Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00238
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: November 18, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00238
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



RESIDENCE DU CONSEIL


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


SECRETARIAT OANARAL

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")





BULLETIN


QU


DE


PRESS


18 novembre 1947.


ETRANGIRE


Nouvelle S6rie No 821


SONMMAIRE.

I. PRESS BRITANNIQUE
a) La situation politique en France :
1. Tifnmes (17/11).
2. Sunday Times (16/11).
3. Observer (16/11).
4. Daily Telegrph (17/11).
b) Avant la Conf6rence des Ministres
6trangeres (Rleynolds News, 16/11).
c) Le problkme palestinien devant I'O.
Chronicle, 17/11).
II. PRESS AMARICAIE E


des Affaires

N. U. (News


a) Avant la Conf6rence des Ministres des Affaires
etrangeres (New Ylork He,iald Tribnuge, 15/11, ,edi-
tion europ6enne).
b) Le probieme palestinlen devant I'O. N. U. (New
York Herald Tribune, 15/11).
III. PRESS SOVIATIQUE
ia) Le programme du general de Gaulle (Prauda,
16/11).
b) L'aide am6rioaine a 1'Europe (PRavdfa, 16/11).
IV. PRESS SUISSE.
La situation en France et en Italie et le programme
ambricain d'aide A 1'Europe (Basler Nachrichten,
15-16/11).


1. PRESS BRITANNIAIUE

Revue de la press britannique du 16 novembre 1947
Toute la press dominicale invite le people britannique a
c61brer dans I'allegresse le marriage de la princess heritiire,
Get heureux 6v6nement n'efface cependant pas les autres
preoccupations don't les journaux se font 1'dcho et qui ont
aujourd'hui pour objet la situation politique de la Grande-
Bretagne et aussi celle des pays europeens, notamment de
la France et de 1'Italie.
1. France
Plusieurs journaux annoncent sous de large manchettes
1'action de la police mende contre le camp sovi6tique et la
d6couverte d'un d6p6t d'armes. ( L'Observer ) souligne l'im-
portanoe ( de 1'agitation organis4e par les communists )
qul, selon ce journal, passe maintenant b 1'action directed.


Le meme organe fait ressbrtir come le ( Sunday Dis-
patch >, qu'il resulte de tout cela une certain tension dans
les relations franco-sovi6tiques. Cette tension serait accen-
tude aux yeux du ( Sunday Times a par une note du Gou-
vernement francais a l'ambassade sovi6tique qui, selon le
journal, ferait part de l'intention du Gouvernement fran-
gais de former le camp dans cinq jours.
a La methode de force du Gouvernement frangais, 6crit
a L'Observer >, fait parties d'un raldissement g6n6ral centre
les communists. ) II ajoute que l'on prevoit a bref dblai
un effort dtensemble pour saisil les depots d'armes com-
munistes don't 1'existence serait connue dans diverse re-
gions et notamment dans le Nord.
Il faudrait 6galement voir dans ces ev6nements la r6ponse
de M. Ramadier aux accusations de faiblesse et de timidity
portees contre lui par le R. P. F. et un defi implicite au
general de Gaulle qui assure qu'aucune resistance effective
ne peut 6tre oppose aux communists si ce n'est par un
gouvernement autoritaire don't il serait lui-meme le chef.
Le correspondent parisien du < Sunday Times a se de-
mande si le g6enral de Gaulle est bien avis6 d'agir comme
11 le fait (voir cet article plus loin).
Le a Sunday Dispatch a croit que le cabinet Ramadier
demissionnera la semaine prochaine mais il ne pense pas
que les hommes politiques du centre acceptent de partici-
per a un Gouvernement qui ne serait qu'un min'istnre de
transition en attendant l'arriv6e au pouvoir du g6enral de
Gaulle.
2. Grande-Bretagne
La d6mission de M. Dalton a fait naitre dans les milieux
politiques britanniques une atmosphere de crise et les com-
mentateurs s'interrogent sur les consequences de cet 6vene-
ment sensationnel.
Les parlementaires ne manqueront pas, eorit a L'Obser-
ver j, de se rendre comptc des importantes repercussions
Sde la ddmission de M. Dalton sur la politique intirieure
de la Grande-Bretagne, et meme suf sa politique ext6rieure.
Le m6me journal souligne qu'a l'oppos6 de son prddecesseur,
Sir Stafford Cripps est particuliererment inquiet des risques
d'inflation. M. Dalton avait expose a la Chambre des Com-
munes un budget don't les dispositicns moderdes n'6taient
pas de nature a rendre le Gouvernement populaire. M. Dal-
ton etait tris sensible aux considerations d'ordre politique.
Il n'en va pas de meme de Sir Stafford Cripps, qu'i est
indifferent a ces considerations et qui observer, selon le
journal, une attitude empruntie d'une objectivity olym-
pienne. Pour lui, la technique a le pas sur la politique, ce
qui ne laisse pas dinquidter certain deputes travaillistes.
Le < Sunday Times ) fait ressortir que 1'dquilibre qui exis-
tera au seln du Gouvernement se trouve modifi6 et que Sir
Stafford Cripps dispose maintenant de pouvoirs sans prece-
dent.
D'autre part, dans son editorial, le a Sunday Times >









2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS .TRANGEIRE


critique vivement la politique financiere de M. Dalton. Ce-
lui-ci porte de lourdes responsabilites qui n'ont rien a voir
avec les raisons de sa demission. Dans son ensemble, cepen-
aant, la press tient a rendre hommage a M. Dalton pour
ses qualities personnelles, s'mon pour ses qualities d'homme
d'Etat, et a lui exprimer sa sympathie dans 1'epreuve qu'il
traverse. Plusieurs journaux, notamment < L'Observer a,
estiment d'ailleurs qu'il redeviendra ministry avant un an.
o L'ODserver a exprime 1'espoir que i'mcident qui a entrance
la demission de M. Dalton ne nuira pas a la confiance et
aux excellentes relations qui existaient entire les represen-
tants de la press et les hommes politiques.
Le o People a estime que les liberaux font maintenant
cause commune avec les conservateurs et que le part tra-
vauiiste doit lutcer seul conile touI ies autres y corpris con-
tre le parti communist.
Plusieurs journaux soul'ignent l'importance des prochaines
elections partielles et estiment que la situation electoral
des conservateurs est maintenant beaucoup plus favorable
qu'il y a quelques semaines. .
Tous les journaux racontent sous une forme assez sensa-
tionne-e les incidents qui se sont products a l'occasion du
meeting organise par Sir Oswa& l Mosley et certain s'inquie-
tent d'une renaissance du fascisme en Grande-Bretagne.
3. Politique general

,Le < Sunday Times a souligne les efforts faits par l'Ame-
rique pour hater la mise en oeuvre du plan Marshall et il
estime que les evenements qui se deroulent en France et en
Italie sont de nature a pousser le President Truman plus
encore dans cette voie. II fait ressortir qu'a cet regard
l'unit6 de vues parait maintenant regner entire drmocrates
et republicans.
Le < Sunday Dispatch > dement les rumeurs selon les-
quelles le roi Michel ne retournerait pas en Roumanie.

Revue de la press britannique du 17 novembre 1947

L'ensemble de la press de ce martin donne la premiere
place aux incidents qui ont mis aux prises la police et les
grevistes du Savoy, ainsi qu'a l'arrivee a Londres de plu-
sieurs families royales qui do'vent assister au marriage de la
princess Elisabeth. Les troubles sociaux en France et en
italie, la question de la Palestine et la convocation du Con-
gres americain constituent la majeure parties de la chronique
exterieure.
1. France

Toute la press parle de < l'agitat'ion croissante > qui
regne en France et laisse entendre que M. Reynaud pour-
rait etre appele a constituer le prochain Gouvernement.
Le correspondent du <( Times a s'attend a une aggrava-
tion des troubles au course de cette semaine (voir l'article
plus loin).
Le correspondent du < Manchester Guardian >a souligne,
de son c6te, que tous les ports mediterraneens frangais sont
paralysis par les groves. I1 remarque que le parti commu-
niste mene une champagne de plus en plus violent centre
le Gouvernement. Son offensive serait en grand parties dic-
tee par son desir de ramener sous l'influence communist
un grand nombre d'ouvriers qui s'en etaient degages.
Dans le meme journal, Al. Werth ecrit de Moscou quo
la press sovietique accord une grande importance aux eve-
nements de Marseille et attaque violemment le general de
Gaulle. Elle fait une distinction entire la parties du pays qui
suit les capitalistes am6ricains et l'autre, composee de la
classes ouvriere, qui representerait la vraie France .
En ce qui concern les negotiations actuellement en course
pour trouver un successeur a M. Ramadier, ce correspon-
dant estime que M. Reynaud pourrait etre appele notam-
ment pour redresser les finances frangaises et M. Blum pour
prendre le portefeu'ille des Affaires etrangeres.
Le ( Daily Telegraph a announce en manchette une exten-
sion des groves en France. D'apres son correspondent a
Marseille, beaucoup de Frangais estiment que la tactique
communist fait coincider ces troubles avec les actes de
violence dans toute 1'Italie. Marseille, selon l'auteur de l'ar-


tide, pourrait devenir le tremplin de la guerre civile en
France et une zone d'insecurite pourrait s'etablir de la
Mediterranee a l'Atlantique. Il donne des comptes rendus
detailles des measures prises par le Gouvernement pour main-
tenir l'ordre et remedler aux difficultCs creees par les graves.
11 prevoit egalement une aggravation prochaine de la situa-
tion du fait que les communists sont decides a exploiter
le mecontentement des ouvriers.
H. Stone, du < News Chronicle a pense que les jours du
Gouvernement Ramadier sont desormais comptes. I1 estime
que l'on saura dans 48 heures qui succedera a l'actuel Pre,
sident du Conseil.
Ce correspondent trace brievement 1'historique du Gouver-
nement Ramadier et rappelle que les success du R. P. F. aux
elections en ont deja fait pressentir la chute.
Le a Daily Express > assure que la tension politique s'est
accrue hier soir a Paris et que Moscou a accuse la police
frangaise de violer 1'accord sur le rapatriement des sujets
sovietiques en executant un raid sur le camp de Beauregard.
Une depeche d'agence, reproduite par le < News Chroni-
cle a fait etat des measures prises par le Gouvernement pour
empecher toute manifestation communist devant 1'Hotel de
Ville quand le frere du general de Gaulle sera elu president
du Conseil municipal.
Ronald Matthews, du e Daily Herald a, ecrit que les Fran-
gais s'attendent a ce que les incidents de Marseille soient le
signal d'une vague d'ag'itation ouvriere dans tout le pays.
Ce correspondent rend compete des reactions sovietiques dans
1'affaire du camp de Beauregard.
Il announce que M. Florimond Bonte interpellera le Gou-
vernement a ce sujet.
2. Italie

Le ( Manchester Guardian a public un long article de son
correspondent a Rome sur les troubles sociaux en Italie qui,
selon lui, feraient parties du plan communist pour renver-
ser le Gouvernement de Gasperi et amener la formation
d'un cabinet elargi afin de preparer le terrain pour les
elections de mars.
Ce correspondent donne d'importants details sur les trou-
bles qui se sont products dans diverse villes d'Italie, ainsi
que les declarations qui lui ont ete faites par une person-
nalite anticommuniste italienne. Celle-ci, qui serait un des
chefs du movement social, lui aurait dit notamment e que
son organisation possederait deja des troupes pretes A inter-
venir. La population italienne serait inquiete, bien que
calme. v
D'apres le correspondent du ( Times >, l'une des causes
de l'agitation ouvriere serait l'exasperation des masses de-
vant la resurrection du neo-fascisme.
Le correspondent du c Daily Telegraph > a Rome rend
compete des measures qui ont coute la mort a plusieurs mani-
festants dans 1'Italie du Sud.
M. Schitz announce dans le < Daily Herald a que le mi-
nistre de 1'Interieur a demand au Gouvernement de pro-
mulguer une nouvelle loi pour la defense de la Republique
italienne pour reprimer les movements fascistes ou neo-fas-
cistes.
3. Palestine

* Le correspondent du e Times > a Jerusalem announce
que 1'evacuation de la Palestine par terre et par mer Vient
de commencer. L'armee britannique laissera derriere elle
d'importants stocks de materiel militaire.
Le correspondent du ( Times > a Lake Success rend compete
des debats de la Commission *de I'O. N. U. sur la Palestine.
4. Aide americaine a 1'Europe
L'ouverture de la session du Congres est annoncee par
1'ensemble de la press. Le correspondent du o Times > B
Washington rend compete en detail des conversations que
le president Truman a eues avec ses conseillers economiques.
Celui du c Daily Telegraph a s'attend a une rapide deci-
sion du Congres.
5. Indes
Les depeches d'agences reproduites par la press font 6tat
des declarations du Premier Ministre du Pakistan, aux ter-






BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGEIE 3


mes desquelles la question du Cachemire devrait 6tre soumiso
SI'O. N. U.
6. Allemagne
D'apris le correspondent du ( Manchester Guardian >
a Essen, la situation satisfaisante de l'industrie charbonniere
de la Ruhr permettrait d'esp6rer le r6tablissement 6conomi-
que de l'Allemagne occidentale.
Ce journal signale d'autre part que Lord Pakenham pro-
poserait au Gouvernement britannique de discuter un trait
provisoire avec l'Allemagne afin de mettre un term a I'1tat
de guerre entire les Allies et l'Allemagne si la Conf6rence
de Londres 6chole.
7. Pologne
Le ( Times > et le ( Manchester Guardian ) annoncent
que la Diete polonaise a accuse M. Mikolajczyk de trahison
et lui a retire la nationality polonaise.
8. Hongrie
D'apres le < Daily Herald ), la police hongroise aurait af-
firm6 avoir d6couvert un complot destined faire sauter le
Parlement hongrois. ( La press communist, 6crit-il, accu-
serait plusieurs chefs de l'opposition d'avoir pris part a ce
complot. >

a) LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE :
1. Times (17/11).
< ...II est probable que la situation, au lieu de s'ame-
liorer la semaine pro.chaine, empirera encore davan-
tage...
M. Raimadier, que ,chacun admire dans les parties re-
prssentis au gouvernement mais qui, au cours des dix
mois difficiles qu'il a passes A son poste, a vu ison pres-
tige et -son lautorit6 diminuer, est prit A, quitter le pou-
voir, mais seulement lorsque le minister qui lui succe-
dera sera assure de disposer de la majority parlelmen-
taire necessaire.
Si l'on veut y parvenir, il faut se turner vers le
group des ind6pendants qui se trouvent imm6diate-
ment a la .droite du M. R. P. et probablement en ral-
liant un nombre limits de radicaux A tendance gaul-
liste. iCe dernier point est important : le nouveau iminis-
tIre repr6senterait encore la < troisieme force > qui
exclut 6galement les comimunistes et le general de
Gaulle, et don't les theories ont t66 exposees par M. Blum
dans une r6cente s6rie d'articles publics dans le qlopu-
laire'. Amener un trop grand nombre de gaullistes,
mrme s'ils le disiraient, dans les rangs de la majority.
rendrait intenable la position du parti socialist. >
I(Du. correspondent *du Tilmes A Paris.)

2. Sunday Timles (16/11, conservaleur).
< ...Pour ichapper au d6sastre, la RBpublilque doit
possCder un gouvernement disposant d'un appui parle-
mentaire ad:quat, de forces sur lesquelles on puisse
computer pour maintenir l'ordre, et d'un plan viable
pour 6manciper la classes laborieuse du control des
communistes...
M. Ramadier pursuit isa tAche au Parlement bien que
sa sant6 d6clinante ajoute aux diffilcult6s qu'il ren-
contre. On ne lui a pas encore trouv6 de successeur. Le
favor A l'heure ,actuelle est le radical M. Ren6 Mayer.
Lorsque le g6nieral de Gaulle a abandonn6 le pouvoir
de facon 'peu glorieuse il y a deux ans, j'ai avanc6 qu'ii
reviendrait un jour. Maintenant lqu'il semble si pris de
redevenir 1'homme du destin de la France a cette heure
difficie, je confess que j'ai un doute. En ce qui con-
cerne le Parlement et les syndicats, on pent l'accuser de
ne pas faire ce qu'il recommande si fortement aux au-
tres : regarder les faits en face...


Les comimunisles cependant, out remarqu6 ce qui
semble avoir 6chappi an general de Gaulle, A savoir que
si seulement les forces non communists se mettaient
d'accord le gouvernement pourrait disposer d'une ma-
jorite de 200' voix au .lieu de 20.
Ils ne peuvent ique se r6jouir de voir imener une cam-
pagne qui vise A substituer les querelles constitution-
nelles et l61ectorales A un effort commun -pour preser-
ver la France d'un effondrement 6conomique et de l'agi-
tation. Ils ne peuvent manquer de s'apercevoir que
leur emprise sur le monde ouvrier sera renforc6e si Je
g6n6ral de Gaulle reussit A obliger le Parlement de
1947 A se prosterner devant lui come celui de 1940
s'est proslern& devant P6tain. >
(FRANK MAC DERMOT.)
3. Observer (16/11, conservateur).
( ...La lutte veritable se diroule entire le gouverne-
ment qui desire retarder la devaluation juslqu'A la
stabilisation de la situation int6rieure puis la faire figu-
rer dans une politique A long terme de reajustement des
prix et les communists, qui veulent provoquer des
maintenant une devaluation generatrice de panilque, ce
qui ne ferait qu'accle4rer la hausse des prix, suivie de la
misere et de la d6tresse qui seules peuvent servir les in-
terits du Kominform en Europe occidentale.
C'est l la raison pour laquelle on 6prouve un Apre
ressentiment... centre le general de Gaulle parce qu'il
augmente le malaise et 1'agitation en jetant le poids
considerable de son aulorilt dans une champagne oft il
r6clame des elections g'nerales imm6diates. )
(NORA BELOFF.)

4. Daily Telegraph (17/11).
( ...Les troubles de Marseille sont un indice de I'ag-
gravation du conflict entire les communists et les gaul-
listes...
Pour le monde ext.rieur, il semble regrettable que le
general de Gaulle ait choisi de butter seul plutSt que de
mettre son influence imaintenant incontest6e au
service des parties qui luttent pour la stability Bconomi-
que et politique. Si le choix du general avait 66t lautre,
il est probable que la France se serait vu donner dans
un avenir immidiat un gouvernement capable de s'atta-
quer aux probl6mes materiels que le pays doit r.sou-
tdre. Mais dans cette recherche d'une direction plus
forte, qu'admet maintenant comme n6cessaire une
grande parties du people francais, la r6ponse du general
a ct6 de lutter seul...
On admettra g6n.ralement avec le general de Gaulle
que le communism constitute une a menace >> a la fois
sur le plan intrieur et isur le plan exterieur. I1 reste a
voir sila conviction personnelle du ganqral,'qui est que
le R. P. F. groupera bientbt tons les parties en dehors du
communism, s'avirera just et constituera le meilleur
moyen de dissiper dette menace. Les troubles de Mar-
seille indiquent qu'avec la rip.artition actuelle des forces *
politiques il existe de s6rieuses menaces de conflict vio.
lent. >
b) AVANT LA CONFERENCE DES MINISTRES DES AFFAIRS
tTRANGERES (Reynolds News, 16/11, travailliste).
< ...Avec ou sans l'aide amiricaine notre int6rit fon-
damental est d'&viter toute measure qui pourrait diviser
I'Europe orie'ntale et occidentale en deux blocs hostile.
Que pent etre A cet 6gard I'effet de la reunion des Mi-
nistres -des Affaires itrang.res ? S'ils ne parviennent pas
A se mettre d'accord cetle fois-ci, doivent-ils se s6pa-
rer pour tout de bon, suivre des politiques diff6rentes et
partager 1'Europc en deux parties, de facon i annantir







4 BULLETIN QUOTIDIEN DR PRESS TRANGElB


tout espoir de redressement dconomique et de recon-
ciliation politique ?...
Pourquoi ne se mettraient-ils pas d'accord cette fois?
Les Britanniques et les Am6ricains dCsirent l'unite eco-
nomique et po!itilque de l'Allemagne. Les Russes d6siren-
son unite politique et la creation d'un gouvernetment
central allemand...
T6t ou tard, l'Allemagne retrouvera son unite politi-
que. Pourquoi ne pas la lui accorder mainten.ant alors
qu'un gouvernement central allemand peut encore etro
contr6le par les quatre puissances ?... ,
(DAVID RAYMOND.)

,c) LE PROBLEM PALESTINIEN DEVANT L'O. N .U. (News
Chronicle, 17/11, liberal).

a ...L',attitude resolument negative adoptCe par le gou-
vernement britannilque a propos de cette question ne
peut etre interpr6tCe que de deux falcons. Ou bien le
gouvernement britannique espere encore un accord en-
tre les Juifs et les Arabes, ou il pense qu'en soulignant
la ferme intention de la Grande-Bretagne d'6vacuer la
Palestine, il stimulera l'O.N.UT et 1'incitera a Irouver
une solution.
Si en fait il existe encore une chance de voir les
Julfs et les Arabes de se mettre d'aaccord, it serait cri-
minel de ne pas le leur permettre. Rien ne poitrrait
etre plus souhaitable qu'une entente volontaire entire les
deux peuples A qui la Palestine doit revenir en fin de
compete. Mais rien ne pourrait etre plus d6p'orable
qu'une situation oh, A defaut d'accord, on verrait se
cr6er un ( vide constitutionnel > (que l'O. N. U. ne serait
pas en measure de combler. Et on doit a.dmettre qu'il n'y
-a guAre d'indice d'accord possible entire Arabes et Juifs.
Vraisemblablement la solution du gouvernement est
de recourir A 1'6vacuation, en esperant que l'O. N. U.,
comme la nature, A horreur du vide et qu'elle le rem-
plira...
La menace d'evacuation pourrait encourage les Juifs
et les Arabes A se rapprocher comme ce fut le cas pour
les Musulmans et les Hindous. Mais si elle n'entraine pas
ce rapprochement. cette menace n'obligera pas necessai.
rement I'O. N. U. A agir. L'O. N. U. est une < quatrieme
parties > qui, du fait que son existence imme n'cst pas
directement affected, ne se sentira peut-6tre pas obligee
de passer Ah 'action... >


II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press ambricaine du 15 novembre 1947
1. Aide amiricaine
Les correspondents de Washington constatent que les d-
cisions prises hier par de Comit6 politique des s6nateurs r6-
*publicains vont permettre d'acc6l4rer la discussion du. plan
d'aide intnrimaire A 1'Europe. Ces senateurs ont decide en
effet de porter la discussion de cette aide devant le Senat
des le 24 novembre. Les commissions de la Chambre seront
6galement pretes A presenter un project de loi la scmaine
prochaine.
Les ddbats A la Commission des Affaires 4trangires de la
Chambre out mis en lumitre deux questions importantes se
rattachant au plan d'aide americain. M. Herter a soulev6 la
question des avoirs francais aux U.S.A. et de l'or detenu
olandestinement en France. La press rapport que les avoirs
francais s'#leveraient a 500 millions de dollars et que les
quantities d'or appartenant aux Francais seraient estimses
entire 2.000.000.000 et 3.400.000.000 de dollars. M. Bloom, re-
pr6sentant d6mocrate A New-York, aurait fait remarquer
que l'argent envoy par les Francais aux U.S.A. y avait det


place ( de bonne foi et dans la croyance qu'il y serait en
s4curit6 ).
Une dep4che A.P. remarque en outre que la Trdsorerie
americaine consider qu'elle n'est pas libre de r6v6ler au
gouvernement frangais les noms des. propri6taires de cet
argent. M. Herter aurait r6pliqu6 que ces sommes pour-
raient neanmoins servir de gage pour les nouveaux em-
prunts de la Banque Export-Import. D'autres depeches in-
dlquent que les experts americains sont d'avis que le gou-
vernement de Paris ne peut pas en temps utile faire sortir
l'or du bas de laine francais et.que par consequent une
aide am6ricaine immediate A la France est necessaire.
Une autre question egalement fort important a 6tC sou-
lev6e par le representant r6publicain Lodge, qui a demand
que des restrictions soient apporties au commerce americain
avec les pays qui font champagne contre le plan Marshall,
mais les repliques faites a cette suggestion par M: Herter
aussi bien que par M. Harriman, ministry du Commerce,
ont montrd qu'il n'6tait pas dans les intentions du gouver-
nement americain de, transformer le rideau de fer politique
en rideau de fer economique et de provoquer un arret des
changes centre 1'Europe orientale et l'Europe occidentale
ou les Etats-Unis. M. Harriman a cependant ajoutd qu'il
n'enverrait pas A la Russie ou A ses satellites les matieres
premieres qui seraient de nature a contribuer au renforce-
ment de leur puissance militaire. La press note d'ailleurs
que les exportations de machines americaines- A 1'U.R.S.S.
ne reprdsentent qu'entre 6 et 12 % des exportations totales
de machines americaines.
La press accord 4galement une place important aux
declarations faites par M. Dulles au sujet du relevement
6conomique de l'Allemagne. M. Dulles a propose A la Com-
mission des Affaires etrangires de la Chambre que le gou-
vernement americain renouvelle, au course de la prochaine
reunion des ministres des Affaires Atrangeres A Londres, sa
proposition de. traits de quarante ans centre toute aggression
allemande. Il a ajoute que si la Russie se refusait A accep-
ter cette proposition, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et
la France devraient agir sans elle.
A propos de la Ruhr, M. Dulles a dclar4 notamment qu'il
y aurait lieu d'enicourager la Ruhr A travailler energique-
ment pour le relitvement de 1'Europe, et cela en etablissant
cependant des garanties internationals pour empecher la
renaissance du potential de guerre allemand. Il a propose
que ces moyens de sauvegarde constituent un system com-
parable A celui qui permet aux autorites de la cite de New-
York et de la ville de New-Jersey de contr6ler conjointe-
ment les activities du port et de I'adroport de New-York.
Repondant A une question, M. Dulles a ajout6 que 1'Orga-
nisation europeenne du carbon pourrait devenir un orga-
nisme contralant la Ruhr et que la France approuverait
certainement ce choix.
Un editorial du New York Sun > invite M. Truman A
r6pondre A un certain nombre de questions que se pose le
people americain, et demand en particulier pourquoi les
Etats-Unis ne proposeraient pas de se servir des 15 milliards
de dollars d'or et d'investissements appartenant aux natio-
naux des pays qu'ils ont intention d'aider.
Par ailleurs, la press rapporte un discourse prononce par
le candidate republican M. Stassen, A Denver (Colorado), of
il a propose de mettre I'embargo sur les exportations ame-
ricaines vers la Russie tant que les chefs communists s'op-
poseront, par leur veto aux Nations Unies, A toutes les pro-
positions d'aide pour la reconstruction de 1'Europe. Il ne
semble pas logique a M. Stassen qu'au moment meme of la
Russie refuse son accord pour un programme sain de re-
construction europdenne, fait obstacle aux efforts ameri-
cains de reconstruction, et impose son veto aux propositions
des Nations Unies, les UJS.A. envoient A la Russie du ma-
teriel et des machines indispensables, mais rares sur le
march americain. Selon M. Stassen, il n'est pas logique
qu'un lundi matin le President prononce un discourse 6ner-
gique sur la favon d'arrtter expansion communist, et que
le mardi martin le gouvernement autorise 1'exportation de
machines-outils et de locomotives vers la Russie.

2. Grace
Le secrdtaire d'Etat pour 1'Arm6e, M. Royall, a annoncc
que des officers americains seraient ddsignds pour servir







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE 5


dans les quarters g6neraux des unites de l'armde grecque
jusqu'au niveau ( divisions ) et qu'A cet effet la mission mi-
litaire am6ricaine en Grace serait considdrablement renfor-
c6e : 90 officers et 80 hommes de troupe seraient envoys
en Grace, ce qui portrait A 210 officers et hommes 1'effec-
tif de cette mission. Ainsi, les officers americains pourront,
sur le plan de la tactique, conseiller les commandants grecs
jusque dans les positions voisines du front. Cette nouvellV
est reprise dans toute la press.
3. Aviation americaine

Le Quarter G6nral de 1'Air announce que 250 superfor-
teresses, 400 chasseurs P51 et P47 seront remis en service
actif. Cent trente gros bombardiers seront places sous la
direction du Strategic Air Command, don't les missions quo-
tidiennes doivent permettre A cette formation de se battre
en n'importe quel point du globe et en tout temps. C'est ainsi
que le correspondent du (( New York Times > d6finit le r6le
de cette section de 1'aviation amnricaine.
4. Nations Unies
La press announce que 1'Assembl6e gendrale a decide par
43 voix centre z6ro de crier une Commission qui surveillera
les Alections en Corde, ainsi que la formation d'un gouver-
niement provisoire. L'U.R.S.S. et les satellites se sont abste-
nus. D'autre part, la proposition sovietique demandant le
retrait des troupes russes et amiricaines de Cor6e avant le
1b janvier prochain a 6t1 rejetde par 34 voix contre 7 et
16 abstentions. La France 6tait parmi les opposants.
5. France
La tension provoqude en France par les communists con-
tinue a etre suivie avec beaucoup d'intr-&t par la press
americaine, qui reproduit de nombreux articles sur les inci-
dents de Marseille, que du rest elle ne consider pas comme
un 6venement isolA, mais comme faisant parties du nouveau
programme d'action communist en Europe. Les troubles
provoques par les communists en Italie continent a 6tre
prssentes parallelement aux informations venues de France.
Un Editorial -de 1' Evening Star, de Washington cons-
tate que la situation en France et en Italie s'envenime, et
en deduit que c'est une raison de plus pour que l'aide am&-
ricaine soit apportee rapidement et pour que 1'etat d'esprit
du ( trop peu et du trop tard ) disparaisse du Congres. Se-
lon ce journal, les 6v6nements de France et d'Italie indi-
quent que les communists vont acclCrer le rythme de d6-
clenchement des troubles en Europe autant qu'il leur sera
possible. 1T ajoute que les Etats-Unis et 1'.Ouest ne peuvent
pas ( se payer le luxe de tergiverser en face de ce dAfi >.
Callender rapport de Paris au a New York Times )) que
l'impression des milieux mod&Ars est que l'intensification des
activities revolutionnaires communists vise a dAsorganiser
la vie politique et 1conomique de la France au point de
d4courager les Etats-Unis de lui apporter une aide finan-
ciAre.
Les measures prises par le government de Paris pour
faire face a la situation, et notamment la dissolution des
companies de C.R.S. de Marseille, sont souligndes dans la
press.
Le d6bat A l'Assemblie Nationale relatif a introduction
de la monnaie francaise dans Ia Sarre fait 6galement 1'ob-
jet de plusieurs articles dans le ( New York Times ) et le
( New York Herald Tribune ). Selon les correspondents de
ces journaux, l'opposition communist confirm la nouvelle
tactique d'opposition total adopted par les communists.
/a) AVANT LA CONFERENCE DES MINISTRIES DES IAiFFAIRES
PITRANGARES (New Yolrl HIe'rald Trilbune, 16/11, edit.
europeenne) :

< I y a quatre, falcons de mettre fin au grave conflict
qui oppose les regimes sovi6tique et occidental et .dans
lequel le monde entier se trouve entraind. La premiere
.mrthode reside, dans une capitulation de I'Occident. La
second se trouve dans une guerre preventive. Le troi-
sinme moyen consist A continue d'appliquer en vain
la m6thode sterile des n6gociations directed. Et le qua-


tribme moyen est de lancer ce qu'on peut appeler une
attaque de flanc centre la position sovi6tique dans le
monde.
La th.orie qui est a la base de ce quatribme moyen
est aussi simple que son execution s'av6rera difficile.
Elle consist A rendre A l'Occi'dent une force immense
et une prosp&rit6 remarquable grace a un effort de
cooperation finance par les Etats-Unis. De ce fait,
1'6quilibre entire les regimes occidental et sovi6tique se
trouvera modifi6 de facon radical. La consequence
sera le d6veloppement d'une situation favorable A ce
genre de r6glement russo-occidental qu'il est insens6
d'esp&rer pour l'avenir imm&'diat...
SLe bon sens finirait bien par amener de toute facon
les puissances occidentales a adopter le quatrimme
moyen pour r6soudre le probl6me mondial... II faut en-
treprendre cette tAche sans plus attendre aussitot aprbs
la fin de la Confbrence de Londres,en reconnaissant la
'division existant en Allemagne en tant que fait regret-
table, mais inevitable. Cette tAche dolt se poursuivre
par la creation d'un gouvernement provisoire de 1'Al-
lemagne occidentale'et l'incorporation de ce gouverne-
ment de l'Allemagne occidentale dans un plan de re-
construction plus large congu pour 1'ensemble de 1'Eu-
rope occidentale...
I1 est, bien entendu, hautement desirable que la zone
francaise d'occupation soit fusionn6e avec la bizone
avant 1'6tablissement de tout gouvernement provisoire
allemand... I1 est encourageant de constater que les di-
plomates am6ricains ont maintenant reconnu le ridicule
de 1'attitude r6solument hautaine que nous avions
adoptee dans nos rapports ant6rieurs avec les Fran-,
(ais... On ne deman'dera pas aux Frangais, avec une
brusquerie antipathique, d'ac.cepter des faits accom-
.plis... ,
(JOSEPH ALSOP)

b) LE PROBLEM PALESTINIEN DEVANT L'O.N.U. (Niew York
Heriaidd Tribuane, 15/11) :
< ...L'atti.tude adoptee par la Grande-Bretagne prte
le flanc a ]a critique a deux 6gards. Tout d'abord, le
fait que la Gran'de-Bretagne ait accept le mandate A
l'origine l'obligeait A s'occuper de la liquidation de ce
mandate. Les nations faisant parties de 1'O.N.U. ont pro-
pos'e un plan qui devrait mettre un term rapide au
mandate. II -est difficile de voir comment ce plan pour-
rait entrainer pour la Grande-Bretagne des risques et
des frais plus grands que sa propre proposition d'eva-
cuer la Palestine sans tenir compete de l'accord auquel
on pourrait parvenir, ni des decisions qui pourraient
6tre imposs6es par 1'O.N.U.
En second lieu, les Britanniques ont repouss6 le plan
ambricano-russe en des terms qui ne laissent guere
aux Nations Unies la possibility de trouver une autre
solution...
La r6ponse britannique est en faith si embarrassante
que la premiere tAche de 1'O.N.U. doit &tre de demander
des 6claircissements a la Grande-Bretagne. Peut-6tre les
Britanniques assumeraient-ils les tAches particulieres
impliqu6es par le plan de partage dans la measure o\
la Palestine seule serait en jeu, si on leur 'donnait l'as-
surance que cela ne les .entrainerait pas seuls dans un
conflict avec les Etats arabes... Une telle garantie pour-
rait sembler implicite dans toute decisionn a laquelle
pa'rviendraient les membres de l'O.N.U. Mais il ne serait
pas inutile de preciser expres'sment cette garantie, de
fagon qu'on demanderait A la Grande-Bretagne d'assu-
mer 'des tdches de police au norn des Nations Unies et
qu'une guerre centre elle deooulant de l'accomplisse-
ment de ces tAches serait une guerre contre 1'O.N.U.
Si en ldpit d'une tell garantie les Britanniques se







6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGERE


refusaient toujours A se charger de l'ex6cution du plan
de partage, ii deviendrait alors neoessaire de son'der
leurs intentions et de d6couvrir s'il serait possible pour
les Nations Unies de mettre sur pied une nouvelle ad-
ministration en Palestine en provision de l'6vacuation
britannique et de l'etablissement de regimes in'd6pen-
dants en Terre Sainte... Tant que les contradictions
apparentes continues dans la declaration britannique
ne seront pas expliqu6es, tant que la position de 1'ad-
ministration britannique en Palestine ne sera pas
6claircie, les plans concernant le passage de la Pales-
tine 'de pays sous mandate au statut de pays ind6pen-
dant reposeront sur des bases trbs incertaines. 1a


III. PRESS SOVIETIQUE

Revue de la press sovietique du 15 novembre 1947
Les rubriques etrang6res, de deux pages environ, garden
dars 1'ensemble un caractere d'information.
1. L'Assembl6e g6n6rale de 'O.N.U.
Des competes rendus sur les travaux de I'O.N.U. paraissent
dans tous les journaux. L'dlections des memnbres du Conseil
de Tutelle et la discussion sur la (( Petite Assemblke a re-
tiennent particuliere.ment attention. Les interventions de
MMV Dulles, Evatt et Shawcross font l'objet de vifs com-
mentaires.
2. La lutte du camp d6mocratique
La press donne la vedette aux dvenements de Marseille
et reproduit des extraits de 1' ( Humanit6 a, de < Libdra-,
tion a et de 1' < Ordre a A ce sujet. Elle public 6galement,
sous le titre : ( Verbiage belliqueux du general de Gaulle ),
les reactions de < Oe Soir a et de 1' ( Humanite > au dis-
cours du president du R.P.F.
D'autre part. plusieurs quotidiens annoncent le project de
convocation d'un congres socialist par le group d'action
soclaliste et rdvolutionnaire. L'agence Tass rappelle que,
lors du dernier congress socialist, ce group aurait r6clame
la ddmission du gouvernement Ramadier. Par ailleurs, des
articles sont consacrds au movement de protestation popu-
laire contre les provocations fascistes en Italie.
Enfin, la press fait 6tat des critiques formuldes le 12 no-
vembre a Washington a 1'dgard du plan Marshall par le
parlementaire anglais Pritt, et de la demand prfsentde A
1'O.N.U. par une sdrie d'associations amdricaines r4clamant
la rupture des relations diplomatiques avec l'Espagne.
3. La politique du camp impirialiste
La politique du < camp impdrialiste a fournit matiAre A
trois d6phches de second plan: a Un journal de Bagdad
rommente les plans anglais de mainmise sur le canal de
Suez >, e L'ex-chef de la mission 4conomique anglaise en
Grbce et la situation dans ce pays a, c Demission du mi-
nistre anglais des Finances Dalton ).
Dans un feuilleton sur les hommes d'affaires anglo-ami-
ricains de la ,bizone, le correspondent particulier de la
( Pravda > A Berlin, Korolkov, ddnonce (< la p6dntration
systimatique du capitalism stranger en Allemagne occiden-
tale >. 11 cite l'exemple d'un certain nombre de firmes 6par-
gnees par la guerre c comme par miracle > et qui mainte-
nant travaillent A plein rendement pour des Anglais et des
Am6ricains. Par contre, bien des cas de ddmontage n'ont
rien A voir avec le potential militaire allemand, declare ie.
journalist, qui accuse les Anglo-Saxons d'employer cette
Sm6thode pour l6iminer leurs concurrents et coloniser 1'Al-
lemagne.

a) LE PROGRAMME DU GENtRAL DE GAULLE (Prun:da,
16/11) :

c ...Le general de Gaulle, representant de la reaction
francaise, a horreur de la Rdpublique, de la democra-


tie, du socialisme, de la classes ouvridre. L'orientation
politique du general s'est rapidement r6v6l6e aprds la
fin de la guerre : elle fut le facteur meme et la raison
de la chute catastrophique de sa popularity, la raison
de son depart force du pouvoir.
Comme de Gaulle d6sirait cacher aux yeux 'du people
ses v6ritables intentions, il se trouvait dans l'obligation
de s'abstenir de toute, declaration trop sincere quant a
ses tendances politiques. I1 est caract6ristique que lors-
qu'il a cr66 le R. P. F., il ne l'ait pas baptism du nom
de < part >.
Mais, tout recemment, de Gaulle a d6voil6 son jeu.
Grise par les premiers succs 'des r6centes elections
municipales, il a 'etA litt6ralement transfigured par la
joie A l'occasion de l'offensive des imperialistes amdri-
cains contre la France. Maintenant, enfin, le general
s'est mis A parler la langue qui lui est propre, la langue
des laquais de l'imperialisme americain.
Le 12 d6cembre, au course d'une conference de press,
il a expos un programme fasciste. En ce qui concern
la politique intirieure de la France, ce programme pr6-
volt I'andantissement de tous les parts et de toutes les
organizationss A part le R.P.F., 6videmment et
1'6tablissement d'une dictature personnelle. Dans le do-
maine de la politique exterieure, le g6enral est partisan
d'une alliance .militaire immediate avec les Etats-Unis
et l'Angleterre et de la creation d'un bloc dirig6 contre
1'Union sovietique., Et tout naturellement de Gaulle est
partisan du plan Marshall. I1 ,propose aux Americains
un march : en Achange de leur aide economique et
financiere, il leur offre des tetes 'de points strat6giques
sur le territoire m6tropolitain et dans l'Union francaise.
Le g6enral raisonne deja comme un future dictateur
francais.
Son ton hautain et mdprisant est admirable lorsque
'de Gaulle parle de son refus de rencontrer Roosevelt
ou lorsqu'il conseille A la Grande-Bretagne d'andantir
tous les parties politiques anglais et de crder, sur son
example, un rassemblement du people britannique. Ce
fiihrer de caricature parisien est pitoyable et grotes-
que... >
(LtONTIEV.)

b) L'AIDE AMERICAINE A L'EUROPE (Piaedkt, 1'6/11) :
< ...Le discours du general Marshall, prononc6 le 11i
novembre en terms prudents, prouve que le gouver-
nement des Etats-Unis sera obliged d'liminer trois obs-
tacles principaux, s'il veut pouvoir r6aliser son plan
de coalition international.
Tout d'abord, il lui faudra persuader les s6nateurs
ambricains et les repr6sentants du Congres qui sont tou-
jours indecis; il faudra les convaincre des avantages
que prseintent les investissements de capitaux amdri-
cains en Europe.
Le gouvernement amdricain devra 6galement neutra-
liser la resistance des forces progressistes et d6mocra-
tiques ambricaines qui s'opposent a la politique d'ex-
pansion de Wall Street.
Enfin, le gouvernement americain d'evra career un cli-
mat favorable A la realisation de ses plans en Europe
occi'dentale.
Toute la propaganda amdricaine antisovietique et an-
ticommuniste de ces derniers mois n'avait d'autre but
que de preparer le terrain...
Marshall ne s'est pas gene pour pr6ciser les condi-
tions politiques qui seront pr6sentses aux Etats d'Eu-
rope... La condition la plus important est celle qui in-
terdit aux pays b6ndficiaires d'effectuer n'importe
quelle rdforme socialist on d'empikter sur les int6rets
'des capitalists.
D'autre part, le plan Marshall accord la priorild au








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGaRE 7


financement du relivement et de 1'6quipement indus-
triel de l'Allemagne occidentale. Le discours Marshall
precise que I'Allemagne dolt non seulement recevoir
une aide am6ricaine plus important que tous les autres
pays, mais qu'elle doit recevoir en outre 300 million's
de 'dollars pendant l'ann6e financi6re A venir. Elle re-
cevra done davantage que la France ou 1'Italie... >
(LEONTIEV.)


IV. PRESS SUISSE

LA SITUATION EN FRANCE ET EN, ITALIE ET LE PROGRAMME
AMERICAIN D'AIDE A L'EUROPE (Basterl Ntlchri ehtln,
15-16/11) :
c La synchronisation frappante des 6v6nements de
France et d'Italie montre qu'il s'agit d'une action con-
jugu6e dans deux pays 'd'Europe qui ne figurent point
parmi les satellites de 1'U.R.S.S., mais don't la prochaine
incorporation A ce group est pr6vue, comme on le sait
depuis la constitution du Cominform... Ce n'est pas par


.hasard que le movement d'agitation des masses en
France et en Italie a 6t, fix6 a la semaine pr6c6dant le
17 novembre, date A laquelle le Congrs 'de Washington
se r6unira en session speciale. Par une lecon de choses
des plus impressionnantes, on vent persuader les sB-
nateurs et d6put6s americains que tous les secours ver-
ses dans le tonneau perc6 de 1'Europe seront perdus
du fait des manoeuvres communists. C'est pourquoi le
ministry du Commerce Harriman a 'dejA d6clar6 avant-
hier devant la commission des affaires 6trang6res de la
Chambre des Repr6sentants qu'il l6ait favorable A 1'ar-
rkt imm6diat de l'aide, am6ricaine A tout pays qui tom-
berait sous l'influence russe. D'autres Am6ricains ne
s'attendent certainement pas a des succes durables 'du
communisme en Europe, mais ils pensent que, par une
rep6tition logique des 6v6nements d'apres 1920, la vic-
toire du fascisme seul peut empcher ces succs. Et le
fascisme ne leur est pas moins antipathique que le com-
munisme. C'est bonnet blanc et blanc bonnet. Conclu-
sion : < Tenons-nous A 1'6cart de 1'Europe... > Vrai-
ment, en Europe et en Amnirique, la d6mocratie n'a
peut-tre jamais 6t6 soumise A une plus rude 6preuve
qu'en cette fin d'automne >>


S. P. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


















































































Prix : 6 fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs