Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00264
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: December 24, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00264
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



PRESIDENCY DU CONSEIL

SECRETARIAT GANBRAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation
14-16. rue Lord-Byron, Paris (8')


BULLETIN



DE PRESS


24 decembre 1947.


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DB PRESS


SOMMAIRE


1. PRESS BRITANNIQUE.
a) Le discours de M. Bevin :
1. Daily T71legraph (23/12).
2. Daily Worker (23/12).
b) La declaration du general Robertson (Times,
23/12).
II. PRESS AMERICAINE.
,a) AprBs le message du President Truman au Con-
grss :
1. New Yo.k Times (21/12).
2. Washington Post (21/12).
b) Le rapport de M. Marshall au CongrBs (New York
Herald Tribune, 23/12, edit. europ6enne).
c) AprBs la scission de la C.G.T. (New York Times,
21/12).
III. PRESS SOVIITIQUE.
Les elections en U.R.S.S. (Pravda, 22/12)..
IV. PRESS SUISSE.
La situation politique en France (Gazette de Lau-
sanne, 23/12).

I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 23 decembre 1941
La press de ce matin est bien moins fournie que celle
d'hier et porte princilalement sur la question allemande
et les relations entire les puissances occidentales et 1'U.R.S.S.
Sur la France, quelques articles dans le ( Times ), le ( Man-
chester Guardian ), le ( Daily Telegraph ), tous brefs et
d'un caractere de pure information.
1. Allemagne
La press accord une importance notable aux conversa-
tions qu'auront prochainement b Londres le g6enral Clay
et le general Robertson, pour envisager les measures rendues
necessaires par l'echec de la Conference de Londres.
Le correspondent du ( Times ) & Paris fait 6galement 6tat
des conferences de press tenues par les deux gouverneurs
militaires allies. II signal que le g6enral Clay considere la
fusion politique des zones anglaise et amdricaine comme le
corollaire indispensable de leur fusion 6conomique.
Le general Robertson aurait affirm6, de son c6t6, qu'au-
cune measure n'est envisagee par les Britanniques qui puisse
exclure la questi d'une unification de l'Allemagne


Sur la question de Berlin proprement dite, le g6enral au-
rait insisted sur l'importance que revet actuellement le Con-
sell interallid des quatre puissances dans la capital alle-
mande.
Le correspondent diplomatique du c Manchester Guar-
dian a croit savoir qu'un accord est intervenu entire experts
frangais, britanniques et ambricains, sur la question des
exportations de carbon de la Ruhr.
Plusieurs journaux, don't le a Daily Telegraph a, reprodui-
sent des passages du discours prononc6 par M. Bevin, b l'is-
sue d'un dejeuner de la press amdricaine & Londres.
11s signalent que M. Bevin a lalsse la porte grande ou-
verte & la cooperation entire 1'Est et I'Ouest.
2. France
A propos du debat h 1'Assembl6e sur les measures flnan-
cieres de M. Rend Mayer, le correspondent du ( Times )
6crit que les deputies dolvent s'inquieter de I'accueil que
leurs 6lecteurs reserveront a ces measures. Ii remarque que
le ministry des Finances a eu grand mal a apaiser les crairn
tes des deputies, qui se sont hAtes de prendre la defense des
inter6ts des paysans.
Le ( Times ) et le ( Manchester Guardian ) annoncent
que le gouvernement francais a regu une note sovi6tique
protestant contre la non d6livrance de visas de sortie A
300 Armeniens.
3. Travaillisme et communism
Le ( Daily Worker a protest violemment centre I'appel
lance par M. Morgan Phillips en faveur d'une lutte des syn-
dicats contre l'influence communist. II met en relief 1'aver-
tissement donn6 par tous les syndicalistes et par M. Pollitt,
secrdtaire du parti communist.
4. Aide americaine a I'Europe
D'apres le ( Daily Express ), les conditions mises f l'oc-
troi de l'aide americaine a 1'Europe, qui tendalent a arreter
les constructions navales dans les pays beneflciaires, au-
raient 6td sinon rapportees, du moins conslderablement
adoucies.
a) LE DISCOURS DE M. BEVIN.
1. Daily Telegraph (23/12, conservateur) :
g ...Aucune contestation ne peut avoir lieu A propos
du thBme general developp6 par le Secr6taire aux Affai-
res 6trangBres. L'Europe doit se relhver. La Grande-
Bretagne se relCvera, en d6pit de tous les obstacles.
L'aide americaine, telle qu'elle a 6t1 definie dans le
message du President Truman au CongrBs, est indis-
pensable al redressement. La p'us grande enigme poli-
tique de notr? temps, c'est de savoir pourquoi les Rus-
ses se montrent si farouchement r6solus A mordre la


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


QUO



ETR


-E

- No 852


I






2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGERE


main qui offre de nourrir 1'Europe et I'Union Sovi6-
tique elle-meme...
II semble qu'on revienne aujourd'hui a ce point de
vue que le communism et d'autres formes de gouver-
nement ne peuvent coexister de fagon pacifique dans
le meme monde. Nous pouvons esperer, comme M. Be-
vin semble le faire, qt'il y aura un autre changement
dans la politique sovi6tique. Le Secr6taire aux Affaires
ktrang6res a fait des ouvertures dans ce sens aujour-
d'hui, et il est r&solu i ne rien faire pour dicourager
la cooperation russe; mais il est 6galement resolu a ne
pas permettre A l'obstruction russe d'entralner le chaos,
en mettant les choses au pire, et d'obliger les pays en-
core libres A rester dans le marasme oi ils sont, en
mettant les choses au',mieux... '
2. Daily Worker (23/12, coimuniste):

c M. Bevin ne semble encore nullement s'6tre rendu
"compte des tristes r6alit6s du plan Marshall de colo-
nisation de l'Europe ; il a prononc6 hier l'un de ses
discours caract6rigtiques, dans lequel il a ignoitr froi-
dement les buts politiques et 6conomiques de 1'imp&-
rialisme am iricain et present M. Marshall dans le r6le
d'un P6re Noil...
1 se peut que M. Bevin aime se voir exploit, mais
pour le people britannique, ce n'est pas 14 une expe-
rience tres agreable. Le message dde M. Truman au Con-
gres, message que M. Bevin a expos avec un tel ravis-
sement, ne constitute que la premiere indication de la
,route p6nible qu'il nous faudra suivre, si la politique
Marshall est applique. Il announce le d6sastre pour
PEurope et la Grande-Bretagne.
b) LA DECLARATION DU GENERAL ROBERTSON (Times,
23/12) :
o ...Aucun optimism ne peut attenuer la gravity de
1'6chee auquel ont about les ministries 'des Affaires
6trangBres en essayant de parvenir & un accord. La si-
tuation critique devant laquelle se trouvent maintenant
les puissances occupants doit &tre abord6e avec le plus
grand soin. La ttche A accomplir est double. On doit
mettre un terme au gaspillage dans les zones occiden-
tales grace a une r6organisation efficace. En mime
temps, il faut continue par tous les moyens it recher-
cher l'unit6 la seule base qui permette un rdglement
durable. Voilh qui signifie, comme l'a d6duit le g6n6ral
Robertson, qu'on ne devrait rien faire a moins que
la politique russe ne laisse pas le choix soit pour
exclure toute chance 'd'accord avec 1'Union Sovietique,
soit avant tout pour laisser croire aux Allemands qu'ils
peuvent tirer advantage de l'impasse actuelle...
Les Alli6s occidentaux ont un int6ret direct A rester
A Berlin bien que les functions de la Commission
de ContrBle puissent devenir insigniflantes -- et ils
pourraient trouver difficile de tenir cette position si
'on creait maintenant un gouvernement A Franefort...
II serait peu sage de jouer avec l'unit6 fondamentale
de l'Allemagne. Pour le moment, le mecanisme de la
vie allemande s'est ralenti ou meme complktement ar-
ret6, mais les l'iff6rents rouages sont encore en place.
Une fois que les diff6rentes parties seront separ6es, il
pourrait s'6couler bien du temps avant qu'elles se trou-
vent de nouveau r6unies; et en fin de compete, on pour-
rait bien s'apercevoir qu'elles ont 6te remani6es et
qu'elles ne donnent plus satisfaction. Dans ce cas, le
sort de toute 1'Europe en souffrira inkvitablement. Le
seul but qui soit certain, quoi qu'il semble h:)rs d'at-
teinte, doit rester ce qu'il a toujours at : reconstruire
une Allemagne pacifiquet, d'une structure unifi6e, et qui
soit consciente de ses devoirs envers le reste du mon-
de... :


II. PRESS AMEIICAINE



Revue de la press amoricaine du 22 accembre 1947
L'attention de la press de dimanche et de lundi se porte
principalement sur le plan d'aide b, 1'Europe, prfsentE par
le President Truman. Cette press suit egalement avec beau-
coup d'int6ret revolution des rapports russo-americains, et
en particulier les measures que les itusses prennent dans
leur zone d'occupation en Allemagne pour iliminer toute
opposition politique serieuse aux organizations du front
socialiste-communiste.

1. Plan Marshall
Sous des titres tels que : ( Taft declare que le plan Mar-
shall peut ruiner les U.S.A. en quatre ans ), et On predlt
que le plan Marshall rencontrera de s6rieux obstacles a, ies
journaux signalent la controversy qu'ont d6ja souleve les
propositions faites au Congres par le President. Les decla-
rations de M. Taft font l'objet d'une grande publicity. Selon
M. Taft, il n'y a pas lieu d'atitoriser l'octroi de credits pour
1'Europe pour une plriode sup6rieure a un an, ni de con-
sentir des credits aussi important que ceux qui sont pre-
conis6s par le gouvernement. Les correspondents politlques
de Washington reconnaissent cependant que la premiere
objection faite par le leader republican est appuyde par un
grand nombre de ses colldgueso.Les correspondents citent ce-
pendant d'autres declarations faites par le senateur republi-
cain White, qui a pirdit adoption du plan Marshall avec
quelques modifications. M. Taft doute que le Congres pulss
conclure ses travaux pour le o1 avril, 6tant donn6 que le
Senat ne recevra vraisemblablement pas le project de lot
prepare par sa Commission des Affaires 6trangeres avant le
191 mars.
Les journaux financiers de New-York analysent plus en
detail que les autres les propositions conomiques et 1nan-
cirres fates par le President. C'est ainsi que le correspon-
dant du o Journal of Commerce >, a Washington, n'nesite
pas a commencer son article par cette phrase : ( Non seu-
lement 1'Europe occidental ne recevra pas de notre pays
tous les products ni 1'6quipement don't elle a besoin dans le
cadre du plan Marshall, mais encore elle n'aura pas non
plus tout ce don't elle a besomn ), et il precise que cette con-
clusion d6coule d'une analyse des recommendations faites
par M. Truman au Congres.
II remarque, en effet, que 1'Administratlon a decide de
n'accorder que la moltid des products siderurgiques semi-
fabriquis et pas du tout de ferraille a 1'Europe, et qu'elle a
recommand6 que ce continent regoive, en ce qui concern
l'acier, deux fois et demi plus de products finis que ce qu'il
regoit i l'heure actuelle. Le volume total d'acier qui irait
ainsi A l'Europe serait bien infrieur A celui r6clamE par
les Seize. Malgre ces reductions imposees par l'Administra-
tion, le montant total de l'aide proposed demeure encore
sufflsamment impressionnant pour que la plupart des jour-
naux reclament qu'une etude tres approfondie soit faite par
le Congres avant que le plan vienne i 6tre vote. M. Van-
denberg a fait appel A toutes les personnel dEsireuses de
soumettre au Congres leurs vues sur ce plan, aftn que sa
Commission pulsse les examiner.
Le a Wall Street Journal ), dans un editorial consacr a
1'aide a 1'Europe, dit qu'il ne voudrait pas que cette aide
puisse servir a consolider les tendances socialists des gou-
vernements europ6ens. En effet, declare-t-il, on constate une
nouvelle tendance en Europe i s'carter de'l'economie diri-
gee ; et 01 conclut que sans vouloir dieter i 1'Europe la forme
de son organisation social, il est possible d'encourager cette
nouvelle tendance, et que les Etats-Unis devraient le fire
sans avoir i s'en excuser.
Dans une revue de la situation europeenne, telle qu'elle
se pr6sente apres l'4chec de Londres, Visson reconnait, dans
le ( Washington Post ), que les reductions imposes a l'aide
int6rimaire A l'Europe vont empecher la France de recevoir
le coton et le p6trole don't elle avait grand besoin, et 1 que
ces reductions peuvent compromettre tout le suces de l'aide






BULLETIN QUOTIDIAN DE PRESS fTRANGARE 3


2. Relations amnricano-russes
Une depeche A.P. de Londres et un article de Joseph Al-
sop constatent que les Russes consolident leur position A
rest de 1'Europe, tandis que les parties communists se pr6-
parent A continue leur champagne de sabotage de la recons-
truction de 1'Ouest europeen. Une d6peche de Berlin au
i New York Times ) signal que M. Kaiser a ete renvoye de
son poste de president de 1'Union chrdtienne-d6mocrate par
les autoritds soviftiques. Ce dtplacement fait suite A celui
de M. Lemmer, vice-president du parti, qui avait 6t1 &aale-
ment demands par les Russes. Une d6plche de Washington
au journal P. M. ) constate cependant que les exportations
am6ricaines vers la Russie se poursuivent et qu'elles indi-
quent mmne une augmentation pour le mois d'octobre. La
plupart de celles-ci consistent-en 6quipement pour le forage
des puits de pdtrole, et en machines 6lectriques. Le main-
tien de relations commercials russo-am6ricaines, qui a 6t6
fort critique par l'opposition durant la dernilre session du
Congres, a 6t6 d6fendu par le s6nateur democrate Tydings,
don't les vues conservatrices sont bien connues. II a fait re-
marquer que les U.S.A. avaient int6rdt A continue & rece-
voir certaines matieres premieres strategiques qui viennent
de Russie et que le refus d'exporter en U.R.S.S. risquerait
d'arreter le flot de ces importations russes.

3. Aviation am6ricaine
La revue % Aviation Week ) announce qu'un avion A fusee
Bell-XSL aurait au course d'essais depass6 la vitesse du son
et que son pilote n'aurait 6prouv6 aucune des reactions d&-
sagreables auxquelles on pouvait s'attendre. Toute la press
reprend cette ,information, mais note qu'aucune confirma-
tion officielle n'a 4te donn6e, bien qu'elle n'ait pas 6t6 d6-
mentle.
4. Iran
Une dep6che U.P. de Teh6ran reprend les formations ae
la press iranienne indiquant que M. Ghavam aurait 6te
arrets au moment of ii s'appr6tait A monster dans un avion
A destination de GenAve et des U.S.A. Une Commission par-
lementaire aurait 6t6 charge d'examiner les accusations
portees centre M. Ghavam. La d6p6che ne precise pas le ca-
ractere de ces accusations.

5. France
De nombreux articles de Paris sont consacr6s au project
financier du gouvernement frangais. Ils indiquent, en gene-
ral, que 1'Asseamble Nationale le voter. Cette impression
parait 6tre base principalement sur la majority remport6e
par le gouvernement au course du vote sur la motion com-
"muniste qui s'opposait A une discussion immediate.
L'intervention de M. Bidault A 1'Assembl e est rapportee
dans une d6p6che au ( New York Times D et une d6pecne
Reuter au meme journal precise qu'interroge au suJet d'une
alliance tripartite entire les U.S.A., la Grande-Bretagne et la
France, suggeree par le g6enral de Gaulle, le ministry au-
rait r6pondu que personnel ne lui avait parle d'un tel pro-
jet, a mais je ne dis pas que refuserais un tel arrange-
ment ).
Le succes remportJ jusqu'A present par le gouvernement
ambne Hurd, correspondent .du a Christian Science Moni-
tor )), At penser que les chances d'accesslon au pouvoir du
general de Gaulle ont diminue. 1l constate en effect que cer-
taines des theories du g6n6ral ont 4et d6jA appliques par
le gouvernement, en particulier le syst6me du vote secret
dans les syndicate. 11 ajoute que la 14gislation garantissant
la liberty du travail a 6te adoptee et que I'on s'attendait a
ce qu'une telle legislation soit proposed par de Gaulle.
Callender, dans le a New York Times ), brosse un portrait
tr6s sympathique de M. Schuman, que le journal pr4sente
sous le titre : Un home came et A la main sire >. Une
photo du Pr6sident du Conseil porte la mention : a I asso-
cie une voix douce A une ferme volont6. ) La scission de la
O.G.T. continue d'autre part t retenir attention des cor-
respondents am6ricains & Paris, qui suivent pas A pas l'6vo-
lution de cette situation. Une d6p6che de Washington au
c New York Times ) indique la possibility que le C.I.O. ap-
puie la demand d'entr6e de a Force Ouvrirre ) dans la Con-


rfd6ration mondiale des syndicats. Une decision dans ce sens
n'a cependant pas tA. encore prise par cette Centrale ou-
vri6re americaine.
D'autres articles sont 'consacris a l'arrivee du 4 train de
l'amlLne > a Paris. Tous constatent la reaction sympathique
ae la population frangaise, et de nombreux journaux decri-
vent longuement les manifestations qui eurent lieu A Paris.

a) APRAS LE MESSAGE DU PRESIDENT TRUMAN AU CONGRESS.
1. New York Tmhes (21/12) :

c ...Le movement d6mocratique, qui a pris 'de I'am.
pleur au course des siecles en Suisse, en Scandinavie, en
Hollande, en France, en Grande-Bretagne, aux Etats-
Unis et meme en Asie doit maintenant ou bien aller de
I'avant ou reculer. C'est 1'avenir de ce movement qui
est en jeu et non pas quelques dollars et quelques arti-
cles en quantity limitee. Si l'on comprend cette v6rit6
comme nous pensions que tel sera le cas en d6pit de ce
que le president Truman a appel6 < la m6fiance, les
pr6juges et les id6es qui spent cet effort 'de coop6ra-
tion, A la fois aux Etats-Unis et A 1'6tranger a, qui peut
douter du r6sultat ? Les sages ne regretteront pas que
3 \% du revenue national soient consacr6s pendant qua-
tre ans A d6fendre la d6mocratie. 2

2. Washington PoIt (21/12) :

< ...Moscou pense que l'6volution de la situation amC-
nera 1'Europe occidental A entrer dans la sphere d'in-
fluen.ce sovi6tique... Les Etats-Unis, d'autre part, sont
silrs de < Ia renaissance de la civiisation euro-
peenne >... Mais cette certitude n'aura de signification
que si elle est ooncr6tis6e dans un programme d'aide
A 1'Europe semblable a ce.ui que le President Truman
a expos au CongrBs. Les peuples libres ne peuvent
hitter contre le communism avec les armes du com-
munisme; mais ils peuvent lutter avec des armes d6mo-
cratiques destinCes A all6ger les souffrances, A restaurer
la conflance et A renforcer le gouvernement populaire.
Les riches Etats-Unis sont le seul pays en megure de
fournir 'des < armes a de ce genre pour aider leurs
voisins. La decisionn important que doit prendre ce
pays, c'est qu'ils doivent choisir entire contribuer A
1'6tablissement d'une paix d6mocratique en Europe et
abandonner ce continent aux men6es communists aved
toute la tyrannie, le chaos et les effusions de sang
qu'impliquerait une telle situation pour les peuples eu-
rop6ens. >

b) LE RAPPORT DE M. MARSHALL AU CONGRESS (New York
Herald Tribune, 23/12, edition europ6enne) :
S...M. Marshall disait, si j'ai bien compris, que la
Russie et I'Am6rique ne peuvent s'entendre pour r6gler
le sort de l'Europe. M6me si elles trouvaient une fo.i
mule, ce ne serait qu'un c accord sur le paper a. On
ne parviendra A un veritable accord que lorsque les
principles nations europ6ennes au premier chef la
Grande-Bretagne, la France, l'Italie et la Pologne se-
ront suffisamment relev6es pour jouer leur r6le per-
sonnel indispensable...
M. Marshall n'ignore 6videmment pas qu'il existed
entire l'Union sovi6tique et le monde occidental un pro-
fond conflict d'int6r&t et de but. Mais il n'estime pas -
comme le font g6n6ralement aujourd'hui les id6alistes
d69us que tout accord soit impossible tant que sub-
sistera ce conflict d'int6r&t et 'de but.
Si je l'ai bien compris, son point de vue est celui
d'un strat6ge et d'un diplomat qui a lu 1'Histoire : les
profonds conflicts d'inte6rt et de but peuvent 6tre r6gl6s
mais non abolis, et l'accord entire puissances rivals ne
n6cessite pas une parfaite entente sur tous les points.






4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS tTRANGtRE


Des accords peuvent intervenir si ces puissances ad-
mettent que leur pouvoir A obtenir ce qu'elles d6sirent
est illimit6, contr616 et 6quilibr6.
D'aprBs ce point de vue, un accord avec la Russie
ne dependd pas d'un changement d'opinion A Moscou,
de l'abandon de l'imp6rialisme russe, ni d'une renon-
ciation A I'id6ologie communist. II depend du r6tablis-
sement d'un 6quilibre de puissance que les grandes na-
tions d'Europe, et non les Etats-Unis seuls, sont tres
capable d'assurer. Car ce qui imported, en definitive,
ce n'est pas ce que le Politburo vou'drait faire, mais ce
qu'il sait ne pas pouvoir faire...
(WALTER LIPPMANN.)

C) APRiS LA SCISSION DE LA C.G.T. (New York Times,
21/12) :
c L'effondrement de l'insurrection rouge en
France a naturellement amen6 une revolution secon-
daire dans le monde du travail frangais. Les commu-
nistes la considerent 6videmment comme une contre-
revolution, car son but est de briser leur emprise sur
les travailleurs qu'ils ont r6cemment conduits dans la
voie trompeuse et sterile de la violence centre l'Etat.
L'issue de cette lutte affectera pendant 'de nombreuses
annees I'avenir de la France...
M. Jou'haux ne voulait pas donner sa d6mission. II
pensait que les r6formes pouvaient encore se faire a
l'int6rieur de la C.G.T. sans la scinder d6flnitivement.
Mais les partisans de la scission 6taient tellement re-
voltes et tellement decides qu'ils l'ont en some en-
traine avec la nouvelle formation de Force ouvriere a
quitter la C. G. T. La nouvelle organisation comprend
les ouvriers qui s'opposent a leur exploitation politique
dans das groves qui leur ont 6et imposes sans qu'ils
aient A voter..., des Frangais profondement patriots qui
ne veulent pas s'incliner devant les ordres de Moscou.
Ce sont ces travailleurs plus que le gouvernement de
M. Schuman qui ont bris6 les graves et leur intention
est maintenant de remplacer compl6tement la C.G.T....
Nominalement, les communists garden le contrble
sur presque tous les travailleurs frangais, le million
d'adherents au Syndicat chretien except. Mais on peut
se demander si les leaders communisles garderont ef-
fectivement le pouvoir qu'ils pr6tendent avoir. De nom-
bronx syndicats' d'appartenance communist se sont
d&j.A d6sint6gr&s. Force ouvrirre gagne chaque jour des
adherents; il n'y a pas plus d'un million de commu-
nistes inscrits an part et les sympathisants non affi-
lies, 6tonn6s et dequs, se font rares.
La lutte pour la domination sera Apre et s-rieuse,
mais il semble que les travai;leurs frangais soient avant
tout soucieux du redressement national. >


III. PRESS SOVIETIQUE

LES ELECTIONS EN U.R.S.S. (Pravda, 22/12) :
A Hier, ont eu lieu les elections g6nerales aux soviets
locaux des d6putes des travailleurs de la F6deration
russe, de l'Ukraine, de 1'Arm6nie, de la Moldavie et de
la Republique Carelo-finnoise. Ces elections se sent d6-
rouldes sous le signe d'un magnifique l6an politique et
patriotique 'des masses. La population a 6lu partout A
l'unanim:t le grand Staline et ses compagnons du gou-
vernement el du parti. En volant pour les candidates du
bloc des communists et des sans-parti, les 6lecteurs
sovietiques ont fait preuve de leur d6vouement infini a
1'6gard de la patrie, de leur attachment au parti de
L6nine et 'de Staline, et de leur resolution de travai'ler
au enforcement de la puissance de 1'Union sovi6tique.


En votant pour les candidates du bloc des communists
et des sans-parti, les electeurs sovi6tiques ont aussi ma-
nifest6 leur d6sir de lutter pour 1'6tablissement d'une
paix stable en 41&jouant les manoeuvres du camp imp&-
rialiste...
Les Blecteursm sovitiques sont persuades que ceux
qu'ils ont 'd6sign6s pour singer dans les soviets locaux
serviront courageusement les interets de la patrie et
mnettront tout en oeuvree pour assurer au people sovi6-
tique des conditions de vie toujours meilleures. 11 est
certain que les nouveaux 61us rempliront A la perfection
les tAches qui leur sont assignees.
Le bloc stalinien des communists et des sans-parti
a remport6 une nouvelle victoire. II a prouv6 une nou-
velle fois sa force et sa vitality. C'est 1 une garantie
des nouvelles victoires que remportera par la suite
notre grande patrie. ,

IV. PRESS SUISSE

LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE (Gazette de LauIsaIme,
23/12) :
i Voici venue 1'heure de la < TroisiBme Force >.
C'est tout au moins ce que disent ses partisans qui
d6ploient une activity intense. Et sans doute font-ils
bien. Car le temps est mesur6 pour cette demonstration
qu'ils 'doivent faire de leur capacity A reliever la France...
AprBs ce qui vient de se passer, il n'y a plus d'en-
tente possible avec le parti communist don't les socia-
listes rappellent qu'en t acceptant la division du monde
en deux blocs, en acceptant servilement les mots d'or-
dre 'du Kominform, ii a donfi6 une fois de plus la preuve
de sa subordination total A la politique de 1'Union
sovi6tique >. Mais il fallait r6tablir 1'Tquilibre compro-
mis par cette attaque. Le Conseil national n'y a pas
manque; et le Rassemblement du people francais se
volt 6cras6 A son tour par une formule sommaire. II
n'est qu'un c movement don't le but essential est d'ins-
taurer lepouvoir personnel et de dessaisir la souverai-
.nete national de ses droits fondamentaux ,.
Et voilA. Le tour est jou6. La Troisieme Force a
trouv6 sa raison d'etre...
Sur le plan politique, cependant, la position de la
< TroisiBme Force > n'est pas aussi solide que vou-
'draicnt le laser croire ses chefs. Certes, le success d&-
fensif que vient de remporter le gouvernement lui a
permis de racheter des debuts incertains. RBpublicains
populaires et socialists se sentent probablement plus
prcches, plus unis. plus confiants aussi qu'ils ne
]'elaient au lendemain des elections communales. Ils ont
d'ailleurs recueil;i au course de la bataille des majoritts
massive qu'ils ne d6sesp6rent pas d'obtenir A nou-
veau. Mais ils doivent bien savoir que le groupement
politique sur lequel ils s'appuient est moiris homogene
qu'il n'y parait. En fait, la < TroisiBme Force > ne
dispose pas sur le terrain parlementaire d'une majority.
La demonstrationn en a 6et faite lorsque Leon Blum s'est
pr6sent6 devant l'Assembl6e national. Et son succes-
seur, M. Schuman, n'a df sa r6ussite qu'a la prudent
reserve qu'il a observe A l'6gard du R.P.F....
Les hommes qui pr6tendent instituer la i Troisieme
Force > ont entire leurs mains le gouvernement de la
France. Plut6t que de perdre leur temps et leurs forces
qui ne sont pas bien imposantes A jeter l'anath6me sur
te's de leurs compatriots, ils auraient int6ret A prou-
ver qu'ils sont capable de gouverner leur pays. ,
(JACQUES FREYMOND.)

S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31..n09
Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs