-Ce- rrard n'a rien de. plus que les autre
jeunes gens. Pensez-vous qu'il est plus intelligent
ou plus travailleur que le petit Ldon ou que le fils d
boucher ? II y en a beaucoup meme qui valent mieu
que lui. Seulement,-avec la chance, avec les -intri
gues de toutes sortes qu'il ya chez nous...
-- Pourtant, je I'aime bien, ce Gerard, et je -'ad
mire !
Ah s'ecria M. Adolphe d'une voix foudroy
ante. Vous l'aimez !... Malheureux !... Ce succs
n'enl6ve rien, je pense, A la reputation de 16gende
de la famille !... Hein !...
Comment ? demand M. Clovis, intrigue
Vous n'6tes vas de ce monde ? Ne cause-t-on
pas partout, fft-ce A voix basse, des dessous mys
terieux de l'Ame t6n6bfeuse du pare ? On le soup
conne d'avoir accompli deja les drames les plus af-
freux. Et ....

Oui, voilabien comme ils sont tous. On ne peu
louer devant eux une personnel digne de louange,
qu'ils ne cherchent aussit6t A la noircir. Ils empoi-
sonnent mbme le plaisir de louer jbstement.
Et pourtait de quel crime pourrait-on d6jA accu-
ser G(rard ? Est-ce qu'il avait dejA donn6 le baiser
d'Iscariote a tel ou tel ami ? Avait-il d6shonor6 un
bienfaiteur? Avait-il depoui116 celui a qui il devait
tout ? Avait-il 6t6 reconnu faux, hypocrite ? Non,
pourtant. Naturellement, il n'6tait pas loin d'6prou-
ver, lui aussi, -l'ind6finissable influence du senti-
ment gr6nral et de l'approuver en s'associant A la
malignit6 de ses compatriotes Mais...

Deux jours apres la fete de son 'succ6s, G6rard
rencontra un ancien condisciple de classes. Celui-ci
apres l'avoir chaudement f6licit6 de son succ6s, lui
tint ce language : -
Oui, mais il faut te mettre sur tes gardes. Tu
connais bien les gens d'ici Tu sais A quel point ils
sont jaloux et m6chants La plupart ne t'aiment







- 57 -


gubre. Des murmures, parties de-ci de-:l, me font
concevoir des doutes sur ton avenir. Is se;disent dMj.
qu'il ne suffit pas d'avoir un brevet, mais il faut
pouvoir en tirerparti. Ca laisse A penser que, d'a-
prbs leurs manigances, tu t'endormiras sur ce suc-
cbs, que tu ne seras pas appel6.~ travailler... Or,
mon cher G6rard, quetesparents prennent toutes les
measures utiles pour arr6ter leflot menacant des mal-
faiteurs et assurer ton avenir I

En effet, on allait commencer a s'occuper s6rieu-
sement de Gerard, en se livrant aux combinaisons
qui ont le mal pour objet. De nouvelles jalousies
avaient 6t6 suscit6es. De nouvelles intrigues se pre-
paraient pour emp6cher ce jeune homme d'6tre nom-
me instituteur. Le frere ain6 de l'ami don't nous ve-
nons de parler, un commercant parvenu aux mo-
yens des deniers d'autrui, osa meme d6clarer a la
tante de G6rard que jamais celui-ci ne serait fonc-
tionnaire, que jamais z21 ne mangerazt l'argent de
CAdnminstration >.
Qu'est-ce a dire ?

Mais Gerard ne veut rien entendre ou savoir de
ce qu'on dit ou de ce qu'on fait contre sa personnel.
Alors que l'examen ne lui apparait plus que sous un
voile un peu opaque, il est maintenant obs6d6 par
la vision anticip6e d'une cole. Il se sent vaillant et
il a soif de travail et de devouement; il a hate de
voir devant lui les petits enfants don't les petites
mains apprendront avec lui a turner les feuillets
des livres, qui doivent ouvrir une 6chapp6e vers Pi-
deal A leur vie.
Gerard avait done sollicit6 une d6l6gation de sta-
giaire. Octobre est venu : les 6coles s'ouvrent. Im-
patient, il guette chaque jou, le facteur de sa com-
mune Puis un beau jour, il se rend a la ville, court
au bureau du chef du service de I'Instruction publi-
que, et demand ce qu'on pense fairede lui. On lii
fait entendre qu'il serait bient6t appeal a servir
comme supplant ; et qu'il serait nommn des
qu'il y aurait an poste vacant. Et (+Prard voyait







- 58 -


deja le chemin de son avenir. Il souriait,. se rappe-
lant-les obstacles deja.:surmontes, les difficulties d6-
ja vaincues, les terreurs subies pour arriver a la
r6alisation de sa douce esp6rance.

Enfin, apres quelques suppl6ances faites dans
diff6rentes communes, apres .quelques mois d'an-
xieuse attente, Gerard obtint une d616gation de sta-
giaire. Ce fut alors le depart pour la vie ; ce fut la
responsabilit6 d'une noble tAche qui s'abattit sur
lui. Qu'est-ce que la r6alit6 allait offrir ou opposer
au r6ve d'apostolat de cejeune homme, 61ve hier,
maitre aujourd'hui ? Quel accueil ferait la popula-
tion A cette bonne volont6 qui s'offrait toute, A cette
ardeur qui voulait se ddpenser pour le bien des au-
res ? Qui serait ce directeur d'6cole avec qui il lui
faudra't vivre intimement ?
Gerard 6tait nomm6 dans une commune assez im-
portante, a quelques lieues loin de sa famille. II se
sentait terriblement seul au milieu d s inconnus
qui, durant les premiers jours, le regardaient pas-
ser curieusement, bouche b6e sur le seuil de leurs
portes. Faut-il penser que G rard ne leur inspirait
pas confiance ?... Le directeur de l'6cole 6tait un per-
sonnage quinteux, soupconneux, hostile Cependant
il recut son nouveau coll6gue et adjoint avec en-
train et une cordiality bienveillante. Entre Gexrard
et lui il y eut tout de suite un de ces coups de fou-
dre de sympathie, comme il s'en produit toujours
avant que l'experience de la vie ait appris A I'hom-
me la defiance.
Enfin, voici le maitre au milieu de ses l66ves. Sa
classes, 6troite, occupe un rez-de-chaussee, avec une
porte branlante qui donne sur un bout de rue. Elle
parait sombre ; les tables sont vieilles. Mais la vie
va y r6gner avec cet instituteur de bonne foi, qui
va s'appliquer de tout son coeur A sa tache.
Assez jeune encore, avec une fraicheur d'esprit,
une humeur souriante, une cordiale franchise, G6-
rard gagna des sympathies. Tout de suite il
r6v6la ses qualitbs. Le voir, 1'entendre, c'6tait
tout de suite appr6cier sa distinction particulibre,







-59-


f'6quilibre heureux d'une intelligence assez fine et
d'un caractere ouvert et gai ; le pratiquer quelque
temps, c'6tait admirer ce melange de prudence, d'i-
nitiative, de patience, d'ardeur qui font le veritable
homme d'6cole. Ii travaillait avec intensity. I1 s'ins-
truisait toujours. On eit dit qu'il avait 1'esprit tou-
jours tendu par quelque recherche, et que ses 6tu-
des le poursuivaient meme au milieu de ses prome-
nades et de ses rares distractions. Du reste, il avait
d'autres examens A preparer. Et il se disait que
. s'endormir sur le succes d'un jour, c'est pi-parer
sa d6faite du lendemain >.
On se rendit bien vite compete de la valeur de ce
jeune fonctionriaire, qui se fit surtout remar-
quer dans certaines societes par la, pr6cisionr de sa
parole, la sobri6th du style jointe chez lui a un tour
personnel. Dans quelques reunions a la mairie, par
un jour solennel, il prononca un discours hardiment
avec un certain talent, se montrant ainsi psycholo-
gue 6pris de progres social. Le discours fut bien
gofte et applaudi. Mais une telle distinction ne pou-
vait manquer de susciter des jalousies. M6me dans
ces circonstances il faut, -,et cela est bien re-
grettable que la passion altere les d6bats. G6rard
fut sourdement l'objet d'attaques visant ses tendan-
ces et son ceuvre. On lui fit des critiques injustifibes.
Aussi, d&s lors il eut l'idee involontaire que la so-
ci6te des hoiinies d'ici est un repair d'hypocrisie
et de haine.
En consequence, G6rard se rbsolut A rester isol6,
presque en dehors de la vie du pays, car pour tous
les habitants il 6tait un stranger et partant presque
un ennemi. Certes, A son arrive, il fut accueilli
presque partout avec sympathie par tous ceux qui
voudraient s'en faire un ami. Mais il ne tarda pas a
sentir qu'il lui 6tait bien difficile de se lier intime-
ment avec quelques-uns d'entre eux. II avait fait
d'ailleurs tout ce qu'il avait pu pour attirer A lui la
population de la commune. Souvent il a -eu l'illu-
sion d'avoir r6ussi : on lui parlait si gentiment
Mais des pr6pos malveillants et des critiques injus-
tes lui ont bien vite rev616 sa m6prise. II fut tou-







-60-


jours, pour la plus grande parties de son entourage
l'6tranger qu'on feint d'aimer et de respecter, ma:
qu'on jalouse au fond, et don't on medit volontier,
Pour ceux A qui l'on pourrait appliquer 1'6pith6t
de bourgeois, pour certain intellectuals, G6rar
6tait un demi-savant, pr6tentieux et pedant. Et i
lui reprochaient son origine... < Qu'est-ce qu'il est
Rien qu'un simple primaire > Ces mots, pronoi
c6s d'une facon toute particulibre, prenaient dar
leur bouche une signification blessante. Son orig
ne dite primazre, 6tait pour lui une tare.
Mais, pour le paysan et l'ouvrier, ce maitre, 4
primazre, 6tait tout de m6me un intellectual qui to
chait de magnifiques appointments. Son mand
6tait assure ; il travaillait a l'ombre, A 1'ab ri
la pluie et du soleil, et encore travaillait-il un jo
sur deux. < C'est trop d'avantages pour l'instit
teur >, pensait-on. Avoir a soi un jour de repos p
semaine, outre le dimanche, des cong6s au premi
de l'an, a PAques, h Noel et deux grands mois
liberty en aoft et en septembre, c'6tait lh une tr
belle existence Et une jalousie latente, mais r6
le, germait chez ces travailleurs qui ne se doutaie
pas du labeur 6puisant fourni par l'instituteur.
Partout on retrouve des episodes caract6ris
ques de la guerre de coups d'6pingles qui s'6ter
se entire l'ouvrier ou un autre etle pauvre insti
teur. L'esprit de la commune a l'Pgard de cel
ci est le plus m6chant qui soit au monde. L'i
tituteur, qui peut 6tre consid6r6 comme une pers
ne de bien, un esprit sup6rieur, est m6connu ; il
1'ennemi ne du public. Fait-il la guerre aux pr6
g6s, aux vices, aux petitesses, il passe pour un i
posteur qui insult les gens de son entourage, p
un homme funeste, sotis des apparences favorable
Quand.il arrive d'une commune voisine ou 61oign
on l'accueille tout d'abord de bonne grace, on le
resse, on le f6te comme un chien fiddle, on le tr
te m6me avec une politesse exag6r6e, mais pour
maltraiter aprbs comme un chien crott6. A-t-il
soin d'un service, il y trouve des gens empres
pour le lui rendre, mais qui prendront A coeur







-61 -


lui jeter sans remords le plus lourd pav6 pour !ui
bcraser la mouche qui le pique
Si l'instituteur offre une cigarette a quelqu'un, ce-
lui-ci comprend qu'il veut l'empoisonner; s'il trou-
ve une fille jolie, c'est qu'il veut la seduire ; s'il van-
te les vertus d'une femme, c'est par une froide iro-
nie et il attaque personnellement le mari de celle-
ci ; s'il s'avise de faire un compliment dans une reu-
nion quelconque, les gens ne le comprennent pas
et vont dire partout que l'instituteur les a insults ;
s'il fait une conquete dans la dite commune, ii n'est
plus digne d'y rester et il est traqu6, vilipend6, per-
sdcute.
Interets materiels, consideration, reputation, hon-
neur. bonheur personnel et bonheur de famille,
tout cela est expos aux coups de rivaux malhonni-
tes, ennemis sournois ou d6clares qui gisent au
sein de toutes les communes de la Guadeloupe.
Or, quelque temps apres son installation dans la
commune oil il fut appele a servir, Gerard fut 6cra-
sB par les habiles calomnies de tous les gens. Aux
yeux des plus honnetes memes, son honorabilit6 fut
chose equivoque.
Nhomme-ld ce on crapile ; ou ka vouv h ton en
ta 'it a, minl Icuie len nuile i deri t2 vacabon !
(Cet homme est une crapule ; vous le voyez tout
tranquille, mais il court toute la nuit avecles plus
viles femmes.!)
Pendant que cette r6flexion injurieuse se faisait
par une de ces femmes qui prennent ,rang parmi
la valetaille, t'un des collogues de Gerard disait A
un cordonnier ;
G6rard, savez-vbus, est l'un des plus fervents
amateurs du beau sexe Il est ce qu'on appelle vul-
gairement un a femmelier >. La vue d'une jolie gri-
sette suffit a lui faire oublier sa respectability de
fonctionnaire....
Ah !... tout le monde le connait dejA. II courtise
les affriolantes boutiquieres de la rue d'en face. .11
va apres toutes les grisettes... II...
I, est vraiment sans pudeur. C'est par l. que
disparaissent tous ses appointments. Et puis, ce







- 62 -


qu'il y a de ficheux, c'est que ses "cr6aniciers vien-
nent le relancer jusqu'~ la porte de l'6cole.

Jamais homme'ne fut plus d6nigr6, plus honni,
plus diffame. Et pourtant, il ne paraissait poinl
m6riter la haine ni le mipris don't on s'est plu a
l'accabler.
XI

Les 6coliers d'hier sont devenus aujourd'hui des
homes. Alors la vie a compl6tement change pour
eux. Ils n'ont plus, comme auparavant, se laisser
vivre tout doucement aupres des parents qui s'ef-
forcaient de leur faire une existence douce et agr6a
ble. Chacun doit computer avant tout sur lui-mbme
car le moment est venu de prendre la vie au s-
rieux et de la regarder bien en face.
Or, tandis que G6rard trouva le moyen de se ca-
ser dans 1'enseignement, Nicole n'avait point d'6
tat, aucune occupation. (C'est superflu de dire qu(
celui-ci nourrissait une haine profonde contre 1
fils de M. Jean-Baptiste et que, par un moyen o0
par un autre, il arriverait t6t ou tard a lui faire dt
tort). Apres les dtudes superficielles qu'il avait fai
tes au Lycee, Nicole avait travaill6 durant six moi0
comme clerc chez un notaire & la Pointe-a-Pitre
avec une telle inexactitude qu'on fut dans la penibl
obligation de le renvoyer. Son seul tresor, apr6:
cela, 6tait l'ind6pendance. Du reste, il semblai
avoir vou6 un culte farouche & l'ind6pendance.
Un certain jour, son pere, pensant a son avenir
lui a parl6 de plusieurs m6tiers entire lesquel
il lui a laiss6 le choix. Alors ce fils r6flichit a tou
les 6tats divers, et d6libera d'en prendre un. II le:
remua tous dans sa pauvre tete, l'un aprbs l'autr
jusqu'au dernier ; aprbs quoi, ne se settant di
goit pour aucun, il laissa flotter ses pensees. De
puis ce temps-la, Nicole n'avait rien essay& que pa
obbissance pour son pere, mais sans pouvoir jamai
vaincre sa repugnance. II 6tait done libre et par pa
resse et par volont6. Ainsi pendant qu'il vivait au
depens du pere, il courait le monde, sortant quanf









bon lui semblait, allant aux spectacles et dans des
reunions charmantes a Pointe-a-Pitre.
II s'&tait lance sans crainte dans le torrent du mon-
de, ayant des maitresses, se montrant tour A tour
constant ou infidele, triste ou joyeux, trompe ou res-
pecte.
Cependant, devenu adolescent, Nicole avait le
droit et le devoir de prendre part aux affaires pu-
bliques, de s'intbresser A la politique du pays. II
6tait devenu 6lecteur. Et il s'est cru alors le droit
de faire parties de ceux qui dirigent les affaires de
la Guadeloupe. C'est ainsi qu'il a d6cid6 de poser
sa candidature a une election pour la nomination
des conseillers g6enraux. Et, le hasard aidant, il
fut blu conseiller general. D6sormais ce fut un hom-
me important en son genre. II se voyait d6ej par
la pens6e, dans la grande salle des d61iberations du
conseil g6neral,dans la ville capital, pregnant la pa-
role, discutant,applaudissant, acceptant telle ou tell
proposition ou refusant de voter tel ou tel ordre du
jour.

Au moment oui les fonctionnaires de la colbnie de-
mandaient une augmentation de traitement ou d'in-
demnit6 de logement, des contribuables auraient
jet6 les hauts cris et auraient fait remarquer que
les instituteurs en particulier n'avaient rien a r6-
clamer. II n'en fallait pas davantage pour que les
conseillers g6enraux se missent en lutte contre ces
erniers.
Une session du conseil general s'ouvrit. C'6-
ait alors la premiere apres les r6centes elections
ntonales. Quand les differents conseillers prirent
lace autour de la grande table en fer a cheval il
e fit tout d'abord un silence d'attente. Cependant
outes les totes s'agitbrent coinme les vagues d'une
er orageuse sur laquelle le tonnerre s'apprete A
wonder. Nicole, qui avait pris place A l'extreme
auche, 6tait loin de se sentir indifferent a ce qui
dlait se passer.
Le gouverneur se leva et lut un long discours qui
ut un expos de la situation financiere et 6conomi-


- 63 -








- ti4 -


que du pays. Entre autres questions budg6taires, il
fit ressortir qu'il fallait pr6voir une revision de trai-
tement des fonctionnaires et plus particulibrement
une augmentation d'indemnit6 de logement pour le
borps enseignant. A ce chapitre il y eut une rumeur
confuse dans toute la salle. Et Nicole pensa A Gd-
rard avec m6contentement.
Les conseillers g6n6raux se mirent en batail e con-
tre les fonctionnaires. Un des conseillers proposal me-
me au conseil de demander A l'Administration d'61a-
borer un project de r6formes pour, au besoin, centra-
liser tous les services de la colonie, car, dit-il, il
faut absolument faire des economies. II fallait
donc demander dA VI'dministration de diminuer son
personnel, car quaat a lui ce onseiller, il n'6tait pas
partisan des pleiades de fonctionnaires. II poussa me-
me l'audace jusqu'd pr6tendre qu'on pourrait suppri-
mer les chefs de Serv ce, tous sans exception. < Les
oonctionnaires sont des budgetivores !!! ,
In6vitablement la question de I'indemnit6 de lo-
gement devait arriver sur le tapis e' faire l'objet
d'un exam n special. La parole ayant e6t donn6e a
Ni ole, qui la demandait avec enthousiasme, celui-ci
se leva avec une hate qui d6notait quelque inqui6-
tude. II rajusta son pince-nez et d6clara :
Messieurs, 'ongtemps j'epie le moment de pren-
dre la parole. Veuillez tout d'abord m'excuser de re-
tarder quelque peu la culture de cette discussion.
Je dois, en ma quality de conseiller general, signa-
ler A l'Administration la possibility de faire des eco-
nomies dans notre budge et je crois que votre bien-
veillance me sera acquis-.
< Je dois vnus mettre en garde centre certaines
erreurs. Je dois vous dire qu'il y a certain projects
qu'on ne- peut pas 4pprouver. Et nous voici en pr6-
sence d'un project bien tem6raire : celui tendant A aug
center les indemnit6s representatives de logement
des instituteurs et institutrices. Augmenter les in-
demnites de logement des instituteurs et institutrices,
c'est donner A ceux-ci la possibility d'avoir de plus
comfortable, de p us grand logement, n'est-ce pas ?
Eh bien croyez-vous, messieurs que ce n'est pas







-65 -


excessif ? N'en ont-ils pas assez deja ? L'instituteur
et 1'institutrice ont d6ja tous les avantages aux-
quels peuvent pr6tendre les fonctionnaires. Pour-
quoi leur en donner encore ? Pourquoi imposer de
nouvelles charges A la colonie, et cela unique-
ment pour favoriser ceux qui sont assez bien
log6sd6jh ? Du reste, que feront-ils avec un plus
grand logement ? Il ne faut pas toujours beaucoup
de place pour eux. Ils n'ont presque pas de m6na-
ge et souvent le logement d6ja mis k leur disposi-
tion par la commune est assez grand, pour ne pas
dire qu'il l'est trop. Supposons que 1'instituteur se
trouve nanti d'un superbe appartement avec cinq
ou six pieces spacieuses, claires, a6r6es. C'est une
bonne aubaine Mais que lui sert-il d'avoir tant de
place, tant de belles chambres vides ? La moindre pie-
ce meubl6e ne ferait-elle pas mieux son affaire ?...
Pourquoi dites-vous done pareilles choses -
dit timidemeqt une voix de l'extr6me droite. Avez-
vous peut-ktre quelque chose centre ce corps de
fonctionnaires ?
Je n'ai, s'empressa de r6pondre Nicole, -
aucune animosity a 1'6gard du corps enseignant. Mais
je considere a bon droit qu'il est deja trop coilteux.
Augmenter encore l'indemnit6 representative de lo-
gement, c'est faire vraiment des d6penses abusives.
Du reste, dans ce corps, qui m6rite soit-disant une
certain consideration, il ya bon nombre de gens
qui vous repugnent de travailler en leur faveur.
S Excusez-moi d'insister, Messieurs. De temps
en temps, on demand des subventions pour telle ou
t elle affaire, des augmentations de traitements ou
autres ; et quelquefois, a tort et a travers, a l'aveu-
glette, nous rognons dans le budget, croyant faire
ceuvre utile. Mais c'est a nous de r6flechir et de
nous ressaisir. Nous qui sommes les representants
du pays, c'est a nous d'exiger la radiation au bud-
get de toutes les depenses inutiles ou excessive.
De plus, nous ne devons point imposer de nouvel-
les charges a la colonie, sous pr6texte de donner
satisfaction aux instituteurs. J'estime que nous ne
saurions, sans un reel mbfait, sacrifier les interets







-66 -


de la colonie A la fourberie de ces fonctionnaires
qui lui prennent son argent et se moquent outrageu-
sement d'elle. Or, en la circonstance, je m'adresse
A vous tous, Messieurs, A quelque parti que vous
appartenez, et vous prie de' prendre en considera-
tion les raisons que je viens de vous exposer.
Ceci dit, notre conseiller general se rassit, le coeur.
16ger, en homme qui vient de remplir une belle mis
sion, un devoir sacr6, sans faiblesse, sans crainte.
Qui 1'eit observe eit remarqu6 dans son attitude
plus d'ampleur et de decision. Il avait dans ses ma-
nitres comme une affirmation d'orgueil, comme un
sentiment de triomphe.
Un des colleagues de l'extreme droite se leva et
s'avisa de placer un mot :
Je vous ai kcout6, dit-il, avec une grande at-
tention, car tout cela est serieux, plein d'interet.
Mais en d6pit de votre argumentation, je ne peux
absoluiment admettre vos raisons. Vous pr6tendez
meme qu'll y a des instituteurs qui vous r6pugnent
de travailler pour eux ; vous insinuez qu'ils sont
fourbes... C'est affreux de dire pareilles choses !
M. Nicole, qui ne pensait durant cette seance qu'A
G6rard devenu instituteur, r6pondit avec toute 1'6-
nergie don't il 6tait capable :
Si quelques decisions vont etre prises en
faveur des instituteurs en ce qui concern le lo-
gement, je comprendrai que mon contours ne vous
est plus utile ici. Par consequent, je declinerai toute
solidarity et je donnerai ma admission de membre
du conseil general ; car en some, il ne me con-
vient pas d'encourir des responsabilit6s a propos
d'une situation embarrassee qui sera bient6t celle
de la colonie par le seul fait d'accorder faveur A ces
<, et situation que je n'aurai nullement
contribu6 A 6tablir, au contraire.
La grande majority des conseillers g6n6raux, y
compris m6me ceux qui avaient un fils, un beau-fils
ou une fille dans l'enseignement, s'l6eva centre les
instituteurs et les institutrices. Les pr6tendus pri-
vileges de ceux-ci furent d6nonc6s. Ces conseillers
g6neraux nous reproch6rent d'avoir trop de loisirs








- 67 -


et de gagner d6j~ beaucoup, sans tenir compete .des
difficulties d'acces dans la carribre de l'enseigne-
ment.
Oui s'6cria 1'un d'eux. A mon avis l'ins-
tituteur et l'institutrice vivent deja assez largement.
Ceux-ci gonflent leur budget avec le produit de
quelques lemons particulibres ; ceux-l avec le pro-
duit de l'exploitation d'une propri6t6 ; d'autres se
livrent au commerce et son en voie de faire fortu-
ne ; certain se lancent dans 1'action cooporati-
ve, A la conqu6te de biens imm6diats. I1 y en a pas
mal qui ont des maisons, voire une automobile.
Ce que mon collogue vient de dire c'est de la
v6rit6. A dire vrai, augmenter l'indemnit6 de loge-,
ment, c'est augmenter chez l'instituteur les possibi-
lit6s de boire un coup de plus. Et dieu sait qu'ils
boivent d6jh trop !
*Une voix retentit du fond de la salle
je crois Il suffit d'avoir en poche un citron
avec un morceau de sucre et de passer prbs. d'un
instituteur a midi, pour prendre son punch.

Les conseillers g6n6raux insinuerent que les ins-
tituteurs sont des viveurs ; ils les soupconn6rent
d'6tre insociables. Et ce n'est pas tout, puisque la
calomnie ne s'arr6te pas en si beau chemin. Les ins-
tituteurs furent 6cras6s sous les insinuations les plus
malveillantes. Et il semblait que ce ffit une gageure
tant ces conseillers depensaient de zble a d6pr6cier
ces fonctionnaires pourtant dignes de consideration.
De temps en temps quelques voix les rappelaient
bien h une sage discretion et a plus de measure dans
les jugements qu'ils portaient sur les instituteurs
et par consequent sur eux-m6mes. Mais ces voix
6taient vite 6touff6es. Ce que ceux-ci pouvaient ca-
cher avec soin ou nier avec la plus parfaite tartuf-
ferie, ceux-lt l'6talaient en public aux scenes d'une
discussion budg6taire.
Mais quels 6taient done les vrais motifs et mobi-
les de cette discussion passionn6e ? Avouons que
c'est 1'envie, la jalousie, la haine qui ont pouss6






- 68 -


Nicole A cette extr6mit6. Qu'il ne vienne pas per-
suader sophistiquement qu'il a 6t6 guid6 par le souci
du bien public et d'une sage pr6voyance !
Le personnel enseignant n'est pas bien vu des po-
liticiens locaux. II est constamment 1'objet de cri-
tiques injustifi6es ; il est abreuv6 d'injures grossi-
res ; il est en butte A routes les calomnies ; il est vic-
time de brimades de toutes sortes. Les politicians,
leurs gens et leur press, manifestent toujours une
grande hostility aux instituteurs, leur vouent m6me
une haine mortelle. Et cela, parce que les institu-
teurs tous ceux, bien entendu, qui ne se font pas
les agents fiddles des hommes politiques em-
pYchent la r6alisation du r6ve de ceux qui n'aspirent
qu'a conqu6rir une certain h6g6monie et asseoir
leur entire domination sur l'ignorance des masses.
Cela est un cas particulier. Mais que de fois a-t-on
vu les hommes politiques sacrifier l'int6r6t g6n6ral
a leurs jalousies particulibres, faire 6chouer des en-
treprises profitable & la masse, de peur que la gloi-
re n'en rejail it sur leurs rivaux. Que de fois ont-ils
pr6par6 des combinaisons louches ou laiss6 la voie
ouverte A des 6v6nements capable de porter at-
teinte au bien public, uniquement pour briser le
bonheur de leurs concurrents et risquer de tout
perdre pour faire p6rir un home. Les histoires de
notre conseil g6n6ral sont remplies de ces traits
honteux, et chaque session presque. en a vu de tris-
tes examples.
Les conseillers g6n6raux empruntent, cela va sans
dire, les apparences de l'amour du bien public. Ils
talent leurs titres de bon citoyen, mais ils cachent
dessous la quality de jaloux, la jalousie m6me. Ils
ont sans cesse le bzen public dans le coeur. Mais au
fondil leur semble que le bonheur et la sfret6 pu-
blics ne puissent subsister que par linjustice et
1'iniquit6.
Que voulez-vous ? A la Guadeloupe, of la nature
nous invite A la paix et a l'union, le divorce existe
entire les politicians et les employs administratifs,
entire les fonctionnaires et le people, voire entire les
fonctionnairesd'un service et ceux d'un autre service.







-69-

XII

Comment peut-il en etre autrement quand les
inst'tuteurs et les institutrices eux-memes se jalou-
sent entire eux, se nuisent les uns les autres, s'ap-
pliquent a se d6pr6cier eux-m6mes avec une fire
ostentation ? Quoi d'6tonnant que les autres nous
jugent mal, quand nous-m6mes nous avons la for-
fanterie de nos scandals.
L'ecume que le fleuve rejette ou la vase qu'il d&-
pose dans les bas-fonds de son lit ne nuisent point
A la limpidit6 de son onde, c'est entendu. Mais no-
tre faute est de prendre, pouss6 par l'envie, un
malin plaisir a remuer et l'6cume et la fange pour
satisfaire notre manie de nous donner en spectacle,
pour etre les premiers h rire de nos travers et de
nos d6fauts.
C'est sur l'instituteur que repose l'avenir tout
entier de son pays, puisque c'est lui qui faconne les
esprits, qui 6claire les intelligence encore jeunes,
mais susceptibles d'amblioration; c'est sur lui enfin
qu'on compete pour r6pandre dans les masses les id6es
vraiment r6publicaines. Vivant toujours en contact
avec le people, fils ou petit-fils lui-meme du Prol&-
tariat de tous les m6tiers, connaissant les besoins,
les tendances, les miseres des populations dans les-
quelles il 6volue, n'est-ce pas done A l'instituteur
qu'6choit la tAche penible, mais honorable, de for-
mer la D6mocratie ? N'est-ce pas a lui qu'incombe
la mission profond6ment charitable, philanthropi-
que m6me, d'inculquer aux masses paysannes et
ouvrieres ce qu'iI y a de meilleur dans l'esprit et
dans. le coeur, et de chercher a am6liorer autour de
lui les moeurs, a d6velopper chez ses 616ves et chez
les adults les meilleurs sentiments ? Si son devoir
le plus urgent est de bien faire sa classes, il a enco-
re d'autres devoirs envers l'humanite.' Des de-
voirs aussi urgents n6cessitent son d6vouement ;
des luttes sollicitent son 6nergie : luttes contre 1'e-
goisme des uns, luttes contre les passions, les ten-
dances mauvaises, luttes contre la mechancet6, lut-
tes contre tous les maux sociaux.









Emanciper les intelligence, taire la lumibre dans.
les consciences, vaincre l'6goisme Otroit qui refuse
de s'61ever a la conception de I'inti6et gn6ral, ha-
bituer les coeurs a la pratique de la solidarity et de
la tolerance, realiser l'union de tous pour le bon-
heur de chacun, voilh bien le role que 1'instituWiur
est appel6 a jouer en dehors de sa. classes, l'institu-
teur de la Guadeloupe comme celui de la France.
Mais h6las nous ; qui income le grand de-
voir, sacr6 entire tous, de faire comprendre au peu-
ple le sens 61ev6 de la vie social, nous ne sodmmes
pas assez humanitaires. Oh regne-t-il, en effect,
plus d'intrigues, plus de haines, plus de jalousie,
plus d'hypocrisie, que dans le corps enseignant
de la Guadeloupe. Une faveur, un mot bienveillant
un sourire d'une belle bouche, une eillade peuvent
inspire la jalousie jusqu'A la rage chez nos institu-
teurs et nos institutrices. Et ceux-ci desservent leurs
collogues aupres.d'une dame. Ils les desservent au-
pros des chefs, ils les desservent a tout venant. Il y
en a mmhe qui sorit des < fervents de discorde ;. II
suffit bien souvent d'une virgule pour creer entire
eux de tres graves diff6rends, comme il a suffi d'une
lettre alphab6tique pour faire 6clater une guerre
entire le Danemark et la Suede (i).
Un instituteur est-il nomme a un poste quelque
peu avantageux, un poste qui lui plait, parce qu'il y
a des relations auxquelles il tient et qu'il y est atta-
ch6 pour des raisons de famille. Aussit6t une sour-
de colere gronde parmi les collogues m-contents

(I) 11 y eut de tres graves diff&rends, de Idogues et me-
naqantes negociations entire ces deux pays, parce que le
comte d Ablefeld avait exig6, dans une n6gricidtion, qla'un
trait entire les deux 6tats donnat au roi de Danemark le
titre de rex Gothurum, ce qui semblait attribuer 'au rio-
,narque danois la souverainet6 de la Gothie, province sue-
doise, tandis que les Subdois ne voulaient lui accorder
que la quality de rex-Goturum, denomination qui dqum-
valait simplement A I'ancien titre des souve rains danois,
roi des Gots.
C'est done A cette cause des diff6rends en question, que
l'allusion est faite.







- 71 -


qui murmurent et s'indignent de voir le fonctionnai-
re, invest de-la confiance de son chef, s'installer au
poste qui lui est assign. Pour si peu c'est 1'envie, la
jalousie et les.rancoeurs qui se d6chainent alors sur le
favoris6. Des lors les r6flexions des collgues sur ie
compete de celui-ci sont de plus en plus outrageantes
et contradictoires. Et ceux qui convoitaient le poste
et ceux qui n'y pensaient guere vont desservir le col-
egue aupres des chefs pour d6molir cette confiance
qu'avaient ceux-ci pour l'instituteur en question.
C'est le cas de rappeler les mots de Talleyrand :
a Quand je donne un poste vacant, je fais un ingrat
t cetit mecontents >. Oui, ils s'irritent par un mouve-
ment d'envie contre les coll6gues,qui sont plus heu-
reux qu'eux et ils leur souhaitent du mal ; mais ils se
lattent que seul l'esprit de justice les anime et 'in-
lignation contre le faux m6rite triomphant. Ils bl.-
nent le choix d'un maitre pour tel ou tel post im-
portant, le considerant un incapable ; mais ce
'est point 1'int6rkt public, l'interkt de l'6cole qui
es pique, c'est la jalousie et le chagrin de n'avoir
pas t choisis eux-memes. Enfin ici, plus qu'ail-
eurs, s'applique le mot de Corneille :
< Enfin, vous l'emportez, et la faveur duroi
Vous 616ve en un rang qui n'6tait d6 qu'a moi >

Quoique ces instituteurs soient charges d'un en-
eignement laique, ils sont, pour la plupart, d6-
pourvus de l'esprit laique don't la definition est, se-
on l'ancien ministry, M. Maurice Faure, la tol6-
ance pour les idWes d'autrui, le respect de toutes
es liberties, m6me celle de l'erreur, la passion de
a justice pour tous.
En effet, pour ne m'arreter qu'a cet example pro-
ant, quel 6tat d'esprit d6note la lettre anonyme
ui m'a 6t6 adress6e h propos du Mezlleur Manage ?
quel mobile mon coll6gue a-t-il obei en d6ni-
rant mon oeuvre ? A quel mobile a-t-il ob6i en en-
oyant la copie de Ta lettre au directeur d'6cole des
bymes ainsi qu'a d'autres colleagues ?
Si ce detracteur 6tait anime de ce t sentiment de
o.nfraternit6 auquel il a fait allusion, il ne parle-










rait pas inconsid6rement de < petites pr6tentions -
qu'il me _prate, il n'aurait pas pousse ses fantaisies
satiriques jusqu'a m'ordonner de neplus vendre le
livre en question. Au nom de quoi done avons-nous
le droit de condamner les actes d'autrui ? Avant
la Revolution, les livres ne pouvaient etre impri-
mes sans un privilege du roi. On brilait publique-
ment des ouvrages qui renfermaient des doctrines
jugees dangereuses ; selon les caprices de l'intole-
rance ,. les auteurs 6taient souvent obliges de se ca-
cher eux-memes ou de s'exiler. Jusqu' la troisieme
R6publique meme, les journaux furent 6troitement
surveill6s, saisis, condamn6s a de fortes amendes,
les imprimeurs parfois emprisonn6s. Mais toutes ces
entraves ont disparu, et maintenant la press demeu-
re libre. Alors, comment se fait-il qu'un collogue
puisse m'adresser unepareille injunction ? Comment ?
C'est qu'il faut bien comprendre le vrai sentiment je
ce d6-racteur. Quand l'idee saugrenue lui est venue
de me dire de ne plus- vendre ma brochure, il
avait entrevu que je serais capable de faire fortune
avec 9a. et il 6tait port tout naturellement A envier
mon existence. Ah l'envie cette a fureur qui ne
peut souffrir le bien des autres !
XIII
Le frere de G6rard, Albert, 6tait devenu forge-
ron. Il s'6tait marie de bonne heure a une belle et
gentille demoiselle, fille d'un cultivateur. M. Albert et
sa femme s'installerent, quelque temps aprbs leur
marriage, dans une petite et coquette maison A Port-
Louis.
Les relations sont faciles dans ces milieux of l'on
vit presque au grand jour, ofi tout le monde se con-
nait, o Ites langues parent carr6ment et vite. Dbs
lenr installation, les gen- de Port-Louis les acca-
blerent de demonstrations d'amitid. Mais beaucoup
de curiosity se melait A cette sympathie hative.
Encore jeunes, M. Albert et sa femme firent en
commun mille projects pour lavenir et les plus beaux
rAves de bonheur. lls poss6daient toutes les illu-
sions de la vie et ne soupponnaient point les ronces







-73-

qui poussent sur les sentiers. Ils virent d'abord le
bonheur leur sourire. Du reste, ils n'6taient pas exi-
geants ; ils ne demandaibnt a la Providence que le
moyen de vivre, l'ind6pendance par le travail. Aussi,
comme ils 6taient, pleins de sante, laborieux et Bco-
nomes, rien ne leur manquait dans leur modest m6-
nage. Tout marchait pour ainsi dire A souhait chez
eux, et il n'y avait pas lieu de supposed que leur
existence, came, heureuse et assez bien arrangee,
pfit 6tre trouble. C'est pourtant ce qui devait
arriver.

De la rue, la forge de M. Albert 6tait impres-
sionnante. Des jets soudains de flames 6clairaient
son atelier et permettaient d'appr6cier une enclu-
me brillante, les barres de fer et un soufflet gigan-
tesque. Le forgeron et son aide se mouvaient com-
me des etres fantastiques !evant le foyer ardent.
D6pechez-vous mon garcon disait M. Albert.
Ce travail doit etre livr6 ce soir.
Tandis que le petit .maniait la corde du soufflet,
le maitre aux bras nus, en tablier de cuir, saisissait
le fer rougi, au moyen d'une longue pince, le posait
sur l'enclume et le frappait A tour de bras avec un
lourd marteau qu'il manceuvrait fort habile-
ment. Les ktincelles jaillissaient alentour : le
forgeron frappait sans relAche, tournant en tout sens
la barre de fer. II avait toujours des travaux A livrer.
De temps en temps quelqu'un se presentait pour lui
recommander une pince, un fer a cheval, un outil
quelconque. Et M. Albert re e ait ses clients tou-
jours avec le meilleur sourire d'affabilit6.
De temps a autre le forgeron venait respirer un
peu d'air frais a la porte de son ktablissement, jeter
un regard au soleil radieux et donner aux passants un
joyeux bonjour. Puis il rentrait et s'attaquait A
une nouvelle barre de fer avec ses gestes mesures et
puissants.
Qu'il travaille beaucoup !- grommelaient les
passants tiraill6s par la jalousie.
M. Albert jouissait d'une assez grande reputation.
C'6tait un maitre forgeron tr6s A son aise, sachant









S r6gler ses affaires. II inspirait'l'estime respectueuse
A laquelle a doit tout h imme qui ne doit rien A qui-
conque. II n'allait chez pefsonne. Ne recevant pas
non plus de visit, sa vie 6tait toute de sa famille
et d'intimit6. Or, on trouva A reliever chez lui
l'6goisme d'un homme habitu6 a concentrer ses sen-
timents dans la jouissance de 1'avarice, sur sa fem-
me et sur son unique enfant.

Un jour, sur le seuil d'une petite maison de belle
apparence, Madame Albert coftsait, tout en surveil-
lantjalousemetNson petit nourrisson. Bien que celui-
ci ne bougeaft plus dans son petit lit, la mere fre-
donnait encore la chanson par laquelle elle venait
d'endormir le beb6. Pendant ce temps elle confec-
tionnait une chemise de travail pour son mari labo-
rieux-; elle 6tait active; l'aiguille, conduite par sa
main habile, allait, venait, ne s'arrAtait guere.
Cette femme, a peine Ag6e de vingt-huit ans, res-
pirait la plus parfaite sant6. Belle creature assez
grande, elle paraissait 6tre avant tout une personnel
alerte et travailleuse. Deux beaux yeux 6clairaient
son fin visage, et on devinait derriere eux une Ame
franche et pleine de bont6.
Tout A coup. A l'appel de son nom, elle leva la
t6te et aperqut son amie Pieroine qui iui dit:
Bonjour Que vous etes bien tranquille Ccu
a vou content !ou ka chants (Votre coeur est content!
vous chantez !)
Madame Albert sourit et, de son air le plus aima-
ble, elle r6pondit :
Ma foi ; en ka chautd pou fe passe le temps. (Ma
foi, je chante pour faire passer I temps.)
Votre gargon va bien.?
Oui pourtant. Je vous remercie.
Oh il est mignon ce gargon. C'est un petit
ange de grce !
Affectueusement, madame Albert invita la visiteu-
se A entrer et A s'asseoir dans une berceuse.
Je suis bien content de vous voir aujourd'hui,
dit Piercine en s'asseyant Il y a longeemps que nous
n'avons pas bavard6 ensemble!







- 75 -


La piece o& Piercine p6n6tra n'6tait certes pas
luxueuse. mais elle dtait bien tenue. C'etait une cham-
bre unique servant de salle A manger et de cham-
bre A cou her. I1 y avait dans un coin un grand lit
en bois d'acajou recouvert d'une couverture blan-
che. Quelques meubles rustiques, quelques chaises
sym6triquement ranges, rempl ssaient les vides.
On y voyait aussi une commode en bois d'acajou re-
couverte d'un couverseau de toile rouge et garnie de
la grosse vaiselle et de 1'6paisse verrerie.
Connaissez-vous ces femmes tres bavardes et qui
engagent la conversation avec quelqu'une de leurs
connaissances dans le but de recevoir bien plus qu'el-
les ne donnent ?.. Ces femmes sont loquaces. Elles
viennent vous apprendre ce qu'elles ont fait le jour
ou la veille, vous mettent au courant de tous les tripo-
tages de leurs voisins; elles vous apprennent que le
commerqant d'A cot6 est parvenu A conquerir sa posi-
tion, grace a la complaisance d'une tierce personnel
ou au d6vouement de sa femme ; que telle ou telle
dame, marine depuis peu, parait bien, mais qu'au-
raravant elle n'6tait qu'une vile femme.
Alors, l'auditrice rend politesse pour politesse, ou-
vre son cceur A l'interlccutrice jusqu'a lui center sa
vie amoureuse avec son mari. Ce double bavardage
fait passer A l'intiuse une heure fort agr6able et lui
donne le temps de tout observer dans la maison. Et
elle vous demand : cPourquoi telle chose ?
< Comment faites-vous telie chose ? etc. Elle pousse
l'audace quelquefois A vous donner des conseils.
C'est ainsi que ce jour-lA Mile Piercine s'empres-
sait aupres de Madame Albert. Et qu'6tait-ce reelle-
ment que cette Piercine ?... C'etait une de ces fem-
mes de mauvaise langue qui sont descendues d6ja
au plus bas de l'dchelle social. Personne tragique
et caricaturale, elle trainait partout sa silhouette la-
mentable, son ennui, et surtout son besoin affam6
de bavardage. Entre temps, elle espionnait tout, exa-
minaitles plus singuliers accessoires de la salle, les
chevrons du toit, le ton des cloisons ou les points
que les mouches y avaient imprimes.
J'ai vu votre mari l'autre jour. II me parait un




|- ..- : -



-76-

homme qui travaille beaucoup dit cette visiteuse
en fixant des yeux inquisiteurs sur Mme Albert.
II fait comme tout le monde !
Oui mais son m6tier doit lui rapporter beau-
coup Il a toujours de l'ouvrage, que je sache Ce
n'est pas vous, je pense, qui manquez un sou !
Je ne voudrais pas en manquer non plus, r-
pondit naivement la maitresse de la maison. C'est
pourquoi je travaille, moi aussi, de mon c6td.
Ah vous n'ktes pas oblige de travailler. Ce que
fait votre mari est largement suffisant je pense !
Vous croyez ?
Oui je crois... Voyons, combien peut-il gagner
A peu pros par jour ?
Je ne peux pas vous dire au just. Il peut ga-
gner dix francs; il peut en gagner vingt, trente,
quarante, cinquante aussi. Ca depend de quel travail
il s'agit.
Eh bien s'exclama Piercine. Je serais bien-
Sheureuse d'etre A votre place !

Du reste, votre maria n'est pas m6chant-? Vous
vivez bien ? n'est-ce pas ?
Oh non, il n'est pas m6chant...
Et alors Mme Albert, tres flatt6e, parla avec une
nuance de blague familibre de leu'r liaison qu'elle
affirmait etre un tris bel example d'amour. Elle dut
meme donner mille et un details, de ces details mi-
nutieux oh se complaint la curiosity jalouse et subti-
le des femmes. Elle n'avait pas encore suppose que
Piercine 6tait une femme rouse et niaise, hypocrite
Set dangereuse.
Eh bien vous etes des heureux... Vivez en
paix. Je me sauve.
LA-dessus Piercine s'etait levee et s'appretait A
partir.
Mais vous allez prendre quelque chose avant de
partir opina Mme Albert.
Volontiers r6pondit sa visiteuse.
Les deux femmes burent un punch au citron que
pr6para la maitresse de la maison et sur
lequel elle avait demand le gouit de Piercine.






- 77--


Le moment du depart arriva. Et Madame Albert re-
garda partir son amie sans soupponner ce que celle-
ci pensait et -n'oserait lui dire. Tout en causant,
Piercine avait 6pi6 tous les gestes de Mme Albert.
La physionomie de celle-ci d6notait chez elle un
bonheur r6el. D'ailleurs elle avait assez dit, et Pier-
cine avait conclu dans son for int6rieur que c'6tait
trop beau pour ces deux 6tres, qui pourtant ne g6-
naient et ne concurrencaient personnel. Et une co-
lbre s'61evait en elle.
a Hein pensait-elle en se rendant chez elle.
Cette femme a des manieres de grande dame Ses
pieds sont bien chauss6s de bottines de chevreau I
Elle est heureuse, quoi !... c Ah f mzn fa cd pou on.
temps. Eve d9 chandelle, ti brin vnaigre, tz brin
goudron, tz brin lencre, on bill lenterrement,.... zaf-
fi a yo kd bien manze i (Ah mais 9a c'est pour un
temps Avec deux chandelles, un peu de vinaigre,
un de goudron, un peu d'encre, un billet d'enterre-
ment ... leurs affaires seront au point.)
Piercine en voulait au bonheur de la famille
Albert, et elle r6solutde le briser cofte que cofite.
Une fois la jalousie est dveillde centre quelqu'un on
ne peut savoir ofipeut s'arrkter la fr6n6siequi a sacrifi&
ici tant de gens dignes d'int6r6t.

En peu de temps il y eut quelque chose d'6quivoque
dans le manage des dpoux Albert. Il y eut par instant
une scene entire I'homme et la femme d'ordinaire
bien tranquilles, une aveugle scene de collie A la-
quelle ni l'un ni 1'autre ne comprenaient rien.
Un jour, en sortant de la forge, M. Albert prit un
chemin autre que celui de sa maison. Aprbs avoir
march un peu comme a 1'aventure, il s'en alla dans
un cabaret oA il devait tuer le temps en buvant et
en jouant Il ne rentra chez lui que fort tard, ou-
bliant m6me de diner. Sa femme, tres inquiete, 1'a-
vait attend comme d'habitude ; le repas prepare
come de coutume s'6tait depuis longtemps refroi-
di sur la table.
Ka ki arrzvd voujodi la non ? (Que t'est-il done
arrive ?) demanda-t-elle avec anxi6te.







- 78-


M. Albert avait I'habitude de raconter A sa fem-
me toutes les visits qu'il avait reques A 1'atelier, les
conversations et les potins qu'il avait recueillis au
courant de la journee. Ils s'int6ressaient I'un et
l'autre d'ailleurs A ces choses futiles et familibres de
l'existence mondaine. Mais peu A peu, le maria se
montrait r6serv6, et ce soir-l il r6pondit s6chement
Asa femme :
Momn td htn bocou de chose 4 fe jodz. (J'avais
beaucoup a faire aujourd'hui !)
Elle allait se jeter A son cou quand il la repoussa.
Elle poussa un soupir et retourna A son ouvrage.
Une semaine s'6coula pendant laquelle Mme Albert
s'inqui6tait s6rieusement, en cherchant A se rendre
compete des bizzareries d'humeur de son maria. Sous
un pr6texte quelconque, quelquefois meme sans vou-
loir donner un motif A son absence, l'homme passait
souvent des soirees dehors. Que faisait-il ? Oh al-
lait-il ainsi ? La femme se posait en vain toutes ces
questions. Si l'6trange conduite de son maria 1'6ton-
nait, elle s'en attristait encore davantage. Elle avait
beau se mettre l'esprit a la torture, elle ne parve-
nait pas A se l'expliquer.
Dans ce menage, pourtant si paisible auparavant,
l'homme et la femme ont fini par vivre en mauvaise
harmonies. La vie conjugale devint pour eux une
quantity de petites exasperations, de heurts quoti-
diens.
Sur ces entrefaites M. Albert fut pris par les deux
plus affreuses passions A la fois, par les plus tena-
ces, par les plus funestes, celles qui garden leurs
victims, malgr6 les d6boires, les douleurs et les d6-
sespoirs qu'elles amenent : le jeu, la boisson. Du res-
te, quand un homme se met A boire, c'est fini ; le
bonheur s'en va de sa maison. La pauvre femme
pleurait bien souvent, car elle sentait son maria per-
du d6finitivement. En effet, un soir, celui-ci n'est pas
rentr6 du tout. Il s'6tait mis de la parties de quelques
joueurs et grands buveurs. La femme s'6tait inise a
table sans lui, peinee et meme inquiete de ne pas le
voir revenir.
A partir de ces moments, M Albert ne travaillait






- 79 -


gubre comme autrefois. I1 fetait le Saint-lundz, com-
me les mauvais ouvriers, les loupeurs qui trouvent
toujours qu'ils en font trop. Puis, arrive a sa forge,
au lieu de travailler convenablement, il 6tait mou,
sans courage, sans &nergie, fatigue par les nuits
passes au cabaret, au jeu, mal dispose A l'ouvrage
par une sorte de paresse ind6finissable. Les clients
faisaient d6s lors le vide autour de lui. II ne donnait
presque plus d'argentA sa femme. Celle-ci avait bean
faire des prodiges d'economie, ce qu'elle avait 6tait
trop peu pour vivre. La misBre allait donc blire do-
micile a leur foyer.

Mais ce n'est pas tout. Une complete transforma-
tion devait s'op6rer dans l'Ame de. Mme Albert. Cet-
te femme, d'ordinaire si douce, devint tout-A-coup
une, nature indomptable, col6reuse. D6sormais elle
6tait capable des plus violent parties pris avec elle-
m6me Elle offrait de deroutantes alternatives d'ex-
citation et de depression, s'irritant quelquefois A pro-
pos des plus menus incidents domestiques. Pour un
fait quelconque'elle piquait subitement une de ces
coleres de form primitive et purement animal, co-
lbres qui font trembler les 'maisons et claquer les
portes, qui brisent les assiettes et renversent les
meubles. C'6tait chez elle un- aces, une crise brus-
que, une sorte d'explosion, comme ch z l'enfant tout
petit qui hurle, tr6pigne, se roule par terre, come
chez l'animal sauvage qui, aveugl& par la fureur, se
rue de prime-saut A l'attaque. II fallait voir le spec-
tacle vraiment affreux d'une de ces fureurs qui jus-
tifient si bien le proverbe ancien commune le monde :
< La colere est la soeur de la folie ;.
Les continuelles sautes d'humeur de la femme se
manifestaient souvent en mettant en pieces tout ce
qui pouvait se trouver sous sa main, en commet-
tant toutes sortes d'extravagances. Et le mari res-
tait-il came apres ces vexantes provocations ? Non.
Aussitot ii se mettait en fureur aussi. Et alors,- on
s'imagine du reste !... Its en arrivaient aux mains.
Et le public amus6 assistant A des scenes de pugilat
accompagnees de grossiers jurons. Pendant ce temps-







-SO
-80 -

Ml certaines femelles, en nial de sottise et'd'hypocrisie,
allaient et venaient aux abords de la maison des
epoux : c'etait une cohorfe de va-nu-pieds, de bon-
nes & tout faire, de tites.A poux qui s'interpellaient
sur le compete de M. et Mme Albert.
Ah ah !ou ka comprenne pa on, ma che ?...
Dd mounn kz tM ka vive si hzen !!! (Ah ah que-com-
,prenez-vous A cela, ma chere ?... Deux personnel qui
vivaient si bien M!!)
Ka ou vld ft !... Bon commencemen mov6 fin !
(Que voulez-vous Bon debut, mauvaise fin !)
Magrd tanne poc. vgbal yo ja traps, yo pa ka
cdssd goume ayo la Malgrf tous les proces-ve--
baux qu'on leur a dresses d6jA, ils ne finissent pas
avec leur bataille !)
Comment ou vl yo fini ? Zottepa ka comprenne
kz cd mnchancetd yo fe cd mounne la pa (Comment
voulez-vous qu'ils finissent ? Vous ne comprennez
-pas qu'on a tait des m6chancet6s A ces gens IA !)
Ahf pa tzni moyen vzve ict mnmme alO I (Ah
il n'y a pas moyen de vivre ici alors !)
Une ardeur cruelle, obscure, mysterieuse, d6chai-
nait Mine Albert centre son mari. Une sorte de fu-
reur s'emparait d'elle, une fureur aveugle
comme 1'ouragan et irresistible comme la fievre, un
d6sir ardent d'accuse- l'homme, de le tormenter,
de le rabaisser aux yeux du monde, de le bafouer, de
le d6shonorer. De plus cette femme 6prouvait le be-
soin de se raconter, de se commenter de se plain-
dre, de trouver en dehor d'elle quelque chose com-
me la force et le soutien qui lui manqueraient. Elle
allait done chez ses amies ou les recevait chez elle
en l'absence du mari, constant avec force details ses
moindres affaires, come si les d6sagr6ments de sa
vie intime faisaient parties de ces 6v6nements fonda-
mentaux de l'existence don't on doit le r6cit t tout le
monde. Elle d6bitait 'ainsi mille reproches qu'elle
avait A faire A son mari, affirmant que celui-'i doit
sa situation A son d6vouement, qu'il lui doit un no-i-
bre incalculable de repas pris chez elle pendant le
temps qu'il ne t availlait pas, quand il n'6tait alors
qu'un pauvre hbre aspirant A se faire dans le froma-







- 81 -


ge social un trou oui se blottir. Elle allait partout,
r6p6tant que son mari n'6tait qutun gueux, qu'un
bandit de la fort noire, qu'un ingrat la laissant vi-
vre de l'air et d'eau fraiche. Elle racontait ainsi beau-
coup d'autres sornettes don't je fais grace aux lec-
teurs, et qui faisaient ouvrir de grands yeux a ceux
qui 1'6coutaient. Le sac A reproches se vidait et
exhalait une puanteur qui 6cceurait le monde.
L'incompatibilit6 d'humeur qui existait d6sor-
mais entire M. Albert et sa femme s'accentuait .de
jour en jour, et le moment approchait ofi la vie
commune leur deviendrait insupportable.
Voila donc l'oeuvre de Piercine, qui avait bien
reussi Celle-ci avait su, par ses manigances, per-
dre M. Albert dans la boisson et le jeu. Mme Al-
bert avait pu vivre pendant quelques ann6es en bon-
ne harmonies avec son mari, restant fiddle A ses de-
voirs de mere et d'6pouse, et r6ussissant A faire en-
vier aux autres un certain bonheur apparent !... Au-
jourd'hui la situation n'est pas la meme ; non seule-
lement les 6poux ne s'aiment point, mais ils se m6-
prisent et se font la guerre.
Maintenant, a l'encontre des 6loges qu'on leur
dressait autrefois, il s'est repandu des discours sin-
guliers sur leur compete. Les propos allerent leur
train sur les inegalit6s de conduite et les scenes aux-
quels elles donnerent lieu. I1 fallait entendre les com-
mentaires malveillants et les anecdotes des plus
nexacts, avec cette excitation que soulevent toujours
es scandales. L'humeur montante de sedition con-
re M. et Mme Albert crevait de toute part; elle
:revait pour ainsi dire par tous les pores de ce petit
)euple, en chansons, en sarcasmes et quolibets, en
)ropos entre-croises presque a haute voix dans les
undroits publics, en injures atroces. La bonne so-
:it6 >> et les mauvaises langues pr6tendaient
ue la femme souffrait beaucoup des mille avatars
'un mari brutal qui ne lui apportait que froissement
t deception. D'autres accusaient Mme Albert,
Mais qu'o0 se detrompe Ii n'y a pas de faits
ans motifs ersans consequences. Comme l'a bien
it Spinoza, il ne s'agit pas de s'indigner, ni de s'6-







-82 -

tonner d'un 6v6nement, mais de comprendre. Ne
rendons pas M. et Mme Albert responsables de ce
qui leur est arrive de facheux. Ils devaient en arriver
fatalement A se hair et A se separer. Il fallait t6t ou
tard se quitter, parce que cette vie de suspicions con-
tinuelles, de d6nigrement, de lutte, vie creee par les
sortileges ourdis par une criminelle envieuse, leur
devenait intolerable et A l'un et A l'autre. Plus ils
prolongeraient cette situation 6quivoque, plus ils en
sentiraient le poids insupportable. Ainsi, les m6-
chants ont condamn6 deux creatures a une separation
pire que la mort, la separation dans le m6pris et
dans la haine. Et cela se renouvelle chaque jour
sur ce petit < joyau. enchass dans l'6crin d'6me-
raude >,, dans ce petit pays au seJour enchanteur oi
Dame Nature, rev6tue d'un 6ternel manteau de ver-
dure, offre aux yeux 6merveill6s de 1'6tranger des
sites d'une incomparable beauty.

XI-V
Victor est un fort gaillard d'une trentaine d'an-
nees, intelligent et bon. Orphelin de bonne heure,
une tante s'6tait charge de son education et de son
instruction et avait inculqu6 a l'enfant encore jeu-
ne, les principles de droiture, de l'honneur et du de-
voir. C'est ainsi que, peu a peu, Victor 6tait devenu
un homme, tres doux de caractere, g6enreux et cha-
ritable, home don't la vie entire semblait etre gui-
d6e par le sentiment de la justice, du devoir et de
l'honneur.
A force de travail et de probity, il 6taitdevenu con-
tremaitre dans une des usines de la Grande-Terre et il
dirigeait plusieurs 6quipes d'ouvriers ayant chacune
a sa tkte un conducteur-chef. Des les premiers jours
le Directeur de l'usine s'etait assure des services de ce
jeune contremaitre et il put constater A sa grande joie
que celui-ci accomplissait son travail pour le mieux.
En effet, Victor apportait un grand serieux et une ponc-
tualit6 de premier ordre a sa tAche II 6tait d'une
scrupuleuse honnktet6, en employant Xr mieux qu'il
pouvait le temps d6volu au travail. II aimait bien son







- 83 -


emploi, et chaque soir, en rentrant chez lui, il se
sentait bien fier de sa personnel, car il avait la cons-
cience d'avoir bien ex6cut6 son ouvrage. I1 avait en-
core m6rit6 l'estime du Directeur de l'usine par sa
tenue ext6rieure qui revelait de bonnes dispositions
de l'ame. Il 6tait correct dans ses paroles comme
dans ses actes. Il se gardait bieni des exces qui d6-
gradent l'homm e. Enfin, il etait vraiment quelqu'un
qu'on pouvait estimer largement et sur qui l'on pou-
vait computer.
Victor 6tait quelque pau orgueilleux ; mais, ak
l'usine, il ne se montrait pas trop fie: du rang qu'il
occupait au-dessus des autres. Au contraire, il 6tait
bon et accommodant h l'exces pour les ouvriers ; il se
montrait accessible A tous; il 6tait constamment pret
h entendre 1-urs plaintes et a satisfaire leurs d6sirs
16gitimes. Aussi 6tait-il fort appr6ci6 de tous. Cepen-
dant, Victor joignait a sa douceur une autorit4 douce
et clairvoyante, car tout en aimant a voir les
travailleurs heureux autour de lui, il ne voulait pas
qu'on h6sitat a ex6cuter l'ordre qu'il donnait. Tout
en consid6rant ses travailleurs et en leur donnant
son appui fraternel, il gardait sa dignity et le droit
de penser et d'agir comme ii l'entendait.
Victor avait, certes, une situation des plus
enviables. Depuis quatre ans qu'il occupait cette pla-
ce, il vivait pour ainsi dire dans un parfait bonheur.
II avait eu d6eja lutter contre certain envieux, mais
jusqu'ici il avait triomph6 de leurs malfices.

Un ,dimanche, Victor faisait sa promenade ha-
bituelle aux environs de sa maison, une belle maison
d'habitation que lui avait allou6e la soci6te usiniere,
non loin de la grande fabrique de sucre. Tout-a-coup
il se trouva en pr6scrice d'un de ses condisciples de
classes qu'il n'avait pas vu depuis fort longtemps.
C'6tait un mulatre de mise assez correct, tres aris-
tocrate en son genre; mais un homme sans coeur,
gonfl6 de haine pour tous ceux qui lui 6taient sup6-
rieurs ; un homme plein de vices, envieux, dissimul1
et qui ne croyait pas au bien. Habitu6 a faire toutes








ses volont6s, il n'obbissait qu'A son caprice et n'ai-
mait que lui.
C'est vous, Gr6goire ? dit Victor. Quel
hasard !
-Comment cela va-t-il donc, mon cher Victor ? -
rdpondit il en tendant la main.
Victor qui avait quelque peu la manie de parler
1'anglais, pour en avoir appris quelques mots sans
doute au lycee ou il fit ses etudes, fit entendre un
K All right > sonore, ce qui signifiait alors g Tout va
bien D.
Je n'esperais plus vous rencontrer
En effet, je sais que vous avez couru le mon-
de : vous avez td 6i Cayenne, a Cuba, A la Domini-
que, un peu partout. qaoi !
Oui. Mais j'espere que desormais nous ne res-
terons pas de nouveau ni deux ans, ni quatre ans
sans nous rencontrer. (I) Du reste, je dois m'6tablir
ici pour de boil et essayer de trouver un emploi.
Eh bien il y a tout prbs d'ici une maison qui
abrite mon existence et oh je serai heureux de vous
accueillir, en ami de jadis, en ami d'hier.
Oui, nous sommes de vieux amis : la vie nous
a separds, mais j'eprouve aujourd'hui une joie im-
mense a vous revoir. Je vous retrouve en plein essor
et je suis fier de vous, je suis fier d'etre votre ami.
Its s'entretinrentlonguement. Ils se firent de mu-
tuelles confidences, et bient6t les deux hommes con-
nurent leur situation respective. Et Gr6goire s'excla-
ma malicieusement:
Oh !... vous avez fait des progres Et vous
avez eu de la chance aussi Vous 6tes un grand con-
tremaitre ; vous etes par consequent un homme im-

(1) Mon d6tracteur, l'homme a pr6tentions exag6-
r6es et ridicules, qui vent paraitre sup6rieur aux autres, -
avait souhgn6 dans le < Meilleur Mariage a un -passage of
se trouvaient deux negations. Qu'il ne s'avise pas de reve-
nir a la charge et de souligner celui-ci. II est vrai qu'on
ne fait pas usage de PAS lorsque NI est r6p6t6. Mais cepen-
dant nous ferons observer que, pour rendre 1'expression
plus 6nergique, les bons auteurs out emp!oy6 quelquefois
PAS avec NI r6p6te.


-84-







-85 -


portant... Moi, j'ai pioch6 un peu partout, tour A tour
ouvrier et manoeuvre. Entre autres, je suis pour
1'instant a la recherche d'un emploi...
Gr6goire, par une verve extraordinaire, surprit
complktement la bonne foi 'de son ami. II sut si
bien mener la conversation qu'il se fit admettre d'em-
bl6e en quality de conducteur d'6quipe.
Le lendemain martin, Gr6goire se pr6senta de
bonne heure A l'usine.
Ah vous voilh, camarade, dit Victor en
s'approchant de lui et en lui tendant franche-
ment la main. Tout d'abord je vais vous presen-
ter au directeur, et je vous indiquerai ensuite l'em-
ploi qui vous est r6serv6.
L'ami de Victor fut pr6sent6 au directeur de l'u-
sine qui l'accueillit de bonne grace et lui demand
ses nom et pr6noms. II d6clara s'appeler Gr6goire
Freschemont, et il fournit des certificates 6manant des
endroits oi il avait d6ej travaill6, certificates repro-
duisant tant s'en faut de bonnes r6f6rences.
Eh bien demand le directeur A Victor. -
Que pensez-vous faire de lui ?
Je me propose de employer comlne conduc-
teur en chef de l'6quipe qui travaille au fourneau.
Eh bien faites.

Gr6goire se mit a l'oeuvre avec un d6vouement
sans bornes. II se lia vite avec ses camarades de
travail. Entre temps ses relations avec le contre-
maitre 6taient, parait-il, des plus cordiales. Cependant
Gr6goire se prena t souvent a refl6chir. II pensait
C'est drole, tout de meme Voill un home
qui a fait ses classes ensemble avec moi : il n'a ja-
mais 6t6 plus brilliant que mcci. Il n'a jamais et6 mieux
que moi sous aucun rapport. EL. ne voila-t-il pas qu'il
est mon chef aujourd'hui .....................
Dans le service tout marchait pour le mieux, du
moins en apparence. Mais (i-r6goire s',.ttrist:it bi:'n
souvent a la pensee d'etre commander, dirg'e par tin
homme qui n'etiit pas toujours superieur a lui.
Ma vie entire se trainera-t-elle toujours aussi







- 86-


monotone ? pensa-t-il. Serai-je toujours contraint de
recevoir des ordres et d'obeir aveuglement ?
Or, M. Gr6goire, trbs mecontent, essaya de < ca-
rotter > quelques minutes par-ci par-l1. Ii se propo-
sa de lambiner expres, sous pr6texte de ne pas le nmiter ,,. Le contremaltre, qui avait l'ceil a tout,
ne tarda pas a remarquer la mauvaise foi de celui-
1'.,Aussi lui fit-il doucement quelques observations
bien fond6es. Gr6goire essaya de se courber; mais il
ne pouvait souffrir le contremaitre ; il 6prouvait en-
vers celui-ci un sentiment strange. Et Victor se
trompait bel et bien en voyant en Gr6goire l'ami do-
cile qu'il avait et6 pour lui auparavent. Cependant,
comment Victor pouvait-il changer l'amiti6 qu'il pro-
fessait pour 1'ami en une mefiance injustifiee, certes,
mais cruellernent humaine ?
Tout march pour le mieux de nouveau, mais
pendant quelques jours seulement.

C' tait la saison des reparations diverse. Des 6qui-
pes d'ouvriers et de.manceuvres s'en allaient d6ter-
rer, dans les environs, des fers, des pieces de machine
dejA mises hors d'usage, travail quelque peu fatigant
mais don't les hommes se chargeaient volontiers. Il
faisait une chaleur torride. Victor offrit A ses hommes
un pourboire avant de les mettre a l'ceuvre et leur
proposal une augmentation de cinquante centimes
pendant les jours consacr6s h ce travail. Jamais en-
core un contremaitre ne s'6tait montr6 aussi g6ne-
reux A 1'6gard des travailleurs. Mais toutes ces con-
sid6rations ne mirent pas le conducteur en chef en
humeur. Il s'en alla avec ses hommes, et, a quelques
pas .e 1l, il s'installa l'ombre bienfaisant d'un man-
guier, en invitantles autres A faire comme lui.
Commencons par nous reposer, dit-il. -
Que peut-on faire sous ce soleil ardent ?
Gr6goire, assis nonchalamment sous l'arbre, de-
visa longtemps avec eux et fit des r6flexions les plus
grossibres t l1'gard du contremaitre.
Victor s'apercut du manage de son protdg6. I1 s'en
offusqua. Aussi il se permit de lui faire des reproches
de mauvais ton, et le haranga longuement sur ses







- 87 -


obligations. Mais Gr6goire devint furieux, il envoya
le contremaitre a la plus < chaude place > du monde,
et, tout en se mettant au travail, il prof6ra des paro-
les outrageantes A l'adresse de son bienfaiteur.
Hein pensa-t-il. Vous ne continuerez pas
longtemps a mefaire des sermons !...
Jamais Victor n'eut la pensee de renvoyer l'im-
portun. Il est vrai que des ce jour-lA, Gregoire se mit
en devoir de travailler consciencieusement et de se
montrer tres s6rieux. Toutefois, il se proposal de
faire du tort A Victor par un moyen ou par, un
autre.
Ceux qui croient aux pressentiments pr6tendent
que nous sommes toujours avertis des chagrins ou
des malheurs qui nous menacentf soit par une sorte
de mysterieuse angoisse int6rieure, soit parje ne sais
quoi. C'est peut-6tre bien vrai, car depuis lors, il
semblait A Victor qu'une secrete menace flottait
constamment dans I'air au-dessus de sa tete et que
cette menace aurait une repercussion fAcheuse qui
briserait le bonheur des siens. II se sentait quelque-
fois plein d'une emotion ind6cise.
Gr6goire enviait rageusement la situation avan-
tageuse de son ami. Aussi le haissait-il. La hai-
ne dans son Ame 6tait devenue aussit6t une soif de
vengeance. Or, tandis que Victor menait tranquil-
lement ses travaux, dans ombree l'ingrat conduc-
teur calculait, imaginait quel coup devait-il porter A
son employer. Et voila que peu a peu son plan ma-
chiav6lique prenait forme ; chaque jour il etait raf-
fin6 par un granJ besoin de cruaut6.
J'ai dit d6jA que Gr6goire s'6tait bien vite lib,
pour ainsi dire intimement, avec ses homes. Or, il
profit de cela pour d&molir cette entire confiance
que chacun d'eux avait pour le contremaitre. Il disait,
entire autres choses absurdes, que Victor 6tait un
homme pervers et habile qui savait, par des processes
qu'il ne tenait pas, par des paroles engageantes, mais
trompeuses, aveugler les yeux les plus clairvoyants
pour obtenir un maximum de travail et un maximum
de soumission.










M. Victor aurait souffert bien cru6llement s'il lui
avait fallu entendre tous les paradoxes outrageants
que Gr6goire d6bitait par-ci par-lh sur son compete.
Ma plume se refuse A reliever ce que quelques-unes
des expressions ont eu de cruel et de blessant pour le
contremaitre. ii est vrai que certain potins, entendus
d'une oreille distraite, revenaient a son esprit et ty
burinaient avec des traits aigus de pointe s he. Mais
il faisait mine de ne pas entendre, de ne s'apercevoir
de :ien ; toutefois, il n'en percevait pas moins come
une piqfire d'6pingle le dard d'une m6fiante obse va-
tion et le poids d'une hostility croissante contre lui.
Victor demeurait aussi indifferent que peut 1'6tre, A
la palpitation d'un chirurgien le patient piqu6 A la
cocaine. Du reste, pourquoi s'en alarmerait-il outre
measure ? Les grands hommes de la revolution n'ont-ils
pas kt6 traits par Catherine 11 sans management, et
meme avec mnpris ? Le grand La Fayette n'a-t-il pas
kt6 surnomm6 7 Dadais le Grand > ? Mirabeau ne
passa-t-il pas pour < le sceldrat rempli de vices quz
mnrite l'esf'hme de Sodome et de Gomorrhe P ?
Les ouvriers firent tout d'abord la sourde oreille
aux avances perfides de Gr6goire. Depuis quatre ans
que Victor 6tait contremaitre dans cette usine, per-
sonne n'avait song A lui ternir la reputation. Mais cet
infame Gr6goire, dou6 d'une parole persuasive, savait
fort bien influence les gens. Il redoubla d'ardeur au
travail de d6nigrement qu'il avait entrepris contre le
contremaitre.
La phrase c6lbre de Bazile: e Calomniez, ca-
lomniez, il en reste toujours quelque chose >, traduit
vraiment une des plus tristes et des plus indiscutables
v6rit&s sur le coeur human. 11 y a toujours un r6sidu
empoisornn de mifiance que laisse dans 1'ame tout
soupcon, meme dissipe. C'est ainsi que peu a peu les
ouvriers avaient perdu confiance, en se ralliant A celui
qui, soit-disant, leur ouvrait les yeux. Et insensible-
ments'etait trouv6e 6branl~e cette-belle admiration
qu'on avait pour le contremaitre. On av it fini par e-
jeter dans I'ombre toutes ses qualit6s pour ne faire pa-
raitre en pleine lumiere que ses d6fauts. Sur tous les
hommes de l'usine un vent de mefiance, puis de haine


- 88 -







-89 -


avait souffl ; et, tandis que Victor se croyait tou-
jours l'homme aim6 et respect, il 6tait d6test6 par le
personnel. Ily avait m6me une certain effervescence
parmi ce personnel. Ce n'6tait que l'autorit6 absolute
de Victor qui empochait le flot houleux de se soulever
contre lui. Mais il 6tait evident qu'autant, autrefois,
il eut 6t6 plaint dans l'infortune qu'autant maintenant
on la lui eut souhait6e.
Il est vrai que les ouvriers lui souriaient toujours.
Mais que cachait des lors cet ind6finissable sourire
qui se dessinait sur les lRvres ? Leur sourire, leurs
paroles cachaient la plus basse et la plus vile tra-
hi-on. Maintenant ils concevaient l'immonde pro-
jet de faire de l'amour qu'ils avaient vou6 a
Victor l'appAt qui devait attirer vers le supplice
ce contremaitre qui se fiait A eux.

Ce n'est pas tout. Gr6goire va user contre le con-
tremaitre, l'arme surnoise des sortileges. Un beau
jour il se rend aupres d'une vieille sorci&re et luid6-
bite d'abord un tas de calomnies sur celui qui va 6tre
sans nul doute sa victim.
M. Victor veut me faire perdre mon pain dit-
il en substance. Alors, madame, il vaut mieux
qu'il perde sa place avant que je perde la
mienne. Jesuis un petit malheureux vivant au jour
le jour, tandis que lui, il a deji son magot.........
Etalors que voulez-vous ? demand la fem-
me, don't l'odieux regard d6taillait l'homme des
pieds a la tete.
Je veux qu'il perde sa place !
Ce que vous me demanded l est fort grave. Si
l'on venait a savoir que j'ai k6t votre complice
pour faire renvoyer cee homme...
On ne saura rien !
Lafemme avait faith seulementlesimulacred'une ob-
Jection. Mais croyez-vous qu'elle h6sit. ra h se faire
l'instrument des immondes desseins de Gregroire ?..
Non il n'h6sit ra pas, bien qu'elle eit deja suffisa n-
ment de forfaits a son actif pour ne pas se charger
encore de celui-lA. 11 n'est pires atrocit6s don't elle
ne suit capable.. Poui elle, Gr6goire avait bien le







- 90 -


droit de hair son employer et de ne reculer devant
aucun moyen de le perdre et de se faire nommer B
sa place. Du reste, ces sorcieres sont toujours les
basses complices de ceux qui s'adressent A elles pour
fair le mal aux autres.
Enfin, dit la femme vous ambitionnez la
place du contremaitre ? Vous pouvez l'obtenir sans
grand'-peine ni grand risque. Du reste, il n'est pas
question d'user de moyens violent envers lui !. II
s'agit simplement de lui faire perdre l'estime du di-
recteur etde faire en sorte que la situation se re-
t urne en votre faveur.
C'est bien Ca !
Bon !bon fit la vieill- sorciere. -F6vous md-
te It en desac6 eve direct lisine-la (I1 faut le met-
tre en desaccjrd avec le directear de l'usine.)
Grgni)ire parla de diverse choses outrageantes
contre Victor. Et, la femme et lui, ils eurent A accom-
plir de terribles m6chancet6s dans le detail desquel-
lesje n'ai pas besoin d'entrer.

Les relations entire lecontremlitre et le directeur
del'usine se refroidirent peu A peu. Enfin celui-ci finit
par n'avoir guere deconsid6ration pour celui-lI. II
lui arriva de ne plus pouvoir le supporter sans sa-
voir lui-meme pourquoi. Un jour, Victor, pour des
raisons personnelles, ne pouvait preter son concours
A une oeuvre que le directeur tenait A coeur de met-
tre sur pied. Celui-ci ne vit alors de la part de l'autre
qu'une resistance qui eut le don de l'exasperer. Se
trouvant aussitot hors de lui, il fit quelques remar-
ques de mauvais ton au contremaitre. Par malheur,
celui-ci le contrecarra et ses objections lui parurent
trbs outrecuidantes. Les prunelles du directeur de-
vinrent agressives ; il s'y alluma de rageuses lueurs,
et, l'air offense ethautain, le sup6rieur s'exclama.
M. Victor !j'aurai soin de vous !
Sur quoi, le contremaitre, pouss6 par je ne sais
quoi, repondit :
J'en aurai 6galement de vous!
Cette reponse exasp6ra davantage le directeur,
attisa l'irritation secrete qui couvait en lui.







- 91 -


Je vous arrangerai dit-il.
Semblable a un ange r6volte, frapp6 de 1'anathbme
de dieu, Victor releva audacieusement la tete et d6-
clara:
-Eh bien, soit Faites ce que vous voulez ;je ne
lutterai pas centre votre determination.

Au milieu de l'aprbs-midi de cejour une note en-
joignit le contremaitre de passer au bureau du di-
recteur. Celui-l le front pale et barr6 d'un pli sou-
cieux, y alla vivement. Quand il penetra au bureau,
le directeur 6tait assis dans un fauteuil de cuir, avec
le visage pale et d'une rigidity de marbre. 11 y eut
tout d'abord une minute Je silence. L'entrevue entire
le Directeur et le contremaitre fut des plus
emouvantes. Oh qu'on se rassure il ne s'est pas
prononc6 de grandes phrases entire eux ; de gran-
des col&res n'ont pas Mclat&. Mais l'6motion qui
6treignait Victor etait grande. L'expression de son
visage, le 16ger tremblement qui I'agitait, le son de sa
voix, tout semblait d6celer en lui une de ces 6mo-
tions difficil'ement continues, 1'6motion d'un brave
et honnate homme, don't la conscience est sans re-
proches, et qui sent planer tout-a-coup sur lui d'in-
famantes suspicions. Enfin, le directeur releva la te-
te et, fixant sur le contremaltre un regard aigti, il
le contempla comme si de sa vie, il ne l'avait pas
encore vu.
Eh bien dit-il sechement, -je vous congedie
d6finitivement.
Tout d'abord, Victor songea ironiquement que cet-
te resolution 6tait excessive et cadrait mal avec les
sentiments du directeur. D'une voix triste, il balbu-
tia :
Comment?...
Pas d'explication !
Tandis qu'une rougeur intense couvrait ses traits,
Victor demeurait aneanti. II voulut poursuivre :
C'est ainsi que vous me recompensez de mes
quatr.. ........... ......... ....
Assez !-c ama le directeur qui s'6chauffait.-
Voi.i vos appointments. Je ne saurai vous tolerer un










instant de plus au service de l'usine. Je vous chasse !


Victo leva les yeux sur cet homme arm6 de
pleins pouvoirs sur ses employs. Ils se sentait capa-
ble de i'empoigner et :e lui flanquer quelques gifles,
mais sa revolte ne montrerait rien que l'impuissant
soubresaut d'une Ame trop d6bile en la circonstan-
ce. II toucha ses appoihiements et sortit.
Comment 6tait Vitor A la sortie du bureau ? Il 6tait
probablenent fou ?... Non, il n'6tait pas fou. II 6tait
au d6sespoi r!... Le language est une algcbre si grossiere
quand il s'agit de traduire les nuances de sentiments,
qu'il m'est difficile de trouver des mots fr6cis pour
traduire la situation morale de cet homme. Quoiqu'il
efit fait de bonne heurel'apprentissage de la souffran-
ce, jamais il n'avait rien &prouv6 de comparable a la
douleur qui le meurtrissait. De pr6coces chagrins
s'6taient abattus sur son enfance ; plus tard les sou-
cis mut6riils, les tracas domestiques, les blessures
d'amour-propre, avaientimpr6gn6 d'amertume son
existence. Mais depuis quelque temps,- la certitude
d'6tre en place et de pouvoir travailler tranquille-
ment lui avait fait oublier ces p6nibles souvenirs. Et
alors it jouissait d'un peu de bonheur. Mais, hl6as !
le bonheur est quelque chose de tres relatif. Nous
nous consacrons tout entier a la poursuite d'un bien-
6tre materiel : nous cherchons a acqu6rir une situa-
tion solide, par tous les moyens en notre pouvoir
apres l'avoir oblenue, nous*ne cessons d'aspirer sans
cesse a une am6lioratioin de notre condition. Et tout
a-coup un incident quelconque d6truit tout. Ne voi-
IA-t il pas que c'est ce qui arrival A Victor ; un orage
eclata a l'improviste par l'ettremise des envieux et
demoiit son edifice de bonheur.
Victor sentit sourdre en lui des rancunes formida-
bles, de ces rancunes puissantes A soulever un mon-
de ; mais il n'avait pas A s'indigner contre le direc-
teur ; mais plutCt contre tous ceux qui sont les agents
n6fastes de la fatality. Notre vie, par l'effet de toutes
les relations bones ou mauvaises, est soumise A
tout le monde ; nos amis, nos camarades, nos enne-


-92-








- 93 -


mis, influencent notre destin & leur gr6, notamment
A la Guadeloupe.
Beaucoup de gens et n &me les premiers qui
cri6rent haro sur cette affaire ont eu leur part de
responsabilit6 dans le renvoi du contremaitre. Les
uns l'onteue par lenrs actes volontaires, les autres
par leurs bavardages, leurs potins, la 16gende mal-
veillante qu'ils ont cri6e autour de Victor et du di-
recteur de l'nsine. C'est l une fatality arrive une
fois de plus par 1'inteivention perfide de nos sembla-
bles. L'oeuvre de Gregoire avait tres bien r6ussi, et
celui-ci s'en r6jouissait de bun coeur. II 6prouvait 1'A-
pre contentement que donne toujours une haine fa-
rouche enfin satisfaite.
Ah dame !.. qui n'a pasconnu les grandes infor-
tunes de la vie ne peut conprendre la pire, celle qui
s'abat soudain sur vous, au milieu de votre tranquilli-
t6, au milieu de votre bonheur apparent, et fait d'un
home de conscience, d'un homme d'honneur, un
dechu, un destitu6 !
Si, par example, quand Victor allait et venait
autour de s< s hommes, en maitre qui a coutume de
commander et d'etre obei ; si, quand il etalait aux
yeux de tous la fatuit6 de son rang et la pr6somption
de ses paroles, quelque bonne sorciere, instiuite
des choses de l'avenir, fdt venue gater ses illusions
et trouble la frivolity de ses pens6es par de graves
revelations ; si celle-ci lui eit dit qu'un jour le carna-
rade, le soit-disant ami, qu' 1 avait pris au service de
l'usine, causerait sa perte ; et que ce meme camarade
ou ami rirait de sa bonne incr6dulit6 et serait appel6
a ktre contremaitre A sa place, comment Victor ect-il
r pondu t ces lugubres proph6ties ? sans nul doute
par un eclat de riie gouailletur et une pirouette II
eiut 6t& dans 1'impossibilit6 de concevoir que la for-
fanterie et la trahison se cachaient, chez Gregoire,
sous les apparences d'une parfaite amiti6. Et pour-
tant !....
... ..........................................
Deux jours apres le renvoi de Victor, le perfide
Gr6goire fut nomm6 contremaitre.







-94-


XV

Le frere de Nicole, le nommm Francois, a vingt-
quatre ans. Apres ses premieres 6tudes, il 6tait entr6
dans un atelier da mecanique oii ii seivait en quality de
manceuvre. Ayant compris qu'on ne peut devenir quel-
qu'un quepar le travail, il voulut travailler s6rieuse-
ment et surtQut gagner de l'argent Etourdi, 6nivr6,
il quitta son pere avec indifference, et c'6tait alors
pour toujours Hl6as nous sommes si mauvais, si
volontaires des l'enfance Du reste, peu de chose
nous enl6ve vite aux bons sentiments naturels Or,
Francois s'adonna A tout. II n'6tait pas. difficile sur
1'ouv age et acceptait toute besogne susceptible de
lui rapporter. Ayant quitt6 l'atelier, il se fit tour A
tour colporteur, jardjiier, bficheron, coupeur de ca-
nes, casseur de cailloux. II 6tait tout ce qu'on you-
lait.
A force de volont6 et d'energie, Francois 6tait
parvenu a amasser que!ques sous. Pour y arriver,
combien avait-il supported de longues privations avec
courage et resignation. Il ne buvait jamais de vin et
le plus souvent il ne < mangeait pas gras >. Jusqu'au
jour oii il alla louer, A la Pointe-A-Pitre, un ap-
partement qu'il meubla assez convenablement, il ne
change en rien sa maniere de vivre. Toutefois, Fran-
cois continue de travailler etd'economiser pour gros'-
sir son magot. Une bonne femme de la ville, qui
avait connu ses parents, prenait soin de son petit m6-
nage de gargon ; elle lavait son linge, le raccommo-
dait et entretenait tous ses effects dans le meilleur 6tat
de proprete possible. De sorte que FranCois vivait
paisiblement de sa vie de garcon.
La vue d'un camarade commercant fit 6clore dans
son cerveau des idees ambitieuses.
Pourquoi ne m'6tablirais-je pas aussi commer-
cant ? > pensat-t-il.
Tant et si bien que Francois se fit A cette id6e







-95-


qu'un beau jour, il se fit installer une coquette
boutique dans la rue Fr6bault. Des les premiers
jours, les clients etaient venus, curieux d'abord, s'ar-
retant devant la dite boutique afin d'admirer I'6tala-
ge, puis jetant au passage un coup d'oeil A l'int-
rieur pour examiner le commercant, entrant enfin
pour acheter quelque chose. Ils 6taient tous revenues
apres, puis d'autres encore, et bient6t une veritable
clientele s'6tait formee.
Personne, tout d'abord, n'avait eu ou semblait ne
pas avoir une pens6e de d6pit, ni un sentiment d'en-
vie A l'ouverture de ce bazar, qui n'allait faire con-
currence a quiconque. Jusque-la il n'y avait pas de
jalousie agissante centre le tenancier de cet 6tablis-
cement; au contraire, celui-ci avait provoqu6 une
sertaine joie dans le quarter. Et les voisins disaient
ans arriere-pensee :
Ah !.. il nous manquait un bazar ici !
La boutique, peu achaland6e le matin, se rem-
lissait durant l'apres-midi d'une clientele assez nom-
reuse. Les affaires de M. Francois s'arrangeaient de
ieux en mieux. Et il souriait A l'idee d'en tirer
rand profit.
Un jour, une cousine de ce commercant, 1Mle
eanne, 4tait a la Pointe-A-Pitre. Venue pour faire
uelques emplettes, elle parcourait les magasins,
uand tout-A-coup elle se trouva en face d'une bouti-
ue bien coquette, A la porte de laquelle parut aussi-
6tun homme en bras de chemise. Celui-ci parais-
ait gai et bien portant. Jeanne eut un mouve-
ent de surprise et I'honmme en eut tout autant,
ar elle le reconnut -et lui-mi me la reconnut. M.
rancois se tr(ouva done en presence de sa cousine
u'iln'avait pas vue depuis longtemps. Jeanne. se
emit tres vite de sa surprise, et, s'avancant vers LFran-
ois, lui fit une reverence :
Ah !!. cos.;!,, buiojour Cd cOtd-cz on yd on ?
C'est ici que vous etes d!nc ?).
Oui, ma chili e, jeanne; lui repondit-ii, 'fair
alme..
Dipz k. ,tan, o:n rouIi boutique, zci ? (lepuis
uand avez-vous ouvieat la boutique ici ?)




*C -~C.i~~'~


96-

Tim ctnq mois envzron. (I1 y a cinq mois en-
viron.)
Ce bien c bien fit la cousine en promenant
ses regards partout. Et la vente ? (C'est bien c'est
bien !)
Ah! figurez-vous qu'une petite boutique comme
la mienne n'est pas de nature A attirer l'attention de
nombreux clients Mais je n'ai pas A m'en plaindre!
A qui appartient la maison ? demand
Jeanne, qui regardait son cousin au fonddes yeux en
dissimulant unejalousie affreuse qui la mordait de-
jh au coeur.
Francois, un pau prktentieux, poseur, avec un
insupportable orgueil et une aveugle confiance, d6-
clara :
C'est une maison qui appartient A M. Flori-
mond ; je la loue tout just cent francs, mais je comp-
te l'acheter d'ici quelque temps.
A ces mots, Jeanne ouvrit de grands yeux et
s'exclama:
Cd bien cd bien cabrite a vons ka ft bf !
(C'estbien c'est bien Vous progressez !)
Mais Francois n'a rien comprise du sarcasme con-
tenu dans ces mots. Et sans s'imaginer la souff ance
de sa cousine en cette occasion, il d6bita ses joues,
et parla de ses projects d'avenir. Entretemps mille re-
flexions jalouses- traversaient l'esprit de la pauvre
fille. Combien de gen., pensait-elle, 6taient parties
de la misere la plus sombre pour s'elever peu A peu,
par un travailcontinu, mesure, patient, jusqu'a une
situation assez important. Etant naiv:-, elle croyait
que le succ6s 6tait possible pour tous. Aussi voy'ait-
elle deja une reussite complete, une fortune pour son
cousin Or, de coeur jaloux, envieux, comme tout
autre, elle souhaitait d6ej la faillite a M. Francois.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs