• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Civilisation noire en Haiti
 Poetes noirs
 Temoignages
 Chroniques
 Notes de lecture
 Revue des revues
 Advertising
 Back Cover














Group Title: Présence africaine ; 12
Title: Haïti, poètes noirs
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077033/00001
 Material Information
Title: Haïti, poètes noirs
Series Title: Présence africaine
Physical Description: 262 p. : illus. ; 19 cm.
Language: French
Publisher: Éditions du Seuil
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1951
 Subjects
Subject: African Americans -- Haiti   ( lcsh )
Haitian poetry   ( lcsh )
Civilization -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077033
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 01903241
lccn - 52068599

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Table of Contents
        Page 3
        Page 4
    Civilisation noire en Haiti
        Page 5
        Page 6
        Innocence et responsabilite
            Page 7
            Page 8
            Page 9
            Page 10
            Page 11
            Page 12
        L'Afrique vivante en Haiti
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
            Page 18
            Page 19
            Page 20
            Page 21
        Sacrifice d'un taureau chez le Houngan Jo Pierre-Gilles
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 24a
            Page 24b
            Page 24c
            Page 24d
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
        Noel Vodou en Haiti
            Page 37
            Page 38
            Page 39
            Page 40
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 48a
            Page 48b
            Page 49
            Page 50
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
        Le chanson Haitienne
            Page 61
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 64a
            Page 64b
            Page 65
            Page 66
            Page 67
            Page 68
            Page 69
            Page 70
            Page 71
            Page 72
            Page 73
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
        L'enfance paysanne en Haiti
            Page 88
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
        Les paysans Haitiens
            Page 112
            Page 112a
            Page 112b
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 128a
            Page 128b
            Page 129
            Page 130
            Page 131
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
        Haiti et l'emancipation coloniale
            Page 136
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 145
    Poetes noirs
        Page 146
        Page 147
        Poemes Haitiens
            Page 148
            Page 149
            Page 150
            Page 151
            Page 152
            Page 153
            Page 154
            Page 155
            Page 156
            Page 157
            Page 158
        Poemes Antillais
            Page 159
            Page 160
            Page 161
            Page 162
            Page 163
        Chaka, poeme dramatique
            Page 164
            Page 165
            Page 166
            Page 167
            Page 168
            Page 169
            Page 170
            Page 171
            Page 172
            Page 173
            Page 174
        Poeme Africains
            Page 175
            Page 176
            Page 177
            Page 178
            Page 179
            Page 180
            Page 181
            Page 182
            Page 183
            Page 184
            Page 185
            Page 186
            Page 187
            Page 188
            Page 189
            Page 190
            Page 191
            Page 192
            Page 193
            Page 194
            Page 195
            Page 196
            Page 197
            Page 198
            Page 199
            Page 200
            Page 201
            Page 202
            Page 203
            Page 204
            Page 205
            Page 206
            Page 207
    Temoignages
        Page 208
        Simple noir d'Amerique
            Page 208
            Page 209
            Page 210
            Page 211
            Page 212
            Page 213
            Page 214
            Page 215
            Page 216
            Page 217
            Page 218
            Page 219
            Page 220
            Page 221
            Page 222
            Page 223
            Page 224
    Chroniques
        Page 225
        Sur la racisme
            Page 225
            Page 226
            Page 227
        La segregation scolaire aux Etats-Unis
            Page 228
            Page 229
            Page 230
            Page 231
        Peinture: Peintres de Haiti
            Page 232
        Sur le cinema
            Page 233
            Page 234
            Page 235
    Notes de lecture
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
    Revue des revues
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
    Advertising
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
    Back Cover
        Back Cover 1
        Back Cover 2
Full Text





























PRESENCE
AFRICAINE
12


AUX EDITIONS DU SEUIL








COMITE DE;PFRONAGE
MM. ANDRA GIDE (t),
A. CAMUS, P. HAZOUME, M. LEIRIS,
R. P. MAYDIEU, E. MOUNIER (t),
P. NAVILLE, P. RIVET, J.-P. SARTRE,
RICHARD WRIGHT.

COMITPI DE DIRECTION
MM. A. ADANDA,
CHEIKH ANTA DIOP, ALIOUNE DIOP,
J. HOWLETT, D. MANDESSI, ABDOULAYE
SADJI, ISMAEL TOUR .

Directeur-G6rant : Alioune Diop.
R6dacteurs en chef : G. Balandier, a Paris.
B. Dadi6, a Dakar.

Chroniqueurs permanents :
G. Balandier, R. Bastide, J. Caillens,
A. Diop, D. Diop, J. Howlett, 0. Mannoni,
P. Mercier, P. Naville, etc.


REDACTION
PRESENCE AFRICAINE
16, rue Henri-Barbusse, Paris Ve, DAN. 78-57.


ADMINISTRATION
EDITIONS DU SEUIL
27, rue Jacob, Paris VIe.
C. C. P. Paris 3042-04.








Sommaire






Civilisation Noire en Haiti.
Presentation, par Pr6sence Africaine . 5
Innocence et responsabilitd, par Alioune Diop. 7
L'Afrique vivante en Haiti, par A. M6traux . 13
Sacrifice d'un taureau chez le Houngan Jo Pierre-
Gilles, par M. Leiris. . . .. 22
No&l Vodou en Haiti, par Odette Menesson-Rigaud. 37
La chanson haitienne, par S. Comhaire-Sylvain. 61
L'enfance paysanne en Haiti, par Jeanne G. Sylvain. 88
Les paysans haitiens, par A. M6traux. . ... 112
Haiti et I'imancipation colonial, par Pierre Naville. 136

PoBtes Noirs.
Presentation, par Pr6sence Africaine. ...... .147
Podmes Haitiens, par F. Morisseau-Leroy, Roland
Dorcely et Ren6 Depestre. ... .. .... 148
Poemes Antillais, par Paul Niger et Charles Calixte. 159
Chaka, podme dramatique,... par Leopold Sedar
Senghor .. . . . . 164
Podmes Africains, par Keita Fodeba, D. Mandessi,
Birago Diop, Anoma Kanie, C. Mededji, Thew'
Adjie ..... ............... 175

T6moignages.

Simple, Noir d'Amirique, par Langston Hughes. .. 208








Chroniques.

Sur le racism, par G. Balandier . ... 225
La sdgrigation scolaire aux Etats-Unis,
par 0. Mannoni ............... .228
Peintres de Haiti, par Jean Caillens . .232
Sur le Cindma, par Jean Caillens. ......... 233
Notes de lecture, par Josette Tron, Georges Balan-
dier, 0. Mannoni, J. Caillens, Paul Mercier, Roger
Bastide . . . . .. 236

Revue des Revues, par Jacques Howlett et Alioune
D iop . . . . 251



Les opinions emises dans les textes
n'engagent que leurs auteurs.





Civilisation noire en Haiti











Cet ensemble, significatif de la civilisation noire en Haiti,
nous le devons a l'amabilitd du Docteur A. Mdtraux qui en a
recueilli presque tous les textes; et nous nous empressons de
l'en remercier. M.A. Mdtraux, charge des questions raciales a
l'U. N. E. S. C. 0., connu d'abord comme spicialiste de l'Ami-
rique du Sud et de l'Ocianie, a conduit, pendant deux ans,
une enquite ethnographique dans la vallie de Marbial et lancd
la champagne d'dducation de base en Haiti. M. Leiris a eu, a
l'occasion d'un voyage d'dtudes a travers les Antilles, la pos-
sibilitd d'enquiter en Haiti en s'attachant spdcialement au
Vodou. Les autres auteurs, Mme Comhaire-Sylvain, Mile Sylvain
(toutes deux ethnographes de profession) et Mme Mennesson
Rigaud (qui a une grande autoritd en matidre de science reli-
gieuse) sont Haitiens ce qui donne le maximum de garanties
quant aux textes qu'ils nous ont proposes. II nous reste d remer-
cier MM. Remponeau, Dorcely (appartenant au Centre d'Art
de Haiti) qui ont aidd a l'illustration de ce numero, et M. P.
Verger qui nous donna libre aces a son inestimable collec-
tion photographique.

P. A.













INNOCENCE ET RESPONSABILIT
PAR ALIOUNE DIOP



Il nous faut d'abord inviter le lecteur A ne pas voir dans cet
ensemble un numero special sur Haiti, il y manque beaucoup
d'616ments essentiels. Ces textes ne nous apprennent rien sur
la creation artistique et culturelle qui doit cependant meriter
qu'on s'y arrkte. Rien sur la situation 6conomique et social
(l'6cole, les syndicats, le pr6jug6 de couleur, la vie commercial
et industrielle, etc.). Rien non plus sur 1'histoire et les actualit6s
politiques don't l'originalit6 est pourtant certain. La physio-
nomie total d'Haiti nous 6chappe done. Ces textes n'offrent
misee a part la belle 6tude de Naville qui d6passe Haiti, du
reste) que l'occasion d'appr6cier, en meme temps que le o charme D
de la vie social d'Haiti, quelques-unes des survivances afri-
caines dan's cette jeune R6publique noire.
Le culte du Vodou semble essential au rattachement d'Haiti
au monde africain, par ethnologues et sociologues. I1 a l-bas
le prestige accord au culte des Ancetres dans diff&rents milieux
n6gro-africains.
Il est longuement 6tudi6 dans les textes de la premiere parties
du recueil. Je ne ferai, & propos de 1'importance que 1'Europe
lui d6couvre aujourd'hui, que des braves remarques.
L'Occident, nagu6re, observait ces pittoresques manifesta-
tions avec piti6, sinon d6dain. L'erreur est aujourd'hui admise,
en Europe, par ceux-la memes qui la commettaient, que l'homme,
pour tre n'a pas besoin d'etre blanc, de se r6clamer d'Aristote
et saint Thomas ou Descartes. L'on montre meme un empresse-
ment genant a affirmer, expliquer, justifier l'authenticit6 des
valeurs u exotiques s. Mais les peuples europ6ens, en Europe,





Civilisation noire en Haiti


s'attachent a des Noirs sans solliciter 1'avis d'Aristote ni mme
de Gobineau. C'est si direct, si instinctif l'amiti6 des peuples
d'Europe pour les Noirs (qui la leur rendent bien) qu'il est inu-
tile ici d'en chercher une explication. C'est une simple rencontre
d'hommes.
Plus complex, et pourtant clair est I'int6rtt que la bourgeoisie
porte non pas aux hommes mais aux civilisations d'outremer.
La conjoncture politique actuelle parait offrir a ces civilisations
un prestige neuf qu'on pourrait attribuer surtout a la nostalgia
de cette s6curit6 cossue, quoique d6sukte, qu'une parties de l'Occi-
dent voudrait chercher dans le culte du concrete, de la spirituality
naive, du r6gionalisme.
La presence au monde moderne des hommes de couleur, deve-
nue active depuis quelques ann6es, serait-elle sensible si les puis-
sances modernes 6pouvant6es par l'aventure rationaliste ne
mobilisaient leurs energies pour prot6ger et presque ( parquer )
les manifestations et les documents humans significatifs de
spontaneit6, de naivet6, d'innocence?
Les arguments ne leur manquent pas. Je suis m6me sir de la
sinc6rit6 poignante de certain. Des consciences s'interrogent
de nouveau. Des voix autorisees se demandent avec une angoisse
qui les tourmente si l'homme a eu raison de se fier A la raison.
Si l'histoire n'est pas un mythe? Le progres, une illusion. La
science, vaine. L'action aveugle.
D'autres sont plus sombres et vont jusqu'A parler des fan-
faronnades de l'humanisme, et de la decomposition de 1'Europe.
H6, que nous imported l'Europe, si les hommes sont saufs, sains
et fraternels!
Il est evident que nos civilisations vivent de valeurs diff6-
rentes de celles auxquelles l'Europe a cru. Mais que ( valent )
ces valeurs si les homes de couleur n'ont pas la resource de les
exprimer, si, face a la technique europ6enne, elles ne protegent
ni vivifient la liberty de l'homme? Si, seules et pures dans leur
autonomie, elles ne nous d6fendent pas centre l'asservisse-
ment?
Que les peuples d'outremer vivent leurs civilisations, en res-
pectent leurs particularit6s originales, c'est bien. Mais il n' est
plus possible qu'ils vivent ainsi sans 6quiper leur personnalit6
des puissances que confTre a l'homme la technique moderne.
Sans quoi, dans les meilleurs cas, l'Qn aboutit au dialogue du





Innocence et responsabilit6
sourd et de 1'aveugle. Car si la voix de l'Europe porte loin et
amplifie l'acuit6 de ses sens, les echos de sa vie intime et la pre-
cision de ses gestes, il n'en est pas de meme pour l'homme de
couleur. Son id6al, ses sentiments, sa g6n6rosit6 d'action sont A
peine perceptibles et ne peuvent se proposer qu'en vain. Quelque
mauvais usage qu'on ait pu en faire en Europe, il reste que 1'6cole
pour tous, le livre, la radio, l'hygiene, le syndicate (pour ne parler
que de ces techniques) partout oh ils manquent, cr6ent une ins6-
curit6 plus grande que celle qui d6coule de la bombe. D'autant
plus grande que la ( bonne volont6 d'amis europeens est ineffi-
cace, car cette puissance technique exige qu'on s'en serve...
Et la puissance de 1'Europe n'est pas seulement dans la
machine, elle est encore et surtout dans la structure de la society,
dans la n6cessaire et lucide solidarity des hommes, dans l'infor-
mation, dans l'adaptation quotidienne des hommes aux situa-
tions nouvelles, dans la structuration de la personnalit6 de cha-
cun, dans les reactions rapides que la pression social determine
en I'homme, dans la conviction de celui-ci que son destin est
entire ses mains, done dans l'humanisme et la raison. Et ces dis,
positions, 1'homme ne les acquiert pas dans l'isolement.
Voila pourquoi nous sommes rationalistes. Le rationalisme
europ6en, ffit-il faux, nous ne I'apprendrons que par l'usage que
nous, peuples exotiques, ferons de la technique. Sans elle, notre
message ne portrait pas. Et le monde serait de plus en plus d6s6-
quilibr6.
C'est pourquoi nous sommes fond6s A regretter que le mal du
sidcle, pour une certain Europe, ne soit pas la m6chancet6, le
( sadisme concentrationnaire ; mais la dure lucidity contagieuse,
la raison technicienne. Redouterait-on que la conscience de
1'homme de couleur ne d6couvre les hommes et n'engage avec
eux ce dialogue qui doit 6tre la substance la plus certain de
notre vie social?
Ce n'est pas nous qui serions insensibles au ( charme de ce
qui caract6rise en general les vies exotiques : vie communautaire,
morale humaine, joie de vivre, chants, danses, respect natural
de I'homme, etc. L'on aurait di se rendre compete depuis que, de
Montaigne A Voltaire, les rationalistes ont chant l'homme natu-
rel, qu'il y avait un monde entire le bonheur rev6 et les donn6es
concretes de notre destin. Plus on va et plus la gestion du monde
devient lourde et depasse les possibilities de la seule Europe.





Civilisation noire en Haiti
Qu'on reconnaisse que l'angoisse, le nihilisme, la misbre ont
la leur source la plus claire.
Je n'oublie pas la civilisation haitienne. J'y reviens en choi-
sissant au hasard deux traits de moeurs.
Du premier nous pourrons dire qu'il est appel6 a disparaitre
et qu'il serait inutile d'en vouloir retenir quoi que ce soit. Du
second, il y aurait a tirer un enseignement f6cond pour la civi-
lisation occidentale : car sur ce plan un progrbs est concevable
dans les mceurs europ6ennes.
Prenons d'abord les soci6tes de travail. Qui n'est pas 6mu de
voir 1'innocence encore assez grande qui preside a ces activities
libres? Le travail en 6quipe ne manque sans doute pas de s6duc-
tion. La bonne humeur, la musique, la danse contribuent A
rendre le travail plus agr6able et entretiennent 1'esprit de cama-
raderie. Mais peut-on imaginer que cette vie laborieuse que ne
r6git nulle convention collective, nul syndicate, peut-on imagine
que ces rapports imprdcis et improvises entire travailleur et
employer puissent survive longtemps dans un monde qui
s'organise? Peut-on songer s6rieusement A sauvegarder, en l'iso-
lant artificiellement, cette fratcheur, cette facility dans le monde
du travail? Je ne le pense pas.
On ne peut aller contre le progres, et le progres exige une d6fi-
nition de jour en jour plus precise, des rapports humans. La
morale, la solidarity reelle, la paix y gagneraient.
L'autre point que j'ai retenu concern l'enfant.
Si la rigoureuse morale de la bourgeoisie europ6enne (d'une
bourgeoisie moins soucieuse d'humanit6 que de sauver un faux
prestige) aboutit a condamner la fille-mere et son enfant a des
situations tragiques et parfois au crime, nul n'ignore quel'enfant
est accueilli outremer, avec reconnaissance, et que, la morale
tout en condamnant, se r6vele beaucoup plus humaine. C'est
qu'il s'attache A la parent une valeur qui va parfois jusqu'A
remplacer la justice abstraite et seche, et que le sang qui coule
dans nos veines confere a chaque individu une importance
< vitale D et constitute une categorie morale que la pens6e et la
science rationalistes ne peuvent que difficilement isoler, et
arracher & notre foi. La presence de l'enfant nous << accroit S pour
employer le language du PBre Tempels. Quant a la mere (le temps
effagant ce qui attriste : p6ch6s, torts, d6fauts, etc.), sa vie joyeuse,
le parfum de son humanity, son injustifiable et necessaire exis-






Innocence et responsabilit6
tence parmi nous nous emp8chent de ( juger de tenir pour
6ternelle sa (c mchancet )).
Si precise et Mlev~e qu'ait pu devenir certain morale euro-
p6enne, et quelque grande vertu ou saintet6 qu'aient incarn6e
des Europ6ens, products rares de cette morale, ne peut-on mettre
sur le compete de celle-ci (de la facon don't elle est applique) un
certain nombre de crimes atroces? L'enfant n'est-il pas devenu
encombrant en bien des circonstances, comme si notre function
premiere d'hommes et de femmes majeures n'6tait pas d'avoir
des enfants et de les lever? II semble que 1'Europe ait quelque
peu oubli6 cela. La presence des Noirs (non pas tant en France
on en Angleterre que dans une Europe l6argie A la measure d'un
monde dquipd pour s'entendre, se sentir vivre, souffrir, lutter,
aimer comme un seul corps), la presence des Noirs, dis-je, sera
une des plus vivantes lemons d'humanit6 dans ce domaine comme
dans d'autres.
L'on pourrait ainsi examiner avec profit beaucoup d'autres
themes 6voqu6s dans ce cahier.
Dans I'ensemble, le sens de l'Nvolution ne fait pas de doute.
Tout se passe comme si, A partir de l'innocence, la vertu et le
sadisme se d6veloppaient avec une gale vigueur, A measure que
s'6largit la conscience et se d6couvre la responsabilit6 croissante
de 1'homme. Mais notre foi nous dicte d'admettre que si le mal
croit, c'est A la faveur de 1'insuffisance de nos lumirres, et d'une
sant6 morale que la peur de la liberty d'autrui rend d6ficiente.
II semble que dans l'Europe actuelle, a 1'Age atomique, les puis-
sances de l'action l'emportent sur cells de la pens6e solide
qui seule cependant prot6gerait notre quality de ( pro-
chain ).
Saluons done, bien entendu, la r6ceptivit6 du Noir aux somp-
tueuses bont6s de 1'existence.
Mais empressons-nous de reconnattre une fois de plus que si
chaque people incarne quelque vertu original, du moins tous
les peuples ont-ils pass par la meme innocence. II serait illu-
soire de vouloir y revenir.
Nous voguons tous vers la lucidit6 et la responsabilit6. Le
poids lourd mais combien grandiose de la vie du monde repose
de plus en plus sur nos 6paules. I1 dUpend de notre volont6 infor-
m6e que les hommes vivent mieux. Il nous suffirait d'assumer a
la fois le caraetere tragique et toutes les chances de notre condi-






Civilisation' noire en Haiti
tion, et de r6v6ler a chacun combien n6cessaire est sa collabo-
ration vigilante et 6clair6e a notre commune evolution.
Mais sans doute serait-il just que 1'Europe comprenne enfin,
comme l'a expliqu6 si finement Mannoni (Esprit, no de mai 1951:
Plainte du Noir), que Ie libre t6moignage du Noir, comme celui
de tout l'outremer, est indispensable a la d6couverte de l'huma-
nit6 par elle-meme.
Le message du Noir, ne nous imaginons pas qu'il soit d6ej
formula une fois pour toutes, come une recette pr8te a l'usage.
Il s'exprimera a measure que les hommes se rencontreront. Il est
dans la vitality que nous d6ploierons a crier, produire, penser
en function des besoins et de la situation de chacun. Il n'est point
dans je ne sais quelle explication que le Noir aurait a fournir de
ses vertus particulieres ou de ses souffrances simplifiees. II ne
suffira certainement pas que des institutions europ6ennes rem-
placent m6caniquement celles de l'Afrique traditionnelle. Ni que
du bout des lvres l'Europ6en d6nonce le racism et ses maux.
Il faut vivre et accroitre la lucidity, armer les vouloirs. L'Afrique
se connattra davantage au contact de 1'Europ6en et r6ciproque-
ment.
L'humanit6, elle, se retrouvera & travers les heurts, les souf-
frances in6vitables et les joies inh6rentes & la prise de conscience
et de possession des 616ments de notre destin.














L'AFRIQUE VIVANTE EN HAITI1

PAR A. MtTRAUX



La R6publique noire d'Haiti participe a un double heritage;
I'Afrique occidentale et la France ayant contribu6 l'une et
I'autre, mais dans des proportions variables, selon le milieu
social ou I'aspect cultural envisag6, a lui donner sa physionomie
actuelle. Les uns par vanity national, d'autres dans une inten-
tion m6prisante, ont cherch6 A diminuer ou a accentuer les
apports respectifs de la tradition noire et blanche. II est de
nombreux Haitiens qui fremissent d'indignation lorsqu'on 6voque
devant eux la c Guin6e lointaine d'ot leurs ancetres sont venus,
mais il y a aussi trop d'6trangers qui s'obstinent A rechercher
exclusivement l'image de l'Afrique dans un pays que la France
a si profond6ment marque. A vrai dire, il n'est pas toujours
facile de faire le partage entire ce qu'Haiti doit a l'influence
frangaise ou africaine car on l'oublie trop frequemment -
il existe entire les civilisations m6diterraneennes et celles qui
ont fleuri le long du golfe de Guinee un fond commun de tradi-
tions religieuses, sociales, morales et esth6tiques qu'un racism
conscient ou inconscient nous empeche de discerner. C'est lorsque,
sur la terre am6ricaine, Noirs et Blancs se sont rencontr6s que
ces parents spirituelles sont intervenues pour, d'une part, faci-
liter l'assimilation des premiers A la civilisation occidentale et,
de l'autre, pour enrichir celle-ci d'l16ments africains.
Dans cette introduction A un volume consacr6 en grande
parties 1 Haiti, nous ne parlerons que des liens qui unissent
ce pays A l'Afrique. Nous le ferons non pas en reaction centre
I. Les sons du parler crdole d'Haiti ont t6 transcrits selon la m6thode
dite Lambach. Le circonflexe sur une voyelle indique la nasalisation.






Civilisation noire en Haiti
la tendance opposee de l'61ite haitienne qui se r6clame exclu-
sivement de la France, mais simplement parce que cette revue
est place sous le signe du continent noir.
Depuis une vingtaine d'annies les Noirs du Nouveau Monde
ont fait l'objet de nombreuses recherches sociologiques et
anthropologiques. Le rapide d6veloppement des 6tudes afro-
americaines s'explique non seulement par 1'importance de 1'l66-
ment noir dans la composition ethnique des Am6riques, ou par
l'influence qu'il a exerc6e sur la culture des soci6t6s ( blanches ),
mais aussi par les problemes d'un caractere si actuel que sou-
lvent les contacts entire populations de race et surtout de
tradition culturelle diff6rentes. Les aires geographiques, a majo-
rit6 ou a forte minority noire, repr6sentent autant de labora-
toires oi peuvent 6tre observes les effects d'echanges culturels
multiples. Les civilisations importees par les esclaves dans le
Nouveau Monde ont subi, du Canada au Br6sil, toute une
game de transformations qui va de l'assimilation presque
total A la conservation d'un genre de vie que l'on peut qualifier
encore d'africain. Ce sont pr6cis6ment ces differences qui attestent
la richesse et la plasticit6 des cultures noires et qui prouvent
que le milieu social est infiniment plus puissant que l'h6ritage
biologique. L'universitaire noir, le canotier djuka de la jungle
guyanaise et le houngan haitien n'appartiennent-ils pas a la
meme race et leurs ancetres n'ont-ils pas Wt6 arraches A une
meme 6poque, de la mAme region d'Afrique?
Une documentation historique copieuse nous permet de suivre
tout le processus d' ( acculturation D qui s'est produit chez les
Noirs des Am6riques. Cette assimilation se pr6sente sous deux
formes diff6rentes : d'une part, il s'est produit un ph6nom6ne
de syncr6tisme don't l'exemple classique est I'identification des
divinitis africaines aux saints du catholicisme, et de l'autre, se
manifestent de surprenants efforts de reinterpr6tation. Ceux-ci
ont porter sur des aspects important de la civilisation europeenne
qui n'ont pas Wt6 adopts tels quels mais models conform6ment
Sun substrat cultural africain.
La meme vue panoramique des societ6s noires de I'Am6-
rique nous offre aussi de precieux renseignements sur le system
de valeurs propres aux cultures de l'Afrique occidentale d'o~
provenaient la plupart des esclaves. La resistance aux pres-
sions culturelles qui se sont exercees sur ceux-ci s'est organis6e






L'Afrique vivante en Haiti
autour des institutions qui occupaient & leurs yeux une situa-
tion privil6gi6e. Ces ( foyers de resistance ) correspondent done
& des ( foyers culturels ) pour nous servir d'une expression
mise en honneur par Herskovits. En Haiti, comme dans le reste
du continent ambricain, la religion est 1'aspect des cultures
africaines qui s'est le mieux maintenu malgr6 I'influence nive-
latrice des cultes officials. II repr6sente naturellement le domaine
oh les ( africanismes a sont les plus abondants et les plus coh6-
rents. Ceux-ci se manifestent non seulement dans les pratiques
rituelles, ou dans la structure des c6r6monies, mais aussi dans
les attitudes psychologiques des fiddles.
L'attachement plus ou moins vif que les Noirs transports
accordaient aux diff6rents aspects de leur culture originelle
n'est pas, bien entendu, le seul facteur qui ait jou6 dans ce
processus d'assimilation. Le triage qui s'est op6r6 dans les sur-
vivances africaines est aussi le r6sultat d'accidents historiques
tels que la vie en plantations, la couche social d'oh provenaient
les esclaves d'une region donnee, les vicissitudes de leur exis-
tence apres leur liberation et enfin I'attitude g6nerale des Blancs
. leur 6gard. I] est evident que tres peu de Noirs ont pu main-
tenir m&me l'ombre de leur organisation tribal. Seuls ceux qui,
comme les Negres Bosh, ont pu 6chapper de bonne heure aux
ergastules ont Wt6 A meme de recr6er un ordre social de type
africain; mais, en rggle g6n6rale, les divisions en clans, en tri-
bus ou districts ont 6t6 oubli6es du jour oh les malheureux cap-
tifs 6taient vendus a l'encan. Cependant, meme dans le cadre
de la vie social, le pass n'a pas Wt6 entierement oblit6r6. Cer-
taines formes d'union pratiquees en Haiti sous le nom de a pla-
cage a peuvent Utre consid6r6es comme une r6interpr6tation de
coutumes matrimoniales africaines. Cette these soutenue a plu-
sieurs reprises par Herskovits a 6t6 vivement attaqu6e par
Frazier, mais, meme si elle n'6tait pas exacte en tous les cas,
elle tire beaucoup de force du fait que cultes africains et poly-
gamie sont parfois 6troitement associ6s.
La tradition africaine est particulierement vivace dans le
folklore. On se r6p&te, dans les campagnes haitiennes, les aven-
tures de Ti-malice et de Bouki, sa victim, a peu de details
pros comme le font encore les paysans de Guinee, du Soudan
et du Nig6ria. Les proverbes don't les habitantsts ) 6maillent
leurs propos et leurs discours sont tres souvent des traductions






Civilisation noire en Haiti
de proverbes africains qui continent a jouer, dans les rapports
quotidiens,le r6le qui, de tout temps, leur a 6t6 assign par les
soci6t6s noires.
La vie 6conomique du paysan haitien ne diffire pas essen-
tiellement de celle de ses ancetres africains.Comme eux, il d6friche
ses champs A la houe, comme eux il s'organise en < soci6t6s s
pour travailler. Les plants qu'il consomme sont, dans une
large measure, originaires d'Afrique. Herskovits a souvent signal
dans ses 6crits la parfaite identity entire les gestes du semeur
haitien et ceux de son cousin dahom6en. Par centre, les arts
plastiques ainsi que les techniques qui 6taient families aux
Negres imports d'Afrique occidentale se sont en grande parties
perdus. En Haiti, les dures exigences de la vie en plantation
n'ont pas permis aux esclaves de tirer parti de toutes leurs
connaissances et de tous leurs talents. Cependant, malgr6 l'ap-
pauvrissement de la tradition africaine en ce domaine, les
survivances sont plus nombreuses qu'on ne le pense. Un inven-
taire des accessoires du culte vodou que 1'on peut voir dans
n'importe quel sanctuaire serait relativement long. II compor-
terait, entire autres, une mention des aze en fer forg6, des
couleuvres 6galement en fer representant Dd-bala, des cru-
ches ou govi, des ogans (cloches sans battant), des as6 (hochets)
des tambours de types diff6rents, etc. Parmi les objets d'usage
quotidien a la champagne, il en est plusieurs qui sont nettement
africains : c'est le cas de la plupart des pieces en vannerie, des
mortiers et de quelques instruments de travail. La cuisine
haltienne conserve elle aussi de nombreuses recettes africaines :
akra et acassan se vendent dans tous les marches.
L'h6ritage africain peut rev8tir des apparences plus subtiles
et s'offrir A nous sous la forme de jeux de physionomie, de
gestes et de m6canismes verbaux. Les linguistes qui ont ana-
lys6 le creole d'Haiti y ont retrouv6 des structures grammati-
cales don't l'origine africaine ne peut 6tre mise en doute. On
peut meme sans paradoxe soutenir, qu'A ce point de vue, le
creole repr6sente souvent une sorte de commun d6nominateur
entire le fran9ais et les langues de 1'Afrique occidentale. Il en est
de meme, d'ailleurs, pour le takitaki qui est la langue parl6e
par les Negres Bosh de la Guyane hollandaise.
Aux yeux des Haitiens, et de la plupart des strangers, la
tradition africaine s'identifie essentiellement avec cet ensemble






L'Afrique vivante en Haiti
de ph6nomenes complexes que l'on classes sous l'6tiquette de
c vodou Qu'est-ce en some que le vodou? Rien d'autre
qu'une religion .populaire nee du syncretisme entire differents
cultes de l'Afrique occidentale et un certain nombre de croyances
et de pratiques catholiques adoptees par les Noirs. Cette reli-
gion procure A ses adeptes le confort spiritual, les protege centre
les atteintes du sort et leur fournit en outre la plupart des
r6cr6ations esth6tiques qui rompent la grisaille de leur dure
existence. Le r6le du vodou dans la soci6t6 haitienne est done
identique A celui des cultes ruraux de l'antiquit6 ou du moyen
'ge. Les sanctuaires vodou (ou hocfda) sont A la fois des 6glises,
des clubs, des sales de danse et des th6etres. Les pr&tres des
deux sexes houngan et mambo sont aussi des conseillers
spirituels et des m6decins. Contrairement a une opinion fort
r6pandue le vodou est loin d'etre un type de religion propre
a Haiti. Avec des noms diff6rents, il existe h Cuba, A la Trinit6
et surtout au Bresil oii il se manifeste sous une forme beaucoup
plus riche et plus complex qu'aux Antilles. Les cultes africains
d'Haiti different de ceux des regions 6numer6es par la pr6domi-
nance de la tradition dahom6enne, alors qu'a Cuba et au Br6sil
ce sont les Yoruba qui ont impose leurs rites et leurs concep-
tions mythologiques.
Le caractere dahom6en du vodou haitien est attest par le
vocabulaire religieux lui-m&me. En voici quelques examples :
les mots vodou, aze, hounsi, houngeniko, pe, bagi, ydvalou,
gdvi, as6, etc. Les grands Iwa (divinit6s, esprits) sont pour la
plupart des divinites dahom6ennes : Legba, Dd-bala, Aida
Wedo, Ezili, Ogog, Aizd, etc. Mais le vodou haitien a aussi
absorb des cultes propres a d'autres regions d'Afrique. Parmi
les ( families de Iwa figurent les Ibo, les Nago, les Congo, les
Anmime (Almona), les Siniga (S6n6gal), etc. Malgr6 la diversity
des mat6riaux qui sont entr6s dans sa composition, le vodou
n'en constitute pas moins un systeme coherent grace aux liens
multiples et profonds qui unissaient entire elles les nombreuses
religions tribales de l'Afrique occidentale.
C'est dans l'importance donn6e a la transe mystique que
s'exprime le plus clairement le caract&re africain du vodou.
Les c6r6monies et les danses s'accompagnent presque toujours
de brusques transformations dans la personnalit6 d'un certain
nombre de fiddles qui, apres avoir donn6 quelques signes d'un

17


rSIENCE A RICAIN






Civilisation noire en Haiti
choc nerveux, deviennent les r6ceptables les < chevaux -
d'un dieu. La personnel ( monte a par l'esprit change non seu-
lement de contenance et de ton, mais cherche aussi par des
d6guisements divers a ressembler A la divinity descendue en
elle. Comme elle est devenue un dieu, elle se d6gage momenta-
n6ment de son identity et prend celle de la divinity. C'est pour-
quoi, en d6crivant une c6r6monie, nous pouvons, come le fait
Mme O. Rigaud dans son bel article sur le Noel vodou ), dire
que tel dieu fit ceci ou cela.
A propos du ph6nomene de la transe mystique on a beaucoup
parl. d'hyst6rie ou de folie collective, mais il est bien evident
qu'en Haiti, pas plus qu'en Afrique ou au Br6sil, elle n'est une
manifestation de desequilibre mental. Nous dirons meme qu'elle
constitute le comportement normal du fiddle, celui-lA meme qui
est attend de ceux qui participent activement au culte. C'est
le croyant qui ne serait jamais visit par le dieu qui mnriterait
le qualificatif d'anormal.
Le d6sir d'identification avec la divinity force les poss6d6s A
jouer un r6le don't les lignes g6n6rales sont dictees par la tradi-
tion ou conform a l'id6e que les fiddles se font du dieu qui est
descendu en eux. Ils deviennent des acteurs qui s'exhibent
dans un acte dramatique. Ce caractere de la possession est par-
ticulibrement frappant lorsque plusieurs personnel sont ( prises )
simultanement par des dieux diff6rents ou par le mnme dieu.
D'un commun accord, elles donnent un impromptu tant6t gai,
tant6t grave, selon le caract&re des dieux presents. Ces scenes
improvises sont fort gofittes de la galerie qui n'h6site pas A
intervenir dans les dialogues, A interpeller les lwa et A manifes-
ter son assentiment ou son d6plaisir. Si chaque possed6 adopted
sans h6siter les gestes families, les tics, I'accent et les attributes
des dieux an point que ceux-ci sont imm6diatement reconnus
par l'assistance, c'est qu'il existe une mythologie familibre &
tous. Les dieux sont groups en diverse classes ou a nations n
(ndch6) auxquelles correspondent des rythmes et des instru-
ments de musique sp6ciaux, ainsi que des rites bien d6termines.
Une des sources les plus importantes de la mythologie hai-
tienne est constitute par les textes de chants que les servants
du culte (hounsi) entonnent lorsqu'ils (ou elles) dansent en l'hon-
neur d'un lwa. Le folklore musical, d'essence religieuse, est
d'une prodigieuse richesse. Bien que la matiere po6tique qai






L'Afrique vivante en Haiti
se transmet ainsi, de g6n6rations en g6n6rations, soit presque
toujours en creole, elle content n6anmoins quelques textes
africains ou d'autres qui, tout en n'ayant aucun sens, peuvent
passer pour des imitations de parlers africains. Le vodou est
done associ6 A un grand courant musical et lyrique dou6 encore
d'une grande puissance cr6atrice.
Comme en Afrique, la danse fait parties integrale du culte. II
n'est pas c6r6monie qui ne comporte I'ex6cution de diff6rents
types de danses selon la categories des dieux. Aucune 6tude com-
parative -n'a encore Wte faite entire leurs movements et leurs pas
et ceux des danses africaines, mais il ne fait aucun doute qu'ici
encore nous constaterions la continuity d'une longue tradition.
Le vodou, precis6ment parce qu'il repr6sente l'hdritage afri-
cain le plus spectaculaire, est devenu pour les Haitiens de la
classes bourgeoise un objet d'horreur. Le prejug6 que l'l6ite
nourrit a son endroit a eu, entire autres r6sultats, celui d'en-
tourer ces pratiques religieuses et les danses qui les accompagnent
d'une atmosphere mysterieuse et 6quivoque qui leur a valu A
1'6tranger une popularity don't beaucoup d'Haitiens se d6solent.
Cet effroi devant de simples survivances religieuses n'a pas 6t6
favorable A la recherche scientifique et a une presentation objec-
tive des faits. C'est au docteur Price Mars que revient le grand
merite d'avoir exorcise le fantome et meme de I'avoir rendu
attrayant. Plus tard, quelques ethnographes ambricains Hers-
kovits, Courlander, Leyburn, Elsie Clue Parsons ont 6tudi6
sur place le vodou et en ont donn6 une idWe partielle, mais
fort exacte. En Haiti, Mme Odette Rigaud, le major Louis
Maximilien et d'autres ont 6galement apport6 des contributions
importantes A la connaissance de ces cultes.
L'attitude de defiance et de terreur, jadis si accuse, cede
done peu a peu a une curiosity sympathique, mais les pr6jug6s
a l'6gard du vodou sont encore tenaces. Seule l'ethnographie,
en expliquant la nature et le caractere de ces religions, pourra
dissiper les cauchemars qu'ils inspirent A beaucoup d'honnites
gens, mal informs.
L'Eglise et les classes dirigeantes qui, de loin en loin, sevissent
centre le vodou sont responsables dans une large measure de
sa persistence. Les pr&tres, tant s6culiers que r6guliers, qui a'u
xvIIIe si6cle ont reclam6 le droit de convertir les esclaves se
sont heurt6s A l'indiff6rence ou a l'hostilit6 des autorit6s et






Civilisation noire en Haiti
des colons. Plus tard, la guerre d'Ind6pendance, les luttes
intestines, et la misere g6n6rale ont maintenu les masses dans
1'ignorance. Apres le Concordat, aucun effort serieux n'a Wt6
fait pour instruire le people des campagnes; on a prefer6 vivre
sur la fiction d'un Etat don't la vie social et religieuse efissent
6t6 celles de la France moderne. I y a eu une carence presque
seculaire de la part des 6ducateurs laiques ou religieux, et c'est
elle qui est responsible des ( superstitions a qui scandalisent
tant 1'l6ite et le clergy. Si les paysans avaient recu quelque
instruction, le vodou aurait sans doute disparu ou n'existerait
plus, comme aux Antilles frangaises, qu'en vagues survivances
folkloriques. En 1941, le clergy d'Haiti, qui est dans sa majority
d'origine bretonne, s'employa A extirper le vodou par une
champagne anti-superstitieuse d'une rare violence. A plus d'une
reprise, il eut recours au bras s6culier pour d6truire les sanc-
tuaires et forcer les a vodouisants ) a ( renoncer Devant le
courroux populaire, l'Eglise et l'Etat durent abandonner la
lutte. Sous le regime du President Dumarsais Estim6, n6 de
la revolution de 1946, une politique plus tolerante et plus sage
fut adopt6e & l'6gard du vodou.
A l'heure actuelle la plus forte menace qui pese sur le vodou
vient surtout de l'interbt touristique qu'il suscite. A Port-au-
Prince, plusieurs houngan et mambo, s6duits par l'appat d'un
gain facile, sont en train de transformer leurs sanctuaires en
sales de spectacles pour strangers. Cette commercialization de
la religion ne s'6tend pas aux campagnes et est s6rieusement
condamn6e par les prktres et les fiddles conscients de leur dignity.
Le vodou doit sa vitality aux functions multiples qu'il assume
pour la paysannerie haitienne. Il ne disparaitra vraiment que
lorsque des institutions gouvernementales ou religieuses pren-
dront a leur charge certaines des tAches qu'il remplit. Vouloir
priver l'habitant des mornes des satisfactions que le vodou lui
donne de l'aide spirituelle qu'il regoit des houngan est une entre-
prise aussi vaine que cruelle.
La nouvelle d'Afrique qui est en train de naitre sous nos yeux
ne saurait se desinteresser des soci6tes noires du Nouveau
Monde. Haiti, les Guyanes, Trinidad, le Bresil sont unis a
1'Afrique par des liens nombreux et puissants. Les efforts r6a-
lis6s depuis trois si&cles par les Noirs des Ambriques, et d'Haiti
en particulier, pour s'adapter A la civilisation occidentale peuvent





L'Afrique vivante en Haiti
servir d'exemples et d'encouragement aux Africains d'Afrique
qui ont pris la meme voie. Ces derniers peuvent tirer un lgitime
orgueil de l'histoire de leurs freres et cousins d'Amerique. Parmi
tous les emigrants venus coloniser le Nouveau Monde, il n'est
aucun group qui ait eu A vaincre plus d'obstacles et A fournir
plus d'efforts que ceux qui, centre leur gr6, ont d6barqu6 par
millions sur cette terre pour eux cruelle et meurtrikre. Ils l'ont
cependant fecondCe par leur travail et lui ont apport6 de nou-
velles formes d'art don't elle s'enorgueillit. Quant aux esclaves
et aux fils d'esclaves, ils ont prouv6 leur 6nergie physique et
leur force d'Ame en resistant aux traitements atroces qui leur
ont 6t6 inflig6s pendant deux siecles de servitude et, h6las aussi,
a 1'6poque presente. L'histoire des Noirs dans les Am6riques
et en Haiti prend souvent le caract&re d'une veritable epop6e.
La diaspora ) noire a 6t6 un bienfait pour le Nouveau Monde,
bienfait don't nous commencons A peine A 8tre conscients en
voyant chaque annie s'accroitre la liste des Noirs qui, dans
les domaines les plus varies, se distinguent par leurs talents.
Les cultures noires du Nouveau Monde m6ritent d'interesser les
Africains a un autre titre encore: les descendants des esclaves arra-
ch6s a leur pays aux xvIe et xvIIIe siecles ont souvent conserve
des traditions et des coutumes qui se sont perdues en Afrique
meme. C'est une parties de leur pass que Nig6riens, Dahom6ens et
Congolais peuvent retrouver en Haiti, aux Guyanes et au Bresil.
A measure que les Haitiens et les autres Noirs d'Amerique
prendront confiance en eux-m8mes et en leurs traditions, ils se
tourneront sans crainte vers la < Guin6e qui leur a 16gu6 tant de
vertus et a laquelle ils doivent la richesse et la diversity de
leurs cultures.












SACRIFICE D'UN TAUREAU
CHEZ LE HOUNGAN JO PIERRE-GILLES

PAR MICHEL LEIRIS



Les lignes qui suivent sont extraites, presque sans remaniement,
des carnets que j'ai tenus durant un sdjour effectud en Haiti, du
24 septembre au 26 octobre 1948, comme charge de mission du
minister des Afaires itranghres (service des Relations culturelles)
dans le cadre de l'activite de l'Institut franpais diriged Port-au-
Prince par M. Simon B. Lando.
Que mes amis Alfred Mitraux, du Ddpartement des Sciences
sociales a l'U. N. E. S. C. 0., et Mme Odette Mennesson-Rigaud
trouvent ici mes remerciements pour avoir dtd mes introducteurs
aupris des vodouisants haftiens : grdce e eux j'ai pu, en un laps
de temps trop rdduit pour une itude approfondie, faire du moins
quelques observations qui m'ont. apportd des dldments comparatifs
intdressants quant & l'Vtude des cultes africains a base de posses-
sion, cultes qu'on retrouve clairement dans plusieurs des Antilles
et en maint point du Nouveau Monde, o4t ils reprisentent une
parties de l'hdritage cultural provenant des Noirs amends comme
esclaves h l'dpoque de la traite.
Pour la rddaction des commentaires annexds 4 ces notes qui
ne sont le produit d'aucune enquite systimatique j'ai utilisd
les deux ouvrages suivants, imanant d'auteurs haitiens, et j'ai
pu ainsi contrdler et compldter partiellement mes propres observa-
tions :
MARCELIN (Milo). Mythologie vodou (rite arada).Deux volumes.
Port-au-Prince, Editions Haftiennes, 1949 et Pitionville, Editions
Canapd-Vert, 1950.
MAXIMILIEN (Louis). Le Vodou haitien (rite radas-canzo).
Port-au-Prince, Imprimerie de l'Etat.





Sacrifice d'un taureau


Port-au-Prince, 19 octobre 1948.
... Mme Rigaud doit m'emmener demain, du c6t6 de la Croix
des Missions, chez un houngan qui donne un (manger a integr6
a un ( service D qui dure d6ja depuis un certain nombre de
jours et a comport6 l'envoi sur la mer d'un bateau en reduction
consacr6 a Agwd. Il s'agit, dit-elle, d'un houngan qui s'est
quelque peu commercialism (comme il en est de la plupart)
mais chez qui la c6r6monie sera certainement interessante, a
cause de son faste et du grand nombre d'autres houngan et
mambo qui y assisteront avec tous leurs suivants 1.
2o octobre.

... Vers 9 h. 30 arrive de Mme Rigaud, qui vient me chercher
en voiture avec un peu de retard, A cause de la pluie (qui risque
de retarder la c6r6monie prevue si meme elle ne la fait pas
remettre). Elle m'explique que le houngan chez qui nous allons
- don't le hounfor est voisin de celui de Mme Ildevert s'ap-
pelle Jo Pierre-Gilles. Ii a, outre ses Iwa de famille, des Iwa
s achetes a et passe pour e travailler des deux mains a voire pour
8tre tant soit peu loup-garou 2. Le a manger d'aujourd'hui est
pour Ogoun Badagri, don't la couleur symbolique est le rouge3.
I. Houngan et mambo : noms donn6s aux pretres et pretresses du culte
vodou. Leurs assistants et assistants sont appel6s hounsi. Agw6 : dieu de
la mer. Chaque ann6e Jes houngan sont astreints a donner une s6rie de
sacrifices ou s mangers ) pour les divers Iwa ou esprits qu'ils s servent ,
(c'est-A-dire ceux par lesquels ils sont r6gulierement poss6d6s, auxquels ils
vouent un culte et avec lesquels ils sont par consequent en liaison perma-
nente). Suivant Mme Rigaud, les s services D c6l6br6s l'ann6e pr6cddente
par Jo Pierre-Gilles auraient 6t6 plus fastueux et auraient rassembl6 plus
de monde que ceux auxquels, quoi qu'il en soit, je lui sais grand gr6 de
m'avoir fait assister.
2. Hounfor : sanctuaire vodou, avec ses d6pendances (constructions et,
dventuellement, cultures) constituent I'habitation d'un pr8tre, d'une pr6-
tresse on d'un manage pretre-pretresse..Mme Ildevert etait, lors de mon
sejour en Haiti, I'une des mambo les plus riches de la region de Port-au-
Prince. Lwa do famille : esprit don't on a h6rit6; Iwa s achet6e : esprit don't
on a fait 'acquisition en vue d'exercer la magie. ( Travailler des deux
mains ) : pratiquer la magie blanche (main droite, c6t6 b6n6fique) et la
magie noire (main gauche, c6t6 mal6fique). Jo Pierre-Gilles exerce la pro-
fession de gu6risseur come la g6n6ralit6 des houngan et a, d'autre part,
la reputation sinistre d'etre sorcier ou ( loup-garou D.
3. Ogoun Badagri : dieu guerrier. On le repr6sente en habit militaire,
avec un sabre A la main; il aime le rhum et fume de gros cigares.





Civilisation noire en .Haiti

Nous nous arretons en ville pour acheter une bouteille de
rhum destinee A nos h6tes, puis nous roulons vers la Croix des
Missions et, la d6passant, nous nous engageons dans la route
de gauche pour nous arrkter a 1'embranchement de la petite
route qui passe entire le hounfor de Mme Ildevert et ses propri&-
t6s. Un homme d'une trentaine d'ann6es, aux dents mal plan-
t6es et vetu de loques, nous attend l1.
... Le personnage en question nous conduit, par un sentier
fort boueux qui contourne par la gauche le terrain oii se trouve
le hounfor Ildevert et traverse une sdrie de champs ou de jar-
dins, jusque chez Jo Pierre-Gilles, oi il n'y a encore que peu de
monde.
Mme Rigaud me pr6sente a Pierre-Gilles, qui est vetu d'un
pantalon de drill jaunAtre au bas retrouss6, d'une chemise
de meme couleur, et est coiff6 d'un immense chapeau de paille
paysan de plusieurs couleurs. C'est un homme de taille moyenne,
sec, a petite moustache, yeux froids et sagaces, pommettes
saillantes; pas tres fronc6 de peau, il a cette allure un peu mon-
gole qu'on observe chez nombre de gens d'ici. Je suis a peu
pros stir de reconnaitre en lui le houngan qui officiait, lors de
l'inauguration chez Clerzinie, avec le houngan Francois et parais-
sait avoir la haute main sur les operations 4...
Parmi les lieux que Mme Rigaud m'a fait visitor je note,


4. Alfred M6traux, qui devait assister avec moi, le 23 octobre, A un
autre sacrifice de taureau faisant parties de la meme s6rie de (( mangers ,
et donn6, cette fois, en l'honneur de Simbi, dieu des sources, d6crit ainsi
Jo Pierre-Gilles : a visage intelligent, froid, 16g6rement narquois, tres jeune
d'allure Lorsque j'assistai le 25 septembre a inauguration du hounfor
que venait d'ouvrir A Port-au-Prince, dans le quarter des Salines, la nom-
mie Clerzinie, je notai moi-m6me l'616gance remarquable de cet homme
pourtant vetu avec simplicity et d6ja d'un certain Age : a Un autre houngan
entire en jeu, personnage fort 6l6gant, lui aussi en bras de chemise et cha-
peau de paille A bord rabattu. Le grand chapeau de paille A rubans de
couleur (ou en paille de plusieurs couleurs, tel celui de Jo Pierre-Gilles le
20 octobre, chapeau tres different de son chapeau citadin du 25 septembre)
est une coiffure que portent les a habitants D des mornes et qui figure parmi
les attributes du dieu paysan Zaka. A noter que, selon Mme Rigaud, Jo Pierre-
Gilles s couvre (c'est-A-dire dissimule) sous le nom de Zaka de a mauvais
lwa ) qu'il sert; de a mauvais lwa D, c'est-A-dire des Iwa qui tels ceux de
la s6rie Zaka peuvent 6tre utilis6s plus facilement que d'autres A des
ceuvres mal6fiques mais qu'on ne saurait A dire vrai consider comme
mauvais en eux-m6mes (car un Iwa, en soi, n'est ni bon ni mauvais).
























Ar


"1V I


Un fiddle "monte" par un esprit.


(photo A. M6traux)




























































Un "possede ".
(photo A. M6traux)




















7i j





L'assistance 6vacue un "possede".
(photo Pierre Verger)

















CHANGE


Autel de Chango, dieu de la guerre.


(photo Pierre Verger)


'~r~ N'


CL





Sacrifice d'un taureau

de m6moire, plusieurs bagui 5 contenant divers autels ou pd,
parmi lesquels : dans la meme caye, s6par6s seulement par une
tenture, A gauche, un autel consacr6 a Ayda et Damballah
Wedo pointss sur les murs, qui se coupent a angle droit : un
serpent et un arc-en-ciel sur chacun des murs 1'un pour Ayda,
l'autre pour Damballah et, entire les deux serpents, un ceuf
au jaune bien visible qui se trouve peint just dans l'encoi-
gnure) c; a droite, un autel consacr6 A Ogoun Badagri, aux murs
d6cor6s sur fond rouge; une autre caye, consacr6e a Agwd :
la parties gauche de l'autel est couverte de coquillages (genre
lambi, mais plus petits) et, dessus, une trompette est pose
centre le mur de gauche auquel sont appuy6s deux e zavirons )
points en bleu; imm6diatement a droite du tapis de coquillages,
une grosse conque de lambi peinte en bleu 7; une troisieme
caye, consacr6e a Zaka : accroch6s au mur de gauche, plusieurs
chapeaux de paille paysans et sacoches de vannerie a pompons;
sur le mur du fond est dessin6e en blanc une sacoche du meme
genre 8; dans la parties droite de l'autel, une cuve est creuse :

5. Bagui : parties du hounfor qui constitute le saint des saints et consiste
g6neralement en une chambre situ6e derriere 1'emplacement dit ( p6ristyle n,
sorte de vaste veranda; dans chaque hounfor il y a plusieurs bagui, qu'on
appelle aussi caye mystdre, ( maison de mystbres (c'est-A-dire d'esprits) .
6. Damballah Wedo : dieu de la fecondit6, dent les embl6mes sent la
couleuvre et i'ceuf. II a pour spouse Ayda Wedo, d6esse de l'arc-en-ciel.
7. La conque de lambi est employee comme trompe en Haiti aussi bien
qu'aux Antilles frangaises; de provenance marine, elle symbolise Agwz
comme les autres coquillages qu'on voit ici disposes autour de la cuve A
eau, sur la parties gauche de la banquette de magonnerie constituent I'autel.
Quelques jours avant la c6remonie decrite le 5 octobre naviguant
en bateau a voiles le long des c6tes de 1'ile de la Tortue, mes compagnons
et moi nous avions vu 1'un de nos mariners souffler dans une conque de
lambi, afin d'attirer le vent et de nous d6livrer du came plat. De meme
que les avirons, la trompette est un des attributes d'Agwd, qui a aussi pour
emblemes le bateau et le poisson et pour couleur le bleu.
8. Les sacoches de vannerie font parties de l'attirail des paysans et competent,
de ce fait, parmi les attributes de Zaka. Chez Jo Pierre-Gilles, la caye des
Zaka est 6galement consacree A Baron Samedi, dieu des cimetieres. Alfred
M6traux note le 23 octobre (lendemain d'un sacrifice aux Gudde, divinit6s
de la mort parmi lesquelles compete Baron) que s l'autel est peint en noir
et support une croix noire avec des appliques argentees attributess de
Baron]. Un des c6t6s de 1'autel est occupy par une depression, une sorte
de bassin. La croix est surmontee de chapeaux de paille paysans. Un v4v6
[dessin sacred] a dt6 trace devant I'autel a. Dans cette caye sent ranges deux
drapeaux dent les hampes portent A leur sommet une figuration d'oiseau,





Civilisation noire en Haiti

une femme d'un certain Age sans doute une hounsi qui
se trouve 1l, avec une calebasse decor6e, puise de I'eau dans
cette cuve afin -que, Mme Rigaud d'abord, moi ensuite, nous
fassions devant 1'autel les libations d'usage : un peu d'eau vers
la gauche, un peu d'eau vers la droite, un peu d'eau au milieu;
l'un et 1'autre nous faisons cela deux fois, devant la parties gauche
de I'autel, d'abord, puis devant la parties droite 9.
Dans chacune de ces caye, une fosse circulaire est creus6e
devant 1'autel; plusieurs de ces fosses contiennent des debris
de nourriture (notamment des os) et du feuillage 10.
Nous visitors 6galement une chambre a coucher consacr6e
E Erzilie, avec sa table a coiffer 11
Remarque, parmi les nombreux chromos qui ornaient les
diverse cayes, un chromo nullement religieux repr6sentant
deux femmes nues au board d'une rivibre, chromo r6p6t6 en
double exemplaire dans 1'une des caye 12
Chez Jo Pierre-Gilles, il y a deux a p6ristyles l : l'un rada,
celui dans lequel a lieu la c6r6monie d'aujourd'hui et don't le
mur du fond, entire deux peintures repr6sentant les armes
d'Haiti avec la devise ( L'Union fait la force ), porte, avec une
rose des vents, 1'inscription suivante : aSoci6t6 de l'6toile

a la place de 1'habituel ornement en S couch. La table de I'autel est d6co-
ree, sur sa parties gauche, de dessins dans le genre vivd pouvant representer
des oiseaux aux ailes d6ploy6es; sur la parties droite, de part et d'autre de
la cuve et un peu en avant, deux especes de bornes de forme irreguliere -
celle de gauche la plus grosse peintes d'une couleur assez rompue mais
ou I'ocre domine; derriere la borne de gauche, dress au fond, un galet (ou
forte hache de pierre police ) don't la base est encastr6e dans la table de
l'autel. L'un des Zaka, Azaka Medd, est dit a Azaka-Tonnerre n, d'ofl (peut-
6tre) la presence d'une hache police rappelant les ( pierres de foudre 0
employees si souvent en Afrique dans les rites destines & appeler la pluie.
9. Avant toute libation on ( oriented i la cruche, c'est-A-dire qu'on la
pr6sente successivement A chacun des quatre orients supposes. Les victims
sacrificielles (coqs, bouc) seront de meme a orientees ,.
Io. Les fosses qui regoivent les nourritures sacrificielles seront combldes
par la suite : le a manger destine au dieu aura 6t6 a enterr6 D.
x Erzilie : ddesse de l'amour, qui a eu pour amants Damballah Wedo,
Agwd et Ogoun Badagri entire autres. Bijoux et accessoires de toilette sent
ses attributes et elle a un coeur pour emblme.
12. Les murs des caye mystgre sent ordinairement ornds de chromo-litho-
graphies catholiques repr6sentant les saints avec lesquels sent identifies
syncr6tiquement les divinit6s vodou. J'ignore A quels Iwa se rapportait le
chromo aux deux femmes nues.

26





Sacrifice d'un taureau
polaire qui dirrige (sic) les quatre points cardinaux. C'est
Agouet-Minfort Ayannan-Minfort Vive Saint-Jacques de la
Sainte Famille s; sur la parties droite du mur, une photo du
president Estim6; tout le plafond est d6cor6 de petits drapeaux
de paper, les uns rouges, les autres bleus; l'autre pitro 13..
Au course de notre visit des lieux, Mme Rigaud me fait voir
egalement plusieurs e reposoirs ) entour6s d'une bordure de
maconnerie et, dans une sorte de niche isolee, une croix de
bois noir rappelant celles consacrees d'ordinaire a Baron 14
Mme Rigaud me mene 6galement dans une case oi se trouve
install6e pour quelques jours une grande femme. tres noire,
assez jeune encore et au visage intelligent : c'est une certain
Mme ..., proprietaire de la region de Thomazeau, qui vient
aider A la s6rie des < services s pour remercier Pierre-Gilles des
bons soins qu'elle a regus de lui 15,
Nous revenons au p6ristyle rada. Contre le mur du c6t6 de
l'entr6e sont install6es des tables avec 1'habituel chargement
de nourriture (pains, biscuits) et de boissons 1".
Un homme que Mme Rigaud me dit 8tre un houngan et
qui se chargers, par la suite, de r6citer la priere, d'6gorger le

13. Les Iwa sont servis selon deux rites principaux : rada (le plus proche,
semble-t-il, des traditions africaines, ce qu'indiquerait son nom drive d' Al-
lada n, ville dahomeenne trbs important au point de vue religieux), pdtro
(vraisemblablement plus recent et penchant vers la magie noire). Chez
Jo Pierre-Gilles, la caye consacr6e A Damballah Wedo, a Ayda Wedo et A
Ogoun Badagri (ainsi qu'A Ossangne, autre dieu de la s6rie des Ogoun, et A
Agassou, divinity des eaux douces) est attenante au p6ristyle r6serv6 aux
c6r6monies rada et il en est de meme pour la caye des A gwd, alors que celle
de Zaka et Baron ainsi qu'une autre encore consacrde aux Simbi (dans
laquelle sont ranges de nombreux s paquets n magiques) sont attenantes au
peristyle pdtro. Le personnel du hounfor constitute une e soci6t6 don't I'ins-
cription reproduit le nom, avec le s nom vaillant ou nom de guerre du
houngan (en l'occurrence ( Agouet-Minfort Ayannan-Minfort ?). Le ( saint
Jacques ) mentionne ici est vraisemblablement saint Jacques le Majeur,
identifi6 au chef des Ogoun. Les armes de la Republique d'Haiti et le por
trait du chef de l'ttat font parties de la decoration habituelle des houn-
for.
14. Chaque esprit a son ( reposoir s, arbre on plante consid6r6 comme
sa residence preferee.
15. Mme ... nous offrit un excellent cafe, prepare par une servante qui
so trouvait avec elle.
I6. Ces tables constituent une sorte de buffet payant of les fiddles peuvent
so restaurer au course de la cer6monie.





Civilisation noire en Haiti

bouc et de passer le licol autour du cou du taureau est occupy
h tracer un veve avec de la farine blanche. Ce vive consiste essen-
tiellement en un vaste triangle 6quilateral don't le sommet
touche au < poteau mitan et don't la base est tournee vers
1'entr6e. Au centre de ce triangle, une figuration de taureau,
don't le corps est d6cor6 de bandes verticales alternant avec le
motif en zigzag si r6pandu en Afrique; au-dessus du taureau,
le symbol maconnique du compas et de 1'6querre superposes;
au-dessous, un sabre repr6sent6 en position horizontal 17
Autour du poteau mitan, une palme jaunie est nouee.
A ii heures passes, le veve termin6, un homme vient au
milieu du peristyle et secoue une cloche, comme pour un signal.
Puis un autre fait plusieurs fois le tour du p6ristyle, par l'ex-
terieur, en frappant en cadence sur un ogan 18. Obeissant au
signal, hounsi et invites commencent a affluer.
Parmi les invites, plusieurs houngan et mambo, entire autres :
Mme Ildevert, toujours placide et majestueuse, dans sa robe
noire A fleurettes blanches et coiff6e d'un chapeau de paille;
Mme Elie (ex Mme Henri), mambo c6l6bre qui a 6t6 1l des le
debut et parait occuper une place 6minente; un grand colosse
a gros venture, tres noir avec une grqsse moustache grise. Les
hounsi sont toutes vetues de robes courts en tissu blanc tres
propre 19; a toutes, et A beaucoup d'assistantes, on distribue

17. Chaque lwa possede un vevP, dessin embl6matique qui lui est parti-
culier et qu'on trace sur le sol pour chaque c6r6monie A laquelle il est int6-
ress6. Le viv d6crit ici comporte, outre le sabre d'Ogoun Badagri et des
symbols magonniques (frequents dans ce genre de figures), une effigie de
la victim du sacrifice, qui en constitute le motif principal. Le houngan qui
dessina ce vWvO ayant oubli6 de figure les parties g6nitales du taureau,
Mme Rigaud fit observer en plaisantant a une mambo pr6sente (Mme flie,
alias Mme Henri) : s C'est un boeuf que vous allez sacrifier? Sur quoi,
tout le monde rit et le dessinateur s'empressa de r6parer son oubli. Le
t poteau mitan est le poteau central, g6n6ralement tres d6cor6, qui sup-
porte le toit du p6ristyle. Son extr6mit6 inf6rieure est entourde par un
petit bloc circulaire de magonnerie, qui forme socle et sur lequel, lors des
ceremonies, 1'on pose avec une bougie allumee le vase A eau, 1'assiette
de farine et autres accessoires rituels.
18. Le ogan, clochette de fer tenue dans la main gauche et frappee A
I'aide d'une court baguette tenue de la main droite, fait parties de For-
chestre des c6ermonies rada, compose an demeurant de trois tambours.
19. Ces robes courts que portent g6enralement les hounsi dans les hounfor
d'aujourd'hui sont jug6es laides par Mme Rigaud, qui leur pr6efre les robes
longues A la mode d'autrefois, qu'on voit encore port6es dans certain







Sacrifice d'un taureau

de gros noeuds de tissu rouge (couleur.d'Ogoun) qu'elles fixeront
a leur corsage. Quelques-unes portent sur les 6paules un fou-
lard rouge. Assis du c6t6 de l'entr6e je remarque un couple
bourgeois; gens ag6s de trente et quelques peut-8tre, lui en
complete de toile kaki tres correct, elle en robe de ville avec un
noeud rouge dans les cheveux.
Pas de tambouriers, car c'est jour de semaine; la musique
comportera une caisse perc6e d'un orifice circulaire sur sa face
ant6rieure, orifice devant lequel sont de large lamelles de
m6tal analogues a celles des sanzas africaines; tandis qu'un
homme fera vibrer ces lamelles, un homme plac6 a sa droite
frappera, avec deux courts baguettes, sur le' c6t gauche de
la caisse par rapport aux spectateurs; un troisieme homme
sera muni d'un ogan 20.
Les hounsi sont places, pour la plupart, debout derriere
1'orchestre. Devant l'orchestre, se tient comme d'ordinaire la
houngudnikon, grande femme maigre et assez ag6e, tres dyna-
mique 21. Les hounsi sont, peut-8tre, au nombre d'une cinquan-
taine.
Premiere s6rie de chants, en commencant par : a Famille,
semblez! 22
A l'exterieur, pris de l'entr6e de droite 23, un beau bouc

hounfor campagnards, rests plus traditionnels. Chez le houngan Andr6 Baskia
(qui dirigeait a Port-au-Prince, dans les parages de la Station Sans-Fil,
un hounfor relativement luxueux et 6tait connu pour ses moeurs sp6ciales),
j'ai vu moi-meme trois hounsi porte-drapeaux vftues de longues robes faites
d'6toffes apparemment anciennes et aux couleurs melang6es.
20. Les reunions vodou ne sont officiellement autoris6es A Port-au-Prince
que les samedi et dimanche soir; c'est pourquoi les tambours (trop bruyants)
sont remplac6s en semaine par 1'instrument dit manounba. Les musicians
6taient places dos tourn6 aux caye mystare, vers 1'extr6mit6 du p6ristyle
oppose l'entr6e.
21. Hounguinikon : chef de chceur et coryph6e, homme ou femme, qui
se situe dans la hierarchie imm6diatement au-dessous du houngan et de
la mambo. Il est muni d'un asson ou hochet de calebasse.
22. Selon Louis Maximilien (pp. 94-95) ce chant:
La famille, semblez, agoe
Eya! guinin va aider nous
invite la communaut6 former par les adeptes A se rassembler. a Guinin :
la Gufnde, expression d6signant l'Afrique et les dieux ancestraux.
23. Le p6ristyle est, en l'occurrence, un rectangle attenant aux a maisons
de mysteres n par I'un de ses petits c6tes, l'entree principal se trouvant en







Civilisation noire en Haiti

couleur de feu est attach; on le revetira d'une house cramoi-
sie et on nouera un foulard rose autour de ses comes. Plusieurs
gros coqs (quatre?) au plumage bigarr6, mais oiI le feu domine,
sont tenus par des hounsi 24.
Entree du ( la place n (un jeune Negre en chemise et panta-
ion blancs, qui est lui-meme houngan, me dit Mme Rigaud)
et des deux porte-drapeaux 25. Salutations d'usage, avec baise-
ments du sol, tourniquets A deux ou & trois 26, baisements du
sabre du ( la place s, des hampes, des drapeaux et du poteau
mitan. Les baisers se donnent g6neralement par trois.
La musique se tait et les prieres commencent : invocations
aux saints catholiques d'abord, puis aux Iwa.
Reprise de la musique et des chants. Diverses libations et
d6p6ts d'offrandes sont faits sur plusieurs points du vkve :
eau, rhum Barbancourt Trois Etoiles, sirop, cafe, graines, farine.
Tous les assistants sont alors e ventaill6s ) avec les coqs,
plus ou moins longuement : escort des deux porte-drapeaux,
le a la place a procede lui-meme au ventaillage, un coq dans
chaque main, promenant d'un geste simultan6 des deux bras

face, c'est-A-dire au milieu de l'autre petit c6t6; il est recouvert par un toit
que supportent un certain nombre de poteaux, don't le a poteau mitan n
et, sur les deux grands c6t6s et celui de l'entree principal, des bois plus
minces qui s'61lvent au-dessus d'un mur de cl6ture, haut d'un metre
environ et comportant deux issues A droite par rapport A l'entr6e. Il s'agit
ici de celle de ces deux issues qui est la plus proche des caye mystire.
24. Robe (ou plumage) et parure des victims sont rouges, puisque tell
est la couleur symbolique des Ogoun.
25. Le e la place ) on maitre des c6r6monies est escort par deux femmes,
qui portent les drapeaux embldmatiques des esprits qu'on se propose d'ho-
norer.
26. Les salutations en tourniquiet action qu'exprime le verbe (f virer
- sont effectu6es par tous les adeptes et assistants de marque A tour de
r61e (invites par le e la place ), le houngan, la mambo ou tel initi6 en 6tat de
possession A les saluer ainsi). Elles se font de la maniere suivante : le sup6-
rieur qui se fait saluer, tenant de sa main droite levee la main gauche de
l'inferieur debout devant lui, lui fait executer lentement une virevolte
(conclue par une 16gere flexion des jarrets des deux partenaires face A face,
puis une virevolte en sens inverse (conclue de la mime fagon ou par la pros-
ternation de l'inferieur, qui baise la terre pros des pieds du sup6rieur et est
relev6 par ce dernier, don't la main droite n'a pas cesse de tenir sa main
gauche). On peut 6galement faire ( virer deux personnel A la fois, tenant
de la main droite la gauche de l'une et de la gauche la droite de 1'autre. Le
tout se fait en cadence, sur le rythme indique par l'orchestre.







Sacrifice d'un taureau

les coqs le long du corps des assistants, de haut en bas puis de
bas en haut 27
Apres le ventaillage, les coqs sont remis a Mme tlie qui
leur fait, a tous, picorer des offrandes.
Le bouc, pare, a Wt6 amen6 dans le peristyle; il est attache
A un poteau, A gauche et en avant de 1'orchestre. Pulv6risations
buccales de rhum 28. La tension monte : orchestra et chants
plus violent. Plusieurs hounsi entrent en transe, chancellent,
s'abattent dans les bras de leurs compagnes, poussent des cris.
Toutes envahissent le p6ristyle, dansant, sautant, chantant,
levant les bras, criant, gesticulant.
... L'un des houngan verse du rhum pros du poteau mitan
- c6t6 orchestra et 1'enflamme. Les hounsi, dansant, foulent
la flamme de leurs pieds nus; l'une d'elles plus Ag6e la
traverse en merchant dessus, avec une lenteur affectee 29...
Regardant du c6t6 des coqs, je m'apergois alors qu'ils ont
Wt6 mis a mort et gisent maintenant sur le v&v. Mme Rigaud
me dit qu'ils ont Wte tu6s selon la m6thode habituelle: bris des
membres, arrachage de la langue, torsion du cou so.


27. Une operation analogue consiste A faire passer les coqs par-dessus la
tete et les 4paules du patient, chaque bras agissant A son tour. Cela s'appelle
a passer n, alors qu'on dit a ventailler D quand les deux bras agissent simul-
tan6ment de la maniere d6crite. Selon Louis Maximilien (p. 107) cette
operation est a une fagon symbolique d'6tablir le contact entire les humans
et les betes qui seront immol6es a. Pour a ventailler ou a passer n comme
pour la danse qui pr6cede 1'une on 1'autre de ces operations on tient
les deux coqs par les deux pattes rassembl6es dans une main, tete en bas
et les ailes s'ouvrant de leur movement natural.
28. Ces pulv6risations, dites foula, s'effectuent de la fagon suivante :
de sa bouche prealablement remplie de a clairin (rhum blanc) assaisonn6
de piment, le houngan (ou autre initi6 d'un certain rang) fait une sorte de
vaporisateur, expulsant de ses joues gonfiles une poussiere de fines goutte-
lettes, cela g diverse reprises et dans toutes les directions. Quand il souffle
ainsi vers sa droite, il rejette son avant-bras droit par-dessus son epaule
gauche en un geste arrogant, puis fait de meme avec son avant-bras gauche
rejet6 par-dessus 1'6paule droite, quand il souffle du c6te gauche. Une forte
odeur d'alcool et de piment se trouve ainsi repandue dans tout le p6ris-
tyle.
29. Comme tous les Ogoun (et particulibrement Ogoun Ferraille, patron
des forgerons), Ogoun Badagri est en rapport avec le feu.
30. Mme Rigaud ne se fit pas faute de se moquer de moi qui ethno-
graphe professionnel avais laiss6 passer sans le voir ce moment impor-







Civilisation noire en Haiti
C'est maintenant au tour du bouc. On le d6tache et on 1'amene
du c6t6 du veve : aspersion de rhum, de sirop, d6p6t sur lui
de farine de mais et de grains (c manger dior 31 s). A tour de
r6le, chacune des notabilit6s pr6sentes lui caresse la tote (dans
la plupart des cas : de haut en bas, puis de gauche A droite)
avec un rameau et le lui tend pour qu'il en mAche quelques
feuilles 32. Toutes les hounsi, en demi-cercle, baisent le sol devant
le bouc. (A noter quant au sol : pendant la prikre, quand un
lwa important de la maison est mentionn6, chacun touche le
sol trois fois du bout des doigts de sa main droite...)
Le < la place ) et 1'un des houngan s'emparent du bouc, l'un
tenant les deux pattes de derriere, l'autre les comes. Ils courent
ainsi k travers le p6ristyle, en balangant le bouc. A deux reprises,
toujours courant, ils entrent avec lui dans la caye d'Ogoun
Badagri et en ressortent imm6diatement.. Le bouc, avant d'etre
ainsi promen6, a Wt6 d6pouill de sa parure. Arm6 d'une machette,
le sacrificateur lui tranche les parties g6nitales; la promenade
courue continue encore un peu puis, toujours tenu au-dessus
du sol, le bouc est amend pros du vMvl, et le sacrificateur,
de sa machette, lui coupe transversalement la gorge. Le bouc
se d6bat a terre, maintenu, tandis que son sang se r6pand 3.
Trois homes, pench6s, s'affairent autour de lui; le sacrifica-
teur, trempant sa main droite dans le sang, s'approche, par
derriere, des trois hommes successivement et, passant sa main
tach6e de sang entire leurs jambes, leur touche par en dessous
les parties g6nitales. Tous rient de cette plaisanterie, don't


tant de la c6r6monie; j'6tais, il est vrai, occupy tout entier A regarder com-
ment se comportaient les hounsi.
Le 23 octobre, le sacrifice du taureau fut 6galement pr6c6d par celui
de plusieurs coqs et par celui d'un bouc; Alfred M6traux note que le sang
des coqs fut recueilli dans une assiette pleine de sirop et que Mme Henri,
apr&s avoir remu6 ce breuvage, en but quelques cuiller6es.
31. L'acte essential de la consecration des victims consiste a les a croi-
ciner g (autrement dit : croix-signer). On r6pand sur elles, en croix, un peu
des divers liquides (eau, rhum, sirop, cafe, etc.), puis quelques pinc6es des
nourritures sacr6es dites, dans le rite rada, < manger dior ,.
32. Le rameau en question est une branch de mombin, plante don't
les feuilles, selon Louis Maximilien (p. o18), symboliseraient 1'Afrique.
33. Le 23 octobre (suivant les notes d'Alfred M6traux) le sang du bouc
fut recueilli dans une auge de bois, emport6e aussit6t. Nous n'avons pas
su A quoi il fut employee.

32






Sacrifice d'un taureau
Mme Rigaud me dit que c'est une chose < moderne s et qu'autre-
fois on ne se serait pas permis cela.
(Noter que, lors de la v6neration du bouc, une vieille hounsi
on mambo, le caressant avec le rameau, l'avait pris par les comes
et, un instant, avait pos6 son front centre le sien.)
On amene le taureau (qui jusqu'A present 6tait parqu6 a
quelques metres du p6ristyle, A droite et un peu en arriere);
un taureau brun roux, au dos recouvert d'une house rose ou
cramoisie et un foulard de couleur analogue autour des
comes.
On 1'attache au poteau mitan et une tres vieille femme -
assez petite, tres ratatin6e, maigre, avec une figure rev&che
un peu en casse-noisettes (c'est la mare de Jo Pierre-Gilles,
me dit Mme Rigaud) vient danser au milieu du peristyle.
Elle ne tarde pas A chanceler, ( sofile 34 s, et pousse quelques
cris brefs : elle est prise par Ogoun Badagri. Elle procede aux
libations de rhum et de sirop et au versement de corps solides
sur 1'6chine du taureau. Elle lui verse du Barbancourt Trois
Etoiles sur la tete, puis, lui relevant la tete de force, elle lui
introduit dans la bouche le goulot de la bouteille et le force
ainsi a boire : le rhum d6gouline sur le fanon du taureau. Puis
la vieille, la bduteille h la main, s'adosse au flanc droit du tau-
reau et se reverse en arriere sur lui, en une pose triomphante.
Elle reste ainsi un instant, puis revient dans 1'espace compris
entire le poteau mitan et l'emplacement des hounsi et boit
elle-m6me, assez longuement, au goulot de sa bouteille.
Baisement du sol par toutes les hounsi, places en demi-cercle
autour du taureau 35.
... Pendant la consecration du taureau, course du c la place s


34. On dit d'une personnel qu'elle est ( sofilde quand elle subit un debut
de possession, qui peut en rester 1i ou s'achever en transe complete. G6nd-
ralement, 1'individu s sofil6 saute plusieurs fois sur un talon, comme s'il
perdait son 6quilibre et cherchait A le rattraper; souvent, apres avoir ainsi
chancel6, il met un instant sa main devant ses yeux, comme quelqu'un qui
cherche A reprendre ses esprits, et va s'asseoir. Les formes de la transe
complete diff6rentes suivant les esprits par lesqu ls le patient passe pour
6tre poss6d6 sont trop diverse pour qu'on puisse les d6crire ici.
35. La victim, qui a 6t6 consacr6e et don't le dieu (incarn6 par la mere
de Pierre-Gilles) vient de prendre livraison, est v6ndrde au m8me titre que le
dieu meme.

33
atSaNCE APRICAINE 3







Civilisation noire en Haiti

et des porte-drapeaux du peristyle a la a barrimre et retour
en courant de laa barrimre D au p6ristyle 36.
Pendant toute la second parties de la cer6monie... a partir,
au moins, de la consecration du taureau c'est Pierre-Gilles
lui-meme qui (sans asson ni clochette) joue le r61e d'houngud-
nikon...
Le taureau est d6barrass6 de ses o4ipeaux. On le d6tache et
on lui passe autour du cou un licol. Le demi-mur de droite
(demi-mur en bois, comme celui c6t6 entree et comme celui
de gauche) comporte deux issues; l'une proche de 1'entr6e,
I'autre proche de l'orchestre; c'est par la second que le taureau,
comme le bouc, a 6t- introduit; c'est par la premiere d6ga-
g6e au pr6alable des gens qui s'y trouvaient qu'il est emmen6
rapidement, tir6 par le licol et suivi d'un cortege comprenant
le la place ,, les deux hounsi porte-drapeaux, toutes les hounsi
et une parties de l'assistance, don't moi-meme.
Le taureau, qu'on force A courir, est escort par plusieurs
hommes. Le cortege se disperse A travers les course en une course
d6sordonn6e avec force gesticulations, rires et cris. Apres quelques
instants de complete d6sordre, on apercoit le taureau, toujours
tir6 et courant, qu'on emmene a 1'6cart des maisons; tous les
membres du cortege, ( la place ) et porte-drapeaux en tote, cou-
rent alors derribre lui. On traverse ainsi un champ de canne...
puis on arrive a un emplacement non cultiv6, avec un grand
arbre d'un c6t6 et un batiment de l'autre. Un homme apres
avoir cherch6 le bon endroit enfonce alors, presque verti-
calement, la lame de sa machette dans l'encolure du taureau,
derriere les comes, un peu en arriere de l'endroit oii les matadors
donnent le coup dit descabello. Le taureau tombe, non foudroy6.
On lui perce alors profond6ment le bas de la gorge avec un
couteau. Son sang coule sur le sol 7.

36. La a barriere 1, ou porte de la cl6ture extdrieure passee laquelle on
accede au hounfor proprement dit et A son p6ristyle est place sons la
d6pendance du dieu Atibon Legba, dit aussi a Papa Legba ,, maitre des
carrefours et des routes. Suivant Milo Marcelin (I, p. 15), s c'est lui qui
permet aux hommes d'entrer en rapport avec les autres dieux. Aussi doit-on
avant d'ouvrir toute c6r6monie, toute danse rituelle, lui en demander I'au-
torisation... A.
37. Sorti du p6ristyle, le taureau est d'abord conduit rapidement vers
la a barriere puis ceux qui le menent font volte-face et, en courant, le
conduisent vers le lieu du sacrifice, suivis par les adeptes et les assistants







Sacrifice d'un taureau
Pendant le d6pecage qui semble ne s'accompagner d'aucun
rite (bien qu'un des houngan, interrog6 sur ma demand par
Mme Rigaud, declare que ce moment est un moment ( dange-
reux ) et qu'il imported que ceux qui d6pecent boivent du
rhum) quelqu'un apporte des feuilles de bananier pour essuyer
le sang 33; de meme, A 1'interieur du p6ristyle, on recouvrira
avec de la terre le sang du bouc, puis, munie d'un balai, une
femme rassemblera cette terre ainsi que les r6sidus d'offrandes
et les portera au-dehors. Coqs et bouc ont d jA. t6 emport6s.
A et 1l, brfilent des feux de cuisine 39.
Je reste un moment sur 1'emplacement oi le taureau a Wt6
sacrifi6. Les hounsi se dispersent peu A peu. Quelques-unes, pros
du bAtiment, se chamaillent en plaisantant et, riant, font mine
de se battre. Deux ou trois homrles blaguent avec elles. Il y
a 1h aussi, toute gaie, la grande et maigre hounguinikon. Je me
trouve un instant a c6t6 du jeune couple bourgeois, qui a 1'air
tout heureux 40

forms en cortege derriere eux, apr6s quelques instants de confusion. La
mise A mort a lieu aussit6t.
Suivant les notes prises par Alfred M6traux lors du sacrifice du 23 octobre
(qui s'effectua selon un rituel analogrte) le sacrificateur fait un signe de
croix avant de porter son coup. En tauromachie, le descabello est un coup
de grAce port par le matador au taureau frapp6 A mort par l'estocade mais
demeur6 debout; il consiste A engager la pointe d'une 6p6e sp6ciale entire
les deux premieres vertebres cervicales, ce qui foudroie la bhte en lui tran-
chant le bulbe rachidien. Pour le taureau du 23 octobre, le coup fut port
au poignard et A l'endroit ou, dans les corridas, il est d'usage de donner le
coup de grace; aussi eut-il un effet presque foudroyant, ce qui ne fut pas
le cas pour le taureau du 2o octobre. Le 23 aussi bien que le 20 octobre, la
gorge de la victim fut ouverte apres qu'on eut port le premier coup. A
noter que ni Jo Pierre-Gilles, ni sa mere, ni aucune des grandes notabilit6s
pr6sentes n'assistaient A la mise A mort.
38. Le houngan interrog6 par Mme Rigaud 6tait un nomm6 Isena, homme
dans la force de l'Age et, parat-il, assez expert dans sa profession. Comme
le sacrifice, le d6pegage est tenu pour dangereux parce que c'est au moment
de l'effusion du sang que le contact avec les puissances sacrdes est le plus
direct; d'of la n6cessite, pour les officiants imm6diats, de se prot6ger au
maximum. C'est vraisemblablement pour une telle raison de s6curitd que
1'absorption de rhum est regarded comme souhaitable, en principle, par le
houngan Isena.
39. La chair du taureau sera mange par les participants, ce qui a un
sens communiel.
40. Lors de ce sacrifice et aussi bien lors de celui du 23 octobre -
je fus surprise de voir, aussit6t que le taureau efit Wte mis A mort, une detente







Civilisation noire en Haiti

Je retourne au peristyle, oh Mme Rigaud est d6ja revenue.
On s'y querelle : la m&re de Pierre-Gilles, la mine rageuse,
arpente le peristyle en maugr6ant et r6criminant, tout en machon-
nant un cigare qu'on lui a donn6 allum6 pr6c6demment.
Mme Rigaud, quand nous serons sortis, m'expliquera que c'est
Ogoun Badagri qui se plaint de n'avoir recu aucun ( service
cette annie. Le sacrifice qui vient d'etre fait ne lui serait, en
v6rit6, pas adress6 ou ne lui serait que partiellement adress6,
car il serait surtout destiny a Ossangne Bakould, qui est un Iwa
( achet6 41 .. Mme Rigaud me dira 6galement que Pierre-Gilles
a pleur6, a cause des remontrances d'Ogoun Badagri. Je constate
- sans le dire h Mme Rigaud que la mare de Pierre-Gilles
donne 1'impression d'etre sofile.
D1part vers 14 h. 30, apr6s avoir pris cong6 de Pierre-Gilles...

complete succ6der sans transition A I'atmosphere effervescente qui, depuis
le debut de la c6r6monie, n'avait cess6 de s'accentuer. Alors que dans les
autres sacrifices auxquels aux Antilles et ailleurs, notamment en Abys-
sinie il m'a Wt6 donn6 d'assister, la mise A mort n'est qu'un point cul-
minant pr6c6d6 (selon le sch6ma trac6 par le regrett6 Marcel Mauss) par
une longue periode de sacralisation progressive et suivi par une pdriode
non moins important de d6sacralisation, tout se passa ces deux jours-la
comme si les rites de d6sacralisation 6taient r6duits au minimum, voire
mime pratiquement inexistants, pour ce qui concern au moins ceux des
participants que j'eus loisir d'observer. La raison en est peut-6tre que ces
deux c6r6monies, episodes faisant parties d'une s6rie de sacrifices 6chelonn6s
sur un nombre assez grand de jours, ne repr6sentaient en some, que des
fragments du vaste ensemble rituel constitu6 par la totality des services a
cel6bres consdcutivement par Jo Pierre-Gilles en cette portion de I'an-
nee.
41. Ossangne Bakoul appartient a la s6rie des Ogoun et une victim
de couleur appropriate A Ogoun Badagri peut done lui convenir. La mere
de Jo Pierre-Gilles (ou plut6t Ogoun Badagri lui-meme, s'exprimant par sa
bouche) estime qu'A la faveur de cette possibility d'une double destination
de la victim le lwa de famille, lwa par lequel elle est poss6ede, a 6t6 16s6
au profit du Iwa de m&me s6rie que Pierre-Gilles a acquis pour exercer son
commerce et qui lui est personnel. Genre de contestation frequent (ainsi
que j'ai pu le constater en Abyssinie) dans les cultes of les multiples esprits
auxquels on sacrifice sont figures par les personnel qu'ils sont census pos-
s6der.












NOEL VODOU EN HAITI

PAR O. MENNESSON-RIGAUD



Noel est fete, A peu d'exceptions pros, dans tous les Houm-
fors 1 d'Haiti. Suivant la tradition de chaque soci6t6 ou de chaque
famille, il est plus ou moins c616br6. On y prepare le bain et la
poudre rituels qui serviront aux membres de la famille natu-
relle et spirituelle durant I'ann6e A venir. Recours magique
qui 6cartera le < mauvais air ), les maladies ou les sorts e exp6di6s a
par les envieux tandis que les enfants en recevront une pro-
tection toute particuliere contre les ((loups-garous D.
La c6r6monie, tres simple dans certaines families oh elle est
faite sous 1'6gide du ( Serviteur des Loas atteint une ampleur
mystique extraordinaire 1l oi le feu devient 1'616ment principal.
Dans d'autres Houmfors, le rituel, compliqu6, somptueux, exige
le sacrifice de quelques animaux. La participation active des
Loas du Feu y est plus r6duite, et le bficher y devient un sim-
ple brasier.
Ce sont les Pdtros qui, le plus souvent, president aux c6r6-
monies de la nuit de Noel, les Radas, Nagos, Dahomds, Congos,
Anmines, etc., leur 6tant associes. Mais ces derniers Loas peuvent
pr6dominer en function des rites observes par la society, de son
origine, ou de la region de Haiti oi se trouve situ le Houmfor.
Il n'y a aucun syncr6tisme dans le choix de la date. Les
vodouisants 6claires, et naturellement les Houngans, savent fort
bien que le 24 d6cembre marque le solstice d'hiver. Dans un
pays oh le vodou n'est que tol6r6 la religion catholique 6tant
reconnue religion d'ftat il n'est nullement 6tonnant qu'une
matoiserie atavique porte les fiddles a pr6tendre < feter Noel O
i. Voir pour les mots en italique le Lexique A la fin de 'article.





Civilisation noire en Haiti
au sens chr6tien romain... tout au moins en apparence. Et
puisque le vodou reconnait et r6vire le ( bon Die a (comme
( Grand Maitre ) et tous les saints A sa suite don't 1'6sot6-
risme est identique a celui de ses Loas sa ruse ne lui parait
que p6ch6 v6niel. Mais les c6r6monies se deroulent selon un rite
d'origine africaine, creolis6 plus ou moins suivant les endroits,
et tendant trop souvent, malheureusement, a s'abAtardir. Le
vieux culte de Mithra pers6vere malgr6 les apparences...

II 6tait pr&s de cinq heures et demie lorsque nous fimes en
vue de Leogane. En cette fin d'apres-midi du 24 d6cembre, la
nuit tombait vite, et d6ja le cr6puscule s'annoncait. L'habitation
vers laquelle nous nous dirigions se trouvait h l'int6rieur des
terres, il nous fallait done quitter la grande route de Port-au-
Prince et prendre un chemin qui filait tout droit entire les champs
de cannes A sucre. De loin en loin, s'apercevaient des groups
d'arbres entourant quelques toits. Apres plus d'une heure de
march, nous nous dirigedmes vers l'un d'eux, plus important.
De belles allies s6paraient les course, oh fleurissaient les hibiscus,
les bougainvilliers rouges et les lauriers-roses. D'immenses arbres
donnaient fraicheur et ombrage; parmi eux, les mapous n'6taient
pas rares et leurs troncs gigantesques tranchaient, plus clairs,
sur ceux des manguiers et des arbres-A-pain. Un moulin A cannes
6tait install pres du chemin. La maison principal appartenait
a Dqus, chez qui nous 6tions invites.
Une longue chaumibre basse, avec une galerie circulaire, ayant
un air d6suet et cossu tout h la fois. Devant la maison, un terre-
plein gazonn6, presque une clairiere, traverse par un sentier. PrOs
du logis, une tonnelle est dress6e, couverte de palmes; ses poteaux
sont fleuris de gros bouquets. Sous la galerie plusieurs personnel
sont d6ja assises, les unes sur des chaises, les autres sur le bord
sur6lev6 de la terrasse. A notre arrive, on appelle le maitre de
la maison, qui est aussi le Houngan, D6us. Aimable et pr6venant,
il s'empresse de nous mettre a l'aise. C'est un paysan a I'esprit
ouvert, qui est heureux de vous recevoir chez lui et de vous
faire les honneurs de ses biens. Imm6diatement, nous avons
l'impression d'etre des parents qui, a l'occasion d'une fete,
viendraient passer quelques heures dans I'habitation familiale.
La maitresse de maison, aussi accueillante que son maria, nous
fait entrer, pour nous recevoir mieux encore. Un peu plus tard,





No1e Vodou en Haiti

nous nous rendons, a quelques pas de 1I, dans une autre cour.
Une maison, aussi grande que la premiere, longue et basse sous
son toit de chaume, avec la mime galerie sur6lev6e : c'est le
Houmfor; l'une des trois pieces qui la composent est consacrde
S1l'usage domestique; la Caille-Mystdres, avec son Pd de maqon-
nerie, se trouve A l'extremit6 oppose et, au centre, la salle
r6servie aux danses. Une large place libre est m6nagbe devant
la maison, soigneusement balay6e. Face au Houmfor, une chau-
mibre de deux petites pieces abrite le ( Mystere > (esprit) de la
famille de Maria. Sa mere est l1, venue passer quelques jours
dans l'habitation. Sous la galerie du Houmfor, la grand-mere de
Deus dort sur une natte. Elle est fort Ag6e et s'est beaucoup
fatiguee A aider aux pr6paratifs.
A peine 6tions-nous revenues a la premiere cour, accompagn6s
par un des fils du Houngan, beau jeune homme d'une vingtaine
d'ann6es, A la figure ouverte et gaie, qu'un Loa survint inopi-
n6ment. Tres agit6, parlant haut, il se pr6senta a moi, d6s qu'il
m'apergut, comme Ogoi. Au lieu de s'exprimer en creole, il
parlait un frangais p6nible, hurlant chaque mot, le rep6tant
meme deux ou trois fois... Il avait d6ji bu consid6rablement et
1'on s'en indignait beaucoup. L'assistance fit la r6flexion que
vraiment celui-la 6tait poss6d6 de bonne heure, sans attendre
ni chants ni tambours! On dut mettre Ogou a la raison, car il
s'6tait pris de querelle avec une fille au sujet d'une chose d6rai-
sonnable qu'il pr6tendait exiger. Enfin, il s'assit dans un coin
de la galerie discutant, ergotant et insultant ceux qui avaient
1'air de le contrarier. Mais l'on ne pretait guere attention A ses
propos.
II 6tait temps de retourner 1l oi la c6r6monie devait bient6t
commencer. Sous la galerie, la grand-moune (la grand-mere) 6tait
r6veillee. A peine l'avais-je salute qu'elle m'attirait contre elle
pour m'embrasser. Elle 6tait si d6licieusement simple que son
geste me toucha profond6ment. C'Utait une grand-moune long-
temps, habill6e avec les vetements de son 6poque, son tignon
bien nou6 sur ses cheveux blancs. Elle s'excusa de ne pouvoir
rester toute la nuit avec nous, all6guant son grand Age et sa
fatigue.
La mere de Maria me fit p6n6trer dans la second piece de
la petite chaumiere; celle-ci n'6tait meubl6e que d'une table,
d'une chaise et, A terre, de divers objets. Contre le mur, un






























PAS PETRO


LEMBA ZAOU











































UN GUADt


Dessins de O. Mennesson-Rigaud.


AZACA MEDE






Civilisation noire en Haiti
canari, des cruches et quelques roches disposes a c6t6 d'une
lampe 6ternelle allumee dans un petit bol blanc. La mkche de
coton, trempant dans l'huile de palma-cristi, 6clairait faiblement
des objets difficilement discernables dans la p6nombre... C'6tait
1&. que se trouvait le Loa Papa Pierre. Une n6gresse assez Agee,
sceur du Houngan, servait le a mystere C'etait dans sa tate )
qu'il venait danser.
Dehors, sous les grands arbres, se trouvaient une tombe,
divers reposoirs et la grande croix en bois noir de Baron-Cime-
tiWre. De petites lampes faites d'une demie-noix de coco, remplie
d'huile de palma-cristi, furent d6pos6es au pied de chacun
d'eux. Le Houngan se prepara A une cer6monie pr6liminaire tres
simple. Il s'agissait de disposer, puis d'allumer, le feu qui, plus
tard, se transformera en bficher. C'est A la meme place, exac-
tement, que le feu doit 8tre fait chaque nuit de Noel. Un coui
contenant de la cendre fut orient aux quatre facades en
pronongant 1'invocation rituelle; D6us tra9a un vhver avec cette
cendre, sur le sol, a une extr6mit6 du terre-plein : trois ronds
concentriques traverses par une croix, puis par deux autreslignes.
Chacun de ces huit rayons fut termin6 par in dessin symbolique.
Une sorte de couleuvre serpentait sur un des c6t6s. Des points
6crases au pouce terminerent ce vWver tres sch6matique.
SDus prit, ensuite quatre biches et les placa en croix suivant
les lignes g6n6rales du trac6, puis quatre autres bfiches sur les
rayons interm6diaires. Au centre, il disposa de tout petits mor-
ceaux de bois-pin et de la braise qu'on lui apporta. Lorsque
le feu commenga a p6tiller, et les flames A s'l6ancer, le Houngan
prit la bouteille de kimanga liquide magique) et en foulah le feu,
trois fois, par-dessus son coude repli6. Trois jets du meme liquid
furent ensuite verses A terre, enfin quatre nouveaux foulah et
quatre nouveaux jets. Les paroles prononc6es 6taient en language
et A peine murmur6es. Ce rite fut accompli tres simplement, sans
appareil extraordinaire. Seuls y assistaient quelques intimes...

Marassas dlou-d... Marassas dlou-e!
Prid Bondid pou moin Lem'ba
M'pas gaingnin fanmille...
Marassas dlou d...
M'pas gaingnin parents, pour pare pou moin,
Marassas iloud..,





Noel Vodou en Haiti

Prie Bondid pou moin Sim'ba
Marasas dlou 2...
La Houngudnicon chante d'abord, seule; sa voix un peu
fluette rend la plainte plus sensible, quelques voix lui repondent
puis le cceur prend forme.
Come la c6r6monie va commencer, on m'engage A choisir
une bonne place; la piece est, en effet, bien petite pour tout le
monde attend. On apporte deux tambours du type Pdtro, et
l'assistance prend place sur deux rangees de chaises places
autour de la salle. Les tambours, de forme arrondie, rendent un
son magnifique. Le chant entonn6 est en l'honneur des Marassa
(jumeaux), au lieu d'etre adress6 A Legba selon la coutume.
En voici les paroles :
Marassas price Bondid pou moin... A...aaa...a... Adid!
Marassas d'l'eau, Marassas Guinin,
M'dit Marassas l'Afrique Guinin...
Ti mounes Marassas, Dossou, Dossa, Dogoud
M'dit Marassas pride Bondid pou moins
Sim'ba lan Houmfor moin!
0 Marassas Lem'ba, 0 Marassas Congo, 0 Marassas Guinin
Prid Bondid pou moin... A...aa... Adid 3!...


2. Jumeaux 61ou 6... Jumeaux 6lou 6!
Priez le Bon Dieu pour moi, Lem'ba (a)
Je n'ai pas de famille...
Jumeaux l6ou 6...
Je n'ai pas de parents pour parler en mon nom,
Jumeaux 61ou 6...
Priez le Bon Dieu pour moi, Sim'ba (a)
Jumeaux 61ou 6...
(a) Lem'ba et Sim'ba sont des Loas du rite Pt&ro.

3. Jumeaux priez le Bon Dieu pour moi... A...aaa...a... Adi6
Jumeaux de 1'eau, jumeaux d'Afrique,
Je dis: Jumeaux d'Afrique-Guin6e..
Petits enfants jumeaux, Dossou, Dossa, Dogou6 (b)
Je dis : Jumeaux priez le Bon Dieu pour moi,
Sim'ba est dans mon Houmforl
O jumeaux Lem'ba, O jumeaux Congo, O jumeaux de Guin6e
Priez le Bon Dieu pour moi... A...aa... Adi61...
(b) Dossou, Dossa, Dogou6j nomi donn6s aux enfants qui peuvent naltre aprzt les jumeaux.





Civilisation noire en Haiti
Le Houngan s'avance, une bougie allumee A la main, et vient
la d6poser devant les' tambours qu'il salue tres gravement. II
verse un peu de clairin devant chacun d'eux, puis de la poudre
qu'il fait sauter. Les Hounsis s'approchent les unes apres les
autres et le saluent rituellement, apres avoir salu6 les tambours,
en s virant a devant. Les tambours changent de rythme et
battent un yanvalou pour honorer Legba d&s l'entr6e du Houn-
gan:

Papa Legba, ouvri barrio pou moin!
Ago... yd...
Attibon Legba, l'ouvri barrio pou moin Papa!
Pou moin passed!
Lau m'a passed m'a remercid Loas yd 4.

Au chant suivant, le rythme change. C'est le Pdtro, le Pdtro
Magie, c'est le Kita! Les tambours secouent l'assistance de four-
millements nerveux dans les 6paules et dans les jambes. Deux
couples seuls 6voluent devant les tambours, faisant corps avec
le rythme. Le Houngan se distingue par la pr6cicion de ses pas,
par la force strange qui se d6gage de ses attitudes; on reste sous
l'emprise de cette danse souple, agile et sacree. Voici, la maitresse
de la maison prend la place d'une des partenaires. Son foulard
de soie, haut ( tignonn6 la grandit. Son maintien naturellement
s6v6re ajoute A la majesty de la danse. Les figures et les pas
du Pdtro Magie se succedent, les deux couples se font vis-a-vis.
Les grondements du tambour s'imposent A leurs corps, les feintes
les jettent de c6t6 puis dans des voltes rapides. Les chants
montent et descendent :

Simbi d'l'eau... hd ya oud...o...
Papa Simbi yo pas connin moin...
Simbi Yanddzo yo pas connin moin...


4. Papa Legba, ouvrez la barriere pour moil
Ago... y6...
Attibon Legba, ouvrez la barriere pour moi Papa
Pour que je puisse passer
Lorsque je serai passe, je remercierai les Loas.






Noel Vodou en Haiti
Grande Simba yo pas connin moin;
O...o... adid... 5.

Le dieu Ogoei est venu s'asseoir dans un coin; soudain, il s'est
transform en Simbi. II bondit devant les tambours et chante
pour saluer Simbi, le grand Simbi. La foule r6pond : Avotahi!
Il s'adresse au Houngan en le d6signant par son nom vaillant :
Chouk lan Bois.
Simbi commence, alors, une suite de danses dans lesquelles
les pas Pitro se succedent, rapides. L'homme est mince, les
hanches 6troites; les bras longs et sinueux; ses gestes sont ner-
veux, saccad6s. Face aux tambours, il remplit entierement
I'espace vide de ses voltes, de ses feintes et des movements
de ses longs bras. Il semble perpetuellement aux aguets, ses
movements sont f6lins, il bondit plus qu'il ne saute. Une impres-
sion de d6s6quilibre 6mane de lui et de sa danse. Ceci sera plus
frappant encore lorsque le frere du Houngan sera < mont6
(possMd6 par un esprit) par Maloulou et dansera prbs de lui.
C'est un homme d6ja Age, aux cheveux grisonnants, mais dou6
d'une. agility peu commune. Son corps mince est 16ger, et il
execute des entire chats et des pirouettes rapides. Ilglisse, tourne,
marque les pas Petro de l'orteil, ondule du torse, a des arrets
saccad6s. Un frappement bref, heurt6, vient rompre le rythme.
Simbi semble se redresser; un bond de c6t6, une feinte, le font
bondir jusqu'au bord oppose de l'espace libre. Maloulou frappe
le sol dans un flechissement rapide, se dresse; un appel du pied,
une volte, le corps penche, ondule et, sur un coup sec du tambour,
se cambre avec un fr6missement des 6paules et du dos. C'est
un ballet! Les deux hommes, soudain, ont le corps secou6 par
les roulements heurtis des tambours. Puis le rythme change;
presque sur place, le corps un peu pench6 en avant, les bras
6tendus, les mains battantes, ils reprennent le movement
rythmique... Brusquement, Simbi s'arr&te face aux tambours, il
carte ses longs bras en un large movement et la musique se
tait...

5. Simbi de 1'eau... H6 ya oud... o...
Papa Simbi, ils ne me connaissent pas...
Simbi Yand6zo, ils ne me connaissent pas...
Grand Simba, ils ne me connaissent pas...
O...o... adi6...






Civilisation noire en Haiti
Parfois, les deux Loas attirent dans Ia danse une Hounsi qui
leur faith vis-A-vis. La danse prend, alors, plus d'ampleur; les
figures s'entrecroisent; la fille tient les deux bords de sa jupe,
s'6loigne, revient. L'homme est le pivot autour duquel 6volue
la danseuse, puis, le changement de rythme reverse les r6les;
c'est la Hounsi qui marque les pas sur place indiquant des 6paules
les arrets saccad6s de la musique tandis que son partenaire
bondit. Les coua-coua scandent la measure, agit6s par quelques
matrones.
Avotahi! Les tambours commencent A battre le Kita-Franc.
Le rythme est different. C'est un des fils du Houngan qui est a
la place du principal tambourier; son pore vient parfois lui indi-
quer quelques roulements, quelques subtilit6s de jeu, pour
accompagner certain chants. Seule une oreille tres exerc6e peut
saisir ces nuances. Mais, au bout d'un certain temps, les danses
sont suspendues.
Deux Hounsis apportent une grande natte qui est 6tendue sur
le sol, au milieu de la piece, puis un 6norme mortier de bois qui
pos6 au centre. Quoique semblable A un tambour, il est beaucoup
plus 6pais et tres haut. Il est fort ancien; le bois en est poli par
un long usage. Deux gros pilons, de la taille d'un homme, sont
apport6s; leur bois sombre luit. Le Houngan trace, A l'aide d'une
craie,'une sorte de viver sur le mortier et les pilons. D6us prend
la bouteille de Kimanga et les foulah en trois fois. De la poudre
est semee sur le rebord du mortier, puis a la base, devant chaque
pilon. On allume celle-ci A l'aide d'un tison rougeoyant prove-
nant du bficher rituel allum6 au-dehors. Du group s'l66ve une
priere psalmodi6e :
Prid, la pride pour Dan Pdtro, nous connin gaingnin Bondid...
0 Gaingnin Bondid!
Prid, la pride pour les Saints...
Prie, la pride pour les Marassas, Dossou, Dossa, Dogoud.
Prid, la pride pour tout Loas Dan Petro
Prid, la pride pour tout Loas Congo
Prid, la pride pour tous les Saints 6.

6. Priez, priez pour Dan P6tro,
Nous savons qu'il y a un Bon Dieu...
0, Dieu existe...
Priez, priez pour les Saints;






Noel Vodou en Haiti
Et chaque fois, le repons vient, repris par le chceur :
Prig, la pride, pour Loas Dan Pitro...
Nous connin gaingnin Bondid!
Apres le salut aux Loas, le Houngan fait un nouveau foulah
sur les bras et les mains des deux hommes qui tiennent les pilons
et qui vont commencer A s'en servir. Un homme se d6tache,
tenant un fouet each en main. Ii sort; et pendant toute la cer6-
monie, il fera retentir 1'air des claquements sees du fouet, tout
autour du Houmfor. Un coui est apport6 par un homme Ag6, qui
le tient devant lui, recouvert d'un tissu rouge. Le Houngan
1'oriente rituellement avant de lui faire d6crire quelques cercles
au-dessus du mortier. C'est dans ce coui qu'on mettra successive-
ment racines, feuilles et 6corces.
Trois coups de biambi (sifflets) retentissent, les deux hommes
saisissent les pilons et les 6l&vent. Ils ont retire leurs chemises
et les foulards rouges ont Wtd mis & leur cou. Avec un bruit 6touff6,
les deux lourds instruments de bois retombent, martelant les
feuilles. Une odeur se d6gage, penetrante, irritante et pourtant
agreable... C'est la poudre, que l'on prepare pour la No1l, aux
vertus bienfaisantes et magiques issues de tous ces rituels.
Les tambours continent a battre pour accompagner les chants
par lesquels on s salue ) les Loas de ]a <( famille a Petro. Ceux-ci
sont 6troitement associ6s h la famille qui c6l1bre la fete. Le fils
ain6 du Houngan D6us, faisant function de Houngugnicon,
entonne quelques chants tres anciens don't la tradition est conser-
v6e par les gens de ce Houmfor. Chacune des phases de la c6r6-
monie exige des chants sp6ciaux don't le Hounguinicon a la res-
ponsabilit6.
Les hommes continent A pilonner les feuilles. Lorsqu'ils
manifestent des signes de fatigue, d'autres viennent prendre leur
place. Une foule compact de vigoureux paysans se tient autour
du mortier qu'cclaire une chandelle.
On salue Grand-Bois qui est I'un des Loas les plus 6troitement
associ6s A la c6r6monie du ( piler feuilles s.


Priez, priez pour les jumeaux, Dossou, Dossa, Dougou6
Priez, priez pour tous les Loas Dan P6tro
Priez, priez, pour tous les Loas Congo.
Priez, priez pour tous les Saints...






Civilisation noire en Haiti


Grand-Bois, zild ...zile 6, 6 Grand-Bois zild!

Tout a coup, une femme est brusquement a monte D par
Grand-Bois. C'est une belle N6gresse aux formes pleines et dures,
d'une vingtaine d'annees environ. Avec des cris rauques, Grand-
Bois se fait ceindre les reins d'un mouchoir, retrousse sa robe
de cotonnade bleue jusqu'a mi-cuisse, puis saute sur le rebbrd
du mortier, d'un seul bond. Le son sourd des pilons n'a pas cess6
de retentir. Le Loa, jambes 6cart6es, se tient en 6quilibre sur les
bords tres 6troits de la lourde pikce de bois. Mains aux hanches,
c il a scande le rythme, secouant furieusement le corps a la cadence
des tambours, face puissante projet6e en avant, yeux 6tincelants,
narines dilates. Grand-Bois ne tol&re aucun arret dans le manie-
ment des pilons; plus vite, plus vite, la cadence s'acc6lre, les
tambours roulent au meme rythme, les hommes ext6nu6s se
relaient. Grand-Bois danse; le haut mortier fr6mit sous les
secousses r6pit6es. Deux hommes sont obliges d'en maintenir
la base. Grand-Bois preside h la c6remonie; il est 1I pour donner
force a la poudre magique que l'on pile en ce moment.
Le sifflet du Houngan arr8te le jeu des pilons. On retire du
mortier la poudre obtenue. Et, avec le meme c6r6monial que pr6-
c6demment, on apporte des nouvelles feuilles, des 6corces, des
racines, qui, apres avoir Rt6 orientees religieusement, seront
verses dans le mortier. Les feuilles de pimprenelle et d'ogan
d6gagent une odeur forte qui chatouille les narines.
Deux paysans reprennent les pilons et la danse recommence.
Le Houngan fait un nouveau foulah au kimanga; c'est-A-dire
qu'il vaporise avec la bouche son liquid magique, acte qui a
pour r6sultat de porter l'excitation au paroxysme. Une jeune
fille tombe A terre et se d6bat. Elle vient d'8tre poss6d6e, elle
aussi, par Grand-Bois. Elle grimpe sur le rebord du mortier oi
elle se maintient par un vrai miracle d'6quilibre. Un foulard
rouge autour des reins, sa robe remont6e jusqu'a mi-cuisse, les
jambes 6cart6es, elle adopted l'attitude et l'expression de sa
compagne. Les pilons se levent et s'abaissent entire ses jambes.
Trois hommes accroupis maintiennent le mortier qui oscille dan-
gereusement. Les deux femmes en transe secouent leurs 6paules
rythmiquement et se mettent A danser sur le rebord du mortier
si bien qu'elles semblent, parfois, s'agiter dans le vide. Elles ne
manquent pas une seule measure de la danse. L'une d'elles s'accro-

48
Pr6tresse du oulte Vodou.






Noel Vodou en Haiti
che, d'une main, a la poutre du plafond et danse en 1'air. Elle
reprend pied sur le mortier pendant une second pour saisir la
poutre de 1'autre main; puis revient a sa position pour continue
la danse avec sa compagne. Les hommes, sans cesse, abattent
leur lourd pilon entire ces deux paires de jambes qui se dressent
comme des colonnes noires.
On chante, alors, un chant kita au rythme obs6dant :
Pild, pild... n'ap balobr6... pild,
Pild, pild, I'apbali moint li...
Pild, pild... n'ap balobr6... 7.
L'homme poss6d6 par le Loa Maloulou court, de-ci, de-la;
il s'affaire pour surveiller la c6r6monie, essuyer de son foulard la
sueur qui coule sur le visage des tambourinaires, pour changer
quelques paroles avec les uns ou les autres. Dehors, il y a foule.
D'6normes rondins de bois entass6s autour d'une < pince (barre
de fer) commencent a brfler. Maloulou sort de temps a autre
pour venir surveiller le bfcher don't quelques hommes ont la
garde.
Dans la petite piece, les deux Grands-Bois sont toujours sur le
mortier, dansant aussi fr6n6tiquement que tout a I'heure. Un
homme vacille, c'est un Loa qui le monte, plusieurs autres ont
d6ja seller leur choual. Les chants sont splendides; ils appar-
tiennent a la tres ancienne tradition de la famille et sont toujours
repris par l'assistance entire avec ferveur. Le Hounguinicon
entonne :
Simbi mandd d'l'eau pour baingnin8.
et le chceur r6pete :
Simbi d'l'eau!
La seule voix reprend, monte au-dessus des tambours :
Simbi rild d'l'eau lan d'l'eau
et toujours le r6pons vient :
Simbi d'l'eau...

7. Pilez, pilez... nous sommes en train de balobrer, pilez,
Pilez, pilez, il lui donne son point (c)
Pilez, pilez... nous sommes en train de balobrer...
8. Simbi demand de l'eau pour se baigner...
9. Simbi appelle l'eau dans 1'eau...
(c) Point = degr6 de puissance mystique.

49
Un autel Vodou.






Civilisation noire en Haiti
Tous les Mysteres-Feuilles sont appel6s A participer A la
c6r6monie; et tous les Loas Pdtro sont 1A, vont, viennent, dansent,
dansent... Les dernieres feuilles 6tant piles, 6clair6s par une
bougie vacillante, le Houngan et Maloulou ramassent la poudre,
raclent les parois du mortier avec une cuiller et un large couteau,
sans laisser perdre aucune parcelle. Subitement, un des Grand-
Bois quite son a cheval s; la femme s'affaisse, perd l'6quilibre, est
reque dans les bras de l'assistance. Peu apres, l'autre Grand-
Bois descend de son mortier-piedestal, saute et retombe 16gere-
ment a terre. Maloulou imm6diatement s'approche, lui met la
main sur la tate et le regarded fixement pendant un temps assez
long. L'assistance chante en l'honneur des Pdtro; Maloulou d'un
geste brusque repousse Grand-Bois et lance une strophe nouvelle
que reprend le chceur. Grand-Bois carte ceux qui se trouvent
autour de lui, et danse.
Il ne faudrait pas croire que les Myst&res, aussi 6loignes des
choses ext6rieures qu'ils le paraissent, n'aient pas connaissance
de ce qui se fait autour d'eux. Tandis que Grand-Bois dansait,
d6sirant me rendre compete de ce qui se passait dans la cour, je
me levai et manifestai le d6sir de traverser la foule dense qui
6tait masse devant la porte. Impossible d'y parvenir, malgr6
le bon vouloir de chacun. J'allais renoncer A mon project lorsque
Grand-Bois surgit L mes c6t6s, m'6carta, et, saisissant le bord
de ma jupe, m'entraina en avant, bousculant tout sur son passage!
Il fongait, tate premiere. Je me sentais emport6e par une puis-
sance telle que je ne pus qu'essayer de garder mon 6quilibre...
et ma robe. Une fois dehors, encore tout 6tourdie, je remerciai
Grand-Bois qui retourna a sa danse.
Le Houngan revient, portant une bouteille contenant du clairin
et quelques autres ingredients prescrits par les Loas. Le contenu
est vers6 dans le mortier; le feu y est mis en utilisant un tison pris
au bficher rituel. L'alcool flambe; aussit6t, les Loas se preci-
pitent pour prendre le feu dans leurs mains. Ils le passent avec
ravissement sur leur figure, leurs bras, leur corps. Ils en passent
sur le Houngan, sur les hommes qui tiennent encore les pilons.
Soudain, Grand-Bois se tourne vers moi et, les mains r6unies,
pleines de feu, me caresse la figure, les cheveux, les bras. Deux
Hounsis vacillent, puis sautillent sur un pied, piquant et pirouet-
tant sur place de droite et de gauche. Elles ressemblent a des
ballerines don't elles ont toute la grace. L'uine apris l'autre, elles






No1i Vodou en Haiti
viennent saluer le Houngan, s'inclinent, tournent sur place. Les
tambours accompagnent la danse des Kita-Guinin. Les deux
filles (montees D par ce Loa sont minces et vives, leurs courts
jupes ondulent au-dessus des genoux. C'est une sorte de folie
religieuse qui s'est empar6e d'elles A la seule vue du feu! D6us dit :
Yo besoin baingnin! (de se baigner dans le feu) puis il s'approche
avec le petit coui rituel, taill6 en forme de gobelet, le plonge dans
le liquid brflant et donne A boire A chacun des hommes qui ont
pile, puis aux tambouriers, pendant qu'un chant retentit :
Bilolo! Boud lan ti coui... Bilolo!
D6us fait le tour de assistance avec un grand coui rempli de
poudre. Poudre magique don't il suffira de respirer une pinc6e,
comme une prise de tabac, pour en ressentir la bienfaisante vertu.
Iternuements, pleurs, se succedent; les mouchoirs se d6ploient.
C'est un larmoiement general! Lorsque D6us s'approche de moi,
en souriant, je le laisse faire et je respire bravement... Une brit-
lure m'enflamme les marines. Mais, je ne veux rien en laisser
paraitre... Le Kimanga m'avait, d6jk, ravag6 la gorge, un soir
de Noel oi j'avais voulu en faire 1'experience, mais cette poudre
de D6us est plus terrible encore. Comme je me lamentais en riant,
le lendemain matin, la femme du Houngan me repondit trbs
serieusement que j'avais ainsi souffert parce que la poudre
magique avait trouv6 un travail faire A l'int6rieur de ma tate;
elle devait faire disparaitre tout ce qui m'est nuisible et m'immu-
niser.

Le mortier et les pilons sont rentr6s, la natte roulee. Maloulou
dirige, sans gestes inutiles, sans paroles. Les tambours mainte-
nant ont attaqu6 des rythmes boumba et le chant d'appel reten-
tit :
0 Cimitid Boumba, vini travail...
Vini travail pou moin, Cimitid Boumba!
Cimitie Boumba 10 /
Appel que reprennent toutes les Hounsis, puis toute la society.
Les voix montent, puissantes; et bient6t une femme tombe A

10. O Cimetibre Boumba, venez travailler...
Venez travailler pour moi, CimetiBre Boumba...
CimetiBre Boumbal






Civilisation noire en Haiti
terre, s'y d6bat, ondule comme une couleuvre; une autre jeune
N6gresse vient se jeter contre elle, puis une autre encore; toutes
trois, a mont6es par Maltre-CimetiBre-Boumba.
Peu A peu, leurs corps deviennent d'une rigidity cadav6rique;
elles sont 6tendues sur le sol, inconscientes. Les yeux sont r6vul-
s6s, fixes comme ceux des cadavres. On apporte une menton-
nibre. La bande de toile passant sous le mention est nou6e au
sommet du crane. Elle masque complement les joues. Avec
du coton, on bourre les orifices du nez et la bouche. Le Houngan
demand la bouteille de Kimanga et foulah. Un autre Cimetiere-
Boumba roule sur le sol. Vite, on apporte une nouvelle menton-
nitre, puis du coton qui est bourr6 dans les narines et les oreilles.
Enfin, une bonne poign6e de coton est ins6rde entire les dents et
les 16vres avant que soit resserree la bande de toile. Ii parait
vraiment impossible aux Loas de respirer... car tout ceci est fait
consciencieusement! Ce n'est qu'apres de longues minutes qu'ils
sont agit6s de soubresauts. L'un d'eux est secou6 de spasmes
accompagnant le rythme des tambours... Trois coups de biambi...
Dehors, le fouett coach retentit... claque, un nombre rituel de fois,
tout autour du Houmfor, tout autour du feu... Brusquement, les
Cimetieres-Boumba glissent sur le sol, comme des serpents, et
filent vers le bficher, suivis des tambours qui ne cessent de battre
et de la soci6t6 entire qui chante :
Cimitid Boumba, 0 m'oud noud, d
Cimitid Boumba, m'oud noud douvan Bondid
He... a... adid 11.
Un 6norme bficher, fait de troncs d'arbres, rougeoie dans la
cour. La foule en rangs serr6s regarded le feu. Les uns sont assis
par terre, d'autres se tiennent debout, mais tous semblent hypno-
tis6s par les flames.
Cette nuit du 24 d6cembre, 6clair6e par la lune, est fraiche.
Le ciel est constell6 d'6toiles et, au-delA des bouquets d'arbres
qui entourent la case, on voit d'immenses champs de cannes a
sucre. Ce magnifique brasier ajoute encore A la splendeur de
la nuit tropical.

ni. Cimetifre Boumba, 0 je vois noir
Cimetiere Boumba, je vois noir devant le Bon Dieu
Hd... a...adi6...






Noel Vodou en Haiti
Les tambourinaires se sont transports pros du feu et battent
leurs instruments pour faire danser les Loas. L'homme (c mont6
par Maloulou est le maitre du feu. II arpente I'aire 6troite, jette
une bfiche au milieu du boucan, saisit un des kita par le bras,
1'entraine, le fait tournoyer, sort du cercle, revient pour enton-
ner un chant. II s'en retourne pour essuyer la face des tambouri-
naires. Ensuite; il fraie le passage pour ceux qui sont poss6d6s
par Cimitid-Boumba. Ceux-ci sont all6s rouler dans le feu m&me.
Apres s'y 6tre <( baign6s avec jouissance, ils se redressent. Leur
aspect est saisissant. Le coton sort du nez et de la bouche, par
bribes, d6formant les traits; les yeux sont d'une mobility inqui6-
tante ou bien, au contraire, trop fixes. De temps en temps, les
Mait' Cimitid-Boumba poussent des lamentations 6tranges, le
son 6touff6 (par la mentonniere et le coton) est n6anmoins puis-
sant; cette plainte module fait songer h un chien hurlant a la
mort.
Pres du feu, c'est maintenant une scene strange qui va durer
plus de deux heures. Les tambours grondent, les Loas dansent,
le feu cr6pite, les Hounsis chantent, groups aupres des tambours,
et leurs voix pleines r6sonnent dans la nuit, se r6percutent au
loin. Les g6missements lugubres de Maitre-Cimetibre r6pondent
aux hurlements de joie d'autres Loas plus fr6n6tiques. Les Mys-
teres se jettent dans le feu, s'y roulent, y dansent avec ravisse-
ment. La foule enserre 1'espace laiss6 libre; elle est souvent oblige
de reculer devant la chaleur intense qui se d6gage... et, aussi,
devant l'exub6rance des Loas.
Des bousculades se produisent au dernier rang : c'est un
homme que Brisi vient de < monter a brusquement. Il regardait
paisiblement, soudain le Loa a pris possession de lui. II 6tait
correctement endimanch6, precipitamment il retire sa veste,
ses chaussures, prend un foulard de couleur qu'il noue a son
cou, relive A mi-jambe son pantalon blanc. Il s'approche du
brasier et, pieds nus, monte sur les bfiches incandescentes; sa
peau n'a meme pas un tressaillement au contact des braises
ardentes. Au bout de quelques seconds, il quite son piddestal
improvise et commence A saluer l'assistance. Maloulou est tou-
jours le Maitre-du-feu. Il dirige les Loas qui s'agitent de droite
et de gauche, refait le bfcher d6s que les bois s'6croulent, invite
les Kita A danser avec lui au milieu des flames. Les tambours
font rage.





Civilisation noire en Haiti
Un poss6d6 par Kita se roule terre et vient achever sa course
sur les charbons rouges; il est 6tendu, 1l, heureux, puis reprend
son trajet en sens inverse. Un second, un troisieme Kita tombent
a terre, se d6battant : un remous se produit parmi ceux qui
les entourent, car ce sont des jeunes filles d'une vingtaine d'an-
n6es et... elles ont oubli6 de mettre un pantalon! Grand 6moi,
les femmes s'affairent, tirent les robes courts, essayent de les
attacher avec des 6pingles, peine perduel En r6alit6, peau noire
dans 1'obscurit6, il est vraiment impossible de discerner leur
nudity et personnel ne s'occupe de ces choses-1a, mais la correc-
tion veut qu'elles portent une pantalette et les braves gens sont
indign6s : Qui gen manman l'fait pour quitter l'soti confd 12! Les
chants saluent tous les Loas qui sont accourus a 1'appel et se
sont baign6s dans les flames avec une jouissance sans gale :
0 rhoukd, m'a rhoukd... ahi dde'd
0 rhoukd, m'a rhouki an nymanman.
(intraduisible)
Les aaa;..o...aaadie! se prolongent, modules a l'infini. Mais
l'homme, qui d'Ogou s'6tait mu6 en Simbi, est ]A; sa figure
6clair6e par en dessous est plus inqui6tante encore. Assis a terre,
jambes crois6es et replies, il semblait adorer le feu, le fixant
avidement de ses yeux 6tranges. Tout A coup, il se dresse, 6clate
de rire, et s'aidant des morceaux de bois enflamm6s comme de
marches, il gravit le gigantesque bficher. Ses pieds nus se posent
sur les charbons ardents, s'y appuient solidement avant de
choisir un autre soutien. L'homme est dress de toute sa hau-
teur, il domine imp6rieusement 1'entourage. Par des mouve-
ments brusques et rapides de la tote, il toise ceux qui s'agitent
autour du (c boucan Le voici parvenu au faite. II saisit d'une
main la pince qui rougeoyait au feu, depuis deux on trois
heures, et s'en sert comme d'une hampe; de courts flames
lechent ses chevilles. Le nez contract, les joues creuses et le
mention en avant, il fait entendre un curieux rire, puis il redes-
cend de son pi6destal aussi pos6ment qu'il y 6tait mont6. Pen-
dant ce temps, Maitre-cimetiere, Baron-la-Croix et Zombi ex6-
cutent une danse; les deux mains sur les hanches, les 6paules
hautes, agit6es. Ils sont implacables comme la Mort, ils vont

s2. Comment sa m&re a-t-elle pu a llaisser sortir ainsi?





Noel Vodou en Haiti
d'un movement aveugle, bousculant ceux qui traversent leur
quadrille funebre. Sous une impulsion soudaine, Maitre-Cime-
tiere se retourne, arrete sa danse et vient scruter le cercle des
assistants. II avise une fillette de six ans, environ, qu'il saisit.
Le mince corps noir est port sur les 6paules du Loa, en travers,
maintenu par les bras et les jambes. Maitre-Cimetiere danse
ainsi, se rapprochant insensiblement du feu. L'enfant est entrainbe
par la main inexorable du Mystere qui, tout en courant et dan-
sant, saute dans le feu. Le jeune corps noir oscille, semble une
couple guirlande qui passe et repasse au travers des flames.
La petite n'est nullement effray6e; elle se laisse ( baigner ),
confiante. Remise sur pieds, elle rejoint sa place en souriant
tandis que Maitre-Cimetibre saisit de la meme maniere plusieurs
autres enfants. Des mamans apportent des beb6s encore tout
endormis; tenus par les mains ou les pieds, parfois par une seule
jambe, les petits corps bruns et potel6s sont balances dans les
flames puis remis A leur mere. Le bain magique vient de leur
8tre administer.
Mattre-Cimetiere reparalt, tenant un Kita par la nuque. Le
trio est d'un si bel 6quilibre qu'il 6tonne des l'abord. Le Loa,
massif, au centre, domine les deux autres qui ont un corps mince
et souple. Leur danse est splendidement rythm6e. Les groups
se font et se d6font. Voici Baron-la-Croix et Zombi : tous deux
dansent en se tenant par la taille, le haut du torse l6gerement
rejet6 de c6t6, pour faciliter le jeu des epaules. Zombi est une
d6licieuse jeune fille. Sous l'impulsion des tambours, elle se
d6tache de Baron et glisse, saute, tourne, passe au travers des
flames en se jouant. Alerte, taquine, elle se dirige vers 1'un
ou l'autre et sale gracieusement. Elle passe ses mains seches
sur les visages, les cheveux ((pour retire la malchance ). Elle
embrasse doucement, un baiser si l6ger qu'il semble immateriel;
rituellement, une fois sur chaque joue, puis sur les lIvres.
Maitre-Cimetiere poussant une lugubre lamentation entraine
ses semblables vers la croix du Baron, plus loin, vers les grands
arbres. De petites bougies luisent entire leurs mains, Zombi a
pris une bfche enflamm6e qu'elle fait tournoyer. Vers les tombes
du petit cimetiere familial, blotties sous un 6norme mapou, il
fait tres sombre, mais des coucouilles passent et repassent, fai-
sant scintiller leurs petites lumieres verditres au course de leur
vol sigzagant,





Civilisation noire en Haiti


Les chr6tiens vivants D personnels non poss6dbes) ne sont
pas les seuls a subir les taquineries des Loas. Deux personnages
inattendus viennent de faire une entree sensationnelle. Ce sont
deux individus poss6d6s par Gued6-Nouvavou et son compare
Gu6d6-Vi. Le premier porte un chapeau cocasse orn6 d'un ruban
noir et d'une tige de canne a sucre en guise de panache. Il s'est
6galement couvert de fleurs des champs. La tenue de Gu6d6-Vi
est plus sobre : il porte un gilet noir et un long voile de deuil
qui tombe de son couvre-chef. Ils arrivent sans doute d'une
autre maison oh I'on c6lebre la meme c6r6monie. L'un et I'autre
sont d'humeur enjou6e et gambadent tant et plus. Il leur arrive
de d6biter des gaillardises, mais le Houngan D6us a t6t fait de
les remettre A leur place, car il ne tolere guere la presence des
Gued6 en dehors de ]a fete des morts, au mois de novembre.
Les deux K poss6eds D se garden bien de s'approcher du feu;
comme tout le monde le sait, les Gu6d6 craignent les flames.
Mais ayant eu le malheur de s'aventurer trop pros du brasier,
Gu6d6-Nouvavou est entrainW vers le feu. Le pauvre Gu6d6 est
aux abois. Il se d6bat du mieux qu'il peut, mais ne r6ussit pas
Sse d6gager de la poigne d'acier du a dieu, s Brisd, Les secousses
de son plumet trahissent son 6moi, et lorsqu'il sent la chaleur
des flames, sur ses pieds nus, il pousse des cris lamentables.
Le Loa Maitre-Cimetiere vient A son secours. Brisi, enfin, se
laisse persuader et lAche le pauvre Gude6 qui s'en va plus
mort que vif, A la grande joie des assistants qui rient de tout
coeur.
Pr6c6demment, la foule avait laiss6 passer avec d6f6rence une
femme mince et noire qui 6tait le cheval d'un grand Loa.
On chuchote autour d'elle que c'est Papa Pierre ), Loa qui
est ( servi ) dans la famille de nos h6tes. Il n'a pas revAtu son
caraco rouge, ni son petit bonnet rond, mais il vient, lui aussi,
se baigner dans le feu de Noel. ( Papa Pierre D est tres came,
tres grave. Il se retire aussi noblement' qu'il s'est pr6sente.
Lorsqu'il vient, ainsi, chaque Noel, ( Papa Pierre ) donne des
instructions, des conseils, 6coute les demands de ceux qu'il
protege et leur r6pond par quelques sages avis. On me pr6sente
a lui, il me serre les mains gravement, puis envoie quelques
bouff6es de son cigare vers moi, en me faisant turner lente-
ment; il m'assure, alors, de sa protection.
Les Loas tournent en rond autour du feu qui d6croit lente-





No1e Vodou en Haiti
ment. Il est pres de trois heures du matin; depuis minuit nous
sommes, 1M, hallucin6s. Alentour, la foule grouille intens6ment.
De petites marchandes de biscuits, de pains, de douces, de
tremp6s sont assises sous la galerie de la grande chaumiere,
6clair6es par une petite lampe fumeuse. La cour entire est
pleine de paysans en groups compacts. Certains dansent, seuls,
pour leur plaisir. Ceux qui se sont sentis fatigues sont alls prendre
quelques heures de repos; d'autres se sont installs sous les gale-
ries, a terre, sur des nattes, roul6s dans des couvertures ou bien
a cargu6s ) sur des chaises. II n'est pas rare de voir un dormeur
se lever, subitement poss6d6 par un Mystere, et se mettre a
danser ou bien a courir vers le brasier.
Maintenant, les Mattre-Cimetiere sont parties et ont W6t rem-
places par d'autres Mysteres don't l'apparence physique est tota-
lement diff6rente. Plus rien de la face inhumaine de Maitre-
Boumba, c'est une saine, jeune et gaie n6gresse qui rit a belles
dents, en attendant d'etre ( monte ) par Grand-Simba. Elle
sera, alors, une femme Agee, cass6e pa les ans, aux mains trem-
blantes. Un Gu6d6 a possede ) la jeune Zombi; aussi fantaisiste
que 1'6tait le pr6c6dent. On lui rapporte son baton, sa bouteille;
sa jolie figure noire est maintenant d6barrass6e des lines et du
coton qui la masquaient. Elle offre A boire & la ronde, avec des
mines et des expressions enfantines. Mais on se garde bien d'ac-
cepter, car le trempd de piments boucs n'attire personne... Un
chant retentit :
Gudddvi Yd oud... 0 mitton yagaza!
0 acco yd vi yd round o yagaza...
Picold yd round o mitton yagaza.
0 acco yd vi yd round, o yagaza!
Gudddvi mdpr'al goniyd, mitton yagaza... (intraduisible)
Ce chant est bient6t suivi de la danse fr6n6tique qui rassemble
tous les Gu6d6 presents. La danse, souvent 6rotique, des Gu6de
se pursuit. C'est 1'acte sexuel qui est mim6 avec une fougue
passionn6e. Rien de trouble, nulle dissonance. Les tambours
suspendent leur jeu, l'excitation cesse a l'instant... Un nouveau
Loa apparait; c'est Loco qui, fort s6v&re, est craint beaucoup.
Il exige une vie morale, proscrit le devergondage. Ii est vraiment
remarquable par son maintien digne et grave. II se promene
lentement, salu6 par tous les a pititt' caille qui a virent a devant






Civilisation noire en Haiti


lui rituellement avec les marques du plus profound respect. Loco
est bon et just. Il est le protecteur de tous les membres de la
Soci6t6. II dirige ~ ses enfants vers le bien, empcche le mal de
les atteindre A condition qu'ils suivent eux-memes la bonne voie.
S'il punit, c'est A bon escient; mais il sait aussi pardonner. Les
tambours ont battu un Aux champs pour 1'accueillir, et de suite
on le salue par un chant :
Loco Ati-Sou nous I... Ago... yd!
Loco Ati-Sou nous 14.
0 Lossifld Badd min yanvalou Loco...
Bondid 'va gadd moin.
0 Silibo Vavounn nous la, Bondid va hinndd nous.
Min yanvalou goudtau ani yd.
Ago... y 13!
Les Aboboo... retentissent de tous c6t6s, mels aux Youyou-
youyou! & la maniere ancienne, la paume de la main droite
venant interrompre le son sur les 16vres, A intervalles tres rap-
proch6s.
II 6tait pros de cinq heures du matin lorsque les derniers rou-
lements de tambour se turent... Les derniers assistants s'6gail-
laient, un mouchoir au cou ou sur la tSte, presses de s'6tendre
et de dormir... Plus tard, le Houngan pr6para et remit a chaque
S(pititt' caille a un peu d'eau compose avec la poudre de Noel.
Une bouteille a Wte apportee A cet usage par chaque famille.
Cette eau est rescue avec gratitude comme une chose fort pr&-
cieuse. Ceux qui n'ont pas pu venir, ceux qui sont malades, par-
ticiperont ainsi a la c6r6monie rituelle; et, au course de 1'ann6e
qui vient, il sera souvent fait appel a l'eau magique pour chasser
les mauvais esprits et tout ce qui peut trouble le repos fragile
de ces pauvres paysans... Par groups, avant de se disperser,
ceux-ci s'approchent de D6us qui, en.meme temps qu'une bou-
teille remplie, leur prodigue de sages conseils personnels...

13. Loco Ati-Sou nous sommes 14... Ago... yI1
Loco Ati-Sou nous sommes 14.
0 Lossifld Badd min yanvalou Loco...
Bon Dieu me gardera.
0 Silibo Vavounn nous sommes d1, Bon Dieu nous aidera
Min yanvalou goudtau ani yd.
Agoa. yel






Noel Vodou en Haiti


LEXIQUE

BARON-CIMETIERE : Loa Maltre et garden des cimetieres.
BOUMBA : Loas du rite Congo-Pt-ro. Famille des Boumbas.
BRISE : Loa du rite Pdtro-Kita.
CAILLE-MYSTARES : Piece ou mason oi sont places les myst&res (ou Loas);
mot A mot : maison des mysteres.
CANARI : Grande poterie contenant g6n6ralement la reserve d'eau.
CHOUAL: Cheval, en creole. Nom sous lequel les Loas d6signent la personnel
qu'ils possedent ou COUA-COUA : Hochet rituel form d'une petite calebasse ronde, s6che,
emmanch6e sur un batonnet. L'interieur continent de petites graines ou
des cailloux. II sert a invoquer les Loas, ou bien, A un moindre degr6, a
rythmer les chants, Congo ou Pdtro.
COUCOUILLE : Mouche-a-feu, ou mouche luisante.
Coui : Recipient form d'une demi-calebasse.
FOUET'CACH : Fouet tr0s long, a manche court.
FOULAH : Action de vaporiser un liquid entire les levres demi-ferm6es.
GRAND-BOIS : Loa du rite Petro particulierement dddi6 aux forts et aux
plants qui en proviennent.
HOUNFOR : Temple du culte vodou.
HOUNGAN : Pr8tre du vodou.
HOUNGUtNICON : Assistant, ou assistant, du Houngan. Cette personnel
est particulierement charge de la direction des chceurs.
KITA : Une des families de Loas du rite Petro.
LANGAGE : Idiome rituel provenant des langues africaines, mais tr&s d6fi-
gure maintenant dans la plupart des Houmfors.
LEGBA : Un des plus grands Loas du Pantheon vodou. C'est lui qui est
cens6 ouvrir les barrieres mystiques permettant au croyant de commu-
niquer avec le monde des mysteres.
LOAs : Esprits. Ils se manifestent en s montant une personnel donn6e.
Celle-ci est alors possed6e par le Loa et sa personnalit6 s'efface pour fair
place A celle, difflrente, de I'esprit.
MALOUOU : Loa Petro.
OGOU : Loa de la famille des Nago.
PA : Autel vodou.
PATRO, RADA, NAGO, DAHOMt, CONGo, ANMINE : Families de Loas. Noms
des rites selon lesquels ces Loas sont servis.
Swiai : Un des Loas lea plus important du rite .Pdro,






Civilisation noire en Haiti


TIGNON : Madras.
TREMPE DE PIMENTS BOUCS : Boisson tris prisde des Gu6d6s et qui est
compose de clairin dans lequel de tres forts piments ont infuse.
VAVER (ou Vtva) : Dessin symbolique trac6 A l'aide de farine ou de cendre
ou d'une poudre prescrite par le rituel.
YANVALOU : Danse du rite Rada.














LA CHANSON HAITIENNE

PAR SUZANNE COMHAIRE-SYLVAIN



Le chant constitute un des aspects les plus int6ressants et les
plus riches de notre folklore et nos paysans ont un sens tris aigu
du rythme, une oreille musical tres fine. Il n'est pas rare que
des femmes du people refusent de chanter simplement parce
que le premier tambour n'est pas tendu de facon a conserver
1'intervalle voulu avec les deux autres, difference qui est presque
imperceptible meme pour un musicien exerc6. Le sens artistique
de l'Africain transplant s'est concentr6 dans la musique et
dans les contest. Meme lorsqu'il s'6tablit en ville, l'habitant des
c mornes a continue a chanter; le theme change, le style se
modifie, mais tant qu'il ne s'est pas 6lev6 dans l'6chelle social,
tant qu'il ne s'est pas assimilM la culture de I l'Mlite la musique
reste son principal moyen d'expression. Le mot (musique ) est
employ ici dans un sens trbs large et comprend le chant et la
danse avec ou sans accompagnement d'instruments.
Nous pouvons diviser les chants d'apres leur function, en deux
grandes categories : les chants vodou qui, A peu d'exceptions
pros, sont toujours composes de fagon a pouvoir 6tre dans6s et
ont un caractere nettement religieux, et les chants profanes don't
certain seulement sont accompagn6s de danses.

CHANTS VODOU
Les chants vodou se r6partissent en plusieurs varietes. Ainsi,
on distingue des ( chants de preparation a pour assurer les lwa.
(divinit6s et esprits) de la devotion des fiddles ou pour s6parer
diverse phases du rituel, des ( invocations ) ou rdle Iwa pour





Civilisation noire en Haiti
implorer la protection de certain lwa et les inviter a se mani-
fester, des < r6ponses et des <( prieres ) lorsque les Iwa sont
( descendus s, c'est-A-dire lorsqu'un ou plusieurs cas de posses-
sion se produisent dans I'assistance, et enfin des cong6s a lors-
qu'une possession a trop dur6 ou n'est pas d6sir6e, ou bien
lorsqu'on craint que l'Ame qui vient de quitter le corps ne s'at-
tarde dans des lieux families.
Le vodou possede un rituel extremement complex. Selon les
c6r6monies, on emploie des instruments de musique diff6rents.
Les nombreux rites qui constituent l'ossature du vodou appar-
tiennent a plusieurs types que l'on distingue par le rythme de
la musique et les instruments de musique. La plupart des grands
dieux du vodou haitien sont classes dans le group rada. Dans
le rituel qui correspond h cette cat6gorie, on emploie trois tam-
bours, dit tamboura rada (le mot rada vient d'Alada, ville du
Dahomey). Ils portent diff6rents noms suivant les localit6s
(adjaounto, hounto, hountogri, etc.). Dans la region de Port-au-
Prince, on les appelle mdma, sdg6 et boula selon leur taille. Le
mama qui est le plus grand (en creole mamd ne signifie pas seu-
lement mbre, mais fait function de pr6fixe augmentatif) peut
atteindre I metre de hauteur sur o m. 35 de diambtre et il n'a
jamais moins de o m. 80 et o m. 25 de diam6tre. Le boula qui
est le plus petit measure la moitie du mama. Quant au sig6 sa
taille est intermediaire entire les deux. Ces tambours de forme
tronconique sont taillis dans un tronc d'arbre 6vid6 et recouvert
A la parties sup6rieure par une peau de boeuf ou de chevre. La
tention est obtenue par une serie de chevilles en bois relies par
des cordelettes en pite (agave). La beauty de l'instrument depend
de sa ligne, de la r6gularit6 des nervures et de la quality du bois.
Certains tambours sont enjoliv6s de motifs points, mais dans la
majority des cas ils sont simplement enduits d'une couche de
peinture qui sert a la fois de decoration et de protection pour
le bois. II existe de magnifiques tambours en cedre poli avec
des membranes en peau de chevres don't le poil blanc et noir
a 6t6 conserve entire la face sup6rieure et les cl6s.
Diverses essences peuvent servir a la construction des tambours
rada (chine, cedre, acajou, figuier maudit, manguier, etc.). L'ar-
tisan qui connait son metier et qui respect les Iwa choisit soi-
gneusement l'arbre A abattre et accomplit certain rites connus
sous le nom ( d'adoration Iwa ,. Les tambours ne peuvent 6tre





La chanson haitienne
utilis6s avant d'avoir Wt6. baptis6s c'est-A-dire consacres par
des rites purificatoires au course desquels ils sont revetus de dra-
peries blanches.
Le boula, le plus petit des tambours Rada, est battu a l'aide
de deux baguettes tout comme les tambours europ6ens. Le joueur,
ou boulay6, est toujours assis et tient son tambour vertical.
Le sdg6 se bat aussi avec les deux mains (tant6t la parties inf6-
rieure de la paume pris du poignet, tant6t les doigts allong6s)
ou bien avec la main gauche et une baguette ordinaire ou un
agida (baguette courbe). Le tambourineur, ou sdgdtyd, est assis
et donne a I'instrument pris entire ses genoux une inclinaison
d'environ 80o. Le mdma se bat sur le bois et sur la peau avec
la main gauche et une baguette sp6ciale (badyet kon) en forme
de pipe ou de maillet. Le joueur est g6neralement assis, mais
peut aussi se tenir debout au moins par intermittence. Le tam-
bour est incline A 450 environ.
Les diverse parties de 1'orchestre d6butent g6neralement dans
I'ordre suivant oga, boula, sig6, mama. Les voix viennent aprbs
le mdmd dans les a preparations (invocations et a cong6s n,
avant I'ogd dans les rites, r6ponses et les prieres.
Dans le rite Pdtro de creation indigene (Pitro vient de P6dro,
nom de son fondateur) nous voyons quelquefois paraitre un
autre instrument, le lambi ou conque terminal, form6e par un
grand coquillage marin (lambi voulait dire oreille chez les
Indiens d'Haiti). Comme le son qu'on en tire est tres puissant
et que le Pdtro, d6fendu par la loi comme tous les autres rites
vodou, est particulierement redout6, on supprime g6n6rale-
ment le lambi dans les environs des villes ou des agglomerations
plus ou moins importantes, afin d'6viter des ennuis avec la
police. Les tambours Pdtro sont au nombre de deux, on les
appelle Gros-baka et Ti-baka ou bien Maman et Pititt dans les
regions que je connais. Tout comme les tambours Rada, ce
sont des tambours tronconiques taill6s dans un tronc d'arbre
6vid6 recouvert de peau de chevre ou de veau a sa parties sup6-
rieure. La tension de la peau est r6gl6e a l'aide de deux anneaux
de bois et d'un syst6me de cordelettes. On peut se servir d'un
tambour Pdtro et d'un tambour Congo dans les c6r6monies Pitro.
II s'agit alors de Ti-Congo, le plus petit des trois tambours Congo
aux deux faces recouvertes. Contrairement t ce qui a lieu pour
le rite Rada, le plus important des tambours Pitro est le plus






Civilisation noire en Haiti
petit. Ils se battent avec les mains dans les ceremonies Pdtro.
Dans les c6r6monies Congo, qui sont tres rares, on ne se sert
presque plus des trois tambours Congo a deux faces : Maman,
Timebal, et Ti-Congo, except dans certain districts isol6s oh
l'on joue tant6t les tambours Rada, tant6t les tambours Congo
au course de la meme c6r6monie. On pr6fere allier un tambour
Petro et un tambour Congo : Gros-Baka et Timebal, ou bien
se servir de deux tambours Pdtro, ou encore alterner Timebal
avec les trois tambours Rada, ou enfin se servir des deux tam-
bours Congo a une face, tambours Loangue.
Maman, Timebal et Ti-Congo sont les seuls tambours sacr6s
a deux faces recouvertes de peau que nous ayons depuis que
les tambours Nago ont disparu. Ils sont en bois creux, a peu
pros cylindriques. La tension des peaux est r6gl6e au moyen
de deux paires d'anneaux de bois relies par des coidelettes.
Le Timebal est le plus grand et le plus important, mais le Maman
a un diametre superieur. Quand il est employ seul ou avec un
autre tambour, on attache quelquefois au'Timebal une plan-
chette sur laquelle un autre tambourineur joue a l'aide de deux
baguettes. Les tambours Congo a deux peaux se battent avec les
mains, avec une main et une baguette, ou avec deux baguettes.
Les tambours Congo a une peau ou tambours Loangue sont
tronconiques. Par la facture et le mode de tension des peaux
ils rappellent les tambours Pitro mais sont bien plus grands :
ils atteignent I m. 90 et parfois davantage.
Dans les c6r6monies Ibo on se sert suivant la region tant6t de
tambours Rada tant6t de tambours Pdtro suivant la localit6. Il
existe cependant certaines communaut6s isol6es oi les deux tam-
bours Ibo sont encore employs. Comme dimensions et comme
forme ils rappellent les tambours Loangue mais le mode de ten-
sion des peaux est different; il y a des boutonnieres comme dans
les tambours Rada mais les cordelettes relient ces boutonnieres
a des trous creus6s la base des tambours et non a des chevilles.
Dans le Nord d'Haiti, de grandes calebasses (Lageneria vul-
garis) (il en est qui mesurent o m. 60 de hauteur sur o m. 75
de diam&tre) que l'on a soigneusement vid6es, s6ch6es et vernies
remplacent parfois les tambours au course des c6r6monies reli-
gieuses. On les frappe avec les doigts munis de d6s a coudre.
Dans certaines c6r6monies agraires qui ont lieu en plein
bois, on se sert encore dans la region du Morne La Selle, au sud

64
Les tambours du cult Vodou.






La chanson haitienne
de Port-au-Prince, de tambours paillette qui rappellent, parait-il,
les tambours Rada en beaucoup plus petit. Je ne les ai jamais vus.
Les details que nous venons de donner au sujet des diff6rents
types de tambours se justifient par le r61e de premier plan
que ces instruments jouent, tant dans le domaine rituel que
musical. En Haiti, comme en Afrique, c'est la voix humaine
qui accompagne le tambour, contrairement A ce qui a lieu pour
la musique europ6enne. C'est le tambour qui preside aux chan-
gements de rythme, c'est lui qui gronde, implore ou temp6te.
C'est A lui que sont r6serv6s les soli. Quand on invoque un Dieu
(lwa), c'est le chant qui c61bre la divinity don't la presence
est d6sir6e et qui exprime ce qu'on attend d'elle, mais c'est le
tambour principal qui lui ordonne de venir et qui provoque
la possession. C'est lui aussi qui, par des ( feintes c'est-A-
dire des changements de rythme lorsqu'une personnel s'approche
ou s'1loigne, la d6signe au lwa comme la personnel qu'il doit
S(monter ) (c'est-A-dire < poss6der ).
L'as6 ou hochet sacr6 est une calebasse (Lagenaria sp.) de
forme oblongue, s6ch6e au soleil, vid6e de son contenu et rem-
plie de graines, ou parfois de vert~bres de couleuvre. Elle est
recouverte de graines, de verroterie et de vertebres de cou-
leuvre prises dans les mailles d'un filet. La parties 6troite, corres-
pondant a la tige, sert de manche.
Cet instrument de musique, identique a son prototype africain,
est le symbol du rang de l'officiant dans la hi6rarchie vodou.
Son usage est r6serv6 aux houngan (pretres) et aux mambo (pr8-
tresses) ainsi qu'aux la-place (aspirant pretre). Cet attribut de
leur dignity leur est remis A l'issue d'une c6r6monie sp6ciale :
la prise d'as6. Des candidates au titre de houngan ou m&me des
houngans d6jA initi6s viennent parfaire leur formation chez des
colleagues qui jouissent d'une grande popularity. Nous connais-
sons le cas d'un houngan de la Croix des Bouquets qui s'est
rendu dans la champagne de Port-de-Paix, A l'autre extr6mit6
du pays, pour recevoir les lemons d'un grand houngan qu'il
paya 2. 500 gdes, soit 500 dollars. A la fin de son initiation,
il regut en guise de dipl6me un as6 portant une petite marque.
L'officiant se sert parfois de son as6 pour tracer dans I'air
des figures cabalistiques, ou bien il le secoue suivant certain
rythmes pour communiquer avec les Iwa ou avec les houngud-
nicon (chef de choeur).

65
La cons~cration des tambours.






Civilisation noire en Haiti
II existe aussi un autre type de hochet appel6 tchatacha. II
est fait avec le fruit du calebassier (Crescentia cuyetd) et est
pourvu d'un manche. Son usage est associ6 aux rites Pitro.
Parmi les accessoires du culte, il faut citer encore la clochette
et le sifflet qui sont des objets en m6tal, d'importation euro-
p6enie. L'ogd, tout comme l'instrument africain du meme nom,
est une cloche de fer A battant externe.
Dans le rituel rada, les a preparations D se chantent g6n-
ralement sur un rythme de danse rada ou sur 'un des rythmes
de ydvalou : soit du ydvalou jdnou ou doba qui se danse les genoux
pli6s et le a dos bas soit du ydvalou ddbou ou zdp6l qui se carac-
t6rise par un movement des 6paules (ydvalou vient d'un mot
dahom6en qui signifie mendier a). Les ydvalou et le rada sont
consid6r6s comme des danses de repos ou de purification qui
conduisent a l'extase. La premiere ( preparation D est ordinaire-
ment d6di6e A Legba, le portier du rituel rada, le maitre des
routes et des chemins. Voici le chant qui est entonn6 pour
demander a Legba d'ouvrir u la barri6re .
Atb6 Legba, louvri baye pou Atibon Legba, ouvre-moi la
mwd. barriere.
Ago d! Ago hM!
Papa Legba, louvri baya pou Papa Legba, ouvre-moi la bar-
mwd. riere.
Louvri bayd pou m' Kapab rd- Ouvre-moi la barriere pour que
trd. je puisse rentrer.
L6 m'a-tound, m'a-salouyd lwa- Quand je retournerai, je salue-
yo. rai les Iwa.
Abobo. Abobo.
En voici un autre que 1'on chante dans les c6r6monies c616-
braes en 1'honneur des jumeaux :
La fdmi sdbld, Que la famille s'assemble,
Sdbld nou tout! Assemblez vous tous.
Lafdmi sdbld, Nous voici assembles.
Pou pald parol nou, Pour parler notre parole,
Lafdmi sdbld, Abobo! Que la famille s'assemble
Abobo.
Les invocations se chantent sur un grand nombre de rythmes
suivant le Iwa que l'on desire appeler et selon le type de c6r6-






La chanson haitienne
monie : Vodoun KourA ou Papa Vodoun, Vodoun dahom6,
rada, nogo, ibo, mahi, p6tro kourA, p6tro mai on dompedre,
Kita chech, kit6 moye, lim6ba, moundong, yAvalou, k6go-
frA, etc. Ces danses peuvent 6tre ex6cutses par tous les fidMles
A 1'exception de celle en l'honneur de ddbala qui est r6servee A
l'officiant (houngan ou mambo). On ne voit g6n6ralement pas
de couples. II arrive toutefois que deux personnel dansent
ensemble.
Voici une troisieme invocation A Agw6, le dieu de la mer :


Mgt Agwe kotl ou yd?
Ou pa wd mwe nardsif?

Agwd-woyo, kote ou yd?
Ou pa wd wmB sou ldmd?
Zaviro yo na md mwR
M'pa sa tound dhyh,
M'dija douvd.
M'pa sa tounh dehe.
Mdt A gwd kotl ou yd?
Ou pa w mwe nda risif?


Maitre Agou6 oh es-tu?
Ne me vois-tu pas dans les
r&cifs?
Agw6-woyo ou es-tu?
Ne me vois-tu pas sur la mer?
J'ai en main les avirons.
Je ne puis retourner en arriere.
Je suis dejA en avant.
Je ne puis retourner en arriere.
Maitre Agou6 o0 done es-tu?
Ne me vois-tu pas dans les r6-
cifs?


Dans les r6ponses, le lwa s'exprime par la bouche de la per-
sonne poss6d6e qui entonne la chanson, les autres repetent.
Il peut y avoir un petit dialogue comme dans celle-ci oi parait
un Iwa qui n'a pas Wt6 invite :


Ogoun pa la, sd mwz ki la.

Ogoun pa la? ch-ad mddg mwg

Ogoun pa la, sd mwe Sibo

Ki fi chk-a modd-ou,
Sd mwe Sobo.


Ogoun n'est pas 1l, c'est moi
qui suis lA.
Ogoun n'est pas 1A? Le chien
m'a mordu.
Ogoun n'est pas 1l, c'est moi
Sobo,
Qui ai fait le chien te mordre.
C'est moi, Sobo.


En voici une autre oh le m&me Ogoun, dieu de la guerre, se
plaint d'etre d6laiss6 et menace l'assistance.


Ddpi td m'la
Dipi td m'la, Ogoun Badagri,


Depuis le temps oh je suis lA,
Depuis le temps que je suis
IA, moi, Ogoun Badagri!






Civilisation noire en Haiti


Mwz di nous lagd mwe.
Ddpi td m'la,
Sd kdd ki mard kdd.
Ddpi td m'la,
Yo pa kond mwz sd Ogoun,


Ddpi ta m'la.


Je dis que vous m'abandonnez.
Depuis le temps que je suis lA,
La corde attache la corde;
Depuis le temps que je suis la,
On ne sait pas que je suis
Ogoun,
Depuis le temps que je suis 1a.


Beaucoup de ces r6ponses sont accompagn6es de danses sym-
boliques particulires A tel ou tel lwa. Par example lorsque
Agou6, dieu de la mer, < chevauche (c'est a l'expression tech-
nique pour indiquer la possession) I'un de ses fidGles, celui-ci
peut chanter une r6ponse sur le rythme de la ( danse Agou 6)
qui s'ex6cute avec de grands movements de bras rappelant
tant6t la nage, tant6t les ondulations des vagues. Parmi les
Iwa, Azaka, dieu des montagnards et des voyageurs, Ogoun dieu
de la guerre et des forgerons, Damballa, le dieu serpent, Jupi-
ter de I'Olympe vodou, ont aussi chacun leur danse, mais ils
peuvent se contenter comme les autres lwa d'un Yanvalou ou
d'un Rada.
Les < prieres a chantent les louanges du dieu qui s'est mani-
fest6, ou le plaignent a cause de l'ingratitude des hommes. Elles
peuvent aussi pleurer tel ou tel 6v6nement malheureux on bien
la misere des temps, on encore implorer l'aide du dieu (aide
g6ndrale ou sp6cifique).
Voici une priere a Dad Ezili, lwa Pitro :
Dad Ezili, ala bel nIges! Dad Ezili, ah! la belle femme
Dad Ezili, ala bNl neges! Dad Ezili, ah! la belle femme
M'a-fd-ou o4 kado ava m'ald, Je te ferai un cadeau avant
de partir.
Madjdmd. Madajanman.
En voici une autre a Baron-Samedi, garden des cimetieres:


Bard Sdmdi, ri dd-mwe
Le map pladt, ri dd-mwe Bard

Sdmdi
Ridd-mew lo m'ap-platd,
Jou gren-ld ldvd,


Baron Samedi, aide-moi
Quand je plante, aide-moi, Ba-
ron
Samedi.
Aide-moi quand je plante
Le jour oh l6vera la semence,
Nous partagerons le grain






La chanson haltienne
Bar6 Samdi, ride mve. Baron Samedi, aide-moi.
Lo m'ap-pldtd, ride-mwe, Quand je plante, aide-moi.
Gdgnd-mwisd pou rou. Abobo Mon gain cst A toi. Abobo.
Les Iwa qui manifestent leur presence en < dansant dans la
tate d'une personnel a sont salues par les rythmes du Aux champs.
Un la-place muni d'un sabre et deux hounsi (servantes du dieu),
portant les 6tendards du sanctuaire, viennent presenter ces
insignes A la personnel poss6d6e. Quand un personnage impor-
tant honore la fete de sa presence, on peut aussi lui d6dier un
Aux champs. Il est coutumier de r6pondre A cet honneur par
un present en argent.
Les < cong6s a se chantent sur des rythmes de mazdn et de
bdda. On emploie la maz6n dans les c6r6monies vodou pour ren-
voyer un Iwa dans les deux cas suivants : le Iwa que l'on cherche
a faire partir a Wte appel6, mais ne se decide pas a partir cc
qui trouble la c6r6monie et en d6truit l'efficacit6, ou bien le
Iwa qui insisted est bossal ou sauvage. Il s'agit alors d'un esprit
errant qui n'a pas W6t invoqu6 et don't la presence peut causer
de grands malheurs, surtout s'il appartient au group des Pdtro.
On emploie le bdda ou b6ga pour renvoyer une ame qu'on
craint de voir s'attarder dans les lieux oi elle a v6cu avant
d'etre s6par6e de son corps. Le bdda se chante en presence du
cadavre. Comme la mazdn, on la danse isol6ment ou par couple
sans distinction de sexe :
Vini Gddd, vini Gddd, vini Viens Ged6, viens g6d6, viens
Gedd sila, Gddd nimbo Ce gu6d6 est Gued6 nimebo
Vini Gdde? Viens Gued6
Gedd sila, Gddd nimbo. Ce Gued6 est un Gued6 nimebo.
Le texte de ces chants content un trbs grand nombre d'616-
ments exotiques au point que certain d'entre eux sont presque
entierement incompr6hensibles. Des phrases en ( language ) ne
repr6sentent pas forc6ment une langue africaine moderne, mais
peuvent 6tre des specimens d'anciens chants cristallis6s par
la tradition. Parfois il a 6t6 possible de retrouver la source afri-
caine de certain de ces chants sacr6s. C'est ainsi qu'un de
mes correspondents du Haut-Dahomey a retrouv6 le texte
dahomeen d'une invocation a Gu6d6 qui 6tait en ( language .
Zo wennd wenne Sobadi Sobo kolisso...





Civilisation noire en Haiti
Voici une autre incantation & Agwd don't le sens nous 6chappe:
E Agwd, fi-1, wido fiedd
Fi wido, fiedd ago-e
Fie wido fiadd Sobo ago-i
Fie wido fiedd Sobo ago-i. Abobo.
Au point de vue musical, la transmission a Wte moins fid Mle
les melodies correspondantes n'ont pas Wt6 conserves et la
formule africaine a Wte modifiee. Notre musique sacr6e repr6-
sente reellement une creation indigene, puisqu'elle s'est assi-
mil6 les divers 616ments qu'on retrouve quelquefois s6par6-
ment dans les autres branches de notre musique populaire pro-
fane.
Les airs sacr6s se chantent le plus souvent A l'unisson. Les
voix de femmes dominant, les hommes accompagnant en faus-
set ou a l'octave. Dans certaines regions et pour certaines chan-
sons, en particulier Nogo, le chceur est divis6 en plusieurs parties
qui d6butent l'une apres 1'autre et se suivent dans une sorte
de canon. Dans les mornes de Furcy, au sud de Port-au-Prince,
j'ai entendu plusieurs airs ibo a deux parties, harmonisees dans
une sorte de contrepoint tres simple, mais ce sont 1a des cas
plut6t exceptionnels.


CHANSONS PROFANES

Les airs profanes se divisent en romances, chansons de jeux,
chansons de contest, chansons A danser et chanson de travail.
Les romances sont extr&mement interessantes tant du point
de vue de la langue que de la musique. Bien que la p6riode de
(( creation ) n'ait pas encore 6t6 d6pass6e, l'une des caracteris-
tiques de la romance est qu'elle n'est jamais composee en creole
moderne; il s'agit toujours d'un francais plus ou moins d6form6,
plus ou moins bien prononc6, quelquefois m6lang6 de creole.
La musique est dans certaines regions une fiddle reproduction
de la musique frangaise du xvIIe ou du xvIIIe siecle. A vrai dire,
on ne retrouve pas exactement tel ou tel air francais, mais la
maniere ou la technique qui s'est perp6tu6e chez nos compositeurs
de romances paysannes. S'il y a quelques details modernes dans
certaines romances, oit il est question d'automobiles et d'a6ro-





La chanson haitienne

planes, les sujets sont toujours dans le ton sentimental, quel-
quefois pr6cieux et mievre, du xvine siecle. C'est le soldat qui
part pour la guerre et laisse sa fiancee, le prisonnier qui pense a
sa famille, l'amoureux qui demand un mouchoir ou un ruban
A sa belle romances de guerre, romances d'amour!
Voici la romance d'Abraham tres populaire dans les montagnes
de la region de Nippes. Elle est probablement colonial. C'est
une de celles oh le creole n'est que du mauvais frangais.
Hier au soir, 6 crime de mon sommeil
Hier au soir, 6 HdUne j'ai fait gnou songe, d-ye
J'ai rdveilli avec beaucoup regret, d-yd,
A braham td gentilhomme, tilhomme,
Abraham td gentilhomme, tilhomme,
J'ai reveille avec beaucoup regret,
J'ai rdveilld avec beaucoup regret.
Une autre vieille romance de la meme region est aussi en
frangais tres peu d6form6; il s'agit du depart d'un conscrit.
Consolez-vous done a la romaine
Ciel vous binir!
Garnison un an jamais fini un jour
Voild grdnadier, drapeau diployd!
Un verre a la main pou nou fai tes adieux,
Une bouteille a la main pour nou fai tes adieux.
Consolez-vous done, mes chers amis,
Un verre a la main! Une bouteille a la main
Braves grdnadiers.
Autrefois, du temps des met k6t on conteurs professionnels,
les romances 6taient toujours accompagnees au viellon (une
espece de viole) on au tambourin, dans certaines regions on avait
adopt l'accord6on, vers la fin du siecle dernier. Maintenant on
les chante sans accompagnement, du moins partout oi je les
ai entendues.
Les romances ne se rencontrent pas dans toutes les parties
du pays, on les trouve dans des ilots nettement localises de
la plaine on de la montagne. Elles ne font pas parties du folklore
des villes.
Les chansons de jeux sont beaucoup plus r6pandues que les
romances. Elles vont de la ronde que l'on trouve surtout en





Civilisation noire en Haiti
ville, au je conserve dans certaines communaut6s isol6es des
mornes, en passant par tous les degr6s interm6diaires. Dans la
ronde typique, des enfants forment un cercle en se tenant par
la main et chantent en tournant plus ou moins vite. Dans le je
typique, la chanson est un des 616ments d'une petite pantomime.
Il y a des rondes en francais, en creole m6lang6 de francais, et
en pur creole. Les je sont toujours en creole. Le domaine des
rondes est en voie d'extension. Certaines d'entre elles contiennent
un 616ment mim6. Le jd, par centre, est bien pros de s'6teindre.
La musique des chansons de jeux est ou tout A fait frangaise
(certaines de nos rondes sont encore chanties en France avec
de 16g6res variantes) ou seulement selon la formule francaise;
mais dans la majeure parties des cas, elle utilise la formule creole,
c'est-A-dire qu'il y a eu fusion, integration de diverse influences.
Les chansons de jeux ne sont accompagn6es d'aucun instrument
de musique.
Voici un example de roncde creole; le sujet est un dialogue entire
deux petites filles, Maria et Akl6da :


Aklida, kote w'aprald?
- M'aprald ka sd Vero.
- Mwe tddd, Ay Maria!
- Sa ki fe mwe plis lapin,
M'aprald ka gnou bUl me

- S'ou mouri, m'a mouri tou,

S'ou giri, m'a gdri tou.

- Sa ki fe mwi plis lapen,
M'aprald ka gnou bel me.


Akl6da, oi t'en vas-tu?
- Je m'en vais chez sceur Vro.
J'entends. Hela Maria,
Ce qui me peine davantage,
C'est que je vais chez une belle-
mere.
- Si tu en meurs, je mourrai
aussi,
Si tu en gu6ris, je guerirai de
meme.
Ce qui me peine davantage,
C'est que je vais chez une belle-
mere.


En voici une autre tres r6pandue qui possede une quantity
innombrable de variantes. Il s'agit ici d'un dialogue entire le
roi et son serviteur :


Zobi banbaddg! Wi, wa.

- Kebd ti poule, Wi, wa.


Zombi bannbandangue Oui,
roi.
- Attrape le poulain, Oui,
roi.





La chanson haltienne
- KbeH ti poule ba yo. Attrape le poulain pour eux.
- Ti poule sovd wi, wa! Le poulain s'est enfui, roi
- Kbde ti poule ba yo. Attrape le poulain pour eux.
Je vais maintenant expliquer le je de Jean-Guillaume que les
paysans des mornes de Baradkres ex6cutaient il y a quelques
ann6es.
D'un c6t6 nous avons des jeunes gens et des jeunes filles autour
d'une table, ils sont census diner durant un grand service
(fete en l'honneur des Iwa) de l'autre un perlo un gros
chien, le mot vient de 1'espagnol perro est assis a l'6cart.
Le jeune homme qui tient le r61e du perlo se d6place A quatre
pattes et porte un lambeau d'6toffe attach A son pantalon en
guise de queue. Jean-Guillaume, un jeune homme pauvre, veut
aller au service, il s'approche du perlo qui est trbs riche et lui
demand par signes de quoi s'habiller. Le chien accepted et lui
remet chapeau, veste, canne, mouchoir, enfin tout ce qu'il faut
pour 6tre a la mode mais a une condition : c'est que Jean-Guil-
laume l'emm&ne et lui lance sous la table un peu de toutes les
bonnes choses qu'on lui servira. II y a la une magnifique panto-
mime. Jean-Guillaume s'habille et arrive avec le perlo. I1 s'assied,
commence A flirter et oublie le chien. Celui-ci gronde, Jean-Guil-
laume l'apergoit, mais au lieu de r6parer sa faute il feint de ne
pas le reconnaitre. Le perlo se met a chanter :
Ja-Giyom-o ch6je, chd6j sa m'te di-ou la!
Ch6jd ch6dj, sa m'td di-ou la 1!
I1 s'61ance et reprend son chapeau. J.-G. veut le chasser et
ameuter contre lui l'assistance. Le perlo explique son cas en
aboyant, car il ne peut pas parler. On doit pouvoir deviner ce
qu'il veut dire sans jamais le comprendre clairement. Les jeunes
gens se 16vent et forment un vaste cercle, J.-G. et le perlo sont
au milieu. Tout le monde chante en battant des mains en measure
pour accompagner le perlo. De temps en temps, il aboie et s'l1ance
sur J.-G. pour reprendre une piece d'habillement. Avant que le
jeune homme soit compl6tement d6pouill6, une des dames de
I'assistance fait cesser le jeu en disant :
( Comme j'aurais eu honte si j'avais 6t6 aux emprunts chez

I. J.-G. souviens-toi, souviens-toi de ce que je t'ai dit!
Souviens-toi de ce que je t'ai ditl





Civilisation noire en Haiti
un chien, si j'avais manqu6 a mes engagements, et qu'A cause
de cela il m'eit d6shabill6 ainsi! )
C'est peut-8tre dans les chansons de contest qu'on observe la
plus grande variation, la plus grande richesse de types diff6rents
quant au texte et A la musique : tradition africaine, tradition
francaise, tradition creole avec peut-etre influence espagnole.
Voici deux examples de textes. Le premier est en frangais a
peine d6form6. Ceux de mes lecteurs qui se sont occup6s de
folklore connaissent sans doute le theme des os qui chantent D.
II s'agit, ici, d'une jeune fille, la (Belle de Nuit que son frere
a tu6e par jalousie et don't il a enterr6 le cadavre dans un champ.
En labourant le champ, on d6couvre un os. Lorsque la sceur
de la morte s'approche de cet os, on entend une chanson :
Passez ma chi sceur passed
Passez done ma chi sour!
Ah! oui, yo tud la Belle de Nuit
Par rapport un bouquet de roses.
La chute de 1' a r final a W6t observe pendant de longues
ann6es dans la prononciation frangaise. ( Par rapport ) pour
SA cause de D est un dialectisme not6 dans maintes regions
frangaises; il ne reste plus done que yo tud pour on a tue a qui
puisse caracteriser le texte comme creole.
Le deuxieme texte au contraire doit 6tre interpret pour en
tirer un sens. Il s'agit, dans le conte, d'une femme pintade don't
le mari ignore la vWritable identity. Des qu'il s'en va aux champs,
elle appelle ses amis et reprend sa forme animal.
Voici le chant d'appel :
Tokay kimalo
Kimalo, kimalo, kimalo!
Nam-la-di mwd kimalo!
Rekdkeka kimalo
Kikdkdke kimalo
Tokay kimalo.
A premiere vue ce texte a 1'air tout A fait cabalistique. D6com-
posons-le : tokay est un qualificatif creole issu de 1'espagnol
tocayo : semblable. Il s'applique A deux individus qui portent
le meme pr6nom. Tokay est aussi un substantif creole provenant
d'une fusion de sens entire le mot tokhe, issu des dialectes guin6ens





La chanson haltienne
oh il d6signe la poule, et le mot tocayo don't nous venons de parler.
II d6signe la pintade. Le mot kimalo n'existe pas en creole courant,
mais 1'un des contours 6tait persuade, peut-8tre a tort, que
kimalo voulait dire ( pintade ,.
Si nous traduisons kimalo par < pintade ),, et si nous donnons
a tokay son premier sens, la premiere phrase signifie alors :
( Pintades, mes pareilles, pintades, pintadeS. La second phrase
n'a aucun sens en creole moderne, mais en nasalisant nous avons
Ndm-ld di-mwe : kimalo qui peut se traduire : L'nme m'a dit :
Pintade il peut aussi s'agir d'un autre mot exotique nam-la-di
et du vieux creole moud (moi, a moi). RMkekdkN est probablement
une onomatop6e.
Les chansons de danse constituent la parties la plus important
de la musique populaire d'origine profane ou semi-profane. On
peut consid6rer comme semi-profanes la plupart des airs composes
A 1'occasion des processions de printemps (chdte rara) et quel-
quefois r6p6t6s durant le Carnaval de 1'ann6e suivante, parce
que ces processions ont etB religieuses autrefois et s'achevent
encore de nos jours en certaines regions par une cer6monie
religieuse. Sont 6galement semi-profanes les chansons oil il est
question de Iwa et qui sont dans6es sur des rythmes sacr6s dans
les reunions profanes.
Dans les bals populaires des villes, la chanson A danser a subi
une certain influence espagnole. Cette influence se remarque
par le nom m&me de certaines danses qui d'ailleurs le plus souvent
ne sont pas accompagn6es de chants, ou comportent seulement
une ou deux phrases ml6ang6es d'espagnol et chanties par les
musicians. Les rumbas, boleros, s6n, danz6n, appartiennent a
cette cat6gorie. La meringue espagnole et la baila ont 6t6 compl&-
tement assimil6es. Elles sont chantees non seulement dans les
villes mais dans les communaut6s tres isol6es de la plaine ou de
la montagne. Le texte est toujours creole. Dans les villes et
les bourgs, la chanson a danser est accompagn6e par un petit
orchestra : guitar, banjo, maniba, castagnettes, palos, quelque-
fois accordion ou bien saxophone et flfte, quelquefois trompettes,
souvent quelques accessoires de jazz. Cet orchestra comprend
trois ou quatre instrumentistes.
La maniba appel6e aussi dans certaines regions du pays,
malimba, marimba ou manniboula est une cithare d'origine
africaine. Elle se compose d'une large boite, en bois le plus sou-






Civilisation noire en Haiti
vent, a base rectangulaire avec poign6es en fer. Un trou est perc6
dans la parties sup6rieure de la botte, au-dessus duquel sont
fixes de 3 h 7 petites lames m6talliques de diverse longueurs,
chacune rendant, lorsqu'elle est pinc6e, un son different.
Le palo nous vient de Cuba. Il se compose de deux baguettes
en bois d'une essence sp6ciale et que l'on entrechoque.
Dans les bourgs, la chanson de bal vient tant6t de la ville,
tantot de la montagne on de la plaine. Nous y trouvons done
tous les types depuis la < meringue (meringue creole et meringue
espagnole) jusqu'aux vieilles danses coloniales des esclaves et de
leurs maitres. Le type de la danse a une tres grande importance
dans le choix des instruments d'accompagnement et dans celui
du sujet du texte.
Dans les mornes de Baraderes on dansait le minwat (menuet),
il y a vingt ans. On le danse encore probablement. Le texte
de la chanson n'a jamais besoin d'8tre censure; ni quant au
sujet, ni quant h 1'expression. L'orchestre se compose g6nera-
lement de violons et de tambourins, quelquefois d'une guitar
ou d'un accordion. Voici un example de minwat :


Mizik-la mizik-la
Mizik-la pa dakd
Tdbourgpa dakd

Ki dirt mizik-la
A-a-a, a-a-a, a-a-a ti brodd,

Taboure pas sa jwe
Viel6-yo pa dakd


Musique, Oh! cette musique
Cette musique manque d'accord
Les tambourins ne sont pas
d'accord
Que dire de la musique!
A-a-a, a-a-a, a-a-a, jeunes ga-
lants,
Les tambours ne peuvent jouer
Les violons ne sont pas d'ac-
cord.


En voici un autre ohiune jeune fille renvoie ses galants.


Zamord-m Kiba Misid

Way, zamore-m Kiba

L'ald chachi lajd

Zamord-m Kiba, Misid,
Sa m'a-di mdmd-mwe?


Mon amoureux est a Cuba,
Messieurs
H6las, mon amoureux est A
Cuba
II a 6t6 cherch6 fortune
Mon amoureux est a Cuba,
Messieurs,
Que dirai-je a maman?






La chanson haltienne
Et un troisieme caract6risant une danseuse infatiguable.
Ti-da, fdm Zavil6 Ti-Da, femme du pays d'Avilon
Ti-da, fdm Zavild Ti-da, femme du pays d'Avilon
Kotd Ti-da pasd Partout oh passe Ti-Da
Les joncs ne peuvent plus
Pid j6 pa sa pousd! pousser!
Dans les environs de L6ogane, on danse la bdbould, la calendar
et la chica qui sont d'origine africaine avec accompagnement
de tambours mascaron, plus ou moins semblables A ceux don't
on se sert dans les c6r6monies vodou du rite Pitro (le r6glage
de la tension des peaux differe : boutonnieres perches dans la
peau au lieu d'anneaux en bois) ou bien de tambours Pdtro et
de tambourins. Quoique la musique pr6sente plut6t les carac-
t6ristiques cr6oles formule africaine tres modifi6e le voca-
bulaire n'est pas toujours d'un creole courant. Les sujets g6n6-
ralement satiriques sont quelquefois obscenes, ou bien, quoique
anodins, contiennent des expressions grossi&res ou obscenes.
Le djouba, 6galement d'origine africaine, ne se dansait autre-
fois que dans les reunions pr6c6dant ou suivant un travail effectu6
en commun. En ce moment, on le danse aussi dans les bals.
Cette danse est accompagn6e du tambour djouba, en bois
6vid6, de silhouette plus piriforme que tronconique, ce qui lui
fait rendre un son compl6tement different de celui des autres
tambours haitiens. Le tambour djouba, le plus souvent, ne d6passe
pas soixante centimetres de haut, et son plus grand diametre
atteint A peu pros les deux tiers de sa hauteur. Sa face sup6rieure
est recouverte d'une membrane don't la tension est regl6e A
l'aide d'anneaux et de cordelettes comme dans les tambours
Pitro. Le < tambourier ou (tambourineur le couche sur le
c6t6 et l'enfourche de fagon A pouvoir frapper la peau de ses
mains et le bois avec son talon. Derriere lui, le < singalier
execute un autre rythme avec des baguettes sur le bois ou sur
une planchette fixee au tambour. Les sujets des chansons de
djouba se ressentent souvent de l'origine agraire de la danse,
En voici un example :
Fey na pil6-d Les feuilles sont dans le mortier
dnou pile nd pil6- Allons piler dans le mortier
Gas6 pile nd pil6-4 Garcons pilez dans le mortier
Fd pa komddd Les femmes ne commandant pas






Civilisation noire en Haiti
4nou pild pild rzd il6-4 Allons piler, pilez dans le mortier
M'a-ba-nou mid, m'a-ba-nou Je vous donnerai & manger, a
njd, manger,
S6ti n6 tout trou Sortez de tous vos trous
Pou nou dasd djouba Pour danser la djouba.
A-a ago, ago i-yd A-a-ago, ago, i-y6
Fey nd bwa! Feuilles des bois!

Le nombre de rythmes sur lesquels sont chants et dans6s les
airs de bal est considerable : rien qu'aux alentours de Port-au-
Prince, j'en connais plus de vingt. Dans le Plateau central
regionn de Hinche, Mirebalais), on trouve toute une s6rie de
danses inconnues dans la region de Port-au-Prince. Dans la
plaine du Nord, il existe encore d'autres danses, ainsi que dans
les montagnes du Sud.
Une vari6t6 particulibre de la chanson de bal est la chanson
politique qui appartient au folklore des villes. G6n6ralement
compose sur un rythme de ( meringue i, elle est le plus souvent
en creole francis6 et parfois m6me comporte des phrases entieres
en frangais. Elle c61Mbre quelquefois un personnage au pouvoir,
mais quelquefois aussi relive ses travers r6els ou supposes. Dans
la plupart des cas, la personnel vis6e est nomm6e mais on peut
aussi proc6der par allusions lorsqu'une attaque directed est estimde
dangereuse : la chanson d'apparence anodine vole de bouche en
bouche parce que tout le monde en a la c16. Elle court les bals,
les rues et p6netre dans les maisons. Elle a atteint ainsi son but.
Certaines chansons composees dans une autre intention peuvent
acqu6rir une valeur symbolique et se transformer en chansons
politiques. J'ai 6t6 t6moin d'un fait de ce genre : une chanson de
Carnaval, parait-il assez obscene, avait eu tant de succes grace
A son air entrainant et facile, que tous les orchestres populaires
l'avaient adopt6e, mameles jazz des bals mondains en jouaientla
m6lodie en y apportant des variations. Les 6coliers s'en empar&-
rent. Dans mon quartier,les bambins de sept a huit ans s'en ser-
vaient comme air de ronde. Soudain, la chanson perdit de sa
popularity: elle ne fut plus jou6e dans les bals; si un passant la
fredonnait, on le regardait avec suspicion; j'appris de ma cuisi-
nitre, qui avait toujours eu Fair sur les levres, que cette chanson
avait pris un sens s6ditieux et qu'elle 6tait maintenant d6fendue
parlapolice. Un ivrogne qui la chantait avait W6t jet6 en prison.

78






La chanson haltienne
Voici deux chansons politiques. La premiere a environ quatre-
vingt-quatre ans, elle fut compose en l'honneur de Geffrard I'un
de nos presidents que Salnave (qui, plus tard, fut aussi president)
voulait renverser.


Bd-did bd-nou Gifra
Salnav vie wedt li
N'a-ba-li boulet
N'a-ba-li boulet
N'a-ba-li mitray

N'a-ba-li bato


N'ava fi-l'ald.
Gdfra, Gdfra sd gnou b6 gas6
Gdffrard,
Li ba-nou Kdkdda


Dieu nous a donn6 Geffrard
Salnave veut nous l'6ter
Nous lui donnerons des boulets
Nous lui donnerons des boulets
Nous lui donnerons de la mi-
traille
Nous lui donnerons des ba-
teaux
Nous le ferons partir.
G6ffrard est un bon gargon
G6ffrard,
II nous a donn le Concordat


En voici une autre, compose il y a vingt-cinq ou vingt-six ans,
a propos de Jolibois, un leader nationalist qui 6tait trbs souvent
en prison durant 1'occupation am6ricaine en Haiti. Le people
qui l'aimait beaucoup le raille ici doucement : < Ce n'est pas ta
place, c'est la mienne que tu accapares. ,


Way! Jolibwa
Lisd ti-gout pou mwe!
Jolibwa nd priz6.
Way, Jolibwa
Ba-m kotd pou-m mdte ko-m
Jolibwa nd priz6
M'pa we kote pou m'l6ja kom
Ldsd ti-gout pou mwd


Aiel Jolibois
Laisse-z-en un peu pour moil
Jolibois est en prison
Ale Jolibois
Donne-moi oh me mettre
Jolibois est en prison
Je ne vois pas oh m'alonger
Laisse-z-en un peu pour moi.


Une vari6t6 particulibre de chants semi-profanes accompagne
la danse fundraire ex6cut6e par le convoi mortuaire dans cer-
taines regions montagneuses du pays. Le cercueil est port I
bras par quatre porteurs, ou bien sur la tAte par deux porteurs.
Parents et amis suivent, le plus souvent a la file indienne, ou
deux par deux. Tout le monde danse en chantant, mAme les
porteurs, mais il n'y a pas d'instruments, il n'y a pas de chansons
composes sp6cialement pour cette occasion. On entonne sur-
tout des airs sacr6s. Si la route est assez large et peu encombr6e,






Civilisation noire en Haiti


on advance quelquefois en zigzags, ceci afin d'empecher le mort
de retrouver son chemin. Si le cimetiere se trouve A une grande
distance, on se repose plusieurs fois, mais toujours loin d'une
maison d'habitation afin que le mort n'aille pas y chercher des
compagnons. Avant de reprendre leur fardeau qu'ils ont d6pos6
au bord du chemin, les porteurs doivent le frapper gentiment
trois fois sur le sol afin d'avertir le mort qu'ils vont se remettre
en march autrement ils seraient ( fouls c'est-a-dire qu'ils
deviendraient excessivement trapus, la tate reposant presque
directement sur les 6paules.
D'autres vari6t6s de chants semi-profanes dits chdit madi-gra
on chdte maskar6, les chdte rara ou chdtd loloadi accompagnent
les danses saisonni&res du Carnaval et de la Semaine Sainte. Le
Carnaval est c6l6br6 dans tout le pays, de sorte que chaque
ann6e il y a une floraison de chansons nouvelles dans toutes les
localit6s. Le Carnaval, restreint et pers6cut6 durant les quarante
dernieres annees de regime colonial parce qu'il 6tait accuse de
servir A des fins politiques, est toujours rest comme le vodou
un objet de litige et une source de conflicts. Au commencement de
f6vrier, chaque ann6e, un d6cret de police announce la date A
partir de laquelle les masques seront autoris6s a circuler en ville
le dimanche apr&s deux heures de l'apres-midi, et les lundi et
mardi ( gras ). Le mardi gras & minuit le Carnaval cesse, on entire
en careme. De f6vrier au dernier dimanche avant le Careme ou
dimanche gras le Carnaval est uniquement populaire, il y a
peu de masques isol6s. Dans les bourgs et villages, des groups de
paysans ou ( bandes a se prominent en chantant et en dansant,
deux ou trois d'entre eux sont d6guis6s. Dans les villes, on
remarque quelques (bandes a de paysans des environs, et quel-
ques-unes des bandes de citadins qui sortiront durant les jours
gras; ce sont en quelque sorte des r6p6titions. Les individus
d6guises, deux on trois par bandes, portent des costumes de
l'ann6e pr6c6dente plus ou moins usages.
Les dimanche, lundi et mardi gras, dans l'apres-midi, le Carna-
val se g6neralise, les individus appartenant a l'l6ite et au people
se prominent par les rues en travesti. Dans les grandes villes un
d6fil6 est organism a la maniere europeenne. A Port-au-Prince
par example, en dehors des bandes qui ne sont que tol6r6es par la
plupart des membres de l'( elite il y a des chars, une ou plu-
sieurs reines de Carnaval, le boeuf gras, le roi Carnaval, etc.






La chanson haltienne
Dans la soir6e, une parties de la population se rend dans les bals
et reunions mondaines, une autre parties va se coucher, tandis
que les bandes continent A circuler, A boire, A chanter et A dan-
ser. Lorsque deux bandes rivals se rencontrent, elles se pro-
voquent, il y a quelquefois rixe et mort d'homme. De plus, la
promiscuity qu'on observe dans les bandes, l'obscenit6 de cer-
taines danses et chansons conduisent avec la complicity de la nuit
A des scenes de licence et de d6bauche. II y a certainement une
r6forme A accomplir, une r6glementation A apporter. Nos hommes
d'Etat qui s'en rendent compete tournent la difficulty en sup-
primant compl6tement ou partiellement la parties populaire du
Carnaval sous divers pr6textes. Une ann6e, les masques ne seront
pas autorises A sortir en fevrier parce que le ( le dimanche gras, on lvera la defense, ainsi les bandes n'auront
pas eu le temps de se preparer. Une autre ann6e le Carnaval des
rues sera completement supprim6 < A cause de la misere etc.
Cependant le Carnaval content un 16lment artistique qu'il
conviendrait de stimuler et de d6velopper au lieu de le d6truire.
Les principaux rythnres de chdit madi-gra sont le maskaro ou
kokoyd qui appartient A une danse sexuelle, la danse du venture,
d'un inter&t plut6t ethnologique qu'artistique, le trisd-ribd
et le batonis. Lorsque le chate madi-gra s'616ve dans 1'6chelle
social on lui donne invariablement un rythme de meringue.
Le < ciseaux est la danse des rois a des bandes de Carnaval.
La plupart du temps, elle se danse sans chansons, on se content
des instruments. L'attention de la bande est concentree sur les
danseurs nu-pieds ou chauss6s de sandales l1geres. Cette danse,
r6serv6e aux hommes, est extr&mement difficile. Elle imite, 6la-
bore et stylise le movement d'une paire de ciseaux qui s'ouvre
et se ferme. Dans l'une des figures ex6cut6e seulement par les
experts le roi advance r6gulibrement sans que 1'on puisse dis-
tinguer comment : tout son corps depuis le diademe monumental
jusqu'au bout des doigts et les genoux l6g6rement replies semble
immobile. En regardant attentivement les pieds nus, on remarque
que les orteils bougent; ils s'incrustent dans le sol, la plante des
pieds se vote, ils vont s'incruster un peu plus loin, s'allongent
et se contractent rythmiquement tandis que la plante des pieds
se courbe et se d6tend, les pieds rampent comme des chenilles.
Le trdsd-ribd se danse autour d'un grand mat portatif d'oi
pendent des rubans de diverse couleurs. De temps en temps la

81
PRASBNCE APRCAINB 6






Civilisation noire en Haiti
bande s'arrete et les danseurs qui ont chacun en main un ruban
combinent leurs pas de facon A ce que les rubans s'entrelacent
puis ils changent de pas, les rubans se d6nouent. Is soulevent
le mat et vont le d6poser un peu plus loin. Le trdsd-ribd est tou-
jours accompagn6 de chansons et de tambours.
Le batonis se danse avec des batons comme accessoires. I1 a lui
aussi ses chansons et sa musique.
Chaque bande a ses tambours, au moins deux diff6rents, et son
wawa, une espkce de cr6celle. Les tambours pr6f6r6s sont les
maskar6 don't nous avons dejA parle, les tambours Pdtro et la
basse qui est un grand tambourin rappelant certain tambourins
Yoruba. Le nom de basse qui pourrait &tre interpr6t6 comme
1'indice d'une origine frangaise (basque) s'applique plut6t a mon
avis A sa resemblance. On voit aussi des tambours Congo A
une et deux peaux et des tambours ( colonne qui accompagnent
habituellement les chants de travail. A Port-au-Prince, on voit
meme quelquefois des tambours Rada, mais ceci est consid6r6
comme une impi6t6 par la plupart des paysans. Dans certaines
regions les vaccines sont tres populaires. Il s'agit d'immenses
trompes en bambou de diff6rentes longueurs et grosseurs don't le
diametre peut atteindre jusqu'A 12 centimetres environ, et la
longueur I m. 50. La s6rie complete comprend d'ordinaire trois
vaccines don't chacune rend un son different. Dans d'autres
regions on pr6fere le lambi don't il a d6jA 6t6 question.
Au lieu de battre certain tambours, basse par example, on
bien le moins important des tambours Pitro ou maskar6, on
peut aussi les <( scier ), c'est-A-dire gratter la peau pr6alablement
enduite de r6sine avec l'ongle du pouce qu'on tourne et retourne
en glissant ou en d6crivant des arabesques. On obtient de cette
facon un son strange, lugubre, d6chirant ou 6touff6, selon les
moments. On peut aussi battre les tambours Petro avec des
baguettes ou avec le dos des doigts.
La chanson de Carnaval, comme les autres chansons de danse,
est tres souvent satirique; elle devient alors une sorte de chro-
nique locale. Le plus souvent elle procede par allusions, mais
quand elle cite des noms, elle peut se transformer en arme redou-
table. Si l'air est entratnant, l'incident qui a provoqu6 la chanson
peut se trouver immortalis6. Il y a trbs longtemps de cela, peut-
6tre quatre-vingts ans, peut-6tre davantage, vivait A Port-au-
Prince une certain famille de reputation douteuse. Un jour le






La chanson haltienne
bruit se r6pandit qu'un stranger porteur de sommes importantes
6tait entr6 chez eux et n'en 6tait jamais ressorti. On pr6tendit
que le mari 'avait tu6 pour le d6pouiller et que la femme s'6tait
charge de jeter le cadavre A la mer. Le crime ne fut jamais
prouv6 mais durant le Carnaval on en fit une chanson qui chassa
la famille du pays.
Les chants rara existent seulement dans les regions du pays
qui possedent des rara ou processions de printemps. Les rara
sont strictement des fetes paysannes : l'entrde des villes leur est
interdite. On distingue A ma connaissance trois sortes de rara :
les rara des mornes chez lesquels la (royautW est un privilege
h6r6ditaire venu d'Afrique, les rara des plaines caract6rises par
la danse des joncs et les laloadi don't le caract&re religieux est
plus nettement marqu6 parce que les membres du rara vont
chanter et danser au cimetiere.
Nous ne parlerons ici que des rara des mornes que j'ai 6tudi6s
plus sp6cialement. Is sont en pleine d6croissance : certaines loca-
lit6s n'ont plus aucun descendant des anciens rois. Pour organiser
une procession, il leur faut aller chercher des rois, quelquefois
tres loin. La bande comprend de cinquante A deux cents per-
sonnes. Il y a toujours un costume special pour les rois (deux au
minimum); lorsque la bande est riche, on peut voir aussi un cer-
tain nombre d'autres d6guisements, le plus commun consistent
A intervertir les sexes.
On reconnait souvent les hommes habill6s en femme, mais le
travesti des femmes est quelquefois si parfait qu'on est complete-
ment mystifi6. La bande est organis6e par un met rara ou majd
qui en prend toute la responsabilit6. Il choisit et habille a ses
frais les a rois ; il s'adresse A des vieilles femmes ou protokol qui
lui fourniront des ti-mddam ou jeunes femmes en nombre suffi-
sant parmi la jeunesse de leur parents. II veille A ce que les <( rois a
r6petent regulibrement leur danse. Tous les samedis de carAme,
il r6unit ses ti-mdddm afin qu'elles apprennent les chansons de
l'ann6e et leur offre A boire du clairin et du kola. Un peu plus
tard dans la soir6e les cavaliers de ces dames arrivent, il y a
buffet payant et la reunion s'acheve en bal. II peut aussi faire
ses <( exercices rara comme on appelle ces rep6titions sur les
routes. II donne A chacune des ti-middm un < tignon D ou mou-
choir de tate aux couleurs vives. II remet A neuf les tambours.
II conduit la procession de maison en maison, de village en vil-






Civilisation noire en Haiti
lage durant la p6riode des rara proprement dits qui s'6tend dans
certaines localit6s du mercredi Saint au mercredi de P&ques, dans
d'autres du vendredi Saint au lundi de PAques. Le plus souvent
la procession sort a une heure de l'apres-midi et rentre a l'aube.
Parfois les membres dansent nuit et jour sans interruption du
vendredi apres-midi au lundi matin et parcourent de grandes
distances. Dans ce cas beaucoup de danseurs et surtout de dan-
seuses dorment pendant trois jours apres la f6te.
La major dirige 6galement le kasd rara, c6r6monie vodou qui
a lieu le dernier jour des rara, A l'aurore, A une crois6e de che-
mins: on brile les accessoires les moins coiteux de la procession,
par example : le fouet du major et les coiffures monumentales
des rois en chantant des airs sacr6s le plus souvent d6di6s a
l'un des Iwa de la s6rie des Ogoun (Ogoun Firay, Ogoun Bada-
gri, etc.). On se sert des tambours avec lesquels on s'est promen6:
un ou deux tambours Pdtro ou maskar6, une basse, quelquefois
un tambour Congo, jamais de tambours Rada bien que les Iwa
invoqu6s soient des Iwa Rada.
Le major est encore responsible du mdaj rara, grand d6jeuner
auquel sont convids tous ceux qui ont suivi la procession. Apres
le repas il renferme les costumes des rois et les tambours, donne
du savon a tous les assistants puis l'on se spare.
Vous vous demandez sfrement quel int6ret a le major & orga-
niser un rara qui peut engloutir ses economies de plusieurs mois?
Question de prestige, de vanity : pendant six semaines, il sera un
chef, sa bande sera de plus en plus nombreuse, ses rois seront
les plus beaux et les plus agiles, ses chansons seront r6p6t6es de
morne en morne.
En tate de la procession marchent les porteurs d'6tendards
puis les porteurs de cand6labres, le major avec son fouet, les rois,
les musicians, les personnel d6guis6es, enfin la foule.
Le costume traditionnel des rois dans les rara de la region de
Kenscoff comporte : 1 une culotte de satin serr6e A mi-jambe
ou au-dessus du genou, orn6e de franges et brod6e de paillettes;
2 une tunique de satin 6galement garnie de franges et brod6e de
paillettes. Cette tunique, rembourr6e de fagon a former une
espece de venture postiche au-dessus de la ceinture, peut 6tre
rentr6e A la taille. Dans certaines localit6s assez reculees, la
tunique couple & la taille se termine en une petite jupe tres court
don't l'ampleur est maintenue par un anneau en carton; 30 une






La chanson haitienne
esp&ce de cape en forme de demi-chasuble rattachee aux 6paules
appel6e ( manteau paillette ,. Ce manteau est couvert de brode-
ries don't les motifs plus ou moins traditionnels ont peut-etre une
valeur symbolique : le poisson pawokat souvent stylish, tant6t
vertical, tant6t horizontal, l'aigle aux ailes 6cartees, deux
silhouettes humaines 16g6rement differentes, l'une aux jambes
rapprochees qu'ils pr6tendent Atre un homme, l'autre aux jambes
ecart6es qui repr6sente une femme. Le costume comporte aussi
une coiffure monumental en paper de couleur garnie de plumes
de paon, de paillettes et de petits miroirs, qu'on appelle boliva.
Pour completer le costume le roi porte des bas et des sandals.
Les sandales sont parfois en soie brod6e de paillettes. L'un des
c rois a de longues nattes postiches : il est cens6 representer
une femme. Quelquefois on lui adjoint ou il est remplac6 par un
a roi)) galement muni de nattes qui arbore un peignoir flottant
au lieu de la culotte et de la tunique.
Les rois peuvent danser le < ciseaux n comme durant le Car-
naval, mais ils preferent donner des solos de ( paillette ) peut-
etre A cause des sandales qui genent leurs evolutions, peut-etre
aussi parce que la a paillette a se dansait autrefois dans des
ceremonies en l'honneur des cultures.
Voici un example de chanson rara : il s'agit d'un malade don't
toute la famille est l'h6pital et qui se lamented parce qu'il s'en
croit responsible :
Mdmd-mwd lopital, Ma mere est a l'h6pital,
M'pral pdyd sa ahd! Je vais payer cela, helas!
Apiyd-m la! Appuie-moi par 1a!
Telk tM gg de. Telk t6 g6 d&...
Mardn-mwd lopital Ma marraine est A l'h6pital,
M'pral pdye sa ahi... etc.
En voici une autre ridiculisant un apprenti houngan qui ne
voulait pas payer ses dettes :
Agwd, Agwd, Agwd-o Agou6, Agou6, oh! Agou6
Rdit sou ldme, li tird-o! Qui vit sur la mer a tire!
(commencement d'un air sacr6)
- Pyd-m lajd boubou-a! -Paie-moil'argent du bouboul
- Awa se vrd! Ah c'est vrai!
dba dmau imau-o (parodie du language rituel)
Sd vrd! C'est vrai!






Civilisation noire en Haiti
Les chansons de travail sont tant6t destinies A accompagner
un travail collectif sans le secours d'instruments de musique -
chatd godiyd et boula-- tant6t destinies A accompagner des tra-
vaux agricoles avec le secours de divers instruments sur un
rythme de danse. On d6signe generalement ces chansons par le
nom de la danse : chate payet, chatd djouba, chatd vaksin, etc.
Les chdte godiyd sont presque toujours semi-profanes, d6di6es
A des divinit6s marines don't on implore assistance. Ce sont
les chansons des matelots pendant les manoeuvres A bord des
voiliers ou des canots. Durant le came plat, elles sont pr6c6d6es
de sonneries de lambi plus ou moins prolongees pour appeler
le vent .
Les boula sont g6n6ralement des airs tristes sans paroles ou
presque. De temps en temps l'un des chanteurs improvise un
solo d'apres un texte insignificant se rapportant Aun 6v6nement
du jour, puis le chaeur reprend, lugubre et sauvage. Tres com-
munes autrefois parmi les trieuses de caf6 et les d6bardeurs des
ports, les boula tendent maintenant a disparaitre. Les journa-
liers des villes ne chantent plus que rarement et pr6f6rent des
airs de carnaval.
Les a soci6t6s de travail ) permettent chaque ann6e l'6closion
de nouvelles chansons a l'occasion des d6frichages et de la r6colte.
Chaque soci6t6 a ses musicians et ses instruments. Les musicians
ne manient pas la houe, ni ne r6coltent si ce n'est acciden-
tellement leur function 6tant de jouer des instruments qui
soutiendront les voix et activeront le travail. Quand viendra
leur tour, la soci6te fera une corvie pour eux comme pour cha-
cun des autres membres (on appelle ( corv6e D ou a combite ,
les reunions de travail des membres de la soci6t6 dans les
champs).
Les textes des chansons de travail, souvent completement
insignifiants, sont quelquefois satiriques. En voici un example oi
il s'agit d'une femme qui -ecevait des galants chez elle en l'ab-
sence de celui avec qui elle 6tait (en manage ).

Wo-o, wo-o madm-mwd! Wo-o, wo-o, ma mere!
Madam-ld td kwe Cette femme avait cru
Frd Jen te pati! Que frere Eugene 6tait partial
Magne respAkte lakay-ou! Respectezunpeu votre maison!
Wo-o 0! Wo-o 6!





La chanson haitienne

Comme nous 1'avons dit au commencement de cet article, la
chanson haitienne est riche et variee. Cependant, toutes ses
vari6t6s n'ont pas la meme vitality. Nous avons eu l'occasion
d'indiquer celles qui sont en voie d'extinction, d'autres ont d6ja
d6pass6 leur apogee et sont entries dans la phase du d6clin, les
chansons de contest par example. Depuis la disparition des con-
teurs professionnels, les grandes histoires plus ou moins l6abor6es
tendent A s'oublier, on ne compose plus de nouveaux airs sur
les vieux themes, on n'invente plus de < contest chants ,. D'un
autre c6t6, les soci6t6s de travail sont beaucoup moins nom-
breuses que par le passe. Dans certaines regions, du pays on n'en
forme meme plus, en consequence le chant de travail est en
regression; la generation actuelle se souvient encore des airs
anciens et introduits a la champagne qui se sont ajout6s aux
chants de carnaval de la ville voisine. La chanson sacr6e elle-
meme, depuis la grande champagne de 1940 centre le vodou,
tend A se diplacer de la champagne vers les faubourgs de la ville
oi elle est exploit6e commercialement.
Le folklore musical haitien est d'une grande richesse, mais
il commence d6jh A s'appauvrir. Il faudrait bien le recueillir
avant qu'il ne soit trop tard.













L'ENFANCE PAYSANNE EN HAITI1

PAR JEANNE G. SYLVAIN



La jeune paysanne haitienne est accoutumee a l'effort continue
et aux fatigues silencieuses. La maladie interrompt A peine la
trame de ses besognes journalieres. Aussi, la grossesse ne fournit-
elle point pr6texte au repos. Quand les premieres douleurs
annoncent la venue de l'enfant, on fait chercher I'accoucheuse;
car ce sont presque toujours des femmes qui president aux
accouchements.
Elles se rangent en deux categories : les unes appel6es fanm-
chaj 6u akouchez (sages-femmes, accoucheuses) sont des matrones
sp6cialisees. Elles sont r6put6es moins habiles que les autres, les
doktd fIy (docteurs feuilles) qui soignent toutes sortes de mala-
dies a l'aide de feuilles et d'un petit nombre de products phar-
maceutiques a bon march. Les hommes peuvent etre doktd fly
aussi bien que les femmes, mais ils sont rarement appel6s quand
il s'agit d'un accouchement normal, tandis que leurs collogues
f6minins sont parfois tres recherch6s; tel est le cas de Mme D.
qui se flatte d'avoir h son actif sept cent quatre-vingt-quinze
accouchements. En cas de complications, une fanm-chaj aura
recours a un dokte fey.
Tout se passe tres simplement. Les enfants restent la mai-
son, les aines aident la grand-mere A la preparation de tout ce
qui peut &tre necessaire en la circonstance, activant le feu, fai-
sant chauffer 1'eau, lessivant, pr6parant le repas, pregnant soin
des petits, etc. Le mari ou un frere maintient la femme et

i. Une version espagnole de ce texte, quelque peu abrdg6, a paru dans
America Indigena, Mexico, vol. IX, no 4, octobre 1949.





L'enfance paysanne en Haiti

assisted l'accoucheuse. On a arrange une petite chaise, ou
choukit, sur laquelle la femme pourra s'asseoir pour donner
naissance A l'enfant, autrement elle restera debout. La paire de
ciseaux ou la lame de rasoir avec laquelle on coupera le cordon
est flambee (tout au moins dans la vall6e 2 oi l'influence de la
ville est plus sensible). Apres avoir coup, I'accoucheuse cicatrise
avec un fer chaud. Le venture du b6b6 est envelopp6 d'une bande
de toile. Ce n'est qu'apres la naissance que la grand-mbre et
les enfants sont appel6s dans la chambre pour admirer le nou-
veau-ne.
Apres la delivrance, le placenta est enterr6 dans la case (afin
que personnel ne puisse s'en emparer dans un but magique) et
du feu est maintenu au-dessus de l'emplacement. Les ciseaux
sont places sous la tete de la mere. Ces deux measures, selon la
croyance populaire, assurent la chute rapide et sans complica-
tions du cordon. Quand celui-ci tombe, on l'enterre et on plante
un arbre dessus, souvent un bananier, qu'on fera voir plus tard
h l'enfant en lui disant que c'est ( son arbre .
Le b6b6, apris avoir 6t6 baign6 par l'accoucheuse, est vetu
d'une petite robe court de cotonnade, sa t&te est 6troitement
emprisonnee dans un bonnet, le bas de son corps est envelopp6
dans une serviette ou un linge. Puis il est d6pose pres de sa mare
sur le lit ou la natte. Pendant une p6riode, qui varie selon les
families, il couchera seul avec elle. Dans certaines maisons, on
place pres de lui une bouteille emmitoufl6e afin de tromper la
sorciere qui lui voudrait du mal.
La mere se bouche les oreilles avec du coton; elle ne doit rien
manger de froid s (par example coco, avocat, corossol) ni rien
de blanc except6 le lait) durant oinq mois. Elle boit des tisanes
pendant trois jours et, ensuite, de l'eau tiedie au soleil. Ni elle
ni le b6b6 ne vont A la riviere avant un ou deux mois. M8me
dans les families les plus pauvres, on se procure un poulet qui
lui sera offert sit6t apres l'accouchement.
Pendant les premiers jours, la mere et l'enfant garden la
raison. En attendant la monte du lait, et pour debarrasser le
b6b6 des mucosit6s qui l'emp&cheraient de bien dig6rer (car le
dedans du corps de la mere est sale et par consequent celui de
l'enfant aussi), on lui administre un 16k (purge) compose d'une

2. II s'agit de la vallee de Marbial oA op6ra 1'auteur.






Civilisation noire en Haiti
tisane de feuilles de languichat et de bouillon mombin, a laquelle
on a ajout6 une petite cuiller d'huile Palma Christi (ricin brut),
de la muscade et de l'ail. Le b6b6 prendra ce 16k pendant trois
A cinq jours.
L'accoucheuse vient, chaque matin, pendant une semaine,
baigner 1'enfant et prendre soin de la mere. Il faut toujours
qu'un membre de la famille soit present quand elle arrive, pret
A l'assister. Son tarif est proportionn6 a la capacity de ses clients :
pour un paysan ais6 trois A quatre gourdes 3, pour les pauvres
une gourde et meme trente centimes. Sa tAche n'est pas termi-
n6e tant qu'elle n'a pas pr6sid6 h la premiere sortie de l'enfant.
Les loups-garous, en effet, et les moved zd (mauvais air), ames
des loups-garous mortes, sont aux aguets le septieme jour, date
a laquelle il serait normal de faire sortir le b6b6. Aussi, pour
les tromper, lui fait-on faire le tour de la case d&s le troisieme
jour. Les loups-garous sont ces sorcieres qui, abandonnant leur
peau le soir, s'envolent et se transforment en animal souvent
en insecte pour aller chercher les petits enfants don't elles
suceront le sang. Quant aux moved zd (Ames) de ces loups-garous
qui restent L errer sur la terre, elles sont plus dangereuses que
les sorcieres vivantes; si on ne les arrAte A la mort des loups-
garous et qu'on ne les empeche de circuler en emplissant leur
bouche de verre pil6, de crevettes, de sable de mer et en leur
brisant les membres.
Si la famille et l'accoucheuse ont encore le respect des tradi-
tions anciennes, celle-ci prend l'enfant tandis que les parents
disent des pri6res souvent tires du manuel catholique : l'Ange
conducteur (avec le vieux manuel francais de cantiques 6tranges
couramment aj pel6 Marseilles et le manuel de cantiques creoles
des ( rejet6s les deux editions de cet Ange conducteur font
pendant A la Bible et au manuel de chant des protestants).
L'accoucheuse souleve 1'enfant vers le Nord et, successivement,
dans deux autres directions pour le presenter A saint Nicolas (le
soleil) et lui demander sa protection. Puis, elle rentre a la mai-
son et remet I'enfant A sa m&e.
Mais, la crainte des loups-garous continuera A hanter les
parents pendant de longues ann6es. D6ja, avant la naissance,

3. La gourde dquivaut & o,20 centimes de dollar.






L'enfance paysanne en Haiti
ils avaient redout6 leurs entreprises funestes. Les loups-garous,
croyaient-ils, pouvaient a manger ) le petit dans le sein de sa
m&re ou l'emp&cher de naitre. Celle-ci serait alors entree en
perdition n (perte de sang) et aurait gard6 l'enfant dans son sein
pendant des annees sans parvenir au terme de sa grossesse.
Pour empecher leurs mal6fices, d&s le premier on le second mois,
on peut faire boire A la future mere une goutte de kerosine dans
un caf6 amer. La semaine suivante, on fait de meme et, au hui-
tieme mois, on recommence encore une fois. Le sang de l'enfant
est ( gAte ) et jamais un loup-garou ne pourra en tol6rer le gofit.
On peut aussi baigner la m&re dans une d6coction pr6par6e avec
une poign6e de poireaux, cives, thym, ail et muscade pil6s A
laquelle on ajoute du cafe et du clairin.
Plus tard, on protege le b6b6 par un bain special 4 ou par une
S(garde ) (f6tiche). La loup-garou peut venir r6clanier, A la mare,
1'enfant tandis que tout le monde dort. Elle arrive dans la cour,
et s'en va h la cuisine oiu l'ame de la mere demeure sous les
cendres du foyer. La, la voleuse 'appelle doucement. Si la mare
r6pond, c'est la porte ouverte et l'enfant est livr6 g l'avidit6 de
la loup-garou. Celle-ci place une paille dans une fente de la
paroi et aspire le sang du petit, ou se metamorphose en insecte
et p6netre dans la maison oi elle va piquer sa victim. Elle
avale trois gouttes de sang. Cependant, si l'enfant a t60 prot6g6
par un bain, elle trouvera le sang amer et le recrachera dans
un linge blanc. Elle ne retournera plus, les soirs suivants, conti-
nuer son oeuvre criminelle.
Par suite, les loups-garous sont senses prendre l'Ame d'un
enfant qui accepted la nourriture qu'elles lui offrent ou qui veut
bien tendre un tison pour allumer leur pipe. L'enfant, priv6 de
son Ame, ne tarde pas A mourir. Au course de leurs sabats noc-
turnes, ces 6tres malfaisants vont d6terrer le corps au cimetiere
et le mangent.
Le maldioc est un autre danger tres redout6 des meres. II est
cause par 1'envie consciente, ou inconsciente, d'une personnel
qui admire leur enfant. Si elle le trouve beau, interessant, elle
est portee A 6prouver un sentiment de jalousie et il suffit alors

4. D6coction de feuilles de souci, avg, avec du manioc amer et de l'ail.
Ou encore : Asa foetida, alcali, a eau repugnance ,, tafia alcoholl de canne
a sucre tres peu concentr6). Ce bain est accompagn6 d'une lecture de la
Bible.






Civilisation noire en Haiti
qu'elle avale sa salive pour que l'enfant se mette A deperir et
a geindre sans arrit. La mere ou le pere peuvent, eux aussi,
djoker leur propre enfant s'ils vantent ses m6rites. II est recom-
mand6, pour 6viter de faire du tort a un enfant, de cracher
lorsqu'on fait son 6loge, surtout si on le voit pour la premiere
fois.
Les maladies sont consider6es comme maladies surnaturelles,
ou comme (maladies du bon Dieu ). N'importe quel sympt6me
peut 6tre la manifestation d'une maladie surnaturelle; cepen-
dant, les maladies survenant brusquement, les crises nerveuses,
les maladies mentales sont fr6quemment indiqu6es comme appar-
tenant A la classes surnaturelle. Contre de telles maladies, les
moyens magiques constituent une puissante defense, mais il faut
opposer, aussi, des traitements et des soins attentifs. Les chr6-
tiens convaincus s'abstiennent des proc6d6s magiques et d6clarent
s'en remettre a la volont6 de Dieu. Malheureusement, il est
encore tres difficile de se procurer un secours medical 6clair6;
les maladies de I'enfance, les vers intestinaux, le pian, la malaria
triomphent trop souvent de l'insuffisance des dokte fly, et la
mortality infantile est 6lev6e. Des renseignements recus de
27 families de Cochon-Gras, il r6sulte que des 163 enfants nes
de ces families, 61 sont morts en bas age, soit une mortality de
37, 42 %, laissant une moyenne de 3 enfants vivants par famille.

On pense bien que, de bonne heure, les enfants sont preve-
nus centre le danger que peuvent representer les loups-garous.
On leur apprend a ne pas manger ]a nourriture offerte par des
inconnus, a ne pas donner de feu & n'importe qui. Leur monde
est d'ailleurs peupl6 de bien d'autres personnages fantastiques
tires des r6cits don't les adults s'entretiennent : les zobops,
r6pliques masculines des loups-garous, qui ont aussi leurs
orgies nocturnes et se m6tamorphosent en animaux (chevaux,
boeufs) ou meme en roches; les < malins esprits qui errent sur
les chemins et don't on present la presence avant m&me de les
apercevoir; les bakas, petits animaux fant6mes qui garden la
propri6t6 de celui qui en a acquis la domination magique; les
zombis, ames esclaves envoit6es par un sorcier; les morts a
qui nous entourent, et se laissent voir a midi et A minuit des
gens n6s avec une coiffe; les morts susceptibles et exigeants
qui rcclament un bel enterrement, la dernibre pribre, un deuil




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs