Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00247
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: November 28, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00247
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text

PRESIDENCY DU CONSEIL

SECRETARIAT GENERAL
DU GOUVERNEMENT

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


BULLETIN


DE


PRESS


28 novembre 1947.


MINISTER


QUO


ETRANGERE


Nouvelle S6rie No 830


SOMMAItRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
II. PRESS AM.RICAINE.
La Conference de Londres :
1. Nelw York Herald Tribune (27/11, editionn cu-
rop~enne).
2. Washington Star (25/11).
3. Baltimnole Sun (25/11).
1H. PRESS SOVIfTIQUE.
a) L'Assembl6e g6n6rale de I'O.N.U. (Izvestia, 26/11).
ib) La politique anglo-ambricaine en Allemagne
(Pravda, 26/11).
c) La situation politique en Europe oriental (Izves-
tia, 26/11).
IV. PRESS POLONAISE.
a) La Confbrence de Londres (Robotnik, 26/11).
b) L'action des forces ouvrieres en France (Polska
Zb1ojina, 26/11).
V. PRESS SUISSE.
La Conference de Londres ':
1. Journ a die Genbve (27/11).
2. Tribune de GenBwe (25/11).


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 26 novembre 1947
La press de ce matin continue & donner la premiere place
a la situation social et politique en France.
Elle accord 6galement une grande importance a l'ouver-
ture de la Conference des Quatre. La plupart des autres
sujets ne fournissent matiere qu'& des articles brefs et pour
la plupart de pure information.

1. France
Tous les journaux annoncent la greve g6nerale des che-
mins de fer.
Le correspondent du ( Times > a Paris se demand dans
quelle measure les appeals adress6s par le Gouvernement aux
grevistes seront entendus, notamment en ce qui concern
la greve des cheminots.


Le correspondent du ( Manchester Guardian ) signal les
efforts d6ployes par le Gouvernement pour mettre un terme
a la vague de groves mais il estime que pour l'instant la
resistance des 6elments anti-communistes a etW brisee.
Le correspondent du a Daily Telegraph > met' galement
I'accent sur l'antagonisme des 6elments communists et anti-
communistes. Selon lui, en ce qui concern les chances du
Gouvernement devant I'Assemblee, le m6contentement des
mmbres de l'inter-groupe gaulliste et des radicaux a l'egard
de la composition du Gouvernement laisserait prdvoir un
vote bien moins favorable que celui qu'on avait esp6r6.
1ie correspondent rapport quelques passages de la d6cla-
ration du cardinal Suhard sur la n6cessit6 de n'avoir recours
qu'en dernier resort a l'arme dangereuse de la gryve.
Le ( Daily Mail ) announce en manchette l'arret du traffic
ferroviaire, et il craint. lui aussi, que le President du Con-
seil ne commence a perdre la faveur de l'Assembl6e, le R.P.F.
et le P.R.L. menagant de ne pas lui accorder leurs voix.
Ce journal signal que des tracts ont ete distributes a
Paris pour inviter les leaders syndicalistes a entrer en con,
tact avec le R. P. F. Il y voit la marque du progrbs du
movement anti-grdviste.
Ronald Matthews. dans le <( Daily Herald >, announce que
M. Schuman notifierait au Gouvernement les revendications
de la C. G. T. et les vues du patronat et, se referant -
un article de ( Ce Soir ), il prevoit que ( le President du
Conseil ne recevra pas un accueil trbs favorable de la C.G.T.
et que les communists front tout, malgre l'opposition
qu'ils rencontrent dans une section de la classes ouvriere
pour amener au point mort l'activit6 du pays >.
Le ( Daily Expressm announce que le President du Conseil
va devoir prendre des measures 6nergiques et il accord une
importance de premier plan a l'appel lanc6 par le R. P. F.
aux autorites syndicales.
Le ( Daily Graphic )) consacre avant tout ses articles aux
incidents qui ont eclat6 dans plusieurs villes du nord et h
l'arrestation de vingt Russes a la frontiere francaise.
Derek Kartoun, dans le ( Daily Worker a, dement les
informations selon lesquelles un important movement anti-
greviste se dessinerait dans la population ouvr'ire.
2. Conference des Quatre
La plupart des journaux rend compete des d6bats de la
Conference des Quatre. Certains commentateurs, comme
ceux du < Times ) et du ( Manchester Guardian ) sont
assez reserves. Le premier estime en effet que la seance
d'ouverture a 6te a moiti6 satisfaisante et la discussion sur
I'ordre dans lequel devront 6tre abordes les six points agrees
par les ministres auraient ete decevante mais le compro-
mis propose par M. Bidault sur les questions des avoirs
allemands en Autriche pourrait se reveler d'une valeur im-
portante de m8me que celui sur le renvol aux suppleants
de 1'examen de la question autrichienne.


_ ~ _






2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANOGRE


Le a News Chronicle a, le a Daily Herald ), le < Daily
Mail a, le a Daily Graphic > manifestent dAs a present un
pessimism marqu6 sur le d6veloppement des travaux.
Le o News Chronicle ) remarque que M. Molotov a ddej
oppose son veto A la decision prise par la majority d'exami-
nor en premier lieu la question autrichienne.
W. N. Ewer, du a Daily Herald ), estime que la Conference
s'est, d&s la premiAre heure, fourvoy6e dans une impasse
et le c Daily Mirror > announce que, comme les autres con-
ferences, celle-ci est arrive a une impasse.
Le correspondent diplomatique du a Daily Worker ) fait
6tat a de menaces ambricaines destinies a livrer une: guerre
des nerfs centre la France et la Grande-Bretagne afin de
les obliger A obeir aux consignes de Washington ).

3. Aide ambricaine a 1'Europe

Plusieurs journaux font etat des d6bats du Senat sur le
project d'aide immediate a 1'Europe.
Le correspondent du < Times a remarque que les milieux
politique americains manifestent une certain inquietude a
1'gard de l'utilisation qui serait faite de l'aide accord6e.
Le correspondent du. a Daily Telegraph ) a Washington
announce que la Commission des Affaires 6trangeres de la
Chambre des Repr6sentants a approuv6 un project d'aide in- .
fdrleur A celui qui avait 6td propose par le D6partement
d'Etat.

Revue de la press britannique du 27 novembre 1947

Comme hier, la press de ce matin consacre son attention
presque exclusivement sur l'evolution des conflicts sociaux en
France et sur la Conference de Londres. Sur le premier su-
jet, le 1 Daily Graphic ) public tn long article de S. Coul-
ter.
Dans le domaine interieur ce- sont les elections ia Grave-
send et la prochaine reorganization du reseau ferroviaire
britannique qui occupy la premiere place.

1. France

Toute la press announce que les dix-huit syndicats de-la
C. G. T. actuellement en greve ont repouss6 les propositions
exposees par, M. Schuman dans son discours radiodiffusd.
La plupart des journaux donnent de longs extraits de ce
discours.
Le I Times ), rappelant l'attitude des syndicats chrdtiens
favorable a la reprise du travail, estime que les chefs com-
munistes de la C. G. T. sont d6did6s a exploiter le m6con-
tentement des travailleurs mais quils sont loin d'etre una-
nimement obeis. a Les prochains jours, ecrit-il, montre-
ront dans quelle measure opposition aux communists dans
les syndicats peut Atre efficace. )
Le correspondent du a Manchester Guardian a remarque
que la grAve des cheminots et des posters n'a Ut6 que par-
tielle malgr6 les efforts de ses instigateurs. Toutefois, elle
affecterait profond6ment la vie du pays.
Le correspondent du a Daily Telegraph a souligne egale-
ment les graves effects qu'ont les groves sur la vie 6conomi-
que du pays et notamment sur le ravitaillement de la capi-
tale. Le journal conservateur announce en manchette qu'un
million d'emplqyds des services publics sont sur le point de
cesser. le travail.
Ronald Matthews, du a< Daily Herald >, interpreted l'atti-
tude des syndicats comme une declaration de guerre au
Gouvernement Schuman.
Le o< Daily Worker a s'Alve centre les accusations adres-
sees aux communists et d'apres lesquelles ceux-ci fomente-
raient la guerre civil. Oes attaques n'auralent pour but
que de distraire attention publique du danger que le mou-
vement gaulliste fait courir au pays.
William Forrest, du a News Chronicle ), ecrit que les
propositions de M. Schuman talent rejetdes avant mime
qu'elles fussent exposes. Selon lui, la tactique communist
aurait consistA jusqu'A present a fomenter des grAves locales
avec l'espoir qu'elles s'Atendent dans tout le pays.
Le < Daily Express. announce de son c6t6 que la police


en armes garde les routes qui mAnent & Paris et que les
troupes sont consignees.
Le o Daily Mail ) )crit que c'est aujourd'hul pour la
France le jour de la decision : ( Dix-neuf syndicats devant
decider si le pays va 6tre plong6 dans la greve g6nerale avec
tous les dangers d'une guerre civil. )
S. Coulter, dans le a Daily Graphic ), ecrit que < dans
les conlonctures actuelles il ne s'agit pas tant en France
d'une lutte entire le Gouvernement et le monde du travail.
En fault, la classes ouvrire n'est que instrument d'une lutte
bien plus profonde car la France se trouve prise dans l'6tau
gigantesque qui enserre le monde >.
AprAs avoir fait l'historique recent du movement syn-
tical en France, ce correspondent 6crit : a L'ouvrier fran-
gais se rend compete maintenant qu'on le transform en un
outil politique et il manifesto dejA une certalne resistance
a l'dgard de ses chefs commtinistes. Cet etat d'esprit de-
vrait, a la longue, permettre a la France de se sortir d'af-
faire. >

2. Conf6rence des Quatre

Les journaux rendent compete de la deuximme seance de
la Conference de Londres et annoncent que les ministres ont
pu se mettre d'accord sur l'ordre dans lequel ils devront
examiner les questions inscrites A l'ordre du jour.
Le correspondent diplomatique du a Times a souligne que
1'atmosphAre a 6td relativement cordial mais qu'll a fallu
que MM. Bidault, Bevin et Marshall entendent un long rd-
quisitoire sur la politique occidental avant de se mettre
rdellement au travail.
Malgrd l'accord intqrvenu, ce correspondent estime que
les ministres n'ont pas pu se mettre d'accord sur la ques-
tion crucial, qui est de trouver les moyens de faire de
1'Allemagne une unit Aconomique. Le plan d'attaque de
M. Molotov tendrait a faire croire que ce sont les puissances
occidentales qui retardent 1'elaboration du trait6.
W. N. Ewer, correspondent diplomatique du a Daily He-
rald ), Acrit que les quatre ministres ont pu sortir de l'im-
passe avec les plus grandes difficulties et que le vrai travail
va commencer; M. Molotov ayant accept 'la proposition
frangaise relative A 1'Autriche.
Robert Walthman, du a News Chronicle ), fait 6tat du
violent discours de propaganda prononcd par M. Molotov
et souligne les reactions assez vives de M. Marshall et celles
de M. Bidault qui, avec finesse et logique, a fait remarquer
A M. Molotov que ses allusions centre les puissances occi-
dentales se contredisaient.
Le < Daily Express > announce en manchette que M. Mars-
hall et M. Bevin ont su d6mentir les allegations de M. Mo-
lotov, mais que la stance s'est d6roul6e dans une atmosphAre
de bonne humeur.
Le correspondent diplomatique du a Daily Worker ) inter-
prAte les r6ponses de MM. Bevin et Marshall comme une
retraite tactique rapide, mais pense que ceux-di pourraient
encore essayer dans une semaine, de faire passer la ques-
tion autrichienne avant celle de, 1'Allemagne. a Il est certain,
Acrit-il, qu'ils n'ont pas abandonn6 leur espoir de retarder
-- presque A tout prix le rAglement de la question alle-
mande. ,
D'apres certain bruits auxquels se ref&re ce correspon-
dant, a cette retraite pourrait n'6tre que le prelude d'une
rupture volontaire.
Quant A Mackenzie Porter, du a Daily Graphic a, il es-
time qu'une lueur d'espoir pour la paix du monde a lui
hier A Landcaster House.

3. Autriche

D'aprAs le correspondent du a Manchester Guardian a
Vienne, toute la press autrichlenne A exception des orga-
nes communists, observerait avec un certain pessimisme le
d6roulement de la Conference de Londres.
D'autre part, le Comit6 executif du parti communist au-
trichien aurait decide de ne pas envoyer de representant
aupres du Dr Griiber A Londres, ce qui montreralt la rup-
ture definitive des communists avec les socialistes et le
parti du people qui, eux, ont chacun un reprsdentant auprS6
de la delgation autrichiene.







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE S


4. Congres socialist

Le correspondent du c( Manchester Guardian ) a' Varsovie
annonce que le part socialist polonais va envoyer cinq
representants au CongrCs d'Anvers. II volt dans cette deci-
sion le signed de importance accordee par les socialistes
polonais a cette reunion international. Selon lui, les socia-
listes polonais s'opposeront a la formation d'une 'internatio-
nale socialist sans les communists et ils procederont au
lancement d'un journal international redigd en anglais et en
francais pour d6fendre le principle de la collaboration centre
socialists et communists.
Ce correspondent fait 6galement 6tat du discours prononc6
par M. Thorez devant les ouvriers polonais de Wroclaw, dans
lequel le leader communist a soulign6 les dangers que, se-
Ion lui, le movement gaulliste ferait courir A la democratic
frangaise.


II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press americaine du 26 novembre 1947
La Conference des ministres des Affaires Etrangbres a Lon-
dres et les debats de la Commission des Affaires ftrangeres
de la Chambre, a propos de l'aide a 1'Europe, se partagent
les manchettes des journaux, tandis que les questions inte-
rieures passent A 1'arriere-plan.
La situation francaise fait encore aujourd'hui l'objet de
gros titres annonqant les possibilities d'une greve g6nerale.

1. Confirence de Londres

Les articles des correspondents de Londres et la reaction
qui se manifesto a Washington, apres la premiere journ6e
de travail de cette conference, denotent un sentiment de
soulagement. L'acceptation sovi6tique de l'ordre du jour a
surprise agrbablement les journalists americains, qui depuis
huit jours constataient 1'existence d'une impasse dans les
conversations entire les supplants. Dans les premieres 6di-
tions, on peut constater que ce dernier sentiment de soula-
gement laisse poindre un certain optimism, car elles met-
tent en evidence que M. Molotov a accepted finalement de
discuter le project ambricain de trait pour le d6sarmement
de l'Allemagne, ce qu'il avait refuse de faire A la derniAre
conference de Moscou. Les correspondents de Londres, dans
des d6peches ulterieures, notent cependant que M. Molotov
n'a pas accept d'accorder la priorite4 la discussion du
trait autrichien sur celle du trait allemand, mais ils n'en
soulignent pas moins, comme celui du ( New York Times ),
que (< l'etendue de l'accord et l'atmosphore amicale ont ete
une plai~ nte surprise pour tous, bien que rien de vital n'ait
et6 decide et qu'on ne se soit pas entendu quant a 1'ordre
dans lequel les probl6mes seront discutbs ).
L'eitorial du < New York Times ), intitule c Bon de-
part a, fait un accueil favorable a ce debut de conference
et veut esperer que 1'attitude sovietique actuelle sera main-
tenue tout au long des negotiations.
2. Les debats au Congres

La plupart des journaux titrent: ( La Commission de la
Chambre rdduit de 108 millions de dollars l'aide A 1'Europe
et accord 60 millions de dollars A la Chine. )
Cette decision inattendue de la Commission surprend les
commentateurs politiques, qui constatent tout d'abord qu'elle
n'est pas definitive, puisque la Commission n'a pas encore
prepare un project de loi et qu'elle dolt se reunir lundi pour
voter un texte qui sera envoy A la Chambre. Ils relevent,
parmi les amendments d6jA accepts par cette Commission,
une clause autorisant la <( Reconstruction Finance Corpora-
tion ) a utiliser immediatement 100 millions de dollars sans
attendre que le Congres ait vote la lot de finance que n6ces-
sitera l'aide A 1'Europe.
Les correspondents relvent les declarations de M. Vorys,
auteur de cet amendment, qui aurait declared que la reduc-
tion de 1'aide A l'Europe correspondait aux estimations fai-
tes par la Commission de ce qui serait desormais disponible
pour .tre.livr6 dans les trois prochains mois. II aurait ajoute


que la France continuerait a recevoir la plus grosse part des
sommes prdvues, mais s'est refuse A fixer avec precision la
repartition qui serait faite de cotte reduction de 108 millions
de dollars qui a 6et propose.
L'idee d'une aide immediate a la Chine serait due a
M. Judd, r6publicain du Minnesota, lui-meme ancien mis-
sionnaire en Chine, qui s'oppose depuis longtemps a la poli-
tique chinoise de 1'Administration.
De nombreux commentateurs, principalement ceux de la
radio, constatent que les jeux politiques continent a la
Chambre Basse, tandis que la situation empire dans les pays
auxquels Washington veut apporter une aide immediate. Ils
se montrent cependant beaucoup plus confiants dans le S6-
nat americain, qui s'appr&te A voter des aujourd'hui la tota-
lite de I'aide demanded par 1'Administration. Encourages par
cette attitude du Senat, ils pensent generalement que le vote
de la Chambre Haute aura une influence sur la Chambre des
Reprdsentants et ne desespirent pas de voir l'aide amdri-
caine entrer en vigueur au debut de l'autre semaine.
La press de New-York consacre de longs articles au vote
de la Commission de la Palestine de I'O.N.U. qui, par 25 voix
centre 13 et 17 abstentions, s'est prononc6e en faveur du
partage de la Palestine. L'Assemble gdnerale de 1'O.N.U.
dolt aujourd'hui ratifier cette decision. Les correspondents
constatent que si le vote est le meme a 1'Assemblee qu'il etait
hier A la Commission, il manque une voix pour assurer la
majority indispensable des deux tiers. La France figure
parmi les abstentionnistes.
3. France

C'est la decision du Syndicat des Cheminots, proposant
une greve general, qui est mise en vedette parmi les nou-
velles franCaises. L'extension des groves A travers la France
provoque des titres tels que : c Les Rouges ferment les ports
frangais ).
Callender, dans le (( New York Times a, ecrit qu'en raison
de cette situation, (( le gouvernement tremble non seulement
a cause de cette soudaine pression ouvriere, mais aussi parcel
qu'il ne plait a aucun group a 1'Assembl6e Nationale et
qu'il s'attend a recevoir jeudi une majority beaucoup plus
faible que celle que M. Schuman a obtenue samedi >.
Humphreys, correspondent du (( New York Herald Tri-
bune a, relieve des signs de m6contentement parmi les che-
minots qui s'opposent a la greve. 11 rapporte que l'arret des
transports ferroviaires a dja cofite de nombreuses tonnes
de carbon a la population parisienne, et signal les activi-
tes d'un Syndicat ind6pendant des Cheminots, dirig6 par
M. Lafond.
Mme Lindsay, femme du journalist bien connu, fait pa-
raitre dans le (< Washington Post a la traduction d'une let-
tre adress6e par le Conseil National des Femmes Francaises,
soulignant a la fois les difficulties de l'existence en France
et les efforts enonmes faits par la population franqaise pour
reliever le pays. Cette lettre met en evidence les resultats
deja obtenus depuis la Liberation : retablissement des voices
ferries, points et ports. Mme Lindsay profit de cette lettre
pour attire attention du public amdricain sur les rations
alimentaires francaises et pour protester centre une opinion
trop facile, que 1'on entend exprimer par certain legisla-
teiors americains, que 1'Europe n'a qu'a travailler pour se
reliever et pour se nourrir.

LA CONFERENCE DE LONDRES.

1. New York Her md Tribune (27/11), editionn euro-
penne :

< La grande coalition alliee qui a remport6 la
deuxieme guerre sur 1'Allemagne, mais qui a echou6
aussi completement pendant les deux premieres annees
de la paix ne serait.ce qu'en ce qui concern les dis-
cussions relatives au probl&me allemand va se trou-
ver place devant sa supreme 6preuve cette semaine,
lors de la reunion A Londres 'du Conseil des ministries
des Affaires 6trangeres.
Bien que les lemons de la premiere guerre avec 1'Alle-
magne soient malheureusement tr6's claires, les perspec-
tives de voir les quatre ministries des Affaires etrang6-






4 BULLETIN QUOTIDIEN DR PRESS ITRANGARE


res en tirer parti ne semblent gurre devoir se r6aliser.
Seul un miracle peut leur faire voir le danger. Et ce.
pendant ils doivent tous savoir qu'un faux pas A l'heure
actuelle d6truirait presque certainement la paix.
Une scission 'definitive entire la Russie et les Allies
occidentaux au sujet de l'Allemagne serait doublement
d6sastreuse. Tout d'abord, elle laisserait les deux par-
ties tellement divis6es qu'un accord sur un sujet quel-
conque deviendrait impossible et qu'un conflict ul'irieur
entire elles semblerait ainsi inevitable.
En second lieu, une tell scission priverait le monde
de ce qui constitute probablement sa derniore chance
de r6gler le probl6me allemand et de s'assurer que les
guerres avec l'Allemagne, du moins, seront exclues, et
cela, quoi que l'avenir reserve A I'humanitU...
La tAche des ministres des Affaires etrangires sera
naturellement ecrasante. Quelle que osoit la sagesse don't
puisse faire preuve notre d6elgation, elle ne peut a elle
seule assurer la conclusion d'un accord certain. 1 fau-
dra pour cela que les Russes se montrent plus conci-
liants qu'ils ne l'ont 6t6 jusqu'A maintenant... >
(WILLIAM L. SHIRER.)

2. Waslhington Star 1(25/11) :
< Le Conseil des ministres des Affaires 6trangeres
commence aujourd'hui ses deliberations A Londres A
la suite d'6v6nements qui ont soumis A une tres rude
6preuve les nerfs d'un monde las des crises et avide de
paix. L'atmosphBre pourrait difficilement &tre plus em-
preinte de pessimism. Nulle part, on n'entend de pa-
roles reconfortantes en ce qui concern l'issue de la
Conference. M6me A l'ouverture de celle-ci, ce dernier
effort pour supprimer les divergences entire J'Est et
l'Ouest est g6enralement 'd6crit comme une < dernirre
chance > vou6e A l'echec une reunion qui ne peut
se terminer qu'en soulignant et en admettant officielle-
ment la nature s irreconciliable o de la politique russe,
d'une part, et de la politique anglo-franco.am6ricaine,
d'autre part...
Les Russes ont refuse de se mettre d'accord meme
sur I'ordre du jour qui dolt tre suivi. A en juger par
les apparences, la seule chose qu'ils semblent 'd6sirer
est de continue A faire Achec A toute action permettant
d'bLaborer les traits de paix pour 1'Autriche et l'Alle-
magne.
Malheureusement) on n'espere pas A Londres, aujour-
d'hui, que M. Molotov change brusquement du tout au
tout l'orientation de la politique sovi6tique et se mette
A collaborer avec les puissances occidentales. On s'at-
tend seulement A ce qu'il agisse dans le sens que l'on
a prevu. En ce qui concern 1'Autriche, on .s'attend a
ce qu'il insisted comme d'habitude pour faire adopter
une definition qui n'est aucunement raisonnable et
qui est tout a fait injuste des avoirs allemands, une
definition qui permettrait A la Russie de pouvoir dire
son mot de fagon decisive et permanent dans le con-
tr6le de 1'economie autrichienne. Dans le cas de 1'Alle-
magne, tout in'dique que M. Molotov ne s'6cartera pas
de l'opposition farouche qu'il manifesto aux proposi-
tions du secr6taire Marshall, on de la demand qu'il
formule depuis longtemps en faveur d'une participation
du Kremlin A administration de la Ruhr, ainsi que de
la demande de livraison de 10 milliards de dollars de
reparations demands qu'il sait Atre absolument in-
acceptables...
Ainsi, A moins d'un Avenement inattendu, on prevoit
que la Conf6rence de Londres n'aboutira A rien. Cepen-
dant, .s'il en est ainsi, il serait imprudent pour le monde
de se laisser aller A professor cette opinion d6primante
qu'il a v6ritablement perdu sa < derniere chance >. La


Russie peut obliger les puissances occidentales A pren.
dre les measures qui sembleront rendre cette division
irr6mddiable, mais cela ne veut pas dire qu'il faut se
ranger A cette id6e psychologiquement dangereuse qu'un
conflict arm6 doit 's'ensuivre de fagon aussi inevitable
que la nuit succede au jour. II 'devrait 6tre au moins
aussi facile de parvenir A une paix durable que d'en

venir a la guerre, tant que les hommes et les nations
auront les yeux resolument tournes vers cette paix et
auront la volonte et la patience de travailler A sa r6a-
lisation. Le gouvernement sovietique n'est pas assez
puissant pour s'opposer A jamais au d6sir de l'ensemble
de I'humanit6. Le vieux dicton est toujours valuable :
tant qu'il y a de la vie, il y a de I'espoir.
3. Baltimorie Sun (25/11) :
< Le Conseil 'des ministries des Affaires BtrangBres
reprend aujourd'hui A Londres sa discussion des traits
de paix allemand et autrichien dans une atmosphere de
sombre pessimisme... Si. une realisation tangible dans
le sens d'un accord devait sortir de cette reunion, les
plus surprise seraient probablement les d6lgu6s eux-
mnmes et leur suite.
Nous ne devons pas pr6tendre cependant qu'un Achec
A cette reunion ecartera brutalement et irrevocablement
tout espoir de parvenir en definitive A un accord. Car,
en faith, les Av&nements des derniers mois ont, pour
le moment, rel6guA les traits de paix alleman'd et au-
trichien A une place secondaire dans l'6chelle des va-
leurs internationales.
La premiere place est occupee maintenant par le plan
Marshall. Le secretaire Marshall n'a exclu aucun pays
du b6nnfice de sa proposition premiere aux terms de
laquelle les nations de l'Europe doivent essayer d'Ala.
borer un plan commun de re'dressement. La Russie so-
vi6tique s'est exclude d'elle-mmme et elle a entrainA avec
elle tous ses satellites... Un traitA de paix allemand sim-
plifierait grandement le processus du rel6vement euro-
peen... En resume, il rapprocherait la r6alisation des
buts envisages par le Plan Marshall. Etant donned que
la Russie sovietique est si farouchement oppose A la
reussite du plan Marshall, il est evident que la Russie
ne peut concevoir qu'un trait de paix allemand puisse
6tre conclu dans son int6ret A l'heure actuelle. Un ac.
cord relatif A un tel traitA constituerait en fait une con-
fession de la part des Russes qu'ils admettent djih la
reussite du plan Marshall.
Nous pouvons done penser que les resultats de la
Conference de Lon'dres ne seront pas concluants... On
sera simplement d'accord pour dire qu'on n'est pas
d'accord sur le probleme allemand... Mais il faut*con-
server toutes les chances de parvenir en definitive A une
solution qui s'applique A l'ensemble de l'Allemagne. a


III. -- PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovietique du 26 novembre 1947
1. Conference de Londres
Tous les journaux reproduisent une demi-page de comptes
rendus de 1'agence Tass, signalant le pessimism don't fait
preuve une parties de la press britannique et relevant la fa-
Con don't elle dforme a l'avance la position de 1'Union So-
vietique pour pouvoir rejeter sur elle l'chec possible de Ia
conference. L'Agence sovietique ecrit : ( Ces procedds ne
sont pas nouveaux. Les moyens ne manquent pas pour de-
masquer et prouver par des faits quelle est la veritable cause
qui empdche 1'etablissement d'une paix d6mocratique et so-
ciale. Des la premiere seance, la delegation sovietique a
prouvd que des propositions pourraient contribuer active-







BULLuTIN QUOTIDIEN bDE PftZ8E *TANGAR


meant a mettre d'accord les Quatre Grands sur toutes les
questions, lorsque des conciliabules prealables ne viennent
pas A faire obstacles, conciliabules entire trois d6lgations
qui cherchent impose leur volont u aux Soviets. )
L'attitude de M. Bidault dans la question du trait autri-
chien est exposQe en ces terms: (c M. Bidault a declard
que la d4l6gation frangaise avait toujours consider que la
question allemande devait 6tre examine en premier lieu et
que de sa solution dependrait celle des autres questions.
Ndanmoins, se contredisant lui-m6me, M. Bidault a propose
qu'on examin&t en premier lieu la question de la preparation
du trait autrichien. )>
Plusieurs journaux reproduisent des commentaires de se-
cond plan, relatifs a des sujets qui ont trait 6 l'ordre du
jour de la Conference de-Londres.

2. Allemagne
Dans ( Trud ), un article de Grigoriev traite de la r6ac-
tion policiere dans la bizone. Dans 1' ( Etoile Rouge ), un
autre article est consacr6 aux colonisateurs americains en
Autriche. Enfln, une chronique de Markov, dans la a Prav-
da ), traite de la campagne anticommuniste d6clenchde par
le general Clay (voir I'article plus loin).

3: Assemblee general de 'O.N.U.
Tous les journaux consacrent une page de comptes rendus
a cette Assembl6e.
Dans les a Izvestia ), une tres longue correspondence de
l'envoy6 special de ce journal & New-York, Vronsky, dresse
le bilan de la session (voir l'article plus loin).

a) L'ASSEMBLEE GENERAL DE L'O.N.U. (Izvmstia, 26/11)
c ...La lutte qui s'est ouverte a 1'Assembl6e gu6nrale
lors de la discussionn des principaux prbbl6mes inscrits
A l'ordre du jour a montr& que l'attitude rdsolue adoptee
par 1'Union soviftique... a produit une impression pro-
fonde sur la plupart des d6elgations. C'est grace a cette
attitude que les tentatives faites par la d61egation am6-
ricaine pour exercer une pression sur l'Assembl6e g6nd.
rale se sont heurt6es a la resistance et A opposition
tenace 'de la majority des d616gations...
L'Union sovi6tique et les nouvelles d6mocraties ont
lutt6 inlassablement pour que la Charte des Nations
'Unies et les accords internationaux qui avaient Wt- con-
clus anterieurement soient observes. Quant au bloc an-
glo-saxon, il a suivi pendant et apres la deuxi6me
guerre mondiale une politique qui s'opposait A la coop6-
ration international des grandes puissances...
A l'Assembl6e g6n&rale de I'O.N.U., on a trouv6 des
solutions aux probl6mes les plus important. Ces. solu.
tions ont Wte passes sous silence par la press dite
c libre ; 'des Etats-Unis. L'Assembl6e g6ndrale a ap-
prouv6 une resolution r6prouvant la propaganda de
guerre et I'activit& des fauteurs de guerre.
La lutte tenace et obstinee qui s'est deroulbe lors de
la discussion des propositions sovi6tiques a 6t6 marque
par le triomphe de la politique sovi6tique de paix...
L'approbation donn6e par 1'Assembl6e A toute une s6-
rie d'autres propositions marque une d6faite s6rieuse
du bloc anglo-saxon. Les d616gations britannique et
am6riCaine avaient essay de torpiller 'adoption de la
r6sblution relative A l'extradition des criminals et des
traitres et A leur transfer dans les pays ofi ils avaient
commis leurs crimes. Ces d6elgations s'6taient aussi pro-
nonc6es contre les repr6sailles A prendre a 1l'gar'd de
tous ceux qui r6pandent des informations calomnieuses
sur les Etats strangers et se proposent ainsi de porter
prejudice aux rapports de bon voisinage entire les dif-
f6rents pays.
Leurs tentative pour torpiller les resolutions concer-
nant les personnel d6placees et les rbfugibs ont Wte
6galement vaines. L'Assemblke g6n6rale a adopted une


resolution reclamant le retour rapide dans leur patrie
des personnel deplac6es et des r6fugi6s.
Pendant longtemps, les d6elgations anglo-saxonnes
ont tout mis en oeuvre pour empcher 1'plection de
l'Ukraine au Conseil de SkcuritW. L'agence < Unipress >>
a du reste qualifi6 A just titre cette tentative de d6faite
pour les Etats-Unis. Contrairement aux vceux des An.
glo-Saxons, des resolutions concernant la tutelle ont Wte
adoptees. Ces resolutions ont porter un coup s6rieux aux
puissances coloniales...
Les Etats-Unis s'6taient presents a 1'Assembl6e g6nd-
rale avec un plan .laborB a l'avance. II s'agissait de
fire de 1'O.N.U. un instrument docile de leur politique.
Ils ont .essuy6 un 6chec cuisant. La politique sovi6tique,
qui se propose de renforcer la cooperation internatio.
nale, la paix et la s6curite, a triomph6. >
(VRONSKY.)
b) LA POLITIQUE ANGLO-AMERICAINE EN ALLEMAGNE
(PrWda, 26/11) :
< ...La croisade ouverte par le general Clay centre
le comnmunisme est intimement liee aux'plans anglo-
americains .de dBmembrement de 1'Allemagne. Cette
croisade est destinde A faciliter l'ex,.cution des plans de
d6membrement de l'Allemagne, qui, come on le salt,
out provoque une vague de mncontentement dans les
milieux d6mocratiques allemands.
La politique anglo-ambricaine en Allemagne est uni-
quement dictee par les aspirations colonisatrices des'
monopoles d'outre-Atlantique. Leur but est de faire
echouer la nationalisation .des mines de la Ruhr et
d'etablir le contr6le des Etats-Unis sur l'industrie de
la Ruhr...
Les propagandistes ambricains veulent persuader les
Allemands que les anciens industries allemands impor-
tants qui jouent un r6le de premier plan en Allemagne
occidentale ne sont pas dangereux pour eux, pas plus
que ne 1'est la creation de nouveaux monopoles ame-
ricano-allemands dans les zones occidentales. Par con-
tre, ils essayent de prouver aux Allemands que l'exis-
tence de soci6ets sovi6to-allemandes est prejudiciable
au people allemand...
La propaganda anti-communiste d6clench'e par le
general Clay est une propaganda pour une nouvelle
guerre, c'est celle d'une ideologie anti-d6mocratique... I1
ne fait aucun doute que ce sont les imperialistes ame-
ricains qui s'expriment par 1'interm6diaire du g6ndral
Clay. Des imperialistes qui se proposent d'imposer au
monde entier leur loi de la jungle. >
(MARKOV.)
c) LA SITUATION POLITIQUE EN EUROPE ORIENTALE
(Izuestia, 26/11) :
< ...La situation actuelle dans les pays de d6mocratie
nouvelle est caracterisbe par la stabilisation de la situa-
tion politique, par un enforcement toujours plus grand
et par 1'union des forces de la d6mocratie pour l'edifi-
cation de la paix et la renaissance 6conomique et cul-
turelle...
Tout rkcemment encore, la press r6actionnaire bri-
tannique et a.mricaine pretendait que Mikolajczyk 6tait
un veritable repr6sentant du people polonais. En r6alit*,
Mikolajczyk ne jouissait pas de 1'appui du people polo-
nais et n'6tait soutenu que par un group peu nombreux
de reactionnaires et d'agents de l'6tranger.
La fuite de Mikolajczyk a provoque une certain emo-
tion dans le camp des partisans de Pilsudski et des ter-
roristes polonais installs A Londres. Mais en Pologne il
avait Wte demadqu6 depuis longtemps dejA et m&me ses
meilleurs amis s'4taient d6tourn6s de lui. Meme les or-
ganes de press qui, tout r6cemment encore, faisaient


II ___I~ I ___~ _~I


_ ~I ___ ~






1ULLPTIN QUO1IflIEN DE PRESS ATRANGkRE


taIL de bruit au sujet de la politique int6rieure polo-
naise reconnaissent maintenant que 1'6norme majority
du people polonais s'est groupec -autour de son gouver-
ncment. Les 6v6nements r6cents sont significatifs A cet
6gard.
Les 6vene.ments qui viennent de sc produire en -Rou-
manic sont aussi significalifs. Le troupe Tataresci s'est
en effet retire du gouvernement. Toute la press rou-
maine considere ce depart come un enforcement des
positions de la democratic dans le pays. Pour rempla-
cer les ministres du group Tatarescu qui repr6sen-
taient les milieux industries et financiers, des hoinmes
qui representent les parties ouvrier et paysan sont en-
tres au gouvernement.
La stabilisation de la vie politique en Roumanie est
due avant tout a l'unit6 de la classes ouvriere. 11 y a
quelques jours s'est tenue a Bucarest 1'assembl6e pl6-
nire des comit6s centraux des parties social-d6mocrate
et communist roumain. Elle a adopt la formule d'un
parti ouvrier unique. Les communists et les socialists
roumains collaborent deja depuis deux ans et demi de
fagon heureuse. Les masses laborieuses se sont rendu
compete que c'est cette cooperation qui a permis d'cx-
tirper les restes de la reaction dans le pays et d'y ins-
taller un nouveau regimee d6mocratique. Cette unite
c'est justifie au point d'envisager la fusion des deux
parties en un parti unique de la classes ouvriere rou-
,maine...
Tandis que dans beaucoup de pays de 1'Europe occi-
dentale la situation 6conomique et politique ne fait
qu'empirer, dans les pays de democratic nouvelle le
succes obtenu dans le domaine 6conomique grAce a la
mobilisation des forces nationals oriented ces pays
vers le raffermissement de la paix et la cooperation
international. 2


IV. PRESS POLONAISE


aO) LA CON'I*RENCE DE LONDRES.
Rdolotnik socialistt, 26/11) :
< Nous ne nous 6tendrons pas sur les divergences qui
divisent les grandes puissances sur le problme de 1'Al-
lemagne...
Pour la Pologne, ce probleme a une signification
toute particulibre. La renaissance d'une Allemagne
aggressive est une menace pour nous. L'6dification d'une
Allemagne pacifique et d6mocratique qui ne ferait pas
le jeu des imperialistes d'outre-Atlantique constilue la
-condition de notre security et de notre d6veloppement
pacifique. Voilh pourquoi nous suivrons avec une atten-
tion tellement soutenue 1'evolution du debat de Lon-
dres et les efforts de la delegation sovi6tique tendant
a la stabilisation de la situation politique dans tout le
centre de 1'Europe.
Si, malgr6 Popposition des points de vue respectifs
des Quatre Grands, la possibility demeure de resoudre
en commun le probl6me de 1'Allemagne, il est clair
qu'une telle solution ne pourrait intervenir que suivant
la ligne trace Potsdam et non pas d'apris celle qui
consiste ah permettre la reconstruction d'une Allemagne
dangereuse. >


b) L'ACTION DES FORCES OUVRIERES EN FRANCE :
< La classes ouvribre frangaise semble avoir compris
ique la d6mocratie ne peut etre d6fendue que dans la
communaut6 des forces et des efforts; que le seul moyen
valuable de raffermir le regime d6mocratique et l'ind6-
pendance de la France reside dans 1'union total des
forces populaires, moyen qu'a choisi le people polonais.
La classes ouvriere francaise, dirig6e par le parti com-
muniste, n'est pas isol6e. L'ensemble du monde du tra-
vail et toutes les nations d6mocratiques se trouvent a
ses c616s. 3


V. PRESS SUISSE


LA CONFEkRENCE DE LONDRES.
1. JourlnaI de Genjeve (27/11) :

< ...L'unification politique et 1'unific.ation economique
du Reich resteront irr6alisables aussi longtemps que
les Russes s'opposeront a cc que disparaissent les fron-
tieres zonales et refuseront d'autoriser, dans leur zone,
une liberty de d6placement et de movement. Nous
avons des raisons de supposed que les Britanniques exi-
geront A Londres le r6tablissement de cette liberty, tIu'ils
refuseront d'envisager pour la Ruhr un statut excep-
tionnel tant que unification 6conomique de toute 1'Al-
lemagne n'aura pas Wte r6alis6e et qu'ils affirmeront a
nouveau leur conviction que 1'actuelle frontiere ger-
mano-polonaise, delimit6e par le course de I'Oder et de
la Neisse, ne posside qu'un caractere provisoire. Mais il
ne peut s'agir, en 1'occurrence, que de pieux ddsirs.
Ce n'est pas au moment ofi les Soviets mettent au
point un programme de production industrielle bas6
sur des conceptions autarciques et inspire de conside-
rations politico-militaires que l'on peut attendre d'eux
qu'ils 16vent on m&me soul6vent le rideau de fer...
Lorsque les socialo-communistes parent d'unifica-
tion et de centralisation, c'est a la bolchevisation de
toute 1'Allemagne qu'ils songent. Ils savent qu'ils n'at-
teindront pas ce but, et c'est pourquoi, de concert avec
l'autorit6 occupante, ils preparent dans tous ses details
la separation de la zone Est des zones occidentales...
Les jeux sont faits et, rupture 6clatante on simple
ajournement, on pense que, de la Conference de Lon-
dres, surgiront deux Allemagnes don't il conviendra de
s'accommoder pour un temps d6termin6... >
(GEORGES BLUM.)

2. La Tribune de Gendue (25/11) :
(( ...II faudrait r6ellement un miracle pour que la
Conference de Londres aboutisse et, dans la confusion
generate, la seule note rassurante est donn6e par les
informations annoneant que, contrairement a ce qu'on
avait pu lire, M. Marshall et le g6n6ral Clay, le com-
mandant en chef des forces d'occupation americaines,
sont d'accord avec le gouvernement britannique pour ne
pas signer de paix s6par6e avec 1'Allemagne ? Ainsi,
m6me si les Quatre a se s6paraient de nouveau sans
avoir rien conclu, la porte resterait entre-baill6e A une
reconciliation ulterieure. Patience et longueur de
temps !... a
(PAUL DU BOCHET.)


S. P. I. Imp., 27, are Nicolo, Paris 31.3009 Prix : 6 frs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs