Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00208
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: October 11, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00208
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTBRE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Directflt de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8").


BULLET


DE PRESS

11 octobre 1947.


-----. ISTE"i
LA DOCUMENTATION FRANCHISE #-DES A I S ETRANGERES
SERVICE FORMATION
SNET II RBSSE







rIN QUOTlT EN


CTRANGIGRE


Nouvelle Serie No 791


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE
a) Le discours du President Ramaldier (Tilmes,
10/10).
b) Avant les elections municipales en France (Daily
Worker, 10/10).
c) Le traits de paix avec l'Aulriche :
1. Times (10/10).
2. Manchester Guardian (9/10).
II. PRESS AMRICAINE
Le probleme grec devant l'O. N. U. (New York
Herald Tribune, 9/10).
III. PRESS SOVIUTIQUE.
Le probl6me grec devant l'O. N. U. (Izuelstia, 9/10).
IV. PRESS SUISSE
a) Apres les elections dans la Sarre '(Joui 'al de Ge-
neve, 10/10).
b) Avant la Conference des Ministres des Affaire;
6trangBres (Gazet:e de Lausanne, 10/10).
c) AprBs la Conference des parties communists
(Journal ide Genvie, 10/10).


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 10 octobre 1947
Toute la press accord ce matin la premiere place aux
questions dconomiques et notamment au nouveau budget qui
sera pr6sent6 prochainement au Parlement et qui entrainera
une augmentation d'imp6ts pour le contribuable britanni-
que, ainsi qu'au pr6t d'une quantity d'or d'une valeur de
80 millions de livres, consent a la Grande-Bretagne par
1'Afrique du Sud. Ces deux questions ont et6 exposes hier
par M. Dalton, lors d'une reception donn6e par le Lord
Maire de Londres aux marchands de la Cite.
La press souligne que les nouveaux imp6ts porteront
probablement sur le tabac et les spectacles. Les taxes de
luxe seront elles-mnmes augmentees d'une facon substan-
tielle, l'imp6t sur le revenue plus 6galement reparti, et les
subventions pour les denrees alimentaires seront probable-
ment rdduites.
Plusieurs journaux annoncent une diminution de la ration
de bacon et l'eventualite, selon M. Dalton, du rationnement
des pommes de terre.
La rubrique extdrieure est tout entire domine par la
question palestinienne. Le (< Cominform ), qui occupait la


vedette ii y a quelques jours, passait ce matin a l'arriire-
plan. De nombreux journaux reproduisent les declarations
de M. Ramadier et consacrent quelques articles a diverse
questions frangaises.
Le ( Daily Telegraph ), notamment, public un long arti-
cle de son correspondent diplomatique sur la politique fran-
gaise en Allemagne, et une lettre d'un lecteur sur ( le cou-
rage et 1'endurance de la population frangaise >.
1. Palestine
Toute la press announce que plusieurs Etats de la Ligue
Arabe ont organism leurs armies et les ont masses le long
des frontiires nord de la Palestine.
Le correspondent du ( Times > a Beyrouth announce que
le Conseil de la Ligue Arabe a d6cid6 de demander a tous
les Etats de la Ligue de mobiliser leurs troupes et de les
envoyer aux frontieres de la Palestine. Les Arabes seraient
tres pessimistes sur les resultats des d6bats de 1'O.N.U. et
estimeraient que toute action economique ou diplomatique
serait deja depaasse.
Toutefois, le ( Daily Herald )a crit ( que la Ligue Arabe
envisage d'arrater les envois de petrole aux pays qui favo-
risent le movement sioniste >.
Peter Dussield 6crit dans le ,( Daily Express a que les for-
ces armies de la Syrie, du Liban, de l'Egypte, de 1'Irak et
de la Transjordanie se monteraient au total a environ
160.000 hommes.
Le correspondent du ( Times ) a Lake Success souilgne le
silence de r1Amrique sur cette question, reserve centre la-
quelle la Suede aurait protested inergiquement, declarant
que toute prise de position de la part de l'une des grandes
puissances pourrait 6tre decisive non seulement sur la ques-
tion palestinienne proprement dite, mais aussi sur le main-
tien de la paix au Proche-Orient.
Plusieurs journaux, don't le ( Manchester Guardian ), an-
noncent que les Juifs se tiennent prets a rdpondre par les
armes s'ils sont attaquds.
2. France
Tous les journaux reproduisent des extraits du discours
prononce hier soir par M. Ramadier. (Voir plus loin l'ar-
ticle du correspondent du ( Times ) a Paris.)
Le correspondent du <( Manchester Guardian )a crit que
M. Ramadier, malgrd l'approche des elections, a su pronon-
cer un discours d6pouilld de tout artifice d6magogique.
Walter Farr, dans le ( Daily Mail ), resume le discours du
President du Conseil et volt dans les measures envisages
par le gouvernement frangais un example pour la Grande-
Bretagne.
Le correspondent du e Daily Worker >a Paris saisit l'oc-
casion offerte par ce discours pour brosser un tableau de la
situation politique francaise a la veille des elections. (Voir
1'article plus loin.)
Le < Daily Herald ) public un article de R. Matthews.
Celui-ci dvoque l'inquidtude politique en France, les difficul-


I _I
_ __ I __ I







2 IULLIttIN QUOTIDIEN DE PItiSSE iTRANGkRB


tes du ravitaillement et les chances du movement gaulliste
aux prochaines elections. De plus, selon ce correspondent,
le parti communist exploiterait le m6contentement g6enral.

3. a Cominform ))
Le correspondent du ( Times > A Paris fait 6tat du com-
munique du parti communist frangais saluant la formation
du < Cominform ) et accusant la press franqaise non com-
muniste de se liver a une champagne de mensonges dirig4e
contre le Bureau de Belgrade.
Ce correspondent ajoute que tous les observateurs qui se
trouvalent a Paris au moment de la conference sur le plan
Marshall, ont te- convaincus que les parties communists de
France et d'Italie feraient tout ce qui est en leur pouvoir
pour empecher leurs gouvernements d'ex6cuter les engage-
ments qu'ils ont assumes aux terms du rapport des Seize.
Les communists francais, en particulier, mettraient a
profit le contr6le qu'ils exercent sur la C.G.T. Ce correspon-
dant laisse prdvoir un conflict ouvert entire communists et
non communists.
Le correspongant du ( Manchester Guardian )a a Rome
announce que le leader communist italien s'est plaint, lui
aussi, des attaques de la press italienne non communist
contre le ( Cominform a).
Rob. Hall, correspondent du ( Daily Worker > a Wash-
ington, announce que le Prdsident Truman a confirm les
declarations de M. Lovett sur le Bureau d'information com-
muniste ; la violence des attaques du gouvernement ameri-
cain s'expliquerait par le fait que Washington craindrait
les repercussions que pourrait avoir la politique imp6rialiste
des Etats-Unis en Europe et dans l'opinion publique am6ri-
caine.
3. Nations Unies
Plusieurs journaux, don't le ( Times ), annoncent que les
delegues de 1'Union Sov\itique et des pays satellites de
1'U.R.S.S. ont declare qu'ils se refuseraient A prendre part
A 1'dlection des membres de la nouvelle Commission char-
gee d'enqunte? sur la situation dans les Balkans.

4. Indes
Le correspondent du ( Times ) A Delhi announce que le
Pakistan a accepted le principle du plebiscite dans 1'Etat de
Junagada.

a) LE DISCOURSE DU PRESIDENT RAMADIER (Tiiies, 10/10).
< ...'Ce discours montre la determination 6vidente 'du
gouvernement de consolider 1'6conomie du pays... II
faut re-chercher la raison d'6tre de ce discours, ct Ides
travaux de la Commission speciale de reorganisation
fina.ncibre commission qui a sieg6 ces dernieres se-
maines non seulement dans 1'6tat des finances de la
France, mais aussi 'dans le faith, soulign6 aux Etats-Unis,-
qu'il serait plus facile A l'Am6rique d'accorder son aide
si les pays europ6ens pouvaient montrer qu'ils ont re-
mis de P'ordre dans leurs finances. La champagne enta-
mke ce soir par M. Ramadier va .se poursuivre. Le pu-
blic sera inform par id'autres discours radiodiffuss de
1'evolution de la situation...)
,(Du correspondent du Times A Paris.)

b) AVANT LES ELECTIONS MUNICIPALS EN FRANCE (Daily
Worker, 10/10, communiste.
< ...On pense que les communistes enregistreront des
gains considerable dans les campagnes en depit 'du
fait que la nouvelle 1loi Blectorale est sp6cialement des-
tinde A leur faire perdre des sieges aux conseils muni-
cipaux.
Personne ne sait encore quel succes remport(ra le
Rassemblement du Peuple Francais du g&n6ral Ide
Gaulle, mais le people s'inquiete de plus en plus de voir
la taciique qu'il emploie.


Le speuple voit dans ce nouveau parti qui se prC-
sente pour la. premiere fois aux elections une repli-
que dangereuse des anciens parties de a I'homme fort a
qui 'ont presque toujours menace la d6mocratie fran-
c-aise sous la III' R6publique...
La champagne 6lectorale de.s coUmmunistes est surtout
dirig6e centre le g6enral ambitieux et contre sa < cour
d'anciens inembres die la police secrete gaulliste et
d'aventuriers poiitiques douteux... >
(Du correspondent du Daily Worlker a Paris.)

c) LE TRAIITE DE PAIX AVEC L'AUTRICHE :
1. Times (10/10).
< La proposition qui a etW faite devant la commis-
sion quadripartite par le d61gu6 'de la France et qui
'porte sur les articles controversies du project du trait
.de paix avec 1'Autriche offre au dernier moment une
chance de parvenir A un compromise. Le general Cher-
ribre propose en substance que l'Autriche s'entende avcc
chacune des quatre puissances occupants sur la 'defi-
nition des biens allemnands qui doivent 6tre livr6s an ti-
tre des reparations, p!ut6t que d'attendre, comme el!e
doit le faire maintenant, que les puissances se soienl
mises d'acoor'd sur une formule...
On ne doute pas que la conclusion d'un accord a Lon-
dres dUpendra d'une appreciation plus raisonnable par
la Russie des int6r6ts l6gitimes Ides autres puissances
occcupantes. Les autorit6s sovi6tiques ont non seulement
exerc6 sur un certain nombre d'entreprises industrielles
'et d'usines une mainmise que ne pouvait leur permetfre
une definition raisonnable -du terme de a biens alle-
mands >>, mais encore les ont fait fonctionner dans 'des
conditions priv61ggi6es qui sont incompatible avec la
souverainete autrichienne. Ce probleme pourrait encore
etre resolu d'une fagon qui menage les int6r6ts britanni-
ques et am6ricains en reprenant la declaration faite par
M. Molotov A la Conference de Mosco'u, et aux terms
de laquelle < 1'Union Sovi6tique ne revendique pas le
b6n6fice de 1'exterritorialit6 en ce qui concern les en-
treprises et les propri6t6s transferees A 1'Union Sovi6-
tique en tant que biens alleman'ds... >
Une nouvelle aggravation de la situation ne pourrait
servir en rien aucune des puissances occupants. On
conserve l'impression que pour parvenir a un compro-
mis acceptable, il sufflrait aux puissances charges de
preparer le trait de montrer un peu de bonne volont6.
Si la derniere proposition franCaise peut faire appa-
raitre la bonne volont6 n6cessaire, elle aura value la
peine d'avoir 6t6 soimise. >

2. Maichester Gltrrallan (9/10, liberal).

a ...Les principaux points controversies sont toujours
la definition des avoirs allemands et la d6limitation des
frontier.es de l'Autriche. Cette deuxibme Iquestion a 6ti
soulev6e par la revendication de la Yougoslavie sur
certaines parties de la Carinthie et la Styrie. Un pl6bis-
cite dans ces regions serait certainement favorable A
l'Autriche et il est A peu pres stir que la Russie appuie
la revendication yougoslave simplement pour disposer
d'une monnaie Id'6change. Les avoirs allemands ont une
autre importance pour 1'Union Sovi6tique, et depuis que
les autorit6s britanniques ont examine soigneusement la
liste qu'elle avait dressee des entreprises allemandes, le
point de vue des puissances occidentales sur la part
qu'elle peut revendiquer A just titre, s'est rapproch6
sensiblement idu sien. Mais ces avoirs, parmi lesquels
figure le p6trole autrichien constituent une arme eco-
nomique qui pourrait servir sur le plan politique. C'est








b ULETIN QUOTIDIEN DE PRESSED ATRANOGAE


a cet 6gard que les puissances occidentales et la Russie
sont en d6saccbrd et leur d6saccord se reflAte dans la
situation materielle et politique de 1'Autriche, qui ne
fait qu'empirer... ,


II. PRESSE AMERICAINE


Revue de la press americaine du 9 octobre 1947

La conference de press de M. Bidault a New-York et celle
de M. Alphand a Washington font l'objet dun certain nom-
ibre d'articles. La premiere est longuement reproduite dans
une d6peche a A. P. ) dans le a Baltimore Sun ) et dans
le a New York Times ), la second parait dans le a New
York Times ), le a Journal of Commerce)), le ( Wall Street
Journal ), le a Washington Post ) et le ( Times. Herald a.
Sous le titre a M. Bidault demand une aide urgente falsant
un dernier appel avant de quitter les U. S. A. ), le < New
York Times ) indique que le ministry des Affaires 6ttangrres
s'est entretenu avec M. Marshall et il cite les declarations
-qu'il a faites au d6jeuner de 1' ( Overseas Presse Club ).
Le ( Baltimore Sun >, sous le titre ( la decision commu-
niste est une gaffe ), public une d6peche a A. P. a rappor-
tant la declaration de M. Bidault sur la nouvelle organisa-
tion communist international.
Dans une d6peche de Washington, le a New York Times a
rapporte la declaration de M. Alphand et fait un tableau
sombre de la situation dans laquelle la France se trouverait
si une aide financiere immediate ne lui 6tait pas apport6e.
Il met en valeur une parties de ces declarations 6num6rant
les possibilities imm6diates d'une aide en dollars : la repar-
tition de l'or allemand donnerait entire 80 et 90 millions
de dollars, l'or saisi par les Japonais, 37 millions de dol-
lars, et le remboursement des frais d'entretien' de l'arm6e
americaine en France entire 50 a 60 millions de dollars.
Les autres articles consacres a cette conference de press
soulignent Agalement l'urgence pour la France de disposer
de dollars pour ses importations de bl6, de corps gras, de.,
carbon et egalement de matieres premieres et de machines
don't les achats ont 6t6 suspendus depuis fin aoflt.
1. Les relations entire les U. S. A. et 1'U. R. S. S.
La plus grosse nouvelle politique du jour mise en evidence
en premiere page des journaux est, sans doute, la r6plique
faite par M. Lovett, sous-secr6taire d'Etat americain, au
manifest communist. Elle est presented sous de gros titres
disant generalement a la Russie et le a Komintern ) cher-
chent a empicher le redressement 6conomique euronden par
un sabotage du plan Marshall, declare le Gouvernement
americain >. Les correspondents politiaues de Washington
notent que cette reaction officielle americaine met en garde
les pays europ6ens centre les interpretations ( malicieuses
et sans scrupule a de I'attitude americaine faites par les
communists et les previent qu'un desastre 6conomiaue ne
pourra pas etre 6vit6 si les conceptions de la Conference de
Varsovie reussissent a Atre appliquees. D'autre part, la rA-
,plique de M. Lovett, indiquent-ils, est un appel au people
amdricain pour qu'il continue a donner son appui a la poli-
tique de M. Marshall.
L'aggravation des relations russo-am6ricaines parait s'ac-
compagner d'une evolution semblable des rapports des gour-
vernemnets du Brdsil et du Chili avec Moscou. Les d6epches
reproduites par la press am6ricaine indiquent que le Presi-
dent bresilien s'appreterait a demander au Parlement de
Rio de rompre les relations avec Moscou et une d6peche
de Santiago du Chili signal que le Gouvernement a expuls6
deux diplomats yougoslaves accuses d'avoir foment une
agitation communist parmi les mineurs en greve depuis
quatre jours.
2. Assembl6e g6n6rale

La press reprend en premiere page les d6bats orageux
du Comit6 politique et de s6curit6 de l'Assembl6e g6enrale
au course desquels par 34 voix contre 6 il a 6et d6cid6 qu'une


commission sp6ciale de 1'O. N. U. surveillerait les frontires
grecques. Les correspondents de Lake Success notent que
M. Vychinski s'est oppose violemment a cette decision et
qu'il a employ un language peu diplomatique pour d6noncer
l'attitude des repr6sentants am6ricain, britannique et fran-
cais. Le vote de la resolution am6ricaine concernant les
pays voisins de la GrAce pour avoir aide les guerillas grec-
ques a 0t6 remis a remain.
Le ( New York Times ) reproduit egalement une d6clara-
tion faite par M. Thorp, secr6taire-adjoint au D6partement
d'Etat pour les affaires dconomiques pour r6futer les atta-
ques des d6ldgues de la Russle Blanche, de la Pologne et de
la Yougoslavie centre le plan Marshall. II aurait notamment
d6menti que le Gouvernement americain ait l'intention d'ac-
corder une prioritde la reconstruction allemande sur celle
de pays victims du nazisme.

3. Aide am6ricaine

La press continue a reproduire les declarations faites
par les representants du Congres de retour d'un voyage d'ins-
pection en Europe. On peut constater qu'elles sont souvent
contradictoires. Pour les uns, il parait indispensable d'ap-
porter une aide amrricaine immediate a I'Europe si l'on veut
que le plan Marshall puisse 6tre applique, pour les autres,
au contraire, la situation europ6enne leur parait moins
grave et ils mettent en garde leurs compatriotes centre ce
que M. Gathings, representant d6mocrate de 1'Arkansas, ap-
pelle ( des exaggerations qui ont 6t6 faites dans la pr6sen-
tation de cette situation ).
De Washington, la press announce que dix-huit soci6t6s
de distillateurs americains ont accepted de former leurs usi-
nes pendant 60 jours et de remettre les stocks de grains
qu'ils possedent entire les mains du Gouvernement americain.
21 autres societ6s se sont refuses a faire ce sacrifice. Par
ailleurs, M. Anderson, ministry de 1'Agriculture, a indiqu6
qu'on ne pouvait computer que sur le rationnement volontaire
pour reduire la consommation de grains car l'imposition de
measures obligatoires de contrble prendrait du temps et, vu
l'opposition du public amrricain a tout systAme de contrbles,
risqueralt de ne pas donner de meilleurs rdsultats.

4. Nouvelles de France
Callender ecirt dans le ( New York Times a : L'opinion
de diplomats qui ont 0t6 en contact tres 6troit depuis long-
temps avec les affairs europ6ennes est que .le manifesto
communist nubli6 en Pologne dimanche a 0t6 dict6 par
l'Union Sovitlaue pour faire onnosition aux int6rtts des
parties communists francais et italien. ) II montre aue I'in-
t6r6t imm6diat de ces parties aurait Rt6 de renrendre le pou-
voir dans un Gouvernement de coalition mais aue l'interet
suodrieur de Moscou 6tait ( de mobiliser les partis commu-
nistes de ces pavs aussi bien que ceux des nations satellites
centre le plan Marshall et que ce dernier interit a prevalu ).
Une longue depeche de Marouis Childs, de Paris, montre
les difficult6s oui s'oonosent a une politique AtrangAre ameri-
caine ferme et decide du fait de la rivalit6 entire deux
grands parties politiques de son pays. II critique 6galement
ce qu'il appelle a les d6ficiences du service diplomatique
americain >.
Une d6peche de Paris au ( New York Herald Tribune a
rapport une declaration des fonctionnaires du quai d'Orsay
,d6mentant qu'une impasse soit survenue dans les negocia-
tions d'une alliance militaire entire la France et la Pologne
et entire la France et la Tchecoslovaouie. Ce dementi aurait
etA donn6 a la suite d'informations de press indiauant que
les relations avec ces deux pays s'dtaient aggrav6es a un
point tel que ces negociations avaient dO 6tre abandonnees.

LE PROBLtME GREC DEVANT L'O.N.U. (New York HerdId
Tribune, 9/10) :
a ... Personnel ne peut qualifier le Dr. Evatt de r&ac-
tionnaire, ou accuser l'Australie d'etre le suppot de
< l'imp6rialisme >... I1 6tait vraiment impressionnant
d'entendre le dl&1gu6e de l'Australie parler d'une voix








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS BTRANGQRE


camee pour aller an coeur du problime grec. Selon l'opi-
nion du Dr. Evatt, l'essentiel du probleme est que les
Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont suivi des ,politi-
ques correctes et g6n6reuses en pretant leur appui au
gouvernement lCgal grec. Les conclusions de la Com-
mission de 1'O.N.U. pour les Balkans, 6tablies en toute
bonne foi malgrA les difficulties soulev6es par les com-
anunistes, m6ritent d'Atre accept6e.s, et l'obstruction ver-
bale qui a 6t ,d6eclench6e avec violence du cl66 sovi6ti-
que suffit A prouver le bien-fond6 des accusations por-
t6es par les puissances occidentales, A savoir que le
nmojnde sovi6tique cherche A ruiner un regime qui dou
fait qu'il n'est pas control66 par les communists est
d6test6 par tous les gouvernements qui sont soumis a
la domination de ceux-ci, et qui ont beaucoup de mal
A dissimuler leur d6sir de le renverser. Dans un monde
ou si peu de gens semblent capable de discernerr la v6-
rit6 derribre les obscurit6s de la propaganda, il est en-
courageant de voir exposer cette verit6 si simplemenl. ,



III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovi6tique du 9 octobre 1947

1. L'O. N. U.
"La chroniaue des ( Izvestia ) est consacrde A la discussion
de la question grecque (voir cet article plus loin).
De longueur et d'importance tres inegales, dckux' autres
.'ddveloppements sont consacr6s A d6noncer les manoeuvres
dirig6es contre I'O. N. U. Un article de 1'organe du Soviet
Supreme impute explicitement aux fauteurs de guerre les
faits suivants : Sous le titre ( une provocation maladroite >,
le journal d6nonce l'histoire fantaisiste lance par le ( New
York Journal )> propos d'un pr6tendu emetteur de radio
decouvert chez l'attach6 naval sovi6tique. ( Cette provoca-
tion est l'une des manoeuvres maladroites des fauteurs de
guerre qui essaient de cacher leur d6sarroi depuis qu'ils ont
6t6 ddmasquds devant les Nations Unies. )
Le deuxieme article est consacr6 a Lord Bertrand Russel,
qui fait Vne tournde de conference en Belgique ct en Hol-
lande. L'article porte le titre a Philosophie et pratique des'
fauteurs de guerre ). Il s'attache b, demontrer que Lord
Russel se livre A une ( banale propaganda pour la creation
d'un bloc occidental sous 1'6gide des U. S. A. >.

2. La politique am6ricaine en Orient

La ( Pravda a public un cable de son envoy special a
The6ran concernant le discours du d6put6 Masoudi. Apres
avoir rappel6 les liaisons passes de ce d6put6 avoc les fas-
cistes allemands et, aujourd'hui, les milieux americains de
Tdhdran, le journalist relive que l'attaque contr' les con-
cessions anglaises n'avait pour but que de pr6par-,r l'offen-
sive contre le project d'accord sovi6to-iranien, et )1 qualified
le discours de Masoudi de ( rdeptition d'un canevas ameri-
cain >.
Dans la a Pravda >, parait Agalement un tres grand article
de Nikolasev : < La politique expansionniste des Etats-Unis
en Iran ).
Dans la plupart des journaux, parait une reproduction du
d6menti de l'ambassade sovidtique a Ankara aux informa-
tions du journal ( Tainine ), relatives A une pr6tendue
demarche sovi6tique visant A interdire le refuge en Turquie
des criminals de guerre. Le d6menti precise qu'il s'agit du
recrutement par les agencies turques de personnel d6plac6es
d'origine soVi6tique. Une serie de td1lgrammes sont repro-
duits par la plupart des journaux : ( L'action des Amdri-
cains en Indon6sie >, ( Augmentation des fortifications am6-
ricaines dans la mer des Antilles )>, ( les autorites amdri-
caines d'occupation exigent du Gouvernement japonais qu'il
assigned de nouveaux credits aux d6penses militaires. a)


LE PROBLAME GREC DEVANT L'O.N.U. (Izuestia, 9/10).
< En insistant pour que la question grecque soit dis-
cutie a 1'Assemblie g6n6rale, la d6l6gation am6ricaine
poursuivait un but bien d6fini : d6tourner attention
sur l'ing6rence de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis
dans les affaires int6rieures de la Grace .et prAsenter la
question de telle facon que la responsabilit6 ,de la guerre
civil dans ce pays ne soit plus imputable a la tpr6-
sence de troupes 6trangeres et a existence d'un regime
anti-national imipos6 de l'ext6rieur, mai.s A une pr6ten-
due menace des voisins nordiques de la GrBce contre
sa souverainet6 nationale...
Le course des discussions a d6montr6 .que la question
grecque est le point de rencontre de deux courants de
pens6e diff6rents. L'un d'eux repr6sente la defense
des int6crts de la souverainete, .de la liberty et de l'in-
d6pendance des ipetits pays. L'autre courant repre-
sente la soumission de ces pays A la domination am6-
ricaine, et leur transformation en instruments dociles
de la politique de force et d'expansion suivie par les
U.S.A.
En s'appuyant sur des faits indiscutables, M. Vy-.
chinski a su prouver dans son discours que la politi-
que grecque n'est pas dirigAe par des grouipes politi-
ques grecs, et que la souverainet6 de ce pays n'a pas
WtA respected par les < conseillers > strangers qui s'ap-
puient sur des troupes etrangeres pour instaurer leurs
lois dans ce pays.
La d61gation sovi6tique a prouvA dans ses declara-
tions qu'il n'existait qu'un seul moyen de resoudre ]e
,problbme grec : retire les troupes etrang6res de
GrAce, et accorder A son people la possibility de g6rer
lui-mime ses affaires de fagon d6mocratique, a


IV. PRESS SUISSE


a) APrAS LES ELECTIONS DANS LA SAiRRi (Jonr nal de Ge-
nItve, 10/10) :
c ... Le succ6s oblenu par les Sarrois favorables an
rattachement a la France d6passe et de tres loin -
les prAvisions les plus optimistes. Ni dans le milieu ca-
tholique, ni dans les milieux de gauche, on n'a vu se
manifester une opposition comparable, mime de bien
loin, A celle de 1935. On redoutait dans certain milieux
officials francais, que les 616ments tides se rbfugient
dans l'abstention, ce qui ne fut pas non plus le cas.
L'effet international de ce scrutiny pe sera pas nigli-
geable. Il Imontre clairement, en effel, que la France est
en measure d'esquisser et probablemcnt de r6aliser db-
sormais dans la Sarre et sur le Rhin, une politique infi-
niment plus allante et plus ouverte que pr6c6demment.
La .consultation Alectorale du territoire de la Sarre,
surtout si l'on se souvient des ant6cedents de ce sec-
teur, demontre que ceux qui affirment qu'il est possible
A la France de d6finir d6sormais, dans une forme cons-
truclive, une politique dite ( du Rhin et du Main > et
correspondent h des intentions active de cooperation
3conomique et social, culturelle, et ult6ricurement poli-
tique, avec les fractions loyalistes de I'Allemagne du
Sud, n'est pas fondue sur des concepts errones ou .des
illusions abstraites.
Dans la conjoncture pr6sente, alors que tant de cho-
ses vont se d6finir d'ici a la fin de l'ann6e dans l'ordre
des relations de l'Ouest europben avec la nouvelle Alle-
magne, une prise de temperature come celle de di-
manche dans la Sarre pr6sente done une valeur indi-
cative d'une portCe considerable.
Quelque chose de nouveau vient de nailre dans. 'or-
ddre des rapports entire le group Atlantique et PAlle-








tIULLTIN QUOTIWDBN DE PRESSED ATRANGIRE 5


magne de 1'Ouest. S'il est vrai que m6me une hirondelle
ne fait pas le printemps, ce scrutiny du 5 octobre n'en
aura ipas moins d6montr6 que, pour le bien de 1'Europe,
des possibilities nouvelles ise sont d6gagees : vue sous
cet angle, la consultation de la Sarre ne constitute pas
une fin, mais un commencement. On verra si l'on pent
bhtir sur ces foundations encore fragiles un edifice nou-
veau, celui-lh m6me don'tt r6vait Maurice Barres, qui,
dans ses pages sur Le G&bie Idu Rhin, s'est r6v616 en
advance ou en retard d'une g6n6ration sur le rythnme du
temps, mais don't les constructions de l'esprit .apparais-
*sent aujourd'hui .dans une nouvelle et reconfortante
lumiere.
(JULES-ALBERT JEAGER.)
b) AVANT LA CONFERENCE DES MINISTRES DES AFFAIRS
ETRANGERES (Gazette de Lausanne, 10/10) :

< On ne peut s'emp6cher de consider, que cette
conference de Londres s'ouvrira dans une singulibre
atmosphere. Tandis que 1'U.R.S.S. gagne du terrain dans
l'opinion, qu'elle se fait le champion de 1'unmit6 alle-
mande, que le parti communist augmente. ses effectifs
'dans sa zone, les occupants occidentaux ne font preuve
d'aucune unit de vues. La conference ddu carbon, a
Berlin, ne semble pas avoir donn6 les r6sultats escomp-
tes par la France. Les avis divergent toujours sur le
statut de la Ruhr, come sur le rel6vement industrial
allemand. Un seal fait A peu pres accompli : le ratta-
chelment economique de la Sarre A la France, consacr6
dimanche par la majeure parties de l'opinion publique
sarroise. Maintenant que les chemins de fer, les posters
et les services publics ont 'Bt6 d6tach6s de organisation
allemande, qu'un mark sarrois a 6t6 ,6mis, il sera dif-
ficile de revenir en arrirre, quoi qu'en pensent les com-
munistes et le Kremlin. Quant a 1'6ventualit6 d'une


< trizone 3, par le rattachement de la zone frangaise
A la < bizone >>, elle depend elle-mime du r6sultat de
la Conference de Londres. >

c) APR S LA CONFERENCE DES PARTIES COMMUNISTS (Jour-
nal de Genhve, 10/10) :

c ...Aujourd'hui, les parties communists de neuf
pays europ6ens, don't les repr6sentants se sont r6uni;s
A Varsovie, ont d6cid6, A l'instigation de l'Union Sovi6-
tique, de redonner un caract6re international a la lutte
qu'ils mbnent. La raison qu'ils avancent, c'est que, de-
puis la fin des hostilit6s, deux camps se sont forms
dans le monde : le camp imperialiste et antid6mocra-
tique, -et le camp antiimp6rialiste et d6mocratique. On
peut 6videmment interpreter les mots comme on le veut.
Pour les communists, il n'y a qu'unne seule Puissance
aggressive et d6sireuse d'asservir le monde : les Etats-
Unis, et c'est au fond centre ces derniers qu'ils enten-
dent letter.
Commie la reunion de Varsovie se trouvaient deux
chefs sovi6tiques, membres du Politbureau, MM. Schda-
nov et Malenkov, on peut admettre que la Russie veut
renforcer l'action du communism afin de soutenir ses
int6r6ts.
Celte initiative ne manquera pas de susciter de vives
reactions, d'autant plus que la declaration publiee A l'is-
sue de la conference s'en prend aux traitres socialists
Blum, Attlee, Bevin, Saragat, Ramadier -et quelques au-
tres. Elle approfondira ainsi le foss6 qui s'est cre6 dans
de nombreux pays entire les 616ments communists et
le rest de la population. Ce n'6tait 'peut-etre pas le
moyen de travailler A la pacification ides esprits. >

(RENA PAYOT.)


S. P. I. Imp. 7, re Niaole, Paris 81.3009














































































Prix : 6 fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs