Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00268
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: December 31, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00268
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


RESIDENCE DU CONSEIL

SECRETARIAT GANARAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


BULLETIN


DE


PRESS


31 d6ccmbre 1947.


[TIE T TS MINISTER
LA DOCUMENTATION FRANCAISE DES AFFAIRESETBANGERES
SERVICE. D'INFORMATION


QUOTIDIENI



ETRANGERE`


Nouvelle S6rie N0 857


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) Le probl6me allemand (Times, 30/12).
b) La situation int6rieure aux Elats-Unis (Daily
Herald, 30/12).
II. PRESS AMERICAINE.
Les repercussions aux Etats-Unis de la situation en
Grece (New York Times, 28/12).
III. PRESS SOVIPTIQUE.
L'aide am6ricaine A 1'Europe (Pravda, 29/12).
IV. PRESS POLONAISE.
La situation en Grece (Rzeczposipolila, 28/12).
V. PRESS ITALIENNE.
La greve et le referendum (Unitd, 27/12).
VI. PRESS SUISSE.
La situation en Gr6ce :
1. La T ibune de Gendve (29/12).
2. Ne e Ziircher Zeitung (30/12).


I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 30 d6cembre 1947
L'intedrt de la press s'attache surtout ce matin aux affai-
res de Grece, de Palestine, ainsi qu'& l'volution de la situa-
tion politique aux Etats-Unis.
1. Grece
Le ( Times >), le ( Daily Telegraph )), le ( Daily Graphic a,
donnent la premiere place aux dpeches relatives aux affai-
res de Grce. Plusieurs journaux signalent aue des observa-
teurs des Nations Unies ont quitter Salonique pour la region
de Konitza.
Le correspondent militaire du a Times a 6tudie les forces
relatives des armies en presence. Il souligne que les forces
des rebelles semblent plus grandes qu'lls ne l'avalent mon-
trd jusqu'A present dans aucune autre champagne.
Le correspondent du a Daily Telegraph ) a Athenes met
particulierement en relief I'aide que les guerilleros rece-
vraient de 1'etranger. Il fait 6tat du message qui leur au-
rait 6te adress6 par une < organisation 6trangere ) et que
le gouvernement grec aurait reussg & interce'ter.
Presque toute la press mentionne 1I resolution adoptee
par la Oommission d'enquate de 1'O.N.U., suivant laquelle la


reconnaissance du gouvernement Markos constituerait une
menace pour la pai international.
Le correspond4lt onatlque du a Daily Worker ), qui
fait 6tat dere"emportis par l'armee democratique
dans la ville l accuse le gouvwrnement am6ricain
de poursuivre les m6thodes employees par Hitler
et MusWalt'n f our intervention dans la guerre civil
en Espagne.
Le corresp -Au ( Daily Graphic ) assure que les
troupes britanz. xp ontinueront A resider en Grece.
2. Palestine
Toute la press reproduit des informations sur les inci-
dents sanglants qui se sont products en Palestine, et parti-
culierement A Jerusalem et A Jaffa. Ils rappellent que les
deux navires charges d'immigrants illegaux, qui ont quitter
recemment le port de Bourgas, sont attendus pour demain
en vue des cotes de Palestine.
Le correspondent du 4 Manchester Guardian a A Jerusa-
lem signal la colere grandissante des Juifs contre le gou-
vernement actuel.
3. Etat-Unis
La plupart des journaux citent en bonnee place deS extraits
de l'allocution radiodiffus6e a.u course de laquelle M. Wallace
a annonce qu'il sera candidate A la presidence en 1948.
D'apres le correspondent du a Times a Washington, les
partisans de l'ancien vice-president n'auralent pas grand
espoir de faire triompher leur candidate l'annee prochaine,
mais ils penseraient surtout A election de 1952.
D'une fagon general, la plupart des correspondents don-
nent impression que la formation d'un tiers parti aura
surtout pour resultat de diminuer les chances de reelection
de M. Truman en 1948.
Le a Daily Worker ) met surtout en relief la phrase dans
laquelle M. Wallace declare s'opposer au plan Marshall, tel
qu'il est present actuellement.
Le a Manchester Guardian ) reproduit des extraits du
message dans lequel le President Truman a indique come
insuffisantes les measures adoptees par la majorltd republi-
caine du Congres pour lutter contre l'inflation.
Le a Daily Herald ) consacre son editorial 4 ce message.
4. Allemagne
Deux nouvelles retiennent surtout attention de la plu-
part des journaux : la premiere est celle du vote par lequel
le parti democrate chretien a approuve la nomination de
MM. Kaiser et Lemmer, s'opposant ainsi aux autoritds so-
vietiques, qui voulaient les contraindre a demisslonner.
Plusieurs journaux signalent, d'autre part, que d'apres des
declarations fates par un porte-parole du Quai d'Orsay, les
autorites sovidtlques se prepareraient A mettre A la dispo-
sition de dix pays allies un premier envoi de denrdes ali-
mentaires et de imatiereq premieres, au titre de compezisa-







2 DULLIETIN QUOTIDIE1N DE PRESSE 9TRANkPLE


tIon pour le materiel industrial qui leur a &t6 fourni par
les zones d'occupation occidentales, conformdment aux
accords de Potsdam
5. France
Une parties de la press public de braves d6peches relatives,
soit a la suppression de l'allocation d'essence du parti com-
muniste, soit aux inondations qui viennent de se produire
dans les regions de 1'Est, soit aux n6gociations commercials
franco-belges, soit encore au vote du project Mayer par le
Conseil de la Rlpublique.
D'aprBs le correspondent du a Times )) Paris, il y aurait
de grades chances pour que 1'Assembl6e Nationale vote
maintenant le project sous la forme que lui a donnee le
Conseil.
D'autre pat, le < News Chronicle a et le ( Daily Wor-
ker )) soulignent les efforts faits par le R.P.F. pour organi-
ser des cellules dans les usines.
Le correspondent diplomatique du journal communist
parle a ce sujet de 5o colonne.

6. Argentine
Tous les journaux annoncent (et le ( Daily Express >
done la premiere place A cette nc quee gouverne-
ment argentin a menace d'interrom evois de viande
a la Grande-Bretagne A partir du nvier, si le gou-
vernement anglais ne pouvait garan es paierait en
dollars.
7. U.R.SS.
Plusieurs journaux annoncent que les emieres cargai-
sons de grains russes destinies & la Grande-Bretagne, en
vertu du nouvel accord commercial, seront expedides tries
prochainement.
Le correspondent diplomatique du (( Daily Herald a dtudie
les consequences de 1'abolition du rationnement en Russie.
Le < Manchester Guardian ) donne un tableau des nou-
veaux prix de detail en Union Sovietique.
8. Indochine

Le < Times ) reproduit une br&ve dep&che de son corres-
pondant A Paris, relative aux bruits qui courent sur la pro-
chaine soumission du gouvernement Ho Chi Minh a 1'ancien
empereur Bao DaY. II fait 6tat des declarations tres nettes
qui auraient et6 faites 6 ce sujet, au Caire, par 1'ancien sou-
verain.
Le < Daily Herald ) signal, dans sa chronique londo-
nienne, r'arrivee de Bao Dai L l'aerodrome de Poole.
Enfln, le ( Manchester Guardian a consacre un de ses 6di-
toriaux A 1'6tat actuel de la question indochinoise.

9. Japon
Le ( Daily Telegraph ) public un article de fond de son
correspondent a Tokio, sur la politique du g6ndral Mac
Arthur.
10. Danemark
Le correspondent diplomatique du e Manchester Guar-
dian > laisse pr6voir la reprise des ndgociations commer-
ciales avec le Danemark pour la semaine prochaine.

a) LE P1OrHILEME ALLEMAN.D (Times, 30/12) :

< Les gouvernements britannique el americain doi-
vent encore decider quel est le genre 'de reorganisation
politique des zones occidentales de l'Allemagne qui peut
servir au mieux les interits du relivement curop6en...
L'6tat de l'Allemagne occidentale reclame une aide
immediate. La nouvelle tape doit 6tre de niveler les
divergences entire la polilique britannique et la poli-
tique amdricaine. Ces divergences sont moins 6videntes
et moins prononc6es que celles qui existent avec
1'Union sovi6tique, mais elles existent. Le general Clay
a redit que la fusion &conomique djhi effectude entire


les zones britannique et americaine devrait 6tre com-
pletce par une fusion politique correspondante...
,Ca et h1, les politicians allemands se sont montres
bien en advance sur les 6venemcnts. Les assemblies et
groups officieux de Francfort, ville ou les organismes
de fusion 6conomique sont pris en tant qu'exemple et
fournissent une excuse pour etablir des plans politi-
ques, se sont transforms d'cux-niemes en assemblies
eonistituantes ad h;oc simplement pour se voir 'dure-
ment rappeler A l'ordre exactement come d'autres
ont pesB publiquement les avantages et les inconv&-
nients d'une f6edration allemande de l'Ouest.
Le faith qui se cache derriere ces controversies, c'est
que l'on reconnait que toute fusion ipolitique des zones
occidentales de l'Allemagne souligne la n6cessite de
parvenir a un compromise entire les parties 'dirigeantes...

Bien que les parties de la majority ceux qui entrent
dans le cadre lAche de l'Union chr6tienne d6mocrati-
que et du parti sociald6mocrate soient s6par6s par
des divergences profondes en ce qui concern les con-
ceptions et les perspectives,ils ont ceci de common qu'ils
sont resolus A carter les communists, qu'ils se presen-
tent ouvertement comme le iparti communist allemand
qui est actif 'dans la zone occidentale, ou qu'ils se ca-
chent sous 1'6tiquelte du parti social-unitaire n 'du rap-
prochement des parts socialist et communist dans
la zone russe.
Si la fusion devail englober la zone frangaise, la
position de premier plan des chr6tiens-d6mocrates
dans les zones fusionnees serait confirmed par one forte
majority sur les autres partis... a

b) LA SITUATION INTI EIIEURIE AU ETATS-UNIS (Daily He-
rald, 30/12, travailliste) :

< Le president Truman signe, tout en protestant avec
v6heinence, le project de loi centre l'inflation propose
par le parti rupublicain, project qu'il d6nonce come
constituent une arme pitoyablement inappropriCe
pour luttir centre le cofit levele de la vie aux Etats-
Unis.
Au milieu cd novcmnbre, le pr6sidcnt a propose au
Congrbs un programme cn dix points pour combattre
I'inflation, programme qui pr6voyait des pouvoirs
cxtraordinaires pour rationner les denrees alimentaires
et contr6ler les prix.
On s'est moqu6 de ses conseils. Le project qui refuse
d'accorder les vastes pouvoirs 'de contrainte que de-
inande le president substitute a ceux-ci des measures
aussi pauvres que l'accord volontaire des industries
pour partager les matieres premieres rares.
Le president declare qu'il est beaucoup trop tard,
dans la lutte enterprise contre l'inflation, pour placer
le principal espoir sur une action volontaire. I1 ajoute
que le nouveau project. loin 'de reduire le cofit de la vie,
n'empcchera Il!s les prix de monte.; encore plus haut.
Depuis que M. Truman a presented son programme en
dix points, les prix se sont Ocves aux Etats-Unis de
facou alarmante...
Le president signed le project de loi contre l'inflation
parce qu'il ne vent n6gliger aucun des pouvoirs, si mai-
gres soicut-ils, qui peuvent lui 6tre donnes pour adou-
cir les rigueurs quc la hausse des prix fait subir au
people americain.
En meme temps, le president demand instamment
au CongrBs 'de reconsid&rer son propre plan pour lutter
v6ritablement contre l'inflation. L'issue de cette revi-
sion sera attendue avec anxiWte non seulement en Am&-
rique, mais dans beaucoup d'autres pays. >







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ETRANoGRE 3


II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press americaine du 29 decembre 1947
La press de dimanche et lundi continue a mettre en ve-
dette la situation cr,6e a New-York par la recent temp6te
de neige, qui interrompt la plupart des moyens de trans-
port de la grande ville americaine.
Elle divise son attention entire les questions de politique
int6rieure, come par example le discours que dolt pronon-
eor M. Wallace ce soir, et les probltmes exterieurs poses
par la situation grecque et le plan Marshall.
La mort du roi Victor-Emmanuel est announce sans faire
l'objet de gros -titres ou commentaires.
1. Pologne
La condemnation a mort de deux chefs de la Resistance
polonaise accuses d'espionnage en Pologne, condemnation
annoncee par des depeches d'agences, entraine une reaction
energique du < New York Times a qui, dans un editorial in-
titul6e terreur en Pologne ), n'heslte pas A ecrire qu'un
nouveau chapitre d'infamies vient de s'ajouter A l'actif des
regimes communists de 1'Est europ6en. En Pologne, n un
gouvernement usurpateur et de marionnettes, don't l'autorit6
d6coule d'une election frauduleuse et qui tient son pouvoir
d'une force dtrangere, a condamn6 a mort deux chefs de la
Resistance polonaise, et cinq autres beneficiant d'une soi-
disant amnistie ant et6 condamnes A des pines de prison
allant de douze ans a l'incarceration A vie... Les accusations
portdes centre eux sont cells rendues familibres par le pro-
cAs Petkbv en Bulgarie et Manlu en Roumanie ). Et 1'1di-
torial constate que les accusations, quand elles ne sont pas
fausses, correspondent aux activities parfaltement 16gitimes
dans des syst6mes d6mocratiques auxquels souscrirent les
gouvernements de 1'Est Suropeen : ( Vus'sous cet angle, les
process et condamnations automatiques ne peuvent etre in-
terprdets que comme des r6pudiations totales des clauses
democratiques des traits et accords, et comme une terreur
syst6matique organis6e centre tous ceux qui, pregnant ces
traits et ces accords A la lettre, osent maintenir un con-
tact avec les pays qui garantissent leur liberty. a

2. Grece

Selon les dernieres nouvelles d'Athenes, l'armee grecque
aurait entreprns une contre-attaque centre les rebelles qui
menacent Konitza, et marqu6 quelques succes dans la region
de Kalabaka. La press americaine suit avec beaucoup d'in-
ttret le d6veloppement de cette champagne. Les correspon-
dants politiques considerent qu'une decision americaine de-
vra etre prise sous peu, car, A leur avis, l'assistance econo-
mique donnee par les Etats-Unis a la Grace dolt etre ren-
forcee en m4eme temps que la rebellion doit Otre ecrasee
avec, au besoin, -une assistance militaire americaine. Ils pr6-
cisent qu'aucune declaration officielle n'a encore et6 fate A
ce sujet, mais, en s'appuyant sur le recent message de
M. Truman au CongrBs, Mark Sullivan estime que la resis-
tance au communism s'accentue et que la guerre froide
pourrait -prendre le caractere d'une veritable guerre, si la
menace'contre les points strategiques de Grace et de Tur-
quie se precisait. Reston, dans le o New York Times a, dit
egalement que les fonctionnaires du Departement d'Etat
ont de plus en plus tendance A parler d'une assistance mi-
litaire A-la Gr6ce (voir l'article plus loin).
Un editorial de < P. M. ) critique violemment la politique
d'appui donnee au Gouvernement grec actuel en raison de
son caractbre non democratique et de l'attitude de ses mem-
bres A l'egard des masses populaires grecques. Il conclut :
< Le people grec sera eternellement reconnaissant, si nous
r6ussissons A le sauver du communism et du chaos, don't le
communism se nourrit, mais armer les fascistes et appliquer
la doctrine de M. Truman, n'est pas une fagon d'y parve-
nir. a
3. La situation en France

De nombreux articles, venus de Paris, sont consacrds aux
debats sur le budget present par le Gouvernement. Ils in--


diquent g6n6ralement que 1'Assembl6e Nationale a approuv6
dans leurs grandes lines les plans de M. Schumar et que
les communists ont t60 tenus en echec. Des ddpeches
d'agences annoncent que le M. R. P. est entr6 dans la Troi-
si6me Force et un article de Callender au ( New York Times
met en evidence que l'opposition au Gouvernement provient
A la fois des communists et des gaullistes. Le correspondent
de c Wall Street Journal a i Paris constate qu'une forte
opposition au system d'emprunt forc6 s'est elevee dans de
nombreux milieux, mats un editorial du meme journal con-
sidere cependant que les efforts faits par le Gouvernement
sont ( encourageants pour le contribuable americain a puts-
qu'ils visent A restaurer un ordre fiscal dans le pays. Apres
avoir constate que 1'Assembl6e Nationale avait vote un fonds
de pres d'un milliard de dollars pour la reconstruction, il
conclut : ( Comme nous le savons par experience, faire des
lois est une chose. et c'en est une autre de les appliquer
et de leur faire rendre ce qu'on en attend. Mais on peut
cependant dire que les Francais et les Italiens manifestrrent
leur volont6 d'effectuer des rdformes fiscales et mon6taires
sans lesquelles aucune assistance extdrieure ne pourrait leur
6tre profitable A long terme. a

LES REPERCUSSIONS AUX ETATS-UNIS DE LA SITUATION EN
GRACE (Nem York Times, 28/12) :

C L'opinioj cflielle au DBpartement d'Etat est de
plus en plus able a un aceroissement de l'aide
militaire des- a-Unis A la Gr6ce. En raison des ev6-
nements, les utlitts responsables sont convaincues
que non seulemeiN il faut octroyer une aide 6conomi-
que et militaire au del 'du 30 juin 1948, date A laquelle
se termine 1'aide actulle, mais encore qu'il faut insis-
ter davantage sur I'aide militaire A apporter au gou-
vernement grec.
La persistence de la rebellion communist armie en
Gr6ce et l'annonce que les communists ont cr66 ce
qu'on appelle le << premier gouvernement .provisdire
d6mocratique > de la Grece libre ont incite A envisager
une revision de la politique des Etats-Unis.
Aucune decision particulibre n'a Wt6 prise A la suite
tes discussions qui se sont 'droul6es au D6partement
d'Etat au course de ces derniers jours, mais plusieurs
autorit6s influentes soutiennent la th6se suivante :
En premier lieu, les 400 millions de dollars qui ont
6t1 votes pour venir en aide aux gouvernements grec
et ture ont permis au gouvernement d'Ath6nes de con-
tenir la rebellion communist. mais ils n'ont pas per-
mis de mettre fin et ne permettront certainement pas
tie mettre fin rapi'dement h la rebellion.
En second lieu, le but de cette aide 6tait de permel-
tre a la Grace et la Turquie de se reliever sufflsam-
nent pour resoudre d'elles-memes les problcmes poses
par l'attaque communist et par la reconstruction. Le
gouvernement a exprim& l'espoir que cela pourrait Otre
fait pour le 30' juin 1948, mais les chances de voir cet
espoir se realiser sont n6gligeables.
En troisi6me lieu, meme la poursuite du programme
actuel apres le 30 juin ne permettra certainement pas
A la Gr6ce de s'oipposer aux attaques soigneusement
organisbes des communists qui operent en traversant
les frontieres 'de Yougoslavie et d'Albanie.
C'est pourquoi ces autorites dissent que les Etats-Unis
doivent ou bien s'attendre A poursuivre an rythme ac-
tuel une politique cofiteuse d'aide A un gouvernement
et une armbe grecs inefficaces, on bien accroitre con-
siderablement les fournitures de materiel militaire et
donner davantage de conseils A ce gouvernement et a
cette arm6e.
En quatrieme lieu, et en attendant, si l'Union sovi6-
tique et ses satellites dans les Balkans reconnaissent les
communists 'dans le Nord en tant que gouvernement
legal de la Grece, il faudrait porter le cas imm6diate-
ment devant les Nations Unies et les accuser d'avoir








4 B' BULLETIN tUOTIDIEN DE PRESS ATRANGMRE


violA la solution de l'Assembl6e g6n6rale qui demande
aux membres des Nations Uriies de s'abstenir de porter
assistance pux guerillas.
Ces diff6rents points soulevent peu 'd'opposition au
D6partement.d"Etat. La principal question en jeu est
maintenant d'obtenir l'autorisation *du Congr6s pour
appliquer un tel programme sans embrouiller encore
*le d6bat sur le programme de relivement europeen...
Jusqu'A present, les Grecs pensent qu'ils n'ont .pas
recu sufflsamment de materiel appropri6 pour s'oppo-
ser aux attaques des communists. Tant que la hitter
restera plus ou moins tale, la politique des Etats-Unis
n'iia pas vite vers son but.
Par consequent, le remade que l'on propose ici est
tout d'abord que les Etats-Unis fassent savoir claire-
ment que leur patience an course 'de cette lutte sera
aussi grande que celle des communists, qu'ils augmen-
teront consid6rablement les envois de materiel mili-
taire a l'arm6e grecque et qu'ils maintiendront des na-
vires de guerre et au bes'oin quelques troupes dans
la region, non pas pour participer a la guerre civil,
mais Ipour rassurer les Grecs en leur indiquant qu'ils
ne seront pas abandonnes...
RESTON.)



III. PRESS SOVlE E


Revue de la press sovi6tique des'28 et 29 dicembre 1947
Les journaux du 28 consacrent une page a la rubrique
6trangere. Les journaux de dimanche comprennent de nom-
breux commentaires
1.- La politique du camp antid6mocratique
Les d6p6ches informatives concernant cette politique sont
tres rares et situ6es au second plan : nomination de Marshall
au poste d'administrateur du programme d'aide provisoire
a la France, A l'Autfiche, a 1'Italie et a la Chine. Les hit-
16riens au service de administration britannique en Autri-
che. Marcel D6at se cache & Rome. Par centre, les conmmen-
taires sont trAs nombreux et traitent les' themes suivants :
a) La politique am6ricaine.
Dans la a Pravda a du 29, un article de Leontiev intitul6 :
< Le programme am6ricain d'asservissement de 1'Europe >
est consacr6 A l'adresse de Truman au CongrBs sur le plan
Marshall (voir l'article plus loin).
Dans la a Krasny Flott >, sous le titre : < Accord naval
sino-am6ricain a, Kravtsov declare qu'il ne s'agit pas seu-
lement du enforcement des forces navales du Kuomintang
par des navires am6ricains >. Les monopoles des Etats-Unis
raalisant leurs plans expansionnistes veulent cr6er dans ce
pays une sdrie de points d'appui et de bases aero-navales.
Quant a la a sollicitude a des Etats-Unis pour la flotte chi-
noise, 11 n'est pas difficile d'en saisir le sens. La reaction
americaine veut aider le Kuomintang dans sa lutte armte
centre le people chinois d'autant plus que 1'arm6e du Kuo-
mintang, malgr6 tout le ravitaillement en armement am6-
ricain qu'elle regoit, n'est pas capable de neutraliser le mou-
vement croissant de :ibdration national. x
On relive enfin deux articles de moindre importance, l'un
dans la a Krasnala Zvesda du 28, de Trojanovski sur a les
mours amdricaines a Berlin a. l'autre dans a Troud a du 28,
a propos de l'incident du journalist suedois Gunnar Fagrel,
qui a 0et rceemment relev6 de ses functions de directeur
du a Goteborg Tidningen a pour s'rtre 6lev6 contre la poli-
tique, americaine.
b) La politique anglaise.
Dans les a Izvestia a du 28, Tchernaia consacre un article
< aux protecteurs des fascistes de la bizone a. Elle qualified
de o parodie lamentable a la r6forme agraire dans les zones


occidentales de 1'Allemagne et surtout dans la zone anglaise.
La premiere parties de la chronique international de Leon-
tiev dans la a Pravda > du 28 est intitul6 a l'hysterie de
Morgan Philipps a: En Angleterre aussi, le parti travailliste
qui est au pouvoir a d6cid6 de prendre des measures pour que
les ouvriers n'aient pas la possibility de s'opposer de fagon
organique a l'offensive contre les droits vitaux des travail-
leurs qu'exige la realisation du plan Marshall. Le discourse
du Secr6taire du Comi)d ex6cutif du narti travailliste, Mor-
gan Philipps, a toutes les organizations travaillistes, dans
lequel 11 r6clame que les communists soient exclus des'syn-
dicats, est une variante britannique de la campagne rdac-
tionnaire am6ricaine centre le movement ouvrier. La.cap-
pagne contre les communists en Angleterre est devenue une
champagne contre la d6mocratie. C'est tout natural, mais
c'est pr6cis6ment ce qui permet l'inevitable echec. a
Enfin, le a Krasnaia Zvesda > et la a Pravda a continent
la publication du recit de Boldt sur les derniers jours
d'Hitler.
2. La lutte des 1e6ments d6mocratiques
C'est a ce theme qu'est consacr6e une grande parties des
nouvelles informatives de la press du 28 et du 29. Les plus
importantes d'entre elles concernent la France'et la Grcce.
a) La France :
La plupart des journaux reproduisent. les t6elgrammes sui-
vants : Les travailleurs de France soutiennent la C G. T.
Comptes rendus de 1'Assembl6e Nationale (selon a 1'Huma-
nit6 a. La police frangaise emploe contre les paysans des
matraques et les bombes lactymogines (A propos des inci-
dents de Dax).
b) Grice :
Outre une s6rie de teC6grammes sfr la communication a 'a
radio de l'armee d6mocratique, la creation en Bulgarie d'un
comit6 d'aide au people grec, les arrestations massive en
Grace, 1'interdiction du parti communist et des autres or-
ganisations progressives grecques et la fuite de Tsaldaris et
de Paparigas, on remarque deux commentaires dans la chro-
nique international de Leontiev dans la < Pravda a du 28,
sur a l'inquidtude des protecteurs de la reaction grecque a
et dans les Izvestia > du 28, un article de Pagirev sur la
commission balkanique de I'O. N. U., dans lequel on relive:
a I n'est pas difficile de deviner que les Etats-Unis et 1'An-
gleterre veulent utiliser leurs positions non seulement politi-
ques et 6coromiques mais aussi strategiques en Grace. Les
groups d'observation de la commission doivent servir d'auxi-
liaires & la mission americaine pour son travail de prospec-
tion dirig6 centre l'armPe d6mocratique grecque et centre
les voisins septentrionaux de la Grace. a
c) Dans les pays de la d6mocratie nouvelle :
Tous les journaux reproduisent au premier plan les deux
tel6grammes suivants : un resume de la conversation de
Gottwald avec .le journalist americain Stuart. Un compete
rendu de la Conference de press tenue qu ministAre des
Affairs 6trangeres de Yougoslavie, a propos de la question
de Trieste et des diff6rends italo-yougoslaves.
Au second plan, les journaux reproduisent 6galement quel-
ques t6lgrammes au sujet de la nominatcti du future Gou-
vernement de Trieste et de I'adoption d'un project de statut
du front patriotique bulgare.
d) Les relations avec 1'U. R. S. S.
Tous les journaux du 28.publient le communique official
a Tass > annongant la conclusion de l'accord commercial
anglo-sovi6tique des 28 et 29 d6cembre 1947.

L'AIDE AMERICAINE A L'EUROPE (Praodal, 29/12) :

a Le president Truman a pr.sente re.cemment au
Congres le a plan Marshall > d'aide am6ricaine A PEu-
rope.
Les conditions de l'aide a 1'Europe, tells qu'elles
ont 6t6 exposees par Truman, confirment pleinement








BULLETIN QUOTIDIEN DE PEESSE 0T3TANGARE


interpretation di plan Marshall donned dans le rap-
port de Zdanov, lu au course de la conference des parties
communists.
Les definitions assez confuses du plan Marshall pr&-
voient que les Etats-Unis aideront certain pays euro-
peens, mais que ceux-ci devront renoncer a leur ind6-
pendance ,conomique et meme A leur ind6pendance
politique. Le plan Marshall se base sur le rel6vement de
regions industrielles contr6lees par les monopoles am&-
ricains en Allemagne occidental.
Le message dut president indique que la some glo-
bale d'aide amiricaine aux seize nations europeennes
a itW rdduite A 17 milliards de dollars. Cette reduction
de rerdits prouve clairement que les 'Etats-Unis n'ont
aucunement l'intention de permettre dans ces seize
pays la creation d'industries essentielles qui leur aurait
permis de reconqulrir leur ind.pendance politique.
Mais alors, pourquoi les Etats-Unis aident-ils 1'Eu-
rope ?
Si l'Europe .cesse d'acheter des products americains,
une crise attend les Etats-Unis la plus grande rise
6conomique de leur histoire. Aussi, selon les propres
paroles du president Truman ( II faut octroyer aux
pays europeens des cr6dits... et la population des Etats-
Unis devra reduire ses besoins... ), et plus loin, le pre-
sident reconnait lui-meme que ( le principal advantage
Bconomique pour les Etats-Unis consistera dans le con-
tr6le americain sur l'economie des pays recevant leur
aide >.
Le plan Marshall est un plan cruel des monopoles
americains qui ne fera qu'abaisser le niveau de vie
des travailleurs... En Europe, I'esclavage politique sui-
vra 1'esclavage 6conomique. L'Europe est ainsi invitee
a suivre lh voie des pays de I'Amnierique Latine, cruel-
lement exploitee par les monopoles des Etats-Unis...
(LEONTIEV.)


IV. PRESS POLONAISE

LA SITUATION EN GRiCE (Rzeczpospolila, 28/12, coalition
gouvernementale) :
< La constitution du gouvernement de la Grece libre
par le general Markos inaugure une p6riode qui pr6cipi-
tera dans une semblable measure le d6veloppement g&-
neral de la situation en Grece, conform-ment au vceu
de la majority du people hellene.
Il convient d'observer que le drame des deux gou-
vernements, drame qui a longtemps fait h6siter Je ge-
nrral Markos et les milieux democratiques du pays, est
le resultat inevitable des tentatives d6sesp6rees en vue
d'aboutir A un accord avec le gouvernement d'Athnes.
Malgre intervention ambric'aine, la situation n'a pu
etre maitrisee. D6s lors, le dilemme ljui se pose est le
suivant : ou bien la victoire reviendra A la d6mocratie,
ou bien le movement de resistance sera 6cras6 par la
suprriorit6 du materiel de guerre ameIricain. Le sang
verse, les executions en masse compl6tent le dossier des
trahisons du gouvernement d'Athlnes. >


V. PRESS ITALIENNE

LA GREVE ET LE REFERENDUM (Unilt, 27/12, commu-
niste) :
< A P'heure actuelle, la carte la plus forte qu'en der-
nitre analyse puissent jouer les dirigeants syndicaux
est I'arme de la greve. Mais si l'on savait d'avance que,
pour faire la greve, il faut d'abortd un referendum don't


la r6alisation demanderait plusieurs semaines, de
grands frais, de longues discussions ou polemiques (il
est toujours possible aux riches de provoquer des oppo-
sitions, de faire des campagnes de presse, la carte de
la gr6ve n'aurait plus la m6me valeur. Les repr6sen-
tants des travailleurs se trouveraient dans la position
de ceux qui doivent combattre avec une arme 6mous-
see. Et les employers seraient bien sots s'ils ne cher-
chaient pas A tirer tous les avantages possibles de 1'6tat
de sup6riorit6 dans lequel ils se trouveraient.
C'est pour cela qu'ils veulent le referendum, qu'ils
le veulent pour nous.
Le referendum est un acte de volont6 collective. C'est
un acte de lutte qui doit &tre accompli avec force et
decision au moment le plus opportun. La lutte suppose
chez ceux qui la menent la certitude de la victoire. Le
referendum, au contraire, pose une question, fait nai-
tre un doute. Le doute use la foi, kteint ''enthousiasme,
d61moralise et divise les masses; paralyse le syndicate.
Ceux qui croient que, sans le referendum, on pourra
avoir des graves non voulues par les travailleurs
avouent sans le vouloir qu'ils ne connaissent pas les
masses 4 fond. Le.3 grves non voulues par la grande
majority e- trt afieurs *int6ress6s ne r6ussissent pas.
D'ailleur i di.iat jn'est pas un c6nacle de philo-
sophes. Sa n'est pas la recherche de la methode
d6morcrat'j ans l'abstrait. Le syndicate est un ins-
trument ca'6oiucation et d'616vation social des tra-
vailleurs. C'est 'instrument fundamental de lutte pour
la defense et la conqu6te de meilleures conditions Bco-
nomiques, morales, professionnelles et culturelles pour
les travailleurs.
En cc qui concern la mdthode, la tache du syndicate
est de rechercher la m6thode d6mocratique %qui le ren-
dra le plus fort et qui rendra plus tapides, plus effica-
ces et, par consequent, plus profitable, ses actions en
faveur des travailleurs. Aussi sommes-nous certain que
les travailleurs italierns de tous les courants seront
d'accord avec nous pour repousser la proposition de
subordonner la greve au referendum, ainsi que toute
c m6thode > tendant a condamner les syndicats des
travailleurs A l'impuissance. >
(GIUSEPPE DI VITTORIO.)


VI. PRESS SUISSE
--4

LA SITUATION EN GRACE.
1. La Tilbune de Gejuve (29/12):
( ... Les Etats-Unis envisagent d'intensifier l'aide
financiere 'et militaire accord6e au gouvernement
d Athbnes en vertu des promesses ccat6goriques faites
par le president Truman i la GrBce et a la Turquie. En
cas ,de complication grave, il est evident que l'affaire
serait 6galement portee devant I'O.N.U., et cela d'autant
plus que celle-ci sera automatiquement saisie des rap-
ports de la commission de surveillance d6sign6e tout
r6cemment ,par I'Assembl6e pl6niere et qui se trouve
d6ja a pied d'lceuvre. Mais cette perspective n'a rien de
trbs rassurant. Tout au contraire. L'U.R.S.S. et ses sa-
tellites n'admettent pas en effet que la nouvelle organi-
sation international aille fourrer son nez dans la cui-
sine balkanique et ils ont r6cus6 a l'avance le temoi-
gnage de ladite commission. On comprend mieux main-
tenant pourquoi.
I1 est clair aussi que, conformement a sa ligne de
conduite invariable, le d&l6gub .sovi6tique opposerait
son, veto A toute measure conservatoire que le Conseil
de s6curite pourrait etre invite h prendre pour faire







6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGERE


cesser les effusions de sang. Dans ces conditions, il
ne resterait plus, comme supreme secours, au gouver-
nement hell6nique, qu'a en appeler A la Petite Assem-
blee, don't la 'creation fut decidee le mois dernier sur
initiative des Etats-Unis et qui devrait assu'mer le r6-
glement des questions urgentes ,dans l'intervalle des ses-
sions de l'Assemblee pleniere. Or, 1'U.R.SS. et ses sa-
tellites ne reconnaissent pas non plus la Petite Assem-
blee et out 6gatement fait savoir a advance e qu'ils ne
reconnaitraient pas ses decisions, Dans ces conditions,
les rebondissements de 1'affaire grecque risquent de
faire eclater au grand jour l'opposition fondamentale
existant entre cette derniere instance, considered
comme le centre de, ralliement des d6mocraties occi-
dentales, et le Kominform qui n'est, en reality, que lor-
gane d'ex6cution, pour 1'Europe, de la politique du
Kremlin. Et il y va ainsi de l'unitk et de l'existence
nmme de la jeune association qui, aux terms de la
Charte de San-Francisco, devrait unir dans un meme
esprit de comprehensionn mutuelle toutes les nations
< eprises de paix ,.
(PAUL DU BOCHET.)

2. Neue Ziillcher Z)tMung (30'/1t, .
< .. Si les puissances occidental J ,sit6 pen-
dcant des mois et des moist aider ~f ce dans la
measure qu'un ancien allied tait en ,tx 'es.compter,
Ics hommes politiques grecs eux-m&ei en sont large-
meit responsables. Aussi longlemps qt.ils se prenaient.
aux cheveux et n'arrivaient meme pas i se mettre d'ac-
cord sur la manikre de combattre les bandes rebelles,
la Grace ne pouvait pretendre A une aide mat6rielle effi-
cace. Et, effectivement, les puissances anglo-saxonnes
out fait constamment ddpendre de la constitution d'un
gouvernement stable l'octroi de credits et de livraisons-
Ce ne fut, certes, pas sans peine qu'au mois de septem-
bre dernier republicans et royalistes finirent par cons-
titu,er un minister commun ; et ce n'est pas precise-
ment un signe de clairvoyance politique qu'aujourd'hui
meme cette coalition nrcessaire soit remise en question,
que le cabinet se voice oblige de consacrer de longues


seances A la crise gouvernementale qui couve sous la
cendre, et que les ministres percent leur temps A assis-
ter A des conferences de parti et A faire des declara-
tions circonstanci6es pour la press.
.Ce manque absolu d'esprit de collaboration et de co-
ordination des -directives politiques est cause que le
parti communist grec, qui a commis une trahison con-
tre le pays des le jour ofi ses chefs se sont entretenus
avec les communists yougoslaves et bulgares de la
sovietisation de la Grbce, vienne seulement d'etre in-
terdit. II y a quelques mois A peine les agitateurs com-
niunistes pouvaient circuler librement a Athbnes, et
diriger la guerilla dans le Nord, et organiser leur tra-
vail de sape dans le Peloponese. Le gouvernement de
I'.poque ne savait rien faire de mieux que de se dispu-
ter avec l'opposition pour savoir si et dans quelle me-
sure il convenait d'accorder une amnisfie aux bandes
rebelles. Le vieux M. Sophoulis, actuellement president
du Conseil, pensait pu'une large amnistie les conver-
tirait.
Aujourd'hui, il doit se rendre compete que toute amnis-
tie est une farce et que les bandes soutenues par les
puissances 6trang6res -communistes ne veulent qu'une
chose : imposer A l'Etat la capitulation devant le com-
munisme. Aussi, les voix qui demandent une offensive
massive et la fermeture permanent de la fronti6re se
font-elles plus nombreuses. A cette fin, il faut d'abord
accroitre les effectifs reels de 1'arm6e, decision que
toutes'sortes de manoeuvres ont constamment fait dif-
ferer. Certains experts grecs esliment que les troupes
nationals, renforc6es par de nouvelles levees, suffi-
raient pour une telle operation, si du moins les puis-
sances occidentales mettent A leur disposition le mate-
riel d'armement qui demeure inutilis6 dans leurs d6p6ts.
Il est indubitable que le success d'une entreprise mili-
taire purement grecque provoquerait une detente. Quant
A savoir si, de cette facon, la frontiere septeftrionale de
la GrBce cesserait d'etre une zone de danger dans l'an-
tagonisme de 1'Est et de l'Ouest, c'est 14 une question A
laquelle il est bien difficile de repondre affirmative-
ment, sans h6siter. >


S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


Prix : 6 fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs