Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00251
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: December 3, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00251
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



RESIDENCE DU CONSEIL

SECkITAPIAT GS WtAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANCHISE
I __ .. _


MINISTEIE
DES AFFAIRS ETRANGERES
SERVICE INFORMATION
ET DE PRESS


BULLETIN


PRESS


ETRANG RE


Nouvelle S6rie NO 834


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
II. PRESS AMARICAINE.
a) La situation en France (New York Hfrald Tri-
btune, 1/12).
b) La conference de Lon'dres (New York Times,
30/11).
III. PRESS SOVIfTIQUE.
IV. PRESS POLONAISE.
La conference de Londres :
1. Zycie Warszavwy (1/12).
2.. Roboinik .(1/12).
V. PRESSE SUISSE.
a) La situation en France.
1. Jiournial de Genvue (1/12.
2. Basler NacMriclen (1/12).
b) La conference de Londres.
1. Journal de Gentve (1/12).
2. Neue Ziircher Zeitung (2/12).
VI. ANNEXE.
Les Etats.Unis presentent au monde un project Ide
declaration des droits de l'homme.


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 2 dicembre 1947
La press de ce matin donne la vedette aux importantes
reductions prdvues par le Gouvernement dans 1. programme
de reconstruction et d'amdnagement industrial de la Grande-
Bretagne en raison de la p6nurie d'acier, de carbon, de ma-
teriel de construction et de main-d'oeuvre. Ces reductions de
depenses publiques sont exposees dans un Livre Blanc pu-
blid hier soir. La plupart des journaux font remarquer que
la decision gouvernementale porter un coup sdv&re & a cons-
truction de routes et de voies ferries, mais favorisera 1'ex-
cution du programme de relogement et du programme d'ex-
portations.
Sur le plan ext6rieur, la press consacre la plupart de ses


articles a trois grands sujets : la situation des conflicts so-
ciaux en France. les evenements du Proche-Orient et la Con-
ference de Londres.
1. France
evolutionon des conflicts sociaux en France continue a 6tre
suivie avec beaucoup d'inter6t par la press qui, dans cer-
tains cas, lui donne la priority sur toutes les autres ques-
tions.
Le correspondent du e Times a rend compete en detail de
la stance tumultueuse d'hier ( suspendue en raison de l'atti-
tude de M. Calas et de ses colleagues communists a. Selon lui,
( M. Herriot se garderait de recourir a des measures qui signi-
fieraient pratiquement l'exclusion des d6putes communis-
tes ). En tout cas l'evdnement principal d'hier aura 6td
( la scission de la C.G.T. ) et les conditions mises par le
Gouvernement pour mettre un terme aux groves. ( Dans 'en-
semble, estime-t-il, la situation serait stationnaire. >
D'apres le correspondent du ( Daily Telegraph ), au con-
traire, celle-ci se serait aggravee et dans certaines regions
du Nord la police n'aurait pes pu briser la resistance des
grdvistes. Selon lui, l'ev6nement important d'hier serait dga-
lement [ la scission de la C.G.T. ).
Le correspondent du ( Manchester Guardian ) estime
o qu'il est de plus en plus difficile pour les communists de
faire pression sur les masses ouvrieres. II en rdsulterait un
recours plus frequent a la violence. ) Ce correspondent dd-
crit ensuite les scene de violence qui ont marqu6 la seance
d'hier At 1'Assemblee.
En manchette, le C Daily Mail ) announce : ( Un seul
home fait echouer les d4bats a l'Assembl6e. On lui ap-
porte un sandwich tandis que le pays attend. )
Oe journal emploie expression ( Bataille de France a pour
commenter les conflicts sociaux actuels. II rend compete en
detail des incidents qui ont amend la suspension de 1'Assem-
bl6e et de l'atmosphdre qui regnait hier dans la capital. 1
estime que, dans 1'ensemble, la situation en province s'am6-
liore.
John Fischer, dans le m6me journal, decrit 1'6tat de l'opi-
nion publique a Marseille harassee par la chert6 de la vie
et par l'lnstabilitd politique et social.
Walter Farr, dans le ( News Chronicle ), dcrit : < Les com-
munistes ont lance un ddfi l'autorit6 du Prdsident de l'As-
semblee et s'appretent a combattre encore lors de la pro-
chaine seance. )
La seance d'hier aurait et6, selon lui, la plus tumultueuse
de toute l'histoire parlementaire frangaise.
Ronald Matthews, du o Daily Herald ), rappelle aussi les
incidents de la seance d'hier, examine la question de la
C.G.T. et derit que la scission approche. f( Deux facteurs pour-
raient peut-dtre la retarder, le ddsir des elements non com-
munistes de temporiser afin de profiter du mdcontentement


DE


QU


3 d6cembre 1947


N


-- --







2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGERE


croissant A 1'gard de la politique communist au sein m.eme
de Ja C.G.T. et la tendance des communists d'accepter des
conditions qui leur permettraient de sauver les apparences. )
Ge correspondent signal la reprise du travail par de nom-
breux grevistes mais aussi des scenes de violence qui ont
eclate dans plusieurs endroits.
Derek Kartun, dans le ( Daily Worker ), ecrit que la
seance d'hier a donn6 lieu A un tumulte indescriptible otf
les insultes personnelles sont passes inapergues.
Aux usines Renault, ofi le Gouvernement avait organism
un scrutiny secret, 3.000 ouvriers seulement y ont participe,
tandis que plus de 20.000 sont rests pres de leurs machines
et ont refuse de 'bouger. e Le Gouvernement compterait, esti-
me-t-il, sur la rigueur du temps et sur le manque d'argent
des ouvriers pour briser cette grove, mais il se heurterait au
courage des grevistes. )
Ce correspondent du journal communist rapproche le
2 d4cembre .1947 du 2 decembre 1851 et il estime que les so-
.cialistes semblent maintenant quelque peu effraye. ( de 1'in-
flexible volont6 du president Schuman de detruire les prin-
cipes essentiels de la Constitution. )

2. Palestine et Preche-Orient
Tous les journaux font atat de 1'aggitation qui regne en
Palestine et dans plusieurs pays du Proche-Orient.
Le ( Manchester Guardian a done toute une st&rie de de-
p6ehes relatant les manifestations qui ont eu lieu centre des
ressortissants ambricains.
John Wallys souligne ( la colere croissante des milieux
arabes centre les Etats-Unis >. Le Grand Mufti serait en
conference avec le chef rebelle Fawzi Kaukji et les ministres
syriens et ce correspondent ne pense pas qu'il veuille provo-
quer des troubles avant que les troupes britanniques aient
quite la Palestine.
O' Dowd Gallagher, du ( Daily Mail ), s'attend a ce que
les Arabes de tout le Proche-Orient lancent un appel a la
guerre sainte contre les enrahisseurs juifs.
Plusieurs journaux annoncent qu'un conseil de la Ligue
arabe a ete convoque au Caire pour le d6but de ddcembre,
afin d'6tablir une politique commune pour butter contre le
plan de partage.
Le correspondent du ( Manchester Guardian > a J6rusalem
souligne l'interet remarquable que la France a pris recem-
ment sur la question de Palestine.
( On pense, estime-t-il, iqu'elle s'intdresse a la preservation
des Lieux Saints et qu'elle ne serait pas hostile A l'idee
d'assurer a nouveau des charges qu'elle exercait au XVIInf
sibcle. >

3. Allemagne
Presque toute la press met en vedette les declarations de
M. Molotov sur l'avenir de l'Allemagne et sur k( d6sir de
I'Union Sovi6tique de ne pas voir ce pays soumis A 1'emprise
des Allies.
Le correspondent dip:omatique du ( Daily Telegraph a
voit dans ces declarations le desir de la Russie de se poser
en seul d6fenseur d'une Allemagne pacifique et ddmocratique.
Le correspondent du ( News Chronicle > declare que M.
Molotov a empech6 la Confdrence de faire les progrAs qu'on
6tait en droit d'espdrer.
D. Martin, du ( Daily Herald a, souligne que M. Molotov
a remis en question l'attitude des Allies en faveur ,de 1'Alle-
magne.
Le correspondent diplomatique du ( Daily Worker ) )erit
de son c6te que M. Molotov a, une fois de plus, tent6 d'ame-
ner ses colleagues A exposer clairement leurs intentions a
I'dgard de a'Allemagne, mais que cette tentative a dchoud.
Le ( Times ) public une depeche relatant les declarations
de M. Bidault sur la Ruhr.

4. Aide amkricaine A l'Europe
Plusieurs journaux, don't le ( Times ), annoncent que le
Sdnat amdricain a adopt par 82 voix contre 6 le project
d'aide immediate A la France, 1'Italie et l'Autriche.
Le project de loi doit dtre approuv6 maintenant par la
Chambre des Reprdsentants.


Le correspondent du ( Daily Telegraph' espdre que ce
project aura I'approbation total du Congres dai-s le courant
de la semaine prochaine.

5. Balkans
D'apris le correspondent diplomatique du ( Manchester
Guardian ), les terms du trait bulgaro-yougoslave ne sem-
blent pas en faire autre chose qu'un trait d'amitid et d'as-
sistance mutuelle.



II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press americaine du ler decembre 1947
Le problem palestinien, la situation intdrieure en France
et la Conference de Londres sont les principaux sujets trai-
tes par la press de dimanche et lundi.

1. Palestine
Tous les journaux annoncent que, par 33 voix contre 13,
1'Assemblee g6ndrale de 1'O.N.U. a accepted le project de par-
tage de la Palestine auquel les nations arabes sont demeu-
rees hostiles. Ils reprennnent egalement le discours prononc6
par M. Aranha qui a marque ,la fin de cette session de .'As-
sembl6e generale. La press de lundi et la radio donnent une
large publicity aux reactions qui se sont deja manifestoes
dans les pays arabes. Ils signalent les attaques contre la Ld-
gation americaine A Damas et contre le Quartier General
communist de cette ville, ainsi que les assassinats de Juifs
en Palestine.
Une depeche ( U. P. > du Caire signal qu'un porte-parole
du Ministre des Affaires etrangeres egyptien a aimonc6 que
les Etats arabes se proposent de porter la decision de l'O.N.U.
devant la Cour Internationale de Justice.

2. France
L'evolution de la situation en France est encore suivie avec
un tris vif interdt par 1'ensemble de la press et la radio qui
annoncent que le Gouvernement a reussi a faire voter, ( mal-
gre les tactiques dilatoires communists >, une loi autorisant
que des measures soient prises contre les fomentateurs de
graves et de sabotages. La saisie des editions de 1' ( Huma-
nitde et de ( Ce Soir ) est announce sous de gros titres tan-
dis que les correspondances aie Paris portent surtout sur
le enforcement de 1'armee frangaise et sur les nigociations
en course entire le Gouvernement et les representants des
synd'icats ouvriers.
Le d6bat a la Chambre est longuement rapport et une
depeche ( A. P. ) donne les principaux extraits de la decla-
ration de M. Schuman. De nombreuses photos illustrent ces
articles montrant les forces de police A la porte des journaux
communists et les longues queues formees aux" portes des
boulangeries de la capital parisienne.
Le retour de M. Thorez ne passe pas inapergu dans la
press americaine qui dans ses iditoriaux ( accuse les com-
munistes francais de faire le jeu de Moscou et de provoquer
le chaos en France dans le but d'empecher le success du plan
Marshall ).
L'editorial du ( New York Herald Tribune dit, notam-
ment : < Les communists cherchent par tous les mcyens
parlementaires et par l'emploi de toutes les armes passives
et actives de'la guerre'industrielle a amener la paralysie de
la Republique. > (Voir I'article plus loin.)
Le < New York Times a dit, 6galement : < Cette insurrec-
tion a ete organisee et dirig6e par Moscou par 1'interrrdiaire
de la section francaise de 1'Internationale communist afin
de coincider avec la Conference des Ministres des Afiaires
etrangeres A Londres et son but est d'affaiblir le Gouverne-
ment franqais au point d'en faire une autre marionnette
russe ou, si cela ne r6ussit pas, de jeter le pays dans un
chaos economique et de miner existence de la REpublique
elle-meme. Dans ces circonstances, M. Schuman pense avec
justesse qu'il ne peut pas y avoir de compromise ) et le jour-
nal conclut que le moment est venu du grand conflict en Eu-







jsBULLE2'N aOTIDIEn DR -PRESSE tTRANG*EZ S


'r6pe Oceddentale entire le communism et les Gbuvernements
-dmocratiques. Il espere que les parlementaires amdricalns
se rendront compete de cette situation et cesseront leurs ma-
noeuvres dilatoires.
L'dditorial des journaux e Scrips Howard ) pense que le
movement du g6ndral de Gaulle dolt permettre 1'union
de la France, mais ii ajoute : e Aucune de ces consid6ra-
tions politiques ne doivent obscurcir le fait evident que
le probl6me principal est 6conomique. Sans des measures
contre i'inflation, contre le march noir, sans stabilisation
de la monnaie et une production accrue, aucun gouver-
nement n'est capable de sauver la d6mocratie francaise. )
Un article de Pertinax est repris par le3 ( New York
Times ) et par le ( Baltimore Sun ). II met en evidence
les replacements de I'autorit6 franaaise a qul ont permis
aux Russes de faire entrer en.France des partisans du com-
munisme et de faire exp6dier en Russie par le camp de
Beauregard, des citoyens frangais marids h des Russes z.

2. Conf6rence de Londres
Les interventions de M. Bidault A cette conference sont
relevoes longuement dans les articles du ( New York Times ,
et dans des ddepches d'agences qui font ressortir la lutte
menne oar lui A la fois contre la formation d'un gouverne-
ment central puissant de 'Allenmagne et centre les projects
Qui s'opposent l'internationalisation de la Ruhr. Le cor-
respondant du c New York Times ) derit notamment
4 Les critiques froides et lgales fates par M. Bidault des
propositions de M. Molotov pour un gouvernement central
allemand ont 6t6 ce qu'il y eut de plus efflcace parni ce
qui a Wt6 dit bier a la Conf6rence et elles ont -mis en lu-
nirre les inconsistances de la politique sovi6tique telles que
I'Ouest les concoct. )
Une d6peche ( A. P. ) declare : e Les fonctionnaires fran-
cais rjclament que les hommes d'Etat de l'Ouest maintien-
nent un contr6le strict sur la vallee de la Ruhr afin de
constituer un contrepoids diplomat'ique aux positions prises
par fes Soviets A 1'Est de 1'Allemagne. ) Elle ajoute que
M. Bidault s'apprrte A demander la separation politique de
la rive gauche du Rhin du reste de 1'Allemagne, un regime
international de la Ruhr et le control dconomique inter-
national de ses mines et de ses usines en vue de sa contri-
bution a la reconstruction dconomique de 1'Europe de
I'Ouest.
Sulvant Middleton, correspondent du e New York Times a,
un grave conflict mettrait aux prices d'une part M. Dulles,
M. Lewis Douglas et le gdenral Bddel Smith. et d'autre
part M. Murphy, le g6ndral Clay et M. Riddleberger au
sein de la. delegation am6ri-alne propos de la politique
a l'dgard de l'Allemagne. Les premiers seraient partisans
du contr6le international de la Rubr. les seconds s'y opoo-
seraient, voulant laisser ce contr6le aux mains des Alle-
mands afin de ne pas creer uMe situation qu'ils considdrent
comme instable et dangereuse pour 1'avenir 6conomique de
1'Europe. M. Marshall n'aurait pas encore pris position dans
ce conflict int6rieur de la ddelgation ambricaine. mais d'apres
ce correspondent 11 a td fortement impressionn6 par les
arguments du general Clay.
Les repercussions de la situation int6rieure frangaise sur
la Conference de Londres sont mises en evidence da.is une
dn8che ( A. P. a qui constate un rapprochement dans les
rapports entire MM. Bidault. MErshall et Bevin.
Lippmann consacre son article aujourd'hui a la discussion
du problem de la Ruhr. Il considere que la security euro-
pdenne demand plus que des promesses verbales et que les
garanties du trait Byrnes et qu'elle ne peut 6tre assure
que par un s6vie contr6le international impose A 1'6cono-
mie de la Ruhr. ( Le nouveau gouvernement central alle-
nand, dit-il, doit 6tre priv6 de sa :souverainet6 sur les res-
sources de eharbon et d'acier de la:Ruhr.; et ces resources
devraient 6tre Eoumises non pas au -droit -alemand mais A
un statut international.

4. Italle
Ties Informations de Rome ayant annoncd qu'en raison
de la situation, les troupes amdricaines ne se retireraient


Das Ie 15 decembre prochain come prevu, un dementi est
donn6d cette nouvelle par las milieux offltiels amdricains.
I1 est reproduit notamment dans une d6pdche a U. P. a de
.H ashington,

a) LA SITUATION EN FRANCE (New York Herald Tribune,
1/12).
(( Les contradictions multiples qui marquent la lutte
de la d6mocratie pour se d6fendre contre les totalitaires
'de droite ou de gauche, ont &[L soulignbes a maintes
reprises lors 'des d6bats a l'Assembl6e national sur les
measures que propose le gouvernement Schuman pour
lutter conre les vagues de graves actuelles en France.
Les measures elles-mrmes sont draconiennes pour un
peup.e libre. Elles sont destinies a assurer le droit au
travail, et elles ont Wet inevitablement attaquees comme
limitant le droit de greve. Ces measures limileraient la
Ilb2rt6 de parole et certaines editions 'de journaux com-
imunisies ont d6ja ete saisies. A l'Assembl6e meme les de.
bats ont 6 6 abr6egs pour permettre au programme du
gouvernement de faire I'objet d'un vote...
L'ironie uupreme, c'est que les communists luttaient
pour un regime dans lequel n'existerait aucune des li-
beries don't ils abusaient en pratique et qu'ils 'defen.
daient en paroles.
Certainement, il existe *une profonde difference cntre
la fagon don't les d6mocrates frangais ont eu recours,
a contre-cceur, aux pouvoirs de l'Etat pour d6fendre la
R6pub.ique et les me.hodes rapides et brutales qui ca-
racterisent les 6tats policies communists. Cependant,
le gouvernement Schuman prouve que la d6mocratie a
des resources pour se di'endre contre des attaques
de l'in!irieur. La mobilisation de I'opinion publique
francaise et I'action politique declenchbe contre la cruise
immediate provoquee par les communists se d6ve'op-
pent plus vile que les graves elles.memes, et ont suscit6
une emotion suffisanie chez les dirigeants de la C.G.T.
pour que la victoire du gouvernement ne semble plus
qu'une question de jours ou m&me d'heures.
Si celte victoire peut t're remport6e sans que le
gouvernement fasse usage de ses pouvoirs extraordinai-
res, le monde libre se r6jouira. Mais il vaudrait micux
sauver la RBpublique en ayant recours A ces pouvoirs
que de la laisser submerger par 1'anarchie provoqube
habilement par ses ennemis. ,

b) LA CONFERENCE DE LONDRES (New York Times, 30/11)
c Ni les reunions off:cielles, ni les discussions priv6es
ne peuvent dissimu:er le fait que les points de vue et
les objcctifs des puissances qui participant a la con-
ference n'ont pas change depuis la deriiiere conference
de Moscou. La conference de Londres ne fait que re-
prendre les travaux lA ofi le, a laiss6s la conference
de. Mo;cou. Parmi les nouveaux dAveloppemenis, le pre.
mier est la 'dLermination des puissances occidenta'es
d'en finir rapidement avec la propaganda sovi6tique,
decision qui a pousse le secr6taire d'Etat Marshall a
dire carrement A M. Molotov qu'il ne pen'sait pas v6ri-
lablement ce qu'il disait. C'est 16 un changement salu-
taire par rapport a la confArence de Moscou oh les
puissances occidentales essayaient de se d6fen'dre con-
tre une telle propaganda ef par ons6quent ne faisait que
P'encourager. La seconide difference est le rapproche-
ment considerable, sinon tolal entire les Etats.Unis et
la Grande-Bretagne, d'une part; et la France, d'autre
part. C. rapprochement est facility du fait que la Hol-
landc, la Be:gique et le Luxembourg ont exprime un
poTnt de vue similaire. Mais en ce qui concern les pro-
blames concrets, les divergences d'opinion sont toujours
aussi profondes entres les puissances occidentales et
I







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRAANGEE .


la Russie. II en est ainsi, bien que sur la majority des
points les deux parties d6fendent aussi ostensiblement
les memes principles et se servent des memes mots pour
les exprimer. Les deux parties sont pour une paix
rapide et d6plorent qu'elle soit retardee. Les deux par-
ties, si l'on fait abstraction de certaines reserves de
la part des Frangais, veulent I'unification politique et
6conomique de 1'Allemagne, son redressement 6cono-
mique, sa democratisation, sa d6militarisation et son
contrble effectif...



IH. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovi6tique du 30 novembre
et du 1ev d6cembre

Les rubriques 6trangBres occupent en moyenne deux pages.
On y relieve de nombreux commentaires. L'attention princi-
pale se concentre sur les vnements de France et d'Italie.
On relive deux comptes rendus sur la seance de l'Aasemble
national francaise. Le journal ( Trud v, dans son numero
du 30 novembre, a pour titre, A propos de l'interruption
d'Arthur Ramette : ( C'est pire qu'au temps de Napo-
leon III. > La press reproduit 6galement les critiques adres-
s6es par Louis Saillant au project gouvernemental. Une sarie
d'informations refl6tent I'aggravation du conflict entire le
gouvernement et les travailleurs et les measures prises con-
tre les aravistes
Dans la ( Pravda ), de grands titres annoncent (( le raid
de police sur 1' ( Humanite > et <( Ce Soir ) et les pers-
cutions centre la Dresse ouvriere en France 3.
Un t6lgramme Tass de Paris s'intitule : ( A propos de
I'arrestation provocatrice de citoyens sovietiques en France ).
Ce t6lgramme explique comment le ministare des Affaires
6trang6res s'est lance dans une justification peu probante
des operations de police en affirmant cue les arrestations
desdits citoyens ont Wt6 opdr6es dans l'exercce du droit de
souverainetd de la France et qu'A cet dgard il n'est pas
d'usage d'informer les gouvernements strangers. Autrement
dit, la r6ponse frangaise souligne le caractete provocateur
de l'op6ration de la police. Ce tel6gramme souligne 6gale-
ment le fait que certain journaux de la press frangaise
comme le ( Pays ) affirment que les membres de 1'Union
des citoyens sovidtiques pr6paraient un complot contre la.
Republique.
1. Conf6rence de Londres
Le compete rendu de la dance du 29 novembre est repro-
duit dans toute la press. Les journaux du 30 novembre en
donnent la premiere parties; la (< Pravda > du lot d6cembre
reprodult la second parties.
a) Au sujet de la question de 1'inclusion du Pakistan et
de I'Albanie dans la liste des pays qui seront consults avant
l'6tablissement final du trait allemand, 1'agence Tass ecrit :
c M. Bevin a pr6tendu que la Delegation sovietique essayait
de marchandet son accord A la consultation du Pakistan
contre l'admission de 'Albanie. II s'est trouv6 dans une
situation d6sagr6able lorsque M. Molotov a declare qu'il
n'avait pas d'objection A l'admission du Pakistan ).
b) Analysant les discussion sur la creation d'un gouver-
nement pour 1'ensemble de l'Allemagne, la a Pravda a du
1.r d6cembre dcrit que ( devant les arguments claIrs, logiques
et irrefutables de M. Molotov, les repr6sentants des Etats-
Unis et de la France ne trouv6rent rien A objected >.

2. Assemblee g6n6rale de 1'O.N.U.
Les a Izvestia du 30 novembre achevent la publication
du discourse de M. Vychlnski sur le prin-ipe d'unanimite.
La a Pravda a du 1"' decembre public le discours de M. Gro-
myko sur la question palestinlenne.
Dans la chronique international de la ( Pravda ) du


30 novembre, Leontiei fait le bilan de la session de 1'As-
semblde gendrale de 1'O.N.U. (cf. Bulletin Quotidien de Presse
6trangere, no 833).



IV. PRESS POLONAISE


LA CONFERENCE DE LONDRES.
1" Zycile Wamszawy, ind6pendant, 1/12.
t Nous devons prendre pleinement conscience 'du
fait que toute division de 1'Allemagne accentuerait la
scission du monde en deux blocs antagonistes. En ou-
tre, ii rendrait impossible tout contr6le international
sur les actes du gouvernement de l'Allemagne occiden-
tale qui se trouverait heriter Ide l'ensemble des indus-
tries de la region. Ce qui se passe deja actuellement
dans cette parties de 1'Allemagne ne laisse aucun doute
A ce sujet. La creation d'un Etat s6par& qui engloberait,
entire autres, le bassin rh6no-westphalien, le fief des
gros capitalistes, signiflerait la renaissance d'une Alle.
magne nationalist et, par consequent, agressive... >

2 Roobotnik, socialist, 1/12.
o La suggestion de M. Marshall, tendant h permettre
a 1'economie europeenne, y compris, dit-il, la Pologne
et l'Allemagne, Id'avoir aces aux resources industriel-
les des regions occidentales de la Pologne, a Wte formu-
lee d'une facon pour le moins .6quivoque...
Aucune measure sp6ciale n'est, en effet, n'ecessaire pour
que la production de ces regions soit mise A la dispo-
sition de 1'6conomie polonaise, attend que les terri-
toires de l'ouest polonais font parties int6grante de 'Etat
polonais et, par consequent, Ide son economie.
Les resources en question ne sont pas interdites non
plus A 1'6conomie europ6enne, y compris celle de 1'Al-
lemagne, par voie normal d'6changes avec l'etranger.
Une parties important du carbon polonais d'exporta-
tion provient pr6cisement des regions occidentales de
la Pologne. Par contre le gouvernement polonais reje-
terait cat6goriquement toute autre forme d'accession A
sa production, s'il s'agissait, par example, d'un contrBle
international avec participation de 1'Amerique et peut-
etre aussi de 1'Allemagne, comme il rejette toute sug-
gestion relative A une modification quelconque des fron-
tibres, fixes a Potsdam.



V. PRESS SUISSE


a) LA SITUATION EN FRANCE.
1. Journal de Gentie (1/12).
< ...On peut esprrer que la gravity du mal engendrera
une reaction salutaire de l'instinct de conservation. Ce
serait A desesp6rer du proverbial bon sens 'des Fran-
gais si ceux-ci acceptaient passivement la ruine pro-
gressive de leur pays. M. Schuman a des atouts dans
son jeu. II n'y a pas d'esprit r6volutionnaire ge6 ra.
lis6 dans la population ; il existe des causes de mecon-
tentemsnt d'ordre materiel qu'il doit 6tre possible d'6i-
miner ; et lorsque cela sera fait, on ne volt pas com-
ment un parti don't les derni6res elections ont reve6l
le flichissement, parviendrait A tyranniser la majoritI
de la nation parce que l'Union SoviAtique est hostile
au plan Marshall. Il est certain que si M. Schuman








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ETRANGIIE 5


n'arrive point A restaurer le prestige de 1'Etat, son gou-
vernement ne sera que de court durce. Mais ce serait
'une erreur de croire que sa chute amenera M. Thorez
au pouvoir. >
(11ENE PAYOT.)

2. Blaste;r N'achrilc'hen (1/12, edition du soir) :
pas moins resolue ue la tendance Frachon A fire
obtenir le maximum A la classes ouVriere. Mais elle se
dit que la limited des possibilities peut etre recul6e par
l'application du plan Marshall plut6t que par le grand
effondrement. A ses yeux, les communists, ,qui veulent
provoquer l'6chec de ce plan, sont des ennemis die la
classes ouvriere.
I1 6tait peut-&tre necessaire que la France traversht
la dangereuse et p6nible crise de ces jours-ei, avant
qu'elle pfit esperer le retour a la sante. I1 s'agit de sa-
voir si le communism, inspire et dirige de l'exterieur,
sera vainqueur ou vaincu. Mais le communism ne su-
bira une defaite decisive que si une grande partie de
la classes ouvriere elle-meme le repousse. Ceux qui, dans
les rangs des travailleurs menent le bon combat n'ont
pas besoin -d'une aide, 6trangere, mais bien de la pro-
tection de la puissance publique centre la terreur orga-
nis6e par leurs adversaires ; il est encore plus impor-
tant d'assurer la liberty du travail que de licencier les
grBvistes. La crise social en France a atteint son point
culminant. Les jours prochains montreront de kluel c6te
incline la balance. On ne doit nullement d6sesp6rer de
la voir incliner dans le bon sens. Cet optimism relatif
se fonde sur le fait que les elements ennemis de 1'Etat
p'resentent des faiblesses plus grandes encore que les
defenseurs de 1'Etat. Mais leur d6faite 6ventuelle ne
pourrait etre .durable que si l'on faisait disparaitre les
abus en matiere &conomique qui sont i la racine de tout
le mal. a
( Du correspondent A Paris des Basler Naclwichten).

b) LA CONFERENCE DE LONDRES.
1. Joiturna ide Geneve (1/12):
c ...Quel que soit le sujet qu'on examine, o:1 constate
que le diff6rend est profound( entire les Russes et les au-
tres allies. Par consequent, dire que Faccord est pres-
que certain, c'est is'aventurer imprudemment. Affirmer
qu'en definitive un compromise interviendra, A la satis-
faction g6enrale, pour la simple raison que les Soviets
6viteront de rompre avec le Conseil des ministres ou de
quitter I'O.N.U. tant qu'ils ne seront pas en possession
de la bombe atomique, mais qu'alors ils s'en iront en
claquant les portes, 'c'est ne voir qu'un aspect de, la
situation. Il est vrai que M. Molotov :a paru moins in-
transigeant qu'A son habitude cette semaine. Mais il n'en
est pas encore venu aux questions 'cruciales. I1 attend
sans doute de voir comment les 6evnements 6volueront
en France avant de devoiler son jeu.
I1 est remarquable qu'alors que se mlontre cet opti-
misme premature, don't nous avons parle, I'idee d'un
echec possible de la Conf6rence est envisagee tres se-
rieusement en dehors de Lancaster House. La conclu-
sion provisoire A laquelle elle conduit est qu'un tel
6chec serait profond6ment regrettable, et meme dange-
reux, mais non pas mncessairement desastreux. I1
aurait pour effect de cinder 1'Europe en deux par la
fameuse ligne de Stettin A Trieste, mais la parties occi-
dentale pourrait s'organiser et vivre. Elle vivrait meme
mieux que dans l'atmosphere d'incertitude et d'insta-
bilite iqui pr6vaut actuellemient.
Il est impossible de predire ce qui se passera a Lan-


caster House d'ici huit ou'quinze jours, mais le seul fait
que les delegations americaine et britannique sont deji
disposees, en apparence du moins, i s'accommoder de
1'echec, s'il se produit, est symptomatique. D
(Du correspondent a Londres
du Journal Ide Genev'e).

2. Neue Zlrcheir Zeitung (2/12) :
o ...M. Marshall se sent co-responsable de la defense
,de la France contre l'assaut des communists (qui ont
declenche les groves pour s'opposer a l'aide economi-
que americaine. En matiere de politique allemande, le
secretaire d'Etat voudrait 6viter d'e cr6er an gouverne-
ment frangais des difficulties don't les communists ou
de Gaulle risqueraient de tirer parti. Voilh pdurquoi,
aprbs avoir soutenu officiellement M. Bevin h Lancaster
House et avoir redommande la creation id'un gouver-
nement allemand, il a immediatement donn6 i M. Bi-
dault, au course d'iun dejeuner, des assurances et des
apaisements. grAce auxquels le ministry frangais des
Affairs .trangeres peut prendre le chemin .de Paris
l'esprit en irepos.
M. Marshall serait pret A accepted l'institution d'un
gouvernement provisoire allemaad; mais il ne vou-
,drait pas s'avancer, aussi longtemps qu'on est en droit
de craindre que le duel Bevin-Molotov n'ait aucun rd-
sultat et n'aboutisse pas A un accord de principle sur
la structure d(un tel gouvernement. C'est seulement dans
le cas of M. Molotov se rallierait A un regime vraiment
d6mocratique, que M. Marshall pourrait sortir de sa
reserve. Les Am6ricains sont toujours persuades que
l'uniti politique sans la r6alisation concomitante de
I'unit& Aconomique de l'Allemagne ne suffirait pas. Is
sont toujours determines A letter pour 1'unite 6conomi-
que, pour un bilan commercial 6quilibr6, et contre des
reparations qui reposeraient sur -des subsides am6ri-
cains indirectement octroyes. Mais ils semblent un peu
moins convaincus qu'un gouvernement particulier pour
l'Allgmagne occidentale constituerait une r6ponse pleine
de sens et de raison i une rupture avec 1'Union Sovie-
tique et aveci la zone oriental. Pour la premiere fois,
on a 1'air de se demander serieunement si l'unite poli-
tique hien entendu avec applications des principle;
d6mocratiques ne serait pas desirable, m&me si la
Conference de Londres ne devait pas encore aboutir A
une conclusion touchant 1'unit6 Bconomique. II est un
point sur lequel ni M. Marshall, ni M. Bevin ne se font
d'illusions : le veritable conflict se d6clenchera lorsque
la structure du,gouvernement provisoire allemand vien-
dra en discussion et qu'il s'agira de savoir si c'est la
volonte de la majority du people on bien icelle d'une
minority qui doit faire la loi. )
i(Du correspondent a Londres
de la New4e Ziircher Zeitung).


VI. ANNEXE


LEs tETATS-UNIS PRESENTENT AU MONDE
UN PROJECT DE DtCLARATION DES DROITS DE L'HOMME
Le department d'Etat a rendu public le 30 novembre un
project de declaration des Droits de l'Homme, qui sera dis-
cute par la commission des Droits de 1'Homme des Nations
Unies, qui se reunit a Geneve du 1b au 19 decembre.
Voici le texte complete du project des Etats-Unis :
o Attendu que, par la Charte des Nations Unies, tous
les membres affirment leur foi en la dignity et la va-
leur de la personnel humane, et s'engagent A coop6rer







0 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETlANUGEL


pour faire r6gner le respect des Droits de 1'Homme et
des libert6s fondamentales pour tous,
Maintenant,, par consequent, 1'Assembl6e g6n6rale des
Nations Unies decide d'6tablir, en une declaration solen-
nelle, ces droits essentials et ces libert6s fondamentales
de 'individu, et demandle A tous les peuples du monde
de faire r6gner ces droits et ces libert6s, proclames ci-
apr&s :
Articles prenzier. Tout individu a droit A la vie, a
la liberty et A une protection gale aux terms de la
loi.
Art. 2. Tout individu a droit A la liberty d'infor-
mation, d'e parole et d'expression ; A la liberty de reli-
gion, de 'conscience et -de convictions ; A la liberty de
reunion et d'association ; A la liberty de requ6te adres-
s6e A son gouvernement et aux Nations Unies.
Art. 3. Personne ne sera soumis A une ing6rence
drraisonnable dans sa vie priv6e, sa famille, son foyer,
sa correspondence ou sa reputation. Personnel ne sera
arbitrairement priv6 de ses biens.
Art. 4. On aura la liberty de se d6placer librement,
de lieu en lieu, dans les limits de 1'Etat, d'emigrer et
de chercher asile loin-de la persecution.
Art. 5. Personne ne sera tenu en esclavage on en
servitude involontaire. Personne ne sera soumis a la
torture ou A un chAtiment cruel ou inhumain, ou h un
traitement indigne.
Art. 6. Personne ne sera soumis A une arrestation
ou A une detention arbitraires. Tout individu arrAt6 a
le droit d'6tre promptement avis6 des accusations por-


tees centre lui, et d'8tre jug6 dans un temps raisonnable
on d?'tre relAch6.
Art. 7. Tout individu, quant a la determination de
ses droits et de ses obligations, a droit A 6tre.entendu
librement devant un tribunal ind6pendant et impar-
tial, et a droit A l'aide d'un avocat. Personnel ne sera
condiamn6 on puni pour crime, sauf apres jugement pu-
blic conform6ment A la loi en vigueur au moment of a
ete commis Iacte impute. Tout individu, quels que
soient ses fonptions et son statute, est soumis a la r6gle
de la loi.
Art. 8. Tout individu a droit A une nationality.
Tout individu a droit A prendre une part effective au
gouvernement, directement ou par l'interm6diaire de
ses repr6sentants; et A participer aux elections, qui se-
ront periodiques, libres et au scrutiny secret.
Art. 9. Tout individu a ,droit A une vie d6cente ; au
travail et A l'am6lioration de son bien-6tre ; A la sant6,
A 'instruction et A la s6curit6 social. Tout le monde
devra avoir une chance Agale de participer A ]a vie
Bconomique et culturelle de la communaut6.
Art. 10. Tout individu, partout dians le monde, a
droit aux droits de l'individu et aux liberties fondamen-
tales 6tablis par cette declaration, sans distinction de
race, de sexe, de language, ou de religion. Le plein exer-
cice de ces droits exige la reconnaissance des droits des
autres et la protection par la loi ,de la liberty, du bien-
etre g6n6ral et de la s6curit6 de tous.
'(Traduction communiquee par U.S.A.,
.organe des services americains
d'information A Paris).


S. p. j* Imp.. 27, i~e Nicolo, P~ is 31.3009 Prix 6 frs.


Prix :6 frs.


S. P. 1. Imp.. 27, rure Nicolo, Psk~is 31.3009)




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs