• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Preface
 Depuis boyer qui n'a pas souff...
 L'amoureux de profession
 Les hommes-commeres
 Barka - Congo
 Semaine sainte - bon dieu leve
 Dinaza
 Les deux puissances
 Le bas-peuple
 Les revoltes outranciers
 Double extrait
 Oraisons funebres
 Ti Ladianne partant pour L'Eur...
 Eternels viveurs
 Gin sucre c'est d'leau
 Le caillou
 Frere Leon
 Jean Valjean et Cartouche...
 Saynete nationale
 Nos ennemis
 Le faux luxe
 Facile revanche
 Vive Manitou
 Struggle for life
 Le particulier qui va a la...
 La societe Blague-Flane et Co
 Q-K-Q
 Gros-Bois et Ti-Tete-Calee
 Le Craqueur
 Sor Lolotte
 Naufrages
 Sainte-bouche
 Candidat au ministere
 Cyclone
 Le bout du rouleau
 Le jounalisme en Haiti
 La candidature universelle
 La demi-vierge haitienne
 Telegraphe sans fil
 Rires, grimaces et pleurs
 Le pere d'Ambresol
 La poupee moderne
 Deux episodes des guerres...
 La faillite du socialisme
 Papa est...une coquine
 Z'epaulettes, papa!
 Bilan a mediter
 Indifference nationale
 Quelques haitianides
 Bizotonnade
 Les placistes
 Les deux ruines
 Sciencefiore
 Une journess bien...remplie
 Philantur
 Lettre d'un celibataire
 L'ardoise
 La journee memorable
 Manies et exuberance
 Table of Contents
 Back Cover






Group Title: Croquis haitiens : études de moeurs locales
Title: Croquis haitiens
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078284/00001
 Material Information
Title: Croquis haitiens études de moeurs locales
Physical Description: 301 p. : ; 20 cm.
Language: French
Creator: Laforest, Antoine
Publisher: Imprimerie de l'abeille
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1906
 Subjects
Subject: National characteristics, Haitian   ( lcsh )
Social life and customs -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: Antoine Laforest.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078284
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001109149
oclc - 22478452
notis - AFK5646

Table of Contents
    Title Page
        Page 1
        Page 2
    Preface
        Page 5
        Page 6
    Depuis boyer qui n'a pas souffert?
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    L'amoureux de profession
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    Les hommes-commeres
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Barka - Congo
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Semaine sainte - bon dieu leve
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
    Dinaza
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
    Les deux puissances
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
    Le bas-peuple
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
    Les revoltes outranciers
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    Double extrait
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
    Oraisons funebres
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
    Ti Ladianne partant pour L'Europe
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Eternels viveurs
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Gin sucre c'est d'leau
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    Le caillou
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    Frere Leon
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
    Jean Valjean et Cartouche Haitiens
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
    Saynete nationale
        Page 89
        Page 90
    Nos ennemis
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
    Le faux luxe
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
    Facile revanche
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
    Vive Manitou
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    Struggle for life
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
    Le particulier qui va a la Chambre
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
    La societe Blague-Flane et Co
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
    Q-K-Q
        Page 121
        Page 122
    Gros-Bois et Ti-Tete-Calee
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
    Le Craqueur
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
    Sor Lolotte
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
    Naufrages
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
    Sainte-bouche
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
    Candidat au ministere
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
    Cyclone
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
    Le bout du rouleau
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
    Le jounalisme en Haiti
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
    La candidature universelle
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
    La demi-vierge haitienne
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
    Telegraphe sans fil
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
    Rires, grimaces et pleurs
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
    Le pere d'Ambresol
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
    La poupee moderne
        Page 191
        Page 192
    Deux episodes des guerres de l'empire
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
    La faillite du socialisme
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
    Papa est...une coquine
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
    Z'epaulettes, papa!
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
    Bilan a mediter
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
    Indifference nationale
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
    Quelques haitianides
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
    Bizotonnade
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
    Les placistes
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
    Les deux ruines
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
    Sciencefiore
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
    Une journess bien...remplie
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
    Philantur
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
    Lettre d'un celibataire
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
    L'ardoise
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
    La journee memorable
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
    Manies et exuberance
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
    Table of Contents
        Page 299
        Page 300
        Page 301
    Back Cover
        Page 302
Full Text
:s:,, ;~- Pi?.P -


ANTOINE


LAFOREST


CROQUIS


HAITIENS
ETUDES DE MCEuRS LOCALES.


PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE DE L'ABEILLE, 45, RUE ROUX, 45.
1906

















DLU MXME AUTEUR


Souvenirs et Impressions de la Jamaique. I vol. P 1.

POUR PARAITRE PROCHAINEMENT :
SuprAme Espoir ( Au bord de I'Abime). Roman.


















PREFACE






Ai-je absolument besoin de dire d mon trop indul-
gent lecteur : a Je vous prdsente le sieur LAFORfT
NOIRE qui n'est autre que mon frkre Siamois ? ,
11 ne le sait que trop et sait surtout, que si nous
appartenions au sexe prdtendu faible, nous serious
tout uniment, Dodica et Radica.. avec cette seule
exception, qu'aucun chirurgien. si habile qu'il puisse
4tre, et fit-il mame le Docteur Doyen, ne peut nous
sdparer.
. Nous ne faisons la petite operation... chirurgicale,
consistent d nous dddoubler, qu'en cette circonstance-
ci: M. Antoine Laforest signe ce que nous 9crivons de
plus ou moins sdrieux ou important, tandis que La-
forgt Noire daigne honorer de I'hieroglyphe qu'cst
sa signature, tout ce que nous pondons de fantaisiste
et de fictif. Est-ce nettement expliqud ?
Quant aux p'ersonnes tres ch'ritaues et surtout tris








PREFACE


patients qui voudront bien se rincer les pupilles, de
noire prose souvent aussi bancale, qu'un illustrissime
Connait-tout, nous leur avouerons franchement, que
ces (( Croquis n'ont 6td concus que par notre volonte
Fien arretde de tuer le temps, avant qu'il ne nous as-
sassine Et comme nous soimmes suffisamment per-
suadds, qu'eux aussi, ils s'emb4tent autant que nous,
de notre haitianisme terrib element somnolent ( que peut-
on du rest faire d Haiti sinon que de s'embdter ? )
- nous nous convainquons done, naivete ou. non,
qu'on voudra bien se repaitre d'une page, d'une phrase
ou mdme dun simple m ot de nos d r6leries haitiennes.
Ce qui nous console d'ailleurs, le plus, c'est que tout
le monde souffre du raseurisme. de notre etat d'im-
p6cuniosit6, come disait autrefois Vincent ( vous
voyez bien, foi de Mascart, que les temps restent tou-
jours les mdmes et ne sont que des variations sur le
meme air ) Aussi sommes-nous, eu jgard d nos
(( Croquis parf'aitement a I'aise; car nous n'offrons
absolument point d nos lecteurs, le...phrasjologique
champagne de Marcelin ou d'Hibbert tres raseurs
somrnes-nous ; mais nous leur servirons un petit
Villejoint de 5, suffisamment sain et ravigotant.
Eh bien, buvons gaiement, a la bonne franquette.
le petit rhum de I'amitie et guillotinons ces temps as-
sassins, ne serait-ce que... cindmatographiquement !!

Antoine LAFOREST.
alias LAFORET NOIRE ).

















DEPUES BOYER QU1 N'A PAS SOUFFERT?








A FRIDkRIC MARCELIN


E system de certain Gouvernements
haitiens est d'adopter un moyen de
conservation materiel. Ils en font
mime une excellent arme de com-
bat et, cela, pour pouvoir mieux
en forer l'esprit du people, lequel,
jusqu'ici, n'est capable de sentir profond6ment,
que ce qui est objectif.
On sait que le proc6d6 particulier au Pr6sident
Salomon, consistaitA dire: que le but principal de
son Gouvernement 6tait de pousser a la hausse
de la valeur marchande du cafe, lorsque par
contre, ( ses ennemis ne visaient qu'a en avilir le
, prix, pour favoriser les commercants strangers
ou plut6t blancs ).
Cepandant. cetti ide ne lui fut.pas initial: il







CROQUIS HAYTIENS


la trouva toute fabriqude, par un vieux campa-
gnard des planes de l'Artibonite, don't je conte-
rai l'histoire tout a l'heure. Salomon ne fit que
la compl6ter machiav6liquement.
Je veux reproduire, avant, une petite scene
intime, ofi le rus6 President eut a mettre triom-
phalement ce procMd6 en pratique.
C'Utait en 1883. La revolution inaugurbe par
Bazelais A MiragoAne embrasait bient6t Jr6rmie,
Aquin, Jacmel. Cette dernidre ville, se trouvant
A proximity, presqu'au dos de Port-au-Prince,
causait particulierement un souci cuisant et fort
comprehensible h Salomon, lorsque, surtout, il
apprit que les campagnes de cette locality sem-
blaient favorables aux r6volutionnaires.
Dans son anxidt6 de tirer les choses au clair,
de ce c6td-ld, et apres une enquite minutieuse
et secrete, il sut qu'un campagnard, du nom de
Cyntil, grand proprietaire foncier, exercait une
influence puissante sur cette region.
11 le manda done a la Capitale et, pour le re-
cevoir, fit tous les appri~s de persuasion, dans
l'execution desquels, on le sait, il 6tait pass
maitre.
Cyntil, pr6sentd au Palais fut 6merveil!e de
1'accueil pr6sidentiel. II en perdit la tite.
Comment! un homme si puissant que le gend-
ral Salomon, I'avait affectueusement cajole, lui
avait dit, qu'il dtait influent, grand chez lui, et
que de lui, Cyntil, .dpendait le triomphe de son
Gouvernement! Ces 6loges auraient tourn6 d'au-
tres tktes On en comprend aisdment l'effet, sur
1'homme simple des mornes de Jacmel. II 6tait
completement gagn6 & la cause salomoniaqne.
Mais ld, attended le denouement, le coup de
th6ttre : Cyntil, ayant vid6 un verre de Curacao
av&c Salomon, s'appretait A prendre conger :







DEPUIS BOYER QUI N'A PAS SOUFFERT ?


Oh pas encore, mon cher Cyntil, il y a la,
Madame Salomon, ma femme, qui serait disolde
de vous voir partir, sans vous saluer :
Marie, arrivez, voici le... jeune Cyntil don't
le feu pere fut un de mes meilleurs amis, sous
1'Empire, et don't vous d6siriez tant faire la con-
naissance. ,
Marie ( Madame Falomon ) entra dans la Cham-
bre, ofi se trouvaicnt les deux interlocuteurs, et
tendit en souriant sympathiquement, la main a
Cyntil qui, tremblant, y appuya a peine ses l1vres.
C'6tait le coup de foudre...
Apres quelques passes de compliments, de
chatteries habilement m6nagies, Madame la
Pr6sidente remit au malheureux pperdu, un petit
sac empli d'or. du vrai jaunet americain :
Tenez, lui dit-elle finement, voila pour les
enfants...
Ingenieuse facon de soudoyer, inspire par l'a-
droit politique, don't 1'habilet6 est desormais
proverbiale.
Et surtout, mon cher Cyntil, ajouta le rus6
compere. n'oubliez pas que rrnes ennemis veu-
Slent avilir le prix du cafe, ruiner ainsi lepauvre
Spaysan, le replonger dans 1'esclavage du blanc ;
Stands que moi, tout mon souci, toutes mes
Spines consistent a reliever la valeur de ce pro-
Sduit, votre premiere ressource...
On devine !e reste.


Or, voila comment ce puissant moyen de per-
suasion fut suggere a Salomon :
II donnait audience dans une petite bourgade
de l'Artibonite, et parlait sans cesse, des longues
persecutions auxquelles il avait Wt6 en butte, de







CROQUIS HAITIENS


ses 19 ann6es d'exil, des souffrances inouies qui
l'avaient accabl6, etc., etc.
L'auditoire, respectueux autant que silencieux,
6tait suspend a ses l1vres, ecoutant, sous 1'6mer-
veillement, les jer6miades du President. Tout-a-
coup. une vieille voix cassie violent le silence
religieux de l'assembl6e :
Bichi ddpi Boyer qui moune qui pas souffri !
Moud qui td cre n'homme-lJ ta pe unnoncd caf6 p6
moute... Adio !
Cette boutade 6tait lancee a brhle-pourpoint.
par un vieux campagnard, de ces vieux qui ont
pass la limited des managements, la limited ofi
I'on a peur, et qui disent tout simplement, ce que
pense leur cerveau obtus et andmie et qui, n6an-
moins, disent souvent des verites implacables.
Sa fusee lancee et ayant port, il piqua des deux:
Adio! et quitta sans plus la reunion.
Depuis, Salomon usa largement de cette lecon
du vieil artibonitien.
De 14, la tlhoorie heureuse et facile, de la hausse
du prix du cafe.






tfg >J|-i K.^

















L'AMOUREUX DE PROFESSION







A EUGENE POULLE.


i vous ne.connaissez pas Pomma-
deur, I'amoureuxde profession,don-
nez-vous la peine d'enfou archer votre
rossinante, ou dans le cas ou vous
n'en auriez pas, vite, empruntez-
en une et veuillez m'accompagner
& P6tionville, of mon mataaor superbe est en train
de tailler son zeste.
Le ciel est pur, la brise est odorante, le bois
gazouilleux, la route proprette. Nous voila
arrives sans fatigue ; passons-y la journhe, atten-
dons le crepuscule et nous irons sur la place,
nous meler aux folatres promeneurs, aux jupes
et pantalons s'y donnant carriere...
Ah bien, voyez-vous cet Adonis, frais rase,
le binocle sur le nez, la-jaquette pinete, le ( hus-







CROQUIS HAYTIENS


sard ondoyant sous les zephirs, la poitrine
haute, recouverle d'un monumental plastron
nouveau-sikcle, ayant I'air triom phant d'ui Nabab,
et qui se faufile a travers les groups jaseurs :
c'est lui, Pommadeur, le grand conquerant de
coeurs f6minins.
Son geste est tout un ponme, sa demarche,
seigneuriale.Le rictus qui plisse les deux coinsde
ses lvres fard&es, guigne les cieux, une mimique
coquelinesque illumine la roseur poudree de son
visage coupe d'une magistrale moustache hum-
bertistique. Et il s'en va, ainsi pare, coqdindon-
nant parmi les promeneuses enivr'es de (( 'air
de Petionville, distribuant des saluts amoureuse-
xnent signiflcatifs aux gentes passantes cr6puscu-
laires.
C'est tout un diploiement de supreme affi-
terie, toute une bordee de (( coupis de chateau n,
mel6s a des effects de tibia et de port dignes du
plus fin maquignon de l'amour, du cocodes A
grande (, frappation. ,
Vraie parfumerie, Pommadeur laisse a son
village, une trainde de parfums pouvant defier
les prospectus de Pinaud et de Piver reunis
Aussi, s'en yva-t-il, bozor et gourm6, a travers les
groups jase'rs, 6parpillant dans F'air brun du
cr6puscule, l'effluve ponctuedessuavessenteurs
don't sont impregnes ses habits et son foulard,
emplissant 1'espace de l'importance de sa per-
sonne edulcorde !


Pommadeur est de cette esp6ce de mirliflores
qui se croient gPn'ralement aims du beau sexe.
qui se pe4nsent indispensables aux transports.
amoureux' d,:toutes les femmes de la creation,








L'AMOUREUX- De PROErtSIOI'


et qui raffolent se complaire ainsi, de bonne foi,
en cette bizarre pretention, qui est, a dire vrai,
une toquade au premier chef, et ce qu'cnfin nous
appelons, dans notre language imag6 : baye corps
courage.
Passe-t-il dans la rue en compagnie d'un ou de
plusieurs amis, et voit-il, par hasard, sous une
galerie, une demoiselle en train de (( prendre le
frais ? Vlan mon coq-en-pAte de lancer, soi-di-
sant a la derobee, un regard malicieux, come
qui dirait un signe d'intelligence entire la (( belle ,
et lui, et assez ponctu6 pour etre vu de ceux qui
l'accompagnent, puis se reprenantentre un sou-
rire et une toussoterie significative et saccadee,.
il dit :
(( Vous avez vu, Messieurs ; mais soyez la
discretion mrme, pour que rien ne transpire,
car cela pourrait me compromettre. et vous savez.
notre public 11 est vrai que je m'amuse avec
(, elle ,... histoire de passer le temps. Mais elle
m'aime A mourir, la petiote Contentez-vous de
Ca, mes amis, et pas un mot! n
A peine a-t-il allong6 deux pas plus avant, la
Smme scene se reproduit. L'autre s'appelait Ni-
non, celle-ci Marie; d'autres, d'autres encore,
s'appelleront Rose, Tub6reuse, et ainsi de tout le
rest. II est le soleil de toute la gent feminine de
.Port-au-Prince. Croyez-le sur parole et mrme sur
serment, car il jure: jusqu'au burlesque tonnd me
fende! qui se mile aussi de la parties.
Pommadeur a 6ternellement des rendez-vous
galants, soit avec des veuves, soit avec des de-
moiselles. Son petit calepin de soie bleue est
plein, bourr6 d'adresses ; toutes les campa-
gnes de Petionville, tous les bosquets de Bizoton
et de Turgeau y sont mentionnes sans- serve !
C'est, touburs, set heroines flctivcs qui ont fait








CROQUIS HAiTIENS


les premieres advances, lui laissant en gage :
bagues, petites meches de cheveux, mouchoirs,
etc., etc. Aussi, mon heureux Don Quichotte, se
prend-il souvent h s'etonner lui-meme de tant de
triomphes amoureux qui lui pleuvent dru come
grele, sur le coeur, ne lui laissant .meme pas
d'instant !...
Ses affairsrs amoureuses tant multiples, l'oc-
cupent, I'assaillent, comme un general d'armee,
sesplansde batailles,ses victoires. ses conquites
ou, comme in banquier important. ses chiffres,
ses chances. II en suffoque rnmme parfois, maisja-
maisil nefera partager son heu r son armi leplus
intime, avare qu'il est de ses success, de son actif
d'amantegoiste et trop heureux. II prffere se mul-
tiplier, en bon prktre qu'il est, a desservir tout
seu4, ses nombreuses paroisses galantes.
Mais aussi, que de tortures, le soir, dans sa
chambrette 6troite a n'y tenir qu'un ou deux, et
seulement kclairee de la lueur palotte et tremblot-
tante d'une bougie de deux cobs! que de casse-
tite que d'6reintement Pommadeur, en son
g9and deshabille pres de la petite table de sapin
encore toute clopinante d'une ancienne chute qui
l'a desarticulee, en l'extreme ardeur d'un la-
beurplatonique quotidien, se fo're lecrane a mettre
du noirsur du blanc, a assimiler les plus path6-
tiques periodes 6pistolaires pechees dans le ( Par-
fait secretaire ,, chapitre : lettre d'une demoiselle
ou d'une femme a son amant ; a aligner, le fris-
son dans les membres, d'une 6criture fine, ner-
veuse, quoiquefloue,simulant celle du beau sexe,
mille lietix communs en usage dans les corres-
pondancesamoureuses, avec des signatures telles
que celles-ci : Veuve Suzin, nee Amenita Ribon,
Eleonore, Anna, etc., etc.
N'ayez pas peur : le lendemain,-il viendra-vous-








L'AMOUREUX DE PROFESSION 15


communiquer ces tendres billets parfumes, la
plupart nouns de rubans de sole ou de satin les
plus mignons, et vous en demandera une entire
circonspection, quite a les aller passer a deux,
trois, qu'atre, dix amis, a qui il reclamera la mme
discretion qu'a vous. Et entire' nous, vous savez
l'adage: un secret su de deux personnel, cesse
de l'etre Et ne voild-t-il pas que, de bonne foi,
vous et peut-etre moi aussi, nous serons, dans la
circonstance, a dpployer des efforts surhumains,
pour nous premunir centre cctte severe accusa-
tion du vieux bonhomme Lafontaine :
ien ne ptse tant qu'un secret :
Le porter loin est difficile aux dames :
SEt je sais nmme sur ce fait,
Bon nombre d'hoimmes qui sont-femmes.

ignorantsque nous sommes, du casque Pomma-
deur aura fait de la confidence don't nous avons
ete honors de sa part. Allez encore computer
avec les amoureux de profession !
Si Deudeur (c'est son petit nom ) a elev6 de
preference sa tente a Pdtionville, c'est que la, il
trouve plus d'occasions de se livrer a son petit
m6tier, etant donnee la vie presque champetre
que l'on y coule, bien que lesjoyeuses et accortes
p6tionvilloises soient aussi bien corset6es qu'a
Port-au-Prince, et prominent, par lej... rues ravi-
ndes du petit Eldorado. des toilettes tout-a-fait
nouveau siecle.
Cependant, a part cet inconvenient de rien, on
y peut mieux se ballader, courier la joie, 6grener
a game des heureuses rencontres, coqueter.
Aussi mon heros n'y perd pas une second: ce
sont des visits a n'en plus finir ot. en de fdei-
nines companies, ii debite routes les coqueci-
grues qui lui viennent a la bouche, et des ceil-








C1RoQUIs HAIT[ENS:


lades platoniquement ridicules, que ne peuvent
executer que les prunelles A coulisses d'un clown
japonais.
II y raconte ses multiples ventures, feston-
nant de la vantardise, paonnant en parveru qu'i!
est; parlant de son buggy (?), de ses costumes
de < recommande ,, de sa facon de s'habiller, de
la souplesse de son 6piderme. de la delicatesse
de ses pieds de... chinois, sans s'apercevoir que
son ( bec de canne n accuse le No 43 ou 42 tout au
mcins; j'en passe, et des plus ( banda! ,
D'autres fois, Deuideur aftecte un air triste A en-
deuiller les cceurs les plus rebelles : c'est lA, le
diapason de ses cordes sensoriales. Alors il se
prend comiquement i bouder. Ne lui en deman-
dez pas les motifs, car il vous r6pondra par un
torrent de sanglots que son foulard parfumn aura
peine a 6tancber. Le plus souvent, il fait la (( fi-
flle ,, mettant la bouche en coeur, faisant des
yeux mourantset et la mine pudiquement niaise,
engonce de son frac, tel un ouistiti habill6. routess
ces choses melodramatiques sont du resort de sa
profession; ce sont ses mille falcons de conquerir
les coeurs, moyens en l'infaillibilit6 desquels il
croit tout comme le catholique remain croit en
celle du Saint-Pere le Pape...
Tel est Pommadeur, l'amoureux de profession!
Allez, par un crepuscule d'et6, sur la place de-
Petionville, et vous le verrez, triomphant et biau,
se faufiler parmi les promeneuses accortes! Et
contentez-vous de gober toutesles extraordinaires
ventures don't il vous fait et vous fera encore,
jusqu'h sa mort,' la confidence, en vous exhor-
tant A Otre la discretion meme.


















LES HOMMES-COMMERES







OTRE societe est come l'ocean : elle
content dans ses mille replis, des
monstres hideux qui se meuvent et
tournent tout autour de tendres et
d6licates creatures qu'ils cher-
chent A devorer. Ces monstres di-
vers, mais non different, en ce qu'ils se tou-
chent toujours par quelque sensible affinitO,
par le meme fond, s'appellent : les ddlateurs, les
,menteurs, les inddlicats, les calomniateurs et les
hommes-commdres, ces homes abatardis, d6
g6ndres, et don't les sentiments natifs ont fini par
s'6mpusser, par s'user aux engrenages des can-
cans.
L'homme commerce, a force d'en avoir raconti
et de s'etre multiplii en-gestes et en artificieux
tours de langue pour s'6vertuer a convainer,.
pour donner a ses inventions, toujours noires,
q;lqutreinte prismatique et ens"bdl'ete de Writ,







CROQUIS HArnlENS


; fini par ressembler, dans ses moindres mouve-
ments, presqu'a une de ces vieilles femmes oisi-
ves, quis'en vont par les rues et, hlas surtout
a l'Eglise, colportant ce que leur ardente imagi-
nation a forg6 le quart-d'heure d'avant.
II finit, A la longue, sinon par devenir, physi-
quement, reellement laid mais du moins, par le
paraitre aux'yeux de ceux qui ie connaissent,
pour avoir pati de la rotation perp6tuelle de sa
langue, infernale machine!V-- ou pour I'avoir
une seule fois entendu broyer, (( moudre jus-
qu'd sa plus simple expression, une.r6putation
immaculde. Mais quelle quesoit la forme A la-
quelle il apparait A l'observateur, il est et de-
meure vilain, affreux, presqu'inhumain... II en
dirait mime contre son pere.
Sa facon de proceder marite d'arreter un ins-
tant notre attention. D'abord, il a bourr6 son
carquois d'armes don't la proprietd mneurtribre
est ing6nieusement dissimulee, sous quelque
mecveilleux artifice; ces armes sont: la cajole-
rie. la feinte pudibonderie, la r6clame en faveur
des sentiments propres, et les protestations de
fervente amitid. C'est avec cette formidable ar-
tillerie. qu'il vous aborde, et quatre-vingt-dix-
neuf fois sur cent, ses coups portent A sa satisfac-
tion. II1 prend ) de vous, et va ;< le transvaser
tout aussit6t A un autre, de qui il prendra A nou-
veau et, ainsi de suite. Lorsqu'il ne trouve rien
A chapter de votre naivet6 et de votre aveugle con-
fiance, il invented, et c'est A ce moment qu'il. est
dangereux, car il est aussi bien dou6 en imagi-
nation, qu'il est fort en gueule; sa langue, du
rest, n'est que la roue de son cerveau puis-
sante automobile!
SSi toute cette some d'efforts.intellectuels, dd-
pens6e en .m6chancet', en calbmnls db -tuis


1:8 "








LEs NOMMES-COMMtRES


genres 6tait autrement employee, c'est assure-
ment une oeuvre colossale, gigantesque qui
en sortirait, come le precieux fruit Mais il est
des &ties condamn6s et qui. des leur naissance,
sont stygmatises, on ne sait trop pourquoi, par
la main divine. On eut dit un aboutissant de cri-
mes ancestraux accumuls.
C'est encore, comme 1'rvidence de cette terri-
ble sentence biblique, que notre raison, naturelle-
ment repousse: ( le fils doit payer, jusqu'a la
quatrieme generation, les fautes du pere. ,
Lorsqu'on a pass quinze a vingt ann6es de sa
vie, A ce labeur d'un nouveau genre, on devient
veule, avachi; car ce m6tier use, parce qu'il dd-
grade et, surtout, il emparesse; c'est ce qui pour-
raits'appeler: peiner dans I'oisivete, ou bien M'ing6-
nier a se rendre inutile et odieux, a la fois. Ce
que I'on doit surtout remarquer, c'est qu'il ne
reste mrme plus une once de courage moral ou
materiel A I'homme-commere. Ceci provient de ce
que son ame, s'etant endiable, a acquis desqua-
lites d'un autre ordre, tout en perdant celles
qu'elle possedait primitivement; et ainsi la
g6n6rosit6, I'enthousiasme, la pitid, I'amour, le
courage, toutesces belles qualities, cespropridtes
initiales de l'ame humaine, et qui font les hom-
mes distinguish et comme frappes a l'image de
Dieu, se sont volatilisees en lui et sont, en un mot,
mortes, au meme instant que la bete prenait le
dessus et les battait en brkche.
Et quelle existence negative, que celle d'un tel
6tre! Et dois je mime ecrire ici, ce mot 6tre? car
enfin. cette vie, dirai-je mieux, n'est rien moins
que la n6gation absolue de l'Ytre, c'est plut6t
I'anija-lit6 absolue et accomplie.
L'homme-commere, naturellement, ne peut
provoiquer que notre piti6! Qu'il vive en paix avee,








20 C$Qapus HAIkTrENS


ses instincts, de m6me qu'on .laisse le.por fire
a sa guise, de copieuses provisions de fiantce!
Seulement le seul scrupule que sa situation d.-
goftante dans ce que nous appellerons socidtd,
puisse nous inspire, c'est qu'il soit, lui 'aussi,
frappe 6 notre image!...


















BARKA CONGO








A MAHILISSE


RKA. dans certaines villes du Pays
6tait, il y a vingt ans de IA, une es-
pece de fant6me semeur de mort.
On le representait sous la forme
d'un grand chien ou plut6t d'un
loup, metamorphose d'une Ame
damn6e. A Port-au-Prince, on a connu plutot les
Vind-Bindingues, don't Monsieur Fred6ricMarcelin,
dans (( Marilisse ), nous a retrace les rondes et les
fugues nocturnes, de la maniere enjou6e et si
pleine d'ironie qui caracterise son ((genre litte-
raire",.
Infant, j'eus des peurs folles et trepidantes, a
la.seule nouvelle que Barka etait (( ddchain ,,. On
nous dialt qiu'timM edikt'ement apr4s le couv'p-






22 CROQUis HAITIENS


feu, cette bete infernale,- au poil roux, aux crocs
aiguists, faisait sa macabre patrouille A travers
la ville. en quote d'enfants surtout les turbu-
lents, don't j'6tais. et qu'elle les d6vorait impi-
toyablement sur son passage. Cela vous passait
froid au travers des muscles, vous lugubrait tout
l'etre, comme qui dirait un cri sinistre de fresaie
ou chouette, dans la nuit noire, et a laquelle la
superstition populaire prate la mechante habi-
tude de vous arracher les cheveux et de vous com,
muniquer le Mal-diocre. Ce ral est un deperisse-
ment de tout l'organisme, tn etat general d'h6b6-
tude que, seules, les bonnes femmes, -des sortes
d'entremetteuses en medecine illigale, ont le
pouvoir, d'aprts elles et leurs acolytes. de faire
disparaitre.
Le Mal-diocre, parait-il, s'attaque aux enfants
tropclianceux, surtout les toutes petites files, aux
grands yeux langoureux, auxjoues roses, rebon-
dies, 6toilies de fossettes, et aux molletsgrassets,
tentateurs, autonom'es de jarretieres et qu'assom-
ment naturellement des regards convoiteux et
troublants...


Ah! ce qu'enfant, je tremblais de toutes les
proueses fantastiques de Barka, contees entire
deux palesrayonsde lune! Combien souvent, j'eus
la d(sagreable sensation d'etre comme un gigot
de mouton ou une c6telette d'agneau-nature, en-
tre les crocs incisifs du terrible loup-garou!..
Mais en ce temps-la, --pour bibliquement parler
ou singer Anatole France, --- si Barka ne rignait
que dans l'imagination des gens simples et su-
perstitieux,Congo, lui, une espice de grand et mus-
culeux (( negre-rouge existait en vraie chair et







BARKA CONGO


en osauthentiques. Jamais voleur n'eut chez nous,
plus richissime reputation d'adresse, de t6m6rite
et d'intelligence.
II restait enferm6 danssa cellule en prison. asa
guise, lorsqu'il le voulait bien. Autrement, il s'6-
vadait- aussi aisement qu'on avale une gorgee
d'eau.
Des qu'il 6tait (( dehors ,, qu'il (( s'ktait relaxed ,,,
dans ia petite ville, toute la population 6t:it sur
le qui-vive ; on y montait la garde d'ilets. Ce seul
adversaire de la soci0et ou plut6t de la propri(t6
mettait 5.000 ames debout! C'6tait la terreur.....
Les plus hardis, les plus exalts en avaient pour.
Et pourtant Congo, s'il fut voleur illustre, n'a
jamais tu6. Ce sont ses fameux (( coups ) seuls qui
6pataient et plongeaient tout ce monde : gardens
d'ilets, ainsi que femmes, enfants, vieillards,
tremblants en leursdraps de lit, dans de mortel les
perplexit6s.
Sa maniere 6tait, par une certain dose de nar-
cotique savamment administr6e, d'assoupir sa
victim et de tirer d'ellc, tous les secrets de son
habitat.
Une 6picibre du nom de Zoraide eut a subir un
de ses coups de maitre. II p6nitra chez elle, lui
demand son trousseau de clefs et la pauvre, gri-
see par le fluide irresistible, lri dit de soulever
son oreillersous lequel se trouvait le cercle de
dlefs. Congo, apres avoir pris tout l'argent dans
I'aroroire, descendit au rez-de-chaussee, tailla
dans le jambon, le fromage, le saucissn, absorb
quelques maitresses rasades de bon vin de Bor-
deaux et de Torino, puis ouvrit la porte de la
boutique, mit une berceuse sous la galerie, dans
laquelleil s'installa, aussi placidementqu'un mai-
tre de cans, et se paya une commode digestion.
en sugant quelques noeuds de canne a sucre.







CROQUIs HAITIENS


Apr6s, il referma la porte, remontadans la cham-
bre de la malheureuse endormie, remit les clefs
sous l'oreiller et, consid6rant avec effronterie l'6-
piciere d6valis6e, don't il souleva lgetrement la
chemise de nuit, ricana : Ah la maigreur puis se
retira aussi quiet, qu'une communiante sincere,
revenant de la Sainte-Table.
Sur ces entrefaite6, Congo fut arr6te. C'etait
peut-otre la centime fois qu'il honorait la prison
de son auguste presence. Mais, aux assises, le
jury, fatigue de juger si souvent un r6cidiviste
aussi ferocement incorrigible, tabla un verdict
de mort, sur les accusations 6nergiques et deses-
perees du commissaire du Gouvernement.
Aussi, la decision capital lue, celui-ci, se cou-
vrant. felicita chaleureusement les juries.
Alors. Congo, de toute sa hauteur se leva et,
les levres plissdes de la gouaille la plus dddai-
gneuse, lanca cet avertissement au minister pu-
blic :
Si vous croyez que je vais 6tre fusille, vous
etes dans l'erreur, et la meilleure preuve queje
puisse vous en donner; c'est que le reluisant coma
don't vous venez de vous coiffer ne vous appar-
tiendra plus, d&s cette nuit.
On rit et l'homme de la loi s'indigna et se mo-
qua. Mais ce qui resta de tout cela, c'est qu'effec-
tivement, le lendemain, le Chef du Parquet 6tait
d6possd6O de son chapeau noir, en mime temps
que le ge6lier s'apercevait, ahuri, que la cage'ofi
il croyait avoir bien enferm6 l'oiseau, en etait
veuve !... Ahthentique. vous dis-je !

















SEMAINE SAINTE. BON DIEU LEVEL







A EDMOND LAFOREST


1ALAS! Ou sont les toupies, les raras
d'antan Quoi pendant toute la se-
maine sainte, pas un joyeux cercle
d'enfants jouant au lume-leignin ou
s'esbaudissant au ronron grile de
leurs crecelles.... Tout cela s'en est
all, s'est 6vanoui sous la rudesse, I'Apret6 des
temps. Les privations d'e toute sorte nous ont
tellement talonnes, mines, que nous sommes de-
venus blasts, indifferents meme sur les traditions
les plus pures, les plus aimees, les plus chores.
Aussi nos pauvres gosses de la generation ac-
tuelle n'auront-ils pointconnu les divertissements
de la Semaine sainte. Trop malheureux gosses.!
Lese.. td~rdes, elles-memes, ne battent gtft


e~tr~t4101M







CROQUIS IfAIT4ENS


plus de leurs lourdes ailes palpitantes ; et les
frappements de pierres, de bAtons, de chaises, ne
retentissent plus en roulades prolongees ettoni-
truantes A travers la cite. H6las! tout cela,
tout le pittoresque ivocateur de la semaine sainte
a v6cu.... II n'en est rest que les honteuses su-
perstitions...
En effet, ds jeudi soir, on ne balaye plus; les
ablutions -- si n6cessaires toujours sont sus-
pendues. Quant au bain A grande eau, il est ri-
goureusement interdit: 1'eau nest pas bdnie: Jesus
ttant... mort, on sera m6tamorphose en poisson si
1'on s'y plonge. Ce sont les bonnes femmesdu meil-
leur monde qui theorisent de la sorte, faisant ainsi
chorus avec le gros people ignorant. Pour beau-
coupde gens, Dieu est reellement mort:il meurt
tous lesans. Ils ne veulent point entendre que les
ceremonies de l'Eglise ne soient que la comrn mo-
ration de la mort de Jesus-Christ, de m6me qu'ils
sont convaincus, qu'en mordant une hostie, du
sang en jaillira, imputantavec quelque raison, les
pretres, de si grossieres superstitions. ( C'est
pere lui-meme qui me l'a dit). VoilA ce qu'ilsont
l'audace d'arguer, pour excuser leuc ignorance.
Ainsi, on pr6tendait autrefois et on pretend en-
core, qu'un chat- animal qui a toujours 6te
bizarrement considered chez nous, comme une
personnification du demon enfermn le jeudi
saint, par example, dans une caisse bien verrouil-
lee, s'en 6vaderait, A la plus grande stupefaction
du ge6lier. vu que Christ, etant... provisoiremdnt
mort, les 48 heures de son absence de la vie,
constituent le rtgne de satan. Or, un jeudi saint,
mon fr re etmoi, pessimistes n6s, nous imagin.-
mes de v6rifier le fait et nous attrapAmes un beau
marcou jaune a raies nbires, appartenant t la
6nhe',ie notregrand'mere, I'i noublhible Akigfi;







SEMAINP, SAINTE. BON Dift LPVM


nous le bouclAmesdans un baril clos par un pla-
teau de balance sur lequel, quatre 6normes poids
rectangulaires de 50 livres, chacun, assuraient
un emprisonnement certain. Le samedi matin,
haletants, filvreux de curiosity et avec les plus
grandes precautions, nous d6couvrimes le ba-
ril: le pauvre chat, have, extenu6 de faim,
blotti en un coin de sa'prison, ouvrant p6nible-
ment des yeux presqu'6teints A la lumiere bien-
faisante don't il tait priv6 depuis deux jours, et,
tres faiblement, miaula un rAle de remerciment
aux jeunes inquisiteurs qui lui donnaient la li-
bert6, apres 1'avoir si cruellement 6prouv6... An-
g6la rugitdecolere, lorsqu'elle fut mise au cou-
rant de notre petite espieglerie et nous, nous fa-
mes largement edifios et arms centre la supers-
tition ambiante.
Ces croyances, tels des oiseaux de proie, font
la ronde, le tour des demeures de gens naifs et
atteignent combien d'innocentes victims de l'i-
gnorance Et que de choses encore si natu-
relies, pourtant, ne s'interdit-on pas, en ces
deuxjours de deuil religieux !... Les Kalmouks
des bordsde la mer Caspienne ne sont pas plus
obscurs !
Aussi, quelle scene strange, burlesque, le same-
di matin, au Bon Dieu levd, c'est-a-dire A la r4sur-
rection... annuelle du Fils de l'homme! Des six
heures, c'est un rassemblement interlope de
gens promiscuity de fiddles indigents, de filles
de joie, de malingres, etc, assiegeant les abords des
Eglises paroisSiales: la Cathedrale, Sainte-Anne
et Saint-Joseph. Is sont arm s de bouteilleset de
feuillages de toutes essences ; ils attendent que
Christ soit ressuscit6, pour recevoir de I'eau b6-
nite don't ils front une ample provision, afin d'eo
ape'brger leurs lits,.leurs boutiques, leurs p-.l.i0,






CRoQuis HAITIENS


dans l'espoir d'une amelioration quelconque.
A l'interieur des temples, les ouailles plus aisees
et payant leurs sieges, ne dcdaignent pas non plus
dese faire accompagnerd'une petite fille ou un
petit garcon, armed tout aussi bien d'un litre, pour
recevoir l'eau merveilleuse. (a servira aux ora-
toires, contre les 6pid6mi.es et pour dejouer les
intrigues des m6chants, des envieux.
Maintenant, dis que les cloches, battant A tou-
tes volees, et accompagnees de la p6tarade du ca-
non, annoncent A la population 6merveillee, que
le Bon Dieu est levd, c'est, de la part desgamins, -
tandis que les chiens apeures courent en tous les
sens. une maniere d'acartelement et uneflagel-
lation, suivis de l'incindration en regle des juifs-
mannequins em paillds, exposes, durant les jours
saints, au seuil des portes et qu'on sacrifie, pour
fMter le triomphe de Christ.
Autrefois, on excibtait, on fusillait les... juifs;
mais depuis que ce genre de divertissement a
servi de pr6texte a une r-volution -au renverse-
ment de Domingue et, contrairement au fata-
liste, au laissd-grainisteBoisrond Canal. qui conti-
nuait de s'en moquer. des son avinement au
Pouvoir, le President Salomon abolit.... la fu-
sillade des youpins empailles.
Puis, tandis qu'on brtile les bourreaux du divin
Crucifix. on volt les bonnes femmes s'activer au
balayage, a l'arrosage de leurs maisons, des gale-
ries et, a l'extremit6 des wharfs, les porte-faix et
les vagabonds, joyeusement, piquent une tete
dans la mer et nagent jusque vers la grande rade,
persuades qu'ils sont, qu'en ce jour exceptionnel,
les requins sont absents, ainsi que.tout ce qui e3t
dangereux, venimeux,: les malffices, le (( mau-
vais air ) etc.
DCesttainrlque, du retueillement le plu4 aee'4








SEMAINE SAINTS BON 1lIEU LEN't


le plus saint ; de la commemoration religieuse-la
plus touchante, la plus sublime, nous avons fait
a comedie la plus grotesque, la plus ignoble,
parce qu'elle a la superstition pour fondement.
Ah comme la Semaine sainte est differente,
est 6difiante dans un paysanglais Combien pro-
fondement y sent-on, par la solennit6 mrme, la
simplicity, la severit6 de la ceremonie. s'esquis-
ser, se d6velopper tout le sanglant drame du
Golgotha, ou, contre l'erreur et malgrd l'anean-
tissement physique du plus pur, du plus grand
des philosopher, triompha la plus Mlevee, la
plus souverainement humanitaire, la plus noble
philosophic qui ait jamais et !..

















DINAZA







AU GINgRAL MASS9US SALVADOR


INAZA etaitle type perfectionn6, la fine
fleurdenotreChevalerie d'industrie,
poussant quelquefois, I'ingtniosit6,
a un raffinement que n'ont fiime
pas d6pass6 les illustrationsde cette
espe~(e;en Europe etaux Etats-Unis.
Is sont, certes, nombreux, nos tchonnels, s'en
allant par les rues, inoccupes totalement et
mendiant..... bourgeoisement. Par example, A
peine abordez-vous le coinptoir d'un Bar, queces
John Crows, toujours a I'afflt vous assaillent et
vous demandent... de le faire Pour eux, vous etes
comme leur caissier. Is .emblent s'imaginer,
que vous ne sortez de cbe& yousu que... pour 1es
4trtigbr. t


ftif3:;": 44444f~








CrtOQuis HAfITIENS


Il s'en trouve nmme de plus exigeants et qui ne
s'arr6tent passeulement a la petite consomma-
tion. dans les caf6s: ceux-la s'amenent quoti-
diennement, chez-vous, pour solliciter une ou
deux... gourdeset parfois avec hauteur, come
s'ils 6taient des commis de recouvrement, en
presence de d6biteurs recalcitrants et de mau-
vaise foi.
Ainsi, je n'oublicra.i.jamais la manoeuvre on ne
peut plus ing6nieuse-d'un de ces types, qui avait
pour... client, mon ami Karl. Un jour que, com-
mede couture, ilarriva au comptoir de celui-ci
et le trouva, causant avec un Commis-voyageur, il
ne sut comment operer son... recouvrement quo-
tidien, l, devant I'Mtranger, I'Europeen.
Son embarras 6tait extreme.... C'est fort dr6le,
tout de meme, que des ames aussi gangrenees,
tant avachies puissent 6tre encore secouees mime
de la plus 16gere pointe de scrupule! II semble-
rait plut6t, que pareilles difformites mo.rales ne
pussentjamais sentir, ne dussent en aucune oc-
casion, 6tre piquees meme du plus vague soup-
con d'amour-propre...
Cependant, cejour-lh, mon type en fut 6clair6
d'une lueur, si faible fCt-elle. 11 6tait done 1A, de-
puis dix minutes, ase turner, toussotantde temps
en temps, significativement, pour attirer l'atten-
tion de Karl, lequel de: son c6te, ayant parfaite-
mentdevineletruc, le manage deson...creancier
importun, n'en fit obstinement aucune attention.
Mais, helas ainsi que toutes les choses de ce
monde, les situations embarrassees ont aussi
une fin. Fatigue d'etre ainsi assujetti, condamn.
A ne pas avoir le librejeu de sa curiosity et des
movements de ses runelles, mon ami risqua,
enfln, un regard tre discret, du.coin die 1'oeil,
Viers notre tchon nelequel, sentinelle vigilance+
TI.








DINAZA


et expert n'attendait que cette faute de tacti-
que de... I'adversaire, pour lui porter un coup droit.
A.ussit6t, il montra son index A Karl, ce qui signi-
flait: seulement une gourde Karl de.secouer la tkte,
en maniere de refuse. Alors, notre homme, sans
broncher, lui prEsenta deux doigts en croix, ce
que l'onpeut traduire par: la moiti d'une gourde
ou cinquante centimes.
N'est-ce pas joli ?


Mais lui, Dinaza, le maitre, l'illustre Dinaza,
surpassait tout cela; il 6tait chef d'Etat-major au
intier. Ses coups sont proverbiaux et innombra-
bles. Je n'en conteraiqu'un, aujourd'hui.
Un jour, acculd par la guigne, une guigne de
chiend'indigent, en laquelle un autre ne saurait
oil donner de la tkte, Dinaza pensa naturellement
& quelque chose, constituent, pourrait-on dire,
presque sa derniere resource. s'il 6tait un hom-
me qui poqVait tre reduit... a brhler sa derniere
cartouche; G'dtait une vieille montre en cuivre d6-
dore, qu'un client indnlicat lui avait laiss6e pour
compete et qui 6tait, jusque lA, accroch6e a son
atelier d'orfevre misereux, absolument depour-
vu, ayant perdu la confidence universelle.
Apres avoir soigneusement redor le lourd et
large double-boitier, il le vendit pour une some
pas mince, au general Senateur P6trus Louison
qui, la session legislative ayant pris fin, regagnait
ses penates localisdes dans une petite ville du De-
partement du.Nord-Ouest...
Au renouvellement de la session, I'annne sui-
vante. .au moment ofi le gen6ral-senateur reve-
aij:t a la Capitale, on peut sans difficult6juger de
16tat de la fameuse montre et l'on comprend .te4








CROQUI* HAITiENS


meme -- I'astuce de )inaza, une fois d6couverte
- la fureur de Louison, qui se promit de le cor-
riger d'importance.
C'est done, bouillant de cette rage, que l'hom-
me de la Chambrehaute d6barqua sur le wharf
du Port.
Sur ceS entrefaites, Dinaza, parsimple habitu-
de ou plut6t a la piste de nouvelles ventures,
allait s informer d'unarrivage quelconque, parmi
les dombreuses embarcations du cabotage, arri-
vdes de la C6te et se balancant la, ameme le quai.
Mais, malheur! a peine avait-il allong6 quelques
pas, sur le wharf, qu'il apergut, s'en venant
vers lui, le gn6eral P6trus Louison, envelopp6
d'un ample propridtaire, I'air rogue et menagant,
la mine bride et louchant sous de large verres
fumes tres noirs, le coco-macaque 6 la pomme
doree, A la main, la demarche solennelle en sa
ddambulation cadence, et escorted d'une fdrte
assistance d'amis et de flatteurs.
Si la minute ne fut pas psychologique, eh bien,
sur terre, pareille circonstance extra-supr6me
sera plus que rara avis! Aussi, fallait-il brfler ses
vaisseaux.... Sans h6siter une second, Dinaza.
crac! ferme les yeux et, parodiant un mendiant
aveugle, s'en va carrement devant soi, tatonnant
avec unegaucherie voulue, de son baton, etmar-
q'uant des pas artistement emp6tr6s...
Papa, md pauvre
Papa, md aveugle I
chantonna-t-il, en -agitant vivement les paupie-
res lesquelles paraissaient reellement colleges
A des pupilles sans vie,-- comme s'il avait soif
de les rouvrir a la lumiere,, ainsi que semblent
toujours, instinctivement, le tenter les aveugles
autientiques, .
4. **








DInAZA


Ce fut rdussi.et d'un artiste achev6 de la Che-
valerie...
Cher papa, md pauvre aveugle !
Louison est naturellement frappe de la ressem-
blance du mendiant avec 1'escroc qu'il a jure de
corriger d'importance.
Mais, c'est bien lui, le filou! le vaurien;
Cependant, celui-ci est un aveugle !... Serait-il
done frapp6 de c6cit6, depuis qu'il m'a fait le
coup? auquel cas, c'eut te just chatiment cleste !
Notre Senateur, terriblement intrigue, se r6ep-
tait ces r6flexions troublantes, confuses. Pour-
tant, il se rappela avoir eu des nouvelles relati-
ves au voleur, par l'entremise d'un ami, quil
avaifcharge de le surveiller, jusqu'a son retour,
a Port-au-Prince. Assur6ment, 1'ami luiaurait ap-
pris que le vilain 6tait devenu aveugle Mais non,
jamais un mot de ca...
Papa, autorit moin, me aveugle !
Et, du meme pas, sans s'arrkter, notre aveugle
s'approchait du Senateur.
Enfln, se dit celui-ci, peut-ktre est-ce un au-
tre, car ce Dinaza ne se montrerait pas aussi au-
dacieux, tout fort qu'on le dit ktre et... puisqu'il
faut toujours secourir I'humanite souffrante, n'h6-
sitons pas.
L'honorable Petrus Louison s'arr6ta done, tira
de4a poche de son gilet de velours marron, brod6
d'or, une piece de 20 centimes que, d'un air so-
lennel, il d6posa dans la main..., exag6erment
tendue de Dinaza. Et le second .oup 6tait fait !
Papa, md aveugle!
















LES DEUX PUISSANCES


A Me LEGER CAUVIN


ES classiques, certes, vousdiront qu'il
n'est de.puissances, au monde, que
le civisme, le patriotism, les sains
sentiments du coeur.; en un mot,
la vertu... Erreur que tout cela Ce
sont de ces choses qui se pouvaient
center encore dans 1'ancienne Sparte ou bien du
temps de Potion ou de Boyer... Mais aujourd'hui,
je crains que ces belles et sublimes definitions
de la puissance ne soient tout simplement que des
rengaines d'utopistes rassis, encroOt6s dans les
poussiereuses traditions.
Je ne parole pas d'ailleurs, mais en Haiti, ii
n'existe, a l'heure ou j' cris, que deux puissances:
le pouvoir et la fortune. Ce sont les deux seuls


00000000000a~~~r~l~,







CRoQUIs IIATTtEN%


leviers de tout, les deux idoles qu'on est oblige
d'adorer, non sans frayeur, toutefois.
L'homme au pouvoir, qui tient lemaillet, come
on dit, est l'objet d'une v6neration universelle, il
est vrai superficielle, car au fond, mille corn-
plots s'ourdissent contre lui, mille jalousies -in-
fames et d6goitants boas rampent tout autour
de lui, cherchant A I'enserrer entire les mailles de
leurs anneaux noueux... Mais cela n'y fait, la
terreur ou du moins le respect qu'il inspire, de
par sa situation, lui vaut l'aplatissement de toutes
les 6chines et le capiteux parfum de tous les en-
censoirs.
Des gens qui, peut-8tre, avant son arrive, le
meprisaient, l'6crasaient de leur d6dain, lui ap-
portent, A l'envi, leurs bdbes pour ktre tenus, sur
les fonds baptismaux. En quelques mois, ii aura
ainsi une legion de filleuls. A-t-il besoin d'un
cheval ou de toute autre chose? les offres gra-
cieuses imm6diatement pleuvent... Tous les ma-
gasins, tous les cafes lui sont ouverts et voire
m6me... bien de ces petits creux de Venus, for-
teresses dissimulees sous d'6paisses mousses de
jais, que des gardes traitresses, des megeres--
livrent l'ennemi, contre quelques jaunets ameri-
cains. Le premier Janvier, arrive-t-il ? C'est toufe
une avalanche de cartes chargees des souhaits les
plus flatteurs et accompagn6es des plus beaux
presents, s'abattant sur son toit !
L'homme ( d'argent jouit des mrmes privi-
leges. Fut-il 1'etre le plis dissolu, le plus pourri, on
ne s'en apercevrajamais ; du reste, on ne se.le
permettrait pasnon plus. Lui, il a le droit de voler
et, lorsqu'il vole, on se content tout bonnement
de dire, que c'est le fruit de son travail et que ( c'est
Sargent qui fait 'argent ou bien ( I'argent rdld I'ar-
gent. ,






Lts DEUX PUISSANCES


II peut tout, I'absolution g6ndralelui estacquise,
surtout celle de nos sdveres et INCORRUPTIBLES
Magistrats Serait-il. I'ordure faite homme, on
se fait un veritable honneur d'6tre invite chez
lui ou de lui presser la main dans les rues, afin
que tout le monde voie qu'on est de ses intimes.
Lorsqu'on le rencontre quelque part, on s'em-
presse de lui demander, respectueusement, pour
Madame, les enfants, la bonne vieille mere (( en-
core si ferme, malgr6 les hivers.,, J'allais oublier:
on s'informera aussi de ses beaux chevaux, de
sa voiture, de ses sandales, etc.
Ainsi, soyez Oldmann, le tr6s c.lebre Oldmann,
et amassez une petite fortune, en rapines ou au-
tres; allez chez le coiffeur, puis chez Hodelin;
faites venir, une victoria, un cheval anglais,
construisez un chalet A Turgeau et montez un
comptoir au Bord-de-mer: vous voila d'emblde
homme d'affaires, grand home! Vous change
immediatement de carapace vous faites peau-
neuve, vous pouvez meme risquer les grands
titres : le comte ou le marquis dOldmann, pour vous
servir !
Et vous 6pouserez la demoiselle la plus huppde
de Port-au-Prince, et vous serez de toutes les
--ftes et... vous pourrez tout faire... vous serez
GROS-BOIS.




ewPe(4'*-

















LE BAS-PEUPLE








L est chez nous, un milieu interes-
sant, vaste pandemonium de toutes
les curiosities, de toutes les origina-
lit6s, de tous les vices de I'esptce
h umaine:-jardin zoologigue, ou se
coudoient, se bousculent, se beur-
tent les types les plus divers, les plus incohe-
rents: monstrueux, difformes et affinds h la fois ;
accumulant dans le milieu ambiant, oi ils se
tassent, se meuvent, tout ce que l'humanit6 recle
de tares et d'ing6niositds.
L'haltien, naturellement indifferent, ne pense
pas toujours a ce monde-ld. Le port-au-princien
surtout le pur sang qui, ordinairement peut
computer sa quarantine bien sonnee, sans pour-
tant avoir jamais pouss6 une pointe vers P6tion-
ville, ne se content que d'un milieu bien exigu,
nn pdrimetre de- rien, of it se demene a lachasse
Sde son existence et o.i, cependant, a supposed







CROQUls HAITIENS


que les affaires. allant bon train, et qu'il n'y eat
pas tant de (( matelots sur le pont, q il n'aurait
guere qu'A tendre la main, pour avoir son pain
quotidien.
Hors de quelques encoignures du Bord-de-Mer.
bien compt6es et toujours les memes, plus de
Port-au-Prince, de ce Port-au-Prince mouvemen-
te, bruyant, et A la fois 6nervant et griseur par
ses tant multiples cancans et ses tarasconnades
de toutes sortes. Cependant il est un autre Port-
au-Prince digne d'appater l'observateur, le r6a-
liste : c'est le Port-au-Prince de sous-sol, proche
des murs d'enceinte ou terre dans ces repairs
borgnes, mal hantes, enveloppAs d'une atmos-
phere pestilentielle et delItere, enclaves tout au
fond de certain quarters qu'ils infestent de leur
voisinage ; lugubres la nuit, curieux, int6res-
sants m6me, le jour. C'est precisement le Port-
au-Prince du Bas-peuple.
Oh ce Bas-peuple, cette lie de ville, sans la-
quelle une capital n'est rien ; ce grand chanson-
nier, qui d6concerte, par ses saillies gauloises,
jaillies de source, les C6sars- terreur de la ltche
bourgeoisie! cet Esprit fait chair si p6tillant,
et tant fecond en A-propos vifs, crOs, mordants,
sardoniques; cette Podsie initial, inimitable !
Ce Bas-peuple pourtant crapuleux, grouillant dans
la tange, enliz6 dans la plussordide promiscuity :
voila ce que la plupart Jes gens de la (( haute )
connaissenta peine; voilA la fort nryst6rieuse, oi
ils ne se sont jamaisaventurss ;- cetteforet em-
plie de tant de drames, de tant de romantiques
idylles !...


Les ( matelottes. sont le type le plus remar-







LE BAS-PEUPLE


quable du Bas-peuple ; ce sont de ces femelles
avachies, veules, devoyees, qui se disputent leur
homemme) commun, leur sultan. Elles sont, le
plus souvent, voisines 1'une de l'autre, et quel-
quefois, elles vivent sous le meme toit, logees ala
meme enseigne, se partageant, A coup d'ongles
et de dents, lorsqu'elles ne (detachent, pas leurs
rasoirs I'objet de leur passion, de leur rage
inassouvie de chiennes ddsireuses; car elles sont
trop brutes pour aimer autrement !
Et ces hommes-li, ces homes pour lesquels
les femmes se font tant d'entailleset de balafres,
qui les defigurent: rien que des voyous, des pa-
resseux, ne voulant point <( sentir le travail,
jouant aux cartes, au bois nan nin,. toute la sainte
journde, comme de vrais pachas; se passant de
temps en temps, la chopine commune, qu'ils em-
plissent du blanc traditionnel, ingurgite en une
gorgee et en l'esquisse d'une 6loquente grimace,
ponctuant davantage des machoires 6nergiques
de carnassiers.
Le ( trois-sept ,,peut ainsi durer jusqu'au soir,
les joueurs ge s'inqui6tent point a chercher la
mangeaille, sachant qu'au retour des femmes, ils
pourront se recuperer de ces quelques heures
de ditte, bien vite coul6es dans le trantran abetis-
sant dujeu, et se bien remplir le sac.
Les mattresses sont cuisinieres, m6nageres, etc;
elles emportent, le soir, au logis, le < grapil-
lage fait chez le patron, les meilleures pieces
de la cuisine quotidienne. C'est de ces rapines
que vivent les maris, et les cohabitantes gofitent
quelque plaisir, a les voir ainsi emparess6s, jouis-
sant d'un farniente rarement bouleverse par quel-
que querelle d'allemand.







CRoQtIS HAITIENS


Une autre scene curieuse est le d6tnenagenent.
Lorsque le locataire, devant dej& deux ou trois
dchdances, s'apercoit qu'une autre approche, fl-
lant rapidement vers le terme fatal, ii en instruit
aussit6t la femme seule charge de tout ; et,
sur les inqui6tudes de celle-ci, a ne pouvoir
repondre a ses obligations, il lui propose de d6ta-
ler au plus vite, de < boiser n. En un tour de mains,
on boucle les quelques paquets de vieux linge
graillonneux, a mauvaise senate; et, le soir ve-
nu, clandestinement, le couple d6guerpit, Ie bu-
tin sur le chef, en une d6ambulation des plus comi-
ques, fuyantau plus press vers un autre quarter
bien Bloign6 et tout aussi borgne, apr6s avoir
laisse, bien entendu, la clef sous la porte. T6te
du proprietaire averti, le lendemain, du depart
par trop pr6cipit6 de la maisonn6e en fuite !
I1 s'61ve parfois de terrible disputes parmi
cette valetaille, et -que des rixes sanglantes vien-
nent aggraver. Le jeu en est particulierement f&-
cond I'ivresse 6tant l'aboutissant de toute la
serie des (( parties ) au course desquelles se font,
du reste. d'orgiaques libations. La femme est
6galement le motif de bien des querelles : jalou-
sie, surprises nocturnes, en flagrant delit ou,
d'autres fois, le butin vold, trop maigre, 1'homme
n'ayant pu se bien bourrer les panses...


La femme est le plus souvent taille een hercule,
les hanches fermes et pro6minentes, les mains
large, les bras muscles. les cheveux ras et re-
veches, les narines 6vas6es et retrouss6es, la lippe
accentu6e, les 6paules carries .et bien effacdes.
Lesjuronsdort sa bouche est toujours empes-
tee, preirent des accents inconnus, terriflants,








UG BAS-PrUPLE


autant qu'eloquents, lorsque, se plantant iA, raide,
dans une attitude de gladiateur, les mains sur les
hanches, les yeux apoplectiques et jaunes de co-
Jere, elle se decide a tailler une petite bavette de
la longueur de sa langue Et c'est en fuses, en
files serres que s'6grene, sur ses livres, le cha-
pelet des jurons, comme I'ordure, la vase It-
ch6e d'un ruisseau, oi croupissaient les fievres et
le cholera.
Elle est le type fini du Bas-peuple, digne de
captiVer le pinceau de l'artiste. Et pourtant, c'est
de cette hideur en chair et en os, qu'6manent les
plus pures, les plus sinceres, les plus natives
manifestations nationa.les! C'est, en quelque sorte,
c'omme le fouet vengeur de la d6mocratie tou-
jours pret h se lever centre les abus, et A cingler
de ses rudes coups, le c.sarisme insolent C'est
surtout I'ironie, la terrible ironies, et toute l'intelli-
gence vitale de la nation, chansonnant, pregnant
tous les tours de l'argot populaire, revitant toutes
lesfor'mes, passant par toutes les metamorphoses
imaginable, pour mieux atteindre le but, et por-
ter !
Ce monde du Bas-peuple est ah tudier, carl'hu-
manit6 est la, vivace, 6panouie !










cwL~Ji








%Ina~~t


LES RMVOLTES OUTRANCIERS


A EUGENE DE LESPINASSE


L est une categorie d'individu don't
la mentality n'est plus qu'un appat
pour le psychologue. Bourget, dans
Outre-Mer, nous en a present un,-
un juifrusse, si je ne me trompe,
que lui fit voir, dans un souterrain
de Bowery street, a New-York, un expert policies
de cette grande capital, comme on vous pr6sente-
rait un fMlin curieux du Jardin des Plantes. C'6tait
un de-ces types de r6volt6s determines. de revol-
tAs quand mdme. Et, c'est merveilleusement, que
le grand 6crivain ena esquiss6 tout le curieux 6tat
d'ame!
La Suisse particulierement, recele aussi de ces,
b ,tes-A-rdvoltes qui voudraient voir le monde








CROQUIS. HAITIINS


disparaitre, au profit de leur nihilisme. Les san-
glantes emeutes de PNtersbourg, de Moscou et la
d6plorabie et honteuse insubordination du Prince
Potemkin n'ont ete provoqu6es, semble-t-il, qu'b
1'instigation du fameux Quartier g6enral russe de
Geneve.
Certes, Russes et surtout Polonais, ne soitguere
blamables, d'ainsi nourrir de ces idees revolu-
tionnaires; car eux seuls savent ce don't ils pt-
tissent par le maintien de I'autocratie romanof-
flenne.
Mais, helas! chez nous aassi, il existe de ces
maniaques, offrant la mime mentality ou plut6t
la meme raladie de rivolte. Ces individus-la
ne souffrent aucun regime ; ils ne peuveut 6tre
d'aucun parti : c'est-a-dire qu'ils n'ont pas fini
d'accepter un drapeau, qu'aussit6t ils le vou-
draient voir mis en piece. Ils sont insupportables
et cocasses, a la fois.
L'un d'eux me disait: ( Mon cher, je suis tou-
jours contre;je ne sais pas ce que c'est que d'etre
pour. Je suis, par consequent, toujours coupable
- je le confess avec orgueil! Ainsi, je souffre,
presque difficilement, la promiscuity d'un agent
de la Force publique. Ca me gene. vraiment! Et,
des queje m'en sens un sur les talons que ce.
soit par le simple hasard de la d.ambulation, ou
non, j'ai tout l'envie de boiser, de nettoyer. Mon
pere serait au Pouvoir, que c'eft ete kif-kif. Que
voulez-vous, je suis ne coupable... Je suis une es-
pece de fils de Sor-Yette et suis convaincu queje
ne serai jamais A l'honneur; et dOt un os a sucer
m'6choir, grace a un mien parent ou ami, je
compre'ndrais, je me ferais 1'idee peut-etre bi-
zarre pour un autre que ce.n'est qu'un vulgaire
eoupde tafia, don't on me fait la faveur, mais non
le magistral champagne auquel je crois avoir in-








LES REVOLTkS OUTRANCIERS


contestablement droit et qu'on sembie se fire un
sceldrat plaisir de me... refuser. Folie ou non,
c'est ma conviction.


Le 29 mai 1891, le Capapprenait la malheureuse
journee du 28, don't Port-au-Prince saignera de
longtemps. On en fremissait, on s'en indignait
naturellement, mais personnel n'osait mrme en
parler. Ca se chuchotait seulement, et comme
timide ment.
Tout a coup, Olbin, un de ces rdvoltes outran-
ciers, irrupte dans Ic petit caf6 de Wacking.
Diable, fait-il, la ville du Cap, la fire patrie
des Salnave et des Thdophile Parisien, n'est plus
habitee que par de pauvres moutons... de Pa-
nurge !
Tous les yeux de s'kcarquiller aussi rondement
qu'une pleine-lune, les hahitus. d'Wtre au comble
de l'effroi le plus incisif et do se demander, si
fuir n'est pas la prudence mnmee.
Mais, ce n'est que la troquette.... la charge aussi-
t6t fuse :

Sire, vous pouvez prendre A votre fantaigie,
SL Europe A Charlemagne, A Mahometl'Agie;


Mais marrainn' qui baptise'in'. caq' doud /ait' Id va
fait' !
Le bon Wacking, le tenancier du petit bar, dans
la beatitude celeste, o0 il se repose tres qui6te-
nent, j'en suis sur. doit ktre encore A se de-
mander, ce que devinrent, a cette minute ultra-
p!ychologique, les fideles consommateurs, don't








CROQUIS HAITIENS


les verres encore charges. resterent sous les re-
gards furibonds d'Olbin, les seuls survivants de
de cette deroute waterlooesque
Ah ces r6voltes quand meme ...

A I'institution de la Banque national, les Com-
mandants d'arrondissements reQurent 1'ordre de
convoquer le people, pour lui expliquer ce que
c'etait. 11 y avait aussi les premices deq Ecoles
rurales, en forination.
Bien jeune, seulement quinze ans, je pus me
faufiler, moi aussi, parmi le nombreux auditoire
qui encombra l'h6tel du gouverneur militaire.
Celui-ci parlait, au gr6 du protocole du moment
- avec chaleur et conviction. Mais un vieux gro-
gnon, un de nos revoltes inouis, derriere moi,
n'en commentait pas moins rageusement, chaque
p6riode de l'orateur.
Le Gouvernement vient pour nous rigen6-
rer, tonnait celui-ci.
Digene'rer! 6ru ptaitsourdementdanssabarbe
grisonnante, I'irreductible r6volutionnaire.
II nous done la Banque national, appuyait
I'autre.
Marchemal, detonnait le contradicteur, entire
ses crocs.
Contre les vieilles Tresoreries, les Tr6sore-
ries surann6es, centre ies prejuges interess6s, il a
heureusement triomphe, come dans lecombat
des Horaces centre les Curiaces...
Les Voraces centre les Coriaces.
Mais je n'y tenais plus, en v6rit6 et je trem-
blais que la voix du fou, perdant la measure, n'al-
lat crescendo et ne provoqudt son arrestation im-
nimdiate.
Cependantjeune, et partant, quelque peu fler-a-
bras, je commenCais par m'en amuser joliment








LES RtVOLTLS OT2TRANCIERS


etje jubilais h la seule pense, que d la fin, il me
serait donned de me payer la tete de ce eurieux,
empoign6 par quelques rudes phalanges solda-
tesques.
Mais ca continuait de marcher du mime train
normal.
Nous allons avoir aussi des Ecoles rurales
et:meme des Ecoles normales, opinait, triom-
phant. le general.
Plut6t. rienna/es el anormales, accentuait mon
type.
Ouf! c'Mtait i se tenir les cotes. Enfin. la com-
munication oficielle s'acheva et les vivats de
commencer:

Vive la Banque !
Chance, grommela le grincheux...
Vive l'instruction publique !
Ddsorganisation publiblue. accentua-t-il...
Vive la Paix. !
Du tombeau...
Vive l'Union !
Desunion..
Vive le Progres
Leurre...
Vive la famille haitienn !
La pau:re here...
Vive la Constitution !
Hdlas I fipit-il par expectorer bruyamment,
en montrant ses talons de protestataire furieuk
et impatient de se retiree d'un milieu pestif6r6,
pensait-il, sans doute.
Et il s'en alla, au plus grand ahurissement des
proches voisins qui, comme moi, avaient pu
suivre effrayes, les arpeges de son Aime exas-
p6r6e.
Ces r6voltes poussent leur manie jusqu'au sanc-








CROQUISi HAITIMN-


tuaire des temples ; car il en est qui, furieux
d'entendre, ce qu'ils jugent Atre de ridicules pra-
tiques:
Au nom du Pkre, du Fils, du Saint-Esprit, ainsisoit-it,
protestent:
Au nom du Pam, Barbaram, Pitipitipam, Barbou-
quette !
Essayez de prnetrer ces ames ulc6eres et defor-
mnes Leur pain quotidien, c'est l'esprit de r6-
volte, de represailles. Volcans, ils grondenttou-
jours, prets ah 6rupter contre tous et tout... Ilfaut
plut6t les plaindre.


















DOUBLE EXTRAIT








A FoCCHARD MIARTIXEAU.


os braves campagnardssont hospita-
liers, cela est proverbial. Vous 6tes
surprise, le soir, dans une des gor-
ges profondesetsonores de nos mor-
nes, par une averse battante. Trem-
pejusqu'aux os, transi d'humidit6,
vois vous tenez a peine, sur votre pauvre mon-
ture, laquelle s'en va peniblement, pataugeant et
s'6brouant dans les flaques d'eau elargies. Vous
d6sesperez presque, d'echapper jamais a la tour-
mente atmospherique et vous sacrez par tous les
mAnes de vos ancitres....
Tout-a-coup, a un coude du sentier montueux
et transform en torrent, vous apercevez le cli-
gnotement combien consolateur d'une petite







CROQUIS HAITIENS


chandelle d'un jaune vacillant: c'est IA, c'est
la casedes nombreux Oncles-Toms de nos mor-
nes... C'est. le temple bini de 1'hospitalUt!...
Imm6diatement, on est ranim6 par un bon the
de gingembre ou de citronnelle, en meme temps
qu'on change ses vitements tremp6s, en se pas-
sant uae commode vareuse de coutil et un pan-
talon de bleu de Denims, tir6s du modest trous-
seau tenu en reserve, a l'intention des citadins de
passage. Le rural seigneur est toujours si heu-
reux, en ces circonstances exceptionnelles, de
sortir, de la petite malle de sap recouverte de
papierjaune barre de noir et piqu6 de clous A
tte dorde, le fourniment...de l'amitid !
Puis, on se r6gale d'un gros bouillon de tasso
de cabri, agr6ment6 d'ignarnes blanches savou-
reuses, de malanga et de bananes fraichement
couples du jardin, le tout relev6 du piquant
d'un. 6norme piment-bouc. Alors, le voyageur
ragaillardi peut se pr6lasser dans un bon lit -
toujours tres elev6 du sol en tuf battu au drap
d'une biancheur eciatante et parfumt de lavande
ou de v6tiver. Seulement. gare aux large et mul-
tiples broderies de la taic d'oreiller don't s'em-
preint si facilement la joue. car on risque, au re-
veil, dese voir un singulier tatouage japonais
sur le visage!...
Braves campagnards, naifs rois de nos mor-
nes, soyez b6nis Vivez heureux dans la paix
de vos palais de chaume, loin des agitations, he-
las si d6goutantes, de la ville.... Cultivez avec
soin, vos champs de mais et de canne a sucre,
sans n6gliger vos riches cafeieres. vos cacaoye-
reset surtout, la banane et la patate qui sont le
fond de la nourriture du peuple...
Je m'incline devant votre honntet6 et je mau-
dis ceux qui vous exploitent, vous .corchent!






DOUBLE EXTRAIT


Vous etes la vraie vertu haitienne, le pur bouquet
de notre nationalitY. Soyez b6nis .




Mais, descendu en ville, quel contrast L'in-
gratitude y est la lipre, rongeant notre society.
Voulez-vous computer un ennemi.... de plus ? Fai-
tes du bien a un compatriot, A un r6publicain
haitien, qui pourtant, n'a A la bouche. que le mot
creux de patriotisme. Les examples abondent
bien tristement. II semble que le fler citoyen qui
recoit un bienfait d'un autre. que celui-ci a sauve
d'un mauvais pas, dans la crainte, peut-ttre,
d'avoir a le payer en retour, s'ingenie A lui faire
du tortquand mime. C'est courant chez nous.
Mais le plus pur extrait de cette tare haitienne
m'a 6t cont Il'autre jour. A l'epoque de la tour-
mente- r6volutionnaire de 1883, quelqu'un repro-
chait & un general Mardoch'; XII, son ingratitude,
vis-a-vis de Bazelais, candidate a la presidency,
lequel, en d'autretemps, lui avait fait enorme-
ment de bien et rontre qui, cependant, Mardoch6
XII, s'acharnait alors, en adversaire determine.
Mon type. aussi placidement qu'il fumait son-
manoeh, de repliquer:
. Tu es bon, toi Tu seras toujours pocte Tu
ignores done, mon.principe?... Ainsi, quelqu'un
me prend, par example, mourant, au Cap-Haitien,
A 60 lieues -ie Port-au Prince; il se charge de
mon colis individual, assez peasant, come tu
peux en juger ; il fait toute la route .A pied Eh
bien, si, arrive au seuil de ma porte, extenue de
fatigue et ne pouvant plus avancer jusque dans
ma chambre, pour me deposer tranquillement






CROQUIS HAITIENS


sur mon lit ;..,. oui, s'il ne le peut et qu'il se de-
charge de son fardeau, sous la galerie.... alors,
moi Mardoch6 XII, je ne lui dois rien, mais ab-
solument rien.... commeje jette ce vieux po'e qui
n'est plus pour moi que du bibus !...
Et le general MardochM XII, d'un geste thdatral,
violemment, les sourcils comiquement fronces,
etles machoires serrces, lanca dans la rue, son
po'e, son migot...
En v'la de la quintessence d'ingratitude S. G.
D. G!







S
















ORAISONS FUNEBRES







A PSUVL 3IARCEA


HARLES TEXIER. le detracteur de notre
pays et de notre race, n'a pu s'em-
picher, dans son Pays des Gindraux,
de reconnaitre que Haiti est la terre
classique oO le culte des morts est
I le plus religieusement observe. ( Si
l'on veut mourir bien et ktre enterr6 pompeuse-
ment, on n'a qu'a le fire A Haiti ,, a-t-il dit, un
brin ironiquement. Cependant c'est la verite.
En effet, si par la faute de administration de
la ville, notre cimetiere n'a pas d'avenues. n'offre
pas la regularity et la mrme propret6 que les
Necropoles des autres pays, (oserai-je mention-
ner les somptueux Green Wood et PIre Lachaise?)
ii n'est pas moins vrai, que plus qu'aucun peu-


~~~~~t~xe







CROQUIS HAITIENS


pie, nous adorons nos chers disparus. Dans nos
campagnes, le paysan travaille des anndes, pour
defrayer solennellement un manger-les-morts.
Ils se ruinent parfois, A cet effet, les pauvres !
Dans les villes, ce sont des prises de deuils, des
messes, des services h n'en plus finir! Enfin, on
peut se consoler de mourir, que cette extraor-
dinaire gymnastique soit neant ou lumiere,---
car on est toujours sir que l'on ne meurt pas tout
entier.
Aussi, chez nous, on n'a pas besoin d'occuper
un fauteuil a une quelconque maison de Richelieu
ou revetir la p -au de Victor Hugo ou de Pasteur,
pour 6tre immortel, du moins dans le cercle de
la famille. Quelque westreinte qu'elle puisse etre,
du reste, elle n'en est pas moins une, cette immor-
talit6, si 1'on consider que presque tous les
haitiens- particulibrement en province- sont
plus ou moins apparent~ ou allies. C'eut Wt6, par
consequent, dte 'orgueil archi-bete, de la vanity
paonnesque, outrte, que de ne pas se contenter
d'une pareille immortality, acquise sans frais
aucuns, surtout.
Or, nous sommes tranquilles sur ce point et
savons que, apres nous. c'est sinon le (< deluge ,
pr6tentieux de Louis XV, mais du moins un tor-
rent de pleurs et des regrets kternels.
Ce culte passionne des morts ne va naturelle-
ment pas, sans les.... accessoires n6cessaires,
don't le plus important est l'indispensable oraison
funebre.
Homme, femme ou enfant --- il est aussi rare
que la pluie A Lima, qu'un loge funebre n'ac-
compagne de si chers restes !
On sait qu'ailleurs, il n'est qu'une Th6roigne de
MWricourt, une Louise Michel, une Georges
Sand, une Rosa Bonheur,. sur la tombe de qui -







ORAISONS FUNtBRES


en tant que femmes, un discours de supreme
adieu ne soit pas dpplac6. Victor Hugo eut, une
fois, A Jersey, a parler sur la tombe d'une femme,
mais c'etait utte proscrite...
Une oraison funebre aurait d'embl6e droit de
cit6 sur la fosse de l'illustre Marie-Jeanne, par
example, 1'h6roIaue mulAtresse de Port-au-Prin-
ce, femme du valeureux Lamartinirre et la Can-
tiniere volontaire du fort de la Crdte-d-Pierrot.
Mais, h6las la manie de discourir, meme a pro-
pos de bottes d'herbes de Guinee, fait que tou-
jours, une demi douzaine d'oraisons pour le
moins, arrosent une fosse encore b6ante.
Une fois, au cimeti(re do Dame-Marie, un fr.'.,
gravement grave. se decouvrant devant le con-
voi 6mu et 6plore, et rdlant un immense manus-
crit, d6buta en ces terms, d'une voix tremblo-
tante qui decelait que ce coup d'essai, ne serait
pas un coup de maitre:


( MESDAMES
MIESS1IEURS,

S ... Hum bum !... Enfin, lirai-je, ou jetterai-
je? ,
Quelqu'un, dans l'assistance, pour le sauver,
conseilla :
Jetterai-je! ce qu'ex6cuta aussit6t mon
type d'un geste large et eloquent
Le fameux Durace, lui, en tant que discoureur
A tous crins, eutun beau mouvementd'6eoquence
demonstrative. Membre d'un CUnacle litteraire,
au Bel-air, c6nacle de pauperismedont I'organe
de publicity 6tait ecrit a la main, -- il fut d616gu6
pour faire 1'eloge funebre d'uncamarade.







CROQUIS HAITIENS


De son elocution. d6fectueuse, qu'on n'a sans
doute pas oubliie, mais convaincu comme un
veau & l'abattoir, il argua:


( MESDAMES, MESSIEURS,

Les hommes de lettres n6 vivent pas chez
nous Voyez : hier, d6 tQut 1'6clat d6 son esprit,
rayonnait parmi fes BWlairiens, notre camarade
-... et bien, aujourd'hui, qu'est-il ? ,
II tira alors urie boite d'allumettes de sa po-
che, et frottant un de ces petits batons soufrds,
s'dcria :

(( Comme ceci, il fit ine limiere, mais la m6t
sivint ( fupp excuta-t-jl de son haleine) et 1'6tei-
gnit ...
,< Tel est le tristd s6t des limieres, dans not'
malher6 pays...
,( Adid adi6, tois fois adi~! Qu6 la te te soit au
moins lege ...

Au Gros-Morne, un mulatre sott', comme nous
les appelons, la chevelure en posterieur de coq
bald, la bouche en as de coeur, avait I'oratorite.
Ds que le glas sonnait A la petite gglise, il s'ap-
pretait A.... suivre l'enterrement. II 6tait, par
consequent, de toutes les funerailles, n'en ratait
aucune et aspergeait gne6raleinent, tous les cer-
cueils, descendus dans le trou de 6 pieds de pro-
fondeur, d'un flot oratoire, fleurant-- sui genesis
du Bossuet, du Fenelon.ou du Flchier, et se
trompait souvent du sexe du client.
C'est ainsi, qu'a une de ses fugues. oratoires,
il expectora:








OPLAITONS FUNtBRES


(( MESDAMES et MESSIEURS.

Hilas! trois fois hWlas Gros-Morne est dou-
loureusement 6plor6. Quoi! notre communaut6
si desastreusement 6prouv6e durant la derniere
guerre; cette population intdressante a plus d'un
titre, apresavoir pleurd tous ses pleurs- croyait-
on -sur les cendres encore brClantes du pillage
et des incendies criminellement allumis en son
sein, doit encore laissor couler de nouveaux
pleurs ?...

< Que cette dine s'encole en forme cylindrique,
Pour se imler Il'atmosphere phosphorique !

< Que les cieux et la terre se rencontrent, ca-
rambolent, sous la pression de la seule envol6e,
vers I'6ternit6, d'une Ame aussi serene: pure
comme la conscience d'une vierge et grande
come Annibal, allant se suicider.... volontaire-
ment, en Egypte, pour ne pasassisterd ta ruine
de Carthage; mnagnanime comme Charlemagne
surnomme Carloman, en langue tudesque; avan-
tureuse, autant qu'Alexandre, se jetant dans les
eauxdu Cydnus; decide a I'egal.de Cesar, traver-
santle Rubicon et clamant son Alea jacta es;
ironique comme le grand Fr6d6Pic, non moins
tenace que Pierre le Grand et Gustave Adolphe...
et t6emraire comme Napol6on, s'engageant dans
les steppes glackes de In Russie...
Convai n quons-nous, Mesdames etMesss-
ssieurs, que nous descendons dans la tombe, un
de nos plus illustres g6neraux....

A ce moment, !e fils aine de la pauvre d6funte








CROQUIs HA1TIENS


qui conduisait le deuil, furieux de tout ce batte-
lage oratoire et, surtout de la capital m6prise du
fameux orateur qui... enterrait in general, en la
personnel d'une veuve. I'arreta court, en ces ter-
mes :
Dites done, Monsieur, je vous en prie, ne
trouble pas la m6moire de ma pauvre mere,
don't nous pleurons amerement la perte.
. Tte du discoureur tout pantois, qui dut ren-
gainer incontinent son volumineux in-quarto.



















TI LADIANNE PARTANT POUR L'EUROPE








A C \MILLE N\U.IA


'HEURE, enfin, a sonne... Adieu pous-
.siere, chaleur de Port-au-Prince.
Adieu courage marron au Bord-de-
mer, adieu Caves de.ordeaux, punch
rdputes de Rose Pinpin, voluptueu-
ses nuites chez Tis6; adieu enfin,
vieilles habitudes, rious vous quittons, nous gallons
traverser la mer, la grande cuvette de l'Atlanti-
que!...
Ainsi exulte.avec force gestes gambettatesques,
entire les quatre murs de sa cnaiubrette. I'heu-
reux n home qui part pourl'Europe ,. Vite, appe-
lons-le de son vrai nom, TiLadianne.
On comprend que le premier devoir de l'homme
qui part pour 1'Europe, est de payer ( ses visits ,








CROQUIS HAITIENS


aux allies etamis. Ti Ladianne done se met en
quatre, la veille de son d6part, et consacre toute
Ia jourinee A sa tournee d'adieux, agrementde de
chaudes embrassades et de plus chaudes pro-
messes encore. A celui-ci, il apportera une super-
be pipe, ambre veritable, vraie ecume ,; acelui-
lt, une-belle canne. incrustde de nacre ou meme
de... diamant ( a lui est 6gal, car pour lui, pro-
messe n'est pas dette ); A telle amoureuse, il pro-
met une riche marquise, A tell autre, une superbe
toilette, moyennant I'assentiment dela mere, etc.,
etc.... et nous pourrions ainsi aligner un bataillon
d'etcctera, que cela ne donnerait pas mime une
idee de la multiplicity de ses promesses des plus
allchantes.
D6jh, respirant parait-il, par advance, quelques
bueesd'air de Paris, Ti Ladianne semble avoir
aiguis6 la lame de sa langue aux Forges et Chan-
tiers de Bizoton, car il est tout au ( petit point ,,
il met sa botrche en croupion de poulet pour parler.
une mimique (( perisienne ) 6gaie a plaisir, son
angle facial; ses hanches et ses fesses, bien 6tran-
glees dans un amour d'dtui de redigole, contri-
buent a rendre sa demarche plus bobussienne,
plus mdrinrante, qui' l'ordinaire. Et, A de certain
moments. il semble prendre son essor dans l'air;
on eut dit que ses pieds emprisonnes dans de
petits vernis points, se frssent adjoint des ailes,
tant il se fait leger, floconneux, pour paraitre
616gant.
DBsormais, Ti Ladianne ne parole plus que de
( Pris ,, comme s'il y avait 6t6 dejh, du ( guelfe
estrime du Hevre )., des a c'h'mins d'fer ), de
la (Teur Eiffel ,, de 1' a Op'ra ,,, du Thidtre francais,
oi (( Yon dit : d'sir et non d&sir. )
Il ne support plus la (( benne )), il n'y a que
ces grotsier... haitiens qui mangent de ceF 1gu-








Ti LADIANNE PARTANT POUR L'EUROPE *65


me-li ; lui, malgr6 son epiderme d'6bene, il est
trop blanc ,, pour manger de ces saletes il a
1'estomac trop dilicat. II raffole du bon pain lev4,
des viandes saignante.s du Camembert. du Roque-
fort. Et Ie malheureux, qui n'avait jamais goWtt
de ces choses-li, pour -s'y hahituer, depuis un
mois avant son depart, prenait riguliercment ses
repas au restaurant. Et que de grimaces, lors-
qu'il fallait mnicher le beaftecks saignants Son
estomac s'y refusait absolument. Ga 6t6 toute une
,ffaire... Enfin, il s'en porte mieux maintenant,
et son estomac lui a li)belle} s m psS;e-port: (( Vu,
bon a voyager ,.
Legrand jour arrive. Encore une here. et le
< Saint-Simon sifflera et prendra la mer.
Ti Ladianne est pret. 11 faut trois buss'. pour
em porter ses bagages. 11 apporte avec lui tout un
mus6e militaire: cinq habits galonnis, autant de
pantalons de toutes nuances, rouge, bleu, vert,
,caca-jacquol n, trois r''tam s.'- panach 's. uine dizaine
de kepis, des bottcs a I'cuyvire; car Ti Ladianne
compteassister la revue du 1 i.juillet et, ce jour,
il veut prouver aux ISran'l; ;is. qu'lun Napoleon
haltieh saut avoir au.-.i ds- h/.l.xs Itu plieds ; enfin
des sabres, des cp:"-'-. s; -s computer une dor-
meuse, deux casqluel.es it gland, (< pour metire
ai hord ,,, plusici urs IanlUoufiles en fil de laine
montoes i semelles dlouble.s et ornces de gros
oiseaux aux nuances di v1eises.
I1 n'a pas oublie non plus deux ou trois mil-
liers d'americains de (1 recommande (fabrication
Savain ), insi que deux quartaux de clairin et sa
petite chopine culotte. car,il n'en trouvera
pas ( a Peris. ,
Ii esta bord. Ses effects mis en lieu sir, sa cabine
assignee, Ti Ladianne rev.t une de ses chichias
a glands, ses pantouffles multicolored, son pajama








CHROQLI's HAIT[ENS


i)ou1 'i In ceinture d'un long cordon, et vient
. prendre le frais sur Ie point, A la grande stup&-
faction des autres passagers qui voient devant
eux. une monigol//ire prelte t prendreson Mlan vers
les hautes regions de Iatnosphere, car le vent,
s'engouffrant dans les large compartments du
pnjama 1'a transform en hallon, et peu s'en faut
Ique Ti Ladianne traverse par dessus bord...
II comprend le danger qu'il court avec son
;cccoutlremlent ltarlarinesqu:e et s'en va vite affu-
bler sa culotte et son petit veston, so mettnnt
ninsi en rapport avec l'etiquelte dii bord.
Mais qu'importe : I'habit ne faisant pas le voya-
geur, Ti Ladianne fume lieureux, sa pipe bien
bourree et ireve chaleueureement de ses prochni-
nes conquites perislennes....


















ETERNELS VIVEURS








t'ERINEI.S vi\v ers C'(st une secte de
parasites (ui s'.-ffirnme de jour en
jotur. silr ti;;to I'dclndne de ce que
nous alppelol l on l;ina;igg official
la Re'lpubiqirfu d'ihr/i. La province en
Sest saturce ; nizisi c'cst surtout A la
Capital, que cette secte-lt a Mleve sa tente et
qu'elle ce trove on pleine activity. Activity !
come si ce mot pouvnit proprenment s'nppliquer
ail'dtat d'Ame de ces gens-lk... Mais glissons sur
une simple incoherence psychologique.
L'6ternel viveur ost cet home qui, pareil au
figuier maudit 6treignant le chene, se greffe sur
notre corps social, et y fourre en plein, le pied.
Le Gouvernement ou l'Etnt est et doit &tre absolu-
ment son protecleutr. I no croit devoir s'accrocher
h autre branch. Etpourquoi lefernit-ilbd.'ailleurs?
N'est-il pas i halitien ; ?N'est-il pas cont7iibab li (?)








CIio.,wiL HAIT IENS


Eh hien, c'est la nmoindr1o tdel raisons, qu'il vive
de la :aisse publique!
Travailler! pourquoi dnce? C'est aff'ii,'e aux
inmb~'ciles, aux niais, qui en sent encore it fire
du sentiment sur les choses do I'existence, -- les
< ieuneos !L Le Gouvernement est lit, grace it Dieu ;
H ilti, In bont,ae vache vit encore, lc pis nest pas
d Is-(h'h '.le lait on.conle ; alors h qioi bon ne pn:se
y attaclher ses I' vres, n'cn pa. Iboire un peu ?.
l,'ternel viveur. anin-i arm Ide ces arguments,
laisse mnugrcer le scrupule, Ilemini I'amour-
pr'opre, s'i idigncer I'orgueil rested impossible et
file tranquillernent son petit bonliomme de che-
rin, ne s'inquieannt do iecn. indifferent aux hur-
lenments de Ia Trii bune et de la PrTesse, ct aux
tourmentes des parties politiques et des causes
cil-irws, s';gilan't dans les tribunnux Ce n'est
point son anffiroA lni ; et na liHbcrt, 1o patriotism
peuvent I)icn all -r se I'rotter li oti ils veulent.
Conservateur froid. 6goiste, il voit tout 61an d'in-
dopendance, tout dovouqemc nt, patriotilque, tout
hniIu nllmuvement dfimC ai' tout example de su-
blimne frai trtiil.(' d'un oe-i do pierre !
Le cicl et la lotrroe IporriieCnt l)ien se rionontrer
qquelquro palrt. c(nai;iinol)er" en une collision de
dertrucrtion, dts I'instant qui'il trouvorait un petit
coin on'is bloittir. o1i ';ib)riter, it a 'rait considli'r
*('e spermclIe liideux. effroynble. nvec le callne I
plus pliilosophique !:.. La, mis('re peut bien fire
nrag, tout auteur de lui. battro totes los croisces
(d I, Conmmunaiuti', pourvu qin'il n'en soit pas
altt int, que s;a bourse n'en .soit pns ('lcornie6-. il
Aprouv'c;r, tout bonnement, la douce sensation
de clui qui se'ait, Ia nuil, bien enveloppe dans
sos convelrtur'es, vaut'rd dans des couclies clhau-
(d' Ot rmo!llp, et qui entendr'ait'une a ve.;se torren-
Iiell' tirbtJiriiner su:r le toit, se mnoquant comrni







ETERNEIS VIVEU:RS


d'une guigne, dos mis'reux sans abri, 6elabous-
ses, au deliors. par la glaciale fouett6e de'l'ava-
lasse crevant le ciel noir et livide...
L'6terne! viveur n'admet point qlu'un Gouvernc-
ment ne I'hoiiore. le venire, il faut qu'il en vive et, grasse-
ment encore ; diffiremment, il lui montre le poing.
lui reserve. un petit de sa clienne. Le Ministre
avec lequel les ordonnances ne marchent pas ,
et qui se montre sdv're, est s i b".te d'hiorreur. est
incapable... trahit !es intdrets. du pays,, ii v;iut pas
les quatre fers d'un ouisttii mais cCluii-l'i. (ui
s'accommode, qui sc laisse tirer l'oreille, e.t un
phoenix. un grand patriot, une Inerveille'!
Notre type a los poches constamment bourries
de paperasses ramass6es aux quatre coins du
monde des affairs, et imaillees d'adlitions fan-
tastiques don't il reclame le paiement partiel par
contre-bons ou en bloc.II s'en va les( qu(rir partout.
C'estson industrie,il est estividoren Ministores.Les
Ministres, naturellement fatigues de ses processes
de rouhlardise, lefuientet le respiirentd fficilement,
mais lui, malin. rou cornmme tin renard, tend ses
filets .ou il est presqu'im possible que les pre-
miers nie donnent. II so tap)it en sentinelle,
chez Ado, chez Latitia. et il arcomplit de veri-
tables exploits cynragtiques. Lorsc ue, I'y'flairant,
le gibier faiti urln demi tour it gauchle ,, et gagne
le nid, par ricochet d'ailc, en passant de l'autre
c6t6, mon Nemrod adroit t no se laisant pas
mnttre si facilement dedans, va prendre position
i un coin de I'entroe du MinisOre de I, Guerre, oui
il est sir de happier sa proio... tout gentimnent.
C'est la pie:,vre aux tentacules do laquellc, il est
difficile d'echapper.
Le sompleil du viveur est people de grades
combinaisons, de plans stratOgiqucs a executer,








CROQUIS HAITIENS'


le lerdemain. Le matin. au !eveil, il se livre.
dansson esprit, tout un petit combat, pouret.rontre,
sur les moyens i empl,-oyer dans In journee, et
lorsqu'il est sorti, qu'il s'est jete aux quatre vents
de la rue, soyez sor qu'il est muni de ses meil-
leures armes et que c'est a la pointe fine qu'il
( jouera Et dites-moi un peu si la victoire in'st
pas assuree avec uine pareilie tactique, '
Tel esl. I'Mternel viveur en pied ; c'est un tacti-
cien japonais !


















GIN SECHH (CY*E;T D'I,EAU








A RUD. TIPIAINE


gre de (auli, pr: cu iiictmet

pur ct sans tncho! Rieii (j i'ii petit
dtfaut, Ln Irica1. tin sotpcoit dc tare.
dont iI 1-6 pmivnhit j;n-mis ze c')rriger
et. cqi. hC~las- !c lei mil, inalerient eni
terve: ii 1cvoit unt bri2.n trop haut 10co(Ude.
Pauvre hougrre A%,(-ri, c o tn ii en r, /)("ix('.
godaillant ftrne, touted hi soa e jouninue Vo( u:
voyait-il iredingote et couw(le ii ne ratait point
son: ( Qtj'est-ce q u'il a en lo-e)) ?
Le samedi c6tait son jour de pr'dilection, pour
e-hauffer son chapiteau ou (( monter son bcLuf),.
De tr4s njatin, ii frappait $ la porte de V'ni~ ud
estarinet de la petite ville; aux ru l. ftes I )r-
tdcuses et Pltrangl16s. Co'st Iui qui ouvrait, pou'e







CROQUIS HAITIENS


ainsi dire, le debit de derriere-dos, de rosat, de
'abs. de tafia, do rhum, etc. Lui, il buvait plut6t
le gin. Aux amis qul s'6pataient ,t le vnir ingur-
giter une trop forte qunn-tit do citte boisson dite
hollandaise. mais plut6t de falsification teutoni-
que, it expliqua que: Gin stcr'c'es/l (''eau. Et rincrme
pour abrcger. ilcl oiit tout implement : Nucrd
Un p'tit sucrit, un sucrl n'est pas i d&dai-
gner, pays ? ('tait sa t'acon d'inviter ses amis qu'il
appelail tous p/ay/..
Quand. pour le taquincret le dlgoLter. on lui
d6rnontrait que le gin en flastitre est falsifi6. dan-
gereux, n'est pas cornme celui en cruclion ; que
ce gin est plut6t a lemand (qu'hollandais, et qu'en
guise d'etre fait aver des iaies de genevriers. il
n'est tout implement que Ic product de poni-
mes de terres fermentces. il r6pondait impertur-
bablement :
Les deux ont la meme odeur et le nimen
aro n e.
Puis il ajoutait, en connaissseur patent., qu'il
se piquait d'etre :
II n'y a qu'une difference : c'est que le gin
sacred au sirop ne vaut pas le gin adouci au sure
en boule et fondu dans un peu d'eau, Ic dernier
6tant un nectar !
II avaitaussi la manie, aux rares occasions, out
on Ic servait ( car il aimait plutot se servir soi-
memo ). de recommrnnder : Seulement deux
douds ( lisez doigts ). Mais, lorsqu'il s'armait de
son verre, il ecartait dmmesurdment le pouce ct
1'index, ce qui, entire nous, exag6r lit les... deux
douds.
Le martin, au moment de fire ( le signe de la
croix ,. c'est-a-dire d'ingurgiter son premier coup,
il. levait a plusieurs reprises, .soa verre en 1'air,
en disant : A la zou, Gauli ca zou jodi'-l Et, 6n


72 --







GIN SUCRE C'EST D'L'EAu


manihre de se mettre d'accord avec ses morts ,,,
il aspergeait d'on pen du liquid, les petites pierces
pointues de la minuscule gal.nrie dii elfe'.
Puis, se retournant eCrs Marissninte, la plantu-
reuse patronne, auss-i im perialement joufflue, que
grIlee et odente., mais la bont6 en chair :
-- S6r Sainte, bois pour na Cldvre mou6
nan main ou sous plait !
Cette recoimmnandation signifiait: qu'une fois
qu'il serait entid'rem0ent part, ini'r. I'excellento
Marissainte se chargernit de I( fair roller chez
lui o0, par parentliese, sa emmie furicouse, inon-
dait gendralement d'insultes. les mralbeureux ai
qui otait confine Ia tackle d('li iate auant cu 'ingrate,
de remplir ce petit dev~ir philantliropique.
Souvnt Marintt Ma ris e reOistait stoesseliquement.
aux solicitations taH titiques de Gauli ; 01le refu-.
sait carrement de lui dolnner it boire. en lui distant.
qu'il on avait assez. q(u'il %tnait d'.jhi sool et que,
d'ailleurs, elle o tnit f'atigu(e de recovoir... los
compliments que lui adressait sans cesse Madame
Gauli.
Alors, mon type insistait. en raisonnant :
Ouaille sur cette terre d'Haiti-Thomas,
mallihureux pis clue chien... Voyez : quand Gol-
denberg est soil, yo dit : Monuiche Goldenberg
gaj net' jodi-lla ,; tandis que lors Gauli mangne
ma-mable seulement, tout' moune cri6 : li zou.
Alors. vous mCme ie, Sir Saintc, ou pasjaim'
...gnace ( ot. en mimant, il levait significative-
ment le coude ). Ma chore, pour fire mieux.
servez-moi un large gin.' u
De guerre lasse,Marissainte vaincue, s'excutanit..
C'Utait presque Ious les jours ainsi. Mai-s le dif-
ficile pour Gauli. c'ctait do boire chez soi. Ma-
dame Gauli y avait prohib( touted boisson alcooli-
que et, avec elle, il no fallait pas hadiner. Aussi,







CROQU'I lA1.VITiNS


il en avait une peur, de cette forte griffonne. A la
poigne de foot ba(ler! Pour comble de mnlheur,
cell ci tennit boutique et obligeait le mari A l'ai-
der quand mn-me, dans 1'Apre besogne d'aunage
de calicot, de mesurage de riz, de pois; et d'en-
cornetage d'enccns, de clous de girofle, de sucre,
enfin tout le tremblementd'une mnercerie de petite
ville hl itienne.
C'est cela qui finissait de mariner Gauli net
Le pauvrc home restait ainsi. des heures, com-
me au pieu. Jamais esclavage plus dur ne pesa
sur un mortel! Aussi, aux intervalles de liberty,
conmne on s'en donnait! C'est du coup. qu'on no
rentrerait plus Inl mason, si I'on pouvait.
Enfin, cette existence, lui pesant trop, il imagine
un stratageme. Que voulez-vous? Toule bOte gende
mord. 11 trouva l'eau dans les crutches trop chaude
et resolut d'adopter sa cruche a lui, qu'il envelop-
pa de gros line mouill. sous forme deconserver
sa fraicheu'' A l'eau. II eut soin, bien entendu,
d'enfermer le prncieux recipient dans son buffet
a lui. Ainsi, de temnls on temps. Gauli engoulait,
a mnme la cruche. de ploines gorges de son...
eau fraiche. II n'usait pas de verre, sachant, corn-
me il'semblait se le dire : qu'un secret... 4 trois
n'en est pas un.
Cependant, tout a unefin, mrme dans une petite
boutique de mercerie. Un jour que notre home
avait oublii d'enfermer le corps du dc'lit, come
a l'ordinaire, Madame Gauli d6couvrit !e true, et
I'on devine quel a dO ktre I'orage qui s'abattit sur
led6linquant, lorsque ires tard, il rentra, du reste,
plein comme un ceuf.
Que voulez-vou ? tant va le gin A la cruche...
.... Et aussi, tant va le gin au corps, qu'a la fil
celui-ci... se brise. Gauli avait fini par s'aliter,
son estomac cancereux, ayant inocul tous les







GIN SUcRf (C*E'T DCLEAU


autres organes. Le pauvre homme se mourait
done.
II est bien entendu qu ie lDoclour' a\vait pros-
crit 1'usage do toute boisson alcoolique et que la
plus rigoureuse surveillance entourait la clambre
du malade. Mais. quell est la surveillance qui
ne peut etre contourn6 ? Le dornestique sur le-
quel on complaint le plus. fut immertdiatement sou-
doy et, par son entremise, un cruchon de gin avait
ais6ment franchi le cordon de garden. Le brave
homme pouvait alors s'entretcnir i' sa guise, avec
son... intimeami. Autant que le lui permettaient
ses forces, l'ivrognesoulevait un cotI du matelas
et en sortait... l'ami, qui recevait. a chaque fois,
tout en s' puisant. un bien tendre bhcot.
Cependant, come Gauli 6tait un amateur de
gin sucr6, ca I'emb(tait de boire aussi sec. II se
plaignait done des fortes chaleurs, don't il etouf-
fait et demand ce qu'on mit un peu d'eau dans
une cuvette et qu'on placit ce vase sur une chaise,
aupres de son lil, de f'acon qu'il pCil, do temps en
temps, se rafraicilir.le front, au moven d'un line
imbib&.
I1 s'empressa, coimec bien l'on pense, de con-
fier i la cuvette ne contenant qu'un peu d'eau.
quelques carreaux de sucre et le restant du con-
tenu de ia flasticre. De so?'te qu'il ktait dans ses
61ements: ii n'avait qu'a se penclier un brin, pour
etre satisfait.
Mais, hdlas l'odeur tres-accentue du genievre
finit par attire attention de Madame Gauli qui.
entrant dans la chambre en coup de vent. s'ecria
furieuse :
Comment, Gauli Mon Dieu, Seigneur c'cst
du gin que vous buvez-lI ?
'- Non, non, tou-toute, je me rince seulement







CROQUIAS HAITIENS


la bouche de cette eau si fraiche... C'est qu'il fait
clhaud... terriblernent chaud... Oh! j'itouffe... je
n'en peux plus... D'aillcurs, gin sucru c'est d'
l'eau.
II n'acheva pas et rendit I'dme.


















LE CAILLOU


At D' Louis JOSEPH JANVIER


du President Salomon. Que- vou-
lez-vo'us? je trouve en cet home
presque toute la quintessen _e de la
Spolilique haitienne, piltoresque et
intelligence. C'est done pour moi,
un Klondike inepuisnbJle et pr6cieux. don't je ne
veux pas perdre mmei un filon.
A la chute de I'Auguste MajestA Faustin ler, le
gen ral Salomon, Son H;int Intendant dles finan-
ces, -- comme c'est toujui s leu i I. ref'( in ide notre
inenarrable chanson politique, partnit pour
I'exil.' Alors le people s'etant cru sooverain et
vo.ant niavement, come un mirage d' ere nou-
v'ell poin'dre suir I'horiz'on quisqueryen. se mit a








Ci ouis H.%rrt.EN-


pourchasser violem ment tous les ex-beaux homes
de I'ex-rigime, sauf i s'en coiffer d'autres
come toujours, n'est-ce pas ?
Salomon. ainsi que Ie chalinelier Delva, Amiti6
Lubin, gouverneur Vil, Baron Dessalines et tous
les dignitaires de marque de note second Empire,
se dirigenit done vers le Bord-de-mer -- premiere
station du ca/i'laire jimanonwin. L'effervescence sur-
chnuffait tous los cerveaux et 'ous les ccurs.
devenus subilement cranes et virrace, .apres un
honteux hibernnge de onze ans.

Choa chien, chien enrage.
Chou ehien. chien dchatin !I
Tete Soulouque sembl boulet,
Ventr'li... e6 barriq' sans fond...

Ca couplet courait les rues poussiereuses de
notre inimitable Capitale. Le monde s'agitait. Des
fiers-ai-bras, frais 6clos, d'une... bravouve sou-
daine, contrastant comlhien. avec la prudence
toute morniere des 11 nnn'is de tyrannie imp6-
riale le tromblon pret a partir, it la main, la
manchette au clair criaient, la bouche ccu-
mante :
A mort, Couanhi! A bas Coucou !
Couachi? I'Empereur Coucou ? l'aigle im-
p6riale
Ils demand ientles ttes des quelques douzaines
de tyranneaux mis.a has par le pouple... souve-
rain. Mais h, il fnut donner un bon point au brave
people haltien : il netueguere... ces tyranmeaux,
don't ii demaride si avidement la tete, car le coup
fait ai Septimus Rameau no se r,'ptte pas souvent.
Au. contrairb il semblernit que los grands cris
mtfbrhrditati de- ilbs cihaI-tmantl rvdivoLtibiaire's








LE C.',iLLO


sont plut6t des avertissements, pour que les fu-
Sturs... supplici's aient Ie temps de boixer.
Chou chien, chien enrage ,
Et Salomon s'en all;it prestement. do son pas
menu. vers le rivage, poursuivi par la meute me-
nacante et sou. uIne gr'l;. do pierre,, corn mencee
depuis clhez lui., i 1'a igle Ncrd-Est des rues Pavye
et R6publicaine.
Mais on le vit so )ais:'.'r et rarnasser nn caillon
qui venait ( d lui riic( c-her contrc Ic gras do sa
jambeet, il Fengloutit dans sa poche. Ce manage
indicateur. do so ponctuer d'u1n re'g rd plus signi-
ficatif encore, A I'adressed'un des pourclasseurs.


Vingt ans apres, 101 coups de canon, solen-
nellenment, annoncaient du Fort-Nalional etdes
autres for'tifications de la Capitale, no people -
pass6 at u] nie au tre r're ct ayanlt 'rei- i sa so uve-
raineot provisoire,- qu e gendira Louis Elilnne-
FelicOte-Lysius Salomon Jeune. npres avoir emlpri-
sonno nussi soigneuserment qu'il avail empoch6
la pierrequi lui ricochla au mollet, ses concur-
rents: leso generaux Titon HIrisse et Joseph Laumothe,
venait do se/ai/'e dlire President d'Haiti.
Les salamalecs, les genuflexions, les d6non-
ciations, les el ccetera de commencer, com me tou-
jours, par toutes les marques de salueurs du soleil
levant, tous les assaillantsde functions publiques.
Or. le general V. Q. s'am&ne, conmme tous les
kehinards. 11 vient pour un... place. II demand a
commander un Trou qreeirc,:j" pou r( pouvoir
rdgler moune.
Saloom'on, ses 1vres minces bisn pincees d'uno
pointe d'ironique vengeance, le fatit asseoir. poll-
tmntf f tdmnitide, do sn grrisge Viji.xsinfre:








CnoQuis H.\ITIENS


Robert, demanded 5i ma femme, le sac nu-
rnmro 100. blend Denims ?
lRobert, loe iaj ordome lui apportle une sorte de
sacoche en forte Vtoffe a'ilaise.
Bon. attendez...
Le PrIsident. ajustant aussi exactement qu'un
franc tireur, Ic fond du sac, y plonge sa lafge
main lisse et soignie a la perfection et'on tire une
pierre police con mme de I'ivoire.
General V. Q. reconnaissez-vous cet objet ?
Non, Pesedent.
Comment, vous avez la mimoire biencourte!
Vous ne vous souvencz pas de ceci, et pourtant
c'est une... histoire qui ne dale qtre de 20 anns.
Malheur !... V. Q a plus que compris.
Pardon, pardon Grice, Pesedent ... J'6tais
fou...
C'est un sanglot d(esperc arrosant la plus plate
des gniuflexions...
Grace, pa;ql 1 Je ifeai tout ce que vous vou-
dre.z... Grice !
Relevez-vous, gdriih'al. car votre posture
est indigne d'un divisionnaire. En attendant, je
inen. vais vous prouver, que je ne suis pas aussi
sceldrat que vous. Je no vous nomime a aucune
function )ublique, pace que je ne veux pas re-
celr" de vipere dans mon sein, mais je vous
done vingt gourde- par semaine, sur les fonds
secrets, afin que... vous me comprenez, je crois ?
Oui, papa, merci, je com prends. Je serai ter-
rible. Malheur... A eux!
C'est ainsi que Salomon prenait sa revanche.
Et depuis, V. Q. sordide. repugnant, a faisait ,
les caf's, les bars et les verandas du Bord-de-
mer, en quote de proie humane, carnassier
*iolicier qu'il ,tait devenu....


















FRERE LEON








A TH. WOEL.


A-T-IL un J6rirenien do trente ans qui
ne se souvienneodn Lon Vorbe, lge-
rement toqu6, n'ayant perdu qu'une
feuille. come on dit, et tres intelli-
gent?
Frere Leon( la ville entire l'appe-
laitfamilierement ainsi )s'en allait par lesrues,de
sa demarche lente et mesuree, de son pas de phi-
losophe malgr6 soi, de dge'nedr resign" la poitrine
velue au vent. grace a sa chemise toujours d6bou-
tonnee; et il semait de ci, de lA. ses lazzis cin-
glants, ses rdparties spirituelles et 'fm'enfichistes.
A tel badaud tatillon, il distribuait son m6pris ;
a tel loustic flAneur, lui merchant sur les talons,
il laehait une odorante fusde; a un type enmbtant,
r?







CROQU.S 14AJIT1ENS


lui montant un bateau ,, ii langait une de ces
bordies foudro yantes qui vous envoient repasser
votre genealogie.
,- Frre Lion, quelle difference y a-il entire le
beurre et le babeurre ?
Beaucoup plus qu'entrele singe et vous et
toute votre clique 1
Fr6re Leon, dites-moi, Il, sans blague, qu'ai-
mez-vous Ic plus: le hareng saur ou les pis-
quetles, (1) Ie rhum ou le blanc ? (2)
Votre grosse maman, mon fils
Et c etait toujours ainsi. Oh les rudes joutes,
les joutes inoubliables, entire la badauderie JerG-
mienne et le fou spiritual!
Un jour qu'mrnch6, titubant, fire Leon cier-
chait de l'equilibre. en fredonnant so mblop6e
habituelle :

Tangage, tangage...
Ohe Loffe a la rise

illui arrival d'(rupter un pcu plus bruyamment
qu'A l'ordinaire, en pas.-'ant sous la galerie de S8r
Ji ta ; celle-ci, furieuse et. suffoquant :
Dites done, frere Loon, vous ne serez jamais
poli ?
Incontinent, Leon, retrouvant son 6quilibre, se
retourne et, de toute sa hauteur dedaigneuse:
Vous dites. Tata ?.... Eh bien,je suis plus que
poli : ie suis rerni au tampon :

(1) Petites lamproies ressemblant a des gros vers et qui, pun-
dues dans la mer, remontent, au d6cours de la lune, le course
de certaines riviures. On les appelle en France, des OHATOUIL-
LEs.
(2) Tafij; que le people d'ici d.doVe dIe 1'ethplmisme BLAsrc,
aif ra"ppor't A sa couleur.








FRtRE LEON


Puis il continua...
Tangage, tangage...
Ohe Loffe d la rise !





Son habitude, sous les gouvernements d6bon-
naires etait, A chaque fois qu'il commettait une
incartade et qu'on l'emmenait au bloc, de se
coucher par terre et de dire aux agents de police:
(( Puisque c'est vous qui m'y emmenez, vous pren-
drez au moins la peine de me charroyer ,. Et
c'itait fait saris encombre.
Mais arrive Domingue au Pouvoir despotique.
et, a une de ses innombrables kquipees, Loon se
permet la mCme observation. Un petit sergent
fouinard, ausit6t fronce les sourcils et fait le ges-
te de I'arroser de I'Mloquente persuasion de son
coco-macaque.

Frapp', mais dcoule, 6 mon fils! La raison
Me ditrde marcher tout drdt en prison...

g6mit le pauvre home de po6te.




C'est dans le petit estaminet de Sdr Jointure oi,
en meme temps, elle tient epicerie, boutique de
quincaillerie et de grosse toilerie. Depuis le lever








CRO"-IS HAITJENS


du soleil, c'est la douzieme fois que fireir, Lnon
s'y amine, pour so.... rafraichir le gosier altre6,
d'un coup de tafia.
Mais, i y a du monde, beaucoup d'acheteurs
et, surtout, des p'tits 9l7rcons se. adversaires ir-
reductibles. Ldon ne sait que fair. I1 craint, en
commandant son cob de blanc. de provoquer la
gouallerie de... ces petits poliisons. Et cependant,
il faut quand meme qu'il s'exeicute: son gosier en
feu demand h 6tre ... ratraichi. Mais, nm6iant, il
regarded tutautour de lui, en cillant les paupikres
comiquement, en la recherche d'une solution sor-
table... Enfin, il se dwvoue ou, du moins, il a trou-
v6 le joint. Eureka !
--- S6r Jointure, vendcz-moi une... atune le cali-
rot !
Et, tapi derriere le comptoir, frtre LCon vite, en-
goule... son aune de calicot; puis apres s'Atre dis-
crternent essuy6 les lIvres du revers de sa grosse
main poilue, detale, en murmurant sa cantatille
favorite :

Tangage, langage...
Ohe!! Loffe d la rise !

















JEAN VALJEAN ET CARTOUCHE HAITIENS (')


POUPU ETZER VILAIRE


AILLONIEUX, le )pant.loi) ecffrange, la
vareuse dentelec par 1'usure, un lar-
ge chapeau de paille deform6 surle
chef, une macoute-sotte sous le bras,
nu-pieds, les orteils grouillant dans
la boue ou dans la poussiere, notre
Jean Valjean s'en va. escorted d'agents de police
arnmesjusqu'aux dents: pliant, se cassant, s'affais-
sant, b6lant sous la grile de "coco-macaque) qui
lui tombe dru partout, sur le dos, sur la tete, sur
la poitrine....

(N) N. B. Ce croquis fut public en 1895, dans l'Opinion
-tionglc i de mdn cer ami La23far, mDrt: Comma de l:eau
a dould depuis !







CRoQuiS HAlTIENS


La grile de coco-macaque ne s'arrete que de-
vant la barriere de la prison et, encore, pour y
faire entrer Jean avec peut-Atre plus de bonne vo-
lontd(?), on lui en allonge un un dernier, une
( pointe> en quelque'sorte, mais cette fois, au
bon endroit, entire les deux h6mispheres, et le
malheureux. moulu, fourbu, meurtri, d6gueulant
du sang mMl6 de glaires, le visage livide, come
un paquet de line sale, s'affaisse sur le sol, sur
ces petites pierres aigues comme des clous de
pointe-de-Paris et qui constituent les dalles de la
cour de la Conciergerie...
On ne lui donne pas le temps de respirer, de
b6ndficier, meme quelques minutes, d'un peu
d'air pur; on le relive, le houscule de nouveau
et on le ((flanque ) dans un cachot aussi noir que
le siege du grand diable!...
Six mois... un an, notre malheureux Jean Val-.
jean est, demeure dans ce cachot, cet antre peu-
pl de vermines, hant6 de toutes les tourmentes
de l'enfer, sans etre interroge... et mangeant peu
ou prou, quelque quiampan de ci, de Ia, grAce
A ces bonnes femmes superstitieuses qui font des
mang-mnarassa, en I'honneur, et pour le repos de
1'Ame de leurs parents d6funts.
Les juges ne daignent, on le concoit, descen-
dre jusqu'A ce gueux, ce vulgaire voleur pour l'in-
terroger. Ma foi! on en aura bien le temps; pour-
quoi tant se presser: il attendra, ce miserable!
et encore il sera bien heureuxde subir un inter-
rogatoire d'ici quelques mois! ..... On salt bien
qu'il n'y a guere de justice pour les malheureux,
en ce beau pays de Quisqueya!!
Enfin Jean est...... interrog6 et, tout naturelle-
ment il est renvoy6 par devant le tribunal cri-
minel d'ou; juge (?), condamn6 aux travaux for-
c6g, il retourne A l'antre infernal, aux parois frai-







JEAN VALJEAN ET CARTOUCHE HAITIENS


des, glances, et tout empli de ten6bres, come
si la Mort noir et gigantesque oiseau y au-
rait tendu ses grades ailes fun)bres....
Et qu'a fait ce mis6reux? De quoi est-il coupa-
ble? Un jour, les entrailles labournes par a fair,
merchant sur les dents. have. d6figure. spectral,
notre Jean Valjean. pass pros d'une galerie ou,
sur une caisse et dans une crasseuse bichette, tout
un rayon de luisantes tabletles de coco-grag. lJar-
ges comme la main et ne manquant pas d'6pais-
seur non plus, excitement sa con\oitise: et on sait
qu'arec la faimn point de resistance. Or, le maliheu-
reux meurt-de-faim (< tondit de sa langue ). une
bouch6e de ces rares et superbes pieces ; et tan-
dis que, satisfait. il allait se retire, on cria: haro!
sur le voleur, et la police accourue, l'empoigna
et le battit d'une vol6e de coco-macaque.




Mais, voici Cartouche Quel beau type que ca
fait! il ne lui manque absolument rien, le ciel I'a
comble de routes ses faveurs. 11 jouitde tout. il
a villa aux environs de la ville, voitures, beaux
chevaux, etc. Tous les deux ans. son ,( voyage
d'Europe est connu, et chaqite fois qu'il revient
de ( Peris ,, tel un de ces anciens Seigneurs des
pays Bretons, c'est toute une procession qui I'es-
corte du bord-de-mer A sa mason et, chacun de
ses nombreux amis est honor d'un petit cadeau,
mais du plus chic p6risien. ,
Et Cartouche est un voleur, un fieff6 larron;
mais c'est un de ces voleurs dores, superieurs. om-
nipotents, qu visage de qui la vindicte publique
meme, n'bse lancer son crachat. et que la justice







CROQUIS HAITIENS


ne s'estjamais permis de rechercher. Cartouche est
bourre de titres sur 1'Etat.
. Ce sont de ces voleursconvaincus de l'impunit6;
et cependant ce sont les detrousseurs de notre
Caisse publique; ce sont eux qui ruinent le pays.
qui affament le people, aqui ils arrachent le pain,
et qui portent des Jean Valjean, A force d'avoir
impose ceux-ci les plus cuisantes souffrances,
par leurs scandaleux vols, leur panamisme, i
voler chez la marchande de tablettes, un de ces
banaux gtteaux de coco ou de pistaches....
Pour les Cartouche, point de prison, point de
condemnation, la Justice est muette; mais pour
les Jean Valjean, allez! en avant, la bastonnade,
le cachot. les travaux forces!....



Et les choses merchant ainsi, le pays agonise.
s'en va; Haiti n'est plus maintenant, qu'une mou-
rante: elle expire, lasse, degot6ee, abrutie!
Que faut-il done, pour qu'il n'en soit plus ainsi?
pour que ce pays renaisse ? Transformation de
systeme. II faut qu'on ait le courage de denoncer
les voleurs panaches; il faut que ceux-lh ne puis-
sent pas computer avec 1'impunite et qu'lls pur-
gent leurs peines, en portant le fardeau de leurs
vols, les 6perons aux pieds et affubles de la ca-
saque traditionnelle.
Partout, il y a des panamistes, ici comme en
France; mais chez nous, les panamistes sont des
matadors superbes, et la-bas, lorsqu'on a d6couvert
leurs m6faits, ils ne sont que des formats! !
Mais, helas en Haiti, le pauvre Jean Valjean
sera toujours trait severement, et Cartouche pr6-
nt, choye, ador !!



















NATIONAL


A USWALD DUHAND


COMBLE. SPECTATEURS : 1.200.000


ACTEURS :


Chambre Desd6putds
Chambre Descomptes
Cdnat


PIECE : Conjugaison du verbe PRENDRE, au
pass indfini, s'arrdtant sur la 3Q" personnel du plu-
riel ( Auteur: K. LYPSOT ..
1'1 acteur: J'ai pris .... fouchtra !'


SAYNETE







CROQUIS HAITIENS


2"" acteur, s'adressant au troisieme :
Tu as pris !....... bravo !
Le 3me parlant du second, au premier:
11 a pris !..... bravissimo .'
Et les trois en chceur : ,Nous acns pris !...
Ah ah ah !..... Hourrah !
Aussit6t, dans I'auditoire fr6missanl. une voix
de femme murmure, faible, d6faiilante, presque
6teinte: GRACE! C'est celle de la Patrie agonisante.
LE RIDEAUI TOMBE.



















OBSERVATION. Ce croquis fut inspire par les grandes
joutel oratires de 1893, lorsquQ nos Reprisentants s'accpaient,
se reavoyaient tour & tuir, 1'6pithe~ e de Calypsotards *.







S~~S*tt


NOS ENNEMIS


A MA CUISINIERE


os ennemis Mais de quels ennemis
s'agit-il ? Sont-ce des visages pales,
des gens armes de pied en cap, des
Cromwells redoutables, des Banges,
des Lebels vomissant la mort et
prets a nous faucher comme des
maYs. mirs? Certes, ceux-]l sont exterminateurs,
tonitruants; ils font couler le sang, ravagent les
cites, devastent les champs et moissonnent, en
m6me temps, toute une population -- Les fl6aux
tels que la peste et le cholera, sont aussi de ces
ennemis-ld...
Mais ceux don't il s'agit ici, sont d'une autre
cat6gorie: ils 'ne mordent, ne broient ni ne tuent
a grand fracas. C'est quelque chtide c6mtin qiii







CROQUIS HAITIENS


dirait les tentacules de la pieuvre ; quelque chose
d'attachant, qui pursuit I'homme partout. qui se
colle, en quelque sorte, a sa vie, et qui Ie ruine,
le d6truit, tel le phylloxera. le fait d'une vigne.
A notre raveil, la premiere chose que nous
voyons. c'est cetimplacable adversaire; le matin.
a midi, a notre coucher, toujours lui, spectre
effroyable, troublant notre repos !
Mais tout seul, i! ne pou:rait rien, il lui a fallu
des allies, ils se sont coalises contre nous et dans
notre propre sein ; ils ont, en quelque sorte, mis
la division au camp di-s Grecs.
Et que sont-ils, ces ennemis, ces puissants et si
terrible allies coalises centre nous et en nous
memes, dans notre propre domain ?
Mais c'est le cafe que vous prenez le matin,
suivi du (( pousse ,, le cigare ou la cigarette que
vous grillez ensuite; c'est la cuisiniere armee de
son panier a anses qui vient se camper, raide
comme une bougie en v6rine, deviant votre epous-.
qui, elle, vient vous fire Ic meme geste et, en
definitive, vous qui, apr6s quelques balbutie-
ments, sortez, si vous n'avez pas la (( feuille ,
prete, et allez la chercher quelque part et la
trouver quand mdme Ces ennemis? c'est la
viande qui est d'une chert6 abominable, m6me
chez Jam!non,, et qu'on vous sert de la faQon la plus
derisoire: 1/2 livre d'os, pour une livre de chair.
et que vous 6tes oblige de payer 60 centimes; ce
sont les pois verts don't on vous donne une petite
poignee comme a I pour dix cobs ; et meme le
pois rouge, la piece de resistance, qui se donne
aujourd'hui par pincee, come si c'etai, du tabac
que nos estomacs priseraient !
Nos ennemis ? c'est 1'herbe entihrement seche
at don't deux charges suffisent a peine A la con-
sommatidn d'un .seul dheaal, p5arjour, et idntles








-NQS- ENNEMIS


paquels ne sont pas plus gros que les petites bottles
de poireau que vendent nos revendeuses. Aussi
come le cheval est tique! Et en fin de compete,
notre bourse, s'aplatissant devantage, nous nous
voyons obliges, a notri tour, de fire cadeau du
dada tant choyo p)urtant. Pauvre dada pauvres
de nous !...
Les allies de nosennemis? Ce n'est rien moins
que nos besoins de toutes les heures.
Voila le Sphinx vaincu voild la realitI et la
misere souffle ses rafale-o tout autour de nous, la
faim bat la generate dans nos entrailles, nos cer-
veaux se dtraquent. Mais, est-ce la fin ? Mal-
heureuserment non. C:a continuera toujours ainsi,
nous assisteronzs aux mmnes souffrances. cons-
tamment en butte a ces redoutables rinemis.
Oh come vous ktes dure, cruelle, abominable
LOI-PATATE


















LE FAUX LUXE







POUR MADAME F. S.


EPUIS pres d'une vingtaine d'annees,
nous avons contract des habitudes
tout autres que celles connues de
nos oncles.
Le luxe est entree chez nous ensem-
ble avec la corruption, et s'y est
entierement enracine; et aujourd'hui, il serait
aussi difficile de )'en expulser, que de divorce
Calypso avec nos glorieux mandataires tous <( ho-
norables preopinants et coll6gues-t-A gau-
che ou <( t-A droite.
C'est une vanity enragee de soies et de satins
douteux qui ontchasse de notre monde du sexe
.imiable, les; .imdestes et gentillesindienaes, les
legeres niotteselihes detibutdes dortes '; c'et l'e1-








.CR0QUIs HAITIENS


vahissement barbare des chapeaux empanach6s.
aux forces les plus ridicules, et la debacle de
!'ancien tignon et des poctiques coiffures enguir
landees et fleuries, qui s'en allaient. par les fetes,
etalant la beauty et la vigueur de leurs nattes
6paisses, 6clatantes et noires corn me des niles de
corbeau ou ayant des reflects d'or fauve.....
Et quoi on voit des manages don't rien n'6gale
la guigne, I'affreuse risere, et qui donnent jusque
li dans le debordement du luxe effren6.
Le mari, malingre, souffreteux, crevant la faim,
pouvant a peine r6unir, au bout du mois, la baga-
telle de 20 A 25 gourdes, s'achetant avec toutes
lesmisres du monde. son 1/2 kilog de tabac
hebdomadaire, et ne pouvant guere se payer la
fantaisie de la chair qui, aujourd'hui, se vend
pourtant, pas cler; eh bien, ce maria so fiche
un scandal de meubles sur la tete, s'endette
juscfu'aux racines des cheveux, pour briller et
tr6ner avec la petite femme, le plus souvent, pas
plus epaisse qu'une maigre bougie d'un calin,
mais grande tapoteuse de clavier, emplissant
jour et nuit, les appartements tendus de papers
or et 6clarte, d& la tempkte des folles notes de
meringues endiables; tells que: Ti chatt' et Oh!
ca chaud!
Et le jeune menage s'en donne raided, bouffi de
vanity. dans le luxe scandaleux et occulte de la
petite mason emmitouffl6e des tapis de Kurdis-
tan,:somptueusement attifee de rideaux poudres
de poussiere qu'6poussette la brise carabinde et
titededela canicule. Et tandisque les heureux (?)
6poux affichent ainsi, ce semblant d'aisance,
se pr6lassent dans le velours des divans et
la soie, baign6e du grand eclat des ors; don't
s'embrasent les salons, donnez-vous la peine de
p'o'U'sdr vbtre indisCretidn, jusqu'i f6urrer le nez








LE FAUX LUXE


dans le pot-au-feu, et vous ne serez pas tonnd de
constater que ce luxe extravagant a ses extremes
limits just au seuil de la cuisine.
Le'menage tr6nant dans les salons et par les
rues, s'est mis tout bonnement A la dikte, pour se
flanquer une fortune apparent hamecon qui
ne capture que les gogos, il est vrai, mais qui ne
manque pas d'assurer, meme I'espace d'un matin,
une certain pose a ceux qui s'en servent. Ainsi,
apres l'orageux tapotement de notes fausses,
dans l'6talage des divans et des psyches, c'est un
maigre plat qu'on.boulotte dare dare, afln de ne
pas 6veiller ou confirmer les soupcons du voisin;
c'est un parchemin de more, quoi! qu'on avale
vite et donton s'essuie la bouche, pour courier de
nouveau au piano.
Et plus loin, plus loin, dans l'intimite, ce sont
des miseres, toute une debacle de pudeur, la
femme qui s'en donne avec les amis, I'homme qui
s'en bat I'ceil, qui fait semblant de ne pas voir et
de ne rien.comprendre, profitant, au contraire,
de cette recolte de chair qui remplit de quelques
sous, les tiroirs de la table de nuit. Du reste. il faut
payer les dettes, qui assomment A la fin, si on
n'en endigue par la crue! Et les loyers A payer ?
et tout ceci, et tout cela ?...
Et au maria il pousse rudement des comes, etla
femme guerit de sa fringale de tapotementssur,le
clavier phtysique, occupee A l'autre besogne,
infiniment plus lucrative !
Tel est le faux luxe.



















FACILE REVANCHE








POUR PEREIRA


ous connaissons la biblique sentence:
eil pour wcil, dent pour dent, de m&-
me que la terrible mise en demeure:
passe-moi la manne, je te passerai le
send. Eh bien. un de nos enfants
du people a dernierement mis
d'une maniere merveilleuse .... l'imperative
maxime en action.
Domestique chez un de nos plus distingu6s pr6-
lats, il n6gligeait avec obstjnation ses humbles
devoirs, pour l'innocente distraction de jouer a
la toupie. C'6tait devenu chez lui, comme une
passion. La toupie, encore la toupie, toujours la
toupie. Il ne se resignait & abandonner son cher
exercise, de lancer a bras tendu et vigoureuse-
ment, le jouet favori et le voir tournoyer sur la








CROQUIS HAITIENS


mince couche de sable blanc de la cour du Pres-
byttre, que pouir gloutonnement engloutir son
m< manger r et... dormir.
Lorsqu'on I'envoyait en commission, au mar-
chl, on ailleurs il damait victorieusement le
pion an Petit chaperon rouge ,, mais avec cette
seule difference, qu'en guise de s'attarder A la
cueillette des fleurs, il s'illustrait de prf6rence,
en compagniede gavroches, de ses amis, au ( Lu-
me Teign6, tournoi auquel il 6tait pass
maitre.
Vonnn Et c'"tait le petit engin conique du
clown improvise et savant, qui furieusement run-
flait et triomphalement heurtait avec la violence
d'une torpille moderne, type white head, celuide
1'adversaire, lequel trebuchait et allait rouler a
plusieurs pieds de distance, montrant piteuse-
ment le clou en I'nir.
Mais, hilas les Chaperons rouges ont de tristes
destinies, et bien que le brave homme de pretre,
point loup, tant s'en faut, ne fit pa's une bou-
ch6e, du petit et6nervant dissip',teur, neanmoins,
le galopin eut A payer durement ses equipees. Le
Cure. furieux, sdquestra la toupie. On compren-
dra aisement la detresse du pauvre domestique.
Ne plus jouer A la toupie, maisc'etait la variole...
le charhon... la boussarole, la mort Con6ment
subir ce torturant veuvage, cette catastrophe de
la plus navrante des privations, cet aneantisse-
ment de tout un bonheur ?Non c'6tait impossi-
ble, c'dtait une abomination !
On se vengerait, le bon pre le paierait cher, on
l'ameneraitsfrement, A rdsipiscence... sinon !!!...
Une solennelle et impressionnante messe de
requiem se chantait pour le repos de l'Ame d'un
des ex-Presidents de notre tros cataleptique Rd-
publique. Et c'est au combien distingu6 Mon-






FACILE REVANCHE


seigneur B., qu'6lait d(volu en cette circonstance,
I'honneur de l'office divin. Et Sa Grandeur,
quoique adorant le ddlicieux vin de France,
ne support point le pourtant ravigotant rhum
d'Haiti, pas meme les marques les plus renom-
mnees, telles que les Villejoint, les Barbancourt,
les S6neque, les Cristal. etc.
C'est done la que devait se d6nouer l'affaire,
que la revanche premi6ditie dt eclater come
'un vrai chant detriomphe.
Or, notre amoureux dela toupie, si c,'uellement
d6pit6e tait en mrme temps, enfant de choeur et
servait pr6cis6ment, A cette messe de requiem.
II avait eu soin, au prealable de se procurer, chez
le dehitant d'en face, un rhun p'tite chaudihre,
lgerement color', simulant le vin blanc, et don't
il remplit la burette, au Sacrifice de la messed.
Dominus vobis cum .... Sursum corda !! ..!
Monseigneur, avec toute la majesty de circons-
tance et plus qu'A son ordinaire, absorb une
large rasade de ce second .... signe distinctif de
la Communion. Malheur! I'affreux et piquant
breuvage lui brfla tellement le gosier, qu'il 6touf-
fait....
Alors, rouge comme un coq en pleine gagaire,
les yeux ( flamme ca' Demeuran et emigrant
de leurs orbites, le malheureux pasteur cria:
Vite... vite ...de l'eau... Vite!supplia-t-il, d'un
timbre trouble, accusant tous les navrements de
son larynx en feu.
Vite,.de l'eau ? retorqua l'insolent, ou pap
fimin I Sursum corda --- n'homme-la nan corde !
De I'eau... je vous en prie, j'etouffe...
---Eh bien, remett' moins topie m', ma ba'ou d'leau,
ordonna imp6rativement le feroce petit vaurien.
Et le cure, desesper6, vaincu, qui eulportait
toujours la toupie dans les poches de-sa soutane,





CROQUIS HAITIENS


depuis qu'il 1'avait enlevie, dut nerveusement y
plongerles mains et en sortir l'objet litigieux, pour
humblement le passer a 1'enfant de choeur triom-
phant.
Ah I Ve victims. La rancon est toujours cruelle.
Oh! comme dut rager 1'ame de l'officiant, durant
tout le reste de la cir6monie, surtout que l'effron-
t6 domestique avait vite fait de d6taler, en vrai
rat d'gglise, qu'il 6tait menace de devenir, par la
rude punition, --- une diete peut-ktre de fort lon-
gue durce--- que lui infligerait son sacerdotal
maltre ?









N4




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs