Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00212
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: October 16, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00212
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8").


LA DOCUMENTATION FRANAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DB PRESSED


BULLETIN



DE PRESS

16 octobre 1947.


QUOTIDl



ETRAN


Nouvelle Serie No 795


SOMMIAIRE
I. PRESS BRITANNIQUE
a) L'examen du rapport des Seize par Ics Etats-Unis:
1. Daily Telegraph (15/10).
2. News Chrioncle (15/10).
b) Le prob!ime paleslinien 'devant I'O. N. U.:
1. Times (15/10).
2. Daily Worker (15/10).


II. PRESS AMEIRICAINE
Le probl6me palestinien devant I'O.
Herald Tribune, 14/10).
III. PRESS SOVIETIQUE
*Le probl6me grec devant I'O. N. U.
Prauda, 14/10).


N. U. (New York


(Komnsontolskata


I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 15 octobre 1947
La press de ce matin consacre la plupart de ses man-
chettes au sauvetage des passagers de l'hydravion qui a dQ
amerir hier au milieu de l'Atlantique. Dans le domaine eco-
nomique, la press announce que l'industrie britannique re-
cevra cet hiver une quantity de carbon superieure a celle
de I'hiver dernier, dans le but de favoriser la fabrication
des products destinds a l'exportation.
Bien que la chronique exterieure soit peu fournie, la plu-
part des journaux, et notamment le ( Daily Telegraph ),
accordent une large place au discours enregistr6 par
M. Churchill et retransmis a New-York a l'occasion du troi-
sieme banquet annuel de la Federation Alfred Smith. Plu-
sieurs journaux reproduisent 6galement en bonne place des
extraits et des commentaires du livre de M. Byrnes:
Speaking frankly ).
Quatre articles ont trait a la greve des transports pari-
siens.
1. Discours de M. Churchill
La plupart des journaux, don't le ( Daily Telegraph ) et
le ( Manchester Guardian ), reproduisent des extraits du
discours de M. Churchill, qui constitute, d'aprbs une ddpeche
Reuter reproduite par le < Manchester Guardian >, une ( vi-
goureuse attaque contre la Russie et le communism ). Le
leader conservateur estimerait que <( les exces auxquels se
livrent le gouvernement sovi6tique et les communists dans
tous les pays, ainsi que leurs attaques contre toutes les for-
mes de la civilisation, ne sont pas forc6ment un signe de
danger, mais qu'ils sont destines davantage a des fins poli-
tiques int6rieures ). M. Churchill conseille aux Americains
de ne pas s'irriter des critiques don't leur pays est l'objet a
Londres, car celles-ci ne reprCsentent pas 1'etat d'esprit de
la Grande-Bretagne et de son gouvernement.
II a declare egalement < qu'aucun pays d'Europe ne cons-
titue un front plus ferme contre les empietements commu-
nistes que la Grande-Bretagne ).


Le ( Daily Worker ) qualified le' discours de M. Churchill
de tentative pour associer le people britannique aux fau-
teurs de guerre americains.
2. Ouvrage de M. Byrnes
La plupart des journaux analysent le livre de M. Byrnes,
qul a ete public aujourd'hui aux Etats-Unis.
Al. Cooke en entreprend une analyst d6taillee en plusieurs
articles dans le ( Manchester Guardian >.
Le o Daily Telegraph a en publiera des extraits a partir
de demain.
Ce meme journal fait dtat d'une interview accordde par
l'auteur a son correspondent, au course de laquelle il aurait
declare que la politique americaine devait dtre ferme et
puissante, et que les Nations Unies constituent le moyen le
plus s&ir de concilier les theses en presence.
Le a Daily Worker ) consacre sa manchette au livre de
M. Byrnes et intitule son article: (Byrnes incite a la guerre
contre la Russie >, et 6crit que la propaganda belliciste am6-
ricaine vient d'atteindre un nouveau sommet avec la publi-
cation d'un plan contre une attaque de l'arm6e rouge en
Allemagne.
Selon le journal communist, ce livre constitute une preuve
eclatante des complots agressifs qui sont ourdis actuelle-
ment h Washington.
Ce journal fait suivre son article d'une breve correspon-
danIe sur les declarations de M. Harriman, secretaire du
Commerce amdricain, selon lequel il faudrait augmenter la
puissance armee des Etats-Unis.
3. Nations Unles
Al. Cooke souligne 1'excellente impression cafisde a Lake
Success par ( la miraculeuse entente russo-amdricaine sur la
Palestine ) et les difficulties que rencontrent les ndgociateurs
sur la question de la Commission balkanique.
Ch. Lambert, dans le ( Daily Herald ), insisted sur les nou-
velles attaques de M. Vychinski contre les fauteurs de guerre
americains h propos de la r6forme de I'O.N.U.
4. Aide americaine a PEurope
D'apres le < Times ), la creation du ( Cominform ) au-
rait intensifi6 les sentiments anti-russes de la population
americaine et faciliterait les efforts du gouvernement pour
obtenir son appui au sujet du plan Marshall.
Don Iddon, du ( Daily Mail ), estime que le plan Marshall
ne serait qu'un mythe et que peu de progress ont et6 faits
depuis le discours de M. Marshall. La Grande-Bretagne ne
peut attendre aucune nouvelle aide des Etats-Unis pour
cette ann6e et il est peu probable qu'elle en regoive une
avant mai oil juin de l'annde prochaine.
L'aide interimaire a la France et a 1'Italie est possible
avant Noel, mais elle serait bien inf6rieure a ce que ces
deux pays esperent.
'Ce correspondent prevoit des mois de n@eociations et des
ddbats interminable avant aue quelque chose de concrete
sorte de la proposition Marshall.


I -- -I ---I
I--- I --






2 tI ULL1T1N (it] OTlflEN DE PRESSU ATRANGAlt


5. Allemagne
Plusieurs journaux annoncent 1'6chec des pourparlers
anglo-americains sur les frais d'entretien de la bizone. De
son c6te, le ( Daily Herald > announce que le Dr. Schu-
macher s'est 6leve contre le d6mantelement de l'industrie
allemande.
6. France
Le correspondent du ( Times >) Paris comment les gre-
ves des transports et note que I'attitude du gouvernement
a 6te ferme et nette. II remarque que la press communist
soutient maintenant les revendicatlons des gr6vistes.
Le a Manchester Guardian ) remarque que le ton des de-
clarations de M. Ramadier a et1 tres ferme, mais qu'elles
ne semblent pas avoir fait une grande impression. ( Trop
de compromise ont 6te accepts dans le passe, notamment
Spour resoudre la grave des chemins de fer. )
D'apris le correspondent du a Daily Telegraph ), les Pa-
risiens accepteraient la situation avec bonne humeur. Le
march noir sur les transports serait dejA florissant. a II
s'agirait en :6alite, estime-t-il, d'une dpreuve de force entire
les communists et le gouvernement. a
7. Palestine
D'apres le correspondent du ( News Chronicle a a Bey-
routh, les chefs de la Ligue Arabe auraient persuade le roi
de Transjordanie de demander l'annulation du trait mill-
taire anglo-transjordanien. Cette annulation permettrait A
la Ligue Arabe d'empkcher le stationnement des forces bri-
tanniques en Transjordanie apres leur depart de Palestine.
En change, le roi Abdullah aurait regu la promesse d'un
appui financier de la Ligue, 6quivalant a celui qu'il regoit
actuellement de la Grande-Bretagne.
8. U.R.S.S. et Grande-Bretagne
Plusieurs journaux, don't le < Daily Worker a, annoncent
que huit parlementaires britanniques, don't M. Zilliacus, ont
6t6 recus par le marechal Staline et M. Molotov.
Le correspondent du a News Chronicle a declare que cette
invitation est consideree en Russie comme la preuve que
1'U.R.S.S. n'a pas ferm6 la porte a toute collaboration avec
la Grande-Bretagne.

L'EXAMEN DU RAPPORT DES SEIZE PAR LES ETATS-UNIs :
1. Daily Telegraph (15/10, conservateur).
< ...On a trouv6 des fonds, s'l1evant en tout a 50 ou
60 millions de livres, pour permettre a la France d'ache-
ter A 1'6tranger... Ces resources sont d'un grand secours,
mais on verra qu'elles ne constituent pas une politique
on matiere d'aide a l'Europe... Le fait que l'Europe de-
vienne ou non communist revet une exirime impor-
tance, mais pas davantage que 1'6ventualit6 de son effon-
drement cet hiver. La veritable raison pour laquelle il
est urgent de venir a son aide, c'est qu'en I'abscnce de
toule assistance il faut s'attendre a ce que la misere
s'abatte sur 1'Europe, et a ce que l'Am6rique connaisse
ensuite une crise de ch6mage.
Aucun dirigeant europ6en no s'est jamais elev contre
la these am6ricaine qui vent quce 'Europe fasse elle-
mnme tous les efforts possibles. Mais il est absolument
impossible de pousser son application jusqu'A un degr6
iqui exige une nouvelle reunion de la Conf6rcnce de
Paris pour r6viser le rapport en ce qui concern les pos-
sibilites de l'Europe. Voilh qui provoquerait un senti-
ment do dcceplion et pourrait entrainer des retards de
nature A ruiner 1'ensemble du plan Marshall.
D'aulre part, du point de vue britannique, I'accord
anglo-am6ricain don'tt la conclusion est annoncee comme
imminente et qui prevoit une reduction des prefirences
imperiales en &change d'un abaissement des droits de
douane americains, devra 6tre 6tudi6 avec la plus grande
attention. On ne peut nous demander de faire des efforts
par nous-mmnes et en m~me temps nous relirer un des
principa'ux nioyens de les fair.


II semble que planss les nombreuses n6gociations an-
glo-am6ricaines qui se d6roulent en ce moment, que les
difficult6s de la Grande-Bretagne, tout comme les diffi-
cult6s de 1'Europe, ne sont pas encore comprises par
tous en Am6rique. Nous ferons des efforts, mmme si cela
implique de nouvelles souffrances pour nous. On peul
esp6rer que nous essaierons de surmonter la crise en re-
doublant d'efforts aussi bien qu'en aggravant encore les
restrictions. Mais il serait tout a fait impardonnable et
ridicule, sous pr6texte que nous devons agir nous-
memes, d'attendre que nous ayons &puis6 nos reserves et
nos possibilities pour venir a notre secours. Une action
urgente de la part de 1'Am6rique s'impose a tous les
points de vue. Plus vite cette action sera entreprise, et
plus elle sera efficace, appr6ci6e et constructive. >

2. News Chronicle (15/10, liberal).
< Les informations qui nous viennent de Washington,
oil le gouvernement am6ricain examine le rapport 'de
Paris relatif aux propositions de M. Marshall, sont
loin d'6tre rassurantes.
Ou bien les Etats-Unis doivent r6duire leur propre
consommalion, ou bien l'offre de M. Marshall n'attein-
dra pas le but qui 6tait primitivement fix6.
II est facile, de comprendre pourquoi les AmBricains
pensent que le rapport de la Conference 'de Paris n'est
pas assez pr6cis. Mais ce n'est que justice de faire re-
marquer que ce document a 6t6 mis au point en quel-
ques semaines. Voil' qui 6tait d6ji presque un miracle.
Mais on y est parvenu parce que le temps pressait. Le
rapport constitute in6vitablement une vaste 6bauche de
1'6conomie de l'Europe, telle qu'elle doit, pense-t-on, se
d6velopper au course des quatre prochaines ann6es. Ce
project content 'de nombreuses lacunes, mais ses grandes
lignes ont Wte 6tablies selon le voeu exprim6 par M. Mar-
shall a Harvard.
Si Washington desire se voir soumettre un plan com-
plet, avec tous ses details, avant de prendre des d6ci-
sions, les measures americaines risquent fort d'etre prises
trop tard pour qu'il soit encore possible Ide sauver l'Eu-
rope de la catastrophe... a

b) LE PROBLEM PALESTINIEN DEVANT L'O. N. U.:
1. Times (15/10).
< Etant donn6 que 1'Union Sovietique a approuv6e le
rapport de la majority, il est probable que la commis-
sion pour la Palestine acceptera bient6t le partage
.comme base des recommendations qu'elle soumettra a
i'Assemblee g6n6rale...
Les chances de parvenir a un reglement rapide n'ont
pas 6t6 augment6es par la declaration sovi6tique. M. Tsa-
rapkin a Wte beaucoup plus loin que M. Herschel John-
son Idans les critiques qu'il a formul6es contre le plan
de partage recommand6 dans le rapport de la majo-
rit6. II ne s'est pas content d'attaquer des details par-
ticuliers, il a trouv6 a redire a la structure complex
des regions et 'des corridors. En ce qui concern la ques-
tion essentielle de la mise en application, le porte-pa-
role soviiique a W6t encore plus 6vasif que ne l'avait
ctl samedi le repr6sentant des Etats-Unis... A en juger
d'apres sa demand relative A une fin rapid du man'dat
et A un octroi urgent de l'in~d6pendance la Palestine, il
n'a pas sembl6 partager le point de vue des Etats-Unis
solon lequel la Grande-Bretagne devrait 6tre le principal
agent pour aprpliquer les measures que pourraient ap-
iprouver les Nations Unies et celi quelles qu'elles soient..
La declaration sovi6tique tout comme la declaration
ambricaine a renforc6 la determination des Arabes de
s'opposer au partage. >






buLLtiIN QUOTIDIEN DE PRESS fATRANGAEfR


2. Daily Worker (15/10, communiste.

< ...Le representant de l'Union Sovietique, M. Tsarap-
kin, a apport6 un contribution notable au reglement du
probl6me palestinien par le discours qu'il a prononc6
lundi...
Le probleme jud6o-arabe, d6ej difficile A rCsoudre en
lui-meme, a Ut6 6norm6ment compliqu6 par le fait quo
la Palestine constitute un gage dans les luttes impCria-
listes qui font maintenant rage dans le Moyen-Orient.
On doit par consequent s'occuper avant tout 'de 1'6va-
cuation des troupes et ,des fonctionnaires britanniques,
ct de leur replacement par des organisms d6pendant
de I'O. N. U. pendant la ptrio'de de transition. Le carac-
t&re pr6cis de ces organismes est I'un des problems 6pi-
neux qui restent encore A r6gler...
II est n6cessaire d'examiner A nouveau la proposition
de la majority de la commission, visant a faire de Jeru-
salem une ville qui soit ind6pendante A la fois des 6tats
arabe et juif, et qui serait soumise au Conseil de Tutelle
des Nations Unies.
Une telle solution ne pourrait-elle pas donner aux
puissances imp6riaiistes le droit de s'ingdrer dans les
affaires de la Palestine et d'affaiblir l'independance des
nouveaux etats ? II faut que les Nations Unies exigent
1'6laboration d'un statut regissant le contrble des Lieux
saints et assurant le mxme Iraitement pour tons les res-
sortissants de diverse confessions.
On devrait cependant se liver a une enaqutte serieuse
pour voir si ces principles ne peuvent 6:re appliques
sans crer un troisidme gouvernement dans ce pays
minuscule... >


II. PRESS AMERICAINE

Revue de la press am6ricaine du 14 octobre 1947

1. Banque Export-Import
Toute la press announce en premiere page et sous de gros
titres que la banque Export-Import a consent A modifier
les conditions d'emploi des fonds qu'elle avait pretes a la
France, fonds representant le reliquat des credits de 650
millions de dollars accords l'an dernier. Bien que le com-
munique public par la Banque ne mentionne pas le mon-
tant des credits qui seront disponibles pour l'achat de char-
hon et de certaines matieres premieres tous les journaux
annoncent qu'il est de 93 millions de dollars. La d6pdche
( A. P. > qui rapporte cette aide donnde A la France ajoute:
q Les elections municipales en France auront lieu diman-
che prochain et bien que les milieux frangals et am6ricains
declarent que le moment choisi pour cette decision ame-
ricaine n'ait pas une signification particuliere, ils recon-
naissent qu'elle pourra aider la champagne electoral des
adversaires des communists. a
Les titres donn6s a ces articles soulignent que l'autorlsa-
tion accordee par la Banque a pour but de permettre A la
France de continue ses achats de carbon. Tous les corres-
pondants de Washington ecrivent que cette decision reprd-
sente la premiere measure prise pour venir en aide rapide-
ment A la France et que d'autres measures suivront, mais ils
ne savent pas lesquelles. Aucun commentaire ni editorial
n'est encore consacrd A cette decision.
La plupart des articles relatant l'annonce faite par la
Banque signalent 6galement que le Pr6sident Truman a
eu hier une longue conference avec de hauts fonctionnaires
du Department d'Etat et de la Tr6sorerie au course de la-
quelle le problmme soulev6 par I'aide immediate A la France
et A 1'Italie aurait 6t6 abord6. Par ailleurs. ils annoncent
que les efforts faits par le President pour lutter centre
le gaspillage trouverent un dcho dans la decision des prin-
cipaux distillateurs amdricains de suspendre pour 60 jours
'a fabrication de l'alcool. En outre, le Prdsident a demand
aux gouverneirs des 48 Etats de prendre des measures pour
aider sa champagne centre le gaspillage.


2. Assembl6e g6nerale
La decision russe d'accepter en principle le plan du par-
tage de la Palestine venant appuyer la position prise hier
par la delegation americaine est annoncee en premiere page
des journaux qui I'accueillent dans leurs colonnes avec une
satisfaction manifesto. La Russie ayant fait opposition a la
plupart des propositions americaines soumises a 1'Assembl6e
general, la press se felicite de constater que pour une
fois la position russe et la position amdricaine concordent.
Voir plus loin 1'dditorial du ( New York Herald Tribune a
Sous le titre : s Des fleurs viennent de Moscou a, le
4 Washington Post > estime que la declaration russe 6tait
tout entire faite de < lait et de miel > et qu'elle a surprise
Tous les delegues de l'Assemblee general. Il constate que
ces dernierss se sont demands tout de suite pourquoi les
Soviets devenaient si aimables, mais 11 ajoute que la decision
russe etait logique :
1o Parce que les sionistes ne sont evidemment plus, sui-
vant l'expression bolchevique, < les laquais imp6rialistes bri-
tanniques >;
2 Parce que les Juifs de Palestine ( offrent des possibi-
litds beaucoup plus grandes au Gouvernement sovietique
que les Arabes arrieres qui demeurent contr616s par une cli-
que fdodale de rois et de potentats >.
< P. M. a, organe liberal de New-York, estime, lui aussi,
que la declaration russe fait apparaitre l'edchec lamentable
de la technique de chantage employee par la Ligue Arabe a
puisque celle-ci, contrairement A sa propaganda, n'a pas ob-
tenu I'appui russe.
Le o Philadelphia Inquirer a est heureux de constater
que le d&elgue russe n'a pas adopted une attitude contraire
S1l'attitude americaine dans cette affaire de Palestine. II
en conclut qu'il faut arriver rapidement a un plan de par-
tage de la Palestine et profiter ainsi de cette bonne volontd
sovietique. Par ailleurs, les correspondents de Lake Success
notent que la Commission politique et de s6curitd a rejet6
par 40 voix centre 6 la suggestion sovi6tique de proc6der
immndiatement au retrait des troupes 6trangeres en Grace.

3. Italie
Le succds remporte par le bloc socialo-communiste dans
]es elections municipals de Rome est annonce dans tous
les journaux sous des titres mettant en evidence que le parti
de M. de Gasperi suit de pres le bloc de la gauche.

4. -- Nouvelles de France
Callender signe deux longs articles dans le ( New York
Times a consacres a 1'6tude de la situation politique fran-
Vaise a la veille des elections. Ces articles sont presents
parallelement a deux articles venus'de Rome sur la situation
Italienne. Ce correspondent constate que les moderes que
represent, dit-il, le regime Ramadier, craignent autant les
communists que le general de Gaulle et il ajoute qu'on ne
doit pas supposed que les communists sont les seuls a se
mefier des U. S. A. Cette suspicion s'6tend aux moderds
comme aux autres groups, dit-il, et il ajoute : O C'est un
fait peu savoureux, mais c'est un fait quand meme, que les
Frangais qui se disent les plus pro-americains se trouvent
dans le premier group, c'est-&-dire, parmi ceux qui se me-
fient de la d6mocratie frangaise et qui ne refuseraient pas
l'aide americaine pour instaurer un Gouvernement fort sous
la direction du general de Gaulle ou tout autre conserva-
teur. a Cette idee que les moderes frangais craignent aussi
bien les communists que le general de Gaulle parait ega-
lement dan une d6p6che ( A. P. > de Washington qui de-
clare que les autorit6s diplomatiques americaines ne s'in-
quidtent pas tant des possibilities de gains substantiels com-
munistes quo de ce qu'elles estiment 6tre un affaiblissement
des forces politiques mod6rees qui sont au pouvoir en
France, ( affaiblissement dQ aux empietements a la fois des
communists et du nouveau movement politique dirige par
le general de Gaulle >.
La greve du metro A Paris et I'appel de M. Ramadier A
ce sujet font l'objet d'un certain nombre d'articles.
Une d6peche de Paris au (( New York Times a rapport
que les troupes francaises proc6dent 'une operation dans
le Nord de l'Indochine, destinde a isoler la .province com-






4 BULLETINN QUOTIDIAN DE PMSSX TRnANGAEf


muniste chinoise du Kouangtoung de la region soumise A
l'influence du Viet-Minh, qui regoit des armes que lui en-
voient les communists chinois. Cette action militaire aurait
dQ 6tre entreprise pour prevenir une tentative de creation
d'une Indochine communist, premier pas vers une Federa-
tion asiatique communist.
LE PROBLAME PALESTINIEN DEVANT L'O. N. U. (New York
Hdralid Tribune, 14/10) :
La declaration faite lundi par la Russie sur la
question palestinienne a laiss6 justement de c6t6 toutes
les allusions A l'histoire antique et a la 16galite aux-
quelles ies Arabes et les Juifs ont eu recours en d6fen-
dant leur cause, de facon a envisager avec un sang-
froid pratique la situation telle qu'elle se pr6senle...
Nous n'en avons certainement pas encore fini avec
les 6v6nements tragiqucs de Palestine. Mais il est im-
Ipossible de lire cette declaration sans penser que les
Russes sont pr6ts A agir 6quitablement et raisonnable-
ment en cette matiere. Ils ont 6carti la tentation si
tentation il y avait pour eux de chercher a en tirer
des avantages politiques. Ils ont adopt en gros la
m6me position que les Etats-Unis ; et, 6tant donna que
les Etats-Unis et 1'Union Sovi6tique sont d'accord sur
de nombreux points, il fait peu de doute que l'on par-
viendra A un accord viable, A l'6preuve de la propa-
gande arabe et de l'extr6misme sioniste.
A notre avis, c'est lA une iperiode extremement encou-
rageante dans l'hiistoire triste de la Palestine. Mais plus
encore, c'est un signed encourageant dans l'histoire dcce-
vante des Nalions Unies. VoilA un example de ln fagon
don't les Nations Unies devaient travailler : 6tudier une
situation d6saslreuse, amener l'opinion mondiale a la
reconnaitre, faire une enquIte, 6tudier et discuter les
r6sultats, iparvenir ensuite A un accord effeclif entire les
grandes puissances interess6es et laborer ainsi un r6-
glament viable.
C'est 6videmment un processus qu'il est impossible
,de suivre lorsque les int6r6ts politiques essentiels des
grandes puissances s'opposent ouvertement... Mais,
dans les regions oif les int6r6ts en jeu ne sont ipas essen-
tiels pour les grandes puissances, ce processes pent
aboutir A de magnifiques r6sultats. L'O. N. U. a tou-
jours 6t6 destinee A fonctionner dans un monde oil
regnait la paix entire les grandes puissances. Le pro-
blame palestinien nous rappelle la valeur que pent avoir
I'O. N. U. lorsque cette condition fondamentale existe.

III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovietique du 14 octobre 1947
1. Delib6rations de 1'O. N. U.
Tous les journaux publient, sur une demi-page. les comptes
rendus des reunions de la Commission des Tutelles. de la
Commission pour la Palestine et du Conseil de Skcurit&.
2. Incidences de la politique anglo-americaine
On remarque dans la press une s6rie de t6lgrammes de
second plan ayant trait aux manoeuvres americaines en Iran,
aux preoccupations de la police americaine en 'Autriche, A
l'aide que 1'Am6rique fournit A la Chine, etc... et. dans la
( Pravda ), un t6elgramme lntitul6 : L'Italie ne deviendra
pas une second Grece. )
On trouve 6galement, dans l'organe central du parti com-
muniste, le texte de la lettre adressee A la ( Pravda a
par le g6enral Yocby, major-g6enral de l'armee hongroise,
actuellement prisonnier de guerre en Union Sovi6tique. Le
signataire declare avoir lu dans la ( Pravda a du 14 sep-
tembre un article de ( Lettres Francalses a sur le rble
d'espion au service de la Hongrie, joue par le leader monar-
chiste grec Tsaldaris pendant la second guerre mondiale.
En quality d'ancien commandant du 2" Bureau de 1'6tat-


major g6enral hongrois, le g6ndral declare pouvoir non seu-
lement confirmer entirement l'information publi6e par
l'hebdomadaire frangais, mais aussi pouvoir fournir quel-
ques faits compl6mentaires sur le recrutement de Tsaldaris
comme agent des services de renseignements et l'utilisation
des informations fournies par lui.
3. AprBs la conference des parties communists
La x Pravda a public de nouveaux comptes rendu des
meetings tenus a Moscou, Koursk, Bakou, et consacres a la
declaration des neuf parties communists.
LE PROBLEM GREC DEVANT L'O. N. U. (Konms'onolskaia
Pravda, 14/10) :
< La Commission politique de I'O. N. U. a termin6
l'examen de la question grecque. Contrevenant au statut
des Nations Unics, la d6eigation am6ricaine a remport6
une victoire et impose I'adoption de la resolution qu'elle
a pr6sent6e sur cette question. Sous la pression non
dissimulee des Etats-Unis, la Commission politique a
approuv6 la creation d'une commission permanent
pour surveiller la frontiere grecque...
Cependant, les d6bats A la Commission ipolitique ont
iprouv6 que les Americains ont 6chou6 dans la r6alisa-
tion de leurs plus chores aspirations, puisqu'ils cher-
chaient a fair admettre la responsabilite des voisins
septentrionaux de ia iGrce dans le conflict qui oppose
dans ce pays les forces de la d6mocratie et celles de
la reaction. En some, ceux qui voulaient jouer le r6le
d'accusateurs ont itB confondus et obliges de prendre
place parmi les accuses. Le chef de la d61gaiion sovie-
tique, le camarade Vychinsky, a reussi, en faisant va-
loir des preuves irr6futables, A d6masquer les buts reels
.de ceux qui voulaient porter une accusation.
Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne s'immiscent
ouvertement dans les affaires des autres pays. Les
Etals-Unis et la Grande-Bretagne sont les principaux
responsables de la lutte qui se pursuit en Grbce entire
d6mocrates et r6actionnaires. La dictature monarcho-
fasciste aurait depuis longtemps cess6 d'exister si les
Americains ne lui fournissaient pas des armes et les
Britanniques des soldats. Les troupes britanniques et
les experts ambricains ont reduit a neant la souverai-
nete de la Gr6ce. Le gouvernement grec ne prend au-
cune decision sans obtenir au prealable l'autorisation
des Etats-Unis. La Gr6ce est A 1'heure actuelle une sim-
ple base mililaire americaine.
Ni les Americains, ni les Britanniques n'ont r6ussi
A opposer un d6menti A ces accusations, malgr6 tous les
documents tendancieux qu'ils ont pr6senl6s comme le
fruit des travaux effects par les experts de la- Com-
mission des Balkans. Les Americains ont 6te obliges de
lancer un ultimatum aux membres de la Commission
politique pour les contraindre A approuver leur reso-
lution.
La pression exercee par les Etats-Unis a suscit6 de
vives protestations de la part de nombreuses d6l6ga-
tions, y compris de celles qui avaient coutume de se
conformer A la volont6 des Etats-Unis.
Fiddle A sa politique de verit6 et de franchise, la de-
16gation sovi6tique a refuse de participer A la creation
de la commission ipermanente. Les d6elgations de
l'Uk-iine. de 1P Bielo-Russie et de la Pologne ont 6gale-
ment manifesto leur volont6 de ne ,pas participer A ce
vote irregulier...
Les d6bats sur la question grecque ont prouv6, une
fois de plus, que le seul moyen de r6tablir la situation
en Grbce consiste A renvoyer chez eux les troupes bri-
tanniques et toute la cohorte des experts anglo-amdri-
cains. >

S.P. 1 ITm.. 27. re Nieolo. Pariv 31.5OW.
Prix : 6 francs,




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs