Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00245
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: November 26, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00245
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



RESIDENCE DU CONSEIL

SECRETARIAT GENERAL
DU GOUVERNEMENT


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFOIMATION
ET DE PRESS


Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')




BULLETIN



DE PRESS


26 novembre 1947.


Nouvelle S6rie No 828


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) La situation politique en France.
1. Times (25/11).
* 2. Daily Telegnaphi (25/11).
3. Daily Worker (25/11).
*b) L'ouverture de la Conference de Londres.
1. Times (25/11).
2. Daily Telegrapth (25/11).
3. Daily Ezlpress (25/11).
4. Newf Chronicle (25/11).
T1. PRESS AMERICAINE.
a) La situation politique en France.
1. Baltimore Sun (23/11).
2. New York Times (23/11).
3. Washington Post (23/11).
4. New York Hearivd Tribune (24/11).
5. New York Ierild Tribune (25/11), 6dilion
europeenne.
b) L'ouverture de la Conference de Londres (New
York Heralid Tribune, 25/11).
c) La France remboursera-t-elle l'aide am6ricaine
par les gisements de Nouvelle-Cal6donie ? (New
York Tilnes, 24/11).
III. PRESS SOVIETIQUE.
Apr's le discours 'de M. Marshall A Chicago (Pravda,
23/11).
IV. PRESSED SUISSE.
L'ouverture de la Conference de Londres (Neue
Ziircher Zeitung, 25/11).

I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 25 novembre 1947
Deux grandes questions se partagent ce matin l'int6r&t
de la press : l'ouverture de la Conf6rence des Quatre, la
situation politique et social en France. La press donne
egalement une large publicity aux d6bats du Senat ambri-
cain sur le project d'aide immediate a 1'Europe.
1. France
Tous les journaux consacrent d6s articles a la situation
politique en France et A 1'dvolution des conflicts sociaux.


A propos du nouveau ministbre, le correspondent du
< Times ) a Paris remarque que < c'est le parti ayant subi
les plus lourdes pertes lors des elections municipales qui
fait la balance entire les 6elments extremes. ) L'dchec de
M. Blum aurait port un coup trbs grave a l'id6e d'une < troi-
sibme force > et il serait significatif que M. Schuman ,ait
choisi M. Rene Mayer comme ministry des questions Bcono-
miques car celui-ci a te6 parmi ceux qui se sont abstenus
de voter pour M. Blum. II pense que ce Gouvernement
pourra r6tablir l'ordre et remettre le pays au travail une fois
que les measures 16gitimes de reajustement des salaires au-
ront etd prises.
Sur la question des graves, 'ce commentateur signal
qu'aucune amelioration ne s'est manifested. Il fait 6tat de
la decision du Gouvernement de faire dchec a la gr6ve des,
posters et il remarque : < Dans beaucoup d'industries, bon
nombre d'ouvriers auraient pr6f6r6 ne jamais avoir recours
a la grAve. Les jours qui vont suivre devront montrer qui
1'emportera des syndicats communists ou anti-communis-
tes. )
Le correspondent du < Manchester Guardian a 6crit que
les syndicats chr6tiens et les elements non communists
de la C. G. T. resistent au movement de groves mais qu'ils
sont souvent pris de court. Malgrd le nombre de groves et
le mecontentement r6el exploit par les communists, re-
marque ce correspondent, le moral du public est moins
d6prim6 que pendant les groves de 1'6et dernier. On a 1'im-
pression, cette fo'is-ci, que le vrai combat engagee et qu'un
nombre important d'ouvriers resiste a la propaganda com-
muniste. )
Ce meme correspondent estime, a propos de la composi-
tion du Cabinet, que ce sont quatre ministres socialists
qui doivent assumer la tAche de mettre fin aux groves et
maintenir l'ordre.
Le < Daily Telegraph > insisted particulierement sur I'am-
pleur du movement de graves qui paralyseraient presque
complbtement l'activit6 du pays.
Il ecrit : ( Le gdndral de Gaulle a dul ajourner un mee-
ting du R. P. F. en raison des menaces communists. a
Le < Daily Mail < souligne le caractere 6nergique des
measures envisagees par le Gouvarnement pour satisfaire les
revendications l6gitimes de certaines categories de travail-
leurs et assurer le respect de l'ordre. < Le President du
Conseil a su montrer presque du jour au lendema'in ses
aptitudes et sa volont6 d'agir rapidement dans une crise
qui, si elle n'est pas r6glee avec une main de fer, pourrait
deg6nerer en guerre civil. a
< D6ej, ecrit William Forrest, dans le < News Chronicle a,
l'6nergie du Gouvernement a port ses fruits. La moltid des
employes des postes ont repris le travafl. Malgr6 certain
elements moderateurs, la crise continuerait cependant. ) Ce
correspondent croit que le Gouvernement ne trouvera a
1'Assembl6e qu'un accueil assez'tibde.


RE








2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ITRANG:RE


Ronald Matthews, du ( Daily Herald ) se demand si
le relevement des salaires propose par le Gouvernement
suffira & satisfaire les grevistes.
Derek Kartun, dans le ( Daily Worker ), d6ment les in-
formations selon lesquelles les gr6vistes se seraient montres
favorable A la reprise du travail par scrutiny secret. (Voir
des extraits de cet article plus loin.)
2. Conference des Quatre
Toute la press announce overturee de la Conference des
Quatre et certain journaux tentent de degager l'atmosph6re
dans laquelle se derouleront les premiers debats.
Le correspondent diplomatique du < Times a consacre un
long article A cette question (voir 'article plus loin).
Le correspondent diplomatique du < Daily Telegraph >
estime que cette conference est la plus important depuis
la. fin de la guerre et que les Etats-Unis et la Grande-
Bretagne front tous leurs efforts pour parvenir a un accord.
H. Ashley, dans le meme journal, consacre un article a
cette Conference (voir un extrait de cet article plus loin).
Guy Eden, du ( Daily Express a, pense que 1'echec de la
Conference signifiera la division permanent de l'Allema-
gne en zones orientale et occidentale et que M. Marshall
quittera la Conference si les Russes ont une fois de plus
recours a leurs inmthodes dilatoires.
Le ( Daily Herald a consacre la majority de sa deuxieme
page a une mise au point des problems allemand et autri-
chien.
Robert Waithman, dans le < News Chronicle ), se demand
si M. Molotov est decide a accepted un compromise sur les
questions essentielles. En attendant, il faut, comme le dit
M. Bidault, ne pas deseseprer.
Le o Daily Graphic > fa'it preuve, d'un certain optimism.
La Conference, selon lui, semblerait s'ouvrir sous de meil-
leurs auspices que les pr6c6dentes.
3. Aide am6ricaine .a 'Europe
La plupart des journaux donnent des extraits des d6cl1
rations de M. Vandenberg a l'ouverture des d6bats du Senat
sur le project d'aide immediate a 1'Europe. Ils signalent la
phrase dans laquelle M. Vandenberg a mis ses colleagues de-
vant le dilemme : aide a 1'Europe ou risque de guerre.

a) LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE.
1. T m es (25/11) :
< ...M. Ramadier avait pu fair figure dans son mi-
nistlre des membres appartenant m6me A la droite de
1'Assembl6e. M. Schuman, dans le choix 'de ses minis-
tres, a dui se contender de faire appel A son propre parti
(le M. R. P.), aux socialists et aux groups radicaux...
On sait que M. Schuman voulait avoir dans son mi-
nist6re MM. Blum et Reynaud; ni 'un ni I'autre ne font
parties de son minister. II n'est que trop evident qu'un
grand nombre de ceux qui ont vot6 pour lui ne vou-
laient nullement partager ses responsabilit6s. Ce tr6cissement > 'de la base parlementaire du gouverne-
ment est une preuve important de la nervosit6 extreme
qui r6gne actuellement a 1'AssemblAe et il est difficile
de consid6rer 1'equipe de .M. Schuman autrement que
comme un gouvernement de transition qui announce un
autre gouvernement dans sequel la droite strait forte-
ment repr&sent6e.
Le fait que 3. Schuman ait r6ussi a oblenir l'inves.
titure de l'Assembl6e alors que M. Blum a 6choue mon-
tre l'importance de la 'division qui spare maintenant
les communists des autres partis...
Les parties qui sifgent A droite des socialists suspec-
talent que M. Blum pourrait voir une menace aussi
grande pour la Republique dans la personnel du general
de Gaulle que dais le parti communist; ils savaie'nt
aussi que M. Schuman serait toujours fortement anti-
communiste. Tandis que M. Blum aurait pu &tre tent6
pour le renom de son parti de c6der aux demands des


syndicats en faveur de salaires plus eleves, il 6tait clair
que M. Schuman adopterait un point de vue different.
A la fois par sa composition et en raison 'de la fagon
don't il a 6te form, le nouveau gouvernement accuse
une tendance beaucoup moins ra'dicale que 1'ancien.
Au gouvernement de M. Schuman income maintenant
la tAche de mettre un term a la confusion actuelle et
de faire r6gner l'ordre...
Peu de presidents du Conseil se sont trouv6s places
devant une tAche plus difficile que celle 'de M. Schuman.
On jugera de ses capacit6s d'honme d'Etat par la me-
sure dans laquelle il pourra faire des concessions poli-
tiques aux socialists, afin de pouvoir accor'der des con-
cessions 6conomiques a la 'droite qui l'a soutenu, mais
qui n'a pas voulu entrer dans son cabinet. II doit avoir
un 'ceil fix6 sur les syndicate et l'autre sur le g6n6ral de
Gaulle. Si, centre les deux, il peut constituer un puissant
group du centre qui suive une politique coh6rente et
constructive, il peut encore r6ussir A calmer les esprits
a I'Assembl6e. Du moins, il pent donner au pays une
nouvelle p6riode 'de calme qui lui permettra de r6fl6-
chir sur les d6sastres de la guerre civil et sur les avan.
ages de ]a paix.

2. Daily Telegraph (25/11, conservateur) :

< ...Le point de vue g6n&ralement admis est que le
nouveau gouvernement ne peut 6tre que provisoire. Du,
point de vue politique, sa creation est due au faith qu'il
le d6plait compl6tement A aucun parti, si ce n'est au
parli communist. II est cependant 'difficile de voir sur
quelles measures il peut r6unir une majority; et come
M. Schuman l'a d6clar6 lui-mnme, l'action est la n6ces-
site supreme de 'heure.
En France, come en Italie, l'ennui, c'est que la
France est le th6,tre du premier conflict important dans
la < guerre froide > que pursuit actuellement le com-
mnunisme en Europe...
Livr6s A eux-anmes, les ouvriers de l'industrie fran.
caise n'auraient pas le d6sir de se mettre en gr6ve, et
ils le prouvent chaque fois qu'on leur laisse le soin 'de
decider; en effet, les homes et les femmes raisonna-
bles savent fort bien que la seule consequence possible
de ces graves, c'est d'ajouter la famine A la p6nurie, et
que le remade pour 6quilibrer les salaires et les prix,
c'est de produire davantage et non pas de ne rien pro-
duire 'du tout. Mais on ne laisse pas aux ouvriers le
soin de d6cider eux-memes... >

3. Daily Worlker (25/11, communist) :

< ...Le government differe surtout du gouverne-
ment Ramadier en ce sens que le M.R.P. y est plus
largement representS. Ajoutons qu'il comprend, au post
de ministry des Finances et 'de 1'Economie, Ren6 Mayer,
partisan de de Gaulle et avocat de l'6conomie < libre a.
II ne fait aucun doute que le nouveau gouvernement
prepare bien le terrain pour de Gaulle.
La nomination d'un de ses partisans a un post essen-
liel et le fait que le gouvernement ne survit que grAce
SI 'autorisation des 80 partisans gaullistes A 1'Assembl6e
national l'a 'd6jA condamn6 aux yeux des ouvriers syn-
diqu6s.
On s'attend a ce que Jules Moch socialistte, au mi-
nistere de l'Int6rieur, et Pierre-Henri Teitgen (M.R.P.)
an minist6re des Forces armees, prennent rapidement
dles measures d'ui caracltre violent pour -vaincre la
(:. G. T. >
(DEREK KAnTru.)






REJLLETIN QUOTIDIEN DE PRESSED kTrAN6*Ric


b) L'OUVERTURE DE LA CONFERENCE DE LON~DRES.
1. Ttnies (25/11).
...Bien des gens se demiandent si l'on pourrait par-
venir actuellemnent t un conmpromnis sur les questions
essentielles.
Existe-t-il, avant tout, une possibilile quelconque de
parvenir a un comipronmis au sujet des rCparalions ?
M. Molotov a laisse entendre a Moscou que les deman-,
des sovietiques pouvaient 6tre satisfaites au course des
vingt prochaines ann6es si le niveau de l'induslrie al.
lemande 6tait augment ct base sur une production
d'acier atteignant 10 A 12 millions de tonnes par an.
Un tel niveau, a-t-il avanc6, permettrait aux usines al-
lemandes de fabriqucr 'des products non seulement pour
satisfaire aux besoins de 1'Allemagne, mais aussi pour
assurer la livraison de reparations c reparations pri-
levees sur la production courante come on les a
appeldes...
D'apres les statistiques, il n'y a par consequent qu'une
difference d'un million trois cent mille tonnes en ce qui
concern la production annuelle d'acier entire le niveau
que les Britanniques et les Am6ricains estiment n6ces-
saire pour les besoiids de 1'Allemagne ct le niveau de
production le plus l6ev6 (12 millions de tonnes par an),
qui, 'd'a'pres M. Molotov, pourrait satisfaire ses deman-
des de reparation. S'il n'y avait que cela, un accord ne
serait peut 6tre pas impossible ; on pourrait parvenir
A un compromise. Mais il reste les questions de security
et le remboursement de P'argent que la Grande-Bretagne
et led's Etats-Unis ont 'di fournir a l'Allemagne pour. que
leur zone continue A subsister.
En cc qui concern la security, nombreux sont ceux
qui, dans les del6gations, en particulier dans la dl66-
gation francaise, sont convaincus qu'une production al-
lemande de 10.700.000 tonnes offre d6ja trop de dangers
pour les voisins 'de l'Allemagne et il est douteux que
l'on puisse les persuader de laisser augmenter encore
cette production. Et en ce qui concern le rembour-
sement des 'depenses, les Britanniques et les Americains
ont fait comprendre clairement A Moscou qu'ils ne pou-
vaient permettre aucune livraison de reparations pr&-
levees sur la production courante tant que 1'Allemagne
(ou les zones occidentales) n'auraient pas rembourse
I'argent que les contribuables britanniques et ambricains
ont dfi 'd6bourser. La Grande-Bretagne a du fournir un
grand nombre de dollars 'precieux pour nourrir sa zone
et en toute quite le remboursement de ces dollars est
consid6r6 comime de premiere importance.
En ce qui concern les demands 'sovietiques rela-
tives a un contr6le qua'dripartite des industries de la
Ruhr, M. Bevin et M. Marshall out d6clar6 qu'il ne pou-
vait etre question d'aucune ingerence dans les zones
occidentales aussi longtemps que la zone orientale sera
presque completement fermee... Dans ces circonstances,
il est evident que seul un 6venement completement
inattendu pourrait amener un compromise ; et a l'heure
actuelle rien ne laisse prevoir un tel ev6nement... >
(Du r6dacteur diplomatique du Times.)

2. Daily TOlegrapth (25/11, conservateur).
< La Russie semble avoir deci'd qu'il est impossible
A l'heure actuelle d'obtenir le contr6le politique de I'Al-
lemagne, but que recherchait la politique qu'elle a sui-
vie A la Conference de Moscou. L'Allemagne oriental,
qui est dej 'sous l'emprise du Kremlin, dolt par con-
sequent etre compl6tement fusionn6e avec 1'Europe
orientale.
Ainsi, des questions qui etaient autrefois de premiere
importance (comme les frontibres, les forces d'occupa-


lion, un traits qua'dripartite destine A prevenir une r6-
surrection de la puissance d'agression allemande) sont
revenues maintenant pour les Soviets purement aca-
d6miques.
Certains pensent que la Russie. pour impressionner
les Americains A la onzieme heure par le bon sens
soyi6tique, ne permettra pas que la Conference se ter-
mine par un checkc spectaculaire et acceptera peut-8tre
de conclure un trait6 de paix pour l'Autriche. Voila
qui impliquerait l'6vacuation des troupes russes d'Au-
triche et d'autres pays 'de l'Europe orientale ofi elles
out Wth maintenues < pour proteger les lignes de com-
munication avec l'Autriche. o
S'il en est ainsi, Ie depart des troupes russes n'im-
pliquerait certainement pas la suppression de I'influence
sovi6tique car les communists sont bien en place dans'
les pays satellites.. >
(HERBERT ASHLEY.)

3. Daify Express (25/11, conservateur).
< ...Le bon sens permet de penser que chaque minis-
tre des Affaires etrangeres d6teste moins le partage de
l'Allemagne que la perspective 'd'en voir rejeter le blA-
me sur lui. Si ce partage resulte des d6saccords, cela
aurait du imoins 1'avantage de mettre un term I'in-
certitude d6moralisante dans laquelle l'Allemagne est
rest6e.
Et si par suite de ces d6saccords on tragait plus nette-
ment la ligne de separation entire la Russie et les puis-
sances occidentales, on ne devrait pas considerer que
cela nous entraine dans de nouveaux antagonismes d6-
sastreux.
Une separation nette du droit et de la force peut fort
bien indiquer qu'on s'engage sur la route longue et dif-
flcile qui ramene vers l'amiti6.
Et elle peut graduellement ramener la conflance en-
tre des partenaires m6flants qui out remport6 la victoire,
mais qui jusqu'a maintenant n'ont pas reussi A gagner
la guerre. )

4. News Clronilcde (25/11, liberal).
< ...Conviendra-t-il A M. Molotov d'oublier les diffi-
cultes passees et de contribuer A 1'elaboratlon d'une
solution constructive ? Du point 'de vue des puissanees
occidentales, il semblq A peine croyable que la Ruissie
puisse renoncer delib6erment A ses chances de pouvoir
donner son avis en ce qui concern le contr6le de
toute l'Allemagne et de recevoir, tout an moins plus
tard, des reparations substantielles.
D'autre part, nous ne devrions pas oublier que- le
doctrinaire communists est convaincu 'de 1'effondre-
ment certain du regime capitaliste... Dans ces circons-
tances, il peut fort bien pr6tendre consolider les bases
qu'il possede deja en Europe orientale, 6tant donn-6 que
le reste tombera obligatoirement en son pouvoir t6t ou
tard.
L'attitude des Americains est plus complex. Etant
donnede qu'ils ont assume la plus grande parties des d&-
penses pour la zone occidentale, ils sont naturellement
tres d6sireux d'Iviter de se voir entraines A nouveau
dans une situation qui a oblige la Grande-Bretagne a
d6penser tant de pr6cieux dollars, et cela sans aucun
r6sultat apparent.
Les perspectives sont par consequent loin d'etre bril-
lantes. Mais si les Quatre Grands abordent leurs diver-
gences avec la determination de les aplanir et s'ils pla-
cent les interets permanents de la paix en Europe et
dans le monde avant leur propre interet imm6diat, it
existe une chance pour que la sagesse l'emporte... >







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press americaine du 24 novembre 1947
La press de dimanche s'dfait inquidt6e du ddlai occasionne
breuses d6peches des correspondents de Paris sur la situa-
tion politique et social en France. Un certain nombre
d'articles avec photos sont consacrds A la personnalite de
M. Schuman, qu'ils prdsentent de fagon trds sympathique,
rappelant a l'occasion de son arrive A la tdte du Gouver-
nement son passe politique et son rBle dans la resistance.

1. Situation francaise
La press de dimanche s'6tait iquidtee du delaioccasionnd
par les consultations prolongdes que M. Schuman avait eues
avec ses colleagues avant de former un Cabinet. La press
de lundi announce, en premiere page et sous de gros titres,
que ce Cabinet a 6td form et qu'il reprdsente une coalition
assez 6tendue puisqu'elle englobe tous les parties a l'excep-
tion des communists, des P. R. L. et des groups gaullistes.
Brown, correspondent de 1' ( Evening Star ), et Stokes,
correspondent du ( St. Louis Post Dispatch ), relvent tous
deux un changement dans 1'attitude officielle de Washington
a 1'6gard du general de Gaulle. Ce dernier l'exprime dans
cette phrase : ( La force des dvenements a conduit l'admi-
nistration A rdpudier I'opinion favorable que M. Roosevelt
s'dtait faite du mardchal Staline A Yalta. Elle se trouve
maintenant oblige de rejeter le jugement ddfavorable que
M. Roosevelt avait port sur le g6ndral de Gaulle A Casa-
blanca. )
De nombreux articles signalent 1'dvolution du movement
de groves. Ils font ressortir que dans certaines regions les
graves ont tendance a se r6gler, tandis qu'on announce de
nouveaux arrdts du travail dans d'autres regions. Le carac-
tere fragmentaire de cette greve n'echappe pas aux corres-
pondants de Paris, qui se demandent si I'agitation actuelle
n'est pas un signe pr6curseur d'une grCve gdnerale. L'arrdt
des transports et de l'activit6 des ports frangais par suite
de la greve des dockers sont soulignds dans ces articles, qui
notent a leur c8te politique au moment mdme of la France
a besoin de production et de ravitaillement >.

2. Aide amnricaine
Les dvdnements de France et d'Italie, au course de la der-
nidre semaine, ont amen6 la Commission des Affaires etran-
gdres du S6nat a demander que ce dernier agisse sans d6lai
pour apporter l'aide que le gouvernement lui demand d'en-
voyer a la France et a 1'Italie. Un rapport de cette Commis-
sion dit notamment : ( Les Ameutes en France et en Italic,
et les changements de cabinet en France, demontrent une
fois de plus qu'il existe des forces actives cherchant a utili-
ser la faim et le froid pour crer des ddsordres et la confu-
sion politique. > Ce rapport est longuement cite dans la
press de dimanche.
Le S6nat commencera aujourd'hul la discussion du pro-
gramme d'aide intdrimaire A 1'Europe.
La Commission Herter de la Chambre a fait 6galement pa-
raitre son rapport. Les correspondents de Washington sou-
lignent particulidrement les passages oft cette Commission
propose que les pays qui bsndficieront de cette aide facili-
tent 1'acces des Amdricains a des matidres premieres stratw-
giques existant dans les territoires places sous leur souve-
rainet6. Le Comit6 cite sp6cialement les depots de mineral
de fer du Labrador, les concessions pdtrolieres au Venezuela
et les resources en chrome et en nickel de la Nouvelle-
Caledonie. Ce rapport dit notamment : ( Nous allons met-
tre nosressources au service de ces pays. Une garantie 6qui-
valente de remboursement, grace A l'obtention d'actions ou
a une participation, n'est qu'une compensation equitable.

3. Le trait allemand
Les correspondents de Londres donnent une note pessi-
miste A la veille de l'ouverture de la Confdrence des minis-
tres des Affaires 6trangdres. Places devant 1'6chec auquel a
about la reunion des supplants, ils se demandent co que


pourront faire les Quatre Grands ct constatent que l'atti-
tude russe, en particulier apres les ( tirades ) du general
Sokolovsky A Berlin contre la politique am6ricaine, parait
peu propice a un compromise.
Dans ces conditions, les partisans de la reconstruction et
de l'unification de 1'Allemagne de l'Ouest font entendre leurs
voix. M. Sayre, l'un des representants am6ricains a 1'O.N.U.,
s'est 6leve contre cette theorie, et le e New York Times >,
qui rapporte les declarations qu'il a faites hier a une au-
dience religieuse, cite en particulier ce passage : c Nous
avons besoin de la cooperation des Soviets dans la recons-
truction de 1'Europe et dans la tache gigantesque d'6tablir
une paix durable. Nous devons gagner, si possible, 1'appui
du people russe. Nous n'avons aucun droit de conclure que
cela est impossible. La situation reclame une tolerance peu
commune et de la comprehension. > M. Sayre a soutenu le
plan Marshall parce que, dit-il, <( une fois que 1'Europe sera
remise sur pied et jouera son role normal dans le monde,
1'6tendue du conflict entire I'U.R.S.S. et les U.S.A. se trouvera
inormement reduite >.

a) LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE.

1. Baltimore Sun (23/11) :

< ... Pourquoi M. Schuman a-t-il r6ussi la oh MM. Ra-
madier et Blum out 6choud ? On peut avancer que cos
deux dernibres personnalit6s ont 6chouB et que la pre-
miere a reussi en raison des differences de leur inter-
pr6tation (Idl ph6nomine >.
MM. Ramadier et Blum out vu dans le ph6nomine
gaulliste une tentative inquietante pour acceder au
pouvoir, tentative entreprise par un mystique ; et tr&s
justement, ils craignaient le mysticisme en politique...
Par centre, M. Schuman, sans carter toutefois 1'6l6-
ment mnqui6tant *qui existe dans le gaullisme, semble
avoir place sur un autre plan son interpretation ddu
success surprenant remport6 par les gaul'lis es aux elec-
tions municipales de septembre. M. Schuman a consi-
d6r6 qu'il s'agissait lA avant tout non pas d'un vote en
faveur de de Gaulle et a coup stir non pas d'un vote
en faveur du fascisme mais d'un vote dirigc contre
le communism.
Le problbme politilque devenait alors celui de d6ta-
cher l'importante fraction rpod6rde qui avait vote en
faveur de *de Gaulle de l'delment extrdmiste qui existed
dans le movement gaulliste, et de l'amener A souvenir
un gouvernement mod6r6 du centre. M. Ramadier et
M. Blum se sont disqualifies d'eux-mdmes du fait qu'ils
ont ddnonced nergiquement le g6ndral de Gaulle, ses
agissemenits et ses partisans. M. Schuman ne s'est pas
lisqualifi : il n'en a pas parl6. II lui income main-
tenant de poursuivre la tache d'isoler les extrdmistes
de droite et les extr6mistes de gauche. >

2. New York Times (23/11) :

c Aucun groupement ne peut gouverner la France
aujourd'hui sans recevoir un appui quelconque du
R.P.F. du g6ndral de Gaulle. En r6alit6, le R.P.F. est la
< premiere force > en France bien qu'elle n'ait pas
encore un seul repr6senlant official A l'Assemblee. Le
communism 'est toujours la (( deuxidme force a. Les
socialists, avec l'appui incertain qu'ils obtiennent d'au-
tres parties mod6r6s, reconnaissent qu'ils ne constituent
que a (( troisidme force >. Les mod6ers pensent qu'ils
peuvent maintenir la France dans la voie d'une poli-
tique mod6ree, mais ils sont maintenant trop faibles
pour le faire sans l'aide g6ndreuse des gaullistes que les
socialistes.ont choisi de d6noncer comme leurs i enne-
mis . M. Schuman a requ cette aide qui a 6et impitoya-
blement refuse A M. Blum... )







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANG*RE 5


3. Washington Post (24/11) :
c La preuve qu'un gouvernement nonl coimmuniste
ne peut etre form en France sans la permission du
general de Gaulle a 6t1 faite lorsqu'on a choisi M. Ro-
bert Schuman pour former un gouvernement apres
l'6chec de M. Blum dans sa tentative pour obtenir un
vote de confiance sans l'appui du general de Gaulle. On
.connaitra le prix que coite cet appui avec le temps.
En attendant, la crise financibre en France et le reta-
blissement de l'ordre public r6clamenl 1'attention imm6-
diate du nouveau gouvernement...
Tons les desordres et les difficulties Cconomiques pro-
viennent 'du manque de confiance dans le franc. Seul
un gouvernement qui a le courage de r6clamer des re-
formes financieres v6ritablement efficaces peut reme-
dier A cette situation...
Si la France vent tirer le meilleur parti de l'aide qui
sera fournie en vertu du plan Marshall, elle doit r6for-
mer ses finances disorganis6es et mettre un terme A son
deficit budg6taire...
M. Schuman a l'avantage de bien connaitre le pro-
blame 6tant donn6 qu'il a Wtd pendant un an et demi
ministry des Finances. La veritable question est de
savoir si sa competence dans ce domaine peut 8tre unie
A cette sorte de direction Anergique et pr6voyante don't
la France a besoin en cette heure de crise... >

4. New York Herald Tribume (24/11) :
( On constate l'exislence d'une tendance A l'unite
malgre les .disputes et les marchandages tout comme
dans la situation critique actuelle de production fran-
caise, il existe une Aconomie national qui est fonda-
mentalement saine et #quilibr6e, une economic qui ne
demand le secours d'aucun miracle pour etre restau-
're dans sa vigueur. La France a besoin de l'aide amb-
ricaine. Elle a aussi besoin dans les tAches quotidien-
nes du gouvernement de faire preuve de l'Atat d'esprit
qui s'est manifesto lors du vote en faveur de M. Schu-
man afmn de letter couraggusement contre les commu-
nistes sur tous les fronts et de 'd6montrer que la grande
majority de la nation abhorre la violence avec laquelle
ce parti attaque la vie mime de la France ; afin de
montrer aussi qu'elle est d6terminde A y mettre fin parce
qu'elle represente des homes libres. La tAche ne sera
pas facile, main's la volontA de reussir est manifeste. C'est
la que reside l'espoir de la France. 3

5. New York Hemald Tribune (25/11, edition euro-
p6enne)

< ,.. II y a trois moyens constitutionnels pour le ge-
n6ral de Gaulle d'acc6der au pouvoir. Deux d'entre-eux
demanderaient plusieurs mois...
Le premier moyen est d'amender la constitution de
favon a permettre la dissolution de I'Assembl6e avant
le mois de nmai... Celte procedure prendrait an moins
quatre mois. II faudrait probablement un mois de plus
pour dissoudre 1'Assembl6e et proc6der a de nouvelles
elections.
SLa deuxieme m6thode consiste pour le R.P F. a atteu-
dre son heure jusqu'au mois de mai prochain, c'est-a-
dire jusqu'au moment oif 1'Assemblde pourra 6tre dis-
soute en vertu d'une decision du Conseil des Ministres,
pourvu que deux crises minist6rielles entrainant la
chute du cabinet aient lieu apres ce moment.
En raison du d6lai que demanderait le recours h ces
deux m6thodes, on ne pent Wtre surprise du fait que
les gaullistes les plus impatients parent d'un autre
moyen apparemment legal pour atteindre leur but. La


clef du probl6me se trouve dans une simple phrase de
I'article 6 de la Constitution. Cette phrase dit : x La
durec des pouvoirs de chaque Assemblec est fix6e par
la loi. >>
Selon les dirigeants du R P.F., cela signifie qu'une
majority de d6putes peut mettre fin aux pouvoirs de
l'Assembl6e national simplement en faisant voter une
loi A cet effet...
La question de.savoir si I'Assembl6e appliquera 1'arti-
cle 6 depend largement 'de la measure dans laquelle un
gouvernement de la < troisibme force > ou du centre
pourra r6tablir l'ordre et un certain degrd de stability
dans le pays, en face de 1'agitation communist qui ne
cesse de s'etendre. Si le gouvernement n'y parvient pas,
a.lors, un nombre suffisant ,de deputes M.R.P., radicaux
et socialists pourraient se joindre au noyau des sympa-
thisants gaullistes et voter une loi pour mettre fin h
leur mandate.
II se peut cependant que la crise soil une crise deses-
ptrbe. 11 n'y aurait pas beaucoup de deputes pour ac-
cueillir avec enthousiasme de nouvelles elections lors
desquelles un grand nombre d'entre eux seraient sans
doute battus par les candidates du R.P.F. Les d6putes
r6publicains populaires en particulier voteraient pres-
que A coup shr l'abandon de leur mandate s'ils votaient
pour application de l'article 6,
En attendant, Rtant donn6 les obstacles constitution-
nels devant lesquels se trouve plac6 le R.P.F., le slogan
< de Gaulle au pouvoir > apparait, pour le moins,
comme irrefl6chi... >
(VILLIAM ATTWOOD.)

,b) L'OUVERTURE DE LA CONFERENCE DE LONDRES.
New York Herld Tribn e (25/11, edition curop6enne)
< ...Si la Conference doit 6chouer, M. Marshall doit
essayer d'en sortir apres avoir assure aux Etats-Unis,
en tant '.qu'ils s'opposent a la Russie, une position de
nature A leur permettre -d'exercer une plus grande in-
fluence dans les jours difficiles qui nous attendent.
Les gens impatients qui pr6voient un 6chec et qui
desirent le voir se produire aussi rapidement que pos-
sible, agissent comme s'ils connaissaient le moyen de
resoudre le problome allemand en Allemagne occiden-
tale. et de reliever l'Europe occidentale dans le cadre
du plan Marshall en aggravant et en rendant definitive la
division entire 1'Est et l'O!uest. Ces gens sont profond6-
ment dans l'erreur. Les depenses financi6res, et les dif-
ficultes Aconomiques et politiques seront 6normes, si.
apris un Achec A Londres, nous nous engageons a ga-
rantir l'avenir politikque et Bconomique d'un gouverne-
ment de l'Alle.magne occidentale...
Les provisions montrent, semble-t-il, combien il serail
t6meraire de conclure que, si la Conference de Londres
ne permet pas de parvenir A un accord, nous pourronm
parvenir heureusement a resoudre le probl6me allemand
sans continue A negocier avec les Russes.
Car l'une des premieres choses que devrait faire no
tre gouvernement provisoire de 1'Allemagne occidental,
gouvernement don't nous entendons tellement parler, se.
rait de conclure des accords commerciaux et financiers
avec la zone d'occupation sovietique, avec la Polognc
et avec les pays danubiens. Si ce government n'agit
pas ainsi, il ne pourra, autant qu'on puisse en juger par
les provisions actuelles, meme les plus optimistes, esp6-
rer parvenir A subvenir A ses besoins. Et s'il ne peut sub-
venir A ses besoins, il ne pourra maintenir la stability
financiere qui, de l'avis de tous, est n6cessaire a la re-
naissance de l'economie allemande... >
WALTER LIPPMANN.






( BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGkRE


() LA FRANCE REMBOURSEIA-T-ELLE L'AII)D AMIEHICAIMN
PAR LES GISEMENTS DE NOUVELLE-( ALtDONIE ?' (N'e10
Y'(.rk Times, 24/11).

( En recommandant dans sa stance d'hier le rem-
boursement de l'aide amn6ricaine par des livraisuns de
mat6riaux strat6giques, la Commission sp6ciale de la
:Chambre des Repr6sentants pour I'aide A I'etranger en-
visageait tout particulierement les gisements de fer du
Labrador, le participation -du trust.Shell dans les p6-
troles du Venezuela, et les gisements de pCtrole, de
chrome et de nickel situes en Nouvelle-Caldonie.
La Commission est d'avis qu'il suffirait d'6eablir un
bilan syst6matique des resources mondiales en mat6-
riaux strat6giquement important qu'on pourrait rendre
accessible aux Etats-Unis, pour d6couvrir d'dlonnan-
tes possibilities de remboursement pour I'aide que 1'Am6-
rique s'appr6te a avancer aux pays europ6ens.
La Commission envisage come une measure parfai-
tement equitable des livraisons de mat6riaux ou des
participation amdricaines A lear exploitation.
La Commission verrait volontiers Terre-Neuve don'tt
fait parties le Labrador recevoir un statut de Dominion
ou former une f6d6ration avec le Canada, pour permet-
tre aux capitaux americains de participer au d6velop-
pement des resources en fer du Labrador. < Un pa-
reil ,processus pourrait Mtre envisag6 pour la Nouvelle-
Cal6donie avec ses gisements important :de nickel et
de chrome. Dans les cas oif il serait inopportun d'ou-
vrir aux Am6ricains des drojts d'exploitation, la parti-
Sripation de capitaux priv6s am6ricains, et des contracts
ole livraison pour 25 ans pourraient etre 6tudis >>..
Le plomb marocain, le mica de Madagascar, Ic cuivre
rhod6sien et le nickel cana-dien int6ressent aussi les
Etats-Unis. >
(du correspondent du New York Times
i Washington, d'apris Reuter)




lII. PRESS SOVIETIQUE



Revue de la press sovietique des 23 et 24 novembre

1. Assemblee g6enrale de, 'O.N.U.
Environ une demi-page de comptes rehdus portant sur la
a defense du principle d'unanimit6 des grandes puissances ).
La ( Pravda a commence la publication du discours que
M. Vychinski a prononcd le 21 novembre sur ce theme.

2. La lutte du camp democratique
a) Des t6ldgrammes Tass sont consacrds a la session de la
Fdderation Syndicale Mondiale, au discours de M. 'Gottwald,
a 1'appel des parties ouvriers de Pologne, A M. Mikolajczyk
dechu de la nationality polonaise, au meeting du Conseil
pour la lutte en faveur d'une Grace ind6pendante A New-
York, etc...
b) Dans la (( Pravda ) du 24 novembre, un quart de page
est consacr6 au discours de M. Modzelewsky a Varsovie, sans
commentaire.

3. Les evenements de France et d'Italie
Une s6rie de tmldgrammes dans tous les journaux du 23,
ainst que dans la (( Pravda ) du 24, concernent : la crise gou-
vernementale en France, 1'Assemblee Nationale qui refuse
1'investiture A M. LUon Blum, la formation du gouvernement
qui est confli & M. Schuman, les groves en France, la de-
claration du Bureau politique du parti communist frangais,
les travailleurs frangais qui protestent centre les poursuites
intentees aux dirigeants communists. Une information
I


mande que la Socidt6 France-U.R.S.S. protest centre la pro-
vocation antisovittique de Beauregard.
Un t6elgramme relate que le people Italien r6pond aux
provocations fascists
L'agence sovi6tique Tass done une longue ddpcche sur
l'investiture de M. Robert Schuman. Elle termine son t61e-
gramme en rappelant que les measures prises en juillet par
M. Schuman measuress qui entrainaient 1'augmentation des
prix de certaines marchandises, en meme temps que les in-
demnites prdvues par la loi sur les assurances sociales
etaient diminuees de 12 % et qu'6taient abaisses de 20 % les
versements des employers au fonds de garantie pour les
accidents du travail) masses ouvri6res >.

4. La politique du camp imperialiste
Quelques informations portent sur le problnme allemand :
(c Le capital am6ricain a mis la main sur le carbon de la
Ruhr ), (c Les partisans de Schumacher sevissent centre les
partisans de l'unit6 allemande >, (c Declaration d'Urbricht >>,
et sur de c nouveaux investissements de capitaux en Pales-
tine ).
La situation economique aux Etats-Unis est 6galement
commentee.
Le journal c Trud >) consacre un article a l'Autriche, ofu il
est dit notamment (c qu'il est evident que sous la conduite
des leaders catholiques et socialists, serviteurs du dollar,
1'Autriche va a 1'asservissement. Les politicians de ce pays
qui haissent la ddmocratie, sacrifient ainsi la liberty et 1'in-
d4pendance de leur pays >.
Dans le mLme journal, M. Gourov consacre un commen-
taire aux intrigues de 1' (c American Federation of Labor ) en
vue de convoquer un congress ouvrier destined appuyer le
plan Marshall. Les leaders de I'A.F.L. compteraient sur 1'as-
sistance de vieux bureaucrats syndicaux, du type Leon
Jouhaux et autres. II ajoute que Leon Jouhaux (c d6veloppe
a nouveau une activity tendant a mener a la scission des
syndicats >). Et Gourov conclut ainsi : (c Le monde commit
depuis longtemps ce que vaut la democratic de ces affai-
ristes syndicaux... Les masses ouvrirres ont appris A dfpister
les traitres. Les traitres pourront se hAter, mais 1'Histoire
les a dejA condamnes. >
Dans la (c Pravda ) du 24 novembre, Maritine examine,
dans un article intitul6 : ( Le sac aux 6cus fait de la theo-
rie >, les diverse interventions de M. Harriman.

5. Discours du general Marshall a Chicago
Ce discours a provoqu6 deux commentaires important
dans la press du 23. Dans les cc Izvestia ), le premier s'in-
titule : ( Marshall se demasitue lui-mnme ). Le deuxiEme
commentaire est de Joukov, dans la (c Pravda a (voir eet ar-
ticle plus loin).

APRns LE DISCOURSE DE M. MARSHALL. A CHICAGO.
Pravda (23/11).

cago par Marshall est consacr6e au probl6me allemand.
II est evident qu'une telle declaration faite A la veidle
de l'ouverture de la conference des Ministres des Affai-
res 6trangbres n'a pas manqu6 d'attirer attention mon-
.diale.
Le sens de la declaration faite par Marshall peut se
resumer de la facon suivante : 1 Le but principal du
c Plan Marshall > est le r6tablissement du potential
industrial de l'Allemagne ; 2" Le r6tablissement 6co-
nomique de l'Allemagne doit 6tre entrepris, non dans
I'int6r6t du people allemand, mais pour servir les buts
d'une << collaboration > europ6enne sous confr6le am6-
ricain ; 3 L'Allemagne doit etre d6membr6e et former
une Ce programme ne se distingue pas par sa nouveaut6.
Les discourse du fauteur de guerre Byrnes, la d6clara-
tion Dulles, les rapports de Marshall Jui-mime et de
Harriman nous Font deja fait connaitre.







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGERE 7


Le Secretaire d'Etat am6ricain a declare qu'il 6tait
partisan du d6membrement de 1'Allemagne et de la trans-
formation de ses provinces occidentales en un rempart
de la coalition anti-sovi6tique et anti-d6mocratique qui
est organis6e par les imp6rialistes am6ricains sous le
titre bien pensant d' < Amicale europ6enne >. iCette ami-
cale serait compose d'Etats europ6ens soumis au con-
tr6le militaire, politique et 6conomique des Etats-Unis...
Aussi, on ne doit pas s'6tonner si on lit dans la press
mondiale que le discours de Chicago t6moigne .de la
volont6 du gouvernement am6ricain d'abandonner la po-
litique de collaboration international. Ce sdiscours ide
M. Marshall est une preuve de I'incompr6hension de
certain hommes politiques hauts places aux Etats-
Unis en face de modifications profondes de Ja situa-
tion. Ils garden leurs conceptions arrier6es et au lieu de
se turner vers 1'avenir, regardent vers le Iass6... >
JOUKOv.

L'OUVERTURE DE LA CONFERENCEE DE LONDRES (Niele
Ziircher Zeitung, 25/11).
< ...De quelle mani&re les ministres des Affaires 6tran-
g6res vont-ils reprendre les fils qui, aprs. les six se-


maines de negotiations ide la derniere Conference de
Moscou, ont 6t6 abandonn6s au moist d'avril en un &che-
veau fort embrouill6 ? Cela depend en premier lieu des
intentions tactiques des diff6rentes puissances. On doit
attenrre de voir jusqu'of les Russes oseront effective-
ment s'avancer dans la cour qu'ils font au nationa-
lisme allemand en proposant 1'6vacuation immediate de
l'Allemagne et I'institution d'un gouvernement central
dans ce pays. Meme s'ils s'imposaient en ]a matiere une
certain reserve, il est bien peu vraisemblable qu'un
accord complete intervienne A Londres ; tout donne A
croire en effet que les Etats-Unis accordent la priority
a la r6organisation 6conomique et politique des zones
occidentales de 1'Allemagne dans le cadre de la recons-
truction de 1'Europe avec l'aide americaine. Les puis-
sances de I'Ouest estiment qu'un premier succes tangi-
ble cans cette oeuvre de longue haleine determinerait
Moscou A faire preuve de meilleures dispositions. Ainsi
done, si la Conference de Londres confirmait et accen.
tuait encore la ( division > provisoire de I'Allemagne,
il n'y aurait pas lieu de qualifier d'avance un tel r6-
sulfat d'6v6nement funeste, car par ce 4dtour 6galement
Ila question allemande peut encore tendre vers une solu-
tion. >


S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009























































































Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs