• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Advertising
 Foreword
 Avertissement
 L'Ame d'un libérateur
 Rehabilitons dessalines ou l'affaire...
 L'organisation de la guerre de...
 Miranda et Dessalines
 J. J. Dessalines et le massacre...
 Anatomie d'un drame
















Six études sur J.J. Dessalines
CITATION SEARCH THUMBNAILS PDF VIEWER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077040/00001
 Material Information
Title: Six études sur J.J. Dessalines
Physical Description: 142 p. : ; 20 cm.
Language: French
Creator: Laurent, Gérard Mentor
Publisher: Impr. "Les Presses libres"
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1950?
 Subjects
Genre: individual biography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 01889336
lccn - 52029656
System ID: UF00077040:00001

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )


Table of Contents
    Title Page
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    Advertising
        Page 5
    Foreword
        Page 6
    Avertissement
        Page 7
        Page 8
    L'Ame d'un libérateur
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
    Rehabilitons dessalines ou l'affaire Charles Belair
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    L'organisation de la guerre de l'independance
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Miranda et Dessalines
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    J. J. Dessalines et le massacre des blancs
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
    Anatomie d'un drame
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
Full Text



GERARD M. LAURENT


SIX ETUDES

SUR

J. J. DESSALINES


I.prImerfe "L.ES PRESSES LIBRES"
Grand'Rue, Port-au-Prince, Haiti













THIS VOLUME HAS BEEN
MICROFILMED
BY THE UNIVERSITY OF
FLORIDA LIBRARIES.











SIX ETUDES

sur

DESSALINES


GERARD M. LAURENT


















OUVRAGE
D6ja paru:
Coup d'Oeil sur la Politique de Tous-
saint-Louverture (1949).

A paraitre bient6t:
VOICI HAITI... (Esquisse d'Histoire
d'Haiti A 1'usage des strangers).

En preparation:
Correspondance de Toussaint-Louver-
ture avec le G6n6ral Lavaux (2 vol.).















Jean-Jacques Dessalines ne savait ni
lire, ni 6crire. II apprit a cigner son
nom peu d'annees avant sa mort.
Mais ces rev6lations, loin de ternir 1'e-
clat de cette Figure de Proue, la bai-
gnent au contraire de plus de clart6.
Car, elles affichent les quaiit&s extra-
ordinaires de cet esclave qi, arm6 de
son courage et de sa ferveur, 6claire
de son intelligence et de son g6nie, mft
par un orgueil immense et par sa foi
immuable en un ideal de grandeur,
burina, avec flamme, dans le roc de
Saint-Domingue, un monument impe-
rissable: une Nation.












AVERTISSEMENT


D6sireux de r6pondre au voeu formula par
un group de futures bacheliers, nous avons
prepare A leur intention, en une s6rie de six
6tudes, une documentation plus ou moins
fouill6e sur Jean-Jacques Dessalines. Le mi-
lieu dans lequel a grand l'Homme de Cor-
miers et le lourd heritage ancestral qui ont
ooncourru A la formation de ce titan, de ce
Chef immens6menft orgueilleux, plein de bra-
voure et de ruse, ont 6t6 presents a brefs et
incisifs coups de plume, propres a 6largir les
connaissances des 6tudiants.

Une etude sur Porganisation de la second
phase de la guerre de l'Ind6pendance met en
relief le r6le delicat jou6 par Dessalines et Ia
finesse de son intelligence que secondaient un
temperament mefiant, dissimulateur, et une
perspicacit6 rare. Cette 6tude prove que le
Liberateur ne fut pas uniquement un foudre
de guerre, comme on se plain a le repiter a
tort, mais aussi un meneur riche de brillantes
qualities intellectuelles.
Une documentation sur l'Affaire Belair r6'


N-7-






habilitera Dessalines a qui on impute injuste-
ment la moid de ce pricoce preux qui, a
vingt deux ans, entra dans l'immortalit6.

La quatriime etude est consacree a la visit
de Miranda en Haiti. Par son aide au Precur-
seur de la R6volution v6n6zuelienne, Dessa-
lines le Grand tragait pour l'avenir un noble
example qui fit d'Haiti le berceau du Pana-
m6ricanisme.

Une analyse des faits qui d6terminirent le
massacre des blancs en 1804 souligne la psy-
chose de peur et les autres facteurs qui comn-
mandaient cette 6nergique et sanguinaire ac-
tion de Dessalines et du people haitien en
general.

Enfin, la recherche minutieuse des causes
qui provoquerent le drame du Pont-Rouge
donnera A l'1tudiant une plus just et plus
ample id6e de cette malheureuse affaire qui
macula la page de garde de notre histoire na-
tionale.

Voici, done, classees dans cette plaquette,
six 6tudes qui fournissent une consistante
documentation sur le Fondateur d'Haiti.
Puisse cette publication itre utile aux futurs
obcheliers et recevoir un encourageant accueil
de la part de mes lecteurs 6ventuels.
















Etude No 1

L'Ame d'un Liberateur











Etude No 1


LAme d'un Liberateur

A.-AMBIANCE ET ATAVISME.-

Cormiers, c'est le remugle corrompu des
Vie Cailles> oi des n6gres au corps lacer6,
a la poitrine hideusement couture de ci-
catrices, s'abrutissent; c'est cette locality
de triste renom oh ,sont parqu6s en un vas-
te troupeau des esclaves aux 6paules 6tam-
pees du stigmate de la fl6trissure; Cor-
miers, c'est un Quartier de la Grande Ri-
viere du Nord, Olev6 A 600 m6tres d'altitude,
se developpant sur plusieurs centaines de
carreaux de terre que cultivent des parias
au coeur plein de fiel, des abrutis 6 la fi-
gure tatouee de miseres, au regard nostal-
gique ombr6 de douleurs.
Dans le repli de ces immensites rocail-
leuses sont diss6min6es, pele-mele, en vio-
lation de toute esth6tique, des huttes
boiteuses, envelopp6es d'une d6goiitante
misere.
Et ce serait dans ce milieu malsain, dans
ce refuge de la promiscuity et de l'infamie,


-11-






au sein de cette fourrimre humaire oii flot-
te un air vicie, oh pr6dominent les forces
du mal, oti se tapissent le crime et la cor-
ruption, qu'aurait vu 1'? jour, en 1758, I'es-
clave Duclos, qui, en changeant de maitre,
adopta le nom du dernier: Dessalines.

Ainsi le veut la tradition historique; ain-
si le voulut le Destin. Et pendant trente
annees s'offrirent aux yeux de cet esclave,
en d'horribles cruautes, des tableaux ty-
piques de la barbarie blanche, des scenes
ecoeurantes, oeuvres d'imaginations d6-
mentes.

Pendant trente ans, le future Dessalines
vivra de miseres et de calamites. Car, tout
au long de ces annees, il ne se passa pas
un jour,qui d6mbritAt I'anath6me et la
haine que vomissaient ses levres et que son
cceur nourrissait. Non, pas un soul fait qui
ne soit 6vocateur de tableaux poignants.
Tous ces souvenirs etaient souill6s d'injus-
tices, macules de sang, et criaient vengean-
ce. Haine et r6volte, rage exacerbee, d6gofit
debordant du colon: tel fut le terme d'une
vie dans un pareil milieu.

Ce milieu dans lequel 6volua Dessalines
etait propice au developpement des germes
i6volutionnaires d6pos6s en lui par 1'ata-
visme. Car l'inalt6rable soif de vengeance
de ses peres, la haine de 1'66lment blanc


-12-






qui les avait consumes, les lueurs des au-
dacieux et admirables Blans de r6volte qui,
L la faveur de l'h6r6dite, vacillaient dans
son Ame, concoururent, avec toute leur
potentialit& suggestive, A la formation de
la puissante personnalit6 de ce Chef. Ces
facteurs le doterent d'un id6al de liberty
et l'attiserent de haines implacables.

A cela il faut ajouter, pour former le cir-
cuit des forces suggestives qui influence-
rent Dessalines, les proc6d6s tortionnaires
des colons don't il fut victim. Quand ses
poumons s'intoxiquaient dans 1'atmosphe-
re suffocante ouf se melangeaient A la f6ti-
dit6 des plaies le d6gout de criminelles
atrpcit6s et la r6volte de criantes injustices,
Dessalines, boulevers6 par les forces qui
grondaient en lui, s'oubliait jusqu'A mani-
fester son mecontentement. D'autres fois,
spectateur de scenes abusives offertes par
des d6bauch6s sordides que ssduisait la
morbidesse affolante des n6gresses, Dessa-
lines perdait sa maitrise. En toutes ces oc-
casions, le colon ne manquait jaminis de
chatier avec une extreme rigueur les sourds
movements de r6volte ou de d6sapproba-
tion 6chapp6s A l'esclave.

Alors, tourment6 par son instinct de li-
bert6, Dessalines s'enfuyait de 1'habitation
tentant imprudemment de sr r6fugier
dans la trompeuse s6curit6 des bois, aux


-13-







crimes vertigineuses des montagnes ofi, li-
bre de toute contrainte, dans la solitude
propice, il efit pu nourrir sa haine, m6diter
sa vengeance... Mais on ne d6routait pas
ais6ment les vigilants limiers au service des
colons. Le marron, toujours, etait traqu6
et ramen6 sur l'habitation oft l'attendait
le colon, arm6 de son instrument de suppli-
ce. Ainsi l'amour immod6r6 de !a liberty et
de la justice, la haine de 1'616ment oppres-
seur, enfin un caract&re naturellemient re-
belle, valurent A Dessalines toute une
game de corrections qui souillerent igno-
minieusement son corps en le marquant de
tenaces cicatrices.

Le movement de 1791 marquera l'heure
impatiemment attendue par les forces se-
culaires qui bouillonnaient en Dessalines;
ce fut 1'6v6nement souhait6 par ce dernier
depuis sa premiere nuit au fond de la hutte
crasseuse, depuis le premier canal creus6
dans sa chair par les lanieres coloniales
lourdes d'iniquit6s. La r6volte des esclaves
fut le resort qui provoqua en lui le d6chai-
nement, l'explosion des forces aliment6es
par I'h6r6dit6 et par l'ambiance. Voilh
pourquoi Dessalines nous apparaitra sous
la forme d'une brute de guerre enflamm6e
d'un zele aveugle. II 6tait 1'instrument de
la fureur de toute une race: voilh pourquoi
il sentait la poudre. Les col6res d6r6gl6es,
transmises par plusieurs g6n6rations, l'ex-


- 14 -







citaient: c'est pourquoi ses yeux ktince-
,laient de rage.

Jean-Jacques Dessalines avait a remplir
une mission que lui assigna le destin: ren-
dre ind6pendants les noirs. II avait A assou-
vir une haine que lui communiqufrent ses
ancetres. II avait A se venger des colons
qui 1'avaient torture. Pour atteindre ces
fins il lui fallait ktre t6m6raire et intr6pi-
de, 6pouventable et indomptable, impitoya-
ble et sanguinaire.

B.-LE GUERRIER.-
Une brfilante intr6pidit6 qui plortera
Dessalines & tout renverser sur son passa-
ge, A 6voluer comme une trombe sur le
thbetre de Saint-Domingue, une fougue
irresistible qui le poussera, dans un elan
vertigineux, a l'assaut de la forteresse co-
loniale, sont les qualit6s maitresses de ce
guerrier qu'avantageait une resistance
physique peu commune.
A travers les centaines de faits qui jalon-
nent la vie de ce H6ros, voltigent, lumineu-
ses comme des fusees, les manifestations
de ces diverse qualities. Elles brillent dans
le pass de gloire de ce guerrier qui, sur
ses trophies de victoire, 6difia un Monu-
ment 6ternel, imp6rissable. C'est A elles, a
ces qualities que nous devons notre Inde-
pendance.


-15-






Avec la IRvolution de 1791 commence
d'une fagon r6gulibre la vie guerriere de
Dessalines. Celui-ci trouva en Toussaint-
Louverture le chef que r6clamaient sa soif
de vengeance ,son orgueil de soldat, et sa
fr6n6sie de la victoire. Au premier des noirs
s'offrait, dans I'intr6pidite de ce lieute-
nant, dans sa bravoure et dans sa fid6lit6,
le soutien qui assurait le triomphe de la
grande Cause. Un attachment sincere
cimenta l'amitid de ces deux homlnes pr6-
destin6s a la gloire. Une confiatce illimitee
les lia. Ils se cramponnerent, confondus,
au char d'un m6me ideal.
Les postes les plus dangereux, les mis-
sions les plus delicates, les combats les plus
violent gardaient 1'empreinte du coura-
geux soldat. Le movement qui forga H6-
douville A abandonner la colonie trouva
Dessalines a sa tate. On 6tait alors en guer-
re ouverte avec le Directoire. Toussaint
travaillait & 1'Ind6pendance. La guerre du
Sud, qui fut la solution fatale A une situa-
tion cors6e, n'ali6na pas au Chef noir 1'es-
time de son homme de conflance qui
marqua les 6v6nements tant de sa brulan-
te, de sa d6vorante intr6pidite que de sa
grandeur d'ame et de sa sauvage bravoure.
L'exp6dition de Leclerc le surprit debout
sur ses boulets de feu.
A la verite, les faits qui illuminent avec
le plus de clart6 les qualit6s guerrieres de


-16-






Jean-Jacques Dessalines foisonnent dans
la p6riode qui s'6tend de Janvier A Mars
1802. Interrogeons-les.
Leclerc vient de debarquer a la tote d'un
Corps Exp6ditionnaire de 30.000 hommes
qui 6taient r6partis sur 35 vaisseaux de li-
gne, 26 frigates et 15 corvettes, formant
six escadrons que commandait 1'Amiral
Villaret-Joyeuse. La nmuvelle de 1'arriv6e,
dans les eaux de Saint-Domingue, de cette
formidable expedition surprit Dessalines h
St-Raphael. D'un bond, ce g6n6rai sauta sur
son cheval et partit en vitesse. Sa volubi-
lit6 franchit, en 24 heures, 68 lieues. A
peine arrive au Port R6publicain, il orga-
nisa la resistance. Brillamment zecond6 par
1'intr6pide Lamartinikre, il paralysa la
march de la division Boudet. Craignant
que la defection ou un manque d'enthou-
siasme, l'indiff6rence ou la surprise ne ]i-
vrassent & l'ennemi les autres villes du
littoral, Dessalines resolut d'entreprendre
a travers F'ile une tourn6e incendiaire.
Porte-parole de la R6volution. il comm,u-
niqua partout son z6le ardent. L'aspect de
ce foudre de guerre enflamme les esprits.
Son regard 6tincelant de fureur affole les
partisans des francais. Sa voix chaude, pre-
nante, jointe a une bravoure h6roique qui
marque d'une pointe ae surnaturel ce m6-
teore, influence les soldats, relive les coura-
ges, r6chauffe les enthousiasmes.


-17-






C'est une brute de guerre que grise l'o-
deur de la poudre. C'est un lion en furie
qui surgit de la brousse pour terrifier.
Sur tout son passage. il lIve des armbes
qu'il jette febrilement dans la fournaise re-
volutionnaire.

Sa force physique ,sa resistance, d6fie la
fatigue. De la Plaine du Cul de Sac il se
jette dans les hauteurs de la Rivikre Froide,
en passant par la Coupe. Il a ]anc6 en e-
claireur son orgueil immense qu'il suit a-
veugl6ment. Nul obstacle ne 1'arrete dans
sa march intr6pide. D6daigneux de la
mort, il c6toie, superbe dans son audace,
des precipices vertigineux. A des routes ap-
paremment impraticables, A des forts
vierges, ses bottes t6meraires et son 6pee
invincible r6clament un passage imm6diat.

Ce demi-dieu perce L6ogane et tbmbe
avec un fracas d'orage A Jacmel off il clai-
ronne des paroles ardentes qui Mlectrisenc
les esprits. Des cris de guerre gonflent les
poitrines, arment mille bras. Une ardeur
brilante devore les coeurs. Dessalines trou-
ve dans cette atmosphere le reflet des for-
ces qui le bouleversent. Satisfait, il conti-
nue sa route.

Le revoici au Port-R6publicain, f6licitant
chaudement Lamartiniere, trempant dans
le courage h6roique des soldats ses muscles


-18-






d'acier qui doivent ignorer la fatigue. 11
pursuit sa sublime mission. II same A Mi-
rebalais des germes revolutionnaires, forti-
fie l'Arcahaie, penetre A Saint-Marc avec
la fulgurance de 1'6clair. L'ennemi, terro-
ris6, se tapit sous les lits, se terre dans les
broussailles, se camouffle dans le feuillage
touffu des arbres. L'Homme de Cormiers,
en bon chasseur, les flaire, les rnerche, les
d6niche. Pas de piti6! Le sort de tout un
people depend du resultat de cette guerre.
Le coup6 totes, boul6 cailles> est le mot
d'ordre de la R.volution, le cri de rallie-
ment des indig&nes. De sa propre main,
Dessalines met le feu i sa maison d'habi.-
tation. En un clin d'oeil, la ville de Saint-
Marc flambe avec elle. Les blanks sont
massacres. L'ange exterminateur continue
sa march 6tincelante... jonchant de cada-
vres les points du pays ofi il porte ses pas.

Ce guerrier est double d'un stratege de
classes. II se signal A la Crete A Pierr6t ofi
il batit des plans de combats, observe les
movements de l'ennemi, decouvre ses er-
reurs qu'il exploit avantageusement, fait
creuser des fosses, y install douze pieces
de canons, transform ce simple fortin en
une forteresse qui, pendant vingt et un
jours, tiendra en 6chec 16.000 hommes de
troupes blanches que renforqaient 2.000
indig6nes. Quand les 900 veterans assi6g6s,
a la lumiere des instructions de Dessalines,


-19-







franchirent le cercle de fer et de feu qui
les enveloppait, ils n'abanconnerent A l'en-
nemi que les morts, les invalides et... les
glorieux d6combres du fort qu'ils ilustr6-
rent.

Avant le combat ,alors que les divisions
de Dugua, de Boudet, de Pamphile de La-
croix, se d6ployaient dans la Plaine, prates
a 1'attaque, Dessalines, comme s'il voulait
cr6er dans le Fort e1 climate que r6clamait
le plein triomphe des indigenes, arm6 d'u-
ne torche allumee, s'6tait dirig6 vers un
tas de boulets pour clamer, en s'adressarnt
a ses soldats: matin. Je ne veux garder ici que des bra-
ves. Que ceux qui veulent mourir en hom-
mes libres se rangent autour de moi. Mais
ceux qui veulent redevenir les esclaves des
frangais, qu'ils sortent du fort.U < mourrons tous pour la liberte>, r6pondit
d'une voix convaincue la garnison entire
-< content de vous.>

Ces braves 6taient encore a se d6fendre
h6roiquement, quand Dessalines, nonobs-
tant la rigueur du siege, r6solut de sortir
du fort pour rallier les soldats en d6ban-
dade, lever des armies de cultivateurs, por-
ter, enfin, la guerre dans les montagnes.
Les assailants dirigent sur lui un feu
nourri. D6daigneux de la mort qui le fr6le


-20-





dans le sifflement des balles, i'intr6pide
guerrier sauta sur son cheval fougueux et
disparut en un clin d'oeil. II venait de lever
100 cultivateurs quand il rencontra l'a-
vant-garde du g6n6ral Hardy que comman-
dait le g6n6ral Salm. Sans hesitation,
enflammant les indigenes de sin z6le ar-
dent, Dessalines, avec une furie de fauve,
les lanca contre les forces adverse. Celles-
ci sont culbut6es, enfonc6es dans les brous-
sailles du Morne Nolo et sabres sans mer-
ci.

Apres la perte de la Crete-A-Pierr6t, Des-
salines prit ses dispositions pour continue
la lutte, persuade que le sort des armes se-
rait favorable A la cause qu'il d6fendait.
Mais, la trove de Mai 1802, cette paix fac-
tice, calma momentan6ment 1'ardeur guer-
riere du Lib6rateur. Toussaint-Louverture,
son chef, exigea sa soumission A Leclerc.
Par discipline militaire, il obit. Mais son
arrogance, au moment de faire le serment
d'all6geance, traduisait 1'insubordination
et le courroux d'orgueil de son me rebelle.
Ce Chef, qui se prbsenta devant Leclerc ca-
br6 dans une fiert6 insolente, m6ditait d6ja
une vengeance 6clatante.

Voila les glorieuses actions qui enrichis-
sent le palmares de Jean-Jacques Dessali-
nes. Elles se suffisent A consacrer sa
c6lfbrit6, A imposer son nom 4 la recon-


-21-






naissance national. Il fut un guerrier
intr6pide, double d'un habile stratege, un
Chef infatigable, aux paroles ardentes.
Mais ce Coryph6e doit la r6alisation de son
rive a de nombreuses autres qualit6s.
Imbu de l'id6al du chef exile, 6clair6 sur
la gravity de l'heure, aonscient du danger
qui menacait les noirs dans la perte de leur
liberty et de la chaine d'embfiches qui ren-
daient difficiles et p6rilleuses les moindres
actions, Dessalines apporta A la direction
du movement revolutionnaire, d6clenche
en aoft 1802, la dissimulation, la fermet6,
la discipline, la prudence, le tact, l'intelli-
gence qui s'imposaient. Grace a, ces quali-
t6s, le Titan Noir fortifia l'insurrectihn
d'une nimthodique organisation, garante
du success.
C.-LE CHEF.-

Dessalines appartenait a cette cat6gorie
d'6lites en qui sont r6unis, a la faveur heu-
reuse de l'h6rEdit6, tous les attributes d'un
Meneur de classes. La bravoure, la volont6.
la conviction, l'orgueil, le respect de la
justice et la fid61it6 A une cause donn6e,
sont des elements qui, de toujours, rehaus-
sent le prestige d'un Chef, reniorcent sa
personnalit6 et aiguisent sa puissance de
fascination.
Or, sont accumules dans la fulgurance
de la vie guerriere de Jean-Jacques Dessa-


-22 -





lines des traits saillants qui revelent
1'alliance de ces divers 616ments chez cet
Homme qui, b peine all6g6 du pbids de
1'esclavage, brfila les tapes, et, d6daignant
tout stage interm6diaire, se campa sur la
scene de Saint-Domingue dans un rl1e d6-
licat, transcendent et complex.
A la v6rit6, pour f6conder les germes
qu'une h6r6ditM cl6mente d6posa en lui,
Dessalines trouva un orgueil d6mesur&-
mient excessif. Cet orgueil fut eouvent la
soupape de ses succ6s. Il fut 1f reservoir
qui-alimjenta la bravoure de ce Chef et d&-
cupla ses energies. Ce fut encore ce senti-
ment qui enveloppa de t6nacite la volont6
si durable de Dessalines, jusqu'A, pr6munir
ce temperament recalcitrant centre le d6-
couragement et I'abattement. Par cet or-
gueil, dejA, Dessalines 6tait pr6dispos6 A la
gloire. Ne trouve-t-on pas forternsent mar-
qu6es de l'empreinte de ce d6sir de briller.
de dominer, de supplanter, toutes les pha-
,ses de la vie tr6pidante de Dessa'ines? L'ar-
niogance de cet officer devant Leclerc A qui,
d'ordre de Toussaint, il fait sa reddition,
son geste spectaculaire A St-Marc ofi il
brula sa maison, la creation de 1'Empire,
sont des manifestations inspires par un
hautain et imp6rieux sentiment d'orgueil,
par une hypertrophie maladive du moi.

Cependant, qu'on ne se m6prenne point.


-23-





Cet orgueil, s'il transparait dans toutes les
actions de Dessalines. n'6clipse pas les qua-
lit6s maitresses qui firent de ce Chef un
grand Meneur. A ces dernieres. !a constitu-
tion paranoiaque du Fondateur d'Haiti a
plut6t servi de stimulant, de force propul-
sive, de canal d'aboutissement. Car, nous
avons vu Dessalines par l'6clat de sa bra-
voure s'imposer a 1'admiration des uns et
a l'6merveillement des autres. La Crete-a-
Pierr6t illustre ce courage qui deconcerte,
trouble et fascine. Au fort du guet-apens
ou sombra 1'Empire, ne vit-on pas se mani-
fester, dans une t6meraire intrepidit6, cet-
te bravoure grace A laquelle d'ailleurs,
mnme ant6rieurement aux 6venements de
1802, Dessalines exerga un ascendant fou-
droyant sur l'esprit de ses freres?
Avant d'insuffler aux indigenes I'id6e
d'ind6pendance, avant de leur inspire un
idcal de grandeur, Dessalines 6tait subju-
gu6 par cette croyance, et A un point tel
qu'a l'optique de sa conviction I'illusion
6tait transform6e en concrete r6alit&. Des-
salines 6tait devenu l'esclave de sa propre
foi. Les mains crisp6es sur les renes du
but convoit6, il opposait obstinriment aux
forces hostiles qu'il confrontait une con-
viction in6branlable contre laquelle elles
venaient se pulv6riser. Cette foi enfanta la
mystique d'ind6pendance qui enflamma les
indigenes ;son intensity impr6gna d'une
telle force de persuasion les paroles de ce


-24-





Chef qu'a entendre ce dernier annoncer
comme imminent 1'&re de l'ind6pendance,
les soldats, asservis a cette opinion, fanati-
ses, partag6rent machinalement le reve
tem6raire de leur Meneur. C'est ainsi que
1'Ind6pendance, avant d'8tre conquise par
les armes, le fut moralement des 1802 par
la force de la conviction.
Par d'autres qualities encore, Dessalines
se revela un grand Meneur. Sa facon in-
telligente de gagner la sympathie des indi-
genes, sa confiance superbe en son propre
Prestige, cette confiance qui le poussa im-
"prudemment au-devant des Oongos farou-
ches, pour les haranguer et les rallier, sa
tenace fidelit &a un ideal d'ind6pendance
en d6pit des menaces de mort, servirent ef-
ficacement le prestige personnel de ce Co-
ryph6e, lui permirent d'acqu6rir plus
d'ascendant et d'exercer plus de fascina-
tion sur l'esprit d6ej conquis de ses freres.
Enfin, si nous empruntons les conclu-
sions des psychopathes qui, dans leurs tra-
vaux de clinique historique, soulignent le
nervosisme, l'irascibilit6 psychique, 1hy-
pertension mental et le sybaritisme de ce
c6l6bre Vert-galant, nous aurions achev6
dans cette esquisse rapide le cycle des
traits dominants du tenip6rament de celui
qui physiquement, psychologiquement et
physiologiquement, s'est rv6le6 un vrai
Chef.


-25 -





















ETUDE No. 2

REHABILITONS DESSALTNES
OU L'AFFAIRE CHARLES BELAIR













ETUDE No. 2


REHABILITONS DESSALINES
OU L'AFFAIRE CHARLES BELAIR

Comme I'affaire Villate, la Guerre du
Sud ou l'Assassinat de l'Empereur Jacques
ler, l'ex6cution de Charles Belair et de sa
femme constitute l'un des problemes les
plus d6battus de nos annales historiques.
Les versions se muitiplient a l'envi pour
flageller la m6moire du Fondateur d'Haiti.
Sous la plume de tel historien, c'est un
exc6s de zele, un trop grand attachment
A la cause des franpais qui poussa le g6n6-
ral Dessalines A suborner le brave Belair;
tel autre historien fera de l'arnbition de
l'Homme de Cormiers ou de sa jalousie la
cheville ouvriere du drame du 5 Octobre
1802. Et, tout dernierement encore, un in-
tellectuel de marque ne concluait-il pas
ex cathedra que 1'Affaire Belair a terni la
gloire de l'Immortel Fondateur?
II nous est p6nible de constater les pro-
c6des instinctifs employes par certain
historians dans l'6tude des problemes.
Leurs conclusions s'apparentent a une


-29-






grossibre fantaisie. Loin d'6touffer leur
passion ou de se pr6munir centre des alle-
gations interess6es, ils acceptent, satis-
faits, le mot d'ordre que leur dicte le sen-
timent ou 6pousent, avec empressement,
les points de vue des pr6d6cesseurs lies a
eux par de communes passions. La disci-
pline historique exige une analyse concrete
des faits, avant de formuler une conclu-
sion. A 1'encontre de ce principle, ces 6cri-
vains ont d'abord conclu, laissant A leur
imagination le soin de constituor, A 1'aide
d'un imbroglio de faits, la documentation
propre A consolider leur r6sultat.

L'heure a sonn6 de faire de 1'Histoire Na-
tionale une histoire vraie. La redaction de
chaque page de cette histoire doit 6tre con-
fiee a la probity d'un esprit scientifique.
Banni le regne de la passion; p&rim6e la
conception empirique qui rclamait de
1'Hlistoire 1'exaltation du patriotism ou la
glorification d'un parti. Le seul but ae
1'Histioire est la r6v6lation de la r6alite.
C'est A ce titre qu'elle est une Science.

Pour que cette v6rit6 perce, 1'historien
doit se d6gager de 1'emprise des sentiments.
II s'implantera dans 1'ambiance de l'6po-
que A 1'6tude, observera les faits, les inter-
pretera avec toute l'objectivit6 possible. 11
restreindra le champ de la pr6formation,
guid6 par le dsir de soumettre les faits a


-30-






une impartiale critique. Son travail n'a-
boutira pas A la connaissance d'une v6rit&
absolue, mais, il aura d6fray6 un peu le ter-
rain du r6seau de 16gendes qui l'enchevO-
trent et permis A d'autres 6crivains de se
rapprocher de 1'objectif.

C'est fort de ces dispositions, affranchi
de toutes preventions et libre de toutes
passions, que nous allons 6tudier I'Affaire
Belair.

1Nous sommes en aofit 1802. Le Capitai-
ne-G6n6ral, fiddle au but de sa mission: le
r6tablissement de I'esclavage, a terrass6, A
la faveur d'un infAme guet-apens, le co-
losse Toussaint, qui est envoy, ligot6, A
Napoleon. Encourage par ce success et pro-
fitant du d6sarroi que provoqua dans le
carnp des indigenes la deportation de leur
Chef, Leclerc ordonna l'arrestation d'une
centaine de soldats et d'officiers noirs.

Mais la situation se corsa. Et le Capitai-
ne-Gen6ral s'appliqua A inventer des mo-
yens ing6nieux pour d6membrer l'arm6ee
indigene. Car, la deportation de Toussaint-
Louverture avait effarouch6 les noirs et je-
tait dans les bois des chefs d6fiants.

Leclerc tenta de retarder l'in6vitable
denouement en recourant A des measures
sp cieuses. Dans l'espoir d'affermir la con-
fiance 6branl6e des indigenes, il avait avant


-31-






meme 1'arrestation de l'Illustre Pr6cur-
seur, convoqu6 une Assemibl6e Consultati-
ve compose de seize blancs, trois noirs et
trois jaunes. II esp6rait par cette nouvelle
tactique endormir les indigenes, et les con-
vaincre de son esprit pacificateur. Le Con-
seil, a la date du 7 Juin 1802, inaugura ses
travaux. Mais loin de d6nouer ]a crise, les
colons, membres de cette Assembl6e, 1'a-
vaient aggrav6e. Domin6s par leurs pas-
sions et guides par des int6rets personnel,
ils ne se soucierent point de masquer, a
r'instar du Capitaine-G6n6ral, leurs vues
esclavagistes. Ils devoilerent les intentions
secretes qu'abritaient de fallacieuses pro-
niesses de Leclerc, en osant formuler, sans
ambages, le principle du maintien de l'es-
clavage qui se heurta A une sublime et t.-
m6raire opposition de Christophe, A la
seance du 11 Juin.
Par ailleurs, le 3 juillet 1802, Leclerc
iangait son ordre de d6sarmement g6n6ral.
Mais les officers indigenes, pr6pos6s a cette
operation, s'inspirerent de la ruse et de la
dissimulation h6rit6es de leurs pores pour
d6jouer le criminal project de Leclerc. 30
mille fusils, 11 est vrai, furent rendus au
Capitaine-O6n6ral, mais ces armes, loin
d'avoir 6t6 arrach6es aux cultivateurs,
comme on le pensait, furent plut6t des re
buts, ancien style et lors d'usage, contre
lesquels avalent Wt6 6chang6s de modernes
et bons fusils.


-32-






Enfin, la derniere cause, qui alarma les
indigenes et les incita h deserter l'arm6e
pour se r6fugier dans les replis profonds
de mornes inaccessibles, fut la stupefiante
nouvelle du r6tablissement de 1'esclavage
A la Guadeloupe.

Les faits accablaient Leclerc. Incapable
de les nier, il s'avisa de changer de tacti-
que. Il esp6ra, par la terreur, assouplir et
d6moraliser les indigenes. Le genie du mal,
habitant l'esprit des francais, se rv6la ri-
che en resources variees. Les arbres fu-
rent transforms en potences de circons-
tance. Et des ruisseaux de sang sillonn6-
rent 1'ile.
Menaces A tout moment d'une mort cer-
taine, les indigenes pens6rent a vendrc
chbrement leur vie. Ils brfilaient de bran-
dir leur poignard, de rallumer la torche
traditionnelle, de rougir le ciel de leur ven-
geance qui r6clamait pour une tote de
negre dix totes de blanc. Ils n'etaient plus
h 1'6poque oh ils s'en allaient au dombat
comme & la boucherie. Dresses aux disci-
plines du vieux Toussaint, ils r6aliserent
que le triomphe de leur cause etait subor-
donn6 A une m6thodique organisation. A-
vant tout, ils cherch6rent un chef a qui
confier leur destine.

Un retentissant 6chec aurait touff6 un
movement isol6, stranger au bloc homo-


-33-






gene qu'offrent toutes forces conjuguees.
Le Chef choisi se devait de rallier les indi-
genes, de calmer les haines partisanes, d'a-
n6antir, sans hesitation, tout obstacle A
l'organisation du movement. Par ailleurs,
une, extreme prudence se recommandait.
Car, Leclerc, se m6fiant de tous les indi-
genes, avait encadr6 d'espions les officers
noirs. Ceux-ci 6taient 6troitement surveil-
16s. Jour et nuit un ceil dissimul6 les 6piait.
,Et le moindre soupgon appelait une mort
prompted.
Le Chef d6sign6 par le sort pour con-
duire les indig6nes vers leurs sublinqs as
pirations fut le fougueux et courageux
Jean-Jacques Dessalines. Celui-ci dut ce
privilege A son anciennet6 dans l'armee et
a la grande influence qu'il exergait sur les
masses. Son esprit cauteleux, ses dix an-
n6es d'exp6rience A 1'6cole de Toussaint,
sa perspicacit6, sa fermet6, le tout puis-
samment servi par un orgueil d6mesure,
incarnerent en cet home les atouts du
succ6s.

DIs le 7 Aofit 1802, Dessalines et P6tion
s'etaient rencontres dans un rendez-vous
A Plaisance. Le p6ril commun avait recon-
cili6 ces deux intr6pides adversaires. Ils
analyserent la situation et se convainqui-
rent de la n6cessite de s'unir. Le triomphe
6tait a ce prix. Ils concerterent un solide
plan d'action. Et, lorsqu'apres cette conf&-


-34-






rence, longue de 19 ours, ils se s6parerent,
la poign6e de main qu'ils 6changerent sym-
bolisait l'union du noir et du mnulatre pour
l'6closion d'une &re nouvelle.

D'apres le plan, un r6le noble, d6licat et
patriotique, 6tait r6serv6 a PNtion. Celui-ci,
en effet, avait a faire montre de tact, de
patience et de sang-froid, pour amortir
I'ardeur de la haine des hommes de sa cas-
te, rallier les anciens rigaudins autour du
Chef Supreme, et retablir 1'harmonie au
sein de la grande armie.

Dessalines, lui, poursuivait methodique-
ment, a 1'ombre propice d'une prudence
consomme, 1'organisation du movement
en fixant une position strat6gique a cha-
que officer indigene. Sans-Soucy, Sylla,
Macaya, Mavouyou, Va-Malheureux, Petit-
Noel Prieur etc. avaient recu des instruc-
tions strictes qui leur assignaient respec-
tivement un poste dans les montagnes de
Plaisance, d'Ennery, du Limb6, du ~orgne,
de Gros-Morne etc. D'autres indigenes de-
vaient se prononcer a la Marmelade, a la
Grande-Riviere, pu au Dondon. L'initiative
d'occuper 1'Arcahaie, probablement, serait
laiss6e aux soins de Charles Belair.

Mais, coup de thietre! Charles Belair se
declare subitement ind6pendant et s'insur-
ge. Quel fut Ie motif qui 1'incita a cette
strange attitude? Avait-il agi a l'instiga-


-35-






tion de Dessalines, ou bien, ambitionnant
le commandement supreme de l'arm6e in-
digene, s'affranchissait-il de toute auto-
rite?

L'ordre pouvait bien 6tre 6man6 de Des-
,salines. Le but de ce dernier serait alors
de maintenir 6galement, dans tout le D6-
partement de 1'Artibonite, un climate d'ef-
fervescence propice h 1'insurrection g6ne-
rale. Mais ce n'est 1 qu'une hypoth&se
qu'an6antit la suite des 6v6nements. Car,
si Belair ob6issait a des ordres sup6rieurs,
Dessalines serait son espoir aux moments
critiques. Or, que constate-t-on? Au con-
traire, Belair et sa femme fuient la cpm-
pagnie du Chef Noir. L'affolement les fait
rechercher, pour implorer son pardon, un
bourreau assoiff6 du sang des indig6nes.
Cette crainte de rencontrer Dessalines, cet-
te vive apprehension qui a d6formr le ju-
gement de Belair, n'est-elle pas la manifes-
tation d'une ame en faute?

Belair, les historians ont d'ailleurs tous
d'accord sur ce point, ambitionnait le ge-
neralat des forces indigbnes. Le double jeu,
impose a Dessalines par les circonstances
le favorisa. Ii se revolta et, grace a sa popu-
larit6 aux Verrettes, se fit des sympathies
aux sections de D61ices, de Fond-Blanc, de
Fond-Baptiste. L'Arcahaie 6tait son objec-
tif.


-36-






Il m6ditait de livrer cette ville aux flam-
mes et d'y 6gorger les blancs. L'appui de
Jer6me, de Destrade, de Jean-Charles Cour-
jolles, de Jean-Toussaint Labarre, de Jean
Duzotier, lui 6tait assure. Second par La-
rose, il allait envahir l'Arcahaie quand u-
ne dispute, provoqu6e par sa femme, le
brouilla irremediablement avec son lieute-
nant. Force lui fut, alors, de rerioncer a
son hardi project.
Pris dans un cyclone dont la violence
menacait d'an6antissement le rfve sacr6
de tout un people, Dessalines d6couvrit u-
ne retraite sfire dans une profonde dissi-
mulation, dans une flegmatique circons-
pection, dans une fallacieuse attitude. II
6tait au Puilboreau quand le g6n6ral Ba-
velais par deux lettres 1'informa de la r6-
volte de Belair. Fiddle A sa tactique, il
sollicita, avec des assurances emphatiques
de d6vouement, l'autorisation d'aller com-
battre les rebelles. A la v6rit6, il voulait
plut6t sauver d'une mort certain les im-
prudents. Larose fut le premier chef insur-
g6 qu'il rencontra. Avec tact, san: effusion
de sang, il rallia tous les soldats du chef
de bataillon et laissa a ce dernier la liberty
de se jeter dans les bois. Les autres chefs.
don't Joseph J6r6me, ne furent pas plus in-
qui6tes. Tous b6n6ficierent des mremes pri-
vileges.
Mais, entire temps, Belair s'6tait consti-
tuW prisonnier du Chef d'Escadron Faustin


-37-






R6pussard. La nouvelle de l'arrestation de
sa femme l'y avait d6cid6. Une legere di-
gression s'avere n6cessaire A une plus gran-
de comprehension de la situation.

Ce Chef d'Escadron du nom de R6pus-
sard 6tait un home de couleur. I11 com-
mandait les Polonais. Or ces soldats 6taient
si d6vou6s A la cause des noirs que la re-
connaissance inspira a Dessalines 1'article
12 de la Constitution de 1804 qui naturali-
sait les Polonais et les Allemands. R6pus-
sard, par ailleurs, prenait ses instructions
de Dessalines. A en croire Madiou, il avait
facility aux insurg6s les moyens de se r6-
fugier dans les mornes.

Ce fut done a ce Chef que Belair apporta
son 6p6e. R6pussard lui r6pondjt qu'il no
pouvait l'arreter et le r6f6ra A Dessalines.
C'6tait aviser indirectement Belair qu'il
avait la faculty de se retire dans les mon-
tagnes. Mais Sanite d6eoua cette premiere
combinaison en se r6criant contre la pers-
pective d'une vie tourment6e, loin du con-
fort de la ville. La volont6 de Belair c6da
devant les exigences capricienses de sa
fenmne.

Dessalines campait au bourg de la Peti-
te-Riviere. LA lui furent amends les pri-
sonniers. II les recut avec distinction, les
logea dans un bel appartement et les traita


-38-






humainement. Il eut soin, avant leur d6-
part pour le Cap, de detruire tous les pa-
piers compromettants du Chef insurg6. 11
fit mieux. Il savait pertinemment le sort
qui attendait au Cap les prisonniers (1).
Aussi, il sugg6ra la fuite A Belair. Ii ma-
festa ses intentions en laissant au prison-
nier ses armes et en r6duisant son escorted
a quelques cavaliers que commandait Gui-
bert Popote.

Belair r6alisa la pens6e non formulee de
Dessalines. Aussi, au pont de 'Esther, il
se d6cida a s'enfuir. L'op6ration n'ltait pas
difficile, car les soldats, apparemment
auraient regu l'ordre de relacher la sur-
veillance. Les 6v6nements autorisent plei-
nement cette supposition. Car, comment
s'expliquer la liberty d'action de Belair?
Cctte liberty fut si manifesto que le pri-
sonnier s'engagea dans une longue discus-
sion avec sa femme. L'alternative d'une
fuite ou la coniparution devant Leclerc les
divisait. Sanite plaidait pour la deuxieme
solution. Sa foi en la cl6mence du Capitai-
ne-G6n6ral se heurta au doute de son maria.

(1) D'apres l'article V des reglements
militaires en vigueur: < national, les commandants de quarter et
tout autre chef de 1'arm6e pris, faisant par-
tie d'un rassemblement arm6, devaient etre
immediatement pendus>>.


-39-






Mais, elle avait un argument decisif pour
entrainer son faible Charles. Avec success,
elle s'en servit. En effet, par d'abondantes
larmes, elle attendrit Belair et le d6termina
a prendre docilement le chemin... de la
mort.

Dessalines, apres avoir facility a Belair
la fuite, se devait aussi de sauver la vie aux
soldats entrain6s par ce chef dans un mou-
vement mort-n&. D'autre part, ses sernments
d'exterminer jusqu'au dernier les indig&nes
seraient de nul effet persuasif s'il ne don-
nait des preuves concretes de cette pr6ten-
due fid6it6 a la cause francaise. Puisque
Leclerc venait d'6crire au Premier Consul
que ce Chef indigene 6tait sa dupe, il in-
combait a ce dernier de continue & le
leurrer jusqu'au jour de 1'insurrection.

La lettre que Dessalines 6crivit A Leclerc
le 10 Septembre 1802 visit A ce double ef-
fet. Il y expliqua que les soldats de la 8e co
loniale entrains par Belair, 6taient malheureux que cpupables>. Puis, il char-
gea Charles Belair et sa femme, les accusa
du meurtre de nombreux francais et con-
clut en r6clamant contre eux un chAti-
ment exemplaire.

C'est cette lettre qui inspire toutes les
attaques lances contre la mpmoire de
Dessalines, Mais, 6tudions, en toute ind&-


-40-





pendance d'esprit, sans passion, la condui-
te de ce dernier.

Surveill6, espionn4, il devait agir, en cet-
te circonstance particulierement, avec
tact et prudence. Incapable d'intervenir
ouvertement, il usa de ruse pour sauver
Belair. Il mit le chef rebelle en measure
de se r6fugier dans les bois, car il savait le
sort qui attendait les prisonniers au Cap.
Cette precaution prise, il s'ing6nia A amu-
ser Leclerc. Cacher les fautes des insurg6s
serait un acte lourd de consequences. Une
telle erreur aurait 6branl6 la ferme con-
fiance placee en ce pr6tendu bourreau des
npirs. Car, le Capitaine-G6n6ral etait dejA
inform de I'assassinat du secr6taire blanc
attach A Belair et de 1'action meurtriere
de ce dernier centre les troupes du g6enral
Lavalette. Dessalines a r6clam6 une puni-
tion centre le Chef de 1'insurrection parce
qu'il 6tait persuade que les fautes graves
imputes A Belair et A Sanite 6taient irr6-
missibles a une 6poque de terreur ofi un
simple soupcon etait un passport pour
l'au-delh. Si la faiblesse de Belair et la con-
fiance illimitee de sa femme en Leclerc
conduisirent les prisonniers a la mnort, il
faut reconnaitre que la lettre de Dessalines
n'avait en aucune facon influence un ar-
rit sign par les victims 2 la minute mI-
me oi elles prirent les armes.
Le sens du devoir devait, par la suite,


-41-






dicter A Dessalines une attitude encore
plus s6v6re. Le Capitaine-G6ndral, desi-
reux A tout prix de pacifier l'ile pour ma-
nifester subrepticement, A l'ombre de cette
paix, la deportation des chefs indigenes, a-
vait propose aux insurg6s de lib6rer
Belair moyennant une soumission g6-
nerale. Ils devaient rendre leurs armes
et verser pour P'l6argissement de leur
acolyte 60.000 livres. Cette proposition
qui rappelait si 6trangement la trove
de Mai 1802, a la faveur de laquelle
Toussaint fut arrWt6, se heurta & la pers-
picacit6 avertie des chefs. D6jA Dessalines
avait fortifi6 le movement insurrectionnel
d'une vigoureuse organisation; la guerre
de 1'Ind6pendance 6tait A la veille d'etre
allum6e et toutes les precautions 6taient
prises pour en assurer le succ6s. Aussi
Belair fut-il sacrifi6 au triomphe de la cau-
se collective. Les propositions de Leclerc
furent rejet6es, et les insurg6s, par 1'organe
de Sans-Soucy, exig&rent des frangais I'a-
bandon de la Colonie. Alors, d6sesperant de
rien obtenir par la ruse, Leclerc ordonna
le 5 Octobre le jugement et l'execution de
Charles et de Sanite Belair. Moins de dix
jours apres, la guerre de l'Ind6pendance,
par I'attaque du Cap, entrait dans sa der-
nitre phase.
Dans cette affaire, loin d'incriminer Des-
salines, qui est exempt de tout reproche.
reconnaissons qu'il a fraternellement aide
Belair. Celui-ci fut victim de la faiblesse
-42-






de son caractere qu'avait asservie une fem-
me t6meraire, impulsive, aiguillonn6e d'u-
ne ambition d6mesur6e. Dessalines a jou6
le beau r6le. Et, nous nous 6tonnons qu'on
lui ait reproch6 une mort don't toute la
responsabilit6 retombe sur Sanite. A rotre
sens, la conduite du Fondateur d'Haiti,
dans cette malheureuse affaire qui cofita
la vie A deux valeureux aleux, loin d'etre
r6prehensible, fut, en tous points, digne.


- 43-
























ETUDE No. 3

L'ORGANISATION
DE LA GUERRE DE L'INDEPENDANCE













ETUDE No. 3


L'ORGANISATION
DE LA GUERRE DE L'INDEPENDANCE

CLIMATE ORAGEUX.-

En aofit 1802, avons-nous vu (1), le G6-
n6ral Leclerc, d6sirant pr6cipiter les 6v6-
nements don't le denouement, a son sens,
serait A 1'avantage des armes frangaises,
avait inaugur6 l'6re des carnages. II sem-
blait avoir rMve d'exterminer tous les indi-
genes pour ne preserver de l'h6catombe que
les enfants au-dessous de douze ans. Mais,
la recrudescence de la persecution forga
les indigenes A 6migrer pour grossir dans
les mornes 1'arm6e des insurg6s. Ainsi, I'in-
surrection, 6clat6e au depart de Toussaint,
et de prime-abord localis6e dans les mon-
tagnes de Plaisance, du Limb&, du Borgne
et de Valliire, se d6veloppa en 6tendue jus-
qu'A embrasser des proportions hyperboli-
ques les plus inqui6tantes.

(1) Voir la 2e Etude, page 33.


-47-






L'ampleur du movement ne dissuade
point Leclerc qui concluait A des measures
de rigueur encore plus cxcessives. On alla
jusqu'A creuser des fosses de trente pieds
de profondeur sur le bord desquelles fu-
rent execut6s, agenouill6s et bras li6s, les
noirs qu'on avait condamn6s. Ce fut dans
cette position d'enfants punis que, par
bouch6es de cent, de deux cents, on les fu-
silla, pour ensuite couvrir de terre le fosse
aux trois quarts rempli de miserables d6-
pouilles. La mort, pour frapper les indige-
nes, empruntait, au vceu des bourreaux, di-
vers aspects. Quand ce n'6tait dans un
cachot souffr6 qu'elle suffoquait ses victi-
mes, c'6tait dans les profondeurs silencieu-
ses de la mer qu'elle les happait, laissant
aux vagues le soin de jeter sur le rivage
les cadavres en decomposition.
La barbarie de Leclerc 6veilla la defiance
de tous les indigenes. La population urbai-
ne, chaque jour t6moin d'ex6cutions som-
maires, ne cacha point sa peur et ses in-
qui6tudes. Une tristesse accablante, une
amertume poignante peignait ses transes.
L'armee fut alarm6e. Les soldats, au m6-
pris des risques lourds de consequences,
d6sertaient. L'appel strident du lambi jour
et nuit r6sonnait dans les mornes. Des
nuages sombres grossissaient A 1'horizon
de Saint-Domingue.
Comme la fievre jaune labourait l'arm~e


-48-






expeditionnaire, Leclerc, pour combattre
les r6volt6s, langa contre eux les officieri
indigenes qu'il se croyait encore fiddles et
les charge du d6sarm.ement des cultiva-
teurs. *

Un refus de la part des chefs indigines
d'ex6cuter ces ordres entrainerait leur
mort. Car le capitaine-g6n6ral, au dire de
Pamphile de Lacroix, faisait ex6cuter non
seulement les indigenes surprise les armes
A la main, mais tous ceux qu'on soupCon-
nait. M. Lenoir mentionne dans ses notes:
<...Une habitation 6tait-elle soupgonn6e de
d6celer des armes qu'elle ne livrait pas, on
commengait par pendre les conducteurs et
ensuite les simples cultivateurs, selon le
degr6 d'nfluence qu'on leur supposait, jus-
qu'a ce qu'on se fut lass6 de tuer inutile-
ment.>> Alexandre P6tion d'ajouter, comme
pour parfaire le tableau: voir port les armes, soit come officers,
soit comme soldats, d'avoir paru d'une ma-
niere quelconque sur le theatre de la Revo-
lution, pour recevoir la mort: le sexe, l'in-
fluence, la vieillesse, rien n'arritait la fu-
reur de ces monstres.>,

Cependant d6sarmer les cultivateurs si-
gnifiait servir la cause de l'ennemi; ce se-
rait se forger des fers que riveraient les
frangais. Car la perte du fusil entrainerait


-49-






celle de la liberty. Les chefs charges du
desarmement, sous peine de se nuire, de-
valent s'ing6nier a tromper la vigilance
des blancs. Ils devaient, tout en alimentant
les bandes insurg6es, endormir les soup-
cons de l'ennemi par un d6vouement qui,
pour 6tre persuasif, re6lamait de leur part
une ardeur acharnde contre les r6volt6s.
La finesse de leur jeu, la profondeur de
leur dissimulation, seules, sauvegarde-
raient leur vie.

Comme 1'6crit Laujon: clerc ne pouvait se conduire envers Des-
salines (ou les autres chefs indigenes) que
d'apres les rapports que lui faisaient, non
seulement les gen6raux de l'armee sous les
ordres desquels il servait, mais les officers
employs dans les expeditions qui leur 6-
taient confines et qui, tous, avaient des
instructions particulieres pour avoir les
yeux sur ses actions.> C'est encore le m6-
me historien qui, poursuivant son informa-
tion, 6crit: faires don't ces officers rendaient cOmpte
6taient tellement a l'avantage de ce chef
negre tant par la destruction des brigands
que par les examples qu'il en faisait et les
armes qu'il leur prenait, qu'il paraissait v6-
ritablement impossible de se livrer sans in-
justice A l'id6e de le croire coupable de la
plus 16gere trahison.>


-50-





Cette documentation nous r6vele, A l'a-
nalyse, la duplicity de Dessalines. Quello
est la valeur historique de la version qui
fait de ce chef un opportuniste qui se jeta
a la tete de la revolution au moment pro-
pice, c'est-A-dire quand l'arm6e francaise
6tait sevr6e de toute chance de triomphe?
Ne vaudrait-il pas mieux, au contraire,
vulgariser la version de 1'autre cole qui
rend hommage A la profonde dissimula-
tion, au cerveau organisateur, a la subtile
intelligence de celui qui, quoique envelop-
p6 d'ennemis, put organiser la reprise de
la guerre de 1'Ind6pendance et embrasser
l'id6al qui toujours avait hant6 1'illustre
Toussaint?


LA HANTISE DES INDIGENES.-

Les indigenes voulaient d'un chef pour
concr6tiser leur rive d'Ind6pendance. Des-
salines, certes, 6tait A la hauteur de cette
tache delicate. On avait guerroy6 A ses
c6t6s, on connaissait sa fougue, son intr6-
pidit6 d6vorante et sa bravoure h6roique.
II 6tait bon strat6ge et excellent leader:
sa parole prenante et chaude fanatisait.
Seul il 6tait capable de disciplinerr des
hommes qui, d6jA terrorists par les suppli-
ces et les noyades, ne savaient plus que
combattre dans les bois.> Oui, seul, il ppur-


-51-








rait lever une arm6e au premier signe.
Mais, pensaient intirhement nombre d'in-
digenes, cet homme est a 1'ennemi. Son
opinihtret6 a combattre les insurg6s, son
S z~le A d6sarmer les cultivateurs, ne lais-
saient aucun doute sur sa fid6lit6 A la cau-
se des blancs. D'ailleurs Leclerc, lui-m6me,
S si m6fiant, ne l'honorait-il pas de sa con-
fiance? C'6tait evident Dessalines, Wbloul
par les faveurs des blancs, atait parjure 6
la cause de Toussaint, a la cause de sa
lace. Cette conclusion A laquelle aboutis-
sait le raisonnement des indig.nes engen-
drait zhez eux un profound ressentiment
d6g6n6re presque en haine.

Cependant, un chuchotement au tuyau
S de 'oreille, une consigne passe A des sol-
dats fideles par un chef initid, une hative
communication par une nuit noire alors
que la patrouille bivouaque quelque part
S hors de la vue des frangais, un message
secret... et voici un regard qui illumine les
visages. Le soleil de la vie renait. L'espoir
S fleurit dans les coeurs. Dans chaque indi-
S gne on devine, soudain, une force faite
de conviction in6branlable, de confiance
aveugle; Dessalines rayonne dans les
R1 cceuirs. Et pourtant rien n'est change dans
attitude de ce general. Son chatimpnt
S implacable a la mime acuit6; son ardeur
a combattre les insurg6s reflete la mime

S- 52-




^ --------:____-_____il






haine. Ses coleres n'ont point perdu de
leur violence. Ses serments de fid6lit6, a-
dressEs A Leclerc, toujours en des terms
flatteurs, 6taient empreints de l'6ternel es-
prit de soumiss(on. D'ofi venait alors le
desarmmement subit de 1'hostilit6 qui ani-
mait grand nombre d'indigenes, la presque
totality des insurg6s?

Dessalines avait, certes, r6alis6 le dan-
ger qui menagait les noirs dans la perte
de leur liberty. Mieux que tout autre, il
avait compris qu'il lui revenait de reliever
avec honneur le drapeau tomb6 des mains
de l'immortel Toussaint. Pour ce!a, il avait
a gagner la confiance de ses freres forte-
ment 6branl6e et a assurer A la guerre qu'il
allait entreprendre toutes les chances de
succ&s par une organisation scientifique.
Mais surveill6 comme il 1'6tait, serait-ce
possible? La mort ne d6jouerait-elle pas
son plan, car le terrain scabreux sur lequel
il devait 6voluer avec dexterit& et finesse
6tait h6riss6 d'embfches?
Esprit ing6nieux, Dessalines organisa la
guerre d'une facon m6thodique et A I'abri
du mfjindre soupcon. C'est ainsi qu'il put
en organiser la reprise, concevoir avec P6-
tion un plan, fixer la date de 1'insurrection
g6n6rale, armer et 6quiper les noirs, sans
perdre la confiance de Leclerc don't la d6-
fiance s'6veilla trop tard.


-53-






LA METHOD D'ORGANISATION.-

A la faveur d'un arrit6 du 2 Juin 1802
qui fusionnait les troupes coloniales et les
blanches, Dessalines avait licenci6 nombre
d'officiers, notamment ceux de la 4e. demi-
brigade qu'il avait gauv6s de la potence &
St-Marc. De concert avec le general indi-
gene, ces soldats licenci6s se r6pandirent
dans les mornes, se dissiniul6rtnt dans la
masse des cultivateurs, ou s'incorporerent
dans les rangs des revoltes. Alors que cer-
tains, conform6ment a leur mission, soi-
gnaient des bras A la revolution, d'autres,
plus souples, servalent & leur chef de porte-
parole et d'agents secrets.

Le r6le de ce dernier group etait d'une
souple d6licatesse. Les affilihs, par une
police vigilante, d6masquaient dans la
masse des negres ceux qui 6taient le plus
attaches aux blancs, ou qui, nourrissant
une haine implacable contre Dessalines,
restaient sourds aux paroles de ralliement.
Ces individus, obstacles au succes de la
grande Cause, Rtaient signals a l'ange ex-
terminateur. Les agents fomentaient un
movement et d6valaient des montagnes
entrainant les noirs les plus hostiles A Des-
salines. Celui-ci, averti, s'amenait, alors, a-
vec toute sa fougue ct sa violent colere,


-54-






et, inexorable et ffroce, courrouc6 et
violent, chAtiait s6verement les indige-
nes qui entravaient ses vues. Apres la pur-
ge, il rentrait au Cap, charge de butin et
captait d'une facon illimitee la confiance
du Capitaine-G6n6ral en lui livrant armes
et prisonniers.

D'autres fois, sous pr6texte d'inspecter
les environs, Dessalines, A la tote de quel-
acies soldats de confiance, se rendait a
un rendez-vous oii ses agents I'attendaient
au milieu d'une foule de cultivateurs r6u-
nis. Alors il fanatisait ces derniers par son
verbe puissant et les endoctrinait en ces
terms: pour l'amuser, mais soyez toujours sur vos
gardes et cachez un fusil dans les bana-
niers pour vous en servir au besoin.> Par-
fois, devant le scepticisme que refl6taient
quelques visages, il empruntait un autre
language qui 6tait comme la r6v6lation du
but secret qu'il visit, I'explication de ses
actes complexes. Dans cette harangue, em-
preinte d'optimisme et de foi, de ruse et
d'intelligence, nous retrouvons Dessalines
tel qu'il a toujours Wt-. Oyez <<...Prenez cou-
rage, prenez courage, les francais ne pour-
ront pas resister longtemps & Saint-Domin-
gue, ils marcheront bien d'abord, mais
bient6t ils seront retenus malades et mour-
ront comme des mouches. Ecoutez-moi


-55-






bien: si Dessalines se rend cent fois A eux,
il les trahira cent fois. Ainsi je vous le r6-
pete, prenez courage et vous verrez qu,
quand les francais seront en petit nombre,
nous les inqui6terons, nous les bataille-
rons, nous brfilerons leurs recoltes, puis
nous nous nous sauverons dans nos mor-
nes inabordables. Ils ne pourront pas gar-
der le pays et seront forces de le quitter.
Alors je vous rendrai ind6pendants. Il ne
faut plus de blancs parmi nous, nous som-
mes assez pour fabriquer des pirogues et
aller prendre A l'abordage tous les bAti-
ments que nous trouverons dans nos croi-
sieres.

A la faveur de cette politique occulte,
les r6voltes, initi6s au secret de la grande
cause, se pliaient A la discipline imprimbe
par le cerveau qui les dirigeait. Quant aux
dissidents, ils 6taient pourchass6s, captu-
res et livres sans piti6 au Capitaine-G6n6-
ral.
Homme pratique A l'imagination fertile,
Dessalines sut multiplier les resources
pour fournir des armes aux indigenes, pour
amputer, de concert avec la fi6vre jaune,
--l'ennemi acharn6 des blancs- I'armbe
exp6ditionnaire de milliers d'unites et
nourrir la revolution par l'incorporation en
mombre de plus en plus imposant de nou-
veaux adeptes. L'une de ses tactiques se


- 56 -






r6clamait, vraiment, d'une ing6niosite rare.
A la tote d'une troupe r6form6e, c'est-a-di-
re fusionn6e, il s'l6angait contre les insur-
g6s. A dessein il se laissait s6duire, dans
son itineraire, par les d6fil6s les plus pe-
rilleux, ceux jalonn6s, A ses ordres, d'em-
bfches. Par escadre de quatre la petite
troupe enfilait la route 6troite trace entire
deux mornes 6lev6s. Les nairs toujours oc-
cupaient l'avant-garde. Aussi ils traver-
la zone dangereuse sans aucune inqui6tu-
de. Mais un feu nourri accueillait les
blancs des qu'ils s'y engageaient Les balles
meurtrieres les enveloppaient et les fau-
chaient. Les indigenes de leur c6t6, pres-
tement, d6sertaient. AprBs, abandonnant
aux revoltes armes et munitions, Dessali-
nes rejoignait pr6cipitamment le chef d'6-
tat-major, et dans un deluge d'injures, re-
clamait, avec fureur, de nouveaux soldats
et des armes pour mieux enfoncef 1'arm6e
des hardis rebelles.

Quelques hoummes de couleur, dupes de
la politique tortueuse de Dessalines, obser-
vaient avec effroi et meme d6gotft le comic
portement de ce lieutenant de 1'ex-chef
Toussaint qui desservait la cause des noirs
par sa fid6lit6 aux blancs. Ils s'6tonnaient
de sa naivete et le plaignaient. Certes, ils
6taient persuades que Fheure de s'affran-
chir de la tutelle de Leclerc avait sonn6.


-57-






Ils avaient r6alis6 que leur action, pour
6tre efficace, devait s'harnmoniser avec cel-
le des noirs. Aussi chercherent-ils A gagner
1'estime de leurs freres. Ils tromperent,
eux aussi, Leclec, car leur champagne de
d6sarmement ne fut qu'un vaste leurre.

Cependant les homes de couleur se d6-
sabuserent de leurs gossieres illusions sur
Dessalines, quand, a la suite d'une entre-
vue que le h6ros de Jacmel eut avec son
fougueux adversaire, ils furent 6claires sur
le jeu de ce dernier (1). Dessalines, puis-
samment second par PMtion, poursuivit
done l'organisation de la r6volte g6n6rale.

LA REVOLTE.-
Leclerc finalement demAsqua le jeu de
Dessalines. Le 22 Septembre, a la suite d'u-
ne conference avec le Capitainc-G6neral,
le ruse indigene avait obtenu de l'argent,
des munitions et des arnxes. Et Leclerc,
peu apres, apprenait que ce butin s'6tait
volatilis6 alors que s'observaient chez 1'en-
nemni des habits neufs et des armes en
quantity. Son indignation fut violente. I1
d6cida d'arreter illico Dessalines. En te-
moignent ces lignes trees d'une lettre a-
dress6e a Napoleon: <...chaque jour le
parti des insurg6s augmente et le mien

(1) Voir Etude No. 2, page 29.


-58-






diminue par la perte des blancs et la de-
sertion des noirs. Jugez si mes actions sont
basses: Dessalines qui jusqu'ici n'avait pas
pens6 a s'insurger y pense aujourd'hmui;
mais j'ai son secret: ilne m'chappera pas.,
Cependant depuis ce Tour, en d6pit des or-
dres formels et reitbrbs de Leclerc, Dessa-
lines demeurait insaisissable. Aux appeals
pressants de Brunet, le gendarme, il r6pon-
dait par des saillies amusantes. A la verit6,
Dessalines se moquait des francais, car on
6tait & la veille de la r6volte g6n6rale; deja
toutes les dispositions 6taient prises en vue
d'occuper le Cap. P6tion qui se tenait au
Haut du Cap attendait le jour fix6 pour
,op6rer.
Mais les plans furent en parties effon-
dr6s. Car on r6vela a Leclerc la conspira-
tion qui couvait. il ordonna d'arreter et de d6sarmer toutes
les troupes negres qui 6taient encore en
assez grand nornbre en ville et surtout a
1'arsenal.>>
Instruits du danger, P6tion et Clerveaux
n'eurent que le temps d'abandonner, a la
tote de quelques centaines de soldats, leurs
cantonnements respectifs. Leclerc, en effet,
se montra impitoyable envers les prison-
niers. Jacques Clerveaux, nptamment, fut
arrWt6 et noy6 ainsi que toute la demi-bri-
gade range sous son commandement,


-59-






Toutefois, P6tion et Clerveaux ne d6sem.
parerent pas. Forts de l'appui des insurges
d'alentour, ils leverent une petite arm6e
qui attaqua furieusement les frangais !e
lendemain A minuit.

Sans aucune difficult les postes du
Haut du Cap furent occup6s les uns A La
suite des autres. Les negres franchirent la
barriere-bouteille et attaquerent la ville du
Cap apres s'8tre rendus maitres de la por-
tion Passe-Michel. L'imminence du danger
arma tous les habitants du Cap qui form,-
rent un corps de resistance. Leclerc, lui-
mnme, chargeait & la tote de la Garde Na-
tionale, fralchement form6e et compose
de colons cr6oles. Les rangs des d6fenseurs
furent renforc6s d'un contingent de ma-
telots am6ricains qui debarquerent sous
la protection d'une pluie de bombes que
crachaient les batiments en rade. Les
francais d6ployerent une courageuse in-
tr6pidit6. N6anmoins, tous p6riraient sous
les coups des assailants si ceux-ci n'a-
vaient amorti la violence du choc en per-
sistant, au prix de lourdes pertes, a atta-
quer une forteresse qui leur r6sista victo-
rieusement. Cependant le danger 6tait loin
d'8tre conjure le lendemain de l'attaque.

Au dontraire, 1'inqui6tude et l'ins6curit6
a nouveau boulevers6rent les francais
quand leur chef, obeisEant aveugl6ment ,


-60-





des suggestions don't 1'histoire nous tait la
source, tenta d'abandonner la ville. II avait
envoy A bord du vaisseau-amiral un jeu
de vaisselles en argent qu'il poss6dait,
beaucoup d'autres objets pr6cieux, et so
reservait de s'embarquer clandestinement
en compagnie de ses proches. Cette nou-
velle transpira h travers la ville. La pani-
que gagna les habitants. C'est un 6tat d'a-
larme qui d'un moment a I'autre d6g6nere-
rait en sauve qui peut. Car le nombre de
ceux qui voulaient, a l'instar de Leclerc, se
garer dans un bAtiment augmentait A un
rythme inqui6tant. On s'affo]ait presque.
Cet 6tat de nervosit6 qui 6branla meme les
defenseurs 6tait A l'avantage des indigenes.
Nul doute, avec I'abandon du Cap, c'6tait
celui des autres villes: en resume c'6tait
1'ind6pendance.

Le tragique de la situation n'6chappa
point A I'amiral Latouche Tr6ville qui, 6-
nergiquement, intervint pour enrayer le
d6sordre. Il se d6clara d6termin6e ouvrir
le feu sur tout d6faillant ou tout fuyard.
Quant A Leclerc, il se heurta au refus net
de l'amiral d'6vacuer la rade sans un ordre
expr&s 6man6 de France. Cette attitude
ferme de Latouche sauva la ville. Un came
apparent, tout traverse de lueurs d'angois-
se, regna. Leclerc, rappele A la raison et
honteux de la bassesse de son comporte-


-61-






ment, langa une proclamation de circons-.
tance pour masquer la vraie cause de 1'6-
meute. I1 attribue le movement observe
a une evacuation des malades ct a l'embar-
quement, comme reserves, des armes et des
munitions.

En tout cas, grace a intelligence et &
la ruse, au tact et A l'audace de Dessalines,
la guerre de 1'Ind6pendance entra dans sa
phase decisive. Et quand ce grand Cory-
ph6e,fort de l'efficacit6 de sopn action che-
valeresque et de celle de ses principaux
collaborateurs, don't Petion et Christophe,
brisa les vitres en se ulagant ouvertement
& la t6te de la R6volution en Octobre 1802,
d6j& 1'ile 6tait debout. D'un point a 1'autre
de la Colbnie, les canons, sous les actives
manoeuvres des chefs indigenes, crachaient
leurs boulets de feu.


-62-























ETUDE No. 4

MIRANDA ET DESSALINES













ETUDE No. 4


MIRANDA ET DESSALINES (1)

I.-DES ESCLAVES SE DONNENT UNE
PATRIE.-
L'historien, 6chou6 sur les rives de Saint-
Domingue avant la revolution francaise,
pr6dirait avec peine les catastrophes appe-
lees a bouleverser cette colonie jusqu'A en
changer le regime. Encore moins, parvien-
drait-il A deviner l'irlportant r6le humani-
taire r6serv6 A ce pays dans I'histoire des
peuples du continent am6ricain.

Car, si la re6olution grondait dans l'en-
vie qui opposait l'officier de milice, cupide
et arrogant, au colon, hautain et tout
puissant, si les murmures des petits blancs
traduisaient leur revolte contre I'arrogance
impertinente des cadets de la noblesse
francaise, en quote d'un redressement de

(1) Etude prime, en 1950, au Concours
organism par 1'Ambassade du Ven&zu6la, a
Port-au-Prince.


-67-






fortune, si les affranchis, qui aspiralent 4
la jouissance de leurs ddoits civils, au ren-
versement des barribres conventionnelles
dresses par la satrapie blanche ,s'6ver-
tuaient a r6clamer leurs droits politiques
et sociaux, la plate soumission des esclaves,
leur aveugle obbissance aux fantaisies hu-
miliantes des colons, n'autorisaient aucun
espoir d'un relevement Social. Certains --
la majorit6- assouplis & la servitude, bor-
naient leur id6al A peiner sous la f6rule de
l'affranchi ou du blanc.

Mais l'ind6pendance des Etats-Unis d'A-
m6rique, les principles subversifs diffuses
par la R6volution de 89, les tendances des
colons vers l'ind6pendance, les reclama-
tions, appuy6es par la force, des hommes
de couleur, l'atmosphere longuement sur-
chauff6e de la colonie, sont autant de fac-
teurs qui influencerent les esclaves, les de-
grossirent et cr66rent leur esprit &manci-
pateur.

Un chef indigene observait attentive-
nment 1'6volution qui s'op6rait dans sa clas-
se et s'ing6niait i la pr6cipiter A la faveur
d'une grande influence qu'il exergait sur
ses freres. DWs qu'il r6alisa le climate favo-
rable, il guetta une occasion propice pour
lever en masse les esclaves. Et, pour assu-
rer toute chance de succ6s au movement,


-68-





il 1'organisa avec technique, d'une fagon
methodique et scientifique. Le 17 aoit
1791, il donna le signal du soulevement ge-
neral des esclaves du Nord. Ce chef qui
eclaira l'insurrection de son genie se nom-
malt Toussaint-Louverture.

La rapidity du d6veloppement de l'insur-
rection fut telle qu'en quatre jours la gran-
de Province du Nord fut ravage au tiers
par 1'incendie et le pillage. Et, comme un
fleuve qui suit son course, de succes en suc-
ces, la r6volutibn continue sa march jus-
qu'A la conquete du but qu'elle poursuivait.
Le 29 aoft 1793, la liberty g6nerale des es-
claves fut proclanme solennellement.

Mais ce succes ne satisfit pas A la m6-
fiance et A la sagacity du g6enral Louver-
ture. Sentinelle chargee de veiller sur cette
premiere conquete, sa perspicacit6 et son
intelligence lui r6ve16rent la seule sauve-
garde d'une liberty definitive: l'ind6pen-
dance. Aussi, toutes les measures prises par
le Premier des Noirs refleteront des 1798
une determination de rendre la Golonie
ind6pendante.

T6t frapp6 par le destin, Toussaint n'eut
pas le temps de r6aliser son rove grandiose.
Mais, un de ses lieutenants, imbu de son
ideal, le fougueux Dessalines, ramassera le


-69 -






drapeau tomb6 des mains du chef, et, avec
toute 1'intr6pidit6 de son caractere, toute
la trepidation de sa colere, toute la passion
de son grand amour de la liberty, il affron-
tera en Janvier 1802 la vaillance et I'h6-
lo'sme de 1'arm6e exp6ditionnaire com-
mand6e par le Capitaine-G6neral Leclerc.
Les armes indigenes vainquirent les trou-
pes francaises don't la bravoure et la puis-
sance 6taient de renomnism e mnondiale. Le
ler Janvier 1804, la proclamation de 1'In-
d6pendance d'Haiti consacrait la liberty
des indigenes et bannissait A jamais le re-
gime colonial que Napoleon avait tent6 de
restaurer.
II.-UNE CONSEQUENCE DE LA REVO-
LUTION DE SAINT-DOMINGUE.-
Pouss6s par un profound amour de la li-
bert6, les negres d'Haiti ont toujours ca-
iess6 un noble rave: celui de r6pondre a
I'appel des peuples combattant pour 1'F-
mancipation de leur pays. Ils n'etaient pas
encore libres que d6jA ils partaient 6 l'a-
venture, sous le commandement du comte
d'Estaing, pour conquerir une Patrie aux
futurs am6ricains. Et c'est parce que les
haitiens ont de toujours v6n6r6 ,a liberty,
c'est parce que cet id6al s'est cristallis6 en
tenace obsession dans leur 6tat d'ame sin-
gularis6 par un atavisme special, qu'ils de-
vinrent une force suggestive, et leur pays,


- 70 -






le rendez-vous des d6sh6rit6s aux raves illu-
mines, en quote d'aide et de reconfort.

Avant son concours si pr6cieux a Boli-
var, avant meme son aide si spontan6e A
Miranda, Haiti, alors qu'elle n'6tait encore
qu'une colonie francaise en rebellion exer-
cait une heureuse influence sur la r6volu-
tion v6n6zu6lienne, en gestation.

En effet, en 1795, les esclaves de l'habi-
tation Talleria, situee A la vela de Coro,
s'6taient soulev6s contre leur- maitres,
sous la conduite de Jiose Leonardo Chirino.
Celui-ci n'6tait pas un esclave, mais, il a-
vait 6pous6 une esclave. Amen6 d'Afrique
A Curagao, il se fit marron et se r6fugia &
Coro.

Eveille, intelligent, hardi, audacieux, vi-
te, il acquit une pesante autorit6 sur les
siens. Il r&va de les lib6rer et ne n6gligea
aucun facteur pour les fasciner. Ainsi, il
cultiva dans les habitations un climate ora-
geux propice A 1'6closion de son rave de
grandeur. Le 10 mai 1795, il donna le si-
gnal de la rebellion.

Le movement fit tAche d'huile. Sous le
souffle enflamm6 de Chirino, il se propagea
aux habitations voisines et menaga de de-
venir g6n6ral.


-71-






Mais des forces r6gulibres, par une action
s6rieuse, I'enrayerent. Chirirno, pourchass6,
fut ramen6 captif dans la ville oi on l'exd-
cuta ainsi que les principaux chefs qu'avait
enflamm6s son souffle revolutionnaire.

Cette r6volte a sa valeur. Car, elle fut
l'un des facteurs-force qui d6terminerent
l'6mancipation v6n6zuelienne. Au point de
vue psychologique, elle fut d'un apport ap-
preciable.

Le nom d'Haiti doit Utre cite A cette oc-
casion. Car les historians les plus autoris6s
sont d'accord pour reconnaitre I'influence
de la revolution haitienne sur la
r6volte de Coro. Chirino, souvent, accompa-
pagnait en Haiti son patron Talleria en
voyage d'affaires. L'exemple de St-Domin-
gue fit jaillir dans son cerveau toutes les
possibilities de r6aliser le beau rove qui 1'il-
luminait. Chirino avait r6percute dans les
champs de Coro l'bcho des prodigieux suc-
ces qui avaient couronn6 1'insurrection de
Saint-Domingue.

Si le movement audacieux et hardi de
Coro se circonscrivit a une simple r6volte
regionale, c'est que le people v6n6zuelien
6tait encore A une phase de preparation.
En effet, ce fut seulement vers la fin du
18e si6cle, que souffla sur le Ven6zul6a qe


-72-





brise d'ind6pendance. Seulement a cette
6poque 1'on vit se constituer des parties et
s'6laborer un movement de renovation po-
litique et 6conomique, groupant les diver-
ses touches sociales. L'exemple de cette
nouvelle orientation fut donn6 par 1'l6ite
des classes indigenes.
Dans les champs politiques travaillait,
avec acharnenrent, une vaillante 6quipe
qui m6ditait sourdement de secouer le joug
espagnol. La se distinguaient Francisco de
Miranda, Simon Rodriguez, etc... et des
homes de pens6e et de reelle valeur qu'a-
limentait l'ideologie frangaise. Tels furent
les prodromes intellectuals de la revolution
v6n6zu61ienne.
Les idWes lib.rales francaises furent des
semences qui devaient porter fruit. Au
V6n6zu6la aussi se justifiaient les profon-
des paroles de Danton: tionnaires franchises attaches au char du
soleil front le tour du monde,> Car, ce
fut a la faveur de I'alliance des belles idees
de 89 et des glorieuses actions militaires
conduites par Miranda, et surtout par Bo-
livar, que naitra 1'Ind6pendance du Ven&-
zuela.
III.-FRANCISCO DE MIRANDA.-
En 1806, le people v6n6zu6ien n'6tait pas
tout a fait mfir pour une revolution. L'opi-
nion publique 6tait encore trop attache -


- 73-





la couronne. II fallait une lente pr6para-
tion et l'influence de divers facteurs histo-
riques.

Mais le general Miranda n'attendit pas
1'6closion d'un climate favorable dans la
classes dominant. II Voulut trop hAtive-
ment agir. Son mouvement s'enlisa dans
1'6chec.

Pourtant, patriote sincere, il se d6pensa
mans reliche pour secouer le joug. Promo-
teur d'une grave insurrection qui eut le
V6n6zu6la pour theatre, 1'Histoire le qon-
sacre: Pr6curseur de 1'Indipendance de son
pays.
General dans I'arm6e espagnole, il se fit
remarquer tant par sa bravoure que par
son intelligence. Ses talents militaires Ic
signalerent A ses chefs hierarchiques, et, a
29 ans, il 6tait d6j; lieutenant-colonel au
regiment d'Aragon. La rapide ascension du
jeune officer excita la jalousie de quelques
chefs espagnols. Car, Miranda, n6 A Cara-
cas, 6tait creole. Don Berbardo de Galvez,
principalement, don't la famille 6tait puis-
sante A la court de Madrid, jaloux des suc-
ces du jeune lieutenant-colonel, ne n6gli
gea rien pour le perdre. C'est ainsi qu'au
mois de juin 1781, une fausse accusation
fut portee A la Havane centre Miranda.
C'6tait le lendemain du passage du ma-


-74-






jor-g6neral John Campell, ancien gouver-
neur-g6n6ral de la Floride Occidentale. A
la faveur d'une intrigue bien monte, on
accusa Miranda d'avoir subtilis6 les plans
de la citadelle Castello del Principe, pour
les donner A l'officier anglais. On ordonna
m6me d'arreter le Lieutenant-Colbnel.
Mais, Manuel de Cagigal y Montserrat, a-
lors Capitaine-G6neral du regiment d'Ara-
gon, 6galement creole, d6fendit loyalement
l'accus6 en avancant qu'A la visit du ma-
jor-g6n6ral anglais, Miranda 6tait a quatre
lieues de la forteresse. Cepandant Don
Galvez ne d6sarma pas. Sa jalousie r6cla-
mait Miranda pour victim.

Nomm6 Lieutenant-G6n6ral des armies
combines de France et d'Espagne, Galvez
dut laisser la Nouvelle Orleans, pour aller
s'6tablir au Cap-Francais, en Haiti. Ce fut
il que vint le trouver le Lieutenant-Colo-
nel Miranda, porteur d'un rapport d6taill6
sur l'exp6dition dans l'Archipel anglais
des Lucayes, A laquelle il avait particip6
brillamment sous la direction du Capitai-
ne-Gne6ral de son regiment. Alors, Galvez.
loin de perniettre A Miranda de regagner,
a Port-au-Prince, son regiment, le garda
au Cap, all6guant les services qu'il serait
appele rendre comn$e agent de liaison en-
tre les autorit6s francaises et son quartier-
g6n6ral, situ6 sur l'habitation des Charrier,


-75-





ancienne residence d'6t6 du Prince de
Rohan-Montbazon.

Tres instruit, Miranda parlait l'anglais
et le frangais avec autant d'aisance que
l'espagnol. Son profond savoir semblait
justifier la decision du Lieutenant-G6neral
des armies combines, car, a 1'poque, ae
complotait une expedition contre la Jamai-
que, et Miranda pourrait rendre de grands
services en quality d'interpr&te-traducteur.
Cependant, comme il fallait s'y attendre,
le 8 aofit 1782, un d6tachement espagnol
arreta subitement dans une rue du Cap le
Lieutenant-Colonel d'Aragon. Celui-ci fut
jet6 en prison, sa maison fouil!le, ses pa-
piers saisis, ses biens confisqu6s, et son
domestique negre, consign au Haut du
Cap. Cette arrestation se reposa sur la
vieille accusation de trahison, deja recon-
nue non fondue.

L'humiliation 6tait grande. Aussi, l'Ame
fire de Miranda se crispa sous l'injure.
L'insulte tortura le loyal officer. Sa fierte
se cabra et son patriotism se r6veilla ar-
dent et imperieux. La seule vengeance di-
gne de laver 1'affront essuy6e tait 1'6man-
cipation de son pays, sa liberation d'une
occupation Inhumaine et injuste, abusive
et tyrannique. C'est ainsi que dans la soli-
tude de sa prison, il prit la ferme decision


-76-






de secouer le joug qui opprimait son pays.
Aussit6t qu'il fut acquitt6 par la Cour
Martiale de la Havane devant laquelle il
avait 6te envoy, Francisco de Miranda se
d6pensa corps et ame pour la 1ialisation
du noble r6ve m6dit6 dans sa prison du
Cap.

II voyagea beaucoup,, s6journa tour a
tour en Hollande, au Danemark, en Suisse,
en Pologne, en Italie, en Grace, en Turquie,
en Crime, en Asie-Mineure, en Egypte,
etc. En 1792, il 6tait A Sedan servant dans
1'arm6e frangaise sus les ordres du g6n6ral
Dumouriez. II participa A la bataille de
Jemmapes et a la conquete de la Belgique

La politique de Bolivar tendait a gagner
la sympathie des ministres francais. Ainsi,
le Pr6curseur ppurrait mieux les int6resser
A son project de liberation.

La chance un moment sembla lui souri-
re, puisque Brissot, a I'6poque, 6crivait &
Dumouriez: < soulevement de la C6te-Ferme) d6pend
d'un homme. 11 est aupres de vous. Vius le
connaissez, vous 1'estimez: c'est Miranda.
Nos Ministres cherchaient quelqu'un pour
remplacer d'Esparbes A Saint-Domingue.
J'ai eu un trait de lumiere et .?.ur ai dit'
> Selon le plan des Gi-


-77-





rondins, Miranda aurait profit de son se-
jour a Saint-Domingue pour organiser une
armee de 30.000 indigenes affranchis, afin
d'assainir la colonie et proc6der A des ex-
peditions de liberation contre les posses-
sions espagnoles dans tout le continent.
Mais la chute des Girondins fit ambrter
tout plan.

Miranda se tourna du c6t6 de 'Angleter-
re pour r6claner une aide a l'exrcution de
son hardi project. H6las, la r6volte des co-
lonies anglaises en Am6rique du Nord avait
ob&er les tr6sors de la Grande Bretagne.
Loin de se d6oourager, l'illustre patriote
s'ing6nia A forger et A exploiter ]es moin-
dres atouts. II chercha l'appui des J6suites.
Et sur ses conseils, le Premier Ministre an-
glais, Pitt, attira en Angleterr' quelques
proscrits appel6s a jouer un r6le important
dans l'oeuvre de liberation de 1'Am6rique
espagnole. Par ailleurs, dans l'espoir de ga-
gner plus de sympathie a sa cause, Miran-
da fonda & Londres inmme une loge ameri-
caine,
Mais le jeu des int6r6ts emp chait et la
France et 1'Angleterre de prendre une part
active a 1'exp6dition que voulait preparer
le Pr6curseur. Ces deux puissances pr6f6re-
rent courtiser 1'Espagne, plut6t que de
s'associer noblement & l'oeuvre salvatrice
de l'Ap6tre.


-78-






Francisco de Miranda continuait a se
d6penser inlassablement, mais toujours
sans succes, pour l'6closion de son beau et
hardi project, quand lui parvint, de Ma-
nuel Cual, cet 6mouvant appel, me16 d'an-
goisses et double de l'anxiete d'un fervent
patriote assoiffe de liberty: Les peuples ambricans vous sollicitent.
Soyez, Miranda, le sauveur de votre patrie.
Je n'ai plus d'espoir qu'en vous pour r6ali-
ser cette belle oeuvre et je n'ambitionne
aucun honneur que celui de combattre
sous vos ordres.>
Alors, apres s'8tre adress6 une derniere
fois, d'abord A la France, A l'Angleterre en-
suite, Miranda tendit ses mains & Jeffer-
son, alors President des Etats-Unis d'Am'e-
rique. De ce dernier il obtint une autorisa-
tion tacite de preparer 1'exp6dition. Sans
perte de temps, le Precurseur se procura
des vaisseaux et des armes, et, A la tete de
200 enr616s amricains, il s'embarqua le 3
Fkvrier 1806 sur le < que l'< reur> devait rejoindre dans les eaux hai-
tiennes.
IV.-LE SEJOUR DE MIRANDA EN HAITI
Quelques historians veulent, sans 6tayer
leur assertion sur une documentation se.-
rieuse, que Miranda ait eu A Port-au-Prince
(d'autres disent & Jacmel) une entrevue
avec Dessalines. Cette version heurte la


-79-






v6rit6 historique. Car selon le t6moignage
de maints 6crivains -dont le savant Doc-
teur Clement Lanier- (t6moignage que
enforce un journal de route tenu par
Thomas Molini, le secr6taire de Miranda,
dans lequel on eut la relation au jour le
jour de 1'emploi du temps et des activities
du haut 6tat-major cxp6ditionnaire) le
Pr6curseur A aucun moment n'eut d'entre-
vue avec Dessalines durant les trente huit
jours qu'il passa dans nos eaux. Dessalines,
de son cot6, n'eut pas A se rendre A Jacmel
au course de cette p6riode. On pourrait done
conclure avec la majority des historians,
tant haitiens qu'6trangers, que ces deux
ap6tres de la liberty ne s'6taient rencontres
ni A Pbrt-au-Prince, ni A Jacmel.

En tout cas, le 19 Fivrier 1806, la cor-
vette Leander>>, command6e par le Capi-
taine Thomas Lewis mouillait dans la bale
de Jacmel. Elle avait a son bord 200 volon-
taires am6ricains, tous d'un moral ferme.
Parn-i eux se rencontraient des irlandais,
des 6cossais, un pjortugais et un polonais.

Miranda venait en Haiti dans 1'espoir de
renforcer sa petite arm6e par 1'incorpora-
tion de volontaires haitiens. De puissants
motifs l'y avaient guidC et autorisaient les
plus grades esp6rances. D'abord, il avait
gard6 un souvenir persistent de l'h6roisme


-80 -






des negres d'Haiti. A Pensola, en quality
de commandant du regiment d'Aragon, 11
avait combattu c6te a cote avec quelques-
uns et ceux-ci, par leur vaillance et leur
bravoure, leur enthousiasme et leur fana-
'tisme avaient capt6 son admiration et sa
sympathie.

Par ailleurs, aux quatre coins du monde,
se narrait 1'odyss6e de ces n6gres que con-
duisirent A des prodiges 6tonnants, leurs
convictions, leur courage, leur audace, le
tout mis au service d'un ideal de liberty.
De pareils hommes seraient d'un apport
efficient au succ6s de expeditionon.

Miranda d6barqua done A Jacmel, con-
flant et optimniste. II 6tait si certain du
concours des haitiens que l'6pistolier du
bord mentionnait dans son journal: <...Le
g6n6ral P6tion command 8.000 indigenes
parlant la langue du people de ia c6te op-
posse; ils sont tous desireux de l'accompa-
gner. L'Empereur d'Haiti donne toutes
facilities -moi-meme, je crois que Miranda
reussira.

Et c'6tait vrai. Des 6missaires envoys
par Miranda a Port-au-Prince avaient ren-
contr6 une jeunesse enthousiaste qui s'ot-
frait a tenter I'aventure pour 6manciper le
people venezutlien.


, 81-






Dessalines, de son cbt6, averti de l'arri-
v6e de Miranda A Jacmel et de l'ideal qu'il
poursuivait, spontan6ment, avait accord
toutes les facilities A cet stranger qu'ani-
mait un souffle de grandeur. Fort de la
longue experience qui couronna de succ6s
l'action des negres de Saint-Domingue,
1'Empereur d'Haiti, en apprenant que Mi-
randa pour faire triornpher sa cause avait
1'intention de lancer un appel au patrio-
tisme des citoyens de spn pays, (1) con-
damna cette thBorie a caract&re sentimen-
tal qui n'aurait point de resultat positif.
La lutte pour l'ind6pendance, une lutte
contre des esclavagistes, devait se livrer,
non pas a coups de proclamations, mais
par une action concrete, par le fer et par
le feu. Aussi, le grand d6sir de voir Miranda
triompher dans une cause cherie dicta ,
1'Empereur, A l'adresse du Pr6curseur, des
conseils de sagesse qu'il lui fit parvenir et
que resume une phrase laconique et mar-
tiale, clef du succes de la revolution
haitienne: Coup6 totes, boul6 cailles!,>
(II faut tuer et incendier). C'est-A-dir.
que la guerre devait 6tre une lutte a,
mort, sans pitit, fanatique. Et que seuls
des moyens violent anraient assure la vic-
toire.

(1)-Adresse aux Habitants de 1'Amri-
que Espagnole.


-82-






Mais un sort malheureux s'acharnait
contre Miranda. Celui-ci ne put tirer parti
des excellentes dispositions de i'Empereur
d'Haiti et de son vaillant peuple. Une di-
vergence de vue divisa les commandants
dtu et de l'Empereur>. Jacob
Lewis refusa cat6goriquement de partir a-
vec l'exp6dition. Ce fD.cheux contretemps
arreta le recrutement des volontaires hai-
tiens. Car c'6tait la frigate qui devait porter ces derniers. Malgr6 tout,
quelques haltiens s'embarqubrent. C'6-
taient les F6quiere, les Gayot, les Jastram.

Le 28 Mars, Miranda se d6cida A partir.
Sa force navale se composait du qu'accompagnaient deux schooners. < chus> et <, offers dit-on par 1'Empe-
reur d'Haiti. Le tout 6tait mont6 par un
6quipage de 200 hommes don't dix sur 57,
faits prisonniers dans un combat qui s'en-
gagea devant Ocumare. furent condamnes
apris jugement et executes. Le Precurseur,
lui-meme, se vit forc6 de licencier ses trou-
pes la Vela de Coro, apres avoir vaine-
ment tent6 de soulever la population. Mais
rien ne pourrait 6branler sa foi ardente
dans le destin merveilleux de son people.
Aussi loin de se d6courager apres ce pre-
mier 6chec, il repartit pour Londres, esp-
rant obtenir I'aide de la Grande-Bretagne
pour soutenir la cause de l'Amerique.


-83-






V.-LES SUITES DE L'EXPEDITION DE
MIRANDA.-

Les tentatives du veteran des patriots
de I'Ar46rique du Sud, bien qu'infructueu-
ses, avaient entretenu, cependant, des es-
poirs d'ind6pendance. Et dans le coeur de
quelques americains, le d6sir d'6mancipa-
tion s'6tait reveille.> La premiere cellule
r6volutionnaire, apres l'6chec de Miranda,
groupait chez Bolivar, les Toro, les Tovar,
Pelgron, Mariano Montilla, Andres Bello
etc. Dans ces reunions obscures, ils discou-
raient, s'enflammaient, mtrissaient la
conspiration.

L'abdication de Charles IV, l'occupation
de Madrid par les troupes franchises, la
proclamation de Joseph Bonaparte, roi
d'Espagne, tous ces ev6nements qui boule-
versbrent la Peninsule iberique allaient
avoir leur repercussion dans l'Amerique.

Au V6n6zuela la revolution 6clata en A-
vril 1810. Le Capitaine-G6n6ral espagnol
Emparan est chass6 et une Assemblee, qui
prit le nom) de Junte Supreme, se constitua
Alors tous les conspirateurs venezueliens
qui s'etaient exiles s'empresserent de re-
gagner leur pays. Miranda, 6galement, re-
prit le chemin de sa patrie, encourage par
B~ilivar qui 6tait envoy A Londres pour re-


-84-





clamer la protection de la Grande-Breta-
gne centre la France et sa mediation
entire la r6gence de Cadix et les provinces
du V6n6zu6la.>

Le 5 Septenrbre le Pr6curseur debarquait
a La Guayra en compagnie du future Lib6-
rateur. Des son arrive, enflamm6 d'un
ardent patriotism, Miranda fonda la So-
ci6t6 patriotique de Caracas, soupape du
Congres. Le 7 Juillet 1811, on vota l'acte
d'Ind6pendance du V6n6zuela que suivit
cinq mois apr6s la pronrulgatibn de la pre-
miere Constitution de !a R6publique.

Malheureusement, la guerre civil eclata.
Le people v6n6zuelien 6tait divis6. D'un
c6t6 s'assemblaient les partisans de l'In-
dependance; de l'autre, helas, ceux qui r6-
clamaient la conservation du regime espa-
gnol. Le choc eut lieu. Ce fut une lutte
terrible, acharn6e, entire royalistes et libe-
raux. De nombreuses desertions parmi les
troupes independantes, une grave rBvolte
de negres 6clat6e en faveur de !'Espagne,
la perte de Puerto-Cabello, ville strat6gique
important que commandait Simon Boli-
var, r6duisirent consid6rablement les chan-
ces de I'arm6e ind6pendante.

Miranda, qui d6plorait les exces de la
guerre civil, avait persist i garder la d&-

85 -





fensive, malgr6 l'ardeur belliqueuse de ses
troupes et nonobstant certain avantages
que lui donna fortuitement le sort des ar-
mes. Loin de tenter de sauver la ville de
Puerto-Cabellb en lancant les 5.000 soldats
ranges sous son commandement, il aima
mieux rechercher la paix en capitulant.
Son comportement 6nigmatique fut s6vb-
rement jug6 par les officers ind6pendants
qui, pour expliquer 1'attitude deplorable du
vieux general, penserent A la trahison.
Maints petits faits, malheureusement, con-
tribuerent a renforcer cette id6e. Par exem-
ple, d'un commun accord avec le vain-
queur, Miranda s'6tait r6serv6 seul le droit
de quitter le V6n6zu6la. Defense formelle
6tait faite aux autres chefs de la conspira-
tion qui voulaient s'expatrier de s'embar-
quer d'un des ports ven6zu61iens. Par ail-
leurs, des rumeurs fantaisistes voulaient
qu'une valeur de dix mille pesos fut versee
& Miranda pour prix de sa trahison.
Tous ces faits inconsistants se cbnverti-
rent en preuves accabiantes dans l'esprit
des officers ind6pendants d6jA fortement
influences par l'incompi sensible capitula-
tion. Fous de col6re, aveugl6s de passions,
ils accuserent Miranda de trahison et je.-
terent en prison celui qui toute sa vie mit
au service de sa patrie tyrannisde, son in-
telligence, ses talents militaires, et le d6-
vouement de toute sa personnel.


-86-






Le grand Pr6curseur de 1'Ind6pendance
am6ricaine mourut dans une prison de Ca-
dix le 14 Juillet 1816. Il mourut comme
meurent les hommes c6~lbres, dans la mi-
sere et I'abandon, le coeur chaud de l'a-
mour de la belle cause A laquelle il s'6tait
consacr6 et les lIvres pleines d'un g6n6-
reux pardon pour ses freres aveugles.

VI.-LE VENEZUELA ET HAITI.-

Si des circf)nstances ind6pendantes de sa
volont6 mirent un obstacle aux d6sirs de
Dessalines d'6pauler Miranda, si les volon-
taires haitiens virent s'6vanouir avec le
depart de la flotte exp6ditionnaire leur
reve de verser leur sang pour 1'Ind6pendan-
ce du V6nezu6la, Haiti, malgr6 tout, avait
laiss6 au future people v6n6zu6lien un sou-
venir imp6rissable que la petite flotte em-
portait en 1806 confondu avec 1'histoire de
son drapeau.

En effet, c'6tait le mercredi 12 Mars.
Rien ne faisait pressentir le facheux con-
tretemps qui allait priver 1'expedition du
concours pr6cieux de milliers de bras hai-
tiens. A bord, les pr6paratifs de l'exp6di-
tion s'acc6l6raient. Ici, on remplissait des
cartouches; 1l, on redigeait des addresses
pour les habitants de I'Amerique espagno-
le, car, malgr6 1'avertissement de Dessa-
lines, Miranda s'obstinait A croire possible


-87-






une victoire sans grande effusion de sang.
On avait amen6 le pavilion espagnol sur
les bateaux exp6ditionnaires. Alors, le pro-
bleme de la creation d'un drapeau qui se-
rait celui de la revolution se posa. Le
grand Pr6curseur ne s'embarrassa pas pour
le resoudre. Resolument, il d6chira le jaune
du drapeau espagnol et le fit coudre au
sommet du drapeau haitien, symbolisant
de cette fagon 1'alliance solide et indisso-
luble qui devait unir le Ven6zu6la et Haiti.

Cet 6tendard, hiss6 au grand mat, fut
salue par les vivats enthousiastes des ma-
telots et des soldats et par le tonnerre des
canons. La Revolution avait son drapeau
qife le V6n6zu6la adoptera, 1'Ind6pendance
une fois conquise. Ce sera aussi celui de
1'Equateur et de la dcuxieme Colombie.

Ainsi, le Drapeau du V6n6zul6a 6voque
le souvenir de cette alliance signee par le
Pr6curseur de 1'Ind6pendance de l'Am6ri-
que et le Fondateur de 1'Ind6pendance
d'Haiti. C'6tait un engagement pris par
ces deux illustres ancetres aux r&ves 6man-
cipateurs qui manifestaient par 1l leur
grand d6sir de voir fraterniser les deux
pays.

V6n6zueliens et haitiens doivent tou-
jours, dans un elan de fraternity, se re-


- 88-






turner vers les jours glorieux de 1806 oh
un ideal de liberty cimenta 1'amitie de
leurs pays qui connurent les mTimes tour-
ments et les memes angoisses au course d'u-
ne lutte longue et acharn6e en vue de con-
qu6rir l'Ind6pendance. Qu'ils se rappellent
que c'est pour eux un devoir de cultiver ies
sentiments d'entr'aide qui animaient les
deux illustres ancetres. Ils devront s'y
courber avec d'autant plus d'enthousiasme
et de foi que l'exemple de Dessalines, qui
aida fraternellement Miranda, est aujour-
d'hui une actuality continental. Les
liens unissant haitiens et v6nezubliens sont
fond6s sur un esprit d'assistance mutuelle.
Et, cette solidarity, qui a sa racine A la
nalssance des deux pays, est aujourd'hui
le credo de tous les peuples du continent
qui revent d'une paix sereine et absolute
dans une Amerique tkoujours unie et plus
prosp6re.


-89 -























ETUDE No. 5

J. J. DESSALINES
ET LE MASSACRE DES BLANCS












ETUDE No. 5


J. J. DESSALINES
ET LE MASSACRE DES BLANCS
La Revolution de 1791 ,apres avoir in-
cendi6 les v6g6tations luxuriantes de St-
Domingue, d6truit les privileges exhorbi-
tants qui constituaient le fief de quelques
suzerains, avait chass6 de 1'ile un grand
nombre de ces derniers et sap6 A sa base
mnme le regime esclavagiste. Lorsque dix
ans plus tard, les exigences de ]a subtle
et intelligence politique de Toussaint-Lou-
verture rappelerent, avec de miroitantes
promesses, les anciens colons, ceux-ci s'e-
taient empress6s d'abandonner les terres
hospitalieres oi~ les avait conduits une 6-
pouvante affol6e. En mettant le cap sur
Saint-Domingue, une joie ineffable leur
dilatait le cceur. Car, cach6s au fond des
miles avoisinantes, A l'abri de la fureur ex-
treme des noirs insurg6s, ils nnurrissaient
patiemment des raves fous qu'enfantait a
profusion une imagination d6mente et que
seuls devoilaient des yeux charges de con-
voitises et de vengeance.


-93-






H6las! grands furent leur 6tonnement et
leur deception. Leur cupidity se trouble de--
vant les ruines de 1'ancienne organisation
colonial. Certes, 'ile etait la mnme, tou-
jours tiedement envelopp6e dans son cli-
mat tropical. Mais la prosperity des belles
plantations de jadis, qui narguaient la mt-
sere des ajoupas crasseiux des negres, 6tait
ternie. Le regime colonial s'6tait 6vanoui,
comme un mythe. Les terres 6taient la, e-
talant leurs immensits prometteuses; les
n.egres aussi, avec leurs muscles r6sistants
qui faisaient saillie sous leur reluisante
peau d'6bbne. N6anmoin.s, au morcellement
radical inflig6 A certaines propri&t6s, au
regard fier qui illuminait la mine superbe
des indig&nes, l'on devinait ais6ment qu'un
,souffle nouveau bercait la colonies.

Cependant la conviction du negre or-
gueilleux se heurta a 1'espoir tenace des
colons qu'encourageaient, d'ailleurs, les
rumeurs rassurantes de la prochaine arri-
v6e d'une expedition don't le r6tablisse-
ment de l'esclavage serait le but supreme.

Les 6v6nements de i'ann6e 1802 justifiU-
rent Magistralement ce. rumeurs et appor-
terent aux colons la force et la vengeance
que r6clamaient leur insolence et leur co-
1fre. Cependant, les indigenes, farouches,
d6fendirent opiniatrement leurs droits,
leur liberty, leur dignity d'homme, mena-


-94-






ces d'engloutissement par les larves que
vomissait 1'orifice du volcan ra!lum6 par
1'ambition de Napoleon.
Apres une lutte acharn6e, la victoire sB
range sous la bannirre du droit et de la
justice. Le courage des indigenes expulsa
de 'ile les francais esclavagistes (1). Mais,

(1) D'aprBs les conditions du trait6 d'6va-
cuation sign entire Rochambeau et Dessalines,
le premier ne devait emmener avec lui aucun
noir, tandis que le second s'engageait, de son
cat6, a assister les malades abandonn6s et a
assurer sa protection aux habitants. Rocham-
'beau le premier viola le trait en partant avec
30 chefs congos, traitres a la cause de leurs
fr6res. L'armBe indig6ne, en signe de protes-
tation centre la d6loyaut6 de Rochambeau,
voulut envahir la ville du Cap et la livrer au
pillage. C'est alors que Dessalines, voulant a
tout prix sauver la vie aux blancs et pr6ser-
ver la ville d'un sort funeste, ouvrit un
emprunt d'un million dans le but de d&sint6-
ressser les soldats et en m6me temps de cal-
mer leur col6re. Mais, cet emprunt n'ayant
pas 6t6 covert, Dessalines dut le transformer
en Imp6t de R6partition. II frappa chacun se-
lon ses miyens et fit saisir les biens des fran-
cais absents. Ce fut notre premier Imp6t de
R6partition. L'enprunt 6tait localism au Cap.
L'Imp6t de R6partition, au contraire, prit un
caractere g6n6ral. Il embrassa toutes les gran-
des villes, puisqu'A la Librairie d'Histoire
d'Haiti, il nous fut possible d'examiner une
quittance delivr6e a un contribuable qui ve-
nait de verser sa quote-part, conform6ment a
une Proclamation du G6n6ral PNtion, Com-
mandant du D6partement de l'Ouest.


-95-






Stous ne partirent pas. Certains, en mission
Ssecrete, y prolongeaient leur sejour. D'au-
tres poursuivaient un commerce encore
lucratif. Des soldats, enfin, 6taient en con-
valescence dans les hopitaux. A la verite,
bien qu'ind6pendante, l'ile hebergeait en-
core un nTombre assez imposant de blanco
qui constituaient le pont destined faciliter
le d6barquement des nouvelles forces fran-
caises don't l'arriv6e 6tait chaque jour an-
nonc6e come imminent.
L'ivresse des grands jours de fete amor-
tie, l'illogisme de cet 6tat de chases 6clata
avec plus d'Apret6 devant la conscience des
citoyens. C'est que tout blanc rencontre
r6veillait le souvenir angoissant des tristes
jours passes. Ancien esclave, l'haitien gar-
dait dans sa chair l'empreinte fraiche d'u-
ne 6poque tach6e de sang, souiUlle d'injus-
tices, marque d'abus. Cette epoque avait
d6pos6 dans s.n coeur des tisons de haine
qui rcclamaient satisfaction dans une ven.
geance 6clatante.
Mais cette haine et cette vengeance que
la bont6 naturelle des haitiens aurait pu
6touffer s'accrurent en intensity sous l'ai-
guillon de l'arrogance hautaine et de 1'in-
solence cinglante des blancs eux-memes
dont certain ne semblaient guere se con-
sid6rer comnue des strangers auxquels la
g&nerosit6 d'une nation avait gracieuse-
ment offert l'hospitalit6.


-96-






Non contents de turner en ridicule le
nouveau gouvernement &tabli, ils laiss6rent
torrber de leurs l6vres imprudentes des pa-
roles sacrileges qui atteignirent les hai-
tiens dans ce qu'ils avaient de plus sacred,
de plus noble, de plus cher: leur ind6pen-
dance. Ces propos periides, assaisonn6s de
troublantes insinuations et lourds de me-
naces non 6quivoques, se propagerent dans
tout le pays, semant partout 1'6moi et 1'ex-
citation. Plus loin encore, ils pousserent
leur audace impie. Ils cherchbrent a < rompre la garnison> et tenterent de rom-
pre l'harmonie en armant les citoyens les
uns contre les autres. Leur jeu perfide fut
d6voil6. Une reaction inevitable souleva le
people d6ji en 6tat d'attention expectante.
Une fievreuse inquietude 1'enflamma, atti-
sa ses haines inv6ter6es, lui inspira la peur
de voir s'engloutir a jamais les conquetes
de sa courageuse revolution et alluma dans
son cceur le 16gitime d4sir de tuer tbus les
blancs afin de sauvegarder l'6difice social
fraichement construit. Chacun pr6tendit
que la patrie 6tait encore en danger. On
demand que la race des anciens oppres-
seurs fut a jamais plgscrite d'Haiti. On
murmurait deja contre le gouverneur-ge-
n6ral; on l'accusait de moderantisme,>,
nous informed Madiou.

C'est done a tort qu'il est attribui6 Des-
salines la paternity du massacre des fran-


-97-






Sgais. Car ce fut le people meme qui r6clama
Ila publication des noms de tous les blancs
Squi, sfous le sanguinaire regime de Rocham-
beau, avaient sign une infAme adresse,
sollicitant le r6tablissement official de
1'esclavage. (1) Le people, mu6 en justicier
et en bourreau voulut punir, 6craser les
serpents r6fugis. dans son sein. Ecoutons
la narration d'un contemporain, Juste
Chanlatte, don't l'ouvrage !Catastrophe de Saint-Domingue fut publiC
en 1824.) iendit en toute diligence au Port-au-Prince
ofi le people conjure ]ui- demand la tote
Ide tous ceux qui avaient sign l'adresse par
aquelle les colons demandaient le r6tablis-
ement de l'esclavage et l'infAme R...beau,
our Capitaine-G6n6ral en cette ile... Des-
alines n'6tait pas encore bien avis6 de la
tburnure des affaires et de la situation des
efprits que la population des Caves s'ltait
jet6e sur un grand nimbre de traitres et
d'embaucheurs qu'elle avait mis a morl.>

Comment Dessalines pourrait-il, sans
encourir une suspicion grave de cons6quen-
ce, se refuser A ob6ir A la souveraine volon-
t6 de la Nation? Ni lui, ni aucun des autres


(1) Voir A la fin de cette Etude un frag-
ment de cette adresse et les noms des si
gnataires.


-98-







chefs ne pouvaient en la circonstance bra-
ver la furieuse col&re du people en tentant /
inconsid6r6ment d'embrasser une cause de-
j. jug6e. Ecoutons !'auteur de: Histoire de
la Catastrophe de Saint-Domingue, people des quarters des Cayes et de Port-
au-Prince abandonna ses travaux, son com-
merce, se mutma contre ses superieurs et
finit par d6clarer A Dessalines que s'il ne
lui rendait pas promptement raison de ce.'
attentats contre sa liberty, il saurait bien
ee faire justice lui-me-e et meconnaitre
son autorit&.>

L'action humanitaire du gouverneur-ge-
n6ral 6tait limit6e. Elle ne saurait s'6ten-
cire au-dela d'une fugitive g6n6rosit6, pa-
reille A celle qui ennoblit, dans cette mime
circonstance, un P6tion ou un FBrou, un
Geffrard ou un Capois, et combien d'autres
encore. Car la foule aveugloe par sa pas-
sion, gris6e par la premiere goutte de sang
vers6, transformait facilement en preuves
accablantes et concluantes ses soupcons
les plus vagues et les plus insignifiants. Un
sentiment patriotique, suffisamment puis-
sant pour justifier aux yeux de cette foule
ses actes sanguinaires, ses crimes horrible,
s'6tait d6velopp6, 6ponlsant l'ampleur d'un
immense 6cran qui vollait son esprit cri-
tique et meme toute manifestation de sa
conscience.


_-99-






/ Dessalines le Grand serait sacrifil com-
Sme traitre s'il avait tent6 imprudemment
de brimer le people, fou de colkre, alter
d}e sang, qu'animait la conviction in6bran-
lable que la rupture definitive de ses chai-
nes 6tait conditionn6e au massacre des
blancs. Mieux, en d6pit de l'horreur que
lui inspira ce nouveau crime inutile, Des-
salines se vit impuissant a arracher aux
bandes en delire les femmes blanches qu'el-
les sacrifierent ignominieusement A leurs
instincts d6brid6s. Un refoulement les agi.
tait. Aussi la populace n'attendait point
du gouverneur-g6neral une autorisation
qu'elle ne sollicitait d'ailleurs que par si-
mulacre, sans doute pour mieux s'abriter
derriere une irresponsabilit6. Ce senti-
mnent d'impunit6, double des forces h6r6di-
taires, exag6ra la fureur' sanguinaire des
6gorgeurs.

N'est-ce pas d'ailleurs ce qui se passa en
France au course de la grande revolution
liberatrice. Les sanglantes saturnales, les
massacres de Septembre, les condamna-
tions sommaires de la Convention, le Tri-
bunal R orolutionnaire, cet instrument
raffin6 de la Terreur, vraie parodie de la
justice, ne furent-ils pas l'oeuvre du peu-
ple, de ce people qui -pour reprendre la
pens6e de Danton- entendait r~aliser la
mort de son esclavage et la resurrection de
sa libertV? Celui qui s'opposerait ouverte-


-100-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs