Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00261
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: December 20, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00261
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


RESIDENCE DU CONSEIL


LA DOCUMENTATION FRAN(AISE


SECRETARIAT GANARAL
DU GOUVERNEMENT


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICr D'INFORMATION
IT DE PRESS


Direction de la Documentation.
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


BULLETIN


DE


PRESS


20 d6cembre 1947.


QUOTI



ETRA


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) Le rapport de M. Bevin sur la
Londres.
1. Times (19/12).
2..Daily Telegraph (19/12).


Conference de


b) L'accord anglo-am6ricain sur la bizone.
1. Minch:eiter Gu4ardian (18/12).
2. Daily Wrk;er (18/12).
c) L'aceord economiique anglo-canadien (Times,
19/12).
II. PRESS AMERICAINE.
a) L'aide ainmricaine a I'Europe (New York He-
raid Tribwne, 19/12).
b) Apres la r6forme financibre en U.H.S.S.
III. PRESS SOVIETIQUE.
AprLs la Conf6rence de Londres (Pravdia. 18/12).
IV. '- PRESS SUISSE.
L'organisation de 1'Allemagne occidentale (Jiour-
nal de Gn&zve, 19/12).


1. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 19 decembre 194!
La press de ce martin consacre son attention aux ques-
tions economiques et notamment a 1'expos6 de Sir Strafford
Cripps a la Chambre des Communes sur les perspectives eco-
nomiques actuelles de la Grande-Bretagne.
Elle accord 6galement une grande importance a l'accord
commercial anglo-canadien qui a BtA annonce hier soir a
Londres et a Ottawa.
La chronique extfrieure est tout entiCre dominee par les
declarations que M. Bevin a faites hier soir aux Communes
sur 1'chec de la Conference de Londres.
La press reproduit aussi en bonne place 1'essentiel des dB-
clarations du President Truman au course de la conference de
press qu'il a tenue hier a la Maison Blanche.
Plusieurs articles dans le ( Daily Telegraph a, < Daily
Herald >, ( Daily Worker a font mention de la question
syndicate en France.


1. Economie britannique
La plupart des correspondents parlementaires soulignent
que Sir Stafford Cripps a rendu homnmage aux efforts faits
par le peuple britannique pour surmonter la crise economi-
que actuelle et qu'il a averti le pays, que bien que le redres-
sement soit en bonne voie, il ne fallait pas qu'il s'attende
a la fin de la period d'austerite.
Le Chancelier de 1'Echiquier, remarque notamment la
press, a insist sur la necessite pour la Grande-Bretagne
d'economiser les dollars et de faire baisser le prix de ses
exportations.
2. Accord commercial entire la Grande-Bretagne
et le Canada
La press se f6licite de l'accord qui vient d'6tre sign entire
la Grande-Bretagne et le Canada. Le but de cet accord, es-
time-t-elle, est non seulement de faciliter le ravitaillement
alimentaire de la Grande-Bretagne, mais aussi de maintenir,
et si possible d'augmenter, les changes anglo-canadlens.
A cet accord deja conclu vient s'ajouter celui qui est inter-
venu entire la Grande-Bretagne et l'Australie aux terms du-
quel la Grande-Bretagne importera une quantity important
de bl6 australien.
Un autre accord serait actuellement ndgocid entire la
Grande-Bretagne et les Antilles britanniques qui permettrait
a la Grande-Bretagne de ne plus dependre de Cuba pour ses
approvisionnments en sucre.

3. Declarations de M. Bevin
Les declarations de M. Bevin font l'objetde nombreux ar-
ticles dans la press. Le ( Times ) en done un compete renau
d6taill6. Le ( Daily Telegraph ) et d'autres journaux mettent
en relief de passage dans lequel le Ministre britannique a
d4clard qu'il ne fermerait pas la porte a un accord avec
1'U.R.S.S.
Le ( Daily Worker ) accuse M. Bevin de se faire le com-
plice de l'Amerique dans son plan de division de l'Alle-
magne.
Le journal communist announce que les Americains au-
ralent recours aux services du Dr Schacht pour la reorgani-
sation economique de 1'Allemagne occidentale.
Ce journal s'attend dautre part a ce que les Etats-Unis
fassent pression sur la France pour l'amener a accepter la
fusion de sa zone avec la bizone.
Le correspondent du ( Manchester Guardian ) a Berlin
fait 6tat du choc psyohologique caus4 par 1'4chec de la Con-
ference sur la population allemande et notamment a Berlin
qui deviendrait le point n6vralgique par excellence dans le
cas d'une reorganisation de l'Allemagne.


E


Nouvelle Serie No 849


I







2 BULLETIN QUOTIDIEN DB PRESS ATRANGARE


4. Conference des Suppliants
Le g Manchester Guardian ) et le ( Daily Herald a remar-
quent que la delegation sovidtique A la Conference des sup-
pleants fait montre d'un esprit de conciliation. Cette nou-
velle attitude permettrait, pense le < Manchester Guardian ),
de nourrir de nouveaux espoirs pour conclusion rapide des
pourparlers sur le trait de paix avec 1 Autriche.

5. France
La ( scission a de la C.G.T. fournit matiere A de brefs ar-
ticles dans le ( Daily Telegraph ), le ( Daily Herald a et le
< Daily Worker ).
Derek Kartun, du ( Daily WorKer ), estime qu'il n'est pas
encore facile de savoir si M. Jouhaux decidera d'arracher
ses partisans a la C.G.T. et d'organiser une nouveile f6dera-
tion rivale.
Les hesitations actuelles de M. Jouhaux seraient dues au
nomore insuftisant de ses partisans. *
Le ( Mianchester Guardian signale brievement que le
CongrBs national du parti socialist a montr6 sa resolution
d'organiser une troisieme force ind6pendante.
Le meme journal donne un compete rendu des scenes d'ami-
til franco-britannique qui ont marqu6 le depart de M. Duff
cooper et de Lady Diana Duff Cooper.

a) LE RAPPORT DE M. BEVIN SUR LA CONFERENCE DE
LONDRES.

1. Times (19/12).
a ...M. Bevin a montre clairement qu'un gouverne-
ment central en Allemagne devait etre representatif et
ne pas rester un simple instrument aux mains des puis-
sances occupants. Cet expose vient A point pour rap-
peler que le peupl'e allemanid ne pourra parvenir A une
stability intmrieure essentielle, A une paix durable, que
s'il revise dans un sens profond6ment d6mocratique, et
par 1A meme indepen'dant, sesa buts inoraux et mate-
riels Ceux qui seraient tents d'accepter des expedients
qui sembleraient pratiques pour accorder la souverai-
net6 administrative A une parties de I'Allemagne, en lais-
sant pour plus tard le problbme de l'unit6, devront mB-
diter ce point de vue. Les raisons qui s'opposent A un
gouvernement fantoche pour l'ensemble de l'Allemagne
s'opposent encore plus A 1'6tablissement de gouverne-
ments fantoches pour les 'diff6rentes parties de l'Alle-
magne. De tels gouvernements ne pourraient naturelle-
ment etre que des instruments' aux mains d'une des
puissances. Ils permettraient toutes sortes de pressions
funestes et de manoeuvres partisanes en Allemagne. Ce
n'est qu'avec l'accord des quatre puissances que l'Alle-
magne pourra, dans 1'avenir, revivre comme Inembre
indtpendant et createur dans le concert des nations
pacifiques. C'est vers cette fin. comme l'a dit avec sa-
gesse M. Bevin, que doivent encore ten'dre tous les
efforts. Si 1'Est se derobe, les plus grands efforts res-
teront vains, mais l'Ouest ne peut pas et ne veut 6vi-
demment pas abandonner la perspective d'un accord
europeen. P

2. Dally Telegra(ph (19/12, conservateur).
< ...Les causes de l'6chec ne sont malheureusement
pas dues A un seul incident, quelle qu'ait Ute son im-
portance. C'est l'histoire des conferences successives et
non de la Conf6rence de Lon'dres seule, et 1'expcrience
sur presque toutes les questions, et non l'expcrience
sur la seule question des reparations, qui a rencru
l'6chec inevitable. M. Bevin et ses collogues ambricains
et franvais n'avaient pas d'autre choix que de mettre
un terme A ce qui 6tait devenu une farce. Les commu-
nistes (ou les communisants, si l'on peut employer ce
terme pour d6peindre les sympathisants communists)


ne seront gubre suivis dans leurs efforts pour en rcjcter
le blAme sur d'autres que sur M. Molotov. I1 est cepeil-
dant malheureusement vrai qu'il est grave d'avoir perdu
l'espoir 'd'une cooperation loyale quadripartife; ct il
est bon, comme M. Bevin l'a propose, que le Parlement
retarde le d6bat sur cette questions. Cependant, n'atta-
chons pas A cet echec plus d'importance qu'il n'en a.
La rupture n'est pas total, &tant donn6 que M. Bevin
lui-meme semblait encore esperer qu'un traits de paix
avec l'Autriche puisse sortir des deliberations des sup-

pl6ants des ministres des Affaires Utrangi-rcs...

b) L'ACCORD ANGLO-AMERICAIN SUR LA BIZONA,
1. Manchester Giu idilan (18/12, liberal).'
a Les longues negociations sur les frais d'entretien de
la bizone qui viennent just 'de se terminer A Washing-
ton ont et6 entamees parce que le gouvernement bri-
tannique ne pouvait plus payer sa part de dollars. Deux
raisons les ant rendues difficiles. Le gouvernement
americain 6tait peu decide A demander au Congrbs de
nouveaux credits avant de pouvoir lui prouver que les
Britanniques avaient fait tout leur possible. En conse-
quence, les Britanniques doivent faire tout leur possi-
ble -et (comme le prouvent les terms de l'accord) plu-
t6t 'davantage encore...
Ils ont df transcrire en dollars le bilan actuel en
livres sterling de l'agence mixte d'importation et d'ex-
portation et entreprendre la conversion en dollars du
bilan future de cette agence. Ils doivent fournir des na-
vires qui autrement pourraient rapporter des dollars. A
la Grande-Bretagne. Les Americains se chargent 'des au-
tres frais en dollars et ont un droit de control sur
l'agence mixte d'exportation et d'importation et sur
l'agence mixte des changes commerciaux avec 1'6tran-
ger. En faith, les Amnricains dirigeront le commerce
exterieur de 1'Allemagne. La deuximie difficult qui a
fait trainer les n6gociations en longueur, c'est en fait
la question de savoir dans quel 6tat d'esprit les Amb-
ricains exerceront ce contr6le. Ils ont paru insisted pour
que le 'dollar soit le seul talon pour le commerce ext6-
rieur de l'Allemagne, ce qui rendrait le commerce future
de l'Allemagne avec la Grande-Bretagne aussi difficile
qu'avec la Belgique la Hollande A l'heure actuelle...

2. Daily Warker (19/12, communism).
( ...Immediatement apres la fin de la Conf6rence de
Londres, on a appris de Washington qu'un accord
anglo-americain venait d'etre conclu A propos du finan-
cement Ide la bizone. En vertu de cet accord, la Grande-
Bretagne devra payer 17.500.000 livres sterling au course
de l'ann6e prochaine. En contre-partie de cette dimi-
nution des charges financieres de la Grande-Bretagne,
le contr6le effectif passera aux mains des Etats-Unis.
Cette some peut ne pas sembler tres important A
M. Bevin, qui vient de gaspiller 200 millions en Pales-
tine et don't la politique 6trang6re exige des forces ar-
mees qui content 900 millions par an, mais, elle sera
mal accueillie par les contribuables britanniques.
Et quel sera le r6sultat de tout cela? Une Allemagne
divisee (entretenue en parie par la Grande-Bretagne),
qui 'deviendra le bastion le plus important de 'imp&-
rialisme americain en Europe... ;

C) L'ACCORD iCONOMIQUE ANGLO-CANADIEN (Times, 19/12).
...Le people britannique est suffisamment avis6
pour comprendre que le Canada ne nous a pas impose ,
de dures conditions... Alors que ses propres reserves
en dollars et en or sont tomb6es en quelques mois de
1.250 millions de dollars A 500 millions, accorder,







BULLETIN QUOTIDIEN DE I'RESSE ETRANG tRE 3


m8me pour trois mois, un credit qui, sur un an, reprA.
senterait 180 millions de dollars, constitute une contri-
bution don't la Grande-Bretagne dolt se montrer pro-
fond6ment reconnaissante. Mais, a moins qu'un grand
changement, rapide et imprevu, ne se produise dans
1'6conomie mondiale, il est difficile de voir comment
I'offre canadienne pourra continue A 6tre financee par
les deux pays sur la base actuelle au delay de la p6riode
limitte envisage 'dans le nouvel accord. Dans ce do-
maine, comme dans bien d'autres, il est impossible de
conclure autre chose que des accords provisoires.
Spules une amelioration importance dans la balance
commercial de la Grande-Bretagne et des autres pays
europ6ens, ou 1'aidd en dollars pr6vue par le plan
Marshall, ou la combinaison des deux possibilities,
pourront permettre d'envisager plus nettement I'avenir
ct 'de oonclure des accords plus durables. Pour l'ins-
tant, l'apporT de products alimentaires canadiens est
.ssur6 provisoirement. On ne pouvait esp6rer mieux.



II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press amnricaine du 18 d6cembre 1947
1. Organisation de 1'Allemagne occidental
Le, robl6me de organisation de l'Allemagne de l'Ouest
necupe une place prdpond4rante dans les discussions de po-
litique etrangere auxquelles se livre la press amdricaine.
Ses correspondents a tondres insistent sur les conversations
franco-amdricaines oui ont fait suite A l'&chec de la Conf&-
rence des Quatre. Une ddo~che e U.P. ) indicue que des
negotiations s'ouvriront probablement en Janvier A Washing-
ton en vue d'arr6ter la politique commune des Trois dans
l'Allemagne occidental. Selon cette dfpeche, M. Marshall
aurait abord6 ce sujet au course des conversations avec
M. Bevin puis avec M. Bidault qui aurait approuv6 l'idde de
et.te inociation.
Une ddpeche < I.N.S. ) declare de source autorisde que la
France reeherchera une alliance militaire tripartite centre
1'Allemagne,et la Russie, en change de son accord A 1'union
de sa zone A la bizone. ( La France. dit-elle, veut savoil
avant de se prononcer sur le nroblfme de la fusion, si les
U.S.A. concluront une telle alliance militaire. )
Tous les correspondants de Washington consacrent de
longs articles A I'accord analn-amiricain sur la bizone. Cet
accord augmente la participation financibre americaine aux
frais d'entretien de la bizone et donne aux U.S.A. une part
dans le contr6le de son commerce ext4rieur plus en rapport
avec l'acoroissement de la responsabilitd financiere amdri-
caine. Ces correspondents rappellent aue jusqu'a present les
frais d'occupation avaient t60 partag4s dralement entire les
U.S.A. et la Grande-Bretagne et 1ls ajoutent que d'anres le
nouvel accord l'Amdriaue double le montant de ses frals d'oc-
cupation en Allemagne qui atteindront vraisemblablement
800 millions de dollars pour 1948. Tous ces correspondents
admettent que desormais Washington possede une voix do-
minante dans tous les reglements 6conomiques et financiers
de la bizone.
Cette premiere consolidation des efforts anglo.am.ricains
pour remettre sur Died leur zone d'occunation est bien ac-
cueillie par la press qui considere g6ndralement que 1'at-
titude manifest4e par les Russes A Londres ne laisse pas
d'autre possibility aux hommes politiques de Londres et de
Washington. Les articles de Londres indiquent aue toute la
palitiaue 6trangere anglaise est sur le point d'Atre revise
dans ce sens
Des articles de Francfort montrent encore aujourd'hui ouc
les parts allemands s'apprAtent a profiter de cette situation.
et a renforcer leurs revendications pour une participation
plus active dans administration et exploitation de la hi-
zone. Le ( Boston Daily Globe ) public sous une grande
manchette les declarations faites par l'architecte Gronuis.
directeur de la section d'architecture de l'Universit6 Har-


vard. qui, au course de la Confdrence, a annoncd que depuis
quatre mois il travaillait en liaison avec le Ddpartement de
la Guerre A un project visant A faire de Francfort la nour
velle capital de 1'Allemagne occidentale.
Dans cette reconstruction de l'Allemagne, le role de la
France apparalt au < New York Times ) come devant etre
capital. Dains son editorial, ce journal dit notamment au'en
raison de l'echec des Quatre Grands, la question allemande
devra 4tre traitde ddsormais par les Trois Grands et que dans
ces circonstances ( la France tient la clef des prochains
fvenements en Europe ). Il appartient a la France e de dire
aver quelle rapidity et dans quel temps cette fusion n6ces-
saire devra se faire; mais en dehors de cette question im-
mediate des zones occidentales de l'Allemagne il existe
d'autres champs important d'action oh le role de la France
apparait comme devant etre ddcisif... Parmi les seize nations,
la France est la puissance continental principle et la di-
rectfon des affairs qu'elle assumera dlterminera dans une
large measure le ddgr6 de succes du plan Marshall... Dans ces
circonstanoes on peut se turner avec espoir vers Paris pour
une reaffirmation de cet esprit d'ind6pendance et de cette
larger de vue qui sont associds A tout ce qu'il y a de meil-
leur dans I'histoire du people frangais. La France a une oc-
casion sans pareille de redevenir l'architecte principal du
redressement europden... )

2. Relations russo-ambricaines
Les correspondents de Londres annoncent que le repr6sen-
tant russe a la Confdrence des Suppl6ants a fait des conces-
sions int4ressantes au sujet des avoirs allemands en Autri-
che. 1 aurait mddifid ses demands qui se limiteraient d4-
sormais A l'acquisition des deux tiers de la production D6-
troliere autrichienne et des deux tiers des terrains oh les
Allemnds avaient obtenu des droits de prospPction. Cette
nouvelle attitude russe est accueillie avec satisfaction par
ces correspondents qui notent l'atmosnhere de tres grande
conciliation qui a marqu6 hier la session des Suppleants.
Cefte ldgrre detente A Londres dans les rannorts riqsqo-
americains s'est accompagnde A Washington d'un raidisse-
ment de 1'attltuide am6ricaine A l'6gard de la propaeande so-
vidtique. C'est ainsi du moins que les corresnondants politi-
ques dans la capital prdsentent les declarations fates hier
a la presse par M. Lovett, qui replace le Secrdtaire d'Etat
pendant son absence. II aurait annonce que disormais les
accusations portdes par les Russes centre la politique amdrl-
caine feraient l'objet de mises au point officielles qui se-
raient diffusdes a la press et transmises par la station ra-
diophonique de la c Voix de 1'Amdrique >. M. Lovett aurait.
en outre, decrit la devaluation du rouble comme une confis-
catiobrn 90 % et il aurait fait, d'apres le correspondent du
<< New York Times ), un certain nombre de remarnues iro-
niques sur le fonctionnement de l'dconomie communist ep
U.R.S.S.
Un des dditeurs des journaux ( Scripps Howard a revenant
d'un tour d'inspection dans les zones d'occupation fait la
synthbse de ce que serait l'ovinion de tous les reprdsentants
amdricains qu'il a pu rencontrer. Ceux-ci estiment que ( les
Russes se prdparent le plus rapidement possible pour la
zuerre au'lls considArent inevitable. Ils ne pensent pas encore
6tre militairement prdt pour une telle guerre et, en atten-
dant. ils cherchent A atteindre tous leurs objectifs stratd-
giaues par des moyens politiaues. 6conomiques et de propa-
gande. Le temps est leur allied aujourd'hui. Tous les objec-
tifs au'ils atteignent ddsormais par d'autres moyens iue des
movens militaires constituent autant de gain devant assu-
rer le succes de la guerre quand elle &clatera. La Russie croit
qu'elle n'a ou'un ennemi important dans le monde. au'une
nation qu'elle dolt battre. Get ennemi, ce sont les U.S.A. *
De Chicago, la press announce aue le CongrBs nolono-
amdricain qui reprdsente environ six millions d'Amdri-
cains d'origine polonaise a rdussi A grouper toutes les
socit6s polonaises d'Amrilque pour combattre la domination
communniste de Pologne A la suite d'une conference de deux
jours avec M. Mikolalczyk, leader du part paysan polenais.
Une depeche de Sofia au << New York Times ) ranuorte
des declarations officielles indiquant que pas ,un soJdat so-
vidtiaue ne rest sur le territoire bulaare. I'#vaciqtion s'Atant
faite en conformity avec les terms du trait de paix.







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANOGRE


3. Aide americaine
Conform6ment A ses predictions de la veille, la press an-
nonce que la Chambre des Reprdsentants a reduit de 88 mil-
lions de dollars le credit bugd6taire mis A la disposition du
Gouvernement pour venir en aide a la France, A 1'Ttalie el
SrI'Autriche. Elle note qu'un amendment tendant A 6tablir
26 millions dans ]e project de loi a 6t6 repouss4. Les corres-
pondants du a New York Times ), du a Baltimore Sun ) et
de certaines ageneos estiment que le Senat cherchera A ren-
verser la decision de la Ohambre et A r6tablir, sinon la tota-
lit&. du moins la moitid des credits demands par le De-
partement d'Etat. Les interventions du g6n6ral Wedemeyer
et de M. Bullitt devant la Commission budgdtaire du Senat
en faveur d'une aide a la Chine leur font croire que la tfche
de administration sera de ce fait rendue plus difficile. Tous
reconnaissent que la majority rdpublicaine au Congres est
bien decide A rdaliser d'importantes economies dans le bud-
get conform6ment a la ligne politique du parti r6publicain.
Ils notent A cet ezard que la Ohambre a r6duit considd-
rablemerit les credits que lui demandait 1'Administration
pour les frais des zones d'occupation et que les leaders rt-
publicains s'emploient aussi a forcer le Gouvernement A
conceder une diminution des imp6ts sur le revenue en 1948.
D'autre part, les correspondents au Capitole annoncent
que les efforts faits par le Senateur Taft pour faire accep-
ter par le Senat un programme rdpublicain de lutte contre
inflation ont provoqu6 une resistance democrate qui em-
pechera l'adoption de ce project par le CongrAs avant l'ajour-
nement de Noel.
L'aide americaine A 1'Europe est. d'autre Dart. menace
d'une nouvelle reduction par suite des 'valuations de la, der-
nibre recolte de bl amdricain faites par le Departement de
l'Agriculture. Les agencies arnoncent, en effet, aue cette re-
colte a *t0 infirieure de 41 millions 842.000 boisseaux aux chif-
fres prdedemment donnes. Le correspondent du ( New York
Herald Tribune ) A Washington indique, d'autre part, que
des conversations entire le Ministre de l'Agriculture et les
distillateurs en vue de limiter leur consummation de grain
n'ont pas about et que 1'Administration sera oblirde de de-
mander au Oongres les pouvoirs n6cessaires pour limiter
cette consommation.
Les editoriaux du a Washington Post > et du a New York
Herald Tribune a s'dlvent contre I'attitude de la Chambre
des Repfrsentants qui s'est refuse A donner aux pays euro-
peens les credits minimum don't ils ont besoin avant l'entr6e
en vigueur du Plan Marshall. Tous deux considArent que
les arguments de M. Taber sont de court vue et qu'ils vont A
1'encontre de la politique am6ricaine de rel6vement 6cono-
mique de 1'Europe occidental. Tous deux voient dans l'atti-
tude du parti r6publicain qui a suivi M. Taber des prdoccu-
pations d'ordre electoral.
Par ailleurs, des d6pdches de Londres rapportent les de-
clarations du ministry des Combustibles indiouant oue
I'Angleterre reprendrait ses exportations de carbon en
janvier prochain a un rythme de 82.000 tonnes par semaine
pour les pays participant au plan Marshall.

4. La situation en France.
L'arrivde au Havre du bateau de 1' a Amiti6 > et les
ceremonies qui se sont ddrouldes A cette occasion fournis-
sent aux correspondents amdricains de Paris matirre a de
longs articles accompagnds de photos ofi ils soulignent le
bon accueil que la population, le Parlement et la press de
France ont fait A ce geste d'amitid americaine.
Un article du < New York Times a signal los efforts
tcntCs par la (( Force OuvriBre a pour lutter contre 1'em-
prise communist au sein de la C. G, T. Ce movement
aurait dejA obtenu certain rdsultats parmi les syndicats du
Rail et celui des Mineurs. Les commentaires amdricains sui-
vent avec un intdrAt particulier l'dvolution de cotte lutte
contre le communism. Ils estiment, en effect. que les efforts
de redressement 6conomique en France seront menac6s d'in-
succ6s tant que la domination communist dans los princi-
paux syndicats menaccra d'interrompre par des graves dis-
persdes, ou mmme totales, le plan de reconstruction fran-
cais 6tabli en liaison avec le plan Marshall.


a) L'AIDE AMARICAINE A L'EUROPE (New York Herald Tri-
burie, 19/12, editionn europeenne).

c La lecture int6grale du bruyant et violent d6bit
qui s'est d6rou!l longuement la semaine derniere A la
Chambre des reprdsentants, avant que cette Chambre
n'ado-pte Ic project de loi d'aide immediate e.t snff"
sante pour susciter des craintes. Si l'on envisage la si-
tuation avec came, il n'en demeure pas moins qu'un
grand nombre de membres du Congres ne voulaient
pas accorder cette aide, mais qu'ils ont senti qu'il va-
lait mieux saisir cette occasion peut-&tre unique de l'ac-
cepter; qu'ils P'ont accepted pour des motifs complexes
otf la haine du c.ommunisme 6tait plus forte que 1'amour
'de l'humanit6; et que le Congr6s va discuter beaucoup
plus violemment et penser beaucoup plus aux resources
des Etats-Unis qu'au redressement de 1'Europe, lorsque
le d6bat porter sur 1'ensenble du plan Marshall... >

b) APRts LA R FORME FINANCIARE EN U.R.S.S. (Washing-
ton Star, 17/12).

a Deux fails saillants ressortent de la measure dra-
conienne adoptee par le. gouvernement sovi6tique pour
revaloriser sa monnaie. Le premier, c'est que l'acono-
mie communist est soumise aux mmmes tendances A
I'inflation que celle des pays capitalistes. Le deuximme,
c'est que, dans un pays totalitaire, 1'Etat ne se sent
cenu par aucune obligation A 1'6gard des particuliers...
Tout cela rappelle 'de facon frappante la periode du
nouveau programme Aconomique de 1920...
L'Etat tout-puissant accomplit une operation finan-
cibre capital dans son propre inte'rYt et sans tenir
compete de ses consequences 'possibles. Sa capacity
d'agir ainsi est hors de question et sa decision aura
probablement pour r6sultat imm6diat de stabilizer
1'6conomie. Mais, si la production des biens de con-
sommation n'est pas augmented, son r6sultat ddflnitif
est douteux.




III. PRESS SOVIETIQUE



Revue de la press sovietique du 18 decembre 1947

Les rubriques 6trangdres reprdsentent deux pages en
moyenne et sont surtout informative.


1. Camp dmmocratique, camp impdrialiste.

Une sdrie de t6elgrammes formant une toile de fond:
a Discours de M. Harry Pollit A la reunion du Comit6 exa-
cutif du parti communist anglais >. < Succes de 1'armde
national libdratrice en Chine >. a Greves gdndrales A Pa-
lerme, Catan et Persiarra >. a Les ouvriers amBricains exi-
gent une hausse des salaires >. < Le Congrds am6ricain a
adopted la loi d'assistance aux gouvernements strangers >.
a Augmentation du ch6mage en Angleterre ), etc...
Une attention particulirre continue A s'attacher A la
France, Sous le titre < Les travailleurs frangais sont indi-
gnds de la perfidie du gouvernement Schuman a parais-
sent de large extraits de < 1'Humanltd a relatifs aux pro-
testations provoqudes par les measures de repression contre
les grdvistes.
Dans les < Izvestia >, texte de la lettre adressde A M. Mo-
lotov par vingt-quatre citoyens sovidtiqucs expulsds de
France.







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ETRANGEHE


2. La cooperation international.
C'est le theme le plus largement traitd.
Quelques d6peches secondaires portent sur les rapports
entire les pays de la d6mocratie nouvelle. Le gouvernement
tchecoslovaque a approuv6 I'accord commercial avec 'U.R.
S.S. Signature d'un trait d'amitle, de collaboration et d'as-
sistance mutuelle entire l'Albanie et la Bulgarie. Arrivee
d'une dld6gation gouvernementale en Yougoslavie et i Bu-
carest, etc...
L'attention principal se porte sur la Conference de
Londres.
3, Conference de Londres.
Dans tous les journaux, une ample serie de d6peches se-
condaires se referent aux suites directed ou indirectes de
la rupture de la Conference. Les plans anglo-americains
par rapport a 1'Allemagne; citation du ( New York Times a
et de l'agence Reuter. ( Accord sur le financement de la
bizone ). Declaration de M. Bevin aux Communes, le 17
d6cembre >. Declaration du chef de la section d'architec-
ture de l'Universit6 de Harvard aux Etats-Unis, concernant
les plans de transformation de Francfort-sur-le-Meizi en ca-
pitale de 1'Allemagne de l'Ouest a. ( Protestation centre la
repression de la liberty d'opinion dans les zones occiden-
tales de 1'Allemagne ). ( Extraits de o Neues Deutschland >.
o Entrevue Marshall-Bidault ). ( Interpretation d'Associa-
ted Press et d'United Press >. ( Fusion des zones >. ( Par-
ticipation de la France au contrble de la Ruhr sur la base
d'un system de vote majoritaire >. ( Ajournement de la
decision touchant au regime special de la Rh6nanie >.
< Accord sur la Sarre >.
APRES LA CONFERENCE DE LONDRES (Pnavda, 18/12).
e ...Sur les instructions 'de Marshall, et avec l'appui
des delegations britannique et francaise, la Conf6renee
de Londres a WtB ajournae sans Iqu'on ait pris soins d'in-
diquer la date A laquelle elle reprendrait ses travaux.
Queiques heures apres la cl6,ure/de la Conference,
les journaux de Londres paraissaient avec les man-
chettes suivantes : < La faillite de la session de Lon-
dres 'du Conseil des ministres des Affaires 6trangbres >,
4 Les conversations des Quatre Grands ont 6choue 3.
Ces manchettes d6naturent en r6alite le sens veritable
des 6venements. Toute la Conf6rence de Londres, et en
particulier sa derniere etap'e, indique que ce sont pre-
cis6ment les plans de la delegation ambricaine, soute-
nus par les d6elgations britannique et frangaise, qui
ont 6choue de fagon piteuse. Ce n'est pas le Conseil des
minTstres des Affaires 6trangBres qui a fait faillite, mais
ceux qui s'efforgaient de dieter A ce Conseil des d6ci-
sions avantageuses pour les puissances anglo-saxonuni,.
Quels sont done les plans que le general Marshall
avait apportes A Londres 11 y a trois semaines? II ne
fait aucun doute que le DBpartement d'Etat americain
avait l'intention de se servir de la Conf6rence de Lon-
dres pour dissimuler sous 1'autorit6 du Conseil 'des .min
nistres des Affaires 6trang6res la politique americaine
qui vise A 1'6tablissement d'une paix impbrialiste...
Mais, s'ttant rendu compete qu'il Mtait impossible d'uti-
liser le Conseil des ministres dans ce but, Marshall a
torpille la Conference des Quatre...
Avec l'appui des repr6sentants de la Grande-Bretagne
et de la France, Marshall avait probablement l'intention
'd'imposer sa volont6 A la de16gation sovi6tique...
La d6elgation sovi6tique, qui defend syst6matique-
ment et avec esprit de suite les inter6ts d'une paix de-
mocrafique en Europe, et qui lutte en particulier pour
que l'on reconnaisse au people allemand le droit de
crier un gouvernement central d6mocratique, a dif-
ment ripost6 a la politique de la d616gation americaine.
Seule la d6elgation sovietique pursuit une politique
visant a etablir 'dans le monde une paix stable et d&-
mocratique...


Les fails prouvent quc la Conference de Londres a
6chou6 grace aux efforts conjugus des d6elgations des
puissances occidentales, qui n'ont pas hesit6 a conspi-
rer ensemble lorsqu'elles ont su qu'il 6tait impossible
d'imposer leur diktat A la delegation soviktique...
Quels sont done les plans ulttrieurs des puissances
occidentales ? Les promoters d'une paix imp6rialiste
(dWmasques aux yeux 'de l'opinion d6mocratique du
monde entier) s'efforcent obstin'ment de mettre on
application leurs plans expansionnistes. Mais il n'est
pas douteux qu'en agissant ainsi ils surestiment leurs
possibilities. La politique systematique de l'Union So-
vi6tique et de tous les pays democratiques qui
lutte pour une paix stable, conquiert de plus en plus la
sympathie et la reconnaissance de toutes les nations
de l'univtrs.
La diplomatic sovi6tique, qui d6veloppe avec esprit
de suite son programme de reglement des probl6mes
internationaux sur la base des principles d6mocratiques,
a remport6 un succ6s dans ce sens A la Conf6rence de
Londres. >
(JOUKov et ISAKOV.)



IV. PRESS SUISSE


L'ORGANISATION DE L'ALLEMAGNE OCCIDENTALE (Jownlul
de Genbve, 19/12).
a ...Quoique, sur le plan 6cononique et industrial, les
Anglo-Amercains et la France ne parent pas encore
tout A fait la mnme langue, un accord A cet 6gard ne
pr6sentera, dans sa r6alisation, que des obstacles quo
l'on pourra progressivement 6iminer. Lorsque les trois
occupants aborderont la 'discussion du probl6me terri-
torial, 'et qu'il s'agira pour la (Grande-Bretagne, la
France et les Etats-Unis, de d6limiter l'ensemble du
territoire de la nouvelle Allemagne, piovisoire ou non,
les trois puissances don't le bloc vient de s'atfirmer
avec tant de vigueur A Londres jugeront opportun,
voire indispensable, de reviser le decoupage territorial
auquel on a proc6d6 lorsque, la victoire acquise, on Y
fix6 les zones attributes a chacun 'des vainqueurs. F.-
d6rer cette Allemagne est une necessit6, mais encore
importe-t-il de proceder A cette f6d~ration avec bon
sens, puisqu'il est question de crier quelque chose de
durable.
Dans notre esprit, la zone britannique pourrait re.-
ter ce qu'elle est aujourd'h'ui. II n'en est pas de meme
toutefois des zones ambricaine et frangaise, don't les
territoires r6ciproques se chevauchent d'une maniere
qui est un dBfl au bon sens. On a d6coup6 le pays 'de
Bade, on a d&coup6 le Wiirtemberg, on a dbcoup6 la
Hesse. Pour des raisons A la fois ethniques et politiques,
et parce que l'histoire possede des droits immuables, '1
faudra rendre a CUsar ce qui est a Cesar. Nous enten-
dons par lh que la Hesse doit 6tre un seul Land ou
pays, la Bade et le Wiirtemberg 6galement. AprBs avoir
d6coupe, il faudra recoller les morceaux 6pars. Com-
ment ? Nous l'ignorons, mais on parlera bient6t de ce
replAtrage si l'on veut que, meme f6d6ree, 1'Allemagne
occidentale se pr6sente d'un seul tenant. Les Allies.doi-
vent se montrer A la hauteur de la tiche A laquelle its *
vont 6tre contraints de s'atteler. s
(Du correspondent A erlin
du Journal de Getn~ue.)


S. P. 1. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3d"l


__ _~__










































































Prix : 6 Francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs