Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00219
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: October 24, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00219
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text




SERVICES FRANCAIS
INFORMATION
(MINISTRE DE LA JEUNESSE,
DBS ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*).


LA DOCUMENTATION FRANQAISE I


MItIST~iER
DES AFFAIRS ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESS

\ OY O.


BULLETIN



DE PRESS


24 octobre 1947.


QUOTI


ETRANG


Nouvelle S6rie No 802


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) La situation politique en France (Times, 23/10).
ib) La situation en Indochine (Time's, 23/10).
II. PRESS AMEHICAINE.
Apr6s les 61ections municipales en France.
1. Wlahiingllon Post (22/1.0).
2. New Ylork SItu (22/10).
3. RildMmond Times Disputch 1(22/10).
III. PRESS SOVILTIQUE.
IV. PRESS BELGE.
Aprbs les elections municipals en France (Le Soir,
23/10).
V. PRESS SUISSE.
Apres les elections municipales en France.
1. Nieum Ziircher Zeitung (23/10).
2. Journal kde Geniue (23/10).


I. PRESSE BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 23 octobre 1947
Diverses questions de politique interieure occupent la ve-
dette dans la press de ce matin : la suppression des achats
de tabac am6ricain, de nouvelles measures qui seront annon-
cees par Sir Stafford Cripps, le problem des salaires, enfin
l'intervention de deux archeveques de 1'Eglise d'Angleterre
W'elevant centre la reduction des pouvoirs de la Chambre
des Lords.
La chronique exterieure est nettement dominee par les
questions frangaises, auxquelles le (< Manchester Guardian >a
consacre son editorial.
Le ( Times ) comment egalement, dans l'un de ses 6di-
toriaux, les nouvelles operations militaires en Indochine
(voir cet article plus loin).
La press s'interesse egalement a la question des p6troles
iraniens, aux declarations de M. Zhdanov sur le < Komin-
form a et a la lutte de 1'Amerique latine centre l'influence
communist.
1. France
Tous les journaux annoncent la admission des membres
du gouvernement et la constitution d'un cabinet restraint.


Le correspondent du ( Times ), apres avoir donned la lite
de ses nouveaux membres, fait 6tat de la surprise cause
par la rapidity des 6venements.
II ne croit pas, pour sa part, que la France, et par con-
sequent l'Assemblee, doivent forcement se scinder en deux
blocs hostiles. Les socialists et un nombre considerable de
M.R.P. desireraient rester des parts du centre, pour con-
tinuer a tenir la balance entire ces deux blocs.
Le < Times a signal que M. Herriot a refuse d'6tre reelu
maire de Lyon, mais il ne pense pas que tous les radicaux
manifesteront une telle hostility au R.P.F. Quant au general
de Gaulle, le retard apporte a ses declarations est sans au-
cun doute une manoeuvre tactique. Celles-ci auront beaucoup
plus de force quand les elections seront terminees.
Ce meme correspondent mentionne ensuite les revendica-
tions presentees par la C.G.T. d'un salaire minimum de
10.500 francs, et souligne les graves difficulties economiques
qui assaillent le gouvernement et les dangers que de telles
revendications toutes justifies qu'elles soient font cou-
rir a 1'economie general du pays.
Le correspondent du < Daily Telegraph > donne surtout
un compete rendu objectif de la journee politique d'hier et
des clauses constitutionnelles qui dicteront le deroulement
des ev6nements.
Le correspondent du e Manchester Guardian > pense que
le remaniement ministeriel a ete di surtout a des motifs de
nature financier et economique, bien que les elections mu-
nicipales aient jou6 un r6le evident. c Quoiqu'il arrive main-
tenant, 6crit-il, la France doit etre dirig6e par ce qui est
en fait un gouvernement de minority, toler6 soit par la
droite, soit par la gauche, soit, s'il a de la chance, par les
deux. a
Les correspondents du ( Daily Mail >) et du ( Daily Ex-
press a ecrivent de leur c6te que M. Ramadier ( s'est d6bar-
rass6 des ministres suspects de sympathie avec le mouve-
ment gaulliste >).
Le < Daily Herald > qualifle de < dramatique > la deci-
sion prise par M. Ramadier de convoquer le Parlement
quinze jours avant la date prevue. Quant a la constitution
du nouveau gouvernement, ce journal estime qu'elle est ( la
premiere des trois lignes de resistance que le President Vin-
cent Auriol dressed pour la defense de la Republique centre
la dictature gaulliste ).
Si cette ligne s'effondre, le President de la Republique fera
alors appel a M. Blum, ( don't le prestige personnel est le
plus haut don't joulsse un homme politique en France a.
M. Blum serait alors charge de former un gouvernement de
coalition.
Le < Negws Chronicle >, le < Daily Express ), le ( Daily
Graphic > ecrivent d'autre part que M. Vincent Auriol vou-
lait confier au general de Gaulle le soin de former le nou-
veau gouvernement, mais que M. Ramadier 1'en a dissuade.


-- ---.
- C








2 3--- BULLETIN QUO'IDIEN DE PRESS TRANGARE


Le correspondent du. ( Times a rend compete des d6clara-
tions de M. Paul Reynaud devant le Club de la press anglo-
americaine.
Le ( Manchester Guardian ) et le ( Daily Telegraph a
font 4tat de la conference du professeur Brogan a la Royal
Empire Society, sur la situation en France.
D'apres ces journaux, le confdrencier a insists sur les dif-
ficult6s 6conomiques de la France et rendues insolubles
( parce que les Francais se refusent d'accepter l'idte pdni-
ble que le monde enter est maintenant pauvre a.
II aurait 6gal6neiat cla6 ,ui s'U doit. rhdisir entire
Washington et Moscpu, als le du puiiple franaig oplcrti
pour Washington.
Le ( Times ), parlant du Salon de 1'Automobile, y volt le
manque caracttristique de l'optimisme frangais en face de
grandes dficultts. -
Ce Salon mzettrait; 40n relief ls idiffilulti. auxq.Ielks 'les
fabricants 'Irangais ont a faire face.
Le correspondent diplomatique du ( Manchester Guar-
dian ) announce la troisitme reunion de la Commission tco-
nomique franco-anglaise pour le 3 novembre. Au course de
cette session les repirsentants frangais auraient intention
de soulever la question d'une reprise du traffic touristique
entire les deux pays.
2. a Kominform ,
Plusieurs journaux, don't le e Times ), rendent compete
des declarations de M. Zhdanov, l'un des reprtsentants du
< Komintorm ) a Varsovie.
Le ( Daily Worker a voit dans ces declarations un di-
menti aux ( calomnies mensongres',* de la -presse capita-
liste contre les buts r6els du < Komintorm a. -

.3..- Amfrique da Sud..,......
LieR T Times public -un long article -de -son correspon-
dant diplomatique sur les measures 'prsentes et futures que -
les gouvernements d'Amerique du Sud ont fi'intention de
prendre pour lutter centre les communists et les disordres
sociaux don't ils seraient les instigateurs.
Le correspondent de ce journal 4 New-York announce que
la police chilienne a arr&td 200 communists.

.4. Nations Unies
Le e Daily Herald > et le <( Daily Worker a mettent en
evidence les declarations de M. Vychinski accusant M.
Churchill d'etre l'instigateur d'une nouvelle-guerre.
5. P6trole iranien
Le ( Times ), le ;(( Daily Telegraph ), le ( Daily Mail a
anioncent que le Parlement iranien a rejete, par 102 voix
centre 2, I'accord irano-sovietique de 1946 sur les p4troles et
qu'il a demand au gouvernement d'entamer. de nouvelles
negociations avec la France.
6. Roumanie
Le correspondent diplomatique du < Manchester Guar-
dian a rend compete des measures prises par le gouvernement
roumain pour eliminer l'opposition et pour preparer i'opi-
nion en vue du procts du Dr Maniu, de son adjoint et de
30 membres important du parti national-paysan.
6. Colonies Italiennes

Le correspondent diplomatique, du ( -Times a signal que
les supplants se sont mis d'accord pour que la Libye soit
la dernire colonies italienne 6tre visit6e par. la Commis-
sion allite.
D'apres le correspondent du < Times a a Madrid, la pres-
se espagnole ferait grand cas des conversations que M.
Prieto et M. Gill Robles ont eues dernierement a Londres.
Le correspondent de ce journal a Paris announce la visit
de M. Gill Robles a Paris et son depart pour Lisbonne.

a). LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE (Tzlmes, 23/10) :
A ...On n'a jamais dout ,que le r6sultat des elections
munitipales aurait de profondes r6perctissions sutt la


situation parlementaire, mais on.a ,Wt6 surprise de la.ra-
pidit6 avec laquelle cet effet s'est manifesto. On peut
declarer en toute certitude que les premiers responsa-
bles de la decision prise le 22 octobre sont les R6pu-
blicains populaires qui,,.tout en constituent le parti l.1
plus nombreux a 1'Assembl6e apres les communists, se
sont trouves priv6s, dimanche dernier, des deux tiers
de l'appui qui leur etait accord auparavant et 'qui est
donn6 maintenant en grand parties aq R.PF. Cela ne
veut pasdir qIile le jarti ui-n me e sbe ralli6 au
genralA iet Gaulleou .q ion pisse s'attefid:re ce rallie-
ment, bien qu'on ait sous les yeux plusieurs examples
personnel d'une telle attitude. Mais les ministres du
M.R.P. sejendent prob:abme col.te, autant gue cea
leur ests, possible, qu'on se it ps beaucfp t cs
voir occitpeit une situationn de )rem er plan.W .
II se ipourrait bien, en fait, que le gouvernement par-
tage cette impression. Si l'on veut consid6rer les r6sul-
tats des elections municipales come un referendum -
et c'est ainsi que tout le monde les a interpr6t6s on
peut dire que le ministtre actuel ne jouit que de la con-
fiance d'un tiers du pays. Le reste de la nation appuie
le R.P.F. ou les communists. On peut avancer que per-
sonne n'envisage unie r6int6gration des communists
dans le cabinet; d'autre part, le R.P.F. n'est ipas un
parti politique et ses int6r6ts ne sont indirectement re-
pr6sentBs a la Chambre que par un group d'une cin-
quantaine de membres appartenant a divers parties.
Aussi est-il difficile de prevoir ce-que va faire M. Rama-
dier en remaniant son Cabinet... >
(Du correspondent a Paris du Times.)

b) LA SITUATION EN INDOClIN-E (Thlnes;,.23/10):
< ...II est prouv4 que le Vikt-Min'i a rtcenIhent: perdu
du terrain au profit d'adversaires politiques qui soutien-
nent qu'il est possible de s'arranger de fagon honorable-"
avec la France. L'6conomie indochinoise a subi d'ef-
froya'bles dommages en raison de application de ia po-
litique de la < terre brfille >, politique qui 4 -6t6 suivie
par les partisans du Dr Ho Chi Minh, et la majority
des populations des trois Ky est vtritablement lasse
d'une lutte qui lui cause tant de mal.
Depuis que la France a manifesto. son dtsir:de laisser
aux habitants de l'Indochine le soin de s'occuper eux-
m6mes de toutes les questions d'administration idirecte
- y compris la s6curit6 int6rieure et de r6soudre
eux-m6mes la question si controvers6e de l'unification
des trois Ky, biun des irrdigtnes'se' d'emandent s'il vaut
la peine de Ipoursuivre la lutte uniquement pour s'as-
surer .les formes ext6rieures d'un statut international
pour 1'Union indochinoise. Certains milieux manifes-
tent encore le d6sir intense d'obtenir ( l'ind6pendance
complete > du territoire; l'ex-empereur d'Annam-Bao-
DaY tire 6videmment parti de cette consideration en-
discutant les conditions auxquelles il acceptera de ren-
trer dans son pays pour mener avec la France les H'go-
ciations relatives A Ia conclusion d'un accord com-i
prdhensif. Mais la structure de l'Union francaise est'
assez couple pour permettre aux aspirations nationals
des Vietnamiens de recevoir une large satisfaction, et
les indigenes paraissent croire de plus en plus sur-
tout alprts la declaration faite le mois dernier par
M. Bollaert au nom di gouvernement francais qu'ils
seraient bien avises de profiter des chances qu'on leur
offre maintenant, ne serait-ce que dans la measure oft
ils y voient une tape vers la realisation de leui blut
final.
L'offensive militaire et diplomatique que mene main-
tenant la France dolt diminuer fortement 'ascendant
du Dr Ho Chi Minh sur la masse du peuple... Si les
Frangais r6ussissent -* constituer des gouverneaents 4.










BULLETIN QUOTIDIAN DE PRESSED STRANGARE 3


large representation populaire dans les territoires qu'ils
contr6lent, les .1ements irr6ductibles qui constituent
actuellement le noyau de la resistance arm6e encour-
ront une reprobation de plus en plus forte. ,



II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press americaine du 22 octobre 1947
1. Les elections mniiicipales

Les resultats des elections sont rapportes de Paris au fur
et A measure qu'ils sont connus. La press note qu'ils consa-
crent la victoire du general de Gaulle et du R.P.F. et repro-
duit cette nouvelle sous des titres indiquant generalement que
le general de Gaulle a battu les communists.
La situation social fait l'objet de longs articles. Une de-
peche U.P. largement reproduite dit que les syndicats domi-
nes par les communists ont fait cesser les groves la suite
de la victoire electoral remportee par le R.P.F.
Le ( New York Sun >, 1' < Evening Star ), le ( Philadelphia
Evening Bulletin ) et le a Wall Street Journal ) consacrent
des editoriaux b ce qu'ils appellent la victoire du general de
Gaulle exprimant leur satisfaction de voir que le commu-
nisme a trouve en France une opposition important et qui
se concentre desormais sous la directions du general de
Gaulle.
L' ( Evening Star a declare que ( le triomphe remarqua-
bie remporte par le general de Gaulle et ses partisans est
dfi, en parties a une question personnelle et, en parties, a
une question ideologique.
Le ( Philadelphia Eveningt Bulletin a remarque que ( le
people frangais a montre a ceux qui en avaient doute hours
de France que son pays ne tourne ;pas le dos a ses ancien-
nes traditions... Les electeurs sont evidemment d'avis qu'ils
peuvent accepter dans une certain measure l'autorite du
general de Gaulle pour arreter la maree communist ).
Le ( Wall Street Journal a pense que le ralliement im-
pressionnant du sentiment frangais autour du general de
Gaulle est, certainement, une preuve que 1'Europe occiden-
tale n'est pas destinee a glisser vers le communism .
Le ( New Daily Worker ), de son cte6, consider que la
doctrine Truman-Marshall divise la France deliberement ,n
deux en posant un faux problem, celui de savoir si les
Frangais sont en faveur de la Russie ou de 1'Amerique. Le
problem cache le fait que le programme du general de
Gaulle est violemment anti-democratique, anti-rCpublicain et
anti-francais.
2. Aide americaine
La press announce qu'une important conference aura lieu
jeudi a la Maison Blanche, elle dolt reunir le President Tru-
man et les leaders du Congres. Selon certain correspondents
cette reunion examinerait la question de l'aide immediate a
1'Europe et etudierait a nouveau les moyens d'apporter cette
aide, s'il est possible, sans une reunion du Congres. Une
decision serait prise a propos d'une session special du
Congres ddns un sens ou dans un autre.
Par ailleurs, la plupart des$ correspondents reconnaissent
que tant du cot6 r6publicain que du c6t6 democrate, le prin-
cipe de venir en aide l1'Europe est desormais acquis.

3. Assemblee general

La press announce en premiere page que par 40 voix con-
tre 6 l'Assemblee g6nerale a etabli un Comite permanent
pour surveiller la situation balkanique. Son siege a ete fixed
a Salonique.
4. U.R.S.S.

La press donne une large publicity a l'annonce faite par
les. Gouvernements bresilien et chilien de la rupture de leurs
relations avec le Gouvernement de Moscou. En outre, elle
annonoe que le Chili a rampu,, egalement1 avec la Tchrco-
slovaquiel


APBtS LES ELECTIONS MUNICIPALES EN FRANCE,

1) Washington Plost, 22/140.

< Bien entendu, personnel ne peut dire ce que front
les communists. Apres avoir mene une champagne Blec-
torale qui est probablement la plus violent de l'histoire,
ils n'ont pas r6alis, de gains et doivent maintenant etu-
dier ce qu'ils front .ensuite. Du fait de la renaissance
du Komintern a laquelle ils ont participle, ils sem-
blaient avoir obtenu carte blanche pour une action di-
recte. Dans ce cas, le general de Gaulle et ses parti-
sans, encourages par le resultat des elections municipa-
les, releveront certainement n'importe quel d6fi. Ils
n'ont pas (plus peur d'une action directed que les commu-
nistes. Dans une telle situation, le gouvernement, com-
pos6 de parties moderes du centre, serait entraine dans
un conflict sanglant entire les extremes. Tous les mode-
res doivent se preoccuper de trouver les moyens d'#par-
gner a la France une effusion de sang. En d6pit de la
nouvelle c cristallisation > des forces, les socialists d6-
tiennent encore une position important en tant que
facteur d'equilibre et ils seraient bien avises, de m&nme
que le M.R.P., de d6cliner toute aide que de Gaulle
ipourrait maintenant offrir pour sauver la France jusqu'a
ce que le danger immediate soit passC et qu'une decision
nit etC prise aux Etats-Unis h propose du plan Marshall. a

2) New York Sun, 22/10.
< Les elections municipales ont conf6re au general
de Gaulle un prestige beaucoup plus grand que celui
qu'il a jamais poss6Cd6 depuis qu'il a quitt6 le pouvoir
aprbs 1'etablissement de la Quatrieme Republique.
Bien que ces elections ne doivent pas avoir ;normale-
anent de repercussions directed sur la stability gouver-
nementale, il est peu probable que le Cabinet et le Par-
lement ne tiennent pas compete des sentiments qu'elles
refletent, a savoir que le people frangais estime que
dans la situation mondiale actuelle, l'unit6 pour laquelle
plaide le general de Gaulle est essentielle et que les
communists ont peu de chose a offrir h une nation
6prise avant tout de liberty. >

3. Rlchmonkf Timies Disipatch (22/10).
< Le fait significatif 'de ces Clections, c'est que le gC-
aneral ide Gaulle soit revenue brusquement sur la scene
politique comme une personnalitC autour de qui tous les
ennemis du communism franais peuvent esp-brer se
rallier id'une facon -effective; mails 6tant donnede que les
positions des communists n'ont pas etC entame6es, etant
donnede aussi leur discipline et leur intransigence, on est
toblig6 de toujours computer avec eux. ,



III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovietique du 22 octobre 1947
Les rubriques etrangeres, de plus de deux pages, ont un
caractere marque de pol6mique, et sont presque uniquement
consacres la politique du Departement d'Etat.
1. L'Assemblee general de I'O.N.U.
Se referant aux travaux de 1'O.N.U., tous les journaux re-
produisent ((in extenso ) le discours prononce parM. Vichinsky
le 20 octobre. Les sous-titres sont significatifs : < Pourquoi
ne reussit-on pas a faire des elections au sein de 1'O.N.U?. ),
a Echec des defenseurs anglo-americains de la traite des
femmes et des enfants >, a La falsification des elections
grecques a~ ( La deformation des fits ft les exploits du


3


BULLEiTIN QUOTInDiN DR PRESS *rRANGARE







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


bloc anglo-franco-americain >>.
La press public 4galement le texte de la note remise le
20 octobre par le general Shtykov au general Brown au sujet
de la Cor6e.

2. La politique du Departement d'Etat
La politique du D6partement d'Etat et ses incidences, font
l'objet d'une s6rie de t61egrammes de second plan, et l'on
peut reliever les titres suivants : ( Les Am6ricains entretien-
nent des relations avec les criminals de guerre japonais a,
( Les plans des monopoles p6troliers anglo-americains dans
le Proche-Orient a).
D'autre part, le texte du communique relatif A la rupture
des relations diplomatiques entire I'U.R.S.S. et le Br6sil pa-
rait dans tous les journaux.

3. La lutte pour la D6mocratie
< La Pravda )> reproduit int6gralement le rapport de Jda-
nov sur la situation international pr6sent6 A la reunion des
neuf parties communists en Pologne.

4. La situation politique en France
La press sovi6tique, se basant sur des chiffres fournis
par l'Agence France-Presse, donne les resultats des tblctions
municipals en France pour 5 millions de votants, dans les
communes de plus de 9.000 habitants. Cette information est
suivie d'une court depeche de Londres annoncant la nomi-
nation de sir Oliver Charles Harvey comme ambassadeur do
Grande-Bretagne A Paris.



IV. PRESS BELGE


APvnS LES ELECTIONS MUNICIPALS EN FRANCE (LC Soir,
23/10, ind6penodant).
< Que va fire le general .de Gaulle ? Pour tenter de
le savoir, il convient d'analyser les causes do son succ6s
et la nature de celui-ci.
Le premier point qu'il imported de souligner, c'est
l'incildence de la politique international. Les Francais
ont avant tout vot6 contre Ieur inclusion 6ventuelle 'dans
un bloc soviitique...
Le second point, c'est l'&clatement des anciens parties,
qui, selon, toute vraisemblance, s'nggravera encore dans
les mois qui viennent, et qui irend p6rimnes les notions
traditionnellesi de .droile et de gauche. 11 est incontes-
table que la kdroite a vot, o pour *de Gaulle. L'explication
avanc6e par certain, selon laquelle le P. R. L..se serait
abstenu, tandis que les abstentionnistes des p'r6cdents
s'crutins auraient vot6 pour le,R. P. F., n'est pas fond6e.
Mais il ne fauldrait pas non plus exag6rer Ulans I'autre
sens, et assimiler, comme on le fait A la 16gire, le gten-
ral de Gaulle au g6n6ral Boulanger ou au colonel de ila
Rocque. Une chose est de recueillir certain votes, une
antre ide r6gler sur eux son attitude. A partir du moment
ohu six cent mille Parisi.ens et plus de 'deux millions et
demi de Francais voitent pour un part, la presence par-
mi eux d'ouvriers, d'employ6s et 'de paysans devient in-
contestable. On voit fort bien, d'ailleurs ce ,qui les unit,
en 1'occurence. A la bourgeoisie : a .confiance en un
homme et la mefiance i 1'egard 'de 'U. R. S. S. 'Co qui
laisse place, .en m6me temps, A toute game d'opinions.
Le dernier point, enfin, consiste dans le caractere an-
tiparlementaire du gaullisme. 11 est oiseux de discuter
si ce movement ,est d6mocratique ou non, cette 6pithbte
nyant perdu tout sens deptis que chaque nation met son
point Id'honneur a affirmer que son propre regime ,est
Wm6nie.rntilttl er t c lte le lle ide tous les autres pays enr


est la neagation. Mais l'hstli'lit6 du g6n6ral de Gaulle a
l'6gard du Parlement et du system des parties ne pr6te
h aucune 6quivoque. Qu'elle lui ait et6 inspire 1par son
experionnce .d pouvoir en 1944 et 1945, ou qu'elle r6-
sulte 'de sa formation intellectuelle imported p.eu. En tout
cas, il a affirm6 sa v'dlont6 de ne pas devoir son auto-
rit6 6 une assemble national quelle qu'klle fftt, mais de
la tenir directement du people, par J'interm6diaire d'un
referendum.
La France s.e trouve a un moment d&cisif 'de son jhis-
toire. Jamais autant de possibilities ne lui ont 6t6 o-u-
vertes pour diriger son propre destin. Jamais il n'a 6t6
a ce point impossible de pr6voir les former qu'emprun-
teront les forces ien presence, les perip6ties et I'is'sue de
leur conflictt. L'observateur doit se limiter a noter le bon
ou le mauvais usage que front de leurs rbles les prota-
gonistes. >
(Du correspondent du Soir A Paris.)



V. PRESS SUISSE


APRnS LES ELECTIONS MUNICIPALES EN FRANCE :
1. Ntlve Ziircher Zell:nig (23/10).
( ...A la place kl'un part du centre qui s'est us6 en
cssayant de collaborer avec les gauches, on a vu surgir
du c6tt droit, sous les espboes du Rassemblement d
People Francais, un groupement plus, fort, quui a attire
soi la grande masse 'des Mlecteurs bourgeois et qui est
numnriquement sup6rieur aux communists. Ge change-
ment s'est accompli sous le signede de la lutte sans merci
contre le communism et de la critique la plus Apre 'die
la mauvaise gestion des industries nationalis6es et des
administrations publique's. La vague de graves provo-
qu6e par les syn'dicats et les communists et centre la-
quelle le gouvernement Ramadier s'est r6ev16 trop fai-
ble, a fourni une lecon Ide choses convaincante oa la
champagne olecto.rale id~ Charlies de Gaulle, sans que le
general efit a intervenir. Si le movement 'de reaction
s'est limited, pour commencer, au camp bourgeois, il ne
s'en est pas moins effectue 'dans des formes purement
d6miocratiques. La gauche devra reprend.re 'l'habitudie de
penser qu'il n'est pas possible ide disiqualifier politique-
ment d'avance, en usant du terme infamant de << fas-
cisme touted conjion, toute cojion, o organisation, d6sa-
gr6able pour elle, des forces bourgeoises p.r6cedemment
divis6es. Bien que le succes foudroyant (du gAenral .de
Gaulle, par son caractbre souidain et par le bouleverse-
ment qu'il determine dans) le system des parties 'du cen-
tre etide idroite, ait fait penser involontairement au pre-
mier triomphe 6Aectoral de Hitler en septembre 1930, il
ne s'agit lii que d'une analogies exterieure, qui ne per-
met nullement de deviner les intentions du g6n6ral, et
ne peut 6tre pr6sent6e come le fondement d'un pro-
nostic touchant ia direction dans laquelle son mouve-
nent s'engagera.
Aussi lon.gtemps que les parties collectivisiles et anti-
collectivistes se front h peu p.rs 6quilibre et les re-
sultats des elections municipales :montrent que c'est
encore le cas l'6norme retirement iqui .s'est product
A l'int6rieur .du camp bourgeois n'apportera toutefois
aucuune solution 'A la crise qui couve ein France. Com-
munistes et socialists ont mainlenu leurs positions, et
'ils Idisposent l'environ la moiti6 du corps electoral,
la'quelle demeure attache aux theories Ide la lutte des
classes et du collectivisme. Mais il est re'marquable que
le part communist n'ait pu faire de perc6e dans les
range drui sacilismioe bi-en que goovernnement Raimwdiver







SBULfTIN QUOlIDIENI bE PIRSSE TkRANGatR '5
~~~ '.. r ., -,i,,


qui a assume la responsabilit6 de measures extrhmement
impopulaires offrit prise ses. adversaires sur plus d'un
point, ,et bien. que le manifested 'de Varsovie lance par
le nouveau Komintern ait qualify. de traitres les chefs
du socialisme francais no'mmment d6sign6, et leur ait
declared une guerre impitoyable. Cette provocation a
visiblement renforc6 les travaillemurs socialists dans
ileur volont. de sisterr aux communistels ce qui de-
vrait donner au parti le courage ide rester fitd.le A son
orientation occi'dentale et A sa decision de collaborer
au plan Marshall. Sur cette question capital de politi-
que 6trangere, tout au moins, les socialists ,sont d'ac-
cord avec le programme du ,gtnkeral ide Gaulle...

2. Joumnn de Gteneve (23/10) :
z ...Les dirigeants du M.R.P. ont p6ch6 par orgueil,
ct l'orgueil va au-devant de l'6crasement. Une premiere
occasion de redressement s'esit offerte a eux au moment
Idu referendum; ils mne 1'ot pas saisie. Une second
occasion s'est pr6sent4e icette annee quanid le general
de Gaulle a proposA A tous les parts non communists,
non pas de se dissoudre len un parti unique, mais de
s'unir sur quelques principles 616mentaires pour barrer
la route au communism et pour,sauver la IVP R6publi-
(que qui, A peine nue, est 'ex'pos6e au danger de somber
dans 'un gAchis qu'aucun pays ne peut supporter long-
temps. Les chefs (du vM.R.P. ont affected de voir ]A une
tentative (de ocsarismie et, par leur refus, ont oblige le
general .de Gaulle Ah se passer d'eux et meme A les com-
battre.


Que vont-ils faire maintenant ? S'ils pers&v6rent dans
leur attitude, leur part est voue a un effondrement plus
grand encore que celui qu'il vient de subir. De toute
fagon, il ne peut plus jouer le r6le 'de premier rang
auquel il aspirait.
La position du parti socialist, sans etre tout a faith la
m&me est, grosso imodo, analogue. Ses chefs ont, eux
aussi, manqu6 le coche. S'ils a'vaient eu une attitude par-
faitement netted .1'Agard du communism, ils auraient
pu lui assurer un, bel avenir. Ce n'est un secret pour
personnel que le general de Gaulle avait, au debut, beau-
coup compt6 sur lui. Les isoci'alistes ont WtA moins 6tril-
16s que les r6publicains pop'ulaires, parce qiu'ils oat des
cadres plus solides. Cepenldant ils ne peuvent avoir au-
cun espoir s'ils continent A se comporter .comm'e des
chauves-souris.
Par la force des choses, ,et en raison de la politique
ordonn6e par Moscou aux communistss francais, la lutte
va etre surtout entire ceux-ci et le R.P.F. II est evident
qu'il y ,aurait tout intr~t n A ce que celui-ci pft s'l6argir.
Noll seulement le redressement de la France serait plus
vite obtenu, mais encore il se ferait klans kle meilleures
conditions. C'est pourquoi 1'attitude du M.R.P. et 'des
socialists sera tres interessant A observer. Plus les
Frangais prets a s"unir pour la defensee de quelques
grands principles sans renoncer A la diversity Ide leurs
temperaments seront nombreux, plus la France sortira
vite, heureusement et A son honneur, .de la situation
critique ,oi 1'ont place le parti communist 'depis la
liberation du fail .de 'exces 'des passions partisanes >.


S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009















































































Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs