Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00250
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: December 2, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00250
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



RESIDENCE DU CONSEIL

SKCRETARIAT GOiNEAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


IA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER
DES AFFAIRS ETRANGERES
CE D'INFORMATION
T -.k.DE PRESS


BULLETIN


DE


2 'd6cenbre 1947


PRESS


ETRANGERE


Nouvelle Serie No 833


SOMMAIRE


I. PRESS BRITANNIQUE.
a) La situation en France.
1. Observer (30/11).
2. Sunday Times (3.0/11).
b) La conference de Londres.
1. Sunday Vmes (30/11).
2. Reynolds News (30/11).
II. PRESSE AMtRICAINE.
La situation en France (New York Herald Tri-
bune, 30/11).
III. PRESS SOVIATIQUE.
La conference de Londres (Pravda, 30/11).
IV. PRESS POLONAISE.
1. Zycie Wansawy (29/11)..
2. Klurer Codzienny (29/11).
3. Rzecpowpolita (30/11).
V. PRESS SUISSE.
Le probl6me allemand (Basler Nachrichten,
29-30/11).



I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 30 novembre 1947
L'attention de la press du dimanche est toute entire
concentree sur les 6venements de France. Des titres qui pren-
nent toute la larger de la premiere page, de nombreuses
photographies, de longs articles soulignent l'importance que
les journaux attachment A ces dvenements. Les d6bats sur
I'Allemagne du Conseil des Ministres des Affaires etrangeres
ou oeux sur la Palestine de I'Assembl6e des Nations Unies
n'occupent en comparison qu'une place de second ordre.
1. Les ievnements de France
Le titres mime des journaux presentent sous le jour le
plus dramatique les 6venements qui se sont ddrouls hier A
Paris et en France. Le c Sunday Express > announce sur toute


la larger de sa premiere : << Le Gouvernement francals de-
clare la'guerre A un million de grevistes. >. Dans un titre
de mmme larger, le ( Sunday Chronicle > 6crit : < Les trou-
pes cement Paris! Les barricades montent. > Les e News of
the World a parent de tanks dans les mines trangaises.
D'apres ( The People .>, les communists entonneraient le
chant de la revolution.
. Ces titres sont accompagn6s de nombrcuses photographies.
Plusieurs journaux reproduisent l'6dition de <( Ce Soir a par-
lant d'un ( coup d'Etat reactionnaire a. Toute la premiere
page du <( Sunday Graphic > est consacr6e A des photogra-
phies reproduisant des scenes qui se sont d6roulees hier a
Paris devant les bureaux de 1' < H-umanite a.
Les journaux rendent compte en grand detail des diff&-
rents 6evnements de la journey. La seance a la Chambre et
les projects de loi presents par le gouvernement Schuman,
la saisie de 1' ( Humanite ) et de ( Ce Soir ), le rappel de
80.000 r6servistes.
Un journal, le 1 Sunday Amoire News a, parole d'un con-
plot don't le but aurait et6 d'assassiner le general de Gaulle
et que la police aurait d6couvert. Les commentaires que pro-
voquent ces 6vmnements sont peu nombreux. L' c Observer a,
dans I'ensemble, se montre relativement optimist. (Voir 1'ar-
ticle plus loin.)
2. Conference de Londres
Les journaux et plus particulierement le 1 Sunday Times a
et 1' ( Observer > rendent compete des derniers debats de la
Conference de Londres. Le soul commentaire politique est celui
du e Sunday Times a d'apres lequel les deliberations des Mi-
nistres ont 6et jusqu', present dominoes par les troubles poli-
tiques provoquls en France et on Italie par le part commu-
niste. Il semble que M. Molotov cherche a gagner du temps
afin de voir plus clairement comipent la situation tournera
dans ces deux pays et si. le Congrbs americain va affaiblir
le plan Marshall ou au contraire le soutenir intmgralement.
Les resultats d&cisifs de la Conference, conclut le meme cor-
respondant, semblent done d6pendre essentiellement d'dvene-
ments qui se doroulent hors de la salle des seances.

3. palestine
La press annonce sans commentaire Y'adoption par 1'As-
semble des Nations Unies du plan de partage de la Pales-
tine Elle ajoute qu'aussit6t la decision connue, le represen-
tant britannique a exprimd r'espoir que la commission se
mette le plus t6t possible en rapport avec le gouvernement
britannique en vue de coordonner les plans d'6vacuation.

4. M. Churchill
M. Churchill a aujourd'hul 73 ans. Plusieurs journaux con-
sacrent de longues colonnes a l'ancien Premier Ministre.


QU








2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS fTRANGARE


Revue de la press britannique du 1er decembre 1947

La press de ce matin accord la premiere place a la
question palestinienne. Elle fait egalement une large place
a l'evolution des conflicts sociaux en France. Les travaux
de la Conference des Quatre font l'objet d'articles dans la
plupart des journaux mais n'occupent cependant pas une
place aussi important que les deux premieres questions.

1. Palestine.

La plupart des journaux soulignent la violence des r6ac
tions arabes devant la decision prise par I'O.N.U. d'approu-
ver le plan de partage de la Palestine. Cette violence se
manifesto tant b I'O.N.U. que dans les pays du Proche-
Orient.
Le (( Daily Mail ), le a Daily Graphic ), le < Daily Tele-
graph. a, le ( News Chronicle >, le c Daily Herald > annon-
cent en premiere page, sous des titres important, les actes
de violence auxquels se sont livres des manifestants arabes
en Palestine et en Syrie, contre les consulate am6ricains,
les centres culturels russo-syriens et les legations frangaise
et belge.
A ces incidents ils opposent les scenes d'all6gresse qui se
sont deroulees-au Comit6 juif de Palestine.
En ce qui concern la position francaise, Al. Cooke, du
< Manchester Guardian a, estime que le drame c a 6t6
encore rendu plus cruel par l'appel adress6 par ]a France
vendredi dernier en faveur de l'ajournement de la decision
de 24 heures ). II semble just de supposed que M. Parodi
n'avait pas requ d'instructions definitives ou que la France
desirait montrer a ses ditoyens musulmans de 1'Afrique du
Nord qu'elle avait fait tout son possible pour Cviter le par-
tage de la Palestine, ajoute l'organe liberal.
La plupart des delegues ont compris dans quel dilemme
se trouvalt la France, mais il etait temps de prendre une
decision et l'on etait exasp6r6 par la statg'ie dilatoire des
Arabes.
2. France.

Les journaux donnent des comptes rendus des pourpar-
lers entire le Gouvernement et la C.G.T. Ils annoncent que
M. Schuman a obtenu de 1'Assemblee des pouvoirs speciaux
pour mettre un terme aux movements de groves et aux
actes { des saboteurs >.
Le c Manchester Guardian a rend cornpte en detail aes
debats de 1'Assemblee pour en souligner le caractere parti-
culierement agite. Il remarque que le climate de la caoital
s'est progressivement modifi6 et que les arrestations se
multiplient; il souligne que I'autorite du Gouvernement s'af-
firme de plus en plus.
D'apres lui, la loi sur les pouvoirs extraordinaires du
Gouvernement inspirerait de vives apprehensions au part
socialist qui craindrait qu'elle puisse etre invoquee d'une
fagon arbitraire. I1 conclut : c Depuis trois g6ndrations, la
classes ouvriere frangaise a toujours associe les nesures
rises pour le maintien de l'ordre avec le d6sir de river
la classes ouvrirre de ses droits et de ses privileges nouvel-
lement acquis et les communists sont heureux de pouvoir
jouer le role des republicains de 1848. )
Le correspondent du c Times o estime qu'il est impossible
de donner une description exact des scenes qui se sont
deroulees a 1'Assemblee et il laisse entendre que l'eprcuve
decisive aura lieu aujourd'hui.
Plusieurs journaux remarquent qu'une, am1f'ration se
dessine dans la situation g6nerale et que le i..,uvenuent
favorable t la reprise du travail s'accentue.
Ronald Matthews, dans le < Daily Herald a, cro'it a la
acission de la C.G.T. Selon lui, < les elements anti-commu-
nistes de la C.G.T. pourraient fort bien demander tux ou-
vriers d'abandonner leurs chefs communists >.
o L'opposition aux communists seralt telle, ecrit ce cor-
respondant, que M. Schuman n'aurait pas besoin de traitor
avec eux et d'arriver a un marchandage qui leur perml;-
trait de se presenter en vainqueurs >,
Ce correspondent donne ensuite un expos detaille des
movements de groves dans les diverse branches die 'in-
dustrie.


D'aprBs le < Daily Express s, la seance de l'Assemblee a
6t6 la plus longue et la plus bruyante depuis la Libera-
tion.
D'apres Mac Carthy du < Daily Mirror a, < on s'atten-
drait, a Paris, A ce que les communists fassent march
arriere et a ce que le spectre de la revolution s'eloigne,
mais, 6crit-il, le Napoleon communist Maurice Thorez a
deja peut-6tre d'autres id6es en tite >>. Selon ce corres-
pondant, ( la politique communist aurait 6et dictee par
Ie d&sir de mettre la France at feu et i sang avant que le
plan Marshall puisse otre appliqu6 a.
Derek Kartun, dans le < Daily Worker a, accuse le Gou-
vernement de vouloir obtenir des pouvoirs dictatoriaux con-
tre les syndicats et le parti communist : ( II n'y a rien
eu en France de tel depuis les fameuses lois anti-democra-
tiques de la II Republique, les repressions de Napoleon III,
les d6crets Daladier centre les communists en 1939. >
Le o Daily Express a public un long article de Sefton
Delmer sur les conflicts sociaux. D'apres lui, c les commu-
nistes auraient deja decide d'abaridonner la lutte, mais la
victoire de M. Schuman n'empecherait pas le general de
Gaulle d'arriver au pouvoir. P

3. Conference de Londres

La plupart des journaux rendent compete des travaux do
la Conference. Le correspondent diplomatique du < Times >
souligne que les ministries ne sont pas parvenus A se mettre
d'accord sur la question de savoir si le Gouvernement cen-
tral allemand devra Otre constitu6 avant la -convocation
d'une conference general.
D'apres le correspondent du < Daily Telegraph ., M. Mo-
lotov se limiterait a une tactique dilatoire en attendant de
voir comment tourneront les 6venements en France et en
Italic ainsi qu'en Europe oriental.
Le correspondent diplomatique du e Manchester Guar-
dian > souligne, lui aussi, que M. Molotov se refuse t accep-
ter les propositions qui lui ont 6et faites sans cependant
les rejeter absolument. Toutefois rien ne permit de suppo-
sor que la Russie se refuse absolument au retablissement
de la paix mais celui-ci devra r6pondre a ses desirs dans
toute la measure du possible.
R. Waithman, dans le o News Chronicle >, souligne que
les ministries ont fait peu de progres depuis le debut de la
Conference mais la semaine qui commence mgntrera si
M. Molotov est decid6 ou non a accepter un compFomis, seul
moyen de parvenir. A un accord sur le trait autrichien. La
semaine qui s'est ecoulee lalsserait supposed que M. Molotov
n'est pas moins d6sireux que les trois autres ministries d'6vi-
ter les consequences d'un echec.
N.W. Ewer, du < Daily Herald >, remarque aussi que les
min'istres ont fait peu de progres au course des derniers
jours et que les prochaines discussions vont 6tre marquees
surtout par les demands repetees de M. Molotov en faveur
de la constitution rapid d'un Gouvernement central alle-
mand.
II est de plus en plus clair que cette Conference est mise
a profit par les Russes pour persuader les nationalists alle-
mands que 1'Union sovietique est le defenseur de 1'Allemagne
et que les puissances occidentales en sont les enemies. Ceci
explique nettement le desir de M. Molotov de ne pas re-
mettre en question le problem des 'frontieres polono-alle-
mandes.
Le o Daily Worker a accuse les ministries britannique et
americains de vouloir retarder l'examen de la question ecn-
trale de la Conference, la constitution d'un Gouvernement
allemand democratique. Les representants frangais et ame-
ricain auraient ete embarrasses par la proposition sovie-
tique. Quant a M. Bevin 11 se serait content de demander
un ajournement de la question.

a) LA SITUATION EN FRANCE.

1. Obseiver 1(30/11, conservateur).

< ...II est encore beaucoup trop tot pour 6voquer le
spectre de la R6publique de Weimar at pour assigner
a M. Schuman comme on l'a fait le role du Dr






BULLrTIh. QUOTIDIEN DE PRESSED *TRANTlARB 3


P Briinug, sigon meme celui du chancelier von Papen.
En d4pit de la confusion actuelle la bataille peut encore
6tre gagne ; et ]a Republique pent sortir renforcee de
1'Cpreiive.
Si l'on fait abstraction de certaines fautes grossiires
coimises par le gouvernement sur le plan tactique, il
est fort probable maintenant Ique I'attaque de front des
communists se soldera par un echec. C'est une offen-
sive qui est une preuve de faiblesse et non de force.
Etant donni l'im'minence de 1'aide am6ricaine, les
communists francais ont tout a fait raison de penser
que l'evolution de la situation politique et Cconomique
se tournera contre eux et que c'est, pour un certain
temps, leur dernibre chance de conqu6rir le pouvoir.
Mais ils fournissent actuellement la preuve que leur,
force est insuffisante pour leur permettre, de le con-
qu6rir...
Ils ne pouvaient rien faire de mieux s'ils d6siraient
faire adopter le plan Marshall par le CongrBs...
Une fois que le danger communist sera moins me-
nagant et que la reconstruction commmencera A donner
des r6sultats, il serait surprenant Iqu& le Rassemblement
du ,Peuple Frangais du general de Gaulle puisse de-
meurer uni sur les seules theories constitutionnelles et
sur les ambitions personnelles du g6neral...
M. Schuman, bien qu'il soit presque a coup stir une
personnalit6 moins important que M. Blum, peut nkan-
moins Ztre beaucoup plus precieux que lui A un mo-
ment aussi important. Son gouvernement peut faire
preuve de faiblesse et ne pas durer longtemps, mais il
peut cepend.ant avoir le temps de sauver la R6publi-
que. >>

2. Sunday Tinies (30/11, conservateur).
<< ...Les communists viennent d'abattre leurs cartes
maintenant car ils reconnaissent que le temps ne joue
pas en leur faveur. L'emprise qu'ils exercent sur de
large sections de la C.G.T. permit h une minority dis-
ciplin6e de faire 6chec A la volonte de la majority. A
cela, il ne peut y avoir qu'une seule reponse, celle qui
a 6tW faite par M. Schuman : le recours A la force mi-
litaire qui est la prerogative du gouvernement. Mais le
recours A l'armee n'offre pas une solution en lui-meme.
I1 rest i donner satisfaction aux justes revendications
des ouvriers francais sans ruiner 1'economie natio-
nale...
**

<< ...Juqu'aujourd'hui l'initiative dans la Jutte qui
oppose le gouvernement aux communists, a sembl6
revenir a ces derniers, mais ce n'est plus exact mainte-
nant. Le gouvernement dement energiquement qu'il s'at-
taque ou qu'il porte atteinte au droit de greve, mais il
revolutionne certainement les conceptions couramment
admises en France au sujet de son exercise.
Le gouvernement esprre disposer de l'appui de cette
parties des syndiqurs qui essaie drichapper au control
des communists et qui de toute evidence ne peut y
parvenir sans des measures 6nergiques pour I'aider et
encouragee.
Dans *ce but, M. Schuman s'est abstenu de mobiliser
les civils pour faire fonctionner les services essentials
et cela en depit de la pression exerc6e sur lui-m6me
par certain milieux socialists. I1 a 6galement prouve
son d6sir d'ameliorer le sort des ouvriers en relevant
les allocations familiales et en exemptant d,'imp6t l'in-
demniti de vie chere rbcemment accordde... -

FRANK MAC DERMOT.


jb) LA CONFERENCE DE LONDRES.
1. Sunday Times (30/11, conservateur).

< ...Les perspectives de voir la Conference parvenir
a un accord ne sont pas impossible. II ne s'agissait
pas d'un r6glement mais d'un accord qui pourrait pre-
parer la voie A la Conf6rence de la Paix.
Tout d6pendra de attitude -que M. Molotov adoptera
a 1'6gard du rapport 6tabli par les supplants des mi-
nistres des Affaires .6trang6res charges du trait de paix
avec I'Autriche, rapport Iqui doit Atre examine mardi.
Bien que les supplants aient abord6 le problem sous
un angle nouveau, A la suite d'une proposition fran-
(aise sur la question dies reparations, on ne sait pas
encore s'ils sont sur le point de se mettre d'accord.
En fin de compete, la decision appartient aux minis-
tres des Affaires .trangeres qui, sans aucun doute, fe-
ront tous leurs efforts pour parvenir a une decision ra-
pide sur ce sujet 6tant donned que la Grande-Bretagne
et les Etats-Unis y attachent une grande importance. >
(Du redacteur d'iplomatique du Sunday Times).

2. Reynolds News (301/11, travailliste).
a On croit savoir que les Americains ont abandonn6
leur idee de creer un Etat de i'Allemagne oocidentale
distinct avec lequel ils auraient pu n6gocier un trait
de paix au cas of la Conference actuelle des Ministres
des Affaires .6trang6res se terminerait par un echec.
D'autre part, les AmBricains ont obtenu la promesse
de M. Bidault que le gouvernement frangais actuel
acceptera la fusion die la zone d'occupation franchise A
la bizone anglo-ambricaine.
L'unification de l'Allemagne occidentale suivra pro-
bablement, par consequent, .n 6chec de la Conference
des ministres des Affaires' trangBres et il est possible
qu'un gouvernement politique soit cree, mais il n'y
aura pas de trait .de paix s6pare... >
DAVID RAYMOND.




II. PRESS AMERICAINE



Revue de la press am6ricaine du 29 novembre 1947
La situation trancaise et la situation Italienne font encore
aujourd'hui l'objet des manchettes des premieres pages des
journaux americains qui annoncent Egalement A cette place
la mort du general Leclerc don't les prouesses 6taient bien
connues du public am6ricain. La plupart des journaux pu-
blient une biographie du general, accompagnee de photos.
Le ( New York Times ) lui consacre m8me un editorial ren-
dant hommage au Frangais libre, qui, du Tchad au Rhin,
avait port les couleurs victorieuses de son fanion : c Ce que
l'on se rappellera, dit-il, c'est que Jacques Leclerc, ayant i
faire un choix entire un compromise abject et une resistance
presque sans espoir, a choisi la vole la plus noble.

1. France
a M. Schuman veut de nouveaux pouvoirs pour combattre
les grevistes ), a La France mobilisera ses grevistes a,
a 80.000 homes vont grossir l'armee francaise pour fair
face i la crise > et < Le Premier Ministre francais licencie
66 chefs de la police ). Tels sont les titres des manchettes
paraissant en premiere page des journaux sur la cruise fran-
caise.
Les correspondents de Paris signalent que 1'Assembl6e sera
appelee A voter des pouvoirs extraordlnaires a devant permet-
tre au Gouvernement d'assurer le fonctionnement des services






4 BULLETIN QUOtIDIEO DE PRESSi iTBANGIA*


publics et de combattre le sabotage ). L'extension du mou-
vement de greve A de nouveaux domaines et les incidents qui
se sont products A Lyon et A Paris sont longuement rappor-
tes dans ces ddpyches qui les pr6sentent sans commentaires.
La posslbilitd du rappel imm6diat d'Allemagne d 1l'arm6e
d'occupation est 4galement mise en valeur dans une depeche
U.P. de Paris. Les journaux isolationnistes du group Patter-
son, le ( New York Daily News ) et le ( Times Herald ), pu-
blient un editorial disant notamment que M. Schuman a
l'intentlon d'agir avec 6nergie et, citant les measures d6jA
prises par son Gouvernement pour faire face A la crise, cet
editorial conclut : a( I est encore trop tot pour se montrer
optimiste en ce qui concern la situation frangaise, mais
d'apres ces faits, les communists dans ce pays ne paraissent
pas aussi menagants aujourd'hui qu'ils. l'taient 11 y a une
semaine et il pourrait se faire que la nrarde communist soit
maintenant descendants. )
Une photo A.O.M.E. montrant des travailleurs francais ins-
crivant a Vivre en travaillant a sur les grilles des usines
Hotchkiss est souvent reproduite par les journaux et presen-
t6e a comme une r6plique des travailleurs francais aux ma-
'nceuvres communists >. Les photos du ( New York Times >)
montrent les soldats d6chargeant des sacs de farine a la
porte d'une boulangerie et les voies desertes & la gare Saint-
Lazare.
La situation en France parait egalement inquidter les cor-
respondants amdricains qui suivent les ddbats de la Confe-
rence de Londres. C'est ainsi que Sulzberger et Anne Mc Cor-
mick d4clarent que, du fait m6me de cette crise, Ja position
de ]a France A cette Conf6rence se trouve a rehaussse ). Ces
deux correspondents notent que M. Bidault, en pregnant d'im-
portantes initiatives A cette Conference, exploit habilement
cette nouvelle position franchise. Tous deux reconnaissent
que M. Marshall a fait un bon accueil A la protestation que
M. Bidault avait faite avant- r au sujet de l'ordre du Jour
de la Conference et Anne Me Cormick constate que I'attitude
du Ministre des Affaires etrangAres francais n'a jamais dtd
aussi dnergique A l'dgard des Russes. ( Le fait que les Russes
combattent son Gouvernement en France, Je rend libre de
s'opposer aux Russes A Londres, du moins c'est l'effet pro-
duit par les rdpliaues de M. Bidault qui a dit aujourd'hui
que, puisque M. Molotov n'avait pas rdpondu & ses d6clara-
tions, 11 ne se sentait pas oblige de rdpondre A relies de
M. Molotov. )

2. Conference de Londres

L'entretien Marshall-Bidault et la proposition russe d'ln-
terdire la formation d'un gouvernement allemand dans les
zones de l'Ouest de l'Allemagne sont les principles nouvelles
mises en valeur dans les dl6pches des correspondents de
Londres.
Matthews, correspondent du a New York Times a, Ocrit
que M. Molotov a lutt6 toute la journey et aurait cherch6 a
presenter le problnme allemand comme une simple alterna-
tive : Gouvernement central allemand ou partage de l'Alle-
magne en zones separees. Ce point de vue n'auralt pas etW
accepted par les autres membres de la Conference a qui ne
veulent, dit ce correspondent, ni d'un gouvernement central
fort, ni d'un partage permanent de 1'Allemagne a. II signal
6galement la proposition francaise au sujet des avoirs alle-
mands en Autriche et 11 constate 6galement a c'est la lutte
entire M. Molotov et M. Bidault qui parait constituer le grand
*drame personnel de cette Conference. L'ombre de la France
agonisante s'6tend sur la table de la Conference A Lancaster
House. Malgr6 cela et A cause de cela, la France, pour la
premiere fois, possede une forte position au sein du Conseil
des Minisres des Affaires etrangeres. a
Russel, correspondent du ( New York Herald Tribune >,
rapporte egalement que M. Bidault, s'Otant vu refuser une
response de M. Molotov, A propos de la Sarre, s'est oppose
discuter la question d'un gouvernement central allemand
pose par le d&legu6 russe. Il note egalement l'intervention
de M. Bevin qui a accuse les Soviets de poursuivre une poli-
lique de chaos en Europe, et qui s'est refuse A s'associer a une
telle politiqtle.


3. Palestine
Tous les journaux donnent une large publicity A la decision
prise par l'Assembl6e de 1'O. N. U. de remettre de 24 heures
le vote qui dolt avoir lieu au sujet du partage de la Pales-
tine. Ils indiquent tous que cette decision a Wte prise sur la
base de la proposition faite par M. Parodi et que le vote de
I'Assemblee avait Wte de 25 voix centre 15.
Les journaux lib6raux de New-York comme a P. M. a et le
a New York Post a mettent en relief une nouvelle attitude
des Arabes qui parent desormais a de solution, de concilia-
tion ), alors que les partisans du partage de la Palestine,
ayant obtenu que le d6l6gu6 haitien modifie son vote, parais-
sent assures de la majority des deux tiers n6cessaire A l'adop-
tion de leur project.

4. Declaration Taft
Le Senat americain n'a siegd que deux heures, hier, A pro-
pos de l'aide intirimaire A lPEurope, mais les declarations
faites par M. Taft, indiquant qu'il voterait pour cette aide
tout en maintenant son opposition au plan Marshall, sont
longuement reproduites dans le a New York Times a et dans
la plupart des journaux. La seance de la Chambre a W6t
ajournee jusqu'A mardi sans avoir encore abord6 la discus-
sion de cette aide interimaire.

JA SITUATION EN FRANCE (New York Heratd Tribune,
30/11).
< ...II income au gouvernement francais de r6soudre
la cruise. Nul doute que le gouvernement russe a jou6
un r6le dans la naissance ,de cette crise. Mais on ne
peut oublier et heureusement on ne l'oublie pas au
Congrbs am6ricain qu'une grande parties du mkcon-
tentement qui a provoqu6 la vague de groves en France
ne peut 6tre dissip6 ni par le gouvernement francais ni
par le gouvernement russe. Ce m6contentement provient
de la p6nurie. fondamentale de denr6es de premiere
n6cessit6, et tandis que sans aucun doute ces groves ne
font q.u'accroitre les privations imposes par cette p6-
nurie, il est difficile de convaincre les gr6vistes tra-
vaill6s come ils le sont par la propaganda .- qu'ils
n'ont pas recours a la seule arme qui leur reste pour
lutter afin d'am6liorer leur sort. Des discussions ne
convaincront personnel, pas plus que le recourse A la
force seule n'aura de r6sultats tangibles. Seuls un ravi-
taillement meilleur et des v6tements Imoins chers peu-
vent ramener 1'ordre en France.
Cette v6rit6 616mentaire est 6troitement en rapport
avec les d6bats aqui se d6roulent actuellement au Con-
gres sur I'aide immediate A I'Europe occidentale...
Des pays qui vivent bien, que ce soit grace A leurs
propres efforts ou A une aide, ne sont pas le th6Atre
,de manifestations semblables A cells qui ont 6clat6 r6-
cemment en France et en Italie... La crise europ6enne
est une r6alit6 et si elle n'est pas abord6e avec courage
et determination par le Congrbs et le people amBricains,
elle peut vouer A l'an6antissement une region vitale de
de la civilisation occidentale. >




III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovitique du 28 novembre 1947
La press sovletique reserve deux pages aux rubriques
Btrangeres qui sont essentiellement informatives. On relive
une serie de d6p6ches de 1'Agence Tass relatives au th6me
general des camps d6mocratique et impdrialiste, A l'Assem-
blee national frangaise, A l'accroissement du movement
greviste en France, A 1'appel d'un nouveau contingent mlli








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSR *rRAoNa*R 5


taire frangais, a la signature du pacte bulgaro-yougoslave et
au people iranien qui s'est prononc6 centre 1'emprunt am6-
ricain.
Des tel6grammes Tass et des commentaires sont consa-
cres is la fete des peuples de Yougoslavie et d'Albanie. Dans
< L'Etoile Rouge ), un article de Volkov s'intitule : Trois
a.ns d'Albanie nouvelle ). Dans 1'ensemble, ces textes di-
vers soulignent : 1 les realisations operees par la d6mocra-
tie dans ces deux derniers pays sous la conduite des parties
communists au pouvoir ; 2 la sympathie avec laquelle
I'Union sovietique et les forces d6mocratiques mondiales sui-
vent cet effort; 3" l'hostilite que cet effort provoque dans
les pays occ'identaux. Le commentaire de la ( Pravda ) si-
gnale i ce propos que < toutes les positions du capital 6tran-
ger en Yougoslavie sont liquiddes. Les Etats imp6rialistes
sont genes de ne pas pouvoir intervenir dans les affaires in-
t6rieures de la Yougoslavie et de constater que ce pays a
pris conscience de 1'essence imperialiste du plan Marshall >.
Plusieurs journaux reproduisent des dep6ches Tass de la
e Berliner Zeitung a : ( Les liaisons entire les consortium
allemands et americains a.
Enfin, la press donne de longs comptes rendus de la
stance de la Conference de Londres du 28 novembre, qui
sont rediges en terms assez vifs centre M. 'Bidault et
M. Bevin.

LA CONFERENCE DE LONDRES (Pt1rvda, 30/11).
( Les travaux de la Conference des ministres des
Affaires 6trangeres qui se d6roule a Londres retiennent
l'attention de opinion publique mon'diale. L'importance
de cette session est considerable. En effet, elle est char-
g6e de preparer le trait de paix avec l'Allemagne.
Comme nous le comprenons tous parfaitement, la ques-
tion du traits de paix avec 1'Allemagne est une question
qui int6resse ]e destin de l'Allemagne et en mine temps
celui du r6tablissement de la paix en Europe. L'Alle-
magne n'est pas seule A avoir besoin 'de ce traits : tous
les peuples de l'Europe en ont besoin. La session du
Conseil des Ministres des Affaires 6trangBres de Lon-
dres est appelCe A d6montrer une fois pour toutes si la
collaboration entire les grades puissances se poursuivra
a 1'avenir...
M. Molotov a rappel dans son discours les solutions
qui ont Wte adoptees pour nombre 'de questions impor-
tantes et. difficiles au course des conferences de Tehle-
ran, de Yalta et de Potsdam. II a 6galement rappelh les
succ6s obtenus en ce qui concernait la preparation des
cinq traits de paix avec les anciens satellites de F'Al-
lemagne...
L'Union Sovi6tique estime qu'un traits de paix avec
l'Allemagne 'doit rtre fond6 sur les principles qui .ont
servi de base aux decisions prises par les allies au
course des conferences de Yalta et de Potsdam.
II faut malgr6 tout souligner que les agissements des
autoritis d'occupation ambricaine, anglaise et francaise
en Allemagne, ainsi que les articles publi6s dans la
press au sujet de l'ouverture de la Conf6rence 'de Lon-
dres, ne peuvent pas ne pas inqui6ter les partisans
d'une paix d6mocratique.
DBjA apres la publication de l'allocution prononcee
par le Mar6chal Sokolovski au sujet des agissements se.
paratistes anglo-ambricains en Allemagne, et du sabo-
tage de la demilitarisation et de la democratisation dans
les zones d'occupation occidentales, de nouveaux ren-
seignements nous sont parvenus sur les agissements des
autorites anglo-am'6ricaines, agissements qui sont abso-
lument contraires aux decisions .de Potsdam.
On vient d'apprendre recemment que le capital am6-
ricain pursuit une penetration intensive 'dans les zones
occidentales de 1'Allemagne...
C'est ainsi que l'on commence a avoir I'impression
Sque les dirigeants de la politique americaine se hAtent


de placer le Conseil des Ministres des Affaires 6tran-
geres devant des faits accomplish.
D'autre part, la tAche de la session actuelle du Con.
seil 'des Ministres des Affaires 6trangeres n'est guere
facilit6e par la violent champagne de press d6clench6e
par les membres du CongrBs ambricain qui demandent
que les Etats-Unis se refusent formellement et imme-
diatement a toute collaboration international. Le 25 no-
vembre, le senateur Connaly a demand que les Etats-
Unis concluent une paix s6paree avec l'Allemagne et
l'Autriche, et Mac Mahon, Teber et autres ont r6clamn6
le boycottage de l'Union Sovietique.
L'attitude d'une grande parties de la press anglo-
francaise prouve qu'elle est prete 6galement a contri-
buer a l'entreprise de sabotage de la collaboration des
grandes puissances...
Tout cela prouve que la reaction est dechainee con-
tre 1'Itablissement de la paix et qu'elle est decidee A ef-
fectuer tout au moins une pression considerable sur
les travaux 'de la conference actuellement en course a
Londres. >
(LEONTIEV.)



IV. PRESS POLONAISE


LA CONFERENCE DE LONDRES.
1 Zycie Wanszawy, independent, 29/11.
< La press britannique a passe sous silence la decla-
ration de M. Molotov au sujet des frontieres orientales
de 1'Allemagne. Non seulement, en effet, elle n'a pas re.
produit le texte de cette declaration, mais elle ne lui
a consacr6, non plus, aucun commentaire. Or, le minis-
tre sovitique avait declare : < La decisionn relative
aux frontieres orientales de l'Allemagne est deji inter-
venue a Yalta et i Potsdam... ) '*
Il ne s'agit done pas, en l'esp6ce, d'un principle nou-
veau, mais d'un concept deja ancien d'intangibilit6 que
le president Truman et M. Attlee avaient admis en ap-
posant, avec 'd'autres, leurs signatures au bas des ac-
cords de Potsdam qui fixaient les fronti6res de la Po-
logne. II ,n'est pas non plus un home politique au
jugement sain qui ne puisse ne pas se souvenir de ces
accords. Nous avons ktB t6moins, certes, d'interventions
de la part de persons moins responsables qui out mis
en question nos fronti6res de I'Oder et 'de la Neisse,
pr6tendant que les accords de Potsdam n'6taient pas va-
lables. C'est dire qu'il nous aurait Wte d'autant plus
agr6able de voir les journaux britanniques, les memes
qui s'6tendaient tellement naguere sur les succes des
armes polonaises 'dans la bataille d'Angleterre, s'asso-
cier A la defense des frontieres de la Pologne. Mais
m6me le fait qu'aucun smot d'approbation pour la de-
claration de M. Molotov ne soit tomb& des 16vres d'Al.
bion ne nous afflige pas outre measure. a

2 Kulrler Clodzileuny, d6mocrate, 29/11.
< Nous ne partageons pas l'opinion de ceux qui pr6-
ten'dent que la conference de Londres constitute la der-
ni6re chance de salut pour 1'Europe. Apr6s la conversa-
tion *qu'il avait eue avec le general Marshall pendant la
conference -de Moscou, le conrespondant du Times avait
soulign6 la n6cessit6 de s'armer de patience et pr6vu
encore toute une s6rie de conferences avant l'accord
d6flnitif des gran'des puissances. Ces predictions conte-
naient un peu de cet optimism si n6cessaire et permet.
talent de croire A la possibility d'un compromise. Et en








6 BUULUTIN QJOtIDIEN -E PAUSSE ATP4XG*E


effet, des la deuxieme reunion des Quatre a Londres, un
premier compromise 6tait r6alis6 dans une question, sur
laquelle les supplants n'avaient pu se mettre d'accor'd:
celle de l'ordre des travaux. C'est lI un bon signe qui,
sans pr6juger de I'issue de la conference, permet ce-
pendant de bien augurer de ses travaux. >

3 Rzec pdspolita, coalition gouvernementale, 30/11.
< II ne fait pas de doute que M. Marshall se ren'd par-
faitement compete que la question des frontibres occi-
/dentales de la Pologne a Wte deja tranchte, definitive-
ment et sans appel. Si done, a tous les problemes, deja
tellement comlpliques et difficiles, -concernant I'Allema.
gne, il en a ajoutt un autre, fictif, n'est-ce pas pour
rendre le 'd6bat encore plus ardu et embrouill6 ? Juste
apparait d6s lors la supposition, d'apres laquelle le
representant des Etats-Unis ne veut tout simplement pas
d'accord sur l'Allemagne. Ce qui est certain en tout cas,
c'est que la declaration Marshall, comme naguere le
discours Byrnes, est une r6v~i-ence du c68t des milieux
revanchards allemands, en qutte d'allies exterieurs.



V. PRESS SUISSE


LE PROBLAME ALLEMAND (Basler Nachrichsbe, 29-30/11).
(< ...La decision de constituer un gouvernement cen-
tral allemand ne trancherait pas encore la question
qui demeure en reserve a 1'arriere-plan : < Centralisme
ou fbd6ralisme pour 1'Allemagne nouvelle ? >. On sail
que les Russes veulent un centralisme trbs pousse, tan-
dis que les Anglo-Saxons et surtout les Frangais sont
partisans d'un f6edralisme comparable a celui de 1'6po-
que pr6-bismarckienne. Mais, la discussion ne s'est pas
jusqu'A present engage sur ce point. C'est le souci du
lendemain. Le sujet est d'importance : car selon les


idWes des Russes, il serait plus facile de bolcheviser un
Etat unitaire Lqu'un Etat f6d6ratif aux liens assez inches.
Toutefois, la %question qui se pose pour le moment est
celle-ci : & Est-il possible d'improviser un nouvel Etat
allemand assez vite pour qu'il soit moralement en droit
de figure parmi les co-signataires d'un traits de paix,
fixant d6finitivement les frontieres de l'Allemagne, les
obligations de l'Allemagne sur la base de la d6faite mi-
litaire et le statut constitutionnel de 1'Allemagne ? ,.
La condition premiere requise pour l'octroi de sembla-
bles attributions a un gouvernement et A une represen-
tation national, ce serait sans doute une grande unit
de vues dans le people allemand tout entier. Et pas
seulement en zone russe... Dans les trois autres zones,
on retrouve bien, conform6ment a la vieille tradition,
autant d'opinions politiques qu'il y a de t0tes. d'Alle-
mands. Mais toutes ces tWtes veulent savoir si le trait
de paix a signer rendra l'Allemagne ind6pendante et
dans quelle measure. Pour des oreilles allemandes, il
n'est pas prdcis6ment encourageant d'entendre M. Bevin,
qui n'est pourtant pas un dictateur sanguinaire parler
comme il 1'a fait a la s8.ance tenue jeudi par les Quatre,
d'une < Constitution don't, en cas de n6cessit6, les qua-
tre grandes puissances devraient imposer le respect ;.
On sait ce qu'il advient avec cette contrainte A quatre.
11 suffit de consid6rer la situation dams la zone des sa-
tellites oh la Russie impose une conception de la d6-
mocratie enti6rement diff6rente de celle que les Anglo-
Saxons r6clament dans les notes q.u'ils envoient sans se
lasser. Que peut-on attendre de contr6le de l'applica-
tion du traits que les puissances victorieuses veulent se
reserver ? Dans les rares cas of elles seront toutes d'ac-
cord, il faudra bien les 6couter. Dans les cas beaucoup
plus nombreux o6 l'unanimit6 ne se r6alisera pas au
sein de 1'organisme de contr6le, ou par consequent, in-
terviendra le droit de veto des diverse puissances,
chacune d'entre elles donnera ses ordres 'dans les r&-
gions oiL elle conservera encore des troupes. Bref, ce
sera le meme manage qu'avant...i


S. P. I. Imp., 27, re Nicolo, Pais 31.300




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs