Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00243
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: November 24, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00243
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



RESIDENCE DU CONSEIL


SECRETARIAT GENERAL
DU GOUVERNEMENT


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESS


Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')




BULLETIN


DE


PRESS


24 novembre 1947


4kO



QUOTItiN fl



ETRAN IE


Nouvelle Serie No 826


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
u) La situation politique en France.
1. 2Ti ies (22/11).
2. Dailly Tefegraph (22/11).
3. Daily Mail (22/11).
4. News C~iaricle (22/11).
5. Daily Worker (22/11).
6. Mtciw'ester Gumrdian (21/11).
b) Le probl6me palestinien (Time)y, 22/11).
II. PRESSE AMERICAINE.
a) La situation politique en France.
1. New Yowk Vilmes (21/11).
2. New Yiork Heimrad 2Trbuie (21/11).
3. Phtl* el(phia InWq(uiter (21/11).
b) Aprbs le discours de M. Marshall a Chicago.
1. New York Tiz es (20/11).
2. WashinIAgton Star (20/11).
3. Wc4shingtoan Post (20/11).
III. PRESS SOVIITIQUE.


I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 22 novembre 1947
Toute la press de ce matin donne la premiere place a la
situation politique en France. L'ouverture prochaine de la
Conference de Londres fournit 6galement matiere A un long
article dans le ( Times ) : ( IfAllemagne et les Puissances )
et dans le ( Manchester Guardian a : < Berlin craint l'ave-
nir a.
1. France
Tous les journaux annoncent en manchettes, parfois sensa-
tionnelles, que l'Assembl6e s'est prononc6e contre la forma-
tion d'un Cabinet dirige par M. Leon Blum.
La plupart d'entre eux donnent de longs extraits de la de-
claration du leader socialist.
D'apris le correspondent du ( Times ), la seance d'hier a
1'Assemblee serait considarde par l'opinion frangaise comme
o la seance crucial de la IV" Rdpublique ).
Selon lui, les declarations de M. Leon Blum auraient sem-


blW fables et non constructive. M. Blum se serait attire
l'hostilit6 d'une grande parties du centre et de 'la droite en
plagant le movement gaulliste sur le m6me pied que les
communists. ( C'est a partir de ce moment-la que sa cause a
bte perdue. )
Ce correspondent brosse ensuite un tableau des conflicts so-
ciaux et note un regain de l'activite des 61lments anti-com-
munistes de la C.G.T. II prvoit que la greve des mineurs
aura de graves effects sur l'industrie du pays.
Parlant ensuite des conflicts sooiaux dans miles autres re-
gions frangaises et notamment a Paris, ce correspondent
bcrit que ces faits pourraient laisser supposed que la pro-
vince et Paris sont dans un 6tat de paralysie. Il ajoute qu'a
l'exception de Marseille cela n'est pas vrai et que Paris garde
son aspect normal malgrd la presence de troupes dans les
quarters pauvres. Mais il note aussi que l'on sent dans les
conversations des Frangais que l'on pourrait se trouver au
tournant le plus grave depuis la fin de la guerre.
Le correspondent du ( Manchester Guardian ) estime, lui
aussi, que M. Lon Blum s'est alien la faveur de certain
elements de droite et du centre lorsqu'il a condamn6 le gaul-
lisme.
II rend compete des declarations de M. Lecour et de M. Du-
clos et les comment en dcrivant qu'une bataille se livre sur
le plan du travail entire communists et anti-communistes.
Il estime que le premier probl6me qui se posera au prochain
Gouvernement sera d'dtablir une 16gislation stipulant que les
decisions syndicales seront prises A I'avenir A la suite d'un
vote au scrutiny secret.
Le correspondent du (< Daily Telegraph ) announce que
M. Auriol pourrait faire appel a d'autres personnalites radi-
cales sociallstes tel que M. Herriot. I1 signal d'autre part les
incidents qui se seraient products entire la police et les grb
vistes.
D'aprbs Ronald Matthews dans le < Daily Herald >, il se-
rait difficile de voir s'il pourra rbussir 1& ot M. Blum a
Bchoub. Ce correspondent ecrit que le movement de groves
s'btend et que les paroles de M. Blum constituent un dernier
avertissement pour la defense de la democratic.
Le ( Daily Mail a announce que dans certain milieux poli-
tiques frangais l'on craignait la dissolution du Parlement et
de nouvelles elections qui ambneraient de Gaulle au pouvoir.
C'est Bgalement l'opinion du < Daily Express > qui declare
que le depart de M. Blum ambne la France au board d'une
crise et que c'est ce que le g6enral de Gaulle attend.
Ce journal announce en outre que la police a decouvert
quatre dpb6ts d'armes secrets et que de serieuses bagarres
ont eu lieu entire la police et les grbvistes.
D'aprbs S. Cotilter, du ( Daily Graphic >, seuls les commu-
nistes ont Btb satisfaits du vote d'hier et la champagne d'agi-
tation social aurait replace la France dans la position of
elle se trouvait en 1934.









BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGARE


Ce correspondent intitule son article : La France ravagee
par les groves court a la catastrophe. a
Le ( Daily Mirror ) estime que la France se trove dans
la situation la plus grave qu'elle ait connue depuis la Lib6-
ration. On lit dans ce journal que si les groves s'etendent
il y aura m6me menace de guerre civil, et que la France
est laiss6e sans gouvernement et se demand : Que va-t-il
se passer maintenant ? >
Le e Daily Worker )> mentionne le scrutiny d'hier et quali-
fie M. Blum de ( leader des socialists de droite ). II inter-
pr6te ses declarations comme un geste d'hostilit6 a l1'gard
des communists et y trouve des paroles non denuecs d'ami-
ti6 a l'6gard des gaullistes.

2. Iran
De nombreux journaux font 6tat de la note adressee par le
gouvernement sovietique au gouvernement iranien.
Ils signalent le caractere particulierement violent des ter-
mes employes.
Le correspondent diplomatique du ( Times > note a ce
sujet que dans les milieux politiques britanniques on expri-
mait un certain regret devant le ton brutal de la note so-
vi6tique et que l'on faisait remarquer 4ue le Gouvernement
iranien, tout en n'etant pas dispose a n6gocier la creation
de societes sovi6to-iraniennes avait deja pris des dispositions
qui auraient pu donner satisfaction aux Russes dans une
certain measure; notamment il auralt decide qu'aucune puis-
sance ne pourrait obtenir de concessions dans. lei regions
voisines de la frontiere russo-iranienne.

3. Conference des Suppleants
En plus d'un long article sur des travaux de la Conference
avant la reunion des Ministres des Affaires etrangeres, le rd-
dacteur diplomatique du < Times a resume la seance d'hier
et il note l'change de paroles assez vif entire les diffdrents
delegues. Ce redacteur declare qu'il est clair que les sup-
pl6ants sont en complete desaccord sur d'ordre du jour de la
Conference.
D'apres le correspondent diplomatique du ( Manchester
Guardian ), le seul rayon d'espoir aurait ete la promesse
faite par M. Smirnoff de presenter a son ministry un com-
pronis, elabore par le delegue francais.
4. Aide amerioaine a 1'Europe
D'apres le correspondent du ( Daily Telegraph :> a Was-
hington, il ne faudrait pas s'attendre a ce que le Congres
dispute le plan general d'aide immediate a l'Europe avant
le debut de l'ann6e prochaine.

a) LA SITUATION, POLITIQUE EN FRANCE.
1. Tin$s (22/11).
< ...La 'tache important qui s'est offerte au prusi'dent
Auriol qui, en tant que socialist, est lui-inm6m favora-
ble a une politique mod6rde, a 6t6 de trouver, en pre-
sence de la cruise qui s'aggrave, un premier ininistre
avec lequel il soit encore possible de poursuivre une
politique mod6r6c. Ii esp6rait que les parties du centre
se d6cideraient A s'unir pour faire triompher ]a mod6-
ration. La d6sagr6gation de la vie 6conomique fran.
raise, et la n6cessit6 'd'adopter une legislation hardie et
de prendre de sfires decisions, exigent un gouverne-
ment 6nergique. Si l'on pouvait prendre rdsolument en
main les probl6mes 6conomiques, la <: troisieme force >
mod6ree, pour laquelle M. Blum a prononc6 hier un
plaidoyer, pourrait acqu6rir suffisamment de prestige
et d'autorite pour dominer la scene politique. Mais on
lui a refuse cette chance et, si l'Assembl6e nc revient
pas sur sa decisionn, la seule solution semblerail risider
dans la dissolution du Parlement et de nouvelles elec-
tions, et cela, 6tant donn6 la situation qui existe ac-
tuellement en France, ne Ipourrait qu'aggraver la divi-
sion destructrice qui spare aujour'd'hui la soci6t6
francaise. )


2. Daily Telegraph (22/11, conservateur).
( ...On pense que la voie est maintenant ouverle aux
partisans du general de Gaulle pour entreprendre leur
action au Parlement en vue d'une revision de la Cons-
titution et d'une nouvelle consultation electorale...
Ceci, pourtant, laisse prdvoir une p6riode de confu-
sion pendant laquelle les conmunistes continueront
probablement a maintenir l'agitation social dans tout
le 'pays. L'avertissement lance par M. Blum, aux terms
'duquel la R6publiquc frangaise est en danger, prend
ainsi ce soir toute sa force... >
(Du correspondent A Paris du Daily Telegraph.)

3. Daily M\dil (22/11, conservateur).
q ...M. Blum projetait de s'appuyer sur la < troisi6eme
force >...
Malheureusement, les r6centes elections municipals
et le vote d'hier soir montrent que les parties qui com-
posent ce group ont perdu dans une large measure
l'appui du public...
De toute evidence, le probl6me qui se pose aujour-
d'hui en France A tout gouvernement de bonne volont6
est d'assurer une 'distribution plus equitable des, den.
rees alimentaires. Le problnme qui se pose en France
est d'ordre social et non d'ordre financier. Par conse-
quent, il imported avant tout que l'aide promise par le
plan Marshall comprenne des denr6es alimentaires.
La premiere tAche de tout gouvernement patriotique
en France sera de veiller a ce que ces denr6es arrivent
sur les marches a 'des prix que puissent payer les
ouvriers.
C'est 1i une tache surhumaine...
Elle implique que chaque Francais doit 6tre pret a
fire disparaitre la corruption de la vie publique.
En effet, cette lutte don't nous sommes actuellement
les t6moins n'est pas particuliere a la France; c'est
une lutte que livre sous nos yeux la civilisation occi-
dentale, avec des armes infiniment plus subtiles et plus
puissantes que cells que Hitler ait jamais utilis6es.
Les amis de la France dans le monde enter esp6rent
qu'une fois de plus elle retrouvera toute sa grandeur. >
4. News Clhorwilcle (22/11, liberal).
< ...Bien que M. Blum n'ait pas r6ussi a obtenir un
vote 'de confiance, et que la France n'ait toujours pas
de gouvernement, ce problem crucial demeure : aussi
longtemps que los communists restent en dehors du
gouvernement, et conservent cependant leur situation
pr6pond6rante a la C.G.T., ii est difficile de voir com-
ment quiconque peut parvenir A quoi que ce soit en
France aujourd'hui. Un retour a la conscience de la
responsabilit6 d6mocratique 'dans les syndicate est
essential au preniier chef. >

5. Daily WiorkciL (22/11, commuiniste).
< ...La. place de tout socialist et de tout r6publicain
honn6te est de lutter aux c6t6s du parti communist.
II n'y a pas d'autre moyen de d6fendre la Republique
et de d6fen'dre le niveau de vie du peuple...
Ce que M. Blum propose, en r6ali't, c'est la division
des forces d6mocratiques, et, dans la measure of il
r6ussira, il aidera 6videmment le general de Gaulle.
De plus, Blum, Ramadier et les autres dirigeants so-
cialistes n'ai'dent pas seulement de Gaulle par leur atti.
tude negative. ls l'aident de fagon active lorsqu'ils en-
treprennent d'ecraser le movement de gr6ve avec
I'aide de la troupe et de la police, lorsqu'ils suivent
une ,politique qui vise a diviser les syndicats et lors-
qu'ils s'allient aux elections avec les gaullistes dans les
municipalities.
Blum, en fait, ouvre la vole a 'de Gaulle. >







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSIE ATRANGARE


,b) MovnclMsiter Gorandivrn (21/11, liberal).

< ...La creation du Cominform signifie que la Russie
se sent assez forte pour donner ses ordres ouvertement
plutot que d'6tendre son influence simplement par 'in-
filtration et la propaganda. Ainsi la liberty franchise
est menace par une puissance aussi active et univer-
selle que celle qui a rendu les Jesuites aussi d6testables
alux gouvernements continentaux et a entrain6 leur
expulsion, a un moment ou a un autre, de tous les pays
d'Europe. II y a deux raisons pour lesquelles cette 6vo-
lution rev6t une telle gravity en France;
La premiere raison, c'est que les communists, par
l'habilet6 qu'ils d6ploient dans les manoeuvres et les
intrigues, par toutes les chances qu'ils saisissent de mon-
trer leur force, et par leur richesse, ont acquis un grand
pouvoir sur les syndicats, et, ainsi que le prouve une
triste evidence en ce moment, ils peuvent longer ]a
vie Aconomique de la France dans la confusion la plus
dangereuse.
La deuxibme raison, c'est que le sentiment sur lequel
ils competent est la haine ; jamais auparavant la haine
n'a 6t6 exaltie A ce point en tant que vertu civique
principal. Heureusement, certain indices permettent
de dire que 1'emprise des communists sur les syndicate
n'est pas absolue. M. Jouhaux se sert du grand prestige
que lui confbre sa position de vieux leader syndicaliste
pour encourager les ouvriers qui d6testent les principles
et-les mn6thodes 'des communists, mais il a de la diffi-
cult6 A resister A leur pression et a 6chapper A leurs
intrigues. Ce don't la France a besoin aujourd'hui c'est
d'un gouvernement semblable A celui qui a 6t6 former
en 1899 par Waldeck Rousseau, un gouvernement qui
a sauv6 ses institutions civiles de l'agression militariste
et cl6ricale. Aujourd'hui le 'danger est plus grand et les
circonstances sont beaucoup plus difficiles...


b) LE PROBLtME PALESTINIEN, (TilneS, 22/11).

< Une semaine s'est a peine 6coulee depuis que Sir
Alexander Cadogan a d6fini A nouveau les limits de
I'action future de la Grande-Bretagne en Palestine, limi-
tes qui avaient 6t6 exposes tres clairement deux fois
dAjA par M. Creech Jones. Cepen'dant vendredi dernier,
le repr6sentant britannique a 6t6 oblige d'expo'ser une
fois de plus la politique de son gouvernement de facon
A montrer qu'on ne tient aucun compete de ces consi-
d6rations dans les deux plans pour la Palestine sur
lesquels travaillent deux commissions distinctes 'de 1'A's-
sembl6e g6n6rale de I'O.N.U. Le plan qui pr6voit le
partage de la Palestine et le plan qui vise A cr6er un
seul etat palestinien se basent tous deux sutr l'id6e
qu'on peut confer A la Grande-Bretagne des responsa-
bilites qui sont en d6saccord total avec sa politique
d6clar6e. Le point 'de vue de la Grande-Bretagne, en
ce qui concern ses obligations h 1'Agard des Juifs et
des Arabes en vertu du mandate, l'empeche de laisser
utiliser les troupes britanniques comme un instrument
pour imposer un r&glement qui n'est acceptable pour
aucune des deux parties...
Le gouvernement a eu tout a fait raison de s'en tenir
fermement A une politique que la grande majority 'dun
people britannique juge maintenant comme 6tant la
bonne, et il est fort bien servi par ses representants
A Lake Success. La Grande.Bretagne a essay sincere-
ment, malgre tout cc que cela lui a coiie, de remplir
en Palestine les obligations qui lui incombaient en
vertu de son mandate. Le foyer national-juif a Mtl cr66
et 6difl6 ; la communautA arabe s'est l6ev6e au niveau
d'un Etat. Mais la rivalitM et l'intransigeance r6ciproque


des Juifs et des Arabes, excites par I'aide que chacune
des 'deux parties a rescue de 1'6tranger lorsqu'ils
essayaient d'amener une modification de la politique
britannique pour en tirer parti personnellement, ont
rendu le mandate impossible. La seule voie qui s'offre
A la Grande-Bretagne est de renoncer au mandate et de
s'abstenir de porter pr6ju'dice aux revendications con-
tradictoires qui doivent etre concili6es non pas A Lon-
dres, mais par les Nations Unies A Lake Success. >



II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press amnricaine du 21 novembre 1947
Le marriage de la princess Elizabeth et du due d'Edim-
bourg remplit presque totalement ia premiere page des jour-
naux qui publient a cette occasion de nombreuses photogra-
phies du couple princier. Certains journaux de l'apres-midi
laissent, pourtant, dans leurs manchettes, une place aux 6v&-
nements frangais. C'est ainsi que d'6normes tires annoncent
que le gouvernement de Paris a decide d'appeler 140.000 hom-
mes sous les armes.

1. France

Tous les correspondents de Paris consacrent de longs arti-
cles A la crise ( politique et social ) que traverse la France.
Ils suivent avec beaucoup de sympathie les efforts faits par
M. Blum pour constituer un nouveau Cabinet et s'inqui6tent
de la situation des groves, bien que le correspondent du
(< New York Herald Tribune )) crive que la vague de groves,
d'inspiration politique, semble, ce soir, s'att6nuer en raison
des measures 6nergiques prises par le gouvernement et de la
resistance grandissante des travailleurs qui se refusent A
ob6ir aux ordres de leurs chefs communists.
Callender, dans ( New York Times ), rapporte l'opinion
des milieux politiques et note que m6me certain socialists
doutent que M. Blum obtienne une majorit.t et d6clarent
qu'il n'en est luit-mme pas stir. Devant la necessity de former
un Cabinet fort et stable pour faire face a la crise social,
Callender estime qu'il devrait avoir l.'appui de personalities
de droite, mais, en ce cas, dcrit-il. M. Blum devrait aban-
donner les doctrines socialists d'6conomie dirigee qui ont
guid6 la politique des dix derniers mois. Selon ce correspon-
dant, si M. Blum s'attachait aa -olitique des socialists et
ides M.R.P. qui consiste A chercher A creer une troisi6me force
pour resister A la fois aux communists et aux gaullistes,
il s'alidnerait la neutralitM gaulliste et, probablement, con-
damnerait son Cabinet h une existence pr6caire. Cabender
ajoute que tout indique que la troisieme force est trop faible
pour gouverner seule. II constate que la premiere prdoccupa-
tion du Gouvernement devra 6tre de trouver une solution
au problome des salaires.
Son collEgue du < New York Herald Tribune ) estime que
la situation politique 6volue avec, pour arriAre-plan, la greve,
d'une part, et la force croissante du general de Gaulle, d'au-
tre part. II reproduit les declarations de M. Auriol deman-
dant au pays de reprendre le travail ct de produire.
Ces deux journaux reproduisent des photos de M. Blum.

2. Aide amiricaine
La press reprend aujourd'hui les declarations de M. Taft
qui a dit que la somime de 597 millions de dollars pour l'aide
immediate A l'Europe lui paraissait excessive, mais qu'il
pourrait cependant voter ce montant car, ajoutait-il, ( je
crois qu'il est plus que n6cessaire a. Les correspondents poli-
tiques sont encourages par cette declaration qui leur semble
indiquer que M. Taft ne prendra pas la tbte de opposition
aux measures d'aide preconises par le President Truman. Ils
en concluent que les d6bats au Senat s'en trouveront accel6-
res et certain vont jusqu'a esperer que le project de loi sera
vot6 avant jeudi prochain apres seulement trois jours de
debats au Senat.






4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


a) LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE.
r.1
1") New York Times (21/11).
< Sous la pression des graves inspires par les com-
munistes, M. Ramadier a 6t6 oblige de d6missionner.
II reste A voir si M. Blum, faible physiquement et faible
par I'appui don't il dispose peut faire mieux. Car, les
tactiques commiunistes ont r6ussi A diviser le centre 'de
fagon si complete qu'il est devenu une minority. La
tentative socialist de lutter sur deux fronts centre les
communists et aussi contre la force croissante du
G6n6ral de Gaulle offre peu d'espoir de iparvenir A
une rbelle stabilil6. >>
2) New York H herald Tribune (21/11).
< La IV" Rbpublique fait appel surtout aux hommes
de la IIP pour se tirer 'd'embarras... De ce fait, la soi.
disant troisibme force est, en v6rit6, le rbsultat d'une
< distillation > des groups politiques d'avant-guerre
et ses chefs sont, pour la Iplupart, les plus anciens...
Il est probablement malheureux du point de vue de
1'effet sur les sentiments de l'blectorat francais que des
noms autour 'desquels tant de souvenirs malheureux
sont rbunis apparaissent ainsi comme ceux des seuls
d6fenseurs de l'Etat. >

3*) P1ilade plhla Inqtdzder (21/11).
< Le dbfaut de la thborie qui veut que l'on cherche
A former un cabinet du centre, c'est que les parties du
centre, socialists, M.R.P. et radicaux-socialistes ne re-
pr6sentent pas pour le moment le people de France. Le
programme de M. Blum ne lais'se aucune place au R.P.F.
'du G6n6ral de Gaulle et, cependant les elections dans
toute la France ont donn6 des majorit6s 6crasantes A
ce movement lors des Blections municipales r6centes.
C'est l'intention des socialists de combattre le G6n6ral
de Gaulle et les communists, avec une ferveur gale.
Cela apparait non seulement comme une 6norme tAche,
mais aussi, comme un moyen curieux de combattre les
a rouges > et leur champagne de violence et de paralysie
6conomique. La majority des non-communistes en
France a montr6 par ses votes qu'elle se tournait vers
le G6n6ral de Gaulle pour arr&ter la vague communist
et non vers les parties de coalition grandement 'liscr6-
dites. S'attaquer aux comnrnistes en cherchant A mener
une action d'arribre-garde contre les gaullistes ne sera
probablement pas une manioeuvre qui reussira. 1
b) APRAS LE DISCOURS DE M. MARSHALL A CHICAGO.
1. New York Times (20/11).
a Dans le discourse qu'il a prononce A 'Chicago a la
veille ,de son depart pour Londres, le secr6taire
Marshall a cherch6 A faire 6chec A une tendance qui a
jou6un rl6e -de plus en plus grand dans les affairs
internationales, A savoir la champagne de propaganda
russe contre les Etats-Unis...
Le discours *de M. Marshall constitute la r6ponse lac
plus 6nergique qui ait lt6 oppose jusiqu' present A
la propaganda russe. Mais on peut se demander si cet
appel de M. Marshall, qui vise A faire cesser cette pro-
pagande, servira A quelque chose. Au contraire, I'atti-
tuFde defensive qu'assume encore notre gouvernement
sera consid6r6e A Moscou comme la preuvre \que la pro-
pagande russe est efficace et sera de nature A n'cntrai-
ner qu'une intensification de cette propagande...
Il existed une m6thode am6ricaine de r6pondre aux
attaques russes et cette m6thode est indiqu6e dans deux
slogans de politicians am6ricains. L'un ,de ces slogans,
qui a 6et rendu populaire par Woodrow Wilson, est
< une publicity impitoyable >> ; l'autre, r6pandu par Al-


fred Smith, est c regardons le bilan >. Dans une cer-
taine measure, M .Marshall a d6jA adopt la deuxieme
m6thode, mais ce qu'il nous faut c'est un expos com-
plet des faits don't une bonne parties, surtout en ce qui
concern les agissements russes, sont encore tenus se-
crets dans les archives ique poss6dent les Am6ricains.
Mais m6me un expos complete des faits s'av6rerait
inefficace s'i ne recevait pas une publi-cit6 appropriee
et rmondiale... >

2. Washington Star (20/11) : -
< Dans le discourse qu'il a prononc6 l'autre soir A
Chicago, le secr6taire d'Etat Marshall a d6fini en ter-
mes clairs et convaincants l'objectif qu'il essaiera d'.at-
teindre .A la prochaine conference des ministres des
Affaires 6trang6res A Londres. Cet objectif est de pro-
gresser dans la voie d'un accord viable sur I'Allema-
gne, de facon A faire revive 1'Europe dans son en-
semble, et cela non seulement pour assurer l'existence
propre de ce continent, mais encore pour ( la stability,
la prospbrit6 et la paix du monde entier. >
ConsidB6r en lui-mmme, cet objectif apparait aussit6t
come si simple, si imp6rieux et si manifestement bon
qu'il devrait recueillir automatiquement l'appui et la
cooperation de tous les gouvernements. 'Cependant, mal-
heureusement, les chances d'y parvenir dans un avenir
raisonnablement rapproch6 semblent extr&mement dou-
teuses. La politique sovibtique constitute le grand obsta-
cle c'est une politique qui vise apparamment A
maintenir l'Europe dans un 6tat de malaise aussi long-
temps que possible, les 'Russes refusant leur accord en
ce qui concern les rbglements pour l'Autriche et 1'Alle-
magne, rbglements sans lesquels le continent ne peut
retrouver sa prospbrit6 6conomique et son 6quilibre po-
litique...
A Londres, par consequent, le secrbtaire Marshall -
qui san:s aucun doute sera appuy6 sur les principaux
points par les ministres des Affaires 6trangbres fran-
cais et anglais demandera aux Russes de coop6rer
A la r6alisation d'un programme destiny A restaurer la
production de I'Allemagne au profit du continent. Se-
Ion -ce programme, pour se protbger contre une r6sur,
reaction du militarisme, on refuserait aux Allemands le
contr6le exclusif des industries de la Ruhr, et la France,
la Grande-Bretagne, la Russie et les Etats-Unis s'uni-
raient idans un pacte de quarante ans pour empbcher
le rbarmement de l'Allemagne. Ainsi, une fois ces con-
ditions 6tablies, on prendrait des measures pour cr6er
un organisme central dans un Etat fbd6rb allemand et
pour proc6der a 1'blaboration d'un rbglement de paix
final.
Jusqu'A maintenant, 1'Unibn sovietique a repouss6
avec opiniAtret6 toutes les propositions de ce genre. Si
elle continue a agir de cette facon A Londres, les con-
sequences pour l'Europe et pour le monde seront gra-
ves... La dare et terrible rbalitb, c'est qu'il ne peut exis-
ter ,de paix digne de ce nom, et que la guerre sera
presque inevitable dans une generation ou moins encore,
si le Kremlin pursuit avec tbnacit6 sa politique ac-
tuelle. >

3. WITfshington Post (20/11)
a Le discourse prononc6 mardi soir A Chicago par le
secr6taire d'Etat Marshall sera certainement qualifib A
Moscou de < la pire des propagandes de guerre ). 'C'est
parce qu'on ne peut y opposer de response raisonnable.
Le discours 6tait bien entendu un discours pacifique,
malgr6 sa force et sa franchise. Ce n'6tait pas un dis-
cours conciliant ; le secr6taire Marshall a manifeste-
ment d6pass6 le stade oI 1'on pouvait croire qu'on peut








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS fTRANGRBE 5


trailer avec les Russes par des moyens de conciliation.
Cependant, c'6tait un discours paciffque en ce sens qu'il
exposait le conflict entire la Russie et les Etats-Unis
avec sincdrit6, et qu'il d6finissait la politique de notre
gouvernement en des terms qui ne peuvent 6tre mal
compris... >>


III. PRESS SOVIETIQUE

Revue de It pps"ge sviotitM.qiie du 20 idolembjle 1947
Toute la press sovi6tique du 20, novembre public !a
depeche Tass relative au < raid policies > effectu6 an
camp de rapatri6s sovi6tiques ide Beauregard. Cette d6-
p6che rappelle le nombre des policies et des tanks et
relive les diff6rents commentaires de la press de droite
et de gauche sur ce qu'elle intitule : < l'op6ration poli-
lque de Beauregard >. Elle signal ensuite I'enfrevue de
M. Bogomolov et de M. Bidault : < Le 17 novembre,


l'ambassadeur de 1'U.RS.S. en France, M. Bogoanolov,
a pr6sent6 au gouvernement frangais une veh6mente
protestation au sujet du raid organism par les autorit6s
francaises sur le camp, raid qui selon lui, rev&t le ca-
ractere d'une provocation. L'ambassadeur sovi6tique a
indiqu6 que le gouvernement de 1'U.R.S.S. consid6rait
qu'un acte semblable consiituait la violation directed de
l'accord franco-sovietique du 29 juiA 1945 sur le rapa-
triement et sur la formation des camps de rapatri.s.
M. Bidault a r6pondu a l'ambassadeur de l'U.R.S.S. en
France par une lettre dans laquelle il s'efforce de prou-
ver que la visit du camp ne constitute pas une vio-
lation ,de l'accord franco-sovi6tique en question. ,
Aprbs avoir fait 6tat des declarations de M. Bonte a la
'Chambre et indiqu6 que l'interpellation a M6t ajourn6e,
la d6ipche Tass conclut que < le fait de diff6rar la
discussion prouve que le gouvernement francais ne pou-
vait justifier operationn politique de Beauregard >.
Cet incident fournit A la Pravda l'occasion d'un arti-
cle intitule : < Les Vychistes devant Beauregard >.


S. P. 1. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009














































































Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs