• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Front Matter
 Preface
 Le mouvement des colons
 Le mouvement des affranchis
 Le mouvement des noirs
 Politique metropolitaine
 La seconde commission civile
 La liberte generale
 Le revirement de Toussaint...
 L'affaire du 30 ventose an iv
 La troisieme commission civile
 Autour de l'affaire hedouville
 La guerre du sud (1)
 Le gouvernement de 1801
 Errata
 Table of Contents














Group Title: Contribution a` l'histoire de Saint-Domingue
Title: Contribution à l'histoire de Saint-Domingue
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077030/00001
 Material Information
Title: Contribution à l'histoire de Saint-Domingue
Physical Description: 233 p. : ; 21 cm.
Language: French
Creator: Laurent, Gérard Mentor
Publisher: Imp. La Phalange
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1971
 Subjects
Subject: History -- Haiti   ( lcsh )
Politics and government -- History -- Haiti -- 1791-1804   ( lcsh )
Politics and government -- History -- France -- 1789-1799   ( lcsh )
History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Colonies -- History -- France   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: Includes bibliographical references.
Statement of Responsibility: Gérard M. Laurent.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077030
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 00884751
lccn - 73329310

Table of Contents
    Front Cover
        Page ii
    Title Page
        Page iii
    Front Matter
        Page iv
        Page v
        Page vi
    Preface
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Le mouvement des colons
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Le mouvement des affranchis
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Le mouvement des noirs
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
    Politique metropolitaine
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    La seconde commission civile
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
    La liberte generale
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
    Le revirement de Toussaint Louverture
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
    L'affaire du 30 ventose an iv
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
    La troisieme commission civile
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
    Autour de l'affaire hedouville
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
    La guerre du sud (1)
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
    Le gouvernement de 1801
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
    Errata
        Page 235
        Page 236
    Table of Contents
        Page 237
        Page 238
        Page 239
Full Text

GERARD M. LAURENT


CONTRIBUTION


A L'HISTOIRE


DE

SAINT-DOMINGUE


IMP. LA PHALANGE
1971





GERARD M. LAURENT


CONTRIBUTION


A L'HISTOIRE


DE

SAINT-DOMINGUE


IMP. LA PHALANGE
1971








L3 ge

LATIN
AMERICA DU MEME AUTEUR

1. Coup d'Oeil sur la Politique de T. Loiverture
Editions Henri Deschamps. Port-au-Prince. 1949
2. Six Etudes sur J. J. Dessalines
Les Presses Libres. Port-au-Prince. 1951
3.- Toussaint-Louverture A travers sa Correspondance
Industries Graficas Espagna, Madrid 1953
4. (c u%\ Xrchives d'Espagne
re Press 'bres. Port-au-Prince 1956

5. ID oe mientaa 'ti Historique pour nos Etudiants
'-Tnpi inmeritf Phalange. Port-au-Prince 1958

6.- *Bge fltoire d'Haiti
Imprimerie La Phalange. Port-au-Prince 1960
7. -- Le Commissaire Sonthonax A Saint-Domingue :
Tome I. Le Lutteur
Tome II. L'organisateur
Imprimerie La Phalange. Port-au-Prince 1965
8. A Brief History of the Republic of Haiti
For Foreigners
Imprimerie La Phalange.- Port-au-Prince 1970
9.- Haiti : Much to know, much to see, much to do
Imprimerie La Phalange. Port-au-Prince 1970
10. P6lerinage Historique a Sainte-Anne
Imprimerie La Phalange. Port-au-Prince 1970
11. Le Commissaire Sonthonax A Saint-Domingue

Tome 3 : Le Patriole (en manuscrit)

Tome 4 : Le Politicien "

















61t Mule sqinpathie
aux pocaele/te qui a//woutent
elitaque attuip let ip-ratnet due (hae













Simple Pr6face



H. I. MARROU, pregnant le contre-pied de Paul VALERY, a icrit:
-L'histoire est l'une des plus hautes vocations, auxquelles puisse se
consacrer un homme. Cette opinion, introduction a une etude
exhaustive de 1'histoire, la consid6re comme une discipline scien-
tifique. Elle est une explication avancee de la valeur de l'histoire;
elle met 'accent sur la rationalitM des faits et combat I'empirisme.
L'historien, on doit en convenir, recherche une v6rite qu'il salt
relative. L'exp'oration appel6e a conduire meme a une approxi-
mation de cet'e verite est tellement difficile, tortueuse, pirilleuse,
que l'6crivain, pour valoriser son travail, est oblige de recourir a une
m6thodologie scienlifique. I1 recherchera partout cet'e verite fuyan-
te, a travers les temoignages figures, 6crits ou enregistres. Tout est
retenu pour ses travaux de recherches, de l'archeol'ogie monumen-
tale a la numis'atique, de la cryptographic a la diplomatique, de
la photographic a la machine parlante. Pour que 'histoire pro-
gresse, pour que tes recherches tracent une graphique ascendante,
11 faut que ruines, mais sur les acqui.i ions de la g6neration prec6dente.' Dans
le documented ouvrage : "L'Histoire et ses MWthodes, public dans
la collection ENCYCLOPEDIE DE LA PLEIADE, sous la direction
de Charles Samaran, on peut lire : "Chaque instant du present
eclaire sous un autre angle le passe, suscitant des reliefs imprevus.*
II y a encore beaucoup A decouvrir dans 'Histoire d'Halti. Trop
d'ombres dissimulen la beauty de la toile de fond. Ayons le courage
de reconnaitre que, dans ce domaine, les efforts sont rests stiriles.
,Notre histoire, sous tous ses aspects, est & 6crire. Un travail de
giants attend, pour les met're l'epreuve, des 6quipes de cher-
cheurs imbus d'une meme discipline. Ecri'e, en parties par des
affabulateurs, en parties par des hommes passionnes, notre histoire
pr6sente une 6paisse couche de faussetos fossilis6es, de l6gendes
consacrees par le temps, de faits falsifies. La scl6rose intellectuelle,
qui a frapp6 cer'ains ecrivains, !es a rendus inaptes a la souplesse
qu'exige la critique historique. D'autres sent gates par leurs preju-
g&e, lears parti-pris systrmatiques; ils sont, de ce fait, disqualifies
pour tout travail s6rieux visant a promouvoir l'histoire. Avec ces
tar6s, nul dialogue honnete n'est possible. En d6pit de leur forma-
tion universitaire, ils pratiquent une fol&rance assimilee a une pre-
vention ridicule, a une prise de position & priori. Ces ecrivains
aveugl&s par leurs passions gagneraient a m6diter sur cette affir-









VIII


ma'ion d'un des maitres les plus qualifies de l'histoire moderne, de
sa m6thode et de sa phi'osophie. ,L'objectivit6 parfaite est particu-
lierement difficile a atteindre et personnel, meme parmi les sp6cia-
listes les mieux informs d'une discipline, ne saurait se flatter d'en
connaitre a fond tous les prolongements.-
Notre propos, en icrivant ce livre, 6tait de met're a la disposition
des 6leves de Premiere un instrument de travail utile, une docu-
ment'a'ion ventilee sur les grands chapitres de leur programme;
puis nous avons pens6 a amplifier r'ouvrage de fagon & en faire
le vade-mecum des sp6cialistes en cernant du plus pros possible les
prob'6mes soulev6s par la revolution de St. Domingue. Mais notre
honnktete d'esprit et notre sens critique nous ont amen6 a des re-
velations un peu osees, qui bousculent I'anachronisme ou heurtent
les traditions. Deja Michelet, par bonheur, avait avanc6 qu'un vrai
historien doit "resister a ses propres prejuges, a ceux de ses lec-
teurs, enfin aux illusions que les contemporains eux-memes ont
consacr6es.*
Cet ouvrage est loin d'etre parfait. On nous reprochera certes,
de n'avoir pas signa'7 avec precision les r6f6rences. A cette critique
valuable, nous repondrons qu'avant tout cette publication est des-
tinee aux 6tudiants. Et nous avons pens6 qu'il fallait exiger d'eux
un minimum d'effort personnel, les initier aux travaux de recher-
chts, les plier a .!a discipline historique. Mais nous leur avons 6par-
gn6 une perte de temps en signalant en fin de chapitre les ouvrages
qu'ils doivent consulter pour enrichir leur documentation on con-
troler nos temoignages. On pourrait encore nous chicaner sur la
method adoptee. En vain, on chercherait dans l'ouvrage une liste
bibliographique complete, detaillee. C'est toujours en vue de faci-
liter les travaux des elves que nous avons classified les references
se'on I'inter&t des chapitres studies. D'ailleurs c'est dans le meme
esprit que nous avons choisi l'es textes de dissertation. Le libellM
flou de certain suje^s est calculM : les professeurs seront moins
esclaves du livre; Ile soin de la revision de la formulation des sujets
ieur est laiss6.
Avant. de terminer cette introduction, II impor'e d'esquisser un
tableau de la society St. Dominguoise afin de rendre pius compr6hen-
sible l'6tude de .a revolution qui a bouleverse ce'te colonie au point
d'en changer la structure social et le sfatut politique.
A la verit6, a la base des mouvemen's qui ont secou6 la colonie
de Saint-Domingue, git un proW's'me de classes. Les demunis, les
exploits, grice a une prise de conscience, se sent opposes aux
nan'is. Ils execraicnt ces proprietaires avides de gain, au coeur
ferm6 & tout elan de g6n6rosife. Sur cette lutte de classes d'abord
timide, puis feroce, se sont greffes, en l'intensifiant, des conflicts











sociaux. La classes dominant est divisee. Aux administra'eurs
royaux se heurteront, gonfl6s d'ambitions, des colons et des nego-
ciants. Mais tous ces blancs sauront s'unir pour dresser des bar-
rieres sociales aux affranchis. Ces derniers, stimuli's et par la De-
claration des Droits de l'Homme et par la SocietW des Amis des
Noirs, se lanceront faroucheinent vers ila conquete de leurs droits
civils et politiques. A la faveur de nombreux fac'eurs, les noirs, a
leur tour, en*raines par des meneurs convaincus, se revolteront
pour aneantir tout ostracisme; ils surgiront de leurs t6nebres secu-
!aires, terrasseront les prejug6s et graviront les degres de r6chelle
social. Leur poussee tumultueuse, veh6mente, deroutera les assem-
blWes de France. Guides par Toussaint Louverture, ces noirs, anciens
esclaves, apres avoir affront le fraditionalisme des colons, l'hg6e-
mone des citoyens de couneur, la politique insidieuse des agents de
la M6tropole, front 6clater les cadres sociaux et politiques.
Voila schematiquement exposee, l'histoire de la revolution de St.
Dom'ngue que nous avons trait6e avec toute ,'objectivi'6 que com-
mande no're preparation mrthodique. Les 'acunes signal6es n'au-
ren' peut-6!re pas la vertu de diminuer la valeur documentaire de
ce livre. Car, I'histoire, insaisissable dans tous, ses contours, est
avant tout evolutive et perfectible. La oft no re p'ume faillit, un
autre historian prendra strement la relive. L'essentiel est de mar-
quer son apport & une oeuvre d'envergure qui se cons'ruit a la
'dimension de nos aieux.





















CHAPITRE PREMIER

LE MOVEMENT DES COLONS














1.- LE PROBLEM DES COLONS


I. c guerres dans lesquelles fut entrain6e la France au 176me
siecle A cause de la m6diocrit6' de Mazarin conmme honime
d'Etat et la politique de gloire d'un Louis XIV epris de faste
avaient profond6ment affec:6 l'Yconomie fran9aise. Alors une
crise aigue menaga d'6tranglement cette puissance europeenne.
Une raret6 de num6raire paralysa l'evolution de la classes ou-
vriere. Le ch6mage se g6n6ralisa. Des mois de solde etaient
dus aux soldars; les fonctionnaires, non plus, ne touchaient pas
r6gulibrement leurs appointments. Les commercants c(.uraient
droit a la faillite. Les banques subissaient l'impact de cedte si-
tuation d6sastreuse A laquelle Colbert apporta une solution pai
le recours au Pacte Colonial, dit regime prohibitif.
Qaoiqu'inspire par le mercantilisme europeen, ce svsteme,
appel] Colbertisme, ob6issait A des rbgles propres qui impli-
quaient une association entire l'Etat et certain particulier., en
l'occurence les membres de la bourgeoisie.
L'application de ce system devait se reveler fructueuse pour
la France. Elle l'aida puissamment a am6liorer sa situation
6conomique, a r6duire son taux de ch6mage (grace Tl'etablis-
seient de nouvelles industries et au d6veloppement de villes
c6tieres), a accumuler des capitaux tout en enrichissant la
bourgeoisie.
Ce system combien avantageux pour la Fra'ce etait par
contre nuisible aux colonies. Saint-Domingue en particulier
devait en pttir. Car le Pacte Colonial ou regime de l'exclusif
'tait conqu dans un esprit de subordination des int6rets colo-
niaux h ceux de la Metropole. Les habitants des lies 6taieint
astreints a des obligations qui n'6taient que des formes d6gui-
s6es de servitude. Ils avaient un constant besoin d'argent pour










lancer leurs entreprises. Mais il leur etait interdit de s'adresser
a des usuriers strangers. Aux bailleurs de fonds frangais 6tait
accord6e une priority, et meme un monopole. Forts de cette
exclusivity, ils en profitaient pour hausser le taux des intir&ts
qui atteignait parfois l'6chelle scandaleuse de 22%.
L'exploitation ne se limitait pas aux prkts. Elle s'etendait au
commerce. Furent proscrites toutes relations commercials avec
une nation autre que la France. Ainsi seule la bourgeoisie
commergante ou negriere approvisionnait la colonies de Saint-
Domingue en marchandises ou en bois d'e6bne. Comme les
pavements se faisaient en denr6es tropicales, les companies
privilegi6es, avec une mauvaise foi 6vidente, dinigraient les
productions antillaises afin d'en rabaisser les prix, et s'appli-
qutiient a hausser a l'exces les prix des marchandises de pre-
miere n6cessite destinies aux colonies. Jeu de bascule qui main-
tenait la balance toujours favorable aux interets m6tropolitains.
Le problem ne differait pas sur le plan industrial. Interdic-
tion absolue 6tait faite aux colons d'installer des industries a
Saint-Domingue. Tout devait 6tre de provenance franqaise :
mime le clou qu'on utilisait. On re.ournait dans la colonie sous
fornre de products finis les matieres premieres qui en etaient
extraites. Ainsi les habitants se voyaient priv6s des avantages
immense que donnaient I'exploitation du tabac, du cafe, du
coton, celle des planches, si utiles pour la construction des
bateaux destines au traffic n6grier, celle du cacao pour la fa-
brication du chocolate, celle des plants tinctoriales pour la
teinture et aussi des possibilities immense qu'offraient les mines
de bauxite et de cuivre, les eaux thermales, les plants aroma-
tiques.
Pius loin encore, le pacte colonial poussait ses exigences
ego'stes. Non contents de lib6rer le commerce de France de
toute concurrence, les legislateurs, porte-parole de Colbert, ex-
primbrent d'une fagon nette le r61le des colonies en y autori-
sant seulement la culture des denr6es r6fractaires au sol










frangais a cause du climate. L'6tranglement 6tait syst6matique.
Les colonies, p6pinieres de la M6tropole, 6taient en meme
temps ses clients les plus sfires. Ainsi ce Pacte, qui ouvrait
des horizons au commerce de la Metropole, a la mani&re d'un
carcan, 6tranglait Saint-Domingue, nuisant a son evolution,
subordonnant cette colonies a l'insatiable cupidity d'une bour-
geoisie de plus en plus arrogante, de plus en plus ambitieuse.
Et les colons ne pouvaient rien pour se soustraire a ce mer-
car.',ilisme. Leurs efforts, anim6s d'une volont6 de liberation, se
brisaient centre la puissance d'un appareil d'Etat compose d'un
gouverneur attach au roi, d'un intendant qui repr6sentait
les inte6rts bourgeois, de fonclionnaires cupides, enfin d'un
clan gouvernemental qui imposait rudement l'ob6issance au
pace colonial, tout en manifestant a son tour une soif d'argent
qui triomphait m6me des scrupules de moeurs et des pr6jug6s
sociaux.
Ainsi se trouvaient prisonniers entre los series redoutables
d'un regime cruel et inexorable les colons qui semblaient 6tre
condamnes a ne vivre que pour assurer l'aisance de la bour-
geoisie et de la noblesse de France. L'evolution de Saint-Do-
mingue, terre d'apport souniise h la volont6 et aux int6rets
exc;usifs de la M6tropole, se perdait alors dans la nuit d'un
r've chim6rique. Mais, grace a ce meme pacte qui enrichissait
la bourgeoisie francaise, un bouleversant retirement se prepa-
rait; un chambardemenw s'annongait. Pris a son propre jeu, le
scorpion allait se piquer.

2. LES TENTATIVES DES COLONS
1670 1768

De 1670 h 1768, les colons ont tent6 plusieurs fois de se
d6barrasser du Pacte Colonial. D'abord, c'est contre les privi-
l6ges exorbitants reconnus aux companies qu'ils protesterent.
A l'6poque, une souveraine decision royale avait confie6 la










Co'ipa.:gnie des Indes Occidentales 1'exploitation de Saint-
Domingue. Cette compagnie concessionaire, soucieuse d'ac-
croltre ses profi's et jalouse des prerogatives attaches A son
mo.inpole protest avec v6hemence aupres du gouverneur,
son repr6sentant local, contre une certain tolerance favorable
au commerce illicite que faisaient les habitants avec les Hollan-
dais ou les Espagnols. Les colons, aiguillonnes par les advantages
n6s de ces relations commercials, voulurent se lib6rer des im-
p6ratifs commerciaux du Pacte. II a fallu tout le sav6ir-faire et
les solides qualit6s diplomatiques de Bertrand d'Ogeron. hom-
me par surcroit 6nergique et exp6rimene6, pour concilier les
interets des parties et 6viter un choc sanglant.
Mais les possibilities de ce choc ne seront pas definitivement
ecai tes. Des difficulties subsistaient et menagaient A tout mo-
ment la tranquillity de la colonies. La Hollande, s'duite par les
avantages qu'offrait le march de Saint-Domingue, recourait A
tous les expedients pour soulever les habitants contre la main-
mise m6tropolitaine. Elle fournissait les negres A un prix qui
d6fiait toute concurrence. Genees par cette politique des com-
mersants hollandais, les companies concessionnaires d6fen-
dirent avec acharnement leurs droits. Mais leur reaction se
heurta A une volon'6 de lutte que susciterent chez les colons
les all6chantes propositions hollandaises. L'agitation ebranla la
Capital du Nord et la M6tropole, devant la gravity de la situa-
tion, dut, en 1685, envoyer une commission sp6ciale poui d6-
sarrorcer les conflicts. En tout cas, il est A retenir que, d6s cette
affaire, le commerce de contrebande, dit interlope, revetit le
caractere d'une institution r6guliere, pregnant force de loi et
rivalisant, au su de tous les habitafnts,'avec Ie commerce r6gu-
lier.
L'6volution de la colonies, avec l'&re de ]a canne A sucre, des-
sfilla les yeux aux colons. Elle attisa les convoitises des uns,
stimula les ambitions des. autres. Le Pacte Colonial, tel que
l'avait conqu Colbert, etait un scandal. II fallait le rejeter,










le repenser, afin de reserver une meilleure part aux habitants
de la colonies. Le slogan ,Tout pour et par la M6tropole, pro-
voquait la r6volte. II 6tait une semence de tn6contentements
propres h enflammer Saint-Domingue. Et c'est contre ce sen-
timent de colere que se heurta en 1722 l'Ordonnance reduisant
la valeur des monnaies espagnoles A Saint-Domingue. Cette loi
visit a an6antir le commerce interlope, a freiner les operations
commercials qui se faisaient avec les bateaux espagnols. Or,
depuis douze annees, aucun fonds n'avait td6 envoy dans la
colonies. Seules les devises espagnoles soulageaient les habi!ants,
et 1'Ordonnance du 3 Aout visit a rar6fier les operations.
En 1764, les conflicts s'intensifierent. Une prise de conscience
plus nette indisposa les colons contre la bourgeoisie metropo-
litaine, b6n6ficiaire du systeme de 1'exclusif. Cctte lutte de
classes renforcera la lutte poliique qui d6j~ opposait les colons
aux membres de l'appareil d'Etat. Les inconv6nients du Colber-
tisTie, avec plus d'6clat, ressortaient en temps de guerre. La
rared6 de bateaux obligeait les autorit6s de Saint-Domingue i1
garder dans les entrep6ts des marchandises qui, rapidement,
s'avariaient. En outre, la colonies manquait de tout. Les habi-
tan.s, ne pouvant ni exporter, ni importer, souffraient de cut
6tat de choses. La famine les menagait concuremment avec la
faillite.
Tous ces problemes, compliqu6s d'autres n6s du refus des
colons de faire le service militaire ou de payer les taxes ou
imp6:s, rendirent explosif le climate de Saint-Domingue. Le
Gouverneur parvenait a s'imposer, mais on devinait le volcan
pret a 6clater.

3. L'EVEIL DE L'ESPOIR

Les colons de Saint-Domingue n'avaient aucune chance de
voir aboutir leurs d6marches. Ils se heurtaient a une forteresse
rendue inexpugnable par la toute-puissance du roi. Car I'ap-









pareil d'Etat 6tait I'Nmanation du pouvoir royal. Pour s'en con-
vaincre, il suffit de se rappeler l'omnipotence d'un gouverneur a
Samt-Domingue, le faste et la pompe qui rehaussaient ses
moindres d6placements. C'est H. P. Sannon qui ecrit, apr6s
avoir affirm que la volont6 de Monsieur le G6neral Gouver-
neur faisait loi en tout : <...I1 est aussi redout6 qu'aduld. Dans
le course de ses tourn6es, on lui d6cerne partout des honneurs
soliverains. Au moment oui il entire dans une ville, le branle-bas
est g6n6ral : les cloches sonnent a toutes vol6es, les canons des
forts et des navires tonnent, I'arm6e est debout; le clergy por-
tant le dais, les fonctionnaires de tous ordres vont au-devant de
lui. Des are-de-triomphe sont dresses sur son passage, et dans
les discours pompeux qu'on lui' adresse, il est pour le moins
compare a Sesostris, a Hercule ou a Titus., (Histoire de Tous-
saint Louverture, tome II, p. 16)

Mais cette toute-puissance s'affaissa avec la decadence du
regime monarchique. En France, la bourgeoisie, aigrie, hostile
aux classes parasitaires et gonfl6e d'ambitions politiques. s'at-
taqua au pouvoir absolu. La convocation des Etats-G6neraux
maroua 1'explosion d'une bombe don't les retomb6es devaient
transformer la France et affected toutes les puissances de I'Eu-
rope. Les provisions les plus audacieuses, les pronostics les plus
fabuleux seront d6pass6s.
Les planteurs de Saint-Domingue, prisonniers du Pacte Colo-
nial, comprirent qu'en 1788 avait sonn6 pour eux l'heure de la
d6livrance. Consid6rant la colonies comme une Province de
France, ils manifesterent le d6sir d'envoyer A Paris une repr6-
sentation. Ce simple voeu se heurta a l'opposition farouche du
Gouverneur, encore r6fractaire a l'idee que le movement pro-
testataire du Tiers-Etat sonnait le glas du regime absolu, me-
nagant d'an6antissement et les privileges sociaux et economi-
ques et le pouvoir monarchique. Retranch6 derriere une auto-
rite branlante, le gouverneur se ridiculisa en tentant de s'op-










poser aux fermes decisions des colons qu'animait une volont6
d'escalade.
Eclair6s par leur sens de la r6alit6, ceux-ci, volontiers, igno-
rbrent les interdictions gouvernementales; ils organis&rent clan-
destinement des 61lections dans le Nord, l'Ouest et le Sud de la
colonies. Un comit6e 6u r6digea leurs cahiers de dol6ances et
art',cula leurs griefs.
A cette premiere phase de leur movement, les colons se
montrbrent plut6t mod6r6s. Timidement, ils reclamaient une
participation effective aux affairs de la colonie. Exclus de
l'appareil d'Etat, ils estimaient leur representation n6cessaire
au sein de l'Assembl6e pour la defense de leurs int6rets. Ils
voulaient aussi apporter un adoucissement au Pacte Colonial.
Ils 6taient surtout genes par le regime de l'exclusif qi leur
enlevait le droit de commerce librement. Enfin. dans leurs
cahiers de dol6ances, ils r6clamaient le respect des principles
de la colonie. Mais en quoi consistaient ces principles ?
Les colons etaient pleins de prejug6s. Ils se disaient sup6-
rieurs aux petits blanks. Ceux-ci 6taient des artisans, des d6-
pouivus, des victims de nombreuses evictions. On les trouvait
a la solde des grands planteurs depuis la revolution de la canne.
E16ments de d6sordre, ces homes aigris 6taient les ennemis
jur6s des grands colons qui les rabaissaiont, les m6prisaient, les
vihpendaient, les asservissaient 6conomiquement.
Les colonis 6&ouffaient 6galement les affranchis sous le poids
de !eurs pr6jug6s. A ces derniers ils 6taient f6rocement hos-
tiles. Ils avaient peur d'eux a cause de leur pouss6e d6mogra-
phique; ils les enviaient pour leur tenue social et leur 6duca-
tion; ils jalousaient la fortune d'un petit nombre. Dans l'espoir
de freiner leur evolution et aussi par esprit de vengeance, les
colons de Saint-Domingue dress6rent centre eux des barribres
sociales. C'est cette discrimination racial qui constituait le
second point des principles qu'ils entendaient sauvegarder.
Enfin, par inter&t, les colons voulaient perp6tuer le regime










esclavagiste. Toute leur fortune 6'ait fondue sur 1'exploitation
des noirs. Ceux-ci, d6clar6s des cbhoses>, par le Code Noir,
devaient travailler a plein rendement pour accroitre les riches-
ses de leurs maitres. L'abolition de l'esclavage, aux yeux des
colons, serait a la fois une aberration et une catastrophe : vrai deluge>, aimaient-ils a dire. Elle bousculerait leurs preju-
g6s de race, heurterait leurs int6rets mat6riels et affligerait
leur concept human born.
Tels sont done les griefs formulas par les colons dans leurs
cahiers de dol6ances et qu'une d6l6gation 6tait charge d'ap-
puyer en France. En d6pit de ses vell6it6s de protestation, le
gouverneur assista impuissan. et d6concert6 au depart des d6-
putbs. Une &re nouvelle s'ouvrait pour Saint-Domingue.

4. LES COLONS ET LA DECLARATION DES DROITS
DE L'HOMME

En France, la revolution, avant d'6tre populaire, fut bour-
gecise. Elle a Wt6 conduite d'abord par les grands commergants.
les membres les plus hupp6s, les plus sophistiqu6s de la soci1.6
bouigeoise, renforces d'616ments dissidents de la noblesse et du
clergy. A ce d6but, on se servit des 'masses pro!6tariennes pour
mieux d6router le gouvernement et justifier les r6clamations.
Si des r6volu'ionnaires d'origine obscure s'infiltrbrent parmi
les bourgeois, il n'est pas moins evident que les revendications
du d6but ne visaient qu'A donner pleine satisfaction a une
c'as.,e economiquement forte qui aspirait A jouer un r6le poli-
tique predominant et luttait pour diminuer les pouvoirs du roi.
Des misbres du people, des souffrances des masses, on se sou-
ciait peu h la verit6. Des principles aussi. Mais les choses chan-
geront a partir de la D6claration des Droits de I'Homme. Des
lors, la haute bourgeoisie commenga d'ailleurs a perdre le
contr6le de la revolution. Dans le Tiers-Etat, des repr6sentants
du people et de la paysannerie perceront pour pr6cipiter les










6v6nements. Si l'Assembl6e Nationale Constituante marqua la
vic'oire de la bourgeoisie, la Convention, qui remplaca la Le-
gislative, installera plut6t un regime de terreur, aboutissement
de la revolution.
La Declaration des Droits de l'Homme prona, il est vrai, des
priicipes humans. Elle precha la liberty de la parole, de l'ac-
tion, de la pens6e. Elle pr6conisa la liberation de l'homme des
ent-aves f6odales, la liberty de commerce, I'accs aux functions
publiques selon ]a competence.
Mais, A I'ombre de ces principles, si Aprement discut6s ef objet
de joutes oratoires retentissantes qui semblaient r6v6ler une
force de conviction in6branlable, couvaient des ambitions, de
la cupidit6, des aspirations, negation de ces principles. Cette
bourgeoisie cessait d'etre r6volu'.ionnaire sitot qu'entraient en
jeu ses interets mat6riels. Elle proclama la fin de la r6vclution
des qu'elle obtint du ioi les concessions convoit6es Elle se
montra alo:s pr~te A d6fendre farouchement ses privileges,
vestiges du Pacte Colonial. Selon elle, le systeme colonial ne
devait subir aucun changement. Organis6e en trusts, elle lut-
talt pour le maintien du traffic negrier aux profits exorbitants
et pour la sauvcgarde du regime esclavagiste. En bref, cette
bourgeoisie, si avide de liber 6 et si prodigue en theories rkvo-
lutionnaires, pr6conisait, hors des limits territoriales de la
France, I'ali6nation de l'homme. Sa foi de r6volutionnaire s'6-
teignait sous le souffle puissan: de la cupidit6.
Mais cette bourgeoisie que l'cn trouva au d6but a la tote
d'un movement insurrec ionnel 6tait impropre a bien cana-
liser une r6volu'ion qu'elle souhaitait freiner a la limited de ses
int6rets 6goistes... Gonfl6e des aspirations populaires, la r6vo-
lution, telle une mer demont6e, engloutira la bourgeoisie n6-
griere. Si sa philosophic 6chappa aux premiers leaders bour-
geois, tromp6s par leur influence sur les masses et leur credit
au sein du Tiers-Etat, par centre, plus r6alistes, plus lucides,










se r6veleront les d6l6gues des colons de Saint-Domingue dans
l'option de leurs desiderata.
En d6pit de l'accueil sympathique que leur r6serva le Tiers-
Etat, malgr6 le renfort trouv6 chez les colons absent6istes si
influents au club Massiac, les d6put6s de Saint-Domingue d'ins-
tinct se cabrerent face a la Declaration des Droits de l'Homme.
Ils se m6fibrent de ce principle qui engageait la revolution me-
tropolitaine dans une voie contraire a leurs pr6jug6s et a leurs
interets. Car la revolution, en proclamant le droit pour chacun
de disposer de sa personnel e. de ses biens et en arguant que
tous les hommes 6taicnt libres et 6gaux en droits, ouvrait dan-
gereusement une porte aux aspirations des citoyens de couleur
et coloraient de rouge 1'horizon de Saint-Domingue ouf d6j~
les noirs se montraient de moins en moins ob6issants, de plus
en plus hardis. Dans leur sagesse de colons mefiants, ils ju-
gerent n6fastes pour Saint-Domingue les principles vulgaris6s
par le nouvel 6vangile du people de France. Clairvoyants, ils
d6cid6rent de retourner a Saint-Domingue tant pour maintenir
cette colonies 1 l'abri de la contagion r6volutionnaire que pour
y organiser leur propre movement face a l'oppression m6tro-
politaine. Astucieux, ils 6taient d&cid6s a emprunter a la r6vo-
lution tous les l66ments avantageux, capable de les lib l er du
pacte colonial, en mrnme temps qu'ils rejetteraient les principes
jug6s nuisibles a leur predominance et contraires a leur esprit
de conquate.

5.- LES ACTES DE L'ASSEMBLEE COLONIAL

Les colons d6lagu6s en France retournerent done a Saint-
Domingue pour y organiser leur propre revolution. S'inspirant
des dernieres dispositions arr&t6es au sein de la metropole et
d6sirant 'a tout prix diminucr les pouvoirs du gouverneur et se
tailier une place enviable dans I'appareil adrninistra',f, la soci6-
t6 des planteurs de Saint-Domingue forma les Assembl6es Pro-










vinciales du Nord, de l'Ouest et du Sud. Sous l'impulsion de
l'Assembl6e Provinciale du Nord, apparemment la plus r6vo-
lutionnaire et compose en grande majority de n6gociants du
Cap qui revaient de renforcer d'une autorit6 politinue leur
pouvoir economique incontestable, les trois assemblies decide-
rent, fortes des dernieres concessions m6tropolitaines, d'orga-
niscr des elections primaires a Ia fin de mars 1789. Lei, Assem-
blees des trois D6partements se reunirent h Saint-Marc pour
d6lib6ration et, a leur soci6t6, ils donn6rent le nom d'Assem-
bl&c G6ndrale de la Partie Francaise de Saint-Domingue. Mais
au .ein de cette Assembl6e, dite Assemblee de St- Marc,
I'Assembl6e Provinciale du Nord devait perdre son influence
et meme se constituer en parti dissident face au caractere
r6volutionnaire de certaines measures prises.
De fait, un vent de fronde souffla sur cette assemble
qui ie signal par des decisions rapides et osees, par des d6-
crets 6nergiques et bouleversants. Des actes, pleins d'audace,
traduisaient bien la resolution des membres de combaltre les
administrateurs royaux, de leur arracher le pouvoir et surtout
de s'emparer de la direction de la colonie en intervenant dans
la marine et la diplomatic et en faisant 6chee au Pacte Colonial.
D'ailleurs le slogan qu'iis adopterent caract6risait leur esprit
subversif : Tout pour et par la Colonie. C'6tait prendre le
contre-pied de la politique m6tropolitaine.
I'acte le plus important pose par ls membres de I'Assembl6e
de St. Marc fut certainement la publication d'une Constitu-
tion consid6r6e comme un manifesto r6volutionnaire. Mais
avant d'arriver .a celte charte, ils se signalerent par des actes
qui t6moignaient de leur desir de paralyser le gouverneur,
d'avoir en mains administration et meme de s'octroyer un
droit de 16gislation. C'est ainsi qu'arbitrairement ils suspendi-
rent les affranchissements. Ils croyaient ainsi parvenir a briser
le resort moral des citoyens de couleur en pleine lutte pour le
renversement des barrieres sociales. Les inqui6tait, il est vrai,











la pouss6e d6mographique de cette cat6gorie d'hommes gon-
flNs d'ambitions, pleins de m6rites, leurs rivaux a bien des
titres. Et pour donner plus de poids a cette measure, ils frap-
perent les blancs qui appuyaient les affranchis ou qui partici-
paient a leur movement de revendication. D6clares m6salli6s,
les blancs, qui avaient 6pous6 des femmes de couleur, apprirent,
atterr6s, que leurs marriages 6taient annul6s et leurs biens con-
fisqu6s. Puis, proscrits, ils furent invites a abandonner la colo-
nie.
Plus loin encore, les colons pousserent leur hardiesse.
Con' rairement aux imp6ratifs du Pacte Colonial, ils declarerent
les ports de Saint-Domingue ouverts au commerce stranger.
Et, pour paralyser le gouverneur, ils licenci&rent les troupes
de ligne, les seules forces encore fiddles. Puis, ils s'appropri&-
rent les renes administrative, s'atiaquerent directement au
gouverne(:; iAs l'appee en. a leir' barre, le blamerent et
dir-nuerent scs pouvoirs. Enfin, ils vassaliserent cette autori'6
en decadence. Peu apres, lors de leur lutte avec les pompons
blancs, ils pousseront lour audace jusqu'h destituer le gouver-
ne-ir.
Certain de scn empire sur le gouvernement et gris6e tant
par Fes succes que par ses pouvoirs, l'Assembl6e de Saint-Marc,
souveraine, rcndit l 1.1 mai un d6cict sur la reorganisation du
pouvoir judiciaire, un autre le 20 mai sur l'organisadion des
municipalities et fi::a Ic 28 rmi 179D les bases constitution-
nelles du nouveau gouvernement.

C.- LA CONSTITUTION COLONIAL

D&s le preambule de lour Constitution, les membres de 1'As-
semblbe de Saint-Marc 6mirent le principle que la colonie
faisait parties de l'Empire Frangais et, come toutes les pro-
vinces de France, avait ses droits : celui de se placer sur un
pied d'6galit6 avec la metropolec et de n'accepter aucune loi h










l'61laboration de laquelle les habitants n'auraient pas contribu6;
celai aussi de participer A administration de la colonies. Ces
points culminants fonderont la Constitution des colons qui peut
6tre 6tudi6e sous le triple aspect politique, 6conomique et juri-
dique.
Pour justifier leur droit au pouvoir politique, les colons- ont
expiiqu6 le probleme pose par une administration A laquelle ils
6taient strangers. Pour bien diriger une colonies, il faut con-
naitre la mentality de ses habitants, les us et coutumes en
usage. A Saint-Domingue surtout, il faut une certain habitude
du milieu h cause des pr6jug6s et du r6gime esclavagiste. Un
gouverneur fraichement arrive de France est souvent disem-
pard. II1 tend A commettre des erreurs. Or ces erreurs affectent
son administration, engagent la colonie et risquent d'etre nui-
sibles aux habitants. Le gouverneur n'a rien A perdre. Apres
trois ann6es d'administration, il s'en retourne paisiblement en
France, souvent enrichi. Eux, les colons, sont lies au sort de
Saint-Domingue. Leurs biens, leurs families, leurs vies sont
exposes. Us estiment avoir droit en toute justice A l'administra-
tio,:, 6tant seuls a pAtir d'une mauvaise gestion.
Sur le plan 6conomique, les colons, par leur Constitution,
se liberent du Pacte Colonial. Ils s'autorisent A emprunter de
l'argent de qui bon leur semble et au mieux de leurs int6rets.
Plus de monopole m6tropolitain. Le commerce de Saint-Domin-
gue se fera tant avec des Frangais qu'avec des peuples d'autres
nations. A la v6rit6, attiraient puissamment les habitants les
avantages offers par les n6griers hollandais.
Enfin les colons, membres de l'Assembl6e de Saint-Marc,
ont rappel6 que 1800 lieues s6parent St. Domingue de la
France. Cette distance pr6judiciable sur le plan commercial ne
1'est pas moins sur le plan juridique. Bien des measures arrethes
pa, la M6tropole en vue de mettre fin a un conflict ou afin de
r6soudre un probl6me crucial parviennent a Saint-Domingue
avec des mois de retard et se r6velent for, souvent inefficaces,










sinon nuisibles. Etant sur place et connaissant a fond le milieu,
ces colons s'estiment qualifies pour trancher les differends et
prcndre telles measures juridiques jug6es convenables.
Une question a 6t6 fort souvent posse : les colons voulaient-
ils par cette Constitution divorcer d'avec la France afin de se
rendre ind6pendants ou recherchaient-ils le protectorat de
I'Angleterre ? Disons au depart qu'il est encore t6t de parler
de conciliabules avec I'Angleterre ou de tentatives de rupture
aver. la M6tropole. D'ailleurs tout semble indiquer que les
membres de l'Assemblee de St. Marc n'entendaient pas sous-
traire la colonies a l'influence frangaise. Le titre meme de leur
corps : Assembl6e G6nerale de la Partie Franqaise de Saint-
Domingue, t6moignait de leur intention de rester unis a la
France. Ils se consid6raient comme parties int6grante d'un vaste
territoire don't Saint-Domingue serait un appendice. De plus,
dans un article de leur Constitution, ils avaient pos6 la condition
de validity d'une loi : elle devait 6tre d'6manation locale et sanc-
tionn6e par le roi. Ce droit de v6to reconnu au Souverain de
France 6tait un acte de vassalit6, une acceptation de l'interven-
tion m6tropolitaine dans les problemes de St. Domingce. II est
vrai n6anmoins qu'en attendant I'approbation du roi, ils n'a-
vaient pas hesit6 A mettre en application les divers d6crets pris
en mai 1790. Une dernibre preuve de leur d6sir de coop6rer
avec la France et de leur esprit de soumission h la mere-patrie
nous est fournie par le comportement des Lopardins lors de la
lutte entire les pompons blancs et les pompons rouges. Les co-
lons fugitifs s'6taient rendus droit en France pour solliciter la
protection metropolitaine centre le gouverneur.
Bref, la these d'une vell6ite d'independance de Saint-Do-
mingue en 1790 est une aberration. La politique interne des
colons vouait a 1'6chec toute tentative de ce genre. De leur
assemble, les colons avaient exclu les petits blancs et les
petihs propri6taires 6vinc6s : ils 6taient alors pouss6s par leurs
preiuges de classes. Les affranchis 6galement en 6taient chas-










s6s : victims de l'animosit6 des colons, ils se voyaient pers6-
cut6s, accabl6s de measures vcxatoires. Quant aux noirs, ils
etaient soumis aux avanies et aux d6plorables conditions de
vie que leur imposait un systeme d'exploitation devoreur
d'hommes. Ainsi les colons, loin de se fortifier par le ralliement
de tous ces 16ements a leur merci, s'etaient isoles, s'etaient af-
faiblis et avaient travaill & leur propre perte en les repoussant
et en se les rendant hostiles. Cet exclusivisme devait les con-
duire a la d6faite dans leur lutte contre le gouvernement. En se
lib6rant de la France les colons, bon,gr6 mal gr6, se jetteraient
dans les series de l'Angleterre a cause de leur impuissance.

A la v6rit6, r6actionnaires, ces colons n'aspiraient cqu'd se
d6barrasser des contraintes du regime de l'exclusif, A s'accapa-
rer de I'administration et en meme temps A se reserver un pou-
voir juridique. Ils voulaient fair de Saint-Domingue' un etat
associ6. Le protectorat de la France serait assure au prix de
certaines redevances, de certain avantages commerciaux ou eco-
nomiques. N'emp6che cependant quc d6s cctte 6poque prenait
naissance dans le cceur de certain colons, effarouchs par
I'al:ure de la revolution frangaise, un vif d6sir de dialogue
avee l'Angleterre. Quant aux classes subaltemes, elles 6taient
condamnees par les colons. Nul changement n'6tait prevu pour
elles. La domination 6conomique, les prejug6s de couleur et de
rac' devaient, aux yeux 6goYstes des colons, rester inalt6rables
afin d'assurer a ces derniers une supr6matie sur les petits blancs,
les affranchis et les noirs. Leur conception politique 6triqu6e
6tait a sons unique e: au service d'une minority. On s'explique
que l'histoire ait qualifi6 de r6actionnaire ce movement dict6
par l'int&rct et hostile a toute idee de revolution.










7. POMPONS BLANCS CONTRE POMPONS ROUGES

Les membres de l'Assembl6e de Saint-Marc, aveugl6s par
leurs passions, ne .surent pas exploiter leurs resources. Aux
yeux de tous, cette assemble 6tait consid6rde comme le pro-
longement de la revolution A Saint-Domingue. Elle symbolisait
les premieres conquetes sur la Monarchic. ,Elle repre6entait,
opine Placide David, une garantie contre tout retour a la tyran-
nie; elle 6tait la gardienne des libert6s citoyennes., Exception
faite de 1'exageration qui gonfle cette citation, on doit admettre
que les colons de I'Assemb 6e de Saint-Marc, en frondant Ie
gouvernement, en s'appropriant le pouvoir politique, en faisant
check au Pacte Colonial, se son' signals comme les ouvriers
d'un movement appeal cependant a d6passer leurs ambitions
trop limit6es et de caractere bourgeois. C'est pourquoi par la
suite, on trouvera les colons, d6sempards, s'accrochant deses-
perement, a la faveur de compromise divers, A des forces r6ac-
tionnaires locales, m6tropolitaines ou internationales. Parce que,
chez eux, l'id6e de revolution cachait mal une defense des
droits individuals et une recherche d'int6rkts 6goYstes, ils ne
parent tirer profit des possibilities immense qu'offraient les
petits blanes, agents enflammes de la sddition. Le proletariat
de Saint-Domingue, par ailleurs, constituait une force de frappe
qut les membres de l'Assembl6e de St. Marc d6daignaient h
tort. Enfin, ces derniers pouvaient ais6ment, grace h leui in-
fluence sur les affranchis, rallier ces citoyens de couleur don't
le courage plaidait en faveur d'une alliance avec eux. Ainsi,
en gonflant leurs lignes de tous ces bras disponibles et de ces
coeurs aigris, les colons auraient pu constituer un puissant parti
r6volutionnaire, au service de la classes majori:aire. Mais une
tellc alliance impliquait des sacrifices, des renoncements im-
possibles pour des colons bourres de prejug6s, et des principles
strangers a ces fantoches mus par l'ambition et la cupidity.
Plus intelligent et plus souple devait se r6v6ler le gouverneur








29

de Peynier. En d6pit de ses vicissitudes, il veillait; il 6piait Une
opportunity pour terrasser le monstre colonial. Conscient de sa
faib'esse, il s'abstint de toute demonstration imprudente. Le
conflict divisant les membres de l'Assembl6e de St. Marc et
ceuv de l'Assemblee Provinciale du Nord fut la chance tant
attendue et qu'il sut saisir. Les membres de l'Assembl6e du
Nord venaient de se d6solidariser des colons de St. Marc. Ils
6taient inquiets de 1'autorit6 despotique de cette assemble et
fAches de 1'adoption de certaines measures. N6gociants en
grande partie, et partisans du Pacte Colonial, ils se sentirent
frustr6s par le vote de la loi sur la liberty de commerce et par
le d6cret r6duisant de moili6 le taux de pret. Les6s dans leurs
interets, ils se s6parerent des membres de I'Assembl6e de
Saint-Marc, infirmant ainsi ce parti.
L'labilete politique du gouverneur 6largira le foss6. II promit
aux hommes du Cap une participation active a administration
de la colonie, ce qui etait l'objet fundamental de leurs reven-
dications. A la faveur de cette alliance, le gouverneur s'aimait
puissamment pour an6an'ir le parti colonial 'd6faillant. II
rallia aussi les petits blancs, exclus de l'Assembl6e de St. Marc
et m6pris6s des colons. Enfin, astucieux, de Peinier pr4eha une
politique d'union et de fraternity qui engloba meme les _itoyens
de couleur. Ainsi, dans un parti monarchique don't il 6tait le
chef, le gouverneur groupait, par un remarquable tour de force,
aristocrates de vieille roche, royalistes de command, petits
blancs sectaires et affranchis r6formistes. A ce parti h6teroclite,
il donna le nom de Pompons Blancs. 11 en confia la direction I
un militaire courageux, issu d'une racine nobiliaire plusieurs fois
s6culaire et capable d'assumer de lourdes responsabilit6s : le
colonel Duplessy de Mauduit.
F ort de cette coalition et sfr du chef militaire, le gouverneur
de Peynier donna l'ordre de d6sarqonner les membres de l'As-
sembl6e Provinciale de l'Ouest et ceux de l'Assembl6e de St.
Marc. Ces derniers feignirent de le braver. Dans un decret, ils










n'h6siterent pas a coller 1'6pithete de gouverneur, au colonel de Mauduit et aux autres chefs mili-
taires du part royaliste. S'illusionnant sur leurs forces et leur
pouvoir constitutionnel, ils destituerent le gouverneur et som-
mient l'arm6e de se plier a leurs propres ordres. Puis. de plus
en plus arrogants, de plus en plus agressifs, ils lancerent un
appel aux armes.
Ces measures de parade laisserent indifferent un colonel de
Mauduit bien d6cid6 h agir. Alors les colons, affubl6s du titre
de r6volutionnaires ou Pompons Rouges, se r6signerent a baisser
pavilion. Agripp6s a un frdle espoir, ils avaient tout tent6 pour
semer le d6sarroi, ils avaient fait du bruit, lanc6 des communi-
ques explosifs pour mieux effrayer. Par ces tapageuses d6mons-
trations, ils ambitionnaient de bloquer la march des rovalistes,
d'engloutir leurs efforts. Leur appel aux armes fut leur ultime
tentative pour se concilier les petits blanes et cr6cr un climate
de panique. Mais, cc fut plutot la fuite qui les arracha aux
griffes agressives du colonel de Mauduit. Us se disperserent
rapidement, alors que quatre-vingt-cinq d'entre eux, months
sur le bateau le L6opard, se dirigeaient le 10 aofit 1790 vers la
France ou ils comptaient trouver un appui contre le bloc roya-
liste de St. Domingue. L'espoir d'aliener au gouverneur la
syrupathie de l'Assembl6e Nationale Constituante les consolait
de l'6chec que leur infligea le colonel de Mauduit.

8. AU LENDEMAIN D'UNE VICTOIRE

La fuite des Leopardins consacrait la victoire du parti roya-
liste. Cette victoire fut d'ailleurs confirmee par le d6cret
du 32 Octobre 1790 de la Constituante qui desapprouva la
conduite subversive de l'Assemblee de St. Marc et vota que de
Peynier, de Mauduit et le commandant Vincent avaient bien
m6rit6 de la Patrie, pour avoir sauv6 Saint-Domingue d'un
grave danger. Ce verdict favorable arracha au gouvernement










son hypocrite masque de fraternity et de r6publicanisme. L'ar-
rogance et la morgue du gouverneur, un moment apais6es,
resplendirent avec plus d'eclat, s'appesantissant tour A tour sur
les plariteurs, les petits blancs et les affranchis.
Le despotisme gouvernemental A nouveau se r6v6la cruel et
martial, sourd A la cl6mence, prompt A la vengeance, suscep-
tible A la moindre vell6it6 de resistance. La loi des royalistes
primait. Elle s'imposait, tel un bloc rigide qui ecrasait toute
opposition des colons, et s'acharnait centre les petits blancs,
declares agents de d6sordres. Elle installait sur un tr6ne d'abus
un gouverneur press d'oublier les concessions d'hier, les pro-
messes et les compromise de fortune.
Irrit6 A l'id6e de partager administration avec les planteurs
du Nord et hostile A l'esprit de fronde des petits blancs, le gou-
vernement, traitre A sa parole, s6vit avec rigueur contre ces
deux groups, brimant F'un, 6crasant l'autre de son mepris.
Croyant apaiser la colere des p!anteurs et d6sarmer leur res-
sentiment, il jeta en ptture A leur rage d6vorante les hommes
de couleur. Le ccour 16ger, denu6 de toute gratitude, de Pey-
nier sacrifia les affranchis, leur aide lui devenant inutile. Et
pour justifier une telle deloyaut6, il fit siennes les assertions
absurdes qui pretaient aux hommes de couleur ]'intention de
soulever les ateliers. Les rumeurs les plus effarantes inventees
par les petits blancs et les colons trouvaient chez le gouverneur
des oreilles complaisantes. La peur, la haine, la politique scel-
lerent une paix factice entire les blancs de tous les clans unis
contre l'ennemi commun.
Mais, quand un regime de terreur eut pli6 les affranchis aux
caprices des blancs, ceux-ci se souvinrent A nouveau que des
ideologies differentes les partageaient, que des classes les divi-
sa.ent, que des aspirations antagonistes les opposaient. Petits
blancs, n6gociants et colons (anciens membres de l'assembl6e
de St. Marc), pour des raisons diverse, tout A fait particulieres,
avaient des comptes A r6gler avec le gouvernement. Sa fausset6,










sa d6loyaut6, son intransigence avaient suscit6 la colere et
aviv6 une soif de vengeance. La revolution en France, qui em-
pruntait la voie de la violence, encourage les petits blanes,
excita les colons et influenza les n6gociants. L'arriv6e a Port-
au-Prince d'une nouvelle escadre apportera a ces groups de
mecontents l'opportuni!6 qu'ils guettaient. Les vaisseaux le
Borke, le Fougueux et la frigate Uranie portaient les bataillons
d'Artois et de Normandie, affects a la colonie. Ces soldats
arrivaient, 'pr6venus, pleins de rancoeurs contre le gouverne-
ment, parce qu'a Brest des 6missaires des Leopardins les a-
vaint endoctrin6s. Lorsque, for9ant toute consigne, ils d6bar-
querent, un ddbordement d'enthousiasme les accueillit a travers
les rues de Port-au-Prince. La foule compact des petits-blancs,
grossie de nombreux contingents de soldats d6serteurs, les regut
avec des transports de joie. La griserie des boissons, une heure
ap', s, mettait toute la ville en effervescence. L'excitation des
passions et l'ivresse du tafia poussaient a travers les rues, en
bandes effr6n6es, l'6cume de la population blanche. L'heure
des reglements de compete avait sonn6.
Faible de caract6re, douillet de nature, le nouveau gou-
verneur, de Blanchelande, conscient tant du p6ril que de son
impuissance, chercha pr6cipitamment un abri dans une fuite
vers le Cap. De Mauduit brava la mort en defiant la foule que
son orgueil excita encore davantage. II vit briller avec dedain
le fcr homicide qui lui transperga le corps de part en part. Sa
mort saluait a Saint-Domingue 1'6re de la revolution des sans-
culottes. Une nouvelle page d'histoire s'ecrivait. Un climate de
r6clamations et de violence venait d'etre cr66.

8. RAPPORTS ENTIRE LA REVOLUTION FRANVAISE
ET CELLE DE SAINT-DOMINGUE

En mnme temps qu'une revolution saccageait la France,
d6mantelant I'arsenal monarchique, bousculant les traditions,










all6geant le fardeau d'un peuple fatigue de ses entraves, a
Saint-Domingue, trois movements A tendance subversive fai-
saient sauter des cadres vermoulus. On attribue g6n6ralement
a la R6volution Frangaise les d6sordres obse.v6s dans cette
colonies antillaise. On alla meme jusqu'A 6crire, a r'encontre des
enseignements de la th6orie de l'histoire moderne, que la revo-
lution de St. Domingue 6tait fille de la R6volution Francaise.
Or. une revolution ne s'exporte pas; elle nait de causes locales,
souvent des contradictions du milieu. Etrangere a toute spon-
taneit6, elle 6volue graduellement, mais siremen', a la faveur
d'un lent processus. Une vraie revolution est le r6sultat de
conflagrations sociales que compliquent souvent des appendices
economiques. La Revolution Frangaise laisserait indemnes les
communaut6s St. Dominguoises si des mobiles s6rieux ne boule-
versaient h la meme 6poque la scci6t6 colonial a la veille d'etre
disloquee.
Une revolution devait necessairement 6clater h Saint-Domin-
gue. Ses 616ments cons'itutifs naquirent de l'installation sur
cette terre d'apport de travailleurs tir6s de l'Afrique et condam-
n6s a se plier a la cupidity de la dynastic colonial. Cette revo-
lution sera d'abord aliment6e et entretenue par le svsteme
esclavagiste ax6 sur des abus,' sur la contrainte et sur l'humilia-
tion dans une atmosphere suffocante oi s'aneantissait la dignity
des negres. Le regime eselavagiste, exploitation sys'.matique de
la sueur et de la force de travail des negres, provoquera l'etin-
celle de haine et de colere propre a r6volutionner la colonie.
Le mececnentement des esclaves, sous-hommes plonges dans
une abjecte condition de vie, et leurs ran9oeurs accumulees de-
vaient, a I'occasion d'une prise de conscience, les conduire a la
demolition du regime colonial et h la conqu6te de leurs droits
humans.
Us n'6eaient d'ailleurs pas les seuls m6contents. Les affranchis
que la peur, 1'envie, la haine recfoulaient derriere les barricades
sociales, eux declares citoyens passifs et contraints d'essuyer










la bave des petits blancs et la jactance vexatoire des colons,
devaient aussi se soulever contre cet 6tat de choses et r6clamer
au nom de la justice leurs droi's civils et politiques et une 6ga-
lit6 avec les blancs.
Ces derniers A leur tour n'6taient pas sans griefs. Les uns,
vicin.es de la revolution de la canne, se voyaient rel6eu6s par
preiug6s de classes dans la lie de la population. Opprimbs et
m6pris6s, ils m6ditaierit leur vengeance tout en convoitant la
situation 6conomique des grands planteurs. Les autres, ces co-
lonm qui m6prisaient les categories sociales subalternes 6cu-
maient de rage contre la m6tropole qui les assujettissait aux
rigueurs excessive du Pacte Colonial.
Ainsi, tous ceux-la qui composaient la soci6t6 de Saint-Do-
mingue : noirs, citoyens de couleur, petits blancs, colons, 6taient
des in6contents, des aigris qui, tapis dans 1'ombre, guettaient
une occasion propice pour renverser 'a leur advantage l'ordre
colonial. Sans doute les planteurs n'entendaient pas charger les
conditions des autres categories sociales; les petits blancs n'as-
piraient qu'I remplacer les colons; les affranchis ne revendi-
quaient qu'en faveur d'une r6forme social. Aucun de ces
movements, organisms sans la participation de la classes majo-
ritaire, ne r6pondait h la definition d'une revolution qui im-
plique avant tout un changenient dans la structure d'une so-
ci6t6 et sous-entend la recherche du bien-6tre pour les masses
refoul6es et d6grad6es, exploiL6es et raval6es. A la lumiere de
ces observations, il convient de noter que seul le movement
des ateliers avait un caractere vraiment revolutionnaire. I1 6tait
apple h balayer tout un syst6me, a changer des mentalit6s
vici6es, a faire eclater des digues qui fossilisaient toute une
categorie d'hommes, enfin lever les noirs au niveau de la
dignity.
Ces considerations expliquent pourquoi, a l'6poque, des ob-
servateurs sagaces consid6raient Saint-Domingue comme un
baril de poudre h la veille d'exploser. Et ce!te explosion pour-










rait encore se faire attendre, si elle ne s'6tait vue pr6cipit6e
par l'incendie vorace qu'alluma la R6volution Francaise. A ce
point de vue, il est difficile de ne point reconnaitre I'Ytroit
rapport existant entire le d6chainement des 6venements a Saint-
Domingue et le movement qui d6chirait Ia soci6te francaise.
Incontestablement,.la Rdvolution Frangaise a cr66 a Saint-
Domingue un climate d'effervescence; elle y a inaugur6 l'&re de
la violence et des revendications. La Convocation des Etats-
G6ndraux a favoris6 le movement r6actionnaire des colons.
Ceux-ci, encourages par ce premier coup de b6lier port au
regime monarchique, ont os6 s'attaquer a la puissance gouverne-
mentale de Saint-Domingue. De son c6t6, la D6claration des
Droils de l'Homme et du Citoyen, nouvelle tape de la RBvo-
lution, en langant son strident cri de justice qui a 6branl6 le
mce-de, a 6clair6d 'horizon de certain meneurs noirs et surtout
a ranim6 les citoyens de cou!eur luttant pour leurs droit' civils
et politiques. Leur action fu, d'ailleurs stimul6e par la cam-
pagne humaniste des membres de la Soci6t6 des Amis des
Noirs. Les planteurs, a leur tour, ccmp'aient des amis au Club
Massiac ou' des absent6istes effarouchb6s se liguaient pour prd-
server Saint-Domingue de la furie r6volutionnaire.
La Revolution Frangaise n'a pas seulement cr66 un climate
propice a l'6ruption du volcan sur lequel dansait, d6sinvolte, la
society pourrie de Saint-Domingue; elle a encore pr6cipit6 les
6v6nements par les d6crets du 28 Mars 1790, du 15 Mai 1791
et par celui du 24 Septembre 1791 appliqu6 par la Ldgislative.
II faut encore citer le d6cret du 4 Avril 1792 de la Convention
Girondine et celui du 4 F6vrier 1794 de la Convention Mon-
tagnarde. Vraiment la R6volution de France a tout compliqu6,
tout bouscul6. Elle est a l'origine des actes subversifs que po-
s6rent les Commissaires Civils d6l6gu6s a Saint-Domingue.
En definitive, en d6pit du fait que la revolution de Saint-
Domingue fut provoqu6e par des causes locales il est ind6nia-
ble que la R6volu'ion Frangaise y a exe;c6 tine influence sur










les evenements. Elle y a cre6 un climate r6volutionnaire, tout
en precipitant les r6voltes en gestation. Et de nos jours, il est
impossible d'6crire une histoire de la R6volution de Saint-Do-
mingue sans un constant rappel des imp6ratifs de 1789 et sans
un rapprochement continue avec le foyer incandescent qui a
d6moli la Bastille.

CONCEPTS ANTAGONISTES DE LA LIBERTE

Cn ne peut done nier les rapports existant entire ]a R6volu-
tion Frangaise et celle de Saint-Domingue. Celle-ci s'est vue
pr6cipit6e par les id6es-forces de 89, par les clubs et par les
decrets dictant aux agents ou aux Commissiaires une politique
tant6t retrograde, tant6t dynamique. Cependant le problem
rest complex. 11 se complique de difficulties des qu'il s'agit
de degager le concept de la liberty chez les bourgeois de
France et chez les colons de Saint-Domingue.
Cataloguant ses actes revolutionnaires, la haute bourgeoisie
francaise, alli6e de I'Etat par le Pacte Colonial ou Colbertisme,
a souvent revendiqu6 avec une fiert6 justifiee sa contribution
au cataclysme de 89. Le people Frangais lui doit son evangile
incarn6 dans la D6claration des Droits de l'Homme et du Ci-
toven. Son cri en faveur de l'humanit6, son dogme de foi et de
liberty ont traverse la France en vague imp6tueuse, envahi
l'Europe qu'ils ont impr6gn6e de la nouvelle philosophic et se
sont repandus a travers le monde en une orageuse colere.
C est ele, en effet, ce:te bourgeoisie qui, apres s'etre enri-
chie, entendit jouer en France un role politique pr6pond6rant.
Elle s'est mise A la tate du people pour diminuer les pouvoirs
souverains du roi, arracher aux classes parasitaires leurs privi-
leges scandaleux, lib6rer la paysannerie de son fardeau d'imp6ts,
la d6barrasser des abus qui I'abrutissaient, enlever le people A
la lourde exploitation qui 1'etiolait, paralysant ses facult6s. Ces
bienfaits si louables se concritisent dans l'abandon des privi-










leges, dans le renversement dcs entraves f6odales et dans une
6gale repartition des charges fiscales.
La bourgeoisie ne se conten'a pas de ces measures qui an6an-
tissaient des siecles d'injustices, elle s'attaqua encore aux inter-
dits qui gardaient en tutelle la classes prol6tarienne. Elle d6chira
le voile qui obscurcissait l'horizon du people en offrant aux 616-
meats capables des possibili'6s d'6volution. Grace a elle, tous
les citoyens eurent aces aux functions publiques selon leur
valeur intrinseque, selon leur competence. Les 6coles se d6mo-
cratiserent afin d'aider a ce regroupement des vraies valeurs.
I a liberty de commerce aussi est proclam6e. Certes, cette
measure cache mal un int6ret personnel. Car la bourgeoisie
commergante ou industrielle devait en premier lieu tirer profit
des applications d'une telle decision. N6anmoins le people n'en
6tait pas exclu. Les inrdus'ries en se multipliant, les villes c6-
tikres en se d6veloppant, offraient des avantages immense au
monde des travailleurs qui voyaient, croltre des possibilities
d'avancement, de conform et de bonheur.
Ces aspects de la D6claration des Droits de l'Homme et du
Citoyen autorisent 6crire que la bourgeoisie r6volutionnaire,
premier piquet de l'Assembl6e Nationale Constituante, visit
h un bien-6tre g6n6ralis6. Les principles qu'elle pr6conisait
6taicnt de nature h am6liorer le sort des classes subalternes, si
longtemps bafou6es et si durement exploiltes par la noblesse
et le clerg6. Et, a consid6rer ces points, il n'est guere exag6r6
de clamer que, chez ces bourgeois de 89, le concept de la liber-
t6 se d6finissait : efforts pour am6liorer les conditions de vie
des masses. La bourgeoisie incarnait la lutte pour la liberation
de I'homme et la sauvegarde de la dignity.
Mais cette bougeoisie, si dynamique et si d6vou6e i la cause
du people comme au destin des humbles, s'6tait-elle sans de-
faillance et avec un r6el esprit d'abnegation consacr6e b sa
mission ?
Le doute sur la sinc6ri 6 des ces hommes, sur leur attache-










mer.t au dogme de la dignity humaine, sur le caractere sincere
de leur r6volte centre l'exploitation, envahit sit6t que l'on
s'a'tarde a observer leurs rapports avec les colonies. Leur po-
sition n'6tait pas rectiligne, ni leur action complktement d6-
sinteress6e. Car ces membres de la bourgeoisie, que l'on
rencontrait a l'avant-garde de la R6volution Frangaise, se sont
enrichis en speculant. Concessionnaires insatiables de compa-
gnies privil6giees, artisans intraitables de transactions louches,
ils ont toujours 6t6 les plus farouches partisans du Pacte Co-
lonial.
A travers ce Pacte, con9u comme on le sait dans un esprit
de subordination des int6rets coloniaux a ceux de la M6tropole,
ils n'ont jamais cess6 d'exploiter Saint-Domingue, sur les plans
financier, commercial, agricole, industrial et politique. Avec
vigueur, ils ont clam6 en France la liberty de commerce- mais
ils ont toujours d6ni6 avec v6h6mence ce droit aux colons de
Saint-Domingue. Leur 6goisme tapiss6 de cupidity sordide a
entramnd cette colonies A la ruine; leur intransigence impr6gn6e
de passion a pr6cipit6 les colons sur la voie du d6sespoir et do
l'6garement. Pour 6tre rests refractaires h toute concession sur
ce chapitre de la liberty commercial que pourtant en France
ils s'6taient avec arrogance octroy6e, les bourgeois m6eropoli-
tains, th6oriciens de la revolution, perdant toute lucidity, ont
sign leur propre arret de mort.
Si une demand de liberty de commerce des colons s'est
heurt6e a une telle t6nacit6, que dire alors du traffic n6grier,
source de richesse scandaleuse, que dire surtout du regime
esciavagiste, pivot d'insatiables avidit6s ? Le respect de la
digaite de l'homme si aprement defendu en France en des
formulas oratoires don't 1'6loquence n'avait d'egale que la gran-
deur de la cause embrass6e, 6choua piteusement a Saint-Do-
mingue, colonies assujettie a la volonI' des trafiquants v6reux.
Chez ces derniers, les principles disparurent sous des int6rets
materiels. Les cceurs se dess6chbren', laissant indifferents, face










a la misere des esclaves, des hommes qui, 6 troublant para-
do',.; se penchaient a la meme 6poque sur les miserc- des
paysans, s'apitoyaient sur la faim du people, d6ploraient la
d6crepitude de l'homme. Ces orateurs, artisans de la liberty
en France, cesprotagonistes d'une philosophic social appel6e
a conqu6rir le monde sont rests sourds aux plaintes des es-
claves, a l'appel angoiss6 de ces d6g6n6r6s r6duits en loques
humaines. Ceux-ci 6taient mal nourris, mal log6s, livr6s corps
et ames aux caprices de leurs maitres, inhumainement traits,
cruellement condamn6s a leurs gal&res perp6tuelles. Et leur
sort laissait insensible la bourgeoisie de France engagee pour-
tant dans la defense de la liberty et de la dignity. Agripp6e a
des int6rets mesquins, mue par un individualism forcen6: elle
exploitait f6rocement et la colonies de Saint-Domingue, par le
canal du systeme de 1'exclusif, et le bois d'6bane, A travers le
regime esclavagiste et la traite n6griere.
A ce point de vue, on pourrait avancer qu'une communaut6
de convoitises rapprochait le concept de la liberty de la r6vo-
lution bourgeoise de France de celui des colons de Saint-Do-
mingue. Car ces derniers, A quoi aspiraient-ils sinon au reject
du pacte colonial qui les assujettissait, nuisant a leur evolution
social et 6conomique, les 6touffant dans une colonies consi-
d6r&e comme une terre d'apport. Dans leur ideologic revolu-
tionnaire, ces colons ont r6clam6 la liberty du commerce, le
dr it de s'administrer, celui de l1gif6rer. Ce sont la des droits
16gitimes, dignes des revendications populaires de France.
Mais, les colons ne sont que des r6actionnaires aux aspirations
egoistes. UIs n'ont pas voulu associer a leur movement les
autres categories sociales. Selon eux, celles-ci ne devaient
connaitre aucune evolution social ou economique. Ils condam-
naient les petits blancs A subir la domination 6conomique, les
affranchis a souffrir de la discrimination de la couleur, les noirs
a se plier A des conditions de vie indignes. Comme les bour-
geois de France, ils pratiquaient l'exp'oitation hcmaine.








40


N6anmoins, une grandeur se degageait du comportement
g6n6ral des adeptes de la revolution bourgeoise de France. Eux
se sont penches sur le sort du people; ils ont initie les humbles
aux (mp6ratifs d'une mission humaine. Un altruisme de bon aloi
les a inspires. Ils 6taient les defenseurs des droits naturels de
l'homme. Et c'est la resonance affective de leur action vibrant
d'humanisme qui a fait frissonner le monde.
La Declaration des Droits de l'Homme, vrai manifeste de
liberation, est h la fois une prolestation contre des privileges
non justifies et une defense de la securi'e des individus. Si,
esclaves de leur cupidity, les bourgeois de France ont voulu
dans leur politique colonial perp6tuer l'alienation de l'homme,
par contre, grace a leur action revolutionnaire, ils ont indique
la voie de la liberation aux d6sh6rit6s du sort, aux exploits du
monde entier. Le manifesto de 89 devait d6passer les limits
par eux prescrites et servir de porte-drapeau a tout un universe
de peuples proscrits.
Les noirs de Saint-Domingue, a leur tour, comprendront
dans sa brilante v6rit6 que les homes sous tous les cieux
naissent libres et egaux. Sans le desirer, la bourgeoisie a sonn6
le glas du regime esclavagiste. D6passant les frontieres de la
France, sa volont6 de revolte devant la corruption gouverne-
mentale a align6 une arm6e international qui a transformed la
face du monde. La revolution des noirs en 1791 popularisera les
idbea gen6reuses de la revolution bourgeoise de France.












REFERENCES POUR LE CHAPITRE

H. P. SANNON : Histoire de T. Louverture t. 1

ARDOUIN : E udes sur l'Histoire d'Haiti, t. 1

GAPRIEL DEBIEN : Esprit Colon et Esprit d'Autonomie A St. Do-
mingue au 18e. si&cle. edition 1954

PLAC.DE DAVID : Colonel de Mauduit, in Le Temps No. 7, -
Aofit 1932

A. LIAGLOIRE : L'Erreur R6volutionnaire et no're Etat Social. -
6dition 1909

G. M. LAURENT : Documen ation Historique pour les Etudiants,
edition 1959

GEORGES HARDY : Histoire Sociale de la Colonisation Francaise

J. J. D. AMBROISE e' R. RAMEAU : La Revolution de St. Domin-
gue, 1&re Partie

EDNER BRUTUS : Rvolution dans Saint-Domingue, t. 1 (di'ion
1970

LOUIS E. ELIE : Histoire d'Haiti t. 1 et 2

R. P. CABON : His'oire d'Haiti, t. 1

G. DEBIEN : Les colons de St. Domingue et la R6volution

PIERRE DE VAISS:ERE : Saint-Domingue : La vie et la soci6t6
sous 1'ancien R6gime

MICHEL HECTOR et CLAUDE MOISE : Le Regime Colonial Fran-
gais A Saint-Domingue

ANDRE GEORGES : La Composition d'Histoire, Nos. 1 et 2












QUELQUES SUJETS DE DISSERTATION HISTORIQUE

1.- Commentez cette pensee d'Aime Cesaire : -Les planteurs
de Saint-Domingue ont mont6 A i'assaut du sys mrne colonial, es-
quiss6 les premiers un movement d'autonomie locale, mais ont
tres vite abandonne la lut'e anti-colonialiste et recherche le com-
promis avec les forces les plus r6actionnaires. A. Georges : La
Composition d'Histoire, t. I.
2. Le movement d'ind6pendance des colons a atteint sa phase
ultimnne au sein de l'Assembl6e de St. Marc avec la Constitution du
28 Mai 1790. Cette manifes ation d'independance visait-elle A une
liberation total ou a la formation d'un etat associe avec la France?
Bac Juillet 1960.
3.- L'effondrement rapide du sys'eme colonial esclavagiste A
Saint-Domingue indique combien ce systeme etait inconsistent et
pourri a sa base. En analysant les contradic ions inherentes A la
structure de la soci6te de Sant-Domingue A la veille des mouve-
ments revolutionnaires, dites si ce jugement vous semble judicieux.
A. Georges : La Composi'ion d'Histoire, t. I
4. On a dit de la Revolution de Saint-Domingue qu'elle est
fille de la R6volution Francaise. Ne pensez-vous pas plut6t que la
Revolution de Saint-Domingue a ses raisons profondes dans la
structure de la soci6t6 colonial ? Bac Septembre 1959
5. De 1789 a 1791, une grande peur social traverse Saint-
Domingue. Par une analyse des 6v&nements, d6gagez les causes
qui expliquent cette psychose de peur. Bac Aoflt 1963
6.- Au regard superficiel, dit James, Sain'-Domingue etait le
point le plus florissant et le plus prospere du globe, mais 1'analys'e
pouvait y observer les contradictions interieures et ext6rieures qui
devaient briser ce'te organisation en morceaux si nombreux qu'on
ne pourrait jamais plus les rassembler., Ce te presentation de
Saint-Domingue vers 1789 peut-elle se justifier ? A. Georges : La
Composition d'His oire t. I
7. Le pacte colonial a cre6 une situation d'explqitation en
faveur de la Metropole au detriment de la colonie. Montrez par
des examples concre s dans queLe measure cette siLuation se trouve
A 1'origine des agitations qui se sont manifestoes A Saint-Domingue
avant 1789. Bac Juillet 1955
8. Commentez et discutez : *La defaite des Leopardins comme
celle de l'Assembl6e provincial du Nord sane ionnait un grand
fait : 1'incapacit6 des grands blancs A mener A bien le movement
anti-colonialiste., Bac













9. Analysant la crise qui a secou6 la soci6t6 colonial escla-
vagiste francaise de Saint-Domingue dans ses assises les plus pro-
fondes A la fin du XVIIIe si6cle, un observateur a'tentif retient
que dles couches inf6rieures ne voulaient plus* et les -couches
supdrieures ne pouvaient plus vivre comme par le passed. Com-
mentez. A. Georges : La Composition en Histoire t. I

10.- Le regime prohibitif est favorable A la mi6ropole frangaise.
Mais il est pr6judiciable A la society de Saint-Domingue. Dans
quelle measure cette situation se trouve-t-elle A 1'origine des agi-
tations qui se sont manifestoes A Saint-Domingue avant la RBvo-
lut-on et particulierement au course des ann6es 1788, 1789, 1790 ?
Bac 1968

11.- La revolution bourgeoise de France e' le movement des
planteurs de Saint-Domingue ont obei A des concepts diff6rents
de la liberty. Mon'rez par une analyse des revendications des
groups int6resses les divers aspec's de cette liberty. A. Georges
op. cit. t. 2

12.- Aim6 C6saire a 6crit qu'il n'y a pas eu de *Revolution fran-
qaise A Saint-Domingue, mais une revolution specifique, n6e A
1'occasion de la Revolution francaise, branch6e sur elle mais se
d6roulant selon ses lois propres et avec ses objec'ifs particu-iers.,
Que vous en semble-t-il ? Bac Juillet 1962

13. Commentant les divers movements des colons de Sain*-
Domingue dans les premieres annees de la revolution, on a parlI
d'un patrio'isme insulaire des blancs de la colon'e. Cette ex-
pression vous semble-t-elle caract6riser leur action de 1789 A 1793 ?
Bac Septembre 1962

14 Prenant en consideration la R6volution frangaise et celle
de Saint-Domingue, commentez et discutez cette reflexion : *Le
sort des miles se joua aux miles memes, dans de farouches lutes de
races, de classes et d'int6rits. Bac Aoft 1963

15 Le movement d'Ind6pendance des colons a connu sa phase
ultime au sein de l'Assemblee de S Marc avec la Constitution du
28 Mai 1790. Cette manifestation de l'idee d'Independance visait-
elle A une libera'ion total ou a la formation d'un E'at associ6 avec
la France. Bac Juillet '1960

16. Justifier cette observation : *Malgr6 la rapidity des deci-
sions et I'-nergie des d6crets de 1'Assembl6e de St. Marc, son 6chec
6tait in6vitablev. Bac Aoit 1963




















CHAPITRE II

LE MOVEMENT
DES AFFRANCHIS













1. LES AFFRANCHIS ET LEURS PROBLEMS


Ei: d6pit des prejuges, les colons ne resthrent pas insensibles
aux charmes des pimpantes n6gresses, leurs esclaves. Et de
leurs rapports intimes naquit un type de citoyens se rappro-
chant du blanc par la nuance 6pidermique tout en ayant des
affinis avec les noirs. Jouissant de ses prerogatives do fils
de blanc, le citoyen de couleur, en vertu d'un article de l'6dit
de 1685, fut 6mancip6 A sa naissance. Certains affranchis, ha-
biles a jouir de la succession d'un pare complaisant, se trou-
verent A la tcte d'une fortune colossale. D'autres, 6galement
favoris6s par leur ascendance blanche, eurent le privilege de
paitir pour France afin de poursuivre leurs 6tudes ou de para-
chever leur education. Ensuite, ils revenaient A Saint-Domingue
oh pouss6s par un esprit de solidari:', ils fondaient des 6coles
que fr6quent6rent leurs freres de meme condition mais moins
fortunes.
Ces affranchis, g6n6ralcment, 6taient de rudes travailleurs.
Ils avaient essaim6 surtout dans les mon.agnes isole6s du
Sud. Ils transformerent ces regions, bonifierent la terre, la cul-
tiverent. Grace A leurs efforts m6ritoires, ils se signal]rent vers
1780 A la t&te d'immernscs habitations caf6ibres. Et. a la veille
de la R6volution Frangaise, ils etaient possesseurs du tiers des
teriLs de Saint-Domingue et du quart des cinq cent mille es-
claves de cette colonies.
Mais ces affranchis, si puissants sur le plan 6conomique,
n'6:aient pas heureux. Les problemes sociaux en faisaient des
m6contents. Contre eux s'6taient ligu6s les blancs de la colonies.
D'abord les colons et les grands planteurs s'inqui6taient de la
pouss6e d6mographique de cette categorie social qui atteignait
un chiffre presque 6gal A celui des blancs et qui avait sur ces










derniers l'avantage de connaitre a fond la colonie, de pouvoir
avc autant de dexterit6 que les noirs escalader les montagnes,
d'eIre'accoutum6s a la fatigue et au climate et en outre de parler
le patois creole. Les petits blancs, de leur c6t6 etaient jaloux
de la situation 6conomique d'une minority de citoyens de cou-
leur h qui ils se voyaient parfois contraints de preter leurs
services h titre d'artisans. Enfin ces blancs de toutes les cate-
gonies se sentaient en etat d'inf6riorit6 face a certain affranchis
au physique s6duisant, au teint chaud et basane, au parler
agr6able, don't les charmes ne laissaient guere insensibles les
femmes blanches. D'ailleurs, de nombreux officers, des cadets
de la noblesse, se pAmaient d'admiration pour les mulAtresses
au regard de feu et au sourire captivant. Aussi, voulant freiner
l'6volution des affranchis et maintenir ces derniers dans une
situation social subalterne, les blancs ainsi evinc6s, par r6-
flexe comme par jalousie, par pr6juges comme par esprit de
vengeance, se liguerent pour dresser des barrieres a 1'epanouis-
sement des affranchis.
I aisant du prejug6 de couleur une arme de classes, les blancs
de Saint-Domingue ravalerent les affranchis a un role inferieur
de citoyens passifs. Ceux-ci furent condamnes a se soumettre
a t.-ute une game d'interdits. Se r6f6rant t l'esprit du Code
Noor, on declara qu'aux blancs ils devaient respect et obeis-
sance. Sous peine de sanctions severes, il leur fut defend de
les rapper. D'ailleurs le port des armes, de l'6pee en particu-
lier, leur fut prohib6. Croyant porter atteinte A leur fiert6, on
lemu enleva le droit de s'habiller at l'europ6enne. Dans les res-
taurants, a I'6glise, au theatre, des places effacees, totalement
isol6es, leur 6taient imposes. Sur le plan militaire, ils ne pou-
vaient servir que dans la Mar6chauss6e; ils 6taient alors affects
a la chasse des negres fugitifs. Ce role de gendarme 6tait ap-
pel6 ht 6largir le foss6 entire eux et leurs freres ut6rins. Ils ne
ponvaient pas, non plus, acc6der aux grades sup6rieurs. Sur
le plan administratif et social, toute fonction important leur










fut interdite; aucun m6tier lucratif, aucune profession liberale
prestigieuse, telle la m6decine ou la pr "rise, ne leur etaient
permis. Enfin, dans l'esprit de d6pr6cier leurs m6rites, on les
d6clara indignes de toute charge elective. M6me le droit de
vote ou l'adh6sion A un parti colonial leur 6tait refuse. Bref,
ces barrieres sociales, ces serviludes visaien:, aux yeux des
blancs, a rabattre les pr6tentions des affranchis, a leur ravir
tout prestige, a les d6grader.

2. LES AFFRANCHIS ET LEURS CHEFS

Loin de s'effondrer sous la masse des-interdits qui les asser-
vissaient, les affranchis, encourages par I'ouragan r6volution-
nairc qui bouleversait la France .et 6clair6s par les propres
d6marches des colons en lutte centre le gouvernement de Saint-
Domingue, d6cidbrent a leur tour de ridiger leurs cahiers de
dol ances.
Leurs revendications, il faut le reconnaltre, 6taient sages et
mod6r6es. Aucun esprit r6volutionnaire ne les avait insuir6es.
Au contraire, a travers leurs r6clamations, transpirail un 6gois-
me de mauvais aloi. Car, ce qu'ils voulaien', ces affranchis,
c'6 ait la jouissance de leurs droits civils et poli'ique, ravis par
les blancs. Ils luttaient pour le renversement des barrieres
sociales. Les poussaient le d6sir de faire par!ie des assemblies
coloniales et le droit de briguer des functions 61lectives. Ils
reclamaient en outre une 6galit6 total avec les blancs, sans
aucune consid6ra'ion de la nuance 6pidermique, r6vclatrice
de leur origine. Done des r6formes sociales fondaient leurs
reclama ions.
Vis-h-vis des noirs, les affranchis adoptaient un comporte-
ment 'qui s'assimilait h celui des blancs. Ils partageaient leurs
pr6jug6s; ils vilipendaient les esclaves envers qui ils se mon-
traient cruels, tyranniques, inhumains. Sur leurs habitations,
ils les faisaient travailler dans des conditions p6nibles. Comme










le colon blanc, le colon de couleur 6tait partisan du regime
esclavagiste. Les affranchis s'associaient aux blancs pour exploi-
ter l'homme noir, tirant leurs richesses de la sueur, du sang, des
fa'igues, des miseres de lours esclaves. A cette 6poque, eblouis
pac leur rave d'union avec le colon, les aftranchis se souciaient
pen des problbmes sp6cifiques des noirs.
Cependant, ils s'abusaient sur les intentions des colons
Quand, enflamm6s par la Convocation dos Etats-Gen6raux et
enthousiasm6s par le movement des colons, les affranchis
oserent rendre publics leurs cahiers de dol6ances, la reaction
des blancs, violent, sanglante, dissipa toute illusion. Les hom-
mes de couleur essuybrent de cruelles pers6cutions. Tous ceux-
la qui 6taient suspects d'etre les auteurs des petitions furent
emprisonn6s; des meneurs, tel un Lacombe au Cap, un Labadie
a Aquin, furent martyris6s. La rage colonial ne m6nagea pas
les blancs qui sympa'hisaient avec les affranchis. L'un d'eux,
Fetrand de Baudieres, fut tu6 par une populace avin6e. Sa tote
tranchi6e fut place au bout d'une pique et promen6e a travers
les rues'de Petit-Goave.
Cet:e sauvage reaction des blancs de Saint-Domingue ne
d6couragea pas les vrais meneurs du movement. Eux vivaient
pliit6t en France. L'un, Julien Raimond, y comptait des ann6es
de residence; I'autre, Vincent Og6, y etait retenu par un pro-
ces mtent6 au gouvernement de St. Domingue pour une affaire
personnelle. Ces deux hommes jouissaient d'uhe belle situation
6cniomique. Nantis d'une solide culture, ils etaient d6cides a
mcttre au service de la cause de leurs freres et leur fortune
et ieur savoir. Ils luttaient pour la rehabilitation de leur cou-
leur.
NManmoins, Julien Raimond et Vincent Og6 esp6raint y
parvenir par des moyens diff6rents, voire opposes. Raimond,
homme pond6r6, marid h une Frangaise, tout A fait assimil6,
6tait hostile h tout movement violent. II recommandait' aux
affranchis de St. Domingue le came, la soumission, le devoue-










ment a la France et le respect de ses repr6sentants. 11 fallait,
selon lui, par une conduite exemplaire s'insinuner dans les
bonnes graces des aulorit6s frangaises, don't la bienveillance ne
manquerait pas de leur rendre justice.
Selon Og6, au contraire, en d6pit du respect dO a la M6tro-
pole, on ne devait pas marchander avec des colons intransi-
geants; il preconisait au besoin le recours aux armes pour ar-
racher de force h la mauvaise foi les droits naturels des citoyens
de couleur.
Malgr6 celte divergence, une action conjointe 6tait me-
n6e a Paris. L'or, mieux que le raisonnement, gagna aw-x af-
franchis l'appui de remarquables membres de l'Assembl6e Na-
tionale Constituante, I'aide d'un brilliant avocat parisien, M. de
Joly et la sympathie des Jacobins. Le d6vouemen', la persev6-
rance et l'esprit d'abn6gation de Julien Raimond coordonnaient
ces renforts. La loi du 8 Mars 1790, don't les instructions paru-
rent le 28 Mars, fut donc le r6sultat concrete d'importantes
d6marches, d'6normes sacrifices, d'accablantes humiliations.
Cette loi, d'abord, donnait satisfaction aux colons. Une place
dans administration de St. Domingue leur 6tait reserve. Ils
pouvaienw librement former leurs assemblies, organiser des
61cetions et 6taient autoris6s a se faire representer a Paris par
une d6putation. Mais ils n'obtinrent pas la liberty de commerce.
Vis-A-vis des noirs, aucun changement n'6 ait observe : le r6-
gime esclavagis'e 6tait maintenu. De leur c6t6, les affranchis,
propiietaires ou censitaires, pouvaient faire parties des assem-
bl6es, done jouir de leurs droits civils et poli iques. Mais ce
droit n'6tait pas 6nonc6 d'une fagon formelle. II 6eait camoufl6
de'riere un terme vague qui prktait a confusion. De fait, un
article de la loi en question stipulait : < de 25 ans accomplish, propri6taire ou, a d6faut de ce titre, se
trouvant dans la colonies depuis au moins deux ans et payant
r6gulirecment les imp6ts, est habile A faire par:ie des Assem-
bles.









Le mot personnel>>, imput6 A Barnave et piege tend aux
amis des affranchis, 6gait appel A jeter la confusion. Alors
que, selon les citoyens de couleur, il fallait entendre par ce
mot les libres de la colonies, les colons, astucieux, affich-a.' leur
maovaise foi, soutenaient que seuls les blancs 6taient dee, per-
sonnes. Et, faussant le tex:e en function de leur interpret, tion
ils substitubrent au mot personne> celui de blanc. Air'm les
efforts de Julien Raimond et de Vincent Og6 se revelaient inu-
tiles. La patience invincible du premier, renforc6e de son tem-
p6rament pacifique, 6tait prete a recommencer et d6marches
et sollicitations. Mais le temperament fougueux d'Og6, peu
diepose i l'abdicatton, poussaii a Faction ce meneur.

3. L'ACTION D'OGE

Informs des efforts des homes de couleur pour obtenir
l'acc s aux Assembl6es et presenter leurs dol6ances, les plan-
teurs de Saint-Domingue, furieux, d6clench6rept une aggressive
champagne centre eux. Ils faucherent toutes les totes qui
s'exposaient A leur courroux. Non contents de brimer les libres
par des interdits sociaux, ils les chicanaient, les pers6cutaient,
les mriaryrisaient dans l'intention des les intimider. Afin de les
mieux assouplir, on recourut a un regime de terrcur. On fit
appel aux abus pour tenter de d6courager leurs leaders et
rabattre leurs pr6tentions. Ce proc6d6 d'intimidation, efficace
en par:ie, glissa sur l'ardeur bouillante d'Og.

Comme une r6cente loi interdisait I'acces de la colonies aux
libres de couleur r6sidant en France, Oge traversa en Angle-
terre et, de lI, clandestinement, s'embarqua pour Saint-Domin-
gue. Son but 6tait de r6clamer la publication exacte d'i texte
de la loi du 28 Mars et son application immediate. Le climate
qu'il y trouva ne facility gu6re sa tache. Face aux colons agres-
sifs et tout-puissants, s'alignaient, assouplis, des citovens de
couleur, les uns collaborant avec le gouvernement, les autres










apeur6s, une grande majority r6sign6s. La d6faite d6ia mar-
quai! de son sceau l'action de Vincent Og6.
Comba:if, brave, tenace, ce leader ne se laissa pas d6-
courager. D'ailleurs, il n'entendait pas se battre contre les
blancs; il les croyait accessible au raisonnement et au bon
sens. Ils s'agissait, aux yeux d'Og6, de persuader les colons de
la nbcessit6 d'une solide enten'e entire les libres de la colonie
afin de barrer la route aux esclavcs et vouer a 1'echec toute
tentative de soulevement. Car, lA 6tait le vrai danger. Des
lettres au Gouverneur et a l'Assembl6e Coloniale visaient a
faire le point, A 6viter toute m6prise, a dessiller les yeux. La
position d'Og6, il faut le reconnaiPre, serait sans 6quivoque,
n'6iait la mauvaise foi des colons.
C'est au nom des propri6taires qu'il a toujours parl6 : ....Mes
pr6ventions sont justes et j'espere que vous y aurez 6gard; je
ne ferai pas soulever les ateliers; ce moyen est indigne de moi.
Apprenez a appr6cier les merites d'un homme don't les inten-
tions sont pures. Lorsque j'ai sollicit6 I 'Assemblee Nationale
un d6cret que j'ai obtenu en faveur des colons am6ricains con-
nus anciennement sous 1'6pithete injurieuse de sang-m6!l, je
n'ai pas compris dans mes r6clamations le sort des negres qui
vivcnt dans I'esclavage. Vous et tous nos adversaires avez em-
poisnn6 mes d6marches pour me faire d6tes'er des habitants
honnetes... Non, non, monsieur, nous n'avons r6clame que pour
une classes d'hommes libres qui 6'aient sous le joug d& I'op-
pression depuis deux siecles. Nous vbulons I'ex6cution du d6cret
du 28 Mars. Nous persistons A r6clamer sa promulgation et
no .s ne cessons de r6p6ter a nos amis que nos adversaires sont
injustes et qu'ils ne savent point concilier leurs int6r&ts avec
les n6tres. Avant d'employer mes moyens, je fais usage de la
douceur. Mais si, contre mon attente, vous -ne me donnez pas
satisfaction de ma demand, je ne r6ponds pas du desordre ou
po,_rra m'entrainer ma vengeance., (Voir Edner Brutus, t. I,
p 90; le:tre h I'Assembl6e Provinciale du Nord.)











A l'Assembl6e du Club Massiac, le citoyen Og6 assimilait
ses malheurs probables A ceux des blancs, il identifiait leurs
dcstm'nes, il proph6tisait : ,...Si I'on ne prend pas les measures
les plus promptes, les plus efficaces, si la fermet6, le courage,
la censtance ne nous unissent tous, si nous ne reunissons pas
vite en faisceaux toutes nos lumieres, tous nos movens, tous
nos efforts, si nous sommeillons un instant au bord de l'abime,
fr6missons de notre r6veil. Voila le sang qui couple, voila nos
terres envahies... nos foyers incendi6s; voila nos amis, nos
vo sins, nos femmes, nos enfants, 6gorg6s et mutils, voila
I'es'cave qui l1ve l'6tendard de la r6volte.... (Voir Roger Dor-
sinville, in Toussaint-Louvertue, p. 38).
Oge perdit sa cause. Comme Raimond, il laissa froids les
colons. II les excita m&me pour avoir ose les d6fier.
Ses paroles pleines de sagesse furent incapables de renver-
ser le mur d'obstination dress par les prejug6s. La paissance
coloniale paralysait le d&cret et menagait tout contradicteur
imprudent. Face A l"ent&tement des blanks, Og6 d6cida de
terter par la violence une 6preuve decisive. Esp6rait-il, par
cetle action, rallier ses freres de l'Ouest engages dans le parti
des pompons blanks, ceux du Sud, plut6t partisans de noyens
ponl6r6s ou les timides du Cap ? Ou encore, croyait-il voir
les colons s'assagir, effray6s des consequences d'une guerre
civil ? Audace ou calcul, d6sespoir ou aveugl6ment, le fait
est qu'Og6 langa son appel aux armes. Il se vit A ]a tate d'un
cointmgent de 250 homes sans conviction, mal arms, dirig6s
par des chefs improvises pcu familiaris6s avec l'art militaire.
L'ardeur d'Og6 et sa colere ne sauraient compenser une telle
d6fail!ance. L'6chec s'annongait fatal.
Une suggestion de Chavannes, si elle 6tait retenue, eut pu
changer le denouement. Cet ami d'Og6 avait conseille d'armer
les ateliers. Un tel conseil, il ne faut pas s'y m6prendre, ne
s'identifiai, pas A un reniement, ni A une trahison. Chavannes
appartenait A la classes des libres de couleur. Comme Og6, il










6tait riche, propri6taire de vastes habitations caf6i&res et pos-
sesseurs d'esclaves. Toute sa fortune 6tait li6e au regime d'ex-
ploitation qui d6vorait les cargaisons de noirs imports d'Afri-
que. II 6tait done, par int6ret, un farouche partisan du system
qui I'enrichissait. L'histoire n'a pas prouv6 que, dans ses rap-
poits avec les esclaves, il se soit montr6 plus human qu'aucun
autre colon. Par la mentality, il se pr6sentait comme un vul-
gaire propri6taire blanc.
Mais Jean-Baptiste Chavannes avait sur Vincent Oge l'avan-
tage de la connaissance du milieu. Observateur, il avait cons-
tat6 la solidarity des blancs, leur spontan6i'6 A r6primer leurs
griefs pour offrir un front commun aux libres de couleur. Cette
coalition meltait ces derniers en inferiori'~ numerique. C'etait
done avant tout un rapport de forces qui se posait. L'esprit
sp6culatif de Chavannes r6alisa tout l'avantage que tirerait son
parti d'une mobilisation des noirs. Cette masse impressionnante
aurait effarouch6 les b]ancs et d6samorc6 leur ostracisme. Ils
s'empresseraient alors de n6gocier. De leur c6t6, les noirs, apres
la reddi:ion des colons, seraient ramen6s sur leurs habitations.
N'6tait-ce pas la le r6le traditionnel qu'on leur avait assign :
travailler pour leurs maitres, dffendre les biens-et les families
de ceux-ci, se d6vouer a leur cause ?
Le calcul de Chavannes offrait une fissure que d6cela l'es-
prit incisif d'Og6. Celui-ci voulait s'associer aux blancs afin de
perp6'uer le regime esclavagiste : cela par interet de classes.
L'esc'ave 6tait consid6r6 comme un ennemi a surveiller de pres.
Le code colonial lui interdisait mime l'usage du baton. Or,
en armant les ateliers, on risquait de se trouver en face d'un
d6bordement de forces incontr6lables. Des leaders pourraient
surgir au sein de ces communau'6s noires pour les canaliser et
leur sugg6rer de turner leurs armes centre leurs oppresseurs.
La proposition de Chavannes, l'analyse, se rev6lait dange-
reuse par ses consequences possibles. Elle risquait de conduire
Saint-Domingue A un carrefour qu'apprbhendaient Og6, Cha-











vannes, leur classes et celle des blancs. Le refus de suivre les
conseils de son ami voua h 1'&chec le movement d'Og6. Mais
la sagacity de ce meneur n'a-t-elle pas momentanement sauvx
un regime favorable h sa classes ?
N6anmoins, en pregnant les armes pour r6clamer les droits
des hommes de sa couleur, en affrontant a main armee l'intran-
sigeance gouvernementale et le despotisme colonial, Og6, par
cette action virile, avail, a son insu, indiqu6 aux noirs la route
de leur d6livrance. II venait de dessiller leurs yeux en faisant
comprendre aux chefs noirs que, pour 6touffer les pr6jug6s et
les abus, le seul argument efficace 6'ait la violence. La liberty
ne se concede pas. On la prend, on l'arrache aux forces obscu-
rantistes, on la conquiert. Pour r6parer une injustice don't sa
classes etait victim, Og6 n'h6sita pas a sacrifier sa vie. Quelle
suggestive legon pour un people de noirs fatigue des longs
siecles de servitude, d'opprobre et de mis6res La mort pour
un tel ideal n'offre-t-elle pas un visage plus sympathique qu'une
existence de r6sign6s dans 1'enfer de Saint-Domingue ?

4. LE MOVEMENT DES CONFEDERES

Le mouvemsnt d'Og6 n'a pas 6te inutile. En d6pit de son
6chec, ce martyr de la cause des affranchis a marque les e6vne-
ments futurs de St. Domingue. Les germes de son action a la
fois t6m6raire et courageuse sont multiples. On les d6tecte
dans la r6volte des esclaves; on les retrouve dans la lutte
arm6e des hommes de couleur.
Certes, ct 6chc~ rendit impossible tout rassemblement dans
le Nord. Les moindres ve'16ites de soulevement 6taient bru-
talement 6cras6es par une population excite. D'ailleurs, la
haine des colons, at is6e par 'audace d'Og6 appelait les pires
exces. Leur violence, accrue d'un sentiment d'invincibilit6, af-
fichait une morgue qui, davantage encore, insultait a la dignity
des affranchis, mortifiant leur amour-propre, 6miet'ant une per-










sonnalit6 dejh vilipendee. Sous un masque de resigna:ion, les
libres de couleur du Cap abritaient leur fureur et leur soif
de vengeance. Une rehabilitation lour viendra de l'initiative
des homes de couleur de l'Ouest.

Au Mirebalais s'etaient groups tous les libres de couleur
des environs. Is aspiraient ~ la dignity et au respect de leur
personnel. Ils voulaient 6tre places sur un pied d'6galit6 avec
les blancs. Ils r6clamaient la promulgation des lois vo:des par
l'Assembl6e Nationale Constituante, de celle du 15 Mai 1791
en particulier. Cette loi, qui donnait satisfaction aux colons,
sauf en ce qui concern la liber': de commerce, et gardait
inchang6 le statut des noirs, cachait mal une intention perverse
en ce qui a trait aux affranchis. Elle partageait ces derniers
en deux groups : les propri6kaires, nes de pere et m&re libres,
e: les non-propri6taires. Les affranchis classes dans le premier
group furent d6clards citoyens actifs, habiles a faire parties des
assemblies coloniales. Mais les affranchis du second group
devaient attendre de la souveraine volont6 des assemblies une
solution a leurs problkmes. Or les statistiques r6v6laient que,
sur une communaut6 de 28.000 citoyens de couleur, seulement
400 r6pondaient aux conditions qui les incorporaient au pre-
mier group. Done, dans les assemblies coloniales, ces affran-
chis seraient toujours en minori'6, obliges de ratifier les d6ci-
sions des blancs bou-r6s de prejugds et prevenus. En outre,
il est permis de croire que cette manoeuvre poli:ique de la
Constituan'e visit secrctemcnt a semer la division au sein de
la collec:ivit6 de couleur. Un int6r de classes opposerait les
nantis aux d6munis.

Ce plan insidieux 6choua parce que les citoyens de couleur
se sont toujours signalss. propri6taires e' non-propri6taires, par
leur grande solidari' Tous ont combattu pour l'obtention de
leurs droits civils et politiques, pour une 6gali'6 totale avoc
les blancs et se sont prononc6s en faveur du regime esc'ava-










giste. D'ailleurs, les non-propri6taires aspiraient h devenir pro-
pri6taires.
Le choix des moyens peut les avoir parfois divis6s, mais des
aspirations communes les ont toujours e:roitement li6s. C'est
pourquoi, au refus des colons d'appliquer la loi du 15 Mai 91,
qui'leur etait cependant si avantageuse, on assist chez les
citoyens de couleur a une veritable lev6e de boucliers. Riches
et pauvres, propri6taires et non propri6taires se grouperent
auLour de Bauvais et de Lambert pour r6clamer la publication
et I'application de cette loi. La legon d'Og6 ne fut pas oubli6e.
La t6naci'6 des blancs, loin de d6courager les affranchis, les
stimula en r6veillan: le souvenir d'Og6, en rappelant son sacri-
fice a leur cause, sa courageuse tentative. Comme lui, on d6-
cida de recourir aux armes.
Les deux chefs que se donn6rent les affranchis 6taient des
officers capable, braves, comp6ten:s. Ils connaissaient le m6-
tier des armes et s'6taient signals par leur bravoure L Savan-
nah, lors de la guerre de 1'Ind6pendance Am6ricaine. Ils furent
1500 a seconder Bauvais et Lambert. Des armes en bon 6tat de
fonctionnement furent distribu6s. A ces d6fenseurs des droits
civils et politiques s'6taient joints trois cents auxiliaires noirs,
la plupart des domes:iques. L'histoire les baptisera du nom de
Suisses.
Cette petite arm6e compose d'hommes decid6s, opiniAtres,
braves, campait aux environs de Pernier. Le soulevement des
ateliers favorisa leur movement, car les blancs se voyaient
pris entire deux feux. II cr6a une surexcitation sur toutes les
habitations et fit frissonner de pcur les colons blancs. L'pou-
vante circulait A travers les rumeurs, cr6ant un climate propice
aux conf6d6r6s de I'Ouest. A la suite d'une 6chauffour6e, un
contingent de blancs royalistes fut an6anti. L'ennemi laissa sur
le terrain bless6s, armes, munitions. PrompLement les blancs
de la Croix des Bouque:s, soumis h Hanus de Jum6court, en-
gagerent des pourparlers qui aboutirent le 7 Septembre A la










signature d'un Concordat. Enhardis par cette premiere victoire,
les Confed6r6s de l'Ouest r6v6lrrent une imp6tuosit6 que les
chefs avec peine arrivaient h dominer. Une soif de vengeance
les poussait irr6sistiblement vers Port-au-Prince. Les petite
blancs, apeur6s, s'empressrrent, a leur tour, d'envoyer des
6missaires qui n6gocierent en leur nom le 11 Septembre un
Concordat sign a Damiens et que ratifia le 23 Octobre 91 un
veritable Trait de Paix et d'Union.

5. LE PROBLEM DES SUISSES

Le triomphe des Confider6s de 1'Ouest 6tait complete. Non
sculement les colons s'engageaient A publier la loi du 28 Mars
90, mais ils devaient encore r6habiliter la m6moire d'Og6 et de
ses compagnons, l6argir les prisonniers de couleur et recon-
naitre aux affranchis, avec les droits civils et politiques, une
6galit6 total avec eux. Consacrant ce'te victoire, l'arm6e des
citoyens de couleur entra h Port-au-Prince tambour battant,
enseignes d6ployees, dans un dl6irant climate d'all6gresse.
Les auxiliaires noirs 6:aient les artisans de cette victoire.
Alors que la troupe de Bauvais 6tait en difficult aux environs
de Pernier, une ing6nieuse initiative de ces noirs avait renvers6
la situation a l'avantage des affranchis. Aprbs s'ktre faufil6s a
travels les champs de canne oi s'6tait embusque l'ennemi, ils
y avaient mis le feu. Alors exploitant et la confusion et la pa-
nique qui s'en suivirent, Bauvais et Lambert, conjuguant leurs
efforts, s'6taient Vite rendus mailres de la position. Dans le fu-
des combats, les noirs toujours s'6taient signals par leur fougue
et leur ardeur. Tous ces faits, ec'atants d'admira:ion, expliquent
et juslifient la joie et la fierte des Suisses qui communiaient
avec les affranchis dans une euphoric g6nirale.
Leur droit a la liberty, a leurs yeux, 6'ait evident. Nule
inqu6tude a ce sujet ne les tourmentait. Une tradition co'onia'e
r6compensait de I'affranchissement tou' esclave qui s'6tait si-










gnal6 par son d6vouement a son maitre ou par un service 6m6-
rite a la Patrie. Ouvriers de la vic:oire des citoyens de couleur,
ils m6ritaient d'embl6e leur liberty. C'6Bait lh une recompense
acquise au prix du sang. Leur quietude, il faut le reconnaltre,
6tait renforcee par le comportement des conf6d6res de couleur.
Avec eux, ils avaient fait la champagne, sans discrimination; ils
avaient vers6 un sang m~l6 dans un meme creuset; ils s'etaient
exposes au danger, avaient affront la mort, pour une cause
commune; et ces hommes de couleur semblaient gagn6s aux
principles eternels de la R6volu'ion frangaise. Ils avaient fra-
ternis6 avec leurs auxiliaircs noirs et pratiquaient le respect
de leur dignity. Sans 6tre partisans d'une liberty g6n6rale, ils
paraissaient bien d6cid6s a lib6rer ceux-la qui les avaient si
vigoureusemen: aids a terrasser I'hydre du pr6jug6. Aussi, le
coeur 16ger, contents de leur action, les Suisses, volontaires de
l'honneur, paradaient dans les rues de Port-au-Prince. L'espoir
riait dans leurs yeux. Le bonheur dissipait sur leurs faces les
traces de leurs souffrances s6culaires. Affranchis 'de I'angoisse,
ils etaient du coup lib6res de leur fardeau de haines. On les
devinait pre:s a tendre le rameau d'olivier aux hommes de
couleur, et meme aux colons.
Cet esprit de conciliation n'avait toutefois trouv6 aucun echo
chez les blancs. Intransigeants, rancuniers, impitoyables, ceux-
ci res'aient des ennemis implacables. Leur amour-propre bless
imputait l'humiliation de la d6faite au brutal courage et a la
farouche 6nergie des esclaves domestiques. L'orgueil des colons
r6clamait coritre eux une exemplaire vengeance. Les blancs
avaient sign la paix avec les citoyens de couleur, mais un
article du trait stipulait une en:ente contre l'ennemi commun.
Cette denomination aggressive visit les esclaves de toutes les
categories. C'est pourquoi, au course d'une reunion, les colons
r6clamerent le massacre des Suisses.
Cette exigence des colons r6ivol:a la conscience de certain
affranchis, d6fenseurs A leur tour des grands principles humans.










Mais ils n'6taient guere d6cid6s a affronter une obstination des
colons, s'exposant ainsi h une r6siliation des contracts. En d6pit
de la reconnaissance qui les in:6ressait au sort des Suisses, ils
n'iraient pas jusqu' compromettre des conquetes pour les-
quelles ils avaient souffert, lutt6, s'e:aient sacrifi6s et qui
&taient les terms de leurs aspirations. Par ailleurs, en majority,
ils 6taient des propri6taires d'esclaves. Leur avenir etait lie a
la sauvegarde du regime esclavagiste. Leur gratitude envers
leurs auxiliaires ne leur commandait pas, selon eux, une at-
titude compromettante, propre a 16ser leurs inte6rts materiels.
Car ce fut une question de classes qui scella en Octobre 91
leur union avec les blancs. II fallait sauver le regime tout en
m6nageant si possible le sentiment de reconnaissance qui les
attachait aux Suisses. C'est pdurquoi ils furent perm6ables aux
r6flexions des colons. Ils 6eaient tous concerns.
Un affranchissement des auxiliaires noirs, leur avait-on ex-
pose, serait un example funeste a la colonies. La ruine, persis-
tait-on a dire, guettait tous les propri6taires derriere les
scrupules mal venus de cer:ains conf6d6r6s et leur sentimen-
talisme irrecevable. On faisait resurgir, pour impressionner da-
vantage les affranchis et semer parmi eux l'6pouvante, les
paroles prophltiques de Vincent Og6 dans une vision d'apo-
calypse. Et les colons, pour donner plus de poids a leurs argu-
ments, d6bitaient des arguties lourdes d'inqui6eudes. Avec ef-
fronterie, ils avan9aient que le comportement des Suisses etait
blhmable. Par leurs propos s6ditieux, susurraient les petits
blancs, ils propageaient le trouble sur les habitations, repro-
chant h leurs freres leur passive soumission et les exal:ant
a suivre leur example. Bref, un colon ne devait pas marchander
avec des esclaves qui avaient d6rog6 aux traditions.
Ces r6flexions 6branl6rent les citoyens de couleur. Ils firent
alors aux blancs des concessions. Ils tenterent de s'accommoder
avec leur conscience en proposant le retour pur et simple des
Suisses sur leurs anciennes habitations. Cette proposition, deja










honteuse pour ses auteurs, se heurta A l'intransigeance des
colons. A l'aide d'arguments sp6cieux, ils les combattirent. Ce
serait, soutenaient-ils, alimenter la revolte des noirs et jeter a
la tate des ateliers des chefs prepares, habitu6s A verser le sang
des maltres, et, par surcroit, aigris, assoiff6s de vengeance,
r6volt6s.
Et comme le massacre des Suisses rebutait a quelques ci-
toyens de couleur, on recourut a une formule de compromise
qui n'6tait qu'un marchandage avec la conscience. Le principle
de l'affranchissement des Suisses fut accept. Mais ceux-ci ne
seraient pas autorises a r6sider A Saint-Domingue. Sur une ile
d6serte on les abandonnerait, apres les avoir approvisionn6s
pour une duree de trois mois en vivres et pourvus en instru-
ments aratoires. Des voix sinceres, celles d'un Rigaud, d'un
P6tion, d'un Bauvais etc, indign6es de la solution batarde, s'6-
taient, parait-il, soulev6es contre cette parodie de la justice, ce
paravent du crime. Mais ces hommes qui protestaient centre la
cruaut6 d'un tel arret 6taient l'expression d'une faible minority.
Leurs protestations glisserent impuissantes sur une assemble
press6e de se d6barrasser des dangereux Suisses.
Un concours de circonstances, command par l'arrat fatal
d'in des:in implacable, ramena sur les c6tes de Saint-Domingue
ces noirs condamn6s au bagne. Dans la nuit mAme du jour de
leur retour, ils furent massacres et leurs corps laiss6s en pature
aux requins du M61e St. Nicolas. Tel 6tait le prix de la quietude
de la classes des proprietaires. Affranchis et colons, par ce crime,
pensaient affirmer leur droit d'asservir d'autres hommes et ga-
rantir leurs scandaleuses jouissances s6culaires.
Mais l'histoire retient que ces noirs avaient fray6 aux af-
franchis les sentiers de la victoire et avaient sign les premieres
pages de leur vie d'hommes. Sublimes dans leur grandeur
d'Ame, ils avaient renonc6 A leurs rancceurs pour tendre une
main g6n6reuse a leurs freres en difficul:,s. Aveugl6s par l'il-
lusion, ils avaient, dans un noble l6an affectif, vu le problem
I










sous l'angle racial, alors qu'un mat6rialisme dess6chant posait
aux yeux des affranchis un probleme de classes. Les noirs ne
verront clair qu'a la suite de l'endoctrinement de Toussaint
Louverture. Sous l'habile direction de ce meneur, une prise
de conscience bien 6veillbe leur permeLtra de mesurer dans
toute sa profondeur l'abime s6parant en deux camps antago-
nistes 616ments de production et exploiteurs d'hommes.

6.- LA LOI DU 24 SEPTEMBRE 1791

Le d6sir de faire disparaitre tout mo'if de zizanie avec les
blancs et un puissant int6r&t de classes sont les mobiles qui ont
pr6sid6 au massacre des Suisses. Selon les affranchis, cette paix
scell6e dans le sang 6tail definitive. Une telle certitude 6tait
un bcuclier centre les scupules de conscience. Une joie conta-
gieuse, une exub6ran:e all6gresse confondait dans les rues
hommes de couleur et colons, f6tant la reconciliation. Mais,
contrairement A leurs nouveaux allies, modules de sinc6rit6, les
blancs cachaient leurs rancceurs derribre des gestes compasses,
inspires de la faussct6. Des pr6jug6s obstines enflammaient
leurs coeurs ulc6r6s. Cette paik conc6d6e, tel un cinglant af-
front, accumulait chez eux haine et co!Bre. Semence de luttes
acharn6es, elle n'6tait que simulacre. Bless6s dans leur orgueil,
les blancs ne respiraient que la vengeance. La loi du 24 sep-
tembre 179i leur en offrit 1'occasion.
L'Assembl6e Na:ionale Consti:uante, sit6t instruite de l'af-
faire d'Og6 et ajoutant foi aux rumeurs qui denigraient les af
franchise, crut rem6dier aux d6sordres et r6tablir ]a paix a Saint
Domingue en rapportan! la loi du 15 Mai a laquelle fut subs
titu6e celle du 24 septcmbre. En vertu de cette dernibre, le
sort des citoyens de couleur d6pendait dor6navant de la d6-
cision des assemblies coloniales. Done, A nouveau, les affran-
chis se trouvaient A la merci de leurs ennemis et subordonn6s
A leurs caprices. En fait, cette loi lib6rait les colons des obliga-










tions du Traith de Paix ct d'Union sign en Octobre 1791.
Elle ouvrait aussi les portes aux injustices, aux exactions, a la
vengeance personnelle. Devenus les arbitres souverains de l'a-
venir des citoyens de couleur, les blancs reprenaient, avec les
renes du pouvoir, leur pres6ance abusive.
A la faveur d'un fallacieux pr6texte, fou;ni par une insigni-
fiante rixe entire un blanc et un ci:oyen de couleur, les colons
de Port-au-Prince se d6librent de leur pacte forc6. Le 22 sep-
tembre, jour de la Ste. CUcile, ils attaquerent traitreusement
les affranchis, alors que quiets, confiants, d6tendus, ces derniers
d6ambulaient a travers la ville visi ant parents et amis. La
surprise de l'attaque cimpchera toute resistance s6rieuse. D6-
sempar6s, les affranchis se virent refoul6s jusqu'h la Croix-des-
Bouquets.
Cette victoire-6clair r6veilla chez les colons et les petits
blancs des haines endormies. Leur colkre eclata en 6cceurants
actes de barbaric. Tous les repr6sentants des hommes de cou-
leur ,omb6s en leur pouvoir furent sauvagement massacres.
Ni l'age, ni le sexe ne furent respects. Les biens aussi furent
saccag6s et livr6s au pillage. Aveugl6s par la passion, les blancs
n6gligerent leurs propres int.6rts. Un incendie vorace, allum6
dans les bas quarters et aliment6 par une negligence calcul6e,
d6vasta la moiti6 de la ville. Tant de carnages assoupirent les
colons. Rassasi6s, ils s'apaisbrent.
Dans l'aut;e camp, la lache aggression engendra une fievreuse
animosity. Une irritante indignation s'ajouta au courroux des
citoyens de couleur pour les exasp6rer. Ecumant de rage, ces
hommes lancerent un strident appel aux armes. Sous la banni&-
re du fanatisme, les libres de couleur de l'Ouest et du Sud se
grouperent, fr6missant de colere, assoiffes de vengeance. A
Jacmel, aux Cayes, h Saint-Louis-du-Sud, a la Croix-des-Bou-
quets, aux environs de Port-au-Prince, les blancs pris de pani-
que devant la fureur des conf6d6r6s souscrivirent avec em-
pressement a leurs conditions. Une pouss6e entraina les ci-







65

toyens .de couleur, le fer au clair, jusqu'aux portes de Port-
au-Prince, derniere retraite des colons en proie a une epouvante
affolee.
Pendant que la fureur assi6geait cette ville, dans le Nord,
depuis trois mois, la terreur regnait en maltresse. Apres avoir
brise leurs chaines s6culaires, les esclaves d6vastaient ce D6-
partement, rasant les habitations, massacrant les colons, z6brant
la colonie de leur colere rouge, de leur furie de r6volt6s.









66


REFERENCES POUR CE CHAPITRE

Cahier contenant les plaintcs, doleances et r6clamations des-ci-
toyens libres et propri6taires de couleur
Ardouin : EtudeS'sur l'Histoire d'HaiVi t. I et II, edition 1856
Le Document No. 3'
Garran-Coulon : Rapport, t. 3
Adresse de Juste Chanlatte, in Ardouin t. I op. cit.
Le'tre d'Andr6 Rigaud (Ardouin)
Sannon, Histoire de Toussaint Louverture t. I
Brutus (Edner), R6volution dans Saint-Domingue. t. I
General Nemours : Les Premiers Citoyens et les Premiers D6pu6es
Noirs et de Couleur
Madiou, Histoire d'Haiti, t. I
Gerard M. Laurent : Documentation Historique pour les 6tudiants
Le Commissaire Sonthonax A St Domingue t. I
Roger Dorsainville : Toussaint Louverture
Bauvais Lespinasse : Histoire des Affranchis.
R. P. Cabon : Histoire d'Haiti t. 3.












QUELQUES SUJETS DE DISSERTATION HISTORIQUE

1.- Le movement des affranchis ne pouvait pas 6tre rdvolution-
naire. Leur situation dans le regime esclavagiste, les objectifs de
leur lutte e' tou.e ;eur attitude politique de 1789 A 1791 ne peuvent-
ils pas expliquer la nature et les limits de ce movement ? A.
Georges : La Composition d'Histoire, t. I.

2. Expliquer poutquoi les affranchis defendant les interets de
leur classes ne pouvaient pas 6tre r6volutionnaires Bac juillet 1959

3. A Chavannes qui lui proposait d'associer la cause des es-
claves A celle des affranchis, Og6 avait r6pondu : Nous devons
agir sans eux. Que faut-il penser de ces deux attitudes ? A. Geor-
ges : La Composition d'Histoire, t. II
4. L'historien F. Duvalier a 6crit : -Vincent Oge, symbolisant
la conscience de sa classes, a r6pudie toute soiidarit6 avec la classes
des esclaves.. Dans quelle measure partagez-vous cette opinion ?
Bac juillet 1966.

5. En conseillant A Ogd de faire appel aux ateliers, Chavannes
entendait-il par 1 renier sa classes ?
6.- Montrez comment 1'6chec de la tentative d'Og6 et de Cha-
vannes cons6cutif A leur refus de soulever les ateliers servit de
legon A leur classes. Bac juillet 1959.





















CHAPITRE III

LE MOVEMENT DES NOIRS










1.- LA REVOLUTION DE LA CANNE

L'6re de la canne a sucre marqua l'6volution de la colonies
sur le plan social et 6conomique. On l'assimila a une revolution
a cause des profonds changemen:s qui lui sont dus. Elle entral-
na d'abord l'6viction des petits proprietaires et 1'6tablissement
des grandes plantations. Les possesseurs d'habitations trop res-
treintes durent les vendre. Car la culture de la canne a sucre
n'6tait rentable qu'a partir de centaines de carreaux de terres
dontl'entretien exigeait d'autre part des capitaux'importants
exc6dant les possibilities 6conomiques des petits propri6taires.
Ceux-ci furent done absorbs par les grands planteurs aux ca-
pitaux consid6rables.

Sur ces vastes domaines de 300, 800 ou 1.000 carreaux, il
fallait repartir un nombre proportionnel de travailleurs. Les
engages qui, jusqu'alors, pr:aaient leurs services r6pondaient
difficilement aux nouvelles exigences de la colonie. D'abord,
ils n'6taient guere encourages A cause des conditions de vie
qui leur 6taient reserves. Car, paysans laborieux, fils de fa-
mille d6sh6rites, ils 6taient census prater leurs services comme
travailleurs, alors.qu'on les engageait en fait comme esclaves.
Ils connaissaient la peine du fouet et d'autres chatiments cor-
porels. En plus, le taux de ch6mage ayant baiss6 en France,
on trouvait difficilement des travailleurs en nombre suffisant
pour r6pondre aux insatiables besoi -s de la colonies. La pro-
messe d'un domaine antillais, au te:me de leur contract, 6tait
inapte a les attirer au point de leur faire accepter les d6plp-
rables conditions de vie que leur r6servait Saint-Domingue.
Ainsi disparut le systeme des engages que remplaga le regime
esclavagiste.
Grace aux guerres tribales qui la ravageaient, l'Afrique de-
vint bien vite la pourvoyeuse de Saint-Domingue en bois
d'6bene. Les prisonniers 6taient vendus comme esclaves. Et un
intense traffic n6grier, gros de profit pour la France, alimentait










la colonie en negres. Les -courses a la piece d'Inde devaient
expatrier quelque quarante millions de noirs.
Ces negres etaient declares esclaves. Le Code Noir en fit
les choses des maitres. Ceux-ci 6taient habiles a les vendre,
les prater, les donner en cadeau ou en gages. Ces esclaves ne
pouvaient aspirer a aucune possession. Avec leur prog6niture,
ils appartenaient a leurs maitres. La cupidity coloniale devait
leur reserver des conditions de vie plus dures que celles des
engages. A dire vrai, ils seront exploits et par la colonie et
par la m6ropole. Et les immense avantages tires de cette
scandaleuse exploitation poussbrent les colons a vouloir sta-
biliser ce regime qu'alimentaient la sueur et le sang des noirs.
En voulant s'enrichir a outrance, ils semaient n6gligemment,
avec la haine et la colere, des ferments de revolte.

2. LES CONDITIONS DE VIE DES ESCLAVES

L'etampage 6,ait I'acte official de possession. Au fer rouge
6taient imprimbes dans la chair du noir les initiales de son nou-
veau maitre. Puis l'esclave 6tait dirig6 vers le troupeau hu-
main. Souvent il 6tait separ6 de sa famille et livre un milieu
hostile appel6 a le d6shumaniser. Un travail acharn6 'atten-
dait sur l'habitation du matin au soir. II sarclait, bechait la
terre, plantait. Toute sa vie 6tait desormais absorbee par ces
activities physiques. Et la force d'6nergie ainsi d6pens6e n'6tait
guere compens6e par une alimentation substantielle. Un peu
de cassave, du manioc, parfois de l'hareng saur, de l'igname
constituaient sa nourriture quotidienne. Certains colons, en-
nuyes par ces el6mentaires exigences, preferaient s'en decharger
completement en laissant A leurs esclaves un lopin de terre,
dit place A vivre, qu'ils cultivaient eux-memes a leurs heures
libres, souvent le soir. Quand ces noirs au visage crisp ren-
traient dans leur miserable cabane, c'6tait pour se jeter sur un
sol dur ou sur des branches d'arbres dessechees leur servant










de grabat. Ainsi, meme le sommeil reparateur, r6alis6 dans de
bonnes conditions, faisait d6faut a ces esclaves d6pourvus, 6pui-
s6s, malheureux, don't la tristesse des yeux peignait le noir
chagrin.
Ce tableau laisse dans l'ombre l'aspect fundamental de leur
vie de d6tresse. Persuade qu'une opposition de I'esclave sous
forme d'apathie serait n6faste a ses interets materiels et vou-
lant s'enrichir le plus possible, le colon eut recours au fouet.
C'etait 1a un stimulant pour accroilre le rendement de travail
des negres, vaincre leur inertie, couper court h leur mauvaise
foi. Les esclaves etaient fustiges a tort et a raison du matin au
soir. Au fouet, s'ajoutaient, selon la morbidity des maitres,
d'autres chAtiments physiques et des supplies qui faisalent
de ces victims de vrais martyrs.
II ne suffisait pas au colon de multiplier ses revenues grace
au travail 6reintant de ses negres, il voulait encore perenniser
ce regime inhumain qui 1'enrichissai:. II pensa a mettre la
colonies, ses biens, sa famille a l'abri d'un naufrage, d'une re-
vol:e des ateliers. Pour emp&cher les 6ventuelles insurrections,
le colon perfectionna son systmme. Par une reglementation ade-
quate et des measures efficaces, il d6personnalisa les negres en
leur faisant croire qu'ils n'etaient que des machines et que leur
r6le ici-bas 6tait de travailler'au bonheur de leurs maltres, de
se d6vouer a leur cause, de se soumettre a leurs caprices. La
religion secondait leurs efforts en prechant aux esclaves une
langoureuse resignation et une passive ob6issance aux lois
des hommes. Pour mieux atteindre ses fins, le colon recourut
a des measures propres a d6"ruire chez l'esclave tout l6an vers
une prise de conscience.
Afin de maintenir les noirs dans leur ignorance crasse,\
le colon leur interdit 1'usage du syllabaire. II les con-
damna a vivre dans un milieu decadent, loin des lumieres
de la civilisation. II les refoula sys'6matiquement vers un abime
qui les engloutissait, les degradait, paralysait leurs facul:6s.










Ainsi, les colons, fanfarons de la cupidit6, croyaient avoir trou-
v6 la formule id6ale pour perp6tuer leur bonheur terrestre en
tenant les ateliers en leur pouvoir. Us pensaient avoir perfec-
tionn6 la machine qui transformait en sources de richesse in6-
puisable l'6nergie, la sueur, le sang des nrigres accabl6s sous
le poids de leur infortune et don't le sourire m6lancolique
t6moignait de leurs miseres ou de leur d6sesp6rance. Le dos
tourn6 au soleil, ces masses de noirs constituaient, par la volon-
t6 souveraine des blancs, le people silencieux de Saint-Domin-
gue, celui des r6sign6s.

3.- FISSURE DANS LE REGIME

II est ind6niable que les colons, a travers la revolution de
la canne, ont cherch6 a perp6tuer le systeme esclavagiste. Ils
ont etendu leur domination sur les negres et soumis ces der-
niers a un regime qui les abrutissai:. Dans la douleur et les
larmes des esclaves, ils ont 6difi6 leur fortune. Leur systhme,
d6voreur d'hommes, 6tait un d6fi h la cl6mence, a la g6n6rosit6,
A la grandeur d'ame.
Cependant la revolution de la canne 6tait une arme a double
tranchant. Gris6s par leur cupidity, les colons n6gligerent de
noter les contre-coups de ce systeme. MWme le danger de cer-
taines coutumes echappa a leur m6fiance. Ils resterent aveugles
face a des contradictions notoires.
Une infraction a un article fundamental du Pacte Colonial
se produisit dans le regime de la canne a sucre. I1 fallut 6tager
sur le plan social les esclaves, distinguer ceux quit ravaillaient
dans les champs de ceux qui s'occupaient de l'industrie. Car
une premiere transformation de la canne 6:ait indispensable
avant de confier cette matiere premiere aux usines insatiables
de France. D'ou l'existence des moulins, des chaudieres, des
6tuves qui, dans leur ensemble, constituaient l'atelier; tandis
que, dans la manufacture, on s'adonnait aux travaux de semi-








75

raffinage et de mise en fit. Ces diverse activists, connexes a
la fab ication du sucre, imposaient une division du travail.
Aini dans un m&me complex coop6raient les travailleurs
des c amps et des negres de m6tier. La vanity, li6e a un vif
d6sir 'e6taler son opulence, rendit la domesticity pl6thorique.
On so tient m&me que la rumeur publique jugeait de la solidity
de la fortune d'un colon au nombre de ses serviteurs. Ceux-ci
empli saient la maison du maitre, catalogues en servantes,
m6na eres, cuisinieres, nourrices, dames de compagnie; les
servit urs males etaient plut6t cochers, cuisiniers, gargons de
mais n, gardens. Tout ce petit monde malheureux qui s'ac-
tivait l'int6rieur de la maison du colon, 6piait, intriguait, et
jouiss it d'une situation social particuliere... Gratifi6s de fa-
veur ces negres domestiques recevaient en dons des robes
ou c stumes, des bijoux, de l'argent. Bien nourris, devenus
des rivil6gi6s grace a un ddfaut de chatiments sv&eres, ils se
croygient sup6rieurs aux autres negres. Cette sup6riorite se
just iait a bien d'autres tires. L'activit6 journaliere de ces
n6gres leur permettait d'echapper a un control severe de leur
emp oi du temps. Une prise de conscience en veil permettait
ac tains de tirer bon profit des heures de liberty d6rob6es.
Pou s6s par leur ideal ou leurs ambitions, ils apprenaient a lire
et 6crire en cachette. Le milieu social, le contact du blanc,
les conversations qu'ils surprenaient contribuerent a leur 6vo-
luti n. Aussi, trouvera-"-on dans cette cat6gorie de noirs, les
pri cipaux meneurs du movement, insurrectionnel de 91.
on moins libres et non moins 6volu6s 6taient les n6gres
de tier. En dehors de l'apport, num6riquement faible il est
vra, des esclaves qui ont 6g6 envoys en France se familiariser
avec les techniques de leurs m6tiers, les negres de cette cat6go-
re 6taient souvent en contact avec les marines g6neralement
co nus pour leur hablerie. Ceux-ci leur racontaient, avec l'em-
ph se qui assaisonne un r6cit, ce qui se passait en France oi
s'a nongait une revolution. En outre, employes dans les travaux










publics a l'entretien des routes, les n6gres de m6tier 6chap-
paient a tou'e surveillance s6v&re. Ils se d6grossissaient, s'6man-
cipaient et 6taient mus par un sentiment pouss6 de la liberty.
Enfin, ils etaient ou 6b6nistes ou charpentiers ou tonneliers et
leurs services 6taient constamment sollicites. Leur efficience
souvent forgait la complaisance du maitre. Ce dernier autori-
sait ses serviteurs specialists h preter leur concours h un voisin
qui, lorsqu'il 6tait satisfait, offrait au travailleur z616 un pour-
boire, coutume qui contribua a d6velopper chez les negres de
m6tier le sens de la valeur du travail. Ils consid6raient I'argent
requ comme un salaire. Ce concept' de la dignity du travail
allait a l'encontre de l'esprit de la soci6t6 esclavagiste. II s'in-
terprkte comme une dangereuse 6tincelle dans une colonies
charge d'explosifs.
Certes sur les 6paules de la masse des negres des habitations
reposait tout le fardeau du regime. Mais 'organisation presen-
tait aussi des failles. Car ces esclaves qui se d6battaient dans
la souffrance, la misere, I'ignorance 6chappaient A l'isolement
auquel les avait condamn6s la cupidity coloniale. Le d6sir de
diminuer ses frais afin d'augmenter ses profits d6ja si scanda-
leux avait porter le colon a rayer de son budget le chapitre
consacr6 aux frais d'entretetien de ses esclaves. En mettant a
leur disposition un lopin de terre qu'ils devaient eux-memes
cultiver pour leur p:opre subsistence, il crut, dans son esprit
capitalist, avoir trouv6 la solution id6ale pour gonfler ses po-
ches tout en diminuant ses frais. Mais, aveugl6 par cet esprit de
lucre, il ne put d6tecter les consequences lointaines d'une telle
manoeuvre. Les noirs,i habilu6s A disposer de ces places a vivres,
finirent par les considerer comme 6tant leur. Conjointement
avec cette idee de possession, negation de l'esprit du Code Noir,
prit naissance et se d6veloppa le sens de la petite propri6te,
indice de l'6chec future du regime de la culture sucriere. En
outre, I'isolement et l'ignorance du noir, deux facteurs impor-
tants dans la structure du regime colonial, se trouverent en










voie de dispari:itd. Car l'esclave qui allait vendre les products
au march servai: d'agent de liaison entire les noirs 6cras6s au
fond de leur abime et les negres domestiques ou de metier,
flambeaux de la revolution. Et ce contact se maintenait, pre-
nait force et signification dans les danses du samedi soir. Ces
reunions, et les colons s'en rendront compete trop tard, destinies
avant tout a 6tourdir les souffrances des esclaves, offraient a
des meneurs noirs et aux pretres du vaudou une occasion fa-
vorable pour endoctriner leurs freres, les enflammer par des
suggestions f6condes. Des semences fertiles talentnt jet6es dans
leur Ame environn6e de t6nbres. Leur religion celle de
l'Afrique 6tait devenue un refuge contre toute resignation,
centre toute acceptation passive.
Ainsi, la revolution de la canne, qui intensifia le traffic nB-
grier et aggrava les conditions de vie des esclaves, portait en
elle les 6elments appel6s h an6antir le regime esclavagiste.
Parallblement a la richesso qu'elle assura aux habitants, elle
infusa des germes destructeurs dans la nouvelle soci6te qu'elle
structurait.

4.- LES NEGRES REBELLES

Durant leurs cruelles ann6es de servitude, tous les noirs ne
sombrerent pas dans une b6ate soumission. Un grand nombre,
martyrs anonymes, perircnt vic:imes de leur caractere rebelle,
de leur esprit d'insoumission de leur soif de liberty. L'his-
toire parole encore avec hesitation de tous ces negres qui ont
sciemment fai? le sacrifice de leur vie. C'est que les vrais motifs
de leurs actes 6chappent aux investigations. Dans une confu-
sion d6routante se melent des h6ros qui revaient de liberty, des
vengeurs d'ou:rages, des ennemis personnel du colon ou des
anormaux. II est vraiment difficile de faire le point dans cet
imbroglio qui rassemble et assimile les durs et les sensibles,
confond ou classifie sous l'6tiqucte de violent un noir indo-










cile au joug et un esc.ave r6volt6 par une iniquity ou affol6 a
l'idee du chAtiment.
N6anmoins, avec la reserve qui s'impose, on dolt consacrer
un chapitre aux negres declares rebelles par la loi colonial ou
r6put6s tels.
Des femmes indigenes prendront le fusil pour forger la li-
bert6 et l'ind6pendance en 1802. Mais combien d'autres mou-
rurent pour la meme cause bien avant cette date. ne laissant
comme lettre de noblesse que l'6tiquette de criminelle accro-
ch6e a leur acte de d6ces ? Pourtant si leur crime etait r6prouv6
par une socie6t habituee a abuser de leur chair comme de leur
personnel, prompted a nier leurs droits a la dignity, habile a les
exploiter et a les torturer, il n'en demeure pas moins vrai que
devant un tribunal vou6 A la justice, elles ont droit a une d6-
fense. Interrogees, ces femmes, coupables d'avortement ou
accuses d'infanticide, ont livre aux pages jaunies des docu-
ments les motifs de leurs actes. Certaines, eceur6es par leurs
miseres, ont voulu 6viter leur sort t leur prog6niture : 1'horreur
de l'esclavage a pouss6 au desespoir leur amour maternel.
D'autres femmes encore plus loin ont pousse leur aigreur. Elles
esp6raient nuire aux colons en les privant d'un element de
cheptel human. La douleur ressentie apres l'acte criminal 6tait
att6nuee par la consolante pens6e que, plus tard, la separation
serait plus dure, quand le maitre tout puissant aurait decide
la vente en vrac de ses habitations et negres. L'limination
d'un b6be ou d'un foetus est un acte g6n6ralement pos6 par
des femmes qu'a endurcies la misere, acte aussi auquel les a
poussees leur religion, celle de l'Afrique. Leur cr6dulite attri-
buait a ce genre d'holocauste un pouvoir de reincarnation. Elles
croyaient, ces meres infortun6es, que leurs enfants ainsi sacri-
fies iraient revivre en Afrique, dans leurs tribus d'origine oui
les attendait un meilleur sort.
C'est parfois le desespoir qui a motive le suicide de bon
nombre de negres. Face A un horizon ferme qui ne laissait










comme perspective A leur effroi que I'ombre imposante d'un
colon aux mains armies de fouets, des negres, obs6d6s par le
goit funbbre du repos>, se sont interrog6s sur I'utilit6 de leur
vie. R1fractaires aux arguments des pretres blancs qui les inci-
taient a la resignation, ils ont cherch6 la paix dans le refuge
6ternel. Moins pacifiques, plus agressifs, d'autres esclaves ont
invest la mort du pouvoir de les venger du colon et de ses
cruaut6s. Cette mort, a leurs yeux, signifiait la lutte centre
un regime abhorr6. N'esperaient-ils pas ruiner leurs maitres,
les porter A abandonner la colonies quand, par centaines, les
Ibos se pr6cipitaient du haut des parapets ou se pendaient le
long des routes ? Incarnaient leur vengeance ces cadavres en-
tass6s, temoins muets de leur violent protestation.
A Saint-Domingue, le poison fut employ pour des raisons
diverse. II a servi A I'ambition, a la jalousie, A I'int6ret person-
nel. Mais il a 6t6 aussi une arme pour certain esclaves en
lutte centre le regime. Il 6tait plus facile d'en verser dans le
breuvage des colons que de courir le risque d'une revolte ou-
verte h une 6poque ci un d6faut d'organisation, un manque
d'armes, une prise de conscience vague condamnaient sans r6-
mission toute vellbit6 d'opposition a la souveraine volont6 des
colons.
Le marronnage aussi ne fut fort souvent qu'une fugue. Ter-
rifies par les s6veres chAtimen's qu'attiraient leurs peccadilles,
des esclaves se jetaient dans les bois. Peut-6tre esp6raient-ils
y vivre sans probl!mes. Mais, pris de scrupules tardifs et ef-
fray6s de la perspective d'une vie aventureuse, ils regagnaient
les habitations, r6signees au sort terrible qui les y attendait.
Ces negres fugitifs ne s'6taient jamais d6pouil6s de leur Ame
d'esclave, ni de leur complex d'inf6riorit6. La simple id6e
d'une possible r6volte centre le regime d'horreur qui les op-
primait se heurterait clez eux A une passivity exemplaire, a
une 6pouvante affol6e, A une servitude accepted.
Cependant I'empoisonnement et le marronnage ont jou6 un











r6le capital dans l'histoire de la r6volte des esclaves de Saint-
Domingue. Leur action, caract6risde par ces deux moyens
comme armes dans la lutte con.re un regime souille d'iniquit6s,
fut incarn6e par Mackandal.
Celui-ci 6tait de l'Afrique Centrale. Son pays avait subi Fin-
fluence de l'Islam. C'est pourquoi ce negre parlait larabe.
Quand il fut vendu comme esclave, il savait lire et 6crire. Son
intelligence, d'ailleurs, le signal vite a attention de son mai-
tre.
Mackandal 6tait un negre pr6destin6. Il se disait n6 pour un
r6le preponderant. Aussi, a St. Domingue, il travailla a rehaus-
ser son credit. Ce noir transcendent 6tait pretre du Vaudou et
ses predictions comme prophbte hantaient les esprits. I1 con-
naissait aussi la vertu des plants et s'en servait pour soigner
les noirs. D'un caractere bien tremp6 et dou6 d'une prodi-
gieuse intelligence, il travaillait h ]a liberation de ses freres.
Son plan semble avoir vis6 l'6limination des blancs par le poi-
son.
En tout cas, il poursuivit son travail d'endoctrinement des
negres jusqu'au jour oi il eut le bras droit broy6 dans une ma-
chine. Son infirmity, assimilee par son maitre a une incapacity,
fut le signal de son hostility aggressive. I1 se jeta dans les bois
et rallia sous sa banniere .tous les marrons qui r6daient dans
les mornes, hantes du d6sir d'an6antir le regime colonial.
Pour se constituer des reserves et aussi nuire aux colons,
Mackandal, a la tote de sa petite troupe, organisait des incur-
sions sur des habitations qu'il pillait et d6vastait. Mais sa vraie
arme de combat fut le poison. Grace h sa profonde connaissance
des propri6t6s des feuilles, et avec la complici:6 des negres do-
mestiques, il cr6a a Saint-Domingue pendant cinq ans un climate
de terreur. L'histoire a peut-6tre minimise son action. Nous
pensions que Mackandal a largement contribute a la prise de
conscience qui conditionna le succ&: du movement insurrec-
tionnel des ateliers.











Il mourut en 1758. Il etait condamn6 h etre brfil vif. Cette
mort cruelle peint la colkre, la haine et I'affolement suscites
chez les colons par ce negre rebelle. A la v6rit6, il leur fit
beaucoup de torts, tant sur le plan materiel, par la perte des
esclaves ou le pillage des habitations, que sur le plan moral.
Mackandal a cr;. sur les habitations un climate de peur et de
suspicion nuisible a tout travail productif. II' a influence un
grand nombre de noirs, les arrachant au mythe du blanc sacr6.
Il a d6tr6n6 les colons places sur un pi6destal par le regime
qu'ils pr6conisaient. II a persuade a des meneurs noirs la pos-
sibilite de lutter avantageusement contre les colons grace a une
guerilla bien organis6e dans les mornes, sous l'habile direction
de chefs capable et avec la complicity des negres 6volubs.
L'exemple de Mackandal fut un phare project dans l'abime o6
croupissaient les esclaves qui deviendront des triers;.
Incarnation des esp6rances de sa race, Mackandal demeure
dans 1'histoire le symbol de la lutte pour la liberty et I'ind6-
pendance. Le premier, il a compris que la liberty de ses freres
6tait condilionn6e par l'expulsion des colons. Mais il ne fut pas
le seul a payer de sa vie son ideal.
Avant Mackandal, d'autres-noirs, aussi sublimes, avaient pris
la courageuse decision de lutter. Ils n'avaient pas hesit6 a af-
fronter, arms de leur audace, de leur courage et de leurs
piques, l'arsenal meurtrier des blancs. Des mornes du Baho-
ruco a ceux des Platons du Sud, a travers toute ITle, a coul6
leur sang genereux parce qu'ils ont refuse de s'aligner. Les
. chos de leurs cris de protestation se sont perdus dans l'indif-
f6rence et la passivity des masses encore abruties. Padrejan,
Polydor, Plymouth, Colas etc, en tombant sous les coups des
oppresseurs, ont illustr6 cette lign6e de noirs qui, fascin6s par
leur reve de liberty, ont 6crit les premieres pages de l'histoire
r6volutionnaire de Saint-Domingue. Et le succes que connut
Santyague dans les mornes du Bohoruco, en d6pit du carac-











there limitatif des revendica'ions de ce chef, est la preuve que
les legons d'hier n'6taient pas tout a fait oubli6es, ni les sacri-
fices inutiles et que les negres se lib6raient peu a peu de leurs
tenebres.

5. LA CEREMONIES DU MORNE ROUGE

A moins d'etre passionn6, nul ne peu', de nos jours, nier la
valeur du rble joue par la C6remonie du Bois-Caiman dans le
deroulement des 6venements d6clench6s dans la nuit du 22
aoit 1791. Ce r61e, lourd de consequences, 6clate d'6vidence.
Certes, les negres n'ont pas attend cette date pour manifester
contre le regime esclavagiste. De Padrejan, premier noir insurg6
contre le colonialisme saint-dominguois, a Santyague, ce marron
sublime qui porta le gouvernement Frangais a signer un trait
de liberation limit6e, les esclaves se sont battus pour sauvegar-
der leur dignity d'homme. Mackandal est un autre example
vivant de ces chefs intrepides qui incarnaient les aspirations de
leur race martyre. A travers toute la colonies, de la Plaine du
Nord aux Platons du Sud, des noirs entrains par des meneurs
opiniatres, se sont sacrifi6s a la cause de la liberty. Mais leurs
movements 6taient sporadiques et Bclataient en des points iso-
les peu favorables a une rapide propagation. Ils 6taient vite
6touff6s par une soldatesque inexorable. Aussi avaient-ils des
repercussions tres limit6es. Impressionnait plut6t la rigueur ex-
cessive avec laquelle on les jugulait. La tyrannie des colons
suscitait la peur, intimidait, inclinait a la resignation. A cela
devait remedier la c6r6monie du Bois-Caiman qui permit une
unit d'actiori, des manoeuvres conjugu6es sous le commande-
ment de chefs faconnes a une meme consigne.
A cause de 1'exploitation sucrieres qui exigeait de grandes
habitations et une main-d'oeuvre servile abondante, il y avait
dans le D6partement du Nord une forte agglomeration de noirs.
Les 80% des plantations de canne-a-sucre s'y trouvaient, repar-











ties entire les mains cupides d'une minority de planteurs insa-
tiables. C'est dans ce secteur important, nerf de l'6conomie
colonial, que Bouckman, pretre du Vodou appel6 a jouer un
r61e pr6pond6rant, avait d6cid6 de lancer sa torche incendiaire.
Le soulevement aura un caractere g6enral des le d6but; il im-
pressionnera les blancs, excitera les esclaves, perturbera l'ordre
public. Au premier signal, plus de 50.000 negres se souleveront,
fouettes par une meme force d'action, unis par des aspirations
communes.
Ces esclaves insurg6s seront solidaires. Ob6issant a des chefs
attaches a une meme cause, les noirs r6aliseront, qu'ils se battent
tous pour un ideal commun. C'est a une liberty g6nerale qu'ils
aspirent, une liberty qui les affranchira des conditions horribles
de vie auxquelles les soumettait la cruaut6 colonial. C'est aussi
leur vengeance qu'ils crient, une vengeance appel6e a satisfaire
leur haine exacerb6e. La c6remonie du Bois-Caiman, en r6unis-
sant plus de 200 chefs noirs, tous cuirasses de courage, allait,
par l'interm6diaire de ces derniers, exciter les esclaves, .le
galvaniser, les persuadant de la puissance que constituait leur
solidarity.
La C6r6monie du Bois-Caiman a surtout jou6 un r6le mys-
tique. ,Sous I'empire de cette unit religieuse, les chefs noirs
vont pouvoir dynamiser les indigenes, comme le fit le grand
Mahomet pour les masses musulmanes, a pr6cis6 le Docteur
Duvalier dans son Probleme des Classes a travers l'Histoire
d'Haiti. La religion a, de fait, jou6 un grand r61e. On divorga
d'avec le dicu des blancs, responsible, se r6eptait-on, des
malheurs des noirs. Au course de'cetle nuit d'6pouvante, les es-
claves sont avertis qu'ils ne doivent deso-mais computer que
sur leurs dieux d'Afrique. D'ailleurs ceux-ci se sont engag6k
vis-a-vis d'eux par des promesses. Leur aide est acquise, ainsi
que leur puissance mystique. Et les esclaves tues dans les com-
bats iront revivre en Afrique, au sein de leurs tribus, des jours
de bonheur et de paix. Ce sentiment religieux devait d6cupler











l'energie des esclaves, d6truire chez eux la peur atavique qui
les assujettissait aux colons, et muer tous ces hommes en fa-
natiques, en soldats audacieux, insensibles au danger. D'ailleurs,
par l'organe des pretres, les dieux ont promise de paralyser
l'ennemi, de I'annihiler, en lui suscitant <,toutes sortes de tri-
bulations.,
Enfin, grace A la c6rmonie du Bois-Caiman, les esclaves ont
pris conscience de leur force. Ils sont dix fois plus nombreux
que les blancs, plus vigoureux, plus muscles qu'eux aussi. Leur
foi religieuse bannit toute reticence et exige qu'ils aillent jus-
qu'au bout. Leur movement se fera sous le signe de la vio-
lence. Il'faut d6gouter et decourager les colons, infuser en eux
le d6sespoir, les expulser du sol de Saint-Domingue. Incendie
des plantations, devastation des habitations, massacre des
blanks, carnage : tel est le mot d'ordre dict6 par les dieux et
exprim6 d'une faqon impressionnante par Bouckman l'inspir6.
Esprits simplistes, assujettis aux dieux africains, les esclaves
6taient plies a l'influence du Vodou; ils 6taient envoutes par
cette religion qui devint la cristallisation de leur passe et qui
6tait, dans la g6henne colonial, leur force morale et le baume
vivifiant de leurs esperances.
Le choc 6motionnel n6 de l'exalta:ion de cette c6remonie,
le sang bu, les serments 6chang6s, les paroles prof6r6es par le
pretre poss6d6, tout cela contribua a convertir ces esclaves en
surhommes obsed6s par une id6e de vengeance. Assujettis aux
ordres formels de leurs dieux, au course de cette memorable
nuit d'&pouvan:e du 14 aout 1791, ces negres se jetteront sur
les colons avec la fureur de leurs bras arms de rancceurs et
l'6nergie de leur Ame chavir6e dans les mysteres de I'extase.
Subjugu6s par leurs croyances, ils allaient se signaler par des
prodiges et des prouesses inconcevables chez des hommes 6tio-
les, degrades, longtemps d6personnalis6s.
Pour rendre dynamiques les negres, pour les liguer dans un
meme sentiment de lutte, pour les affranchir de toute peur, il










fallait exploiter leurs sentiments religieux, leurs croyances, leur
crainte des dieux du Vodou. En ce sens, la cer6monie du Bois-
Caiman s'est rev6l6e un agent indispensable au success du
movement insurrec:ionnel des noirs. Necessaire pour une
bonne organisation, indispensable pour cr6er un climate de r6-
volte, elle a pr6te a des esclaves soumis, r6signes et d6courag6s,
un 6tat d'Ame de rebelles; elle a transform en guerriers intr6-
pides, bouillant de colere, des hommes abasourdis par un long
esclavage.

Mais suffisait-il de fouetter l'6nergie de ces negres, de leur
arracher un serment de fiddlit6 en cette nuit de frayeur, de les
impressionner par l'aspect redoutable d'un Bouckman meta-
morphose en dieu vengeur, pour d6clarer certain le success du
movement du 22 aout 1791 ? Sans vouloir meconnailre la va-
leur psychologique de la c6remonie du Bois-Caiman, sans en-
tendre contester'la n6cessit, de cette mise en scene gonfl6e de
forces suggestives, sans nier le fait que cette c6remonie a pre-
par6 les negres de Saint-Domingue a la lutte et les a p6n6tres
d'une Ame nouvelle trempee de courage, devons-nous n6an-
moins en fair la clef du succes du movement du 22 aoit 1791,
movement qui connut une tape de victoire en 1793 avant de
s'irradier dans l'apoth6ose de 1804 ?

LE MOVEMENT DES ATELIERS

Dans la nuit du 22 au 23 aoit 1791 6clata le movement
insurrectionnel des noirs. Un sentiment de frustration et de
colere poss6dait ces insurg6s, les dominant, les poussait au-dela
de l'imaginable, les pr6cipitait, f6briles, 1'Ame agac6e, dans l'6-
garement d'une folie furieuse. Au rappel des humiliations de
leur vie d6gradan:e et ignominieuse, un orage de rancceurs
grondait en eux, striant de sang leurs regards sauvages. Des
souvenances traverses d'eclairs fulgurants, des corps hach6s
de cicatrices hideuses, une hostility n6e de la fl6trissure des









si&cles de refoulement, tout ce syndrome enflammait les es-
claves, les irritait, les rendait durs et inexorables, violent et
aveugles. Un d6sir de vengeance trop longtemps contenu ex-
,plosait,, brilant, impatient, indomptable. Le sang degouttant
de leurs poignards davantage excitait ces noirs. Les exaltaient
les cris d'6pouvante arrach6s aux blancs affol6s dans cette nuit
lugubre que l6chaient des flames voraces.
11 Pour terrasser l'inso!ence des colons, pour venger les stig-
mates du temps et rassasier leurs d6sirs, ces esclaves en rupture
de ban avaient envahi en flots d6chain6s les plantations qu'ils
d6vasterent; ils avaient fonc6, la hAche a la main, sur les habi-
tations, outrageants vestiges d'un regime abhorr6; ils 6taient
tombs a bras raccourcis sur les colons qu'ils massacrBrent; ils
les avaient sacrifi6s sauvagement a leur vengeance. Leur colere
et leur rage, aux premieres heures, laisserent peu de place a la
ieflexion ou la peur. Ils ne se calmerent, ces esclaves insurg6s,
que repus et fatigues, et surtout h la mort de Boukman, ce pro-
totype du courage et de la vigueur physique, vraie incarnation
de la revolution.
Ces esclaves, tout en voulant aneantir dans une mare de
sang leur passe infamant, se sont frayes, dans une lutte coura-
geuse, le chemin de la dignil6. Quel poeme d'audace impie
que cette pouss6e de !a bravoure h6roique, affrontant au ni-
veau de la l6gende des forces coloniales inv6t6rees de prejug6s,
defiant superbement un rempart oui s'arc-boutaient une domi-
nation seculaire et des convoitises sordides Leur fr6n6sie
hissera leur drapeau aux sommets lumineux; d6lirants de joie,
fiers de leurs exploits, ils entonneront deux ans plus tard leur
hymne a la victoire.
Cette victoire, n6anmoins, ne fut pas l'euvre exclusive du
courage, de l'audace, de l'h1roisme. A ces valeurs se,sont as-
so'ci6s des facteurs qu'on aurait tort de sous-estimer dans une
analyse des causes d'.erminantes du triomphe des esclaves.
Ces negres a moiti6 abasourdis et ignorant le maniement de










leurs armes seraient impropres au d6but h offrir une s6rieuse
resistance a une pression des forces dominantes de Saint-Do-
mingue. Tout concourait a les desservir : l'influence atavique
des maitres, le manque d'organisation, une carence d'armes,
l'absence de discipline et de talents militaires, I'ignorance.
Quelle resistance s6rieuse pourraient offrir ces esclaves, d6-
pourvus et d6faillants h des forces conjugu6es, a des soldats
prepares, commands par des chefs capable ? Echap-
peraient-ils jamais a un massacre certain si administrateurs
royaux, colons, n6gociants, affranchis, bien ligues, s'entendaient
pour les encercler au premier signal de soulevement, les para-
lyser et leur former toute retraite ? Les operations seraient
m&me facilities par les defections des noirs et leurs indiscre-
tions, par les trahisons de ceux-lA qui, h ce vil prix, espereraient
obtenir leur liberty. Si le movement du 22 aout 91, apparem-
ment mort-n6, se developpa jusqu'h s'6panouir dans une fr6-
n6sie qui laissa stup6faits certain colons, il faut alors ici 6vo-
quer les s6rieux motifs qui ont fissur6 le bloc colonial, signed
avant-coureur de son effondrement.
A la v6rit6, la classes dominant 6tait profondement divis6e.
Les blancs, par leurs calculs avares, affaiblirent la ligue des
repr6sentants de la m6tropole. Certes, fonctionnaires du gou-
vernement, colons, planteurs ou n6gociants, affranchis 6taient
partisans du regime esclavagiste. L'int6r&t leur recommandait
l'entente. Mais certaines zizanies primaient toute sagesse.
D'ailleurs, on avait tendance h ravaler cette insurrection des
ateliers. L'ascendant des maitres sur leurs esclaves, 1'etiole-
ment de ces derniers grace a un regime d6primant, avaient
acquis aux blancs la conviction que l'6chauffour6e des noirs
6tait plut6t une algarade a chAtier. On s'habituait h l'id6e que,
sous cette r6volte, couvait une manoeuvre des parties adverse
pour obtenir des satisfactions personnelles. Les colons ne vou-
laient-ils pas dominer administrativement la colonie ? Les af-
franchis ne revendiquaien.-ils pas leurs droits civils et politi-









ques ? Les n6gociants ne s'inqui6taient-ils pas des tendances a
l'autonomie des colons ? Les administrateurs royaux n'aspi-
raient-ils pas a museler la grandiloquence des membres de
l'assemblee de Saint-Marc ? Secou6e par ces divisions internes,
travaillee par ces calculs, la classes dominant, au m6pris de
toute solidarity, se condamna. Elle s'attarda a des futilit6s, se
querella au niveau des diff6rentes categories en se renvoyant
des accusations b6nignes, rechercha plutot des motifs de ven-
geance individuelle. Ce temps perdu en palabres inutiles, en
accusations vaines, en measures chim6riques, avantagea les noirs,
leur permit de consolider leurs positions, d'influencer les colons
par leurs sanglantes repr6sailles, de couvrir leur retraite.
Une autre circonstance, en dehors de cette division dans la
classes dominant, favorisa les insurg6s : ce fut la rivalit6 inter-
colonialiste qui opposait entire autres puissances la France et
l'Espagne. La revolution bourgeoise de France, apres la D6-
claration des Droits de l'Homme, visit A diminuer les pouvoirs
du roi, a changer la structure social du pays en renversant les
entraves f6odales, en faisant disparaitre les abus, en r6parant
les injustices, en abolissant les privileges. Ces reformes tradui-
saient une prise de position contre le traditionalisme des puis-
sances monarchiques. Par int6rt comme par solidarity, par
principle comme par ideologic, l'Espagne appuyait le parti des
ennemis de la R6volution Frangaise. Elle crut trouver dans la
r6volte des ateliers I'instrument de sa vengeance. Ce souleve-
ment pouvait bien ruiner la bourgeoisie qui personnifiait la
revolution en 89. Car Saint-Domingue 6tait sa principal source
de richesse e' on semblait croire le sort de la revolution attach
a cette ruine de la bourgeoisie. D'oA l'int6ert de l'Espagne et sa
sympathie pour le movement insurrectionnel des ateliers.
Sans s'exposer ouvertement, cette puissance second efficace-
ment les noirs. Elle leurs fournit des armes, les conseilla sur la
tactique miliraire a adopter et meme couvrit de sa tolerance
les fugitifs disperses sur son territoire. Par la force des circons-









tances, les noirs avaient trouv6 une protection. Cette aide leur
permit de combler les lacunes noes de leur inexperience et de
leur ignorance; elle fortifia leur resistance; elle d6moralisa les
colons surprise de leurs resources.
Non moins important fut le conflict id,0ologique opposant a
Saint-Domingue les pompons rouges aux royalistes. Ceux-ci,
sous les ordres de de Blanchelande, ambi'ionnaient de ruiner
la bourgeoisie m6tropolitaine, mais surtout voulaient sauve-
garder la colonie du fl6au r6volutionnaire. A cette fin, ils s'at-
taquerent aux colons. Ils souhaitaient un movement des
ateliers qui serait fatal et A la bourgeoisie de France et aux
planteurs de Saint-Domingue. C'est pourquoi ils furent accuses
d'avoir conseille et aide les noirs, d'avoir facility entire eux les
contacts et r6agi mollement aux premieres lueurs de I'insur-
rection. Les insurg6s, d'ailleurs, pour mieux se les concilier,
pr6naient qu'ils 6taient au service de la monarchie. Leur 6ten-
dard de ralliement 6tait un drapeau blanc. Et il a 6t6 observe
que les esclaves les plus actifs, les plus remuants appartenaient
aux colons aristocrates. Les habitations de Cambefort, de Poi-
tou, se signalaient par leurs activities subversives. C'est par leur
truchement que se faisait le contact entire maitres et insurg6s.
De Blanchelande fut officiellement accuse ,d'avoir poursuivi
un plan de destruction g6enrale former centre Saint-Domingue,
et visant h l1ser les int6r&ts des bourgeois et des anciens mem-
bres du parti des pompons rouges. La coalition entire les r6ac-
tionnaires de France et d'EspaSne, tous au service de la Monar-
chie menace, a done aussi contribu6 au succes des noirs.
Ces anatgonismes d'int6rets, ces rivalit6s interconlonia-
listes, ces frictions id6ologiques ont incontestablement affaibli
la classes dominant de Saint-Domingue et favorise les esclaves
dans leur lutte pour ]a digniL6. Mais ces facteurs risqueraimnt
d'etre impuissants et inefficaces, si les negres, de leur c68',
n'avaient favorablement r6pondu A certaines conditions, ren-
forts indispensables a leur victoire.









Les chefs noirs devaient 6tre prepares a leur difficile r61e de
meneurs d'une horde d'esclaves encore abrutis. Et ils se sont
hauss6s au niveau de leur redoutable tache, grace h des qua-
lites inn6es ou acquises. L'intelligence fut un premier attribut
de leur succes. Elle 6claira l'action des indigenes; elle guida
les chefs a travers la complexity des probl&mes coloniaux. Ces
problemes, divergents, se heurtaient; d6licats, ils s'entrecho-
quaient. Des conflicts a l'6chelle international agitaient Saint-
Domingue. Des int6rets et des passions compliquaient la poli-
tique interne. II fallait savoir comment exploiter les contradic-
tions, consulter sa lucidity pour determiner dans quel camp
s'engager, choisir son moment, d6celer au gr6 des alliances les
vrais int6r6ts des insurg6s. Cette intelligence transpirera dans
I'attitude d'un Toussaint Louverture : elle dictera ses attitudes,
commander ses marches et contre-marches, ses reniements,
ses revirements; elle inspirera ses alliances secretes, 6clairera
ses rapports avec les repr6sentants de la France; enfin, elle
marquera de son sceau toute son astucieuse politique.
Cette preparation des chefs noirs, ax6e d'une part sur l'in-
telligence, 6tait soud6e, d'autre part, au fanatisme d'un Bouk-
man, si influent sur les masses amorphes, si predominant dans
le mysticisme religieux qui les envoitait. Le titre de pr6tre du
vodou a conf6r6 a un esclave de I'envergure de Boukman une
personnalit6 agissante et soumis les noirs, une aveugle ob6is-
sance. Assouplis a la volont6 de ce pr6tre, les insurges se signa-
l6rent par des prouesses invraisemblables, par une ardeur
proche de l'effronterie, par une extase souch6e a une irresistible
influence.
Ce sont ces chefs habitues au commandement, et don't l'ceu-
vre fut compl6t6e par la collaboration 6mbrite des negres do-
mestiques ou de m6tier, qui initierent I'endoctrinement des
esclaves, leur prise de conscience greff6e sur une mystique de
liberty. Grace a ces meneurs et a la c6remonie du Bois-Caiman
au Morne-Rouge, une magnifique perspective de victoire a fix6










les regards des.esclaves. L'intelligence, la perspicacit6, le fana-
tisme, tous ces attributes des ouvriers de cette entreprise hardie
que fut l'insurrection du 22 aout, ont fond6 les belles esp6-
rances du people noir.

7. L'IMPOSSIBLE ACCORD

Hommes de couleur et noirs 6taient freres par leur mere.
Cette affiliation uterine semblait les rapprocher pour une lutte
commune. Ce fut d'ailleurs toujours la le cauchemar de la m6-
tropole qui, A travers le Code Noir, a travaill6 A carter l'une
de l'autre ces deux entities ethniques, composees en majority
d'6l6ments n6s a Saint-Domingue ou transplants. Ces indi-
genes ont v6cu sur cette terre peupl6e de chers souvenirs;
certain ont aim6 charnellement ce patrimoine auquel ils res-
taient attaches. LA ils 6taient bien. implants, parlant un patois
qui les rapprochait, escaladant des mornes families A leurs
pieds agiles, jouissant des lib6ralil6s d'un climate gendreux. Ils
se sentaient chez eux, A l'encontre des blancs, r6fractaires au
climate ou avides de retourner en France. Tous ces liens du
sang, du milieu, de la langue, militaient en faveur d'un rap-
prochement entire les deux groupements indigenes.
Neanmoins, bien des obstacles s'opposaient A cette union.
Les circonstances de la vie social etaient le handicap majeur.
Car les citoyens de couleur, propri6taires ou pas, partageaient
un m&me pr6jug6 de classes vis-a-vis des noirs. Ceux-ci n'6-
taient que des esclaves. Assimil6s a des choses, ils devaicnt
donner un rendement au travail qui d6passait toutes les possi-
bilit6s humaines: Exploit6s a 1'exces, mepris6s, ils formaient
dans leur ensemble un vaste troupeau. Nulle piti6 ne faisait
pencher sur leur sort les homes de couleur ou affranchis.
Propri6taires d'esclaves, ceux-ci pr6conisaient la p6rennit6 du
irgime qui les enrichissait; ils recherchaient I'alliance du blanc
afin de perp6tuer l'exploitation.









Done, a Saint-Domingue, hommes de couleur et noirs se sont
trouv6s incorpor6s dans des camps adverse. D'un c6te, c'est
le capitalist, le nanti qu'anime un esprit de lucre; de I'autre,
c'est le souffre-douleur, le d6muni que d6vore un regime fait
d'iniquit6s et souill6 de crimes. Les miseres de 1'esclave lui
inspiraient la haine; dans son cceur aigri s'accumulaient ran-
cune et colere. D'un autre cot6, les convoitises allumees par les
avantages de exploitation etouffaient tout humanisme chez le
colon de couleur pouss6 vers des injustices encore plus cridntes,
des atrocit6s toujours plus cruelles et une insultante vanity.
Ce n'est pas seulement la question de classes qui empechait
tout accord entire affranchis et noirs. Le sens de leurs r6cla-
mations sociales aussi lesdivisait. Certes les deux groupements
appartenaient A la categorie des m6contents : c'est lA leur seul
trait commun. Frustr6s, ils luttaient pour une amelioration de
leurs conditions de vie. L'homme de couleur revendiquait ses
droits civils et politiques et une 6gali:6 avec les blancs. II 6tait
humili6 par les colons et les petits blancs, sa personnalit6 6tait
6miett6e, ses droits viol6s, son autorit6 avilie. Comme lui, le
noir nourrissait un profound ressentiment. II protestait au nom
de la nature humaine mepris6e; il haissait le regime qui le
d6naturait, rava!ant sa personnel a une machine; il voulait chan-
ger de statut et revait de briser ses chaines sur la t&te de ses
oppresseurs. Les r6clamations de l'homme de couleur avaient
un caractere 6go'iste; elles ne visaient a aucune amelioration
dans la classes des noirs. Les griefs de ces derniers tendaient
a bouleverser l'ordre social, a saccager la structure colonial :
ils etaient done funestes aux propri6taires. L'antagonisme ici
encore, sur ce plan social et id6ologique, s'avere total.
Mais il y a aussi, pour diviser noirs et affranchis, le problem
de la culture amenant une difference de mentality. Les citoyens
de couleur ont requ une education adequate a leur mission. Ils
ont fr6quent6 des 6coles; certain ont meme 6tudi6 en France.
Leur culture les rapprochait des blancs. Ils consid6raient la











France comme leur Patrie. Ils parlaient et 6crivaient le frangais,
pensaient comme le Frangais, vivaient comme lui, mangeaient
a sa fagon. Leur assimilation 6tait compl6t6e par la religion
qu'ils pratiquaient dans leur grande majority. Ils 6taient catho-
liques et rejetaient les superstitions des negres, leurs danses
comme leurs dieux. Tandis que les esclaves, isol6s h Saint-
Domingue, 6taient rests attaches a l'Afrique par leur menta-
lit6, leur culture, leur language, leurs mceurs, leurs traditions.
Leurs dieux 6taient les confident de leurs chagrins. C'est l'Afri-
que qui, en leur personnel, s'opposait h la civilisation occiden-
tale, repr6sen:6e par les blancs et les citoyens de couleur.
L'he6rdit6 africaine, don't la survivance alimentait la vie des
esclaves, 6tait r6pudie et combattue par les hommes de cou-
leur assujettis h l'inf'uence frangaise.
Pour compl6ter ce.te nomenclature des facteurs qui s'asso-
ciaient pour opposer esclavcs et affranchis de couleur, il est
indispensable de men:ionner la nuance 6pidermique de ces
deux entit6s ethniques. L'affianchi, g6n6ralement clair, avec
un nez bien fait, des cheveux droits, repondait aux caract6-
ristiques de la race blanche; parfois il se confondait avec ses
repr6sentants les plus authentiques. En opposition venait 'es-
clave negroide don't la peau noire symbolisait l'Afrique et ses
miseres. L'6piderme de l'un d6veloppait chez lui un complex
de sup6riorit6 agr6mente de p 6jug6s de tou'e sorte. La nuance
6pidermique de I'autre, objet de m6pris, tendait I le faire passer
pour un 6tre inf6rieur marque par un destin malheureux, un
pauvre here condamn6 h un bagne perp6tuel.
L'esclave avait done divers motifs pour s'j!oigner, de son
frbre de sang. II 6'ait prevenu, haineux, et aussi defiant. Les
faits historiques v6cus 6taient une legon qui l'6cartait encore
davantage de l'homme de couleur. Il lui serait difficile de
table sur la benveillance des affranchis car, m&me s'il voulait
minimiser la portee des 6lments d'ordre social, id6ologique
ou cultural qui, a ceLte 6poque de la colonisation, classaient











I'affranchi parmi ses ennemis, il ne saurait oublier l'enseigne-
ment des faits qui ont douloureusement marqu6 les tapes de
sa lutte pour l'6mancipation. Pouvait-il oublier lors de I'affaire
Og6, la prise de position de ce chef et son refus absolu de faire
appel aux a'eliers de peur de leur indiquer le chemin de la
liberation ? Avec amertume aussi, il avait not6 le sort r6serv6
aux volontaires noirs qui avaient si puissamment 6paul6 les
confed6res de l'Ouest. Pour consacrer leur victoire, les citoyens
de couleur, apris avoir abandonn6 les *suisses, avaient signed
avec les blancs un traiL6 don't l'une des clauses stipulait une
alliance des libres contre les esclaves. A la m6me 6poque, lors-
qu'eclata le movement insurrectionnel des noirs, ces derniers
ont appris avec depit que les citoyens de couleur, soucieux de
raffermir leur credit aux yeux des blancs, avaient spontan6ment
offert de laisser en orages leurs biens, leurs femmes, leurs en-
fants, en change des armes que f6brilement ils r6clamaient
afin de combattre les insurges. Plus tard, lorsque les circons-
tances et le calcul inspirerent a Sonthonax sa proclamation
lib6ratrice, les citoyens de couleur de St. Marc, de l'Arcahaie,
de Port-au-Prince, m6contents, n'htsitbrent pas h trahir la
France en livrant ces villes aux Anglais r6actionnaires.
Ces faits 6tablissent clairement que les noirs devaient comp-
ter sur leur propre initiative et sur leur courage pour se frayer
a travers les ronces le chemin de la .dignit6. Le citoyen de
couleur, esclave de ses int6r6ts mat6riels et de ses pr6jug6s
sociaux, 6tait impropre a lui apporter une aide qui s'assimile-
rait a une trahison, A un reniement de sa classes de privil6gi6.
La convoitise, la cupidity, les passions humaines avaient d6-
natur6 et blancs et citoyens de couleur, en en faisant des bour-
reaux, des despotes, des durs.
L'histoire, il est vrai, rapporte que, parmi les insurg6s du
mois d'aoit 1791, s'6taient infiltr6s des citoyens de couleur.
On precise m6me que ce sont eux, anciens compagnons d'Og6,
qui auraient pouss6 les esclaves a l'action. On les a identifies











parmi les secretaires et conseillers des noirs. Des lettres authen-
tiques confirment leur presence parmi les insurg6s. Mais les
propres signataires de ces lettres font le point. Ils etaient, ont-ils
6crit aux colons, prisonniers des noirs et se voyaient contraints
de les seconder sous menace. Et, comme pour d6truire une 16-
gende de mensonge, ils y laissaient percer leur desir de gagner
dans les rangs des blancs leur vraie place.
L'alliance ne sera possible que lorsque, le regime esclavagiste
6ventr6, les noirs, par la puissance d'un leader conscient, se
seront 6leves au niveau des citoyens de couleur pour s'imposer
a leurs respect et consideration. Mais cette nouvelle alliance, si
n6cessaire pour la cause de l'ind6pendance, sera sign6e entire
une bourgeoisie noire ct de couleur au prejudice des masses.
Des int6r6ts mat6rie's, des privileges politiques et sociaux, pen-
dant encore longtemps, grouperont cette minority bourgeoise
centre un universe d'anciens esclaves bafou6s, m6pris6s et qu'un
implacable destin semble avoir soud6s a leur statut de parias.













REFERENCES A CE CHAPITRE III


H. P. SANNON : Histoire de T. Louverture, .t 1

MOISE et HECTOR : Le R6gime Colonial Frangais A Saint-Domin-
gue 1625 1789

Jn. Jacques D. AMBROISE : La R6volution de St. Domingue (16re
et 2e. Parties)

Andr6 GEORGES : La Composition d'Histoire (t. 1 et 2)

Pierre de VAISSIERE : Saint-Domingue : (La Vie et la Soci6tW sous
1'ancien R6gime).

H. TROUILLOT : Introduction A une His'oire du Vodou

P. I. R. JAMES : Les Jacobins Noirs

Aim6 CESAIRE : His'oire de T. Louverture

Gabriel DEBIEN : Les Colons de St. Domingue et la Revolution.

Edner BRUTUS : Revolution dans Saint-Domingue t. 1

Gerard M. LAURENT': Six Mois aux Archives d'Espagne

G6rard M. LAURENT : Toussaint Louverture a travers sa corres-
pondance

Revue Le Document : Nos 3, 5, 6.

Henock TROUILLOT : La Condilion des Travailleurs 9 Saint-Do-
mingue

Dr Francois DUVALIER : Le Probleme des classes en Haiti

Gerard M. LAURENT : Le Commissaire Sonthonax A Saint-Domin-
gue t. 1

Remy ZAMOR : Cours sur la Revolution de St Domingue t. 1.













QUELQUES SUJETS DE DISSERTATION HISTORIQUE
1.- Dans la nuit du 22 aoQi 1791 6clata dans la province du Nord
le soulevement g6enral des esclaves. Mon'rez, par une analyse des
causes et de la portee de ce movement, s'il est vrai de dire qu'il
a constitu le seul vrai movement revolutionnaire A Saint-Do-
mingue.
2.--Quel a e,6 selon vous le r6le de la Ceremonie du Bois
Caiman dans l'organisation de l'insurrection servile d'aofit 1791 ?
A. Georges t. 2
3. Montrez comment le marronnage, par 1'esprit qui y pr6sidait,
pourrait etre considered comme une tape vers le vaste movement
insurrectionnel qui lib6ra les esclaves. A. Georges, t. 2
4.-Quelles sont, selon vous, les conditions et circonstances qui
expliquent le succes de 1'insurrection des esclaves de Saint-Domin-
gue. A. Georges. La Composition d'Histoire t. 2
5.- A travers de multiples obstacles, la revolution servile s'est
frayee une voie et s'est consolid6e apres son 6closion. Montrez com-
ment elle a pu vaincre ces obstacles.
6.-Le Docteur F. Duvalier a 6crit : .I1 devait jaillir de la
grande douleur des ateliers des personnalites qui, vivante cris-
tallisation des souffrances seculaires des esclaves, incarnerent leur
soif de vengeance et de justice.' Jus'ifiez cette pensee. Bac juillet
1968.
7.-Apres le moment Bouckman, c'etait le moment Toussaint
Louverture. Deux moments d'un mime movement, mais different.
Qu'en pensez-vous ? Bac juillet 1965.
8.- *Les esclaves comptaient plut6' sur leur courage que sur la
bienveillance de la classes des affranchis pour ameliorer leur sort,
ecrit l'his'orien Antoine Michel. Etcs-vous de son avis ? A. Georges
t, 2
9. On a interpr6t6 diversement le marronnage. La these qui
donne au marronnage une por de revolutionnaire vous semble-t-elle
just ?
10.-Un historien a ecri : *Les causes profondes du movement
revolutionnaire de 1791 doivent etre recherch6es dans la structure
economique et social de Sain'-Domingue.. Qu'en pensez-vous ?
Bac Septembre 1971.
11. -On a pu dire que la Revolte g6nerale des esclaves modifia
le course de 1'his'oire de Saint-Domingue. Expliquez et commentez
Bac Aout 1963.
12. Montrer que le soulevement du 22 aofit 1791 a ete au debut
des troubles qui ont bouleverse St Domingue le seul vrai mouve-
ment r6volutionnaire dans le context colonial esclavagiste. Bac
juillet 1965.




















CHAPITRE IV

POLITIQUE METROPOLITAINE










1.-LA PREMIERE COMMISSION CiVILE

L'Assembl6e Nationale ConstiLuante 6tait mal renseignee sur
la vraie physionomie de la situation a Saint-Domingue. Elle se
fiait aux rapports passionn6s de ses repr6sentants ou aux nou-
velles d'origine colonial inspirees par l'inter6t. La grande dis-
tance s6parant la Metropole de sa colonies empechait tout con-
trble des informations reques ou bien retardait consid6rablement
les measures arr&t6es sur la foi de telle information, et les
rendait impropres A cause de la rapidity des 6vBnements. Per-
suadee, aprbs l'affaire d'Og6, que les citoyens de couleur
6taient les artisans des d6sordres qui bouleversaient la colonies
et pretant a tort A cette cat6gorie de citoyens l'intention occulte
de travailler A un soultvement des ateliers qui leur assurerait
une supr6matie social, politique et Bconomique au detriment
des blancs, 1'Assemblee, hier si bien dispose en faveur des af-
franchis, se ravisa. Elle annula le decret du 15 Mai auquel elle
substitua celui du 24 Septembre 1791. Ce tatonnement de la
Constituante dans sa politique colonial, cette instability, qui
alt6rait ses vrais d6sirs, seront a la base de l'6chec des premiers
Commissaires Civils del6gu6s t Saint-Domingue avec mission
d'appliquer cette loi du 24 Septembre et de pacifier la colonies.
Cette pacification supposait l'acceptation par les citoyens de
couleur de la supr6matie blanche, leur engagement a se sou-
mettre h la volont6 des Commissaires et au besoin a les secon-
der dans toute champagne 6venluellc centre les ateliers.
Les Commissaires Civils, Roume, Mirbeck, St. L6ger, avaient
le droit d'etre optimistes. Car ]a loi du 24 Septembre faisait
d6pendre de la g6n6rosit6, voire des caprices des colons, le sort
des affranchis. La lqgique semblait dieter A ces derniers un
comportement plein de souplesse et d'ob6issance, une conduite
irr6prochable capable de m6riter la cl6mence de leurs juges et
m&me propre A la forcer. Ayant aplani h ce niveau les difficul-
tes de leur mission, les Commissaires Civils convinrent que,




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs