Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00252
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: December 4, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00252
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


PIBSIDENCE DU CONSEIL


LA DOCUMENTATION FRANCHISE


SECRbTARIAT GENERAL
DU GOUVERNEMENT


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORbIATION
BT DE PRESS


Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


BULLETIN



DE PRESS


QUQO



TR


ERE


4 d6cembre 1947.


Nouvelle S6rie No 835


SOMMAII E

I. PRESS BRITANNIQUE.
II. PRESS AMERICAINE.
a) La situation en France :
1. New York Herald Tribune (2/12).
2. New York Tinme (2/12).
,b) L'aide am6ricaine A l'Europe (Washington Star,
2/12).
c) Le partage 'de la Palestine (New York Times,
1/12).
III. PRESS vSOVItTIQUE.
a) La conference de Londres (Pravda, 2/12).
b) La po:itique anglo-americaine en Allemagne
(Troad, 3/12).
IV. PRESS POLONAISE.
a) La situation en France (Polska Zbrofnia, 2/12).
b) La Conference de Londres (Dziennik Zcchnodni,
2/12).
c) Le bilan de la derniere session de I'O. N. U.
(Rzeczpaspoli a, 2/12).
d) AprBs la conference socialist international
'd'Anvers (Robotnik, 2/12).
V. PRESS BELGE.
La situation en France :
1. La Nation Belge (2/12).
2. Le Soir (2/12).
VI. PRESS SUISSE.
Le partage de la Palestine (Journal de GenBve,
3/12).


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 3 dceembre 1947
L'attention de la press se concentre ce matin sur les ques-
tions frangaises et les 6v6nements de Palestine. La Conf6-
rence de Londres ne fournit matiere A des articles que dans
cinq journaux. En revanche, l'evolution des conflicts sociaux
en France est largement comment6e dans toute la press, no-


tamment dans le ( News Chronicle ), le ( Daily Herald a et
le (Manchester Guardian >.
1. France
La plupart des journaux soulignent le ralentissement du
movement de graves. Cependant, certain insistent davan-
tage sur les incidents qui ont mis aux prises la police et les
grevistes. Le ( Daily Graphic ) 6crit notamment que ( la
terreur continue en France malgrd le ralentissement des
groves >.
Le ( Daily Worker ) announce que ( les troupes ont attaque
les travailleurs de plusieurs villes >. Le e Daily Mirror a
laisse prevoir qu'une greve delatera bient6t dans les 6tablis-
sements commerciaux. Plusieurs journaux rendent compete de
1'expulsion de M. Calas.
Le correspondent du ( Times a estime que la situation a
confirm 1'impression qu'on avait deja hier d'un retour g6n6-
ral au travail. La greve deviendrait tres impopulaire. Les
graves consequences qu'elle aurait dans la vie quotidienne
des grdvistes ne manqueraient pas d'ajouter A son impopu-
larite. Les communists devront r6flechir a ce ralentissement
du movement de groves qui se dessine dans tout le pays et
est consider g6ndralement < comme un recul marqud des
communists )).
Le correspondent du ( Manchester Guardian a enregistre
plusieurs success pour le gouvernement : la reprise du traffic
du metro, la rdouverture des cinemas et des theatres, I'ali-
mentation de Paris en courant 6lectrique, 1'expulsion inat-
tendue de M. Calas. ( La nouvelle phase de la lutte, 6crit-il,
est d&sormais nettement prtcisee : l'action communist a
6chou6 en raison des divisions dans la plupart des industries.
Mais si on la considered comme l'action d'une minority agis-
sante, elle ne laisse pas d'&tre une reussite remarquable et
inquietante a.
Le ( Daily Telegraph a remarque, lui aussi, une certain
amelioration dans la situation. Il reproduit des passages
d'une declaration de M. Jouhaux hostile au movement de
groves et signal que le gouvernement se trouve en face d'une
nouvelle menace : la greve des fonctionnaires qui serait pr&-
vue pour jeudi.
Ce journal donne ensulte de nombreux details sur les dif-
fdrents incidents qui se sont products dans la region pari-
sienne et a Marseille. II souligne que la population de la
capital est de plus en plus hostile au movement de groves.
Le ( Daily Mail a fait 6tat des declarations d'un porte-
parole du gouvernement selon lesquelles le plan communist
aurait echoue, des milliers d'ouvriers ayant repris le travail.
Michael Wilson, du ( Daily Express ), announce que les
gr6vistes reprennent en foule le travail et que, d'aprMs
M. Daniel Mayer, 75 % des gr6vistes se seraient ddaolidaris6s
du movement.








BULLETIN QUOTIbIEN DE PRESS iTRANGERE


William Forrest insisted sur les incidents qui ont 6clatE
entire la police et les grevistes.
II estime que la violence a atteint son paroxysme tandis
que se multiplient les s-gnes d'une victoire gouvernementale.
Dans un autre article, ce correspondent rappe.le le coup
d'Etat du 2 d6cembre et fait allusion a un eventuel coup
d'Etat gaulliste don't il exclut d'ailleurs, pour 1 instant, la
possibility.
Il remarque que ( le parti communist pourrait 6tre un
element revolutionnaire puissant en France si ]a sincerity
de ses buts n'avait pas ete aussi souvent mise en doute et
s'il n'avait pas si frequemment change de politique >>.
( C'est pourquoi, pour ne citer qu'un example, les chemi-
nots ont repondu unanimement A son appel lors de la greve
de juin dernier et que ce meme appel a 6chou6 la semaine
derniere a.
Sur le plan politique et sur le plan industrial, estime ce
correspondent, < les communists ont perdu la parties. Ils le
savent. En se posant en martyrs, ils suivent le chemin le
plus facile de retraite >. Rappalant, pour conclure, les decla-
rations d'un chef gaulliste d'apres lequel le g6n6ra de Gaulle
ne reviendrait au pouvoir qu'une fois que < la C. G. T. aurait
le dos brise >, ca correspondent ecrit e que cette condition
semble devoir 6tre bientot remplie >.
Ronald Matthews, du < Daily Herald >, parle aussi ( du
declin de l'influence communist sur les grevistes, malgr6
les violent incidents qui se sont diroules dans plusieurs
usines ).
Dans un autre article, ce correspondent comm(nte : < la
lutte pour le pouvoir au sein de la C. G. T. ). II 6crit notam-
ment que ( la C. G. T. s'est mise dans de mauvais draps en
n6gligeant d'appliquer ses propres rtg:es >. Il donne les
raisons qui, selon lui, l'ont amrene A parser eatierement
sous le control des communists, mais il estime que ceux-ci
a n'ont pas observe les rpgles et auraient donned l'ord-e de
greve d'une maniere trop visible peu de temps apres la
creation du Kominform et en meme temps que dis troubles
6clataient en Italic a.
Ronald Mattews estime que les 61ements noa commu-
nistes de la C. G. T. dsviennent chaque jour plus puissants.
S. Coulter, du ( Daily Graphic >, ecrit que ( .a furieuse
tentative des communists d'etrangler le pays a echou6 >.
La ( Daily Graphic > annonre que les mineurs retournent
en foule au travail. Enfin, le ( Daily Worker a accuse les
troupes d'avoir ma:trait6 :es grCvistes.

2. Palestine

Sous des manchettes parfois sensationnelles (a Daily Ex-
press a, o Daily Mail ), ( Daily Graphic >), la press de ce
matin ranpelle les scenes de violence qui ont marque la
journee d'hier en Palestine et notamment a Jerusalem. Elle
croit savoir que des troubles de plus grande envergure vont
bientBt ec:ater et qu'une bataille rangee va se livrer en
Palestine entire troupes arabes et juives.
F:usieurs journaux annoncent que le Conseil de l'Universite
d'Al Azhar a proclame la guerre sainte. En outre. les jour-
naux reproduisent des photographies de scenes de pillage
et de meurtre.

3. Conference de Londres

Le correspondent diplomatique du ( Times > remarque
que la Conferen.e des ministres des Affaires etrangeres a
marque hier quelque progress A propos de la participation
des pays en guerre centre l'Allemagne aux conferences d'in-
formation et de consultation.
En revanche, le correspondent diplomatique du (( Daily
Telegraph > estime que la Conference n'a fait aucun progress
reel.
En ce qui concern 1'Autrlche, il announce que les sup-
pleants ont discute la proposition frangaise destinee A sur-
monter le different relatif A la question des avoirs alle-
mands en Autriche.
Il rappelle que la proposition du general Charribre auralt
ete rejet6e par 1'U. R. S. S. comme contraire aux accords de
Potsdam.
M. Pitcairn, du a Daily Worker a, consacre un article A la
question autrichienne dans lequel il critique la politique


anglo-saxonne a 1'6gard des avoirs allemands et notamment
des puits de Zisterdorf.
Le correspondent diplomatique du journal communist
ecrit ironiquement ( que le p6trole commence a se fire
sentir dans les conversations sur l'Allemagne, M. Bevin
ayant insist pour que la Perse soit entendue a tout prix
sur la question du trait de paix allemand >.

4. Balkans

D'apres le correspondent du (( News Chronicle >, le gouver-
nement de Prague serait hostile a une F6edration des Etats
communists de 1'Europe orientale.

5. Kominform

Le < Daily Herald a repond aux attaques lances par des
publications politiques du Kominform centre M. Bevin et
sa politique.

6. Pourparlers economiques entire la Grande-Bretagne
et la Russie

La reprise prochaine des pourparlers commerciaux entire
la Grande-Bretagne et la Russie est mise en relief par la
press.


II. PRESS AMERICAINE



Revue de la press americaine du 2 decembre 1947
1. Aide am~ricaine

L'Cnorme majority obtenue au Senat par le project d'aide
immediate a 1'Europe est mis en relief dans les journaux
qui annoncent que c'est par 83 voix centre 6 que la Haute
Assemble a autoris6 le gouvernement a prevoir 597 millions
de dollars pour les secours immediats A la France, A l'Italie
et A 1'Autriche.
La lutte se porte desormais A la Chambre des Represen-
tants ot la Commission des Affaires etrangeres n'a pas en-
core reussi approuver le textee sur l'aide interimaire. Toute-
fo's, elle a decid6 deja de reduire considerablement cette
aide et les declarations des nombreux representants repu-
blicains rapportCes dans la press indiquent une opposition
important au project gouvernemental en meme temps qu'un
tres vif desir de venir en aide a la Chine.

2. Conference de Londres
Deux nouvelles impasses apparues hier a la Conf6rence de
Londres sont mises en evidence par les correspondents ami-
ricains. D'une part, ils annoncent que l'Union Sovietique a
rejet6 le compromise propose par la France pour regler la
question des avoirs allemands en Autriche et, d'autre part,
ils notent que la proposition americaine d'ob:iger la future
Constitution allemande A se conformer au trait de paix a
6te egalement repouss6e par le d16gu6 sovietique sous pr6-
texte que l'Al:emagne ne pouvait pas demeurer 6ternellement
sujette aux caprices des vainqueurs.
Matthews, le correspondent du ( New York Times a estime
que les paroles de M. Molotov sont specialement destinies
au people allemand dans le but de lui demontrer qu'il n'a
qu'un ami au monde : 1'Union Sovietique. Russel, le corres-
pondant du ( New York Herald Tribune a, s'6tend sur la
proposition frangaise concernant les avoirs allemands en
Autriche et note que les puissances occidentales demeurent
fermement opposees a la position sovietique en cette matiere,
bien qu'elles soient desireuses d'6tablir le trait autrichien
afin de permettre une evacuation rapide des troupes d'occu-
pation sovietiques en Hongrie et en Roumanie.
Dans 1'ensemble, les correspondents constatent que la
conference pietine et certain vont jusqu'A envisager son
echec. Une dep6che < A. P. > declare que la convocation de
la Conference tripartite americano-anglo-frangaise pour uni-
fier les trois zones d'occupation en Allemagne serait possible
si la present impasse persiste. Kuh, correspondent de








BULLETIN DQUO1lIDElN. Di PRESSE ETIRANUtERE


'P, I. X estime que le reject sovi6tique de la proposition
frangalse *A propos de 1'Autriche fait disparaitre tout espoir
d'aboutir a un trait avec ce pays.
line dd6pche a U. P. ) indique que ie retour de M. Bi-
dault A Paris a et6 mot'iv6 par une menace faite par le
g6ndral de Gaulle de ne pas reconnaitre les decisions prises
par la Conf6rence de Londres, dans le cas oh il arriverait
au pouvoir et dans le cas of ces decisions ne seraient pas
conformes A son point de vue.

3. -- Palestine
La press continue a signaler de violent incidents orovo-
quos par les Arabes m6contents de la decision price par
I'O. N. U. a I'6gard de la Palestine. Une d6dpche < A. P. >
du Caire announce que sept ministres des Affaires 6tran-
geres des pays arabes se reuniront le 12 decembre dans
cette ville pour etudier les measures a prendre pour s'opposer
a cette decision. Les attentats centre les ditoyens americains
dans le Proche-Orient sont signals dans ces depeches et la
mise au point du Departement d'Etat donne des details sur
les attaques perp6tuelles contre la Legation americaine a
Damas et signal les excuses faites par le Premier Ministre
de Syrie aux autoritds am6ricaines.

4. Les preparations militaires
La commission de 1'6nergie atomique a annonce qu'elle
utiliserait 1'atoll Einiwetok pour les experiences atomiques
de caractere civil et militaire. La press note que cette ile
est voisine de Bikini et present 1'avantage d'avoir une sur-
face sunArieure A cette derni6re.
La press signal qu'un rapport adress6 par M. Truman
au Congr6s propose de creer un nouveau Canal de Panama
Qui unirait les deux oceans au niveau de la mer, ce qui eli-
minerait les 6cluses consid6eres comme vuln6rables pn temps
de guerre. Le project cofiterait 2.483 millions de dollars.

5. Situation franchise.
L'exoulsion des deputds communists de la Chambre fran-
caise fait l'objet des plus gros titres des iournaux du matin.
La situation franchise demeure la principal preoccupation
de la press am6ricaine. L'attention du public amerir'fn
est attire sur le fait que la France constitute A l'heure
actuelle le premier champ de bataille de la (< guerre froide )
qui se livre dans le monde centre les co-munistes et les
parties d6mocratiques. De l'issue de cette bata'ille d6pendra
non seulement le succrs du plan Marshall, mais dgalement
la sdcurit6 future des U. S. A., d6clarent de nombreux com-
mentateurs. C'est pourquoi la situation franchise est prd-
sentee comme constituant'un facteur plus important dans
les relations internationals que la Conf6rence de Londres.
Tous les journaux experiment leur svmpathie au gouverne-
ment francais pour 1'dnergie don't il fait preuve pour rd-
pondre aux manoeuvres communists.
L'editorial du a Baltimore Sun a declare : < ce aui se
passe aujourd'hui A l'Assembl6e francaise et dans l'inldr-
trie francaise en general a une plus grande importance
que ce qui s'cst pass jusau'a present A la Conf6rence de
Londres...
Le ( New York Times ) estime aussi que ( la France
est le premier champ de bataille de la veritable guerre
froide ejtre la Russie et 1'uuest. 4 (Voir I'article plus loin.)
L'editorial du ( New York Herald Tribune ) met en lu-
mi6re les tactiques communists. (Voir Particle plus loin.)
Seul, Max Lerner, un des 4diteurs de (( P. M. ), s'inau'iete
des measures prises en France pour combattre 1'agitation
communist. II estime que si le general de Gaulle etait au
pouvoir et que 1'Am6rique l'appuie. le jeu communist se
trouverait enforce, ( car cela signiferait nue la lutte in.t-
rieure franaise serait une lutte entire les forces de la R6pu-
blique francaise et celles d'un cesarisme ou d'un bonapar-
tirme de Gaulle. En ce cas, les communists pourraient es-
plrer regrouper la gauche non communist franqaise don't
ils ont Wt6 s6pares cette annde. )
Le s6nateur Brewster, de retour de France, a declare a
la plesse que la strat6gie communist en France consistait


A obliger le g6ndral de Gaulle A prendre le pouvoir des que
possible afin que la situation difficile de 1'hiver joue centre'
lui et d6truise sa popularic6 laissant, one fois de plus, le
champ libre aux aspirations du parti communists en:
France. Dans sa declaration au correspondent du ( New
York Herald Tribune ), M. Brewster, a a.out6 qu'il 6tait
convaincu qu'un gouvernement de Gaulle etait inevitable A
br ve ech6ance.

a) LA SITUATION EN FRANCE.
1. New York Herald Tribune (2/12) :

< La champagne communist en France qui, depuis son
d6but, a m6.6 confus6ment des objeclifs politiques et
6conom.ques a enfin trouv6, da is soa opposition au
programme du gouvernement Schuman, un but de lulte
immediate. Ce n'est pas li le seul but de la politique
communism ce n'et mme pas le plus important -
mais i 'donne une sorle de clari6 et d'unite temporaire
aux efforts destructifs de ce part.
A l'Assembl6e Nationale, les communists ont pour-
suivi leurs activists non parlemen.aires d'obstruction...
Sur le front du travail, les dirigeants communists de
la C. G. T. (ag:ssant cette fois ind6pendammment de leurs
collogues non communists) ont ainonc6 que les n6go-
ciations en vue de mAtre fin a !a vague de graves qui
aggrave 'd'heure en here la crise 6conomique francaise
ne seralent pas reprises Ai la i1gislation r6clam6e pir le
cabinet Schuman pour r6soudre la situation 6tait pro-
mulgu6e...
L'intcntion 6vidente des communists de lu'ter par
li force contre la volonte des reprseitanis 6lus 'de la
France, a c.arifi6 la situation. Le par.i communist n'a
pas seulcmcnt lanc6 un d6fi au gouverncme nt et A I'As-
sembl6e Naionale, mais au.'si A la grande masse du
people franca.s. II a demand6 aux ouvriers francais
de butter non pas uniquement pour ami lore: leur
condition economique, mais aussi centre des measures
que sa tactique a provoquAes.
Il est d6ih evident que les communists ont rencon-
tr6 une opposition pa;mi les ouvriers fraiais. Les
616ments non commun.s es de la C.G.T. se sont enfin
sepa-6s de lburs as.oci6s d'aulrefois. I1 rest A voir
qu'elle sera l'importance de cetle scission au sein de la
C.G.T. >

2' New York Times (2/12).

< ...La situation actuelle en France est la consequence
inevitable 'du rapprochement des parties d6mocratiques
avec les communists, rapprochement qui a trouv6 son
expression dans ce qu'on appelle << le front populaire ,.
Celte tendance particuliere semb'e primee maintenant
parce que le people francais n'est pas encore p:rt A
abdiquer son ind6pendance ou sa liberty. La cr6a:ion
du gouvernement Schuman et du movementt du G6n6-
ral de Gaul'e prouvent que le pays qui a proclam6 la
liberty, 1'6galit6, 'a fraternity et les droits de l'homme
s'est enfin ren'du compete de la menace grandissante
d'une diclature communist et se r6volte contre une
tcl:e aventualit6. Cette rivo:te semblerait indiquer qu'il
en serait de mime conire toute tentative pour &6ablir
une dictature et cela queele qu'elle soit. ,

tb) L'AIDE AMERICAINE A L'EUROPE (Washirnon Star,
2/12).
< I1 y a deux semaines on n'aurait gubre pens6 que
le project de loi d'aide A 1'Europe serait adopt au Snnat
A une mijorit6 aussi importance que cedle qui a 6t6 enre.
gistr6e hier...
Un grand nombie 'de s6nateurs qui ont vote pour







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGEtE


adoption du project de loi eprouvaient quelques ap-
prehensions A son 6gard. Ils 'ont montr6 la semaine
derniere lorsque tren;e d'entre eux ont vot6 pour r6-
duire les credits de 597 millions de 'dollars, A 400 mil-
lions, mais les 6v6nements ont montr6 qu'ils devaient
agir maintenant s'ils voulaient que leur action soit cou.
ronn6e de succbs en France et en Italie...
Le Senat s'est l6ev6 A la hauteur de la gravity de
la situation. I1 a 6cart6 ses doutes et s'est drcide A
agir rapi'dement ; il a resist6 A la tentation de rAduire
les credits en raison des dangers 6vidents que prbsen-
tail une telle solution... >)

c) LE PARTAGE DE LA PALESTINE.
1 New York Time's (1/12).
< ...L'Assembl6e g6ndrale a maintenant fait son choix
et sa decision devrait entrainer I'acquiescement, le
respect et le soulien loyal de toutes les nations et de
tous les peuples.
La d&'ision, en matirre de territoires, ne va pas
aussi loin que la p:upart des Sionistes l'avaicnt es-
p6r6. E.le dd appointera cruellement les Arabes. Mais
c'est une decision des Nations Unies ; c'est la mcilleure
decision que ce grand organism de 'opinion mondiale
a Wti capable de decouvrir et nous esp&rons qu'elle
sera rcspecde par les deux peuples don't el'e met I'ave-
nir en cause. En cas d'6chec, le Conseil de S6curite
devra trre assez courageux et assez r6solu pour fournir
les moyens necessaires pour faire appiiquer ceote d6-
cision.


III. PRESSE SOVIETIQIUE


Revue de la press sovi6tique du 2 d6cembre 1947
La plupart des textes inddits se trouvent dans la ( Prav-
da ), les autres journaux avant eu hier leur repos hebdo-
madaire.
Les 6v6nements de France sont en premier plan. Ensuite
une sdrie d'informations traitent du << Plan Marshall pour
le Japon ), de la c Conferenie des parties socialistess
Bruxelles ), de la < riposte Tolente des ouvriers de Milan
aux provocateurs a, du ( Comit6 central du part commu-
niste a Prague ), et de I'afflux des textes antisovidtiques
d'origine amdricaine dans la press suddoise,

1. Situation en France.
Les ( Izvestia ) ont consacr6 un tiers de page aux sdan-
ces de l'Assemblee national des 1" et 2 d6cembre. Cette
feuille souligne que les (( soldats francais ont refuse de tirer
sur les manifestants ). La ( Pravda ) donne la vedette aux
( incidents de Saint-Etienne ). Tous les journaux qui n'ont
pas paru hier donnent la dedpche Tass au sujet de Ioarres-
tation provocatrice des citoyens sovi6tiques en France.

2. Conference de Londres.
Une corresp.mdance de Tass, en provenance de Londres,
rel~ve que la ( de lgation britannique avait deposs4 une
proposition qui n'avait pas Wte concertde A l'avance avec
ia delegation americaine. Pour cette raison, M. Marshall a
manife(td son m6contentement, et M. Bevin proposal lui-
memb/d'ajourner 1'examen de son project ). Le compete rendu
du project Marshall est public ensuite. Le correspondent es-
time que ce project presence la possibility d'ajourner la
creation du gouvernement central allemand A une date ind6-
terminde, ( voire y renoncer compl6terment et le remplacer
par une representation des (( Lnder >).
On relive une serie de commentaires sur des sujets tralts
A la conference, il y a litu de reliever notamment, le repor-
tage des envoys speciaux de la ( Pravda o A Londres, Iza-


kov et Joukov, don't les conclusions sont semblables A oelles
de la chronique international de ia ( Pravda ). Etudiant
l'attitude des diverse d6elgations, ils soulignent qu'on a
senti des les premiers jours Un accord prealable entire les
trois puissances occidentales sur les principles questions.
ainsi qu'une division des roles entire elles. c La delegation
americaine pr6fere agir dans les coulisses. Les d61lgations
britannique et frangaise sont A I'avant-scene. ) Apres s'etre
moqu6 des plaisanteries de M. Bevin, (( indispensables pour
masquer la d6pendance de la politique britannique A 1'6gard
de Washington >. les correspondents analysent l'impression
e odnible ) donnde par la delegation francaise. ( Celle-ci
marquait encore, aux s6ances prec6dentes, un certain pen-
chant pour une politique ind6pendante. Cette fois les der-
niors vestiges d'autonomie de la delegation francaise sont
du domain du pass. Tandis que o'on r6soud les questions
essentielles de l'organisation future de l'Europe d'apres
guerre, questions qui ont une importance vitale pour la
France. M. Bidault no manifest d'intdret que pour la Sarre.
On est frapp6e galement par le fait que le ministry fran-
gaise passe sans cesse d'un 6tat de d6sarroi a un dtat d'ex-
trmme nervositb. a
Enfin, Izakov et Joukov insistent sur la resonance A
Londres des 6v6nements de France et d'Italie, qui jettent
leur ombre sur les d6bats : dispersion des gr6vistes par la
police, envoi centre eux de troupes avec tanks, mitraillettes
et bombes lacrymogenes, suspension des journaux democrati-
ques. ) Tous ces evenements, ainsi que les plans de creation
de la bizone. refletent les diff6rents aspects 'lu programme
d'action de Washington >, disent-ils en conclusion.

a) LA CONFERENCE DE LONDRES (PravUda, 2/12).
<< Les adversaires de la cooperation international
essayaient de prouver qu'une rupture se produirait en-
tre les minitres 'ds le premier jour de l'ouverture de
la conference de Londres. Ils pr6disaient que les mi-
nistres des Affaires etrangires seraient incapables de
se mettre d'accord sur le fond des probltmes. Toute
cette champagne revitait l'aspect d'un chantage gros-
sier...
Mais, les ministries des Affaires dtrangrres siegent 'de-
puis une semaine de6j... Depuis six jours ils examinent
la question de 1'6laboraticn du trail de paix avec l'Al-
lemagne, c'esl.A-dire la question que la d6Clgation so-
vi6tique avait r6clamie que l'on dispute des I'ouverture
de la conference...
Les amateurs de chantage se trouvent, une fois 'de
plus, en presence d'une lecon qui prouve que dans le
domain du reglement des problems d'apres guerre,
de telies m6thode's sont vou6es A un Achee certain. a
(JOUKOV ET IsAkov.)

b) LA POLITIQUE ANGLO-AMIRICAINE EN ALLEMAGNE
(Troud, 3/12).
< L'Ang'eterre est les Etats-Unis justifient leur refus
d'accorder de justes reparations aux Etats qui ont souf-
fert de l'occupation hitl6rienne par une pseudo-sollici-
tude pour les int6rets des contribuables anglais et am6-
ricains. Cette sollicitude leur sert A dissimuler le carac-
trre colonisateur de leur politique d'occupation qui,
dans l'intierl des monopoles anglo.ambricains, Iefforce
'de retire d'Allemagne la plus grande quantity possible
de valeurs mat6rielles.
Apres avoir achetl dans les entreprises allemandes
des marchandises A des prix minimes, les autorites
anglo-ambricaines d'occupation les revendent A 1'6tran-
ger A des prix dlev6s. La difference rest aux mains
de 1'Angleterre et des Etats-Unis...
La difference entire 1'exportation reelle et ce qui est
in.crit au compete courant de l'Allemagne A l'agence
d'exportation et d'importation anglo-am6ricaine, repr6-
sente done une forme dissimulte de r6parations... Le faith






BULLETIN QUOTIDsEN DE PIUSSE IkTRANGkHE


est que les reparations sont percues sans 6tre inscrites
nulle part. De cette fagon, I'Angleterre et les Etats.Unis
peuvent exiger de nouveau ces sommes A 1'Allemagne.
Ce n'est done pas un effet- 'du hasard si, par suite
de la gestion anglo-americaine, la bi-zone a t6 inca-
pable non seulement d'amortir une parties de ses obli-
gations vis-A.vis des autres pays, mais encore si e!le
s'est endett6e d'une some Bnorme A l'6gard de FAn-
gleterre et des Etats-Unis (plus d'un mnilliar'd de dol-
lars).
Dans ces conditions, l'Allemagne ne parviendra ja-
mais A 6teindre sa dette.
Les frais de I'administration d'occupation anglo-ame-
ricaine, constituent aussi une forme particu'iere de r6-
parations percues par l'Angleterre et les Etats-Unis. Ces
frais atteignent des proportions gigantesques...
Faut-il s'6tonner apres cela que 1'Angleterre et les
Etats-Unis s'opposent par.tous les moyens au paiement
kles reparations ordinaires et rejettent, A priori, les re-
parations prelev6es sur la production courante de 1'6co.
nomie allemande ? Reconnailre les reparations ordinai-
res cela implique qu'il faut en tenir un compete exact
et par consequent en d6falquer la parties necessaire pour
dedommager les pays qui ont le plus souffert dans la
dernidre guerre. Mais s'agit-il de cela, actuellement,
a'ors que sous le pavilion c d'exportation > on peut se
passer 'de comptabilit6 et ne pas ceder la part des repa-
rations qui revient a ceUx qui y ont rdellement le plus
de droits ? 7


IV. PRESS POLONAISE


a) LA SITUATION EN FRANCE (Polska Zbrojna, 2/12,
armee) :
e On ne-semble pas avoir pret6 une attention suffi-
sante au rble de I'armee dans les 6venements don't la
France a Wt le theatre, ni assez deplor6 son utilisation
pour Rtouffer le movement de greve des travailleurs...
Ce qui s'est pass' en France d6ment en tout cas la
theorie mensongere sur le pr6tendu caract6re apoli-
tique de l'armee.
Pareille situation ne peut se produire en Pologne, cc
qu'il convient de porter a l'actif de notre regime. Ii est
clair, en effet, qu'aucun conflict de ce genre n'existe ni
ne peut survenir dans notre pays et que la nouvelle
arm6e polonaise ne connait pas d'opposition entire son
devoir d'ob6issance et celui *de servir la nation et
ses interets. ))

b) LA CONFERENCE DE LONDRES (Dziennik Zachodni,
2/12, ind6pendant .de Katowice) :
< Deux tendances majeures sont A noter en ce qui
concern la solution du probleme allemand : celle des
puissances anglo-saxonnes qui favoriseraient les milieux
ractionnaires allemands, celle de l'Union Sovietique
qui a pris r6solument position pour la denazification et
la democratisation de l'Allemagne dans sa totalit6...
En soutenant le project de division de l'Allemagne, les
puissances occidentales y verraient un bon moyen de
raffermir le loyalisme de certain courants allemands
h leur 6gard. Quant au programme sovi6tique, il appa-
rait comme un ensemble de measures de base Iqui per-
mettraient de convertir l'Allemagne en une d6mocralie
et d'6carter la menace d'une nouvelle aggression de sa
part.
Quoiqu'il en soit, il n'y a pas ,de probl6me plus vital
pour la Pologne que celui de l'Allemagnc. La solution


qui interviendra d6cidera, en effet, de son d6veloppe-
ment paciflque. ,

c) LE BILAN DE LA DERNIERE SESSION DE L'O N.U.
(Rzeczpospolita, coalition gouvernementale, 2/12).
< Les resultats de la derniere session de I'O.N.U. lais-
seraient dans l'ensemble une impression optimiste, si
I'on tient complex des nombreuses questions qui ont pu
Mtre r6solues avec le d6sir de consolider ainsi la paix
mon'diale, conform6ment aux principles de la Charte des
Na ions Unies...
La dernibre session de I'O.N.U. se caractlrise, il est
vrai, par une cristallisation des divergences, mais aussi
par l'echec de toute tentative de domination exclusive.
Elle aura done, en definitive, apporte une contribution
positive A l'6volution des relations internationales, con.
sid6rees 'dans leur ensemble.

d) APRIS LA CONFERENCE SOCIALIST INTERNATIONAL
D'ANVERS (Rolbotnik, socialist, 2/12).
a La question de l'admission du parti sociald6mocrate
allemand aux conferences socialists internaltonales
ayant 6te tranch6e A Anvers par I'affirmative, il nous
semble opportun de pr6ciser brievement la position du
part socialis e polonais A cet regard :
Nous ne consid6rons pas la social'd6mocratie alle-
mande comme un parti socialist, ni mnme come un
parti socialist de droite. Les theories nationalisles et
revisionnistes que pr6ne Schumacher le disqualifient A
nos veux. lui et son parii. Nous estimons done que leur
admission au sein des organizations socialists est une
fauLe qui laisse son empreinte a la deiniAre conf&-
rence.


V. PRESS BELGE



LA SITUATION EN FRANCE.
10 La Nation Belge, (2/12, union nationale.
...II n'est pas douteux que les jours qui suivent vont
'decider dii sort de la France, et, dans une cer;aine
measure, de l'Europe. A nos yeux, il est clair que la
France sera < bolchevis6e D dans les prochains jours
ou qu'elle ne le sera pas avant longtemps.
C'est une 6preuve de puissance a laquelle sont soumis
en ce moment les dirigeants communists, d'une part,
le gouvernement frangais, d'autre part. Scion nous, les
troubles sont trop g6neralises et les violence trop nom-
hreuses pour que I'on puisse esperer la fin du conflict
par l'acceptation de propositions gouvernementales par
les grevistes. Les meneurs chercheronl A maintbnir leurs
trot:pes en action jusqu'au bout.
Le seul espoir pour que la Republique survive est que
le gouvernement arrive A maintenir l'ordre jusqu'au
moment of la masse de la population ouvriere sera fati-
guee 'de vivre dans l'anarchie. v
(JEAN COLARD.)

2 Le Soir, (2/12, ind6pendant).
c ...La scission de fait de la C.G.T. est d'ores et djia
accomplie. Les communisles I'ont consacrdc par la cons-
titution du Comit6 national de grive, qui coiffe les
f6derations en gr6ve, c'est.--dire cells don'tt le bureau
est en majority communist, et celles-lA seules. Les so-
cialistes n'ont pas don.n une consecration aussi offi-
cielle au group central intitul6 q La Force ouvriere >,






6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGiRE


mais celui-ci exerce la meme action dans un sens dia-
m6tralement oppose. NManmoins, ni les uns ni les aulres
ne veulent prendre la responsabi:lt 'de la rupture, car
tous deux esp6rent toujours s'attribuer d6finitIvemnent
l'appareil syndical existant. Mais il est 6vi'dent que cette
rupture ne tardera pas...
(Du correspondent parisien du Soir.)



VI. PRESS SUISSE


LE PARTAGE DE LA PALESTINE.
(Journal de Genvae, 3/12).
4 ...Le plan de partage est extremement compliqu6,
avec ses zones qui s'entre-croisent et qui ne permettent
aux diff6rentes sections de chacun des deux nouveaux
Etats, juif et arabe, 'de communiquer entire elles que par
des corridors qui rappellent trop celui de Dantzig, de
sinistre m6moirp.
MBme si l'arrangement territorial pouvail fonclionner.
il v aurait loujours A tenir compile des facteurs 6cono.
miques, politiques et humans. Si les Juifs se d6c aren't
A moiti6 satisfaits, les Arabes refusent d'accepter le


verdict de 1'O.N.U. et ils manifestent dij& leur rassen-
timent par 'des pr6paratifs et par des mesures qui sont
bien plus de nature A provoquer un conflict brutal dttu
favoriser un accord A 1'amiable.
Une explosion en Palestine se repercuterait dans tout
le Proche et le Moyen-Orient. Et qui peut dire of, et de
quelle maniere il serait possible de circonscrire la dA.-
flag:ation ?
La Grande-Bretagne a fait voir, par son abstention au
scrulin de l'O.N.U., qu'elle n'approuvait pas le plan, et-
el'e a signifi& qu'el:e n'aurait aucune part A son appli-
cation par la force. Mais les Nations Unies n'ont pas de
forces internalionales a leur 'disposition, et il n'est pro.
bablemcnt pas une seule puissance, grande ou peite,
qui consentirait a envoyer des troupes en Palestine, au
risque de voir se dresser contre elle tout le monde arabe.
Qul done imposera le partage ?
Le gouvernement britannique annoncera dans quel-
ques jours la date de l'dvacualion de la Pa'estine, et il
es'pre que l'operation sera termin6e avant que l'6preuve,
presque certain, 'de force entire les Juifs et les Arabes,
ne soit engage. En aura-t-il le temps ? Et, dans le cas
contraire, ne sera-1-il pas oblige, quel'es que soient ses
pr6f6renccs, d'intervenir et d'aggraver l'inimiti6 des
Arabcs ou des Juifs, selon le cas ?...
(Du correspoandant a Londres du Journal de Gentee.)


~. r. I. imp., ni, ru t .Neoo i-'r. Pri frs.


3. r. 1. Imp., 21, rUL Nwoclo,, Paris 31-300


Prix : 6 frs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs