Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00248
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: November 29, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00248
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text





LA DOCUMENTATION FRANAISE


SECRETARIAT GENERAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')




BULLETIN


DE


29 novembre 1947.


PRESS


QUOTIDEN



ITRANGeRE


Nouvelle Serie NO 831


SOMMAIRE

1. -- PRESSE BRITANNIQUE
a) La conference de Londres et le problme alle-
mand (Daily Mail, 27/11).
b) La politique 6trangere de l'Inde (Manchesler
.Guardidn, 26/11).
II. PRESS AMERICAINE
La politique americaine en Allemagne (New York
Herald Tribllune, 28/11, edition europeenne).
III. PRESS SOVIITIQUE
L'aide americaine A 1'Europe (Krasinlaia Zvezda,
27/11).
IV. -- PRESS POLONAISE
Le discours Molotov a la conference de Londres
(Robilanik, 27/11).
V. PRESS SUISSE
La conference de Londres (National Zeilung,
28/11).


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 28 novembre 1947
Ce sont encore les travaux de la Conf6rence des quatre et
l'evolution des troubles sociaux en France qui tiennent la pre-
miere place dans la press de ce matin. Sur le plan interieur,
les journaux accordent une place important a la victoire des
travaillistes A Gravesend et aux debats de la Chambre des
Communes sur l'abolition 6ventuelle de la peine capital.
1. Conference des quatre
La plupart des journaur donnent un expose d6taill6 des
travaux de la Confdrence des quatre. Le correspondent du
( Times w, en particulier, reproduit dans un long article l'es-
sentiel des declarations des quatre Ministres sur un 6ventuel
Gouvernement central en Allemagne. Il signal que M. Bevin
a prdvenu ses colleagues que la Grande-Bretagne ne toldrerait
pas qu'un tel Gouvernement fft soumis au contr6le d'une
puissance quelconque.


Le correspondent du ( Daily Telegraph ) souligne le ddsac-
cord qui existe entire M. Moiotov, d'une part, et les trois au-
tres Ministres au sujet d'une proposition am6ricaine deman-
dant la creation immediate d'une Commission charge de
delimiter les frontieres allemandes et, apres avoir rdsume
les debats, conclut que x les ministres ont parle pendant
3 heures pour n'arriver a aucun resultat >.
W. N. Ewer, du (( Daily Herald ), remarque que la stance
d'hier a 6te d'un came admirable, mais qu'elle n'a pas about
a grand'chose, les Ministres ayant repris les. memes argu-
ments que ceux don't ils s'dtaient ddej servis A Moscou. II
estime que les discussions sur la creation d'un Gouvernement
allemand vont occuper le plus clair de la Confdrence et qu'il
reste a savoir, en definitive, si les Quatre parviendront A se
mettre d'accord sur ce qu'ils entendent par ( gouvernement
ddmocratique ).
Robert Waithman, dans le News Chronicle ), consider la
seance d'hier comme encourageante et harmonieuse. Il re-
marque que l'atmosphere des debats est devenue plus rai-
sonnable. ( Les Quatre ont 6te capable de travailler ensem-
ble. Ils se parlaient en des terms et en s'aidant d'arguments
qu'un esprit adult pouvait respecter. ) Et il conclut : ( La
stance d'hier a dur6 trois heures. Aucun Ministre n'a pro-
pose quoi que ce soit qui puisse heurter les sentiments de
l'autre. Si seulement cela pouvait continue ainsi. )
Mackensie Porter, dans le ( Daily Graphic ), dcrit que
M. Bidault e a 6lectris6 ses colleagues en leur decrivant com-
ment l'Allemagne pourrait, a nouveau, faire retentir 1'Europe
du pietinement de ses troupes en march )).
F. Pitcairn, dans le ( Daily Worker ), estime que les Mi-
nistres britannique et americain n'ont pas rdpondu a la ques-
tion soulevee par M. Molotov relative au caractere d'un dven-
tuel Gouvernement central allemand.
Selon lui, les declarations de M. Molotov d'apres lesquelles
ce Gouvernement devrait 6tre approuvd par un Parlement
d6mocratique- allemand auraient pris les autres Ministres
quelque peu au depourvu.
M. Marshall se serait gard6 de faire allusion A la creation
de ce Parlement. Quant aux declarations de M. Bevin, elles
rdvdleraient la crainte familibre aux Gouvernements anglais
et americain de voir une Allemagne democratique largement
orientee vers la gauche.
2. France
La lecture des journaux de ce matin temoigne de.l'intere6
constant que porte la press A la situation de la France.
Toute la press donne des comptes rendus du movement de
groves et des measures envisages par le Gouvernement pour
y mettre un terme.
Le ( Times ) remarque bien qu'elles rencontrent une cer-
taine resistance, l'emprise des communists sur les syndicate
est encore tris puissante T4S elements anti-grevistes de la


1


PRESIDENCE jD11 CONSHIL


MINISTER







2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGBRE


C.G.T. sont handicaps a la fois par leur crainte des commu-
nistes et aussi par la resolution et la bonne organisation de
ceux-ci ).
Le ( Daily Telegraph ), qui reserve la premiere place a
son article sur la France, rappelie en detail les measures
prises par le gouvernement pour reduire les groves par la
force et announce que sur onze syndicats du cartel des ser-
vices publics, six se sont declares centre la greve, c ce qui
a provoqu6 une scission au sein de cet organisme >.
Le a Manchester Guardian ) accord, lui aussi, la pre-
miere place a la France; il reproduit en detail les declara-
tions faites a l'Assembl6e par M. Schuman. Il rend hom-
mage a l'energie, a la sincetite, l1'esprit civique du
president du Conseil. Il estime que la situation dans la-
quelle se trouve le gouvernement rappelle celle oh se trou-
vait M. Blum en 1936, <( avec cette difference qu'a 1'epoque
M. Blum 6tait avec les meneurs de graves et partageait
leurs espoirs ; aujourd'hui, M. Schuman est leur ennemi >.
a Les groves sont conduites par une minority resolve. Les
ouvil'ers qui y prennent part auraient prefer rester au
travail, mais ils craignent certainement I'hostilit6 du parti
communist bien plus que les measures disciplinaires prises
par le gouvernement. Celui-ci se trouve devant un grand
problmme. Quelles measures de force doit-il employer? s
D'apres un article du m"me correspondent, a( les efforts
deploys par les communists pour 6tendre le movement
de greve ne seraient pas completement couronnes de suc-
ces. Toutefois, plusieurs villes et notarr. ient la capital
commenceraient a souffrir de la ddsorganisation des servi-
ces publics et notamment de celle du ravitaillement. De
meme une atmosphere d'inquidtude s'emparera'it de tout le
pays. )
Le a( Daily Express > announce en manchette : L Le Pre-
sident du Conseil frangais devient energique, des troupes
sont envoydes dans les gares. )
Le a Daily Mirror a ecrit qu'il y a deja deux millions de
grevistes et que six milhons de travaileurs se demandent
s'ils ne vont pas se joindre a eux. La police protkgerait
ceux qui veulent se rendre au travail. Les troupes occupe-
raient les centraux telephoniques et les gares principals.
Le (( Daily Graphic ) souligne en manchette que ( les
< rouges )) ob'iisent de nouvelles forces pour paralyser les
efforts du gouvernement et que ce sont les troupes qui font
fonctionner les centrales electriques de Paris. )
a La vague g6nerale ale groves rentre dans une phase d'a-
gitation plus sinistre, 6crit Coulter, correspondent de ce
journal a Paris. On a faith derailler un train. A Lyon la
police en armes garde la prefecture. La greve g6n6rale ap-
proche d'neuie en heure. )
Plusieurs journaux, particulierement le ( Daily Mail >,
font 6tat d'une note adressee au gouvernement frangais
par I'ambassade des Soviets a Paris demandant la mise en
liberty immediate de dix-huit ressortissants russes arretAs
par la police frangaise et accuses de s'immiscer dans les
affairess interieures du pays.
Plusieurs journaux don't le < Manchester Guardian ) font
mention de la visit a Paris du speaker de la Chambre des
Communes. Ils signalent l'accueil chaleureux don't celui-ci
a ete l'objet de la part des deputies.

3. Autriche.
Le ( Times ) et le << Manchester Guardian a rendent
compete des travaux des supplants charges d'examiner la
question des avoirs allemands en Autriche.
Le ( Manchester Guardian a public en outre un long ar-
ticle intitul6 ( Autriche et Allemagne ) sur la responsa-
bilit6 autrichienne dans 1'Anschluss et le process de Guido
Schmidt.
Eric Downton consacre un article dans le ( Daily Tele-
graph a aux industries autrichiennes et a la situation de
l'opinion autrichienne a l'egard des communists.

4. Allemagne.
Le correspondent du (( Times > a Varsovie announce que
le Congress du parti socialist unified allemand se tiendra
dans le secteur russe de Berlin les 6 et 7 decembre, et que


ce parti a d'ores et deja l'intention d'envoyer une delega-
tion a la Conference de Londres.
Les deux autres parties allemands : social-d6mocrate et de-
mocrate-chretien ont deja fait savoir qu'ils ne se join-
draient pas aux efforts faits par les communists pour
career un < bloc antifasciste >.

5. Russie-Chine.
Le ( Daily Telegraphf > et le ( News Chronicle ) annon-
cent que le gouvernement russe a envoy une note au gou-
vernement chinois proposant la convocation d'une confe-
rence des Cinq pour le mois de janvier afin de discuter
du trait de paix avec le Japon.

a) LA CONFERENCE DE LONDRES ET- LE PROBLAME ALLE-
MAND (Daily'Mail, 27/11, conservateur) :
La question quise pose cette semaine devant les a i-
nistres des Affaires Etrangeres des quatre puissances
occupants est de savoir si un tiers de I'Allemagne sera
plac6 de facon permanence sous la domination sovi&-
tique.
Peut-6tre, com'me on le dit, M. Molotov proposera-t-il
'que toutes les troupes d'occupation soient retirees
d'Allemagne.
Rien ne pourrait mieux convenir aux Russes. Des
,milliers d'Allemands des armies de von Paulus et de
Seydlitz ont Wtl entrains pour occuper des positions
cles et les masses de r6fugies qui entrent dans les zones
britannique et ambricaine ont dejA depuis longtemps
permits I'infiltration d'agents entrains.
La zone d'occupation russe en Allemagne a Wet incor-
poree dans la sphere 6conomique de l'Europe orientale.
Un trait de plume suffirait a faire de l'administra-
tion central nommne par les Russes le gouvernement
de la R6publique sovi6tique de l'Allemagne orientale...
Que ce soit dans le but de profiter de nos resources,
de nous faire servir d'6pouvantail ou de barribre d6fen-
sive contre la march du communism vers l'Ouest, les
Allemands ont faith de nous leur rempart et ils prient
pour que nous restions en Allemagne.
Le communism en Allemagne occidental est en
plein declin comme l'ont prouvA de fagon concluante
les r6centes elections aux comites d'entreprise dans
les industries de la Ruhr.
Mais cela ne rapproche pas davantage 1'Allemagne
de la d6mocratie. Si nous devions 6tablir un gouverne-
ment de 1'Allemagne occidenta:e A Francfort il n'y
aurait pas un seul Allemand qui ait l'envergure d'un
premier ministry.
Le seul qui, d'apres les Allemands, pourrait mainte-
nir son pouvoir sur des forces rivals serait P'ancien
chancelier Brtining qui v6ge!e actuellement en Ameri-
que come professeur d'universite et qui ne manifesto
guere le d6sir de renter dans sa patrie.
Les 3.500 00 syndicalistes pr6f6rent de beaucoup
&tre dans l'opposilion et de toute fagon ne disposent
pas d'une majority parlementaire. Leur chef, le social-
d6mocrate Kurt Schumacher, si bon organisateur qu'il
soit, est un pur politician de parti qu'un trop grand
nombre d'Allemands commencent A trailer de Quisling
parce qu'il r6clame sans cesse l'appui de 1'6tranger.
Tel est le dilemme que doivent r6soudre A Londres
ceite semaine les ministries des affairs etrangeres bri-
tannique et amiricain.
BRIAN CONNELL.

b) LA POLITIQUE ETRANGBRE DE L'INDE (Manchester Guar-
dian, 26/11, liberal) :

D'aprBs attitude adoptee par la d6elgation indienne
A l'Assemble des Nations Inies, il est possible de voir








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS iT'RANGBAE a


dans quel sens 6voluera probablement la politique .tran-
gere du nouveau Dominion. Sur certaines questions, il
a vot6 avec la Grande-Bretagne, sur .d'autres contre elle.
Cette politique est ind6pendante, mais cette ind6pen-
dance n'a pas 6t, adopt6e pour l'ind6pendance nime ;
chaque action a 6t6 logique du point de vue des v6rita-
bles int6r6ts de l'Inde...
C'est I'attitude de 1'Ind'e a 1'6gard de la Russie qui
aura .6t oberv6e avec le plus de curiosity par le reste
du monde. Dans l'ensemble, le terme qui convient le
mieux pour qualifier I'attitude adopt6e par l'Inde A
l'6gard de la Russie est celui d'attitude & correct >>.
Aucune querelle d'int6r6t ne s'est 6lev6e entire les deux.
La Russie de son c6t6 a fait preuve de ce qui 6tait pres-
que de la cordiality. Certaines des declarations de la
Praicda exprimant une opinion peu. flatteuse a l'6gard
du Pakistan ont peut 6tre 616 faites avec l'intention de
flatter l'Inde. Mais de toute evidence Delhi et Moscou
s'observent r6ciproquement avec prudence et incerti-
tude.


II. PRESS AMERICAINE


LA POLITIQUE AMERICAINE EN ALLEMAGNE (New York
Herald Tribune, 28/11, edition europ6enne) :

Dans la nouvelle organisation de 1'Allemagne qui r6-
sultera de.la Conf6rence de Londres, les Soviets essaye-
ront presque certainement de chasser de Berlin les re-
pr6sentants de I'Occident. On pent s'attendre A ce qu'ils
emploient pour cela toutes Iss m6hodes a l'exception de
la guerre. Mais le general Clay a fait savoir que lui-
m6me et son .6tat-major ne quitteraient leur poste que
devant la force...
En attendant, quelque part en Europe occidentale, un
gouvernement provisoire sera presque certainement
cr66. Sa capita'e probable est Francfort. I1 n'y aura pas
-de paix s6par6e avec l'Allemagne au sens technique di
mot, 6tant donn6 que cela supprimerait la n6cessit6 pour
les puissances occidentales d'avoir des repr6sentants i
Berlin. Mais l'on permettra enfin A la grande majority
des Alleminds qui habitent 1'Allemagne occidentale de
jouer leur r6le pour mettre un terme au chasos qui r6-
gne en Allemagne deux ans aprbs la fin de la guerre.
Du centre de Francfort et du poste avanc6 de Berlin
les repr6sentants de l'Ouest livreront cotre les Soviets la
lutte pour l'Allemagne que ceux-ci ont engage eux-
m6mes il y a deux ans. Aucun homme sens6 ne peut
se r6jouir du fait que rien, sauf un miracle, ne peut em-
p6cher ce r6sultat. Car ce r6sultat implique la division
de I'Allemagne et du monde.
De m6me, auoun homme sens6 ne peut manquer de
pr6f6rer ce r6sultat au maintien de la situation actuelle
en Allemagne situation qui constituerait une violent
condemnation -de notre sagesse politique et de notre
humanity.
Telles sont les pens6es qui viennent A l'esprit de tout
visiteur qui se prepare A quitter Berlin...
(JOSEPH ALSOP)


IH. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la. press sovi6tique du 27 novembre 1947
Les rubriques 4trang6res occupent plus de deux pages dans
la plupart des journaux et trols pages dans les c Izvestia >.
Elles sont consacrees au Conseil des ministres des Affaires


6traneres de Londres, aux d6bats de 1'O. N. U. et a la
.situation en France.

1. La Conference de Londres.
Tois les journaux publient le texte de la declaration de
M. Molotov a la stance du 26 novembre. Un compete rendu
official de l'agence Tass souligne particulibrement les reac-
tions des ministres americain, frangais et anglais i la d6-
claration de M. Molotov. Rapportant la boutade de M. Be-
vin sur les supplants sp6ciaux qu'il aurait fall nommer
pour d6finir les terms c d6mocratie > et ( souverainet6 >,
la d6peche ajoute : x On salt que la press r6actionnaire
amdricaine et anglaise a frdquemment affirmed que les no-
tions de d6mocratie et de souverainet6 sont obscures et
donnent lieu a des interpretations diff6rentes. Mais conve-
nait-il a un ministry travailliste de faire de telles remar-
ques ? a
Une br6ve depeche announce le depart pour Londres de
M. Vichinski.
Au sujet de l'Allemagne, la e Pravda a public un article
de son correspondent special Korolvov sur la ( D6militarisa-
tion et l'enrl6ement de valets en Allemagne occidentale >.
L'article concern surtout la bizone, mais il note 6galement
la presence de soldats allemands en Indochine qui se battent
avec des troupes coloniales frangaises et 6touffent le mouve-
ment d6mocratique des d6fenseurs du Viet-Nam. Korolvov
ajoute : ( On compete a l'heure actuelle dans la Legion 6tran-
gere plus de 50.000 officers et soldats allemands qui ont ete
envoys dans la polonie frangaise. a

2. Les dibats de 1'O.N.U.
Tandis que les Izvestia a publient la premiere parties du
discourse de M. Viohinsky A 1'Assembl6e g6n6rale du 21 no-
vembre, la ( Pravda ) public les d6epches du correspondent
de l'Agence Tass a New-York consacr6es aux ddbats sur les
Hindous de 1'Union Sud-Africaine, au discours de M. Gro-
myko, a la revision du trait de paix avec 1'Italie et A 1'exa-
men de la question palestinienne.

3. La situation en France
L'ensemble des journaux reproduisent sur pres de deux co-
lonnes trois longs telegrammes sur la France au sujet du
gouvernement de M. Schuman, de l'extension des mouve-
ments grevistes en France et de la nouvelle provocation anti-
sovi6tique effectu6e par les autorites policieres francaises.
Ce troisieme telCgramme est ainsi r6dig6 : ( Paris, 26 no-
vembre (Tass). Hier matin de bonne heure, la police fran-
caise a procede I' arrestation des dirigeants de ( 1'Union
des Citoyens sovi6tiques a, qui group surtout d'anciens 6mi-
gres russes ayant acquis la nationality sovi6tique. Parmi les
personnel arretees se trouvent le president du comite central
de 1' e Union des Citoyens sovi6tiques a, M. Katchva, et quel-
Sues autres personnel. Les arrestations ont 6et effectudes non
sculement a Paris, mais aussi en province, en particulier a
Nice. Selon les declarations des autorit6s frangaises, 19 ci-
toyens sovietiques ont 6te arret6s. Cette measure est une nou-
velle provocation anti-sovi6tique des autorites francaises,
ayant pour objet de detourner, grace a une complication des
relations franco-sovi6tiques, I'opinion des probl6mes int&-
rieurs, qui provoquent l'indignation des masses populaires
frangaises.
Ii est caract6ristique que le Ministre frangais de 1'Int6rieur
pui, il y a seulement quelques jours, s'est scandaleusement
couvert de honte dans l'action sauvagement arbitraire que
constitute le raid contre le camp de Beauregard, s'efforce
maintenant de justifier les arrestations des citoyens sovieti-
ques en assurant que les personnel arr6tes a se seraient
immiscees dans les affaires int6rieures de la France, en par-
ticulier & l'occasion des troubles sociaux de ces derniers
jours a.
La m6me agence transmet que les citoyens sovi6tiques ar-
ret6s ont d6jA 6t6 expuls6s de France. Un car special les au-
rait conduits A t une frontiere qui n'a pas encore et6 indi-
quie ). Les autoritas polici6res, semble-t-il, ne se rendent
pas compete qu'une telle precipitation ne done pas d'authen-
ticit6 t leur assertion.








4 BULLETIN QtJOTID1EN DE PRESS ATRANGARO


4. Nouvelles diverse
La plupart des journaux publient le texte du communique
de la Commission extraordinaire pour 1'6tablissement des
crimes de guerre sur le meurtre par les Allemands de pri-
sonniers de guerre sovitiques A la forteresse de Demblin et
dans certain autres camps allemands sur le territoire de
Pologne.

L'AIDE AM NRICAINE A L'EUROPE i(Kiasftala Zvezda,
27/11) :
Les buts veritables que poursuivent les auteurs du fa-
m.eux plan Marshall ne font plus aucun doute pour les
esprits objectifs. II est Avident maintenant que ce n'est
pas par le d6veloppement-de 1'industrie et de l'tconomic
des pays qui ont souffert de l'agression allemande que
commencera l'application du p'an Marshall mais bien par
le d6veloppement de l'industrie et de 1'6conomie de
1'Allemagne elle-minme. C'est le rel6vement de la puis-
sante industries de la Ruhr que pursuit avant tout le
plan Marshall avec 1'aide du capital am6ricain. Le but
principal de ce plan de < sauvetage > de 1'Europe est la
mainmise des monopoles imp6rialistes am6ricains sur
les richesses de l'Europe et sur ses d6bouch6s dans le
monde entier...
C'est ainsi que, pour expliquer pourquoi ils veulent
faire b6n6ficier I'Al!emagne de la priority dans 1'appli-
cation du plan d'aide A l'Europe, les Am6ricains avan-
cent que l'Allemagne occidental jouera un role de pre-
mier plan dans le re'8vement de l'Europe grace A sa
puissante industries reconstitute. Mais la v6rit6 est qu'il
s'agit IA de la reconstruction du potentiel de guerre al-
lemand. C'est A ce but que sont subordonn6es les mesu-
res prises ati course des derni6res semaines par les auto-
rit6s anglo-am6ricaines de la bizone...
Et Ie faith le plus caract6ristique, c'est que ce sont jus-
tement les pays qui out souffert de l'agression allemande
qui doivent contribuer par l'apport de leurs resources
personnelles au re'Avem.ent de l'industrie allemande.
Les Etats-Unis veulent conserver le privilege de con-
tr6ler a leur ,guise la production des industries des pays
de PEurope occidentale. L'Bconomie national de cs
pays .devra 6tre subordonn6e aux int6r&ts de l'industrie
de la region rhenane.
Ce programme pr6conis6 par les imp6rialistes anglo-
americains rappelle A s'y mrprendre le programme que
poursuivaient 1les Am6ricains apr6s la premiere guerre
mondiale. L'asservissement 6conomique et politique de
1'Europe, pr6conis6 par le plan Marshall, pr6sente une
grande resemblance avec le plan Dawes qui fat appli-
qu6 en 1924.
(PANINE.)


IV. PRESS POLONAISE


LE DISCOURS DE M. MOLOTOV A LA CONFERENCE DE Lox-
DRES (Robotnik, 27/11, socialist) :
II est heureux qu'au seuil du d6bat, consacri a 1'ela-
boration du trait de paix avec 1'Allemagne, le repre-
sentant d'une des grandes puissances ait rappel6 a ses
trois colleagues 1'existence d'engagements internationaux
au sujet des frontieres polonaises de l'Oder et de la
Neisse. Les d616gu6s des Etats-Unis et de la Grande-Bre-
tagne avaient, en effet, essay A plusieurs reprises de
laisser entendre qu'ils ne consid6raient pas les decisions
de Potsdam A ce sujet come d6finitives.


L'opinion polonaise a accueilli avec gratitude la de-
Sclaration de M. Molotov. Elle salt que pour assurer la
stability de la paix mondiale il convient de ne fournir
meme pas l'ombre d'un encouragement aux tendances
revisionnistes de l'Allemagne. La frontiere po!ono-alle-
mande a 6t6 fix6e a Potsdam. La tAche de la Conference
sera simplement d'incorporer les resolutions de Potsdam
dans le texte du future trait de paix de l'Allemagne.



V. PRESS SUISSE


LA CONFERENCE DE LONDRES (National. Zeitung, 28/11,
Ed. du matin) :
Mercredi, A la Conf6rence des ministries des Affaires
6trang6res, M. Molotov avait a peine termin6 son Apre
r6quisitoire contre les < puissances occidentales imp6-
rialistes >, auxquelles il opposait le a paradise russe d2
la paix >, .qu'a la surprise g6nerale il se d6clara prit A
approuver le compromise propose par M. Bidault concer-
nant l'ordre -dans lequel seront examines les questions
inscrites au programme.
Les Russes cherchent 6videmment A jouer maintenant
deux carts : la carte de l'id6ologie et de la propaganda
qui doit montrer au people allemand que les Soviets sont
les seuls partisans d'une Allemagne unifiCe et indepen-
dante, -et la carte d'un r6alisme dispose A conclure des
compromise avec les < bellicistes > occidentaux. Ce qui
suffirait A montrer combien ouvertement M. Molotov
joue ces deux cares c'est qu'il n'a m6me pas pris la
peine de dissimuler un sourire lorsque le secr6taire
d'Etat Marshall exprima la conviction que le ministry
russe ne croyait pas lui-mAme ce qu'il avait dit, et lors-
que M. Bevin, d'un ton moiti6 ennuy6, moiti6 humoris-
tique, dtclara savoir suffisamment bien qu'il 6tait per-
sonnellenment un belliciste et qu'il n'y avait qu'un petit
saint sur la terre : l'Etat sovi6tique.
L'attitude de MM. Bevin et Marshall, elle aussi, s'est
modifi6e : ils ne prennent tout simp'ement plus au s6-
rieux le feu roulant id6oloigique de M. Molotov, et ils
classent ses affirmations < aux archives > pour se tour-
ner vers les problcmes r6els.
Le souple ministry francais des Affaires 6trangeres
joue en l'occurrence le r6le .de I'interm6diaire, et il a
r6ussi effectivement avec sa rigoureuse logique a &labo-
rer des compromise sur'lesquels l'entente a pu se faire.
M. Bevin, A qui ce r6'e devrait normalement revenir, est
trop entier pour cela ; cependant ii a fait distribuer un
document britannique de plusieurs milliers de mots qui
renferme toutes les propositions britanniques sur I'orga-
nisation future de 1'Allemagne. Ce document apparaitra
comme une base utile de discussion pour les ministres
des Affaires 6trang6res, d'autant plus que si le problem
autrichien figure th6oriquement en tAte de 1'ordre du
jour, le d6bat sur l'Allemagne a en fait commence dbs
aujourd'hui.
Sans doute toute proph6tie serait encore pr6matur6e ;
on peut noter toutefois que les quatre puissances sont
prctes A .conclure des compromise et qu'en d6pit du dis-
cours agressif de M. Mo'otov la Conf6rence a d6buti
dans une atmosphere de came et de bonne volont6.
(Du correspondent a Londres
de la National Zeitung.)


S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Pa is 31.3009 Prix : 6 rs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs