Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00233
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: November 12, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00233
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SERVICES FRANAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la DOcumenlation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRAN;AISE


MINISTER
SAIRES ETRANGERES


BULLETIN


DE


PRESS


12 novcmbre 1947.


QUO


ETRANGERE


Nouvelle Serie NO 816


la commission


II. PRESS AMIRICAINE.
a) Apres la publication du rapport de la commis-
sion Harriman (Niew York Herald Tlribuie, 9/11)
b) La politique 6trangBre des Etats-Unis .(New YoIrk
He!ralid Tribu ne, 9/11, edition europ6enne).
III. PRESS SUISSE.
Le problh me allemand (Neie Ziirc:her Zeitung
9/11).


I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 9 novembre 1947
C'est l'annonce du rationnement des pommes de terre a
partir de demain qui occupe la vedette dans la press domi-
nicale. Le budget partiel que prdsentera mercredi devant les
Chambres M. Dalton, fait 4galement l'objet d'un grand nom-
bre d'articles. Toutes les suppositions 4mises A ce sujet con-
cluent A une aggravation des difficult6s et des restrictions
actuelles, et les journaux signalent que les acheteurs se pr6-
cipitent depuis quelques jours sur certaines categories d'arti-
-cles don't le prix va se trouver probablement relev4 du fait
de nouvelles taxations.
L'aide amdricaine a 1'Europe et la question de l'Allemagne
constituent le theme principal de tous les commentaires con-
sacr6s a la politique exterieure l la veille de la Conference
des ministries des Affaires etrangeres.
1. AHlemagne
Le rapport public hier par le Comitk d'dtude des questions
europ6ennes, selon lequel la Russie reconstituerait une ar-
mee allemande sous la direction du marechal von.Paulus et
du g4enral Seydlitz, est analyse par presque tous les jour-
naux et souvent annonc6 sous des titres sensationnels.
En le commentant, le redacteur diplomatique du ( Sunday
Times ) insisted sur ( la politique d'infiltration en Allema-


gne occidentale suivie par la Russie ), et Lcrit que M. Mo-
lotov proposera probablement a la Conference des ministres
des Affaires 4trainares : 1 la creation d'une Allemagne uni-
fiee, en application des accords de Potsdam; 2 1'institution
d'un gouvernement central allemand a Berlin ; 3 le retrait
d'Allemagne de toutes les forces d'occupation ; 4o des 4lec-
tions pour un Parlement -unique, au sein duquel tous les
parties existant actuellement seraient represents
L' ( Observer a traite dans plusieurs articles de la ques-
tion de l'Allemagne. Son correspondent a Washington ecrit
qu'un accord anglo-amdricain relatif a la rdpartition des dd-
penses en Allemagne serait sur le point d'etre conclu. Wash-
ington chercherait A cette occasion A acquirir une influence
prepond6rante dans les organismes dconomiques des deux
zones.
Selon le correspondent du meme journal A Berlin, les Alle-
mands s'attendraient a u'n dchec de la conference de Lon-
dres et en consequence A une division plus profonde entire
l'Allemagne occidentale et 1'Allemagne orientale. Les Russes
thercheraient a utiliser le prestige de Berlin comme capi-
tale de l'Allemagne, pour ruiner I'influence-de 1'administra-
tion etablie a Francfort.
De son c6te, le correspondent diplomatique de 1' ( Obser-
ver ) souligne les indices de plus en plus nombreux d'ab-
sence de politique commune en Allemagne de la part des
Etats-Unis et de 1'Anglet&rre. Il rappelle qu'alors que le ge-
neral Clay a fait de claires allusions a la prochaine cr6a-
tion d'un Etat de l'Allemagne occidental, le g4ndral Ro-
bertson, dans une allocution radiophonique rcente, a au'
contraire soulign6 que le but fundamental de la politique
anglaise est le maintien d'une Allemagne unifide. Il n'au-
rait, a cette occasion, pas dit un mot du rl6e de l'Ameriquc.
Les autorites anglaises, de meme, se sont publiquement dis-
sociees de la champagne de press antisovidtique annoncee
par les autoritds americaines. Ce ne serait, d'ailleurs, pas
les seules preuves d'une divergence de plus en plus accen-
tuee des politiques de Londres et de Washington sur le plan
gdndral. M. Bevin, par example, n'avait pas averti les Ame-
ricains de sa demand d'une redistribution de l'or amdri-
cain, cependant que Washington ne l'avait pas pr6venu de
sa proposition de creation d'une petite Assemblde des Na-
tions Unies.
2. Politique 6trangere des Etats-Unis
et de la Grande-Bretagne
La question de Palestine et celle de l'organisation inter-
nationale du commerce sont 4galement I'occasion de diver-
gences marquees, ecrit encore 1' l Observer ). Selon ce jour-
nal, les Etats-Unis ne comprendraient pas non plus' les
efforts deploys par 1'Angleterre pour 4tablir des rapports
commerciaux avec 1'Europe orientale. a A tort ou a raison,
conclut le correspondent diplomatique, de nombreux Amdri-
cains soupconnent que la politique etrangrre des ( rebel-


SOMMAIIRE

I. PRESS BRITANiNIQUE.
Apres la publication du rapport de
Harriman :
1. *Observer (9/11).
2. Timnles (10/11).
3. Daily Teregaplh (10/11).
.4. News Clionmclte (10/11).
5. Daily Wforker (10/11).






BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS fTRANGERE


les a travaillistes, qui avait subi un 6chec dans son attaque
frontale, fait maintenant avec success sa rentree par la pe-
tite porte. )
Le correspondent du ( Sunday Times ) aupres des Na-
tions Unies se demand si celles-ci ont une chance de sur-
vivre. Il souligne que la Russie a vu dans la creation de
I'O.N.U. une occasion de passer brutalement a la politique
de la ( diplomatic ouverte ). L'Angleterre a essay de jouer
le role de midiateur, mais ses efforts ont ete ruins par le
refus oppose par les deux parties en presence d'accepter le
moindre compromise ; neanmoins l'actuelle session est loin
d'etre inutile, car elle a permits de prdciser la position de
l'Assembl6e par rapport au Conseil de Securito et elle a crid
la Commission des Balkans et de la Coree. En dehors des
Americains et des Russes, qui semblent satisfaits d'avoir
trouv6 un moyen d'exposer publiquement leurs positions, la
plupart des delegues, A 1'exception de ceux de 1'Amerique
latine, se sentent tres mal A 1'aise. La 'creation de la, ( Pe-
tite AssemblMe ) les a inqui6ets, mais ils l'ont accepted A
cause de leur desir de faire quelque chose pour contrecarrer
l'intransigeance russe et de prouver leur intention d'aller
de l'avant sans la Russie si celle-ci continue sa politique
d'obstruction. La Russie sait. en tout cas qu'elle laissera
derriere elle, si elle quite I'O.N.U., une formidable alliance
toute montee contre elle. D'autre part, auciTh pays ne veut
se laisser accuser devant 1'Histoire d'avoir provoque la disin-
tegration des Nations Unies.

3. -- Aide amr$icaine a I'Eurolpe
Tous les journaux rendent compete du rapport presented
par le comity Harriman au President Truman a propos du
plan d'aide & 1'Europe. L' a Observer ) insisted sur les re-
commandations tendant a reduire par rapport aux demands
des Seize 1'ampleur de l'aide a accorder et souligne 6gale-
ment la parties relative a l'importance des exportations bri-
tanniques de carbon pour 1'6conomie europ6enne. Le
o Sunday Times ) rapporte que l'octroi d'une aide a 1'Eu-
rope est considered aux Etats-Unis comme 1'6lement decisif
dans la ( guerre a froid a don't le tournant favorable a la
politique occidental aurait 6t6 marqud par I'dchec de la
Russie dans ses efforts pour 6tablir son influence en Mace-
doine A l'occasion de la crise 'gouvernementale grecque.
Frank Mac Dermot 6crit, dans le ( Sunday Times ), que la
greve des employes municipaux parisiens semble avoir des
motifs politiques plus qu'economiques, et que ces conflicts so-
ciaux constituent un grave danger pour ( l'exp6rience
Moch a, qui maintenant prend la place de 1'experience Blum
de I'annee derniere.

Revue de la press britannique du 10 novembre 1947

1. Aide americaine a l'Europe
De nombreux journaux, notamment le ( Times ), le
<9 Daily Telegraph ) et le ( Manchester Guardian ), don-
nent un long resume des passages essentials du rapport Har-
riman sur l'aide americaine A 1'Europe.
Le ( Times > fait remarquer que ce rapport souligne no-
tamment le fait que les Etats-Unis doivent consentir A cer-
tains sacrifices pour aider a la restauration 6conomique de
1'Europe, essentielle aux interets americains. Ce rapport
estimerait Ogalement qu'aucune condition politique ne doit
6tre imposee aux gouvernements qui b6neficieraient de l'aide
americaine.
Le ( Daily Telegraph ) insisted sur le fait que le rapport
Harriman prdconise la nomination d'une seule personne
charge d'administrer le programme de redressement econo-
mique europeen. Il suggere que M. Douglas, ambassadeur des
Etats-Unis A Londres, aurait 6t6 pressenti pour bccuper ce
poste.
D'aprs le correspondent du ( Manchester Guardian a
New-York, ce rapport laisse prvoir les difficulties que le
project d'aide A 1'Europe rencontrera au Congrbs. II note
qu'Aux terms de ce rapport, 1'aide A 1'Europe ne devrait
6tre accord6e que sur une base annuelle, ce qui, naturelle-
ment, souleve de graves inconv6nients, et que, d'autre part,
la some prevue est bien moins levee que celle qui avait
6td envisagee jusqu'a maintenant.


D'apris Gelder, du ( News Chronicle a, on estimerait ge-
neralement a Washington que le Congres, apres des debats
mouvementes et une farouche opposition des extremistes,
approuvera le programme d'aide qui, dans 1'ensemble, tien-
dra compete des besoins europ6ens tels qu'ils ont 6et0 tablis
dans le rapport des Seize. II cite A ce propos le fait sui-
vant : Radio New-York n'a pas pu trouver un seul congres-
siste pour venir parler devant le micro centre le project
d'aide a 1'Europe.
Ce correspondent announce que M. Marshall va saisir au-
jourd'hui les congressistes du project d'aide immediate et va
leur demander de le ratifier rapidement.
D'aprbs le correspondent diplomatique du ( Daily Wor-
ker >, les pays d'Europe intrress6s auraient 6t6 vivement
decus par le rapport de M. Harriman et par la some for-
tement diminuee qu'il envisage pour leur venir en aide.
Le correspondent du ( Times ) a Paris remarque que le
rapport Harriman n'a pas recu des milieux officials fran-
cais l'attention A laquelle on aurait pu s'attendre. La raison
en serait que la France est absorbed actuellement par ses
difficulties interieures et que les principles questions en
suspens seront plus ou moins resolues avant que le pro-
gramme Marshall ne prenne effet. De. plus, la champagne
communist transposerait le programme d'aide a la France
sur un plan purement politique.
Et il ajoute que la majority du people frangais serait fa-
vorable au plan Marshall, mais les Franais ssont jaloux de
leur ind6pendance qu'ils ont si cherement reconquise. Ils ont
vivement conscience qu'il y a une vieille Europe qui n'est
pas la Russie et qui n'est pas non plus l'Amdrique, et que
la France en est le noyau essential. Tous ces faits font que
les Francais esperent que leur gouvernement saura recolter
les bienfaits de l'entr'aide europlenne et que 1'aide amerl-
caine ne 1'obligera pas A souscr'ire a aucun acte ni A aucune
politique qui puisse porter tort A la Russie.
Ce correspondent pense que beaucoup de Francais ver-
raient avec faveur se crier une sorte d'union de tous les
pays europeens a l'guest de la Russie, sous la domination
commune de la Grande-Bretagne et de la France.
Cette idee aurait ete l'un des leit-motiv de la politique du
general de Gaulle depuis son discours A Alger.
2. Indes

De nombreux journaux accordent une grande importance
aux 6v6nements des Indes et notamment a 1'entr4e des trou-
pes indiennes dans la capital du Junagadh. Ils signalent
que le nabab de cette province se serait enfui a Karachi,
important avec lui le tresor de 1'Etat.
D'apres le redacteur diplomatique du ( News Chronicle a,
la premiere measure que prendrait le gouvernement indien
serait d'organiser un plebiscite dans cet Etat, pour que la
population puisse se prononcer sur son rattachement A
1'Inde ou au Pakistan.
3. Siam
Presque toute la press fait 6tat des Ovenements qul vien-
nent de se produire au Siam, et au course desquels le mare-
chal Tibul Songkram a ex6cut6 un coup d'Etat et renvers4
le gouvernement siamois. Tous les journaux font ressortir
que le marechal rebelle a 6et le chef du gouvernement avant
l'occupation japonaise et qu'il a declare la guerre aux Allies
en 1942. Ils signalent qu'il aurait ete arrtt6 par les An-
glais pour s'etre rendu coupable de crimes de guerre, mais
qu'il aurait ete liberd par la suite.

4. France

Le ( Times a, le o Daily Telegraph ), lc ( Manchester
Guardian ), annoncent la fin des graves des services publics
de Paris.
D'apris le correspondent du a Times ), les concessions du
gouvernement (( sont justes et en meme temps ne grvveront
pas le budget national >. Quant aux measures prises par
M. Moch pour 6viter la hausse des prix, ce correspondent
estime que ( si le public veut fire prevaloir ses propres
droits, il est possible que le plan gouvernemental reussisse
et que la greve projet6e par certain groups de detaillants
ne se produise pas ).


~


_I








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ITRANGIRE ,


D'aprhs Ic correspondent du ( Daily Telegraph ), unc nou-
velle vague de conflicts sociaux dans l'industrie serait consl-
d6r6e par beaucoup come la (< revanche du parti commu-
niste apres ses pertes aux elections ). C'est 6galement I'opl-
nion du correspondent du ( Manchester Guardian >.
De nombreux journaux, et certain sous des titres impor-
tants, signalent qu'une scission se serait produite au seln
de la C.G.T.
Le corresponcant du. News Chronicle ) la mentionne
sous le titre ( Les syndicats frangais se rebellent contre
les communists. >
B. Wyler, du ( Daily Herald >, estime que ( la scission
de la C.G.T. s'dtend en France et il signal que M. Jouhaux,
de retour de New-York, s'est entretenu avec 200 chefs de
la C.G.T. pour mettre au point les directives a suivre de-
vant les menses communists.
Le ( Daily Graphic a dcrit qu'une r6volte anticommuniste
provoque une scission de la C.G.T.
Cette rdvolte constituerait le plus grand revers des com-
munistes en Europe, depuis leur recul apres les elections
municipales francaises.
Ce journal signal que le m6contentement des membres
de la C.G.T. A 1'dgard des communists aurait dija provoque
la creation de syndicats ind6pendants.
De son co6t, le correspondent du a Daily Worker a an-
nonce que l'effort de la droite pour diviser la C.G.T. a
6chou6.
Il rapporte que M. William Bullitt aurait dit recemment
q'u'il n'y avait pas de tAche plus urgente et plus impor-
tante pour la politique am6ricaine que de provoquer une
telle division. Ce journal cite un article de M. Stibio, qui
rend hommage a la lutte des communists contre l'occupant
nazi.
5. Allemagne
Le correspondent diplomatique du < Times > rend compete
des travaux de la Conference des Suppleants. Il remarque
que les points de d6saccord qui avaient 6te 6voques a Mos-
cou subsistent.
Le correspondent du ( Daily Telepraph a fait 6tat d'une
des accusations port6es contre 1'U. R. S. S. par la Commis-
sion international d'dtude de la Commission europgenne.
d'aprbs laquelle le Gouvernement sovietique reconstituerait
une nouvelle arm6e allemande avec les organizations et
les chefs des comites allemands libres qui se trouvent a
Moscou.
Le correspondent de ce meme journal & Berlin announce
que les autorit6s d'occupation britanniques auraient d6cline
l'offre de 1'Am6rique de partibiper a une champagne anti-
communiste en Allemagne.
D'apres une d6peche ( BUP ) publi6e par ce journal,
la diminution des exportations allemandes continue.
Ije meme, le correspondent du (( Manchester Guardian a
a Berlin fait 6tat d'un long rapport de la section 6conomi-
que du Gouvernement militaire amr'icain a Berlin, rapport
d'apres lequel la situation 6conomique de 1'Allemagne s'ag-'
graverait continuellement.
D'apres ce meme rapport, la production de la zone sovie-
tique, signal le ( Daily Worker >), serait sup6rieure a celle
ides trois autres zones.

APRPS LA PUBLICATION DU RAPPORT DE LA COMMISSION
HARIIMAN.

1. Obrerzeir (9/11, conservateur) :

< Les terms du rapport Harriman ne sont pas de
nature A encourager beaucoup les milieux officials de
Londres qui attendaient un plan pour le redressement
de l'Europe plutot qu'un simple secours.
Bien qu'aucun commentaire official n'ait encore 6et
public, on a l'impression que le programme ainsi 6bau-
ch6 aura du mal ah tre conform a la conception pre-
miere du plan Marshall, c'est-h-dire celle d'un remade
plul6t que *d'un simple expedient, 6tant donn6 que le
programme actual traite davantage des sympt6mes de


na crises que de la nmaladic clle-llnime c'csl-A-dirc
la p6nurie de dollars... Pendant des scinaincs, les Bri-
tanniques ont soutenu la those que la meilleure forme
d'aide amiricaine serait de d6bloquer des dollars de
facon A permettre une renaissance du commerce inter-
national. Le rapport Harriman ne content aucune
clause dans ce sens, et en repoussant en particulier une
demand de dollars pour stabiliser les monnaies euro-
peennes, il rejette une des principals propositions in-
cluses dans le plan de redressement figurant au rapport
de la Conf6rence de Paris. L'absence de tout plan rela-
tif au financement d'achats de marchandises en dehors
des Elats-Unis, particulirrement au Canada et en Argen-
tine, constitute 6galement un coup s6rieux port au r6-
tablissement du commerce multilat6ral...
Un octroi de fonds dans la measure envisage par le
rapport Harriman signifierait que le retour de 1'Eu-
rope au niveau de vie de 1938 ne s'effectuerait pas
avant 1960 environ. Il y a peu de pays europ6ens -
si toutefois il' en existe oi les 'vestiges du regime de
1'entreprise priv6e pourront survive a une p6riode de
redressement aussi longue.
Les petits pays qui faisaient parties des seize puis-
sances repr6sent6es a Paris s'inqui6taient s6rieusement
du danger possible que 1'Am6rique empikte sur leur
souverainet6, ainsi que l'avait pr6dit la Russie. Il est
probable qu'elles consid6reront avec une apprehension
considerable les plans cbauch6s dans les rapports Har-
riman et Herter... a

2. Times (10/11) :
< On s'attendait g6n6ralement depuis le d6but A ce
que le montant total de l'aide americaine requise pri-
mitivement par les puissances de l'Europe occidental,
dans le cadre du plan Marshall, soit r6duit peu a pen.
La Conference de Paris elle-nime avait r6duit ses pre-
mirres estimations A la suite des suggestions faites par
les observateurs officials des Etats-Unis. Le rapport de
la commission Harriman, qui doit constituer la base des
propositions faites au Congr6s par le president Tru-
man, recommande maintenant l'octroi d'une aide sur
une 6chelle qui est sensiblement moins important que
celle des demands finales formulbes dans le rapport de
la Conference de Paris... Il existe logiquement cinq rai-
sons principals pour lesquelles on pourrait recomman-
der une reduction des exigences de 1'Europe, et toutes
ces raisons ont 6videmment t61 pour quelque chose
dans l'6tude faite par la commission Harriman. En pre-
mier lieu, on pouvait se mefier des estimations 6tablies
a Paris... En second lieu, on pouvait consider come
exager6e une parties des plans elaborts A Paris rela-
tivement aux investissements en materiel... Ensuite, les
niveaux de vie moyens dl6inis A Paris pouvaient rtre
ou ne pas etre consid6r&s aux Etats-Unis combine rai-
sonnables. En quatrieme lieu, on pouvait pr6tendre que
les pays europeen's pouvaient faire davantage par eux-
mnmes. Il ne semble pas que les propositions 6tablies
A Paris aient Wte violemment critiques en ce qui con-
cerne les deux derniers points; en faith, la commission
desire v6ritablement que les niveaux de vie soient rele-
ves sensiblement en Allemagne et qu'ils ne soient pas
trop rigoureusement abaiss6s ailleurs. Enfin, une parties
des demands pouvait etre reduite simplement parce
que les Etats-Unis ne pouvaient livrer les fournitures
demandees sans imposer des restriction's d6raisonna-
bles au people am6ricain lui-mmme. C'est en function de
cette dernirre consideration que la commission Harri-
man justifie bien entendu la plupart des reductions
qu'elle propose. En fait, depuis la Conference de Paris,
il est devenu de moins en moins probable que les Etats-
Unis puissent livrer dans leur totality les quantities de
products rares tels que les c6r6ales, l'acier semi-







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ITRANGERE


ouvrC, la ferraille et les produils chimiques -- qui
dtaient demandees daus Ic rapport de la Conference de
Paris...
On nolera que le rapport Harriman insisle p)ur que
1'aide soit refuse A toute nation qui ne prendrait pas
toutes les measures pratiques n6cessaires pour atteindre
le niveau de production et les buts financiers d6tinis h
Paris; si cc principle doit 6tre inclus dans le plan,
comme il le sera certainement sous une forme on sous.
une autre, on peut s'attendre A voir la plupart des pays
suivre -des politiques exigeant un maintien des restric-
tions plut6t que de les 'voir r6duire de faon, trop im-
portante leur r66quipement...
On appreciera pleinement la recommendation formu-
1Me par la commission Harriman, aux terms de laquelle
les 3/5 de l'aide consentie pendant la premiere ann6e
devraient constituer un don gratuit. On se rend gen.6-
ralement compete maintenant que l'assistance a 1'Europe
accord6e dans le cadre du plan Marshall, bien loin de
constituer un moyen d'utiliser les surplus am6ricains
don't on ne veut pas, imposera des sacrifices r6els au
people americain. Le rapport Harriman ne laisse sub-
sister aucun doute A ce sujet... >

3. Dif'lU TflReligyph (10/11, conservateur)

< ...Ce rapport peut servir de base solide pour les
propositions futures du gouvernement...
A premiere vue, le rapport Harriman peut paraitre
constituer une r6ponse plut6t d6cevante aux recom-
mandations de la Conf6rence de Paris, 6tant donn6 qu'il
reduit consid6rablement le montant total en dollars de
I'aide que l'on peut demander au Congrbs d'approuver,
et qu'il Acarte comme utopique l'espoir que les prix des
denries essentielles vont diminuer, ce qui n6cessilerait
moins de dollars pour combler le deficit. De nouveau,
on scra certainement decu par l'attitude adopt6e par
la commission en ce qui concern les depenses enga-
g6es par les pays europeens pour se r6equiper... On
6prouvera une anxi6tA gale devant le mauvais gr& tA-
moign6 par la commission pour finance le fonds de
stabilisation de la livre sterling grace A I'aide du TrAsor
amAricain. Cependant, il serait ridicule et ingrat de ne
reliever que ces points n6gatifs...

4. News Chlrloncze 1(10/11, liberal) :

< ...Les nations d'Europe accueilleront avec enlhou-
siasme 1'assurance categorique donnie dans le rapport
que les Etats-Unis n'interviendront pas dans la poli-
tique interieure des pays qui recevront leur aide. L'opi-
nion europeenne est cependant si sensible sur ce point
.que certain mettront peut.-tre encore en question les
pouvoirs des divers repr6sentants ambricains qui, ainsi
que le recommande la commission, seront charges de
controler I'aide accordee a chaque pays.
Tout d6pendra des tAches pr6cises qui seront con-
fibes A ces hommes, et peut-6tre plus encore de leur
propre personnalit6. II est essential que les seize na-
tions europ6ennes 6tablissent elles-m-mes une commis-
sion permanent forte pour recevoir et rdpartir l'aide
ambricaine, A la suite de nAgociations qui se deroule-
ront avec les representants americains qui se trouve-
ront sur place... >

5. Dafty WIorker (10/11, communist)

< ...Pour aider les socialists de droite A faire adop-
ter ce programme, la commission Harriman formula
certaines vagues remarques, aux terms desquelles les
Etats.Unis ne devraient pas s'occuper de la facon don't
les divers gouvernements appliquent leurs programmes
de reconstruction.


Cc principle est cependant en contradiction flagranle
avec la proposition fondamentale relative A la crtalion
d'une organisation ambricaine qui contrAlerait la facon
don't cclle aide scra ulilisec organisation qui reven-
dique le droit de dcmander aux gouvernements de
changer leurs m6thodes... >


II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press americaine du 8 novembre 1947

1. Aide americaine
Les nouvelles recommendations, du comit6 Herter au su-
jet de l'aide immediate a 1'Europe sont publiees par la press

de ce matin. On y relive notamment la suggestion qu'une
societ soit cr66e specialement pour reunir et dristribuer
cette aide. Elle serait dirigde par un group de directeurs
nomm6s par le Prdsident et confirms par le Senat.. Cette
society serait charge d'acheter les products alimentaires,
combustibles et engrais, d'6tudier les demands d'aide, d'exer-
cer un contrBle legal afin de prot6ger 1'6conomie am6ricaine
et de r6partir I'aide a 1'6tranger. Enfin, cette soci6et pour-
rait signer avec les pays strangers des accords dans lesquels
seraient stipules les conditions de vente et le remboursement
de ces products. Le Comit6 sugg re 6galement que, dans le
cas ofi le remboursement se fera'it en monnaie locale, un
comit6 formed d'une majority de citoyens am6ricains et de
citoyens du pays int6ress6 soit 6tabli pour contr6ler le pla-
cement de ces sommes dans ce pays, l'idee 6tant que ces
sommes devront servir A accroitre sa capacity de production
ou a acheter les matieres premieres indispensables A la cons-
titution de stocks strat6giques americains.Le Comit6 Herter
pense que la Banque international et 1'Export-Import Bank
pourront 6tre utilisees pour fournir 1'aide 6trangere en ma-
chines-outils, equipment et matieres premieres et que le
capital de cette derniAre devralt Atre augmented.
Les correspondents soulignent que ces propositions du Co-
mite Herter visent A maintenir la politique d'aide 6trangere
sur la base de l'accord des deux parties et a assurer le Con-
gres qu'un contr6le adequat sera institu6 afin que 1'aide
am6ricaine profit bien aux destinataires a qui elle est
adress6e.
2. Le trait allemand
Les d6peches de Washington et de Londres publi6es dans
le < New York Times >) et dans ( PM >> indiquent que
M. Marshall fera tous ses efforts pour obtenir que la pro-
chaine conference des ministres des Affaires etrangeres fasse
progresser le trait avec 'Allemagne mais que si 1'U. R. S. S.
ma'intenait son attitude actuelle, le Departement d'Etat pre-
parerait alors un trait spare avec 1'Allemagne de l'Ouest.
Le correspondent du ( New York Times > ecrit que cette
id6e, qui a 6te mise en avant par le s6nateur Vandenberg
et M. Byrnes, trouve de nombreux partisans au Departe-
ment d'Etat. L'6ditorial du ( New York Times > estime que
preparer une autre solution A la conclusion d'un trait a
quatre est chose normal puisque, dit-il, 1'U. R. S. S. a
benefici6 diplomatiquement pendant la guerre des possibili-
tes qu'elle avait de traiter s6parement avec 1'Allemagne.
Une d6peche de Kuh au ( Chicago Sun a declare que les
U. S. A. ont un plan pour 1'organisation de 1'Allemagne de
l'Ouest. Ils nommeraient, dit-il, un gouvernement a tendance
de droite qui serait form des premiers ministres des Etats
allemands. Ils s'opposeraient a l'election d'un Gouvernement
preferant le choisir euk-m6mes. Un editorial de ( PM )
s'6elve contre 1'empressement mis par certain Amdricains
,de l'entourage du g6enral Clay A vouloir traiter avec 1'Alle-
magne de l'Ouest seulement sans tenir compete des points
ae vue russe ou francais. Ii estime que la France ayant et(
envahie trois fois, il serait normal de tenir compete de son
point de vue, et il conclut qu'avant de proc6der a une uni-
fication qui consacrera le partage de l'Allemagne, tous les
efforts doivent 6tre tents pour arriver a une entente avec
1'U. R. S. S.







BULLETIN Qtoi'IDIEN DE PRESS ETRANGERE


3. Roumanie

La nomination de Mme Pauker, communist militant, au
post de ministry des Affaires 6trangeres romaine, est an-
nonc6e en premiere page de la plupart des journaux, qui
soulignent qu'elle est egalement membre du ( Kominform )>
et que cette decision du Gouvernement roumain est dans la
ligne de la politique de Moscou, qui desire, disent-ils, s'assu-
rer un contrble herm6t'ique.de la politique int6rieure et exte-
rieure de ses 6tats satellites avant la reunion du Conseil
des Ministres des Affaires etrangeres a Londres.

4. Les relations entire les U. S. A. et 1'U. R. S. S.

Le discourse de M. Molotov entraine une profusion d'edito-
riaux dans la press americaine qui s'accorde a reconnaitre
que le ministry russe a servi la cause du plan Marshall aux
IT. S. A. Le ( New York Times ) exprime cette id6e de cette
fagon ( par ses violentes attaques contre la Grande-Breta-
gne et les U. S. A. 11 a d6sarme compl6tement les sympathi-
sants communists qui, autrement, auraient cherche a de-
crire toute critique de la politique sovietique comme un acte
belliciste a. Les journaux ( Scripps-Howard > publient un
editorial sur la reflexion de M. Molotov relative a la bombe
atomique, qui se termine ainsi : ( Que la Russie ait ou non
la bombe, la poitique americaine doit demeurer la meme.
*Nous devons fare tout ce qui est en notre pouvoir pour
preserver la paix menace constamment par la Russie et en
attendant nous devons etre prets et posseder une superlorite
militaire pour le cas oft la guerre nous serait impose. )
La press et la radio voient dans le tres court message
adresse par M. Truman a M. Staline, a l'occasion du tren-
tibme aniversaire de la revolution russe, un signe des temps,
refl6tant 1'6tat des relations russo-americaines. Ce message
n'a en effet que trois lignes et ne compote aucune des
formules d'usage a l'6gard du g6neralissime Staline. Il ne
mentionne que le people russe et le people am6ricain.

5. Indochine

Une depiche ( AP ) de Hanoi signal qu'un convoy fran-
cais a 6te attaqu6 par les Vietnamiens, qui tuerent SO sol-
dats frangais et 50 Annamites. Une d6epche ( UP > de
Paris declare que dans les milieux diplomatiques on a espoir
que la paix interviendra en Indochine avant la Noel. Les ne-
goclations entire l'empereur Bao Dal et les representants
frainals seraient sur le point d'aboutir. Cette d6epche si-
gnale que M. Bullitt aurait cherch6, sans succes, A servir
de me6dateur au course de son voyage en Indochine.
Un article de Sherrod, correspondent de a Life a) Shan-
gal, est tout entier consacre a la Legion Etrangere en Indo-
chine. Il rapporte qu'une majority de legionnaires sont des
Allemands recrutes apris elimination des criminals de guerre
ou SS. Il cite un certain nombre de faits prouvant que ces
Allemands n'ont pas oublid leur education nazie.

6. La situation en France

C'est encore les groves qui sont le sujet du plus grand
nombre d'articles dans la press americaine. Les measures pri-
ses par le Gouvernement pour contrbler les prix sont men-
tionnees dans certain autres, qui estiment en general qu'on
ne saurait encore se prononcer sur I'efficacit6 de ces measures
et signalent la resistance qu'elles ont deja rencontre aupres
des detaillants

a) APRES LA PUBLICATION DU RAPPORT DE LA 'COMMISSION
HARRIMAN (New York Hera d Trtibiute, 9/11).

< ...Ce rapport n'offre pas A l'Europe occidentale ]e
moyen de bien vivre grAce aux subsides am.ricains. II
r6duit un grand nombre des denmandes formulces par les
Etats europCens. II exige quB ccux-ci applikquent des po-
litiques fiscales, qui, si bien concues et si essentielles


klu'elles soient, imposeraient de dures 6preuves aux
gouvernements -charg6s de les appliquer. Les difficulties
que rencontre actuellement M. Ramadier en France, en
n'appliquant qu'une parties seulement de cette politique
fiscal, constituent la preuve convaincante que la mise
en vigueur du plan Marshall, selon les directives du
rapport Harriman, soulAvera de nombreuses difficulties a
1'6tranger, et exigera du courage et de la determination
de la part des pays qui recevront I'aide americaine.

Il est n6cessaire de souligner le fait que le plan Mar-
shall,, tel qu'il se pr6sente actuellenient, n'est pas un
plan qui permette de r6soudre les difficulties du monde
en cr6ant un nouvel organisme gouverneanental et en
mettant des fonds, mAme important, h sa disposition.
Le plan .ne s'appliquera pas automatigiuement h 'l'int6-
rieur on l'a tranger. 11 faudra de la resolution et de la
sagesse pour le r6aliser et ses ramifications s'etendront
a presque toutes 'les branches de la politique 6trangere
et interieure des Etats-Unis. Si par example on donne a
la reconstruction de I'Allemagne une certain prioritA
dans le plan come le propose la commission Harri-
man les consequences politiques et strat6giques d'une
decision de ce genre devront etre pesbes avec le plus
grand soin et 1'on devra'prend're les measures de security
nicessaires. La n6cessit6 d'une tell action dolt 6tre
expliquee soigneusement, non seulement en terms eco-
nomiques, mais aussi politiques si P'on ne veut pas que
1'effet du plan Marshall sur les victims de I'Allemagne
soit perdu...

b) LA POLITIQUE ATRANGERE DES ETATS-UNIS (Niew Yprk
Herald Tribune, 9/11, Ed. europ.).

a ...Toute la parties de 1'Europe qui est situ6e en
dehors de la sphere d'influence sovi6tique' est obsedee
par deux craintes. La premiere est que nous n'agissions
pas de facon decisive et efficace avant qu'il ne soit trop
tard pour arrAter l'Arm6e Rouge dans son advance vers
l'Ouest; .c'est aussi que 1'Arm6e Rouge n'avance vers
l'Ouest si Moscou venait a penser que nous ne pouvoni
pas reagir promptement et de facon adequate. La deuxie-
mie crainte c'est que nous nous querellions avec les Russes
au sujet de 1'Extreme-Orient on du Moyen-Orient et que
nous oublions que la guerre, o f qu'elle commence, se
livrera en Europe. En d'autres terms, l'Europe a peur
que nous ne la defendions pas et en meme temps que
nous I'entrainions dans une guerre.
II me semble que le remede s'impose presque de lui-
meme. II consiste a trouver le moyen de declarer sans
dquivoque qu'une advance de troupes iau delh de la li-
gne fix6e par l'armistice constituerait un acte de
guerre; que l'armistice ne yeleve pas de la jurisdiction
du 'Conseil de SecuritA et que par consequent, en ,cas
de violation des clauses d'armistice, le droit de veto est
inoperant...
Mais cela ne suffit pas. I1 est n6cessaire d'apaiser la
crainte qui existe du fait que nous pourrions etre obli-
g6s, incites ou tents, de nous servir de notre enorme
superiority offensive. Nous devrions par consequent de-
clarer, a mon avis, avant que 1'Assembl6e general
.ne s'ajourne que npus n'utiliserons jamais la bombe
atomique ni aucune autre arme, sinon pour r6pondre
a une aggression militaire deliberee, ouverte et qualified
de la part d"une grande puissance... >
(WALTER LIPPMANN.)






(i BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ETRANGERE


III. PRESS SUISSE *


LE PROBLEME ALLEMAND (Nlue Ziircher Zei3luny, 9/11).

a ...L'ancien sous-secr6taire d'Etat Sumner Welles a
d6jA d6clar6 que 1'adhesion au r6tablissement de l'unitA
allemande pr6conis6 par Moscou livrerait toute 1'Alle-
magne au communism et cr6erait les conditions d'une
alliance germano-russe. Le premier de *ces deux dan-
gers entraine I'autre apres lui, et comme les Etats-Unis
doivent emp6cher A tout prix la constitution d'un bloc
de puissances aussi redoutable, ils s'opposeront 6gale-
iment A extension de I'influence des communists en
Allemagne. Sur cc second point tout particulibrement,
M. Sumner Welles voit plus clair que ces journalists
americains selon lesquels avec les elections municipales
francaises et les 6preuves de force politiques qui, dans
d'autres pays, ont labouti A un r6sultat semblable,
1'avance des communists en Europe est .d6finitivement
enray6e ou meme qu'un movement de regression lui
a de6ja succ6de. Sans doute les peuples europ6ens se sont
prononces contre le communism A grande imajorit6
lorsqu'ils out pu exprimer leur'opinion selon les regles
d6mocratiiques; mais pour que cette volont6 s'imposAt


dans les masses d6sorient6es par la guerre et ses cons6-
quences it a d'abord fallu en ce qui concern divers
pays que l'Amerique apportAt la preuve qu'elle itait
d6termin6e a endiguer la pouss6e de 1'expansionnismc
russe, et qu'elle s'y opposait m6me quand 1'U. R. S. S.
s'efforgait d'atteindre ses objectifs non par des imoyens
militaires, mais sous la forme apparemment plus inof-
fensive de l'infiltration communistt. C'est pourquoi
loFsque quelques journalists am6ricains, s'appuyant sur
les r6sultats des dernibres elections en Europe, s'effor-
cent de caract6riser apris coup 1'adoption de la < doc-
trine ) Truman comme une manifestation superflue,
voire meme comme une erreur due A 1'inspiration d'anti-
communistes fanatiques, on doit voir 1l la marque d'une
ignorance complete des r6alit6s mondiales actuelles.
MAme en ce moment, il serait pr6matur6 de donner le
.signal de cessation du -combat, alors pr6cis.ament qu'en
Allemagne se dessine, avec toute la riettet possible, une
nouvelle maneuvre grAce A laquelle Moscou espAre en-
core infliger aux puissances occidentales une d6faite
decisivee. Une semblable d6faite entrainerait n6cessaire-
ment des consequences lointaines qui remettraient en
jeu tous les r6sultats que la politique am6ricaine a obte-
nus depuis le printemps sous la direction du gn.6ral
Marshall... >


. P. 1. m 7i -


S. P. 1. Im~p.. 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


Prix : 6 fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs