Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00221
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: October 27, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00221
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRAN(AIS
D'INFORMATION
MINISTERE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)


LA DOCUMENTATION FRANCHISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE INFORMATION
ET DE PRESS


Direction de la Docluntentation
14-16, rue Lord Byron, Paris (8')






BULLETIN


DE



27 octobre 1947.


PRESS


ETRANGI RE


Nouvelle Sbrie No 804


SOMMIAIRRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
,a) La convocation du Congres en session sipeciale
(News Chronicle, 25/10).
b) Le problem allemand (Times, 25/10).
c) La situation en Indochine (Manchester Guardian,
24/10.
II. PRESS AMERICAINE.
a) La convocation du Congres en session special
(New York Herald Tribune, 24/10).
b) Le iprobleme allemand (New York Herald Tri-
bluei, 25/10, edit. europ.).
III. PRESS SOVItTIQUE.
IV. PRESS BELGE.


La reprise des n6gociations commercials
sovietiques (Le Drapeau Rouge, 24/10).


anglo-


V. PRESS SUISSE.
La situation politique en France.
1. Le Journal de Genve 1(25/10).
2. La Tribmue de Genhve (24/10).


I. PRESS BRITANNiQLUE


Revue de la press britannique du 25 octobre 1947
La press de ce matin est dans l'ensemble assez peu four-
nie. Elle done notamment ia premiere place aux questions
6conomiques et en second lieu a l'aide americaine h 1'Eu-
rope. La France, pour sa part, ne fournit matiere qu'a deux
d6epches dans le ( Times ) et le < Daily Telegraph > et a
un long article de Dereck Kartoun dans le ( Daily Wor-
ker ). Une grande place est occupee dans tous les journaux
par les comptes rendVs photographiques de la catastrophe
de chemin de fer qui a cause la mort de plus de 30 per-
sonnes dans la banlieue londonienne.


1. Economie britannique
Deux questions d'ordre economique se partagent l'inte-
ret de la press : 1 La publication dans une dizaine de jours
d'un Livre Blanc 6conomique, qui expliquera en detail les
differentes reductions apportees aux investissements du ca-
pital, national, au programme des grands travaux, aux ser-
vices publics, a la defense national, etc....; 2o La reponse
faite hier par M. Dalton aux membres de la Chambre des
Communes qui avaient accuse le gouvernement britannique
de dilapider les reserves en dollars du pays.
2. Aide americaine a 1'Europe
Presque tous, les journaux accordent une place impor-
tante A la decision prise par le President Truman de convo-
quer le Congres en session special.
D'apres le correspondent du ( Times ), cette decision au-
rait ete accueillie a Washington par ( un soupir de soula-
gement ). Ceux qui ont travaille au Plan Marshall savent
enfin que leurs efforts n'ont pas ete vains.
Ce correspondent estime, luf aussi, que la ( lourde machine
americaine > a pu etre mise en movement a temps et que,
tout maintenant depend du Congres.
Le ( Manchester Guardian ) public une depeche A.P. de
Washington, faisant 6tat des premieres critiques adressees
au President Truman par les Republicains qui l'accuseraient
de ne pas avoir fait confiance aux chefs du Congres.
Cette d6epche mentionne aussi les declarations de M. Ta-
ber, d'apres lesquelles la situation serait meilleure en Ita-
lic qu'en France. La detresse frangaise pourrait s'ameliorer
si les Frangais reprenaient confiance dans leur monnaie et
equilibraient leur budget en faisant sortir 1'or qui se cache.
Le ( Daily Mail > public une longue depeche Reuter re-
sumant l'appel adresse par le President Truman au people
americain sur l'urgence d'une aide a la France et a l'Italie.
3. U.R.SS.
Plusieurs journaux, don't le ( Manchester Guardian > et
le ( Daily Telegraph ), publient des depeches annoncant
que le personnel de l'ambassade du Bresil a Moscou ne sera
autoris6 a quitter la Russie que lorsque la security des di-
plomates russes au Bresil aura ete assure.
4. France
Le correspondent parisien du (( Daily Telegraph ) s'attend
Sd'ce que le nouveau gouvernement Ramadier obtienne la
confiance de la Chambre A une faible majority.







2 BULLETIN QUOTID1EN DE PRESS ETRANGARE


Celui du a Times a pense que certain socialists seront
enclins A fire bloc avec les communists centre le R.P.F.
en d6pit des conseils de M. LCon Blum.
.D. Kartun, dans le a Daily Worker >, intitule son article
sur la France et sur le general de Gaulle a La France en
face d'un nouveau tyran >, et compare le general de Gaulle
a Napoleon I"', Napoleon III et Petain.

5. Turquie
Le ( Manchester Guardian > et le << Daily Telegraph a
publient le compare rendu de declarations du delegu6 turc a
I'O.N.U., accusant 1'U.R.S.S. de se livrer en Turquie a une
champagne de propaganda destinCe a dresser le people turc
centre les Allies.
6. Allemagne
Le < Times ) et le a Manchester Guardian > analysent le
rapport de la Commission charge de fixer le coit de l'oc-
cupation de la bizone.
7. Iran
Le correspondent diplomatique du a Manchester Guar-
dian a pense que le relus oppose par le Parlement iranien
S1l'octroi de concessions a des Compagnies Ctrangeres, y
comprisIles companies sovirto-iraniennes sera sujet a revi-
sion... La Constitution iranienne, rappelle ce correspondent,
s'oppose A l'octroi de concessions sans l'assentiment du Par-
lement, mais il n'en reste pas moins que le Premier Minis-
tre a signed un accord avec le gouvernement sovietique et
qu'il a mis son pays dans une situation tres difficile.

8. Espagne
Plusieurs journaux font 6tat de notes energiques remises
par le gouvernement espagnol a l'ambassade de Grande-Bre-
tagne a Londres, accusant M. Bevin d'intervenir dans les
affaires interieures de 1'Espagne.

9. Socialisme international
Le correspondent du ( Manchester Guardian a rapporte
les bruits d'apres lesquels le bureau international socialist
Socumforrn pourrait se constituer prochainement. Ce
novel organisme aurait pour but de rassembler tous les
groupements socialists. L'un de ses plus graves effects serait
de scinder les socialists d'Europe en deux camps opposes.

a) LA CONVOCATION DU CONGiESi EN SESSION SlPECIALE
(News Cloztoiiccle, 25/10, liberAl)

< Hier, les nouvelles qui nous venaient d'Amnrique
Btaient bonnes. Le Congres doit etre convoqu6 le 17 no-
vembre et il discutera de l'aide a l'Europe avant l'an-
n6e prochaine.
Cette decision prisee au seuil de l'hiver a line impor-
tance vitale pour des milliers d'Europbens. Si le Con-
gres ne s'6tait pas r6uni avant le mois de janvier, il au-
rait &ti tres difficile en fait d'envoyer suffisamment de
denrees alimenlaires de l'autre c6te de I'Atlantique
avant que de nombreuses parties'du continent ne soient
en proie A la famine. Maintenant, it est possible que
I'aide vienne en temps opportun.
Cette nouvelle dolt etre bien accueillie aussi parce
qu'elle indique que le gouvernement americain reussit
dans ses tentatives pour faire adopter le plan Marshall
par le Congres et par le people amdricain. L'opinion
publique en arrive rapidement A comprendre le pro-
*blame et la plupart des Americains savent maintenant
qu'ils devront faire quelque chose pour 1'Europe...
Le fait que les Etats-Unis commencent A saisir l'im-
portance du problnme est soulign6 par les declarations
du President relatives A la hausse des prix. C'est une
question que tous les AmBricains comprenn.ent. C'est
aussi l'une des principles difficultis auxquelles se


heurte l'Euroipe. Ou bien les estimations du rapport de
la Conference de Paris doivent etre revisees dans le
sens d'une majoration, ou bien 1'AmCrique doit stabi-
liser ses prix. >

b) LE PROBLEM ALLEMAND (Tnies, 25/10) :

< Le rapport qui a Ble publiC hier sur les dCpenses
relatives a l'Allemagne vient tout A fait a son heure et
devrait largement contribuer a fire naitre une discus-
sion constructive sur des questions don't 1'esprit parti-
san est genCralement absent. Ce rapport est digne db
1'6tude excellent qui avait itC faite I'an dernier ipar la
commission du budget (Select Committee on Estimates)
et l'exp6rience que plusieurs membres de la commission
avaient des questions allemandes a certainement exerce
une influence heureuse...
II est evident depuis longtemps que l'administration
dans le cadre des << zones >, sous sa forme actuelle,
est entierement incompatible avec n'importe quelle me-
sure veritable d'aide et de relevement. Personne ne peut
serieusenlent nmettre en doute que la Commission ait
raison quand elle conclut qu'on devrait prendre toutes
les mnesures pour assurer immediatement l'unification
economique immediate des zones d'occupation; on ne
peut douter non plus qu'a d6faut de cette unification la
reorganisation doive Ctre poussee aussi loin que les dif-
fdrentes puissances occupants le permettront...
En pratique, on a maintenant le choix entire l'uni-
fication de quatre ou de trois zones, et cette decision
incombera aux ministres des Affaires etrang6res quand
ils se rencontreront A Londres. Si l'attitude soviCtique
est eh conformitC avec l'assurance donn6e r6cemment
ipar M. Staline A une delegation parlementaire britan-
nique, assurance aux terms de laquelle 1'Union sovib-
tique fera volontiers la moiti6 du chemin pour s'enten-
dre avec les puissances occidentales, on peut espCrer
alors que les chances de succes en novembre seront
beaucoup plus solides qu'elles ne le semblent actuelle-
nent. Mi. Staline, il est vrai, a parl de commerce, mais
le developpement des relations commercials entire 1'Est
et 1 'uest depend beaucoup d'une entente h propos de
1'Allemagne. Si I'on fait preuve de bonne volont6 et de
bonne diplomatic, il n'y a plus de raison pour que la
Conference de novembre Cchoue. L'influence qu'exer-
cerait la conclusion d'un accord dans tout le domaine
de la politique international ne permet pas de douter
que l'attitude de cooperation A laquelle M. Staline a faith
allusion, contrastant avec les paroles obscures de M. Jda-
nov relatCes il y a quelques jours, trouverait les Ipuis-
sances occidentales dans de semblables dispositions. >

c) LA SITUATION EN INDOCHINE (lian.chester Guandian,
24/10, liberal) :

...L'ancien empereur Bao-Dai, qui a Iet sollicite avec
empressement de tous c6t6s, semble avoir examine la
situation sous tous ses aspects et il a fait connaitre h
M. Bollaert A quelles conditions il retournerait en Indo-
chine... L'ancien empereur rejette les propositions de
M. Bollaert. Mais les Francais aspirent toujours parvenir
a un accord avec Bao-Dai. C'est pour a'ppuyer les n6go-
ciations, disent-ils, qu'ils ont entrepris les rdcentes op6-
rations militaires au nord de Hanoi dans le but de dC-
truire l'organisation de guerilla des extremistes du Viet-
Minh. Le Viet-Minh ne veut avoir aucun rapport avec
Bao-Dai et la semaine dernidre il a ordonn6 aux gue-
rillas de ddclencher contre les Frangais < la guerre
totale et d'utiliser la tactique de la terre brfulde Cette
menace aurait beaucoup moins de poids si la France
n'6tait pas affaiblie par une crise interieure. )







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS iTRANGBRE


II. PRESS AMERICAINE



Revue de la press americaine du 24 octobre 1947

1. Session special du Congres

La decision prise hier par le President Truman de con-
voquer le Congres en session sp6ciale le 17 rovembre pro-
chain, constitute lanouvelle la plus important du'jour.Tous
les journaux l'annoncent sous de gros titres en premiere
page et soulignent que cette session s'occupera non seule-
ment du probleme de l'aide a 1'Europe, mais, 6galement, de
celui de 1'inflation des prix americains. Les premieres reac-
tions des membres du CongrBs sont, dans 1'ensemble, favo-
rables a cette initiative presidentielle, mais on note, dans
les declarations faites par les reprdsentants r6publicains,
une tendance a vouloir elargir I'ordre du jour fix6 par le
President pour cette session sp6ciale. Le correspondent du
(< New York Times ) s'6tonne que le President ait donnd
pour motif principal a cette convocation du Congres le be-
soin de controler les prix americains et d'6viter l'inflation.
II dit qu'en ayant fait passer au second plan la question
de l'aide americaine a 1'Europe. le President a ouvert la
voie aux discussions de problemes de politique interieure.
Ce correspondent declare que les leaders du Congres qui
avaient rencontr6 le President avant que cette decision
ffit annoncee avaient ete informs que le President deman-
derait 357 millions de dollars pour la France et 285 millions
de dollars pour 1'Italie, pour leur permettre d'importer de
la nourriture et du combustible n6cissaires jusqu'a la fin
mars. Cette aide americaine, ajoute-t-il, serait faite sous
forme de ( grant in aid >, c'est-a-dire de dons en nature et
a sans aucun espoir de remboursement a>.
Les editoriaux consacres a cette decision y sont tous favo-
rables. ( Le New York Times a declare qu'on dolt feliciter
le President pour sa decision et ajoute qu'il faut espierer
que le Congres se montrera a' la hauteur de la sagesse de
son initiative.
Le ( Washington Post ) 6crit qu'on eprouve un sentiment
de soulagement general A la suite de la decision prise par
le President de rappeler le Congres en session sp6ciale le
17 novemnbre pour traiter les problems de 1'aide a 1'Europe
et de 1'inflation intdrieure. Ce journal ajoute : Nous sa-
luons, avec plaisir, la decision pr6sidentielle. )
Le < Baltimore Suri ), de son c6te, est heureux de voir
que < le President Truman a trouv6 finalement le courage
pour fire face aux n6cessit6s de la crise ).
( P. M. ) estime egalement que cette decision est < aussi
satisfaisante qu'elle est tardivc )).
M. Truman exposera, ce soir, a la radio, les raisons qui
1'ont pouss6 a convoquer le Congres.

2. Allemagne
Le Dr. Schumacher a fait hier a Washington, sous les
auspices du minister du Travail, des declarations a la
press que celle-ci rapporte ce matin. Selon le ( Baltimore
Sun ), il aurait mis en garde l'Amdrique contre tout nou-
veau demantelement des usines allemandes, celui-ci risquant
de priver 1'Europe des moyens de production que possede
encore l'Allemagne. Le plan Marshall, aurait-il declare, fonc-
tionnerait beaucoup mieux si 1'Allemagne conservait toutes
ses usines et si on l'aidait a reparer celles qui ont 6te de-
truites.
Un'editorial du i( Wall Street Journal ), intitule'<( L'Eu-
rope, c'est 1'Allemagne ), reprend les declarations d'un in-
dustriel americain, M. Brown, qui vient de faire un voyage
en Allemagne sur la demand du general Clay. M. Brown
aurait demand une revision des politiques d'occupation, de
fagon a permettre a 1'Allemagne de se reorganiser libre-
ment au point de vue industrial, un contrl6e militaire allied
6tant maintenu pour s'assurer que la production allemande
n'est pas une production de guerre. L'dditorial conclut a la
ndcessit6 de sortir 1'Allemagne de 1'impasse economique ofa
elle se trouve et de modifier les politiques d'occupation qui
gfnent la reconstruction allemande.


3. Assembl6e g6nerale de PO. N. U.

Les discussions portant sur la propaganda belliciste dans
le monde et les diverse resolutions 'qui ont 6te presentbes
par les Russes, les Canadiens et les Australiens, sont rap-
portees largement dans la plupart des journaux. L'inter-
vention de M. Austin, d6l6gud americain, qui s'est oppose
A la resolution russe, est particulicrement bien reproduite.

4. Relations americano-russes

Le ministry du Commerce announce que les exportations
de petrole am6ricain seront limitees a douze millions de
barils pour le dernier trimestre de cette annee et que la
Russie, qui n'a pas rempli certaines conditions, ne recevra
aucun contingent pour ce trimestre. La reprise du contr5le
des exportations de p6trole entraine la r(cessite pour les
acheteurs strangers d'obtenir une licence qui n'est delivrde
que lorsqu'ils r6pondent d'une fagon, satisfaisante a un ques-
.tionnaire. La Russie n'ayant pas encore r6pondu a ce ques-
tionnaire ne pourra pas recevoir la licence, pr6cise-t-on au
Departement du Commerce.

5. France

Les declarations faites hier par M. Ramadier a la press
sont bien reproduites sous des titres indiquant que le Pre-
sident voit dans les communists et les gaullistes une me-
nace centre la Republique. Le correspondent du ( New York
Herald Tribune ) note que les membres de 1'U.D.S.R. et du
parti radical-socialiste sont prets a soutenir le R.P.F. et il
rapporte l'opinion des observateurs politiques qui estiment
que M. Ramadier parlait seulement en tant que representant
d'un gouvernement temporaire don't la longdvite dependait
du R.P.F., et il ajoute que ces evenements mettent en evi-
dence que le general de Gaulle peut decider de 1'avenir du
cabinet.
Le correspondent du ( New York Times > declare que
M. Ramadier cherchera a recevoir un vote de confiance de
l'Assemblee, mardi prochain. Selon ce correspondent, on a
de bonnes raisons de croire que, si M. Ramadier obtient une
faible majority, ce sera parce qu'il se sera produit autour
de lui un ralliement de ceux qui, quel que soit leur parti,
croient que le gouvernement actuel est la seule barriere pos-
sible au desordre.
Une depeche e A.P. > dit qu'il parait douteux que le
nouveau cabinet puisse obtenir une majority a la Chambre.
Dans ce cas, ajoute-t-elle, M. Auriol choisirait un nouveau
premier ministry qui ne serait pas necessairement le gend-
ral de Gaulle, car ses representants disent qu'il n'acceptera
pas ce poste 6tant donned la composition actuelle de l'Assem-
blee national.


.') LA CONVOCATION DU CONGRESS EN SESSION SPECIALE
(NAew York IMellrd Tribu ~e, 24/10)

< ...Le secr6taire d'Etat nous a dit enfin que le mo-
ment 6tait venu d'agir. Le President vient enfin de
monirer qu'il a le courage d'agir pour rem6dier a
la situation international d6sastreuse et a inflation
aux Etats-Unis sans essayer d'en laisser la responsa-
bilit6 a d'autres. On nous dit que des plans v6ritables
ont et6 prepards, plans d'une vaste po.rLee, qui ont de-
mand& un plus grand effort de cooperation de la part
de toutes les branches du gouvernement, que tous ceux
qui avaient Wte deploys jus'que-la sur le plan 'de la
< strat6gie civil >. Si tout cela est vrai, si on en a
v6riLableinent fini avec les atermoiements et les con-
tradictions qui ont assombri les derniers mois, si les
plans sont coherents, compr6hensibles et exposes en
detail a la nation, il ne faith aucun 'doute, pensons-nous,
que la nation se montrera dispose a appuyer toute
action jug6e n6cessaire pour remidier a la crise am&-
ricaine et mondiale.








I4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGEBE


b) LE PROBLEME ALLEMAND l(New York H)e'rkiM Tfibunie,
25/10, edition europeenne)

a Les relations commercials entire la bizone et la
zone sovi6tique d'oc.cupation sont, sur 'bien des points,
pratiques, semblables aux relations qui existeraient en-
tre deux pays strangers. Ainsi, les barrixres qui sepa-
rent les zones ont hat6 la constitution 'de ( deux Alle-
magnes >> orientale et occidentale aux bases &.co-
nomfques et aux buts politiques diff6rents.
Cette division a renforce la tendance qui conduit
deja l'Allemagne occidental i se rapprocher de plus
en plus de ]'Europe occidentale, taqdis que l'Allemagne
orientale resserre ses liens economiques avec 1'Europe
oriental.
Les differences qui existent entire les regions occi-
deniales et orientales de 1'Allemagne s'accentuent cha-
que jour, rendent plus difficile la tAche des quatre.s mi-
nistres des Affaires 6trangBres qui, pour parvenir a
unification economique de l'Allemagne qu'ils s'etaient
proipos@e, devraient s'entendre en novembre pour annu-
ler de nombreuses measures prises dans leurs zones res-
pectives, atin de trouver un regime acceptable pour
tous. a
(MARGUERITE HIGGINS.)


Presse soviitique du 24 octobre 1947

Quatre themes que relient entire eux les preoccupations
causees par la politique americaine, constituent l'essentiel
des rubriques etrangeres de la press sovietique.

1. L'Assemblee general de 1'O.N.U.

Dans leurs comptes rendus relatifs aux reunions du Co-
mite politique du 22 octobre, les journaux sont unanimes a
critiquer les discours de M. tvatt et de M. Austin, et repro-
duisent la declaration de M. Vychinski avec des sous-titres
significatifs : ( Les calomnies provocatrices des fauteurs de
guerre contre IlU.R.S.S. a, < On s'abrite derriere la liberty
de la press >>, < Hater la reduction des armements, inter-
dire les armements atomiques >>.

2. Politique du D6partement d'Etat

La politique du D6partement d'Etat et ses incidences font
l'objet d'une serie de tCelgrammes de second plan, et l'on
peut reliever les titres suivants : a Tentatives pour career un
bloc turco-iranien >, < Le Daily Worker ) et la politique
americaine (a propos du livre de M. Byrnes) a, a Des offi-
ciers americains dirigent les operations centre les partisans
grecs >, a Declarations du minister des Affaires etrangeres
de Tchecoslovaquie a propos de la rupture avec le Chili >.


3. La lutte pour la democratic dans le monde


III. PRESS SOVIETIQUE




Revue de la press sovietique du 23 octobre 1947

Les rubriques 6trangeres garden un caractere de pole-
mique et sont toujours consacrees a la politique du Departe-
ment c'Etat.

1. Politique du Departement d'Etat

La press donne de large extraits de la lettre adressee
aux gouvernements americain et britannique par le Front
National democratique en Corde du Nord. Faisant un expose
de la situation politique en Coree du Sud, le parti soumet la
liste de ses revendications concernant cette derniere re-
gion : 1 mettre fin aux arrestations arbitraires de patriotes
cordens luttant pour leur liberty; 2o proteger les associa-
tions democratiques contre les persecutions don't elles sont
victims et leur permettre d'etendre leurs activities; 3" libC-
rer tous les militants democratiques qui sont en prison;
4 restituer aux organizations d6mocratiques les immeubles
et les biens don't elles ont ete spoliees; 5" autoriser la libre
,publication des journaux democratiques; 6" punir severe-
ment les reactionnaires et les terrorists pour les assassi-
nats et autres violence commis par eux. La politique du
DIpartement d'Etat et ses incidences font l'objet d'une sd-
rie de t6lgrammes de second plan, et 1'on peut reliever les
titres suivants : a Les Etats-Unis fournissent des munitions
aux forces du Kuomintang >, ( Les Syndicats anglais pro-
testent centre la terreur en Grece ).
D'autre part, le texte du communique relatif a la rupture
des relations diplomatiques entire I'U.R.S.S. et le Chili pa-
rait dans tous les journaux.

2. France

La press public des informations relatives a la emission
des membres du gouvernement frangais et a la declaration
de M. Leon Jouhaux a New-York. Elle announce egalement la
fin de la greve des transports a Paris et reproduit les sta-
tistiques de ( l'Humanit6 ) concernant les elections muni-
cipales.


Toute la press donne la nouvelle composition du gouver-
nement Ramadier. D'autre part, Trud public un commen-
taire de Lazarev, sur les congress de I'A.F.L. (American Fede-
ration of Labour) et du C.I.O. (Congress of Industrial Or-
ganisations). Parlant des travaux qui se sont deroules ( dans
une atmosphere politique compliquee tant au point de vue
international qu'au point de vue interieur >, le journalist
se lance dans une violent attaque contre la direction de
I'A.F.L. A son avis, cet organism est rest fiddle a ses tra-
ditions : ( Servir d'dtendard aux milieu reactionnaires
les plus antidimocratiques ). II oppose a cette attitude celle
de John Lewis qui par son discours < a creus6 une certain
breche dans le front uni des leaders de la federation >. Se-
lon M. Lazarev, le congress du C.I.O. a confirmed de fagon
incontestable les paroles du chef de la delegation sovieti-
que a 1'Assembl6e general, M. Vychinski, lorsqd'il a declare
que le people americain, comme les peuples des autres pays
democratiques, est oppose a une nouvelle guerre. Toujours,
selon ce correspondent, les decisions du Congrds ont tra-
duit le bon sens de millions d'honnetes AmBricains qui veu-
lent la paix et qui recherchent l'amitie des autres peuples
democratiques.
Le meme chroniqueur consacre dans le meme organe un
article a l'union des parties communist et socialist en Rou-
manie. Il dit que la creation en Roumanie d'un parti ou-
vrier unique est un fait de grande importance politique. II
ajoute que tandis que les chefs socialists de droite dans
les pays de 1'Ouest de l'Europe cherchent a diviser la classes
ouvriere et a 1'asservir au capital stranger, la Roumanie en
realisant la pleine unite d'action de la classes ouvriere
exprime sa volonte d'assurer 1'independance et la liberty des
peuples d6mocratiques.

4. Proces de Berlin

Tous les journaux publient l'acte dfaccusation du process
des bourreaux hitlriens de 1'ex-camp de concentration de
Saxenhausen. L'agerice Tass signal dans ses comptes ren-
dus la presence de journalists strangers, de representants
des zones occiddntales ainsi que de d6legues des parties poli-
tiques allemands.
Dans son editorial, le journal ( Izvestija > tente de dega-
ger la signification international du proces de Berlin qu'il
relief a 1'ensemble de la lutte des forces democratiques con.
tre l'imperialisme.







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGERE


IV. PRESS BELGE



LA REPRISE DES NEGOCIATIONS COMMERCIALS ANGLO-
:SOVIfTIQUES (Le Drtapeau Riougoe, 24/10, commu-
niste) :

< ...Meme dans 1'hypothese d'un 6quilibre commer-
cial avec les Etats-Unis, ceux-ci ne sauraient acheter
qu'une parties relativement petite de la production an-
glaise. La voie de salut, de l'in'd6pendance est ailleurs :
1'Angleterre ne pourra r6aliser le plan 'Cripps d'expor-
tation qu'en signant un accord commercial de grande
ampleur avec 1'U.R.S.S.
Bien entendu, les obstacles ne manquent pas. Ils sont
d'ordre politique. Mais il semble bien que les indus-
triels britannipques commencent h se rendre compete que
l'antisovi6tisme est un mauvais conseiller...
Du c6t6 de I'U.R.S.S., il n'y a pas d'obstacles, bien au
contraire. La declaration de Staline aux parlementaires
britanniques en fait foi. Le president du gouvernement
sovi6tique a eu soin de preciser que d'6troites relations
economiques permettent de r6soudre en m&me temps
le pro'blme de la paix.
A I'heure of, sous la pression des Etats-Unis, les
satellites de l'Am6rique latine rompent avec 'U.R.S.S.
pour essayer de 1'isoler et d'aggraver les relations inter-
nationales, les amis de la paix de manqueront pas 'de
soutenir toute initiative de rapprochement entire les
pays de PEst et de l'Occident... >
(J. Lo.NCIN.)



V. PRESS SUISSE



LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE.

1. JouarnllI de Gegi6ve (25/10) :
((...A tous les points de vue, aussi bien sur le terrain
politique que sur le terrain social, M. Ramadier parait
devoir se trouver dans une position trbs dangereuse.
Le moins qu'on puiss'e dire, c'est qu'en pregnant position
contre le RP.F. et en pr6tendant tenir la balance gale
entire lui et les communists, il n'a pas fortifi6 sa posi-
tion.
Dans 1'ensemble, les predictions sont assez pessimis-
tes sur l'avenir de son gouvernement. Ce pessimisme
s'est trouv6 accentu6 dans la soir6e de jeudi par la nou-
velle, d'une part, que 1'U.D.S.R. et le Rassemblement des
gauches s'6taient montr6s 'd6favorables au cabinet re-
mani6, et que, d'autre part, quelques membres du parti
socialist pr6conisaient une alliance 6lectorale avec les
communists. (Cependant cette tendance ne parait pas
devoir pr6valoir.)
II y a lieu d'observer *que la plupart des groups,
y compris le M.R.P., paraissent r6server leur attitude A


l'6gard 'du gouvernement jusqu'h lundi, lorsqu'on aura
pris connaissance des r6sultats du second tour des 6lec-
tions municipales. La situation pourrait se r6sumer par
le mot < incertitude >.
(Du correspondent a Paris
du Journal de Gevuee.)

2. La Tribug e de Geia e (24/10) :

< ...Supposons que M. Ramadier se retire. Le Pr6si-
dent de la R6publique fera-t-il appel au g6n6ral de
Gaulle ? Rien n'est moins. sfir. Le chef de 1'Etat n'a
,point du tout, dans une felle occurrence, a se fonder sur
les elections municipales. Une seule chose lui imported :
l'avis de l'Assembl6e national, qui 'demeure en fonc-
tion et qui est souveraine. C'est dans cette assemble
meme que le nouveau gouvernement 6ventuel doit s'as-
surer uune majority. Oh sera celle 'du g6n6ral de Gaulle ?
A supposed qu'il se forme, comme on le dit, et comme
c'est en effet possible, un group du R.P.F., qui englo-
bera-t-il ? Le calcul est facile : les d.roites, qui sont
num6riquement restreintes, I'U.D.S.R., qui ne forme
qu'un petit contingent, une fraction du M.R.P., peut-6tre
quelques ra'dicaiux (et c'est d6jh moins sfir...). Mais si
l'on consid6re que les communists et les socialists
forment presque la moiti6 de la Chambre, que nombre
de d6putes du M.R.P. ne sont pas du tout r6sign6s a
l'absorption de leur group (nous en avons eu la preuve
aujourd'hui m6me, au course d'une conversation), que
beaucoup 'de radicaux estiment que leur parti a 61t,
dilmanche dernier, le dindon de la farce, il faut recon-
naitre, toute passion 6cart6e, qu'un cabinet ,de Gaulle
ne saurait, en 1'6tat actuel des choses, obtenir au Parle-
ment l'appui indispensable. A moins, nalurellement, 'que
les socialists ne fassent pencher la balance de son c6te.
Mais imagine-t-on cela ? A ceux qui entretien'draient a
cet 6gard des illusions, on citera simplement ces lignes
du Populare : < La concentration r6actionnairel qui
s'est r6v616e par le scrutiny du 19 octobre est A elle
seule un p6ril tres grave, qui impose la plus grande
vigilance aux r6publicains. >
La dissolution de .1'Assembl6e, d'autre part, est prati-
quement impossible ; une revision constitutionnelle
I'est aussi. Les 61us de 1946 ne peuvent 6tre priv6s de
leur man'dat ; ils ont le droit strict de l'exercer jusqu'au
lerme p'rescrit par la loi.
Alors. oh va-t-on ? Sur ce point, ii faut faire con-
fiance a M. Vincent Auriol. Nous n'avons certes pas la
pr6tention d'etre dans les secrets de 1'Elys6e. Mais ,pour
qui connait le Pr6sident de la R6publtfque, les choses
sont claires : c'est de lui qu'emanera la solution heu-
reuse et harmonieuse ; c'est lui qui, le moment venu
et il n'est pas encore venu -- sugg6rera aux chefs
des groups une mani6re 61egante et equitable de r6sou-
dre ce probl6me 'difficile. N'en disons pas davantage
pour 1'instant. II est en tout cas rassurant pour la
France d'avoir A sa tete, en ces heures si graves, un
veritable homme politique, plein de raison et de sa-
gesse. >
(LITON SAVAHY.)


S. P. 1. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009





















































































Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs