• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Étude sur le tempérament Haiti...
 L'Erreur Révolutionnaire et notre...
 Tables des matières






Group Title: étude sur le tempérament Haitien ...
Title: Étude sur le tempérament haitien
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00078283/00001
 Material Information
Title: Étude sur le tempérament haitien
Physical Description: v p., 2 l., 208 p. : ; 20 cm.
Language: French
Creator: Magloire, Auguste
Publisher: Imprimerie-librairie du "Matin"
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1908
 Subjects
Subject: National characteristics, Haitian   ( lcsh )
Civilization -- Haiti   ( lcsh )
Culture -- Society -- Politics -- Haiti -- 19th Century -- 20th Century
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00078283
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000802587
oclc - 22478522
notis - ADZ7079

Table of Contents
    Étude sur le tempérament Haitien
        Page A
        Préface
            Page A-i
            Page A-ii
            Page A-iii
            Page A-iv
            Page A-v
            Page A-vi
        Nos conditions d'existence
            Page A-1
            Page A-2
            Page A-3
            Page A-4
            Page A-5
            Page A-6
            Page A-7
            Page A-8
            Page A-9
            Page A-10
            Page A-11
            Page A-12
            Page A-13
            Page A-14
            Page A-15
            Page A-16
            Page A-17
            Page A-18
            Page A-19
            Page A-20
            Page A-21
            Page A-22
            Page A-23
            Page A-24
            Page A-25
            Page A-26
            Page A-27
            Page A-28
            Page A-29
            Page A-30
            Page A-31
            Page A-32
            Page A-33
            Page A-34
            Page A-35
            Page A-36
            Page A-37
            Page A-38
            Page A-39
            Page A-40
            Page A-41
            Page A-42
            Page A-43
            Page A-44
            Page A-45
            Page A-46
            Page A-47
            Page A-48
            Page A-49
            Page A-50
            Page A-51
            Page A-52
            Page A-53
            Page A-54
            Page A-55
            Page A-56
        L'ouest Américain
            Page A-57
            Page A-58
            Page A-59
            Page A-60
            Page A-61
            Page A-62
            Page A-63
            Page A-64
            Page A-65
            Page A-66
            Page A-67
            Page A-68
            Page A-69
            Page A-70
            Page A-71
            Page A-72
            Page A-73
            Page A-74
            Page A-75
            Page A-76
            Page A-77
            Page A-78
            Page A-79
            Page A-80
            Page A-81
            Page A-82
            Page A-83
            Page A-84
            Page A-85
            Page A-86
            Page A-87
            Page A-88
            Page A-89
            Page A-90
            Page A-91
            Page A-92
            Page A-93
            Page A-94
            Page A-95
            Page A-96
        Nos nécessités nationales
            Page A-97
            Page A-98
            Page A-99
            Page A-100
            Page A-101
            Page A-102
            Page A-103
            Page A-104
            Page A-105
            Page A-106
            Page A-107
            Page A-108
            Page A-109
            Page A-110
            Page A-111
            Page A-112
            Page A-113
            Page A-114
            Page A-115
            Page A-116
            Page A-117
            Page A-118
            Page A-119
            Page A-120
            Page A-121
            Page A-122
            Page A-123
            Page A-124
            Page A-125
            Page A-126
            Page A-127
            Page A-128
            Page A-129
            Page A-130
            Page A-131
            Page A-132
            Page A-133
            Page A-134
            Page A-135
            Page A-136
            Page A-137
            Page A-138
            Page A-139
            Page A-140
            Page A-141
            Page A-142
            Page A-143
            Page A-144
            Page A-145
            Page A-146
            Page A-147
            Page A-148
            Page A-149
            Page A-150
            Page A-151
            Page A-152
            Page A-153
            Page A-154
            Page A-155
            Page A-156
            Page A-157
            Page A-158
            Page A-159
            Page A-160
            Page A-161
            Page A-162
        Appendice
            Page A-163
            Page A-164
            Page A-165
            Page A-166
            Page A-167
            Page A-168
            Page A-169
            Page A-170
            Page A-171
            Page A-172
            Page A-173
            Page A-174
            Page A-175
            Page A-176
            Page A-177
            Page A-178
            Page A-179
            Page A-180
            Page A-181
            Page A-182
            Page A-183
            Page A-184
            Page A-185
            Page A-186
            Page A-187
            Page A-188
            Page A-189
            Page A-190
            Page A-191
            Page A-192
            Page A-193
            Page A-194
            Page A-195
            Page A-196
            Page A-197
            Page A-198
            Page A-199
            Page A-200
            Page A-201
            Page A-202
            Page A-203
            Page A-204
            Page A-205
            Page A-206
            Page A-207
            Page A-208
    L'Erreur Révolutionnaire et notre état social
        Page B
        Préface
            Page B-i
            Page B-ii
        Coup d'cell sur l'Artibonite
            Page B-1
            Page B-2
            Page B-3
            Page B-4
            Page B-5
            Page B-6
            Page B-7
            Page B-8
            Page B-9
            Page B-10
            Page B-11
            Page B-12
            Page B-13
        L'Affaire de l'Assemblée générale
            Page B-14
            Page B-15
            Page B-16
            Page B-17
            Page B-18
            Page B-19
            Page B-20
            Page B-21
            Page B-22
            Page B-23
            Page B-24
            Page B-25
            Page B-26
            Page B-27
            Page B-28
            Page B-29
            Page B-30
            Page B-31
            Page B-32
            Page B-33
            Page B-34
        Personnalité et supériorité du Nord le phénoméne et ses cau es
            Page B-35
            Page B-36
            Page B-37
            Page B-38
            Page B-39
            Page B-40
            Page B-41
            Page B-42
            Page B-43
            Page B-44
            Page B-45
        Flibustiers et boucaniers: Leur qualité de Normands ne suffit pas pour expliquer leur formation
            Page B-46
            Page B-47
            Page B-48
            Page B-49
            Page B-50
            Page B-51
            Page B-52
            Page B-53
            Page B-54
            Page B-55
        Flibustiers et boucaniers: Leur formation était norvégienne et particulariste
            Page B-56
            Page B-57
            Page B-58
            Page B-59
            Page B-60
            Page B-61
            Page B-62
            Page B-63
            Page B-64
            Page B-65
            Page B-66
            Page B-67
            Page B-68
            Page B-69
            Page B-70
            Page B-71
            Page B-72
            Page B-73
            Page B-74
            Page B-75
            Page B-76
            Page B-77
            Page B-78
            Page B-79
            Page B-80
            Page B-81
            Page B-82
            Page B-83
        Rapprochements entre l'organisation sociale norvégienne créée en Normandie et celle des aventuriers de Saint-Domingue
            Page B-84
            Page B-85
            Page B-86
            Page B-87
            Page B-88
            Page B-89
            Page B-90
            Page B-91
            Page B-92
            Page B-93
            Page B-94
            Page B-95
            Page B-96
            Page B-97
            Page B-98
            Page B-99
            Page B-100
            Page B-101
            Page B-102
            Page B-103
            Page B-104
            Page B-105
            Page B-106
            Page B-107
            Page B-108
            Page B-109
        Manifestationsdu tempérament particulariste chez les premiers colons de Saint-Domingue. Leur attachement à la vie privée
            Page B-110
            Page B-111
            Page B-112
            Page B-113
            Page B-114
            Page B-115
            Page B-116
            Page B-117
            Page B-118
            Page B-119
            Page B-120
            Page B-121
            Page B-122
            Page B-123
            Page B-124
            Page B-125
            Page B-126
            Page B-127
            Page B-128
            Page B-129
        Coup d'ceil sur l'Histoirede France: Evolution de la formation particulariste vers la formation communautaire, I
            Page B-130
            Page B-131
            Page B-132
            Page B-133
            Page B-134
            Page B-135
            Page B-136
            Page B-137
            Page B-138
            Page B-139
            Page B-140
            Page B-141
            Page B-142
            Page B-143
            Page B-144
            Page B-145
            Page B-146
            Page B-147
            Page B-148
            Page B-149
            Page B-150
            Page B-151
            Page B-152
            Page B-153
            Page B-154
        Coup d'ceil sur l'Histiore de France: Evolution de la formation particulariste vers la formation communautaire, II
            Page B-155
            Page B-156
            Page B-157
            Page B-158
            Page B-159
            Page B-160
            Page B-161
            Page B-162
            Page B-163
            Page B-164
            Page B-165
            Page B-166
            Page B-167
            Page B-168
            Page B-169
            Page B-170
            Page B-171
            Page B-172
            Page B-173
            Page B-174
            Page B-175
            Page B-176
            Page B-177
            Page B-178
        Répercussions dans Saint-Domingue de l'Évolution sociale accomplie en France
            Page B-179
            Page B-180
            Page B-181
            Page B-182
            Page B-183
            Page B-184
            Page B-185
            Page B-186
            Page B-187
            Page B-188
            Page B-189
            Page B-190
            Page B-191
            Page B-192
            Page B-193
            Page B-194
            Page B-195
            Page B-196
            Page B-197
            Page B-198
            Page B-199
            Page B-200
            Page B-201
            Page B-202
            Page B-203
            Page B-204
            Page B-205
            Page B-206
            Page B-207
            Page B-208
            Page B-209
            Page B-210
            Page B-211
            Page B-212
            Page B-213
            Page B-214
        Résumé du coup d'ceil sur Saint-Domingue
            Page B-215
            Page B-216
            Page B-217
            Page B-218
            Page B-219
            Page B-220
            Page B-221
            Page B-222
            Page B-223
            Page B-224
            Page B-225
            Page B-226
            Page B-227
            Page B-228
            Page B-229
            Page B-230
            Page B-231
            Page B-232
            Page B-233
        Nos événements politiques et manifestations de now différentes formations sociales
            Page B-234
            Page B-235
            Page B-236
            Page B-237
            Page B-238
            Page B-239
            Page B-240
            Page B-241
            Page B-242
            Page B-243
            Page B-244
            Page B-245
            Page B-246
            Page B-247
            Page B-248
            Page B-249
            Page B-250
            Page B-251
            Page B-252
            Page B-253
            Page B-254
            Page B-255
            Page B-256
            Page B-257
            Page B-258
            Page B-259
            Page B-260
            Page B-261
            Page B-262
            Page B-263
        L'hégémonie politique du nord et sa décadence sociale
            Page B-264
            Page B-265
            Page B-266
            Page B-267
            Page B-268
        A-t-on intérét á s'emparer du Pouvoir? Conclusions
            Page B-269
            Page B-270
            Page B-271
            Page B-272
            Page B-273
            Page B-274
            Page B-275
            Page B-276
    Tables des matières
        Page B-277
        Page B-278
Full Text


AUGUSTE MAGLOIRE

A


ETUDE

SUR LE


TEMPERAMENT HAITIEN


<< Les publications de la Scien-
ce Sociale ont etA le grand eve-
nement determinant pour me
donner une nouvelle faeon de
penser, de voir et de compren-
dre E.
Mme ELIZABETH Koos.


PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE-LIBRAIRIE DU a MATIN a.
45, RUE ROUX, 45.

1908










PREFACE

Le 2o Fevrier 1907, 1'l6ite intellectuelle de la so-
cikti haitienne ecoutait et approuvait le language sui-
vant que j'ai trouv6 reproduit dans le 'Nouvelliste du
25 Fderier 1907 :
v Je crois a la possibility d'une rfborme entrepri-
se, en dehors de toute politique, par l'initiative pri-
vee. J'ai dit en dehors de toute politique : laissez-
moi insisted un peu sur ce chapitre. C'est une
croyance trop g6ndralement r6pandue en Haiti,- les
hommes meme les plus cultivds n'y echappent
pas- que toute action social est n6cessairement
libe a la politique et qu'aucune ceuvre serieuse ne
peut &tre accomplie sans la participation de l'Etat.
c Cette conception funeste et fausse, nous devons
travailler A l'arracher de l'esprit de nos concitoyens.
Elle paralyse les entreprises les plus louables, brise
tons les resorts de l'activite libre. La politique est
la grande plaie de notre pays : c'est une tache pa-
triotique que d'essayer d'en d6tourner la jeunesse...
c Nous ne meconnaissons certes ipas l'importan-
ce du r6le de 1'Etat; mais nous disons qu'au delA
de la sphere o& s'exerce son action, il y a un vaste
domaine r6serv6 A toutes les energies fecondes........
1 Nous aurions faith une oeuvre bien utile et bien
belle si nous parvenions a convaincre la majority
des Haitiens que les luttes politiques sont une cause
d'affaiblissement pour les nations et que seules sont
vraiment fortes ctles ok les individus chbrchent dans






II ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

l'effort personnel et dans le patient labeur le secret de la
puissance collective et du bonheur commun....
SLes peuples ne sont plus sauvds par la Provi-
dence. Dieu est trop haut... et les Etats-Unis sont
trop prs ......

t La situation morale et dconomique du pays
n'est pas, Messieurs, ce qu'elle est di 6tre. Com-
ment l'amdliorer ?
c Telle est ia question qui se pose.
a Tout d'abord il fallait bien determiner les cau-
ses veritables du mal afin d'agir sur elles. Quel-
ques-uns de nos dcrivains les plus notoires se
trouvent parmi nous- se sont consacres A cette etu-
de et ont project, sur certain points du problem, la
plus 6clatante lumiere. Cela dejA constitute un pro-
gres : c'est un pas considerable faith chez nous dans
l'application de la m6thode scientifique aux faits de
l'ordre social. On a vu que le mal rdsidait surtout dans
notre mnentalitd et que 14 devait porter l'effort de la rd-
forme. -

Voila, bien ,nettement ddgage, le diagnostic de
notre mal : il est social. Cebulletin de consultation
a d'autant plus de prix qu'il est sign des noms les
plus prestigieux don't puisse se r6clamer, a des titres
divers, notre litterature national ; les voici:
Dantes.Bellegarde, Justin D6v6t, F. FRquiere, J6-
remie,. E. Mathon, L. C. Lhrisson, D' Edm. He-
raux, Solon Menos, Camille Bruno, Dr Lion Au-
dain, Dr Armand, D' Destouches, Massillon Coicou,
Justin Lhrtisson, Aug. Bonamy, Eugene Roy, Du-






PREAFACE


cas PierreaLouis, St6nio Vincent, F. IIibbert, S.
Pradel, W. Bellegarde, H. Chauvet, Pierre Hudi-
court.

Le mal dtant ainsi reconnu, quels remedes lui ap-
pliquer et A quels moyens de therapeutique avoir
recours ?- C est g6n6ralement ce qui divise le plus
et le language, don't je viens de reproduire une par-
tie, trahit sensiblement cette indecision dans les
moyens d'action :
K Pour agir,dit-il, il faut savoir ce qu'il convient
le mieux de fair et de faire tout de suite. Le sa-
vons nous d'une manidre bien nette ?
( Nous. avons chacun de nous des aspirations.
Nous formons dcs projects. Ces 'aspirations sont va-
gues ; ces projects out des contours impricis;
a Les uns se lancent dans l'action sans but dMtermi-
2i : leurs efforts se percent parce qu'ils sont isolis.
D'autres embrassent, d'un large coup d'ceil, l'ceuvre
a faire : ils hisitent, ils restent inactifs, parce qu'ils
ne savent par quel bout l'aborder. >

Cet embarras si franchement exprimb m'a remis
en m6moire cet appel repet6 chaque mois dans sa
Revue par la Societ& international de 'science so-
ciale :
a Notre Soci&et et notre-Revue s'adressent a tous
les hommes d'6tude, particulibrement a ceux qui
forment le personnel des Soci6tes historiques. litte-
raires, archdologiqnes, giographiques, conomiques,
scientifiques... Ces hommes d'6tude s'interessent- a
leur region ; ils dipedisent, pout. '1tudier, beau-
coup de temps, sans que leurs travaux soient coor-






IV ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

donnas par une methode commune et 6prouvds par
un plan d'ensemble, sans qu'ils aboutissent 4 formu-
ler des iddes gendrales, a rattacher les causes aux
consequences, a degager la loi des phenomenes.
a Leurs travaux, trop souvent, ne d6passent pas
l'etroit horizon de leur locality ; ils compilent sim-
plement des faits, et travaillent, pour ainsi dire, au
fond d'un puits.
c La Science social, au point oi elle est mainte-
nant arrive, leur fournit le moyen de sortir de ce
puits et de s'associer a un travail d'ensemble pour
une oeuvre nouvelle, qui doit livrer la connaissan-
ce de plus en plus claire et complete de l'homme et
de la Socit&. Ils ont interet i venir a elle. a

J'ai repondu, pour ma part, a cet appel et je n'h6-
site pas a proclamer, des le seuil de cet opuscule
et sons forme d'6pigraphe, l'immense profit que j'ai
pu retire de ce contact avec les travaux de science
social.
Je dois ajouter, sans fausse modestie, que ce senti-
ment ne m'est pas particulier et que gle XCatin
doit principalement son succes et celui de la cam-
pagne qu'il a entreprise avec tant de determination,
A l'inspiration constant des, travaux et des conclu-
sions de la science social.
Je r6unis ici une srie d'articles qu'il a deja pu-
bli6s et qui se trouvent disperses dans trop de nu-
meros pour permettre au lecteur de suivre l'enchai-
nement des idees.
II peut m'etre permis de faire ressortir l'actualit6
saisissante que donnent, A tons les points de vue, A






PREFACE V

cet opuscule, les conjonctures politiques et diplo-
matiques que le pays vient de traverser.
Depuis la publication de cette serie d'articles, j'ai
pr6sent6 daus le journal bien des aperqus nouveaux
auxquels je prie le lectcur de se rifirer, pour com-
plter au fur et a measure son coup d'aeil sur les dif-
f6rents aspects de la question social.
Cependant rien ne vaudra tant pour lui que de
se mettre directement en contact avec la biblioth&-
que social et je serais personnellement heureux de
chaque recrue nouvelle qu'aura value a la science
social l'active champagne du Matin.

AUGUSTE MAGLOIRE.









LA SCIENCE SOCIAL
A L'ETRANGER

( Extrait du Bulletin de Fivrier 9o08 de la
Sociitd Internationale de Science Sociale. )

( A Haiti, les iddes et les conclusions de la Scien-
ce social sont vigoureusement propag6es dans le
Atatin de Port-au-Prince. Ce journal, dirig6 par deux
de nos membres, MM. Clement et Auguste Magloi-
re, consacre chaque jour un article int6ressant sur
les 6tudes qui nous sont chores. Nous citerons entire
autres, la Femme haltienne, la Crise amdricaine, des Idles
collectives, etc... II y a la un example, auquel nous ne
pouvons qu'applaudir, d'un quotidien sachant s'6lever
au-dessus du fait-divers banal, tout en restant A la
portde du grand public. Les ridacteurs de ce journal
ont compris quelle force ils pourraient tirer en vulga-
risant les r6sultats d'une science nouvellement cons-
tituie. Ils ont, en outre, compris qu'en faisant ainsi,
ils faisaient une oeuvre bonne pour leur pays.
c Sans doute, ce n'est pas le premier journal pro-
pageant nos idees, mais je crois pouvoir affirmer que
c'est le premier qui le fasse d'une fagon aussi suivie et
aussi inergique, le premier egalement qui ne cr~igne pas
de l procamer tout haut. Il est A souhaiter que ce
*proc&d6 se repande de plus en plus et que nous ne
voyions plus nos idees propag6es par des hommes
qui feignent de nous ignorer. Nous n'oublierons pas
que c'est 4 Haiti que ce nouveau sillon atd 6creusi.
PAUL DESCAM4S.














LIVRE I


NOS CONDITIONS D'EXISTENCE


Leur incoapatibilit6 avec notre
regime scolaire















On conCoit difficilement, apres avoir vu le
haut et le bas de notre socidtd que la question de
l'enseignement ne soit pas pour tous, et avant
tout, une question de gagne-pain. p
EDMOND PAUL.



CABEIl'rr DE
ME, 'CINSTANTIN BENO;T,
l"-rT'-AU-P il CL









NOS CONDITIONS D'EXISTENCE


Il est, j'imagine, trbs pen de lecteurs qui ne
se soient arr~tes, m6me involontairement, m6-
me n'y croyant pas, devant le specieux argu-
ment, mis parfois en avant, et qui tend A per-
suader que les rdformes sociales que nous
appelons ici de tous nos voeux, ne sauraient
avoir prise sur le temperament haitien.(l)
Nous ne pouvons pas 6tre des Anglo-Saxons,
ecrivait naguare avec quelque pen d'incon-
science la revue capoise les Varifts. (2) et la
raison, l'obstacle, c'est encore et toujours notre
temperament. Le remarquable pobte, Augaste
Wentworth, m'a exprimd le m6me sentiment
et va jusqu'A dire, avec une pointe de spiri-
tuelle ironie, il est vrai, que nous apparte-
nons A la descendance gauloise. M. Justin Mon-
tas, dans un de nos quotidiens (3) affirme, lui,
( 1 ) C'est en vain qu'on essaie de nous a anglo-sa-
xoniser. D Chaque people, commechaque individu, ason
temperament propre. On aura beau fare, le people des
Etats-Unis restera avec sontemperament, le people hai-
tien restera avec le sien. Nous sommes douBs d une ex-
cessive sensibility et il nous manque la tdnacit6 dans
le vouloir, 1'audace dans nos entreprises. Notre temp6-
rament peut etre modified par une longue et s6rieuse
education, mais c'est une utopie que de penser A le
changer subitement. > M. Jean Z6phyr, A la Chambre
des Deput6s, stance du 10 Septembre 1906, a Moniteur
du 10 Octobre 1907.
(2) Num6ros de juillet et aott 1907, 6ditBs A 1'Impri-
merie C. Magloire, Port-au-Prince.
(3) Le NOUVELLISTE des 11 et 12 juin 1907.







4 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

notre double descendance francaise et africai-
ne et en infere une duality de qualitds qui, si
elles se r6alisaient, ne tendraient rien moins
qu'A faire de nons le premier people de la terre.
II n'a peut-6tre pas pens6 A la duality corres-
pondante de d6fauts qui feraient fort hesiter
les deux plateaux de la balance.
Jen'ai garde de prendre part A tout oEbat d'6-
rudition sur notre mentality et notre psycho-
logie, et notre temperament vraiment ne m'in-
teresse que parce que l'on vent bien le faire
intervenir comme 6elment de bien grande im-
portance, dans les considerations sociales, don't
nous avons fait notre parties.
Tout d'abord, je veux avancer que le temp&-
rament, loin d'agir comme cause et d'inspirer
notre genre de vie, doit plut6t subir lui-mime
1'empreinte de notre genre de vie et se mani-
fester comme effet. Un monsieur peut repu-
gner aux travaux manuels et accepter de res-
ter inepte et inutile, persuade qu'il est ne poe-
te et qu'il en a le temperament. Si pourtant il
veut s'aviser de passer outre et de ne pas s'ar-
reter devant cet obstacle, moins natural qu'on
ne le croit, et si, r6solument, avec la conviction
de devenir utile, il s'adonne A l'un quelconque
de ces m6tiers, auquel il demand de l'inde-
pendance et ses moyens d'existenee, vous ver-
rez que son temperament deviendra tout au-
tre, et assez souvent it dira retrouver ses voies.
Je veux cependant conceder un moment,
pour la discussion, que nous avons le temp6-
rament frangais; en faisons-nous le m6me usa-







ETUDE 8UR LE TEMPERAMENT HAiTIEN 5

ge qu'en France? Car c'est seulement cela qui
dtablira si nous obdissons A un sentiment sin-
c&re ou si nou- nous abusons volontairement,
par abdication anticipee de nos devoirs sociaux.

I

Le Frangais a tout d'abord le temperament
casanier; ii est refractaire A l'expansion, et
tous ceux qui derivent sur les choses colonia-
les out signal cela comme l'une, sinon la
principal, des causes des echecs de la colo-
nisation franeaise. Ce c6td du temperament
est, en outre, fortified par le sentiment d'une
certain superiority national qui porte le
FranQais A rester chez lui pour attendre les vi-
siteurs et leur faire les honneurs de la maison.
II lui semble qu'au dehors it n'a plus rien A
voir ni a apprendre et que le secret de toutes
les superiorit6s se retrouve exclusivement chez
lui.
M. Paul de Rousiers a rencontre, au course
d'un voyage d'6tudes aux Etats-Unis, un me-
nage francais compose d'un Bourguignon et
d'une Comtoise et etabli dans une ferme du
Kansas. Malgr6 la prospdritd de leurs affaires,
la femme se trouve (possBde d'un ardent dd-
sir de rentrer en France, pensant que si 1'Amd-
rique est bonne pour ramasser des sous, com-
me elle dit, il n'y a qu'en France qu'on sache
les depenser D. L'influence exercee dans le me-
nage par la femme est telle que l'auteur ne
doute pas que le maria finisse par consentir







6 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAMTIEN

d'aller finir ses jours loin de ses terres du Kan-
Fas, bien qu'elles lui rapportent 8 o/o en les
donnant a cultiver a des tenanciers et que la
vente des terres y soit tellement difficile qu'il
ne peut y consentir qu'en faisant une mau-
vaise affaire. (1)
Encore que la comparison ne soit guere de
mise A ce point de vue, les qualit6s d'expan-
sion ne nous 6tant pas pr6cis6ment utiles,
nous pouvons toutefois trouver un peu de ce
trait au fond du temperament haltien: nous
acceptons difficilement l'6tablissement au de-
hors, sinon A l'6tranger et pour nous amuser.
Mais forcer un Port-au-Princien a aller s'6ta-
blir A MiragoAne, par example, c'est le mettre
littdralement dans la position de ce Breton
don't M. Paul de Rousiers nous a parle et qui,
nomm6 sous-pr6fet A Barcelonette, passait
son temps A g6mir sur lui-m6me et sur son
dloignement. (2)
Or, avalt d'entrer plus avant dans !e sujet,
demandons-nous quel est le remade qui pour-
rait rectifier ce trait.- C'est, A n'en pasdoutcr,
le sentiment de l'ind6pendance personnelle,
d'acqu6rir par ses efforts le comfortable fami-
lial et de s'y complaire. Et voila que, au lieu d'ac-
querir le remede et d'ameliorer son tempera-
ment, on le refuse sous pr6texte qu'il estincom-
patible avec ce temperament. Que diriez-vous
du malade qui, bien qu'ayant trop de temp6-
(1) Paul de Rousiers, LA VIE AMARICAiNE, page 135.
(2) La SCIENCE SOCIALE, 3e ann6e, tome VI, 6tude sur
La RENAISSANCE PHYSIQUE, page 483.







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 7

rature, refuserait de prendre de la quinine,
sous pr6texte de cette m6me incompatibility?
Mais c'est sur des questions plus graves que
je veux prendre notre logique en defaut et
vous allez voir quel jeu dangereux nous faisons
de refuser toute amelioration qui nous paralt
contraire A ce que nous appelons notre tempd-
rament et comment nous nous rendons nous-
m6mes victims d'un bluff monstrueux.
*

En France, le regime scolaire est intellectual
d'une fagon intense. II en est bien r6sult6 pour
les FranQais une superiorit6 intellectuelle incon-
testable, mais cette consequence, quelque fa-
tuit6 que l'on en tire, est absolument inopinde,
car je vais essayer de le faire voir- le but
voulu et realis6 est tout autre.
Les positions les plus envies en France
sont les functions bureaucratiques et adminis-
tratives et, en general, les functions don't l'E-
tat a la libre disposition; ii y aurait de la la-
palissade A ajouter que c'est 1A la seule et la
veritable cause de l'exces de bureaucratic qui
caracterise ce pays. Mais comme, en d6pit de
la multiplicity de ces functions, ii n'y en a pas
assez pour satisfaire le nombre formidable de
demands qui prennent constamment naissan-
ce au sein d'une population de 39 millions
d'Ames, 1'Etat, et surtout I'Etat r6publicain de
nos jours, qui se pique d'impartialit6, a voulu
rendre chacun juge, en quelque sort, de son
propre sort et a decide de n'accorder ses pre-







8 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAiTIEN

ferences qu'aux mdrites proclames et mis en
evidence par les examens.
Des lors, les examens deviennent la porte
qui donne accbs aux functions les plus en-
vibes et ils sollicitent ainsi les efforts pure-
ment intellectuals de milliers de jeunes Fran-
cais que leurs parents destinent g6ndralement
et presque exclusivement a ces functions.
Les examens constituent done en France la
grande affaire; ils sont l'objet d'une veritable
course qui a engendr6 le regime du chauffage
tant de fois dej& denonc6 par des 6ducateurs
serieux et qui repr6sente 1'effort celebral trop
absorbant et trop soutenu.
Et le rdsultat le plus clair du chauffage est
le surmenage c6rtbral, quelque chose comme
une andmie du cerveau et la neurasthdnie.
Ainsi les organes intimes d'une machine,
quand ils ont trop chauiT-- vous voyez que
le term est identique- deviennent atones et
sont gripp6s.
Si vous vous apercevez que, depuis qucl-
que temps, en pale fort en France d'une cet-
taine renaissance physique et si vous voyez
que ce pays se soucie un peu A l'heure actuel-
le d'imiter les sports anglais, c'est pour faire
de la revulsion, come disent les medecins,
c'est-A-dire pour fire un peu ddvierducerveau
aux muscles l'intenso inflammation qui est
devenue le mal national francais.
Nous verrons plus loin pourquoi les Fran-
aais ne pourront de longtemps,malgr. leur en-
tralnement sportif de 'heure actuelle, arriver







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN


a lardhabilitation complete du muscle et a la
prosp6rit6 des exercices physiques constatee
chez leurs voisins les Anglais.
Je veux auparavant continue ma comparai-
son et voir si le regime franQais que, en peda-
gogie comme en toute chose, nous copions
servilement, est justified chez nous come
en- France,- s'il concorde bien avec no-
tre a temperament D, ou si, au contraire, no-
tre temperament ne lui ment pas A chaque ins-
tant, comme A un mauvais maitre.
*

Nous avons vu, par ce qui prdcede, que si
le regime intellectual se trouve organism en
France d'une manibre si intense, c'est qu'il est,
en fait, justifiB par des preoccupations trbs
pratiques.
Ce regime, je l'ai d6montr6, est formelle-
ment impose aux Francais par leurs conditions
d'existence memes, puisque, pour arriver en
France aux plus hautes situations actuelles, it
faut ftre muni, grace A l'enseignement des
dcoles nationals, de connaissances spdciales
tres profondes, quoique gdndralement theori-
ques et soumettre ensnite ces connaissances
au control s6evre des examens.
D'oi il resort clairement, pour nous r6su-
mer, que, dans ce pays, la jeunesse national
s'use avec depression A preparer. et a passer
des examens.
Encore une fois, la fagon de faire de ce peu-







10 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT IHA1TIEN

pie est logique et justifide, parce qu'elle se
trove d'accord avec cette important loi so-
ciale mise en evidence par M. Paul de Rousiers,
en 1888, A savoir que :
Lessocidtes sont diffdrentes par les manie-
res diverse dont elle satisfont au premier be-
soin essential de l'humanit6, le pain quoti-
dien. Autrement dit, chacun s'arrange en ce
monde de la maniere qu'il peut pour vivre. (1)
II nous reste A voir si la society haitienne se
fait r6gir, elle aussi, par cetteloi et si notre pays,
don't on dit trop bdndvolement que le tempe-
rament national est francais, se trouve avoir,
A la base de son systeme d'education, des
motifs qui fassent concorder ce system avec
le souci et la n6cessit6 de satisfaire aux exi-
gences du pain quotidien, ce a premier besoin
essential de l'humanite. )
En Haiti, comme en France, les functions
les plus recherchdes sont les functions publi-
ques, les emplois administratifs et bureaucra-
tiques.
C'est 1A I'hdritage le plus clair qu'a laiss6 aux
Haitiens leur ancienne m6tropole, et cet hdri-
tage est ruineux plut6t qu'il ne rend prospere.
C'est A lui que nous devons tous nos maux,
presque sans exception. C'est lui qui a cr6e
chez nous l'avilissement des caracteres, le
m6pris du travail, une dm ocratie scandaleuse
et absolument nuisible aux intderts nationaux,
mmme A l'int6ret exclusive ement politique, le
(1) La SCIENCE SOCIALE, 3e ann6e. tome, IV, etude sur
LA RENAISSANCE PHYSIQUE, page 486.







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN


discredit des metiers manuels, l'attardement
dans l'ignorance primitive, 1'Bloignement pour
les choses rurales, et enfin ce pli fatal laiss6
en nous par l'habitude funeste de n'avoir ja-
mais regard les choses qu'avec des senti-
ments francais et jamais avec le n6tre propre :
organisation de nos pouvoirs publics.et de
nos constitutions civiles, regimes de gouverne-
ment, organisation de l'enseignement national,
la direction g6enrale de notre mentality et
jusqu'A nos int6rets politiques exterieurs.
Est-ce bien notre c temperament v qui nous
a valu tout cela, ou n'est-ce pas plut6t tout
cela qui nous vaut d'avoir acquis ce tempe-
rament ? Prenons garde.
J'ai rapport dernierement 1'opinion d'un
publiciste sur le danger qu'il y a de soumet-
tre un pays neuf au regime des pays avanc6s ;
cette opinion merite d'etre aujourd'hui rap-
pelee :
( Imposer nos regimes constitutionnels A
des contrdes encore peu avanc6es dans les
voies du progres materiel et de la riehesse,
c'est vouloir obliger un paysan breton A man-
ger dans de la vaisselle plate, A prendre un
valet de chambre et a se montrer chaque jour
dans un club 6elgant ; c'est le soumettre aux
milld contraintes qu'accepte volontiers I'hom.
me du monde, 1'homme eleven et faconn6 tout
expres pour cela. C'est une veritable tyran-
nie. v (1)
(1) Paul 'de Rousiers, LA SCIENCE SOCIALE, 3e annde,
tomesVI, etude sur LA RAFORME DU GOUVERNEMENT LO-
CAL EN ANGLETERRE, page 395.







12 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HA'TIEN

Cette tyrannie est, en outre, dangereuse.
Nous allons le voir.
AprBs avoir fait notre organisation politique
de tell fagon que les functions de l'Etat se
soient trouvees, ici comme en France, I'ex-
pression des plus hautes situations ou le
moyen facile d'y parvenir, avons-nous regle-
mentd, comme en France, une mise en oeuvre
des moyens qui donnent l'acces de ces fonc-
tions ? Quel est, en Haiti, l'leMment rdgulier
que I'Etat doit faire intervenir pour donner
une solution, qui ne soit pas de nature A r6-
volter, A lasituation de cent concurrents visant
un seul emploi ? Quel est m6me le titre con-
sacre qui fixe et assure le droit d'etre con-
current? Est-ce qu'il peut etre permis a un
Monsieur quelconque de se porter candidate A
n'importe quelle function publique ?
Ailleurs non; mais en Halti oui: toujours
l'eternelle vdrit6 du deg. ... de l'Atlantique,
qui devient erreur au delA. Et alors ?
**

Comment! Nous sommes en R6publiqu :
une vacance se produit dans l'administration;
je me porte candidate A la function vide. Mes
titres ? je les ai en poche : c'est le certificate
du Directeur d'un 6tablissement d'enseigne-
ment secondaire de la premiere importance,
du Lyc6e National, si vous voulez, et ce certi-
ficat atteste que j'ai accompli rigoureusement
et methodiquement le cycle complete des 6tu-






ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 13

des secondaires classiques; mon dipl6me de
bAchelier, quoi A la derniere distribution de
prix, j'ai fait le discours de bienvenue au Mi-
nistre de l'Instruction Publique et j'ai recite
sur la scene une piece de vers de ma compo-
sition qui n'est autre que mon adieu 6mu fait
A l'etablissement et A mes maitres dans le
language rim6 qui n'a pu conserver leur supe-
riorit6 ni a Rome, ni A laGrbce, ni A tant d'au-
tres des modernes nations. Puis le Ministre
lui-mnme m'a couronn6 de feuilles de lauriers
artificiels, m'a adress6 quelques mots d'dloges
et m'a m6me donn6 l'accolade civique, au
moment of m'etait d6cerne le grand Prix
d'honneur di A l'616ve qui, A l'instant de sa
sortie, aurait, pendanttoute laduree des etudes,
le plus satisfait A ses maltres par son travail
et ses progres. Vous voyez si je suis en regle.
Aussi bien, ces titres me rendent A tel point
fier que je me crois dispense de recourir A au-
cune protection personnelle; je meprise cette
voie que je laisse aux moins m6ritants; et
cranement j'adresse A ce meme Ministre, qui a
etd mon thuriferaire, une demand que je r6di-
ge dans ma meilleure prose et dans laquelle
j'enveloppe mon precieux certificate d'dtudes.
Et j'attends.
Je 'ne fus pas nomme. Je vous fais grace
des raisons ; il paralt qu'elles militaient toutes
en faveur d'un candidate qui, pour ne pas avoir
de certificate d'6tudes et ne pas savoir s'expri-
mer en language rime, n'en a pas moins Wet
jug6 digne d'occuper la delicate function con-






14 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HA'TIEN

voitee : e'est qu'il 6tait le neveu d'un Senateur
influent, ancien general trbs brouille avec la
syntaxe, mais qui avait solennellement affir-
me la solidity des connaissances de son can-
didat.
Encore un ou deux examples, afin de pou-
voir degager la veritable valeur haitienne des
certificates d'etudes.

Un jour- c'6tait sous la presidence du ge-
neral Sam- le Directeur du Lycee National de
Port-au-Prince, homme considerable, devenu
plus tard ministry de l'Instruction Publique,,vit
arriver A lui un assez grand gaillard d'une
quinzaine d'anndes qui, apres les salutations
d'usage et apres s'6tre present, lui remit avec
solennite un paper. Le Directeur le d6plia et
vit que c'etait une autorisation de l'Inspec-
tion scolaire d'admettre ce jeune homme au
nombre des 6leves de l'Ftablissement.
Frapp6 toutefois par 1'age accuse par cette
haute stature, le Directeur du Lycee lui posa,
dans le but de verifier sommairement ses
connaissances, certaines questions d'oA il rd-
sulta que le bonhomme savait A peine lire
et qu'il ne savait pas du tout dcrire. II lui ex-
prima doucement ses regrets de ne pouvoir
donner suite A l'autorisation 6manee des bu-
reaux de l'Inspection scolaire et essaya de lui
expliquer que le Lycee National est un 6tablis-
sement d'enseignement secondaire, qui n'est
appele & recevoir que des 616ves qui ont dejA,
plus ou moins complbtement, pacouru le pro-






ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAiTIEN 15

gramme des etablissements d'enseignement
primaire; il le pria d'expliquer cela a ces
Messieurs de 1'Inspection.
Le candidate lyceen, comme bien vous le
pensez, insist du mieux qu'il put, car il 6tait
de la province et avait fait le voyage expres
pour entrer au Lycee. II dut couper court a ses
supplications devant le geste indbranlable du
Directeur.
II revint A la charge le lendemain, devinez-
vous avec quelle arme nouvelle ?- Une piece
officielle, authentiquement officielle, et qui ren-
forgait 1'autorisation de 1'Inspection scolaire
par cette consideration que le candidate refu-
se 6tait un parent du Ddelgu6 Extraordinaire
du Gouvernement dans le d6partement de
l'Artibonite et qu'il avait et6 chaleureusement
recommand6 par cet important fonctionnaire
au Commandant de l'Arrondissement de Port-
au-Prince.
Le digne Directeur du Lycee eut toutes les
peines du monde A faire admettre les raisons
speciales qui l'empechaient de faire droit A de
si hautes recommendations, et- le croira-t-
on ?- il ne fut laiss6 tranquille que sous la
menace de donner sa demission.

AprBs avoir achev6 mes etudes au Petit Sd-
minaire-College-Saint-Martial, je voulus, en ma-
nitre de couronnement d'6tudes, suivre les
course de 1'Ecole Nationale de Droit et j'allai
solliciter, A cet effet, des bureaux de 1'Inspec-
tion scolaire cette autorisation, que nous ve-






16 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

nons de voir accorder si bdenvolement & un
inepte candidate lyceen. Elle ne me fut cepen-
dant pas accordde par la raison, qui me fut
sans grand embarras expose, que le RMgle-
ment de 1'Ecole de Droit soumettait tons les
candidates a un examen prdalable et qu'il me
faudrait auparavant subir cet examen.
Je fis remarquer au President de l'Inspec-
tion que cet exament roulait sur des matibres
classiques de la moindre importance et que,
travaillant dans le commerce, il me serait trbs
difficile et tres d6sagr6able d'avoir a compul-
ser de nouveau des pages d'histoire ancienne
on autres'n'ayant avec 1'objet en question qu'un
intdrgt tres 6loignL.
-Ah c'est 6gal, insist le Prdsident, le Rd-
glement est le Reglement et nous n'avons pas
le droit de passer outre.
-Cependant, lui fis-je observer, ne pensez-
vous pas qu'un certificate d'6tudes d6livrd par
le RBverend Pre SupBrieur du Petit-S6minaire
attestera mieux que cet examen les connais-
sances classiques exig6es par le R6glement,
come condition d'admission a I'Ecole de
Droit ?
-Ma foi, oui, opina le President de 1'air
d'un home qui entrevoyait une transaction
avantageuse. Un certificate du R6evrend Pere
Jaouen serait un temoignage suffisant.
Ce t6moignage m'ouvrit, en effet, les por-
tes de l'Ecole Nationale de Droit of j'ai pass
trois de mes meilleures annees et oh j'ai assis-
t &A deux sessions d'examens.







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 17

Mais ce qu'il est, dans l'espece, intdressant
de noter, c'est que, durant ces trois anndes,
j'ai coudoyd, sur les banes de l'Ecole, des con-
disciples qui auraient Wte certainement arre-
tes au passage si, comme A moi, on leur avait
oppose, A l'Inspection scolaire, la formality
du Rbglement d'admission qui, paralttil,....
n'est pas toujours le Rbglement.
A 1'Ecole de Mddecine, j'eus l'occasion de
faire la m6me remarque ; durant les dix-huit
mois que je frdquentai I'dtablissement, je liai
connaissance avec de pauvres condisciples
qui, tres probablement et nonobstant tou-
te recommendation officielle, n'eussent pas
plus 6te agrdes par le Directeur du Lycee
National que le jeune artibonitien don't je viens
de vous entretenir. J'en ai connu un qui ne
pouvait jamais ecrire < acide borique v ou
c acide carbonique qu'avec un c, boric, car-
bonic. C'etait A peine du francais.
Et voilA.
J'allais oublier de vous faire part d'un fait-
divers administratif digne d'etre rapport ici.
II s'agissait de nommer au tribunal civil de
Port-au-Prince un juge-suppldant et la chose en
soi ne devait pas 6tre d'une execution tres dif-
ficile puisque nous avons, precis6ment pour
ces sorts de cas, une fabrique national
d'hommes de lois.
Eh bien, l'Ecole de Droit ne fut point int6-
ress6e dans la question et le juge-suppleant ne
fut choisi ni parmi ses professeurs ni parmi






18 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

ses anciens 616ves. Le gouvernement d'alors
eit pu au moins s'adresser A quelque cabinet
de jurisconsultes ou a quelque office de notaire
et trouver, 1I ce qu'il fallait : a defaut de pro-
fondes connaissances sp6ciales, il y aurait
quelques chances de tomber sur un sujet
nourri d'iddes juridiques et qui, dans la car-
ribre, pouvait deja r6pondre A rappel.
On nomma a ce poste un comptable des mi-
nistbres! .. Non seulement la capacity pro-.
fessionnelle faisait defaut, mais on exposait la
conscience et la liberty m6me du fonctionnaire,
car je dirai une autre fois mon sentiment sur
l'inconvenient d'avoir des juges qui soient A
la fois des fonctionnaires.
**

Ces quelques examples me permettent de
conclure que nous protons a un ridicule af-
freux en singeant les Francais en ce qu'ils
ont de mauvais et en refusant l'imitation cha-
que fois que celle-ci est de nature A nous rd-
vdler sdrieux et logiques.
Vous ne pouvez pas pretexter de votre
C temperament a francais pour concentrer l'at-
trait et :'interet daus les functions publiques
multiplies a l'infini, et mentir ensuite A ce
meme a temperament quand il faut organi-
ser les conditions d'accessibilit6 a ces fonc-
tions; et mentir encore en prdtextant de l'imi-
tation francaise pour meubler le cerveau de
nos enfants d'un bagage inutile et 6minem-






ETUDE SUR LE TEMPlRAMENT HAITIEN 19

ment propre A faire d'eux des vaniteux et des
prdtentieux sans titre.
En vertu de la loi social exprimde plus
haut et qui est due A M. Paul de Rousiers,
les Francais ne sont que logiques avec leurs
falcons de concevoir les choses en organi-
sant le regime intellectual intense de nos
jours. Ils font de la haute culture intellectuelle
la condition indispensable de la possession
des hautes situations et ils tiennent fortement
la main a ce eysteme.
Et ce n'est pas seulement I'Etat frangais qui
y tient la main, mais aussi tous les d6tenteurs
d'une branch quelconque de l'activitd indus-
trielle ou commercial: les Frangais aiment
voir les papers qui seuls, A leurs yeux peu-
vent temoigner de connaissances rdelles, et
c'est ponr obtenir ces papers qu'ils 'font sin-
c~rement leurs efforts; car, encore une fois,
ces papers seuls donnent I'acces des positions
dlev4es.

Oh prend-on done que nous avons le a tem-
perament o frangais, lorque, pour nommer a
une function publique, nous donnons le pas
A un neveu de g6ndral sur un bAchelier?-
lorsque nous forgons la main A un Directeur
d'dtAblissement secondaire pour accepterd'ad-
mettre A participer a son enseignement un
candidate sachant A peine lire et ignorant
totalement 1'6criture ?- lorsque nous abaissons
le RBglement d'admission A 1'Ecole de Droit
ou A 1'Ecole de M6decine, pour laisser pas-






20 ETUDE SUR LE TEMPJRAMENT HAITIEN

ser de notoires ignorants, et que nous encom-
brons notre enseignement supdrieur de sujets
incapables d'dcrire correctement c acide bori-
que i et a acide carbonique ? lorsque, en-
fin, ayant besoin d'un home pour appliquer
les lois et rendre la justice, nous gallons le
chercher dans la section de comptabilite d'un
ministbre ?
II
II resulte de la comparison que nous avons
faite entire le regime intellectual francais et le
n6tre que celui-ci est une imitation servile,
illogique et dangereuse de celui-1~ : servile,
parce que nous avons copi6 A l'aveugle, sans
discernement et sans discussion ; illogique,
parce qu'il n'y a pas concordance entire les
moyens employs et les fins rdalisdes ; dange-
reuse, parce que le regime national qui result
d'une telle imitation donne le change et qu'il
nous semble marcher de l'avant alors que
nous reculons sensiblement.
II n'est pas trop tard pour r6fi6chir et se dd-
terminer de nouveau, et, arrive A ce point de
nos considerations, il y a lieu de se demander
lequel des deux parties est le plus profitable A
la socidtd haitienne : rectifier le regime fran-
cais que nous avons trouv6 A notre berceau ou
faire volte-face et changer meme de regime?
Notre part A nous ne saurait Wtre douteux,
puisque l'on sait dedj que nous faisons en fa-
veur des methodes particularistes une propa-
gande des plus active : nous proposons de







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HA'TIEN 21

changer le plus totalement possible de regime.
Et d'ailleurs nous serait-il possible de faire
au regime d'dducation frangais aucune rectifi-
cation salutaire ?
II faudrait commencer par assurer A nos pro-
grammes d'enseignement leur plus entire ap-
plication. Or, essayez de former les portes de
nos ecoles supdrieures de Droit et de Mddecine
A tous ceux qui, sans titre, aspirent cependant
a l'enseignement supdrieur. Essayez seulement
cela et vous verrez de quelles clameurs dd-
mocratiques vous serez assailli. Savez-vous
quelle puissante raison se trouvera A la base
m6me des protestations que vous aurez sou-
levdes ? La loi social elle-m6me sur laquelle
notre 6tude fait fond et qui veut que les socid-
tes reglent leurs conditions d'existence sur les
suggestions du a premier besoin essential de
l'humanite, le pain quotidien. -
II est, en effet, tres rare de voir les jeunes
Haitiens achever completement leurs etudes
secondaires; ils sont, la plupart du temps,
forces d'abandonner leurs 6tudes classiques
dbs la troisjime, la quatrieme ou meme la
cinquibme; dans tons les cas, A partir de cet-
te derniere classes, ils sont considdrds comme
ayant accompli une assez bonne moyenne des
6tudes g6ndrales et il arrive alors qu'ils quit-
tent leurs maltres A la premiere occasion d'e-
tre utiles A eux-memes ou A leurs families.
VoilA bien une logique des fait$ contre la-
quelle ne peut rien la volonte des faiseurs de
programme.







22 EUTDE SUR LE TEMPRfAMENT HA'TIEN

Sans avoir besoin de citer plus d'exemples,
je puis affirmer hardiment que les conditions
d'existence de la socidet haitienne s'opposent
puissamment Al'application rigoureusedes pro-
grammes de l'enseignement g6ndral, et que,
d&s lors, il nous est impossible de rectifier
convenablement le regime qne nous avons in-
consciemment empruntd aux Francais.
II n'est pas non plus possible d'adjuger les
functions publiques A ceux que leurs papers
designeraient comme dtant les plus mdritants,
parce que, anssi longtemps que, pour parler
comme Edmond Paul, a la lutte entire les po-
sitions acquises et les positions A faire
rendra tr&s difficile chez nous l'art de gouverner,
les predfrences gouvernementales auront plus
t6t fait d'aller A ceux qui inspirent confiance
par leurs sympathies politiques qu'A ceux qui
peuvent Wtre marques de hautes capacitds in-
tellectuelles.
Est-ce que, en France m6me, la premiere
quality requise du candidate fonctionnaire n'est
pas l'orthodoxie politique, c'est-A-dire d'6tre
republican, et cela m6me dans les functions
de 1'enseignement oi les qualitds intellectuel-
les sont essentiellement de mise?
II faut done convenir, bien que nous ayons
des programmes d'enseignement frangais, que
nous ne pouvons pas, sans aller A I'encontre
de nos moeurs sociales, en faire sortir les m6-
mes effects qu'en France.
If y a cependant quelques efiets qui en sont
sortis, ce sont les mauvais.







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAiTIEN 23

Nous avons vu, au debut de cette 6tude, que
le regime intellectue! impose aux Frangais par
leurs :conditions d'existence, avait indirecte-
ment cr A leur pays une veritable superio-
rit6 intellectuelle, et nous n'avons pas h6sit6
a dire de ce r6sultat qu'il dtait inopind.
Le lecteur doit pouvoir en ce moment sen-
tir que ce que j'ai voulu dire, c'est que les
Francais ne font pas de la haute culture intel-
lectuelle dans le seul but d'avoir sur le res-
te du monde cette sup6riorit6 sans avanta-
ges positifs. En poussant la culture de leurs
cerveaux A un point extreme pour le but que
j'ai amplement d6montre, ils r6alisent l'autre
resultat par ricochet et aussi pac une toute
naturelle consequence.
Nous ne l'avons pas bien saisi en Haiti et c'est
pourquoi nous restons 6tonnes que, apres
avoir en tout imit6 la France, nous n'ayons
pas, apres elle, la second superiorit6 intellec-
tuelle dans le monde.
Maintenant que nous avons fini de voir com-
ment nous appliquons ici le regime intellec-
tuel francais, ii est facile da toucher du doigt
les raisons pour lesquelles les litterateurs et
les po6tes sont g6enralement bons en France
et,. le plus communement, mauvais en Haiti.
*

II n'y a done pas A aller contre, il nous faut
changer de regime. Mais est-ce uie aussi gros-
se affaire qu'oh le pense g6neralement? Nous






24 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAiTIEN

gallons essayer de le voir et, pour arriver A no-
tre sujet, realisons la promesse que nous
avons faite, en commencant, d'expliquer pour-
quoi les muscles francais, en depit de la re-
habilitation actuelle des exercices physiques
en France, ne deviendront de longtemps aus-
si prosperes que les muscles anglais.
Cette raison tient toute, et toujours, dans
les conditions d'existence des deux peuples.
Tandis que, en France, la vigueur physique
n'est pas requise pour l'exercice des functions
qui daos ce pays assurent le pain quotidien,
il en est tout autrement en Angleterre.
En effet, riche ou pauvre, l'Anglais a besoin
de cette vigueur physique. S'il est favorise par
la fortune, il habite la champagne of person-
nellement il dirige la culture, administre les
affaires publiques de sa region. Or, A la cam-
pagne, pour ne pas s'ennuyer, il faut savoir
chasser, monter A cheval, pecher, canoter, et
alors il faut que l'on acquire par l'Oducation
toutes ces habitudes sportives.
Si I'Anglais n'est pas riche-et nous savons
que les fils atnes de lords sont l'infime mino-
rite,- il est appelg, meme s'il est dote d'un
pere millionaire, a s'assurer une situation
par lui-meme et, la plupart du temps, en emi-
grant et en colonisant. (1) Voit-on alors par

(1) ( Les jeunes Anglais n'ayant A computer sur un pa-
trimoine que lorsqu'ils naissent fils aines de lords, on
volt souvent des enfants don't les pares m6nent un train
de maison opulent travailler hardiment pour vivre....
( La plupart des Anglais quittent le pays natal, au







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 25

suite de quels entratnements physiques il devra
s'accoutumer a supporter les fatigues de tou-
tes sortes et toutes lesintempdries dessaisons ?
C'est done, jusque sur cette matibre spd-
ciale de 1'dducation physique, la grande loi
des conditions d'existence qui determine les
manieres d'etre des societes.

moins pendant leur jeunesse; ils s'expatrient et vont
chercher fortune au loin ....
((On n'imagine pas un colon incapable de supporter
le froid, la chaleur, les voyages longs et penibles a pied,
a cheval et en chariot, les fatigues corporelles de tou-
tes sortes, les privations meme, le tout sans en etre ac-
cable, sans perdre pour cela l'usage complete de ses fa-
cultrs.
( Ce qu'un militaire doit accomplir seulement en
temps de guerre, c'est-a-dire A de rares intervalles, un
SQUATTER est oblige de le faire tous les jours pendant
les premieres ann6es de son installation. Et encore n'a-
t-il ~ attendre aucun des secours que trouve un officer
dans l'organisation meme don't il fait parties; ni I'am-
bulanee pour le soigner, ni l'intendance pour veiller A
sa nourriture, ni le train pour transporter ses bagages.
De plus, 1'entreprise que pursuit le colon ne peut de-
voir son succes qu'A LUi SEUL. Dans un regiment, si le
colonel tombe malade, le lieutenant-colonel le replace ;
A d6faut du lieutenant-colonel, il y a le plus ancien des
commandants, etc. Ici, rien de tout cela, aucun sup-
pl6ant. II faut done absolument, de toute necessity,
etre en measure de supporter les grandes fatigues. En
cas de maladie, on n'a meme pas A esp6rer la rente via-
gere do.nee sous forme de retraite POUR iNFiRMiTES CON-
TRACTEES DANS UN SERVICE COMMANDER.
SIl est manifeste qu'une nation dans laquelle un
grand nombre de jeunes gens sont destines i vivre de
cette rude vie se preoccupera de d6velopper physique-
ment la jeunesse des Bcoles. Paul de Rousiers, LA
SCIENCE SOCIAL, tome VI, article LA RENAISSANCE PHY-
siQuE,pages 483 et 484.








26 ETUDE SUR LE TEMPfRAMENT HAITIEN

Nous allons, toujours A la lumiere de cette
important loi social, voir quel regime peut
le mieux s'adapter a nos conditions d'existence,
et je pr6fire infiniment ce dernier terme A
celui de c temperament, qui peche par le va-
gue, par la contradiction des idWes qu'il Bvo-
que et qui, pardessus tout, a l'extreme danger
de paraitre un argument pdremptoire.
Il nous faut done consid6rer quelles sont,
en Haiti, les conditions ordinaires d'existence.


Le grand exutoire, chez nous, je I'ai maintes
fois r6p&te, ce sont les functions administra-
tives et militaires (1); puis ce sont, en observant
1'ordre d6croissant d'encombrement, les pro-
fessions liberales d'avocats, de m6decins; les
functions commercials, celles de l'industrie
sons ses diverse formes et enfin celles de l'a-
griculture. Mais, en marge de toutes ces fonc-
tions, vivant en parasites de chacune d'elles,
se trouvent la grande categorie d'Haitiens,
candidates A toutes les vacances signal6es,
quelle que soit la specialit6 des functions en
jeu, v6ritables chevaliers d'industrie et Mattres-
Jacques universels.
(1) Je suis oblige d'6crire A cette plaee le mot a mili-
taires ), en raison de la place rdelle qu'occupent dans
notre organisation social les fonctionnaires de cet or-
dre, sans vouloir dire pour cela que la CHOSE existe en
tant que function. Tout le monde sait que la situation
de militaires en Haiti n'attire que par les facilities qu'elle
procure aupres dupouvoiret 1 autorit6 materielle qu'elle
donne droit d'exercer sur les particuliers.







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 27

Edmond Demolins, dans l'dtude compare
du personnel politique qui forme la composi-
tion de la Chambre des deputies frangaise et
celle de la Chambre des Communes d'Angle-
terre, a imagine de rendre sa demonstration
visible A l'aide d'une representation graphique
consistent en un tableau compose de traces
se rapportant chacun A l'un des elements con-
sid6r6s. L'ensemble du tableau, pour Wtre har-
monieux, doit figure une pyramid bien assi-
se sur sa base; et comme les assemblies po-
litiques de chaque pays doivent etre I'image
reelle de la society don't il s'agit de represen-
ter et de d6fendre les interets, et que d'autre
part, l'agriculture, l'industrie, le commerce
sont reconnus le fondement le plus natural
des soci6tds, l'eminent cr6ateur de la Scien-
ce Social n'a pas eu de peine A faire ressor-
tir, par cette comparison graphique, la supe-
riorite, au point de vub du personnel politi-
que, de la Chambre des Communes anglaises
sur la Chambre francaise des DBputds.
Ceux de mes lecteurs que cette comparai-
son ,peut tenter peuvent lire, A ce sujet, le
chapitre I du livre III de l'6tude A quoi tient
la supdrioritd des Anglo-Saxons, pages 218 et
suivantes. Si pour rendre sensible ma demons-
tration, je veux, moi aussi, recourir au meme
procede pour faire voir quelle est, au point de
vue des "conditions d'existence, la situation
actuelle de la society haitienne au .regard de
ce qu'elle devrait 6tre, je la representerai par
les deux tableaux ci-contre ofi figurent, cha-






28 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

con dans un trac4 special, les divers 616ments
que je viens de consid6rer.

TABLEAU I

DECLASSES

IFonctions administra-
tives et militaires

PROFESSIONS LIBERALES

COMMERCE

INDUSTRIES

AGRICULTURE







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAiTIEN 9

Dans le tableau (I) est reprdsentde la soCiW-
td haltienne bien dquilibr6e et ayant une coOm-
position qui soit un gage sdr de prospsrite :
la pyramid est parfaite et solide ; c'est la so-
cited haitienne tell qu'elle devrait 6tre.
TABLEAU II

I DEcLAssgs I

Fonctions administrative et militaires

PROFESSIONS LIBJ~RALES

COMMERCE .

INDUSTRIES

Agriculture

Dans le tableau (II), c'est la soci6t6 de nos
jqurs, vacillante sur sa base, n'ayant rien
d'harmonieux et offrant l'image d'une pyrami-
de que 'on a desarticulee et don't les parties
out Wte replaces dans un ordre quelconque
qu la iaintient dans un dtat permanent
d'instabilit` et de mobilitY. C'est la pyramid
totalement renversee et je e sauris plus
elacteiment mettre en relief la verit saaisisnrte







p0 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

d'Edmond Paul quand il 6crivit que la society
haitienne. tait nde la tdte en bas : elle a done
coiserve sa malformation congdnitale. (i)
Que 1'on pense apres cela A l'illogique de
notre system d'dducation qui grandit et en-
tretient en chacun de nos jeunes concitoyens
le ddsir d'aller enfler davantage les rectangles
de notre tablaull reserves aux functions admi-
nistratives et au professions lib6rales. Et
quand, & l'achevement de leurs etudes, ils ne

(1) Cette circonstance que le point de vue d'Edmond
Paul est plut6t politique n'infirme pas l'utilitd de ce
rapprochement. On salt que le gouvernement et le per-
sonnel politique d'un pays sont plus ou moins l'image
de sa sociWte. ( Les mauvais gouvernements haitiens,
6crit Mr Firmin, ne sont que l'expression du tempdra-
ment local, des inclinations nationals, en un mot de
l'id6al haitien. ) Voici d'ailleurs le language d'Edmond
Paul: (... La soci6td haitienne paquit semblable A un
monde renvers6 la t&te en bas, od les plus inf6rieurs
de ses membres, nous entendons dire les moins pre-
pares, mont6rent subitement a la surface, devinrent
les 616ments les plus consistants de 1'ordre social nou-
veau, doues, par cons6quent, de la vertu de l'affirmer
plus solidement aux yeux de l'ennemi du dehors, et
que cela accoutuma le people a porter et A souffrir A la
tete de son administration int6rienre des homes in-
cultes qui n'y pouvaient desormais que le mal. .....
L'imagination se repr6sente-t-elle, en effet, ce qu'il
y- a d'exceptionnel dans l'histoire, de singulibrement ex-
ceptionnel dans ce fait d'une soci6te humane tire
vers les t6nebres par les plus indomptis, les plus aveu-
gles de l'esprit, tandis que les hommies de lumiere, pla-
ces en queue, font A peme resistance, encore exposds A
manquer tant6t de 1'ardeur necessaire, tant6t de la ver-
tu publique? Haiti et l'int6rat franFais, Rdponse A M.
de Molinai, (EtRES PosTHUMEs, tome I, pages 132 etl33,






ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HA'TIEN 31

rdussissent pas A forcer l'accs d'un de ces
rectangles et quo leurs efforts devient, c'est
rarement vers les rectangles inf6rieurs repre-
sentant le commerce, l'industrie ou I'agricul-
ture, et c'est presque touiours vers le rectan-
gle supdrieur, celui des Dkclass~s.
Si nous recensions an peu ce dernier, nous
y trouverions la grande masse de nos pontes
et litterateurs rates, augment6a, au surplus,
par la contribution fournie par les functions
administrative et les professions liberales,
ces sortes d'occupations offrant des loisirs
qui permettent de s'entretenir avec les Muses.
C'est aussi dans ce rectangle des D6classds
que se trouve le quartier-g6neral des politi-.
ciens et de cette sorte de rebuts sociaux qui
ne peuvent vivre que de nos bouleversements
politiques et qui se preoccupent sans cesse
d'appeler les 6venements nouveaux qu'ils arri-
vent parfois, en temps de paix, A hater et A
precipiter par une propaganda des plus demo-
ralisantes, et que, en temps de troubles, ils
reussissent, avec quelque art, A eterniser, po ir
leur seul profit et au grand dommage du Pays.
Ceux de nos publicistes qui attendent de
l'Etat qu'il organise le travail pour ceux qui
n'en ont pas ou qui paraissent ne pas en avoir,
peuvent voir, par ces considerations, com-
bien ils font dtrangement erreur en s'adres-
sant au Pouvoir central plut6t qu'en exhortant
chaCun A sa rdforme propre et personnelle.
Ce genre d'exhortation peut seul atteindre 1'af-
freux rectangle et resserrer, en I'amoindris-







32 ETUDE SUR LE TEMPERANENT HA1TIEN

sant de plus en plus, le cadre de ses 616-
ments nuisibles et dangereux.
II m'en codterait 6normement de penser
que Haiti puisse avoir la vertu special de
produire spontan6ment une society ainsi cons-
tituee et manquant essentiellement aux lois
d'une normal constitution social.
C'est done notre formation social qui est
responsible de notre malaise national et, il ne
faut pas le perdre de vue, cette formation a
et6 longue et remote au delA de l'acte de
notre independance politique. Le sol m6me
de Saint-Domingue, aussi loin que l'on veuille
remonter dans les origins, n'a jamais connu
que le spectacle des bouleversements qui mar-
quent la vie et qui traduisent l'effort seculaire
des societes communautaires.
Certes, nous pourrons, une autre fois mettre
en relief bien des figures historiques qui font
contrast dans la galerie des personnages qui
ont cr66 notre histoire, sans que pourtant il
ne rest toujours vrai que notre fle, ainsi
d'ailleurs que toutes celles qui l'environnent
et presque tous les pays qui lui font suite au
sud et qui constituent le continent m6ridio-
nal du Nouveau-Monde, ont 6t6 victims de
cette fatale formation don't le principle de mort
est de nos jours si vigoureusement attaqu6
par les revelations de la science social.
Une vdrit6 nous apparait en ce moment
clairement, et nous pouvons l'6noncer en deux
propositions r6ciproquement vraies ; A savoir
que :







ETUDE SUR LE TEMPaRAMENT HA'TIEN 33

Nous avons constitute notre society de la
fagon que nous avons vue,- par une fausse
application des principles qui formentle regi-
me d'dducation franQais ;
Nous avons df, en adoptant ce regime, le
tronquer comme nous l'avons fait dans l'ap-
plication, parce qu'il n'est pas fait pour notre
society et qu'il ne correspond pas A notre dtat
de progres materiel et de richesse.
Apres ce coup d'oeil jete sur nos conditions
d'existence et sur l'espece de soci6td qui en
r6sulte, ii me reste A dire quel regime d'6dn-
cation peut le mieux s'adapter aux conditions
rationnelles de la vie national et redresser en
meme temps, sur sa base notre pyramid
social don't le centre de gravity oscille sans
dquilibre autour.d'un axe totalement inverse.
*

Un mot auparavant sur le meme rectangle
consacrd aux Declasses.
Partout ailleurs of les professions se trou-
vent encombr6es, cette cat6gorie d'individus
constituent une population flottante relative-
ment tres restreinte et qui le devient davanta-
ge, aq point m6me de disparaitre, dans les
societes of les situations se conquibrewt par
le moyen de l'energie individuelle et chez les
peoples caracterisis par l'esprit d'expansion.
Tout le monde! est an courant de la Chortd
de la main doeuvre exigee pat les ouvriers
aAiricains et nulle part qu'aux Etats-Unik et







34 ETUDE.SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

en Angleterre, j'ai essay ddjA de le demon-
trer, la paix ouvribre,- qui, some toute,
represente dans les preoccupations politiques
modernes, toute la question sociale-, n'est
mieux assure.
Point n'est besoin d'etre un sociologue dis-
tingue pour se convaincre que si, dans ces
pays, les patrons se trouvent sollicites et obli-
ges d'accorder toute leur attention, bienveil-
lante ou non, aux exigences des associations
d'ouvriers, c'est que ceux-ci ne courent pas
les rues. II en est ainsi, non seulement par-
ce que le d6sir imperieux de depenser son
tresor d'energie assure A chacun son utilisa-
tion dans l'une quelconque des branches de
l'activit6 gendrale, mais aussi parce que, com-
me je viens de le dire, I'esprit d'expansion fa-
cilite singulierement l'expatriement et cr6e
dans les milieux particularistes un courant
permanent d'dmigration.
Ce courant est contre-balance par un cou-
rant en sens inverse cr66 par la masse des
ouvriers strangers qui, immigrant dans ces
m6mes pays, affluent vers les situations infe-
rieures refuses par les nationaux. Cette ex-
plication concilie le movement d'emigration
qui caract6rise ces societes avec l'impprtation
croissante de 1'6l6ment stranger.
L'existence et I'importance exag6r6e du rec-
tangle des D6classes nous explique pourquoi,
en Haiti, les ouvriers tiennent plus aux pa-
trons que les patrons aux ouvriers : ceux-ci,
en effect, vivent sous .a menace on au moins






ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAiTIEN 35

la possibility constant de perdre leur emploi,
et ils savent bien que le rectangle des Dcclas-
ses est 1& pour pourvoir vite aux vacances. II
n'y a guere que quelques industries particu-
libres ou 1'habilet6 professionnellepuissecons-
tituer une garantie pour quelques ouvriers.
D'oI it result que ceux qui sont en functions
sont les premiers et les plus directement in-
teresses A voir se desemplir le cadre de ceux
qui ne travaillent pas.

Je veux cependant bien faire observer que
sous ce term de Declass6s, je ne veux pas
seulement ranger les individus qui ne font rien,
mais aussi ceux qui ne sont pas caract6ri-
ses par une besogne sp6ciale et qui.ne peu-
vert etre classes dans aucune profession par-
ticuliere.
Au point de vue social, ils ne sont pas
classes et je mets le lecteur en garde centre
toute interpretation abusive du terme que j'ai
employ-. Nous faisons ici de la science, ou
simplement de i'observation, si le premier term
peut paraitre trop pr6tentieux, et nous faisons
le procks bien plus A notre formation social
qu'aux individus frappes par cette formation
et qui en sont les premieres et les plus clai-
res victims.
Chacun sait bien qu'il y a chez nous tries
pen de specialistes, en quelque matiere que ce
soit, et je ne tiens pas en dehors de cette con-
sideration les strangers qui viennent ici cher-
cher A travailler. Leur presence sur notre







36 ETUDE SUR LE TEMPEPAMENT HAiTIEN

sol temoigne que sons toutes les latitudes il
y a un trop-plein qui sait, A l'occasion, se
creer au dehors un d6versoir salutaire, com-
me une sorte de d6bouche d'energies.
Or, que peuvent bien sur notre sol esp&
rer faire ceux qui constituent chez eux ce
trop-plein? Ils n'en savent eux-memes rien,
et en pregnant contact avec ce sol, ils ne peu-
vent etre ranges que dans le rang des Ddclas-
s6s, qui arrive ainsi A se composer de tous
ceux qui ae sont specialists d'aucune profes-
sion et de tous ceux qui, specialistes ou non,
abandonnent volontairement on autrement,
l'exercice de leurs professions. Aux yeux de
I'observateur social, on ne prendrang dans une
profession qu'en l'exereant.
Mais on peut tout aussi bien exercer une
profession sans pretendre s'y eterniser.
L'individu que caracterise cet etat entire ain-
si dans toutes les professions et en sort avec
la plus grande facility. Il merite des lors de
prendre rang dans le rectangle des D6class6s
et c'est A lui qu'est allee en quelque sorte ma
sympathie, au point de vue de la question
d'education qui nous occupe quand, plus haut,
je I'ai plaint comme une victim interessante
de notre formation social.
Car cette mobility dans les conditions d'exis-
tence est peut-6tre crdee par le souci constant
d'ameliorer sa situation; or ce souci n'est-il
pas lui-m6me une manifestation naturelle
d'un instinct puissant depose en chacun de
nous?







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 37


III

C'est une trbs grave question que celle que
r6vele A notre meditation le contact, au point
de vue de l'action, des doctrines morales et
des doctrines sociales. Notre tache, a nous
qui prechons l'effort, est de manager les tem-
pdraments et les accommodements entire ces
ordres de forces quand il arrive qu'elles ne
peuvent se heurter qu'en se contredisant.
Borner ses desirs et ses ambitions est une
exhortation chore aux moralistes ; humilitye
et I'esprit de sacrifice sont des vertus dminem-
ment religieuses, efficacement fortifies par
une supreme espdrance et exaltabit (humi-
les 1 .... (1)
Pour nous, qui circonscrivons notre action a
la recherche des conditions de bonheur pour
les socie6ts terrestres, ou au moins pour une
de ces soci6ets, notre formule a nous est
d'exalter, des ce monde, l'ambition indivi-
duelle qui, pour se rdaliser, compete sur les
moyens purement humans de l'effort person-
nel. L'l66vation social, telle doit etre la tache
de chacun, et il serait intdressant de se de-
mander si l'etat d'Ame du declasse haitien
n'e.st pas un peu fait de cette preoccupation.
Ainsi pose, la question d'un regime ration-
(1) a La morale ne nous enseigne pas seulement le
sacrifice. Elle nons enseigne aussi un certain 6goisme
lgitime. Nous avons des devoirs envers nous-memes,
don't le devoir de conservation. a Michel Mtrys, Morale
et Science, LA SCIENCE SOCIALE, fasc. 38.







38 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

nel d'education prend un caractbre plus con-
cret et c'est sous ce jour que nous aurons A
l'envisager.
**
*
fII n'y a pas de travail dans le pays; c'est
le travail Ini-meme qui manque et non les
bras. Que l'on organise le travail et 1'on ver-
ra de quelle bonne volont6 chacun fera preu-
vex, en avons-nous entendu rabAcher de ces
reflexions!
Le pr6juge centre certain m6tiers manuels
aide singulibrement A rester les bras croises,
et I'on ne vent pas se laisser persuader, avec
l'auteur de 1'Education nouvelle, que a ce qui.
est respectable ou meprisable, ce n'est pas la
function, c'est l'homme.
D'autre part, certaines entreprises parais-
sent impossible, et, par une Btrange ironie,
ce sont surtout celles qui ont pour base les
travaux agricoles, source la plus directed de
la prosperity national. On excipede l'absence
de capital, de l'insuffisance des connaissances
sp6ciales, ou de l'ins6curit6 des campagnes.
Pour parer au premier inconvenient, on
projette de doter le pays d'une Banque de
credit foncier. On remedie au second par la
creation projetee de fermes-6coles et de fer-
mes-modbles. Quant au troisieme de ces in-
conv6nients, on attend sa suppression d'un bon
gouvernement. II faut toujours que notre for-
mation nous en fasse arriver l1 et il n'y a pas
deo programme gouvernemental qui ne se res-






ETUDE SUR LE TEMPIRA NT HAITIEN 39

pecte assez pour d6buter dans son oeuxre de
reform par le relbvement de l'agriculturev.
II est bien vrai cependant que l'initiative
priv4e peut mille fois plus pour ce relBvement
que la plus efficace des actions gouvernemen-
tales. A c6td de la Banque de credit foncier,
des fermes-ecoles et de l'organisation de la
police dans les campagnes, ii faut aussi et sur-
tout mettre la main & l'oeuvre du rel6vement
de l'dnergie personnelle, et cette Bnergie ne
se relbvera que sous le stimulant du sentiment
que chacun doit pourvoir personnellement A
son salut social, sans avoir a computer sur le
voisin, encore moins sur l'Etat.
Est-ce que vraiment sur ce dernier pdint il
est necessaire que l'on soit doue d'un c tem-
perament particulier ?- Si oui, il s'agit,
sans tergiverser, de l'acqudrir.
Comment ?
Par l'dducation anglo-saxonne, cohtinuons-
nous A affirmer.
Qu'est-ce done au just que cette education ?
Un maitre incontestd de la litterature hai-
tienne, nullement suspect de sympathie en-
vers nos idees, va lui-m6me nous l'apprendre.
( Ce qu'on appelle c l'aducation anglo-saxon-
ne c'est en son fond, semble-t-il, un certain
tour d'esprit pratique, une certain fagon d' -
pargner les mots au profit des actes, de re-
garder en face les obstacles et d'aller outre,
soit une facility naturelle A se conduire sans
guide et A se tirer d'affaire, toutes qualities
d'ordre moral, qui sont peut-6tre innees chez






40 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

le people anglais, mais don't il n'a certes pas
le monopole, et qui, au demeurant, ne sau-
raient passer pour particuliires atelle forme
d'education, etant de celles qu'aucun bon ddu
cateur n'a le droit de ndgliger., (1 ).
Je ne saurais certainement aussi bien dire
et cette petite tuade sans pretention ne tend
& rien moins que persuader le lecteur qua
toutes ces qualities, don't nous conseillons la
precieuse acquisition, ne sont pas non plus
particulibres a tel c temperament. .
Le remarquable Dledgu6 g6enral de l'Allian-
ce francaise en Haiti n'a pas pu manquer de
souligner en passant que ces qualities sont
,innees chez le people Anglaiss, ce don't nous
devons lii savoir le plus grand gre.
Nous avons peine, apres cela, de nous ins-
crire centre le sentiment de l'dminent peda-
gogue quand il pense qu'il n'y a pas chez les
Anglais a de procdds sp6ciaux pour aider a
I'eclosion des qualit6s de cet ordre.,
Nous avons amplement, apres Demolins et
ces a bons ap6tres de la science social,
demontre l'existence de ces procedes qui ne
doivent faire defaut a ,aucun bon educateur .
L'auteur de rEducation nouvelle et du livre
retentissant A quoi tient la supdrioritd des An-
glo-Saxons a passe sa vie A faire admettre
ces a proceeds par les cerveaux francais et
S(1) M. Georges Sylvain.- Discours prononcd le 8 No-
vembre 1906, A la stance d'inauguration des conferen-
cespost-scolaires, organis6es par le Comit6 haitien de
I'AUance frangaise.







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 41

l'Ecole des Roches en est une directed appli-
cation.
c C'est A M. Demolins, dit M. Bertier, di-
recteur actuel de l'Ecole, que la France
doit le developpdment de l'education physique,
le bouleversement des programmes de 1902,
les proportions inouies qu'a prises 1'6tude
des langues vivantes,les progres de 1'enseigne-
ment concrete, vivant et pratique des sciences...
c Tous les educateurs francais actual, tou-
tes les Revues de pddagogie, tous les jour-
naux vivent de la pensde de M. Demolins. Par-
fois on le cite, souvent on feint de l'ignorer. *
( Son oeuvre en education est la plus neu-
ve et la plus hardie, comme aussi la plus pro-
fonde de ce temps, et nul ne pourra parler
justement de lui, sans l'appeler un grand Fran-
Fais. (1)
Une voix moins suspect, celle du Journal
des Ddbats, dit de l'Ecole des Roches, que
a son influence sur les methodes pedagogi-
ques se trahit de mille manieres, et de M.
Edmond Demolins, qu'il a laisse le souvenir
d'un rdformateur de I'education francaise.
Un derniert6moignage qui confirm I'exis-
tence chez les Anglais de precedes spdciaux
d'education, c'est celui de M. Ribot, president
de la commission parlementaire qui ddcida de
la grande reform scolaire continue dans les
programmes francais de 1902, et qui eut le
courage d'dcrire A M. Demolins, apres avoir
(1) LA SCIENCE SOCIAL, fasC. 39.







42 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAiTIEN

visited en detail l'Ecole des Roches: a Vous avez
plus fait pour la r6forme de nos lyc6es et de
nos colleges que tous les discours et que tous
les dcrits. *
Il y a 1l assez d'hommages pour consoler
M. Demolins, s'il vivait encore, de ceux qui lui
manquent.
M. Georges Sylvain a ete etrangement bien
inspire de dire: Que nous nous effor-
cions de faire passer dans notre tete, dans no-
tre oceur, dans notre sang, les vertus qui font
la grandeur morale des nations civilisees, rien
de mienx. Mais, en nous prdoccupant d'acque-
rir des qualities nouvelles, n'oublions pas de
cultiver les facult6s natives que nous tenons
pourune bonne part de notre filiation francaise,
car le secret d'une existence f6conde et harmo-
nieuse, a quoi tend toute education vraiment
digne de ce nom, c'est, pour les peuples com-
me les individus, de se d6velopper dans le sens
de ses aptitudes. v
Ces excellentes paroles le r6velent moinscon-
tradicteur de M. Demolins qu'il n'essaye lui-
meme de le paraltre, car voici ce que, dans
une conference faite A la Sorbonne, disait l'6-
minent ecrivain de la Science Sociale du r6-
sultat de (l'adaptation lente des proc6d6s
d'6ducation anglo-saxons aux conditions d'ex-
istence, d6terminees par la race, le milieu, la
succession des faits historiques i>
a Le jour of 1'drducation nouvelle repandue,
propag6e sur tous les points du territoire, au-
ra donned les r6sultats qu'elle porte en elle,







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 43

ce jour-lA, Messieurs, c'est nous qui serons
supdrieurs aux Anglo-Saxons.
*Nous leur serons supdrieurs, parce que
nous nous serons assimild leur force social,
sans avoir perdu nos qualit6s francaises, nos
qualitds latines. Elles sont trop profondement
enracindes en nous, et depuis trop de siecles,
pour que nous puissions avoir la moindre
crainte A ce sujet. Elles tiennent solidement.
A nous Frangais, A nous Latins, l'aptitu-
de incomparable A la g6ndralisation, I'esprit
de m6thode et la clart6 de l'esprit, l'dloquence
chaude et convaincante. A nous la gloire de
donner A une idde la forme la plus claire et la
plus saisissante, de la vulgariser, de la rendre
comprehensible pour les intelligence les plus
lourdes que n'a pas touches l'esprit latin on
'esprit grec, de la jeter A travers le monde,
quelquefois.il est vrai comme une torche, mais
souvent aussi comme un flambeau.
uIl y a une former de patriotism qui con-
siste A s'admirer soi-meme et A tomber en se,
drapant, A lafagon eepagnole: c'est la mau-
vaise forme.
(II y a une autre forme,- c'est la bonne,-
qui consiste A emprunter aux autres ce qu'ils
ont de meilleur et A devenir ainsi sup6rieurs
Seux. v
Au surplus, M. Demolins lui meme conve-
nait, avec fiert6, que certaihes qualit6s fran-
caises font ddfaut aux Anglais, bien que ceux-
ci realisent, an dire m6me de Dantbs Belle.







44 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

garde, c le type human le plus parfait m (1),
et il voudrait voir pratiquer entire Frangais et
Anglais a le libre-dchange des qualit6s.
v Si nous essayons, dit-il, de nous assimiler
celles de la race anglo-saxonne, nous devons
aussi tenir A honneur de lui communiquer les
n6tres, quand ce ne serait que pour ne pas
etre en reste avec elle.
Actuellement, beaucoup de jeunes Anglo-
Saxons, d'Angleterre ou d'Amerique, vont, A
la fin de leurs 6tudes, faire un sdjour dans les
University allemandes. Je crois qu'ils setrom-
pent de route et qu'il faut les en avertir cha-
ritablement.
a Ce n'est pas l'esprit allemand, c'est l'es-
prit francais, qui est, si je puis ainsi dire,
complementaire de l'esprit anglo-saxon; c'est
nous qui poss6dons les qualities qui manquent
Sce dernier, et que je viens d'6numerer; les
Allemands,- qui ont certainement leurs qua-
lit6s,- n'ont pas du moins celles don't la race
anglo-saxonne pourrait surtout faire son pro-
fit. v (2)
Et il concluait,- bien avant M. Georges Syl-
vain, que ( la superiority n'est point un mo-
nopole, .
**

,Dlas le course de cetteAtude, j'ai employ
lej m u dans son acception la
( ) NOUVELLISTElT 4 JuilleT
(2) Ed. Demolins, A-T-ON INTtR9f A S'EMPARER DU
PoUVoaR, pages 288 et 289.






ETUDE SUR LE TEMPtRAMENT HAITIEN 45

plJaie Iage on d'dlever a
es e e mon e saii' uteon e o'
trop regrettable con usion que l'on fait de ce
terme avec celui d'( instruction i. La diffdren-
ce entire eux est pourtant tellement grande
qu'il serait vrai de dire que, en d6pit du grand
nombre d'6tablissements scolaires qui exis-
tent chez nous, nous ne comptons pas dans
le Pays une seule maison a d'dducation.
Nous avons beau chercher, nous ne trouvons
dans nos dcoles que des etablissements cr6es
dans l'unique but de meubler intellectuelle-
ment le cerveau des leves.
Il n'en saurait 6tre autrement en vertu de
cette a filiation francaise chore A plusieurs.
Au reste, 1'enseignement libre n'existe pas
chez nous, a proprement parler, et les institu-
teurs qui, de leur propre gre, se mettent A
faire de l'eiseignement, s'empressent de con-
former leur plan d'6tudes dans le sens des
programmes officials.
Or, en p6dagogie comme dans le reste, les
innovations ne viennent jamais que des ini-
tiatives priv6es; ce serait folie que d'atten-
dre de Faction gouvernementale le ddplace-
ment dans ce sens de tout l'appareil official
de 1'Universite haitienne.(1)
Le malheur, avec cela, est que nos families
se ddsintdressent totalement de cette 6duca-
tion don't elles font la tAche de l'deole. Le re-
sultat est alors que cette education est absen-
(1) Voir ce que je dis sur ce sujet dans la derniere
parties de cette 6tude, Livre III.






46 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HA1TIEN

te de la vie de l'enfant qui, en matibre de
principles et de sentiments, s'impregne et a
son insu, des idees ambiantes : nous savons
ce qu'elles sont en toutes choses.
Tandis que maitres et families haitiens
s'entendent ainsi, par une sorte de pacte ta-
cite, pour laigser l'dducation des enfants de-
venir ce qu'elle peut ktre, au gr6 des frequen-
tations et du spectacle de notre situation so-
ciale, ces deux agents s'unissent, chez les
Anglo-Saxons, pour faire des enfants autant
d'hommes dnergiques appelds dans la vie a
se suffire a eux-m6mes, et ils apportent dans
l'accomplissement de cette oeuvre la conscien-
ce de donner aux enfants la plus precieuse
des choses et que ce bien une fois donned, ils ne
leur en doivent plus d'autres dans la vie.
Le type d'6tablissements qui est result de
cette fagon de concevoir les choses est, en
Angleterre, 1'ecole d'Abbotsholme dirigee par
le Docteur Cecil Reddie; celle de Bedales di-
rigee par M. Badley, son disciple ; en France,
c'est l'Ecole des Roches cr66e A Verneuil sur
le plan de ces 6coles anglaises.
Toutes comportent un programme double
d'instruction et d'6ducation et je renvoie aux
sources memes ceux qui veulent s'edifier sur
les avantages offers par ces maisons de famil-
le, ainsi que ceux don't la conviction n'est pas
faite sur l'existence de ( procedds sp6ciaux *
propres A faciliter l'Mclosion des qualitds qui
font les races fortes (1).
(1) On peut lire avec fruit: A QUOI TiENT LI SUPtRIuo







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 47

a La question social est une question d'd-
ducation a dit l'auteur des Anglo-Saaons, et
M. E. Guerrin ajoute, que a c'est 'edducation
qui fait la race a. II imported done que nous
attachions A cette question d'dducation toute
l'importance qu'elle mdrite, car sa solution,
non-seulement determinera ile redressemont
sur ses pieds de la socidt6 haitienne, mais
surtout fera davantage pour la rehabilitation
de la race noire- these offerte A la conscien-
ce de ( l'humanite haitienne -- que les for-,
mules prestigieuses et les elans d'un patrio-
tisme a la fois sincere et faux.
**
*

Notre pays offre incontestablement plus d e
resources naturelles que l'activitd de ses ha-
bitants n'en saurait exploiter. Dbs lors, il fait
souverainement mal de constater le grand
nombre de d6classds revedl par le spectacle
de notre 6tat social.
Quelque inconvenient qui puisse rdsulter de
la non-exploitation de ces resources et don't
nous n'avons pas A rechercher ici les causes,
quelque pdril mime que puisse creer cette
situation a un moment oi une politique exte-
rieure en mal d'expansion s'autorise de con-
RITE DES ANGLO-SAXONS, par Edmond Demolins; l'E-
DUCATION NOUVELLE, par le m4me. ( En vente A I'Im-
primerie du MATIN; on peut lire aussi avec int6ert les
uit fascicules de la SCIENCE SOCIALE parus les huit
dernieres annies et relatifs A la creation et an d6velop-
pemeOt de 1,ECOLE DES ROCHES.






48 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

siderations respectable pour fire sur les ter-
ritoires circonvoisins oeuvre methodique de
penetration,- le danger social est a nos yeux
plus grand de tant de cerveaux et de bras inoc-
cup6s, tant A cause de l'immobilisation des
energies qui en r6sulte que du malaise qui, en
mani6re.de repercussion, envahit ainsi notre
society.
Allez travailler, tel est le salutaire conseil
que doit aux declasses tout sociologue cons-
ciencieux.
-Oh et comment ? demanderont-ils. C'est
ce A quoi nous allons repondre.

Le precepte premier que je formulerai pour
solliciter la meditation de mes compatriotes
est ce:ui que Demolins r6eptait sans cesse
aux anciens el6ves des Roches : de < prendre
la premiere situation qui s'offre et de l'aban-
donner des qu'ils en trouvent une plus avan-
tageuse. ) A ne s'en tenir que IA, ce serait
d6ja le commencement de la renovation,
Generalement, A chaque situation qui s'offre
aux oisifs, ils accordent toute leur considera-
tion A l'avenir r6servd au poste, sans penser
a organiser et a preparer le leur propre. II est
de saine raison qu'il vaut mieux. s'utiliser A
la premiere besogne qui se prdsente que se
perpetuer dans une funeste oisivete. En pen-
sant ainsi, on A l'avantage sur les expectatifs
de tenir toujours quelque chose tout en re-
cherchant le mieux. Et puis vraiment on n'a
des chances reelles d'avancer qu'en entrant,







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAYTIEN 49

dans le movement. Enfin le fatal rectangle
desemplit d'autant et I'avantage pour nous
est des plus precieux.
Un< quotidien (t) faisait ressortir derniere-
ment la maigre perspective qu'offrent A nos
jeunes gens les situations commercials ac-
tuelles. La situation gdn6rale de notre com-
merce est cependant et pr6cis6ment sous la
d6pendance de notre situation social. Le
commergant est l'intermediaire attitre entire le
producteur et le consommateur ; des lors, sa
prosp6ritd est relative et A l'avenant de celle de
ces deux agents economiques. Quand les
consommateurs se font rares et quand les de- '
mandes sont restreintes, ce sont les affaires
commercials qui, les premieres, en subissent C-
le contre-coup, et comme la puissance de con-
sommation est elle-m6me en rapport direct
et intime avec l'6tat social, nous perdons du
temps a attendre le relevement de notre com-
merce d'autres choses que de notre r6forme
social.
Un grincheux me dira bien que l'dlvation
progressive des droits n'aura pas peu contri-
bu6 a restreindre la puissance du consomma-
teur. Ce ph6nomene de repercussion dcono-
mique.resulte, lui aussi, d'un phenomene d'd-
conomie social tendant A accentuer de plus
en plus la surcharge de la besogne politique
et administrative et nous avons ailleurs eu A
(1) ( Faire le commerce consisterait A se mettre com-
me commis dans une maison de commerce de la pla-
ce.... ) LE NOUVELLISTE, du 10 Mai 1907.







50 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

considerer que notre constitution social a de
ce chef une part immense 'de responsabilite.
c Notre budget, disais-je, (1) se ressent sin-
gulibrementde notre formation communautai-
re:on n'a pour cela qu'A considdrer attentive-
ment la place important des credits se rap-
portant aux appointments et indemnitds, aux
pensions et subventions, et enfin A l'armee.
II ne faut pas oublier, pour cette dernibre ins-
titution, qu'elle ne nous est pas particuliire.
On critique volontiers notre regime trop mili-
tariste; nous n'avons pas le mdrite de cette
invention.
SNous avons import directement des pays
communautaires, et principalement de celui
qui est dterneilement proposed notre servile
imitatio i,les deux regimes les plus ddprimants
pour une society : le fonctionnarisme et le
militarisme.
Ilfaut bien que l'on se rdsolveA'concevoir
que pour toucher d'une fagon pratique,-
c'est-a-dire par la voie budg6taire- aces deux
institutions, il faudrait, au prdalable, une re-
forme dans les esprits qui commencerait par
les d6tourner de la grande source de vie qu'est
le budget de l'Etat, et de la grande Providen-
ce qu'est celui-ci.
< En d'autres terms et sous une forme plus
precise, pour d6grever le cafe, m8me partiel-
lement, et pour d6taxer un pen les articles
d'importation courante, il faudrait pouvoir
(1) LE MATIN, du 15 Juillet 1907.







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 51

compenser le deficit cr6e dans le budget par
ces allbgements, par des diminutions corres-
pondantes dans les chapitres de la depense.
S11 faudrait, pour cela, que 1'Etat se deter-
minAt A sevrer une grande parties de ses nour-
rissons et A diminuer le nombre des pension-
naires publics. Les nourrissons eux-m6mes,
partageront-ils cet avis ? s
Et puis, qu'est-ce au just que la a chertd i
d'un produit et dans quelle measure precise
l'Etat haitien, qui a certainement une part de
responsabilit6 dans 1'6levation du prix de nos
articles de consommation, merite-t-il les acri-
monies de tout le monde ?
La c chert6 a d'un objet n'est autre chose
que son prix eleve,- par rapport au pouvoir
d'achat 'du consommateur,- it ne faut pas
n6gliger ce dernier point de vue. Ce qui nous
faith paraitre a cher la marmite de mantkgue
qui se vend quatre gourdes et demie, c'est la
relation qu'il y a entire ce prix et les moyens
des particuliers : le pere de famille don't le
revenue par mois est de cinquante A soixante
gourdes trouve certainement la mantegue beau-
coup plus a cher ) que celui don't le revenue
atteint deux cents gourdes.
La preuve que le phdnomene est bien so-
cial, c'est qu'il se manifesto dgalement en de-
hors de la sphere commercial : le medecin,
par example, fait bien payer sa note d'hono-
raires plus a cher 3 que dans le pass, ainsi
que l'avocat, et le proprietaire dgalement ses
loyers.







52 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

A c6te de l'aggravation du fait de l'Etat, il y
a done aussi place pour une observation so-
ciale d'assez grande importance, laquelle fait
dire A Edmond Paul: ( Il semble qu'il est per-
mis d'attribuer la misbre relative de la g6en-
ration actuelle d'Haiti aux moyens de l'existen-
ce qui n'ont pas progress en raison des besoins
nouveaux qui ont pris naissance sous l'influen-
ce de causes diverse. *
Voici d'ailleurs des paroles du m6me publi-
ciste qui confirment pBremptoirement ma fa-
con d'envisager notre situation commercial :
a I1 est des esprits qui cherchent les signes
de la prosperity publique exclusivement dans
le has prix des choses necessaires A 1'existen-
ce. Cette base est mauvaise, elle fausse le ju-
gement. Le Parisien, transported en Ambrique,
trouve l'existence difficile, p6nible ; tout est
trop cher pour lui : cependant, la vie qu'il
menait A Paris est exactement cellar que peut
mener l'Amdricain qui ne se plaint pas. Pour
acheter une meme chose, ii faut plus ou moins
d'argent selon les pays. La vie A Kingston est
A un bon march infiniment superieur A la vie
de Port-au-Prince. Cependant, il nest pas de
negociant, pas d'ouvriers de Kingston qui ne
se plaignent de leurs conditions d'existence.
N'dtaient nos troubles civils, les deux tiers de
la Jamaique emigreraient en Haiti.
< II arrive des 6poques A Kingston ot le pro-
prietaire d'une maison, faute de pouvoir la
louer, la fait occuper gratuitement pour en as-
surer 1'entretien...






ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 53

c Tout cela fait done voir qu'il faut autre
chose que le has prix des objets de consom-
mation pour juger du bien-Ctre chez un peu-
pie, et que le problime veritable don't vous de-
vez accdldrer la solution consist d faire que
chacun ait assez d'argent pour payer les choses
de l'existence d un prix qui r6munire chaque
travailleur.
K S'il est vrai que la grande quantity des
products aminedu bon marche,il estnonmoins
vrai qu'il faut exciter la production chez un peu-
ple pour que, en consequence, ilsoil heureux. (1)

On le volt, notre pr6cepte intdresse, tout
aussi bien que les autres, 1'oisifqui recule de-
vant le pen d'avantages des functions com-
merciales quand ce refus doit 1'acculer A res-
ter inutile. Somme toute, a qui en est la faute,
s'il n'obtient pas la situation doit il se croit
digne ?- Ou bien A 'son inferiorite vis-A-vis
de ses concurrents, ou bien A une socidt6
qu'il juge mal faite. Dans les deux cas, son
attitude l'incrimine fort, car la victoire doit
toujours rester au plus fort dans le struggle
for life et, quelque mal faite que soit la so-
ci4t, elle a ses lois et sa logique auxquelles
on ne peut rien changer en se tenant unique-
ment au-dessus. C'est simplement une nou-
velle maniere de n'6tre pas de son temps.

[1[ Edmond Paul, rapport sur la petition des ouvriers
de la Capitale, (EUVRES POSTHUMESi pages 307 et 308.






54 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HA1TIEN

Et puis les 6nergiques savent-ils reculer, et
en tout cas, le doivent-ils ?
On a beaucoup parl6 de la force d'expan-
sion des Anglo-Saxons et on l'a indiqude com-
me la cause principal de leur situation en-
vahissante dans le monde entier. Cependant
l'Anglo-Saxon ne s'expatrie pas dans le but
-direct de travailler A la grandeur de son pays.
II 6migre pour courir A la recherche de la for-
tune, quand celle-ci lui paralt plus facile A
acqudrir au dehors que chez lui.
Je d6tache A dessein les quelques lignes sui-
vantes de l'Histoire de l'Isle Espagnole ou de
Saint-Domingue, du Pere de Charlevoix, dcrite
en 1731, et vous allez voir ce que l'historien de
cette dpoque a pu penser des futures condi-
tions sociales des habitants de 1'Isle :
a Une chose qui, dans la suite, pourra 6tre
sujetteA de grands inconv6nients, silapartiede
I'Isle de Saint-Domingue, que nous occupons,
continue A se peupler comme elle a fait, sur-
tout depuis trente ans ; c'est qu'il n'y a point
debiens nobles, etquetousles enfants y parta-
gent dgalement. 11arrivera de 1I que quandtout
sera defrichd,.les Habitations seront tellement
divisdes etsubdivisdes,qu'elles deviendronta
rien, et que tout le monde y sera pauvre. Si
toute 'habitation demeurait A 1'AMnd, les Ca-
dets seraient dans l'obligation d'en commen-
cer d'autres, ce qui ne leur serait pas difficile
avec les avances que leurs parents pourraient
leur faire; et quand il n'y aurait plus de ter-
rein vuide (terrain vide ) & Saint-Domingue,






ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 55

rien n'emp6cherait de s'dtendre dans les Isles
voisines, ou dans les endroits du Continent,
qui appartiennent A la France, ou sont encore
du droit public. Des Colonies se formeraient
ainsi d'elles-m6mes, sans qu'il en cofitat rien
A l'Etat. Mais il y a encore plus d'un siecle A
d6fricher dans les quarters de Saint-Domin-
gue, qui ne sauraient nous 6tre contests, et
rien n'empncherait d'y varier un peu plus le
commerce, afin que cette Colonie re souffrit
point de l'abondanco des memes denrees. ) (1)
Hdlas le o plus d'un siecle du PBre Char-
levoix s'est realis6 et est en course de 1'etre
une nouvelle fois sans que le a terrein vuide v
menace encore de manquer aux bras. Vous
trouverez dans les successeurs de cet historien
dans le recit des faits de notre histoire quel
a ete, durant ces deux siecles, l'emploi de
notre temps.
Ehbien, ce que l'dpuiscment des terrains n'a
pas pu provoquer, pourquoi le souci du rele-
.vement personnel ne le pourrait-il pas ?
Je veux faire une large concession a l'esprit
de mon temps et convenir que de ridicules
prdjuges s'opposent et s'opposeront encore
de longtemps A l'utilisation sous toutes les
formes de l'energie de chacun. Si le jugement
personnel, trop superficiel, ne peut suffire A
les faire surmonter au sein m6me de l'atmos-
phere natale; si meme des impossibilit6s, aui-
(1 ) P. Pierre-FranCois-Xavier de Charlevoix, His-
TOIRE DE L'ISLE ESPAGNOLE OU DE ST.-DOMINGUE, Tome
II, Livre XII, pages 484 et 485.






56 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAfTIEN

quelles je suis loin d'accorder une valeur exa-
g6rde, se dressent contre l'dvolution h6ces-
saire etseuleefficace que nous disons, pourquoi
done l'ancien esclave qui sommeille en cha-
cnn de nous ne se resoud-il & un change-
ment d'erientation et, d6pouillant son ancien-
ne formation qu'un 6crivain deja cite dans
cette dtude appelle sa a longue servitude colo-
niale ,, pourquoi ne va-t-il pas, en terre libre
de tout prdjug6, travailler A avoir son pain
quotidien, augmenter l'importance de sa pla-
ce au soleil, en un mot, a opdrer son a salut
social a en se frottant avec conviction a une
autre humanity ?
II y a toujours des isles voisines qui
attendent les travailleurs avides et il y a sur-
toutdes a endroits d'un certain a Continent a
oh l'Haitien peut ddpouiller sa carapace et
s'dlever; tout lecteur a devin6 que c'est la
terre americaine don't je veux parler.
Elle evoque dans l'esprit de plusieurs, je le
sais, le souvenir de certain pr6jug4s'de race.
Mais les choses sont singulibrement exagd-
rees; j'essaierai de le demontrer, et en meme
temp& de voir s'il n'est pas possible, non pas
de devancer, mais d'inverser les coups de la
a fatality i, en merchant A la conqu6te de cette
immense force social voisine avant qu'elle-
meme ne se leve pour marcher a la n6tre.












fkrEI '; -


-ni, I,


LIVRE II.



L'OUEST AMIRICAIN


Comment la vie am6ricaine trans-
forme les types sociaux













( En posant le pied sur le sol des Etats-Unis,
les strangers y apportent naturellement leurs pre-
dilections particulibres, leurs habitudes nationals,
sans doute aussi leurs prljugds. Au premier
abord, le caractare de l'Amdricain leur ddplait,
ses habitudes les surprennent disagrdablement. Ils
veulent se sdparer de lui, vivre avec leurs compa-
triotes, conserver sur cette terre lointaine les
moeurs de la terre natale, et dans leur langue
maternelle ils ddclarent dnergiquement qu'ils ne
seront jamais Amdricains.
K Vain project inutile protestation I l'atmos-
phere amdricaine les envelope, et par son ac-
tion continue attiddit leurs souvenirs, dissout leurs
prdventions, decompose leur didment primitif. Peu
d peu, sans se rendre compete des modifications
qui s'operent en eua, is changent de point de
vue et de fagon d'etre .... .
XAVIER MARMIER.










L'OUEST AMERICAIN


Comment la vie am6ricaine trans-
forme les types sociaux


Leprogres social haitien depend, comme
celui de toutes les autres soci'tes humaines,
de l'dvolution vers le particularisme. Or, nous
sommes enfermds et retenus dans notre for-
mation social comme dans une carapace et
sans pouvoir en sortir.
Les generations actuelles sont esclaves de,
iddes et des prdjugds de I'ducation statique (1)
propre aux societes communautaires: elles ne
peuvent done accomplir sur le sol haitien cette
diolution necessaire et qui, seule, recele le
secret de notre salut social.
J'essaie de montrer, dans ce livre II, le spec-
tacle d'une socidet, notre proche voisine, ofi
le particularisme est inns et aide journelle-
ment A s'dlever des types sociaux sdculaire-
ment inf4rieurs.
C'est une cole vivante pour les generations
actuelles et pour ceux qui, ayant passe le sta-

(1) L'dducation STATiQUE tend i maintenir le STA-
TU QUO, 1'6tat des choses existent. Ne prevoyant pas
l'extension des besoins, elle prepare les indivi.dus pour
le milieu actuel, non pour le milieu Bvoluant. ) Paul
Descamps, LES TROIS PORMES ESSENTIELLES DE L'EDUCA-
TION, LEUR EVOLUTION COMPARE,







62 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAiTIEN

de de f'ducation proprement dite et dprou-
vant le vide de cette education qui les laisse
inutiles et d6sarmes en face des luttes de
l'existence, -oudraient se ressaisir et se par-
ticulariser eux-memes.

IV
On connalt gdneralement les Etats-Unis et
les Amdricains par Laboulaye et de Tocque-
ville, c'est-a-dire au point de vue politique et
de la fagon d'etre de la socidtA amdricaine
considered dans son ensemble. II faut lire La
Vie Amdricaine, de M. Paul de Rousiers, si
vous voulez saisir sur le vif le movement de
l'individu dans cette masse, rl'volution per-
sonnelle de l'Am6ricain et la mise en oeuvre
de l'energie individuelle de cet homme extra-
ordinaire. Aussi bien, tout ce que j'ai a dire
sur ce sujet sera emprunt &A cet ouvrage plein
d'observations remarquables au plus haut
chef.
On donne facilement dans cette idde que,
aux Etats-Unis, le prejug6 social, au moins
sous une de ces formes, est tres intense ; il
y a cependant A bien s'en rendre compete.
( Ce qui interesse le plus les Haitiens, dans
leurs relations avec les Etats-Unis, Bcrit M.
A. Firmin, c'est la question de race ou de prd-
jugd de couleur. M. Roosevelt s'est cons-
tamment montrd consequent avec le program-
me r6publicain don't run des principles le
mieux fixes est la redemption du ungre ame-







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 63

ricain de l'esclavage A la liberty et de l'infdrio-
ritd social A une ascension morale et intellec-
tuelle vers l'egalite, par I'Vducation et le tra-
vail. >(1)
M. Francis E. Leupp, cited par le m6me an-
teur, dit ceci du Prdsident Roosevelt et des
noirs amdricains : c Le type du caractere per-
sonnel et de la vertu civique que le President
veut etablir pour 1'dmulation du noir est mieux
personnifid dans Booker T. Washington que
dans aucun homme de couleur connu du pu-
blic. Tout noir qui aspire aux emplois doit
faire preuve de cette capacity. Suivant le de-
gr6 qu'il s'en approche on s'en carte, il sera
juge capab[3 ou incapable. ( (2) Et M. Firmin
ajoute :
Je ne sais si l'exigence ne serait pas pous-
see trop loin, en demandant A tous les noirs
americains de ressembler A M. Booker T.
Washington, avant d'aspirer l1gitimement aux
functions publiques. Demandons-le. La plupart
des fonctionnaires blancs ont-ils la capacity
du grand educateur de Tuskegee ? La negative
n'est pas douteuse. Toutefois, M. Roosevelt
n'a jamais adopt une tell formule, pour ex-
primer ses sentiments. En s'adressant aux
chefs du parti r6publicain, dans le Sud des
Etats-Unis, il dit simplement:
r Ddsormais le Sud doit 6tre gouverne dans

(1) M. ROOSEVELT, PRESIDENT DES ETATS-UNis, ET LA
R~PUBLiQUE D'HAITI. page 193.
(2) Op. cit., page 194.







6M ETUDE SURLE TEMPERAMENT HAITIEN

ses relations federales par les meilleurs hom-
mes que je peux obtenir, sans aucune considd-
ration de race ou de parti. i(l)
Notre compatriote continue: L Le prdjuge
de couleur ne fait point de distinction entire le
n4gre capable et le negre incapable. Ce qu'it
refuse d'accepter A la participation des prero-
gatives politiques et sociales, ce n'est pas l'i-
gnorant ou le mal 8levd, c'est le noir, du pur
sang au dernier degrd du sang m6el, pouvu
qu'on puisse decouvrir dans ce blanc appa-
rent un indice quelconque de metissage. P(2)
Voici pourlant le language qu'il met dans la
bouche du President Roosevelt:
a Comment quelqu'un aurait-il pu avoir l'i-
dee quej'ai dit que je ne nommerais point aux
emplois des homes de couleur honorables
et integres, lorsqu'il n'y aurait d'autres objec-
tions centre eux que leur couleur? J'avoue
que je suis entierement incapable de le com-
prendre. Au temps de ma visit a Charleston,
le printemps dernier, j'ai faith, et depuis ce temps,
j'ai continue d faire nombre de pareilles nomina-
tions dans divers Etats oil il y a une popula-
tion de couleur considerable. Ces nomi-
nations d'homme de couleur n'ont constitud
dans aucun Etat plus qu'une mince propor-
tion du nombre :total de nominations... Aussi
loin que je le peux e1gitimement, je tAche-

(1) M. ROOSEVELT, PrISIDENT DES ETATS-UNIS, ET LA
REPUBLIQUE D'HAITI, page 196.
(2) Op. cit., page 131.






ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 65

rai toujours de faire attention aux'd6sirs et aux
sentiments du people de chaque locality; mais
je ne puis consentir A prendre position, en
fermant la porte de l'esp6rance,- la porte de
l'opportunite,- A un home quelconque,
n'importe son mdrite, sur les simples fonde-
ments de la race et de la couleur. P(1)
De cet imbroglio'de faits et de paroles et de
I'apparente contradiction qui plane sur eux,
cherchons A d6gager la vdrite. L'iniquitd socia-
le tant de fois denonc6e par les cong6enres
des homes de couleur du pays americain
jure singulibrement avec les conditions qui
ont accompagn6 la naissance et le ddveloppe-
ment d'un people a qui approche le plus de
l'idal, en fait de progres politique, ayant la
possession effective de la liberty unie a la jouis
sance non moins effective de 1'6galite. > (2)
C'est.cette caractdristique politique qui paralt
rassurante M. Firmin quand ii s'6crie :
a Qu'on se rassure Le vingtieme sickle ne
s'dcoulera pas tout entier, sans que la Negro-
Question soit resolue dans le sens de lajustice
et de la verit6, par un de ces movements de
subite gnedrosit6 don't la patrie de Lincoln a
donn6 tant d'exemples. ,
**
La solution de la Negro-Question doit-elle ve-
nir du gouvernement americain ou des a Afro-
Americains a eux-mmnes ?
(1) M. ROOSEVELT, PRESIDENT DES ETATS-UNIS, ET LA
R P'UBLIQUE D'HAiTI, page 196.
(2) Op. cit., page 131.






06 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

Le probleme politique souleve par le remar-
quable auteur du livre M. Roosevelt, Prdsident
des Etals-Unis et la Rdpublique d'Haiti est
envisage par lui A la lumiere des m6mes
pr6misses deja exposees dans !'Egalitd des ra-
ces humaines: c'est toujours la these de la per-
fectibilit6 d'une race d6montree par I'aptitude
de ceux qui en font parties A acquerir les hau-
tes qualities intellectuelles.
Mais le probleme est-il politique ou bien
social? M. Firmin confond visiblement les
deux points de vne quand il deplore que
a 1'admission des Afro-Americains aux* prero-
gatives de citoyens et d l'6galitdsociale soit si
ardemment contested dans tout le Sud des
Etats-Unis. i(l)
On doit s'apercevoir combien le point devue
social change les donnees du problbme et ce
point de vue s'impose, sur cette question, A
un point tel que l'ecrivain haitien n'a pas pu
s'empecher de convenir, a qu'en dtudiant les
faits, on ne tardera pas A s'apercevoir de l'er-
reur que 1'on comment g6n6ralement, en Eu-
rope, et presque partout, en attendant d'une
ad ministration gouvernementale des Etats-Unis
plus ou moins d'action, plusou moins decon-
cessions, suivant qu'elle est represented par
les d6mocrates ou par le parti contraire. En
fait, il y a une politique americaine crde par
les circonstances m6mes danslesquelles seddvelop-
pent les Etats-Unis. Etantdonndes les origins du

(1 ) M. ROOSEVELT,PRASIDENT DES ETATS-UtIIS, ET LA
REPUBLIQUE D'HAITI, page 131







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HA'TIEN


people amdricain, le pays ot il exerce son
activity, les particularit6s historiques qui ont
pr6sid6 A sa constitution, il y aura toujours
en lui un instinct national plus fort que le pro-
gramme d'aucun part v.(i)
Laissons un moment la constitution politi-
que du peup!e amdricain; chaque nation d'ail-
leurs se I'arrange de la fagon qui parait le plus
conforme A ses int6erts et A ses conditions
d'existence, et, toute consideration politique
6cart6e, voyons maintenant comment est cons-
tituee la soci6te americaine elle-m6me, ce qui
nous int6resse plus particulierement.

Auparavant, reproduisons cette poign6e de
pens6es de M. Roosevelt, rapport6es par M.
Firmin et don't les Afro-Am6ricains doivent,
autant que les blancs, faire leur profit pour
realiser I'oeuvre d'616vation personnelle impo-
see A chacun, dans les conditions de la vie
am6ricaine, pour conqudrir dans la soci6td
une place correspondante A latache accomplice.
( Nous sommes une nation de pionniers;
les colons d6barqu6s sur nos rivages dtaient
des pionniers.... Ils furent des hommes d'es-
perance et d'attente, d'entreprise et d'dnergie,
car les hommes d'un contentement mousse
ou d'un ddsespoir stupid n'eurent point de
part dans ce grand movement de penetra-
tion et d'excursion dans le Nouveau-Monde.

(1) M. ROOSEVELT,; PRESIDENT DES ETATS-UNIS ET LA
ARBPUBLIQUE D'HAiTi, page 130.







68 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HA'TIEN

Notre pays a 6t6 peupld par des pionniers et,
par consequent, it a en lui plus d'6nergie, plus
d'entreprise, ptus de puissance expansive
qu'aucun autre dans le monde entier.
< Les homes qui, avec la hache dans la fo-
ret, le pic dans les montagnes et la charrue
sur les prairies, pousserent au complete dta-
blissement de notre domination sur les deserts
amdricains, ont donn6 une forme d6finie A
notre nation. Ils ont montr6 les qualit6s
d'audace, d'endurance, de larger de vue, d'ar-
dent ddsir de la victoire et de refus obstind
d'accepter la d6faite, lesquelles tendent A for-
mer 'essentielle virility du caractere ambri-
cain. Au-dessus de tout, ils ont reconnu, dans
une forme pratique, la loi fondamentale du
succ6s dans la vie ambricaine,- la loi du tra-
vail dignified, la loi de l'effort hautement
resolu. .

SA la longue, la frugality, I'industrie, I'd-
nergie et la capacity de l'individu doivent tou-
jours resterles principaux facteurs du succes...

a S'ils sont sages, tous les peres et meres,
dans ce pays, inciteront leurs enfants A ne
point reculer devant les difficulties ; mais A les
affronter et A les vaincre ; non a s'dvertuer
pour une vie d'ignoble aisance, mais a s'effor-
cer de faire leur devoir, d'abord envers eux-
m4mes et izers families, et pais envers toute la
Ropublique. Et il faut .que ee devoir prenne






ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 69

indvitablement le cachet du travail, dans une
forme ou dans une autre .(1)
**

Ce n'est pas seulement le point de vue po-
litique qui soit de nature & induire en erreur
sur la mentality du people de I'Amerique du
Nord, mais aussi toute observation incomplete
et tout t6moignagefauss6 pas l'exclusivit6 d'un
point de vue quelconque. Et ce qu'il y a de
particulier dans cette question, c'est que ces
chances d'erreur abondent tant en Europe
qu'ailleurs. II n'y a, pour mettre les choses
an point, que de miuutieuses observations so-
ciales et c'est ce qu'a compris M. Paul de Rou-
siers qui 6crivit son livre apres un voyage
d'6tudes aux Etats-Unis et qui n'a pu que con-
firmer la plupart de ses observations apres
un second voyage accompli pour executer une
mission pour le Musde social fonde par M. le
comte de Chambrun.
C'est qu'il y a Amerique et Ambrique, et si
le prejUg6 social rend A nos cong6neres de ce
pays l'6volution personnelle difficile dans les
cite6 du Sud et de I'Est oh M. Firmin, apres
tant d'autres, puise ses considerations, c'est
que ces parties de la patrie am6ricaine sont
celles' ot le d6veloppement industrial a atteint
un degree qui antorise, a tort si l'on veut, tous
les prejug6s nes de la possession de I'argent
(1) M. ROOSEVELT, PRESIDENT DES ETATS-UNIS ET LA
RUPUBLIQUE D'HAITI, pages 183 et 184.







70 ETUDE SUR LE TEMIPARAMENT HAITIEN

et inh6rents malheureusement A toute situation
social base sur la fortune, aux Etats-Unis
comme ailleurs.
Aussi bien, il est bien plus interessant pour
nous de consid6rer les conditions d'existence
dans 1'Ouest am6ricain qui, par leur caractere
prdcaire, ne favorisent pas I'dclosion des mB-
mes prdjugds:- L'argent est abundant A 1'Est
des Etats-Unis et rare A l'Ouest. ) Cela don-
ne naissance, entire centres d'un m6me pays,
aux m6mes pr6ventions qu'un horime dlev6
parla fortune entretient A 1'dgard d'un autre qui
se trouve dans une situation infdrieure. Consi-
derez, par example, les dispositions d'esprit
du New-Yorkais:
a La presence A New-York d'616ments.aussi
melanges lui donne un caractere cosmopolite
des plus accentuds. Le citoyen de New-York
lui-m6me, celui qui y est n6 et qui y a vdcu,
est moins amdricain que bien des gens de
l'Ouest n6s sur les bords de l'Oder, ou sur
les rives de quelque fjord scandinave,; il a
les yeux fixes sur 1'Europe. Je suis present A
un avocat eminent, don't la famille est 6tablie
a New-York depuis de trBs longues anndes ;
son enfance s'est passe dans une maison de
champagne situee dans l'emplacement actuel
de la dix-buitieme rue. II a vu envahir succes-
sivement par la ville 1'ile entire de Manhat-
tan. II a assist A ce prodigieux d6veloppement
de New-York et se plait A le raconter ; impos-
siblepar consequent de trouverun New-Yorkais
plus authentique. Eh bien, cethomme ne sait







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 71

rien de son pays; et il n'est jamais alld & Chi-
cago, dontil consider les habitants comme
des sortes de barbares ; cependant il revient
de Paris, ofi ii va assez souvent, ofi il a passe
un long sejour au moment de 1'Exposition de
1889, et don't il vante les charmes avec une ad-
miration passionnde. En 1876. il n'a pas voulu
visiter I'Exposition de Philadelphie, moitid par
suite de l'esprit de rivalitd quiexisteentre New-
York et PhiladelphiBa, moitie parce qu'il ne pen-
sait pas trouver lA le luxe et I'elegance des
expositions europ6ennes. Au fond, le New-
Yorkais a honte de l'Amerique, parce qu'elle
ne resemble pas A 1'Europe ; il est seduit par
nos manieres plus raffinees, par nos habitu-
des de vie 6elgante, qu'il entrevoit A Paris, et
regrette de ne pas les retrouver quand il remet
le pied sur le sol de sa patrie. Do lI, un en-
gouement qui se traduit de mille manieres,
par la fureur du chic anglais, qui s6vit chez les
jeunes gens comme par les nariages assez
nombreux conclus entire de riches New-Yor-
kaises et des gentilshommes ruins. Je vais le
soir au theAtre; on joue une de ces grosses
farces dans le genre anglais qui tiennent le
milieu entire nos Revues et nos pieces des Va-
rietes:- on y tourne en ridicule les gens de
Chicago, comme nous touFnions en ridicule,
ii y a vingt ans surtout, le type du provin-
cial. J'ouvre un journal illustre et j'y trouve
des plaisanteries sans nombre sur 1'Ouest. Je
vais presenter en 1890 une lettre de credit
chez un banquier, et ma quality de francaie
mevaut une conversations avec lui sur .les






72@ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

splendeurs de Paris et de 'Exposition; ii en
parole avec des yeux brillants, et s'6chauffe sur
ce sujet comme un gourmand au souvenir d'un
repas plantureux; je lui demand ce qu'il pen-
se de 1'Exposition future de Chicago; son re-
gard s'eteint, il fait la moue et secoue la tWte;
c'estle moment de m'enaller, car la comparai-
son que j'ai suggeree lui est ddsagreable. v (1)
Ailleurs le meme auteur s'exprime ainsi :
II est assez difficile parfois de faire compren-
dre A certain New-Yorkais ce qu'on admire
r6ellement en Amdrique, la merveilleuse 6ner-
gie des colons de l'Ouest, le sentiment vrai
qu'ils possedent de leur dignity et de leur in-
dependance et cette superbe confiance en eux-
memes qui leur fait entreprendre des opera-
tions si 6tonnantes.
a Les Europ6ens qui viennent A New-York,
ceux m6mes qui y vivent pendant plusieurs
annees pour leurs affaires, sans visiter le pays,
emportent done des Etats-Unis un souvenir
fort inexat; quand on reflechit que c'est 1A,
en some, la grande masse de ceux qui fran-
chissent I'Atlantique, on comprend les idees
bizarre et erronees qui circulent en France,
par example, surle compete de 'Amerique. (2)
Voulez-vous connaltre maintenant les ca-
racteristiques de I'Ouest americain, et en par-
ticulier de cette ville de Chicago qui donne si
volontiers le haut-le-coeur an New-Yorkais ? M.

Q1) Paul de Rousiers, LA Via AMeRICAINE, pages 342
( 2) Op. cit., page 345.






ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN .73

Paul de Rousiers va encore nous le dire Chi-
cago qui tient la tete parmi les villes de viande,
eat aussi la plus active, la plus hardie, la plus
americaine des cites de l'Union.. C'est 1l, en
effet, que le go ahead ambricain, I'idee' d'aller
toujours de l'avant, sans regrets inutiles, sans
re6riminations, avec une vue de l'avenir pleine
de hardiesse et de came, atteint son maximum
d'intensite. On. ne peut s'empecher, quels que
soient les prejuges que I'dducation vous ait
inspires, de ressentir une sincere admiration
pour une aussi superb confiance.
c Cette confiance a deux sources, l'rnergie
personnelle des Americains et leur habitude
du succs ; c'est pourquoi elle est plus forte
l1 oi le succes a ted particulibrement dclatant,
plus forte dans les villes de viande de l'Onest
que dans les centres deja anciens de 1'Est, plus
forte & Chicago qu'en aucun autre endroit. (4).
S. .. Chicago est a la fois le plus grand
centre de chemins de fer et le plus grand
centre de packing houses (maisons d'emballage
et d'expedition.) Cinquante et une lignes, ap-
partenant & trente-deux companies diff6ren-
tes, parent de Chicago, pour rayonner sur
toute la surface des Etats, de l'Atlantique au
Pacifique, du golfe du Mexique au Canada, et
sept millions de porcs et de bceufs y sont abat-
tus dans l'espace d'une seule annee. C'est l
que les maisons les plus considdrables, Ar-

(1) Paul de Rousiers, LA ViE AM&RICAINE pages 90 et 91.
CABI^ T IE-
ME1 ,Jg,*-T1- W "Cil,
t ..-/, ^(1







74 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

mour, Swift, Hammond, Fairbank, ont leur
siege principal. a (1)
Quel changement de vue et que dja c'est'
une Amerique inconiue que M. de Rousiers
nous revele Au lieu d'ineptes prdjuges so-
ciaux, nous trouvons dans l'Ouest am6ricain
la lutte c6te A c6te centre les obstacles et les
difficulties et dans cette emulation dans la lutte,
chacun s'6leve au gre de sa valeur personnelle
et le salutaire entrainement lui-meme accroit
deja cette valeur. Ecoutez plut6t:
tLes Etats-Unis sont le pays du monde oi
l'egalit6 paralt la plus complete; mais 1l,
comme partout, l1 plus que partout meme, les
homes se classentd'apres leur valeur et jouent
dans la vie un r6le tres different suivant le de-
gr6 de cette valeur. La verite, c'est, au contrai-
re, que personnel n'teant juge d'apres ses ante-
cedents de famille et l'illustration de ses ance-
tres, personnel ne peut prdtendre d un rang supd-
rieur, sans faire preuve d'aptitudes personnelles
supdrieures; la classes dirigeante (2) n'est pas
un corps ferme, mais elle existe; elle absorb
constamment dans 1'ensemble de la nation
tons les e16ments de choix et rejette constam-
ment tous les autres; elle est le r6sultat d'une
selection perp6tuelle. (3 )
(1) Paul de Rousiers, LA VIE AM.RICAINE, pages 70A72.
(2) (Je sais que cette expression ferait bondir la plu-
part des citoyens de la libre Ambrique, tres persuadds
qu'il y n'a chez eux ni dirigeants ni diriges ; je la main-
tiens cependant parce qu'elle me paralt absolumentjus-
te.- P. DE ROUSIERS.
(3) Op. cit., pages 121 et 122.







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 75

Cet apergu ne saurait toutefois suffire pour
6difier compl6tement sur l'importance, au
point de vue qui nous occupe, du centre de
travail que constitute l'Ouest des Etats-Unis,
Encore quelques citations pourfaire voir, d'une
maniere convaincante, comment l'homme pau-
vre et inactif de tous les pays, anim6 toutefois
du ddsir de lutter, arrive sur la terre ambri-
caine, ddnu6 de resources, sans capital, sans
s'etre sp6cialise dans aucune branch d'acti-
vit6 et comment, par la lutte, il arrive A se
cr6er des moyens de vivre, A amdliorer de
plus en plus ses conditions d'existence et a
s'assurer meme, grAce au taux 6levd des sa-
laires amdricains, un fonds de reserve qui
puisse lui permettre, le cas Bcheant, de se li-
vrer, de retour dans son pays, A certaines en-
treprises que sa formation actuelle lui fait pa-
raltre aujourd'hui impossible.
*

Quand le credit foncier existera en Haiti,-
il parait que c'est lA l'un des soucis de: nosy
administrateurs,- ceux qui le d6tiendront,
ainsi que ceux qui auront A en profiter, pen-
seront, j'imagine, A prendre example sur le
spectacle offert par le movement d'affaires
crUd entire les bailleurs de fonds de l'Est et
les exploitants de V'Ouest des Etats-Unis.
Le colon ou l'exploitant quelconque,.qui va
s'6tablir dans l'Ouest pour commencer la lut-
te centre les elements, y arrive, en effet, daes






76 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAiTIEN

le plus complete denuement, ainsi d'ailleurs,
nous le verrons par la suite, que le plus
grand nombre, pour ne pas dire la totality
des emigrants.
a Le colon qui vient s'dtablir sur son a ho-
mestead v emptunte pour acheter du bdtail
et des instruments de culture; l'industriel, le
commercant, le banquier, empruntent pour
monter leur affaire; l'ouvrier lui-meme em-
prunte pour batir sa maison ; le credit est pro-
digieusement ddveloppe.
a II y a a ce faith bien des causes, don't nous
avons indiqu6 plusieurs et que je rappelle
pour m6moire : la p6nurie de la plupart des
migrants, l'esprit d'entreprise tres rdpandu
dans une society qui compete sur son dnergie
et son travail, la prodigieuse confiance dans
l'avenir que justifient de merveilleux succs ;
mais je dois signaler une condition dconomi-
que capital, sans laquelle l'organisation du
credit amdricain ne pourrait gubre se com-
prendre. Cette condition peut s'dnoncer ainsi;
l'argent est abondant A 1'Est des Etats-Unis et
rare A l'Ouest. (1)
Or, l'Ouest a constamment besoin d'argent,
car le sol y est vierge et les resources natu-
relies par consequent abondantes. L'extreme
Ouest, leFar-West, grace au mouvementindus-
triel et agricole qui le conquiert, se rappro-
che de plus en plus des centres plus civilises
du pays. (c Au temps de M. de Tocqueville,
(1) Paul de Rousiers, LA viE AMuRICAINz, page 353.







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 77

l'Ohio passait pour un Etat de l'Extr6me-Ouest,
aujourd'hui, on le considbre presque come
un Etat de I'Est. Et ce n'est pas la une pure
expression gdographique; la socidet y prend
rdellement l'allure et la physionomie de celle
de l'Est. v(1)
J'ai deja dit comment le territoire occiden-
tal des Etats-Unis, jadis exclusivement occupy
par les Indiens don't la science social nous a
trace la sdrie de migrations A partir des step-
pes du grand plateau central de 1'Asie, se trou-
ve peu A peu envahi et ouvert A-la colonisa-
tion.
< Tous les ans, le President de la Republi-
que declare ouverte aux colons quelque por-
lion de territoire reserve aux Indiens. Alors,
les tribus s'dloignent, important les quelques
dollars qui leur sont donnds comrme prix de
la cession de leur Reserve, et une masse hd-
tdroclite d'aventuriers et de cultivateurs se
precipite sur ce sol vierge pour y bAtir des
villes et y faire pousser du grain. 1(2)
C'est alors que 1'emulation commence et
que l'on peut assister A toutes les manifesta-
tions de i'effort personnel pour vaincre les
obstacles en s'dlevant au-dessus d'eux pour
s'elever soi-meme. Dans cette bande de sans-
le-sou se trouvent, comme presque toujours,
des individus plus fortunes qui d'emblee se
constituentproprietaires, care gouvernement,
(1) Op. cit., page 8.
2) Op. cit., page 10.
Voir aussi LE MATIN du 27 Juin 1907.







78 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAiTIEN

A chaque ouverture de territoires neufs, con-
cede les terrains A des conditions fort avanta-
geuses. Et alors le grand proprietaire c rend
aux emigrants pauvres un service prdcieux
en mettant A leur portLe une occupation lu-
crative. En dehors des ouvriers qui viennent
travailler sur son domain, il a souvent
aussi des fermiers A prix d'argent, des fer-
miers payant leur rente en nature et m6me
des colons partiaires. Toutes les combinaisons
possibles, tous les systemes de tenure, se re-
trouvent done aux Etits-Unis. Ils naissent
spontandment des diverse circonstances et
chacun d'eux r6pond A un besoin different, A
une cat6gorie particuliere d'individus.
I It est evident, par example, que l'6migrant
auquel la culture est absolument 6trangere,
et qui n'a pas l'habitude d'un travail p6nible,
d'un effort physique intense et prolong, ne
peut ni se placer comme valet de ferme, ni
s'installer sur les 160 acres que le Gouverne-
ment lui abandonne ... Cependant si un
proprietaire lui prete un attelage, une charrae
et un semoir, it peut, en pregnant conseil de
ses voisins, en y mettant du temps, ensemen-
cer une terre et y recolter du grain trois mois
plus tard ; cela ne l'enrichira pas du premier
coup, mais il amassera ainsi un premier petit
capital sans avoir couru aucuns risques, et le
proprietaire se paiera de ses avances et de la
location de son terrain en retenant une parties
de la rdcolte. Cette maniere de commencer
est A la portde de tout le monde. J'ai vu, au







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAYTIEN 79

Kansas, un marchand de parapluies de Lyon,
arrive depuis trois jours dans le pays, faire
ainsi ses premiers essais de culture sur la
terre d'un compatriote, don't il se trouvait
6tre le tenancier pour quelques mois. a (1) -
Les territoires neufs de l'Ouest le sont A un
point tel, et la raret6 de 1'argent y est si gran-
de, que la pratique des changes en nature,
des trocs, qui caractdrise les rapports com-
merciaux des pays sauvages, s'y retrouve sous
le nom de bargains. (2)
La masse d'aventuriers et de cultivateurs qui
s'6lancent ainsi a la conquete des diverse si-
tuations sur cette parties dn territoire ameri-
cain, n'est pas seulement hdteroclite, elle est
aussi cosmopolite. Ce sont tous des travail-
leurs, et de vrais travailleurs aux yeux des
Amdricains qui, pour les designer par leur
caractere d'extrandite, les qualifient, en g6nd-
ral, de forcing laborers, travailleurs strangers.
a Cette expression, dit M de Rousicrs, a be-
soin d'Atre definie, car elle n'est pas gram-
maticalement exacte. Le travailleur stranger,
c'est aussi bien, au sens prdcis des mots,
1'Allemand que 1'Italien, l'Irlandais que le Chi-
nois, le Scandinave que le Hongrois ; mais
quand un Yankee americain vous parole de fo-
reing laborers, ii entend designer les ouvriers
venus aux Etats-Unis sans avoir l'intention de
devenir citoyens amdricains. Or il se rencon-


(1) Op. cit., pages 127 et 128.
(2) Paul de Rousiers.







80 ETUDE SUR LE TEMPiRAMENT HAiTIEN

tre pr6cisement que lea Chinois, les Italiens et
les Hongrois rentrent presque tous dans cette
categorie. Ils parent en bandes de leur.pays
d'origine, soqvent embrigadds par des agents
d'emigration qui les engagent pour un temps
determine et moyennant un salaire convenu ;
puis, apres avoir amassed un petit pecule, ilsre-
viennent chezleux et vivent de leurs renters. (1)
*

En voiii assez, je pense, pour determiner a
l'action ceux de mes compatriotes que l'esprit
d'aventures et d'entreprise ne trouve pas re-
belles. (2) Ces quelques citations auront, je veux
I'espdrer, contribud i redresser leur jugement
et A leur donner la note just sur bien des
choses et des iddes ayant course sur le compete
de la grande Republique voisine. Comme tou-
tes choses en ce monde, elle effraye ou attire
selon le c6t6 que l'on envisage: c'est une ve-
ritable question de point de vue.
Au point de vue des moeurs sociales, ce que
l'on imprime sur telle parties du continent du
Nord de 1'Amdrique n'est pas vrai de tell au-
tre. c L'Est est le pays des manufactures, du
commerce, le centre de la vie urbaine. L'Ouest
est le pays des ranches de bestiaux, des fer-
mes, et ses villes memes ne sont que des mar-
(1) Op. cit., page 295.
(2) L'Haitien a le goot des ventures, d'oit ses folles
equipees politiques .... Dr. J. C. Dorsainvil, UN MOT
SUR LAPSYCHOLOGIE DU PEOPLE HAITIEN, c.Nouvelliste
du 17 Octobre 1907. 1







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 81

chds agricoles. (1) Comment alors les moeurs,
les iddes, les prdjuges pourraient-ils Otre uni-
form6ment les memes ?
A New-York, le prdjuge de races carte les
noirs jusque du service des restaurants et h6-
tels : les gargons sont tous des blancs. Au fur
et A measure que l'on s'avance vers i'Ouest,
cet dtat de choses diminue ; A partir de Balti-
more jusque dans les grandes villes des Mon-
tagnes Rocheuses, les maltres d'h6tel en chef
ont la peau blanche, mais tout le reste du per-
sonnel des hotels est noir. En entrant dans le
veritable Ouest, dans celui des petites villes,
ces functions dependantes sont d6sertdes par
les noirs eux-memes et les hotels ne sont plus
desservis que par des jeunes fills. (2)
Et puis aucun people n'esti plus que celui
don't nous parlons, en dtat de perp6tuelle mo-
bilitd, c'est-A-dire de perp6tuelle evolution;
jamais il ne se repose, car jamais il ne se croit
arrive. L'inter6t de ses centres se d6place au
gre de cette evolution et c'est ce qui fail ecrire
A I'auteur de la Vie Amdricaine :
a Le movement en avant n'est pas partout
marqu6 de la meme manibre, et ce ne sont
pas les Etats qui ont jet6 au d6but le plus
grand eclat qui tiennent aujourd'hui la tete.
SIl y a cent ans, la Virginie jouait dans
l'Union un role A part; elle lui fournissait des
chefs. Washington, le plus c61ebre de tous les


1) Paul de Rousiers.
2Idem.







82 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

Virginiens, a laiss6 une mdmoire impdrissa-
ble, et on peut dire que cette race des plan-
teurs du Sud, don't it rdsumait en sa personnel
les qualitds directrices, a permis, & I'4poque
oi elle a Mte d6clarde, l'ind6pezdance des
Etats-Unis. Sans elle, le soulbvement de l'esprit
public centre l'Angleterre n'aurait pas pu
aboutir ;.il fallait, pourle diriger, des homes
habitues au commandement, capable d'utili-
ser les precieux 61lments qui se trouvaient
dans la nation. Ces homes, la Virginie les
fournit alors A la Nouvelle-Angleterre.
A Aujourd'hui, ni la Virginie, ni la G;orgie,
ni aucun des Etats du Sud, n'occupent dans
1'Union americaine une place prdponddrante.
Quand il s'est agi de choisir parmi les grandes
villes des Etats celle qui devait avoir l'hon-
neur de l'Exposilion universelle de 1893, per-
sonne n'a pensd qu'elle pit avoir lieu A la
Nouvelle-Orldans ou a Baltimore. La lutte s'est
circonscrite de suite, au contraire, entire New-
York et Chicago, entire la grande ville de
l'Est et la grande ville de 1'Ouest, parce que
I'Est et l'Ouest sont les deux parties les plus
actives et les plus puissantes de 1'Union. Et
il ajoute que ces deux points o forment le vrai
theatre de la vie amdricaine. (1)
Toutes ces raisons expliquent pourquoi, sur
ce thdItre, des points comme New-York, Bos-
ton, Philadelphie, Pittsburg, nous interessent,
nous autres Haitiens qui cherchons notre voie,
beaucoup moins que ceux, moins dclatants
(1) Op. cit.,pages 4 et 5.







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HA'TIEN 83

mais plus fertiles en lemons, de Chicago, Saint-
Louis, Kansas City ou Saint Paul et surtout les
villages, quisont A peine de petites villes, of le
movement agricole, commercial et industrial
peut 6tre surprise a sa naissance m6me, (1)

V

Le contact avec l'humanite qui people le
continent nord-am6ricain n'aura pas seulement
pour effet, A nos yeux, de procure le travail
A nos compatriotes inoccupds, de les y habi-
tuer, de leur en sugg6rer le goft d'une facon
ind6racinable ; il aura encore et surtout pour
effet de les predisposer par ainsi A la salutaire
transformation qui fera d'eux des individus
nouveaux, puisqu'ils deviendront dou6s de
ces qualities nouvelles don't I'ensemble consti-
tue le temperament particulariste.
Ceci n'est pas une pure hypothese et la scien-
ce social a irrefutablement 6tabli l'6tat de
d6pendance des individus et. des soci6t6s vis-
A-vis des conditions des milieux oft elles 6vo-
luent. C'est la these don't s'est inspire Edmond
Demolins, et que ces demonstrations ont sen-

(1) Une d6peche r6cente transmise a ses lecteurs par
le a Matin ) informed que le territoire de l'Oklahoma,
situ6 dans I'Ouest, vient d'etre admis A faire parties de
1'Union feddrale ambricaine, don't il devient le 46e Etat.
M: Paul de Ronsiers, qui- a visitM ce territoire un an
apres qu'il a Wt6 ouvert, nons montre dans son'livre le
movement de colonisation de ce territoire dont-l'ou-
verture a eu lieu le 22 Avril 1889.
II a done accompli son evolution en dix-huit ans.







84 ETUDE SUR LE TEMPiRAMENT IIAYTIEN

siblement fortifide, dans son ouvrage conside-
rable : Comment la route cr'e le type social. v
L'entreprise m'avait tented de resumer pour
les lecteurs du Matin cesvigoureuses d6mons-
trations et de leur faire suivre du regard, dans
leurs grandes lignes, les migrations de l'huma-
nit partant avec sa besace de la terre asia-
tique, ot les mcurs pastorales ont A l'origine
impose uniformnment a tous la forme social
de la communaute, pour aller s'eparpiller sous
d'autres cieux et d'autres latitudes. Le type
primitif human a ainlsi dvolut et s'est trans-
form6 au gre des natures ot la route suivie a
conduit les divers groups d'dmigrants, et les
types sociaux subs6quents out ainsi determi-
nO les differences des diverse races entire
elles.(lj
Pourquoi n'ai-je pas realise cette entreprise,
j'aurai 'la franchise de le dire : j'ai redoutt
pour le journal l'indiffdrence du lecteur hai-
tien pour les questions de n'importe quel in-
tert scientifique, quelle que soit d'ailleurs
l'importance de cet intdrkt pour lui.
Dans l'espece, l'inte6rt est pourtant reel et
capital pour une soci6t6 de descendance afri-
caine et nulle part le sociologue n'a chance
de puiser, plus que dans eette thdorie dont la
v6rite repose sur les faits, I'antoritd necessai-
re pour affirmer I'unite de 1'espece hunmaite.
Il ne s'agit plus seulement d'un ancetre om-
mun dent tous les homes seraient issues
(1) Voir dans. le MATIN lasrie d'articles sur ce sujet,
No. de Jufilet et Ao6t 1907.






ETUD& SUR LE TEMPaRAMENT HAlTIEN 85

avec des particularit6s natives: c'est le seul
et m6me hornmedes steppes qui change et se
trnsforme, selon qu'il a pris la direction du
nord ou du sud ou de quelque autre point de
I'horizon.
II est regrettable que les progress de la scien-
ce social contemporaipe du livre sur l'Egali-
td des races humaines eussent manqu6 a M.
Firpmin, et aussi que son eminent auteur, qui
se trouvait A Paris quand cet ouvrage a paru,
e04 noglig6 de mettre A profit le resultat des
rechrches scientifiques de Henri de Tourville
et de Demolins,- ce dernier ayant, durait
pros.de vingt ananes, 6 la Socitit de Gdographie,
offert ses remarquables conferences aux dlI-
ves des hautes etudes ainsi qu'a un auditoire
diversement compose.
La demonstration, sans rien perdre de sa
profondeur at de son erudition, ett ~6 singu-
librement eclairee d'un point de vue nouveau
d'oi jaillirait la vdrit. dans toute sa simplicity
et aupsi dans toute sa clarte.
Pour revenir A notre sujet, nous affirmons
done I'influence sur le type social des condi-
tions du lieu et le pouvoir transformant des
milieux sociaux sur les individus. A un point
de vue different, ii est vrai, le Dr J. G. Dor-
sainvil se range A notre'opinion quand il ecrit,
dans une 4tude un pen sommaire et tres forte-
ment pensee sur la psychologie du people hai-
tip : c Fort d'une thBorie physiologique d'ail-
letirs vraie pour tout Atre organiset copfismde
piai de n6mbreueea observations, qn~ i r~yons







86 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

trouver dans les conditions mesologiques du
pays, les pittoresques beaut6s de l'lle, la cause
de l'6volution plastique de la race noire d'Hai-
ti. L'Haitien a subi une veritable selec-
tion : elle est plut6t dans la forme, la beau-
tB de la race transplanted sur la terre d'Ame-
rique. II y a A coup stir un abime du portrait
caricatural du n6gre offert par certain ethno-
logistes au type noir antilden. Mais d'autre
part, il faut bien avoir le courage de le di-
re,- la Venus Hottentote n'est pas un mythe
invented par l'imagination fantaisiste de quel-
ques n6grophobes. >(1)
Le Dr Dorsainvil nie d'ailleurs dans cette se-
lection le rble du cerveau : Nous avons beau-
coup voyage dans ce pays, dit-il, et plus d'une
fois, dans les bougardes les plus recules,
nous avons rencontr6 des types d'une id4ale
beauty. Volontairement nous avons cherch6e
tirer d'eux quelques fugitives lueurs d'une
intelligence rudimentaire ; ces gracieuses sta-
tues ne nous ont laiss6 admirer que la pure-
td de leurs traits et l'harmonie de leurs con-
tours. )
C'est done que la selection n'est que phy-
sique, comme sa cause. L'6crivain semble
6tre, au surplus, de notre avis sur le peu de
progresintellectuel realis6 par notresociete,(2)
a C'est la moyenne du progres realise par un

(1) Dr. J. C. Dorsainvil, UN MOT SUR LA PSYCHOLOGIE
DUPEUPLE HA1TIEN, s Nouvellistev des 16 et 17 Obre 1907.
(2 ) Voir le a MATiN du 24 Ao~ 1907, article : LE PAIN
MS IMN4BCCTC10N.






ETUDE SUR,LE TEMPERAMENT HAITIEN 87

people qui doit nous donner la measure de
l'Bvolution subie et non les fortes tetes qui ap-
paraissent A des intervalles plus ou moins
dloignes dans son sein. Toussaint-Louverture
est un des plus 6tonnants cerveaux qui ont
paru chez nous et pourtant on ne saurait vrai-
ment dire qu'il soit un produit de selection de
la race. P
L'6tude du Dr Dorsainvil, bien que congue
au point de vue biologique, se trouve done
en accord avec la proposition que ( c'est la
route qui cree le type social D. La transforma-
tion intellectuelle et morale, en ceux de nos
compatriotes qui emigreraient en Amerique,
se produirait done plus vite et plus facile-
ment que n'a pu le faire l'oeuvre de la nature
physique haitienne sur l'element africain.
Nous pouvons d'ailleurs surprendre une pa-
reille transformation sur la terre d'Am6rique
dans les emigrants d'Europe et d'Asie qui vont
s'y 6tablir. Ils n'ont garde d'aller s'etablir aux
hasards de la destination; une predilection
imp6rieuse les guide au gr6 meme de leur for-
mation. Ce fait est bien mis en relief par M.
Paul de Rousiers (1).
r C'est une chose curieuse, en effet, dit-il,
de voir comment l'emigration europ6enne se
distribue sur l'immense surface des Etats-
Unis ;'tandis que les Irlandais et les Allemands
du centre restent dans les villes manufactu-
rieres de la Nouvelle-Angleterre, de la Pensyl-
(1) Op. cit. pages 123. et suiv.






88 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN

vanie, ou s'aventurent tout au plus dans les
grandes cit6s de l'Ouest, l'Allemandde la plaine
etle Scandinave vont se perdre sur les fermes
6cart6es du Kansas, du Nebraska, du Minne-
sota, du Dacotah. La, ils retrouvent les memes
conditions d'ind6pendance auxquelles ils sont
habitues dans la mere patrie. Le paysan diu
Lunebourgou du Schlegswig, le p6cheur norve-
gien, ne sont pas plus effrayds de vivre seuls
au milieu de la prairie amdricaine que dans
l'isolement du hof scandinave, et ils trouvent
en abundance de l'autre c6te de l'Atlantique
la terre qui leur manque chez eux.

En ce qui concern les Scandinaves, I'auteur
continue: Au fond, c'est lI, aujourd'hui com-
me du temps des rois de mer, la cause de
leur migration; mais la forme extdrieure a
bien change ; au lieu de verser des larmes,
comme le Grand Empereur A la barbe fleurie,
quand it voyait leurs barques legeres re-
monter le course de la Seine, le President des
Etats-Unis ne peut que se frotter les mains
lorsque les d6epches officielles lui annoncent
le d6barquement A New-York d'un group d'd-
migrants scandinaves. En effet, ils ne sont plus
redoutables aux gouvernements charges de
veiller A la security du pays; ils n'arrivent
plus en armes, conduits par d'audacieux vi-
kings, mais, attirds par les prospectus alld-
chants de quelque agent d'dmigration, ils se
rendent paisiblement sut les terres vacantes et
fertiles qu'on leur indique. A quoi leur servi-






ETUDE SUt LE TEMPERAMENT HAiTIEN 89

rait d'ailleurs d'etre arms ? Ils n'ont de lutte
A engager centre aucun 6tre human, ils ne
prennent la place de personnel.
i Leur emigration et leur installation s'op&-
rent avec beaucoup plus de facility qu'autre-
fois; mais du lemps qu'elles Etaient moins
aisles et plus heroiques, lesScandinaves four-
nissaient des chefs aux pays qu'ils envahis-
saient. Aujourd'hui on ne trouverait plus par-
mi eux un Rollon ou un Ragnard Lodbrog. La
police sanitaire a close la serie des sagas et ta-
ri la source d'of sortait cette c6elbre aristocra-
tie des rois de mer. DBsormais privee de la
piraterie, qui lui fournissait ses grands homes,
la NorvBge, pays pauvre en some, n'envoie
plus au dehors que des gens de petitsmoyens,
des fils de pecheurs et de paysans; ce sont
ces 61lments pr6cieux, mais modestes, que
l'Americain domine et s'assimile prompte-
ment. ( I ).
Puisque nous avons coutume d'accorder
une particulibre attention aux choses qui int6-
ressent la France et les Francais, veut-on sa-
voir par quoi ceux-ci se distinguent dans ce
movement d'dmigration ? M. Georges d'Ave-
nel, dans un article public dans une Revue
foncirement attache A l'esprit de tradition,
nous l'apprend ici: ( 2)
a Sur 24 millions d'emigrants qui ont abor-
de le littoral americain, on compete 433.000
(1) Op. cit., pages 123 et 124.
(2) La REVUE DES DEUX-MONDES, La France aux
Etats-Unis.






90 ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAiTIEN

Francais. Its n'avaient au d6but ni plus ni
moins d'argent, ni plus ni moins de chances que
les Irlandais, les Allemands, les Saisses, les
Hollandais ou les Scandinaves: cependant, ils
n'ont pas rdussi, eu regard A lear nombre, aus-
si bien qu'aucun de ceux-la. On ne voit aucun
Frangais A la t6te des chemins de fer, des mi-
nes, des manufactures, des banques,des gran-
des exploitations agricoles, don't les proprie-
taires et les directeurssont pourtant.assez cos-
mopolites d'origine.
aDans l'Ouest, ofi il y a, proportionnellement
Ala population, plus deFrancaisque dans l'Est,
on n'en voit pas qui jouent un r61e prepon-
d6rant, dans quelque branch que ce soit de
l'industrie on du commerce. Mais s'il y a,,par-
mi nos anciens compatriotes plus ou moins
am6ricanisds, fort peu de millionaires, il y a
6norm6ment de gargons de cafe. Dans les res-
taurants de San-Francisco, la moiti6 du per-
sonnel subalterne est francais. It y a des co-
chers, des cuisiniers, des ouvriers d'art et
aussi des professeurs, des architects, des
commissionnaires en marchandises, tous md-
tiers distinguds ou vulgaires dans lesquels
on gagne peu, mais oh l'effort est mode6r et
surtout exempt des hasards.
aLe Francais n'a-t-il done pas le godt des
affaires ? N'en a-t-il pas le sens? N'a-t-il point
assez l'ambition de l'argent? Ce n'est ni un
paresseux, ni un sot; alais, autant il est por-
tW a rechercher en France pour ses capitaux
les placements de tout repos, autant il affect.






ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HAITIEN 91

tionne au dehors pour sa personnel, mome
lorsqu'il s'expatrie,les r emplois detoutrepos i.
Cet homme ultra-prudent n'est point un wris-
queur et, par l1, il est aussi peu Am6ricain
que possible; car l'Am6rique ne grandit et ne
prospere que parce que ses citoyens laborieux
et intelligent sont tous des risqueurs. Il est
clair qne I'esprit de risque, c'est le gofit des
entreprises; c'est la richesse d'une nation.v
A c6td de cet element c aussi peu ameri-
cain que possible i, voyons maintenant ce que,
en terre amdricaine, devient 1'6migrant scan-
dinave, par example.
SSi parfois il arrive A un Scandinave de pous-
ser sa fortune assez haut pour sortir de sa
condition primitive et se faire une grande si-
tuatiobl, il s'am6ricanise plus promptement
encore que ceux de ses compatriotes qui res-
tent A un echelon moins Bleve; il est de suite
absorb par la classes dans laquelle il entire '
J'ai rencontre quelques examples de ce ph6-
nombne, un entire autres dans la personnel
d'un grand proprietaire du Minnesota, venu
en Amerique sans resources, comme un pau-
vre migrant suedois qu'il etait, et fort riche
aujourd'hui. II avait gagn6 sa fortune en v6.
ritable Yankee, 6tait arrive de bonne heure &
se faire accepter comme agent d'une Compa-
gnie hollandaise propri6taire de terrains con-
siderables, avait fait des speculations pendant
une quinzaine d'anndes pour le compete de
cette compagnie, avec un gros profit person-
nel pour lui-nmme, et avait trouv6 le temps






92 ETUDE. SUI LE TEMPERAMENT HAITIEN

de crder. successivement et de vendre 4 b6p6-
fice trois fermes toujours plus grades et tou-
jours plus A l'Ouest.
cC'ktait, comme on le voit, un Su6dois pr6-
destine & devenir Americain. (1 )
On le voit, les emigrants europ6ens ne pren-
nent pas tous le m6me chemin en allant s'6ta-
blir en Amdrique : le lieu oh ils vont se fixer
depend de leur degree de formation sotiale.
Aussi bien, l'6volution personnelle se fait-elle
chez les uns plus vite que chez les autres;
Demolins a rapport, sur ce sujet, une obser-
vation trbs remarquable de M. P. de Rousiers,-
qui lui icrivitd'Am6rique: a Quelle mine d"'b-
s.ervations que cette Amerique I Avec la cop-
tante immigration de peuples divers qui s y
opbre, on y voit partout se poser la question
de l'adaptabilit6 ou de la non-adaptabilite de.
certaines races aux conditions speciales de la
vie americaine. C'est intLressant au plus haut
degree. Une chose curieuse, c'est de voir ies
r6els progres des Irlandais depuis vingt ans..
Tout ce qui est personnellement capable de
s'4iever dans le milieu nouveau, s'616ve et se
transform. L'Irlandais aujourd'hui ne balie
plus la rue, n'est plus le simple mancaure tg.zo-
rant et incapable d'autrefois. Ce role est joi' ap-
tuellement par des Polonais, des Italiens, etc. #
Et Demolins fortifie l'observation de M. de
Rousiers par les r6flexions auivantes : Get
(1) Paul de Rousiers, op. cit., pages 124 et 125,







ETUDE SUR LE TEMPERAMENT HATEN 93

home ( ['Irlandais ) que des siecles de for-
mation communautaire ont rendu r6fractaire
A Effort dnergique et suivi, pour lequel la so-
lidaritd du clan dtait le fondement mdme de l'or-
gadnisation social, qui Btait arrive, par le fait
mbinie de cette solidaritY, au point d'abaisse-
ment politique et d'impuissance social of
nous le voyons en Europe, cet home se dd-
gage des metiers infdrieurs, of ii dtait come
emprisonn6 par 1'6nervement de la doctrine
socialist, il cesse d'etre balayeur de rue, ou
simple mannoeuvre, il devient capable de s'd-
lever par lui-m6me. Cet home est en voie
d'opdrer son salut social.
a Les migrants polonais et italiens, en con-
tact depuis moins longtemps avec le milieu
anglo-saxon, sont moins d6gagds de leur for-
mation premiere et n'ontpas encore op6re
leur evolution. Mais le chemin d6ja parcouru
par I'Irlandais dans ce milieu nouveau, nous
montre le but auquel ils arriveront progressi-
vement. Eux aussi, dans ce milieu et grace A
lui, opdreront leur salut social.
Et ce n'est pas en bloc que cette 6elvation
s'accomplit, mais individuellement, comme
nous le disions : les plus capable, les plus
travailleurs s'bMlvent les premiers, puis les au,
tres,' puis les autres. A chacun suivant ses
oeuvres. (1)

Le lecteur peut surabondamment voir, par
(1) Ed. Demolins, A QUOI TIENT LA SUPERIORiT# DES
ANGLO-SAXONs, pages 338 et 340.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs