Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00249
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: December 1, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00249
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


PR~SIDENCE DU CONSBIL
SLA DOCUI
SECBRTARIAT BN0tRAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')




BULLETIN



DE PRESS


1" d6cembre 1947.


MENTATION FRANQAISi


QUOTIDDIEN



ETRANGIRE



Nouvelle S6rie N 832


SOMMAIRE


I. PRESS BRITANNIQUE.
a) La Conf&rence de Londres (News Chnonicle,
28/11).
b) Le probl6me palestinien (Tiine(s, 28/11).
II. PRESS AMARICAINE.
La conference du Comite ex6cutif 'de la F6dera-
tion Syndicale Mondiale (New York Herald
Tribbune, 29/11, edition europ6enne).
III. PRESS SOVIkTIQUE.
a) La situation politique en France (Troud, 28/11)
b) L'aide americaine A 1'Europe (Izvestia, 28/11).
IV. PRESS SUISSE.
a) La Conf6rence de Londres (Joutrnlal de Ge.
nitre, 28/11).
b) L'avenir de I'O.N.U. (Journal de Gentve,
28/11).


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de ila press britannique du 29 novembre 1947
Les travaux de la Conference des Quatre, les conflicts so-
ciaux en France et en Italie, la question palestinienne sont
les sujets auxquels la press de ce matm consacre le plus
grand nombre d'articles. Sur le plan interieur, plusieurs jour-
naux accordent une importance significative A la creation
par Oswald Mosley d'un nouveau parti.

1. Conference des Quatre
Tous les journaux manifestent un certain pessimisme de-
vant la seance d'hier. La plupart reproduisent d'importants
passages- des declarations de M. Bevin qui, d'apres le e Ti-
mes a, constitueraient l'avertissement le plus grave que les
Ministres aient entendu sur les consequences de l'echec de la
Conference. M. Bevin avait sfrement a l'esprit, ecrit ce
journal, non seulement les besoins de l'Allemagne occiden-
tale, mais l'agitation qui regne en France et en Italie.
Pour le correspondent diplomatique du (< Manchester Guar-


dian a, la seance d'hier, en raison de l'attitude du del6gu6
sovietique, aurait etd d&cevante et sterile, et les Ministres se
seraient separds sans mnme prendre la peine de decider si
leur prochaine reunion aurait lieu aujourd'hui ou lundi.
Wilson Broadbent, correspondent diplomatique du Mail ), estime que M. Bevin etait decide A forcer la main A
M. Molotov et si possible A l'obliger de ddfinir la politique
sovietique A l'Dgard de 1'Allemagne.
Pour W. N. Ewer, du << Daily Herald ), la journde d'hier a
6te mauvaise et l'atmosphere plus mauvaise que jeudi der-
nier.
F. Pitcairn, dans le e Daily Worker ), interpreted les d6cla-
rations de M. Bevin comme une menace de rupture et une
attaque centre la democratic en Allemagne.

2. France
L'interet de la press a l'egard des conflicts sociaux en
France continue A se manifester par de gros titres, de longs
articles et des photographies.
Le ( News Chronicle consacre A cette question une impor-
tante manchette et un long article en premiere page.
( Les 6evnements vont vite, 6crit son correspondent A Pa-
ris, Williams Forrest, on approche de l'dpreuve de force dd-
cisive. La fin de la semaine sera crucial pour la quatribme
R6publique, la vague de groves englobe une masse croissante
de travailleurs, le Cabinet siege presque en permanence ainsi
que le Comitd de la C.G.T. et le general de Gaulle rentre A
Paris. La tension croit A Paris, la misere devient plus pro-
fonde. >
AprBs avoir rappel6 que I'Assembl6e a accord sa confiance
au Gouvernement Schuman A une majority inferieure A celle
qu'il avait donnie a l'investiture du President du Conseil,
le correspondent du Times a ecrit : ( La situation social
s'aggrave. Les 6elments communists de la C.G.T. sont deci-
des a aller jusqu'au bout. La scission au sein de la C.G.T.
devient chaque jour plus profonde. )
Le correspondent du (( Manchester Guardian a announce
que le Gouvernement est decide A agir avec la derniere ener-
gie.
Le ( Daily Telegraph ) rend compete en detail des diff6rents
movements de groves don't certain affectent la vie des
Parisiens et don't d'autres s'accompagnent d'actes de sabo-
tage.
Le (( Daily Express ) ecrit : c Le chaos s'etend. Les troupes
se tiennent pr6tes A intervenir. >
Comme le ( News Chronicle a, le Daily Herald ) donne
la vedette A cette question. Il announce en manchette que le
plan gouvernemental pour lutter contre les groves sera pr4-
sent6 aujourd'hui au Parlement et qu'il comprendra des me-
sures draconiennes sans toutefois recourir a la mobilisation
civil. Il'annonce le retour a Paris du general de Gaulle qui
s'entretiendra avec ses conselllers politiques.







2 ItUlTUIETIN QUOTIDIEN D1 PHESSE fTRBANGfIRE


Le journal travailliste fait 6galement etat d'acts de sabo-
tage dans les chemins de fer.
En premiere page egalement, le ( Daily Graphic ) an-
nonce : ( La France ,mobilise. Les syndicats menacent de faire
la guerre. )>
Deux divisions blinddes seraient masses prAs de Versailles
pr6tes A entrer dans Paris.
Derek Kartun announce, dans le a Daily Worker >, que le
Gouvernement s'appr6te A recourir A la violence centre les
grevistes. Des rixes se seraient produites A Paris entire les
grevistes et la garde mobile, mais dans I'ensemble le mou-
vement de groves se deroulerait dans le came.

3. Italie
Le < Daily Worker > et le a Daily Express a annoncent
sous des ranchetes sensationnelles que o.000 anciens mem-
bres de la resistance et plusieurs milliers de grdvisies se sont
rendus maitres de Milan.
Le ( Daily Express a voit dans ce coup de force le defi le
plus audacieux lance par les communistes centre le Gouver-
nement de Gasperi.
Le a Manchester Guardian a n'est pas convaincu que la
population mikanaise approve les communists et 11 pense
que si cet 6tat de choses persiste, MLan pourra bient6t etre
le theatre de rixes entire les communists et leurs adversaires.

4. Palestine
De nombreux journaux annoncent que 1'Assemblde de
I'O.N.U. a decide par 25 voix centre 15 d'ajourner de 24 heures
le vote sur le plan de partage de la Palestine a la suite d'une
proposition de M. Parodi.
Le correspondent du a Times > estime que I'Assemblee a
saisi l'occasion de differer son vote sur le partage.
Ce correspondent signal que ( M. Parodi a s6v6rement
comment la procedure suivie par 1'Assembl6e, mais n'a rien
fait pour concilier les theses juive et arabe >.

5. Congres socialist
Le ( Manchester Guardian > consacre un long article au
Congras d'Anvers. Ii estime que la composition d'une inter-
naionale socialist sera difficile en raison de la situation
meme des parties socialists dans les diff6rents pays d'Europe,'
situation qui leur interdit d'appartenir A des organizations
rigides.
6. Le general Leclere
Presque tous les journaux annoncent la mort du g6ndral
Leclerc. Le ( Times ,, notamment, lui consacre un article
particulierement elogieux.

a) LA CONFERENCE DE LONDRES (New Ohvionicle, 28/11,
liberal).
c Mercredi a la Conf6rence des Ministres des Affaires
etrang6res, M. Molotov a fait allusion au plan Marshall
en terms maintenant families : << Imperialisme arm >>,
< domination >, < esclavage et exploitation a... II nous
semble qu'il convient de rappeler une fois de plus aux
Russes que la description de M. Molotov est exactement
le contraire du but que pursuit le plan Marshall.
L'i'd6e maitresse de ce < plan de redressement a est
precisement d'emp6cher 1'Europe d'etre dominde, r&-
duite A l'esclavage, ou exploit6e par une puissance ex.
t6rieure quelconque. Plus l'Europe -sera forte 6conomi-
quement, plus grande 'seront ses chances de resister A
une ingarence.
L'autre accusation de M. Molotov selon laquelle 1AM.
lemagne occidentale est devenue une base militaire est
d6pourvue de tout fondement, mais elle est moins facile
A r6futer. Malheureusement, les m6thodes exactes qqi
permettront que I'Allemagne, tout en ne constituent pas
un danger, soit utile au point de vue 6conomique, n'ont
m6me pas encore 6et mises au point par les puissances
occidentales.


C'cst a cet 6gard que M. Bevin ct M. Bidault ont un
rhle important de mediateurs A jouer entire les Etats-
Unis et la Russie...

b) LE PROBLiME PALESTINIEN (Times, 28/11).
c ...Bien que les Arabes aient perdu 'devant la com-
mission palestinienne la lutte qu'ils menaient pour un
6tat palestinien unifi.6, ils pensent encore que 'ensem-
ble 'du monde oriental est de leur cBt1 pour s'opposer
au partage. Mais ils comprennent (quel que soit le r6sul-
tat du vote a l'assemblee g6nerale) que la decision prise
par la Grande-Bretagne d 'vacuer la Palestine rend ind-
vitable, du moins pour le moment, la naissance d'un
6tat juif. Ils organisent des comit6s locaux qui pour.
ront ull6rieurement servir de centre de resistance, mais
leur principal souci est d'empecher l'autorit6 des Na-
tions Unies A laquelle la Grande-Bretagne transmettrr
les pouvoirs d'exiger ne serai-.ce que la facade d'un
6tat arabe 'distinct...
Rares sont ceux, qui, en Grande-Bretagne, ont dout6
que le partage soit le meilleur moyen de r6soudre le
probieme que pose l'existence d'une minority juive im-
portante et progressive dans un 6tat conservateur arabe.
Si le gouvernement.de 1'6poque avait accept de facon
definitive les conclusions de la commission Peel, le par-
tage aurait pu etre effectui avec l'appui de personnalit6s
beaucoup plus sages des deux cot6s, et aurail ainsi donn6
A la Grande-Bretagne le moyen de s'acquitter 6quita-
blement des obligations que le mandate lui imposait tant
A l1'gard des Arabes que des Juifs. Lorsque le gouver-
nement actuel est arrive au pouvoir, il 6tait encore pos.
sible de partager la Palestine sans opposition excessive.
Et beaucoup pensaient en Grande-Bretagne qu'il valait
mieux partager la Palestine avec tous les risques que
cela comportait plutot que de poursuivre l'espoir illu-
soire d'un accord entire les Juits et les Arabes. On n'a
pas saisi cette occasion...
On penche maintenant A Lake Success pour le partage.
Mais le mandate n'oblige pas la Grande-Bretagne A im-
poser la solution (quels que soient ses m6rites) que
pourront adopter les Nations Unies. Les troupes et I'ad-
ministration britanniques n'ont a s'occuper que du
mandate seul et non de ses consequences possibles. En
attendant la fin de son mandate, la Grande-Bretagne
'doit tenir la balance gale entire les communautis tout
en faisant tout son possible pour transmettre dans le
came ses pouvoirs A l'autorit6 que les Nations Unies
auront choisie. >


11. PRESS AMERICAINE


Presse americaine du 28 novembre 1947
1. L'aide americaine
Les discussions du project de loi d'aide intdrimaire a l'Eu-
rope n'ayant pas about A un vote mercredi, veille de la fete
national du Thanksgiving, le Senat a ajourne le vote jus-
qu'& lundi. Ce retard dans le programme ldgislatif entraine
un certain nombre d'articles qui notent que les provisions
faites par le Senateur Vandenberg ne se sont pas rdalisees et
qu'une opposition assez considerable s'dlvve tant A la Cham-
bre Haute qu'A la Chambre des Reprdsentants contre I'envoi
en Europe d'une aide qui menacerait de rdduire les stocks
ambricains a des chiffres dangereux pour 1'6conomie g6nd-
rale amdricaine et pour le consommateur amiricain en parti-
culier.
La press note cependant que le 86nat s'est refuse par 56
voix centre 30 a voter un amendment rdpublicain appuyd
par le S6nateur Taft qui aurait eu pour effet de rdduire le






BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS H5TRANGkRB 3


montant total de l'aide de 197 millions de dollars. C'est prin-
cipalement la mediocrity probable de la prochaine recolte de
bl6 americain qui a dt6 cite par ces senateurs comme pou-
vant entrainer une situation difficile pour les U.S.A. 1'an
prochain alors que les stocks seront tombs au minimum et
que les prix du bl6 seront en hausse sur les chiffres records
deja enregistr6s. L'article de Marquis Childs note a cet dgard
que les ensemencements du bl6 n'ont pas-pu se faire totale-
ment dans le Middle West par suite de l'absence de pluie
suivie de gelees precoces.
Un editorial du ( New York Times ) s'61eve contre les de-
clarations faites par le Senateur Ball, du Minnesota, qui a
denonc6 le plan d'aide propose par administration et a de-
clar, que personnel ne souffrirait si le Congres mettait deux
ou trois semaines A etudier ce project. Oe journal rappelle les
enquetes faites sur place par different comites, et les rap-
ports prepares par l'administration ainsi que les conclusions
du, Comit6 des Seize et conclut en reprenant les declarations
Marshall au Congres oh le Secr6taire d'Etat avait expose la
situation pr6caire oh se trouveraient la France et 1'Italie des
le mois prochain.

2. Conf&rence de Londres

La reunion des quatre Ministres des Affaires etrangeres re-
tient 1'attention de la press et de la radio qui s'attachent
surtout A reproduire la declaration Marshall et A mettre en
lumi&re que les U.S.A., contrairement A la position prise par
V'U.R.S.S., ne considArent pas que les frontieres orientales de
Pologne soient definitives. Ils donnent une large publicity a
la proposition faite par le Secretaire d'Etat americain de
constituer des commissions qui seraient charges d'etudier les
delimitations des futures frontieres allemandes. D'autres
commentateurs donnent la priority a la question de la forma-
tion d'un gouvernement central allemand. Les correspon-
dants de Londres sont unanimes A reconnaitre que, sur ce
point, il existe une certain communaut6 de vues entire les
representants russe, anglais et americain qui ont marque
tous leur desir de donner a J'Allemagne un gouvernement
avec lequel les puissances pbourront signer le trait de paix.
L'attitude prise par M. Bidault A cette discussion est rap-
portee dans un article de Matthews au ( New York Times )
qui estime que le representant francais a t60 irrit6 par le
fait que celle-ci n'6tait pas a l'ordre du jour et relieve la lo-
gique de la position franqaise qui s'oppose a la reconstruc-
tion de l'Allemagne avant m6me que l'on ait defini entire les
Allies ce que devait 6tre cette future Allemagne. Aucun
journalist ne prdte attention au passage de l'expos4 du ge-
ndral Marshall of celui-ci a, appuy6 fortement la these fran-
caise du rattachement economique de la Sarre a la France
ainsi que la fixation des frontieres de la Sarre.

3. Italie

La situation aggrav6e par des groves et des 6meutes est
expose dans de nombreux journaux mais c'est surtout la dd-
cision du Gouvernement de Rome sur Ie nouveau course de
la lire qui est aujourd'hui mise en evidence. Le correspon-
dant du a New York Times > a Rome declare que a'Italie est la
premiere puissance a supprimer la fixation artificielle du
course de sa monnaie. Cette experience sera suivie avec intd-,
ret par tous les pays. Il note en effet que les banques ita-
liennes seront autorisees a changer les devises etrangeres
aux course voisins de ceux pratiques sur le march libre et
qu'ainsi un coup serieux sera port au march noir en meme
temps que les exportateurs italiens et les tourists strangers
beneficieront de ces measures.

4. Japon

Une ddp6che Tass rapport que Moscou aurait propose une
reunion de la Conference des Ministres des Affaires 6tran-
g&res pour preparer des janvier le trait de paix avec le
Japon. Suivant le correspondent du <( New York Herald Tri-
bune )) Washington, cette nouvelle initiative russe aurait
ete reue avec froideur dans les milieux diplomatiques ame-
ricains qui ne seraient pas encore parts ngocier un tel
trait.


5. France

De nombreux articles sur la situation en France paraissent
depuis quelques jours dans la presse,amdricaine. L'intdrt se
concentre sur I'attitude prise par les syndicate et sur les in-
cidents que les graves ont entraines deja sur divers points
du territoire francais. L'expulsion de dix-neuf Russes est sou-
vent announce sous des titres qui couvrent la premiere page
des journaux tandis que la protestation sovietique qui a fait
suite a cette measure apparait dans les pages intdrieures sous
ent6tes en petits caractdres.
Les correspondents de Paris rapportent en detail la d6cla-
ration Schuman ainsi que les d6bats A l'Assembl6e qui ont
about & un vote de confiance au Gouvernement. Certains
d'entre eux mettent en evidence que ( seulement 7 % des tra-
vailleurs du rail ont accept de se mettre en greve et que
cette resistance ouvriere aux voeux des chefs communists
s'est manifested 6galement dans les P.T.T. et dans divers
autres services gouvernementaux ). Dans leurs commentai-
res politiques, les correspondents du ( New York Times )
notent que l'aile droite de 1'Assembl6e et le group gaulliste se
sont abstenus de voter la confiance.
Par ailleurs, la press public des photos montrant les em-
ploydes des P.T.T. inactives devant leurs standards inutilisa-
bles par suite de l'interruption de courant provoqude par les
grevistes.

LA CONFERENCE DU COMITA EXECUTIF DE LA FEDERATION
SYNDICALE MONDIALE (New York Herald Tribfune, 29/11
Edition europ6enne).
< La propaganda communist accusant le plan flars-
hall d'&tre le cheval de Troie de l'imp6rialisme ameri-
cain s'est brusquement heurt6e A opposition efficace
et inatten'due du C.I.O. Cette semaine, A Paris, les re-
presentants du C.I.O. ont fait comprendre clairement
non seulement qu'ils soutiennent le plan Marshall, m.ais
encore qu'ils sont resolus a mener la lutte pour le faire
adopter par les syndicats europ6ens...
La raison pour laquelle opposition du C.I.O. semble
inattendue c'est que la tactique adopt6e par le < Comin-
form > de Belgrade pour discr&diter le programme
d'aide amrricaine a t66 de le denoncer comme une ten-
tative de la part des capitalistes de Wall Street pour
s'emparer du contr6le 'de la vie politique et 6conomique
de 1'Europe. La raison pour laquelle cette opposition
promet d'6tre efficace c'est qu'il sera difficile pour les
communists d'imaginer des arguments pour prouver
que le C.I.O. sert les int6r6ts de Wall Street...
La grande force de la position du C.I.O. dans toute
'discussion sur le plan Marshall vient du fait que la poli-
tique du C.I.O. coincide avec celle qui a 6t6 adoptee
en 1945 par la Fdderation Syndicale Mondiale. Cette
politique n'est m&me pas en disaccord avec les reserves
qui ont ete faites par la Federation Syndicale Mondiale
sur la subordination de l'aide 6trangrre a des conditions
politiques...
La position du C.I.O. dans les reunions internationales
des syndicats est Agalement forte parce que cette orga-
nisation defend tout ce que d6sirent sincremenit les
peuples qui ont faim et froid et *qui sont decourages. En
soutenant le plan Marshall, le C.I.O. devient le champion"
d'un ravitaillement meilleur, d'une production accrue et
d'une prosperity plus grande.
Enfin, les d6lgues du C. I. 0. ont un advantage
appreciable dans leur discussion avec les repr6.
sentants sovi6tiques. En effet, la rh6torique sovi6ti.
que n'est pas suffisamament l1astique pour se permettre
d'accuser les d6l6gu6s du syn'dicat am6ricain le plus
progressiste d'6tre des imp6rialistes aux ordres de Wall
Street. En fail, m6me apr's le discours prononce par
M. Carey, la semaine derniere, les membres commu-
nistes du bureau lui ont parld avec une deference qu'il
est rare de rencontrer aujourd'hui dans les assemblies
des Nations Unies...







BULLETIN QUOTID1EN DE PRESS aBTRANGARE


Elant donned que les buts du syndicalisme sont vrai-
semblabiemeni icentiques dans le monde entier, les di-
rigeants des syndicate ambricains peuvent parler beau-
coup plus franchement avec leurs camarades russes 'de
la FeuBration Syndicale Mondiale qu'il est possible de
le faire sur le p.an diplomatique oii l'on pr6sume que
les int6erts nationaux entrent en conflict. Aussi, s'il est
possible de parvenir A un accord avec l'Union sovie-
tique, les ddC6guis du C.I.O. pensent que la reunion de
la Fe'dration Syndica:e Mondiale est un lieu qui con-
vient. aussi bien qu'un autre pour essayer de parvenir
A un accord...
(WILLIAM ATTWOOD.)



111. PRESSE SOVIETIQUE


Revue de la press sovietique du 28 novembre 1947
1. Conference de Londres
Tous les journaux concentrent leur interet sur la session
du conseil des ministres. Les comptes rendus Tass compor-
tent trois analyses de mdme importance relatives aux inter-
ventions des quatre ministres a la reunion du 27 novembre.
Elles sont suivies d'un resume rapide de la discussion qui
s'est engagee a leur propos et les interventions de M. Molotov
sont parnculierement devexoppees. Passant a l'intervention
de M. Bidault, l'agence sovi6tique note qu'aprds avoir en-
tendu les dOclarations des autres delegues, M. Bidault, sur
un ton agac6, a fait remarquer qie les ministres s'ecartaient
de l'ordre du jour, et il a laiss6 entendre que la delegation
franaaise jugeait opportun de resoudre tout d'abord la ques-
tion' des frontieres allemandes.
Il n'y a pas de commentaires proprement dits, mais on
remarque dans toute la press deux informations, l'une con-
cernant 1'appel du parti socialist unifi6 & la convocation
d'un Congres national allemand en vue de l'unit6 du pays
et d'une paix equitable, l'autre relative a l'article du corres-
pondant special a Berlin des < Izvestia a rendant compete du
CongrBs paysan et des problemes qui y avaient &t6 discutes
sur la r6forme agraire.

2. Extreme-Orient
Dans tous les journaux on relive un communique de 1'agen-
ce Tass sur la preparation du trait de paix avec le Japon.
I1 rappelle que le 11 juillet les Etats-Unis ont propose la
reunion d'une conference preliminaire sur la question de la
paix avec le Japon, mais que le gouvernement chinois est
d'avis que la conference preliminaire ne doit pas s'ecarter des
principles qui ont determine la composition et la procedure
de la commission d'Extreme-Orient, procedure qui a 6et adop-
tee par les 11 membres de cette commission. Le gouvernement
chinois a done presented, dans une note au gouvernement so-
vietique, les propositions suivantes :
a) Reunion d'une conference preliminaire comprenant tous
les membres de la commission d'Extr6me-Orient serait convo-
quee le plus t6t possible a une date fixee entire les gouver-
nements du Royaume-Uni, de 1'U. R. S. S., des Etats-Unis
et de la Chine afin de commencer la redaction d'un trait
de paix et a resoudre les questions concernant la convocation
de la conference definitive de la paix ;
b) Toutes les decisions de la conference devront 6tre pri-
ses A la majority des voix des Etats membres de la confe-
rence et a l'unanimit6 des voix des representants du Royau-
me-Uni, de 1'U. R. S. S., des Etats-Unis et de la Chine.
Puis l'agence Tass donne le texte de la reponse de M. Mo-
lotov pr6sent6e au gouvernement chinois le 27 novembre.
Apres avoir rappele les accords du Caire, de Yalta, de Pots-
dam et de Moscou et les notes du gouvernement sovietique
des 22 juillet et 29 ao^t derniers, M. Molotov estime que
la convocation d'une conference preliminaire est en contra-
diction avec la resolution de Potsdam sur la creation d'un
Conseil des ministries des Affaires etrangfres.


En consequence, le gouvernement sovietique propose, dans
1'intir&t du r6tablissement rapide de la paix en Extr6me-
Orient, de convoquer en janvier 1948 une Session special du
conseil des ministres des Affaires 6trang6res comprenant les
repr6sentants de la Chine, des Etats-Unis, de l'U. R. S. S.
et de la Grande-Bretagne, pour l'examen des questions rela-
tives au reglement de la paix avec le Japon. Cette Session
serait convoquee si le gouvernement chinois le juge oppor-
tun... >
La mmme note a ete adressde aux gouvernements des
Etats-Unis et de la Grande-Bretagne.

3. Divers
Dans la ( Pravda >, un article d'Astakov est consacrn au
triomphe de la democratic en Albanie. La premiere parties de
la chronique international des ( Izvestia > attaque le dis-
cours de M. Vandenberg au sujet du plan Marshall (voir cet
article plus loin) ; la second parties traite du recent tele-
gramme de M. Stassen au President Truman, t6legramme
of il invite le gouvernement des Etats-Unis a boycotter 1'6co-
nomie de 1'U. R. S. S.
Au second plan, la press reproduit des informations sur
la fermeture de la frontiere austro-hongroise par le gouver-
nement de Budapest, la provocation grecque a la frontiere
bulgare, la declaration du porte-parole yougoslave, les grA-
ves francaises et la conclusion de I'accord 6conomique entire
la zone sovietique et la bizone.

a) LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE (Tnould, 28/11) :

< Les 6v6nements qui se sont d6roul6s ces jours der-
niers en France montrent que la lutte politique s'est
beaucoup aggrav6e dans ce pays...
La tactique des socialists m6rite d'etre retenue tout
particulibrement. Les socialists ont mis en circulation
une nouvelle thWorie, celle de la < troisieme force >>. ls
pre:endent organiser en France un bloc politique de
concert avec les catholiques de Teitgen et de Bidault,
avec quelques radicaux et avec la dioite. Ce bloc, di-
sent-ils, mbnera la lutte sur deux fronts : contre l'ex-
trime-droite repr6sent6e par le R.P.F. et contre l'ex-
ir6me-gauche, qui est le parti communist. I1 est inu-
tile de d6montrer I'hypocrisie de cette Ih6orie qui met
sur le m6me pied le parti de de Gaulle et le parti com-
,muniste.
En r6alit6, les socialists ne menent pas la lutte sur
deux fronts, bien au contraire. Les socialists font bloc
avec les gaullistes contre les communists. Leur haine
contre les communists unit Blum et Teitgen, Ramadier
et Paul Reynaud et les unit tous avec de Gaulle...
Les masses laborieuses en France se rendent compte
du grave danger qui menace la d6mocratie devant ce
regroupement de la reaction autour de de Gaulle. Ce
danger est aggrav6 par la politique des leaders socialis-
tes de droite qui, en paroles, luttent contre de Gaulle,
mais qui en reality sont ses coinplices... )

b) L'AIDE AMERICAINE A L'EUROPE (Izvestia, 28/11) :
< Contrairement A certains de ses colleagues, Vanden-
berg a 6te assez sincere quant aux raisons v6ritables
pour lesquelles les Etats-Unis considbrent comme indis-
pensable l'adoption du plan Marshall. De plus, le carac-
tere anti-sovi6tique et nettement anti-d6mocratique du
discours de Vandenberg ne laisse aucun doute quant
au veritable but poursuivi par les Etats-Unis grace a
leur programme 'd'aide A 1'Europe. Veidenberg s'est
complltement ralli6 aux journaux a-m6ricains qui corn-
parent ouvertement le plan actuel de M. Marshall aux
plans strat6giques qu'il 1laborait pendant la deuxinme
guerre mondiale...
Vandenberg a WtB chaleureusement appuy6 par son
ami du parti d6mocrate, le .s6nateur Connally, qui a
affirm que le programme d'aide a l'Europe ne pour-






BULUIXTIN QUOTIDIEN DE PRnSSI 1tERANUEIRB b


suivait que des buts essentielloment objectifs ct quc
l'Union sovi6tique commettait ine erreur en accusant
les Etats-Unis d'avoir de ten6breuses intentions. Les
declarations de Vandenberg et de Connally ne peuvent
pas tromper l'opinion publique mondiale, d'autant plus
que le 14 novembre... le rapport .de la commission Her-
ter a dt6 public.
Cette commission propose que les Etats-Unis exigent
(a titre de remboursement pariel) de la Grande-Breta-
gne, 'de la France ct autres pays un aces illimit Ah
leurs sources de matieres premieres.
La commission Herter a pri6t un interkt tout parti-
culier aux gisements de mineral de fer du Labrador,
aux puits de p6trole du Venezuela (qui appartiennent a
la compagnie anglaise ( Shell Petroleum >) ainsi (qu'aux
riches gisements de nickel et de chrome .de Nouvelle-
Gal6donie, gisements qui appartiennent a la France...
En un mot, le rapport de la commission Herter
prouve de toute evidence le faith que les monopoles am6-
ricains qui sont represents au Senat par Vandenberg
et Connally considerent le plan Marshall comme un
moyen leur permettant de faire a main basse >> sur les
resources Bconomiques des pays europeens, de devenir
propri6taires de toutes les sources de matieres premieres
et de dieter .ainsi leur volont6 dans tous les domaines
(y compris celui de la politique) aux pays < prot6-
gbs >...


IV. PRESS SUISSE


a) LA CONFERENCE DE LONDRES (Jodulrnal ,de Gentlue,
28/11).
1 ...La Russie acceptera.1-elle la fusion de sa zone
avec cells qu'occupent ses allies ? On est plut6t enclin
a croire que ce ne sera Das le cas, car il est certain
que si I'Allemagne, avec un statute f6deraliste, est r6ta-
blie dans son unit et place sous la direction d'un gou-
vernement issu d'l6ections libres, la structure de 1'Est,


transformed par les Soviets, scra modified dans un sens
liberal et que les communists n'y joueront plus le rBle
predominant qu'ils cxercent actuelleunent.
On voit l'extreme complexity du problbme. Ce qui le
rend encore plus difficile, c'est le fait que les grandes
Puissances le considerent du point de vue de leurs pro.
pres interets. M. Bevin a d6clar6 que la Conference 6tait
la 'dernibre chance des Allies pour arriver i un accord ;
disons plutOt a un accord imm&diat, car, enfin, il ne
faut pas oublier que les negociations qui ont pr6c6d6
la paix de Westphalie ont dur6 fort longtemps, et qu'en
politique il faut se garder d'employer trop souvent le
mot de d6finitif. Si la Conf6rence 6choue, il sera tou-
jours temps de pr6voir les consequences pratiques 'de
son insucc6s ; disons simplement qu'il accroitra la ten.
sion, mais qu'il n'ambnera pas la guerre. Et, au mo-
ment of debutent les entretiens, souhaitons, dans l'int6-
rht de l'Europe, qu'une bonne volonth riciproqtle anime
les discussions...
RENTT PAYOT.)

b) L'AVENIR DE L'O.N.U. (Journal de G.enive, 28/11).
< ...La lecon de 1'O.N.U., c'cst que les deux << Grands >
continueront pendant longtemps a mener la 'danse.
L'Amerique, en .ce qui la concern, tient visiblement a
nettre 1'O.N.U. dans son jeu, A renforcer la grande or.
ganisation international jusqu'au point oft sa propre
politique national pourra sans dommage s'y subordon-
ner. L'Union sovi6tique, de son c6te, tient tout aussi vi-
siblement A rester A I'O.N.U., qu'elle considbre comme
une anagnifique tribune pour sa propaganda commu-
niste et nationalist. Mais elle se s6parera toujours plus
nettement de l'oeuvre elle.meme, refusera toujours plus
fermement toute solution propre A redresser et reor-
ganiser le monde.
Enfin, 'derniere constatation, les < petits > sont d6.
sunis, n'ont pas d'hommes de calibre supranational ;
1'Europe est, comme telle, cruellement absent des af-
faires du monde. >
(PAUL A. LADAME.)


S. P. I. Imp., 27, rue Nioolo, P&'is 31.3009






































































Prix : 6 frs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs