• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Introduction
 Map
 Preface
 Table analytique
 1492-1635
 1635-1640
 1640-1650
 1650-1664
 1664-1680
 1680-1718
 1718-1764
 1764-1794
 1794-1802
 1802-1848
 1848-1871
 1871-1900
 Piéces annexes
 Bibliography
 Table des gravures
 Back Cover














Group Title: La Guadeloupe, physique, économique, agricole, commerciale, financière, politique et sociale de la découverte a` nos jours (1492-1900)
Title: La Guadeloupe, physique, \économique, agricole, commerciale, financière, politique et sociale de la découverte à nos jours (1492-1900)
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078295/00001
 Material Information
Title: La Guadeloupe, physique, \économique, agricole, commerciale, financière, politique et sociale de la découverte à nos jours (1492-1900)
Physical Description: 340 p. : illus. ; 25 cm.
Language: French
Creator: Lara, Oruno, 1879-1924
Publisher: Nouvelle Librairie Universelle
Place of Publication: Paris
Publication Date: [1921]
 Subjects
Subject: Description and travel -- Guadeloupe   ( lcsh )
History -- Guadeloupe   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078295
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000143595
oclc - 22866578
notis - AAQ9782

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Introduction
        Page 5
        Page 6
    Map
        Page 7
        Page 8
    Preface
        Page 9
        Page 10
    Table analytique
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    1492-1635
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
    1635-1640
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    1640-1650
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
    1650-1664
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
    1664-1680
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
    1680-1718
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    1718-1764
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 64a
        Page 65
        Page 66
    1764-1794
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
    1794-1802
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 130a
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
    1802-1848
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
    1848-1871
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
    1871-1900
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
    Piéces annexes
        Page 343
        Page 344
    Bibliography
        Page 345
        Page 346
    Table des gravures
        Page 347
        Page 348
    Back Cover
        Page 349
        Page 350
Full Text

ORUNO LERR


LA GUADELOUPE
PHYSIQUE, ECONOMIIQUI:. AGRICOLE, COMMERCIAL.
FINANCIEHE, POLITIlIQ'i EIT SII\LL


DE LA DECOUVERTE A NOS JOURS (1492-1900)














NOUVELLE I.1BnflRIE UNIVERSELLE
1, RLE HAUTEFEUILLE
PARIS
















UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES







THIS VOLUME HAS BEEN
MICROFILMED
BY THE UNIVERSITY OF
FLORIDA LIBRARIES.








ORUNO LARA









LA GUADELOUPE
PHYSIQUE, ECONOMIQUE, AGRICOLE, COMMERCIAL,
FINANCIERE, POLITIQUE ET SOCIAL


DE LA DECOUVERTE A NOS JOURS (1492-1900)



/ .'










NOUVELLE LiBRAIRIE UNIVERSELLE
i, RUE HAUTEFEUILLE, i
PARIS








L1 JISQ-i
IATI 4
























LA GUADELOUPE







Ouvrage public sous les auspices de la SOCIETE REGIO-
NALE GUADELOUPEENNE, (la dite Socidtd crde a la
Guadeloupe en 1911, constitute a Paris le 3 aont 1919:
MM. Leon Hennique, de l'Acaddmie Goncourt, president;
Mermeix, homme de lettres, ancien Ddputd de Paris, et
Ldon Talboom, critique d'Art, vice-prdsidents ; Max Clain-
ville-Bloncourt, avocat 4 la Cour d'Appel de Paris, trdsorier)







LA GUADELOUPE
ET SES DEPENDANCES
&Hele de I: 888.900
0 A10 20 I L












LH GUiDELOUPE



La Guadeloupe est une lie qui fail parties
'des petites Antilles placees dans la bou-
cle formde par la longue chaine de terre
reliant les deux Ameriques.
-Cette ile, ddcouverte en 1492, par Chris-
tophe Colomb, a etd occupee en 1635 par
les Franfais.
L'a.rrivde des premiers colonisateurs eu-
ropdens fut suivie de e de ll de travailleurs
africains, el commenca la pdriode de l'Es-
Sclavage.
Aux cdtes les uns des autres, Blancs
et Noirs ont travaille, luttd, joui et souf-
fert, en passant par les pdriodes de la Rd-
volution de 1789, du premier Empire, de la
Restauration, de la second Rdpublique
de 1848, du second Empire, jusqu'd nos jours.
Le triomphe ddfinitif de la Republique devait ouvrir une ere de
prospiritd. dans l'affranchissement du travail et la liberty national.
Originaire de la Guadeloupe, dcrivain de race noire, pendant plus
de o'inq anndes de labeur incessant, j'ai rassemblg les elements nd-
cessaires pour la rdalisation d'une Histoire de la Guadeloupe, de la
ddcouverte d nos jours (1492-1900).
Ecrire une Histoire de la Guadeloupe, c'la.it dcrire l'Histoire d'une
fraction de cetle humanity noire. violemment transportde d'Afrique
en Anmdrique, oi elle s'est adapide en mime temps que les expddi-
tionnaires europdens. Partout dans la civilisation du Nouveau-
Monde, on trouve l'homme noir d cdte de I'homme blanc. Et c'est
l'homme noir qui remue la terre et les pierres. qui travaille le plus
stoiquement d la vie et d la feconditd du pays. Celt muvre est done
l'image de la Idouloureuse et formidable creation du Continent ame-
ricain pdtri de tant de larmes et de sang africains.
M. Louis Henrique. commissaire general de l'Exposition colonial
de 1889, charged de publier des (( Notices Illuslrees ) sur la Guade-
loape. la Martinique, la Gu lane, etc.. dcrivait :
Trois races d'hommes se sont Irouvies en prsec.P dis le dd-
but de l'occupation : I'Indien. I'Europden, I'Africain. Une etude
ac srieuse et d la fois interessa.nte. serait d'examiner de haut. sans
p part pris, comment se sont comportdes ces trois races en contact ;
q quelle a tdd, sous le rapport physique et intellectuel, I'influence
a exerce sur elles par le milieu dans lequel elles se sont rencon-
U trnes.
Une seule parties a plaid sa cause et depuis un siicle la plaide









5W devant I'opftron publique. Pour o~celur tt sl 'ffiOtt d'attendr-
R que les autres, a teur tour, aient pris la parole. 7
'Au vEu exprimd par M. Louis Henrique, ce livre est-il uie rd-
po0nse ?
C'est le lecteur qui le dira.
En derivant cet ouvrage sur la Guadeloupe, fai ddsird ieltre efifi
entire les mains du public une relation sincere des 'vdnem'eint
qui constituent notre existence, un rdsumz vrai de la vie colonial,
le portrait reel des homes et des choses, et fai rassembld
les opinions, les citations. pour justifier l'exactitude de mon rdcit.
Certes, pour avoir accompli un acte de bonne foi et de volonli, je
n'attends pas un succes spontand ; j'escompte simplemeWit apporter
ma part l'ceuvre commune de notre advancement, et il me suffira
pour toute rTconpense, de l'dvidence de mon geste.
II appartenait vraiment d I'un d'entre nous d'ecrire l'histoire des
siens ; et quand, nes d'hier, nous ne semiblons avoir ni passe, ni dtat-
rivil. il appartenait 4. l'un d'entre nous d'edifier un passe plus beau,
eri allant puiser aux sources memes de nos jours une plus belle ex-
pression humaine, dans le sacrifice et la probity.
L'ignorance des choses d'hier est une grande faiblesse. Elle fail
to'rjours errer dans le jour present. L'FiInlirp remplit pour nous le
rdle du fil d'Ariane, en mettant ei conim unicationi le passed avec le
present qui crde I'avenir, et nous renseigne et nous inspire.
Mieux connattre, c'est done pouvoir mieux agir, et c'est se faciliter
mieux les efforts et les succes.
C'est pourquoi jai voulu ce livre, c'est pourquoi je souhaite qu'il
soil lu, dnns son simple enseianement, comme une oeuvre anonyme,
offertf n'ix uns, o,.r "aetres. d Ious ceiix qui .rivent et doivent savoir.
- offerle a mres Compatriotes.
Paris, 6 avril 1921.












THBLE IINRLYTIQUE


1492-1635
D4couverte de l'Amdrique par Christophe Colomb'. San Sal-
vador. A son deuxibme voyage, Colomb decouvre la Guade-
loupe. Diffdrents essais de colonisation de P1'le. Le capitaine
d'Esnambuc. Occupation de Saint-Christophe. Creation de la
Compagnie des Iles d'Amdrique.
1635-1640
Le capitaine de l'Olive et Jean Du Plessis passent contract pour
la colonisation de la Guadeloupe. Leur expedition part de Dieppe.
Arrive h la Guadeloupe. Colonisateurs et Indigenes s'enten-
dent. Les Caraibes. Mort de Du Plessis. La guerre est dd-
clarde aux Caraibes. Suites funestes de cette guerre. Un
gouvernement g6ndral est crde h Saint-Christophe. L'Olive quite
la Guadeloupe. Fin de la pdriode caraibe.
1640-1650
De l'Esclavage des Noirs. Le capitaine Aubert est nommd
gouverneur de la Guadeloupe. Formation de la vie colonial. -
Les premiers Colons. Flibustiers et Boucaniers. Engagds eu-
rophens, Esclaves" caraibes, Esclaves bresiliens, Esclaves africains.
Houel est nomm6 gouverneur de la Guadeloupe. De Thoisy
nommde Saint-Christophe ne peut s'y installer. Occupation des
Saintes, de Marie-Galante. de Saint-Martin, de Saint-Barthdlemy.
--- La Guadeloupe avec ses ddpendances est vendue h Boisseret et
a Houil. Dissolution de la Compagnie des Iles d'Amdrique.
1650-1664
Regime seigneurial. Les Seigneurs de la Guadeloupe, leurs
privileges et prerogatives. Arrivee des Hollandais venus du
Brdsil. Deux Noirs enseignent la fabrication du sucre. Des
ouragans desolent la colonies. Augmentation de souffrances pour
I'Esclave africain. Premier soulevement des Noirs.
1664-1680
Achat des Iles par le Roi. La Compagnie des Indes Occiden-
tales. Population de la Guadeloupe. Un stade de la Socidtd
colonial. De Tracy, au nom de la Compagnie, prend posses-
sion de la Guadeloupe. Du Lyon est nommd gouverneur. Les
Anglais s'emparent de Sainte-Lulie. Acquisition par la France
de Saint-Domingue. plus tard Haiti. DWsastre des Anglais dans
une attaque centre la Guadeloupe. Privilege accordde la Traite
des Noirs. Ce qu'Otait la Traite. Hincelin est nommd gou-
verneur. Rdunion des lies au domaine de la Couronne.
1680-1718
Rdsultat du traffic de la Traite. Extension des propridtds et
augmentation de la population esclave. L'Edit de mars 1685 ou
Code Noir. Effets et consequences du Code Noir. Application
de I'Edit de Nantes & la Guadeloupe. Auger est nommd gouver-
neur. Guerre entire la France et l'Angleterre. Les Noirs par-
ticipent h la defense de la colonies. De La Malmaison, gouverneur.
- Le prdjugS de la couleur. R1glementation commercial.










1718-1764
L'Oligarchie colonial. Rdbellion 1 la Martinlqur. te pro-
gres retard dans nos Antilles. Effets du systeme financier de
T,aw. Aggravation des measures centre les Esclaves. SoulA-
vement des Noirs, 1726, 1737, 1738, 1748, 1752. Supplices du
btoher. Premiers fondements de la ville de la Pointe-h-Pitre.
- Nouvelle phase du prdjug6 de la couleur. Les premiers Cor-
saires de la Guadeloupe. Le chevalier de Saint-Georges. Le
faux prince de ModAnes. Calamitds. Le chevalier de Mirabeau.
- Guerre entire la France et l'Angleterre. La Guadeloupe tombe au
pouvoir des Anglais. Elle est rendue a la France plus prospfre
qu'auparavant.
1764-1794
Examen de la Societe colonial. Prise de possession de la
Guadeloupe. Edification de la Pointe-h-Pitre. L'inddnendance
des Etats-Unis d'Ameriane. Organisation de I'Assembl4e colo-
niale. Population en 1789. Ddsespoir des Esclaves. Disso-
lution des moeurs. Emotion aux premieres nouvelles de la R4-
volution francaise. L'Assembhle general colonial. Les < na-
trintes a de Dugommier. Soullvement A la Capesterre. DP-
eret du 8 mars 1789 donnant aux colonies une autonomie presque
ahPolun. SoulBvement A Rainte-Anne pt a la Marie-Galante. -
T.LeS f6ddr6s a de Rainte-Anne. << La Calvnso a arbore le draDean
blanco pn rade de la Basse-Terre. La Guadeloupe et la Marti-
niaone en 4tat de rebellion. La Pointe-h-Pitre se prononce pour
la 116nnblique. Le commissaire Lacrosse embleme de la Lihert4.
- Ev4nements des Trois-RiviPres et de Baillif. Trahison des
Planteurs. La Guadeloupe tombe au pouvoir des Anglais.
1794-1802
La Convention Nationale d4crete, 1b 4 f4vrier 1794. la liberty anx
coloniens La Gnadelonue sons 1'Administration anelaise. DP-
"art d'Aix d'une. expedition frannaise avec lep commissaires Victor
HTl-_UPS et Chr6tien. Cononne de la Guadeloune. P4riode r6-
vonutionnaire. Administration de Victor Hueues et Lebas. -
Rituation florissanlf de la nclonip. Administration de Desfour-
ni' x. Administration doe cnp-nt Jeannet. Baco de Lachanelle
t T.aveaux. Nouvelle administration de Lacrosse. Adminis-
'4afion de Plape. Examen n IP n Snrit coloniale. Arrivsp de
I'yondition de Richpnansp. Rnnanarte. nar la loi du 20 mai 1802.
rAfahlit l'Esclavage aux colonies. Mouvement anti-esclavagiste. -
n'oble resistance du colonel Delerbs. H6roisme du commandant
ITnace L'odvss4e de Saint-Charlpe. Baimbridge et Danglemont.
- Aux Htros et aux Martyrs de la liberty I
1802-1848
P4riode bonapartiste. Rdtablissement de 1'Esclavage. Le
supplice de la cage de fer avec sa lame tranchante. Gouver-
nement d'Ernouf. L'inddpendance de Saint-Domingue (Haiti).
-- La Guadeloupe tombe au pouvoir des Anglais. Chute de Bo-
naparte. Retour de la Guadeloupe a la France. Les Cent
jours aux colonies Gouvernement de la Restauration. Ex-
n6dition de Samana. Le procis Bissette. La doctrine de Mon-
ro6. Reconnaissance de la RPoublique d'Haiti par la France. -
Queloues considerations sur cette reconnaissance. La Socidtd
colonial de 1830. La Revolution de Juillet. L'Angleterre pro-
clame la liberty dans ses colonies. Victor Schcelcher. Trem-
blement de terre du 8 f4vrier 1843. La cause de l'4mancipation
et la royautd de Juillet. Proclamation de la R4publique de
1848. Proclamation de la liberty aux colonies frangaises.









1848-1871
La Republique_ de 1848 aux colonies. Les premieres elections
legislatives (22 aoft 1848). Le journal < Le ProgrBs 3. Les
devnements de la Marie-Galante (25 juin 1849). Administration
arbitraire du colonel Fibron. RBsultats du coup d'Etat du 2 de-
cembre 1851. Suppression de la representation colonial. Le
regime du < livret 3. L'immigration. Le premier bateau h va-
peur dans la Rivibre-Sal6e. MinistBre de l'Alg6rie et des Colo-
nies P6riode d6cennale de l'dmancipation. Proclamation de
la liberty des Esclaves aux Etats-Unis d'Amerique. Expedition
du Mexique. Le cholera la Guadeloupe. Senatus-consulte de
1866. Inauguration de l'usine d'Arbousier. Extension du
march colonial. La guerre de 1870. Proclamation de la Troi-
simme R1publique. La representation et le suffrage universal
sont r6tablis aux colonies.
1871-1900
Elections Melvil-Bloncourt et Adolphe Rollin. Premiere com-
position du Conseil general. Elections Germain Casse. --La
Constitution de 1875. Elections municipales de 1876. Elec-
tions Theodore Lacascade. DBveloppement de l'Enseignement
public. Elections Emile Reaux. Institution du Jury criminal.
- Le triomphe de la R6publique (14 juillet 1880). La Guade-
loupe de 1880. Elections Gaston Gerville-Reache et Gaston Sar-
lat. Creation de la Caisse d'Epargne. Les premiers Maires
dlus de la colonie. Creation du lycee de la Guadeloupe. Elec-
tions s6natoriales Alexandre Isaac. Elections G. Gerville-Reache
et G. Sarlat. La loi militaire du 15 juillet 1889. Elections
G. Gerville-Rlache et Emile Reaux. La Guadeloupe de 1890. -
Creation du Parti socialist. Sdparation des rdpublicains en
deux parties. Elections G. Gerville-Rdache et Auguste Isaac. -
Elections s6natoriales Alexandre Isaac. L'immigration japonaise.
- M. G. Gerville-R1ache et le fonctionnarisme. Elections muni-
cipales de 1897. Elections G. Gerville-RBache et Hdgdsippe LB-
gitimus. Elections cantonales de 1898. Triomphe du socia-
lisme. Ev6nements d'incendie ou manceuvres politiques. Elec-
tions municipales de 1900. L'Exposition Universelle de 1900. -
La Guadeloupe nouvelle (1900-1920).








HISTOIRE DE LI GUfIDELOUPE

iHAPITRE PREMIER

1492-1636

D doouvert e de Amerique par Christophe Colomb. San Salvador. A son
deuxzime voyage, Colomb d6couvre la Guadeloupe. Diflfrents essais
de colonization de l'lle. Le capitaine d'Esnambuo. Occupation de Saint-
Ghristophe. Crdation de la Compagnie des lies d'Amerique.

1492. Le vendredi, 3 aoft 1492, Christophe Colomb quitta la rade
de Palos, ville maritime de l'Andalousie.
Sa flotte se composait de trois batiments ou caravelles, especes de
grades barques non pont6es avec la poupe et la proue fort levees :
Sadta-Maria, Pinta et Nigna.
Dans la nuit du ii au 12 octobre, la premiere terre, San Salvador,
fut decouverte.
Le 12 octobre 1492, aux premiers rayons du soleil, Colomb, accom-
pagn6 des deux autres capitaines, debarqua sur la premiere terre du
Nouveau-Monde, et en prit possession au nom du Roi et de la Reine
d'Espagne, Ferdinand le Catholique et Isabelle de Gastille.
Quelque temps apres, rentr6 .en Espagne, Colomb partit de nou-
veau pour un deuxieme voyage, ayant et6 nomme Amiral et Vice-
Roi de toutes les terres d6couvertes par lu.
1498. II quitta la rade de Cadix, le 25 septembre 1493, avec une
flottille de dix-sept voiles.
Le, 3 novembre 1493, il decouvrit l'ile de la Dssirade, don't le nom
vient ainsi de a deseada p, dssir6e.
A measure que la flotte s'avangait, d'autres iles se montraient, la
Dominique, Marie-Galante, la Guadeloupe.
Colomb atterrit a l'ile de Marie-Galahte, ainsi designee du nom
de son vaisseau : Maria Galanda.
En 7 atterrissant, il prit possession de l'Arohipel des Antilles au
nom de ses Souverains.
4 novembre. La flotte continue d'avancer, et, le 4 novembre sui-
vant, les Navigateurs virent e a trois lieues un rocher haut et en
. pointe, d'oi il sortait une quantity d'eau qui faisait un si grand
.c bruit en tombant, qu'on l'entendait des vaisseaux. F. Colomb.
C'est la chute de la rivirre du grand Carbet a la Guadeloupe.
Quand is furent pr6s de l'ile, l'Amiral envoya un Officier avec
des soldats pour la reconnaitre.
Ils ne trouvtrent personnel, les habitants ayant fui dans les bois,
abandonnant quelques petits enfants.
.( Nous vimes, dans leurs cabanes, des oies comme les n6tres,
a plusieurs perroquets couverts de plumage vert, rouge, blanc et
., bleu, quantity de fruits excellent, gros comme des melons.
o Nous trouvames aussi beaucoup d'herbes extraordlnaires, plu-
sieurs filets de coton qui leur servaient de lit, et un grand nom-
& bri g'arcs et de fleches.








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE


c Egalement, une plaque qu'on prit pour du fer, et qui 6tait d'une
a pierre noire et luisante, oh ils allument du feu. ) F. Colomb.
On ne toucha A rien de ces choses, afin d'inspirer confiance aux
fugitifs.
Les a filets de coton qui leur servaient de lit a n'6taient autres
que les hamacs don't les Europ6ens connurent ainsi 1'usage.
Le lendemain, mardi, 5 novembre, Colomb renvoya d'autres sol-
dats dans deux barques.
Ceux-ci ramenerent deux jeunes gens et six femmes.
On les relacha en leur donnant de petites couronnes de verre.
Un capitaine, descend & terre avec quelques hommes, s'enfonga
dans les bois, et ne revint que quelques jours apres, s'excusant de ce
qu'ils s'6taient 6gar6s.
Colomb descendit lui-meme dans 'ile, entra dans quelques ca-
banes, pleines de coton et de toile, et y vit plusieurs tetes d'hommes,
avec des ossements, ce qui lui fit penser qu'il avait affaire a des
cannibales.
Gette ile, que les Sauvages appeilaient Caloucadra, don't les Euro-
peens ont faith Karukdra, fut d6nommee Guadeloupe.
Ce nom vient, disent certain auteurs, don't Jules Verne, a de sa
a resemblance avec les montagnes de Nostre-Dame de la Guarde-
a lupe, en Estradamure ,.
Le faith est mieux expliqu6 par le r6cit suivant de Fernand Co-
lomb, qui accompagnait son frere :
( Le lundi, quatrieme de novembre, on partit de Marie-Galante
et nous trouvAmes une ile que l'Amiral nomma Sainte-Marie de
a la Guadeloupe, selon qu'il l'avait promise aux religieux d'Espagne,
a dans sa visit & leur couvent. ) F. Colomb.
Sainte-Marie de la Guadeloupe Atant trop long & prononoer, on
en retint simplement Guadeloupe.
Les Navigateurs s6journerent dans P'ile jusqu'au 10 novembre.
Ils visiterent pres de trente villages, et virent, ( sur la place d'un
a de ces villages, bati l'embouchure d'une riviere, servant d'orne-
a ment, deux statues soutenues par deux grands serpents sculpts c.
P. Martyr.
Le premier contact des Europdens avec les Indigenes de l'ile de
la Guadeloupe avait done eu lieu sans incident.
Trois annees s'6coulorent, et, durant ce temps, les Espagnols avaient
commence a commettre dans toute l'Amerique decouverte, tant de
d6gats et de crimes, que la nouvelle en avail couru dans les miles
de l'Archipel des Antilles.
( Le meurtre, le viol, le pillage avaient d6jA marque les pas de
c ces aventuriers que Colomb ne pouvait toujours retenir. La haine
a contre 1'6tranger spoliateur 6tait vivace. ). J. Ballet.
1496. Colomb, effectuant son relour en Espagne, apres son troi-
sieme voyage, se trouva, le 6 avril 1496, dans le voisinage des An-
tilles.
Le 9 du meme mois, il jeta l'ancre A la Marie-Galante.
Le lendemain, 10, il se dirigea vers la Guadeloupe, et vint jeter








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE i7

1'ancre & la pointe appel6 depuis yieux-Fort l'Olive, oix 6tait cons-
truit un village considerable.
Pour d6barquer, oette fois, il fut oblige de faire plusieurs dechar-
ges d'arquebuses et de canons.
Les Indigenes, apres avoir essay de resister, en lanvant des
flcches, abandonnerent la parties, et se refugierent dans les bois.
Les Espagnols d6barquerent.
Le 20 avril, les caravelles ayant terming leurs chargements d'eau
et de provisions, remirent a la voile.
On avait trouv6 dans 'ile des perroquets, du miel, de la cire et de
la farine de manioc.
1501. On revint a la Gua-
deloupe, en 1501, pour y d6-
barquer un petit group d'A-
_.. --. fricains.
1502. Colomb fit une qua-
Strieme expedition, en 1502,
dans laquelle il d6couvrit la
r Martinique et l'isthme de Pa-
nama.
"! p1506. 11 mourut en Es-
pagne le 20 mai 1506.
i Le Florentin Am6ric-Ves-
pucci explore, a son tour, les
S ddcouvertes de Colomb, et en
public les premieres cartes.
Ce qui fit que son nom, re-
tenu come tant celui de
l'explorateur du Nouveau-
Monde, fut donn6 i la ddcou-
verte de Colomb.
De nombreuses ann6es s'&-
Debarquement de Christophe Colomb couldrent sans qu'on s'occu-
(1492) pit des Petites Antilles.
L'esprit de l'6poque 6tait
plutot port vers les vastes regions du Continent am6ricain oi t l'on
disait se trouver d'innombrables mines d'or.
Les aventuriers, de toutes parts, s'y pricipitaient.
1515. En 1515, une petite flottille de trois voiles, commander par
Juan Ponce de Luon, ancient Gouverneur de Borrignon, partit de
Cadix, pour aller coloniser la Guadeloupe.
Cette expedition 6choua complitement.
Ponce de LUon fit d6barquer plusieurs de ses gens ; mais ceux-ci
pensirent aussit6t & enlever des femmes, et tombirent dans une em-
buscade oil ils furent tu6s.
Ponce de LUon, d6courag6, leva l'ancre, et se rendit & l'ile Saint-
Jean.
1518. En 1518, un navire frangais avait faith naufrage sur les
cOtes de la Guadeloupe, les marines furent accueillis et traits avec








HISTOIE DE LA GUADELOUPE


la plus large hospitality. Es v6curent dans 'ile pendant plus de
seize mois.
1520. En 1520, le falls de Colomb, Di6go Colomb, dilivra & An-
tonio Serrano, le brevet de Gouverneur des Petites Antilles.
Serrano essaya de s'6tablir & la Guadeloupe.
Ce nouvel acte de colonisation 6choua comme celui tent6 par
Ponce de LBon.
a Cette fureur contre les Etrangers n'6tait dirigoe semble-t-il,
S- que contre les Espagnols. J. Ballet.
1523. Cependant, en 1523, sous Frangois I", une parties de mis-
sionnaires ayant d6barqud a la Guadeloupe, apres une reception ami-
cale, fut ensuite d6cimee par les Indigenes.
Un siecle devait maintenant s'ecouler avant la colonisation des
Antilles.
Jusqu'ici, les Espagnols seuls avaient entendu exploiter les im-
menses pays d6couverts.
En effect, d&s la d6couverte de l'Amerique, pour s'assurer la pos-
session de si riches contr6es, ils s'6taient fait d6livrer, par le Pape
Alexandre VI, une Bulle, en date du 12 mai 1493, les reconnaissant
seuls maitres du Nouveau-Monde.
Is n'avaient admis dans leurs expeditions que les Portugais, qui,
a leur tour, apres la d6couverte du Bresil par leur amiral Alvaez
Cabral, en 1500, avaient obtenu du Pape Jules II, une Bulle, 1506,
assurant leurs possessions.
Du moment qu'il s'agissait de tirer avantages de pays miracudeu-
sement d6couverts, les Bulles des Papes ne pouvaient avoir longtemps
puissance de lier les nations europ6ennes.
Les Anglais, les Frangais, les Hollandais s'6lancrrent, eux aussi,
& la conqu6te des terres appartenant aux premiers occupants.
a La bulle papale du 12 mai 1493 avait rggl6 le partage du Nou-
a veau-Monde de telle fagon qu'elle encourage fatalement des bri-
a gandages des aventuriers vulgaires, en doublant le m6rite et la
a valeur des aventuriers d'un ordre sup6rieur qui osarent la braver
a pour s'en aller tenter des projects de conqu6tes solides et durables. a
- X. Eyma.
1625. En 1625, un gentilhomme normand, le capitaine d'Es-
nambuc, avec pour second du Rossey, partit de Dieppe, et dirigea sa
course vers les Grandes Antilles.
Le capitaine d'Esnambuc, & la v6rit6, dcumait honn&tement les
mers.
AprBs avoir navigu6 beaucoup, il relacha dans une des iles
Caymans, oil il dut combattre contre un gallon espagnol, ce qui
lui causa de tells avaries, qu'id s'en alla atterrir dans I'ile de
Saint-Ghristophe.
D'Esnambuc fut soudain sdduit par la position et la fertility de
cette ile.
D'accord avec ses compagnons, il d4cida de s'y installer.
Mais le hasard avait fait qu'en m6me temps que lui debarquaient,
sur une autre portion du territoire de Saint-Christophe, des avea-








IISTOtRE DE LA GUADELOUPE 19

turiers anglais commands par le capitaine Waernard.
On pensa d'abord en venir aux mains.
Enfin, Frangais et Anglais, bien que rivaux, s'entendirent.
Ils s'installerent chacun de leur c6t6.
L'ile 6tait occupee par des Indigenes Caraibes qui furent mas-
sacres.
Quelque temps apres, d'Esnambuc rentra en France pour ramener
du secours.
Pr6sent6 au Cardinal de Richelieu, il en-obtint l'autorisation de
crder, avec du Rossey, une SociWt6 pour la colonisation des lies
d'Am6rique.
1626. Des lettres patentes, en date du 31 octobre 1626, lui furont
delivr6es.
L'Association des Seigneurs de la Colonisation des lies de I'Amd-
rique prit ainsi naissance.
Cette Association fut plus pratiquement appel6e : Compagnie des
iles d'Amerique.
D'Esnambuc qui avait pris le titre de Gouverneur et Lieutenant-
G6ndral & Saint-Christophe, partit pour son Gouvernement.
1634. 11 revint Paris, en 1634, et sa presence fit se rafferiir
1'Association qu'il avail cr64e, et qui restait toujours chancelante.
Un de ses lieutenants, le capitaine de I'Olive, poss6dant des pro-
pri6tes & Saint-Ghristophe, avait faith visiter en sous-main la Guade-
loupe, la Martinique et la Dominique, pour une colonisaton, et son
choix s'6tait fix6 pour la Guadeloupe.
II rentra en France, afin de trailer avec les principaux membres
de la Compagnie des Iles d'Amerique.
Arrive & Dieppe, a la fin de 1634, il s'associa un gentilhomme
nomm4 Du Plessis, qui d6sirait 6galement se rendre aux Antille::.
Ils traitrrent tous les deux avec la Compagnie des lies d'Ameri:ue,
pour la colonisation qu'ils d6siraient.
D'Esnambuc qui se trouvait en France 6galement, ne tarda pas a
regagner Saint-Christophe, of il trouva en plus des Anglais, des Eis-
pagnols qui s'y 6taient installs, ce qui le porta a chasser les uns
et miles autres.
1635. En meme temps, il s'6tablit a la Martinique, 15 juillet 1135,
A un endroit ofi il Bleva un fortin, et ofh plus tard fut batie la ville
de Saint-Pierre, jetant ainsi les premiers fondements de la coluni-
sation de l'ile soeur de la Guadeloupe.













CHlAPITIE 11

1635-1640

Le capitaine de l'Olive et le gentilhomme Jean Du Plessis passent contract pour
la colonisation de la Guadeloupe. Leur expedition part de Dieppe. -
Arriv6e k la Guadeloupe. Colonisateurs et IndigBnes s'entendent. Les
Garalbes. Mort de Du Plessis. La guerre est ddclarde aux Caraibes. -
Suites funestes de cette guerre. Un Gouvernement General est cre8 b
Saint-Christophe. L'Olive quite la Guadeloupe. Fin de la P6riode
caralbe.

1685. Le 14 f6vrier 1635, la Compagnie des lies d'Am6rique
passa un contract avec le oapitaine Charles Lyenard de I'Olive et le
gentilhomme Jean Du Plessis d'Ossonville, pour la colonisation de
la Guadeloupe.
Le 25 mai 1635, une expedition quitta la rade de Dieppe, sous les
ordres de I'Olive et Du Plessis.
Cette expedition se composait exactement de cinq cent cinquante-
quatre personnel, soldats, volontaires, engages, religieux, femmes et
enfants.
Le tout sur deux navires commandos par les capitaines Fel et
David Michel.
La traverse se fit rapidement.
AprBs avoir d6barque a la Martinique, le 25 juin, les Colonisateurs
continuerent pour la Guadeloupe of ils atterrirent le 28 juin, press
de la Pointe Allegre.
En touchant le sol de la Guadeloupe, I'Olive et Du Plessis en
prirent possession au nom du Roi de France.
Les deux Chefs proc6derent au partage des homes et des objets,
puis s'dtablirent, l'Olive, a l'ouest de la Pointe Allegre, sur les bords
de la riviere du Vieux-Fort, Du Plessis, a il'est, pres de la riviere du
Petit-Fort.
L'endroit 6tait mal choisi pour un premier 6tablissement.
C'6tait la portion ila plus ingrate des terres de la Guadeloupe.
Mais la plus grande ignorance entrait alors dans ces expeditions.
Les navigateurs apparaissaient comme des heros extravagants, sol-
dats et marines, vivant pour la resistance et la conquete.
Les suivaient, des volontaires, des engages, dans la plus simple
confiance.
Comment reprocher a ces gens leur peu d'experience et de me-
thode ?
Les Chefs, rude capitaine et gentilhomme d6vot, lies volontaires,
soldats batailleurs, les engages, pauvres heres, certain ayant vaine-
ment gratte la terre en leur pays, d'autres ayant train partout leur
paresse, quelques-uns louches et sauves des lois, incapables de payer
leur passage un liard rouge, arrivant les yeux fermes.
Fit .'t evec oe" que 1'6pop6e de la colonisation commence.








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE


On n'ose souhaiter que Colonisateurs et Indigenes s'entendissent.
C'est ce qui eut lieu cependant.
Nous les voyons abattant les arbres ensemble, ensemenqant des
terres, faisant des canots, et p6chant tortues et lamantins.
Ceci est un fait admis que les Indigenes ont toujours bien accueilli
les nouveaux occupants.
La Guadeloupe 6tait alors habit6e par les Caraibes, venus, dit-on,
de la Floride.
( Les Caraibes ou plut6t les Caribes, comme les ddsignent les
Espagnols, leurs premiers visiteurs blanks, sont les freres des
a Galibi des Guyanes et de ces Indiens qu'Ehrenreich a rdcemment
a visits sur les bords du Xin-
gu. E. Reclus.
Les Caralbes avaient la peau
-- jaune-olair, tirant sur le bistre,
les yeux noirs et petits, des
-I dents blanches et bien ranges,
les cheveux noirs.
Les hommes, quoique de pe-
? tite taille, 6taient forts et vi-
goureux.
Les femmes dtaient douces
et trbs jolies.
% Ils n'6taient soumis & aucu-
ne autorit6, vivant sans Gou-
vernement, 6gaux entire eux, ne
connaissant pas d'6tat plus
r heureux.
S Chaque famille format un
hameau, ou carbet, oO le plus
ancien commandait.
Ils s'occupaient de chasse et
_:_ de pbche, et, la guerre dtant
Les premiers habitants de Karukera tout l'objet de leur existence,
leur courage etait grand.
Leurs armes ataient I'arc et les flBches, et le boutou, massue de
bois dur.
Cinq mois s'&coulerent dans les diffdrents travaux et ktablissements.
La paix ne pouvait durer davantage.
L'Olive n'dtait pas venu pour vivre en espoir *d'une colonisation
pacifique.
I1 lui fallait la domination du soldat et du conqu6rant.
Lui et ses hommes envisageaient la possession des femmes ca-
raibes pour leur plaisir, et celle des hommes pour leurs travaux.
Du Plessis qui avait sa femme, et (( tait sincere en religion s,
s'opposa a ce qu'on se a rudt sur les paisibles Caraibes ,.
L'Olive y tenait.
Les deux Chefs se brouillbrent.
L'Olive partit pour Saint-Ohristophe, aupres de d'Esnambuc, lieu-








HSTOIRE DE LA GUADELOUPE


tenant-general, lfln de s'entendre avee lul poir fire l1 gierre qu'il
ddsirait.
En son absence, Du Plessis, fortement impressionn6 par les mal-
hours de l'expedition, les representations de certain de ses compa-
g:ons, leurs defections, des chagrins de toutes sorts, mourut le
4 d6cembre 1635.
L'Olive revint sans harder.
La guerre devait s'ensuivre.
1638. Elle commenga le 26 janvier 1636.
C'Utait un rude compagnon que ce capitaine l'Olive, et le P. Ray-
w nd, dominicain comme Las Casas, a racont6 comment il fit aux
inoffensifs Caraibes a une guerre autant injuste que honteuse, et
" par ainsi empeschant notre principal dessein qui n'estoit autre que
a la promulgation de l'Evangile et il'6ducation de ce people. ,
a L'extermination des Indigenes, c'est en tous lieux la premiere
page de la colonisation a A Cochin.
La guerre fut pr4parde avec une fourberie digne des passions
qui la provoquerent.
L'Olive commenga par exp6dier un cannot, sous les ordres de La-
fontaine, avec mission de faire le tour de l'ile pour reconnaitre tous
les villages caraibes.
Partout les envoys furent bien regus.
Lafontaine revint, ramenant un vieux Sauvage, le capitaine Yance,
el ses deux fils.
On leur proposal de servir de guide pour mieux surprendre leurs
compagnons.
Sur leur refus, le vieillard fut mis6rablement 6gorg6 avec 1'un
a de ses fils. J. Ballet.
L'autre s'enfuit, et r6pandit il'alarme.
L'Olive, prestement, s'embarqua pour les villages de la c6te, dans
lc but d'enlever gens et vivres, tout ce qu'il trouverait.
Mais les Caraibes s'6taient retires dans les bois, apres avoir tout
incendid.
Une guerre horrible commenga.
Les Caraibes n'avaient que leurs boutous et leurs flBches pour
risister contre les armes a feu.-
ls finirent par se decider a abandonner cette terre ensanglant6e.
et se retirerent d'abord a la Grande-Terre, puts a la Marie-talante,
ertfin a la Dominique.
Les plus vaillants guerriers resterent a la Guadeloupe, et continue-
rent une guerre de represailles qui fit un mal prodigieux a la colonies
raissante.
Les Caraibes des autres les, accourant au secours de leurs freres
d6possedds, faisaient de temps en temps des attaques r4ndrales.
Et comme pour punir les Colonisateurs de leurs mefaits, la vie
leur devint difficile. a Depuis qu'on eut declare la guerre aux Sau-
a vages, nos gens, n'osant plus sortir du Fort, mangerent jusqu'A
a I'onguent des Chirurgiens, et au cuir des baudrier3 qu'ils faisaient
a bouillir pour le reduire en colle. On en a veu qu6lques-uns brou-








HmSTOTRFl DE LA GUADELOUPE


( ter ;e PIierbe, a'aiutres manger les excrfmens de leurs cafnarades.
W' apres s'estre remplis des leurs. On a mesme cril qu'un certain
Sjeune homme de Dieppe avait mange la chair d'un sien compa-
a gnon. L'on a souvent veu la terre des fosses oiu nos PNres avoient
a enterr6 les morts toute boulversee ie matin, avec beaucoup d'ap-
a parence qu'on les avait fouillees pour d6terrer les corps et pour
a en couper quelque membre pour vivre. a P. du Tertre.
1837. L'6tablissement fond6 a Sainte-Rose n'6tait plus tenable,
l'Olive 1'abandonna en 1637.
II vint s'dtablir sur ila pointe Sud de I'ile.
Aucun secours n'arrivait de la Metropole.
Les Colonisateurs, dans leur grande misere, faisaient du pain
avec la farine de la graine du courbaril, (hymencea).
Ainsi la situation etait devenue bien critique, pour avoir cherch6
dans la violence des moyens d'existence qu'on n'aurait df demander
qu'a la paix et au travail.
Le 2 dacembre 1637, A la suite de la mort de Du Plessis, la Com-
pagnie des Iles d'Am6rique nomma 1'Olive seui Gouverneur de
la Guadeloupe.
D'Esnambuc qui etait retourne a Saint-Christophe apres la colo-
nisation de la Martinique, etait mort en fin 1636.
Le 2 d6cembre 1637, la Compagnie des Iles d'Amerique nomma son
neveu, Du Parquet, au Gouvernement de la Martinique.
1638. Le 6 janvier 1638, la Commission de Gouverneur et Lieu-
fenant-General fut dlivrge A Louvilliers de Poincy.
Le Roi, par le Ministre Richelieu, ajouta A cette Commission, le
4 fivrier, le Commandement en Chef des Iles colonisees.
De Poincy etait un homme considerable, guerrier consomme, puis-
sant par ses amis et sa renomm,'e.
La colonisation commengait ainsi A prendre Une certain ampleur,
et cherchait la cohesion.
'A Saint-Christophe, de Poincy, gouverneur-general.
A la Guadeloupe, de I'Olive, gouverneur.
A la Martinique, Du Parquet, gouverneur.
le39. Au course de I'annie suivante. 1639, I'Olive tomba malade
et se retira a NiAves, puis a Saint-Christophe, oi il flnit par perdre
la vue.
Une paralysie generale vint augmenter ses miseres.
Malere cette decheance, le Gouverneur-G06nral de PomIiy :rut de-
voir s'assurer de sa personnel.
La Guadeloupe resta sans Gouvernement.
1840. Le 28 janvier 1640, le Gouverneur-G6nkral d6pecha deux
officers, de Sabouilly et La Vernade, avec des homes, pour porter
secours aux habitants et repousser les Caraibes qui excursionnaient
et guerroyaient toujours.
Ici on peut dire qu'a pris fin ce qu'on a appele la Pdriode Caraibe.
Des ouvertures de paix furent faites A ceux qui s'4talent refugies
& la Dominique, on leur promit de les laisser en tranqiillit6 (ce qui,








24 HISTOIRE DE LA GUADELOUPE

d'allleurs, ne fQt pis tenu). Eux, toujours oiverts aux -vantbs, s'ac-
commoderent volontiers.
Les Anglais achev6rent plus tard de les andantir.
a En 1796, les Anglais, par measure politique let pour se venger
a de ce que les Caraibes avaient pris le parti de la France dans le
a conflict qui s'6tait 6lev6 entire elle et l'Angleterre au sujet de la pos-
a session de Saint-Vincent et autres miles des Petites Antilles, les ex-
a porterent en masse (5.000 environ), de l'ile de Saint-Vincent sur
a la c6te des Mosquitos et dans la baie de Honduras. E. Vau-
chelet.
Joseph Coussin, n6 a la Basse-Terre en 1773, greffier A la Cour
Royale, publia en trois volumes Eugene de Cercueil, histoire caraibe
touchante et expressive. Coussin mourut en 1836.
Poursuivis, traqu6s comme des bates fauves, les femmes et les
fllles livrees a toutes les passions des Conqu6rants, les hommes tor-
tures sur les debris de leurs carbets en flames, ces premiers ha-
bilants de notre ile ont disparu tout a fait, ces Indigenes plut6t
calmes et douxx, aux mceurs si ingenues, n'ont laiss6 que de vagues
souvenirs, oh flotte ohaque jour davantage la poesie de l'absence et
du regret.










CHAPITRE III


1640-1650

De 1'esolavage des Noirs. Le capitalne Aubert est nommd Gouverneur de 1t
Guadeloupe. Formation de la vie colonial. Les premiers Colons. Fli-
bustiers et Boucaniers. Engagds blanks, Esclaves caraibes, Esolaves bre-
siliens, Esclaves africains. Houel est nomme Gouverneur de la Guadeloupe.
De Thoisy nommd a Saint-Christophe ne peut s'y installer. Occupation
des Saintes, de Marle-Galante, de Saint-Martin et de Saint-Barthdlemy. La
Guadeloupe avee ses d6pendances est vendue a Boisseret et a Houel. Disso-
lutlon de la Compagnie des lies d'Amdrique.

Nous voici au commencement de la plus dure 4poque de la colo-
nisation des Antilles, calle de I'esclavage des Noirs.
C'est l'dpoque la plus cruelle, la plus ignore, la plus inf&me et
pourtant da plus riche d'enseignement.
C'est la pdriode ohi les Noirs sont plongds dans la servitude et dans
I'abjection, sous le fouet et dans les tortures.
C'est aussi celle oh, par leur endurance de race, leur volont6 ind6-
fectible de vivre, leur d6vouement A une chose publique qui les mb-
connaissait, leur attachment a un nouveau sol p4tri de leur suenr
et de leur sang, leurs travaux, leurs sacrifices, ils ont m6rit6 plus
que le droit A la liberty, oette propridtd sacr6e de 1'homme, mais le
droit A la justice et A I'amour.
Comme dans 1'Enfer du po6te florentin, nous descendrons les cer-
cles successifs jusqu'au plus profound de l'abime, et nous retroii-
verons les damnes d'hier, 6lus de demain, qui, durant ces sicles
maudits, courb6s sous le bAton, demeurbrent malgrd tout, face a face
avec leur espoir indecis mais plein de ferveur, entire la tyrannie des
homes et la f6rocite du destin.
Ce sont les notres, ces Esclaves negres, tranquillisez-voiis, noUs
n'en aurons pas honte, ce sont nos peres, c'est toi, notre race, c'est
toi, 6 Guadeloupe, Race martyre et Terre de beauty Que le pass
nous les montre laids ou beaux, dans le neant ou dans la vie, nous
n'allons pas les meconnaitre. Pour nous, plus que ces joyeux Sei-
gneurs de nos isles, plus que ces Colons fastueux, plus que ces Maitres
cupides et cruels, don't on a tant fleuri les hauts faits, pour
nous, plus qu'eux tous, ces Esclaves sont chers !
L'Histoire, comme un phare, 6clairant un passe oh tout fut exces-
sif, les violence et les douleurs, nous les montrera tels qu'ils sont,
sortant transfigurds du linceul infame don't on les avait recouverts,
Et peut-dtre aurons-nous, au course de ces heures si troublantes, l'or-
gueil de toujours retrouver leurs gestes de rdvolte jamais lass6s,
comme une preuve meilleure de leur foi morale incoercible et d'une
conscience surhumaine !
Ils s'6taient attaches A leur nouvelle Patrie, ces honnis, dans le
pressentiment mystdrieux de sa pitid lointaine, et quand leurs mat-
tres, un jour, passArent du c6t6 ennemi. ce sont eux qui ont ooalerv4
li Gua'deloup' sous le drapeau tritolore qu'ils avaient addptE !









6 MSTOITRE DE LA GUADELOUPE

Parmi toutes ces idylles seigneuriales, si souvent racontles, dans
Boyer-Peyreleau, Lacour, Pardon et Ballet, nous chercherons, nous,
le people, la masse, les Esclaves.
Souilles, d6flgures, meurtris de coups et ensanglantds, ces mal-
heureux, nous les menerons tels qu'ils sont, a la conscience publique,
Ala fraternity, a la place qu'ils m6ritent dans Phumanit6 moderne.
Et nous leur dirons : ( Vous etes nos peres, voufs Ates nos meres.
a Ce n'est pas en vous reniant que nous ferons notre gloire. Ce n'est
a pas en cachant vos souffrances que nous vous ferons rendre justice.
SVous avez donn6 votre sueur. vos larmes et votre sang, et chaque
c jour de notre progrrs est fait de chaque jour de votre sacrifice.
a Vous nous faites, a nous, un passe plus beau qu'on ne s'en doute,
a parce que vous avez Wtl des martyrs. B6nis, soyez-vous, dans vos
l tombes Et nous vous promettons de nous instribire, de travailler
a sans cesse a notre perfectionnement, pour savoir mieux parler de
'c vous, afln qu'on vous connaisse et qu'on vous aime, pour chaque
'c jour nouveau vous honorer, et rendre beaux vos noms qu'on a tant
c souillis et diffames a
Nous leur dirons cela. Et nous nous appliquerons A bien faire,
dans la vie maintenant Mlargie et propice. Et puissent nos Enfants
continue nos efforts Plaintes des supplici6s, angoisses des mar-
tyrs, volontls 6ternelles, espirances ardentes, Ames qui vibrez en
nous, #panouissez-vous, au jour de la justice et de 1'Histoire !
1640. LP 4 avril 1640, le capitaine Aubert Atait nomm6 Gouver-
neur de la Guadeloupe, eri replacement de l'Olive, par la Com-
pagnie des lies d'Amerique.
La colonie avait diha une physionomie intdressante.
Deux quarters s'Ataient constitutes, selon les endroits oil avaient
eu lieu les diff6rents Atablissements.
Le premier, A la Capesterre, qui 6tait le plus riche et le plus
important.
Le second, A la Basse-Terre, oil 1'Olive s'6tait retire, apres avoir
abandonnA le Vieux-Fort.
Ces quarters montraient des habitations comportant de belles
maisons spacieuses et des champs cultives.
On plantait le tabac. le colon, des vivres tels que les pois, les pa-
tates, les ignames. destines a l'alimentation publique.
Des bazars se montraient achalandAe.
Les premiers ( habitants ), c'est-a-dire les Colons qui. s'occupaient
de culture, s'6taient d6ej instailtls dans une vie s6dentaire.
Des maisons de maitres, avec de nombreux Esclaves, t6moignaient
d'une large aisance.
Aux premiers Concessionnaires de terres, qui avaient Wt! les vo-
lontaires, soldats, gens venus A leurs frais, s'etaient ajoutls les
engages liber6s au terme de leur contract.
D'autres Colons Ataient arrives, des marines fr6quentaient ls cAtes
comme corsaires et flibustiers. et des volontaires tenalent les bois
comme boucaniers.
Les Corsaires ou Flibuslicr- etaicnt de- aventuriers de toutes les








ftrsmw D2 LA dUADEt0UPE


Bltiofalites, faisant la course, essayant -de la trafte, ntviguw nt, bou-
rant, cdumant, et s'abattant sur les Rtablissements au bord de la
mer pour accomplir les pires m6faits.
On s'en defendait aussi bien que possible, mais ils tombaient sur
les gens & l'improviste, s'attaquaient aux points faibles, loin des
centres principaux pouvant donner de prompts secours.
Certains Corsaires, aprAs avoir 6cum ldes mers, saccag6 et pill6,
s'installaient ensuite paisiblement, montaient maisons et comptoirs,
et, A leur tour, se d6fendaient avec conviction centre ceux qui ve-
naient les saccager et piller.
Les Boucaniers 6taient des chasseurs, quelque pei pirates, qui
menaient la vie d'aventures, et
tiraillaient contre tous ceux
qu'ils trouvaient dans les bois,
sauvages caraibes ou br6si-
liens, esclaves blancs ou noirs.
Ils boucanaient les viandes,
trafiquaient les cuirs, battaient
l'ile tout le temps, dans un ac-
coutrement pittoresque : che-
mise et culotte de toille, cha-
peau A large boards relev6s par
devant, ceinture de cuir munie
du sabre, du coutelas, de la
hache, un long fusil, et, pour
compagnon inseparable, le
chien courant.
Les Chasseurs des bois drs-
cendaient souvent, tendaient la
main h leurs fr~res de la c6te,
S se retrouvaient pour changer
les products de leurs chasses
et de leurs courses, tous, Cor-
Le pont d'un navire flibustier saires et Boucaniers, Rtant 6ga-
lement brocanteurs et contre-
bandiers.
a Ces bandits se piquaient mdme de devotion. Les Frangais di-
a saient le magnificat et le miserere, les Anglais, en qu.alitM de pro-
a testants, lisaient un chapitre de la Bible ou r-citaient des psau-
a mes. Quelquefois, ils se r6unissaient en grand nombre pour causer,
a et dans ces reunions, toujours trbs animbes, chacun contait ses
a ventures et parlait de ses prouesses. ) R. Cortambert.
On volt que la vie s'6tait faite, et que depuis leur arrive, les Co-
lonisateurs n'avaient pas perdu ileur temps.
Ou du moins, ils n'avaient pas perdu le temps des autres, c'est-h-
dire qu'ils avaient employ, jusqu'h extinction, les forces de lous
ceux don't ils pouvaient disposer.
On s'6tait servi. en effet, des engages blancs, des naturels caraibes,
des sauvages br6siliens, et, de plus en plus, des noirs afritains.








HISTOIRE DE LA GUADEIMOUP


Voyons cB que c'6talt que les sngag6s blanks.
Les Engages etaient des gens sans resources quti vaient SuivI
1'exp6dition, ou 6taient venus avec quelque volontaire, sous condi-
tion qu'ils serviraient leurs maitres trois ann6es, ou trente-six mois,
en pavement des frais de leur voyage.
Cette coutume eut bientot force de loi.
On racola tous les parias de France, et on les exp6dia aux miles,
pour 4tre employs aux cultures.
Les Engages etaient des esalaves blancs, ni plus ni moins.
Le maitre pouvait passer son marched a un autre, vendre ou louer
son serviteur, homme ou femme.
L'Engag6 piochait la terre, sous les ardeurs torrides du soleil,
suivait son patron sur les mers ou dans les bois, ne pouvait travailler
A son compete, ni rien posseder, et 6tait mend & coups de baton.
Les Naturels caraibes ne se montraient guere propres qu'& la
chasse et a la peche.
Ils 6taient decourages des les premieres peines, et s'abandonnaient
au pire d6sespoir quand on les soumettait brutailement a leurs nou-
velles conditions.
Ils ne prenaient pas de nourriture et se laissaient mourir de me-
lancolie.
On ne fut guere plus heureux avec les Sauvages br6siliens, que
les aventuriers hollandais allaient enlever, pendant la premiere
guerre que la Hollande fit aux Portugais du Brdsil, et qu'ils venaient
vendre aux Antilles comme esclaves.
Ces Bresiliens etaient gais et d'une grande vivacity d'esprit.
Mais ils etaient paresseux et ne voulaient pas entendre parler de
travail.
Leurs femmes faisaient de bonnes m6nag6res, mais la jalousie
des hommes 6tait excessive.
Ils 6taient vendus bon marched, comme sujets d6prdcies.
Les Noirs africains 6taient tres recherches.
a Depuis 1406, la traite des NBgres avait commence en Espagne
a meme. J. Ballet.
Aprts la d6couverte de I'Amerique, 1492, on commenga aussit6t
k y employer des Noirs.
On avait d'abord pens6 a se servir d'eux comme interm6diaires au-
pres des habitants de certain endroits du Nouveau-Monde.
En ce qui concern la Guadeloupe, les premiers Noirs y apparurent
en 1501.
a Cinq ans avant la mort de Colomb, on fit passer de la M6tro-
c pole aux Antilles des esclaves noirs n6s dans les maisons de mai-
a tres chr6tiens J. Ballet.
a Si l'on se report aux ouvrages publics sur la matidre, on
constate que c'est vers l'an 1501 que les Antilles, et parmi elles
a plus particuliBrement la Guadeloupe celle-ci fut d6couverte et co-
a lonis6e avant la Martinique regurent leurs premiers h6tes noirs. ,
- G. Boussenot.
Et e'ffet, en 1501, Las Casas demand & das Seignek-rs de Svil&le








HtSTo RE )E LA GiADbiLOUP


des Mfrcains qui furent d6barqu6s en parties a la Guadeloupe, avec
mission d'6vang1liser les indig6nes Caraibes.
1501 est la date historique de l'arrivee des Noirs a la Guadeloupe.
En 1502, les Espagnols employaient en grand nombre les Noirs
dans les mines de Saint-Domingue.
En 1514, Las Casas, qui s'6tait fait l'aami des Indiens, protest
contre les atrocit6s inouies don't ils Btaient victims.
a AprBs avoir pill6 l'or, les perles, tout ce qui avait un prix imme-
a diat, les Espagnols s'6taient empar6s des hommes eux-mdmes, les
a avaient appliques au travail comme des esclaves, et cela avec si
a peu de management, qu'en dix ann6es quinze millions d'Indiens
.a p6rirent, et qu'on transform en solitudes des pays que Las Casas,
a dans sa relation, compare a des jardins et & des ruches a. La-
coste.
Malheureusement, Las Casas, protecteur des uns contre les autres,
pour sauver les Indiens, qui furent quand m6me decim6s, fit lui-
mdme accorder des privileges pour importer les Africains, comme
esclaves, dans les colonies espagnoles.
En 1517, ce commerce 6tait r6gulierement 6tabli.
Les Espagnols avaient essay plusieurs fois de mettre en contact
des Noirs avec les Caraibes pour s'emparer de la Guadeloupe.
En 1635, au d6barquement de la premiere expedition de colonisa-
tion frangaise, il se trouvait d6ja ce qu'on a appel6 a les Caraibes
noirs a, c'est-a-dire des Noirs meles & la population caraibe.
DBs 1635, les Noirs arriverent en grand nombre, et les premiers
indigenes ayant Wt6 chassis ou massacres, bient6t il n'y eut dans
'ile, marquant par le nombre, que les Noirs et les Blancs.
a Venus pour la premiere fois & la Guadeloupe en 1501, avec les
a Espagnols, mel6s durant un peu plus d'un sitcle, A la population
a caraibe, avec laquelle ils parurent faire un assez bon menage, les
a noirs debarquerent en grand nombre dans les annies qui sui-
a virent 1636 ). G. Boussenot.
En 1640, recherch6s pour leur intelligence et leur travail, les Noirs
commengaient A composer la grosse parties de la population.
II en venait de toutes parts, vendus par les Corsaires de mer ou
les bateaux espagnols et hollandais.
L'esprit interess6 du temps s'attacha A eux, et comme ils accep-
talent de travailler, comme personnel ne r6clamait pour eux, qu'ils
n'avaient aucune voix pour les d6fendre, aucune attache en ce monde,
leur servitude -s'accentua f6rocement.
Le jour, le travail.
La nuit, le guet.
A toute heure, les coups, la torture, la potence.
C'est A& leur sueur et & leur sang que l'on doit le d6frichement
de la colonie.
a C'est elle, c'est la race africaine qui a reellement colonis6 l'Am6-
a rique. a A. Cochin.
En s'installant dans son Gouvernement, le capitaine Aubert trouva
tr **








ISTOImE DE LA GUADELOUPI


done une vie colonial deji formee, et, de 1640 & 1645, son admi-
nistration fut pacifique et de bonne composition.
1642. Le i1" octobre 1642, la Compagnie des iles d'AmBrique cr6a
june charge d'Intendant General.
Les premiers Juges arriv6rent dans la colonies.
'6etait le commencement du pouvoir civil s'6tablissant en face du
pouvoir militaire.
Cette mime annee, la Compagnie envoya en mission aux iles un
de ses membres, le sieur HouBl, Seigneur de Petit-Pr6.
Det envoy fut frapp6 des avantages qu'offrait la Guadeloupe.
Aubert 1'ayant regu avec magnificence, lui communique le grand
project qui se pr6parait alors, de la fabrication du sucre, et, avec beau-
coup de franchise, il ne lui cacha point qu'il esp6rait avoir la direc-
tion de cette entreprise et en tirer une grande fortune.
Houel pensa aussit6t qu'il pourrait lui-mdme b6ndficier de cette
affaire et s'emparer de la fortune qu'attendait Aubert.
1643. De retour & Paris, il se fit nommer, le i" avril 1643, Gou-
verneur de la Guadeloupe, avec la direction des 6tablissements A sucre.
Pour mieux exploiter Aubert, il le fit conserver, sous ses ordres,
avec le titre de son lieutenant, afin de se manager le secourns de ses
talents et de son experience.
Le nouveau Gouverneur Hou6l, arriva A la Guadeloupe le 5 sep-
tembre 1643, et s'etablit sur la rive gauche de la riviere du Galion.
Cette installation devait career la ville de Basse-Terre.
Peu de jours apr5s, une certain La Fayolle emmena un nombre
de filles a marier, et les plaga avantageusement.
Ces pauvres filles tires de l'Hdpital de Saint-Joseph, de Paris, et
qui n'6taient pas certainement de la premiere quality, ont BtW en-
suite ces grandes dames cr6oles qui ne voulaient point fr6quenter les
N6gresses et les MulAtresses, n'ayant comme de just d'aussi hautes
origins qu'elles.
Cette La Fayolle, apres avoir place ses protegees aupres des Plan-
teurs et des Officiers, profit de ce commerce d'amour, pour se faire
un credit, et, par son esprit intriguant, arriva A bouleverser la cologne.
Hou6l, de son c6tB, eut des d6m616s avec Aubert qui dut quitter Pile.
1646. Le 25 f6vrier 1645, la Compagnie des Iles d'Amerique
nomma un nouveau Gouverneur-G6ndral A Saint-Christophe, de Pa-
trocles de Thoisy.
De Poincy, qui n'avait pas quitt les lieux, refusa de le reconnaitre.
De Thoisy, arrivant pour prendre possession de son poste, fut re-
pouss6 de Saint-Christophe, et dut s'installer en attendant & la Gua-
deloupe.
1646. Il y promulga, le 29 avril 1646, une Declaration du Roi 6ta-
blissant dans chaque ile une justice souveraine.
Houel, furieux de la presence trop prolong6e de Thoisy & la Gua-
deloupe, fomenta une r6volte centre lui.
La guerre civil faillit se d6chainer.
De Thoisy dut rentrer en France.
Le 16 avril 1646, le Roi ,avait nomm6 le premier lieutenant de








mISOImE DE LA GUADELOUPE 31

Gouverneur a la Grande-Terre, le sieur Bernard Belleviler.
Ce fonctionnaire devait avoir comme residence le Fort Saint-Louis.
1648. Hou6l fit occuper le group d'ilots des Saintes le 18 oc-
tobre 1648.
II fit prendre possession de la Marie-Galante le 8 novembre suivant.
Cette m6me annde eut lieu l'occupation de Saint-Martin et de
Saint-Barth6Blmy.
C'est alors que la Compagnie des Iles d 'Am6rique, ob6r6e A la
suite de pertes de mer consid6rables, et n'ayant plus la protection au
Cardinal de Richelieu, mort en 1642, ne trouva d'autre remede
k sa situation que &ans la vente des iles.
Houil 6crivit aussit6t a son beau-frrre, Boisseret, a Paris, lui en-
voyant procuration, et lui enjoignit d'acheter pour eux deux la Gua-
deloupe et ses d6pendances.
1649. Le 4 .septembre 1649, vente de la colonie de la Guadeloupe,
avec la Marie-Galante, les Saintes, et la DNsirade, 6tait passe, confor-
m6ment au d6sir de Houel, pour le prix de 73.000 livres, payables en
argent et en sucre.
1650. Le 20 septembre 1650, la Martinique, a son tour, fut ven-
due a Du Parquet.
1651. Le 24 mai 1651, Saint-Christpohe fut vendu & 1'Ordre de
Malte.
En c6dant la colonie de la Guadeloupe, la Compagnie des lies
d'Amerique abandonnait en mdme temps les Esclaves, batiments,
instruments, outils, armes, etc., qui lui appartenaient.














CHAPITRE IV


1650-1664

RBgime seigneurial. Les Seigneurs de la Guadeloupe, leurs priviiges et pre-
rogatives. Arrivde des Hollandais venus du Bresil. Deux Notre ensei-
gnent la fabrication du sucre. Des ouragans d6solent la colome. Aug-
mentation de souffrances pour 1'Esclave africain. Premier soulevement
des Noirs.

Des ecrivains, avec emphase, ont appel6 ces moments : le regime
des Seigneurs de la Guadeloupe et dependances ) ; je fais comme eux,
mais en ajoutant que c'est aussi l'instant oi s'6veille chez les Noirs
esclaves la conscience de leur situation et de leurs droits.
Ce reveil, il est vrai, provoquera centre eux un monstrueux mou-
vement d'oppression, bientdt r6gularis6 par la loi la plus inique;
n'importe cette heure a sonne.
On pourrait dire encore que c'est A cette date que va commence
A se produire un schisme dans la population blanche locale, sa sepa-
ration en Grands-Blancs et en Petits-Blancs, et de la va se former
ce troisieme element qui, plus tard, renforcera le Tiers-Etat chez
nous.
Les Seigneurs de la Guadeloupe, Houei et Boisseret, commencerent
par se chicaner A propos de la vente de l'ile passee au seul nom de
Boisseret.
Enfln ils s'entendirent.
Boisseret restait & Paris, HouSl etait A la Guadeloupe, et ce haut
sire n'a qu'une constant pensee : d6pouiller et ruiner son parent
absent
Toute la gestion des Seigneurs de notre ile va se fondre dans
cette vilenie.
Examinons en passant, les prerogatives et privileges des Sei-
gneurs-Proprietaires de la colonie.
Ils y recevaient ou en expulsaient qui bon leur semblait.
Ils disposaient de toutes charges de milice et de judicature.
Les juges nommes par eux condamnaient A mort, et les Seigneurs
avaient droit de grace.
Pour satisfaire & leurs plus grandes depenses, ils prelevaient sur
chaque habitant libre ou esclave, au-dessus de dix ans, cent livres
de tabac et cinquante livres de coton.
Leurs gens, ou ceux qui leur 6taient attaches comme officers,
6taient seuls exempts de payer ce droit.
On ne pouvait se marier sans leur permission.
Nul n'etait libre de quitter le pays sans avoir obtenu son cong6.
.Tout depart s'annonaait au prOne, pour que les cr6anciers et de-
biteurs pussent regler leurs ilWret6.








IIISTOIRE DE LA GUADELOUPE 38

Tous les habitants 6taient soldats, done soumis aux Seigneurs.
Chaque quarter ou paroisse format une ou deux companies, sui-
vant sa population, sous les ordres de capitaines nomm6s par les
Seigneurs.
Ces capitaines avaient le droit de mettre leurs soldats aux fers
pour la moindre faute.
Chacun montait la garde A son tour.
La durde de la garde avait Wtd flx6e A huit jours.
L'exercice g6n6ral se faisait une fois par mois dans chaque quar-
tier.
II n'6tait pas permis aux Esclaves de manier les armes.
On voit, par ces quelques dispositions, ce qu'a Bt6 pour les habi-
tants de la Guadeloupe le fameux regime seigneurial i
Pendant ce temps, s'accomplissait au Br6sil un evenement don't
influence devait 6tre considerable sur la prosp6rite des Antilles.
Les Hollandais qui s'y 6taient installs venaient d'en etre d6pos-
s6des.
J'ai dit plus haut que les aventuriers hollandais venaient vendre
partout aux Antilles les Sauvages brdsiliens.
1654. Les Portugais vinrent dans le pays, ramasserent les Indi-
genes, et, avec eux, attaquerent les Hollandais qui capitulerent le
23 janvier 1654.
Chassis des lieux, les Hollandais, leurs families et leurs Esclaves,
vinrent se presenter au devant de la Martinique, demandant qu'il
leur fit permis de s'y fixer.
Ils se d6claraient pr6ts a observer les mdmes conditions et rede-
vances que les Frangais.
Du Parquet aurait consent, mais les JRsuites, puissants dans la
colonie-soeur, le porterent a congddier ces gens, comme 6tant juifs
ou h6r6tiques.
Les Hollandais se pr6senterent au devant de la Guadeloupe of
Houel, a (coutant plus ses int&6rts que la religion ), les accuiellit
avec empressement.
Ils debarquerent, en tout neuf cents personnel, hommes, femmes,
soldats et esclaves.
Us avaient des richesses consid6rables en or, en argent et en
pierreries, tires du Br6sil.
Hou6l les estimait d'autant.
A cet instant justement les affaires p6riclitaient.
AussitOt qu'il s'dtait install A la Guadeloupe, comme Gouver-
neur, en 1643, Hou6l s'6tait occupy de monter les etablissements pour
la fabrication du sucre.
II avait fallu naturellement commencer par la plantation de la
canne.
Mais ni dans cette culture ni dans cette fabrication, personnel
n'avait les connaissances necessaires.
Aubert lui-mgme qui, avant son depart, s'6tait beaucoup interessd
& cette entreprise, manquait de renseignements exacts.









34 HISTOIRE DE LA GUADELOUPE

On comprend l'embarras de Houel qui voyait tous ses efforts
demeurer infructueux.
Les affaires done p6riclitaient, et la situation se faisait chaque jour
plus mauvaise.
Le destin de nos Antilles voulut que parmi les Esclaves introduits
par les Hollandais se trouvassent deux Noirs au courant de la fa-
brication du sucre.
u L'un savait faire les formes a sucre, et l'autre preparer la terre
pour blanchir le sucre. D'autres conduisaient parfaitement une
u sucrerie. J. Ballet.
Ce fut un 6vdnement don't on profit bien vite.
HouGl qui s'6tait 6puis6 des ann6es durant & des tentatives vaines,
s'empressa de passer un contract d'association aved les Hollandais.
Selon les indications des Esclaves noirs, il se procura tout ce qui
6tait n6cesaire a une grande exploitation.
L'op6ration march a souhait. Elle devait continue, quand, trois
ans plus tard, les liollandais furent parties.
1656. En 1656, plusieurs ouragans s'abattirent sur le pays.
Le dernier surtout fut 6pouvantable.
Les 6ldments ddchainas renversrrent les maisons, detruisirent les
moissons, semarent la desolation et la ruine.
Tout un immense travail a recommencer, tout un long effort a re-
prendre, tout un monde de souffrances a supporter de nouveau.
Et sur qui principalement cette desolation retombe, sinon sur
l'homme dans les fers, sur 1'Esclave, sur le Noir, courb6 davantage,
sous le baton du maitre qui a hote de refaire sa vie ?
Ce fut le premier soulvvement des Noirs a la Guadeloupe.
Leur nombre, a cette 6poque, 6tait daja bien plus considerable que
celui des Blancs.
Cela demontrait leur valeur.
Ils avaient op6rd le d6frichement de l'ile, cr66 par leurs veilles
sa s6curith relative, ouvert pdniblement les quelques routes qui s'y
trouvaient, ils avaient Wtd constructeurs, magons, charpentiers, re-
mueurs de terres et de pierres, pour 6difier les bitiments oh se lo-
gcaient leurs maitres, ils avaient enfin donn6 a la colonie sa phy-
sionomie d'aisance aimable.
Que demandaient-ils ?
Plus de justice !
Pourquoi done, a l'exemple des engages, ne leur permettait-on pas,
au bout d'un certain temps, de se lib6rer et de se faire une existence ?
Pourquoi done, a l'encontre de tout le monde, devaient-ils rester
enchaines des ann6es et des anndes, toute leur vie, dfit-elle durer
un siecle et davantage ?
Pourquoi done, au contraire de tous, leurs enfants, petits Mtres a
venir, dtaient-ils esclaves avant que de naitre et des qu'ils fussent
,nds ?
Pourquoi done tous ceux qui arrivaient misdrables, minables, es-
plaves du destin comme eux, pouvaient esp6rer, par le travail et le









ttSTOIRE DE LA GUADELOtUPJ


temps, s'ouvrir les portes de la liberty et du bonheur, eux,
jamais ?
Ils voyaient A c6t6 d'eux les engages se librrer apres avoir
travaill trois ans pour ce qu'ils avaierit cofte.
Que ne les faisait-on travailler, eux, six, dix ou vingl ans, pour
ce qu'ils avaient cofte, et puis 6tre libres ?
L'injustice 6tait vraiment trop flagrante !
Et l'augmentation des souffrances devait provoquer la revolt,.
Les Noirs s'entendirent done et d6cidorent de massacrer les mal-
tres don't ils souffraient tant, puis avec le reste de la population de
travailler pour eux-m6mes plutdt que de toujours travailler pour les
autres.
Deux Esclaves prirent la t6te du movement, Jean Leblanc, de
la Capesterre, et Prdre, de
la Basse-Terre.
Les deux troupes devaient se
reunir a la Capesterre.
Le complot manqua par la
d6faillance, au dernier mo-
ds r et ment, d'une parties des conju-

Les Noirs de la Basse-Terre
no jugerent pas A propose de se
Srendre au lieu du rendez-vous.
<( Puis, par la repulsion bien
Sa naturelle qu'ils 6prouraient
< d'etre obliges d'assassiner
L des maitres qu'ils avaient
S c appris, sinon h aimer, du
Sa moins & respecter I. Par-
don.
Les autres command. par
Jean Leblane, apr~s avoir vai-
_nement attend, fondirent sur
l'habitation ofi ils se trou-
March6 d'Esclaves africains vaient, tubrent les honlmes,
en respectant les femmes, se
saisirent des armes et se retirbrent dans la montagne.
LA, ils attendirent plus de quinze jours.
Mais des measures avaient d6A prises imm6diatement.
Quand tout fut bien assure, on se mit a leur poursuite, et ils
finirent par 6tre captures.
Alors la punition fut terrible.
Jean Leblane fut 6cartel6.
PAdre, qui par son hesitation avait sauv6 la vie & ses maitres, et
perdu ses frbres, fut AcartelM 6galement.
Les autres furent rompus vifs ou pendus.
On les exposa pantelants, ces martyrs d'une cause 6ternelle. pour
servir d'exemple et terroriser le rest.









36 HISTOIRE DE LA GUADELOUPE

Ds historians, peu charitable, ont racont6, pour ridiculiser ce
soulbvement des Noirs, que Pedre et Leblanc avaient voulu se fair
rois, crier deux royaut6s dans la colonie...
Ils ont oubli6 de dire que si l'esprit de la rovolte avait 6t6 unani-
mement aussi implacable que I'esprit de la repression, sans doute
les choses se seraient passees autrement.
< On prouva ainsi aux populations qu'elles devaient endurer leurs
< souffrances avec resignation pour assurer touted les jouissances
A & des maitres peu nombreux, mais 6nergiques a. Ch. Laisant.
1663. Jusqu'en 1663, pendant une p6riode de treize ann6es, ce
ne fut que divisions, querelles entire les hauts Seigneurs, exactions
de toutes sortes centre les habitants.
Le Gouvernement du Roi fut oblige d'intervenir et de reprendre
la colonie d'entre leurs mains mauvaises.
Ce regime fut pitoyable.
Le soulevement des Noirs devait par la suite motiver un system
d'autorite base sur la crainte, d'autant plus horrible, jusqu'a justifier
la creation par le Roi de France, pour la sfiret6 interieure, de la
loi d'impitoyable iniquit6.














CHAPITRE V


1664-1680
Achat des ties par le Roi. La Compagnie des Indes Occidentales. Population
de la Guadeloupe. Un stade de la Socitd Coloniale. De Tracy an nom
de la Compagnie prend possession de la Guadeloupe. Du Lyon est nomm6
Gouverneur. Les Anglais s'emparent de Sainte-Lucie. Acquisition par
La France de Saint-Domingue, plus tard Haiti. Ddsastre des Anplais dans
une attaque centre la Guadeloupe. Privilege accord a la Traite des Noirs.
Ce qu'dtait la Traite. Hincelin est nommn Gouverneur. Reunion des
lies au domain de la Couronne.

Pour dglivrer les habitants -de la Guadeloupe de la tyrannie des
Seigneurs, le ministre Colbert proposal au Roi de leur racheter les
iles, ce qui fut fait, en 1663, au prix, pour le n6tre de 125.000 livres
tournois.
A cette epoque les choses coloniales n'6taient pas encore entrees dans
l'ordre metropolitain, et c'6taient des Compagnies, associations pa-
tronn6es par le Gouvernement, qui s'en occupaient.
Le ministry Colbert remit les miles a la Compagnie des Indes Oc-
cidentales, ce qui devait recommencer les memes procedes qu'au
temps de la Compagnie des Iles d'Amerique.
1664. Au moment de cette nouvelle administration, vers 1664, il
est n4cessaire d'examiner la situation de notre pays.
La Guadeloupe est A un stade de sa vie colonial.
En comptant ses d6pendances, elle possede alors trois bourgs im-
portants ou communes.
Elle a neuf cent quatre-vingt-sept habitations, vingt-et-une 6glises,
cent neuf sucreries et raffineries.
Et comme population : 11.437 habitants, don't 6.413 n6gres, nd-
gresses, multres et multresses, 15 caraibes, et 5.009 blancs et
blanches.
Sa population est ainsi compose de Noirs et de Blancs, les Noirs
formant la majority.
Voyons comment se divise cette population.
La soci6et colonial est formee d'int6ressante fagon, et son aspect
est des plus instructifs pour le jugement de l'histoire.
Les bourgs ou communes sont habits par les commergants, les
ouvriers, les petits et grands bourgeois, quelques riches et opulents
citadins.
Les habitations sont occupies par des propri6taires, plus ou moins
fortunes et fastueux, depuis la magnificence la plus heureuse, jus-
qu'A 1'4troite sobriety.
Tout d'abord, il s'est cr66 une premiere distinction entire les Blanes,
ceux des habitations et ceux des bourgs ou communes.
Les premiers, propri6taires d'6tablissements, plus faits aux







38 HISTOIRE DE LA GUADELOUPE

grandes richesses et aux vastes espoirs, se croient sup6rieurs aux
autres.
C'6tait le pr6jug6 de la terre.
Ensuite, il y a les nobles, les Blancs titres, ayant un arbre g4-
n6alngique et des armoiries, portant les 4perons et 1'6p6e, avec la
moustache fire, meme quand leurs moyens sont modestes, et on
comprend que la classes de ces dignes gentilshommes est bien diff6-
rente de celle des bourgeois, marchands, mercantis et autres manants
de lcur pays.
C'Btait le pr6jug6 de la race.
Ces deux groups composes des plus riches et des plus nobles
constituaient la haute society blanche locale.
Les autres Blancs, petits propri4taires, commercants, industries,
engages liberds travaillant comme ouvriers, sont d'une classes moins
Blevee.
Il s'dtait ainsi form deux categories de Blancs, et on les dis-
tinguait par les denominations : Grands-Blancs et Petits-Blancs.
Des Noirs affranchis, installs dans les communes, avaient com-
mencr a s'occuper de commerce, d'industrie, ou travaillaient comme
ouvriers, et certain poss6daient des terres qu'ils cultivaient.
Les premiers Gens de couleur, (appeles ainsi parce que, issues du
Noir et du Blanc, ils ne sont ni noirs ni blancs purs), achevaient de
constituer cette society oh s'accuse une tendance de formation so-
ciale commune.
En effet, la distinction entire les Grands-Blancs et les Petits-
Blancs n'empechait point i'harmonie, et nonobstant 1'esprit cruel de
l'6poque, Blancs, Gens de couleur et Noirs formaient une vraie com-
munautd colonial.
Le pr6jug6 de la couleur alors n'existait pas.
En 1664, a la Guadeloupe, il y avait des riches et des pauvres, des
nobles et des manants, des libres et des esclaves, mais la question
de couleur n'entrait pas dans la supr6matie des uns sur les autres.
Les Grands-Blancs et les Petits-Blancs indistinctement dpou-
saieot les femmes noires, et l'on voyait des marquises, des comtesses
et des baronnes, tres authentiques, qui 6taient de branches et jolies
ndgresses, admirables mattresses de maisons.
a Jusqu'k la fin du dix-septieme sitcle, les marriages entire les
M blincs et les femmes noires ou de couleur n'6taient pas rares. Le
ph-e Labat en cite plusieurs examples, ce qui, plus tard, n'a pas peu
contribud a faire disparaitre son ouvrage de la circulation. Le pre-
jugd ne s'en offensait pas encore ou n'existait pas alors. a -
Boyer-Perreleau.
Des femmes noires avaient ainsi dtd admises, par des alliances,
a de hautes situations.
Des Noirs affranchis, devenus propri6taires, achetaient et poss6-
daie:it des engages blancs nouvellement arrives.
Un maitre quelconque achetait un esclave quelconque, et s'en ser-
vait, voila tout.
Un maitre blanc, poss6dant un engaged blanc, I'aurait faith mourir








HISTOIRE DE LA GUADELOUPT 3

sous 16 WAton, auss! bien que s'il Mtait noir commie U n fi'e tlf,
bronze comme un Brdsilien, ou olivftre comme un Caraibe.
Le maitre frappait dur et fort, A tout casser, sur 1'esclave ; c'dtait
simplement 1'esprit du temps.
Un pretre breton, rencontr4 sur les c6tes de France, fit enivrA par
des gens de mer, embarqu6 sur leur navire, et emmend A la Guade-
loupe, oh il fut vendu comme engage, a des maitres protestants qui
le rouurent de coups.
Ceci 4tait d'usage courant.
( Et apprit aux pretres vagabons A ne pas quitter leurs dioceses,
et passer aux isles pour y vivre dans le libertinage ). Labat.
C'est Louis XIV qui, par des lois et des reglements r6p6tes, a cr66
dans nos Antilles le prejug4 de couleur.
Ce sentiment devait nattre, s'ltendre, effet d'un 6goTsme fdroce,
s'emparant A la fin de tous, pour la criminelle exploitation d'une race
par une autre.
Voicd, flx6e en quelques traits, la physionomTe de notre Soci4t4
colonial, vers 1664, oh tous les habitants noirs ou blancs s'entre-
melaient et se croisaient.
C'est alors que la Compagnie des Indes Occidentales commenga
son administration.
Le 17 avril 1664, fut rendu en Conseil d'Etat l'arr&t de la remise des
titres des anciens propri6taires des Iles d'Am6rique, don't la Gua-
deloupe.
Le lieutenant-general, Prouville de Tracy, nomm6 le 19 novembre
1663, lieutenant-general pour le Roi de tous les 4tablissements fran-
cais d'Am6rique, fut char6 d'aller prendre possession des Antilles.
II arriva & la Guadeloupe le 23 iuin 1664.
Le Seigneur Houil quitta aussit6t la colonie.
Toute la famille, les d'Herblay, les TUmdricourt partirent A la suite
de leur chef.
La vie ne leur 6tait plus si agreable.
De Tracy s'efforga de ramener le came et l'esp4rance an spin
de la population.
Le Gouverneur-Gendral quitta I'ile A son tour, apres avoir par-
tagj le commandment entire Hincelin, Du Lyon, Vincent et Roses.
La colonisation des miles reprit son existence normal.
Mais l'Are devait s'ouvrir des luttes entire nationaux europeens
pour ces possessions.
Elle commenga par la prise de Sainte-Lucie que des Frangais
occupaient en petit nombre, et qui fut envahie par des troupes
anglaises venues de la Barbade.
Cette invasion jeta 1'Npouvante dans les colonies frangaises.
Chacun pensa A ses biens et A ses titres naissants.
Le gouverneur-g6ndral de Tracy envoya le 5 juillet 1664, des se-
cours A la Marie-Galante, et y mit Gouverneur, de Roses, remplt-
cant le commandant de Bourgneuf.
La Guadeloupe poss6dait alors trois Forts de r6elle valeur, celui
de la Pointe Sud, construct par I'OIive, delui de la Basse-'PTrre, die-








40 HISTO1RE DE LA GUADELOUPE

v6 par Hougl, et celui de la Madelaine, au Baillif, bfti par le neveu
de Houil, d'Herblay.
Hincelin, Du Lyon et Vincent s'etaient partag6 le commandement
de ces Forts.
Des precautions furent prises, mais elles ne devaient servir A rien
pour cette fois.
Les Anglais se contenterent de 1'occupation de Sainte-Lucie.
Du Lyon fut charge presqu'aussit6t du Gouvernement de la Gua-
deloupe.
1665. I1 recut son brevet de la Compagnie et du Roi en mars
1665.
Ce fonctionnaire montra beaucoup d'adresse, jusqu'& faire estimer
moddr6e sa dure administration.
C'est vers cette 6poque, 1665, que le ministry Colbert acquit la
portion de Saint-Domingue qui devait devenir la plus important
des colonies frangaises, et 6tre ensuite la RBpublique d'Haiti.
Le gouverneur-g6neral de Tracy avait 6td remplac6 par de
Chambr6.
La Compagnie des Indes Occidentales entendait ne point en-
voyer de secours aux iles, et avec cela en tirer le plus de b6ne-
fices possibles.
Des protestations s'6levaient de toutes parts.
De Chambr6 vint a la Guadeloupe et forma une Compagnie de
Guadeloupeens, sous le nom de Compagnie auxiliaire, et, notre co-
lonie 6tant encore ia plus paisible. il s'en servit pour imposer son
autorit6 partout oil c'tait n6cessaire.
Les Anglais r6apparurent.
Ils commencerent des courses de Corsaires.
Leurs pirateries s'ajouterent aux miseres des miles frangaises.
16iG. En 1666, la guerre fut d6clar6e entire la France et 1'Angle-
terre.
Le Gouverneur Du Lyon fit construire de nouvelles fortifications, en-
tr'autres une batterie baign6e par la mer, sur la rive gauche de la Ri-
viere-aux-Herbes, qui format la limited de la ville de Basse-Terre.
De Tme6ricourt, nomm6 Gouverneur de la Marie-Galante, le 8 juin,
fit 6galement des preparatifs de defense.
Le 2 aoft 1666, on vit arriver une flotte anglaise forte de dix-huit
bitiments charges de troupes, aux ordres de lord Willougby.
Les Anglais commencerent par s'emparer des Saintes vainement
d6fendues par les capitaines Desmeuriers et Baron.
La flotte anglaise rest A louvoyer dans le canal des Saintes.
Sur le rivage de la Guadeloupe, on avait assist &a la lutte qui
avait eu lieu aux Saintes, et l'on s'attendait & 6tre attaqu6 aussit6t
apres.
Mais, dans la nuit du 4 au 5 aoit, un ouragan effroyable se
ddchaina, ravageant la colonie, et d6truisant tout a fait I'escadre
anglaise.
Son chef et ses 6quipages pdrirent en entier.









HISTOIRE DE LA GUADELOUPE Al

Les debris allbrent Bchouer sur les c6tes de la Capesterre et nux
Saintes.
Lord Willougby et 8.000 hommes avaient peri.
Ceux qui avaient pu prendre pied durent se rendre A discretion,
le 15 aoft suivant.
On en fut si heureux A la Guadeloupe, qu'il fut decide que L'anni-
versaire du 15 aoit serait c616br6 par un Te Deum.
1668. L'ann6e 1668 vit introduire un grand changement dans
administration des colonies frangaises.
A cette 6poque, la Guadeloupe passa sous la d6pendance de la
Martinique.
Celle-ci fut d6clar6e Chef-lieu du Gouvernement-G6neral des An-
tilles.
Ce poste fut confli A de Baaz.
La Compagnie des Indes Occidentales avait A choisir comme siege
du Gouvernement-G6n6ral ou la Guadeloupe ou la Martinique.
Elle se d6cida pour la Martinique, et voilA pourquoi.
DBs 1639, de Poincy, gouverneur-g6neral, et r6sidant A Saint-
Ohristophe, avait pense s'installer & la Guadeloupe.
Cette id6e, dans la suite, se serait certainement r6alis6e, notre
ile 6tant regard6e pour la plus heureuse des iles du vent.
Mais, l'ancien regime seigneurial avait laiss6 & notre colonie une
reputation vraiment d6sastreuse.
En proie, pendant les vingt et un ans de la destructive domi-
( nation de M. Hou6l, aux plus affreux d6sordres et a des jalousies
a intestines qui, plus d'une fois, mirent aux mains ses cultivateurs,
a elle fut d6daignee par les flibustiers. Ces aventuriers prlefraient
c son sol, plus favorable A la culture qu'aux armements, la com-
Smodite du port du Fort-Royal. Les commergants furent attires A
la Martinique par l'espoir d'obtenir, A vil prix, le butin de ces
a intr6pides corsaires, et les cultivateurs, par l'idee d'y vivre tran-
a quilles sous leur protection ,. Boyer-Peyreleau.
Cet accroissement rapide fixa la decision de la Compagnie des
Indes, quand il s'agit du siege du Gouvernement-G6neral.
Le gouverneur Du Lyon fut done plac6 sous les ordres du gou-
verneur-g6neral de Baaz, installed & la Martinique.
Devenue une capital et les autres iles des provinces, la Marti-
nique, comme toutes les capitals, fut tout, et les autres miles rien.
SA elle allaient toutes les faveurs. Son gouverneur plus 6lev6 en
a grade, plus richement retribu6, 6tait mieux choisi. Bien qu'en sa
< quality de chef supreme, il dut donner ses soins A toutes les con-
a trees placees sous son ob6issance, lui demander qu'il 6tendit sa
sollicitude au mgme degree sur toutes les iles eut Wtl exiger de lui
< ce qui n'etait pas dans la nature humaine. Sa predilection 6tait
a et devait 6tre pour le lieu de sa residence, pour les personnel qui
S1'entouraient. II lui important moins qu'une autre colonie que celle
a soumise A son administration immediate fut conquise par l'enne-
a mi : partant, celle-ci Atait mieux pourvue d'armes, de munitions,
a de troupes, de vivres. a A. Lacour.








42 HISTOIRE DE LA GUADELOUPE

Un Edit du Conseil d'Etat de novembre 1668 decida que toutes lea
prises faites entire les tropiques devaient 6tre conduites et vendues
& la Martinique.
C'dtait emp6cher les autres colonies de r6cup6rer par la guerre ce
que la guerre leur faisait perdre.
a Les armateurs n'envoyerent plus leurs navires dans les ports
on les prises ne pouvaient pas Wtre amenees. Les autres iles, par
a la force des choses, furent dans la n6cessit d'aller acheter A la
Martinique les objets don't elles avaient besoin. Peu & peu le ca-
a botage disparut de ces iles et les navires de commerce n'atter-
a rirent plus qu'a la Martinique qui accapara ainsi tout le com-
merce. Les r6sultats ne se firent pas attendre. La Martinique seule
a fut connue en France. ) J. Ballet.
La ville de Saint-Pierre prit une extension singulibre.
Les commergants martiniquais acquirent des fortunes fabu-
leuses.
Cette faveur vraiment grande dura jusqu'a la conquite anglaise,
en 1759.
On peut dire que la creation du Gouvernement-Gendral cr6a la
fortune de la Martinique.
Cependant, 1'Ntat de langueur oh se dabattait la Compagnie des
Indes Occidentales faisait veg6ter nos fles.
1670. Ce fut A cette 6poque, 1e 28 f6vrier 1670, qu'un arr6t du
Conseil d'Etat r6duisit a dix-huit mois le service des engages.
Ce fut A cette 6poque que les premieres rumeurs des cruaut6s exer-
cees centre les Noirs esclaves par certain habitants parvinrent, en-
fin, jusqu'A la Cour de France oh luisait un Roi de trente-deux ans.
Le 20 octobre 1670, fut rendue une Ordonnance sur l'Instruction
criminelle, laquelle 6dictait, dans ses dispositions, que a nul n'avait
a le droit de mutiler la chair et r6pandre le sang des esclaves a.
Cette ordonnance ouvrait la snrie d'une legislation nouvelle.
1673. Le 11 novembre 1673, Louis XIV accordait le premier pri-
vilAge au commerce de la traite.
C'6tait une measure de cruelle importance, car elle r6gularisait et
consacrait un traffic fait jusqu'ici de fagon clandestine, et don't
pergait l'indignit6.
Louis XIV ne devait pas s'en tenir 14.
En 1674, il rachetait le privilege accord par lui, et rendait ainsi
la traite libre sur tout le territoire africain.
tn 1676, il passa avec Jean Oudiette un trait pour ce traffic, y
participant done personnellement.
Par ce traitS, il se reservait un certain nombre de Noirs pour le
service de ses galeres.
Enfin, le 25 mars 1679, la Compagnie du Senegal, cr66e aupara-
vant dans ce but, reprit ce commerce avec plus d'ampleur.
Qu'Stait-ce done que ce trafio de la traite que le Roi de France
encourageait et poursuivait avec tant de bonne volont6 ?
N'importe quel aventurier armait on navire, le montait de gens
de son espotke, et se rendait sur les cdfes de 1'Afrique.







HISTOIRE DE LA GUADELOUPE 43

11 prenait le nom de Negrier.
Un syst6me de chasse 4tait organism pour voler les hommes a
l'int6rieur des pays.
Des bandes, au milieu de la nuit, surprenaient un village pai-
sible, l'incendiaient, s'emparaient des habitants, en tuant tous ceux
qui rdsistaient.
Les prisonniers 6tant faits, on proc6dait au triage, en conservant
les individus robustes des deux sexes, et en se d6barrassant des
autres.
On s'assurait des plus forts en les attachant ensemble avec des
chaines ou en leur mettant un joug.
Et I'on se dirigeait bien vite
U7 jvers la c6te.
Le N6grier chargeait aussi-
"', t6t, ayant soin de prendre tou-
jours le tiers d'hommes de plus
que son navire ne pouvait en
4 contenir, d'apres un calcul
math6matique, sachant que
Sbeaucoup de Noirs embarqu6s
de force devaient mourir en
course de route, de chagrin, de
mauvais traitement ou d'as-
phyxie.
*On n'attendait pas toujours
que les mourants aient expire
-D-S r i pour les jeter A la mer.
On y langait 6galement ceux
qui montraient un chagrin in-
Ssurmontable.
'La cargaison Rtant assure
contre fortune de mer, cer-
tains capitaines, pour un rien,
Citi naissante a la colonisation pr6cipitaient dans les lots
deux A trois cents personnel,
garantis A l'avance de la prime.
Channing a d6fini un navire negrier ( La plus grande reunion
d de crimes sur un plus petit space ,.
On transportait chaque ann6e en Am6rique pros de deux cent mille
esclaves.
a Les auteurs les plus s6rieux sont d'accord pour dvaluer A en-
a viron 40 millions le nombre d'Africains transports en Am&rique
Sen trois siecles, et A plus de 20 0/0 le nombre des morts pendant
la traverse a. A. Cochin.
Cr6d officiellement par Louis XIV, pour les Antill'es frangaises, le
honteux commerce de la traite fut supprim6 par 1'Assembl6e 16gis-
lative le ii aofit 1792.
Bonaparte, premier Consul, la r6tablissait par la loi du 30 floral
an X, (20 mai 1802), art. 3.








44 HISTOIRE DE LA GUADELOUPE

Le 8 ftvrier 1815, au CongrBs de Vienne, P'Angleterre fit siginer in1
declaration contre ce commerce contraire aux principles d'humanit6
et de morale universelle.
La traite a dtd abandonnde par l'Angleterre en 1807, par les Etats-
Unis en 1808, par le Danemark en 1811, par la Suede en 1813, par
la France et la Hollande en 1815, par 1'Espagne en 1822, par le Por-
tugal et le Br6sil en 1850.
Le 11 novembre 1673, Louis XIV instituait done 16galement le com-
merce de la traite.
1874. Avec cela denuis 1672, la guerre avait recommended, cette
fois avec la France et la Hollande, mais ce ne fut que le 20 juillet
1674 qu'une flotte command6e par le fameux Ruyter se pr6senta de-
vant la Martinique.
Elle fit une tentative d'attaque qui dchoua.
On avait beau combler de faveurs la Compagnie des Indes Occi-
dentales, elle ne pouvait avoir un instant d'6clat.
Au bout de dix ans d'exercice, elle se trouva endett6e de 3.523.000
livres tournois, et fut forcee de se dissoudre.
Le Roi Ja revoqua en d6cembre 1674.
Ses dettes furent payees, et son capital, soil 1.287.185 livres tour-
nois, remboursd.
Ainsi furent r6unies au domaine de I'Etat ces possessions des miles
qui n'avaient cess6 de souffrir de la tyrannie de maitres passagers
et d'une fourmiliere de commis fripons et violent.
Devaient-elles Otre plus heureuses, avoir plus de justice, sous l'au-
torite meme de la M4tropole, et prosp6rer dans l'ordre et le travail,
sous la main ferme et protectrice de Sa Majest6 Louis XIV ?
II fallait l'esp6rer.
La population accueillit avec joie cet 6evnement et manifesta avec
enthousiasme.
1675. En 1675, fut &tabli dans la colonie un Conseil Supdrieur ou
Cour Souveraine : le Conseil 6tait compose de dix habitants des plus
capable, et preside par le Gouverneur.
Cette institution fut de nouveau confirmed par lettres patentes du
1" avril 1679.
1677. En 1677, mourut Du Lyon, gouverneur de la Guadeloupe.
Hincelin le remplaga provisoirement.
Sa nomination fut confirm6e plus tard par le Gouvernement.
Le pere Labat, avec ses sympathies chanoinesses, nous a pr6sent6
le nouveau Gouverneur.
II 6tait riche, fort poli, populaire sans se trop abaisser, avec une
table magniflque...
Une rue de la Pointe-A-Pitre porte le nom d'Hincelin, on ne sail
trop pourquoi.
En novembre 1677, de Bldnac fut nomm6 Gouverneur-G6ndral.
Nouvelle presentation du pere Labat.
Ce Gouverneur trWs distingu6, avait ,pous6 la smur du duc de la
Rochefoucault, il 6tait homme d'esprit, et point du tout ami du








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE 45

vin et des-femm-es, pas plus d'ailleurs que des religieux et des gens
de justice...
1678. La paix entire la France et la Hollande fut sign6e le
4 aofit 1678.
1679. Le 19 juillet 1679, le Gouvernement royal nomma de Pa-
toulet intendant de justice, police, finances et marine, pour les An-
tilles.
La creation de cet emploi fut un progres dans le syst6me colonial.
Le pouvoir civil prenait de I'extension, se renforgait, en balance
du pouvoir militaire, et devait finir par concourir & la direction de
nos colonies.
M4me pour des Gouverneurs polls et distingu6s, comme Hincelin
et de Bldnac, peut-6tre n'6tait-ce pas tout a fait inutile.
















CHAPITRE VI


1680-1718

Resultats du trafle de la traile. Extension des proprietes et augmentation de
la population esclave. L'Edit de mars 1685 ou Code Noir. Effets et
consequences du Code Noir. Application de l'Edit de Nantes a la Guade-
loupe. Auger est nommn Gouverneur. Guerre entire la France et I'An-
gleterre. Les Noirs participent a la dleense de la colonies. Die La Mal-
maison, gouverneur. Le prejug6 de la couleur. Rgglementation com-
mnerciale.

L'approbation officielle du traffic de la traite, et par l1 meme sa
plus grande acc61lration, arrivait just au moment ou les travaux
de la fabrication du sucre demandaient plus de main-d'oeuvre.
Les Colons ou habitants qui s'etaient toujours attaches a la cul-
ture du tabac et du coton, avaient entrepris celle de la canne.
Ils s'empresserent de se procurer des enclaves, et cela occasionna
l'extension des propri6tis.
Les plus riches s'installerent confortablement.
Ainsi commenonrent ces vastes habitations qui devaient plus tard
posseder plus de douze cents esclaves.
Les Noirs, en s'appliquant a bien faire, pour leur part, dans l'ceu-
vre de colonisation, s'6taient m6nag6 un avenir gros de risques.
Tout le monde entrevit une source de richesses, qui ne pouvait
donner que par le travail des Noirs.
La population esclave s'augmenta done en raison de l'6mulation
causee par l'esperance de prompts b6nefices.
II 6tait logique qu'on envisageat, des lors, une force 16gale pour
maintenir les transports africains dans la servitude.
Le d6sir de les exploiter, et la crainte de leur revolte, devenue plus
menagante avec leur nombre, ne pouvaient conduire a autre chose.
Les Colons de la Guadeloupe savaient pouvoir computer sur les
bonnes intentions de leur Souverain, qui s'etaient dej& manifestoes
en Jeur faveur, depuis l'approbation du commerce de la traite.
Le 17 juillet 1679, une ordonnance avait permis, pour une simple
tentative de fuite, de marquer 1'Esclave de la fleur de lis, et, en cas
de r6cidive, de lui couper le jarret.
1685. C'est dans cet 6tat d'esprit qu'au mois de mars 1685, fut
donn l1'Edit royal, c6lebre sous le nom de Code Noir.
De cette date commence a la Guadeloupe la sujetion 16gale, l'es-
clavage moderne.
( La main de fer de l'Esclavage a saisi le coeur du Noir et va le
" tordre pour exprimer & la source meme de la vie la derniire
a goutte de son sang. v Parsons.
Le Code Noir 6tait la codification des dispositions deja rises, et








IIISTOIRE DU LA GtADELOUPE 47

de nouvelles, et il d6cidait si complelement du sorl de nos miles, l
6tablissail le statut de 1'Esclave de fagon si absolue, qu'il a Wte re-
gard6 comme la premiere et la plus important consecration l6gale
du regime de 1'Esclavage.
On n'a jamais os6, de nos jours, publier integralement ce monu-
ment l1gislatif, tant ses prescriptions 6taient cruelles.
Le Code Noir contenait, entire autres choses, la r6gularisation de
la traite, la definition et 1'6tablissement du sort de 1'Esclave, le re-
glement des heures et la dur6e du travail, 1'inscription des punitions
corporelles, la radiation du Noir de la vie civil, l'illusoire de son
marriage soumis & la volont6 du maitre, I'asservissement des enfants
nes de la femme esclave, le r6glement des affranchissements, I'in-
terdiction de tout enseignement aux Noirs, meme libres, etc., etc...
II 6tablissait surtout une ligne de demarcation profonde entire
l'homme blanc et l'homme noir.
Et cela de la fagon la plus inique.
Il menagait de mort le n6gre esclave et meme i'affranchi, qui
< oseraient se d6fendre contre le blanc qui les frapperait. > Boyer-
Peyreleau.
Le Code Noir, tant reproch6 au fils de Colbert, Seignelay, et a
Louis XIV, ouvrait p6remptoirement 1'Are d'un system colonial plein
d'abus et de desastres futurs.
Ici, un instant, il faut nous arreter, et examiner rapidement cette
phase supreme de la vie de nos colonies.
A la Guadeloupe, I'esclavage a commence des les premiers jours
de I'occupation, en 1635.
Les Colonisateurs, ne voulant pas se donner le mal de remuer la
terre eux-mdmes, y appliqu6rent, d'abord les habitants caraibes, puis
des engages tir6s de leur m6tropole, et aussitdt des transports afri-
cains.
Vers 1650, le nombre des Africains contre-balanca celui des Eu-
ropeens.
En 1656, les Esclaves se soulevArent.
La repression eut lieu imm6diatement.
Mais coette r6volte ouvrait deux alternatives : ou l'amilioration du
sort des Esclaves, ou leur maintien dans les fers par une autorite
plus implacable.
Cette second fut pref6r6e.
La main des maitres devint plus dure.
En 1673, la traite officiellement organis6e permit d'avoir davan-
tage des Esclaves.
En m6me temps, les travaux de la fabrication du sucre, pour don-
ner de grands b6nefices, exigeaient de vastes 6tablissements et beau-
coup de main-d'(euvre.
Les Colons 6tendirent leurs propri6tds et se procurerent des masses
d'Esclaves.
L'exploitation du Noir par le Blanc cr6a une emulation generale
et remplie de promesses.
Le p6ril grandissait cependant avec cette exploitation meme.








48 dISTOIRE DE LA GUADELOUPE

La peur de la revolte travailla l'imagination des propri6taires qui
ne trouverent jamais mieux que des rigueurs.
Ils 6taient trop 6goistes pour admettre autre chose.
Des lors une logique infaillible et rapide devait faire envisager
une autre domination que celle de la force, rendue vaine par la for-
midable majority des Noirs sur les Blancs, et ce fut l'avenement
de la loi.
Ainsi, la cupidity et la paresse avaient engendrd l'oppression
a et la barbarie. ) A. Cochin.
Celles-ci ne pouvant plus computer sur la force brutale, faisaient
appel & la force l1gale.
C'est alors qu'intervint le Roi de France, et j'aime la bonne in-
tention de son Edit de mars 1685, ou Code Noir, destine, dit le pr6am-
bule, A a maintenir la discipline de l'Eglise et d rigler ce qui con-
a cerne ldtat et la qualild d'esclave. ,
Ainsi fut cr66e la fatality qui a r6gi nos malheureuses Antilles pen-
dant plus de deux cents ans !
L'impulsion donn6e par le Code Noir & 1'esprit outrancier du temps,
fit qu'on le trouva imm6diatement insuffisant et qu'on jugea a pro-
pos de le modifier.
Forts de la loi, maintenant qu'ils la poss6daient, d6tenant la do-
mination 16gale et disposant de la vie de 1'Esclave de fagon indis-
putable, les maitres ne voulurent avoir au-dessus d'eux aucune au-
torit6, serait-ce celle de la loi meme.
Les Gouverneurs et Intendants de nos miles se preterent complaisan-
ment A ce vouloir, et d'ailleurs eux-mdmes, tout en reprdsentant 1e
Gouvernement du Roi, exploitaient des terres et des esclaves.
Les habitants annulerent, dans 1'execution, tous les articles de la loi
qui leur d6plaisaient, tandis qu'6taient appliques sevOrement tous
les autres.
Ils ne se contentlrent point de m6connaitre un pouvoir qui leur Rtait
si utile, ils voulurent que fit faith de leurs propres mains le regime
qui les regardait.
TJne foule de reglements int6rieurs surgirent, en augmentation des
dispositions du Code Noir, ou diam6tralement opposes.
Et c'est pourquoi cet acte, qui est une honte, a WtB regard plus tard
comme un progres.
La volont6 royale, pour odieuse qu'elle 6tait, parut resplendissame
de cl6mence et de vertu, tant ses consequences logiques furent abo-
minables !
L'Edit de mars 1685, r6gularisant l'Esclavage dans les possessions
frangaises, n'a pas 6t la seule loi injuste publi6e en cette malheu-
reuse annee.
Il y a aussi 1'Edit de Nantes.
Deji diff6rentes prescriptions avaient frapp6 les Protestants qui
s'6taient fixes a la Guadeloupe.
Des mars 1642, un Edit du Roi avait defendu dans les miles l'exercice
.de tout autre Dulte que celui de la religion catholique.
En 1678,Hincelin, qui avait succ6d6 A Du Lyon comme Gouverneur,








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE 49

publia une nouvelle disposition, defendant aux Protestantl de s'as-
sembler pour prier, meme a voix basse.
Le 24 septembre 1683, un ordre dman6 du Souverain enjoignit de
chasser tous les juifs des possessions frangaises.
En mars 1685, il s'agissait de se saisir de tous les biens des Pro-
testants et de les chasser.
L'Edit de 1598, rendu par le roi Henry IV, n'existait plus.
On comprend l'excessif de ces measures appliques dans des po-
pulations aux mmeurs violentes, elles ajouterent a l'esprit mauvais
du temps.
Tous ceux qui n'6taient point de la religion catholique ne pouvaient
contractor marriage, et les enfants 6taient d6clar6s b&tards.
Sur la d6nonciation des pretres, le Gouverneur agissait centre
les coupables, qui 6taient arrktes, gardes a vue, emprisonnes, tandis
qu'on s'emparait de leurs biens.
Les riches parvenaient & se sauver dans les iles 6trang6res, mais
ceux qui n'avaient pas de moyens, devaient tout souffrir, tout endurer.
Et comme les pretres catholiques n'inspiraient, pour la plupart,
aucun respect, vu leurs mceurs et leur peu d'instruction, chacun gar-
dait sa foi.
Ces injustes measures firent un mal considerable a la colonie et
augment6rent les miseres des plus pauvres gens.
1688. La Guerre entire la France et l'Angleterre, d6clar6e le
17 mai 1688, vint grandir les embarras.
1690. Les hostilities coloniales commencerent en 1690 par la
pri.i de Saint-Christophe.
Les Anglais d6barqurrent a la Guadeloupe oi ils furent repousses.
1695. Le 21 aofit 1695, le chevalier Auger, auparavant Goulrer-
neur particulier de Marie-Galante, fut nomm6 Gouverneur de la
Guadeloupe.
1697. La paix fut sign6e le 20 novembre 1697.
1702. Elle fut rompue le 15 mai 1702.
1703. C'est au commencement de 1703 qu'arriva A la Guadeloupe,
de la Martinique of il 6tait depuis 1u94, le dominicain Pere Labat, un
des premiers historians de la colonization, qui publia en 1722, en six
volumes, Nouveaux Voyages aux Isles d'Amrnique.
Cet ouvrage eut un certain retentissement, car il ne tarda pas
A servir ( de programme et d'instruction ), tous ceux qui se ren-
daient aux miles.
Mais il froissa les 6elments de la population blanche creole, en
donnant des renseignements trop sinceres sur I'origine des families.
En vue de la guerre, on se mit activement aux travaux des fortifi-
cations qui s'ex6cutaient au moyen de corvees d'esclaves.
De fortes 6quipes furent assujetties & de nouvelles constructions et
choses de defense.
Le 19 mars 1703, les Anglais arriv6rent & la Guadeloupe.
La bataille fut dure.
L'usage de oes temps 6tait de d6truire le plus qu'on pouvait, en
combattant.









HISTOIRE DE LA GUADELOUPE


Aussi, les habitants rivalisaient de patriotism.
Le gouverneur Auger r6unit a la Basse-Terre les milices de la
Guadeloupe, de la Grande-Terre et des Saintes qui form6rent un
total de 1.418 homes, en comprenant deux companies de la marine
de 120 hommes.
On forma une Compagnie de N6gres qui fut adjointe aux volontai-
res accompagnant le Gouverneur.
Cette Compagnie 6tait command6e par le capitaine La Perle.
Les Noirs avaient constamment particip6 aux defenses et luttes
de la Colonie, mais jamais d'une fagon si parliculikre.
Cette fois, la Compagnie des N6gres prit une part si active qu'on
ne pouvait passer sous silence son existence.
Des que les Anglais arriv6rent, ils se trouv6rent aux endroits
les plus dangereux.
Le d6barquement des Anglais avait 6t1 annonc6 par un Noir por-
tugais qui s'6tait sauv6 de la lotte en se jetant & la mer.
Les Frangais durent reculer, et la lutte se prolongea d6vastant les
quarters des Vieux-Habitants et de la Basse-Terre.
La Compagnie des N6gres n'avait pas de poste fixe. Elle devait
Atre toujours en champagne.
Enfin, les Anglais se rembarqu6rent, apr6s avoir perdu 1.900
hommes.
Ils avaient d6truit quatre bourgs, quatre 6glises, quatre couvents,
vingt-neuf sucreries.
Les Frangais avaient eu 14 morts et 150 blesses.
( On avail organisL une compagnie de soixante n6gres, elle ren-
a dit de tr6s bons services pendant la champagne en se battant
< bravement a cOt6 de nos soldats. On aime a croire que le Gou-
< verneur d'alors, M. Auger, se sera montre just envers eux, en
< leur accordant une liberty si bien gagnle au service de la France,
K malheureusement le pere Labat n'en dit rien dans son recit sur
les 6vlnements de cette Apoque. ) Pardon.
L'historien dominicain rapport que, dans cette expedition, le ge-
n6ral anglais Codrington fit usage d'un miroir concave de 15 a 16
pouces de diametre, attach au bout d'une perche de 12 a 15 pieds
de long, pour demasquer les embfiches qu'on aurait pu lui tendre
dans les champs de cannes brfllles.
Ce singulier expedient de guerre ne fit pas fortune.
Peu de temps apres, le gouverneur Auger fut nomm6 a Saint-Do-
mingue.
1704. Au commencement de 1704 de La Malmaison, lieutenant
du Roi, prit possession du Gouvernement.
C'est vers cette 6poque que commencirent A se ressentir les pre-
miers effects du pr6jug6 de couleur.
Les Noirs venaient de contribuer glorieusement a la defense de
'ile, mais cela ne changeait pas la politique gouvernementale A
leur 6gard.
Le systeme colonial adopt impliquait le enforcement progres-
sif de la loi de sujetion.








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE


11 6tait essentiel de maintenir a une distance toujours plus grande
l'une de I'autre, l'espece qui command et 1'espece qui ob6it.
AprBs avoir institu6 la quality de 1'Esclave, il fallait etablir le
sentiment de son inferiority.
II fallait rendre irr6m6diable le sort d'une existence interess&e.
De a1 la n6cessit6 d'une fiction aidant a justifier l'exploitation
d'une race par I'autre.
Le Code Noir avail eu beau crier une separation profonde entire
les deux parties de la population, des alliances s'op6raient quand
m4me entire elles.
Une ordonnance du 13 novembre 1704 d6clara que a tous les no-
a bles qui avaient 6pous6 ou
a qui 6pouseraient des femmes
Snoires seraient, eux et leurs
a enfants, dechus de la no-
a blesse. k
Cette ordonnance, a une e-
poque oil les titres de noblesse
donnaient droit a de grands
privileges, eut une action pro-
fonde.
Les liens de 1'Esclave se res-
serrerent en meme temps.
..- On pensa & lui enlever radi-
Scalement toutes velleitas de
fuite, la punition de la fleur
de lis et du jarret coup ne
suffisant pas.
1705. Une ordonnance du
10 juin 1705 fit injunction de
courier sus a l'Esclave fuyant
a vers les mornes, et s'il con-,
a tinuait a se sauver de l'a-
Femme noire esclave a battle ,).
11 restait 6galement a lui
enlever toutes communications, tout contact quel qu'il ffit avec ss
semblables qui 6taient affranchis, en suspectant ces moindres re-
lations.
Ge serait d'ailleurs un moyen ou de tuer la pitic dans le coeur
de ceux-la ou de les reprendre eux-m&mes.
Une ordonnance du 10 juillet 1705 fit ( defense aux Noirs et
a Mulatres affranchis de favoriser, reoeler tout esclave, sous
a peine d'etre imm6diatement mis en esclavage, eux et leurs fa-
i miles. >)
Ces dispositions se juxtaposaient, cr6ant une legislation efiroyable.
La marque de l'opprobre s'appliquant volontairement a la race
noire devenait ineffagable.
Et pourtant la nature se revoltait centre cette tendance, et olancs
0t Noirs pontinuaient & se frequenter.








5 HISTORY DE LA GUADELOUPE

De nouvelles sanctions furent pr6vues.
1711. Une ordonnance du 20 avril1711 d6fendit a aux blancs de
a l'un et l'autre sexe de contractor manage avec des noirs a peine
a de punition et d'amende arbitraire.
I1 6tait impossible qu'a la suite de ces actes successifs un senti-
ment d'aversion ne se cr6at entire les deux races.
Un barriere insurmountable s'ileva ainsi entire la population blan-
che et la population noire.
Tout habitant absolument blanc fut tenu d'avoir une spouse abso-
lument blanche.
Les Noirs tomberent dans une d6faveur a perp6tuit6.
Louis XIV, avec une volont6 persistante, avait crd6 une distinc-
tion de la couleur ou le prejug6 de la couleur dans nos Antilles.
Les abus commis & la suite de la publication du Code Noir furent
tels, que le Roi de France, allant vers la tombe, se trouva dans le
cas de les r6primer.
1712. Une Ordonnance du 30 juin 1712 renouvela les pres-
criptions sur la nourriture et l'entretien des Esclaves et porta a inter-
e diction aux maitres d'appliquer la torture r.
1718. Mais comme en m6me temps certain propri6taires accor-
daient la liberte6 des esclaves, en change de soins ou de ser-
vices, un arret du 24 octobre 1713 d6clara a nulle touted liberty ve-
a nant de maitre n'ayant point obtenu, au pr6alable, I'autori-
a station dcrite du Gouverneur ou de l'Intendant ,.
La Guerre ne se poursuivait plus entire Frangais et Anglais.
La paix fut conclue a Utrecht le 11 avril 1713.
1715. Louis XIV mourut le i" septembre 1715.
II avait jete la base de 1'abominable legislation qui devait tant
peser aux populations des colonies frangaises.
1716. En 1715 et 1716, des Ordonnances locales reglementerent
le commerce & l'interieur de l'ile.
1717. Des declarations du Roi du 1" janvier, 1" et 2 aofit 1717,
tent!rent de donner plus de regularity a administration locale, mais
tout cela devait rester lettres mortes.
Le vice du Gouvernement general pesait toujours sur la Guade-
loupe.
La vie avait Rte compromise par toutes ces ann6es de luttes et de
d6vastations.
Avec la paix, on recommenga de travailler, rappelant la prosp6-
rit6, due a & la beautA et & la fertility du sol de notre ile ( (1) -
6galement aux efforts des bras vigoureux qui le feconderent.
(1) J. Ballet.














CHAPITRE VIIL


1718-1764

L'oltgarchie colonial. Rdbellion b la Martinique. Le progrbs retarded dins
nos Antilles. Effets du syst6me financier de Law. Aggravation des me-
sures contre les Esclaves. Soulavement des Noirs, 1726, 1737, 1738, 1748,
1752. Supplices du bflcher. Premiers fondements de la ville de la
Pointe-k-Pitre. Nouvelle phase du prdjugd de la couleur. Les premiers
Corsaires de la Guadeloupe. Le chevalier de Saint-Georges. Le faux
prince de Modtnes. Calamitts. Le chevalier de Mirabeau. Guerre
entire la France et 1'Angleterre. La Guadeloupe tombe au pouvoir des
Anglais. Elle est rendue a la France plus prospire qu'auparavant.

Le temps avait march.
Plus d'un demi-siecle s'6tait 6coul6.
De vastes plantations recouvraient les 6tendues de notre lie, entire
les mers bleues et les forces verdoyantes.
Les premiers maitres n'6taient plus.
Et les premiers Esclaves, oh 6taient-ils ?
Les Maitres s'6taient succ6d4s, remplac6s, multiplies, avaient ac-
quis des biens de toutes sortes, pour vivre plus heureux.
Les Esclaves, davantage, s'6taient succ6d6s, remplaces, multiplfis,
avaient donn6 leurs forces et leurs corps, pour mourir plus mis6-
rables.
La vie colonial avait change.
Elle florissait maintenant dans une faveur entrainante.
Etranges instants du passe don't le mirage a 6bloui tant de re-
gards !
Tant d'6crivains n'ont vu que cette vie large et merveilleifse qui se
d6roulait au soleil. sans penser qu'elle ondoyait sur un 4crasement
de cadavres vivants !
Tel, au temps jadis, ob I'urbanitH exquise, la grace seigneuriale
flottaient & la surface des populations, cachant sous 1'dclat fleuri et
ensorcelant un monde de mis6res et de privations de toutes sorts.
Tel, en ces temps nouveaux, ofi 1'hospitalit6 s6duisante, l'aristo-
cratie creole fiottaient A la surface des masses, cachant sous son ma-
gique enchantement un enfer ohi gisaient des Ames humaines.
A 1'6poque oh nous sommes, la Soci6te colonial est arrive a dtre
soumise a une espice de patriciat, n'avant d'autre contact avec le
reste de la population, la seule travailleuse et productrice, qu'une
repression de parti-pris, feroce. calculge, voulue.
II s'etait cre6 aux colonies des Antilles trois categories de gens.
D'abord, les Grands-Blancs, composes de la noblesse, des officers
de routes sorts, des Chefs de Communaut6s relicieuses, des privi-
16gids en tous genres, classes arrogante et autoritaire.
Puis, le people proprement dit, ce qui, plus tard, sera chez nous










HISTOTRE DE LA GUADELOUPE


le Tiers-Etat, formed -des 61ements combines des Noirs et MulAtres
affranchis ou libres, des Petits-Blancs ou engages lib6rds, ouvriers,
6migr6s pauvres, gens de passage, toute une population industrieuse,
commergante, active, 6conome, s'appliquant opiniatrement.
Pour avoir un peu plus d'aisance dans les allures que les es-
claves, ceux-ci se voyaient inexorablement resserrds dans une vie
dtroite, et soumis aux vexations les plus intol6rables.
Enfin, la grande masse, si pesante, si basse et malheureuse, si ou-
blide et mlconnue des Esclaves.
Louis XIV 6tant mort. et le pouvoir royal Rtant tomb6 entire les
mains d'un enfant et d'une Cour dissolue, la situation autoritaire
de la socitd colonial devait se dessiner tout A fait.
Les grands propribtaires des Antilles, Guadeloupe et Martinique,
qui formaient la classes dirigeante, avaient des idles qui tendaient A
l'oligarchie.
Une rebellion delata A la Martinique qui exprime clairement cette
tendance.
Le 7 janvier 1717, arriverent A la Martinique le sieur de la Va-
renne, nomm6 gouverneur-g6ndral aux Iles du Vent, et de Ricouard,
nommi intendant.
Dans les instructions dates du 25 aoft 1716, qui luer avaient did
remises A Paris. le Roi leur enjoignait :
a De surveiller le relAchement qui se manifestait pour la religion,
a surtout pnrmi les prdtres religieux ; d'8ter aux jisuites et aux
a dominicains, devenus trop riches par leurs habitations de la Mar-
a tinique t de la Guadeloupe, les appointments qu'ils recevaient
enrore comme cur6s, pour les affected. d'autres d6penses ; d'em-
a plcher que les communautls religieuses ne fissent de tron brands
Sdtinblirsemenfs et n'eussent pas plus de cent nAgres travaillnt;
a d'oblirer les habitants A reparer les eglises et a en construirp de
a nouvelles: de r6primer le commerce Otraner. le monopole et la
a contrebande ; de meltre ordre aux vexations dPs officiors de ius-
a tice el de leur fire payer leurs dettes : de soutenir les petits habi-
f tants. qui font la force des colonies, centre les Grands et les Pnis-
a saints. Enfin d'ltablir toutes sortes de cultures, et d'empbcher de
a tron multialipr les sucreries. par la crainte que la trap graorde
a culture n'lpuisat les terres ; de faire ouvrir les chemins ; etc.,
a etc., (Archives de la Marine, vol. 40, 1716).
Unp pareille mission dit ddjA assez qu'il fallait qu'on eft ressenti
la nlcessit6 de rbprimer des abus inacceptables, pour qu'on y pen-
sAt de si haut.
Le 17 mai 1717, les Grands et les Puissants de la Martinique
lev6rent 1'etendard de la rebellion, firent arrlter le gouverneur-g6-
n6ral de la Varenne et l'intendant de Ricouard, porteur; des instruc-
tions royales, et les firent, le 23 mai suivant, embarquer violemment
pour la France.
Le Gouvernement royal eut la faiblesse de se courber au devant
de cette tentative coupable, et, par lettres d'amnistie du 22 sbptem-








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE DD

bre 1719, libbrt6 bomplete fut laissee a ceux qui opprimaient nos
Antilles.
Ce coup hardi de l'oligarchie la convainquit qu'elle pouvait im-
a pun6ment tout tenter pour fixer sa domination exclusive sur les
a iles .. Boyer-Peyreleau.
Les gouverneurs g6ndraux, gouverneurs particuliers, intendants
royaux, officers de justice ou autres, dans la singulibre atmosphere
de nos iles, comme en serre vicieuse, d'ailleurs devaient 6tre eux-
memes des potentats n'ayant qu'une n6cessit6, celle de rendre im-
possible la vie aux plus humbles.
Certains des representants du gouvernement pousserent la com-
plaisance jusqu'aux plus extremes limits.
La suffisance et la vanity la plus grande 6taient les meilleures
qualit6s des 614ments de ce patriciat qui en imposait & nos popula-
tions.
L'opinion metropolitaine en avait marque la valeur par cette sen-
tence convaincue : a Ignorant et paresseux comme un crdole I >
Un faith insignificant en apparence, mais considerable dans sa
singularit6 et ses consequences, va donner une id6e de 1'esprit de
ceux qui ont faith r6gner leur volont6 chez nous si longtemps.
Les Colons de la Guadeloupe, nouveaux JosuBs, avaient trouve
le moyen d'arr6ter le progres dans I'ile.
Les premiers emigrants, pour d6fricher les terres, avaient intro-
duit la charrue, connue de temps immemorial.
La charrue disparut des que Colbert eut autoris4 la traite et pro-
cure aux planteurs une main-d'oeuvre h bon march.
Etre retrogrades fut pour eux une espcce de luxe, dOt leur intdrdt
en souffrir, et leur vanity se crut obligee a repousser un instrument
don't on se servait partout.
L'amour-propre des colons se crut int6ress6 a repousser un ins-
a t-ument humblement utile ). Boyer-Peyreleau.
A la charrue, ils prefirerent la houe, petite pioche large et re-
courb6e, don't les jardiniers se munissent pour ameublir les terres
restreintes de leurs parterres.
C'est avec ce modest outil qu'ils firent labourer des propri6ets
immense.
La houe fut I'instrument pr6f6r6 et conserve par les colons pen-
dant plus de deux cents ans.
11 fallut que le regime de servitude fut aboli, que les Noirs eussent
la liberty de progrbs pour que chez nous reparussent quelques char-
rues.
Le dddain de tout autre instrument que la houe de I'esclave de-
a vint a la mode pendant deux cents ans, et ce ne fut qu.e vers la
Sfin du dernier siecle, lorsque le regime de la servitude avait et6
t ,branl6. que reparurent quelques charrues s. J. Duval.
On comprend, avec un tel 4tat d'esprit, ce que ces hommes vains
et refractaires ont cr64 aux miles de lumirre et de civilisation.
1718. Le 15 mars 1718, le chevalier de FeuquiBres fut nomm6
gouverneur-gendral, et de Silvecane,intendant du Roi A la Martiniqu-e.









56 HISTOIRE DE LA GUADELOUPE

Le 18 du mgme mois, de Moyencourt obtint le gouvernement de
la Guadeloupe.
Le nouveau Chef de la colonie, h peine arrive, voulut monter une
habitation.
Bien que le commerce avec 1'Atranger fit prohibe, il dcrivit en
France pour obtenir la permission d'acheter cinquante esclaves dans
les colonies anglaises.
1719. Le Gouvernement royal, par lettre du 3 novembre 1719, r6-
primanda ce fonctionnaire qui, avant toute autre chose, pensait
A ses propres int6rets, et une Ordonnance du 7 novembre 1719 dB-
fendit aux Gouverneurs et Intendants d'avoir des propri6tes dans
1'ile.
On craignait qu'en devenant planteurs, ils ne fussent portes & fa-
voriser leurs int6rets particuliers aux d6pens des intar4ts g6neraux.
Ces craintes etaient d'autant plus fond6es que peu de Gouverneurs
ataient k l'abri du reproche de faire de la contrebande, et de Moyen-
court devait s'y adonner a tel point qu'il 6tait rappel6 pour cette cause
le 21 octobre 1727.
Vers 1724, de nombreux Colons vinrent s'6tablir au milieu de
leurs propriet6s, pour en diriger eux-memes 1'exploitation.
Voyons la cause et les resultats de cette decision.
La plupart des Colons de nos miles, laissant la gestion de leurs pro-
pri6tis a leurs economes et grants, pr6f6raient habiter en France.
Quand leurs int6rits les appelaient dans la colonie, ils y r6glaient
tout A la hate, prioccupis de l'id6e de s'en retourner dans la
metropole et ne regardant leurs maisons de 'ile que comme des
lieux de passage.
Ils faisaient ainsi des sejours onereux, des voyages d'ostentation,
des d6penses somptueuses, trompant souvent des calculs faits a la
l6gere, et se retrouvaient constamment A la fin surcharges de dettes.
Certains passaient leur existence A faire la navette de la m6tro-
pole A la colonie, et de la colonie & la m6tropole, jouant et gas-
pillant ce qu'ils avaient ramasse, et toujours revenant chercher de
nouveaux fonds, aussit6t perdus, le cceur ronge par le poison de
l'envie et de la d6tresse.
Quand ils arrivaient dans l'ile, apres quelques mois passes A d6-
ployer < un faste vraiment colonial ,, maintenant tenailles de reverse
et assoiff6s d'argent, on comprend que pour les pauvres Esclaves,
cela marchait, et rondement.
Il s'agissait de ramasser vivement les sommes don't ils avaient
besoin.
Economes et commanders s'y employaient, pressaient les tra-
vaux, jouaient du fouet et des supplies, hdtaient les fabrications,
torturaient toutes choses et toutes gens pour en 6ter le plus de biens.
Cela faith, nos bons Colons s'en allaient bien vite, partaient tout
16gers, charges d'argent et de mal6dictions.
Les plus richissimes ne se donnaient mmne pas la peine de voya-
ger par les mers.
Ils menaient seigneurialement leur train de vie & Paris ou a Nantes








mSTomE DE LA OUADELOUPE D

oU & Bordeaux, relevant de grosses pr'bendes, touchant ds beaux
revenues, comptant sur leurs charges d'affaires, et s'embellissant fli-
rement de la sueur et du sang des Noirs.
1720. C'est dans ces circonstances, vers 1720, que re fameux
financier Law, un des privil6gi6s du R6gent, a tourna les esprits dans
a le royaume de France et par son systmme vraiment extraordinaire
Splongea tout le monde dans un abime de maux. a
Law ne se doutait pas qu'il allait obliger beaucoup de nos pro-
prietaires & aimer davantage leurs propri6t6s, jusqu'a s'y installer
tout A fait, dans une d6route sans limited, moyen assure de reliever
leurs fortunes.
II se doutait bien moins que son operation financiAre devait faire
redoubler aux miles les miseres des Esclaves.
Ayant eu done leurs situations ob6rdes par la faillite des op6ra-
tions de Law, de nombreux Colons vinrent s'etablir au milieu do
leurs biens, pour en diriger eux-mmmes 1'exploitation.
Cette situation provoqua un renouvellement d'exigences don't les
suites s'exprimerent en actes douloureux.
1728. Le roi Louis XV venait d'8tre d6clar6 majeur, en 1723, et,
les affaires 6tant d6sormais dirig6es par des Ministres secr6taires
d'Etat ; le comte de Morville avait 6t1 faith ministry de la Marine.
1724. Mais il avait Wte remplac6 presque aussitot, en 1724, par le
come de Mauropas.
Les Colons commenc6rent par circonvenir ce Ministre qui permit
au gouverneur de la Guadeloupe, de Moyencourt, d'opdrer & leurs
profits de vastes d6frichements.
On y fit des cultures, don't celle du caf6, connue A la Martinique
dAs 1723.
Ces travaux s'activArent avec un tel redoublement que le com-
merce maritime s'en ressentit.
Quelques capitaines vinrent mouiller leurs vaisseaux dans les ra-
des de la Guadeloupe, r6tablissant un commerce direct avec la France.
1725. En cesoinstants, vers 1725, tous nos historians sont d'ac-
cord pour signaler l'Atat florissant de la colonie.
Oui mais la pression avait 6t1 si cruelle qu'une crainte de r6-
volte en 6tait n6e, et, comme toujours, on avait pens6 aussit6t a
des measures de rigueur.
Une ordonnance royale du 5 f6vrier 1726, dans ses articles, aggra-
va les dispositions d6ja si dures du Code Noir.
En mars 1726, sur plusieurs habitations les Esclaves se soulev6rent.
Parmi toutes les abominations en course A la Guadeloupe, on avait
ajout6 celle de brfler les N6gres et les N6gresses sur le bicher.
On avait recommence dans notre ile ce supplice du moyen-age.
En 1721, une Esclave de M. de Bologns avait 6t6 brOl6e vive.
En 1723, un Noir de M. L'Eustache montait sur le bicher.
En 1725, une autre femme, apres avoir 6et 6trangl6e, 6tait bril6e
par la main du bdurreau.
Or, ces malheureux qui avaient 6t1 condamn6s pour empoisonne-
ment fUrent reconnus innocents.









58 HISTOE DE LA GUADELOUPE

a Les j6suites, Dunois, Le Vacher et Fr6nier avaient assist les
a condamnes & leurs derniers moments, et, apres la troisieme ex6-
a cution, ils d6clarerent hautement que les trois supplicies 6taient
a innocents. Cette allegation jeta le plus grand trouble dans la co:
a lonie, et tout en stygmatisant les juges, excita contre eux les fu-
reurs populaires ; leur vie fut mise en danger., J. Ballet.
On fr6mit en pensant a ces choses, et 1'on ne peut que plaindre
les bourreaux autant que les martyrs.
En cette annie 1726, fut fondue la paroisse des Abymes don't la pre-
miere 6glise etait place sur le morne appelM aujourd'hui Miquel.
1727. Le 21 octobre 1727, Giraud du Poyet fut nomm6 gou-
verneur de la Guadeloupe.
Ce fonctionnaire cr6a, I'ann6e suivante, 1728, 1'6tablissement des
lpreux de la D6sirade.
Ce fut lui qui jeta 6galement, dans la rade du Petit-Cul-de-Sac,
pres du Fort Saint-Louis, les premiers fondements de la ville de
la Pointe-a-Pitre appel6e a avoir plus tard une si grande impor-
tance commercial.
Du Poyet mit tous ses soins h propager dans la colonie la culture
du caf6.
1734. Le 27 juillet 1734, de Larnage le remplagait dans le
Gouvernement de la Guadeloupe.
Ce fonctionnaire s'occupa beaucoup de la r6fection de nos routes.
Ces sortes de travaux 6taient faits par corv6es d'Esclaves, sur les
indications du grand Voyer.
Les Blancs les plus pauvres servaient de commanders.
Ce sont les Noirs qui ont ainsi fait toutes les routes de la Gua-
deloupe.
Ce sont eux qui ont 6galement construct ces points, ces gglises, ies
monuments don't certain n'ont laiss6 que des ruines massive, en-
core respect6es par le temps, et que nous contemplons avec emotion.
La colonies 6tait alors prospere et pourtant la famine allait s6vir.
C'est que les Colons, sans se soucier du plus grand nombre de
leurs esclaves et de la population, ne songeaient jamais & cultiver
que ce qu'ils pouvaient vendre et rien de ce qui devait nourrir.
1736. Le 7 septembre 1736, dut Wtre rendue une ordonnanae
obligeant les proprietaires & planter et & entretenir vingt-cinq pieds
de bananes par tWte d'esclave qu'ils poss6daient.
Et, en commentant cette measure, le Gouvernement royal s'4levait
contre a l'abus de ne pas nourrir les esclaves et de leur donner
a simplement un jour chaque semaine pour se procurer leurs nour-
a ritures. a
Des tremblements de terre endommagerent, en aofit et septembre
1736, les fortifications, et il fallut les r6tablir.
1737. Les Esclaves, souffrant cruellement et mourant de faim,
se revolterent en 1737.
Les negres des habitations Le Sueur, Moutier, Lidgard, Bologne,
Aufat, Boivin, Ducastrou, Congras, Bridon, LUpine, Bocquet, Dorton,








RISTOIRE DE LA GUADELOUPE 69

ClatiBre, ourdirent un complot pour soulever tous les ateliers de
!a colonie.
Une agitation sourde remua ces malheureux.
La surveillance inqui6te don't ils 6taient toujours les objets d6voila
le complot.
La repression aussitot commenga par la pendaison des meneurs.
Certains d'entre eux, sous la conduite d'un chef nomm6 Latu-
lipe, se sauverent en juillet 1737, dans les bois de Sainte-Rose.
On les poursuivit activement, et des qu'on les eut pris, ils furent
pendus ou rou6s vifs.
Le chatiment s'6tendit sur une grande quantity de Noirs qui furent
marquis au fer rouge ou
.fouetts.
Cette punition appliqude

6motionna tant la population
.k f. moyenne, qu'on all6gua, pour
s'excuser, que Latulipe et sa
'.'. bande s'6taient vours a des
pratiques criminelles du Vau-
doux.
Vraiment, les pires coupa-
bles 6taient ceux qui affa-
S maient ces mis6rables, jusqu'a
ce qu'ils se r6voltent, pour en-
suite les fouetter, les marquer
au fer rouge, les pendre, les
brOler ou les rouer vifs i
.: Le 27 juin 1737, de Clieu, au-
paravant a la Martinique, avait
'p t appel6 au Gouvernement
de la Guadeloupe.
1738. En 1738, un violent
Le Chevalier de Saint-Georges (1745-1799). ouragan se d6chaina sur la co-
lonie.
Beaucoup d'habitants lasses des vexations de toutes sortes don't
ils souffraient quitt6rent le pays.
A la Grande-Terre, les petites gens affamds se rdvolt6rent centre
les agents du fisc.
Les Esclaves se soulev6rent a leur tour dans plusieurs quarters.
Avec cela, une nouvelle phase du pr6jugd de couleur se deroulait
depuis longtemps.
L'entrde en jeu des Gens de couleur libres avait eu lieu progres-
sivement.
J'ai deja dit qu'on donnait le nom de Gens de couleur (ou Mu-
latres et Mulatresses) aux products du Noir et du Blanc.
Cette classes, insigniflante les premiers temps, malgrd toutes les
entraves, s'6tait rapidement developp6e.
Les Gens de couleur, nds dans I'ile, tenant des deux rafs, sobres,









60 RTSTOmIE DE LA GUADELOUPE

lctifs, 6conomes, avaient compliqu le problem "du pW4jgg6.
Is formaient avec les Noirs affranchls une masse collective auss
nombreuse que la population blanche.
S'adonnant au commerce, a l'industrie, beaucoup d'entre eux
s'6taient enrichis.
Quelques-uns avaient m6me eu l'id6e d'envoyer leurs enfants s'ins-
truire en France, cela leur Mtant interdit dans la colonies.
Certains Blancs pauvres, d6nuds de prejug6s, travailleurs hon-
n6tes, ne pensant qu'& vivre en paix, traitaient avec eux sans aucune
reticence, leur reconnaissant au contraire des qualit6s d'intelligence,
d'ordre et de loyaut6 peu communes.
Des lors, il fallait appliquer le prdjug6, et plus sevrrement en-
core, a ces nouveaux venus qui menacaient de tout compromettre.
Car, laisser devenir 6gaux. et les reconnaitre pour tels, les products
du Noir et du Blanc, m6me riches, m6me instruits, c'6tait riveler
l'inanite du pr6jug4 lui-mgme.
La lutte du prejug6 devint plus vive et accidentie.
Les Blancs nes dans l'ile, dits Blancs creoles, 6taient arrives d'ail-
leurs A y tenir excessivement.
a La degradation du mulAtre n'etait qu'un 6cho de l'asservisse-
a ment du noir, une n6cessit6 logique. V. Schoelcher.
On commenga par les frapper plus durement de decheance so-
ciale.
Pour empicher qu'ils n'acquissent trop de force par I'argent, on
leur ferma les portes des richesses et par l1 mime de 1'6ducation,
a en les ddclarant inhabiles A heriter des Blancs et A recevoir des
a donations a. (Lettres patentes du 5 fevrier 1726.)
On les ddclara a inaptes, vu leur condition, a remplir tutelle de
a personnel blanche a. (Arr6t de la Cour royale du 14 octobre
1726).
On leur fit a defense de prendre et porter les mmmes noms que
a les blancs a. (Ordonnance du 6 f6vrier 1733.)
A I'dpoque oh nous sommes, pour les empecher de venir en France
et d'y envoyer s'instruire leurs enfants, on leur avait fait a inter-
a diction du territoire de la Metropole a. (D6claration du 16 d6cem-
bre 1738.)
I1 leur fut defendu tres express6ment a d'exercer la m6decine ou
a la chirurgie, ni de faire aucun traitement de malades, A peine de
a 500 livres d'amende pour chaque contravention, et de punition
a corporelle, suivant 1'exigence du cas. a (Ordonnance du 30
avril 1764.)
Enfin, on devait les chasser des moindres emplois publics, en em-
p6chant de les employer a dans les offices de notaires, greffiers, pro-
a cureurs et huissiers (Arret de la Cour royale du 9 mai 1765.)
A la suite de toutes ces dispositions, I'impulsion du pr6jug6d tait
devenue si decisive, que sa fl6trissure atteignant jusques aux plus
extremes limits, la moindre goutte de sang du Noir fut condamnoe,
et la tache inde61bile se prolonged jusau'a la neuvimme generation !
'1739. L'Angleterre et 1'Espagne, routes deux faisant la traite,








SHISTOIRE DE LA GUADELOUPE 01

s'irrit6rent l'une contre 1'autre et se disputerent tant, que la guerre
fut declaree le 3 octobre 1739.
1744. La France s'unit & l'Espagne, le 17 mai 1744.
Les hostilit6s ne furent pas ouvertes tout de suite & la Guade-
loupe, mais la situation devint encore plus epouvantable.
Jamais les propridtaires ne se d6ciderent a faire des cultures pour
parer au manque de vivres.
Quelques hardis marines embarquant des Noirs avec eux se mirent
a faire la course, et ainsi commenca, en 1744, cette s6rie d'exploits
qui, cinquante ans plus tard, pendant la period revolutionnaire, de-
vaient illustrer les Corsaires de la Guadeloupe.
1745. Le 25 d6cembre 1745, sur l'habitation des Palmiers, a
la Guadeloupe, naissait le muldtre Saint-Georges, fils de M. de Boul-
logne, plus tard fermier general, et de la negresse Noemie.
Emmen6 enfant avec sa mere a Saint-Domingue, dans le canton
de l'Artibonite, Saint-Georges fut place dans la famille de Langey, et
donn6 comme amusement au ils de la marquise de Langey, de
meme age que lui.
Assistant aux lemons de son jeune maitre, Saint-Georges apprit et
retint bien des hoses.
Vers sa vingti6me annie, craignant les affronts du honteux escla-
vage auquel il appartenait, profitant du desordre cause par un vio-
lent incendie, il se sauva de la propriety, s'engagea sur le brick
l'Yorick faisant voile pour Bordeaux.
Saint-Georges aussitot d6barqu6, fit le voyage a pied, de Bordeaux
4 Paris.
Ayant contract un engagement comme volontaire, il fut remarqu6
par le due d'Orl4ans et par sa maitresse-6pouse Mmie de Montesson,
et devint capitaine des gardes du due de Chartres, avec le titre
de Chevalier de Saint-Georges.
D Dans 1'escrime, sa superiority etait telle qu'on le surnomma
a l'Inimitable. II battait alors les plus forts tireurs de Paris. II
a excellait 6galement. dans la danse et faisait remarquer sa grace
a et son agilit6 dans les bals les plus brillants de la capital. TrBs
a fort virtuoso sur le violon, habile dans tous exercices du corps,
a 6cuyer incomparable, Saint-Georges etait admire dans les pro-
a menades et dans les spectacles et recherche dans les salons ofi
a il obtint de grands succes aupres des femmes, malgre se che-
veux crepu et sa couleur foncee. R. Lesage.
a A trente ans, Saint-Georges est dans toute la vigueur de sa
a beaut ; la science des armes a presque double sa grace. Des qu'il
a parait, un murmure auquel tous les cercles l'avaient depuis long-
a temps accoutum6 circle dans les salons. Les femmes, en le
a voyant, avaient 1'air de se refugier sous l'6ventail comme pour se
a communiquer mutuellement un secret; les hommes les plus dis-
a tingues en fait de noblesse et d'esprit lui tendaient la-main ; il
c 6tait devenu en un clin d'oeil le point de mire de toute l'assem-
a bl6e. ) R. de Beauvoir.
Saint-Georges, come musjcien, a faith jouer Ernestine et Laurette,








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE


operas, en 1777, La Fille-Gargon, comedie, en 1787. Le Marchand de
Marrons, op6ra-comique, en 1788, des concertos, des sonates et un
menuet qui porte son nom.
Sa mere, No6mie, qu'il avait fait venir en France, mourut a Paris
pendant un voyage qu'il faisait & Londres, en 1788.
a La seule nomenclature des bonnes fortunes du chevalier rem-
a plirait autant de volumes que celles de Casanova ; seulement
SSaint-Georges ne sp6culait pas sur elles comme l'Italien ; bien au
a contraire, il 6tait prodigue et fastueux avec les dames, et ce qui
a le prouve, c'est qu'apres avoir obtenu les faveurs de plusieurs
a ladies, right honourable, il revenait en France avec le seul argent
ad'un pari gagn6 au prince de Galles, depuis George IV.
a I1 laissait & Londres une reputation aussi envibe que celle ob-
Stenue plus tard par le merveilleux Brummel. Les gentlemen, les
a lords et les squires, s'6taient empress6s de copier son habit et ses
c gilets.
a Le marquis de Stafford, en se promenant a Green-Park avec lui,
a un certain soir, s'Btait pris a lui demander pourquoi il n'ecrivait
a pas ses m6moires.
a Parce que je n'ai rien fait d'utile, repondit tristement le che-
a valier.
a Et il devint sombre et morose tout le temps de la conversa-
tion '. R. de Beauvoir.
En 1789, naint-Georges embrassa la cause de la revolution avec
transport ; il leva un corps de chasseurs a cheval (le 13'), don't il
fut colonel, et servit sous Dumouriez, don't il signal la defection.
Saint-Georges avait 6tb nomm6 colonel de la legion franche de
a cavalerie des Ambricains du Midi. Boyer de son c6te, venait de
a lever le regiment des hussards de la Libert6 et de l'Egalitb. Tous
a deux connaissaient mon pere; tous deux voulurent l'avoir sous
a leurs ordres. Saint-Georges le prit le premier comme sous-lieu-
a tenant, le i" septembre 1792. Boyer le prit comme lieutenant le
lendemain. Enfin Saint-Georges qui, a tout prix, voulait le garder,
a le fit nommer colonel le 10 janvier 1893 a. A. Dumas.
Le chevalier de Saint-Georges ne fut pas seulement un musi-
a cien, un escrimeur, un homme du monde, ayant mbme retenu I'at-
a tention de la reine Marie-Antoinette; il fut aussi un militaire
de valeur a. Melvil-Bloncourt.
Saint-Georges faisait parties de la Socidtl des Amis des Noirs et
son cceur battit de'joie quand la liberty fut donn6e aux Esclaves de
nos Antilles.
Il mourut & Paris le 12 juin 1799.
Saint-Georges a 6t1 le premier Noir de la Guadeloupe ayant oc-
cupe une haute situation dans la m6tropole frangaise, et les appa-
rences enguirland6es de sa vie mondaine cachent le plus opinidtre
effort et le plus courageux caract6re.
Cette mdme annie, le 11 mai 1745, avait 6t6 gagn6e sur les An-
glais et les Autrichiens la bataille de Fontenoy par le mar6chal
de Saxe.








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE 63

Cette victoire refroidit un pen l'ardeur des ennemis de la France
bien que 1'Angleterre obtint just A ce moment de nombreux
succes sur mer et dans l'Am6rique du Nord.
La lassitude de la guerre, la ruine en hommes et en argent d6ci-
derent enfin les parties bellig6rantes & s'entendre.
Cette guerre entire 1'Angleterre, 1'Espagne et la France avait dure
huit annies, mais les possessions antillaises n'avaient eu a repousser
que des attaques partielles de navires ennemis.
1748. La paix fut conclue le 18 octobre 1748.
C'est A ce moment que fut inflig6e A ceux qui composaient
la noblesse de nos iles, Guadeloupe et Martinique, une si dure legon,
avec la grande mystification du faux prince de ModBnes.
Un aventurier, sauv6 des prisons en Europe, arrive aux Antilles le
28 i ars 1748, se fit passer modestement pour Hercule Renaud d'E':,
prince hdreditaire de Modenes, petit-fils du duc d'Orleans, et frere de
la duchesse de Penthi6vre.
Les Gouverneurs et Seigneurs de la Martinique et de la Guade-
loupe comblerent d'6gards ce prince nouveau genre qui a n'admet-
u tait que les dames A l'honneur de sa table ,.
Notre imposteur courtisait toutes les femmes, mystiflait tous les
hommes, remplissait tout le monde de joie.
L'odyssde du faux prince de ModBnes, qui n'6tait qu'un d6serteur
des valets des troupes de la Maison du Roi de France, racontde
ailleurs avec amplitude et c6remonie, ne nous interesse pas tant
que cela pour nous y arr6ter davantage.
Disons pour finir qu'apres avoir bern6 toute la compagnie, cet in-
trigant, retournd en Espagne, fut arrt6 le 3 novembre 1748, et le
7 janvier 1749 jet6 dans la prison qu'il n'aurait jamais dfi quitter.
Nos riches colons festoyaient, mais la famine s6vissait tou-
jours, et les Esclaves se r6volt6rent en cette ann6e 1748.
Les malheureux habitants de la Guadeloupe se debattaient dans
d'inextricables embarras.
Quelle p6riode de desolation !
Les privations que la population avait endurees donnArent nais-
sance A des maladies qui la d6cimerent.
La 16pre fit surtout A la Grande-Terre des ravages 6pouvantables.
1751. Dans la nuit du 19 au 20 septembre 1751, un ouragan
s'abattant sur la colonies mit le comble aux miseres.
Tous les esprits s'aigrissaient, les querelles 6taient nombreuses en-
tre les habitants, des duels frequents eurent lieu entire les nobles.
Un semblable 6tat d'esprit devait rendre lourde la main de ceux
qui commandaient les ateliers d'Esclaves.
Des ddsordres insurrectionnels troubl6rent plusieurs habitations et
des revoltes eurent lieu A la Marie-Galante.
1752. Cette fois-ci, on voulut en finir avec toutes les insurrec-
tions et le Conseil souverain de la Martinique s'en occupa le
8 aofit 1752.
Les coupables pris, six d'entre eux furent rompus vifs en pleine
place publique, et les autres punis du fer rouge et du fouet.








ISToIRE DE LA GUADELOUPE


Paix a ces supplici6s !
1753. Le 27 decembre 1753, arrivait comme gouverneur le Che-
valier de Mirabeau.
La desolation et la famine qui persistait n'influaient aucunement
sur les affaires des proprietaires de sucreries vendant leurs products
a I'ext6rieur et s'adonnant tous a la contrebande.
La preuve en est qu'ils achetaient sans cesse des Esclaves.
En 1743, pour 8.601 blancs et gens libres il y avait 33.778 esclaves,
soit 42.379 habitants.
En 1750, le commerce de la traite s'intensifia, d6versant dans notre
ile des cargaisons humaines, et les n6griers firent de beaux bneflices.
De hauts Seigneurs vivaient joyeusement a Londres, a Lisbonne,
a Paris, a Nantes, rien que du rapport de ce vil traffic.
1754. En 1754, on compete pour 10.538 blancs et gens libres,
45.653 esclaves, soit 56.191 habitants.
Le nombre des Esclaves s'est done toujours dlevd, malgre la mor-
talit6 considerable dans cette parties si malheureuse de la population
avaluee a un quinzieme chaque annee.
1757. Le nouveau gouverneur de Mirabeau qui, par extraordi-
naire, arrivait chez nous avec un esprit d6gag4 de pr6jug6s et tout
a faith ind4pendant, fut bien vite d6gofite de sa tiche et demand a
etre relev6 de ses functions, en 1757.
Je note en passant ce gouverneur de Mirabeau, chevalier non pro-
fis de l'ordre de Malte, dit le bailli, frbre du marquis Riquetti de Mi-
rabeau, auteur de 1'Ami des Hommes, lequel fut le pore du fameux
Mirabeau (Gabriel), 1'orateur de la Revolution.
Pendant son sejour a la Guadeloupe, le chevalier de Mirabeau eut
un enfant d'une esclave noire, FBlicite, et il les emmena tous deux a
son chateau de Pertuis, pres d'Aix.
F6licite s'attacha au petit Gabriel ag6 de sept ans, abandonnd de
sa m6re, et son influence plus tard se ressentit chez celui qui devait
jouer un si grand role au sein de la Convention d6cidant la liberty
des Noirs.
,( Le depart de Felicite, sa vie dans la famille si trouble des Mi-
< rabeau sont des pages a 6crire >. G. Sarlat (i).
Le 15 janvier 1757, Nadeau du Treil 6tait nomm6 Gouverneur.
Ce fonctionnaire mari6 avec une creole de l'ile, devait montrer, en
de graves instants, une incapacity proverbiale.
Cette m6me annee, la guerre recommenga avec l'Angleterre.
Les hostilities allaient Wtre bient6t portees dans les Antilles.
Desormais, nous rencontrerons dans ces luttes des Noirs en grand
nombre, luttant sous le drapeau frangais ou le pavilion anglais.
Les Europeens de routes nationalit6s commenceront A se servir des
Africains pour completer leurs forces.
Durant cette guerre, oil Francais et Anglais se rencontrerent sur
notre sol, les Noirs des deux nationalities se mesurerent et lutterent
avec acharnement, qui pour la France, qui pour l'Angleterre, ces

(1) NouvelsUte du 2 Juilet 1914. .






Lara,Oruno. La Guedeloupe.o.de la Deoouv-
erte a nos Jours(l492-l900).Illus.(350pp.,
4to, pr.virappers.Paris, (1922).
44.50





.1


l*''-






1tlST011E DE LA GUADELOUPE

deux pastries don't ils n'6taient rien et qui les reconnaissaient par
cela m6me.
La bravoure des negres fut reconnue et consignee pour la pre-
miere fois dans un acte official.
1759. Le 22 janvier 1759, la flotte anglaise, ayant pris a la Bar-
bade des milices et des Noirs, et tent6 une descent & la Martiniqua,
se pr6senta devant la Guadeloupe.
Nadeau du Treil commenga par se laisser surprendre, et les enne-
mis occup6rent tout le littoral de la Basse-Terre.
Le general anglais Barrington s'empara sans resistance de la ville
et des fortifications, et, envoyant des troupes enlever le Fort Saint-
Louis et occuper la Grande-Terre, il cerna les Frangais retires sur
la rive gauche du Gallon.
Un siege s'6tablit.
On attendait des secours de la Martinique
Le 27 avril 1759, les forces frangaises capitulaient quelques ins-
tants avant l'arriv6e des secours, et la Guadeloupe appartenait aux
Anglais.
Dans la capitulation qui fut signde le i" mai 1759, art. 20, il es,
expressement entendu qu'il sera permis aux habitants de donnor
la liberty aux negres auxquels ils I'ont promise pour la defense
a de Pile. a
II faut reconnaitre que les grands Proprietaires se d6sint6ressaient
maintenant de la guerre, et qu'il leur 6tait devenu indifferent d'appar-
tenir a tel ou tel Etat.
Puissants, adults, respects, retires dans leurs vastes propri6t6s,
toujours assures de leurs biens, que leur important le Gouvernemen&
de 'ile ?
Qu'importe aux riches, du moment que leurs caisses sont pleines
de pieces d'or, que P'effigie de ces pieces soit frangaise ou anglaise ?
Nadeau du Treil qui poss6dait par ses biens et ceux de sa femme
de grands avantages dans le pays, se laissa-t-il aller a ces basses
influences ?
Le Gouvernement royal le crut, puisqu'il prit le 1" d6cembre 175f
une ordonnance defendant a l'avenir aux Gouverneurs, Comman-
dants et autres chefs des colonies d'y a contractor des marriages aver
c des creoles et d'y acquqrir des biens fonds (Gouvernement
colonial, tome I, p. 360).
1760. a( Les circonstances qui avaient accompagn6 la perte de
a la Guadeloupe ayant fait soupponner les officers principaux d'un
accord avec les habitants pour la livrer aux ennemis, le roi or-
donna qu'un conseil de guerre fut convoqu6 a la Martinique pour
les juger. Boyer-Pereyleau.
1761. Le 15 janvier 1761, Nadeau du Treil fut d6clar6 coupable
de lachet6 et d'incapacit6 et condamn6 a 6tre d6grad6, et conduit.
en France pour etre emprisonn6.
Le proces r6vis6 en France fut confirmed et notre ancien Gouvcr-
neur fut enferm6 quelque temps dans le Fort des lies Sainte-Mar,
guerite.









06 HBITOIRE DE LA GUADELOUPE

1762. Une nouvelle expedition anglaise s'empara de la Marti-
nique le 16 avril 1762.
Les Anglais victorieux s'occuperent de mettre la Guadeloupe en va-
leur, et ce sont eux qui crd6rent par une recrudescence d'affaires
importance du port de la Pointe-A-Pitre.
Beaucoup de monuments de notre colonies sont d'eux.
1763. La Guadeloupe fut rendue a la France a la suite du trait
du 10 fevrier 1763.
De 1759 a 1763, la Guadeloupe demeura sous la domination anglai-
se et eut pour Gouverneurs, le colonel Krumpt, 1759-1760, sir Camp-
bell Dalrymple, 1760-1763.
Notre colonies devint riche et prospere, parce qu'elle 6tait sous une
autorit6 pratique et que les grands proprietaires avaient moins d'in-
fluence sur les affaires administrative.
Le commerce anglais 6tait en meme temps bien plus considerable
que celui de la France.
L'Angleterre transportait alors & elle seule plus d'esclaves par la
traite que toutes les autres nations.
Pres de 30.000 esclaves furent apportes dans notre ile.
Les Anglais d6montrerent que la Guadeloupe 6tait non seulement
une ile merveilleuse par sa position geographique, mais encore un
pays oi l'agriculture et le commerce devaient constamment fleurir.
( Partout la vie circula ; le chant des travailleurs s'eleva dans
a des lieux oil ne regnait que le majestueux silence des bois ; les
a rivages des rades, anim6s par de joyeux matelots, recevaient in-
a cessamment des denrees et des marchandises de toutes sortes.
a La Guadeloupe n'a attest par aucun souvenir sa reconnaissance
envers les doux Gouverneurs qui ont le plus fait pour sa grandeur,
a et aucune rue de la Pointe-h-Pitre ne porte les noms de ses deux
a fondateurs ). J. Ballet.
Moi, je pense a tous ces nombreux Esclaves qui arrivaient, qui pei-
naient, qui trimaient, qui grattaient, obscurs artisans de cette pros-
p6rit6, auteurs ignores de cette fortune publique qui les immolait dans
sa gloire !
Je pense au fer rouge marquant dans leurs chairs vives, aux coups
de fouet appliques sur leurs reins nus, a toutes les angoisses de leurs
ames avilies...
Et je me dis, en m6me temps, que vient de naitre & Marseille, le
21 juillet 1762, le conventionnel Victor Hugues qui, le premier, de-
yait jeter a la Guadeloupe 1'annonce de la liberty des Noirs.

-. ._.

















CHAPITRE VIII


1764-1794 -
Examen de la Socidtd Coloniale. Prise de possession de la Guadeloupe. -
Construction de la Pointe-h-Pitre. L'inddpendance des Etats-Unis d'Amd-
rique. Organisation de l'Assemblde Coloniale. Population en 1789. -
Ddsespoir des Noirs esclaves. Dissolution des maeurs. Emotion aux
premieres nouvelles de la Rdvolution frangaise. L'Assemblde Gdndrale Co-
loniale. Lee patriots a de Dugommier. SoulIvement a la Capesterre.
Decret du 8 mars 1789 donnant aux colonies une autonomie presqu'ah-
solue. Soulevement a Sainte-Anne et a Marie-Galante. Les fdd8r6s
de Sainte-Anne. La Calypso arbore le drapeau blanc en rade de Basse-
Terre. La Guadeloupe et la Martinique en etat de rebellion. La Pointe-
a-Pitre se prononce pour la Rdvolution. Le commissaire Lacrosse em-
bleme de la liberty. Evdnements des Trois-Rivibres et de Baillif. Trahi-
son des planteurs et des colons. La Guadeloupe tombe au pouvoir des
Anglais.


I .-, L'Histoire ne fait pas de
-._ _,a '.A' i' j sentiment.
Le Destin non plus.
Ce sont oes iles de l'Archipel
r -I/ des Antilles ofi, dans des dB-
S' cors d6licieux, des frissons de
,.. lumibre et de verdures, un 6-
ternel printemps, rdvent la
Spoesie et la joliesse creole, que
S. le sort avait choisies pour que
V' a s'y exprime, jusque dans touted
sa hideur, le lourd regime de
S1'exploitation de l'homme par
homee !
Et c'est note Guadeloupe,
-t a 1 'ile belle entire toutes, que
nous allons presenter comme.
".'' .la plus ex6crable prison fer-
m6e de tous c6tds par les lois i
L'horrible 6difiloe de l'Escla-
vage va maintenant se dresser
Esclave marron poursuivi par des chiens implacablement.
La Guadeloupe sera common
une abjecte citadelle battue par les flots atlantiques.
Un infame repair de brigands, couvant l'oeuvre fratricide, dans
le moutonnement des values inqui6tes.









08 mSTOIE DE LA GUADELOUPE

Trente mille Ames ont augment sa population de souffrance, et
la richesse qui rit aux maitres des lieux, rend plus fatal pour elle
cette p6riode pr6parant la grande Revolution.
Lorsque va s'ouvrir l'annee 1794, il nous faut aller plus profon-
d6ment, dans ces phases de malheur, et marquer un arr6t d'examen.
Notons & cette 6poque la situation des trois parties de notre popu-
lation.
Le recensement des habitants fait trois ans apres, en 1767, nous
a laiss6 des chiffres vraiment int6ressants.
La Guadeloupt compete 11.683 blanes, 762 gens libres et affranchis,
et 72.761 esclaves, soit 85.206 habitants.
La classes des esclaves, comprend done pros des quatre cinquiemes
oa plus des trois quarts de la population.
L'Esclave alors 6tait tombe au point le plus bas qu'il ait jamais
atteint.
Depuis que Louis XIV, d'un trait de plume, lui avait 6t0 sa qualitQ
('homnme, il avait du descendre, 6cras6 et pitoyable, les orb'es d'un
sort maudit, jusques au plus profound de la honte et du sacrifice.
C'6tait comme un mort-vivant, puisque, efface de la vie social, il
continuait d'exister.
Encore moins, c'6tait une chose, une chose humaine.
Comment ne pas d6plorer les miseres effroyables attaches a
a la condition d'esclave ? On le pousse au travail avec la meme bru-
( talit6 que la bete de some, et de gr6 ou de force, on en tire
a jusqu'A extinction, tout le service don't il est capable a. Boyer-
Peyreleau.
a II n'est pas d'animaux domestiques don't on exige autant de
a travail et don't on ait si peu de soin ,. Girod-Chantrans.
( A peine nourrissait-on les esclaves. Et les neuf dixiemes 6taient
a nus. a Malenfant.
( Us 6taient classes en dehors de 1'espce'humaine, litt6ralement
a consid&r6s comme des animaux domestiques. Ces pauvres 6tres
a fouls aux pieds, avilis, perdaient le sens moral. Traits comme
a des animaux, ils se prenaient eux-m6mes pour des animaux. ,
V. Schoelcher.
a II n'y avait pas une seule plantation oi la population noire eut
a pu se maintenir, les d6ces l'emportant sur les naissances, sans
l 1'achat de nouveaux esclaves. L'on a calcul6 qu'il en p6rissait an-
nuellement un neuvi6me de la colonie. a G. des Fosses.
( Je consens a ne pas citer les chiffres qui prouvent l'extreme
a mortality parmi les esclaves, l'exces des d6c6s sur les naissances. a
A. Cochin.
Cette chose humaine 6tait ainsi une souffrance physique et mo-
rale perpttuelle.
Et l'on pensait chaque jour davantage & river ses chains au sol
oi s'eternisait son martyre.
J'ai dit que la loi avait dfi se placer entire 1'esclave et et cc ur de
son maitre, d6faillant par moment.
L'arret du 24 octobre 1713, qui dkclarait a nulle toute liberty ve-








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE 00

a nant de maitre n'ayant point obtenu, au pr4alable, 1'autorisatioll
a ecrite du Gouverneur ou de 1'Intendant ), avait Bte renforc6 par
ordonnance du 15 d6cembre 1721, et allait encore l'&tre par rggle-
ment du 5 f6vrier 1768.
Toutes les fissures avaient Wte bouch6es, mais il restait une dernit-
re fuite, presqu'imperceptible, remarquee cependant.
Les malheureux se sauvaient vers les ctes, se jetaient & la mer,
au passage des bateaux, au risque de se noyer, et, quand on se lai:-
sait aller a les recueillir, se donnaient aux marines, pr4f6rant tout aiu
sol maudit qu'ils venaient de quitter.
Les esclaves des iles anglaises agissaient de meme facon.
De pauvres diables des deux nations s'6taient parfois rencontrC.
Certains capitaines de bateaux, touches d'un tel d6sespoir, avaient
dMbarqu6 des fuyards sur les terres de France.
On commenga par appliquer plus rigoureusement la declaration dd
18 decembre 1738, interdisant aux gens de couleur I'acces du ter-
ritoire de la M6tropole.
On d6cida que a les esclaves sauv6s des colonies anglaises se-
a raient repris et vendus au profit de 1'Etat a. Arrdt du 2 jan-
vier 1747.
On impose aux maitres des bateaux, pour leurs services de bord,
a de ne recevoir, sous quelque pr4texte que ce fft, les noirs de la
a Guadeloupe ,'. Ordonnance du 9 mars 1754.
Et, pour complete ces measures, on proceda ensuite N l'expiilsion
radical de ceux qui persistaient A se trouver en France. -- Ordon-
nance du 30 juin 1763.
a C'est dans cette circonstance, le 30 juin, qu'on exigea l'expulsion
total des noirs qui se trouvaient dans le royaume, et qu'on en-
a joignit A tous les gouverneurs et intendants des colonies de ne per-
a mettre A l'avenir & aucun negre, libre oi esclave, de se rendre
a en France. a Boyer-Peyreleau.
a Effet monstrueux de cette institution de 1'Esclavage, que les pefi-
a ples europeens encouragealent alors par tous les moyens Inter-
a dire A I'Esclave un contact quelconque avec son infortune compa-
a gnon de misere, parce qu'il est stranger Forcer ce miserable A
a ne voir que le sol ou sa chaine I'attache, pour n'6veiller en Ini
a aucune idee pouvant le dMtourner de sa condition et lui donner la
a pens6e de se soustraire par la fuite a son sort a J. Ballet.
Ainsi, la Guadeloupe fut ferm6e de toutes parts, Terre d'Epouvante,
et I'homme noir. en y entrant. devait abandonner toute esperance !
Les gens de couleur, mulAtres et noirs libres ou affranchis, ne pod-
vant occuper aucune function, s'instruire d'audune fagon, poss&der
de fortune consdquente, et mAme se soigner eux-memes, 6taient 'ob-
jet de vexations quotidiennes et voulue-.
a Tous gemissaient sous le poids de I'oppression et d'un prejffg4
, infAme, le prnjugg de couleur que le temps et la loi du plus fort
, avaient consacrA. A peine jouissaient-ils de la qualitM d'hommes;
a ils 6taient converts de mepris et vegetailent dans la fange de I'op-
a probre et de l'humiliation ,. G6ndral Rigaud.








70 HTSTOIRE DE LA GUADELOUPE

n L'antipathie qui separait les blanco et les gens de couleur ttait
a au-dessus de tout ce que 1'on peut imaginer. L'usage encherissait
c encore sur la loi. Les gens de couleur ne pouvaient s'asseoir & la
c meme table que les blancs, et jamais ils n'auraient os6 porter
a les mgmes 6toffes. Au thdAtre, dans les voitures publiques, sur les
c bateaux, des places speciales leur 6taient r6serv6es. A 1'dglise md-
a me, on trouvait cette inegalite choquante. I1 y avait une messe
a pour les blancs et une messe pour les noirs. G. des Fosses.
a La plus effroyable legislation des Antilles, le Code Noir de
a Louis XIV, avait accord les droits de cit6 aux hommies de cou-
l leur libres ; mais cette couleur, comme un signed de reprobation,
e les fit toujours exclure par la tyrannie colonial, encore plus om-
a brageuse que le Code Noir. a Pages.
C'est & cette classes qu'il nous faut adjoindre les petits-blancs, gd-
rants des plantations ou artisans, charpentiers, magons, etc., cepen-
dant qu'ils t6moignaient en general la plus grande repulsion pour
cgux don't ils partageaient nombre de maux.
Certains se croyaient les 6gaux non pas seulement des planteurs,
a mais des Bourbons et des Condes, par la raison qu'ils avaient la
B peau blanche comme eux. a Malenfant.
a Toutes les diverse categories de blancs vivaient en bonne in-
l telligence. Elles avaient un int6ret commun qui les unissait, 1'Es-
a clavage, et rdservaient leur mepris pour les gens de couleur -
G. des Fosses.
Mais les petits-blancs n'6chappaient pas non plus & l'arbitraire le
plus inconsider6.
Une ordonnance du 30 septembre 1783 d6clara tous ceux servant
'dans les milices justiciables de leur commandant; une autre dui
15 avril 1789 rencherit sur la discipline militaire, et voulut que celui
qui serait trouv6 endormi, 6tant en faction, la nuit, apres avoir
Rtd occupy toute la journey a ses travaux, ffit condamn6 aux galeres,
et que celui qui traiterait son chef d'6gal & 6gal, ffit puni de mort.
Or, nul individu blanc n'Wtant exempt du service des milices, les
places d'officiers dtant privildgides par les prerogatives qui y 6taient
attaches, et vu qu'on ne pouvait y parvenir sans ce qu'on appelait
a de la naissance et de la consideration a, on comprend par cet
example les abus qui s'exergaient centre la parties la moins aisde.
D'ailleurs, ce sont ces deux classes, gens de couleur et petits-blancs,
qui formeront, plus tard, ce Tiers-Etat don't les iddes pr6cipiteront
1'dmancipation des Noirs.
Nous avons vu l'existence des Esclaves, celle des petites gens,
voyons maintenant celle des puissants du jour.
Depuis 1730, la vie s'6tait l6argie immod6erment.
La colonisation datait d'un siecle, et les moeurs et la manitre de
vivre avaient bien change.
Dans leur premiere origin, les habitants de nos iles etaient des
aventuriers habitues & routes sorts de travaux et vivant parcimo-
nieusement.
Mais 1'heure a sonn6 depuis longtemps de la decadence de la fli-








ffSiTOtRE DE LA GUAiDEMiffE 7T

buste et a commience vdritablement 7 l'age de la colonisation d'Etat 7.
a II faut avouer que la quantity des colons bst trWs dispropor-
7? tionnie a leur quality, et que c'est vraiment un singulier monde
7 quT, pendant la premiAre moiti6 du XVIII sicle, se superpose pet!
7 &A peu au monde d6jS si strange des flibustiers et 'des boucaniers i.
P. de VaissiBre.
Dans ce monde sinouler, avaient cr'f et s'6taient extrivas6s l1s
upls avIdes ''exploits et de gains, et c'est bela qui, sans indigna-
tion, notis a et6 prfsent4 comme les Seigneurs de c6ans.
Planteurs et colons riches formaient I'aristocratie colonial.
On nous a assez instruits du charm de leur existence.
Les Gouverneurs et Intendants ne tarissaient pas sur leurs rTe'les-
ses et leur magnanimitf.
On nous a d4peint la large hospitalitM qu'offraient dans leurs ha-
bitations les propriftaires W quT vivbnt sT isAment qu'ils peuvent
a notirrir dui superflu de leur table et du rest dit bouillon de leiur
a pot a des parasites sans nombre, f et don't les femmes, habillees
de taffetas et d'4toffes de prix, excitent I'envie et la cupidity de
7 ceux qul arrivehn W.
Totut le monde d'ailleurs avait des app4tits gargantuesques et des
fringales de luxe.
SAti lieu d'un morceau de cochon marron et- de bKnanes don't
'7 ils se regalaient, apres avoir e? la peine de les aller chercher dans
a le bois, on ne voit sur leurs tables que des reliefs de gibiers et des
a sym6tries observes, les meilleurs vins de Bourgogne et de Cham-
a pagne ne sont point trop chers pour eux, et quelcrue prix qu'ils
7 vaillent, il leur en faut; ils n'oseraient sortir de chez eux que sur
a le d4cli n idu jour pour 6viter la chaleur, et encore dans une chaise
a o bons carrosses A resorts bien plants i. Arch. du Min. des
Col., 2* sr., cart. IV. ---
a Je pourrais faire icT le d4nombrement Hde ceUx qui, 4tant venus
a engag4s ou valets de boucaniers, sont & present de si eros se.-
i pneUrs qu'& peine peuvent-ils se rNsofidre A faire un pas sans
a Mfre dans un carrosse & six chevaux. Mais peut-4tre cela leur ferait
a de la neine et ie n'aime pas d'en faire A personnel. D'ailleurs, ils
a sont louables d'avoir su se tirer de la misrre et d'avoir amass6 du
a bien, et ce au'on leTr doit souhaiter c'est qu'ils en font un bon
a usage Dour I'autre vie... Ouoi qu'il en soit, il y avait des le temps
a que i'tfols, un nombre considerable de carrosses et de chaises, et je
a no doute pas que le nombre n'en soit fort auzmentM deouis mon
a danart. 1I n'y avait presque plus de petits habitants qui allassent a
Scrheval ; pour peu qu'on fut A son aise, on allait en chaise..., et
a ie ne pouvois m'empdcher de rire quand ie voyais le marguillier
a de la paroisse dans son carrosse, qui semblait ne pouvoir se servir
a de ses pleds, luif ui trois ans auparavant, 4toit tonnelier dans un
a vaisseau marchand de Nantes. w P. Labat.
a Le colon parvenui W la fortune recevait d'abord des 4paulettes,
a 6tait fait capitaiie ou lieutenant d'une compagnie. C'est ainsl
a que nous avons vu Aubert de chirurgien, devenir plantetir, puis









72 HISTOIRE DE LA GUADELOUPE

a offlcier et enfln Gouverneur. W A. Lacotir.
C'est ainsi qu'Augier, creole de Saint-Christophe, d'abord esclave,
devint planteur, offlcier, Gouverneur.
Des fortunes s'dtaient vite 6difiBes, et l'on est dtonn6 de la quantity
de gens qui, en moins do deux ou trois g6n6rations, avaient acquis
in grand nom et une grande situation.
De fait, a chacun ne pensait qu'a gagner, ffit-ce et surtout au
a detriment du voisin a.
Les officers ne cherchaient qu'a s'enrichir a en ruinant les ha-
bitants, et ne cessaient de vexer odieusement, tondre les petites
a gens, blancs et de couleur. )
Les gens de justice 6taient a d'une ignorance crasse a, d'ailleurs
pris souvent dans la population, et a qui n'ont aucun principle
a d'honneur et d'Vquit6 a.
Les reprssentants de 1'Eglise, capucins, ja'obins, j6suites, carmes,
n'avaient pas meilleure tenue, a gens A moeurs sp6ciales, d6praves,
o excessivement intol6rables, et de manoeuvres bien peu 6difiantes ,.
Tous n'ont qu'une idee, dans cet etat de choses execrables faire
argent n'importe comment, faire fortune et faire fortune au plus
vite.
Et un Gouverneur general, le come d'Estaing, peut Acrire, le 26
decembre 1764 : a Ici l'on ne rougit de rien, except de ne pas ga-
a gner de l'argent, n'importe A quel prix ,.
a Cette society marchait appuyee sur la loi et sur la coutume a. -
A. Lacour.
Maintenant que nous avons donned en quelques traits la physiono-
mie de notre monde colonial, abordons cette p6riode transitoire.
1763. La Guadeloupe rendue A la France, ainsi que la Martinique,
rt les Anglais ayant prouve que notre colonies prosp6rait da-
vantage avec une administration independante, le systime du Gou-
vernement g6enral fut abandonn6, et de La Bourlamarque et de Pev-
nier furent nomm6s gouverneur et intendant de justice, le 19 f6-
vrier 1763.
Le 6 juillet 1763, le drapeau royal flottait sur le Fort Saint-Louis
la Grande-Terre et sur le Fort Saint-Charles A la Basse-Terre.
Les nouveaux Administrateurs s'efforcerent de tirer profit de 1'im-
pulsion trouvee par eux.
Un arr&t du Conseil d'Etat, du 9 avril 1763, reorganisant les ser-
vices, avait institul une Chambre d'Agriculture, compose de sept
habitants creoles ou ayant habitation, nomm6s par le roi.
Cette Chambre qui devait traiter de toutes les matirres concernant
la population, tenait ses assemblies A la Basse-Terre.
Les Chambres d'Agriculture de la Guadeloupe et de la Marti-
nique avaient permission d'avoir pour elles deux, un d6put6 A la
suite du Conseil de Sa Majestd.
Cette creation fut I'origine des famneuses Chambres coloniales don't
I'action plus tard fut si nefaste.
Et ce fut le premier repr6sentant colonial dans la m6tropole.
1764. Avec la nouvelle administration eurent lieu quelques bon-








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE 73

nes innovations : reglement d'un service regulier de paquebots entire
la Guadeloupe et la France, 6tablissement & la Basse-Terre d'une
imprimerie et d'une librairie, et, bient6t, creation d'un service de
post desservant la correspondence entire les habitants des villes, des
bourgs et des campagnes.
Les ordres remis A de La Bourlamarque lui prescrivaient de suivre
l'exemple des Anglais en ce qui concern I'agrandissement de Ia
Pointe-A-Pitre et de travailler & l'6dification d'une ville commer-
ciale destine A devenir le chef-lieu de la colonie.
Des plans furent traces, des dispositions prises, et une nouvelle
ville s'leva bient6t dans le quarter du morne Renferm6.
On l'appela d'abord ville du Morne-Renferm6, puis, un endroit
aupres 6tant designed sous le nom de Ilet a Pitre ou Port A Pitre,
on en fit Pointe-A-Pitre.
En 1764, la ville poss4dait dej& de nombreuses masons sur le
rivage de la rade.
Les navires de commerce, en venant mouiller dans la baie, firent
que les commergants se mirent r6solument a I'ceuvre pour combler
les marriages qui se trouvaient autour du morne, et construire des
entrep6ts et des magasins.
La Pointe-&-Pitre ne devait pas tarder a prendre dans le pays le
rang que sa position central lui assurait.
Le 24 juin 1764, mourait A la Guadeloupe le gouverneur de La
Bourlamarque.
Le 9 novembre 1764, un Edit royal consacrait diverse decisions
prises centre les JBsuites et pronongant la dissolution de leur ordro
dans la colonies.
Les biens consid6rables qu'ils possedaient furent vendue.
Cette justice eut lieu a la suite des agissements et des speculations
du prre Lavalette, de la Martinique.
1765. En mars 1765, le come de Nolivos fut nommi gouverneur.
La prise de possession de ce fonctionnaire fut marquee par un
faith jug6 considerable dans la vie colonial.
Le premier d6pute nomm6 par la Guadeloupe et la Martiniqnie, en
1763, 6tait un creole de la Martinique, Jean du Buc.
Ce d6put6 avait aussitot present au Conseil du roi un Memoi'e
sur I'administration colonial, et dans ce document, approuv6 par
le Conseil, on a trouv6 la premiere atteinte au system cr4e par
Colbert.
Colbert avait imagine la colonies de maniere que les Frangais res-
tassent rattach6s & la mnre-patrie ; il 6vita soigneusement d'y cons-
tituer une civilisation constant ; tous ceux qui naissaient dans les
colonies 6taient considdr6s comme baptisms sur les fonts de bap-
tame de 1'Eglise metropolitaine de la capital de France ; et toutes
choses etaient r4gies par la coutume de Paris.
<, Le grand du Buc, dit un document du temps, ne voulut voir que
< l'intdret des colonies et des colons ; il transmit tout ce que la m6-
< tropole s'6tait r6serv6 pour la conservation de ses droits et de ses
< interots aux autoritls Cdrolts et les constitua de tout ce qu'il put








74 MISTOIRE DE LA GUTADELOtPE

w Wnlever aux autoriths du roT, qulT ne conserv0rent qu'an droit 3e suf-
a veillance et de protection. ,
Le gouverneur de Nolivos arrivait avec des instructions confor-
mes aux suggestions du sieur du Buc, et en manifesta aussit6t la
tendance.
Ceci fut considr6d come un pas dans la voie du progres.
1766. Le nouveau Gouverneur se mit & l'oeuvre.
Il fit Rtablir des voies de communication plus rapides entire 1
Pointe-A-Pitre et la Basse-Terre, en faisant continue jusqu'k l1
Pointe-A-Pitre la route de la. Basse-Terre a la Capesterre.
On abandonna la parties du chemin qui traversait le marquisat
d'Houelbourg.
Une chaussde levee dans les markeages, longue de six kilometres,
partait de la ville et rejoignait la route.
Cette chaussee Rtant interrompue par le bras de mer de la Ri-
vibre-Salde, et la communication n'y Rtant assure qu'au moyen d'em-
barcations particuli6res, un bac fut 6tabli, reliant les deux parties
de cette grande route colonial.
1767. Tous les chenmins de la colonie furent refaits et de nou-
veaux ouvrages de defense furent entrepris.
De Nolivos ordonna, en 1767, le pavage des rues de la Basse-
Terre, et il fit planter les tamariniers du course appel6 depuis Cours
Nolivos.
Le 6 octobre de 1'annee precedente, un ouragan avec raz de maree
s'6tait abattu sur la colonie, le meme malheur se renouvela le 8
aoft 1767.
Des families allemandes provenant des debris de I'expedition du
Kourou, a la Guyane, avaient Wte dirigees sur notre colonie, ofi elles
furent bien accueillies et affectges sur les hauteurs du Matouba.
1768. Le gouverneur de Nolivos obtint son rappel et partit
de la Basse-Terre le 29 novembre 1768.
Une ordonnance royale-du 20 septembre 1768 avait reuni, sous la
denomination de Gouvernement general des Iles du Vent de 1'AmB-
rlque, le gouvernement de Sainte-Lucie, de la Guadeloupe, de Ma-
rie-Galante, de la Dssirade, des Saintes, de Saint-Martin, de Saint-
BarthBlemy, A celui de la Martinique.
C'Atait la resurrection du Gouvernement g6enral obtenue par les
commissionnaires de la ville de Saint-Pierre, Martinique, voulant at-
tirer vers eux les richesses des autres iles
1769. Le 27 f6vrier 1769, arrivait de la Martinique le marquis
de Bouilll (Claude-Francois-Amour), venant prendre les rdnes du
gouvernement. --
En juin 1767, un Edit avait etabli l'amiraute de Sainte-Anne & la
Pointe-a-Pitre : en juin 1769, un nouvel Edit 6rigea une s6ndchaus-
see dans cette ville.
a II avait 29 ans. II Rtait beau et avait des mani6res d'une ldo-
a gance parfaite. Son Ame etait 6levie et ferme: Vigilance, hardiesse,
< resolution, telles etaient ses qualitms J. Ballet.
Le gouverneur de BouilI se content de faire enregistrer, le 7 mars








TISTOTRE DE LA GUADELOUPE


1769, 1'ordonnance du 20 septembre pr6c6dent, et pour tout souvenir,
il nous a laiss6 un romance creole, compose, dit-on, par lui-mAme,
dans ses emotions de bel homme : a Adieu foulard, adieu madras,
a adieu grain d'or, adieu collier chou, Doudou & moins kalld pAti,
a hilas cd pou toujou a.
1771. II quitta la colonie au mois d'aoft 1771.
1772. Le 18 mars 1772, le chevalier de Dion fut nomme gouver-
neur.
Une ordonnance royale du 18 aofit 1772 crda quatne regiments co-
loniaux, sur le pied de deux bataillons chacun, sous la denomination
de regiments du Cap, de Port-au-Prince, de la Martinique et de la
Guadeloupe.
1774. Le roi Louis XV
mourut le 10 mai 1774.
Louis XIV nous avait donn4
le Code Noir.
% -''"' Louis XV nous donna le bi-
cher.
S Les dispositions les plus ri-
goureuses, renforgant le sys-
tome de a colonisation d'Etat a,
furent prises par le gouverne-
ment de Louis XV, Louis le
Bien-Aim6, don't le rAgne fut
pour nous une pesante iniquity
et un long martyre.
Le gouvernement du roi
Louis XVI exprima aussit6t la
volonLt de poursuivre le mAme
syst6me de politique colonial.
Le 29 d6cembre 1774, une
ordonnance royale prescrivit
Supplice du fouet a aux noirs et gens de couleur
a se disant libres, d'avoir A
( justifier leurs titres de liberty. ,
Tous ceux qui ne purent le faire, furent autoritairement appr6-
hendds et vendus au profit du trdsor public.
Les autnes rest6rent fr6missants et courbes sous cette justice
royale.
Louis XVI commengait bien son r6gne.
1775. Le 24 octobre 1775, cdant A d'incessantes representations,
le ministlre de M. de Sartines, apres un examen impartial des faits,
ddlivra definitivement la Guadeloupe de ses liens et lui rendit enfin
son entitne independance.
Le come d'Arbaud fut nomm6 gouverneur, et de Peyriier pour
la second fois intendant.
1776. En 1776, eut lieu un Bvdnement don't I'inattendu et les
consequences troublbrent profond6ment le Continent amdricain.








HISTOniE DE LA BUADEOUPiE


Le came le plus profound avait rignA ilepuis la paix d6 1763.
Mais un conflict avait commence & se preciser entire 1'Angleterre
et ses colonies d'Am6rique, pour des imp6ts que le Gouvernement
voulait imposer.
L'imp6t sur le timbre et le droit sur le th6 irriterent vivement
les colons anglo-am6ricains qui crrrent un CongrBs pour demander
le redressement des griefs, et s'armenent bient6t dans 'intention de
repousser la force par la force.
Le 4 juillet 1776, parut la D6claration d'Ind6pendance des Etats-
Unis d'Am6rique.
Oet acte fameux, pr6ludant la guerre pour la liberty, serait rest
une manifestation glorieuse pour les insurg6s, si les colons des
Etats-Unis, sans souci de ce qu'ils devaient aux Noirs qui avaient
MdiflN leurs richesses et leurs existences et par 1I cette meme liberty,
n'y avaient inscrit pour toujours une honte, en d6cidant que a les
a personnel de race blanche seules seraient admises A ce bienfait. )
Georges Washington fut nomm4 g6enral en chef de 1'armee des
conf6ddres.
1777. Le 9 aoft 1777, une D6claration du roi renouvela la w d6-
a fense d'amener dans le royaume aucun noir, mulAtre, ou autres
a gens de couqeur, de P'un ou de l'autre sexe, sous peine de 3.000
a livres d'amende, et orctre de renvoyer aux colonies les noirs et
mulitres qui se trouvent dans le royaume. )
Le i" septembre, un nouvel ouragan s'abattit sur la colonie.
1778. En 1778, le gouvernement de Louis XVI, pouss6 par 'opi-
nion publique, reconnut 1'Ntablissement du nouveau gouvernement
ambricain, et admis Franklin comme ambassadeur de la R1publique.
La guerre fut declare h la France par l'Angleterre.
C'est cette mAme annie qu'un fait de soldatesque barbare fut ad-
compli dans la colonie.
Dans la nuit du 13 janvier 1778, un assassinate fut commis sur un
vieillard, .dans le quarter du Baillif.
Trois individus masques s'introduisant dans sa mason, apres
avoir assomme deux domestiques, et l'avoir tue, essayent d'enlever
300.000 livres en or places dans un coffre-fort.
Au bruit qui se faith, les negres de garde poussent des cris, s'arment,
poursuivent les assassins qui s'enfuient.
Ces trois assassins sont: le propre neveu de l'habitant 6gorg6, un
capitaine de grenadiers nommm Laborde, et un soldat du regiment
d'Artnagnac.
Arrdtes presqu'aussit6t, ils sont condamn6s tous les trois A expirer
sur la rote.
Le 10 fevrier, A six heures du soir, l'ex6cution devant avoir lieu,
on se rend en foule pour y assisted.
Deux forts d6tachements des regiments d'Armagnac et de la Gua-
deloupe bordent la hate, en face l'un de l'autre.
A l'instant oh I'on va commencer l'ex6cution, un coup de sif-
flet part, et aussit6t le chef du detachement d'Armagnac, faisant faire
demi-tour & la moiti6 de sa line, command le feu, qui se dirige









msToIRE DE LA GUADELOUPE 77

centre la foule, tandis que l'autre moiti6, restee immobile, dirige le
sien sur l'echafaud.
Les criminals tombent morts, et avec eux plusieurs soldats du dt-
tachement de la Guadeloupe, placed en face.
Ce d6tachement fait feu & son tour.
Le d6sordre et la confusion sont a leur comble.
Les soldats fusillent les spectateurs qui sont aux fendtres, et se
mettent & faire le sac des maisons, egorgeant d'inoffensifs habitants.
Jusqu'h la nuit, le massacre continue dans les rues ; et & la fin on
entassa plus de trois cents cadavres sur des charrettes pour les en-
terrer hors de la ville.
Le gouverneur d'Arbaud laissa ce crime impuni, et cacha le fait
au ministry.
a La conduite criminelle du regiment d'Armagnac resta impunie,
a et l'affaire fut 6touff6e par I'ascendant de son colonel sur l'esprit
a du Gouverneur a. Boyer-Peyreleau.
1779. Un R1glement du 9 f6vrier 1779, fit a interdiction ex-
a pnesse aux gens de couleur libres de s'habiller comme les blancs a.
1780. En 1780, la France envoya au secours des Etats-Unis
12.000 hommes sous les ordres du g6ndral Rochambeau, et une foule
de volontaires & la tYte desquels 6tait le marquis de Lafayette, par-
tirent avec eux.
1781. Les Anglais furent vaincus a York-Town et & Glocester ;
leur g6ndral lord Cornwallis mit bas les armes avec son arm6e, forte
de 8.000 homes, et consolida par sa d6faite la liberty des Etats de
1'Union.
1782. Les hostilit6s se poursuivirent, et le 12 avril 1782, une ba-
taille navale eut lieu dans la mer des Antilles, a la hauteur des
Saintes, entire le comte de Grasse commandant la flotte frangaise et
I'amiral Rodney commandant la flotte anglaise.
La flotte frangaise ayant eu affaire & des forces superieures, Iut
broyde et aneantie.
Le 6 novembre 1782, une ordonnance du Roi vint d6fendre a aux
a cures et officers publics de qualifier aucunes gens de couleur
a libres du titre de sieur et de dame ,.
Cette ordonnance devait 6tre un succs mondain pour le prejug :
a partir de ce jour, aux annonces de marriage ou actes publics,
au prone des Eglises ou & l'affichage des mairies, on infligea leur
origine aux gens de couleur, comme une honte.
Le gouverneur d'Arbaud, fait chef d'escadre, partit pour la France
le 12 d6cembre 1782.
1783. II fut replace par le vicomte de Damas.
La paix fut signde & Paris, le 20 janvier 1783, pour la France, 1'Es-
pagne et les Etats-Unis d'un co6t et l'Angleterre de l'autre.
Cette guerre, a-t-on dit, fit la gloire du rngne de Louis XVI, mais
elle fut peut-6tre la cause de sa ruine.
1784. Le baron de Clugny, nommn gouverneur, arriva le 27
mai 1784.
Le 20 octobre 1784, fut premise & la Suede l'ile de Saint-








78 HISTOIRE DE LA GUtADELOUPE
Barth6lemy, une des d6pendances de la Guadeloupe, c6d6e pour ob-
tenir la faculty de d6poser des marchandises frangaises dans le
port de Gothembourg, et les r6exporter, sans payer de droits.
Par cette acquisition, la Suede se cr6a des relations dans les An-
tilles.
C'est le 26 octobre 1784, que le roi accord a une prime de qua-
" rante livres par tonneau aux armateurs de navires pour la traite,
a et une prime de soixante livres, argent de France, pour chaque
Sttle d'Esclave introduit a la Guadeloupe et & la Martinique ).
Cette prime accord6e & la traite par le vertueux Louis XVI, 6tait
pour encourage les expeditions criminelles de toutes sortes sur les
cotes de l'Afrique.
1786. En 1780, le gouverneur de Clugny, qui 6tait creole et pos-
s6dait des biens a la Grande-Terre, fut oblige d'aller en France,
pour se d6fendre contre l'accusation de profiter de la franchise du
port de Saint-Barth6Blmy, pour operer de la contrebande.
1787. Le 7 juin 1787, une ordonnance royale donna l'organisa-
tion d'une Assemblee Coloniale dans chacune des colonies des
Antilles.
L'Assembl6e colonial 6tait compose du Gouverneur, de 1'Inten-
dant, du Commandant en second, du Commissaire-g6neral de ma-
rine, de deux d6putes du Conseil souverain, d'un d6put6 de chaque
quarter, des d6put6s des miles d6pendantes, d'un d6put6 de la Pointe-
A-Pitre et d'un de la Basse-Terre, d'un secretaire nommd a vie.
LIes membres devaient 6tre renouvel6s tous les quatre mois.
L'Assembl6e colonial avait un d6put6 a Paris.
a Cette ordonnance de Louis XVI eut W6t pour les colonies, une
a vraie charter constitutionnelle, si 'oligarchie n'en eut pas cor-
a rompu le principle, en s'cmparant de la majority de ces Chambres,
a oi elle ne cessa pas d'avoir un ascendant funeste. A Boyer-
Peyreleau.
Il est de faith av6r6 que les plus favoris6s de la Guadeloupe, des
l'apparition d'unp legislation, s'efforcerent de turner son esprit et
d'en faire naitre une application conforme a leur d6sir.
Ils avaient d'ailleurs une tell pr pu les convaincre que la destined de la colonie pouvait se r6gler
autrement que par leur volonte.
Tout 6tait fait pour aider a cette fantasmagorie aristocratique.
a LUgers comme des talons rouges, prodigues par imitation de
a ces modules de folie et aussi par temperament, les planteurs 6taient
a partout cites comme des types de goit qui ne pouvaient se plaire
a que dans leur cadre personnel, la somptuosit6. Oh qu'ils demeu-
a rent, on les trouve jouissant de la consideration parmi les ceor-
a veles de 1'6poque, tous plus occup6s de leurs plaisirs que des
a affairs du pays. H. Monet.
Ainsi, ils vivaient de 1'Esclavage, de cette chose fratricide constant,
de cette honte perp6tuelle, de ce crime d'une ferocity voulue et raf-
fln6e, dans une existence de luxe a outrance, avec des soupers fins
et dilicats, une coloration quasi-familiale, une grande hospitality,








HISTOIREB DE LA GUADELOUPE 70

celle qui tient table ouverte a tout venant, avec une cordiality de pa-
triarche I
1788. En 1788, un ouragan avait pass sur la colonie, sans ca~-
ser d'importants d6g&ts.
1789. Avec 1789, eut lieu le recensement de la population.
Elle comptait : 13.712 blancs, 3.058 libres et affranchis, 89.523 Es-
claves, soit 106.593 habitants.
Le nombre des Esclaves a toujours Wtl plus 6leve que les chiffres
officials, aucun 6tat-civil n'6tant tenu pour eux et les maitres les
d6clarant d'autant moins qu'ils payaient un droit proportionnel.
Des explosions de r6volte n'avaient jamais qesse de remuer cette
classes miserable, et la dure contrainte, la cruaut6, les supplices aux-
quels elle 6tait soumise devait forc6ment active les d6sirs pas-
sionnes de liberty.
Aussi les esclaves, risquant la section du jarret et la mort, se
sauvaient constamment des proprietds.
Ils se cachaient dans les champs, montaient vers les hauteurs de
la SoufriBre, s'enfongaient au plus profound des bois, et, sur les
pitons de la Pointe-Noire et de Sainte-Rose, s'6tablissaient en des
refuges improvises, dans aes fourres du plus difficile acces.
On montre encore dans le quarter de Sainte-Rose, au haut de la
montagne, l'endroit oh des esclaves marrons avaient 6tabli leur camp,
prdf&rant 1'exil solitaire des bois a la vie civilis6e des maitres.
a Le lieu choisi 6tait admirable. C'etait une belle plain entour6e
a d'escarpements difficiles A escalader et situ6e pres de la source
a septentrionale de la RamBe. Au-dessous du camp, le roc, come
a taille & vif, avait creus6 un magnifique bassin, appel6 la digue d
a Thomas, du nom d'un des chefs de ces Kellers, ainsi que l'on dB-
a signait les negres marrons. Sur l'un de ces bords, un Bnorme ro-
a cher plat tend sa nappe volcanique et a regu le nom de Roche 4
s. ZBtre, autre chef de ces hommes qui cherchaient la liberty dans
c ce site splendid >,. J. Ballet.
Des families d'Esclaves ont ainsi v6cu dans les bois, et 1'on pour-
rait y trouver nombre de fois la l1gende primitive du bonheur simple
et passionnd des forts.
Le polte Germain Lconarda racont6 cette idylle charmante, com-
ment, en 1785, perdu au plus 6pais des bois du Matouba, il avait
entendu chanter une de ses romances et rencontr6 la capresse Anais,
esclave marronne, qui lui avait indique son chemin; et il s'6tait de-
sole de n'arriver a la ramener a son maitre, qui, sans doute, se salait
content de lui donner une peine l6gere, lui aurait coup le jarret.
Le chatiment 6tait vraiment barbare, et pourtant il 6tait couram-
ment applique.
Cette peine 6tait si usuelle qu'on ne s'adressait meme plus au
bourreau charge de l'executer.
M. Lacour, qui fut conseiller de Cour imperiale, se demand avec
anxi6et si cette operatiofi, faite par une main inexperte, n'6tait
pas dangereuse pour le patient ?
Pour un peu il plaindrait le couteau.








80 mSTOIRE DB LA GUADELOUPE

Ceci d'ailleurs n'6tait rien aupres d'autres, tels que : les fourmis, le
sac, le tonneau, la poudre, le boucanage, la cire, le lard fondu, les
chiens, le garrot, 1'6chelle, le hamac, la brimballe, la boise, la chaux
vive, les lattes, l'enterrement, le crucifiement, etc... toutes choses exe-
cutees avec maestria par les a cormmandeurs ramassis .de brigands,
( gens sans aveu, vagabonds, condamn6s aux galeres, tires des prisons
< pour 6tre envoys aux colonies (arr&t de la Cour royale du
12 mai 1719), embauches par les habitants come conducteurs des
ateliers d'Esclaves, et qui ont laiss6 un souvenir plein de scl66ra-
tesse et d'horreur.
Une vague de disespoir, comme une sombre lassitude, un senti-
ment de fatality avait envahi notre monde du travail.
Sans recours contre la loi, sans action centre le sort, pour clore
une lutte sans issue, dans l'effarement de leurs Ames simplistes,
les Esclaves se retournaient contre eux-mdmes, se d6truisaient, s'em-
poisonnaient, cherchaient a mourir promptement.
Des hommes tuaient leurs compagnes, des meres tuaient leurs
enfants, a pour les arracher & 1'Esclavage ,.
Vainement, les supplices intervinrent, rdpandus sur un moindre
soupcon de complicity ou de silence.
Ceux-ci endurent les plus cruels tourments avec une constance
a sans gale, paraissant sur les 6chafauds et sur les bichers avec
a une tranquillity et un courage f6roce ). Min. des Col., cart. XV.
Des proprietos, dies ateliers entiers 6taient d6cimes par le fl6au.
Le roi Louis XVI, 6mu, & la date du 8 mai 1782, ordonna 1'6ta-
blissement d'une Chambre ardente ou tribunal qualifib des sup-
plices du bicher, pour juger ces espbces de d6lits.
Les sentiments de la nature peuvent bien s'6teindre chez l'Es-
d clave, quand ceux de l'humanit6 sont souvent 6touff6s chez le
a maitre .. Boyer-Peyreleau.
Cette Bpoque, semble-t-il, 6tait prise de vertige, comme sentant
un grand cataclysme prochain.
L'esprit devoy6 p6n6trait et finissait par Bclater au grand jour,
dans ce monde sans coeur et sans foi.
L'intemp6rance cr6ait une d6moralisation A peu prbs gdn6rale.
Le jeu etait plus qu'une passion : a les trois-des, le tapetingue,
Sle passe-dix, les deux-d6s, le quinquenove, le mormonique, le
hoca, la bassette, le pharaon, le lansquenet, la duppe, le biribi,
Sla roulette, le pair ou non, le quinze, les petits paquets. -
Une ordonnance du 5 septembre 1781 vainement avait essayV, par
des peines s6v6res, de corriger cet emportement.
Le libertinage battait son plein.
Des arrivages de femmes avaient perverti le monde des miles.
Des le 10 aoft 1713, MM. de BlBnac et Mithon bcrivaient de Leo-
gane : a Il nous faudrait au moins cent cinquante filles, mais nous
a vous supplions de n'en faire prendre aucune comme d'ordinaire
des mauvais lieux de Paris ; elles apportent un corps aussi cor-
a rompu quo leure mceurs, elles nA servent qu'a infecter la colonies








HIStOtRE DE LA GUADELOUPE


Set ne sont nullement propres & la generation. On en a fait 1'ex-
perience A la Martinique et ici. )
Des maisons sp6ciales renouvelaient la c616brit6 de la fameuse
a maison de plaisance a de Saint-Pierre, qualifiee Tricolore, oil
venaient les femmes blanches, noires et mulltresses.
Des divertissements os6s, des repas de d6bauche au course des-
quels nombre d'enfants sont ondoyds par derision ,.
u Comment s'6tonner, d'ailleurs, de 1'6tat moral du pays, lorsqu'on
Ssonge que cette population n'est revenue par rien, ni par la foi
a religieuse, ni par la crainte salutaire de la justice n. P. de
VaissiBne.
1789 (suite). Cependant, des evenements de la plus haute impor-
tance venaient de s'op6rer en France, 6branlant tout le syst6me po-
litique ,existant depuis des si6cles.
Ce system etait le suivant : le Roi au sommet, la Noblesse, le Clerg6
et le Tiers-Etat, formant trois ordres.
La Royaut6e tait discreditee et sans force ; la Noblesse 6tait de-
prav6e, ne connaissant que ses privileges, sans tenir compete de ses
devoirs ; le Clerg6, qui avait des privileges comme la Noblesse, 6tait
riche mais insensible aux maux du people ; le Tiers-Etat, ayant quel-
que instruction et quelque aisance dans les villes, 6tait pauvre, igno-
rant, priv6 de liberty dans les campagnes, et supportait le fardeau
de 1'Etat par l'imp6t et le recrutement.
Louis XVI convoqua les Etats generaux ; mais les nobles et les
pretres n'entendaient pas qu'on touchat & leurs privileges, tandis que
le Tiers-Etat entendait tout reformer en se transformant en assem-
blee deliberante : des oe moment la R6volution commengait.
Lorsqu'au mois de septembre 1789, un navire apporta la nouvelle
des Bevnements qui s'etaient passes en France et celle de la prise
de la Bastille, ce fut d'abord de la stupefaction, puis de la joie portde
jusqu'au delire.
La cocarde national, prise en France avec enthousiasme, le fut
dans les iles avec fureur par la population de tout Age, de tout sexe,
de toute couleur.
La Revolution fut accueillie partout avec le mime transport, et
souleva dans toutes les classes des passions ardentes.
a Chacune de ces classes pr6tendit faire turner A son advantage
a les id6es de liberty repandues en France. Les planteurs y virent
S'le moyen de se placer au-dessus de l'autorit6 du Gouvernement ;
les autres blancs, celui de se mettre au niveau des privilegies, qiu
a leur avaient temoign6 jusqu'alors un m6pris offensant ; les gens
a de couleur, la plupart propri6taires, jouissant d'une honnete ai-
a sance, mais tenus dans une condition humiliante, ,espererent une
a amelioration graduelle et une participation aux droits civils et
a politiques ; et le mot de liberty, en se faisant entendre dans les
a ateliers des Noirs, dut n6cessairement y produit une fermentation,
a que des instigateurs secrets surent mettre A profit. Boyer-
Peyreleau.
iChose strange, ce fut surtout les planteurs qui se dC









HISTOIRE DE LA GUADELOUPE


clarrrent tout d'abord les plus violent revolutionnaires.
Ils avaient pourtant int6ret au regime monarchique don't ils be-
neficiaient.
Ce regime leur avait donned tous les droits et avait & pine deter-
mine leurs devoirs.
Mais, & l'exemple des colons anglo-amdricains s'etant liberes de
leur metropole, ils se croyaient faits pour se gouverner eux-memes.
a Obtenir le pouvoir 6tait la derniere jouissance qu'ambitionnait
a l'orgueil oligarchique de ces maitres absolus, biases sur les autres
b biens de la vie. Boyer-Peyreleau.
Et en poursuivant leur idee de l'ind6pendance, ils se promettaient
de renouveler I'acte honteux commis par les AmBricdins, en y .stipu-
lant que a les personnel de race blanche seules seraient admises
Sa ce bienfait.
La prise de la nouvelle cocarde d6chaina de tells passions qu'une
scission fut croee entire la Pointe-a-Pitne et la Basse-Terre a propos
du si6ge de l'entrep6t commercial que convoitaient les deux villes.
Le gouverneur de Clugny, 1e 19 octobre 1789, convoqua l'Assem-
blee colonial pour trancher le diff6rend et agir selon la situation.
Cette assemble se declara incompetent, et I'on pensa qu'il con-
venait que chaque paroisse nommat des Blecteurs pour la reunion
d'une assemble plus appropriee a la circonstance.
Pour 6viter une nouvelle competition des deux villes, pr6tendant
chacune avoir l'assembl6e dans son sein, on d6signa le Petit-Bourg
pour point de reunion.
Le i" d6cembre 1789, l'Assemblee G&ndrale Coloniale convoquee au
Petit-Bourg, s'empressait de nommer trois d6putes a l'Assemblee na-
tionale ou constituante, MM. de Lachariere, de Saintrac, pour la Gua-
deloupe, et Robert-Coquille pour la Marie-Galante.
Auparavant, les colons guadeloupeens qui se trouvaient a Paris,
lors de la convocation des Etats-G6n6raux, s'6taient ddej reunis, a
1'exemple des colons de Saint-Domingue, et avaient nommd six de-
putes a cette assemble.
Le 22 septembre 1789, sur le rapport de Barrere, (alors appeal M.
de Vieuzac), MM. de Curt et de Gualbert avaitent 6te admis a singer
comme dBputes de la Guadeloupe, et MM. Guillon, Boyvn, Filassier
et Dampierre, agr66s comme supplants.
1790. L'Assembl6e Constituante fit des difficulties pour admettre
les nouveaux d6putes qui lui 6taient envoys ; neanmoins elle con-
sentit a les recevoir, le 27 juillet 1790, de sorte que la Guadeloupe
eut cinq reprssentants.
L'Assembl6e G6nerale Coloniale continue ses travaux, elle fit un
plan de constitution locale, arrdta l'etablissement de municipalities a
la Pointe-a-Pitre et a la Basse-Terre et celui de juges de paix dans
les cantons.
En mgme temps qu'une rivalit6 s'6tait declare, a la Guadeloupe,
entire les deux villes principles, la guerre 6tait ouverte, a la Mar-
tinique, entire les commergants de la ville de Saint-Pterre d'une part
At le Gouverneur et I'Assemblde Coloniale de l'autre.








HISTOIR DE LA GUADELOUPE 83

DiffBrents motifs de division avaient surgi entire les diverse clas-
ses des habitants de la colonie-soeur.
a Le jour de la Fdte-Dieu, au mois de juin, la milice blanche de
a la ville de Saint-Pierre ne voulait pas admettre & la procession la
a milice noire par esprit de caste ; celle-ci persiste a vouloir y as-
sister en armes ; alors les blancs et les noirs s'animdrent si fort
a les uns centre les autres, qu'une collision eut lieu dans laquelle
a plusieurs personnel furent tudes et blesses. Les blancs furieux de
a la resistance des mulatres, en saisirent trente-quatre qu'ils pen-
a dirent Pardon.
Cette mauvaise affaire acheva de bouleverser tous les esprits.
Le Gouverneur organisa un
.-~ corps de troupes, compose de
700 blancs et 1.400 mulatres et
S' ... de troupes de ligne, du r6gi-
-,.-- .a E ment de la Martinique, avec
-# .f "--.: ; de l'artillerie et march sur
?t Saint-Pierre.
Le maire de Saint-Pierre en-

S --- de recevoir les troupes, sauf le
S- -- corps de muldtres.
A ,e ,-' *L'autorit6 ayant repris ses
S -droits sur Saint-Pierre, recher-
e. cha les auteurs de l'dchauffou-
S. re de la procession de la F6te-
t Dieu, et cinquante personnel
reconnues coupables furent
.f. .. condamndes & ,tre expulsdes.
,.. t'est alors que la -ille de
Saint-Pierre demand du se-
_-,-- -_"-- --'= -_, '^ course aux a patriots ) de la
Guadeloupe.
Ateliers d'Esclaves travaillant avec la houe ( Dugommier s'offrit pour
( commander les volontaires
a qu'on devait y envoyer. Plein d'ardeur et desireux de contribuer.
A r6tablir une second fois la paix dans la colonie-sceur, il monta
a sur un des bancs du Cours Nolivos, & la Basse-Terre, et se mit &
a haranguer le people. Bientdt, trois cents jeunes gens, enthousias-
a m6s a sa voix, s'offrirent, et la petite troupe s'embarqua. a E.
Vauchelet.
Le gouverneur de Clugny fut invite & se mettre a la tite de l'ex-
p6dition, qui 6tait la second envoyee au secours des Saint-Pierro-
tins *et ne devait pas 6tre la dernidre.
Pour bien comprendre le caractdre de l'exp6dition des a patrio-
tes a de la Guadeloupe, il faut lire cette parties de la proclamation
qu'ils adress~rent a ceux de la Martinique, le jour m6me de leur
d6barquement:
a Nous venons done, g6n6reux frbres, unir nos sentiments e nos









HISTOIRE DE LA GUADELOUPE


:t forces aux v6tres, afin de proteger tous les colons de votre tie
a centre tous les ennemis domestiques qui pourraient profiter d'une
a dissension funeste pour se livrer au desordre ; nous venons avec
la ferme resolution de faire rentrer dans le respect et la soumis-
a sion qu'elle doit aux blancs une classes d'hommes don't les prdten-
a lions absurdes et choquantes; malheureusement soutenues par I'er-
a reur de quelques-uns de nos frIres, ont Wt la source la plus fd-
.a conde des maux qui affligent cette colonie... ) S. Daney.
Dugommier lui-mdme a d'ailleurs montr6 comment il entendait la
march de la revolution dans nos colonies, en 6crivant violemment
a ses adversaires de la Martinique accuses de s'&tre defendus en
armant des Noirs :
a O vous qui avez approuv6 l'armement des Esclaves centre leurs
a maitres, je vous d6nonce comme les fl6aux des Antilles Une
foule de Noirs fugitifs vient de passer & Saint-Domingue ; dou-
a tez-vous qu'ils ne soient & la tWte des bataillons qui en ruinent les
Scampagnes, qui en exterminent les riches habitants ? ls ont
a appris, A la Martinique, a se servir de la torche et du fer : ils ont
a appris, avec impunity, a massacrer les blancs. Votre aveuglement,
a la fureur du pouvoir, vous ont fail reldcher le lien politique si
a necessaire d vous-mdmes ). Chiteauneuf.
Le patriotism de Dugommier et de ses semblables 6tait surtout
qu'on ne relachAt point a le lien politique si n6cessaire a & la con-
servation de leurs biens et de leur pouvoir.
La population esclave de la Guadeloupe avait 6ete galement re-
muse par toutes les nouvelles de la Revolution frangaise colport6es
en son sein.
Un frisson de vague espoir avait pass par le cceur de tous pes
malheureux courb6s sous le talon du maitre.
Tout le monde souhaitait la liberty et parlait de fraternity ; eux
seuls Btaient oublies.
Poussbs par les memes passions qui entrainaient les autres &
d'actives expeditions, ils se rdvolt&rent A leur tour.
En avril 1790, une insurrection 6clata dans divers ateliers de
Noirs de la Capesterre, de la Goyave et du Petit-Bourg.
Cette tentative fut bris6e aussit6t.
Le Conseil sup6rieur Bvoqua & lui la connaissance de cette affaire.
a L'ex6cution de cinq des coupables suffit pour comprimer cette
a insurrection produite par une fausse interpretation des mots de
Slibertd, d'dgaliltd Boyer-Peyreleau.
Dans le courant de mai 6tait arrive dans l'ile le decret du 8 mars
1700.
Ce d6cret donnait aux colonies une autonomie presque absolue.
Chacune d'elles 6tait dotee d'une Assembl6e Coloniale presque sou-
veraine et prbs de laquelle le Gouverneur etait place comme le Roi
pres de l'Assemblie Constituante, avec seulement le droit de sanc-
tionner les decisions, sans les proposer ni les discuter ; a la tete
de chaque ville 6tait placee une Municipalit6 eligible qui dans les
diffirents quarters prenait le nom de Comit6 de parolsse.








ISTOmI R DE LA GUADELOUPE 0

Ce ddcret si dtendu ne disait rien des droits aiccorder aux Es-
Tlaves.
a La question de l'esclavage ne fut pas posee dans les deux pre-
a mitres assemblies de la Rdvolution ; l'une et l'autre semblbrent
u craindre application logique aux colonies des principles que 1'on
acclamait en France avec un enthousiasme qui n'6tait honnete
a qu'a la condition d'etre desinteress ; elles d6tourn6rent les yeux
a de -nos possessions d'Amerique de peur d'y decouvrir une plaie,
a qu'elles n'avaient pas, au fond de I'Fme, le courage de panser et
a de guerir. a Leroy-Beaulieu
Le 1" septembre 1790, les soldats du regiment de la Guadeloupe
vinrent a la Municipalit6 de la Basse-Terre renouveler leur serment
civique et fraternis6rent avec les habitants de la ville.
Dans le courant de septembre, de nombreux incidents eurent lieu
a la Basse-Terre, provoqu6s par l'arriv6e d'un bateau venant de la
Martinique et don't le capitaine 6tait un mulAtre ; le gouverneur
de Clugny dut se r6fugier A la Pointe-a-Pitre of les autorit6s se
concentrrent.
Le 29 novembre 1790, 1'Assemblee Constituante rendit un d4cret
stipulant que quatre Commissaires se rendraient aux miles pour proc6-
der provisoirement A leur organisation et a leur administration.
Ces commissaires qui 6taient les sieurs Lacoste, Magnitot, Mont-
denoix et Linger, avaient les pouvoirs les plus etendus, disposaient
des forces de terre et de mer, et avaient le droit de suspendre les
Assemblies 'coloniates.
1791. Ils arrivrrent a la Martinique le 12 mars 1791.
Le gouverneur de Clugny se rendit aupres d'eux et parvifit a cap-
ter leur conflance.
A son retour A la Guadeloupe, le pays fut livre aux excs de I'aris-
tocratie et de la soldatesque.
Les Esclaves essaybrent & ce moment de rompre le joug de leir
servitude.
En mai 1791, dans la paroisse de Sainte-Anne, Jean-Louis, homme
de couleur, esclave du sieur Valoncourd, pricha la revolte A ses frbres
d'infortune, en leur disant que le gouvernement frangais avait
decrWtd la liberty pour tous, pour les Esclaves comme pour les au-
tres, mais que le gouverneur refusait de mettre, en ce qui es concer-
nait, cette decision a execution, 6tant lui-meme un grand propri6-
taire.
II ajoutait que le gouvernement frangais les eit-il oublies, il leur
appartenait de se liberer eux-mgmes.
Jean-Louis disait que, puisque les blancs retenaient la liberty
d des Noirs, ceux-ci devaient la leur arracher par la forte. A.
Lacour.
Le lieu du rendez-vous etait le Poirier de I'habitation de la dame
de Gissac.
Malheureusement, Jean-Louis fut ddnonc6.
Le maire de Sainte-Anne, M. Wacther Delaire, prit'des measures
imm6diates.









86 HISTOIRE DE LA GUADELOUPE

Jean-Louis et un grand nombre de ses adeptes furent arrdtds et
mis A mort.
C'est le porte Germain LAonard qui fit les premiers actes d'ins-
truction dans l'affaire du complot de Sainte-Anne ; lieutenant de
juge de la s6nechauss4e de la Grande-Terre, il remplissait par int6-
rim les functions de s6n6chal.
Sans doute cette affaire lui laissa quelque remords, puisque, plus
tard, il 6crivit avoir Wte poursuivi par a un monstre arm6 par les
a furies ,.
Un movement identique se d6roula a la Marie-Galante.
Un mulatre libre, nomm6 Bonhomme, homme instruit et aise, eut
I'ambition d'avancer la liberation de ses freres esclaves.
Il trouva un d6vouement 6gal au sien dans celui d'un noir nomm6
Zephir.
Tous deux s'employerent A opdrer une propaganda dans les ate-
Hiers.
Cette tentative 6choua 6galement.
Ayant Wte d6couverts, Bonhomme et Z6phir furent executes ainsi
que tous ceux soupgonn6s d'avoir Wte leurs complices.
Une visit faite au domicile de Bonhomme, on y trouva li ta-
'& bleau de la population de chaque colonie francaise, en blancs,
a hommes de couleur et negres, avec une recapitulation g6ndrale de
a chacun de ces 1eements de populations a. A. Lacour.
L'aristocratie colonial triomphait ainsi chaque jour davantage.
a Toutes les tetes fermentaient, et les commissaires du roi, oc-
' cups A la Martinique, croyaient sur la foi des relations do gou-
a verneur, que la Guadeloupe jouissait d'un came profound ,. -
Boyer-Peyreleau.
Leur surprise fut grande d'apprendre le contraire, et its pri:,nl le
parti de s'y rendre.
Le 25 aofit 1791, ils d4barqunrent A la Basse-Terre.
Ils se trouverent aussit6t en opposition avec le Gouverneur et 1'As-
sembl6e Gendrale Coloniale, et ils poursuivirent inutilement une lutte
p6nible 'et infructueuse.
Des troubles avaient eu lieu dans la paroisse de Saihte-Anne, les
26, 27 juillet et 1" aofit, provoques par les '( f6d6r6s ) de cette
locality qui voulaient proscrine certain habitants.
Les Commissaires, r6volt6s de la m6chancet6 de ces a fe6d6rs W;,
qui n'avaient d'egaux que les (, patriots ,' de la premiere heure,
avaient requis la sen6chauss6e de la Pointe-A-Pitre, le 17 sep-
tembre, de poursuivre les coupables.
'a L'Assemblee G4n6rale s'y opposa et 4crivit aux Commissaires
' que oette requisition l'avait faith fr4mir d'indignation ,. Boyer-
Peyreleau.
Inutile de faire constater la difference de traitement applique aux
uns et aux autres, les malheureux esclaves 6tant pendus, routes et
cartels4, au moindre soupcon d'agitation, et la populace aristocrati-
que pouvant tout se permettre et jouissant de l'impunit6.
a Sous le litre pompeux d'Assembl6e G4nerale Coloniale, cette








IISTO'mE DE LA GUADELOUPE oI

1? assemble, comme c6lle de Saint-Domingue, puisait danis 1's pre-
ventions cr6oles, les principles de hauteur qut dirigeaient sa con-
S'duite ; empoisonnait, par un orgueil eet une obstination d6placds,
a le bien qu'auraient pu faire les commissaires du Rot, et d6trui-
i sait l'effet des measures pacifiques de la Metropole a. Boyer-
Peyreleau.
Jusqu'ici, la R&volution etait tltonnante a la Guadeloupe, et il
n'en pouvait 4tre autrement, puisqu'il en 6tait de meme en France.
L'Assembl6e Constituante avait fait place, le 30 septembre 179f,
a 1'Assemble Legislative.
Avant sa separation, la Constituante avait eu un geste 6quivoque,
en decr6tant, les 13, 15 et 29 mai 1791, que a aucune loi sur 1'tat
a des personnel non libres ne pourrait etre faites que sur la de-
a made formelle des Assemblees coloniales ; mais que les gens
a de couleur nds de pores et de mires libres, et ayant propri6tes
a et qualities requises, jouiraient des droits de citoyens actifs, et se-
r raient admis conime les blancs, dans les assemblies paroissiales
a et coloniales ,.
Des orateurs tels que Malouet, Maury, Barnave avaient pouss6e
la contre-libert6.
Un deputy de la Martinique, Moreau de Saint-MAry, avait voiilu
qu'on mit nettement l'etat des esclaves, au lieu de 1' a Mtat des per-
sonnes non libres ,. Robespierre s'y Ptait oppose.
On avait hisit6, puis on avait adopt le terme : personnel non libes.
a Pareil silence avait desarm6, quatre annies auparavant, sur un
3( autre continent, les scrupules des r6dacteurs de la Constitution
a des Etats-Unis. On n'osa pas dire qu'il n'y en aurait plus. On abolit
a le mot, on n'abolit pas la chose n. A. Cochin.
1792. L'Assemblee L6ris!ativp. le 24 mars 1792, rendit un dicret
portant a qu'on proc6derait sur le champ A la reflection des Assem-
a blees coloniales -et des municipalities ; que les homes libres de
a foute couleur. seraient admis d voter dans les assemblies parois-
a sales, et seraient dligibles A todles les places, s'ils r4unissaient
a les conditions prescrites ; qu'il serait nomm6 quatre commissai-
" res pour les fles du Vent, avec pouvoir de prendre toutes les
a measures n6cessaires pour ramener I'ordre et la paix. )
A ce moment, le general Collot fut nomm6 gouverneur de 1l,
Guadeloupe.
Le gouverneur de Clugny venait de mourir de maladie A 6 Basse-
Terre.
Le vicomte d'Arrot faisait Plinterim.
Le 11 aolt 1792. I'Assemblie L4gislative supprima la prime d'en-
couragement accordie A la traite par le roi Louis XVI en 1784.
En septembre 1792. une nouvelle, venue de File anglaise de Mont-
Serrat, annonva a la Basse-Terre que les Prussiens et les Autri-
rhiens 6taient entries A Paris. et que la contre-revolution 6tail faite,
en France.
Les a patriots 7 et a f6d6res a de la Guadeloupe se retrouv6rent
du coup royalistes.








88 HISTOmE DE LA GUADELOUPE

La Calypso mobillee & la Basse-Terre irbori 1 pivillon blanco qui
fut salu6 de vingt et un coups de canon; on brfla en grande pompe
le drapeau tricolore ; 1'Assemblee G6nerale Coloniale jura fld6lit4 nu
Roi et lui vota une adresse.
La Calypso fut dip6ch6e a la Martinique pour annoncer l'heureux
.venement
La, comme A la Guadeloupe, le drapeau blanc fut arbor.
Or, depuis plus d'un mois, le roi-Louis XVI 6tait enferm6 dans la
prison du Temple.
Le 16 septembre 1792, l'expidition portant les Commissaires de la
Legislative parut devant la Martinique.
Elle fut revue A coups de boulets de canon.
Elle continue jusqu'k la Guadeloupe of la reception fut la meme,
et alla atterrir A Saint-Domingue.
Les deux colonies de la Guadeloupe et de la Martinique, en ar-
borant le drapeau blanc, avaient devoild les vrais sentiments de
ceux qui les dominaient.
Quand elles apprirent plus tard la verite, elles ne penserent aucu-
nement a revenir sur ce qu'elles avaient fait.
Loin de se r6tracter, elles resterent fidBles au monarque d6chu
et protest6rent contre la conduite tenue A son 6gard.
Elles contractbrent un pacte f6deratif, pour se prot6ger mutuelle-
ment, envoyrrent m4me deux d6putes en France, Dubuc fils, pour
Id Martinique, Clairfontaine, pour la Guadeloupe, avec mission de
soutenir la royaute.
L'Assemblee legislative avait mis fin a ses travaux le 20 sep-
tembre 1792.
La Convention la remplaca, et, le 22 septembre 1792, proclama
la R6pub'lique.
Le capifaine de fr6gate Lacrosse fut charge d'aller en porter la
nouvelle aux miles du Vent.
Parti de Brest le 24 octobre, Lacrosse arriva & la Martinique le
j1" d6cembre, sur la frigate La Fdlicitd.
Ne pouvant d6barquer, il fit voile pour l'ile anglaise de la Domi-
nique, oi ii trouva nombre de vrais patriots de la Guadeloupe
exiles par le gouverneur d'Arrot et l'Assembl6e g6nerale colonial.
De 1I, il passa A Sainte-Lucie.
La Guadeloupe et la Martinique persistaient dans leur rebellion.
( Par un arret6, qu'elles publibrent le 10 et le 13 d6cembre. elles
declar&rent la guerre A la France republicaine, traiterent M. La-
W crosse d'aventurier sans titre et sans mission ; et. A la Guade-
c loupe, la peine de mort fut prononc6e contre quiconque intro-
'c duirait I'adresse que cet officer venait de faire aux colonies. -
Boyer-Peyreleau.
Toutefois. la population moyenne de la Guadeloupe commencait
A etre acquise aux idWes r6publicaines.
En presence de 1'action aristocratique creee par les habitants pri-
viligi6s, les autres, petits blancs et gens de couleur, se rapprochaient.








WTSTOTlE PD LA GUADELOUPW 8

Tous se mettalent a voir leurs vrals Int&rfts 'dans 1 libeftt qut
leur 6tait offerte.
Le 20 d6cembre 1792, a la Pointe-a-Pitre, un rassemblement con.
sid6rable, compose en grande parties de noirs et d'hommes de cou-
leur, stationnait sur le course d'Ennery (appele depuis Place de 1I
Victoire) ; tout A coup une fanfare 6clate, les soldats sortent de 1a
caserne en faisant claquer au vent les plis du drapeau tricolore, et
la foule surexcit6e, grossie des matelots des navires en rade et d'une
parties de la population, parcourut les rues en reclamant le drapeau
tricolore.
La Municipalit6 se declara aussitot pour la Republique.
Le gouverneur d'Arrot, a la tWte des planteurs et des partisans de
la royautA, vint attaquer la Pointe-a-Pitre, mais il fut vaincu, et
n'eut d'autre alternative que celle d'aller se refugier & la TrinitB
espagnole, of le suivirent ses officers et de .nombreux colons.
1793. Aussitot, les r6publicains invitfrent le capitaine Lacrosse
a se rendre a la Guadeloupe.
a Ainsi fut rompu le dernier frein de la multitude, et de cette
a 6poque date l'migration des colons qui s'etaient montres les en-
nemris du gouvernement republicain. n Boyer-Peyreleau.
a Par la famille, comme par la fortune, tenant gen6ralement &
a I'aristocratie, ils voyaient avec effroi et d6gofit I'4tablissement de
c la Republique et le r6gne des hommes qu'ils appelaient des va-nu-
m vieds. c) A. Lacour.
La Revolution n'dtait pas complete cependant, vu que les gens
libres seuls y participaient jusqu'ici.
Les quelqueS Noirs libres 6taient noy6s dans le flot des petits
blancs et des hommes de couleur, et l'id6e ne venait point que la vrale
revolution Rtait I'Nmancipation des Esclaves.
Un sentiment retenait encore 1'Blan fraternel, et qu'6tait-ce done
que ce sentiment ? Le pr6jug6 de la couleur.
Un fosse si profonti avait s6par4 les blancs et les Noirs que, quel-
qu'entrainement qu'il y efit, nul n'osait penser a le franchir !
C'est alors que d4barqua & la Pointe-&-Pitre le capitaine Lacrosse,
et, du premier coup, ii rompit 1'h6sitation qui retenait ces hommes,
tous freres.
( Lacrosse fit son entr4e A la Pointe-a-Pitre, le 5 janvier 1793,
a portant au grand mat de sa frigate. en guise de cornette, un inor-
a me bonnet roupe. En posant le pied sur la plage, il.se jeta au cou
a d'un negre et lui donna le baiser fraternel. La presence du com-
a mandant de La. Fdlicitd excita dans la ville un veritable dMlire.
a Jamais enthousiasme plus tumultueux, transports de joie plus
a bruyants, n'avaient aceueilli un triomphateur. n A. Lacour.
Cette fois, la fraternity etait relle :et la fusion complete.
Le commissaire Lacrosse, representant le gouvernement de la
Ripublique franchise avait condamn6, par cette manifestation, tout
un long si6cle de larmes, tout un regime de souffrancet, tout un
pass de pr6jug6s.
La masse des Esclaves, toujours surveillIe de pr6s, n'avait pu








HISTOmRE DE LA GUADELOUtP


jusqu'ici avoir une cohesion, pressentir sa voie.
Mais alors germa dans les esprits l'id6e d'une d6livrance proche et
certain.
Chacun entrevit la liberty pour tous.
Marquons cette date du 5 janvier 1793 oh la conscience des uns et
des autres s'6claira.
Ce grand coeur du people noir qui n'avait jamais aim6, nous le
sentirons battre.
Les Esclaves lichaient les ateliers, descendaient a la ville, pour
voir le Commissaire frangais.
( Le Noir, comme tout people encore dans 1'enfance, en personni-
< flant les id6es, se faith imm6diatement un f6tiche. Pour lui, La-
crosse fut 1'embl6me de la liberty. ) A. Lacour.
Eh oui il fut l'embl&me de la liberty, car, ce moment, il la con-
cr6ta, la representa, I'affirma, il fut l'embleme de la liberty !
L'homme change ou passe, l'id'e est Mternelle.
Cet homme qui, plus tard, devait causer tant de mal, fut, cet ins-
tant, toute la foi r4publicaine.
Lacrosse fit 6lire ue Assemblee G6n6rale Extraordinaire qui rem-
plaga l'ancienne Assembl6e G6n6rale Coloniale.
( En moins de huit jours, tous les quarters de 1'ile :envoyerent
< des d16gu6s au capitaine Lacrosse ; de nouveaux magistrates fu-
< rent nomm6s ; les municipalities organises ; on forma des clubs
< dans les villes et dans les principles paroisses ; le sequestre fut
< mis sur les biens du clerg6 et des 6migr6s, en vertu des d6crets
d des 3 novembre 1789 et 25 aofit 1792. Boyer-Peyreleau.
Le 6 fevrier 1793, d6barqua .la Guadeloupe le g6n6ral Collot ve-
nant occuper son poste de gouverneur.
Le capitaine Lacrosse partit le 4 avril, < satisfait, disait-il, d'em-
porter la haine honorable de l'aristocratie plantoriale .
Le gouverneur Collot, de sa propre autorit6, crut devoit adoucir
les rigueurs de la Revolution.
Il se mit en opposition avec l'Assemblee G6nerale Extraordinaire,
en rappelant des emigres.
Sous sa protection, I'aristocrafie reprit bien vite ses manoeuvres
injurieuses contre certaines parties de la population.
Collot, par arrWte dut ddfendre qu'on employAt A 1'6gard des hom-
mes de couleur I'expression : ( Nouveaux citoyens ).
En avril 1793, des troubles sanglants eurent lieu sur les habitations
Brindeau, Fougas, Marre, Roussel, dans le quarter des Trois-Ri-
vieres.
Imm6diatement apres, un complot d'esclaves se forma, don't le
siege 6tait la montagne Saint-Louis, et des ramifications au Baillif et
A Saint-Robert.
Les noirs Francisque et Maximin en Mtaient les instigateurs.
Ce complot, A 1'Mtat de project, fut puni cruellement
Francisque, Maximin et quelques autres chefs, condamnes au der-
nier supplice, furent executes.
Une remarque s'impose ici.









WtSTOIRE DE LA GUADELOUPE


En parlant des 6v6nements des Trois-RiviBres, tous ceux
qui ont 4crit avant moi ont cri6 A l'assassinat.
Mais pourquoi ces r6voltes ? Quel motif les faisait naitre ?
Le Comit6 de sfiret6 de Basse-Terre ne voulut point condamner
impitoyablement les auteurs des faits des Trois-RiviBres qui, en
some, ne poursuivaient qu'un but de liberty.
Mdme cause pour 1'affaire suivante.
< Dans l'instruction, on demand & Francisque quel dtait le but
de tant d'assassinats ? < De devenir libre > A. Lacour.
Avec cela, 1es colons de la Guadeloupe et de la Martinique ap-
pelaient 1'ennemi de tous leurs voeux.
a Les Planteurs (de la Mar-
l tinique), p6n6tr6s d'un sen-
:1. ient tout oppose et en-
S rainsies par les succ6s de
D t I' An ileterre, qui s'dtait em-
p. rc e de Tabago, le 17 avril
1 1:i793. s'6taient concerts avec
les Planteurs de la Guade-
SL -pe, et avaient d6put6 se-
.r element, vers les Anglais,
f t Jux colons tr6s connus, &
S 'ef el. de n6gocier un accord
S,'e. pour liver les deux colonies
4X .r A Is premiBre expedition bri-
z i nnique qui viendrait s'y
,, presenter >. Boyer-Pey-

ri'ailleurs la lutte 6tait dej&
ou\erle, juin 1793, & la Marti-
nilque entire les R6publicains
del ies Anglo-Emigrds.
Un. expedition formidable
se prpara contre les miles du
Vent.
Le gdndral Toussaint Louverture 1794. Elle se d6clancha au
commencement de 1794.
La flotte anglaise parut sur les c6tes de la Martinique le 4 f6vrier
1794, et cette ile fut oocup6e Je 23 mars suivant.
Le 8 avril, elle fit voile pour la Guadeloupe, oft elle arriva le 10.
L'attaque commenga sur les c6tes du Gosier ; bientSt les Anglais
furent maitres de la Grande-Terre. Leur chef, le g6n6ral Dunbas, se
porta alors sur la Basse-Terre, en remontant de la grande anse des
Trois-Rivibres. Le gouverneur Collot capitulait le 21 avril 1794.
D'accord avec les planteurs et les riches colons, les Anglais, dans
l'espace d'un mois, s'6taient empards de la Martinique, de Sainte-Lu-
cie, de la Guadeloupe, et le drapeau de la R6publique ne flottait plus,
dans toutes les Antilles, qu'& Saint-Domingue, ofi un noir de valeur,
Toussaint-Louverture, en se d6clarant pour la France, (6 mai 1794),
garlnfit t1te b-lle Colonie.















CHAPITRE IX


1794-1802

La Convention Nationale decrkte le 4 frvrier 1794 la liberty aux colonies. -
La Guadeloupe sous administration anglaise. Les commissaires Victor
Hugues et Chrdtien partent-d'Aix avec une expedition. ns conqui8rent la
Guadeloupe aides par les Noirs libdrds. La Periode BRvolutionnaire. -
Administration de Victor Hugues et de Lebas. Situation florissante de la
colonie. Administration du general Desfourneaux. Administraton des
agents Jeannet, Baco de Lachapelle et Laveaux. Nouvelle administration
de Lacrosse. Administration du general Pelage. Examen de la Socid6t
Coloniale. Arrivde de 1'expedition du g6enral Richepanse. Bonaparte,
par la loi du 20 mai 1802, retablit l'Esclavage aux colonies. Mouvement
anti-esclavagiste. Noble resistance du colonel DelgrBs. Hdroisme du
commandant Ignace. L'odyssde de Saint-Charles, Baimbridge et Dangle-
mont. Aux Heros et aux Martyrs de la liberty.

La LUgende nous a montre une Fee maternelle qui, aussit6t la Re-
volution, brise de sa baguette compatissante les fers des Esclaves
abrutis et violent.
La r6alite fut autre, 6videmment.
II fallut que les circonstances rendissent ineluctable la ndcessit6
de l'Hmancipation, que sans quoi la perte des colonies fit certain,
pour que I'acte de la liberation devint un fait accompli.
On pourrait dire que les Esclaves de Saint-Domingue ont rompu
eux-m4mes leurs chaines d&s les premiers instants.
La libertN n'a jamais Wte accordee que quand il ne pouvait en
etre autrement.
Le 27 juillet 1793, la Convention, sur la proposition de Gregoire,
renouvelait la suppression de la prime accord6e a la traite par
Louis XVI.
o Non seulement 1'Esclavage subsistait, mais, bien loin d'am6-
a liorer le sort de 1'Esclave, les agents sup6rieurs de la Rdpublique
a entendaient 6teindre et 1touffer tout ce qui pouvait le preparer &
a devenir homme libre a. A. Cochin.
En effet, une instruction inedite du capitaine-gdneral de la Mar-
tinique et de Sainte-Lucie, en date du 9 novembre 1793 (19 brumaire
an II), porte qu'il ne faut point- tolBrer dans la colonie des 6coles
a pour les negres et pour les gens de couleur ,.
a Le drapeau tricolore couvrait encore l'Esclavage et son atroce
a Legislation a. V. Schcelcher.
1794. Le 4 fevrier 1794 (16 pluvi6se an II), un des trois d6put6s
de Saint-Domingue, Belley, expos aux Repr6sentants du people les
souffrances des Esclaves et leurs r6clamations.
La colonie de Saint-Domingue avait envoy & la Convention trois
d6put6s-: un negre, un mulatre, un blanc.








IST'OIRE DE tLA GUADELOUPE 93

Belley, noir, 6tait un ancien esclave, parvenu A force de travail et
d'6conomie & s'acheter, et s'6tant instruit.
Le repr6sentant Levasseur (de la Sarthe), se 16ve et demand que
la Convention a decrete des ce moment que l'Esclavage est aboli
a sur tout le territoire de la R6publique ).
Lacroix (d'Eure-et-Loire), fait la meme proposition et adjure : a que
la Convention ne se d6shonore par une plus longue discussion B.
L'Assembl6e entire se 16ve et vote par acclamation.
Danton s'6crie : a C'est aujourd'hui que l'Anglais est mort! I
Les d6put6s de Saint-Domingue sont conduits a.u Pr6sident qui
leur donne le baiser fraternel au nom de tous les Frangais.
Le repr6sentant Cambon announce : a Une citoyenne de couleur
a qui assisted r6gulierement aux seances de la Convention vient de
r ressentir une joie si vive en voyant la liberty accordde par nous
a tous ses frrres qu'elle a perdu connaissance ).
Le fait est consign au proc6s-verbal et cette mul&tresse est ad-
mise 'la stance en reconnaissance de ses vertus civiques.
a On voit sur le premier bane de l'amphitheatre, a la gauche du
President, cette citoyenne qui essuie ses larmes ,. Moniteur
official, seance de la Convention, 16 pluviose an II.
a L'Anglais est mort I s'6crie Danton. II se mele done & une emo-
Stion d'humanit6 un cri de guerre. En effet, on avait annon'e a
a la Convention que les Anglais venaient de s'emparer de la Mar-
a tinique et de la Guadeloupe ). A. Cochin.
Nouvelle peu pr6maturee, car les Anglais s'emparerent de la Mar-
tinique le.22 mars 1794 et de la Guadeloupe le 21 avril 1794.
Quant & Saint-Domingue, les Esclaves s'6tant soulev6s depuis le 23
aoft 1791 a la voix de Boukmann, Jeannot, Jean-Frangois, et les An-
glais ayant vingt-deux vaisseaux sur les c6tes, prets & 3'einparer
a des places que les colons, en vertu d'un trait fait avec eux, al-
a laient leur livrer le commissaire Sonthonax, afin de se d6gager,
avait dfi y proclamer la liberty, le 29 aoft 1793.
La Guadeloupe ayant 6t6 conquise, le chef des troupes anglaises,
le g6n6ral Dunbas, prit le gouvernement.
L'administration de cet officer fut cruelle et sanglante.
Elle 6tait appuy6e sur une force de quatre mille hommes occu-
pant Ja colonie.
Le g6ndral Dunbas, des son d6barquement, avait donn6 une preuve
de sa cruaute.
Ayant atterri sur les c6tes du Gosier, il s'6tait jete sur le fort
Fleur-d'Ep6e qui, occupy en majeure parties par des Noirs et des
gens de couleur, fut enleve d'assaut, et il avait tout faith passer au
fl de 1'6p6e.
Ce massacre pr6ludait I'cuuvre de la repression.
La colonie vit s'appesantir sur elle une main de fer qui I'accabla
de la tyrannie la plus violent qu'elle eft encore connue.
Les colons victorieux, rentr6s en meme temps que les Anglais, com-
meincrent la poursuite de leurs ennemis, noirs, mul&tres, petits
blacks, et usbreat de repr6sailles de toutls sortes.








mSTOIRE DE LA GUADELOUPE


Les vexations, les s6questres, 1es confiscations, les bannissements,
les emprisonnements, les executions se r6p6taient tous les jours
centre les personnel, sans distinction.
a Quelques colons, alt6res de vengeance, servirent la politique bri-
u tannique en se faisant revetir du titre de commissaires, et l'on
a vit alors d6porter au loin, sur des batiments anglais, les homes,
a les femmes et les enfants que ces pr6lendus fraiLais designaient
a pour victims. ) Boyer-Peyreleau.
Le gouverneur Dunbas mourut de maladie A la Basse-Terre, le
1" juin 1794, la veille de l'arriv6e de l'exp6dition frangaise.
Le Comit6 de Salut public, se flattant qu'au moins la Guadeloupe
n'avait pas Wte d6finitivement occupee par les Anglais, mit tout en
ceuvre pour r6unir a Rochefort une petite expedition a destination
de cette colonie.
Cette expedition 6tait compose de deux frigates, La Pique et La
Thdtis, du brick L'Espdrance, et de cinq btiiments de transport, sous
les ordres du capitaine de vaisseau Leysstgues.
Elle partit de l'ile d'Aix le 23 avril 1794, ayant A bord deux com-
missaires civils, Chr6tien et Victor Hugues, le g6enral de division
Aubert, Je g6enral de brigade Cartier, l'adjudait-general Rouyer, le
chef de bataillon Boudet, le capitaine Pelardy, I'adjudant-major
Paris, et 1.153 hommes de troupe.
AprBs une traverse de quarante jours, l'exp6dition se trouva sur
les cotes du vent de la Grande-Terre, le 2 juin 1794.
a Le moment 6tait venu pour les Anglais de recueillir le fruit de
a leurs impr6voyantes vexations. A l'exception du petit nombre de
, colons que l'interet attachait A leur cause, on vit tous les autres
a habitants, blancs, jaunes et noirs, faire le sacrifice de leurs opi-
U nions, de leurs querelles, de leurs inimitis ; s'armer, devenir sol-
a dats, et se jeter dans les bras de ce petit nombre de militaires
u frangais, pour chasser un ennemi don't les exces n'epargnaient
a personnel. Boyer-Peyreleau.
Le 2 juin, les Commissaires civils firent d6barquer les troupes,
avec un corps de matelots, a la Pointe des Salines, au-dessus du
Gosier.
Les Frangais prirent des positions oh ils se retrancherent.
Victor Hugues et Chr6tien, se servant du d6cret du 4 fevrier, en-
voyerent des Noirs porter A leurs frares esclaves la nouvelle de leur
emancipation et les inviter A venir augmenter les forces frangaises,
pour chasser ensemble les Anglais.
Cette nouvelle de I'arrivee des Francais et de la liberty des Es-
claves se repandit comme une trainee de poudre, et A la sombre stu-
peur qui accablait le pays, succ6da une emotion profonde, une agi-
tation g6ndrale.
u Des Noirs en foule et un certain nombre de colons vinrent gros-
" sir notre petite arm6e. Mais la plupart des planteurs, se rappelant
a tout ce qu'ils avaient souffert alors que les Jacobins n'6taient pas
a encore completement les maitres, connaissant les principles qui
a.prevalaient en France, persuades que, si le regime de la terreur








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE 95

a s'etablissait dans la colonie, c'en serait fait de leur fortune et de
a leur vie, au lieu de saluer le drapeau de la France de leurs accla-
nations, comme ils l'avaient fait & l'arriv6e du chevalier de La
a Bourlamarque, prirent les armes pour aider les Anglais & chasser
Sales envoys de Robespierre A. Lacour.
Le 6 juin, Victor Hugues et Chr6tien, ayant enr6gimentd tous les
Noirs et hommes de couleur qui s'6taient presents, poss6dant uine
arm6e sans cesse grossissante, donn6rent l'ordre de 1'attaque.
Le fort Fleur-l'Epte, d6fendu par 900 hommes, seize pieces de canon
et un obusier, fut enlev6 d'assaut, & minuit, par les geddraux Cartier
et Rouyer.
( L'efinemi, ktonn6 de tant d'audace, s'enfuit dpouvantW, aban-
a donna ses positions en arriere du fort, se retira au del& de la Ri-
v vitre-Sal6e, attribuant cet 6chec & l'inconduite et a la terreur pa-
a nique des royalistes servant sous ses bannieres, et les accusa
d'avoir pris la fuite ). Boyer-Peyreleau.
Au matin, les troupes frangaises entrerent & la Pointe-&-Pitre;
on s'empara de 87 batiments de commerce qui se trouvaient dans le
port, d'immenses approvisionnements de denrbes coloniales, et l'on
mit en liberty une foule de patriots entass6s dans les prisons.
a Le jour meme de leur entree a la Pointe-&-Pitre, les Commis-
a saires firent publier et afficher le d6cret de la Convention Nationale
a portant abolition de 1'Esclavage a. A. Lacour.
Les Noirs vinrent s'enr6ler en foule.
Les Commissaires, apres un examen sommaire, en faisaient cer-
tains sous-officiers et meme officers.
( C'est ainsi que le negre Vulcain, brave comme un CBsar, mais
quelque peu 16preux, fut fait capitaine ,. A. Lacour.
Le capitaine Vulcain eut bientat occasion de se signaler, en d6-
masquant 1'emigr6-guide MadiBre, et en le tuant de sa main.
Les Anglais qui s'6taient fortifies de l'autre co6t de la Rivirre-
Sale, sur le Morne Saint-Jean, passerent la riviere le 8 juin, s'em-
parerent du poste Le Sage, et s'acheminerent vers la ville, mais ils
furent repousses par le g6enral Ambert qui tomba atteint d'une ball
a la poitrine.
Pendant ce temps, le capitaine Leyssegues avait fait entrer sa
petite escadre dans le port, en avait ferm6 l'entree par des b&timents
coules dans la passe, des batteries armies avec l'artillerie des fre-
gates, et des canonnieres faites de petits batiments de commerce
sur lesquels il fit monter des Noirs.
La flotte anglaise, compose de six vaisseaux, douze frigates ou
corvettes, cinq canonnieres et seize transports charges de troupes,
avec un attirail de siege, se present ,devant la Basse-Terre oi il d6-
posa le g6enral en chef Grey, puis se rendit & la Grande-Terre et
d6barqua ses troupes au Gosier.
Les Frangais se trouvaient pris entire deux feux ; les Anglais d'une
part, pros du Gosier, s'Otant empares du Morne Mascotte, canon-
naient le fort Fleur-l'EpBe, tandis que, d'autre part, sur la RiviBre-
Sal6e, s'6tant retranch6s & Berville, ils bombardaient, du Morae








96 HIStOIRE DE LA GUADELOUPE

Saint-Jean, la ville et le port de la Pointe-&-Pitre.
Une batterie A fourneaux 6tablie au Morne Savon esayait d'y mettre
le feu.
Pendant un mois, les Frangais demeurerent dans cette position
p6nible.
Les forces anglaises Btaient infiniment superieures, et les troupes
noires se rassemblaient hativement.
Un des commissaires de la Convention, Chretien, 6tait mort.
Les gn6araux Cartier et Rouyer 6taient morts 6galement.
11'ne restait que Victor Hugues.
a Les troupes extenuees Par la fatigue et le manque d'eau, pri-
vies de tout, except de sucre et de cafe, succombaient d'une ma-
U nitre effrayante, sous ce fl6au destructeur, et faisaient des efforts
impuissants centre un ennemi formidable qui les bloquait de tou-
tes parts Boyer-Peyreleau.
Dans la nuit du i" au 2 juillet 1794, apres avoir faith feu de toutes
leurs batteries pendant huit heures, les Anglais, en deux colonnes
de mille homes chacune, s'avanc6rent, 6gorgerent les postes avan-
ces de la Pointe-a-Pitre, se repandirent dans la ville, qu'ils mirent
dans un affreux d6sordre.
Victor Hugues s'6tait r6fugi6 sur le Morne du Gouvernement, dains
la ville m6me.
Au jour, rassemblant tous ses hommes, apres un feu de mousque-
terie bien ordonn6, il fondit sur les ennemis 6branles,-les mit en
d6route, et les poursuivit, la baionnette aux reins, jusqu'a leurs re-
tranchements.
C'est dans cette nuit que Vulcain tua MadiBre qui guidait les
troupes anglaises.
L'6migr6-guide MadiBre fut tu6, et ce fut justice >. A. Lacour.
La perte des Anglais fut 6vailue A 800 hommes tues, blesses ou
pris.
Pour consacrer le souvenir de ce fait d'armes, Victor Hugues donna
le nom de Morne de la Victoire au Morne du Gouvernement, et celui
de Port-de-la-Libert6 & la Pointe-A-Pitre, ce que la Convention con-
firma par decret du 11 septembre 1794.
Les Anglais ayant 6chou6, la nuit suivante, dans une nouvelle at-
taque centre le fort Fleur-4'Epee, I'amiral Jervis qui commandait la
flotte quitta le rivage de la Grande-Terre, le 5 juillet 1794, et porta
les debris de ses troupes, et ceux des colons consternes, au camp te
Berville, sur la rive opposee.
c Un bras de mer de quarante toises de large, fut alors pour Jes
SAnglais et la foule des 6migr6s, un ocean tutelaire, sur la rive
.a duquel ils entendaient en fremissant le cri de liberty r6p6te par
a des milliers d'Esclaves qui venaient d'etre affranchis ,. Boyer-
Peyreleau.
Victor Hugues reorganisa ses troupes, les renforga, faisant une
nouvelle levee de deux mille Noirs, en 6tat de porter les armes.
II fit le capitaine d'artillerie Pelardy, general de division,
commandant en chef la force-armie, et ae commandant Bou-








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE 97.

det, general de brigade, charge d'organiser et d'exercer les troupes.
Le general Grey, s'etant retire & la Martinique en laissant le com-
mandement au general Graham, on r6solut d'aller attaquer l'ennemi
dans son camp.
Le 26 septembre au soir, les troupes s'ebranlerent.
Le general Pelardy, avec des embarcations mont6es par des Noirs,
traversa intrepiidement les croisieres enemies, alla debarquer a
la Goyave, s'empara de la Pointe & Bacchus oil il fit 160 prisonniers.
Le general Boudet, pareillement, debarqua & la Baie-Mahault, s'a-
vanga jusqu'a l'habitation Paul.
En meme temps, une troisieme colonne passait la RiviBre-Salee.
Le camp de Berville etait cerne.
Victor Hugues donna l'ordre de forcer le camp ; mais le general
Graham entra en pourparlers, et capitula, le 6 octobre 1794.
Appeles & un Conseil de guerre devant decider de la capitulation,
les chefs des 6migr6s, au nombre de vingt-deux, traiterent simple-
ment pour eux, se reservant leur salut, et abandonnerent leurs sol-
dats, voues ainsi A la mort.
( Comme on radoutait leur desespoir on leur tint ces conventions
secretes ,. Boyer-Peyreleau.
Les vingt-deux privilegies & la tote desquels 6taient les sieurs de
Richebois, de Marraud, de Clairfontaine, de La Brunerie, de Vermont,
se sauverent dans une chailoupe couverte, et cette fuite a procure
l'occasion d'attribuer au citoyen Monroux, un des secr6taires de Vic-
tor Hugues, une phrase aussi inattendue qu'invraisemblable.
Nous retrouverons plus loin certain de ces chefs des emigres,
surtout le sieur de Vermont, don't les hauts faits n'ont pas fini.
Les Anglais, au nombre de 1.400, furent renvoyes sur leur escadre,
prisonniers sur parole, abandonnant 38 bouches & feu, 2.000 fusils,
des quantities de munitions et de vivres (7 octobre 1794).
Les emigrBs, au nombre de 700, 6taient composes de ces co-
lons traitres A la France, ennemis de ila R6publique, qui avaient
pactise avec l'ennemi, s'btaient battus dans ses rangs, avaient pris part
aux massacres et aux incendies multiplies par lui, et s'6taient livres &
des vengeances et des executions passionnelles, 6galement quelques
sang-m1ees, indignes de leur race, et quelques Noirs trop credules.
a I1 fallait un example pour maintenir dans le devoir les creoles
a et les Noirs, P1lardy dut s'y resoudre ; et, le lendemain de la ca-
a pitulation, 700 traitres furent passes par les armes. Quant &
Graham, il regut le just chatiment de son manque de foi. Pelardy
1'obligea a assister sans armes, sans aucun insigne de son grade, a
a 1'execution du camp de Berville ,. P. Legendre.
Le 27 novembre 1794, Victor Hugues fit occuper la Marie-Galante
par le citoyen Rameau et quarante Noirs marie-galantais.
Le 26 aoit 1794, Thyrus Pautrizel, ancien maire de Basse-Terre,
avail ete admis A singer a la Convention en quality de representant
de la Guadeloupe.
Le ii septembre 1704 (25 fructidor an II), la Convention avait
decr6t6 que a les troupes qui ont reconquis une parties de 14








HISTOIRE DE LA GUADELOUPE


< Guadeloupe et repoussd les Anglais, ont bien meritd de la- Patrie .
Le 11 decembre 1794, les Anglais avai'et evacu6 d6finitivement la
colonie, et partout flottait le drapeau tricolore.
Aprbs l'expulsion des Anglais, un nouvel ordre de choses s'6tablit
a la Guadeloupe.
Nous gallons connaitre un stade important de notre histoire.
La conquete de I'ile n'en est que le prelude.
Ce stade fut celui de la premiere et plus ardente lib'erte.
'Cette p6riode qui fut appel6e : Pdriode Rdvolutionnaire, a ete cer-
tainement la plus glorieuse et la plus int6ressante que nous ayons
connue.
Elle porte A mes yeux le signed de la vraie liberty, sans tromperie
et sans favoritisme.
Par repulsion de ce regime republican instaurd de fagon triom-
phante, nos historians se sont efforc6s de condamner une 6poque
et une administration pourtant pleines de faits glorieux et senses.
Les premiers qui ont parl6 de la Pbriode revolutionnaire A la Gua-
deloupe, l'on faith sous des gouvernemnents autocrates et avec les idees
retrogrades de leurs temps ; les autres ont suivi ces respectable de-
vanciers.
Vraiment, il n'aurait pas 6et facile a M. le lieutenant-colonel Boyer-
Peyreleau, 6crivant en 1823, sous la royaut6, A M. le magistrate Au-
guste Lacour, 6crivant en 1855, sous l'empire, tous deux agents sa-
laries d'administrations monarchiques, d'aimer et d'encenser les
actes de la Revolution frangaise A la Guadeloupe.
M. le commandant Pardon, qui ecrivit en 1881, et M. le conservateur
des hypothbques, Jules Ballet, qui Bcrivit en 1890, s'ils ne puiserent
leurs meilleurs renseignements dans ces auteurs, furent du moins
tres influences par leurs t6moignages.
D'ailleurs, aucun de ces ecrivains, 'es uns, comme MM. Boyer-Pey-
releau et Pardon, y avant vecu comme fonctionnaires, les autres,
comme MM. Lacour et Ballet, etant originaires de l'ile, et faisant
parties, s'eon eux, de la classes privilegiee, n'6tait exempt de prejuges.
Le passe se present, mbme envisage d'une fagon general, selon le
point de vue of I'on se place, et c'est pourquoi l'on ne dolt jamais
juger, rien que d'aprbs son 6poque, son 6tat et son opinion.
J'ai constate qu'il faut chercher l'histoire de la Guadeloupe, non
pas seulement dans les premieres narrations locales et les quelques
documents du temps, mais dans nombre de relations touchant la
politique et la vie coloniales des differentes epoques.
Dans le rapprochement et la juxtaposition des faits et des idles,
on voit souvent naitre la verit6, on a mieux l'impression des evene-
ments, on arrive A concevoir plus facilement des actes qui prennent
un caractere qu'on n'aurait jamais soupgonn6.
Done, en plus de nos sentiments, en plus des dires de nos pre-
decesseurs families, en plus de notre documentation, nous devons
tenir compete des appreciations 6mises sans int6ret particulier et ad-
mettre dans la libre 'discussion tous ceux qui ont tant soit peu parle
& nous,








HISTOIRE DE LA GtJAbELOlUPE


L'Histoire est toujours A faire, c'est une lice toujours ouverte & de
nouveaux prosdlytes, c'est un hommage qui reste toujours & rendre
au Passe, dans 1'expression la plus large, ;a plus equitable, la plus
comprehensible des hommes et des choses.
1795. La nouvelle des succ6s de l'exp6dition de la Guadeloupe,
parvenue en France, avait satisfait la Convention.
L'Assembl6e s'6tait empressde de confirmer tous les actes de son
d6Elgu6 et de faire partir de Brest une division chargBe de troupes,
d'armes, de munitions, et deux nouveaux Commissaires, les citoyens
Lebas et Goyrand, donnas pour collogues & Victor Hugues.
Nombre d'hommes de couleur, noirs et mulatres de la Guadeloupe
et de la Martinique, alors en
*[France, particip6rent a cette
uiii expedition.
SAinsi fut form6 un << ba-
taillon des Antilles a don't
la premiere compagnie 6tait de
Sdeux cents homes de couleur.
Parmi les officers 6tait le
capitaine Magloire Pl6age,
home de couleur, de la Mar-
tinique, que nous rencontre-
rons plus tard.
La totality des forces 6tait de
1.520 homes.
Ces renforts arrivrent & la
Pointe-&-Pitre le 6 janvier 1795
(17 niv6se an III).
Le commissaire Goyrand, &
peine & la Guadeloupe, s'dtant
renseign6 sur la situation des
iles voisines, partit pour Sain-
te-Lucie oii il parvint atter-
rir, et, bient6t, a s'installer,
apres avoir chass6 les Anglais.
Victor Hugues et les soldats de 1794 Victor Hugues et LUebas
exercrent, de concert, un pouvoir administratif et militaire.
Le 23 janvier 1795, sur le rapport du reprdsentant Defermond, la
Convention, voulant t6moigner de sa satisfaction & tous les combat-
tants de la Guadeloupe, sans distinction, d6cr6ta :
<( Les hommes arms daans les colonies des miles du Vent, pour la
< defense de la Republique, ont bien mdrit6 de la Patrie. )
Victor Hugues et Lebas s'appliqubrent & organiser-l'lle au point
de vue agricole, commercial et militaire.
Quelques colons rests dans la colonies, ne se consolant pas de
leur d6faite, pouss6rent les Noirs & des actes d'indiscipline et fomen-
tWrent des troubles.
Victor Hugues march centre les uns et les autres, les d6fit, et pac
des examples sav6res contre Jes agitateurs ramena l'ordre qj la paiC




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs